Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 135
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, cette année, pour la fête nationale, nous allons faire entendre notre langue aux mille accents. Nous allons la faire entendre fort. Nous allons la faire entendre tard. Nous allons la faire entendre ensemble.
Nous allons faire entendre chacune de nos parlures régionales et chacun de nos accents de partout, qui rappellent que notre langue nationale est aussi une grande langue internationale et un outil extraordinaire d'ouverture sur le monde.
Nous allons faire entendre notre langue tellement fort que toute la planète va entendre cette voix fière et unique. C'est la voix d'une nation qui célèbre sa culture dans sa langue commune. C'est la voix d'une nation qui chante, qui écrit, qui travaille, qui enseigne, qui grandit et qui vit en français, parce que c'est ce qui nous unit et nous rassemble, peu importe nos différences.
Cette voix, ils vont l'entendre, parce que nous ne sommes pas gênés de la célébrer. Nous ne sommes pas gênés de la promouvoir, pas plus que nous ne serons gênés de la protéger, parce que le français, c'est nous.
À toutes les Québécoises et à tous les Québécois aux mille accents, je souhaite une bonne fête nationale.
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, j'aurais envie de souhaiter bon voyage au premier ministre, mais pas tant que cela. Un bel avion lui est réservé pour aller au Rwanda, son passeport est bien correct et ses visas sont certainement très corrects.
Ici, des milliers de personnes attendent. Ils attendent la nuit, en risquant de se faire prendre leur place par quelqu'un qui fait des petites fraudes; ils attendent pour payer des frais de retard d'un gouvernement irresponsable, sans présence médiatique, sous supervision policière; et maintenant, ils sont numérotés comme des brebis. Ce n'est pas une solution, c'est plus de chaos. C'est pire. Cela ne fonctionne pas.
Maintenant qu'il n'y a rien qui fonctionne, que fait-on pour ces gens?
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, la ministre n'arrête pas de répéter qu'elle a émis des directives et que personne ne les écoute. Hier, tous les ministres du gouvernement ont dit que c'était inacceptable. Personne n'a apporté de solution qui fonctionne.
Doit-on comprendre que ce sera comme cela jusqu'à la fin de 2022, et que rien de plus ou de plus intelligent ne sera fait?
Si les ministres du gouvernement dénoncent au lieu de gouverner, qui va gouverner? Est-ce le Bloc québécois?
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, c'est l'heure des bilans.
Exposé à une manifestation à risque de camionneurs, le gouvernement a tardé et encore tardé avant d'invoquer la Loi sur les mesures d'urgence, à la demande des corps policiers, a-t-il dit.
Or, c'est faux. Les corps policiers ne l'ont pas demandé. Il y a même des ministres du gouvernement, dont la vice-première ministre, qui ont dit que c'était un choix purement politique.
Le ministre est-il fier d'avoir simplement permis au premier ministre — comme un autre, en 1970 — d'invoquer les mesures d'urgence contre des civils sur la base de mensonges?
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, c'est toujours l'heure des bilans, parlons d'environnement et de cette calembredaine de séquestration du carbone dont les experts disent qu'elle ne fonctionne pas, des mensonges sur la possibilité d'atteindre les objectifs du gouvernement, de l'achat de Trans Mountain à perte, des subventions indirectes à l'industrie pétrolière et de Bay du Nord.
D'abord de bonne foi, j'en suis convaincu, le ministre a signé éventuellement ce qui est devenu un marché de dupes. Est-ce que les libéraux sont conscients qu'ils ont fait d'un militant environnemental un lobbyiste du pétrole?
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, on l'a déjà dit: c'est la maison des fous. Il y a du monde qui dort trois nuits dehors et qui paie des frais pour des retards causés par le gouvernement. Sous supervision policière, on expulse même des journalistes des bureaux des passeports.
Est-ce que le premier ministre peut faire preuve de courage, sortir cette désormais proverbiale colonne et dire à la Chambre qu'il est, lui, responsable du fiasco?
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, il était le seul à ne pas savoir que les demandes allaient augmenter.
Quand le premier ministre voyage, il a un avion nolisé payé par les contribuables, et quelqu'un s'occupe de son passeport. Il a même des chums qui l'invitent dans le Sud, sur le bras.
Quand un contribuable voyage, il économise, il achète un voyage pour partir en vacances ou essayer de retrouver sa famille, il demande son passeport, et le premier ministre lui dit qu'il ne pourra peut-être pas partir.
Avant de partir cette semaine en voyage, le premier ministre a-t-il envie d'essayer cela, dormir sous la pluie pendant deux jours?
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, au nom du Bloc québécois, je souligne la dernière allocution de la députée de Portage—Lisgar à titre de cheffe intérimaire du Parti conservateur.
On peut croire que c'est un rôle délicat, voire parfois ingrat, que d'assumer l'intérim d'un parti politique en pleine course à la direction. C'est un exercice qui exige certainement du tact, de l'équilibre, d'avancer prudemment, afin d'éviter d'engager le parti dans des prises de position qui ne sont pas officielles, qui peuvent si vite changer, tout en maintenant la bonne humeur et la cohésion parmi les troupes. C'est d'autant plus difficile lorsque ces soucis ne sont aucunement partagés par les belligérants de la course à la chefferie, qui s'affrontent comme des adversaires farouches en faisant parfois fi des lendemains.
La députée sera sans doute d'accord avec le grand Jacques Parizeau, qui disait que la politique est « un océan d'orteils » sur lesquels il faut éviter de marcher. Saluons ses efforts pour naviguer sur cet océan pour le moins houleux.
La députée de Portage—Lisgar a rempli son devoir en tant que cheffe intérimaire avec brio. Elle a tenu la barre de son parti durant la tempête, sans perdre de vue les priorités de la population manitobaine qui lui a accordé sa confiance. Elle a aujourd'hui droit, et nous le lui souhaitons, à un bel été. Nous avons hâte de la revoir dans de nouvelles fonctions parlementaires, qui, sans le moindre doute, seront à la hauteur du dévouement dont elle a fait preuve.
J'offre mes salutations à Mme la cheffe de l'opposition, et je lui dis: à cet automne.
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, demain, une ère prend fin. Demain, Pierre Bruneau animera son dernier bulletin de nouvelles, après 46 ans comme chef d'antenne à TVA.
Depuis 1976, Pierre Bruneau incarne l'information essentielle à la vie publique avec le ton apaisant qui lui est propre et la rigueur qui est sa marque de commerce. Il est aussi depuis 32 ans l'incarnation de la compassion, par l'entremise de la Fondation Charles‑Bruneau, qui combat le cancer chez les enfants.
Comme passionné de politique et d'information, je ferai partie des nombreux Québécois à être déstabilisés d'accueillir un autre visage et une autre voix à la barre des nouvelles de 17 heures. Je le serai d'autant plus au prochain débat des chefs, cette même voix apaisante allant me manquer alors que quelqu'un d'autre héritera de la délicate tâche d'arbitre.
Après cinq décennies et 23 prix Artis, 23 fois où il a été choisi par le public, et après qu'il eut reçu l'Ordre national du Québec et celui du Canada, on ne peut que comprendre que Pierre Bruneau ait le sentiment du devoir accompli.
Au nom du Bloc québécois et en mon nom personnel, monsieur Bruneau, bonne chance dans vos projets.
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, le premier ministre a imposé en début d'année la Loi sur les mesures d'urgence dans le cadre de l'occupation civile, mais illégale, bien sûr, de la Colline du Parlement.
Le ministre de la Sécurité publique a dit que cela avait été fait à la demande des corps policiers. Or, il n'y a eu aucune demande de corps policier, ni de la GRC, ni de la police provinciale de l'Ontario, ni de la police d'Ottawa.
Le ministre reconnaît‑il une seconde fois en deux jours que son gouvernement a induit les Québécois et les Canadiens en erreur?
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, hier, le comité mixte d'examen qu'impose la loi recevait la vice‑première ministre et l'ancien ministre de la Sécurité publique, devenu ministre de la Protection civile. Ils ont témoigné qu'il s'était agi d'une décision purement politique, pas à la demande des corps policiers.
Qui donc ne dit pas la vérité? Quel ministre ne dit pas la vérité? Le premier ministre, lui, il dit quoi?
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante:
Que la Chambre:
a) salue le travail extraordinaire de monsieur Pierre Bruneau comme chef d'antenne du réseau TVA pendant 46 ans, alors qu'il animera son dernier bulletin de nouvelles ce jeudi soir;
b) souligne l'apport remarquable de monsieur Pierre Bruneau à l'information au Québec grâce à sa rigueur, son dévouement et son immense talent de communicateur;
c) rappelle aussi son engagement auprès des enfants atteints de cancer grâce à la Fondation Charles‑Bruneau depuis 1990 et qu'elle lui en témoigne sa reconnaissance;
d) souhaite à monsieur Pierre Bruneau bonne chance dans ses futurs projets.
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, le mot « dignité » est au cœur de l'héritage de René Lévesque.
C'est une dignité parfois brouillonne, mais qui prend toujours tout son sens dans une chute inspirante hors du temps et dépositaire des valeurs québécoises, même 35 ans après sa mort et même 100 ans après sa naissance.
C'est de ce centenaire que la Fondation René-Lévesque a lancé la commémoration hier à Montréal, sous la présidence d'honneur d'un ancien chef marquant de ce Parlement: M. Lucien Bouchard, que je salue.
Lors de cet événement, on a vu percer des étincelles de ce qu'on croit qui a été, chacun à sa façon, mais sous de grands traits communs, la vie de René Lévesque. C'est une vie magnifiée par les gens de ma génération, mais inconnue de celles pour qui René Lévesque est une photo en noir et blanc dans les livres d'une histoire qu'on n'enseigne plus.
Quelle belle occasion pour faire mieux connaître à la jeunesse ce géant à sa façon bien particulière et l'amour qu'il avait pour les Québécois, au point de tout sacrifier pour tenter de leur donner un pays bien à eux.
« L'avenir dure longtemps » reprenait‑il. Il commence à peine pour le Québec, grâce à René Lévesque.
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, vous comprendrez que je ne manque jamais une édition du Globe & Mail. On y lit ce matin que les propres experts du gouvernement lui ont dit avant la publication de ses cibles d'émission de gaz à effet de serre que les objectifs de 2030 étaient irréalisables.
C'est donc en toute connaissance de cause que le ministre de l’Environnement et du Changement climatique et le premier ministre ont fait des annonces bidon. Est-ce que le premier ministre peut au moins faire ce qu'il fait souvent et s'excuser pour avoir induit les Québécois et les Canadiens en erreur?
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, c'est de l'humour climatique.
Ses propres experts, ceux qu'il cite quand cela fait son affaire, disent que la seule façon de peut‑être envisager d'atteindre les objectifs, c'est premièrement d'abandonner les fariboles de séquestration et deuxièmement de réduire la production.
Est-ce que le premier ministre va au moins couper toute forme de financement à l'industrie pétrolière?
Résultats : 1 - 15 de 135 | Page : 1 de 9

1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes