Interventions en comité
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Je vous remercie, monsieur le président.
Messieurs, vos propos ce matin sont très troublants. Nous aimons croire que le vérificateur général assure au public canadien un lien de confiance crédible avec les institutions gouvernementales.
Nous constatons que le gouvernement libéral de Justin Trudeau non seulement vous empêche d'obtenir les sommes d'argent nécessaires pour effectuer votre travail, mais s'immisce en quelque sorte dans le choix des sujets que vous pouvez étudier.
En tant qu'ancien ministre de la Sécurité publique, je peux vous assurer que le domaine de la cybersécurité est important. Le président l'a mentionné. Nous sommes à la veille d'une élection, mais vous n'avez ni l'argent ni les outils nécessaires pour rassurer la population canadienne sur les mesures mises en place pour contrer l'influence étrangère. C'est très troublant.
Ma prochaine intervention portera sur la restauration de l'indépendance des agents du Parlement par rapport à l'exécutif. Cette question est au coeur de la démocratie canadienne et, manifestement, le gouvernement fait fausse route.
Monsieur le président, je reviendrai sur ce point lors de ma prochaine intervention.
Merci.
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Je veux renchérir sur ce qu'a dit un éminent parlementaire de la Chambre des communes au sujet de l'importance de la séparation des pouvoirs et de la crédibilité des agents du Parlement. Ma question concerne le dernier commentaire qui a été émis. Le gouvernement actuel, lorsqu'il a été élu, nous a promis la transparence et nous a dit que le Canada était de retour sur la scène internationale. Or on constate qu'il y a de l'ingérence dans la construction navale et dans les contrats d'approvisionnement, qu'on limoge le vice-amiral Norman et que la ministre de laJustice démissionne parce que, selon ce qu'elle affirme, on lui dit quoi faire, notamment de s'immiscer dans le système judiciaire alors que ses pouvoirs sont exécutifs. C'est dujamais vu dans l'histoire canadienne. Nous avons un problème. On nous promet de la transparence, mais les libéraux s'attaquent à la réputation de l'organisme qui a la meilleure réputation internationale, c'est-à-dire le Bureau du vérificateur général, en tentant de réduire son budget et d'orienter ses travaux.
J'aimerais savoir ce que vous proposez pour assurer l'indépendance du vérificateur général.
Merci.
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
C'est vrai.
Madame Mendès, ce n'est pas un rappel au Règlement, c'est un point de débat, mais je dois reconnaître que vous avez tout à fait raison.
Cela dit, à un moment où il y a des enjeux extrêmement importants sur la table, on voit l'ingérence du gouvernement.
Ma question s'adresse donc à vous, monsieur Ricard. Comment restaurer ou préserver l'indépendance des agents du Parlement?
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Oui.
Monsieur le président, excusez-moi de vous interrompre.
Sur le rappel au Règlement de Mme Mendès, vous avez dit que nous travaillons de façon non partisane. Or le vérificateur général vient de nous dire qu'on l'empêche de faire son travail. Je trouve inacceptable que le Parti libéral essaie de mettre en laisse le chien de garde du gouvernement.
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Il est important de nous battre pour préserver l'indépendance de nos institutions. J'ai l'intention de continuer à le faire à chaque fois.
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Merci beaucoup, monsieur le président, de me recevoir au Comité.
J'en profite également pour vous remercier puisque c'est peut-être aussi l'une de vos dernières réunions de comité en tant que politicien. Nous avons eu la chance de servir la population ensemble.
C'est avec plaisir que je suis ici, ce matin.
Je veux aussi en profiter pour remercier M. Christopherson.
Monsieur Christopherson, gardez votre passion, nous avons besoin de cela. J'espère que les petits nouveaux qui vont vous suivre auront la même passion. Ce matin, vous nous avez fait part de votre indignation et, au fond, nous sommes là pour la refléter. Je dois dire que je la partage aussi.
Monsieur Ricard, vous nous dites que c'est très difficile de joindre le gouvernement par téléphone. Vous nous dites que c'est un entonnoir, les gens raccrochent, les appels sont transférés à des systèmes automatisés: c'est une véritable course à obstacles.
Finalement, comme le disait mon collègue, le système ne semble pas conçu pour répondre aux besoins. Nous le savons, parce que c'est à nos bureaux que les gens appellent en dernier ressort quand ils n'arrivent pas à joindre une agence du gouvernement. C'est ce qui se passe. Heureusement, parfois on appelle et l'on a un peu de service.
À mon avis, le problème me semble être un problème de leadership. Il y a beaucoup de centres d'appel, mais chacun travaille un peu en vase clos.
Voici ma première question. Qu'est-ce que vous pensez des commentaires qui ont été faits ce matin?
J'aimerais aussi vous entendre au sujet de la rétroaction que vous avez reçue à la suite des initiatives qui sont prises. Parmi elles, il y en a de très intéressantes.
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Merci.
Parmi les éléments que j'ai aimé voir soulever, il y a l'initiative que le ministère des Anciens Combattants va mettre place, soit un téléscripteur pour les malentendants. Je vous félicite pour cela, général Natynczyk.
Il y a aussi l'initiative du cabinet électronique. Comme ancien ministre, je peux vous dire que c'est ahurissant, la quantité de documents dont nous avons besoin. L'informatisation des documents est donc une belle initiative.
J'ai aussi aimé ce que vous avez dit, Monsieur Flack.
Vous avez parlé du taux d'accessibilité aux agents. J'aimerais vous entendre davantage à ce sujet. Au bout du compte, lorsqu'une personne appelle le gouvernement, elle veut un résultat.
Pourriez-vous nous en parler brièvement? Vous avez quand même apporté des améliorations intéressantes.
Ensuite, s'il me reste du temps, j'aimerais revenir sur la question du leadership. Ce matin, il me semble vraiment que le Conseil du Trésor et Services partagés Canada constituent tous deux un monstre à deux têtes. Pour qu'il y ait du leadership, une vision concrète, le message que je vous lance ce matin, c'est qu'il vous faut travailler ensemble. Comme on l'a vu, il y a beaucoup de centres d'appels qui ne sont pas nécessairement coordonnés. C'est un problème de normes.
Pouvez-vous nous parler de votre taux d'accessibilité aux agents?
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Bienvenue à cette 159e rencontre du Comité permanent du patrimoine canadien. J'ai le plaisir d'être ici, aujourd'hui, en l'absence de Mme Dabrusin, qui a été retenue dans le cadre d'autres fonctions.
Sans plus tarder, je vais vous présenter notre unique témoin de la séance d'aujourd'hui, laquelle va durer une heure. Nous avons le plaisir de recevoir M. Simon Brault, qui est directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada.
Monsieur Brault, je crois que vous avez préparé une allocution à notre intention. Je vous invite à nous la présenter, tout en vous souhaitant la bienvenue de nouveau au Comité.
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Monsieur Brault, je vous laisse encore une minute, puis nous passerons à la période de questions.
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Merci beaucoup, monsieur Brault.
Sans tarder, je cède la parole à M. Boissonnault, qui est impatient de vous poser quelques bonnes questions.
Résultats : 1 - 15 de 1173 | Page : 1 de 79

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|