Passer au contenu Début du contenu

FAAE Communiqué de presse de comité

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.


Comité permanent des affaires étrangères et du développement international
House of Commons / Chambre des communes
Standing Committee on Foreign Affairs and International Development

Pour publication immédiate


COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Le comité fait des recommandations en vue d'établir la politique du Canada envers l'Ukraine.

Ottawa, 20 juin 2012 -

Aujourd’hui, le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international de la Chambre des communes a déposé un rapport exhaustif intitulé, Primauté du droit, démocratie et prospérité en Ukraine : une perspective parlementaire canadienne. Le rapport fait huit recommandations en vue d’établir la politique du Canada à l’endroit de l’Ukraine.

Les événements qui sont survenus en Ukraine au cours des deux dernières années ont suscité la désapprobation de la communauté internationale relativement à la condamnation de l’ancienne première ministre Ioulia Tymochenko et d’autres personnalités de l’opposition à l’issue de procès à mobile apparemment politique. Ces cas très médiatisés s’inscrivent dans un cadre plus large d’enjeux liés à la primauté du droit en Ukraine que le Comité décrits dans le rapport et qui font obstacle au développement démocratique et au potentiel économique du pays.

Bien qu’elles ne soient pas nouvelles, ces critiques sont rendues encore plus impérieuses du fait que l’Ukraine tiendra, en octobre 2012, des élections législatives qui auront une incidence sur la situation politique du pays pour les prochaines années. Ces élections serviront de test décisif pour la trajectoire démocratique de l’Ukraine et influeront sur sa position au sein de l’Europe et dans ses relations avec des États démocratiques comme le Canada. Comme l'a déclaré le président du Comité, Dean Allison : « Compte tenu des solides liens historiques entre le Canada et l’Ukraine, les membres du Comité tenaient à ce que le gouvernement du Canada entendent la perspective des parlementaires de tous les partis avant de formuler sa politique à l’égard de l’Ukraine en cette période charnière. Il était également important que le gouvernement de l’Ukraine et ses citoyens sachent que les membres suivent les développements de très près et que le Comité soit exposé à la situation sur place avant de présenter ses recommandations au gouvernement du Canada. »

Le Comité a tenu ses premières audiences dans la foulée de la condamnation de Mme Tymochenko en octobre 2011 et à bénéficié de la perspective de groupes de Canadiens d’origine ukrainienne et de hauts fonctionnaires ministériels. Il a tenu d’autres audiences en mars 2012 au cours desquelles il entendu des politiciens ukrainiens, des experts régionaux et des représentants de la société civile ukrainienne.

Le point culminant des travaux du Comité fut la mission d’enquête qu’il a menée en Ukraine du 13 au 18 mai 2012. Une délégation multipartite a rencontré un large éventail de politiciens de l’opposition et du gouvernement, de représentants de la société civile, de médias indépendants, d’experts et d’autres acteurs. Bien qu’il ait tenu une série d’audiences dans la capitale, Kyiv, le Comité s’est aussi rendu à Kharkiv et Lviv où il a pu recueillir des renseignements cruciaux sur la dynamique régionale et les défis de l’Ukraine.

Selon le vice-président du Comité, Paul Dewar, « Le rétrécissement de l’espace démocratique en Ukraine signifie que toute aide à venir doit prioriser le développement de la société civile et la participation publique, la liberté de presse et l’indépendance de la magistrature. Ce sont là des composantes clés d’une société démocratique. Nous devons rechercher, cibler et aider les citoyens en Ukraine qui croient en l’avenir démocratique de leur pays ». Le vice-président Dominic LeBlanc fait sienne cette réflexion, et ajoute que « La cheville ouvrière de toute société prospère est la classe moyenne. Mais les enjeux mêmes qui influent sur l’environnement politique de l’Ukraine – la faiblesse de la primauté du droit et la corruption – font obstacle à la croissance des petites entreprises et aux investissements étrangers. Les Ukrainiens ne profiteront pas équitablement du potentiel économique considérable de leur pays tant que ces problèmes ne seront pas résolus. »

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Miriam Burke, Greffier(ère) du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international
Téléphone: 613-996-1540
Courriel: FAAE@parl.gc.ca