Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
PDF

37e LÉGISLATURE, 2e SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 071

TABLE DES MATIÈRES

Le lundi 17 mars 2003




1105
V     Vacance de siège
V         Témiscamingue
V         Le Président
V     Les comités de la Chambre
V         Comité spécial sur la modernisation et l'amélioration de la procédure à la Chambre des communes
V         Le Président
V         
V         Proposition et adoption d'office de la motion; adoption d'office du rapport
V     La Loi électorale du Canada
V         Projet de loi C-24—Avis d'attribution de temps
V         L'hon. Don Boudria (ministre d'État et leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le Président
V         Adoption de la motion
V         L'hon. Don Boudria (ministre d'État et leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V     Privilège
V         Le programme des armes à feu
V         Le Président
V         M. John Reynolds (West Vancouver—Sunshine Coast, Alliance canadienne)

1110

1115
V         L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil du Trésor, Lib.)

1120
V         M. Geoff Regan (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         M. Garry Breitkreuz (Yorkton—Melville, Alliance canadienne)
V         Le Président
V     Les travaux de la Chambre
V         Projet de loi C-13
V         Le Président
V Initiatives ministérielles
V     Le budget
V         L'exposé financier du ministre des Finances
V         M. Shawn Murphy (Hillsborough, Lib.)

1125

1130
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD)

1135
V         M. Shawn Murphy
V         M. Howard Hilstrom (Selkirk—Interlake, Alliance canadienne)
V         M. Shawn Murphy
V         M. Rick Borotsik (Brandon—Souris, PC)
V         M. Shawn Murphy

1140
V         Mme Yolande Thibeault (Saint-Lambert, Lib.)

1145
V         M. Peter Goldring (Edmonton-Centre-Est, Alliance canadienne)
V         Mme Yolande Thibeault
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)

1150
V         Mme Yolande Thibeault
V         M. Howard Hilstrom (Selkirk—Interlake, Alliance canadienne)

1155

1200
V         Mme Paddy Torsney (Burlington, Lib.)
V         M. Howard Hilstrom
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD)
V         M. Howard Hilstrom

1205
V         M. Odina Desrochers (Lotbinière—L'Érable, BQ)

1210

1215
V         M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ)
V         M. Odina Desrochers
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD)
V         M. Odina Desrochers

1220
V         M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ)

1225

1230
V         M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)
V         M. Paul Crête
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD)
V         M. Paul Crête

1235
V         M. John Bryden (Ancaster—Dundas—Flamborough—Aldershot, Lib.)

1240

1245

1250
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD)
V         M. John Bryden

1255
V         M. Roy Bailey (Souris—Moose Mountain, Alliance canadienne)

1300
V         M. John Bryden
V         M. Ted White (North Vancouver, Alliance canadienne)

1305

1310
V         M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)
V         M. Ted White

1315
V         M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, Alliance canadienne)

1320

1325
V         M. Roy Bailey (Souris—Moose Mountain, Alliance canadienne)
V         M. Gerry Ritz

1330
V         M. Guy St-Julien (Abitibi—Baie-James—Nunavik, Lib.)

1335

1340
V         M. Peter Adams (Peterborough, Lib.)
V         M. Guy St-Julien
V         M. Mauril Bélanger (Ottawa—Vanier, Lib.)

1345

1350

1355
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD)
V         M. Mauril Bélanger
V DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS
V     La Journée internationale de la femme
V         Mme Sarmite Bulte (Parkdale—High Park, Lib.)
V     Le terrorisme
V         M. Ted White (North Vancouver, Alliance canadienne)

1400
V     L'écharpe de la paix
V         L'hon. Andy Scott (Fredericton, Lib.)
V     Le commerce international
V         M. Guy St-Julien (Abitibi—Baie-James—Nunavik, Lib.)
V     L'inondation de Badger
V         M. Janko Peric (Cambridge, Lib.)
V     Zoran Djindjic
V         M. Rahim Jaffer (Edmonton—Strathcona, Alliance canadienne)
V     La fête de la Saint-Patrick
V         Mme Paddy Torsney (Burlington, Lib.)

1405
V     L'Irak
V         M. Réal Ménard (Hochelaga—Maisonneuve, BQ)
V     Le Gala MetroStar
V         Mme Hélène Scherrer (Louis-Hébert, Lib.)
V     Les langues officielles
V         M. Scott Reid (Lanark—Carleton, Alliance canadienne)
V     Le Service météorologique du Canada
V         M. Alan Tonks (York-Sud—Weston, Lib.)
V         Le Président
V     Le Service météorologique du Canada
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD)

1410
V     L'Irak
V         Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ)
V     Actes de bravoure
V         M. R. John Efford (Bonavista—Trinity—Conception, Lib.)
V     La défense nationale
V         M. Gerald Keddy (South Shore, PC)
V     L'Institut canadien sur l'apprentissage
V         M. Peter Adams (Peterborough, Lib.)
V     Le programme d'alerte Amber
V         M. Chuck Cadman (Surrey-Nord, Alliance canadienne)

1415
V     La Journée internationale de la femme
V         Mme Raymonde Folco (Laval-Ouest, Lib.)
V QUESTIONS ORALES
V     L'Irak
V         M. Stephen Harper (chef de l'opposition, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Stephen Harper (chef de l'opposition, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Stephen Harper (chef de l'opposition, Alliance canadienne)

1420
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Michel Gauthier (Roberval, BQ)

1425
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Le Président
V         M. Michel Gauthier (Roberval, BQ)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC)

1430
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V     L'éthique
V         M. James Rajotte (Edmonton-Sud-Ouest, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. James Rajotte (Edmonton-Sud-Ouest, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Le Président
V     L'Irak
V         M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ)
V         Le Président
V         L'hon. John McCallum (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ)
V         L'hon. John McCallum (ministre de la Défense nationale, Lib.)

1435
V     Le député de LaSalle—Émard
V         M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V     L'Irak
V         M. Michel Guimond (Beauport—Montmorency—Côte-de-Beaupré—Île-d'Orléans, BQ)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Le Président
V         M. Michel Guimond (Beauport—Montmorency—Côte-de-Beaupré—Île-d'Orléans, BQ)

1440
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V     Les marchés publics
V         M. Grant Hill (Macleod, Alliance canadienne)
V         L'hon. Anne McLellan (ministre de la Santé, Lib.)
V         M. Grant Hill (Macleod, Alliance canadienne)
V         L'hon. Anne McLellan (ministre de la Santé, Lib.)
V     L'aide étrangère
V         Mme Beth Phinney (Hamilton Mountain, Lib.)
V         L'hon. Susan Whelan (ministre de la Coopération internationale, Lib.)
V     L'Irak
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)

1445
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V     Les marchés publics
V         M. Rick Borotsik (Brandon—Souris, PC)
V         L'hon. Anne McLellan (ministre de la Santé, Lib.)
V     Les pêches
V         M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PC)
V         L'hon. Robert Thibault (ministre des Pêches et des Océans, Lib.)
V     La citoyenneté et l'immigration
V         Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, Alliance canadienne)
V         L'hon. Denis Coderre (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)
V         Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, Alliance canadienne)
V         L'hon. Denis Coderre (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)

1450
V     L'Irak
V         Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ)
V         L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V         Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ)
V         L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V     Le registre des armes à feu
V         Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, Alliance canadienne)
V         L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil du Trésor, Lib.)
V         Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, Alliance canadienne)
V         Le Président
V         Mme Cheryl Gallant
V         M. John Williams (St. Albert, Alliance canadienne)
V     Les anciens combattants
V         M. Bob Wood (Nipissing, Lib.)

1455
V         L'hon. Rey Pagtakhan (ministre des Anciens combattants et secrétaire d'État (Science, Recherche et Développement), Lib.)
V     Le bois d'oeuvre
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, Alliance canadienne)
V         L'hon. Pierre Pettigrew (ministre du Commerce international, Lib.)
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, Alliance canadienne)
V         Le Président
V         M. John Duncan
V         L'hon. Pierre Pettigrew (ministre du Commerce international, Lib.)
V     L'Irak
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         L'hon. John McCallum (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     Le commerce
V         M. Mac Harb (Ottawa-Centre, Lib.)
V         L'hon. Pierre Pettigrew (ministre du Commerce international, Lib.)

1500
V     L'environnement
V         M. Werner Schmidt (Kelowna, Alliance canadienne)
V         L'hon. David Anderson (ministre de l'Environnement, Lib.)
V     L'Irak
V         Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ)
V         Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.)
V         Le Président
V     Recours au Règlement
V         Période des questions
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC)
V         L'hon. Don Boudria (ministre d'État et leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD)

1505
V         Le Président
V     Question de privilège
V         La lettre du député de Calgary-Ouest--Décision de la présidence
V         Le Président
V AFFAIRES COURANTES
V     Le rapport de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales
V         Le Président
V     Réponse du gouvernement à des pétitions
V         M. Geoff Regan (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V     La Loi sur le Parlement du Canada
V         M. Eugène Bellemare (Ottawa—Orléans, Lib.)
V         Adoption des motions; première lecture et impression du projet de loi

1510
V     Loi sur le Bureau canadien du renseignement étranger
V         M. David Pratt (Nepean—Carleton, Lib.)
V         Adoption des motions; première lecture et impression du projet de loi
V     Pétitions
V         La liberté de religion
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V          Mariage
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         La recherche sur les cellules souches
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         L'Irak
V         M. Jim Gouk (Kootenay—Boundary—Okanagan, Alliance canadienne)
V         La pornographie infantile
V         M. Janko Peric (Cambridge, Lib.)
V         Le Collège de la protection civile canadienne
V         Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, Alliance canadienne)

1515
V         L'Irak
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)
V     Questions au Feuilleton
V         M. Geoff Regan (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V     Questions transformées en ordres de dépôt de documents
V         M. Geoff Regan (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         M. Geoff Regan
V     Demande de débat d'urgence
V         La situation en Irak
V         Le Président
V         Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ)
V         Décision de la présidence
V         Le Président

1520
V Initiatives ministérielles
V     Le budget
V         L'exposé financier du ministre des Finances
V         Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ)

1525

1530

1535

1540
V         M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)
V         Mme Christiane Gagnon

1545
V         M. Roy Bailey (Souris—Moose Mountain, Alliance canadienne)
V         Mme Christiane Gagnon
V         M. Peter Adams (Peterborough, Lib.)

1550

1555

1600

1605
V         M. Roy Bailey (Souris—Moose Mountain, Alliance canadienne)

1610

1615
V         M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)
V         M. Roy Bailey

1620
V         M. Peter Goldring (Edmonton-Centre-Est, Alliance canadienne)
V         M. Roy Bailey
V         M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, Alliance canadienne)
V         M. Roy Bailey
V         M. Deepak Obhrai (Calgary-Est, Alliance canadienne)

1625

1630
V     Les travaux de la Chambre
V         L'hon. Paul DeVillers (secrétaire d'État (Sport amateur) et leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le président suppléant (M. Bélair)
V         M. Peter Stoffer
V         Le président suppléant (M. Bélair)
V         L'hon. Paul DeVillers
V         Le président suppléant (M. Bélair)
V         Adoption de la motion

1635
V Initiatives ministérielles
V     Le budget
V         L'exposé financier du ministre des Finances
V         M. Larry Bagnell (Yukon, Lib.)

1640

1645

1650
V         M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)

1655
V         M. Larry Bagnell
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD)

1700
V         M. Larry Bagnell
V         M. Dick Proctor (Palliser, NPD)

1705

1710
V         M. Peter Adams (Peterborough, Lib.)
V         M. Dick Proctor

1715
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD)

1720

1725
V         M. Mauril Bélanger (Ottawa—Vanier, Lib.)
V         M. Peter Stoffer
V         M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)

1730
V         M. Peter Stoffer
V         M. Irwin Cotler (Mont-Royal, Lib.)

1735

1740

1745
V         M. John Bryden (Ancaster—Dundas—Flamborough—Aldershot, Lib.)
V         M. Irwin Cotler
V         M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PC)

1750

1755
V         M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)

1800
V         M. Loyola Hearn
V         Le vice-président
V         M. John Bryden (Ancaster—Dundas—Flamborough—Aldershot, Lib.)
V         M. Loyola Hearn
V         Le vice-président
V         M. Rick Borotsik (Brandon—Souris, PC)

1805

1810
V         Le vice-président
V DÉBAT D'URGENCE
V     La situation en Irak
V         Le vice-président

1815
V         Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ)

1820

1825

1830

1835
V         L'hon. Gar Knutson (secrétaire d'État (Europe centrale et orientale et Moyen-Orient), Lib.)

1840
V         M. Mauril Bélanger (Ottawa—Vanier, Lib.)

1845

1850
V         M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, Alliance canadienne)

1855

1900

1905

1910
V         M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD)

1915

1920

1925

1930
V         Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC)

1935
V         M. Bill Casey (Cumberland—Colchester, PC)

1940

1945
V         M. John Cannis (Scarborough-Centre, Lib.)

1950

1955
V         Mme Karen Redman (Kitchener-Centre, Lib.)

2000

2005
V         M. Rahim Jaffer (Edmonton—Strathcona, Alliance canadienne)

2010

2015

2020

2025
V         Mme Karen Kraft Sloan (York-Nord, Lib.)

2030

2035
V         M. Brent St. Denis (Algoma—Manitoulin, Lib.)

2040

2045
V         M. Yves Rocheleau (Trois-Rivières, BQ)

2050

2055
V         M. Bernard Bigras (Rosemont—Petite-Patrie, BQ)

2100

2105
V         L'hon. Art Eggleton (York-Centre, Lib.)

2110

2115
V         M. Janko Peric (Cambridge, Lib.)

2120
V         M. Leon Benoit (Lakeland, Alliance canadienne)

2125

2130

2135

2140
V         M. John Bryden (Ancaster—Dundas—Flamborough—Aldershot, Lib.)

2145

2150
V         M. Geoff Regan (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)

2155
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)

2200

2205
V         Mme Libby Davies (Vancouver-Est, NPD)

2210

2215
V         L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.)

2220
V         M. Yvon Charbonneau (Anjou—Rivière-des-Prairies, Lib.)

2225

2230
V         M. Scott Brison (Kings—Hants, PC)

2235

2240

2245
V         M. Irwin Cotler (Mont-Royal, Lib.)

2250

2255

2300

2305
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD)

2310

2315
V         L'hon. Hedy Fry (Vancouver-Centre, Lib.)

2320

2325
V         M. Larry Bagnell (Yukon, Lib.)

2330

2335

2340

2345
V         M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, Alliance canadienne)

2350

2355

0000
V         Le Président






CANADA

Débats de la Chambre des communes


VOLUME 138 
NUMÉRO 071 
2e SESSION 
37e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le lundi 17 mars 2003

Présidence de l'honorable Peter Milliken

    La séance est ouverte à 11 heures.


Prière


*   *   *

  +(1105)  

[Français]

+Vacance de siège

+Témiscamingue

+

    Le Président: Il est de mon devoir de faire savoir à la Chambre que la vacance suivante est survenue dans la députation. M. Pierre Brien, député de la circonscription électorale de Témiscamingue, a démissionné le 14 mars 2003.

    Conformément à l'alinéa 25(1)b) de la Loi sur le Parlement du Canada, j'ai adressé au Directeur général des élections l'ordre officiel d'émettre un bref d'élection en vue de pourvoir à cette vacance.

*   *   *

[Traduction]

+-Les comités de la Chambre

+-Comité spécial sur la modernisation et l'amélioration de la procédure à la Chambre des communes

+-

    Le Président: Conformément à l'ordre adopté le vendredi 28 février 2003, la motion proposant l'adoption du troisième rapport du Comité spécial sur la modernisation et l'amélioration de la procédure à la Chambre des communes concernant les dispositions provisoires du Règlement est proposée, mise aux voix et adoptée d'office.

    Toutefois, les délibérations sur les points maintenant à l'ordre de priorité se poursuivront conformément aux dispositions du Règlement en vigueur jusqu'à ce que la Chambre ait traité toutes ces questions à l'étape où elles en sont présentement; les étapes ultérieures seront régies par les dispositions provisoires du Règlement.

[Français]

+-

    J'aimerais informer les députés que le tirage au sort pour la nouvelle liste portant examen des affaires émanant des députés aura lieu demain à 13 heures, dans la pièce 112-N de l'Édifice du Centre. Cependant, les 30 premières affaires ne seront transférées à l'ordre de priorité que le vendredi 21 mars, à 14 heures.

    (La motion est adoptée.)

*   *   *

[Traduction]

+-La Loi électorale du Canada

+-Projet de loi C-24—Avis d'attribution de temps

+-

    L'hon. Don Boudria (ministre d'État et leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, les leaders parlementaires se sont consultés et, suite à cette consultation, j'aimerais proposer une motion acceptée par les leaders à la Chambre et, dans un cas où le leader n'était pas disponible, par un représentant. Je ferai ensuite une autre annonce. Je propose:

    Que toutes les motions nécessaires pour disposer du projet de loi C-24 à l'étape de la deuxième lecture soient mises au voix sans autre débat ni amendement à la fin de la période prévue pour les ordres émanant du gouvernement le mardi 18 mars 2003.

+-

    Le Président: Le leader parlementaire du gouvernement a-t-il le consentement unanime pour proposer la motion?

    Des voix: D'accord.

    Le Président: Les députés ont entendu le texte de la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

+-

    L'hon. Don Boudria (ministre d'État et leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, compte tenu de ce qui vient de se produire, je déclare que la journée de demain ne sera pas réservée à l'opposition et que le jour désigné aura plutôt lieu le 24 mars.

*   *   *

+-Privilège

+-Le programme des armes à feu

[Privilège]
+-

    Le Président: Le député de West Vancouver--Sunshine Coast a donné avis d'une question de privilège à la présidence.

+-

    M. John Reynolds (West Vancouver—Sunshine Coast, Alliance canadienne): Monsieur le Président, j'invoque la question de privilège relativement à de l'information fournie au Parlement par la présidente du Conseil du Trésor. La ministre a trompé la Chambre en vue de cacher au Parlement des renseignements relatifs au financement du programme du registre des armes à feu.

    Comme vous le savez, la question qui concerne la divulgation des fonds consacrés au registre des armes à feu a toute une histoire. Une histoire faite de tromperies. La dernière tromperie concerne la classification du registre des armes à feu à titre de grand projet de l'État. Le 25 février 2003, en réponse à une question posée par le député de Yorkton—Melville, la présidente du Conseil du Trésor a dit: «...selon mes informations, le programme n'a pas été officiellement désigné comme un grand projet de l'État.» 

    Dans une lettre adressée aux membres du Comité des comptes publics, la vérificatrice générale a fourni des preuves à l'encontre de l'affirmation de la ministre. Il ne s'agit pas d'un désaccord entre la vérificatrice générale et la présidente du Conseil du Trésor. Le désaccord relatif à la question de savoir si le registre des armes à feu est un grand projet de l'État provient de la même source: le Conseil du Trésor. C'est comme dans le cas de l'ex-ministre de la Défense qui avait donné deux versions d'événements à la Chambre; cela me rappelle aussi un cas survenu en 1973 concernant de l'information donnée à la Chambre et de l'information contradictoire donnée à une commission royale. Je vais présenter les deux cas tout à l'heure.

    La vérificatrice générale a fait parvenir une note de service complémentaire aux députés membres du Comité des comptes publics et aux sénateurs membres du Comité sénatorial des finances nationales. Le document cite plusieurs cas où le Conseil du Trésor et le ministère de la Justice parlent de «grand projet de l'État».

    Le National Post a obtenu une lettre de la vérificatrice générale, dont il a publié des extraits dans son numéro du mercredi 12 mars 2003. Voici ce que dit l'article:

    Le ministère de la Justice semble maintenant contester la description, dans le chapitre, du Programme canadien de contrôle des armes à feu en tant que grand projet de l'État et il semble considérer l'affaire importante,» écrit Mme Fraser. «Il ressort clairement de notre examen des documents gouvernementaux concernant le Programme canadien de contrôle des armes à feu que ce programme est un grand projet de l'État.»

    Dans un cas, Mme Fraser écrit que les versions préliminaires de son rapport sont envoyées aux ministères pour révision. Mme Fraser écrit que le Conseil du Trésor n'a pas contesté l'emploi de l'expression, et a même apporté une correction dans un paragraphe, demandant de substituer l'expression «grand projet de l'État» à «grand projet d'immobilisations.

    Monsieur le Président, c'est le Conseil du Trésor qui a corrigé l'ébauche de rapport, afin de désigner le registre des armes à feu «grand projet de l'État». Le ministre dit une chose mais le ministère en dit une autre.

    Le Citizen d'Ottawa et le Calgary Herald publient un compte rendu semblable:

    Mme Fraser a écrit au comité qu'en mars 1998, année de l'entrée en vigueur de la Loi sur le contrôle des armes à feu, le ministère de la Justice a désigné le programme grand projet de l'État lorsqu'il a demandé l'approbation préliminaire du Conseil du Trésor, qui est un comité du Cabinet.

    «Le Conseil du Trésor a approuvé la demande en avril 1998», écrit Mme Fraser.

    En mai de la même année, le ministère a de nouveau déclaré que le Conseil du Trésor avait ordonné que le programme soit géré comme grand projet de l'État.

    Mme Fraser écrit que dans le document envoyé en novembre au Conseil du Trésor, le ministère de la Justice «désigne expressément le projet comme un grand projet de l'État».

    Mme Fraser a dit au comité que même après qu'elle eut fait état de la piètre qualité des mesures de contrôle des dépenses du programme, l'an dernier, le ministère de la Justice et le Conseil du Trésor n'ont pas contesté son affirmation, avant la publication de son rapport, selon laquelle le Programme de contrôle des armes à feu était un grand projet de l'État.

    Il y a deux semaines, un porte-parole du Centre canadien des armes à feu a déclaré à l'agence de presse CanWest que le registre n'avait jamais été désigné comme un grand projet de l'État, mais que le ministère le «traitait» comme grand projet de l'État.

    Mardi, informé des propos tenus par Mme Fraser, le même porte-parole a déclaré qu'il avait, depuis, procédé à une nouvelle vérification et avait appris que le ministère considérait comme un grand projet de l'État seulement les composantes informatiques du programme.

    Le 1er février 2002, le Président a rendu sa décision sur la question de privilège soulevée par le député de Portage—Lisgar au sujet des déclarations faites à la Chambre par l'ancien ministre de la Défense nationale.

    Le député de Portage—Lisgar a allégué que l'ancien ministre de la Défense nationale avait délibérément induit la Chambre en erreur au sujet du moment où il avait appris que des prisonniers capturés par les troupes canadiennes de la FOI2 avaient été livrés aux Américains. À l'appui de son allégation, il a cité les réponses données par le ministre au cours de la période des questions deux jours de suite et fait allusion à un certain nombre de déclarations que le ministre avait faites aux médias.

    Le Président a dit:

    Les ouvrages faisant autorité sont unanimes sur le besoin de clarté dans le déroulement de nos délibérations ainsi que sur la nécessité d'assurer l'intégrité de l'information que le gouvernement fournit à la Chambre.

  +-(1110)  

    Même si l'ancien ministre de la Défense a soutenu qu'il n'avait pas voulu induire la Chambre en erreur, le Président a conclu qu'il y avait présomption d'atteinte au privilège. Il s'est exprimé en ces termes:

    Je suis prêt, comme je me dois de l’être, à accepter l’affirmation du ministre portant qu’il n’avait pas l’intention d’induire la Chambre en erreur. Néanmoins la situation demeure difficile. Je renvoie les honorables députés à la page 67 du Marleau Montpetit:

    «Il existe toutefois d’autres affronts contre la dignité et l’autorité du Parlement qui peuvent ne pas constituer une atteinte au privilège comme telle. Ainsi, la Chambre revendique le droit de punir au même titre que l’outrage tout acte qui, sans porter atteinte à un privilège précis, nuit ou fait obstacle à la Chambre, à un député ou à un haut fonctionnaire de la Chambre dans l’exercice de ses fonctions...»

    Le Président a conclu ainsi:

    En me fondant sur les arguments présentés par les honorables députés et compte tenu de la gravité de la question, j’en arrive à la conclusion que la situation qui nous occupe, dans laquelle la Chambre a reçu deux versions des mêmes faits, mérite que le comité compétent en fasse une étude plus approfondie, ne serait-ce que pour tirer les choses au clair. J’invite par conséquent l’honorable député de Portage-Lisgar à présenter sa motion.

    La situation au sujet de l'expression «grand projet de l'État» est semblable. La ministre a signalé à la Chambre que le Programme de contrôle des armes à feu n'était pas un grand projet de l'État. On a dit à un comité de la Chambre que le programme était considéré par le Conseil du Trésor et le ministère de la Justice comme un «grand projet de l'État». En outre, la vérificatrice générale a déclaré à la Chambre que ce programme tombait dans cette catégorie.

    Cette expression est importante quant à la façon dont le gouvernement doit faire rapport au Parlement du financement du Programme de contrôle des armes à feu. Il est également important de savoir que ce programme fait l'objet d'un examen attentif et que le gouvernement croit qu'il serait avantageux de tenir le Parlement dans l'ignorance le plus possible. Ce n'est avantageux, monsieur le Président, que si nous laissons le gouvernement s'en tirer de cette façon.

    En 1973, le député de Northumberland--Durham a posé des questions au solliciteur général de l'époque au sujet de la pratique de la GRC consistant à ouvrir le courrier. Des observations formulées plus tard devant une commission royale par l'ancien commissaire de la GRC ont remis en question l'affirmation en question.

    En 1973, toute cette preuve a permis à la présidence d'en arriver à la conclusion qu'il y avait bel et bien outrage au Parlement puisque la GRC était soupçonnée d'avoir délibérément induit en erreur un ministre de la Couronne et le député de Northumberland--Durham afin de faire de l'obstruction à la Chambre en fournissant des renseignements erronés.

    Dans l'affaire de 1973, deux versions des événements ont été présentées, l'une à la Chambre et l'autre devant une commission royale. La source de ces deux versions était la même: la GRC. En 1973, le ministre ne savait pas en fait qu'il trompait la Chambre. Il a reçu ses informations de la GRC.

    Dans le cas que je présente au Président aujourd'hui, nous avons également deux versions des événements: une déclaration de la ministre à la Chambre et plusieurs déclarations contraires de fonctionnaires de ce ministère dont on a fait état à un comité. Comme en 1973, les deux versions venaient de la même source, les fonctionnaires disant une chose et la ministre une autre.

    Pour ajouter à l'allégation voulant qu'on ait délibérément induit le Parlement en erreur, une haute fonctionnaire du Parlement, la vérificatrice générale, a confirmé qu'on a trompé et qu'on continue de tromper délibérément le Parlement. Dans son rapport au Parlement, la vérificatrice générale dit:

    En 1995, le ministère de la Justice avait indiqué au Parlement que le Programme coûterait aux contribuables environ deux millions de dollars. Le Ministère prévoit maintenant que ce montant pourrait atteindre plus de un milliard de dollars en 2004-2005.

    Même si le Ministère peut donner plusieurs raisons pour expliquer cette explosion des coûts, il n'en a jamais fait part au Parlement [...] Ce qui est vraiment impardonnable, c'est que le Parlement n'a pas été pleinement informé. Je me demande pourquoi le Ministère a continué de surveiller l'escalade des coûts sans en informer le Parlement et sans envisager de solutions de rechange.

    La vérificatrice générale fait également remarquer que:

    Selon l'information fournie, le ministère a consacré 688 millions de dollars à ce programme et a perçu des droits d'environ 59 millions de dollars après remboursement. Nous pensons que cette information ne présente pas fidèlement le coût du programme pour le gouvernement.

    Le ministère n'a pas déclaré non plus au Parlement l'ensemble des coûts du programme, comme l'exige la politique de réglementation du gouvernement.

    Par ailleurs, l'ensemble du programme a été désigné grand projet de l'État. Dans ce cas, les politiques du Conseil du Trésor obligent les ministères à fournir au moins les renseignements suivants chaque année au Parlement...

    Le gouvernement jongle avec l'expression «grand projet de l'État» afin de garder le Parlement dans l'ignorance. Le Programme d'enregistrement des armes à feu est parfois un grand projet de l'État, et parfois il ne l'est pas. Le gouvernement prétend à certains moments que le registre des armes à feu n'est pas un grand projet de l'État; or, à d'autres moments, il prétend qu'il l'est. La vérificatrice générale dit que c'est un grand projet de l'État. La présidente du Conseil du Trésor dit qu'il n'en est rien. On dit à la Chambre que c'est un grand projet de l'État. On dit à un comité de la Chambre qu'il n'en est rien.

  +-(1115)  

    Le Président, dans sa décision du 1er février, dit ceci:

[...] lorsqu'il s'agit de trancher une question de privilège, la présidence en arrive relativement peu souvent à la conclusion qu'il existe une question de privilège fondée de prime abord; il est beaucoup plus probable que le Président qualifie la situation de « désaccord quant aux faits ». Mais dans le cas qui nous occupe, il me semble n'y avoir aucun désaccord quant aux faits; je crois que tant le ministre que les autres honorables députés reconnaissent que deux versions des mêmes faits ont été présentées à la Chambre.

    Monsieur le Président, en l'occurrence, deux versions ont été présentées à la Chambre et à ses comités.

    Le député de Yorkton—Melville a soulevé la question de privilège à la Chambre dans une affaire similaire. Il était préoccupé, entre autres, par l'impression donnée au public. Il a cité le Globe and Mail, qui titrait «Des mensonges et des outrages au Parlement sont à la base du scandale du registre des armes à feu»; le Ottawa Citizen, selon lequel «On accuse le gouvernement de cacher des vérifications secrètes»; et le Winnipeg Sun qui annonçait «Les libéraux ont menti». Depuis, on rapporte d'autres scandales, des outrages, des mensonges et des dissimulations.

    Pendant que certains comités de la Chambre font enquête sur le scandale du registre des armes à feu, nous devons également voir en quoi cette tragédie constitue un outrage au Parlement. Nous avons suffisamment d'éléments pour prouver l'existence, pour reprendre les termes du Globe and Mail, de «mensonges et d'outrages au Parlement». De toutes les enquêtes, celle-ci est cruciale car, pour que les autres comités réussissent ils doivent être assurés qu'on ne les trompe pas. Ceux qui les trompent doivent être punis et les outrages au Parlement de la part du gouvernement doivent cesser.

[Français]

+-

    L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil du Trésor, Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais clarifier un point devant cette Chambre relatif à la réponse à la question qui m'avait été posée par l'opposition officielle. On m'avait demandé si le programme de contrôle des armes à feu avait été désigné comme un grand projet de l'État par le Conseil du Trésor. Je répète que ma réponse était celle-ci: considérant l'information qui m'avait été donnée, le programme de contrôle des armes à feu n'avait jamais été désigné formellement par le Conseil du Trésor comme un grand projet de l'État. C'est la réponse que j'ai donnée.

    Quand je dis formellement, cela veut dire que pour être formel, cela aurait dû être, à mon avis, une décision des ministres du Conseil du Trésor qui se réunissent régulièrement. À ma connaissance, après avoir regardé les dossiers, après que mes hauts fonctionnaires aient regardé l'ensemble des dossiers et des décisions du Conseil du Trésor, jamais il n'y a eu une décision écrite du Conseil du Trésor qui désignait formellement ce projet comme grand projet de l'État.

    Cela étant dit, pour moi, il est tout à fait normal qu'il y ait eu une certaine confusion autour de cette désignation et, de façon particulière, sur ce que la vérificatrice générale a souligné aux membres du Comité parlementaire. Pourquoi? Parce que dans plusieurs documents du ministère de la Justice, on référait à ce programme en disant qu'il devait être géré comme un grand projet de l'État, d'où la confusion. On doit le gérer, mais il n'a pas été désigné formellement.

    Je pense que suite à cette problématique, une rencontre a eu lieu entre la vérificatrice générale et le secrétaire du Conseil du Trésor pour tenter de clarifier toute cette question. Tous deux ont convenu qu'au-delà de la désignation du fait que le programme soit un grand projet de l'État ou non, ce qui était le plus important, c'était toute la question des rapports au Parlement et la pertinence de ces rapports. C'est là où est vraiment la question fondamentale.

    C'est tellement important que ce même comité parlementaire—je parle du Comité permanent des comptes publics—m'a même demandé de comparaître cet après-midi avec la vérificatrice générale pour apporter toutes les clarifications nécessaires à ce sujet et pour répondre à toutes les questions des parlementaires.

    Ce programme a suscité beaucoup de points d'interrogation depuis plusieurs semaines et je peux vous assurer que toutes les autorisations de dépenses de ce programme ont été entérinées par cette Chambre, que ce soit dans le budget principal des dépenses ou dans le budget supplémentaire, par les lois des crédits afférents et, naturellement, par les comptes publics.

    Cela étant dit, la vérificatrice générale affirme qu'on aurait dû donner de meilleures informations au Parlement. Sur ce point, le ministère de la Justice et le Secrétariat du Conseil du Trésor sont tout à fait d'accord avec elle. Mais encore une fois, cet après-midi, nous aurons l'occasion d'en débattre devant les parlementaires et de répondre à toutes leurs questions.

    Loin de moi l'idée d'avoir donné une information erronée à cette Chambre. J'ai donné l'information au meilleur de ma connaissance.

  +-(1120)  

[Traduction]

+-

    M. Geoff Regan (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, je voudrais apporter quelques petites précisions à ce que la présidente du Conseil du Trésor vient de dire. Je tiens simplement à préciser que la désignation d'une initiative comme grand projet de l'État ne relève pas de la procédure parlementaire. Il s'agit d'un processus administratif et, par conséquent, d'une prérogative du gouvernement.

+-

    M. Garry Breitkreuz (Yorkton—Melville, Alliance canadienne): Monsieur le Président, les observations de la ministre illustrent bien pourquoi vous devez étudier la question.

    La vérificatrice générale a fait savoir que la Chambre n'était pas pleinement informée. Il s'agissait d'un grand projet de l'État et rien de ce qui a été dit ce matin ne devrait vous permettre de conclure que vous n'avez pas besoin de faire enquête et d'examiner la question en profondeur.

[Français]

+-

    Le Président: Je voudrais remercier les honorables députés qui ont pris la parole à ce sujet, soit l'honorable député de West Vancouver—Sunshine Coast, qui a soulevé la question, l'honorable présidente du Conseil du Trésor, l'honorable député de Halifax-Ouest et l'honorable député de Yorkton—Melville.

[Traduction]

    La présidence prend la question en délibéré. Je l'examinerai et ferai rapport à la Chambre en temps opportun.

*   *   *

+-Les travaux de la Chambre

+-Projet de loi C-13

[Travaux de la Chambre]
+-

    Le Président: Nous avons examiné la situation et j'informe la Chambre qu'une correction a été apportée, dans le cas du projet de loi C-13, aux modalités des votes concernant les motions nos 23, 24 et 26 du groupe no 2. Ces motions feront l'objet d'un vote distinct. Les députés peuvent consulter le tableau révisé des votes à l'étape du rapport, puisque des copies ont été déposées sur la table des greffiers.


+Initiatives ministérielles

[Le budget]

*   *   *

[Traduction]

+-Le budget

+-L'exposé financier du ministre des Finances

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 26 février, de la motion: Que la Chambre approuve la politique budgétaire générale du gouvernement.

+-

    M. Shawn Murphy (Hillsborough, Lib.): Monsieur le Président, je souligne d'entrée de jeu que je partagerai mon temps de parole avec le député de Saint-Lambert.

    Je suis ravi de participer aujourd'hui au débat sur le budget. J'appuie intégralement l'orientation et les objectifs principaux du budget, que je qualifierais de budget seuil.

    Comme le savent tous les députés, lorsque l'actuel gouvernement a pris le pouvoir, il a hérité du gâchis qu'avait laissé le gouvernement progressiste-conservateur. De difficiles décisions ont dû être prises, et il a fallu mettre en oeuvre les programmes et politiques qui s'imposaient. Nous n'avons pu dégager avant aujourd'hui une partie de l'argent supplémentaire qu'exige le tissu social de la société.

    Je m'emploierai dans une certaine mesure à faire valoir en quoi le budget profitera aux entreprises, et plus particulièrement aux petites entreprises. Depuis le dépôt du budget, j'ai parlé avec beaucoup de Canadiens ordinaires, des Canadiens qui se rendent chaque jour au travail, qui paient leurs impôts et qui veulent que le gouvernement affecte l'argent perçu aux priorités des Canadiens.

    J'ai dégagé de ces conversations deux messages très clairs et distincts. Premièrement, les gens m'ont dit se réjouir du budget, des sommes supplémentaires consacrées aux programmes sociaux et de l'adoption d'un budget équilibré, qui vient grossir le nombre record de budgets semblables que nous avons adoptés. Ils m'ont tous dit qu'ils en avaient soupé des groupes d'intérêts et des premiers ministres provinciaux qui se plaignaient de tout. Nous en avons été témoins au cours des deux ou trois dernières semaines.

    On m'a aussi souligné que le niveau de dépenses dépasse largement, en particulier dans le présent budget, le niveau de croissance de notre produit intérieur brut. C'est exact, et il ne sera certes pas possible de maintenir des augmentations de cet ordre dans l'avenir.

    Toutefois, il faut se rappeler qu'environ la moitié des nouvelles dépenses découle de l'accord sur la santé qui représente un poste seuil de nature non répétitive et qui constitue certes une priorité pour tous les Canadiens.

    En ce qui concerne le débat entourant les soins de santé qui, dans une certaine mesure, a précédé le débat sur le budget, j'ai trouvé que la situation était quelque peu saugrenue. La Commission Romanow a parcouru le Canada, écouté les Canadiens et présenté ce que j'estimais être d'excellentes recommandations. Le rapport a été déposé à la Chambre et le gouvernement a réagi à ces recommandations. Une de ses réactions était bien sûr d'ordre monétaire. Il y a un programme représentant environ 35 milliards de dollars sur une période de cinq ans. Ce programme facilitera les changements dans la façon dont les soins de santé sont dispensés au pays. Il offre des services limités de soins à domicile, la couverture de type catastrophique des médicaments d'ordonnance et des changements dans la reddition de comptes. C'est le plus important investissement de l'histoire du pays dans les soins de santé.

    Quelle a été la réaction des premiers ministres? Le rejet total. Pourquoi? Parce que, à mon avis, ils seront obligés de livrer la marchandise quand ils auront décidé de cesser de se plaindre. La balle est dans leur camp actuellement. Ils doivent livrer la marchandise aux Canadiens, en tout cas aux Canadiens à qui j'ai parlé, et ces Canadiens exigent qu'on leur rende des comptes.

    Je suis conscient de m'être éloigné quelque peu du sujet. Je veux parler aujourd'hui des retombées positives du budget sur le monde des affaires, plus particulièrement sur la petite entreprise. Avant de passer aux dispositions particulières du budget pour démontrer qu'il profitera aux petites entreprises, je tiens à mentionner que ce budget maintient essentiellement le cap que s'est fixé le gouvernement depuis neuf ans. Les faits sont indéniables. Les facteurs fondamentaux sont solides. Les stabilisateurs monétaires et fiscaux, soit les taux d'inflation et d'intérêt peu élevés, les réductions d'impôt et les hausses modestes des dépenses gouvernementales, ont contribué à l'excellence de la santé économique du Canada.

    Et puis il y a les groupes d'intérêt de la droite. L'Alliance canadienne et le Parti progressiste-conservateur se plaignent de l'insuffisance des réductions d'impôt, prétendent que l'accord de Kyoto et l'environnement ne nous concernent pas, et soutiennent que tous les Canadiens ont le droit fondamental de posséder une arme à feu et que le gouvernement devrait réduire ses dépenses.

  +-(1125)  

    Je les invite à mettre de côté les beaux discours pendant quelques instants et à réfléchir aux chiffres. Accordons-nous ce que j'appellerais une trentaine de minutes de lucidité et regardons les faits en face.

    Les intéressés peuvent invoquer les coefficients, critères ou index qu'ils veulent, je suis prêt à en discuter. S'ils veulent parler du rapport entre la dette et le PIB, de la réduction de la dette, du surplus cumulatif, du produit intérieur brut, des prévisions du produit intérieur brut, de création d'emplois, de taux de chômage, des taux d'intérêt, du taux d'inflation ou de la confiance des consommateurs, c'est à eux de choisir et nous en discuterons.

    Car, peu importe le sujet, nous arriverons à la conclusion que l'économie est saine parce que les facteurs fondamentaux sont réunis, que les programmes existent et que les stabilisateurs fiscaux et monétaires sont en place et qu'ils fonctionnent.

    Je suis très heureux de parler de certaines mesures du budget qui ont un impact direct sur les petites entreprises.

    La première est l'augmentation de la déduction accordée aux petites entreprises, qui passe de 200 000 $ à 300 000 $. Voilà une excellente mesure. Dans bien des cas, il s'agit de petites entreprises en démarrage. Elles font des profits. Tout à coup elles dépassent le seuil de 200 000 $ et changent de tranche d'imposition. Or ce seuil est maintenant haussé de 200 000 $ à 300 000 $, ce qui aura un effet fort positif sur notre communauté des affaires.

    La deuxième dont je suis très satisfait est l'élimination de l'impôt sur le capital. Cet impôt sur le capital ne s'applique pas au profit mais plutôt aux biens qui permettent de réaliser des profits, c'est-à-dire le capital. Cet impôt était régressif. Je suis membre du Comité des finances. À trois reprises, en trois années consécutives, nous avons recommandé que cet impôt sur le capital soit aboli. Je suis très heureux de voir que le gouvernement a tenu compte de cette recommandation et qu'il éliminera l'impôt sur le capital au cours des quatre prochaines années.

    Je suis aussi heureux de voir que le gouvernement a décidé de baisser de 12 $ à 7 $ le droit pour la sécurité des passagers du transport aérien; voilà une autre mesure très valable, surtout dans le cas des vols de courte distance desservant de petits aéroports régionaux.

    Je suis très heureux que le gouvernement poursuive son programme d'innovation. On nous a annoncé des augmentations pour les organismes subventionnaires ainsi que des augmentations du financement accordé aux universités pour couvrir les coûts indirects de la recherche et du Fonds de bourses d'études. Tous ces éléments s'inscrivent dans le cadre du programme d'innovation qui, à mon avis, est très sain pour l'économie canadienne.

    Je suis très heureux que le gouvernement ait annoncé une augmentation des cotisations maximales au REER. Les Canadiens peuvent ainsi mieux planifier leur retraite et les entreprises canadiennes ont accès à des capitaux. Le plafond passera à 18 000 $ au cours des quatre prochaines années.

    Je suis également très heureux que le gouvernement ait annoncé qu'il maintiendrait le programme de formation professionnelle. C'est très important pour l'avenir de notre économie.

    Je suis aussi très heureux que le gouvernement ait annoncé qu'il dépenserait 30 millions de dollars pour accroître la confiance des investisseurs dans le domaine de la réglementation des valeurs mobilières.

    Les cotisations d'assurance-emploi ont déjà été réduites, pour la dixième année consécutive je crois.

    Le gouvernement a également annoncé une réduction des impôts pour les revenus tirés de l'exploitation des ressources, de l'ordre de 21 p. 100 au cours des cinq prochaines années.

    Mais ce qui importe encore davantage, c'est que tout cela se fait tout en permettant de maintenir un budget équilibré, ce qui laisse clairement savoir aux Canadiens que cette tendance devrait se maintenir.

    Le gouvernement a également prévu des investissements stratégiques très importants en ce qui a trait à la garde d'enfants, à l'environnement, aux villes, à la pauvreté chez les enfants et aux soins de santé, ce qui établit clairement un parallèle entre les dépenses sociales et les politiques économiques.

    Je me rends compte que je n'ai plus de temps. J'aimerais faire savoir à la Chambre et à tous les Canadiens que j'appuie le budget. J'exhorte tous mes collègues à en faire autant. Nous établissons actuellement les bases qui assureront l'avenir de notre pays. J'aimerais que nous fassions tous preuve d'engagement, de confiance et de courage.

  +-(1130)  

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD): Monsieur le Président, je voudrais interroger le député de l'Île-du-Prince-Édouard au sujet d'une question qui l'intéresse.

    Il est bien évident que le budget ne fait rien pour aider suffisamment le personnel de notre Garde côtière. Comme il le sait, la Garde côtière joue un rôle d'importance cruciale dans l'économie, la sécurité et la protection du Canada atlantique et, quant à cela, des autres régions du pays. Les fonds prévus dans le budget sont nettement insuffisants par rapport à ceux qu'elle demande. Le député pourrait-il expliquer pourquoi le budget a négligé ces préoccupations?

    En outre, en octobre dernier, le premier ministre a déclaré, lors d'une grande conférence de presse qui a eu lieu à Ottawa, que les parcs constituaient une de ses principales priorités et que le gouvernement créerait 10 parcs nationaux de plus dans tout le pays, dont cinq parcs marins. Or, tous ceux qui assistaient à cette conférence et tous ceux qui travaillent à ce dossier depuis de nombreuses années ont dit que le montant minimal nécessaire s'élevait à 200 millions de dollars sur une période de cinq ans. Là encore, le budget était loin de répondre à ces recommandations.

    Pourquoi le budget s'est-il si mal attaqué à ces deux enjeux sérieux qui touchent notre pays?

  +-(1135)  

+-

    M. Shawn Murphy: Monsieur le Président, je ne sais que répondre à mon érudit collègue au sujet de la Garde côtière canadienne, mais le budget que j'ai lu dit très clairement qu'elle recevra, et qu'on me corrige si je me trompe, 75 ou 90 millions de dollars pour répondre à ses besoins supplémentaires en immobilisations, ce qui représente, à mon avis, une annonce très importante. Ce montant a été prévu dans le budget. Il vise à remplacer progressivement la flotte, ce qui s'impose, comme des députés l'ont souligné. J'ai lu le budget. Je suis ravi qu'il prévoie ce montant. Je souligne à mon érudit collègue que ce montant est prévu dans le budget et qu'il devrait le lire et féliciter le gouvernement de cette initiative.

    Je tiens à féliciter le gouvernement de son initiative concernant les parcs nationaux. Ce n'était pas dans le budget mais, dans le discours du Trône, le premier ministre a annoncé la création de 10 nouveaux parcs nationaux pour le Canada, une initiative énorme. Ces parcs seront aménagés dans des régions éloignées, ce qui, à mon avis, agrandira l'infrastructure de notre réseau des parcs et constituera une réalisation fantastique.

    Encore une fois, je félicite le gouvernement d'avoir augmenté les fonds destinés à la Garde côtière et d'avoir annoncé la création de 10 nouveaux parcs supplémentaires.

+-

    M. Howard Hilstrom (Selkirk—Interlake, Alliance canadienne): Monsieur le Président, j'ai une question assez directe à adresser au député libéral de l'Île-du-Prince-Édouard. Pourquoi le député s'oppose-t-il aux agriculteurs de sa propre province?

    Le Cadre stratégique pour l'agriculture, qui est partie du budget, est mal accueilli au sein de l'industrie de l'Île-du-Prince-Édouard. Selon Doug LeClair, directeur général de la Fédération de l'agriculture de l'Île-du-Prince-Édouard, les autorités de l'île en matière d'agriculture ne sont nullement intéressées par ce cadre. C'est pour cela qu'il a déclaré que celui-ci ne saurait être adopté. Pourtant, le député est intervenu pour appuyer un budget qui nuira aux agriculteurs de sa propre circonscription.

+-

    M. Shawn Murphy: Monsieur le Président, comme mon savant ami le sait bien, le premier ministre a annoncé que l'industrie agricole aux quatre coins du Canada aurait accès à une somme additionnelle de 5,2 milliards de dollars. Le Cadre stratégique pour l'agriculture s'inscrit dans le cadre de consultations pancanadiennes. Il prévoit des fonds additionnels pour la technologie, le soutien aux agriculteurs de même que pour des enjeux environnementaux et technologiques. Voilà une évolution dans le bon sens. Ce cadre jettera les fondations de l'industrie agricole de demain.

+-

    M. Rick Borotsik (Brandon—Souris, PC): Monsieur le Président, je ne comptais pas intervenir, mais après cette réponse, j'ai une question à poser. Le député pourrait-il dire à la Chambre sur combien d'années s'échelonne ce programme de 5,2 milliards de dollars? Il ne s'agit pas d'un programme d'une année, mais bien de plusieurs années. Le député sait-il sur combien d'années s'échelonne le programme de 5,2 milliards de dollars?

    Le député peut-il être honnête à cet égard? N'a-t-il pas écouté les producteurs canadiens dire qu'ils ne veulent pas de ce Cadre stratégique pour l'agriculture? Voilà qu'il intervient soudainement à la Chambre, dans le cadre du débat sur le budget, pour dire qu'il ne s'est rien fait de mieux depuis le pain tranché. Sur combien d'années ces ressources de 5,2 milliards de dollars s'échelonneront-t-elles?

+-

    M. Shawn Murphy: Monsieur le Président, je m'étonne qu'un député du Parti progressiste-conservateur participe même à ce débat. Je sais que le député a déjà entendu qu'en 1993, le taux d'inflation était à 11 p. 100, celui du chômage à 11 p. 100, le déficit s'élevait à 42 milliards de dollars et le rapport dette-PIB s'établissait à 71 p. 100. J'ai fait mes propres calculs. Si ce parti était resté au pouvoir 20 minutes de plus, le pays aurait fait faillite.

    Pour revenir à la question de mon savant collègue, on a annoncé une aide additionnelle de 5,2 milliards de dollars. C'est une excellente nouvelle pour les agriculteurs de notre pays.

  +-(1140)  

[Français]

+-

    Mme Yolande Thibeault (Saint-Lambert, Lib.): Monsieur le Président, je suis très fière de m'adresser à cette Chambre ce matin. Je suis très fière de faire partie d'un gouvernement qui s'est donné comme priorité d'améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens et les Canadiennes.

    Je suis particulièrement fière du fait que dans le budget de 2003, notre gouvernement a décidé de se pencher encore une fois sur un problème que je considère très sérieux. Je parle ici de l'itinérance, c'est-à-dire de la situation dramatique dans laquelle se trouvent des milliers de personnes sans-abri et, en particulier, les jeunes qui vivent cette condition désespérante.

    En effet, le clivage entre ceux dont la situation personnelle s'améliore et ceux pour qui, au contraire, elle devient plus problématique existe aussi dans ma circonscription.

    En ce début de siècle où les effets de la mondialisation et de l'innovation technologique transforment toujours de plus en plus non seulement les rapports entre les pays mais aussi la vie quotidienne de tous les citoyens et citoyennes, je crois que nous devons porter une attention spéciale à la vie communautaire.

    Lors d'une intervention à la Chambre en octobre 1999, je louangeais justement les programmes, qui étaient alors à l'état embryonnaire à l'époque, destinés spécifiquement aux sans-abri. J'avais notamment fait remarquer que toutes les initiatives de ce genre risqueraient de perdre de leur efficacité et de sombrer dans une malheureuse dispersion si elles n'étaient pas coordonnées par un ministre en particulier.

    Je tiens aujourd'hui à réitérer mes propos et à rendre hommage à ma collègue, l'honorable ministre du Travail et coordonnatrice fédérale des activités reliées aux sans-abri, qui a fourni un effort remarquable, une énergie et une sensibilité face à cette tâche délicate et complexe. Elle a compris que des milliers de nos concitoyens et concitoyennes ont besoin de nous de façon urgente et dramatique.

    Laissez-moi vous brosser un tableau de l'itinérance. Qui sont les itinérants dans notre pays? En particulier, et on estime à 50 p. 100 ce genre de problème, les gens qui se retrouvent dans la rue sont des gens qui sont aux prises avec des maladies mentales, soit des gens qui sortent des hôpitaux psychiatriques et qui n'ont nulle part où aller.

    On parle aussi de familles monoparentales. On parle aussi de jeunes qui ont décroché de l'école, qui se retrouvent dans la rue et qui n'ont pas reçu l'instruction nécessaire ou qui ne sont pas préparés pour trouver un emploi et certainement pas pour le garder.

    Il faut une large compréhension du problème pour arriver à élaborer et à mettre en place des programmes et des services qui contribueront à offrir du soutien à tous ceux et celles qui sont aux prises avec l'itinérance.

    L'itinérance peut toucher n'importe qui, peu importe l'âge, le sexe ou l'origine ethnique. Elle peut toucher sans aucune discrimination, si je peux m'exprimer ainsi.

    Le sort des sans-abri revêt une signification tellement importante d'un bout à l'autre du pays que notre gouvernement, de manière à bien répondre aux besoins des Canadiens, a annoncé la reconduction pour deux ans du programme appelé Initiative de partenariats en action communautaire, connu également sous le nom de l'IPAC. Le gouvernement consacrera 135 millions de dollars par année sur deux ans afin d'aider les populations à résoudre ce problème.

  +-(1145)  

    J'aimerais rappeler que même le gouvernement le mieux intentionné et même tous les paliers de gouvernement travaillant ensemble ne pourront jamais venir à bout du problème des sans-abri sans l'appui de la population tout entière.

    En effet, l'itinérance est un problème de société, et nous devons nous y attaquer comme société. Nous devons donc absolument développer des approches et des initiatives communes avec l'ensemble des administrations publiques, des groupes communautaires, les institutions d'enseignement, le secteur privé et toutes les personnes qui désirent contribuer au mieux-être de leur communauté.

    En terminant, je voudrais soulever un autre point du budget 2003 qui me tient particulièrement à coeur. Je parle ici de l'annonce qui a été faite par le premier ministre du Canada la semaine dernière à Ottawa, au sujet du plan d'action élaboré par le ministre des Affaires intergouvernementales, afin de faire la promotion des langues officielles.

    Je suis membre du Comité permanent des langues officielles, et je suis très fière d'appuyer et d'applaudir cette initiative du gouvernement.

[Traduction]

+-

    M. Peter Goldring (Edmonton-Centre-Est, Alliance canadienne): Monsieur le Président, en guise d'introduction, je vais demander à la députée à quoi a servi le programme de 753 millions de dollars destiné aux sans-abri qui a été mis en oeuvre il y a trois ans et qui arrive maintenant à sa fin?

    Le nombre de sans-abri est en hausse de 60 p. 100. À l'échelle nationale, on a créé très peu de places additionnelles dans les refuges. Cet hiver, à Edmonton, on a ouvert une station de TLR aux sans-abri, leur permettant de dormir sur ces quelques pieds carrés de plancher de béton. Voilà les progrès réalisés en trois ans avec 753 millions de dollars. Dans la seule ville d'Edmonton, quelque 20 millions de dollars ont été affectés aux sans-abri, et on n'a rien vu d'autre comme résultat que des gens qui dormaient dans les stations de TLR. On ne peut donc pas parler de progrès à cet égard.

    Je veux demander à la députée d'en face ce que le gouvernement entend faire exactement avec les 400 millions de dollars additionnels? Verrons-nous encore le nombre de sans-abri augmenter?

[Français]

+-

    Mme Yolande Thibeault: Monsieur le président, je remercie mon collègue de l'opposition pour cette question. J'ai écouté ses propos, et je peux vous assurer que dans mon comté, par exemple—parlons de quelque chose que je connais très bien—, on a injecté près de sept millions de dollars et plus d'une vingtaine de projets ont vu le jour. Entre autres, on a ajouté une dizaine de lits dans un endroit pour les sans-abri; on a aménagé des appartements transitoires pour ceux qui sortent des hôpitaux psychiatriques et qui ont besoin d'une période de transition; le Repas du Passant est une autre initiative dans mon comté où, justement, on donne de la nourriture à ceux qui sont dans la rue. Je vous assure que dans mon comté, il y a une quinzaine de projets de ce genre.

    À ce sujet, permettez-moi de vous raconter une petite anecdote. Il y a trois ou quatre semaines, la ministre du Travail me disait: «Écoute Yolande, tu as été chanceuse dans ton comté; tu as eu plusieurs projets.» Je lui ai répondu: «Bien écoutez, madame la ministre, c'est une façon de voir les choses, mais en bout de ligne, cela démontre les très grands besoins dans mon comté et dans tout le Canada.»

[Traduction]

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement la députée qui a exprimé sa grande préoccupation concernant le sort des sans-abri au Canada, dont le nombre ne cesse d'augmenter, et les souffrances de plus en plus grandes qu'ils doivent endurer.

    Je ne doute pas que la députée soit très préoccupée par ce problème. Cependant, la réalité est que le budget présenté par son gouvernement, même s'il reconnaît qu'il y a au moins 100 000 sans-abri au Canada aujourd'hui, ce qui représente une augmentation énorme par rapport à ce que nous avons connu auparavant, n'offre au total que 2 500 logements.

    Pourrait-elle nous expliquer pourquoi le gouvernement a fait la sourde oreille à la solution du 1 p. 100 que nous avions proposée au terme de vastes consultations auprès des groupes qui réclament plus de logements abordables, des groupes qui travaillent avec les sans-abri et des groupes qui représentent le secteur des logements sans but lucratif et des coopératives d'habitation?

  +-(1150)  

[Français]

+-

    Mme Yolande Thibeault: Monsieur le Président, ma collègue d'en face parle d'une situation qui est peut-être différente de celle des sans-abri. Elle parle en somme de logement abordable et de logement social.

    Cette année, le gouvernement a choisi d'ajouter de l'argent. Bien sûr, pour les petits salariés, ce ne sera jamais assez d'argent. Il n'y en aura jamais assez. Mais je pense que si on considère les initiatives pour les sans-abri, pour le logement social et d'autres dispositions du gouvernement, on constate que tout ce budget offre énormément à nos concitoyens les moins fortunés.

[Traduction]

+-

    M. Howard Hilstrom (Selkirk—Interlake, Alliance canadienne): Monsieur le Président, aujourd'hui, nous revenons pour reprendre le débat sur le budget fédéral. La meilleure façon pour moi de décrire ce budget c'est de dire que celui-ci est le chant du cygne du premier ministre. Ce n'est pas le budget dont le Canada a besoin, parce que les priorités sont toutes mauvaises et, par conséquent, je ne l'appuie pas. Comme je l'ai déjà mentionné au député de l'Île-du-Prince-Édouard, un grand nombre d'agriculteurs au pays n'appuient pas ce budget.

    Étant donné que je ne dispose que de dix minutes pour mon discours, je vais aborder les dossiers principaux que sont l'agriculture, les soins de santé et, évidemment, le registre des armes à feu.

    Ce sont les priorités du gouvernement en matière de dépenses qui font problème et la Loi sur les armes à feu est la meilleure illustration d'un énorme gaspillage d'argent. Jusqu'à maintenant, un milliard de dollars ont été dépensés. Le montant continue d'augmenter à chaque jour et le budget va maintenir cette situation.

    Les gens qui vivent dans les villes et ceux qui ne possèdent pas d'armes à feu devraient s'opposer à l'enregistrement de tous les fusils et carabines au pays, étant donné que ce processus est une perte de temps énorme. Il existe tellement d'autres priorités dont il faut s'occuper dans les villes que même ces personnes devraient s'opposer à un tel gaspillage d'argent. Chaque Canadien, et en particulier chaque propriétaire d'arme à feu, a le devoir de s'opposer à la politique sur les armes à feu, au projet de loi qu'on a appelé le projet de loi C-68, et au financement qui continue d'être prévu pour cette mesure. Ce matin, certains députés ont invoqué le Règlement pour faire valoir que le gouvernement continue apparemment de tromper non seulement la Chambre, mais les Canadiens en général.

    Je ne sais pas si le ministre de la Justice écoute mon discours ce matin. J'espère que des membres de son cabinet le font.

    Les agriculteurs et les éleveurs se servent régulièrement d'armes à feu, de carabines et de fusils. Les agriculteurs ont de la difficulté à réaliser des bénéfices nets, mais le gouvernement veut les forcer à assumer tous ces coûts supplémentaires, même s'ils n'en retirent pas le moindre avantage.

    Le gouvernement parle de frais d'utilisation, mais en fait ce ne sont pas les propriétaires d'armes à feu qui sont les utilisateurs. Le gouvernement pense qu'il va contrôler le crime, ce qu'il ne fera pas de toute évidence, mais les véritables utilisateurs sont supposément les Canadiens en général.

    Voilà pourquoi je dois intervenir pour dire au ministre de la Justice que, comme des dizaines de milliers de Canadiens propriétaires d'armes à feu, je ne vais jamais enregistrer ma carabine ni mon fusil. On a besoin de ces armes pour exploiter un ranch, et il faut mettre un terme à cet épouvantable gaspillage de fonds publics et à ces atteintes aux droits de la personne au Canada. Le temps est venu pour tous les Canadiens de réagir et de voir à ce que le registre des armes à feu disparaisse. La gabegie et le gaspillage vont s'accroissant et les contribuables canadiens, selon le dernier budget, continueront d'en faire les frais.

    La municipalité de Beauséjour, dans ma circonscription, n'a pas suffisamment de ressources policières pour lutter contre la criminalité. Il lui a donc fallu retirer de leurs tâches régulières ses agents chargés de l'application des règlements pendant la journée et les affecter à des tâches policières la nuit, faute de policiers. On parle ici de véritable travail de lutte contre la criminalité, contrairement à l'enregistrement des carabines et des fusils des chasseurs de canards, des agriculteurs et des exploitants de ranch, comme moi.

    On a très peu d'argent pour lutter contre la pornographie juvénile à Toronto et à Montréal. Peut-on s'imaginer combien d'enfants on pourrait sauver avec un milliard de dollars?

    Et combien de vies? J'ai dit plutôt que je toucherais quelques mots sur la santé. L'an dernier, au Manitoba, trois patients en attente d'une chirurgie cardiaque, que l'on reportait sans cesse en raison d'un manque de chirurgiens, d'infirmières ou de salles d'opération, sont décédés avant d'avoir été opérés. Quelle honte que l'on soit incapable d'utiliser correctement, en respectant un ordre de priorité raisonnable, les sommes incroyables investies dans la santé.

    Il y a aussi le dossier de la violence conjugale, qui n'est pas très reluisant lui non plus.

  +-(1155)  

    Au Manitoba, le gouvernement néo-démocrate refuse évidemment d'octroyer un financement satisfaisant aux procureurs de la Couronne. Il refuse de faire quoi que ce soit d'innovateur au sujet des soins de santé. Le gouvernement néo-démocrate du Manitoba dit qu'il ne sera pas novateur, mais qu'il va envoyer les patients ayant des problèmes cardiaques se faire traiter aux États-Unis, en Colombie-Britannique ou là où les gens sont novateurs et qu'il va payer pour ces traitements, mais qu'il n'y a aucune chance qu'il modifie le système de soins de santé. Le gouvernement néo-démocrate du Manitoba ne mérite qu'une infime partie du blâme à cet égard. Le gouvernement fédéral mérite une large part du blâme parce qu'il insiste sur le fait que les provinces ne peuvent innover avec les sommes considérables investies au titre des soins de santé.

    C'est aujourd'hui la Saint-Patrick, et je peux paraître obsédé au sujet du budget qui a été déposé, mais la vérité c'est que je suis furieux du gaspillage de fonds par le gouvernement. Nous sommes sur le point d'essayer de faire tomber le dictateur d'un pays étranger, un dictateur extrêmement sadique qui tue ses concitoyens. Je parle évidemment de Saddam Hussein. Le monde a toujours eu le devoir de tenir tête aux assassins qui agissent de sang-froid et à ceux qui s'en prennent aux innocents, aux personnes non armées et à celles qui ne peuvent se défendre. Voilà ce que Saddam Hussein inflige à son peuple, tandis que notre budget de la défense est très limité. Le budget prévoit un peu plus d'argent à ce chapitre, mais les fonds sont tellement limités qu'ils vont simplement maintenir la situation actuelle de nos forces armées sans l'améliorer réellement.

    On en revient encore aux priorités en matière de dépenses et au registre des armes à feu. Voici comment fonctionne le registre des armes à feu. Un électeur a écrit ce qui suit:

    Je voudrais vous décrire mon expérience avec le programme d'enregistrement des armes à feu. J'avais sept armes à feu à enregistrer. Je m'y suis pris de bonne heure pour les enregistrer. J'ai rempli les anciens formulaires et je les ai envoyés par la poste aérienne avec TOUS les renseignements. En avril 2002, j'ai reçu mes cartes d'enregistrement. J'y ai jeté un bref coup d'oeil, puis je les ai rangées et je n'y ai plus songé jusqu'à l'autre jour, soit le 23 février 2003. C'est alors que je me suis rendu compte à ma grande surprise qu'elles tiennent compte de cinq armes à feu seulement.

    J'ai donc fourni à nouveau l'information concernant les armes à feu oubliées, cette fois-ci par Internet. En examinant de plus près mes cartes d'enregistrement, je me suis rendu compte qu'une des armes à feu enregistrées sur mon permis n'était même pas une des miennes. Désormais, ce sont QUATRE de mes armes à feu qui ne sont pas enregistrées. J'ai fourni l'information les concernant par Internet, accompagnée d'un courriel expliquant ce qui était arrivé.

    Au travail, aujourd'hui, je me suis demandé si mes armes à feu étaient enregistrées au nom de quelqu'un d'autre. Seul le temps me le dira, je suppose.

    D'habitude, je ne suis pas du genre à me plaindre. Mais c'est le bouquet! On s'attend à ce que tout ce registre des armes à feu soit entre des mains compétentes. Mon affaire prouve que ce n'est pas le cas.

    J'ai fait partie de la GRC pendant 30 ans. Je tiens à dire au gouvernement et aux Canadiens que le registre des carabines et des fusils de chasse ne fonctionne pas. Il ne réduira pas la criminalité et il constituera un gaspillage permanent si le gouvernement continue de le financer.

    La direction de l'Association canadienne des policiers me déçoit beaucoup, pas les policiers qui en sont membres, mais les dirigeants. L'Association doit venir à Ottawa dans les prochains jours nous dire à tous que le gouvernement devrait continuer à consacrer des milliards de dollars à l'enregistrement des armes à feu alors qu'elle n'ignore pas, en fait, que dans les grands centres que sont Toronto, Montréal, Vancouver et Calgary, les forces policières s'efforcent de faire échec à la pornographie et à la prostitution juvéniles. C'est à cette criminalité qu'il faut s'attaquer et non à l'enregistrement des carabines et des fusils de chasse que possèdent des agriculteurs, des éleveurs et des Canadiens ordinaires.

    Je dirai finalement au ministre de la Justice que, compte tenu de cela et de tout le processus budgétaire, je n'enregistrerai pas mes carabines ni mes fusils de chasse dans le cadre de ce système.

  +-(1200)  

+-

    Mme Paddy Torsney (Burlington, Lib.): Monsieur le Président, je trouve intéressant qu'un député, qui a prêté serment d'allégeance à la Reine et à ses héritiers, qui est ici pour adopter des lois et qui doit se prévaloir des lois de ce pays, dise à la Chambre qu'il ne va pas tenir compte d'une loi qui a été adoptée légitimement par ce pays; une loi qui a franchi toutes les étapes au Parlement et au Sénat.

    Je me demande si le député de Selkirk—Interlake, en sa qualité d'ancien agent de police et de député, pourrait dire quelles autres lois il choisira de ne pas respecter pour que les membres de sa circonscription et tous les Canadiens puissent bien comprendre ce qui se passe quand un citoyen respectueux des lois choisit quelles lois il respectera, faisant fi du fait que la majorité de la population appuie le contrôle des armes à feu, qu'une majorité de députés a adopté la loi et qu'il s'agit en fait d'un outil important pour les agents de police de tout le pays afin d'empêcher l'accès aux armes à feu.

    Quel prix accorde-t-il à chacune des vies qui ont été épargnées parce que des gens qui ne devaient pas avoir accès à des armes à feu n'ont pas pu s'en servir?

+-

    M. Howard Hilstrom: Monsieur le Président, parlons de l'actuel ministre de la Justice. Il n'est même pas disposé à entamer des poursuites pour le non-enregistrement des armes à feu. Il l'a dit très clairement.

    J'aimerais rappeler à la députée libérale que les habitants du Nunavut n'ont pas à enregistrer leurs armes à feu. Une injonction de la cour stipule qu'ils n'ont pas à le faire. La Federation of Saskatchewan Indian Nations ne le fera pas, ni non plus les Métis du Manitoba.

    Elle voudrait appliquer ce genre de loi à une espèce de régime d'ingénierie sociale pour essayer de faire en sorte que les citoyens respectueux n'aient pas d'armes à feu, alors que les criminels continueront d'en avoir et de faire du grabuge au centre-ville de Toronto. L'enregistrement des armes à feu ne permettra d'aucune façon d'arrêter le crime.

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD): Monsieur le Président, bien que je sois d'accord avec les avis exprimés au sujet du registre des armes à feu et que j'estime, pour ma part, que ce soit là un gaspillage colossal de l'argent des contribuables canadiens, je déconseille au député, en tant que représentant élu de sa circonscription, d'enfreindre les lois ou de dire à quiconque qu'il le fera.

    Nous devons respecter les lois, qu'elles nous plaisent ou pas. Je comprends sa frustration. Les habitants de ma circonscription sont, tout comme le député, farouchement opposés au registre des armes à feu, mais je ne peux pas, en tant que député, leur dire de ne pas enregistrer leurs armes et je recommande au député de s'en abstenir lui aussi.

    En sa qualité d'ancien membre du Comité des pêches, il connaît pertinemment les difficultés de la Garde côtière. Originaire de l'Île-du-Prince-Édouard, il s'est déclaré très satisfait d'apprendre que 74 millions de dollars sur deux ans seraient accordés à la Garde côtière. Il demeure que, dans les faits, ce montant ne permettra d'acheter qu'un seul brise-glace pour ce service. Or, il nous faut des ressources plus importantes et je voudrais que le député nous donne son avis sur l'insuffisance des crédits consacrés à la Garde côtière dans ce budget.

+-

    M. Howard Hilstrom: Monsieur le Président, en ma qualité de député et de citoyen canadien, je ferai tout ce que je peux pour modifier les lois inconsidérées qui entraînent le gaspillage des ressources nationales. Les députés estiment peut-être que cela n'a pas été fait un peu partout dans le monde, mais je ne suis certainement pas de leur avis. Tout au long de l'histoire, des individus se sont élevés contre des régimes oppressifs. Mahatma Gandhi, Nelson Mandela et d'autres n'ont pas manqué de dénoncer ce qui était mal. J'affirme que les Canadiens doivent dénoncer ce mauvais choix de priorité.

    Les députés libéraux se moquent des décès qui sont le fait de crises cardiaques qu'une simple opération aurait pu éviter. Ils se moquent de la pornographie juvénile. Cette députée est du nombre des ministériels. J'ignore si elle a des enfants ou pas, mais il demeure qu'il est de notre devoir de protéger nos enfants et qu'il est mal de consacrer cet argent à l'enregistrement des armes à feu qui appartiennent à des citoyens respectueux de la loi, au lieu de l'investir dans la protection des enfants.

  +-(1205)  

[Français]

+-

    M. Odina Desrochers (Lotbinière—L'Érable, BQ): Monsieur le Président, d'entrée de jeu, j'aimerais vous indiquer que je partagerai mon temps avec le député de Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques. J'aurai donc 10 minutes pour tenter de faire le tour de ce budget qui a été déposé au mois de février.

    D'entrée de jeu, j'aimerais dire que mon exposé portera sur quatre secteurs qui sont très collés à la réalité de ma circonscription de Lotbinière—L'Érable, c'est-à-dire l'assurance-emploi, le bois d'oeuvre, l'essence et l'agriculture.

    Parlons de l'assurance-emploi. Depuis longtemps, les partis d'opposition ont dénoncé à l'unanimité les surplus de la caisse de l'assurance-emploi. Plusieurs milliards de dollars ont été pris dans les poches des travailleurs, des travailleuses et des employeurs.

    On aurait espéré, dans le budget qui a été déposé le mois dernier, que le ministre des Finances donne un signal de changement pour aider les travailleurs et les travailleuses souvent pénalisés par ce régime. On aurait espéré qu'il y ait vraiment un signal pour du changement et un assouplissement de la Loi sur l'assurance-emploi, mais cela n'a pas été le cas.

    Tout ce qu'on apprend, c'est qu'en 2005, on devrait normalement avoir sur nos bureaux un projet de réforme. On doit tenir une consultation. Quelle consultation? On ne sait pas quand elle débutera ni quand elle se terminera. Tout ce qu'on sait, c'est qu'entre-temps, l'actuelle ministre du Développement des ressources humaines va pouvoir continuer à utiliser la loi qui avait été adoptée en catastrophe à la fin de la législature de 1997-2000. Cette loi permet à la ministre de décréter et de fixer le taux de cotisation à l'assurance-emploi.

    Mais entre-temps, les travailleurs et les travailleuses continueront encore une fois de subir cette loi injuste. Cette loi est devenue une taxe d'emploi déguisée. Souvent, pour les gens dans ma circonscription et même partout ailleurs qui n'ont jamais touché à un million ou à un milliard de dollars, lorsqu'on parle de tels montants, ceux-ci ne deviennent plus que des chiffres qui valsent un peu partout et qui sortent de la bouche des politiciens.

    Lorsqu'on parle d'heures et lorsque quelqu'un vient me voir dans mon bureau parce qu'il a perdu son emploi et que je lui annonce qu'il n'aura pas droit à l'assurance-emploi parce qu'il lui manque 12 heures, il n'a plus d'autre choix que de devenir prestataire de la sécurité du revenu. Cela en dit beaucoup. C'est un fait quotidien. Ce sont des choses que l'on rencontre périodiquement.

    On voit comment cette loi, qui devrait normalement venir en aide aux chômeurs et aux chômeuses, est mal faite et pénalise beaucoup de personnes.

    J'aimerais parler du bois d'oeuvre. Chez nous, dans la circonscription de Lotbinière—L'Érable, il y a beaucoup de bois d'oeuvre. J'ai assisté, au cours des derniers mois, à la fermeture d'entreprises, soit des entreprises qui travaillaient carrément avec le bois d'oeuvre, ou encore des entreprises qui soutenaient des compagnies qui utilisent de la machinerie pour couper le bois d'oeuvre.

    Il y a eu des coupures d'emplois. On aurait espéré que le gouvernement canadien, avec les surplus dont il dispose, investisse de l'argent en attendant la décision de l'Organisation mondiale du commerce. Ce gouvernement et surtout les Américains laissent traîner certaines situations. Lorsque l'Organisation mondiale du commerce va intervenir, il sera peut-être trop tard. Notre industrie est déjà en difficulté.

    J'entends le député d'en face dire qu'on a consacré des millions de dollars au bois d'oeuvre. C'est vrai. Par contre, il en manque actuellement. Ce sont des montants d'argent qui ont été offerts aux travailleurs et aux travailleuses, mais rien n'a encore été donné aux entreprises. Même si le gouvernement canadien a fait un petit effort, il en reste beaucoup à faire pour sauver les emplois de ces milliers de personnes qui travaillent dans le secteur du bois d'oeuvre.

    Je laisserai mon collègue parler plus longuement de la question de l'essence. Comment pouvez-vous expliquer que dans ma circonscription, dans un village donné, un propriétaire ait deux bannières, soit deux marques d'essence différentes?

  +-(1210)  

    La semaine dernière, il me démontrait, ayant gardé ses petits coupons, qu'en l'espace de 30 secondes, les deux stations-service différentes, représentant deux compagnies pétrolières indépendantes qui ne sont pas associées, décrétaient une augmentation du prix à la pompe.

    Ne trouvez-vous pas que cela sent la collusion? On travaille fort pour tenter de dénouer cette situation. Ici, au Québec, au Canada, il y a le raffineur, le distributeur et, ensuite, le service à la pompe chez les détaillants. Souvent, en plusieurs endroits, la compagnie pétrolière détient le pouvoir sur les trois, c'est-à-dire qu'elle raffine, elle distribue et elle fournit le service aux clients.

    J'ai toujours dit que lorsqu'on voit une station-service fermer ses portes et qu'on voit apparaître un libre-service, c'est le signal que c'est la pétrolière qui l'exploite. Mon collègue en parlera certainement davantage dans son discours. Cependant, j'ai une preuve convaincante que, définitivement, les compagnies pétrolières se parlent lorsqu'il est question d'augmenter le prix de l'essence.

    Les augmentations ont été beaucoup plus rapides. Dès que le prix du baril de pétrole brut augmente à l'échelle internationale, immédiatement, soit le lendemain, les pétrolières réagissent. Alors, que voulez-vous! Ce sont toujours les consommateurs et les consommatrices qui sont pénalisés à ce jeu.

    Parlons maintenant d'agriculture. On aurait espéré trouver dans le budget les montants d'argent manquant à La Financière agricole du Québec, soit 100 millions de dollars, pour pouvoir maintenir des programmes de soutien en agriculture au Québec.

    Encore une fois, c'est le gouvernement canadien qui, en voulant utiliser des normes nationales, bloque le processus d'entente entre le fédéral et le Québec. Qui, encore une fois, est pénalisé et forcé de faire des choix difficiles? Ce sont les organismes québécois ou encore, le gouvernement du Québec. Pourtant, ce système fonctionnait très bien jusqu'en juin 2002, lorsque l'ensemble des ministres se sont rencontrés à Toronto pour renouveler une entente qui allait très bien; le ministre actuel de l'Agriculture a alors imposé des normes nationales. Nous estimons que l'agriculture doit être traitée selon des secteurs donnés. Ainsi, l'agriculture pratiquée au Québec est complètement différente de l'agriculture pratiquée dans le reste du Canada. J'aurais espéré que le ministre de l'Agriculture eût eu une oreille compréhensive et qu'il eût maintenu la tradition qu'il avait auparavant avec les gens du Québec.

    Parlons maintenant de la gestion de l'offre. On n'a pas encore eu de garanties officielles que la gestion de l'offre demeurera comme telle du côté de l'Organisation mondiale du commerce.

    Il y a deux semaines, j'ai rencontré des représentants du Syndicat des producteurs laitiers du Québec de ma région. Les fameux mélanges de beurre et de lait qui entrent au Québec par le biais des frontières ont des impacts annuels de 30 millions de dollars. Ces 30 millions de dollars ne sont pas à la disposition des producteurs laitiers du Québec. Cela signifie que ces produits qui entrent au Canada en raison d'un manque de leadership à nos frontières, ce sont des revenus perdus pour les producteurs laitiers du Québec.

    Encore une fois, lorsqu'on aborde cette on nous dit qu'il faut être prudents parce que toute cette question fait partie d'un ensemble global de discussions. Cependant, je me pose une question. Documents à l'appui, on sait que les produits qui viennent de l'extérieur proviennent majoritairement de la Nouvelle-Zélande, de la Grande-Bretagne, du Mexique et 0,5 p. 100 des États-Unis. Cela veut dire que les pays passent par les États-Unis parce qu'ils savent que nos frontières sont des passoires et qu'ainsi, ils peuvent faire entrer leurs produits au Canada. Cela fait mal à l'économie.

    Je demande à ce qu'il y ait plus de leadership de la part du gouvernement fédéral pour protéger et venir en aide aux producteurs laitiers du Québec.

  +-(1215)  

+-

    M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ): Monsieur le président, je suis très heureux de pouvoir intervenir à cette étape du débat, à la suite de l'excellent discours de mon collègue, le député de Lotbinière—L'Érable.

    Je lui poserai une question assez simple. Il a beaucoup parlé de la question de l'assurance-emploi. Effectivement, on se serait attendu à ce que le gouvernement statue de façon définitive sur l'établissement d'une caisse autonome d'assurance-emploi, alors que c'est un peu un écran de fumé qu'on nous impose. On laisse encore de côté les travailleurs saisonniers qui, indépendamment de l'activité économique, vivent une réalité qui—l'expression le dit bien—est saisonnière; en effet, ils travaillent dans des industries saisonnières.

    J'aimerais que mon collègue élabore à cet égard, pour qu'on essaie de convaincre ce gouvernement de finir par agir pour ces gens qui, finalement, ont été ceux qui ont contribué le plus à la lutte au déficit.

+-

    M. Odina Desrochers: Monsieur le Président, je répondrai là-dessus que nous aurions justement espéré que dans le budget, il y ait une réforme en profondeur de la Loi sur l'assurance-emploi de façon à tenir compte des réalités des travailleurs saisonniers. Malheureusement, ce n'est pas le cas.

    Ce que nous apprenons, c'est que le mur à mur—ce qu'on appelle le mur à mur c'est une politique nationale «coast to coast»—ne tient pas compte des préoccupations régionales ni des particularités ou des spécificités dans mon comté ou dans le comté de mon collègue.

    Il y a des gens qui travaillent au niveau touristique, au niveau agricole, au niveau de la pêche ou qui travaillent au niveau des forêts. Mais lorsque arrive la saison froide, ces emplois n'existent malheureusement plus. C'est ce qu'on appelle les travailleurs saisonniers.

    Si on veut vraiment que la Loi sur l'assurance-emploi soit équitable pour l'ensemble des travailleurs et des travailleuses, il faudra que la prochaine Loi sur l'assurance-emploi tienne compte de cela. Mais ce que j'ai appris en lisant le budget, c'est que, premièrement, on ne sait pas quand les consultations vont commencer ni quand elles vont se terminer. Tout ce que l'on sait, c'est qu'il y aurait peut-être une nouvelle Loi sur l'assurance-emploi qui entrerait en vigueur en 2005.

    Qu'arrive-t-il entre-temps avec ces travailleurs? Ils continuent à donner de l'argent qu'ils devraient normalement recevoir. Cet argent s'accumule de milliard en milliard et sert à payer la dette nationale.

[Traduction]

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD): Monsieur le Président, le ministre des Finances, qui vient de présenter le budget, a déclaré que l'industrie de la construction navale au Canada et au Québec était en déclin. Il va sans dire que le Nouveau Parti démocratique ne partage pas ce point de vue. Un collègue du ministre a énergiquement appuyé le projet de loi C-213 visant à encourager la construction navale au Canada au moyen d'incitatifs de la part du gouvernement et de l'industrie.

    Notre collègue bloquiste pourrait-il expliquer comment il se fait que le récent budget comporte une si grave lacune au chapitre de la construction navale dans les régions.

[Français]

+-

    M. Odina Desrochers: Monsieur le Président, ce n'est pas compliqué, c'est parce que ce gouvernement n'est pas sensibilisé aux économies régionales, des économies qui sont très importantes.

    Par exemple, chez nous, dans le comté de Lévis-et-Chutes-de-la-Chaudière, si on n'avait pas eu d'aide du gouvernement québécois, les chantiers Davie seraient possiblement fermés. Je comprends que depuis que le gouvernement libéral est en place, soit depuis 1993, on a assisté au démembrement d'une industrie qui était la fierté de ce pays. On a laissé tomber cette industrie. Je doute que l'actuel député de LaSalle—Émard s'en soit mêlé parce qu'il était un peu en conflit d'intérêts, même s'il a décidé de léguer ses avoirs à ses trois fils.

    En terminant, encore une fois, le gouvernement libéral n'est pas sensibilisé aux réalités. J'aimerais voir les négociations qui vont se dérouler dorénavant dans la famille de l'ex-ministre des Finances où les trois enfants auront à consulter le conseiller en éthique pour savoir s'ils peuvent parler à leur père concernant la Canada Steamship Lines. C'est une vraie farce.

  +-(1220)  

+-

    M. Paul Crête (Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques, BQ): Monsieur le Président, je voudrais intervenir sur deux points en particulier sur la question du débat sur le budget.

    Le ministre des Finances a prévu dans son budget une réserve pour éventualités. J'ai une proposition à lui faire qui, je crois, recevra l'assentiment d'une vaste majorité de la population.

    Je propose de répondre à l'augmentation actuelle déraisonnée des prix de l'essence et de l'huile de chauffage par le versement d'un crédit de 130 $ par foyer. Cela assurerait qu'on puisse enlever de la pression sur les consommateurs et sur les familles et ainsi éviter de grever leur budget de façon inadéquate.

    C'est une mesure que le gouvernement devrait recevoir avec intérêt puisqu'il a appliqué quelque chose de semblable à l'automne 2000, soit à quelques mois de la dernière élection, en versant des montants de 125 $ par individu, soit jusqu'à 250 $ pour un couple, pour compenser les frais de chauffage.

    On comprend qu'au moment où le gouvernement l'a fait, en 2000, on était dans un état de précipitation; l'élection s'en venait. On a utilisé un mécanisme plus ou moins intéressant qui a fait en sorte que des gens qui étaient décédés ou qui étaient en prison ont reçu des chèques. Ces derniers n'avaient pas nécessairement des frais de chauffage à assumer. En bout de ligne, ce programme est apparu comme quelque chose qui n'était pas intéressant.

    Le principe, c'est qu'un montant d'argent que le gouvernement fédéral est allé chercher en taxes et en impôts ait pu être retourné aux consommateurs et aux citoyens et aux citoyennes pour qu'ils puissent assumer leurs dépenses. Je pense qu'on devrait tous être en faveur de ce projet.

    Ce que le Bloc québécois propose, c'est un montant de 130 $ dans les 11,5 millions foyers canadiens, c'est-à-dire une dépense de l'ordre de 1,5 milliard de dollars. Cela correspond environ au même montant que le gouvernement fédéral a versé il y a deux ans.

    La différence, c'est que nous ferions verser cette somme par l'entremise des entreprises et fournisseurs d'énergie, qui pourraient émettre un crédit sur la facture qu'on reçoit à la maison. Lorsqu'on recevrait notre facture d'énergie, on aurait un crédit de 130 $ qui viendrait diminuer l'impact de l'augmentation. De cette façon, on éviterait d'envoyer des chèques à des gens qui ne devraient pas en recevoir.

    Je pense que c'est une proposition constructive que le Bloc québécois a faite en attendant que tout le débat sur les prix de l'essence puisse être réglé. Présentement, depuis un an, on a une situation terriblement embêtante qui fait en sorte qu'il y a eu au Canada, entre le 26 février 2002 et le 18 février 2003, une augmentation moyenne de 33 p. 100 des prix de l'essence.

    Cette augmentation n'est pas due à l'augmentation des taxes. C'est à peine 7 p. 100. La plupart des taxes sont des taxes fixes par litre d'essence vendu. Par exemple, la taxe d'assise fédérale est de 10¢ par litre d'essence vendu. Il n'y a donc pas d'effet d'ascenseur qui est créé par cette taxe. C'est la même chose pour les taxes provinciales.

    Il y a une taxe fédérale qu'il serait toutefois très important de faire disparaître, soit la taxe de 1,5¢ le litre, qui avait été mise en place pour faire la lutte au déficit. Il y a plus de cinq ans qu'il n'y a pas de déficit au Canada, mais le gouvernement fédéral continue d'empocher cet argent. Je pense qu'il serait pertinent qu'on fasse disparaître cette taxe, mais en s'assurant que l'argent puisse se retrouver dans les poches des consommateurs et non pas dans celles des pétrolières.

    Effectivement, dans la situation actuelle, alors qu'il y a 7 p. 100 d'augmentation des revenus de taxes pendant une période d'un an sur une augmentation totale de 33 p. 100 du prix d'un litre d'essence, les pétrolières ont empoché 94 p. 100 de plus au niveau de la marge de raffinage. On est passé de 5,1¢ le litre à 9,9¢ le litre. C'est en fait une augmentation de presque 100 p. 100. Une augmentation de 94 p. 100, c'est comme si on avait doublé les profits du raffinage. On n'a pas encore eu d'explications des pétrolières à ce sujet.

    On a aussi eu une augmentation au niveau du prix du brut de 58 p. 100. On va aller fouiller cette question. C'est évident qu'on invoque la question de la crise en Irak. Mais la crise en Irak, c'est une crise anticipée, c'est de la spéculation. La crise elle-même n'existe pas encore. Il n'y a pas de pétrole qui est moins disponible, même aujourd'hui à l'occasion de cette journée cruciale dans ce débat. On n'en est pas encore là.

    Il y a donc là quelque chose à fouiller en profondeur. À long terme, il faut en venir à des mesures correctrices qui pourraient permettre, par exemple, de donner plus de pouvoirs au Bureau de la concurrence ou amener une modification de l'organisation et de la structure du marché dans le domaine de l'essence.

    Il faudra certainement s'assurer qu'il y aura une concurrence réelle. Aujourd'hui, ce qu'on retrouve dans le marché de l'essence, c'est une apparence de collusion.

  +-(1225)  

    Il faudrait que les pétrolières contribuent aux travaux du comité de façon telle que l'on puisse avoir l'heure juste sur cette question, faire la lumière et que les correctifs nécessaires soient proposés pour éviter la situation qui se présente depuis plusieurs années, en tout cas depuis que je suis député ici. Tous les deux ans, il y a une hausse soudaine du prix qui fait habituellement suite à une crise internationale. On nous explique pourquoi le prix a augmenté mais après, il ne redescend plus. Lorsque la crise est terminée, on laisse là le plancher qu'on a atteint et on attend la crise suivante pour augmenter encore la possibilité de faire des profits.

    Je pense que là-dessus, il y a vraiment des gestes à poser de la part du Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie. Le comité a appuyé unanimement la motion que j'ai proposée pour que, effectivement, on convoque les pétrolières et des spécialistes. Je souhaite que le ministre soit aussi reçu par le comité et que cela se fasse le plus tôt possible pour qu'à la fin de la session présente, au plus tard au début juin, on ait des recommandations concrètes et que des mesures qui pourront corriger cette situation puissent être adoptées en cette Chambre.

    Évidemment, cette situation a un impact sur le prix de l'essence pour l'automobile. On parle des camionneurs, des chauffeurs de taxi, des acériculteurs. Dans ma région, c'est la saison de production de sirop d'érable. Beaucoup de brûleurs sont alimentés par l'huile à chauffage. Les gens ont la surprise de devoir payer 65¢ le litre alors que l'an dernier, ils payaient environ 40¢ le litre, ce qui veut dire que cela va réduire une part importante du profit dont ces producteurs ont bien besoin pour assurer la subsistance de leur famille.

    La hausse actuelle a un effet négatif important. Cela touche les camionneurs évidemment. Des camionneurs artisans intervenaient lors de ma tournée pour me dire: «Chez nous, moi, je ne l'ai pas la clause d'indexation automatique.» De toute façon, lorsque les gens ont une clause d'indexation automatique, en bout de ligne, c'est le consommateur qui paye.

    Les taxis n'ont pas d'indexation automatique. Chaque année, au Québec, ils doivent aller chercher une autorisation de la Commission des transports. Cela veut dire que ce sont eux qui absorbent la hausse actuelle.

    Est-ce qu'il n'y a pas moyen de trouver une façon de les aider? Au Québec, à l'échelle provinciale, il existe un crédit d'impôt de 500 $ pour ces gens. Lorsqu'ils ont un revenu de 26 000 $ à titre de chauffeurs de taxi, ils peuvent avoir un crédit, un versement de 500 $ en retour d'impôt. Cela n'existe pas au fédéral. Est-ce qu'il n'y aurait pas une mesure semblable qui pourrait être mise de l'avant?

    Évidemment, à côté de cela, il y a l'huile à chauffage. Quant à moi, c'est encore plus grave car on parle de gens qui doivent chauffer leur maison. Présentement, il y a des gens qui viennent dans nos bureaux ou qui vont dans les bureaux d'associations qui sont là pour venir en aide aux consommateurs et ils essaient de refaire des budgets avec des chiffres qui sont impossibles à concilier. Effectivement, ils n'avaient pas prévu l'augmentation qu'ils ont à assumer; elle n'était pas prévisible et cela les empêche souvent de joindre les deux bouts avec des budgets qui sont très serrés.

    J'invite le gouvernement fédéral à être sensible à cette réalité, à utiliser sa réserve pour éventualités. J'invite également le ministre des Finances à faire des annonces qui permettront d'obtenir les résultats souhaités et ne pas attendre à la prochaine période électorale pour le faire. C'est maintenant que les gens ont besoin de cet argent.

    À partir du moment où le gouvernement aura posé ce geste à court terme, notre contrepartie en tant que parlementaires sera de nous assurer que les parlementaires au Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie, et ensuite en cette Chambre, adoptent les mesures nécessaires pour mettre fin à l'apparence de collusion que l'on retrouve présentement sur le marché de l'essence et de l'huile à chauffage.

    Le crédit de 130 $ proposé est pour tous les gens, qu'ils chauffent avec de l'huile à chauffage, avec du gaz ou à l'électricité, pour s'assurer qu'il n'y ait pas de compétition indue entre un type d'énergie et un autre. De toute façon, effectivement, lorsque le prix est à la hausse dans l'une des sources d'énergie, cela a un impact dans le même sens pour les autres sources d'énergie. C'est pour cela que ce geste nous apparaît très pertinent.

    Dans un tout autre ordre d'idée, par rapport au budget—et je vais conclure là-dessus—on a annoncé la création d'un comité d'étude sur le crédit d'impôt pour personnes handicapées. Présentement, ce crédit d'impôt a des impacts très négatifs, entre autres chez les gens qui sont atteints de la maladie de coeliaque. Le gouvernement ne veut pas leur reconnaître le droit à l'accès à ce crédit. Pourtant, un juge, en tribunal, a reconnu qu'ils devraient être admissibles.

    Le gouvernement fédéral, plutôt que de recevoir le jugement et l'appliquer, a essayé de fermer la porte au fait que ces gens vivent un handicap majeur. Je pense que tous les gens savent que cette maladie est une incapacité de manger toute alimentation dans laquelle il y a du gluten. Cela entraîne des dépenses additionnelles importantes. Je trouve qu'on aurait dû aller plus loin dans le budget et autoriser que le crédit s'applique aux gens qui sont atteints de la maladie de coeliaque.

  +-(1230)  

[Traduction]

+-

    M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, j'ai écouté les propos de mon collègue concernant le prix de l'essence. Comme le député le sait déjà, en vertu de la Constitution, la question de la concurrence relève du gouvernement du Canada et est traitée par le Bureau de la concurrence. Le Bureau de la concurrence donne toujours suite aux plaintes précises qui lui sont soumises. Au fil des ans, nombre de poursuites se sont avérées fructueuses.

    Pour ce qui est de l'établissement du prix de l'essence, je renvoie le député à la Constitution et lui rappelle que la question relève de la compétence provinciale. Si le député veut s'adresser à ses collègues à Québec, je puis l'assurer que le gouvernement du Québec, à l'instar des autres administrations provinciales, a le pouvoir d'imposer un gel des prix. En fait, en mars 2000, le gouvernement a proposé par écrit à toutes les provinces de suspendre l'imposition sur l'essence de sa portion de TPS à condition que les provinces lui emboîtent le pas. Malheureusement, une seule province a daigné répondre à cette offre.

    Par conséquent, bien que nous comprenions fort bien l'argument du député, nous réitérons que la question relève de la compétence des provinces.

    Pour ce qui est de la maladie coeliaque, je souligne que le gouvernement prend également des mesures précises. Je sais que le député s'intéresse depuis longtemps à cette question et je le renvoie aux consultations et à la mesure législative qui sera étudiée en comité dans quelques semaines.

[Français]

+-

    M. Paul Crête: Monsieur le Président, je voudrais rappeler à mon honorable collègue que la situation visée actuellement n'est pas la question de la vente au détail. Il est clairement établi que, présentement, ce n'est pas lors de la vente au détail qu'il y a des profits indus. Ce ne sont pas les détaillants qui se trouvent aux coins des rues de chacune de nos municipalités qui en profitent indûment.

    La question est la suivante. Le Bureau de la concurrence aurait dû se voir confier une enquête absolument nécessaire pour en venir à faire la lumière sur la situation actuelle, ce qui n'a pas été fait à cause de l'inaction du ministre de l'Industrie. Celui-ci s'est refusé, à la Chambre, à confier au Bureau de la concurrence le mandat de faire une étude approfondie sur ce sujet. C'est à la suite du refus du ministre que les membres du Comité permanent de l'industrie, tous partis confondus y compris les députés de la majorité libérale, ont décidé de mener ces études, de convoquer les pétrolières et de faire en sorte que le débat soit tenu et qu'on puisse arriver au bout du chemin. C'est donc un jugement très sévère de la part des députés du comité sur l'inaction du ministre.

    Quant à la question de la maladie coeliaque, je suis heureux des nouvelles que mon collègue a annoncées. Cependant, il y a toujours des inquiétudes chez ces gens. Ils ont été très échaudés par la décision du gouvernement de faire un avant-projet de loi qui les excluait de la possibilité d'être admissibles au crédit d'impôt. Depuis ce temps, ils vivent dans l'incertitude.

    Pour me sensibiliser, ils m'ont invité à un déjeuner dans ma circonscription. J'ai alors vu la réalité que vivent ces gens. Je souhaite effectivement que le gouvernement fédéral dépose rapidement un projet de loi qui les rendra complètement admissibles au crédit d'impôt pour personnes handicapées. Notre société ne peut pas se permettre moins que cela.

[Traduction]

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD): Monsieur le Président, ma question au député du Bloc est la suivante. À la fin de ce mois-ci, le ministre des Pêches et des Océans prendra une décision au sujet de la pêche à la morue au large des côtes du Québec, de Terre-Neuve et dans le golfe. S'il décide, comme je m'y attends, de fermer complètement la pêche à la morue, près de 15 000 personnes, dont des pêcheurs et leurs familles qui vivent de la pêche à la morue au Québec, à Terre-Neuve-et-Labrador et dans d'autres régions, se retrouveront littéralement sans travail et probablement exclus définitivement de l'industrie de la pêche.

    J'aimerais que le député m'explique pourquoi le budget est si peu généreux en ce qui concerne l'augmentation du budget du secteur scientifique du ministère des Pêches et des Océans. Malgré les compressions budgétaires énormes dont le Secteur des sciences du ministère a fait et continue de faire l'objet, le dernier budget passe complètement cette question sous silence.

    Le député pourrait-il nous expliquer pourquoi?

[Français]

+-

    M. Paul Crête: Monsieur le Président, je remercie mon collègue pour cette question très pertinente. Effectivement, une des plus mauvaises notes que l'on peut attribuer au gouvernement fédéral depuis 15 à 20 ans touche à la gestion des pêches.

    On a là l'exemple à peu près le plus concret d'un gouvernement qui est beaucoup trop loin des gens, qui n'a pas su gérer ces choses correctement et qui, aujourd'hui, fait de la gestion à la petite semaine. Depuis quelques années—et c'est important—, le gouvernement s'occupe beaucoup de la nouvelle économie, des nouvelles technologies, d'investir dans ces secteurs et d'essayer de montrer qu'on est à l'avant-garde.

    Cependant, en même temps, on a comme baissé les bras et démissionné devant le fait qu'il y a des ressources naturelles importantes en termes de forêts et particulièrement termes de pêcheries, qui étaient une fierté à l'échelle du Canada, et ce, sur les deux côtes. Aujourd'hui, on est rendus à gérer à la petite semaine, à prendre des décisions à court terme. On a laissé des communautés à elles seules. Le jugement devrait être très sévère à cet égard.

    C'est incompréhensible que le gouvernement fédéral ne se soit pas attaqué vigoureusement à cette question dans le présent budget. Souhaitons que l'action des députés permettra de gagner à cet égard.

  +-(1235)  

[Traduction]

+-

    M. John Bryden (Ancaster—Dundas—Flamborough—Aldershot, Lib.): Monsieur le Président, le budget est porteur de grands espoirs, d'optimisme et de promesses pour l'avenir. Le gouvernement a tout lieu d'en être fier, car il témoigne de la saine gestion financière que le gouvernement pratique depuis quelques années. Toutefois, le budget passe sous silence l'une des plus importantes questions de l'heure, à savoir les conséquences d'une attaque contre l'Irak. Au cours de la période qui m'est allouée, je propose d'examiner les répercussions, sur la situation financière à court et à long termes du Canada, d'une action unilatérale des États-Unis et de la Grande-Bretagne contre l'Irak.

    Je signale, monsieur le Président, que le budget actuel comme ceux qui l'ont précédé nous ont permis de réduire la dette de quelque 46 milliards de dollars au cours des cinq dernières années, de créer, l'an dernier seulement, plus de 560 000 nouveaux emplois, et d'afficher un taux de croissance économique de 4 p. 100. En comparaison, les autres pays membres du G-7 et de l'OCDE, et notamment les États-Unis, connaissent tous une croissance économique inférieure à la nôtre. Toutes choses étant égales, le Canada devrait continuer de rembourser sa dette et poursuivre sa croissance économique, alors que le contraire se produit aux États-Unis. En plus de sa dette, notre voisin du Sud devrait voir son déficit grimper à 100 milliards de dollars et plus.

    Le Canada se tire bien d'affaires, dans une économie mondiale qui fonctionne au ralenti. Mais quelles seraient les répercussions, pour l'économie mondiale, d'une attaque contre l'Irak? La situation sera différente. Les plus touchés seront nos amis les Américains. Permettez-moi de vous en donner quelques exemples.

    Nous savons qu'une guerre en Irak entraînera un ressac mondial. Premièrement, il y aura des répercussions sur le plan de la sécurité. Je crois que c'est le National Post qui a publié l'autre jour un article disant que l'industrie du transport aérien des États-Unis prévoyait devoir abolir 70 000 emplois, et perdre 4 milliards de dollars par trimestre, si les États-Unis et son alliée la Grande-Bretagne attaquaient unilatéralement l'Irak. On peut facilement comprendre pourquoi car la population perçoit l'industrie du transport aérien et les avions eux-mêmes comme étant très vulnérables aux représailles des terroristes.

    Par exemple, on a connu un incident au Kenya où deux missiles sol-air ont été lancés contre un avion de ligne israélien qui décollait de l'aéroport. L'industrie mondiale du transport aérien a tremblé devant cet incident. Il suffirait qu'un seul avion de ligne soit abattu dans des circonstances similaires pour que l'industrie aérienne de toute la planète soit entièrement dévastée. Les industries aériennes des États-Unis et du Canada ne seraient pas épargnées.

    Air Canada, notre transporteur national, subira déjà une perte de 300 millions de dollars pour le premier trimestre et prévoit, pour chacun des trimestres subséquents, des pertes de 300 à 500 millions de dollars. Air Canada admet volontiers qu'elle connaît une telle situation, qui pourrait l'étouffer et même l'acculer à la faillite, à cause de l'insécurité que ressentent tous les passagers du transport aérien qui craignent non pas un détournement d'avion, mais plutôt une attaque contre un avion de ligne.

    Il existe aussi d'autres problèmes. Les aéroports sont, bien entendu, des centres de communication internationale où convergent de très nombreuses personnes. Les gens du monde entier reconnaissent que cela représente un danger important qu'aucune mesure de sécurité ne peut contrer. Il est facile de voir que ce seul facteur constitue un problème.

    Il faut ajouter à cela le secteur de l'assurance. Je parle de l'industrie de l'assurance des États-Unis, de celle du Canada, de la Lloyds de Londres, de toutes ces organisations qui assurent divers genres de sociétés et d'entreprises à l'échelle mondiale. Elles seraient frappées par un désastre incommensurable en cas d'attaque unilatérale contre l'Irak et de rétorsion terroriste mondiale. Nous ne parlons plus d'un groupe comme Al-Qaïda. Nous parlons de la réaction de toutes sortes d'individus qui seront peut-être mécontents pour une raison quelconque, qu'elle soit d'ordre religieux, éthique ou autre. Leur colère se concentrera sur les intérêts américains tant à l'étranger que, jusqu'à un certain point, sur le propre territoire des États-Unis.

  +-(1240)  

    Cela créera un incroyable climat d'insécurité. Les compagnies d'assurances devront accroître considérablement leurs primes ou cesser d'assurer les entreprises. Dans ma circonscription, il y a une entreprise qui manipule des substances dangereuses. Même si elle devait payer un bon prix, elle pouvait s'assurer, ce qu'elle n'est plus en mesure de faire à cause des substances qu'elle transporte. Elle sera obligée de fermer ses portes, car, sans assurance, elle ne peut poursuivre ses activités. Ce n'est là qu'un exemple de plus d'une situation qui pourrait faire perdre des milliards de dollars à l'économie américaine.

    Pensons au tourisme, monsieur le Président, et aux contrecoups que cette industrie a déjà subis. Que ce soit dans les Caraïbes, en Amérique du Sud, en Extrême-Orient, au Proche-Orient ou ailleurs, le tourisme est à toutes fins utiles disparu. Tout cela, encore une fois, parce qu'on craint les mesures de représailles qui pourraient être prises si une attaque unilatérale est lancée contre l'Irak.

    La situation nuit grandement aux entreprises américaines et canadiennes et, malheureusement, à de nombreux pays, particulièrement les pays en développement, en grande partie des petits pays dont l'économie repose principalement sur le tourisme. Ils ne peuvent plus profiter du tourisme. On n'a qu'à songer à ce qui s'est produit en Indonésie après l'éclatement d'une bombe dans une boîte de nuit à Bali.

    Le secteur touristique du Canada pourrait, quant à lui, tirer profit de la situation, en attirant les touristes américains. Nous pourrions profiter de la situation, mais ce n'est pas ce que veulent les Canadiens. Nous ne voulons pas payer un tel prix pour assurer l'essor de notre secteur touristique, d'autant plus que cela risquerait de ravager l'industrie des voyages aux États-Unis. Combien de milliards de dollars l'économie américaine perdrait-elle?

    Le pire est que nous devons nous attendre à une réaction brutale à l'endroit de tout ce qui touche à la culture américaine dans le monde. Une grande partie du monde musulman boycotte déjà systématiquement les boissons gazeuses américaines comme le Coca-Cola et le Pepsi. C'est important pour deux raisons. Comme les adeptes de l'Islam ne consomment aucune boisson alcoolisée, les boissons gazeuses revêtent un caractère culturel extrêmement important dans les pays musulmans.

    Naturellement, la meilleure technologie qui donne les meilleurs arômes et les meilleures boissons gazeuses est celle qui permet la fabrication des boissons gazeuses que nous reconnaissons nous aussi comme étant les meilleures au monde, inventées et produites par les Américains: le Coca-Cola, le Pepsi et les produits connexes. Nous pouvons nous procurer ces produits partout en Extrême-Orient, en Indonésie, en Malaysie, en Égypte ou ailleurs. Fabriqués sous licence dans ces pays, ils disparaîtront des rayons.

    Citer l'exemple des fabricants de boissons gazeuses peut sembler manquer de sérieux, monsieur le Président, mais leurs produits rapportent des centaines de millions de dollars à l'économie américaine et ils vont perdre ce marché.

    Encore pire que ça est ce qui est arrivé au lendemain du 11 septembre avec la menace d'intervention militaire en Irak et le conflit israélo-palestinien. Les pays musulmans ont essayé à de multiples reprises d'organiser le boycottage de produits américains. Il est clair à mon avis que l'opinion publique dans le monde considère qu'une déclaration de guerre contre l'Irak par les États-Unis et la Grande-Bretagne sans l'appui du Conseil de sécurité des Nations Unies serait une guerre injuste. La réaction négative aux intérêts américains à l'étranger sera extrêmement grave. L'impact sur l'économie américaine sera énorme.

    Nous pouvons être sûrs que nous subirons le contrecoup de tout impact négatif sur l'économie américaine. Qu'arrivera-t-il à nos surplus de plusieurs milliards de dollars? Ils fondront dans notre tentative de sauver Air Canada de la faillite et de combler la perte de recettes.

  +-(1245)  

    Pensez à l'ampleur, si l'on extrapole, que prendra ce problème aux États-Unis. Les sociétés pharmaceutiques auront de la difficulté à vendre leurs produits à l'étranger, et ce sera le cas de tous les produits manufacturés américains, et pas seulement dans les pays musulmans. Il pourrait y avoir une réaction à la grandeur de l'Europe et de la Chine. Cette possibilité que les États-Unis partent en guerre contre l'Irak sans l'autorité morale du Conseil de sécurité des Nations Unies pourrait avoir des conséquences économiques catastrophiques aux États-Unis. Et il ne s'agit pas de conséquences à court terme, mais bien à long terme. En fait, elles seront vraisemblablement à long terme.

    Certains effets se feront sentir rapidement. Nous observerons sans doute la paralysie complète de l'industrie des transports aériens des États-Unis. Cela entraînera une hausse des dépenses publiques consacrées aux produits américains liés à la défense et à la sécurité. Des emplois seront créés dans les aéroports. Pour renforcer la sécurité, on engagera des policiers supplémentaires. Cependant, les fonds consacrés à l'armée, à la police et aux agents de sécurité ne créent pas de la richesse. En fait, ils grèvent les budgets.

    Si les Américains s'en vont en guerre contre l'Irak sans l'appui du Conseil de sécurité des Nations Unies--et il semble bien qu'ils s'apprêtent à le faire--, les conséquences économiques pour les États-Unis seront dévastatrices. Je pense que nous pouvons facilement prévoir ce qui se produira. Les Américains ne pourront plus voyager ni investir à l'étranger. Ils seront confinés à l'hémisphère occidental.

    Maintenant, bien sûr, nous avons la zone de libre-échange des Amériques. Je pense qu'il est facile de prédire que les Américains recentreront leur pouvoir politique et économique dans l'hémisphère occidental, et laisseront le reste du monde aux autres intérêts. C'est prévisible.

    Les pays qui profiteront le plus du fait que les Américains seront forcés de se retirer économiquement du reste du monde seront, d'une part, la Chine, qui étendra sa domination sur l'Asie du Sud-Est, et, d'autre part, l'Europe, qui étendra la sienne sur l'Europe occidentale. Même la Russie en profitera. Si les produits américains sont retirés du circuit mondial à cause des campagnes de boycottage des produits américains dans le monde, si les investisseurs américains se voient barrer le chemin à l'étranger, ce sont les investisseurs européens, russes et chinois qui en profiteront.

    Selon moi, il faut s'attendre à un bouleversement fondamental du monde, d'ici 10 à 20 ans. Il y aura la forteresse de l'hémisphère occidental, dominée par les États-Unis, et deux autres zones, sous l'emprise de l'Europe occidentale et la Chine.

    La Chine, avec son milliard d'habitants, est le géant endormi de l'économie mondiale. Mieux encore, c'est un pays qui a une culture d'entreprise, de commerce et de prise de risques bien enracinée. La langue du commerce, dans le sud-est de l'Asie, n'est pas le japonais, ni l'anglais, mais le chinois. Chose certaine, si l'Indonésie, la Malaisie et l'ensemble de l'archipel rejettent les produits et les investisseurs américains, la Chine sera là pour combler le vide.

    Je crois vraiment que l'entreprise envisagée par les États-Unis, peu importe la raison, peu importe la justification aux yeux de la Maison-Blanche ou du premier ministre britannique, va coûter très cher à ces pays. Pour m'en tenir à la seule Grande-Bretagne, elle sera mise en marge de l'Europe. Son influence au sein de l'Europe sera réduite, tout comme sa capacité de vendre ses produits. Peut-on croire que le Commonwealth fera une grande différence pour le Royaume-Uni, une fois qu'il aura décidé d'attaquer l'Irak, position qui va complètement à l'encontre de celle de tous les membres de l'organisation? Je ne le pense pas.

    Je veux pas paraître terriblement pessimiste, mais je crois que nous sommes au bord d'un précipice, d'un changement fondamental dans la dynamique planétaire. Il n'y a pas uniquement le fait que l'ONU perdra de l'importance. Il y aura aussi un climat de rivalité qui coûtera cher à nos enfants et peut-être même à nos petits-enfants, parce que nous aurons créé trois grands blocs: l'hémisphère occidental, dominé par les États-Unis; l'Europe occidentale, sous l'emprise des Européens; le sud-est de l'Asie, dominé par la Chine.

  +-(1250)  

    Ce n'est pas l'image du monde que nous avons vue à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, au moment de la création des Nations Unies. Ce nouvel organisme devait permettre aux gens de partout au monde de trouver ensemble des solutions aux conflits et aux problèmes mondiaux. Toutefois, ce que nous voyons actuellement se profiler, ce sont des super-puissances mondiales qui seront peut-être plus dangereuses et avec qui il sera plus difficiles de traiter que ce n'était le cas lorsque la lutte se faisait tout simplement entre le bloc communiste et les pays occidentaux.

    Nous avons si peu de choses à gagner dans tout cela. Même le renforcement de notre monnaie ne constitue pas un avantage pour le Canada. Nous remarquons que notre dollar a pris de la force sur le marché ces dernière semaine et nous devons comprendre que la seule raison c'est que les investisseurs du monde entier sont de plus en plus inquiets de l'avenir économique des États-Unis, ce qui a fait chuter le dollar américain. Notre monnaie a donc pris de la valeur en raison de la chute de celle de nos voisins. C'est en fait plutôt négatif, puisqu'à mesure que notre dollar prend de la valeur, il devient de plus en plus difficile pour nous de faire commerce avec notre seul vrai partenaire commercial, c'est-à-dire les États-Unis.

    Nous sommes donc intimement liés aux propositions américaines en ce qui a trait à l'invasion de l'Irak. J'espère que la Maison-Blanche écoutera ses amis parce qu'à titre de gouvernement et à titre de députés--pour la plupart d'entre nous du moins--nous avons exhorté les Américains à faire preuve de prudence, à tenir compte de l'opinion du monde entier à ce sujet, à appuyer les Nations Unies et à ne pas adopter de mesures unilatérales qui ne feraient que créer le désespoir, la misère et la famine dans une bonne partie du globe.

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD): Monsieur le Président, je remercie mon collègue de ses propos. Il s'inquiète manifestement beaucoup pour l'avenir de la planète, sans compter le reste. J'aimerais cependant lui rappeler qu'Air Canada éprouvait de graves difficultés financières bien avant le 11 septembre. En fait, on pourrait dire que cette société et la Nouvelle-Écosse ont une chose en commun: une dette de 12 milliards de dollars.

    Si je puis revenir à des questions d'ordre national, ce budget ne tient aucunement compte des travailleurs forestiers, des agriculteurs ni des pêcheurs. Pourtant, les travailleurs de ces industries représentent, avec leurs familles, des millions de Canadiens qui font les frais de ces accords commerciaux qui régissent leurs activités et des politiques protectionnistes des États-Unis.

    Le député pourrait peut-être nous expliquer les graves lacunes du budget dans ces trois domaines d'importance. J'aimerais tout particulièrement l'entendre commenter la décision que prendra le ministre des Pêches. Je soupçonne ce dernier de vouloir interdire complètement, à la fin du mois, la pêche à la morue dans le golfe et la partie septentrionale de Terre-Neuve-et-Labrador, ce qui privera définitivement de leur gagne-pain 15 000 pêcheurs et leurs familles.

    Le député pourrait-il justifier l'absence de détails précis à ce sujet dans le budget?

+-

    M. John Bryden: Monsieur le Président, je remercie le député d'en face de ses observations, qui cadrent parfaitement avec ce que j'ai dit précédemment. L'une des raisons pour lesquelles le budget passe sous silence ces questions commerciales dans les domaines de l'exploitation forestière et du bois d'oeuvre, et tout le dossier de nos relations commerciales avec les États-Unis, c'est que les Américains ignorent complètement les accords commerciaux rationnels conclus avec eux. Je n'apprends rien au député en lui disant que l'État américain accorde des subventions faramineuses à ses agriculteurs.

    Si nous ne pouvons pas solutionner le problème de nos agriculteurs par voie d'accords commerciaux, c'est parce que les Américains agissent de plus en plus de façon unilatérale, non seulement en passant outre aux accords commerciaux, mais aussi en subventionnant injustement leurs industries. On a vu cette tendance se développer au cours des dernières années, alors que l'administration américaine, la Maison-Blanche, qui dicte la politique étrangère, a fait preuve d'unilatéralisme en ne se préoccupant que des intérêts américains, sans tenir compte de ceux de pays aussi proches que le Canada.

    En ce qui concerne l'industrie de la pêche à la morue, je suis un peu au courant. Je crois que certains des problèmes qu'a connus l'industrie de la pêche, sur la côte est, étaient dus aux subventions fédérales trop généreuses accordées dans le passé aux pêcheurs de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve, car ce sont ces subventions qui ont donné lieu à un affaissement des stocks de poisson, notamment de la morue. Nous savons bien que les stocks de morue ont chuté de façon dramatique. Et il n'y a pas que les stocks de morue qui se sont affaissés. Lors de l'imposition du moratoire sur la morue, certaines activités menées sur la côte est dans la foulée des injections de fonds fédéraux, surtout, et provinciaux aussi, ont exercé des pressions indues sur l'environnement et entraîné l'exploitation d'autres espèces de poisson également menacées.

    En outre, les Grands Bancs et les fonds marins autour des Maritimes ont subi de graves dommages environnementaux attribuables aux chalutiers commerciaux, tant canadiens qu'étrangers, mais je signale qu'on a aussi des raisons de croire que des déversements de produits toxiques à la fin de la Deuxième Guerre mondiale pourraient nuire aux stocks de morue. Je félicite le gouvernement qui se montre enfin intéressé à repérer ces zones de déversement d'agents chimiques. Je crains depuis longtemps que ce soient ces agents chimiques qui ont des effets très nocifs sur les pêches de la côte est.

    Enfin, j'ajouterai que les gouvernements doivent prendre des mesures draconiennes lorsqu'il n'y a pas de poisson. Somme toute, c'est un hasard de la Confédération s'il revient au gouvernement fédéral plutôt qu'aux gouvernements provinciaux de décider quels poissons pourront être capturés. Je crois que les gouvernements provinciaux prendraient exactement les mêmes décisions s'ils détenaient ce pouvoir.

  +-(1255)  

+-

    M. Roy Bailey (Souris—Moose Mountain, Alliance canadienne): Monsieur le Président, comme toujours, j'ai écouté le député d'en face avec intérêt.

    Je l'ai entendu parler d'une société qui ne peut obtenir une assurance parce qu'elle transporte des produits dangereux. Je voudrais lui poser une question à cet égard, car je viens d'une province qui compte environ la moitié des terres agricoles du Canada. Le député qui siège devant moi est originaire de la Saskatchewan, qui a connu deux années de sécheresse d'affilée, et le peu de récoltes qui a poussé a été mangé par les sauterelles, à l'automne.

    Au Canada, les primes d'assurance-récolte, que les agriculteurs doivent payer pour survivre, ont augmenté de 52 p. 100, car on espérait couvrir les pertes. Nous n'avons pas entendu trop de récriminations à ce sujet, sauf que la plupart des agriculteurs ne peuvent pas payer les primes et qu'ils sont donc incapables d'assurer des récoltes isolées sur leur propre exploitation agricole. Vu la vaste majorité de terres agricoles qui ont enregistré un déficit de 0,5 million de dollars, j'aurais pensé que le gouvernement aurait décidé de prendre des mesures en conséquence dans le budget. Or, il n'a rien fait, car le montant qu'il a prévu a dû être divisé par cinq.

    Je tiens à dire au député que nous souffrons dans l'Ouest et que l'assurance-récolte ne fonctionnera pas, car les agriculteurs sont incapables de payer leurs primes pour obtenir une couverture totale.

  +-(1300)  

+-

    M. John Bryden: Je sais que la situation est difficile en Saskatchewan, monsieur le Président, et qu'elle nous préoccupe tous beaucoup ici. Une des choses dont je suis très fier, c'est que la situation des agriculteurs de la Saskatchewan nous préoccupe tous, que nous soyons de la Saskatchewan, de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick ou de la Nouvelle-Écosse.

    Je le répète, toutefois: le problème vient de la situation terrible qui fait que, aux États-Unis, nos produits sont de moins en moins concurrentiels, peu importe le rendement de nos agriculteurs, parce que les agriculteurs américains bénéficient de toutes sortes de subventions cachées. Je ne suis pas en mesure de répondre intelligemment au député d'en face. Je n'ai pas examiné pour ma part le passage du budget concernant l'assurance-récolte. Par suite de son intervention, toutefois, je vais l'examiner et je verrai avec les membres de notre caucus qui sont du Canada rural s'il n'y aurait pas une meilleure solution, car le budget n'est jamais coulé dans le béton. C'est un plan pour améliorer le sort de tous les Canadiens et aider les régions de notre pays qui en ont le plus besoin.

    Le problème vient toujours du fait que notre pays dépend tellement du commerce international et, partant, de la bonne volonté de nos partenaires commerciaux. Or, le plus dur, ces dernières années, c'est que notre principal partenaire commercial fait preuve de peu de bonne volonté.

+-

    M. Ted White (North Vancouver, Alliance canadienne): Monsieur le Président, dans le cadre du débat sur le budget, je voudrais peut-être rappeler à la Chambre que les budgets du gouvernement consistent à dépenser l'argent d'autres personnes. Il est très facile pour nous d'oublier cela, surtout lorsque les décisions sont prises de l'autre côté de la Chambre relativement à de grandioses projets de sociologie appliquée comme le registre des armes à feu dont l'un de nos collègues a parlé plus tôt aujourd'hui.

    Les gens oublient qu'il s'agit de dépenser l'argent des autres. Les députés devraient passer un peu plus de temps à penser aux familles dans leur circonscription qui ont du mal à s'en sortir, à rembourser leur hypothèque, à payer leur épicerie et toutes leurs factures avec un gouvernement d'en face qui prend une si grande partie de leur chèque de paye pour financer des projets dont ces gens ne veulent pas. Il s'agit de dépenser l'argent des autres et je vais vous en donner quelques exemples.

    Pendant que nous nous préoccupons de dépenser l'argent des autres, il est très facile d'oublier que la réussite qui a donné à ce côté-là de la Chambre tant d'argent ne découle pas des politiques libérales en particulier; c'est plutôt le fait des gouvernements de l'Ontario et de l'Alberta, des gouvernements favorables à la libre entreprise qui ont pris des initiatives afin de faciliter la tâche aux entreprises et d'assurer la bonne marche de l'économie. Ce sont eux qui ont généré la richesse que ce côté-là de la Chambre dépense.

    Non seulement les libéraux dépensent l'argent des autres, mais il s'agit d'argent qui est le fruit des efforts d'autres gens qu'eux.

    Je peux vous dire que sitôt que les politiciens se lancent en campagne électorale, ils pensent qu'il fait bon de dépenser l'argent des autres. Encore hier ou avant-hier, le premier ministre du Québec, Bernard Landry, a promis qu'il allait forcer les entreprises à offrir une semaine de travail de quatre jours aux parents ayant de jeunes enfants. La paye serait ajustée en conséquence, mais M. Landry forcerait les entreprises à payer des avantages sociaux égaux à une semaine de cinq jours.

    Il est facile pour des politiciens d'adopter une mesure budgétaire qui va toucher énormément le monde des affaires sans tenir compte des difficultés qu'ils vont ainsi imposer aux entreprises ou à leurs employés.

    Dans le même ordre d'idées, le gouvernement fédéral a décidé de porter la durée des prestations de maternité à un an. J'ai reçu beaucoup lettres de plainte dans ma circonscription. On pourrait penser que ce serait le contraire, mais les gens ne sont pas stupides. Ils se rendent compte qu'ils vont devoir payer pour que des gens restent à la maison pendant un an et que cela perturbera énormément les activités des entreprises et coûtera beaucoup d'argent aux contribuables. Cependant, je le répète, il est facile de dépenser l'argent des autres sans vraiment réfléchir aux conséquences.

    J'ai participé à d'autres débats sur les budgets présentés à la Chambre et demandé aux députés d'en face de payer avec leur propre argent tous ces programmes grandioses qu'ils affectionnent tant. Pourquoi ne paient-ils jamais avec leur propre argent ces programmes au lieu de s'attendre à ce que ce soit nous qui payions la note?

    Actuellement, sur les dix provinces et trois territoires, seuls l'Alberta et l'Ontario sont des contributeurs nets au système de transferts nationaux. J'ai ici un article de journal qui dit que l'Institut C.D. Howe a fait remarquer à maintes reprises que, pour chaque dollar que les gouvernements de ces deux provinces reçoivent au titre du Transfert canadien en matière de santé et de programmes sociaux, les contribuables albertains et ontariens paient 1,30 $ en impôts fédéraux. Qu'ont-ils en retour? Entre-temps, pour chaque dollar que le gouvernement du Québec reçoit d'Ottawa, les contribuables de cette province ne paient que 70 cents au gouvernement fédéral. Une situation semblable existe dans le cas de la soi-disant province pauvre de Terre-Neuve-et-Labrador, où les contribuables ne paient que 50 cents pour chaque dollar qu'ils reçoivent.

    Cela revient à dire que les contribuables de l'Alberta et de l'Ontario, disons les familles qui gagnent de 30 000 $ à 40 000 $ par année et qui paient des impôts fédéraux, se trouvent en fait à subventionner les familles de Terre-Neuve-et-Labrador qui gagnent 40 000 $ ou 50 000 $ par année en raison des transferts énormes visant à appuyer des programmes grandioses là-bas. C'est injuste.

    Les Albertains et les Ontariens, tout comme les Britanno-Colombiens, qui, jusqu'à récemment, étaient également des contributeurs nets au système, sont tout aussi patriotiques que n'importe qui, mais ils ne croient tout simplement pas que c'est juste de redistribuer ainsi l'argent des autres.

  +-(1305)  

    Quand la Colombie-Britannique est devenue une province pauvre, au cours des deux dernières années, traditionnellement notre province ne recevait que 8 p. 100 environ des dépenses du fédéral. Et cela malgré le fait que pendant toute une génération notre contribution aux recettes nationales s'élevait à 13 p. 100. Nous fournissions 13 p. 100 des recettes nationales et, pendant toute une génération, nous n'avons jamais reçu plus de 8 p. 100 des dépenses fédérales. Maintenant que nous sommes une province pauvre, nous continuons à ne recevoir que 86 cents de chaque dollar que nous envoyons à Ottawa. Il y a quelque chose qui ne va vraiment pas quand un système permet ça.

    À elle seule, la taxe fédérale sur le carburant a prélevé en 2000 quelque 750 millions de dollars en Colombie-Britannique. De cette somme, pas un seul sou n'a été investi dans notre réseau routier. Il suffit de voir dans quel état sont les routes, y compris la Transcanadienne. Certains tronçons de la Transcanadienne en Colombie-Britannique sont tellement dangereux qu'ils ne figurent même pas dans le registre nord-américain des routes.

    J'ai passé quelques jours aux États-Unis pendant l'intersession. Les sommes qui sont investies dans l'infrastructure et dans les autoroutes de ce pays sont étonnantes. Les travaux de construction qui s'y font sur les autoroutes sont absolument incroyables. Le réseau routier d'un pays est très important pour le transport des marchandises et pour la facilité avec laquelle on peut procéder aux échanges commerciaux. C'est effarant de venir d'un pays aussi merveilleusement développé pour se retrouver au Canada où on n'investit absolument rien dans l'infrastructure, rien pour améliorer la Transcanadienne alors que le gouvernement fédéral soustrait des sommes énormes aux économies des provinces.

    Sur plus de 5 milliards de dollars que le gouvernement fédéral tire de la taxe sur les carburants, 100 p. 100 va simplement dans les recettes générales. Par contre, aux États-Unis, 92 p. 100 de ces recettes vont directement aux États pour leur réseau routier et c'est pour ça qu'il est en bon état. C'est pour ça que leur infrastructure est si bien développée et que ce pays est si florissant.

    Comme je viens de le dire, la Transcanadienne est dans un état épouvantable en Colombie-Britannique. La 97, la principale autoroute qui mène à Vancouver, n'est même pas aussi large que l'autoroute qui traverse Ottawa car on n'a pas d'argent pour l'agrandir, pourtant notre population est quatre fois plus nombreuse. Il y a quelque chose qui ne va pas quand le gouvernement s'occupe de son propre territoire mais refuse d'aider les provinces à s'occuper du leur.

    Encore une fois, comme si ce n'était pas déjà assez répréhensible, le gouvernement se lance dans des projets de sociologie appliquée en utilisant l'argent des autres. À l'heure actuelle, le ministre des Transports fédéral est en train de demander à VIA Rail de rétablir son service subventionné de train de voyageurs entre Vancouver et Calgary. Ce service était un désastre. Nous avons dépensé des centaines de millions de dollars pour appuyer ce service non rentable durant des décennies. Dieu merci, ce service a été supprimé lorsque Rocky Mountaineer a pris la relève en offrant un service ferroviaire financé et administré par le secteur privé. Ce service fait des profits. Il attire le tourisme en Alberta et en Colombie-Britannique. C'est un véritable succès. Pourquoi donc le gouvernement veut-il dépenser l'argent des autres en créant un autre chemin de fer subventionné qui nuirait aux entreprises qui paient des impôts? Cela n'a tout simplement pas de sens.

    Le budget renferme tellement d'exemples semblables que c'est à s'en rendre malade. Je pourrais passer une journée entière à parler d'initiatives telles que le Conseil de recherches en sciences humaines. L'une de mes bêtes noires est le montant de 120 millions de dollars qui est dépensé annuellement, sans véritable contrôle, sur toutes sortes de projets bizarres et insolites. Des centaines de millions de dollars sont ainsi gaspillés. Cet organisme ne crée absolument aucune prospérité pour le pays. Il semble que la majorité des sommes que le Conseil de recherches en sciences humaines accorde à titre de subventions servent à financer les vacances d'universitaires en leur permettant de voyager dans d'autres pays et de prendre des photos. Ces sommes n'aident certainement pas à faire prospérer le pays.

    Comme je l'ai mentionné, il existe actuellement des problèmes liés au réseau de routes en Colombie-Britannique. Le ministre des Transports essaie de nuire à notre service ferroviaire privé. Le gouvernement fédéral refuse de parler de prospection pétrolière au large des côtes, activité qui pourrait grandement aider à relancer l'économie et à faire en sorte que notre province puisse de nouveau apporter une contribution. Pourquoi devons-nous nous battre pour chaque sou provenant du budget, alors que des centaines de millions, voire des milliards de dollars, sont gaspillés dans le cadre du registre des armes à feu? C'est frustrant. Le gouvernement dépense l'argent des autres. Ce budget est très mauvais. Si nous le pouvions, nous rejetterions ce budget.

  +-(1310)  

+-

    M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, j'ai écouté les observations du député. Il a dit que l'Alberta et l'Ontario sont d'excellents exemples d'une saine gestion budgétaire. Je signale qu'au fil des ans, l'Ontario a retiré plus d'un milliard de dollars à ses collèges et universités, qu'elle a réduit de manière spectaculaire ses dépenses en matière sociale et qu'elle s'est servie de recettes fiscales fédérales pour soutenir ses soins de santé.

    L'an dernier, sur les 2,2 milliards de dollars annoncés, 2,1 milliards provenaient des transferts fédéraux. Le député a oublié de mentionner cela. En fait, le plafond prévu par l'Ontario, du fait de la déréglementation, a été catastrophique. L'Ontario a plafonné les tarifs d'électricité. Nous avons connu un hiver très rigoureux, et l'on estime maintenant que cette mauvaise gestion du gouvernement de l'Ontario coûtera des centaines de millions de dollars. Ce n'est pas vraiment le meilleur des exemples.

    Je m'étonne que le député ne parle pas de notre excellente gestion budgétaire et du fait qu'en matière de remboursement de la dette, nous avons atteint notre niveau le plus bas depuis de nombreuses années. La dette est tombée à 44,5 p. 100 de notre PIB, contre 71,5 p. 100 il y a à peine cinq ans et demi. Nous faisons aussi des investissements stratégiques dans les infrastructures. Nous pourrions parler de la Fondation pour l'infrastructure stratégique, que les localités de partout au Canada appuient. Nous avons doublé le montant de cette fondation pour le porter à plus de 4 milliards de dollars.

    Il y a aussi un programme de dix ans relatif aux infrastructures municipales, programme que les administrations municipales de partout au Canada ont réclamé pendant de nombreuses années.

    En réalité, le fait de gouverner repose sur les priorités. Les priorités sont claires. La priorité numéro un était les soins de santé. Je n'ai pas entendu le député signaler que, même si l'administration des soins de santé est du ressort provincial, le gouvernement fédéral a rencontré ses homologues de toutes les provinces et a travaillé en collaboration avec elles dans ce domaine. Le député ne croit-il pas que ce genre d'investissement, qui est, j'en suis certain, très important pour les gens de sa circonscription, aura des répercussions sur la prestation adéquate des services et qu'il permettra d'apporter les modifications dont ont besoin les électeurs de sa circonscription et de partout au Canada?

+-

    M. Ted White: Monsieur le Président, à mon avis, il faudra tout simplement convenir de ne pas être d'accord sur les mérites relatifs de réduire les fonds consacrés à divers programmes sociaux, car quiconque prend le temps d'examiner la situation pourra constater qu'il existe plein d'exemples de cette situation. Partout dans le monde, les pays bénéficiant du plus haut niveau de vie, des meilleures perspectives d'emploi et, en réalité, des plus bas taux de chômage sont ceux qui limitent de façon intelligente leurs dépenses en matière sociale. Ils les limitent intelligemment pour éviter d'encourager les gens à dépendre de l'assistance sociale ou à tirer profit de généreuses allocations. Ils limitent leur sociologie appliquée. Il y a plein d'exemples en ce sens. Les provinces connaissant du succès au pays ont agi de la sorte.

    Je me rappelle lorsque le ministre des Finances de la Colombie-Britannique a voulu limiter le versement d'aide sociale. Il voulait qu'une personne ait vécu au préalable pendant trois mois dans la province. Une foule de gens venaient s'installer en Colombie-Britannique, qui offrait le plus généreux régime d'aide sociale. Le gouvernement fédéral a menacé de réduire nos paiements de transfert parce que nous voulions imposer une limite intelligente dans le cas des personnes abusant du programme.

    Il y a beaucoup de comptes à rendre en face en ce qui concerne une limitation intelligente des paiements de transferts sociaux.

    Pour ce qui est du remboursement de la dette, le député a mentionné effectivement que le gouvernement a légèrement réduit celle-ci mais, une fois de plus, une des critiques les plus courantes du budget venant de mes électeurs, c'est que le gouvernement ne l'a pas réduite suffisamment. Chacun sait que si l'on réduit sa dette, on a beaucoup plus d'argent à dépenser et on ne le dilapide pas sous forme d'intérêts. Le gouvernement gaspille toujours plus de 35 milliards de dollars par années en intérêts. C'est assez pour construire chaque année 150 ponts Lions Gate entièrement neufs à Vancouver. C'est un montant énorme. Si le gouvernement s'était employé plus tôt à réduire la dette, nous nous retrouverions dans une bien meilleure situation. Il pourrait continuer à gaspiller de l'argent pour les programmes sociaux, mais il n'aurait pas à réduire les sommes consacrées aux routes et à d'autres projets importants.

    Enfin, pour ce qui est des services de santé, si le député pense que l'on peut régler le problème à coup de dollars, il a la tête dans le sable. Toute personne ayant étudié le problème sait que ce n'est pas là la solution. Des réformes structurelles s'imposent; c'est un fait. Un débat intelligent s'impose au sujet de la façon de procéder. Pour réduire les coûts, nous pourrions notamment encourager les provinces à faire preuve d'esprit créateur et à recourir bien davantage au secteur privé dans la prestation des soins de santé.

  +-(1315)  

+-

    M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je suis ravi de me joindre à mes collègues aujourd'hui, en ce quatrième jour de débat sur les six qui seront peut-être consacrés au dernier budget déposé à la Chambre il y a un mois environ.

    J'observe principalement dans ce budget que toutes les mesures qui concernent les impôts s'appliquent immédiatement, mais que tout ce qui concerne les dépenses, c'est-à-dire les recettes que nous réinjectons dans les programmes, que nous voulions ou pas de ces programmes, est échelonné sur les deux à dix prochaines années. Je constate une très grande disparité entre les sommes que le gouvernement encaisse et celles qu'il dépense.

    L'ennui, c'est qu'une bonne partie du processus budgétaire qu'il nous faut analyser dans cette enceinte nous est présenté un peu plus tard, en automne, sous la forme des prévisions budgétaires supplémentaires.

    L'automne dernier, on a déposé le Budget supplémentaire des dépenses (A) qui a permis de pallier aux lacunes, pour ne dire que cela, recensées dans différents ministères. Il y a eu, entre autres, quelques questions litigieuses, dont l'augmentation des crédits devant être consacrés au registre des armes à feu, initiative que pratiquement tout le monde a fini par prendre en grippe du fait des coûts impliqués. Personne ne conteste la nécessité de veiller au maniement sûr des armes à feu, ainsi de suite, et personne ne voit d'inconvénient à ce que les propriétaires d'armes à feu enregistrent leurs armes. Le problème découle néanmoins de la nécessité d'enregistrer la totalité des armes à feu qui se trouvent au Canada. Voilà où le bât blesse et où le gouvernement a tort. Nous avons déjà en place des programmes semblables. Or le gouvernement a imputé une bonne partie des problèmes qu'il a eus à un registre informatisé qui n'aurait pas fonctionné, et ainsi de suite.

    Il y a deux ou trois semaines, je participais au congrès des municipalités qui se tenait en Ontario. Quelqu'un a parlé du nombre d'automobilistes et de véhicules enregistrés chaque année en Ontario. Les chiffres correspondaient à peu de choses près au nombre de propriétaires d'armes à feu et d'armes à feu que compte notre pays, selon le gouvernement libéral. Le gouvernement a eu plusieurs années pour enregistrer ces personnes et ces armes au moyen d'un programme informatique qui a totalement échoué. Or, l'Ontario enregistre chaque année les automobilistes, les numéros de série, l'âge des personnes et divers autres renseignements. Comment se fait-il qu'une province puisse faire cela chaque année et que le gouvernement fédéral n'y soit pas parvenu après sept ou huit ans? Le gouvernement a dépensé un milliard de dollars dans le programme, qui n'est toujours pas à point.

    La question revient dans tous les budgets supplémentaires et je sais que d'ici un jour ou deux le gouvernement va demander d'autres crédits dans le budget supplémentaire (B). Cette fois, il est question d'environ 172 millions de dollars, seulement pour continuer d'appliquer le registre des armes à feu, qui est un échec, jusqu'à la fin du présent exercice financier, c'est-à-dire jusqu'à la fin mars.

    Sauf erreur, c'est dans deux semaines; le gouvernement a donc besoin d'un montant supplémentaire de 172 millions de dollars pour rembourser des dettes que le budget supplémentaire (A) ne lui a pas permis d'éponger. Dans un geste sans précédent à la Chambre, le gouvernement a lui-même retiré sa demande de crédits. Il revient aujourd'hui avec une demande de 172 millions de dollars, afin de pouvoir gérer le programme encore deux semaines. Ça ne tient pas debout. Selon le dernier budget, il lui faut aussi 113 millions de dollars pour l'an prochain.

    Il ne s'agit pas ici uniquement du dépôt du budget. Il est aussi question des rapports de rendement. Les contribuables en ont-ils vraiment pour leur argent ou est-ce qu'on ne leur demande tout simplement pas de donner leur approbation à l'aveuglette, conformément à la pratique établie par une certaine personne? C'est une question d'importance majeure.

    J'ai vérifié certains chiffres contenus dans le budget. Les dépenses générales du gouvernement ont augmenté de 7 p. 100 en 2001 et de 18 p. 100 en 2002, ce qui dépasse de loin le taux d'inflation. On est loin de garder le cap; on veut réaliser en douce la liste de souhaits de quelqu'un.

    L'an dernier, on a annoncé un important plan quinquennal de réduction des impôts. Qu'est-il advenu de ce plan d'envergure? Je me suis entretenu avec des électeurs de ma circonscription et certains m'ont dit ne pas avoir vu de différence. Personnellement, je sais que sur mon chèque de paie, en tant que député, il n'y a aucune réduction d'impôt. Je suis convaincu, monsieur le Président, qu'il n'y en a pas sur le vôtre non plus. Que s'est-il passé? Le plan a été reporté encore une fois. Aucun changement important n'aura lieu avant 2004 qui, si je ne m'abuse, sera une année d'élections. Quelle coïncidence! Le gouvernement consentira des allégements fiscaux au cours d'une année où il y aura des élections. Qu'en dites-vous?

    Les dépenses de programme sont un autre point à examiner. Les dépenses pour l'exercice 2002-2003, qui se termine dans deux semaines, atteindront presque 179 milliards de dollars. Voilà le montant des recettes qu'aura encaissées le gouvernement. La plus grande partie de ces recettes seront dépensées en fonction de besoins réels, mais nous nous interrogeons sur de nombreuses autres dépenses. Pour le prochain exercice, on prévoit des dépenses de 185 milliards de dollars.

    Nombre de Canadiens, et de mes électeurs, trouvent que nous citons beaucoup de chiffres. Auparavant, un million de dollars représentait une grosse somme, mais aujourd'hui, n'importe qui peut gagner un million à la loterie. Les citoyens comprennent et peuvent s'imaginer ce que représente un million de dollars, mais il en va autrement quand on parle en milliard de dollars. On entend dire que le gouvernement a perdu 1 milliard de dollars ici, mais qu'il en engage un autre là, pour les langues officielles ou autre chose, mais il semble que les Canadiens ne saisissent pas la différence.

  +-(1320)  

    Quelqu'un m'a expliqué lors d'une réunion à Owen Sound que la meilleure façon de faire comprendre l'écart à la population c'est de convertir l'argent en temps. Un million de secondes équivalent à environ 11 jours, tandis qu'un milliard de secondes équivalent à 32 ans. C'est ça l'écart, la différence entre un million et un milliard. Il suffit de convertir ce temps en argent pour faire comprendre aux gens les sommes faramineuses qui sont dépensées à Ottawa.

    Avec ses dépenses de 178 milliards de dollars, le nouveau ministre des Finances, sans expérience, a mis tous les ministères fédéraux au défi de trouver le moyen d'économiser un milliard de dollars, c'est-à-dire 0,5 p. 100 de 178 milliards de dollars. C'est de la menue monnaie qui traîne dans les fonds de tiroir de la plupart des ministères. La vérificatrice générale a pourtant indiqué dans son rapport que le gouvernement fédéral avait mal dépensé ou mal administré 16 milliards de dollars durant le dernier exercice. Donc, 15 p. 100 des dépenses sont allés dans le mauvais pigeonnier. L'argent aurait pu servir à réduire le coût des programmes ou la dette, ce qui nous aurait permis de rééquilibrer les dépenses au titre de la santé et des infrastructures d'ici quelques années. L'écart est énorme.

    Le ministre des Finances demande des économies d'un milliard de dollars. La vérificatrice générale lui a déjà parlé d'économies possibles de 16 milliards de dollars en lui expliquant point par point où les réaliser. Aucune de ses suggestions n'a été retenue. Aucun des problèmes qu'elle a mentionnés n'a été réglé.

    Cela va nettement à l'encontre de la soi-disant bonne gestion financière. Si ces dollars ont été versés dans les coffres fédéraux au cours des dix dernières années--et il y a eu un seul gouvernement au cours de décennie--où l'argent des soins de santé est-il allé? Où l'argent pour l'infrastructure est-il allé? Pourquoi ces programmes sont-ils dans un état tel qu'il nous faille à nouveau commencer à nous en occuper? Dans une entreprise qui disposerait de ce genre de finances, personne ne manquerait de rien. Chaque ministère en aurait plus que nécessaire. Où l'argent est-il passé?

    Les soins de santé ont fait l'objet d'énormes compressions. Les 40 milliards de dollars de surplus de l'assurance-emploi ont été versés aux recettes générales. J'imagine qu'une partie de cet argent est allée à ces grands projets à Shawinigan, etc., mais il y a eu des compressions dans les soins de santé et les transferts aux provinces de 25 milliards de dollars; 40 milliards de dollars du surplus d'assurance-emploi ont disparu; on a pris 25 milliards de dollars à même les forfaits de pensions des employés du gouvernement pour les verser dans quelque chose d'autre, et nous sommes toujours à court d'argent pour ce qui est de l'infrastructure.

    La Chambre de commerce du Canada évalue le déficit au titre de l'infrastructure du pays aux alentours de 57 milliards de dollars. Cela, pour les égouts, les services d'adduction d'eau, les routes, les ponts et tous ces types d'infrastructures. Chacun de nous, dans toutes les circonscriptions du pays, sait que c'est vrai. Nous avons commencé à réattribuer de l'argent à l'infrastructure, mais les trois milliards prévus ici, qui viennent s'ajouter à ce que nous avons vu dans les derniers budgets, le sont pour dix ans. Le déficit est de 57 milliards de dollars et le gouvernement va le combler avec 300 millions de dollars par année. Cet argent ne permettra même pas de l'entretenir. Il ne permettra même pas de remplir les nids-de-poule des routes ou de réparer un pont, encore moins d'en construire un. Cet argent ne remplacera certainement pas l'infrastructure des égouts et des services d'adduction d'eau.

    Je sais qu'une ville de ma circonscription a éprouvé de graves problèmes à ce niveau. Elle essaie d'obtenir du financement pour les régler, mais ne semble pas y réussir. Elle a reçu quelques centaines de milliers de dollars pour quelques nouveaux puits, mais rien de l'ampleur de ce dont elle a besoin, à savoir 20 millions de dollars.

    Ce n'est pas un programme sur trois ans qui va lui permettre de le faire.

    Voici un autre exemple qui m'intéresse et qui provient de ma circonscription. Les Battleford sont le site historique où fut érigé l'ancien Government House, édifice où logeait le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. Depuis North Battleford, on a gouverné probablement les trois quarts du Canada, jusqu'au nord du Québec inclusivement, avant que les provinces de l'Ouest ne se joignent au reste du pays. Tout était administré à partir de Battleford, en Saskatchewan. L'ancien édifice du gouvernement se trouve encore sur la colline du gouvernement. Depuis que je suis député, et bien avant cela, depuis plus de dix ans, les gens essaient de trouver les fonds nécessaires pour restaurer cet édifice historique et ils ne trouvent pas un seul cent. Si nous pouvions transporter cet édifice vers l'Est, il serait sans doute plus facile d'en financer la restauration, mais, pour le moment, la tâche semble impossible.

    Ce budget va dans tous les sens. Il se fonde sur plusieurs questions différentes, mais ne fait que du saupoudrage.

    Mes derniers points sont les suivants. Un budget comme celui-ci, qui essaie de faire un peu de tout pour tout le monde, ne règle rien. En outre, puisqu'il est réparti au prorata sur les prochaines années, il appartiendra au prochain chef du gouvernement là-bas, et non au chef en poste à l'heure actuelle, d'administrer les répercussions de ce budget. Ce dernier n'est rien d'autre qu'une tentative de plus du premier ministre en vue de laisser un héritage. Il a peut-être réglé un ou deux problèmes, et peut-être pas, mais, en bout de ligne, l'histoire dira que des budgets de ce genre font si peu pour un nombre si restreint de personnes qu'ils ne sont rien d'autre qu'une véritable perte de temps.

  +-(1325)  

+-

    M. Roy Bailey (Souris—Moose Mountain, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le député a évoqué une des grandes préoccupations des gens de ma région et de la sienne, à savoir les milliards de dollars que le gouvernement a gaspillés pour le registre des armes à feu. Je voudrais que le député comprenne bien ce que nous entendons maintenant, à savoir que le registre des armes à feu nous permet maintenant de sauver des milliers de vies et d'empêcher les gens d'avoir des armes qui ne sont pas enregistrées.

    Comment se fait-il que toutes les nouvelles rendues publiques depuis la création du registre des armes à feu se soient révélées inexactes? Pourquoi devrions-nous croire les données maintenant après avoir eu 200 communiqués tout à fait erronés?

+-

    M. Gerry Ritz: Monsieur le Président, je suppose qu'une bonne partie du problème relatif au registre des armes à feu vient de ce que le gouvernement n'a pas fait preuve d'esprit pratique. Il a géré le dossier de manière politique pour régler un problème survenu à Montréal, en plus. Il me semble que toute cette affaire est mal orientée.

    Personne dans notre pays, moi y compris en tant que propriétaire d'armes à feu, chasseur, et le reste, ne s'oppose à ce que les propriétaires d'armes à feu s'enregistrent, à qu'ils sachent manier leurs armes à feu correctement et à ce qu'ils les entreposent dans un lieu sûr. Cependant, le gouvernement n'a pas à savoir quelles armes j'ai à moins que j'en fasse un mauvais usage, auquel cas il serait tout à fait justifié de s'en prendre à moi, mais ce n'est pas ce qui se passe maintenant. Il dépense des fonds publics pour créer un faux sens de sécurité.

    Mon autre collègue, le député de Selkirk--Interlake, a dit qu'il avait servi pendant 30 ans dans la GRC et qu'au moment de sa retraite il était sergent d'état-major. Il a compris ce dont avait besoin le pays, et c'est en partie à cause du caractère inadéquat du registre qu'il a décidé de se présenter comme député en 1997. Cela ne réglera pas le problème.

    Je parle toutes les semaines de cela avec les membres de la GRC travaillant dans ma circonscription. Je me suis entretenu avec un certain nombre d'entre eux à l'occasion d'un banquet auquel j'ai assisté l'autre soir. Nous étions à une table à discuter de l'enregistrement des armes à feu et je leur ai demandé comment ils allaient aborder cette question maintenant qu'on leur avait refilé le problème. Ils m'ont demandé ce que je voulais dire par là. Je leur ai demandé s'ils avaient entendu l'annonce voulant que le ministre de la Justice cède cette responsabilité au solliciteur général, ce qui fait que cette question relevait à nouveau de la GRC. Ces gens n'étaient pas au courant. Je suppose qu'ils n'ont pas reçu la note de service.

    La GRC ne veut rien avoir à faire avec cela. Elle ne veut même pas s'occuper des armes à feu qui sont rapportées par les citoyens. Les membres de la GRC ne veulent pas s'en charger, car la plupart d'entre eux ne sont pas habilités à le faire. Un agent de la GRC qui ne vérifie pas bien les données relatives à une arme à feu peut, aux termes de cette mesure législative stupide, faire face à une peine d'emprisonnement d'un an et à une amende de 2 000 $. C'est un agent de la paix qui est pris au beau milieu de ce cafouillis bureaucratique. C'est une situation tout à fait intenable.

    J'ai obtenu un permis de possession et d'acquisition en fin de compte, car je voulais acheter d'autres armes à feu. J'ai découvert que les deux armes de poing que j'avais pour habitude d'enregistrer n'avaient pas été enregistrées correctement depuis 30 ans. On veut maintenant me les retirer. Je suis un criminel parce que quelqu'un d'autre a perdu les dossiers. J'ai appelé l'agent préposé aux armes à feu et le sergent d'état-major à la GRC et j'ai demandé ce que je devais faire de mon arme de poing prohibée. Le préposé aux armes à feu m'a dit de l'obturer par soudure et de m'en servir comme presse-papiers si je voulais la garder. Les policiers m'ont dit de ne pas leur apporter l'arme, car ils ne voulaient rien avoir à faire avec cette dernière. Ils m'ont dit que si je l'avais depuis 30 ans, je devrais la conserver.

    Qui a raison? Je vais être pris au beau milieu de toute cette bureaucratie. J'essaie de voir ce que je dois faire de cette arme de poing. Je ne veux pas la céder, car elle a une valeur sentimentale et une valeur monétaire. Je l'ai depuis 30 et quelque années et je n'ai jamais attaqué qui que ce soit avec elle et, pourtant, cette loi stupide dit que je suis maintenant un criminel car quelqu'un n'a pas tenu les dossiers de façon appropriée. C'est tout simplement ridicule.

  +-(1330)  

[Français]

+-

    M. Guy St-Julien (Abitibi—Baie-James—Nunavik, Lib.): Monsieur le Président, je partagerai mon temps avec le député libéral de Ottawa—Vanier.

    Sur les politiques budgétaires que le ministre des Finances vient d'annoncer, on sait toujours, quand on retourne dans nos comtés, que le budget est profitable aux Québécois.

    On sait qu'en investissant dans les priorités et valeurs des Canadiennes et des Canadiens, notre gouvernement fera en sorte que notre société sera encore plus juste et solidaire, tout en étant le seul pays du G-7 à maintenir un budget équilibré où nous allons investir dans l'avenir de nos familles, de nos régions et de notre environnement.

    J'ai la plus grande circonscription fédérale des 10 provinces au Canada. Elle s'étend sur environ 800 000 kilomètres carrés et comprend 63 maires. C'est justement quand on retourne dans notre circonscription électorale lors des congés qu'on peut se permettre de parler avec les gens.

    La semaine dernière, je parlais avec le leader économique et président de la Société Makivik, Pita Aatami. Depuis sa nomination, je peux dire qu'il brasse beaucoup de choses à Ottawa dans les dossiers économiques et sociaux. On en a vu des exemples. Grâce au fait qu'il a brassé notre gouvernement, ce dernier investit dans ce budget pour le développement économique.

    On peut nommer des dossiers qui ont impliqué directement M. Pita Aatami, notamment pour les infrastructures maritimes, le logement social et surtout, dernièrement, la délimitation des circonscriptions électorales. À ce sujet, au mois d'avril, une décision sera rendue par la commission qui s'occupe de ces questions.

    Je tiens à le dire parce que certains leaders économiques sont éloignés de notre région. On sait que les Inuits participent à l'économie du Québec et du Canada. Ils sont les seuls au Canada qui paient des impôts directs au fédéral et au provincial. Ils paient les taxes.

    Nous savons actuellement que le budget qui a été mis en vigueur depuis plusieurs jours renforce le système de santé grâce à plusieurs mesures, dont un investissement de 34,8 milliards de dollars sur cinq ans, c'est-à-dire l'accord de 2003 sur le renouvellement des soins de santé que les premiers ministres viennent de conclure.

    Il ne faut pas uniquement parler des chiffres, mais il faut parler aussi de ce qui se passe dans nos hôpitaux, que ce soit en Abitibi-Témiscamingue, dans les régions éloignées ou dans les grands centres urbains. On sait que cette réforme est mise sur pied et aidera tous les gouvernements.

    Si cette réforme a été mise en place dernièrement, ce n'est pas seulement le ministre des Finances qui fut impliqué. On peut dire merci au premier ministre du Canada, député libéral de Saint-Maurice, qui a négocié et travaillé avec les provinces. On sait que cela n'a pas été facile, mais il s'est tenu debout pour qu'il y ait un retour d'impôts pour aider le secteur de la santé.

    Un autre secteur vraiment important, c'est l'aide apportée aux villes. Par exemple, dans les infrastructures, on sait que trois milliards de dollars sont investis et que deux milliards de dollars seront investis dans les grands projets. Il reste un milliard de dollars pour toutes les collectivités et les villes canadiennes, y compris celles du Québec.

    On sait qu'un montant de un milliard de dollars réparti sur plusieurs provinces et territoires représente quelque cent millions de dollars pour chaque province ou territoire. On sait qu'avec les ententes d'infrastructures, c'est le Québec qui analyse et qu'ensuite, le fédéral suit.

    On pourrait aussi se demander comment on peut aider à l'échelle du Québec. Les gens nous posent des questions. Par exemple, que fait-on avec les transferts fédéraux? Je dis toujours aux gens de chez nous que ce sont nos impôts qui reviennent au Québec dans nos villes et nos régions éloignées.

    Il y a 2,5 milliards de dollars qui seront transférés aux provinces. Le Québec recevra environ 587 millions de dollars, lesquels seront immédiatement investis pour atténuer les pressions actuelles par le biais de suppléments du Transfert canadien en matière de santé et de programme sociaux. Cela signifie que les provinces bénéficieront d'une souplesse pour l'utilisation de ces fonds en fonction de leurs besoins jusqu'à la fin de 2005-2006.

    On a aussi les fonds pour la réforme de la santé. C'est important, il faut le dire. Il est question aussi des familles et des collectivités. On sait qu'il y a dans le budget une augmentation de 165 millions de dollars par année pour le Supplément de la Prestation nationale pour enfants d'ici 2007. Cette mesure va dans le même sens que les mesures socioéconomiques que le gouvernement du Québec met de l'avant pour combattre la pauvreté chez les enfants.

    Toutefois, pour ce qui est de la question de la prestation fiscale ou des allocations fiscales, il y a une chose que je déplore au Québec. Les gens ignorent ces questions.

  +-(1335)  

    Les gens ne demandent jamais, même pas en période électorale, où le gouvernement du Québec prend ces 5 $. Il ne le prend pas en impôt. Je vais vous dire où le gouvernement du Québec prend ces 5 $. Il les prend des allocations familiales des familles du Québec. Il prend 5 $ directement des allocations familiales. C'est-à-dire qu'il va prendre 32 $ par mois de l'allocation familiale de Mme Clémence Côté de Val-d'Or, en Abitibi, dont les 10 enfants ne vont pas à la garderie. De cette façon, elle donne un coup de main à sa voisine dont les enfants vont à la garderie. C'est un fait que je déplore.

    Mais de toute manière, le Québec va trouver une solution, peu importe le gouvernement qui sera élu aux prochaines élections, quant à savoir où il pourrait prendre cet argent. Je sais qu'il pourrait aller le chercher à Loto-Québec. On sait combien d'argent cette société peut faire actuellement au Québec, avec les vidéo-poker. On parle de recettes de 10 millions de dollars par jour. Cela fait beaucoup d'argent après plusieurs années.

    Il y a aussi le développement d'entreprises autochtones. On va mettre plusieurs millions de dollars pour aider les collectivités autochtones, surtout les entreprises autochtones qui collaborent déjà. Que ce soit les Cris de la Baie-James, les Inuits du Nunavik ou les Algonquins de la région et du Québec, ils ont des records de participation pour construire de nouvelles entreprises. Je peux vous le dire, ce sont des hommes et des femmes d'affaires qui trouvent des solutions pour aller de l'avant.

    On entend beaucoup parler ces temps-ci dans nos régions, quand on parle du budget, du coût de l'essence. Ce n'est pas facile. Au Québec, c'est la Régie de l'énergie du Québec qui met un prix plancher. Je partage les inquiétudes des gens de chez nous et même des gens de Québec. J'ai une tante qui habite Saint-Romuald, Mme Monique Lavigne, qui me dit: «Guy, le prix de l'essence est trop cher.» En juin 2002, ils payaient 69¢ ou 70¢ le litre d'essence ordinaire. Aujourd'hui, ils paient 87,5¢ dans ce secteur de Saint-Romuald. Et qu'est-ce qu'il y a à Saint-Romuald? Il y a des raffineries. Les voisins des raffineries paient aussi cher l'essence.

    Pour vous donner un exemple, l'endroit où l'essence est la plus chère au Québec, et peut-être au Canada, c'est à Kuujjuaq qui est dans le territoire du Nunavik. Les Inuits paient des impôts et ils payent 1,22 $ du litre. Il faut trouver une solution pour aller de l'avant.

    Dans les collectivités, il faut aussi aider à la formation des travailleurs. On sait que de l'argent va être accordé. On a fait des transferts à la province de Québec pour la formation professionnelle. Ce sont beaucoup de millions de dollars qui vont aider les travailleurs et les universités vont trouver des solutions pour aller de l'avant, pour l'innovation de projets de recherche. Également, il faut améliorer le régime fiscal. On sait que cette mesure incluse dans le budget va se traduire par une hausse des gains après impôt pouvant atteindre jusqu'à 9 000 $ par année, ce qui aidera les entreprises à prendre de l'expansion.

    J'ai vu plusieurs budgets au cours des 15 années ou des 14 années et plusieurs mois où j'ai siégé en cette chambre. Sous ce gouvernement, peu importe l'ancien gouvernement, nous avons vécu beaucoup de budgets et je tiens à dire que c'est l'un des meilleurs budgets que je n'ai jamais vu en tant que député de la grande circonscription que je représente actuellement.

    Cependant, il faut améliorer certaines choses. Par exemple, il faudrait trouver une solution pour les travailleurs forestiers relativement au coût du carburant diesel. Cela coûte très cher. L'huile à chauffage également; on a eu un hiver vraiment froid et les familles paient très cher l'huile à chauffage actuellement.

    Je tiens à vous dire que c'est un excellent budget. On peut l'améliorer sans passer par un budget, on peut déposer un décret. Le secteur minier a acquis plusieurs choses dans ce budget, mais il faut trouver d'autres solutions pour aller de l'avant.

  +-(1340)  

+-

    M. Peter Adams (Peterborough, Lib.): Je vous remercie monsieur le Président. Je félicite le député comme champion des Inuits et spécialement des Inuits de la province de Québec.

[Traduction]

    J'ai écouté attentivement ce qu'il a dit au sujet du coût élevé du carburant, du chauffage et des déplacements dans les 14 localités du Nunavik. Je sais que cela l'inquiète énormément.

    C'est dans cette région du globe que se trouvent les plus fortes marées au monde, ce qui m'a toujours ébahi. C'est vraiment extraordinaire, le député en conviendra. J'aborderai la question de l'énergie dans un instant, mais je crois qu'il serait possible de faire de ces marées une grande attraction touristique. Je trouve malheureux que d'autres régions du monde soient reconnues pour leurs grandes marées quand on sait que c'est dans le secteur de Kuujjuag, que représente le député, que se trouvent les plus fortes marées.

    En matière d'énergie, permettez-moi de poser la question suivante. Je sais que les Inuit s'intéressent beaucoup à l'énergie renouvelable et il me semble que nous pourrions profiter des marées. Il y a quelques années, on avait songé à l'énergie marémotrice et on avait construit des barrages sur les estuaires. Non seulement les barrages ont ravagé les estuaires, mais ils n'arrivaient pas à contrôler les marées. Je sais qu'il existe une nouvelle turbine qui peut être immergée dans l'océan. Elle est suspendue à partir de plates-formes pétrolières abandonnées. La turbine est actionnée par le passage de l'eau, peu importe la direction. Pour nous, de la côte est du Canada, il serait important qu'elle puisse fonctionner sous la glace.

    Mon collègue s'intéresse-t-il aux initiatives visant à exploiter l'énergie marémotrice pour aider les Inuit à profiter d'une source locale d'énergie renouvelable?

[Français]

+-

    M. Guy St-Julien: Monsieur le Président, je prends bonne note de la question du député de Peterborough, mais je tiens à parler de la question des marées. Souvent, les gens se demandent quelle est la marée la plus haute au monde. Je tiens à dire que la marée la plus haute n'est pas à la baie de Fundy, mais bien à Tasiujaq, dans le Nunavik, à quelques kilomètres au nord de Kuujjuaq. Je tiens à dire que c'est la marée la plus haute au monde.

    Quand on parle de la question des turbines, on sait que le président de la société Makivik, Pita Aatami, est là depuis plusieurs années. C'est un leader qui nous bouscule et qui trouve toutes sortes de façons pour brasser le gouvernement et pour également me brasser.

    C'est avec des gens comme Pita Aatami ou Johnny Adams, qui sont actifs dans le secteur, qu'on va améliorer la question de l'électricité. Ce n'est pas seulement la question des barrages dans le Nunavik. C'est avec des leaders comme on en a actuellement dans le Nunavik qu'on va trouver des solutions.

+-

    M. Mauril Bélanger (Ottawa—Vanier, Lib.): Monsieur le Président, il me fait également plaisir de prendre la parole aujourd'hui dans ce débat sur le dernier budget qui est devant nous.

    J'aimerais, dans un premier temps, relever certains des points forts de ce budget et, dans un deuxième temps, m'attarder un peu plus sur trois aspects, à savoir ce que j'appellerai l'aspect général du budget ou les orientations générales. J'aborderai également les questions relatives aux sciences et présenterai aussi un bémol, si je peux m'exprimer ainsi.

    Premièrement, parmi les points forts auxquels je me rallie sans aucune hésitation, il y a naturellement celui que la plupart de mes collègues ont relevé et qui constitue la question fondamentale et centrale du budget, soit le renouvellement de l'enveloppe des transferts aux provinces en matière de santé.

    On parle d'un transfert massif de 34,8 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années qui se rajoute déjà aux transferts existants. Il y a également le transfert de points d'impôt qui remonte à la fin des années 1970. Cela vise à faire en sorte qu'on soit capables de préserver le système de santé que les Canadiens veulent avoir, soit un système de santé administré publiquement, accessible, transférable de province en province, qui est passablement complet et qui, en fin de compte, est sans frais directs pour les usagers.

    Tout le monde a constaté qu'il y a eu certaines défaillances au cours des dernières années, tant et si bien que nous avons cru bon de nous attarder à cette situation qui est quand même prioritaire pour les Canadiens et les Canadiennes.

    Nous avons reçu les recommandations de plusieurs, dont l'ancien premier ministre de la Saskatchewan, M. Romanow. Cela a fait en sorte que nous avons réussi à obtenir une entente de la part de tous les gouvernements provinciaux et territoriaux ainsi que du gouvernement du Canada pour le renouvellement du programme de la santé.

    Je pense que tout le monde peut d'ores et déjà affirmer que c'est un système que l'on veut conserver et que l'on parviendra à conserver avec cet ajout de 34 milliards de dollars de transfert au cours des cinq prochaines années.

    Il y a aussi des programmes très importants pour la famille, dont une augmentation considérable pour la Prestation nationale pour enfants de 965 millions de dollars par année, ce qui n'est pas peu dire.

    Il y a aussi une enveloppe pour les services de garde. D'ailleurs, une entente a été annoncée la semaine dernière. Une entente est intervenue encore une fois entre tous les gouvernements provinciaux et territoriaux. On pourra aller de l'avant avec l'amélioration et la majoration, dans certains cas, des services de garde. Je crois que c'est très bien.

    Il y a aussi de nouvelles initiatives pour les familles qui doivent, par exemple, s'occuper d'enfants handicapés. De ce côté, je crois que le budget a permis des progrès assez substantiels.

    C'est la même chose du côté du logement. Je me réjouis de voir qu'on ajoutera, aux 680 millions de dollars qui avaient déjà été engagés, un montant de 320 millions de dollars additionnels, menant à un milliard de dollars sur les cinq prochaines années en guise d'investissement du gouvernement du Canada pour l'obtention et la construction de logements à prix abordable. Je pense que c'est de bonne guerre.

    Il y a aussi le renouvellement de l'enveloppe pour les sans-abri. Encore une fois, cette annonce a eu lieu au cours des deux dernières semaines. Il s'agit d'une enveloppe de 405 millions de dollars sur trois ans, soit un renouvellement de ce qui existait auparavant. J'avoue qu'en tant que député d'une des grandes villes du Canada, cette ville étant Ottawa, nous ne sommes pas à l'abri de ce genre de problèmes. Nous avons aussi des gens que l'on qualifie d'itinérants.

    J'ai moi-même constaté depuis trois ans à quel point ce programme a été bien utilisé dans notre communauté. Un travail phénoménal a été accompli par tous les intervenants dans ce dossier, tant et si bien qu'on a maintenant ajouté des centaines de nouveaux abris. Aussi, nous avons créé une capacité pour aider ces gens qui sont probablement ceux qui sont le plus dans le besoin.

  +-(1345)  

[Traduction]

    Une initiative en particulier me vient à l'esprit, le Projet de santé urbaine, qui prouve que lorsque nous prenons soin des gens, et que nous le faisons activement, non seulement nous faisons une différence dans la vie des personnes concernées, en améliorant leur situation, mais nous réduisons les coûts pour la collectivité et pour le système de santé.

    J'ose espérer que nous continuerons à financer le Projet de santé urbaine par l'intermédiaire des mécanismes qui ont été établis avec la ville d'Ottawa et de l'IPAC.

[Français]

    Tout cela pour dire que ce sont de belles initiatives qui se poursuivent.

[Traduction]

    Pendant que nous en sommes aux initiatives qui se poursuivent, je m'en voudrais de ne pas applaudir la décision du gouvernement d'ajouter une somme totale de trois milliards de dollars au cours des trois prochaines années à nos programmes d'infrastructure; deux milliards de dollars au programme d'infrastructure stratégique, ce qui porte à quatre milliards le total des sommes qui seront dépensées à partir de l'année prochaine et au cours des dix prochaines années, sans compter ce qui pourrait y être ajouté à l'avenir, en fonction des excédents que nous pourrons connaître; plus un milliard de dollars pour l'infrastructure municipale, certes un niveau moindre. Au total, on a ajouté trois milliards de dollars au programme d'infrastructure municipal. J'en suis très heureux.

    J'ai été heureux de faire partie du groupe de travail du premier ministre sur les questions urbaines; notre principale recommandation était que le fédéral s'engage à plus long terme à financer ce genre de programme d'infrastructure. Nous avions recommandé que ce soit pour au moins 10 ans, voire même 15 ans, afin de donner aux municipalités le temps de planifier et d'intégrer ces deux programmes, ce programme et leurs propres besoins. L'annonce faite en septembre dans le discours du Trône et la confirmation dans le budget d'une somme supplémentaire de trois milliards de dollars pour l'infrastructure en général augurent bien de notre capacité à rénover l'infrastructure existante.

  +-(1350)  

[Français]

    Aussi, je m'en voudrais de ne pas me référer à l'enveloppe environnementale, si je puis l'appeler ainsi. Le gouvernement s'est engagé à émettre deux milliards de dollars pour donner suite à la ratification du Protocole de Kyoto. Je trouve que c'est une excellente initiative et j'espère que l'on réussira à faire avancer tout ce dossier.

    Je vous avoue que j'en viens difficilement à comprendre certaines choses. Ainsi, j'ai appris que le mois prochain ou dans deux mois, en Europe, les compagnies Ballard Power Systems Inc. et DaimlerChrysler vont remettre à 10 municipalités européennes trois autobus qui fonctionneront avec des piles énergétiques de Ballard. Je me demande donc comment il se fait que, puisque c'est une technologie qui a été développée chez nous, au Canada, aucune de nos villes ne bénéficiera de ce programme.

    J'inviterais le gouvernement à puiser dans cette enveloppe de deux milliards de dollars afin que nous puissions également bénéficier de cette technologie et pour que nous puissions continuer à la faire avancer chez nous au Canada. Je m'explique mal que, présentement, seulement 10 villes européennes bénéficieront de ce programme. J'espère que l'on pourra aller puiser dans les deux milliards de dollars pour pouvoir prendre ce genre d'initiative ici chez nous, pour continuer à garder cette belle longueur d'avance que nous avons sur l'ensemble de cette industrie des piles énergétiques.

    Je passe rapidement à la question du plan international. J'applaudis à l'initiative de doubler d'ici 2010 notre aide internationale et, naturellement, à l'ajout de 800 millions de dollars par année au budget de la défense, en plus des 270 millions de dollars cette année.

    En ce qui a trait à l'orientation générale, je veux féliciter le gouvernement. Je constate que, depuis quelques années, nous avons réduit notre déficit de 47,6 milliards de dollars. Nous dépasserons probablement cette année les 50 milliards de dollars de réduction de dettes. Il vaut la peine d'applaudir à cela. J'espère que le gouvernement le soulignera en bonne et due forme.

    Comparons avec ce qui se passe chez nos voisins du Sud. Lors des 18 derniers mois, ils ont accumulé au-delà de 600 milliards de dollars de dettes. C'est plus que toute notre dette nationale accumulée dans toute notre histoire. Ainsi, je ne peux que féliciter le gouvernement du sens de direction et de l'orientation que nous gardons pour nous dans ce pays. Si on conserve cette orientation par rapport à celle qu'ont nos voisins du Sud, nous verrons une augmentation continuelle de la valeur de notre dollar, de notre économie, et nous nous en porterons tous mieux. Chapeau au gouvernement!

    Je voulais aussi remercier en cette Chambre le ministre des Finances et tous mes collègues qui ont appuyé un projet particulier qui me tenait à coeur. Il s'agit du Plan à long terme de l'astronomie et de l'astrophysique au Canada et, en particulier, un projet.

[Traduction]

    Le gouvernement a annoncé qu'il appuierait le projet ALMA, Atacama Large Millimetre Array, qui fait partie du plan à long terme de l'astronomie et de l'astrophysique au Canada. En 2000, le CNR et le CRSNG ont élaboré ensemble un plan de dix ans pour que le Canada demeure un chef de file en astronomie et en astrophysique, ce que nous ferons grâce à cet engagement.

    Je suis très heureux que nous ayons pu débloquer l'argent nécessaire pour que le Conseil national de recherche puisse participer à ce projet. Les partenaires à ce projet sont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Espagne, le Japon, le Chili et, bien entendu, le Canada. Composé de 64 antennes, d'un diamètre de 12 mètres chacune, formant un cercle de 10 kilomètres de diamètre sur le Chajnantor, haut plateau des Andes chiliennes, ce projet est essentiellement le plus grand projet terrestre de l'histoire de l'astronomie. Félicitations.

[Français]

    Je mets maintenant un bémol. Je m'explique mal pourquoi nous avons réduit de 25 millions de dollars l'enveloppe du Fonds de production télévisuelle. À ce que je sache, le Canada est le deuxième exportateur mondial en importance quant à la production télévisuelle anglophone et le deuxième exportateur mondial en importance quant à la production télévisuelle francophone. Nous avons une industrie grandissante à cet égard. Je m'explique mal qu'au moment où nous dégageons des surplus, on sente le besoin de retrancher 25 millions de dollars de cette enveloppe de 100 millions de dollars.

    Je ne dis pas que cela va m'empêcher d'appuyer le budget. Au contraire, je voterai en faveur du budget. Cependant, je désire formuler aujourd'hui le souhait à la Chambre que l'on rétablisse au complet dès que possible cette enveloppe. Notre capacité de production télévisuelle anglophone et francophone et notre capacité d'exportation dans ce domaine méritent d'être appuyées. J'espère qu'on réussira à convaincre le gouvernement de rétablir cette enveloppe dans les meilleurs délais.

  +-(1355)  

[Traduction]

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD): Monsieur le Président, je suis ravie d'entendre les observations du député d'Ottawa-Vanier, propos qui semblent assez caractéristiques de la réaction des libéraux face au budget, qui est de faire de ce dernier quelque chose qu'il n'est pas. Cette situation n'est nulle part plus manifeste que dans le domaine des soins de santé.

    Le député d'Ottawa-Vanier, comme ses collègues, a omis de souligner que, dans les faits, le gouvernement n'a pas mis en oeuvre les recommandations de la Commission Romanow. Il y a un écart de 5,8 milliards de dollars entre le budget et le rapport Romanow.

    Au même titre que ses collègues, le député ne dit pas qu'en dépit des fonds supplémentaires prévus dans le budget à l'étude, le gouvernement fédéral n'absorbera en bout de piste que 18 p. 100 des dépenses en santé.

    Le député oublie de mentionner que les nouveaux fonds qui seront consacrés à la santé au cours du prochain exercice s'établissent à 12,5 milliards de dollars, ce qui est loin de correspondre au montant nécessaire pour faire face à la crise qui s'annonce dans les soins de santé au Canada.

    J'aimerais que le député réponde à deux questions.

    Premièrement, pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas fait ce qu'il devait faire, c'est-à-dire mettre en oeuvre les recommandations du rapport Romanow?

    Deuxièmement, pourquoi le gouvernement a-t-il décidé, alors qu'il avait un choix à exercer, d'accorder un allégement fiscal de 1,2 milliard de dollars aux riches du Canada et aux grandes sociétés? Pourquoi n'a-t-il pas choisi de consacrer cet argent aux priorités des Canadiens et notamment aux soins de santé, au logement, à l'environnement et à l'aide à l'enfance?

+-

    M. Mauril Bélanger: Monsieur le Président, je ne comprends pas la députée. Le budget aborde tous les aspects qu'elle vient de mentionner. Nul ne contestera que 34,8 milliards de dollars constituent une somme importante.

    Je ne suis pas d'accord lorsqu'elle soutient que la contribution du gouvernement du Canada au régime de soins de santé n'est que de 18 p. 100. Ce pourcentage ne tient pas compte des points d'impôt. Si les provinces veulent abandonner ces points d'impôt, nous serons heureux de les récupérer, car 13 points d'impôt, plus le point d'impôt commercial, représentent des milliards de dollars par année. J'espère qu'elle consultera les provinces avant d'accepter de rendre les points d'impôt au gouvernement, car, selon moi, celles-ci ne sont pas disposées à s'en départir. Toutefois, le fait de ne pas tenir compte de ces points d'impôt témoigne d'une réticence à voir les choses comme elles sont et d'une volonté de ne les voir que de la façon dont on voudrait qu'elles soient. En vérité, ces points d'impôt représentent une somme importante, et on devra en tenir compte dans la comptabilisation des sommes que l'État consacre aux soins de santé au Canada.


+-DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Article 31 du Règlement]

*   *   *

[Traduction]

+-La Journée internationale de la femme

+-

    Mme Sarmite Bulte (Parkdale—High Park, Lib.): Monsieur le Président, pour célébrer la Journée internationale de la femme, le jeudi 6 mars, j'ai organisé pour la cinquième fois un petit déjeuner annuel dans ma circonscription afin de souligner les réalisations des femmes de Parkdale—High Park.

    Nous avons souligné la réussite de femmes de la circonscription, dont Wendy Cukier, professeur à l'Université Ryerson et présidente de la Coalition pour le contrôle des armes; Judy Fong Bates, écrivain de High Park; Janis Galway, conceptrice de programmes d'intégration; Angela Gei, réalisatrice, comédienne et militante d'action communautaire; Sonia Potichnyj et Slava Iwasykiw, propriétaires de Lemon Meringue; ainsi que Lisa Zbitnew, présidente de BMG Canada.

    La Journée internationale de la femme est l'occasion idéale pour réfléchir aux progrès accomplis dans la lutte pour l'égalité des femmes, évaluer les défis à relever dans la société contemporaine, songer aux prochaines mesures à prendre pour améliorer la condition féminine et, bien sûr, nous réjouir des progrès réalisés dans ces domaines et saluer toutes les femmes de nos collectivités.

*   *   *

+-Le terrorisme

+-

    M. Ted White (North Vancouver, Alliance canadienne): Monsieur le Président, depuis au moins dix ans, le gouvernement libéral sait que le MEK recueille des fonds au Canada pour soutenir les activités d'un groupe terroriste en Irak, l'Armée de libération nationale. Pourtant, malgré toutes les preuves présentées au premier ministre, et même s'il est depuis longtemps dénoncé comme une organisation terroriste aux États-Unis, le MEK ne figure toujours pas sur la liste des organisations interdites au Canada.

    Comment se fait-il que l'opposition officielle doit continuellement attirer l'attention du gouvernement libéral sur ces groupes? De qui les libéraux protègent-ils les intérêts en refusant d'interdire au MEK de recueillir au Canada des fonds pour le terrorisme?

    Il est temps que les députés d'en face se réveillent. Ils doivent renoncer à appuyer, de façon aussi naïve que dangereuse, au nom du multiculturalisme, ceux qui recueillent des fonds pour le terrorisme. Il est temps de dresser une liste complète de tous les groupes terroristes actifs au Canada pour que, une fois pour toutes, nous mettions fin à leurs activités de financement.

*   *   *

  +-(1400)  

+-L'écharpe de la paix

+-

    L'hon. Andy Scott (Fredericton, Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais informer la Chambre que, le samedi 8 mars dernier, près de 300 personnes se sont réunies pendant tout un après-midi dans l'Église unie de Wilmot, à Fredericton, pour manifester en faveur de la paix en tricotant ensemble cette écharpe que je porte à mon cou.

    Des gens du Collège d'artisanat et de design du Nouveau-Brunswick, la communauté culturelle de Fredericton, des membres de Villages internationaux d'enfants, d'Oxfam, de Freedom et d'autres organismes ont passé tout l'après-midi à tricoter et à s'encourager les uns les autres dans ces moments difficiles.

    Cette écharpe, que l'on m'a remise, représente la diversité des gens opposés à une guerre en Irak, et qui ne veulent pas que le Canada participe de quelque façon que ce soit à ce conflit.

    Je crois, comme mes amis, que la guerre doit demeurer un outil de dernier recours, auquel on ne fait appel que lorsqu'il n'y a absolument plus rien d'autre à faire. Nous n'en sommes pas là.

*   *   *

[Français]

+-Le commerce international

+-

    M. Guy St-Julien (Abitibi—Baie-James—Nunavik, Lib.): Monsieur le Président, le Canada a réussi haut la main un examen de l'Organisation mondiale du commerce qui lui a accordé une note enviable pour ses politiques commerciales. Les pratiques et politiques commerciales du Canada comptent parmi les plus transparentes et les plus libérales au monde.

    L'examen des pratiques commerciales est un exercice auquel doivent se prêter à intervalles réguliers tous les pays au monde. Le rapport qui en découle permet de faire le point sur les politiques des pays et de souligner certaines lacunes et certains progrès sur le plan de l'ouverture des marchés.

    L'organisme international du commerce, par l'entremise de ses pays membres, suggère cependant au Canada de chercher de nouveaux débouchés commerciaux plutôt que de dépendre de ses liens avec les États-Unis.

    Le ministre du Commerce international a répliqué que le Canada fait de grands efforts en ce sens, mais que la proximité des Américains rend les choses plus complexes.

*   *   *

[Traduction]

+-L'inondation de Badger

+-

    M. Janko Peric (Cambridge, Lib.): Monsieur le Président, à la mi-février, la municipalité de Badger, à Terre-Neuve, a été victime d'une terrible inondation, suivie de gels intenses, qui a dévasté la localité et jeté à la rue de nombreuses personnes.

    Des entreprises et des organismes de ma circonscription, tels que Nemcor, Elite Vending, la Chambre immobilière et le Newfoundland Club de Cambridge, ont recueilli des fonds pour venir en aide aux habitants de Badger.

    Mes électeurs, ainsi que les entreprises et les organismes de Cambridge, ont toujours aidé les autres régions du Canada victimes de catastrophes naturelles.

    J'aimerais féliciter pour leurs efforts tous les intéressés, et particulièrement le Newfoundland Club de Cambridge, qui a fait preuve de leadership dans cette campagne d'aide aux gens de Badger.

*   *   *

+-Zoran Djindjic

+-

    M. Rahim Jaffer (Edmonton—Strathcona, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le monde a encore une fois connu l'horreur du crime et de la terreur alors que l'une des grandes étoiles de la démocratie a été brutalement assassinée.

    Zoran Djindjic est devenu premier ministre de la Serbie à la fin du règne brutal du président Milosevic.

    Djindjic a permis aux Nations Unies de capturer et de mettre en accusation plusieurs criminels de guerre de l'ancienne Yougoslavie. Il a rétabli des liens diplomatiques avec l'Ouest et c'est grâce à lui que le Canada a laissé tomber ses sanctions. Il a fait la guerre au crime organisé et a engagé son pays dans la voie de la démocratie et du respect des droits de la personne.

    C'est pour toutes ces actions qu'il est devenu la cible des criminels et qu'il a été abattu.

    Au nom de l'opposition officielle du Canada, j'aimerais remercier M. Djindjic de son sacrifice et transmettre à son successeur, Zoran Zivkovic, tout notre appui en ce qui a trait à la poursuite de ces réformes essentielles.

    La plupart d'entre nous aimeraient remercier le peuple serbe de sa persévérance et de son engagement à l'égard de la paix et de la démocratie.

*   *   *

+-La fête de la Saint-Patrick

+-

    Mme Paddy Torsney (Burlington, Lib.): Monsieur le Président, je suis fière d'intervenir à la Chambre aujourd'hui pour souhaiter à tous les Canadiens une bonne fête de la Saint-Patrick. Aujourd'hui, tous les Canadiens se joignent à leurs compatriotes d'origine irlandaise pour faire la fête dans un esprit de camaraderie et de bonne volonté.

    Le 17 mars nous donne la chance de souligner l'importante contribution que les Canadiens d'origine irlandaise ont apportée à l'histoire de notre grand pays. Il n'est pas étonnant de constater que quelque 14 p. 100 des Canadiens ont des ancêtres irlandais. Au cours de la grande famine des années 1840, des millions d'Irlandais ont dû quitter leur pays. Bon nombre d'entre eux se sont établis au Canada où ils ont fondé une communauté irlandaise prospère.

    Certains des plus grands dirigeants de notre pays ont des racines irlandaises. Quatre des cinq premiers gouverneurs généraux du Canada étaient irlandais, tout comme huit des pères de la Confédération, dont D'Arcy McGee bien sûr. Certains des grands chefs d'entreprise canadiens sont également irlandais, dont Hilary Weston et le regretté Timothy Eaton.

    Je souhaite à tous les Canadiens une très bonne fête de la Saint-Patrick. Caid Mille Failte.

*   *   *

  +-(1405)  

[Français]

+-L'Irak

+-

    M. Réal Ménard (Hochelaga—Maisonneuve, BQ): Monsieur le Président, malgré que le Conseil de sécurité ne l'ai pas autorisée, il semble bien que la guerre contre l'Irak aura lieu. Cependant, on ignore toujours si le Canada y participera ou non.

    D'un côté, le premier ministre affirme que le Canada ne participera pas à une guerre qui ne serait pas permise par l'ONU, de l'autre, il affirme que la résolution existante autorise déjà la guerre et que le Canada participera à une guerre ainsi autorisée. D'un côté, il affirme qu'il n'approuve pas une guerre de changement de régime, de l'autre, il soumet une proposition autorisant, après une date butoir, une guerre qui, tous le savent, vise un changement de régime.

    En fait, le gouvernement dit ce que la population veut entendre mais fait ce que Washington lui demande.

    Les 250 000 personnes réunies à Montréal avant-hier n'ont que faire de ces contradictions et de ces ambiguïtés. Elles demandent que leurs représentants s'opposent à la participation du Canada, un point c'est tout.

    Mettons fin aux ambiguïtés et que les parlementaires tranchent la question en permettant un vote ici même, en cette Chambre.

*   *   *

+-Le Gala MetroStar

+-

    Mme Hélène Scherrer (Louis-Hébert, Lib.): Monsieur le Président, hier soir, le gala des prix MetroStar a encore une fois montré l'admiration des Québécoises et des Québécois pour les artisans de la télévision. À l'honneur, Sophie Lorain et Guy A. Lepage, ont respectivement reçu le prix de la personnalité de l'année, féminine et masculine.

    Je voudrais aussi souligner que pour la première fois une femme, Sophie Thibault, a reçu le prix pour l'animation d'un bulletin de nouvelles.

    Parmi les gagnants dans les autres catégories, nous retrouvons: Sophie Lorain et Roy Dupuis pour les rôles féminin et masculin dans une télésérie, Élise Guilbault et Denis Bouchard pour les rôles féminin et masculin dans un téléroman, Véronique Cloutier pour l'animation d'une émission de variété, Benoît Gagnon pour l'animation d'une émission de sports et Guy Mongrain pour une émission de jeux.

    J'aimerais également féliciter tous les autres artistes gagnants et les nominés. Grâce à eux, la qualité de notre télévision est indéniable. Bravo à tous!

*   *   *

[Traduction]

+-Les langues officielles

+-

    M. Scott Reid (Lanark—Carleton, Alliance canadienne): Monsieur le Président, si on tentait l'expérience de concevoir le système de recrutement et de promotion dans la fonction publique qui exclurait le plus de gens possible, il pourrait ressembler à ceci.

    Premièrement, il faudrait choisir des compétences que la majorité des Canadiens ne possèdent pas et les déclarer indispensables pour de nombreux postes où elles seraient inutiles. Deuxièmement, il faudrait limiter sévèrement la formation en cours d'emploi dans ce secteur. Troisièmement, il faudrait rétrograder ou muter tout fonctionnaire qui ne répondrait pas aux objectifs arbitraires et toujours changeants. Franchement, c'est exactement ce que fait le gouvernement avec les nouvelles exigences rigoureuses qu'il a annoncées la semaine dernière au sujet du bilinguisme.

    Selon ces règles, 24 millions de Canadiens seraient exclus de tous les emplois de haut niveau de la fonction publique. Quels Canadiens seraient exclus? Il y aurait les 57 p. 100 de francophones qui ne parlent pas anglais, les 91 p. 100 d'anglophones qui ne parlent pas français, plus de 80 p. 100 des immigrants et 95 p. 100 des Canadiens autochtones.

    Les nouvelles règles sont indignes d'un pays qui se soucie de tous ses citoyens, y compris de ceux qui ne sont pas bilingues.

*   *   *

+-Le Service météorologique du Canada

+-

    M. Alan Tonks (York-Sud—Weston, Lib.): Monsieur le Président, le 13 mars, le gouvernement du Canada a annoncé un investissement de 75 millions de dollars sur cinq ans qui permettra au Service météorologique du Canada d'améliorer la qualité de ses prévisions et le service offert aux Canadiens dans toutes les régions.

    Avec cet investissement, les Canadiens bénéficieront de renseignements météorologiques plus précis et plus rapides, de prévisions quotidiennes, de prévisions à plus long terme, et de prévisions de phénomènes météorologiques extrêmes.

    Pour faire une prévision exacte pour une région particulière, un météorologue n'a pas besoin de regarder par la fenêtre, en direction de la région à laquelle s'applique la prévision. Il fait de l'observation. Elle nous donne les conditions météorologiques à ce moment particulier. Environnement Canada compte plus de 6 000 sites d'observation dans le pays.

    Faire une prévision nécessite une vision qui s'étend sur des milliers de kilomètres, pour déterminer comment se développent les divers systèmes et modèles atmosphériques. Il faut ensuite des connaissances et du matériel de pointe pour prédire les conditions que ces systèmes produiront.

    Ces nouveaux fonds permettront aux employés du Service météorologique du Canada d'accroître leurs connaissances et d'utiliser du matériel plus perfectionné. Ils leur permettront également de renforcer leur capacité de recherche et d'assurer une meilleure...

+-

    Le Président: La députée de Winnipeg-Nord-Centre a la parole.

*   *   *

+-Le Service météorologique du Canada

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Centre-Nord, NPD): Monsieur le Président, la semaine dernière le ministre de l'Environnement a décidé de réduire de 14 à 5 le nombre des centres de météorologie au Canada. À Winnipeg, la pression publique l'a obligé à garder le centre ouvert pour l'instant, mais il faudra rester vigilant, afin d'empêcher une fermeture éventuellement.

    Au cours des dix dernières années, les libéraux ont agi de façon imprévisible, ouvrant des bureaux ici, en fermant d'autres là. Ils ont fermé 59 bureaux météorologiques, trois centres de prévision météorologique et ont imposé au service de météorologie des réductions massives équivalant à 40 p. 100 de son budget. Quelle politique à courte vue!

    Les propres rapports du gouvernement indiquent que notre système de prévision météorologique est en si piètre état qu'il met en danger la sécurité des Canadiens. Nous savons que la fiabilité des prévisions météo est en baisse, que l'équipement se détériore ou est désuet, que le personnel est surchargé de travail et que le moral des employés est à la baisse.

    Le plan de rationalisation des libéraux ne résoudra aucun de ces problèmes. En fait, ce plan met la sécurité des Canadiens en danger et menace notre économie et l'environnement. Aucune analyse coûts-bénéfices n'a été faite. Le gouvernement ne reconnaît pas que la technologie et les prévisions météo à distance ne peuvent remplacer, en précision, l'observation humaine et l'expérience régionale. Ni les employés, ni leurs représentants, ni la population n'ont été consultés.

*   *   *

  +-(1410)  

[Français]

+-L'Irak

+-

    Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ): Monsieur le Président, se joignant à des millions de personnes de par le monde, le Québec a clamé haut et fort son opposition à une déclaration de guerre contre l'Irak.

    Au Québec, les manifestations ont été spectaculaires. Cette solidarité démontre une fois de plus que le Québec se distingue. C'est un message clair à renoncer à la guerre pour laisser la place—toute la place—au processus de négociation et aux résultats des inspections de l'ONU.

    J'ai participé à la marche à Québec où 18 000 personnes se sont rassemblées, et plusieurs de mes collègues ont fait de même ailleurs: à Montréal, plus de 250 000 personnes; à Trois-Rivières, 3 000 personnes; à Alma et Rimouski, 5 000 personnes, alors qu'à Gatineau, 5 200 personnes sont descendues dans la rue.

    Consciente de l'imminence possible du déclenchement unilatéral d'une guerre, la population souhaite envoyer un message clair au premier ministre.

    Or, de toute évidence, le premier ministre semble peu réceptif, puisqu'il a refusé toute rencontre avec le collectif Échec à la guerre qui voulait s'entretenir avec lui sur le rôle du Canada et sur l'importance de trouver une solution pacifique à ce conflit.

*   *   *

[Traduction]

+-Actes de bravoure

+-

    M. R. John Efford (Bonavista—Trinity—Conception, Lib.): Monsieur le Président, je suis heureux de féliciter aujourd'hui John Dean, de Little Heart's Ease, à Terre-Neuve, qui, près de quatre ans après avoir sauvé la vie de son ami et collègue, Levi Avery, a vu sa bravoure reconnue par la gouverneure générale du Canada.

    Le 29 mai 1999, MM. Dean et Avery pêchaient à bord du Sandra L. Dean, à environ 130 milles au sud-est de Catalina. Alors qu'ils installaient des cages à crabes, M. Avery s'est pris dans le câble auquel étaient attachées les cages et a été entraîné par-dessus bord, dans les eaux froides de l'Atlantique-Nord. Un membre d'équipage, Randell Smith, a rapidement réagi en stoppant le moteur du bateau. M. Dean a alors décidé de plonger dans les eaux pour sauver son ami. Le récipiendaire a démontré un courage exceptionnel face à une mort presque certaine.

    J'invite la Chambre à féliciter et remercier cet homme brave et tous ses semblables.

*   *   *

+-La défense nationale

+-

    M. Gerald Keddy (South Shore, PC): Monsieur le Président, le dernier sondage Angus Reid sur l'avis des Canadiens confirme ce que les députés du Parti progressiste-conservateur disent depuis des années: Nos soldats ont besoin d'un soutien solide du gouvernement. En fait, trois Canadiens sur quatre estiment maintenant que le budget de la défense doit être accru. Une majorité encore plus grande estime que notre équipement ne nous permet même plus de nous défendre.

    Dernièrement, les Canadiens ont vu l'Iroquois rentrer au pays avec à son bord un Sea King disloqué. L'Iroquois fait maintenant route vers le golfe au milieu d'une guerre avec un hélicoptère de moins. Que faudra-t-il au gouvernement pour qu'il se réveille et approvisionne et appuie nos Forces canadiennes? Quand on leur a demandé ce qu'ils pensaient de nos militaires, moins de la moitié des Canadiens ont dit ressentir de la fierté. C'est une honte et c'est l'héritage véritable du premier ministre.

*   *   *

+-L'Institut canadien sur l'apprentissage

+-

    M. Peter Adams (Peterborough, Lib.): Monsieur le Président, le budget prévoit 100 millions de dollars pour l'Institut canadien sur l'apprentissage. Cette organisation permettra d'avoir un aperçu national de la formation et de l'éducation au Canada. J'espère qu'elle nous permettra de nous approprier les meilleures pratiques d'éducation et de formation mises en oeuvre dans les diverses magnifiques régions de ce pays.

    J'espère également qu'elle nous permettra de définir et de régler les problèmes d'éducation et d'accès à l'éducation, où qu'ils se produisent. Entre autres choses, le nouvel institut devrait, à mon avis, s'intéresser notamment aux problèmes des collèges communautaires et aux défis spéciaux des peuples autochtones dans ces domaines au Canada.

    L'Institut canadien sur l'apprentissage renforcera davantage le Canada, qui a déjà la population la mieux instruite au monde.

*   *   *

+-Le programme d'alerte Amber

+-

    M. Chuck Cadman (Surrey-Nord, Alliance canadienne): Monsieur le Président, la semaine dernière, Elizabeth Smart a été retrouvée après neuf mois de captivité chez ses ravisseurs. Son père demande instamment au Congrès des États-Unis d'étendre à l'échelle nationale le programme d'alerte Amber.

    Ce programme fait appel à la radio, à la télévision, aux babillards électroniques et aux systèmes de radiodiffusion d'urgence pour informer immédiatement la population de l'enlèvement d'enfants dont la vie est en danger. Plus de 70 programmes d'alerte Amber ont été mis en oeuvre aux États-Unis depuis la création du premier au Texas en 1997. On a retrouvé jusqu'ici une quarantaine d'enfants.

    Il y a un an environ, Toronto a été la première ville au Canada à mettre en oeuvre ce programme. L'Alberta, la première province à l'avoir adopté, y a engagé des ressources. Un peu plus tôt cette année, l'Ontario l'a également adopté. Le Manitoba et la Colombie-Britannique, ma province d'origine, sont sur le point d'en faire autant. Malheureusement, les programmes provinciaux ne s'appliquent pas au-delà des frontières des provinces.

    Pour qu'un programme soit véritablement efficace, il doit être de portée nationale. Les Canadiens veulent que le gouvernement fédéral prenne les devants et mette en place un programme national d'alerte Amber dans l'intérêt de leurs enfants.

*   *   *

  +-(1415)  

[Français]

+-La Journée internationale de la femme

+-

    Mme Raymonde Folco (Laval-Ouest, Lib.): Monsieur le Président, c'est avec fierté que je me lève aujourd'hui en cette Chambre afin de souligner la Journée internationale de la femme qui a eu lieu le 8 mars dernier.

    Par leur travail et leur acharnement, les Canadiennes ont su prendre en main leur destin et faire avancer notre société vers ce qu'elle est aujourd'hui et ce qu'elle sera demain.

    Cette journée est l'occasion pour nous de mettre en lumière les réalisations de femmes dont le travail a influencé la vie de ceux qu'elles côtoient. C'est le cas de Mme Parasketi Hatzis et de Mme Demitra Thomakou, deux Canadiennes d'origine grecque qui, par leurs actions continues dans le domaine de l'éducation, ont influé sur la vie de leur famille, de leur communauté d'origine et de la communauté canadienne depuis plus de 30 ans.

    Tous connaissent une ou des femmes remarquables qui marquent la vie de ceux qu'elles côtoient. Je me joins donc à tous mes collègues de la Chambre pour rendre hommage à ces femmes exceptionnelles.


+-QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

*   *   *

[Traduction]

+-L'Irak

+-

    M. Stephen Harper (chef de l'opposition, Alliance canadienne): Monsieur le Président, la situation en Irak arrive à un point critique, et une intervention militaire est imminente. Des membres des Forces canadiennes sont sur le terrain depuis un certain temps. En fait, 150 militaires canadiens sont là-bas et participent, avec des soldats britanniques et américains, à des opérations relevant d'un commandement interarmées. Est-ce que ce déploiement sera maintenu? Ces militaires resteront-ils là-bas si une guerre est déclenchée contre l'Irak?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je veux préciser la position du gouvernement du Canada. Nous croyons que l’Irak doit se conformer entièrement aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous avons toujours indiqué clairement que le Canada exigerait l’approbation du Conseil de sécurité comme condition à toute participation à une campagne militaire.

    Au cours des dernières semaines, le Conseil de sécurité a été incapable de s’entendre sur une nouvelle résolution autorisant une action militaire. Le Canada a déployé tous ses efforts pour trouver un compromis qui permettrait de combler l’écart entre les membres du Conseil de sécurité. Cette initiative s’est malheureusement soldée par un échec. Si une action militaire est lancée en l’absence d’une nouvelle résolution, le Canada ne s’y joindra pas.

    Nos vaisseaux ont été envoyés dans ce secteur dans le cadre de notre participation à la lutte contre le terrorisme, et ils continueront de remplir l’importante mission qui leur a été confiée.

+-

    M. Stephen Harper (chef de l'opposition, Alliance canadienne): Monsieur le Président, nous avons déjà vu dans le passé des pays qui appuyaient une intervention militaire sans envoyer de soldats, mais c'est la première fois que nous voyons un pays qui n'appuie pas une intervention militaire et qui envoie quand même des soldats. Quelle position bizarre!

    Je voudrais bien que le premier ministre réponde à ma première question. Nous avons actuellement des militaires sur le terrain en Irak, avec les soldats britanniques et américains. Vont-ils rester là-bas ou non?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, nous avons un certain nombre de gens qui participent à des activités là-bas avec les soldats britanniques et américains. Ils ne sont pas dans une situation de combat. Je crois qu'ils devraient respecter les engagements qu'ils ont pris envers les autres gouvernements. Leur nombre est très limité. Certains effectuent de la surveillance aérienne et d'autres activités du genre, et ils poursuivront la mission qu'ils ont entreprise il y a quelques mois.

+-

    M. Stephen Harper (chef de l'opposition, Alliance canadienne): Monsieur le Président, c'est comme si nous avions un gouvernement à moitié enceint.

    Le gouvernement dit qu'il n'appuiera une intervention militaire que s'il y a une deuxième résolution des Nations Unies, mais, selon un article paru le 31 janvier dans le Guardian de Charlottetown, le premier ministre aurait dit que la résolution 1441 autoriserait une intervention.

    Dit-il aujourd'hui que cette résolution n'autorise pas une intervention ou est-ce là une autre volte-face de la part du gouvernement du Canada?

  +-(1420)  

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, un événement important s'est produit la semaine dernière. Les Américains, les Britanniques et les Espagnols ont présenté au Conseil de sécurité une résolution visant à autoriser une intervention militaire, mais celle-ci n'a pas été adoptée. Ils voulaient faire adopter cette résolution en plus de la résolution 1441, mais ils n'ont pas obtenu l'autorisation du Conseil de sécurité.

+-

    M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, Alliance canadienne): Monsieur le Président, il semble qu'une coalition d'alliés provenant d'une trentaine de pays s'apprête à intervenir en Irak pour faire appliquer la résolution 1441. Une coalition de nations et d'Irakiens en exil poursuit ses efforts en vue de planifier la création d'institutions démocratiques en Irak, mais le Canada a été essentiellement écarté de ces groupes de planification qui visent à assurer la liberté du peuple irakien. Pourquoi le Canada a-t-il été écarté?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, il y a un an, j'ai bien précisé au président des États-Unis que le Canada ne participerait à un conflit en Irak que si le Conseil de sécurité adoptait une résolution autorisant une campagne militaire. L'administration américaine connaît ma position et celle du gouvernement canadien depuis toujours. Nous nous en sommes toujours tenus à cette position. Aujourd'hui, force nous est de constater que le Conseil de sécurité n'a pas adopté de résolution autorisant une campagne militaire. Donc, le Canada ne se joindra pas à une action militaire.

+-

    M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, Alliance canadienne): Il n'écoutait pas, monsieur le Président. Il n'a pas répondu à la question que je lui posais.

    Il est évident que le Canada a perdu de son influence et qu'il n'est pas invité à participer aux séances de planification visant à libérer le peuple irakien, après la chute de Saddam. Nous ne sommes pas invités, parce que nos alliés savent que nous n'avons pas suffisamment financé notre armée, que nous nous traînons les pieds et n'avons pas encore interdit les groupes de terroristes que nos alliés ont interdits depuis longtemps et que, même si nous avons des troupes sur place, nous ne nous sommes pas encore engagés à les faire participer au conflit.

    Quand le gouvernement fédéral s'attaquera-t-il à ces lamentables lacunes de notre politique étrangère afin que nous puissions regagner la confiance qui nous était manifestée jadis sur la scène internationale?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, notre engagement à lutter contre le terrorisme est de notoriété publique. Nous avons accepté d'envoyer des troupes, des milliers de soldats, l'été prochain, afin de lutter contre le terrorisme en Afghanistan, et nous respecterons cet engagement.

    En ce qui concerne l'Irak et toute intervention militaire en Irak, nous avons fait savoir que nous ne participerions pas à une campagne militaire qui ne serait pas approuvée par le Conseil de sécurité. C'est ce que j'ai dit il y a un an et c'est ce que je répète aujourd'hui.

[Français]

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, nous appuyons et nous sommes heureux que le Canada ne participe pas à cette coalition hors du cadre des Nations Unies.

    Cependant, la présence de bateaux dans le golfe Persique ou de soldats canadiens au sein de bataillons américains ou britanniques, ou encore d'officiers dans le cadre du «joint command», fait en sorte que le Canada pourrait faire indirectement ce qu'il ne veut pas faire directement.

    On ne peut pas croire que ces personnes ou ce matériel ne serviront pas dans le cadre d'un conflit avec l'Irak, même s'ils sont là pour la lutte antiterroriste.

    Est-ce qu'il ne serait pas plus cohérent de retirer le matériel et tous les soldats du golfe Persique et de la région?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, nous avons encore de nombreux soldats en Afghanistan et nous en aurons des milliers l'été prochain. C'est notre devoir de maintenir notre présence dans le Golfe pour pouvoir les protéger, pour pouvoir leur donner le matériel dont ils ont besoin pour exécuter leurs tâches, pour maintenir la paix en Afghanistan et pour essayer de reconstruire un peu ce pays.

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, quand on parle du commandement unifié ou du «joint command» au Qatar qui était à Tampa dans le passé, est-ce qu'on pense sérieusement que le commandement unifié ne va s'intéresser qu'à ce qui se passe en Afghanistan et ignorer l'offensive des Britanniques et des Américains en Irak?

    On sait bien que le «joint command» va s'occuper de l'intervention en Irak. Il ne faut pas être un génie militaire pour comprendre cela.

    Je demande au premier ministre: est-ce qu'il ne serait pas plus cohérent et logique de se retirer du «joint command», de maintenir les troupes en Afghanistan, mais pas que les bateaux soient utilisés à d'autres fins que l'Afghanistan? 

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le mandat des militaires canadiens qui sont dans la région est de s'occuper seulement des activités en Afghanistan.

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval, BQ): Monsieur le Président, toute la communauté internationale est massivement opposée à l'utilisation de la force en Irak à ce moment-ci.

    Puisqu'une telle agression, si elle était faite, aurait un caractère d'illégalité, d'illégitimité, je demande au premier ministre s'il a l'intention d'aller plus loin, d'aller auprès de l'ONU et auprès des États-Unis afin de démontrer ce caractère illégitime, illégal, et de protester avec toute son énergie?

  +-(1425)  

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, même si nous n'étions pas membre du Conseil de sécurité, il n'y a aucun pays au monde qui a été plus actif que le Canada pour essayer de bâtir un pont entre les membres du Conseil de sécurité. Nous avons clairement établi notre position depuis un an, nous l'avons maintenue et c'est la contribution que nous avons apportée pour essayer de prévenir une guerre.

    D'ailleurs, je l'ai dit moi-même lorsque j'étais à la télévision américaine, il y a huit jours: on n'a pas besoin de faire de guerre en ce moment puisque, effectivement, Saddam Hussein est complètement cerné; il ne peut pas vraiment causer beaucoup de troubles à cause des 250 000 soldats qui l'entourent. Et nous devons remercier...

+-

    Le Président: L'honorable député de Roberval a la parole.

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval, BQ): Monsieur le Président, j'aimerais savoir du premier ministre s'il a l'intention d'aller un peu plus loin? C'est-à-dire, il s'est ménagé une certaine crédibilité auprès des États-Unis, il a toujours été très proche de la position américaine.

    Le premier ministre a-t-il l'intention, maintenant, de se servir de son statut de voisin pour dénoncer une intervention qui est illégitime, qui a un caractère d'illégalité et qui s'apparente à une agression? Est-ce que le Canada va poser des gestes pour dénoncer une telle affaire?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, j'ai clairement établi notre position lorsque j'ai énoncé la politique du gouvernement, en réponse à la première question de la période des questions orales aujourd'hui.

[Traduction]

+-

    M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD): Monsieur le Président, nous saluons la clarté des réponses fournies par le premier ministre cet après-midi quant à la possibilité d'une guerre contre l'Irak, mais le premier ministre ne voit-il pas que la clarté de sa position se trouve mitigée du fait qu'il est déterminé à laisser les Forces canadiennes participer, au sein d'unités américaines, à la guerre contre l'Irak? Le premier ministre s'engagera-t-il aujourd'hui à retirer les militaires canadiens qui participent à ces échanges si jamais la guerre éclate en Irak?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, j'ai été très clair. Les militaires qui sont actuellement dans cette région aident les soldats canadiens qui participent et qui participeront l'été prochain à la mission que nous avons acceptée en vue du rétablissement de la situation en Afghanistan. Tous les militaires déployés là-bas participent à cette mission. Ils ne seront pas mêlés à une éventuelle guerre contre l'Irak.

+-

    M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD): Monsieur le Président, nous avons maintes fois réclamé la tenue d'un vote à la Chambre, et nous avons toujours cru que nous finirions probablement par voter contre le gouvernement. Or, compte tenu de ce que le gouvernement et le premier ministre ont déclaré aujourd'hui, je me demande si ce dernier serait prêt à présenter une motion énonçant la position du gouvernement sur l'insuffisance de la résolution 1441 et sur l'illégitimité d'une attaque contre l'Irak en l'absence d'une deuxième résolution? Que le gouvernement propose une motion, qu'un débat s'engage et que le Parlement se prononce. Le premier ministre ne souhaite-t-il pas que le Parlement appuie sa position?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, habituellement, on ne propose pas de motion à l'appui du gouvernement. Le gouvernement a énoncé une position très claire que tous les députés de ce côté-ci de la Chambre appuient.

+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC): Monsieur le Président, j'ai écouté très attentivement le premier ministre. Il a dit que le Canada appuierait une intervention seulement si elle était justifiée par une résolution du Conseil de sécurité. Comme le premier ministre le sait sûrement, certains en Grande-Bretagne et ailleurs font valoir que la résolution 1441 ou d'autres résolutions antérieures confèrent déjà les pouvoirs justifiant une intervention.

    Le Canada a sûrement demandé un avis juridique quant à la question de savoir si pareille attaque est justifiée sur le plan du droit international. Le gouvernement a-t-il demandé pareil avis juridique et croit-il qu'une telle attaque serait justifiée dans l'optique du droit international?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je sais que le chef du Parti conservateur est toujours très préoccupé par la façon de procéder. Il devrait simplement s'en tenir à ce que nous avons dit. Notre position est très claire.

+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC): Ainsi donc, monsieur le Président, le droit international n'a aucune importance. Cela cadre tout à fait avec le gouvernement actuel.

    Aujourd'hui, le Wall Street Journal présentait un plan des États-Unis pour rebâtir l'Irak à la suite d'un conflit. Le plan américain mettrait de côté les agences des Nations Unies pour donner le rôle de premier plan à des sociétés américaines. Comme le premier ministre le sait sûrement, toute initiative des Nations Unies en vue de reconstruire l'Irak nécessiterait une nouvelle résolution du Conseil de sécurité. Le gouvernement du Canada est-il d'avis que la reconstruction de l'Irak à la suite d'un conflit devrait être laissée aux États-Unis? Le gouvernement du Canada a-t-il un plan de rechange à proposer, et le premier ministre peut-il nous dire en quoi il consiste?

  +-(1430)  

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, avant de penser à la reconstruction, il faudra voir s'il y a une guerre, mais le cas échéant, le Canada participera évidemment à la reconstruction de ce pays. Nous avons toujours agi de la sorte en cas de guerre et nous continuerons de le faire, mais nous espérons encore qu'une guerre sera évitée. Je ne suis pas très optimiste, mais s'il y a une guerre, le Canada aidera évidemment les victimes de cette guerre.

*   *   *

+-L'éthique

+-

    M. James Rajotte (Edmonton-Sud-Ouest, Alliance canadienne): Monsieur le Président, le 2 avril 1996, le premier ministre terre-neuvien de l'époque, Brian Tobin, a écrit au premier ministre au sujet du projet Hibernia. Un mois plus tard, le premier ministre répondait à M. Tobin que la question du projet Hibernia avait été renvoyée à l'ancien ministre des Finances. Entre-temps, la Société maritime CSL Inc. avait déjà conclu un important contrat pour la réalisation du projet Hibernia. Le premier ministre peut-il dire à la Chambre pourquoi l'ancien ministre des Finances a participé à la prise de décisions concernant Hibernia?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, j'ai dit que l'ancien ministre des Finances avait respecté les lignes directrices en matière de conflit d'intérêts lorsqu'il était ministre des Finances et je n'ai jamais eu de raison de croire qu'il ne l'avait pas fait. J'ai dit et je répète qu'il s'est assuré de suivre de son mieux toutes les lignes directrices, et personne n'a jamais eu à se plaindre de lui à cet égard.

+-

    M. James Rajotte (Edmonton-Sud-Ouest, Alliance canadienne): Monsieur le Président, il y a là une façon de procéder qui donne à penser que l'ancien ministre des Finances participait régulièrement à la prise de décisions dont il aurait pu bénéficier financièrement. Nous savons désormais que, 12 fois au moins, l'ancien ministre des Finances a été consulté, par l'intermédiaire du conseiller en éthique, sur des questions intéressant la santé et la prospérité de la Société maritime CSL Inc.

    Le premier ministre pourrait-il confirmer aujourd'hui que l'une ou l'autre de ces consultations concernait les relations entre CSL et Hibernia?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, j'ai répondu et je répéterai ce que j'ai dit. Lorsqu'il était ministre des Finances, en 1993, il s'est conformé comme les autres ministres au règlement qui existait à l'époque. Il faisait rapport au registraire général et organisait ses finances avec celui-ci de façon à bien suivre toutes les lignes directrices auxquelles devaient se conformer tous les ministres. Je n'ai jamais reçu aucune plainte du registraire général ni de qui que ce soit d'autre au sujet de l'ancien ministre des Finances.

    Je ne peux dire rien de plus aujourd'hui. Comme je n'ai jamais reçu de plainte de qui que ce soit, je ne peux pas revenir aujourd'hui sur cette époque. À ma connaissance, toutes les lignes directrices...

+-

    Le Président: Le député de Saint-Jean.

*   *   *

[Français]

+-L'Irak

+-

    M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, il y a quelques semaines, le ministre de la Défense nationale a déclaré que les vaisseaux qui s'acheminaient vers le golfe Persique pourraient éventuellement bouger en direction d'un conflit avec l'Irak.

    Cet après-midi, le premier ministre nous dit que les vaisseaux vont se contenter de faire leur travail, c'est-à-dire de surveiller les terroristes dans le golfe Persique. Toutefois, le commandant Girouard sera à la tête d'un vaisseau amiral qui s'appelle l'Iroquois et d'un groupe tactique de 20 navires. Ces 20 navires seront certainement appelés à intervenir dans le théâtre d'opérations en l'Irak.

    Est-ce que le premier ministre ne pourrait pas convenir que, pour éviter toute ambiguïté, ce qu'il faut cet après-midi, c'est...

+-

    Le Président: L'honorable ministre de la Défense nationale a la parole.

+-

    L'hon. John McCallum (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, premièrement, le député devrait savoir que c'est une opération multinationale. Ce n'est pas seulement le Canada qui est là, mais il y a aussi la France, la Nouvelle-Zélande, la Grèce et les Pays-Bas.

    Je suis en contact avec mes homologues de chacun de ces pays. On discute de la situation et je n'ai pas eu d'indications que ces pays vont se retirer. Pour le Canada, la guerre contre le terrorisme est très importante. Nous sommes tout à fait impliqués à cet égard.

+-

    M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, je suis loin d'être rassuré par la réponse du ministre. Fondamentalement, si on envoie un vaisseau amiral canadien en charge d'un groupe tactique de 20 bateaux, ce n'est pas vrai que cela se justifie parce qu'il y a une hausse de la présence terroriste dans le golfe Persique.

    Ce que je dis, c'est qu'il faut éviter toute ambiguïté. Quant au commandement unifié, c'est la même chose. On a au moins 25 officiers canadiens qui travaillent actuellement avec les Américains sur des scénarios de guerre en Irak. S'il laisse ces soldats à cet endroit, c'est complètement incohérent avec la déclaration d'aujourd'hui du premier ministre. Il faudrait qu'il retire également les officiers du commandement unifié.

+-

    L'hon. John McCallum (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, ce n'est pas du tout incohérent avec la position du premier ministre. C'est précisément la position du premier ministre. Ce n'est pas seulement le Canada. Je répète que la France, la Nouvelle-Zélande, la Grèce et les Pays-Bas sont impliqués avec nous dans la guerre contre le terrorisme.

    Étant donné la possibilité très malheureuse de la guerre, le risque du terrorisme est plus grand qu'auparavant. Est-ce que le député veut que les autres pays et le Canada se rétractent eu égard à la guerre contre le terrorisme quand le besoin est très élevé? La réponse est non.

*   *   *

  +-(1435)  

[Traduction]

+-Le député de LaSalle—Émard

+-

    M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne): Monsieur le Président, la société de l'ancien ministre des Finances, la Société maritime CSL Inc., a reçu au moins un contrat de plusieurs millions de dollars se rapportant au projet Hibernia alors que l'ancien ministre des Finances était la personne-ressource au Cabinet pour ce projet; il y a donc un conflit d'intérêts évident.

    Le premier ministre pourrait-il dire aux Canadiens combien de fois l'ancien ministre des Finances s'est retiré de la table du Cabinet pour éviter ce genre de conflits d'intérêts flagrants?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je ne suis pas en mesure de répondre à toutes ces questions. Je sais que, dans certaines circonstances, au lieu de traiter le dossier lui-même, le ministre demandait au ministre des Institutions financières de le faire. Je n'ai pas compilé le nombre exact de circonstances de la sorte. Je savais que le registraire général s'occupait de la situation et que nous n'avions reçu aucune plainte à ce sujet et j'avais confiance en l'intégrité de l'ancien ministre des Finances. Je n'ai pas compté ses présences ou absences au Cabinet et je n'en ai pas vérifié les raisons.

+-

    M. James Moore (Port Moody—Coquitlam—Port Coquitlam, Alliance canadienne): Monsieur le Président, dans le cas de projets qui causent un conflit d'intérêts flagrant, le premier ministre pourrait peut-être songer d'abord aux intérêts des Canadiens et porter attention aux cas absolus de conflits d'intérêts.

    Entre 1994 et 1997, trois navires de la Société maritime CSL Inc. ont participé à la construction d'Hibernia. À cette même époque, l'ancien ministre des Finances était responsable de la participation fédérale au projet Hibernia.

    Le premier ministre pourrait-il dire aux Canadiens s'il y a eu enquête dans le cas de ce conflit d'intérêts et sinon, pourquoi? Les contribuables canadiens ne méritent-ils pas mieux?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je l'ai déjà dit et je le répéterai, l'ancien ministre des Finances a toujours respecté les lignes directrices. Personne, ni le ministre lui-même, ni d'autres ministres, ni la presse, ne m'a fait part de problèmes à cet égard. Personne n'a parlé de conflit d'intérêts relativement à ces circonstances.

*   *   *

[Français]

+-L'Irak

+-

    M. Michel Guimond (Beauport—Montmorency—Côte-de-Beaupré—Île-d'Orléans, BQ): Monsieur le Président, la population veut la paix. Les manifestations de samedi dernier l'ont clairement démontré. Il y avait 18 000 personnes à Québec, 250 000 à Montréal et 5 000 à Alma. Ces manifestants s'attendent aussi à ce que leurs élus fédéraux puissent se prononcer contre la guerre par un vote au Parlement.

    Je demande ceci au premier ministre: quand allons-nous voter?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je voudrais répéter en français la déclaration que j'ai faite tantôt pour répondre à l'honorable député.

    Je veux préciser la position du gouvernement du Canada. Nous croyons que l'Irak doit se conformer entièrement aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous avons toujours indiqué clairement que le Canada exigerait l'approbation du Conseil de sécurité comme condition à toute participation à une campagne militaire.

    Au cours des dernières semaines, le Conseil de sécurité a été incapable de s'entendre sur une nouvelle résolution autorisant une action militaire. Le Canada a déployé tous ses efforts pour trouver un compromis qui permettrait de combler l'écart entre les membres du Conseil du sécurité. Cette initiative s'est malheureusement soldée par un échec. Si une action militaire est lancée en l'absence d'une nouvelle résolution, le Canada ne s'y joindra pas. Nos vaisseaux...

[Traduction]

    Des voix: Oh, oh!

[Français]

+-

    Le Président: À l'ordre, s'il-vous-plaît. Pas pendant la période des questions orales. L'honorable député de Beauport—Montmorency—Côte-de-Beaupré—Île-d'Orléans a la parole.

+-

    M. Michel Guimond (Beauport—Montmorency—Côte-de-Beaupré—Île-d'Orléans, BQ): Monsieur le Président, le premier ministre ne serait-il pas d'accord avec nous pour dire que la position du gouvernement serait beaucoup plus forte s'il y avait un vote de tous les parlementaires de cette Chambre dûment et démocratiquement élus par la population?

  +-(1440)  

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, un député sait très bien qu'une action du gouvernement est présumée être appuyée par la Chambre des communes. Si l'opposition veut voter pour ou contre, elle a des journées d'opposition. Mais lorsque le Parlement énonce une politique comme celle-là, le premier ministre a le droit de présumer que la Chambre des communes l'appuie.

*   *   *

[Traduction]

+-Les marchés publics

+-

    M. Grant Hill (Macleod, Alliance canadienne): Monsieur le Président, lorsque le ministre de l'Industrie était responsable du portefeuille de la Santé, il a permis qu'un marché non soumis à un appel d'offres soit accordé à la compagnie de restauration Ferrari, de Winnipeg, pour l'exécution de travaux liés à la santé des autochtones. Le travail a en fait été réalisé par Joanne Meyer, que la ministre connaît bien. Pourquoi ce contrat, qui n'a fait l'objet d'aucun appel d'offres, n'a-t-il pas été accordé directement à la société JM Enterprises?

+-

    L'hon. Anne McLellan (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, permettez-moi de signaler que Joanne Meyer n'est plus au service du ministère de la Santé. En fait, cette personne n'a plus de lien avec le ministère depuis janvier 2002. Si je ne m'abuse, les fonctionnaires du ministère de la Santé examinent, à l'heure actuelle, les ententes contractuelles et ils me communiqueront leurs conclusions dans les semaines à venir.

+-

    M. Grant Hill (Macleod, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je signale que c'est la ministre qui répond, mais qu'un autre ministre là-bas finira bien par répondre à ces questions, que ce soit dans cette enceinte ou à l'extérieur.

    J'aimerais tirer cette affaire au clair. JM Enterprises a obtenu un contrat qui a soudainement pris fin pour être ensuite attribué à la compagnie de restauration Ferrari, de Winnipeg.

    Je réitère la question: pourquoi ce contrat n'a-t-il pas été accordé directement à JM Enterprises? Qu'est-ce que la ministre essaie de cacher?

+-

    L'hon. Anne McLellan (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai indiqué plus tôt, les fonctionnaires du ministère de la Santé se penchent sur la question et doivent me faire part des résultats de leur examen d'ici quelques jours.

    Je peux simplement affirmer que la personne en question ne travaille plus pour le ministère de la Santé. Il serait inapproprié de ma part de faire davantage de commentaires pour l'instant.

*   *   *

+-L'aide étrangère

+-

    Mme Beth Phinney (Hamilton Mountain, Lib.): Monsieur le Président, dans le passé, le Canada a fortement appuyé l'aide d'urgence et les efforts de reconstruction en Afghanistan.

    Étant donné l'attention portée à l'heure actuelle à l'Irak, la ministre de la Coopération internationale pourrait-elle nous dire si le gouvernement entend continuer d'appuyer les Afghans?

+-

    L'hon. Susan Whelan (ministre de la Coopération internationale, Lib.): Monsieur le Président, au nom du gouvernement, je suis heureuse d'annoncer que le Canada s'est engagé aujourd'hui à verser 250 millions de dollars d'argent frais au cours des deux prochaines années.

    Cet engagement est le plus important qui ait été pris par l'entremise de l'ACDI et l'argent ira aux domaines prioritaires établis par le gouvernement afghan, y compris l'aide humanitaire, la sécurité, l'agriculture et le gouvernement lui-même.

*   *   *

+-L'Irak

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, les Canadiens ont exprimé une forte opposition à la guerre illégale du président Bush et le premier ministre mérite aujourd'hui des félicitations pour avoir respecté la position canadienne.

    Ne pourrait-on pas renforcer le message du Canada en tenant un vote en bonne et due forme au Parlement? Le premier ministre pourrait-il nous dire s'il a signalé à George Bush que, selon la position maintenant adoptée clairement par son gouvernement, le Canada n'appuiera pas une guerre illégale contre l'Irak?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, si l'opposition veut vraiment voter, elle a deux journées d'opposition cette semaine. Elle peut décider d'en utiliser une si cela est très important.

    Le gouvernement s'est exprimé et lorsqu'il le fait, c'est parce qu'il est persuadé qu'il a la confiance de la Chambre. Je sais que j'ai l'appui de mon parti là-dessus.

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, le premier ministre n'a pas précisé s'il a clairement communiqué la position du Canada au président américain pour lui préciser que le Canada n'allait pas appuyer sa guerre illégale.

    En plus de s'attaquer à cette question, le premier ministre pourrait-il dire clairement à George Bush que l'uranium appauvri continue de tuer des citoyens irakiens et qu'on ne peut permettre aux États-Unis de causer d'autres torts aux citoyens irakiens innocents avec des armes contenant de l'uranium appauvri?

  +-(1445)  

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, j'ai jugé qu'il était de mon obligation d'informer en premier lieu la Chambre des communes et la population canadienne. Bien entendu, des communiqués étaient prêts pour informer les gouvernements britannique et américain de notre décision.

*   *   *

+-Les marchés publics

+-

    M. Rick Borotsik (Brandon—Souris, PC): Monsieur le Président, je viens du Manitoba. Je suis propriétaire d'un camion GMC 1957. Je suis allé voir le médecin au cours des douze derniers mois. En conséquence, je suppose que je remplis tous les critères pour obtenir un marché public du ministère de la Santé sans appel d'offres.

    Ma question s'adresse à la ministre de la Santé. Quelles qualités, autre que la capacité de faire des vidanges d'huile et du graissage politique, possède la société Continental Custom Carriage Ltd, une entreprise de restauration de voitures, pour avoir obtenu un marché public de 200 000 $ du ministère de la Santé sans appel d'offres? Pouvons-nous voir le mandat et le rapport?

+-

    L'hon. Anne McLellan (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai déjà dit, mes collaborateurs sont en train d'examiner la question. J'attends donc leur rapport à cet égard.

    Je ne puis que souligner de nouveau que la personne en cause ne travaille plus au ministère de la Santé.

*   *   *

+-Les pêches

+-

    M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PC): Monsieur le Président, aujourd'hui, le comité de Terre-Neuve et du Labrador représentant tous les partis a présenté au ministre des Pêches et des Océans un rapport renfermant une liste de recommandations pour le rétablissement de l'équilibre et la viabilité de la pêche de la morue, une solution pour la population de la province présentée par la population de la province.

    Le ministre donnera-t-il l'assurance à tous les habitants de Terre-Neuve et du Labrador qu'il tiendra compte de la démarche globale recommandée par le comité pour résoudre cette crise?

+-

    L'hon. Robert Thibault (ministre des Pêches et des Océans, Lib.): Monsieur le Président, je voudrais féliciter le député ainsi que tous les autres députés de Terre-Neuve et du Labrador, de même que les députés provinciaux, les députés des trois partis et les sénateurs de l'excellent travail qu'ils ont accompli en tenant un débat impartial sur une question revêtant une grande importance pour le Canada et les populations concernées. Je puis leur donner l'assurance que j'étudierai très attentivement leur document et que je travaillerai avec eux sur tous les dossiers sur lesquels nous pourrons nous entendre, et j'espère que ce sera la majorité.

*   *   *

+-La citoyenneté et l'immigration

+-

    Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, Alliance canadienne): Monsieur le Président, en février, le tribunal fédéral a jugé que le ministre de l'Immigration avait induit le Parlement en erreur. En réponse à une question concernant la décision, le ministre a dit qu'il ne s'agissait que d'un projet. Ce mois-ci, dans le cadre d'une rare déclaration publique, le juge ayant présidé a admonesté le ministre et déclaré que le jugement était définitif et «n'était pas considéré comme un projet».

    Pourquoi le ministre s'occupe-t-il encore de dossiers majeurs alors qu'on ne peut se fier à sa parole?

+-

    L'hon. Denis Coderre (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, comme il s'agit d'une question sérieuse, je ne la personnaliserai pas comme le fait la députée.

    Voici ce qu'il en est. Premièrement, lorsque la décision a été rendue, nous avions déjà appliqué le bref de mandamus, de sorte que nous en avons étendu l'application aux 102 cas. Parallèlement, après analyse du contenu et de la forme, nous avons jugé qu'il y avait matière à interjeter appel, et c'est ce que nous allons faire.

    En réalité, je soutiens depuis le début que, en vertu de l'alinéa 74d), notre rôle consiste à protéger le processus. C'est ce que nous faisons. Le même juge a reconnu officiellement la question exactement comme nous l'avons dit. Nous protégeons le processus, mais nous respectons aussi le processus judiciaire.

+-

    Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je tiens à souligner que le ministre n'a absolument pas répondu à la question.

    En février, on a aussi questionné le ministre au sujet d'Ernst Zundel, qui représente une véritable menace à la sécurité. Il nous a dit de façon catégorique qu'il ne permettrait pas qu'on bafoue notre système de détermination du statut de réfugié. Le pays de citoyenneté de Zundel a dit que des fonctionnaires viendraient cueillir ce dernier au Canada dès qu'on leur en ferait la demande, mais les affirmations du ministre se sont de nouveau révélées douteuses.

    Pourquoi ne s'est-il pas servi du pouvoir que lui confère la loi pour faire monter Zundel à bord d'un avion en partance pour l'étranger?

[Français]

+-

    L'hon. Denis Coderre (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, je pense qu'il y a des gens qui ont intérêt à faire ce genre de publicité, mais ce n'est pas notre cas ici. Nous sommes respectueux du processus. Nous avons dit depuis le début que non seulement cet individu est au Canada, mais qu'il est sous détention. Laissons faire le processus; nous avons confiance en celui-ci et tout le monde va bien s'en tirer.

*   *   *

  +-(1450)  

+-L'Irak

+-

    Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ): Monsieur le Président, l'administration américaine a servi aujourd'hui un ultimatum au Conseil de sécurité. Il n'est plus libre d'appuyer le désarmement pacifique ou de chercher un compromis.

    Le premier ministre a-t-il l'intention de faire connaître à l'administration américaine son désaccord face à la situation dans laquelle elle place le Conseil de sécurité? Ou bien celui-ci dit oui aux États-Unis et il y aura la guerre, ou bien il dit non et il y aura la guerre quand même.

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, je crois qu'aujourd'hui en cette Chambre, le premier ministre a donné très clairement la position du Canada. Sans l'aval des Nations Unies, nous n'irons pas à la guerre. On communiquera cette information aux autorités américaines et elles tireront leurs propres conclusions. Je crois que notre position est claire et est toujours conforme à la position traditionnelle du Canada. C'est la position que le premier ministre a prise dès le début de cette affaire.

+-

    Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ): Monsieur le Président, bien sûr, nous sommes heureux de la position que le Canada vient de prendre. Mais il faut comprendre qu'en tant que défenseur des institutions multilatérales, il ne peut accepter que le Conseil de sécurité soit ainsi vidé de sa substance, obligé soit de se plier aux États-Unis ou de sombrer dans l'insignifiance.

    Qu'est-ce que le ministre des Affaires étrangères entend faire face à cette situation dangereuse pour la paix mondiale?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, nous allons continuer de faire ce que nous avons fait d'emblée dans cette affaire, c'est-à-dire travailler avec tous les autres pays du monde afin d'avoir, là où c'est possible, un consensus au sein du Conseil de sécurité et trouver une solution en cette matière. Évidemment, comme le premier ministre l'a dit aujourd'hui, il est très difficile d'être optimiste, mais cela ne veut pas dire que nous ne continueronspas nos efforts qui vont constamment dans le même sens, c'est-à-dire trouver la paix, toujours dans le cadre des actions du Conseil de sécurité.

*   *   *

[Traduction]

+-Le registre des armes à feu

+-

    Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, Alliance canadienne): Monsieur le Président, la vérificatrice générale a indiqué dans son rapport que le Programme canadien de contrôle des armes à feu est un grand projet de l'État et que les exigences en matière de rapport établies par le Conseil du Trésor relativement à de tels projets n'avaient pas été respectées. Et voilà maintenant que le ministre veut 172 millions de dollars de plus pour un programme qui continue de cacher ses coûts véritables au Parlement.

    Pourquoi les exigences en matière de rapport liées aux grands projets de l'État n'ont-elles pas été suivies dans le cas du Programme canadien de contrôle des armes à feu et du milliard de dollars qu'on y a investi?

[Français]

+-

    L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil du Trésor, Lib.): Monsieur le Président, j'ai déjà dit à la Chambre que, compte tenu de l'information que j'ai reçue par les fonctionnaires du ministère, le programme n'a jamais été désigné formellement. Pour cela, il faut qu'une décision soit prise par le Conseil du Trésor. Il n'a donc jamais été désigné formellement comme un grand projet de l'État.

    Cela étant dit, je pense que le ministère de la Justice et le Secrétariat du Conseil du Trésor sont d'accord pour dire qu'une meilleure information doit être donnée au Parlement.

[Traduction]

+-

    Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, Alliance canadienne): Monsieur le Président, il ne suffit pas de dire aux Canadiens qu'il leur faut avaler cette pilule d'un milliard de dollars.

    Des voix: Oh, oh!

+-

    Le Président: Des députés se plaignent de ne pas entendre les paroles de la députée. Je ne suis pas surpris; je ne les entends pas moi-même. La députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke a la parole et nous voulons entendre sa question.

+-

    Mme Cheryl Gallant: Monsieur le Président, devant l'impossibilité d'obtenir une réponse satisfaisante de la part de la ministre, je demande au président du Comité des comptes publics quelles sont les mesures prises par son comité pour faire en sorte que le Parlement soit dûment informé de la gestion de ce programme.

+-

    M. John Williams (St. Albert, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je suis heureux d'annoncer que la présidente du Conseil du Trésor comparaîtra devant le comité cet après-midi même. Nous sommes convaincus d'obtenir d'elle de meilleures réponses que celles qu'elle vient de fournir.

*   *   *

+-Les anciens combattants

+-

    M. Bob Wood (Nipissing, Lib.): Monsieur le Président, c'est le 6 juin prochain qu'aura lieu l'inauguration du Centre de la plage Juno en Normandie, en France.

    Créé à l'initiative d'un groupe d'anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale ayant participé aux débarquements du jour J, ce sera le premier centre canadien interactif concernant cette guerre à être construit en Europe.

    Le ministre des Anciens combattants peut-il, pour l'information de la Chambre, faire le point sur la participation du gouvernement du Canada à ce projet?

  +-(1455)  

+-

    L'hon. Rey Pagtakhan (ministre des Anciens combattants et secrétaire d'État (Science, Recherche et Développement), Lib.): Monsieur le Président, j'ai eu le plaisir d'annoncer, vendredi dernier, à Winnipeg, que le gouvernement du Canada a décidé d'accorder un complément de 1,775 million de dollars pour le projet de construction du Centre de la plage Juno, portant ainsi la contribution totale du Canada à un peu plus de 3 millions de dollars.

    Grâce à ce financement, on pourra mener le projet à terme, en organiser l'inauguration officielle et mettre en place les activités d'interprétation prévues.

    Le projet du Centre de la plage Juno témoignera de la contribution du Canada et de l'ensemble de ses réalisations lors de la Seconde Guerre mondiale.

*   *   *

+-Le bois d'oeuvre

+-

    M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, Alliance canadienne): Monsieur le Président, les négociations en vue de régler le différend du bois d'oeuvre sont au point mort. Il y a 14 mois, j'ai demandé au ministre d'entreprendre une analyse des coûts du différend pour fournir un cadre de négociation aux intervenants canadiens. Le gouvernement ne l'a pas fait. Pourquoi?

+-

    L'hon. Pierre Pettigrew (ministre du Commerce international, Lib.): Monsieur le Président, nous continuons à travailler en étroite collaboration avec l'industrie canadienne, d'est en ouest. Nous continuons à collaborer avec les provinces. Les voies de communication avec les Américains sont grandes ouvertes.

    Nous continuons à dialoguer très vigoureusement. Toutefois, il y a 15 jours, nous sommes parvenus à la conclusion que les négociations sur les mesures temporaires étaient difficiles en soi, l'écart entre nos deux pays étant trop grand. En janvier et février, nous avons accompli d'énormes progrès sur le fond du problème et sur les programmes de gestion forestière de notre pays.

+-

    M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, Alliance canadienne): Monsieur le Président, il n'y a eu aucun progrès. Le lobby américain du bois d'oeuvre est au même point aujourd'hui qu'il y a 12 mois.

    Comment le ministre peut-il penser se rendre au deuxième but sans toucher le premier? Vous ne faites pas preuve de leadership en restant assis dans l'abri ou en applaudissant de la ligne latérale...

+-

    Le Président: À l'ordre, s'il vous plaît. Je suis certain que le député adresse ses propos à la présidence.

+-

    M. John Duncan: Monsieur le Président, je ne m'adressais pas au ministre. Je faisais une analogie avec une partie de baseball.

    Pourquoi le ministre est-il si peu enclin à procéder à une analyse des coûts qui donnerait au Canada les moyens de faire preuve de leadership dans ces négociations?

+-

    L'hon. Pierre Pettigrew (ministre du Commerce international, Lib.): Monsieur le Président, je pense qu'il n'y a que le député qui dise que le gouvernement n'a pas fait preuve de leadership au nom de l'industrie canadienne.

    Pour la première fois, le Canada n'a pas cédé devant les Américains. Pour la première fois, nous avons fait des progrès avec les Américains dans le dossier du bois d'oeuvre. Cela fait deux ans que le Canada se bat contre ces droits. Cela fait deux ans que nous oeuvrons auprès du secrétaire au Commerce, qui se rend maintenant à nos arguments et qui essaie de nous aider. Il y a des sénateurs américains qui se sont rangés à nos côtés et qui demandent à leur gouvernement d'appuyer notre position. C'est ce que j'appelle du leadership et des progrès.

*   *   *

[Français]

+-L'Irak

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, la décision du Canada de maintenir des officiers au sein du commandement unifié au Qatar est en flagrante contradiction avec le fait de ne pas intervenir auprès des Américains, des Britanniques et des Espagnols.

    Or, je demande ceci au premier ministre: est-ce qu'il ne serait pas plus sage et plus cohérent de ramener les officiers canadiens qui font partie du commandement unifié, parce qu'on ne peut pas penser qu'ils vont s'occuper uniquement de l'Afghanistan quand il y a une intervention en Irak, et le Canada risque de perde sa crédibilité en voulant jouer sur les deux tableaux?

+-

    L'hon. John McCallum (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, je peux rappeler au député qu'en ce qui concerne ce groupe de navires, ce n'est pas seulement le Canada qui est là; il y a aussi quatre autres pays, y compris la France.

    Les autorités américaines qui se chargent de ces navires s'occupent non seulement de l'Irak, au cas où il y aurait une guerre, mais aussi de la guerre contre le terrorisme. Afin qu'on puisse savoir ce qui se passe en termes de guerre contre le terrorisme, il faut qu'on soit informés. Et c'est cela, l'objectif.

*   *   *

[Traduction]

+-Le commerce

+-

    M. Mac Harb (Ottawa-Centre, Lib.): Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre du Commerce international.

    Périodiquement, l'OMC examine les politiques commerciales de ses membres. Qu'est-ce que l'OMC a constaté, au cours de son dernier examen des politiques commerciales du Canada, compte tenu du fait que notre pays est l'un des quatre plus grands partenaires commerciaux du monde? Le ministre pourrait-il nous dire ce que l'organisation a constaté?

+-

    L'hon. Pierre Pettigrew (ministre du Commerce international, Lib.): Monsieur le Président, l'OMC nous a donné d'excellentes nouvelles.

[Français]

    Le Canada a été reconnu comme l'un des pays commerçants les plus transparents et les plus libéraux au monde.

  +-(1500)  

[Traduction]

    L'OMC a conclu que le Canada était l'un des pays commerçants les plus transparents et les plus libéraux du monde. Elle a reconnu que des politiques économiques saines et un régime commercial tourné vers l'extérieur ont permis au Canada de maintenir sa croissance en dépit d'un ralentissement économique mondial. Grâce à nos politiques internationales, nous sommes sur la bonne voie.

*   *   *

+-L'environnement

+-

    M. Werner Schmidt (Kelowna, Alliance canadienne): Monsieur le Président, j'ai une question à poser au ministre de l'Environnement.

    Des documents internes du ministère nous révèlent très clairement que l'insuffisance du financement des stations météorologiques du Canada met en péril la sûreté et la sécurité des Canadiens, qui n'ont pas un accès suffisant aux alertes. L'injection de 75 millions de dollars, que le ministre a annoncée la semaine dernière, ne suffira même pas à répondre aux besoins en infrastructures essentielles.

    Le ministre va-t-il admettre qu'un sous-financement constant, par le gouvernement, est la cause du regroupement de stations météorologiques comme celle de Kelowna?

+-

    L'hon. David Anderson (ministre de l'Environnement, Lib.): Monsieur le Président, comme le député l'a dit, nous avons annoncé la semaine dernière l'injection d'un montant de 75 millions de dollars pour le Service météorologique du Canada. En outre, nous procédons à une réorganisation qui accroîtra l'efficience du service. C'est ainsi que notre objectif premier, la sécurité des Canadiens, restera au premier plan, et que cette sécurité sera garantie à l'avenir.

    Il s'agit d'une réorganisation importante et d'un apport important d'argent frais. Le député et ses collègues de l'Alliance canadienne devraient s'en réjouir.

*   *   *

[Français]

+-L'Irak

+-

    Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ): Monsieur le Président, Kofi Annan a déclaré qu'une intervention unilatérale, sans l'autorisation du Conseil de sécurité, aurait une légitimité sérieusement compromise.

    Le premier ministre a-t-il l'intention de faire savoir au président des États-Unis qu'il est d'accord avec les propos de Kofi Annan et que le Canada dénonce l'intervention américaine et britannique?

+-

    Le très hon. Jean Chrétien (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, peut-être que je pourrais profiter de l'occasion pour finir de lire ma déclaration et ainsi pouvoir répondre à la question.

    Le Canada a déployé tous ses efforts pour trouver un compromis qui permettrait de combler l'écart entre les membres du Conseil de sécurité. Cette initiative s'est malheureusement soldée par un échec. Si une action militaire est lancée en l'absence d'une nouvelle résolution, le Canada ne s'y joindra pas.

    Nos vaisseaux ont été envoyés dans ce secteur dans le cadre de notre participation à la lutte contre le terrorisme, et ils continueront de remplir l'importante mission qui leur a été confiée.

    Cela répond très bien à la question. Les propos que j'ai tenus étaient dans le même ordre d'idée que ceux qui avaient...

+-

    Le Président: Je regrette d'interrompre le très honorable premier ministre, mais c'est tout le temps dont nous disposions pour la période des questions orales. L'honorable député de Calgary-Centre a la parole sur un recours au Règlement.

*   *   *

[Traduction]

+-Recours au Règlement

+-Période des questions

[Recours au Règlement]
+-

    Le très hon. Joe Clark (Calgary-Centre, PC): Monsieur le Président, j'espère que le premier ministre pourra retarder un peu sa sortie de la Chambre.

    La Chambre est heureuse d'en savoir plus sur la position du gouvernement à l'égard de l'Irak. Toutefois, au lieu de profiter de la période des questions pour faire une déclaration d'une telle importance, le premier ministre aurait dû procéder par voie de motion ou faire une déclaration officielle à la Chambre.

+-

    L'hon. Don Boudria (ministre d'État et leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, la plupart des députés conviendront certainement que cette intervention n'a rien d'un recours au Règlement. Le premier ministre a non seulement le droit mais l'obligation, dont il s'acquitte fidèlement, de répondre directement aux questions des députés. S'il ne l'avait pas fait aujourd'hui, le député le lui aurait probablement reproché.

+-

    M. Bill Blaikie (Winnipeg—Transcona, NPD): Monsieur le Président, j'appuie le recours au Règlement du député. Nous sommes heureux que le premier ministre ait consenti à faire une déclaration à la Chambre, mais il existe pour cela une procédure prévue par le Règlement; il s'agit des déclarations de ministres. Au lieu de profiter de la période des questions pour faire sa déclaration, il aurait dû la livrer dans le cadre des déclarations de ministres, ou demander le consentement unanime de la Chambre pour faire une déclaration avant ou après la période des questions. La Chambre aurait été ainsi beaucoup mieux en mesure de traiter l'affaire.

  +-(1505)  

+-

    Le Président: Je prends bonne note des points de vue exprimés par le député de Calgary-Centre, le député de Winnipeg—Transcona et le leader du gouvernement à la Chambre, mais les députés savent bien que toutes sortes de choses peuvent se glisser dans les réponses ou dans les questions, pendant la période des questions. Peut-être devrais-je plutôt parler des réponses et des questions, afin de n'offenser personne.

    Il n'est pas rare que cela se produise. Les députés auraient peut-être préféré entendre une déclaration, ce qui leur aurait permis d'y répondre. Ils auraient peut-être aussi préféré que la déclaration du premier ministre intervienne pendant les débats, afin qu'elle puisse être suivie de questions et observations plus étoffées. Il aurait été possible de procéder de ces façons, et je suis heureux qu'on l'ait mentionné, mais, malheureusement, je ne pense pas qu'il y ait là matière à recours au Règlement ou à question de privilège. Par conséquent, nous poursuivons.

*   *   *

+-Question de privilège

+-La lettre du député de Calgary-Ouest--Décision de la présidence

[Décision de la présidence]
+-

    Le Président: Je suis maintenant prêt à rendre ma décision sur la question de privilège que le député de Mississauga-Ouest a soulevée le 25 février 2003 au sujet d'une lettre qui lui a été envoyée par le député de Calgary-Ouest.

    Je remercie le député de Mississauga-Ouest d'avoir soulevé cette question, et je remercie aussi le leader parlementaire de l'opposition et le député de Calgary-Ouest des remarques qu'ils ont faites à cet égard.

    En présentant ses arguments, le député de Mississauga-Ouest a signalé qu'il avait reçu du député de Calgary-Ouest une demande l'invitant à écrire au premier ministre au sujet du Falun Gong. La demande était accompagnée d'une ébauche de lettre adressée au premier ministre de la part du député de Mississauga-Ouest, prête à être signée par ce dernier s'il décidait de le faire.

[Français]

    L'objection de l'honorable député de Mississauga-Ouest porte principalement sur le fait que cette lettre était rédigée sur du papier à en-tête de la Chambre des communes. Il a exprimé son désaccord avec cette façon de faire, notamment parce que cela semble appuyer officiellement une initiative qui n'est pourtant qu'une initiative personnelle d'un député.

[Traduction]

    Le député de Mississauga-Ouest a précisé que, comme l'ébauche de lettre était imprimée sur du papier à en-tête de la Chambre des communes, sa propre position était plus susceptible d'être faussement représentée ou prise hors contexte. Tous les députés sont bien conscients des difficultés qui peuvent survenir lorsque cela se produit, et la présidence reconnaît que chaque député est tenu de s'assurer qu'il n'est pas la source de ce genre de fausse représentation, même si ce n'est pas intentionnel.

    Toutefois, dans le cas présent, je ne crois pas qu'il y ait eu fausse représentation, ni violation de tout aspect du privilège parlementaire. L'utilisation du papier à en-tête de la Chambre des communes pour soumettre un document à un autre député afin qu'il l'examine et, peut-être, le signe peut difficilement constituer de la fausse représentation ou encore une tentative en vue de violer le droit des députés de faire leur travail de parlementaires sans entraves.

    Dans ses décisions antérieures, la présidence a essayé d'aider les députés en précisant les limites du privilège parlementaire tel qu'il s'applique à eux en tant qu'individus. Les députés qui s'intéressent à cet aspect de nos règles trouveront des précisions à cet égard dans l'ouvrage intitulé «La procédure et les usages de la Chambre des communes», aux pages 71 à 95, et je les invite à relire ces pages pour avoir une explication approfondie sur cette question.

    Entre-temps, je ne vois aucune infraction à nos règles dans ce cas et je ne peux donc pas conclure qu’il y a, à première vue, atteinte au privilège.


+-AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

*   *   *

[Traduction]

+-Le rapport de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales

+-

    Le Président: Il est de mon devoir de déposer sur le Bureau, conformément à l'article 21 de la Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales, la copie certifiée du rapport de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales pour la Colombie-Britannique.

[Français]

    Ce rapport est réputé envoyé en permanence au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.

*   *   *

[Traduction]

+-Réponse du gouvernement à des pétitions

+-

    M. Geoff Regan (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, conformément au paragraphe 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer dans les deux langues officielles la réponse du gouvernement à 21 pétitions.

*   *   *

[Français]

+-La Loi sur le Parlement du Canada

+-

    M. Eugène Bellemare (Ottawa—Orléans, Lib.): demande à présenter le projet de loi C-408, Loi modifiant la Loi sur le Parlement du Canada (serment ou affirmation solennelle).

    --Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter un projet de loi qui modifierait l'assermentation que les députés font à la Chambre lorsqu'ils sont élus.

    Présentement, nous prêtons serment à la reine. Je n'ai aucune intention de demander qu'on enlève la mention de la reine, mais plutôt qu'on fasse un ajout et qu'on démontre notre fierté et notre responsabilité envers nos commettants, qui sont les Canadiens. Donc, je veux faire ajouter que nous prêtions aussi serment au Canada.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

*   *   *

  +-(1510)  

[Traduction]

+-Loi sur le Bureau canadien du renseignement étranger

+-

    M. David Pratt (Nepean—Carleton, Lib.) demande à présenter le projet de loi C-409, Loi constituant le Bureau canadien du renseignement étranger.

    --Monsieur le Président, je suis heureux de présenter un projet de loi pour constituer le Bureau canadien du renseignement étranger. Comme seul pays du G-8 dépourvu d'une agence de renseignement étranger, le Canada a été un consommateur net de renseignement plutôt qu'un producteur net. L'environnement stratégique d'aujourd'hui exige que nous disposions de nos propres sources de renseignement étranger pour sauvegarder nos propres intérêts et aider nos alliés dans la lutte au terrorisme.

    La présentation de ce projet de loi aurait été impossible sans le dur labeur de Mme Clare McIntyre, stagiaire parlementaire à mon bureau, et de M. Alistair Hensler, un électeur et un ancien directeur adjoint du SCRS.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

*   *   *

+-Pétitions

+-La liberté de religion

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, j'ai trois pétitions à présenter. La première concerne l'orientation sexuelle. Les pétitionnaires aimeraient attirer l'attention de la Chambre sur le fait que les actuelles dispositions du Code criminel du Canada peuvent être appliquées pour empêcher des menaces réelles contre des individus ou des groupes sans modifier les articles 318 et 319 du Code. Les pétitionnaires demandent donc au Parlement de protéger les droits des Canadiens de pouvoir partager leurs convictions religieuses sans crainte d'être persécutés.

*   *   *

+- Mariage

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, la deuxième pétition concerne la définition du mariage. Les pétitionnaires aimeraient porter à l'attention de la Chambre le fait que la majorité des Canadiens estiment que les questions fondamentales relevant de la politique sociale devraient être tranchées par le Parlement et non par le judiciaire. Ils demandent par conséquent au Parlement d'invoquer, si nécessaire, l'article 33, la disposition de dérogation, pour préserver et protéger la définition actuelle du mariage comme étant l'union d'un homme et d'une femme, à l'exclusion de toutes les autres.

*   *   *

+-La recherche sur les cellules souches

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.) : Monsieur le Président, la dernière pétition concerne la recherche sur les cellules souches. Cette pétition est signée par un certain nombre de Canadiens, dont des élécteurs de ma circonscription, Mississauga-Sud, qui comprennent, comme moi, que la vie débute à la conception. Ils désirent porter à l'attention de la Chambre le fait qu'ils sont en faveur d'une recherche éthique sur les cellules souches, recherche qui est déjà prometteuse pour traiter et guérir les Canadiens. Ils signalent également que la recherche sur les cellules non embryonnaires, aussi appelées cellules adultes, ont un potentiel intéressant sans poser les problèmes de rejet par le système immunitaire ni les problèmes d'éthique liés à la recherche sur les cellules embryonnaires. Ils demandent donc au Parlement d'axer son soutien législatif sur la recherche sur les cellules souches adultes en vue de découvrir les traitements et les thérapies nécessaires aux Canadiens.

*   *   *

+-L'Irak

+-

    M. Jim Gouk (Kootenay—Boundary—Okanagan, Alliance canadienne): Monsieur le Président, j'ai deux pétitions concernant la perspective d'une guerre avec l'Irak. Mes électeurs sont inquiets et demandent au Parlement d'appuyer une résolution pacifique à la crise, de s'assurer que la crise sera réglée sous les auspices de l'organisation des Nations Unies, d'oeuvrer en vue de mettre un terme aux sanctions contre le peuple irakien et de préconiser l'établissement d'un système de désarmement global pour la région assujetti à un contrôle international rigoureux.

*   *   *

+-La pornographie infantile

+-

    M. Janko Peric (Cambridge, Lib.): Monsieur le Président, en vertu de l'article 36 du Règlement, j'ai l'honneur de déposer une pétition signée par plus de 500 électeurs de ma circonscription, Cambridge, et de la circonscription de Brant. Les pétitionnaires signalent à la Chambre que la majorité des Canadiens condamnent la création et l'utilisation de pornographie juvénile et que les tribunaux n'ont pas appliqué la loi actuelle de façon à faire savoir clairement que ce phénomène sera promptement réprimé. Ils demandent donc au Parlement de prendre toutes les mesures nécessaires pour interdire tout matériel produit dans le but d'encourager ou de glorifier la pornographie juvénile.

*   *   *

+-Le Collège de la protection civile canadienne

+-

    Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, Alliance canadienne): Monsieur le Président, j'aimerais présenter une pétition au nom des habitants de l'est de l'Ontario et du Québec qui demandent au Parlement de reconnaître que le Collège de la protection civile est indispensable pour préparer des Canadiens à gérer des situations d'urgence, maintenant plus que jamais, qu'il devrait rester à Arnprior et que le gouvernement devrait rénover cet établissement pour qu'il puisse fournir la formation nécessaire aux Canadiens.

*   *   *

  +-(1515)  

+-L'Irak

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, à titre de porte-parole en matière d'affaires étrangères et de chef de l'équipe pour la défense de la paix pour le Nouveau Parti démocratique, je suis heureuse de présenter une pétition signée par bon nombre de mes électeurs et par des milliers d'autres Canadiens qui exhortent le Parlement à respecter le droit international et à refuser toute participation canadienne à la guerre illégale du président Bush. Je crois que l'annonce d'aujourd'hui qui a été très bien accueillie démontre bien l'importance que revêt la mobilisation des citoyens pour une cause aussi fondamentale que la décision devant être prise par le gouvernement de se lancer dans une guerre.

    J'espère que le gouvernement accueillera cette pétition et qu'il permettra au Parlement de renforcer sa voix et ses actions et au gouvernement de jouer un rôle encore plus important pour empêcher la tenue d'une guerre illégale et évitable contre l'Irak dans les jours et les mois à venir.

*   *   *

+-Questions au Feuilleton

+-

    M. Geoff Regan (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, on répondra aujourd'hui aux questions nos 104, 107, 108, 109, 112, 113, 114, 116, 117, 120, 121, 123, 124, 127 et 141.

[Texte]

Question No. 104--
M. Rob Merrifield:

    En ce qui concerne les effets des implants mammaires sur la santé des Canadiennes: a ) est-ce que le gouvernement offrira un dédommagement financier aux victimes d’implants défectueux et, dans l’affirmative, quand sera-t-il offert; b ) quand est-ce que Santé Canada publiera les résultats, promis pour 2000, de son Étude de cohorte sur les implants mammaires, amorcée en 1996; c ) pourquoi les résultats de cette étude n’ont-ils pas encore été rendus publics; d ) est-ce que le gouvernement envisagera de créer un registre national servant à suivre l’état de santé (y compris les effets néfastes) des personnes ayant reçu des implants mammaires; e ) est-ce que le gouvernement envisagera de créer un registre national des utilisatrices d’implants mammaires afin de faire le compte des coûts de leurs soins de santé; f ) est-ce que Santé Canada possède de l’information sur les coûts approximatifs des soins de santé pour les utilisatrices d’implants mammaires; g ) que fait actuellement Santé Canada pour garantir l’innocuité et l’efficacité des prothèses mammaires de silicone et de solution saline; h ) est-ce que Santé Canada veille à ce que les femmes qui reçoivent des prothèses de silicone dans le cadre du Programme d’accès spécial sont bien informées des risques; i ) quelle a été la réaction de Santé Canada aux mises en garde servie au fil des ans par sa Direction générale de la protection de la santé concernant les dangers que présentent les implants mammaires?

L'hon. Anne McLellan (ministre de la Santé, Lib.):

    a) Le gouvernement n’offre pas d’indemnisation financière aux victimes qui ont reçu des implants mammaires défectueux.

     b) Les résultats de cette étude seront rendus publics le plus tôt possible après l’analyse des données.

    c) L’étude en question était de très grande envergure et compliquée, et de nombreuses organisations différentes y participaient. Il a fallu environ quatre ans pour que les provinces (l’Ontario et le Québec) recueillent les données et réunissent la cohorte requise. Ces données ont été soumises à Statistique Canada pour qu’il approuve le processus de couplage des données sur l’incidence du cancer, sur la mortalité et sur la cohorte. En août 2002, Statistique Canada a transmis les données couplées à l’Ontario et au Québec de façon que l’information sur le stade du cancer puisse être ajoutée aux dossiers couplés.

    L’équipe d’analyse, comprenant des représentants de l’Ontario, Québec et Santé Canada, s’est réunie le 17 février 2003. Un plan d’analyse a été effectué et toute l’équipe est d’accord. Un rapport sera rendu public après avoir terminer l’analyse des données.

    d) Santé Canada évalue la faisabilité d’un registre national des implants mammaires.

    e) Ce sont les ministères provinciaux qui effectuent le suivi du coût des soins de santé.

    f) Non.

    g) Les implants mammaires sont des instruments médicaux et doivent respecter les dispositions de la Loi sur les aliments et drogues et du Règlement sur les instruments médicaux avant de pouvoir être mis en vente. En vertu de cette loi et de ce règlement, c’est au fabricant qu’incombe la responsabilité de vendre des instruments médicaux sûrs et efficaces. Les implants mammaires ont été classés dans la catégorie d’instruments médicaux comportant le risque le plus élevé. Ces instruments font l’objet d’un examen de pré-commercialisation des plus poussé avant d’être mis en vente.

    Aucun instrument médical vendu au Canada n’est exempt de risque. Il faut soupeser le degré de risque résiduel associé à tout instrument médical et l’avantage potentiel pour le patient. La question du risque et des avantages de tout traitement médical doit être discutée par le patient et la personne qui lui prodigue des soins. La décision est prise par le patient en consultation avec son médecin. Les associations professionnelles invitent les médecins à obtenir un consentement éclairé signé avant de dispenser un traitement.

    h) Dans le cas de la vente d’un instrument médical en vertu de la partie 2 du Règlement, c’est-à-dire dans le cadre d’un accès spécial, le professionnel de la santé doit signer une déclaration indiquant qu’il a fourni au patient des détails concernant les risques et les avantages possibles de l’instrument. Les médecins doivent également aviser leurs patients que l’instrument est obtenu en vertu du Programme d’accès spécial.

    Pour chaque patiente recevant un implant mammaire rempli de soluté physiologique ou de gel de silicone ou une prothèse d’expansion par le biais du Programme d’accès spécial, Santé Canada dispose d’une attestation signée du chirurgien concerné, conformément au paragraphe 71(1) du Règlement sur les instruments médicaux , indiquant que ce dernier a informé la patiente des risques et avantages associés à l’instrument utilisé.

    Santé Canada a demandé, obtenu et examiné des données de base sur la sécurité reçues des fabricants fournissant des implants mammaires aux professionnels de la santé qui en font la demande par le biais du Programme d’accès spécial.

    i) Le Ministère a étudié les risques potentiels posés par les implants mammaires qui ont été portés à leur attention, a demandé aux fabricants de lui fournir des données supplémentaires à ce sujet et les a évaluées. Des études et des recherches indépendantes ont été menées sur ces risques potentiels, et plusieurs comités consultatifs internes et externes ont été mis sur pied et chargés d’examiner les problèmes.

    En 1992, on a instauré un moratoire volontaire sur la vente des implants mammaires remplis de gel de silicone. En 1993, le Ministre a annoncé que ces instruments ne pourraient être vendus au Canada tant que les fabricants ne seraient pas en mesure de régler les problèmes non résolus de sécurité et d’efficacité.

    >Santé Canada a accru la quantité d’information fournie par les fabricants, dans leurs monographies de produits, aux femmes qui envisagent une chirurgie mammaire. D’autres informations ont également été communiquées aux Canadiennes par le bais des publications «Votre santé et vous» qui ont été consacrées aux implants mammaires et aux instruments médicaux en général.

Question no. 107--
M. John Duncan:

    Combien de ministères fédéraux ont accès au registre des armes à feu et à quel niveau les fonctionnaires des ministères y ont-ils un accès direct ou sont-ils autorisés à demander précisément si un individu est propriétaire d’armes inscrites au registre?

L'hon. Martin Cauchon (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):

    Seulement deux ministères / agences fédéraux ont accès directement au Système d'enregistrement des armes à feu: le ministère de la Justice et la GRC (une agence du Solliciteur général Canada).

    De plus, les services de police, ainsi que plusieurs services d’enquête et d’application de la loi fédérale et provinciale ont accès au Registre canadien des armes à feu en direct (RCAFED) seulement s’ils ont accès au Centre d’Information de la police canadienne (CIPC.) Le CIPC fait partie des services nationaux de police (SNP) lesquels sont administrés par la Gendarmerie royale du Canada.

    La classification des personnes ayant accès au système va de commis à la saisie de données à cadre opérationnel. Celles-ci doivent avoir au moins la cote «vérification approfondie de la sécurité» pour avoir accès direct au système. Elles sont régies par la législation fédérale ou provinciale relative à la protection des renseignements personnels. Leur capacité de saisir, modifier ou visualiser les données est déterminée par l’accès qui leur est accordé au système dans le cadre de leurs fonctions respectives.

Question no. 108--
M. Peter Stoffer:

    Combien a coûté au gouvernement le transport maritime et aérien stratégique des membres des Forces canadiennes affectés aux opérations au Kosovo, y compris la campagne aérienne, aux opérations des Nations Unies au Timor-Oriental ainsi qu’à l’opération Apollo et à d’autres opérations en Afghanistan et de leur matériel et, plus précisément: a ) combien a coûté en tout le transport aérien nécessaire aux trois campagnes; b ) combien a coûté la location des aéronefs nécessaires aux trois campagnes; c ) combien ont coûté l’interception et le rapatriement de matériel causés par le refus du MV Katie de rentrer au Canada avant d’avoir reçu les paiements; d ) combien ont coûté l’acquisition et le transport des munitions à guidage de précision australiennes qui ont servi à la campagne de bombardement au Kosovo et combien leur rapatriement coûtera-t-il lorsqu’elles seront remplacées; e ) combien a coûté le ravitaillement en vol stratégique nécessaire pour déployer nos CF-18 à Aviano, en Italie, et pour les rapatrier à la fin de leur mission; f ) combien coûtent la location ou l’acquisition d’appareils C-17 ou C-130J comparativement à l’entretien de notre parc de CC-130 et à la location d’aéronefs de transport de l’aviation américaine, de l’aviation ukrainienne et d’autres pays?

L'hon. John McCallum (ministre de la Défense nationale, Lib.):

    a) Voici le total des dépenses engagées par le ministère de la Défense nationale pour l'affrètement de transport maritime stratégique lors des missions suivantes: a) Kosovo 5 140 000 $ b) Timor-Oriental 643 500 $ c) Op Apollo 1 437 015 $

    b) Voici le total des dépenses engagées par le ministère de la Défense nationale pour l'affrètement de transport aérien stratégique lors des missions suivantes: a) Kosovo 9 481 236 $ b) Timor-Oriental 3 645 600 $ c) Op Apollo 53 474 006 $

    c) Les coûts différentiels * se sont élevés à 2 660 367 $, et les coûts totaux** à 6 956 086 $.

    d) Le ministère de la Défense nationale n'a pas acheté de munitions à guidage de précision de l'Australie.

    e) Le coût différentiel total pour le ravitaillement stratégique en vol effectué lors du déploiement de la flotte de CF-18 à Aviano, en Italie, est de 61 923,52 $, et celui pour le retour des aéronefs au Canada est de 52 674,79 $.

    f) Une analyse comparative des coûts directs n’est pas disponible pour l’instant. Cependant, pour l’exercice financier 2002-2003, les coûts différentiels de la maintenance de la flotte de C-130 sont de 4 656 $ l’heure, alors que les coûts totaux de la maintenance et de l’exploitation de l’aéronef sont de 14 478 $ l’heure. Par le passé, les coûts de l’affrètement de l’ANTONOV 124 et de l’ILYUSHIN 76 ont été de 23 000 $ l’heure et de 10 700 $ l’heure respectivement. En vertu d’un protocole d’entente avec le département de la Défense des États-Unis, le ministère de la Défense paie un tarif préférentiel de 7 283 $ l’heure pour utiliser le C-17 GLOBEMASTER, et de 16 000 $ l’heure pour le C-5 GALAXY.

    * Les coûts différentiels pour le MDN sont les dépenses additionnelles engagées par le MDN au-delà des dépenses qui auraient été faites en matière de personnel s’il n’avait pas eu déploiement. On les établit à partir des coûts totaux pour le MDN en soustrayant à ces derniers les salaires, l’amortissement et l’attrition de l’équipement et les autres dépenses qui auraient été faites pour des exercices ou absorbées dans le cadre des activités normales.

    ** Les coûts totaux pour le MDN sont les coûts de l’opération pour le MDN. Sont compris dans ces coûts les salaires/les heures supplémentaires/les allocations des civils et des militaires, les coûts intégraux des produits pétroliers, des pièces de rechange, des travaux effectués à contrat de réparation et de révision ainsi que l’amortissement et l’attrition de tout l’équipement utilisé.

Question no. 109--
M. Peter Stoffer:

    Parmi les quelque 7 000 personnes à qui on a refusé un permis de port d’arme: a ) combien de refus faut-il attribuer à des erreurs survenues dans le traitement des formulaires de demande de permis; b ) combien faut-il en attribuer au fait que certaines personnes ont présenté plusieurs demandes en vain; c ) combien faut-il en attribuer à une désignation fautive des demandeurs consécutive à une identification erronée ou à leur inscription indue dans la base de données policières sur les personnes méritant attention relativement aux armes à feu; d ) combien de refus ont-ils quand même été suivis par la délivrance d’un permis; e ) à combien de personnes a-t-on légitimement refusé un permis et combien d’entre elles ont-elles menti sur le formulaire de demande pour en obtenir un quand même; f ) parmi les personnes qui se sont vu refuser un permis, combien en a-t-on poursuivi pour avoir fait de fausses déclarations sur leurs formulaires de demande?

L'hon. Martin Cauchon (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):

    Grâce aux vérifications approfondies et continues des antécédents des demandeurs et des titulaires de permis, environ 9 000 permis d’armes à feu ont été révoqués ou refusés pour motif de sécurité publique. Le nombre de permis révoqués et refusés depuis le 1er décembre 1998, à des particuliers susceptibles de poser un danger, représente plus de 70 fois le nombre total de permis révoqués au cours des cinq dernières années de l’ancien programme.

    a) Il n’y a aucune statistique disponible sur ce genre de situation;

    b) Cela constituerait un rejet administratif et ne serait pas inclus dans les 9,000 permis d’armes à feu révoqués ou refusés;

    c) Il n’y a aucune statistique disponible sur ce genre de situation;

     d) 177 demandes de permis d’armes à feu ont été dans le processus de refus et ont été suivis par la délivrance d’un permis;

    e) 9,000 permis d’armes à feu ont été refusés et révoqués. Il n’y a aucune statistique disponible qui indique combien de personne ont menti sur le formulaire;

    f) Le Centre canadien des armes à feu n’a aucune statistique disponible sur les fausses déclarations.

    Même s’il n’y a aucune statistique qui dénombre les accusations ou les situations de fausses déclarations, il est clairement indiqué dans la Loi sur les armes à feu , à l’article 106(1):

Commet une infraction quiconque, afin d’obtenir, ou de faire obtenir à une autre personne, un permis, un certificat d’enregistrement ou une autorisation, fait sciemment, oralement ou par écrit, une déclaration fausse ou trompeuse ou, en toute connaissance de cause, s’abstient de communiquer un renseignement utile à cet égard.

Quiconque contrevient à l’article 106, est coupable:

a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans

b) soit d’une infraction punissable par procédure sommaire.

Question no. 112--
M. Garry Breitkreuz:

    Pour ce qui est de la déclaration suivante figurant à la page 41 du document de mai 1976 sur la paix et la sécurité distribué par le ministre de la Justice de l’époque, Ron Basford: «Il y a eu au même moment une augmentation soutenue du nombre d’armes à feu au Canada. Selon les estimations, il y avait plus de 10 millions d’armes en 1974 et ce nombre augmente de près de 250 000 par année. La majorité de ces armes sont des armes d’épaules (fusils de chasse et carabines)», sur quelles données s’est appuyé le ministère pour réaliser ces estimations et selon ces mêmes données, combien y a-t-il d’armes à feu au Canada aujourd’hui?

L'hon. Martin Cauchon (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.):

    L’estimation utilisée par le Ministère de la Justice dans le document de 1976 intitulé la paix et la sécurité à été produit par Statistique Canada.

    En ce qui concerne l’estimation courante, le Centre canadien des armes à feu a mandaté, en août 2002, un tiers pour la réalisation d’une étude dans le but d’obtenir une estimation à jour du nombre d’armes à feu au Canada. Une entreprise d’étude de marché respectée, GPC Recherche, a mené cette étude et le Forum des politiques publiques, un organisme indépendant, était chargé de superviser et de réviser rigoureusement la méthodologie utilisée par GPC.

    À l’automne 2001, GPC Recherche a communiqué avec 21 650 Canadiens et Canadiennes pour obtenir un échantillon de plus de 3 000 propriétaires d’armes à feu. Selon ces résultats, il y aurait 7,9 millions d’armes à feu au Canada. L’étude montre qu’un petit nombre de propriétaires possède beaucoup d’armes à feu. Elle révèle que tout juste 3 % des propriétaires d’armes à feu possèdent plus d’un tiers de toutes les armes de poing au pays et environ 15 % de toutes les armes à feu. Cela constitue une moyenne de 15,5 armes à feu par propriétaire. Le reste des propriétaires d’armes à feu posséderaient 2,74 armes à feu chacun.

    Un sondage de cette envergure comporte une marge d’erreur de +/-2,06 p. 100 à l’échelle du pays et un niveau de confiance de 95 p. 100.

Question no. 113--
M. Garry Breitkreuz:

    Pour ce qui est des résultats publiés en mai 1977 à la suite d’une enquête de Statistique Canada menée auprès d’environ 65 000 Canadiens de plus de 14 ans représentant 31 000 foyers au sujet de la possession et de l’utilisation d’armes à feu, et compte tenu du nombre d’armes à feu fabriquées au Canada et des données sur l’importation et l’exportation d’armes à feu depuis cette enquête, combien d’armes à feu le Canada compte-t-il aujourd’hui selon les estimations de Statistique Canada?

L'hon. Allan Rock (ministre de l'Industrie, Lib.):

    À l’heure actuelle, Statistique Canada n’a pas de données pour effectuer une estimation fiable du nombre d’armes à feu au Canada. Plus particulièrement, les données de Statistique Canada sur le commerce et les entreprises qui portent sur l’importation, l’exportation et la fabrication ne peuvent pas être utilisées pour produire une estimation fiable du stock actuel d’armes à feu au pays.

    En août 1976, Statistique Canada a mené une enquête sur la possession et l’utilisation d’armes à feu chez les Canadiens. Cette enquête était parrainée par le ministère du Solliciteur général du Canada. Les résultats ont démontré qu’en 1976, il y avait près de 2,5 millions de propriétaires d’armes à feu âgés de 15 ans et plus de 5 millions d’armes à feu appartenant à des particuliers (Statistics of Estimated Gun Ownership and Use in Canada, bulletin spécial, Division de la statistique juridique, Statistique Canada, mai 1977).

    Le rapport de cette enquête indiquait que les résultats sous-estimaient le nombre total d’armes à feu au Canada en raison de l’exclusion des armes à feu que possèdent ou détiennent le personnel policier et militaire, les prisons et les pénitenciers, ainsi que les importateurs et exportateurs, les fabricants et les détaillants d’armes à feu. Étaient également exclus les résidents des territoires et les personnes vivant sur des réserves indiennes. Selon le rapport, le nombre estimatif d’armes à feu aurait pu varier entre 6 et 10 millions en 1976. L’enquête n’a pas été répétée.

Question no. 114--
M. Jason Kenney:

    Les mises en garde et l’information de santé imposées par le ministre de la Santé aux termes du paragraphe 3(2) du Règlement sur l’information relative aux produits du tabac de juin 2000 (JUS-601413) représentent-elles la position officielle du gouvernement?

L'hon. Anne McLellan (ministre de la Santé, Lib.):

    Le contenu du Règlement sur l’information relative aux produits du tabac représente le point de vue officiel du gouvernement. En fait, le paragraphe 42.1(1) de la Loi sur le tabac exige que tous les règlements proposés soient d’abord déposés devant la Chambre des communes.

    Le paragraphe 3(2) du Règlement sur l’information relative aux produits du tabac comporte, entre autres, les mises en garde et l’information de santé que renferment les Mises en garde et l’information de santé pour les produits du tabac.

    Les messages de mise en garde aident à mieux informer les Canadiens des nombreux dangers graves pour la santé associés aux produits du tabac. Le règlement exige aussi que les fumeurs retrouvent à l’intérieur des paquets de tabac de l’information sur l’abandon ou sur les maladies liées au tabac.

    Les étiquettes actuellement utilisées sont le résultat d’environ deux années d’études et d’évaluations intensives. Chaque mise en garde et information de santé a été examinée et approuvée par un comité scientifique.

Question no. 116--
M. Bill Casey:

    Depuis 1993, qu'elle est la valeur en dollar de l'aide et de l'assistance (monétaire, services et personnel) à Sainte-Lucie?

L'hon. Susan Whelan (ministre de la Coopération internationale, Lib.):

    Les décaissements du Programme canadien de l'aide publique au développement à Sainte-Lucie couvrant la période des années financières 1993-1994 à 2001-2002 se chiffraient à environ 36,3 millions de dollars.

Question no. 117--
M. Rick Borotsik:

    Le ministre responsable de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire peut-il nous fournir une estimation de l’impact sur le revenu agricole net du régime de marquage du pays d’origine prévu par le Farm Bill américain sur: a ) l’industrie du bœuf; b ) l’industrie du porc; c ) l’industrie de l’agneau; d ) l’industrie des poissons et fruits de mer; e ) l’industrie de la volaille; f ) les producteurs de légumes; g ) les producteurs de fruits; h ) les producteurs de cacahuètes?

L'hon. Lyle Vanclief (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.):

    La réponse est la suivante:

(i) La période prévue dans l'avis officiel du Federal Register américain pour formuler des commentaires relatifs au programme provisoire facultatif de déclaration du pays d'origine prend fin le 9 avril 2003. Après expiration de la période de commentaires, la rédaction du règlement obligatoire débutera, conformément à la procédure habituelle en vigueur aux États-Unis pour l'établissement de règles, laquelle prévoit la soumission au public d'une version provisoire pour commentaire. L'obligation de déclarer le pays d'origine devrait entrer en vigueur d'ici le 30 septembre 2004. Jusque là, la déclaration du pays d'origine demeurera un programme facultatif aux États-Unis. Compte tenu de la complexité de cette disposition et de l'opposition de l'industrie américaine à cette mesure, on ne prévoit pas que les directives provisoires facultatives concernant la déclaration du pays d'origine seront largement mises en application.

(ii) La volaille n'est pas une marchandise assujettie à la législation sur la déclaration du pays d'origine.

(iii) L'analyse préliminaire de la disposition relative à la déclaration du pays d'origine donne à penser que celle-ci aurait un effet néfaste considérable sur l'exportation vers les États-Unis des marchandises canadiennes qui y sont assujetties et qui sont actuellement vendues avec les produits américains, sans aucune indication du pays d'origine. On a tenté d'évaluer l'incidence sur le revenu agricole, mais il est extrêmement difficile de le faire en raison de la complexité et du gigantisme de l'industrie agroalimentaire américaine, de l'incertitude marquée quant à la réaction de l'industrie américaine à l'obligation de déclarer le pays d'origine, du niveau élevé d'intégration des marchés américain, canadien et mexicain et du fait que les États-Unis n'ont encore publié aucun règlement régissant l'obligation de mettre en oeuvre la déclaration du pays d'origine. On a tenté d'évaluer l'incidence de la mise en oeuvre obligatoire de la déclaration du pays d'origine à l'aide d'une étude de l'USDA commandée par le Congrès, d'une étude publiée par le George Morris Center, et plus récemment, d'un rapport exécuté à la demande du National Pork Producers Council des États-Unis et ces rapports nous confortent dans notre décision de nous opposer à la déclaration obligatoire du pays d'origine.

    Avant que le U.S. Farm Bill soit promulgué, le Canada a manifesté son opposition à la déclaration du pays d'origine aux plus hautes instances. Dès le mois de septembre 2001, le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire a soulevé la question avec les responsables rattachés au Cabinet (la secrétaire à l'Agriculture et l'ambassadeur au Commerce des États-Unis, respectivement, Mme Ann Veneman et M. Robert Zoellick). À la réunion du 8 mars 2002, le vice-premier ministre John Manley a posé des questions sur le Farm Bill au vice-président Cheney et le premier ministre Chrétien a abordé les mêmes questions avec le président Bush à leur réunion du 14 mars 2002.

    Le 7 février 2002, le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire a de nouveau fait part à la secrétaire à l'Agriculture, Mme Veneman, des préoccupations des Canadiens concernant la déclaration du pays d'origine et, le 12 février 2002, il a posé la question à M. Paul Cellucci, ambassadeur des États-Unis au Canada. Le 18 mars 2002, l'ambassadeur du Canada a écrit aux directeurs des conférences du Congrès, qui étaient à l'époque responsables de faire concorder les versions du Farm Bill de la Chambre et du Sénat. Il a précisé dans sa lettre nos préoccupations concernant la loi proposée et s'est assuré d'envoyer des exemplaires à des personnes influentes à Washington, de manière à ce que nous soyons entendus. Pendant un voyage à Washington avec des représentants de l'industrie canadienne, au mois d'avril 2002, et au cours d'une réunion bilatérale tenue à Ottawa, le 3 mai 2002, avec la secrétaire à l'Agriculture, Mme Veneman, le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire a de nouveau exprimé les préoccupations des Canadiens en soulignant que la loi perturberait les échanges bilatéraux. La déclaration d'origine du pays demeure un enjeu prioritaire pour le gouvernement du Canada.

    Le Canada s'efforce actuellement de démontrer de la façon la plus convaincante possible pourquoi les intervenants américains devraient exiger l'annulation de la loi sur la déclaration du pays d'origine, notamment en participant à un consortium privé établi aux États-Unis, censé critiquer la déclaration du pays d'origine depuis l'intérieur du pays. Le gouvernement canadien travaille avec l'industrie et les provinces pour échanger des renseignements ainsi que pour élaborer et mettre à exécution une réponse stratégique concertée visant à faire abroger la disposition américaine relative à la déclaration du pays d'origine avant qu'elle ne devienne obligatoire.

    Des consultations ont lieu actuellement avec l'industrie et le Comité fédéral-provincial des politiques de commerce agricole pour échanger les renseignements et recueillir des idées en vue d'élaborer une stratégie. Le Manitoba Pork Board, le Conseil canadien du porc, le Conseil des viandes du Canada, la Canadian Cattlemen's Association, la Fédération canadienne du mouton, la Fédération canadienne de l'agriculture, le Conseil canadien des pêches et le Conseil canadien de l'horticulture participent à ces consultations. L'ordre du jour de la récente table ronde sur la chaîne de valeur du boeuf, organisée aux termes du Cadre stratégique pour l'agriculture les 27 et 28 janvier à Calgary, était axé sur la coordination de la stratégie du secteur bovin avec celle du gouvernement du Canada concernant la déclaration du pays d'origine. Dans le cadre d'activités de sensibilisation, des représentants du gouvernement ont présenté des exposés sur la déclaration du pays d'origine à l'occasion de plusieurs réunions d'associations nationales de l'industrie, ainsi qu'au Groupe de consultations sectorielles sur le commerce extérieur (GCSCE)--Fruits de mer, au Comité c-commerce (c'est-à-dire, le comité fédéral-provincial des ministères et organismes qui s'occupent de commerce) et lors de réunions rassemblant divers intervenants à Mississauga, Moncton et Fredericton, ainsi qu'à la réunion sur la déclaration du pays d'origine organisée à Chicago.

    Le Canada intervient dans le débat national américain en faisant la promotion du commerce dans le but de provoquer l'abrogation de la législation américaine relative à la déclaration du pays d'origine. Le 9 juillet 2002, le gouvernement du Canada, en consultation avec l'industrie et les provinces, soumettait des commentaires au USDA, lesquels ont influé sur la tournure des discussions aux États-Unis avant la publication des directives provisoires facultatives sur la déclaration du pays d'origine. Le 17 janvier 2003, on soumettait également au USDA des commentaires sur ces directives provisoires facultatives, notamment en ce qui concerne l'«utilité» de cette mesure. Le 21 janvier 2003, on formulait des commentaires sur un projet de l'USDA prévoyant la collecte d'information relativement à la rédaction du règlement obligatoire.

    Parmi les autres actions ciblées aux États-Unis, notons la participation du sous-ministre adjoint Mark Corey à la réunion sur l'accord tripartite qui a eu lieu à Nogales, en Arizona, du 14 au 17 mai 2002 et à la réunion entièrement consacrée à la déclaration du pays d'origine organisée à Chicago par le Groupe consultatif étatique-provincial, en juillet 2002. Cette réunion a donné l'occasion aux représentants des provinces, des États et du gouvernement fédéral des deux côtés de la frontière de se rencontrer. Les représentants de l'Ambassade du Canada et d'Agriculture et Agroalimentaire Canada ont exposé la position canadienne sur la déclaration du pays d'origine en marge de la convention du U.S. Farm Bureau à Tampa, en Floride, du 17 au 19 janvier 2003, et à l'occasion de la journée canadienne au Capitole, à Washington, le 5 février 2003. Les représentants de l'Ambassade participent également à la coalition de Washington, à l'initiative de l'industrie, et prennent actuellement part à d'autres efforts visant à faire abroger la loi sur la déclaration du pays d'origine.

    Bilatéralement, le Canada a manifesté avec force son opposition à la déclaration du pays d'origine lors de la réunion du 15 novembre 2002 du Comité consultatif sur l'Agriculture (CCA) canado-américain. La déclaration du pays d'origine est un point prioritaire à l'ordre du jour de la prochaine réunion du Comité, prévue pour avril 2003. Le Canada a réagi à l'avis américain relatif à la déclaration du pays d'origine présenté au Comité sur les obstacles techniques au commerce de l'Organisation mondiale du commerce et continuera à intervenir à l'occasion des prochaines réunions du Comité et d'autres tribunes internationales, s'il y a lieu de le faire. Une riposte commerciale officielle s'organise à mesure que l'information devient accessible et que les étapes de la mise en application obligatoire de la déclaration du pays d'origine en 2004 sont franchies.

Question no. 120--
M. Rick Borotsik:

    À combien se sont chiffrés au total les coûts du ministère des Affaires étrangères pour la diffusion du document intitulé «Dialogue sur la politique étrangère»?

L'hon. Bill Graham (ministre des Affaires étrangères, Lib.):

    Le coût total pour l'envoi du document de réflexion «Un dialogue sur la politique étrangère» était de 4 323,33 dollars, incluant les frais de Federal Express.

Question no. 121--
M. Mark Assad:

    Relativement à la vente d’un terrain par la Commission de la capitale nationale: a ) pour quelle raison et comment la Commission de la capitale nationale a-t-elle déterminé que la vente d’un terrain au club de ski Vorlage, entre le 2 septembre 1992 et le 2 septembre 2002, était nécessaire; b ) à quelle ou quelles date(s), en lots de combien d’hectares/acres et à quel prix pour chacun de ces lots la Commission de la capitale nationale a-t-elle vendu ce terrain au club de ski Vorlage; c ) la Commission a-t-elle procédé à une consultation publique avant la vente; sinon, pourquoi; d ) la Commission de la capitale nationale a-t-elle informé la population de cette vente; dans l’affirmative, à quelle date et de quelle manière, et dans la négative, pourquoi ne l’a-t-elle pas fait?

L'hon. Sheila Copps (ministre du Patrimoine canadien , Lib.):

    La Commission de la capitale nationale m’informe comme suit:

a) Le Plan directeur du Parc de la Gatineau de 1990 fait état de la nécessité pour la CCN de rationaliser les limites juridiques du Parc afin de les harmoniser avec les diverses réalités naturelles et géographiques et de simplifier la gestion et l’administration quotidiennes du Parc. Ainsi, plusieurs lots ont été cédés; ils n’étaient plus utiles à la réalisation du mandat de la CCN et n’étaient plus essentiels dans le contexte du Plan d’utilisation des terrains fédéraux.

    Après la construction en 1993 de la voie de contournement de Wakefield qui fait partie de l’autoroute 5, trois lots vacants totalisant environ 50,35 ha de même qu’un lot aménagé d’environ 62,5 ha qui était loué à Vorlage Ski and Recreation Area Limited, faisant partie des terrains du Parc de la Gatineau, ont été cédés. Vorlage Ski and Recreation Area Limited a acheté les terrains dans le but de poursuivre l’exploitation et les activités de son centre de ski.

    Les aliénations proposées étaient conformes à l’étude d’impact sur l’environnement réalisée pour les fins de l’opération et l’approbation a été donnée en conformité du Plan d’utilisation des terrains fédéraux.

    Conformément au paragraphe 15(2) de la Loi sur la capitale nationale et du paragraphe 99(2) de la Loi sur la gestion des finances publiques , la CCN a le pouvoir d’aliéner des terrains.

b) Le 17 novembre 1994, la CCN a vendu quelque 112,85 ha de terrains à la Vorlage Ski and Recreation Area Limited pour la somme de 296 616 $. Cette vente comprenait trois lots vacants totalisant environ 50,35 ha et un lot aménagé loué au club de ski totalisant environ 62,5 ha.

    Lors du transfert initial réalisé en 1994, une omission involontaire d’une partie de terrain du club de ski Vorlage s’est glissée dans la description juridique. Ainsi, le 8 novembre 1995, la CCN a achevé la vente en transférant un lot vacant d’une superficie d’environ 0,3876 ha vendu pour une contrepartie nominale à la Vorlage Ski and Recreation Area Limited puisqu’il faisait déjà partie de la description initiale des terrains et que la CCN avait déjà été payée pour ladite vente.

c) et d) La CCN n’a pas procédé à une consultation publique avant la vente et n’a pas non plus informé le public de la vente puisque Vorlage Ski and Recreation Area Limited était le propriétaire adjacent, qu’elle louait déjà plus de 55% des terrains du club de ski Vorlage et qu’elle possédait les terrains aménagés situés sur le lot loué. Ces améliorations ont été effectuées par trois locataires différents dans le but d’exploiter le club de ski dès 1963 et ce, avec l’approbation de la CCN. Toutefois, le Plan directeur du Parc de la Gatineau de 1990, qui recommandait une révision des limites juridiques du Parc dans le contexte de la rationalisation des terrains, a été soumis à des consultations publiques.

Question no. 123--
M. Mark Assad:

    Quelles sont les conditions intégrales de l’entente d’aménagement conclue entre la Commission de la capitale nationale et la Grand Beach Ski Corporation concernant le centre de ski Camp Fortune?

L'hon. Sheila Copps (ministre du Patrimoine canadien, Lib.):

    La Commission de la capitale nationale m’informe comme suit:

    Les conditions régissant l’aménagement du centre de ski sont les suivantes:

    L’entente prévoit un bail emphytéotique (en vertu duquel la société 3133591 Manitoba Ltd, o/s Ski Fortune, est propriétaire des installations pour une période déterminée et les cédera à nouveau à la CCN à la date d’expiration) soit pour une durée de 25 ans s’étendant du 1er juillet 1994 au 30 juin 2019. Une vérification sera effectuée par Ski Fortune et la CCN au cours de la 20 e année du bail, et Ski Fortune doit rendre à la CCN tous les terrains aménagés dans le même état qu’ils étaient au moment de la vérification.

    Ski Fortune s’engage à assumer tous les risques et dépenses inhérents à son projet pour construire un nouveau chalet, un ajout au chalet Skyline, effectuer des rénovations au chalet Alexander, entretenir le chalet Fortune pour les groupes d’utilisateurs, procéder à la démolition de diverses structures sur le terrain, à l’enlèvement de l’équipement et de la machinerie désuets du terrain, à l’amélioration des pistes menant aux secteurs Skyline, Fortune, Alexander et Meech. Ski Fortune s’engage également à améliorer la capacité des remonte-pentes de même que le système de fabrication de la neige et à effectuer toute autre amélioration aux terrains.

    Ski Fortune s’engage à présenter un plan d’activités annuel tous les 30 juin au cours de la période de l’entente, lequel doit renfermer une description détaillée de toutes les améliorations additionnelles proposées et de l’exploitation du projet pour l’année suivante. Toutes les améliorations seront assujetties à une étude d’impact environnemental et à l’approbation de l’utilisation de terrains fédéraux et doivent être conformes au Plan directeur du Parc de la Gatineau, à tous les règlements municipaux, aux lois et règlements provinciaux et fédéraux ainsi qu’au zonage municipal pertinent. De même, toute amélioration existante et additionnelle ne doit pas faire diminuer la valeur des terrains. La CCN disposera de 45 jours à partir de la réception du plan d’activités annuel pour achever son examen.

    Toutes les améliorations apportées aux installations du centre de ski de Camp Fortune doivent être soumises à la CCN pour fins d’approbation avant que les travaux ne commencent et ceux-ci doivent respecter l’échéancier détaillé fixé dans le plan d’activités annuel.

    Ces aménagements deviendront la propriété de la CCN à l’expiration de l’entente et Ski Fortune n’aura droit à aucune indemnisation comme telle.

    Ski Fortune doit obtenir et payer tous les permis nécessaires pour la construction, la reconstruction, la modification et la réalisation de toute amélioration existante et additionnelle apportée aux terrains.

    Ski Fortune doit également déposer une garantie d’exécution de 250 000 $ pour assurer la construction du nouveau chalet. Cette garantie demeurera en place tant que la construction du chalet ne sera pas achevée, pour l’essentiel. Une garantie d’exécution, d’une valeur équivalente à 25 % du travail effectué, doit également être versée pour la construction, le remplacement, la reconstruction, l’installation ou la modification de toute autre amélioration additionnelle ou existante aux terrains approuvée par la CCN. La CCN peut surseoir à l’exigence de la garantie d’exécution à sa discrétion.

Question no. 124--
M. Mark Assad:

    Au sujet de l’incendie survenu le 15 juillet 2001 à l’ancienne résidence de Roderick Percy Sparks, au 420 chemin du Lac-Meech, pourquoi la Commission de la capitale nationale n’a-t-elle pas fait pression sur les autorités pour qu’une enquête soit effectuée?

L'hon. Sheila Copps (ministre du Patrimoine canadien, Lib.):

    La Commission de la capitale nationale m’informe comme suit:

    Conformément aux conditions du premier bail signé par Roderick Sparks en 1971 et des renouvellements intervenus par la suite, aux conditions du bail conclu avec Robert Sparks en date d’avril 1989 et des renouvellements intervenus par la suite, le locataire était responsable de tous les travaux d’entretien et de réparation.

    À la demande de Robert Sparks, le bail a été résilié à la fin de novembre 2000. La propriété est demeurée inoccupée après le 30 novembre 2000. M. Sparks était toujours responsable jusqu’au 15 avril 2001 de nettoyer et d’enlever tous les biens meubles et personnels des terrains et des lieux, y compris tous les résidus, déchets ou autres rebuts accumulés.

    La propriété est demeurée inoccupée après le 30 novembre 2000 puisque les structures s’étaient détériorées au point qu’il était économiquement impossible de les réparer. Compte tenu de l’état des bâtiments, la CCN avait l’intention de les démolir et de ramener l’emplacement à son état naturel. En janvier 2001, Minto Properties Ltd., à titre de représentant de la CCN, a demandé une approbation d’utilisation de terrains fédéraux (AUTF) pour démolir toutes les structures et ramener l’emplacement à son état naturel. Cette propriété a été examinée par le BEEFVP (1989) et classée comme édifice à valeur non patrimoniale.

    Malheureusement, les bâtiments ont été détruits par le feu le 15 juillet 2001. La CCN a alors procédé au nettoyage nécessaire du terrain, l’a remis dans son état naturel et intégré les terrains aux terres protégées du portefeuille du Parc de la Gatineau.

    Dans les cas où des bâtiments abandonnés sont détruits par le feu, surtout lorsque l’incendie est isolé, la CCN ne fait pas enquête sur la cause de l’incendie. La CCN croit savoir que tant les services d’incendie que de police de la municipalité ont produit un rapport d’incident. La CCN a donné la permission à la municipalité, après avoir reçu demande officielle à cet égard, de transmettre le rapport de police à la personne qui en avait fait la demande.

Question no. 127--
M. Loyola Hearn:

    Comme le gouvernement reçoit-it annuellement en droits imposés à l'aviation civile et en droits pour la circulation au-dessus de l'espace aérien d la province de Terre-Neuve et du Labrador?

Mr. Marcel Proulx (secrétaire parlementaire du ministre des Transports, Lib.):

    L’établissement et le recouvrement des droits des installations et services enroute et ceux de l’aviation de survol sont sous l’entière responsabilité de Nav Canada, société sans but lucratif et fournisseur des Services de navigation aérienne au Canada. Le gouvernement fédéral n’est aucunement impliqué dans ces droits et ne reçoit ainsi aucune recette générée par ceux-ci qui visent l’utilisation de l’espace aérien au-dessus de la province de Terre-Neuve et du Labrador.

Question no. 141--
M. Gerry Ritz:

    Pour chacun des sondages menés par Ekos Research ou l’une ou l’autre de ses filiales pour le compte de la Société Radio-Canada en 2000, 2001 et 2002: a ) quelles questions a-t-on posées; b ) à combien s’élevait le montant du marché; c ) quelle analyse écrite a-t-on fournie des résultats obtenus; d ) combien de personnes a-t-on interrogées?

L'hon. Sheila Copps (ministre du Patrimoine canadien, Lib.):

    La Société Radio-Canada m’informe comme suit:

a) Les questions posées dans les sondages effectués par Ekos Research dans le cadre de contrats signés avec CBC/Radio-Canada (généralement en partenariat avec d’autres organisations médiatiques) sont publiées par les services de la Société et affichées dans les sites Web de CBC/Radio-Canada ou dans ceux d’Ekos afin que le public puisse en prendre connaissance.

b) CBC/Radio-Canada ne peut dévoiler cette information en vertu des clauses de confidentialité prévues aux contrats signés avec le fournisseur, Ekos Research et avec les autres partenaires médiatiques.

c) L’analyse écrite destinée au public, en vertu des modalités du contrat signé avec Ekos Research, est publiée dans les sites Web de CBC/Radio-Canada et dans ceux d’Ekos Research (voir la réponse a) ci-dessus). On peut obtenir d’autres renseignements en communiquant directement avec le fournisseur, Ekos Research.

d) La taille des échantillons des sondages organisés par Ekos Research, dans le cadre de contrats signés avec CBC/Radio-Canada, varie selon les paramètres de chaque sondage, mais n’est jamais inférieure à 1 000 personnes pour les échantillons nationaux.

*   *   *

[Traduction]

+-Questions transformées en ordres de dépôt de documents

+-

    M. Geoff Regan (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, si les questions nos 110, 111 et 122 pouvaient être transformées en ordre de dépôt de documents, les documents en question seraient déposés immédiatement.

    Le Président: Les questions dont parle le secrétaire parlementaire ont obtenu réponse. Est-ce d'accord pour que les questions nos 110, 111 et 122 soient transformées en ordre de dépôt?

    Des voix: D'accord.

[Texte]

Question no 110--
M. Gilles Duceppe:

    Concernant chacune des subventions et contributions de Développement économique Canada pour les régions du Québec depuis 2000-2001, le gouvernement peut-il: a) donner le nom des organisations récipiendaires; b) indiquer les dates; c) préciser le montant des subventions ou contributions; d) indiquer si elles sont remboursables ou non; e) préciser le nom du programme visé; f) donner le nom de la circonscription fédérale de l'organisation récipiendaire; g) donner une brève description de l'objet de la contribution ou de la subvention?

    (Le document est déposé.)

Question no 111--
M. John Williams:

    En ce qui concerne la rémunération au rendement pour les fonctionnaires des catégories direction (EX) et sous-ministre (SM), quels ont été, pour l'exercice 2001-2002 et pour chaque ministère, organisme et société d'État: a) le nombre d'employés qui ont reçu une rémunération en fonction de leur rendement, ventilé par niveaux à l'intérieur de la catégorie EX (par exemple, EX-1, EX-2 et ainsi de suite); b) le nombre d'employés pour chaque niveau de la catégorie EX; c) le nombre d'employés qui ont reçu une rémunération en fonction de leur rendement, ventilé par niveaux à l'intérieur de la catégorie DM (par exemple, DM-1, DM-2 et ainsi de suite); d) le nombre d'employés pour chaque niveau de la catégorie DM; e) le montant total versé en rémunération au rendement?

    (Le document est déposé.)

Question no 122--
M. Mark Assad:

    Outre le terrain vendu au club de ski Vorlage, la Commission de la capitale nationale a vendu un nombre de terrains à l’intérieur du Parc de la Gatineau entre le 2 septembre 1992 et le 2 septembre 2002: a) pour quelle raison et comment la Commission de la capitale nationale a-t-elle déterminé que cette vente de terrains était nécessaire; b) à quelle ou quelles date(s), en lots de combien d’hectares/acres, à quel prix pour chacun de ces lots et à qui la Commission de la capitale nationale a-t-elle vendu ces terrains; c) la Commission a-t-elle procédé à une consultation publique avant la vente; sinon, pourquoi; d) la Commission de la capitale nationale a-t-elle informé la population de cette vente; dans l’affirmative, à quelle date et de quelle manière; dans la négative, pourquoi ne l’a-t-elle pas fait?

    (Le document est déposé.)

[Traduction]

+-

    M. Geoff Regan: Monsieur le Président, je je demande que les autres questions restent au Feuilleton.

    Le président: Est-ce d'accord?

    Des voix: D'accord.

*   *   *

[Français]

+-Demande de débat d'urgence

+-La situation en Irak

[Article 52 du Règlement]
+-

    Le Président: J'ai reçu un avis de motion, en vertu de l'article 52 du Règlement, de l'honorable députée de Mercier.

+-

    Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ): Monsieur le Président, nous vivons des moments extrêmement tendus au plan international. De plus, nous avons appris ce matin que les États-Unis et la Grande-Bretagne avaient retiré leur résolution à laquelle s'opposent 11 membres du Conseil de sécurité. À la place, ils ont fait état d'un ultimatum aussi bien au Conseil de sécurité qu'à Saddam Hussein.

    Dans ces circonstances, compte tenu aussi de l'annonce faite par le premier ministre à la Chambre et des dangers liés à une attaque en Irak, dans un contexte où cette intervention sera, sur le plan international, aussi bien illégale qu'illégitime, il est important que les parlementaires de cette Chambre puissent s'exprimer.

    Mon souhait, et j'espère que cela pourra d'une manière ou d'une autre être la réalité, serait aussi que nous puissions voter. Mais ce soir, il nous faut au moins nous exprimer. Dans nos circonscriptions, et nous y avons passé deux semaines, nous savons que les gens, les hommes, les femmes et les jeunes sont très inquiets. Ils veulent savoir quelles sont les conséquences liées à une éventuelle guerre, quel est le rapport entre cette guerre et la lutte au terrorisme. Ils veulent savoir quelles sont les conséquences humanitaires.

    Il faut donc que les parlementaires puissent s'exprimer sur ces questions. Je suis certaine que tous les parlementaires ont eu des avis et des témoignages d'inquiétude aussi grands que ceux que mes collègues et moi avons eus.

    Pour toutes ces raisons, je demande que la Chambre puisse tenir ce soir ou quand la présidence le jugera bon, mais le plus tôt possible, un débat d'urgence.

*   *   *

+-Décision de la présidence

[Décision de la présidence]
+-

    Le Président: Je remercie l'honorable députée de sa suggestion à cet égard. Conformément à l'article 52 du Règlement, je ne peux pas entendre les interventions d'autres députés à ce sujet. C'est l'honorable députée de Mercier qui a soumis cette requête et c'est elle qui a le droit d'intervenir à ce moment-ci.

    J'ai décidé de permettre le débat demandé par l'honorable députée. Ce soir, nous aurons un débat d'urgence sur la question qu'elle a soulevée, conformément à l'article 52 du Règlement de la Chambre.


+-Initiatives ministérielles

[Le budget]

*   *   *

  +-(1520)  

[Français]

+-Le budget

+-L'exposé financier du ministre des Finances

     La Chambre reprend l'étude de la motion: Que la Chambre approuve la politique budgétaire générale du gouvernement.

+-

    Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ): Monsieur le Président, j'étais censée partager mon temps avec mon collègue de Hochelaga—Maisonneuve. Toutefois, comme vous le savez, les comités commencent à siéger à 15 h 30. Mon collègue ne pourra donc pas s'adresser à la Chambre aujourd'hui. Cependant, je tiens quand même à exprimer tout son engagement envers sa communauté et son comté, qui accuse un fort taux de pauvreté et qui compte une population qui vit en dessous du seuil de pauvreté, comme c'est le cas dans certains quartiers de mon comté.

    Intervenir sur le budget, c'est aussi mesurer les différentes mesures prises par le gouvernement fédéral et l'impact de celles-ci sur l'ensemble des citoyens et citoyennes. En ce qui concerne les initiatives budgétaires, il faut aussi constamment surveiller le fédéral avec sa constante détermination à envahir les champs de compétence des provinces ou encore à mettre sur pied des programmes non flexibles et non adaptés aux besoins et réalités des milieux, non seulement à l'échelle du Québec et des provinces, mais aussi à l'échelle des régions et, par le fait même, à l'échelle de nos localités.

    Il faut de la décentralisation et cela suggère de la souplesse, ce qui n 'est certes pas le lot des initiatives fédérales. Les libéraux ont changé de ministre, mais pas de mentalité. La mentalité, qui consiste à cacher aussi les surplus, à sous-estimer les revenus et à surestimer les dépenses, continue à avoir cours dans ce Parlement. On sait très bien qu'on a changé de ministre, mais pas de mentalité. Cette mentalité des ministres des Finances s'est installée chez les libéraux fédéraux. Nous pouvons justement la mesurer dans l'ensemble des initiatives qui ont été proposées par le gouvernement fédéral dans les champs de compétence des provinces.

    L'objectif premier d'un budget est d'annoncer des mesures significatives pour améliorer aussi la condition de la population. Les qualificatifs que l'on a entendus de plusieurs intervenants concernés par les finances publiques, y compris les médias, résument ce budget à de l'éparpillement, des petits pétards dans toutes les directions et beaucoup d'empiétements. Finalement, ce sont des mesures qui ont été prises et qui n'ont pas tenu compte des différents enjeux des localités au Québec et dans les autres provinces.

    On a donc eu plusieurs critiques. J'en citerai quelques-unes qui viennent de mon comté et de ma région. Le maire de la ville de Québec, M. L'Allier, a dit que le budget était une poignée de bonbons.

    Dans le programme des infrastructures, il faut voir ce qu'on a annoncé. C'est aussi une propension du fédéral depuis que nous siégeons ici, soit depuis 10 ans, de dire qu'on annonce non seulement des mesures échelonnées sur deux ou trois ans, mais des mesures qui vont au-delà de 10 ans. On peut par exemple sortir des chiffres du chapeau, comme un milliard ou deux milliards, mais quand on regarde ce que cela veut dire sur une base annuelle, cela représente des petits bonbons et des petites miettes.

    Quant à la question des infrastructures, Jean-Paul L'Allier, qui est le maire de la ville de Québec, a estimé que les dirigeants du gouvernement fédéral ne vivent pas sur la même planète que les autres élus. Le maire de Québec rappelle que tant la Fédération canadienne des municipalités que l'Union des municipalités du Québec avaient pourtant fait des représentations à Ottawa quant à l'urgence d'effectuer des travaux d'entretien importants à la maison canadienne.

    Cela voulait donc dire de regarder les besoins des différentes régions. La situation est indigne, d'autant plus que le gouvernement fédéral engrange ses surplus sans savoir ce qu'il va en faire.

    On dit donc que les initiatives prises par le fédéral en ce qui concerne le programme des infrastructures sont nettement insuffisantes. À d'autres niveaux, d'autres intervenants ont pris position. Richard Dagenais, de l'ACEF de Québec, est aussi d'accord pour dire que le budget se caractérise par de trop faibles mesures. Augmenter le plafond des REER, c'est bien beau pour une classe de la population, mais qui a les moyens de pouvoir mettre de côté au-delà de 18 000 $ de REER, ce qui est le plafond? On sait bien qu'eu égard à la classe la plus défavorisée, bien souvent, le fédéral ne consent justement pas à essayer de l'aider.

    Le milieu des affaires était aussi inquiet. Il se disait que le fédéral a saupoudré de l'argent et investi des millions et des milliards de dollars dans des dépenses qui, en somme, pourraient être néfastes pour l'économie.

  +-(1525)  

    Donc, avant d'aborder les critiques de façon un peu plus pointue sur certaines mesures qui ont été prises par ce gouvernement, j'aimerais d'abord aborder la question de l'empiètement dans les champs de compétence des provinces, en l'occurence, sur la société québécoise.

    Cela crée d'abord un désordre administratif, une perte d'énergie, une perte de temps. Cela retarde souvent l'application de différentes mesures qui sont prises par le fédéral car trop souvent, on n'a pas consulté les provinces. À cet égard, je me souviens du dernier budget dans lequel on avait annoncé une mesure pour les sans-abri qui était une mesure totalement inadaptée par rapport à la situation au Québec. On sait tout ce qu'il a fallu faire pour être capable d'adapter ces sommes d'argent aux manières de voir et aux besoins qui étaient urgents au Québec, mais pas de la même façon dont on avait décidé de le faire dans l'ancien budget. Cela a donc retardé l'application de ces mesures, cela a retardé le versement des sommes pour qu'elles parviennent aux populations qui étaient concernées par un besoin criant.

    C'est du mur-à-mur qui fait fi des réalités des régions, qui fait fi de la réalité de ce que vit la population au quotidien. Donc, c'est une vision centralisatrice qui n'a jamais été une formule gagnante au Québec et qui, d'ailleurs, est très critiquée, peu importe les partis qui sont élus au Québec. C'est une vision trop centralisatrice, une vision qui est en train de démontrer que le Canada, bien souvent, fait fi des réalités du Québec.

    Une autre critique générale, je le disais tout à l'heure, concerne les gros chiffres qu'on est très fier d'annoncer mais qui, en somme, n'ont pas d'impact. En ce sens, d'avoir annoncé un budget de trois milliards de dollars en ce qui a trait au programme des infrastructures, cela a l'air d'être beaucoup d'argent si on tient compte du chiffre. Mais, par contre, on désenchante lorsqu'on lit plus loin que cet investissement va se faire sur une période de 10 ans.

    Si je ramène ce montant sur une période d'un an, cela fait 300 millions de dollars par année pour les 10 provinces, donc 25 millions de dollars par province, ce qui est beaucoup moins généreux que cela n'en a l'air dans les faits. Ce n'est pas 25 millions de dollars, mais un milliard de dollars qu'il aurait fallu au Québec par année, là où se situent les besoins pour remettre en état les aqueducs, les égouts et les routes. Quand on sait que un kilomètre de route coûte un million de dollars, vous pouvez imaginer où on va aller avec ce maigre 25 millions de dollars par province. C'est peu.

    On a l'air d'avoir eu un budget se disant généreux envers les provinces en ce qui concerne le chapitre des infrastructures, mais dans les faits, on l'a bien vu avec les chiffres.

    Dans un autre domaine, il y a l'assurance-emploi. On sait la bataille que le Bloc québécois a menée pour l'assurance-emploi. On se souvient des débats en cette Chambre. Tous les députés du Bloc québécois et mon collègue de Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques qui était responsable de ce dossier, avons mené une bataille pour que la Caisse de l'assurance-emploi soit une caisse autonome, gérée par ceux et celles qui payent, qui cotisent, ce qui veut dire les travailleurs, les travailleuses et les employeurs.

    On sait que cette caisse est la cagnotte du gouvernement fédéral. On déplace les sommes d'argent de la Caisse d'assurance-emploi dans le Fonds consolidé ou on investit dans des fonds de gestion où le Parlement n'a pas le contrôle de ces dépenses.

    Il y aura des surplus de trois à quatre milliards de dollars, cette année seulement. C'est honteux! Il y aura encore des fonds qui iront au Conseil du Trésor cette année, par cette manoeuvre. On va faire une ponction auprès des travailleurs, travailleuses. On sait que pendant ce temps, il y a des personnes qui ne se qualifient pas à la Caisse d'assurance-emploi car on a modifié le mode d'accessibilité et trop de travailleurs ne peuvent y contribuer faute de se qualifier.

  +-(1530)  

    On prend l'argent de la caisse pour pouvoir le dépenser à d'autres fins qui sont beaucoup moins transparentes. Ce n'est plus une assurance pour les chômeurs, pas plus que ne le sont les surplus du fédéral.

    Ceux et celles qui contribuent se sentent lésés par le gouvernement fédéral par cette pratique. On n'a pas annoncé la constitution d'une caisse autonome. On aurait pu penser que le gouvernement fédéral aurait pu faire une caisse autonome pour être plus transparent, pour remettre aux chômeuses et aux chômeurs, aux travailleuses et aux travailleurs le contrôle de la gestion de cette caisse.

    On a travaillé dans ce dossier. J'étais aux côtés de mon collègue de Kamouraska—Rivière-du-Loup—Témiscouata—Les Basques. J'étais l'adjointe en matière de développement des ressources humaines, donc je sais bien ce qui s'est passé. Nous avons travaillé en concertation avec les différents groupes du milieu, avec ceux et celles qui y contribuent. Nous voulions que cette caisse soit gérée de façon indépendante.

    Le gouvernement aurait pu, dans ce budget, faire preuve d'audace, de responsabilité et d'équité envers ceux et celles qui y contribuent, y compris les entreprises et les entrepreneurs qui y contribuent largement. On sait très bien que le gouvernement ne met plus aucun sou dans la caisse de l'assurance-emploi. Il n'y met aucun sou, mais pourtant, il se réserve le droit de la gérer comme bon lui semble.

    Je peux donc comprendre que la population en a ras-le-bol des politiciens et des gens qui sont au pouvoir. Quand ils sont dans l'opposition, ils revendiquent des droits, mais quand ils sont aux commandes, on sait bien qu'ils n'ont pas le courage de mettre à profit ce qu'ils ont dénoncé lorsqu'ils étaient de l'autre côté de la Chambre.

    On peut dire que dans ce budget, eu égard à la caisse de l'assurance-emploi, on a annoncé une réduction de 22¢. On avait d'ailleurs annoncé précédemment une baisse de 20¢. Finalement, la baisse est de 2¢. Il ne faut donc pas se targuer avec cette diminution de 22¢ parce que, dans les faits, ce n'est pas vraiment la réalité. C'est une baisse de 2¢.

    On peut bien consentir à la baisse, si le gouvernement est pour la déplacer et la mettre ailleurs à son bon vouloir. Mais il faut aussi avoir à l'idée que cette caisse est faite pour ceux et celles qui travaillent et qui, par malchance, perdent leur emploi. La seule possibilité de pouvoir passer à travers une période difficile, c'est de pouvoir avoir une assurance qui leur permet d'avoir un petit montant d'argent pour être capables de survivre et de remplir leurs obligations.

    Je n'ai pas une note très forte à donner au gouvernement libéral sur la question de la caisse de l'assurance-emploi. On aurait pu élargir les critères et voir comment on aurait pu améliorer le sort de milliers de personnes au Canada et, en l'occurrence, au Québec.

    On peut dire que cette caisse est grandement souhaitée, c'est-à-dire une caisse qui appartiendrait aux travailleuses et aux travailleurs. Notre ministre des Finances s'est inspiré de son prédécesseur, le futur premier ministre du Canada, qui est d'ailleurs le député de LaSalle—Émard. On voit que le nouveau ministre des Finances fouille aussi dans les mêmes poches des contribuables.

    Il y a aussi une autre mesure pour combattre le déficit, soit l'imposition d'une taxe spéciale sur l'essence. Cette taxe avait été prévue. On aurait souhaité que, dans ce budget, on puisse l'abolir étant donné les surplus qu'on va chercher au fil des ans par la caisse de l'assurance-emploi et par la taxe spéciale sur l'essence. On a plutôt décidé de la laisser en place. Le gouvernement pourra toujours se reposer sur ces surplus et aller fouiller dans la même poche du même contribuable.

    Les travailleurs et les travailleuses mettent de l'argent dans la caisse de l'assurance-emploi. Le gouvernement fédéral prend cet argent et le remet au Conseil du Trésor. C'est la même chose avec la taxe sur l'essence.

    Pendant ce temps, on dit que les familles s'appauvrissent et qu'il est très difficile pour elles d'avoir au moins une qualité de vie décente. On sait très bien que cette taxe a une incidence dans le quotidien. On sait très bien que plusieurs personnes vivent sous le seuil de la pauvreté ou encore travaillent à des salaires de crève-faim qui leur permettent à peine de joindre les deux bouts.

    Le mazout augmente. Il est deux fois plus cher qu'il y a 18 mois. Nous sommes passés de 39¢ à 62¢. C'est pourquoi la taxe sur l'essence, la taxe sur le mazout, est une taxe qui fait très mal aux contribuables.

  +-(1535)  

    À ce que je sache, il n'y a pas eu de révision des revenus de ceux qui y contribuent. On sait bien que les salaires n'augmentent pas à la vitesse du coût de la vie. On aurait pu être en tout cas plus conciliant envers cette nouvelle donnée. On sait que l'hiver a été froid cette année. La facture a doublé pour des gens dont le salaire n'augmentera pas. Les conditions de vie ne s'améliorent pas. Cette consommation du mazout a exercé une pression sur leur budget mensuel. Ils ont certainement eu à faire un choix entre se nourrir ou se chauffer. On peut dire que cela a été froid, pas ordinaire. Le dernier mois a été particulièrement froid, avec des températures de moins 40o. Il faut payer la facture à la fin du mois. Ces personnes vivent souvent dans des quartiers défavorisés, dans des logements qui sont mal isolés. Donc, cela coûte très cher de chauffer certains édifices.

    Cela n'a pas de bon sens que l'on continue à faire cette ponction et le montant de cette taxe est inadmissible. Depuis quatre ans, on a réussi à diminuer le déficit et on aurait pu être beaucoup plus généreux.

    J'ai parlé tout à l'heure du fait que le gouvernement avait la propension d'envahir les champs de compétence des provinces. J'ai toute une liste ici, une compilation des intrusions du fédéral dans les champs de compétence des provinces: la technologie de l'information sur la santé, l'apprentissage des jeunes enfants et les services de garde.

    On vient de mettre sur pied l'Institut canadien sur l'apprentissage. L'un des objectifs clé de l'institut consistera à élargir et approfondir les données et les renseignements sur l'éducation et l'apprentissage et cette mesure permettra de remédier aux lacunes observées sur le plan des connaissances en matière d'éducation.

    Des consultations avec les provinces, les territoires et d'autres intervenants sont en cours au sujet du mandat, de la structure et de la régie de l'institut.Si on n'appelle pas cela de l'empiètement dans les champs de compétence des provinces, comment peut-on appeler cela? L'éducation relève des provinces. C'est justement avec l'argent de la Caisse de l'assurance-emploi, c'est avec l'argent de la taxe sur l'essence, c'est avec cet argent qu'on est en train de faire de l'intrusion dans les champs de compétence des provinces, pour montrer combien le fédéral est généreux.

    C'est le genre de saupoudrage dont on parle. Il y a d'autres voies pour aider les provinces par le transfert social canadien. Il y a d'autres voies que l'on peut emprunter en étant plus généreux dans l'assiette globale, pour que les provinces puissent faire face à leurs responsabilités qui sont, en l'occurence, l'éducation et la santé, en ce qui nous concerne.

    Il y a donc 28 champs d'intrusion du fédéral dans les champs de compétence des provinces qui vont coûter quatre milliards de dollars. Il y a le service de santé dans les communautés. Qui donne les services de la santé si ce ne sont les provinces? Il y a aussi l'initiative de partenariat en action communautaire, les infrastructures stratégiques: deux milliards de dollars sur 10 ans. J'ai lu quelques commentaires de différents élus municipaux. On ne sait même pas qu'est-ce que cela veut dire. On n'a même pas donné plus d'informations qu'il ne faut à ce sujet. Il y a le coût à la recherche, la Recherche scientifique sur le Nord, la Fondation canadienne pour l'innovation; cela, c'en est une belle aussi. Il y a le Conseil national de recherches Canada, le Programme canadien de prêts aux étudiants, l'augmentation du supplément de la Prestation nationale pour enfants, etc.

    Pourquoi ne pas donner l'argent dans une enveloppe globale? Les provinces pourraient peut-être l'administrer de façon plus généreuse et elles pourraient en donner à leurs collectivités. Ce serait trop difficile pour le fédéral de comprendre une certaine réalité.

    On peut dire qu'il y a une inquiétude qui existe dans le milieu. En tout cas, il y a une inquiétude sur la propension du fédéral à envahir les champs de compétence. Cela va prendre du temps avant que tous ces programmes puissent être offerts à la population. Pour un bon nombre de programmes, on n'a certainement pas mesuré comment ils sont applicables dans les différentes régions.

  +-(1540)  

    Chaque fois que des gens viennent me voir à mon bureau, ils me disent ceci: «On ne peut jamais avoir droit aux programmes fédéraux parce qu'on ne répond jamais aux bons critères.» Bien souvent, c'est très frustrant parce que très peu d'argent est donné. Il y a donc également moins de personnes qui peuvent y avoir accès. C'est peut-être une façon de dire qu'on est passés à côté des programmes fédéraux parce qu'on n'était pas admissibles. Toutefois, il y avait de l'argent. Il y a eu des programmes de 300 millions de dollars et d'autres de 20 millions de dollars.

    Je pense que le budget qui est présentement à l'étude en est qui a eu un certain rayonnement d'insatisfaction générale auprès de la population et aussi auprès de ceux et celles qui auraient pensé qu'on aurait pu élaborer des initiatives beaucoup plus en harmonie avec les besoins du Québec.

[Traduction]

+-

    M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, notre collègue parle d'une intrusion dans des domaines de compétence provinciale. Je trouve plutôt intéressant de constater qu'il y a sept ou huit ans, le Bloc ne mentionnait jamais le déséquilibre fiscal lorsque nous avions un déficit de 42,5 milliards de dollars. Maintenant que nous avons des surplus, les bloquistes parlent d'un déséquilibre fiscal.

    Notre collègue parle d'intrusion dans des domaines de compétence provinciale. Les bourses de 2 000 $ au niveau de la maîtrise ou du doctorat n'empiètent pas sur les compétences provinciales, étant donné que l'argent est versé directement aux étudiants. Le fait est que les Canadiens, et en particulier les Québécois, veulent que les gouvernements travaillent davantage en collaboration pour résoudre les problèmes, dans le domaine de la santé ou dans d'autres domaines.

    Je voudrais poser la question suivante à la députée. Elle dit que nous devrions simplement envoyer l'argent en bloc au Québec, qui saura comment le gérer. Nous avons vu les problèmes qui se sont posés à cet égard. On a utilisé de l'argent destiné à du matériel de diagnostic comme les appareils d'imagerie par résonance magnétique pour acheter des bassins hygiéniques et d'autres choses du genre. Il n'y a eu aucune reddition de comptes. Nous voulons en obtenir.

    La députée pourrait-elle me dire comment il est plus responsable d'envoyer en bloc de l'argent à une province plutôt que de l'affecter à certaines fins pour voir à quoi sert l'argent en fin de compte?

[Français]

+-

    Mme Christiane Gagnon: Monsieur le Président, le député dit qu'il y a eu des déficits. La raison pour laquelle il y en a eu, c'est que des budgets ont été mal gérés. Tel qu'on le fait présentement, on saupoudre de l'argent, on présente des programmes et on a même donné plusieurs millions de dollars aux petits amis du parti qui n'avaient même pas travaillé sur des dossiers de communications. Des millions de dollars ont été saupoudrés.

    Il faut donc faire attention à cela. Au sujet de la santé, il faut regarder les milliards de dollars qui avaient été soustraits de l'enveloppe qu'on envoyait en vertu du Transfert social canadien. Je n'ai pas tous les chiffres avec moi, mais on se souviendra de la saga. Nous étions ici en 1993. On a vu comment le gouvernement avait coupé les fonds aux provinces. Celles-ci étaient incapables de faire face à leurs responsabilités.

    Le Québec a mis de côté des sommes d'argent. Ayant peur de ne pas être capable de payer ses dépenses annuelles, il a été obligé d'en mettre une partie de côté pour être certain d'avoir au moins la somme nécessaire pour pouvoir satisfaire ses obligations face aux hôpitaux et face à tous les organismes qui gèrent le domaine de la santé au Québec.

    Il faut faire attention au sujet de ce que mon collègue vient de dire. Il y a beaucoup de nuances qu'il faudrait apporter à ses propos. De toute façon, on sait que la question de la santé en est une qui a interpellé toute la population. Les gens sont inquiets. On sait très bien où il y a eu une lacune de la part du fédéral en ce qui concerne l'appui qu'on a pu donner aux provinces.

    On fait la même chose présentement avec l'éducation. Si on regarde les programmes présentés dans le présent budget, on constate qu'on va donner des millions de dollars. Cela veut dire qu'avec l'enveloppe globale du Transfert social canadien, on pourrait mettre davantage en santé et en éducation. On se laisse le loisir de donner quelques petits bonbons. Pourquoi ne pas bonifier les fonds octroyés à certaines provinces afin qu'elles puissent mieux répondre aux besoins de la population?

    C'est un peu le même procédé que l'on est en train de faire au fédéral, c'est-à-dire de donner moins, de toujours tirer la couverture de son côté et de laisser les provinces porter l'odieux de ne pas avoir assez investi.

    Il y a eu toute une bataille concernant tout le programme de financement de la santé. On a gagné la bataille et, au moins, on est revenus à des montants qu'il fallait que le fédéral donne aux provinces. Le premier ministre du Québec, Bernard Landry est celui qui a mené la bataille. On sait que toutes les autres provinces étaient également d'accord avec cela.

    Qu'on ne vienne pas dire que les provinces n'ont pas été capables de livrer la marchandise alors que l'argent n'y était pas.

  +-(1545)  

[Traduction]

+-

    M. Roy Bailey (Souris—Moose Mountain, Alliance canadienne): Monsieur le Président, de temps à autre, à la Chambre, on nous parle de l'assurance-emploi, comme notre collègue vient de le faire.

    Je ne vais certainement pas défendre le gouvernement dans le débat actuel sur les cotisations d'assurance-emploi, mais on me dit que la plupart des gens travaillent pour un employeur qui a environ dix employés. Ma circonscription regorge de petits employeurs et personne à la Chambre ne reconnaît jamais leur mérite. Ils contribuent également à l'assurance-emploi et au Régime de pensions du Canada. Je ne dis pas que les travailleurs n'en font rien, mais comment se fait-il que personne d'un côté ou de l'autre de la Chambre ne mentionne jamais les contributions faites par les chefs d'entreprise des petites villes? Il est honteux que nous n'en fassions rien. Nous ne parlons que de la contribution des travailleurs.

    Je ne défends pas le gouvernement, car il ne s'agissait pas d'assurance-chômage mais bien d'une taxe sur le chômage en fin de compte, puisque cet argent est venu grossir les recettes générales. Cependant, n'oublions pas les petits employeurs qui ont dix employés ou moins et dont on ne reconnaît jamais le mérite à la Chambre.

[Français]

+-

    Mme Christiane Gagnon: Monsieur le Président, je remercie le collègue de la Chambre de soulever cette question. Quand j'ai fait mon intervention tout à l'heure, j'ai aussi parlé des entreprises et des employeurs qui cotisaient à la caisse de l'assurance-emploi.

    C'est pour cela qu'on voudrait une caisse autonome, une caisse qui tiendrait aussi compte de ceux qui y contribuent, ce qui veut dire les employeurs et les employés, les travailleurs et travailleuses. J'y vais à peu près dans le même sens que le collègue qui vient de me poser la question.

    Il est donc urgent pour nous que cette caisse soit gérée par l'ensemble de ceux qui y cotisent. Je n'ai pas écarté l'implication de tous les employeurs qui y contribuent largement avec les employés. C'est une caisse, et c'est pour cela qu'on se dit que la caisse devrait être gérée par des gens qui y ont contribué.

[Traduction]

+-

    M. Peter Adams (Peterborough, Lib.): Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat sur le budget. J'ai écouté avec beaucoup d'intérêt ce que les députés des deux côtés ont dit aujourd'hui.

    Je voudrais parler des aspects du budget qui portent sur l'éducation, la formation et la recherche. Mais auparavant, je voudrais dire clairement que je comprends bien que le budget est un tout remarquable et que ses différentes parties s'imbriquent d'une manière fort inhabituelle.

    Le budget prévoit le renforcement de l'économie. Mon collègue vient d'en mentionner un aspect. Par exemple, les petites entreprises seront grandement renforcées par la réduction de la taxe sur le capital et par la nouvelle définition donnée aux petites entreprises, de sorte que leur nombre passera de 200 000 à 300 000. Dans ma circonscription, les chefs de petite entreprise m'ont félicité à cet égard. Il s'agit là d'un exemple de la façon dont ce budget renforce l'économie.

    On a également évoqué aujourd'hui le remboursement de la dette. Je n'en parle pas fréquemment, mais je suis heureux de constater que nous sommes sur le point de rembourser près de 10 p. 100 de l'énorme dette nationale que nous avons héritée en raison de nombreuses décennies de dépenses. Je suis heureux que le gouvernement réduise cette dette. J'ai été particulièrement ravi de constater dans le budget que nous avons maintenant rapatrié 82 p. 100 de la dette. Nous n'en devons que 18 p. 100 à l'étranger et nous devons les 82 p. 100 restants aux Canadiens. Si nous devons être endettés, il me semble qu'il vaut mieux emprunter à nous-mêmes et aux membres de notre famille. Cela constitue une nette amélioration.

    L'économie est renforcée par ces mesures financières. C'est cette saine gestion financière qui a enfin permis au gouvernement fédéral de commencer à prendre les initiatives qu'un gouvernement national devrait prendre, à savoir investir dans les aspects importants de la société canadienne.

    On parle beaucoup de ce budget comme d'un budget de la santé, non seulement en raison du renouvellement d'énormes engagements financiers après une période très difficile, mais aussi en raison de la vision qui accompagne ce réengagement, la vision du rapport Romanow, qui prend en compte les points de vue des Canadiens et qui est concrétisée dans ce budget.

    Par exemple, le budget met l'accent sur le soutien aux soins primaires, et cela est extrêmement important. Autre aspect important, l'accent mis sur les soins à domicile de même que sur les coûts astronomiques que doivent assumer les familles lorsqu'un des leurs a besoin d'un médicament. Je ne suis pas contre les investissements dans le système de soins de santé, je me préoccupe de la façon dont ces investissements sont faits. Voilà.

    Le budget prévoit aussi une amélioration du sort des autochtones. Malgré une conjoncture internationale mitigée, notre économie se porte extraordinairement bien. Pourtant, les autochtones, qui sont en terre canadienne depuis 10 000 ans, voire plus, restent reconnus pour leur pauvreté, pour certains types de maladie qui affligent leurs collectivités, pour un bas niveau de scolarisation et un taux élevé de décrochage scolaire, etc. Je suis ravi de constater que nous investissons afin de redresser cette situation.

    Ce budget prévoit aussi l'amélioration du sort des enfants. Au cours des dernières années, nous avons travaillé à l'amélioration du sort des aînés. Dieu sait tout ce qu'il reste à faire à cet égard. L'année dernière, pour la première fois au Canada, on a observé une amélioration de l'indice de pauvreté des enfants. Je crois que cette légère amélioration est attribuable à l'instauration de la prestation fiscale pour enfants. Ce budget porte le plafond de la prestation fiscale pour enfants à 3 200 dollars pour le premier enfant et prévoit en outre une nouvelle prestation de 1 800 dollars pour un enfant handicapé. J'espère que cet investissement engendrera d'autres améliorations dans la lutte contre la pauvreté chez les enfants aux quatre coins du Canada. Dans un pays aussi riche que le nôtre, il ne saurait y avoir d'enfants pauvres.

  +-(1550)  

    Par ailleurs, le budget annonce l'amélioration des garderies. Le gouvernement fédéral a mis son argent sur la table et a demandé aux provinces de se joindre à lui pour mettre en place des garderies de qualité dans l'ensemble du pays. Ça me plaît.

    Mon collègue a parlé de l'AE et a dit que c'était une sorte d'impôt. Nous avons tendance à oublier que, dans les budgets précédents, l'AE a servi à mettre en place un système de congé parental qui permet aux parents d'un nouveau-né de prendre séparément un long congé pour prendre soin de ce dernier pendant les premières années de sa vie qui sont d'une importance critique. Je suis heureux que les fonds de l'AE servent à cette fin.

    Cette fois-ci, on a ajouté au programme de l'AE un congé pour soins palliatifs, que j'appellerais un modeste premier pas. Le budget prévoit que les gens qui prennent soin de parents mourants peuvent prendre jusqu'à quatre semaines de congé. Ils peuvent, par exemple, prendre une semaine maintenant, une semaine dans un mois, ou plusieurs semaines ici et là, ou encore un mois au complet. Je suis ravi de cette initiative.

    Nous investissons dans l'environnement, le Protocole de Kyoto et le changement climatique, sans oublier les investissements extraordinaires dans les parcs. La semaine dernière, j'ai remarqué que le ministre des Pêches et des Océans avait annoncé la création du premier parc canadien réellement sous-marin. Les gens ne se rendent généralement pas compte que nous sommes responsables d'un territoire qui dépasse de 50 p. 100 l'énorme masse terrestre dont nous sommes très conscients. Dans trois océans, nous sommes responsables des zones sous-marines. Le budget prévoit la création de parcs marins ainsi que l'expansion de notre merveilleux réseau de parcs nationaux.

    Nous investissons également dans l'aide étrangère. J'ai été très heureux de voir qu'en ce moment, alors que tout le monde pense à l'Irak et à la guerre, qu'une fois de plus, enfin, nous allons hausser notre contribution à l'aide étrangère, particulièrement en l'Afrique, et dans les pays dévastés par le sida.

    Comme je l'ai annoncé, mon objectif principal, cet après-midi, est de parler des aspects du budget qui concernent l'éducation, la formation professionnelle et la recherche. Il est intéressant de noter que, dans presque toutes les parties du budget, on retrouve des mesures relatives à l'éducation, à la formation professionnelle et à la recherche. Fait intéressant également, et peut-être surprenant pour certains, si, par exemple, nous pensons aux soins de santé—il est important d'assurer la prestation de soins de santé aux malades—mais sans la recherche, et sans l'éducation et la formation nécessaires, le système finira par s'effondrer. Nous devons continuer à former des professionnels.

    Il y a une pénurie de médecins. Une des solutions à ce problème est de former plus de médecins. On manque aussi de certains types d'infirmières. Encore une fois, la solution se trouve dans l'éducation et la formation. À défaut de mener des recherches, nous demeurerons toujours aux prises avec les mêmes maux auxquels nous faisons face.

    L'un des faits marquants dans ma vie a été une courte conversation que j'ai eue avec Terry Fox en 1980, lorsque j'étais mêlé aux activités de la Société du cancer à Peterborough. Je lui ai demandé pourquoi il insistait tellement pour que l'argent qu'il recueillait soit destiné à la recherche. Il n'avait pas la moindre idées des sommes qui allaient être réunies en son nom au lendemain de sa triste disparition. Il m'a dit qu'il avait reçu de bons soins pendant qu'il combattait le cancer qui rongeait sa jambe et que les gens appuieraient quelqu'un à qui on aurait prodigué de bons soins. «Cependant, de dire Terry, il faut que l'argent aille à la recherche parce qu'il y aura toujours des gens aux prises avec un cancer comme le mien.»

    Nous sommes chanceux au Canada. Nous avons réussi à améliorer notre système de santé pendant que le fonds Terry Fox contribuait à financer la recherche sur le cancer.

    L'instruction et la recherche sont garantes de l'avenir du système. Ce dernier compte sur une bonne instruction pour les Canadiens. Nous sommes déjà le pays le plus instruit au monde sous bien des rapports, et c'est en améliorant notre environnement, en ayant la meilleure agriculture possible et la meilleure économie au monde que l'on pourra maintenir notre système de santé. Je vais maintenant parler des questions touchant l'éducation, la formation et la recherche dans le budget.

    Dans un des documents budgétaires—et je sais, monsieur le Président, que vous l'avez lu de la première à la dernière page—il y a le tableau 5.1. C'est un tableau assez remarquable. Il est dommage que nous n'ayons pas d'aides visuelles ici. Là où je travaillais auparavant, on s'en servait couramment, mais je sais qu'elles sont interdites dans cette Chambre.

  +-(1555)  

    Le tableau 5.1 est très intéressant. Il présente des données pour les années 1998 à 2005. Pour chacune de ces années, il montre ce qui a été dépensé et ce qui le sera dans différents secteurs de la recherche et de l'innovation. Il présente une liste de certaines dépenses engagées ou prévues pendant cette période de six ans.

    Il montre ce qui a été vraiment dépensé et ce qui le sera par la Fondation canadienne pour l'innovation, laquelle finance de l'équipement, notamment dans les hôpitaux, les collèges et les universités qui font de la recherche.

    La liste fait état de Génome Canada, qui appuie la recherche génétique. Dans le domaine de la recherche génétique, le Canada se classe parmi les trois premiers au monde.

    On trouve aussi les chaires de recherche du Canada, c'est-à-dire quelque 2 000 chaires de recherche entièrement financées. Il fut un temps où il n'y avait que 169 chaires de recherche entièrement financées au Canada, puis du jour au lendemain, grâce au gouvernement actuel, ce nombre est passé à 2 169.

    Le financement de ce qui s'appelait autrefois le Conseil de recherches médicales et de ce qui est devenu les Instituts de recherche en santé du Canada a doublé ces dernières années.

    Dans le tableau, il est fait mention du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, qui finance la plupart de la recherche scientifique, du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, qui finance le travail inestimable que nous faisons en sciences sociales, des réseaux de centres d’excellence mis en place par le gouvernement actuel, du Fonds d’innovation de l’Atlantique, qui appuie la recherche fondamentale et appliquée dans les provinces de l'Atlantique, de la recherche en biotechnologie, du gouvernement en direct et de la connectivité, qui comprend un magnifique programme permettant de brancher à Internet toutes les écoles élémentaires et secondaires de notre pays.

    Voilà ce qu'on peut lire dans la colonne sur le côté du tableau. En haut du tableau, on voit les années, et au dessous, les montants de financement consentis. Pendant les années que j'ai mentionnées, le financement prévu dans ces domaines seulement est passé de 400 millions à 11 milliards de dollars. C'est vraiment un investissement dans l'avenir de notre pays.

    Je vois que les députés de l'opposition attendent de me poser des questions. C'est un domaine qui, d'après le premier ministre, ne nous attirera pas de votes. En d'autres mots, l'initiative ne nous vaudra pas de voix supplémentaires. Mêmes les professeurs canadiens à qui nous donnons les chaires de recherche du Canada ne voteront pas pour nous pour cette raison, mais il se pourrait fort bien qu'ils le fassent. C'est là une initiative que le gouvernement devrait prendre. Il doit voir loin dans l'avenir. Comme le disait Terry Fox, nous devons soigner maintenant les personnes atteintes de cancer, mais nous devons également investir dans la recherche sur le cancer, pour nous assurer que les gens n'en seront plus victimes dans l'avenir. C'est ce qu'a fait le gouvernement et le tableau 5.1 en est la magnifique illustration.

    Je voudrais revenir sur certaines questions dont j'ai déjà parlé et sur d'autres que je n'ai pas encore traitées. D'autres sommes ont été investies dans l'éducation, la recherche et la formation et dont il n'est pas fait mention dans ce tableau.

    Je songe en premier lieu aux organismes subventionnaires dont j'ai déjà donné le récapitulatif. J'ai parlé de l'ancien Conseil de recherches médicales. Le financement de la recherche médicale a doublé depuis quelques années. Le financement total de ces conseils se situe aujourd'hui aux environs de 1,5 milliard de dollars. Cet argent est consacré à la recherche fondamentale effectuée dans les collèges, les universités et les instituts un peu partout dans le pays. Je suis ravi de voir que, peu à peu, le Conseil de recherches en sciences humaines, qui fait de la recherche en sciences sociales, domaine souvent négligé jusqu'ici, obtient un peu plus de la part qui lui revient.

    Un de mes collègues a parlé d'une initiative qui ne figure pas dans ce tableau, mais dont il a très clairement été question dans le budget, à savoir le programme de Bourses d’études supérieures du Canada.

    J'ai mentionné les 2 000 chaires de recherche du Canada, qui sont des choses extraordinaires. L'Université Trent, dans ma circonscription, en compte huit. Le gouvernement fédéral finance les recherches de huit professeurs à temps plein dans la toute petite université qu'est l'Université Trent.

    Pour poursuivre dans la même veine, il faut dire que les professeurs-chercheurs et les chercheurs hautement qualifiés qui travaillent dans les laboratoires et les hôpitaux de tout le pays sont au sommet de la pyramide. Il est vrai que nous pourrions faire venir des gens de l'étranger pour les remplacer mais si, au bout du compte, nous n'avons pas une pyramide allant des soins prénatals à des écoles d'enseignement supérieur de qualité en passant par des programmes de développement du jeune enfant, des garderies, des écoles primaires et des écoles secondaires de qualité, si nous n'avons pas tout cela dans les nombreuses régions visées, nous perdrons le système que nous avons maintenant. Il ne sera pas renouvelable.

    Pour ce qui est du programme de Bourses d’études supérieures du Canada, nous sommes un groupe de députés, à savoir le caucus ministériel sur l'enseignement postsecondaire et la recherche, à avoir demandé que le gouvernement fédéral envisage d'offrir des bourses d'études pour les étudiants d'université en plus des bourses du millénaire qu'il offre déjà.

  +-(1600)  

    À bien y penser, si le gouvernement fédéral doit intervenir dans le système, il obtiendra plus vite des résultats s'il le fait vers la fin des études universitaires de premier cycle et le début des études de deuxième cycle pour la recherche, les nouveaux postes et pour des choses de ce genre. Parmi les 4 000 bourses d'études supérieures entièrement financées, 2 000 iront à des étudiants en maîtrise et 2 000 à des étudiants en doctorat. Dès que ces fonds seront versés, cela renforcera les services d'enseignement supérieurs et la capacité du Canada à produire des chercheurs et des professionnels tels que des vétérinaires et des médecins, par exemple.

    J'ai été ravi de voir que 60 p. 100 de ces bourses d'études iront aux sciences sociales et seront administrées par le Conseil de recherches en sciences humaines. Cela me fait plaisir. J'espère que nous financerons à l'avenir davantage de bourses pour les étudiants universitaires de premier cycle.

    Les coûts indirects de la recherche, qui ne sont pas mentionnés dans le tableau, revêtent un intérêt primordial pour les universités et les collèges menant des travaux de recherche au pays. Les coûts indirects de la recherche relèvent d'une notion quelque peu abstraite, mais ils affectent en particulier les petits établissements.

    Lorsqu'un petit établissement bénéficie des services d'un chercheur remarquable, hautement qualifié et de niveau mondial, et qu'il touche une subvention d'un million de dollars pour un projet, il doit trouver des locaux supplémentaires pour les adjoints et l'équipement du chercheur. Le petit établissement touche le montant d'un million de dollars. C'est une sorte d'éléphant blanc, car le soutien accordé à cette personne coûte très cher. C'est ce problème que corrige l'argent consacré aux coûts indirects de la recherche.

    Je suis ravi que, dans la foulée d'une expérience tentée l'an dernier, le gouvernement fédéral se soit maintenant engagé à fournir des fonds sur une période de trois ans pour couvrir les coûts indirects de la recherche, ainsi qu'à mener un examen approfondi à la fin de cette période. Le régime qui servira à distribuer ces fonds a tendance à privilégier non pas les grands établissements, qui bénéficient déjà de bon nombre de nos programmes, mais bien les petits établissements. Je suis ravi que cette mesure figure dans le budget. Cela représente une somme importante.

    Il est question des sciences dans le Nord dans le budget, mais non dans le tableau. Une forte augmentation, soit 16 millions de dollars, est prévue dans le cas des sciences dans le Nord. Mes collègues et moi en sommes ravis, mais deux observations s'imposent. Premièrement, ce n'est pas assez. Deuxièmement, nous estimons qu'une démarche plus coordonnée et mieux ciblée devrait être adoptée dans le cas des sciences dans le Nord, de la même façon que nous cherchons par exemple à ce qu'il y ait une plus grande imputabilité en ce qui concerne les soins de santé et les allocations que nous accordons aux provinces.

    Selon nous, le gouvernement fédéral exerce dans le Nord une responsabilité particulière, qui n'entre absolument pas en conflit avec la compétence des territoires. Il y exerce une responsabilité particulière en matière de recherche et d'enseignement supérieur, et nos efforts devraient être mieux ciblés. Nous espérons que cette fois-ci, lorsqu'il a accru les fonds destinés à la recherche dans le Nord, le gouvernement a affecté plus d'argent au projet de recherche sur le plateau continental polaire, qui est le système de soutien des aéronefs pour la recherche dans l'archipel arctique. Nous nous réjouissons en particulier de cela.

    La prochaine fois, le gouvernement devrait tenir compte du programme national de formation scientifique ou PNFS. C'est le programme qui appuie les étudiants de 1er et de 2e cycles qui font l'apprentissage des méthodes de recherche dans le Nord. Cela nous ramène à mon observation concernant la pérennité du système.

    J'ai mentionné la Fondation canadienne pour l'innovation, une fondation extraordinaire. Créée par le gouvernement, la fondation, comme l'indique le tableau, a remis plus de trois milliards de dollars aux hôpitaux, collèges et universités. Je suis particulièrement heureux de constater qu'elle a décidé, dès sa création, d'aider les collèges et les cégeps, ce que le gouvernement fédéral n'a jamais fait auparavant.

    Génome Canada est remarquable du fait que l'entreprise fonctionne à l'échelon régional. Je regrette simplement que nous ayons appuyé Génome Canada et ses divers projets de recherche. J'espère qu'à l'avenir nous accorderons à la recherche sur la génétique animale le même appui que nous avons accordé à la recherche sur la génétique végétale et la génétique humaine.

    J'ai mentionné le Rescol. J'ai mentionné les étudiants autochtones. Je suis très heureux de l'appui dont ils bénéficient.

    Malgré mon impatience de voir la mise en place d'un cadre soutenable d'éducation, de formation et de recherche, je suis heureux que le gouvernement ait prévu des fonds afin d'accélérer le processus d'évaluation et d'accréditation des étrangers. Nous accueillons de nombreux immigrants. Ils ne s'attendent pas à être parachutés dans les meilleurs postes en arrivant, mais ils estiment que les obstacles sont trop nombreux. Le budget entend régler le problème.

  +-(1605)  

    Enfin, en ce qui concerne l'accès à l'éducation, je suis ravi des améliorations qui ont été apportées au Programme canadien de prêts aux étudiants.

+-

    M. Roy Bailey (Souris—Moose Mountain, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat. À l'instar de nombre d'autres députés, j'ai commencé à recevoir des appels quelques instants à peine après la présentation du budget. Les gens voulaient savoir ce que nous en pensions. Pour ma part, j'ai réagi très positivement. J'explique ma position.

    À la page 4 du budget, le ministre parle du système de reddition de comptes que méritent les Canadiens. Aujourd'hui, mon intervention portera uniquement sur cet élément du budget. À la page 15, le ministre des Finances déclare qu'il a parcouru tout le pays et que les Canadiens lui ont dit souhaiter que leurs gouvernements leur rendent de meilleurs comptes et soient plus transparents.

    Enfin, je cite le ministre qui déclare dans le discours du budget «C’est pourquoi nous faisons de la reddition de comptes l’une des pierres angulaires de ce budget.» En toute franchise, je demande au ciel qu'il en soit ainsi. Le Canada, pas uniquement le gouvernement, mais l'ensemble des entreprises, a besoin d'une bonne dose d'antitoxine pour se débarrasser du manque de reddition de comptes que nous avons subi.

    Quand j'ai apporté le texte du budget à la maison pour le lire, j'ai demandé aux gens autour de moi ce qu'ils en pensaient. Ils m'ont répondu qu'ils s'en fichaient. Les gens m'ont dit qu'ils n'entendent parler que de la corruption qui a cours. C'est une honte pour le Canada. Ce qui est arrivé hier entre autres est classique. Pas un jour, pas une semaine ne passe sans que les journaux ne parlent de nouvelles fraudes. Le Sun de Toronto a publié un article sur les ristournes clandestines liées à l'utilisation des cartes de crédit fédérales dont on a abusé pendant plus de vingt ans.

    Qu'en disent les gens de mon coin? Ils disent que si de telles pratiques continuent, ils ne voient pas pourquoi ils devraient s'intéresser au budget. J'ose espérer que tous les ministères, tous les fonctionnaires et toutes les personnes mis en cause dans la préparation des chèques et ceux qui les reçoivent, seront en mesure de rendre des comptes. Les Canadiens en ont vraiment assez.

    Un monsieur âgé, un érudit, qui, je crois, approche de ses quatre-vingt dix ans, m'a fait parvenir une lettre dans laquelle il affirme que jamais dans l'histoire canadienne le gouvernement n'a été autant mêlé à des affaires de corruption et de fraude qu'au cours de la dernière décennie.

    Il a sans doute raison. Chaque année depuis que je suis ici, nous avons été saisis d'importantes affaires de fraude. Je crois que le ministre des Finances voulait vraiment dire ce qu'il a dit, que les Canadiens méritent qu'on leur rende des comptes. Les Canadiens demandent une reddition de comptes et ils perdent foi dans les gouvernements, fédéral et provinciaux. Nous pouvons le constater en regardant le pourcentage d'électeurs. Il ne cesse de baisser en raison de cette maladie appelée non-reddition de comptes.

    Ma circonscription compte beaucoup de gouvernements. J'ai été associé au travail de gouvernements d'un genre ou d'un autre pendant 24 ans. J'ai aidé à préparer des budgets et j'y ai apposé ma signature. Au cours de toutes ces années, je pense qu'il est arrivé seulement une fois qu'il nous manque 24 $, pas 24 millions de dollars. Pourquoi l'actuel gouvernement ne peut-il suivre la voie des administrations municipales en ce qui concerne la reddition de comptes?

  +-(1610)  

    Je vais partager mon temps, monsieur le Président, avec l'hon. député qui vient juste d'arriver.

    Permettez-moi de vous parler des habitants du nord-est de la Saskatchewan. Ils sont arrivés dans ce pays juste avant la Première Guerre mondiale. Ils ne venaient pas de pays dirigés par des gouvernements démocratiques. Ils ne venaient pas de pays où il y avait des organisations au niveau local. Ils sont arrivés dans une municipalité rurale dotée de districts scolaires et ils ont accepté ce genre de reddition de comptes. Ce sont les meilleurs citoyens, et bon nombre d'entre eux vivent dans ma circonscription.

    Il ressort du budget que nous allons remettre davantage d'argent à tout le monde, mais je ne vois pas dans le budget de mention sur la façon dont le gouvernement va exercer un contrôle sur l'argent remis. Souvent, il arrive qu'il ne soit pas rendu compte de 6 milliards de dollars. À l'heure actuelle, le ministre du Revenu national se contente de dire que l'argent des fraudes liées à la TPS sera radié au titre d'impôt irrécouvrable; 30 millions de dollars, 40 millions de dollars, qui sait si cela ne va pas atteindre un milliard de dollars. C'est inacceptable et les Canadiens ne l'acceptent pas.

    Je ne sais pas ce que disent les gens d'ici, mais, dans ma région, les gens sont totalement désabusés parce qu'ils découvrent quotidiennement d'autres cas de fraude ou d'arnaque lorsqu'ils lisent leur journal. Certains se disent que ce n'est pas grave, que c'est la démocratie. Les députés connaissent-ils les origines de la démocratie? Des citoyens ont amené le Roi Jean d'Angleterre à Runnymeade et lui ont dit que s'il n'agissait pas de façon responsable envers ses sujets, ils allaient le décapiter sur-le-champ. Voilà les origines de la démocratie. L'obligation de rendre des comptes et la démocratie vont de pair, mais il semble que nous ayons laissé la reddition de comptes s'effriter; or, ce faisant, nous avons aussi laissé la démocratie s'effriter.

    Dans la région que je représente, il y a 45 gouvernements de municipalités rurales, 7 divisions scolaires, 2 grandes villes ainsi que 57 municipalités et villages. Je suis prêt à gager qu'à la fin de l'exercice en cours, toutes ces administrations pourront justifier jusqu'au dernier cent de leur budget. Nous devons donc nous poser une question. Pourquoi le gouvernement se trouve-t-il impliqué dans la fraude liée à la TPS, la fraude de DRHC, des fraudes et encore d'autres fraudes? Nous devons examiner attentivement à quoi servent ces milliards de dollars. Il n'existe aucun mécanisme de contrôle de la façon dont sera dépensé cet argent. Il y en a dans ma province.

    J'ai été fort heureux d'entendre les propos du ministre. J'accorde même foi à ce que le ministre des Finances a dit au sujet de la reddition de comptes. Je crois qu'il sait de quoi il parle et qu'il veut vraiment que cela fasse partie du présent budget. Il vaudrait mieux que tous les députés, et surtout les députés ministériels, affirment que nous n'aurons absolument aucune fraude cette année et que nous ne laisserons pas se poursuivre pendant encore dix ans cette activité frauduleuse qui s'est déroulée au cours de la dernière décennie.

    Personne ne serait plus heureux que les citoyens eux-mêmes. On pourrait même voir la participation électorale grimper à 70 p. 100 au lieu des 50 et 60 p. 100 actuels. Ce serait merveilleux pour tout le monde.

  +-(1615)  

+-

    M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je remercie le député de ses observations. Je suis d'accord avec lui sur la question de l'obligation de rendre compte.

    Le ministre a parlé d'une nouvelle culture de responsabilisation et de transparence dans ce que nous faisons. Les programmes qui sont maintenant financés pourraient ne plus l'être l'an prochain. Il faut rendre compte de ces programmes au Parlement. Il devrait y avoir une meilleure reddition de comptes relativement à l'engagement des deniers publics.

    Je remercie le député de ses observations. C'est exactement ce qu'a fait le ministre dans le budget, dont le contexte est fort important. Je suis d'accord avec le député pour dire que les Canadiens se préoccupent des ordres de gouvernement, qu'il s'agisse du gouvernement fédéral, des provinces ou des municipalités. Ils y tiennent. La nouvelle culture de responsabilisation garantit que les fonctionnaires, les députés et le public saisissent bien l'idée que l'argent ne pousse pas dans les arbres. Il est très important que nous le fassions. Comme le député le sait, tout est décrit dans le discours.

    Pour avancer d'un pas, je voudrais poser une question au député sur la question de l'obligation de rendre compte. Existe-t-il des mesures auxquelles le ministre n'a pas eu recours, mais qui seraient utiles pour assurer cette transparence, afin que l'on rende mieux compte des dépenses aux Canadiens?

+-

    M. Roy Bailey: Monsieur le Président, si les gouvernements provinciaux investissent dans les gouvernements locaux, c'est en partie en raison de l'existence d'un programme, d'un système juridique pour eux. Cela fait partie de notre histoire. On verse des milliards de dollars à nos premières nations et à d'autres personnes, sans avoir la bonté de leur fournir les mêmes moyens de s'acquitter pleinement de leur obligation de rendre compte. D'ici à ce qu'on le fasse, non seulement pour elles mais aussi pour d'autres entreprises ou personnes, et à ce que l'on obtienne ce genre de reddition de compte, nous n'aurons pas réussi à installer une culture de responsabilisation.

    Passons, comme quelqu'un l'a indiqué, d'une culture de corruption à une culture de responsabilisation. Je pense que c'est possible et je crois que mon collègue est aussi de cet avis. Cependant, les détenteurs de ces pouvoirs doivent avoir les mécanismes, l'égalité et les lignes directrices nécessaires pour pouvoir rendre des comptes.

  +-(1620)  

+-

    M. Peter Goldring (Edmonton-Centre-Est, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je voudrais moi aussi poser une question sur la responsabilisation. Nous sommes tous au courant des dossiers qui font problème, depuis les armes à feu jusqu'à la TPS, depuis DRHC jusqu'à Groupaction, etc. Il y a aussi la question des sans-abri. Au cours des trois dernières années, 753 millions de dollars ont été prévus pour aider les sans-abri, supposément. Or, leur nombre a augmenté de 60 p. 100. Les refuges débordent. Des gens en sont réduits à dormir dans la rue ou dans les gares de transport en commun. Où est passé cet argent? Il faut rendre des comptes.

    Que pense mon collègue de l'importance de la responsabilisation et de l'obligation de rendre compte des fonds déjà obtenus avant d'en obtenir d'autres?

+-

    M. Roy Bailey: Monsieur le Président, cela revient à ce que j'ai dit. Si le ministère reçoit des ressources destinées au logement, il doit rendre compte de leur utilisation non seulement à la Chambre, mais aussi à tous les contribuables canadiens. C'est exactement pour cette raison que la vérificatrice générale a dit deux fois que le gouvernement avait enfreint à peu près toutes les règles. Il s'agit maintenant de savoir si le gouvernement a la volonté de corriger la situation et de garantir dans tous les ministères une responsabilisation complète.

    Une voix: Qu'il agisse.

    M. Roy Bailey: Qu'il agisse, effectivement.

+-

    M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, Alliance canadienne): Monsieur le Président, pour ce qui est de la responsabilisation, il y a environ un an, nous avons vu le premier ministre commander deux nouveaux jets Challenger, retirant littéralement les fonds nécessaires du budget de la Défense nationale après avoir décidé qu'il avait besoin de meilleures possibilités de se déplacer par avion pour faire sa tournée d'adieu. Au cours des deux dernières semaines, pendant que nous étions tous dans nos comtés, nous avons appris que ces jets étaient maintenant en service et que le premier ministre et les ministres qui voyagent à bord aimaient bien le homard. Les repas et autres délices qui y seront servis coûteront des centaines de milliers de dollars par année.

    Le député a-t-il entendu des commentaires de ses électeurs sur ce genre de responsabilisation?

+-

    M. Roy Bailey: Monsieur le Président, je ne crois pas avoir entendu parler de homards, mais j'ai beaucoup entendu parler de l'argent qui avait été dépensé pour ces nouveaux appareils.

    À titre de porte-parole de l'opposition officielle pour ce qui est des anciens combattants, j'aimerais soulever un autre élément de responsabilisation en ce qui a trait à la représentation des anciens combattants au Canada. Nous avons fait preuve de bien peu de rigueur à ce chapitre.

    En voici un bon exemple. Il y a cinquante ans, nous avons promis aux anciens combattants qui revenaient à peine de la guerre que nous ouvririons un nouveau musée de la guerre. Nous sommes le seul des pays alliés à ne pas l'avoir fait encore et la plupart des anciens combattants ne vivront probablement pas assez longtemps pour pouvoir le visiter. Ce genre de responsabilisation me perturbe beaucoup.

+-

    M. Deepak Obhrai (Calgary-Est, Alliance canadienne): Monsieur le Président, je suis ravi de participer à ce débat sur le budget.

    Ce budget prévoit une augmentation considérable des contributions à l'aide étrangère. En tant que principal porte-parole de l'Alliance canadienne en matière de coopération internationale et d'aide étrangère, j'estime nécessaire d'exposer notre point de vue sur ces augmentations et sur la direction où elles nous mèneront.

    Je voudrais tout d'abord exposer très clairement la position de l'Alliance canadienne à l'égard de l'aide étrangère et de la coopération internationale. Les députés du NPD et bon nombre des députés libéraux font l'autruche. Ils crient au loup chaque fois que l'Alliance évoque le développement international. Je veux qu'ils prêtent une oreille très attentive à la politique de l'Alliance canadienne en matière de coopération internationale.

    Nous estimons que l'aide au développement international constitue une partie importante de la contribution qu'apporte le Canada à la communauté mondiale pour réduire la pauvreté et la maladie, promouvoir l'éducation et une bonne gouvernance, et favoriser le développement économique. Telle est la politique de l'Alliance canadienne. Cependant, nous croyons à une contribution efficace à l'aide étrangère.

    Comme je l'ai dit maintes fois à la Chambre, j'ai grandi en Tanzanie, en Afrique. Ce pays a bénéficié d'une aide étrangère. À l'époque, toutes les parties, dont le Canada, étaient animées de bonnes intentions. Des montants énormes ont été versés dans ce pays et ailleurs en Afrique, ainsi que dans des pays d'Asie et d'Amérique latine. Après 25 ans d'aide étrangère, nous cherchons toujours des moyens de réduire la pauvreté. Pourquoi?

    La nouvelle ministre chargée de l'ACDI a rendu public un nouveau document. Jeudi, elle comparaîtra devant le Comité permanent des affaires étrangères et du commerce international pour en traiter. Curieusement, ce document parle d'assurer une aide efficace.

    Le gouvernement est au pouvoir depuis 1993 et voici que, 10 ans plus tard, il produit un document qui parle d'assurer une aide efficace. Qu'a-t-il fait pendant neuf ans? Il a mené des consultations. L'ACDI est une énorme bureaucratie dotée de connaissances dans le domaine et, pourtant, après 10 ans de règne de l'actuel gouvernement, elle sort ce document qui vise à accorder une aide efficace.

    Je suis le porte-parole principal pour les questions relatives à la coopération internationale depuis un an et demi seulement. Au cours de cette brève période, j'ai produit un document au sujet de la restructuration de l'ACDI et de l'utilisation efficiente des fonds. Qu'est-ce qui ne va pas? Pourquoi le gouvernement, appuyé par une foule de fonctionnaires, a-t-il pris autant de temps à produire ce document? Celui-ci renferme les mêmes recommandations dont j'ai parlé, et il a fallu dix années au gouvernement pour en arriver là.

    Ce ministère a près de 2 milliards de dollars de deniers publics à dépenser. À quoi les dépense-t-il?

    Le porte-parole pour les questions relatives à la coopération internationale que je suis a été surpris de l'apprendre. Je voyage souvent. J'ai pu constater que l'ACDI semblait cultiver le secret. Lorsque je l'ai rencontré, le président de l'ACDI, Len Good, ne savait même pas que j'étais le porte-parole pour les questions relatives à la coopération internationale. Il ne se soucie pas d'un homologue.

  +-(1625)  

    Je suis allé en Inde. Je suis aussi allé au Maroc pas plus tard qu'en janvier. J'ai parlé à des hauts fonctionnaires de l'ACDI là-bas. Dès qu'ils ont appris que j'étais le porte-parole de l'opposition pour les questions relatives à l'ACDI, ils n'ont plus voulu me parler. Ils ont cessé de me parler de leurs activités, comme s'ils craignaient quelque chose. Mais que craignent-ils? Il s'agit tout de même des deniers publics. Pourquoi ce ministère nommé ACDI cultive-t-il le secret? Il devrait plutôt brandir fièrement le drapeau canadien et dire que les Canadiens sont des gens sensibles qui souhaitent apporter de l'aide. Rien d'étonnant que là où je vais, et je trouve cela intéressant, j'entends dire par exemple que les ONG, qui ont aussi d'excellentes compétences, peuvent très bien offrir les mêmes prestations que l'ACDI et devenir de bons partenaires comme c'est souvent le cas, d'ailleurs. Il y a là des compétences. Le Canada dispose de toutes les compétences voulues pour que les fonds d'aide soient utilisés efficacement.

    Selon moi, l'ACDI doit cesser d'entretenir le secret pour assurer une prestation efficace. Nous pouvons très bien faire avec moins de ressources financières employées efficacement qu'avec des ressources prodigieuses dispersées dans tous les sens à la va-comme-je-te-pousse. Le seul fait de brandir le drapeau canadien ne réglera rien.

    Alors qu'il ne sera plus au pouvoir à compter de l'année prochaine, le premier ministre a maintenant engagé le Canada jusqu'en 2010 à une augmentation annuelle de 8 p. 100 de son budget d'aide extérieure qui atteindra ainsi 4,6 milliards de dollars en 2010. Imaginez, monsieur le Président, que vous vouliez porter cette somme à 4,6 milliards de dollars alors que vous n'êtes même plus au pouvoir. Comment cela fonctionne-t-il? Bien entendu, c'est un racket. Il est vrai que le premier ministre est intervenu à la conférence du G-8 et a déclaré qu'il fallait aider l'Afrique. Bien entendu, nous devons le faire lorsque nous voyons la situation catastrophique sur ce continent, à cause du sida et de l'effondrement de l'infrastructure et du système d'éducation. Tout cela est vrai, mais nous devons vraiment réfléchir à ce qui se passe.

    On continue de fournir de l'aide à des pays qui, selon moi, sont sur le point de se joindre aux pays industrialisés du monde. Je parle de l'Inde et de la Chine. Ces deux pays sont sur le point de devenir des pays développés. Avec fierté, le premier ministre indien dit qu'en 2020, l'Inde va devenir une nation développée. J'espère que c'est vrai. Je souhaite à l'Inde la meilleure des chances. Ce pays devrait aller de l'avant et réaliser ses objectifs, mais voyons comment nous, au Canada, allons utiliser les deniers publics. Nous devons les utiliser de façon efficace et ne pouvons-nous pas alors réviser nos priorités?

    Je vois que l'ACDI dit maintenant vouloir donner de l'argent à huit ou neuf pays africains et un pays asiatique pour centrer davantage ses activités. Je n'ai rien contre ce type de réflexion, cas nous nous concentrons maintenant sur les domaines où nous devrions investir. Cela aurait déjà dû être chose faite.

    Quoi qu'il en soit, dans toute cette situation, avec cet argent, l'ACDI se préoccupe maintenant d'intérêts géographiques. Elle centre ses activités. Elle a identifié ces pays, mais quoi qu'il en soit, la ministre a déclaré à de nombreuses reprises qu'elle va donner de l'argent à la Chine et à l'Inde car il y a des pauvres vivant là et le premier ministre s'est engagé à lutter contre la pauvreté.

    Pardonnez-moi, mais la responsabilité incombe également à d'autres. Les gouvernements de ces nations doivent assumer cette responsabilité. Depuis quand commençons-nous à leur retirer des responsabilités? Le gouvernement chinois est responsable. Au lieu d'envoyer une personne dans l'espace, il lui incombe de s'occuper de ses pauvres. Depuis quand cela s'est-il produit?

    Je vois, monsieur le Président, que mon temps de parole est écoulé. Bien entendu, c'est un sujet qui soulève les passions. Les Canadiens adorent cela. Ils veulent aider. Nous voudrions qu'on utilise de façon efficace les deniers publics des Canadiens.

*   *   *

  +-(1630)  

[Français]

+-Les travaux de la Chambre

+-

    L'hon. Paul DeVillers (secrétaire d'État (Sport amateur) et leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, je crois qu'il y a consentement unanime pour la motion suivante:

    Que, quand la Chambre commencera ses travaux conformément à l'article 52 du Règlement plus tard aujourd'hui, le Président ne sera pas autorisé à recevoir les appels au quorum ou les motions dilatoires à partir de 20 heures.

[Traduction]

+-

    Le président suppléant (M. Bélair): Y a-t-il consentement unanime pour déposer la motion?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

+-

    M. Peter Stoffer: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Si vous demandez au ministre de reposer la question à la Chambre, il obtiendra le consentement unanime de tous les partis.

+-

    Le président suppléant (M. Bélair): J'invite le secrétaire d'État au Sport amateur à redonner lecture de la motion.

+-

    L'hon. Paul DeVillers: Monsieur le Président, je crois que vous aurez le consentement unanime pour la motion suivante:

     Que, quand la Chambre commencera ses travaux conformément à l'article 52 du Règlement plus tard aujourd'hui, le Président ne sera pas autorisé à recevoir les appels au quorum ou les motions dilatoires à partir de 20 heures.

+-

    Le président suppléant (M. Bélair): Y a-t-il consentement unanime pour déposer la motion?

    Des voix: D'accord.

    Le président suppléant (M. Bélair): La Chambre est-elle d'accord avec cette motion?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)


+-Initiatives ministérielles

[Le budget]

*   *   *

  +-(1635)  

[Traduction]

+-Le budget

-L'exposé financier du ministre des Finances

     La Chambre reprend l'étude de la motion: Que la Chambre approuve la politique budgétaire générale du gouvernement.

+-

    M. Larry Bagnell (Yukon, Lib.): Monsieur le Président, je suis heureux de prendre aujourd'hui la parole pour parler plus en profondeur du budget. Au risque de me répéter, je suis très heureux qu'il mentionne le Nord à plusieurs endroits. Maintenant que nous avons obtenu des réactions, je vais peut-être parler un peu de l'avenir et des orientations que nous pourrons prendre pour accroître et améliorer le rendement économique, notamment dans ma circonscription.

    Comme je l'ai dit, j'ai été ravi que le budget prévoit davantage d'argent pour la Garde côtière et la défense nationale. À mon avis, il est très important qu'une partie de ces fonds servent à protéger la souveraineté du Nord. Il a été prouvé que, dans le passage du Nord-Ouest, la glace fond à un rythme accéléré. Des navires étrangers pénètrent maintenant dans cette région, parfois sans être interpellés. Cela peut avoir des répercussions sur notre environnement, notre défense, notre immigration et la défense de notre souveraineté dans la région. J'encourage les responsables à s'assurer qu'une partie des dépenses engagées pour la Garde côtière et la défense nationale le sont dans le Nord, notamment en ce qui concerne la souveraineté du Nord et le passage du Nord-Ouest.

    Évidemment, j'ai été très heureux de constater que la Prestation nationale pour enfants a augmenté de 100 p. 100 depuis 1996. Certains disent que c'est la mesure sociale la plus importante de la dernière décennie. Cela contribue grandement à lutter contre la pauvreté chez les enfants. Nous devons continuellement déployer des efforts à ce chapitre.

    Pour les autochtones, le budget prévoit un certain nombre de programmes et des fonds. Ma circonscription, qui compte quelque 24 p. 100 d'autochtones, recevra probablement plus que la plupart des autres circonscriptions du Canada. Il est très important pour ma circonscription qu'il y ait de nouvelles bourses d'études postsecondaires, des fonds pour le traitement de l'eau et des eaux usées et pour des cours de formation et de perfectionnement. Plus précisément, il est encore question du Nord, car le budget parle de formation en vue de la réalisation de grands projets comme la construction de gazoducs dans le Nord. Je crois que 25 millions de dollars sont consacrés à ce secteur.

    De l'argent est aussi réservé à la Stratégie pour les autochtones vivant en milieu urbain, qui est très importante pour le Canada, car une proportion très significative des autochtones ne vivent pas dans les réserves et n'ont pas toujours accès aux programmes et aux fonds, notamment, qui sont offerts dans les régions urbaines. Je suis ravi que le budget prévoit une stratégie pour les autochtones vivant en milieu urbain. Il est évidemment fort constructif d'accroître le financement du programme Entreprise autochtone Canada. Les autochtones ont un milieu des affaires très dynamique, qui compte de nombreuses et excellentes entreprises que nous avons pu aider au fil des années. Il est fort constructif d'accroître cet appui.

    J'ai été absolument ravi aussi de voir que le budget prévoit la mise en oeuvre d'une stratégie nationale d'immunisation. Avant la présentation du budget, un certain nombre d'électeurs m'avaient parlé plus précisément de la variole, mais je me réjouis de voir que 45 millions de dollars sont alloués à un programme d'immunisation.

    Nous avons évidemment tous accueilli avec plaisir la prestation pour enfants handicapés, qui permettra à des familles de mieux s'occuper de leurs enfants handicapés.

    J'ai été content aussi de voir qu'on accordait 10 millions de dollars à la préservation des sites historiques. L'histoire du Yukon est magnifique, depuis la ruée vers l'or du Klondike, en 1898, et compte tenu des siècles d'histoire autochtone qui l'ont précédée. La préservation de nos sites historiques constitue un élément très important de notre industrie touristique, qui est le principal employeur de notre secteur privé à l'heure actuelle.

    En outre, comme la Banque de développement du Canada joue un rôle important dans le secteur du financement au Yukon, j'ai été ravi de constater l'ajout de 190 millions de dollars pour lui permettre d'étendre ses activités d'investissement de capital de risque.

    Je me réjouis également de voir qu'on a prévu un financement pour le changement climatique. Lors des discussions prébudgétaires avec le ministre des Finances, j'ai invité une adolescente qui a déclaré soutenir énormément les mesures prises pour lutter contre le changement climatique. Je suis ravi de voir que le gouvernement a prévu des crédits de 1,7 milliard de dollars et, en particulier, un financement de 50 millions de dollars pour accroître la recherche sur les changements climatiques et atmosphériques, notamment en ce qui concerne le Nord canadien.

  +-(1640)  

    J'ai été enchanté de voir qu'on faisait mention du Nord parce que le changement climatique a des effets nettement plus frappants dans le Nord. Dans certaines régions de l'Arctique, certains édifices administratifs de nos premières nations s'effondrent parce que le pergélisol est en train de fondre. L'économie nordique est tributaire des ponts de glace. Malheureusement, ces ponts ne se forment plus suffisamment tôt pour permettre aux camions de les traverser. En outre, le changement climatique affecte les habitudes migratoires des espèces sauvages sur lesquelles repose la subsistance des autochtones. Le changement climatique a toutes sortes de répercussions dans le Nord.

    Nous sommes enchantés de voir que cette étude sera entreprise et que d'autres crédits seront affectés à l'énergie renouvelable, à l'énergie éolienne et aux combustibles éconergétiques de rechange. Le Nord canadien possède de l'énergie éolienne. Comme le prix de l'énergie est plus élevé dans le Nord, nous nous réjouissons de toute mesure susceptible de faire diminuer les prix et les émissions de CO2.

    Nous étions également très heureux de constater que le budget est équilibré. C'est d'ailleurs une des premières choses que le ministre des Finances a mentionnées. Nous continuerons à ne pas dépenser plus que nous recevons et à réduire la dette nationale. En tant que pays très riche, tant en termes de ressources naturelles que de ressources humaines, nous ne voulons pas payer inutilement des intérêts et préférons investir dans la santé et dans l'éducation.

    Dans ma circonscription, le Programme des partenariats communautaires s'avère très important; les électeurs m'en ont parlé avant la présentation du budget et j'ai fait énormément de pressions pour obtenir un financement à cet égard. Le comité a effectué un travail exemplaire au Yukon. Les gens ont demandé qu'il continue et ont été ravis d'apprendre qu'il poursuivra sa tâche pendant trois ans.

    Le tourisme est très important. Sur le plan de l'emploi, c'est probablement la plus grande industrie du secteur privé de notre économie à l'heure actuelle, quoique bon nombre des emplois soient saisonniers dans cette industrie. Les gens ont fait des démarches en ce sens et ils ont été fort heureux de voir que le droit pour la sécurité du transport aérien a été ramené de 12 $ à 7 $ par vol. Cette réduction de 40 % aidera cette industrie cruciale. À l'avenir, toutes les sommes que nous pourrons donner à la Commission canadienne du tourisme pour qu'elle fasse connaître le Canada partout sur la planète seront bien reçues. Le secteur du tourisme est très compétitif et nous voulons maintenir notre compétitivité face aux autres pays afin d'attirer les touristes et de soutenir le tourisme au Canada.

    Dans un domaine apparenté au tourisme, nos parcs nationaux sont aussi très importants. Nous avons été heureux d'apprendre, un peu plus tôt, que dix nouveaux parcs nationaux et cinq nouvelles aires marines seront créés et que 74 millions de dollars seront consacrés à cette mesure et à la protection de l'intégrité biologique des parcs qui existent déjà. Cette somme est sans doute répartie sur cinq ans, mais la mesure pourrait être accélérée et la somme attribuée plutôt sur deux ans car, de toute évidence, nous aurons besoin de plus d'argent à l'avenir dans ces deux domaines. Je sais que la section du Yukon de la Société pour la protection des parcs et des sites naturels du Canada souhaiterait vivement une telle chose.

    Certains touristes viennent voir comment fonctionne l'exploitation des placers au Yukon. Cette exploitation est la deuxième industrie en importance et contribue énormément à l'infrastructure. Une grande majorité des touristes ne viennent que durant certains mois de l'année et pourtant les exploitants d'entreprises touristiques doivent effectuer leurs paiements durant toute l'année. Durant les courtes saisons, l'industrie des placers fournit des revenus à l'infrastructure touristique et assure l'existence de l'industrie du tourisme.

    Nous obtenons beaucoup d'appui pour l'industrie de l'exploitation des placers au Yukon. La semaine dernière, nous avons organisé une manifestation appelée le Mercredi noir et 100 p. 100 des entreprises de la ville de Dawson ont manifesté, d'une façon ou d'une autre, leur appui à l'égard de l'industrie de l'exploitation des placers. Je félicite Jorn Meier, président de la Chambre de commerce de Dawson; Lindsay Jordan, directeur exécutif de la Chambre de commerce de Dawson, Don Cox de la Chambre de commerce du Yukon et Sandy Babcock, directrice générale de la Chambre de commerce du Yukon, de l'énorme travail qu'ils ont accompli pour organiser ces événements de manifestation d'appui à l'égard du secteur de l'exploitation des placers. Il y a même eu un déjeuner-banquet à Whitehorse où l'on a dû refuser des gens parce qu'ils étaient trop nombreux à vouloir appuyer cette formidable industrie qui fait partie de notre histoire.

    L'industrie des placers paie des impôts à quatre niveaux de gouvernement: le gouvernement fédéral, le gouvernement territorial, les premières nations et les municipalités. C'est, bien entendu, très important pour la ville de Dawson, mais aussi pour la ville de Mayo et pour d'autres localités. Certains oublient parfois le gouvernement des premières nations qui a sélectionné les terres pour les recettes qu'elles généreront par l'exploitation des placers. C'est donc important aussi pour les premières nations.

  +-(1645)  

    La formule de financement unique appliquée au Yukon fait en sorte qu'en cas de perte de revenus provenant d'une industrie, qu'il s'agisse de l'industrie des placers ou d'autres, cette formule comble le manque à gagner. Le gouvernement fédéral aura donc d'autres coûts à supporter si nous ne soutenons pas nos industries.

    Comme la plupart des gens le savent, le Yukon a l'un des taux de chômage les plus élevés au Canada, derrière une ou deux provinces maritimes. Nous avons donc besoin de toute l'aide nécessaire pour soutenir l'économie.

    Depuis que le budget a été déposé, j'ai également rencontré les responsables des garderies. Ils se réjouissent de l'augmentation des crédits alloués aux garderies, qui recevront 935 millions de dollars sur cinq ans. Ils espèrent que les provinces, les territoires et le gouvernement fédéral accéléreront les choses et mettront l'accord en oeuvre. Le calendrier d'exécution prévu pour la première année ne modifiera pas beaucoup la donne et ne créera pas non plus beaucoup de nouvelles places en garderie. Nous aimerions que l'accord soit mis en oeuvre le plus rapidement possible et que les ressources suffisantes soient dégagées.

    Les 35 millions de dollars supplémentaires prévus au titre de l'apprentissage des jeunes autochtones et des garderies sont très importants pour ma circonscription aussi. Le programme Bon départ, par exemple, connaît un vif succès. Après des années d'efforts, j'ai réussi à obtenir plus d'argent pour ce programme. Divers groupes au sein des communautés de premières nations du Yukon aimeraient avoir leur propre programme Bon départ, vu le succès qu'il a connu. Il y a quelques jours seulement, j'ai rencontré des représentants Gwitchin dans la communauté la plus éloignée d'Ottawa, Old Crow, qui se trouve dans le Grand Nord. Cette communauté aimerait lancer son propre programme Bon départ.

    Je voudrais également accorder mon appui à ce que disait le député de Peterborough au sujet des articles budgétaires concernant l'éducation et l'enseignement postsecondaire. Je suis ravi de la création de 2 000 bourses d'études supplémentaires pour les étudiants de maîtrise et de 2 000 autres bourses pour les étudiants de doctorat.

    Si j'en parle, c'est que malheureusement nous venons de perdre le doyen du Collège du Yukon, Aaron Senkpiel. Il a consacré toute sa carrière à la recherche dans le Nord et pour le Nord, et à faire du Collège du Yukon un établissement universitaire. Je suis certain qu'il aurait été heureux de voir que les conseils subventionnaires sont appelés à accroître leur appui à la recherche sur le Nord avec les fonds supplémentaires qu'ils vont recevoir dans ce budget. Je me souviens avoir rencontré M. Senkpiel il n'y a pas si longtemps. Il a passé une bonne partie de sa vie à mettre sur pied l'Université de l'Arctique; cette université du monde circumpolaire accessible par ordinateur. C'est une institution formidable. J'espère que les jeunes qui nous écoutent aujourd'hui envisageront de s'inscrire au Collège du Yukon ou à l'Université circumpolaire de l'Arctique. Ce serait un grand hommage à M. Senkpiel.

    Comme je le disais plus tôt, étant donné l'état de notre économie, nous devons sans cesse promouvoir le développement économique dans le Nord. Cela se fait en partie par le biais de l'infrastructure et ce serait formidable si on pouvait octroyer des fonds supplémentaires au développement économique des trois territoires, et du nord des provinces, mais plus spécifiquement de ma circonscription, le Yukon, où le taux d'emploi est faible en ce moment.

    Il y a une chose qui n'a rien à voir avec le budget mais qui est une source d'irritation et dont mes électeurs me parlent beaucoup, à savoir que nous devons continuer à travailler à l'accord sur le commerce interne. Très souvent, les règlements et le système de permis de la Colombie-Britannique, spécialement dans les domaines liés au camionnage, font qu'il est très difficile pour les Yukonnais de travailler en Colombie-Britannique.

    Il y a un autre élément que j'avais demandé et que je suis ravi de voir dans le budget, et qui, à mon avis, est très important pour le Nord, à savoir 175 millions de dollars au titre de la décontamination de sites fédéraux abandonnés. Là encore, il est fait mention spécifiquement du Nord, et plus particulièrement des mines en roche dure abandonnées. Comme les députés le savent, les mines en roche dure laissent des résidus pleins de minéraux comme le zinc qui peuvent être toxiques pour le poisson. Maintenant que ces compagnies ont fait faillite et qu'elles sont parties, il y a beaucoup à faire pour nettoyer les sites. C'est particulièrement dangereux pour la pêche. Je suis ravi que les travaux commencent dans ce secteur sur une grande échelle.

    Je suis également heureux que les biocarburants soient exemptés de la taxe d'accise en vue d'assainir notre atmosphère. Je suis certain que la majorité de nos concitoyens sont ravis que nous ayons pu maintenir les réductions d'impôts les plus importantes de l'histoire, soit 100 milliards de dollars, selon le calendrier prévu dans les budgets précédents.

  +-(1650)  

    L'industrie des ressources est très importante au Canada, particulièrement dans le Nord. Nous sommes ravis de voir une réduction de la taxe sur les ressources, qui a été ramenée de 28 p. 100 à 21 p. 100, et une déduction pour les redevances minières. Au cours du dernier siècle, le secteur minier a évidemment été le plus important moteur économique qui a contribué au produit brut du territoire. Nous sommes également ravis de voir le nouveau crédit d'impôt pour l'exploration minière. Toutes ces choses aideront le genre d'entreprises qui existent et qui pourraient exister dans ma circonscription.

    Comme je l'ai mentionné plus tôt, l'infrastructure est toujours importante dans le Nord. Nous avons des conditions climatiques difficiles, avec le pergélisol. Nous devons construire des routes et des égouts sur de longues distances dans ce pergélisol. Nous devons compenser lorsqu'il dégèle et gèle de nouveau et devons essayer de l'empêcher de dégeler et de geler de nouveau. Il y a très peu de contribuables dans ce vaste territoire, ce qui fait que l'aide financière pour l'infrastructure est exceptionnellement importante pour nous. Nous sommes ravis de voir que 2 milliards de dollars de plus seront affectés au programme d'infrastructure stratégique sur les dix prochaines années et qu'un autre milliard ira aux infrastructures municipales. L'Association of Yukon Communities et toutes les municipalités du territoire ont su utiliser le programme d'infrastructure de façon fort efficace dans le passé et ont encore de grands besoins auxquels elles doivent répondre.

    J'étais ravi de voir que 32 millions de dollars iront à l'évaluation environnementale et réglementaire d'un gazoduc. Ce projet de gazoduc, qui longera la route de l'Alaska, sera le plus important projet de ce genre dans l'histoire du monde. Il aura un impact économique énorme et créera des emplois non seulement dans ma circonscription, mais aussi en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario et dans la majeure partie du Canada.

    Il y a également une initiative visant à envoyer des immigrants qualifiés dans les régions rurales. Comme nous le savons, dans le passé, les immigrants sont allés s'installer principalement à Montréal, Toronto et Vancouver. Il a été beaucoup plus difficile pour les petites régions d'avoir accès à cette source de talents.

    À l'instar des autres circonscriptions, les soins de santé sont très importants dans ma circonscription. Nous sommes ravis de voir une augmentation des dépenses. Nous avons des défis particuliers à relever en ce qui a trait au recrutement dans le Grand Nord, à la stratégie des ressources humaines, à l'accès aux spécialistes et aux hôpitaux dans d'autres provinces parce que nous n'avons pas d'hôpital qui soit en mesure de faire des chirurgies majeures dans le Nord. Mes électeurs demandent également la réduction des listes d'attente. Tout ce qui a été convenu à cet égard dans l'accord sur les soins de santé est valable. J'espère que nous continuerons de tenir compte des coûts de base des soins de santé.

    J'ai eu l'occasion d'en discuter avec mon association médicale depuis et les coûts de base continuent d'être une source de difficulté. Malgré une stratégie de recrutement et de ressources humaines pour l'avenir, l'importante pénurie de personnel demeure le problème le plus urgent. Toute solution susceptible de réduire ce problème dans l'immédiat serait très utile. Il va sans dire que la somme additonnelle de 1,3 milliard de dollars prévue pour les soins de santé des premières nations est très importante pour ma circonscription.

    Je suis ravi que l'on ait augmenté le budget du fonds vert administré par la Fédération canadienne des municipalités. J'ai exercé des pressions en ce sens lors de chaque exercice budgétaire. Nous avons obtenu l'augmentation à cause de l'excellent travail de protection de l'environnement et de réduction des gaz à effet de serre que le programme nous a permis d'accomplir.

    J'ai mentionné l'appui du milieu des affaires. J'ai déjà mentionné un certain nombre de dispositions fiscales. J'ai mentionné la réduction de la dette nationale et le fait qu'il s'agit d'un budget équilibré. La majorité des entreprises dans notre région étant des petites entreprises, elles sont très heureuses de constater que leurs exemptions ont été augmentées, passant de 200 000 $ à 300 000 $ par année pour un taux d'imposition de 12 p. 100, et que l'impôt sur le capital sera éliminé sur cinq ans, à la demande de nombreux entrepreneurs.

    Je suis très heureux de voir que le budget règle un grand nombre de problèmes soulevés par les gens de ma circonscription qui sont venus me voir avant le budget.

    Aujourd'hui, j'ai relevé un certain nombre de secteurs où la situation de la population de ma circonscription pourrait être améliorée encore davantage à l'avenir.

+-

    M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, le député a connu une carrière longue et distinguée dans les affaires municipales au Yukon, notamment auprès de la Yukon Association of Communities. Je voudrais obtenir un éclaircissement en lui demandant de faire une observation.

    Après la présentation du budget, la Fédération canadienne des municipalités a commenté le financement de l'infrastructure. J'ai en main une lettre datée du 5 mars, provenant du président de la FCM, dans laquelle il dit que le budget renferme de nombreux éléments positifs. Il a évoqué le Fonds d'habilitation municipal vert. Il a parlé d'un certain nombre d'enjeux, ainsi que de l'infrastructure, et du fait que le ministre avait parlé d'un fonds initial pour l'infrastructure.

    En ce qui concerne l'amélioration de la qualité de vie des Yukonnais, notamment dans les collectivités, selon le député, comment le budget peut-il les aider à améliorer leur infrastructure et leur qualité de vie? Il pourrait peut-être expliquer en quoi consiste le Fonds d'habilitation municipal vert. Cela semble intéresser particulièrement plusieurs localités du Yukon.

  +-(1655)  

+-

    M. Larry Bagnell: Monsieur le Président, quand le gouvernement libéral a pris le pouvoir, il a lancé les programmes d'infrastructure. Un tel programme n'existait pas dans un passé récent. Il a remporté beaucoup de succès au Yukon. Aux termes de l'accord de partage, les municipalités, le gouvernement territorial et le gouvernement fédéral contribuaient chacun pour un tiers.

    D'aussi loin que je me souvienne, chaque municipalité au Yukon avait accès à ces programmes, que ce soit pour des patinoires de hockey, des services d'égouts et d'adduction d'eau, ou pour réparer des routes endommagées par le pergélisol. Pour vous donner une idée de la détérioration, une de nos collectivités a remplacé des canalisations d'égouts qui étaient faites en merrain. Cela en dit long sur la vétusté de l'infrastructure. Le fait que le financement ait été fondé sur le nombre d'habitants les fois précédentes constitue un problème car, bien entendu, il n'y a pas beaucoup d'habitants dans le Nord.

    Comme je l'ai déjà dit, il y a le pergélisol. Nous comptons très peu de contribuables et ils vivent très loin les uns des autres. Il y a quelques années, le comité des finances, grâce aux membres de tous les partis qui siégeaient à ce comité, s'est rendu compte que ce genre de formule ne donnait pas de bons résultats pour l'infrastructure dans le Nord. On cherche à obtenir une augmentation de ce financement depuis l'époque où je siégeais à l'Association of Yukon Communities; cette demande a par la suite été reprise par le président Glen Everitt, le directeur exécutif Jim Slater, toutes les municipalités et la FCM. Lors de la plus récente ronde consacrée à l'infrastructure stratégique, ils ont réussi à obtenir un montant de base pour les collectivités du Nord.

    J'espère que le fonds d'infrastructure stratégique ne servira pas expressément pour notre contribution aux jeux d'hiver du Canada. Il y a toutes sortes de listes. Chaque territoire a présenté des listes qui représentent des millions de dollars dans des secteurs où un financement serait très utile. Cet argent améliorera la qualité de vie de façon à ce que nous puissions recruter et conserver des travailleurs, y compris des professionnels des soins de santé, pour les projets dont nous avons besoin au Yukon.

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD): Monsieur le Président, je voudrais remercier le député de Yukon de ses observations sur les parcs nationaux et la prestation fiscale pour enfants.

    Je constate avec plaisir qu'il compte parmi les rares députés libéraux qui admettent que les fonds consacrés aux parcs nationaux ne sont pas suffisants et qu'il faudra faire mieux dans l'avenir. Je félicite le député d'avoir fait ce constat.

    Comme il le sait aussi, le principal défaut de la prestation fiscale pour enfants, qui est un excellent programme à mon avis, c'est qu'il permet toujours aux provinces de récupérer tout l'argent. En Nouvelle-Écosse, par exemple, les plus pauvres n'y ont toujours pas accès parce que la province récupère tout l'argent.

    L'une des bonnes choses, et j'en félicite le ministre du Développement des ressources humaines, c'est le congé de seulement six semaines pour soins palliatifs ou soins de réadaptation sérieuse prodigués par compassion.

    Le député sait que, jeudi, nous débattrons le projet de loi C-206, qui pourra faire l'objet d'un vote et qui accorde les mêmes avantages que dans le cas d'un congé de maternité. Cela signifie que, si un couple a un enfant par naissance naturelle ou par adoption, un des parents peut prendre un congé de maternité afin de prendre soin de l'enfant. D'autre part, si un couple a un enfant atteint du cancer n'ayant plus que six à huit mois à vivre, les six semaines de ce programme ne suffiront tout simplement pas.

    Le projet de loi que nous avons présenté il y a cinq ans permettrait à un des parents de rester à la maison pour s'occuper d'un enfant malade, par exemple, pour une période égale au congé de maternité. Je me demande si le député appuierait ce genre d'initiative. Nous allons voter à la Chambre pour renvoyer ce projet de loi à un comité. Je me demande si le député de Yukon, qui est un excellent député, appuierait ce genre d'initiative.

  +-(1700)  

+-

    M. Larry Bagnell: Monsieur le Président, je vais intervenir au sujet de deux aspects soulevés par le député. Premièrement, en ce qui concerne les soins palliatifs, nous étions tous assez enthousiastes au moment de la présentation de ce projet de loi financier. Je vais m'arrêter aux aspects abordés par le député, ainsi qu'à la logique, aux arguments et aux détails évoqués dans ce débat. Tout ce qui est susceptible d'améliorer la situation sera bien accueilli.

    Le député a fait une très bonne observation en ce qui concerne la disposition de récupération. Dans le passé, nous avons vécu de bonnes et de mauvaises expériences avec les provinces. Comme le député l'a souligné, les provinces ont parfois pris l'argent, et nous n'avons pas atteint l'objectif dont nous avions tout convenu, tandis que dans d'autres cas, des provinces ont atteint de façon responsable l'objectif que nous avions fixé. L'argent était destiné à l'éducation et au développement de la petite enfance, mais il se peut que des provinces aient récupérer de l'argent pour l'affecter à d'autres programmes visant les mêmes objectifs.

    Je suis aussi très sensible à cette question. Je serais probablement très furieux, comme ce fut sans doute le cas du député, si des fonds destinés au développement des jeunes enfants avaient été utilisés à d'autres fins. Nous allons certes faire tout en notre pouvoir pour éviter que cela se produise dans cette situation.

+-

    M. Dick Proctor (Palliser, NPD): Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec mon collègue, le député de Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore.

    Je m'arrêterai cet après-midi à deux aspects importants du budget: l'éducation postsecondaire et l'agriculture. Au préalable, j'aimerais aborder de façon générale le budget proprement dit et répondre aux critiques exprimées par l'Alliance canadienne, l'Institut C.D. Howe, le Fraser Institute et d'autres organismes de droite qui ont accusé le gouvernement d'accroître trop rapidement les dépenses dans le budget présenté le mois dernier.

    Au contraire, nous estimons que, compte tenu des énormes excédents accumulés par le gouvernement et de sa perpétuelle attitude à sous-estimer grossièrement ces excédents année après année, le budget aurait pu et aurait dû prévoir beaucoup plus d'argent pour des programmes sociaux en ayant besoin de toute urgence. Lorsqu'on établit une comparaison avec l'économie en général, le financement des programmes continue de diminuer et demeure bien en-deçà du niveau où il se situait il y a 10 ans. À titre d'exemple, les dépenses fédérales ont chuté de 16,5 p. 100 à tout juste 11,4 p. 100 du produit intérieur brut au cours des 10 dernières années. C'est une réduction qui correspond à des dépenses annuelles de l'ordre d'environ 40 milliards de dollars.

    Je vais maintenant aborder la question de l'enseignement postsecondaire.

[Français]

    À partir de ce budget, nous savons que l'année prochaine, le TCSPS sera subdivisé en deux transferts. Il y aura un transfert au titre de la santé qui mobilisera 62 p. 100 des ressources, et un autre transfert qui récupérera 38 p. 100 des ressources et qui servira à soutenir l'éducation postsecondaire et les services sociaux.

    Même si les dépenses en santé augmenteront de façon importante, le financement offert à l'éducation postsecondaire diminuera énormément, passant de 2,4 milliards de dollars à 1,8 milliard de dollars.

    Il convient donc de se demander si les nouvelles dépenses en santé annoncées récemment à grand renfort de publicité sont vraiment de nouvelles dépenses ou si une partie de ces dépenses n'est qu'une réaffectation des ressources auparavant consacrées à l'éducation postsecondaire et aux services sociaux?

  +-(1705)  

[Traduction]

    Il est déraisonnable d'imposer des compressions en éducation postsecondaire, étant donné la hausse de l'endettement des étudiants et des frais de scolarité que nous avons observée ces dernières années. Lorsque le gouvernement est arrivé au pouvoir, la dette moyenne de l'étudiant était de 13 000 $. Aujourd'hui, elle dépasse 21 000 $. Entre 1991 et 2001, la hausse des frais de scolarité a été six fois plus élevée que le taux d'inflation.

    Que répond le gouvernement? Que les frais de scolarité sont du ressort des provinces, mais il n'arrive pas à se mettre dans la tête que ce sont les compressions fédérales qui ont fait augmenter ces frais. Il y a une relation de cause à effet.

[Français]

    Les étudiants et le reste d'entre nous réalisent tous les jours que l'éducation supérieure n'a jamais été aussi importante. Chaque nouvel emploi est fondé sur la connaissance. Pourtant, il n'a jamais été aussi difficile d'être un étudiant à temps plein au Canada.

    Lors des 20 dernières années, les États-Unis ont augmenté d'environ 20 p. 100 le financement au titre de l'éducation postsecondaire. De son côté, le Canada a réduit de 30 p. 100 son appui aux collèges et universités.

[Traduction]

    Pour les Canadiens, cela veut dire que les études coûtent plus cher, que l'endettement est plus lourd et que moins d'étudiants ont les moyens de fréquenter l'université à temps plein, puisqu'ils sont obligés de travailler à mi-temps pour payer leurs études. Sur les campus des universités, des bâtiments se dégradent parce que des travaux d'entretien élémentaires ont été retardés, faute d'argent. Il faut aussi recourir plus largement aux chargés de cours à temps partiel. Les étudiants sont plus nombreux dans chaque classe. Au cours des dix prochaines années, les inscriptions devraient augmenter de 30 p. 100. Le gouvernement devra s'attaquer au problème.

    La hausse des frais de scolarité ferme-t-elle la porte de l'université à certains étudiants? Un président m'a dit la semaine dernière que, même si les preuves ne sont pas concluantes, les données révèlent que les enfants des familles du quartile inférieur ne fréquentent pas autant les établissements d'enseignement secondaire que ceux des familles du quartile supérieur.

    Il y a des solutions évidentes. On peut réduire les coûts au moyen de partenariats authentiques avec les provinces. On peut remplacer les bourses du millénaire par des subventions calculées selon les besoins. Le gouvernement fédéral peut alléger l'endettement des étudiants en assumant les frais d'intérêt pendant la durée des prêts d'étude canadiens. On peut éliminer tous les impôts sur les bourses et subventions. Si on accepte, au Canada, que les gagnants à la loterie échappent au fisc, on peut certainement l'accepter pour les étudiants.

    Une vraie solution serait de réduire les frais de scolarité et d'offrir un régime national de subventions fondées sur les besoins. Toute mesure plus timide ne serait qu'expédient.

    Passons maintenant brièvement à une autre question, l'agriculture.

[Français]

    Bien que le gouvernement ait annoncé une augmentation du financement pour les programmes d'assurance-récolte, l'inspection des aliments, les collèges vétérinaires et la Commission canadienne des céréales, aucune nouvelle somme d'argent n'est versée directement aux fermiers.

    Comment cela est-il possible après l'importante annonce faite par le premier ministre en juin dernier? Il est difficile pour les fermiers canadiens de dégager un consensus, mais le présent gouvernement a réussi l'impossible.

[Traduction]

    Les chefs de file du secteur agricole s'opposent tous à la proposition de gestion des risques de l'entreprise contenue dans le Cadre stratégique pour l'agriculture, soulignant qu'ils se trouveraient alors dans une situation pire que celle à laquelle ils doivent faire face actuellement. C'est élémentaire, mon cher sous-ministre Watson. Avec 22 importants groupes agricoles canadiens qui affirment qu'on ne les a pas écoutés, les seuls agriculteurs que le ministère ne s'est pas encore mis à dos sont ceux qu'il n'a pas encore rencontrés. Tout cela est dû au fait que le nouveau CSRN n'est rien de plus que l'ancien programme canadien de revenus agricoles et que le gouvernement exige qu'une plus grande partie de l'argent consacré au nouveau CSRN soit tirée directement du compte d'un agriculteur ou d'un producteur.

[Français]

    En d'autres mots, même si certains producteurs seront en meilleure position suite à la création de ce nouveau programme de gestion des risques, cela sera attribuable au fait qu'ils ont pris des risques avec leur argent. S'ils n'ont pas l'argent nécessaire, tant pis pour eux.

    En fait, le présent gouvernement devrait accroître de 1,1 milliard de dollars par an, au cours des cinq prochaines années, son appui financier à l'agriculture. Il n'y a présentement aucune indexation, et cela est absolument insensé. Cet argent aiderait les agriculteurs qui sont forcés de concurrencer avec les trésors publics de Washington et de Bruxelles. Il est question de 1,3 milliard de dollars annuellement.

[Traduction]

    Le budget fait quelques renvois sommaires aux problèmes créés par les subventions internationales dans le domaine de l'agriculture, mais il n'offre toujours pas de solution à ces problèmes. On dit en substance qu'on reconnaît la souffrance des agriculteurs. Peut-être le gouvernement devrait-il plutôt se préoccuper de l'opinion des agriculteurs. S'il ne prend pas des mesures importantes rapidement, le milieu agricole et les exploitations familiales comme nous les connaissons à l'heure actuelle ne survivront pas.

[Français]

    Si on se fonde sur le rapport intérimaire Harbinson concernant un nouvel accord en matière d'agriculture à l'OMC, nous pouvons croire que d'ici neuf ou dix années, nous aurons un nouvel accord en ce domaine qui permettra de réduire de beaucoup les subventions au titre de l'agriculture. Mais le présent gouvernement assume avec insouciance que nos agriculteurs seront en mesure de survivre à une autre décennie de concurrence déloyale de la part des trésors publics étrangers.

    Le gouvernement doit protéger les revenus des fermiers en reconnaissant les torts que les subventions américaines et européennes font subir aux familles agricoles.

  +-(1710)  

[Traduction]

    Ottawa doit consulter ouvertement les organismes agricoles et les gouvernements provinciaux et territoriaux en vue de mettre sur pied des programmes de soutien du revenu qui soient acceptables pour l'industrie. Il est grand temps que nous fassions preuve de courage et de détermination en nous opposant aux Américains et aux Européens à l'OMC.

    Le Farm Bill américain annonçait l'an dernier des subventions agricoles supplémentaires de 19 milliards de dollars, ce qui a mené, à ce qu'on nous a dit, les Américains à la limite de ce qu'ils pouvaient verser en vertu des lois de l'OMC. Comment se fait-il alors qu'ils viennent d'annoncer un autre programme de plus de 3 milliards de dollars pour venir en aide aux producteurs américains de céréales et d'oléagineux? Les trouillards d'en face affirment que nous ne pouvons pas traîner les États-Unis devant le tribunal de l'OMC parce que le déséquilibre commercial penche énormément en faveur du Canada.

    Nous avons été témoins des problèmes qu'a soulevés la question des magazines à tirage dédoublé lorsque les Américains ont tenté de riposter dans le dossier de l'acier. Dans un tel cas, nous n'aurions pas dû signer l'entente. Tous doivent accepter les règles et promettre de les respecter, sans quoi nous ne devrions pas nous engager.

    Comme l'a souligné cet agriculteur de l'Île-du-Prince-Édouard aux membres du Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire il y a un an, en vertu des règles actuelles de l'OMC et de l'accord de libre-échange, les Américains ont des droits alors que les Canadiens ont des obligations.

+-

    M. Peter Adams (Peterborough, Lib.): Monsieur le Président, j'ai écouté les observations de mon collègue. Dans la première partie de son discours, il a parlé des frais d'inscription et du rôle du gouvernement fédéral dans ce domaine. Dans la seconde partie, il a parlé d'agriculture.

    Il est vrai que les droits d'inscription relèvent du provincial, mais il faut reconnaître que le gouvernement a fait de son mieux pour faciliter l'accès aux universités et aux collèges partout au pays. Il est extraordinaire de voir qu'au Québec, l'admission au cégep, l'équivalent du collège, est gratuite. Voilà donc une province qui, malgré les changements apportés par la gouvernement fédéral, a su assurer la gratuité de l'éducation au niveau collégial. Je trouve qu'il est très intéressant d'aller au collège et que les études postsecondaires sont devenues une nécessité de nos jours.

    Le député semble avoir oublié de parler des améliorations apportées dans le budget au Programme canadien de prêts aux étudiants. Il a oublié de parler des millions d'étudiants qui se verront attribuer des bourses du millénaire. Il a oublié le financement des coûts indirects de la recherche, qui aide les professeurs qui emploient des étudiants et leur facilite la vie. Il n'a pas parlé des 4 000 bourses aux diplômés prévues dans le budget, ni des 2 000 chaires de recherche au Canada grâce auxquelles le gouvernement fédéral finance directement les universités dans les différentes provinces. Il a omis de parler des sommes importantes consacrées à l'éducation des autochtones, ainsi que des exemptions fiscales découlant du REEE dont peuvent profiter les familles qui prévoient envoyer leurs enfants à l'école.

    De façon assez remarquable, le député traite ensuite d'agriculture et semble alors perdre tout intérêt pour les études postsecondaires. Il oublie par exemple que le budget accorde aux collèges de médecine vétérinaire une aide directe considérable pour former des jeunes gens dans un domaine devenu fort important de nos jours, en raison du commerce mondial.

    Il a fait état d'une partie du Cadre stratégique pour l'agriculture, mais il a oublié qu'une part importante de cette dernière s'intéresse à la recherche, une chose à laquelle le gouvernement fédéral s'est toujours montré très attaché et avec laquelle les agriculteurs sont bien d'accord. Les agriculteurs savent qu'ils doivent compter sur une recherche solide pour être compétitifs. J'aimerais connaître l'avis du député sur ces sujets que je viens d'aborder. Porte-t-il un intérêt quelconque, par exemple, aux études postsecondaires dans le domaine de l'agriculture?

+-

    M. Dick Proctor: Monsieur le Président, le député de Peterborough écoutait peut-être, mais pas très attentivement, car j'ai traité d'agriculture dans la première partie de mon intervention. J'ai parlé des crédits accordés à des choses comme la Commission canadienne des grains, les écoles vétérinaires et deux ou trois autres programmes que mon collègue a mentionnés. Ce que je voulais préciser et surtout déplorer, c'est que le budget ne prévoit aucune somme pour aider les agriculteurs à traverser une période extrêmement difficile qui dure depuis trop longtemps, en fait, depuis plusieurs longues années.

    Dans le plus récent budget, les crédits versés au nouveau programme CSRN sont inférieurs aux sommes versées dans le cadre de l'ancien PCRA. Le gouvernement a réussi à faire l'unanimité entre 22 organisations agricoles qui pensent que le gouvernement devrait retarder la mise en application du Cadre stratégique pour l'agriculture, du programme de gestion des risques de l'entreprise, car il n'offrira pas le faible niveau d'aide qu'accordaient aux agriculteurs l'ACRA et, plus récemment, le PCRA.

    Je ne rejetais pas les arguments du député, mais je tentais de les placer dans leur contexte pour montrer que le budget déposé le mois dernier ne prévoit aucune aide pour les agriculteurs canadiens.

    Pour ce qui est de l'enseignement postsecondaire, toutes les organisations d'étudiants du pays s'inquiètent vivement d'une des conséquences directes du budget, soit la hausse des frais de scolarité. Ce qu'il faut comprendre à ce sujet, c'est la nécessité de créer un partenariat entre les provinces et le gouvernement fédéral, pas entre le gouvernement fédéral et l'entreprise privée ni entre les provinces et l'entreprise privée. Il faut un partenariat réunissant les deux ordres de gouvernement. Revenons au financement des programmes établis en vigueur il y a de nombreuses années, où les deux ordres de gouvernement assumaient les frais à parts égales. À l'heure actuelle, le fédéral est loin d'assumer la moitié des frais des soins de santé. Et c'est vers cela que nous nous dirigeons dans le domaine de l'enseignement postsecondaire.

    Le gouvernement doit assumer ses responsabilités. Oui, il est utile d'investir dans la recherche, mais ce sont les jeunes qui s'inscrivent à l'université, les étudiants de premier cycle, les étudiants en arts qui n'ont pas aussi facilement accès à l'éducation qu'auparavant.

  +-(1715)  

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Musquodoboit Valley—Eastern Shore, NPD): Monsieur le Président, je remercie le député de Palliser de ses observations sur l'éducation et l'agriculture, mais je voudrais me concentrer sur quelques aspects que le budget a passés sous silence.

    Un budget devrait être le reflet de la conjoncture actuelle et future. Malheureusement, le budget n'a absolument pas tenu compte des préoccupations des gens de ma circonscription ni de ceux, j'en suis certain, d'ailleurs au Canada, qui ont des revenus fixes et modestes, des personnes âgées et de ceux qui luttent pour payer leur note de chauffage. Nous ne pouvons certainement pas dire que l'hiver a été exceptionnellement rigoureux et que c'est la raison pour laquelle le prix du mazout domestique et celui de l'essence ont augmenté. La situation est normale.

    Ces gens-là souffrent à cause du prix du pétrole lourd et de l'essence. Ils ont à faire des choix très difficiles. Nous, parlementaires, ne devrions pas les laisser faire face à ces choix seuls. Le gouvernement et les députés devraient pouvoir exprimer les préoccupations de ces gens-là et répondre à leurs besoins quotidiens.

    Il y a aussi la question du droit pour la sécurité des passagers du transport aérien. Malgré une réduction de 40 p. 100 de ce droit, environ 42 millions de dollars seront prélevés de l'économie de l'Atlantique. C'est là le maximum. Jusqu'à concurrence de 42 millions de dollars seront prélevés. Le gouvernement ne réinjecte toutefois qu'entre 6 et 10 millions de dollars pour la sécurité dans les aéroports. Où vont les 30 à 34 millions de dollars qui restent? Ils sont versés dans les recettes générales. Le gouvernement a instauré ce droit après les événements du 11 septembre et a tenté de convaincre les Canadiens que ce sont les passagers du transport aérien qui auraient à payer davantage pour une sécurité accrue, même si cela a eu des répercussions sur le transport aérien et sur les bénéfices des transporteurs.

    Nous reconnaissons la nécessité d'accroître la sécurité dans les aéroports, mais l'argent qui continue d'être perçu des consommateurs a des répercussions non seulement sur les voyageurs, mais aussi sur les bénéfices des transporteurs aériens. Nous estimons que le gouvernement devrait réduire ce droit encore plus. S'il faut exiger un droit d'utilisateur à cet égard, un droit de 5 $ semblable à celui qui est perçu aux États-Unis sera nettement plus acceptable et correspondra davantage à ce qui est réinvesti dans la sécurité, au lieu d'être versé dans les recettes générales qui servent à d'autres secteurs.

    Il est une autre question que le gouvernement a totalement oubliée et qui a trait à l'adoption d'une politique en matière de construction navale. Nous avons essayé à maintes reprises de l'y amener. Je sais que mes collègues de Halifax, Dartmouth et Acadie—Bathurst et mes anciens collègues Gordon Earle, Michelle Dockrill et Peter Mancini se sont évertués à convaincre le gouvernement de la nécessité de mettre en place une politique nationale en matière construction navale.

    Je sais que l'ancien ministre de l'Industrie, M. Tobin, a créé un comité qui a pondu un rapport intitulé «Vaincre les obstacles vers la prospérité--Industrie canadienne de la construction navale». C'est un excellent rapport auquel, malheureusement, on n'a toujours pas donné suite. Cela ne nous étonne guère puisque, de l'avis du ministre des Finances, l'industrie de la construction navale est en déclin. Nous ne sommes pas du tout d'accord avec lui à ce sujet. Nous voulons que le gouvernement recentre ses efforts et qu'il adopte, en matière de construction navale, une politique qui assurera la prospérité de nos chantiers navals à Saint John, au Nouveau-Brunswick, à Halifax, à Marystown, à Lévis, au Québec, à Welland, en Ontario, et à Vancouver. L'industrie de la construction navale crée des emplois très rémunérateurs, mais, malheureusement, le gouvernement l'a négligée dans ce budget.

    En ce qui a trait aux forces armées, les 800 millions de dollars qui leur ont été attribués serviront, hélas, à rembourser leur note de crédit et les opérations menées aujourd'hui outre-mer. Ce montant ne permettra pas de régler les problèmes d'infrastructure militaire, par exemple l'achat de bâtiments nouveaux pour la marine, d'hélicoptères pour remplacer les Sea King et d'autres appareils. Nous voulons faire comprendre au gouvernement que, s'il doit faire construire des bâtiments au Canada, il pourrait adopter une politique de construction navale qui se transformerait en excellente politique nationale. Nous estimons que c'est ainsi qu'il faut procéder.

    Curieusement, en 1993, quand les libéraux ont accédé au pouvoir, le déficit était de 42 milliards de dollars. Cela ne les a pas empêchés d'annoncer la mise en place d'un programme d'infrastructure de 45 milliards de dollars sur quatre ans. Soit dit en passant, je leur suis reconnaissant pour ce programme de 45 milliards de dollars, car les projets d'infrastructure sont très importants pour le pays. Il demeure qu'aujourd'hui, en 2003, malgré un excédent prévu de 11 milliards de dollars, le gouvernement ne réussit à accorder que 3 milliards de dollars sur 10 ans.

  +-(1720)  

    Je ne peux comprendre comment le gouvernement peut, d'une part, avoir un énorme déficit et affecter plus d'argent sur une plus courte période et, d'autre part, avoir un énorme surplus et affecter à la question moins d'argent sur une plus longue période. Je ne comprends pas cela et c'est pourquoi de nombreuses villes s'inquiètent de ce qui se passe relativement au programme d'infrastructure.

    En ce qui concerne les parcs nationaux, beaucoup de gens qui travaillent au sein des associations de parcs de tout le pays ont été pratiquement assurés qu'il y aurait au moins 200 millions de dollars dans ce budget non seulement pour préserver l'intégrité écologique de nos parcs nationaux et de nos aires de nature sauvage, mais également pour inclure les dix nouveaux parcs terrestres nationaux et les cinq nouveaux parcs marins.

    Malheureusement, le budget était loin de prévoir des crédits suffisants à cet égard. Nous ne pouvons qu'espérer que le gouvernement comprendra son erreur et se rendra compte qu'il serait bon d'éliminer la loi sur l'enregistrement des armes à feu et d'utiliser l'argent ainsi économisé pour financer nos parcs nationaux. Ce serait là un très bel héritage que le premier ministre pourrait léguer.

    Je sais que le premier ministre s'intéresse particulièrement aux parcs. Il l'a fait toute sa vie. J'espère qu'avant de nous quitter, il s'assurera qu'il y ait un financement adéquat non seulement pour maintenir l'intégrité écologique des parcs actuels, mais également des dix nouveaux parcs terrestres et des cinq nouvelles aires marines protégées.

    L'une des organisations les plus importantes au Canada, surtout là où je viens, sur la côte est, est la Garde côtière. Le budget annonçait 75 millions de dollars sur deux ans pour la Garde côtière. Malheureusement, cet argent ne suffirait même pas à acheter un nouveau brise-glace sans parler de répondre aux besoins des membres de la Garde côtière. Nous devons nous attaquer à cette question de façon beaucoup plus constructive que nous ne l'avons fait dans ce budget.

    Le gouvernement doit donner des signes clairs que là encore, avec une politique appropriée de construction navale, nous pourrions construire de nouveaux navires et brise-glace ici, au Canada, pour la Garde côtière. Nous pourrions faire travailler les gens et leur donner la formation plus poussée en matière de sécurité dont nous avons besoin pour protéger notre côte est contre les violations en matière de pêche et d'environnement, pour lutter contre l'immigration illégale et pour détecter les drogues également. Je crois que ce ne serait pas un fardeau pour le gouvernement, mais un actif s'il investissait de cette façon.

    Je reconnais le mérite du gouvernement, car cela fait cinq ans que je travaille à un projet de loi sur un congé pour soins prodigués par compassion. Après deux discours du Trône, le Rapport Kirby et le Rapport Romanow—et je reconnais tout le mérite qu'a eu la ministre du Développement des ressources humaines d'amener au moins le ministre des Finances à l'annoncer dans le budget—nous aurons finalement en janvier 2004 un congé de six semaines pour soins prodigués par compassion. C'est un bon début, mais ce n'est malheureusement pas suffisant.

    Nous avons dans la caisse de l'assurance-emploi les fonds qu'il faut pour répondre à ces besoins. Le projet de loi C-206, que j'ai présenté il y a plus de cinq ans et qui sera débattu pendant trois heures jeudi, fera l'objet d'un vote lundi ou mardi prochain. Il prévoit que tout couple ou toute personne ayant un enfant ou un parent qui a besoin de soins palliatifs peut s'occuper de fournir ces soins au lieu d'institutionnaliser l'enfant ou le parent. À l'heure actuelle, par exemple, l'époux ou l'épouse qui a ou qui adopte un enfant a droit à un congé de paternité ou de maternité d'un an et son emploi est protégé pendant qu'il ou elle prend soin de cet enfant à la maison.

    Que se passe-t-il si un couple a un enfant atteint de cancer qui n'a plus que six ou huit mois à vivre? Que peuvent faire ces parents? Le projet de loi C-206 permettrait à l'un d'eux, ou à un membre de la famille, de rester à la maison avec cet enfant et de conserver sa sécurité d'emploi tout en accompagnant l'enfant pendant les derniers jours de sa vie. En outre, cette mesure éviterait l'institutionnalisation de l'enfant. Elle assurerait la sécurité d'emploi au parent. Elle procurerait aussi un petit revenu aux parents car nous savons tous que la caisse de l'AE dispose d'un excédent considérable. Pour chaque dollar de la caisse d'assurance-emploi qui servirait à compenser la perte de salaire de la personne en cause, on épargnerait de 4 $ à 6 $ en coûts pour le système de soins de santé car il ne serait plus nécessaire d'institutionnaliser l'enfant.

    Voilà l'un des meilleurs programmes que l'on puisse mettre en oeuvre dans ce pays et je remercie le gouvernement de l'avoir fait, quoiqu'il ait procédé à pas de tortue au début. J'espère que tous les députés appuieront ce projet de loi afin qu'il puisse être renvoyé au comité pour y être clarifié et faire l'objet de discussions. Si cela devait se produire, le budget, à cet égard, serait une bonne chose.

    En terminant, j'invite tous les députés à prier pour la paix en Irak et pour les gens du Moyen-Orient.

  +-(1725)  

+-

    M. Mauril Bélanger (Ottawa—Vanier, Lib.): Monsieur le Président, je tiens à féliciter le député d'Eastern Shore pour son travail concernant le projet de loi d'initiative parlementaire, mais ce n'est pas ce dont je veux parler aujourd'hui.

    Je me dois de corriger son affirmation que le premier programme d'infrastructure du gouvernement avait coûté 45 milliards de dollars alors que nous avions un déficit. En fait, le programme a coûté six milliards de dollars: deux milliards versés par le gouvernement du Canada; deux milliards par les provinces et deux milliards par les municipalités.

    Utiliser des chiffres erronés pour dénoncer une situation n'a aucun sens. Il faut s'assurer d'avoir les chiffres exacts.

    Le premier programme d'infrastructure fédéral-provincial-municipal, mis sur pied à la suite des démarches effectuées par le député d'Ottawa Centre et la député de Nepean--Carleton à l'époque, Mme Gaffney, avait un budget de six milliards de dollars, soit deux milliards provenant de chaque ordre de gouvernement.

+-

    M. Peter Stoffer: En fait, monsieur le Président, j'ai cité les chiffres de quatre et cinq milliards de dollars. Toutefois, si nous prenons le chiffre de six milliards de dollars fourni par le député, soit deux milliards, deux milliards, deux milliards, serait-il en train de nous dire que les trois milliards de dollars annoncés dans le budget serait un milliard, un milliard, un milliard sur dix ans? Est-le raisonnement que l'on utilise? Je voulais simplement lui retourner ses propos.

+-

    M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, pour donner suite à cela, je signale que, dans sa lettre du 5 mars, le président de la FCM a dit qu'en effet, au début, il avait des réserves à l'égard du projet d'infrastructure, mais qu'il avait ensuite apprécié le fait que le ministre précise qu'il s'agissait d'un versement initial.

    En premier lieu, il n'y a pas eu de programme de dix ans jusqu'à la venue du présent gouvernement. De plus, comme la Chambre le sait sans doute, il n'y a eu aucun programme d'infrastructure avant 1994. Comme l'a indiqué mon collègue, c'est à ce moment que le présent gouvernement en a mis un en place.

    Le président de la FCM a également mentionné que le budget comportait plusieurs éléments positifs dont les initiatives pour des logements abordables, des mesures destinées à contrer la pauvreté chez les enfants et l'augmentation du financement pour la garde des enfants.

    En outre, je signale au député que la prestation fiscale pour enfants doublera pour atteindre 10 milliards de dollars d'ici 2007. Le budget 2003 prévoit une augmentation de 150 $ et celui de l'exercice 2005-2006 une augmentation de 185 $. La prestation passera ainsi de 2 632 $ à 3 243 $ d'ici 2007. C'est une augmentation importante qui touche les questions qui préoccupent le député.

    Je sais que le député a également fait mention de la taxe sur la sûreté aérienne parce que cette question le préoccupe particulièrement; j'apprécie donc ses commentaires. Le gouvernement a réduit cette taxe de plus de 40 p. 100 et il s'est clairement engagé à ce que les recettes qui en découlent soient appliquées aux dépenses. Il ne s'agira pas de réaliser des profits, mais d'assurer l'amélioration de la sécurité publique dans le secteur de l'industrie aérienne.

    Je voulais simplement présenter ces commentaires et inviter le député à en faire d'autres.

  +-(1730)  

+-

    M. Peter Stoffer: Je remercie le député de ses observations. Monsieur le Président, mais si c'est pour une dépense sans effet sur les frais d'utilisation, pourquoi alors 42 milliards de dollars au maximum sont-ils retirés de l'économie de l'Atlantique et pourquoi le maximum de 6 à 10 millions de dollars est-il investi dans la sécurité aérienne? Il y a toujours entre 25 et 30 millions de dollars supplémentaires qui sont versés au Trésor.

    Si le député a raison, cet argent devrait servir uniquement à la sécurité aérienne et non être versé au Trésor. En outre, le gouvernement n'a encore rien fait pour empêcher que les provinces puissent récupérer la prestation fiscale pour enfants.

    Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse peut toujours récupérer la prestation fiscale pour enfants. Même s'il s'agit d'une bonne initiative, et les provinces font ce qu'elles veulent avec, la prestation fiscale pour enfants ne vient toujours pas en aide à ceux qui en ont désespérément besoin. Le gouvernement fédéral devrait dire à chacune des provinces: «Tu ne récupéreras point l'argent d'un programme fédéral.» Ce programme aurait pu venir en aide à des personnes comme les mères célibataires ainsi que les bas salariés et les personnes touchant un revenu fixe.

+-

    M. Irwin Cotler (Mont-Royal, Lib.): Monsieur le Président, un budget, ce n'est pas seulement un énoncé économique ou un état de la santé financière d'un pays, c'est aussi et surtout un énoncé sur la santé du pays dans son ensemble. Ce n'est pas seulement un exercice comptable, mais une réflexion sur les valeurs et les principes qui l'inspirent et le sous-tendent, une représentation de notre identité et de nos aspirations en tant que pays et en tant que peuple.

    Aussi, en tant que député de Mont-Royal, je suis ravi que ce budget articule les valeurs, les voix et la vision humaniste de ma circonscription diversifiée. Il tient particulièrement compte des valeurs fondamentales qui ont imprégné toutes les rencontres que j'ai eues dans ma circonscription et sur lesquelles j'ai fondé ma candidature au poste de député.

    Ces valeurs sont, premièrement, la nécessité d'un régime d'assurance-santé universel, accessible, intégral, géré publiquement, durable et renouvelable; deuxièmement, la reconnaissance du fait que l'éducation est non seulement inextricablement liée aux exigences d'une économie fondée sur la connaissance, mais qu'elle façonne une société; troisièmement, que la protection de l'environnement est non seulement liée intimement à l'économie, mais aussi à la santé d'une société dans son ensemble; quatrièmement, que le logement abordable est, en soi, un codéterminant crucial du bien-être des gens; cinquièmement, comme je l'ai déjà dit, la question: est-ce bon pour les enfants? est non seulement le test crucial d'un engagement en faveur des droits de la personne, mais un test crucial de la normalité des valeurs fondamentales contenues dans un budget; finalement, que le respect des besoins des femmes devrait trouver son expression dans le budget comme dans toutes les politiques gouvernementales, que les droits des femmes sont les droits des personnes, comme je l'ai dit ailleurs, et que le respect des droits des personnes ne signifie rien s'il n'inclue pas le respect des droits des femmes.

    Je limiterai mes observations à deux priorités du budget, à savoir les soins de santé et l'éducation, qui sont aussi les priorités de ma circonscription et de ma province.

    Pendant un débat exploratoire qui s'est tenu le 11 juin 2002 en cette Chambre, j'ai énuméré huit priorités stratégiques des soins de santé dans ma province et dans ma circonscription, Mont-Royal. Je propose maintenant de voir comment chacune de ces huit priorités trouve son expression dans le budget.

    Le besoin le plus pressant, dont j'ai déjà parlé, est l'accroissement du nombre de médecins, d'infirmières et autres professionnels de la santé, afin de répondre aux besoins actuels et nouveaux. Les 9,5 milliards de dollars supplémentaires prévus au titre des paiements de transfert aux provinces et aux territoires au cours des cinq prochaines années pourraient servir en partie à embaucher de nouveaux professionnels de la santé; les 16 milliards de dollars sur cinq ans prévus au titre du fonds de réforme des soins de santé pourraient aider à combler les besoins en personnel, et les 3,5 milliards de dollars prévus pour le Transfert canadien en matière de santé et de programmes sociaux pourraient aider à atténuer les pressions actuelles. Toutefois, comme l'ont fait valoir, dans leurs critiques, la Coalition canadienne de la santé, le Groupe d'intervention action santé, l'Association médicale canadienne et la Guilde canadienne de la santé, les fonds prévus ne seront pas suffisants pour combler le déficit en ressources humaines dans le secteur de la santé, ce qui pourrait nuire à l'accès en temps opportun aux soins de santé.

    Je suis heureux que trois de mes priorités stratégiques se retrouvent dans le budget: améliorer les soins primaires, permettre l'accès aux bons soins dispensés par la bonne personne au moment et à l'endroit où on en a besoin; renforcer les soins à domicile et dans la collectivité pour soulager la pression sur les familles canadiennes--il y en a plus d'une sur cinq--qui soignent à la maison un membre malade ou âgé de la famille; coordonner les efforts pour gérer la hausse du coût des médicaments, qui est actuellement l'élément du système de soins dont le coût augmente le plus rapidement. Le problème est particulièrement grave au Québec. Je suis très reconnaissant que ces trois priorités stratégiques aient trouvé une expression explicite dans le budget: des fonds de 16 milliards de dollars sur cinq ans pour une réforme de la santé qui vise expressément les soins primaires, les soins à domicile et le coût catastrophique des médicaments.

    Je suis également heureux que mes quatre autres priorités stratégiques aient été prises en considération: soutenir l'élaboration d'indicateurs communs et d'un contrôle pour que nous puissions mesurer le rendement du système, en faire rapport et l'améliorer; exploiter le potentiel offert par les progrès récents dans les technologies de l'information, d'Internet et des communications pour améliorer l'accès aux services de santé, mieux intégrer leur prestation et constituer des dossiers électroniques pour les patients; investir dans du matériel de santé nouveau et amélioré comme des appareils d'IRM et des tomodensitomètres afin d'abréger le temps d'attente pour les services de diagnostic et de traitement et améliorer la qualité de vie; revoir les normes de rendement et en généraliser l'usage.

  +-(1735)  

    Ces quatre priorités stratégiques ont également trouvé une expression précise dans le budget, par la création d'un nouveau transfert canadien pour la santé, d'ici le 1er avril 2004, pour améliorer la transparence et la responsabilisation et garantir des augmentations annuelles prévisibles dans les transferts au titre de la santé; par l'affectation de 1,5 milliard de dollars expressément pour un fonds d'équipement de diagnostic et de soins médicaux; par l'affectation de 600 millions de dollars pour poursuivre le développement des dossiers électroniques sécurisés sur les patients; et par l'affectation de 500 millions de dollars pour les hôpitaux de recherche à la Fondation canadienne pour l'innovation.

    Les gouvernements ont aussi convenu de créer un conseil de la santé qui fera régulièrement rapport aux Canadiens sur la qualité du système de soins, de façon que les Canadiens puissent voir comment les réformes sont mises en oeuvre et comment leur budget de santé est dépensé. On se trouve à officialiser un principe de responsabilisation dans le cadre budgétaire.

    Le but ultime de l'entente sur les soins de santé, conclue les 4 et 5 février, qui trouve son expression dans le budget de 2003, est d'assurer que les Canadiens ont accès à des services de santé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Ce but se concrétisera par la capacité accrue des CLSC, dans ma circonscription et ailleurs au Québec, au plan des ressources humaines et des autres ressources indispensables à la prestation de services en temps opportun. Les Canadiens doivent avoir un accès en temps opportun aux diagnostics et aux traitements dont ils ont besoin, un accès amélioré à des services à domicile et à des services communautaires de qualité et ils doivent être en mesure de se procurer à un coût abordable les médicaments dont ils ont besoin.

    Je souligne une fois de plus l'importance de l'accès parce qu'il s'agit d'un aspect essentiel du système de soins de santé et de la qualité d'un système qui fait que les Canadiens n'ont pas à fournir leurs antécédents de santé ou à se soumettre aux mêmes tests à chaque fois qu'ils voient un nouveau médecin; qu'ils voient leur système de soins de santé comme il devrait être, c'est-à-dire un système efficace, souple et adapté à leurs besoins changeants et à ceux de leur famille et de leur collectivité aujourd'hui et dans l'avenir.

    Par ailleurs, le gouvernement consacrera davantage de fonds afin de répondre aux besoins de santé particuliers des autochtones. L'entente sur les soins de santé, qui, comme je l'ai dit, trouve son expression dans le budget, renforce le programme de péréquation, c'est-à-dire que compte tenu de l’amélioration des circonstances budgétaires fédérales, le plafond des paiements de péréquation sera supprimé en permanence à partir de maintenant.

    Permettez-moi d'aborder ma deuxième priorité. En plus d'être le moteur de notre économie du savoir, l'éducation est aussi un investissement dans notre identité en tant que peuple. Je tiens à le préciser en raison du caractère particulier de ma circonscription qui en fait l'une des plus multiculturelles du Canada. Dans ce sens, je suis ravi de voir que le budget prévoit des investissements tant dans l'accès à l'éducation postsecondaire que dans l'excellence en matière de recherche universitaire, le tout dans le but d'établir le meilleur système d'éducation qui soit sur la planète.

    J'aimerais préciser comment les investissements prévus dans le budget à cet égard nous permettront de renforcer notre identité et de nous définir comme nous le souhaitons en tant que peuple.

    Nous nous souviendrons que le gouvernement a créé le Fonds du millénaire pour offrir aux jeunes Canadiens un meilleur accès aux études postsecondaires. Le gouvernement a mis la Fondation canadienne pour l'innovation sur pied dans le but de moderniser l'infrastructure de nos universités. Cette fondation a déjà accordé des subventions pour plus de 2 400 projets de recherche dont près de la moitié dans le domaine des sciences de la santé, et elle a créé quelque 2 000 chaires de recherche du Canada pour voir à ce que nos universités attirent et gardent les meilleurs professeurs. Je suis persuadé que ces chaires de recherche répondront également aux préoccupations qui ont été exprimées quant à la sensibilisation à l'égalité des sexes.

    Le budget fait également des percées. Il fait des percées au chapitre des investissements ciblés qui, à mon avis, feront du Canada le pays ayant le meilleur système d'éducation au monde et pouvant se mesurer aux meilleurs pays au monde à tous les niveaux.

    Permettez-moi de souligner et d'énumérer, et comme je manque de temps je le ferai en style télégraphique, les initiatives que l'on retrouve dans ce budget à l'égard de l'investissement humain et de l'investissement dans le domaine de l'éducation.

  +-(1740)  

    Tout d'abord, le gouvernement augmente les budgets des conseils fédéraux de subventions à la recherche de 125 millions de dollars par année. Ces conseils fédéraux de subventions à la recherche, et je parle ici à titre de professeur d'université, et l'importance de la recherche qui sera effectuée accroîtront également l'économie axée sur le savoir à tous les niveaux de la société.

    Deuxièmement, nous établissons sur une base permanente une contribution fédérale substantielle aux coûts indirects de la recherche. Les universités nous avaient fait part de leurs préoccupations à ce chapitre et nous en avons tenu compte dans le budget.

    Troisièmement, nous tentons d'aider les étudiants à mieux gérer leurs dettes d’études en modifiant le Programme canadien de prêts aux étudiants. Nous élargissons l’aide étudiante aux personnes protégées au Canada, comme les réfugiés au sens de la Convention.

    Quatrièmement, nous majorons de 500 millions de dollars notre investissement dans la Fondation canadienne pour l’innovation, en particulier pour les besoins d’infrastructure des hôpitaux de recherche canadiens, ce qui établit un lien avec les investissements dans le secteur des soins de santé.

    Cinquièmement, le budget affecte également de nouvelles sommes à la recherche effectuée par Génome Canada et dans le cadre du projet d’astronomie Atacama Large Millimetre Array.

    Sixièmement, et cette initiative est d'une importance particulière et répond aussi à un besoin qui a trouvé son expression dans les observations qui nous ont été faites au cours des années précédentes et qui trouvent maintenant un écho dans le budget, le gouvernement va mettre sur pied le programme de Bourses d'études supérieures du Canada. Une fois entièrement mises en oeuvre, elles permettront d'aider chaque année 2 000 étudiants à la maîtrise, et autant au doctorat. Grâce à ce soutien, les programmes d'études supérieures offerts dans les universités canadiennes pourront concurrencer les meilleurs programmes offerts ailleurs dans le monde. Cette nouvelle mesure va faire augmenter de plus de 70 p. 100 le nombre de bourses octroyées par le gouvernement fédéral à des diplômés, pour le porter à environ 10 000 par année. De plus, 60 p. 100 des nouvelles bourses seront dans le domaine des sciences humaines, éliminant ainsi une certaine disparité et répondant à une préoccupation dont nous ont fait part les étudiants diplômés d'un bout à l'autre du pays.

    Septièmement, la Fondation nationale des réalisations autochtones recevra 12 millions de dollars qui lui permettront d'élargir son programme de bourses pour les étudiants autochtones.

    Huitièmement, nous prévoyons également une contribution de 100 millions de dollars au titre de la création de l'Institut canadien de l'apprentissage, qui aidera les Canadiens à prendre de meilleures décisions concernant l'éducation de leurs enfants.

    Enfin, et cette initiative revêt un intérêt particulier pour ma circonscription où se retrouve un nombre croissant de néo-Canadiens, l'avantage distinct dont profite le Canada sur le plan du savoir se constitue en élargissant la base de compétences de notre main-d'oeuvre et en aidant les Canadiens qui veulent travailler--y compris les nouveaux arrivants--à mettre leurs talents et leur esprit d'initiative au service de la productivité de l'entreprise. Nous allons donc investir 41 millions de dollars au cours des deux prochaines années afin d'aider les néo-Canadiens à s'intégrer rapidement à notre économie. Ils pourront alors apprendre une langue seconde, accélérer la reconnaissance de leurs titres de compétences obtenus à l'étranger, ou encore les plus qualifiés pourront participer à des projets pilotes pour s'établir dans des localités plus petites partout au Canada. Notre objectif est clair: Nous voulons multiplier les possibilités et permettre à tous les Canadiens, surtout aux jeunes, de contribuer à l'avancement de notre société.

    J'espère que les priorités que j'ai énoncées en matière de santé et d'éducation, entre autres, ce qu'on pourrait appeler un ensemble de préoccupations sociales reflétant et représentant non seulement les valeurs essentielles et la vision de ma circonscription, mais aussi je pense de la province tout entière, contribueront de façon spectaculaire au bien-être de mes concitoyens et à l'amélioration de la condition humaine dans notre pays tout en nous rendant concurrentiels sur la scène internationale du point de vue tant humain qu'économique.

  +-(1745)  

+-

    M. John Bryden (Ancaster—Dundas—Flamborough—Aldershot, Lib.): Monsieur le Président, je remercie mon collègue pour ses observations. Étant donné les événements qui secouent le monde, la perspective d'une guerre en Irak et les répercussions financières et économiques que cela pourrait avoir, le député peut-il nous dire à quoi se résumera, à son avis, la situation économique du Canada si les Américains décident unilatéralement d'attaquer l'Irak avec l'aide des Britanniques?

+-

    M. Irwin Cotler: Monsieur le Président, j'ai l'intention d'aborder la situation en Irak dans le cadre du débat qui aura lieu un peu plus tard ce soir. Cependant, je dirai que les répercussions d'ordre humanitaire d'une telle guerre, si elle est déclenchée, feront partie, si je peux m'exprimer ainsi, des conséquences non intentionnelles.Les conséquences non intentionnelles du conflit seront notamment d'ordre humanitaire et toucheront, j'imagine, les membres les plus vulnérables de la société irakienne, soit les femmes et les enfants dont la situation est déjà très précaire.

    À mon avis, il incombera au Canada de même qu'à tous les autres membres de la communauté internationale de s'occuper de ces considérations humanitaires. On parle d'intervention humanitaire, mais toute intervention humanitaire devrait viser à prévenir un conflit armé. Si on ne peut éviter le conflit, alors il faut chercher à en atténuer les répercussions d'ordre humanitaire et, par la suite, participer à la reconstruction de la société déchirée par la guerre.

+-

    M. Loyola Hearn (St. John's-Ouest, PC): Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Brandon—Souris.

    Je suis ravi de dire quelques mots au sujet du budget. En ce qui concerne le budget proprement dit, j'ai été enchanté d'en écouter une partie. Il renferme quelques mesures que, à mon avis, tous les partis de la Chambre veulent qu'on mette en oeuvre, car elles portent sur les garderies et, notamment, sur les coûts des médicaments.

    Un des besoins criants consiste à répondre aux préoccupations des aînés et des personnes à revenu fixe. Un nombre énorme de travailleurs gagnent à peine plus que le salaire minimum. En deçà de ce salaire, ils seraient admissibles à des prestations d'aide sociale. Ils tentent de payer leurs coûts, mais ils ne peuvent recevoir aucune aide lorsqu'il s'agit de payer leurs médicaments.

    En ce qui concerne nos aînés, le groupe de la société qui a bâti notre grand pays, les gens qui, au fil des ans, nous ont donnés ce que nous avons et ce dont nous sommes très fiers et reconnaissants, de tous les segments de la société, ce groupe est probablement celui qui a été le plus négligé par le gouvernement d'en face, et c'est honteux. Trop de gens tentent de vivre avec un revenu fixe année après année. Tous les coûts augmentent: le coût de la vie, les coûts de la nourriture, du transport, du chauffage résidentiel, et j'en passe. Pourtant, les salaires ou les maigres pensions que ces gens gagnent n'augmentent pas en même temps que ces coûts. La vie n'en devient que plus difficile pour eux. Nous devons offrir un peu plus aux aînés, au lieu de les négliger entièrement.

    Il y a un autre groupe qui est négligé dans ce budget, malgré une annonce qui a attiré l'attention de tout le monde, mais qui n'était qu'un feu de paille, et je veux parler ici de l'annonce concernant la modernisation du programme d'aide aux étudiants. Ce que nous avons fait, et c'est quelque chose de crédible, c'est rendre les étudiants étrangers qui viennent fréquenter nos établissements postsecondaires admissibles aux prêts d'études. Je n'ai aucun problème avec cela. Je loue cette initiative et je l'encourage. Nous devons bâtir ce pays, et cela s'est fait pendant des années avec l'aide de gens venant d'autres pays, et nous pouvons certainement continuer de compter sur eux.

    Cependant, nous avons dans ce pays des millions de jeunes étudiants qui essaient de faire des études postsecondaires, et nous en avons beaucoup qui ont terminé et qui essaient maintenant de trouver du travail. Ils doivent trouver un emploi très rémunérateur pour être capables de payer leur dette d'études. Ce qui est triste, c'est que, dans notre pays, beaucoup d'entre eux ne peuvent malheureusement pas trouver un emploi assez rémunérateur. Certains de nos jeunes les plus brillants vont s'installer chez nos voisins du sud où ils peuvent faire plus d'argent et se débarrasser plus facilement du fardeau accablant que représente une dette d'études.

    Nous entendons des gens parler des jeunes diplômés qui sortent de l'université. Ils disent: «Ce n'est pas grave même s'ils doivent 20 000 $. Ils feront un bon salaire et seront capables de rembourser leur dette.» Si seulement c'était aussi simple que cela. S'ils sortent de l'université avec une dette de 20 000 $ après y avoir passé quatre, cinq, six ou sept ans pour obtenir un diplôme ou plus, ils sont chanceux. Beaucoup d'entre eux doivent deux, trois, quatre ou même cinq fois plus que cela, selon le nombre d'années passées dans un établissement postsecondaire. J'ai entendu des députés dire: «Pourquoi ne travaillent-ils pas pour payer leurs études? La plupart d'entre eux sont en congé pendant l'été. J'ai travaillé pour payer mes frais de scolarité.» Moi aussi, monsieur le Président, mais les frais de scolarité étaient beaucoup moins élevés et les gens pouvaient gagner beaucoup plus d'argent à l'époque.  

  +-(1750)  

    Mais il n'y a pas que les frais de scolarité à payer. L'étudiant qui décide d'aller à l'université peut obtenir un prêt d'études pour payer ses frais de scolarité. Ces prêts permettent de payer les frais de scolarité, quelques livres et peut-être aussi quelques menues dépenses. Mais ce que bien des gens ne semblent pas comprendre, c'est que la majorité des jeunes Canadiens ne vivent pas à proximité d'une établissent d'enseignement postsecondaire. Ils viennent de régions rurales et doivent aller étudier dans des grands centres, où se trouvent ce genre d'établissements. Que ce soit dans la ville la plus proche ou dans une autre province, il leur faut trouver un gîte et un couvert. Cela signifie la location d'un appartement, l'achat de mobilier et des frais de déplacement. Ces seules dépenses dépassent de beaucoup les frais de scolarité.

    À moins d'avoir des parents fortunés qui peuvent les aider, la plupart des jeunes étudiants ont deux choix qui s'offrent à eux. Le premier est d'essayer de composer avec leurs difficultés financières, mais ils ne peuvent résister bien longtemps et ils finissent par décrocher. Même s'ils parviennent à obtenir le montant maximal du prêt d'études, ce n'est pas suffisant pour payer le coût de leurs études postsecondaires. L'autre choix, que font un trop grand nombre d'étudiants, est de ne pas faire des études postsecondaires. Pourquoi s'engagerait-ils dans des études qu'ils savent ne pas pouvoir terminer? Ils préfèrent aller tout de suite sur le marché du travail, et ce qu'ils y trouvent habituellement, ce sont des emplois inférieurs qui sont vulnérables aux licenciements. Ils doivent alors s'adresser à l'assurance-chômage, puis à l'assistance sociale, ce qui fait grimper les coûts sociaux. Certains commettent même quelques bêtises, ce qui entraîne d'autres coûts sociaux. Et on pourrait continuer encore.

    Ces personnes coûtent cher à la société. Il faut payer leurs prestations d'assurance-emploi et d'assistance sociale, leurs frais d'incarcération, leurs frais de santé et ainsi de suite. N'est-il pas beaucoup plus intelligent d'investir un peu plus en amont, c'est-à-dire dans l'éducation, afin d'en faire des gens qui, au lieu d'être un boulet pour elle, contribuent pleinement à la société? Cela ne fait aucun doute, mais le gouvernement refuse d'entendre raison. Il y a au Canada beaucoup de jeunes qui n'ont pas d'instruction ou qui ne peuvent pas contribuer à la société juste parce qu'ils n'en ont pas les moyens. C'est une véritable honte.

    D'autres députés ont parlé du programme d'infrastructure. Il est envisagé d'y consacrer 3 milliards de dollars. D'emblée, on investira un milliard de dollars dans le grand programme d'infrastructure, programme dont nous avons d'ailleurs préconisé la mise en place l'année dernière, avant qu'il ne nous soit présenté. Grâce à ce programme, nous avons obtenu les fonds nécessaires pour assainir le port de St. John's. En fait, le compte rendu de nos débats montrera que je suis le seul député à avoir recommandé la mise en oeuvre d'un tel programme et je ne vois donc pas d'inconvénient à ce que l'on y investisse un milliard de dollars de plus.

    Ce qui me navre, cependant, c'est le fait que 2 milliards de dollars de ces crédits destinés à l'infrastructure seront répartis sur dix ans. Cela signifie que les besoins de Terre-Neuve en matière d'infrastructure ne seront satisfaits qu'à hauteur de 5 ou 6 millions de dollars par an. Or, tout le monde sait pertinemment ce qu'il est possible d'accomplir avec pareilles sommes dans un pays comme le nôtre. Cela équivaut à une goutte d'eau dans l'océan. Cette annonce, faite dans le budget, est sans doute celle qui a déçu le plus les Canadiens, et surtout les municipalités.

    Monsieur le Président, je trouve également très regrettable, et je sais que vous abonderez dans mon sens, que l'on fasse totalement fi des sportifs canadiens. Au vu de la démographie et de la géographie du Canada, nous produisons des sportifs exceptionnels. Mais nous n'accordons pas les crédits qu'il conviendrait pour aider ces gens à se parfaire. Or, le moment est venu de nous pencher sur la question.

    Il conviendrait aussi de nous pencher sur l'exemption de base annuelle dans le cas des petites entreprises, exemption qui s'avérerait considérablement utile pour ces petites entreprises, en ce qu'elle encouragerait les étudiants à se trouver du travail pendant les vacances d'été et favoriserait les petits commerces saisonniers.

    Je sais que mon temps de parole est écoulé. Pourtant, je viens tout juste d'entrer dans le vif du sujet. J'espère néanmoins que mon collègue de Brandon—Souris poursuivra en ce sens.

  +-(1755)  

+-

    M. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je remercie le député de ses observations.

    En ce qui concerne l'aide aux étudiants de niveau universitaire, comme chacun le sait, ce sont les provinces qui déterminent les frais de scolarité. Dans certains cas, comme le député l'a mentionné à juste titre, ces frais ont augmenté considérablement à la suite de décisions prises par les provinces. Le budget dont nous sommes saisis s'attaque toutefois au problème des prêts consentis aux étudiants canadiens, en octroyant plus d'argent aux étudiants, en faisant en sorte que les étudiants conservent une plus grande part de leurs revenus pendant qu'ils étudient, en prévoyant davantage d'argent pour les bourses d'étude fondées sur le mérite et en élargissant l'admissibilité à une réduction de dette dans le cadre des programmes de remboursement. Ce sont des éléments importants que le député devrait examiner dans le budget.

    En ce qui concerne les infrastructures, je trouve toujours paradoxal que le cinquième parti parle du programme national d'infrastructure, parce qu'en 1984 et en 1993, il aurait pu tenir compte du programme national d'infrastructure de la FCM, mais il ne l'a pas fait. Je vais à nouveau citer ce que le président de la FCM a dit au ministre: «Depuis, vous avez précisé qu'il s'agissait seulement d'un acompte. Nous nous réjouissons de cet éclaircissement.» Pendant des années, la FCM a réclamé un programme d'infrastructure national échelonné sur dix ans.

    Les députés de l'opposition officielle nous rebattent les oreilles avec cela. Évidemment, comme ils se sont toujours opposés à un programme national d'infrastructure, nous n'avons pas de leçon à recevoir d'eux.

    Je connais très bien les membres de l'association des municipalités de Terre-Neuve-et-Labrador. Je me suis entretenu avec eux. Ils sont très heureux que des fonds soient octroyés pour les ports. Ils se réjouissent de pouvoir maintenant planifier en fonction d'un programme de dix ans. Je pense que c'est ce qu'on oublie en l'occurrence. Comme il s'agit d'un acompte d'un milliard de dollars pour une période de dix ans, ils peuvent maintenant faire une planification. Comme l'a dit le ministre, il s'agit d'un acompte.

    J'aimerais que le député dise ce qu'il pense de ces deux questions concernant les prêts et les infrastructures.

  +-(1800)  

+-

    M. Loyola Hearn: Je me ferai certes un plaisir de parler des deux, monsieur le Président.

    Le député signale d'autres avantages des prêts et bourses aux étudiants, que je n'ai pas mentionnés faute de temps. Je dirai au député que c'est merveilleux pour les personnes qui se rendent jusqu'à l'université et qui réussissent très bien. C'est merveilleux pour elles que les bourses soient plus importantes et plus nombreuses. Je m'inquiète pour les personnes qui ne peuvent pas se rendre jusque-là -- et elles sont beaucoup plus nombreuses que les autres -- tout simplement à cause du manque d'intérêt des députés d'en face.

    Pour ce qui est de l'infrastructure, si le député possède de vieilles bandes vidéos, il n'a qu'à les visionner pour voir de quoi avait l'air notre infrastructure il y a 15 ans par rapport à aujourd'hui. Il verrait que les provinces et le pays en général se portaient alors beaucoup mieux.

    Selon le député, la Fédération canadienne des municipalités et d'autres groupes de tout le Canada espéraient un programme à long terme de modernisation de l'infrastructure. Je lui dirai qu'ils voulaient un programme à long terme et qu'ils adoreraient avoir un programme décennal bien financé. Le problème, c'est qu'ils ont un programme sans argent. Les provinces sont endettées. Elles n'ont pas les moyens d'assumer leur part du coût.

    Notre infrastructure est en ruine par votre faute.

+-

    Le vice-président: Je sais que le député voulait s'adresser à son collègue par l'intermédiaire de la présidence.

    Le député d'Ancaster--Dundas--Flamborough--Aldershot a la parole pour poser une question très brève.

+-

    M. John Bryden (Ancaster—Dundas—Flamborough—Aldershot, Lib.): Le député me corrigera si je me trompe, monsieur le Président, mais n'est-il pas du devoir constitutionnel des provinces d'investir dans une infrastructure qui leur appartient à 100 p. 100? Je ne comprends pas pourquoi il dit que c'est notre faute alors que les provinces elles-mêmes n'ont pas libéré les fonds nécessaires à l'entretien de leur propre infrastructure.

+-

    M. Loyola Hearn: Monsieur le Président, c'est un très bon point. C'est le genre de jargon politique que nous obtenons: «Oh, ce n'est pas notre faute». Le gouvernement dispose d'une grande porte de sortie quand le partage des frais se fait à deux ou à trois: ce n'est pas la faute du gouvernement, mais celle des municipalités ou des provinces. Permettez-moi de dire au député que les provinces mettent ce qu'elles peuvent se permettre de mettre dans l'infrastructure. C'est ce que font les municipalités, en dépit du fait que l'actuel gouvernement ne s'est jamais autant déchargé sur les municipalités que ces cinq ou six dernières années. Elles continuent d'attendre que vous veniez en discuter.

+-

    Le vice-président: Je tiens seulement à rappeler aux députés qu'ils doivent adresser leurs observations par l'intermédiaire de la présidence.

    Le débat reprend et le député de Brandon—Souris a la parole.

+-

    M. Rick Borotsik (Brandon—Souris, PC): Monsieur le Président, je m'adresse par votre intermédiaire aux députés du gouvernement. Ce sont eux qui devraient prêter attention quand je me lève pour prendre la parole. Je vais parler très rapidement parce que je n'aurai probablement pas le temps de finir dans le temps qui m'est imparti.

    Les budgets sont très simples. On perçoit l'argent des contribuables du pays et on le dépense supposément pour des services qui bénéficieront à ces mêmes contribuables qui ont versé l'argent au départ. C'est très simple. On prend l'argent et on le remet dans ce qui est supposé être considéré comme des priorités. Nous pouvons parler de ce que les Canadiens considèrent comme des priorités. C'est leur argent.

    Le gouvernement a tendance à oublier qu'il s'agit de l'argent des contribuables. Les libéraux semblent croire que c'est leur argent quand ils le ramassent à la pelle ou au baril. Ils croient qu'ils devraient avoir le droit de l'affecter à leurs propres projets de prédilection. Les budgets sont simples; l'argent entre et l'argent sort.

    Le problème, en ce qui concerne le gouvernement, c'est que dans ce cas-ci les Canadiens ont eu l'occasion d'analyser le budget. Au cours des dernières semaines, des Canadiens de toutes les régions de ce remarquable pays ont pris connaissance des priorités et des postes de dépenses prévus par le gouvernement dans le budget. Je peux affirmer en toute franchise que personne ne s'est précipité vers moi pour me dire: «Quel travail remarquable les libéraux ont effectué cette année avec notre argent.» Personne n'a laissé entendre que je devrais peut-être m'abstenir d'intervenir et de prendre les libéraux à partie étant donné qu'ils ont vraiment réussi leur coup cette fois-ci et utilisé l'argent à bon escient. En réalité, c'est tout le contraire.

    Beaucoup de Canadiens sont venus me dire qu'il se peut que les libéraux aient raté leur coup cette fois-ci. Les libéraux ont tenté de procéder au petit bonheur et de faire du saupoudrage partout où ils le pouvaient pour une raison ou une autre, et la notion d'héritage nous vient ici à l'esprit. Ils ont tenté de faire du saupoudrage partout et, en toute franchise, ils ont échoué lamentablement en cherchant ainsi à procéder au petit bonheur.

    Les Canadiens estimaient que bon nombre de secteurs devaient être prioritaires. Il va sans dire que le premier était celui de la santé. C'était la priorité. Les libéraux se sont assis à la table et ont infligé des brimades aux provinces et, soit dit en passant, ils ont réinvesti dans la santé l'argent qu'ils avaient retiré du système en 1993 et en 1994. C'est en faisant disparaître cet argent qu'ils ont détruit le système, et ils le réinvestissent maintenant au compte-gouttes en prétendant faire oeuvre remarquable. Selon les provinces et les Canadiens, si les libéraux s'étaient abstenus de soustraire cet argent et avaient affecté plus de ressources au système de santé au cours de la période écoulée, celui-ci ne se retrouverait pas dans le triste état que l'on connaît aujourd'hui.

    Les Canadiens voulaient que ce soit là une priorité assortie de milliards de dollars, et vous avez ici l'embarras du choix entre 12, 17 et 32 milliards de dollars, selon le député libéral auquel vous vous adressez. La réalité, c'est que l'argent prévu dans le budget pour le système de soins de santé correspond aux sommes qui ont été retirées du système par le gouvernement.

    En ce qui concerne les réductions d'impôt, les Canadiens m'ont également affirmé que c'est leur argent. Ils estiment que les contribuables donnent des quantités astronomiques d'argent au gouvernement et qu'ils aimeraient sûrement qu'il en reste un peu dans leurs poches. Je suis d'ailleurs certain que les autres députés ont entendu les mêmes commentaires. Le Canada est l'un des pays de l'OCDE où le niveau d'imposition est le plus élevé.

    Les Canadiens pensent que ce serait vraiment fantastique et que, s'il y a des excédents, on pourrait peut-être envisager une telle éventualité. On pourrait par exemple simplement modifier l'exemption de base. Ce serait merveilleux d'augmenter l'exemption de base et que les gens de tous les niveaux de revenu en profitent. A-t-on prévu une telle possibilité dans le budget? Non.

    Les Canadiens parlent également de l'impôt sur les gains en capital que nous avons évidemment suggéré d'abolir. A-t-on abordé cette question? Non.

    Ce budget comporte-t-il des allégements fiscaux? Oui, il en comporte. Le gouvernement a prévu une réduction de 2 cents par tranche de 100 $ de gains assurables au titre de l'assurance-emploi. Les libéraux prétendent qu'il s'agit d'une réduction de 12 cents. Toutefois, comme une première réduction de 10 cents avait été prévue dans un budget antérieur, l'allégement est bel et bien de 2 cents.

    En passant, ce programme d'assurance-emploi enregistre chaque année entre 7 et 8 milliards de dollars d'excédent et a permis d'accumuler environ 40 milliards de dollars. Cet argent est simplement parti dans un trou noir. En fait, les Canadiens qui paient des cotisations d'assurance-emploi, pas uniquement les travailleurs, mais aussi les employeurs, paient nettement plus d'impôt pour aider à équilibrer le budget.

    Abordons maintenant la question de l'excédent et de la réduction de la dette. En a-t-on fait mention dans le budget? Il y a bien une réserve de 3 milliards de dollars pour éventualités, mais si un fonctionnaire dans un ministère décide de mettre sur pied un autre registre des armes à feu, cette réserve pourrait alors être engloutie. C'est une réserve pour éventualités et si, en fin d'exercice, elle n'a pas été utilisée, elle pourrait être appliquée à la dette.

  +-(1805)  

    Nous avons dit il y a longtemps qu'il nous avait fallu du temps pour en arriver là. En fait, il faut remonter à l'époque de Pierre Elliott Trudeau où les déficits étaient courants, ce qui a lancé notre spirale déficitaire. Il nous a fallu un certain temps pour nous retrouver dans cette position. Il devrait peut-être nous en falloir aussi pour nous en sortir.

    Notre parti a recommandé d'ajouter un poste dans le budget et de vérifier que, dans tous les budgets, un montant précis soit consacré directement à la réduction de la dette. Il pourrait s'agir d'un plan sur 25 ans. Il a fallu du temps pour nous endetter et il va nous falloir du temps également pour nous sortir de cette situation. Nous avons dit qu'il fallait préciser ces chiffres afin que, lorsque nous obtenons des recettes des Canadiens, nous puissions identifier cet argent et l'affecter à un programme de réduction de la dette que les Canadiens réclament. Les Canadiens le veulent et le réclament. Les gens m'en parlent dans la rue.

    Notre collègue de Richmond Hill est outré lorsque nous parlons d'infrastructure. En tant qu'ancien directeur général de la FCM, il savait que l'association a laissé entendre qu'il y avait un déficit de 15 milliards de dollars dans le domaine de l'infrastructure.

    Voyons ce que le gouvernement a fait. Il a procédé au petit bonheur. Il a prévu 3 milliards de dollars dont 100 millions au cours du prochain exercice, 2003-2004, et 100 millions en 2004-2005. Je considère que c'est comme la torture chinoise de la goutte d'eau—une goutte par ci, une goutte par là. C'est tout ce que c'est.

    Les libéraux peuvent s'enorgueillir de tout cela, mais notre collègue sait que le même directeur général de la FCM a dit de façon tout à fait catégorique que c'était simplement un acompte. La SCHL a besoin d'un acompte lorsqu'une personne achète une maison. Ce n'est même pas le début d'un acompte et pourtant, ces députés se lèvent et disent qu'ils sont merveilleux en raison de ces crédits d'infrastructure de 100 millions de dollars pour le prochain exercice dans le cadre de ce programme qui s'étendra sur 10 ans. Lorsque le gouvernement parle de 3 milliards de dollars sur 10 ans, cela est loin de se rapprocher même de ce que la FCM réclame.

    Les Canadiens me disent que le budget est très bon. Il est bon de savoir que cette approche au petit bonheur fait qu'on saupoudre un peu d'argent dans divers domaines. Ce qui préoccupe vraiment les gens, c'est la façon dont le gouvernement dépense leur argent, le gère ou, dans ce cas particulier, avec ce gouvernement, le gaspille.

    Si le gouvernement peut dépenser à gauche et à droite des milliards qu'il ne remet pas aux contribuables, le milliard de dollars qui a été dépensé dans le registre des armes à feu ne l'a peut-être pas été dans l'intérêt supérieur des contribuables canadiens. Il aurait peut-être mieux valu dépenser cet argent ailleurs, au service d'une autre priorité, comme les soins de santé ou les réductions d'impôt.

    Nous apprenions aujourd'hui qu'un autre contrat sans appel d'offres, dans le domaine des soins de santé, avait été accordé à une entreprise qui fait dans la réhabilitation de véhicules automobiles. Mon Dieu, il y a aussi eu Groupaction, et un certain programme de commandites, où des millions de dollars ont été dépensés sans qu'on en rende compte et sans que les Canadiens n'en bénéficient.

    Il y a tellement d'exemples de mauvaise gestion que le budget lui-même est peut-être mal nommé. L'argent peut être jeté à tous les ministères, qui le gaspillent sans avoir à rendre de comptes aux Canadiens. Or, c'est justement la raison d'être d'un budget: rendre des comptes aux Canadiens.

    Le dernier sujet dont je parlerai me tient à coeur. Un député libéral a parlé des merveilleux dollars et du merveilleux poste budgétaire concernant le Cadre stratégique pour l'agriculture. Il s'agit en fait d'un écran de fumée. C'est une façon typique des libéraux de présenter les choses. Ils affirment faire des choses magnifiques pour diverses industries et servir diverses priorités. Selon eux, quelque 5,2 milliards de dollars sont alloués au Cadre stratégique pour l'agriculture. J'ai demandé au député s'il pouvait me dire sur combien de temps ces fonds s'étaleraient, mais il n'a pas su me répondre. C'est typique des députés ministériels.

    En fait, les 5,2 milliards de dollars de fonds budgétaires, dont il parlait, sont échelonnés sur six ans. Il n'y aura pas 5,2 milliards cette année. Cela rappelle un autre écran de fumée, le programme d'infrastructure, dans lequel le gouvernement engage trois milliards de dollars, mais dont seulement 100 millions seront dépensés cette année. C'est la même chose en agriculture; 5,2 milliards de dollars sur six ans, c'est moins que ce qui était prévu dans le budget de l'an dernier.

    Le gouvernement peut jouer avec les chiffres. Il peut lancer des chiffres, les cacher du mieux qu'il peut, comme il le fait d'ailleurs dans ces documents budgétaires.

  +-(1810)  

    Le gouvernement croit sincèrement qu'il a fait du bon travail, mais je tiens à ce qu'il sache que ce n'est pas le cas et que les Canadiens n'accepteront pas ce document budgétaire qui nous est présenté.

    Aussi, croyez-le ou non, nous voterons contre le budget lorsque la Chambre se prononcera, et je suis convaincu que la majorité des Canadiens nous donnera raison.

+-

    Le vice-président: Comme il est 18 h 15, il est de mon devoir d'interrompre les délibérations et de mettre aux voix sur-le-champ toute question nécessaire pour disposer de la motion des voies et moyens no 2.

    La Chambre est-elle prête à se prononcer?

    Des voix: Le vote.

[Français]

    Le vice-président: Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

    Le vice-président: Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.

    Des voix: Oui.

    Le vice-président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.

    Des voix: Non.

    Le vice-président: À mon avis, les oui l'emportent.

    Et plus de cinq députés s'étant levés:

     Le vice-président: Conformément à l'ordre adopté le jeudi 27 février 2003, le vote par appel nominal est différé jusqu'au mardi 18 mars 2003, à la fin de la période prévue pour les ordres émanant du gouvernement.

-DÉBAT D'URGENCE

[Article 52 du Règlement]

*   *   *

[Français]

-La situation en Irak

+-

    Le vice-président: La Chambre procédera maintenant à l'étude d'une motion d'ajournement de la Chambre en vue de discuter une affaire déterminée et importante dont l'étude s'impose d'urgence, à savoir la situation en Irak.

  +-(1815)  

+-

    Mme Francine Lalonde (Mercier, BQ) propose:

    Que la Chambre s'ajourne maintenant.

    —Monsieur le Président, si j'ai demandé ce débat d'urgence, c'est que je suis convaincue que nous vivons une situation profondément dramatique. Je sais que les citoyens que nous avons rencontrés et consultés pendant les deux dernières semaines sont aussi persuadés que nous vivons une situation dramatique, dangereuse, au moins inquiétante. Mais pour la plupart, c'est beaucoup plus que cela.

    Il nous faut, nous parlementaires, pouvoir en parler. Il nous faudra aussi voter sur l'envoi de troupes, mais ce n'est pas l'objet seul du débat ce soir.

    Je voudrais commencer par situer cette période extrêmement intense que nous vivons. Nous avons vu un processus d'inspections conduites par les Nations Unies qui fonctionne, pas à la parfaite satisfaction, mais à la satisfaction suffisante des deux chefs inspecteurs des Nations Unies. Saddam Hussein donne—on pourrait dire pour la première fois et sans doute sous la pression des forces qui se regroupent autour de l'Irak—des signes sérieux de collaboration.

    Le prochain rapport du chef inspecteur devait être connu demain. Nous ne savons pas encore s'il a été transmis aujourd'hui au Comité de sécurité. Mais déjà le chef inspecteur s'était dit très intéressé, assez satisfait.

    Pourtant, malgré ces résultats que nous attendions, l'administration américaine, toujours appuyée par la Grande-Bretagne et l'Espagne, a signifié aujourd'hui au Conseil de sécurité qu'elle avait toute la journée et qu'elle n'avait que cette journée pour prendre une décision qui autoriserait les États-Unis à attaquer l'Irak.

    Le Conseil de sécurité est constitué de 11 pays dont six petits pays susceptibles d'être influencés notamment par cette puissance économique et financière que sont les États-Unis. Ces petits pays ont résisté, ont voulu appuyer une démarche pacifique. Alors, malgré cette démarche des 11 pays, l'administration américaine a décidé que c'en était terminé du rôle du Conseil de sécurité.

    Or, je le répète, les inspections ont fonctionné pour contenir et désarmer Saddam Hussein. Mais voilà, ce ne devait pas être assez par rapport à l'objectif que recherchait l'administration. Peu semble lui importer que le Conseil de sécurité se retrouve disqualifié, même s'il est la seule instance pouvant agir suivant les cadres du droit international. Peu lui importe de se lancer dans un conflit jugé par l'ensemble des experts en droit qui disent qu'un conflit lancé par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Espagne contre l'Irak, sans l'assentiment du Conseil de sécurité, serait non seulement illégal en vertu du droit international, mais plusieurs ajoutent—et cela, c'est à un autre niveau—, illégitime ou immoral, suivant les critères de l'ensemble de l'opinion publique mondiale.

    Il faut savoir que sur le plan de la légalité internationale, seule la légitime défense permet d'attaquer un autre pays. Les États-Unis ne sont pas attaqués, ils n'ont pas le droit de riposter en vertu de l'article 51, comme il leur avait été reconnu de le faire au moment de l'attaque d'Al-Qaïda, soutenue par l'Afghanistan.

  +-(1820)  

    Seul le Conseil de sécurité peut, dans ces conditions, autoriser l'usage de la force. Seul lui peut le faire. Or, le Conseil de sécurité vient d'être écarté.

    Le fait que le conflit qui semble être sur le point de s'amorcer soit illégal au plan international est extrêmement grave. Mais il est aussi illégitime à plusieurs égards. Aucun lien n'a été établi entre Al-Qaïda et Saddam Hussein et ce, malgré des recherches, les différents services secrets l'ont répété.

    Il n'y a pas de proportion entre le danger contenu que représente Saddam Hussein et la guerre qu'on entend faire à l'Irak. On a dit de cette armée hyperpuissante qu'elle lancerait 3 000 bombes en 48 heures sur les palais. Même si ces bombes sont précises, ces palais se trouvent dans un milieu éminemment urbain.

    Enfin, c'est une catastrophe humanitaire que les ONG nous ont présentée au Comité permanent des affaires étrangères et du commerce international. Pour ce qui est du Canada, cette illégitimité aurait été accrue si le Canada avait décidé de participer sans un vote de la Chambre des communes. Heureusement, et nous en sommes fiers, ce n'est pas le cas.

    On n'en a pas parlé beaucoup en cette Chambre, mais je tiens à dire que toutes les données nous indiquent qu'une catastrophe humanitaire est appréhendée. Il faut savoir qu'au plan alimentaire, actuellement, sur la population de 23 millions d'Irakiens, entre 60 et 70 p. 100 dépendent pour leur alimentation du programme «pétrole contre nourriture» administré par le gouvernement irakien. C'est donné sous forme de rations chaque mois. Celles-ci sont distribuées par 46 000 magasins. Les ONG nous ont dit qu'à cet égard, l'administration de ce dictateur odieux est cependant efficace.

    Un million d'enfants de moins de cinq ans sont chroniquement sous-alimentés et courent un grand risque de mourir s'il y a un arrêt des programmes d'alimentation. Cinq millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable ni à l'hygiène de base. Il faut dire qu'à la suite des attaques de 1991, des centaines de milliers de personnes, dont beaucoup d'enfants, sont mortes parce qu'il n'y avait plus d'électricité, donc plus d'eau qui pouvait être traitée. Il y a un manque d'eau potable. Les Irakiens sont largement des urbains.

    Je pourrais continuer et parler des réfugiés, dont le nombre pourrait être évalué jusqu'à 1,4 million, et des personnes déplacées à l'intérieur, qui seraient de l'ordre de 900 000. On ne parle pas des problèmes immenses que va causer le fait de se déplacer.

    Il n'est pas étonnant qu'à Montréal, et j'en suis fière, 250 000 personnes, d'après les organisateurs, ait manifesté samedi dernier. J'étais du nombre. Il y en a eu beaucoup à travers le Québec: 18 000 à Québec, 2 500 à Rimouski, 4 000 à Trois-Rivières, à Gatineau, à Gaspé, à Baie-Comeau, et peut-être que j'en oublie. Ce n'est pas pour rien que ces gens se sont réunis. C'est parce qu'ils disent non à une guerre illégale et illégitime.

    L'Assemblée nationale du Québec a été unanime dans l'appui à une résolution. Le Québec s'inscrit avec l'opinion publique mondiale. Il y a eu également des manifestations dans le reste du Canada. Elles étaient toutefois moins importantes. C'était vrai aussi dans plusieurs parties du monde, mais ce n'était pas le cas à Milan où ils étaient plus de 600 000. Les gens semblent peut-être découragés et un peu déprimés face à l'offensive américaine qui est insensible aux pressions populaires.

    Il faut souligner que face à l'assaut de l'hyperpuissance mondiale, on a vu aussi se manifester une opinion publique mondiale qui est un contrepoids encore fragile, mais qui est un phénomène nouveau qu'on n'avait pas vu jusqu'à présent et qui vit grâce aux nouveaux moyens de communication.

  +-(1825)  

    Ce mouvement vit les mêmes situations avec les mêmes informations au même moment. C'est le beau côté de la mondialisation. C'est l'expression positive de cette mondialisation, une expression porteuse d'espoir.

    Quel tort immense fait au peuple américain l'administration américaine du président Bush? Quels besoins ont-ils de leurs amis et quels besoins auront-ils de ces amis après cette attaque? Il y a plusieurs raisons, entre autres, parce qu'il faudra s'assurer que l'ordre international ne s'effondre pas?

    À cet égard, il est important de souligner que le Conseil de sécurité, malgré la crainte que nous avons qu'il soit désormais considéré comme impuissant, en fait, a montré une force, une capacité de mener un débat à l'échelle internationale, une capacité de discuter et de faire en sorte d'assurer de nouveaux moyens pour prétendre à l'ordre, au maintien de l'ordre mondial.

    Nous avons vécu des moments qu'on peut qualifier de beaux, mais nous sommes maintenant catastrophés.

    Quels sont donc les objectifs des États-Unis—je m'empresse de dire de l'administration américaine car il ne faut pas confondre. Quels sont donc leurs objectifs? Les liens avec Al-Qaïda, je l'ai dit, n'ont pu être établis. C'était leur premier objectif. Ensuite, ils ont dit que c'était la destruction des armes de destruction massive. Mais ces armes ne sont pas mieux détruites que par les inspections. Même le secrétaire d'État Colin Powell a été contredit par les inspecteurs. L'administration américaine est revenue aux liens avec Al-Qaïda, en disant craindre que l'Irak transmette ou se fasse voler des armes de destruction massive par les groupes terroristes ou par Al-Qaïda, même si de 1998 à il y a quatre mois, jamais l'Irak n'a fait telle chose.

    Je passe par-dessus le rapport que la Grande-Bretagne a fabriqué à partir d'un plagiat et qui contenait des données de 1991. Je n'en dirai pas davantage.

    Quel est donc l'objectif de l'administration américaine? Changer le régime. Je ne répéterai pas les propos pleins de sens que le premier ministre a prononcés, que ce soit à Mexico ou à la chaîne ABC. Mais pourquoi changer le régime?

    Certains ont identifié le pétrole, le contrôle de cette deuxième réserve pétrolière du monde comme étant un des objectifs, sinon l'objectif majeur de l'administration américaine. Je ne partage pas cet avis. Je pense que c'est un objectif important, mais pas l'objectif majeur. Cependant, je sais que c'est ce que croient un très grand nombre d'Irakiens.

    Alors, quel est le grand objectif? Il me semble que le grand objectif est le document qui s'intitule: «Pour une nouvelle doctrine stratégique mondiale», ou «The National Security Strategy of the United States of America», qui a été rédigé sous la direction de Mme Condoleezza Rice.

  +-(1830)  

    Ce document nous apprend que les États-Unis, dans cette nouvelle période que nous vivons depuis le 11 septembre mais aussi depuis le XXe siècle, font une lecture nouvelle de la situation.

    Je me permets de vous en lire quelques extraits:

    La défense de notre pays contre ses ennemis est la première obligation, le devoir fondamental du gouvernement fédéral.

    On parle ici du gouvernement fédéral américain.

    Aujourd'hui, cette tâche a profondément changé. Les ennemis du passé avaient besoin d'armées puissantes et de grandes capacités industrielles pour mettre l'Amérique en danger. Aujourd'hui, de ténébreux réseaux d'individus peuvent semer le chaos et infliger de grandes souffrances sur nos rives pour un prix inférieur à celui d'un char d'assaut. Les terroristes sont organisés pour pénétrer les sociétés ouvertes et pour retourner contre nous la puissance des technologies modernes.

    Ce texte se conclue par le paragraphe suivant:

    La liberté est une condition impérative, non négociable de la dignité humaine, le droit inné de tout membre de toute civilisation. Au fil de l'histoire, la liberté a été menacée par les guerres et par la terreur; elle a subi l'assaut de l'affrontement des volontés des États puissants et des projets maléfiques des tyrans; elle a été mise à l'épreuve par la pauvreté et la maladie largement répandues. Aujourd'hui, l'humanité tient en main la possibilité d'affirmer le triomphe de la liberté sur tous ces ennemis. Les États-Unis accueillent sans hésiter leur responsabilité de diriger cette grande mission.

    Les États-Unis, par le biais de l'administration, veulent instaurer à la face du monde leur hégémonie et pensent naïvement que la démocratie peut se tirer par les «bâillonnettes». Or, on peut craindre que les effets contraires soient produits par cette attaque de l'Irak.

    Cette attaque de l'Irak va-t-elle convaincre la Corée du Nord? Peut-être va-t-elle la dépêcher de s'armer de façon nucléaire afin d'être respectée? Va-t-elle convaincre les groupes qui se vouent au terrorisme international? On peut penser qu'au contraire, cette attaque de l'Irak sera semeuse de vocations qui accepteront de sacrifier leur jeune vie pour des objectifs qu'ils ne contrôlent pas bien, mais que la situation va les inciter à accepter.

    Je disais que les États-Unis auront besoin d'amis qu'ils respectent et ils devront accepter qu'ils soient en désaccord profond avec leur stratégie. Loin de nous faire avancer dans le chemin de la lutte au terrorisme qui est un engagement qui a été pris et répété dans cette Chambre, cette stratégie risque fort de nous en éloigner, de nous engager au contraire dans ce choc des civilisations que nous rejetons de toutes nos forces.

    À l'aube de ce nouveau siècle, il est impératif que la communauté internationale dise à cette hyperpuissance qui s'assume que la force ne crée pas le droit, et que le seul droit international qui existe est exprimé par les institutions que nous connaissons, qui seules peuvent sauver le monde de l'anarchie.

  +-(1835)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Gar Knutson (secrétaire d'État (Europe centrale et orientale et Moyen-Orient), Lib.): Monsieur le Président, c'est pour moi un honneur de prendre la parole ce soir au nom du gouvernement canadien. Avant de commencer, j'aimerais aviser la présidence que j'ai l'intention de partager le temps qui m'est alloué avec le député d'Ottawa—Vanier.

    Comme l'a dit plus tôt le premier ministre, le Canada s'est démené pour trouver une solution pacifique à la crise en Irak et aplanir les divergences avec la communauté internationale. Malheureusement, les membres du Conseil de sécurité n'ont pas pu s'entendre sur la manière de procéder.

    La position du Canada est claire depuis le début; notre détermination à désarmer l'Irak et notre appui pour la résolution 1441 du Conseil de sécurité des Nations Unies n'ont pas fléchi.

    Nous reconnaissons l'importance des pressions exercées par les forces des États-Unis et du Royaume-Uni à l'appui du travail des inspecteurs des Nations Unies dans la région. En outre, nous avons constamment et clairement répété que le Canada ne participerait pas à une intervention militaire sans l'autorisation claire du Conseil de sécurité des Nations-Unies.

    Nous continuerons à collaborer avec nos amis et nos alliés les plus proches, les États-Unis d'Amérique, dans le cadre de la campagne contre le terrorisme, en particulier l'opération Enduring Freedom.

    Bien que le Conseil de sécurité n'ait pas pu résoudre ses divergences concernant l'interprétation de la résolution 1441, ses membres demeurent unis quant à leur objectif commun, le désarmement de l'Irak. C'est également l'objectif du Canada depuis le début. Il nous incombait à tous de faire le maximum d'efforts pour trouver une solution diplomatique pacifique au désarmement de l'Irak. Le désarmement de l'Irak demeure l'objectif commun de la communauté mondiale toute entière, même si les pays qui siègent au Conseil de sécurité ont une idée différente de la manière d'y parvenir.

    Lors de réunions et de nombreux appels téléphoniques au cours des derniers mois, le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères ont souligné la nécessité pour l'Irak de coopérer avec les Nations Unies et pour le Conseil de sécurité de rester uni face à l'Irak. Nous n'avons cessé de souligner la nécessité pour le Conseil de sécurité des Nations Unies d'envoyer un message fort à l'Irak, exigeant le désarmement de ce pays, avec l'appui d'un Conseil de sécurité uni. Au cours des dernières semaines, nous avons activement appuyé les efforts du Conseil de sécurité bien que nous n'en soyons pas actuellement membres. Nous avons offert des idées et des suggestions constructives pour aplanir les divergences d'opinions qui existent au sein du conseil quant à l'interprétation de la résolution 1441.

    Nous regrettons que le conseil ait été incapable de résoudre ses divergences.C'est la seule institution qui aurait pu assurer une solution diplomatique pacifique à la crise en Irak.

    La crise actuelle en Irak n'est pas la dernière crise à laquelle est confrontée la communauté internationale. Les Nations Unies, et plus particulièrement le Conseil de sécurité, doivent rester au coeur des efforts de la communauté internationale pour reconstruire l'Irak et faire face à toute nouvelle crise dans l'avenir.

    Quoi qu'il arrive dans les prochains jours, nous considérons toujours le système des Nations Unies comme la meilleure formule pour faire face aux menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité internationales et garantir une vie meilleure à tous les habitants de la Terre. Je me réjouis que des millions de gens partout dans le monde aient exprimé le souhait qu'on laisse aux Nations Unies le soin de résoudre cette crise par des moyens pacifiques. Cela en dit long, en ce début de XXIe siècle, sur la façon dont tous considèrent les Nations Unies comme un élément essentiel du monde.

    Toutefois, les jours à venir seront difficiles. Nos actes continueront d'être guidés par les principes auxquels tiennent depuis longtemps le Canada et les Canadiens. Ces principes ont résisté à l'épreuve du temps. Ils sont aussi pertinents aujourd'hui qu'ils l'étaient le jour où l'ONU a été créée. Nous savons que le travail multilatéral a bien servi les valeurs et les intérêts canadiens. Nous croyons donc que les Nations Unies doivent être au coeur de toute action humanitaire et de tout effort post-conflit.

    Nous devons maintenant nous demander ce que la communauté internationale peut faire, par le truchement des Nations Unies, pour aider la population irakienne dans les jours à venir, pour apporter l'aide humanitaire nécessaire pour veiller à ce que les personnes déplacées trouvent un abri si elles en ont besoin et, après le conflit, pour placer l'Irak sur la voie de la paix et de la stabilité.

  +-(1840)  

    Nous croyons que les Nations Unies doivent continuer de jouer un rôle central durant toute la crise afin de fournir une aide humanitaire au peuple irakien, qui souffre depuis longtemps, d'assurer aide et protection aux réfugiés et aux personnes chassées de leur foyer, de soutenir la reconstruction de l'Irak et de contribuer à placer la population irakienne sur la voie de la paix et de la prospérité.

    Le Canada a déjà consenti des fonds pour les efforts de protection civile des Nations Unies en Irak, et nous sommes prêts à répondre à toute nouvelle demande d'aide humanitaire. Nous savons que tous les pays doivent travailler ensemble pour édifier une paix durable. Le Canada jouera son rôle, et les Nations Unies seront au coeur de ces efforts.

+-

    M. Mauril Bélanger (Ottawa—Vanier, Lib.): Monsieur le Président, tout d'abord j'aimerais citer les trois discours présentés lors de la création des Nations Unies.

    Le premier est celui de William Lyon Mackenzie King, chef de la délégation canadienne. Je cite des extraits car je n'ai pas le temps de présenter les discours en entier. Il avait déclaré:

    Cette conférence se tient à un moment sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Nous vivons maintenant un moment charnière où l'ordre ancien doit faire place à l'ordre nouveau. En notre qualité de représentants des Nations Unies, nous sommes tous ici pour poser les fondations d'un nouvel ordre mondial. Les objectifs que nous visons transcendent les limites de la race et les frontières de la nationalité...

    La délégation canadienne n'a pas l'intention de présenter des amendements spéciaux aux propositions durant la séance plénière. Notre délégation exprimera ses points de vue sur les questions précises, à mesure qu'elles se présenteront, au moment et à l'endroit appropriés. Notre seule préoccupation dans le cadre de tout amendement que nous pourrions présenter ou appuyer ultérieurement sera d'aider à créer une organisation qui, au cours des années et des décennies à venir, sera assez forte et souple pour supporter toutes les pressions et les tensions qu'elle pourra subir.

    Nous ne serons pas guidés par la fierté nationale ou le prestige et nous ne chercherons pas à obtenir des changements pour des raisons de cet ordre. Nous souscrivons au principe voulant que la puissance et la responsabilité aillent de pair et nous reconnaissons que la sécurité internationale dépend avant tout du maintien d'une prépondérance considérable du pouvoir dans le camp de la paix...

    En conclusion, permettez-moi d'exprimer ma conviction profonde à l'effet que l'esprit avec lequel nous aborderons la tâche gigantesque de cette conférence déterminera l'ampleur de sa réussite. Il incombe à chaque nation de retenir qu'au dessus de toutes les nations se trouve l'humanité. Il incombe à toutes les nations de retenir que la justice est la préoccupation commune à tous les hommes. Les années de guerre nous ont certainement appris la leçon suprême, à savoir que l'homme et la nation ne devraient jamais servir des objectifs nationaux égoïstes, que ce soit la légitime défense dans un cas isolé ou la domination mondiale. Les nations de toute la planète doivent s'unir pour sauver et servir l'humanité.

    Il y a aussi un remarquable passage tiré de la déclaration du comte de Halifax, chef de la délégation du Royaume-Uni, qui a déclaré:

    Nous n'avons fait qu'assister ici à San Francisco au tout début d'une entreprise longue et ambitieuse. Dans un sens, ce que nous avons accompli ici est moins important que ce que nous y avons appris. Nous avons appris à mieux nous connaître; à discuter avec patience; à diverger de vues avec respect; et à rendre en tout temps hommage à la sincérité. La communion de pensée de beaucoup d'hommes venant de nombreux pays dans le cadre d'une vaste tâche constructive présentera une valeur incommensurable au cours des prochaines années alors que nous continuerons d'ériger graduellement ce que nous avons entrepris ici. Seul le temps saura nous dire si la maison que nous avons cherchée à construire repose sur du sable mouvant ou plutôt, comme je l'espère, sur du roc afin de nous protéger et de nous mettre à l'abri de toutes les tempêtes.

    Le dernier discours dont j'aimerais citer un extrait a été prononcé par Harry S. Truman, président des États-Unis d'Amérique, qui a déclaré:

    La Charte des Nations Unies à laquelle vous venez d'adhérer est une structure solide qui nous servira à construire un monde meilleur. L'histoire vous rendra hommage pour le geste que vous venez de poser. Entre la victoire en Europe et la victoire finale au Japon, à l'occasion de cette guerre la plus destructrice de l'histoire, vous avez remporté une victoire sur la guerre proprement dite.

    C'est l'espoir de l'adoption d'une charte semblable qui a contribué à soutenir le courage des populations affectées pendant les journées les plus sombres de la guerre. Il s'agit effectivement d'une grande profession de foi de la part des nations de la terre--qui croient que la guerre n'est pas inévitable, et que la paix peut être maintenue.

    Si nous avions eu cette charte il y a quelques années--et par-dessus tout, si nous avions eu la volonté de l'utiliser--des millions de personnes mortes seraient toujours en vie. Si nous hésitons dans l'avenir à nous en servir, des millions de personnes présentement en vie mourront sûrement.

    Bon nombre ont déjà souligné que ce n'est là qu'une première étape vers un processus de paix durable. C'est vrai. L'aspect important, c'est que toutes nos réflexions et tous nos gestes s'articulent autour du fait que nous réalisons que ce n'est en réalité qu'un premier pas. Rappelons-nous tous fermement que nous connaissons aujourd'hui un bon départ et, tout en veillant à ce que nos yeux demeurent toujours fixés sur l'objectif final, allons de l'avant...

    Cette Charte, comme notre propre Constitution, sera élargie et améliorée au fil des ans. Personne ne prétend que c'est maintenant un instrument parfait ou définitif. Elle n'a pas été coulée dans un moule. L'évolution de la situation mondiale exigera des réajustements--mais ce seront des réajustements de paix et non de guerre.

  +-(1845)  

    Il a ajouté:

    Ce que vous avez accompli à San Francisco montre à quel point ces leçons de coopération militaire et économique ont été bien apprises. Vous avez créé un splendide instrument pour servir la cause de la paix et de la sécurité, du progrès humain dans le monde.

     Le monde doit maintenant s'en servir.

     Si nous ne l'utilisons pas, nous trahirons tous ceux qui sont morts pour que nous puissions ici le créer, dans la liberté et la sécurité.

     Si nous cherchons à en faire un usage égoïste, à l'avantage d'un pays ou d'un petit groupe de pays, nous serons également coupables de trahison.

    Pour utiliser cet instrument avec succès, il faudra compter sur la volonté commune et la ferme détermination des peuples libres qui l'ont créé. Cette tâche mettra à l'épreuve notre force morale.

     Nous devons tous reconnaître, peu importe notre puissance, que nous ne devons pas nous autoriser à toujours agir à notre guise. Aucun pays, aucun groupe régional ne peut ni ne doit prétendre à un privilège spécial au détriment d'une autre nation...

    De ce conflit ont émergé des pays d'une grande puissance militaire, maintenant parfaitement entraînés et équipés pour la guerre, mais ils n'ont pas le droit de dominer le monde. C'est plutôt le devoir de ces nations puissantes d'assumer un rôle de chef de file pour créer un monde de paix. C'est pourquoi nous avons résolu ici que la puissance et la force serviraient non à faire la guerre, mais à préserver la paix et à affranchir le monde de la crainte de la guerre.

    Peut-être devrions-nous revoir de temps à autre ces déclarations qui ont été faites lors de la création de l'ONU. Je tiens à dire tout d'abord que les réflexions formulées à l'époque sont toujours dignes de notre courage et de notre conviction morale.

    Dans la situation qui est la nôtre aujourd'hui, il faut également comprendre qu'on n'a pas laissé assez de place et de temps aux efforts de désarmement. Permettez-moi de citer M. Jon Wolfsthal, qui a été interviewé à la CBC à la fin de janvier. Il est directeur adjoint du projet de non-prolifération de la dotation Carnegie pour la Paix internationale. Je vais citer des passages de son interview à la radio locale de la CBC. Il s'est exprimé en ces termes:

...si on regarde par exemple le temps qui a été nécessaire en Afrique du Sud, on se rend compte qu'il a fallu deux ans après qu'une décision de désarmer eut été prise pour s'assurer que le pays avait effectivement détruit ses armes. Et dix ans plus tard, nous ne surveillons toujours pas le matériel nucléaire qui pourrait exister dans ce pays. Au Kazakhstan, en Biélorussie et en Ukraine, nous avons dû offrir des garanties-cautions très concrètes, en plus de dépenser beaucoup d'argent. Donc, d'un côté, il est vrai que nous savons reconnaître la bonne volonté dans le domaine du désarmement. Mais c'est loin d'être toujours très clair.

    Si nous voulons réellement assurer le désarmement, il faudra absolument avoir recours aux inspecteurs et cela prendra plusieurs années. Cela pourrait bien ne pas correspondre aux délais fixés par certaines personnes du gouvernement ou d'ailleurs, mais si l'objectif à atteindre est le désarmement, nous savons que les inspections donnent des résultats, mais il y faut y mettre le temps.

...même si la guerre du Golfe s'est avérée un franc succès avec la libération du Koweit, nous avons détruit davantage d'armes de destruction massive appartenant à Saddam au cours des inspections menées après la guerre que nous l'avons fait pendant la campagne militaire. Cela devrait nous servir de leçon pour l'avenir.

    C'est la fin de la citation tirée de l'entrevue de M. John Wolfsthal, directeur adjoint du projet «non-prolifération» de la Carnegie Endowment for International Peace.

    S'il arrivait dans les jours ou les heures à venir que le monde soit catapulté dans une guerre au Proche-Orient, je crois qu'il nous appartiendrait, à nous et à tous les parlementaires du monde, de voir à ce que l'institution multilatérale que nous avons créée, c'est-à-dire les Nations Unies, jouisse de l'appui dont elle a besoin et qu'elle conserve la pertinence qu'elle a eue au cours des quelques mois qui viennent de passer.

    J'espère que nous aurons le courage et la force morale nécessaires pour faire ce qui devra être fait. Si nous devons renforcer les Nations Unies, faisons-le, et pensons à plus long terme, à dans cinquante ou même cent ans, parce que nous ne voulons pas seulement éviter la guerre aujourd'hui. Nous voulons éviter toute guerre pendant les décennies et les siècles à venir.

  +-(1850)  

+-

    M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, Alliance canadienne): Monsieur le Président, ce soir nous siégeons dans un Parlement qui s'est aliéné ses plus importants alliés sur le sujet de l'heure le plus important dans le monde. Nous siégeons ici ce soir face à un gouvernement qui s'oppose maintenant à l'application de la résolution 1441, un gouvernement qui ne jouera aucun rôle dans la libération historique du peuple irakien, un gouvernement qui ne participera pas au désarmement de Saddam Hussein. C'est une décision que le gouvernement canadien a prise aujourd'hui.

    La tragédie, c'est que l'abandon par le premier ministre du peuple irakien survient le lendemain du 15e anniversaire de l'attaque chimique de Saddam Hussein contre les Kurdes à Halabja, une attaque qui tient du génocide. Hier, les Kurdes ont observé un moment de silence en souvenir de l'une des atrocités, parmi de nombreuses, auxquelles s'est livré Saddam Hussein il y a 15 ans, presque jour pour jour, pour essayer de débarrasser le monde de tout un peuple. Des enfants, des femmes et des hommes ont sauvagement été gazés à mort.

    Voici où nous en sommes une décennie et demie plus tard. Saddam Hussein est aussi mauvais qu'il l'a toujours été. Il dispose encore d'armes de destruction massive. Il opprime encore son peuple. Il appuie encore la terreur. Bien que notre premier ministre n'ait pas pu le reconnaître, Saddam Hussein est encore notre ennemi.

    Voyons de quelle façon nous en sommes arrivés à cette étape de la crise dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. J'aimerais passer en revue la position que le chef de l'Alliance canadienne a exposée à la Chambre à l'occasion des deux débats précédents sur ce sujet. Il a dit:

    Je tiens à être très clair. L'Alliance canadienne ne veut ni encourager ni pousser à la guerre. Nous espérons qu'il sera possible d'éviter la guerre. Notre position est la suivante: le moment est venu pour le Canada de s'engager auprès de la coalition grandissante, incluant la Grande-Bretagne, l'Australie et les États-Unis, déterminée à bien faire comprendre à Saddam Hussein que le refus de se conformer à un programme d'inspection inconditionnel, comme le précisent les résolutions nouvelles ou existantes de l'ONU, justifierait des actes visant à assurer la sécurité des millions de personnes de la région contre les armes de destruction massive que posséderait l'Irak.

    C'est là la position claire que le chef de l'Alliance canadienne a maintenue tout au long de ce processus. En outre, notre position a été claire, articulée et publique:

     Si Saddam Hussein refuse de respecter une entente visant à accorder un accès inconditionnel et sans restriction aux inspecteurs des armements de l'ONU, ou

si le Conseil de sécurité de l'ONU émet une déclaration pour exiger que l'Irak respecte ces conditions et que l'Irak ne les respecte toujours pas, ou

si des membres du Conseil de sécurité de l'ONU négligent d'insister de nouveau sur leurs propres déclarations antérieures,

le Canada devrait se joindre à ses alliés pour dire clairement à Saddam qu'un refus d'obtempérer entraînera des conséquences.

    C'était notre position il y a six mois et c'est encore notre position aujourd'hui.

    Saddam n'a pas désarmé. Les Nations Unies n'ont pas réussi à le désarmer. Le temps est venu de nous joindre à nos plus proches alliés pour désarmer Saddam Hussein. C'est pourquoi je suis obligé d'exprimer la profonde insatisfaction de l'Alliance canadienne à l'égard de la triste façon dont le gouvernement du premier ministre a géré la crise entourant le désarmement et l'élimination des armes de destruction massive de Saddam Hussein.

    Le gouvernement libéral a sérieusement nui aux intérêts et à la réputation du Canada en refusant d'appuyer les efforts des États-Unis, du Royaume-Uni et de 32 autres pays. Cessons d'employer le mot «unilatéral» dans ce débat. Il ne s'agit pas d'un mouvement unilatéral d'un seul pays. Nous parlons ici d'une coalition de quelque 32 pays alliés qui sont déterminés à désarmer Saddam Hussein, à le forcer à se débarrasser de ses armes d'horreur.

    L'absence d'une deuxième résolution au Conseil de sécurité des Nations Unies est la raison pour laquelle le premier ministre a décidé d'abandonner nos alliés. Le gouvernement libéral a choisi d'appuyer le symbolisme du processus multilatéral au lieu de défendre les idéaux des Nations Unies. Nous avons pris notre souveraineté et l'avons assujettie au veto d'un ou de deux pays, des pays qui sont sérieusement en situation de conflit d'intérêts par rapport à l'Irak.

  +-(1855)  

    Il est faux de prétendre que la résolution 1441 n'autorise pas l'action militaire. Elle l'autorise. Le premier ministre l'a d'ailleurs dit lui-même le 30 janvier, et je cite: «la résolution 1441 autorise une action militaire». Il avait raison. La résolution 1441 parle de graves conséquences en cas de refus d'obtempérer. La résolution exige la coopération immédiate, inconditionnelle et sans restriction de Saddam Hussein. Trente-deux pays alliés l'on reconnu. Le Canada ne fait pas partie de ce groupe.

    Saddam ne s'est conformé à aucune des exigences de la résolution. Aucun membre du Conseil de sécurité, peu importe le degré de sympathie qu'il témoigne à Saddam, et certains de ces pays lui sont très favorables, n'est disposé à affirmer que la coopération de Saddam a été immédiate, inconditionnelle et sans restriction, car ce n'est pas le cas.

    Le premier ministre n'a jamais déclaré non plus que l'Irak avait coopéré de façon immédiate, inconditionnelle et sans restriction. Son propre ministre des Affaires étrangères a admis que le comportement de Saddam ne respecte pas les conditions énoncées par les Nations Unies dans la résolution 1441. Vu cette admission, une seule conclusion s'impose au gouvernement, soit que le Canada devrait se joindre à ses alliés pour désarmer Saddam Hussein.

    Le premier ministre parle d'endiguement. Il appuie une politique d'endiguement à l'égard de l'Irak. Voici ce qu'il a dit le 9 mars: «Saddam ne plus rien faire. Des troupes sont à ses frontières, des inspecteurs sont sur place et des avions survolent le territoire. Il ne peut rien faire.»

    La position des libéraux est que Saddam Hussein peut en quelque sorte être isolé dans un coin quelconque afin de l'empêcher d'être une menace pour le Moyen-Orient ou la communauté internationale. Il a violé et contourné toutes les sanctions. Il a amassé des milliards de dollars tout en continuant année après année à systématiquement torturer et emprisonner illégalement des milliers de ses propres citoyens.

    Malgré ce soit disant endiguement, les preuves existent qu'il possède des armes chimiques et biologiques et qu'il appuie le terrorisme international. Une stratégie d'endiguement qui tolère un régime meurtrier qui constitue une menace pour le monde par le biais du terrorisme et de la technologie est un échec.

    La position des libéraux est insoutenable. Elle est inefficace. Elle inapplicable et elle est dangereuse. Maintenir les forces militaires dans le Golfe coûte des milliards de dollars, au moins un milliard de dollars par jour aux alliés du Canada. Le gouvernement canadien n'a assumé aucune part de ce fardeau, mais il est disposé à continuer de l'imposer aux alliés.

    L'unité internationale s'impose dans toute politique de l'endiguement. Pourtant, étant donné l'anti-américanisme du Parti libéral et sa propension à faire obstacle aux efforts de nos plus proches alliés, la politique étrangère canadienne n'a pas permis de réaliser l'unité internationale. Étant donné les liens de Saddam avec le terrorisme international, il ne fait aucun doute qu'il sera extrêmement dangereux de poursuivre indéfiniment une politique de l'endiguement. Le Canada ne peut pas se permettre de mettre en péril la sécurité de la communauté internationale à cause de son manque de détermination.

    Qui plus est, il est temps que le gouvernement prenne plusieurs autres mesures importantes pour protéger la sécurité du Canada et défendre notre réputation chancelante sur la scène internationale. Le gouvernement devrait rassurer nos alliés de l'engagement du Canada à protéger la sécurité en déclarant illégaux tous les groupes terroristes connus, notamment les groupes qui exercent leurs activités au Proche-Orient. Nous continuons de nous traîner les pieds à cet égard.

    Nous devons interdire la Brigade des martyrs d'al-Aqsa. Or, le gouvernement s'y refuse. Ce groupe revendique fréquemment des attentats suicide en Israël et provoque une instabilité énorme dans la région. Nous devons également déclarer illégale l'Armée de libération nationale. Il s'agit d'un groupe terroriste établi en Irak qui a des liens avec Saddam Hussein. Le SCRS, notre propre agence du renseignement, confirme que ce groupe recueille des fonds au Canada.

    Enfin, le Canada doit se joindre à ses alliés pour interdire Jemaah Islamiya, le groupe responsable des attentats à la bombe de Bali, proche d'al-Qaïda, qui peut toujours se livrer en toute impunité à ses activités dans notre pays. C'est scandaleux. Je ne suis pas en train de faire une observation sectaire. Il s'agit d'un groupe international qui revendique fièrement, et en jubilant, la responsabilité des attentats à la bombe de Bali, qui ont décimé des centaines de personnes, y compris nos amis et alliés. D'autres pays ont banni ce groupe de meurtriers et notre gouvernement refuse d'en faire autant. Nous nous demandons pourquoi nous perdons de l'influence au sein de la communauté internationale.

    Dans l'intérêt de la sécurité nationale et de notre crédibilité sur la scène internationale, le Canada doit déclarer illégaux ces groupes et tous les autres groupes terroristes.

  +-(1900)  

    Maintenant que Saddam Hussein a choisi la guerre—car il faut bien rappeler que nous voulions éviter la guerre mais que Saddam Hussein semble avoir opté pour le conflit armé—et maintenant que notre gouvernement s'est perdu dans sa politique d'apaisement, la contribution du Canada ne sera jamais aussi importante que ce qu'elle aurait pu être.

    Nous ne devons pas abandonner la population irakienne après la chute de Saddam. Lorsque Saddam Hussein sera désarmé, d'autres voudront prendre sa place. Le désarmement demeure l'objectif visé, mais il peut avoir des conséquences positives. Il n'en tient qu'à nous. Soyons prêts à aider les Irakiens à ériger des institutions fondées sur la liberté après la chute du régime de Saddam. Des rivalités ethniques et religieuses pourraient subsister en Irak, et des factions pourraient lutter pour obtenir le pouvoir. Si la communauté internationale abandonne l'Irak dès la fin du conflit armé, le pays pourrait se retrouver entre les mains d'une autre dictateur menaçant.

    Heureusement, nous savons qu'un certain nombre de pays libres ont décidé de planifier la suite, avec la collaboration d'ex-patriotes irakiens en exil. Déjà, la création des institutions dont aura besoin la société civile en Irak est en pleine planification. D'autres nations ont accepté de relever ce défi. Ce groupe de travail international n'a pas invité le Canada à participer à ses travaux, car le Canada n'a pas su financer son armée comme il se devait de le faire et comme la vérificatrice générale lui a recommandé de le faire. Le Canada n'a pas su, non plus, interdire les groupes internationaux de terroristes, ce qui a amené nos alliés à se demander pourquoi le Canada devrait participer à d'autres initiatives. Et voici que le Canada, ou du moins le premier ministre, a décidé de ne pas tenter d'éviter la guerre, de ne pas s'unir à nos alliés pour faire front commun contre Saddam Hussein.

    En tant que Canadiens, nous pouvons apporter une énorme contribution. Nous pouvons aider les Irakiens à exercer une démocratie constitutionnelle qui protège la propriété privée, une démocratie qui permet de véritables élections, la liberté de parole, la liberté de religion, la liberté d'entreprise et la liberté de pensée parallèlement à toutes les libertés qui constituent les intérêts innés de tous les peuples, y compris le peuple irakien. Le Canada peut apporter une contribution, mais il n'a pas été invité à le faire en raison de son influence et de son rôle amoindris sur la scène internationale. Notre contribution aurait pu être un grand geste d'humanité.

    Notre contribution aurait aussi servi les intérêts nationaux du Canada. Il en va de notre intérêt. L'histoire a fait la preuve que les démocraties font davantage de commerce et font moins de guerre. Il en va de notre intérêt national que l'Irak se démocratise. Un processus de démocratisation qui se déroulerait dans cette région du monde servirait nos intérêts économiques, politiques et sécuritaires de même que les intérêts de tous ceux et celles qui chérissent la liberté. Nous aurions pu faire avancer ces causes, aider les Irakiens à faire avancer les leurs, mains nous n'avons pas été invités à nous joindre au groupe. J'ai posé la question au premier ministre aujourd'hui, et il a refusé de le reconnaître. Nous aurions pu aider les Irakiens.

    Nous avons une autre date à retenir: le 17 mars 2003. Shakespeare avait bien dit de se méfier des ides de mars. La décision du premier ministre du Canada est pure folie. À travers les siècles, l'histoire montre que les dictateurs ont renoncé à leurs projets malveillants lorsqu'ils ont fait face à une opposition alliée et unie. L'histoire montre aussi que les dictateurs ont mis leurs projets diaboliques à exécution et que toutes les conséquences prévisibles en ont découlé lorsqu'ils ont fait face à une opposition fracturée. Il en a toujours coûté bien davantage pour repousser ces dictateurs tordus, surtout en pertes de vie, que cela n'aurait été le cas si on leur avait opposé un