Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 277
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement la diatribe du député d'en face. Il a prononcé un discours très démagogique, dit tout ce qui lui passait par la tête et énuméré une série de promesses.
J'appuie le budget parce qu'il est complet et cohérent. Quant à la longue liste de mesures dont le député a parlé, les néo-démocrates n'ont jamais précisé comment ils financeraient toutes ces choses. Aux dernières élections, ils ont fait des promesses qui auraient entraîné des dépenses supplémentaires de 56 milliards de dollars. Il semble que, aux prochaines élections, ils vont se surpasser en promettant que l'État fera des dépenses supplémentaires de quelque 100 milliards de dollars.
Le député pourrait-il nous dire où les néo-démocrates comptent aller chercher l'argent dont ils auront besoin pour financer leurs promesses? Vont-ils hausser l'ensemble des taxes et des impôts? En imposant une taxe sur le carbone, ils pourront parcourir un bout de chemin. Qu'en est-il des impôts et des taxes qu'ils vont augmenter? Voilà ce que j'aimerais savoir.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, ma collègue a parlé dans son discours de l’écart qui existe entre l’augmentation annuelle du transfert canadien en matière de santé, qui est de 6 %, et l’augmentation des dépenses de santé des provinces.
Sa province, la Colombie-Britannique, en est un exemple. Je viens de vérifier le rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé, intitulé « Tendances des dépenses nationales de santé, 1975 à 2014 », où l’on peut lire que les dépenses de santé de la Colombie-Britannique n’ont augmenté que de 3,2 % en 2011, de 4,2 % en 2012, de 2 % en 2013 et de seulement 1,8 % en 2014. La tendance est similaire en Ontario, pour la même période, où les dépenses ont augmenté de 2,5 % en 2011, de 1,9 % en 2012, de 1,6 % 2013, et de 1,6 % en 2014.
Étant donné tout l’argent que nous leur versons par l’entremise du transfert canadien en matière de santé, pourquoi les provinces ne consacrent-elles pas automatiquement cet argent aux soins de santé?
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, Sa Sainteté le 14e dalaï-lama célébrera son 80e anniversaire le 6 juillet prochain. Sa Sainteté a déjà reçu le prix Nobel de la paix et est l'une des six personnes à avoir reçu la citoyenneté canadienne à titre honorifique. Il se consacre entièrement à la promotion de valeurs comme l'amour, la paix et la compassion.
Il se décrit comme étant un simple moine bouddhiste même si, partout dans le monde, on le considère comme un grand défenseur des droits de la personne. En matière de résolution des conflits, Sa Sainteté préconise l'adoption d'une approche conciliante fondée sur la non-violence, le compromis et le dialogue. Il ne ménage aucun effort pour que la République populaire de Chine reconnaisse l'autonomie du Tibet et pour que les Tibétains puissent y vivre librement et pacifiquement.
Au nom de l'Association des parlementaires amis du Tibet, de la communauté canado-tibétaine de ma circonscription, Etobicoke—Lakeshore, et de l'ensemble du pays, j'aimerais souhaiter un joyeux anniversaire à Sa Sainteté.
Tashi Delek.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada a un mandat indépendant, qui est on ne peut plus clair: il est au service des vaillants Canadiens qui ont cotisé au RPC.
L'office doit investir les fonds du RPC avec prudence, dans un portefeuille diversifié, dans l'intérêt des cotisants au RPC et des prestataires de ce régime. Ce faisant, il garantit la sécurité des fonds de retraite dont dépendent les Canadiens. Cela dit, le chef du Parti libéral a l'intention de financer ses dépenses irresponsables en puisant dans d'autres sources de capitaux, comme les fonds de pension.
Il y a pire. Le chef libéral a également déclaré ce qui suit à propos des dépenses qu'il entend faire: « Il est temps de trouver une nouvelle source de revenus ». Les Canadiens savent ce que cela signifie: le chef libéral a l'intention d'imposer une nouvelle hausse d'impôt. Le chef libéral ne doit pas toucher aux régimes de pensions des Canadiens.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, depuis un mois, nous pouvons aisément constater ce que le chef du Parti libéral réserve à la classe moyenne. Outre toutes les autres mesures qu'il propose et qui donneront lieu à une hausse des impôts et de l'endettement, il veut instaurer une augmentation obligatoire des cotisations au Régime de pensions du Canada, comme Kathleen Wynne en Ontario.
À cause des mesures proposées par le chef libéral, le salaire net d'une personne qui gagne 60 000 $ par année diminuerait de 1 000 $ pendant la même période. Les employeurs seraient aussi visés par une augmentation obligatoire de leurs coûts d'exploitation, ce qui donnerait lieu à une diminution des investissements et des emplois pour les Canadiens.
L'emploi de premier ministre n'est pas un emploi de débutant et le chef du Parti libéral a prouvé à maintes reprises, lorsqu'il a présenté ses plans, qu'il n'est tout simplement pas à la hauteur de la tâche.
Sous la direction du premier ministre, les Canadiens ont plus d'argent dans leurs poches et ils peuvent le dépenser selon leurs priorités.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, conformément au paragraphe 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, les rapports de la délégation de la section canadienne de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie concernant sa participation au 15e Sommet de la Francophonie, qui s'est tenu à Dakar, au Sénégal, du 25 au 30 novembre 2014, à la réunion du Bureau de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie et à une rencontre bilatérale qui se sont tenues à Paris et à Clermont-Ferrand, en France, du 21 au 27 janvier 2015, ainsi qu'à la réunion de la Commission politique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie, qui s'est tenue à Siem Reap, au Cambodge, du 23 au 26 mars 2015.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, j'ai apprécié le discours de mon collègue concernant la littératie financière. De toute évidence, c'est important dans notre société.
Cette motion porte en fait sur les frais obligatoires. Nous détestons tous les frais obligatoires, que ce soit ceux imposés par les banques ou par le gouvernement. Récemment, le chef du Parti libéral a parlé d'importants frais obligatoires en lien avec les déductions pour le RPC. Les gens n'ont pas le choix, ils doivent cotiser. Bien sûr, il a dit que le régime serait calqué sur celui de l'Ontario qui investirait l'argent dans des projets d'infrastructure, entre autres. L'argent ne serait même pas détenu en fiducie.
J'aimerais entendre mon collègue au sujet des frais obligatoires et de l'augmentation des charges sociales pour les employés et les employeurs.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, la Prestation universelle pour la garde d'enfants et la baisse d'impôt pour les familles profiteront à toutes les familles ayant des enfants dans ma circonscription, Etobicoke—Lakeshore, ainsi que partout ailleurs au Canada.
La semaine dernière, j'ai rencontré des centaines de résidants de ma circonscription qui m'ont dit être reconnaissants au gouvernement parce qu'il aide les familles à joindre les deux bouts. Ils savent que le gouvernement respecte les contribuables et l'argent qu'ils gagnent durement.
Contrairement au chef libéral, qui veut éliminer tous ces avantages, le gouvernement souhaite garder les impôts bas et mettre l'accent sur la croissance économique. Nous souhaitons que tous les Canadiens profitent de ces mesures et qu'ils puissent épargner pour réaliser ce qui leur tient à coeur. Le chef libéral lui-même a déclaré que « ce qui est juste, ce n'est pas de faire profiter toutes les familles de ces mesures ».
Nous allons continuer de travailler fort pour tous les Canadiens afin qu'ils puissent garder plus d'argent dans leurs poches.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, au nom du ministre des Affaires étrangères et conformément au paragraphe 32(2) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, les traités suivants: Modifications à la liste d'engagements en matière d'accès aux marchés publics du Canada, annexée à l'Accord révisé sur les marchés publics, conformément à l'article XIX de cet accord, fait à Genève le 30 mars 2012; Modifications à la liste d'engagements en matière d'accès aux marchés publics du Canada, annexée à l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), conformément à l'article 1022 de cet accord, fait à Ottawa les 11 et 17 décembre 1992, à Mexico les 14 et 17 décembre 1992 et à Washington les 8 et 17 décembre 1992; Modifications à la liste d'engagements en matière d'accès aux marchés publics du Canada, annexée à l'Accord de libre-échange Canada-Chili, conformément à l'article KBIS-14 de cet accord, fait à Santiago le 5 décembre 1996; Modifications à la liste d'engagements en matière d'accès aux marchés publics du Canada, annexée à l'Accord de libre-échange Canada-Colombie, conformément à l'article 1413 de cet accord, fait à Bogota le 27 mai 2010;
Modifications à Ia liste d'engagements en matière d'accès aux marchés publics du Canada, annexée à l'Accord de libre-échange Canada-Honduras, conformément a l'article 17.16 de cet accord, fait à Ottawa le 5 novembre 2013; Modifications à Ia liste d'engagements en matière d'accès aux marchés publics du Canada, annexée à l'Accord de libre-échange Canada-Corée, conformément à l'article 14.4 de cet accord, fait à Ottawa le 22 septembre 2014; Modifications à Ia liste d'engagements en matière d'accès aux marchés publics du Canada annexée à l'Accord de libre-échange Canada-Panama conformément à l'article 16.14 de cet accord, fait à Ottawa le 14 mai 2010; et Modifications à Ia liste d'engagements en matière d'accès aux marchés publics du Canada annexée à l'Accord de libre-échange Canada-Pérou conformément à l'article 1413 de cet accord, fait à Lima le 28 mai  2008.
Des notes explicatives accompagnent chaque traité.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, ce sont les mères et les pères, et non les fonctionnaires, qui devraient prendre les décisions importantes qui ont des répercussions sur leurs propres enfants. C'est pour cette raison que notre nouvel allégement fiscal pour les familles et la prestation universelle pour la garde d'enfants bonifiée accorderaient à toutes les familles qui ont des enfants près de 2 000 $ par enfant par année, en moyenne. Cela représente près de 12 000 $ au cours des six premières années de vie de l'enfant. Les familles de ma circonscription, Etobicoke—Lakeshore, se réjouissent de pouvoir utiliser ce soutien financier pour répondre à leurs besoins particuliers.
Qu'est-ce que le chef du Parti libéral, lui, veut faire? Il veut éliminer la prestation universelle pour la garde d'enfants et l'allégement fiscal pour les familles. Il veut augmenter les impôts de la classe moyenne, des petites entreprises et des aînés. Nous ne le laisserons pas faire.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, nous avons souvent et publiquement déclaré les fermes objections du Canada relativement à l'emprisonnement et à la punition de Raïf Badawi.
Nous le ferons encore aujourd'hui. Le Canada considère la punition de M. Badawi comme une violation de la dignité humaine. Nous continuerons à réclamer la clémence dans cette affaire. Nous avons fait des représentations auprès de l'ambassadeur de l'Arabie saoudite à Ottawa, et l'ambassadeur du Canada à Riyad a rencontré de hauts représentants saoudiens à maintes reprises.
Nous avons également exprimé les préoccupations de notre gouvernement auprès du gouvernement de l'Arabie saoudite. Cela se poursuivra jusqu'à ce que la clémence soit accordée.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, au nom du ministre des Affaires étrangères, conformément au paragraphe 32(2) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, un traité intitulé « Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République du Chili concernant l'assistance administrative mutuelle en matière douanière », signé à Puerto Natales, le 13 avril 2015. Le traité comprend une note explicative.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, le gouvernement a instauré la baisse d'impôt pour les familles et la prestation universelle pour la garde d'enfants afin que toutes les familles canadiennes ayant des enfants puissent garder plus d'argent dans leurs poches. Les familles canadiennes, y compris celles qui résident dans ma circonscription, Etobicoke—Lakeshore, se portent mieux grâce à la prestation universelle pour la garde d'enfants que nous avons mise en place.
Les libéraux souhaitent maintenant enlever cet avantage aux familles canadiennes. Le chef du Parti libéral veut remplacer la baisse d'impôt pour les familles par une augmentation d'impôt pour les familles. Il souhaite imposer un lourd fardeau fiscal et une énorme dette publique, ce qui n'aidera pas du tout la classe moyenne.
Seuls les conservateurs ont un plan destiné à aider les Canadiens de la classe moyenne à garder plus d'argent dans leurs poches.
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, j'ai beaucoup travaillé, au cours de ma vie, dans des domaines proches de l'industrie ferroviaire. Alors, je comprends. Beaucoup de députés d'en face ont parlé du caractère continental de cette industrie, qui réunit les États-Unis et le Canada. Le matériel roulant, les équipages et divers équipements traversent la frontière. C'est une industrie intégrée.
J'aimerais que mon collègue nous en dise davantage sur ce que font les États-Unis. Comment doit-on juger la réglementation canadienne concernant les contributions payées par les expéditeurs, comparativement à ce qui existe aux États-Unis? Dans quelle mesure des discussions ont-elles eu lieu avec les États-Unis pour veiller à ce que les deux régimes soient assez semblables?
Voir le profil de Bernard Trottier
PCC (ON)
Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement le discours du critique du NPD en matière de transport. Je dois corriger quelques déclarations du député. Quand il dit que le gouvernement a diminué le nombre d'inspecteurs, il sait que ce constat est faux. Depuis bon nombre d'années, nous avons augmenté de façon assez importante le nombre d'inspecteurs des chemins de fer.
Les changements concernant les règlements sur les assurances et le fonds pour le nettoyage en cas d'accident, sont importants. Le député a lui-même dit vouloir que ces changements soient mis en place rapidement. C'est un projet de loi important qu'il va sûrement appuyer. Va-t-il nous dire cela aujourd'hui?
Nous en sommes quand même à l'étape de la troisième lecture de ce projet de loi. Nous avons eu beaucoup de débats à l'étape de la deuxième lecture et nous avons même étudié le projet de loi lors des séances en comité. Le public canadien, voire nord-américain, s'attend à ce que nous mettions en place un régime de compensation et d'assurance moderne, compte tenu des enjeux importants et du transport de produits dangereux.
Peut-il promettre qu'on va arrêter de prolonger le débat? Nous avons un débat important aujourd'hui, et il ne s'agit pas de répéter les mêmes arguments pendant des semaines. À la fin de journée aujourd'hui, pouvons-nous mettre fin à ce débat et tenir un vote?
Résultats : 1 - 15 de 277 | Page : 1 de 19

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes