Hansard
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 96
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-06-19 15:57 [p.29400]
Monsieur le Président, je remarque que vous êtes le deuxième président originaire de la Nouvelle-Écosse, et cela nous réjouit.
J'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 29e rapport du Comité permanent de la santé, intitulé « Violence subie par les travailleurs de la santé au Canada ».
Il s'agit d'une étude fascinante que nous avons menée sur la violence à l'endroit des travailleurs de la santé, des personnes qui viennent en aide aux autres. Nous avons formulé neuf recommandations importantes, qui vont du financement de la recherche sur les pratiques exemplaires en matière de prévention de la violence au travail dans le domaine de la santé à la collaboration avec les provinces et les territoires pour mettre à jour la Stratégie pancanadienne relative aux ressources humaines en santé. Pendant 5 réunions, nous avons entendu 21 intervenants, dont les témoignages poignants ont jeté un éclairage utile sur leur expérience du domaine de la santé.
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport. Nous souhaitons tout ce qu'il y a de mieux aux travailleurs de la santé.
Je tiens à remercier le Comité. Pendant trois ans et demi, tous les membres, tous partis confondus, se sont présentés dûment préparés à toutes les séances, fin prêts à faire leur travail et à prendre la parole au nom des Canadiens.
Je souhaite également remercier notre greffier et nos analystes, qui ont fait de l'excellent travail. Je remercie aussi les vice-présidents.
Tous les membres du Comité permanent de la santé ont fait de l'excellent travail.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-06-18 15:05 [p.29311]
Monsieur le Président, selon un rapport de la GRC publié en 2004, le centre d'appels 911 de la GRC devrait être situé à l'extérieur de la municipalité régionale d'Halifax, étant donné les risques qu'impliquerait le fait que les deux principaux centres de communications de la police se retrouvent à proximité l'un de l'autre. Les risques en question concernaient de possibles catastrophes environnementales et les menaces touchant les systèmes de communications. Fait étrange, un nouveau rapport de la GRC indique que les préoccupations mentionnées en 2004 ont été réévaluées et qu'elles ne sont plus considérées comme des risques.
Le ministre pourrait-il demander à la GRC de mettre à notre disposition l'étude qui explique pourquoi les catastrophes environnementales et les menaces touchant les systèmes de communications étaient considérées comme un risque en 2004...
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-06-17 15:41 [p.29193]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, les deux rapports suivants du Comité permanent de la santé.
Le premier est le 27e rapport, intitulé « Faire bouger les jeunes Canadiens! »
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
Le deuxième est le 28e rapport, intitulé « La santé des communautés LGBTQIA2 au Canada ».
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport. Cependant, nonobstant le délai de 120 jours prévu à l'article 109 du Règlement, le Comité demande au gouvernement de déposer une réponse globale à ce rapport dans les 60 jours qui suivent le dépôt du rapport à la Chambre.
En ce qui a trait au rapport intitulé « La santé des communautés LGBTQIA2 au Canada », je tiens à remercier le député de Coquitlam—Port Coquitlam d'avoir proposé cette étude d'importance critique. Il est aussi tout à fait approprié que nous présentions ce rapport historique en plein milieu du Mois de la fierté. Tout au long de l'étude, nous avons eu des témoignages complets et émouvants, qui ont été très instructifs.
En ce qui a trait à la motion no 206 sur l'activité physique chez les jeunes, je tiens à remercier le député de Newmarket—Aurora de son travail inlassable au cours des quatre dernières années pour permettre la réalisation de l'étude. Nous avons entendu les témoignages de spécialistes du domaine de l'activité physique, notamment Participaction et les Clubs de garçons et filles du Canada.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-06-11 14:11 [p.28915]
Monsieur le Président, ce matin, le Réseau canadien des survivants du cancer a tenu un petit-déjeuner de travail pour discuter des préoccupations et des suggestions des victimes du cancer en compagnie de députés et de sénateurs. En tant que survivant de deux cancers, je suis vraiment reconnaissant de leurs efforts.
Sous la direction de sa présidente Jackie Manthorne, le Réseau veille à ce que les patients et les survivants obtiennent des renseignements à jour sur le traitement du cancer, les différentes options offertes et les résultats qui y sont associés.
Le Dr Paul Wheatley-Price, oncologue à l’Université d’Ottawa, nous a parlé de nouveaux traitements prometteurs qui ont déjà une grande incidence sur les probabilités de rétablissement à la suite d’un cancer du poumon. Le Dr Wheatley-Price a souligné qu’il existe des tests standardisés pour le dépistage précoce des cancers du sein, du côlon et de la peau, mais qu’il n’en existe aucun pour le cancer du poumon.
Le Dr Wheatley-Price a demandé aux parlementaires d’encourager le gouvernement à investir dans une stratégie de dépistage du cancer du poumon, et je pense pouvoir dire sans me tromper que c’est exactement ce que nous ferons.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-06-10 15:23 [p.28817]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le vingt-sixième rapport du Comité permanent de la santé, intitulé « Répercussions de l'abus de méthamphétamine au Canada ».
Je souhaite signaler que, dans le cadre de l'étude de ce dossier, le comité permanent a tenu 8 réunions, a reçu 10 mémoires et a entendu 34 témoins à Ottawa. Le comité est également allé à Calgary, Winnipeg, Montréal et Vancouver où il a pu voir les répercussions terribles de la méthamphétamine et entendre des témoignages à ce sujet.
Des organisations sur le terrain, notamment la Bear Clan Patrol à Winnipeg, ainsi que des témoins à Ottawa ont indiqué qu'il est urgent de prendre des mesures pour s'attaquer à la crise de la méthamphétamine.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-06-05 16:53 [p.28596]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 25e rapport du Comité permanent de la santé portant sur le projet de loi S-248, Loi instituant la Journée nationale des médecins.
Le projet de loi S-248 désignerait le 1er mai comme « Journée nationale des médecins ». Je souhaite remercier le sénateur à la retraite Arthur Eggleton de même que la députée de Vancouver-Centre d'avoir présenté ce projet de loi. Le Comité l'a étudié et a décidé de le renvoyer à la Chambre sans amendement.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-06-04 18:32 [p.28528]
Monsieur le Président, je suis heureux de l'occasion qui m'est offerte. J'ai hésité à prononcer mon discours d'adieu, parce que c'est le troisième discours du genre que je présente. J'ai eu une carrière plutôt en zigzag. Je vais en donner les grandes lignes. Les députés vont devoir être attentifs s'ils veulent suivre.
J'ai été élu pour la première fois en 1988 en tant que progressiste conservateur. Ensuite, en 1993, qu'on le croie ou non, j'ai été défait par un libéral. En 1997, j'ai de nouveau été élu en tant que progressiste conservateur. Plus tard, M. Harper est arrivé et le parti est devenu le Parti conservateur du Canada. Je me suis présenté pour ce parti. M. Harper m'a invité à siéger comme indépendant, ce que j'ai fait. Ensuite, en 2009, j'ai démissionné pour des raisons de santé pensant que je ne reviendrais jamais. À cette occasion, j'ai prononcé un discours d'adieu que je viens de lire, ce qui est assez intéressant.
Me voici de nouveau au même point. Dans mon dernier discours d'adieu, j'ai dit que j'avais siégé à la Chambre pendant 6 149 jours. Selon mes calculs, à présent, c'est à peu près 7 499 jours.
Je veux que tout le monde sache que chaque jour a été fantastique. C'est la carrière la plus intéressante que l'on puisse avoir, et j'encourage les gens à envisager de se présenter aux élections. On travaille de longues heures et le stress est terrible, mais représenter les gens d'une circonscription est le travail le plus formidable qu'une personne puisse faire. Ce fut pour moi un immense honneur et un grand plaisir.
Je ne sais pas si les Canadiens le savent, mais cet endroit fonctionne, et très bien en plus. Nous avons un gouvernement, qui peut être formé par un parti ou par un autre, et nous avons des partis de l'opposition. Ces derniers ont un travail à faire et le gouvernement a un travail à faire. Je me plais à penser que grâce à eux, le Canada demeure sur la bonne voie. Si le gouvernement va trop loin vers la gauche ou vers la droite et qu'il frappe le garde-fou, l'opposition le ramène sur le droit chemin. Cette façon de faire permet au Canada de rester sur la bonne voie sans jamais trop dévier de sa route. Nous sommes très chanceux d'avoir ce système.
Nous avons aussi de la chance d'avoir ce système parce que, comme député d'arrière-ban, je sais que les ministres seront ici tous les jours. Je peux traverser l'allée centrale pour leur parler si j'ai une question urgente d'un électeur. Je le fais d'ailleurs. Il en va de même pour les députés de l'opposition. Je ne connais pas d'autre système sur la planète dans lequel les ministres sont aussi disponibles pour les simples députés et les autres. C'est un bon système et il fonctionne.
Je pense aussi que tous les députés que j'ai rencontrés ont apporté une contribution. Si une personne arrive à faire accepter sa candidature puis à se faire élire à la Chambre, cette personne apporte une contribution. Les députés arrivent avec leur expérience, leurs connaissances et leur personnalité et chacun constitue une valeur ajoutée, à l'exception, peut-être, du député de Cape Breton—Canso, mais c'est quelqu'un de bien.
Je veux souligner la contribution des députés d'arrière-ban puisqu'on parle souvent du Cabinet. Les députés d'arrière-ban font beaucoup de bonnes choses et je trouve qu'ils ne sont pas suffisamment reconnus.
Je siège au comité de la santé. C'est un excellent comité, avec des députés néo-démocrates, libéraux et conservateurs. Nous sommes là pour une seule raison: tendre l’oreille aux préoccupations des Canadiens en matière de santé. Rien d’autre n’a d’importance. Nous avons des divergences philosophiques, mais nous sommes là surtout pour répondre aux préoccupations des Canadiens en matière de santé.
Aujourd’hui, nous avons entendu parler de la violence envers les travailleurs de la santé. Je ne savais pas du tout que c’était un problème jusqu’à ce que des témoins comparaissent devant notre comité. La situation semble effrayante. J’espère que les députés d’arrière-ban de ce comité pourront conseiller la ministre de la Santé sur la façon dont nous pourrions faire une différence.
Les comités fonctionnent et les députés d’arrière-ban font du bon travail.
Entre autres choses, ils proposent des projets de loi d’initiative parlementaire qui changent la vie des Canadiens. J’aimerais en passer quelques-uns en revue. Il se trouve que les cinq que je vais mentionner viennent de députés de la Nouvelle-Écosse.
Le député d'Halifax a présenté une motion pour faire en sorte que de judicieuses consultations environnementales soient menées à terme avant d’investir dans l’infrastructure. Je pense que c’est une excellente idée.
Le député de Dartmouth—Cole Harbour a établi une stratégie nationale sur l’élimination sécuritaire des lampes contenant du mercure. Sa mère, Joy, vit dans ma circonscription, où elle est ma préférée.
Le député de Nova-Ouest a présenté un projet de loi pour assurer la reconnaissance officielle du jour du Souvenir comme jour férié fédéral. J’ai toujours pensé que c'était le cas.
La députée de South Shore—St. Margaret a présenté une motion pour assurer l'enlèvement sûr des navires abandonnés. C’est maintenant une politique nationale d’un océan à l’autre.
J’ai même présenté, à titre de très distingué député de Cumberland—Colchester, un projet de loi demandant au gouvernement d’établir un système pour aider les groupes Autochtones à récupérer les artefacts qui leur appartiennent. Il a été adopté à l’unanimité.
Je veux parler d'une autre mesure. Le député de Calgary Confederation, un député conservateur, a présenté un projet de loi d’initiative parlementaire visant à améliorer le don d’organes au Canada. Nous sommes très en retard dans ce domaine. Son projet de loi est simple et il est important qu’il soit adopté. Il a été adopté à l’unanimité dans cette enceinte. Il est coincé au Sénat, et j’espère qu’il pourra cheminer avec mon projet de loi et beaucoup d’autres.
Ce que je veux dire, c’est que les simples députés font une différence dans la vie, l’environnement et la santé de tous les Canadiens. Ils méritent beaucoup de crédit, et on les oublie parfois.
Quand j’ai fait mon dernier discours, je ne savais pas que j’allais revenir. Je pensais que j’en avais fini. J’avais des problèmes de santé et je ne pensais pas revoir cet endroit un jour. Cependant, en 2014, j’ai reçu un courriel du chef du Parti libéral, qui était en troisième position à ce moment-là. Il me demandait si je souhaitais me présenter. Ce sont les gens qui m’ont battu en 1993, mais je me sentais très à l’aise avec eux. J’avais appris à connaître le député de Papineau quand j’étais assis là-bas en tant qu’indépendant avec lui. Ces trois années et demie ont été très productives.
Je suis ravi que, par l'entremise de Parcs Canada, nous ayons pu désigner le village acadien de Beaubassin lieu historique national. Parcs Canada a maintenant érigé un pavillon et des plaques commémoratives et il s'apprête à installer des panneaux qui permettront d'améliorer cet endroit.
Un autre projet touche l'Île Haute, une île vierge située dans la baie de Fundy. En 2001, le gouvernement d'alors songeait à s'en départir. Beaucoup de temps s'est écoulé depuis, mais il y a trois semaines à peine, le gouvernement a désigné l'Île Haute réserve nationale de faune. Elle sera donc protégée pour toujours. J'en suis très reconnaissant.
Je suis aussi très heureux de constater qu'on se préoccupe de la question de l'élévation du niveau de la mer et des changements climatiques, car j'habite au fond de la baie de Fundy, où tout est démesuré. À l'embouchure de cette baie, les marées atteignent 5 ou 6 pieds de hauteur, alors que, au fond de celle-ci, elles atteignent 50 pieds. Comme l'effet est démesuré, une légère élévation du niveau de la mer à l'embouchure de la baie de Fundy peut produire une très grande hausse au fond de celle-ci. Le gouvernement du Canada a mis sur pied deux programmes pour composer avec l'érosion et la montée du niveau de la mer, deux enjeux cruciaux.
Dans un mois, nous allons commémorer la fermeture du camp de prisonniers de guerre d’Amherst. Durant la Première Guerre mondiale, c’était le plus grand camp de prisonniers de guerre au Canada. Cette année, ce sera le centième anniversaire de sa fermeture et tout l’orchestre de la Luftwaffe allemande participera à la cérémonie. J’encourage tout le monde à visiter le site amherstpowcamp.ca et à y jeter un coup d’œil.
Il ne me reste pas beaucoup de temps, mais j’ai de nombreux remerciements à adresser. Je vais le faire rapidement parce que le temps presse, mais ces personnes mériteraient qu’on prenne le temps de les remercier sans se hâter.
Je tiens à remercier les membres de mon personnel à Amherst, à Truro et à Ottawa, Sandra, Jon, Deby, Trish et Joel, ainsi que tous ceux et celles qui ont contribué, au fil des ans, à mon succès en tant que député. Chacune de ces personnes se dévoue pour aider les gens et leur apporter le soutien dont ils ont besoin.
Je tiens aussi à remercier les agents de sécurité qui travaillent partout sur la Colline. Ils sont toujours prêts à donner un coup de main. Ils nous protègent, mais ils nous aident aussi.
Je remercie les pages, qui s’assurent que nous savons ce que nous faisons et où nous en sommes.
Je remercie le greffier et les autres employés du Bureau. Ces gens connaissent les affaires de la Chambre mieux que quiconque. On peut aller leur demander n'importe quand ce qui se passe. Ils se souviennent aussi du nom de chacun, allez savoir comment.
Je remercie évidemment mes électeurs, qui m'ont élu sous trois bannières différentes et à titre indépendant. C'est vraiment un honneur de défendre les intérêts des gens de Cumberland—Colchester. J'ai de la gratitude envers tous les gens de ma circonscription, qu'ils aient voté ou non pour moi. Je leur suis très reconnaissant. Ce fut un grand honneur d'avoir été député au cours des 30 dernières années, de façon intermittente, et je ne l'oublierai jamais.
Je remercie aussi les membres du caucus libéral, du caucus de la Nouvelle-Écosse, du caucus de l'Atlantique et du caucus national. Après le premier caucus libéral auquel j'ai participé, j'ai appelé mon épouse et je lui ai dit: « Dire que certains se moquent du caucus libéral. » Ce fut une expérience formidable de faire connaissance avec tout le monde, et je me suis fait de bons amis.
Enfin, je tiens à remercier ma famille. La personne la plus importante dans ma vie est Rosemary, ma conjointe depuis 49 ans et 5 mois. J'aimerais que tout le monde sache à quel point ce travail est difficile pour les conjoints et les conjointes. Oui, il y a des joutes oratoires au Parlement, mais quand les caméras s'éteignent, nous nous entendons plutôt bien. Par contre, les conjoints ne voient que ces joutes oratoires, et c'est éprouvant pour eux. Tout le monde devrait garder cela à l'esprit. Ce travail est très difficile pour les conjoints, il les met à rude épreuve.
J'aimerais remercier nos enfants, Michael, Holly et Allison. Je suis très fier d'eux. Ils font leur chemin dans la vie et ces 7 499 jours pendant lesquels j'étais député n'ont pas toujours été faciles pour eux. Je leur en suis reconnaissant. Je salue nos petits-enfants, Willow, Jasper et Autumn. Ils nous apportent beaucoup de joie, et ils semblent même nous apprécier.
En terminant, je tiens à dire que je suis reconnaissant de la chance que j'ai eue. J'aimerais remercier tout le monde ici, les députés de tous les partis et de toutes les fonctions, pour la chance d'avoir pu travailler avec eux. Ce fut un honneur. Je n'ai pas encore terminé mon travail au Parlement. Je vais demeurer ici encore un certain temps, mais c'est aujourd'hui où j'ai l'occasion de m'exprimer. C'est réellement un honneur de pouvoir siéger ici, dans cet édifice et dans l'ancien édifice. Je n'aurais pas pu faire autre chose dans ma vie durant 30 ans qui soit aussi gratifiant, aussi satisfaisant et aussi intéressant. Merci beaucoup.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-06-03 15:26 [p.28419]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 24e rapport du Comité permanent de la santé, intitulé « S'attaquer au problème de plein front: les commotions cérébrales liées aux sports au Canada ».
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
Au cours de l'étude, le sous-comité a tenu 13 réunions, reçu 20 mémoires et entendu 42 témoins. Le sous-comité a entendu certains témoins de premier plan, notamment M. Gary Bettman, commissaire de la Ligue nationale de hockey, ainsi qu'Eric Lindros et l'honorable Ken Dryden, deux membres du Temple de la renommée du hockey.
Le sous-comité a formulé 13 recommandations, que le comité permanent a approuvées.
Je tiens à remercier les membres du sous-comité de l'excellent travail qu'ils ont accompli au cours des derniers mois pour rendre possible la publication de ce rapport historique.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-05-14 14:59 [p.27764]
Monsieur le Président, presque toutes les questions dont traite le Comité permanent de la santé ont un aspect relatif à la santé mentale, qu'il s'agisse de l'état de stress post-traumatique, de la dépendance à la méthamphétamine ou de questions relatives à la communauté LGBTQ ou à la santé des Autochtones. Il y a toujours un dénominateur commun: la santé mentale.
La ministre de la Santé pourrait-elle nous dire ce que fait le ministère pour aider les Canadiens de partout au pays qui ont des problèmes de santé mentale?
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-05-13 14:07 [p.27677]
Monsieur le Président, en 2006, les familles de deux jeunes garçons qui avaient tous deux reçu un diagnostic de tumeur cérébrale m’ont demandé de l’aide.
En collaboration avec la Canadian Alliance of Brain Tumour Organizations, nous avons élaboré la motion d’initiative parlementaire M-235, qui demandait au gouvernement de contribuer à la création d’un registre national des tumeurs cérébrales.
Demain, on procédera au lancement du tout nouveau Registre canadien des tumeurs cérébrales, qui permettra que chaque tumeur cérébrale diagnostiquée au Canada soit recensée et étudiée.
Lorsque la Chambre a adopté cette motion, en 2007, le jeune Brandon Dempsey et sa mère Jennifer étaient à la tribune. Malheureusement, Brandon est décédé en 2012, mais je suis très heureux que sa mère soit de retour à la tribune aujourd’hui.
Je tiens à rendre hommage à Matthew MacDonald, de Truro, ainsi qu’à Brandon Dempsey, d’Amherst, deux jeunes Canadiens qui n'ont pas survécu à leur tumeur cérébrale. Sans leur lutte courageuse et le soutien indéfectible de leurs parents, le registre des tumeurs cérébrales n’aurait peut-être pas vu le jour.
Je tiens également à remercier mon assistant, Lorne Berndt, de son travail inlassable, ainsi que tous les intervenants du domaine des tumeurs cérébrales qui ont contribué à la création du Registre canadien des tumeurs cérébrales.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-04-29 14:03 [p.27098]
Monsieur le Président, l'obésité est une maladie qui touche des millions de Canadiens et qui, malheureusement, est en augmentation au pays. Beaucoup de facteurs y contribuent, dont bon nombre sont indépendants de la volonté des personnes concernées.
La lutte contre l'obésité est devenue une priorité en matière de santé pour le gouvernement libéral, comme en témoigne la présentation du nouveau Guide alimentaire canadien, de même que l'imposition de restrictions concernant la publicité et l'étiquetage des produits.
À titre de président du comité de la santé, je suis heureux que le comité ait contribué à faire en sorte que le nouveau Guide alimentaire canadien soit le reflet de saines habitudes alimentaires pour tous. Ce soir, de 17 heures à 19 heures, dans la pièce 330 de l'édifice Wellington, une réception sera donnée par Obésité Canada pour aider les parlementaires et leur personnel à comprendre l'obésité.
De hauts dirigeants d'Obésité Canada seront présents, et j'invite tout le monde à la Chambre à y participer.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-04-10 15:23 [p.26935]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 23e rapport du Comité permanent de la santé, intitulé « Une stratégie de lutte contre le diabète au Canada ».
Je remercie tous les témoins qui sont venus parler des difficultés qu'ils vivent et des éventuelles solutions. On nous a dit que 7 000 personnes meurent du diabète tous les ans.
Je remercie aussi le personnel et les membres du Comité qui ont énormément travaillé là-dessus. Je voudrais tout particulièrement remercier la députée de Brampton-Sud, qui a proposé l'étude et a joué un rôle actif dans la formulation des recommandations.
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-04-09 15:08 [p.26886]
Monsieur le Président, les Canadiens sont depuis longtemps à l'origine de progrès et de découvertes en médecine, comme l'insuline et certains vaccins, qui ont sauvé des vies au pays et à l'étranger, et ils en sont fiers.
Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique peut-il nous dire quels investissements le gouvernement fait dans la recherche et les établissements de pointe pour ouvrir la voie à de nouvelles percées médicales et pour rendre les traitements encore plus efficaces?
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-02-28 10:09 [p.25888]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 22 rapport du Comité permanent de la santé, intitulé « Améliorer l'accès aux traitements pour les Canadiens atteints de maladies et de troubles rares ».
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
Le comité a entendu le témoignage de nombreuses victimes de maladies rares qui ont décrit les obstacles auxquels elles se heurtent en raison de la lenteur du processus d'approbation des nouveaux médicaments et du coût élevé des médicaments. Je tiens à remercier les députés de tous les partis qui ont participé à cette étude. J'espère qu'elle permettra d'améliorer les choses.
J'aimerais également remercier les membres du personnel qui nous ont aidés à préparer ce rapport. On n'aurait pas pu choisir de meilleur moment pour le déposer puisque c'est aujourd'hui la journée des maladies rares.
Voir le profil de Bill Casey
Lib. (NS)
Voir le profil de Bill Casey
2019-02-19 17:55 [p.25542]
Monsieur le Président, j'écoutais simplement tous les députés en me disant que cette assemblée est remarquable. Nous parlons du rapatriement d'artéfacts autochtones, et j'ai entendu des députés de tous les partis prendre la parole pour appuyer la mesure.
Je ne sais pas si les députés l'ont remarqué, mais la Chambre peut être quelque peu partisane de temps à autre. Cependant, ce soir, nous parlons du rapatriement des artéfacts autochtones, et je suis reconnaissant à tous les députés qui ont pris la parole en faveur du projet de loi et qui ont contribué à son élaboration. Beaucoup de députés et de sénateurs ont participé à la rédaction et à la modification du projet de loi et ont fait en sorte que son libellé soit aussi bon que possible. Je sais que le projet de loi n'est pas parfait, mais j'estime qu'il s'agit d'un très bon pas dans la bonne direction et je les en remercie.
Je remercie aussi Heather Stevens, une jeune Micmaque de la Première Nation de Millbrook située près de Truro, en Nouvelle-Écosse. Elle m'a parlé d'un artéfact micmac de Millbrook qui a été transporté en Australie il y a des années et qu'elle essaie de faire rapatrier, et cela m'a incité à présenter le projet de loi. J'ai parlé à mon adjoint de ce que nous pouvions faire. Je ne sais pas si c'était son idée ou la mienne, mais nous avons décidé de rédiger ce projet de loi, et tout est là.
Je veux remercier Joel Henderson. Si j'étais autorisé à mentionner qu'il est à la tribune, je le ferais, mais je n'y suis pas autorisé. Il a été mon adjoint exécutif et a élaboré une grande partie du projet de loi. Il a communiqué avec énormément de gens, consulté d'innombrables musées et les nombreuses personnes qui ont participé à toutes les étapes du processus. Nous avons travaillé avec des Autochtones de tous les horizons, des députés, des sénateurs, des chefs, des dirigeants communautaires et des historiens. Nous avons beaucoup appris. Des membres des peuples autochtones nous ont parlé de leurs artefacts et de l'importance que ceux-ci revêtent. L'expérience a été formidable.
Tout a commencé par une histoire en particulier. Je l'ai déjà mentionné, il s'agit d'une toge de cérémonie micmaque qui s'est retrouvée dans un musée de Melbourne. Quand j'ai présenté le projet de loi, j'ai parlé pendant 2 minutes et 37 secondes. Trois semaines plus tard, l'ambassadrice d'Australie, Son Excellence Natasha Smith, est venue à mon bureau et m'a dit qu'elle avait communiqué avec ce musée et qu'elle essaierait de nous aider à récupérer cette toge. Je lui ai demandé pourquoi elle faisait cela. Elle m'a dit que l'Australie voulait récupérer certains artefacts autochtones très importants pour le pays.
J'ai commencé à comprendre l'importance de la question des artéfacts autochtones. Ce n'est pas anodin. C'est un enjeu important. Puis, quelqu'un a souligné le fait que le projet de loi C-391 avait été rédigé en Chine et aux Pays-Bas et qu'on en avait parlé dans de nombreux pays. Pour moi, ce fut un cheminement qui m'a permis de comprendre à quel point les artéfacts sont importants pour les Autochtones. Comme certains députés l'ont mentionné, ils sont importants pour la réconciliation. Ils sont importants pour l'histoire. Ils sont importants pour leur culture. Ils sont importants pour que les jeunes Autochtones puissent voir comment leurs ancêtres vivaient, les objets qu'ils pouvaient fabriquer, les talents qu'ils possédaient et les merveilleuses compétences qu'ils ont mises de l'avant. Je tiens à remercier tous les députés et toutes les personnes qui ont participé au projet de loi.
Aujourd'hui, c'est mon anniversaire, alors je tiens à remercier toutes les personnes qui sont venues à ma petite fête. Je leur en suis très reconnaissant. Je suis très heureux d'être ici et de faire partie d'une telle entreprise. Je ne l'oublierai jamais et je vous en remercie tous. J'espère que le projet de loi ira de l'avant et qu'il améliorera la situation des Autochtones de partout, non seulement au Canada, mais aussi dans d'autres pays. D'autres pays ont communiqué avec nous pour nous demander s'ils pouvaient utiliser ce projet de loi comme modèle pour présenter une mesure législative dans leur assemblée législative.
Je remercie beaucoup tout le monde. J'en suis très heureux.
Résultats : 1 - 15 de 96 | Page : 1 de 7

1
2
3
4
5
6
7
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes