Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de donner l'exemple dans ce dossier. Je suis ravie de travailler avec lui pour les Britanno-Colombiens.
Le ministère des Pêches et des Océans est le tout premier ministère sur lequel le Conseil du Trésor s'est penché lorsque nous sommes arrivés au pouvoir. Nous avons reversé 1,4 milliard de dollars dans son budget de base, ce qui donne une idée de l'ampleur des horribles compressions que le gouvernement de Stephen Harper lui avait imposées. Il avait menacé de fermer le laboratoire du ministère dans le secteur riverain de Vancouver-Ouest, laboratoire qui est largement considéré comme le meilleur en Amérique du Nord pour son accès à des eaux douces et à des eaux de mer. Le gouvernement Harper a fait constamment des compressions dans le bureau du ministère, à Squamish, et il a fermé celui de Pender Harbour. On a donc manqué de ressources pour les activités de surveillance et d'application de la loi contre la surpêche, ce qui demeure une grande source de déception dans la région.
Le souvenir des compressions scandaleuses du gouvernement de Stephen Harper est encore bien vif dans nos esprits. Le gouvernement libéral a travaillé sans relâche afin de rétablir une partie des mesures de protection disparues. Mon collègue a-t-il le moindre doute que le chef de l'opposition nous ramènerait à cette sombre époque?
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, chers collègues parlementaires, je crois à une politique d'inclusion et d'engagement.
Dans la vie publique, adaptation, réconciliation, obligation, compréhension et compromis sont mes mots d'ordre. Je pense que ce sont des pratiques qui mènent à un changement durable. Aujourd'hui, j'aimerais présenter quelques-uns des résultats du dernier mandat.
Imaginons-nous sur la côte Ouest du pays. Dans le nord-ouest du Pacifique, ce sont probablement les saumons qui sont arrivés en premier. Le saumon est le parfait exemple de l'évolution conjointe de l'humain avec la nature, le parfait exemple de cohabitation sur la planète.
En 2015, je craignais pour la survie du laboratoire du ministère des Pêches et Océans qui se trouvait dans la zone riveraine de West Vancouver, parce que, sous le gouvernement précédent, il avait été sérieusement question que la propriété soit vendue. Sous le nouveau nom Centre d'entreprise scientifique du Pacifique, qui n'était qu'un nom, nous avons tendu la main à des partenaires scientifiques, à des dirigeants communautaires, aux nations des Squamish, des Tsleil-Waututh et de Musqueam, ainsi qu'au personnel local du ministère des Pêches et Océans dans le but de concevoir une vision pour le renouvellement des investissements et la recherche scientifique. Nos idées devaient être acceptées par le ministre et le personnel du ministère, ainsi que par Services publics et Approvisionnement Canada pour justifier un réinvestissement à long terme.
J'ai trouvé très stimulant de travailler directement avec des membres de l'équipe de deux ministères à Ottawa. Je leur demandais d'effectuer un important changement de culture et ils ont été extraordinaires.
Les mesures suivantes sont de véritables premières dans l'histoire du ministère des Pèches et Océans.
Le Coastal Ocean Research Institute a accueilli dans le nouveau laboratoire 18 scientifiques qui y mènent des recherches sur les plastiques dans les océans. Les gardiens des cours d'eau de West Vancouver ainsi que divers groupes de protection de l'environnement utilisent désormais l'établissement en permanence.
Le district scolaire de West Vancouver a élaboré un programme d'enseignement pour le deuxième cycle, et, en juin, après avoir passé toute l'année à fréquenter l'océan, les ruisseaux, le littoral et les scientifiques du ministère des Pêches et des Océans qui travaillent au laboratoire, la première cohorte obtiendra un diplôme d'études secondaires en études environnementales.
Les enfants et les aînés de la nation des Squamish sont rentrés chez eux dans leur pirogue de mer. De nombreux groupes souhaitent collaborer avec le Centre d'entreprise scientifique du Pacifique.
Nous savons maintenant qu'il est beaucoup plus facile de régler des problèmes environnementaux complexes, notamment les plastiques dans les océans, les récifs d'éponges siliceuses, le bruit sous-marin des navires, la perte d'habitats, la protection des cétacés, le réchauffement des océans et les zones de protection marine, quand le gouvernement fédéral se montre ouvert.
Dans le même ordre d'idée, je suis particulièrement fière que le gouvernement respecte le savoir des administrations locales. Les investissements dans les infrastructures signifient l'égalité pour tous les Canadiens grâce à l'eau potable, au traitement des eaux usées, au transport en commun, à des logements sûrs et à l'accès à la technologie numérique. L'inclusion des priorités locales a amélioré le programme national.
Dans le domaine de la santé, la collaboration et la recherche sont fondamentales. Je préside le caucus multipartite sur le diabète juvénile, qui a réussi à obtenir un investissement fédéral de 15 millions de dollars, une contribution équivalente de la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile et un partenariat pour la recherche en santé de 30 millions de dollars entre la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile et les Instituts de recherche en santé du Canada, une autre réalisation sans précédent.
Ces efforts sont particulièrement importants lorsque les intervenants ont du mal à trouver un terrain d'entente, une difficulté qui, de nos jours, se fait particulièrement sentir dans les différends qui opposent la Colombie-Britannique et l'Alberta. L'Ouest canadien doit apporter sa contribution. Sa contribution est importante, parce cette région est dotée d'un sens de l'innovation, de l'entreprise et de l'expérimentation, ainsi que d'une forte conscience environnementale. Notre avenir énergétique repose sur l'innovation du secteur des technologies propres. Il repose sur les entreprises qui comprennent que la tarification de la pollution encourage l'innovation. Il repose sur les communautés autochtones qui veulent collaborer pour aider le Canada à se tourner vers les énergies propres de l'avenir et pour participer à la propriété et à la gestion des entreprises qui exploitent les ressources. Il repose aussi sur les investisseurs qui contribuent déjà à la transition vers l'économie à faibles émissions de carbone de l'avenir. Les manifestations sont beaucoup moins utiles que l'innovation et l'inclusion.
Remplir ses obligations, c'est ne pas avoir peur de dénoncer le blanchiment d'argent au Canada. C'est ce que le caucus du Pacifique a fait valoir au ministre, en 2015, et on a commencé à se pencher sur la question. Je suis très heureuse que le ministre Eby, en Colombie-Britannique, fasse des efforts en ce sens, avec l'appui du gouvernement fédéral.
Notre stratégie sur le logement s'appuie directement sur les valeurs d'égalité et d'inclusion, tout comme l'Allocation canadienne pour enfants.
J'ai toujours cherché à favoriser la vérité et la réconciliation et ce n'est pas près de changer. D'après moi, nous devrions nous méfier de l'exclusion plutôt que de l'inclusion.
Au sujet des affaires internationales, j'aimerais remercier deux ministres des Affaires étrangères que j'ai eu le privilège de servir à titre de secrétaire parlementaire.
En 2015, lors de ma première rencontre avec le ministre Dion, il m'a fait trois recommandations: toujours connaître mes dossiers; ne jamais le laisser tomber à la Chambre des communes; lui dire une chose que je souhaite accomplir pour qu'il puisse me soutenir.
Je lui ai répondu que je voulais travailler sur le dossier des femmes, de la paix et de la sécurité. Les femmes ne jouent qu'un rôle secondaire, au mieux, dans le rétablissement de la paix lors des conflits internationaux. C'est extrêmement regrettable car les recherches montrent clairement que lorsque les femmes participent aux efforts de paix, aux négociations, aux discussions et à la mise en œuvre des processus de paix, les résultats sont meilleurs. Aujourd'hui, grâce au leadership de l'actuelle ministre des Affaires étrangères, la politique étrangère du Canada est féministe, tout comme la politique en matière de développement international.
Le gouvernement du Canada veut accorder aux femmes de meilleures chances en matière de défense et de maintien de l'ordre. Le gouvernement du Canada vient de lancer le Fonds pour l'égalité afin de solliciter la communauté philanthropique et le secteur privé à contribuer à l'égalité des sexes.
Je tiens à remercier l'actuelle ministre des Affaires étrangères et à lui faire part de ma gratitude. Elle exerce son rôle avec pragmatisme et compréhension et elle possède des connaissances et une expérience considérables.
J'aimerais également remercier l'ancien ministre du Commerce international de m'avoir accordé sa confiance. Il a attribué nos réussites à toute son équipe, et a dirigé un effort qui a forgé et élargi des accords de libre-échange avec l'Europe et la région transpacifique. Nous avons travaillé fort pour consulter partout dans le monde, et nos négociateurs ont maintenu l'inclusion et les mesures d'adaptation au premier plan.
On semble croire qu'un député ne peut dire ce qu'il veut ou dévier de la ligne de parti. Je peux penser à quelques occasions où je l'ai fait. Lorsque le ministre des Finances a présenté des réformes fiscales accueillies peu chaleureusement dans ma circonscription, je lui ai dit que, pour ma part, je mènerais sans aucun doute de sérieuses consultations publiques. Cet été-là, et sur les conseils d'un expert, nous avons soumis 10 solutions, dont huit ont été acceptées par le ministre.
Dans le dossier de la transition vers des piscicultures n'utilisant plus de cages en filet sur la côte de la Colombie-Britannique, j'ai voté contre le gouvernement. Tout le monde sait cela, et je poursuivrai mes efforts favorisant une transition vers des parcs clos.
Je respecte le leadership du premier ministre. D'après mon expérience, il encourage les points de vue divergents, surtout lorsqu'ils sont exprimés dans un esprit de compromis et d'amélioration.
Les députés ne seront pas surpris d'apprendre que je suis profondément troublée par les règlements restrictifs et démoralisants de la Chambre qui nous forcent à siéger le vendredi chaque semaine, ou de siéger jusqu'à minuit, quand ce n'est pas toute la nuit. Ce n'est pas démocratique. C'est même inhumain. Nous devrions pouvoir nous présenter à la Chambre au meilleur de nos capacités, débordant d'énergie au lieu de manquer de sommeil, optimistes plutôt que frustrés.
Enfin, aucun député ne peut briller sans l'aide d'un personnel formidable. Stephanie, Deanna, Marjan, Lucie, Natasha, Rav, Diana, Alexandre et Morgan, et pour les affaires mondiales, Jillian, Joshua, Jim, Kyna, Sher et Isabella ont tous fait un travail d'équipe exceptionnel. Les horaires éreintants, les masses de documents, les conditions de travail stressantes et les multiples sollicitations ne les ont certainement pas empêchés de se serrer les coudes. Je les admire tous et je les remercie des standards qu'ils ont établis par rapport à chaque aspect de notre travail.
Comme pour la plupart des députés, notre équipe a été ravie d'accueillir quatre stagiaires au cours de quatre étés: Marjan, Clio, Claire et Nicola. Nous les jetons dans le feu de l'action, mais nous les encourageons chaque fois qu'ils se butent à un obstacle. Puissent-ils poursuivre leur chemin dans la vie en se demandant: Ai-je oublié d'inclure quelqu'un? Qu'est-ce qui m'échappe? Suis-je conciliant? Ai-je des solutions à proposer? S'ils peuvent y arriver, le Canada est entre bonnes mains, et tous ceux qui ont la confiance de la population — comme ces stagiaires, comme moi, comme les autres députés ici — lorsqu'ils accomplissent leurs tâches quotidiennes, auront été à la hauteur de leur fonction et de l'honneur qui leur a été fait.
Je remercie sincèrement les habitants de West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country de l'occasion qu'ils m'ont donnée d'être à leur service et au service du Canada. Mon engagement personnel envers eux n'est pas prêt de se terminer. Je vais les retrouver dans ma circonscription. À bientôt.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, les Canadiens ont constaté à quel point il a été difficile de négocier cet accord et d'obtenir l'élimination des droits de douane. Je souligne que le pays tout entier a participé aux efforts déployés dans le cadre de ces négociations.
Au cours de cette période, de nombreuses familles ont sérieusement craint de perdre leur gagne-pain. Cependant, le gouvernement du Canada a fait le nécessaire et il a conclu un nouvel ALENA, avantageux pour tous. Par surcroît, tous les droits de douane ont été éliminés.
Dans une conjoncture de grande incertitude économique, il est étonnamment irresponsable de la part du NDP de faire état de telles préoccupations et de chercher à lancer le Canada dans de nouvelles négociations.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, le Canada et les États-Unis entretiennent une relation extrêmement importante. Il serait naïf de prétendre autrement.
La visite de la semaine dernière a permis de discuter du nouvel ALENA, qui, soit dit en passant, offre une certaine sécurité économique aux travailleurs canadiens. Cette visite a également donné l'occasion d'aborder la situation des deux Canadiens détenus en Chine. Au terme de cette rencontre, le Canada et les États-Unis ont émis une déclaration conjointe condamnant fermement ces détentions injustifiées et réclamant la libération immédiate de Michael Kovrig et Michael Spavor.
Le Canada continuera toujours d'avoir d'importantes discussions de cette nature avec les États-Unis.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, je souhaite remercier le député d'en face de son travail assidu dans ce dossier. Je sais qu'il lui tient très à coeur et qu'il occupe beaucoup ses pensées.
La question frontalière entre les États-Unis et le Mexique ne concerne que ces deux pays. Le président mexicain a confirmé que le Mexique procédera à la ratification du nouvel ALENA. Cet accord, bien sûr, est important, car il est un gage de certitude pour l'économie nord-américaine.
Comme nous l'avons toujours dit, nous agirons de concert avec nos partenaires, dans la mesure du possible.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, nous sommes au courant de cette situation, et notre gouvernement travaille sur cette affaire depuis un certain temps.
La ministre a été en contact direct avec la famille. J'ai soulevé la situation avec les autorités omanaises. Nous sommes également en contact avec les Émirats arabes unis.
Nous suivons cette situation de très près, et nous allons continuer de le faire.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, Affaires mondiales Canada est au courant de la détention d'un citoyen canadien à Oman. Les fonctionnaires du ministère surveillent la situation de près, et des services consulaires sont évidemment offerts.
Je m'occupe personnellement et activement de cette affaire, notamment en discutant avec des représentants du gouvernement d'Oman. Je ne peux en dire plus sur ce dossier.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, le gouvernement défend catégoriquement les droits de la personne. Ils font partie intégrante de notre politique étrangère parce qu'ils constituent un élément intégral de notre identité canadienne. Nous saisissons toutes les occasions de promouvoir et de protéger les libertés fondamentales établies dans la Déclaration universelle des droits de l'homme.
Les Canadiens peuvent être fiers des principes solides affichés par le gouvernement pour défendre et protéger les droits de la personne au Canada et à l'étranger.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Madame la Présidente, nous sommes très préoccupés par la détention de militantes pour les droits des femmes, comme Loujain al-Hathloul, en Arabie saoudite. Le Canada demeure résolu à défendre les militantes détenues dans leur lutte pour l'égalité des sexes et les droits de la personne. Nous avons parlé de la situation avec des représentants saoudiens et nous continuerons de le faire, de concert avec nos partenaires internationaux. Le Canada n'hésitera jamais à défendre les droits de la personne.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Madame la Présidente, nous avons porté de sérieuses questions à l'attention du gouvernement de Hong Kong au sujet des modifications proposées à sa législation sur l'extradition. Assurer la sécurité des Canadiens au pays et à l'étranger est une priorité absolue pour le premier ministre, la ministre des Affaires étrangères, l'ensemble du gouvernement et, j'en suis sûre, les députés d'en face.
Nous continuerons à surveiller de près tout développement entourant de possibles modifications aux lois sur l'extradition de Hong Kong.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Madame la Présidente, en réponse aux droits de douane américains illégaux sur l'acier et l'aluminium, le Canada a pris les mesures commerciales les plus sévères depuis la Seconde Guerre mondiale en imposant des contre-mesures d'une valeur de 16,6 milliards de dollars sur les importations en provenance des États-Unis. Nous examinons aussi constamment le tarif des douanes pour veiller à ce qu'il ait le plus grand effet possible. Nous consacrons aussi 2 milliards de dollars au soutien des fabricants canadiens.
Cette semaine, la ministre a discuté avec le secrétaire Mike Pompeo de l'importance de retirer les droits de douane américains injustifiés et illégaux. Elle a ainsi fait preuve une fois de plus d'un solide leadership pour le Canada.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, la députée d'Ottawa-Ouest—Nepean a tout à fait raison. Le gouvernement a négocié vigoureusement pour obtenir un bon accord et il a réussi à en conclure un. Nous y sommes parvenus en dépit du fait que les conservateurs et le chef de l'opposition nous demandaient de capituler et d'obtenir un accord à tout prix.
Hier, après avoir passé des mois à critiquer le nouvel ALENA, le chef de l'opposition a promis de le ratifier. Il admet qu'il s'agit d'un bon accord. Il appuie clairement notre leadership.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, la ministre des Affaires étrangères est en communication étroite avec les familles de Michael Kovrig et Michael Spavor. Leur détention fait suite à des décisions arbitraires du gouvernement de la Chine. Nous travaillons d'arrache-pied, de manière concertée et organisée, pour mettre fin à ces détentions arbitraires très inquiétantes.
Le député d'en face doit comprendre qu'en faisant appel à nos alliés internationaux, nous pouvons sensibiliser la Chine aux conséquences de ses actes. Voilà pourquoi nous sommes en communication constante avec nos alliés et continuerons de collaborer avec eux. Nous remercions l'Australie, l'Union européenne, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Lituanie...
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, je suis très heureuse d'avoir l'occasion de prendre la parole aujourd'hui au sujet de l'importance de l'infrastructure numérique en milieu rural et de souligner le travail crucial accompli par le député de Pontiac pour promouvoir l'accès des collectivités rurales à l'infrastructure numérique.
Tous les Canadiens ont besoin d'un accès à Internet haute vitesse pour pouvoir participer pleinement à l'économie, à la démocratie et à la vie quotidienne. Dans nombre de collectivités rurales éloignées, la géographie et la petite taille des populations représentent un obstacle aux investissements privés dans l'établissement et le maintien de l'infrastructure d'Internet haute vitesse.
Le gouvernement a effectué un travail novateur dans le cadre du programme Brancher pour innover, et la province de la Colombie-Britannique a été un partenaire important, surtout dans l'initiative Connected Coast. La motion M-208 fait fond sur ce bon départ et prévoit une stratégie nationale pour la connectivité des régions rurales.
On ne saurait trop insister sur l'importance de l'infrastructure numérique dans les collectivités rurales éloignées. Les Canadiens qui habitent dans ces collectivités vivent avec une connexion moins rapide et une couverture cellulaire peu fiable. En conséquence, nombre de Canadiens doivent composer avec d'importants obstacles numériques qui nuisent à leur pleine participation aux marchés et au marché du travail, à leur accès à l'éducation, à leur engagement communautaire ainsi qu'à l'accomplissement de tâches quotidiennes.
Les régions rurales et éloignées du Canada subissent déjà des délais excessifs d'intervention en cas d'urgence, qui sont exacerbés par des réseaux de télécommunications sans fil moins étendus. Dans des conditions météorologiques extrêmes et lorsque l'on conduit sur les routes des régions rurales et éloignées, la connexion à un réseau sans fil est un enjeu fondamental de sécurité personnelle et publique.
Outre les avantages sur le plan de la sécurité publique, les retombées économiques des infrastructures numériques sont immenses. Certes, les innovations se produisent partout, aussi bien dans les régions rurales ou éloignées que dans les centres urbains, mais pas sans une chance égale d'accès à l'économie numérique.
Dans une perspective de commerce international, la connectivité à Internet donne aux microentreprises et aux petites et moyennes entreprises des collectivités rurales de tout le pays l'accès aux marchés mondiaux actuels et émergents et aux services de soutien qui sont essentiels pour la croissance économique et la création de bons emplois pour la classe moyenne.
La motion M-208 signale qu'il y a encore beaucoup de travail à faire pour que tous les Canadiens aient accès à des infrastructures numériques fiables. Les mesures que le gouvernement propose sont un très bon début.
Ainsi, le programme Brancher pour innover permet de réduire les disparités d'accès dans des circonscriptions comme la mienne, en garantissant un accès égal à toutes les collectivités. Dans le cadre d'un partenariat avec la Colombie-Britannique, le programme Brancher pour innover a investi plus de 45 millions de dollars en 2018 afin d'offrir des services Internet haute vitesse améliorés dans les collectivités rurales et éloignées. Le programme appuie une nouvelle infrastructure de base permettant de brancher des institutions, telles que des écoles et des hôpitaux, de même que des foyers et des entreprises.
Brancher pour innover fournit l'accès Internet haute vitesse aux localités rurales et autochtones situées dans la région Sea to Sky. Le gouvernement de la province ayant fourni près de 2 millions de dollars, le gouvernement fédéral, plus de 2 millions et Shaw, près de 2 millions, un nouveau câble de fibre optique reliant Whistler à Pemberton et à Mount Currie a pu être installé. Ce ne fut pas chose facile. Pour que la magnifique localité de Pemberton, qui est située à 30 minutes au nord de Whistler et qui entretient des liens très étroits avec cette dernière, puisse avoir accès à un service Internet haute vitesse de qualité, les autorités municipales, le gouvernement fédéral et les deux principales entreprises de télécommunications — qui se voient davantage comme des concurrentes que des partenaires — ont dû discuter ferme, mais ils ont fini par trouver une solution remarquable à tous égards. Tout ce processus nous a enseigné une belle leçon sur la valeur de la persévérance, en plus de créer un climat de confiance que nous nous employons à alimenter afin que Pemberton puisse obtenir les mêmes services que les zones urbaines de la province, qui sont beaucoup plus faciles à desservir.
À Pemberton, l'Internet haute vitesse fait la joie d'une population en pleine croissance et sert les plans de développement domiciliaire de la municipalité. Comme le disait le maire de Pemberton, Mike Richman:
Ce réseau permettra aux entreprises d'ici d'atteindre leur plein potentiel, en plus d'inciter de nouvelles entreprises à venir s'installer dans la région. Les résidants et les entrepreneurs qui travaillent à domicile auront accès, pour un prix raisonnable, à un accès Internet fiable, ce qui leur permettra de se brancher sur le monde et de tirer leur épingle du jeu dans l'économie numérique.
Plus au nord, sur l'autoroute 99 en direction de Mount Currie, le programme Brancher pour innover fournit des réseaux composés de fibre optique à des institutions comme le tout nouveau Ts'zil Learning Centre, où les membres de la nation Lil'wat peuvent obtenir un diplôme d'études secondaires ou postsecondaires. Grâce à la participation de Shaw et de la nation Lil'wat, le Ts'zil Learning Centre sera maintenant en mesure d'offrir de nouvelles occasions d'apprentissage à la nation Lil'wat et aux communautés avoisinantes. Cela revêt une importance particulière, parce que les membres de la nation Lil'wat qui franchissent les portes du Ts'zil Learning Centre pour poursuivre leurs études doivent bien souvent composer avec les séquelles laissées par le système des pensionnats. Les résultats d'apprentissage des élèves du Ts'zil sont exceptionnels parce que le processus de guérison, de vérité et de réconciliation est un élément fondamental de cette institution. Le tout nouvel accès de la nation Lil'wat à la technologie numérique favorisera grandement le succès continu de cette communauté.
Le programme Brancher pour innover participe aussi au financement du projet Connected Coast en Colombie-Britannique, qui permettra d'offrir un nouvel accès ou un accès amélioré à Internet haute vitesse à 154 collectivités côtières éloignées, dont 15 se trouvent dans West Vancouver-Sunshine Coast-Sea to Sky Country, dans de petits endroits très spéciaux comme Gibsons, Halfmoon Bay, Roberts Creek, Secret Cove, Welcome Beach et Wilson Creek, par exemple.
Egmont, qui est situé près de Skookumchuck Narrows, est une collectivité éloignée de la Sunshine Coast où l'infrastructure de fibres optiques présente des défis uniques en raison de la topographie de l'endroit.
Lorsque j'ai rencontré la population là-bas, on doutait qu'il soit possible de brancher cette région rurale au réseau. Par ailleurs, les gens là-bas en ont désespérément besoin. L'une des principales raisons en est qu'Egmont est une formidable destination touristique, avec notamment les Skookumchuck Narrows. C'est un endroit impressionnant et aussi très dangereux. Du point de vue de la sécurité publique, il est essentiel pour Egmont d'être relié au réseau.
La motion M-208 est importante parce qu'elle attire notre attention sur toute la question de l'équité en ce qui concerne les régions mal desservies du pays.
Bowen Island est un autre endroit où Shaw travaille actuellement à l'amélioration du réseau existant. La réussite du projet à Bowen Island découle de la réussite d'autres projets ailleurs.
La motion M-208 met en évidence un problème que nous essayons de régler ensemble afin que tous les Canadiens aient les mêmes possibilités.
Le CRTC a également pris des mesures pour étendre le service aux régions rurales. Dans une décision publiée en décembre 2016, le CRTC a établi un objectif de service universel voulant que les Canadiens des régions urbaines, rurales et éloignées aient un accès égal aux services vocaux et aux services d'accès Internet à large bande, sur des réseaux fixes et sans fil. Afin d'atteindre cet objectif, le CRTC a créé un fonds de 750 millions de dollars pour soutenir les infrastructures de télécommunications.
De plus, en octobre dernier, les ministres provinciaux et territoriaux responsables de l'innovation et du développement économique ont convenu de faire des services à large bande une priorité et d'élaborer une stratégie à long terme à cet égard. Cet engagement consiste notamment à améliorer l'accès aux services mobiles les plus récents le long des artères routières principales et aux endroits où les Canadiens vivent et travaillent.
Grâce aux initiatives des députés de Pontiac, de Nickel Belt, d'Hastings—Lennox and Addington et de Tobique—Mactaquac, qui sont d'inlassables chefs de file dans la défense du Canada rural, nous avons aujourd'hui un ministère du Développement économique rural.
La ministre, la députée de South Shore—St. Margarets, élaborera une stratégie de développement économique rural. Elle dirige les efforts du gouvernement pour offrir l'accès aux services Internet haute vitesse à plus de personnes et d'entreprises au Canada rural.
La motion M-208 contribuera à faire en sorte que les Canadiens vivant dans ces régions du pays aient accès à des infrastructures numériques fiables et accessibles, et à assurer la santé et la sécurité de l'ensemble des citoyens, peu importe où ils habitent. Les gens de West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country se sont fait entendre sur ce dossier. Ils sont heureux de parler de leur expérience au sujet de cette amélioration importante dans la vie des Canadiens.
Le gouvernement s'emploie à continuer de réaliser des avancées réelles et concrètes pour les Canadiens de toutes les régions du pays.
Je suis très heureuse d'appuyer la motion M-208 et de soutenir tous mes collègues à la Chambre qui représentent avec dévouement les régions rurales du Canada.
Voir le profil de Pamela Goldsmith-Jones
Lib. (BC)
Monsieur le Président, premièrement — et c'est très important de le souligner —, la ministre des Affaires étrangères est en contact étroit avec les familles de Michael Kovrig et de Michael Spavor. Il ne s'agit pas de faire de la démagogie ou de marquer des points; il s'agit d'oeuvrer de façon persistante, méticuleuse et résolue pour qu'ils reviennent chez eux sains et saufs.
Nous avons rallié à notre cause un nombre record de pays comme l'Australie, l'Union européenne, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Lettonie, la Lituanie, l'Estonie, l'Espagne, le Danemark, les États-Unis, ainsi que 140 personnalités internationales, et…
Résultats : 1 - 15 de 395 | Page : 1 de 27

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|