Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 100 de 78160
Voir le profil de Ruby Sahota
Lib. (ON)
Voir le profil de Ruby Sahota
2022-05-10 13:03
Ouvrir
La séance est ouverte.
Bienvenue à la deuxième réunion du Sous-comité des affaires émanant des députés. Conformément au paragraphe 91.1(1) du Règlement, nous nous réunissons pour examiner l'affaire inscrite à l'ordre de priorité le 3 mai, afin de décider si elle est non votable.
Y a‑t‑il des observations? Est‑ce que quelqu'un pense que cette affaire, à savoir le projet de loi S‑211, devrait être non votable?
Des députés: Non.
La présidente: Je propose que le projet de loi S‑211, qui a été inscrit récemment à l'ordre de priorité et qui est à l'étude aujourd'hui, demeure votable.
Quelqu'un pourrait‑il appuyer cette motion?
Réduire
Voir le profil de Ryan Turnbull
Lib. (ON)
Voir le profil de Ryan Turnbull
2022-05-10 13:04
Ouvrir
Je vais l'appuyer, madame la présidente.
(La motion est adoptée.)
Réduire
Voir le profil de Ruby Sahota
Lib. (ON)
Voir le profil de Ruby Sahota
2022-05-10 13:04
Ouvrir
Merci, monsieur Turnbull.
La prochaine motion se lit comme suit:
Que le Sous-comité présente un rapport énumérant l'affaire qui, selon lui, ne devrait pas être désignée non votable et recommandant à la Chambre de l'examiner.
Pourrais‑je demander à quelqu'un de l'appuyer?
Merci.
(La motion est adoptée.)
La présidente: Voici la troisième motion:
Que la présidence fasse rapport dès que possible des conclusions du Sous-comité au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.
(La motion est adoptée.)
La présidente: Très bien.
Voilà qui met fin à notre réunion d'aujourd'hui. Merci beaucoup. La séance est levée.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Je déclare la séance ouverte.
Bienvenue à la 18e réunion du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires de la Chambre des communes.
Aujourd'hui, nous allons poursuivre notre étude sur la Stratégie nationale de construction navale. Nous discuterons également des travaux du Comité pendant les 60 dernières minutes de la réunion. Heureusement, bien que nous ayons été un peu retardés au départ, nous avons une certaine marge de manœuvre dans notre deuxième heure.
Conformément à l'ordre de la Chambre du 25 novembre 2021, la réunion d'aujourd'hui se déroule en format hybride. Les membres du Comité assistent à la réunion sur place ou par l'intermédiaire de l'application Zoom.
En ce qui concerne la liste des intervenants, le greffier du Comité et moi-même ferons de notre mieux pour maintenir un ordre de parole unique pour l'ensemble des membres, qu'ils participent virtuellement ou en personne. J'aimerais profiter de l'occasion pour rappeler à tous les participants qu'il est interdit de faire des captures d'écran ou de prendre des photos de leur écran.
Compte tenu de la pandémie et à la lumière des recommandations des autorités sanitaires ainsi que de la directive du Bureau de régie interne du 19 octobre 2021, il est recommandé à tous ceux qui assistent à la réunion en personne de prendre les mesures suivantes afin d’assurer la santé et la sécurité de chacun.
Toute personne présentant des symptômes doit participer à la réunion sur Zoom et se garder de le faire en personne. Chacun doit observer la distanciation physique de deux mètres, qu'il soit assis ou debout. Chacun doit porter un masque non médical lorsqu'il circule dans la salle. Il est recommandé avec la plus grande insistance possible que les membres portent leur masque à tout moment, y compris lorsqu'ils sont assis. Des masques non médicaux, qui offrent une meilleure clarté d'expression que les masques en tissu, sont disponibles dans la salle.
Toutes les personnes présentes doivent se laver les mains en utilisant le désinfectant pour les mains qui se trouve à l'entrée de la salle. Les salles de comité sont nettoyées avant et après chaque réunion, mais il est de bon conseil — et nous vous encourageons à le faire — de nettoyer les surfaces telles que le bureau, la chaise et le microphone avec les lingettes désinfectantes fournies lorsque vous quittez votre siège ou que vous prenez place. En tant que président, je veillerai à ce que ces mesures soient appliquées pendant toute la durée de la réunion. Je remercie d'avance les membres de leur coopération.
Sur ce, j'aimerais souhaiter la bienvenue à nos témoins, M. Mitchell et M. Bureaux. Messieurs, je vous remercie d'être ici aujourd'hui.
Je vous rappelle que des copies des présentations que vous nous avez fournies seront remises à tous les membres du Comité pour qu'ils y aient accès.
Monsieur Bureaux, êtes-vous disposé à nous livrer votre déclaration liminaire? Allez‑y, je vous prie.
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:19
Ouvrir
Bonjour à tous.
Monsieur le président, merci.
Bonjour.
Comme on l'a mentionné, je m'appelle Don Bureaux et j'ai l'honneur d'être le président du Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse. Je vous salue de la belle vallée de l'Annapolis, ici en Nouvelle-Écosse.
C'était une journée très spéciale en octobre 2011, lorsque tous les Néo-Écossais ont célébré collectivement l'attribution à Irving Shipbuilding d'un contrat de plusieurs millions de dollars pour la construction de navires de combat pour le gouvernement fédéral. L’intérêt de faire partie de ce projet était immense et l’excitation de retrouver notre place au pays en tant que province de construction navale a suscité un sentiment de fierté sans précédent.
Je suis devenu président du Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse la même année. Établissement d'enseignement panprovincial, nous sommes le seul collège de la Nouvelle-Écosse qui est financé par l'État. Notre mandat est d'aider à former de la main-d'œuvre pour notre province et nous avons pour ce faire 17 lieux d'enseignement.
Depuis mon entrée en fonction, nous avons travaillé très fort et avec grande fierté en collaboration avec l'entreprise Irving Shipbuilding, qui s'est montrée très enthousiaste à l'idée de jeter les bases de cet énorme projet. Une partie de sa soumission était une proposition de valeur qui incluait le travail que nous avons fait en partenariat avec elle pour étoffer les compétences et le dynamisme de son effectif en assurant la mobilisation de tous.
Comme coup d'envoi de ce partenariat positif, nous avons signé un protocole d'entente avec Irving pour assurer la mise en place d'un centre d'excellence. L’une des principales initiatives issues du centre a été nos programmes Pathways. L'objectif était d'ouvrir les portes aux personnes traditionnellement sous-représentées dans l'industrie de la construction navale, nommément les femmes, les Néo-Écossais d'origine africaine, les Autochtones, les personnes handicapées et les Néo-Canadiens en phase d'apprentissage.
Le soutien de nos collectivités a été un élément essentiel du succès de nos diplômés. Des partenaires comme l'East Preston Empowerment Academy, la Mi'kmaw Native Friendship Society et Women Unlimited ont apporté un soutien à l'intégration inestimable et soutenu aux apprenants tout au long de leur parcours.
Un certain nombre de personnes ont obtenu leur diplôme dans le cadre de ce programme, et la majorité d'entre elles ont effectué des stages, bénéficié d’un mentorat et trouvé un emploi sur le chantier naval.
L'une des clés du succès du programme a été les conseils et les enseignements culturels sans précédent que nos partenaires communautaires ont prodigués aux étudiants, tant au collège que sur le chantier. S'est ajouté à cela un programme de préparation de 14 semaines appuyé d'importantes composantes culturelles, qui a permis de constituer une communauté solidaire d'apprenants fondée sur le partage d'expériences culturelles. Le Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse et Irving continuent de travailler avec leurs partenaires — qui comprennent les gouvernements provincial et fédéral, les syndicats, les associations industrielles et notre agence locale d'apprentissage — afin de bonifier les possibilités de perfectionnement, notamment les bourses d'études.
Grâce à son équipe de formation personnalisée, le collège a également contribué à la formation et à la mise à niveau des compétences de centaines de personnes. L'équipe continue d'ailleurs de mettre au point des mesures de soutien à la formation pour aider à affiner les compétences de ceux qui construisent les navires du Canada. Parallèlement au travail du centre, le collège, avec Irving, s'est efforcé d'améliorer ses infrastructures afin de répondre aux besoins croissants. Il a notamment ouvert un nouveau centre d’apprentissage communautaire à Amherst, qui offre de nouveaux programmes, deux nouveaux laboratoires pour les métiers du métal à nos campus de la région métropolitaine de Halifax et du Cap-Breton, un nouveau laboratoire pour les métiers de la tuyauterie à notre campus de Halifax, ainsi qu'un nouveau laboratoire et de nouveaux programmes à notre campus de Kentville.
J'ai soumis un document d'information plus détaillé, mais les faits et les chiffres ne rendent pas compte de l'ampleur des dividendes du projet. Les mots et les transformations personnelles de nos diplômés en disent tellement plus.
Par exemple, Antonia Wareham, l'une de nos premières diplômées, qui est maintenant mentore pour ceux qui ont suivi le programme, a déclaré: « Je suis incroyablement fière. Le programme Pathways aide à diversifier l'industrie et améliore ses chances de réussir sans anicroche. » Sattina Dabb a déclaré: « Je suis maintenant une femme de métier. Je peux être un modèle pour mes enfants, en particulier pour ma fille. » Enfin, Brad Paul a dit ceci: « Je voulais une carrière qui allait me permettre de m'épanouir, certes, mais surtout, je voulais pouvoir donner à ma fille les possibilités que je n'ai pas eues. »
La mission de notre collège est simple. Il s'agit d'édifier l'économie et la qualité de vie de la Nouvelle-Écosse par l'éducation et l'innovation, un apprenant à la fois. Notre partenariat avec Irving pour soutenir ce travail stratégique s'inscrit parfaitement dans cette mission. Les transformations que ce partenariat a favorisées chez des personnes comme Antonia, Sattina et Brad témoignent des effets d'entraînement inestimables qui découlent de la proposition de valeur de ce contrat.
Ce qui a commencé il y a dix ans comme un avantage économique majeur pour notre région — et qu'un observateur a appelé un « dividende de l'optimisme » — a pris une importance encore plus grande avec l'augmentation de l'activité mondiale. Pour nous tous, cette dynamique a cristallisé l'importance d'investir dans la constitution d'une main-d'œuvre qualifiée capable de remplir ce contrat national.
Monsieur le président, membres du Comité, en conclusion, je vous remercie de m'avoir donné l'honneur de m'adresser à vous au nom du Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse. Je serai heureux de répondre à vos questions.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Merci, monsieur Bureaux.
Monsieur Mitchell, si vous avez une brève déclaration liminaire à faire, la parole est à vous.
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 13:25
Ouvrir
En examinant les témoignages présentés devant ce comité, je constate que beaucoup ont souligné le côté difficile de l'approvisionnement en matière de défense. Aucun autre domaine ne présente ce degré de difficulté, lequel a presque causé l'élimination d'une capacité des Forces armées canadiennes, faute de décision. Le cas des sous-marins a été et est toujours un exemple patent de cela.
À moins que le gouvernement n'annonce explicitement que les sous-marins seront remplacés lors de la prochaine mise à jour de notre politique de défense, il est très probable que la classe actuelle de ces bâtiments sera la dernière. La perte des sous-marins rendra notre marine beaucoup moins performante dans un monde où le nombre de marines qui les exploitent va croissant et non le contraire.
L'actuelle stratégie nationale de construction navale ne prévoit pas le remplacement des sous-marins de la classe Victoria qu'exploite la Marine royale canadienne.
La politique Protection, Sécurité, Engagement ne s'engage qu'à les moderniser. Ce processus est déjà en cours, ce qui permettra aux quatre unités actuelles de continuer à fonctionner jusqu'en 2035 environ. À ce moment‑là, le plus vieux sous-marin de la flotte, le NCSM Chicoutimi, aura 52 ans. La poursuite des opérations à bord de ce dernier se fera donc dans des conditions très risquées.
L'année 2035 n'est que dans 13 ans. Des projets complexes d'acquisition de matériel de défense comme celui des chasseurs de prochaine génération et celui des navires de combat de surface canadiens sont en cours depuis deux décennies et ils n'ont pas encore permis de remplacer les systèmes vieillissants utilisés présentement. Si la prolongation de la durée de vie d'un navire de surface constitue un défi, dans le cas d'un sous-marin, elle met directement en danger l'équipage.
Dans les années 1990, le service sous-marinier du Canada a vécu une expérience de mort imminente en raison de l'indifférence politique à l'égard des conseils professionnels de la Marine. Cette indifférence s'est prolongée jusqu'à la dernière minute, avec un certain degré de marchandage pour une réduction de prix plus importante que ce qui avait déjà été négocié, des résultats finaux qui ont peut-être renforcé certains des problèmes que la Marine royale canadienne a eus pour rendre les sous-marins opérationnels. Il n'est pas tout à fait certain que le système politique restera indifférent à l'avenir du service sous-marinier du Canada, mais cette fois‑ci, il n'y aura pas d'option de vente au rabais pour le sauver, si tel était le cas.
Le récent accord AUKUS entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie met en évidence le rôle des sous-marins nucléaires. La Marine royale canadienne a toujours soutenu que les sous-marins nucléaires étaient préférables aux sous-marins conventionnels. Certains peuvent penser que c'est dû au fait que nos eaux arctiques sont glacées et que cela pose des difficultés aux sous-marins conventionnels qui doivent périodiquement faire surface. Toutefois, le temps de déplacement nécessaire pour qu'un sous-marin canadien puisse être mis à l'eau, que ce soit dans nos régions arctiques ou à l'étranger, incite à recommander l'option nucléaire, car de tels sous-marins peuvent se déplacer à grande vitesse sous l'eau indéfiniment.
Qu'il s'agisse de l'option conventionnelle ou nucléaire, si le Canada doit remplacer ses sous-marins, il devra prendre des décisions en ce sens très prochainement. La Marine a toujours présenté de solides raisons stratégiques pour que le Canada exploite ces systèmes.
Compte tenu de la complexité de leur conception et de leur construction, ainsi que de la particularité de nos propres exigences, nous devrons travailler en étroite collaboration avec une entreprise qui a fait ses preuves dans la construction de ces sous-marins. La plupart des systèmes disponibles sur le marché ne répondront pas d'office aux besoins de la Marine royale canadienne, et ce ne sont pas tous les pays qui construisent des sous-marins qui voudront nécessairement coopérer avec nous.
De plus, malgré les investissements faits dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, les chantiers navals canadiens n'ont pas construit de sous-marins depuis la Première Guerre mondiale, et l'idée de recréer le capital industriel nécessaire pour reprendre ce créneau serait en soi une proposition très coûteuse, comme l'ont découvert les Australiens avec leur propre programme de sous-marins de classe Collins.
Heureusement, le contrat de soutien en service des sous-marins de la classe Victoria a permis le développement d'un écosystème industriel local qui permettra de prendre en charge et d'entretenir les sous-marins dont nous ferons l'acquisition. Bien que la classe Victoria ait été injustement calomniée par le tribunal de l'opinion publique et dans les médias, bon nombre des problèmes associés à cette classe peuvent être attribués à la manière dont ils ont été achetés et à l'état désastreux dans lequel le service sous-marinier s'est retrouvé à la fin des années 1990. Nous disposons d'un court laps de temps pour nous assurer que ces situations ne se répéteront pas.
Le gouvernement a annoncé que la politique Protection, Sécurité, Engagement l'ESS sera revue sous peu. Lors de cet examen, le Canada devrait opter pour le maintien de cette capacité. Plus la décision est reportée, plus il est probable que les sous-marins de la classe Victoria seront les derniers à être exploités par la Marine royale canadienne.
Voilà qui conclut ma déclaration. Je suis prêt à répondre à vos questions.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Merci, monsieur Mitchell.
Sur ce, nous allons commencer les questions avec M. Paul-Hus, pour six minutes.
Réduire
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Je vous remercie, monsieur le président.
Bonjour, messieurs, je vous remercie d'être avec nous aujourd'hui.
Monsieur Mitchell, je pense que de plus en plus de gens commencent à comprendre que, sur le plan stratégique, il y a une menace qui vient du Nord, dans le secteur de l'Arctique. De plus, le Canada est un pays bordé de trois océans.
Vous faites de la formation, vous formez des officiers. Vous êtes donc en relation directe avec des militaires.
Selon les discussions que vous avez, êtes-vous capable de comprendre pourquoi personne, sur le plan politique, ne montre d'intérêt pour ce qui est d'activer rapidement l'acquisition du sous-marin?
Pourquoi y a-t-il une rupture entre les besoins opérationnels du Canada et les décisions politiques?
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 13:30
Ouvrir
Je suis désolé. Je n'ai pas entendu l'interprétation. Encore une fois, je m'excuse vraiment de cela.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
J'ai arrêté le chronomètre momentanément.
Monsieur Paul-Hus, pouvez-vous reposer votre question, s'il vous plaît?
Réduire
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
D'accord.
Messieurs, je vous remercie d'être avec nous aujourd'hui.
Le Canada est bordé de trois océans, et nous savons très bien que, sur le plan stratégique, il y a une menace qui vient de l'Arctique, du Nord, et que les Russes et les Chinois sont présents dans le secteur.
Monsieur Mitchell, vous êtes en relation avec des militaires, parce que vous participez à leur formation. Vous parlez beaucoup avec des militaires. D'un point de vue stratégique et militaire, il est évident que nous avons besoin du sous-marin.
Pourriez-vous m'expliquer pourquoi, sur le plan politique, il ne semble pas y avoir de volonté en ce sens? Quelle en serait la raison d'un point de vue politique?
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 13:32
Ouvrir
Je pense que, pour la plupart des Canadiens, toute capacité axée sur des opérations offensives est matière à controverse. Parce que nous sommes entourés de trois océans et que notre frontière sud est gardée par une superpuissance, la plupart des Canadiens croient en fait que nous vivons dans une communauté fermée. Pour la majorité des Canadiens, la sécurité est une préoccupation secondaire, et je crois que le système politique réagit en conséquence.
Souvent, on peine à dire exactement ce qui est la menace pour l'Arctique. Il y a des menaces qui passent par l'Arctique sous forme de missiles et peut-être sous forme de sous-marins, mais dans l'ensemble, notre Arctique est passablement en sécurité étant donné la difficulté d'y opérer.
Pour ce qui est de la menace des sous-marins, je pense qu'elle est largement hypothétique. Il y a assurément une possibilité que les Russes, les Chinois ou une autre nation — même l'un de nos alliés — soient en mesure de faire passer un sous-marin par là, mais la principale question est de savoir pourquoi ils le feraient. La portée des missiles balistiques lancés par sous-marin et des missiles de croisière hypersoniques que certains d'entre eux sont capables de lancer est telle qu'il n'est plus nécessaire d'envoyer un sous-marin dans nos eaux arctiques pour effectuer ces lancements, alors que ce n'était pas le cas dans les années 1960.
Je pense que la menace des sous-marins est hypothétique dans une vaste mesure. Il est possible qu'à l'avenir, le fait de passer par les eaux canadiennes puisse raccourcir le temps de déplacement pour certains trajets et qu'il y ait une volonté de procéder de la sorte. Il reste que ce serait une manœuvre délicate, étant donné le manque de renseignements sur l'hydrographie et l'océanographie de cette région, et la compréhension limitée de son profil abyssal. Le risque d'échouer votre sous-marin ou de heurter le côté d'un promontoire sous-marin ou d'une île serait assez important.
Cela dit, il y a plus de raisons de revendiquer des sous-marins que la simple question arctique. Il ne fait aucun doute qu'ils apportent des capacités énormes qui jouent un rôle dans la dissuasion stratégique, du point de vue du renseignement et en ce qui a trait au soutien des opérations de la flotte pour toute une série de fonctions différentes qu'un groupe opérationnel canadien pourrait entreprendre en cours de route ou aux fins d'entraînement avant un déploiement.
Toutes ces choses recommandent l'apport de sous-marins. Or, il est très difficile d'essayer d'expliquer cela au public canadien. Les aspects techniques et les niveaux de classification rendent la chose intrinsèquement ardue.
Réduire
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Je vous remercie.
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 13:35
Ouvrir
Je pense que cela explique pourquoi il y a beaucoup de résistance à l'idée des sous-marins, notamment en raison de la difficulté que nous avons eue à les rendre opérationnels depuis 1998. Je crois que cela y contribue également.
Réduire
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
D'accord.
On ne doit pas nécessairement attendre que la population comprenne ces problèmes. Je pense que certaines décisions tactiques et stratégiques doivent tout simplement être prises par le gouvernement.
Dans notre comité, nous parlons beaucoup d'approvisionnement. L'objectif du Comité est aussi de déterminer des façons d'être efficaces et d'améliorer l'approvisionnement en matière de défense. Vous dites, dans le cas des sous-marins, que si le Canada décidait d'en acheter, il faudrait au minimum de 15 à 20 ans avant d'obtenir les premiers.
Pour le gouvernement du Canada, quelle serait la meilleure façon d'acquérir des sous-marins plus rapidement?
Devrions-nous acheter des sous-marins de l'étranger, quitte à en faire l'entretien ici, au Canada, pour profiter des retombées économiques?
Avez-vous une idée sur la façon dont cela pourrait se faire?
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 13:36
Ouvrir
Malheureusement, étant donné la complexité du système d'armes, il n'y a pas de solution simple en ce qui concerne l'acquisition de sous-marins.
Il existe de nombreux types de sous-marins, tant conventionnels que nucléaires, mais les options offertes par les chantiers navals allemands, français ou espagnols, et les programmes en cours de développement avec la Corée et le Japon ont été conçus pour répondre à des besoins locaux. Les sous-marins canadiens doivent être en mesure d'aller en mer et d'être déployés dans le monde entier, plutôt que de simplement opérer dans les régions littorales. C'est pourquoi de nombreuses conceptions européennes ne nous conviennent pas.
Nos sous-marins doivent avoir une longue endurance et être en mesure d'évoluer sans avoir accès à des installations de soutien. Tous ces éléments rendent la conception d'un sous-marin adapté aux besoins particuliers du Canada intrinsèquement difficile, et c'est pourquoi...
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Merci, monsieur Mitchell. Je m'excuse de vous interrompre, mais nous avons des contraintes de temps. Si vous pensez pouvoir ajouter quelque chose à cette réponse, n'hésitez pas à l'acheminer par écrit à notre greffier, qui se chargera de relayer l'information à tous les membres du Comité.
Nous passons maintenant à M. Housefather, pour six minutes.
Réduire
Voir le profil de Anthony Housefather
Lib. (QC)
Voir le profil de Anthony Housefather
2022-05-06 13:37
Ouvrir
Merci beaucoup, monsieur le président.
Merci aux deux témoins d'être ici aujourd'hui. Je suis content de voir que les problèmes techniques de M. Mitchell ont été réglés.
Monsieur Bureaux, je vais commencer par vous.
Je pense que ce programme éducatif, le programme Pathways, et l'ensemble de votre programme visant à former des gens pour travailler dans nos chantiers navals sont phénoménaux. Je veux comprendre... Quel pourcentage de vos diplômés est placé chez Irving? Y a‑t‑il une entente avec Irving selon laquelle l'entreprise prendra tous ceux qui veulent y aller et y travailler, au moins pour un programme de stage, sinon pour un emploi?
Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste cette relation?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:38
Ouvrir
Il y a une entente selon laquelle les étudiants qui réussissent le programme pourront compléter cette partie du programme, qui est une composante pratique, sur le lieu de travail. Étant donné le besoin de main-d'œuvre, Irving a embauché toutes les personnes que nous avons pu diplômer.
En fait, en 2020, nous avons eu une classe qui mérite d'être évoquée. Vingt personnes de la communauté africaine de Nouvelle-Écosse ont commencé le programme et à la fin de ce dernier, il y avait 20 diplômés. Ces vingt diplômés ont ensuite effectué un stage et ils ont tous été embauchés. Ce programme a eu beaucoup de succès, surtout qu'en ce moment, la question de la main-d'œuvre est on ne peut plus névralgique.
Réduire
Voir le profil de Anthony Housefather
Lib. (QC)
Voir le profil de Anthony Housefather
2022-05-06 13:39
Ouvrir
Oui, tout à fait.
Je veux comprendre. Je veux approfondir un peu le sujet. Essentiellement, il s'agit d'un programme de deux ans, c'est bien cela?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:39
Ouvrir
Oui, c'est un programme de deux ans.
Réduire
Voir le profil de Anthony Housefather
Lib. (QC)
Voir le profil de Anthony Housefather
2022-05-06 13:39
Ouvrir
Combien d'étudiants y a‑t‑il dans les différents groupes que vous acceptez chaque année? Quel est le nombre total d'étudiants que vous êtes en mesure d'admettre en classe chaque année?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:39
Ouvrir
Encore une fois, il y a différents types de programmes. Il y a ceux que l'on qualifie de « personnalisés », qui sont un peu plus courts et un peu plus intensifs. Les programmes peuvent aller jusqu'à deux ans.
Le modèle que nous avons est très souple, donc s'il y a un besoin particulier d'augmenter le nombre de places, nous pouvons le faire très rapidement. Nous sommes en mesure de gérer une cohorte de 20 ou de 200 personnes, voire plus si la demande est là.
Réduire
Voir le profil de Anthony Housefather
Lib. (QC)
Voir le profil de Anthony Housefather
2022-05-06 13:39
Ouvrir
Il y a une demande manifeste du côté du chantier naval, qui a besoin d'employés qualifiés pour construire ces navires. L'un des problèmes dont nous entendons parler constamment en ce qui a trait aux retards est le manque de personnel qualifié.
Cela dit, le problème qui vous empêche d'avoir 200 étudiants chaque année est‑il le manque de candidats ou la qualité inadéquate des personnes qui tentent de s'inscrire au programme?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:40
Ouvrir
C'est une excellente question et la réponse à cette question est très longue. Ce qui est formidable avec ce programme, c'est que nous changeons la donne pour l'industrie de la construction navale. Pendant trop longtemps, si vous étiez un jeune qui envisageait une carrière, la construction navale n'était pas une option viable et, à vrai dire, vos parents ne voyaient pas les choses autrement. Maintenant que nous avons cette durée — on parle d'un horizon de 30 ans — pendant laquelle les gens peuvent travailler dans le même domaine jusqu'à la retraite, la perspective n'est plus du tout la même pour le Canada atlantique.
Nous avons dû retourner dans le système scolaire public et changer notre façon de décrire ce que pouvait être une carrière dans la construction navale. Grâce à cela — les pics et les creux d'activité ayant été supprimés —, la situation sera beaucoup plus stable. Maintenant, nos jeunes pensent que c'est une carrière qu'ils aimeraient explorer. Et du reste, c'est une carrière qui ne se limite pas aux métiers, mais qui s'ouvre aussi sur la robotique, l'automatisation et l'aspect santé et sécurité. Présentement, même les étudiants qui étudient les jeux peuvent accéder à une carrière viable dans l'industrie de la construction navale.
Pour ce faire, il nous a fallu réapprendre et recalibrer ce que le secteur pouvait inclure.
Réduire
Voir le profil de Anthony Housefather
Lib. (QC)
Voir le profil de Anthony Housefather
2022-05-06 13:41
Ouvrir
C'est incroyable. En ce qui concerne les autres groupes que nous n'avons pas l'habitude de voir dans la construction navale, vous avez fait un effort supplémentaire pour les joindre et les inclure, ce qui est fantastique.
Avez-vous eu des discussions avec des établissements d'enseignement comparables en Colombie-Britannique, au Québec ou en Ontario concernant la possibilité de faire dans d'autres chantiers navals des choses semblables à ce que vous faites dans le Canada atlantique?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:41
Ouvrir
Absolument. En ce qui concerne le réseau au Canada — qui est représenté par notre organisme national, Collèges et instituts Canada —, il y a une très forte éthique de partenariat de collaboration entre les établissements. Non seulement nous partageons les programmes d'études et l'expertise en matière de construction navale, mais cela se fait aussi dans tous les autres domaines. Nous avons aussi des gens qui, bien sûr, s'intéressent à ce qui se fait à l'étranger.
Il s'agit d'une initiative axée sur les pratiques exemplaires, et nous voulons y contribuer du mieux que nous pouvons, que nous devions créer nous-mêmes ces pratiques ou aller les chercher ailleurs, le but étant d'améliorer constamment notre travail.
Réduire
Voir le profil de Anthony Housefather
Lib. (QC)
Voir le profil de Anthony Housefather
2022-05-06 13:42
Ouvrir
Connaissez-vous des collèges semblables au vôtre qui vont démarrer dans d'autres provinces avec l'intention d'offrir un programme comparable à celui‑là ?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:42
Ouvrir
Encore une fois, je peux vous fournir cette information, monsieur Housefather. Je peux vous l'envoyer. En ce qui concerne le programme de cheminement particulier à l'intention des personnes qui ont été confrontées aux obstacles traditionnels, je peux assurément vous fournir de l'information. Encore une fois, pour nous, il s'agit essentiellement de « désancrer » — si vous me permettez et me pardonnez ce jeu de mots — les barrières auxquelles les gens ont été confrontés et de poursuivre sur cette voie. Le fait de se retrouver avec une main-d'œuvre diversifiée change toute la perception de la communauté.
Réduire
Voir le profil de Anthony Housefather
Lib. (QC)
Voir le profil de Anthony Housefather
2022-05-06 13:43
Ouvrir
Oui, vous avez entièrement raison.
Monsieur Mitchell, je lis vos articles avec grand intérêt. Je vais vous demander une réponse succincte à cette question. Dans l'un de vos articles, vous dites qu'en matière de stratégie, la géographie compte. Vous dites que le Canada est isolé, ce qui a été une bénédiction, mais que cela pourrait devenir une malédiction si les États-Unis devenaient hostiles à nos intérêts et à nos valeurs.
Je présume que cette inquiétude est liée à l'isolationnisme, à l'attitude adoptée par l'administration Trump à l'égard de l'OTAN et des partenariats internationaux. Vous semblez dire que nous devrions nous méfier de cela et ne pas nous contenter de compter sur les États-Unis pour nous défendre. Est‑ce à cela que vous vouliez en venir?
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Si vous pouviez répondre assez rapidement, ce serait très apprécié.
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 13:43
Ouvrir
Je suis d'accord avec vos propos, oui. Même sous l'administration Biden, des politiques commerciales punitives ayant vu le jour sous l'administration Trump se sont poursuivies. La situation politique est sans contredit troublante aux États-Unis présentement.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Merci.
Nous passons à Mme Vignola pendant six minutes.
Réduire
Voir le profil de Julie Vignola
BQ (QC)
Voir le profil de Julie Vignola
2022-05-06 13:44
Ouvrir
Je vous remercie beaucoup, monsieur le président.
Je vous remercie, messieurs, d'être avec nous aujourd'hui.
Monsieur Bureaux, en tant qu'ancienne enseignante, je sais que les partenariats peuvent non seulement permettre de fournir à l'économie des travailleurs spécialisés dans des domaines où il manque de main-d'œuvre, mais aussi avoir un effet positif sur la persévérance scolaire des jeunes.
Avez-vous des données concernant l'effet du programme Pathways to Shipbuilding sur la persévérance des jeunes de moins de 18 ans et des décrocheurs?
Y en a-t-il beaucoup qui retournent à l'école grâce au partenariat que vous avez établi?
Avez-vous des chiffres sur les travailleurs qui n'aimaient pas leur emploi ou qui ne trouvaient pas de travail dans leur domaine et qui ont décidé de se recycler — excusez l'expression — grâce à Pathways to Shipbuilding?
Avez-vous des données sur ces trois éléments?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:45
Ouvrir
Oui, nous avons ces données, comme je l'ai mentionné plus tôt, sur les taux d'achèvement, sur le nombre de demandes d'inscriptions et sur le nombre de participants qui terminent le programme et intègrent le marché du travail. Je dirais que nous avons moins de données objectives sur l'incidence qu'a le programme sur les jeunes étudiants qui envisagent le domaine comme choix de carrière; nos données sur ce plan s'appuient grandement sur des observations.
Par rapport aux étudiants néo-écossais qui envisagent une carrière dans le milieu océanique, il faut à tout prix se rappeler que tout le secteur s'est amélioré — en construction navale et dans d'autres spécialisations — grâce à cette stratégie sur la main-d'oeuvre qui donne une meilleure image des perspectives de carrière offertes. À titre d'exemple, nous organisons des camps d'été pour de jeunes élèves du secondaire qui pourraient s'intéresser à notre secteur. Nous permettons aux élèves du secondaire d'explorer les possibilités qui s'offrent à eux.
Pour terminer, je dirai seulement que nos recherches indiquent que les parents constituent le facteur influençant le plus un jeune quant à son choix de carrière. Les conversations au souper façonnent la trajectoire de carrière ou d'apprentissage des jeunes élèves. Nous encourageons ardemment les parents à venir voir ce que nous faisons. Ils peuvent visiter les installations et assister à des journées portes ouvertes pour contribuer aux échanges pendant les repas en famille.
Réduire
Voir le profil de Julie Vignola
BQ (QC)
Voir le profil de Julie Vignola
2022-05-06 13:47
Ouvrir
Je vous remercie beaucoup.
Tout à l'heure, vous avez dit que toutes les personnes de votre cohorte de 2020 avaient été engagées par Irving Shipbuilding.
Combien de cohortes avez-vous accueillies jusqu'à maintenant?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:47
Ouvrir
Jusqu'à présent, nous avons eu trois cohortes. Nous envisageons en former une quatrième. C'est le nombre de cohortes que nous avons eues jusqu'à maintenant.
Réduire
Voir le profil de Julie Vignola
BQ (QC)
Voir le profil de Julie Vignola
2022-05-06 13:47
Ouvrir
D'accord.
Les personnes de ces trois cohortes ont-elles toutes été engagées dans le domaine de la construction navale?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:47
Ouvrir
Oui. Je n'ai pas le chiffre exact devant les yeux, mais je peux dire sans hésitation qu'un très fort pourcentage des participants se sont trouvé du travail dans l'industrie de la construction navale.
Réduire
Voir le profil de Julie Vignola
BQ (QC)
Voir le profil de Julie Vignola
2022-05-06 13:47
Ouvrir
À votre connaissance, le taux de rétention est-il bon pour les personnes qui ont été engagées dans le domaine de la construction navale? Ces personnes sont-elles encore là après un an, deux ans, trois ans?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:48
Ouvrir
Vous posez une autre excellente question. Le taux de rétention est très élevé. Nous apprécions l'engagement d'Irving de faire du milieu de travail un endroit plus sécuritaire valorisant la diversité et reconnaissant les différences d'une culture à l'autre. Dès le départ, nous avons compris que nous devons préparer nos étudiants pour la réussite, mais aussi le milieu de travail. Nous le préparons grâce à des comités et des expériences culturelles qui offrent une entrée en matière en douceur pour les étudiants. Pour cette raison, le taux de rétention est élevé.
Réduire
Voir le profil de Julie Vignola
BQ (QC)
Voir le profil de Julie Vignola
2022-05-06 13:48
Ouvrir
Je vous remercie beaucoup.
Dans les 10 années qui se sont écoulées depuis l'annonce de 2011, laquelle a sans nul doute amené un vent de positivisme en Nouvelle‑Écosse, combien de personnes en tout et pour tout ont-elles été formées dans vos trois cohortes?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:49
Ouvrir
Nous offrons différents volets de programmes. Jusqu'à présent, nous avons formé 65 étudiants dans la cohorte du programme Pathways. Dans les autres volets, nous en avons formé près de 300.
Réduire
Voir le profil de Julie Vignola
BQ (QC)
Voir le profil de Julie Vignola
BQ (QC)
Voir le profil de Julie Vignola
2022-05-06 13:49
Ouvrir
D'accord.
Sur le plan économique et en ce qui concerne le produit intérieur brut de la Nouvelle‑Écosse, observez-vous des retombées liées au programme Pathways to Shipbuilding, qui est destiné aux jeunes dans le domaine de la construction navale?
Le cas échéant, quelles sont ces retombées?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:50
Ouvrir
Je n'ai pas à portée de main de chiffres sur les retombées économiques telles que mesurées par le PIB. J'aimerais insister sur le fait que nous offrons aussi un troisième volet pour les personnes qui ont suivi notre programme de base dans les corps de métier et d'autres domaines pour ensuite travailler chez Irving.
Ce nombre est en fait plus difficile à calculer. Lorsque le contrat de construction navale a été annoncé il y a 10 ans, les demandes d'inscriptions à notre collège et à nos programmes généraux comme la soudure et la tuyauterie ont monté en flèche.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Merci, monsieur Bureaux. Comme je l'ai indiqué à M. Mitchell, si vous pouvez fournir d'autres renseignements à ce sujet, nous vous invitons à les envoyer au greffier pour qu'ils soient transmis à tous.
C'est maintenant le tour de M. Johns pendant six minutes.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 13:50
Ouvrir
Je vous remercie tous deux de vos importants témoignages.
Monsieur Bureaux, j'apprécie grandement le travail que vous faites dans votre programme, soit dit en passant.
Vous avez mentionné les groupes sous-représentés et la coopération avec les Micmacs, et je vous en suis vraiment reconnaissant. Pouvez-vous décrire quelques-uns des obstacles auxquels certains de vos étudiants se heurtent, ou les obstacles que les étudiants noirs et autochtones, qui sont sous-représentés, doivent surmonter pour suivre un programme comme le vôtre?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:51
Ouvrir
Monsieur Johns, je vous remercie de cette excellente question.
Il y a différents écueils. Commençons par la question financière. Nous accordons une attention très particulière à nos droits de scolarité pour qu'ils soient aussi abordables que possible, mais les barrières financières existent quand même, alors nous voulons nous assurer de pouvoir offrir de l'aide financière pour défrayer les droits de scolarité.
Les réalités comme la garde d'enfants et l'apprentissage à distance représentent le deuxième type d'obstacles. Il est très difficile pour quelqu'un sans moyen de transport de se déplacer pour les cours. Il faut en être conscient. Nous devons nous pencher sérieusement sur l'accès à la technologie.
Un des obstacles est cependant systémique, monsieur Johns: près de 40 % de nos apprenants sont les premiers dans leurs familles à poursuivre des études postsecondaires, ce qui crée une nouvelle normes dans les familles. Comme vous pouvez l'imaginer, si un seul membre d'une famille entreprend des études postsecondaires, la norme ou la culture dans le ménage s'en voit extraordinairement changée.
Par ailleurs, si personne d'autre dans le ménage n'a connu la réalité des études postsecondaires, le rythme des examens de mi-session, des examens finaux et des travaux n'est pas bien compris et, par conséquent, l'étudiant n'est pas toujours bien appuyé.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 13:52
Ouvrir
Je vais aborder la question des enfants autochtones parce que je crois qu'il y a un lien à faire avec eux. Nous savons que les enfants autochtones courent un risque exponentiel comparativement à celui des enfants non-autochtones d'être retirés de leurs familles et placés dans le système de foyers d'accueil. Ces enfants sont vulnérables à cause de l'héritage du colonialisme et du retrait illégal de ces enfants de leurs territoires et de leurs ressources rendus possibles par les pensionnats indiens du Canada, la rafle des années 1960 et le retrait continu et systématique des enfants de leurs familles — par les gouvernements provinciaux — pour les placer en foyers d'accueil.
Nous savons que les personnes qui ont été prises en charge sont beaucoup plus susceptibles de devenir itinérantes et de vivre des crises de santé mentale. Vous avez mentionné les possibilités économiques et le changement de cap. Ralph Nilson, le recteur de l'Université Vancouver Island, a offert la gratuité scolaire aux jeunes qui cessent d'être pris en charge, ce qui a changé leur vie. Les néo-démocrates de la Colombie-Britannique offrent maintenant la même aide.
Croyez-vous que le Canada pourrait jouer un rôle pour contribuer à appuyer, en particulier, les enfants qui ne sont plus pris en charge et ainsi mettre un terme à l'horrible héritage qui se poursuit? Je pense que ce dont vous parlez s'inscrit dans les appels à l'action un à neuf de la Commission de vérité et réconciliation. Vous pourriez peut-être nous éclairer sur l'importance que les échelons élevés du gouvernement aident ces étudiants.
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:53
Ouvrir
je connais bien Dr. Nilson. D'ailleurs, j'ai travaillé avec lui à l'Université Acadia à l'époque, et il a été mon mentor.
Afin d'aider les étudiants, nous offrons exactement la même option au CCNÉ. Si un étudiant était pris en charge, il peut étudier à notre établissement sans nous devoir de droits de scolarité.
Oui, tout à fait, il y une barrière économique. Je crois que, au niveau national, nous pourrions envisager un tel modèle; ce serait une excellente idée. Nous nous rendons aussi compte de l'importance d'avoir un aîné sur le campus, par exemple. Le système colonial qui existe depuis plus de cent ans a créé des normes que nos étudiants autochtones n'ont pas connues, alors il serait précieux qu'ils puissent discuter avec un aîné autochtone sur le campus lorsqu'ils vivent des difficultés. De plus, monsieur Johns, nous reconnaissons que les symboles culturels revêtent une importance cruciale sur nos campus.
La troisième question que je veux aborder porte sur l'importance d'offrir l'apprentissage là où les apprenants se trouvent. À cette fin, nous avons d'ailleurs ouvert un centre d'apprentissage dans une communauté de Premières Nations où les étudiants peuvent être initiés à la vie étudiante au niveau postsecondaire dans un environnement sécuritaire et accueillant dans la réserve. Grâce à cette expérience, ils peuvent faire une transition plus aisée vers un de nos campus, puis vers le marché du travail pour entamer leur carrière.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 13:55
Ouvrir
J'apprécie votre réponse.
Le secteur de la construction navale est bien vivant présentement à Port Alberni, et il continue à prendre de l'expansion. Dans ma circonscription se trouve le seul port en haute mer de la côte ouest de l'île de Vancouver.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 13:55
Ouvrir
Je sais que les peuples autochtones — les Nuu-Chah-Nulth, les Tseshaht, les Hupacasath et les Huu-ay-aht — nourrissent de grandes aspirations.
Comment d'autres établissements pourraient-ils s'inspirer du vôtre, ou comment pourriez-vous changer de cap et appuyer votre milieu au niveau national?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 13:55
Ouvrir
Le désir de faire un virage et d'appuyer autrui remonte à la source. Notre engagement est indéfectible. Si nous pouvons aider un établissement dans votre circonscription et lui transmettre nos connaissances, il nous ferait extrêmement plaisir de nous rendre utiles.
Un des éléments essentiels dans cette initiative — et je pense que personne ne s'en étonnera — est la communication, soit de se rendre dans la communauté et d'écouter attentivement la description des obstacles qu'on nous fait. Nous avons appris que c'est là un élément des plus importants; il faut prendre le temps de discuter avec les aînés de la communauté, de comprendre la nature des obstacles, puis de les aplanir ensemble.
Si je n'avais qu'un message à transmettre, ce serait que cette communication constitue une de nos plus grandes réussites. En fait, nous avons créé des comités directeurs conjoints, des comités de travail conjoints où nous rencontrons nos communautés des Premières Nations. Parfois, l'ordre du jour se résume à bavarder, tout simplement, sans établir d'objectifs précis, pour apprendre à nous connaître.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 13:56
Ouvrir
Merci énormément.
Combien de temps me reste-t-il, monsieur le président?
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
La minuterie retentit. Vous avez terminé juste à temps.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 13:57
Ouvrir
Merci beaucoup, monsieur le président.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Nous donnons maintenant la parole à M. McCauley pendant cinq minutes.
Réduire
Voir le profil de Kelly McCauley
PCC (AB)
Voir le profil de Kelly McCauley
2022-05-06 13:57
Ouvrir
Merci, chers amis. Je suis désolé de ne pouvoir être à la séance en personne.
Monsieur Mitchell, j'aimerais discuter sous-marins avec vous quelques instants.
Vous avez affirmé que les sous-marins de la MRC devraient être capables de manoeuvrer partout dans le monde plutôt qu'au niveau local seulement, comme ceux que le Japon, l'Allemagne et l'Espagne construisent. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi, selon vous, nous avons besoin de naviguer dans un plus large rayon?
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 13:57
Ouvrir
Tout à fait.
La question revient au commentaire de votre collègue voulant que nous sommes entourés de trois océans et que notre frontière au sud est protégée par une superpuissance.
Les approches maritimes de notre pays doivent de toute évidence être protégées avec prudence. En ce sens, il faudrait peut-être un sous-marin qui a une plus courte portée que ce que la MRC préfère utiliser. Notre capacité à naviguer à l'échelle mondiale fait néamoins la fierté de notre marine. Nous avons envoyé des groupes tactiques aussi loin que dans le golfe Persique, qui est pratiquement à l'autre bout du monde, et nos sous-marins ont parcouru la côte de la Corée du Nord en 2017.
Pour les besoins des opérations des groupes tactiques, il est important de tenir compte de la capacité à parcourir de telles distances.
Réduire
Voir le profil de Kelly McCauley
PCC (AB)
Voir le profil de Kelly McCauley
2022-05-06 13:58
Ouvrir
Puis-je vous interrompre?
Je comprends ce que vous dites, et je n'essaie pas d'en débattre avec vous ou de manifester mon désaccord. Nous avons tendance à vouloir faire certaines choses conjointement... Toutefois, si nous nous procurons des sous-marins, ces derniers ne doivent pas à tout prix être dotés de cette capacité. Le Chicoutimi pouvait manoeuvrer partout au monde, mais tout nouveau sous-marin pourrait pratiquement s'en tenir à nos littoraux, si c'était ce que nous décidions.
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 13:59
Ouvrir
Tout à fait. Nous pourrions nous en tenir à nos propres littoraux...
Réduire
Voir le profil de Kelly McCauley
PCC (AB)
Voir le profil de Kelly McCauley
2022-05-06 13:59
Ouvrir
Je ne suis pas en faveur d'un type de sous-marins au détriment de l'autre. Je cherche plutôt à en apprendre sur le sujet.
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 13:59
Ouvrir
Absolument.
Un sous-marin qui pourrait seulement servir à des opérations le long du littoral parce que sa portée est limitée pourrait tout de même répondre à un besoin essentiel de formation pour les opérations internationales des groupes tactiques.
Il serait toutefois très difficile, entre autres, d'envoyer un tel sous-marin dans l'Arctique. Les distances sont considérables, même s'il part d'Halifax pour emprunter la côte est par le détroit de Davis et atteindre l'océan Arctique. Au fond, pour qu'un sous-marin puisse se rendre dans l'océan Arctique, il doit être doté de la capacité de manoeuvre et de l'endurance d'un système pouvant parcourir la planète entière.
Réduire
Voir le profil de Kelly McCauley
PCC (AB)
Voir le profil de Kelly McCauley
2022-05-06 13:59
Ouvrir
Vous avez mentionné tout à l'heure les sous-marins dans l'Arctique. Je vais probablement mal vous citer, mais vous sembliez décrire ce qui s'apparentait à une perception de menace venant d'ailleurs. Je ne me souviens pas précisément des mots que vous avez employés. Je suis désolé, j'ai un rhume de cerveau ayant causé de l'asthme.
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 14:00
Ouvrir
C'est une menace hypothétique.
Réduire
Voir le profil de Kelly McCauley
PCC (AB)
Voir le profil de Kelly McCauley
2022-05-06 14:00
Ouvrir
Si la menace est hypothétique, serait-ce mieux que nous consacrions toutes nos ressources à des brise-glaces et que nous établissions un partenariat stratégique avec nos alliés américains dans lequel nous nous concentrerions exclusivement sur les brise-glaces? Les Américains seraient responsables des sous-marins, et nous, de tout ce qui se rattache aux brise-glaces polaires.
Serait-une bonne idée, ou notre MRC doit-elle être autosuffisante pour réagir à tous les scénarios?
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 14:00
Ouvrir
Pour répondre simplement à la question, nous céderions dans les faits une partie de notre souveraineté si nous nous fiions à l'équipement des Américains pour patrouiller le territoire canadien.
Réduire
Voir le profil de Kelly McCauley
PCC (AB)
Voir le profil de Kelly McCauley
2022-05-06 14:00
Ouvrir
C'est pratiquement ce que nous faisons présentement avec les F‑22 en Alaska.
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 14:00
Ouvrir
Il est vrai que nous maintenons une certaine couverture prenant la forme d'emplacements d'opérations avancés pour les CF‑18 et pour pouvoir participer à des missions d'urgence dans l'Arctique. Nous dépendons grandement de l'équipement américain; il n'y a pas l'ombre d'un doute là-dessus. Quoi qu'il en soit, une dépendance complète des Américains impliquerait d'accorder à des étrangers une confiance telle que nous ne douterions aucunement que l'information recueillie pendant leurs opérations dans le nord nous serait transmise.
Réduire
Voir le profil de Kelly McCauley
PCC (AB)
Voir le profil de Kelly McCauley
2022-05-06 14:01
Ouvrir
Que pensez-vous du fait que notre pays a été écarté de la nouvelle entente conclue entre les États-Unis et l'Australie?
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 14:01
Ouvrir
Je pense qu'il y a là un angle diplomatique qui est déroutant, en ce sens que le Canada est à l'écart de trois des cinq membres du Groupe des cinq avec lesquels nous coopérons très étroitement d'habitude. Il s'agit d'une déclaration troublante, peut-être, de la part de l'Australie, des États-Unis et du Royaume-Uni, quant à notre fiabilité en tant que partenaire.
En outre, tant que le gouvernement n'a pas décidé de s'engager dans la voie du nucléaire, la question du partage de la technologie ne se pose pas. En effet, si nous décidons de garder des sous-marins conventionnels, il n'est pas nécessaire de nous lancer dans cet arrangement particulier.
Je pense effectivement que le fait que nous ne fassions pas partie de ce groupe envoie un certain message stratégique.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Je vous remercie, monsieur McCauley.
La parole est maintenant à Mme Thompson. Elle a cinq minutes.
Réduire
Voir le profil de Joanne Thompson
Lib. (NL)
Voir le profil de Joanne Thompson
2022-05-06 14:02
Ouvrir
Je vous remercie, monsieur le président.
Ma question s'adresse à M. Bureaux.
Je vous félicite pour votre programme. Je pense que c'est très inspirant.
Pour ma première question, accepteriez-vous de nous parler des défis qui se présentent ou des mesures de soutien que vous avez mises en place pour les étudiants qui quittent le collège — qui est manifestement un endroit où l'on offre beaucoup de soutien — et des mesures de soutien qui visent à faciliter leur transition vers un milieu de travail qui peut — ou non — offrir le même niveau de soutien initial?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 14:03
Ouvrir
Je vous remercie de votre question.
Nous constatons qu'un grand nombre de nos partenaires de l'industrie souhaitent apporter ces changements. En effet, ils veulent que leurs lieux de travail soient plus inclusifs et plus diversifiés et qu'ils accueillent et acceptent la diversité d'une manière bien différente. Ils souhaitent apporter ces changements pour deux raisons. Tout d'abord, ils estiment simplement que c'est ce qu'il convient de faire dans un cadre social. De plus, il y a une composante économique, car bien honnêtement, nous avons besoin de toutes les ressources disponibles.
Par l'entremise de notre relation continue, de notre travail avec la chambre de commerce locale et de notre travail au sein de divers comités, nous essayons d'entretenir nos relations avec ces organismes d'embauche pour tenter de changer fondamentalement le lieu de travail. Nous aimons beaucoup répéter que « la culture organisationnelle peut faire dérailler n’importe quelle stratégie ». Je pense qu'il n'y a pas d'autre endroit où cela soit plus vrai qu'au sein de la main-d'oeuvre. C'est bien beau d'avoir une excellente stratégie, mais si la culture organisationnelle ne suit pas, tout le reste s'écroule.
En outre, nous exigeons que les professeurs que nous embauchons aient un certain nombre d'années d'expérience dans l'industrie. De cette façon, ils apportent avec eux un grand nombre de contacts dans l'industrie et dans la communauté. Souvent, les employeurs travaillent avec eux pour tenter de faciliter la transition, de sorte que ces lieux de travail sont accueillants et inclusifs, et bien franchement, cela contribue à optimiser leur engagement à éliminer tous les obstacles à l'accessibilité.
Réduire
Voir le profil de Joanne Thompson
Lib. (NL)
Voir le profil de Joanne Thompson
2022-05-06 14:04
Ouvrir
Je vous remercie.
Cela explique certainement la rétention de l'autre côté.
Pourriez-vous nous parler des défis auxquels vous avez fait face au cours des premières années? Votre programme est bien établi, car il a maintenant 10 ans. Encore une fois, toutes mes félicitations. Quels ont été les premiers défis? Le collège a‑t‑il dû surmonter certains obstacles pour amener le programme au point où il en est aujourd'hui?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 14:05
Ouvrir
Le premier défi, je pense, concernait le discours public sur l'industrie de la construction navale. Dire que c'était une industrie moribonde au Canada atlantique serait un euphémisme. Les gens pensaient que, s'ils faisaient carrière dans cette industrie, ce serait pour une courte durée. Ce n'était pas une industrie dans laquelle ils pouvaient passer une longue période de temps. Nous devions donc changer ce discours.
La deuxième chose que nous avons dû modifier, c'est la perception du secteur comme étant une industrie où le travail était salissant. C'était une industrie qui était parfois, peut-être, dangereuse. Ce n'était pas un environnement de travail propre et lumineux. Pour montrer l'exemple, la société Irving et d'autres entreprises de construction navale ont converti leur environnement de travail en un lieu moderne, progressiste, sécuritaire et, honnêtement, inspirant, car la nature du travail est tellement avancée sur le plan technologique.
Troisièmement, nous avons dû investir massivement dans l'infrastructure. Encore une fois, en raison de la nature cyclique de cette industrie depuis de nombreuses générations en Nouvelle-Écosse, l'infrastructure est rapidement devenue désuète. Nous avons donc dû nous mettre à jour et changer la perception de l'industrie. Comme je l'ai mentionné plus tôt, nous avons dû veiller à offrir des milieux de travail accueillants pour la main-d’œuvre.
Réduire
Voir le profil de Joanne Thompson
Lib. (NL)
Voir le profil de Joanne Thompson
2022-05-06 14:06
Ouvrir
Je vous remercie.
À la suite de cette réponse, je suis curieuse de connaître les besoins. Participez-vous à d'autres conversations dans d'autres parties du secteur au sujet de programmes semblables comme outils de recrutement pour contrer la réelle pénurie de main-d'œuvre?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 14:07
Ouvrir
C'est une excellente question. La réponse est oui, et pas seulement dans ce secteur, mais également dans d'autres secteurs. Comme vous pouvez l'imaginer, en Nouvelle-Écosse et au Canada atlantique, le secteur forestier, par exemple, connaît une grave pénurie de main-d'œuvre. En même temps, nous avons trop de gens qui doivent rester à l'écart. Nous avons des personnes handicapées, des personnes qui ont fait face à des obstacles, mais si elles avaient la possibilité d'accéder à la formation nécessaire, elles pourraient réussir.
Nous comparons souvent la formation à une série d'escaliers roulants. Il faut faire passer les gens d'un niveau de compétences et de connaissances au niveau de compétences et de connaissances suivant. On pense souvent que la solution consiste à augmenter le nombre d'escaliers roulants pour qu'un plus grand nombre de personnes atteignent le sommet. Le problème, c'est que de nombreuses personnes ne peuvent même pas monter dans cet escalier roulant, car il y a un obstacle au bas de l'escalier.
Nous pouvons offrir des programmes de 14 semaines fondés sur le partenariat comme porte d'entrée aux programmes plus longs. C'est une solution qui a fait ses preuves et qui mène à la réussite.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Je vous remercie, monsieur Bureaux.
La parole est maintenant à Mme Vignola. Elle a deux minutes et demie.
Réduire
Voir le profil de Julie Vignola
BQ (QC)
Voir le profil de Julie Vignola
2022-05-06 14:08
Ouvrir
Je vous remercie beaucoup.
Monsieur Mitchell, il a été question tout à l'heure de sous-marins. Je crois avoir compris que, dans un monde idéal, ce que j'appelle un monde de licornes, nous aurions besoin de sous-marins d'ici 10 ans, étant donné que les nôtres sont désuets. Or, il est inimaginable que le Canada réussisse à obtenir des sous-marins neufs d'ici 10 ans.
Ai-je bien compris?
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 14:08
Ouvrir
Ce qui m'inquiète, c'est que si nous n'entamons pas le processus de remplacement de ces sous-marins au cours des deux ou trois prochaines années, il sera très difficile de surmonter la complexité non seulement du processus d'approvisionnement en matière de défense, mais aussi des exigences industrielles, afin d'en arriver à une conception qui répondra aux besoins des Canadiens. Oui, d'ici 2035, il sera trop tard pour être en mesure de remplacer ces sous-marins.
Réduire
Voir le profil de Julie Vignola
BQ (QC)
Voir le profil de Julie Vignola
2022-05-06 14:09
Ouvrir
Je vous remercie.
À votre avis, de combien de navires le Canada aurait-il besoin, au minimum, pour combler adéquatement ses besoins, que ce soit sur le plan territorial ou sur le plan de la sécurité?
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 14:09
Ouvrir
En ce qui concerne le nombre minimum pour mener des opérations au large de la côte Ouest et de la côte Est, six sous-marins conventionnels suffiraient probablement. Cela permettrait d'établir un cycle des opérations sur l'une ou l'autre côte. Cela permettrait également d'assurer la présence continue d'un sous-marin en mesure de se déployer juste au large de nos côtes.
Si nous ajoutons la région de l'Arctique ou si nous envisageons d'envoyer des sous-marins à l'étranger, nous devrions doubler ce nombre en raison des temps de parcours nécessaires pour les sous-marins.
Toutefois, si nous choisissions l'option nucléaire, nous pourrions également revenir à six sous-marins, tout simplement parce que la vitesse à laquelle les sous-marins nucléaires peuvent se déplacer sous l'eau, soit jusqu'à 25 nœuds ou plus, signifie qu'ils peuvent se mettre à poste très rapidement. À titre d'exemple, il a fallu environ 80 jours au Chicoutimi pour faire la traversée entre Esquimalt et Yokosuka, au Japon. Un sous-marin nucléaire pourrait probablement parcourir cette distance en moins d'une semaine.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Je vous remercie, madame Vignola et monsieur Mitchell.
La parole est maintenant à M. Johns. Il a deux minutes et demie.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 14:11
Ouvrir
J'aimerais revenir à M. Bureaux.
Monsieur Bureaux, pouvez-vous donner des exemples de programmes comparables, sur la côte Ouest, au programme Pathways to Shipbuilding?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 14:11
Ouvrir
Malheureusement, monsieur Johns, je n'ai pas d'exemple précis. Toutefois, mon équipe pourrait connaître la réponse, car si un tel programme existait, nos doyens et nos responsables des programmes d'études seraient en communication constante avec ses intervenants. Je n'ai tout simplement pas ce genre de relations, mais je peux me renseigner pour vous.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 14:11
Ouvrir
Que pourrait faire le gouvernement fédéral pour aider à financer, à soutenir et à créer un programme encore plus robuste que celui que vous offrez actuellement — et qui semble incroyable —, surtout lorsqu'il s'agit de cibler les étudiants provenant de groupes sous-représentés?
Comment le gouvernement fédéral pourrait‑il soutenir au mieux une telle initiative? Quelle recommandation formuleriez-vous au Comité à cet égard?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 14:12
Ouvrir
C'est une excellente question. Encore une fois, compte tenu de la responsabilité fédérale-provinciale en matière d'éducation, au fil des ans, le gouvernement fédéral a aspporté un soutien considérable dans deux grands domaines. Le premier est l'infrastructure.
Offrir une formation dans le domaine de la construction navale est une entreprise très coûteuse. En effet, la technologie évolue constamment. Nous devons rester à jour, et l'infrastructure est donc le premier élément à considérer.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 14:12
Ouvrir
Où en est‑on maintenant? La formation est-elle inadéquate en ce moment? À quel niveau diriez-vous qu'elle se situe, si vous deviez lui donner une note?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 14:12
Ouvrir
Je dirais que notre établissement offre une bonne formation. Au cours des dernières années, nous avons vraiment réussi à mettre à jour notre infrastructure. Les choses vont donc très bien. Nous approchons de plus en plus du but.
Le deuxième domaine dans lequel nous avons énormément profité est celui de la recherche. Le gouvernement fédéral a un rôle à jouer dans le financement de la recherche. Je sais que la part des collèges est traditionnellement faible. En effet, un très faible pourcentage de chaque dollar que le gouvernement fédéral investit dans la recherche est versé dans la recherche appliquée dans un collège. Cette recherche permet d'améliorer l'environnement d'apprentissage.
Ce sont les deux grands domaines que je conseillerais d'explorer pour trouver d'autres options.
Réduire
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-05-06 14:13
Ouvrir
D'accord.
Quels sont les moyens par lesquels le gouvernement fédéral pourrait soutenir l'élargissement de votre programme?
Réduire
Don Bureaux
Voir le profil de Don Bureaux
Don Bureaux
2022-05-06 14:13
Ouvrir
Encore une fois, il faudrait cibler la recherche appliquée et les possibilités offertes aux étudiants de faire des recherches sur les métaux, sur l'impression 3‑D, sur les nouvelles techniques et sur la simulation. Ces domaines sont d'une importance capitale pour aider nos étudiants à progresser.
Par exemple, de nos jours, la technologie offerte en matière de simulation dans le domaine de la soudure est étonnante. À une certaine époque, la seule option dont on disposait pour enseigner la soudure à un étudiant était un processus très coûteux, car si une erreur était commise, le métal était gaspillé. Maintenant, il suffit d'appuyer sur un bouton pour simuler une soudure autant de fois que nécessaire.
Ce serait donc un exemple de soutien.
Réduire
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Je vous remercie, monsieur Bureaux et monsieur Johns.
La parole est maintenant à M. Paul-Hus. Il a cinq minutes.
Réduire
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Je vous remercie, monsieur le président.
Monsieur Mitchell, le bureau de projet qui s'occupe des sous-marins de la classe Victoria est composé de plusieurs intervenants gouvernementaux, notamment des intervenants du ministère de la Défense nationale et de Services publics et Approvisionnement Canada.
Ne serait-ce pas plus efficace de créer un seul et unique ministère chargé de gérer les contrats en matière d'approvisionnement et de défense pour régler les problèmes liés à la prise de décision, par exemple?
Réduire
Paul Mitchell
Voir le profil de Paul Mitchell
Paul Mitchell
2022-05-06 14:14
Ouvrir
Je vous remercie.
Je n'étudie pas les contrats en matière d'approvisionnement ou l'organisation de ces contrats, et je ne pense donc pas avoir les compétences nécessaires pour répondre correctement à cette question.
Réduire
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
D'accord.
Je vous remercie beaucoup, monsieur Mitchell.
Monsieur le président, depuis le début de notre étude sur l’approvisionnement en matière de défense aérienne et navale, nous avons reçu à plusieurs reprises des experts qui n'avaient malheureusement pas l'information critique leur permettant de donner des renseignements précis. Ce n’est pas nécessairement le cas de M. Mitchell actuellement, mais je parle de l’ensemble des témoins que nous avons reçus. C’est la raison pour laquelle, il y a quelques semaines, j’ai déposé la motion suivante au Comité:
Que, dans le contexte de son étude sur des projets d'approvisionnement en défense aérienne et son étude sur la Stratégie nationale de construction navale, le Comité oblige la production, par Services publics et Approvisionnement Canada, d’un rapport mensuel d’étape concernant l’évolution des projets d’approvisionnement maritime et aérien, comprenant les coûts d’acquisition, d’exploitation, de formation et d’entretien à jour et l’état d’avancement de ces travaux; que le rapport soit soumis au Comité sur une base mensuelle au 15e jour de chaque mois de mai 2022 à mai 2023 inclusivement; que ces documents soient rendus publics et publiés sur le site Web du Comité.
Comme je le mentionnais en début d'intervention, les membres du Comité, surtout les députés de l’opposition, évidemment, ont besoin d’information. Puisque la fonction des experts est d’analyser ce qui se passe au gouvernement du Canada en matière d’approvisionnement militaire, et surtout, étant donné que les contrats d'approvisionnement en matière de défense aérienne et navale sont les plus gros contrats de l’histoire du Canada, ce serait la moindre des choses que nous ayons des rapports qui nous informent, en tout temps, ou sur une base mensuelle, de tout ce qui se passe à cet égard.
J’aimerais que nous débattions ma motion et, idéalement, que nous passions au vote.
Réduire
Résultats : 1 - 100 de 78160 | Page : 1 de 782

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes