Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-06-17 15:08 [p.29230]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre. Je n'ai jamais été aussi fier que le jour où j'ai été élu à la première Assemblée législative du Nunavut. Il y avait tant d'espoir, et les promesses fleurissaient.
Seulement voilà: 20 ans plus tard, la vie ne s'est pas améliorée pour les Nunavummiuts. Pour bon nombre d'entre eux, elle a empiré. Le Nunavut ne peut exister que si nous pouvons développer une économie durable, et nous ne pouvons y parvenir qu'avec l'aide que le gouvernement fédéral nous avait promise. Il faudra investir massivement dans les infrastructures, le logement, les routes, les ports et l'accès à Internet.
Le premier ministre va-t-il enfin travailler avec le gouvernement du Nunavut et respecter l'engagement pris par le Canada il y a 20 ans, ou devrons-nous attendre encore 20 ans ?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-06-12 14:05 [p.29025]
Monsieur le Président, hier, la ministre a rejeté du revers de la main ma proposition de tenir une enquête sur le programme Nutrition Nord. Elle ne semble pas comprendre les graves conséquences qu'a l'échec de ce programme sur les collectivités du Nord. Au Nunavut, plus de 50 % des ménages sont touchés par l'insécurité alimentaire. Au cas où la ministre ne comprendrait pas cette statistique, cela veut dire que ces ménages ne bénéficient pas d'un accès fiable à des aliments nutritifs à un prix abordable.
Au cours des huit années qui ont suivi la mise en place de Nutrition Nord, les gouvernements qui se sont succédé ont dépensé plus d'un demi-milliard de dollars dans ce programme. Résultat: le nombre de ménages aux prises avec l'insécurité alimentaire a augmenté de 20 % au Nunavut. Hier, je ne blaguais pas quand j'ai dit qu'on devrait parler du programme alimentaire « Phénix ».
Le gouvernement ne peut plus continuer de faire l'autruche. Les Nunavummiuts ont besoin d'aide et exigent des réponses. Pourquoi ce programme est-il un échec aussi monumental? Une enquête répondrait à cette question et nous aiderait à trouver de nouvelles façons d'assurer la sécurité alimentaire dans les collectivités du Nord. Je demande donc au gouvernement du Canada de lancer immédiatement une enquête sur le programme Nutrition Nord.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-06-11 15:12 [p.28967]
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.
Depuis le lancement du programme Nutrition Nord, en 2011, les gouvernements qui se sont succédé y ont consacré plus d'un demi-milliard de dollars. Au cours de cette période, le nombre de ménages du Nunavut qui sont aux prises avec l'insécurité alimentaire est passé de 33 % à plus de 50 %. Avec des résultats aussi terribles, on devrait parler du programme alimentaire Phénix.
Les Nunavummiuts veulent des réponses. Allez-vous lancer une enquête sur le programme Nutrition Nord pour qu'on puisse comprendre pourquoi c'est un échec aussi monumental et trouver un moyen d'assurer notre sécurité alimentaire, à nous Canadiens du Nord?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-31 12:08 [p.28395]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Services aux Autochtones. Je suis fier d'avoir contribué aux efforts pour l'obtention du financement annoncé l'automne dernier pour un centre de traumatologie et de désintoxication pour le Nunavut. Toutefois, il n'y a pas d'établissement réservé aux jeunes au Nunavut. Nos jeunes doivent attendre longtemps et, souvent, doivent aller à l'extérieur du territoire pour recevoir des traitements en santé mentale et encore, s'ils ont la chance de pouvoir le faire.
Selon un rapport intitulé « Our Minds Matter », produit par le représentant de l'enfance et de la jeunesse, les jeunes estiment, à juste titre, que le système actuel est inadéquat et ne répond pas à leurs besoins.
Le ministre écoutera-t-il nos jeunes et leur permettra-t-il d'obtenir les services et l'aide en santé mentale dont ils ont besoin et auxquels ils ont droit sur leur propre territoire?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-16 15:10 [p.27995]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de l'Infrastructure et des Collectivités.
Hier, à la Chambre, le ministre a dit qu'il travaillerait avec le Québec et les provinces pour s'assurer que les projets seraient approuvés à temps pour le début de la saison de construction qui s'en vient. Le Nunavut connaît une crise du logement qui contribue aux taux élevés de pauvreté, de suicide et de tuberculose. Le territoire n'a pas d'accès fiable à Internet. Nous avons besoin d'être connectés à Internet pour éduquer nos enfants et faire progresser notre économie.
Le ministre fera-t-il preuve de la même courtoisie envers le gouvernement du Nunavut et approuvera-t-il les projets liés au logement et à Internet à temps pour la saison estivale de construction?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-10 12:06 [p.27677]
Madame la Présidente, ma question s'adresse au ministre des Services aux Autochtones.
En matière de soins de santé, les Nunavummiuts ne bénéficient pas du même niveau de soutien de la part du gouvernement fédéral que les autres Canadiens. La moyenne nationale de soutien fédéral est de 20 %. Au Nunavut, la moyenne est de moins de 10 %. Résultat: le gouvernement du Nunavut est forcé d'assumer le coût de programmes qui relèvent du gouvernement fédéral. Le gouvernement du Nunavut dépense chaque année au-delà de 50 millions de dollars de plus que le financement qu'il reçoit du fédéral pour administrer le Programme des services de santé non assurés.
Le ministre des Services aux Autochtones estime-t-il que c'est juste? Collaborera-t-il avec le gouvernement du Nunavut afin de financer entièrement l'administration de ce programme?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:08 [p.27597]
Monsieur le Président, je tiens à remercier le gouvernement et la leader du gouvernement à la Chambre de m’accorder un certain temps pour parler de ce projet de loi, même s’ils savent que ce n'est pas pour l'appuyer. Je leur suis reconnaissant de cette possibilité.
J’estime qu’il est important que ma voix soit entendue. Je suis le seul Inuk à la Chambre qui peut parler librement et voter selon sa conscience. Je ne peux pas, en toute conscience, appuyer cette loi parce qu’elle exclut la langue inuite.
Quand j’ai voté contre le projet de loi C-91 à l'étape de la deuxième lecture, j’ai dit que je proposerais un amendement et je l’ai fait. Le ministre a dit à la Chambre qu’il était ouvert aux amendements, et j’espérais en trouver un qui conviendrait. Je lui ai parlé personnellement de l’intention qui sous-tendait mon amendement, et il semblait être bien disposé à son égard.
C’était un amendement plutôt anodin. L’Inuit Tapiriit Kanatami, qui s’est prononcé fortement contre cette mesure législative, n’aurait pas appuyé mon amendement. Ses membres estimaient que le projet de loi n’allait pas assez loin, qu'il n’était pas assez ferme. Ce groupe a collaboré avec mes collègues du NPD pour présenter d’autres propositions d'amendement au comité.
Lorsque j’en ai discuté avec le ministre, celui-ci m’a dit que le problème était que les amendements, d’une part, et les recommandations de l'Inuit Tapiriit Kanatami, d’autre part, débordaient du cadre du projet de loi. J’ai pourtant fait très attention de rédiger mon amendement de façon à ce qu’il ne déborde pas du cadre du projet de loi.
Ayant déjà fait partie d’un gouvernement, je sais que nous sommes limités par notre mandat et que nous ne pouvons pas faire tout ce que nous voulons. J’en étais très conscient lorsque j’ai rédigé mon amendement, qui laisse simplement la porte ouverte au ministre pour qu’il puisse négocier avec les Inuits l’inclusion de notre langue.
Le premier ministre et les ministres n’hésitent pas à dire dans cette enceinte qu’au sein des comités, les députés sont indépendants. Qu’on ne leur dit pas comment ils doivent voter en comité. Je sais maintenant que ce n’est pas le cas. Dans notre comité, c'est du pareil au même. Tous les députés libéraux ont rejeté mon amendement, comme on leur avait dit de le faire, et ils ont rejeté la totalité des amendements de l’opposition.
Je suis peut-être naïf, mais je suis de ceux qui pensent que les comités de la Chambre des communes sont le lieu où tous les députés, quelle que soit leur allégeance politique, peuvent travailler ensemble pour améliorer un projet de loi. Et croyez-moi, ce projet de loi a besoin d’être amélioré.
Rejeter des amendements sans même les avoir examinés, simplement parce qu’ils ne sont pas libéraux, c’est faire de la politique primaire. Ce n’est pas de la démocratie.
Au Nunavut, nous gouvernons par consensus. Nous n’avons pas de divisions politiques. Tous nos députés travaillent ensemble pour le bien du peuple. On pourrait s’en inspirer ici. Le projet de loi C-91 ne s’en porterait que mieux.
La semaine dernière, j’ai demandé au premier ministre pourquoi, dans le budget, il finançait directement l'Inuit Tapiriit Kanatami, court-circuitant ainsi le gouvernement du Nunavut, pour remédier à la crise du logement et aux problèmes du système de santé que nous avons chez nous. Pourtant, c’est le gouvernement du Nunavut qui est responsable de ces deux dossiers. Le premier ministre s’est énervé en disant qu’il ne présenterait pas d’excuses « pour l’approche [qu'il a] adoptée en matière de réconciliation ».
C’est exactement l’approche que l’ITK pensait qu’il utilisait pour l’élaboration de ce projet de loi. Mais il est maintenant évident que le gouvernement n’a jamais eu l’intention de l’utiliser, et c’est ce que l’ITK reproche notamment au projet de loi.
En disant cela, le premier ministre a laissé entendre que, pour le budget, il a utilisé l’approche de nation à nation avec les Inuits. Or, il ne peut pas jouer sur les deux tableaux, traiter de nation à nation avec les Inuits dans un projet de loi et les écarter dans un autre.
C’est un projet de loi qui est très important et qu’on attend depuis longtemps. La préservation des langues est importante pour toutes les cultures. Aujourd’hui, pour la première fois, nous reconnaissons le statut des langues autochtones et prenons des mesures pour empêcher leur extinction, mais malheureusement, ce n’est pas le cas de toutes les langues.
Pour cette raison précise que les langues inuites ne sont pas incluses dans le projet de loi, je ne peux pas l'appuyer. Je suis prêt à répondre à toute observation ou question des députés.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:15 [p.27598]
Monsieur le Président, je ne peux pas parler au nom du gouvernement pour ce qui est de la date à laquelle le projet de loi été déposé, mais j’ai entendu dire qu’il essayait de présenter d’autres projets de loi qui avaient déraillé. Les libéraux estimaient qu'il leur fallait présenter quelque chose, alors ils ont présenté ce projet de loi. De l’avis de l’Inuit Tapiriit Kanatami et de la Nunavut Tunngavik Inc., le gouvernement a précipité les choses alors qu’il aurait dû prendre le temps de bien les faire.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:17 [p.27598]
Monsieur le Président, comme je l’ai déjà dit, j'approuve le principe qui sous-tend ce projet de loi. La députée dit que nous avons besoin de travailler ensemble pour continuer d’améliorer les choses. J’ai offert aux libéraux la possibilité de le faire, mais ils ont choisi de rejeter mon amendement.
J’ai parlé au ministre. J’ai pris soin de rédiger un amendement qui ne déborde pas du cadre du projet de loi et du mandat que nous avions. Mon amendement lui aurait donné la possibilité de travailler avec les Inuits. Les libéraux ont choisi de rejeter mon amendement.
C’était une occasion manquée. J’espérais que les libéraux la saisiraient au vol. Le projet de loi C-91 ne s’en porterait que mieux.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:20 [p.27598]
Monsieur le Président, à mon souvenir, c’est le cas. Cependant, comme la leader du gouvernement à la Chambre l’a souligné, certains amendements ont été acceptés. Il faudrait que je vérifie. Quand j’étais présent, tous ceux qui ont été proposés par l’opposition au comité ont été rejetés. Cependant, je ne suis pas tout à fait certain que ce soit le cas de toute la liste.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:22 [p.27599]
Monsieur le Président, comme je l’ai fait remarquer, tous les amendements proposés quand j’étais présent au comité ont été rejetés. Cependant, je crois le ministre sur parole quand il dit rechercher une solution pour formuler un amendement qui satisfasse tout le monde. Ce serait un compromis. Ce ne semblait pas être le cas de mon amendement.
Le député dit que nous étudions un projet de loi modifié, mais aucun des amendements ne concerne les questions soulevées par l’Inuit Tapiriit Kanatami ou la Nunavut Tunngavik Inc., qui ont déclaré publiquement que le projet de loi n’a en rien été préparé conjointement avec les Inuits. En tant que député de Nunavut représentant la plus grande population d’Inuits au Canada, je ne peux pas appuyer le projet de loi à cause des préoccupations soulevées, que le gouvernement a apparemment ignorées.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:24 [p.27599]
Monsieur le Président, comme je l’ai souligné, le président de l’Inuit Tapiriit Kanatami et la présidente de la Nunavut Tunngavik Inc. se sont prononcés publiquement contre le projet de loi à cause de cette exclusion. Comme je l’ai mentionné, au début de l’élaboration du projet de loi C-91, on leur a fait croire que le projet de loi serait préparé en suivant une approche fondée sur les distinctions. Maintenant que nous voyons le résultat, il semble que ce n’ait pas été le cas.
Une des choses que j’ai essayé de proposer avec mon amendement, qui n’avait rien de radical et qui aurait été un amendement très amical et facile à accepter, aurait permis au ministre de garder la porte ouverte pour travailler avec les Inuits, s’il le souhaitait. Il n’y avait rien d’impératif; c’était une possibilité.
Je ne comprends pas que cet amendement ait été rejeté. Il n’engageait en rien un gouvernement, que ce soit le gouvernement actuel ou tout gouvernement futur, à suivre une direction ou à prendre un engagement particulier, ce qui ne peut se faire. J’ai bien pris soin de présenter cet amendement d’une manière qui permettrait au gouvernement d’avancer et d’avoir la possibilité de tenir compte des souhaits des Inuits dans le projet de loi.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 16:39 [p.27644]
Monsieur le Président, au moment de mettre aux voix ce projet de loi, la députée se joindra-t-elle à moi, ainsi qu'à trois autres députés, peut-être, afin d'imposer la tenue d'un vote par appel nominal?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 16:43 [p.27645]
Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de Saanich—Gulf Islands de s'être engagée à m'appuyer.
Le gouvernement a indiqué à quel point cette mesure législative est importante, et les députés de l'opposition disent la même chose. Si le projet de loi est si important, les Canadiens méritent de voir comment leurs représentants votent au cours d'un vote par appel nominal au lieu de se contenter d'un projet de loi adopté avec dissidence.
Résultats : 1 - 15 de 184 | Page : 1 de 13

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|