Passer au contenu Début du contenu

ENVI Rapport du Comité

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Monsieur Harold Albrecht, député
Président
Comité permanent de l’environnement
et du développement durable
Chambre des communes
Ottawa (Ontario) K1A 0A6

Cher collègue,

Au nom du gouvernement du Canada, nous aimerions remercier le Comité permanent de l’environnement et du développement durable (le Comité) pour son étude et son rapport subséquent intitulé Pratiques de conservation urbaine au Canada.

Les travaux du Comité, ainsi que les présentations et les mémoires des participants à l’étude, ont souligné l’importance des espaces écologiques naturels à l’intérieur et autour des centres urbains, les importants avantages découlant des services écosystémiques qu’ils offrent et leur rôle dans l’établissement d’un lien entre les Canadiens et la nature. Les trois premières recommandations du Comité, ainsi que les recommandations 5 et 6, fourniront une contribution importante au Plan de conservation national. Conformément à ce qui a été stipulé dans le Plan d’action économique 2013, de plus amples détails sur le Plan de conservation national seront annoncés au cours de la prochaine année.

Comme les Canadiens sont de plus en plus urbanisés – la superficie totale du territoire urbain au Canada a presque doublé entre 1971 et 2001 – la conservation dans les régions urbaines devient plus importante afin d’améliorer la santé humaine et les avantages économiques pour la population canadienne, et de minimiser la perte et la fragmentation d’habitat. La conservation urbaine, qui comprend la connexion entre les habitats clés au sein des zones urbaines et des aires naturelles voisines, est particulièrement importante parce que les zones urbaines sont souvent situées dans des lieux où la biodiversité est particulièrement riche.

Le gouvernement reconnaît que les provinces, les territoires et les municipalités détiennent les principales compétences pour promouvoir et faire progresser les objectifs de conservation dans les milieux urbains. Leur contribution à la conservation, soulignée dans l’ensemble de l’étude du Comité, est inestimable.

Nonobstant la responsabilité des autres ordres de gouvernement en matière de conservation urbaine, le gouvernement du Canada encourage l’intendance responsable des installations et des terres fédérales situées dans les zones urbaines, conformément à la quatrième recommandation du Comité. Le thème IV de la Stratégie fédérale de développement durable, Réduire l’empreinte environnementale – En commençant par le gouvernement, encourage la saine intendance des biens gouvernementaux par les organismes et les ministères gouvernementaux.

Le gouvernement dirige aussi le travail sur la création du Parc national urbain de la Rouge, qui accroîtra de façon importante la capacité du gouvernement à rejoindre les Canadiens vivant en milieu urbain puisque près de 20 p. cent de la population canadienne vit dans un rayon d’une heure de route du parc. Le Parc national urbain de la Rouge procurera aussi une fenêtre urbaine sur les milieux protégés du Canada, offrant des activités et des programmes éducatifs ainsi que des expériences mémorables qui initieront les Canadiens aux autres parcs nationaux, sites historiques nationaux et aires marines nationales de conservation.

De plus, le gouvernement offre d’autres programmes qui ciblent les Canadiens vivant en milieu urbain, comme le programme Initiation au camping de Parcs Canada, ou qui rejoignent les Canadiens là où ils vivent, comme le programme Mon passeport Parcs. La collaboration entre Parcs Canada et les organisations situées dans les principaux centres urbains ou ayant une importance considérable dans les principaux centres urbains, comme le Vancouver Aquarium, le Musée royal de l’Ontario, Canadian Geographic et l’Institut pour la citoyenneté canadienne, se poursuit aussi. D’autres programmes et initiatives, comme le Programme de conservation des zones naturelles, dans lequel le gouvernement a investi 225 millions de dollars en 2007, et un montant supplémentaire de 20 millions de dollars par l’entremise du Plan d’action économique 2013, le Programme d’intendance de l’habitat, le Programme des dons écologiques et le Programme de financement communautaire ÉcoAction, peuvent accroître les efforts de conservation au Canada grâce à des partenariats.

En ce qui a trait à la dernière recommandation du Comité, le gouvernement du Canada a investi, depuis 2007, plus de 2 milliards de dollars dans plus de 1 400 projets d’infrastructure écologique au Canada grâce à un certain nombre de programmes ciblés dans le cadre de Chantiers Canada et du Plan d’action économique. Suite à un processus de mobilisation exhaustif auprès des partenaires et des intervenants qui a pris fin en septembre 2012, le nouveau plan Chantiers Canada, qui comprend 53 milliards de dollars sur dix ans en nouveaux fonds et en fonds existants pour les infrastructures provinciales, territoriales et municipales, et ce, à compter de l’exercice 2014‑2015, a été annoncé dans le Plan d’action économique 2013. Dans le cadre du nouveau plan Chantiers Canada, les projets d’infrastructure écologique demeureront admissibles.

Nous aimerions encore une fois remercier le Comité de son travail sur les pratiques de conservation du patrimoine urbain au Canada ainsi que les personnes qui ont formulé des commentaires dans le cadre de l’étude du Comité.

Veuillez agréer, cher collègue, l’expression de nos sentiments les meilleurs.




Leona Aglukkaq C.P., députée
Ministre de l’Environnement, ministre
de l’Agence canadienne de
développement économique du
Nord et ministre du Conseil de
l’Arctique

Denis Lebel C.P., député
Ministre de l’Infrastructure, des
Collectivités et des Affaires
 intergouvernementales et ministre de
l’Agence de développement économique
du Canada pour les régions du Québec