Comité
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 123
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-05-11 16:27
Merci, monsieur le président.
J'aimerais enchaîner sur les propos de M. Wood, au sujet de la valeur du marché. J'ai des réserves quand on commence à comparer la qualité et la valeur du marché à celles du secteur privé.
Quand nous faisons de la publicité pour attirer de jeunes Canadiens dans les forces armées, nous attendons d'eux qu'ils fassent ce qui est nécessaire. Ils sont les premiers à défendre nos valeurs, que ce soit au Canada ou à l'étranger. Par ailleurs, j'estime personnellement que la qualité de vie et le niveau de vie dans les Forces sont bien inférieurs à ceux du secteur privé. Alors comment pouvez-vous dire...?
Chaque fois qu'ils reçoivent une augmentation de salaire, la valeur de base change et on augmente le loyer. C'est ridicule. C'est inacceptable. Ce sont les Canadiens à qui nous demandons d'aller à l'étranger défendre notre pays, et nous les traitons de cette façon? Nous les comparons...?
Je pense qu'il y a trop de généraux confortablement installés à Ottawa qui n'ont aucune idée de ce qui se passe dans les différentes parties du pays. Je parle de qualité pour ceux à qui nous devons le plus de respect, parce que c'est d'eux que nous attendons le plus.
Qu'en dites-vous?
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-05-11 16:30
Monsieur le président, les membres des deux côtés s'inquiètent tous de la qualité de vie, du niveau de vie des membres des Forces canadiennes. Je recommande fortement qu'à l'avenir, ce comité visite certains endroits et fasse ses propres constatations plutôt que de s'en remettre aux recommandations et aux opinions de l'administration centrale à Ottawa.
Je suis sincèrement inquiet du niveau de vie et de la façon dont nous allons garder nos jeunes soldats dans les Forces plutôt que de les voir partir et se joindre au secteur privé après des années de difficultés. J'ai reçu la visite de jeunes hommes qui ont quitté les forces armées pour des raisons semblables. J'ai bien peur que nous ayons à affronter ce problème dans l'avenir. Nous ne leur donnons pas le salaire qu'ils recevraient dans le secteur privé et pourtant, nous leur demandons le loyer qu'ils paieraient dans le secteur privé.
Je pense que c'est injuste, et je crois que ce n'est pas correct.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-27 16:29
Merci.
Messieurs les ambassadeurs, je feuilletais cette publication. Elle est très intéressante.
Si nous remontons un peu dans le temps, et je crois que vous serez d'accord avec moi, nous voyons que toute cette réforme avait commencé à Gdánsk, autrefois Dantzig, en Pologne, avec Solidarnosc. Plus tard, il y a eu la perestroïka, laquelle a ensuite gagné les anciens pays du Pacte de Varsovie, pour atteindre enfin l'ancienne Yougoslavie.
Vous savez probablement que James Baker s'était adressé à Milosevic et lui avait demandé de recourir à toute la force nécessaire pour maintenir ensemble la Yougoslavie, et il lui avait accordé 30 jours. Milosevic avait dit non merci, je n'ai pas besoin de 30 jours; 15 jours me suffiront; je ferai appel aux forces armées.
Le pourcentage du PIB alloué à l'armée en Yougoslavie comptait parmi les plus élevé à cette époque, n'est-ce pas? Heureusement, l'armée n'était pas unie. L'armée était sous le commandement de «nous savons qui» , n'est-ce pas?
Après toute cette destruction, je crois que les forces de l'Ouest savaient que même Al-Quaïda avait des camps d'entraînement en Bosnie et envoyait en Tchétchénie ses soldats formés. Vous le reconnaissez?
Vous avez mentionné qu'il devrait y avoir une volonté politique. Pensez-vous que cela suffise, la seule volonté politique, ou est-ce qu'il y a différents intérêts, pensons à la mise en place de barbelés... et puis à la vente d'armes clandestines pour un prix élevé et ainsi de suite? Comment empêcher des choses comme celles-là?
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-27 16:35
Je sais que la corruption a commencé en Russie avec Yeltsin, et les pays occidentaux ont encouragé les changements en Russie à cette époque en nous fournissant des milliards de dollars. Le garde du corps de Yeltsin, Abramovitch, aurait une fortune personnelle d'environ 10 milliards de dollars, et nous savons que la fille de Yeltsin a des comptes dans des banques suisses, et Abramovitch achète maintenant des quartiers de Londres et que sais-je encore.
Or nous avons beau parler d'amour et de démocratie, de changements, mais les gens crèvent de faim. Nous pouvons mettre en oeuvre toutes sortes d'organisations et dire, je vais vous dire comment vous devriez vous comporter, mais nous ne sommes pas à leur place. Nous ne sommes pas dans leurs chaussures. L'économie est dans un état désastreux. Si on ne peut pas nourrir sa famille, comment peut-on se nourrir de belles paroles au sujet de la démocratie? Est-ce possible qu'au lieu de leur vendre des armes, nous les aidions à se doter d'une économie, et alors ils accepteraient beaucoup plus facilement la démocratie et la façon dont nous vivons?
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 15:35
Bonjour, chers collègues.
C'est notre neuvième séance. Nous sommes le jeudi 22 avril.
Conformément à l'article 108(2) du Règlement, nous sommes réunis pour une séance d'information sur la Restructuration de la Réserve de la Force terrestre.
Nous avons aujourd'hui deux témoins du ministère de la Défense nationale : le major-général Edward Fitch, administrateur de projet, Restructuration de la Réserve de la Force terrestre, et le colonel Eric Meisner, directeur de projet par intérim, Restructuration de la Réserve de la Force terrestre.
Après votre exposé, nous passerons à la période des questions selon la formule suivante : sept minutes pour un parti d'opposition, sept minutes pour les libéraux, puis des tours de cinq minutes en alternance.
Messieurs, vous avez la parole.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 15:47
Merci, major-général.
Nous passons aux questions.
Madame Gallant, vous avez huit minutes.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 15:55
Merci.
Monsieur Bachand.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 16:03
Excusez-moi, mais votre temps est écoulé. Nous allons donner la parole à M. O'Reilly pour sept minutes.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 16:12
Merci.
Nous allons maintenant faire un tour de table de cinq minutes par intervenant. Madame Gallant, monsieur Bachand et monsieur Calder, cinq minutes chacun.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 16:16
Monsieur Bachand.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 16:20
Oui, allez-y.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 16:24
Monsieur Calder.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 16:29
Nous allons faire un autre tour de table de cinq minutes.
Madame Gallant.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 16:31
Monsieur Bachand.
Voir le profil de Janko Peric
Lib. (ON)
Voir le profil de Janko Peric
2004-04-22 16:33
Merci.
Monsieur O'Reilly.
Résultats : 1 - 15 de 123 | Page : 1 de 9

1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes