Hansard
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 73
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, en matière de recherche, nous avons établi des lignes directrices sur la sécurité et nous sommes très clairs avec les universités: si elles s'associent au gouvernement fédéral pour mener des projets de recherche, ceux-ci seront examinés pour des raisons de sécurité nationale. Une fois de plus, les conservateurs viennent tout juste de prendre conscience des questions de sécurité nationale.
Nous travaillons avec les universités pour combler les lacunes là où elles existent. Nous prenons très au sérieux les questions de sécurité nationale. Nous continuons à travailler avec les universités, mais nous avons bel et bien établi un processus avec celles-ci pour que des lignes directrices sur la sécurité encadrent la recherche.
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, le gouvernement a été déçu d'apprendre la décision de Mitsubishi. Nous reconnaissons les répercussions de cette décision sur les employés de la compagnie et nous poursuivons les discussions à cet égard. Nous voulons collaborer avec le gouvernement du Québec pour déterminer quelles sont les prochaines étapes.
Medicago est toujours un acteur important dans le domaine canadien de la biofabrication et des sciences de la vie. Nous comptons sur la collaboration de toutes les parties concernées pour veiller à protéger les intérêts des Canadiens. Nous allons continuer de travailler fort pour veiller à la protection des employés. L'approvisionnement en vaccins est extrêmement important pour le Canada.
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Madame la Présidente, absolument tous les Canadiens devraient reconnaître l'importance de la sécurité nationale et la nécessité de protéger les démocraties.
Alors que les conservateurs continuent à se livrer à des manœuvres politiques en instrumentalisant la sécurité nationale, les gouvernements responsables comme le nôtre prennent la sécurité nationale au sérieux. Nous mettrons à la disposition des conservateurs toute l'information qu'ils souhaitent. Nous demandons uniquement qu'elle soit traitée de façon à ne pas mettre en péril la sécurité nationale et à éviter que les adversaires du Canada n'aient accès aux renseignements mêmes qu'ils cherchent à utiliser pour miner notre démocratie.
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Madame la Présidente, comme je l'ai dit, il est essentiel de protéger notre démocratie, mais pour ce faire, il faut aussi la respecter.
Hier, lorsque j'ai pris la parole à la Chambre, le député d'en face n'a pas cessé de me crier de m'asseoir, mais il n'a pas eu la même réaction émotive lorsque le ministre de la Sécurité publique a répondu à cette question. J'ai un conseil à donner aux députés d'en face. S'ils sont pour la protection de la démocratie...
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
...ils pourraient commencer par respecter les femmes qui ont été élues démocratiquement pour siéger à la Chambre.
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Madame la Présidente, c'est absolument faux. Ce n'est pas ce qui s'est produit. Les députés d'en face criaient, comme ils crient en ce moment, quand j'ai simplement dit qu'hier, lorsque j'ai pris la parole à la Chambre, le député de St. Albert—Edmonton m'a crié de me rasseoir, et ils tentaient de nier ce qui s'est passé.
ll y a beaucoup de témoins de ce côté-ci. La députée doit expliquer pourquoi elle nie qu'un député de son côté a dit à une autre députée de se rasseoir.
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, rien n'est plus faux. Passons en revue certains faits concernant les véritables mesures prises par le gouvernement.
L'une des premières choses que nous avons faites a été d'abroger la loi sur le manque d'intégrité des élections de Stephen Harper. Qu'est-ce que cela a donné comme résultat? Des échappatoires ont été éliminées en matière de financement étranger, pourtant elles ne semblaient pas poser de problème aux conservateurs et au député lors des élections précédentes.
Parlons aussi du fait que le rapport annuel de 2019 du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement qui a été présenté ici même, à la Chambre, citait des attaques et des cas d'ingérence étrangère, et le député sait que les députés pouvaient accéder...
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, on dirait que j'ai touché un point sensible chez les députés d'en face.
Rappelons les faits. Premièrement, il y a bel et bien de l'ingérence étrangère, et, par conséquent, nous avons adopté des mesures efficaces pour renforcer la démocratie au Canada. Les conservateurs semblent à peine commencer à prendre conscience de la situation. Grâce à la vigueur de notre démocratie, les tentatives d'ingérence étrangère ne réussissent pas tout le temps.
En ce qui concerne le travail que nous faisons, comme je l'ai mentionné et comme le député d'en face devrait le savoir, j'étais membre du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement et je connais très bien ses rapports. Toutefois, les membres du Comité ont reçu des séances d'information et ils...
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, il est bon de constater que, pour une fois, les conservateurs prennent au sérieux l'ingérence étrangère. À la législature précédente, les députés conservateurs n'avaient que faire de protéger la sécurité nationale. Ils ont retiré leurs députés du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, qui fournit les renseignements que cherche à obtenir le député.
Lorsqu'il était chef, le député de Durham a retiré ses billes et est rentré chez lui. Il a retiré les députés conservateurs de ce comité, qui fournit les renseignements que cherche à obtenir le député.
Nous prenons au sérieux nos institutions démocratiques et nous avons mis en œuvre de nombreuses mesures pour faire en sorte que l'ingérence étrangère...
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, nous prenons très au sérieux le risque d'ingérence étrangère depuis notre arrivée au pouvoir. C'est la raison pour laquelle nous avons créé un groupe d'experts non partisans chargé d'évaluer toute forme d'ingérence par des acteurs étrangers et de déterminer s'il s'agit d'une menace crédible, dont il faut informer le public.
Tous les partis ont reçu l'information pertinente sur l'ingérence étrangère. Les conservateurs ne s'étaient jamais donné la peine de distribuer cette information. Créer un groupe d'experts non partisans lors des campagnes électorales est une mesure de protection pour nos institutions démocratiques...
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à présenter aujourd'hui.
Les signataires de la première pétition demandent à la Chambre des communes d'adopter une loi sur la diligence raisonnable en matière de droits de la personne et de l'environnement qui exigerait que les entreprises préviennent toute répercussion négative sur les droits de la personne ainsi que tout dommage environnemental dans l’ensemble de leurs activités et chaînes d’approvisionnement mondiales; exigerait que les entreprises fassent preuve de diligence raisonnable, notamment qu’elles évaluent rigoureusement leur rôle éventuel dans des violations des droits de la personne ou des dommages environnementaux à l’étranger; prévoirait des conséquences sérieuses pour les entreprises qui omettent de produire des rapports à cet égard; et accorderait aux personnes lésées le droit d’obtenir justice devant les tribunaux canadiens.
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, la deuxième pétition porte sur les entreprises de semences multinationales qui remplacent progressivement l'immense diversité des semences des agriculteurs par des variétés industrielles. Les pétitionnaires demandent à la Chambre d'adopter des politiques en matière d’aide internationale qui appuient les petites exploitations agricoles familiales, principalement celles dirigées par des femmes, et de reconnaître le rôle vital qu’elles jouent dans la lutte contre la faim et la pauvreté; de s’assurer que les politiques et programmes du Canada sont élaborés en consultation avec de petites exploitations agricoles familiales; et de protéger les droits des petites exploitations agricoles, dans les pays du Sud, de préserver, d’utiliser et d’échanger librement des semences.
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, ce matin, nous avons appris que le chef de l'opposition officielle et le Parti conservateur ont utilisé des balises pour se connecter à des idées « incel » et à des discours violents, anti-femmes et d’extrême droite, et en faire la promotion dans le but de faire des gains personnels et politiques. Le milieu incel encourage le meurtre de femmes célibataires et d'hommes qui les fréquentent. Ses partisans veulent décriminaliser le viol dans le mariage. Cette mouvance a des conséquences très concrètes et comprend des adeptes comme l'agresseur au camion-bélier de Toronto.
Personne ne croit que le chef de l'opposition n'était pas au courant. Cela dure depuis plus de quatre ans et demi. Le chef de l'opposition officielle et les femmes de son caucus vont-ils s'élever contre cette haine, présenter des excuses et la dénoncer? Qui dans cette Chambre se lèvera avec nous et...
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, je trouve que la façon dont le député d'en face a terminé son discours est bien curieuse. Il a laissé entendre que les conservateurs sont favorables à un programme de soins dentaires, mais que l'accès aux soins dentaires dépend des travailleurs du pays. Est-il en train de dire que les familles qui gagnent moins de 90 000 $ ne travaillent pas assez dur et que, par conséquent, elles ne méritent pas de soins dentaires?
En outre, comment peut-il regarder les Canadiens en face et leur dire qu'ils ne méritent pas d'avoir accès à des soins dentaires pour leurs enfants, alors que lui peut recevoir des soins dentaires financés par les contribuables pour lui-même et sa famille? Comment peut-il dire que les personnes qui gagnent moins de 90 000 $ ne méritent pas d'avoir accès à des soins dentaires alors qu'il reçoit lui-même des soins dentaires financés par les contribuables?
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le Président, je prends la parole pour rendre hommage à Bill McLean, conseiller municipal de Pickering, qui, après 22 années de service, ne figurera pas sur les prochains bulletins de vote, car il prend sa retraite cette année.
Le conseiller McLean et moi avons été membres du même conseil municipal pendant environ 10 de ses 22 années de carrière. Nous n'étions pas toujours d'accord sur la façon de gérer certains dossiers. En fait, nous avons eu quelques rencontres houleuses. Toutefois, grâce à la sage intervention du leader du gouvernement à la Chambre, qui nous connaissait tous les deux, nous avons réalisé que nous avions plus en commun que nous le pensions. Je suis si heureuse qu'il soit ainsi intervenu, car Bill est ensuite devenu l'un de mes amis les plus proches et l'un de mes premiers mentors.
Travailler avec Bill était vraiment inspirant. C'était un véritable honneur. Bill est un homme intègre et, comme il est un ancien policier de Toronto, son serment de servir et de protéger les citoyens fait partie intégrante de son identité. Il m'a tant enseigné: comment servir ma collectivité, comment défendre ses intérêts, et comment me faire la porte-parole des sans-voix.
Le conseil municipal ne sera plus le même sans lui, mais égoïstement, j'espère que son départ à la retraite me permettra de passer plus de temps avec mon ami et son épouse, Diana. La famille est ce que Bill aime le plus au monde, et je suis si contente qu'il ait dorénavant plus de temps à consacrer à la sienne.
Je remercie Bill des services qu'il a rendus à notre collectivité.
Résultats : 1 - 15 de 73 | Page : 1 de 5

1
2
3
4
5
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes