Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 2199
Voir le profil de Colin Fraser
Lib. (NS)
Voir le profil de Colin Fraser
2019-06-06 9:10
Ouvrir
Je comprends cela, mais on peut difficilement se méprendre sur l'importance que Facebook accorde à ce dossier quand M. Zuckerberg affirme avoir hâte de discuter avec les législateurs du monde entier, puis refuse de se présenter devant eux quand ils se prévalent de son offre.
Je veux passer à un autre point, et c'est la tenue imminente des élections fédérales. Vous en avez parlé dans votre exposé. Que fait Facebook pour surveiller et endiguer l'ingérence étrangère, en général, dans le contexte d'élections démocratiques mais, plus particulièrement, en ce qui a trait aux élections fédérales à venir au Canada?
Réduire
Voir le profil de Iqra Khalid
Lib. (ON)
Merci, monsieur, le président.
Je vous remercie, monsieur Chan, d'être venu nous rencontrer aujourd'hui.
Monsieur Chan, j'aimerais commencer par revenir sur quelque chose que vous avez dit au cours de votre déclaration préliminaire à propos de la protection des femmes qui se porteront candidates aux prochaines élections fédérales. Mettez-vous en oeuvre les mêmes politiques pour protéger les membres de la communauté LGBTQ2 qui se présenteront? Ils ne sont pas nombreux.
Réduire
Voir le profil de Anita Vandenbeld
Lib. (ON)
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je vous remercie grandement d'être ici et de faire des témoignages très instructifs.
Je voudrais poser mes questions sur les menaces étrangères à la démocratie et sur ce que j'appelle les technologies habilitantes, comme les médias sociaux et les « donnéeopoles » qui permettent aux menaces étrangères de prendre pied.
Je considère qu'à titre de législateurs, nous nous trouvons aux premières lignes de la démocratie mondiale. Si ceux d'entre nous qui sont les représentants élus de la population ne sont pas capables de résoudre le problème et de contrer ces menaces, alors que c'est vraiment à nous qu'il revient de le faire... Voilà pourquoi j'étais enchantée que le Grand Comité se réunisse aujourd'hui.
Je souligne également la collaboration que même notre comité a pu avoir avec le comité du Royaume-Uni au sujet d'AggregateIQ, qui était ici, au Canada, lors de notre étude sur Cambridge Analytica et Facebook.
Nous avons toutefois un problème: les plateformes ont beau jeu d'ignorer les pays pris individuellement, particulièrement les petits marchés, car elles sont si grandes que nous ne pouvons pas faire grand-chose contre elles. Nous devons donc unir nos efforts.
Madame Weintraub, considérez-vous que vous disposez actuellement des outils nécessaires pour que les élections américaines de 2020 ne subissent aucune influence étrangère ou en subissent aussi peu que possible?
Réduire
Voir le profil de Anita Vandenbeld
Lib. (ON)
Au Canada, le problème vient entre autres du fait qu'il est très difficile de savoir qui a le pouvoir de parler au cours d'une campagne électorale; nous avons donc instauré le Protocole public en cas d'incident électoral majeur. Il s'agit d'un groupe de hauts fonctionnaires qui seraient en mesure de rendre la chose publique si les organismes de sécurité décelaient une menace étrangère.
Les États-Unis ont-ils envisagé de mettre en place un protocole semblable? Est-ce une solution qui pourrait fonctionner à l'échelle mondiale?
Monsieur Cannataci, je vous demanderais de répondre également en ce qui concerne le contexte international. Je me demande si vous observez des initiatives qui pourraient, au cours d'élections, permettre à ce genre d'autorité de rendre la menace publique.
J'entendrai d'abord Mme Weintraub, puis M. Cannataci.
Réduire
Voir le profil de Nathaniel Erskine-Smith
Lib. (ON)
Merci beaucoup.
Je suis récemment allé à Bruxelles, où j'ai rencontré le contrôleur européen de la protection des données. Il y a une excellente coopération entre les commissaires à la protection de la vie privée au sein de l'Union européenne. En effet, des conférences sont organisées pour leur permettre de se rencontrer et de discuter de ces enjeux, afin de favoriser la coopération entre les organismes de réglementation.
Madame Weintraub, le même niveau de coopération a-t-il été observé dans le cadre des élections?
Réduire
Voir le profil de Nathaniel Erskine-Smith
Lib. (ON)
Lorsque j'ai laissé entendre à un ami du Colorado et à un autre ami du Mississippi que je voulais faire de la politique et que je leur ai dit que le plafond de mon district local était de 100 000 $ canadiens, ils ont ri un bon coup.
Des voix: Oh, oh!
Réduire
Voir le profil de Nathaniel Erskine-Smith
Lib. (ON)
Avant de m'adresser à M. Therrien, je tiens à préciser que je respecte absolument le fait que les règlements américains en matière de liberté d'expression sont beaucoup plus stricts que les règlements canadiens en la matière. Toutefois, lorsque vous parlez des gens responsables « de discerner le vrai du faux », il y a tout de même des conseils sur les normes et il y a toujours, dans le cas des radiodiffuseurs… Certainement, un radiodiffuseur, lors d'une élection… Je me trompe peut-être, mais je m'attends à ce qu'il y ait des conseils sur les normes et des lignes directrices en matière d'éthique et certains principes fondamentaux qu'ils seraient tenus de respecter, et qu'ils ne diffuseraient pas n'importe quoi.
Réduire
Voir le profil de Nathaniel Erskine-Smith
Lib. (ON)
Cela vous semble-t-il logique que si je reçois une publicité en ligne, surtout en période d'élection, je puisse cliquer sur l'annonce pour vérifier qui l'a payée, manifestement, mais également pour vérifier les données démographiques selon lesquelles j'ai été ciblé, ainsi que les critères de sélection choisis par l'annonceur, que ce soit Facebook ou Google ou une autre plateforme, par exemple si la publicité a ciblé un code postal particulier ou si c'est parce que je suis âgé de 25 à 35 ans? Convenez-vous que la transparence devrait être plus détaillée?
Réduire
Voir le profil de David de Burgh Graham
Lib. (QC)
D'accord. Bref, dois-je comprendre que vous n'êtes pas nécessairement d'avis que l'arrêt Citizens United était une bonne décision?
Réduire
Voir le profil de David de Burgh Graham
Lib. (QC)
D'accord.
Comme vous l'avez mentionné, le travail d'une commission électorale est de surveiller le financement des élections. Si une entreprise permet délibérément l'utilisation de son algorithme ou de sa plateforme pour influer sur les résultats des élections, considérerez-vous cela comme une contribution non monétaire réglementée?
Réduire
Voir le profil de David de Burgh Graham
Lib. (QC)
C'est intéressant. Ma prochaine question est liée à cela.
Le PDG de Facebook détient la majorité des actions avec droit de vote de la société. Il détient donc les pouvoirs absolus au sein de cette entreprise. Sur le plan juridique ou réglementaire, qu'est-ce qui empêche cette entreprise de décider d'accorder son soutien ou d'intervenir comme elle l'entend lors d'élections?
Réduire
Voir le profil de Michel Picard
Lib. (QC)
Voir le profil de Michel Picard
2019-05-28 17:14
Ouvrir
Madame Weintraub, vous avez dit quelque chose de très intéressant, et je ne sais pas si nous avons déjà établi cette notion auparavant.
Dans l'hypothèse où M. Zuckerberg briguerait la présidence américaine, Facebook ne pourrait pas lui donner accès aux renseignements, parce que ce serait une immense contribution en nature. Avons-nous établi qui est le propriétaire de ces renseignements? Personne n'a consenti à la diffusion de ces renseignements, et je me demande donc si ces renseignements appartiennent à Facebook.
Réduire
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Merci. Je vais commencer par M. Slater.
Il y a deux ou trois semaines, nous avons accueilli un de vos collègues qui nous a dit que Google n'allait pas se conformer au projet de loi C-76, notre nouvelle loi sur la campagne électorale. Je lui ai demandé pourquoi, et il a répondu: « Eh bien, nous ne pouvons pas faire le travail de programmation en six mois ».
Je lui ai souligné que Facebook pouvait le faire, et il a dit: « Eh bien, nos systèmes sont plus difficiles et plus complexes ».
Il a dit: « Nous ne pouvons pas le faire en six mois », alors je lui ait demandé: « D'accord, de combien de temps aurez-vous besoin? Quand cela pourra-t-il être fait? » Il m'a répondu ne pas le savoir.
Pouvez-vous m'expliquer tout ça?
Réduire
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Si vous pouvez dire que vous ne pouvez pas le faire en six mois, sans pour autant savoir de combien de temps vous auriez besoin, comment pouvez-vous être vraiment sûr de ne pas pouvoir le faire en six mois alors que Facebook peut y arriver?
Réduire
Résultats : 1 - 15 de 2199 | Page : 1 de 147

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Afficher les deux langues
Préciser votre recherche
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes