Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
PDF

37e LÉGISLATURE, 1ère SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 79

TABLE DES MATIÈRES

Le lundi 17 septembre 2001




1100
V     Le
V         Le Président
V     Bureau de régie interne
V         Le Président

1105
V     Les Travaux de la Chambre
V         L'hon. Don Boudria (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le Président
V Initiatives ministérielles
V     L'attaque contre les États-Unis
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Le Président
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)

1110

1115

1120

1125
V         M. Stockwell Day (chef de l'opposition, Alliance canadienne)

1130

1135

1140

1145

1150

1155

1200
V         M. Gilles Duceppe (Laurier--Sainte-Marie, BQ)

1205
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)

1210

1215

1220
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC/RD)

1225

1230

1235

1240
V         L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.)

1245

1250
V         M. Bill Casey (Cumberland--Colchester, PC/RD)

1255
V         L'hon. John Manley
V         M. John Reynolds (West Vancouver--Sunshine Coast, Alliance canadienne)
V         L'hon. John Manley
V         L'hon. Lawrence MacAulay (Solliciteur général du Canada, Lib.)

1300

1305
V         M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ)
V         L'hon. Lawrence MacAulay

1310
V         M. Art Hanger (Calgary-Nord-Est, Alliance canadienne)
V         L'hon. Lawrence MacAulay
V         Le vice-président
V         M. Richard Harris
V         M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, Alliance canadienne)

1315

1320
V         M. Brent St. Denis (Algoma—Manitoulin, Lib.)
V         M. Brian Pallister

1325
V         M. Kevin Sorenson (Crowfoot, Alliance canadienne)

1330

1335
V         M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PC)
V         M. Kevin Sorenson

1340
V         L'hon. David Collenette (ministre des Transports, Lib.)

1345

1350
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD)

1355
V         L'hon. David Collenette
V         M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne)
V         Le vice-président
V         L'hon. David Collenette
V DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS
V     Le Terrorisme
V         M. Mac Harb (Ottawa-Centre, Lib.)

1400
V     Le Terrorisme
V         M. David Anderson (Cypress Hills—Grasslands, Alliance canadienne)
V     Le Terrorisme
V         M. David Pratt (Nepean—Carleton, Lib.)
V     Le Terrorisme
V         M. John Godfrey (Don Valley-Ouest, Lib.)
V     Le terrorisme
V         M. Walt Lastewka (St. Catharines, Lib.)
V     Les musulmans canadiens
V         M. Rahim Jaffer (Edmonton—Strathcona, Alliance canadienne)

1405
V     Le terrorisme
V         M. Robert Bertrand (Pontiac—Gatineau—Labelle, Lib.)
V     Le terrorisme
V         Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ)
V         Le Président
V     Le terrorisme
V         M. Clifford Lincoln (Lac-Saint-Louis, Lib.)
V     Le terrorisme
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne)

1410
V     Le terrorisme
V         L'hon. Susan Whelan (Essex, Lib.)
V     Le terrorisme
V         M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD)
V     Le terrorisme
V         Mme Monique Guay (Laurentides, BQ)
V     Le terrorisme
V         M. Jacques Saada (Brossard—La Prairie, Lib.)
V     Le terrorisme
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC/RD)

1415
V     Le terrorisme
V         M. Geoff Regan (Halifax-Ouest, Lib.)
V QUESTIONS ORALES
V     Le terrorisme
V         M. Stockwell Day (chef de l'opposition, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Stockwell Day (chef de l'opposition, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Stockwell Day (chef de l'opposition, Alliance canadienne)

1420
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Michel Gauthier (Roberval, BQ)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Michel Gauthier (Roberval, BQ)

1425
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC/RD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC/RD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Kevin Sorenson (Crowfoot, Alliance canadienne)

1430
V         L'hon. Lawrence MacAulay (Solliciteur général du Canada, Lib.)
V         M. Kevin Sorenson (Crowfoot, Alliance canadienne)
V         L'hon. Lawrence MacAulay (Solliciteur général du Canada, Lib.)
V         Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ)
V         L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V         Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ)
V         L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V     La défense nationale
V         M. Leon Benoit (Lakeland, Alliance canadienne)
V         L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Leon Benoit (Lakeland, Alliance canadienne)

1435
V         L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ)
V         L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V         M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ)
V         L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     Le terrorisme
V         M. Rahim Jaffer (Edmonton—Strathcona, Alliance canadienne)
V         L'hon. Martin Cauchon (ministre du Revenu national, Lib.)
V         M. Rahim Jaffer (Edmonton—Strathcona, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)

1440
V         Le Président
V         M. Stan Keyes (Hamilton-Ouest, Lib.)
V         L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V         M. Svend Robinson (Burnaby—Douglas, NPD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Svend Robinson (Burnaby—Douglas, NPD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Chuck Strahl (Fraser Valley, PC/RD)
V         L'hon. Don Boudria (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)

1445
V         Mme Elsie Wayne (Saint John, PC/RD)
V         L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     L'immigration
V         M. Paul Forseth (New Westminster—Coquitlam—Burnaby, Alliance canadienne)
V         L'hon. Elinor Caplan (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)
V         M. Paul Forseth (New Westminster—Coquitlam—Burnaby, Alliance canadienne)
V         L'hon. Elinor Caplan (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)
V     Les affaires étrangères
V         M. Stéphan Tremblay (Lac-Saint-Jean--Saguenay, BQ)
V         L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V         M. Stéphan Tremblay (Lac-Saint-Jean--Saguenay, BQ)
V         L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V     La sécurité aérienne
V         M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne)

1450
V         L'hon. David Collenette (ministre des Transports, Lib.)
V         M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne)
V         L'hon. David Collenette (ministre des Transports, Lib.)
V     La défense nationale
V         M. Dominic LeBlanc (Beauséjour—Petitcodiac, Lib.)
V         L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     Le terrorisme
V         M. Vic Toews (Provencher, Alliance canadienne)
V         L'hon. Anne McLellan (ministre de la Justice, Lib.)
V         M. Vic Toews (Provencher, Alliance canadienne)
V         L'hon. Anne McLellan (ministre de la Justice, Lib.)

1455
V         Mme Pierrette Venne (Saint-Bruno—Saint-Hubert, BQ ind.)
V         L'hon. Lawrence MacAulay (Solliciteur général du Canada, Lib.)
V         L'hon. Denis Paradis (Brome—Missisquoi, Lib.)
V         L'hon. Martin Cauchon (ministre du Revenu national et secrétaire d'État (Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec), Lib.)
V     L'économie
V         M. Scott Brison (Kings—Hants, PC/RD)
V         L'hon. Paul Martin (ministre des Finances, Lib.)
V     Le terrorisme
V         M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)

1500
V         L'hon. David Collenette (ministre des Transports, Lib.)
V         M. Randy White (Langley—Abbotsford, Alliance canadienne)
V         L'hon. Anne McLellan (ministre de la Justice, Lib.)
V         Le Président
V     Les travaux de la Chambre
V         L'hon. Don Boudria (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V Initiatives ministérielles
V     L'attaque contre les États-Unis
V         Mme Marlene Catterall (Ottawa-Ouest--Nepean, Lib.)
V         L'hon. Martin Cauchon (ministre du Revenu national et secrétaire d'État (Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec), Lib.)

1505

1510
V         M. Rahim Jaffer (Edmonton--Strathcona, Alliance canadienne)

1515
V         L'hon. Martin Cauchon
V         M. Robert Lanctôt (Châteauguay, BQ)

1520
V         L'hon. Martin Cauchon
V         M. Michel Gauthier (Roberval, BQ)

1525

1530
V         Mme Jean Augustine (Etobicoke--Lakeshore, Lib.)
V         M. Michel Gauthier
V         Mme Jean Augustine 
V         M. Michel Gauthier
V         M. Robert Lanctôt (Châteauguay, BQ)
V         M. Michel Gauthier

1535
V         Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ)

1540

1545
V         M. Sarkis Assadourian (Brampton-Centre, Lib.)
V         Mme Francine Lalonde
V         M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ)

1550
V         Mme Francine Lalonde
V         Le président suppléant (M. Bélair)
V         L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.)

1555

1600
V         M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne)
V         L'hon. Art Eggleton
V         M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ)

1605
V         L'hon. Art Eggleton
V         M. Reg Alcock (Winnipeg-Sud, Lib.)

1610
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne)

1615
V         M. Reg Alcock
V         M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PC/RD)
V         Le président suppléant (M. Bélair)
V         M. Reg Alcock
V     Les travaux de la Chambre
V         L'hon. Don Boudria (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le président suppléant (M. Bélair)

1620
V         M. Jay Hill
V         Le président suppléant (M. Bélair)
V     L'attaque contre les États-Unis
V         M. Leon Benoit (Lakeland, Alliance canadienne)

1625

1630
V         M. Peter Adams (Peterborough, Lib.)
V         M. Leon Benoit
V         M. Kevin Sorenson (Crowfoot, Alliance canadienne)

1635
V         M. Leon Benoit
V         M. Paul Forseth (New Westminster—Coquitlam—Burnaby, Alliance canadienne)

1640

1645
V         M. Alex Shepherd (Durham, Lib.)
V         M. Paul Forseth
V         M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD)

1650
V         M. Paul Forseth
V         M. Larry Bagnell (Yukon, Lib.)

1655

1700
V         Mme Betty Hinton (Kamloops, Thompson and Highland Valleys, Alliance canadienne)
V         M. Jay Hill (Prince George--Peace River, PC/RD)

1705
V         Le vice-président
V         Mme Judy Sgro (York-Ouest, Lib.)

1710

1715
V         Mme Elsie Wayne (Saint John, PC/RD)
V         Mme Judy Sgro
V         M. Brian Fitzpatrick (Prince Albert, Alliance canadienne)

1720
V         Mme Judy Sgro
V         M. Svend Robinson (Burnaby—Douglas, NPD)

1725

1730
V         M. Dan McTeague (Pickering—Ajax—Uxbridge, Lib.)
V         M. Svend Robinson

1735
V         M. Bill Blaikie (Winnipeg--Transcona, NPD)

1740

1745
V         M. Sarkis Assadourian (Brampton-Centre, Lib.)
V         M. Bill Blaikie
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne)

1750
V         M. Bill Blaikie
V         Le vice-président
V         M. Mac Harb (Ottawa-Centre, Lib.)

1755
V         Mme Libby Davies (Vancouver-Est, NPD)

1800
V         M. Mac Harb
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne)
V         M. Mac Harb
V         L'hon. Andy Scott (Fredericton, Lib.)

1805

1810
V         M. Gurbax Malhi (Bramalea--Gore--Malton--Springdale, Lib.)
V         L'hon. Andy Scott
V         M. Chuck Strahl (Fraser Valley, PC/RD)

1815

1820
V         M. Peter Adams (Peterborough, Lib.)

1825
V         M. Chuck Strahl
V     Les travaux de la Chambre
V         Mme Marlene Catterall (Ottawa-Ouest--Nepean, Lib.)
V         Le vice-président
V     L'attaque contre les États-Unis
V         M. Bill Casey (Cumberland--Colchester, PC/RD)

1830

1835

1840
V         M. Joe Jordan (Leeds--Grenville, Lib.)
V         M. Bill Casey
V         Mme Jean Augustine (Etobicoke--Lakeshore, Lib.)

1845
V         M. Bill Casey
V         M. Yvon Charbonneau (Anjou—Rivière-des-Prairies, Lib.)

1850

1855
V         M. Paul Crête (Kamouraska--Rivière-du-Loup--Témiscouata--Les Basques, BQ)
V         M. Yvon Charbonneau

1900
V         M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne)
V         Le vice-président
V         M. Yvon Charbonneau

1905
V         M. Stephen Owen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)

1910
V         M. John Herron (Fundy—Royal, PC/RD)

1915
V         M. Stephen Owen
V         M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne)
V         M. Stephen Owen

1920
V         M. Rahim Jaffer (Edmonton--Strathcona, Alliance canadienne)

1925

1930
V         L'hon. Wayne Easter (Malpeque, Lib.)
V         M. Rahim Jaffer
V         M. Réal Ménard (Hochelaga—Maisonneuve, BQ)
V         M. Rahim Jaffer

1935
V         M. Preston Manning (Calgary-Sud-Ouest, Alliance canadienne)

1940
V         M. Paul Szabo (secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. Preston Manning

1945
V         L'hon. Lorne Nystrom (Regina—Qu'Appelle, NPD)
V         M. Preston Manning
V         Mme Albina Guarnieri (Mississauga-Est, Lib.)

1950

1955
V         M. Gerald Keddy (South Shore, PC/RD)
V         Le président suppléant (M. Bélair)
V         Mme Albina Guarnieri

2000
V         M. Gerald Keddy (South Shore, PC/RD)
V         Mme Albina Guarnieri (Mississauga-Est, Lib.)
V         M. Paul Szabo (secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)

2005

2010
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD)
V         M. Paul Szabo

2015
V         M. James Moore (Port Moody--Coquitlam--Port Coquitlam, Alliance canadienne)

2020

2025
V         M. Paul Harold Macklin (Northumberland, Lib.)
V         M. James Moore
V         Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD)

2030
V         M. James Moore
V         Le président suppléant (M. Bélair)
V         M. Randy White (Langley--Abbotsford, Alliance canadienne)

2035

2040
V         Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD)
V         M. Randy White

2045
V         M. Steve Mahoney (Mississauga-Ouest, Lib.)
V         M. Randy White
V         L'hon. Charles Caccia (Davenport, Lib.)

2050

2055
V         M. James Lunney (Nanaimo—Alberni, Alliance canadienne)
V         L'hon. Charles Caccia

2100
V         M. Steve Mahoney (Mississauga-Ouest, Lib.)

2105

2110
V         M. Rick Casson (Lethbridge, Alliance canadienne)
V         M. Steve Mahoney
V         M. Grant McNally (Dewdney—Alouette, PC/RD)

2115
V         M. Steve Mahoney
V         M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ)

2120

2125
V         M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne)
V         M. Claude Bachand

2130
V         M. Grant McNally (Dewdney--Alouette, PC/RD)
V         M. Claude Bachand
V         Mme Madeleine Dalphond-Guiral (Laval-Centre, BQ)

2135

2140
V         M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne)
V         Mme Madeleine Dalphond-Guiral

2145
V         Mme Deborah Grey (Edmonton-Nord, PC/RD)
V         Le Président
V         Mme Madeleine Dalphond-Guiral
V         M. John Harvard (Charleswood St. James--Assiniboia, Lib.)

2150

2155
V         M. Peter Stoffer (Sackville--Musquodoboit Valley--Eastern Shore, NPD)

2200
V         M. John Harvard
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne)
V         M. John Harvard

2205
V         M. Wayne Easter (Malpeque, Lib.)

2210
V         M. Darrel Stinson (Okanagan—Shuswap, Alliance canadienne)
V         M. Wayne Easter

2215
V         Mme Deborah Grey (Edmonton-Nord, PC/RD)
V         M. Wayne Easter
V         M. Vic Toews (Provencher, Alliance canadienne)
V         Le Président

2220
V         M. Wayne Easter
V         Le Président
V         M. Vic Toews

2225

2230
V         M. Peter Stoffer (Sackville--Musquodoboit Valley--Eastern Shore, NPD)
V         M. Vic Toews
V         M. Bill Graham (Toronto-Centre--Rosedale, Lib.)

2235
V         M. Vic Toews
V         M. Peter Goldring (Edmonton-Centre-Est, Alliance canadienne)

2240

2245
V         Mme Deborah Grey (Edmonton-Nord, PC/RD)
V         M. Peter Goldring
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne)

2250
V         M. Peter Goldring
V         M. Bill Graham (Toronto-Centre--Rosedale, Lib.)

2255

2300
V         M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne)
V         M. Bill Graham

2305
V         M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PC/RD)
V         Le Président
V         M. Peter MacKay
V         M. Bill Graham
V         M. David Pratt (Nepean--Carleton, Lib.)

2310

2315

2320
V         Mme Deborah Grey (Edmonton-Nord, PC/RD)
V         M. David Pratt

2325
V         M. Réal Ménard (Hochelaga—Maisonneuve, BQ)

2330

2335
V         M. Bob Speller (Haldimand--Norfolk--Brant, Lib.)
V         M. Réal Ménard
V         M. Grant McNally (Dewdney--Alouette, PC/RD)

2340
V         M. Réal Ménard
V         M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ)

2345

2350
V         Mme Paddy Torsney (Burlington, Lib.)
V         M. Paul Crête

2355
V         M. Gurmant Grewal (Surrey-Centre, Alliance canadienne)
V         Le Président
V         Le Président






CANADA

Débats de la Chambre des communes


VOLUME 137 
NUMÉRO 79 
1ère SESSION 
37e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le lundi 17 septembre 2001

Présidence de l'honorable Peter Milliken

    La séance est ouverte à 11 heures.


Prière


*   *   *

  +(1100)  

[Traduction]

+Le

+

    Le Président: J'aimerais informer la Chambre que suite à l'intervention du gouvernement, conformément à l'article 55(1) du Règlement, j'ai demandé la publication d'un Feuilleton spécial donnant avis d'une motion proposée par le gouvernement. Je dépose maintenant le document en question.

*   *   *

[Français]

+-Bureau de régie interne

+-

    Le Président: J'ai l'honneur d'informer la Chambre que M. Pierre Brien, député de la circonscription électorale de Témiscamingue, a été nommé membre du Bureau de régie interne, en remplacement de M. Stéphane Bergeron, député de la circonscription électorale de Verchères--Les-Patriotes.

*   *   *

  +-(1105)  

[Traduction]

+-Les Travaux de la Chambre

[Travaux de la Chambre]
+-

    L'hon. Don Boudria (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, suite à la consultation des leaders des différents partis à la Chambre, je demande le consentement unanime de la Chambre à l'égard de la motion que voici. Je propose:

    Que, nonobstant tout article du Règlement ou toute pratique habituelle, la Chambre passe directement à l’étude des Ordres émanant du gouvernement maintenant et immédiatement après la fin des questions orales aujourd’hui;

    Qu’à la fin de la séance aujourd’hui, la motion inscrite au nom du Premier ministre comme Affaire émanant du gouvernement no 10, aux Ordres émanant du gouvernement, soit réputée adoptée telle qu’imprimée au Feuilleton;

    Que le Président transmette au Congrès des États-Unis d’Amérique le texte de cette motion ainsi que les noms de tous les députés de la Chambre des communes.

+-

    Le Président: Le leader du gouvernement à la Chambre a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour proposer la motion?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)


+Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Traduction]

+-L'attaque contre les États-Unis

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.) propose:

    Que la Chambre exprime son émoi et sa consternation face aux attaques insensées et odieuses dont les États-Unis ont été la cible le 11 septembre 2001;

qu'elle offre ses plus profondes condoléances aux familles des victimes et au peuple américain tout entier;

qu'elle réitère sa détermination à défendre la liberté et la démocratie, à traduire en justice ceux dont les actions témoignent de leur mépris pour ces valeurs fondamentales, ainsi qu'à défendre le monde civilisé contre toute nouvelle attaque terroriste.

+-

    Le Président: Compte tenu du libellé de la motion, je suggère à la Chambre d'observer un moment de silence.

    [Note de la rédaction: La Chambre observe un moment de silence.]

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Je tiens à remercier les chefs de tous les partis qui siègent à la Chambre des communes, de même que l’ensemble des députés, d’avoir collaboré à l’organisation de ce débat historique.

    Nous avons vécu des journées tristes et éprouvantes depuis que la nouvelle des événements tragiques de New York et Washington nous est parvenue. Des journées qui nous ont donné la certitude que les sociétés civilisées de ce monde ont le devoir solennel de condamner d’une seule voix le fléau qu’est le terrorisme.

    Étant donné l’urgence de la situation, les Canadiens seront heureux de constater que leurs représentants élus ont décidé, en toute solidarité, de placer ce débat en tête de notre ordre du jour parlementaire. J’accueillerai avec plaisir les points de vue des députés au sujet du rôle que le Canada devrait jouer dans la préparation d’une riposte internationale à la fois ferme et juste contre cette menace mondiale sans précédent.

    Il existe de ces rares occasions où le temps semble s’arrêter. Où le monde entier est paralysé par un événement particulier. Il existe aussi des occasions terribles où la noirceur de l’âme humaine échappe aux contraintes de la civilisation et se révèle dans toute son horreur à un monde stupéfait.Le mardi 11 septembre 2001, le temps s’est arrêté. Et ce jour restera à jamais gravé dans nos mémoires.

    À la vue de ces scènes de destruction, j’ai adressé mes premières pensées et mes premiers mots aux victimes et au peuple américain. Mais il n’existe pas de mots, dans aucune langue, qui puissent rendre un hommage plus puissant, ni plus éloquent, que celui qu’ont rendu vendredi dernier, en silence, les 100 000 Canadiens rassemblés à quelques mètres d’ici à l’occasion de la Journée de deuil national.J’étais fier d’être du nombre. Et j’étais fier des Canadiens rassemblés partout au pays pour des cérémonies semblables.C’était une mer de tristesse et de compassion qui voulait porter ceux qui ont perdu des amis et des proches: des Américains, des Canadiens et des citoyens d’un grand nombre de pays. Mais c’était surtout une manifestation de solidarité envers notre plus proche ami et partenaire: les États-Unis d’Amérique.

    Comme toujours, cette situation d’urgence a fait ressortir les plus belles qualités de notre peuple. Des réunions de prière et des vigiles aux légions qui ont fait la queue pour donner du sang. D’une vague de dons de la part d’individus et d’entreprises à la patience devant les retards et les dérangements. Nous avons tous été émus de voir les Canadiens ouvrir leurs coeurs et leurs foyers aux milliers de voyageurs aériens déconcertés, inquiets et en mal de destination.

    Quand j’ai parlé au président Bush la semaine dernière, il m’a demandé de remercier le peuple canadien. Et j’inviterais tous les députés à transmettre son message dans leur circonscription.

  +-(1110)  

    Le président Bush a aussi souligné que ses propres collaborateurs lui ont parlé à maintes reprises de la collaboration et de l’aide exceptionnelle qu’ils recevaient des organismes et des ministères du gouvernement du Canada. Autant en réponse à l’urgence immédiate de l’attaque que dans le cadre de l’enquête qui permettra de traduire en justice les responsables de ce crime contre l’humanité.

  +-(1115)  

[Français]

    Je suis fier de la vitesse et de la coordination qui ont caractérisé notre réaction. Nous avons évalué les secours d'urgence nécessaires. Nous les avons déployés de manière à pouvoir les fournir rapidement et efficacement sur demande. Nous avons veillé à la sécurité des voyageurs en détresse. Nous avons pris des mesures pour protéger les Canadiens. Nous avons fourni des renseignements aux enquêteurs. Nous avons répondu aux demandes de renseignements concernant des êtres chers.

    Les ministres responsables renseigneront la Chambre en détail sur les mesures prises par leurs ministères au nom des Canadiens. Pour ma part, je tiens à exprimer ma reconnaissance à nos fonctionnaires pour les efforts qu'ils ont déployés sans relâche.

    La Chambre doit aussi se pencher sur la menace que pose le terrorisme pour tous les peuples civilisés et sur le rôle que le Canada doit jouer pour l'anéantir. Les enjeux sont grands. Pour les comprendre, il suffit de penser au symbolisme des tours du World Trade Center. Selon l'architecte qui les a conçues, les tours étaient, et je cite:

la représentation de notre foi dans l'humanité, de notre besoin de dignité individuelle, de notre foi dans la coopération--et à travers la coopération-- dans notre capacité de grandeur.

    Soyons clairs. Cette attaque ne visait pas seulement les États-Unis. Les tueurs ont agi de sang-froid et porté un coup aux valeurs et aux convictions des peuples libres et civilisés de la terre entière. Le monde a subi une attaque. Le monde doit riposter. Et le Canada--un pays fondé sur un idéal de liberté, de justice et de tolérance--participera à cette riposte car nous sommes en guerre contre le terrorisme.

    Les terroristes ne sont pas fixés dans un seul pays. Le terrorisme est une menace à l'échelle du globe. Les auteurs de ces actes ont démontré qu'ils peuvent se déplacer facilement d'un pays à l'autre, d'un endroit à l'autre. Qu'ils savent exploiter la liberté et l'ouverture des victimes auxquelles ils veulent s'attaquer. La même liberté et la même ouverture que nous chérissons tous et que nous protégerons. Ils acceptent et même souhaitent de trouver la mort en commettant leurs crimes et d'utiliser d'innocents civils comme boucliers et comme instruments.

    Nous devons nous préparer et préparer les Canadiens à une longue lutte. Une lutte sans réponses faciles. Une lutte où il faudra absolument faire preuve de patience et de sagesse.

[Traduction]

    Il ne faut pas se leurrer quant à la nature de la menace qui pèse sur nous. Il ne faut pas croire que la victoire sera simple ou facile. Qu’il suffira de porter un grand coup. Il nous faut agir en fonction de résultats à long terme plutôt qu’en fonction d’une satisfaction immédiate.

    Nos actions seront commandées par la détermination et non par la peur.S’il nous faut changer nos lois, nous le ferons. Si nous devons accroître les mesures de sécurité pour protéger les Canadiens, nous le ferons aussi. Nous allons demeurer vigilants.Mais nous ne céderons pas à la tentation de resserrer rapidement la sécurité au prix des valeurs qui nous tiennent à coeur et qui ont fait du Canada un flambeau de l’espoir, de la liberté et de la tolérance dans le monde.

    Nous ne nous laisserons pas bousculer dans l’espoir--assurément voué à l’échec--de faire du Canada une forteresse contre le monde.

    Enfin, je voudrais faire ressortir un dernier point très, très important.L’immigration est au coeur de l’expérience et de l’identité canadiennes. Nous avons accueilli des gens de partout dans le monde. Des gens de toutes origines, de toutes couleurs et de toutes religions. Notre pays est ainsi fait. Soyons donc clairs. Le Canada ne laissera personne le contraindre à sacrifier ses valeurs et ses traditions sous prétexte qu’il faut agir d’urgence.

    Nous continuerons à accueillir des gens de partout dans le monde. Nous continuerons à offrir un havre à ceux qui sont persécutés.Je le répète, personne n’y mettra fin!

    J’ai été attristé par le fait que les attaques terroristes de mardi dernier aient provoqué des manifestations contre des Canadiens de religion musulmane et d’autres minorités du Canada. C’est tout à fait inacceptable. C’est une victoire pour les terroristes quand ils réussissent à exporter leur haine.

  +-(1120)  

    Les auteurs de ces actes d’horreur ne représentent aucune communauté et aucune religion. Ils sont les apôtres du mal et rien d’autre.Comme je l’ai dit, c’est contre le terrorisme que nous luttons et non contre une communauté ou une religion. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons réaffirmer les valeurs fondamentales de notre Charte des droits et libertés: l’égalité de toutes les races, de toutes les couleurs, de toutes les religions et de toutes les origines ethniques.

    Nous sommes tous des Canadiens.Nous sommes un peuple juste et généreux. Quand nous voyons les images déchirantes d’épouses et de pères, de soeurs et de frères--dont un grand nombre de Canadiens--qui errent dans les rues de New York à la recherche de proches disparus, nous savons ce que le devoir nous commande de faire.

    Nous n’avons jamais assisté passivement au combat pour la justice dans le monde. Nous ferons front avec les Américains. Ce sont nos voisins, nos amis, des membres de notre famille. Et nous ferons front avec nos alliés. Nous ferons le nécessaire pour vaincre le terrorisme.

    Laissons-nous cependant guider dans l’action par la sagesse et la persévérance, par nos valeurs et par notre mode de vie.Et tant que durera la lutte, ne perdons jamais de vue qui nous sommes et ce que nous représentons.

    Vive le Canada!

  +-(1125)  

+-

    M. Stockwell Day (chef de l'opposition, Alliance canadienne): Monsieur le Président, à peine six jours se sont écoulés depuis le matin du 11 septembre 2001, nouvelle date qui restera, nous le savons tous, tristement célèbre dans l'histoire de l'humanité. Ce jour-là, en quelques heures atroces, le monde a changé à jamais.

    Nous nous rappellerons toujours où nous étions lorsque nous avons entendu que des avions avaient percuté le World Trade Center et le Pentagone, mais pour beaucoup de gens, y compris des centaines de Canadiens, ce terrible moment ne prendra jamais fin. Il y aura toujours une fille ou un fils, un mari ou une épouse, une mère ou un père qui manqueront à l'appel.

    C'est avant tout aux victimes de ces actes barbares, à leurs familles et à leurs proches que nous devons penser et c'est pour ces gens surtout que nous devons prier. Il faut que ces familles sachent, que ces gens qui ont subi ces pertes soient certains que nous sommes avec eux, que le Parlement et tout le Canada sont avec eux.

    Les terribles attaques de la semaine dernière à New York, Washington et en Pennsylvanie ont ébranlé tous les citoyens du monde civilisé. Ces détournements massifs d'avions et ces attaques suicides étaient plus qu'un simple crime; il s'agissait d'actes barbares de guerre. Ils visaient directement le coeur de notre société. Je dis société, car ces attaques n'étaient pas simplement destinées à New York ni même aux États-Unis. Elles ciblaient tous les gens du monde qui croient dans la démocratie et la liberté. Elles visaient à s'en prendre à tout ce à quoi nous tenons au Canada également.

    Nos premières pensées doivent aller à ceux qui ont perdu la vie dans cette attaque horrible et à leurs familles en deuil. Je veux parler des passagers et des équipages de ces avions, des hommes et des femmes travaillant dans les tours de bureaux visées, des piétons qui se trouvaient au bas de ces tours, des courageux pompiers et policiers qui se sont précipités sur les lieux du drame et ont ainsi perdu la vie. Nos pensées sont pour ces braves âmes. Ces gens sont morts parce qu'ils vivaient dans la liberté, dans cette liberté qui a été la cible de ces attaques.

    Le lendemain même de ces terribles attaques à New York, les New Yorkais sont retournés au travail malgré leur grande douleur. Beaucoup ont rouvert leur commerce, dont certains étaient recouverts de cendre, et malgré leur douleur morale ils ont gardé la tête haute et ils ont dit au monde entier qui les regardait qu'ils étaient secoués mais pas abattus.

    Faisons front avec eux dans cet esprit pour contenir les forces de la terreur et de la tyrannie et veiller à ce que les portes de la liberté et de la paix demeurent ouvertes.

    Nous compatissons avec nos courageux voisins des États-Unis, grand rempart de l'espoir et de la liberté dans le monde, nos plus formidables alliés et nos plus grands amis. Quand le Canada en a eu besoin dans le passé, les États-Unis se sont portés à son aide. Lorsque l'univers en a eu besoin dans le passé, les États-Unis sont intervenus. Au côté des Canadiens, les courageux Américains ont franchi l'Atlantique et le Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale et mis un frein à la tyrannie. Dans la période de paix qui a suivi, leur courage résolu n'a cédé le pas qu'à leur amitié.

    Aujourd'hui plus que jamais, le Canada et les Canadiens doivent appuyer leurs grands amis et alliés.

    Je tiens à remercier le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères pour leurs propos empreints de solidarité à l'endroit des États-Unis. En cette période de crise, il est important que les députés de tous les partis fassent front commun. C'est ce que je ferai. D'autres emboîteront le pas.

    Aujourd'hui, je sais que chacun des députés de chaque parti dirait sans hésiter qu'il est un Canadien, un allié, un ami et non uniquement un député d'un parti donné.

    Le premier ministre peut compter sur mon plein soutien au moment où nous épaulons les États-Unis.

  +-(1130)  

    Je tiens aussi à rendre hommage aux milliers de Canadiens, des agents de la GRC et des Douanes, aux membres du personnel des aéroports, pompiers, médecins, infirmières et infirmiers ainsi qu'aux citoyens ayant fait don de leur sang et réagi avec tant de compassion et de souci en cette crise. Ils ont montré que les Canadiens épauleront les États-Unis, nos plus grands amis et alliés, au moment où ils en ont besoin.

    Au nom des Canadiens, le premier ministre a proclamé vendredi dernier une journée nationale de deuil. Nous avons beaucoup apprécié cette occasion d'exprimer notre douleur ainsi que notre appui indéfectible à l'endroit de nos voisins américains et des Canadiens qui ont perdu des êtres chers. C'est le message qu'ont envoyé les Canadiens dans le cadre d'un grand témoignage de solidarité et de soutien à l'occasion de cérémonies qui se sont déroulées vendredi dernier sur la colline du Parlement et en d'autres endroits au pays. Dans ce contexte de chagrin et de douleur, un seul élément manquait, soit le rappel de notre créateur, car dans les prochains jours, ce n'est qu'avec sa sagesse, sa grâce et sa compréhension divines que nous vaincrons.

    Tout en nous joignant à la population des États-Unis et, en particulier, aux familles des victimes pour nous rappeler des personnes décédées, consacrons-nous maintenant à protéger les vivants. Les événements du 11 septembre n'ont pas été que tragiques, comme ce serait le cas d'un accident ferroviaire ou d'un tremblement de terre. Comme le premier ministre l'a dit, ils sont le reflet du mal. Nous devons veiller à ce que ce genre de mal ne l'emporte pas.

    Le président Bush a, à juste titre, qualifié cette lutte de première guerre du XXIe siècle. Ne vous y trompez pas. La guerre contre le terrorisme n'est pas simplement l'équivalent moral d'une guerre contre la drogue ou la pauvreté. C'est une guerre véritable qui ne peut être gagnée, comme l'a dit sir Winston Churchill d'une autre guerre interminable, que dans le sang, les larmes et la sueur. En invoquant l'article 5 de la charte de l'OTAN, le Canada s'est joint à nos alliés et a déclaré que cette attaque contre les États-Unis est une attaque contre nous-mêmes; c'est là la première déclaration du genre depuis la naissance de l'OTAN il y a 50 ans.

    Il ne s'agit pas d'une lutte purement américaine, car l'action des terroristes ne vise pas seulement l'Amérique et elle n'est pas menée uniquement en Amérique. Elle se déploie dans le monde entier, y compris ici, au Canada. L'attentat suicide contre le World Trade Center est aussi une attaque contre le Canada. Les terroristes ont déclaré la guerre à l'ensemble du monde libre, et l'ensemble du monde libre doit déclarer la guerre au terrorisme.

    Il ne s'agit pas d'une guerre contre des fantômes, mais contre des êtres bien réels. Oussama ben Laden a été identifié publiquement comme le principal suspect derrière ces attentats meurtriers. Il a été accueilli, sinon aidé et soutenu—l'avenir le dira—par le régime taliban d'Afghanistan. Le monde libre doit dire à tous les États que, quelle que soit leur idéologie, le fait d'appuyer ou de pardonner les actions terroristes contre des civils ne sera jamais toléré.

    Quoi qu'il en soit, alors que le mouvement Al-Qaida de ben Laden ou d'autres groupes radicaux du Moyen-Orient sont peut-être les auteurs de ces actes odieux, nous savons que la grande majorité des Arabes et des musulmans du Canada et du monde entier déplorent et condamnent ces attaques aussi farouchement que nous.

    J'ai discuté de la question avec mon collègue, le député d'Edmonton--Strathcona qui, sauf erreur, est le seul musulman à siéger à la Chambre des communes. Il a souligné la charge émotive de la question au sein de la communauté musulmane canadienne en cette période difficile. Le véritable sens de l'Islam est la soumission à Dieu. La religion de Salaam, ou de paix, est diamétralement opposée à ce genre d'actes inspirés du mal. La paix et la fraternité, qui font partie des croyances musulmanes, sont des éléments qui contribuent à renforcer nos communautés canadiennes et alimentent l'esprit de compassion qui les anime. En ces heures éprouvantes, tendons tout particulièrement la main à nos amis et voisins arabes et musulmans pacifiques qui vivent parmi nous et évitons de nous en prendre aux personnes innocentes, au moment où nous cherchons à amener les coupables devant la justice.

  +-(1135)  

[Français]

    Les véritables enseignements de l'Islam sont diamétralement opposés aux interprétations faites par les terroristes. Aussi, j'invite la population à tendre la main à nos amis arabes et musulmans ici, au Canada, et à rejeter toute forme de discrimination contre tous les individus innocents.

    Ne laissons pas quelques extrémistes et barbares entacher toute une communauté ou une religion. La justice doit être faite, certes, mais contre ceux qui sont coupables.

[Traduction]

    Les Canadiens ne sont pas des gens belliqueux. Nous sommes reconnaissants de jouir depuis longtemps de la paix. Quand ils pensent à leur rôle dans le monde, les Canadiens se voient davantage comme des gardiens de la paix que comme des guerriers.

    Certains de nos concitoyens commencent déjà à dire qu'il est exagéré et irresponsable de parler de guerre et qu'il faut plutôt nous attaquer aux causes profondes du terrorrisme. C'est vrai, nous devons nous attaquer aux causes profondes du mal, mais ce serait une grave erreur que de prétendre que les terrorristes sont la cause première du terrorrisme. La haine qui pousse les terrorristes à massacrer des innocents est irrationnelle et n'est pas négociable.

    Les demi-mesures n'ont pas leur place face à des actes de barbarie. Il faut poser des gestes clairs. L'heure n'est pas à l'ambiguïté morale, mais à la clarté morale. Les Canadiens, qui vivent dans un pays paisible, n'ont pas recherché ce conflit, mais nous aurions beau nous dire que nous ne sommes pas visés, que nous ne sommes pas concernés et que cette guerre n'est pas la nôtre, il n'en demeure pas moins que nous ne pouvons pas l'éviter. Comme je le disais la semaine dernière, il n'y a pas d'arrière-garde dans la lutte contre le terrorrisme, il n'y a qu'une avant-garde, et que nous le voulions ou non le Canada se trouve en première ligne. Je rappelle ici ce que disait le premier ministre Blair:

    Les gens de toutes croyances et de toutes convictions politiques démocratiques sont liés par une cause commune: identifier cette machine de terreur et la démanteler le plus rapidement possible.

    Durant la Première Guerre mondiale, le Canada, qui ne comptait que quelque 8 millions d'habitants, a envoyé 625 000 de ses citoyens se battre. Durant la Seconde Guerre mondiale, notre pays a encore une fois déployé un effort énorme, compte tenu de sa population. Durant la guerre de Corée et la guerre du Golfe, le Canada a prouvé une fois de plus qu'il était prêt. Nous nous sommes joints à nos alliés et avons fait notre part. Dans bien des cas, nous avons chèrement payé notre contribution.

    La situation actuelle n'est pas différente. La guerre contre le terrorrisme nous imposera des sacrifices réels et de nouvelles priorités. Le moment est venu de répondre à une question difficile et de nous demander si le Canada est prêt à s'engager dans cette nouvelle lutte. Le Canada est une société libre et démocratique. C'est précisément parce que nous sommes une société libre et démocratique et tenons à protéger notre mode de vie que nous ne pouvons pas nous soustraire à la terrible responsabilité que constitue notre participation à la guerre contre le terrorrisme.

    Le système démocratique dans lequel nous avons la chance de vivre est inspiré du système parlementaire de Westminster. Conformément au système de gouvernement démocratique qui est le nôtre, il incombe au chef de la loyale opposition de Sa Majesté de poser des questions difficiles et parfois ardues et de proposer des solutions de rechange au gouvernement.

    Comme moi, les députés de l'Alliance canadienne et les autres députés de l'opposition poseront des questions importantes pour savoir si le Canada est suffisamment préparé pour relever le défi qui nous est imposé. Depuis des années déjà, l'opposition officielle soulève systématiquement des questions concernant la sécurité de nos frontières, la fiabilité du système d'identification des réfugiés et la nécessité d'accroître les ressources militaires et les ressources dans le domaine de la sécurité et du renseignement. Nous avons attiré l'attention sur l'activité des terrorristes au Canada. Malheureusement, le gouvernement n'a pas toujours adéquatement tenu compte de ces préoccupations. Quoi qu'il en soit, le monde a changé depuis le 11 septembre 2001 et ce qui constituait un sujet important et parfois négligé avant cette date représente aujourd'hui un impératif moral absolu.

    Les questions liées à la sécurité nationale doivent maintenant constituer la priorité absolue du Parlement et du gouvernement du Canada.

  +-(1140)  

[Français]

    Aujourd'hui, l'opposition officielle ne veut pas refaire le passé, parler des vieilles erreurs du gouvernement, mais bien plutôt proposer des solutions concrètes et constructives pour l'avenir.

[Traduction]

    L'opposition officielle ne veut pas jeter un blâme. Elle veut régler le problème.

[Français]

    J'aimerais proposer aujourd'hui trois changements importants, afin de mieux outiller le gouvernement canadien à entreprendre sa guerre contre le terrorisme.

    Premièrement, nous devons nous doter de législations antiterroristes.

    Deuxièmement, nous devons nous assurer d'avoir des frontières et des aéroports sécuritaires en nous protégeant contre les professionnels du terrorisme.

    Troisièmement, nous devons donner à notre armée, notre police et notre Service du renseignement de sécurité les ressources dont ils ont besoin pour s'engager dans ce combat et leur donner clairement un mandat d'agir.

[Traduction]

    Si, dans certains de ces domaines, le Canada était mal préparé avant le 11 septembre, la question qui se pose maintenant est de savoir comment réagir adéquatement alors que nous savons qu'il sera impossible d'éviter cet affrontement.

    En 1996, après l'attentat à la bombe à Oklahoma City, les États-Unis ont adopté une loi antiterroriste fort complète, la Loi sur l'antiterrorisme et la peine de mort, signée par le président Clinton. Au Canada, le Groupe de la politique en matière de renseignement, un organisme interministériel, a analysé la loi américaine, mais a conclu «qu'il était impossible d'établir la nécessité d'un tel plan ou même sa possible efficacité».

    En 2000, le Royaume-Uni, qui avait déjà une loi antiterroriste assez rigoureuse pour réagir à la menace de l'Armée républicaine irlandaise, a adopté une nouvelle loi d'application encore plus générale pour combattre le terrorisme international sur son territoire.

    L'opposition officielle a cité en exemple la loi britannique de 2000 sur le terrorisme comme modèle de mesure législative qui devrait être adoptée au Canada pour contrer la menace des groupes terroristes opérant à l'intérieur de nos frontières.

    Les deux lois antiterroristes, celle des États-Unis de 1996 et celle du Royaume-Uni de 2000, comportaient des mesures concrètes visant à désigner et à mettre hors-la-loi certaines organisations terroristes spécifiques agissant dans ces pays et à interdire toute collecte de fonds ou autres activités de soutien effectuées en leur nom.

    Pourtant, au Canada, le gouvernement a évité de désigner et d'interdire certaines organisations terroristes spécifiques et leurs groupes de façade. Il s'agit-là d'une mesure qui ne peut plus être reportée.

    Le Canada a participé à la rédaction de la convention internationale des Nations Unies pour la suppression du financement du terrorisme et l'a signée. Cette convention demande l'interdiction totale de toutes formes de collecte de fonds pour les organisations terroristes. Malheureusement, le Canada ne l'a pas ratifiée et n'a pas encore déposé un projet de loi pour sa mise en oeuvre.

    Le projet de loi C-16, qui permet au gouvernement de retirer leur statut d'organisme caritatif aux groupes qui collectent des fonds pour le terrorisme, est une première tentative en ce sens, mais il est loin d'interdire totalement ce genre de collecte de fonds.

[Français]

    Le projet de loi C-16, présentement débattu en ce Parlement, permettrait de dépouiller de leur statut d'organismes sans but lucratif certains groupes qui financent le terrorisme.

    C'est certes une bonne étape, mais on est encore bien loin d'une vraie loi antiterroriste qui bannirait le financement du terrorisme au Canada et éliminerait la présence de ces groupes sur notre territoire.

[Traduction]

    On sait que des groupes terroristes tels que les Babbar Khalsa, les Tigres de libération de l'Eelam tamoul, le Parti des travailleurs du Kurdistan et l'Armée républicaine irlandaise ont recueilli des sommes importantes au Canada et qu'ils continuent à le faire. En 1998, le SCRS faisait état de la présence au Canada de quelque 50 groupes terroristes. Cette même année, le directeur du SCRS, Ward Elcock, témoignant devant un comité sénatorial, avait dit ceci:

    La liste suivante n'est que partielle, mais des individus et des groupes ont été associés, directement ou indirectement, à l'attentat du World Trade Center perpétré en 1993, à des attentats suicide en Israël, à des assassinats en Inde, aux meurtres de touristes en Égypte, à l'attentat contre les tours Al Khobar en Arabie saoudite et à la campagne d'attentats à la bombe de l'IRA provisoire.

    Il avait ajouté que nous ne pouvions pas devenir, pour cause d'inaction ou autre, ce qui pourrait être appelé un État commanditaire officieux du terrorisme. Nous ne pouvons permettre que cela arrive.

    Il ne suffit pas de donner au solliciteur général et à l'ADRC le pouvoir de priver ces organisations et les groupes qui leur servent de façade du statut d'organisme de bienfaisance. Les gouvernements doivent nommer ces groupes, les décrire, les déclarer hors-la-loi et interdire toute levée de fonds en leur nom.

    Le gouvernement devrait avoir le pouvoir de geler et de saisir les biens des organisations terroristes et des groupes qui leur servent de façade. Nous attendons impatiemment d'autres suggestions en ce qui concerne cet aspect du projet de loi et nous attendons impatiemment la réponse du gouvernement à cet égard. Nous devons régler ce problème.

    La deuxième question d'ordre général dont je vais parler est la sécurité de nos frontières et de nos aéroports ainsi que l'amélioration du contrôle d'identité des gens qui arrivent au Canada afin d'empêcher dès le début l'entrée d'éventuels terroristes au Canada.

    La sécurité des frontières et des aéroports du Canada est une question vitale pour la sécurité nationale et internationale, mais c'est également une question vitale pour notre économie. Le Canada dépend de ses échanges commerciaux avec les États-Unis, qui s'élèvent à un milliard de dollars par jour, et qui constituent l'épine dorsale de notre économie. La fermeture, la semaine dernière, des aéroports et des frontière et les retards que cela a entraînés coûteront probablement des dizaines de millions de dollars à notre économie.

    Le fait que nos deux pays aient en commun la plus grande frontière non défendue au monde n'est pas un droit mais un privilège. Si nous voulons continuer à pouvoir avoir accès aux États-Unis aussi librement que nous l'avons fait jusqu'à maintenant, et vice et versa, nous devons prendre dès maintenant des mesures pour convaincre nos voisins américains que nous tenons autant qu'eux à assurer la sécurité et à enrayer le terrorisme et le crime organisé.

    Nous nous souvenons de la menace que représentait pour l'économie canadienne la loi américaine de 1997 sur la réforme de l'immigration illégale et sur la responsabilité des immigrants. Ce n'est qu'après d'importantes pressions exercées par l'ambassade canadienne, entre autres, que des modifications ont été apportées à cette mesure législative de manière à ce qu'elle ne s'applique pas à la frontière canado-américaine. En sera-t-il de même après le 11 septembre 2001? Nous devons nous y employer avec toute la diligence nécessaire.

    De quel genre de mesures avons-nous besoin pour garantir la sécurité aux points d'entrée au Canada? Nos porte-parole en la matière ont travaillé diligemment avec les forces de sécurité et diverses personnes pour nous aider à définir les mesures nécessaires. Nous étudierons les diverses idées proposées, qu'il s'agisse du contrôle électronique des passeports, de la présence de policiers de l'air ou encore d'autres mesures propres à garantir la sécurité de nos lignes aériennes.

    À nos frontières terrestres, les agents de Douanes Canada doivent recevoir la formation et le matériel nécessaires pour assurer le niveau supérieur de sécurité qui s'y imposera. Nos porte-parole dans le domaine proposeront des idées précises.

    Il est certain que ces mesures, ainsi que d'autres, entraîneront des coûts supplémentaires. Le Congrès américain a déjà débloqué 40 milliards de dollars, dans un premier temps, pour remettre les choses en état et pour lutter contre le terrorisme.

    L'opposition officielle appuiera toute nouvelle dépense dans ces domaines, même si cela suppose un dépassement des dépenses actuellement prévues, pourvu que nous ayons l'assurance que les dépenses dans des domaines qui sont ou deviennent peu prioritaires soient réduites avec soin.

    La plupart des changements nécessaires peuvent se faire grâce au réaménagement des ressources et à la lutte contre le gaspillage. Ce genre d'examen minutieux est difficile, avec un gouvernement qui a refusé de déposer un budget complet, mais nous y reviendrons un autre jour. Nous nous intéressons pour l'instant aux problèmes de l'heure et à la recherche de solutions.

  +-(1145)  

    Nous devons également songer à renforcer notre système de triage sécuritaire pour empêcher ceux qui pourraient présenter un risque pour les Canadiens et les autres d'entrer dans notre pays. Pour ce qui est des personnes inscrites dans le système d'identification des réfugiés qui n'ont pas encore obtenu le statut d'immigrant reçu ou la citoyenneté canadienne, nous devons étudier les dossiers de plus près pour nous assurer de repérer tous les risques possibles à la sécurité. Il est essentiel que nous prenions ces mesures le plus rapidement possible. Nous devons avoir la volonté et les ressources nécessaires pour le faire.

    Notre pays est bien connu pour accueillir à bras ouverts les réfugiés qui sont à la recherche de la liberté et de la démocratie. Malheureusement, notre pays est également connu pour ne pas faire preuve de suffisamment de fermeté au niveau de l'identification et du traitement des personnes qui pourraient présenter un risque. Les demandeurs du statut de réfugié qui enfreignent la loi et tous ceux qui entrent au pays illégalement, particulièrement lorsqu'on soupçonne des risques au niveau de la sécurité, devraient être mis sous arrestation ou déportés. On ne peut se contenter de leur demander de se présenter dans un bureau d'Immigration Canada une fois ou deux par mois.

  +-(1150)  

    Nous devons prendre les mesures qui s'imposent à cet égard. Nous devons le faire sans délai.

    Le projet de loi C-11, présentement à l'étude à la Chambre, ne tient pas compte de toutes ces préoccupations. Il constitue à certains égards un pas en arrière si on le compare au projet de loi C-31, mort au Feuilleton lors du déclenchement des élections. Le projet de loi C-11 devrait être modifié, pour qu'il prévoie des mesures plus précises visant à assurer la sécurité et l'intégrité de notre système de réfugiés, et de nouveau soumis à la Chambre.

    Comme le secrétaire d'État Colin Powell l'a souligné, la guerre contre le terrorisme dans laquelle nous sommes maintenant engagés n'aura rien à voir avec les guerres que nous avons connues jusqu'à maintenant. L'ennemi se trouve à la fois sur notre terrain et à l'étranger. Il ne se bat pas ouvertement sur un champ de bataille mais se terre dans l'ombre. Bien que cette lutte puisse être menée dans certains cas de façon plus conventionnelle contre les pays qui accueillent ou aident les cellules terroristes, nous ne devons pas oublier, comme on l'a déjà souligné, que l'ennemi est également présent au Canada et aux États-Unis.

    La lutte contre l'ennemi terroriste à plusieurs têtes signifie qu'on devra s'attaquer à toutes ses opérations et ce, simultanément. Nous nous pencherons sur la situation du Service canadien du renseignement de sécurité, qui a perdu 28 p. 100 de ses effectifs au cours de la dernière décennie, ainsi que sur celle de la GRC, qui a fait face au même problème. Il est bien entendu que la plus importante infusion de ressources devra être accordée aux forces armées canadiennes.

    L'an dernier, l'effectif des forces canadiennes est passé de 90 000 à 55 000 membres, et d'autres réductions sont prévues. Nous faillissons à notre devoir. Nous devons appuyer nos forces armées et envoyer un message à nos partenaires de l'OTAN dans le monde.

    La semaine dernière, l'OTAN a invoqué l'article 5 pour la première fois de son histoire. Le président Bush a dit clairement qu'il travaillait à la mise sur pied d'une coalition internationale pour lutter non seulement contre les cellules terroristes, mais encore les États qui les abritent. Nous devons collaborer avec cette coalition et en faire partie. Malheureusement, le régime taliban a adopté un ton belliqueux relativement au soutien qu'il accorde à Oussama ben Laden au lieu de coopérer avec les États-Unis. La perspective d'une campagne militaire conventionnelle n'est pas faible.

    Si des mesures militaires s'avèrent nécessaires, les États-Unis et l'OTAN s'attendront à ce que le Canada s'engage. Nous devons être disposés et prêts à le faire. C'est pour cette raison que je demande au premier ministre d'être très clair quant à notre engagement envers les États-Unis et l'OTAN, engagement qui pourrait comprendre, au besoin, une participation militaire dans la mesure de nos moyens.

    L'OTAN est sans doute l'alliance militaire et politique la plus réussie de l'histoire. Ses décisions en matière d'interventions militaires sont prises avec soin et après discussion. Nous avons l'obligation d'en faire partie. Maintenant plus que jamais, la voix du Canada et son engagement doivent être entendus le plus clairement possible, tant dans notre camp que dans celui de nos ennemis.

    Ce week-end, nous avons entendu des menaces. Des pays du monde libre ont fait l'objet de menaces s'ils appuient les États-Unis dans toute intervention militaire. Notre gouvernement doit être clair. Il ne doit pas envoyer le signal à nos primitifs ennemis de la liberté et de la démocratie que nous n'appuierons pas nos amis, les Américains, et nos partenaires de l'OTAN, face à cette menace insidieuse.

    Le temps n'est pas aux demi-mesures. Il ne convient pas de ramener à l'avant-scène des initiatives qui ont déjà été présentées et les qualifier de mesures anti-terroristes. Les projets de loi C-16 et C-11 renferment certes des éléments positifs, mais ils ne vont pas assez loin. Nous devons faire davantage. Nous devons faire tout ce que nous pouvons.

    Nous allons continuer de faire des propositions constructives. Celles-ci seront présentées dans un esprit d'unité et de solidarité avec le premier ministre et le Cabinet au moment où s'amorce la première guerre du nouveau millénaire.

    J'espère que le premier ministre acceptera ces critiques et ces propositions, qui se veulent constructives, dans l'esprit où elles ont été données, c'est-à-dire la réalisation de notre objectif commun de faire échec au terrorisme, au pays comme à l'étranger.

    Dans les semaines à venir, les parlementaires se pencheront sur la question de savoir si les progrès en ce sens sont suffisamment rapides ou encore si nous allons suffisamment loin dans certains domaines. Ils auront la possibilité d'examiner la question de savoir si le Canada aurait pu, ou aurait dû, être mieux préparé. Aujourd'hui, cependant, l'heure est à l'unité et à la détermination.

    Montrons-nous unis en nous tenant aux côtés de nos voisins américains, surtout les familles des victimes de ces horribles attaques. Montrons-nous unis dans le deuil de nos propres disparus canadiens. Montrons notre détermination en affrontant l'ennemi qu'est le terrorisme international et en faisant bien comprendre à ses acteurs que la terreur sous toutes ses formes n'est pas admissible.

  +-(1155)  

    La semaine dernière, le monde a vu le mal à l'oeuvre. Mais le bien peut encore triompher du mal, à la condition que tous les citoyens du monde libre s'unissent pour le repousser et oeuvrent de concert pour le supprimer.

[Français]

    En terminant, je suis fier aujourd'hui de me joindre au gouvernement pour appuyer cette motion. J'espère qu'il s'agit de la première des nombreuses actions que nous prendrons ensemble, comme parlementaires et comme Canadiens, alors que nous sommes tous unis dans cette guerre contre le terrorisme.

[Traduction]

    Dans les jours et les semaines à venir, je prie Dieu qu'il accorde la sagesse au premier ministre et à l'ensemble des parlementaires. Que Dieu protège notre pays, sa gloire et sa liberté.

  +-(1200)  

[Français]

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier--Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, nous venons de vivre et nous vivons toujours des heures terribles.

    Le 11 septembre dernier, Jour international de la paix—quelle absurde coïncidence—survenait un attentat terroriste meurtrier, dément, à New York et Washington.

    Nos premières pensées vont aux hommes et aux femmes, aux victimes de ce terrible attentat, à leurs familles, maris, époux, frères, soeurs, pères et mères, aux sauveteurs qui ont péri également pour tenter de sauver des vies, aux Canadiens et aux Québécois qui ont péri dans l'attentat.

    Au nom des députés du Bloc québécois et de la population qu'ils représentent, j'offre toutes nos condoléances aux familles et au peuple américain.

    Au cours de la semaine dernière et toujours aujourd'hui, nous avons vu le meilleur et le pire de la condition humaine. D'un côté, le pire, avec le fanatisme des terroristes aveuglés par la haine, et de l'autre côté, le meilleur, cette solidarité des sauveteurs, des populations américaine, canadienne, québécoise et des peuples du monde entier.

    Vendredi dernier, jour de deuil, nous étions tous New-Yorkais. Nous appuyons cette motion. Nous voulons qu'elle se produise dans un débat serein. Nous devons assurer le leadership dans la mesure de nos possibilités, sereinement, en nous rappelant que la colère est légitime. Elle est certes légitime, mais elle est mauvaise conseillère.

    Il faut analyser la situation avec calme, réalisme, lucidité, et également avec détermination. Il faut rappeler en tout temps que nous sommes les défenseurs de la liberté et de la démocratie. Cela doit être au centre de toutes nos préoccupations.

    Nous devons prendre des décisions courageuses, en mesurant cependant les conséquences de ces décisions sur l'avenir de notre société, l'avenir de la démocratie et l'avenir du monde.

    Cette attaque du 11 septembre dernier, rappelons-le, est une attaque non seulement contre les États-Unis, mais contre les valeurs démocratiques, contre la liberté et contre chaque pays qui défend ces valeurs, une attaque contre toutes les populations du monde qui aspirent à la justice, à la liberté, à la démocratie, surtout les populations qui subissent le joug de tyrans et d'illuminés, telle la population afghane qui subit chaque jour la terreur totalitariste des talibans.

    Rappelons que l'attentat du 11 septembre n'est pas l'oeuvre de musulmans ou d'Arabes, mais de terroristes. Le terrorisme n'a pas de nationalité et la démocratie ne devrait pas en avoir non plus.

+-

     Les terroristes se sont attaqué à nos valeurs démocratiques. Modifier radicalement notre façon de vivre serait faire le jeu des terroristes. Il faut rechercher le nécessaire équilibre entre les mesures de sécurité pour protéger la société, bien sûr, et la place centrale que doit occuper la liberté dans nos sociétés. Les choix que nous devons faire sont des choix de sécurité certes, mais avant tout, des choix de société.

    Une riposte est nécessaire. Les terroristes doivent répondre de leurs actes, et ceux qui les commanditent également. Ils devraient être traduits en justice, comme le dit la motion, et j'appuie, entre autres, la motion pour cette partie de la résolution présente. Nous devons le faire dans un cadre de la coalition la plus large de tous les pays animés par des valeurs démocratiques, et en faisant jouer un rôle plus important aux institutions internationales, tels l'ONU ou le Tribunal pénal international.

    J'appuie le fait que le Canada adhère à l'article 5 du Traité de l'OTAN, mais cela ne signifie pas, et soyons clairs, carte blanche à toutes mesures. En tout temps, le Parlement, nos institutions démocratiques doivent en débattre, être consultées et en décider. C'est là l'exemple démocratique que nous devons donner à l'ensemble de la planète.

    La riposte doit être à la hauteur et dans le respect de nos valeurs démocratiques. Il ne faut pas tomber dans le piège d'une guerre de civilisation ou de religion. Soyons respectueux envers Dieu et Allah. Ne les mêlons pas aux guerres des hommes. Ce n'est pas une guerre entre le bien et le mal. Il faut sortir de cette dialectique qui sert justement les ben Laden de ce monde. Trop souvent, on fait le mal pour justifier l'empire du bien. Les empires ne peuvent jamais servir le bien.

    Je sais que le terrorisme est horrible, que l'intégrisme religieux est abject et que le fanatisme sème le mal. En tant que démocrates, nous devons faire en sorte certes de punir les coupables, mais surtout de répandre la démocratie, car seuls les peuples vivant sous la terreur sauront mettre fin au fanatisme qui les opprime. Les grandes démocraties que sont les États-Unis d'Amérique, rappelons-le, première démocratie dans l'histoire de l'humanité, le Canada, le Québec, l'Union européenne et tous les pays animés des valeurs démocratiques doivent agir.

    Le fanatisme se développe à partir d'un terreau fertile, tels les champignons sur la pourriture. Si nous voulons éliminer non seulement ben Laden mais d'autres qui risquent de surgir, il faut s'attaquer aux situations pourries qui permettent au fanatisme de se développer: la pauvreté, l'absence de démocratie, la dictature. Voilà le défi auquel nous sommes confrontés.

    Nous ne devons pas verser--non plus dans le pacifisme aveugle--les pacifistes de 1939 ont eu tort; cela a donné Hitler--ni tomber dans des réactions qui s'attaquent aux effets plutôt qu'aux causes. En 1991, on a fait la guerre à Sadam Hussein. Il est toujours en place, son peuple souffre toujours et il profite de la situation comme d'autres potentats qui dirigent des pays de façon dictatoriale tout en étant milliardaires.

    Nous sommes à un point tournant pour nos démocraties menacées chez elles directement, pas loin d'ici. Ce n'est cependant pas la première guerre du XXIe siècle. Depuis le début de l'an 2000, la guerre se poursuit toujours au Moyen-Orient, en Tchétchénie, en Angola et dans plusieurs endroits à travers le monde.

  +-(1205)  

    Mais il s'agit certes d'une guerre d'un genre nouveau où la population civile est non seulement attaquée, mais utilisée de façon lâche, inhumaine, démente.

    Nous devons à tous ceux et toutes celles qui sont morts d'être responsables, d'être vigilants, d'être déterminés. Nous avons le devoir de faire triompher la liberté, triompher la démocratie, triompher les valeurs qui les animent pour que leur mort ne soit pas inutile.

    Mon parti appuiera la motion.

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, j'interviens aujourd'hui afin de me joindre à tous les Canadiens qui sont toujours sous le choc et qui tentent de faire face à la colère, au dégoût, à la peine et à la rage qui les submergent.

    Les événements de la semaine dernière chez nos voisins du Sud sont d'une horreur incroyable.

[Traduction]

    Pour commencer, le Nouveau Parti démocratique se joint aux citoyens du monde entier pour demander la capture et le châtiment des auteurs de ces crimes odieux.

[Français]

    Après les événements horribles de mardi dernier, j'ai émis une déclaration avec les mots les plus forts que je pouvais trouver afin d'exprimer toute la répulsion ressentie par mes collègues et moi-même.

[Traduction]

    Je demande par ailleurs que nous fassions preuve de réflexion et de retenue dans notre réaction. J'insiste sur ce point, j'insiste pour que les valeurs mêmes à la base du sentiment d'indignation et de répulsion que nous éprouvons face à ces actes de barbarie nous guident tous, et en particulier les dirigeants du monde, dans notre réaction.

    Je pense que notre premier ministre s'est montré à la hauteur de la situation et a fait preuve de sagesse dans les paroles et les conseils qu'il a exprimés au nom de tous les Canadiens qui partagent ces sentiments.

    Dans ces temps extrêmement dangereux, il est essentiel que nous réaffirmions notre engagement de chercher des solutions pacifiques aux tensions et aux hostilités qui engendrent de tels actes de violence irréfléchis dans le monde.

    Immédiatement après cet horrible carnage et cette terrible dévastation, les gens, c'est compréhensible, ont réclamé une intervention militaire massive et immédiate en représailles à ces atroces actes terroristes. Toutefois, attachés à la liberté, les citoyens ont saisi la complexité et la magnitude de ce qui s'était passé et l'importance d'une réponse plus mesurée, plus multilatérale et mieux informée. «Il serait impensable de ne pas réagir», écrivait Charles G. Boyd, un général retraité des forces aériennes, dans le Washington Postde mercredi. «Toutefois, réagir de façon excessive ou incorrecte, poursuivait-il, serait nous mettre moralement à pied d'égalité avec les lâches auteurs de l'attaque perpétrée hier.»

    Les Canadiens le savent, nous entretenons des relations très spéciales avec les États-Unis d'Amérique et nous tenons à ces relations privilégiées avec nos voisins du Sud, mais nous avons également un rôle à jouer sur la scène internationale. S'il fut jamais un temps où nos voisins du Sud aussi bien que le monde entier ont eu besoin d'entendre la voix du Canada, c'est bien maintenant.

    Nos voisins ont été précipités dans un état de choc la semaine dernière. À mesure que leur âme collective saisira la profondeur et l'ampleur des tragédies personnelles, les cris de vengeance émanant de nombreux côtés se feront sûrement de plus en plus bruyants. En tant que voisins et amis les plus proches des Américains, nous leur devons de les écouter et de les soutenir, mais nous devons également les faire profiter de notre compréhension des événements.

    Lorsque quelqu'un est aveuglé par le chagrin et par la rage, un ami véritable lui donne la main pour le guider.

    Le cri qui se fait entendre aujourd'hui en Amérique et partout dans le monde, c'est qu'il ne faut plus jamais laisser pareille chose se produire. Nous devons décider de veiller à ce que cela ne puisse jamais se reproduire, mais si nous nous engageons les poings serrés dans la voie de la vengeance aveugle, nous garantissons que cela se reproduira. Bien qu'elles puissent satisfaire un désir compréhensible de vengeance, des frappes militaires ne régleront rien si des milliers d'autres personnes innocentes en sont les victimes ailleurs dans le monde.

    Voici ce qu'a dit un survivant de l'attentat à la bombe de 1993 au World Trade Center:

    En me rappelant en silence mes amis: si nous ne réussissons pas à livrer la paix au lieu de la guerre, si nous n'apprenons pas à apprécier toute vie avec autant de ferveur que nous apprécions la nôtre, alors leur mort n'aura aucun sens et la terreur et la violence demeureront nos tristes compagnes.

  +-(1210)  

    Il y a trois décennies, le premier chef du Nouveau Parti démocratique, Tommy Douglas, a déclaré à la Chambre que notre tâche consistait à comprendre les forces qui s'exercent efficacement dans notre société et à tenter de les orienter vers des fins constructives et que nous devions donc nous poser de sérieuses questions.

    Il me semble qu'en des jours aussi difficiles, nous aurions avantage à nous demander quels sages conseils aurait pu fournir Lester Pearson.

    Dans la foulée de ces événements terrifiants, nous devons nous interroger sur la communauté internationale que nous avons créée où, en voyant les images de destruction massive aux États-Unis la semaine dernière, des enfants palestiniens se sont mis à danser dans les rues, à cette communauté internationale qui peut laisser 5 000 enfants mourir de malnutrition chaque mois en Irak et plusieurs milliers d'enfants succomber à la faim et à des maladies évitables dans un trop grand nombre de pays.

    Nous devons nous interroger, nous demander ce que tout cela signifie. Quel type de leadership finance et forme ces moudjahidines et ce Oussama ben Laden afin qu'ils renversent le gouvernement de l'Afghanistan, et est ensuite pris au piège quand ces mêmes personnes utilisent leurs compétences meurtrières contre leurs anciens protecteurs?

    Tant que nous ne fonderons pas nos politiques et nos allégeances sur des valeurs durables, comme le premier ministre l'a dit ce matin, et non sur des stratégies à courte vue, nous continuerons à créer les montres qui reviennent nous hanter.

    Nous devons dire au monde que, aux yeux des Canadiens, la destruction gratuite de vies et de biens est absolument inacceptable. Que ce soit aux États-Unis ou au Rwanda, à Washington ou à Beyrouth, à Bagdad ou en Bosnie, nous devons faire en sorte que le monde sache que, au Canada, nous pratiquons ce que nous prêchons. Nous devons faire en sorte que le Canada connaisse l'oeuvre de Tommy Douglas, qui a dit que les moyens auxquels nous recourons déterminaient les fins auxquelles nous parvenions, et que le recours à la violence détruisait les objectifs que nous visions avant même que nous ne les ayons atteints. Il évoquait alors une valeur d'après laquelle nous devons tous juger nos actes.

    Je serai claire. Je ne prône ni le pacifisme ni l'apaisement devant une agression. La communauté internationale ne doit épargner aucun effort pour traduire en justice tous les responsables de ces atrocités et pour éradiquer de la planète le fléau qu'est le terrorisme.

    Cependant, cette riposte doit être conforme au principe de la règle de droit. Jusqu'à 100 Canadiens ont peut-être perdu la vie dans cet acte criminel. Les États-Unis ont perdu des milliers de citoyens et 40 autres pays ont perdu des leurs. Il s'agit là d'un crime contre l'humanité, et un tribunal international devrait infliger un châtiment. Aucun pays ne devrait être appelé à se faire juge, jury et bourreau, surtout pas celui qui a subi la plus lourde perte.

    Si nous appuyons les invasions de pays étrangers, les assassinats et l'abandon de nos valeurs, nous ferons escalader la violence et nous réduirons notre sécurité et notre capacité de conseiller nos plus proches amis à un moment où ils ont le plus besoin de judicieux conseils.

    Nous avons été témoins des résultats de l'escalade de la violence dans d'autres pays. En fait, cet acte n'est pas un incident isolé dirigé contre l'Amérique seule.

  +-(1215)  

    Si les hypothèses premières sur la culpabilité ou l'origine de cette attaque sont vraies, il s'agit là du dernier chapitre horrible dans l'escalade constante de la violence qui a déjà frappé des villes, des pays et des générations entières. En quoi améliorerons-nous notre sécurité en ramenant des pays à l'âge de pierre à coup de bombardements?

    Je voudrais parler d'événements très troublants qui se sont produits cette semaine lorsque des membres de minorités visibles ont servi de boucs émissaires, tant au Canada qu'à l'étranger. D'autres chefs de parti en ont aussi parlé.

    L'incident le plus répugnant et le plus horrible de tous a sûrement été qu'on ait essayé de mettre le feu à une mosquée de Montréal, mais nous avons tous entendu parler d'autres incidents. Dans sa déclaration du 14 septembre, le Conseil canadien pour les réfugiés nous a sagement rappelé que beaucoup de Néo-Canadiens ont quitté leur pays d'origine pour fuir la violence et la persécution fondées sur la religion, la race ou la nationalité. Les réfugiés et les immigrants sont tout aussi horrifiés que tout le monde par les événements et condamnent aussi la violence.

    Dans les prochains jours, nombreux seront sûrement ceux qui proposeront que nous réexaminions notre politique et nos méthodes relatives à l'immigration . Certains l'ont déjà fait. Nous, du NPD, convenons qu'il faut refondre notre système d'immigration tout en le rendant plus humanitaire, plus sécuritaire et plus efficace.

    Comme nous débattons maintenant de cette question, j'invite tous les députés à se rappeler que leurs propos et les passions qu'ils excitent peuvent avoir des conséquences bien réelles pour les nombreux Néo-Canadiens et membres de minorités visibles qui font la diversité et la beauté de notre grand pays.

    Il est rassurant de constater qu'autant de voix se sont fait entendre; des chefs politiques, des leaders communautaires et des citoyens ordinaires, tous nous ont mis en garde contre la tentation de faire quoi que ce soit qui susciterait par contrecoup des préjugés et des représailles contre des Canadiens innocents.

    Et cela vaut aussi pour les autres pays. Une dame âgée et sage qui a toujours fait la promotion de la paix m'a dit en fin de semaine qu'il y avait sûrement une leçon à tirer de nos propres paroles. Si nous convenons absolument qu'il ne faut pas faire des boucs émissaires de civils innocents du Canada, nous devons sûrement convenir aussi qu'il ne faut pas faire non plus des boucs émissaires de civils innocents dans le reste du monde.

    Le débat que nous amorçons donnera lieu à d'autres préoccupations nationales, par exemple si nous devons ou pas participer au projet national de défense antimissile. Les atrocités terroristes dont les États-Unis ont fait les frais la semaine dernière offrent l'exemple parfait de la redondance d'un tel projet. Nous avons vu que des dommages énormes peuvent être le fait d'une logique simpliste et violente qui ne nécessite le lancement d'aucun missile. Nous vivons dans une ère où des voyageurs peuvent transporter des armes de destruction massive dans leur valise ou ordonner de tels actes de destruction à l'aide d'un canif.

    Comme le ministre israélien Shimon Peres l'a déclaré la semaine dernière:

    Jusqu'à maintenant, le monde entier comptait des armées et des ennemis. Or, les armées traditionnelles existent encore, mais les ennemis traditionnels, eux, se sont pour ainsi dire volatilisés. Ils ont fait place à de nouvelles menaces, que les États-Unis ne connaissaient pas encore, celle du terrorisme, notamment. Il est maintenant essentiel de se doter d'une stratégie, d'une tactique et de forces antiterroristes. La seule et irrévocable conclusion que nous puissions titer est qu'il est essentiel de se doter d'une stratégie, d'une organisation militaire et de services de sécurité en vue de prévenir le terrorisme.

  +-(1220)  

    Le Canada doit être un chef de file dans la recherche de nouvelles solutions. Nous devons miser sur nos vieilles traditions et nous doter d'une politique étrangère plus indépendante. Nous devons toujours garder en tête le multilatéralisme. Nous devons utiliser les liens privilégiés que nous avons avec les États-Unis afin de représenter tous les pays progressistes et pacifiques qui souhaitent trouver des solutions durables aux problèmes qui alimentent une haine aussi débridée.

    Nous ne pouvons que nous rappeler l'avertissement lancé par John F. Kennedy, quand il disait que ceux qui rendent les révolutions pacifiques impossibles rendent les révolutions violentes inévitables.

+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC/RD): Monsieur le Président, je suis honoré de participer à ce débat au nom de mes collègues de la coalition parlementaire.

    Il y a six jours et quelques heures, le monde que nous connaissions a changé brutalement et à jamais lorsque des avions détournés ont été dirigés délibérément contre des immeubles remplis de monde dans le but précis de tuer des gens innocents et de briser la confiance de sociétés basées sur la liberté et l'ordre. Nous sympathisons de tout coeur avec les particuliers et les familles, y compris trop de Canadiens, qui ont été frappés directement. Le choc et les pertes subis par les familles sont presque incroyables.

    Cette atrocité était aussi brutale qu'inattendue. Les victimes ont commencé leur journée mardi, comme nous l'avons tous fait, en ne s'attendant à rien d'extraordinaire. Tout à coup, sans avertissement, sans raison, leurs vies précieuses ont été soufflées par une frappe terrible et préméditée contre l'ordre et l'humanité.

    Mon jeune neveu, Scott Delaney, travaillait jusqu'à très récemment au 51e étage du World Trade Center. Il devait, il y a six jours et quelques heures, y retourner pour une entrevue d'emploi. À cause d'une autre obligation, il n'a pu s'y rendre. Cette décision fortuite lui a sauvé la vie, comme la décision délibérée des terrorristes a détruit la vie, l'avenir et les espoirs de milliers de fils et de filles et d'amis du monde entier.

  +-(1225)  

[Français]

    Le monde entier a été secoué par la tragédie de mardi dernier. Ce jour-là, nous sommes toutes et tous devenus victimes, victimes d'actes d'une horrible cruauté destinés à ébranler l'ordre public et l'humanité toute entière. Nous vivons aujourd'hui dans un monde bien différent de celui dans lequel nous vivions il y a à peine six jours. Le 11 septembre 2001, la face du monde a changé et jamais plus nous ne serons les mêmes.

    Nous ne pourrons jamais suffisamment exprimer notre tristesse ou notre soutien aux familles et aux amis des disparus. Toutefois, nous joignons à l'offre de nos pensées et de nos prières notre détermination à assurer que, malgré les conséquences meurtrières et tragiques du terrorisme, les sociétés libres ne succombent jamais aux attentats terroristes, et que les valeurs qui nous sont si chères prévalent toujours.

[Traduction]

    Nous ne pleurerons jamais assez pour toutes ces victimes et leurs familles, pour les destins qui ont été soufflés. Nous devons offrir à ces gens plus que nos pleurs, notre sympathie et nos prières. Nous leur devons notre détermination à veiller à ce que les terroristes ne puissent détruire des sociétés libres, même s'ils peuvent anéantir des vies.

    Je veux vraiment me faire l'écho d'un sentiment exprimé par les autres chefs des partis à la Chambre, à savoir que l'élément essentiel de notre société libre est que nous devons juger les gens en fonction de leurs comportements et non en fonction de l'endroit d'où ils viennent, de la couleur de leur peau ou de leur religion.

    Les gens qui ont commis cette atrocité sont des extrémistes, un point c'est tout. Il faut prendre garde, en réponse à cette crise, de ne pas créer de nouvelles victimes ni de rejeter le blâme sur des collectivités entières pour les actes de gens qui dans toute société sont considérés comme des extrémistes. Pour mettre les choses au point, nous savons tous à la Chambre que personne n'est plus bouleversé ou plus offensé par cette atrocité aux États-Unis que les membres des collectivités arabe et musulmane du Canada. Ce sont eux qui sont le plus outrés par ces événements.

    S'il est vrai que nous devons, au Parlement, être équitables, nous devons également agir de façon énergique. Notre réaction doit être très efficace, focalisée et solide. Le Canada doit jouer un rôle de premier plan pour ce qui est de relever ce défi. Nous ne sommes pas neutres lorsqu'il s'agit de terreur, de liberté et d'ordre. Cette question touche au coeur et aux fondements mêmes de notre nature en tant que nation.

    Le premier ministre a dit que le Canada ne doit pas devenir une forteresse contre le monde. Il a raison. Cependant, le Canada doit se poser comme une forteresse dans le monde, une nation forte et fiable pour ses amis et ses alliés. C'est le défi que le Canada aura à relever dans les mois à venir.

    Le Canada s'est toujours employé à faire triompher l'ordre et la liberté dans le monde. Il a agi ainsi en temps de guerre et aussi en temps de paix. Les Canadiens se sont acquis la réputation de gens qui n'hésitent pas à aller au front pour défendre et soutenir les sociétés libres. C'est ce que nous devons faire maintenant.

    Je félicite le premier ministre pour la fermeté qu'il a finalement démontrée vendredi. Notre nation, notre peuple, nos traditions, notre parlement et notre gouvernement peuvent jouer un rôle de premier plan dans la détermination de la réaction de la communauté internationale face à cette nouvelle terreur. C'est ce que fait le Canada dans ce monde en crise. Nous mettons de l'avant nos valeurs. Nous avons fait cela au moment de la constitution de l'OTAN, de la création de missions de paix, de l'élaboration de nouveaux traités commerciaux et de la lutte contre l'apartheid. Il nous faut maintenant collaborer de la même façon avec nos meilleurs amis d'à côté et nos alliés, afin de combattre le terrorisme partout dans le monde.

    À l'origine de tout cela il y a un fait tout simple. Mardi matin, notre monde a profondément changé. Les gens et les lieux qui se sentaient auparavant en sécurité se sentent maintenant vulnérables. Les systèmes de protection et de prévention, qui lundi soir semblaient adéquats, se sont révélés mardi tout à fait insuffisants.

    Il faut retrouver ce sentiment de sécurité. Des gens s'y emploient déjà. Il n'y a pas que de la compassion, du courage et de la détermination que l'on constate dans ces longues files de volontaires qui vont donner de leur sang et chez ces gens qui retournent travailler dans ces lieux mêmes qui ont été la cible d'attentats.

    Il y a aussi des valeurs solides que les sociétés libres ont toujours nourries: l'optimisme, l'activisme, la capacité de résister à un jugement trôp hâtif et, par-dessus tout, un sens tangible des responsabilités au niveau individuel et collectif dans un monde aussi matérialiste et hédoniste.

  +-(1230)  

    Il arrive de qu'on se demande si ces valeurs vont s'effriter. Aujourd'hui, elles sont mises à rude épreuve, mais elles sont fortes et résistantes, rationnelles et responsables.

    Ces attaques montrent également à quel point notre monde a changé. Ce serait vraiment faire fausse route que de prétendre que les anciennes méthodes s'appliquent. Toutefois, il faut de toute urgence réagir aux menaces véritables, lancées mardi, aujourd'hui ou demain.

[Français]

    Nous devons rebâtir le sentiment de sécurité qui enveloppait les Canadiens et les Canadiennes, à tort ou à raison, avant mardi dernier. Mais nous avons l'obligation cette fois-ci de rebâtir ce sentiment de sécurité sur des fondations solides, d'entreprendre immédiatement toutes les démarches nécessaires pour assurer qu'une telle tragédie ne se reproduise jamais.

    Le gouvernement doit imiter l'empressement du peuple canadien à agir. Le peuple canadien, devant cette tuerie, a agi immédiatement avec toute la vigueur d'un ami, d'un membre de la famille.

    Nous, parlementaires, avons l'obligation de suivre leur exemple et leur élan, de ne pas les laisser tomber, d'agir en profondeur tout de suite, d'assurer que les changements nécessaires soient faits sans attendre. En ces jours de deuil et de profonde tristesse, nos leaders doivent réconforter les Canadiens et les Canadiennes et seule l'action concrète saura assurer ce réconfort.

[Traduction]

    C'est une tâche à laquelle toute la nation doit participer et dans laquelle tous les représentants élus du Parlement doivent s'engager.

    Le gouvernement a soumis au Parlement une résolution voulant que la Chambre des communes, représentant le Canada, d'un océan à l'autre, peut aller bien au-delà de la fermeté. Nous pouvons et devons être un élément actif de la réaction du Canada face à ce terrorisme.

    Avec le consentement qu'il obtiendra certainement, le gouvernement pourrait autoriser dès aujourd'hui les comités de la Chambre, notamment dans les secteurs des transports, de l'immigration, de la justice et des affaires extérieures, à recueillir des preuves et à consulter le public pour savoir quels changements apporter en matière de sécurité nationale.

    Ces questions sont trop importantes pour être tranchées dans des réunions secrètes, à la discrétion des ministres et des hauts fonctionnaires. Les changements nécessaires risquent d'être à tel point radicaux qu'il ne faut pas en confier la responsabilité aux gardiens du statu quo.

    Si le gouvernement désire vraiment faire une analyse honnête du système, qu'il demande au Parlement de participer à cette tâche. Permettons au Parlement de rassurer les électeurs en ces moments d'incertitude.

    Le gouvernement ne peut pas rejeter du revers de la main des modifications dans des domaines ou des politiques en matière de sécurité. Il doit être prêt à réexaminer les niveaux de financement du SCRS. Il doit être prêt à examiner la politique d'immigration, la sécurité aérienne, la sécurité à bord des avions, la sécurité à la frontière et les activités des groupes qui pourraient être liés au terrorisme.

    Même avant la tragédie de mardi, le gouvernement a été averti des faiblesses de notre dispositif de sécurité. Le chef de l'opposition a évoqué quelques mesures que le Canada aurait pu prendre.

    Dans cet esprit, je voudrais citer le rapport du SCRS rendu public le 12 juin 2001, moins de trois mois avant l'écrasement des avions sur le Pentagone et les deux tours du World Trade Center:

    Au cours des prochaines années, les terroristes risquent de frapper avec davantage de violence, moins de discernement et de façon plus imprévisible... Il y aura vraisemblablement des attentats terroristes dont le seul but sera d’engendrer la terreur même. Le durcissement des attitudes et la volonté de certaines organisations terroristes de soutenir directement le terrorisme en Amérique du Nord renforcent la conviction que les Canadiens sont plus que jamais des victimes potentielles et que le Canada pourra être la cible d’attentats terroristes.

    Tel est l'avertissement que le SCRS a lancé au Parlement, au gouvernement, moins de trois mois avant les attentats de mardi. Permettez-moi de citer le rapport de 2000 du vérificateur général, qui a dit, du ministère de l'Immigration:

    Le Ministère pourrait également améliorer sa façon de recueillir des renseignements de criminalité [provenant de] divers intervenants...

    Le document disait que les informations ne sont pas systématiquement mises en commun parce que les systèmes informatiques ne sont pas compatibles et que le ministère de l'Immigration, la GRC et le SCRS ne se communiquent pas toujours les renseignements.

    Le vérificateur général a émis cet avertissement il y a plus d'un an en parlant de notre capacité à traiter avec les gens qui pourraient chercher à s'installer ici pour faire régner la terreur, chez nous, sur notre continent ou ailleurs dans le monde.

    Ce ne sont là que deux exemples des avertissements que nous avons reçus et au sujet desquels nous n'avons rien fait. De toute évidence, ce sont là des domaines où le gouvernement peut agir immédiatement pour renforcer la sécurité du Canada et de la planète tout entière.

    Le Parlement devrait avoir une description détaillée de ce que le gouvernement sait maintenant au sujet des attaques de mardi. Le gouvernement devrait dire au Parlement quels changements il compte mettre en oeuvre, quelles révisions de ses politiques il compte entreprendre, quel rôle militaire, de renseignement ou autre le Canada peut jouer dans une campagne contre les terroristes.

    Si certaines parties de ces informations sont confidentielles, alors le gouvernement devrait les communiquer en toute confidentialité au moins aux leaders parlementaires.

  +-(1235)  

    Cela touche tout le Canada. Cela touche le Parlement. Ce n'est pas un sujet réservé à ceux qui siègent dans le secret du Bureau du Conseil privé. Pour rétablir la confiance de la population, de nos alliés et des marchés financiers, il faut que le Parlement soit pleinement informé et avisé.

    Les attaques de mardi ont des incidences économiques évidentes sur la croissance, les recettes et les priorités en matière de dépenses. Le présent gouvernement n'a toujours pas présenté un véritable budget complet aux Canadiens.

    Nous savons que les prévisions de recettes du ministre étaient erronées avant les attaques. Le Parlement et les Canadiens ont le droit de savoir quels sont les faits maintenant. Nous devons connaître les coûts des nouvelles dépenses prévues que le gouvernement a proposées.

    Comme le gouvernement qui a autorisé les dépenses doit connaître les nouveaux chiffres, il doit les communiquer à la population pour que les gens puissent dire si, selon eux, ces priorités sont plus importantes que la priorité d'assurer la sécurité de notre nation.

    Il ne nous arrive pas souvent de nous rendre compte que nous vivons un moment historique, mais il est clair maintenant que le monde est bien différent aujourd'hui de ce qu'il était la semaine dernière. Il ne faut pas oublier que la terreur elle-même n'a pas changé. L'objectif de la terreur, qui est et a toujours été précisément de faire voler en éclats le bon ordre et la confiance sur lesquels la plupart d'entre nous fondons nos vies, n'a pas changé non plus.

    Ce qui a changé, c'est l'audace des terroristes. Ces derniers nous ont fait comprendre que la menace est maintenant beaucoup plus vaste qu'elle ne l'était autrefois. Cela signifie que nous devons modifier notre façon de réagir. Nous devons adopter des mesures plus vastes, plus directes et plus audacieuses.

    L'attaque de la semaine dernière était une attaque délibérée contre le genre de société ouverte et sécuritaire à laquelle les Canadiens croient profondément. C'était une attaque directe contre nous tous et nous devons être prêts à y répondre.

    Nous ne devons pas donner aux terroristes la victoire psychologique qu'ils recherchent. Nous devons prendre les mesures qui s'imposent pour protéger et faire valoir les valeurs de notre civilisation qui ont été si brutalement attaquées. Aucun pays n'a un plus grand intérêt que le Canada à ce chapitre et nous devons jouer notre rôle jusqu'au bout.

  +-(1240)  

[Français]

    Dans les prochains jours, les prochains mois et les prochaines années, nous continuerons notre deuil, mais aujourd'hui et immédiatement, nous devons agir pour assurer que les valeurs qui nous tiennent à coeur et qui nous caractérisent prévalent.

[Traduction]

    Dans les prochains jours, les prochains mois et les prochaines années, nous continuerons notre deuil, mais aujourd'hui, nous devons voir à ce que les valeurs qui nous tiennent à coeur prévalent.

    Nous devrons prendre des décisions difficiles. Pour ce faire, nous devrons adapter nos valeurs à un nouveau monde beaucoup plus dur. Le monde entier doit pouvoir compter sur un gouvernement actif au Canada et alors que la démocratie fait l'objet d'un examen minutieux, il doit aussi pouvoir compter sur un parlement Canadien fort.

    Nous avons la possibilité de façonner ce nouveau monde si nous sommes prêts à nous pencher sur ces questions, que nous sommes ouverts aux nouvelles réalités et que nous sommes décidés à jouer un rôle de direction. Le monde entier a besoin de la force du Canada et du leadership qu'il peut exercer et je suis persuadé que notre parlement sera prêt à appuyer un gouvernement qui fera preuve d'un tel leadership.

+-

    L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le solliciteur général. Comme d'autres l'ont fait remarquer, le monde a changé mardi dernier. Il a changé pour le Canada, pour tous les êtres humains. Notre ami et proche allié a été victime d'une terrible agression. Des milliers d'innocents ont été tués, et toute l'humanité a été grièvement blessée.

[Français]

    Toutes les Canadiennes et tous les Canadiens, qu'ils se trouvent au pays ou à l'étranger, ont été touchés au plus haut point par ces événements. Nos vies sont marquées à tout jamais.

    Vendredi dernier, 100 000 Canadiens se sont rassemblés sur la colline du Parlement pour partager leur chagrin.

    Je me trouvais dans un avion au-dessus de l'Atlantique lorsque l'équipe de bord m'a discrètement pris à l'écart pour m'apprendre la terrible nouvelle au sujet des événements qui venaient de se produire à New York, à Washington et en Pennsylvanie.

[Traduction]

    C'est difficile de décrire ce que j'ai ressenti en apprenant cette terrible nouvelle que je ne pouvais pas partager avec les centaines de personnes qui étaient avec moi à bord d'un 747 d'Air Canada, sans parler du sentiment d'irréalisme que les circonstances ont provoqué.

    Nous partageons la peine et la douleur du peuple américain. Nous compatissons aussi avec les Canadiens qui ont été directement touchés par cette tragédie. À l'heure actuelle, entre 40 à 75 Canadiens manquent encore à l'appel, et on peut supposer qu'ils ont été victimes de ces actes de lâcheté.

    Notre tristesse est profonde; notre compassion est sincère; notre solidarité est inébranlable et notre détermination est ferme. Chaque Canadien a réagi à sa façon en se portant volontaire pour aider, en déposant des fleurs et des cartes aux ambassades et consulats des États-Unis et en participant à des assemblées de prière pour tenter d'apaiser sa douleur.

    On a employé des qualificatifs comme insensées et absurdes pour décrire ces attentats qui, de l'avis de beaucoup, étaient motivés simplement par la haine.

    Inquiétants par la façon dont ils ont été orchestrés et choquants par la façon dont ils ont été exécutés, ces attentats étaient une attaque délibérée contre notre civilité et notre mode de vie. C'était une attaque contre la démocratie. Les valeurs qui nous sont les plus chères, nos principes les plus fondamentaux et, ce qui est plus important encore, notre peuple ont été violés. Ce geste porte atteinte à l'essence même de tout ce qu'il y a de plus précieux pour les Canadiens.

    Voilà ce que les terroristes ont cherché à détruire mais qu'on ne leur laisssera jamais détruire dans notre société, dans l'alliance de l'OTAN et dans la communauté mondiale des nations justes et démocratiques et des gens tolérants et respectueux des lois.

    Nous sommes maintenant en guerre contre le terrorisme, mais cela est différent de toutes les guerres que nous avons menées. Nous devons être précis, et même froids, dans nos actions. Nous devons être prêts à utiliser tous les outils, diplomatiques, légaux et financiers, de même que les ressources militaires à notre disposition pour combattre ce fléau.

    Dans notre détermination à punir les auteurs des attentats, nous devons faire en sorte d'éradiquer le fléau sans provoquer la création d'une nouvelle armée d'extrémistes acharnés. Nous devons réagir à cette atrocité et nous le ferons. Notre réaction doit cependant être mesurée et bien réfléchie, mais retentissante et résolue.

    Les attaques terroristes contre les États-Unis ont de profondes conséquences pour la sécurité et la prospérité du Canada, pour la façon dont nous nous gouvernons et pour la façon dont les Canadiens mèneront leur vie à partir de maintenant.

    Nous ne vivrons cependant pas dans la peur, et nous ne laisserons pas cette dernière dicter nos actions et nos réactions. Notre pays a des principes. Notre politique et nos pratiques en matière d'affaires étrangères demeureront enracinées dans des principes, mais nous ne pouvons absolument pas nous faire croire un seul instant que la vie pourra suivre son cours comme avant.

  +-(1245)  

[Français]

    Dans les jours et les semaines qui viennent, nous devrons essayer de voir au-delà de ces événements horribles et de leurs conséquences traumatisantes pour essayer de comprendre ce que tout cela signifie pour notre pays et pour le monde entier, à compter de maintenant.

    Pour notre démocratie, la question la plus pressante est de savoir comment atteindre, dans les nouvelles circonstances, l'équilibre entre la liberté individuelle, pilier de notre société démocratique, et notre devoir de protéger les citoyens.

    Notre réaction aura des répercussions dans tous les aspects de la vie.

  +-(1250)  

[Traduction]

+-

     Au sens le plus vaste possible du terme sur les plans politique, économique et militaire, notre sécurité est liée inextricablement à celle des États-Unis d'Amérique. Cette situation ne tient pas qu'à notre participation à l'OTAN ou au NORAD et n'est pas liée uniquement au fait que nous partageons une frontière ou que nous entretenons le lien commercial le plus important au monde. Nous partageons des valeurs et des idéaux politiques communs. C'est notre volonté de défendre ces idéaux, ainsi que nos sociétés, qui nous unit.

    Le gouvernement et la population du Canada ont manifesté leur solidarité à l'endroit des États-Unis, peu importe ce que cela entraîne. Notre engagement est total. Nous accorderons notre soutien absolu aux États-Unis.

    En collaboration avec nos plus proches alliés, nous avons invoqué l'article 5 de la Charte de l'OTAN pour la première fois depuis la création de l'alliance, il y a 52 ans. Cette étape témoigne de la ferme détermination de tous les membres de l'alliance à agir en légitime défense face aux forces du mal. Les auteurs de cet acte de terrorisme et ceux qui encouragent ou abritent ces derniers ne resteront pas impunis.

    Les Nations Unies et le Conseil de sécurité de l'ONU ont insisté sur ce point dans leur vigoureuse condamnation de ces attaques. Nul doute que cette question comptera parmi les principaux points figurant à l'ordre du jour du G-8 au cours de la prochaine année, qui se déroulera sous la présidence du Canada. C'est la voie du multilatéralisme.

    Il est essentiel que les membres de la communauté internationale agissent à l'unisson. Les paroles seules ne suffiront pas dans un univers où règne la règle de droit. Ceux qui violent les règles les plus fondamentales du comportement humain doivent en payer le prix.

    C'est d'abord et avant tout une crise humaine. Notre priorité la plus immédiate a consisté à fournir de l'aide aux Canadiens touchés par ces tragiques événements. Les membres de notre personnel consulaire à New York, à Ottawa et ailleurs dans le monde ont travaillé littéralement 24 heures sur 24 pour donner suite à leurs préoccupations. Je remercie aussi chaleureusement les députés et sénateurs de l'aide qu'ils ont accordée à des électeurs préoccupés.

    La réaction de tous les Canadiens à ces événements est une source de fierté pour tous les députés et sénateurs. Qu'il s'agisse de donner du sang, d'offrir leurs services ou d'ouvrir leur ville ou leur foyer au plus de 40 000 voyageurs préoccupés qui étaient coincés au Canada la semaine dernière, les Canadiens ont réagi en fonction de leurs valeurs. Le président Bush, le secrétaire Powell et le premier ministre Blair en ont remercié le Canada.

[Français]

    Il s'agit d'un moment déterminant pour le Canada et pour le monde dans lequel nous vivons. La réaction à cette tragédie sans précédent exigera un jugement sûr, une conviction certaine et un courage extraordinaire.

[Traduction]

    Le moment est venu pour tous les Canadiens de réfléchir à la signification de ce terrible événement pour le Canada et pour tous les pays. C'est l'occasion de réaffirmer ce que sont nos valeurs, nos obligations et notre plus importante alliance. C'est le moment d'agir afin que les coupables soient traduits en justice et qu'en bout de piste l'univers soit un endroit plus sûr et plus paisible.

+-

    M. Bill Casey (Cumberland--Colchester, PC/RD): Monsieur le Président, je félicite le ministre de son intervention et je remarque qu'il a tenu compte de la réaction des Canadiens. Avant de poser ma question, je tiens à dire un mot d'un groupe de pompiers admirables d'une petite localité de ma circonscription, River Hebert, qui se sont rendus immédiatement à New York, sans trop savoir si leurs services seraient acceptés. Ils se sont proposés comme bénévoles pour accomplir tout travail qu'on aurait à leur donner. Ils se trouvent là-bas en ce moment.

    Le ministre a fait allusion à notre alliance la plus importante. Il y a une quinzaine de jours, le chef de notre coalition parlementaire, le député de Calgary-Centre, a pris la tête d'un petit groupe d'entre nous pour aller rencontrer le vice-président des États-Unis. Il a proposé deux mesures au vice-président. L'une était l'envoi de fonctionnaires du Département de la défense et du Département d'État au Canada pour donner aux parlementaires de l'information sur leur système de défense antimissile. Le vice-président a semblé très ouvert à cette idée.

    Une autre proposition qu'il a faite au vice-président est que les gouvernements canadien et américain rétablissent les rencontres trimestrielles régulières entre des ministres importants comme celui des Affaires étrangères et celui des Finances et leurs homologues américains, et que ces rencontres se tiennent alternativement au Canada et aux États-Unis. On avait l'habitude de tenir ces rencontres autrefois, mais elles ont été abandonnées.

    Il a également proposé une série de rencontres semestrielles entre le premier ministre du Canada et le président des États-Unis.

    Comme les choses ont changé de façon tragique la semaine dernière, le ministre voudrait-il nous faire part de son opinion sur ces deux propositions? Envisagerait-il d'inviter les États-Unis à envoyer un groupe au Canada pour exposer aux parlementaires canadiens leurs mesures, leurs positions et leurs plans en ce qui concerne le système de défense antimissile?

    Quant aux plans américains de lutte contre le terrorisme dans le monde, le ministre envisagerait-il de donner suite à la proposition du chef de notre coalition et de rétablir les rencontres régulières entre les ministres et les leaders?

  +-(1255)  

+-

    L'hon. John Manley: Monsieur le Président, tous les renseignements que les autorités américaines voudront bien nous donner à ce sujet seront les bienvenus. J'encourage le député à se servir des comités de la Chambre pour inviter les autorités qu'il juge appropriées à nous fournir des renseignements, de façon officielle dans le cadre d'une audience, ou de façon officieuse. Non seulement je n'y verrai aucune objection, mais si on me le demande, j'encouragerais les États-Unis à le faire.

    Quant aux rencontres régulières, elles avaient été organisées sous le secrétaire d'État George Shultz et le ministre des Affaires extérieures de l'époque, Allan MacEachen. Ces rencontres ont cessé avec l'accession au poste de ministre des Affaires extérieures de l'actuel chef du Parti conservateur.

    J'ai soulevé la question de la reprise de rencontres régulières entre le ministre des Affaires étrangères et le secrétaire d'État auprès des autorités américaines. Nous verrons si c'est possible.

    En dehors de cela, je puis assurer le député que nous nous tenons régulièrement en contact avec nos homologues aux États-Unis, avec lesquels nous avons de fréquents échanges au niveau du ministre et du premier ministre. Tel a été notamment le cas ces six derniers jours.

+-

    M. John Reynolds (West Vancouver--Sunshine Coast, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le ministre a dit dans son discours que les événements de la semaine dernière auront de profondes conséquences pour le Canada.

    Le ministre pourrait-il informer la Chambre des mesures que le gouvernement a l'intention de prendre au cours des semaines à venir? À quel type de mesures législatives ou de lois devons-nous nous attendre pour protéger les Canadiens? Quel rôle avons-nous à jouer dans tout cela?

+-

    L'hon. John Manley: Monsieur le Président, il est indéniable que les événements de mardi dernier nous forcent à revoir toutes nos pratiques et toutes nos politiques et à nous demander si une riposte s'impose. À mon avis, cette riposte ne devrait pas être hâtive. Elle ne devrait pas être irréfléchie. Cependant, elle doit être ferme et déterminée. Nous prendrons les mesures qui s'imposent.

    Le député comprendra que, si je présentais une série d'options aujourd'hui, elles ne seraient pas très réfléchies. Elles seraient trop hâtives. Le gouvernement devra prendre du temps, avec le concours des députés, pour envisager les ripostes à donner à la menace qui est désormais plus évidente pour nous qu'elle ne l'était auparavant.

+-

    L'hon. Lawrence MacAulay (Solliciteur général du Canada, Lib.): En effet, monsieur le Président, le monde a changé. Personne n’oubliera jamais où il se trouvait le mardi 11 septembre 2001, au moment de ces attentats abominables.Nous avons été témoins d’une tragédie qui a changé notre paysage à jamais. Nous nous associons à la peine des victimes, de leurs familles et de tout un pays.

    Comme le premier ministre l’a dit, les actes terroristes portent atteinte aux droits et aux libertés de tous les États civilisés. Et ils ne sauraient rester impunis.Nous devons maintenant nous unir comme nation, comme continent, comme membres de la communauté internationale pour nous opposer le plus fermement possible au fléau du terrorisme.

    Le Canada et les États-Unis ont une relation toute particulière.Nous sommes unis non seulement par notre géographie et notre histoire, mais aussi par les valeurs démocratiques qui constituent le fondement de nos deux sociétés.Le Canada n’a pas de meilleur ami que nos voisins du Sud. La collaboration étroite entre nos deux pays est unique au monde.

    Comme les honorables députés le savent, j’ai promis mon entière collaboration aux autorités des États-Unis qui font enquête sur ces attentats monstrueux. Des fonctionnaires, des bénévoles, des agents d’application de la loi et des responsables de la sécurité canadiens continuent de travailler sans relâche avec leurs collègues américains.Les agents du ministère dont j’ai la charge sont en constante communication avec leurs homologues aux États-Unis afin de donner suite à ma promesse de soutien.Ils m’assurent que nos organismes offrent toute l’aide possible à nos amis américains.

    Comme je l’ai déjà dit, nous examinerons tous les indices et nous suivrons toutes les pistes--sans exception aucune. Notre promesse d’aider les États-Unis à traverser cette période difficile témoigne de notre volonté indéfectible d’être solidaires avec eux sur ce grand continent et de rester, comme le disait Winston Churchill, unis et inébranlables.

    Aujourd’hui, je tiens à assurer les députés de cette Chambre que nous jouissons d’une excellente relation de collaboration avec les États-Unis sur l’application de la loi et le renseignement de sécurité. Et nous allons poursuivre et consolider cette relation, car, ce faisant, monsieur le Président, nous renforçons la sécurité de tous nos citoyens.

    On a dit que le triomphe du mal ne tient qu’à l’inaction des justes. Les atrocités de la semaine dernière nous ont mis devant une réalité incontournable: nous devons absolument enrayer le terrorisme. Et nous le ferons, soyez-en certain.

    Nous avons déjà accompli des progrès considérables pour contrer la criminalité transnationale. Et la sécurité publique demeure la priorité absolue qui oriente ces efforts de partenariat énergiques.Nous avons mis en place des mécanismes pour résoudre les problèmes liés à notre frontière et pour contrer le crime et le terrorisme. Nous avons réuni des organismes, des ministères et des départements de part et d’autre de la frontière dans la lutte contre le terrorisme.

    Par exemple, le Forum sur le crime transfrontalier Canada-États-Unis est unique en son genre au monde. Sa création par notre premier ministre et le président des États-Unis a été sans aucun doute l’un des moments décisifs de l’évolution de notre partenariat transfrontalier.

    Dirigé par moi-même et par le secrétaire à la Justice des États-Unis, le forum a ceci de particulier qu’il renforce l’efficacité des mesures que nous prenons ensemble pour contrer la criminalité transnationale et d’autres problèmes transfrontaliers. Il rassemble actuellement plus de 100 hauts responsables de l’application de la loi et de la justice des deux pays. Il donne des résultats concrets. Par exemple, la GRC et le FBI ont désormais entièrement accès à la base de données de l’autre organisme afin d’assurer la collaboration intégrale sur les questions transfrontalières.

    Ces progrès nous aident dans l’ensemble à poursuivre notre objectif commun de contrer le terrorisme. Nous savons tous que le terrorisme est un problème mondial. C’est pourquoi les Douanes, l’Immigration, le SCRS, Transports Canada et la GRC sont toujours à l’affût de terroristes et d’autres personnes qui pourraient porter atteinte à la sécurité des Canadiens.

  +-(1300)  

    Le gouvernement du Canada est déterminé à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de notre pays. Nous sommes résolus à collaborer étroitement avec tous nos partenaires du secteur de la sécurité publique, au Canada comme dans le monde entier. Nous travaillons sans relâche pour remplir cette obligation fondamentale envers les Canadiens.

    Nous continuons d’investir des ressources pour renforcer notre capacité de combattre le terrorisme. Nous avons déjà vu un exemple concret de la force et de l’efficacité de nos liens de collaboration avec nos alliés dans la lutte contre le terrorisme. Je pense ici à l’affaire Ressam. Comme John Ashcroft l’a lui-même fait remarquer ici en juin, la collaboration étroite et la mise en commun de l’information entre les autorités canadiennes et américaines nous ont permis de prévenir un désastre et d’obtenir la condamnation du coupable.

    L’enquête nous a montré aussi qu’aucun système n’est à l’abri du danger. Comme bien d’autres pays, le Canada doit sans cesse s’adapter aux nouvelles menaces et aux nouvelles méthodes du terrorisme. L’affaire Ressam a mis en lumière la nature des difficultés avec lesquelles sont aux prises les responsables de l’application de la loi du monde entier. Les terroristes sont très motivés et hautement compétents. Ils ont accès à la technologie, à des ressources et à tout un réseau de collaborateurs. Ces moyens leur permettent de changer d’identité, de se déplacer, d’obtenir des faux documents expertement contrefaits et d’échapper aux autorités.

    L’important ici, c’est que nous avons appris des leçons précieuses.En effet, le Canada a pris des mesures énergiques de son côté à la suite de cette affaire, faisant sa part pour assurer la sécurité à la frontière et pour protéger ses citoyens contre toute menace à leur sécurité.

    Nous avons resserré tout un ensemble de pratiques en ce qui touche la délivrance des passeports, le traitement des demandes d’extradition et la rigueur des inspections effectuées à la frontière par les douaniers et les agents de la Citoyenneté et de l’Immigration.Mais, avant tout, nous avons pris et continuerons de prendre des mesures pour assurer au mieux une mise en commun rapide et efficace de toute l'information.

    Par exemple, nous avons investi dans la sécurité publique, ajoutant 1,5 milliard de dollars à l’enveloppe budgétaire de la sécurité publique. Nous avons créé de nouveaux organismes tels que le Bureau de protection des infrastructures essentielles et de la protection civile, où le SCRS et la GRC ont tous deux des rôles décisifs à jouer.

    Nous avons proposé des mesures législatives permettant d'expulser ou d’empêcher l’entrée au Canada de criminels dangereux et d’autres personnes qui menaceraient la sécurité des Canadiens. Nous avons présenté un projet de loi, actuellement à l’étude à la Chambre, qui aidera à réduire le financement d’activités terroristes sous le couvert de dons de charité. Mais ces mesures ne sont qu'une modeste première étape.

    Nous avons avec les Américains un solide partenariat. Nous avons investi davantage dans la sécurité publique. Nous avons instauré de nouveaux mécanismes et nous avons proposé des mesures législatives.Le Canada a signé les douze conventions internationales de lutte contre le terrorisme. Nous en avons ratifié dix, et nous prenons les mesures nécessaires pour ratifier les deux autres le plus rapidement possible.

    Mais le monde a changé et nous devons en faire plus. Le Canada a promis d’aider à combattre le terrorisme, mais le problème concerne le monde entier, et notre solution doit, elle aussi, être mondiale.

    Des millions de personnes autour du globe se sont recueillies dans le silence la semaine dernière, vendredi, dont plus de 100 000 ici même sur la colline du Parlement, par compassion pour ceux dont la vie a été cruellement écourtée ou changée à jamais. Par cette vaste manifestation de notre peine, de notre soutien et de notre détermination, nous avons transmis un message à nos amis américains. Mais, les députés de cette Chambre doivent aussi en tirer certains messages : que le terrorisme ne sera pas toléré. Que nous ferons tout en notre pouvoir pour le combattre, ici au pays et dans le monde entier.Que nous défendrons nos citoyens et les valeurs qui nous définissent comme peuple--la démocratie, la liberté et la justice.

  +-(1305)  

    Notre gouvernement va continuer de protéger les valeurs qui nous sont chères. Nous le devons à nos citoyens. Et nous le devons à nos amis.

[Français]

+-

    M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ): Monsieur le Président, depuis une semaine nos concitoyens et concitoyennes soulèvent évidemment beaucoup de questions.

    Après l'état de stupeur, la peine, le deuil, la colère, on en est maintenant au constat de ce qu'il faut faire pour que la situation puisse être corrigée. C'est vrai que le terrorisme est une manifestation extrême, inacceptable, mais c'est aussi une manifestation et une frustration terribles dans l'univers.

    Est-ce qu'effectivement le gouvernement canadien a l'intention d'exercer un rôle de leadership pour qu'il y ait un examen international des causes de ladite situation, afin non seulement de prévenir les interventions terroristes, mais aussi d'éradiquer le problème à sa source?

    Est-ce que, comme M. Colin Powell l'a dit, un des éléments d'une stratégie globale, ce n'est pas de mettre fin le plus tôt possible au conflit au Proche-Orient, de s'assurer qu'on aura une intervention qui ira chercher la source du problème et qui ne réglera pas seulement les problèmes et les conséquences terribles qu'on a vus, comme ceux de la semaine dernière?

    Est-ce que le gouvernement canadien est prêt à assumer un rôle qui peut être le sien, encore plus que celui des Américains dont on peut comprendre la colère, à être là et à assumer un leadership mondial pour s'assurer que cette lutte se fera sur tous les fronts et non pas seulement pour régler les questions relatives à l'état tragique qu'on a connu la semaine dernière?

[Traduction]

+-

    L'hon. Lawrence MacAulay: Monsieur le Président, je remercie mon collègue pour ses remarques.

    En fait, c'est le monde entier qui se demande aujourd'hui comment réagir à ce grave problème. Comme le premier ministre l'a dit très clairement, nous accompagnerons les États-Unis tout au long de cette lutte. Notre pays apportera tous les changements nécessaires pour que nous continuions d'être l'endroit le plus sûr au monde pour ses habitants.

    Les événements de mardi dernier ont eu un effet dévastateur sur l'ensemble de la société libre partout dans le monde. Nous avons tiré une leçon de cette tragédie et nous allons certainement faire ce qu'il faut pour nous assurer que nous continuons de vivre dans un pays sûr. Nous travaillerons aussi avec d'autres pays pour voir à ce que la démocratie continue de s'épanouir dans le monde.

  +-(1310)  

+-

    M. Art Hanger (Calgary-Nord-Est, Alliance canadienne): Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement les observations du solliciteur général.

    Le terrorisme et les activités criminelles et illégales organisées sont au premier plan des préoccupations de ce parti depuis quelques années.

    Je m'inquiète de constater qu'à ce jour, on n'a pris aucune mesure énergique pour faire obstacle à de nombreux terroristes et à leurs activités. Comme le Canada, d'autres pays sont aux prises avec le même dilemme.

    Nos voisins, de même que le Royaume-Uni, ont réagi à cet événement en présentant une loi antiterrorisme. Le solliciteur général est-il prêt à envisager une loi antiterrorisme exhaustive, comme le font nos homologues du Royaume-Uni et des États-Unis?

+-

    L'hon. Lawrence MacAulay: Monsieur le Président, je remercie le député de sa question.

    En effet, tous les pays, dont le Canada, cherchent la manière de s'attaquer au problème. Comme certains l'ont déjà dit à la Chambre, nous ne prendrons aucune décision immédiatement. Nous allons décider comment faire face au problème qui se pose au monde entier. Il s'agit d'un problème mondial. Nous allons nous y attaquer efficacement et nous ferons les changements qui s'imposent pour continuer à vivre dans un pays sûr. Nous ne pouvons pas le faire aujourd'hui. Il faudra y mettre beaucoup d'efforts pour agir de concert avec les États-Unis et la Grande-Bretagne, comme le député l'a mentionné, et tous les autres pays. C'est un problème mondial. Le premier ministre a dit qu'il les accompagnerait jusqu'au bout et nous allons apporter les changements qui s'imposent.

+-

    Le vice-président: Avant la reprise du débat, je rappelle aux députés qu'ils doivent être à leur siège au moment de demander la parole. Il y a pas mal de déplacements aujourd'hui, ce qui est correct. Il est encourageant de voir qu'un grand nombre de députés participent aussi activement au débat. Cependant, j'invite les députés à occuper les sièges qui leur ont été assignés s'ils veulent intervenir.

+-

    M. Richard Harris: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Les députés de l'Alliance canadienne partageront leur temps de parole pour le reste du débat.

+-

    M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, Alliance canadienne): Monsieur le Président, au nom des électeurs de la circonscription de Portage--Lisgar, j'offre mes sincères condoléances à ceux et celles qui ont des parents et des amis qui sont morts ou qui ont été blessés lors des horribles attentats terroristes du 11 septembre 2001.

    Les événements de la dernière semaine laisseront une impression indélébile. Les images atroces de la mort et de la destruction hanteront notre mémoire à jamais. Cependant, la bravoure, la compassion, le courage et la foi qui se sont manifestés en réaction à ce drame horrible ont rendu chacun de nous plus fort qu'il ne l'était.

    Le sentiment de compassion qui s'est propagé en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde vient nous rappeler non seulement notre propre humanité, mais aussi la nature banale de ce qui nous divise et l'importance de ce que nous avons en commun. Nous nous sentons tous liés les uns aux autres. Nous reconnaissons que nous sommes liés les uns aux autres dans la poursuite de la liberté.

    Au moment où les députés de la Chambre des communes expriment leurs condoléances sympathie aujourd'hui, je me rappelle ce vieil adage : bien au-delà des paroles, l'amour se manifeste par des gestes. Certes, nos paroles viennent du fond du coeur, mais elles ne réussiront pas à dissiper le cauchemar de la semaine dernière. Ce sont nos gestes qui témoigneront de la véritable profondeur de notre compassion. Ce sont nos gestes qui témoigneront de notre engagement authentique pour que de telles tragédies ne se reproduisent plus dans l'avenir et qui témoigneront de notre amour de la liberté.

    Cette tragédie nous a tirés de notre engourdissement. La complaisance qui nous engourdissait a fait place à un douloureux sentiment qui nous a tous saisis en même temps qu'une vive culpabilité. Nous nous demandons si nous aurions pu faire quelque chose de plus pour qu'une telle tragédie soit évitée. La réponse est oui.

    Les dirigeants canadiens ne peuvent assurément pas nier que nous avons fait preuve de complaisance face aux opérations terroristes. La loyale opposition de Sa Majesté le crie d'ailleurs haut et fort depuis pas mal de temps. L'affairer Ressam, et trop d'autres cas semblables, viennent corroborer qu'il en est ainsi.

    En janvier 1999, un comité spécial du Sénat sur la sécurité et le renseignement déclarait très clairement que le Canada était une antichambre pour les groupes terroristes. Plusieurs anciens hauts fonctionnaires fédéraux ont exprimé leurs préoccupations. Par exemple, l'ancien chef de la planification stratégique au SCRS, David Harris, a décrit le Canada comme étant un énorme porte-avions depuis lequel le jihad pourrait lancer des attaques contre les États-Unis.

    Les faits sont clairs. Les Canadiens n'ont pas l'intention d'accuser qui que ce soit. Ils savent, comme nous, qu'on ne peut pas revenir en arrière. Mais ils n'accepteront pas pour autant que l'on continue à ne rien faire. Le Canada ne doit pas servir de gîte aux terroristes.

    Il est naturel que les décisionnaires défendent le statu quo, c'est donc avec plaisir que j'ai entendu aujourd'hui le ministre des Affaires étrangères dire que toutes les questions concernant la sécurité devraient être mises sur le tapis et faire l'objet de discussions. Je lui offre mes encouragements, à lui et aux autres députés qui, à l'instar de mes collègues de l'Alliance canadienne, sont déterminés à apporter les changements nécessaires.

    Il n'y a pas de plus grande urgence que d'assurer la sécurité du périmètre nord-américain. Dans les fermes, on ne passe pas le grain au tamis pour trouver les rats, on renforce les murs pour les empêcher d'entrer. Nos murs doivent être renforcés. La sécurité aux points d'entrée et de sortie doit être améliorée.

    Menacer la liberté de mouvement à travers la frontière canado-américaine, c'est mettre en danger des milliards de dollars d'échanges commerciaux et des dizaines de milliers d'emplois canadiens. Notre niveau de vie est en jeu. Plus de 87 p. 100 de nos échanges commerciaux se font avec les États-Unis.

    Ceux qui prétendent que l'adoption de politiques plus strictes relatives à l'entrée dans le périmètre nord-américain se fera aux dépens de la souveraineté canadienne prêchent en faveur soit d'une diminution de la sécurité soit de la hausse du chômage, deux objectifs qui ne sont pas plus louables l'un que l'autre.

    Pour ce qui est de l'immigration, ceux qui avancent l'argument spécieux que le renforcement des contrôles d'identité est une attaque contre les immigrants se trompent lourdement. Notre politique en matière d'immigration doit être généreuse, mais elle peut également être rigoureuse et elle doit l'être. Nous ne pouvons plus avoir comme politique de laisser entrer n'importe qui et de poser des questions ensuite.

    Le Canada a signé la convention internationale des Nations-Unies pour la répression du financement du terrorisme. Nous devons tenir notre engagement. D'autres pays signataires, dont la Grande-Bretagne, sont passés à l'action. Ils ont adopté une loi pénale interdisant de recueillir et de fournir des fonds en faveur d'une organisation terroriste. Les peines prévues sont sévères et vont jusqu'à l'interdiction de séjour pour tout groupe qui participe à des activités terroristes.

  +-(1315)  

    Bon nombre de mes collègues présenteront bientôt des propositions qui, une fois adoptées, assureront les Canadiens de notre détermination à combattre le terrorisme. Toute inaction de notre part fera croire à nos alliés que nous n'allons pas tenir nos promesses. Nous devons leur montrer que le Canada ne restera pas sur la touche dans la lutte contre le terrorisme, mais qu'il sera plutôt sur la ligne de front, où est sa place.

    Notre parti est d'avis que pour enrayer le terrorisme, nous devons raffermir nos engagements en matière de sécurité et de renseignement. Le premier ministre a reconnu que le terrorisme international constitue une menace grandissante. Or, un comité sénatorial sous la conduite des libéraux a constaté que les budgets de fonctionnement des organismes fédéraux chargés de la sécurité ou du renseignement ont chuté d'environ 30 p. 100 dans les années 90.

    La lutte contre le terrorisme doit se faire à l'échelle du monde. Elle doit se faire au niveau diplomatique, juridique et politique, et être axée non pas sur la résolution de problèmes, mais sur des stratégies proactives de prévention. Il nous faut un bon système de collecte de renseignements. La création d'une coalition est essentielle. Les Canadiens ont une contribution utile à faire, mais il faut pour cela détourner des ressources affectées à des activités moins prioritaires.

    Nous allons énoncer dans un proche avenir des suggestions bien précises sur la meilleure façon d'atteindre cet objectif.

    Encore plus que ses alliés, le Canada a encaissé les dividendes de sa prétendue paix. Depuis la fin de la guerre froide, la capacité militaire réduite du Canada a miné notre réputation à l'échelle mondiale.

    Nos alliés de l'OTAN relèvent le défi qui consiste à lutter contre le terrorisme mondial alors que le premier ministre de notre pays hésite. L'indécision du premier ministre est compréhensible, étant donné la machine militaire rouillée et exploitée à outrance dont dispose actuellement le Canada. Le rétablissement de notre capacité de défense est un volet important du rétablissement de la réputation du Canada à l'échelle mondiale.

    Lorsque notre maison est la proie des flammes, nous voulons que nos voisins arrivent immédiatement en courant avec des seaux d'eau et non pas qu'ils viennent nous présenter leurs condoléances le lendemain. Lorsque les rôles sont inversés et que nos amis réclament notre aide, nous ne devons pas être des alliés en paroles seulement, qui offrent leur compassion mais guère plus. Le Canada doit saisir cette occasion d'offrir son aide concrètement au lieu de simplement exprimer son soutien verbalement, comme nous le faisons aujourd'hui. Nous ne pouvons pas tout faire, mais cela ne doit pas pour autant nous empêcher de faire tout notre possible.

    Aujourd'hui, nous avons l'occasion de partager ensemble notre chagrin et notre colère, mais surtout de nous engager du fond du coeur à agir ensemble. Nous, à la Chambre, sommes liés par le devoir qui nous attend. Nous sommes liés par notre désir de voir le monde devenir un endroit où tous les enfants pourront grandir libres et forts.

    Notre génération n'est pas la première génération de Canadiens à faire face au défi de lutter pour sa liberté. Je conclurai en récitant l'inscription qui figure sur le monument du soldat, à l'Université de Toronto:

    Prenez ces hommes en exemple. Comme eux, souvenez-vous que la prospérité ne peut être l'apanage que des êtres libres, que la liberté n'appartient qu'à ceux qui ont le courage de la défendre.

  +-(1320)  

+-

    M. Brent St. Denis (Algoma—Manitoulin, Lib.): Monsieur le Président, c'est avec intérêt que j'ai écouté les observations de mon collègue. À l'instar de tous les autres députés, nous sommes, lui et moi, profondément attristés par ce qui s'est passé la semaine dernière aux États-Unis et dans le monde. Ces événements ont à jamais changé la face du monde. Le mieux que nous puissions faire maintenant est d'accepter la leçon que nous ont très brutalement donnée les ennemis de la démocratie et de la liberté.

    Je tiens pour ma part à résister à la tentation, comme l'a si clairement dit le premier ministre, de voir là une simple lutte entre le bien et le mal, un simple différend religieux. Ce serait là une erreur très grave.

    Nous avons affaire ici à une volonté de détruire. Partout dans le monde, il y a des éléments--bandes de terroristes, gangs de motards criminels ou cartels de la drogue--qui veulent détruire ce que nous chérissons le plus.

    Mon collègue parle de la frontière canadienne et de la nécessité de s'assurer que les personnes qui entrent au Canada le font avec de bonne intentions. Je ne sais pas s'il l'a entendu, mais l'ambassadeur des États-Unis, M. Cellucci, a proposé que le Canada collabore avec les États-Unis au chapitre de la sécurité du continent afin de faciliter encore davantage les déplacements entre le Canada et les États-Unis.

    Mon collègue l'a-t-il entendu dire cela et, si oui, qu'en pense-t-il?

+-

    M. Brian Pallister: Oui, j'ai entendu ces observations, monsieur le Président. En fait, notre nation entretient avec les États-Unis des liens inséparables, surtout sur le plan commercial, qui sont très avantageux pour nous. Cependant, nous avons l'obligation de répondre comme il se doit en tant que nation aux menaces qui pèsent sur la sécurité des gens aux États-Unis. De nombreuses familles canadiennes ont été directement touchées par ce qui s'est passé la semaine dernière, mais nous avons des obligations à l'égard des gens du monde entier lorsqu'il s'agit de s'attaquer au terrorisme. Cela n'a jamais été plus apparent que maintenant.

    Le fait est que puisque nous partageons ce continent avec les États-Unis, il faut se pencher de façon proactive sur la question essentielle que constitue la sécurité périmétrique. Notre échec en la matière devrait être évident pour tous les députés.

    Si nous ne souscrivions pas avec force aux mesures destinées à protéger tous les habitants de l'Amérique du Nord contre des actions possibles de terroristes, les liens très étroits que nous entretenons avec les États-Unis sur les plans du commerce et de la sécurité s'en trouveraient compromis.

    À la suite des actions de la semaine dernière, nous avons pu constater les répercussions directes que les Canadiens et les Américains ont dû subir. Ceux qui sont venus au Canada en provenance d'autres régions du monde ont pu constater les retards, ainsi que les coûts que doivent supporter nos petites entreprises et les coûts imposés au nombre important de Canadiens qui comptent sur des emplois découlant du commerce.

    Si nous ne sommes pas disposés à relever les défis de la sécurité périmétrique, la frontière entre le Canada et les États-Unis deviendra un périmètre dont les Américains devront assurer la défense.

    Toute mesure qui entraîne d'autres retards ou des pertes d'efficacité dans les marchés fonctionnant dans nos deux pays a des répercussions négatives profondes sur les Canadiens. Les défis sont clairs.

    Certains prétendent qu'il y a une question de souveraineté en jeu dans le cas présent et que nous devrions nous enorgueillir du fait que nous sommes devenus une terre d'asile pour trop de terroristes, un pays qui est connu dans trop de coins du monde comme un endroit très hospitalier pour ceux qui pourraient s'en prendre à d'autres. C'est une accusation très grave à laquelle nous devons répondre. Nous devons le faire de façon proactive en cette enceinte, en prenant des mesures concrètes et non en portant un simple intérêt de façade à la question. Ce sera le défi que nous devrons relever dans les semaines à venir.

  +-(1325)  

+-

    M. Kevin Sorenson (Crowfoot, Alliance canadienne): Monsieur le Président, c'est le coeur lourd que j'interviens aujourd'hui dans le débat pour exprimer mes condoléances les plus sincères aux familles des victimes de l'agression perpétrée contre les États-Unis et le peuple américain.

    Mes pensées, mes prières et celles de tous les Canadiens accompagnent depuis le début les familles américaines et canadiennes qui pleurent la perte d'êtres chers. L'étendue de ce drame est incompréhensible pour la plupart des adultes.

    On ne peut donc qu'imaginer les conséquences de ces événements horribles pour les enfants qui ont perdu mère, père, tante, oncle, frère ou soeur. Nos propres enfants, touchés de loin seulement par cette catastrophe et le spectre de la mort, tremblent à la seule pensée ou perspective de perdre un parent qu'ils aiment tant et dont ils dépendent si étroitement.

    Pour ma part, depuis quelques jours, je serre mes enfants un peu plus fort, dans un élan protecteur. Hier, avant mon départ, ma fille, Kristen, et mon fils, Ryan, respectivement âgés de 9 et de 7 ans, ont exprimé des réserves lorsqu'ils ont su que leur papa devait prendre l'avion pour se rendre à Ottawa. Comment garantir aux enfants, qui sont incapables de comprendre de tels événements et les drames de ce monde, qu'il ne nous arrivera pas de telles catastrophes? C'est impossible.

    Il est cependant possible de leur expliquer que, en tant que parlementaires, nous ferons tout ce qu'il est en notre pouvoir de faire pour réduire au minimum le risque que de telles atrocités surviennent au Canada et qu'elles se reproduisent aux États-Unis. Voilà pourquoi je me joins à tous les députés de la Chambre pour exhorter et encourager le gouvernement à maintenir les dispositions de très forte vigilance mises en place au Canada à la suite de l'agression dont l'Amérique a été victime. Nous ne saurions faire autrement. Le Canada ne peut plus se montrer complaisant.

    Il est vrai que le Canada n'est pas une cible majeure pour les terroristes. Nous ne devons pas présumer pour autant que nous sommes à l'abri du terrorisme. Nous avons des preuves concrètes que notre pays est un lieu de refuge pour les groupes terroristes, un lieu où ils peuvent organiser des levées de fonds, se procurer des armes, poursuivre leurs activités et appuyer leurs organisations à visées terroristes.

    La plupart des grandes organisations internationales sont représentées au Canada. En 1998, le rapport du SCRS indiquait que nous comptions au Canada une cinquantaine d'associations terroristes organisées et actives qui, essentiellement, utilisaient le Canada comme centre bancaire.

    Le rapport indiquait également que les lois libérales régissant l'immigration sur notre territoire, nos frontières relativement ouvertes, la liberté de déplacement, des systèmes de communication de pointe et la proximité des États-Unis contribuaient à faire du Canada un pays invitant pour les terroristes. La situation géographique du territoire canadien en fait une voie privilégiée de passage pour tout terroriste désireux d'entrer aux États-Unis.

    Plus du tiers de tous les attentats terroristes dans le monde visent les États-Unis. Il est par conséquent absolument impérieux, pour le bien de nos meilleurs amis et de notre plus proche voisin, que nous tâchions de boucher aussi efficacement que possible cette voie de passage. Nous devons commencer par veiller à ce que notre service du renseignement de sécurité, notre toute première ligne de défense contre le terrorisme, bénéficie d'un financement adéquat.

    Je veux parler du SCRS qui a pour mandat de recueillir et d'analyser toute l'information, de faire rapport au gouvernement des menaces contre la sécurité de notre pays et de le conseiller à ce sujet. Je veux parler également de la GRC qui est chargée de prendre directement des mesures pour parer aux menaces terroristes.

    Les budgets de fonctionnement de ces organismes sont passés de 464 millions de dollars pour l'exercice financier 1989-1990 à 333 millions de dollars 1997-1998, soit une diminution de 131 millions de dollars. Le financement pour le SCRS est passé de 179,4 millions de dollars en 1991 à 167 millions de dollars en 1997-1998. Les Canadiens veulent savoir si le gouvernement se préoccupe vraiment de la sécurité de ses citoyens.

    Le programme d'austérité du gouvernement a une incidence significative sur les niveaux de ressources de ces services. De 1992 à 1998, les effectifs y ont été réduits de 760 personnes, soit une diminution de 28 p. 100.

  +-(1330)  

    Dans son rapport de 1996, le SCRS signale qu'il avait plus de dossiers que jamais auparavant, mais moins de ressources pour faire le travail. Voici ce que dit le rapport public du SCRS de l'an 2000:

    Jusqu’ici, [le SCRS] a réussi à surmonter les difficultés en ayant recours à la gestion des risques. Cependant, les événements survenus à la fin de 1999 ont souligné à quel point il lui est important de réévaluer constamment son efficience dans le contexte actuel de la menace, surtout pour ce qui est de la répartition de ses ressources humaines. Plus que jamais, le Service doit s’appuyer sur la gestion des risques et concentrer judicieusement ses ressources sur les principaux enjeux, tout en évaluant les nouvelles menaces.

    Le même rapport ajoute:

    Au cours des prochaines années, les terroristes risquent de frapper avec davantage de violence, moins de discernement et de façon plus imprévisible que ces dernières années. Le recours à des matières explosives avancées et à des minuteries et des détonateurs hautement perfectionnés fera de plus en plus de victimes. Il y aura vraisemblablement des attentats terroristes dont le seul but sera d’engendrer la terreur même. Le durcissement des attitudes et la volonté de certaines organisations terroristes de soutenir directement le terrorisme en Amérique du Nord renforcent la conviction que les Canadiens sont plus que jamais des victimes potentielles et que le Canada pourra être la cible d’attentats terroristes.

    Au cours des quelques dernières années, le SCRS a essuyé plusieurs échecs ou scandales. En novembre 1999, un document très secret a été volé dans la camionnette d'un analyste. À la suite de cet incident, un autre agent a laissé une disquette d'ordinateur, pleine de renseignements très secrets, dans une boîte téléphonique très utilisée de Toronto. Le pire manquement à la sécurité s'est produit lorsque le SCRS a été incapable de découvrir deux présumés terroristes qui habitaient à Montréal. Ahmed Ressam, un Algérien qui était au centre d'une organisation terroriste, agissait depuis un petit appartement, à quelques heures à peine d'Ottawa. Selon le gouvernement des États-Unis, il n'était pas le seul présumé terroriste qui résidait à Montréal; il avait d'autres complices. Apparemment, la veille de notre célébration du millénaire, lui et un complice, qui auraient été en mission meurtrière pour le compte du groupe d'Oussama ben Laden, devaient quitter en douce la Colombie-Britannique pour se rendre dans l'État de Washington, où ils disposaient des ingrédients nécessaires pour fabriquer une bombe tellement puissante qu'elle aurait pu pulvériser un gros immeuble. Heureusement, un douanier des États-Unis a arrêté Ressam au moment où il tentait de traverser la frontière, le 14 décembre 1999.

    Il semblerait que le SCRS n'ait joué aucun rôle dans l'arrestation de Ressam, bien que le présumé terroriste habitait au Canada depuis 1994. Il avait obtenu frauduleusement un passeport canadien et s'en servait pour se rendre en toute liberté en Europe, et même en Afghanistan, et revenir au Canada.

    Le fait que Ressam ne se soit pas présenté aux audiences d'immigration, et même son arrestation pour vol, n'avaient apparemment pas mis suffisamment la puce à l'oreille aux agents du SCRS ou de l'immigration.

    Le juge de Los Angeles qui a présidé le procès de M. Ressam s'est dit scandalisé de la façon dont le Canada s'était occupé de ce cas. Personne ne sait vraiment comment Ressam a échappé au SCRS. Cependant, je vais donner le bénéfice du doute à notre service de renseignement de sécurité, car je présume que l'insuffisance des ressources y est pour beaucoup. À mon avis, il est grand temps de modifier le programme gouvernemental de compressions, qui a tellement nui au SCRS et à la GRC et qui, par conséquent, a miné la sécurité de notre pays et celle de ses citoyens.

    Il est temps de remédier à la perte de 2 200 postes et de fonds de près de 175 millions de dollars au sein de la GRC depuis 1994.

    Vu la période limitée dont nous disposons aujourd'hui, il m'est impossible de dresser la liste des nombreuses questions qui demeurent sans réponse au sujet de l'efficacité et des compétences des services de renseignement ou de sécurité. Cependant, en tant que porte-parole de l'opposition officielle en ce qui concerne le solliciteur général, je poserai des questions dans les prochains jours. Un de mes électeurs m'a écrit :

    Nous devons notre liberté et notre mode de vie à une seule chose, à la bonne volonté dont font preuve nos voisins du Sud et à la protection qu'ils nous accordent. Sans eux, nous serions sous la coupe de ceux qui auraient la force de s'approprier les vastes ressources de notre pays, car nous ne sommes certainement pas en mesure de protéger ce qui nous appartient actuellement. Les terroristes ont déclaré la guerre à nos bons voisins le 11 septembre et, par le fait même, ils nous ont déclaré la guerre. Nous devrions donc maintenant appuyer, de toutes les manières possibles, les États-Unis.

    Nous devons nous assurer que notre première ligne de défense contre le terrorisme dispose de ressources humaines et financières ainsi que de matériel suffisants pour faire en sorte que les Canadiens ne soient pas des victimes potentielles et que le Canada ne soit pas une cible potentielle des attaques terroristes.

  +-(1335)  

    Nous devons être vigilants.

+-

    M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PC): Monsieur le Président, je félicite le député et je suis d'accord avec plusieurs des observations, questions et préoccupations qu'il vient d'exprimer avec compétence.

    Je voudrais profiter de l'occasion pour offrir, en mon nom personnel et au nom des électeurs de Pictou--Antigonish--Guysborough, nos sympathies aux proches et aux victimes, ceux qui ont été écrasés tant émotivement que physiquement, aux États-Unis d'Amérique. Nos voisins, nos plus proches alliés et nos amis ont besoin de notre soutien inconditionnel actuellement.

    Je voudrais aussi offrir brièvement nos félicitations et notre appui aux pompiers, aux policiers et aux membres du personnel médical d'urgence qui, oubliant leur propre sécurité, n'ont pas hésité à s'exposer à des risques. Pendant que de nombreuses personnes impliquées dans cette tragédie sortaient en courant du Pentagone et du World Trade Center, ces travailleurs des services d'urgence se précipitaient à l'intérieur. Ils poursuivent leur travail, l'oeuvre de Dieu, en tentant de préserver la vie dans des circonstances très tragiques.

    Comme le député de Crowfoot l'a dit dans ses mots, je suis certain qu'il partage l'opinion des membres de la Coalition de la représentation démocratique progressiste conservatrice, selon laquelle il faut consacrer plus de ressources en matière de sécurité et de défense intérieures. Il a cité des statistiques, mais nous savons qu'aux États-Unis, le Congrès a accordé 40 milliards de dollars pour que le Président réalise ces idéaux.

    Il ne suffit plus de prononcer des paroles. Comme le député l'a dit, nous devons consacrer réellement des ressources aux ministères responsables. Le député pourrait-il nous faire part de son opinion à ce sujet?

+-

    M. Kevin Sorenson: Monsieur le Président, je remercie mon collègue d'avoir posé cette question et je le remercie aussi d'avoir exprimé ses sympathies en son nom personnel et au nom des électeurs de sa circonscription.

    Ce qui s'est passé et le discours que nous tenons n'ont rien de nouveau. Personne ne souhaite prendre la parole devant le Parlement ou ailleurs pour offrir ses condoléances au peuple américain dans de telles circonstances. Chacun voudrait que tout cela n'ait été qu'un cauchemar. Cependant, la population canadienne s'attend à ce que la priorité première du gouvernement soit la sécurité des citoyens.

    Quand il est question de coupes dans divers secteurs ou de compressions budgétaires et financières, notre parti, comme les autres partis d'ailleurs, n'a jamais souhaité que l'on fasse des compressions où cela pourrait porter atteinte à la sécurité de la nation et des citoyens canadiens.

    Toutefois, en réponse à la question, le SCRS, notre service du renseignement, a indiqué on ne plus clairement dans son rapport que nous faisons de la gestion de risque. Ces mots, qui sont tirés d'un rapport, ont été prononcés par ceux-là mêmes qui sont responsables de la sécurité de notre nation. Lorsque ces personnes concluent que nous essayons de gérer les risques que présentent des dossiers, des enjeux et des personnes que nous surveillons, la Chambre a raison de se montrer très inquiète.

    Comme on l'a dit, des rapports montrent que les budgets d'exploitation sont passés de 464 à 333 millions de dollars. Le SCRS indique dans son rapport qu'il est saisi d'un plus grand nombre de dossiers et de cas, mais qu'il dispose de 131 millions de dollars de moins.

    La GRC déclare que la responsabilité du SCRS est de recueillir des renseignements et d'en saisir le Parlement et le gouvernement, de manière à ce qu'elle puisse agir et assurer la sécurité de notre pays. Nous savons que le manque de ressources et de financement a entraîné la suppression de 2 200 postes à la GRC. Nous savons que la GRC a subi des coupes de 175 millions de dollars.

    Comme on dit à Crowfoot, il est temps de passer de la parole aux actes. Nous devons rajuster le tir pour montrer notre engagement renouvelé à assurer la sécurité des citoyens canadiens.

  +-(1340)  

+-

    L'hon. David Collenette (ministre des Transports, Lib.): Monsieur le Président, je voudrais informer la Chambre que je partagerai mon temps de parole avec un de mes collègues.

    La semaine qui vient de s'écouler a été fort éprouvante pour le gouvernement et les Canadiens, comme pour bien d'autres dans le monde. Je crois fermement que le secteur des transports canadien a réagi vigoureusement et en temps opportun à cette crise sans précédent. En outre, les collectivités qui ont accueilli les passagers des avions ont accompli tout un tour de force, un tour de force qui va bien au-delà de l'imagination. Transports Canada, Nav Canada, nos aéroports et tout le personnel de gestion des transports et de la sécurité ont fait un travail exceptionnel. Nous avons pris ces mesures très décisives sans hésitation.

    Je dirai d'abord que je m'adressais à 2 000 cadres supérieurs à l'occasion de la 11e conférence du Conseil international des aéroports à Montréal lorsque cette crise a éclaté. Parmi ces cadres supérieurs, on comptait nombre de dirigeants d'aéroports américains, qui étaient absolument stupéfiés par ce qui se passait. Dès que nous avons pris conscience de la gravité de la situation, nous avons fermé l'espace aérien canadien en moins d'une heure. En fait, le gouvernement a agi avant d'émettre un communiqué officiel. Je m'excuse auprès des médias, notamment, mais des mesures devaient être prises sur-le-champ, et elles l'ont été par téléphone et par télécopieur. Le communiqué officiel a été publié beaucoup plus tard.

    Plus de 200 vols ont été déroutés. Nous estimons que quelque 33 000 passagers ont été ainsi redirigés, et la majorité d'entre eux se sont retrouvés dans des aéroports de la côte est, car, dès que les attentats se sont produits, nous avons dû les faire atterrir le plus rapidement possible. C'est pourquoi un nombre disproportionné d'avions ont atterri à Gander, à Stephenville, à Goose Bay, à St. John's, à Halifax et à Moncton. Tout le monde au pays a très bien réagi. Des avions se sont posés à Whitehorse, à Yellowknife, à Hamilton, à Toronto et à Winnipeg. Vancouver a accueilli 33 appareils. D'autres avions se sont posés à Thunder Bay, à Dorval, à Mirabel, à Edmonton et à Calgary. Toutefois, les efforts les plus importants ont été consentis par les Canadiens de l'Atlantique, et ils se sont acquittés de leur tâche de façon remarquable. Ils méritent nos félicitations.

    Les députés doivent comprendre à quel point la situation a été difficile au sol. Comme mes collègues le savent, certains de ces aéroports, surtout ceux des petites villes de l'Atlantique, n'ont pas l'habitude d'accueillir autant d'avions. Halifax a reçu 40 avions. Il s'agit d'un aéroport international, certes, mais il n'avait jamais eu 40 gros porteurs au sol simultanément. Les voies de circulation étaient encombrées. Il y a eu 38 appareils à Gander et 8 à Stephenville, je crois. St. John's en a accueilli 25, Moncton 10 et Goose Bay 5. Ces collectivités ont été complètement débordées, non seulement sur le plan technique, mais aussi pour ce qui est de l'accueil des passagers. Elles ont accompli un travail remarquable.

    Nous tenions à ce que ces avions reprennent les airs au plus tôt. Nous avons travaillé de concert avec la FAA aux États-Unis. Quand nous avons jugé qu'il était possible d'ouvrir l'espace aérien canadien, nous l'avons fait avant que l'espace aérien américain le soit, parce que nous voulions que les Canadiens reprennent les airs. Nous voulions que les avions déroutés vers le Canada reprennent leur point de destination, situés surtout aux États-Unis ainsi qu'au Mexique.

    Il a fallu pour cela faire face à de nombreux problèmes logistiques. Les pistes de décollage étaient encombrées. Des problèmes de sécurité, d'immigration et de douanes, dont mes collègues parleront plus tard au cours du débat, ainsi que des problèmes techniques, se sont aussi posés. Quand tout a été réglé, il y a eu un dernier pépin. Comme c'est toujours le cas à Terre-Neuve, et la population de cette province le sait parfaitement, le temps s'est mis de la partie et a causé du retard. Toutefois, les voyageurs étaient d'un calme remarquable. On nous a dit que certains sont restés assis dans l'avion pendant huit à dix heures. Nous ne pouvions pas permettre le débarquement sans assurer le traitement approprié de ces voyageurs. Nous devions faire en sorte que la sécurité des Canadiens soit au premier plan des activités de cet exercice.

[Français]

  +-(1345)  

    Je dois dire quelques mots sur la sécurité aérienne, parce que le gouvernement du Canada prend toutes les mesures nécessaires afin de maintenir et d'améliorer la sécurité de notre système d'aviation.

    Nous travaillons avec tous les autres pays et toutes les organisations internationales afin d'identifier et d'éliminer les risques qui pourraient affecter les Canadiens.

    La réputation du Canada, dans le domaine de la sécurité aérienne, est franchement enviable. Nous nous engageons à maintenir le plus haut niveau de sécurité. Lorsque la sécurité de notre système de transport est menacée, nous réagissons rapidement et adéquatement.

[Traduction]

    Nous avons rapidement pris de nouvelles mesures. Avant d'autoriser un avion à décoller, nous avons pris des mesures très rigoureuses. Nous avons travaillé de concert avec le personnel aéroportuaire, les lignes aériennes, les syndicats et toutes les personnes concernées, afin d'éviter toute erreur et assurer un niveau de sécurité accru pour tous les Canadiens qui montent à bord des avions.

    Il ne s'agissait pas seulement des passagers qui avaient franchi les contrôles de sécurité intérieurs. Les événements de la semaine dernière ont amené une remise en question de tous les aspects de la sécurité aérienne, pas seulement les mesures touchant les passagers et l'accès aux aéronefs, mais également la façon dont les appareils sont entretenus, qui effectue l'entretien, qui a accès à l'aire d'envol, qui accède aux édifices du terminal et qui accède à l'identification des employés des lignes aériennes. Il a fallu examiner tous ces aspects très rapidement, et de nouvelles mesures ont été prises.

    Nous ne déposerons pas la liste de toutes les mesures de sécurité à la Chambre des communes, parce qu'en raison de leur nature même, les mesures de sécurité doivent demeurer confidentielles. Nous ne voudrions pas les rendre accessibles à un terroriste qui aurait l'intention de perpétrer une autre attaque.

    Il va de soi que les gens doivent maintenant se rendre dans les aéroports plus tôt. Ils feront évidemment l'objet de mesures de contrôle plus poussées, tant sur eux-mêmes que sur leurs objets personnels. Tout objet pouvant être considéré comme dangereux devra leur être enlevé.

    Je crois que les gens le comprennent et qu'ils l'acceptent. En cette ère de dispositifs électroniques, nous devons veiller à ce que des passagers ne puissent utiliser à des fins infâmes les appareils qu'ils emportent avec eux, qu'il s'agisse d'ordinateurs personnels, d'ordinateurs BlackBerry ou de tout appareil technique ou émettant des signaux.

    Nous avons accru les mesures de sécurité. J'annoncerai, plus tard aujourd'hui, d'autres mesures concernant la sécurité. Il s'agit d'un processus permanent.

    La sécurité était à l'étude avant le 11 septembre. L'examen constant de mesures de sécurité est un exercice extrêmement rigoureux. Les normes sont changées et la barre est placée plus haut, mais en raison des terribles événements qui se sont produits la semaine dernière, nous ne voulons plus prendre de risques et de nouvelles mesures seront prises.

    Tout ce que mes collègues diront au cours du présent débat sera pris en compte. En tant que législateurs, nous devons travailler comme un seul homme à un seul but, à savoir protéger les gens que nous représentons. Le gouvernement fédéral n'a pas le monopole des bonnes idées pour ce qui est des mesures à prendre dans quelque domaine que ce soit, et encore moins dans celui de la sécurité.

    Ce qui est bien, c'est que d'autres moyens de transport ont très bien fonctionné, le réseau ferroviaire notamment. Cela tient beaucoup à la façon dont les marchandises sont vérifiées. Mon collègue, le ministre du Revenu national, va nous en parler. Toutefois, le réseau ferroviaire n'a pratiquement pas été touché.

    Nous avons eu beaucoup de problèmes de vérification à la frontière, comme va vous le dire le ministre. Toutefois, nous avons pu, tout en respectant la loi fédérale, permettre aux camionneurs de traverser la frontière et faire preuve de souplesse pour ce qui est des périodes de repos. Avec la collaboration de tous les gouvernements provinciaux, nous avons réussi à faire que les marchandises soient bien expédiées.

    Pour en revenir aux lignes aériennes, il faut dire qu'elles ont repris assez rapidement leurs activités. J'ai parlé au téléphone cette fin de semaine avec les présidents-directeurs généraux des transporteurs canadiens et de certains transporteurs internationaux. Air Canada fonctionnait à entre 80 et 90 p. 100 et à 100 p. 100 au Canada. Canada 3000 fonctionnait à 100 p. 100 au Canada, mais avec des retards de deux ou trois jours dans certains cas à l'international. WestJet fonctionnait à 100 p. 100 sur les vols intérieurs.

    Les compagnies aériennes ont repris leurs activités. Il y a eu des réductions, oui. Dans un communiqué qu'elle a publié ce matin, Air Canada annonce qu'elle réduira ses vols, surtout les transfrontaliers, qui seront probablement les plus touchés à longue échéance.

    Les personnes qui prévoyaient aller cet hiver dans le Sud, en Floride, à Hawaï ou en Europe, ne devraient pas changer leurs projets à cause des terroristes. Ne nous laissons pas intimider par ces gens-là! Si les Canadiens veulent prendre des vacances, ont besoin de prendre des vacances ou méritent de prendre des vacances, nous veillerons à ce que le réseau de transport aérien soit assez sûr pour qu'ils puissent prendre leurs vacances comme prévu.

  +-(1350)  

    J'encourage les gens à voyager de nouveau et à se consoler à l'idée que tout le monde est aux aguets. Les organismes gouvernementaux prennent toutes les précautions nécessaires pour assurer leur sécurité.

    On peut certes s'interroger sur la viabilité de l'aviation commerciale, surtout à la lumière des événements de la semaine dernière. Nous croyons qu'il y aura des répercussions surtout aux États-Unis, mais le Canada aura aussi sa part de défis, dont nous allons discuter dans les jours et les semaines à venir.

    Il faut obtenir des renseignements précis et mettre les choses en perspective pour pouvoir porter un bon jugement, avant de traiter toute autre question pouvant survenir dans les prochaines semaines.

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD): Monsieur le Président, je remercie le ministre des Transports d'avoir reconnu le travail inestimable du personnel des sociétés aériennes et des instances administratives partout au pays.

    Ayant oeuvré pendant 18 ans dans le secteur aérien, dont 9 ans au Yukon et 9 ans à l'aéroport de Halifax, je sais exactement ce qu'ont vécu ces gens pendant ces longues heures. La patience et la compréhension de toutes les instances, la générosité de toutes les collectivités et, en particulier, la compréhension de passagers demeurés assis dans des avions pendant 12 heures ont beaucoup facilité leur travail et l'ont rendu plus efficace.

    Comme le sait le député, la sécurité des aéroports est confiée à des entrepreneurs du secteur privé par les grands transporteurs. Je me rappelle avoir essayé de prêter main-forte à des préposés à la sécurité de l'aéroport de Halifax chargés du processus de vérification pendant leurs négociations contractuelles avec Air Canada, il y a quelques années. Je n'ai pu m'empêcher de remarquer qu'Air Canada et d'autres transporteurs s'adressent maintenant au ministre pour lui demander que le gouvernement fédéral prenne intégralement à sa charge la sécurité des aéroports et les processus de vérification dans tout le pays.

    Je sais qu'il est un peu tôt pour lui demander s'il va donner suite à cette demande. Toutefois, le ministre peut-il dire s'il va au moins la prendre en délibéré et analyser les contrats de vérification de tout le pays afin de veiller à ce qu'ils relèvent d'un processus national de vérification mis au point et appliqué par le gouvernement fédéral?

  +-(1355)  

+-

    L'hon. David Collenette: Monsieur le Président, le processus de vérification fonctionne de cette façon. Transports Canada a le pouvoir de superviser le volet sécurité de tous les aspects de l'industrie de l'aviation. Je suppose que l'on pourrait tenir à la Chambre un débat visant à déterminer s'il y a lieu ou non de faire en sorte que, du point de vue opérationnel, cette tâche soit de nouveau confiée à la fonction publique plutôt qu'au secteur privé. C'est là un débat que nous devrions tenir.

    Ce n'est cependant pas là notre préoccupation pour le moment, car Transports Canada supervise les activités des entreprises de sécurité et a mis en place un processus d'évaluation plus strict au cours de la dernière année. Il a certes fait preuve de beaucoup plus de rigueur au cours de la dernière semaine avec les sociétés chargées de la sécurité pour le compte des sociétés aériennes. Après tout, ces dernières ont pris cette responsabilité.

    Je ne voudrais pas que le député induise la Chambre en erreur par inadvertance en laissant entendre que les changements apportés à la politique gouvernementale au cours des dernières années se traduiraient par l'absence de contrôle, de surveillance ou d'objectif commun en matière de vérification aéroportuaire. Nous avons été très vigilants et très stricts.

    Il s'agit plutôt de déterminer ce que nous allons faire à compter de maintenant. Nous devrions mettre l'accent sur des façons précises d'améliorer la sécurité plutôt que sur la question de savoir qui fait le travail et qui en est responsable sur le plan contractuel.

+-

    M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je suis sensible aux commentaires du ministre des Transports sur le sujet. J'aurais souhaité qu'il ne partage pas son temps de parole et qu'il nous donne une meilleure idée du moment où il pourrait déposer des recommandations plus étoffées sur la question.

    Nous avons tous des histoires à raconter sur la sécurité dans les aéroports. Je veux faire part de ma propre expérience au ministre.

    Quand on passe à l'inspection sécuritaire avant l'embarquement, on doit normalement nous demander d'allumer tout téléphone cellulaire, portable ou organisateur portatif. Personne, évidemment, n'est supposé apporter de couteau dans l'avion.

    Depuis mon élection comme député en novembre dernier, j'ai fait la navette entre ma circonscription et Ottawa presque chaque semaine. Jusqu'à hier, on ne m'avait jamais demandé de mettre en marche mon cellulaire, mon portable ou mon organisateur portatif. À 25 ou 30 reprises au cours de la dernière année, j'avais sur moi dans l'avion un petit couteau de poche dont je me servais pour ouvrir le courrier.

    Dans les 10 derniers jours, mon adjoint législatif et moi avons transporté à bord des couteaux de poche, alors que mon adjoint administratif avait des ciseaux. La présence à bord de l'avion de ces instruments et d'appareils électroniques non vérifiés contrevenait de toute évidence aux normes de sécurité que le ministre est supposé mettre en application dans les aéroports.

    Le site Web du ministre des Transports mentionne seulement que les mesures de sécurité actuelles...

+-

    Le vice-président: Je regrette d'interrompre le député, mais le ministre n'a pas plus qu'une minute pour répondre brièvement avant qu'on ne passe aux déclarations des députés.

+-

    L'hon. David Collenette: Monsieur le Président, nous pouvons tenir une autre discussion à ce sujet. Les membres du Comité des transports voudront peut-être m'inviter à un moment donné à me présenter devant eux pour en parler plus en détail.

    Je comprends l'observation de mon collègue quand il déplore que nous n'ayons pas vraiment le temps d'examiner la question dans les moindres détails. Nous étudions cependant quotidiennement les mesures à prendre et nous apporterons des changements lorsque nous croirons qu'il faut les introduire.

    À propos de certains des points soulevés plus tôt, le député demande au fond pourquoi nous n'avons pas déjà pris ces mesures. Ce qui est arrivé la semaine dernière a changé la nature même des voyages par avion, étant donné le genre de menace à laquelle nous avons affaire et le fait que des avions commerciaux ont été utilisés comme des missiles contre des bâtiments civils. Cela exige des mesures beaucoup plus concertées et réfléchies.


+-DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Article 31 du Règlement]

*   *   *

[Traduction]

+-Le Terrorisme

+-

    M. Mac Harb (Ottawa-Centre, Lib.): Monsieur le Président, au nom de mes électeurs, j'offre mes plus sincères condoléances aux familles et amis des victimes et notre profond appui au peuple américain.

    Nous sommes tous horrifiés de voir qu'une petite bande de terroristes bien financés et bien organisés ont pu tuer tant d'innocents.

    Même si nous sommes indignés et en colère, nous devons veiller à ce que le monde réagisse à cette crise de manière précise et en temps opportun. Il ne s'agit pas d'une guerre entre États nations. Il ne s'agit pas d'une guerre de religions. En fait, toutes les religions du globe ont condamné ce geste insensé.

    Il s'agit de trouver les responsables et de soumettre à la justice tous ceux qui ont participé à ce crime ignoble et abject contre l'humanité.

    Dans l'esprit de la centaine de milliers de personnes qui se sont rassemblées sur la colline du Parlement la semaine dernière, je demande à tous les Canadiens de se raccrocher aux valeurs qui nous ont permis de bâtir ce pays, c'est-à-dire aimer et respecter notre prochain, accueillir les nombreuses cultures qui composent notre nation et réaffirmer notre engagement ferme et indéfectible envers la préparation d'un avenir meilleur pour nos enfants.

*   *   *

  +-(1400)  

+-Le Terrorisme

+-

    M. David Anderson (Cypress Hills—Grasslands, Alliance canadienne): Monsieur le Président, au nom des électeurs de Cypress Hills—Grasslands, j'offre ma sympathie aux victimes et aux familles frappées par la tragédie de mardi. Cet horrible geste de terrorisme n'a pas seulement détruit des vies, il a meurtri le monde entier en permanence.

    Ces actions abjectes sont le fruit de la haine et de l'ambition, des émotions que nous connaissons tous. Ces événements nous forcent à regarder en dedans de nous-mêmes.

    La semaine dernière, Billy Graham a parlé du besoin de renouveau spirituel. Sommes-nous disposés à laisser Dieu guérir notre nation?

    Nous prions pour les victimes et leurs familles et nous continuons d'espérer que Dieu protège la terre de nos aïeux. Nous devons faire preuve de beaucoup de sagesse pour veiller à ce qu'un tel geste ne se reproduise jamais.

    En un pareil moment, il convient que chaque parlementaire fasse son propre examen de conscience et se demande quelle est sa responsabilité et quel est son rôle dans le renouvellement de notre pays.

*   *   *

+-Le Terrorisme

+-

    M. David Pratt (Nepean—Carleton, Lib.): Monsieur le Président, les images diffusées en direct à la télévision sont gravées à tout jamais dans notre mémoire. Mardi dernier, nous avons été témoins de l'une des plus horribles attaques contre une population civile dans l'histoire de l'humanité.

    Dans sa condamnation des attaques barbares contre le World Trade Center et le Pentagone, le premier ministre a exprimé très clairement l'horreur collective et le dégoût des Canadiens.

    La liste des morts et des disparus, où figurent les noms de personnes de plus de 40 nationalités, montre qu'il s'agit véritablement d'une attaque contre le monde civilisé. Nous offrons notre sympathie la plus sincère au président Bush et aux représentants du gouvernement américain. Nous joignons nos pensées et nos prières à celles des familles et des parents des victimes et des disparus qui demandent à Dieu la sagesse nécessaire pour comprendre leur perte et y faire face.

    Le Canada appuiera les États-Unis dans la lutte contre le terrorisme. Ensemble, avec le concours de nos alliés, nous devons rassembler les ressources et la détermination nécessaires pour libérer le monde de ce mal indicible.

*   *   *

+-Le Terrorisme

+-

    M. John Godfrey (Don Valley-Ouest, Lib.): Monsieur le Président, la tragédie survenue aux États-Unis le 11 septembre nous rappelle le rôle crucial qui incombe au Parlement et au gouvernement lorsqu'il s'agit d'aider le pays à traverser des moments difficiles.

    Que demandent les Canadiens et les citoyens du monde entier à l'heure actuelle? Qu'attendent-ils? Ils veulent la sécurité.

    Une des principales fonctions des gouvernements est d'assurer la sécurité et la sûreté des collectivités, à l'échelle locale, nationale et internationale. Voilà le véritable objet des programmes de sécurité des citoyens. Néanmoins, les Canadiens s'attendent également à ce que leurs gouvernements agissent de façon prudente, sage et judicieuse .

    Nous ne devons pas laisser triompher les forces du mal parce que nous nous sommes laissés provoquer à tel point que notre sécurité s'en trouve menacée, plutôt que renforcée.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Walt Lastewka (St. Catharines, Lib.): Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui à la Chambre pour offrir, au nom de tous les habitants de la région de Niagara, nos plus sincères condoléances à nos voisins américains à la suite des événements horribles survenus le mardi 11 septembre 2001.

    Notre région étant située tout près de la frontière avec les États-Unis, nous avons beaucoup d'amis de l'autre côté de la frontière et la région de Niagara a immédiatement réagi, exprimant son appui et sa compassion.

    L'équipe régionale d'intervention en cas d'urgence a été convoquée et mise en état d'alerte tôt mardi dès qu'on a su ce qui se passait à New York et à Washington. Cette équipe est prête à passer à l'action et à aider avec les ressources nécessaires, quelles qu'elles soient, si on le lui demande.

    Cinq membres de l'équipe d'intervention en cas d'incidents critiques de la région de Niagara sont à Washington où ils portent assistance aux familles des victimes. La municipalité régionale de Niagara, en coordination avec la Coopérative de crédit de Niagara, a constitué un fonds pour les victimes de cette tragédie et leurs familles. Les stations de radio et de nombreuses organisations ont recueilli des milliers de dollars.

    Tous les habitants de la région de Niagara sont en pensée et en prière avec les Américains qui doivent maintenant surmonter de nombreuses épreuves pour refaire leur vie après cet événement innommable qui a à tout jamais changé la vie de chacun d'entre nous.

*   *   *

+-Les musulmans canadiens

+-

    M. Rahim Jaffer (Edmonton—Strathcona, Alliance canadienne): Monsieur le Président, moi qui suis le seul musulman à avoir été élu au Parlement canadien, j'ai été très attristé non seulement par ce qui s'est passé aux États-Unis la semaine dernière, mais aussi par les attaques contre la communauté islamique que cela a entraîné.

    La plupart des Canadiens savent que vivre dans une société multiculturelle est d'une grande valeur; ils savent aussi que la diversité de notre pays fait sa force. Je crains que, à cause de l'interprétation perverse que font de l'Islam quelques extrémistes, une communauté tout entière risque d'être mise dans le même sac.

    Les musulmans canadiens sont venus d'un peu partout s'installer au Canada parce qu'ils ont en commun ces valeurs que sont la paix, la liberté et la démocratie. Ils chérissent ces valeurs et aiment ce pays en raison des chances qu'il offre à tous les Canadiens, à toutes les races et à toutes les croyances religieuses. La plupart d'entre eux sont prêts à se battre et à mourir pour le Canada.

    Le moment est venu pour tous les Canadiens, quelle que soit leur origine, leur race ou leur religion, de se serrer les coudes pour combattre la menace terroriste au lieu de se retourner les uns contre les autres. N'oublions pas que nous ne valons pas mieux que les poltrons anonymes qui ont commis ces actes aux États-Unis si nous nous retournons contre nos propres communautés ici au Canada, en nous livrant à des actes de violence ou en proférant des menaces.

    Je suis fier d'être Canadien et je suis également fier d'être membre de la communauté islamique, un groupe qui apporte énormément à ce grand pays qui est le nôtre.

*   *   *

  +-(1405)  

[Français]

+-Le terrorisme

+-

    M. Robert Bertrand (Pontiac—Gatineau—Labelle, Lib.): Monsieur le Président, le 11 septembre 2001 restera à jamais gravé dans le coeur de l'humanité. L'horreur de cette journée reste encore aujourd'hui difficile à exprimer en mots.

    La compréhension d'un tel geste défie tout entendement humain. Nous ne pourrons jamais expliquer ce qui a pu pousser des individus à poser un geste aussi lâche. Nous sympathisons avec ces sentiments d'horreur et de déchirement que ressentent nos frères et soeurs américains.

    Ils ne sont pas seuls dans cette épreuve. Plusieurs citoyens canadiens figurent parmi les milliers de victimes de cette tragédie. L'indignation et le deuil ressentis par tous les Canadiens et les Canadiennes ont été clairement démontrés par la vague de sympathie et de soutien.

    Vendredi dernier, nous étions plus de cent mille sur la colline du Parlement pour exprimer notre compassion et notre amitié à l'endroit du peuple américain. Cette solidarité entre nos deux peuples nous aidera à affronter ensemble la menace que le terrorisme fait peser sur nos démocraties.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ): Monsieur le Président, le 11 septembre dernier, mon fils le plus jeune devait travailler au World Trade Center. Il m'aura fallu presque une heure avant de savoir qu'il était sain et sauf.

    Inutile de dire que je comprends la douleur des Américains et de toutes les personnes qui pleurent un mort ou, ce qui est peut-être encore pire, un disparu.

    Je sais que je puis dire que le Québec et le Canada tout entier se joignent à moi, à nous, pour témoigner à toutes ces personnes notre sympathie.

    Mais face à une abomination comme les événements de New York et de Washington, s'il est important de trouver les coupables et de les traduire en justice, s'il est important de réagir, il est encore plus important de trouver des solutions pour éviter qu'une pareille tragédie ne se reproduise.

    Cette volonté, notre volonté, doit être inébranlable. Pour y parvenir, tout désir de vengeance doit être absent de cette réaction. Autrement, ce que nous récolterons, ce sera plus de haine et je ne...

+-

    Le Président: L'honorable député de Lac-Saint-Louis a la parole.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Clifford Lincoln (Lac-Saint-Louis, Lib.): Monsieur le Président, la violence est toujours profondément injuste, car ce sont inévitablement les innocents qui en paient le prix, un prix incalculable. En effet, comment mesurer la valeur et la noblesse d'une seule vie humaine?

[Traduction]

    Nous nous arrêtons aujourd'hui, tout d'abord, pour nous souvenir des milliers de victimes innocentes qui ont payé de leur vie le terrible prix de la haine et de la violence. Ce sont des mères, des pères, des maris, des femmes, des frères, des soeurs, des jeunes et des vieux qui ne voulaient que mener leurs activités quotidiennes et rejoindre leur famille à la fin de la journée.

    En pleurant leur mort, nous prions tout particulièrement pour tous ceux qui ne les verront plus jamais et dont la vie a changé à jamais. Espérons qu'ils auront la force et le courage de trouver la paix et d'accepter ce qui leur est arrivé dans les jours et les années difficiles qui viennent. Que Dieu les bénisse tous.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne): Monsieur le Président, comme bon nombre de députés le savent, je suis né aux États-Unis et j'y ai grandi. Une bonne partie de ma famille s'y trouve toujours. J'ai des petits-enfants qui vivent à deux heures et demie de route de New York, et mon fils, qui sert dans les rangs de l'armée américaine à Seattle, est sur un pied d'alerte. Les événements de la semaine dernière m'ont donc touché au plus haut point.

    Mon frère, qui a déjà servi dans les rangs de l'armée américaine, m'a conté comment il a été pris dans un trou de tirailleur au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il essuyait le feu ennemi dans un trou d'eau qui s'est lentement changé en glace, et plus le temps passait, plus il se croyait perdu, jusqu'à ce qu'il voie arriver des troupes canadiennes qui lui ont sauvé la vie. Il leur en sera d'ailleurs éternellement reconnaissant.

    Dans les situations tragiques comme celles que nous vivons, et maintenant plus que jamais, nous avons besoin de la force que nous procure cette fraternité. La réputation des militaires canadiens à travers l'histoire est peut-être assez restreinte en nombre d'événements, mais elle est énorme en courage et en ténacité. Nous ne pouvons pas remettre cela à plus tard. Il est temps d'agir, pas de méditer. C'est maintenant le temps pour les Canadiens de faire quelque chose pour la liberté.

*   *   *

  +-(1410)  

+-Le terrorisme

+-

    L'hon. Susan Whelan (Essex, Lib.): Monsieur le président, au nom des habitants du comté d'Essex et de la ville de Windsor, qui partagent non seulement une frontière internationale mais aussi un mode de vie avec nos voisins américains, je voudrais adresser nos sincères condoléances aux familles, amis et collègues des victimes innocentes des tragiques événements survenus le 11 septembre aux États-Unis, et leur dire que nos prières les accompagnent.

    Nous encourageons par nos prières les pompiers, les policiers, le personnel médical et les secouristes, qui chaque jour prennent d'importants risques pour servir leur communauté, à continuer à faire preuve de force et de courage. Nous adressons nos sincères condoléances aux familles, amis et collègues des secouristes qui ont perdu la vie et auxquels vont nos prières.

    L'Amérique, symbole de la liberté et de l'espoir aux yeux du monde entier, a été bâtie grâce au courage et à la détermination des personnes attirées dans ce pays par la démocratie et les débouchés qu'il offrait. Nous, Canadiens, partageons ces valeurs et sommes prêts à nous ranger du côté de nos amis pour défendre notre mode de vie. Nous partageons leur chagrin et prions pour les familles, amis et collègues des victimes et des survivants. À présent, tout a changé.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD): Monsieur le Président, alors que nous essayons de saisir l'énormité de ce qui s'est passé ces derniers jours et de déterminer comment le Canada devrait réagir, je presse tous ceux d'entre nous qui ont des responsabilités politiques de faire preuve de discernement, de faire une distinction entre la vertu et l'autosatisfaction, l'humilité et l'orgueil, la vengeance et la justice, les valeurs fondamentales et les idéologies, les solutions à long terme qui se veulent efficaces et les solutions à court terme qui se veulent rassurantes, les mesures visant à renforcer la sécurité dans le monde et les mesures qui ont pour seul effet d'attiser les choses et, enfin, les faux prophètes qui sont seulement capables de critiquer les autres et les vrais prophètes qui nous demandent de méditer sur nos propres péchés et sur ceux des autres.

    Puisse Dieu nous donner à tous le pouvoir de faire ces distinctions.

*   *   *

[Français]

+-Le terrorisme

+-

    Mme Monique Guay (Laurentides, BQ): Monsieur le Président, les événements meurtriers perpétrés en sol américain la semaine dernière constituent une atteinte à la vie et une attaque inadmissible contre l'humanité.

    Notre douleur et nos blessures sont profondes, mais elles ne nous détourneront pas de notre mission première qui est de bâtir un monde meilleur, un monde plus juste, un monde plus humain.

    Nous ne laisserons pas un groupe de terroristes tracer la voie de l'avenir. Les élus ont été mandatés pour bâtir un monde de paix, et nous continuerons d'y travailler.

    Les auteurs de ces crimes doivent être pourchassés et traduits devant les tribunaux. Mais nous ne devrons jamais confondre ces criminels avec certaines communautés qui ont déjà trop souffert.

    Je joins ma voix à celle de toutes les Québécoises et de tous les Québécois pour dire aux familles éprouvées et au peuple américain que leur peine est la nôtre. Nous saluons le courage des gens qui, au péril de leur vie, ont tout mis en oeuvre pour venir en aide à leurs semblables.

    Puissent ces gestes de fraternité jeter un baume sur notre tristesse et ouvrir notre coeur à la générosité, à la tolérance et à la vie.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Jacques Saada (Brossard—La Prairie, Lib.): Monsieur le Président, après l'horreur de mardi dernier, je veux, au nom de tous les citoyens de Brossard--La Prairie, dire aux familles des victimes que nous partageons leur peine.

    Si les terroristes oublient souvent que le mot «islam» vient du mot «salam» qui veut dire «paix», nous, nous ne devons pas l'oublier. On confond trop souvent l'islam, qui est une religion de paix, et l'islamisme, qui est un dogme politique dont les premières victimes sont d'ailleurs les musulmans eux-mêmes.

    Rappelons-nous l'assassinat de l'ancien président égyptien et prix Nobel de la paix, Anouar Al-Sadate.

    Rappelons-nous l'Algérie où des islamistes assassinent des dizaines de milliers d'autres musulmans.

    Nous sentons, sur le terrain, un malaise qui affecte non seulement les musulmans, mais l'ensemble des Canadiens, peu importe leur religion.

    À preuve, cet incendie criminel contre le Hamilton Hindu Temple, ces menaces contre des enfants dans nos écoles, et ainsi de suite.

    Je dénonce vigoureusement ces actes d'intolérance. Chacun de ces actes, chacune de nos divisions, constitue une victoire du terrorisme. Ne soyons pas nos propres ennemis.

    Ensemble, les gens de mon comté préfèrent en appeler à ce que les Canadiens ont de mieux à offrir: la tolérance et le respect mutuel.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC/RD): Monsieur le Président, la tragédie de mardi dernier a profondément touché le coeur des peuples du monde entier. Cette tragédie a bouleversé toutes nos vies.

    Nous désirons exprimer nos plus sincères condoléances et notre profonde tristesse aux familles et amis des disparus, aux États-Unis et au Canada.

  +-(1415)  

[Traduction]

    Le courage et la détermination dont ont fait preuve les Canadiens et les Américains à la suite de cette tragédie envoient un message très fort, un message selon lequel, même si les terroristes peuvent détruire des vies et des immeubles, ils ne peuvent avoir raison de la démocratie ou de notre liberté.

    Le Canada est le plus proche voisin et allié des États-Unis. Nous avons accueilli des avions détournés dans nos aéroports. Les Canadiens ont ouvert leur coeur et les portes de leur maison à ceux qui se sont retrouvés immobilisés à la suite de cette attaque cruelle et brutale.

    Le moment est maintenant venu pour nous de nous montrer solidaires du peuple américain. Les parlementaires devraient suivre l'exemple des Canadiens qui, sans hésiter, se sont portés au secours de leurs voisins américains. Nous partageons de tout coeur leur détermination à enrayer le fléau terroriste qui sévit dans le monde.

    Au nom de la Coalition de la représentation démocratique progressiste conservatrice au Parlement, j'offre nos plus sincères condoléances à toux ceux qui ont perdu des parents et des amis dans cette horrible tragédie.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Geoff Regan (Halifax-Ouest, Lib.): Monsieur le Président, ce qui s'est produit la semaine dernière à New York est un acte d'une lâcheté et d'une méchanceté indescriptibles. Il est compréhensible et normal que nous éprouvions tous du chagrin et de la colère à la suite des agressions dont ont été victimes nos voisins du Sud mardi dernier. Ces attaques brutales ont visé des innocents.

    Il ne faudrait toutefois pas céder à la tentation de reprocher à des groupes complets la conduite de quelques-uns. Réservons notre colère pour les coupables. La pire réponse consisterait à axer notre colère sur des innocents, notamment en fonction de leur religion ou de leur appartenance à un groupe ethnique.

    Ne laissons pas le terrorisme sortir vainqueur. Ne cédons pas à la peur et à la haine. Souvenons-nous que l'ouverture qui nous rend vulnérables est aussi la liberté dont nous nous enorgueillissons. Nous devrons prendre des mesures pour accroître notre sécurité, mais nous devons aussi prendre bien soin de préserver notre liberté.


+-QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

*   *   *

[Traduction]

+-Le terrorisme

+-

    M. Stockwell Day (chef de l'opposition, Alliance canadienne): Monsieur le Président, la plus grande priorité de tout gouvernement est la sécurité de ses citoyens. En 1997, le groupe de travail du gouvernement sur le renseignement de sécurité a examiné la possibilité de présenter des mesures législatives anti-terrorisme très exhaustives comme celles qui existent aux États-Unis et au Royaume-Uni. Toutefois, le gouvernement a répondu à ce moment-là que la nécessité de telles mesures ne pouvait pas être établie.

    Le premier ministre dira-t-il aux Canadiens aujourd'hui s'il croit maintenant que la nécessité de présenter des mesures législatives anti-terrorisme exhaustives au Canada a effectivement été établie?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai dit précédemment, c'est un problème auquel tous les pays du monde sont confrontés. Nous devons travailler tous ensemble pour lutter contre le terrorisme partout dans le monde, y compris au Canada. Nous ferons tout le nécessaire pour voir à ce que ce fléau ne se propage pas au Canada.

    Comme je l'ai mentionné ce matin, la Chambre est déjà saisie de certaines mesures législatives. Les membres des comités auront l'occasion d'examiner ces mesures et de faire des recommandations. Nous écouterons ce que les députés ont à dire pour déterminer ce qui doit être fait.

    Nous devons agir sans toutefois détruire les valeurs chères aux Canadiens.

[Français]

+-

    M. Stockwell Day (chef de l'opposition, Alliance canadienne): Monsieur le Président, les législations antiterroristes en Angleterre et aux États-Unis permettent d'identifier et de bannir certains groupes terroristes; pas le Canada.

    En fait, le solliciteur général a dit en cette Chambre, le 22 février dernier, et je cite: «[...] dans notre pays, le SCRS ne révèle pas qui il surveille et qui il ne surveille pas.»

    Le premier ministre peut-il assurer cette Chambre qu'une nouvelle législation antiterroriste permettra d'identifier certains de ces groupes et de bannir complètement leurs opérations au Canada?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, il ne faudrait pas tomber non plus dans le piège et dire qu'un projet de loi adopté à la Chambre des communes réglera tous les problèmes.

    Le chef de l'opposition se plaît à parler de la législation antiterroriste qui existe aux États-Unis, mais cette législation n'a pas empêché le drame du 11 septembre, de la semaine dernière.

[Traduction]

+-

    M. Stockwell Day (chef de l'opposition, Alliance canadienne): Monsieur le Président, nous avons déjà dit que nous sommes prêts à donner le meilleur appui possible au gouvernement. Pour cela, il faut que tout soit bien clair. Devant la menace terroriste à l'échelle internationale, la sécurité à l'étranger est tout aussi importante que la sécurité chez nous.

    Le premier ministre assurera-t-il à la Chambre aujourd'hui que, si les États-Unis identifient de façon précise ceux qui appuient le terrorisme et s'engagent dans un conflit armé, le Canada se joindra aux États-Unis et à ses alliés de l'OTAN et fournira, si nécessaire, des forces militaires? Les Canadiens ont besoin de le savoir, nos alliés ont besoin de le savoir et les auteurs d'actes terroristes, qui sont des lâches, ont également besoin de le savoir.

  +-(1420)  

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, nous avons dit dès le lendemain de l'attaque que c'était une guerre contre le terrorisme. À l'OTAN, nous avons voté avec nos alliés pour dire que toute attaque contre un pays membre était une attaque contre nous tous, et nous ne changerons pas d'idée.

    Nous sommes actuellement en communication avec d'autres gouvernements, et chacun analyse la situation, comme le font les autorités américaines. Nous nous joindrons aux États-Unis et à nos alliés dans cette lutte à finir contre le terrorisme.

+-

    M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, Alliance canadienne): Monsieur le Président, la place du Canada dans le monde dépend de sa capacité de respecter ses engagements. Si les États-Unis demandent à l'OTAN de participer à une campagne militaire contre les auteurs de ces actes horribles, je crois que les Canadiens méritent de savoir si nos alliés de l'OTAN peuvent compter sur le Canada, si ce dernier répondra à l'appel, oui ou non.

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, nous avons voté oui à Bruxelles la semaine dernière.

+-

    M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le ministre des Affaires étrangères affirme que nous devons revoir toutes les questions liées à la sécurité. Il dit que nous sommes en guerre contre le terrorisme et il a raison.

    Le week-end dernier et encore aujourd'hui, le premier ministre s'est dit contre l'idée de changer notre façon d'aborder les questions liées à la sécurité. Le premier ministre peut-il expliquer à la Chambre cette contradiction évidente entre la position du ministre et la sienne?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je crois que ce que le député a dit dans sa question est faux. Les déclarations du ministre des Affaires étrangères et les miennes sont toutes absolument conformes aux politiques de notre gouvernement.

[Français]

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, en s'en prenant aux États-Unis, les terroristes se sont attaqués à l'ensemble des pays démocratiques.

    Nous devons collectivement prendre nos responsabilités, combattre le terrorisme et défendre la démocratie.

    La Chambre des communes étant directement interpellée lorsque la démocratie est en cause, est-ce que le premier ministre peut s'engager à ce que le gouvernement ne prenne aucune action d'importance sans consulter les députés préalablement?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, avant que nous ne prenions une décision définitive avec nos alliés, nous allons faire comme nous avons fait dans le passé.

    Avant les interventions de déploiement de troupes, nous avons toujours consulté la Chambre des communes et nous allons le faire encore une fois.

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, les consultations ont été faites une fois que la décision était prise ou sans qu'il y ait vote ici.

    Je demande au premier ministre si on pouvait faire un peu plus et faire en sorte qu'il y ait une prise de responsabilité par l'ensemble des parlementaires, et que la Chambre vote sur la proposition faite par le gouvernement quand vient le temps de s'engager, même militairement.

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, la Chambre des communes est consultée. La Chambre des communes s'exprime. Les députés de chaque parti peuvent parler et un consensus s'exprime à ce moment-là.

    C'est la procédure qui a toujours été suivie. Je ne vois pas pourquoi on devrait la changer dans les circonstances, mais nous verrons. S'il faut la changer, nous la changerons.

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval, BQ): Monsieur le Président, tout en partageant pleinement le point de vue exprimé par la motion gouvernementale quant à la défense de la liberté, de la démocratie et de la volonté de traduire en justice ceux qui, par la voie du terrorisme, vont à l'encontre de ces valeurs fondamentales, il ne faut pas que la riposte aux actes terroristes repose sur l'intolérance et l'esprit de vengeance.

    Est-ce que le premier ministre peut nous rassurer et nous dire que tout en se joignant à l'effort des autres pays dans la riposte aux actes de terrorisme, il n'est pas question pour le Canada de donner carte blanche à qui que ce soit?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le Canada va prendre ses responsabilités. Il n'est pas question de donner carte blanche à qui que ce soit.

    D'ailleurs, dans les accords de l'OTAN, il est prévu que les parties doivent être consultées avant de donner leur consentement. Les Américains eux-mêmes, au cours des déclarations qu'ils ont faites en fin de semaine, ont parlé de la collaboration et des consultations qui ont lieu présentement entre chaque gouvernement.

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval, BQ): Monsieur le Président, les décisions qui seront prises par le gouvernement quant à l'accroissement de la sécurité afin de prévenir le terrorisme ne devront pas entraver les libertés civiles qui sont les nôtres.

    Est-ce que le premier ministre admet que la mise en place de mesures de sécurité qui pourraient compromettre ou aller à l'encontre de nos libertés civiles donnerait en quelque sorte raison aux terroristes qui, au bout du compte, auraient ainsi atteint leur but? Est-ce que le premier ministre peut nous rassurer quant à la mise en place de telles mesures?

  +-(1425)  

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, c'est ce que j'ai dit dans mon discours ce matin. Il ne faudrait pas que les terroristes gagnent en nous forçant à abandonner nos libertés fondamentales.

[Traduction]

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre. M. Lloyd Axworthy, qui est à la fois l'ami du premier ministre et son ancien ministre des Affaires étrangères, a exhorté les dirigeants de la planète à agir avec bon sens au lieu de faire la guerre. D'après lui, la réaction du G-8 face au terrorisme a été, à ce jour, une longue suite de beaux discours dénués de tout suivi.

    Le premier ministre peut-il nous indiquer de façon précise quelles dispositions nous comptons prendre au Canada pour nous assurer que les Nations Unies joueront un rôle de premier plan dans la solution mondiale qui sera retenue pour combattre le terrorisme?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, tous les pays éprouvent ce problème. Forcément, car ils sont tous membres des Nations Unies qui prendront certainement des initiatives. La Chambre des communes adoptera à l'unanimité, du moins nous l'espérons, toutes celles que l'organisation voudra bien prendre pour s'assurer que le terrorisme passe au premier plan des préoccupations de toutes les nations.

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, les atrocités terroristes perpétrées la semaine dernière sur le territoire américain constituent sans nul doute un crime contre l'humanité. Le Statut de Rome doit être modifié de façon à ce que le terrorisme y soit défini en tant que crime spécifique contre l'humanité et que les terroristes soient traduits en justice devant le Tribunal pénal international.

    Le premier ministre peut-il assurer à la Chambre que le Canada prendra les devants dans la lutte contre le terrorisme en faisant appel à des institutions démocratiques comme le Tribunal pénal international?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, à propos du Statut de Rome, le Canada a joué un rôle prédominent dans la mise en place de ce nouveau système international de justice qui, à ce jour, s'est révélé passablement efficace aux Pays-Bas, où les criminels de guerre des Balkans sont soumis à la justice internationale.

    S'il devient nécessaire de modifier ce traité, le Canada sera toujours partie prenante, car le Canada est du nombre de ses créateurs.

[Français]

+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC/RD): Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.

    Il y a trois mois seulement, le Service canadien du renseignement de sécurité a prévenu le gouvernement que, et je cite: «Les Canadiens sont plus que jamais des victimes potentielles et que le Canada pourrait être la cible d'attentats terroristes.»

    Le gouvernement a-t-il des motifs de croire que des cellules du groupe al Qaeda d'Oussama ben Laden ont été ou sont en opération au Canada?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, tous les pays du monde sont présentement confrontés aux dangers du terrorisme. Je pense que le Canada l'est, comme tous les autres pays. Les États-Unis l'étaient, la Grande-Bretage, la France et l'Allemagne également. Des cellules de terroristes ont été identifiées, en fin de semaine, dans d'autres pays que les États-Unis. Il y en a eu en Allemagne et ailleurs.

    On fait face à un problème mondial, mais je ne connais pas, en ce moment, une cellule qui opère au Canada, qui soit connue de la police, avec l'intention de faire du terrorisme, ni au Canada, ni ailleurs.

+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC/RD): Monsieur le Président, j'espère bien que le premier ministre va confirmer cette opinion avec les fonctionnaires et indiquer la vraie réponse à la Chambre des communes.

[Traduction]

    Je voudrais demander au premier ministre pourquoi le Cabinet du Canada ne s'est pas réuni dès le déclenchement de cette crise. A-t-il même tenu une réunion? De l'avis du premier ministre, comment ceux avec qui nous nous allions pour combattre le terrorisme vont-ils interpréter notre désinvolture?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, quelques minutes seulement après les attentats de New York, mes ministres et moi-même avons réagi. Ils m'ont appelé et tous les sous-ministres, les militaires et le personnel des services de sécurité se sont mis à la tâche.

    Notre gouvernement ne cherche pas à épater la galerie. Il ne fait que son travail.

+-

    M. Kevin Sorenson (Crowfoot, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le solliciteur général a bien dit aux Canadiens que les forces de sécurité de notre pays étaient sur un pied d'alerte à la suite des attaques terroristes en Amérique.

    Le solliciteur général croit-il vraiment que nos agences de sécurité et de renseignement ont les ressources voulues pour repérer et appréhender les terroristes vivant actuellement au Canada?

  +-(1430)  

+-

    L'hon. Lawrence MacAulay (Solliciteur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, mon collègue n'est sûrement pas sans savoir que le directeur du SCRS a également déclaré qu'il possédait les fonds nécessaires pour s'acquitter de son mandat.

    Le SCRS collabore avec les agences de renseignement de sécurité du monde entier pour assurer, dans la mesure du possible, la sécurité de notre pays.

+-

    M. Kevin Sorenson (Crowfoot, Alliance canadienne): Monsieur le Président, l'ex-commissaire de la GRC n'est pas aussi confiant que le solliciteur général. En fait, Norman Inkster nous prévient que nous ne devrons pas relâcher notre vigilance après des attaques terroristes contre les États-Unis, ce que nous avons fait par le passé. Selon M. Inkster, si le Canada tient à assurer la sécurité de notre pays et de notre population, il lui faut consacrer les ressources nécessaires et maintenir le financement à un niveau adéquat.

    Le solliciteur général peut-il nous dire s'il demandera sans tarder des fonds supplémentaires pour le SCRS et la GRC?

+-

    L'hon. Lawrence MacAulay (Solliciteur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, comme le sait fort bien mon collègue, le premier ministre a déclaré que nous allons appuyer les États-Unis jusqu'au bout.

    Les changements qui s'imposent seront apportés. Il convient cependant de noter que, dans le dernier budget, le Canada a consacré 1,5 milliard de dollars à la sécurité publique. C'est une somme énorme.

[Français]

+-

    Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ): Monsieur le Président, nous sommes dans une situation délicate qui invite à beaucoup de prudence afin d'éviter que la guerre contre le terrorisme ne se transforme en un choc des civilisations.

    À cette fin, le gouvernement entend-il mettre à contribution la diplomatie canadienne afin d'élargir au maximum la coalition autour des États-Unis, en saisissant les instances internationales concernées de cette question, notamment le Conseil de sécurité de l'ONU?

+-

    L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, il faut savoir que dans la résolution de l'OTAN, selon l'article 5, il est aussi nécessaire de donner des informations au Conseil de sécurité de l'ONU. L'OTAN était en consultation avec le secrétaire général de l'ONU. C'est un aspect du multilatéralisme qui existe déjà dans les procédures qui sont suivies en rapport avec cette catastrophe.

+-

    Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ): Monsieur le Président, le gouvernement peut-il nous dire si il entend être proactif auprès de ses alliés du G-8 et se faire également le promoteur de solutions à long terme, comme la lutte à la pauvreté, qui permettrait de combattre le terrorisme à sa source?

+-

    L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, il y a certainement plusieurs situations dans le monde qui devraient être abordées. Mais nous pouvons dire que, dans la situation présente, nous avons des consultations fréquentes avec nos alliés, les États-Unis et les autres membres du G-8.

    Nous sommes en train de répondre aux propositions des États-Unis, mais il faut d'abord que nous connaissions tous les faits qui nous sont nécessaires et l'information qui nous sera nécessaire pour prendre des décisions. C'est la situation qui existe maintenant. Nous continuerons d'être en consultation avec nos alliés.

*   *   *

[Traduction]

+-La défense nationale

+-

    M. Leon Benoit (Lakeland, Alliance canadienne): Monsieur le Président, il y a neuf ans, les Forces canadiennes comptaient 90 000 personnes. Elles n'en comptent plus aujourd'hui que 55 000 et leurs effectifs continuent de diminuer.

    Notre plus importante force de sécurité nationale a perdu près de la moitié de ses effectifs en dix ans, alors que nous nous engageons dans une guerre contre le terrorrisme qui obligera l'OTAN à effectuer des frappes militaires. Nos forces armées comptent des personnes très compétentes, mais qui sont déjà surchargées de travail.

    Le ministre de la Défense nationale peut-il nous dire où nous trouverons les soldats nécessaires pour permettre au Canada de tenir ses engagements au sein de l'OTAN et de mener la guerre contre le terrorrisme?

+-

    L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, le gouvernement est déterminé à intensifier la lutte contre le terrorrisme. Nous aiderons les États-Unis et nos alliés à éliminer les terrorristes et leurs organisations, où qu'ils se trouvent.

    Il faudra y mettre le temps. Il ne s'agit pas d'une guerre conventionnelle. Les ressources et le personnel nécessaire font actuellement l'objet d'un examen.

+-

    M. Leon Benoit (Lakeland, Alliance canadienne): Monsieur le Président, nos forces armées ont perdu près de la moitié de leurs effectifs depuis dix ans et tout porte à croire que la lutte contre le terrorrisme nécessitera l'utilisation de ressources habituellement utilisées dans un conflit de type conventionnel.

    Les Canadiens veulent se sentir en sécurité dans leurs foyers et dans les rues et ils veulent avoir l'assurance que le Canada est en mesure de jouer un rôle utile auprès de ses alliés de l'OTAN. Ils veulent plus que des paroles. Comment le ministre peut-il leur donner l'assurance que nous disposons du personnel et des ressources nécessaires pour tenir nos engagements?

  +-(1435)  

+-

    L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, je ne suis pas d'accord avec le député en ce qui concerne les chiffres, mais quoi qu'il en soit nos forces armées peuvent compter sur un personnel de grande qualité et de niveau professionnel. Elles en ont fait la preuve à de nombreuses reprises déjà.

    Nos forces armées l'ont démontré chaque fois qu'elles l'ont pu. Nos militaires ont été aux premières lignes et ils ont été parmi les meilleurs. Il y a tout juste deux semaines, on nous a demandé de mettre notre escadron de Coyote, qui compte parmi les plus modernes, à la disposition de l'ex-République Yougoslave de Macédoine, et nous l'avons fait.

    Nous avons les ressources nécessaires et nous sommes prêts à les utiliser dans une campagne contre le terrorisme.

[Français]

+-

    M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, l'OTAN a réagi rapidement aux attentats terroristes en invoquant l'article 5 du Traité de l'Atlantique nord. Depuis, de nombreux membres européens de l'OTAN ont précisé leur interprétation de ce geste et ils appellent à la plus grande prudence.

    Le gouvernement peut-il nous expliquer comment le Canada, lui, interprète le recours à l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord?

+-

    L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, nous avons également discuté de la déclaration avec nos homologues européens et américains. Le secrétaire d'État américain m'a donné son interprétation, c'est-à-dire que les États-Unis devraient retourner à l'OTAN avec des informations pertinentes avant que l'assemblée de l'OTAN prenne d'autres décisions en ce qui concerne la réponse nécessaire.

+-

    M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, le recours à l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord est une première dans l'histoire.

    Le ministre de la Défense nationale peut-il nous expliquer ce que cela signifie en termes de préparation pour l'armée canadienne?

[Traduction]

+-

    L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, on connaît les ressources des Forces canadiennes. Notre politique est aussi bien connue; elle se trouve dans le livre blanc de 1994. Nos engagements envers nos alliés de l'OTAN sont aussi connus.

    Nous nous sommes engagés fermement. Nous appuyons entièrement un effort en vue de combattre le terrorisme. Nous élaborerons le plan nécessaire avec nos alliés et nous participerons au plan établi pour combattre le terrorisme.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Rahim Jaffer (Edmonton—Strathcona, Alliance canadienne): Monsieur le Président, la semaine dernière, le secrétaire d'État américain Colin Powell a déclaré: «Certaines nations doivent être plus vigilantes que d'autres pour contrer le terrorisme à leurs frontières si elles veulent que leur relations avec les États-Unis demeurent solides». Notre économie dépend énormément de nos échanges commerciaux avec les États-Unis et elle ne pourrait pas survivre à un ralentissement soutenu à nos frontières.

    Ma question s'adresse au ministre du Revenu. Quelles initiatives a-t-il prises aux douanes pour assurer que nos frontières sont à l'abri du terrorisme et que les Canadiens sont protégés?

+-

    L'hon. Martin Cauchon (ministre du Revenu national, Lib.): Monsieur le Président, immédiatement après les événements tragiques, les services des douanes se sont placés en état d'alerte maximale. Cela signifie plus de fouilles, plus de recours aux techniques douces et une bonne coopération soutenue avec les douanes américaines. Nous avons échangé certaines informations ainsi que des renseignements et nous avons mis notre banque de données à leur disposition.

    Le travail des douanes se résume à une évaluation des risques. Il y a environ un an et demi, nous avons proposé une nouvelle réforme afin d'améliorer l'évaluation des risques.

    Comme le premier ministre l'a déclaré, le terrorisme menace tous les pays du monde. Nous devrons donc continuer à travailler en étroite collaboration.

+-

    M. Rahim Jaffer (Edmonton—Strathcona, Alliance canadienne): Monsieur le Président, la semaine dernière a été tragique pour toute l'humanité. Non seulement des attentats terroristes ont fait des milliers de victimes aux États-Unis, mais ici au Canada, des groupes minoritaires, plus particulièrement la communauté islamique canadienne, ont subi des actes de violence et fait l'objet de menaces. Des écoliers ont été menacés; des bombes incendiaires ont été lancées contre des mosquées et des commerces ont été vandalisés. Beaucoup de Canadiens craignent pour leur vie au Canada.

    Ma question s'adresse au premier ministre. Que prévoit faire le gouvernement pour mettre fin à ces actes de violence et punir leurs auteurs?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, quiconque commet un acte de ce genre contrevient au Code criminel du Canada. J'espère que la police les arrêtera et les fera traduire devant les tribunaux.

    Quant à moi, j'ai réfléchi souvent à la question, nous sommes tous Canadiens, peu importe la couleur de notre peau, notre langue, notre religion...

  +-(1440)  

+-

    Le Président: Le député d'Hamilton-Ouest a la parole.

+-

    M. Stan Keyes (Hamilton-Ouest, Lib.): Monsieur le Président, une importante question que l'opposition a oublié de poser concerne les Canadiens qui étaient à New York au moment de l'horrible tragédie du 11 septembre.

    Ma question s'adresse au ministre des Affaires étrangères. Ce dernier pourrait-il dire à la Chambre combien de Canadiens exactement ont été touchés et ce que le gouvernement fait pour les Canadiens et leur famille tant à New York qu'ici au Canada?

+-

    L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, depuis le début de la crise, le personnel consulaire à New York, à Ottawa et ailleurs dans le monde répond aux questions des Canadiens 24 heures sur 24.

    Jusqu'à hier soir, quelque 13 000 appels en tout genre ont été reçus. J'ai le plaisir de vous informer que le nombre de Canadiens portés disparus a diminué. Le nombre de Canadiens qui pourraient se trouver à New York au moment de la catastrophe et qui manquent encore à l'appel se situe entre 45 et 70.

    Notre personnel reste en contact étroit avec les familles, que nous remercions de la masse de renseignements qu'elles nous communiquent jour et nuit.

+-

    M. Svend Robinson (Burnaby—Douglas, NPD): Monsieur le Président, au cours de la période des questions, le solliciteur général a dit que le Canada irait jusqu'au bout avec les Américains. Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que nous accorderions un soutien total aux États-Unis.

    Le premier ministre peut-il nous donner l'assurance que le Canada, en répondant à toute demande d'aide militaire des États-Unis, insistera pour que les interventions soient parfaitement conformes au droit international et évitent toute autre perte de vie chez les civils?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le Canada n'abandonnera pas nos voisins et amis, les États-Unis. Nous faisons partie de l'OTAN et nous discuterons avec nos alliés pour veiller à ce qu'on prépare une réponse appropriée.

    Rien ne presse. Nous devons le faire posément, avec calme, et dans le but très clair de détruire le terrorisme. Lorsqu'un plan adéquat aura été établi, nous nous joindrons à nos amis et alliés, les Américains et les autres pays du monde, pour réussir à éliminer le terrorisme.

+-

    M. Svend Robinson (Burnaby—Douglas, NPD): Monsieur le Président, il est certain que nous partageons l'objectif d'éliminer le terrorisme, mais nous ne voulons pas détruire le droit international ni sacrifier des civils pour le faire.

    Je pose de nouveau au premier ministre une question très précise. Peut-il donner l'assurance à la Chambre et aux Canadiens, qui craignent vivement qu'il ne donne carte blanche aux États-Unis, que toute intervention appuyée par le Canada respectera en tout point le droit international et évitera de sacrifier des civils innocents?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, j'ai donné une réponse adéquate, mais personne ne peut garantir à quiconque qu'aucun civil ne sera tué au cours d'une opération. Il serait naïf de le croire. Lorsque nous sommes en guerre, nous devons nous assurer que les coupables font face aux conséquences de leurs actes.

    Nous ne pouvons pas promettre que personne ne sera tué. Des soldats et des civils pourraient être touchés, mais c'est parfois le prix à payer pour avoir la paix et éliminer le fléau du terrorisme.

+-

    M. Chuck Strahl (Fraser Valley, PC/RD): Monsieur le Président, le ministre des Affaires étrangères a dit que toutes les mesures de sécurité devaient être revues par suite des événements horribles du 11 septembre. Les députés sont prêts à participer à cette étude.

    Le premier ministre est-il prêt à demander aux comités permanents de la Chambre d'entreprendre tout d'abord une analyse immédiate et urgente de la situation actuelle dans les aéroports, les avions, les ports, les postes frontières et les agences de sécurité et de fournir au gouvernement des recommandations quant aux améliorations à apporter au système canadien et à la façon de mieux coordonner les activités entre les divers services canadiens et leurs homologues de partout au monde?

+-

    L'hon. Don Boudria (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, les paragraphes 108 (1) et 108 (2) du Règlement de la Chambre des communes permettent déjà aux comités de décider de se pencher sur une question particulière. C'est tout à fait pertinent dans le cas présent, et le gouvernement pourrait accepter toute demande de cette nature et serait très certainement prêt à collaborer.

  +-(1445)  

+-

    Mme Elsie Wayne (Saint John, PC/RD): Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Défense nationale. L'engagement pris par le gouvernement d'épauler les Américains se limite-t-il à l'aide humanitaire et à la sécurité en Amérique du Nord ou nos forces armées pourraient-elles être appelées à participer à d'éventuelles attaques outre-mer?

+-

    L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, nous nous sommes engagés à combattre le terrorisme. Nous nous sommes engagés à travailler de concert avec nos alliés américains et tous nos autres alliés des pays de l'OTAN et autres, pour combattre le terrisme, que ce soit sur nos propres côtes, dans notre pays et notre continent ou à l'étranger.

*   *   *

+-L'immigration

+-

    M. Paul Forseth (New Westminster—Coquitlam—Burnaby, Alliance canadienne): Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre de l'Immigration. Le vérificateur général dit que des gens peuvent se présenter à nos frontières, nous raconter à peu près tout ce qu'ils veulent, et que nous disposons de très peu de moyens pour vérifier leur déclaration. Que fait le gouvernement pour colmater cette énorme brèche dans notre système de sécurité?

+-

    L'hon. Elinor Caplan (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, la protection des Canadiens, particulièrement contre les menaces contre leur sécurité, constitue une priorité. Nous sommes tous inquiets et nous voulons faire l'impossible pour lutter contre le terrorisme.

    Je dirai au député que le projet de loi C-11, qui est actuellement à l'étude au Sénat, donnera à mon ministère de nouveaux outils importants. Il y a à peine quelques semaines, les députés de son parti ont dit que le projet de loi était trop sévère. J'espère qu'il conviendra aujourd'hui que nous en avons besoin et que le Sénat devrait l'adopter dès que possible.

+-

    M. Paul Forseth (New Westminster—Coquitlam—Burnaby, Alliance canadienne): Monsieur le Président, notre chef a pris la parole à la Chambre et a été très critique au sujet du projet de loi C-11. Les Canadiens se sentent très vulnérables. Le vérificateur général dit que notre système d'immigration admet des personnes sans avoir de garanties qu'elles n'ont pas commis des crimes à l'étranger. C'est ce que dit le vérificateur général.

    Qu'a fait la ministre pour combler cette énorme lacune dans notre système de sécurité?

+-

    L'hon. Elinor Caplan (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, la prémisse de la question du député est inexacte. Tout immigrant qui arrive au Canada doit avoir fait l'objet, au préalable, d'une enquête complète de sécurité et d'une vérification approfondie de ses éventuels antécédents criminels. La loi l'exige.

    Je dirai que le projet de loi C-11 nous donne de nouveaux outils importants afin que nous puissions, entre autres, procéder directement à des enquêtes de sécurité et interdire à toute personne dont nous estimons qu'elle présente une menace pour la sécurité du Canada l'accès au système de détermination du statut de réfugié. Nous avons besoin du projet de loi. Les collègues du député ne l'ont pas appuyé. J'espère qu'ils ont changé d'avis et qu'ils encourageront le Sénat à l'adopter rapidement.

*   *   *

[Français]

+-Les affaires étrangères

+-

    M. Stéphan Tremblay (Lac-Saint-Jean--Saguenay, BQ): Monsieur le Président, plusieurs ressortissants québécois et canadiens se trouvent actuellement dans une zone à risque autour de l'Afghanistan, et beaucoup sont inquiets.

    Le ministre des Affaires étrangères peut-il indiquer quelles mesures ont été prises afin d'évacuer ces gens si le pire devait se produire?

+-

    L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, tout d'abord, je remercie le député pour cette question. Nous sommes en train d'indiquer à tous les Canadiens et Canadiennes de ne pas visiter ces régions maintenant.

    Deuxièmement, notre ambassadeur et nos postes dans la région sont en mesure d'aider les Canadiens et Canadiennes à quitter ces régions; on le conseille immédiatement.

+-

    M. Stéphan Tremblay (Lac-Saint-Jean--Saguenay, BQ): Monsieur le Président, nous avons reçu des appels de gens qui sont actuellement au Pakistan et au Moyen-Orient. Une Québécoise, entre autres, qui oeuvre au sein d'un ONG au Pakistan, nous lance un appel.

    Le ministre a-t-il songé à des moyens d'urgence pour procéder à l'évacuation des citoyens canadiens dont la sécurité serait en danger?

+-

    L'hon. John Manley (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, nos représentants dans la région sont en train de faire des préparations.

    Le député pourrait conseiller à ceux et celles qui sont impliqués de contacter, aussitôt que possible, des représentants dans les ambassades ou dans les consulats pour obtenir de l'information.

*   *   *

[Traduction]

+-La sécurité aérienne

+-

    M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne): Monsieur le Président, à la suite des événements tragiques de mardi, le secrétaire américain aux Transports, Norman Mineta, a annoncé que des policiers armés de la FAA bien formés seront postés à bord de certains vols, de façon tout à fait anonyme. Dans son édition de samedi le National Post affirme qu' Air Canada demande au gouvernement fédéral de mettre en place un programme semblable au Canada.

    Le gouvernement va-t-il financer un programme de ce genre au Canada?

  +-(1450)  

+-

    L'hon. David Collenette (ministre des Transports, Lib.): Monsieur le Président, je voudrais tout d'abord rendre hommage à tous les travailleurs du secteur des transports, des compagnies aériennes et des aéroports de tout le pays pour les efforts herculéens qu'ils ont déployés ainsi qu'aux Canadiens qui ont accueilli tous ces passagers bloqués, particulièrement les gens de l'Atlantique qui ont accueilli la moitié de tous les vols.

    Le déploiement de policiers armés à bord des vols est une solution radicale. Elle a plusieurs répercussions logistiques et financières et ce n'est pas la voie que nous entendons suivre.

    Nous entendons accroître la sécurité au sol pour ne pas avoir besoin de ces policiers à bord des avions.

+-

    M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne): Monsieur le Président, il y a des inquiétudes compréhensibles au sujet du transport aérien au Canada et du bilan de Transports Canada pour ce qui est de traiter de façon accélérée les problèmes de sécurité.

    Air Canada s'occupe de ses propres employés et de ses passagers en verrouillant les portes des postes d'équipage et en examinant la question de savoir si oui ou non le gouvernement devrait mettre en oeuvre une politique de sécurité semblable à celle appliquée aux États-Unis.

    Le ministre des Transports va-t-il s'engager aujourd'hui à mettre en oeuvre de nouvelles mesures de sécurité comme l'obligation d'installer des portes métalliques entre le poste de pilotage et la cabine de passagers et la nécessité que ces portes soient verrouillées en tout temps durant les vols commerciaux?

+-

    L'hon. David Collenette (ministre des Transports, Lib.): Monsieur le Président, nous collaborons avec la FAA et l'Organisation de l'aviation civile internationale, l'OACI, ainsi que toutes les organisations internationales pour examiner toutes les procédures des compagnies aériennes et des aéroports. Pour donner suite au point soulevé par le député, j'annonce que les portes des postes de pilotage sur tous les vols de passagers intérieurs et internationaux de toutes les compagnies aériennes seront fermées pendant toute la durée du vol à compter de maintenant.

*   *   *

+-La défense nationale

+-

    M. Dominic LeBlanc (Beauséjour—Petitcodiac, Lib.): Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Défense nationale.

    Les Forces canadiennes étaient en état d'alerte la semaine dernière, prêtes à fournir une aide humanitaire aux Américains qui traversent cette terrible crise. Le ministre peut-il donner des détails sur les ressources mises à la disposition des Américains par les forces armées canadiennes?

+-

    L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, dès que nous avons appris les tragiques nouvelles, nous avons immédiatement communiqué avec les États-Unis pour savoir comment les Forces canadiennes pourraient aider. En fait, nous avons prépositionné à Trenton les équipes d'intervention en cas de catastrophe, soit une force d'environ 200 hommes, normalement en poste à Petawawa. Nous avons mis trois bâtiments de la marine en état de haute alerte au cas où il faudrait acheminer de l'aide humanitaire vers la région de New York.

    Compte tenu du nombre imposant d'offres d'aide venant de l'État de New York et des régions avoisinantes, les Américains n'ont pas eu besoin de faire appel à nos ressources. Toutefois, comme nous les avons mises à leur disposition, ils savent qu'elles sont disponibles et le demeureront. Les Américains apprécient le soutien offert par les forces armées canadiennes.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Vic Toews (Provencher, Alliance canadienne): Monsieur le Président, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont adopté des lois antiterroristes sévères et, face à la communauté internationale, il est honteux que le Canada ne le fasse pas.

    Nos alliés et les organisations de sécurité craignent que le Canada ne continue à être un refuge pour les terroristes.

    Pourquoi la ministre n'a-t-elle pas pris ces mesures essentielles pour protéger la sécurité des Canadiens?

+-

    L'hon. Anne McLellan (ministre de la Justice, Lib.): Monsieur le Président, le député doit savoir que le Canada a signé toutes les 12 conventions des Nations Unies sur la lutte contre le terrorisme, qu'il en a ratifié 10 et qu'il prend des mesures actuellement pour ratifier et mettre en oeuvre les deux qui restent.

+-

    M. Vic Toews (Provencher, Alliance canadienne): Monsieur le Président, on signe des documents, mais on ne les met jamais en oeuvre.

    De toute évidence, le 15 février dernier, la Cour suprême a créé un refuge pour les criminels violents qui viennent au Canada pour échapper à toutes les conséquences des lois américaines. Depuis, ces criminels, dont des terroristes, peuvent se réfugier au Canada pour échapper à toutes les conséquences de la loi, aux poursuites dont ils feraient l'objet chez notre allié, les États-Unis.

    Comment la ministre peut-elle garantir aux Canadiens que nous allons prendre les mesures législatives pour régler cette question?

+-

    L'hon. Anne McLellan (ministre de la Justice, Lib.): Monsieur le Président, le député ne devrait pas interpréter à tort ce que la Cour suprême a dit dans l'affaire à laquelle il fait allusion, soit celle de Burns et Rafay. D'ailleurs, le député est un ancien procureur général. Il devrait savoir que la Cour suprême du Canada m'a conféré un pouvoir de discrétion pour déterminer si je vais demander des garanties dans des circonstances exceptionnelles.

  +-(1455)  

[Français]

+-

    Mme Pierrette Venne (Saint-Bruno—Saint-Hubert, BQ ind.): Monsieur le Président, la situation que nous vivons depuis quelques jours nécessite un renforcement des communications entre les différentes organisations de renseignement, comme le Service canadien du renseignement de sécurité, la GRC, la Sûreté du Québec et les différents services de police municipaux.

    Ma question s'adresse au solliciteur général. Le gouvernement veut-il nous faire connaître le plan qu'il entend mettre de l'avant, afin d'assurer une plus grande coordination de ces différents services de police et de sécurité sur le territoire?

[Traduction]

+-

    L'hon. Lawrence MacAulay (Solliciteur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, la députée sait fort bien qu'au Canada, de concert avec le SCRS et la GRC, nous collaborons entièrement avec nos homologues des États-Unis et de tous les autres pays. On a bien vu, il y a quelques mois, comment la collaboration avec les forces policières provinciales et municipales a permis toutes ces arrestations au sein du crime organisé. En fait, tous les corps policiers ont travaillé ensemble pour que la sécurité de la population soit toujours assurée.

[Français]

+-

    L'hon. Denis Paradis (Brome—Missisquoi, Lib.): Monsieur le Président, bien que la population canadienne comprenne qu'une vigilance accrue est nécessaire à nos frontières, ces mesures renforcées de sécurité causent certains retards pour les entreprises canadiennes.

    Est-ce que le ministre du Revenu national et secrétaire d'État responsable de l'Agence de développement économique du Canada peut nous expliquer les mesures prises par l'agence pour répondre à ces deux préoccupations, autant des citoyens de Brome--Missisquoi que de l'ensemble des Canadiens et des Canadiennes?

+-

    L'hon. Martin Cauchon (ministre du Revenu national et secrétaire d'État (Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec), Lib.): Monsieur le Président, dès l'arrivée de la tragédie, comme je l'ai mentionné, les agents de douanes ont procédé à une phase d'alerte générale.

    Évidemment, ce qui est arrivé, c'est que nous avons mis en place des mesures additionnelles en ayant bien à l'esprit, d'abord et avant tout, la question de la sécurité de l'ensemble de la population canadienne.

    Maintenant, nous travaillons sur une base d'évaluation du risque. Nous travaillons également sur une base de collaboration et d'évaluation de ce risque conjointement avec les agents de douanes aux États-Unis.

    Nous sommes parfaitement conscients que ceci doit être évalué sur une base régulière pour faire en sorte également qu'on puisse avoir une approche équilibrée concernant la question commerciale.

    Nous verrons à faire en sorte qu'on puisse revenir dès que possible à des mesures les plus appropriées pour la question commerciale.

*   *   *

[Traduction]

+-L'économie

+-

    M. Scott Brison (Kings—Hants, PC/RD): Monsieur le Président, les attaques de mardi dernier ont des répercussions économiques sur le Canada. Le Congrès américain a déjà voté des crédits de 20 milliards de dollars pour accroître la défense et la sécurité à la suite de ces attaques. Notre ministre des Finances va-t-il enfin présenter un budget complet cet automne, afin que nous puissions tenir un débat exhaustif et déterminer si les nouvelles dépenses dont les libéraux ne rendent aucun compte devraient avoir la priorité sur des mesures destinées à renforcer la sécurité de notre pays?

+-

    L'hon. Paul Martin (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, le député, tout comme plusieurs commentateurs de l'économie, demande que nous rendions des comptes. Je peux lui assurer, comme nous l'avons fait par le passé, que, au moment de la présentation de la mise à jour complète, il disposera d'un ensemble exhaustif de prévisions exposant le contexte de toutes les dépenses, protégeant nos réductions d'impôt, tout en indiquant le montant de la dette que le gouvernement a remboursé.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD): Monsieur le Président, les Canadiens voudraient en savoir davantage sur la nature de l'engagement pris en leur nom par le gouvernement du Canada.

    Un peu plus tôt, on a posé des questions au premier ministre sur le rôle du droit international et sur la primauté du droit international. J'aimerais, pour ma part, lui demander si, oui ou non, les engagements pris par le gouvernement l'ont été avec l'intention de respecter le droit international, quelles que soient les initiatives auxquelles se joindra le gouvernement canadien en vue de lutter contre le terrorisme.

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, notre engagement a été pris dans le contexte d'une attaque contre la civilisation occidentale par des terroristes. Nous sommes un membre très actif de l'OTAN et nous avons dû nous rendre au siège de l'organisation la semaine dernière afin de participer à notre défense collective.

    Bien entendu, lorsque nos discussions avec les Américains et nos autres alliés aboutiront à une proposition, la Chambre des communes aura l'occasion d'en discuter et d'en débattre.

[Français]

+-

    M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ): Monsieur le Président, les attentats du 11 septembre ont mis en lumière les défaillances des mesures de sécurité en place dans les aéroports aussi bien américains que canadiens.

    Au Canada, les contrats octroyés aux agences de sécurité par les administrations aéroportuaires avec le consentement du gouvernement, selon le principe du plus bas soumissionnaire, ont entres autres été pointés du doigt.

    Le ministre peut-il nous dire s'il entend modifier cette façon de faire et dorénavant encadrer l'octroi des contrats selon des normes de sécurité plutôt que selon le principe du plus bas soumissionnaire?

  +-(1500)  

+-

    L'hon. David Collenette (ministre des Transports, Lib.): Monsieur le Président, nous pensons que les mesures que nous avons actuellement en place au Canada sont très bonnes, mais nous avons annoncé une amélioration de ces mesures. Nous allons travailler avec les compagnies aériennes et les compagnies de sécurité pour renforcer tous les règlements.

[Traduction]

+-

    M. Randy White (Langley—Abbotsford, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le Canada a participé à l'élaboration de la convention internationale sur la répression du financement du terrorisme sous l'égide des Nations Unies, convention dont nous sommes signataires. De ce fait, nous sommes obligés d'interdire, comme étant une infraction criminelle, le fait de recueillir des fonds pour des terroristes.

    J'aimerais demander au solliciteur général pourquoi nous ne nous sommes pas encore acquittés de cette obligation.

+-

    L'hon. Anne McLellan (ministre de la Justice, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai déjà dit, nous prenons les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre la convention sur la répression du financement du terrorisme. Le gouvernement a d'ailleurs l'intention de présenter, dans un avenir très proche, un projet de loi pénal mettant en oeuvre les dispositions de cette convention.

+-

    Le Président: Cela met fin à la période des questions pour aujourd'hui. J'aimerais attirer l'attention des députés sur le fait qu'il y a eu plus de questions aujourd'hui que pendant toute autre période des questions de la présente législature. J'attire également l'attention des députés sur le fait que la période des questions a été très calme. C'est sans doute la raison pour laquelle il y a eu plus de questions et de réponses que d'habitude, mais je laisserai les députés tirer leurs propres conclusions.

*   *   *

+-Les travaux de la Chambre

+-

    L'hon. Don Boudria (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je souhaite que demain soit un jour désigné.

-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Traduction]

+-L'attaque contre les États-Unis

    La Chambre reprend l'étude de la motion.

+-

    Mme Marlene Catterall (Ottawa-Ouest--Nepean, Lib.): Monsieur le Président, j'informe la Chambre que les députés libéraux partageront leur temps pendant le reste du débat.

[Français]

+-

    L'hon. Martin Cauchon (ministre du Revenu national et secrétaire d'État (Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec), Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais de nouveau exprimer mes condoléances les plus sincères au peuple américain en ces temps difficiles. J'aimerais également offrir mes condoléances et mon appui aux Canadiens et aux autres ressortissants étrangers qui ont perdu des membres de leur famille et des parents dans ces attentats terroristes. Des citoyens innocents ont été les victimes de ces attentats monstrueux. Les Canadiens sont à la fois attristés et indignés devant cette violence inqualifiable.

  +-(1505)  

[Traduction]

    Le Canada et les États-Unis sont les pays qui ont le mieux réussi à partager une frontière commune. Nous partageons avec nos voisins des valeurs démocratiques basées sur la liberté sociale, économique et politique.

    Permettez-moi de rapporter à la Chambre les mesures prises par l'Agence canadienne des douanes et du revenu afin d'appuyer la réponse du gouvernement du Canada à l'attaque terroriste dont les États-Unis ont été la cible mardi dernier. L'Agence canadienne des douanes et du revenu prend très au sérieux la menace que laisse planer le terrorisme. Nous avons un programme d'échec au terrorisme très efficace. Nos agents de douanes ont les compétences voulues pour identifier et arrêter les personnes soupçonnées d'être des terroristes.

[Français]

    Depuis les événements tragiques aux États-Unis, la priorité de l'ADRC a été la santé et la sécurité de tous les Canadiens ainsi que des passagers arrivant par air.

    En outre, toutes nos ressources ont été déployées pour s'occuper, avec nos partenaires, du nombre sans précédent d'avions à l'arrivée et des voyageurs qui ont été détournés de leur destination prévue aux États-Unis vers un certain nombre d'aéroports au Canada. Je suis fier de pouvoir dire que, grâce à la collaboration et à la compréhension de ces voyageurs, nous avons réussi à relever ce défi avec tous les dérangements connexes.

    Au cours des six dernières journées, l'ADRC a intensifié ses efforts et ses consultations avec ses partenaires au Canada et à l'étranger, notamment en partageant des renseignements et par une collaboration accrue dans la lutte contre le terrorisme.

    Nous avons aussi été en contact avec le service des douanes des États-Unis pour lui offrir notre assistance là où elle est requise et partager de l'information. L'Agence s'est jointe non seulement à la GRC, mais également à Citoyenneté et Immigration Canada et au Service canadien du renseignement de sécurité pour protéger la frontière tout en veillant à garder ouverts les corridors commerciaux.

    Les agents des douanes ont exercé une vigilance accrue à tous les postes frontière. Nous avons intensifié la vérification de l'identification des voyageurs et accru nos efforts dans tous les secteurs, afin d'assurer la santé et la sécurité des Canadiens. Cela veut dire qu'il y a plus de questions à poser aux voyageurs, de contrôles d'identité, d'examens et de renvois à l'immigration ou à d'autres organismes.

[Traduction]

    La vigilance accrue aux points de passage frontaliers a occasionné des retards à certains postes-frontières, mais je sais que les Canadiens s'attendent à ce que nous fassions tout en notre pouvoir pour assurer leur sécurité. Afin de minimiser l'incidence de ces retards sur les Canadiens et sur les entreprises canadiennes, nous avons ajouté des employés.

    Il n'en demeure pas moins que, pour des raisons d'ordre économique et commercial, l'engorgement et les retards à certains postes-frontières des deux pays ont suscité pas mal d'inquiétudes chez nombre de gens d'affaires et chez moi aussi. En plus d'ajouter des employés, nous avons donc mis sur pied un site Web afin de tenir les clients informés. Ce site fournit des renseignements à jour à nos clients sur l'achalandage à ces principaux points d'entrée.

    Je puis assurer la Chambre que nous avons fait de notre mieux afin de minimiser les attentes. Nous continuerons à faire en sorte que les gens en règle et les produits autorisés circulent sans problème d'un côté de la frontière à l'autre

[Français]

    J'aimerais maintenant tourner mon attention vers ce qu'il faudra faire à l'avenir. Il importe particulièrement, et encore plus en raison des événements des derniers jours, que nous augmentions notre capacité d'identifier les personnes et les marchandise à risques élevés dans les aéroports et les ports de mer du Canada, avant qu'ils ne puissent entrer au Canada et en Amérique du Nord. Le risque du terrorisme pour les Canadiens est beaucoup plus élevé en périmètre nord-américain qu'à la frontière terrestre avec les États-Unis.

    Les organismes douaniers dans le monde doivent continuer à moderniser leurs procédures s'ils veulent suivre le rythme du perfectionnement et de l'évolution des tactiques et des priorités des terroristes et des autres groupes qui constituent une menace pour les citoyens honnêtes. C'est pourquoi, en avril de l'année dernière, j'ai lancé une réforme des douanes dans le but de renforcer notre aptitude à gérer la frontière canadienne.

  +-(1510)  

[Traduction]

    Le projet de loi S-23 décrit notre nouvelle approche de la gestion des frontières. Il établit le cadre logistique du plan d'action en matière douanière qui nous fournirait les outils nécessaires pour concentrer notre attention sur les risques importants et protéger ainsi les Canadiens. Il permettrait de renforcer notre économie en facilitant la circulation des personnes et des biens à faible risque. Par exemple, le nouveau système nous permettrait d'obtenir à l'avance des renseignements cruciaux sur les passagers et les membres des équipages de bord, et aux agents de décider de l'admissibilité de ces derniers avant leur arrivée.

    Au plan commercial, les mêmes principes seraient appliqués pour les marchandises entrant au Canada, ce qui renforcerait la capacité des douaniers de cibler, d'identifier et d'examiner les cargaisons à risque élevé. Les initiatives prévues dans ce plan d'action seront mises en oeuvre au cours des quatre prochaines années.

[Français]

    Toutefois, étant donné les événements au cours des dernières journées, j'ai donné instruction à l'ensemble de l'équipe des douanes de faire ce qui suit. Premièrement, d'évaluer la faisabilité d'une accélération de la mise en oeuvre des initiatives du plan d'action.

    Deuxièmement, de concentrer nos nouvelles initiatives de protection sur le périmètre, là où le risque est le plus grand.

    Troisièmement, à compter d'aujourd'hui, toutes nos procédures, tant du côté des voyageurs que du secteur commercial, seront examinées dans le but de nous assurer que les leçons tirées des événements de la dernière semaine puissent servir à identifier et intercepter les personnes à risques élevés et à traiter les marchandises avec plus d'efficacité.

    De plus, comme on le sait, le projet de loi S-23 est maintenant devant la Chambre des communes et sera, je l'espère, très prochainement référé devant le comité parlementaire.

    J'invite évidemment l'ensemble des différents parlementaires à faire part de leurs commentaires et de leurs propositions constructives pour qu'ensemble, en coopération, on puisse continuer à bâtir un bon, un excellent système douanier, qui protégera l'ensemble de la population canadienne, tout en prenant en considération une approche équilibrée pour la question commerciale, la question du tourisme et également la question des différents voyageurs.

[Traduction]

    J'exprime ma reconnaissance à l'ensemble du personnel des douanes du Canada, notamment aux employés qui n'étaient pas de service et qui ont volontairement passé leur période de repos à aider leurs collègues après avoir eu vent de la tragédie. Jour après jour, nos agents ont prouvé leur engagement d'empêcher l'entrée au Canada de personnes et de marchandises inadmissibles. Je les remercie pour leurs efforts et leur dévouement.

    Je remercie aussi les Canadiens pour leur compréhension et leur patience. Nous faisons tout notre possible pour veiller à la sécurité du Canada et de ses frontières. Le terrorisme est un phénomène en évolution. Il est essentiel que le Canada, les États-Unis et les pays d'optique commune soient attentifs à la nouvelle tournure que prend le terrorisme afin que nous puissions le combattre ensemble une fois pour toutes.

[Français]

    En résumé, nous avons pris deux grandes mesures. Premièrement, nous sommes parvenus, dans la semaine qui s'est écoulée, avec la collaboration des entreprises et du public, à faire face à cette catastrophe tout en nous assurant que la vie continue aussi normalement que possible.

    Deuxièmement, nous avons un plan solide pour l'avenir, qui nous permettra de relever avec succès les défis de l'heure.

    Je ne saurais assez souligner le dévouement et les efforts des employés de l'Agence au cours des dernières journées et je sais que nous pouvons continuer à compter sur eux à l'avenir.

[Traduction]

+-

    M. Rahim Jaffer (Edmonton--Strathcona, Alliance canadienne): Monsieur le Président, à l'instar du ministre aujourd'hui, je félicite moi aussi tous les douaniers et le personnel qui, à nos frontières, font de leur mieux pour s'acquitter de leurs fonctions le plus efficacement possible. Le ministre a raison de prendre le temps de les féliciter de leur travail et de leurs efforts acharnés.

    Le ministre a surtout mentionné les secteurs sur lesquels le gouvernement axera ses efforts pour résoudre certains des problèmes que nous éprouvons à nos frontières. Il a dit que les douaniers, qui sont sur la ligne de front, doivent pouvoir identifier les personnes qui franchissent nos frontières et qui présentent un risque élevé, tout en facilitant les activités comerciales. À mon avis, cet aspect préoccupe bien des Canadiens.

    Beaucoup de douaniers qui travaillent à nos frontières disent toutefois que le manque de ressources est l'un de leurs problèmes les plus graves. Comme le ministre l'a mentionné, même si nous avons accru le nombre de douaniers en fonction à nos postes frontaliers, les outils et les ressources dont ils disposent pour faire leur travail sont limités. Malheureusement, cela signifie qu'ils ne peuvent être aussi rigoureux qu'ils le pourraient.

    Le ministre a parlé de nouvelles technologies et de certains autres éléments visant à résoudre le problème. Le ministre peut-il se montrer plus précis à la Chambre aujourd'hui et nous donner la valeur exacte de ces ressources? Quels outils particuliers donnera-t-il à nos agents qui sont sur la ligne de front pour leur permettre de s'aquitter plus efficacement de leurs fonctions?

  +-(1515)  

+-

    L'hon. Martin Cauchon: Monsieur le Président, tout d'abord, je remercie notre collègue de se joindre à moi pour remercier nos agents des douanes de leur travail. En ce qui concerne la question des ressources à la frontière et le volume que nous traitons chaque jour, chaque semaine et tout au cours de l'année, j'ai dit à de nombreuses reprises que nous vivions dans un marché mondial.

    Nous, aux Douanes, avons ce que nous appelons un double mandat. Lorsqu'on examine ce mandat, on s'aperçoit que la sécurité de la population est un aspect extrêmement important, et qu'il est la pierre angulaire de tout cela.

    Étant donné qu'il faut faire face à de nouvelles réalités comme la menace du terrorisme et la question des ressources, la façon de gérer la frontière est de procéder au type de réforme que nous avons proposé il y a un an et demi, le projet de loi S-23. Ce que nous essayons de faire aujourd'hui, c'est d'avoir un bien meilleur système de gestion des risques en utilisant des techniques douces. Ce faisant, nous serons en mesure d'utiliser nos ressources où les risques sont plus grands ou inconnus et de réaliser ainsi notre mandat de façon plus efficace.

    Qu'est-ce que cela signifie? Les députés savent que nous utilisons des lecteurs de passeports et de plaques d'immatriculation, des détecteurs ioniques, des appareils à rayons X et une banque de données. Si nous continuons dans cette voie tout en utilisant les renseignements recueillis et en continuant de coopérer et d'échanger des renseignements avec d'autres pays, nous pourrions offrir les services des douanes de nouvelles façons.

    Je vais vous donner un exemple. Prenons un vol commercial. Normalement, lorsque les gens arrivent au Canada sur un vol commercial, nous devons les intercepter et les interroger. Pourquoi ne pas obtenir tous les renseignements au sujet des gens à bord d'un vol avant qu'ils n'arrivent au Canada?

    Avec les renseignements que nous avons dans la banque de données, nous pourrions analyser des passagers d'un vol commercial donné. À leur arrivée à l'aéroport, nous pourrions demander à ceux qui représentent un risque pour notre société de s'arrêter à la première ligne d'inspection pour ensuite les soumettre à une deuxième inspection. Nous pourrions laisser les autres personnes traverser la frontière de façon normale et standard. C'est un exemple.

    Nous voudrions utiliser dans les aéroports ce que nous appelons des lecteurs d'empreintes palmaires. C'est un type de technique douce ou une nouvelle méthode que nous aimerions utiliser aux douanes.

    Nous devons nous concentrer sur les paramètres également. Comme nous le savons tous, nous avons des liens économiques et de libre-échange avec le reste de l'Amérique du Nord. C'est important. Nous devons nous assurer d'avoir une approche équilibrée et continuer d'être efficaces dans notre société.

[Français]

+-

    M. Robert Lanctôt (Châteauguay, BQ): Monsieur le Président, je tiens à mon tour à féliciter les agents aux postes douaniers. Le discours est plaisant à entendre, par contre, il y a des aspects au sujet desquels j'aimerais entendre le ministre.

    Au Québec, au cours de la dernière période, il y a eu des files d'attente de trois heures et plus. On dit qu'il y aura une surveillance accrue. Mais si on n'y met pas les effectifs, si on n'y met pas les infrastructures, et si on ne met pas de moyens technologiques à la disposition des agents douaniers, même s'ils essaient de faire tout leur possible, les files d'attente seront encore plus longues.

    Durant la dernière semaine, au poste frontière de Lacolle, il y avait au-delà de trois heures d'attente. Je me demande même si, à une occasion, ce n'était pas six heures d'attente. On peut imaginer ce que seront le commerce et le libre-échange si on dit qu'on fera plus de surveillance et plus de vérifications. Mais il faut y mettre les effectifs. Qu'est-ce que le ministre peut nous dire à cet égard?

  +-(1520)  

+-

    L'hon. Martin Cauchon: Monsieur le Président, il faut reconnaître que la situation de la semaine dernière et celle d'aujourd'hui est tout à fait particulière, exceptionnelle et malheureuse. C'est une situation de crise. Les douanes ont évidemment mis en place des mesures de sécurité et de réaction normale face à pareille situation.

    Encore une fois, je tiens à remercier l'ensemble des agents de douanes pour leur excellent travail. Comme je le mentionnais, le travail des douanes est d'abord et avant tout de procéder à une évaluation du risque pour s'assurer de bien remplir les deux volets de leur mandat. Les douanes font face actuellement à énormément de volume, tant au point de vue commercial qu'au point de vue des gens qui circulent et qui viennent ici pour des raisons d'affaires et touristiques.

    C'est pour cela que, il y a un an et demi, nous sommes allés de l'avant avec une réforme. La réforme est maintenant incluse dans le projet de loi S-23 qui est devant le Parlement.

    Nous espérons qu'il sera renvoyé en comité très très rapidement. J'invite l'honorable député à faire valoir son point de vue et ses commentaires constructifs pour que nous puissions ensemble continuer à bâtir un excellent système douanier.

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval, BQ): Monsieur le Président, d'entrée de jeu, je voudrais joindre ma voix, bien sûr, et celle de mes collègues, à la voix du chef du Bloc québécois et transmettre nos plus profondes condoléances à l'endroit du peuple américain et également à l'endroit des familles des victimes, des proches, des amis, de ceux et celles qui ont été touchés par la tragédie, et des citoyens du Canada, qui ont aussi été durement et malheureusement éprouvés par cet acte de terrorisme.

    Voilà que le monde occidental est frappé de plein fouet. Et voilà que l'heure de la riposte a sonné.

    Je m'inquiète de l'ampleur que pourrait prendre cette riposte. Comme beaucoup de nos concitoyens et de mes commettants avec qui j'ai discuté de la question au gré des conversations au cours de la semaine dernière, ceux-ci sont inquiets. Les gens ont peur.

    Nous avons surtout peur d'une réponse au terrorisme qui ne serait pas adéquate, qui ne serait pas faite avec toute la mesure nécessaire et qui pourrait entraîner une escalade de violence dont tout le monde voudrait bien se passer.

    C'est donc dans cet esprit que je participe à ce débat en disant qu'il faut que le gouvernement entende le message que les députés de cette Chambre ont à lui livrer.

    Il ne faut en aucun temps que les actions qui seront menées ne le soient pas dans la perspective de réduire les actes de terrorisme, voire de les éliminer le plus possible, si tant est que cela peut arriver, et qu'aucune action ne puisse être entreprise si elle ne relève pas de cet objectif.

    L'heure n'est pas à la vengeance. L'heure est à faire connaître le message antiterroriste qui est le nôtre. Il faut que les sentiments qui nous animent laissent de côté la douleur qui nous étreint, qui nous a touchés au cours de la semaine dernière, et l'indignation que nous avons tous eu à voir les événements. Il faut que nous soyons responsables.

    À cet égard, les paroles du premier ministre, qui parlait de «laisser la sagesse guider nos actions, la tolérance guider nos actions futures», nous ont quelque peu rassurés.

    J'ai questionné le premier ministre lors de la période des questions orales et il nous a assurés qu'il n'était pas question, pour le Canada, de donner carte blanche à qui que ce soit.

    On ne se le cachera pas, un pays responsable, un gouvernement responsable, a le devoir de mesurer avec le plus grand soin chacun des gestes et chacune des décisions qui seront pris.

    À cet effet, je me permettrai de m'étonner que nous n'ayons pas eu l'unanimité de cette Chambre pour que le débat permettant aux parlementaires de se prononcer sur une question aussi importante puisse durer jusqu'à tard en soirée, comme c'était prévu initialement. Il m'apparaît incroyable qu'on puisse refuser de discuter au-delà de 18 h 30 d'une aussi importante question.

    Je voudrais que les paroles que nous échangeons ici servent mutuellement à nous convaincre de la nécessité d'être extrêmement prudents, extrêmement raisonnables, extrêmement méfiants à l'égard de tout ce qui pourrait se passer à partir de maintenant.

    Je n'utiliserai pas plus de dix minutes de mon temps, car on comprendra que ma collègue responsable des Affaires étrangères devra prendre la parole. Il me reste donc à peine cinq minutes, mais j'aimerais parler des mesures de sécurité.

    J'ai également demandé au premier ministre, lors de la période des questions orales, si les mesures de sécurité qui seraient envisagées au cours des prochains mois et des prochaines semaines ne risquaient pas d'entraver nos libertés.

    On nous a donné des assurances nécessaires. Enfin, on nous a dit que ce serait pris en compte et que nous ne pourrions, en aucun temps, accepter que nos libertés fondamentales puissent être brimées par des mesures ou par une sécurité accrue, ce qui, en cela, donnerait raison aux personnes qui ont voulu attaquer tout ce système de liberté qui est le nôtre.

    J'aimerais suggérer au gouvernement au moins une ou deux avenues vers lesquelles nous devrions regarder.

  +-(1525)  

    Quand on parle de sécurité et qu'on sait que dans les aéroports, les contrats sont donnés aux plus bas soumissionnaires pour faire en sorte de contrôler le va-et-vient, le flot des citoyens qui passent les barrières et qui prennent les vols internationaux comme les vols intérieurs, je crois que le gouvernement aurait grand avantage et beaucoup de facilité à intervenir pour qu'on mette un accent spécial sur la qualité de la formation de ces gens qui sont sur la ligne de front.

    Il ne faut pas oublier que tous ceux qui, malheureusement, deviennent des terroristes en prenant un vol, comme c'est arrivé la semaine dernière, sont passés quelque part devant des barrières de sécurité, devant des gens qui n'ont pu les déceler. Je sais que la perfection n'existe pas, mais il me semble que l'on devrait accentuer très rapidement les normes de la formation en sécurité pour ces personnes.

    Le gouvernement devra également penser rapidement à des mesures de protection et de sécurité pour les équipages, pour le personnel qui oeuvre dans les avions afin de s'assurer que de terribles tragédies comme celle-là ne se reproduisent plus jamais.

    Voilà que nous allons bientôt, j'imagine, procéder au procès de terroristes. Il faudra faire en sorte que le procès qui se déroulera ne soit pas celui d'une civilisation ou de croyances religieuses. Il faudra s'assurer, avec calme, avec discernement et dans le plus grand respect des règles de justice internationale, que les personnes qui seront jugées et que l'on pourchassera soient vraiment coupables et, qu'en aucun temps, nous puissions coller quelque ethnie ou quelque croyance religieuse que ce soit au terrorisme international. C'est un petit groupe de terroristes dont la planète doit se débarrasser, et ce n'est pas autre chose. Il ne faut pas que notre action aille au-delà.

    En terminant, j'invite le gouvernement à utiliser les mécanismes internationaux en place, à déployer tous les efforts en ce qui concerne la diplomatie canadienne, afin que les membres du gouvernement puissent utiliser leurs contacts pour faire en sorte que toutes les actions menées le soient dans un très large consensus de plusieurs pays, que ce qui doit être fait soit fait sans jamais soulever l'ombre d'un doute quant à la nécessité des actions qui doivent être entreprises. Souhaitons que le plus grand nombre de vies possible soient épargnées, que la plus grande misère possible soit évitée aux populations qui pourraient être à proximité des quelques terroristes qu'on voudrait attraper.

  +-(1530)  

[Traduction]

+-

    Mme Jean Augustine (Etobicoke--Lakeshore, Lib.) : Monsieur le Président, tous les députés sont certainement attristés par ce drame. Je tiens à présenter mes condoléances à toutes les personnes touchées. Dans Etobicoke--Lakeshore, voisins, amis et familles sont tous unis dans une même tristesse. Nous sommes fiers d'être une collectivité multiculturelle, multiraciale et pluriconfessionnelle qui sait vivre en harmonie.

    J'ai été touché par la réponse du député qui m'a précédée. Quelles mesures concrètes espère-t-il du gouvernement pour aider nos collectivités à se remettre?

[Français]

+-

    M. Michel Gauthier: Monsieur le Président, pour des raisons techniques ou d'organisation de la Chambre, je n'ai malheureusement pas entendu la question de la députée. Je ne sais pas si elle voudrait me la poser à nouveau . Je m'en excuse infiniment.

[Traduction]

+-

    Mme Jean Augustine : Monsieur le Président, je passe directement à ma question. Je parle d'aider les collectivités à se remettre d'aplomb. Au moment où elles s'interrogent sur leur idendité, quelles propositions concrètes le député peut-il nous faire pour aider nos collectivités à se rétablir?

[Français]

+-

    M. Michel Gauthier: Monsieur le Président, il est extrêmement difficile, dans le cadre d'un débat comme celui-là, d'y aller de recommandations précises.

    Toute la problématique qui nous concerne aujourd'hui, notamment en ce qui a trait aux communautés qui peuvent être éventuellement en situation de représailles, doit être étudiée dans son ensemble.

    Si l'action gouvernementale de départ est bien ciblée, si les conditions d'un élargissement d'un consensus international sont réunies, si ce qui est fait est accepté de façon très large, si la protection de chacune des parties—soit des communautés avoisinantes, soit des gens qui vivent ici dans notre région et qui pourraient être victimes de représailles d'une façon ou d'une autre—si tous les gestes gouvernementaux s'appuient sur des décisions collectives, non seulement de la Chambre des communes, mais de l'ensemble des pays et si tout ce qui est fait l'est dans la profonde conviction que cela doit être fait et que c'est juste, je crois que nous allons minimiser les inconvénients qui pourraient surgir pour des communautés et des groupes, entre des pays ou dans quelque relation que ce soit, au cours de cette affaire.

    La prudence, la sagesse, le consensus très large et la justesse des actions que nous mènerons feront en sorte que nous allons minimiser tous les risques possibles et inimaginables qui pourraient survenir par la suite et qui pourraient être conséquents à des actions irréfléchies.

    Je n'ai d'autre commentaire à faire que celui-là. C'est un travail collectif qui doit être fait et c'est pour cela que nous avons un tel débat. J'espère que les collègues nous apprendront beaucoup en nous faisant part de leur point de vue et de ce qu'ils ont entendu de la part de leurs commettants quant à la façon dont nous devrions intervenir.

+-

    M. Robert Lanctôt (Châteauguay, BQ): Monsieur le Président, j'aimerais poser une brève question à mon collègue de Roberval.

    Il parle de petits groupes de terroristes, mais on entend qu'il pourrait s'agir d'au-delà de 25 et peut-être même 50 endroits. Est-ce que cela peut inclure aussi les pays qui vont aider ces regroupements à se former?

+-

    M. Michel Gauthier: Monsieur le Président, je ne crois pas qu'il soit de la compétence de la Chambre des communes de déterminer quelles sont les cibles réelles qui doivent être les nôtres à ce moment-ci.

    Ce qu'il est important de savoir, lorsque je parle de petits groupes de terroristes, c'est que tout est relatif. Il ne s'agit pas de populations entières, à mon point de vue. C'est par opposition à «populations entières» que j'ai parlé de «petits groupes» de terroristes.

    Quand on parle de l'ampleur d'une action comme celle qu'on va mener, il faut comprendre que des groupes de 50, 100 ou 150 terroristes organisés dans des régions du globe, cela n'apparaît pas être des groupes extrêmement importants, compte tenu de la force de frappe qui se ralliera autour des pays de l'OTAN, ou de l'ONU, si tant est que l'ONU y prend part.

    Il faut donc y aller avec mesure, il faut y aller avec sécurité, il faut faire attention et il faut ménager le plus possible les populations qui pourraient vivre dans des pays qui, bien involontairement, sont mêlés à cela aussi.

  +-(1535)  

+-

    Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ): Monsieur le Président, mes premiers mots seront des mots de compassion et de sympathie pour toutes les personnes qui, à New York et ailleurs, pleurent un mort ou, pire, une personne disparue dont elles ignorent quelle mort a été la leur. Peut-être même ne reverront-elles jamais le corps ou ignoreront-elles à jamais quelles ont été ses souffrances.

    Je suis encore parcourue de frissons quand je pense à ces longues minutes où j'ai cru mon plus jeune fils prisonnier de cette tour de la mort du World Trade Center. Ce matin de septembre, il devait y travailler.

    Je salue la quasi unanimité de la dénonciation des pays après l'attaque terroriste sur New York et Washington. Je sais qu'elle ne provient pas du fait que les plus de 5 000 morts sont américains, mais bien plutôt parce que le sentiment si rapidement répandu est que ce nouvel instrument de guerre--parce qu'il m'apparaît que c'est cela qu'ont fait les terroristes à New York et à Washington--pouvait menacer absolument n'importe quel pays à des niveaux presque encore insoupçonnés, en particulier, bien sûr, les démocraties.

    En fait, nous sommes devant une nouvelle forme de terrorisme kamikaze. Non seulement des êtres humains acceptent-ils que leur propre mort soit le détonateur de la mort d'autres personnes, mais ils se préparent longuement avec d'autres à accomplir un plan qui multiplie la portée de leur action en utilisant la technologie contre ceux qu'ils ciblent.

    Aussi horrible soit-elle, l'attaque du 11 septembre 2001 fait également frémir par tout ce qu'elle suggère. Cette fois-ci, les avions commerciaux ont servi les fins des auteurs. Demain, ce sera quoi? Est-ce que chaque avancée de la science se retournera dans leurs mains en arme contre les démocraties, contre les peuples? Le bouclier anti-missile n'apparaît-il pas dans ces conditions dérisoire?

    Plusieurs l'ont dit, mais nous avons vécu un changement en profondeur. Les États-Unis, eux, ont été atteints de plein fouet, les symboles de leur puissance économique et financière s'effondrant en milliers de tonnes de métal, de ciment et de sang. Le Pentagone, lieu de la puissance militaire, s'est enflammé à son tour. La vie de deux mégavilles a été bouleversée et les services mis à rude épreuve. Seul le travail volontaire a permis de s'attaquer au problème en donnant lieu, on le sait, à des gestes de bravoure qui ne seront pas toujours reconnus. Au contraire, on sait qu'ils ont été dans certains cas sanctionnés par la mort.

    L'inquiétude et la colère persistent parmi la population. Avec la colère croît souvent la volonté de vengeance. Cependant, nous savons que la vengeance, même si elle apparaît naturelle, n'est pas souhaitable.

    Désormais, aucun pays ne peut se dire à l'abri d'un tel malheur. C'est pourquoi les États-Unis ne sont pas seuls. Les pays de l'OTAN, dont le Canada, ont accepté pour la première fois de leur histoire, on l'a dit, de mettre en oeuvre le mécanisme de solidarité militaire. Mais il faut d'ici là, comme l'a dit le secrétaire général de l'OTAN, que les États-Unis établissent que cette attaque est bien dirigée depuis l'étranger. Chacun des pays pourra alors décider des moyens qu'il entend mettre dans cette entreprise qui sera, je l'espère, collective.

  +-(1540)  

    Le président des États-Unis, George Bush, après avoir identifié récemment ben Laden comme le principal suspect, a déclaré la guerre aux responsables de ces crimes affreux et aux pays qui les aident ou les abritent. Hier, il promettait aux Américains et au monde une croisade contre le mal.

    Le Bloc québécois appuie l'annonce de l'OTAN. S'il est établi à la satisfaction de l'OTAN que l'article 5 pourrait s'appliquer, nous demandons que toute décision de riposte du Canada soit soumise pour discussion et vote au Parlement. Nous avons entendu le premier ministre dire que ce n'était pas la façon habituelle, mais celle-ci pourrait changer.

    En fait, c'est un sentiment que l'on trouve chez les citoyens. J'en ai rencontré plusieurs dimanche, ils ne veulent pas de chèque en blanc; ils sont inquiets et ne veulent pas être entraînés dans une guerre dont ils ne verraient pas l'issue.

    Onze conventions internationales sur le terrorisme existent. Les deux dernières n'ont pas été ratifiées par le Canada, notamment la toute dernière sur la criminalisation du financement du terrorisme.

    Il est à souhaiter qu'après en avoir discuté à la Chambre et au Parlement, le Canada se donne les moyens prévus à cette convention. Quant à moi, j'étais intéressée de voir que l'Alliance canadienne, en soulignant le travail fait en Grande-Bretagne sur la Loi antiterroriste, reconnaissait la grandeur du travail de l'ONU, parce que cette convention vient de l'ONU. La Grande-Bretagne, elle, a ratifié cette convention.

    Mon collègue en a parlé, il y aura très certainement un débat sur des mesures de sécurité. Il y aura sans doute aussi une application des conventions de lutte au terrorisme et des opérations militaires ciblées. Toutefois, ce n'est pas suffisant. Il faudra revoir la politique étrangère canadienne, dont l'axe principal en ce moment est le commerce, sans l'associer suffisamment aux droits humains, sans l'associer suffisamment, encore une fois, et loin de là, non seulement au refus de l'écart entre les pays riches et les pays pauvres, mais dans l'aide au développement économique des pays pauvres.

    Autant il est capital de riposter sans hésitation à cette nouvelle forme d'attaque belliqueuse dangereuse pour la démocratie, autant il sera difficile de l'éradiquer. Disons-le clairement, les 27 ou 28 réseaux terroristes identifiés par la CIA dans le monde se nourrissent de la colère, du désespoir et du sentiment d'injustice des jeunes, des millions de jeunes, des centaines de millions de jeunes des pays pauvres, sans oublier tous les Timothy McVeigh «made in USA».

    Ce n'est donc pas seul l'esprit de vengeance qui peut le mieux assurer que ce terriblement triste incident du 11 septembre ne se reproduise pas.

    Il faut de plus se garder, comme plusieurs l'ont dit mais il faut le redire, de se lancer dans une guerre de civilisation aux conséquences incalculables. Déjà, sans que la responsabilité de ben Laden ne soit acquise, les seuls soupçons à son égard ont entraîné des incidents à connotation raciste, sinon carrément racistes. Même si ben Laden s'avérait la tête dirigeante de ces attentats, il faudrait--et je dirais encore davantage--bien distinguer arabes, musulmans praticiens de cet islam de paix, et la faction fondamentaliste hostile à la démocratie dont il fait partie.

    Je suis fière de voir qu'au Québec l'appel à la tolérance a été entendu, je le souligne.

    Finalement, on ne peut s'empêcher de penser qu'un esprit aussi dangereusement et audacieusement brillant que celui qui a conçu le plan du 11 septembre peut avoir ainsi provoqué le géant américain en escomptant qu'il déclenche une guerre sainte dont les échos pourraient à leur tour entraîner des appuis innombrables pour les soldats d'Allah. La provocation aurait alors réussi. Les États-Unis ont besoin d'alliés comme le Canada qui vont garder la tête froide en même temps que leur détermination inébranlable.

  +-(1545)  

[Traduction]

+-

    M. Sarkis Assadourian (Brampton-Centre, Lib.): Monsieur le Président, je me joins à mes collègues ainsi qu'aux Canadiens d'un bout à l'autre du pays afin d'offrir mes plus sincères condoléances pour ce terrible acte de terrorisme commis le 11 septembre dernier, qui a coûté la vie à plus de 5 000 innocents. C'est un événement réellement tragique. Je pense que l'attentat a fait un plus grand pourcentage de victimes que l'attaque lancée par les Japonais sur Pearl Harbor il y a environ 55 ans.

    J'ai reçu de nombreux messages de condoléances de la part d'électeurs dans ma circonscription de Brampton-Centre, qui se disent très préoccupés. J'ai aussi à mon bureau de comté un livre de condoléances que les gens peuvent signer. Les gens de ma circonscription appuient le Canada et les autres pays qui ont condamné cet acte de terrorisme.

    Je suis heureux d'annoncer que trois pompiers de Brampton sont allés à New York prêter main-forte à leurs collègues de l'endroit. J'étais vraiment fier d'eux lorsqu'on les a montrés à la télévision. Je suis sûr que la Chambre se joint à moi pour les supporter dans leur travail et qu'elle saura leur montrer sa reconnaissance pour leurs efforts en vue de sauver des vies à New York.

    Ma question concerne la religion musulmane et le fanatisme religieux. Je suis le premier et le seul député d'origine syrienne. Dans ma Syrie natale, je n'ai jamais été témoin d'un acte de discrimination, même si j'étais un chrétien vivant dans un pays musulman. Les musulmans avaient l'habitude de nous appeler, nous les chrétiens, leurs frères arméniens.

    Ma collègue voudrait-elle nous expliquer comment elle perçoit le fanatisme musulman ainsi que la religion musulmane, qui prêche la paix et la coopération entre toutes les religions?

[Français]

+-

    Mme Francine Lalonde: Monsieur le Président, je pense que mon collègue a compris mon propos à l'effet qu'il faut absolument être prudents pour ne pas précipiter des personnes de foi musulmane ou d'origine arabe dans les bras des plus que terroristes, de ceux qui visent la démocratie et qui veulent établir partout des régimes religieux.

    C'est pour cela qu'il faut aussi changer notre politique étrangère. Je sais gré à Colin Powell, par exemple, d'avoir dit comme cela «qu'il fallait régler le conflit au Proche-Orient». Mais il faut savoir à quel point le conflit non réglé du Proche-Orient—ces centaines de milliers de jeunes Palestiniens qui vivent soit dans les territoires bouclés, soit comme réfugiés—constitue un terreau fertile pour l'extrémisme.

    Il faut à la fois avoir des mesures de sécurité et, à la fois, savoir qu'on va nous-mêmes précipiter l'amalgame si on ne fait pas attention d'un côté et, de l'autre, si on ne s'emploie pas à créer l'espoir pour ceux qui ne veulent pas de ces solutions.

+-

    M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ): Monsieur le Président, j'ai beaucoup apprécié le discours de la députée de Mercier, particulièrement quant à la nuance qu'elle apporte au sujet de la riposte militaire bien ciblée, si nécessaire, pour atteindre les terroristes.

    Cependant, j'aimerais qu'elle insiste aussi, comme elle l'a fait un peu lors de sa présentation, en élaborant à savoir quel devrait être le rôle principal que le Canada pourrait se donner comme pays à cet égard.

    Finalement, est-ce que, en vertu de notre passé, nous ne sommes pas mieux équipés pour contribuer aux débats diplomatiques et à l'élaboration d'une stratégie mondiale de lutte au terrorisme, qui ne se limite pas à assurer la protection sur le territoire ou à fermer nos portes, mais à trouver une façon d'éradiquer le terrorisme à la base?

    Je voudrais savoir ce que pense la députée de Mercier de cette position.

  +-(1550)  

+-

    Mme Francine Lalonde: Monsieur le Président, ce n'est pas une question facile. Je pense que le Parlement tout entier devra inventer la réponse.

    Mais celle qui me vient, c'est que nous, au Canada et au Québec, sommes dans une situation extrêmement spéciale, parce que nous sommes les voisins des Américains et, en quelque sorte, peut-être touchés par des retombées.

    Par ailleurs, nous pouvons avoir une distance critique tout en partageant leurs souffrances. Dans certains cas—c'est souvent vrai du Québec—nous sommes plus proches de l'attitude européenne, moins anglo-saxonne, sans vouloir choquer.

    Je regrette de ne pas pouvoir continuer.

+-

    Le président suppléant (M. Bélair): Malheureusement, le temps de l'honorable députée est expiré. L'honorable ministre de la Défense nationale a la parole.

[Traduction]

+-

    L'hon. Art Eggleton (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Winnipeg-Sud. Je me joins à mes collègues de tous les partis représentés à la Chambre pour exprimer notre douleur face à la perte tragique de tant de vies humaines. Nous compatissons de tout coeur avec les familles et les amis des victimes des attentats terroristes à New York et à Washington.

    Curieusement, bon nombre des personnes réputées décédées ou disparues sont originaires de pays autres que les États-Unis, notamment le Canada. Bien que nous ne connaissions pas encore le nombre exact des victimes, nous savons que beaucoup de Canadiens ont été touchés par ces événements tragiques.

    Nous présentons nos condoléances les plus sincères aux membres des Forces armées du Canada qui ont côtoyé des employés du Pentagone. Beaucoup de leurs amis et associés ont péri.

    Dès que ces événements lui ont été signalés, le ministère de la Défense nationale est intervenu très rapidement. L'une des premières initiatives qu'il lui a fallu prendre a été d'offrir l'aide du Canada en acceptant d'accueillir les nombreux voyageurs qui étaient à bord des avions à destination des États-Unis, qu'il avait fallu détourner vers l'espace aérien du Canada.

    Beaucoup de ces avions se sont retrouvés à survoler le Canada atlantique et certains se sont même retrouvés aussi loin que Whitehorse, dans le nord-ouest du pays. Quand ces avions ont fini par atterrir, nos aéroports se sont retrouvés avec plus de 30 000 personnes qu'il fallait aider.

    Les Forces canadiennes ont contribué à fournir des couvertures et des lits de camp. Certains de nos locaux ont aussi été ouverts à ces gens-là. Les Canadiens ont fait preuve d'énormément de bonne volonté dans leurs nombreuses marques d'appui à l'égard de ces personnes.

    De là, nous sommes passés au secteur de l'aide humanitaire. Nous avons affecté un certain nombre de professionnels de la santé et d'ingénieurs de la base de Petawawa à notre équipe d'intervention en cas de catastrophe, à Trenton. Plusieurs centaines de personnes étaient prêtes, au besoin, à fournir des services médicaux et de génie, à aider au nettoyage des débris ou à se rendre utiles de quelque façon que ce soit.

    Nous avons aussi envoyé trois navires de fournitures d'aide humanitaire dans la région de New York, où ils sont restés sur un pied d'alerte. Finalement, on n'en a pas eu besoin. Un appui extraordinaire est venu des environs immédiats de New York et de Washington. On a estimé pouvoir se passer de ces fournitures. Je dois dire que le Pentagone a exprimé sa profonde gratitude au Canada pour avoir mis du personnel d'aide humanitaire sur un pied d'alerte et à la disposition du gouvernement américain. Ce personnel reste disponible au besoin.

    Pour ce qui concerne nos obligations au sein du NORAD, nous sommes un partenaire des États-Unis dans la défense et la surveillance de l'espace aérien de notre continent. Nous avons libéré un plus grand nombre de chasseurs CF-18, qui contribuent à ces opérations de surveillance.

    Nous avons aussi entrepris de nombreuses autres activités de renseignement et de partage de l'information avec les États-Unis. Hier, au cours d'une discussion avec le chef de notre état-major de la Défense, le nouveau président de nos états-majors communs s'est dit reconnaissant de la participation du Canada à un moment aussi important.

    On a beaucoup parlé de guerre dans les journaux et cela a effrayé bien du monde. Si l'on parle de guerre, c'est pour montrer toute la gravité de la situation. Oui, l'heure est très grave et il faut s'attaquer au problème du terrorisme. Nous devons nous engager à fond dans une campagne contre le terrorisme afin de débarrasser le monde de cette menace pour notre mode de vie et pour notre société libre et démocratique.

  +-(1555)  

    Je ne m'attends pas à ce que, dans le cadre de cette campagne, nous ayons recours aux moyens de guerre classiques. Certains aspects des opérations militaires conventionnelles s'appliqueront probablement, mais, en bout de ligne, il faudra agir différemment pour éliminer les auteurs de ces actes de violence ainsi que leurs institutions, leurs infrastructures, leurs organisations, leurs réseaux et leurs cellules dispersés un peu partout dans le monde.

    Il s'agira d'une guerre non pas contre des nations, mais contre des terroristes. Nous devons leur couper les vivres. Nous devons abolir leur processus de recrutement qui permet à ces organisations et à ces cellules de recruter des jeunes, de les conditionner et d'en faire des terroristes prêts à détourner des avions et à sacrifier leur vie pour accomplir leur mission.

    C'est à un nouveau type de campagne, d'effort de guerre, si l'on veut, que nous serons appelés à participer. Nous devons appuyer sans réserve nos alliés. Cela ne se fera pas du jour au lendemain. Cela prendra du temps, comme le disait le président des États-Unis, tout en appelant les Américains à la patience. Je sais qu'il est difficile de faire preuve de patience lorsque les gens réclament une riposte rapide. Nous devons réfléchir, avec sang-froid, aux mesures à prendre pour mener à bien notre campagne contre le terrorisme.

    Même si le Canada ne fait l'objet d'aucune menace immédiate que nous sommes en mesure de discerner, il ne faut pas nous montrer suffisants. Comme il est mentionné dans la politique et le livre blanc de 1994, nous devons veiller à protéger le Canada et les Canadiens tout comme notre mode de vie et nos valeurs.

    Nous disposons d'un plan de lutte contre le terrorisme qui relève de la compétence du solliciteur général. Les Forces canadiennes figurent dans ce plan, à l'instar d'autres ministères et organismes gouvernementaux, à ce niveau et à tous les niveaux.

    Notre unité tactique FOI2, soit la Deuxième Force opérationnelle interarmée, est l'unité de lutte contre le terrorisme des Forces canadiennes. Nous possédons également une capacité de riposte à des armes de destruction de masse comportant des agents chimiques et biologiques. Nous fournissons également, de concert avec nos alliés, des services secrets ainsi que des services de collecte et d'analyse de renseignements. Tous ces éléments font maintenant partie du plan contre-terroriste.

    Une nouvelle organisation a été créée cette année, en l'occurrence le Bureau de la protection des infrastructures essentielles et de la protection civile, qui a succédé à l'ancienne Organisation de mesures d'urgence. Ce nouveau Bureau travaille en étroite collaboration avec l'administration fédérale américaine de la protection civile pour faire en sorte que les ressources soient disponibles en cas de besoin.

    Pour les Canadiens, la sécurité repose d'abord et avant tout sur la collaboration. La collaboration avec les États-Unis à la défense de notre continent fait aussi partie de notre mission puisqu'elle contribue à la paix et à la sécurité à l'échelle internationale.

    Dans un tel contexte, nous appuyons nos alliés de l'OTAN qui ont exprimé le désir d'invoquer l'article 5, qui dispose qu'une attaque contre un État membre constitue une attaque contre tous les États membres. Nous devons rester unis. Nous devons être consultés et participer à l'élaboration du plan auquel travaillent les États-Unis et auquel nous participons tous.

    En fin de compte, nous allons fournir les ressources nécessaires pour que le Canada puisse adopter une position très claire et prépondérante dans cette campagne intensive de lutte contre le terrorisme.

    Les Forces canadiennes comptent des éléments humains extrêmement qualifiés et dévoués qui sont disposés à participer à une telle campagne. Il faut être unis dans notre détermination à relever le défi avec les États-Unis et nos alliés de l'OTAN. Nous devons être prêts et consacrer toute notre énergie à lutter contre le terrorisme dans ce monde.

  +-(1600)  

+-

    M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je dois avouer que j'ai été quelque peu troublé d'entendre le ministre dire, tant dans son discours qu'au cours de la période des questions, que, selon toute vraisemblance, ce n'est pas à une guerre conventionnelle que nous faisons face. J'ignore d'où le ministre tire cette idée. Comme il l'a dit dans sa dernière intervention, je suppose que c'est parce qu'on ne s'attaquera pas à des pays, mais à des terroristes et des individus.

    Cependant, cela contredit tout à fait l'hypothèse de base de ce conflit tel que l'a décrit le président des États-Unis, il y aura une semaine demain, quand il a dit qu'aucune distinction ne sera faite entre les pays qui donnent asile ou qui aident des terroristes et les terroristes mêmes. Selon la politique des États-Unis dans cette affaire, les pays, nations ou États qui donnent asile et qui aident des terroristes sont aussi coupables que les terroristes mêmes. Pour moi, cela suppose la possibilité très réelle, sinon la probabilité, d'une guerre conventionnelle directement contre au moins un pays qui continuerait à abriter et à aider des réseaux terroristes.

    Cela m'amène à poser la question suivante: Puisque son engagement en matière de défense le situe à l'avant-dernier rang des pays membres de l'OTAN, engagement en matière de défense qui correspond à la moitié des dépenses moyennes des pays de l'OTAN, ou 2 p. 100 du PIB, comment le Canada peut-il prétendre pouvoir respecter le type d'engagement que ses alliés pourraient lui demander?

+-

    L'hon. Art Eggleton: Monsieur le Président, je répète ce que j'ai dit. Ultimement, nous remporterons cette lutte contre le terrorisme par des moyens autres que les seules actions de guerre traditionnelles. Elle comportera peut-être certains aspects de la guerre conventionnelle. Il ne fait aucun doute que nous devons trouver et amener devant la justice ceux qui commettent de tels gestes et ceux qui les hébergent. C'est ce qu'a déclaré le président des États-Unis et je suis d'accord avec sa déclaration.

    Cependant, le président a aussi indiqué, comme bien d'autres, que le conflit ne sera pas de la même nature que ceux du passé. Il faut bien comprendre que l'effort sera d'un genre bien particulier et qu'il fera appel à des ressources spéciales et peut-être à des gens spéciaux.

    En ce qui concerne les ressources, au cours des trois dernières années, le gouvernement a accordé des ressources additionnelles aux Forces canadiennes. Environ 3 milliards de dollars supplémentaires ont été versés aux forces. Nous avons déclaré clairement, à la Chambre et dans les discours du Trône, que nous allons veiller à ce que les Forces canadiennes obtiennent les ressources dont elles ont besoin pour faire leur travail. Si leur travail doit faire partie de cette campagne contre le terrorisme, et c'est le cas comme on l'a déclaré très clairement, nous devrons veiller à ce qu'elles obtiennent les ressources pour accomplir leur tâche.

[Français]

+-

    M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ): Monsieur le Président, à mon tour, je veux, en mon nom personnel et au nom de toute la population du comté de Repentigny, offrir mes plus sincères condoléances aux proches des victimes des horribles attentats terroristes de New York et de Washington. Je veux également joindre ma voix à celles et ceux qui demandent justice, qui dénoncent ces crimes horribles et qui souhaitent que les coupables soient punis.

    Cependant, je souhaite que la riposte et les représailles soient faites avec réflexion et sagesse. Il ne s'agit pas de simple vengeance contre un peuple ou une religion, mais contre le terrorisme. Voilà le nouvel ennemi sans visage et sans frontière. Ce sont donc des représailles nouvelles pour un nouvel ennemi. L'ennemi n'est pas un État, mais un état d'esprit.

    Face à ces attaques terroristes commises par des gens qui, s'ils n'ont aucune raison de vivre, ont plusieurs raisons de mourir pour leur cause, je veux poser la question suivante au ministre.

    Est-ce que le gouvernement canadien et le ministre entendent s'attaquer aux racines du mal, c'est-à-dire aux inégalités et, plus spécifiquement, à la pauvreté dans le monde?

  +-(1605)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Art Eggleton: Je crois que le commentaire et la question sont légitimes et je reconnais que nous devons examiner de nombreux aspects. Qu'est-ce qui peut attirer ces jeunes et les amener à se joindre à des organisations terroristes, à sacrifier leur vie et à devenir des gens qui haïssent tant notre société ou les États-Unis? Nous devons étudier le dossier du début à la fin. Nous devons faire le point sur diverses questions. Je crois que la volonté et la détermination en ce sens sont bien présentes.

+-

    M. Reg Alcock (Winnipeg-Sud, Lib.): Monsieur le Président, permettez-moi d'abord de me joindre à de nombreux autres et d'exprimer mes condoléances aux familles et aux amis de ceux qui ont perdu la vie dans les atrocités de la semaine dernière et de ceux qui continuent de lutter mais qui risquent fort de mourir.

    Mardi dernier est un jour qui restera gravé dans notre mémoire entre tous. Lorsque nous avons appris la nouvelle et vu pour la première fois les images des immeubles attaqués, nous savions que ces images resteraient à jamais gravées dans notre mémoire. Devant de telles atrocités, nous sommes horrifiés et nous ne comprenons pas pourquoi elles ont été commises. En outre, nous avons peur, nous voulons nous protéger et nous ne voulons pas que des gens s'attaquent à nous de la même façon. Nous sommes également en colère, nous voulons riposter, mettre la main sur les responsables et les punir en conséquence.

    Nous sommes en guerre, mais si nous sommes en guerre, cette guerre ne ressemble à aucune autre que nous, députés, avons connue auparavant. Ce n'est pas une guerre que nous regarderons à la télévision, comme nous l'avons fait avec la guerre du Golfe. Ce n'est pas une guerre qui a lieu à des milliers de milles d'ici, comme celles que mes parents ont connues. C'est une guerre dans laquelle nous sommes sur la ligne de front. C'est une guerre qui aura lieu dans nos aéroports, nos écoles, nos collectivités et nos centres commerciaux. Nous connaîtrons une guerre que les habitants d'autres pays du monde ont déjà connue.

    Si c'est une guerre, nous devrons la gagner. Nous ne pouvons permettre à des terroristes de l'emporter. Ils gagnent s'ils sont libres de faire ce qu'ils ont fait, mais aussi si nous sacrifions notre mode de vie, si nous renonçons à nos valeurs et si nous modifions qui nous sommes afin de nous mettre à l'abri de leur intervention. Nous devons leur faire payer le prix.

    Nous perdons aussi cette guerre si nous adoptons leur comportement. Si nous commençons à agir comme eux, à ne pas respecter la règle de droit, à ne pas nous conduire selon nos valeurs et à ne pas chercher une façon de résoudre ce qui est à l'origine de cette situation, il est alors à craindre que nous ne devenions guère mieux qu'eux. Nous ne pouvons résoudre ce problème en adoptant leurs techniques ou leurs tactiques.

    J'ai beaucoup réfléchi à cette question, comme c'est le cas de chacun d'entre nous. J'ai une énorme confiance dans notre fonction publique et le gouvernement ainsi que dans notre aptitude à faire tout ce qu'il faut pour apporter des solutions aux nombreux petits problèmes que nous connaissons, en ce qui concerne notamment le mode de fonctionnement de notre système de transport ou nos frontières, toutes ces choses dont nous avons discuté aujourd'hui à la Chambre. Je suis convaincu que ce débat se poursuivra très longtemps.

    J'ai aussi réfléchi profondément à un secteur qui retient beaucoup mon attention, soit celui des technologies de l'information et des communications, le genre de cadre ou de système nerveux qui sous-tend la mondialisation. C'est la connectivité qui nous a permis de construire un système mondial de commerce et d'établir entre nous des liens comme jamais auparavant. Cela a aussi entraîné la liberté de mouvement et une partie de la porosité qui nous a mis en danger dans les circonstances récentes.

    Il y a dans ce cadre des aspects sur lesquels nous devons aussi nous pencher. Il existe des façons de faire appel à ces outils et à ces réseaux pour mieux identifier les gens et assurer le suivi des personnes qui nous préoccupent. Toutefois, il y a ici un compromis. C'est un compromis entre la protection de la vie privée et le besoin de savoir de notre collectivité.

    C'est un débat auquel doit se livrer la Chambre. Je ne sais pas quelle est la solution. Je ne sais pas où sont les limites, mais j'ai le sentiment que, dans notre désir de nous protéger, nous avons des outils qui nous permettront de mieux comprendre ce qui se passe et de mieux étayer nos mesures de défense. Toutefois, nous ferons aussi des concessions.

    Je suis un peu découragé par la précipitation de certains. J'ai vu hier soir à la télévision Newt Gingrich, qui disait que le moment était venu de s'en prendre aux défenseurs des libertés civiles. Cependant, j'ai été également heureux de ne pas voir Colin Powell, M. Rumsfeld ou les autres adopter cette ligne de pensée. Je pense que Newt Gingrich reste marginal. Je sais que nous entendrons son refrain, mais j'espère qu'il n'occupera pas une place centrale.

  +-(1610)  

    Il y a autre chose ici. J'essayais de me rappeler la série d'attentats suicides à la bombe qui ont commencé à se produire le printemps dernier en Israël. Un jeune Palestinien avait apporté une bombe au milieu d'une foule, mais j'oublie les détails, ce qui est effrayant en soi. Nous y devenons tellement habitués que ces événements se dissipent tout simplement dans notre mémoire.

    Le jeune Palestinien a fait exploser la bombe, se tuant lui-même et tuant des personnes innocentes qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. Après l'attentat à la bombe, on a interviewé son père en Palestine. Il se disait très fier de son fils. Je me disais qu'il fallait qu'un homme ait l'esprit bien tordu pour être fier du fait que son enfant s'était tué et avait tué des personnes innocentes. Il nous faut comprendre cela également. Nous avons besoins de comprendre cela et ce qui inspire pareil fait.

    Je suis convaincu que nous réussirons à attrapper Oussama ben Laden et d'autres, mais cela n'est pas la solution. Cela en fait partie, mais cela ne mettra pas fin au problème. Tous ceux qui en ont parlé ces derniers jours sont restés fixés sur ce problème et ont fait cette observation à maintes reprises. Il nous faut comprendre les racines du problème et nous y attaquer si nous voulons réussir à avoir la société pacifique que nous souhaitons.

    Je me réjouissais aujourd'hui d'entendre les discours des députés de tous les partis. Je me réjouissais d'entendre les députés parler non seulement du recours à la manière forte, mais encore de la nécessité de comprendre et d'agir de manière raisonnable.

    Le discours du premier ministre m'a plu. Je terminerai mon intervention en soulignant un passage très important de son discours. Il a dit que nos actes seraient dictés par la détermination, et non par la peur.

    Il a dit que si les lois doivent être changées, elles le seront. Si la sécurité doit être accrue pour protéger les Canadiens, elle le sera. Nous demeurerons certes vigilants, mais nous ne céderons pas, en accroissant la sécurité, à la tentation de miner les valeurs qui ont fait du Canada une sentinelle de l'espoir, de la liberté et de la tolérance dans le monde. Nous ne laisserons personne nous pousser, dans un espoir vain et défaitiste, à enfermer le Canada dans des murs.

    Nous avons créé un pays merveilleux où tous peuvent vivre en harmonie. Il est à espérer que nous puissions apporter une solution à ce problème.

+-

    M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je voudrais souligner les observations du député et le remercier de ce qu'il a dit au sujet de la compassion qu'il éprouve envers les victimes de cette horrible tragédie. Je l'en remercie.

    Je voudrais maintenant en venir à des faits réels. Comme le député et la présidence le savent peut-être, j'ai un fils qui sert dans l'armée américaine. Il est sergent. J'ai eu une longue conversation téléphonique avec lui hier soir. L'armée est dans l'état d'alerte le plus élevé, de sorte qu'en quelques minutes elle peut être dépêchée n'importe où dans le monde, même sur le territoire américain, avec toutes les ressources et le matériel voulus pour remplir tout genre de mission. L'armée est prête, compétente et apte au combat.

    Sa mère et moi sommes très nerveux. Il est notre fils. Les parents canadiens pourraient-ils éprouver la même confiance envers leurs soldats comparativement à ce qui se passe aux États-Unis où les jeunes ont été préparés à un événement que personne ne voudrait voir arriver, mais qui pourrait bien se produire dans les circonstances? Les parents canadiens peuvent-ils avoir la certitude que leurs soldats, leurs marins, leurs enfants seront en sécurité dans l'exercice de leurs fonctions?

  +-(1615)  

+-

    M. Reg Alcock: Monsieur le Président, je peux comprendre l'inquiétude du député et de sa famille. À l'heure actuelle, lorsque nous parlons de guerre, la plupart d'entre nous sommes d'un âge qui nous met généralement à l'abri de toute participation, volontaire ou non. Ce que nous tentons réellement de faire, c'est de déterminer si nous sommes prêts à risquer la vie de nos enfants. Je crois que les Canadiens disent qu'ils sont prêts à faire ce qu'il faut pour mettre un frein à cette situation.

    L'armée canadienne est-elle aussi forte, aussi rapide et aussi puissante que l'armée du plus grand et du plus riche pays au monde, un pays dix fois plus gros que le nôtre? Non, elle ne l'est pas.

    Mais est-elle aussi fine, aussi bien équipée, aussi intelligente? Peut-elle faire le travail qu'elle est appelée à faire? Oui, je suis persuadé qu'elle le peut.

+-

    M. Peter MacKay (Pictou—Antigonish—Guysborough, PC/RD): Monsieur le Président, j'aimerais également féliciter le député de Winnipeg-Sud de nous avoir fait part de ses commentaires en toute sincérité, ainsi que l'orateur précédent, c'est-à-dire le ministre de la Défense nationale, d'avoir expliqué à la Chambre certaines des mesures qui ont été prises par l'armée canadienne en réponse à cette tragédie et de ses commentaires élogieux à l'intention de tous les Canadiens qui ont prêté main-forte, tout particulièrement ceux d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, qui ont ouvert leurs coeurs et leurs foyers aux voyageurs des États-Unis et d'ailleurs au monde qui ont été détournés vers nos aéroports.

    J'aimerais poser quelques brèves questions au député. En ce qui a trait aux ressources et à la réaction des Forces canadiennes, nous savons que les forces américaines ont rappelé 50 000 réservistes, ce qui ironiquement correspond à peu près au nombre total des membres de nos forces armées. Ferons-nous également un rappel aussi important auprès des réservistes canadiens? Ma question s'adresse au ministre de la Défense nationale.

    De même, j'aimerais rappeler au député qu'il y a d'autres questions de capacité opérationnelle en suspens qu'il faut régler. Je pense par exemple au dossier du remplacement des hélicoptères qui n'est toujours pas réglé.

    Enfin, pour ce qui est de ceux qui seraient intéressés à se porter volontaires pour les forces armées, seront-ils...

+-

    Le président suppléant (M. Bélair): Le député de Winnipeg-Sud a la parole.

+-

    M. Reg Alcock: Monsieur le Président, je ne vais assurément pas chercher à répondre à la question posée au ministre de la Défense nationale.

    Il serait malheureux de laisser le débat déraper sous forme de discussions que nous tiendrons dans le cours normal des travaux, car la situation actuelle est très différente. Nous ferons ce qui doit être fait, comme on nous le demandera et dans la mesure de nos possibilités. Nous n'exposerons pas nos gens au danger sans les doter des ressources ou de l'équipement nécessaires.

    Je terminerai en rappelant certains propos qu'a tenus le premier ministre dans son discours. Je le fais rarement, mais j'ai été impressionné par certaines choses qu'il a dites. Il a déclaré que le Canada ne s'est jamais contenté de jouer un rôle d'observateur dans la lutte pour la justice dans le monde, ajoutant que nous épaulerions les Américains, qui sont nos voisins, nos amis et des membres de notre famille, que nous serions aux côtés de nos alliés et ferions ce qu'il faut pour défaire le terrorrisme. Le premier ministre a également ajouté que nos actions devaient être inspirées par un esprit de sagesse et de persévérance, par nos valeurs et notre mode de vie.

*   *   *

+-Les travaux de la Chambre

[Travaux de la Chambre]
+-

    L'hon. Don Boudria (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, de nombreux députés ont manifesté leur empressement à participer au débat en cours. Si la Chambre est d'accord, je propose de prolonger la séance de ce soir par la motion suivante:

    Que la Chambre siège jusqu'à 22 heures aujourd'hui, afin d'examiner l'article no 10 figurant sous les initiatives gouvernementales.

+-

    Le président suppléant (M. Bélair): Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

  +-(1620)  

+-

    M. Jay Hill: Monsieur le Président, voudriez-vous demander le consentement unanime de la Chambre afin que, dans l'esprit de la coopération, le débat de ce soir se déroule comme à l'étape du rapport, à savoir dix minutes par discours sans questions ni observations, afin de permettre au plus grand nombre possible de députés de prendre la parole d'ici 22 heures?

+-

    Le président suppléant (M. Bélair): Y a-t-il consentement?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non

*   *   *

+-L'attaque contre les États-Unis

    La Chambre reprend l'étude de la motion.

+-

    M. Leon Benoit (Lakeland, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je partagerai mon temps avec un autre député de l'Alliance, et les prochains intervenants feront de même.

    Un matin comme tant d'autres, mardi, Ace Bailey se rendait à son travail. Il était recruteur pour la Ligue nationale de hockey, et ce travail l'amenait à prendre souvent l'avion.

    Ace Bailey est né et a grandi à Lloydminster, là où j'ai grandi, moi aussi. Il avait deux ans de plus que moi. Il évoluait dans la Ligue nationale de hockey. Il avait d'ailleurs passé une année dans la meilleure équipe de hockey de tous les temps, les Oilers d'Edmonton. Il en était fier, sa famille en était fière, et la municipalité de Lloydminster en était fière aussi.

    Ace Bailey était à bord du deuxième avion que les terroristes ont fait s'écraser sur la deuxième tour du World Trade Center. Il est mort victime de cet acte terroriste insensé.

    J'offre mes sincères condoléances et prières aux parents et aux amis d'Ace Bailey, affligés par sa mort.

    Je promets aux Canadiens portés disparus et à ceux dont la vie a été interrompue cruellement au World Trade Center que le sacrifice qu'ils ont fait ne sera pas vain et que nous saurons tirer des leçons des attaques insensées de mardi dernier. Nous ferons en sorte que leurs enfants vivent dans un monde plus sécuritaire et nous réaffirmerons l'esprit de démocratie et de liberté dans ce pays et dans le monde libre.

    J'aimerais également dire que j'admire les New-Yorkais. Nous avons entendu des histoires et vu des images à la télévision de gens qui aidaient des amis à sortir des immeubles de bureaux même s'ils croyaient qu'il pouvait y avoir une bombe ou un genre d'attaque quelconque. Ils aidaient une connaissance ou un collègue à sortir de l'immeuble dans des circonstances très dangereuses. Ces actes d'héroïsme resteront à jamais gravés dans notre mémoire.

    J'admire les actes d'héroïsme que nous avons vus de la part des policiers et des pompiers. En regardant les images à la télévision, je me disais qu'ils devaient bien savoir que la tour allait s'effondrer, surtout après l'effondrement de la première. Nous devons admirer les gens qui agissent ainsi dans ce genre de situation, et je les admire.

    J'admire les actes d'héroïsme incroyables accomplis par les gens qui étaient à bord du quatrième avion. Ils ont téléphoné à la maison pour dire adieu et pour déclarer une dernière fois leur amour à leur mari, leur femme et leurs enfants. Puis ils ont dit qu'ils feraient leur possible pour empêcher les terroristes d'atteindre une autre cible. Nous ne saurons jamais ce qui s'est vraiment passé dans cet avion, mais c'est admirable et touchant de penser à ce que ces gens ont fait.

    Nous avons vu ce qu'il y a de meilleur dans la race humaine mardi dernier, après avoir vu ce qu'il y a de pire.

    Le temps est maintenant venu de se remettre au travail et de voir à la conduite des affaires du pays.

    Aujourd'hui, notre première préoccupation est la sécurité des citoyens du Canada. À titre de porte-parole principal de mon parti pour la défense, je me dois de poser ces questions difficiles et de signaler les faiblesses que je vois dans notre défense nationale, et je m'acquitterai de cette responsabilité.

    Si l'Alliance canadienne a été élue pour jouer le rôle d'opposition officielle, c'est justement pour faire cela, pour obliger le gouvernement à rendre des comptes et pour offrir des solutions de rechange positives. C'est ce que je ferai dans ce débat.

    Je vais commencer par rappeler aux gens ce que notre défense nationale, les Forces canadiennes, ont à offrir.

  +-(1625)  

    Premièrement, les Forces canadiennes ont la puissance nécessaire pour contrer tout soulèvement civil qui pourrait se produire. Elles assurent des services de recherche et de sauvetage à ceux qui en ont désespérément besoin. Elles apportent du secours aux sinistrés dans des situations comme la tempête de verglas et les inondations que nous avons connues. Elles sont là pour protéger notre souveraineté, surtout dans les eaux du Nord, pour qu'on puisse faire voir clairement que ce territoire est canadien et que les autres ne peuvent en réclamer la propriété.

    Elles doivent remplir les engagements du Canada dans le cadre de l'OTAN, du NORAD, de nos grandes alliances et des Nations unies. Voilà ce que les Canadiens demandent aux Forces canadiennes.

    Selon le rapport public du SCRS pour l'an 2000, le rôle militaire et politique accru du Canada sur la scène mondiale a augmenté la visibilité de notre pays, comme l'avait fait notre participation aux interventions militaires en Iraq et au Kosovo.

    Le rapport du SCRS dit que, puisque nous avons directement participé à des interventions militaires, nous sommes plus susceptibles d'être visés par les attaques terroristes que nous l'étions auparavant. Par conséquent, il importe encore plus que nous soyons préparés, capables et disposés à remplir nos engagements.

    Tout d'abord, je veux parler de nos engagements dans le cadre de l'OTAN. Le Canada peut-il remplir ces engagements? La question est extrêmement importante à cause de l'ampleur de cette grande alliance et de la sécurité de notre nation et de notre population. Elle est aussi extrêmement importante à cause des incidences économiques.

    Je dirais que le Canada a des engagements militaires et étrangers plus grands que lui. On le voit dans le contexte du G-8. Nous avons des obligations qui dépassent largement la dimension et la population du pays.

    Voici les questions que je veux poser au ministre de la Défense nationale et au gouvernement. Où le Canada va-t-il trouver les gens et le matériel nécessaires pour remplir nos obligations envers nos alliés de l'OTAN? Si l'OTAN lance une frappe contre les groupes de terroristes qui ont participé aux attaques à New York et à Washington, la contribution canadienne sera-t-elle surtout symbolique?

    En écoutant le ministre de la Défense nationale faire son intervention et répondre aux questions juste avant que j'intervienne, deux choses m'ont dérangé.

    Premièrement, il a dit qu'une attaque conventionnelle de l'OTAN était extrêmement improbable. C'était presque comme si, grâce à la pensée magique, il pouvait éviter d'avoir à respecter notre engagement envers nos alliés de l'OTAN. C'est triste, mais il y aura très probablement une attaque conventionnelle et nous serons invités à fournir des troupes et du matériel militaire pour respecter nos obligations. La pensée magique ne fonctionnera pas en l'occurrence.

    Deuxièmement, j'ai été inquiet d'entendre le ministre dire que nous avions en grande partie ce dont nous avions besoin. Je serais très heureux de l'entendre dire que nous manquons d'effectifs et de matériel, que nous n'avons pas alloué suffisamment de ressources à la sécurité de notre pays dans le cadre du ministère de la Défense nationale de sorte que nous puissions aller de l'avant et bâtir une défense nationale forte. Voilà ce que j'espérais entendre de la bouche du ministre. Cela ne s'est malheureusement pas produit.

    Il faut que soient posées ces questions difficiles.

    Je voudrais rappeler ce qui est arrivé il y a deux semaines. L'OTAN a demandé au Canada d'envoyer des troupes en Macédoine. Comme le Canada ne pouvait pas respecter cet engagement, il a détaché environ 200 de nos militaires engagés dans une mission de l'ONU en Bosnie pour les envoyer en Macédoine, dans le cadre d'une autre mission de l'OTAN. C'est comme régler le solde d'un compte de carte de crédit avec une autre carte de crédit pour éviter de déclarer faillite.

    Nous avons un grave problème. Maintenant que nous en sommes arrivés à une situation critique, les Canadiens ont le droit de savoir que le gouvernement est capable de répondre à leurs besoins de sécurité ici au pays et à leurs engagements militaires à l'étranger. Il est extrêmement important qu'au cours des prochaines semaines le gouvernement et le ministre de la Défense nationale puissent expliquer de façon détaillée comment exactement le Canada entend respecter cet engagement.

  +-(1630)  

    Je terminerai en faisant observer une chose. Le moment est venu de faire l'unité et de faire preuve de détermination et de fermeté, et nous devons faire montre de cette détermination et de cette fermeté à l'égard des auteurs de cet acte haineux. Assurons-nous que nous offrons notre soutien, notre affection, nos prières et notre amitié tout particulièrement aux membres des communautés musulmane et arabe qui en ont actuellement vraiment besoin.

+-

    M. Peter Adams (Peterborough, Lib.): Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement les propos de mon collègue. Je suis en désaccord avec certaines de ses affirmations, mais j'ai apprécié la façon dont il a abordé le problème. J'aimerais lui poser une question.

    Je suis convaincu que, comme nous tous, mon collègue a reçu des appels téléphoniques, a conversé dans la rue avec des électeurs de sa circonscription et a reçu des courriels de personnes de divers secteurs. Certains sont extrêmement en colère, mais j'imagine que la plupart d'entre eux éprouvent autant de peur et d'inquiétude que les autres citoyens qui craignent pour eux-mêmes et pour leur famille face à l'avenir.

    Des gens m'ont appelé pour obtenir des renseignements sur les droits de la personne et les groupes ethniques au Canada. Ils s'inquiètent de la situation des femmes et des enfants à l'étranger. Un groupe en particulier, dans un élan d'une extraordinaire générosité, effectue des vigiles une fois par semaine à l'extérieur de mon bureau de circonscription pour protester contres les sanctions prises contre l'Irak. C'est avec énormément de courage qu'ils se sont de nouveau présentés devant mon bureau.

    En tant que député, comment répond-il aux préoccupations des électeurs de sa circonscription et aux divers groupes de citoyens qui éprouvent entre autres de la peur et de la colère face à ce conflit?

+-

    M. Leon Benoit: Monsieur le Président, j'ai entendu des choses de ce genre, mais, pour la plupart, les gens m'ont appelé pour me dire qu'ils craignaient que nos militaires ne puissent remplir leurs obligations et ne puissent assurer la sécurité du pays si pareil désastre s'abattait sur nous. Ils ont peur. Ils veulent avoir l'assurance qu'ils seront protégés par les forces armées, qui représentent le principal organe de défense du pays. Ils s'inquiètent en voyant l'effectif des forces armées passer de 90 000 à 55 000 membres et continuer de diminuer. Ils s'inquiètent en constatant que les dépenses militaires ont diminué de 30 p. 100. Ils savent que nous ne pouvons pas réduire ainsi les dépenses militaires et nous attendre à ce que les forces armées puissent assurer notre protection à 100 p. 100. Ils savent que nos militaires ont besoin d'un meilleur équipement pour les missions très difficiles qu'ils doivent remplir.

    Voilà ce que disent mes électeurs. Ils sont très inquiets à cet égard.

    Compte tenu de la situation dans laquelle nous nous trouvons, je n'ai peut-être pas dit ce que j'aurais dit si j'avais révélé le fond de ma pensée, mais ce que je puis dire, c'est que ce sont de bonnes questions et que je les poserai au ministre de la Défense nationale au nom du député

+-

    M. Kevin Sorenson (Crowfoot, Alliance canadienne): Monsieur le Président, ma question s'adresse au porte-parole en matière de défense

    Nous avons entendu l'intervention du ministre de la Défense nationale avant celle du député. Le ministre a parlé avec éloquence du mot «guerre». Il a dit qu'il refusait de l'employer. Selon lui, cela suscite la crainte et les gens ne veulent pas parler de choses qu'ils ne comprennent pas. Il a poursuivi en parlant de la façon dont cette guerre serait menée.

    Nous avons entendu parler de guerre contre la pauvreté, de guerre contre les drogues, de guerres contre bien d'autres choses. Dans tous ces cas, on parle bien de guerre. Cependant, il a dit très clairement que la guerre au sens classique ne serait pas l'élément central.

    On lit dans les journaux aujourd'hui que, selon le général MacKenzie, nous ne sommes pas bien équipés pour faire la guerre.

    Je demanderais au porte-parole en matière de défense quelle a été l'évolution de nos forces armées au point de vue du financement et des effectifs, au cours des dix dernières années.

  +-(1635)  

+-

    M. Leon Benoit: Monsieur le Président, la question est excellente, et elle préoccupe beaucoup les gens. J'ai déjà donné des chiffres. Les effectifs ont été ramenés de 90 000 à 50 000 au cours des neuf dernières années; on a retranché 30 p. 100 du financement au cours de la période; la majeure partie de l'équipement est dans un état pitoyable.

    Je respecte le général MacKenzie et ses opinions en matière de défense. Cependant, nous pourrions passer en revue la liste des anciens haut gradés et les groupes de réflexion dans le domaine militaire, et tous diraient la même chose. C'est ce qui m'inquiète. Le problème est largement connu et il est dénoncé depuis huit ans. Nous devons y remédier maintenant.

+-

    M. Paul Forseth (New Westminster—Coquitlam—Burnaby, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui au nom de mes électeurs de New Westminster--Coquitlam--Burnaby et de tous les gens qui aiment la liberté pour transmettre mes plus sincères condoléances aux nombreux Américains, Canadiens, Britanniques et autres qui ont été touchés directement ou indirectement par cette tragédie.

    J'appuie la motion présentée à la Chambre qui se lit comme suit:

    Que la Chambre exprime son émoi et sa consternation face aux attaques insensées et odieuses dont les États-Unis ont été la cible le 11 septembre 2001;

    Qu'elle offre ses plus profondes condoléances aux familles des victimes et au peuple américain tout entier;

    Qu'elle réitère sa détermination à défendre la liberté et la démocratie, à traduire en justice ceux dont les actions témoignent de leur mépris pour ces valeurs fondamentales, ainsi qu'à défendre le monde civilisé contre toute nouvelle attaque terroriste.

    Il sera toujours nécessaire de défendre la liberté contre des actes de terrorisme insensés ou contre la complaisance.

    Les Canadiens ont suivi le déroulement de ces attaques avec horreur et ils ont cherché à comprendre l'incompréhensible. Pour ma part, je ne peux m'empêcher de penser à la possibilité qu'il y ait une filière canadienne derrière tout cela. Les renseignements qui ont circulé sont peut-être sans fondement, mais il n'en reste pas moins qu'il n'est pas acceptable que les lois et l'administration canadiennes continuent de permettre à des non-Canadiens ayant des liens avec le terrorisme de rester au pays.

    Les Canadiens trouvent déroutant que le SCRS, la GRC, les médias canadiens et même les réseaux de télévision américains aient souligné pendant des années la facilité avec laquelle les criminels peuvent avoir accès à notre pays à cause de la faiblesse des protections offertes par le gouvernement fédéral. Il faut d'abord reconnaître qu'il y a un problème avant que des changements puissent être effectués.

    Les Canadiens veulent que le gouvernement admette qu'il y a un problème pour que nous puissions tenter d'y chercher une solution. Plutôt que d'entendre le premier ministre dire cette semaine qu'il ne prévoit aucune amélioration et la ministre de l'immigration dire qu'il n'y a pas de problème au Canada, les Canadiens veulent que le Cabinet reconnaisse qu'il n'a pas bien orienté ses priorités en matière de sécurité.

    Les Canadiens ont raison d'être en colère contre le gouvernement parce que celui-ci n'a pas su administrer convenablement la sécurité nationale par le passé. Les problèmes relatifs aux politiques sur le système canadien d'immigration sont bien connus. Nos loyaux fonctionnaires nous ont souvent souligné que le Canada était soit un paradis pour les opérations terroristes, soit un endroit où les terroristes pouvaient amasser des fonds, soit encore un tremplin vers les États-Unis.

    Il est bien connu au pays que, chaque fois qu'il s'agit d'un problème d'application de la loi, qu'il s'agisse de la police des ports qui offre une formation plus poussée ou de la main-d'oeuvre supplémentaire aux gardes des services frontaliers des douanes, des niveaux appropriés de personnel militaire ou du personnel ayant les ressources et la technologie nécessaires à la sécurité des aéroports, les libéraux ont toujours appliqué des mesures d'austérité et des restrictions dans toute cette gamme de ressources.

    Le gouvernement doit admettre que, lorsqu'il a été question de ces dossiers à la Chambre, notre parti ne s'est jamais trompé, alors que le gouvernement faisait fausse route. Mes électeurs voudraient savoir quel est le plan d'action de la ministre, au-delà de la mise en oeuvre du projet de loi C-11 l'année prochaine. Il faut que de nombreuses personnes soient en place à tous les niveaux pour traiter ce qui, à ce moment-ci, est surtout un problème de sécurité des personnes.

    Le 31 décembre 1997, par suite d'une révision de la législation, on a présenté à la ministre de l'Immigration de l'époque un rapport intitulé Au-delà des chiffres: L'immigration de demain au Canada. Après avoir discuté abondamment et après avoir cédé devant les défenseurs de l'industrie de l'immigration, les libéraux ont traîné pendant trois longues années, jusqu'au 21 février 2001, avant de présenter le compromis que représente le projet de loi C-11 adopté par la Chambre des communes le 13 juin dernier, et dont le Sénat est maintenant saisi.

    Le projet de loi C-11 semble vraiment resserrer un peu la procédure, mais le manque de ressources humaines dont souffre généralement le ministère de l'Immigration de nos jours demeure un scandale. Par conséquent, la confiance de la population dans la capacité des libéraux de gérer les affaires du pays ou de diriger un bon système d'immigration est nettement inférieure à celle qu'on pourrait attendre.

    Tout le monde sait qu'il serait possible de faire beaucoup s'il y avait une volonté politique de gérer ce dossier. Les libéraux n'ont jamais eu la base idéologique nécessaire en matière de reddition de comptes ou d'orientation pour assurer la gestion comme le demande la population.

    L'état actuel du système prouve une fois de plus que les libéraux n'ont pas la compétence voulue pour gouverner. Le monde n'est peut-être pas plus dangereux aujourd'hui qu'il l'était la semaine dernière, mais les événements de mardi dernier montrent certainement qu'il est beaucoup plus dangereux que les libéraux n'ont voulu l'admettre.

  +-(1640)  

    La circulation internationale accrue des biens, des capitaux et de la main-d'oeuvre rend plus que jamais la tâche facile aux terroristes qui souhaitent créer des réseaux, établir leurs bases dans des endroits clés et trouver dans des pays comme le Canada les fonds qui serviront à financer leurs crimes.

    Il est renversant que des gens puissent entrer au Canada, y demander le statut de réfugié et se déplacer librement pendant des années. La plupart des demandeurs de statut de réfugié font ce que bon leur semble dans nos collectivités dans l'attente interminable de leur audience. Puis, on manque de ressources pour vérifier les allégations de ces personnes au sujet de leur prétendu pays d'origine. Qui plus est, les demandeurs déboutés peuvent se prévaloir d'un processus d'appel qui peut durer jusqu'à sept ans, période durant laquelle le système ne peut expulser ces personnes, dont la plupart peuvent choisir ou non d'être respectueux de nos lois tout en vivant dans notre société. Et ce n'est pas tout, des milliers de demandeurs d'asile disparaissent dans la nature une fois qu'ils ont le champ libre, comme si leur unique but était de se faufiler entre les mailles du filet.

    Compte tenu de la faiblesse de nos procédures actuelles, nous pouvons nous estimer chanceux que la criminalité n'ait pas été pire encore.

    Il est temps que le gouvernement voie la réalité en face, cesse ses démentis, arrête d'insulter l'opposition officielle pour se défendre et qu'il se décide à réaffecter ses ressources en personnel.

    La plupart des pays qui accueillent des réfugiés acceptent de 10 à 15 p. 100 des demandes. Pour notre part, nous procédons à des vérifications tellement inadéquates que nous acceptons la moitié, voire plus, des demandes. Rien d'étonnant à ce que le Service canadien du renseignement de sécurité affirme que la plupart des groupes terroristes mondiaux ont établi leurs bases au Canada. Il est chargé de surveiller tout ce qui constitue une menace pour le Canada. Il a déclaré ceci le 12 juin:

    Au cours des prochaines années, les terroristes risquent de frapper avec davantage de violence, moins de discernement et de façon plus imprévisible que ces dernières années [...]. Il y aura vraisemblablement des attentats terroristes dont le seul but sera d’engendrer la terreur même [...]. Le Canada pourra être la cible d’attentats terroristes.

    Le vérificateur général sonne une autre alarme dans le rapport qu'il a publié en avril 2000:

    Ainsi, les agents des visas ont non seulement le sentiment d'agir de façon non conforme à leurs propres valeurs, mais également de prendre des décisions qui pourraient comporter des risques trop élevés et entraîner des coûts importants pour la société canadienne.

    En réponse, le gouvernement est resté complaisant et, partant, par définition, peut-être complice.

    Des gens qui viennent au Canada ont constaté que le système, tel qu'il est actuellement conçu, leur permet d'atteindre leurs objectifs malveillants. Faute d'être suffisamment encouragés à respecter les ordres d'expulsion ou les conditions de déclaration, ces nouveaux arrivants resteront au Canada et se faufileront dans le système. Les passeurs y transportent leurs victimes sans crainte d'être poursuivis en justice.

    Malheureusement, les événements de cette semaine nous rappellent encore une fois que les systèmes doivent fonctionner plus rapidement, en protégeant beaucoup mieux la sécurité publique. Le courage d'agir nécessite une bien meilleure affectation des ressources humaines et financières et les meilleurs systèmes d'information qui soient pour protéger les citoyens et appliquer les lois. À défaut de ces principes, les plus beaux discours que le gouvernement fera aujourd'hui ne seront jamais efficaces ni ne nous protégeront contre une tragédie.

    Il est très difficile de s'occuper du volume important d'immigrants et de séparer le bon grain de l'ivraie. Pour bien composer avec cette réalité, il est raisonnable de prendre deux mesures. Il faut attribuer suffisamment de ressources aux organismes dont les dirigeants réclament de l'aide. Il faut leur accorder le personnel compétent dont ils ont besoin et renforcer les ports d'entrée afin de réduire le débordement de notre système.

    Une des lacunes de la politique canadienne, c'est que des termes comme immigration, réfugiés, surveillance des frontières ont toujours été tabous. Les accusateurs qui pratiquent une censure et dénigrent mon parti nuisent au pays tout entier. Néanmoins, je ne cesserai de dire que, dans notre parti, nous croyons fermement que le gouvernement doit rendre compte de la façon dont les programmes de sécurité sont appliqués.

    Nous nous souviendrons à jamais du 11 septembre 2001. Les attaques contre les États-Unis changent notre façon de voir le monde. La civilisation a été attaquée et partout, la liberté a été bafouée. Nous continuerons de prier pour les victimes et leurs familles.

    Je dirai en terminant mes observations que nous, l'opposition officielle du Parlement canadien, offrons à notre premier ministre notre appui pour que nous puissions faire de notre mieux, car la tragédie de cette semaine est d'envergure internationale. J'ai exprimé notre préoccupation et notre appui à l'ambassade des États-Unis et nous offrons nos condoléances au peuple américain. Je rappelle également que des Canadiens et des gens d'autres nationalités ont péri dans les attaques. Bien que nos coeurs soient meurtris en cette période de deuil, je ferai mon devoir de député pour protéger le bien et fera ma part pour préserver la paix et l'ordre.

    La technologie et les engins de guerre ne peuvent ni déceler ni éradiquer la haine enracinée dans le coeur d'un extrémiste. Toute personne qui est prête à se suicider pour devenir un martyre de sa cause malveillante risque d'être plus dangereuse que les armes les plus perfectionnées.

  +-(1645)  

    Nous avons vu le visage du mal. C'est une notion remplie d'orgueil. Elle sera vaincue par une révélation pleine d'amour. À long terme, notre seul espoir pour la paix et la fin du fanatisme sera un coeur transformé grâce à la foi dans l'amour rédempteur de Dieu.

+-

    M. Alex Shepherd (Durham, Lib.): Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement les propos du député de Westminster—Coquitlam—Burnaby.

    J'aimerais ajouter la voix des habitants de Durham à ce qui s'est dit jusqu'à maintenant sur cette tragédie. Ils m'ont dit sans équivoque qu'ils avaient l'impression d'avoir perdu certaines des libertés qu'ils tenaient pour acquises depuis des années, les libertés civiles que nous tenons toutes pour acquises. C'est une grande tragédie. Nous espérons appuyer des mesures qui nous débarrasseront à tout jamais de ce fléau qu'est le terrorisme.

    Le député a parlé longuement de la politique d'immigration. Je tiens à signaler que les immigrants reçus qui vivent dans ma circonscription sont tous des gens bien qui n'ont pas peur du travail. Ils aident leurs voisins et contribuent à la vie de leur quartier.

    L'une des choses qui m'inquiètent en tant que député est le fait que je reçois des appels de gens qui craignent que leurs propres libertés civiles soient menacées parce qu'ils appartiennent à un groupe ethnique identifiable.

    Le député s'est étendu sur le sujet. Il semblait savoir qu'il y a des groupes terroristes identifiables qui sont actifs au Canada. Comme il jouit de la protection de la Chambre, peut-il dire qui sont ces groupes terroristes et où ils se trouvent?

+-

    M. Paul Forseth: Monsieur le Président, pendant un moment, je croyais que le député allait commettre l'erreur à laquelle je faisais allusion au sujet du genre de rectitude politique ou de quasi-censure lié à la capacité de parler de certains sujets, simplement parce que nous avons mentionné la question des plaintes formulées par les fonctionnaires du ministère de l'Immigration, qui disent ne pas avoir les ressources suffisantes pour remplir leur mandat actuel, et encore moins tout nouveau mandat. Évidemment, nous encourageons l'immigration, mais nous voulons aussi nous assurer qu'on répond aux besoins du pays en matière de sécurité.

    Si le député veut savoir qui sont ces groupes, il n'a qu'à lire un des nombreux rapports du SCRS. Ce dernier a dressé une liste de plus de 50 groupes qui sont présents dans notre pays.

+-

    M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD): Monsieur le Président, j'ai écouté le député. Il a fait observer que les services de sécurité de nos aéroports s'étaient détériorés par suite de leur privatisation. Il a souligné l'insuffisance de la main-d'oeuvre aux services de l'immigration à la frontière, ainsi de suite.

    Cela me semble paradoxal. Je ne lui cherche pas noise. Je voudrais simplement que le député et ses collègues réfléchissent à la façon dont ils auraient pu contribuer à cet état de choses.

    Quand il s'est agi de privatiser les aéroports, ont-ils protesté contre l'initiative? Beaucoup de gens avaient exprimé ces réserves, mais je crois bien que nous avions affaire à une certaine tendance idéologique à l'époque, et il conviendrait peut-être que le gouvernement et d'autres qui y ont souscrit ou qui se sont tus se reposent la question aujourd'hui.

    Il en va de même pour l'insuffisance des effectifs aux services de l'immigration. Je me souviens d'une époque où il était politiquement correct de dire que l'administration comptait beaucoup trop de fonctionnaires.

    Si nous avons besoin d'effectifs, que ce soit dans les services de la sécurité ou de l'immigration ou ailleurs, tâchons de cerner ces besoins et de recruter le personnel nécessaire. Ne nous montrons pas réticents du fait de je ne sais quelles objections d'ordre philosophique que nous pourrions avoir contre l'administration ou le secteur public. C'est tout ce que j'avais à dire.

  +-(1650)  

+-

    M. Paul Forseth: Monsieur le Président, le député doit savoir que la privatisation des aéroports n'a absolument rien à voir avec les mesures de sécurité que réclament des douaniers.

    J'appuierais à cet égard les revendications du syndicat lorsqu'il n'arrive pas à obtenir une réponse satisfaisante en passant par les voies hiérarchiques ordinaires du ministère. Le syndicat s'est aussi penché sur les problèmes découlant du manque de ressources et de l'insuffisance de la formation des douaniers.

    Je veux parler des besoins des personnes chargées de cette responsabilité. Il y a des années que l'on met en garde le gouvernement, qu'on lui donne des conseils, mais le gouvernement ne fait rien. C'est la question que je tiens à souligner à la Chambre aujourd'hui.

+-

    M. Larry Bagnell (Yukon, Lib.): Monsieur le Président, je partagerai mon temps avec mon collègue de York-Ouest.

    Comme la plupart des députés le savent, je me trouvais à proximité du Capitole au moment où a eu lieu l'attaque à Washington. Se trouver ainsi au centre d'une attaque contre les symboles de notre démocratie et de notre liberté était tout à fait démoralisant. Ce n'était pas une attaque contre les États-Unis. C'était une attaque contre le monde libre tout entier, car des personnes de toutes religions, de toutes cultures et de plus de 40 pays se trouvaient dans ces édifices.

    Au Canada, les conséquences se sont fait sentir jusque dans la circonscription la plus éloignée du pays, Yukon, que je représente. À Whitehorse, un appareil de la Korean Airlines a atterri, escorté par des avions militaires. On ne savait pas s'il s'agissait d'un détournement, ce qui a provoqué beaucoup d'émoi et de peur. Je voudrais remercier les gens du Yukon qui ont aidé à calmer les choses.

    Je voudrais aussi remercier les Gwich'in qui se trouvaient à Washington avec moi, la communauté la plus éloignée de cette chambre, afin de lutter pour leur survie, comme, paradoxalement, nous luttons tous pour notre survie aujourd'hui. Je tiens à remercier tous ces gens venus nous appuyer à Washington et à New York. Je veux dire ma reconnaissance aux personnes qu'ont laissées derrière eux les passagers du dernier avion; ils ont peut-être empêché que l'appareil n'aille s'écraser contre les édifices dans lesquels nous nous trouvions.

    Je remercie et félicite aussi les pompiers et la police de New York pour leur courage. J'en profite enfin pour remercier les pompiers et les policiers, au Canada et dans le monde entier, qui mettent quotidiennement leur vie en danger pour assurer notre sécurité.

    Lorsque nous sommes revenus en autobus de Washington, j'étais heureux comme jamais auparavant de voir la Tour de la Paix se dresser solidement devant moi. Nous ne devrions jamais rechigner à contribuer à nos symboles de liberté. Ils sont tellement importants. Cependant, même si les édifices du Parlement avaient été détruits, les terroristes n'auraient pas gagné parce que la liberté court dans les veines des Canadiens. Cela, on ne pourra jamais nous l'enlever.

    La motion que nous présentons aujourd'hui comporte trois éléments.

    Le premier élément est un message de sympathie. Je ne crois pas qu'il faille en dire plus. Des milliers de Canadiens venant des capitales provinciales, de Whitehorse et de diverses localités ont défilé dans cet édifice durant le week-end pour signer le livre de condoléances. J'ai quitté mon bureau après minuit ces trois derniers soirs et, chaque fois, j'ai vu des gens devant cet édifice, près de la Flamme éternelle, témoignant leur soutien aux Américains.

    J'ai vu à l'ambassade des États-Unis une scène incroyable que je ne reverrai probablement jamais. La clôture entourant l'édifice était couverte de fleurs, de messages de condoléances et d'oursons en peluche. Je dirais qu'il y avait au-delà de 15 000 bouquets. C'était un témoignage de soutien incroyable pour nos amis américains.

    J'étais tellement fier d'être Canadien et de représenter un pays empreint d'une telle compassion lorsque, à ma sortie des édifices du Parlement vendredi dernier, j'ai vu 100 000 Canadiens réunis à court préavis pour manifester leur sympathie. Je dirai à nos amis américains que c'est le plus gros rassemblement qu'il m'ait été donné de voir sur la colline du Parlement.

    Le second élément de la motion a trait à la capture des auteurs de l'attentat. Nous venons d'assister à 5 000 meurtres. Il est inconcevable de ne pas rechercher avec autant d'intensité les auteurs de ces crimes que les criminels ayant commis un seul meurtre. Les terroristes ont utilisé la technologie contre nous, alors nous devons utiliser la technologie pour les attraper. C'est une des grandes forces que le Canada peut mettre à contribution. Notre pays est avancé sur le plan technologique.

    Un de mes électeurs voulait que je souligne, et cela a déjà été mentionné précédemment, que notre action ne vise pas une nation, une religion ou une culture. Elle vise seulement quelques dizaines de criminels et de terroristes haineux.

    Aussi rationnels soient-ils, les êtres humains peuvent être submergés par l'émotion, ce qui risque de leur faire perdre une partie de leur objectivité. Une autre chose que le Canada pourrait faire à ce moment-ci serait d'aider à maintenir nos amis américains dans la bonne voie pendant qu'ils recherchent les auteurs des attentats, afin de minimiser autant que possible les risques pour les personnes innocentes et tout dommage indirect.

    Lorsque notre autobus a franchi la frontière sur le chemin du retour, il était très émouvant de voir les passagers applaudir, heureux d'avoir retrouvé la sécurité du Canada. Cependant, le monde entier vit dans la peur parce que si des gens se trouvant dans les plus hauts immeubles au monde, dans le pays le plus puissant du monde, disposant de la plus grande puissance militaire au monde, peuvent être victimes de terroristes, alors nous pouvons tous être victimes à notre tour.

  +-(1655)  

    Voilà pourquoi la troisième partie de la motion est la plus importante et la plus délicate: faire en sorte que le monde civilisé soit sûr.

    Comme c'est le cas pour tout crime, le fait de trouver celui qui l'a perpétré n'est que la première moitié de la solution, car tout crime est le symptôme d'une situation qui engendrera davantage de terroristes et d'actes de terrorisme. Nous ne devons pas critiquer outre mesure les services du renseignement du Canada et des États-Unis. De toute évidence, nous devons améliorer ces services. Nous vivons toutefois dans un monde libre et nous refusons de renoncer à nos droits et libertés civils. Dans un pays libre, il est techniquement, physiquement et économiquement impossible d'encercler de militaires tout véhicule, édifice et personne. Nous devons attaquer le terrorisme à sa racine même, de manière à ce que les gens n'aient plus de raisons impérieuses de vouloir sacrifier leur vie pour ravager de manière aussi horrible celle d'autres adultes.

    Nous engageons-nous dans cette guerre contre le terrorisme alors que le Canada est réputé pour son pacifisme? La paix a été anéantie par cet acte de carnage. Que dire des mots laissés par des enfants à l'ambassade américaine, ces enfants qui ont peur, mais qui veulent la paix? La paix a été détruite. À mon avis, nous avons le devoir de lutter pour rétablir cette paix, pour l'amour de ces enfants et des générations qui les suivront.

    Quel autre choix avons-nous? Qu'arrivera-t-il si nous n'engageons pas le combat avec l'ennemi? Allons-nous supposer que les terroristes qui ont tué des centaines de Canadiens en territoire canadien depuis 30 ans vont tout simplement s'en aller? Je n'ai pas vu de note, à la suite de cet événement, annonçant qu'ils ne récidiveraient pas.

    Les couteaux, les armes des terroristes des siècles passés, ont été remplacés par les armes de destruction massive des terroristes modernes. La situation n'ira pas en s'améliorant. Ces armes vont devenir de plus en plus horribles. Comme l'a dit Winston Churchill, nous n'avons pas une semaine, pas un jour, pas une heure à perdre avant de nous engager dans la lutte contre le terrorisme et ses causes fondamentales.

    Les Canadiens devront prendre une décision difficile et courageuse, car le courage est assorti d'un coût. Le coût des représailles pourrait être le sang versé par les Canadiens dans leur pays et à l'étranger. C'est une décision déchirante pour les Canadiens, car ils la prennent non seulement pour eux, mais aussi pour leurs enfants. Cinq mille personnes sont mortes cette fois-ci. Combien d'autres mourront la prochaine fois si nous ne faisons rien?

    S'il y a à la Chambre quelqu'un qui voit fléchir sa détermination de s'engager dans la lutte contre le terrorisme, je l'imagine retourner dans sa circonscription ce soir, s'asseoir devant son repas et réfléchir aux milliers d'autres personnes qui, dans leur collectivité, sont elles aussi attablées devant leur repas et qui ont perdu un être cher.

    Amérique, nous sommes avec toi, car nous avons assisté au massacre de secrétaires et d'employés de bureau innoncents, de mères et de pères, de fils et de filles dont le seul crime a été de choisir de vivre et de travailler dans un pays libre, un pays qui chérit la liberté et la démocratie autant que nous.

  +-(1700)  

+-

    Mme Betty Hinton (Kamloops, Thompson and Highland Valleys, Alliance canadienne): Monsieur le Président, j'aimerais offrir les condoléances de ma circonscription de Kamloops, Thompson and Highland Valleys à tous les gens qui ont été si durement éprouvés la semaine dernière.

    J'ai suivi attentivement le débat d'aujourd'hui et je suis d'accord sur beaucoup de choses qui ont été dites. Il y en a d'autres sur lequelles je ne suis absolument pas d'accord.

    Ayant perdu mes deux parents, une soeur et un enfant, je sais ce que c'est que de vivre des événements tragiques. Toutefois, ce dont j'ai été témoin la semaine dernière me donne du courage. Souvent, les pires circonstances font ressortir ce qu'il y a de meilleur chez les gens. Nous en avons vu la preuve d'un bout à l'autre du pays. C'est encourageant.

    Par contre, ce qui se passe à la Chambre aujourd'hui et que je trouve troublant est la confusion qui semble régner au sujet de ce qui se passe. J'ai entendu certains de mes collègues du Bloc, du NPD et du parti ministériel dire que le fait que des enfants aient faim faisait partie du problème.

    Le catalyseur de la faim est la guerre et la lutte pour le pouvoir, et non l'inverse. Il y a dans le monde des groupes de fanatiques qui se sont mis dans la tête d'avoir recours à tous les moyens nécessaires pour faire passer leur message. C'est pour ça qu'il y a des gens qui ont faim, mais ne mélangeons pas le fait que des gens aient faim avec la cause de leur faim, qui est la guerre et la soif de pouvoir, et c'est à cela que nous devons mettre fin. Nous devons faire quelque chose en ce sens ici aujourd'hui.

    Nous savons que 50 groupes terroristes sont actifs au Canada. Je n'accuse personne, c'est un fait. Afin de maîtriser ce qui se passe dans notre pays et ce qui arrive à nos amis dans d'autres pays, nous devons enrayer ce phénomène. J'espère que, à la Chambre, nous allons travailler ensemble pour apporter les changements nécessaires.

    Mon collègue est le seul député musulman à la Chambre. Il a fait un appel que j'aurais moi-même fait: un appel à la tolérance et au respect des autres religions. Cet attentat n'a rien à voir avec la religion musulmane; c'est le fait de marginaux fanatiques. Nous ne devons pas perdre cela de vue dans le cadre des présentes délibérations. Nous devons apporter les changements nécessaires pour rétablir notre sentiment de sécurité et le sentiment de sécurité de notre pays. Nous devons défendre ce qui nous est cher. J'espère de toutes mes forces que tous ensemble à la Chambre nous y parviendrons.

+-

    M. Jay Hill (Prince George--Peace River, PC/RD): Monsieur le Président, je félicite mon collègue, le député de Yukon, pour ses observations. Je représente ici les Canadiens de Prince George--Peace River et, compte tenu des nombreuses conversations que j'ai eues avec eux et des nombreux messages electroniques ou lettres que j'ai reçus d'eux, je sais qu'ils sont extrêmement peinés et préoccupés par la tragédie qui est survenue aux États-Unis. Je veux dire quelques mots en leur nom.

    J'ai eu moi aussi l'occasion, en fin de semaine, d'aller, au nom de mes électeurs, déposer une petite gerbe de fleurs à la barrière de l'ambassade des États-Unis à Ottawa. À l'instar du député de Yukon, j'ai été ému et touché par les messages qui y étaient affichés. Comme l'a dit le député de Yukon, il est extrêmement difficile sinon impossible de les lire sans être profondéement touché par la compassion, la sympathie et l'appui des Canadiens.

    La situation suscite d'un bout à l'autre du Canada un réel sentiment d'urgence et la préoccupation la plus vive. Avant-hier soir, je me suis entretenu au téléphone avec mon fils de 18 ans. Comme beaucoup d'autres jeunes, il craint qu'une guerre ne se prépare et redoute ce que cela signifierait pour lui.

    Qu'une personne de mon âge en parle est une chose, mais c'en est une tout autre pour les jeunes qui risquent d'être conscrits et de devoir consentir le sacrifice ultime pour notre pays.

    Compte tenu de la gravité de la situation, mon collègue serait-il favorable à ce que les Comités permanents de la défense, des affaires étrangères et de la justice reprennent leurs activités au plus tôt, maintenant que le Parlement a recommencé à siéger? Serait-il favorable à ce que les comités se penchent dès que possible sur cette question?

  +-(1705)  

+-

    Le vice-président: Je rappelle aux députés de ne pas dépasser leur temps de parole. Comme l'a expliqué mon collègue un peu plus tôt, beaucoup de députés veulent intervenir dans ce débat fort important.

    Le député de Yukon n'aura pas le temps de répondre, car je voudrais que nous nous en tenions à l'horaire prévu et que le plus grand nombre de députés puissent prendre la parole.

+-

    Mme Judy Sgro (York-Ouest, Lib.): Monsieur le Président, je tâcherai d'être brève pour que d'autres députés aient la possibilité de prendre la parole.

    Ce sont là de tristes moments que vit la planète entière, et pas seulement les Américains et les Canadiens. Le monde entier pleure devant cette horrible agression terroriste de la semaine dernière. Nous sommes de tout coeur avec les États-Unis et nos voisins et amis américains. Je suis persuadé que nous comptons tous des amis quelque part aux États-Unis et que nous sommes tous inquiets face à ce qui nous attend, que ce soit aujourd'hui ou demain.

    Nous pensons particulièrement à ceux qui ont perdu la vie et aux êtres chers qu'ils ont laissés derrière eux. La couverture télé fort complète au cours de la semaine écoulée a montré de nombreuses personnes en larmes, des personnes qui avaient perdu leurs enfants, ou encore des pompiers et des policiers qui avaient perdu des collègues. Les images étaient si explicites que personne, au Canada ou ailleurs dans le monde, n'a pu y demeurer insensible, peu importe son degré d'endurcissement, et éviter de verser une larme en les voyant.

    La mort et la destruction ne sont jamais plaisants, mais les événements de mardi dernier sont tout à fait dégoûtants. Une tuerie gratuite, le meurtre de personnes innocentes, la destruction de biens et le terrorisme n'ont pas leur place dans la société civilisée qui nous est chère.

    Les événements survenus dans le ciel d'Amérique, à New York, à Washington et dans l'ouest de la Pennsylvanie, sont inexcusables. Les planificateurs et les auteurs de ces actes doivent être trouvés et punis. Ceux qui les abritent, qui leur apportent du réconfort et qui leur offrent de l'aide sont tout aussi coupables et doivent également être punis. Si Dieu le veut, ils le seront.

    C'est notre intention. Le Canada est une démocratie. C'est une société constitutionnelle, équitable et libre. Elle ouvre ses portes et offre espoir et débouchés à tous. Toutefois, il ne faut pas se servir à mauvais escient de nos valeurs et de notre hospitalité, comme ce fut le cas. Par conséquent, le Canada ainsi que les États-Unis et les personnes libres de tout l'univers ont été propulsés dans une lutte à l'échelle mondiale contre les forces des ténèbres. C'est une bataille inéluctable. Il ne peut y avoir d'autre aboutissement que la victoire absolue.

    Par conséquent, renouvelons notre engagement à respecter autrui, notre engagement envers la paix, l'ordre et la règle de droit. Tout engagement moindre diminue chacun d'entre nous.

    Nous devons aussi intervenir au pays. Nous devons resserrer les règles d'entrée au Canada. Nous devons veiller à ce que nos frontières, qui sont depuis si longtemps accessibles, servent également de barrière.

    Notre nouveau projet de loi C-11 en matière d'immigration règlerait bon nombre de ces problèmes. Il a été amorcé bien avant les actes de terrorisme de la semaine dernière. Des changements se dessinent, mais ils doivent intervenir immédiatement. Nous devons dépister ceux qui nous souhaitent du mal et qui se servent du Canada pour planifier des actes de terrorisme. Nous devons chercher davantage à identifier les arrivants illégitimes. Nous devons trouver une façon d'accélérer le processus permettant de débarrasser le pays de ceux qui, selon les analyses, n'ont pas le droit d'être là.

    C'est exactement ce que ferait le projet de loi C-11. Il permettrait la venue des personnes ayant présenté une demande légitime et ayant le droit de venir dans notre pays. Il verrait à ce que les personnes n'ayant pas le droit d'être ici soient expulsées beaucoup plus rapidement. Nous devons refuser le statut d'organisme de bienfaisance à des groupes finançant le terrorisme. Il nous faut une mesure législative contre le terrorisme, et nous travaillerons tous au sein du comité afin que cette mesure soit adoptée le plus rapidement possible.

    Nous devons accorder une priorité spéciale à la collaboration avec nos grands voisins et nos amis les plus chers, les États-Unis d'Amérique, afin d'éliminer ce fléau. Nous devons avoir la certitude que les Américains peuvent être tout à fait sûrs que nous ne servirons pas de filière pour les terroristes ou pour toute personne ou tout groupe se livrant à une activité illégale ou criminelle.

    En cette période de réflexion et de prise de résolutions, nous devons être attentifs et réagir avec vigueur contre tout traitement injuste réservé à ceux que l'on considère différents. L'ouverture de notre société a valu au Canada la plus grande diversité démographique imaginable. Nous célébrons cette diversité parce qu'elle reflète nos vraies valeurs.

  +-(1710)  

    J'ai le bonheur de représenter une circonscription, York-Ouest, où habitent environ 120 groupes culturels différents. Tous vivent dans le paix et l'harmonie. Pendant que je parle à la Chambre de ce que l'avenir nous réserve, ils sont tous inquiets. Ils craignent autant ce qui pourrait venir de l'intérieur que la menace de l'extérieur. Je prie tous les députés de penser sincèrement à tous les habitants de notre pays qui veulent vivre dans la paix et l'espoir. Il faut faire en sorte que nous vivions de cette façon ensemble.

    L'occasion nous est fournie, à nous tous qui profitons de la libéralité de ce pays, qui avons eu la chance d'y être né ou d'y avoir émigré, de travailler ensemble à l'élimination de la discrimination et à la prévalence de l'égalité. On ne pourrait élever un meilleur monument à la mémoire de cette terrible tragédie qu'en faisant de la justice, de la décence et de l'équité pour tous les valeurs caractéristiques des Canadiens et de leur mode de vie. Nous devons nous battre pour ces valeurs aussi énergiquement que nous combattons les forces du mal.

    À mon arrivée à la Chambre tout à l'heure, il y avait des gens avec des pancartes qui jouaient de la musique et chantaient. Ils nous demandaient de bien vouloir nous assurer que la paix règne dans nos pays. Nous ne devons pas sous-estimer notre immense responsabilité ici aujourd'hui en ce qui concerne notamment les décisions qui vont être prises. Il est essentiel de représenter le point de vue de tous nos citoyens et de veiller à ce que la sécurité soit la principale priorité. Nous devons protéger nos citoyens et ne pas prendre de décisions hâtives et il nous incombe d'utiliser toute notre influence pour nous assurer que justice soit faite, mais pas en tuant des millions et des millions d'autres personnes.

    Les gens de York-Ouest, y compris ma famille, sont inquiets. Mon mari, Sam, ma fille Cathy et son mari, Graziano, mes autres enfants, Deanna, Lou, Sam junior et Claudia ainsi que mes quatre petits-enfants en bas âge sont tous inquiets. Lorsque j'ai dit hier que j'allais à Ottawa en avion, mes petits-enfants m'ont demandé pourquoi je ne pouvais pas le faire en automobile. J'ai répondu que j'étais fatiguée et qu'il serait plus facile de prendre l'avion, mais ils étaient inquiets. Ils voulaient que leur grand-mère revienne.

    Ceux d'entre nous qui sont nés ici, qui n'ont aucune expérience de la guerre et qui ont des enfants et des petits-enfants sont très inquiets lorsqu'on utilise ce mot. Il faut être prudent avec les décisions que nous prenons. Nous devons faire ce qui s'impose dans l'intérêt de la société en général et de tous et chacun.

    Dans un journal comme le Toronto Star, au deuxième paragraphe de la première page du numéro d'aujourd'hui, on peut lire ce qui suit:

    De nouvelles attaques terroristes pourraient cibler tous les métros, tous les ports, tous les navires, tous les carrefours et tous les grands rassemblements, selon le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld.

    Des gens qui ont toujours vécu dans un pays sûr vivent maintenant dans la peur. C'est un terrible sentiment pour bien des gens. Cela doit nous amener à réfléchir et à nous demander si nous sommes en paix avec nous-mêmes. Sommes-nous certains d'avoir remercié nos familles et nos amis et de leur avoir dit que nous les aimions? Les gens qui sont montés à bord de ces avions et les gens travaillant au World Trade Center pensaient qu'ils allaient travailler ou qu'ils partaient en vacances. Ils ne s'attendaient pas à ne jamais avoir la chance d'appeler leur famille pour leur faire part de leur amour.

    S'il y a une chose que nous devrions essayer de faire en tant que députés, c'est nous assurer que nous donnons l'exemple à nos collectivités pour qu'elles soient en paix avec elles-mêmes, avec Dieu et avec les autres. Je compte bien collaborer avec tous mes collègues dans l'intérêt de mon pays.

  +-(1715)  

+-

    Mme Elsie Wayne (Saint John, PC/RD): Monsieur le Président, hier, dans ma circonscription de Saint John au Nouveau-Brunswick, nous avons célébré un service oecuménique spécial de prière, dans le diocèse catholique romain. La première personne qui a pris la parole fut un homme représentant la communauté musulmane, la deuxième fut un cher ami à moi membre de notre communauté juive, la troisième fut un ministre baptiste et la quatrième, l'évêque catholique, Mgr Faber MacDonald.

    Nous étions à la cathédrale avec les deux tiers de nos pompiers et des membres de notre force policière. Lorsque le représentant des musulmans s'est levé pour prendre la parole, je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer. Il a déclaré, comme nous tous ici aujourd'hui, que nous devons trouver le moyen d'aller vers la paix. Il a dit que la majorité des gens de sa collectivité ne sont pas en faveur des attaques de terroristes. Ce n'est pas ce qu'ils souhaitent. Il nous a demandé de travailler tous ensemble pour faire régner la paix sur cette Terre.

    Comme notre collègue l'a déclaré, nous, députés à la Chambre des communes, devons unir nos efforts car la situation est vraiment la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale. Au nom de tous les citoyens de Saint John, j'offre nos plus sincères condoléances et nos prières aux familles et aux victimes de New York.

    J'étais à Washington une semaine avant l'attaque. J'ai deux frères qui ont des familles, des enfants et des petits-enfants qui vivent aux États-Unis. J'ai communiqué avec eux. L'aîné de mes frères m'a demandé de veiller à ce que le Canada et les États-Unis travaillent de concert pour assurer la paix sur Terre afin qu'une telle tragédie ne se reproduise jamais, ni au Canada, ni aux États-Unis. Nous devons unir nos efforts.

    Mon propos n'est pas politique, mais je dirai tout de même que j'espère voir le gouvernement accorder davantage de fonds aux Forces canadiennes, à la GRC et au SCRS. Nous sommes tous ici pour faire ce qui convient pour notre population.

+-

    Mme Judy Sgro: Monsieur le Président, je tiens à laisser le dernier mot à mon collègue pour montrer à quel point il nous faudra collaborer au nom de tous les Canadiens.

+-

    M. Brian Fitzpatrick (Prince Albert, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le temps est venu pour le monde entier de prendre position. Le moment n'est pas aux tergiversations. Les coeurs sensibles seront nombreux. Tant pis! Il importe plus d'assurer la sécurité de la population que de s'inquiéter pour quelques peureux.

    Mes collègues d'en face savent que c'est là ce qu'on a dit au beau milieu de la crise du FLQ. Toutefois, je leur ferai respectueusement remarquer que les événements de mardi dernier sont beaucoup plus énormes et graves que la crise du FLQ.

    Ma collègue, la députée de York-Ouest, me dira-t-elle si le gouvernement aura la volonté, la détermination et le nerf qu'il faut pour réagir à cet événement extraordinaire en prenant les mesures qui s'imposent, comme l'a fait le premier ministre il y a 31 ans? Je voudrais bien qu'elle réponde à cette question.

  +-(1720)  

+-

    Mme Judy Sgro: Monsieur le Président, je parle de justice. Les Canadiens veulent que justice soit faite. Une autre injustice ne fera rien pour régler le problème

[Français]

+-

    M. Svend Robinson (Burnaby—Douglas, NPD): Monsieur le Président, c'est un grand honneur de pouvoir participer, au nom de mes collègues du Nouveau Parti démocratique, et d'exprimer d'abord nos plus profondes condoléances aux familles de ceux et celles qui sont morts, des gens qui sont disparus et dont on ne connaît même pas le statut.

[Traduction]

    C'est avec douleur et incrédulité que nous avons tous assisté à l'horreur qui s'est produite le 11 septembre. Je sais que nous sommes nombreux à avoir été personnellement touchés.

[Français]

    J'ai écouté avec tristesse les commentaires de la députée de Mercier qui a parlé de son fils.

[Traduction]

    Nous avons tous des proches ou des amis dont nous étions sans nouvelles. Nous avons tous connu cette peur, cette angoisse, cette incertitude. Dans certains cas, nous savons qu'ils ont perdu la vie dans cette terrible tragédie.

    Je voudrais rendre hommage notamment aux pompiers et aux policiers qui ont mis leur vie en danger pour secourir et tenter de secourir des victimes. En tant que Canadien, je suis très fier de la réaction des Canadiens en cette heure d'angoisse et de douleur.

    Les Canadiens ont ouvert leur coeur et leur foyer d'un océan à l'autre pour accueillir ceux qui ont été forcés d'attendre dans leurs avions cloués au sol. Les Canadiens ont fait leur part en donnant de leur sang et faisant une contribution pécuniaire par l'entremise d'une foule d'organisations.

    L'équipe des mesures d'urgence de Vancoucer était sur le qui-vive, et je remercie le gouvernement fédéral d'avoir soutenu cette importante équipe.

    Nous devons également reconnaître que parmi les disparus, parmi ceux qui ont participé au sauvetage de victimes et qui poursuivent la récupération des corps, on compte nombre de Canadiens musulmans et arabes.

    Comme le chef de mon parti et mes collègues des deux côtés de la Chambre l'ont dit, il est incroyablement important que l'on reconnaisse que leur communauté a été touchée aussi profondément que les autres et que les terroristes dans ce cas n'étaient aucunement représentatifs d'une religion ou d'une communauté religieuse en particulier. Mohamed Elmasry, le président national du Congrès islamique canadien, a parlé fort éloquemment quand il a dit:

    La réalité, c'est que les musulmans canadiens éprouvent la même tristesse que les autres. En fait, c'est une double tragédie que nous déplorons. Car au moment même où nous pleurons la perte de vies mardi--y compris des gens de toutes les confessions--, nous sommes également forcés de regarder derrière nous. Après les attentats terroristes de mardi, nous vivons dans la crainte d'être trouvés coupables par association à cause de l'ignorance fort répandue à propos de notre religion.

    Je me suis réjoui d'entendre le premier ministre et les chefs de tous les partis à la Chambre demander vivement à tous de ne pas viser une confession en particulier, et encore moins les musulmans et les Canadiens arabes.

    Nous devons décider, après le deuil, un deuil qui se poursuit, comment réagir efficacement à ce terrible drame, comme pays qui est un ami proche des États-Unis, comme pays voisin qui a perdu certains de ces ressortissants et comme membre de la communauté internationale.

    Pour ce qui est du Canada, je suis d'accord avec le chef du Parti conservateur ou de ce qui est je crois le caucus de la représentation démocratique progressiste. Je suis tout à fait d'accord pour dire que le Parlement doit être un participant à part entière et étudier un certain nombre de questions clés qui ont surgi après cette tragédie, dont la surveillance aux frontières et la sécurité dans les aéroports.

    Mon collègue de Sackville a souligné qu'il fallait rendre au gouvernement fédéral, par l'entremise de Transports Canada, le rôle important qui était le sien en matière de sécurité aéroportuaire. Nous, néo-démocrates, disons que cela a beaucoup trop tardé. Il faut agir tout de suite.

    Malheureusement, nous voyons les résultats d'une vague de privatisation et de déréglementation, non seulement au Canada, mais aussi aux États-Unis, dans le domaine de la sécurité aéroportuaire.

    Nous ne devons pas céder aux instances de ceux qui réclament une harmonisation de nos politiques sur l'immigration et le statut de réfugié avec celles des États-Unis. Il ne faut surtout pas harmoniser notre politique étrangère.

    Notre chagrin et notre colère ne doivent pas nous inciter à restreindre les libertés et les droits les plus fondamentaux. Ceux qui fuient la terreur ne doivent pas être encore brimés parce que certains, notamment dans l'opposition officielle, réclament de nouvelles mesures draconiennes en matière de politique sur l'immigration et le statut de réfugié. Comme Tom Berger l'a dit, nos libertés sont très fragiles.

  +-(1725)  

    C'est précisément dans des moments comme celui-ci, lorsque nous sommes plongés dans l'angoisse et un profond chagrin, que nous devons être le plus prudents. N'oublions jamais ce qui a suivi Pearl Harbor: l'internement des Canadiens et des Américains d'origine nipponne et l'utilisation de l'arme la plus terrible, la bombe atomique.

[Français]

    Il y a également eu, en 1970, en réponse à des groupes terroristes, l'utilisation de la Loi sur les mesures de guerre, l'arrestation, l'emprisonnement de plus de 300 Québécois et Québécoises, une menace profonde aux libertés civiles.

[Traduction]

    Nous devons être particulièrement vigilants en ce moment pour éviter que nos droits et libertés les plus fondamentaux ne soient brimés au nom de la lutte pour la sécurité ou contre le terrorisme.

    Mais la question la plus importante que je voudrais traiter au cours des quelques minutes qui me restent est celle de la réponse que donnera le Canada ou le gouvernement canadien, si jamais les États-Unis ou l'OTAN demandent une action militaire. Nous avons entendu des paroles que je juge très troublantes de la part du solliciteur général et du ministre des Affaires étrangères, au cours de la période des questions d'aujourd'hui. Je me suis réjoui du ton qu'a adopté le premier ministre en faisant ses observations plus tôt, mais j'ai été troublé d'entendre certains de ses collègues dire que nous sommes prêts à accompagner les États-Unis jusqu'au bout. Sauf erreur, c'est ce qu'a dit le solliciteur général. Je doute que les Canadiens soient prêts à donner à notre gouvernement ce genre de carte blanche.

    J'ai été troublé d'entendre parler de guerre. J'exhorte notre gouvernement à rester sourd à ce discours. Comme les ministres des Affaires étrangères de la Belgique et de la Norvège l'ont dit clairement, ce n'est pas la guerre, avec toutes ses horribles répercussions. C'est une position que doit aussi adopter notre gouvernement. Un châtiment s'impose, mais il ne doit pas entraîner la mort de civils innocents. Le droit international doit être entièrement respecté. Le premier ministre n'était pas encore prêt à prendre cet engagement.

    La réponse du Canada doit se situer dans le contexte d'une réponse multilatérale qui respecte le droit international, et pas seulement dans le cadre de l'OTAN. Une partie de cette réponse internationale implique toute la question de l'extradition. Nous devons aussi tenter de renforcer la Cour pénale internationale. De même, nous devons reconnaître qu'il faut s'attaquer aux causes qui motivent les gens désespérés. À l'instar de Mario Cuomo, ancien gouverneur de New York, posons la question: «Pourquoi nous détestent-ils autant?»

    Nous devons admettre la nécessité d'examiner les causes du désespoir, particulièrement au Moyen-Orient. Nous ne devons pas laisser la situation actuelle amener le Canada à soutenir le système national de défense antimissile qui s'avérerait ici absolument inutile. Nous devons exhorter le gouvernement d'Israël, surtout en ce moment, à ne pas exacerber les tensions au Moyen-Orient et à réamorcer les pourparlers de paix. Israël doit également respecter le droit international et mettre fin aux attaques sur Ramallah et sur la Cisjordanie occupée, en plus d'interrompre l'implantation de colonies.

    Enfin, je suggère que nous écoutions nos enfants. Pour clore, je cite un extrait d'une lettre d'une jeune électrice. Je prends une minute, avec la permission de la Chambre. Kimberly Peabody m'a fait parvenir une copie de la lettre qu'elle a adressée au premier ministre. Cette jeune étudiante de niveau secondaire exprime sa vive inquiétude à l'égard de l'avenir du monde dans les termes suivants:

    Le président Bush a déclaré que les États-Unis pourchasseront les auteurs de ces crimes et les feraient payer pour leurs méfaits. C'est une réaction complètement erronée. M. Bush ne devrait pas essayer de se venger. Il devrait plutôt penser à ce qu'il a fait pour provoquer une telle rage... En outre, s'il continue à vouloir les punir, il y aura certainement d'autres victimes innocentes. À l'école primaire, on nous a toujours appris à ne pas riposter immédiatement mais à prendre quelques minutes de recul afin de réagir de façon plus rationnelle.

    Pour terminer, j'exhorte notre gouvernement à respecter le droit international et à ne pas alourdir la souffrance et le nombre de martyrs. Essayons de faire tout en notre pouvoir pour traîner les auteurs de ces crimes devant la justice, tout en respectant les valeurs canadiennes si chères et si précieuses pour l'ensemble de nos citoyens.

  +-(1730)  

+-

    M. Dan McTeague (Pickering—Ajax—Uxbridge, Lib.): Monsieur le Président, c'est avec tristesse que je me vois aujourd'hui dans l'obligation de poser une question à mon collègue. C'était à mon avis une très bonne intervention. Comme nous l'avons vu, des événements extraordinaires survenus la semaine dernière nous ont aussi affectés de bien des façons comme Canadiens. Nul d'entre nous, sans doute, n'avait imaginé que nous nous retrouverions dans une situation semblable et que, le premier jour de la rentrée parlementaire, nous discuterions d'une question qui a affecté nos familles, nos amis, nos voisins ainsi que nos frères et soeurs, non seulement ici au Canada, mais aussi partout dans le monde. Plus important encore, il nous faut penser aux efforts de nos courageux pompiers et policiers et aux personnes qui ont été les victimes ignominieuses de cette brutalité à New York.

    Dans le rôle de président que j'exerce depuis plusieurs années, j'ai essayé de sensibiliser le Parlement à la réalité de l'Islam et de la foi musulmane. Je suis encouragé par les commentaires d'un grand nombre de mes collègues, y compris le premier ministre et les leaders à la Chambre, selon lesquels il faut éviter de recourir à la vengeance. J'ai aussi reçu une lettre de jeunes électrices, de jeunes musulmanes qui craignent des représailles. Des événements survenus cette semaine dans ma région et à Toronto portent à croire qu'il y a beaucoup de tension qui est sans doute en grande partie mal inspirée.

    Je m'intéresse aux commentaires du député, selon lequel il faut éviter de réagir ou d'agir d'une façon vengeresse et attendre de voir ce qui arrivera. Je m'intéresse également ià cela comme solution viable en raison de la modernisation du mal, des forces conventionnelles et de toutes les idées, des défenses axées sur les missiles et de toutes les magnifiques idées que nous avons eues dans le passé pour combattre ce problème. On ne peut passer sous silence les problèmes sociaux sous-jacents.

    Dans un esprit de bonne volonté et parce que Dieu a une présence dans le monde et que le mal est aussi présent dans le monde, j'aimerais demander au député qu'il nous donne un exemple de ce qu'il aimerait voir, notamment en ce qui concerne le projet de loi C-11 portant sur l'immigration. Y a-t-il des façons dont le député pourrait montrer une volonté de collaboration afin de veiller à ce que le Canada joue un rôle dans la lutte visant à éradiquer le terrorisme immédiatement et, parallèlement, à ce que la guerre prenne une forme différente et que nous déclarions la guerre à ceux qui mènent la guerre contre la paix?

+-

    M. Svend Robinson: Monsieur le Président, je remercie le député de son intervention. La meilleure façon de répondre à ses observations consiste peut-être à citer la déclaration faite par l'organisme Project Ploughshares:

    On ne peut réparer les crimes contre l'humanité par des actes qui tournent eux-mêmes la loi et l'application régulière de la loi; il n'est pas possible non plus pour des États ou des communautés de bâtir individuellement des îlots de sécurité fortifiés fondés sur leur propre pouvoir ou sur des actes unilatéraux.

    Je pense que nous devrons être particulièrement attentifs au cours des jours à venir et parler avec nos amis et alliés américains de leur riposte. J'ai trouvé inquiétant et alarmant d'entendre George Bush dire: «Nous allons débarrasser le monde des méchants» dans le cadre de cette mission de riposte, car, lorsqu'on pense à ceux qui ont été qualifiés de méchants par les États-Unis, que ce soit au Chili, où, par une tragique ironie, le 11 septembre marque l'anniversaire du renversement du gouvernement Allende élu démocratiquement, lorsqu'on pense à l'effet dévastateur et génocidaire que les sanctions ont eu sur la population iraquienne, ou à la désignation de Cuba comme un État terroriste par les É.-U., je crois que nous devons tous veiller soigneusement à ce que notre riposte soit guidée par la quête de justice et non par l'esprit de châtiment et de vengeance.

  +-(1735)  

+-

    M. Bill Blaikie (Winnipeg--Transcona, NPD): Monsieur le Président, je suis ravi de partager mon temps avec mon collègue de Burnaby--Douglas, au nom du NPD, dans la veine des observations faites par notre chef plus tôt dans le débat.

    Permettez-moi d'abord, à l'instar du député de Burnaby--Douglas, d'offrir en mon nom personnel et au nom de mes collègues mes condoléances et mes sympathies aux familles des victimes, qu'elles soient canadiennes, américaines, britanniques ou qu'elles soient de n'importe où dans le monde. En effet, nous croyons savoir que les attaques des tours du World Trade Center ont fait des victimes provenant de douzaines de pays. Nous éprouvons une vive sympathie à l'égard des familles qui ne pourront peut-être jamais dire un dernier adieu aux leurs parce que les corps de toutes les victimes n'ont pas été et ne le seront peut-être jamais.

    Je souhaite aussi ajouter mes commentaires à ceux du député de Burnaby--Douglas au sujet des secouristes, des pompiers, des policiers et autres travailleurs des services d'urgence. On pourrait dire que les gens qui travaillaient dans les murs du World Trade Center ce jour-là avaient rendez-vous avec leur destin. Quant aux pompiers et aux policiers qui sont entrés dans ces édifices, je dois dire que je les trouve particulièrement dignes d'admiration, du fait qu'ils étaient pleinement conscients, dans un sens, d'aller vers leur propre mort. Ils ont donné leur vie en accomplissant leur devoir. Cela est particulièrement admirable, selon moi, et j'en ai été ému. Voilà pourquoi je tiens à le mentionner.

    Dans ma province, le Manitoba, les gens se sont empressés de manifester leur solidarité à nos voisins américains frappés par le deuil et n'ont pas hésité à faire la file pour exprimer leurs condoléances dans les livres à cet effet.

    Dans le peu de temps qui m'est consacré, j'aimerais dire encore quelques mots sur le Parlement et sur sa façon de répondre à cette tragédie, à cet acte de terrorisme, parce que je crois que cela nous permettra d'évaluer notre maturité de notre Parlement. Cela nous permettra d'évaluer notre maturité à titre de parlementaires. Cela nous permettra d'évaluer notre maturité à titre de démocratie selon la façon dont nous traiterons la situation, selon ce que nous nous dirons aujourd'hui, demain et dans les jours et les semaines à venir, au fur et à mesure que nous essaierons de déterminer ensemble comment les Canadiens devraient réagir face à la situation.

    J'exhorte tous les députés à adopter un certain ton. On a beaucoup parlé de liberté et de démocratie et l'une des principales caractéristiques de la liberté et de la démocratie est le fait même que ce débat puisse avoir lieu. On permet les divergences d'opinions et on s'attend même à ce qu'il y en ait quand on traite de problèmes complexes.

    J'exhorterais tous les députés à ne pas céder à la tentation de caricaturer les arguments de ceux avec lesquels ils ne sont pas d'accord. Par exemple, j'ai entendu un peu plus tôt quelqu'un parler des libéraux en disant qu'ils avaient le coeur bien grand, mais le caractère faible. Ce n'est pas de ce genre de discours dont nous avons besoin, pas plus que nous avons besoin d'entendre dire que d'autres sont bellicistes ou sanguinaires ou quoi encore. Nous devons nous abstenir d'utiliser ce genre de mots pour décrire les autres parce que la situation est bien différente ici.

    Nous vivons actuellement une situation entièrement nouvelle. Il n'y a jamais eu de terrorisme d'une telle échelle. Le député a souligné que jamais une session n'avait débuté avec un événement de la sorte à l'ordre du jour. Je me souviens qu'en 1983 je crois, le Parlement avait discuté à la reprise des travaux à l'automne du fait qu'un avion coréen avait été abattu. Nous avions alors considéré que c'était une grande tragédie, mais ce n'est vraiment rien en comparaison de ce qui nous arrive aujourd'hui.

  +-(1740)  

    Tout ce que je dis, c'est que le gouvernement devrait se confier au Parlement. Nous devrions avoir le genre de discussion que tous les parlements devraient pouvoir avoir. Cela nécessitera non seulement une initiative du gouvernement et non seulement la volonté du gouvernement de le faire. Il nous faudra tous modifier notre conduite et nous départir des habitudes que nous avons acquises au fil des années et qui nous plaisent énormément, car certains enjeux ne permettent tout simplement pas une telle conduite.

    Une des choses que nous voulons, avec raison, je pense, que le gouvernement nous dise, peut-être pas aujourd'hui ni demain, mais lorsque le moment sera propice, c'est ce qu'on lui a demandé. En tant que députés, nous avons le droit de savoir ce que les États-Unis ou l'OTAN demandent au gouvernement et quelles limites il s'est imposé lui-même.

    Une des limites que nous avons proposées aujourd'hui dans les questions qu'a posées mon chef au cours de la période des questions, ainsi que le député de Burnaby--Douglas et moi, c'est celle du droit international. Si nous voulons réagir à la situation de façon à respecter le droit international et à avoir une meilleure chance de trouver une solution à long terme, le genre de solution que le premier ministre a évoqué, une solution efficace à long terme, non seulement une solution qui fait du bien à court terme, mais une solution qui permet d'améliorer la situation, le droit international est peut-être une des limites que le gouvernement pourrait vouloir s'engager à respecter.

    J'espère que le gouvernement répondra à cette question un jour, car il ne l'a pas fait aujourd'hui. Il a peut-être ses raisons de ne pas le faire. Aujourd'hui, il ne s'est pas engagé à agir dans les limites du droit international. Nous allons insister auprès du gouvernement sur ce point, car nous estimons que c'est important et que les Canadiens veulent savoir.

    Une des angoisses que les Canadiens éprouvent lorsqu'ils appellent nos bureaux de circonscription, c'est qu'ils se demandent jusqu'où cela va aller. Est-ce tout est permis? Sommes-nous comme Raskolnikov dans Crime et châtiment de Dostoïevski? Est-ce que tout est permis ou y a-t-il des limites à ce qu'en tant que gouvernement canadien, nous sommes prêts à faire dans le cas présent? C'est une question extrêmement difficile à poser car l'émotion toute naturelle qu'on ressent à ce stade-ci, c'est de dire qu'on fera tout ce qu'il faut. Je pense que c'est vrai, mais pourvu qu'on respecte les limites du droit international, les limites de ce qui fonctionne pour qu'en fait, on ne déstabilise en rien le monde ni ne crée la possibilité d'une tragédie beaucoup plus grande encore que celle-ci.

    Oui, nous comprenons toutes les belles paroles lancées. Nous comprenons cela car ces paroles découlent de l'émotion et d'un sentiment d'indignation, mais je pense que nous avons besoin d'éclaircissements de la part du gouvernement pour voir jusqu'où tout cela va. À cet égard, nous devrions probablement parler moins de guerre et plus de solutions à long terme, de solutions plus réfléchies.

    Il ne me reste plus que deux minutes et j'ai quelques petites choses de plus à répéter, comme la nécessité d'éviter de répéter les erreurs du passé et de persécuter les minorités qui sont associées aux auteurs de ces actes. Notre collègue de Burnaby--Douglas a très bien souligné cela et je ne reviendrai donc pas là-dessus.

    Nous devons voir qu'en ces périodes, il faut faire une certaine réflexion. Notre chef a déclaré qu'il fallait réfléchir à la raison pour laquelle tant de gens à l'extérieur des pays occidentaux haïssent les États-Unis et l'Ouest. Nous utilisons souvent le langage de la liberté, mais nous devons nous demander pourquoi ces gens ne voient pas la liberté de la même façon que nous. Ils considèrent souvent que c'est l'imposition d'une façon de faire étrangère, notamment mais pas seulement sur le plan économique.

    C'est la raison pour laquelle plus tôt aujourd'hui, j'ai parlé de la nécessité de faire la distinction entre des valeurs fondamentales comme la démocratie et les droits de la personne et les préférences idéologiques qui sont parfois présentées comme des libertés fondamentales mais qui n'en sont pas.

  +-(1745)  

    C'est cette confusion qui est parfois au coeur du conflit entre les États-Unis et les gens qui leur sont opposés.

+-

    M. Sarkis Assadourian (Brampton-Centre, Lib.): Monsieur le Président, c'est avec un vif intérêt que j'ai écouté les commentaires du député. Je me pose cependant une question. En effet, lorsque tout aura été dit et fait et que nous nous serons vengés de M. ben Laden et de ses adeptes en les éliminant, est-ce que le problème sera réglé pour autant ou est-ce que le député envisage une autre voie à suivre, un plan a ou un plan b qui permettrait de mettre fin à ce type de terrorisme qui tue des innocents?

+-

    M. Bill Blaikie: Monsieur le Président, je pense que la réponse est fort simple. Bien que ce soit exactement ce que souhaitions, c'est-à-dire traduire en justice les auteurs de ce crime, peu importe qui ils sont, nous savons que cela ne réglera pas le problème pour autant.

+-

    M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne): Monsieur le Président, j'ai apprécié les remarques faites par le député dans son discours aujourd'hui, et ce n'est d'ailleurs pas la première fois. Je dois lui poser une question, et peut-être pourra-t-il éclaircir un point pour le bon vieux Canadien ordinaire qui ne comprend peut-être pas une bonne partie du jargon employé lorsqu'on traite de cette question.

    Le député sait peut-être que j'ai vécu aux États-Unis pendant les 35 premières années de ma vie avant d'immigrer au Canada, ce que je n'ai jamais regretté. J'ai des racines profondes dans ce pays-là que j'aime beaucoup.

    Je me suis souvent demandé au fil des années comment il se faisait que les Américains étaient tant haïs. Je me souviens du plan Marshall, des politiques de Truman, des milliards de dollars qui ont servi à reconstruire des pays partout dans le monde et qui n'ont jamais été remboursés. Les contribuables américains ne se sont jamais plaints d'avoir aidé à la construction de chemins de fer en Inde. Je me souviens bien de cette époque même si j'étais très jeune. Lors du bombardement de Pearl Harbor, nous écoutions la radio en famille et j'entendais le récit de ces événements tragiques sans en saisir totalement la portée. J'ai vu mes frères aînés et beaucoup d'autres de mes parents partir à la guerre. J'étais un peu plus vieux lorsqu'ils sont revenus et, malheureusement, j'ai eu à assister à des funérailles. Le prix de la liberté est élevé.

    Le député et ses collègues ont parlé de la nécessité de respecter le droit international. L'Irak a-t-il respecté le droit international lorsqu'il a envahi le Koweït? La guerre du Golfe visait-elle à régler des questions de droit international? Et que dire de certaines autres grandes batailles où les Canadiens ont subi de lourdes pertes?

    Il y a un énoncé fort simple que j'aimerais rappeler à l'orateur qui a précédé le député. Lorsque nous nous demandons qui commet des crimes, essayons de dire que ce sont des criminels pour voir si cela répond à la question. Qui commet ces actes de terrorisme? Ce sont des terroristes, des fous à l'esprit malveillant. Admettons-le donc au lieu de parler des causes profondes et de dire que cela n'arriverait pas aux États-Unis si ce pays était plus généreux envers le reste du monde. J'ai vu ce pays sacrifier des milliards de dollars.

    Le député pourrait-il expliquer aux Canadiens ce que cela signifie exactement lorsque son parti insiste pour dire qu'il faut respecter le droit international en s'attaquant à ce problème extrêmement grave?

  +-(1750)  

+-

    M. Bill Blaikie: Monsieur le Président, le député a abordé toute une série de questions. Je n'aurai pas le temps de répondre à toutes.

    Nous aimerions aborder la question du droit international car nous croyons dans les idées du type de celles qui nous ont été inculquées quand nous étions enfants, notamment qu'on ne répare pas une injustice par une autre injustice. Je me demande combien de fois le député, en tant qu'enseignant, a fait cette remarque.

    Le député a fait référence à la Seconde Guerre mondiale ainsi que je suppose à la Première Guerre mondiale et à d'autres guerres où il existe une nation identifiable et où il y a déclaration de guerre. Ce sont des situations très différentes de celles auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui. À mes yeux et aux yeux des Canadiens, il n'est pas clair à ce stade que nous soyons confrontés à une situation comme celle-ci. Le gouvernement n'a pas dit que nous l'étions. Il a usé de ce genre de rhétorique, mais il n'a rien dit de façon concrète. Il n'est probablement pas approprié de mélanger ces situations.

    Je suis d'accord avec le député en ce qui concerne la générosité dont a fait preuve l'Amérique au lendement de la Seconde Guerre mondiale avec le plan Marshall et la reconstruction de l'Europe et du Japon. Il n'y a aucun doute là-dessus. Peut-être y en a-t-il eu à un moment donné. Cela ne justifie pas cet acte de terrorisme.

+-

    Le vice-président: À l'ordre, s'il vous plaît. Je regrette, mais par esprit de justice et afin d'essayer de donner à un aussi grand nombre de députés que possible la possiblité d'intervenir, nous reprenons le débat.

+-

    M. Mac Harb (Ottawa-Centre, Lib.): Monsieur le Président, au nom des électeurs d'Ottawa-Centre, j'offre toute ma sympathie aux familles et amis des victimes et notre appui le plus sincère aux Américains.

    Avant de poursuivre, monsieur le Président, je tiens à signaler que je partagerai le temps mis à ma disposition avec le député de Fredericton.

    Tous les Canadiens partagent notre douleur et notre tristesse et beaucoup ont assisté à des services comme celui qu'on a tenu sur la colline du Parlement.

    Le 11 septembre 2001, pour la première fois de l'histoire, des innocents de diverses nationalités et de diverses convictions religieuses ont péri sans savoir par qui ni pourquoi. Cette journée du 11 septembre passera à l'histoire comme celle où des gens de tous pays, de toutes religions et de toutes cultures ont été unis dans la même douleur, la même tristesse, la même colère et surtout, peut-être, la même incrédulité et le même état de choc.

    Je déplore la violence et je la condamne.

    J'ai été choqué et horrifié par les images de cette tragédie. J'ai éprouvé la même colère et la même incrédulité que des millions d'autres personnes à travers le monde. J'ai sympathisé avec les familles et les proches des victimes qui ont péri dans cet acte de terreur insensé.

    Maintenant que la vie reprend son cours normal, je songe avec tristesse à la douleur et à la souffrance que continueront à éprouver les familles et les amis des victimes, quoi que fassent les gouvernements.

    Après l'effondrement de l'Union soviétique, les États-Unis sont devenus la seule superpuissance incontestée du monde. Ce nouvel ordre mondial a créé un certain nombre de défis et de possibilités pour les États-Unis, y compris le pouvoir d'assumer la très lourde responsabilité de préserver la paix mondiale. Et pourtant, ce pouvoir s'est accompagné de nombreuses responsabilités.

    Lorsqu'on est le plus puissant, on n'a pas la chance d'observer tranquillement les choses de loin. Parce qu'on est le plus puissant, on nous demande plus souvent de régler des querelles, de jouer au médiateur, de faire des compromis et, surtout, de s'engager constamment. Parce qu'on est le plus puissant, on risque de devenir la cible, la canalisation et le déversoir de griefs, d'attaques et, malheureusement, de crises comme celle à laquelle nous venons d'assister.

    C'est ainsi que les États-Unis ont l'expérience de nombreuses situations complexes et délicates qui exigent toutes diligence et dur labeur. Et pourtant, lorsqu'on est la seule superpuissance au monde, on subit plus de pressions de différentes parties du monde, de différents intérêts et de différents besoins. Lorsqu'on est le plus puissant, il faut constamment modifier et préciser ses mesures à long et à court terme pour jouer son nouveau rôle de seul juge en ville.

    Il faut dès lors nous demander si l'OTAN et d'autres organismes de sécurité régionaux ont des politiques adaptées à notre époque. De nos jours, nous ne pouvons plus compter uniquement sur un appareil militaire puissant pour assurer notre sécurité. Au moment où les gouvernements de par le monde se préparent à passer à l'action, nous, les Canadiens, devons joindre le mouvement et faire le nécessaire pour éviter que de tels attentats se reproduisent. Nous devons rester vigilants et observer la scène internationale pour protéger non seulement notre propre pays, mais aussi tous nos voisins autour du globe.

    Nous devons aussi éviter de confondre les choses et de poser des gestes discriminatoires contre nos voisins, juste en raison de leurs antécédents religieux ou de leur lieu d'origine. Il faut nous rappeler que la plupart des immigrants que nous avons accueillis récemment en provenance de cette partie du monde sont venus au Canada pour fuir la violence et la guerre. Ils sont ici pour préparer un meilleur avenir à leurs enfants. Eux aussi partagent la douleur et la souffrance des victimes et de leurs familles.

    En tant que Canadiens, nous devons continuer d'aider les gens dans le besoin, toutes les fois et où que frappe le malheur. Nous devons aussi encourager toutes les nations à faire de même et à se doter de politiques étrangères axées sur la coopération internationale.

    La nation la plus forte et la plus puissante doit donner le ton et affronter la cruelle réalité qui nous frappés le 11 septembre. Aucun de nous, aucun gouvernement ni aucun pays ne peut se permettre de rester sur la touche plus longtemps. Nous devons tous nous lever pour combattre le terrorisme sous toutes ses formes.

    Les décideurs dans le monde entier doivent actualiser et adopter des politiques et des plans à long terme afin de prévenir des événements semblables à ceux qui sont survenus le 11 septembre.

    Le gouvernement le plus puissant doit accepter la responsabilité de maintenir la paix et la sécurité à l'échelle mondiale. Cette lourde responsabilité exige un leadership vigoureux et une ferme détermination à réussir, peu importe le temps que cela prendra.

  +-(1755)  

+-

    Mme Libby Davies (Vancouver-Est, NPD): Monsieur le Président, je remercie le député d'en face pour ses bonnes paroles. En fait, les bonnes paroles ont été nombreuses aujourd'hui à la Chambre.

    J'ai été passablement étonnée par la teneur des courriels, des lettres et des appels de mes électeurs de Vancouver-Est, qui tenaient à me faire part de ce qu'ils ressentaient devant ces événements tragiques et devant les efforts héroïques des secouristes, des pompiers, des agents de police et des habitants de la ville de New York qui ont accouru pour aider bénévolement les secouristes et qui continuent de leur prêter main-forte.

    Je tiens à ajouter ma voix à celle de mon collègue et d'autres députés qui ont exprimé leur désarroi devant cette tragédie et devant le fait que le monde a aujourd'hui changé.

    Je voudrais également me faire l'écho des propos fort touchants tenus un peu plus tôt par le chef du Nouveau Parti démocratique,le député de Burnaby--Douglas et le député de Winnipeg--Transcona, notamment lorsqu'ils ont dit que les parlementaires doivent aujourd'hui se montrer particulièrement prudents dans tout ce qu'ils entreprennent. Si je ne m'abuse, le député d'en face a lui aussi exprimé des idées semblables.

    J'ai été véritablement touchée par la réaction de mes électeurs qui craignent vraiment beaucoup pour l'avenir. Les gens se rendent bien compte que nous vivons des événements tragiques, et ils ressentent face à ces événements un énorme malaise et une grande insécurité.

    Le leader parlementaire des néo-démocrates a soulevé la question. Qu'entendons-nous par notre riposte au nom de la liberté et de la démocratie, et quand la liberté dont nous jouissons devient-elle opprimante pour d'autres?

    Le député est-il d'accord avec moi? Les membres de notre groupe parlementaire se sont véritablement efforcés aujourd'hui de transmettre un message très puissant, et cela pour nous assurer que la violence n'engendrera pas la violence, qu'il n'y aura pas d'escalade dans ce conflit, et que nous ne répéterons pas les erreurs du passé en matière de politique de l'OTAN ou de politique américaine, lesquelles ont été source de beaucoup de souffrances et d'oppression un peu partout dans le monde.

    Si nous sommes réellement sincères lorsque nous affirmons respecter toutes les religions et tous les peuples, au Canada et ailleurs dans le monde, nous devons en fournir la preuve par nos actions, et non pas par nos seules paroles.

    Le député ne convient-il pas qu'il nous faudrait adopter une solution qui se situe dans les limites du processus juridique et judiciaire international, au lieu de permettre à un militarisme exarcerbé de prendre le dessus dans notre société, ce qui risque à long terme de susciter davantage d'oppression et de souffrances, et de ne pas nous aider à régler la crise avec laquelle nous sommes aux prises?

  +-(1800)  

+-

    M. Mac Harb: Monsieur le Président, je suis parfaitement d'accord pour dire que nous devons travailler collectivement dans le cadre d'une approche multilatérale afin de régler ces problèmes. Je signale à mes collègues que c'est justement ce que le gouvernement américain ainsi que ses alliés dans le monde entier et les défenseurs du monde libre font actuellement. Ils s'emploient à bâtir une coalition afin que nous puissions collectivement prendre des mesures pour éradiquer le terrorisme, où qu'il existe.

    Dans le même ordre d'idées, hier soir, je lisais un courriel sur le site Web d'une personne originaire de l'Afghanistan qui vit présentement aux États-Unis. Cette personne expliquait qu'il ne fallait pas s'inquiéter d'envahir l'Afghanistan pour détruire ce pays, car la Russie et les talibans l'avaient déjà fait. Il n'y reste que des décombres.

    Essentiellement, on craint beaucoup que des civils soient visés. Cette crainte est partagée non seulement par des Canadiens, mais aussi par des Américains et par l'ensemble du monde libre.

    Nous ne devrions tout simplement pas nous interroger sur la nécessité d'intervenir ou non. Il faut intervenir pour éradiquer le problème.

    Nous devons aussi adopter l'approche parallèle qui va de pair, celle de l'engagement. Nous ne devons pas agir sans cette approche parallèle. Nous ne pouvons plus rester à l'écart ni assister passivement au déroulement des événements dans le monde et dire que le problème ne nous concerne plus. Tout problème qui survient dans n'importe quelle partie du monde est notre problème, quel que soit l'endroit où nous vivons.

+-

    M. Myron Thompson (Wild Rose, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le député sera-t-il d'accord avec moi pour dire que l'un des devoirs les plus fondamentaux de la Chambre des communes et de ses députés c'est de faire tout son possible pour protéger les citoyens de notre pays ainsi que la souveraineté de notre État et de l'ensemble du territoire nord-américain? Est-ce là une très haute priorité et un facteur essentiel pour le député?

    Le cas échéant, est-il prêt, à titre de député du parti ministériel, à encourager son ministre des Finances à trouver des façons de mettre un terme aux dépenses inutiles et d'affecter les sommes ainsi économisées à cette cause extraordinaire?

+-

    M. Mac Harb: Monsieur le Président, le gouvernement fait tout son possible pour prendre les mesures qui s'imposent dans la situation.

+-

    L'hon. Andy Scott (Fredericton, Lib.): Monsieur le Président, au nom de tous les électeurs de ma circonscription de Fredericton, je partage les témoignages de choc, d'horreur et de tristesse que nous avons entendus ici au cours de la journée. Ce qui s'est produit à New York et à Washington la semaine dernière n'est pas seulement une immense tragédie pour les États-Unis en tant que nation, mais aussi pour l'humanité tout entière.

    L'an dernier nous sommes entrés dans le XXIe siècle, persuadés que cette nouvelle ère débutait sous le signe de l'espoir. Personne n'aurait pu prévoir que nous nous trouverions ici aujourd'hui à la suite de cet horrible crime qui a envoyé des ondes de choc dans le monde entier.

    Ce que j'ai entendu la semaine dernière dans ma collectivité et à la radio, comme ce que j'ai vu à la télévision et lu dans les journaux, m'a incité à participer au présent débat. J'ai entendu des appels incitant à une riposte musclée et immédiate, voire sans discernement dans certains cas.

    Je suis toujours inquiet de cette réaction, mais après l'intervention des chefs de tous les partis aujourd'hui, je crois davantage que nous comprenons tous la nécessité de réagir avec modération. En fait, la semaine dernière, au fur et à mesure que le temps passait, nous avons pu saisir qu'une certaine mesure s'installait dans les propos.

    Un service funèbre a eu lieu hier soir à Fredericton à la première église wesleyenne. Le Dr Medders, président du Bethany Bible College de Sussex au Nouveau-Brunswick, a pris la parole à titre de citoyen américain. Il a parlé de son propre conflit intérieur en tant qu'homme de foi confronté à ce drame et également en tant qu'Américain. Il a exhorté les gens de ma collectivité et de la sienne à se rappeler que Dieu est un Dieu d'amour. Il nous a invités à faire preuve de modération.

    L'attaque de la semaine dernière visait les Américains, mais c'était également une attaque contre l'humanité civilisée, toutes religions confondues

    Quand on examine ce qui définit notre civisme, on s'aperçoit que c'est le respect de la primauté du droit ainsi que des droits fondamentaux et des libertés civiles. Je pense que nous avons évolué au point où nous tenons par dessus tout à la vie et à la liberté, sentiment qui transcende les frontières géographiques, les affiliations politiques ou religieuses et qui met l'accent sur des valeurs comme l'amour et la tolérance. Ce sont des valeurs qui sont chères aux Canadiens.

    Malheureusement, il semblerait qu'il existe également sur la planète des gens qui n'ont pas ce degré de civisme, qui ne partagent pas nos valeurs et qui trouvent acceptable de priver leurs semblables de leurs droits fondamentaux. Ils ont la conviction que leurs idées sont plus importantes que la vie elle-même.

    Je dis cela parce que, si nous réagissons en prenant pour justification le fait que les terroristes ont violé notre sens du civisme, nous devons prendre bien soin de réagir dans le respect des normes civiques et de ne pas nous abaisser au niveau des terroristes. Je crois que, ce faisant, nous ferions le jeu de ces derniers et de ceux qui voudraient que nous nous rabaissions à leur niveau.

    L'attaque ne visait pas une région ou une foi en particulier. C'était plutôt le résultat de l'idée malsaine que, dans tous les cas, la fin justifie les moyens. Cet exemple montre à quel point cette expression peut être dangereuse. Cela ne veut pas dire que cette attaque sans précédent ne suscite pas notre colère et ne nous pousse pas à vouloir instinctivement punir les responsables de cet acte terroriste. Ils doivent être traduits en justice. Toutefois, nous devons nous assurer que l'autre aspect du conflit est défini avec grande précision. Faire souffrir des civils dans le cadre d'une guerre contre une religion ou une région donnée ne servira pas la justice. Cela prouvera seulement que nous ne méritons pas d'être les défenseurs des valeurs que les criminels ont enfreintes.

    Nous devons défendre la primauté du droit, et nous ne devons pas plus favoriser la tyrannie d'un pouvoir excessif que nous soumettre à la tyrannie de la terreur. Les événements de la semaine dernière ont suscité beaucoup d'intérêt et d'anxiété. Les tribunes publiques ont été inondées d'appels et il semblerait que la conclusion soit que le monde ne sera plus jamais le même. On a le sentiment que ces événements marquent un tournant pour chacun d'entre nous.

  +-(1805)  

    Le trait particulier le plus important de toute cette affaire se trouve probablement dans la réaction, pour le meilleur et pour le pire. J'espère que notre réaction consistera à demander justice et non à crier vengeance. Nous devons voir les personnes innocentes des autres parties du monde de la même façon que leurs homologues en Amérique du Nord, et toute intervention contre elles doit être perçue comme étant tout aussi horrible que celle que nous avons connue la semaine dernière.

    Dans son message adressé au premier ministre, le président Bush dit qu'il remerciait les Canadiens; je tiens à remercier tous les électeurs de ma circonscription de Fredericton qui ont prié pour les victimes en cette situation difficile et qui ont fait preuve de soutien et de générosité à leur égard.

    Je profite de l'occasion pour remercier les groupes confessionnels de Fredericton pour tout le soutien qu'ils ont accordé aux victimes de cet événement. Je tiens à féliciter le premier ministre Lord et le chef de l'opposition, Bernard Richard, qui ont dit qu'il fallait faire preuve de retenue au moment de définir la réponse du Canada. Dans leur message, ils priaient tous les Néo-Brunswickois de ne pas perdre de vue nos valeurs historiques que sont la tolérance et l'amour du prochain.

    Je tiens aussi à souligner la capacité d'intervention en cas d'urgence de tous les intervenants de la BFC Gagetown qui, à court préavis, étaient prêts à offrir tout le soutien et les services d'urgence nécessaires.

    J'ai parlé avec Sherif Fahmy, chef de la collectivité musulmane de Fredericton la semaine dernière, afin de lui offrir mon soutien, et je l'ai encouragé à porter immédiatement à mon attention tout mouvement de ressac. J'exhorte tous les électeurs de ma circonscription à se rappeler que la collectivité musulmane de Fredericton est constituée de personnes remplies d'amour et d'innocence. Maintenant plus que jamais, elles ont besoin de notre respect, de notre affection et de notre soutien.

    Après avoir analysé avec soin ces événements, nous devrons repenser les systèmes de sécurité du Canada. Bon nombre des systèmes sont onéreux, mais ils jouent un rôle crucial. Nous devons mettre les ressources voulues à la disposition de ces organismes, ainsi que de nos aéroports locaux. Si nous voulons que les choses fonctionnent, nous devons nous rendre compte que certains des petits aéroports éprouveront de la difficulté à respecter des normes de sécurité plus élevées. À mon avis, c'est une obligation qui incombe au gouvernement fédéral.

    J'aimerais en terminant unir ma voix à celle de mes électeurs pour rendre hommage aux préposés aux interventions d'urgence dont l'héroïsme nous éblouit au moment où le mal retient autant l'attention.

  +-(1810)  

+-

    M. Gurbax Malhi (Bramalea--Gore--Malton--Springdale, Lib.): Monsieur le Président, voici mes commentaires. Les événements du 11 septembre 2001, les attaques terroristes contre le World Trade Center et le Pentagone, nous ont tous plongés dans un état de choc. Ces attaques insensées et mal ciblées ont cruellement frappé des femmes et des hommes innocents. Au nom de toute la collectivité sikhe, je les réprouve.

    Je veux offrir ma plus profonde sympathie à ceux qui ont perdu des membres de leur famille, des amis ou des collègues de travail lors de ces horribles événements.

    Oussama ben Laden, principal suspect de ces gestes odieux, porte la barbe et le turban. Ceux qui ne savent pas mieux entretiennent les pires soupçons et expriment de la colère envers les collectivités dont les membres s'habillent différemment, affichent une culture différente ou pratiquent une autre religion. De nombreux sikhs qui portent le turban et la barbe et pratiquent une religion différente ont été associés par erreur à Oussama ben Laden, à cause de leur habillement.

    On a déjà signalé des cas de violence contre des minorités visibles au Canada et aux États-Unis, mais nous devons transcender cette ignorance.

    Nous devons savoir que tous les hommes et les femmes de bonne foi, quelle que soit leur origine ou leur culture, pleurent ensemble la tragédie du World Trade Center et du Pentagone.

    Nous devons savoir que, si nous déclarons la guerre à ces terroristes, cette guerre ne s'adresse pas à une race ou à un groupe religieux ou ethnique en particulier.

    Le Canada est fier de son multiculturalisme. Les Canadiens de toutes races, origines ethniques ou croyances religieuses travaillent de concert pour créer une collectivité globale où règnent la démocratie, la décence et la justice. Nous pouvons nous enorgueillir de cela. Nous ne devons pas permettre que les terribles incidents du 11 septembre nous en privent.

+-

    L'hon. Andy Scott: Monsieur le Président, je suis heureux de l'intervention de mon collègue. Il faut que les gens de toutes origines s'expriment clairement et sans équivoque quant à ces valeurs dont il vient de parler. De nombreux députés ont mentionné ces valeurs au cours de la journée.

    Je suis fier d'être un Canadien et d'entendre ces propos résonner aux quatre coins de la Chambre, dans toutes les régions du pays et dans les diverses collectivités de toutes confessions religieuses.

+-

    M. Chuck Strahl (Fraser Valley, PC/RD): Monsieur le Président, je vous remercie de me donner l'occasion de prendre la parole relativement à cette importante motion que nous allons adopter à l'unanimité plus tard aujourd'hui.

    Au nom de mes électeurs, je tiens à exprimer la tristesse et l'horreur que nous avons tous ressentis la semaine dernière, particulièrement en songeant à nos amis américains, mais aussi aux nombreuses familles canadiennes qui ont été touchées. Tous conviendront que quelque chose a changé en nous.

    Nous sommes tous d'accord pour dire que tout a changé le 11 septembre. Cela est sans doute vrai à bien des égards, mais peut-être que rien n'a changé à d'autres égards: la date, les images et l'horreur demeureront à jamais gravées dans nos esprits à cause des comptes rendus dans les journaux et des reportages télévisés qui se poursuivaient des heures durant.

    La lutte contre le terrorisme dure depuis longtemps et elle va se poursuivre encore longtemps. Cette lutte n'est jamais facile, parce que la guerre à laquelle tous sont disposés à participer pour combattre le terrorisme n'est pas une guerre traditionnelle. C'est une guerre différente. Nous avons connu la Première Guerre mondiale, puis la Seconde Guerre mondiale, qui faisait appel à une technologie plus avancée, pour ensuite en arriver aux avions furtifs qui ont bombardé l'Irak durant la guerre du Golfe. Toutefois, la guerre que nous allons mener sera différente. Elle ne sera pas facile à gagner, mais il va de soi qu'il faudra la gagner.

    L'autre chose qui n'a pas changé, c'est le rôle du gouvernement. Ce rôle consiste à maintenir l'ordre et à appliquer la règle de droit au nom des citoyens. Nous comptons sur nos gouvernements à cet égard. Par exemple, lorsque nous renonçons à porter les armes, nous le faisons parce que nous nous attendons à ce que le gouvernement assure notre sécurité. Nous le faisons volontairement parce que nous voulons que le gouvernement assume ce rôle fondamental.

    Toutefois, le gouvernement doit exercer ce rôle et il doit exercer ses responsabilités avec sagesse. Au cours des jours, des semaines et peut-être même des années à venir, les gouvernements seront constamment priés de se servir à bon escient de leurs pouvoirs dans la lutte contre le terrorisme, tant ici qu'à l'étranger.

    Avant de poursuivre, monsieur le Président, je signale que je vais partager mon temps de parole avec le député de Cumberland--Colchester.

    J'ai moi aussi entendu les deux points de vue extrêmes. Pas personnellement, mais je les ai lus dans les journaux et j'en ai eu des échos. L'un de ces points de vue, c'est que l'Ouest, de quelque façon, est responsable de ce drame, que nous avons créé ce monstre ou ce problème, que nous sommes à blâmer. L'autre, c'est qu'il faut aller là-bas bombarder des gens pour les ramener à une situation digne du Moyen-Âge, alors que nous ne savons même pas à qui nous avons affaire.

    Aucune de ces positions extrêmes n'est tenable. Ce n'est pas une occasion de nous venger de quelqu'un ou de faire la preuve de notre puissance. Par contre, ce n'est pas le moment, à mon avis, de dire à d'autres personnes, à d'autres pays qu'ils sont à blâmer. Ce n'est pas le moment de dire à nos amis américains que ce sont eux qui sont à blâmer. C'est absurde. Mais c'est un point de vue que j'ai entendu un peu ou lu dans les journaux. Nous devons bannir cela de notre discours, de nos discussions. Lorsqu'un terroriste frappe, ce n'est pas la faute de la victime. Le terrorisme est condamnable. Les gouvernements et les individus doivent le combattre de toutes leurs forces pour que, dans le monde entier, on sache que, tout comme nous ne tolérons pas le racisme, nous ne tolérerons pas la violence chez nous, que nous pratiquons la tolérance zéro.

    Nous pratiquons la tolérance zéro pour le terrorisme. Nous ne songeons pas à le tolérer. Nous ne blâmons pas les autres. Nous démasquons le terrorisme et nous luttons contre. Nous ne blâmons pas les autres, nous nous attaquons au problème.

    Le 11 septembre 2001, nous devions célébrer le vingtième anniversaire de la Journée internationale de la paix des Nations Unies. En début de journée, le secrétaire général de l'ONU avait publié un communiqué appelant à mettre un terme aux hostilités partout dans le monde. Au lieu de cela, nous avons été directement témoins de l'acte terroriste le plus horrible de l'histoire. Cet événement a, de façon malheureuse et peut-être inévitable, privé une autre génération de son innocence.

    Comment se manifestait cette innocence? Je crois que certains d'entre nous ont tout simplement fait preuve de naïveté. Nous avons été témoins de nombreux actes de terrorisme, notamment en Israël, en Irlande, et un peu partout dans le monde. Cela se passait toujours ailleurs, à des milliers de milles de chez nous, de l'autre côté de l'océan. C'était toujours loin de chez nous.

    Nous avons perdu cette innocence. Même les enfants de 5 ou 6 ans qui ont été témoins de cet événement à la télévision ont été marqués. Ils ont peur. Le terrorisme a donc produit ses fruits empoisonnés puisqu'il est présent dans l'esprit de tous.

  +-(1815)  

    Notre innocence s'est aussi manifestée par un esprit de complaisance. Nous savions qu'il y avait des activités terroristes au Canada. Des terroristes ont levé des fonds et se sont établis chez nous. Nous avons, en cela, fait preuve de complaisance.

    Nous devons réagir, non pas dans quelques mois mais tout de suite, et voir quelles mesures doivent être prises pour empêcher les terroristes d'utiliser notre pays comme tremplin pour leurs attaques contre d'autres pays. Nous devons les empêcher de lever des fonds chez nous et leur faire comprendre qu'ils ne sont pas les bienvenus dans notre pays. Le monde entier doit savoir que les terroristes ne sont pas les bienvenus chez nous et que ceux qui se risqueront à venir ici le feront à leurs risques et périls.

    Il faut savoir faire la différence entre les terroristes et les personnes qui viennent visiter notre pays, celles qui y immigrent ou y trouvent refuge. Le terrorisme est odieux. C'est un crime qui n'a pas sa place dans la société canadienne. Nous devons envoyer ce message au monde entier.

    Je crois aussi que nous avons fait preuve de naïveté en ce qui concerne la mondialisation. Nous avons voulu croire à tous les bienfaits de la mondialisation, aux avantages du libre-échange, dans lequel je crois. Nous avons voulu partager la richesse avec les pays les plus pauvres, les progrès de la technologie avec tous les pays du monde. Nous y avons vu de grandes possibilités. Tout ce pot-pourri de la mondialisation promettait beaucoup de bienfaits.

    Il y a cependant un inconvénient. Il faut en effet faire preuve de prudence à cause de la facilité d'accès à des cibles faciles. Le terrorisme ne connaît plus de frontières. Il est facile de se déplacer et d'utiliser la technologie contre des personnes innocentes. Même la simple utilisation du téléphone cellulaire et de l'Internet pour coordonner ces activités constitue un inconvénient avec lequel nous devons composer. Il nous faut comprendre qu'il s'est produit quelque chose de nouveau dont il faudra tenir compte dans notre vie et dans la politique gouvernementale.

    Je pense que nous serons tous capables pour toujours de décrire où nous étions et ce que nous faisions quand nous avons appris la nouvelle ce mardi matin-là. C'est un de ces moments de l'histoire qui nous resteront en mémoire. Bien qu'il soit louable de tenir ce débat ici aujourd'hui, il sera quand même rapidement oublié mais nous nous rappellerons tous où nous étions ce mardi matin-là.

    Je me trouvais à Edmonton où je devais donner avais une entrevue tôt le matin. Je m'étais levé à 5 h 30 parce que c'était important. Il s'agissait d'une entrevue à Radio-Canada à propos de ce qui se passerait cette semaine à la Chambre. Cela s'est révélé sans aucun rapport avec la réalité, non pas seulement pour cette journée-là mais presque sans aucun rapport avec mes pensées tout au long de la semaine dernière. Je n'ai pas été capable de penser à la Chambre ni de me concentrer pour me préparer pour la rentrée parlementaire. Les membres de mon personnel ont été cloués devant la télévision. Nous ne pouvons pas penser à autre chose car l'horreur est trop grande. Nous n'oublierons jamais cet événement, mais cela doit maintenant nous galvaniser pour passer à l'action.

    Nous sommes ici à la Chambre pour nous occuper des affaires du pays. Nos affaires maintenant ne concernent pas uniquement le Canada mais le monde entier, et le monde a dit que nous avons une guerre à livrer contre le terrorisme et que la Chambre et notre pays doivent faire leur part.

    Je pense que nos aînés ont déjà connu les émotions que nous éprouvons maintenant. Je pense qu'ils ont ressenti les mêmes émotions quand Pearl Harbor a été bombardé et quand le président Kennedy a été assassiné. Nous nous demandons ce qui s'est détraqué. Nous nous demandons où nous en sommes et nous avons l'impression d'avoir perdu le contrôle. Le beau petit programme que je mijotais pour la session d'automne s'est effondré. Je pense que nos aînés ont senti cela eux aussi.

    Je pense que, dorénavant, nos souvenirs seront divisés entre la vie avant l'attaque contre l'Amérique et la vie après l'attaque. Ça ne sera jamais plus la même chose. Chaque voyage qui nous fera passer par la sécurité accrue des aéroports nous rappellera ce jour. Chaque attente à la frontière déclenchera nos souvenirs. Chaque fois que les images repasseront à la télévision nous prendrons davantage conscience que nous ne sommes pas une île, que nous ne vivons pas en isolation et que nous ne pouvons plus assurer notre protection.

    La chose la plus importante est peut-être que le moment est finalement venu pour notre génération de porter le flambeau de la liberté qui nous a été transmis par nos aïeux, qui l'ont payé très cher.

    La puissance et la liberté du continent nord-américain ne sont pas le fruit du hasard. Le mode de vie américain, la liberté et la poursuite du bonheur ne sont pas un droit que chaque habitant des États-Unis acquiert en naissant. Ces privilèges existent parce que, à un moment donné, des hommes et des femmes ont décidé, en toute connaissance de cause, que certaines choses valaient la peine qu'on se batte pour les défendre, que les atrocités commises très loin de chez eux contre des personnes qu'ils ne connaissaient absolument pas étaient des attaques inacceptables contre la liberté de chacun d'entre nous.

  +-(1820)  

    Depuis une génération, nous vivions dans un rêve, convaincus que, parce qu'on avait mené le combat contre le mal et qu'on l'avait remporté, on n'aurait plus jamais à le faire, mais ce n'était qu'un rêve chimérique, une illusion. Le genre de guerre qui est faite contre la liberté n'est plus le même, mais le mal ne lâche pas prise.

    En conclusion, je vais citer des paroles que Winston Churchill a prononcées pendant les moments les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale. Les voici:

    Vous vous demandez, quelle est notre politique? Je dirai que c'est de nous battre sur la terre, sur la mer et dans les airs. De nous battre avec toute la puissance et toute la force que Dieu nous a données... Vous vous demandez, quel est notre objectif? Je peux répondre en un seul mot. C'est la victoire. La victoire quel qu'en soit le coût--la victoire en dépit de toutes les terreurs--la victoire, aussi long et dur que puisse être le chemin car, sans victoire, il n'y a pas de survie.

    Le réveil a été horrible. Nous ne nous rendormirons pas. Nous allons continuer à aller de l'avant. Espérons que les générations à venir diront que nous avons relevé le défi lancé à notre génération, que nous n'avons pas failli à la tâche et que nous avons fait notre part pour repousser le mal.

+-

    M. Peter Adams (Peterborough, Lib.): Monsieur le Président, j'ai écouté avec grand intérêt le député de Fraser Valley, qui a terminé son discours sur une citation. Permettez-moi d'en lire une à mon tour. Je l'ai reçue aujourd'hui par courrier électronique d'une jeune résidente de Calgary, Janet Mader, âgée de 15 ans. Il s'agit d'un couplet, un haiku, si je ne me trompe. Je cite:

    

Puisse ce qui reste de la paix éclore et croître
Et transformer la colère et les larmes en unité et en force.

    C'est la réponse d'une jeune canadienne.

    Comme je le disais plus tôt aujourd'hui, certaines personnes qui viennent nous voir sont perplexes, d'autres sont apeurées ou simplement confuses. Le député en a fait état. J'ai demandé aujourd'hui aux députés et notamment au représentant de Fraser Valley, ce qu'ils répondent à leurs électeurs. Ils leur proposent, comme solution immédiate, de donner du sang, puis à plus long terme d'aider la Croix-Rouge canadienne, mais je me demande quelle mesure précise mon collègue recommande à ses électeurs.

    Je comprends les choses générales, mais dans la situation confuse que nous vivons, j'ai posé la même question à divers députés. Je leur ai demandé ce qu'ils répondent à leurs électeurs qui sont confus, en colère et qui veulent poser des gestes précis.

  +-(1825)  

+-

    M. Chuck Strahl: Monsieur le Président, certaines mesures concrètes ont déjà été mentionnées. Je sais que des fonds ont été constitués pour venir en aide aux victimes de New York. Certaines personnes ont donné du sang.

    Dans ma communauté, de nombreuses personnes ont été invitées à participer à des séances de prières, ce qui est inhabituel dans notre culture canadienne plutôt pondérée. Des gens ont trouvé le réconfort dans des lieux du culte, où ils ont pu se rassembler afin de se soutenir mutuellement, mais aussi exprimer leur compassion et leur préoccupation non seulement à l'endroit des victimes de la tragédie mais au sujet de l'évolution de la situation. Les gens prient pour que vienne la sagesse; ils demandent à leurs semblables d'évaluer les diverses solutions possibles et ils réclament presque une intervention divine. Nous savons tous à quel point c'est sérieux. Les gens agissent de la sorte et je crois que c'est une bonne chose. C'est une bonne chose pour notre communauté.

    J'ai également encouragé les gens à ne pas laisser les terroristes gagner en renonçant à leurs activités courantes. Ce ne sera plus comme avant. Lorsqu'on monte à bord d'un avion, cela ne constitue plus un geste routinier. Certains membres de mon caucus ont dit que des enfants de 5 ou 6 ans avaient demandé à leur père de ne pas monter à bord de l'avion. Les choses ne seront plus jamais les mêmes.

    Je pense que dire que nous ne nous laisserons pas impressionner par des actes aussi lâches est, du moins en partie, une façon de réagir. Nous nous lèverons le matin, enfilerons nos pantalons, irons au travail, paierons nos factures et nous mettrons à l'oeuvre. Nous devons faire preuve de fermeté.

    Les Canadiens doivent comprendre à quoi nous nous heurtons lorsque l'on parle de faire la guerre au terrorisme. Notre ministre des Affaires étrangères l'a dit, de même que le président des États-Unis. Quand on utilise de tels termes, cela veut dire que le problème ne va pas être réglé du jour au lendemain. Quand nous décidons d'agir, quand nous disons que nous devrions faire quelque chose, nous devons comprendre ce que cela signifie.

    J'ai dit la même chose aux gens de ma circonscription. Le problème ne va pas être réglé du jour au lendemain. Tout pourrait devenir une cible, il se peut qu'il y en ait une autre. Si demain, c'était le métro? Un train? Un autre pays? Nous ne pouvons pas nous arrêter là. Nous devons faire face à la situation, demander conseil à Dieu au besoin, mais nous remettre en selle et agir.

    J'ai dit aux gens que la pire chose que nous puissions faire serait de fermer les frontières, de nous renfermer dans notre coquille, de ne plus parler à nos voisins, de commencer à pointer du doigt les autres religions et autres choses du genre. Ce n'est pas la façon de réagir.

    La façon de réagir, c'est d'appliquer la tolérance zéro vis-à-vis du terrorisme et des gens qui abritent des terroristes, mais de continuer de tendre la main aux gens du monde entier. Nous continuerons de faire ce que nous faisons depuis longtemps, nous continuerons de faire preuve d'humanité sachant, comme le président l'a fait remarquer à propos des Américains, que nous sommes un peuple à la fois grand et généreux. Nous pouvons aussi nous montrer féroces lorsque nous sommes en colère et, à l'heure qu'il est, les habitants de ma circonscription sont terriblement en colère.

*   *   *

+-Les travaux de la Chambre

[Travaux de la Chambre]
+-

    Mme Marlene Catterall (Ottawa-Ouest--Nepean, Lib.): Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je crois savoir qu'il y a eu des discussions entre les leaders à la Chambre et qu'il y a consentement, compte tenu de l'importance du débat actuel, au sujet de la motion suivante. Je propose:

    Que la Chambre continue de siéger jusqu'à minuit aujourd'hui.

+-

    Le vice-président: La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

*   *   *

-L'attaque contre les États-Unis

[Initiatives ministérielles]

    La Chambre reprend l'étude de la motion.

+-

    M. Bill Casey (Cumberland--Colchester, PC/RD): Monsieur le Président, je suis assurément heureux de participer à ce débat et je suis fier de prendre la parole immédiatement après le député de Fraser Valley, qui a si bien exprimé les sentiments de la Coalition de la représentation démocratique progressiste conservatrice. Nous offrons nos condoléances à toutes les victimes de ce terrible désastre, aux États-Unis, au Canada et ailleurs dans le monde.

    Je tiens également à exprimer les condoléances des électeurs de ma propre circonscription, Cumberland—Colchester. Beaucoup d'entre eux ont appelé pour savoir comment ils pouvaient aider et ce qu'ils pouvaient faire. Nous tentons d'aider les victimes de cette façon.

    Je suis également heureux de constater que notre coalition se tiendra au côté du gouvernement et l'appuiera dans ses efforts pour lutter contre le terrorisme. Comme le soulignait très clairement le député de Fraser Valley, nous ne tolérerons le terrorisme nulle part. Je crois que c'est l'attitude à adopter dans l'état actuel des choses et nous l'approuvons sans réserve.

    Aux termes de la motion présentée par le gouvernement, le débat actuel a pour objet de permettre à la Chambre d'offrir ses plus profondes condoléances aux familles des victimes et au peuple américain tout entier. J'ai été ému et impressionné par la réaction des Canadiens et par leur attitude. Si quelqu'un s'interroge au sujet de la sincérité des sentiments des Canadiens, sur ce qu'ils éprouvent, il suffit de jeter un coup d'oeil sur les livres de condoléances que le Président a mis à la disposition des Canadiens dans le Hall d'honneur, et de lire certains des commentaires écrits par des gens de toutes les régions du pays et par des étrangers qui sont venus exprimer leurs sentiments dans ces livres. Ces gens n'ont pas fait que signer le livre de condoléances. Dans bien des cas, ils ont écrit un récit, parfois long d'une page, ou ont demandé à leurs enfants d'ajouter leurs propres observations. J'ai trouvé très impressionnant et émouvant de voir la façon dont ils ont exprimé leur tristesse et leurs sentiments au sujet de cet acte terrible.

    J'ai d'ailleurs appelé mon propre bureau afin de demander que des livres de condoléances soient installés dans nos deux bureaux de Amherst et Truro. Les livres seront accessibles au public à compter de demain. J'ai pris cette décision après avoir lu ce que des Canadiens ont écrit dans ces livres.

    Un autre signe des sentiments qu'ont les Canadiens qui m'a beaucoup impressionné, c'est que mercredi, lorsque j'ai traversé en voiture quatre provinces, de la Nouvelle-Écosse jusqu'à Ottawa, j'ai été frappé de voir que partout, les drapeaux étaient en berne. C'est un signe de la tristesse et de la douleur ressenties par les gens de partout dans ces quatre provinces, et je suis persuadé que toutes les autres provinces et tous les autres territoires partagent ces sentiments.

    Très rapidement, il m'est venu à l'esprit que peut-être, nous devrions mettre nos drapeaux en berne une journée pour chacune des victimes jusqu'à ce que je calcule que cela prendrait plus de 14 ans. C'est vraiment dévastateur de penser à la catastrophe qui s'est produite.

    Mardi, dans ma propre circonscription, des bénévoles sont partis pour New York lorsqu'ils ont appris cette catastrophe incroyable. De petites collectivités dans ma circonscription comme Southampton, Joggins, Parrsboro et Amherst, des pompiers volontaires ont sauté dans leur voiture pour se rendre durant la nuit à New York où ils sont arrivés à 10 heures le lendemain matin et ont offert leur aide. On a immédiatement retenu leurs services, car ce sont des agents de secours d'urgence et ils sont formés pour des missions de sauvetage de ce type. Ils se sont mis immédiatement au travail. On ne leur a posé aucune question. Ils ont simplement entrepris leurs tâches, ces bénévoles de ces petites collectivités. Nous sommes tous fiers en tant que députés d'avoir des électeurs comme ceux-là.

    Le ministre des Transports a reconnu aujourd'hui toutes les contributions des aéroports de tout le pays qui ont accueilli les avions qui ne pouvaient se poser aux États-Unis. Ils sont arrivés au Canada et cela présentait un grave risque, mais les Canadiens l'ont pris. Ces avions ne pouvaient se poser aux États-Unis pour de bonnes raisons, parce qu'il y avait des risques. Ils sont donc venus au Canada et on leur a permis d'atterrir. Le Canada a accueilli ces avions dans de petites localités de tout le pays. Là encore, le ministre des Transports a reconnu que la région de l'Atlantique a supporté le gros du fardeau dans des aéroports comme Halifax, Gander, St. John's, Stephenville et le reste. Nous sommes vraiment très fiers que nos électeurs et les gens de l'Atlantique aient réagi de cette façon.

    Dans toutes les tragédies et toutes les situations comme celles-là, qu'il s'agisse du vol 111 de la Swissair ou de quoi que ce soit d'autre, je pense que les Canadiens de l'Atlantique et les autres ont agi de la façon la plus compatissante, responsable et compétente possible. Je crois que c'est notre chef, le député de Calgary-Centre, qui a déclaré aujourd'hui que les Canadiens nous devancent relativement à toute cette question, et c'est un fait.

    Même si ces écrasements ne se sont pas produits ici, nous avons certes tous été touchés de bien des façons et nous continuerons de l'être.

  +-(1830)  

    Il y a entre 40 et 70 Canadiens innocents toujours portés disparus qui se trouvaient simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Leur triste sort touche directement des centaines de personnes au Canada, et indirectement des milliers d'autres. On ne saura peut-être jamais ce qu'il est advenu de certaines de ces victimes.

    Lorsque je suis arrivé en voiture à Ottawa l'autre jour, j'ai vu des barrières partout. L'accès à mon lieu de travail était bloqué. Il y avait partout des voitures de police et des policiers portant le gilet pare-balles. C'était là une indication de la façon dont notre vie avait changé. Le resserrement de la sécurité était incroyable. Un diplomate musulman est venu me voir à mon bureau pour discuter de ces questions. On ne l'a pas laissé entrer dans l'édifice, pas parce qu'il était musulman, comme je l'ai appris par la suite, mais parce qu'on ne laissait entrer personne. La seule façon dont on pouvait venir me rencontrer était de passer par un détecteur de métal à l'arrière de l'édifice. Les visiteurs devaient passer par l'arrière pour entrer. J'étais mal à l'aise pour mon visiteur, qui devait se soumettre à toute cette procédure. Encore une fois, c'est une indication de ce qui nous attend.

    Le diplomate en question m'a raconté comment ses parents au Canada sont pointés du doigt, voire même associés au terrorisme. La situation est vraiment troublante, pour lui comme pour sa communauté. Elle nous porte à nous interroger sur l'appariement d'une religion, d'une culture ou d'une nation à ces terribles actes terroristes motivés par la haine. On ne devrait pas faire ce genre d'association. Ce n'est pas bien. Presque chaque député de chaque parti a parlé dans ce sens. Il est très important de comprendre que nous avons affaire ici à des crimes haineux. Ce ne sont pas des crimes commis par des gens ordinaires, de quelque religion ou culture que ce soit.

    Je suis d'avis que cet exercice a permis de clarifier les choses et de préciser la notion de terrorisme. J'ai entendu ce mot toute ma vie durant et je ne m'étais jamais rendu compte de ce qu'il signifiait. Encore aujourd'hui, je ne suis pas sûr de m'en rendre parfaitement compte, mais je réalise qu'il convient de le redéfinir dans notre mode de pensée. Il ne s'agit pas d'un crime ordinaire, c'est bien pis, et il faut traiter le terrorisme différemment des autres crimes, à mon sens du moins. Le Canada ne peut plus rester à l'arrière-plan, se contentant de parler de terrorisme dans l'abstraction. Ce fléau fait aujourd'hui bel et bien partie de notre univers. Le terrorisme est venu à nous, il a frappé notre pays et continue de nous affecter. Il est important que tous les parlementaires, en tant que gouvernement, arrêtent une stratégie globale pour régler le problème dès à présent et pour le long terme. Nous devons partager et assumer les responsabilités avec d'autres pays qui ont été victimes de cet affreux terrorisme. Nous devons assumer notre part des responsabilités à prendre dans l'action qui sera menée pour le freiner. Nous devons l'enrayer de manière sérieuse. Nous insisterons sur la nécessité de veiller à ce que nous demeurions responsables de la stratégie qui sera retenue à l'issue de ces événements. Il nous faut cependant comprendre que nous sommes pratiquement entrés dans une spirale. Les actes de terrorisme continuent et s'aggravent, que ce soit un bar en Allemagne, un navire bombardé en 2000, ou des casernes en Arabie Saoudite, et aujourd'hui cette incroyable série d'écrasements à New York qui ont soufflé peut-être 5 000 vies d'un seul coup.

    C'est une incroyable histoire de détournements réussis. Tous les quatre détournements ont réussi. Cela prouve on ne peut plus clairement que nos systèmes de sécurité sont compromis par de sérieuses lacunes. Bien que ce soit arrivé aux États-Unis, je suis persuadé que cela aurait fort bien pu se produire au Canada. Le message à cet effet ne saurait être plus clair. Nous devons réviser de fond en comble tous nos systèmes de sécurité. J'ai entendu le ministre des Transports déclarer aujourd'hui que ses collaborateurs examineraient tous les aspects des transports. J'en suis assurément ravi. Et nous veillerons à ce qu'il donne effectivement suite à cette initiative. Nous devons mettre fin à cette escalade d'actes terroristes en série. Nous devons y mettre un terme dès à présent. Le monde entier doit prendre position et y mettre un terme.

    Comme je l'ai mentionné, on visait les États-Unis, mais le Canada a été sérieusement secoué, comme si nous avions été nous-mêmes ciblés. Le fonctionnement de notre système de transport a immédiatement été interrompu. Les marchés économiques et la bourse ont été paralysés, notre notion de sécurité a pris un nouveau visage et nous sommes maintenant partie prenante à cette crise mondiale.

    Il nous faut réagir de façon responsable. Au cours des prochains jours, notre coalition posera nombre de questions. Nous demanderons entre autres au gouvernement de réagir rapidement et de façon responsable à maints égards. Il y aura un débat sur la possibilité d'un système de sécurité continental. Nous devons participer à ce débat dès le début. Nous ne pouvons intervenir à la toute fin lorsqu'il sera trop tard pour aborder la question de la protection de la souveraineté et de la culture canadiennes. Nous pouvons participer au débat tout en préservant notre souveraineté et notre culture et nous devons être aux premières loges.

  +-(1835)  

    Nous devons nous pencher sur les failles des services secrets en Amérique du Nord. Il faut nous assurer que ces services sont adéquatement financés et équipés pour bien remplir leur tâche. Nous devons demander aux Américains de nous tenir au courant de leurs décisions et de leurs plans. Nous devons leur demander d'informer les parlementaires des mesures qu'ils entendent mettre en oeuvre. Nous comptons également poser de nombreuses questions aux autorités américaines au sujet des systèmes de transport et de sécurité.

    Enfin, je déclare que tous les membres de notre parti partagent la douleur du peuple américain. Nous nous engageons entièrement à participer à la solution de ce problème et à tout mettre en oeuvre pour lutter contre le terrorisme à l'échelle internationale.

  +-(1840)  

+-

    M. Joe Jordan (Leeds--Grenville, Lib.): Monsieur le Président, je commencerai mon intervention en disant, au nom des électeurs de ma circonscription, celle de Leeds-Grenville, que nous compatissons de tout coeur avec nos amis américains, que nous pensons à eux et que nous prions pour eux. Ma circonscription ressemble beaucoup à la vôtre, monsieur le Président, car une grande majorité de ses électeurs peuvent ouvrir la porte de chez eux et voir l'État de New York de l'autre côté du fleuve Saint-Laurent.

    J'ai suivi attentivement le débat d'aujourd'hui et j'ai à coeur un certain nombre de thèmes qui ressortent. Une des premières choses qui semble revenir dans les observations de presque tous les députés, c'est l'idée selon laquelle nous ne jouerons pas aux justiciers dans nos rues. Nous serons patients. Nous examinerons les faits et nous ne désignerons aucun groupe ethnique ou religieux à châtier, car, de toute évidence, ces terroristes ne parlent au nom d'aucun groupe ethnique. Ils sont déconnectés de la réalité ainsi que des enjeux et problèmes auxquels font face les gens des régions où ils s'entraînent et perfectionnent leur art.

    Cela m'amène à ma question. Elle concerne un point que mon collègue, le député de Fraser Valley, a abordé. Je crois que c'était une distinction très importante à faire. J'ai moi aussi été bouleversé parce que, pendant un certain temps, le débat semblait prendre la tangente selon laquelle il existe une sorte d'équivalent moral entre ce que les terroristes ont fait et les effets qu'ont eus les politiques étrangères des États-Unis sur certaines régions. Je rejette catégoriquement cette idée. Je la trouve odieuse.

    J'inviterais le député à dire ce qu'il en pense, car j'estime important de faire la distinction entre le fait de chercher non pas à se venger, mais bien à obtenir justice. Tous ceux d'entre nous qui partagent cet avis doivent dire clairement, dès qu'ils en ont la chance, que pareil acte ne saurait être justifié. Cela ne saurait être justifié par aucun argument selon lequel les interventions des États-Unis ont en quelque sorte provoqué cette situation. Je voudrais céder la parole au député afin qu'il puisse dire ce qu'il en pense.

+-

    M. Bill Casey: Monsieur le Président, je suis sensible à cette question et entièrement d'avis que les gens cherchent à certains égards à justifier ces événements en disant que les États-Unis et les pays occidentaux ont essayé d'imposer leur culture et leurs normes au reste du monde. Je suis en total désaccord avec cette affirmation. Je ne crois pas que ce soit le cas.

    Toutefois, selon moi, certains de ces pays sont victimes de la technologie. Dans beaucoup d'entre eux, on constate que la société est fermée depuis des années. Ils n'ont pas eu à répondre à des questions de leurs citoyens concernant d'autres cultures, d'autres niveaux de vie et d'autres façons de faire les choses. Toutefois, tous les citoyens du monde peuvent subitement apprendre à connaître d'autres cultures, d'autres ethnies et d'autres pays, grâce à Internet, à la télévision ou aux satellites, et cette réalité soulève toutes sortes de questions dans l'esprit des êtres humains de tous les pays. Elle soulève ici des questions au sujet de la culture dans d'autres pays, et la réciproque est aussi vraie. Les habitants d'autres pays où la société est traditionnellement close entrevoient maintenant de nouvelles possibilités. Je suis convaincu que cette situation soulève des questions et que certaines personnes y voient une menace.

    À mon avis, il ne s'agit pas d'une visée impérialiste des États-Unis ou d'autres pays occidentaux cherchant à imposer leur culture. Toutefois, en raison de la technologie et des communications, les habitants des autres pays peuvent pour la première fois examiner ce qui se passe chez nous. À mon avis, c'est là une grande partie du problème.

+-

    Mme Jean Augustine (Etobicoke--Lakeshore, Lib.): Monsieur le Président, je félicite mon collègue d'avoir décrit les réactions de ses électeurs. Je tiens à lui dire que nous avons également eu des réactions semblables dans ma circonscription d'Etobicoke--Lakeshore. Je lui donne aussi l'assurance que ces réactions ont été bien accueillies par nos amis aux États-Unis. Je vais vous lire une lettre de Karen Weltzel, de Lompoc, en Californie, qui écrit ce qui suit:

    Nous, Américains, sommes renversés par les manifestations de douleur, de prière et de soutien venant de partout dans le monde. J'ai vu au bulletin de nouvelles des reportages sur les cérémonies qui se sont déroulées hier sur la colline du Parlement et dans d'autres pays. En ma qualité de citoyenne-ambassadrice ordinaire des États-Unis, je vous remercie, vous et votre gouvernement, de vous être joints à nous pour pleurer ceux et celles qui ont si tragiquement perdu leur vie. Je vous remercie également de votre soutien à l'initiative mondiale visant à obtenir justice et à mettre fin au terrorisme. Je prie pour que Dieu accorde aux dirigeants de nos pays, ainsi qu'à vous et à vos collègues des gouvernements dans le monde, la sagesse, le courage, la force et la volonté de gagner la guerre contre le terrorisme, la haine, le sectarisme, le racisme, l'ignorance et la violence. Le reste d'entre nous a pris et maintient l'engagement de vous appuyer dans ces efforts.

    Elle précise en terminant qu'elle a hâte de prendre connaissance de l'évolution de la discussion au Canada.

    Je tenais tout simplement à faire ce commentaire pour que notre collègue sache que nos réactions, comme celles de ses électeurs, ont été bien accueillies par nos amis américains.

  +-(1845)  

+-

    M. Bill Casey: Monsieur le Président, cet événement terrible a montré au monde la valeur des Canadiens et leur degré de compassion. Cette expérience s'est révélée une leçon pour chacun d'entre nous. Nous avons tous vécu des sentiments intenses et nous continuons d'en ressentir.

    Je sais gré à la députée d'avoir fait allusion à certains de mes électeurs qui sont allés à New York. Ces personnes sont des pompiers volontaires dans de petites collectivités et je veux les nommer: Paul Seguin, Glenn Levy et Scott McLellan du services des incendies de Southampton, Jeremy Dunphy, chef du service d'incendie de Parrsboro, Laurie Melanson, Maurice McKinnon du service d'incendie de Joggins et Danny Brooks, qui est ambulancier paramédical à Amherst.

    Ce sont des Canadiens ordinaires qui ont vu que l'on avait besoin d'eux, qui sont montés dans leurs autos et qui ont conduit jusqu'à New York pour travailler dans les débris et la poussière afin d'aider aux recherches. Encore une fois, les députés peuvent être vraiment fiers des Canadiens.

[Français]

+-

    M. Yvon Charbonneau (Anjou—Rivière-des-Prairies, Lib.): Monsieur le Président, je partagerai le temps qui m'est alloué avec l'un de mes collègues.

    Je voudrais joindre ma voix à celles du premier ministre et de mes collègues pour exprimer mes condoléances au peuple américain, aux familles et aux proches des victimes de l'attentat terroriste horrible qui a emporté la vie d'un nombre effarant de personnes innocentes américaines, mais aussi canadiennes ou originant d'autres pays.

    Soyons clairs, qu'il soit le fait d'une poignée d'individus emportés par une idéologie quelconque, d'un groupe de déséquilibrés ou d'un État grand ou petit, tout acte de terrorisme demeure condamnable. Les actes qui ont été posés aux États-Unis le 11 septembre ont déclenché à bon droit la réprobation universelle: le terrorisme constitue une déchirure brutale dans le tissu de l'humanité et un affront direct à toute tentative, à tout processus de dialogue et de construction de relations internationales harmonieuses et solidaires.

    La position du Canada a été claire à ce propos, tout comme l'a été notre empressement à offrir à nos voisins et amis toute l'assistance dont ils pourraient avoir besoin dans ces moments difficiles. Notre solidarité s'est exprimée en particulier lors de la journée de deuil national, vendredi dernier, une initiative qui a démontré la grande sensibilité du gouvernement et du peuple canadiens envers les victimes de ces attentats et leurs proches.

    D'autre part, des voix s'élèvent un peu partout pour dire que cet attentat, pire que celui de Pearl Harbor, doit être vengé, que leurs auteurs et complices doivent être punis de façon impitoyable, voire ramenés à l'âge de pierre.

    On sait aussi que le gouvernement américain, à travers l'OTAN, veut mobiliser la communauté internationale contre ce qu'il qualifie d'acte de guerre contre les États-Unis, mais aussi contre la démocratie et les droits et libertés de tous les pays civilisés.

    Reste cependant une grande question: il faut identifier puis retracer les coupables. S'agit-il d'un réseau d'individus? Ces individus ont-ils reçu ou non l'appui d'un ou de plusieurs États?

    On fait bien sûr grand cas du milliardaire ben Laden et de son réseau, ou encore des talibans d'Afghanistan. Dans un cas comme dans l'autre, il s'agit de gens que les États-Unis et la CIA connaissent bien puisqu'ils les ont supportés, voire armés pour combattre l'incursion soviétique en Afghanistan; ce sont, d'après les spécialistes du monde arabe et musulman, des monstres créés par les Américains eux-mêmes.

    Je veux bien que les États-Unis trouvent le moyen d'en découdre avec leurs anciens alliés--s'ils sont trouvés responsables des événements du 11 septembre--, mais comment y arriver sans massacrer d'autres vies innocentes, loin des caméras américaines cette fois, donc loin de nos yeux, mais des vies tout aussi réelles et importantes que celles qui ont pris fin le 11 septembre.

    Pour ma part, je suis beaucoup plus favorable à la motion qui est devant cette Chambre et qui demande que cette Chambre:

    [...] réitère sa détermination à défendre la liberté et la démocratie, à traduire en justice ceux dont les actions témoignent de leur mépris pour ces valeurs fondamentales [...]

    Je crois que les vraies solutions à ces problèmes de terrorisme et de sécurité internationale doivent être recherchées du côté de la construction de la paix plutôt que de l'usage toujours plus important de la force brutale et trop souvent aveugle.

    Ces solutions sont du côté du renforcement des institutions internationales et multilatérales susceptibles de faire progresser la santé, l'éducation, les droits humains, l'exercice de la démocratie, l'environnement, le développement durable et la coopération internationale.

    Ces solutions sont du côté du respect du droit international et la recherche de solutions politiques durables, ce qui aura pour effet de stabiliser le contexte international. Et plus particulièrement, s'agissant de situations régionales devenues intolérables, j'estime que la communauté internationale serait plus sûre et plus stable si elle provoquait un règlement durable et équitable du conflit israélo-palestinien assurant aux Palestiniens leurs pleins droits politiques sur leur propre territoire, y compris un juste règlement sur Jérusalem et sur le droit de retour des réfugiés, et partant, la sécurité d'Israël.

    Nous ferions bien aussi, comme communauté internationale, d'assurer la réintégration de l'Irak dans le circuit des institutions et des relations internationales normales, plutôt que de poursuivre à l'égard de ce pays une politique d'exclusion et d'agression qui a tué des centaines de milliers d'innocents et de jeunes, sans affaiblir le régime visé.

  +-(1850)  

    Nous sommes tous d'accord à la Chambre et dans tous les parlements démocratiques, j'imagine, pour dire qu'il faut s'unir dans cette lutte à finir contre les terroristes, contre les auteurs d'actes de terrorisme. Mais j'ajouterai qu'il faut, de façon plus importante encore, se mobiliser contre les causes et les situations qui déclenchent le plus souvent de telles actions.

    À ce propos, je crois qu'il faut aborder le problème de manière rationnelle, même si l'émotion est grande, et rechercher des solutions politiques durables à long terme, même si le recours aux armes paraît si tentant.

    Il nous faut organiser une riposte vigoureuse mais démocratique, qui repose non pas sur des polarisations faciles entre le bien et le mal, sur des soi-disant guerres de civilisations, mais des solutions qui reposent sur la mise en place de mesures touchant l'économie, la sécurité, les relations et les institutions internationales, des mesures allant dans le sens d'une plus grande inclusion des peuples, des zones et des États actuellement laissés pour compte en cette ère de mondialisation forcenée.

    En terminant, je voudrais formuler deux souhaits. Premièrement, notre gouvernement, dans sa politique d'allié des États-Unis, doit utiliser toute son influence pour amener notre géant voisin à travailler de concert avec la communauté internationale, à corriger les situations qui sont à la source du terrorisme, et non à s'en tenir à des mesures de représailles qui feront d'autres victimes innocentes sans rien régler sur le plan de la sécurité. L'appui canadien ne saurait être une carte blanche à un aventurisme militaire sans lendemain positif durable, mais plutôt peser en faveur de mesures empreintes de sagesse et de patience, comme l'a proposé notre premier ministre aujourd'hui.

    Mon deuxième souhait est que nous devons combattre et prévenir toute action d'intolérance et d'agressivité contre quelconque communauté culturelle ou religieuse vivant au Canada, en particulier la communauté arabo-musulmane. Pointer du doigt une composante quelconque de la société canadienne comme responsable des actes de terrorisme posés à New York le 11 septembre, reviendrait à nous livrer nous-mêmes à du terrorisme à l'intérieur du Canada. Toute action dans ce sens doit être dénoncée et réprimée au nom des mêmes valeurs que nous défendons sur le plan international ainsi que dans notre propre pays.

    Depuis 50 ans, le Canada s'est gagné le respect international en participant à des dizaines de missions de maintien de la paix. Si nous avons quelques centaines de millions de dollars à consentir dans un effort international, à la suite des événements du 11 septembre, je souhaite que nous continuions à investir dans le sens de la construction de la paix.

    L'année 2001 a été déclarée par l'ONU Année du dialogue des civilisations et des cultures. Ce qui vient de se produire à New York, tout comme ce qui risque de se produire à compter de maintenant, montre à quel point nos plus grands problèmes risquent de venir, non pas d'un excès d'un tel dialogue à l'échelle planétaire, mais bien des lacunes profondes au sein de nos institutions internationales, politiques et financières, qui nuisent actuellement à l'établissement d'un nouvel ordre international, basé sur la transparence et l'équité.

    Éradiquer le terrorisme, c'est plus que liquider un réseau de terroristes, c'est créer de nouvelles conditions pour que la richesse cesse de se concentrer dans les mains de quelques-uns et pour que les conditions de vie de la majorité s'améliorent à travers les prochaines décennies. C'est notre devoir, comme Canadiens, de lier notre solidarité avec les Américains à une telle vision qui correspond, je crois, aux valeurs canadiennes les plus profondes en matière d'équité et de coopération internationale.

  +-(1855)  

[Traduction]

    En tant que Canadiens, il est de notre devoir de montrer notre solidarité au niveau international et ce, en fonction des valeurs canadiennes.

[Français]

+-

    M. Paul Crête (Kamouraska--Rivière-du-Loup--Témiscouata--Les Basques, BQ): Monsieur le Président, j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt le discours du député de Anjou--Rivière-des-Prairies.

    En fait, je partage la majorité des idées qu'il a exprimées sur la réalité vécue. Je trouve particulièrement important l'accent que l'on met sur la question d'éradiquer le terrorisme à la base, et non pas seulement de mettre en place des mesures pour protéger les sociétés, qui sont plus riches et plus développées, de situations dénoncées par des moyens inacceptables.

    Je pense que le député de Anjou--Rivière-des-Prairies n'a évidemment pas dit que les moyens des terroristes étaient acceptables. Personne ne dit cela. Mais après qu'on ait constaté à quel point c'était effroyable, lorsqu'on fait une analyse en profondeur, je pense qu'on peut se servir d'un certain nombre d'éléments. Je rejoins le député à cet égard.

    J'aimerais qu'il aille un petit peu plus loin en répondant à la question suivante.

    Est-ce qu'il ne devrait pas y avoir un autre volet dans la stratégie du gouvernement fédéral, qui puisse faire en sorte que le Canada prendra l'immense initiative diplomatique lui permettant d'aller faire savoir à l'ONU et aux autres instances, qu'effectivement, la contribution majeure qui peut être faite par le Canada dans ce cadre n'est pas nécessairement une contribution militaire dans laquelle nous avons des moyens très limités, mais peut-être, par ailleurs, une contribution pour régler les problèmes à long terme, afin qu'effectivement nous n'ayons plus d'espaces qui soient des terreaux du terrorisme?

    Est-ce que le député de Anjou--Rivière-des-Prairies partage ce point de vue?

+-

    M. Yvon Charbonneau: Monsieur le Président, c'est en effet une action de notre gouvernement qui est déjà en cours et qui, je l'espère, continuera à s'amplifier.

    Notre gouvernement, notre premier ministre et plusieurs ministres sont en discussion constante avec leurs homologues des organisations internationales auxquelles ils appartiennent. Nous nous sommes rendu compte, en entendant le point de vue de plusieurs dirigeants de pays européens, qu'il y a un peu partout une sensibilité qui est tout à fait semblable à ce qu'a exprimé le premier ministre canadien aujourd'hui, c'est-à-dire qu'il faut agir avec sagesse, qu'il faut aussi agir avec patience, que ce sera une longue entreprise et que cette entreprise comportera des volets divers et complémentaires.

    L'action militaire n'est pas exclue a priori, mais quelle est la solution réelle à ce genre de situation où on ne sait même pas où est l'ennemi exactement? Qui est l'ennemi, où se terre-t-il, comment s'appelle-t-il, comment est-il organisé? On ne sait rien de cela, contrairement à Pearl Harbor auquel on se réfère souvent et pour lequel on savait très bien de qui cela venait. On ne sait rien de tout cela aujourd'hui.

    Donc, l'action internationale qui est en cours et à laquelle le gouvernement contribue pourrait nous amener à examiner un ensemble de relations internationales et d'institutions internationales dans lesquelles nous nous retrouvons les uns les autres, pour essayer de trouver un ensemble de mesures, qu'elles touchent la sécurité, le renseignement, mais qu'elles touchent aussi certaines dispositions économiques et certains programmes de coopération de façon à ce qu'elles amènent la solution de certains conflits qui pourrissent actuellement dans le contexte international et qui sont autant d'occasions de fermentation d'actes de terrorisme.

    Je pense que cette action souhaitée par mon collègue de l'opposition connaîtra encore plus d'ampleur à partir de maintenant.

  +-(1900)  

[Traduction]

+-

    M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je suis abasourdi d'entendre de tels propos aujourd'hui dans le présent contexte. Le député affirme que ce moment ne représente pas la polarisation entre le bien et le mal. Si cibler précisément et tuer délibérément des dizaines de milliers de personnes n'est pas l'image même du mal, si on ne peut pas appeler le mal par son nom, alors qu'est-ce que le mal? Si nous ne vivons pas un moment de clarté morale qui devrait orienter nos actions, alors dites-moi ce qui constituerait un tel moment?

    Le député et certains de ses collègues parlent des institutions internationales, de la diplomatie et de l'équité comme si les terroristes représentaient le dénuement économique du tiers monde. Bon nombre de ces terroristes sont des professionnels instruits et diplomés d'universités occidentales. Certains d'entre eux sont très riches. Ils sont financés par un milliardaire. Il n'est pas question ici d'équité économique.

    Le député affirme que nous ne connaissons pas notre ennemi. Appelons-le donc par son nom. L'ennemi est l'islamisme radical et extrême. Ce n'est pas l'islam ou les musulmans, mais un mouvement politique radical formé d'une petite minorité de musulmans dans certaines parties du monde. Appelons-les par leur nom. Nous les connaissons. Inutile d'être pusillanimes à ce sujet.

    Le député propose d'accueillir l'Irak au sein de la communauté internationale. L'Irak est frappé d'un embargo pour une raison. Il pourrait se libérer des embargos en affirmant de façon crédible à la communauté internationale qu'il n'a pas l'intention de produire des armes de destruction massive.

    Le député ne comprend-il pas que la prochaine attaque importante ne viendra pas d'avions kamikazes? La prochaine fois, il pourrait fort bien s'agir d'armes nucléaires ou biologiques produites en Irak ou dans des pays semblables. Ne comprend-il pas la gravité morale et stratégique de la situation? Au lieu de parler de vagues concepts d'équité internationale, pourquoi ne se joint-il pas au reste...

+-

    Le vice-président: À l'ordre, s'il vous plaît. Nous voulons accorder quelques instants au député d'Anjou--Rivière-des-Prairies pour qu'il puisse répondre.

[Français]

+-

    M. Yvon Charbonneau: Monsieur le Président, la condamnation du terrorisme a été à la hauteur même de celle que notre premier ministre a faite aujourd'hui, je n'ai pas à y revenir. Cela est très clair. La réprobation universelle s'est exprimée. C'est celle que je partage et que partage notre gouvernement.

    Quant au reste de la question, le député de l'opposition devrait comprendre que des terroristes peuvent s'organiser dans certaines régions du monde, dans la mesure où ils reçoivent un certain appui de gens qui ne savent même pas qu'ils sont dans un milieu d'où sortiront des terroristes. Le député de l'opposition devrait comprendre ce simple concept: il y a beaucoup de souffrance dans des régions du monde, qui connaissent le terrorisme pour l'avoir subi de la part de leurs voisins ou de la part de très grandes puissances. Si le député d'en face ne sait pas ce qu'est le terrorisme, eux le savent.

    Des organisations terroristes prennent racine dans ces milieux et viennent ensuite frapper les États-Unis. Si on pouvait régler un certain nombre de situations internationales qui continuent de tuer des milliers d'innocents, on couperait l'oxygène à l'implantation de certaines organisations terroristes. C'est cela que le député d'en face devrait comprendre.

  +-(1905)  

[Traduction]

+-

    M. Stephen Owen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, aucune autre motion débattue à la Chambre cette année ne revêt la même importance que celle dont nous sommes saisis aujourd'hui. Je suis heureux d'intervenir sur cette question maintenant.

    Depuis le peu de temps que je suis au Parlement, je n'ai jamais été aussi fier d'être député, de suivre le débat et de constater que tous ont unanimement exprimé l'horreur qu'ils ont ressentie à la vue de l'acte d'une rare barbarie qui a frappé les États-Unis, envoyant une onde de choc dans le monde entier.

    Je sais que je parle au nom des habitants de Vancouver Quadra, que j'ai l'honneur de représenter, en exprimant mon absolue tristesse à la population américaine et aux familles des victimes de cet horrible crime.

    Le premier ministre et nombre de députés ont affirmé aujourd'hui qu'à titre de Canadiens nous allons nous battre côte à côte avec les Américains et nos alliés dans le monde pour la paix et contre le terrorisme de toutes les manières possibles. Toutefois, nous devons faire preuve d'une grande prudence en luttant contre cet immense fléau, car il est fort complexe. Nous devons donc prendre bien garde de ne pas agir à l'aveuglette.

    Je soulèverai trois aspects du terrorisme dont il a été question d'une manière ou d'une autre ce soir, bien que jamais simultanément.

    D'abord et avant tout, le terrorisme est devenu un problème mondial. Ce n'est plus un ensemble de faits isolés, quelle que soit leur importance. Ces faits sont dorénavant liés. Non seulement sont-ils tous liés, mais ils sont devenus, par leur magnitude, une menace à la souveraineté et à la sûreté des États. Cela en fait des actes de guerre. Le plus grave d'entre eux qui a été perpétré le 11 septembre attire bien plus vivement notre attention sur ce qui se cache derrière les rideaux et sur ce qui se passe dans le monde.

    En second lieu, les questions mondiales sont, par définition, liées aux autres questions mondiales. Il n'y a plus de frontières; elles sont liées. Dire, comme le député d'en face, qu'il n'y a pas de lien entre terrorisme, pauvreté, dégradation de l'environnement, maladie et violations des droits de la personne, c'est ne pas porter attention à ce qui se passe dans le monde.

    Ce sont des questions mondiales. C'est la mondialisation en lettres capitales. La mondialisation, ce n'est pas seulement vendre les produits occidentaux dans le reste du monde. La mondialisation a son revers, et c'est le terrorisme dont nous ressentons maintenant les effets. Le terrorisme nous envahit. Il est lié à la pauvreté, à la maladie, aux violations des droits de la personne et aux gouvernements autocratiques qui maltraitent leurs citoyens.

    Nous ne devons pas fermer les yeux là-dessus. Nous devons nous attaquer au probème globalement, sinon nous ne vaincrons jamais le terrorisme. Ceux qui affirment qu'il n'est pas nécessaire de s'attaquer aux causes du mal se trompent.

    Troisièmement, il y a le concept de sécurité humaine. Le Canada n'a peut-être apporté de plus grande contribution au monde depuis dix ans que notre expression et notre définition du concept de la sécurité humaine.

    Je parlerai de la sécurité humaine sous l'angle du terrorisme et de la démocratie. Le terrorisme est, par définition, une violence aveugle. C'est cela qui répand la terreur. Elle s'exerce au hasard dans les populations, sans aucune cible précise, de sorte que personne ne peut se sentir en sécurité.

    Dans notre riposte au terrorisme, nous devons faire énormément attention de ne pas agir aveuglément. Dans une démocratie, nous nous enorgueillissons et bénéficions quotidiennement de la primauté du droit. C'est en cela que réside l'essence et la notion fondamentale de la démocratie. En ripostant à des actes de violence au sein de notre société, nous sommes obligés par notre droit pénal de respecter des règles contraignantes d'enquête, de mise en accusation, de procédure judiciaire et de détermination de la peine.

    On a dit que cette attaque constituait un acte de guerre. On peut parler de guerre quand on a affaire à une activité d'une telle ampleur et aussi répandue dans le monde que l'est le terrorisme. Il s'agit d'une guerre contre la sécurité et la souveraineté des pays.

  +-(1910)  

    Il existe des règles de droit pour la guerre également. Nous devons faire énormément attention de les respecter quand nous planifions et exécutons notre riposte mûrement réfléchie.

    Une des plus grandes injustices et des plus grandes horreurs du XXe siècle réside dans le fait qu'au début du siècle, 80 à 90 p. 100 des victimes de la guerre étaient des militaires et 20 p. 100 des civils. À la fin du siècle, ces proportions ont été inversées de sorte que près de 90 p. 100 des victimes des conflits civils et militaires se rencontrent chez les civils. Nous devons faire énormément attention de ne pas agir aveuglément dans notre riposte, pour ne pas faire de mal inutilement aux civils et ne pas faucher des vies civiles.

    Les organisations terroristes recrutent une partie de leurs membres chez les privilégiés. Certains d'entre eux sont des instables mais beaucoup y viennent par désespoir. Si quelqu'un prétend le contraire, c'est qu'il n'a pas observé ce qui se passe dans les communautés pauvres en proie au désespoir et dans les épouvantables camps de réfugiés dont les habitants vivent sans espoir depuis des générations.

    Chez nous, nous savons que le taux de suicide chez les jeunes est très élevé dans les communautés pauvres. Pour les jeunes qui sont aux prises avec un désespoir transgénérationel et qui n'attendent rien de l'avenir, le suicide est l'ultime acte de désespoir. Si quelqu'un se présentait devant eux avec une arme à feu et une philosophie du martyre ou de la guerre et leur disait: «Ne gâchez pas votre vie pour rien, devenez un martyr», cela pourrait facilement devenir un terrain propice à la violence. Nous ne pouvons pas ignorer cet aspect, même si l'on reconnaît qu'il y a également d'autres sources à ce mal.

    Enfin, j'aimerais dire quelques mot sur la nature du terrorisme. C'est une question extrêmement complexe. Tout en planifiant ce qui devra être une réaction aussi complexe que dispendieuse, nous devons bien comprendre la nature de cet ennemi et reconnaître qu'il n'a rien d'ordinaire. Il est très diversifié, mais en même temps, il est très bien organisé et il est universel. Il opère au sein de cellules qui disparaissent après coup et qui ne peuvent permettre de remonter à une source.

    Il faudra accroître nos capacités en matière d'enquête, notre potentiel de cueillette d'informations et notre aptitude à coordonner des activités et à partager des informations avec nos alliés et nous devons être prêts à aller jusqu'au bout.

    Il ne faut pas oublier que c'est un problème qui concerne toute la planète et que nous devons le traiter en conséquence. Il faut aborder le problème à la lumière d'autres problèmes mondiaux auxquels il est relié. Il ne faut pas oublier non plus que c'est notre démocratie qui est en jeu. Nous ne devons pas mettre en péril la nature fondamentale de notre démocratie qui doit être à la base même de notre réaction.

    Enfin, nous devons reconnaître la complexité du problème et être prêts à collaborer avec nos alliés et peut-être à consacrer des ressources de beaucoup supérieures à tout ce que nous pourrions avoir envisagé jusqu'à maintenant pour accroître notre capacité de nous protéger et d'aider nos alliés à en faire autant.

    Nous devons voir à partager les fruits de notre démocratie avec les autres pays du monde parce que nous avons compris tout au cours de notre passé démocratique que notre démocratie et notre système de justice sont indivisibles. Compte tenu de la mondialisation de tous les aspects de la vie et des problèmes mondiaux auxquels nous faisons face, cette indivisibilité devient plus essentielle à l'échelle internationale et non seulement à l'intérieur de nos frontières privilégiées.

+-

    M. John Herron (Fundy—Royal, PC/RD): Monsieur le Président, je sais gré au député du gouvernement pour ses observations. Je profite de l'occasion pour exprimer, au nom des électeurs de Fundy--Royal, nos profondes et sincères sympathies à ceux qui ont perdu des proches, des amis ou des collègues dans les régions de Washington et de New York. Je voudrais également faire part de notre indignation face à la situation qui s'est produite.

    Le député a déclaré que le terrorisme ne choisit pas ses victimes. Nous savons qu'au cours des jours et les semaines qui viennent, tout sera mis en oeuvre pour démasquer les responsables de ce fait haineux.

    Un groupe d'individus, les pompiers, ont joué leur rôle d'une façon positive et héroïque en acceptant une situation précaire dans un environnement difficile. Un grand nombre de ceux qui ont ainsi risqué leur vie sont disparus.

    La question que je pose au député donne suite à ses observations sur la cueillette de renseignements. De nombreux pays industrialisés de l'Occident ne font pas cette cueillette aussi bien qu'ils le pourraient ou le devraient. Le député est-il d'avis que la GRC, le SCRS et le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration devraient avoir un système plus intégré?

  +-(1915)  

+-

    M. Stephen Owen: Monsieur le Président, je remercie le député pour ses observations et sa question. Face à l'horreur et au risque de danger futur, le Canada doit affecter plus de ressources au renseignement et il doit améliorer son efficacité au niveau du partage de l'information, même au sein de la collectivité policière.

    De par sa nature, le terrorisme est lié au crime organisé, auquel il ressemble d'ailleurs en raison de sa portée universelle, de son mépris des frontières, de son absolue violence et de sa structure en réseaux, de son fonctionnement par cellules et de sa manière de partager l'information.

    En Occident, nos forces de l'ordre et nos organisations de cueillette de renseignements n'ont pas pu se tenir à jour, les groupes terroristes et le crime organisé étant prêtes à échanger des renseignements, soit au moyen de cellules ou d'individus. Les groupes terroristes et le crime organisé ont une bonne longueur d'avance pour ce qui est du recours à la technologie et du perfectionnement de leurs structures. Il nous faudra reproduire leur dynamisme si nous voulons vraiment les combattre.

    Déjà, dans ce pays, les forces de l'ordre commencent à adopter cette excellente approche intégrée pour partager l'information, à unir leurs ressources en vue d'exécuter des opérations et à coordonner leurs efforts. C'est un progrès énorme. Elles le font pour lutter aussi bien pour s'attaquer au terrorisme que pour lutter contre le crime organisé.

+-

    M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le député a exprimé d'une manière différente ce que bon nombre de ses collègues ont dit, à savoir que nous examinons ici une question complexe où l'on ne saurait discuter du bien et du mal. Nous devons nous pencher sur des causes profondes comme l'économie et faire preuve de retenue dans toute riposte. Je n'ai entendu aucune réflexion sérieuse sur l'ennemi commun que nous affrontons.

    Le député ne comprend-il pas que les personnes qui ont lancé ces attaques sont motivées par deux choses: un antisémitisme féroce et une haine profonde pour tout ce qui est occidental, parce qu'elles remarquent la décadence spirituelle de notre civilisation? Il ne s'agit pas là d'un projet économique ou politique dans le sens où nous l'entendons habituellement.

    Ne comprend-il pas que les soi-disant solutions internationales qu'il évoque ne sont pas des solutions lorsque des gens se trouvent dans la mire des armes qui les tueront?

+-

    M. Stephen Owen: Monsieur le Président, je remercie le député de son observation. Bien que ses réflexions puissent être exactes dans certains cas, elles sont beaucoup trop limitées.

    Évidemment, il existe des groupes, exactement comme ceux qu'il a décrits, qui veulent faire le mal seulement pour des questions non liées à la pauvreté, à la violation des droits de la personne, etc. Cependant, nous devons tous prendre soin de bien comprendre que le problème dépasse de loin cet acte infâme.

    Si nous ne comprenons pas l'ampleur du problème, nous ne pourrons pas nous y attaquer dans tous ses aspects.

  +-(1920)  

+-

    M. Rahim Jaffer (Edmonton--Strathcona, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui en cette solennelle occasion pour contribuer à ce débat historique. J'aimerais, pour commencer, offrir mes sincères condoléances aux milliers de victimes et à leurs familles dont la vie a été changée à tout jamais par ces actes de terreur horribles et lâches.

    Les victimes sont de toutes les races et de toutes les religions. Elles vaquaient innocemment à leurs occupations quotidiennes lorsque les terroristes ont frappé. J'offre mes condoléances au nom des habitants d'Edmonton—Strathcona que j'ai le privilège de représenter ici à la Chambre des communes.

    Étant le seul musulman à avoir été élu au Parlement du Canada, je veux également présenter mes condoléances au nom de la communauté musulmane canadienne. J'estime que j'ai la responsabilité d'expliquer au peuple canadien en quoi consiste la religion islamique. Il y a des Canadiens qui pensent que les actes perpétrés par les terroristes sont autorisés ou dictés par la loi islamique. En réalité, ce sont des actes criminels de terrorisme politique perpétrés par des extrémistes lâches, et ce, en contravention flagrante de la loi islamique.

    Le mot islam signifie paix. Dans le monde entier les musulmans croient que la paix et la tolérance sont l'essence même de la foi. Les terroristes qui ont attaqué le Pentagone et le World Trade Center ont violé le saint Coran et les valeurs islamiques.

    Une salutation commune parmi les musulmans, as-Salam-u-Alaikum signifie que la paix soit avec vous. Le mot Jihad veut simplement dire que chaque individu doit essayer d'être aussi bon que possible.

    Par exemple, tout musulman se bat contre lui-même pour ne pas commettre d'actes mauvais. Le mot Jihad ne fait pas référence à une guerre sainte contre d'autres êtres humains, contrairement à ce qui est souvent dit dans les médias. Par conséquent, commettre des actes violents contre des innocents ne fait pas partie du Jihad, mais constitue plutôt un péché contre le saint Coran. Il n'est pas question dans le saint Coran de commettre des actes violents contre des non-musulmans.

    Les terroristes qui ont attaqué le World Trade Center et le Pentagone ont été identifiés dans les médias comme étant des islamistes. Toutefois, leurs motifs n'étaient pas conformes à l'islam. Timothy McVeigh était chrétien et pourtant ce ne sont pas ses convictions chrétiennes qui l'ont poussé à attaquer des édifices fédéraux américains à Oklahoma City. Ce sont des dérangés qui ont commis tous ces actes déplorables de terrorisme politique.

    Dans les mosquées du Canada et d'autres pays, on a prié pour les victimes du 11 septembre. Au Canada, des groupes musulmans dont le Conseil suprême de l'islam au Canada et les Musulmans contre le terrorisme ont condamné l'attaque comme étant contraire à nos valeurs de paix et d'harmonie.

    J'en appelle à tous les Canadiens pour que nous fassions front commun et que nous tirions encore plus de force de notre diversité en cette période de crise. Notre nation multiculturelle fait l'envie du monde entier, et c'est collectivement que nous devons nous battre contre le terrorisme afin de protéger notre liberté.

    La plupart d'entre nous venons des quatre coins du pays. Dans les aéroports, nous avons pu lire l'inquiétude et la vulnérabilité sur les visages de nos compagnons de voyage. Les Canadiens s'en remettent à nous, les députés élus, pour que nous trouvions une solution aux actes atroces dont ils ont été témoins. Nous avons besoin d'une loi qui comblera les brèches qui ont aidé la cause terroriste au Canada.

    Je ne suis pas là aujourd'hui pour trouver des coupables ni pour jeter le blâme. J'estime que nous devons suivre l'exemple de nos voisins américains et mettre de côté nos différences partisanes, de manière à répondre aux besoins de sécurité des Canadiens. Le gouvernement doit combler les failles de sa politique de sécurité nationale. Agir dans ce sens n'est pas un aveu de culpabilité, mais plutôt l'acceptation d'une responsabilité: celle de protéger la vie et d'assurer la subsistance des Canadiens.

    Les Canadiens ont été les témoins horrifiés des attaques terroristes contre les États-Unis. Celles-ci ont frappé notre sens moral et notre liberté de plein fouet. L'horreur a été encore amplifiée par la possibilité que le Canada ait été une route d'accès pour certains de ces hommes diaboliques.

    Cela n'a rien d'étonnant, si l'on en juge par les nombreux rapports soulignant la présence d'organisations terroristes au Canada et la facilité avec laquelle elles abusent de nos programmes humanitaires à l'intention des réfugiés. La réponse que le premier ministre a lancée la semaine dernière à l'effet que nos politiques de sécurité n'avaient pas besoin d'être repensées est totalement inacceptable.

    En tant que nouveau porte-parole pour les questions touchant l'Agence canadienne des douanes et du revenu, j'aborderai le rôle de cette agence dans la lutte au terrorisme. Nous sommes une nation commerçante. Depuis l'entrée en vigueur de l'ALENA, les échanges commerciaux entre les États-Unis et le Canada totalisent plus d'un milliard de dollars chaque jour. Cet accord alimente notre économie, soutient la croissance de l'emploi et permet aux familles canadiennes de prospérer.

    Le revenu national nécessaire au financement des réductions d'impôt, des dépenses consacrées à la santé et à l'éducation ainsi qu'à la réduction de la dette sont fonction des liens commerciaux que nous entretenons avec les États-Unis.

  +-(1925)  

    Dans ce qui semblait être un message voilé au Canada, le secrétaire d'État américain, Colin Powell, déclarait la semaine dernière:

    Certains pays devront mieux surveiller les terroristes à leurs frontières s'ils veulent que leurs relations avec les États-Unis demeurent les mêmes. Nous entendons collaborer avec les États qui, selon nous, pourraient mieux surveiller leurs frontières et lutter contre ce genre d'activité. Nous leur ferons clairement comprendre que nous entendons évaluer nos relations avec eux à la lumière de cette exigence…

    Une des mesures auxquelles les États-Unis pourraient avoir recours est l'application de l'article 110 de la Illegal Immigration Reform and Immigrant Responsibility Act de 1996. Cet article permet d' imposer des contrôles obligatoires aux points d'entrée et de sortie du territoire américain. En fait, tous les ressortissants étrangers, y compris les Canadiens, seraient tenus de s'enregistrer à leur entrée et à leur sortie des États-Unis.

    Les États-Unis ont reporté l'application de l'article 110 en attendant d'avoir une technologie qui permette de le faire tout en retardant le moins possible le trafic frontalier. Cette semaine, les transporteurs commerciaux qui veulent entrer aux États-Unis en passant par la région du Niagara doivent supporter des périodes d'attente de 9 à 12 heures. Ces mesures extrêmes pourraient devenir la norme si le gouvernement ne prend pas des mesures propres à relever le niveau de sécurité à notre frontière.

    On a beaucoup parlé, cet été, d'une frontière ouverte avec les États-Unis. Cette idée découle de la volonté, de la part de l'industrie américaine et canadienne, de réduire l'encombrement causé par les mesures de sécurité à la frontière et faciliter ainsi le plus possible les déplacements des personnes, des produits et des capitaux de part et d'autre de la frontière. Par ailleurs, nous devons nous assurer, pour des raisons de sécurité nationale, que les personnes, les produits et les capitaux qui entreront au Canada ne posent pas de risques économiques, médicaux ou criminels.

    Le succès grandissant des échanges dans le cadre de l'ALENA, lié à l'accroissement du commerce électronique et aux besoins grandissants d'une production juste-à-temps ont accru les pressions sur les points de passage frontaliers.

    L'Accord canado-américain sur notre frontière commune a été signé en 1995. Cet accord comporte quatre objectifs principaux: promouvoir le commerce international, simplifier les formalités applicables aux voyageurs légitimes et aux biens commerciaux, assurer une protection accrue contre le trafic de la drogue et l'entrée illégale des gens, et réduire les coûts pour les deux gouvernements.

    La réponse canadienne à cet accord est, entre autres, le projet de loi S-23, qui sera prochainement déposé à la Chambre. Le projet de loi S-23 vise notamment de nombreux systèmes électroniques utilisés pour expédier et contrôler le trafic commercial transfrontalier. Je crois que ces mesures ne pourront être mises en oeuvre qu'une fois que l'intégrité de nos frontières sera assurée.

    Il est plus que temps de faire la lumière sur les lacunes du système canadien de sécurité nationale, compte tenu du cauchemar qui se joue sur la côte est des États-Unis. Les Canadiens ne se rendent peut-être pas compte de la porosité de leur frontière, mais toutes les organisations terroristes, tous les cartels de la drogue et tous les secteurs du crime organisé sont pleinement conscients de ces lacunes et les exploitent depuis des années. Si la frontière du Canada est poreuse, ce n'est aucunement la faute des hommes et des femmes qui font office de douaniers, mais plutôt d'une politique gouvernementale naïve et irresponsable. La politique libérale a besoin d'un virage idéologique.

    En 1994, le projet de loi C-7 a fait passer les douanes d'un organisme de sécurité au ministère du Revenu national, dont le premier objectif est de percevoir les impôts et les droits pour la Couronne. Nous devons donner à nos douaniers les outils, les ressources et le mandat nécessaires pour protéger notre frontière des personnes qui ont la destruction en tête. Si le Canada n'est pas disposé à accroître ses normes de sécurité nationale, les États-Unis ne voudront pas compromettre la sécurité des Américains en gardant une frontière non défendue avec le Canada. Une telle décision aura une incidence incroyable sur notre économie.

    Le Canada doit prendre l'initiative de mettre en oeuvre un accord continental de sécurité entre les partenaires de l'ALENA et surtout avec les États-Unis. Cet accord devra comprendre le partage du renseignement de sécurité, y compris sur les entrées et les sorties de personnes et l'établissement de profils criminels. Un tel accord n'éroderait en rien notre identité culturelle ni notre souveraineté nationale, comme certains voudraient nous le faire croire, mais servirait à protéger nos relations commerciales et diplomatiques avec les États-Unis tout en stabilisant notre économie et en protégeant les Canadiens.

    Le gouvernement fédéral doit avant tout admettre qu'il y a une activité terroriste au Canada et décider de collaborer avec les États-Unis au sein d'un partenariat légitime visant à étanchéifier notre frontière et à protéger nos administrés et nos économies contre une attaque future. La seule réponse du gouvernement au terrorisme jusqu'à maintenant a été le projet de loi C-16, qui prévoit que les organismes canadiens de bienfaisance qui se rendront coupables de financer des organisations terroristes seront dépouillés de leur statut d'organisme de bienfaisance. C'est un bien petit pas dans la lutte de fond contre le terrorisme. Les Canadiens attendent une mesure législative plus vaste et plus sévère.

    Enfin, je demande à nouveau aux Canadiens de s'unir en cette période de crise et de reconnaître la force de leur diversité. Nos voisins musulmans portent un double fardeau. Non seulement ils pleurent les énormes pertes de vie, mais leur communauté est injustement blâmée pour ce qui s'est produit.

  +-(1930)  

+-

    L'hon. Wayne Easter (Malpeque, Lib.): Monsieur le Président, franchement, je suis vraiment surpris des propos tenus par le député d'Edmonton—Strathcona dans ce débat. Il n'a fait que tempêter contre le gouvernement et a essayé de dire que nos frontières étaient trop poreuses. Il a parlé assez longuement du manque d'intégrité de nos frontières.

    Je dirais très sérieusement que le député est peut-être un peu comme son chef, qui ne savait pas dans quelle direction coulent les chutes du Niagara. Pourrait-il préciser d'où il tient ses renseignements? N'est-il pas vrai que, lorsque les gens vont du Canada aux États-Unis, ils doivent passer par les douanes et les contrôles frontaliers américains? S'il y a un problème lié aux gens qui entrent aux États-Unis, ce n'est pas la faute du Canada. C'est à la frontière américaine que se situe le problème.

    Je suis vraiment surpris que le député nous serve ce genre de propos parce que ce n'est vraiment pas là le problème.

+-

    M. Rahim Jaffer: Monsieur le Président, je suis scandalisé d'entendre le député blâmer les États-Unis. Au début de mon intervention, j'ai dit que je signalerais les problèmes que nous pouvons avoir dans notre système actuel, particulièrement aux frontières, et les points sur lesquels nous pouvons améliorer la situation pour non seulement protéger la vie et la sécurité des Canadiens, mais aussi, si nous le pouvons, aider notre plus important partenaire commercial, les États-Unis.

    De nombreux rapports publiés au Canada ont mis le doigt sur le problème. Même les fonctionnaires des Douanes disent qu'ils n'ont pas les ressources nécessaires pour vérifier correctement les antécédents de nombreuses personnes qui viennent chez nous. En fait, lorsqu'elles viennent au Canada et pendant qu'elles séjournent chez nous, il y a bien des choses qu'elles peuvent faire pour se procurer les documents voulus avant d'entrer aux États-Unis.

    C'est là un problème grave, et je suis scandalisé que le député, au lieu de chercher des solutions comme l'opposition officielle l'a fait, essaie de rejeter le blâme sur les États-Unis. C'est scandaleux.

[Français]

+-

    M. Réal Ménard (Hochelaga—Maisonneuve, BQ): Monsieur le Président, c'est un plaisir de vous retrouver. D'abord, je suis en partie d'accord avec le discours de notre collègue lorsqu'il nous invite bien sûr à la tolérance et à l'acceptation des différences dans la société. Je sais qu'il est lui-même un esprit très ouvert. Cependant, j'aurais tendance à lui faire une mise en garde, sans doute très sympathique, lorsque qu'il pourrait donner à penser qu'il faut resserrer les frontières. Le lien peut être extrêmement ténu entre un appel à resserrer les contrôles et une volonté de stopper l'immigration.

    Je crois que notre collègue va être d'accord avec nous pour dire que ce n'est pas du côté de l'immigration que le problème vient. Il faut appeler le gouvernement à avoir une vision globale de la situation. À travers le monde, il y a un certain nombre de foyers de tension. Si nous ne réglons pas l'ensemble de ces foyers de tension, il va y avoir du terrorisme et plusieurs pays vont être confrontés à cela.

    J'aimerais que notre collègue nous explique clairement qu'il ne fait pas de liens entre une volonté de contrôler la frontière et celle d'enrayer ou de stopper le flot d'immigration que nous connaissons.

+-

    M. Rahim Jaffer: Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. Je vais essayer d'expliquer très clairement que notre parti est très fier des immigrants et de l'augmentation de nos ressources pour que le Canada ait, s'il le peut, la chance de recevoir plus d'immigrants. Toutefois, il y a vraiment des problèmes de sécurité que nous devrions débattre à la Chambre ainsi que d'autres problèmes s'y rattachant.

[Traduction]

    Que les choses soient bien claires: l'opposition officielle a toujours été en faveur de l'immigration et de l'accueil des réfugiés. Comme je suis venu au Canada à titre de réfugié, je suis très sensible à cette question. À propos de tolérance, j'ai parlé tout à l'heure du conflit qui existe, du terrorisme, et je dois dire que les Canadiens donnent au monde un bel exemple de tolérance pour toutes les communautés.

    En matière d'immigration, j'ai publiquement demandé qu'on accepte encore plus d'immigrants. J'essaie de faire avancer ce débat parmi mes collègues à la Chambre et ailleurs aussi. Mais nous devons faire correctement les vérifications de sécurité. C'est tout ce que nous disons. Certains peuvent chercher à abuser de notre système, et il faut les en empêcher. Je ne réclame aucune restriction sur l'immigration, sur l'accueil des réfugiés, ni aucune mesure de cet ordre. Nous serions plutôt portés à encourager l'immigration.

  +-(1935)  

+-

    M. Preston Manning (Calgary-Sud-Ouest, Alliance canadienne): Monsieur le Président, dans la famille des États libres et démocratiques, les liens qui unissent les Canadiens et les Américains sont les plus forts. Il est donc normal que les députés abordent aujourd'hui la question des attaques terroristes odieuses et préméditées qui ont été menées contre le peuple américain la semaine dernière.

    Nous nous joignons au premier ministre et à tous les députés pour offrir nos prières et nos sincères condoléances aux familles des victimes et pour réitérer notre appui à toutes les mesures qui pourraient contribuer à traduire en justice les terroristes et ceux qui les aident et les abritent.

    Ma fille cadette travaille dans le district financier de New York. Pendant près d'une heure après le premier attentat, ma famille a impatiemment attendu qu'elle nous appelle pour nous dire qu'elle était saine et sauve. Dieu merci, elle a pu communiquer avec nous, mais nous ne pouvons qu'imaginer la douleur et la souffrance qu'éprouvent les familles, les pères et les mères, les fils et les filles ainsi que les grands-parents qui ont attendu en vain un appel des leurs.

    Toute la journée, j'ai entendu les députés exprimer les sentiments et la profonde compassion qu'ils ressentent envers nos amis américains. Le défi consistera pour nous à traduire ces sentiments en décisions et en actes qui feront la différence dans les jours à venir. La plupart d'entre nous sont d'accord pour dire que des changements sont nécessaires par suite du décès tragique de tellement d'innocents le 11 septembre. En fait, nous ternirions la mémoire des disparus si des changements fondamentaux n'étaient pas apportés pour le mieux après ces événements.

    Quels devraient être ces changements et en quoi devrions-nous changer nous-mêmes? Il va sans dire que les sociétés libres et démocratiques comme la nôtre doivent modifier leur conception de la sécurité internationale, nationale et personnelle. À titre de point de départ pour nous au Canada, ainsi que nombre de députés l'ont fait valoir, nous devrons resserrer notre système de présélection des nouveaux arrivants, notamment ceux qui viennent de pays connus pour servir d'asile aux terroristes. Un point de départ pour les responsables des systèmes de sécurité et du renseignement de sécurité consistera à mettre en lumière les nouveaux dangers pour la sécurité, comme le terrorisme international, qui diffèrent des menaces de l'ère de la guerre froide.

    Le défi consistera à accroître notre capacité de prévoir et de mettre au jour les activités des terroristes internationaux, et à les prévenir, sans abolir du même coup les libertés civiles que nous cherchons à protéger contre le terrorisme. Cependant, comme nous l'avons vu aux services religieux tenus jeudi dernier, ceux tenus notamment à la cathédrale St. Paul's de Londres et à la National Cathedral à Washington, la sécurité internationale, nationale et personnelle a une dimension spirituelle que les Canadiens ne devraient pas ignorer.

    Je crois personnellement que notre réaction aux événements tragiques du 11 septembre n'auront servi à rien s'ils ne donnent pas lieu à un changement fondamental d'attitudes vis-à-vis du bien et du mal.

    Je sais qu'en abordant ce sujet, on s'aventure en terrain miné dans notre pays. Nous craignons, dans notre pays et à la Chambre, de parler publiquement des réalités spirituelles de la vie. Dans notre société laïque et pluraliste, nous semblons incapables de discuter de notre patrimoine spirituel ou de notre conception claire du bien et du mal sur laquelle il se fonde, et encore moins de nous en servir comme guide. Nous craignons trop d'être mal compris, ce qui aurait pour effet de nous diviser plutôt que de nous unir.

  +-(1940)  

    Toutefois, nous pouvons certainement voir dans le contraste frappant entre les cendres noircies du World Trade Center et la lumière que font naître les efforts de milliers de citoyens américains ordinaires venus prêter main forte et réconforter les personnes blessées et éprouvées, les qualités morales qui distinguent et permettent de traverser les épreuves. Nous constatons d'une part que le mal fait partie intégrante de la nature humaine, de notre monde et de notre environnement et que certains actes affectent et anéantissent la vie humaine, D'autre part, nous savons que le bien existe également dans ce monde, même lorsqu'il jaillit du mal, et qu'il peut se traduire dans des actes d'amour qui protègent et nourrissent la vie humaine. Enfin, plus important encore, nous comprenons que le bien peut vaincre le mal. Toutefois, pour que cela soit possible, il faut supprimer le mal de nos vies et de notre environnement, y résister lorsqu'il vient des autres et viser des objectifs positifs pour nous-mêmes et pour l'humanité toute entière.

    Nous avons promis à nos amis américains de leur dédier nos prières. Nous utilisons cette expression sans hésitation. Quelle devrait être la formulation de ces prières pour que notre promesse ne se limite pas à de belles paroles?

    Historiquement, surtout en temps de guerre et en cas de désastre, nos nations, le Canada y compris, ont cherché à se libérer du mal et à trouver la force de faire triompher le bien en croyant en la justice et en la grâce de Dieu.

    Je prie pour que la tragédie du 11 septembre 2001 nous mène à réagir de la même façon, pour que nos leaders spirituels expriment la vérité de l'amour ou qu'ils demeurent silencieux et pour que nos dirigeants politiques aient la sagesse d'élaborer une réponse au terrorisme qui corresponde aux impératifs moraux que cette tragédie elle-même fait resurgir.

    Puissions-nous être délivrés des fausses croyances et du désir irréfléchi de revanche et être inspirés pour faire preuve de compassion et d'humilité envers tous ceux qui souffrent. Nous devons néanmoins poursuivre sans relâche tous ceux qui sèment la terreur. Que Dieu nous vienne en aide.

+-

    M. Paul Szabo (secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, il a été souligné à plusieurs reprises, comme notre collègue vient de le faire dans son discours d'ailleurs, que l'une des mesures les plus sensibles que le Canada pourrait prendre serait d'améliorer le système de triage des réfugiés ayant fait une demande d'accès au pays.

    Des journaux tel le Globe and Mail, rapportent aujourd'hui que rien ne prouve l'existence d'une filière canadienne. En fait, rien ne permet de relier quelque Canadien que ce soit aux événements ou de prouver que les coups portés auraient pu venir du Canada. Aucune preuve de ce genre n'a été présentée.

    J'ai discuté aujourd'hui avec le ministre des Affaires étrangères, qui m'a confirmé, après s'être entretenu avec Colin Powell, qu'il n'y avait aucun lien entre des Canadiens et les attaques qui ont eu lieu la semaine dernière.

    Puisqu'il n'y a aucun lien démontré ou déclaré, pourquoi le député avance-t-il que la meilleure solution dans le cas présent serait, entre autres, d'améliorer les méthodes de triage sécuritaire? Comment peut-il justifier cet énoncé?

+-

    M. Preston Manning: Monsieur le Président, il est évident que si nous voulons assurer la sécurité du continent nord-américain, nous devons étudier les dossiers des gens qui désirent entrer au pays, particulièrement de ceux qui viennent de pays qui hébergent, protègent ou encouragent des terroristes. Que le lien soit établi ou non dans le cas qui nous occupe, c'est une protection que nous devons prendre de toute façon.

    J'aimerais ajouter un autre commentaire, plus général celui-là, pour faire suite aux propos du député. Pourquoi devons-nous toujours attendre de faire face à une crise avant de faire preuve de leadership? Il y a plus de 30 ans, en 1970, le Canada a vécu des événements terroristes dans le cadre de la crise du FLQ. C'était une bien petite crise en comparaison avec celle d'aujourd'hui, mais la Chambre a alors adopté la Loi sur les mesures de guerre. La crise a été considérée comme un état de guerre et l'application de la Déclaration canadienne des droits a été suspendue.

    Après coup, le premier ministre Trudeau a dit à la Chambre des communes qu'il fallait revoir le Code criminel en détail pour le rendre plus efficace pour lutter contre le terrorisme systématique, c'est le mot qu'il a utilisé, et qu'il fallait adopter une loi spéciale pour traiter le terrorisme dans une optique moderne. C'était il y a plus de trente ans. Nous n'avons encore rien fait dans ce sens.

    Peut-être la crise actuelle nous forcera-t-elle à accroître notre niveau de sécurité pour répondre aux suggestions avancées par les députés de ce côté-ci de la Chambre.

  +-(1945)  

+-

    L'hon. Lorne Nystrom (Regina—Qu'Appelle, NPD): Monsieur le Président, je siégeais en cette Chambre il y a environ 30 ans lorsqu'on a eu recours à la Loi sur les mesures de guerre. Je me souviens de la peur et de la tension qui régnaient à cette époque. Je fus parmi les 16 députés qui ont voté contre le recours à cette loi. À mon avis, c'était une réaction excessive dans les circonstances. Le leader de l'opposition d'alors, Robert Stanfield, a dit plus tard que l'une de ses erreurs fut de ne pas voter contre le recours à la Loi sur les mesures de guerre.

    Je réprouve totalement les actes de terrorisme commis à New York et à Washington. Nous devons faire tous les efforts requis pour imputer leurs crimes aux responsables et les amener devant la justice.

    Nous devons aussi éviter toute réaction excessive. La situation n'est pas habituelle et parfois la violence engendre la violence qui frappe sans discrimination.

    Le député qui vient de parler ne craint-il pas les réactions excessives, les bombardements généralisés et la perte de nombreuses autres vies chez les civils dans certains pays comme l'Afghanistan si nous ne sommes pas prudents?

+-

    M. Preston Manning: Monsieur le Président, tous les députés à la Chambre répugnent à l'idée de répliquer au mal par le mal et croient que cela ne résoudra pas le problème.

    La foi chrétienne nous enseigne que si nous demandons vraiment d'être libérés du mal dans notre propre vie et dans nos propres situations, cela nous empêchera d'aller trop loin ou d'infliger le mal aux autres.

    Être conscients de la présence du mal dans notre propre société, dans nos propres tendances et dans nos propres réactions tout en pourchassant le mal chez les autres peut nous mener à la justice et c'est ce que nous recherchons en l'occurrence.

+-

    Mme Albina Guarnieri (Mississauga-Est, Lib.): Monsieur le Président, il y a six jours, l'attaque la plus dévastatrice jamais portée contre le monde libre a considérablement restreint la liberté de notre monde. Nous n'avons plus la liberté de prendre l'avion sans éprouver la crainte terrible d'un détournement, ni celle de voyager n'importe où à tout moment sans devoir être retenus à la frontière pour de longues vérifications de sécurité.

    Nous n'avons plus la liberté de supposer que quiconque entre au Canada vient y chercher une vie meilleure. Nous ne sommes vraiment plus libres de tenir pour acquis le rôle de nos pompiers et de nos policiers, dont certains de ma région sont allés à New York donner un coup de main.

    Les États-Unis paient très cher leur position à la tête du monde libre. En se rendant au travail mardi dernier, des milliers de gens étaient uniquement préoccupés par leur travail, l'économie et les factures à payer. Bon nombre d'entre eux, qui ignoraient qu'ils étaient en guerre, ont dû faire face à l'horreur et à la mort. Des milliers de proches attendent et espèrent encore. Il faudra du temps pour pleurer les morts, puis le monde libre devra agir pour protéger les vivants.

    On a qualifié la terrible tragédie et la perte de vies à New York d'attaque contre l'Amérique, mais le Canada est loin d'être immunisé contre le virus du terrorisme qui infecte le monde entier.

    Pour la première fois, le terrorisme en provenance du Moyen-Orient a fait couler le sang de civils aux États-Unis. On a vu des attentats suicides contre des groupes de civils en Israël, en Égypte et en Europe de l'Ouest. On a même vu, il n'y a pas si longtemps non plus, un avion égyptien décoller à New York et plonger dans l'océan sous la direction d'un pilote suicidaire. Pour une raison quelconque, nous avions pensé être en sécurité en Amérique du Nord. Le terrorisme était considéré comme une menace lointaine brandie uniquement par des alarmistes.

    Aujourd'hui nous constatons que notre sécurité était une illusion. Nous étions protégés davantage par chance que par choix. Maintenant, comme Dick Cheney l'a dit hier, nous serions totalement fous de ne pas nous protéger contre cette menace crédible qui, nous le savons maintenant, a toujours existé.

    Les Canadiens ont vite compris que la menace contre les États-Unis pourrait rapidement trouver des cibles canadiennes à portée de tir. Je sais que dans les heures qui ont suivi l'attaque, au moins une grande société canadienne a tenu une réunion afin de déterminer si elle pouvait aussi être visée avant de poursuivre ses activités à Toronto. Le simple fait de rester au travail représentait dès lors un risque suffisant pour qu'on en discute aux plus hauts niveaux.

    Aujourd'hui, les Canadiens sont placés devant un choix troublant. Nous pouvons défier les objectifs des terroristes qui résistent aux contraintes à notre libertés, aux changements à nos lois et à des mesures de sécurité paralysantes. Ou bien nous pouvons accepter que notre monde a changé et que notre conception large et presque nonchalante de la sécurité nationale est maintenant une menace à notre liberté et non plus son caractère distinctif.

    Le président Bush a dit et répété que les États-Unis étaient déjà en guerre, mais c'est une guerre dans laquelle les principales armes sont des personnes. Les hommes responsables de la tragédie de mardi sont venus en Amérique du Nord sans armes. Les services d'immigration n'auraient rien trouvé ni dans leurs bagages ni dans leurs antécédents pour justifier leur refoulement. Pourtant, ces hommes étaient les plus dangereuses des armes, et les efforts pour les tenir loin de l'Amérique du Nord seront la première priorité des forces de l'ordre aux États-Unis dans un avenir prévisible.

    Les restrictions à la frontière canado-américaine seront probablement proportionnelles au relâchement que les Américains perçoivent dans nos exigences d'admission. Comme notre pays est entièrement dépendant de la libre circulation des marchandises à la frontière américaine, des mesures de sécurité plus rigoureuses à la frontière pourraient devenir le plus grand obstacle à nos échanges commerciaux. Si les usines américaines ne peuvent compter que les livraisons des fournisseurs canadiens franchiront la frontière dans les délais voulus, elles changeront de fournisseurs, ce qui aura d'énormes conséquences.

    Pour prévenir ce coup dur, le Canada doit montrer aux États-Unis qu'il serait aussi difficile, voire plus difficile à un terroriste d'entrer au Canada que d'aller directement aux États-Unis. Cela entraînera forcément des changements à nos politiques sur l'immigration, sur le statut de réfugié et sur les visas de visiteur.

  +-(1950)  

    Nous savons que la vaste majorité des immigrants et des visiteurs au Canada viennent de pays où il n'existe ou n'a jamais existé aucun risque réaliste de terrorisme. Nous devons veiller à ce que la crise actuelle ne limite pas l'apport de talent, de compétences et d'investissements des nouveaux immigrants sur lesquels nous comptons pour une grande partie de notre croissance. De même, nous ne devons pas couper les liens de citoyens canadiens avec leurs parents à l'étranger en refusant généralement les permis de visiteurs.

    Nous avons déjà des règles très restrictives en matière de visa à l'égard de gens dont on craint qu'ils ne restent et travaillent au Canada. Parmi ceux qui ont fait l'objet d'expulsion ces derniers mois figure une famille polonaise qui était venue ici, y avait bâti une entreprise qui employait six personnes et qui n'avait jamais touché un seul dollar de nos services sociaux. En plus d'être désastreuse pour les enfants touchés, cette expulsion a également constitué une perte pour le Canada, qui y a perdu d'excellents gens d'affaires qui contribuaient à la société.

    Inversement, un terroriste du nom de Ressam n'a jamais été expulsé et se trouverait encore ici, si ce n'avait été des garde-frontière qui ont trouvé des explosifs dans le coffre de sa voiture. Il nous faut clairement changer notre centre de préoccupation.

    Il est plus qu'évident que les voyages par avion au Canada en provenance de l'étranger devront faire l'objet de véritables mesures de sécurité. Le fait que des gens puissent arriver à l'aéroport Pearson sans aucun document et revendiquer le statut de réfugié témoigne du niveau de sécurité que nous imposons à l'étranger.

    Il est clair que personne ne peut maintenant être autorisé à monter à bord d'un avion à destination du Canada sans avoir au moins subi une vérification de sécurité superficielle, et tout le monde devra avoir des papiers d'identité. Nous devons maintenant considérer les aéroports étrangers comme des points d'entrée au Canada et y établir des contrôles de sécurité analogues à ceux que les États-Unis ont aujourd'hui à l'aéroport Pearson.

    Ces mesures n'assureront pas nécessairement notre sécurité. Nous ne pouvons pas empêcher une personne déterminée d'entrer au Canada ou aux États-Unis, mais nous devons faire au moins un effort vigoureux et général en ce sens.

    Au lendemain de la tragédie du World Trade Center, on s'interroge sur le respect que nous réservons à nos propres secouristes. Dans beaucoup de débats politiques, dernièrement, on a trop souvent traité les pompiers et les policiers comme des travailleurs ordinaires dont le salaire et le régime de retraite doivent être limités parce que tous les autres groupes de travailleurs s'attendraient à obtenir la même chose.

    À New York, nous avons vu que le travail des policiers et des pompiers n'est pas comme les autres. Pendant que les occupants d'autres emplois descendaient à toute vitesse les escaliers du World Trade Center vers la sécurité, les pompiers couraient vers le danger et leur propre mort, en fait.

    On a coutume de saluer la bravoure et l'esprit de sacrifice des pompiers et des policiers qui périssent en grand nombre en temps de crise. Je demande aux députés de témoigner le même respect aux milliers de Canadiens qui ont le courage de se porter volontaires pour être les premiers sur la scène d'une catastrophe et qui, en risquant tout, assurent notre sécurité à tous.

    L'attaque contre les États-Unis a touché tous les Canadiens. Nous avons vu le choc, partagé la peur et le deuil et appris une leçon importante, à savoir qu'une sécurité tenue pour acquise peut être fausse.

  +-(1955)  

+-

    M. Gerald Keddy (South Shore, PC/RD): Monsieur le Président, parfois, il n'est pas mauvais de rigoler un peu ou d'avoir des moments moins sombres dans un débat comme celui-ci. Malheureusement, cette occasion-ci est très grave et très sombre.

    Je suis très reconnaissant des observations du député de Mississauga, qui vient d'intervenir, surtout en ce qui concerne notre façon de traiter les policiers et les pompiers. Tout le personnel d'intervention d'urgence, qu'il s'agisse des ambulanciers, des pompiers, des policiers ou des premiers intervenants, s'acquittent d'une tâche en ne sachant pas à quoi s'attendre lorsqu'ils partent au boulot. Ils sont disposés à travailler avec diligence pour nous et à sauver des vies en cas de besoin, mais ils ne sont pas disposés à perdre leur propre vie.

    Nous sympathisons d'emblée avec ces groupes et leurs familles. Cependant, et ce qui est plus important, maintenant que nous devons composer avec les conséquences de cette attaque horrible, qu'allons-nous faire en tant que Parlement?

    La question que je pose à la députée est de savoir si nous avons la détermination voulue. Nous n'avons pas entamé une tâche facile. Le chemin est semé d'embûches. Je crois que personne à la Chambre ne comprend parfaitement la portée et la difficulté de cette tâche. La députée croit-elle que le gouvernement aura la détermination voulue...

+-

    Le président suppléant (M. Bélair): La députée de Mississauga-Est a la parole.

+-

    Mme Albina Guarnieri: Monsieur le Président, je remercie le député de ses observations. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que le gouvernement doit être déterminé à honorer son engagement d'éradiquer le terrorisme. Nous avons entendu plus tôt l'ancien solliciteur général dire que le gouvernement a une responsabilité à assumer. Nous avons entendu le secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice dire qu'un plan exhaustif sera mis en place pour lutter contre le terrorisme. J'estime que la volonté collective des députés permettra d'élaborer les bonnes politiques pour notre pays.

    Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les Canadiens ont perdu leurs illusions ces derniers jours et qu'ils s'attendront, voire exigeront, de leur gouvernement et du Parlement une réponse robuste.

  +-(2000)  

+-

    M. Gerald Keddy (South Shore, PC/RD): Monsieur le Président, pendant ces deux dernières minutes, j'attirerai l'attention de nos collègues, comme l'a dit le député tout à l'heure, sur les services de lutte contre les incendies, les services de police et les personnels des services d'urgence.

    Dans la collectivité de New Ross, où je vis, il y a eu récemment un accident grave impliquant un camion à incendie. Quatre pompiers y ont été grièvement blessés. L'un de ces blessés, Lionel Russell, vient tout juste de sortir de l'hôpital. Voilà comment contribuent toute leur vie durant les citoyens ordinaires et les pompiers bénévoles à la société et au Canada. Quand ils se lèvent le matin, ils ne savent pas ce qui les attend ce jour-là, mais ils sont prêts à tout si besoin est. Nous avons un peu trop tendance à tenir cela pour acquis.

    Il est grand temps que nous envisagions des moyens de non seulement combattre le terrorisme, ce dont il est question dans le présent débat, mais de soutenir aussi les policiers et les pompiers bénévoles au Canada.

+-

    Mme Albina Guarnieri (Mississauga-Est, Lib.): Monsieur le Président, que reste-t-il à ajouter à de telles observations, si ce n'est que je m'y associe pleinement? Je ne saurais être plus d'accord. La Chambre veillera certainement à ce que nos pompiers et nos agents de police soient adéquatement équipés pour combattre les fléaux et relever les défis qui nous attendent.

+-

    M. Paul Szabo (secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, le 11 septembre, comme beaucoup de gens partout dans le monde, nous avons été témoins d'événements absolument horribles. Ces images resteront gravées dans notre mémoire à tout jamais. Les députés repenseront à ces images d'avions et d'immeubles, de feu et de destruction. Cependant, ce n'est que lorsque nous avons vu les gens que nous avons vraiment saisi l'horreur des actes de terrorisme commis et leur impact sur bien des gens.

    Lorsque les caméras se sont approchées, nous avons vu des images de gens dans les fenêtres qui ne savaient pas quoi faire et qui cherchaient de l'aide, des images de gens qui sautaient des immeubles pour éviter de brûler vifs. Il n'y avait pas de décision à prendre; leur réaction était instinctive.

    Ce sont les images des gens dans la rue qui cherchaient un être cher, essayant de trouver un indice, qui nous ont amenés à saisir vraiment à quel point cette catastrophe a été dévastatrice pour des gens comme vous et moi. Un grand nombre de personnes manquent encore à l'appel, et la plupart d'entre elles ne seront jamais retrouvées. La plupart de ces personnes ne seront plus jamais présentes dans la vie de leurs proches. Les députés peuvent-ils s'imaginer ce qu'une personne ressent lorsqu'elle perd soudainement quelqu'un qui occupait une grande place dans sa vie? Je suis certain que c'est une expérience très douloureuse.

    Aujourd'hui, nous avons un débat. Les députés que j'ai entendus jusqu'à maintenant ont été très éloquents pour exprimer leurs plus sincères condoléances aux familles des victimes et à nos voisins, les États-Unis d'Amérique. Ils ont tenu d'aimables propos au sujet de la relation entre nos deux pays, ont fait des remarques encourageantes au sujet de la solidité des liens d'amitié qui nous unissent et ont loué le travail des leaders. On a entendu beaucoup de belles choses ici aujourd'hui, et je crois que cela augure bien pour ce qui est de la collaboration continue entre les deux pays.

    Les Américains ont également exprimé à plusieurs occasions leur gratitude pour l'appui que les Canadiens leur ont donné durant cette crise, que ce soit en s'occupant bien d'eux lorsque leurs avions ont dû atterrir dans les aéroports canadiens ou d'autres façons.

    Il est important pour beaucoup de députés qui interviennent ce soir d'être capables de dire que nous partageons la douleur et que nous partageons aussi les valeurs que nous voulons protéger. C'est pour cette raison que nous envisageons une réponse mesurée et appropriée.

    Je veux aussi mentionner tout particulièrement le travail des agents de la sécurité publique: les pompiers, les policiers, le personnel infirmier et paramédical ainsi que tous les bénévoles qui accomplissent leur devoir sans poser de question. Ils sont formés et ils réagissent sur le champ. Voilà ce qu'ils font.

    Nous savons que de nombreuses vies humaines ont été perdues : celle de deux cents pompiers peut-être, d'au moins une centaine de policiers, et qui sait combien d'autres? Il faudra du temps avant de connaître les chiffres exacts.

  +-(2005)  

    Les agents de la sécurité publique ont eu l'appui de cet endroit pour des projets tels qu'un fonds d'indemnisation pour l'augmentation du taux d'accumulation de leurs prestations de retraite, du fait que les pompiers ont une longévité inférieure à la moyenne nationale; l'amélioration des dispositions en matière de transport des matières dangereuses par souci de mieux protéger l'environnement; et l'amélioration des mesures de protection les visant eux-mêmes.

    Je demeure très inquiet. Quand il y a des incendies comme il y en a eu à New York et à Washington, nous ne connaissons pas les effets des acides toxiques sur l'air que nous respirons. Or, des gens continuent à travailler sans relâche, avec l'espoir de trouver des survivants. Ils sont entraînés pour ce type de travail. Ils continuent de mettre leur santé en danger pour accomplir leur devoir.

    Je tiens à remercier très particulièrement nos agents de la sécurité publique et tous les membres de l'Association internationale des pompiers qui ont la gentillesse de nous fournir des comptes rendus chaque année.

    J'en ai profité pour consulter le Web. Je voulais en savoir plus au sujet de l'Afghanistan. Les gens parlent d'Oussama ben Laden, des terroristes, des talibans et d'une guerre sainte. Je ne savais pas grand-chose au sujet de ce pays.

    L'Afghanistan est bordé par le Pakistan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, le Turkménistan et l'Iran. D'une superficie à peu près égale à celle de la province de l'Ontario, il abrite une population de 25 millions d'habitants. Il n'y a rien de particulièrement exceptionnel à cela, si ce n'est que, sur 25 millions d'habitants, 42 p. 100 sont âgés de moins de 15 ans et seulement 2,7 p. 100 de plus de 65 ans.

    L'espérance de vie d'une personne en Afghanistan est d'environ 46 ans, par rapport à 82 ans pour une femme au Canada et 78 ans pour un homme au Canada. Seuls 4 p. 100 des terres sont arables. L'Afghanistan est le plus grand producteur d'opium au monde.

    Compte tenu de ces faits, je peux comprendre que c'est un pays où l'on peut être désespéré. C'est une situation que l'on retrouve dans plusieurs pays du monde où le terrorisme a ses racines.

    Aujourd'hui nous avons fait part de nos condoléances et parlé de notre engagement à l'égard de notre ami et voisin, les États-Unis, et de nos alliés de l'OTAN. Il a aussi été question d'une riposte adéquate et mesurée.

    Les gens qui ont discuté avec moi de cette question ont parlé avec prudence et inquiétude d'escalade, d'une guerre biologique ou chimique. C'est un point dont nous n'avons pas encore parlé en ce qui concerne les activités terroristes. L'inquiétude est réelle. C'est l'une des raisons pour lesquelles les gouvernements responsables doivent prendre bien soin d'opter pour une réponse mesurée et appropriée, qui ne soit pas arbitraire et qui ne suive pas nécessairement la loi du talion, oeil pour oeil, dent pour dent.

    Nous parlons d'une guerre contre le terrorisme en grande partie de la même façon dont nous parlons de la lutte contre la drogue. Cette guerre ne connaît pas de frontières, mais présente certaines caractéristiques. Je crois que nous avons les ressources nécessaires pour identifier un certain nombre de sources d'activités terroristes et pour nous y attaquer.

    Nous prions pour que les dirigeants à travers le monde civilisé agissent de façon responsable et appropriée au nom des sociétés démocratiques.

  +-(2010)  

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD): Monsieur le Président, j'ai apprécié le discours du député de Mississauga-Sud et je tiens à lui dire ainsi qu'à l'ensemble des députés que la réaction des électeurs et des habitants de ma circonscription, celle de Winnipeg-Centre-Nord, ressemble beaucoup à la compréhension qu'il a de la situation et à l'interprétation qu'il en fait.

    Pour les habitants du monde entier, les images des atrocités qui sont survenues le 11 septembre sont gravées à jamais dans leur mémoire et elles continueront de nous hanter. Au cours de cette semaine horrible, tout le monde a compris et apprécié d'une manière différente le travail des pompiers, des policiers et des secouristes qui aident tous les citoyens en cas d'urgence.

    Partout, les gens ont répondu à ces images d'horreur, de peine et de douleur qui nous hantent en essayant réellement de comprendre comment cela a pu se produire et de chercher des solutions qui conviennent aux crimes perpétrés.

    Une électrice m'a écrit disant qu'elle n'avait jamais écrit à un politicien auparavant, mais que les paroles de guerre qu'elle avait entendu prononcer par nos dirigeants et dans les médias l'ont poussée à agir et à exprimer son point de vue.

    Voici ce qu'elle a écrit:

    Je veux que les actions de chaque Canadien et de notre pays contribuent à instaurer une justice durable pour tous les gens de tous les pays, quelle que soit leur race ou leur religion. Il est difficile d'arriver à la justice lorsque les mesures de représailles et de vengeance perpétuent le cycle en tuant des innocents.
.

    Je voudrais savoir si le député de Mississauga-Sud est de cet avis, s'il a entendu des électeurs de sa circonscription tenir de tels propos et s'il croit que c'est vraiment possible.

+-

    M. Paul Szabo: Monsieur le Président, je remercie la députée pour ses paroles bienveillantes. Les communications que j'ai reçues rendent assez bien compte de ce qu'elle a raconté à la Chambre. Les gens sont inquiets.

    Il serait naïf de croire qu'une riposte proportionnelle et sans discernement, simplement pour prendre des vies, serait une solution acceptable pour quiconque ou réglerait quoi que ce soit. En fait, ce serait un pas en arrière.

    Il est normal de ressentir une bouffée d'émotion et de vouloir agir rapidement. La colère et la douleur troublent parfois notre vision des choses. Cependant, tandis que nous nous tournons vers nos chefs, que les Américains se tournent vers leurs chefs et que le Congrès et les sénateurs parlent d'une même voix et fournissent les ressources nécessaires à l'éradication du terrorisme, des gens comme Colin Powell jettent un peu de lumière sur ce phénomène et nous rappellent que le terrorisme n'a pas commencé le 11 septembre. Il existe depuis de nombreuses décennies et nous devons nous y attaquer dès maintenant. Mais nous devons agir très prudemment.

    Nos dirigeants comprennent de plus en plus, à mesure qu'on en parle, que les gens ne veulent pas partager la même scène avec les terroristes et être jugés de la même façon. Nous voulons évidemment nous défendre, défendre nos pays, nos concitoyens et nos valeurs. Par contre, pour être utile, toute mesure que nous allons prendre doit s'attaquer à la cause même du terrorisme. Il ne suffit pas de s'attaquer à des gens comme Oussama ben Laden.

    On doit aussi s'en prendre aux cellules qu'ils ont créées et aux idées qu'ils répandent. Leurs organisations sont probablement liées à des choses comme le trafic de la drogue et les guerres pour le contrôle de la drogue qui ont cours aujourd'hui. Où puisent-ils leur argent? Comment financent-ils leurs activités et pourquoi pensent-il pouvoir s'en tirer impunément?

    Les principes démocratiques et les démocraties dans leur ensemble, parlant d'une même voix, comme je crois que ce sera le cas en ces temps difficiles, vont démontrer de plus en plus clairement à tous ceux qui sont animés par des idées de terrorisme que ce n'est pas un comportement acceptable dans notre monde civilisé. J'espère que nous allons prendre des moyens utiles pour combattre le fléau du terrorisme. Peut-être qu'un jour nos enfants profiteront de nos actions d'aujourd'hui.

  +-(2015)  

+-

    M. James Moore (Port Moody--Coquitlam--Port Coquitlam, Alliance canadienne): Monsieur le Président, mardi dernier le monde s'est éveillé en assistant, à la télévision, à un acte de terrorisme horrible qui a causé la mort de milliers de personnes à New York, à Wahington DC et au-dessus de la Pennsylvanie. Ces attaques ne visaient pas seulement le World Trade Center ou les bureaux du Pentagone. Le meurtre de milliers de personnes, dont de nombreux Canadiens, était un coup porté à la démocratie elle-même.

    Le moment est venu pour les pays libres de prendre position aux côtés des États-Unis et d'agir résolument contre le terrorisme. Les terroristes ont déclaré la guerre au monde libre et c'est tout le monde libre qui doit maintenant faire la guerre au terrorisme.

    La coalition des pays libres doit, pour assurer sa propre défense, mener une guerre systémique et totale contre toutes les formes de terrorisme international. Nous ne devons pas traiter cet acte horrible comme un simple crime dont les auteurs seront traduits devant une cour de justice internationale. Ces attaques doivent être considérées comme des actes de guerre qui exigent des mesures énergiques d'auto-défense.

    M. Paul Wolfowitz, sous-secrétaire à la Défense des États-Unis, a déclaré que les plans des Américains ne consistent pas seulement à capturer des gens et à les obliger à rendre compte de leurs actes, mais à éliminer les sanctuaires, les systèmes de soutien et les États qui soutiennent le terrorisme. Il a raison. Le Canada doit être fort, déterminé et uni derrière les Américains et les alliés de l'OTAN, afin d'annihiler ceux qui veulent détruire notre mode de vie.

    Nous devons réduire à néant le réseau international de la terreur sous toutes ses formes et empêcher ses architectes, ses exécutants et ses commanditaires de trouver refuge où que ce soit dans le monde. Le Canada doit engager à cette fin toutes les ressources nécessaires, diplomatiques, économiques et militaires.

    Dans son ouvrage écrit en 1995 et intitulé Fighting Terrorism, l'ancien premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, prévoit que le fondamentalisme radical constituera le «système de vecteurs» d'un terrorisme de plus en plus mortel. Mardi, le terrorisme a lancé sur Manhattan deux bombes de 198 tonnes: des aéronefs remplis de carburant. M. Nétanyahou soutient que lorsqu'ils disposeront de l'arme nucléaire, les terroristes l'utiliseront. Les autorités occidentales doivent saisir l'occasion, qui s'estompe, de porter des coups préventifs au terrorisme.

    Cela signifie, ajoute M. Nétanyahou, non pas chercher des aiguilles dans des bottes de foin, mais éliminer les bottes de foin elles-mêmes, c'est-à-dire les États qui soutiennent le terrorisme. Je rappelle qu'à Midway, les forces américaines n'ont pas simplement détruit les avions japonais, ils ont aussi coulé les porte-avions qui les transportent et ont gagné la guerre. Métaphoriquement parlant, certains États qui soutiennent le terrorisme sont les porte-avions des terroristes eux-mêmes.

    Le président Bush et le secrétaire d'État Colin Powell ont rappelé les trois aspects suivants de toute mesure de représailles: premièrement, la nécessité de réunir un ensemble convaincant de preuves avant d'agir; deuxièmement, la création d'une coalition internationale aussi vaste que possible; et troisièmement, la reconnaissance que les premières mesures qui seront prises ne constitueront que le début d'une vaste campagne soutenue. J'estime que le Canada doit appuyer sans réserve ces trois objectifs et veiller à solliciter activement l'appui du monde libre à ces objectifs.

    Dans la motion d'initiative ministérielle dont nous sommes saisis aujourd'hui, on demande à la Chambre de réitérer «sa détermination à défendre la liberté et la démocratie, à traduire en justice ceux dont les actions témoignent de leur mépris pour ces valeurs fondamentales, ainsi qu'à défendre le monde civilisé contre toute nouvelle attaque terroriste».

    J'appuie évidemment cette motion, mais je voudrais faire six suggestions quant à la façon précise d'atteindre ces objectifs. Dans les jours, les semaines et les années à venir, le Canada se doit de prendre des mesures pour prévenir d'autres hécatombes de ce genre et et diminuer les risques que cela se reproduise.

    Il faudrait, premièrement, réévaluer et améliorer nos opérations du renseignement et notre capacité dans ce domaine afin d'être avertis assez rapidement pour contrer toute attaque terroriste; deuxièmement, identifier les organisations terroristes tant au pays qu'à l'étranger afin de faire échouer leurs activités et de les démanteler; troisièmement, réévaluer et améliorer les mesures de sécurité dans les aéroports ainsi que l'intégrité des postes de pilotage; quatrièmement, sensibiliser la population aux activités louches; cinquièmement, imposer des sanctions et réduire l'aide aux pays abritant des terroristes; et sixièmement, investir dans la promotion à l'étranger de la démocratie et de la primauté du droit.

    En tant que porte-parole de l'opposition officielle du Canada en matière de transports, je veux aborder quatre aspects de la politique des transports, plus précisément la sécurité dans le transport aérien, domaine où le Canada a beaucoup de travail à faire à la lumière des attentats de mardi dernier.

    Parlons tout d'abord de l'accès au poste de pilotage. Le département des Transports des États-Unis a créé un groupe de travail chargé d'examiner cette question, y compris l'installation de portes d'acier, comme cela se fait déjà en Israël. Nous devrions analyser attentivement les recommandations de ce groupe de travail et songer à les appliquer au Canada. Au cours de la période des questions aujourd'hui, le ministre des Transports s'est dit prêt à aller dans cette direction, ce qui devrait encourager les Canadiens.

    Le deuxième aspect de la politique est la question des escorteurs de l'air. Les États-Unis et Israël ont un programme d'escorteurs de l'air qui sont armés et formés pour utiliser des armes à feu à bord d'avions et qui voyagent sur certains vols pris au hasard. Air Canada a demandé qu'un programme semblable soit implanté au Canada, et nous devrions encourager le gouvernement à examiner attentivement cette demande et à déterminer si cela est possible et dans notre intérêt.

  +-(2020)  

    Le troisième aspect de la politique est la sécurité des aéroports. Dans les aéroports canadiens, seuls les passagers munis de billets peuvent franchir le contrôle de sécurité. Ce système devrait être maintenu à l'avenir.

    Dans le cadre des mesures de sécurité accrues qui sont actuellement en vigueur, il est interdit aux passagers de transporter dans leurs bagages à main des couteaux ou des objets ressemblant à des couteaux, y compris des canifs, des ciseaux, des limes à ongles ou des aiguilles à tricoter. Malheureusement, le site Web de Transports Canada mentionne seulement que ces mesures de sécurité accrues qui sont actuellement en vigueur le demeureront jusqu'à nouvel ordre. Nous encourageons le gouvernement à rendre cette interdiction permanente.

    Le personnel chargé de la sécurité des aéroports est le pivot du système de sécurité des aéroports du Canada. Ce système doit être examiné, particulièrement en ce qui concerne les salaires, les titres de compétence et la formation du personnel en question. En outre, tout le personnel de sécurité devrait faire l'objet de vérifications des antécédents criminels.

    De plus, Transports Canada élabore actuellement le cadre de réglementation d'un système canadien de détection d'explosifs, qui consiste à vérifier si les passagers en partance du Canada transportent des explosifs sur eux ou dans leurs bagages. Il faudrait également l'encourager à poursuivre ses efforts et à envisager d'étendre son programme pour qu'il englobe également certains vols intérieurs, voire tous.

    Un autre aspect de la sécurité où la politique du gouvernement doit être améliorée concerne le personnel des lignes aériennes et les sous-traitants, comme les préposés au nettoyage, les traiteurs et les bagagistes qui ont accès aux avions. Il faudrait réexaminer le système d'attestation de sécurité de ces personnes, en vue de renforcer et de resserrer nos normes.

    Enfin, le quatrième aspect d'une politique de sécurité aérienne est le contrôle des bagages. En vertu d'une politique en vigueur longtemps, les passagers et leurs bagages doivent être à bord des mêmes avions. Nous devons examiner le type de circonstances dans lesquelles cela n'est plus le cas, de manière à réduire le risque que des terroristes profitent de telles circonstances.

    La disposition prévoyant l'évincement de passagers de lignes aériennes, la possibilité que leurs bagages poursuivent le trajet prévu initialement et les circonstances dans lesquelles les passagers en attente obtiennent un siège dans un avion sont autant de points à examiner afin d'assurer que des politiques assurant le maximum de sécurité sont appliquées.

    L'opposition officielle soulèvera ces besoins de sécurité dans les transports et de sécurité aérienne dans les jours, les semaines et les mois à venir, tant à la Chambre que devant le Comité des transports.

    Le monde n'est plus le même depuis le 11 septembre, jour où un autre acte ignoble a été commis. Notre réponse au terrorisme international, à ses organisateurs et à ses promoteurs, de même qu'à ceux qui le financent et le soutiennent devrait être ferme et musclée. Toutefois, ne nous leurrons pas. Le monde libre doit agir et supprimer ceux qui, en perpétrant les attentats de mardi, ont déclenché la guerre.

    D'aucuns soutiennent que nous ne devrions pas réagir et que nous devrions laisser ceux qui ont déployé les forces maléfiques échapper à la colère qu'ils ont fait gronder. Ceux qui sont de cet avis ont tout simplement tort.

    En 1935, Mussolini a envahi l'Abyssinie. La Société des Nations a alors déclaré: «Vous avez tort d'agir ainsi; ce n'est pas bien», puis n'a rien fait. En 1936, Hitler s'est emparé de la Rhénanie. La Société des Nations a alors déclaré: «Vous avez tort d'agir ainsi, ce n'est pas bien», puis n'a rien fait. Si nous tolérons la présence sur terre de terroristes comme ceux qui ont organisé, financé et soutenu les attaques de mardi, nous continuerons de payer de notre sang.

    Tout observateur raisonnable de l'histoire ou du monde libre, tout analyste raisonnable du fonctionnement du monde en viendrait à une conclusion unique, c'est-à-dire que le monde libre a un devoir de civilisation envers nos enfants et les enfants du monde entier, afin d'anéantir les assassins de la liberté et de rétablir la stabilité afin que tous puissent vivre un jour dans la paix.

  +-(2025)  

+-

    M. Paul Harold Macklin (Northumberland, Lib.): Monsieur le Président, nous avons tous besoin d'un moment pour pleurer, pour faire le vide et reprendre nos esprits. Il y a dans ma circonscription une mère qui ne s