Passer au contenu Début du contenu

Les fantômes de la crête de Vimy

David Monaghan, conservateur, Services de conservation

Le mois d’avril marque le 94e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy, la première fois où, pendant la Première Guerre mondiale, les quatre divisions canadiennes ont combattu en qualité de formation unifiée. L’importance de la bataille de la crête de Vimy n’a pas été reconnue immédiatement, mais elle s’est certainement avivée avec le temps. Aujourd’hui, les Canadiens comprennent que la bataille fut un moment décisif pour notre identité nationale.

The Ghosts of Vimy Ridge

Au début des années 1920, on commença à préparer des plans pour la construction d’un monument commémoratif sur une parcelle de 250 acres de l’ancien champ de bateille à l’extérieur d’Arras, en France. Le monument, dont l’appellation officielle est Mémorial national canadien de Vimy, fut conçu par le sculpteur et concepteur canadien Walter S. Allward et il est le plus imposant monument aux morts canadiens outre-mer. Il fut dévoilé le 26 juillet 1936 par le roi Édouard VIII.

Le monument et la bataille font l’objet d’un des plus importants tableaux exposés à la Chambre des communes; il est intitulé The Ghosts of Vimy Ridge (Les fantômes de la crête de Vimy). Cette oeuvre fut réalisée par l’artiste australien William Longstaff vers 1929 et elle fait partie d’un certain nombre de tableaux très populaires et émotifs créés par l’artiste, qui présentent des apparitions fantomatiques marchant au pas ou avançant à pied près d’un monument aux morts de la Première Guerre mondiale en Europe. Le premier de cette série a été nommé Menin Gate at Midnight (The Ghosts of Menin Gate), qu’il acheva en 1926. Cette oeuvre fut achetée par Lord Woolavington et fut ultérieurement donnée au gouvernement australien.

Vimy Ridge (The Ghosts of Vimy Ridge) reprend un thème allégorique similaire à l’oeuvre fort réussie de Longstaff. On y voit au loin un monument commémoratif de la crête de Vimy, lequel était encore en construction lorsque le tableau a été réalisé, la nuit, avec des spectres en uniforme revenant vers les lignes canadiennes. Cette oeuvre a été peinte à une date non précisée avant novembre 1930, d’après des informations tirées de la correspondance entre le très honorable R. B. Bennett, premier ministre du Canada (1930- 1935), et sir Frederick Williams-Taylor, en novembre 1930. M. Williams-Taylor, directeur général de la Banque de Montréal, avait été invité à venir voir le tableau, et il confia au premier ministre que c’est une des plus grandes peintures que j’ai jamais vue et je suis certain qu’elle suscitera un grand intérêt et une grande fierté chez tous les Canadiens. Le but de la lettre de M. Williams-Taylor était d’informer le premier ministre que le capitaine John Arthur Dewar avait offert d’acheter la toile et d’en faire don au gouvernement canadien.

Dewar, un Anglais, avait de nombreux liens avec le Canada qui tenaient en grande partie à l’activité de distillerie de sa famille. Le premier ministre accepta le tableau au nom du gouvernement et l’oeuvre fut ultérieurement installée dans la salle du Comité des chemins fer, en février 1932.

Il existe d’autres liens intéressants entre le Parlement et le monument commémoratif de Vimy. En 1920, le gouvernement canadien établit la Commission des monuments des champs de bataille nationaux en guise de mesure préparatoire à la mise en place de monuments commémoratifs de guerre sur huit champs de bataille en Europe. La Commission des monuments lança un concours de conception architecturale de ces monuments. Les 17 finalistes présentèrent leurs maquettes, ou modèles, dans la salle du Comité des chemins de fer en octobre 1921; c’est alors que le projet d’ Allward fut choisi.

concours de conception

Aussi, le Président Rodolphe Lemieux a joué un rôle clé dans la négociation avec le gouvernement français pour l’obtention de terrain supplémentaire sur le site. En 1922, le Président Lemieux conclut avec la France un accord assurant au Canada l’utilisation à perpétuité de la parcelle de 250 acres qui forme maintenant le site du Mémorial de Vimy.

On se doute bien qu’un tableau ayant une telle valeur historique est très en demande; c’est pourquoi The Ghosts of Vimy Ridge n’a pas passé toute sa vie à l’intérieur de la Cité parlementaire. Pendant la plus grande partie des années 1970, le tableau fut prêté au Musée canadien de la guerre. En 2005, à l’occasion de l’ouverture du nouveau Musée canadien de la guerre et de l’Année de l’ancien combattant, le sergent d’armes accepta de prêter la toile au Musée de la guerre pour une période ne dépassant pas cinq ans. En 2001-2002, le tableau avait été prêté au Mémorial australien de la guerre, à Canberra, où il fut présenté aux côtés d’autres oeuvres de William Longstaff. La toile fut retournée par le Musée canadien de la guerrre en juillet 2010 et elle est à nouveau exposée dans la salle du Comité des chemins de fer, où elle fait de nouveau office d’important rappel des sacrifices consentis par les Canadiens pour préserver notre démocratie et nos institutions parlementaires.

Pour apprécier à sa juste valeur ce tableau saisissant, nous vous invitons à vous rendre à la salle du Comité des chemins de fer.

1Lettre de Frederick Williams-Taylor à R.B. Bennett, 27 novembre 1930, Bibliothèque et Archives Canada, R. B. Bennett Papers, MG 26, bobine M-1106.

Haut de page