Hansard
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 150
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2023-02-02 10:08 [p.11138]
Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à présenter aujourd'hui.
La première porte sur l'adoption de mesures législatives pour une transition équitable. Les signataires demandent au gouvernement de réduire les émissions d'au moins 60 % sous les niveaux de 2005 d'ici 2030, ce qui contribuerait directement à réduire les émissions mondiales. Ils lui demandent en outre d'abandonner progressivement les combustibles fossiles et les infrastructures connexes, de cesser de subventionner l'industrie des combustibles fossiles et d'entamer la transition vers une économie décarbonée. Ils réclament qu'on crée de nouvelles institutions économiques publiques, qu'on mise sur la propriété étatique des services publics dans l'ensemble de l'économie afin de faciliter la transition et de créer de bons emplois verts. Ils demandent enfin qu'on prenne les mesures nécessaires pour avoir une main-d'œuvre inclusive, renforcer les droits fondamentaux des citoyens et des travailleurs, respecter les droits et la souveraineté des peuples autochtones et les inclure dans la discussion. Bref, ils veulent d'un avenir où nos enfants pourront vivre.
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2023-02-02 10:09 [p.11138]
Monsieur le Président, la seconde pétition, qui m'a été soumise par une personne de ma circonscription, porte sur la privatisation des soins de santé et elle a été signée par 33 666 personnes.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de protéger le réseau universel et public de santé du pays prévu dans la Loi canadienne sur la santé, car certaines provinces, après avoir sous-financé intentionnellement la santé et employé les transferts fédéraux à mauvais escient, ont ouvert grand la porte à la prestation de services par des entreprises privées à but lucratif. L'Ontario est du nombre.
Ils demandent également au gouvernement de faire en sorte que les fonds publics ne se retrouvent pas dans les poches des sociétés privées et de leurs actionnaires, qu'il mette fin à l'externalisation des interventions médicales et qu'il se rende compte que la hausse des coûts induite par cette privatisation alourdit le fardeau déjà écrasant qui pèse sur le réseau de la santé. Ils demandent enfin au gouvernement de faire preuve de leadership sur cette question, comme le fait notre parti. Je remercie les 33 000 personnes et plus qui ont signé cette pétition.
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2023-02-02 15:08 [p.11186]
Monsieur le Président, je présente aujourd’hui une pétition signée par plus de 33 000 Canadiens qui demandent au premier ministre de défendre le système public de soins de santé.
Les Canadiens savent que, pour les conservateurs, « innover » est synonyme de « privatiser », c’est-à-dire remplir les poches des grandes entreprises et refiler la facture aux patients. Le premier ministre le sait bien, lui aussi. Lors des dernières élections, il a dénoncé le soutien des conservateurs à la privatisation des soins de santé et a promis qu’il défendrait notre système public; or, aujourd’hui, il manque à sa promesse.
Le premier ministre pourrait-il nous dire s’il pensait vraiment ce qu’il a affirmé pendant la dernière campagne ou s’il s’agit d’une autre volte-face des libéraux?
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2023-01-30 16:21 [p.10983]
Madame la Présidente, je suis absolument enchantée de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui pour discuter du projet de loi à l'étude. En effet, cette mesure s'appuie en grande partie, je crois, sur le projet de loi C‑311 que j'ai déjà présenté. Je m'étais moi-même appuyée sur le travail de nombreux autres députés, notamment celui de députées néo-démocrates telles que Denise Savoie et Olivia Chow.
Je tiens toutefois à préciser qu'une partie de mon projet de loi portait sur les travailleurs du système de garderies, qui sont des personnes fantastiques, souvent des femmes. Il faut renforcer le projet de loi en ce qui concerne la formation et le perfectionnement professionnel ainsi que la protection des heures de travail, comme beaucoup de syndicats de ce secteur le réclament. J'aimerais savoir ce que la députée en pense.
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-12-13 14:50 [p.10827]
Monsieur le Président, aujourd'hui, la ministre de la Défense nationale a déposé sa réponse au rapport Arbour. Ce n'est pas la première fois qu'on promet un plan et du changement aux femmes des forces armées qui ont été victimes de misogynie et d'inconduite sexuelle pendant des années.
La juge Arbour a fait son travail. Elle a examiné des milliers de documents, et elle a réalisé des centaines d'entrevues avant de formuler ses 48 recommandations. Cependant, elle craint maintenant que le gouvernement fasse faute route avec la réponse qu'il a fournie aujourd'hui. Cette réponse prévoit d'autres examens, d'autres études et d'autres retards.
Après avoir ignoré tant de rapports et de recommandations, pourquoi les militaires devraient‑ils croire que les choses seront différentes cette fois‑ci?
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-12-07 14:51 [p.10554]
Monsieur le Président, cette réponse de la ministre n'était pas suffisante. On enregistre un afflux d'enfants malades dans les hôpitaux en Ontario, et les parents sont en panique. Le système de santé canadien traverse une crise que le premier ministre ne peut plus ignorer. Le Centre hospitalier pour enfants de l'Est de l'Ontario a demandé l'aide de la Croix‑Rouge. Le Centre des sciences de la santé de Kingston accueille actuellement des enfants d'Hamilton et de London parce que les établissements hospitaliers de ces régions sont débordés et manquent de personnel. Les premiers ministres conservateurs sont en train d'affaiblir le système de santé, et le gouvernement les laisse faire.
Que faudra-t-il pour que le gouvernement se décide à négocier avec les provinces et qu'il fournisse le financement nécessaire pour que les enfants malades obtiennent les soins dont ils ont besoin?
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-12-06 14:47 [p.10500]
Monsieur le Président, l'état des salles d'urgence provoque de la frustration et de l'anxiété parmi les familles. Des enfants malades attendent jusqu'à 20 heures dans des installations de fortune, et l'actuel gouvernement laisse le premier ministre Ford refiler les coûts de santé aux administrations municipales.
On demande à la mairie de London, qui est déjà accablée financièrement, de payer 300 millions de dollars pour la restructuration des soins de santé. Le gouvernement libéral laisse les familles et les villes où elles vivent se débrouiller seules contre un gouvernement provincial impitoyable.
Quand le gouvernement conclura-t-il une entente en matière de transferts relatifs à la santé, ce qui évitera aux administrations municipales le fardeau financier des soins de santé?
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-12-06 15:53 [p.10511]
Madame la Présidente, c'est un honneur d'intervenir à la Chambre pour représenter les gens de London—Fanshawe et parler du projet de loi C‑32.
Ce projet de loi aborde plusieurs enjeux dont nous parlons depuis longtemps. Nous luttons bien sûr pour les gens de London, mais aussi pour une économie plus juste. C'est le message que nous portons à la Chambre.
Nous appuyons ce projet de loi parce qu'il comporte plusieurs éléments positifs. C'est un bon point de départ, mais il comporte beaucoup de lacunes, comme à l'habitude. En tant que néo-démocrate, je continue de militer et de lutter pour obtenir beaucoup plus d'améliorations pour les gens de London—Fanshawe. L'élimination de l'intérêt sur les prêts d'études fédéraux est l'un des principaux points que nous appuyons, car ce changement pourrait être très positif pour les étudiants.
J’étais auparavant la porte-parole du NPD en matière d’enseignement postsecondaire dans cette enceinte, et nous nous sommes battus pour beaucoup plus. Nous avons demandé l’annulation de jusqu’à 20 000 $ de dette fédérale par étudiant et une pause dans le remboursement de cette dette. Nous avons rendu cette mesure rétroactive. Nous avons parlé d’aller encore plus loin. En fin de compte, le gouvernement fait de l’argent sur le dos de notre avenir, sur le dos de ceux qui contribueront à notre économie de bien des façons grâce au système d’éducation, et cela manque beaucoup de vision. Nous pourrions aller beaucoup plus loin, mais c’est un bon début.
En ce qui concerne l’impôt sur les bénéfices exceptionnels, nous soutenons certaines des mesures proposées, mais le gouvernement pourrait en faire beaucoup plus s’il avait le courage politique d’aller plus loin. Les grandes banques, les magasins à grande surface et les sociétés pétrolières et gazières ont réalisé des bénéfices records pendant la pandémie de COVID.
Si nous avions augmenté ce taux proposé de 15 % et l’avions rendu permanent, nous verrions 4,3 milliards de dollars supplémentaires dans les coffres fédéraux. Nous pourrions réinvestir cet argent dans les gens et dans des programmes sociaux qui établissent la solidité dont les gens ont besoin. L’équité que les gens peuvent obtenir des programmes sociaux est le rôle du gouvernement, et non pas de rattraper les grandes entreprises qui sont au sommet.
Ce projet de loi nous préoccupe, car il ne va pas assez loin. En tant que néo-démocrates, nous nous sommes battus, au cours de la dernière législature, pour offrir des soutiens au moyen de la PCU et de la subvention salariale afin d'affronter les problèmes auxquels les gens étaient confrontés pendant la pandémie de COVID‑19. Quand le gouvernement a fourni ces aides et a affirmé qu’il soutenait les gens, ces derniers en avaient besoin et le croyaient.
Maintenant, nous voyons le gouvernement récupérer tout cet argent. Il récupère des prestations que les gens ont demandées de bonne foi. Il y a des gens que je connais, qui viennent à mon bureau de circonscription, et qui ne savent pas vers qui se tourner. Ils comptent sur le gouvernement pour leur apporter équité et soutien, et ils n'y trouvent pas leur compte.
Il y a quelques semaines, j’étais ici à écouter mon collègue d’Elmwood—Transcona. Je suis toujours impressionnée par sa capacité à prononcer un discours dans cet endroit, de façon improvisée. Il a des connaissances tellement vastes.
Une chose dont il a parlé m’a vraiment marqué. C’était le besoin de respect et l’appel au respect que les gens méritent. Ils travaillent si dur, ils respectent les règles, ils font tout ce qu’ils sont censés faire et ils font tout ce que le gouvernement leur demande. Ils paient leur juste part d’impôts, mais quand ils ont besoin de l’aide du gouvernement, celui-ci n’est pas là. Ils sont frustrés et en colère. Ils ne savent pas vers qui se tourner.
C’est ce besoin de montrer du respect qui fait partie de l’équité fiscale dont nous parlons. Le gouvernement doit trouver le juste équilibre pour montrer ce respect aux Canadiens. Il doit avoir le courage de demander à ceux qui gagnent le plus dans ce monde de redistribuer ces bénéfices excédentaires et de ne pas profiter des gens qui essaient simplement de s’en sortir et de nourrir leur famille. Ils doivent payer leur juste part.
Je me réjouis que mon collègue de Cowichan—Malahat—Langford se soit fait le défenseur de cette cause. Au comité de l'agriculture, il a reçu un appui unanime pour mener une étude sur la cupidiflation dans les épiceries dont nous parlons abondamment. Il ne fait aucun doute que la chaîne d'alimentation Loblaws exploite les gens, car elle engrange, chaque jour, des profits de 1 million de dollars et cela contribue à accélérer l'inflation. Il faut en tenir compte dans les politiques fiscales équitables que nous devons mettre en place.
Selon une nouvelle étude menée par le Centre for Future Work, 15 industries très rentables, y compris les chaînes d'alimentation, font grimper l'inflation au Canada. Les profits combinés de ces 15 secteurs ont fait un bond colossal de 89 %. Les Canadiens ressentent le poids de ces profits et ils constatent à quel point c'est une injustice. Les Canadiens demandent au gouvernement de leur offrir des solutions.
La taxe exceptionnelle que nous avons réclamée sur les bénéfices excédentaires pourrait atteindre les systèmes qui sont maintenant en crise en raison du sous-financement et des compressions gouvernementales ainsi que du transfert de responsabilités du gouvernement fédéral au gouvernement provincial et du gouvernement provincial aux administrations municipales.
Nous le constatons au sein du système de santé. Dans ma ville natale, London, en Ontario, les hôpitaux, en particulier l'hôpital pour enfants, ont connu une recrudescence de leur nombre de patients, comme tant d'autres dans le pays. Les patients attendent jusqu'à 20 heures pour recevoir des soins.
Je ne peux pas imaginer être un parent et voir mon enfant souffrir. C'est une chose pour les parents de compter sur leurs propres moyens et d'essayer de gérer la situation, mais en ce moment, ils doivent regarder leur enfant traverser cette épreuve, souffrir dans un couloir, attendre et ensuite se faire dire de rentrer chez lui. Des interventions chirurgicales sont annulées à London, car les hôpitaux n'arrivent pas à prendre en charge l'afflux de patients. Les gens ramènent leur enfant alors qu'ils sont souffrants. Je ne peux pas imaginer ce que cette situation fait aux familles.
Les gens de London tentent maintenant d'innover pour composer avec les longs délais d'attente à l'urgence. Le Centre des sciences de la santé de London tente de trouver une nouvelle façon de structurer les politiques encadrant les salles d'urgence. Il cherche à créer un système distinct de salle d'urgence pour les personnes aux prises avec une crise de santé mentale ou une crise liée à la toxicomanie. Il s'efforce de trouver une solution efficace.
Le gouvernement provincial conservateur de Doug Ford a dit qu'il ne financerait pas cette initiative et que la Ville devrait en assumer le coût. On parle d'un coût de 300 millions de dollars pour une ville ontarienne qui ne peut pas être déficitaire. Elle doit trouver une façon de répondre aux besoins des résidants de la municipalité sans imposer un fardeau excessif aux contribuables.
L’une des choses que nous avons entendues au sujet de l’inflation, c’est que le gouvernement est dans le tort et qu’il dépense trop. Les conservateurs pensent de façon très simpliste que ce n'est qu'une question d’impôts. Nous savons que ce n’est pas vrai. Les conservateurs refusent d'accepter le fait que, même s’il y a des études à ce sujet en ce moment, y compris celle que je viens de mentionner, ce pourrait être une question de cupidité.
Je reviens à ce que disait le député d’Elmwood—Transcona au sujet du respect. Plutôt que de continuer à protéger les grandes entreprises, si on pouvait mettre en place une véritable réforme fiscale pour que les entreprises qui engrangent des bénéfices excédentaires faramineux paient leur juste part et que les riches amis rendent des comptes, là on parlerait de respect. Voilà qui montrerait aux Canadiens que nous sommes prêts à faire le travail et que nous avons le courage de nous tenir debout pour que les choses soient équitables et qu'ils en aient conscience.
Un autre problème que je perçois concerne la Banque du Canada, qui cherche continuellement à atteindre son objectif de 2 %, sauf qu'elle risque ainsi de causer une récession. En effet, si elle atteint cet objectif de 2 %, 850 000 emplois pourraient être en péril. Il y a déjà des gens qui, alors qu'ils essaient désespérément de joindre les deux bouts, doivent maintenant redouter de perdre leur emploi et trouver une solution à ce bourbier.
London est fière de son secteur manufacturier. Les entreprises McCormick, Dr. Oetker, Labatt et Indiva sont présentes dans ma circonscription, tout comme Environize et un endroit qui s'appelle la « Cakery ». Il y a tellement d'endroits, et j'aimerais...
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-12-06 16:05 [p.10512]
Madame la Présidente, je dirais que des profits de 1 million de dollars par jour, c'est plutôt excessif. Les épiciers peuvent blâmer la chaîne d'approvisionnement, entre autres, pour la situation actuelle, mais ils réalisent des profits de 1 million de dollars par jour. Nous pourrions parler du stratagème de fixation des prix du pain et du fait que les entreprises responsables n'ont jamais vraiment remboursé cet argent aux consommateurs. Nous pourrions parler de l'argent que les épiceries ont obtenu du gouvernement pour améliorer leurs réfrigérateurs, argent qu'elles allaient investir de toute façon dans leurs entreprises, avant que le gouvernement vole à leur secours en leur donnant des deniers publics. Cet argent sort lui aussi des poches des contribuables, mais d'une façon différente.
Ce n'est pas le rôle du gouvernement de défendre les entreprises. Son rôle consiste à équilibrer les paiements, le fardeau fiscal et les programmes pour assurer l'égalité.
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-12-06 16:07 [p.10513]
Madame la Présidente, c'était le prochain point que je voulais aborder dans mon discours, mais j'ai manqué de temps. Les travailleurs cotisent au régime d'assurance-emploi. Or, une succession de gouvernements libéraux et conservateurs se sont servis de la caisse de l'assurance-emploi pour rembourser leurs dettes et faire mieux paraître leur bilan financier. Ils se sont servi de cette caisse tout en limitant l'accès à l'assurance-emploi pour les personnes qui en ont besoin. Cela suscite énormément de craintes, et les néo-démocrates se battent pour réclamer l'équité en matière d'assurance-emploi.
Nous voulons notamment instaurer une garantie de service qui obligera les ministères à créer et à publier des normes de service contraignantes pour les programmes tels que l'assurance-emploi. Ce serait un bon début, mais en réalité, l'essentiel, c'est de renforcer le régime pour le rendre accessible à plus de travailleurs.
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-12-06 16:08 [p.10513]
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de tout ce qu'il fait dans ce dossier.
Il s'agit vraiment d'une réforme essentielle que les néo-démocrates réclament depuis longtemps. Nous nous efforçons de protéger les salaires différés pour lesquels les travailleurs cotisent, afin que ceux-ci puissent compter dessus en cas de besoin. Ce sont là les éléments clés. La caisse du régime n'est pas là pour permettre aux gouvernements d'atteindre ce qu'ils considèrent comme l'équilibre budgétaire.
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-12-06 16:52 [p.10519]
Madame la Présidente, dans son discours, je n'ai pas entendu le député aborder la question du coût croissant du logement et des problèmes d'abordabilité qui en découlent. Au bout du compte, ici, à la Chambre, nous estimons que le logement est un droit de la personne et que la financiarisation du marché par des acteurs comme les fiducies immobilières et les fiducies de placement fait partie du problème. Le député pourrait-il en parler?
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-11-29 17:22 [p.10191]
Monsieur le Président, il y a un projet sur lequel je travaille en collaboration avec la députée de Nunavut. En Ontario, il y a un groupe de huit Premières Nations qui veulent mettre en place un collectif scolaire. Il s'agit d'un projet d'éducation des Premières Nations par les Premières Nations. Nous préparons un programme scolaire élaboré pour les Autochtones et par les Autochtones.
La députée dirait-elle dans quelle mesure ce projet pourrait permettre de réaliser des progrès vers la réconciliation qui fait l'objet de notre discussion aujourd'hui?
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-11-28 12:26 [p.10059]
Madame la Présidente, je suis consciente des difficultés que présente pour mon collègue le projet de loi dont nous sommes saisis, ainsi que la quantité de travail que nécessitera son étude. Le député a parlé de problèmes liés au tribunal. Je sais que le commissaire à la protection de la vie privée a soulevé un grand nombre de préoccupations.
Le député peut-il nous parler un peu plus en détail de l'insistance que met notre parti, ainsi que le commissaire à la protection de la vie privée, à réclamer, dans la mesure législative, que la balance de l'équité penche plus largement en faveur des consommateurs que des organisations, qui, elles, ont habituellement les ressources financières pour faire valoir des précédents juridiques?
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2022-11-28 13:23 [p.10068]
Madame la Présidente, l'une de mes préoccupations par rapport au projet de loi, c'est qu'il pourrait accorder trop de droits et de pouvoirs aux entreprises, notamment en ce qui a trait au retrait de renseignements. Le député pourrait-il également dire ce qui préoccupe son parti dans le fait qu'une entreprise puisse dire qu'elle retire des renseignements sans vraiment le faire?
Résultats : 1 - 15 de 150 | Page : 1 de 10

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes