Hansard
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 83
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2023-02-07 11:16 [p.11338]
Madame la Présidente, comme moi, ma collègue d'en face est membre du comité de l'environnement et nous avons d'excellentes discussions au sein du comité. Je suis heureux de pouvoir discuter avec elle aujourd'hui par votre entremise, madame la Présidente.
Je suis content qu'elle ait souligné les chiffres du directeur parlementaire du budget et l'interprétation qui en est faite. Quand on passe des paiements annuels aux Canadiens aux paiements trimestriels, les montants pour la période visée sont plus petits. Si on prend l'exercice entier, le montant est le même, mais à un moment donné, les députés d'en face peuvent affirmer que nous ne retournons pas l'argent aux Canadiens. Est-ce que la députée peut expliquer comment l'argent est distribué aux Canadiens et aux Québécois tout au long de l'année?
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2023-02-07 11:47 [p.11343]
Madame la Présidente, la Colombie-Britannique participe au marché mondial du carbone depuis un certain nombre d’années et en a tiré des avantages sur le plan de l'économie et de la lutte contre les changements climatiques, comme le député l’a mentionné, avec l’arrivée de nouvelles industries en Colombie-Britannique. La Colombie-Britannique s'est adaptée en exploitant beaucoup plus la filière électrique dans le transport, par rapport aux endroits qui ne participent pas au marché du carbone.
Le député a également mentionné les avantages pour la santé. Comme je fais partie des personnes qui souffrent d’asthme, je sais qu’il est très important de pouvoir respirer de l’air pur tous les jours.
Le député pourrait-il nous parler de ce qu'implique la participation au marché du carbone comparativement au choix de rester en marge de ce marché, comme l'actuelle motion de l’opposition nous demande de le faire?
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2023-02-07 12:51 [p.11353]
Monsieur le Président, le député de Kings—Hants est également le président du comité de l'agriculture. Il a fait allusion à certains avantages dans le domaine de l'agriculture, mais il ne les pas abordés dans son intervention. Peut-être qu'il pourrait faire des observations à ce sujet. En ce qui concerne l'utilisation des engrais, nous mettons notamment l'accent sur une utilisation plus efficace de ceux-ci grâce aux quatre R et sur la réduction des émissions issues des engrais. Le député a peut-être d'autres exemples à donner de ce sur quoi nous travaillons.
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2023-02-07 13:17 [p.11356]
Monsieur le Président, la députée a éveillé mon attention lorsque'elle a dit que le Canada avait la pire croissance du PIB parmi les pays développés. J'ai dû aller voir rapidement les prévisions pour 2023. Pour le Canada, on prévoit une croissance de 1,5 %, pour les États‑Unis, de 1,4 %, pour la France, de 0,7 %, pour l'Allemagne, de 0,1 % et pour l'Angleterre, de ‑0,6 %. Il me semble que la députée pense l'inverse de la réalité.
Pourrait-elle corriger ce qu'elle a dit?
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2023-02-07 13:36 [p.11359]
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Kingston et les Îles.
C'est un privilège pour moi d'intervenir au sujet de cette motion sur la tarification de la pollution. Comme les députés le savent, le changement climatique a déjà des conséquences sans précédent sur les Canadiens. Nous en sommes témoins autour de nous. Le Québec a été frappé par des vagues de chaleur extrême; l'Ouest, par des inondations et des feux de forêt; et le Canada atlantique, par des phénomènes météorologiques extrêmes comme l'ouragan Fiona. En fait, on aurait beaucoup de difficulté à trouver des endroits dans le monde qui n'ont pas été touchés, à un moment ou un autre, par des phénomènes météorologiques extrêmes qui ont fait la manchette à l'échelle mondiale.
Les conséquences du changement climatique sont de vaste portée. Elles se répercutent sur nos foyers, le coût de la vie, la santé et la sécurité. Elles ont également une incidence sur l'infrastructure et l'activité économique dans les collectivités d'un bout à l'autre du Canada. Nous savons que le problème est attribuable à la pollution par le carbone.
Les données scientifiques les plus récentes indiquent que pour éviter les conséquences graves du changement climatique, il faut de toute urgence réduire substantiellement les émissions de gaz à effet de serre afin de limiter l'augmentation de la température mondiale moyenne à 1,5 degré Celsius.
Lorsqu’on dit qu’il faut agir contre le changement climatique, il ne s'agit pas de choisir entre notre économie et le changement climatique. Il est parfaitement clair que l’un ne va pas sans l’autre et que la santé à long terme de notre population, de notre planète et de notre économie dépend de notre capacité à prendre des mesures ambitieuses pour le climat. Le coût de l'inaction est énorme.
Comme le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat l’a souligné dans un de ses derniers rapports, ce coût comprend des inondations, des feux de forêt, des vagues de chaleur et des sécheresses plus graves qui causent des dommages environnementaux et économiques. Les catastrophes météorologiques représentent chaque année un coût toujours plus élevé pour les Canadiens. Au Canada seulement, on passe de quelques dizaines de millions de dollars à des milliards de dollars par an.
Il y a des avantages à agir. J’invite les députés à examiner la croissance exponentielle du marché des technologies propres partout dans le monde. D'ailleurs, l'an dernier, il était prévu que l'activité mondiale dans le domaine des technologies propres dépasserait les 2,5 billions de dollars.
Personne n’ignore que les deux dernières années ont été extrêmement difficiles. D'abord, il y a eu la COVID‑19, puis une crise géopolitique et humanitaire, et les économies ont maintenant du mal à s'adapter au monde postpandémique. Ce n'est pas une période facile, mais la crise des changements climatiques persistera si nous restons dans l’inaction.
Je tiens à souligner que la tarification du carbone s'avère être l’outil le plus important et le plus efficace pour lutter contre le changement climatique.
En avril 2021, le gouvernement du Canada a réagi aux données scientifiques les plus récentes en soumettant une cible nationale d’émissions renforcée de 40 à 45 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030, qui s'ajoutait à son objectif d'atteindre la carboneutralité d’ici 2050.
En mars 2022, nous avons publié le plan de réduction des émissions pour 2030, qui décrit comment le Canada atteindra ses objectifs de 2030. Le plan s’appuie sur des bases solides, d'abord sur le tout premier plan national du Canada sur le changement climatique, publié en 2016, puis sur notre plan renforcé publié en 2020. Le plan montre que nous pouvons créer une économie plus propre, tout en améliorant la vie quotidienne des gens.
La tarification du carbone est au centre de tous ces plans. Pourquoi? Parce que cette mesure est largement reconnue pour être le moyen le plus efficace de réduire les émissions de carbone et de stimuler l’innovation et l’efficacité énergétique. Elle crée une demande de technologies, de biens et de services à faibles émissions de carbone. À mesure que le coût des activités polluantes augmente, les particuliers et les entreprises recherchent des solutions plus propres.
Nous avons entendu des intervenants de toutes les régions du pays. Ils nous ont dit que la cohérence et la prévisibilité sont essentielles pour débloquer les investissements dans l’économie à faibles émissions de carbone.
Nous avons entendu des entreprises et des industries. Elles nous ont montré qu’elles mettent au point des technologies et des approches novatrices visant à réduire les émissions. Elles ont demandé des mesures incitatives et des mesures de soutien claires afin de mettre en application ces technologies, y compris une période de décollage pour que les investissements en capital deviennent rentables.
La tarification du carbone crée les incitatifs nécessaires pour ce faire, sans imposer d'approche particulière. Il s'agit d'une mesure qui permet aux entreprises de choisir elles-mêmes la façon qui leur convient le mieux pour réduire leurs émissions.
Parallèlement, nous savons que les Canadiens, particulièrement les plus vulnérables, sont confrontés à une crise de l'abordabilité.
Pour ce qui est de l'approche fédérale à l'égard de la tarification du carbone, nous l'avons non seulement conçue pour maintenir la cohérence exigée par l'industrie et les investisseurs, mais nous avons également donné la priorité à l'abordabilité pour les Canadiens. L'essentiel, c'est que nous savons qu'il n'est pas suffisant de créer une économie plus propre. Nous devons nous assurer que les Canadiens en ont les moyens.
Il est vrai que la tarification de la pollution par le carbone augmente modestement le coût des carburants, mais elle n'a jamais eu pour but d'augmenter les recettes. En fait, dans le cadre de notre plan, la plupart des ménages récupèrent plus d'argent que ce qu'ils ont payé. Chaque fois que le produit de la taxe fédérale sur les carburants est remis directement aux ménages, huit familles sur dix récupèrent plus par l'entremise des paiements de l'Incitatif à agir pour le climat que ce que leur coûte le système de tarification du carbone, ce qui signifie que le système aide à réduire le coût de la vie pour une majorité de familles canadiennes en compensant leurs coûts.
Ce sont les ménages à faible revenu qui en bénéficieront le plus. Les ménages à revenu élevé ont tendance à dépenser beaucoup plus en carburant et en énergie, ils devront donc faire face à un coût net. Toutefois, ce sont les Canadiens aux revenus les plus faibles qui en sortent gagnants. Ces estimations tiennent compte de la hausse des coûts directs, comme le fait de payer plus de carburant, mais aussi des coûts indirects, comme le fait de payer un peu plus pour les biens et les services.
Les familles vivant dans des collectivités rurales ou de petite taille peuvent bénéficier d'un supplément de 10 % par rapport aux familles vivant dans les centres urbains.
Les ménages peuvent utiliser ces fonds comme ils l'entendent. Ils peuvent les utiliser pour absorber les 2 ¢ supplémentaires par litre d'essence s'ils le souhaitent. Les ménages peuvent prendre des mesures pour réduire leur consommation d'énergie afin de s'en sortir encore plus gagnants, notamment en optant pour des véhicules zéro émission afin de réduire la consommation de carburant ou pour des incitatifs fédéraux à l'achat qui contribuent à réduire le coût du chauffage.
Le gouvernement fédéral soutient également les travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique des maisons au Canada grâce à la subvention pour des maisons plus vertes, afin de réduire la consommation d'énergie à la maison. Ces travaux permettent d'économiser de l'argent et de réduire la pollution en même temps.
Le gouvernement du Canada s'est également engagé à remettre les recettes du système de tarification fondé sur le rendement, le STFR, aux administrations d'origine. Les provinces et les territoires qui ont volontairement adopté le STFR peuvent opter pour un transfert direct des recettes perçues. Les produits perçus dans les autres administrations d'origine seront retournés par le truchement du Fonds issu des produits du STFR, qui vise à soutenir les technologies industrielles propres et les produits d'électricité propre.
Les changements climatiques constituent un défi de taille qui ne disparaîtra pas avec les décisions que nous prenons dans cette enceinte. Cependant, nous pouvons atténuer les répercussions des changements climatiques et nous pouvons réduire les changements climatiques à l'avenir.
Selon une analyse de la Commission mondiale sur l'économie et le climat, la transition vers une économie à faible émission de carbone entraînera un gain économique direct de 26 billions de dollars et créera 65 millions d'emplois dans le monde.
En plus de tarifer la pollution par le carbone, nous injectons des montants historiques dans les technologies propres et les infrastructures vertes pour stimuler la croissance et créer des emplois, sans compter de nouveaux investissements à hauteur de 9,1 milliards de dollars pour réduire la pollution et développer l'économie dans le cadre du Plan de réduction des émissions pour 2030.
Les Canadiens ont clairement exprimé ce qu'ils veulent, à savoir de l'air pur, de bons emplois, un environnement sain et une économie dynamique. Notre approche fait en sorte que les Canadiens sont bien placés pour profiter des possibilités créées par la transition mondiale en cours. Je suis heureux de dire que notre plan climatique fonctionne.
Les données confirment que la tarification de la pollution par le carbone fonctionne. Elle stimule la croissance propre, elle favorise l'emploi et elle réduit la pollution à l'origine des changements climatiques. La tarification de la pollution par le carbone et la remise des recettes aux familles et aux entreprises canadiennes représentent un moyen efficace et abordable de lutter contre les changements climatiques tout en rendant les collectivités canadiennes plus durables.
Le Canada s'impose aujourd'hui comme un champion de la tarification du carbone et il est maintenant reconnu mondialement comme un chef de file et un pionnier dans ce domaine. Notre réussite repose en grande partie sur le fait que le gouvernement du Canada se préoccupe du bien-être de l'économie, de l'environnement et de tous les Canadiens, pour aujourd'hui et pour demain. Nous continuerons à en faire une priorité.
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2023-02-07 13:47 [p.11361]
Monsieur le Président, le député d'en face prétend que ne rien faire serait la meilleure solution. Cependant, comme l'ont prouvé les gouvernements conservateurs successifs, ne rien faire n'est pas la meilleure solution. En vérité, le système que nous avons mis en place est profitable à huit Canadiens sur dix, et l'environnement aussi en profitera. Ne rien faire n'est pas envisageable.
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2023-02-07 13:48 [p.11361]
Monsieur le Président, je remercie le député d'Abitibi—Témiscamingue de sa question et de ses interventions précédentes, puisqu'il se concentre sur les débouchés industriels qui s'offrent à notre pays. Sa circonscription produit de l'aluminium vert, qui est utilisé pour fabriquer des véhicules électriques. Les politiques que nous mettons en place créent des possibilités d'intégration dans les chaînes d'approvisionnement.
Le député a tout à fait raison: nous devons faire la transition vers les emplois de la nouvelle économie pour éviter de nous faire damer le pion, pour qu'ils ne soient pas créés dans d'autres pays, mais bien au Québec et au Canada.
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2023-02-07 13:50 [p.11361]
Monsieur le Président, ce sur quoi nous nous concentrons, c'est d'assurer une transition pour les entreprises. Pour y arriver, il faut notamment se détourner des remboursements offerts au secteur pétrolier et gazier ainsi qu'accélérer le processus de deux ans. Nous pourrons ainsi attirer plus rapidement davantage d'investissements étrangers dans les industries canadiennes, y compris dans le secteur des hydrocarbures, un secteur qui demeure très important au Canada et que nous ne pouvons pas perdre. Nous devons faire la transition en ce qui concerne les emplois et l'économie et nous devons offrir des débouchés plus écologiques au sein de ce secteur.
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2023-02-01 17:02 [p.11111]
Madame la Présidente, j'ai écouté attentivement la députée d'en face pour savoir si elle allait accorder son appui, et certains de ses commentaires me laissent croire que ce sera le cas.
En janvier, j'ai parlé avec une résidante de ma circonscription qui m'a dit qu'elle était bénéficiaire du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées. Elle vivait dans un logement à loyer proportionné au revenu. Elle avait recours aux services d'une banque alimentaire et elle avait vraiment de la difficulté à joindre les deux bouts d'un mois à l'autre. La députée pourrait-elle parler de l'urgence d'amener tous les partis de la Chambre à appuyer ce projet de loi, tout en permettant aux personnes handicapées de donner directement leur avis sur la façon d'éviter la récupération des prestations ainsi que d'autres problèmes qui leur nuiraient?
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2022-12-13 11:58 [p.10796]
Madame la Présidente, je suis heureux de déposer une pétition provenant de membres de l'église unie de la rue Dublin, à Guelph. Les pétitionnaires demandent au ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté d'intervenir immédiatement afin de réduire considérablement l'arriéré de demandes de statut de réfugié et de faire en sorte que les parrains canadiens puissent accueillir beaucoup plus de réfugiés. Cent quarante-huit des signataires proviennent de ce groupe, qui est vraiment déterminé à aider des réfugiés à venir au Canada.
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2022-11-14 18:04 [p.9444]
Madame la Présidente, j'ai eu l'occasion de participer, la semaine dernière, à une table ronde avec des aînés à Guelph, et je me demande si les aînés de la circonscription de mon collègue constatent les mêmes choses concernant les prix à l'épicerie.
Le coût de la vie frappe très durement les aînés. Un d'entre eux m'a dit que les épiceries utilisent un stratagème pour que l'on paie 4 $ lorsqu'on achète un article, mais seulement 3 $ chacun si on en achète deux. Les épiceries augmentent leurs profits sur le dos des aînés, des personnes seules et des étudiants, soit des personnes qui n'ont pas besoin de deux articles, mais seulement d'un seul.
Le député pourrait-il nous parler de la façon dont l'énoncé économique de l'automne pourrait aider certains aînés de sa circonscription?
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2022-10-26 15:36 [p.8907]
Monsieur le Président, la situation en Afghanistan est déchirante encore aujourd'hui. Des femmes et des interprètes afghans ont aidé notre pays pendant des années et ils sont la cible des talibans depuis que ceux-ci ont pris le pouvoir en Afghanistan il y a plus d'un an. Il va sans dire qu'il est de notre devoir de les aider à trouver refuge.
Le premier ministre pourrait-il informer la Chambre des progrès accomplis jusqu'à présent dans la réalisation de l'engagement du gouvernement de réinstaller au moins 40 000 réfugiés afghans au pays d'ici la fin de l'année prochaine?
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2022-10-26 17:16 [p.8918]
Monsieur le Président, je remercie le ministre de défendre le principe de la loi et de l'ordre à la Chambre. Le ministre a beaucoup fait relativement à la réforme du jury et à la diversité des jurés. Il a aidé les juges à faire leur travail efficacement. Le pays compte sur la Chambre des communes pour établir les lignes directrices et les orientations qui permettent au système d'application de la loi et de maintien de l'ordre d'être efficace. Lorsque nous retardons les choses, les conséquences se font vraiment sentir.
Je sais que le ministre a parlé des conséquences, mais dans quelle mesure est-il important pour nous, en tant que parlementaires, quel que soit le parti, de favoriser l'application de la loi et le maintien de l'ordre dans notre pays?
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2022-10-25 13:24 [p.8839]
Monsieur le Président, le député d'en face nous a donné quelques pistes de réflexion. Cependant, je suis le représentant d'une circonscription où se trouve une ville qu'on appelle la « ville royale », Guelph, qui a des liens très étroits avec la famille royale depuis des générations. La Chambre aussi a de tels liens.
Je crois que le député n'est peut-être pas au meilleur endroit pour réfléchir à la façon de modifier la relation du Canada avec la monarchie, et notamment avec la gouverneure générale. Il a brièvement parlé de la gouverneure générale, mais j'aimerais qu'il parle de l'importance du fait que la gouverneure générale représente à la fois les Canadiens et la monarchie.
Voir le profil de Lloyd Longfield
Lib. (ON)
Voir le profil de Lloyd Longfield
2022-10-24 16:33 [p.8771]
Madame la Présidente, j'ai réfléchi à certains passages du discours du député, notamment lorsqu'il a dit que, d'une part, nous ne faisons rien pour lutter contre les changements climatiques et que, d'autre part, nous imposons un projet de loi de force. J'ai alors pensé à ce que nous avons fait pour lutter contre les changements climatiques en mettant en place le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques ainsi que la Loi sur la responsabilité en matière de carboneutralité. J'étais au comité de l'environnement lorsqu'il s'est penché sur ces mesures et je suis encore membre de ce comité, qui étudiera ce projet de loi s'il lui est renvoyé.
Le rapport que le comité vient de recevoir de Wellington-Dufferin-Guelph Public Health traite à la fois des changements climatiques et des risques pour la santé. Il évalue les effets des changements climatiques sur la santé humaine. Comme le député l'a mentionné, il est important que le projet de loi S‑5 concilie la santé humaine avec le droit à un environnement sain et les autres mesures de lutte contre les changements climatiques que nous avons mises en place.
Le député pourrait-il en dire davantage à ce sujet?
Résultats : 1 - 15 de 83 | Page : 1 de 6

1
2
3
4
5
6
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes