Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 37
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-06-23 14:11 [p.9047]
Monsieur le Président, l'été commence sur les chapeaux de roue à Etobicoke—Lakeshore. Je parle de Summer McIntosh, l'énergique nageuse de 14 ans.
Summer est passée à l'histoire aux essais olympiques de natation de 2021 tenus la fin de semaine dernière, où elle a remporté l'épreuve du 200 mètres style libre. Non seulement Summer s'est ainsi taillée une place dans l'équipe qui représentera le Canada cet été à Tokyo, mais elle détient aussi le record du meilleur temps à une épreuve de 200 mètres style libre remportée par une nageuse âgée de moins de 15 ans. Elle se classe également deuxième parmi les femmes les plus rapides de tous les temps à cet événement.
Summer a aussi remporté avec fracas l'épreuve du 800 mètres. Son temps, 8 minutes et 29,49 secondes, est inférieur de presque quatre secondes à la norme olympique exigée pour participer aux jeux de Tokyo. Tous les yeux seront tournés vers elle aujourd'hui, lorsqu'elle s'attaquera à l'épreuve du 1 500 mètres.
La natation est inscrite dans les gènes de Summer, fille de Jill Horstead, qui, à l'âge de 17 ans, a nagé pour le Canada aux Jeux olympiques de Los Angeles, en 1984. Elle a suivi les traces de sa mère et elle fera la fierté de notre pays et de la collectivité d'Etobicoke—Lakeshore, en tant que fière nageuse de l'équipe canadienne.
Summer va être formidable.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-06-17 10:06 [p.8631]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le sixième rapport du Comité permanent des ressources naturelles, intitulé « De l’exploration minérale à la fabrication de pointe: développer les chaînes de valeur pour les minéraux critiques au Canada ».
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
Puisque c'est la dernière fois que je peux le faire cette session-ci, je tiens à profiter de l'occasion pour remercier mes collègues du comité d'avoir constamment fait preuve d'un esprit de coopération. Je suis fier de dire que nous avons une très bonne relation de travail au sein du comité.
Je tiens à remercier particulièrement le personnel, qui assure le bon fonctionnement du comité: les traducteurs, la greffière et, surtout, les analystes, qui ont la tâche difficile de condenser beaucoup d'information sur des questions complexes provenant de multiples sources, députés et témoins. Ils accomplissent un travail remarquable, et je tiens simplement à le souligner.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-31 15:11 [p.7628]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, les deux rapports suivants du Comité permanent des ressources naturelles: le quatrième rapport, intitulé « Budget principal des dépenses 2021-2022 »; et le cinquième rapport, intitulé « Budget supplémentaire des dépenses (A) 2021-2022 ».
Le Comité a examiné le budget renvoyé par la Chambre et en fait rapport sans proposition d'amendement.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-28 10:59 [p.7549]
Madame la Présidente, la pandémie a eu de lourdes conséquences sur la vie de tous. Alors que, partout au pays, des familles étaient confrontées à la maladie elle-même...
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-28 11:00 [p.7549]
Merci, madame la Présidente.
La pandémie de COVID-19 est pénible pour tout le monde. Si la maladie en soi éprouve les familles partout au pays, ce n'est cependant pas la seule conséquence de la pandémie.
Quarante pour cent des Canadiens ont vu leur santé mentale se détériorer au cours de la dernière année. Chez les personnes qui connaissaient déjà des problèmes de santé mentale, ce taux s'élève à 61 %.
Les jeunes sont ceux dont la proportion présentant une bonne santé mentale a le plus diminué comparativement aux niveaux antérieurs à la pandémie. Sept travailleurs en santé sur 10 et 64 % des Autochtones déclarent une détérioration de leur santé mentale. Nous ressentons tous les effets de la pression.
Le 13 mai, j'ai tenu mon forum annuel sur la santé mentale. L'édition de cette année s'est déroulée en ligne, et je l'ai enregistrée pour que les gens puissent la consulter ultérieurement. C'était une incroyable discussion avec la Dre Katy Kamkar, du Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto, ainsi que Deborah Quiggin, du centre de santé communautaire LAMP, situé dans ma circonscription, Etobicoke—Lakeshore. Toutes deux ont fourni des conseils très utiles pour survivre aux effets de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale.
Nul ne devrait souffrir dans la solitude. Il existe de l'aide. J'invite les gens à demander de l'aide.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-25 10:06 [p.7277]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le troisième rapport du Comité permanent des ressources naturelles, intitulé « La relance économique du secteur forestier au Canada: verte et inclusive ».
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-13 14:48 [p.7192]
Monsieur le Président, bon nombre de Canadiens, moi y compris, ont été heureux de voir les investissements inclus dans le budget de 2021 pour rétablir la Commission de réforme du droit du Canada. Comme le monde a énormément changé depuis 2006, année où la Commission a subi des compressions sous le gouvernement conservateur précédent, le système de justice a dû faire face à de nouveaux défis plus complexes. Plus que jamais, nous devons veiller à ce que les Canadiens puissent bénéficier d'un système de justice juste, pertinent et accessible.
Le ministre peut-il nous en dire davantage sur cet investissement très important?
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-11 10:05 [p.7019]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le deuxième rapport du Comité permanent des ressources naturelles, qui porte sur le projet de loi S-3, Loi modifiant la Loi sur la santé et la sécurité dans la zone extracôtière. Le Comité a étudié le projet de loi et a convenu d'en faire rapport à la Chambre sans proposition d'amendement.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-05 22:56 [p.6745]
Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole ce soir, bien que, pour être franc, j'ignore avec qui je vais le partager.
Depuis le début de la pandémie, les Canadiens se mobilisent, font des sacrifices et font des efforts pour contribuer à limiter la propagation du virus. Les spécialistes de la santé publique fournissent des renseignements et des conseils importants au sujet de la COVID-19.
En parallèle, le gouvernement du Canada prend des mesures pour aider les Canadiens à rester à la maison, à mettre de la nourriture sur la table, à garder leur emploi et pour aider les entreprises à survivre. Le Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 a contribué à protéger des millions d'emplois, a fourni un soutien d'urgence aux familles et a aidé les entreprises à se maintenir à flot durant la pandémie. Une économie forte repose sur des personnes en santé. C'est pourquoi la santé et la sécurité de tous les Canadiens demeurent notre priorité absolue.
La situation demeure difficile dans certaines parties du pays. Tandis que l'activité de la COVID-19 se poursuit au Canada, nous suivons un éventail d'indicateurs épidémiologiques afin de voir où la maladie est la plus active et où elle se répand, et surveiller ses effets sur la santé des Canadiens, le laboratoire de la santé publique et la capacité du système de soins de santé.
En ce moment, l'Alberta est en plein dans une troisième vague. La situation de la COVID-19 en Alberta est de la plus grande importance pour le gouvernement fédéral et, bien que je sois un député de l'Ontario, je comprends le problème, car nous vivons la même chose chez nous. J'aimerais décrire la situation actuelle afin de situer un peu le contexte du débat.
Comme les députés le savent, le taux de cas actifs est plus élevé actuellement en Alberta que partout ailleurs au Canada et aux États-Unis. Le nombre total de cas actifs dans cette province est de 23 623, ce qui est plus élevé que jamais. Le nombre quotidien de nouveaux cas de COVID-19 dépasse le millier depuis presque un mois. Le taux de positivité des tests effectués en Alberta est actuellement de 13,2 %, soit le plus élevé jamais enregistré, ce qui signifie qu'un Albertain sur huit a eu un test de COVID-19 positif.
Hier, il y a eu 1 743 nouveaux cas en Alberta, y compris un pourcentage très important de cas de variant. La situation est très grave, c'est le moins qu'on puisse dire. Nous sommes très inquiets de voir que c'est en Alberta que le nombre de cas en proportion du nombre d'habitants est le plus élevé au Canada. Le taux élevé d'infections dans cette province continue de pousser à la hausse les indices de gravité de la COVID-19, en particulier dans les endroits où l'activité de la maladie se maintient à un niveau élevé.
Nous surveillons la propagation des nouveaux variants dans la province, de même que la pression qui s'exerce sur les ressources dédiées à la santé publique. Près de 700 personnes sont hospitalisées avec la COVID-19, et plus de 150 d'entre elles sont aux soins intensifs.
Le premier ministre Kenney a annoncé hier de nouvelles restrictions pour combattre la COVID-19. Les restaurants pourront offrir uniquement de la nourriture pour emporter. Les établissements de soins personnels devront fermer. Tous les élèves devront suivre leurs cours en ligne du 7 au 25 mai.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Il y a toutefois de l'espoir. La vaccination de masse suit son cours et va même en s'accélérant. Je me réjouis d'ailleurs de voir que l'Alberta a inoculé plus de 1,6 million de doses — fournies par le gouvernement fédéral —, ce qui signifie que plus de 30 % de sa population a reçu au moins une dose. Depuis le 4 mai, les enseignements, les éducateurs en garderie et les employés de soutien de l'Alberta peuvent prendre rendez-vous pour se faire vacciner. La province a aussi décidé d'étendre la vaccination aux personnes des zones les plus contaminées, comme les travailleurs des sables bitumineux qui habitent dans un camp à Fort McMurray et à Wood Buffalo ainsi que les travailleurs des sables bitumineux de Calgary.
Plus tôt aujourd'hui, le premier ministre Kenney a annoncé qu'à compter du 6 mai, tous les Albertains de 30 ans et plus pourront se faire vacciner. Le 10 mai, ce sont tous ceux qui ont 12 ans et plus qui pourront le faire.
Malheureusement, comme nous le rappellent constamment les autorités, les vaccins ne remplaceront pas les mesures de santé publique rigoureuses, du moins pas à court terme. Pour réduire le nombre de cas, il faut réduire le nombre de transmissions. Pour ce faire, nous devons éviter les contacts sociaux et les déplacements.
Nous savons que la majorité des Albertains écoutent les conseils des spécialistes de la santé publique et suivent les consignes qui leur permettent de protéger leurs amis, leur famille et leurs voisins. Le gouvernement fédéral aide la province sur plusieurs plans, dont le dépistage, la recherche de contacts et les interventions rapides dans les communautés des Premières Nations.
Dans les 47 communautés des Premières Nations en Alberta, 47 cliniques de vaccination ont été ouvertes, et 56 % des adultes des Premières Nations ont reçu au moins une dose de vaccin, alors que 25 % ont reçu une seconde dose.
En plus des vaccins, le gouvernement a soutenu les habitants de l'Alberta en élargissant l'accès aux tests de dépistage rapide. Plus de 3 millions de tests de dépistage rapide ont été expédiés par le gouvernement fédéral à l'Alberta. La province a déployé plus de 2 millions de ces tests et a récemment assoupli les exigences afin qu'il soit plus facile pour les entreprises de toutes les tailles de mettre en œuvre des programmes de dépistage.
Le gouvernement fédéral a également expédié gratuitement des tests de dépistage rapide directement à un certain nombre de grands employeurs en Alberta, notamment Telus, TransMountain, Sunterra Farms, Rio Tinto, J.D. Irving et Loblaws. De plus, 41 personnes responsables de la recherche des contacts de Statistique Canada travaillent avec les autorités sanitaires de l'Alberta pour tenter de suivre et d'endiguer la propagation de la COVID-19.
Nous appuyons les efforts des habitants de l'Alberta pour lutter contre le virus. Le gouvernement fédéral est prêt à appuyer les habitants et les travailleurs de la santé de l'Alberta par tous les moyens possible. Le gouvernement du Canada est prêt à fournir une aide supplémentaire à l'Alberta si la province la demande.
Nous continuons de gérer l'incidence de la pandémie tout en nous préparant à d'éventuelles vagues supplémentaires. Pour ce faire, nous prenons des mesures pour que les Canadiens puissent accéder dans l'avenir à des traitements et à des vaccins. Pour aider à prévenir d'autres vagues du virus, nous continuerons de veiller à ce que nous disposions d'équipement de protection individuelle, d'un système de santé solide et des mesures nécessaires pour limiter la propagation du virus.
Nous devons également surveiller les signes précurseurs, ce qui nous permettra d'intervenir rapidement en cas de vague supplémentaire. Il faudra du temps au pays pour se redresser après la pandémie. Les Canadiens doivent demeurer prudents et écouter les conseils de nos experts de la santé publique. La pandémie offre une occasion de réfléchir à ce qui importe vraiment dans nos collectivités, de tenir un dialogue porteur sur le soin des personnes qui nous entourent et de songer à l'avenir que nous souhaitons bâtir. Ensemble, nous bâtirons un Canada juste et plus résilient qui fonctionne pour tous les Canadiens.
J'ai écouté une bonne partie des discours ce soir. Je ne les ai pas tous écoutés, mais je crois avoir tout entendu. Nous travaillons maintenant dans un monde de phrases-chocs. C'est malheureux. Parfois, j'ai l'impression que le seul temps où nous pouvons tenir un débat constructif est lorsque les caméras sont fermées.
Ce soir, nous parlons de l'Alberta et de la nécessité d'aider nos concitoyens canadiens vivant dans cette province. J'ai des amis là-bas. Si nous souhaitons avoir une discussion constructive, nous devons arrêter, pour le reste de la soirée, de lancer des accusations et de nous blâmer mutuellement. Les gens peuvent nous faire des reproches et répéter des propos que nous avons tenus plus tôt qui contredisent peut-être ce que nous faisons aujourd'hui et ce qui pourrait se produire à l'avenir. Je suis sûr que des députés pourraient relever certaines choses du genre dans des remarques que j'ai faites ce soir. Je pourrais aussi prendre le temps de parcourir les discours de l'opposition et tout ce qu'elle a dit au cours des derniers mois afin d'y trouver toutes sortes d'incohérences. Cela pourrait être divertissant, mais ce n'est absolument d'aucune utilité. La situation s'aggrave, et nous devons unir nos efforts pour tenter d'améliorer les choses.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-05 23:04 [p.6747]
Monsieur le Président, je répondrai ainsi. Si nous avions reçu des vaccins en juillet, nous serions tous vaccinés en ce moment, mais ce n'est pas ce qui est arrivé. Dès janvier, février et mars, nous savions exactement quand les vaccins arriveraient et combien il y en aurait. Nous avions tous la responsabilité de nous préparer en conséquence, que nous habitions en Alberta, en Ontario, au Nouveau-Brunswick ou en Colombie-Britannique. Si on compare les régions du pays, qu'il s'agisse du Canada atlantique, de la Colombie-Britannique ou de l'Alberta, on constate que toutes les régions ont obtenu des résultats différents parce qu'elles ont pris des mesures différentes.
La question du député est irréaliste. Voilà la réponse.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-05 23:06 [p.6747]
Madame la Présidente, je remercie la députée de son importante question.
Je ne vais pas faire ce que je viens de dire de ne pas faire. J'éviterai donc de montrer du doigt des coupables. Il est inutile de ressasser le passé; nous devons regarder vers l'avant. Le gouvernement a clairement montré tout au long de la pandémie qu'il tient à ce que personne ne soit laissé pour compte au Canada et à ce que tout le monde ait suffisamment d'argent pour traverser cette crise. À partir de maintenant, toutes sortes de discussions devront avoir lieu, et cette question en fera certainement partie.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-05-05 23:07 [p.6747]
Madame la Présidente, c'est une importante question, mais l'analyse rétrospective se fera une fois la pandémie terminée. Alors, on examinera cette question, comme bien d'autres. Toutefois, si nous regardons le passé immédiat, c'est-à-dire janvier, février et mars, nous savions où nous en étions et vers où nous nous dirigions.
Il est important de terminer ce débat ce soir par une discussion constructive sur les façons d'aider les gens de l'Alberta, ce que je souhaite véritablement. J'ai dit tout à l'heure que j'ai beaucoup d'amis en Alberta, tout comme j'ai beaucoup d'amis dans d'autres régions du pays, et c'est pour parler de cela que nous sommes ici. Par conséquent, parlons de cela.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-03-22 15:30 [p.5047]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le premier rapport du Comité permanent des ressources naturelles, qui porte sur le Budget supplémentaire des dépenses (C) pour l'année 2020-2021. Votre Comité a examiné les budgets renvoyés par la Chambre, et en fait rapport, sans amendement.
Voir le profil de James Maloney
Lib. (ON)
Voir le profil de James Maloney
2021-03-10 19:41 [p.4865]
Madame la Présidente, ce n'est pas vraiment un droit de réplique, parce que je souscris à tout ce qui a été dit jusqu'ici.
Avant toute chose, je tiens à remercier Jeff, qui dirige la filiale 101 de la Légion canadienne, dans ma circonscription. Jeff est venu frapper à ma porte avant-hier, et comme je venais de renouveler ma carte de membre, il m'apportait des cadeaux, dont un masque recouvert de trèfles. Il ne savait pas que je devais prendre la parole aujourd'hui ni que la Chambre était saisie de cette motion, alors j'imagine que c'est le destin. En fait, je crois que c'est aussi un signe du destin que le débat d'aujourd'hui ait lieu en mars. Soit j'ai été chanceux au tirage, soit c'est la chance des Irlandais qui m'a souri. Quoi qu'il en soit, je suis extrêmement fier d'être ici aujourd'hui et, disons-le, plutôt ému.
La motion à l'étude ferait du mois de mars le mois du patrimoine irlandais. J'attends ce moment depuis très longtemps. Pour moi, les démarches ont débuté il y a six ans, mais pour certains, elles durent depuis des siècles. Pour tout dire, l'idée a germé dans le bureau de la présidence. Madame la Présidente, je sais que ce sujet vous tient particulièrement à cœur parce que votre gendre vient de Galway et que vous avez deux petits-enfants irlandais qui sont la prunelle de vos yeux. Je suis donc particulièrement content que ce soit vous qui présidiez aux débats de ce soir.
Alors que nous célébrerions normalement tout ce qui est irlandais ce mois-ci, cette motion, je tiens à le rappeler, ne concerne pas les chapeaux verts ni la bière verte. J’espère qu’à partir d'aujourd'hui et pour toutes les années à venir, le mois de mars sera connu comme étant le mois du patrimoine irlandais.
Cette motion s’adresse à ceux qui ont quitté l’Irlande pour de meilleures perspectives et à ceux qui n’ont pas atteint les côtes du Canada. Cette motion s’adresse à ceux qui se sont rendus jusqu'ici et qui ont consacré leur vie à faire de notre pays ce qu’il est devenu. Cette motion s’adresse à ceux qui, encore aujourd'hui, continuent de travailler à cela. Cette motion s’adresse aux générations futures qui seront fières de leur héritage irlandais. Je pense à Thomas D’Arcy McGee, notre père fondateur irlandais, par exemple.
En décembre dernier, au cours de la première heure de débat, j’ai été frappé par le nombre de mes collègues qui ont affirmé que leur région était la plus irlandaise de toutes et qu'elle avait les traditions irlandaises les mieux enracinées. En fait, mon collègue de Miramichi—Grand Lake, si je ne me trompe pas, vient d’essayer de se trouver des liens de parenté avec le président des États-Unis, ce qui est un peu exagéré. Quoi qu’il en soit, ils sont tous d’accord. Que les gens vivent à Terre-Neuve, sur l’île de Vancouver, à Montréal ou dans la vallée de l’Outaouais — d’où viennent mes ancêtres —, cette motion s'adresse à eux. Nous pouvons tous prétendre à ce fier héritage irlandais et nous pouvons tous revendiquer notre appartenance à la plus grande communauté irlandaise du pays. Nous avons tous raison.
Les discours que nous avons entendus aujourd’hui et dans le cadre de cette première lecture portaient sur la fierté, sur l’histoire et sur l’intégrité. Nous avons entendu les récits de ces héros travailleurs de notre passé et de notre présent qui continuent à faire la grandeur de notre pays. Nous avons même eu droit à des chants spontanés lors de la première série d'interventions. Je présume qu'ils étaient spontanés, car il ne fait aucun doute qu'on ne les avait pas répétés. Cette motion célèbre l’esprit irlandais.
Il y a quelques années, j'ai traversé l'Irlande en voiture avec mon beau-père et mes beaux-frères. Un soir, nous nous sommes perdus. Ils étaient inquiets. Je leur ai dit qu'il n'y avait pas de quoi s'alarmer, car cela signifiait simplement que nous allions découvrir une autre belle ville avec des Irlandais accueillants et sympathiques et nous y amuser. J'avais raison. On peut dire la même chose de tout le Canada.
Nous avons parlé de notre héritage irlandais, de notre culture irlandaise et de nos liens économiques. J'en ai parlé à l'étape de la première lecture. Je n'ai pas le temps d'en dire autant aujourd'hui, alors je vais me contenter de dire ceci: les liens entre le Canada et l'Irlande sont émotionnels, historiques, économiques et génétiques. Ils sont très forts.
Je tiens à nommer quelques personnes. Ray Bassett, Jim Kelly et Eamonn McKee sont venus ici en tant qu'ambassadeurs et ils repartent en tant qu'amis. Je tiens à les remercier. Je tiens à remercier mes amis du Groupe interparlementaire Canada-Irlande. Lorsque nous serons de nouveau réunis à Ottawa, nous allons avoir une sacrée fête. Ce sera la troisième édition annuelle et la meilleure qu'on aura jamais connue.
J'espère qu'aujourd'hui nous pourrons adopter la motion à l'unanimité. En ce mois de mars, alors que nous devrions normalement faire la fête dans l'ensemble du pays, nous ne pouvons pas le faire, et c'est normal. Adoptons la motion et donnons aux Canadiens d'origine irlandaise et à tous les Canadiens une raison de célébrer cette année, l'année prochaine et chaque année par la suite.
Résultats : 1 - 15 de 37 | Page : 1 de 3

1
2
3
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes