Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 78
Voir le profil de Alain Rayes
Ind. (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2022-10-05 15:18 [p.8152]
Ouvrir
Monsieur le Président, nous avons appris cette semaine qu'il n'y a pas un, mais deux fonds à Hockey Canada pour gérer les cas d'agression sexuelle. Ce sont des fonds qui sont générés à partir des frais d'inscription des jeunes joueurs. Malgré que tous les députés de toutes les formations politiques sont consternés et offusqués, malgré toutes les actions déjà entreprises, les dirigeants et les administrateurs ne semblent pas comprendre.
Est-ce que le premier ministre peut se faire la voix de tous les Canadiens et demander officiellement, ici à la Chambre, à tous les dirigeants et les administrateurs de Hockey Canada de démissionner pour permettre le début d'un changement réel de culture dans cette organisation?
Mr. Speaker, this week we learned that Hockey Canada has not one, but two funds for handling cases of sexual assault. These funds are built from young players' registration fees. Despite the fact that every member from every political party is appalled and offended, and despite all the actions that have already been taken, the directors and executives do not seem to be getting the message.
Can the Prime Minister speak for all Canadians and officially, here in the House, call for all the Hockey Canada directors and executives to step down so that a real culture change can begin at this organization?
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-10-04 14:00 [p.8083]
Ouvrir
Monsieur le Président, il y a 1 000 jours que le Corps des Gardiens de la révolution islamique a abattu le vol PS752 d'Ukrainian International Airlines: 167 passagers et 9 membres d'équipage assassinés; 57 citoyens canadiens assassinés; 138 étudiants et universitaires revenant au Canada pour étudier ou enseigner dans nos universités assassinés.
L'un d'eux était le Dr Mohammad Amin Jebelli. Il était mon ami. Il était l'un de mes étudiants à l'Université de Toronto. Amin était toujours prêt à donner un coup de main. Il était toujours là pour s'assurer qu'aucun étudiant ne soit laissé de côté. Je ne l'oublierai jamais.
Le régime iranien, les meurtriers de Zahra Kazemi, de Mahsa Amini et de tous les passagers du vol PS752, doit comprendre que le passage du temps n'effacera jamais ses crimes ni n'estompera les souvenirs que nous avons de leurs victimes.
Le saint Coran commande un « recours que contre ceux qui se rendent coupables d’injustice envers les gens et qui commettent, sans raison valable, des abus sur terre ». Les Canadiens exigent de leur gouvernement qu'il demande des comptes à ce régime et qu'il déclare enfin organisation terroriste le Corps des Gardiens de la révolution islamique.
Mr. Speaker, it has been 1,000 days since Ukrainian International Airlines flight PS752 was shot down by the Islamic Revolutionary Guard Corps: 167 passengers and nine crew murdered; 57 Canadian citizens murdered; 138 students and academics returning to Canada to attend or teach at our universities murdered.
One was Dr. Mohammad Amin Jebelli. He was my friend. He was a student of mine at the University of Toronto. Amin was always willing to help out. He was always there to ensure no student was left out. I will never forget him.
The Iranian regime, the murderers of Zahra Kazemi, Mahsa Amini and all those on PS752, must be made to understand that the passage of time will never erase its crimes nor fade the memories that we hold of its victims.
The Holy Quran commands “to act against those who oppress people and transgress in the land against all justice.” Canadians demand their government hold that regime accountable and to finally declare the IRGC as a terrorist organization.
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-10-04 19:49 [p.8136]
Ouvrir
Monsieur le Président, en 2021, les libéraux ont promis d'éliminer définitivement les intérêts sur les prêts d'études canadiens. Soyons clairs. À la page 22 du document intitulé « Avançons ensemble », qui présente la plateforme électorale de 2021 du Parti libéral, on indique qu'une fois réélu, le gouvernement libéral va:
Éliminer définitivement les intérêts sur les prêts d’études canadiens et les prêts canadiens aux apprentis pour soutenir les jeunes Canadiens qui choisissent d’investir dans leur éducation postsecondaire. Cela profitera à plus de 1 million d’étudiants emprunteurs et leur fera économiser plus de 3 000 $ sur la durée de leur prêt.
Cette promesse paraît assez simple. Cependant, il semble maintenant que « Avançons ensemble » devrait se lire « À reculons, les étudiants ».
Le 17 février, j'ai demandé à la ministre responsable si le parti réélu tiendrait sa promesse électorale envers les étudiants. Évidemment, l'amnésie s'était installée, même si le gouvernement avait prétendu qu'il veillerait sur les étudiants. En effet, ce n'était encore une fois qu'un leurre et il n'était pas question qu'une fichue promesse électorale crée des obstacles.
Le 17 septembre, un sous-ministre adjoint du ministère de l'Emploi et du Développement social a donné avis dans la Gazette du Canada que le moratoire sur le paiement des intérêts sur les prêts d'études canadiens et les prêts canadiens aux apprentis expirerait le 31 mars 2023. De toute évidence, il doit y avoir une erreur. C'est pourquoi, le 23 septembre, j'ai demandé si les libéraux allaient honorer leur engagement. Encore une fois, la Chambre a eu droit à des faux-fuyants et à des paroles creuses. En cette période où les Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts et où les étudiants doivent s'endetter pour poursuivre leurs études, les promesses brisées et les paroles creuses sont inadmissibles.
La dette moyenne d'un étudiant titulaire d'un baccalauréat est de 23 000 $. J'ai moi-même obtenu mon diplôme avec une dette d'études de 25 000 $. De plus, pour combattre l'inflation galopante qui gruge les salaires des Canadiens, les taux d'intérêt ont presque doublé pour atteindre 4,7 %. Devons-nous comprendre maintenant que le 1er avril 2023, le gouvernement fera aux jeunes Canadiens et à leurs parents une cruelle blague de poisson d'avril, en augmentant les versements pour les prêts étudiants de près de 600 $? Si cela devait se produire, je ne pourrais pas comprendre que le gouvernement fasse marche arrière sur cette promesse électorale, car l'éducation est le meilleur investissement qui soit.
En moyenne, une personne titulaire d'un baccalauréat paiera près de 15 000 dollars par an en impôts, soit près du double de ce que paie une personne titulaire d'un diplôme d'études secondaires. Ce montant est annuel, et pas seulement ponctuel. Il s'agit d'un bénéfice récurrent pour notre pays, non seulement en termes d'impôts qui financent les services sur lesquels les Canadiens comptent, mais aussi en termes de main-d'œuvre qui est plus instruite et plus qualifiée. Les avantages sociétaux et fiscaux sont évidents. Par ailleurs, il s'agit également d'honorer une promesse faite aux étudiants, sans oublier l'intérêt d'investir dans la génération suivante.
En conclusion, le gouvernement peut-il expliquer aux étudiants et aux Canadiens ce qui se passera le 1er avril? Peut-il nous préciser ce qu'il compte faire pour nous tous et nous indiquer à quelle date les taux d'intérêt seront définitivement supprimés pour les prêts canadiens aux étudiants et aux apprentis?
Mr. Speaker, in 2021 the Liberals promised to permanently eliminate interest on federal student loans. Let us be clear. On page 17 of the Liberal Party's 2021 election platform document, entitled “Forward. For Everyone”, it states that a re-elected Liberal government will:
Permanently eliminate the federal interest on Canada Student Loans and Canada Apprentice Loans to support young Canadians who choose to invest in post-secondary education. This will benefit over 1 million student loan borrowers and save an average borrower more than $3,000 over the lifetime of their loan.
This promise seems fairly straightforward. However, it now seems that Forward. For Everyone” should read “Backward. For Students”.
On February 17, I asked the minister responsible whether the re-elected governing party would keep its election campaign promise to students. Of course, amnesia had clearly set in, even though the government claimed to have the backs of Canada's students. Yes, it was roll out the smoke-and-mirrors approach again, and no pesky election promise was going to be allowed to get in the way.
On September 17, an assistant deputy minister at the Department of Employment and Social Development gave notice in the Canada Gazette that the interest moratorium on Canada student loans and Canada apprentice loans would expire on March 31, 2023. Clearly, this must have been a mistake, so one week later, on September 23, I asked whether the Liberals would honour their promise. Again, the House was treated to obfuscation and platitudes. At a time when Canadians are struggling to make ends meet and students are taking on debt to afford an education, broken promises and empty platitudes will not cut it.
The average federal student debt held by someone with a bachelor's degree is $23,000. I myself graduated with $25,000 in student debt. Moreover, to combat rampant inflation eating away at Canadians' paycheques, interest rates have nearly doubled to 4.7%. Are we to understand now that on April 1, 2023, the government will hand young Canadians and their parents a very cruel April fool's joke of a nearly $600 increase to student loan payments? Should that occur, I cannot fathom the backtracking on this campaign promise, because there are few better investments than to invest in education.
On average, someone with a bachelor's degree will pay almost $15,000 a year in annual taxes, nearly double what someone with a high school diploma pays. This is annually, not just one time. It is a recurring benefit to our country, not only in the tax dollars that fund the services that Canadians rely on, but also in a more educated and upskilled workforce. The societal and fiscal benefits are clear. There is also, however, the honouring of a promise to students, along with the business case for investing in our country's next generation.
In conclusion, can the government educate students and Canadians on what will happen on April 1? Can it shed light on the path forward for all by letting us know on what date interest rates will be permanently eliminated from Canada student and apprentice loans?
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-10-04 19:55 [p.8137]
Ouvrir
Monsieur le Président, je ne vois pas ce que le secrétaire parlementaire a du mal à comprendre. Les gens n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Le gouvernement revient-il sur sa promesse, ou est-ce qu'après avoir trop dépensé, il doit maintenant recouvrer le plus d'argent possible aux dépens des étudiants et de leurs parents?
Le secrétaire parlementaire refuse de dire quand les libéraux vont tenir leur promesse d'éliminer de façon permanente l'intérêt sur les prêts d'études fédéraux. Très bien. Je simplifie ma question: le gouvernement va-t-il tenir sa promesse en éliminant l'intérêt sur les prêts d'études fédéraux, oui ou non?
Mr. Speaker, I do not know what the parliamentary secretary is not getting. People are struggling to make ends meet. Is the government backtracking on its promise or is it because the government has overspent and now needs to recoup as much money as possible off the backs of students and parents?
The parliamentary secretary has refused to answer when Liberals will honour their promise to permanently eliminate interest on federal student loans. That is fine. I will make it simpler. Will the government honour its promise and eliminate interest on federal student loans, yes or no?
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-09-28 15:16 [p.7860]
Ouvrir
Monsieur le Président, selon Restaurants Canada, au cours des 12 derniers mois, le nombre de restaurants qui ont fermé leurs portes est 43 % plus élevé que le nombre de nouveaux restaurants. Dans ma circonscription, les propriétaires de restaurants paient jusqu’à trois fois plus pour les denrées alimentaires et les divers articles dont ils ont besoin pour faire rouler leur entreprise. Avant la pandémie, un contenant de 16 litres d’huile végétale coûtait seulement 16 $. Aujourd’hui, son prix s’élève à 53 $.
Alors que les entreprises ont de la difficulté à survivre et que peu de touristes bravent nos aéroports, quelle nouvelle mesure le gouvernement prendra-t-il pour freiner la hausse vertigineuse de l’inflation et des prix des aliments, à part répéter l’annonce de programmes qui doivent — peut-être — voir le jour au cours de la prochaine décennie?
Mr. Speaker, according to Restaurants Canada, over the last 12 months, 43% more restaurants have closed than opened. In my riding, restaurants are paying as much as three times more for food and materials. Prepandemic, vegetable oil was only $16 for 16 litres. Today, it is $53.
With businesses fighting to survive and with few tourists brave enough to visit a Canadian airport, what is the government's latest answer to curbing rampant inflation and soaring food prices, beyond reannouncing programs that may or may not come into existence in this decade?
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-09-27 18:29 [p.7843]
Ouvrir
Madame la Présidente, le 28 avril, j'ai demandé au ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté comment je devais expliquer aux gens de ma circonscription les retards importants dans le traitement des demandes d'immigration et l'interruption des tirages au titre du système Entrée express. Les gens doivent mettre leur vie et leur carrière en veilleuse tandis qu'ils attendent qu'on les fasse sortir du purgatoire qu'est Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.
Quatre mois après ma question, le gouvernement a eu, enfin, suffisamment honte pour agir et s'attaquer à l'arriéré, qui se chiffrait alors à trois millions de demandes. Le 24 août, le ministre a annoncé un plan en 10 points, mais, malheureusement, ce n'était que poudre aux yeux.
Plus d'un mois après l'annonce du plan, penchons-nous sur les chiffres. À la fin du mois de juillet, plus de 50 %, plus de la moitié des demandes dans le système d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada étaient considérées en retard. Plaçons ce pourcentage en contexte: il y a 2,4 millions de demandes dans tout le système du ministère et, pour 1,3 million d'entre elles, on n'a pas respecté les normes de services du ministère. S'agit-il d'un progrès?
Qui plus est, le gouvernement a fixé un objectif de 20 % pour l'arriéré. Ce n'est pas un jeu. Il s'agit de la vie des gens et l'incapacité continue du gouvernement a des conséquences bien réelles sur les travailleurs étrangers hautement qualifiés dont nous avons besoin et qui sont laissés dans l'incertitude. L'incapacité continue du gouvernement fait du tort aux entreprises du pays qui sont aux prises avec une pénurie de main-d'œuvre, et elle a des conséquences sur le plan des finances et des affaires qui nuisent à la prospérité économique du pays.
Si le gouvernement croit mériter des félicitations parce qu'il traite des demandes comme il est censé le faire tout en acceptant un arriéré de 20 %, il se trompe sérieusement. Échouer dans 20 % de la tâche, c'est encore un échec. Plus grave encore, le gouvernement prévoit qu'il n'arrivera même pas à limiter l'arriéré à 20 %.
Selon les prévisions, 25 % des demandes de citoyenneté seront en arriéré d'ici décembre 2022; la cible ne sera donc pas atteinte. Quant aux demandes de résidence temporaire, l'arriéré demeurera à son niveau le plus élevé jusqu'à la fin de l'année, et il sera encore pire pour les demandes de permis de travail. Selon les prévisions, l'arriéré pour ces demandes sera de 60 % d'ici décembre, soit une augmentation de plus de 30 % par rapport au niveau actuel. Le gouvernement manque à son devoir envers les Canadiens et les immigrants. Il a révisé ses objectifs pour donner l'impression de faire des progrès, mais il n'arrive même pas à respecter son nouvel objectif d'échouer à traiter seulement 20 % des demandes.
Dans ce contexte, la secrétaire parlementaire peut-elle donner aux millions de personnes qui attendent une réponse l'espoir que leur demande sera traitée d'ici la fin de leur vie? Il ne faudrait pas oublier non plus le bourbier administratif qui touche les réfugiés afghans et les Ukrainiens. Ils attendent toujours de voir le gouvernement agir promptement afin de faire venir au Canada le nombre de personnes qu'il a promis d'accueillir. En regardant tout cela, il est probable que certains observateurs déconseilleraient fortement au ministre de se mettre au tir à l'arc, puisqu'il est manifestement incapable d'atteindre une cible.
Madam Speaker, on April 28 I asked the Minister of Immigration, Refugees, and Citizenship how I should respond to constituents who are experiencing severe delays in processing immigration applications and the pause on express entry draws. People have had to put their lives and careers on hold as they wait for rescue from IRCC purgatory.
The government, four months after my question, was finally embarrassed enough to take some action to address the then over three million backlog, and the minister announced a 10-point plan on August 24, but sadly it was just more smoke and mirrors.
It has been over a month now since the plan was announced, and let us look at the numbers. As of the end of July, over 50%, over half of applications in IRCC’s inventory were considered backlogged. Let us put that percentage into context: There are 2.4 million total applications in all IRCC inventories, with 1.3 million cases exceeding the IRCC's own service standards. Is this what amounts to progress?
Moreover, the government has set a 20% backlog target. This is no game. The government is dealing with people’s lives and its continued failure has real consequences for the highly skilled foreign workers we need, who are being left in limbo. The government's continued failure is hurting our nation’s businesses as we face a labour shortage, and it has real financial and business implications for our nation’s economic prosperity.
If the government thinks it is worthy of a gold star for doing its job of processing applications while also accepting a 20% backlog, its members are simply delusional. Failing at 20% is still failure. Worst of all, the government is projected to not even meet its own target of failing at 20%.
Citizenship applications are projected to fall shy of the target, with a 25% backlog by December of this year. Temporary resident applications will continue to experience the highest level of backlogs by year end, and work permits, in particular, will face even more severe backlogs. The projected backlog for these applications is listed at 60% by December, which is an over 30% increase from current levels. The government has been failing Canadians and immigrants. It moved the goalposts in the hopes of making it appear like it was making progress, and is even failing to meet its new targets of only failing at 20%.
Given this, can the parliamentary secretary provide the millions who are waiting some glimmer of hope of their applications being processed in their lifetime? Let us not forget either the quagmire of Afghani refugees or indeed the Ukrainians. They have yet to see the government acting in a timely fashion to bring in the numbers that it promised to bring in. Some observers, looking at all of this information, would strongly suggest that the minister not take up archery as a hobby, because it is clear he cannot hit any target.
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-09-27 18:37 [p.7844]
Ouvrir
Madame la Présidente, c’est encore la même rengaine. C’est de la poudre aux yeux. Quand le gouvernement arrêtera-t-il d’utiliser l’excuse de la pandémie? Même s’il a pris toutes les mesures énoncées par la secrétaire parlementaire, il n’en demeure pas moins que 2 583 827 personnes étaient encore sur les listes d’attente à la fin du mois d’août. C’est aux fruits que l’on juge l’arbre. Or, 20 % des fruits sont pourris, pour autant que l’on sache, parce que nous savons qu’il y a d’autres arriérés ailleurs. Le gouvernement ne nous dit pas toute la vérité et il ne fait pas son travail au complet. De toute évidence, nous nous dirigeons vers un arriéré de la taille d’un iceberg, et le ministère est le Titanic qui ne peut l’éviter.
Quand le gouvernement administrera-t-il efficacement le système d’immigration de notre pays au lieu de toujours nous servir la même rengaine avec ses échecs, ses excuses et ses solutions temporaires?
Madam Speaker, here we go again. It is more smoke and mirrors. When is the government going to stop blaming the pandemic? It did all of these actions that the parliamentary secretary mentioned, yet we still have 2,583,827 people in the backlog as of the end of August. The proof is in the pudding and this pudding is 20% bad, or at least that we know of, because we know there are higher backlogs in other streams. We are not getting the full story and the government is not doing a full job. We are clearly headed for a backlog iceberg and the department is the Titanic.
When are we going to see a government capable of conducting an immigration system for this country, instead of a litany of failures, excuses and band-aid solutions?
Réduire
Voir le profil de Alain Rayes
Ind. (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2022-09-26 14:00 [p.7672]
Ouvrir
Madame la Présidente, je désire prendre un instant pour remercier les milliers de personnes de la circonscription de Richmond—Arthabaska, du Québec et de partout au Canada, ainsi que mes collègues de tous les partis, qui m'ont démontré leur soutien depuis deux semaines, à la suite de ma décision de respecter mes valeurs et mes convictions et, par le fait même, de siéger, à partir de maintenant, comme député indépendant.
Nous avons la chance de vivre au Canada, au sein d'une démocratie qui fait l'envie du monde entier. J'invite les leaders des différentes formations à faire preuve de respect, à montrer l'exemple à leurs membres, à leurs partisans et à leur personnel et à dénoncer l'intimidation sous toutes ses formes.
Une opération d'intimidation comme celle que j'ai subie il y a 10 jours par mon ancienne famille politique est inacceptable. Les Canadiens ne veulent pas de ce genre de façon de faire et chaque membre présent à la Chambre a le devoir de débattre de façon passionnée et respectueuse et de ne pas cautionner les discours agressifs, haineux ou menaçants. Nos citoyens ne s'attendent à rien de moins de notre part.
Pour le bien‑être de notre démocratie et pour combattre le cynisme actuel, élevons tous notre discours.
Madam Speaker, I want to take a moment to thank the thousands of people in the riding of Richmond—Arthabaska, those across Quebec and Canada, as well as my colleagues from all parties, who have supported me over the past two weeks following my decision to act in line with my values and convictions and, accordingly, to sit as an independent member of Parliament from now on.
We are fortunate to live in Canada, in a democracy that is the envy of the world. I call on the leaders of the various political parties to show respect, to set an example for their members, supporters and staff, and to denounce bullying in all its forms.
A bullying campaign like the one I was subjected to 10 days ago by my former political party is unacceptable. Canadians do not want to see that kind of behaviour, and every member in the House has a duty to debate passionately but respectfully and to condemn aggressive, hateful or threatening speech. Our constituents expect nothing less from us.
For the sake of our democracy, and to combat the current cynicism, let us all raise the level of debate.
Réduire
Voir le profil de Alain Rayes
Ind. (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2022-09-26 15:10 [p.7686]
Ouvrir
Monsieur le Président, tout le monde connaît la saga des passeports avec des délais qui sont interminables.
Malheureusement, on vit le même problème avec l'assurance-emploi, malgré un taux de chômage au plus bas et moins de demandes. Les fonctionnaires eux-mêmes se disent impuissants et ne voient pas la lumière au bout du tunnel. Pendant ce temps, ce sont nos citoyens qui paient le prix pour un service auquel ils ont absolument droit.
Est-ce la ministre peut nous dire quelles mesures concrètes seront mises en place pour régler ces délais qui sont inacceptables et qui ne font qu'exploser?
Mr. Speaker, everyone knows about the passport saga with its endless delays.
Unfortunately, we are experiencing the same problem with employment insurance, despite the fact that unemployment is at an all-time low and there are fewer applications. Public servants are saying they are powerless and cannot see the light at the end of the tunnel. Meanwhile, our citizens are paying the price for a service they are absolutely entitled to.
Can the minister tell us what concrete measures are going to be put in place to deal with these unacceptable delays, which are only getting worse?
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-09-23 12:06 [p.7625]
Ouvrir
Monsieur le Président, en 2021, les libéraux ont fait campagne en promettant d'éliminer les intérêts sur les prêts dans le cadre du Programme canadien de prêts aux étudiants. Le gouvernement compte maintenant hausser le taux d'intérêt en avril, ce qui veut dire que les étudiants devront en moyenne payer 600 $ de plus en remboursement de prêts étudiants.
Le gouvernement tente-t-il encore de se soustraire à ses engagements envers les Canadiens? Ce n'est pas sans rappeler son incapacité à combattre la flambée de l'inflation, des taux d'intérêt et du coût des aliments.
Mr. Speaker, in 2021, the Liberals campaigned on the promise to eliminate interest on Canada student loans. Today, the government is poised to increase interest rates in April, adding an average of $600 to student loan payments.
Is this just another example of the government's smoke and mirrors and failure to honour its promises to Canadians, just like its inability to combat rampant inflation, high interest rates and soaring food costs?
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-09-15 16:31 [p.7305]
Ouvrir
Monsieur le Président, c'est toujours un privilège de prendre la parole à la Chambre, mais c'est un honneur particulier de le faire pour rendre hommage à Sa défunte Majesté et offrir mes condoléances à la famille royale.
Pour de nombreux Canadiens, moi y compris, Sa défunte Majesté était la seule reine que nous ayons jamais connue, mais elle était plus qu'une souveraine aimée et respectée de tous. Elle représentait la stabilité dans un pays et un monde de plus en plus chaotiques. Elle a épousé un profond sens de l'humilité à une époque d'autoglorification et a vaillamment défendu la démocratie et la primauté du droit à une époque d'autocratie croissante.
Après avoir parlé à des amis et des membres de ma famille, j'ai remarqué que beaucoup de gens étaient surpris par le sentiment de perte personnelle ressenti. Le décès de la reine a eu une incidence profonde, semblable, je pense, au décès d'un grand-père ou d'une grand-mère. Il s'agit d'une perte extrêmement personnelle. En ce qui concerne la perte d'un grand-père ou d'une grand-mère, on sait que cela arrivera un jour, mais on espère que cela ne se produira pas avant longtemps. On ne s'y attend jamais vraiment.
Je ne peux pas ajouter grand-chose qui n'ait pas déjà été dit. J'aimerais toutefois dire ceci à mes collègues: je peux témoigner personnellement que la reine savait comment vous faire sentir comme s'il n'y avait que vous dans une pièce, et ce, même si des centaines de personnes étaient présentes. Elle était très attentive, drôle, gentille, et dotée d'une compassion et d'une grâce infinies.
Je suis particulièrement reconnaissant d'avoir eu la chance de rencontrer notre défunte reine en 2017, quand, à sa demande, j'ai souligné le 150e anniversaire du Canada en me joignant à de jeunes leaders des quatre coins du Commonwealth au Royaume‑Uni. Il s'agissait d'une cérémonie spéciale organisée au palais de Buckingham, au cours de laquelle nous avons reçu des médailles de Sa Majesté. J'ai eu l'immense honneur d'être nommé Jeune Leader de Sa Majesté la reine pour le Canada.
Je me souviens encore comment je me suis senti au palais de Buckingham, avec le décorum et le grand apparat, habité par la peur de me tromper dans le protocole que nous étions tenus de mémoriser pour rencontrer la reine. À titre d'exemple, il ne fallait pas lui tourner le dos, ni lui présenter la main en premier, ni lui adresser la parole, à moins qu'elle ne le fasse d'abord.
J'imagine que certaines personnes qui écoutent se disent qu'elles pourraient certainement faire ces choses assez simples. Je serais d'accord avec elles, jusqu'à ce qu'elles soient sur le point de rencontrer la reine. C'est là que toutes les directives se volatilisent. Cela n'a pas aidé que pendant les séances d'information, les leaders racontaient toutes les fois où ils sont restés figés ou bouche bée. Je me contenterai de dire que j'étais nerveux.
Je portais mon uniforme blanc de la marine au col haut. J'avais pratiqué comment j'allais entrer en marchant au pas, tourner à gauche et saluer. Ensuite, on m'a dit qu'en fait, il fallait oublier tout cela lors de la rencontre avec la reine, et seulement incliner rapidement la tête. Ainsi, me voilà, à vingt ans, un jeune des banlieues de Toronto, effrayé en essayant de me rappeler des exigences protocolaires de base assez simples, alors que mon cerveau criait: « Oh! mon Dieu. Voilà la reine. Sapristi. » Bon, j'ai employé un autre mot, mais je n'ai pas le droit de le répéter en ce lieu. À l'évidence, j'étais nerveux.
Pour essayer de me calmer, j'ai tourné le regard vers la foule. « Balaie rapidement la pièce du regard », me suis-je dit. Il y avait des centaines de personnes dans la salle, donc cela n'a pas vraiment aidé. Cependant, alors que je m'exécutais, j'ai aperçu le prince Harry qui était assis au premier rang, à deux heures par rapport à l'endroit où je me trouvais. Je suppose que Son Altesse Royale a pu sentir ma nervosité, alors il m'a fait un signe de tête de soutien et un clin d'œil comme pour dire: « Hé, tu peux le faire. » Il avait raison.
Je me suis approché de Sa Majesté, je me suis incliné, elle a tendu la main en premier, bien sûr, puis j'ai tendu la mienne. Elle a dit « félicitations » et m'a remis ma médaille. Je me suis dit que c'était probablement la fin de l'histoire, mais elle m'a demandé de lui dire ce que je faisais. Pour replacer les choses dans leur contexte, on nous récompensait pour notre travail dans nos communautés respectives et j'avais été mis en nomination. J'ai eu le privilège de travailler avec des jeunes à risque extraordinaires et des collectivités autochtones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest de l'Ontario, notamment l'incroyable collectivité de la Première Nation des Chippawas de la Thames.
Je lui ai dit que je travaillais avec des jeunes de différentes communautés. Elle a fait « hum », et je me suis dit que cela l'intéressait. Je lui en ai donc dit plus. Elle m'a dit que cela la fascinait et m'a demandé de lui en dire plus, ce que j'ai fait. Nous avons fini par discuter une minute ou deux, ce qui, selon ce qu'on m'a dit, est vraiment très long dans son cas. Comme je l'ai dit plus tôt, elle avait cette extraordinaire capacité à me faire sentir comme si j'étais la seule personne présente dans la salle.
À la fin de la conversation, elle m'a tendu la main, ce qui est censé vouloir dire que la conversation est terminée. Je suppose que certaines personnes sont tellement impressionnées par leur rencontre avec la reine qu'elles ne comprennent peut-être pas le message. On ne peut pas le discerner, que l'on soit sur place — j'étais là et je l'ai vu le faire avec d'autres — ou qu'on la regarde à la télé, mais lorsqu'elle tend la main pour qu'on la prenne, elle nous repousse. C'est comme si elle voulait dire « Mon petit Kevin, c'était bon de discuter avec toi, mais c'est terminé maintenant. » Je dois dire que la poussée était forte pour une femme de 91 ans. Je peux maintenant dire avec plaisir aux gens que j'ai rencontré la reine, qu'elle m'a remis une médaille, puis qu'elle m'a repoussé. Blague à part, je serai à jamais reconnaissant d'avoir pu vivre cela. C'est un souvenir que je vais chérir le reste de ma vie.
En conclusion, j'ai prêté deux fois allégeance à Sa défunte Majesté: une première fois en 2015, lorsque j'ai rejoint la Marine royale canadienne de Sa Majesté, puis une deuxième fois en tant que député. Dans ce serment, nous nous engageons à la servir fidèlement, ainsi que ses héritiers et successeurs. Avec l'accession au trône de Sa Majesté le roi Charles III, tout comme les autres députés de la Chambre, je continuerai de servir mon souverain, que je porte l'uniforme ou non.
Vive le roi.
Mr. Speaker, it is always a privilege to rise in the House, but it is a special honour to do so to pay tribute to Her late Majesty and extend my condolences to the royal family.
For so many Canadians, myself included, Her late Majesty was the only queen we have ever known, but she was more than a widely loved and respected sovereign. She represented stability in a country that grows increasingly chaotic and in a world that grows increasingly chaotic. She espoused a profound sense of humility in an era of self-aggrandizing, and she was a stalwart defender of democracy and the rule of law in an age of rising autocracy.
Speaking to friends and family, I noted that so many were surprised at the sense of personal loss we felt. The impact has been profound, because I think it is like losing a grandparent. It was deeply personal, and when it comes to losing a grandparent, it is something we know will happen one day but hope will be a long time from now. We never really expect it.
There is not much I can say that has not already be shared, but I can tell members from personal experience that there could be hundreds of people in the room, but she would make us feel like the only one there. She was incredibly attentive and as funny as she was kind, compassionate and gracious beyond words.
I am especially grateful that I had the opportunity to meet her during her reign, in 2017, when at Her late Majesty's command, I marked Canada's sesquicentennial by joining young leaders from across the Commonwealth in the U.K. It was at a special ceremony at Buckingham Palace, where we were appointed medallists of Her late Majesty. I had the distinct honour of being named Her Majesty the Queen's Young Leader for Canada.
I still recall being there in Buckingham Palace, with all of the pomp and circumstance, wracked with fear about whether or not I would mess up all of the protocol we were required to remember when we met the Queen, things like ensuring we do not turn our backs to her, that we wait for her to extend her hand first and that she speaks first.
I imagine that some people listening are thinking that, of course, they could do those basic and easy things. I would agree with them, until they are about to meet the Queen. Then it all goes out the window. It did not help that during our briefings, leaders would recount all the times they froze up or were speechless. Suffice it to say, I was nervous.
I was wearing my high-collar navy whites and had practised marching in, left turning and then saluting. Then I was told that, actually, we were to throw all that out the window when meeting the Queen and just do a quick head bow. So here was this kid in his mid-20s out of the suburbs of Toronto scared out of his mind trying to remember all of these basic, straightforward protocol requirements, all while my brain was screaming, “Oh my God. There's the Queen. Holy smokes.” Well, I used another word, but I am not allowed to repeat it in this place. Obviously, I was nervous.
To try to settle my nerves, I looked away at the crowd. “Do a quick scan of the room”, I thought. There were hundreds of people in the room, so that did not exactly help. However, as I was doing it, I spotted Prince Harry, who was at my two o'clock sitting in the front row. I guess His Royal Highness could sense my nervousness, so he gave me a supportive head nod and a wink as if to say “Hey, you've got this.” He was right.
I approached Her Majesty, I bowed, she extended her hand first, of course, and I did so in response. She said, “Congratulations” and handed me my medal. Now, I figured that was probably the end of it, but she asked me to tell her what I do. To put it in context, we were being recognized for the work we did in our communities back home and I was nominated for my work. I had the privilege of working with amazing at-risk youth and indigenous communities in northwestern and southwestern Ontario, including the incredible community of the Chippewas of the Thames First Nation.
I mentioned that I work with youth in different communities. She said, “Huh” and I thought, “She's interested”, so I told her about it. She said it was all very fascinating and asked me to tell her more, so I did. We ended up speaking for about a minute or two, which I am told, in Queen terms, is actually a really long time. As I said earlier, she had an extraordinary ability to make me feel like I was the only person in the room.
At the end of the conversation, she extended her hand. The handshake is meant to bookend the conversation, but I imagine there are some people who are so enamoured with meeting the Queen that they might not get the message. When she comes out to shake someone's hand, we cannot tell when watching in person, because I was there watching her do it to others, or on TV that she actually pushes the person away. It is kind of like, “Okay, Kevin, it was nice talking to you. Off you go now, little one.” I have to say that for a then 91-year-old woman, that was a strong push, and today I have the distinct pleasure of being able to tell people that I met the Queen, she gave me a medal and then she pushed me away. All joking aside, I am forever grateful that I had this opportunity. It is a memory that I will cherish for the rest of my life.
To conclude, twice I have sworn an oath of allegiance to Her late Majesty, first in 2015 when I joined Her Majesty's Royal Canadian Navy and again last year as a member of Parliament. In that oath, we commit to faithfully serving her and her heirs and successors. With the ascension to the throne of His Majesty King Charles III, I, like all members of this House, will continue my service, both in and out of uniform, to our sovereign.
Long live the King.
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-06-23 15:15 [p.7247]
Ouvrir
Monsieur le Président, les coûts du carburant continuent de monter en flèche. L'inflation et le prix des aliments sont à leur plus haut niveau en 40 ans. Alors que les Canadiens sont confrontés à des difficultés sans précédent pour joindre les deux bouts, le gouvernement se contente de réannoncer des programmes. Or, cette poudre aux yeux lancée par le gouvernement ne permettra ni de payer l'hypothèque ou le loyer, ni de nourrir les familles.
Le gouvernement va-t-il supprimer sa honteuse taxe sur l'essence à triple superposition? Le président Biden a demandé un congé de trois mois de la taxe fédérale sur l'essence. Le gouvernement s'en est-il rendu compte? Va-t-il faire quelque chose?
Mr. Speaker, fuel costs continue to soar. Inflation and food prices are at their highest in 40 years. With Canadians facing unprecedented struggles to get by, the government reverts to reannouncements of programs. Government smoke and mirrors will not pay the mortgage or rent, nor will they put food on the table.
Will the government eliminate its disgraceful triple-dipping tax on gas? President Biden has asked for a three-month federal gas tax holiday. Has the government clued in on this? Is it going to do anything?
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-06-23 15:33 [p.7249]
Ouvrir
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre.
Mr. Speaker, I agree to apply the results of the previous vote, and will be voting against.
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-06-23 15:35 [p.7250]
Ouvrir
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai pour.
Mr. Speaker, I agree to apply the results of the previous vote and will be voting in favour.
Réduire
Voir le profil de Kevin Vuong
Ind. (ON)
Voir le profil de Kevin Vuong
2022-06-22 14:06 [p.7131]
Ouvrir
Monsieur le Président, le 1er juillet prochain, les Canadiens célébreront le 155e anniversaire du Canada. En tant que fils de réfugiés, je peux dire que le Canada nous a offert, à moi et à ma famille, non seulement un foyer, mais aussi des possibilités et un avenir.
Même dans les moments difficiles, ce pays s'élève au-dessus de nombreux autres. Nous croyons à la primauté du droit. Nous croyons aux soins de santé gratuits pour tous. Nous croyons à l'aide aux personnes dans le besoin. Nous croyons au droit qu'ont les gens d'être entendus. Il n'y a pas de chars d'assaut dans nos rues. Beaucoup d'autres pays ne profitent pas de ce mode de vie.
Nous avons beaucoup de raisons d’être reconnaissants, mais cela ne s'est pas produit par accident. Il a fallu beaucoup de travail pour bâtir la nation que nous sommes devenus. Nous ne sommes pas parfaits, mais je dirais que nous n'en sommes pas très loin. Nous ferons face aux difficultés. Nous serons respectueux. Nous serons inclusifs dans notre progression commune vers un pays encore meilleur.
Lors de la fête du Canada, qui arrive à grands pas, réaffirmons nos valeurs communes et allons de l'avant. Au nom des gens de ma circonscription, je souhaite à chacun de pouvoir célébrer en toute sécurité et à sa propre manière ce pays magnifique.
Bonne fête, Canada.
Mr. Speaker, on July 1, Canadians will celebrate Canada's 155th birthday. As the son of refugees, I can say that Canada has presented me and my family with not just a home, but also opportunities and a future.
Even in tough times, this country rises above many others. We believe in the rule of law. We believe in free health care for all. We believe in assistance for those in need. We believe in the people's right to be heard. We do not have tanks on the streets. Many other countries do not enjoy this way of life.
We have a lot to be thankful for, but it did not happen by accident. It took a lot of hard work to forge the nation that we are today. We are not perfect, but I would say we are pretty close. We will face our challenges. We will be respectful. We will be inclusive as we move forward together to build an even better country.
This upcoming Canada Day, let us reaffirm our common values and go forward. On behalf of the people of my riding, I hope everyone can stay safe and celebrate this magnificent country in their own unique way.
Happy birthday, Canada.
Réduire
Résultats : 1 - 15 de 78 | Page : 1 de 6

1
2
3
4
5
6
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes