Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Bill Matthews
Lib. (NL)
Monsieur le Président, le 4 janvier 2006, dans une lettre envoyée au premier ministre Danny Williams, le premier ministre a promis d'enlever les revenus issus des ressources naturelles non renouvelables de la formule de péréquation.
Le premier ministre a également envoyé aux Terre-Neuviens et Labradoriens une brochure dans laquelle il promettait de leur remettre 100 p. 100 des revenus pétroliers et gaziers. Il a promis qu'il n'y aurait aucune disposition cachée, aucune excuse et, surtout, aucun plafond.
Malheureusement, le budget de 2007 montre tout le contraire. Pourquoi le premier ministre a-t-il menti? Pourquoi nous a-t-il trahis?
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Bill Matthews
Lib. (NL)
Monsieur le Président, il est regrettable que les événements se soient déroulés ainsi. J'ai avec moi des documents envoyés par le premier ministre. Son message à Terre-Neuve-et-Labrador est écrit en toutes lettres dans ces communications et ces brochures. J'ai également lu le budget.
Si je disais aujourd'hui aux gens de Terre-Neuve-et-Labrador que le premier ministre a respecté sa promesse, ce serait mentir. Je ne le ferai pas.
Voir le profil de Bill Matthews
Lib. (NL)
Monsieur le Président, je souhaite saluer mon ami de longue date, le député de St. John's-Est. Je me demandais ce qui le motivait à présenter à la Chambre cette motion d'initiative parlementaire. Je crois qu'il nous l'a expliqué.
Il a tout a fait raison, dans la mesure où il s'agit d'un service constitutionnellement protégé, aux termes des Conditions de l'union entre la province de Terre-Neuve et le grand pays qu'est le Canada. Il a fait allusion aux retombées que le service dispensé par Marine Atlantique a sur les biens et services qui arrivent dans notre province. Il a également fait état de certaines indications qu'il a obtenues de son collègue, le ministre des Transports.
J'aimerais lui poser quelques questions. A-t-il obtenu de son collègue, le ministre des Transports, la garantie que les usagers de Marine Atlantique ne se verront pas imposer une augmentation des frais d'utilisation? Le ministre des Transports précédent et le gouvernement précédent ont bloqué ces frais pendant un certain nombre d'années. Les dernières élections sont venues interrompre les choses.
Nous avons gelé les frais parce que nous ne voulions pas que le coût pour l'usager et le consommateur à Terre-Neuve-et-Labrador se mette à grimper. Donc, je pose au député la question suivante: a-t--il l'engagement du ministre des Transports que les frais n'augmenteront pas?
Je suis sûr que le député est bien au courant du fait que l'ancien ministre des Transports a également nommé un comité qui a fait une étude et une évaluation exhaustives des services offerts par Marine Atlantique, et de ce qu'il fallait faire pour accroître l'efficacité et l'efficience de Marine Atlantique. Cette étude a été présidée par nul autre qu'un ancien pdg de Marine Atlantique, le capitaine Sid Hynes.
Le député croit-il que le ministre détient maintenant suffisamment d'informations pour ne pas avoir à engager un autre processus de consultations afin de prendre les décisions qui sont nécessaires pour Marine Atlantique et pour lui accorder les fonds qui lui permettront d'acquérir des navires conçus sur mesure pour le service qu'elle assure?
Voir le profil de Bill Matthews
Lib. (NL)
Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement les observations formulées par le secrétaire parlementaire. Je le remercie de toutes les annonces qu'il a faites aujourd'hui au nom du gouvernement relativement à l'amélioration des services de transport à Terre-Neuve-et-Labrador.
J'ai trouvé intéressant de voir le député parler de Fort McMurray comme étant la troisième plus grande ville de Terre-Neuve. C'est d'ailleurs ce député qui a dit récemment que les personnes qui ne se trouvaient pas d'emploi dans le Canada atlantique devraient aller en chercher en Alberta. Il a dit qu'il appuierait la motion présentée par mon ami de St. John's-Est.
J'aimerais savoir si le secrétaire parlementaire appuie la motion portant sur l'amélioration des services de la société Marine Atlantique pour que davantage de résidants de Terre-Neuve-et-Labrador se rendent à Fort McMurray ou s'il croit vraiment qu'il est nécessaire d'améliorer les services de transport pour les résidants de la province, qui en ont grandement besoin?
Le secrétaire parlementaire a parlé du précédent gouvernement libéral. Il se trouve que le gouvernement conservateur a été élu il y a un an et que nous n'avons pas vu beaucoup de résultats au chapitre des services de transport maritime, aérien ou routier à Terre-Neuve-et-Labrador depuis. En fait, il y plutôt eu une diminution des services et des niveaux de service.
Si le secrétaire parlementaire représente le ministre et le gouvernement, il doit tenir des propos sincères. Il doit comprendre les enjeux. Il doit comprendre notre province. De toute évidence, ce n'est pas le cas. Il est évident qu'il ne comprend pas un enjeu comme celui de la société Marine Atlantique comme je le comprends et comme le comprennent le député de St. John's-Est et mon collègue de Gander. Je le dis avec le plus grand respect.
Je rappelle au secrétaire parlementaire que nous ne tirons pas de fierté du fait que des milliers de résidants de Terre-Neuve-et-Labrador ont dû s'exiler et aller travailler à Fort McMurray. Nous voulons qu'ils travaillent dans notre province. Nous voulons améliorer ce service afin d'avoir des possibilités d'emploi dans notre province. Nous ne voulons pas l'améliorer pour qu'un plus grand nombre de résidants de notre province déménagent dans la circonscription que le député représente. Si le député fait en sorte de trop nous échauffer les esprits, nous pourrions faire élire un bon Terre-Neuvien ou un Labradorien dans sa circonscription aux prochaines élections. Ils sont assez nombreux qu'ils pourraient probablement défaire le député si nous lancions une campagne là-bas.
Nous ne sommes pas fiers de cela. Ce n'est pas pour cela que nous sommes ici. Nous sommes ici parce que nous souhaitons sincèrement que ce service protégé par la Constitution soit amélioré. Le gouvernement a en sa possession suffisamment de rapports, financés en partie par des organismes publics fédéraux, par Marine Atlantique et par des intervenants de Terre-Neuve-et-Labrador, qui formulent des recommandations concrètes au ministre et au gouvernement sur les mesures à prendre pour améliorer le service.
Les gens veulent des navires construits sur mesure. Le service a évolué au fil du temps. Les méthodes et modes de transport ont changé, aussi. Le ministère possède maintenant suffisamment d'informations pour être en mesure de prendre les décisions dont parle secrétaire parlementaire sans tenir de nouvelles consultations pour l'élaboration d'autres stratégies.
J'ai une question à poser au secrétaire parlementaire et au député de St. John's-Est. Dans sa motion, le député fait mention de consultations avec le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador. Je me demande s'il y a eu des discussions entre le gouvernement fédéral et celui de Terre-Neuve-et-Labrador.
Le secrétaire parlementaire a parlé à diverses reprises d'un accord de partage des coûts. De quoi s'agit-il, au juste? La province de Terre-Neuve-et-Labrador a-t-elle accepté d'assujettir à une entente de partage des coûts certaines initiatives en matière de transport à Terre-Neuve-et-Labrador? Est-ce là une surprise totale pour le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, tout comme pour moi et mes collègues de cette province? Je ne serais pas surpris que mon collègue de St. John's-Est soit aussi étonné que moi d'apprendre cela.
Voir le profil de Bill Matthews
Lib. (NL)
Monsieur le Président, dans son manuel de campagne, le Parti conservateur s'est engagé à ouvrir une enquête judiciaire indépendante sur les problèmes entourant les stocks de saumon sockeye du fleuve Fraser, en Colombie-Britannique. Le ministre des Pêches et des Océans sait très bien que ces stocks ont été en crise, ce qui a été une source de grande préoccupation en Colombie-Britannique.
J'ai une question à poser au ministre. Quand pouvons-nous nous attendre à ce que le gouvernement ordonne la tenue de cette enquête judiciaire très attendue, et le ministre pourrait-il nous préciser quel en sera le mandat?
Voir le profil de Bill Matthews
Lib. (NL)
Monsieur le Président, mille travailleurs d'usine de la côte sud de Terre-Neuve-et-Labrador vivent dans l'incertitude quant à leur avenir parce que Fishery Products International prévoit faire transformer le poisson canadien en Chine. Les quotas de poisson de fond de FPI sont accordés par le ministre des Pêches et des Océans tous les ans. Il incombe au ministre d'accorder ou d'enlever des quotas.
Le ministre enlèvera-t-il à FPI ses quotas de poisson de fond et les protégera-t-il pour les employés et les populations touchées?
Voir le profil de Bill Matthews
Lib. (NL)
Monsieur le Président, le ministre sait que les ressources halieutiques des eaux canadiennes appartiennent à la population du Canada. Elles n'appartiennent pas à Fishery Products International ni à aucune autre société de pêche.
Ce que je veux aujourd'hui, c'est que le ministre tranche la question. Le ministre imposera-t-il une politique canadienne obligeant les sociétés à transformer le poisson ici ou à le céder? C'est la décision du ministre. Il a les pleins pouvoirs. Je veux qu'il nous donne l'assurance aujourd'hui qu'il ne laissera pas du poisson être envoyé en Chine pour y être transformé.
Voir le profil de Bill Matthews
Lib. (NL)
Monsieur le Président, le premier ministre s'est engagé publiquement à établir un régime de gestion axée sur la conservation sur le nez et la queue des Grands Bancs et sur le Bonnet flamand.
Le ministre des Pêches et des Océans a pris des engagements semblables. Le premier ministre a écrit au premier ministre Danny Williams le 4 janvier pour exprimer son appui à la gestion axée sur la conservation et son engagement à cet égard. Dans le discours du Trône, cependant, il n'est absolument pas question des pêches ou de la gestion axée sur la conservation.
Quand le gouvernement va-t-il établir un régime de gestion de ce type?
Voir le profil de Bill Matthews
Lib. (NL)
Monsieur le Président, depuis les dernières élections, le ministre des Pêches et des Océans parle beaucoup de coopération internationale. Ceux d'entre nous qui suivent les dossiers touchant la pêche savent qu'il appuie en fait l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest, cette organisation inutile, sans pouvoirs réels, dont le ministre a parlé.
Avant les élections, le ministre croyait fermement dans la gestion axée sur la conservation. Il a promis ce type de gestion aux gens de Terre-Neuve-et-Labrador. Pourquoi le ministre a-t-il modifié sa position? Pourquoi a-t-il une attitude aussi molle à cet égard? Quand pourrons-nous compter sur une gestion axée sur la conservation?  
Résultats : 1 - 9 de 9