Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 60 de 60
Voir le profil de Erin O'Toole
PCC (ON)
Voir le profil de Erin O'Toole
2021-06-22 14:20 [p.8973]
Ouvrir
Monsieur le Président, le premier ministre ne travaille fort que pour répondre aux besoins de ses amis. Hier, nous avons appris qu'il avait forcé presque tous les députés libéraux à verser des fonds publics à son ami de toujours, Tom Pitfield. M. Pitfield est non seulement le copain du premier ministre, mais il est aussi marié à l'ancienne présidente du Parti libéral. Décidément, c'est payant d'être un proche du Parti libéral à Ottawa ces jours‑ci.
Nous savons qu'au moins 149 contrats ont été attribués à M. Pitfield. Le premier ministre peut-il assurer à la Chambre que son ami n'a reçu aucun autre contrat gouvernemental?
Mr. Speaker, the only hard work the Prime Minister has been delivering on is for his friends. Yesterday, we learned the Prime Minister forced almost all Liberal MPs to give taxpayer dollars to his lifetime friend Tom Pitfield. Mr. Pitfield is not just the Prime Minister's buddy; he is also married to the former Liberal Party president. It certainly pays to be a Liberal insider in Ottawa these days.
We know of at least 149 contracts given to Mr. Pitfield. Can the Prime Minister assure the House that no more government contracts went to him?
Réduire
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2021-06-22 14:21 [p.8973]
Ouvrir
Monsieur le Président, comme tous les députés le savent, il est essentiel que les députés se tiennent au courant des préoccupations de leurs concitoyens, des dossiers que ceux‑ci portent à leur attention et des problèmes qui doivent être réglés. C'est ce que font tous les politiciens, tous les députés.
Nous avons un système de gestion des données qui est entièrement séparé du fonctionnement des partis politiques. C'est quelque chose qui demeure important, et nous avons suivi toutes les règles et tous les principes qui assurent la séparation entre la politique et le travail de circonscription.
Mr. Speaker, as all members in the House know, it is critical for members of Parliament to keep track of their constituents' concerns, the matters they bring to their attention and the issues that need to be addressed. All politicians do that. All members of Parliament do that.
We have a data management system that is entirely separate from the functioning of political parties. That is something that continues to matter, and we have followed all the rules and principles that guide the separation of politics from the work for constituents.
Réduire
Voir le profil de Erin O'Toole
PCC (ON)
Voir le profil de Erin O'Toole
2021-06-22 14:21 [p.8973]
Ouvrir
Monsieur le Président, la seule chose dont le premier ministre se préoccupe, c’est de savoir comment vont ses amis et ses protégés, de SNC-Lavalin à UNIS en passant par M. Pitfield.
Ce dernier est l’ami de toujours du premier ministre. Il était présent à ses noces. Ils ont même voyagé ensemble sur l’île d’un milliardaire.
Les Canadiens ne peuvent pas tolérer plus longtemps ces délits d’initiés et cette corruption. Le premier ministre peut-il garantir à la Chambre qu’il n’a jamais approuvé personnellement un contrat avec Tom Pitfield ou Data Sciences?
Mr. Speaker, the only thing the Prime Minister keeps track of is how his friends and insiders are doing, from SNC-Lavalin to WE to Mr. Pitfield.
Mr. Pitfield is the Prime Minister's lifetime friend. He stood in the Prime Minister's wedding party. They even took an illegal trip to a billionaire's island together.
Canadians cannot afford more of this insider dealing and corruption. Can the Prime Minister assure the House that he never personally approved a contract with Tom Pitfield or Data Sciences?
Réduire
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2021-06-22 14:22 [p.8973]
Ouvrir
Monsieur le Président, pendant cette pandémie, nous avons cherché avant tout à soutenir les Canadiens qui avaient besoin d’aide, et c’est exactement ce que nous avons fait. Des millions de Canadiens ont reçu de l'aide, que cela soit grâce à la Prestation canadienne d’urgence ou à la prolongation des prestations d’assurance-emploi, ou encore à la subvention salariale pour les petites entreprises. Notre objectif a été d’aider les Canadiens à traverser cette pandémie et c’est exactement ce que nous avons fait.
Alors que les conservateurs n’ont rien d’autre à faire que de tirer dans tous les sens en espérant toucher quelque chose, nous allons rester concentrés sur les Canadiens. Ils peuvent bien se concentrer sur moi; personnellement, je vais consacrer mon temps aux gens qui ont besoin d’aide dans ce pays.
Mr. Speaker, throughout this pandemic, we have been focused on supporting Canadians who need help, and that is exactly what we have done. Whether it was the millions of Canadians helped by the Canada emergency response benefit or the expanded EI, or whether it was the workers in small businesses we have been able to support with the wage subsidy, our focus through this pandemic has been on being there for Canadians, and that is exactly what we have done.
While Conservatives have nothing to do but try to sling mud and see what sticks, we are going to stay focused on Canadians. Let them focus on me. I will focus on people who really need the help right across the country.
Réduire
Voir le profil de Erin O'Toole
PCC (ON)
Voir le profil de Erin O'Toole
2021-06-22 14:22 [p.8973]
Ouvrir
Monsieur le Président, nous verrons bien ce qui en ressort.
Au cours de cette pandémie, le premier ministre a passé un contrat avec son bon ami, M. Pitfield. Le Cabinet a aussi veillé à ce que 148 autres députés versent des fonds publics à cet ami de longue date du premier ministre. En pleine pandémie, M. Pitfield s’occupe de tenir la liste partisane des libéraux. Au Canada du gouvernement libéral, il faut être inscrit sur la liste libérale pour être juge.
Le premier ministre présentera-t-il ses excuses aujourd’hui pour avoir fait passer les intérêts de ses amis avant ceux des Canadiens?
Mr. Speaker, we will see if this sticks.
There is a contract from the Prime Minister, in this pandemic, to his good friend Mr. Pitfield. His office also ensured that 148 other members of Parliament gave taxpayer money to the Prime Minister's lifetime friend. In the midst of a pandemic, Mr. Pitfield runs a Liberal list. People need to be on a Liberal list to be a judge in the Liberal government's Canada.
Will the Prime Minister apologize today for putting the interests of his friends ahead of the interests of Canadians?
Réduire
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2021-06-22 14:23 [p.8973]
Ouvrir
Monsieur le Président, les conservateurs montrent encore une fois qu’ils ne laisseront jamais les faits gâcher une bonne attaque politique, malheureusement. Les Canadiens méritent mieux que cela. Heureusement, nous avons un gouvernement entièrement voué à faire mieux.
Pour aider les Canadiens et répondre aux besoins des électeurs, les députés de tous les partis utilisent des systèmes de gestion de bases de données. Je peux garantir aux députés que nous respectons toutes les règles en gardant ces bases de données distinctes et, bien sûr, en veillant à ce que les ressources de la Chambre soient utilisées pour les affaires de la circonscription et non à des fins politiques. Les autres partis ne peuvent en dire autant.
Mr. Speaker, once again, the Conservatives will never let the facts get in the way of a good political attack, unfortunately. Canadians deserve better than that. Fortunately, we have a government that is entirely focused on that.
In terms of managing the needs of our constituents, MPs across all different parties use database management systems to support Canadians. I can assure members that we are following all the rules in keeping those databases separate and, indeed, ensuring that House resources are used for constituency business and not political purposes. The other parties cannot say that the same way.
Réduire
Voir le profil de Michael Barrett
PCC (ON)
Monsieur le Président, les Canadiens en sont venus à s'attendre à des constantes de la part du gouvernement libéral: des scandales à répétition, des manquements à l'éthique à succession et, toujours, des traitements privilégiés pour les proches du Parti libéral.
Nous avons maintenant appris que des députés libéraux versent des fonds publics à Tom Pitfield, un ami proche du premier ministre, mais pour quelle raison? Les libéraux ne le savent même pas. Cette situation correspond parfaitement au modus operandi des libéraux.
Qui a coordonné ce stratagème permettant aux députés libéraux d'émettre des chèques à l'ami du premier ministre?
Mr. Speaker, Canadians have come to expect the same thing from the Liberal government: constant scandals and ethical breaches and that Liberal insiders will always get the inside track.
Now it has come out that Liberal MPs are funnelling taxpayer dollars to the Prime Minister's close friend Tom Pitfield, and for what? The Liberals do not even know. This could not fit the Liberal MO any better.
Who coordinated this scheme for Liberal MPs to cut cheques to the Prime Minister's buddy?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-22 14:30 [p.8975]
Ouvrir
Monsieur le Président, est-ce le même député qui a tenté de proroger le Parlement il y a quelques semaines? Il fait partie d'un groupe qui a refusé de travailler de plus longues heures pour aider les Canadiens. Les conservateurs ont fait obstruction au travail important que nous accomplissons pour les Canadiens, et maintenant, que font-ils? Ils tentent seulement de changer de sujet. Ils devraient cesser de perdre du temps et nous aider à améliorer le sort des Canadiens.
Mr. Speaker, is that the same guy who tried to shut down Parliament a couple of weeks ago? He is part of a group that refused to work longer hours to help Canadians. They filibustered important work we are doing for Canadians, and what are they doing now? They are just trying to change the channel. They should stop wasting time and help us help Canadians.
Réduire
Voir le profil de Michael Barrett
PCC (ON)
Madame la Présidente, je suis heureux d'être tenu en si haute estime par le leader du gouvernement à la Chambre, qui préfère en effet parler de moi plutôt que du fait que ses collègues et lui détournent des fonds publics pour soutenir les services administratifs et les activités secrètes du Parti libéral, et ce, après avoir fermé le Parlement pendant la pandémie, en avoir soutenu la prorogation par la suite, puis avoir fait de l'obstruction dans la quasi-totalité des comités. Comme nous l'avons déjà constaté, quand le gouvernement s'apprête à se livrer à une autre combine, les personnes les plus proches du premier ministre sont dans le coup.
Le premier ministre dira-t-il aux Canadiens qui a donné l'ordre aux députés libéraux de détourner des fonds publics au profit d'un de ses amis?
Mr. Speaker, I am glad the government House leader holds me in such high esteem that after he shut down Parliament during a pandemic and his members supported the prorogation and filibustered across all kinds of committees, he wants to talk about me instead of talking about the fact that he and his colleagues are funnelling taxpayer dollars to support Liberal Party back office and black ops. As we have seen before, whenever there is a racket to be run in the government, we can be sure that those closest to the Prime Minister are involved.
Will the Prime Minister tell Canadians who gave the order for Liberal MPs to funnel taxpayer money to the PM's pal?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-22 14:31 [p.8975]
Ouvrir
Monsieur le Président, nous y revoilà: des attaques personnelles contre des personnes très respectées. C'est toujours la même chose. Pourquoi? Parce qu'ils veulent cacher leur échec. Ils refusent de travailler. Il y a quelques semaines à peine, à 10 heures, quand tout le monde se présente au travail, les conservateurs ont décidé qu'ils en avaient assez de travailler et qu'ils devaient rentrer chez eux. Ils refusent de prolonger les heures de travail et d'adopter des mesures législatives importantes, et ils font de l'obstruction. S'ils ne veulent pas se rendre utiles, ils devraient simplement nous laisser faire notre travail et aider les Canadiens.
Mr. Speaker, there they go again: personal attacks on well-respected individuals. They keep doing that. Why? They want to hide their failure. They refuse to work. We remember a couple of weeks ago when it was 10 a.m., when people go to work, and the Conservatives decided they had worked enough and should go home. They refuse to work longer hours to adopt important legislation and they filibuster. If they do not want to help, they should get out of the way and let us help Canadians.
Réduire
Voir le profil de Candice Bergen
PCC (MB)
Voir le profil de Candice Bergen
2021-06-21 14:20 [p.8845]
Ouvrir
Monsieur le Président, on apprenait aujourd'hui que 149 députés libéraux se servent de fonds publics pour payer les services de Tom Pitfield, un bon ami du premier ministre dont le travail est de faire élire des libéraux. M. Pitfield n'est pas que l'ami du premier ministre, sa femme était présidente du Parti libéral et ils accompagnaient le premier ministre lors de son infâme voyage sur l'île d'un milliardaire. C'est une journée comme les autres sous le règne des libéraux corrompus.
Qui a dit aux députés libéraux qu'ils pouvaient se servir de fonds publics pour se payer les services d'un ami du premier ministre pendant la campagne électorale?
Mr. Speaker, today we learned that 149 Liberal MPs have been using taxpayer dollars to pay the Prime Minister's good buddy, Tom Pitfield, to help Liberals get elected. Mr. Pitfield is not just the Prime Minister's friend, but his wife was the president of the Liberal Party, and they both were with the Prime Minister on that infamous billionaire island trip. It is just a typical day in the life of the corrupt Liberals.
Who instructed Liberal MPs to use their taxpayer-funded budgets to pay the Prime Minister's friend to do political campaign work?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-21 14:20 [p.8845]
Ouvrir
Monsieur le Président, le travail qu'accomplissent les députés dans leur circonscription a une grande valeur pour le gouvernement. Ce travail est important et les Canadiens doivent avoir l'assurance que les députés sont là pour les défendre. Ils doivent également avoir l'assurance que les députés ont la capacité de rester au fait de tous les dossiers qui leur sont présentés.
La technologie dont il est question est utilisée par les députés de notre parti pour les aider à gérer la charge de travail dans leur circonscription. Ce système permet aux députés de servir adéquatement les Canadiens.
Mr. Speaker, our government believes strongly in the work that all members do for their constituents. It is very important work, and Canadians need to know their MPs are advocating for them. They also need to know that MPs have the ability to keep up with all the files of the people they represent.
The technology that has been raised here today is used by our MPs to help manage their constituency casework. Canadians are being served well by their MPs through this system.
Réduire
Voir le profil de Candice Bergen
PCC (MB)
Voir le profil de Candice Bergen
2021-06-21 14:21 [p.8845]
Ouvrir
Monsieur le Président, les amis des libéraux sont certainement bien servis: 200 000 $ pour les frais de déménagement de Katie Telford et de Gerald Butts, un demi-milliard de dollars pour les amis du premier ministre au sein de l'organisme UNIS et, maintenant, des dizaines de milliers de dollars, puisés à même les poches des contribuables, pour un autre copain du premier ministre.
C'est très payant d'être l'ami d'un premier ministre corrompu, mais les Canadiens ne peuvent pas tolérer d'autres comportements contraires à l'éthique. Je répète ma question: quel membre de l'appareil gouvernemental a dit à 149 députés libéraux de donner des fonds publics à Tom Pitfield, un ami et collègue du premier ministre?
Mr. Speaker, well, Liberal friends are certainly being served well: $200,000 for Katie Telford and Gerald Butts's moving expenses, half a billion dollars for the Prime Minister's friends at the WE Charity and now tens of thousands of taxpayer dollars for another one of the Prime Minister's buddies.
It pays very well to be a friend of the corrupt Prime Minister, but Canadians cannot afford more of this unethical behaviour. Again, who in the government told 149 Liberal MPs to give taxpayer money to Tom Pitfield, the Prime Minister's friend and colleague?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-21 14:21 [p.8845]
Ouvrir
Monsieur le Président, ce que les Canadiens ne peuvent plus tolérer, c'est cette obstruction de la part des conservateurs. Nous sommes saisis de projets de loi très importants qui doivent faire l'objet d'un vote, mais les conservateurs essaient de fermer le Parlement. Ils font de l'obstruction systématique. Ils n'ont pas voulu prolonger les heures de séance afin que nous puissions faire notre travail. Nous sommes ici, prêts à travailler pour tous les Canadiens. Les conservateurs devraient cesser de jouer leurs petits jeux et nous aider à soutenir les Canadiens.
Mr. Speaker, what Canadians cannot afford anymore is this blockage from the Conservatives. We have very important bills ahead of us in Parliament that need to be voted on, and the Conservatives are trying to shut down Parliament. They have been filibustering. They did not want to add additional hours so that we can work. We are here ready to work for all Canadians. The Conservatives should stop playing their games and support us to support Canadians.
Réduire
Voir le profil de Michael Barrett
PCC (ON)
Monsieur le Président, quand on a demandé au député libéral de Scarborough—Guildwood pourquoi 97 % des bureaux de députés libéraux payaient Tom Pitfield, l'ami d'enfance du premier ministre et son compagnon de vacances sur l'île d'un milliardaire, il a répondu ceci: « Je n'en ai pas la moindre idée. Je ne peux pas l'expliquer. Si je me souviens bien, nous faisons un chèque une fois l'an, et on nous a toujours expliqué que c'était conforme aux lignes directrices en matière d'éthique; alors, nous obtempérons tous, et cela se perd dans le néant. » Aïe aïe aïe.
Qui, au gouvernement, a dit à ces députés libéraux de signer un chèque qui jette l'argent des contribuables dans le néant?
Mr. Speaker, when asked why 97% of Liberal MP offices were paying Tom Pitfield, the childhood friend of the Prime Minister and fellow vacationer to billionaire island, the Liberal member for Scarborough—Guildwood said, “I haven't got a clue. I can't explain it. I vaguely recall once a year we write a cheque and it's always been explained that it is within the ethical guidelines, so we all kind of sign up for it and it goes into some oblivion.” Yikes.
Who in the government told these Liberal MPs to sign taxpayer dollars into oblivion?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-21 14:31 [p.8847]
Ouvrir
Comme je l'ai expliqué tout à l'heure, monsieur le Président, le travail qu'accomplissent les députés dans leur circonscription a une grande valeur pour le gouvernement. Ce travail est extrêmement important, et les Canadiens doivent avoir l'assurance que les députés sont là pour les défendre. Ils doivent également avoir l'assurance que les députés ont la capacité de rester au fait de tous les dossiers qui leur sont présentés.
La technologie dont il est question est utilisée par les députés de notre parti pour les aider à gérer la charge de travail dans leur circonscription. Ce système permet aux députés de servir adéquatement les Canadiens.
Mr. Speaker, as I explained earlier, our government believes strongly in the work that all members do for their constituents. It is extremely important work, and Canadians need to know that their MPs are advocating for them. They also need to know that MPs have the ability to keep up with all the files of the people they represent.
The technology we are discussing here is used for MPs to help manage their constituency casework. Canadians are being served well by their MPs through the system.
Réduire
Voir le profil de Michael Barrett
PCC (ON)
Monsieur le Président, le leader du gouvernement à la Chambre a dit que ce n'est pas grave. J'imagine que nous devons nous fier à sa parole, tout comme les députés libéraux devraient croire le premier ministre et son cabinet quand ils disent qu'aucune entorse n'a été faite à l'éthique — alors qu'ils ont été reconnus coupables de multiples manquements à l'éthique.
Tom Pitfield est un bon ami du premier ministre. Voici encore une histoire d'un proche des libéraux qui fait de l'argent sur le dos des vaillants Canadiens.
Quelle est la personne au sein du gouvernement qui a dit à ces députés libéraux de remettre un chèque à Tom Pitfield, le bon ami du premier ministre?
Mr. Speaker, the government House leader said that it is no big deal, so I guess we better take his word for it, just as those Liberal MPs should take the word of the Prime Minister and this cabinet, who have been found guilty of multiple ethical law breaches, that there are no ethical misdeeds happening here.
Tom Pitfield is a close friend of the Prime Minister. This is another Liberal insider getting ahead on the backs of hard-working Canadians.
Who in the government told these Liberal MPs to cut a cheque to the Prime Minister's friend Tom Pitfield?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-21 14:32 [p.8848]
Ouvrir
Monsieur le Président, c'est un peu fort d'entendre ces commentaires de la part de ce parti, qui a essayé de fermer le Parlement il n'y a pas si longtemps. Les conservateurs tentent de changer de sujet, mais nous nous efforçons présentement de travailler pour les Canadiens. Nous essayons de faire adopter des projets de loi excessivement importants, notamment le projet de loi d'exécution du budget parce qu'il comprend des éléments absolument essentiels pour les Canadiens.
Que font les conservateurs? Ils font de l'obstruction et utilisent des tactiques dilatoires pour faire perdre du temps à la Chambre. Il est temps qu'ils cessent leurs petits jeux et qu'ils appuient les efforts déployés pour le bien de tous les Canadiens.
Mr. Speaker, that is a bit rich coming from that member, who tried to shut down Parliament not too long ago. The Conservatives have tried to change channels here, but what is happening at the moment is that we are trying to work for Canadians. We are trying to adopt bills that are extremely important, including the budget, which has elements that are extremely important to Canadians.
What are the Conservatives doing? They are blocking, filibustering and wasting the time of the House. It is time for them to stop their games and support this work for all Canadians.
Réduire
Voir le profil de Michael Barrett
PCC (ON)
Monsieur le Président, ce qui est incroyable, c'est d'entendre le leader du gouvernement à la Chambre, qui siège du côté du gouvernement le plus corrompu de l'histoire de ce pays, parler de suspensions des activités. Les libéraux ont prorogé le Parlement pendant une pandémie; ils ont fait de l'obstruction systématique pendant des dizaines d'heures dans de nombreux comités et ont si mal géré le programme de la Chambre qu'ils se retrouvent incapables de faire adopter ce qu'ils considèrent comme une mesure législative clé avant la fin de la session parlementaire. Il devrait avoir honte de cela, tout comme il devrait avoir honte de la façon dont les libéraux détournent l'argent des contribuables pour subventionner leurs activités politiques.
Le ministre libéral doit nous dire s'il était complice. Est-ce lui qui a donné l'ordre à 97 % du caucus libéral de détourner l'argent des contribuables ?
Mr. Speaker, what is rich is hearing the government House leader, who sits on the side of the most corrupt government in this country's history, talk about shutdowns. The Liberals prorogued the House during a pandemic, filibustered dozens of hours across multiple committees and mismanaged the House agenda so badly that they find themselves unable to get what they deem to be key legislation passed at the end of the parliamentary session. He should be ashamed of this, just as he should be ashamed of how the Liberals are misappropriating taxpayer dollars to subsidize Liberal political operations.
The Liberal minister needs to tell us whether he was complicit. Was he the one who gave the order for 97% of the Liberal caucus to misappropriate taxpayer dollars?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-21 14:33 [p.8848]
Ouvrir
Monsieur le Président, le député devrait avoir honte. Il est intervenu, il y a quelques semaines, un jeudi matin, vers 10 heures, quand les gens vont au travail, et a dit que les conservateurs avaient assez travaillé et qu'ils allaient rentrer chez eux. Il n'en est pas question. Nous sommes ici pour travailler pour les Canadiens.
Si les conservateurs veulent parler prorogation, on va parler prorogation. Ce sont eux les champions toutes catégories confondues de la prorogation, et eux n'avaient aucune raison de proroger. Ils devraient cesser de bloquer les travaux de la Chambre et travailler avec nous dans l'intérêt de tous les Canadiens.
Mr. Speaker, the member should be ashamed. He got up a couple of weeks ago on a Thursday morning around 10 a.m., when people go to work, and said the Conservatives had worked enough and they were going to stop and go back home. There is no way. We are here to work for Canadians.
The Conservatives want to talk about proroguing. They are the international champions of proroguing, and they had no reason in their case. They should stop blocking us and should work with us for the benefit of all Canadians.
Réduire
Voir le profil de Luc Berthold
PCC (QC)
Voir le profil de Luc Berthold
2021-06-21 14:34 [p.8848]
Ouvrir
Monsieur le Président, il est manifeste qu’il est payant d’être un membre du cercle des petits amis du premier ministre libéral. Mes collègues connaissent-ils Tom Pitfield, un ami de très longue date du premier ministre? Monsieur Pitfield est aussi le propriétaire de Data Sciences, une entreprise qui fait du soutien technique pour la Libéraliste, cette liste partisane de pointage du Parti libéral.
Or, on apprend aujourd’hui que 97 % des députés libéraux, soit 149 d’entre eux, se sont servi de leur budget de circonscription pour payer les services de Data Sciences. Qui a demandé aux députés libéraux de payer les services de l’ami du premier ministre?
Mr. Speaker, it is clear that it pays to be a member of the Liberal Prime Minister's inner circle. Do my colleagues know Tom Pitfield, a very old friend of the Prime Minister's? Mr. Pitfield is also the owner of Data Sciences, a business that offers technical support for the Liberalist, the partisan scoring list of the Liberal Party.
We learned today that 97% of Liberal members, or 149 of them, used their constituency budgets to pay for Data Sciences' services. Who asked Liberal members to pay for the services of the Prime Minister's friend?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-21 14:34 [p.8848]
Ouvrir
Monsieur le Président, j'ai déjà expliqué que la technologie qui est évoquée ici est utilisée par les députés pour aider à gérer le travail de circonscription, c'est tout.
Je trouve particulier que les conservateurs essaient de changer la discussion actuellement parce que ce qui se passe est une honte. Ils sont en train de bloquer des projets de loi qui sont absolument essentiels. Les bénéfices de plusieurs programmes se termineront dans neuf jours si le budget n'est pas adopté. Or, que font les conservateurs? Ils ne cessent de bloquer les travaux. Il est temps qu'ils arrêtent de faire cela et qu'ils travaillent avec nous au bénéfice de tous les Canadiens.
Mr. Speaker, as I have already explained, the technology that has been raised here is used by MPs to help manage their constituency casework. That is all.
I find it a little odd that the Conservatives are trying to change the channel right now, because what is going on is shameful. They are blocking bills that are absolutely critical. Benefits for several programs will end in nine days if the budget does not pass, but what are the Conservatives doing? They keep blocking our work. It is time for them to stop doing that and start working with us for the benefit of all Canadians.
Réduire
Voir le profil de Luc Berthold
PCC (QC)
Voir le profil de Luc Berthold
2021-06-21 14:35 [p.8848]
Ouvrir
Monsieur le Président, je vais expliquer au leader du gouvernement que le dossier est de nature tellement délicate que deux députés libéraux ont dit ne pas savoir pourquoi ils payaient Data Sciences avec des ressources parlementaires plutôt que de dire la vérité. Les libéraux font des chèques à un ami du premier ministre sans savoir pourquoi. C'est vraiment ce qui se passe.
Ce n’est que récemment que nous avons appris l’existence de ces paiements partisans à Data Sciences. Monsieur Pitfield est responsable des services numériques des libéraux depuis 2015, et il le sera probablement pour la prochaine élection. Est-ce que le premier ministre peut nous dire combien d’argent son bon ami a reçu des bureaux parlementaires depuis 2015?
Mr. Speaker, let me explain to the government House leader why this issue is so sensitive. Rather than tell the truth, two Liberal members said they did not know why they were paying Data Sciences with parliamentary resources. The Liberals are writing cheques to a friend of the Prime Minister without knowing why. That is what is really going on.
We only recently learned about these partisan payments to Data Sciences, but Mr. Pitfield has been in charge of the Liberals' digital operations since 2015, and he will likely take on the same role for the next election. Can the Prime Minister tell us how much money his good friend has received from parliamentary offices since 2015?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-21 14:35 [p.8848]
Ouvrir
Monsieur le Président, mon collègue, lui, peut-il me dire quand les conservateurs vont arrêter de bloquer le budget? Peut-il me dire quand ils vont arrêter de bloquer le projet de loi C‑10 pour que les gens du Web puissent contribuer? Quand est-ce qu'ils vont arrêter de bloquer le projet de loi C‑12 pour qu'on puisse travailler pour le futur de nos enfants et de nos petits-enfants? Quand est-ce qu'ils vont arrêter de bloquer le projet de loi C‑6, sur un processus qui fait mal à nos jeunes et à la communauté LGBTQ+?
Quand est-ce qu'ils vont arrêter de bloquer ces projets progressistes et quand est-ce que le Bloc québécois et le NPD vont arrêter d'appuyer les conservateurs dans ce processus afin de nous aider et d'aider l'ensemble des Canadiens?
Mr. Speaker, can my colleague tell me when the Conservatives will stop blocking the budget? Can he tell me when they will stop blocking Bill C‑10 so we can get the web giants to start contributing? When will they stop blocking Bill C‑12 so that we can continue working for the future of our children and grandchildren? When will they stop blocking Bill C‑6, on a process that harms our youth and the LGBTQ+ community?
When will they stop blocking these progressive bills, and when will the Bloc Québécois and the NDP stop supporting the Conservatives' antics and start helping us and all Canadians?
Réduire
Voir le profil de Luc Berthold
PCC (QC)
Voir le profil de Luc Berthold
2021-06-21 14:36 [p.8848]
Ouvrir
Monsieur le Président, cela fait quatre mois que les libéraux n'ont pas inscrit le projet de loi C‑6 à l'ordre du jour et ils ont fait 183 heures d'obstruction en comité. C'est le leader du Parlement qui n'est pas capable de gérer la Chambre, voilà la réalité.
Le député de Malpeque a confirmé au Globe and Mail que le Parti libéral recueillait de l'information partisane à partir des bureaux de circonscription. Il a dit que les députés devaient être prudents quant à la façon dont ils se servent du système pour éviter d'utiliser cette information à des fins partisanes.
En résumé, le premier ministre a un bon ami qui a voyagé avec lui sur l'île de l'Aga Khan et un proche ami qui gère la Libéraliste partisane grâce à des fonds publics de 149 députés. Il demande aux Canadiens de croire qu'aucune règle n'a été enfreinte. Qui a ordonné de payer?
Mr. Speaker, the Liberals did not add Bill C‑6 to the agenda for four months, and they spent 183 hours filibustering in committee. The Leader of the Government is the one who is unable to manage the House. That is the reality.
The member for Malpeque told the Globe and Mail that the Liberal Party gathers partisan information from constituency offices. He said that MPS have to be careful in how they handle the system, to avoid misusing the information for partisan gain.
To sum up, the Prime Minister has a good friend who travelled with him to the Aga Khan's island and a close friend who runs the partisan Liberalist with money paid out of the public budgets of 149 MPs. He is asking Canadians to believe that no rules were broken. Who ordered the payments?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2021-06-21 14:37 [p.8849]
Ouvrir
Monsieur le Président, de l'autre côté, qui donne les directives de bloquer tout ce que le gouvernement fait actuellement? Qui, de l'autre côté, donne les directives de bloquer l'argent qui est destiné à la Subvention salariale et à l'aide au loyer et à ceux qui ont perdu leur emploi? Qui, du côté de l'opposition, donne les directives de bloquer le projet de loi sur l'environnement? Qui, du côté de l'opposition, donne les directives de bloquer le projet de loi qui aiderait notre secteur culturel et nos artistes qui souffrent actuellement? J'aimerais bien savoir qui de cette gang-là fait cela?
Mr. Speaker, who on the other side is instructing members to block everything the government is doing? Who on the other side is instructing members to block funding for the wage subsidy, the rent relief and the assistance for people who lost their jobs? Who in the opposition is instructing members to block the bill that would help our cultural sector and our artists who are struggling right now? I would like to know who over there is giving these instructions.
Réduire
Voir le profil de Marie-Hélène Gaudreau
BQ (QC)
Voir le profil de Marie-Hélène Gaudreau
2021-03-09 13:18 [p.4741]
Ouvrir
Monsieur le Président, je vais être brève.
Plus tôt, j'ai demandé à mon collègue d'en face ce qu'il en était des subventions salariales destinées aux organisations et aux entreprises en difficulté. Or les partis politiques, à l'exception du Bloc québécois, ont eu droit à des subventions salariales. Mon collègue d'en face me disait qu'ils allaient la rembourser lorsque le gouvernement le fera. Je suis consciente du souci qu'ils ont, puisque chaque dollar compte pour aider à la relance économique.
Ma question s'adresse à ma collègue d'en face: allez-vous rembourser les quelque 850 000 $ en subventions salariales? Si oui, quand le ferez-vous?
Mr. Speaker, I will be brief.
Earlier I asked my colleague opposite about the wage subsidies for struggling organizations and businesses. All of the political parties, with the exception of the Bloc Québécois, received wage subsidies. My colleague opposite said that they would pay that money back when the government does it. I realize they are worried, because every dollar counts in the economic recovery.
The following question is for my colleague opposite: Will you pay back the $850,000 or so in wage subsidies? If so, when?
Réduire
Voir le profil de Julie Dzerowicz
Lib. (ON)
Voir le profil de Julie Dzerowicz
2021-03-09 13:19 [p.4741]
Ouvrir
Monsieur le Président, je veux finir de répondre à la question précédente, et répondre à cette question du même souffle.
J'assure aux Canadiens qui nous regardent que le gouvernement fédéral a rapidement proposé des programmes pour aider les petites entreprises, les travailleurs et tous les Canadiens dans le cadre de la pandémie. Je suis très fière de tout ce que nous avons fait à cet égard.
En ce qui concerne la question portant sur la Subvention salariale d'urgence du Canada, au 28 février, je sais qu'elle avait contribué à la protection de 5,1 millions d'emplois en accordant une aide totale de plus de 68 milliards de dollars.
Encore une fois, nous allons continuer d'aider les Canadiens, les entreprises et les travailleurs alors que nous tentons de sortir de la pandémie.
Mr. Speaker, I want to finish responding to the previous question, and then answer this at the same time.
I want to assure Canadians who might be watching that our federal government has urgently introduced programs to support small businesses, workers and all Canadians throughout this whole pandemic. I am very proud of all of the actions we have taken.
As for the last question on the Canada emergency wage subsidy, as of February 28, I know that our wage subsidy has helped protect over 5.1 million jobs, providing over $68 billion in support in total.
Again, we are going to continue to support Canadians, to support our businesses and to support workers as we come out of this pandemic.
Réduire
Voir le profil de Alexandra Mendès
Lib. (QC)

Question no 159 --
M. Kyle Seeback:
En ce qui concerne le Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE) annoncé par le premier ministre le 11 mai 2020: a) quelle est la somme totale versée par le gouvernement dans le cadre du programme; b) combien de grands employeurs ont soumis une demande au CUGE; c) combien de grands employeurs ont obtenu du financement au titre du CUGE; d) quels sont les détails de tout financement accordé, y compris (i) le nom du grand employeur, (ii) le montant versé, (iii) le type de financement?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (vice-première ministre et ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, la Corporation de financement d’urgence d’entreprises du Canada, ou CFUEC, une filiale de la Corporation de développement des investissements du Canada, la CDEV, mise sur pied afin d’administrer le Crédit d’urgence pour les grands employeurs, ou CUGE, a commencé à accepter les demandes présentées dans le cadre du programme du CUGE le 20 mai 2020.
Le programme du CUGE est l’une des nombreuses mesures que notre gouvernement a mises en place pour soutenir les entreprises canadiennes durant cette pandémie, y compris la Subvention salariale d’urgence du Canada, le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes et la Subvention d’urgence pour le loyer du Canada.
Étant donné l’incertitude économique entourant la pandémie de COVID-19, on ne sait pas avec précision combien de grands employeurs présenteront une demande ou toucheront des fonds dans le cadre du CUGE. La CFUEC tient à jour une liste des prêts approuvés du CUGE, qui indique les fonds versés, sur son site Web au: https://www.ceefc-cfuec.ca/fr/prets-approuves/.

Question no 161 --
M. Blaine Calkins:
En ce qui concerne les demandes de proposition (DP), les appels d’offres (AO) et les avis de projet de marché (APM) lancés par Services publics et Approvisionnement Canada depuis le 11 mars 2020: a) combien de fois a-t-on invoqué l’exception relative à la sécurité nationale; b) pour chaque DP, AO ou APM en a), quels étaient (i) la date de publication, (ii) la date de fermeture, (iii) le numéro de sollicitation, (iv) le titre, (v) la raison donnée pour appliquer l’exception relative à la sécurité nationale, (vi) la stratégie d’approvisionnement concurrentiel, (vii) l’entité acheteuse, (viii) l’utilisateur final; c) pour chaque point en b), quels étaient (i) la liste de fournisseurs intéressés à l’offre disponible publiquement, (ii) la société ou le fournisseur choisi et la valeur du contrat déclarée publiquement; d) pour les contrats déjà attribués en a), quels étaient (i) le fournisseur, (ii) la date où le contrat a été attribué, (iii) la valeur du contrat?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Lib.):
Monsieur le Président, l'exception relative à la sécurité nationale prévue dans tous les accords commerciaux du Canada permet au Canada de soustraire un approvisionnement à certaines ou à l'ensemble des obligations d'un accord commercial pertinent, lorsque le Canada le juge nécessaire afin de protéger ses intérêts en matière de sécurité nationale.
Cela étant dit, il n'y a pas d'identifiant dans la base de données centralisée de Service publics et Approvisionnement Canada, ou SPAC, pour identifier les contrats qui ont reçu une exception de sécurité nationale. Par conséquent, SPAC a conclu que la production d’une réponse valide et exhaustive à cette question nécessiterait la collecte manuelle des renseignements qui s’avère impossible dans les délais demandés et pourrait entraîner la divulgation de renseignements incomplets et trompeurs.

Question no 166 --
M. Rob Moore:
En ce qui concerne les nominations judiciaires effectuées par le gouvernement et le reportage de Radio-Canada du 20 octobre 2020, selon lequel le bureau de recherche du Parti libéral participe également à la vérification des antécédents des candidats judiciaires, selon des sources fédérales et un courriel interne du gouvernement: a) quel est le rôle du bureau de recherche du Parti libéral au sein du gouvernement en ce qui concerne la vérification des antécédents préalable à la nomination des candidats judiciaires; b) qui au gouvernement fournit les noms des candidats judiciaires potentiels au bureau de recherche du Parti libéral; c) le gouvernement a-t-il accordé une cote de sécurité de niveau secret à des personnes du bureau de recherche du Parti libéral afin que celles-ci aient légalement le droit de connaître les noms des candidats et, le cas échéant, (i) qui a obtenu une telle cote, (ii) quand cette cote a-t-elle été accordée?
Response
L’hon. David Lametti (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):
Monsieur le Président, notre gouvernement a mis en place un processus ouvert, transparent et responsable pour identifier et nommer des juristes hautement méritoires. Les comités consultatifs à la magistrature indépendants font des recommandations basées sur le mérite et la qualité des candidats qui posent leur candidature. Nous avons nommé plus de 400 juristes, femmes et hommes, à la magistrature. La diversité de ces nominations est également sans précédent. Parmi les juges nommés dans le cadre du nouveau processus depuis 2016, 55 % sont des femmes, 10 % sont des minorités visibles, 5 % s'identifient comme LGBTQ2, 3 % sont autochtones et 1 % ont un handicap. Ces juristes répondent non seulement aux besoins des cours, mais ils sont aussi le reflet de la diversité canadienne.

Question No. 159--
Mr. Kyle Seeback:
With regard to the Large Employer Emergency Financing Facility (LEEFF) program announced by the Prime Minister on May 11, 2020: (a) what is the total amount of financing provided by government through the program; (b) how many large employers have applied for financing through LEEFF; (c) how many large employers were provided with funding under LEEFF; and (d) what are the details of all financing provided, including (i) name of large employer, (ii) amount of financing, (iii) type of financing?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Deputy Prime Minister and Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, the Canada Enterprise Emergency Funding Corporation, CEEFC, a subsidiary of the Canada Development Investment Corporation, CDEV, formed to administer the large employer emergency financing facility, LEEFF, began accepting applications to the LEEFF on May 20, 2020.
The LEEFF program is one of the many measures our government has put in place to support Canadian businesses during this pandemic, including the Canada emergency wage subsidy, the Canada emergency business account and the Canada emergency rent subsidy.
Given the economic uncertainty surrounding COVID-19, it is unclear how many large employers will apply to the LEEFF or receive funding. CEEFC maintains an updated list of approved LEEFF loans, and funds disbursed, on its website at: www.ceefc-cfuec.ca/approved-loan.

Question No. 161--
Mr. Blaine Calkins:
With regard to Requests for Proposal (RFP), Invitations to Tender (ITI) and Notices of Proposed Procurement (NPP) put forward by Public Works and Government Services Canada since March 11, 2020: (a) how many times has the national security exception been invoked; (b) for each RFP, ITI or NPP in (a), what was the (i) publication date, (ii) closing date, (iii) solicitation number, (iv) title, (v) reason given for national security exception, (vi) competitive procurement strategy, (vii) procurement entity, (viii) end user entity; (c) for each item in (b), was (i) the list of interested suppliers for the tender publicly available, (ii) the successful firm or vendor and contract value publicly disclosed; and (d) for contracts already awarded in (a), what was the (i) vendor, (ii) date the contract was awarded, (iii) value of the contract?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement and Accessibility, Lib.):
Mr. Speaker, the national security exception provided for in all of Canada’s trade agreements allows Canada to exclude a procurement from some or all of the obligations of the relevant trade agreement(s), where Canada considers it necessary to do so in order to protect its national security interests.
That being said, there is no identifier in PSPC’s centralized database to identify contracts that received a national security exception. As a result, PSPC concluded that producing and validating a comprehensive response to this question would require a manual collection of information that is not possible in the time allotted and could lead to the disclosure of incomplete and misleading information.

Question No. 166--
Mr. Rob Moore:
With regard to judicial appointments made by the government, and the CBC report on October 20, 2020, that stated “[t]he Liberal Research Bureau also participates in the background checks on judicial candidates, according to federal sources and an internal government email”: (a) what role does the Liberal Research Bureau have for the government with regard to background checks for judicial candidates; (b) who in the government provides the names of potential judicial candidates to the Liberal Research Bureau; and (c) has the government provided secret security clearance to anyone in the Liberal Research Bureau so that those individuals are legally allowed to possess the names of candidates and, if so, (i) who was granted clearance, (ii) when was the clearance granted?
Response
Hon. David Lametti (Minister of Justice and Attorney General of Canada, Lib.):
Mr. Speaker, our government has put in a place an open, transparent and accountable process to identify and appoint highly meritorious jurists. The independent Judicial Advisory Committees make recommendations based on the merit and quality of the candidates who apply. We have appointed more than 400 jurists, women and men, to the bench. The diversity of these appointments is also unprecedented. Of the judges appointed under the new process since 2016, 55% are women, 10% are visible minorities, 5% identify as LGBTQ2, 3% are indigenous and 1% have a disability. These jurists not only meet the needs of our courts, but are also reflective of Canada’s diversity.
Réduire
Voir le profil de Alexis Brunelle-Duceppe
BQ (QC)
Voir le profil de Alexis Brunelle-Duceppe
2020-12-07 17:52 [p.3064]
Ouvrir
Monsieur le Président, je suis d'accord sur quelques éléments du discours de mon honorable collègue, entre autres l'esprit de collaboration dont il a parlé.
Il est vrai que, au début de la pandémie, les partis de l'opposition et le gouvernement ont collaboré et mis en place des mesures comme la subvention salariale, un bel exemple. C'est d'ailleurs une idée du Bloc et je tire mon chapeau au gouvernement pour l'avoir reprise et fait preuve de collaboration. Par la suite, cette collaboration s'est malheureusement effritée. Il est sûr que, quand on met un cadenas sur les portes du Parlement pendant six semaines, il est difficile de collaborer.
Mon collègue a parlé d'aide concrète et tangible. Cela est vrai. C'était tellement concret et tangible que le Parti libéral du Canada s'est lui-même servi de la subvention salariale pour remplir ses coffres. Quand nous posons la question à mes honorables collègues, ils répondent tout le temps avec les bienfaits de la subvention salariale, nous disant combien d'argent a été versé et combien d'entreprises en ont profité.
Mon honorable collègue est réputé pour sa grande intelligence. Il va donc bien comprendre ma question précise et simple, et il ne la contournera pas. Est-ce qu'il croit que le Parti libéral du Canada doit rembourser les sommes qu'il a reçues en vertu de la subvention salariale?
Mr. Speaker, I agree with some of the things my hon. colleague said in his speech, including the spirit of co-operation that he mentioned.
It is true that, at the beginning of the pandemic, the opposition parties and the government worked together and implemented measures like the wage subsidy. That is a very good example. It was the Bloc Québécois that came up with that idea and I tip my hat to the government for implementing it and co-operating with us. Unfortunately, that co-operation eroded after that. Of course, it was hard to work together when the Liberals locked the doors of Parliament for six weeks.
My colleague spoke about real and tangible help. That is true. It was so real and tangible that even the Liberal Party of Canada took advantage of the wage subsidy to fill its coffers. When we ask my hon. colleagues about it, they always answer by talking about the benefits of the wage subsidy and telling us how much money was paid and how many businesses benefited from it.
My hon. colleague is known for being extremely intelligent so I am sure he will understand my very simple and basic question and not sidestep it. Does he believe that the Liberal Party should pay back the money it received under the wage subsidy program?
Réduire
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2020-12-07 17:54 [p.3065]
Ouvrir
Monsieur le Président, je suis prêt à dire que le programme de subvention salariale a permis à des dizaines de milliers d'entreprises de toutes les régions de garder les gens au travail. Ce programme a connu un franc succès. Les faits sont éloquents: il suffit d'examiner la mesure législative adoptée il y a quelques semaines. Nous avons obtenu l'appui unanime de la Chambre. Chaque député, toutes allégeances politiques confondues, a approuvé le programme de subvention salariale. À mes yeux, c'est positif.
Mr. Speaker, I am prepared to say that the wage subsidy program enabled tens of thousands of businesses in all regions of our country to keep people employed. That program has been highly successful. The proof is in the pudding: all one needs to do is to look at the piece of legislation that we passed a couple of weeks ago. We received the unanimous support of the House. Every member of every political party said yes to the wage subsidy program. I see that as a positive thing.
Réduire
Voir le profil de Greg Fergus
Lib. (QC)
Voir le profil de Greg Fergus
2020-10-09 11:06 [p.795]
Ouvrir
Madame la Présidente, je prends la parole pour honorer la mémoire de Paul Quirk, qui est décédé lundi dernier en matinée. Paul et moi nous sommes rencontrés pour la première fois dans les années 1990, à l'époque où il dirigeait l'imprimerie du Parti libéral, poste qu'il a occupé jusqu'à sa retraite il y a quatre ans à peine.
Saint François a dit de prêcher l'Évangile au quotidien, au besoin par des mots. Par ses actes, Paul a su représenter le Parti libéral pour moi et pour d'innombrables autres personnes. Paul était reconnu par ses pairs comme le meilleur imprimeur en ville. Quelle que soit la difficulté d'une commande reçue la veille, il s'arrangeait toujours pour l'exécuter et la livrer le lendemain matin.
Mais surtout, Paul était un homme au grand cœur et un conteur hors pair. Il nous contait des anecdotes sur son enfance passée à Aylmer, sur ses coups malicieux en tous genres ainsi que sur l'aventure de son passage en politique fédérale. En entrant dans son imprimerie, mieux connue sous le nom du « Quirkenbunker », on pénétrait dans les coulisses de la vie politique.
Paul laisse dans le deuil son épouse Marlene, leur fils et leur fille, ainsi que leurs quatre petits-enfants. Nous leur présentons à tous nos plus sincères condoléances. Repose en paix, Paul!
Madam Speaker, I rise to celebrate the life of Paul Quirk, who passed away early Monday morning. We first met in the 1990s when Paul ran the print shop for the Liberal Party, a job he held until he took his retirement four short years ago.
St. Francis said to preach the gospel every day and if necessary to use words. Through his actions, Paul was the Liberal Party for me and for countless others. Paul was recognized by his peers as the best print man in town. No matter what impossible print order we asked the night before, Paul would have it done the next morning.
Most important, Paul was kind-hearted and a great storyteller, whether it was about growing up in Aylmer and getting into all sorts of mischief or his adventure in federal politics. His print shop, better known as the “Quirkenbunker”, was a place to find out what was really going on.
Paul leaves behind his wife Marlene, their son and daughter, and four grandchildren. To all of them, please accept our deepest condolences. May Paul rest in peace.
Réduire
Voir le profil de Mario Simard
BQ (QC)
Voir le profil de Mario Simard
2020-09-29 10:23 [p.222]
Ouvrir
Madame la Présidente, on ne peut qu'être d'accord sur la motion du député, d'autant que la seule chose que possède un député est sa probité.
Le secrétaire parlementaire faisait remarquer tout à l'heure qu'on est dans une conjoncture particulière où on doit se concentrer sur l'aide aux Canadiens. Se concentrer sur l'aide aux Canadiens, ce n'est pas ce que fait le gouvernement en utilisant les pouvoirs spéciaux qu'on lui a conférés pour tomber dans un scandale comme celui de l'affaire UNIS.
J'aimerais dire aussi à mon collègue qu'un autre conflit d'intérêts est peut-être passé sous le radar de plusieurs: l'utilisation de la subvention salariale. Moi, je ne peux pas comprendre qu'un parti politique ait mis les deux mains dans un programme fait pour aider les entrepreneurs en difficulté et qu'il en ait fait du financement politique.
Je ne sais pas si mon collègue est d'accord sur cela.
Madam Speaker, it is hard to disagree with the member's motion, especially since the only thing a member has is their integrity.
The parliamentary secretary pointed out earlier that this is a time when we should be focused on helping Canadians. The government is not helping Canadians by using the special powers it was given only to wind up in a situation like the WE Charity scandal.
I would also like to tell my colleague that another conflict of interest may have slipped under the radar for some. I am talking about the use of the wage subsidy. I do not understand how a political party managed to double dip, taking money from a program designed to help struggling businesses and using it to fund the party.
I do not know whether my colleague agrees.
Réduire
Voir le profil de Michael Barrett
PCC (ON)
Madame la Présidente, le député de Jonquière a absolument raison. Le gouvernement a abusé de la bonne volonté de la Chambre et utilisé les pouvoirs qui lui ont été conférés dans les circonstances extraordinaires que l'on sait pour tenter un coup de force. Il a ensuite profité de l'énorme bénéfice du doute que lui ont accordé l'ensemble des députés, qui ont agi dans l'esprit propre à ce que l'on a surnommé « Équipe Canada », pour remettre un demi-milliard de dollars à un organisme qui en avait déjà donné un demi-million aux proches du premier ministre. Je le répète: quand le gouvernement cherche à se défiler et à détourner les ressources et les pouvoirs dont il dispose, l'ensemble des députés doivent lui demander des comptes.
Madam Speaker, the hon. member for Jonquière is absolutely right. The government did use the goodwill of the House, and powers that were given to it during extraordinary times, to attempt a power grab. Then it took the extraordinary benefit of the doubt that was given by all members of the House, the team Canada approach that we all engaged in, to look to give half a billion dollars to an organization that had given half a million dollars to members of the Prime Minister's family. Again, when the current government looks to avoid accountability, and to avoid proper use of the resources and the powers given to it, it must be held to account by all members in this place.
Réduire
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Voir le profil de Yves-François Blanchet
2020-08-12 15:13 [p.2776]
Ouvrir
Monsieur le président, encore une fois, je suis dans l'heureuse obligation de soutenir les propos de mon collègue conservateur selon lesquels les libéraux ont tendance à se flatter pour des choses qui non seulement sont parfois exagérées, mais qui remontent à loin.
Il est vrai qu'au début de la pandémie, le gouvernement a demandé des pouvoirs spéciaux sans précédent pour gérer une crise qui était sans précédent et qu'il s'est, pendant un certain temps, montré ouvert à plusieurs suggestions des partis de l'opposition. Pendant cette période, personne ne mettait en doute la réelle urgence de l'enjeu. Ultérieurement, des vieux plis ont réapparus et le Parti libéral du début des années 2000 a réapparu. On se rappellera le scandale qu'on a connu à cette époque. Il a retrouvé cette habitude de dire, au bénéfice de pouvoirs spéciaux que le Parlement a bien voulu lui confier, même s'il est minoritaire, et avec une naïveté qui aurait fait réécrire Candide à Voltaire, que personne n’allait s'en apercevoir. On s'est levé un beau matin et soudainement on en a découvert un, et puis on en a découvert un autre. Il est possible qu'il reste encore des cas qui émergeront. Cela soulève un certain nombre de questions.
Je voulais être ici aujourd'hui. Ce n'est pas le cas de tout le monde, mais je respecterai le Règlement, bien sûr. Je ne voudrais pas déranger la très nombreuse assemblée de libéraux à la Chambre, qui sont moins nombreux que les doigts de ma main. J'ai beaucoup trop de respect pour les élus et les institutions pour ne pas prendre moi-même une journée en cinq semaines pour me présenter à la Chambre des communes du Canada. Je me demandais même, tout à l'heure, pourquoi, en indépendantiste que je suis, j'ai parfois davantage de respect pour les institutions fédérales que ceux qui forment le gouvernement fédéral. Il y a quelque chose d'étrange dans ce contexte. Cela alimentait une réflexion que je soumettais aux médias ce matin, une question de base: est-ce que le gouvernement canadien est digne de la confiance des Québécois et des Canadiens? Ce n'est pas une petite question. C'est le fondement de notre démocratie. Il n'y a pas de manière certaine de confirmer cela. Chaque Québécois et chaque Canadien n'a pas un « confiance-omètre » de branché.
Or, les Canadiens ont confié la gestion des affaires de l'État à 338 députés, qui en sont la voix, et il revient aux 338 députés d'accorder ou de retirer la confiance au gouvernement. Sincèrement, le spectacle, les réponses et l'attitude dont nous sommes gratifiés aujourd'hui par les libéraux suggèrent qu'en matière de magnétisme pour la confiance, il y a un certain déficit de ce côté-là de la Chambre. C'est notre devoir de soulever la question, parce que, en effet, comme je le disais plus tôt, le gouvernement a obtenu de bonne foi par ce Parlement des pouvoirs exceptionnels. Quelques mois plus tard, on a découvert, bien sûr, le désormais célèbre et inscrit dans les livres d'histoires WE Charity. Je souligne encore une fois que, tardivement, on a nommé cela UNIS, comme s'il y avait eu quelque chose de francophone, alors que les francophones du Québec et du Canada n'étaient pas dans le champ de vision de WE Charity.
On parle de sommes astronomiques, d'honoraires délirants et d'une participation du bénéficiaire du contrat à la mise en place d'un programme de toute évidence créé sur mesure pour qu'on puisse prétendre que les fonctionnaires n'étaient pas capables de gérer ce programme. Quelle insulte! Ensuite, les gestionnaires de WE Charity, qui avaient eu d'autres problèmes de gouvernance, ont dit qu'ils se retiraient, et on a redonné le programme aux fonctionnaires, dont on disait, pas si longtemps auparavant, qu'ils n'avaient pas la compétence nécessaire pour gérer ce programme. Éventuellement, il y aura un autre scandale avec une autre petite musique qui ressemble à cela.
Ce sera une agence d'une société de la Couronne qui va confier cela à une entreprise privée parce qu'elle n'est pas capable de le faire même si elle est plus grosse que l'autre. Il y a là une aberration, car c'est un désaveu des compétences et des qualifications des fonctionnaires de l'État canadien de la part du gouvernement. Cela n'a aucun sens. En plus, le gouvernement a une fâcheuse habitude. Au moment du désaveu, apparaissent comme par magie des amitiés gouvernementales fort bienveillantes qui sont prêtes à prendre des contrats en échange de quelques dizaines de millions de dollars. Ce n'est pas rien. Voilà où nous en sommes.
Pendant ce temps j'ai pris quelques notes. On ne parle pas de transition énergétique, à laquelle il faudrait pourtant accorder la priorité, puisque les investissements publics dans la relance économique seront sans précédent aussi. On ne parle pas d'émergence de grappes industrielles innovatrices. On ne parle pas d'électrification du transport lourd. Ce matin, j'ai vu un rapport à ce sujet. On ne parle pas d'un certain nombre de choses qui sont des pistes pour sortir de la crise en créant de l'activité économique.
On ne parle pas de correctifs encore déficients sur certains programmes. Notre collègue en parlait plus tôt. Au début, on comprenait très bien que le programme pouvait avoir des lacunes puisqu'il avait été créé dans la hâte et l'urgence, mais, au bout d'un certain temps, il faut prendre acte des lacunes et les corriger. On ne parle pas de cela. On parle des scandales.
On ne donne pas un second chèque aux aînés qui en ont reçu un qui devait couvrir une période de trois mois. Les trois mois sont finis depuis longtemps et, au moment où ils l'ont obtenu, un autre chèque aurait dû être dans la machine. Les aînés ont reçu 300 $ pour gérer la crise alors que le Parti libéral s'est versé, par l'entremise du programme des subventions salariales, 850 000 $. Il y aura bientôt 1,8 million de dollars dans les poches du Parti libéral, qui pourra s'en servir pour sa prochaine campagne électorale. On offre 300 $ aux aînés. S'ils ont le Supplément de revenu garanti, ils reçoivent un autre montant de 200 $. Les aînés ont l'impression que le gouvernement en place leur rit au visage.
Pendant ce temps-là, on ne verse pas le deuxième chèque aux agriculteurs sous la gestion de l'offre. On aurait très bien pu le faire, on n'a pas besoin de déposer un budget pour verser la deuxième année de ces compensations auxquelles le gouvernement s'est déjà engagé. Pendant ce temps, on ne corrige pas l'erreur fondamentale du programme de bourses qui aurait été géré par l'organisme UNIS, alors qu'il relève de la compétence québécoise.
C'est facile de gérer l'organisme UNIS. Il s'agit de calculer la part du Québec, de faire un chèque et de l'envoyer au gouvernement Legault. Il va le gérer, car cela relève de sa compétence. Non, les tentations sont trop fortes. Les libéraux veulent tout centraliser, se mettre les pattes dans les compétences du Québec et des provinces et donner des contrats à leurs amis. Après cela, on se demande pourquoi il y a des gens qui, comme nous, se posent de grandes questions.
Est-ce moins grave de déclencher des élections si ce gouvernement refuse de changer quelques joueurs clés? Est-ce moins grave de le laisser continuer à agir ainsi que de déclencher des élections? Ce n'est pas une maladie. Ce matin, on nous disait que le fait de déclencher des élections poserait un risque à cause de la pandémie. Tout cela est tout à fait vrai. Tout cela part de la pandémie. C'est tout à fait exact, mais il faut que le gouvernement s'occupe des bonnes et des vraies affaires. S'il fallait souscrire à un raisonnement selon lequel on ne peut déclencher des élections tant qu'il y a un risque de deuxième ou de troisième vague, on serait de facto face à un gouvernement qui continue à se comporter comme s'il était majoritaire, qui ignore ses propres scandales ou qui se comporte comme si on était dans une dictature temporaire. Cela n'a évidemment pas de sens.
C'est dans cet esprit que le Bloc québécois dit que quelques joueurs doivent partir. Le premier ministre doit partir. Le ministre des Finances doit partir. Là-dessus, ils sont peut-être sur le bord d'être d'accord, mais d'en jeter un sous l'autobus ne sauvera pas l'autre. La chef de cabinet du premier ministre doit partir, pour que des gens dont on présume qu'ils sont qualifiés prennent le relais pour au moins six mois et gèrent la crise comme du monde. Après six mois, il faut me croire, je ne promets rien.
C'est dans l'ordre des choses que le Parlement se pose des questions sur le fait que la gestion de la crise a été détournée à l'avantage des libéraux en vue de leur propre réélection ou pour offrir des services à des amis, après avoir reçu ou que des proches ont reçu des sommes beaucoup plus importantes que ce qui aurait permis de sauver beaucoup d'entreprises au Québec ou au Canada. Pour cette raison, il faudra se poser de grandes questions.
Mr. Chair, again, I am in the interesting position of supporting my Conservative colleague's comments that the Liberals tend to embellish and boast about things that happened a long time ago.
It is true that at the beginning of the pandemic, the government sought unprecedented special powers to deal with an unprecedented crisis and that, for a while, the government was open to a number of suggestions from the opposition parties. During this time, no one was questioning the urgency of the situation. The Liberal Party later slipped back into old habits and became the party we knew in the early 2000s. Members will recall the scandal that happened back then. The Liberals, showing a naïveté that would make Voltaire rethink Candide, thought no one would notice anything, as they took advantage of the special powers Parliament granted them, even though they are a minority government. One morning, a case popped up, and then another one. More cases could emerge. This is concerning.
I wanted to be here today. That is not the case for everyone, but I will definitely respect the rules of the House. I would not want to disturb the very large number of Liberals in the House, who I can count on both hands. I have far too much respect for elected officials and institutions to not show up one day out of five weeks in Canada's House of Commons. I was just wondering why, as a sovereignist, I sometimes have more respect for federal institutions than the members of the federal government do. There is something odd in this situation. It led me to consider something I shared with the media this morning, which was a fundamental question: Does the Canadian government deserve the confidence of Quebeckers and Canadians? That is not a trifling matter. It is the foundation of our democracy. There is no surefire way to confirm it. Quebeckers and Canadians are not connected to a “confidence meter”.
Canadians entrusted 338 members, who are the voice of the people, to manage the nation's affairs, and it is up to those 338 members to grant or withdraw their confidence in the government. The Liberal's performance, answers and attitude here today truly seem to suggest that the members on that side are somewhat lacking when it comes to inspiring confidence. It is our duty to raise the question because, as I was saying earlier, this Parliament granted the government exceptional powers in good faith. A few months later, we discovered, of course, the now infamous WE Charity, which will go down in history. I once again want to emphasize that the organization was later named UNIS, as though it somehow catered to francophones, when francophones in Quebec and Canada were not even on WE Charity's radar.
We are talking about astronomical amounts of money, mind-boggling amounts, and the participation of the contract recipient in the implementation of a program that was obviously tailor-made to ensure the government could claim that public servants were not capable of managing it. How insulting. Then, the managers of WE Charity, who had other governance problems, said that they were withdrawing, and the government gave the program back to those same public servants who it had claimed, not too long before, did not have the necessary expertise to manage the program. Eventually, there will be another scandal, and it will be the same old story all over again.
A Crown corporation agency is going to outsource it to a private company because it cannot manage it itself, even though it is bigger than the private company. That is appalling, because it amounts to the government failing to recognize the skills and qualifications of Canada's public servants. It makes no sense. On top of that, the government has a nasty habit of having friends who magically appear at just the right time to take on contracts for tens of millions of dollars. It is quite something. That is where we are at.
I have been taking notes this whole time. No one is talking about an energy transition, even though that should be a priority, since public investment in the economic recovery will also be historic. No one is talking about creating industrial innovation clusters. No one is talking about electrifying heavy-duty vehicles. I saw a report on that topic this morning. No one is talking about a number of things that could offer a way to get out of this crisis by creating economic activity.
No one is talking about fixes to certain programs that still fall short. Our colleague mentioned that earlier. Initially, we completely understood that there could be some gaps, since the program was created hastily and urgently, but after a while, enough is enough, and those gaps need to be filled. No one is talking about that. They are talking about the scandals.
Seniors who got a cheque that was supposed to cover a three-month period are not getting a second cheque. The three months ended a long time ago, and when they got their cheque, another one was supposed to be in the works. Seniors received $300 to get through the crisis, while the Liberal Party paid itself $850,000 through the wage subsidy program. Soon the Liberal Party will have $1.8 million in its pocket that it can use for the next election campaign. Seniors are being offered $300. If they get the guaranteed income supplement, they receive an extra $200. Seniors feel like this government is laughing in their faces.
Meanwhile, they have not written the second cheque to farmers for supply management. They could very well have done it, as they do not need to table a budget to pay out the second year of the compensation that the government promised. Meanwhile, the fundamental problem with the scholarship program that was to have been managed by WE Charity has not been resolved, even though it falls under Quebec's jurisdiction.
It is easy to manage the WE Charity. The government has to calculate Quebec's share, write a cheque and send it to the Legault government. He will manage it because it is within his authority. No, the temptation is too strong. The Liberals want to centralize everything, interfere in Quebec's and the provinces' jurisdiction and hand out contracts to their friends. Then they wonder why some people, like us, have serious reservations.
Is it better to trigger an election if this government refuses to change some key players? Is it better to let the government continue like this than to trigger an election? This is not a disease. This morning, the government said that calling an election would be risky because of the pandemic. That is true. This all started with the pandemic. That may be true, but the government still needs to address the real issues. If we were to agree that we cannot call an election while a second and third wave are looming, this government would continue to act as though it were a majority government, a government that ignores its own scandals and acts as though we are living under a temporary dictatorship. That is obviously a preposterous notion.
That is why the Bloc Québécois is saying that some people need to go. The Prime Minister needs to go. The Minister of Finance needs to go. They may be prepared to agree on this, but throwing one person under the bus will not save the other. The Prime Minister's chief of staff needs to go, so that people who are ostensibly qualified can take over for at least six months and manage this crisis effectively. After six months, I can make no promises.
It is only natural that Parliament ask questions about the fact that the management of the crisis was used to the advantage of the Liberals to help them get re-elected or to help out their friends after they or members of their families received sums of money much larger than what would have been needed to save many businesses in Quebec and Canada. For that reason, we need to ask ourselves some important questions.
Réduire
Voir le profil de John Brassard
PCC (ON)
Voir le profil de John Brassard
2020-08-12 15:25 [p.2777]
Ouvrir
Monsieur le président, je remercie mon collègue.
Plus tôt, j'ai qualifié ce gouvernement de kleptocratie. Dans une kleptocratie, les politiciens corrompus s'enrichissent secrètement, en dehors de l'état de droit, par le biais de pots-de-vin et de faveurs spéciales, ou simplement en redirigeant les fonds de l'État vers eux-mêmes ou vers leurs associés.
Avec tous les scandales que nous voyons, mon collègue serait-il d'accord pour dire que les libéraux privilégient les intérêts de leurs familles, de leurs amis et d'initiés connectés?
Mr. Chair, I thank my colleague.
Earlier, I called this government a kleptocracy. In a kleptocracy, corrupt politicians enrich themselves secretly outside the rule of law through kickbacks, bribes and special favours, or they simply direct state funds to themselves or their associates.
Given all the scandals, would my colleague agree that the Liberals put the interests of their families, friends and connections first?
Réduire
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Voir le profil de Yves-François Blanchet
2020-08-12 15:26 [p.2777]
Ouvrir
Monsieur le président, je n'oserais pas aller jusqu'à parler de kleptocratie. On va se donner quelques semaines avant d'en arriver là.
Toutefois, je comprends qu'un certain nombre de personnes sont extrêmement préoccupées: les gens qui paient des taxes à la consommation et des impôts, les gens qui travaillent, les gens qui veulent travailler mais qui n'y arrivent pas, et les gens qui devraient retourner au travail mais qui n'y sont pas encouragés par les programmes. Il y a un problème et il faut trouver des solutions dans l'intérêt commun.
C'est effectivement un sacré problème lorsqu'on ne cesse d'apprendre que de l'argent public qui pourrait sauver des dizaines d'entreprises atterrit dans les poches de gens qui sont étrangement proches du système ou, pire, dans les poches de gens qui ont acheminé des dizaines de milliers de dollars vers les familles de deux des principaux dirigeants de ce gouvernement.
Mr. Chair, I would not go so far as to call it a kleptocracy. We will wait a few weeks before going there.
However, I understand that some people are very worried: people who pay consumption and income taxes, people who work, people who want to work but cannot, and people who should return to work but are deterred by the programs. There is a problem and we have to find solutions for the common good.
It is a real problem when we continue to hear that public money that could save dozens of companies ends up in the pockets of people who, oddly enough, are close to the system or, even worse, in the pockets of people who channelled tens of thousands of dollars to the families of the two main leaders of this government.
Réduire
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Voir le profil de Yves-François Blanchet
2020-07-21 14:24 [p.2690]
Ouvrir
Monsieur le Président, il y a quelque temps, on a eu un échange assez distrayant avec le premier ministre concernant les difficultés du Parti libéral et la nécessité, pour le Parti libéral, de bénéficier de la subvention salariale.
Hier, en comité, un de ses députés a dit que oui, oui, le Parti libéral est en difficulté. Cela est vrai. Probablement pas pour des raisons financières, mais cela est vrai, et je pense que c'est parce que le premier ministre en a plein son assiette d'un ensemble de dossiers qui n'ont rien à voir avec la gestion de l'État canadien.
Est-ce que, d'abord, on pourrait commencer par faire renoncer le Parti libéral à la subvention salariale?
Mr. Speaker, some time ago, there was a fairly entertaining exchange with the Prime Minister about the Liberal Party's difficulties and its need for the wage subsidy.
Yesterday, in committee, a Liberal member indicated that the Liberal Party is indeed in trouble. I believe it. Finances are likely not the reason, but I think this is true because the Prime Minister is too busy dealing with matters that have nothing to do with managing the Canadian government.
Could we start by not giving the wage subsidy to the Liberal Party?
Réduire
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-07-21 14:25 [p.2691]
Ouvrir
Monsieur le Président, je veux rassurer l'honorable député à l'effet que le travail que fait notre gouvernement est encore concentré à 100 % sur les Canadiens.
Que ce soit le cadre de la relance sécuritaire de 19 milliards de dollars que nous avons signé avec les provinces et territoires, la semaine passée, que ce soit par rapport aux 50 milliards de dollars pour la subvention salariale que nous sommes en train d'approuver aujourd'hui à la Chambre, notre gouvernement restera concentré sur le travail que nous devons faire pour les Canadiens chaque jour.
Mr. Speaker, I want to assure the hon. member that our government remains 100% focused on Canadians.
Our government will remain focused on the work we need to do for Canadians every day, and that includes the $19-billion safe restart agreement that we signed with the provinces and territories last week and the $50 billion we are approving today in the House for the wage subsidy.
Réduire
Voir le profil de Mario Simard
BQ (QC)
Voir le profil de Mario Simard
2020-07-20 16:26 [p.2629]
Ouvrir
Monsieur le Président, j'écoutais mon collègue parler de probité et d'éthique. Mon père m'a souvent dit que charité bien ordonnée commence par soi-même.
Je me demande si mon collègue trouve qu'il est éthique pour un parti politique de demander la Subvention salariale d'urgence. Est-ce qu'il n'y aurait pas là matière à confier au Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique le mandat d'étudier si un parti politique peut légitimement recourir à un programme comme la Subvention salariale d'urgence?
Mr. Speaker, I listened to my colleague speak about integrity and ethics. My father often told me that charity begins at home.
I am wondering if my colleague thinks it is ethical for a political party to apply for the emergency wage subsidy. Would it not be justified to ask the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics to study whether a political party can legitimately apply to a program such as the emergency wage subsidy?
Réduire
Voir le profil de Stéphane Bergeron
BQ (QC)
Voir le profil de Stéphane Bergeron
2020-06-17 15:58 [p.2498]
Ouvrir
Madame la présidente, puisqu'il le faut, je vais poser un certain nombre de questions à nos collègues du Parti libéral.
Le gouvernement prétend être en mesure de donner des leçons aux gouvernements des provinces et au gouvernement du Québec alors qu'il n'est même pas en mesure de payer convenablement ses employés, c'est-à-dire sans qu'il y ait une foule d'erreurs sur leur paie.
Ne pourrait-il pas, d'abord et avant tout, se préoccuper de ses responsabilités et essayer de faire son travail correctement avant de dire aux autres comment faire le leur?
Madam Chair, someone has to ask our Liberal Party colleagues a few questions, so I will.
The government thinks it can tell provincial governments and the Government of Quebec what to do even though it cannot even pay its own employees properly without making all kinds of mistakes on their paycheques.
Should the government not start by paying attention to its own responsibilities and try to do its work properly before telling others how to do theirs?
Réduire
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Voir le profil de Pablo Rodriguez
2020-06-17 15:59 [p.2498]
Ouvrir
Madame la présidente, cela me fait penser aux paroles de la chanson Paroles, paroles d'Alain Delon et de Dalida: « Encore des mots toujours des mots ».
Le gouvernement du Canada travaille en collaboration avec le gouvernement du Québec. Nous ne collaborons pas seulement une fois par semaine, mais bien tous les jours et sur tous les dossiers. Nous en sommes d'ailleurs très heureux. Nous allons continuer à travailler avec le gouvernement du Québec.
Madam Chair, that reminds me of the lyrics of the song Paroles, paroles by Alain Delon and Dalida: “just words, always words”.
The Government of Canada is working closely with the Government of Quebec. We are not collaborating just once a week, but rather every day and on a number of files. We are very pleased to do so. We will continue to work with the Government of Quebec.
Réduire
Voir le profil de Yves Perron
BQ (QC)
Voir le profil de Yves Perron
2020-05-26 12:50 [p.2422]
Ouvrir
Monsieur le Président, j'aimerais formuler une question en deux temps à mon collègue d'en face. Il a parlé de ses employés, au début de son discours. Évidemment, nous reposons tous sur nos employés et nous les trouvons tous très importants.
Je veux lui demander s'il a fait une demande pour bénéficier du programme de soutien pour ses employés de bureau. Évidemment, la réponse sera non, et c'est parce que le budget du bureau n'a pas été amputé. Le budget du bureau ne souffre pas de la crise de la COVID-19. Le budget qui est mis à la disposition des entreprises, c'est pour sauver les entreprises en difficulté.
Voici le deuxième volet de ma question. En espérant qu'il répondra non au premier volet, comment explique-t-il que son parti puisse, sans scrupule, aller chercher l'argent public qu'on a libéré pour aider les entreprises en difficulté, alors que ce même parti a refusé de remplir ses engagements à rétablir le financement public des partis politiques?
Mr. Speaker, I have a two-part question for my colleague across the aisle. He talked about his staff at the beginning of his speech. Obviously, we all rely on our staff and consider them to be extremely important.
I want to ask him if he applied to the program to receive assistance for his office staff. Obviously, his answer will be no, because his office budget has not been cut. The office budget has not suffered as a result of the COVID-19 crisis. The funds made available to businesses are meant to save businesses that are struggling.
Here is the second part of my question. Hoping that his answer to the first part is “no”, how does he explain that his party has unscrupulously gone ahead and applied for public money that has been made available to help struggling businesses, when that same party refuses to fulfill its commitment to restore public funding for political parties?
Réduire
Voir le profil de Francis Scarpaleggia
Lib. (QC)
Voir le profil de Francis Scarpaleggia
2020-05-26 12:51 [p.2422]
Ouvrir
Monsieur le Président, mon bureau n'a pas fait de demande de subvention salariale, parce que mon bureau n'est pas un parti politique. Nous ne faisons pas de partisanerie dans mon bureau, ni dans celui de mon collègue, j'imagine.
Effectivement, la philosophie de tous ces programmes que le gouvernement a mis au point est d'aider les travailleurs et les familles. Il y a des programmes qui visent les entreprises, les organismes à but non lucratif et autres, mais le but commun est d'aider les individus, les familles, à traverser la crise. Je ne veux pas faire de la politique partisane avec cela.
Mr. Speaker, my office has not applied for the wage subsidy because my office is not a political party. We set partisanship aside in my office, just as I imagine my colleague does in his.
Indeed, the philosophy behind all the programs the government has created is to help workers and families. There are programs targeted at businesses, non-profit organizations and so on, but the common goal is to help individuals and families get through the crisis. I do not want to turn this into a partisan issue.
Réduire
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Voir le profil de Yves-François Blanchet
2020-05-26 14:28 [p.2438]
Ouvrir
Monsieur le Président, je ne sais pas combien de réponses creuses et vides le premier ministre a pour les médias, le Parlement et les contribuables québécois, mais il va découvrir que le Bloc québécois va le suivre jusqu'en campagne électorale avec le fait qu'il a la main dans le sac de l'argent public. Il disait ce matin en point de presse que les programmes ne jugent pas, mais que les électeurs jugent. Le programme n'a pas de jugement. Le premier ministre devrait en avoir.
Est-ce que le premier ministre aura assez de jugement pour renoncer à la subvention salariale à laquelle le Parti libéral ne devrait pas avoir droit et remettre l'argent, le cas échéant?
Mr. Speaker, I do not know how many empty, hollow responses the Prime Minister has for the media, Parliament and Quebec taxpayers, but he will see that the Bloc Québécois is going to keep an eye on him right up until the election because he has his hand in the public purse. At a press briefing this morning, he said that programs do not judge, but voters do. The program has no judgment. The Prime Minister should have some.
Will the Prime Minister have enough judgment to forgo the wage subsidy, which the Liberal Party does not deserve, and to return the money, where appropriate?
Réduire
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:29 [p.2438]
Ouvrir
Monsieur le Président, partout au pays, des gens qui travaillent pour différentes organisations ou entreprises risquent de perdre leur emploi à cause de la COVID-19. L'aide aux travailleurs que nous avons donnée, c'est justement pour nous assurer que les gens gardent leur emploi pour que l'économie puisse reprendre. Nous avons bougé rapidement pour pouvoir aider les gens de partout au pays.
Nous nous concentrons toujours sur les travailleurs et c'est eux que nous aidons avec cette subvention aux travailleurs.
Mr. Speaker, people across the country who work for various organizations and companies are at risk of losing their jobs because of COVID-19. The help we have given workers is to ensure that they keep their jobs so the economy can recover. We moved swiftly so that we could help people across the country.
We continue to focus on the workers, and they are the ones we are helping with this worker subsidy.
Réduire
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Voir le profil de Yves-François Blanchet
2020-05-26 14:29 [p.2439]
Ouvrir
Monsieur le Président, nous aurons l'occasion d'y revenir. Le NPD a dit qu'il avait recours au programme. Jusqu'à ce que le NPD le dise, on ne savait pas que les libéraux et les conservateurs avaient non seulement demandé, mais obtenu de l'argent. C'était tellement discret. En effet, ce programme sert à préserver un lien d'emploi. C'est un programme pour les entreprises et les travailleurs et il fallait protéger les jobs.
Est-ce que le premier ministre dit aujourd'hui qu'il aurait mis à pied tout le personnel du Parti libéral s'il n'avait pas eu la subvention salariale?
Mr. Speaker, this will come up again. Until the NDP said it had applied to the program, nobody had any idea that the Liberals and the Conservatives had not only applied for money but also received it. They kept things very quiet. The purpose of the program is to keep people employed. It is a program for businesses and workers, and jobs needed to be protected.
Is the Prime Minister now saying that, if not for the wage subsidy, he would have laid off everyone working for the Liberal Party?
Réduire
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:30 [p.2439]
Ouvrir
Monsieur le Président, des organismes et des entreprises de partout au pays font face à des difficultés à cause de la COVID-19. Ce programme de subvention salariale est là pour les organismes sans but lucratif, les organismes caritatifs et les entreprises qui ont subi une baisse de revenu et qui veulent être là pour assurer la continuité et pour appuyer leurs travailleurs.
En ce qui concerne la transparence, la liste de toutes les compagnies et organisations qui reçoivent la subvention salariale sera publiée. Il y a toujours un désir de transparence dans tout ce que nous faisons en tant que gouvernement.
Mr. Speaker, organizations and businesses across the country are having a hard time because of COVID-19. The wage subsidy program is available to non-profits, charities and businesses that have seen a drop in their income and that want to ensure continuity and support their workers.
To ensure transparency, a list of all companies and organizations receiving the wage subsidy will be made public. Our government always wants everything we do to be transparent.
Réduire
Voir le profil de Christine Normandin
BQ (QC)
Voir le profil de Christine Normandin
2020-05-26 14:40 [p.2441]
Ouvrir
Monsieur le Président, on le répète, la subvention salariale d'urgence, c'est pour les commerces et les PME qui ont peur d'avoir à choisir entre faire faillite ou mettre à pied leurs employés. Ce n’est pas pour des partis politiques multimillionnaires.
Le 15 mai dernier, le ministre des Finances a annoncé que la subvention salariale d'urgence serait prolongée de trois mois jusqu’à la fin août. Ma question est simple: savait-il à ce moment-là que son propre parti en profiterait?
Mr. Speaker, I want to reiterate that the emergency wage subsidy is for businesses and SMEs that are worried they will have to choose between going bankrupt or laying off their employees. It is not for multi-millionaire political parties.
On May 15, the finance minister announced that the emergency wage subsidy would be extended by three months until the end of August. My question is simple. Did he know at that time that his own party would benefit from the subsidy?
Réduire
Voir le profil de Bill Morneau
Lib. (ON)
Voir le profil de Bill Morneau
2020-05-26 14:40 [p.2441]
Ouvrir
Monsieur le Président, nous avons décidé que la Subvention salariale d'urgence est très importante pour chaque secteur et pour chaque situation, partout au pays. Notre approche est de protéger les employés. Si une entreprise subit une diminution de revenus de 30 % ou plus, elle aura accès à la Subvention salariale d'urgence. C'est pour protéger les employés et nous pensons que c'est une bonne approche.
Mr. Speaker, we decided that the emergency wage subsidy is very important for every industry and every situation across the country. Our approach is to protect employees. If a business experiences a drop in revenue of 30% or more, it will have access to the emergency wage subsidy. The purpose of the subsidy is to protect employees, and we think it is a good approach.
Réduire
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Voir le profil de Yves-François Blanchet
2020-05-25 14:27 [p.2351]
Ouvrir
Monsieur le Président, le Québec a un tissu économique assez particulier, parce qu'au cours des dernières décennies, il s'est construit une structure formidable de petites et moyennes entreprises à propriétés québécoises.
Aujourd'hui, ce tissu économique est menacé par la pandémie et par l'affaiblissement des entreprises au Québec, qui risquent d'être achetées par des entreprises plus grosses et souvent à l'étranger. C'est un grave problème. Un montant de 100 000 $, 200 000 $ ou 300 000 $ pourrait sauver quelques-unes de ces entreprises, mais cet argent va aller dans les coffres du Parti libéral du Canada.
Est-ce que le premier ministre peut s'engager immédiatement à renoncer à la participation du Parti libéral à la subvention salariale?
Mr. Speaker, Quebec has a rather unique economic fabric because, over the past decades, it has built an amazing structure of small and medium-sized businesses owned by Quebeckers.
Today, that economic fabric is threatened by the pandemic and the weakening of businesses in Quebec, which are at risk of being bought by larger businesses that are often located abroad. That is a serious problem. Injections of $100,000, $200,000 or $300,000 could save some of those businesses, but that money is going to go into the coffers of the Liberal Party of Canada.
Will the Prime Minister commit right here and now to reversing the Liberal Party's participation in the wage subsidy program?
Réduire
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-25 14:27 [p.2351]
Ouvrir
Monsieur le Président, nous avons mis sur pied un programme de subvention salariale pour aider les entreprises, les OSBL et les organismes caritatifs à garder leurs employés pendant cette période de pandémie. Nous savons que des travailleurs de toutes sortes d'organismes et d'entreprises ont besoin de continuer à payer leur loyer et à acheter l'épicerie. C'est pour cela que nous avons mis la subvention en place pour tous les organismes et les entreprises qui en ont besoin. Nous avons besoin que notre économie et notre pays reprennent leur plein essor à la fin de cette pandémie.
Mr. Speaker, we implemented a wage subsidy program to help businesses, NPOs and charitable organizations keep their employees during the pandemic. We know that workers from all sorts of organizations and businesses need to continue to pay their rent and buy groceries. That is why we put the subsidy in place for all organizations and businesses that need it. We need our economy and our country to make a full recovery following this pandemic.
Réduire
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Voir le profil de Yves-François Blanchet
2020-05-25 14:28 [p.2351]
Ouvrir
Monsieur le Président, le Québec au complet écoute les réponses ou les non-réponses du premier ministre. Soyons sérieux. Un programme, c'est pour quelqu'un qui en a besoin. Un parti politique richissime qui a amassé près de 3 millions de dollars dans le premier trimestre n'en a pas besoin.
Peut-on garder l'argent pour les petits commerces au Québec — 30 à 50 % d'entre eux craignent de faire faillite, selon les chambres de commerce — au lieu de laisser l'argent au Parti libéral du Canada?
Mr. Speaker, all of Quebec is listening to the Prime Minister's answers, or lack thereof. Let's be serious. A program is for those in need. A super-wealthy political party that raked in nearly $3 million in the first quarter is not in need.
Instead of letting cash go to the Liberal Party of Canada, can we keep that money for Quebec's small retailers, 30% to 50% of which are worried they may go bust, according to the chambers of commerce?
Réduire
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-25 14:28 [p.2352]
Ouvrir
Monsieur le Président, nous avons mis sur pied des programmes pour aider les travailleurs de partout au pays, que ce soit la Prestation canadienne d'urgence, qui aide 8 millions de Canadiens de partout au pays, ou la subvention salariale, qui aide énormément de travailleurs.
Nous avons fait des investissements pour donner du crédit aux petites entreprises. Nous allons continuer de nous assurer que les entreprises et les travailleurs qui en ont besoin reçoivent le soutien nécessaire pendant cette crise.
Mr. Speaker, we have introduced programs to help workers across Canada, including the Canada emergency response benefit, which is helping eight million Canadians across the country, and the wage subsidy, which is helping countless workers.
We have made investments to offer credit to small businesses. We are going to keep making sure that businesses and workers in need get adequate support during this crisis.
Réduire
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Voir le profil de Yves-François Blanchet
2020-05-25 14:38 [p.2353]
Ouvrir
Monsieur le Président, je commence à comprendre pourquoi le Parti libéral aime mieux ne pas avoir de vraies périodes des questions. Le premier ministre dit: on prend la subvention salariale et on la garde. Il dit aux pêcheurs de l'Est du Québec qu'il garde l'argent dont ils ont besoin. Il dit aux petits commerces sur les rues à Belœil ou dans la circonscription de Papineau qu'il garde pour lui un bout de l'argent dont ils ont besoin. Il dit aux hôteliers qu'il garde l'argent. Il dit aux hôteliers d'aller sur un site Internet où l'on va leur confirmer qu'ils n'ont pas droit à l'argent. Cela n'a pas de bon sens.
Est-ce que le premier ministre peut restaurer un minimum de bon sens, se lever et dire que le Parti libéral renonce à la subvention salariale?
Mr. Speaker, I am beginning to see why the Liberal Party prefers not to have real question periods. The Prime Minister said that they are going to take the subsidy and keep it. He told fishers in eastern Quebec that he is going to keep the money that they need. He told small businesses in Beloeil and in the Papineau riding that he is keeping for himself a chunk of the money that they need. He told hotel operators that he is keeping the money and that they should consult a website where they will find out they are not entitled to the money. That is absurd.
Could the Prime Minister show a modicum of common sense, rise and tell the House that the Liberal Party is forgoing the wage subsidy?
Réduire
Voir le profil de Mary Ng
Lib. (ON)
Voir le profil de Mary Ng
2020-05-25 14:39 [p.2354]
Ouvrir
Monsieur le Président, la Subvention salariale d'urgence du Canada est conçue pour aider les travailleurs à traverser la crise. Ils méritent de recevoir cette aide afin de ne pas avoir à se soucier de se nourrir ou de traverser cette période difficile. Nous voulons soutenir tous les employeurs; c'est pourquoi la subvention salariale est offerte, tant pour les organismes sans but lucratif que pour les entreprises à but lucratif. Cette mesure vise à aider les travailleurs canadiens à traverser cette période très difficile et nous continuerons à appuyer les travailleurs canadiens tout au long de la pandémie.
Mr. Speaker, the Canada emergency wage subsidy is there to help workers through this time. Workers deserve that assistance so that they do not have to worry about putting food on the table or weathering this difficult time. We want to support all employers, which is why the wage subsidy is available whether it is a not-for-profit or for-profit business. This is to help Canadian workers through this very difficult time, and we are going to continue supporting Canadian workers through this period.
Réduire
Voir le profil de Alain Therrien
BQ (QC)
Voir le profil de Alain Therrien
2020-05-25 14:39 [p.2354]
Ouvrir
Monsieur le Président, les libéraux ont amassé presque 3 millions de dollars dans les premiers mois de 2020 et les conservateurs, 4 millions. Ils sont plein aux as. Ils sont capables de payer leur personnel, pourtant ils demandent aux familles de se cotiser pour payer à leur place. Pourquoi? C'est par partisanerie. Ils demandent à des Québécois qui ont perdu leur travail de payer leurs employés, parce qu'ils ne veulent pas piger dans la caisse électorale.
Je vais poser ma question. Cela fait longtemps que je voulais la poser.
Pourquoi est-il si difficile pour un libéral de se tenir loin des petits paniers de bonbons?
Mr. Speaker, the Liberals raised almost $3 million in the first few months of 2020, while the Conservatives raised $4 million. They are rolling in cash. They can pay their staff, but they are asking families to chip in and pay them. Why? It is partisanship. They are asking Quebeckers who lost their jobs to pay party staff because they do not want to dip into their election funds.
I will ask my question. I have wanted to ask it for a long time.
Why is it so difficult for the Liberals to keep their hands out of the cookie jar?
Réduire
Voir le profil de Mary Ng
Lib. (ON)
Voir le profil de Mary Ng
2020-05-25 14:40 [p.2354]
Ouvrir
Monsieur le Président, je crois que tous s'entendent pour dire que la COVID-19 a grandement affecté les Canadiens. Nous avons demandé aux Canadiens de faire quelque chose d'extraordinaire durant cette période afin de lutter contre la COVID-19, et les travailleurs sont au cœur de cette démarche. La Subvention salariale d'urgence du Canada est là pour aider nos travailleurs canadiens de manière à les soutenir tout au long de cette période très éprouvante. Nous allons continuer de le faire. Peu importe le secteur d'activités ou la taille de l'organisation, nous allons aider les travailleurs canadiens.
Mr. Speaker, I think everyone agrees that COVID-19 has been very hard on Canadians. We have asked Canadians to do something extraordinary through this period to fight COVID-19, and workers are at the very heart of this. The Canada emergency wage subsidy is there to help our hard-working Canadians so that they can be supported during this difficult time. We are going to continue to do that. Irrespective of what sector, irrespective of what size an organization is, we are going to help Canadian workers.
Réduire
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
2020-05-25 14:41 [p.2354]
Ouvrir
Monsieur le Président, ce qui est cynique, c'est que les conservateurs ont aboli le financement public des partis politiques. Quand le Bloc a déposé un projet de loi pour le rétablir, les libéraux ont voté contre. Ils ont voté contre le financement démocratique et transparent des partis selon les votes reçus. Aujourd'hui, c'est sans gêne que les deux partis millionnaires pigent dans l'argent des contribuables.
Il faudra réfléchir au bien-fondé du financement public des partis. Dans l'immédiat, est-ce que le premier ministre va demander à son parti de rembourser l'argent?
Mr. Speaker, what is cynical is that the Conservatives abolished public funding for political parties. When the Bloc introduced a bill to re-establish the funding, the Liberals voted against it. They voted against democratic and transparent funding for parties based on votes received. Today, both millionaire parties are blatantly helping themselves to taxpayers' money.
We should consider the merit of public funding for political parties. In the meantime, will the Prime Minister ask his party to repay the money?
Réduire
Voir le profil de Mary Ng
Lib. (ON)
Voir le profil de Mary Ng
2020-05-25 14:41 [p.2354]
Ouvrir
Monsieur le Président, durant cette période de crise de la COVID-19, je crois que nous pouvons tous être fiers d'une chose, et c'est le fait que nous avons travaillé en étroite collaboration. Nous avons uni nos efforts en tant que Canadiens afin de contribuer à soutenir nos entreprises, nos organisations et, ce qui est le plus important, les citoyens et les travailleurs canadiens pour qu'ils n'aient pas à se préoccuper de trouver leur prochain repas ou de payer leur logement.
Au cours de cette période difficile, nous allons continuer d'appuyer les Canadiens et les travailleurs, et c'est ce que la Subvention salariale d'urgence du Canada fait pour eux.
Mr. Speaker, during this difficult period of COVID-19, I think all of us have something to be very proud of, which is that we have all worked together. We have banded together as Canadians to help support our businesses, organizations and, most importantly, Canadians and Canadian workers so that they do not have to think about where they are going to get their next meal or how they are going to pay for the roofs over their heads.
During this difficult period, we are going to continue to support Canadians and workers, and that is what the wage subsidy is doing for Canadians.
Réduire
Résultats : 1 - 60 de 60

Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes