Passer au contenu Début du contenu

Plâtre ornemental

Plafond décoratif - Bureau du président de la Chambre des communes

Plafond décoratif

Le bureau du président de la Chambre des communes présente les formes pittoresques, l'exubérance et la richesse de détails caractéristiques du style élisabéthain, en vogue à la fin du 16e siècle. L'un des principaux éléments décoratifs de cette pièce est le plafond de plâtre, qui rappelle les origines lointaines de la présidence, lesquelles remontent à la tradition parlementaire britannique médiévale.

Le réseau complexe de bandeaux du plafond, agrémenté de gerbes de fleurs, de signes héraldiques et de portraits, illustre magnifiquement l'art du plâtrier de l'époque élisabéthaine, et il n'est pas sans rappeler les plafonds du grand salon de Hatfield House et du Vieux Palais à Bromley-by-Bow.

Les frises de la corniche offrent un motif ondoyant de rosettes et de lis stylisés. De délicates clefs pendantes et des motifs floraux, intégrant petits animaux et marmousets, ornent les larges bandeaux. Quatre signes héraldiques, placés près du centre du plafond et extraits des armoiries royales du Royaume-Uni, représentent la jarretière et la devise « Honi soit qui mal y pense », ainsi que la couronne royale. Chaque boucle arbore respectivement en son centre les emblèmes floraux : la rose Tudor, le trèfle, le chardon et la feuille d'érable.

Plafond décoratif

Les têtes apparaissant dans les médaillons en périphérie sont celles de quatre anciens présidents, trois Britanniques et un Canadien :

Les modèles des ornements du plafond ont été exécutés par Walter J. Allen, sculpteur responsable de l'atelier de modelage et de sculpture situé sur la Colline du Parlement pendant la reconstruction de l'édifice.

Plafond décoratif - Bureau du premier ministre

Plafond décoratif

L'architecte John A. Pearson conçut pour le bureau du premier ministre un intérieur inspiré de l'époque de Jacques Ier, soit le début du 17e siècle. La caractéristique principale du plafond de plâtre ornemental est le traditionnel réseau de bandeaux auquel s'ajoutent des bas-reliefs aux motifs de feuilles et de fleurs. Ce plafond est très semblable à celui du Reindeer Inn à Banbury, en Angleterre.

Au centre du plafond, jusqu'aux années 1950, un compas de mer indiquant les points cardinaux symbolisait le rôle du premier ministre en tant que capitaine du navire que représente l'État. Ce thème est repris avec les têtes de quatre navigateurs célèbres figurant en médaillon dans les bandeaux qui font le lien avec les cercles extérieurs : Jean Cabot, sir Walter Raleigh, sir Francis Drake et Christophe Colomb.

Plafond décoratif

Des coquillages et des câbles torsadés ainsi qu'une ménagerie d'animaux réels et fabuleux munis d'une queue de poisson accentuent également le thème marin. Les signes du zodiaque sont insérés dans le carré central, en correspondance avec les points cardinaux. Ils symbolisent l'univers et les saisons et sont liés à la thématique des quatre vents, magnifiquement représentés aux coins de la pièce par quatre têtes ailées aux joues gonflées qui figurent chacune des quatre races composant l'humanité.

Tous les modèles pour l'ornementation du plafond ont été réalisés par le sculpteur Ferdinand L. Cerracchio, embauché directement par l'architecte John A. Pearson.

Tympan - Salle de lecture

Tympan

L'entrée principale de l'ancienne salle de lecture supporte une imposante architrave de calcaire de Tyndall à consoles sculptées, qui encadre un tympan singulier dont l'ornementation symbolise la fuite du temps. Ce tympan, de plâtre bruni, contient dans son centre l'horloge de la salle, surmontée d'un sablier ailé pour souligner la brièveté de la vie. De chaque côté de l'horloge, se faisant face, deux figures ailées en relief sont agenouillées. À gauche, l'ange de la jeunesse tient la trompette du Jugement dernier; à droite, le Temps, sous les traits d'un vieillard s'appuyant sur un bâton. Vient compléter le tableau un scorpion placé immédiatement au-dessous de l'horloge : il rappelle le caractère inopiné de la mort.

Ce tympan de plâtre a été conçu par le sculpteur Ferdinand L. Cerracchio.

Manteau de cheminée - Salle du Commonwealth

Manteau de cheminée

Pour l'ancien fumoir de la Chambre des communes - rebaptisé Salle du Commonwealth en 1965 - l'architecte John A. Pearson avait choisi un décor à la fois imposant et sobre de style néoclassique. L'élégante forme ovale de la pièce marie plusieurs caractéristiques architecturales du 18e siècle : un foyer de marbre prolongé par un manteau de cheminée; des niches à voûte en coquille; des colonnes et pilastres ioniques, et des portes aux architraves majestueuses. S'ajoutent à cela des ornements en plâtre comportant des détails iconographiques liés à la vocation de la pièce en tant que « sanctuaire des fumeurs ».

Côté nord, une cheminée à deux étages, soigneusement travaillée et flanquée de demi-pilastres, donne le ton au décor de la pièce. Le foyer de marbre est surmonté d'un miroir entouré d'un cadre à fines moulures et coiffé d'un superbe cartouche où deux satyres montrent un houka (sorte de pipe orientale) au centre d'une couronne de fruits et de feuilles. L'ensemble est couronné d'une palmette, faite de feuilles de tabac.
La frise du plafond fait écho au thème du fumoir. Des boîtes de cigares y alternent avec des feuilles de tabac. Une moulure intérieure tressée complète les éléments décoratifs du plafond.

Tous les modèles d'argile de ces magnifiques plâtres ont été réalisés par le sculpteur Ferdinand L. Cerracchio.

Haut de page