Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 210
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, après quatre ans, le temps est venu de cesser de prendre les Canadiens pour des valises. Le 19 octobre, un gouvernement néo-démocrate va avoir de la considération pour eux.
Malgré l'opposition des Canadiens et des municipalités et malgré l'improvisation de Postes Canada, ce gouvernement n'a rien fait pour livrer le courrier. Les Canadiens savent qu'un gouvernement néo-démocrate va arrêter de mettre la hache dans nos services publics et va rétablir la livraison du courrier à domicile.
Le gouvernement va-t-il enfin reconnaître que le plan de Postes Canada ne fonctionne pas et exiger que cette société fasse son travail en livrant le courrier?
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, c'est avec joie que je souligne la troisième édition de la Semaine du Saint-Laurent.
Cet événement est important pour moi, d'autant plus que le majestueux fleuve longe par son flanc Nord l'ensemble de ma circonscription sur une distance de 350 kilomètres de Québec à Colombier.
Je souhaite sensibiliser l'ensemble de mes concitoyens à l'importance de se rapprocher de notre fleuve et ainsi prendre conscience de sa fragilité et de la relation d'interdépendance que nous entretenons avec lui. Les nombreux avantages que nous tirons de ce grand lien fluvial valent bien que l'on fasse preuve de reconnaissance en s'impliquant personnellement dans sa défense et sa préservation pour les générations futures.
Profitons de cet événement pour montrer notre soutien en participant en grand nombre aux multiples activités proposées en cette Semaine du Saint-Laurent.
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, après les discours que j'ai entendus aujourd'hui au sujet de la motion déposée, la moindre des choses à faire pour nos travailleurs qui travaillent fort à longueur d'année serait d'appuyer cette motion.
Je suis fier du travail effectué par le NPD au sujet de l'assurance-emploi et des droits des travailleurs. C'est important de pouvoir prendre la parole pour faire part de nos inquiétudes et de celles des citoyens que je représente, en ce qui a trait au pillage de la caisse d'assurance-emploi.
Malheureusement, le gouvernement préfère baisser le taux de cotisation pour des questions électorales et détourner des fonds appartenant aux travailleurs, et ainsi priver 130 000 sans-emploi de toucher les prestations pour lesquelles ils ont cotisé.
Rappelons que selon le dernier Rapport de contrôle et d'évaluation de l'assurance-emploi, à peine 39 % des chômeurs ont eu accès à leurs prestations. C'est moins de 40 %. Récemment, les conservateurs nous présentaient un 8e budget déficitaire, n'eût été du 4,2 milliards de dollars pigés dans la caisse d'assurance-emploi. Ils osent prétendre être de bons gestionnaires, en plus de cela. C'en est trop pour moi. Il est temps que cela change. Après avoir détourné les fonds, le gouvernement a également annoncé qu'il réduirait le taux de cotisation, ce qui aura comme effet de réduire l'accessibilité au programme d'assurance-emploi.
Selon le directeur parlementaire du budget, si le taux de cotisation diminue comme le prévoient les conservateurs, ce sont 130 000 travailleurs qui se verront refuser l'accès à une assurance-emploi pour laquelle ils ont pourtant payé. Cent trente mille travailleurs, c'est à peu de chose près la population totale d'un comté. Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, la circonscription que je représente fièrement, mérite mieux. Plus précisément, cela représente les gens de l'arrondissement de Beauport, à Québec, jusqu'à Colombier en Haute-Côte-Nord, en incluant l'île d'Orléans, la Côte-de-Beaupré et le grand Charlevoix. Il serait faux de croire que seuls les travailleurs sont touchés. Quand nous disons 130 000 travailleurs de moins, il faut lire entre les lignes: c'est 130 000 familles, femmes et enfants.
L'objectif est d'améliorer l'accès au programme de l'assurance-emploi, afin d'offrir aux Canadiennes et Canadiens une meilleure qualité de vie. C'est ce que propose le NPD à la Chambre par cette motion, mais aussi par plusieurs autres propositions visant à aider les familles de la classe moyenne.
Présentement, dans une région comme Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, il y a un trou noir, soit une période sans revenu allant d'un mois à quatre mois. Ce sont 15 semaines sans revenu pour des familles des travailleurs de l'industrie saisonnière. Pourtant, la caisse d'assurance-emploi a tous les fonds nécessaires pour venir en aide à ces familles; pardon, elle avait tous les fonds nécessaires avant que le gouvernement ne l'utilise à d'autres fins.
Une image me vient en tête: la caisse d'assurance-emploi est devenue le coussin financier de mauvais gestionnaires, chez les conservateurs et les libéraux avant eux. Ils ont pris et cassé le petit cochon contenant les réserves durement gagnées du labeur des travailleurs et employeurs. Il faut changer ces façons douteuses d'arrondir les fins de mois, pour enfin redonner l'argent à qui de droit.
Ai-je besoin de rappeler à la Chambre l'importance pour une entreprise de garder ses ouvriers d'une saison à l'autre, afin de maintenir une main-d'oeuvre de qualité.
Au lieu d'utiliser les fonds de la caisse d'assurance-emploi payés par les travailleurs et les employeurs, le gouvernement actuel aurait tout à gagner en permettant aux travailleurs d'avoir un revenu pendant les périodes difficiles. Il faut soutenir les travailleurs et cesser de leur voler leur argent d'assurance.
Heureusement, il y a le NPD qui propose des mesures concrètes pour venir en aide aux familles de la classe moyenne.
Rappelons notre motion:
Que, de l’avis de la Chambre, les cotisations d’assurance-emploi payées par les employeurs et les travailleurs doivent servir uniquement à financer des prestations telles que définies par la Loi sur l’assurance-emploi pour les chômeurs et les familles, et que, par conséquent, le gouvernement devrait: a) protéger les cotisations des travailleurs et des employeurs de toutes ingérences politiques; b) améliorer l’accessibilité au programme pour assurer que les travailleurs sans emploi et les familles y ont accès; c) abandonner son plan, exprimé dans le Budget 2015, d’établir de façon unilatérale le taux de cotisation, dans le but de maintenir un solde équilibré à long terme dans le fonds, tout en améliorant l’accessibilité.
Ce serait la moindre des choses.
Les conservateurs ne pourront pas se péter les bretelles encore bien longtemps avec un taux de chômage biaisé. Les citoyens de Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord ne sont pas dupes, contrairement à ce que semble croire le gouvernement conservateur. Nous savons que l'accès au programme de l'assurance-emploi est restreint depuis qu'il est géré par la troupe des conservateurs et que le gouvernement actuel a refilé la facture aux provinces en obligeant les honnêtes travailleurs à déposer des demandes d'aide sociale. En effet, ils ne se qualifient plus à une assurance-emploi inaccessible. Lorsqu'il est temps de trouver diverses combines afin de garder l'argent qui revient de droit aux Canadiennes et Canadiens, notre gouvernement fait preuve de beaucoup de créativité. Il manque malheureusement d'imagination pour trouver des solutions efficaces pour la création d'emplois.
Le travail saisonnier est une réalité dans plusieurs régions du Québec, mais le gouvernement actuel ne défend malheureusement pas les régions, il les abandonne.
Il faut trouver des solutions, comme l'a fait mon collègue qui présente cette motion ainsi que mes autres collègues qui ont présenté à la Chambre des projets de loi tels que le projet de loi C-605. Ce projet de loi offrait de véritables solutions pour aider les honnêtes entreprises canadiennes et leurs travailleurs. L'argent des cotisations des travailleurs appartient aux travailleurs.
La gestion conservatrice, ce sont des milliards de dollars détournés de la caisse d'assurance-emploi en taxes déguisées et plus de 100 milliards de dollars d'augmentation de la dette nationale en moins de 10 ans; c'est la réduction des transferts fédéraux aux provinces et la diminution de l'impôt des plus riches tout en ne faisant rien pour la classe moyenne; c'est offrir des allégements fiscaux à coups de milliards de dollars en laissant dormir cet argent dans les coffres des grandes entreprises; et comme l'a dit le ministre des Finances, c'est reléguer ses responsabilités à nos petits-enfants.
Oui, les Canadiennes et les Canadiens en ont assez, et le 19 octobre prochain, nous aurons enfin un gouvernement néo-démocrate responsable qui stimulera l'économie et mettra fin au détournement de fonds des conservateurs et des libéraux.
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, malheureusement, jusqu'à aujourd'hui, le politique se mêle trop des règles entourant la caisse d'assurance-emploi et les gouvernements libéraux passés nous ont d'ailleurs prouvé qu'ils s'en sont trop mêlés.
À l'époque, la stratégie des libéraux était de maintenir trop élevées, justement, les cotisations à la caisse d'assurance-emploi pour prélever davantage d'argent et offrir ainsi une taxe déguisée au gouvernement. Ce serait intéressant que nos gouvernement précédents, libéraux et conservateurs, avouent enfin la vérité, à savoir que l'argent qu'ils ont pris dans les coffres de l'assurance-emploi était une taxe déguisée et non des cotisations puisqu'ils ont pris cet argent pour l'utiliser à d'autres fins.
La taxe sur l'essence est une taxe sur l'essence. L'impôt sur le revenu est un impôt sur le revenu. La taxe sur les biens et services est une taxe sur les biens et services. Des cotisation sont des cotisations. Ce serait donc le temps d'avouer les torts qu'il y a eu par le passé et enfin arrêter de se mêler de ce qui ne regarde pas l'État.
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, personnellement, oui, je les crains. C'est pourquoi il faut adopter une telle motion. Il faut empêcher ces détournements.
Il y a d'autres exemples. Je pense notamment aux fonds de pension. Le gouvernement fait passer l'âge de la retraite de 65 à 67 ans et de jouer avec les taux de cotisation, alors que tous les actuaires disent que le fonds est viable pour les 60 prochaines années. Ce sont des mesures électoralistes. Lorsque les conservateurs ne peuvent pas détourner les fonds, ils réduisent les taux de cotisation pour dire qu'ils sont beaux et fins et qu'ils réduisent le fardeau fiscal.
Ce serait donc intéressant que les gens puissent conserver leurs cotisations au Régime de rentes dans le Régime de rentes et leurs cotisations au Régime de pensions dans le Régime de pensions et celles à l'assurance-emploi dans le fonds de l'assurance-emploi. En fait, ce fonds n'existe plus. Il n'est plus qu'une ligne dans le budget consolidé.
Effectivement, cela m'inquiète encore. C'est pourquoi, en octobre prochain, les Canadiens et les Canadiennes pourront enfin choisir un gouvernement qui veut bien gérer les fonds de l'État, un gouvernement néo-démocrate.
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, au même titre que mes collègues, je dépose une pétition demandant l'élimination de la TPS sur les produits d'hygiène féminine.
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
demande à présenter le projet de loi C-673, Loi modifiant la Loi sur la protection de la navigation (rivière Montmorency et autres rivières et lacs).
— Monsieur le Président, l'eau constitue l'une des ressources naturelles les plus importantes pour les générations futures et sa conservation ainsi que sa protection est cruciale pour tous. Ce gouvernement ayant abdiqué devant cet objectif, je dépose ce projet de loi.
Je tiens également à remercier les organismes de bassins versants qui, grâce à leur expertise, ont contribué grandement à la rédaction de ce projet de loi. Les organismes, comme les bassins versants, sont de véritables chiens de garde de nos cours d'eau. Leur travail est primordial et ils réalisent d'énormes projets avec peu de moyens.
En collaboration avec mes collègues de la région de Québec, nous avons réalisé d'importantes consultations publiques afin d'avoir l'opinion des citoyens que nous représentons fièrement ici, à la Chambre des communes. Les résultats sont éloquents. Nos lacs, nos rivières et nos cours d'eau doivent être protégés pour nos générations futures et pour la sauvegarde de notre écosystème.
Dans une circonscription comme Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, longeant le majestueux fleuve Saint-Laurent, débordante de rivières à saumon et de bassins d'eau potable, il est encore plus vrai que l'eau est au coeur de notre identité et de notre économie. C'est pourquoi la remise en place des mesures fédérales de protection de l'environnement jouera un rôle important dans la santé à long terme des bassins hydrographiques essentiels à l'approvisionnement en eau potable dans nos régions ainsi que dans la mise en valeur du saumon et le rétablissement de son habitat.
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, si le député conservateur se plaint actuellement du prix du baril de pétrole et de la mauvaise situation économique, les conservateurs n'ont qu'eux-mêmes à blâmer.
Ils ont mis tous les oeufs dans le même panier. Ils ont eu sept budgets déficitaires. Ils ont augmenté la dette nationale de 100 milliards de dollars. Ils ont accordé des subventions aux grandes entreprises et aux banques sans qu'elles ne réinvestissent dans notre société. Ils pigent dans le fonds de réserve et dans la caisse d'assurance-emploi, il vendent des actions et ils tentent de nous faire croire qu'ils sont de bons gestionnaires.
Le seul tournant vers l'avenir que font les conservateurs actuellement est d'accumuler des dettes pour les générations futures.
Par conséquent, que pense le député de la mauvaise gestion du gouvernement actuellement?
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, nous apprenions en début de semaine que le premier ministre n'est pas Charlie. En fait, ce n'est une surprise pour personne de constater que, pour ce gouvernement, la liberté d'expression se limite aux positions conservatrices.
Jusqu'à tout récemment, nous savions que les conservateurs se méfiaient des chercheurs, des intellectuels, des journalistes et des chroniqueurs politiques. Toutefois, lors de son passage à une radio d'opinion de Québec, le week-end dernier, on apprenait que le premier ministre avait également dans sa mire les employés de Radio-Canada qui, selon ses propos, n'épouseraient pas l'idéologie conservatrice.
Ce faisant, le premier ministre lève le voile sur sa véritable intention de voir disparaître cette institution canadienne qu'il juge être un obstacle pour son parti politique.
Je crois que les propos du premier ministre envers les employés de la Société Radio-Canada sont malvenus, sans fondement et indignes de sa fonction.
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de déposer à la Chambre des communes une pétition signée par des centaines de gens qui demandent le respect du droit des petits agriculteurs familiaux de conserver, d'échanger et d'utiliser des semences.
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, le taux de chômage chez les jeunes est très inquiétant. Il n'a jamais été aussi élevé.
Il y a présentement une crise de l'emploi chez les jeunes Canadiens. C'est une crise que le gouvernement refuse de reconnaître, tout comme il refuse de reconnaître son bilan lamentable en matière de création d'emplois. Le taux d'emploi chez les jeunes a atteint son niveau le plus élevé en avril 2008, avant la récession. Le taux de chômage officiel était de 11,8 %. En septembre 2011, le taux de chômage chez les jeunes a atteint 14 %. Aujourd'hui, il frôle les 16 %. C'est près du double de celui du Québec qui, lui, est d'environ 7,6 %. Celui du Canada est de 6,6 %.
Pourtant, des programmes comme Connexion compétences venant directement en soutien aux jeunes en difficulté d'employabilité sont désormais démantelés par le ministre de l’Emploi. Malgré un taux de chômage chez les jeunes de 16 %, le ministère tolère l'intolérable, c'est-à-dire des délais d'attente interminables et des partenariats brisés avec des organisations solides qui ont fait leurs preuves, mais dont l'avenir est en péril aujourd'hui.
Le ministre ne voit-il pas qu'il fait attendre non seulement les organisations phares de nos collectivités, mais aussi qu'il prive, par son inaction, des jeunes en difficulté qui obtiendraient de l'aide pour se trouver un emploi, grâce à des projets bien rodés dans le cadre du programme Connexion compétences, s'ils pouvaient aller de l'avant?
Est-ce le plan du gouvernement, laisser volontairement sur le carreau ces jeunes qui ont besoin d'un petit coup de pouce pour enfin améliorer leur qualité de vie et se prendre en main afin de trouver un emploi ou de rester à l'emploi? Après avoir abandonné les régions, les conservateurs abandonnent les jeunes.
Les jeunes attendent le go ministériel pour participer à l'apport économique de leur région. Ils attendent un go pour trouver la dignité et la fierté que procure un emploi. Le ministre va-t-il enfin donner ce go?
Le 25 novembre dernier, j'interpellais le ministre à la Chambre sur des problèmes concernant le programme Connexion compétences. Pour nous remettre dans le contexte, ma question du 25 novembre consistait à faire la lumière sur les maintes demandes de subventions dans le cadre du programme Connexion compétences qui sont restées lettres mortes durant plus d'un an. Il a fallu 18 mois pour un simple accusé de réception, et d'autres projets d'insertion ont été refusés en bloc.
Dans ma question adressée au ministre, je lui demandais plus précisément pour quelles raisons les demandes des carrefours jeunesse-emploi de la région de Québec avaient toutes été rejetées? Leurs demandes pour réaliser leur projet d'insertion socioprofessionnelle, projet dont Service Canada est partenaire depuis 10 ans, ont été rejetées du revers de la main.
Le ministre va-t-il répondre que les projets ont été rejetés par manque de fonds? Ce serait trop facile. Cela cache autre chose. Quand le programme n'a plus de fonds, les fonctionnaires sont au courant. Toutefois, dans ce cas-ci, les fonctionnaires sont tenus à l'écart et ne comprennent plus ce qui se passe dans le programme. Pourtant, Connexion compétences a fait ses preuves d'aide à l'emploi pour les jeunes.
J'ai également rencontré des jeunes participants à Chantiers urbains, le projet du Carrefour jeunesse-emploi de la capitale nationale. J'ai été touché par leurs témoignages et à la fois surpris par l'ingéniosité des intervenants à mener à bien les projets d'insertion socioprofessionnelle tout en offrant un soutien à ces jeunes afin de les conduire à la réussite.
Le ministre doit absolument tenir compte des efforts que les organismes en main-d'oeuvre et en formation déploient afin d'offrir aux jeunes une expérience unique et un tremplin vers la réussite.
Vingt-deux organisations, dont 14 au Québec, ont contacté leurs députés afin de savoir si elles pourront bientôt espérer un financement. La plupart participent au programme depuis de nombreuses années. On compte des partenariats de huit ou dix ans, et c'est la première fois qu'ils font face à de tels délais.
Qu'attend le ministre pour réagir?
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, c'est dommage, car je parle du programme Connexion compétences et il me parle de tout sauf de ce programme.
J'apprenais récemment que la Chambre de commerce de Charlevoix attend elle aussi, depuis neuf mois, une réponse pour un projet qui devait débuter en septembre 2014. On ne parle pas ici d'un projet dont personne ne connaissait l'existence au ministère. Bien au contraire, on parle d'années de partenariat, de résultats concrets et d'un taux de rétention de jeunes à l'emploi de 80 %. Qu'est-ce que le ministre veut de plus?
Malgré le fait que le ministre soit bien au fait des dysfonctionnements du programme Connexion compétences depuis déjà des mois, voire bientôt un an, il reste dans l'inaction. Le système est brisé. Nous le voyons bien sur le terrain. Le programme est démantelé et les agents de programme sont muselés.
J'ai bien hâte que le ministre nous explique les raisons de ces nombreux problèmes. A-t-il perdu le contrôle de son ministère ou bien prépare-t-il une réforme de ce programme qui nuira encore plus aux organismes de formation de la main-d'oeuvre?
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, j'ai ici des centaines de pétitions, et je les dépose aujourd'hui à la Chambre avec plaisir.
Certaines de ces pétitions concernent la création d'un poste d'ombudsman en lien avec les entreprises extractives.
Voir le profil de Jonathan Tremblay
NPD (QC)
Monsieur le Président, d'autres pétitions demandent la fin des compressions à Postes Canada.
Résultats : 1 - 15 de 210 | Page : 1 de 14

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes