Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 204
Voir le profil de Randy Hoback
PCC (SK)
Voir le profil de Randy Hoback
2022-05-19 14:43
Ouvrir
Monsieur le Président, le Canada est le cinquième exportateur agroalimentaire en importance dans le monde. Nous expédions des aliments nutritifs aux quatre coins de la planète. Toutefois, des barrières non tarifaires en Europe restreignent de plus en plus notre accès. La ministre peut-elle assurer aux producteurs de l'industrie agroalimentaire que ces droits de douane seront éliminés ou qu'ils ne seront pas applicables dans le nouvel accord entre le Canada et le Royaume‑Uni?
Réduire
Voir le profil de Mary Ng
Lib. (ON)
Monsieur le Président, le Canada compte, nous le savons, certains des exportateurs les plus remarquables, et nous avons d'excellents accords commerciaux, y compris avec l'Union européenne, qui permettent aux producteurs canadiens d'avoir accès à plus de 500 millions de consommateurs. Nous continuons de travailler avec nos partenaires commerciaux pour que ces marchés nous restent ouverts. Nous constatons d'ailleurs des résultats, comme en témoigne la croissance des échanges commerciaux avec l'Union européenne. Nous sommes en pourparlers avec le Royaume‑Uni, et les exportateurs canadiens ont également accès à ce marché pendant que nous négocions l'accord.
Réduire
Voir le profil de Richard Lehoux
PCC (QC)
Voir le profil de Richard Lehoux
2022-04-04 14:53
Ouvrir
Monsieur le Président, les producteurs et les transformateurs des productions sous gestion de l'offre, comme les œufs, la volaille et les produits laitiers, attendent toujours les détails des compensations promises par le gouvernement.
Avec d'importantes concessions faites et des conditions imposées aux entreprises canadiennes, nous devons protéger notre souveraineté alimentaire et nous assurer que nos agriculteurs et nos transformateurs sont pleinement compensés après la mise en œuvre de l'ACEUM.
Le budget de 2022 aura-t-il enfin des fonds pour compenser les productions sous gestion de l'offre en ce qui concerne l'ACEUM, oui ou non?
Réduire
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, mon collègue est bien au fait que nous avons déjà engagé 2 milliards de dollars pour les producteurs laitiers pour les compensations relatives aux accords avec l'Europe et avec la zone transpacifique. Ils savent déjà quel montant ils vont recevoir l'année prochaine, en 2023.
Notre engagement en lien avec l'ACEUM, c'est-à-dire l'entente avec les États‑Unis et le Mexique, est de donner tous les détails au courant de cette première année.
Réduire
Voir le profil de Tracy Gray
PCC (BC)
Voir le profil de Tracy Gray
2022-03-25 11:39
Ouvrir
Madame la Présidente, l’échec du gouvernement à conclure une entente sur le bois d’œuvre depuis sept ans a eu un effet domino sur la vie des gens. Un représentant du Conseil des industries forestières de Colombie-Britannique a témoigné au comité du commerce que l’absence d’entente contribuait à la hausse de l’inflation. Cette situation entraîne une montée en flèche du prix du bois canadien et à une explosion du coût de la construction domiciliaire.
La ministre néo-démocrate—libérale s’intéresse-t-elle vraiment à conclure une entente sur le bois d’œuvre? La ministre met tellement de temps à obtenir une entente que les arbres ont le temps de pousser en Colombie-Britannique.
Réduire
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2022-03-25 11:40
Ouvrir
Madame la Présidente, la députée soulève un enjeu de grande importance pour le gouvernement ces dernières années et je lui assure que nous allons continuer à suivre la situation et à faire de notre mieux pour protéger l’industrie.
Réduire
Voir le profil de Mary Ng
Lib. (ON)
Monsieur le Président, conformément à l'article 32(2) du Règlement et selon les modalités relatives à la transparence prescrites dans la politique sur le dépôt des traités au Parlement, je suis heureuse de présenter à la Chambre des communes les objectifs de négociation du gouvernement du Canada en vue d'un accord de libre-échange entre le Canada et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est. Le gouvernement du Canada compte lancer les négociations par la tenue d'une première ronde de négociations avec l'ANASE dès que possible, mais conformément à la politique, cette première ronde aura lieu au plus tôt dans 30 jours à partir d'aujourd'hui.
Pendant que j'ai la parole, je propose:
Que la Chambre passe maintenant à l'ordre du jour.
Réduire
Voir le profil de Mary Ng
Lib. (ON)
Monsieur le Président, conformément à l'article 32(2) du Règlement et selon les modalités prescrites dans la politique modifiée sur le dépôt des traités au Parlement, qui exige une transparence accrue, je suis heureuse d'informer la Chambre des communes que le gouvernement du Canada a l'intention d'entreprendre des négociations en vue d'un accord de libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni.
Le gouvernement du Canada compte entreprendre les négociations avec le Royaume-Uni dès que possible. Conformément à la politique, les négociations commenceront au plus tard dans 30 jours.
Réduire
Voir le profil de Brad Vis
PCC (BC)
Monsieur le Président, la deuxième pétition que je présente aujourd'hui provient de Canadiens qui détiennent aussi la citoyenneté britannique.
Environ 127 000 Canadiens reçoivent des pensions d'État du Royaume‑Uni. Alors que les expatriés britanniques qui vivent dans certains pays, notamment aux États‑Unis, bénéficient d'augmentations annuelles liées à l'inflation, les pensions de ceux qui résident au Canada sont gelées. Mes concitoyens demandent au gouvernement du Canada de veiller à ce que tout futur accord commercial entre le Canada et le Royaume‑Uni comprenne une disposition visant à dégeler les pensions des expatriés britanniques qui vivent au Canada.
Réduire
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Monsieur le président, je tiens à remercier tous les députés ce soir parce que ce débat n'aurait pas eu lieu sans leur consentement unanime. Je crois que nous avons obtenu le consentement unanime parce que nous avons un but commun: exprimer notre solidarité avec l'Ukraine. Nous devons nous en rappeler tout au long du débat.
Je prends la parole aujourd'hui pour affirmer mon soutien à l'Ukraine et aux initiatives prises par le gouvernement pour l'aider à traverser cette période difficile. Les liens entre nos deux pays sont solides, et le Canada a fait preuve — et continuera de faire preuve — d'une solidarité indéfectible envers l'Ukraine, surtout compte tenu des actes d'agression injustifiés de la Russie.
J'ai des liens étroits avec l'Ukraine. En effet, une importante communauté ukrainienne habite dans ma circonscription, qui abrite également de nombreux organismes culturels et religieux ukrainiens, de même que le consulat ukrainien. Les Canadiens d'origine ukrainienne renforcent le tissu socioculturel d'Etobicoke, à Toronto, et dans l'ensemble du pays.
La communauté est forte, et les liens qui unissent nos deux pays sont nombreux. Ce sont mes voisins, mes coéquipiers, mes camarades de classe et mes amis. Comme on l'a déjà dit à maintes reprises, lorsque l'Ukraine est devenue un État indépendant en 1991, le Canada a été le premier pays occidental à reconnaître son statut de pays souverain. Depuis, les liens entre le Canada et l'Ukraine n'ont que continué de se renforcer.
La déclaration conjointe de 1994 établissant un partenariat spécial reconnaît le soutien du Canada au développement de l'Ukraine et l'importance de cette coopération bilatérale. Le Canada est déterminé à soutenir l'Ukraine alors qu'elle prend les mesures nécessaires pour s'affirmer comme un pays stable, démocratique et prospère. Nous avons été là pour développer et renforcer les institutions démocratiques en Ukraine, notamment la surveillance des élections. J'y étais moi-même en 2019 en tant que membre de la délégation. J'ai ressenti ces liens.
Depuis 2014, le Canada a fourni à l'Ukraine plus de 890 millions de dollars en aide multidimensionnelle pour soutenir les objectifs de sécurité, de prospérité et de réforme du pays. Depuis 2015, le Canada fournit une formation militaire à l'Ukraine dans le cadre de l'opération Unifier. L'opération vise à contribuer à la formation des forces de sécurité afin de les aider à améliorer et à renforcer leurs capacités et leurs aptitudes.
Les quelque 32 000 membres des forces de sécurité ukrainiennes aideront le pays à demeurer souverain, sûr et stable. La semaine dernière, le gouvernement du Canada a annoncé le versement de 340 millions de dollars pour la prolongation et l'expansion de l'opération Unifier pendant trois ans, ainsi que le déploiement immédiat de 60 personnes, qui rejoindront les quelques 200 membres des Forces armées canadiennes déjà sur le terrain, un nombre qui pourrait grimper jusqu'à 400.
Le soutien militaire n'est qu'une composante de la stratégie d'ensemble du Canada. Il existe aussi un soutien économique qui passe par le commerce et les investissements. En 2020, les exportations canadiennes à destination de l'Ukraine ont atteint une valeur de 161 millions de dollars, tandis que les importations en provenance de l'Ukraine se chiffraient à 144 millions de dollars. La semaine dernière, le 27 janvier, le Canada et l'Ukraine ont annoncé le lancement des négociations sur la modernisation de l'Accord de libre-échange Canada-Ukraine.
Depuis 2014, le Canada est l'un des principaux partenaires bilatéraux de l'Ukraine en ce qui touche l'aide au développement, puisqu'il a affecté plus de 245 millions à cette aide qui sert notamment à fournir des soins de santé de base urgents, de l'eau potable, de la nourriture, des services de protection, de l'hébergement et des articles de première nécessité.
Le débat à ce sujet se doit d'être non partisan. Comme je l'ai dit au début, nous avons un but commun. Le premier ministre est totalement investi dans ce dossier, la vice-première ministre aussi. La ministre des Affaires étrangères était en Ukraine la semaine dernière. Quand elle est revenue, elle a donné suite à la demande du président de l'Ukraine. La ministre de la Défense nationale se trouve en Ukraine à l'heure actuelle. À son retour, nous verrons probablement le Canada adopter d'autres mesures.
J'espère que nous pourrons demeurer une force unie et conserver une approche non partisane.
Réduire
Voir le profil de Robert Oliphant
Lib. (ON)
Monsieur le Président, conformément à l'article 32(2) du Règlement et à la politique actuelle sur le dépôt des traités au Parlement, j'ai l'honneur de déposer ce matin cinq traités, dans les deux langues officielles.
Le premier s'intitule « Amendements à l'annexe I de la Convention internationale contre le dopage dans le sport », dont avis avait été donné le 1er octobre 2021.
Le deuxième est l'échange de lettres entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Colombie constituant un accord visant à modifier l'accord de libre-échange entre le Canada et la République de Colombie, fait à Lima le 21 novembre 2008, fait à Ottawa le 16 février 2021 et fait à Bogota le 4 août 2021.
Le troisième est l'« Accord de coproduction dans les domaines du cinéma, de la télévision et des services de médias audiovisuels à la demande entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement de la République française », fait à Paris le 20 mai 2021, à Montréal le 2 juin 2021, et à Paris et Montréal le 28 juillet 2021.
Le quatrième est la « Résolution (88) 15 instituant un fonds européen de soutien à la coproduction et à la diffusion des œuvres de création cinématographiques et audiovisuelles (“Eurimages”) », adoptée par le Comité des ministres du Conseil de l'Europe le 26 octobre 1988, telle que modifiée.
Le dernier est l'« Arrangement entre le gouvernement du Canada et l’Agence spatiale européenne concernant la participation du Gouvernement du Canada au programme de recherche de pointe sur les systèmes de télécommunications 4.0 (ARTES 4.0) », fait à Paris le 17 avril 2020 et le 20 avril 2020. Ce dernier traité est déposé à des fins d'information seulement.
Réduire
Voir le profil de Jacques Gourde
PCC (QC)
Monsieur le Président, la dernière entente de libre-échange avec les États‑Unis a été dévastatrice pour les producteurs laitiers canadiens. Maintenant, nos voisins américains ont des parts de marché sur nos produits laitiers canadiens grâce à l'entente de libre‑échange.
La ministre du Commerce international peut-elle nous confirmer que les Américains respectent l'entente signée entre les deux pays?
Réduire
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, je tiens à rassurer mon collègue. Nous travaillons de près avec les Américains, nous nous assurons que l’entente est respectée. Il y a des procédures en place et elles seront suivies si c’est nécessaire.
Réduire
Voir le profil de Jacques Gourde
PCC (QC)
Monsieur le Président, la ministre reste évasive sur les produits laitiers traversant la frontière et, surtout, sur les mesures de contrôle mises en place pour s'assurer du respect de nos ententes de libre-échange.
Comment la ministre peut-elle rassurer les producteurs laitiers canadiens sur les mesures de contrôle à la frontière concernant les quantités de produits laitiers traversant cette dernière dans le respect de nos ententes commerciales?
Réduire
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, encore une fois, je tiens à rassurer mon collègue que nous travaillons en équipe avec les services frontaliers et avec l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Toutes les mesures sont prises pour que l'entente de libre-échange avec les États‑Unis et le Mexique soit respectée.
Réduire
Résultats : 1 - 15 de 204 | Page : 1 de 14

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes