Comité
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 242
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Merci, monsieur le président.
Je ne suis pas surpris de cet amendement, car il est devenu évident... J'étais à la Chambre plus tôt aujourd'hui et les députés parlaient de la nécessité de prolonger les séances parce que les conservateurs mettent des bâtons dans les roues en s'opposant au gouvernement. Je ne m'oppose à rien. Il s'agit en fait d'une discussion. Nous aimerions avoir un échange à la Chambre sur ce que je considère être de grandes déclarations du ministre. Nous avons essayé de le faire venir ici. Ce n'est pas suffisant. Nous n'aimons pas cela parce que j'ignore toujours la raison. Mon collègue a reçu l'ordre de ne pas laisser le ministre comparaître. On ne veut pas en parler à la Chambre.
Ma collègue, Mme Ferreri, a souligné à juste titre que c'est le défi de notre époque. C'est une crise qui frappe une génération. Le nombre d'itinérants au pays n'a jamais été aussi élevé. La crise se manifeste à tous les échelons du continuum du logement. Je comprends que le secrétaire parlementaire du ministre tient évidemment à ce que nous ne parlions pas trop de leur bilan à cet égard devant la Chambre. Or, peut-être que discuter de ce que le ministre a dit à la Chambre mettrait en lumière de nouvelles idées que le gouvernement pourrait proposer pour travailler avec les municipalités et les provinces afin de s'attaquer expressément au problème d'itinérance et au nombre grandissant de Canadiens qui sont sans logement et qui meurent carrément dans les rues. Le nombre de sans-abri à Toronto qui ne survivent pas à la rue est en hausse.
Je trouve tout simplement ahurissant que les libéraux refusent de discuter d'idées et de solutions proposées. La Chambre des communes est une assemblée élue censée discuter et débattre des enjeux de l'heure au pays — c'est sa raison d'être, ou c'est du moins ce que je croyais. Pourquoi les libéraux ne voudraient-ils pas tenir ces discussions? Cela ressemble à des tentatives de diversion et de dissimulation. Je serais franchement gêné si j'étais à la place du député.
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Je tiens à souligner que, même si mes collègues libéraux n'aiment pas les slogans, les conservateurs ont proposé des solutions. Nous avons suggéré toutes sortes d'idées. En fait, ce serait une excellente occasion pour nous d'avoir une conversation à la Chambre au sujet du Fonds pour accélérer la construction de logements, par exemple, qui, nous a‑t‑on promis, permettra de construire plus de logements en concluant des ententes avec les villes. Je suppose que le gouvernement actuel a enfin reconnu que cela fait partie du problème dans les circonstances.
Le fait est que nous avons demandé à voir les ententes. Nous ne savons pas ce qu'elles contiennent. Tout ce que nous savons, c'est ce qu'en disent les médias d'information. Bien sûr, il suffit de creuser un peu plus pour constater que les villes avec lesquelles ils ont conclu ces ententes promettent de faire certaines choses, mais que rien n'a été mis en place.
Par exemple, pour autoriser des quadruplex de plein droit dans toute zone résidentielle, il faut faire un changement de zonage. Or, aucune de ces municipalités ne l'a réellement fait. J'appelle donc ce programme « payer pour les promesses », qui est en quelque sorte la façon dont le gouvernement fonctionne. Nous pourrions en parler à la Chambre des communes. Cependant, si nous avions l'occasion de prendre les commentaires du ministre, d'en faire rapport à la Chambre et de lui poser directement des questions sur le programme « payer pour les promesses », par opposition au programme gratifiant axé sur les résultats qu'un gouvernement conservateur offrirait...
Là où je veux en venir, je suppose, c'est qu'au lieu d'avoir ces débats à la Chambre des communes, comme nous sommes censés le faire, le gouvernement préfère se cacher derrière ses procédures et ne pas parler de ce genre de choses à la Chambre des communes. Je trouve décevant qu'ils fassent preuve d'un tel manque de respect à l'égard de la Chambre, mais ce serait une excellente occasion de proposer d'autres idées au lieu de se contenter d'autres séances de photos.
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Je vais être bref, monsieur le président.
Je veux éviter de prendre trop de temps parce que je tiens à revenir aux témoins. Nous avons une motion en avis et, au risque que mon ami d'en face prenne tout notre temps, j'aimerais que nous procédions rapidement à un vote sur cette motion.
La motion se lit comme suit:
Que le Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées de la Chambre des communes entreprenne, conformément à l'article 108(2) du Règlement, une étude sur le logement, l'itinérance et les campements improvisés au Canada, que cette étude s'étende sur au moins huit réunions et que le Comité y donne la priorité après ses travaux sur le projet de loi C‑319.
Je propose cette motion.
Nous en avons parlé. Avis en a été donné, et je sais que le NPD est impatient de débattre de cette question à la Chambre. Je pense que ce serait ici l'endroit approprié pour discuter de la situation en profondeur.
J'espère que nous pourrons procéder rapidement à l'adoption de cette motion et revenir ensuite aux témoins dans le cadre de cette importante étude.
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Eh bien, je dois dire que je suis évidemment d'accord avec Mme Chabot et avec vous, notre estimé président. Vous êtes un homme sage et vous savez ce dont vous parlez.
Le fait est que toutes les questions soulevées par M. Fragiskatos dans son amendement sont des questions qui seraient certainement posées dans le contexte de la motion initiale. Cette motion prévoyait une étude permettant de poser des questions sur tous les points très précis dont il a parlé. Ne nous faisons pas d'illusions: l'investissement fédéral dans le logement abordable a pris fin sous le premier gouvernement Trudeau. En fait, il a commencé à diminuer sous le premier gouvernement Trudeau. Il a complètement disparu sous le gouvernement Chrétien. Il ne fait aucun doute que l'investissement fédéral a été insuffisant au fil des ans, mais je ne vois pas pourquoi on voudrait tenter de présupposer les résultats d'une étude.
Je pense que l'enjeu est bien trop grave pour que l'on se livre à de tels jeux politiques. En fait, une partie de moi se demande s'il n'aurait pas mieux valu que nous essayions d'en discuter tout le temps et perdre notre temps de cette façon. C'est ridicule.
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Oui, monsieur le président.
Je pourrais répéter tout ce qui a été dit par ces femmes extraordinaires. Je le réitère, mais je tiens également à dire aux témoins ici présents que je suis désolé que nous ayons dû aborder ces questions au début de cette réunion. Nous sommes évidemment frustrés par ce qui s'est passé lors de la dernière réunion.
Nous devons nous assurer que nous parlons de l'un des problèmes les plus urgents du pays en ce moment, à savoir la crise du logement. Je tiens donc à remercier les témoins. Je suis désolé que nous ayons pris un peu de temps au début de cette réunion, mais il est important que ce point figure au compte rendu et que les Canadiens reçoivent le service qu'ils méritent de la part de ce comité lorsque nous abordons l'un des problèmes les plus urgents du pays, qui est clairement la crise du logement. Merci, monsieur le président.
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Merci, monsieur le président.
Je crois qu'il serait bien de faire une analyse approfondie du logement coopératif. Je crois qu'il s'agit de l'un des outils qui devraient être à notre disposition pour régler la crise du logement et du logement abordable.
Ce qui me préoccupe dans cet amendement, c'est la notion voulant que malgré la crise du logement qui sévit actuellement, le président intérimaire de la SCHL n'ait pas ce qu'il faut pour venir nous parler de la situation. Est‑ce le message que l'on veut transmettre ici?
Je crois que le président intérimaire travaille à la SCHL depuis un bon moment. Ce n'est pas comme s'il venait d'arriver. Je me demande combien de temps nous devrons attendre pour que le nouveau président soit en poste. Est‑ce que, dans l'intervalle, tout part à la dérive? N'y a‑t‑il personne au gouvernail? Ne pouvons-nous pas parler au président actuel? Quel est le message que l'on tente de passer avec cet amendement étrange?
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Je vous remercie, monsieur le président.
Nous entendons ce que nous entendons, je suppose, et voici à quoi cela se résume. Ce que j'entends, c'est que mon collègue ne sait pas vraiment qu'une crise sévit actuellement dans le domaine du logement au pays. Le ministre précédent n'employait pas ce mot. Le ministre actuel l'utilise, mais il semble que son secrétaire parlementaire ne soit pas saisi du dossier.
Je pense que le président par intérim occupe ce poste parce qu'il possède un ensemble de compétences et de connaissances sur le sujet et comprend l'organisme et les enjeux. C'est la raison pour laquelle il est là. Si cette personne n'est pas capable de témoigner devant le Comité, elle ne devrait pas être président par intérim, je suppose.
Il s'agit en fait d'une tactique dilatoire. J'admets que le ministre n'aime pas l'attention qu'il reçoit ici plutôt qu'ailleurs au pays, mais voilà pourquoi nous sommes ici: pour soulever les enjeux qui comptent pour notre pays et ses habitants. C'est le problème le plus criant auquel notre pays est confronté en ce moment.
Je regarde un de mes collègues ici présents qui a déjà été conseiller municipal. J'ai lu quelque chose sur un de ses anciens collègues...
M. Michael Coteau: Je pense qu'il parle de vous.
M. Scott Aitchison: ... à Hamilton, monsieur Collins.
Des députés: Ha, ha!
M. Chad Collins: S'il s'agissait d'une coopérative de style soviétique, y seriez-vous favorable?
M. Scott Aitchison: Vous savez, cela ressemble fort à une diversion, et je m'oppose entièrement à tout affaiblissement de cette motion. Il faut que le ministre témoigne. De plus, si nous attendons que le gouvernement nomme un nouveau président permanent, nous pourrions attendre éternellement.
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
J'invoque le Règlement, monsieur le président.
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Mon ami et collègue s'est un peu éloigné, je pense, de l'objet de son amendement. Je me demande si nous pourrions passer à la prochaine étape rapidement et passer au vote.
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Il a parlé de mon expérience municipale.
Le président: Ah bon, d'accord... Je vous prierais de vous en tenir...
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Merci, monsieur le président.
J'estime que c'est une proposition tout à fait logique, et je souscris à tout ce qui a été dit jusqu'à maintenant. Je ne sais pas s'il est nécessaire de prendre beaucoup de temps pour en débattre. Je serais prêt à la mettre aux voix dès maintenant.
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Merci, monsieur le président.
J'aimerais poser quelques questions au ministre du Logement.
Monsieur le ministre, je vois dans le Budget supplémentaire des dépenses que vous avez demandé plus d'argent. Je veux me concentrer sur le Fonds pour accélérer la construction de logements. Diriez-vous que ce fonds — ce programme de 4 milliards de dollars — mise sur les municipalités pour augmenter le nombre de logements construits et accélérer le processus? Est‑ce généralement là‑dessus qu'on met l'accent?
Voir le profil de Scott Aitchison
PCC (ON)
Résultats : 1 - 15 de 242 | Page : 1 de 17

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes