Passer au contenu Début du contenu

INAN Communiqué de presse de comité

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.


Comité permanent des affaires autochtones et du Nord
House of Commons / Chambre des communes
Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs

Pour publication immédiate


COMMUNIQUÉ DE PRESSE


LE COMITÉ PERMANENT DES AFFAIRES AUTOCHTONES ET DU NORD DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DÉPOSE SON RAPPORT SUR LE SUICIDE AU SEIN DES PEUPLES ET DES COMMUNAUTÉS AUTOCHTONES

Ottawa, 19 juin 2017 -

Aujourd’hui, MaryAnn Mihychuk, présidente du Comité permanent des affaires autochtones et du Nord, a présenté le neuvième rapport du Comité, consacré aux suicides dans les communautés autochtones. Le rapport, intitulé Point de rupture : la crise de suicides dans les communautés autochtones, fait état de la tragédie qu’est le suicide chez les Autochtones et souligne que l’incidence du suicide au sein des communautés autochtones est considérablement plus élevée que dans le reste de la population. Le but de cette étude était de cerner les causes profondes de ce phénomène inacceptable, et de proposer des solutions exhaustives aux problèmes que connaissent les peuples autochtones dans le domaine de la santé mentale.

Mme Mihychuk a déclaré : « Nous devons envoyer un message aux Autochtones du Canada, et plus particulièrement aux jeunes Autochtones, que leurs vies sont précieuses, qu’ils sont importants et qu’ils doivent s’accrocher à l’espoir. Nous comprenons qu’ils perdent espoir parce qu’ils ont des vies difficiles et qu’ils souffrent en raison de traumatismes intergénérationnels qui découlent des politiques injustes appliquées pendant des décennies. Nous devons travailler ensemble pour leur redonner espoir ».

De nombreux témoignages ont amené le Comité à conclure dans son rapport que le suicide et la santé mentale au sein des communautés autochtones sont influencés par toute une série de facteurs, dont l’exposition aux traumatismes intergénérationnels, un accès limité à un continuum de services de santé mentale, ainsi que les déterminants sociaux de la santé. L’ensemble de ces facteurs font augmenter le risque de détresse mentale au sein des populations autochtones.

Les 28 recommandations unanimes du rapport traitent des facteurs sociaux, économiques et culturels qui agissent sur l’état de santé et de bien-être des peuples autochtones. Elles tiennent compte de la complexité des troubles de santé mentale et du fait qu’il n’existe pas de solution unique au problème du suicide dans les communautés autochtones. Des solutions à long terme nécessiteront un effort concerté de la part des organisations autochtones, des gouvernements et des différents secteurs pour remédier aux conditions qui sont à l’origine de la détresse mentale. Par conséquent, ces recommandations témoignent du besoin de favoriser la résilience des communautés au moyen de diverses mesures, dont les suivantes :

  • Agir sur les déterminants sociaux de la santé en augmentant l’aide au logement, à l’éducation, aux infrastructures et au développement économique;
  • Améliorer l’accès au continuum des soins en santé mentale, de la prévention à la crise, puis à l’intervention et au suivi;
  • Appuyer les solutions pilotées par la communauté et l’autodétermination des peuples autochtones.

Ce rapport soulève d’importantes considérations pour les décideurs quant à l’adaptation culturelle des programmes et des services offerts (en santé, notamment), et insiste sur l’importance de transférer aux communautés le contrôle à l’égard des services locaux afin de prévenir efficacement les suicides.

Le rapport est consultable en ligne sur le site Web du Comité.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Grant McLaughlin, Greffier du Comité permanent des affaires autochtones et du Nord
Téléphone: 613-996-1173
Courriel: INAN@parl.gc.ca