Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 656
Voir le profil de Chris d'Entremont
PCC (NS)
Voir le profil de Chris d'Entremont
2021-12-13 18:30
Ouvrir
Comme il est 18 h 30, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur l'amendement à l'Adresse en réponse au discours du Trône.
Convoquez les députés.
Réduire
Voir le profil de Patrick Weiler
Lib. (BC)
Ama sqit, madame la Présidente. Je partagerai mon temps de parole avec le député de Winnipeg‑Nord.
C'est un grand privilège pour moi de prendre la parole aujourd'hui pour appuyer le discours du Trône historique qui a été prononcé par Son Excellence Mary Simon, première gouverneure générale autochtone du Canada. Au cours des deux dernières années, les Canadiens ont été confrontés à de nouvelles difficultés sans précédent, allant d'une pandémie mondiale à de terribles feux de forêt et des inondations extrêmes, en passant par une pénurie de logements abordables et la découverte tragique de tombes anonymes sur les terrains de pensionnats autochtones. Les deux dernières années ont été une période éprouvante pour les Canadiens de toutes les origines et de partout au pays.
Cependant, malgré ces difficultés, les Canadiens se sont mobilisés, unis par des valeurs et des objectifs communs. Ces valeurs communes sont le fil conducteur de notre identité nationale. Nous avons été amplement témoins des valeurs que sont la compassion, le courage et la détermination lorsque les Canadiens se sont serré les coudes pour surmonter des difficultés sans précédent.
C'est cette résilience et cet engagement à l'égard de ces valeurs qui ont été la source d'inspiration des priorités du gouvernement pour la nouvelle session parlementaire parce que c'est ce pour quoi les Canadiens ont voté. Ils ont donné aux parlementaires le mandat clair de collaborer pour bâtir un avenir fondé sur ces valeurs, ainsi qu'un pays où tout le monde a les mêmes chances de réussir. Ces valeurs nous ont déjà permis de traverser plusieurs des moments les plus sombres de la pandémie et elles formeront la base de nos plans de relance. Les Canadiens ont fait preuve de détermination et de compassion alors qu'ils ont dû faire des sacrifices personnels pour le bien-être de leur famille, de leurs amis et de parfaits étrangers, ainsi que pour le bien public. C'est en grande partie grâce à ces valeurs que les Canadiens se sont protégés mutuellement, et le gouvernement est déterminé à continuer de les promouvoir alors que nous cherchons à mettre enfin la crise de la COVID derrière nous.
Les Canadiens ont voté pour un gouvernement qui reflétera la compassion dont ils ont fait preuve à l'égard d'autrui au cours de cette période difficile. Ils ont choisi un gouvernement qui reconnaît les problèmes qui entraînent des inégalités pour les groupes en quête d'équité et qui est résolu à les résoudre. Le gouvernement a déjà fait adopter l'interdiction des thérapies de conversion nuisibles avec le consentement unanime de la Chambre et il continuera à prendre des mesures décisives pour lutter contre le racisme systémique, le sexisme et la discrimination sous toutes leurs formes parce que tout le monde mérite de se sentir en sécurité et respecté et d'avoir des chances égales de réussir.
Le besoin d'agir ne peut être plus évident que dans le dossier de la réconciliation. Cette année, dans la foulée de la découverte de sépultures anonymes à certains pensionnats autochtones, le deuil a englouti une grande partie de notre pays qui apprenait ainsi l'horrible histoire de ces établissements. Si nous voulons en venir à la réconciliation, nous devrons avoir le courage d'écouter et d'entendre la vérité qui se cache derrière l'histoire du Canada et ses rapports avec les Autochtones. Le gouvernement s'est engagé à aborder cette réalité de front et à faire la lumière sur cette vérité afin que nous puissions progresser ensemble dans un partenariat dans lequel les Autochtones joueront un rôle de premier plan.
Le gouvernement donnera suite aux appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation et nommera un interlocuteur spécial chargé de faire avancer la justice par rapport au legs des pensionnats autochtones. Le gouvernement fera des investissements majeurs dans une stratégie de santé mentale et de mieux-être fondée sur les distinctions et encadrée par les Autochtones, et il veillera à ce que les communautés disposent des ressources et du soutien dont elles ont besoin pour garder les familles unies. Les valeurs qui nous ont permis de traverser la pandémie vont continuer de nous guider dans nos efforts pour bâtir un avenir meilleur et plus équitable, en partenariat avec les Autochtones au Canada.
Pas plus tard que le mois dernier, la firme Nanos a mené un sondage auprès des Canadiens en leur demandant si, à leur avis, le niveau de vie de la prochaine génération sera plus ou moins élevé qu'il ne l'est actuellement. Soixante-trois pour cent des répondants ont dit croire que le niveau de vie sera moins élevé. Voilà pourquoi nous devons aussi avancer avec courage. Il nous faudra du courage pour affronter les plus grands défis de notre époque, des défis comme la réconciliation, le logement, l'abordabilité et, bien entendu, les changements climatiques. Les Canadiens ont choisi d'adopter une position ferme et courageuse afin de bâtir un meilleur avenir, et le discours du Trône indique que le gouvernement a reçu le message et qu'il est déterminé à agir pour s'acquitter de son mandat.
Il est devenu clair que si nous voulons bâtir un avenir plus prospère, il n'y a pas de temps à perdre au chapitre des changements climatiques. La Colombie-Britannique est déjà aux prises avec les conséquences de ces changements. Des vagues de chaleur sans précédent, des incendies et des inondations ont ravagé la province et coûté la vie à des centaines de Britanno-Colombiens cette année seulement. Les conséquences sont graves et ne vont qu'empirer à moins que nous ne prenions les véritables mesures de lutte contre les changements climatiques pour lesquelles les Canadiens ont voté.
Le gouvernement est déterminé à atteindre ses objectifs de plafonnement des émissions provenant des secteurs pétrolier et gazier, tout en accélérant la transition vers un avenir carboneutre. Il veut aussi rendre obligatoire la vente de véhicules zéro émission et investir dans les transports en commun pour que les villes soient plus axées sur les gens, plus abordables et plus durables. Nous veillerons à ce que les villes, les transports en commun et les véhicules zéro émission utilisent l'électricité propre en investissant dans la modernisation de notre réseau électrique pour le rendre entièrement carboneutre d'ici 2035. Surtout, le gouvernement lancera des consultations d'ici la fin du mois au sujet de toutes ces nouvelles mesures.
Le gouvernement sait qu'il doit collaborer avec ses partenaires autochtones s'il veut respecter son engagement ambitieux de protéger 30 % de nos terres et de nos océans d'ici 2030. Le gouvernement a beaucoup à apprendre du leadership et de la collaboration qui ont récemment fait en sorte que la baie Howe, Atl'ka7tsem, ait été désignée réserve de biosphère par l'UNESCO, soit la 19e région canadienne à recevoir cet honneur. Il est crucial de protéger et de préserver notre biodiversité pour assurer la survie des écosystèmes uniques de notre pays et d'éviter l'apparition de nouvelles pandémies.
Réussir à atteindre la carboneutralité et freiner les changements climatiques sont des objectifs de la plus haute importance, mais nous devons aussi nous adapter aux nouvelles réalités de la crise climatique. Voilà pourquoi le gouvernement prépare la toute première stratégie nationale d'adaptation afin que nous puissions être mieux préparés à résister aux conséquences de la crise climatique. Le temps est venu de bâtir des infrastructures et des collectivités plus résilientes qui peuvent affronter des phénomènes météorologiques de plus en plus fréquents comme ceux qui ont touché la Colombie-Britannique l'été dernier.
Tout en nous attaquant à ces défis, nous devrons multiplier les efforts afin que personne ne soit laissé pour compte. Nous devons voir à ce que les Canadiens aient les moyens d'avoir la qualité de vie qui fait du Canada le meilleur pays du monde.
Bien que nous ayons tiré plus de 1 million de Canadiens de la pauvreté grâce à l'Allocation canadienne pour enfants, nous savons que les familles ressentent les effets de l'augmentation du coût de la vie. C'est pourquoi nous avons donc déjà conclu, avec neuf provinces et territoires, des ententes en matière de garde d'enfants qui permettront de réduire les frais de garde de moitié pendant la prochaine année et de créer des centaines de milliers de places en garderie d'un bout à l'autre du pays.
Je sais que cette mesure sera une planche de salut pour les familles de Squamish qui doivent actuellement attendre plusieurs années avant d'avoir une place en garderie pour leur enfant et qui, lorsqu'ils l'obtiennent, doivent souvent la payer plus de 100 $ par jour. Grâce à l'entente que nous avons conclue, 40 000 nouvelles places de garderie seront créées en Colombie-Britannique et nous aurons des garderies à 10 $ par jour d'ici cinq ans. La création d'un système de garderies abordable n'aidera pas seulement les familles à épargner une plus grande partie de leurs revenus durement gagnés: elle donnera aussi un coup de pouce à l'économie, puisque davantage de parents pourront revenir sur le marché du travail et contribuer à régler la pénurie de main-d’œuvre qui sévit actuellement au Canada.
Nous devons aussi nous attaquer à la hausse du prix des logements. Le gouvernement va continuer à tout mettre en œuvre afin qu'on bâtisse davantage de logements de meilleure qualité, et ce, le plus rapidement possible. Les 4 milliards de dollars dont est doté le Fonds pour accélérer la construction de logements permettront aux administrations locales de renforcer leurs capacités de construction, ce qui devrait se traduire par l'ajout de 100 000 nouveaux logements pour les Canadiens de la classe moyenne, en plus de favoriser un meilleur zonage et de mieux intégrer les transports en commun aux projets domiciliaires, afin que ces derniers soient plus durables et plus abordables et qu'ils offrent une meilleure qualité de vie aux gens qui y habitent. Malgré tout, nous sommes conscients que l'entrée sur le marché de l'habitation peut être difficile pour de nombreux Canadiens, alors pour aider les familles et atténuer les obstacles à la propriété, nous allons prendre une série de mesures. Nous allons par exemple bonifier l'Incitatif à l'achat d'une première propriété, nous allons créer une charte pour protéger les droits des acheteurs et nous allons mettre en œuvre un programme de location avec option d'achat.
Tout le monde s'entend pour dire que le moment est venu de nous attaquer aux principaux obstacles qui se dressent sur notre chemin. Nous n'avons pas de temps à perdre si nous voulons que l'avenir soit prospère, inclusif et durable. Les Canadiens ont choisi la manière dont ils veulent que leur pays se reprenne en main après la pandémie. Ils veulent pouvoir croire que l'avenir sera meilleur que le passé. Ils veulent vivre sur une planète dont le climat est sain et l'air est pur. Ils veulent avoir la chance de posséder leur propre chez-soi et d'y élever une famille. Ils veulent que leurs enfants aient une meilleure qualité de vie qu'eux. Cet avenir, nous le souhaitons tous, et il est maintenant temps de rebâtir en mieux, avec toute la compassion, le courage et la détermination dont nous avons fait preuve pendant la pandémie.
?ul nu msh chalap.
Réduire
Voir le profil de Mel Arnold
PCC (BC)
Madame la Présidente, le député a mentionné les ententes sur les services de garde qui sont en train d'être mises en place. J'aimerais qu'il me dise comment ces programmes fonctionneront pour les familles dans les petites localités rurales, comme Grindrod dans ma circonscription, North Okanagan—Shuswap, ou Lumby la région de Scotch Creek, où il n'y a pas de réseau de garderies coordonné par le gouvernement. Qu'en est-il des travailleurs de quart, dont l'emploi n'est pas de 9 à 17 heures? Ils n'auront pas accès aux programmes. Comment le programme dont on fait la promotion va-t-il aider ces gens?
Réduire
Voir le profil de Patrick Weiler
Lib. (BC)
Voilà une question très importante, madame la Présidente. Nous faisons face aux mêmes défis dans ma circonscription, laquelle n'est pas entièrement située dans les limites d'un noyau urbain. La liste d'attente pour accéder aux services de garde est très longue. C'est un gros problème dans les petites localités.
L'entente que nous avons signée avec la Colombie‑Britannique prévoit la création de 40 000 nouvelles places. Il est important que ces places soient accessibles là où on en a le plus besoin. Il importe aussi de permettre une certaine souplesse. Bien entendu, la prestation des services de garde relève des provinces et des territoires, donc une bonne partie des décisions leur reviennent.
Nous pouvons maintenant connaître les détails de l'entente. Elle a été publiée en ligne hier ou avant-hier. Elle couvre divers points concernant la manière dont la Colombie‑Britannique procédera avec le programme et son plan d'action pour l'année suivante.
Réduire
Voir le profil de Andréanne Larouche
BQ (QC)
Voir le profil de Andréanne Larouche
2021-12-10 10:13
Ouvrir
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours.
Il nous a parlé d'environnement et d'aide aux familles. Cependant, depuis quelques jours, nous nous rendons compte que les aînés sont encore une fois aux abonnés absents. On n'en parle pas. On les ignore.
Hier, durant la journée de l'opposition à propos du logement, on a notamment parlé de l'acquisition d'une première propriété. Toutefois, ce dont les aînés ont besoin, c'est d'un meilleur accès à plus de logements sociaux, communautaires et très abordables. Ce dont les aînés ont besoin, c'est d'être aidés dès l'âge de 65 ans. On n'en parle pas. On les ignore complètement.
Certains aînés sont présentement en train de s'appauvrir, parce qu'on coupe leur Supplément de revenu garanti pour des raisons administratives. On n'en parle pas.
J'aimerais entendre les commentaires de mon collègue sur la question des aînés qui auraient besoin d'être aidés. Alors que ces derniers ont été davantage touchés par la pandémie, il n'y a rien pour eux.
Réduire
Voir le profil de Patrick Weiler
Lib. (BC)
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son importante question.
Comme je l'ai dit dans mon discours, alors que nous nous tournons vers l'avenir, nous devons penser à tout le monde, particulièrement aux aînés.
Nous avons mis en place plusieurs programmes, y compris l'Initiative pour la création rapide de logements, qui vise à créer des logements abordables pour les personnes qui en ont le plus besoin, comme les aînés.
Je ne suis pas d'accord avec ma collègue lorsqu'elle dit que notre gouvernement n'a pas été là pour les aînés. Au cours des deux dernières années, nous avons offert de l'argent aux aînés les plus vulnérables et nous continuerons d'être là pour eux, notamment en augmentant la pension de la Sécurité de la vieillesse.
Réduire
Voir le profil de Richard Cannings
NPD (BC)
Madame la Présidente, le député a parlé des changements climatiques. Je sais que le sujet le préoccupe. Le gouvernement, dans son discours du Trône de l'an dernier, a promis un projet de loi assurant une transition juste pour les travailleurs. Toutefois, on n'a pas dit la moindre chose à ce sujet. Rien n'a été fait l'an dernier et le dernier discours du Trône est muet sur la question.
Peut-on expliquer ce manque d'ambition?
Réduire
Voir le profil de Patrick Weiler
Lib. (BC)
Madame la Présidente, nous avons lancé des consultations sur la transition équitable il y a quelques mois. C'est une grande priorité. Cela faisait aussi partie de notre plateforme électorale, et je crois que c'est important.
Comme je l'ai dit, nous ne pouvons pas laisser tomber les gens pendant ces transitions. Nous devons impérativement être là pour les travailleurs qui sont maintenant très préoccupés par ce que l'avenir leur réserve. Cela demeure une priorité pour le gouvernement, et il me tarde de voir les résultats de cette consultation ainsi que les mesures législatives qui seront proposées par la suite.
Réduire
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2021-12-10 10:16
Ouvrir
Madame la Présidente, je suis ravi de prendre la parole au sujet du discours du Trône et, dans une moindre mesure, de l'amendement proposé par le Parti conservateur, car lorsqu'on le lit, on s'aperçoit que les conservateurs font complètement fausse route.
J'aimerais d'abord répondre à certaines questions du parti de l'opposition. En ce qui concerne les questions soulevées par les conservateurs, si on prête attention à ce que le gouvernement a dit dans les derniers mois et dans le cadre du discours du Trône, on se rend compte que le gouvernement est très préoccupé et qu'il agit.
Par exemple, le député conservateur a parlé des services de garde. Pour la première fois au Canada, le gouvernement compte offrir des dizaines de milliers de places en garderie dans toutes les régions du pays. Pour la première fois, un premier ministre et un gouvernement ont reconnu l'importance de l'accès à des services de garde abordables. Nous sommes en train de négocier des ententes avec les provinces et les territoires en vue d'offrir des services de garde à 10 $. Cette mesure aura des retombées directes et indirectes extrêmement positives dans les collectivités urbaines et rurales.
Il suffit de regarder ce qui s'est passé au Québec lorsqu'on y a instauré les garderies à 10 $ par jour. En appliquant à l'échelle nationale une bonne idée mise en place dans une région du pays, nous ouvrirons de nouvelles possibilités pour des milliers de personnes qui auraient été forcées de retarder leur entrée sur le marché du travail ou de subir l'augmentation du coût des services de garde. En conséquence, un plus grand nombre de Canadiens accéderont au marché du travail, et les enfants bénéficieront de services de qualité. Voilà ce qui compte vraiment, et voilà qui répond à la question des conservateurs.
Ensuite, nos amis du Bloc ont parlé des aînés. J'invite les députés d'en face à y réfléchir. Nous sommes arrivés au pouvoir en 2015. Qu'a fait le Parti conservateur pour aider les aînés dans les années précédentes pendant qu'il était au pouvoir? Voyons un peu ce que nous avons fait. Dès le départ, nous avons augmenté considérablement le Supplément de revenu garanti, ce qui a sorti de la pauvreté des dizaines de milliers d'aînés partout au Canada, dont des centaines à Winnipeg-Nord. Nous étions là pour eux avant la pandémie, et quand la pandémie est survenue, nous avons versé des paiements directs non seulement aux aînés les moins bien nantis, mais à tous les aînés. Nous nous sommes aussi engagés à augmenter les prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés de 75 ans et plus. Tout cet argent va directement dans les poches des aînés.
Parlons également de l'aide moins directe que nous fournissons aux aînés, telle que la création du programme Nouveaux Horizons et l'augmentation des fonds affectés aux programmes destinés aux aînés. En outre, tout au long de la pandémie, nous avons soutenu des organismes sans but lucratif des quatre coins du pays qui sont au service des aînés.
L'opposition essaie de faire croire que le gouvernement ne se soucie pas des aînés ou n'en fait pas assez pour eux. C'est pour le moins trompeur. Je n'ai aucun problème à comparer notre bilan à celui de l'ancien gouvernement au chapitre des aînés. Cela ne veut pas dire que nous n'en ferons pas plus. La ministre des Aînés est très présente dans la communauté, et elle consulte les aînés et les intervenants pour déterminer ce que nous pouvons faire de plus aider.
Le NPD a posé des questions au sujet des travailleurs, de la transition de ces derniers et des programmes de soutien à leur intention. Je rappelle à mes collègues néo-démocrates tout ce que nous avons fait pour les travailleurs. Lorsque la pandémie a touché le Canada, le gouvernement et le premier ministre étaient à l'œuvre nuit et jour pour créer des programmes afin de venir en aide aux Canadiens et aux entreprises.
Par exemple, la Prestation canadienne d'urgence a aidé des millions de Canadiens dans toutes les régions du pays. La subvention salariale a soutenu des dizaines de milliers d'entreprises et contribué à sauver autant d'emplois. Il ne faut pas oublier non plus la subvention pour le loyer. Ces programmes se sont avérés vraiment utiles. Ils ont permis de mettre de l'argent dans les poches des Canadiens. Ils ont servi de bouée de sauvetage aux entreprises, que ce soit dans le secteur des arts, dans le secteur privé ou dans le secteur à but non lucratif. Le gouvernement est intervenu de manière tangible.
Le gouvernement reconnaît que la pandémie a encore des répercussions et que nous ne nous sommes pas encore débarrassés de la COVID‑19. La bataille n'est pas terminée. C'est pourquoi nous continuons de promouvoir et d'encourager la vaccination complète. Plus de 86 % des Canadiens sont pleinement vaccinés. Nous avons tous un rôle à jouer pour promouvoir cette mesure.
Il y a une semaine environ, la nouvelle première ministre du Manitoba, Heather Stefanson, a fait clairement savoir à son caucus que si les députés voulaient continuer à siéger à l'Assemblée législative, ils devaient être entièrement vaccinés. L'ancien premier ministre, Brian Mulroney, a donné son avis sur la question. Pour faire partie du caucus conservateur, il faut être entièrement vacciné. Pour que le Canada puisse continuer à bien se porter, surtout par rapport à d'autres pays, nous devons saluer les millions de Canadiens qui se sont mobilisés et ont reconnu l'importance d'être entièrement vaccinés. Leurs efforts font une différence très concrète aujourd'hui.
Le nombre d'emplois retrouvés aujourd'hui est supérieur à celui de la période antérieure à la pandémie. Nous nous en sortons exceptionnellement bien au chapitre des emplois, car ceux-ci sont nombreux. Nous continuons de faire tout notre possible pour développer l'économie. Nous poursuivons notre travail avec les provinces afin d'établir une bonne coopération avec elles pour repérer les industries et les emplois, et utiliser les programmes de recyclage professionnel. Le gouvernement a littéralement investi des centaines de millions de dollars pour former les gens en fonction des emplois qui seront accessibles aux Canadiens.
Le ministre de l’Immigration ne ménage aucun effort pour travailler avec les provinces afin d'anticiper les besoins des industries lorsque c'est possible. Tout ce que nous faisons doit tenir compte de l'objectif d'assurer la sécurité des Canadiens. Pour cette raison, les personnes qui voyagent au Canada doivent être entièrement vaccinées ou être mises en quarantaine. Ces initiatives et décisions politiques sont fondées sur le fait que la diligence est toujours de mise. La COVID‑19 n'a pas encore disparu.
Comme le souligne le discours du Trône, la bataille n'est pas encore terminée. Nous ne devrions pas baisser la garde. C'est pourquoi nous avons adopté le projet de loi C‑3. J'ai trouvé fort encourageant de voir tous les députés voter en faveur du renvoi du projet de loi C‑3 au comité. C'est ce que les Canadiens veulent. Ils veulent que nous travaillions ensemble. Le mandat qui nous a été confié est très clair: le plan des libéraux était le meilleur, et nous devons tous travailler ensemble. C'est pourquoi nous sommes dans un contexte de gouvernement minoritaire.
Je vois que mon temps de parole est écoulé, mais j'ai bon espoir qu'on me posera une ou deux questions.
Réduire
Voir le profil de Maxime Blanchette-Joncas
BQ (QC)
Madame la Présidente, c’est toujours un plaisir d’entendre les discours frivoles de mon collègue de Winnipeg-Nord. Il a souligné le fait que le Québec avait pris une bonne décision en 1997 avec l’instauration de son propre réseau de garderies. Cela fait 24 ans. Si ce dossier est si important pour le Parti libéral, pourquoi n’a-t-il pas agi avant? Les libéraux ont été au pouvoir durant 13 ans, durant lesquels leur gouvernement était majoritaire. Pourtant, ils n’ont pas eu l'idée d’instaurer un programme de garderies, ni même d'en proposer un. Pourquoi ne le font-ils qu'aujourd’hui, si cela était si important?
Aujourd’hui, je veux par ailleurs souligner un triste anniversaire: cela fait un an que le premier ministre a convoqué l’ensemble des premiers ministres du Canada, y compris celui du Québec, pour parler des transferts en santé. Un total de 81 % des Québécois demandant une hausse de ces transferts, le premier ministre s’est engagé à les augmenter. Pourtant, un an plus tard, il n’y a toujours rien. Combien de sondages, combien de demandes les premiers ministres du Canada, y compris celui du Québec, devront-ils faire pour que ce gouvernement s’engage enfin à augmenter les transferts en santé?
Réduire
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2021-12-10 10:27
Ouvrir
Madame la Présidente, j'aimerais donner une réponse complète à cette question, mais j'aurais alors besoin d'au moins 20 minutes.
Le gouvernement de Paul Martin avait une entente sur les garderies, mais une coalition composée du Bloc et du NPD a fait tomber ce gouvernement minoritaire et a stoppé net le processus. Cependant, le premier ministre actuel, le gouvernement en place et les députés libéraux de ce caucus ont défendu l'idée, puis l'ont ensuite intégrée dans la plateforme électorale. Nous avons maintenant donné suite à cet engagement. Aujourd'hui, une majorité de provinces ont conclu une entente à ce sujet, et nous avançons vers l'établissement d'un programme national de garderies.
Les Canadiens se soucient aussi de la santé mentale et du rôle de premier plan que le gouvernement fédéral doit jouer dans le domaine de la santé. Nous sommes prêts à jouer ce rôle.
Réduire
Voir le profil de Cathay Wagantall
PCC (SK)
Madame la Présidente, je veux poser une question sur le programme universel de garde d'enfants proposé. Cardus a mené une étude importante à ce sujet, et j'aimerais savoir ce que le député en pense.
Le gouvernement choisit de dépenser de l'argent pour créer des places en garderie à l'échelle nationale au lieu de renforcer l'écosystème complet de services de garde que les familles canadiennes utilisent actuellement et que beaucoup préfèrent parce que ces services répondent mieux à leurs besoins et sont offerts à l'échelle du pays, sans égard à la densité de population.
En outre, cet écosystème permet de traiter toutes les familles de la même façon, peu importe leurs besoins financiers. Cela me préoccupe parce que ce sont les parents seuls et à faible revenu qui ont besoin d'aide financière, mais, très souvent, elle est plutôt versée directement à ceux n'en ayant pas besoin, et on ne leur fournit pas les places en garderie nécessaires.
Pourquoi le gouvernement adopte-t-il une telle approche au lieu d'accorder la priorité aux gens ayant vraiment besoin d'aide? Si les paiements étaient alloués en tenant compte des moyens financiers, par exemple dans le cadre de l'Allocation canadienne pour enfants, les personnes aux revenus les plus faibles...
Réduire
Voir le profil de Carol Hughes
NPD (ON)
Le secrétaire parlementaire a la parole.
Réduire
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2021-12-10 10:30
Ouvrir
Madame la Présidente, l'intervention de la députée confirme le fait que le Parti conservateur du Canada n'a absolument rien compris. Ce n'est pas le cas de la vaste majorité des Canadiens: ils veulent des services de garde abordables, et c'est ce qu'ils vont obtenir parce que le gouvernement reconnaît la valeur directe et indirecte que cela a pour toutes les régions rurales et urbaines. Le Canada sera avantagé par ce programme national de garderies. Nous aurons des garderies abordables, ce qui accroîtra la participation au marché du travail.
Les avantages dépassent de loin les inconvénients auxquels les conservateurs continuent de faire allusion. J'aimerais qu'ils se rangent de notre côté et qu'ils appuient notre plan en matière de garde d'enfants. Heureusement pour les Canadiens, nous n'avons pas besoin de l'appui des conservateurs parce que la majorité des politiciens progressistes reconnaissent...
Réduire
Résultats : 1 - 15 de 656 | Page : 1 de 44

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes