Hansard
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 238
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, le budget prévoit un montant pour garantir la sécurité du pont Champlain. Les ingénieurs disent qu'il n'y a absolument aucun danger. Avec le montant alloué dans le budget, sa sécurité sera garantie pour les 10 prochaines années. Nous allons collaborer avec le gouvernement du Québec.
Pour autant que je sache, d'après le dernier congrès du Bloc québécois, les seuls ponts dont ces députés semblent se soucier, ce sont ceux qu'ils peuvent établir avec les autres partis de la coalition. Pourquoi ne se sont-ils pas occupés du pont Champlain quand ils en avaient l'occasion?
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, ils vont appeler ces élections les élections du pont Champlain.
Il y a de l'argent dans le budget pour garantir la sécurité de ce pont. Nous attendons aussi la fin du mois pour prendre connaissance d'un rapport qui sera remis à Transports Canada et qui présentera des options pour le remplacement du pont. Évidemment, c'est ce qu'on fait quand on est au gouvernement. On pense à long terme et on pense à collaborer avec le gouvernement du Québec pour faire le travail.
Pour autant que je sache, au congrès du Bloc, le seul changement apporté à la constitution du parti n'avait rien à voir avec ce pont. Tout ce qu'ils avaient à dire c'était: « Formons une coalition avec les autres partis là-bas ».
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, il est écrit qu’il y a un temps pour toute chose. Au cours de ma carrière politique, tout s’est mis en place il y a 17 ans, quand j’ai été élu pour la première fois à la Chambre des communes. Je peux assurer aux députés que je suis en bonne santé. Néanmoins, même si c’est toujours pour moi un honneur et un privilège d’être député, j’ai décidé de ne pas présenter de nouveau ma candidature aux prochaines élections.
J’avais 36 ans quand cette aventure a commencé et nos quatre enfants vivaient encore à la maison. Maintenant, ils sont tous adultes et mariés et nous avons, Deb et moi, 10 petits-enfants. Je me suis juré que le jour où je quitterais la politique, j’aurais su préserver ce qui était le plus important à mes yeux lorsque j’y suis entré: l’amour et le respect de mes proches. C’est surtout grâce à ma femme, Deb, qui est mon port d’attache et l’amour de ma vie que cela arrivera. C’est la plus grande réalisation de ma vie.
J’ai d’abord été élu en tant que réformiste et j’ai vite appris qu’il valait la peine d’écouter et de servir le public. Mes électeurs se passionnent pour les questions et les enjeux politiques qui les intéressent et j’ai toujours trouvé très inspirant et très motivant de travailler avec eux. Ce sont des gens merveilleux et pleins de bon sens et je leur serai éternellement reconnaissant de leurs encouragements et de leur appui.
Une des meilleures choses qu’apporte la vie politique, ce sont les amis que nous nous faisons en cours de route. Nous nous sommes liés d’amitié avec tout plein de gens que nous n’aurions jamais rencontrés autrement. Ce ne sont pas seulement des partisans politiques, mais des gens aux idées différentes venant d’autres milieux, d’autres religions et d’autres régions. Comme les amis fidèles que nous avons toujours eus chez nous, ces nouveaux amis font maintenant partie intégrante de nos vies. Leur compagnie loyale a enrichi notre vie.
Bien entendu, le fait de siéger au Cabinet a été pour moi une expérience exceptionnelle. Je serai toujours reconnaissant envers le premier ministre qui s’est donné la peine de me dire que non seulement il voulait que je sois ministre, mais qu’il était certain que je pourrais remplir cette fonction. Il m’a nommé alors que je venais d’être éprouvé par le cancer et il m’a encouragé en disant: « Ne laissez pas les gens vous dire que vous ne pouvez plus apporter votre contribution -- ne les laissez pas vous mettre de côté. » Ceux qui survivent au cancer ont besoin d’entendre ce genre de paroles et ils ont besoin d’y croire. Je remercie le premier ministre de ces paroles. Ma santé est bonne depuis.
Pendant tout ce temps, mon personnel a fait un travail exceptionnel. Ces personnes sont aux prises avec une charge de travail, des attentes et des pressions du public considérables, mais elles ont toujours été à la hauteur et ont toutes servi le Canada avec compétence. Si j’ai acquis une bonne réputation au cours des années, c’est en grande partie grâce à leurs efforts. Je peux en dire autant des nombreux fonctionnaires professionnels avec qui j’ai travaillé dans trois ministères différents ainsi que de la greffière et de son personnel. Notre pays a de la chance d’avoir ces personnes à son service.
À tous égards, mon expérience de ces 17 dernières années a renforcé ma conviction que le Canada est l’un des pays les plus favorisés au monde. Nous avons la chance d’avoir une terre où abondent les ressources naturelles et un peuple stoïque et généreux, pacifique et généralement prospère. Quel grand pays!
Un jour, et peut-être bientôt, je quitterai cet endroit et je laisserai derrière moi le rôle que j’y ai joué. Je partirai avec des sentiments partagés parce que j’aime servir notre pays et sa population. Mais il y a un temps pour toute chose et je suis convaincu que le moment est venu pour Deb et moi de vivre la prochaine aventure merveilleuse que Dieu nous réserve.
Je remercie tous les députés pour l’honneur et le privilège d’avoir été ensemble au service de nos électeurs et de notre pays.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, le pont Champlain est très important pour les entrepreneurs, et pour la population de Montréal et du Canada. Nous avons investi beaucoup d'argent dans ce corridor parce que le pont est très important. En outre, j'ai parlé avec le ministre du Québec ce matin, et nous discutons de la situation du pont et de sa sécurité. L'avenir est clair: on doit discuter avec le gouvernement du Québec de l'avenir du...
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, il est évident que nous nous soucions de la sécurité des gens. C’est pour cette raison que, lorsque je me suis entretenu avec la dirigeante de la Société des ponts fédéraux et avec les ingénieurs, il y a un mois à Québec, ils ont dit que les investissements que nous avons faits dans le pont suffiront pour qu’il demeure absolument sûr pendant les 10 prochaines années.
Vers la fin du mois ou peu de temps après, nous recevrons un rapport sur les options possibles relativement au pont. Nous savons tous que cet ouvrage devra être remplacé à un moment donné à l’avenir, mais nous ne pouvons pas dire, avant de recevoir ce rapport, s’il est possible d’envisager des options de rail léger, de transport en commun rapide ou d’autobus. Une fois que nous aurons le rapport en main, nous prendrons une décision de concert avec le gouvernement du Québec.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, il ne fait aucun doute que le pont Champlain est un pont extrêmement important. Voilà pourquoi nous y consacrerons près de 400 millions de dollars au cours des 10 prochaines années pour veiller à ce qu'il demeure sécuritaire.
Je ne suis pas ingénieur. La question qui s'impose est donc: à qui demandons-nous conseil en la matière? Nous demandons l'avis des ingénieurs qui inspectent le pont et de la première dirigeante de la société d'État chargée de surveiller le pont. Nous collaborons avec le gouvernement provincial pour veiller à ce que le pont soit sécuritaire.
Il va de soi que le pont devra être remplacé à long terme. Entretemps, les Montréalais peuvent avoir l'assurance que le pont est sécuritaire et qu'il le demeurera. Nous collaborerons étroitement avec le gouvernement du Québec pour élaborer un projet de remplacement à long terme au cours des années qui viennent.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Voilà une bonne question, Monsieur le Président. Combien allons-nous dépenser pour le pont de Windsor? Nous y consacrerons zéro dollar des contribuables. Il s'agit d'un projet de partenariat public-privé. Le gouvernement fédéral n'assumera aucune partie des coûts.
Peut-être que cette formule sera possible pour le pont Champlain. Toutefois, avant de nous avancer, nous attendrons que le rapport me soit remis. Ce rapport nous présentera des options, des idées conceptuelles, des recommandations pour savoir si l'on devrait y aménager une voie pour les trains, une voie de transport en commun rapide ou une voie réservée aux autobus. Les possibilités sont multiples. Nous ne procéderons certainement pas sur un coup de tête ou à l'aveuglette.
Tant que le pont sera sécuritaire, les Montréalais devraient l'emprunter.
Pendant ce temps, nous collaborerons avec le gouvernement du Québec pour concevoir une solution à long terme.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, notre gouvernement s'est clairement engagé pour le pont Champlain. C'est pourquoi nous avons investi beaucoup d'argent dans ce corridor.
Je tiens à dire à la Chambre qu'il n'y aura aucun compromis sur la sécurité du pont Champlain et des milliers de personnes qui le traversent chaque jour. Je suis également heureux d'informer le député que nous avons déposé une lettre de la Société des ponts fédéraux, hier, à la Chambre, qui confirme que le pont Champlain est sécuritaire. C'est encore sécuritaire.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, le ministre de l’Agriculture et de l'Agroalimentaire n'est pas d'accord avec lui.
Il est inapproprié de parler d'un nouveau pont tant que nous n'aurons pas reçu l'étude de faisabilité finale sur l'avenir du pont Champlain. Quand nous l'aurons reçue, nous examinerons les constats et nous envisagerons toutes les options, y compris celle du remplacement du pont Champlain.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, c'est pourquoi nous avons investi beaucoup d'argent dans ce corridor. C'est très important pour Montréal et pour le corridor canadien. Je suis également heureux d'informer la députée que nous avons déposé une lettre en cette Chambre, hier après-midi, qui affirme que le pont Champlain est sécuritaire.
En fait, lors d'un entretien personnel que j'ai eu il y a un mois, le PDG et les ingénieurs affectés à la construction du pont m'ont dit que le pont était sans danger et qu'il en serait ainsi pour les 10 prochaines années.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, pour la gouverne de la députée, lors de la réunion des intervenants que j'ai organisée à Montréal il y a environ un mois, on m'a dit que 25 p. 100 de toutes les marchandises en provenance de Montréal empruntent le pont de Windsor. Les intervenants de Montréal s'intéressent beaucoup à la construction d'un pont supplémentaire au poste frontalier de Windsor.
Toutefois, pour revenir à la question du pont Champlain, nous attendons la publication du rapport final qui contiendra des recommandations sur l'avenir du pont Champlain. Nous avons hâte de connaître les recommandations définitives. Nous collaborons avec le gouvernement et les intervenants du Québec pour faire en sorte que le pont soit, entre temps, sans danger et qu'il soit remplacé dans l'avenir.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, les centres de révision d'Air Canada vont bien sûr demeurer à Montréal, Winnipeg et ailleurs, comme l'exige la loi. En outre, le transporteur nous a assurés, devant le comité permanent et en réponse aux questions de mon cabinet, qu'aucun emploi ne sera perdu. Il sait qu'il devra respecter autant l'esprit que la lettre de la loi, et c'est précisément ce qu'il s'est engagé à faire.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Voici ce que je vais leur expliquer, monsieur le Président: aucun emploi ne sera perdu. Air Canada s'est engagée à conserver ses centres de révision de Winnipeg, de Mississauga et de Montréal. C'est la loi qui l'exige. Le transporteur a également promis, au comité permanent de la Chambre et à moi personnellement, qu'aucun emploi ne serait perdu. Que peut-on avoir à redire là-dessus?
En fait, il y a de quoi se réjouir, car grâce au gouvernement, il s'est créé 460 000 emplois depuis que le pays a franchi le creux de la récession. Bref, n'en déplaise au NPD, aucun emploi n'est menacé, pas plus à Air Canada qu'ailleurs.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, je viens de répondre à la question, mais je ferais mieux de me reporter à mes notes d'information parce qu'il est important que je vous lise le texte tel quel.
Les employés auraient l'option soit de faire la transition vers Aveos, soit de rester au service d'Air Canada. Il faudrait en discuter davantage avec le syndicat, mais les employés d'Air Canada qui optent pour la transition toucheront le même salaire, les mêmes indemnités de congé, la même pension et les mêmes primes d'ancienneté que ce à quoi ils ont droit actuellement. Je le répète: Air Canada promet qu'il n'y aura aucune perte d'emploi.
J'aurais bien aimé pouvoir le dire dans les deux langues officielles, mais les faits ne changeront pas. Il n'y a aucune perte d'emploi.
Voir le profil de Chuck Strahl
PCC (BC)
Monsieur le Président, nous discutons de cette question avec Air Canada depuis maintenant des mois, bien avant qu'elle soit soulevée à la Chambre des communes et que le Bloc en ait finalement pris conscience. Nous voulions des garanties. Les emplois seront-ils conservés? Les installations d'entretien à Mississauga, à Winnipeg et à Montréal seront-elles maintenues? Les employés seront-ils gardés en poste? Auront-ils les mêmes prestations de retraite, les mêmes droits, etc.? La réponse, c'est oui sur toute la ligne.
Il est grand temps que les bloquistes se réveillent et se rendent à l'évidence. Les députés se sont finalement mis au parfum, mais c'est seulement maintenant que les faits font surface. Nous les devançons de loin dans ce dossier.
Résultats : 1 - 15 de 238 | Page : 1 de 16

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes