Histoire, art et architecture Collection
O-444
peinture (portrait)
L'honorable James Allison Glen

O-444
peinture (portrait)
L'honorable James Allison Glen

Rechercher la collection
peinture (portrait) Gallerie de photos pour L'honorable James Allison Glen photo1
Spécifications
Artistes Kenneth Keith Forbes (artiste)
Date 1945
Signature K. FORBES
Inscriptions
HON. L'HON. JAMES ALLISON GLEN 1940-1945 K.C.,LL.D. C.R., LL.D.
Matériels peinture, huile
Support toile
Noms personnel James Allison Glen (Chambre des communes)
Dimensions (cm) 133.3 (Largeur)158.7 (Hauteur)
Fonctions Art

Portrait du Président James Allison Glen

L’expérience de James Allison Glen à la présidence n’a rien eu d’ordinaire. Cet avocat d’origine écossaise, qui a vécu au Manitoba, est devenu Président au début de la Deuxième Guerre mondiale, alors que de nombreuses questions de politique étaient décidées par le Comité de guerre du Cabinet plutôt que par la Chambre des communes. Les travaux de la Chambre étaient soumis à des restrictions draconiennes, allant de la censure du hansard aux séances secrètes. Cependant, il y avait également une meilleure collaboration entre les partis qu’à l’habitude, ce qui allégeait la charge du Président. James Allison Glen a quitté la présidence en 1945 pour se joindre au cabinet libéral. Il a pris sa retraite en 1948 et il est mort en 1950. Kenneth Forbes a peint son portrait vers 1945.

Kenneth Forbes

Né en 1892 à Toronto, Kenneth Forbes a d’abord étudié les arts auprès de son père, le portraitiste John Colin Forbes. Il a également étudié en Angleterre et en Écosse, puis s’est joint à un corps de mitrailleurs britanniques pendant la Première Guerre mondiale. Gazé et blessé, il a été mentionné à deux reprises dans les dépêches pour la bravoure dont il a fait preuve. En 1917, il est devenu peintre de guerre canadien, et son saisissant tableau L’artillerie canadienne en action est exposé en permanence au Musée canadien de la Guerre. S’opposant fermement à l’art moderne, Forbes a contribué à la création de l’Ontario Institute of Painters, qui s’inscrivait dans la voie traditionnelle.