Comité
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 123
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Merci, monsieur le président.
Merci à tous d’être ici. Je suis désolée pour le caractère déplacé de certains propos.
J'aimerais revenir sur certaines des questions posées par les conservateurs.
J’ai siégé au CPSNR. En 2019, le CPSNR a déposé son rapport annuel sur l’ingérence étrangère à la Chambre des communes. Les conservateurs devraient prendre des notes, eux qui cherchent des titres de rapports. Le document en question évoquait une potentielle ingérence étrangère dans les élections.
Il s'agit d'une question de pure forme.
J'ai siégé au comité et je connais parfaitement la valeur et l'importance de ces documents dont le contenu est protégé en vertu de protocoles très stricts qui relèvent de la sécurité nationale. C'est pourquoi il me semble étrange que des députés et des sénateurs conservateurs ayant siégé à ce comité, qui ont eu l'occasion d'en examiner le contenu, ont attendu jusqu’en 2022 pour parler d’ingérence étrangère dans les élections, alors qu'un rapport déposé à la Chambre des communes — caviardé, cela va de soi — en faisait état.
J’ai été membre du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement. J'ai peut-être un parti pris, mais je crois que ce comité fait un travail remarquable et je dois dire que je trouve bien étrange que les conservateurs ne réagissent qu'aujourd'hui à ce phénomène, tandis qu'il a été beaucoup question à la Chambre de mésinformation, de désinformation et de tentatives d'ingérence dans les élections. Le premier ministre est tenu de réagir à ces rapports, et j'imagine que c'est la même chose pour vous, peut-être pas à l'époque, puisque vous n’étiez pas encore à ce comité, mais en fin de compte, cela s'est appliqué à vous.
Si je ne m’abuse, la création du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement ainsi que du groupe d’experts non partisans en matière de sécurité nationale résulte directement de ces rapports. Ces structures ont été créées pour déterminer si l'ingérence étrangère, qui est permanente, a atteint un seuil critique en période électorale. Le succès n'a pas toujours été au rendez-vous, ce qui est normal. Premièrement, faut‑il informer le public advenant que le seuil soit atteint? Deuxièmement, comment communiquer cette information aux Canadiens en évitant la partisanerie, en évitant d'influencer les élections dans un sens ou dans l'autre?
Une des contributions du CPSNR... Il ressort du phénomène permanent d'ingérence étrangère que les partis politiques sont désormais bien renseignés quant à son existence, qu'ils savent à quoi s'attendre et qu'ils sont en mesure de prendre des précautions, de conseiller leurs candidats et de protéger leurs données.
Ma question s’adresse à tous les témoins. Madame Thomas, vous pourrez commencer.
Pouvez-vous nous parler des séances d'information sur le renseignement étranger auxquelles les partis politiques participent dorénavant, alors que ce n'était pas le cas avant? Pouvez-vous nous dire à quel moment exactement, dans le contexte des élections de 2019 ou de 2021, les partis politiques ont été informés de l’ingérence étrangère et des précautions à prendre?
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Merci.
Le Parti conservateur a‑t‑il envoyé un représentant pour assister aux séances d'information sur l’ingérence étrangère lors des élections de 2021?
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Mais vous n'avez rien fait à ce sujet.
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Monsieur le président, j'invoque le Règlement. Il aurait fallu que les conservateurs posent cette question pendant leur temps de parole. Si vous voulez obtenir une réponse écrite à une question qui n'a jamais été posée dans le temps imparti, nous devrions aussi pouvoir poser des questions. J'aimerais beaucoup avoir un rapport écrit sur l'inaction des conservateurs en matière d'ingérence étrangère de...
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Vous auriez pu utiliser votre temps de parole pour poser cette question...
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Merci, monsieur le président.
Merci à vous tous d'être là. Je reviens sur le dernier point concernant l'installation navale de Nanisivik. Elle a été annoncée en 2007, puis le projet a été réduit en 2012 ou 2013. C'est un gouvernement antérieur qui a décidé d'en réduire l'importance, n'est‑ce pas?
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Merci. Je tenais simplement à le préciser pour qu'on sache bien à quel moment il a été décidé de réduire l'ampleur des installations.
Je reviens sur les propos de M. Kelly: les gouvernements qui se sont succédé ont eu du mal à aller de l'avant dans cette région. Ainsi, le gouvernement Harper a annoncé en 2010 la construction d'un brise-glace polaire. Elle devait débuter en 2010, et le bâtiment devait être livré en 2017. De toute évidence, il ne l'a pas été. Après 2013, le gouvernement conservateur n'avait aucun plan qui précisait quand la construction du brise-glace polaire se terminerait, et pas un seul navire pour la Stratégie nationale de construction navale n'a été livré sous le gouvernement Harper.
Vous avez formulé des recommandations, et le gouvernement les a acceptées. Il semble vraiment difficile non pas de déceler les lacunes et d'évaluer l'ampleur des besoins, mais d'agir concrètement pour prévoir le renouvellement du matériel et réaliser des acquisitions.
En vous fondant sur vos travaux, diriez-vous, même si cela tient peut-être de l'opinion, que le blocage tient à la logistique ou à la capacité de se procurer les navires régulièrement, au gré des besoins, par opposition à la capacité de construction et d'entretien suivi? Ou le problème tient‑il au fait qu'il y a trop de monde qui met la main à la pâte, pour ainsi dire, qu'il y a beaucoup de ministères chargés de la surveillance globale dans l'Arctique, alors qu'il n'y a pas d'entité unique chargée de la planification?
Est‑ce là le problème ou s'agit‑il seulement de la logistique de l'acquisition de ces navires ou de leur construction et de leur livraison? Qu'en pensez-vous?
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Pour éviter de répéter les erreurs du passé, serait‑il utile, selon vous, qu'il y ait une sorte de restructuration pour qu'un ministère ou un... Je comprends que le ministère de l'Approvisionnement est peut-être responsable, mais que se passerait‑il si un groupe était responsable de cette planification précise au lieu que chaque ministère examine ses propres besoins et ne soit peut-être pas en mesure d'élaborer un plan global?
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
D'accord, mais comprendre ces lacunes et ensuite comprendre ce plan... Le fait d'avoir un seul ministère ou une seule entité de contrôle, qu'il s'agisse d'une équipe composée de tous ces différents ministères chargée de veiller à ce que le plan soit élaboré et mis en œuvre...
C'est ce qui m'inquiète dans la situation actuelle.
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Merci, monsieur le président.
Merci à toutes deux d'être avec nous.
Je vais d'abord m'adresser à Mme Redfern.
Pour faire suite à votre commentaire, je crois que vous avez dit que les entreprises inuites doivent faire partie de la solution, ou quelque chose de ce genre. J'ai essayé d'en prendre note. Nous avons entendu des témoins des Forces armées canadiennes et de la Défense parler des partenariats dans le Nord, qu'ils trouvent eux aussi incroyablement utiles.
Je me demande si vous pourriez nous en dire davantage sur les partenariats dirigés par des Autochtones et qui serviraient au double objectif de contribuer à la sécurité du Nord et au développement du Nord pour les gens qui y vivent. Connaissez-vous des organismes dirigés par des Autochtones auxquels nous n'avons pas encore pensé ou dont nous n'avons peut-être pas entendu parler et qui pourraient aider à combler certaines de ces lacunes?
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Merci.
Vous avez parlé de la Banque de l'infrastructure du Canada et des différentes possibilités de financement de la large bande, mais vous avez dit ensuite — et je veux être sûre de vous avoir bien comprise — qu'elle n'est pas conçue pour les redondances. Pourriez-vous nous parler de la redondance nécessaire et de la façon dont nous pouvons améliorer ces programmes pour tenir compte de la nature très particulière des besoins en services à large bande et en télécommunications dans le Nord? Je voudrais être sûre d'avoir bien compris.
Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet?
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Merci.
Combien de temps me reste‑t‑il?
Voir le profil de Jennifer O'Connell
Lib. (ON)
Très bien, merci.
Madame Shadian, j'aimerais revenir à votre témoignage sur la planification des infrastructures. Je sais que vous avez manqué de temps dans votre déclaration préliminaire, mais j'aimerais savoir si vous avez des réflexions ou des commentaires à ajouter sur la lutte contre les changements climatiques qui s'ajoute à la planification de la sécurité nationale. De toute évidence, le Nord, et l'Arctique en particulier, ressentira les effets des changements climatiques.
Avez-vous des observations à faire sur le besoin de planifier également la résilience?
Résultats : 1 - 15 de 123 | Page : 1 de 9

1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes