Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
PDF

38e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 110

TABLE DES MATIÈRES

Le mardi 7 juin 2005




1000
V AFFAIRES COURANTES
V     Les comités de la Chambre
V         Citoyenneté et immigration
V         L'hon. Andrew Telegdi (Kitchener—Waterloo, Lib.)

1010
V         Comptes publics
V         M. John Williams (Edmonton—St. Albert, PCC)
V     Affaire du gouvernement no 14
V         L'hon. Karen Redman (Kitchener-Centre, Lib.)
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         Adoption de la motion
V     La Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V         Adoption des motions; première lecture et impression du projet de loi
V     Pétitions
V         Les produits de santé naturels
V         M. Jim Gouk (Colombie-Britannique-Southern Interior, PCC)

1015
V         L'immigration
V         M. Mario Silva (Davenport, Lib.)
V     Questions au Feuilleton
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V Initiatives ministérielles
V     Les crédits
V         Motion de l'opposition-La santé
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)

1020

1025
V         L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.)

1030
V         M. Steven Fletcher
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)

1035

1040
V         M. Brian Masse (Windsor-Ouest, NPD)

1045
V         M. Rob Merrifield
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1050
V         M. Rob Merrifield
V         L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.)

1055

1100
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)

1105
V         L'hon. Ujjal Dosanjh
V         M. Jim Gouk (Colombie-Britannique-Southern Interior, PCC)

1110
V         L'hon. Ujjal Dosanjh
V         M. Peter Stoffer
V         M. Réal Ménard
V         M. Peter Stoffer
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         M. Réal Ménard (Hochelaga, BQ)

1115
V         L'hon. Ujjal Dosanjh
V         M. Réal Ménard (Hochelaga, BQ)

1120

1125

1130

1135
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)

1140
V         M. Réal Ménard
V         M. James Lunney (Nanaimo—Alberni, PCC)

1145
V         M. Réal Ménard (Hochelaga, BQ)
V         Mme Jean Crowder (Nanaimo—Cowichan, NPD)

1150

1155

1200

1205
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)
V         Mme Jean Crowder

1210
V         L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.)
V         Mme Jean Crowder

1215
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)
V         Mme Jean Crowder
V         Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC)

1220

1225
V         M. Marcel Gagnon (Saint-Maurice—Champlain, BQ)

1230
V         Mme Lynne Yelich
V         M. Daryl Kramp (Prince Edward—Hastings, PCC)

1235

1240
V         L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.)
V         M. Daryl Kramp
V         L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.)

1245

1250
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)

1255
V         L'hon. Robert Thibault
V         M. Pat Martin (Winnipeg-Centre, NPD)
V         L'hon. Robert Thibault
V         L'hon. Carolyn Bennett (ministre d'État (Santé publique), Lib.)

1300

1305
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)

1310
V         L'hon. Carolyn Bennett
V         Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC)
V         L'hon. Carolyn Bennett

1315
V         M. Tom Lukiwski (Regina—Lumsden—Lake Centre, PCC)

1320

1325
V         M. Paul Forseth (New Westminster—Coquitlam, PCC)

1330
V         Mme Nicole Demers (Laval, BQ)

1335

1340

1345
V         L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.)
V         Mme Nicole Demers (Laval, BQ)

1350
V         M. Marcel Gagnon (Saint-Maurice—Champlain, BQ)
V         Mme Nicole Demers
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)

1355
V         Mme Nicole Demers
V         M. Tony Martin (Sault Ste. Marie, NPD)
V         Mme Nicole Demers
V DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS
V     L'Hôpital général de Dartmouth
V         M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.)

1400
V         Le vice-président
V     Le National Spelling Bee
V         M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC)
V     La Journée de l'air pur
V         M. Mario Silva (Davenport, Lib.)
V      La Maison Claire-Fontaine
V         M. Marcel Gagnon (Saint-Maurice—Champlain, BQ)
V     Cynthia Mathieu
V         Mme Raymonde Folco (Laval—Les Îles, Lib.)
V     Le crime organisé
V         M. Art Hanger (Calgary-Nord-Est, PCC)

1405
V     Dalhousie, Nouveau-Brunswick
V         M. Jean-Claude D'Amours (Madawaska—Restigouche, Lib.)
V     La Semaine québécoise des personnes handicapées
V         M. Robert Vincent (Shefford, BQ)
V     La Semaine de l'environnement
V         L'hon. Jean Augustine (Etobicoke—Lakeshore, Lib.)
V     Kamloops--Thompson--Cariboo
V         Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC)
V     Le John F. Kennedy Business Centre
V         M. Massimo Pacetti (Saint-Léonard—Saint-Michel, Lib.)

1410
V     L'Administration portuaire de Toronto
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V     L'autisme
V         M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC)
V     Bernard Landry
V         M. Stéphane Bergeron (Verchères—Les Patriotes, BQ)
V     La Loi sur les jeunes contrevenants
V         M. Garry Breitkreuz (Yorkton—Melville, PCC)
V     L'Ordre du Canada
V         Mme Yasmin Ratansi (Don Valley-Est, Lib.)

1415
V     Les conversations enregistrées
V         M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD)
V QUESTIONS ORALES
V     La réforme démocratique
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V     Le budget
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     Les relations fédérales-provinciales
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)

1420
V     Le budget
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     Le cabinet du premier ministre
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         M. Michel Guimond (Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, BQ)

1425
V         L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         M. Michel Guimond (Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, BQ)
V         L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V     L'environnement
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V         Le Président
V         L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.)
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V         L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.)
V     Le budget
V         M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)

1430
V         M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     L'économie
V         M. Michael Chong (Wellington—Halton Hills, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Michael Chong (Wellington—Halton Hills, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     L'assurance-emploi
V         M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ)
V         L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.)
V         M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ)
V         Le Président

1435
V         L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.)
V     L'infrastructure
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.)
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.)
V     Les marchés publics
V         M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC)
V         Le Président
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC)

1440
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Le Président
V         M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V     Le budget
V         M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     Les ressources naturelles
V         L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD)

1445
V         L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.)
V     Les marchés publics
V         M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Le Président
V         M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC)
V         Le Président
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V     Les garderies
V         Mme Rona Ambrose (Edmonton—Spruce Grove, PCC)
V         L'hon. Ken Dryden (ministre du Développement social, Lib.)
V         Mme Rona Ambrose (Edmonton—Spruce Grove, PCC)
V         L'hon. Ken Dryden (ministre du Développement social, Lib.)

1450
V     La défense nationale
V         M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ)
V         L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ)
V         L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     La réforme démocratique
V         M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC)
V         L'hon. Mauril Bélanger (ministre du Commerce intérieur, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre associé de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC)
V         L'hon. Mauril Bélanger (ministre du Commerce intérieur, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre associé de la Défense nationale, Lib.)
V     Le transport aérien
V         Mme Ruby Dhalla (Brampton—Springdale, Lib.)

1455
V         L'hon. Jean Lapierre (ministre des Transports, Lib.)
V     Le mariage
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V     La défense nationale
V         M. Jean-Yves Roy (Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia, BQ)
V         L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     La santé
V         Mme Susan Kadis (Thornhill, Lib.)
V         L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.)

1500
V     La défense nationale
V         M. Guy Côté (Portneuf—Jacques-Cartier, BQ)
V         L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     Les travaux de la Chambre
V         Le Président
V     Recours au Règlement
V         L'enquête du commissaire à l'éthique—Décision de la présidence
V         Le Président

1505
V     Privilège
V         La période des questions orales—Décision de la présidence
V         Le vice-président

1510
V         M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, PCC)
V         Le vice-président
V     Recours au Règlement
V         Projet de loi C-259--La Loi sur la taxe d'accise
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC)

1515

1525
V         Projet de loi C-259--Loi sur la taxe d'accise--Décision de la présidence
V         Le Président
V Initiatives parlementaires
V     Les crédits
V         Motion de l'opposition—La santé
V         M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC)

1530

1535
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)

1540
V         M. Stockwell Day
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)

1545

1550
V         M. Guy André (Berthier—Maskinongé, BQ)

1555
V         M. Peter MacKay
V         L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.)

1600

1605
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)

1610
V         L'hon. Keith Martin
V         M. Brian Fitzpatrick (Prince Albert, PCC)
V         L'hon. Keith Martin
V         M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.)

1615

1620
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)

1625
V         M. Michael Savage
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)
V         M. Michael Savage
V         M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC)

1630

1635
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Eastern Shore, NPD)

1640
V         M. Bradley Trost
V         M. Brian Masse (Windsor-Ouest, NPD)
V         M. Bradley Trost

1645
V         M. Russ Hiebert (Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale, PCC)

1650

1655
V         L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Russ Hiebert

1700
V         M. Nathan Cullen (Skeena—Bulkley Valley, NPD)

1705

1710

1715
V         Le vice-président

1750
V     (Division 95)
V         Le Président
V         M. Yvon Godin
V         Le Président
V         L'hon. Karen Redman
V         Le Président
V     (Division 96)
V         Le Président
V         Motion de l'opposition — L'assurance-emploi
V         Le Président

1800
V     (Division 97)
V         Le Président
V         M. Bill Casey
V         Le Président
V         Motion de l'opposition — La nomination des candidats à la magistrature fédérale
V         Le Président

1815
V     [------]
V     (Division 98)
V         Le Président
V Initiatives parlementaires
V     Le Programme de reconnaissance des titres de compétence étrangers
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)

1825
V     (Division 99)
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)
V     La Loi sur la taxe d'accise
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC)
V         Adoption de la motion
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)

1830
V         M. John Duncan

1835

1840

1845
V         M. Merv Tweed (Brandon—Souris, PCC)
V         M. John Duncan
V         L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.)

1850

1855
V         M. Guy Côté (Portneuf—Jacques-Cartier, BQ)

1900

1905
V         L'hon. Raymond Simard (secrétaire parlementaire du leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre responsable de la réforme démocratique, Lib.)

1910

1915
V         M. Merv Tweed (Brandon—Souris, PCC)

1920

1925
V         M. Don Bell (North Vancouver, Lib.)
V         Le vice-président

1930
V Initiatives ministérielles
V     La gestion de l'offre
V         Étude de l'initiative ministérielle no 14 par la Chambre, en comité plénier, sous la présidence de M. Strahl
V         L'hon. Andy Mitchell

1935

1940
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)
V         L'hon. Andy Mitchell
V         Mme Jean Crowder (Nanaimo—Cowichan, NPD)

1945
V         L'hon. Andy Mitchell
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)
V         L'hon. Andy Mitchell
V         Mme Diane Finley (Haldimand—Norfolk, PCC)
V         L'hon. Andy Mitchell

1950
V         Mme Diane Finley (Haldimand—Norfolk, PCC)

1955

2000
V         L'hon. Wayne Easter (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural), Lib.)
V         Mme Diane Finley
V         M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC)

2005
V         Mme Diane Finley
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)

2010
V         Mme Diane Finley
V         Mme Denise Poirier-Rivard (Châteauguay—Saint-Constant, BQ)

2015

2020
V         L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.)
V         Mme Denise Poirier-Rivard

2025
V         M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC)
V         Mme Denise Poirier-Rivard
V         Mme Jean Crowder
V         Mme Denise Poirier-Rivard
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)

2030

2035

2040
V         L'hon. Andy Mitchell (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.)
V         M. Charlie Angus

2045
V         M. David Anderson (Cypress Hills—Grasslands, PCC)
V         M. Charlie Angus
V         M. Gord Brown (Leeds—Grenville, PCC)

2050
V         M. Charlie Angus
V         Mme Rose-Marie Ur (Lambton—Kent—Middlesex, Lib.)

2055

2100
V         M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD)
V         Mme Rose-Marie Ur
V         M. Kevin Sorenson (Crowfoot, PCC)

2105
V         Mme Rose-Marie Ur
V         Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD)
V         Mme Rose-Marie Ur

2110
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)

2115

2120
V         L'hon. Andy Mitchell (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.)

2125
V         M. Vic Toews
V         L'hon. Wayne Easter (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural), Lib.)

2130
V         M. Vic Toews
V         L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.)

2135

2140
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Eastern Shore, NPD)

2145
V         L'hon. Robert Thibault
V         M. Michael Chong (Wellington—Halton Hills, PCC)

2150
V         M. Tony Martin
V         M. Michael Chong
V         L'hon. Robert Thibault

2155
V         M. André Bellavance (Richmond—Arthabaska, BQ)

2200

2205
V         L'hon. Wayne Easter (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural), Lib.)
V         M. André Bellavance

2210
V         Mme Diane Finley (Haldimand—Norfolk, PCC)
V         M. André Bellavance
V         M. Tony Martin (Sault Ste. Marie, NPD)
V         M. André Bellavance

2215
V         M. Paul Steckle (Huron—Bruce, Lib.)

2220
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)

2225
V         M. Paul Steckle

2230
V         M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD)
V         M. Paul Steckle
V         La vice-présidente adjointe

2235
V         Mme Helena Guergis (Simcoe—Grey, PCC)

2240
V         L'hon. Andy Mitchell (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.)

2245
V         Mme Helena Guergis

2250
V         M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC)
V         L'hon. Wayne Easter
V         La vice-présidente adjointe
V         M. Scott Reid
V         Mme Helena Guergis
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)

2255

2300
V         M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC)

2305
V         L'hon. Larry Bagnell
V         L'hon. Andy Mitchell (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.)

2310
V         L'hon. Larry Bagnell
V         M. Tony Martin (Sault Ste. Marie, NPD)

2315
V         La vice-présidente adjointe
V         M. Tony Martin
V         La vice-présidente adjointe
V         M. Tony Martin

2320
V         M. Michael Chong (Wellington—Halton Hills, PCC)

2325
V         M. Tony Martin
V         L'hon. Andy Mitchell (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.)
V         M. Tony Martin
V         La vice-présidente adjointe

2330
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)






CANADA

Débats de la Chambre des communes


VOLUME 140 
NUMÉRO 110 
1re SESSION 
38e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mardi 7 juin 2005

Présidence de l'honorable Peter Milliken

    La séance est ouverte à 10 heures.


Prière



+AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

*   *   *

  +(1000)  

[Traduction]

+Les comités de la Chambre

+Citoyenneté et immigration

+

    L'hon. Andrew Telegdi (Kitchener—Waterloo, Lib.): Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le dixième rapport du Comité permanent de la Citoyenneté et de l'Immigration, intitulé « La révocation de la citoyenneté: Une question d'application régulière de la Loi et de respect de la Charte des droits ».

    L'actuelle Loi sur la citoyenneté a été promulguée en 1977, avant l'adoption de la Charte canadienne des droits et libertés, qui est entrée en vigueur le 17 avril 1982.

    Les principales raisons pour lesquelles les tentatives précédentes pour promulguer une nouvelle Loi sur la citoyenneté au cours des 36e et 37e législatures ont échoué résidaient dans l'absence d'un accord sur les modifications proposées à la révocation de la citoyenneté. C'est pour cette raison que le comité a consacré un rapport portant exclusivement sur cette question controversée.

    Aux termes de la Loi sur la citoyenneté actuelle, la citoyenneté peut être révoquée lorsqu'une personne obtient sa citoyenneté ou sa résidence permanente en faisant une fausse déclaration ou en dissimulant de façon intentionnelle des faits essentiels.

    À la suite d'un examen par la Cour fédérale, dans le cadre duquel un juge doit simplement reconnaître qu'il est plus que probable que la personne a obtenu sa citoyenneté de façon inappropriée, le Cabinet fédéral doit émettre le décret de révocation.

    À l'heure actuelle, il n'est même pas permis d'en appeler d'une décision d'un juge de la Cour fédérale suivant laquelle, selon la prépondérance des probabilités, l'individu a obtenu frauduleusement sa citoyenneté.

    Le comité recommande des modifications plutôt radicales au processus actuel de révocation. Le comité recommande un processus exclusivement judiciaire et une norme de preuve plus élevée. Nous avons déterminé que la perte possible de la citoyenneté est tellement importante pour la personne concernée que la fraude doit être prouvée au-delà de tout doute raisonnable devant un tribunal pénal.

    Les membres du comité représentant les quatre partis ont reconnu que le processus actuel de révocation était inacceptable et que nous devions adopter un système qui demande au gouvernement de respecter l'application régulière de la loi et les dispositions juridiques de la Charte canadienne des droits et libertés, en particulier les articles 7 à 14.

    Nous avons recommandé de mettre sur pied un processus complet d'appel et d'appliquer des protections légales conférées par la Charte; les mêmes droits dont jouirait une personne accusée de vol à l'étalage.

    Ces recommandations quant à des modifications à l'actuelle Loi sur la citoyenneté vont dans le sens de l'engagement pris par le gouvernement dans le discours du Trône d'octobre 2004, où on dit qu'on va « soutenir la Charte des droits et libertés et défendre l'inclusion avec vigueur ».

    La ministre précédente a déclaré qu'elle déposerait une nouvelle Loi sur la citoyenneté en février 2005. Il est évident que cela ne s'est pas produit et nous demandons au gouvernement de respecter ses engagements précédents, y compris ceux contenus dans le discours du Trône, et de déposer un nouveau projet de loi sur la citoyenneté qui va bien refléter la valeur que les Canadiens accordent à leur citoyenneté.

*   *   *

  +-(1010)  

+-Comptes publics

+-

    M. John Williams (Edmonton—St. Albert, PCC): Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter le 13e rapport du Comité permanent des comptes publics concernant le Rapport sur les plans et priorités 2005-2006 du Bureau du vérificateur général du Canada.

    Conformément à l'article 109 du Règlement, le comité demande au gouvernement de déposer une réponse à ce rapport dans les 120 jours qui suivent.

    J'ai aussi l'honneur de présenter le 14e rapport du Comité permanent des comptes publics concernant le chapitre 1, La sécurité des technologies de l'information du Rapport de février 2005 du vérificateur général du Canada.

[Français]

    Conformément à l'article 109 du Règlement, le comité demande au gouvernement de déposer une réponse globale à ce rapport dans les 120 jours qui suivront.

*   *   *

[Traduction]

+-Affaire du gouvernement no 14

+-

    L'hon. Karen Redman (Kitchener-Centre, Lib.): Monsieur le Président, il y a eu des consultations entre les partis et vous constaterez que la Chambre donnerait son consentement unanime à l'égard de la motion suivante:

    Que, durant le débat d'aujourd'hui sur l'affaire du gouvernement no 14, le Président ne sera pas autorisé à recevoir les appels au quorum, les motions dilatoires ou les demandes de consentement unanime.

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre que la motion soit adoptée?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

*   *   *

+-La Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD) demande à présenter le projet de loi C-403, Loi visant à modifier le nom de la circonscription électorale de Toronto—Danforth.

    —Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui le projet de loi d'initiative parlementaire qui vise à modifier le nom de ma circonscription électorale, Toronto—Danforth, en le remplaçant par Danforth—East York—Riverdale.

    Tout le monde connaît la localité de Danforth, réputée pour ses restaurants grecs et pour son caractère communautaire. Pour ce qui est d'East York, municipalité très importante et seul bourg canadien pendant de nombreuses années, elle a été abolie après qu'un référendum eut montré que les citoyens de Toronto voulaient conserver ces collectivités. Cette municipalité a été abolie en vertu d'une loi provinciale qui était manifestement antidémocratique.

    Il n'en demeure pas moins qu'East York vit toujours dans le coeur et l'esprit de ses habitants et nous réinstaurons son identité au moyen de la désignation de cette circonscription électorale fédérale. Évidemment, cette désignation fait pendant à celle de Beaches—East York, qui comprend l'autre moitié de cette merveilleuse collectivité. De nombreuses personnes âgées et de nombreux anciens combattants vivent à East York et sont très fiers de ce qu'ils ont réalisé et bâti au fil des années.

    Quant à Riverdale, il s'agit d'une collectivité historique de Toronto, mais qui en a été séparée durant de nombreuses années par la rivière Don; aujourd'hui, elle est partie intégrante de la vie urbaine et nous sommes disposés à le reconnaître par ce nouveau nom. Nous espérons que le projet de loi sera adopté avant les prochaines élections.

     (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

*   *   *

+-Pétitions

+-Les produits de santé naturels

+-

    M. Jim Gouk (Colombie-Britannique-Southern Interior, PCC): Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition pour la liberté en matière de santé. Des citoyens canadiens de ma circonscription, et surtout de la partie sud de l'Okanagan, souhaitent que la Loi sur les aliments et drogues soit modernisée par le Parlement et qu'elle tienne compte des droits inhérents des Canadiens à la liberté de choix éclairé et à l'accès aux produits médicamenteux non médicinaux de leur choix, droits qui sont garantis par les articles 1, 2, 7 et 15 de la Charte des droits et libertés.

    Ils prient le Parlement d'abroger les interdictions désuètes qui empêchent de vanter les vertus véridiques de thérapies non médicinales pour prévenir, traiter ou guérir certains problèmes de santé, en adoptant le projet de loi C-420. Ils ont raison de s'inquiéter. C'est une bataille de tous les instants juste pour continuer d'avoir accès à ces produits de santé naturels.

    J'espère que le Parlement, et le gouvernement en particulier, vont cesser de porter ainsi atteinte à la liberté de choix des citoyens et qu'ils vont accepter d'adopter sans délai ce projet de loi d'initiative parlementaire.

*   *   *

  +-(1015)  

+-L'immigration

+-

    M. Mario Silva (Davenport, Lib.): Monsieur le Président, je présente une pétition portant la signature de milliers de résidants de ma circonscription et de partout au pays. Ces pétitionnaires attirent notre attention sur le fait que, en signant la Convention de 1951 des Nations Unies relative au statut des réfugiés et la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, le Canada s'est engagé à respecter les droits des demandeurs d'asile et des réfugiés. Par conséquent, les pétitionnaires prient le Parlement d'insister auprès du gouvernement pour qu'il mette immédiatement sur pied la Section d'appel des réfugiés dont le Parlement a approuvé la création en 2002 en adoptant la nouvelle Loi sur l'immigration et le statut des réfugiés.

*   *   *

[Français]

+-Questions au Feuilleton

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, je suggère que toutes les questions restent au Feuilleton.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Est-on d'accord?

    Des voix: D'accord.


+-Initiatives ministérielles

[Les crédits]

*   *   *

[Traduction]

+-Les crédits

+-Motion de l'opposition-La santé

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC) propose:

     Que, puisqu’il faut élaborer dès maintenant une stratégie nationale pour réduire les coûts humains et économiques de plus en plus lourds du cancer, des cardiopathies et des maladies mentales, la Chambre demande au gouvernement de financer intégralement et de mettre en œuvre, en symbiose avec les provinces et tous les intervenants, la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer ainsi que d'élaborer et d'appliquer sans délai une stratégie nationale d’ensemble sur les maladies mentales et les cardiopathies, le Canada étant un des rares pays développés à ne pas avoir de plan d’action national pour réduire l’incidence des maladies mentales et des maladies du cœur.

    —Monsieur le Président, le Parti conservateur dépose aujourd'hui ce qui pourrait devenir un changement historique dans la façon dont le gouvernement du Canada lutte contre le cancer, les maladies mentales et les cardiopathies.

    Il est évident qu'une stratégie nationale s'impose à cet égard. Des mesures doivent être prises à l'échelle du pays afin de réduire les coûts humains et économiques élevés qu'entraînent ces trois grandes maladies. Les coûts relatifs à ces stratégies ne pourront qu'être minimes en comparaison.

    Cette stratégie devrait être mise sur pied par des experts du domaine et non par des bureaucrates. Le Canada tire de l'arrière par rapport à bon nombre d'autres pays développés en ce qui a trait à une stratégie nationale de lutte contre les maladies. Des Canadiens ont déjà perdu la vie en raison du manque de leadership du gouvernement à cet égard.

    Notre plan respecte l'autonomie des provinces et des territoires. Ces stratégies permettront aux provinces de communiquer entre elles, de partager leurs connaissances et leurs meilleures pratiques et d'avoir accès aux compétences spécialisées disponibles au pays et à l'étranger.

    Le Conseil pour la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer a un modèle de stratégies pouvant servir pour d'autres maladies. Nous croyons savoir que la Fondation des maladies du coeur et les organismes qui s'occupent de santé mentale se serviront de la stratégie mise au point pour la lutte contre le cancer comme modèle pour l'établissement de leurs propres programmes.

    Les administrateurs de ces stratégies seront tenus de rendre des comptes dès le départ. Il n'y aura pas plus de fondations gouvernementales: le financement sera fondé sur résultats.

    Le Canada est particulièrement bien placé pour progresser rapidement dans la mise en oeuvre d'une stratégie de lutte contre le cancer, parce qu'il peut aisément avoir accès aux meilleures pratiques étrangères et améliorer la vie des gens par l'échange d'information. Chaque province est, en définitive, un laboratoire où des essais peuvent être faits.

    Quoi qu'elle en dise, l'Agence de santé publique du Canada n'a pas de stratégie nationale de lutte contre le cancer. Aucun fonds n'y a été affecté. Les conservateurs prennent l'initiative à l'égard de cette important problème de santé, pendant que les libéraux évitent de prendre des décisions qui s'imposent.

    Pendant que les libéraux sont embourbés jusqu'au cou dans les scandales de corruption et de camouflage, les conservateurs ont un plan pour les Canadiens. Le Parti conservateur se soucie de leur santé et de leur bien-être, et il ne les sacrifiera pas pour des raisons idéologiques ou politiques.

    Notre projet, qui porte le sceau de la transparence et de la responsabilité, contraste vivement avec l'apathie libérale. Notre plan engage réellement des fonds dans la lutte contre diverses maladies, tandis que les libéraux prétendent qu'ils le font. D'ailleurs, rien ne permet de mesurer les résultats des sommes modestes qu'ils ont débloquées

    Pourquoi voulons-nous une stratégie nationale? Au lieu d'appliquer au Canada un ensemble hétéroclite de politiques, il est plus logique d'optimiser les avantages en regroupant et en ciblant les ressources des intervenants à la grandeur du Canada. Ces maladies touchent tous les Canadiens.

    Nous reconnaissons également qu'en raison du tabou qui frappe les maladies mentales, il est important d'engager un dialogue constructif sur la question. Le seul fait que les gens évitent de penser aux maladies mentales ou d'en parler ne justifie pas qu'on ne s'y attaque pas. Le Parti conservateur prend l'initiative dans le dossier de la santé mentale et des troubles mentaux.

    Les libéraux n'ont tenu aucun compte des coûts humains et économiques de ces maladies. À long terme, le cancer, les maladies mentales et les cardiopathies nous coûteront des dizaines de milliards de dollars, voire des centaines de milliards. Il est important de mettre ces stratégies en oeuvre immédiatement. Les libéraux ont eu 12 ans pour le faire et n'ont pas agi.

    Les libéraux ont démontré un grave manque de leadership et de responsabilité à l'égard de ces problèmes, en particulier dans leurs modèles de financement. Par exemple, à l'heure actuelle, il est impossible de savoir comment est dépensé l'argent affecté à la lutte contre le cancer. Au lieu d'appliquer une stratégie nationale, les libéraux ont acheté des groupes de défense d'intérêts avec des sommes modestes. Cette approche s'est révélée peu efficace. Ils invoquent comme prétexte que les stratégies axées sur une maladie en particulier sont inefficaces et que seule une stratégie de lutte contre les maladies chroniques donnera des résultats.

  +-(1020)  

    En bref, c'est tout simplement ridicule. En réalité, des stratégies spécifiques à certaines maladies fonctionnement remarquablement bien dans nombre de pays, dont la Grande-Bretagne, la France et bien d'autres pays de l'Union européenne. Ces politiques figurent à l'avant-plan du cadre stratégique des gouvernements en matière de santé.

    Les libéraux soutiennent qu'à cause de la complexité des relations fédérales-provinciales, il serait trop difficile de mettre en oeuvre, à l'échelle nationale, des stratégies à l'égard de certaines maladies. Toutefois, l'Union européenne a été en mesure de coordonner de telles stratégies dans nombre de pays différents. Nous devrions certainement être capable d'en faire autant au Canada.

    Il est intéressant de noter que le conseil de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer, ou SCLC, a réuni tous les intervenants qui luttent contre le cancer et a obtenu leur appui. Le ministre de la Santé libéral a promis au conseil de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer un financement de 26 millions de dollars dans le budget de cette année et un financement accru au cours des années subséquentes. Or, une semaine plus tard, le jour même de la présentation du budget, pas un sou n'a été accordé au titre de la stratégie de lutte contre le cancer. Le gouvernement n'a pas respecté la promesse du ministre de la Santé faite aux intervenants de la lutte contre le cancer, ce qui n'est malheureusement pas étonnant de la part des libéraux.

    Nous demandons qu'un financement d'approximativement 260 millions de dollars sur cinq ans soit attribué à la stratégie de lutte contre le cancer. Ce financement ferait du Canada un leader mondial dans la lutte contre le cancer.

    Il y a deux semaines à peine, l'Agence de santé publique du Canada, ou ASPC, qui siège au conseil de la SCLC et qui finance la stratégie du groupe, s'est abstenue d'approuver le plan. Essentiellement, elle paie pour avoir des conseils sur le cancer et refuse ensuite de les accepter. Même les experts du cancer qui travaillent à l'ASPC ne peuvent dire ni sur quoi reposent ces décisions, ni quel est le plan.

    Le Parti conservateur appuie le leadership de l'Association canadienne pour la santé mentale, de la Société canadienne du cancer, de la Canadian Alliance on Mental Illness and Mental Health et de la Fondation des maladies du coeur du Canada. Au lieu de créer un autre niveau de bureaucratie, ces groupes auraient dû prendre l'initiative de développer et de mettre en oeuvre des stratégies spécifiques pour certaines maladies. Ils sont dans une bien meilleure position que les fonctionnaires du gouvernement pour ce faire. Ces groupes sont composés d'experts dans leurs domaines respectifs et comptent sur la participation de milliers de bénévoles.

    Nous demandons au gouvernement de mettre en oeuvre ces stratégies globales telles qu'elles sont présentées, et non en sélectionnant uniquement les éléments qui lui conviennent et en les mettant en place de façon ponctuelle. Des stratégies globales s'imposent maintenant. Tout ce qu'il faut, c'est la volonté politique de financer ces plans.

    Les fonds nécessaires pour mettre en oeuvre les plans sont relativement minimes par rapport aux coûts à long terme associés aux maladies mentales, au cancer et aux maladies du coeur. Les libéraux ont dépensé près de 20 milliards de dollars ces deux derniers mois, mais n'ont rien fait pour lutter adéquatement contre des maladies qui toucheront la vie de tous les Canadiens et qui pèseront lourdement sur les ressources du gouvernement dans les prochaines décennies. Plus les libéraux attendent, plus les coûts à long terme seront élevés pour le Canada.

    À quoi pouvons-nous nous attendre d'une stratégie nationale sur le cancer? Nous obtiendrons: une stratégie nationale de prévention du cancer; des changements au système qui entraîneront des investissements plus importants dans les soins de soutien et les soins palliatifs; une meilleure surveillance et une analyse améliorée; un système commun de données et de technologie qui facilitera l'établissement de normes nationales; une base de données nationale centralisée des lignes directrices en matière de médecine clinique; une base de données nationale de ressources humaines; un programme de recherche à long terme.

    J'aimerais prendre quelques instants pour souligner le rôle joué par le sénateur Forrestall dans les mesures sur le cancer et la recherche sur le cancer. Malheureusement, le sénateur est malade. J'espère qu'il retrouvera la santé sous peu et qu'il poursuivra sa lutte au Parlement.

    Comme je partage mon temps de parole avec mon collègue de Yellowhead, je ne pourrai entrer dans les détails, mais l'essentiel c'est que nous avons la chance de faire une bonne chose pour les Canadiens. Nous pouvons et nous devons nous attaquer maintenant à la crise du cancer, à la crise en santé mentale et à la crise des maladies du coeur, car plus nous attendons plus la situation se détériorera.

  +-(1025)  

    Les libéraux ont eu l'occasion de mettre en oeuvre une stratégie nationale et ils ne l'ont pas fait. Toutes les associations de lutte contre le cancer peuvent le confirmer. Même si les libéraux refusent de le reconnaître, c'est le Parti conservateur du Canada qui assure le leadership dans ce dossier.

    Il me tarde de collaborer avec les intervenants en vue d'assurer la bonne santé des Canadiens aujourd'hui et demain.

+-

    L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, je tiens à féliciter le député, qui est le porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, d'avoir abordé ce sujet. Nous savons tous que les soins de santé sont généralement la première préoccupation des Canadiens.

    J'aurai l'occasion d'en parler plus en profondeur plus tard, mais nous pouvons avancer des arguments afin de voir si nous devrions accorder directement des fonds pour des maladies ou des stratégies précises, ou si nous devrions établir un fonds général et des fonds de recherche concurrentielle examinée par des pairs.

    Nous investissons des sommes considérables, surtout dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires et sur le cancer, par l'entremise de l'Institut de recherche en santé du Canada et de ses instituts spécialisés, par l'entremise de la Fondation canadienne pour l'innovation et par l'entremise des organismes de recherche. De bien des façons, les ressources financées par le gouvernement fédéral font avancer ces stratégies.

    Est-ce la bonne façon de faire, ou devrions-nous avoir des fonds dédiés? Nous pourrions en débattre, mais le problème des fonds dédiés est qu'il faut faire un choix entre les maladies. Je ne crois pas qu'il y ait bien des maladies qui ne méritent pas de financement. Bon nombre de groupes travaillent en vue d'obtenir des fonds. Il y a donc un processus concurrentiel en place; j'y reviendrai plus tard.

    Là où mon point de vue rejoint celui du député, c'est que notre pays échoue sur le plan des maladies mentales. Je ne serai pas partisan au point de nommer un parti, un ordre de gouvernement ou un échelon gouvernemental en particulier, car il s'agit d'une question très difficile. C'est un sujet tabou d'un bout à l'autre du pays et les structures interprovinciales appropriées ne sont pas nécessairement en place.

    Si je devais avoir une crise cardiaque dans n'importe quelle province, je recevrais les soins appropriés, et je me soucierais ensuite de quelle province devrait payer. Si je devais subir un traumatisme mental, je ne suis pas convaincu que je recevrais les mêmes soins partout. Nous devons travailler ensemble.

    Bien des gens, comme Michael Wilson, conseillaient le ministre de la Santé. Beaucoup de gens travaillent là-dessus partout au Canada. Je crois que nous devons en faire plus, à tous les échelons du gouvernement. J'aimerais savoir ce qu'en pense le député.

  +-(1030)  

+-

    M. Steven Fletcher: Monsieur le Président, le député soulève une question intéressante. Quelle est la meilleure approche: avoir des stratégies axées sur des maladies en particulier ou tout mettre dans le même panier comme les libéraux semblent le faire?

    La réponse est très claire. Les stratégies axées sur des maladies en particulier fonctionnent. Elles fonctionnent dans le monde industrialisé, en France, en Irlande, en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Royaume-Uni, et dans l'Union européenne. Le Canada est déphasé par rapport à d'autres pays à cet égard. Par ailleurs, les stratégies axées sur des maladies en particulier favoriseront la transparence et la responsabilisation.

    Le député fait valoir qu'il faudra choisir les maladies. En fait, combinés, le cancer, les cardiopathies et les maladies mentales touchent probablement la vie de chaque Canadien ou presque. Ces maladies n'ont pas été choisies au hasard. Elles ont un effet considérable sur les Canadiens.

    Voici une stratégie visant le cancer prête à être mise en oeuvre. Tous les intervenants et toutes les provinces l'ont avalisée. Il ne manque que le financement. Le gouvernement libéral refuse de financer la stratégie. On verra ce qui se passera.

    Je défie le gouvernement de donner tort aux intervenants du domaine du cancer en finançant leurs programmes. Les Canadiens seront agréablement surpris de voir des résultats concrets et de constater que leur argent est dépensé à très bon escient.

    Je fais plus confiance aux organismes tiers indépendants et à leurs intervenants pour mettre en oeuvre cette stratégie qu'à des bureaucrates assujettis à la manipulation politique des ministres. De plus, ce que suggère le député n'implique aucune transparence ni responsabilisation réelle.

    La stratégie que nous proposons sera transparente. Il faudra rendre des comptes. Nous en aurons pour notre argent. J'invite le député à reconsidérer sa position et à appuyer les milieux canadiens du cancer et de la santé mentale ainsi que la Fondation des maladies du coeur. Ils nous appuient. Ils ne sont pas favorables au plan des libéraux, mais plutôt à celui des conservateurs, parce que c'est leur plan.

+-

    M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC): Monsieur le Président, je suis honoré d'appuyer cette motion. Il importe que, dans cette Chambre, nous parlions d'autre chose que de sexe et de corruption, des sujets qui semblent avoir monopolisé l'attention et discrédité chacun d'entre nous qui représentons les Canadiens. Il importe que nous parlions de ce qui les touche de près, de ce qui suscite leur compassion, de ce qui aura une incidence pour eux-mêmes, leurs enfants, leurs petits-enfants et les générations à venir.

    Avant d'aborder la question des soins de santé, il importe de bien comprendre comment les phénomènes démographiques vont se répercuter sur notre système de soins de santé, ce système dont nous sommes si fiers et que nous voulons tellement protéger et améliorer.

    Au cours de la dernière décennie, nous avons vu le gouvernement libéral non seulement réduire le financement de ce système mais le discréditer au point où les listes d'attente ont doublé. Notre système manque de ressources humaines, de telle sorte que 75 p. 100 des médecins du Canada refusent de prendre de nouveaux patients. Nous constatons une pénurie d'infirmières. Il nous en faut 100 000 dans les quelques prochaines années pour que soit regarni le milieu de travail de nos hôpitaux.

    Compte tenu de la situation désastreuse de notre système de soins de santé à l'heure actuelle, la situation est grave. Avant même d'amorcer un dialogue et d'élaborer des solutions, nous devons bien comprendre les perspectives à long terme, étant donné que la question des soins de santé sert parfois de ballon politique. On l'envisage en segments de quatre ans selon le cycle électoral en espérant se servir des soins de santé pour gagner les prochaines élections. Cette pratique doit cesser. Au Canada, nous ne pouvons nous permettre ce luxe.

    Quand on pense à la génération du baby-boom, il importe de souligner que les pressions qu'elle exercera sur le système de santé ne commenceront à se faire sentir que dans dix ans et s'intensifieront jusqu'en 2040 environ. Il faut le souligner pour que tous à la Chambre le comprennent afin de pouvoir l'expliquer aux Canadiens. Si nous ne comprenons pas ce qui nous attend, nous ne pourrons pas prendre les décisions voulues pour résoudre le problème.

    Depuis un demi-siècle, nous gérons le système de santé en parant toujours au plus pressé, les patients faisant la queue à la porte de nos hôpitaux. Nous devons adopter un autre mode de gestion. Nous devons passer à une démarche proactive et songer davantage à faire de la prévention. C'est pour cela qu'il est important d'examiner la motion dont la Chambre est saisie aujourd'hui. C'est pour cela que nous l'avons présentée à la Chambre afin que nous puissions tenir un sain débat et penser, d'une manière proactive, à ce que nous allons faire relativement au cancer, aux maladies mentales, aux maladies cardiaques et aux accidents cérébrovasculaires.

    Il importe de mentionner ce qu'il est advenu des accords de la santé de 2003-2004 depuis deux ans. Le gouvernement les a mis en oeuvre, mais il a fait bien peu de chose relativement à l'accord de 2003. En fait, nous avions souscrit à l'accord de 2003, mais nous avons constaté que les gouvernement fédéral et provinciaux sont revenus sur un grand nombre d'engagements pris dans cet accord.

    J'ignore ce qui est le plus exaspérant: sont-ce les résultats du sondage sur l'accord de 2004 ou les 100 000 $ que le gouvernement a dépensés pour sonder les électeurs sur ce qu'ils pensaient de l'accord de 2004? Le cynisme des électeurs, qui a été révélé dans ce sondage, était prévisible, compte tenu du nombre d'engagements pris dans l'accord de 2003 qui ont été reniés par tous les signataires.

    Quoi qu'il en soit, nous savons qu'il y a eu érosion de la confiance du public à l'égard du système de soins de santé, comme en témoigne clairement le sondage dont les résultats ont paru hier ou avant-hier. Ce n'est pas surprenant, mais c'est frustrant. Ce sondage nous apprend que, selon la population canadienne, l'accord de 2004 ne résoudra pas le problème. Il ne s'agit pas du remède faisant effet pendant toute une génération que le premier ministre a promis aux Canadiens. Ce n'est rien d'autre qu'un jeu politique comme on en a vu dans le passé et comme on en voit encore aujourd'hui, où des gens se servent des soins de santé pour remporter des élections. Il est temps que ça cesse.

  +-(1035)  

    La motion parle de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer. Je suis frappé de voir jusqu'à quel point la Société canadienne du cancer a bien défini cette stratégie. En fait, on peut dire que la question passionne littéralement cet organisme. Le gouvernement libéral nous dira qu'il est en train d'appliquer la stratégie, qu'il en est question dans le discours du Trône et qu'il y a des sommes de prévues dans le budget à cette fin, mais il n'en est rien. Croyez-le ou non, une personne de la Société canadienne du cancer a fait 10 heures d'automobile une journée pour venir m'expliquer la stratégie dans mon bureau de circonscription.

    Cette personne m'a dit qu'il y a seulement quelques années, un Canadien sur quatre était atteint du cancer au cours de sa vie. Aujourd'hui, c'est un Canadien sur trois. Dans quelques années, ce sera un Canadien sur deux. Ces statistiques sont épouvantables lorsqu'on connaît la courbe démographique et ses répercussions sur notre système de soins de santé en ce début de XXIe siècle. Nous devons comprendre cette réalité, sinon nous n'arrivons pas à résoudre aucun problème.

    La stratégie à suivre est celle de la prévention. Combien de décès dus au cancer pouvons-nous prévenir dans un avenir prévisible? Avant d'épuiser les ressources pour résoudre le problème, il faut arrêter de l'aggraver. Ce que je veux dire par là? Que faisons-nous des problèmes d'excédent de poids? Que faisons-nous devant le mauvais état de santé attribuable au mode de vie? Que faisons-nous pour assurer la salubrité de l'eau, de l'air et des sols? Quelles seront les conséquences pour notre société en matière de soins de santé?

    J'ai à mon actif 20 ans d'expérience dans le système de santé de ma province, l'Alberta. Dans toutes les provinces, la façon d'aborder la santé mentale est une catastrophe.

    Lorsque je siégeais à l'administration régionale de la santé, en Alberta, il y a une donnée que j'ai trouvée absolument renversante: les maladies mentales étaient la première cause d'hospitalisation. Ce ne sont ni le cancer, ni les maladies cardiaques. On ne mesure pas la gravité des problèmes de santé mentale.

    Selon une étude publiée en juin dernier, 24 000 décès survenus dans nos établissements de soins actifs ont été causés par des événements indésirables, la plupart du temps des problèmes de médicaments. L'une des principales causes de consommation de médicaments est un stress excessif, la pression qui s'exerce sur les gens. C'est pourquoi le nombre de personnes qui prennent des benzodiazépines, des antidépresseurs et des somnifères explose littéralement. Tant que nous n'arrêterons pas de penser qu'il y a un médicament pour chaque problème, nous ne pourrons jamais régler ces problèmes.

    Il faut songer à une stratégie nationale. Il faut comprendre comment prévenir les maladies. Nous devrions peut-être envisager de ralentir le rythme de vie de notre société et d'alléger le stress et les pressions auxquels l'individu est soumis. Cela nous permettrait de gérer certains problèmes de façon plus proactive.

    J'ai trouvé intéressantes les questions de mon collègue libéral sur les raisons qui justifierait l'adoption d'une stratégie nationale pour gérer certains problèmes.

    Chaque année, trois mille bébés naissent avec le syndrome d'alcoolisation foetale. Le Comité de la santé a traité de cette question récemment. Nous avons présenté une motion et en avons débattu à la Chambre. Nous avons envoyé à Santé Canada une directive indiquant que d'ici le 2 juin, nous souhaitions disposer d'une stratégie d'ensemble sur les moyens de prévenir le syndrome de l'alcoolisation foetale.

    À la dernière réunion du Comité de la santé, Santé Canada a présenté une solution. Ce fut l'exemple le plus navrant des mesures que ce ministère prendrait pour remédier à la situation. Cela n'avait rien à voir avec la prévention et cela n'avait guère de rapport avec la question qui avait été posée. Cette directive avait été envoyée à Santé Canada non seulement par le Comité de la santé, mais aussi par la Chambre des communes.

    Lorsque je vois ce type d'approche de la part de Santé Canada, et lorsque je vois cette approche faible de la problématique des soins de santé et de notre système de soins de santé de la part du gouvernement libéral, je dois admettre qu'un problème grave se pose dans notre pays.

    C'est avec plaisir que j'appuie la motion dont nous sommes saisis aujourd'hui. Je mets au défi chacun des députés de comprendre exactement sa teneur. Je les mets au défi de voter en faveur de la motion. S'ils votent contre elle, ils disent qu'ils ne se soucient pas d'une stratégie nationale. S'ils votent contre elle, ils indiquent qu'ils ne croient pas qu'il faille choisir la voie de la prévention. S'ils votent contre elle, ils indiquent qu'ils veulent faire des soins de santé un enjeu politique au lieu d'examiner des solutions. Il est très important que nous comprenions ce qui nous est soumis.

  +-(1040)  

    Lorsque j'ai parlé de la courbe démographique, je n'ai pas fait mention du degré d'obésité chez nos enfants d'âge scolaire. Ils vont commencer à avoir des problèmes de coeur, d'accident cérébral vasculaire, de cancer et de diabète à compter de l'âge de 30 et de 40 ans, et non pas à 50, 60 et 70 ans. Cela aura des répercussions sur notre système de soins de santé au même moment où la courbe démographique en aura aussi. Si nous faisons une lecture réaliste des faits, nous devons comprendre la nécessité d'envisager des solutions fondées sur la prévention. Il nous faut placer les gens au centre de notre système de soins de santé et édifier un système axé sur les besoins des patients. Si nous ne le faisons pas, nous laisserons tomber nos compatriotes et le système de soins de santé. Les libéraux les laissent tomber depuis une décennie. Le moment est venu de les chasser du pouvoir. Le moment est venu de nous occuper des soins de santé de la manière qui convient, et c'est là l'approche dont la Chambre est saisie aujourd'hui.

+-

    M. Brian Masse (Windsor-Ouest, NPD): Monsieur le Président, c'est un plaisir que de poser une question au député sur cet important dossier. Il y a deux ans, j'ai déposé une motion semblable ayant trait aux contaminants de l'environnement, à la santé et à la prévention. Un amendement du Bloc à la motion avait été adopté et appuyé par tous les partis à la Chambre des communes. Ensuite, nous avions voté sur la motion principale et celle-ci avait été rejetée, de façon serrée, parce que les députés de l'Alliance et certains libéraux avaient voté contre. C'était regrettable, étant donné que la prévention était vraiment une priorité dans la motion, notamment en ce qui a trait au cancer.

    J'aimerais poser une question au député au sujet d'un point important qu'il a soulevé, soit la prévention. J'aimerais savoir si, selon lui, notre pays accorde l'attention voulue à l'environnement, et en particulier à la pollution et à son lien avec la santé humaine.

    Je sais que l'OCDE a fait état du fait que le Canada perdait des milliards de dollars au niveau de la production en raison de l'incidence des contaminants environnementaux sur la santé. Le cancer, comme on le mentionne dans la motion, est un problème important lié à cette situation.

    Le député pourrait-il nous dire ce que, selon lui, nous devrions faire relativement au lien entre la santé humaine, le cancer et les contaminants? Hier, nous avons mentionné un certain nombre de villes affectées par le smog. Que proposerait le député afin de réduire les répercussions du smog sur la santé? Quelle devrait être la priorité selon lui?

  +-(1045)  

+-

    M. Rob Merrifield: Monsieur le Président, les questions que pose le député me donnent l'occasion d'expliquer à la Chambre et aux Canadiens les convictions de notre parti à cet égard.

    Nous estimons que nous devons nous efforcer d'assainir l'air, les sols et l'eau. C'est indispensable. Nous devons faire beaucoup mieux que par le passé.

    Or, nous faisons cela en éliminant le monoxyde d'azote, le dioxyde de soufre et quelques-uns des contaminants dangereux qui se dégagent des cheminées de nos usines et des tuyaux d'échappement des véhicules. Nous ne faisons pas cela en adoptant des mesures de réduction du CO 2, un enjeu du protocole de Kyoto, qui vise à modifier la richesse au lieu d'éliminer les contaminants au Canada. Nous ne réglons pas le problème en achetant des crédits de carbone du Chili ou de la Russie. Nous le réglons en luttant contre les polluants qui se trouvent dans notre atmosphère. C'est ainsi que nous sauvons les Canadiens.

    Je suis consterné de voir que le parti d'en face estime que le protocole de Kyoto constitue la solution. Deux partis, en face, semblent croire que le protocole constitue la solution aux problèmes de smog qui assaillent Toronto. Le protocole de Kyoto n'a rien à voir avec le smog et tout à voir avec le CO2. La situation est difficile à cerner, mais ces partis ont dupé les Canadiens en leur faisant croire que le protocole réglera le problème.

    Malheureusement, il ne le réglera pas. L'idée est bonne, mais les moyens sont mauvais. Le protocole coûtera terriblement cher aux Canadiens, au lieu de susciter les changements climatiques qu'il nous faut pour sauver la vie de Canadiens.

    Lorsqu'il s'agit de la santé des humains et d'une société, le député a parfaitement raison. Nous devons assainir les choses. Nous devons assainir l'air, l'eau et les sols. Nous pouvons le faire avec quelques-unes des technologies.

    Le député a demandé expressément comment il serait possible de régler le problème du smog à Toronto. Nous ne pouvons pas le régler en éliminant le CO2. Nous pouvons le régler en ayant des véhicules plus efficaces, en mettant à profit des avancées technologiques comme l'utilisation de carburants de remplacement des combustibles fossiles. Nous commençons à assister à quelques-unes de ces avancées dans notre secteur de l'automobile, avec les véhicules hybrides, par exemple.

    J'estime que de nouvelles technologies beaucoup plus avancées que celles que nous connaissons aujourd'hui feront leur apparition. Nous devrions nous tourner vers ces technologies et y investir notre argent. Nous devrions effectuer de la recherche dans ce secteur pour faire ce qu'il faut pour les Canadiens, afin que nous puissions préserver leur santé, bâtir notre économie, avoir le meilleur pays au monde et poursuivre sur cette lancée au cours du XXIe siècle et plus tard.

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, après être devenu député, je suis devenu membre du Comité de la santé, en janvier 1994. Le premier témoignage que j'ai entendu a été celui de fonctionnaires de Santé Canada. Ils ont souligné que 75 p. 100 des dépenses en santé visaient à traiter des problèmes tandis que seulement 25 p. 100 servaient à la prévention. Ils arrivaient à la conclusion que le système ne pourrait pas durer.

    Par conséquent, je ne pense pas qu'il y ait lieu de se surprendre de la situation dans laquelle nous nous retrouvons. Il y a eu des faux départs, notamment avec le Forum national sur la santé. Selon ce forum, il y avait suffisamment d'argent dans le système, mais il était mal dépensé. Par la suite, la position a été inversée et on apprenait qu'il fallait plus d'argent. Cependant, nous attendons toujours les résultats.

    Je félicite le député d'avoir présenté la motion. Elle porte sur un sujet important, particulièrement si l'on tient compte de ce que le député appellerait peut-être la frustration face à Santé Canada.

    Cependant, les gens vivent maintenant plus vieux qu'autrefois. Ce n'est pas tant qu'ils vivent des vies plus saines, c'est plutôt que les progrès en médecine et en pharmacologie ont permis aux gens de surmonter bien des problèmes de santé autrefois mortels. Par conséquent, il existe différentes approches par rapport à un style de vie sain.

    Je crois fermement aux vertus de la prévention. Le député croit-il qu'il serait temps d'adopter une attitude un peu plus stricte envers Santé Canada, qui ne semble pas être arrivé à la même conclusion, et de s'assurer que les paroles des parlementaires sont entendues, bien sûr, mais aussi qu'on y donne suite?

  +-(1050)  

+-

    M. Rob Merrifield: Monsieur le Président, voilà une des frustrations ressenties par tous les députés ces derniers temps: le manque de respect pour les votes pris à la Chambre. Nous avons palpé cette frustration au sein du Comité de la santé sur la question du syndrome d'alcoolisation foetale. Et ce n'est pas la seule; il y en a bien d'autres.

    Cela montre même le manque de respect de la Chambre elle-même. Il n'est pas uniquement question du manque de respect et du cynisme que les Canadiens éprouvent à l'égard de la Chambre et du comportement récent des députés. La situation doit changer, sinon la démocratie va s'écrouler.

    Mais comment se pencher sur la prévention et comment envoyer un message plus clair au ministère de la Santé, ce qui était l'essence de la question si je ne m'abuse? Si la motion fait l'objet d'un vote unanime, le message sera clair pour le gouvernement. Si nous voulons une stratégie nationale, nous devons être vigilants. Nous devons envoyer un message à Santé Canada.

    Je trouve formidable que le ministre de la Santé soit ici présent. J'espère qu'il interviendra et qu'il se réjouira de cette initiative. C'est à lui de jouer. Je l'exhorte à ne pas se contenter de voter pour la motion, mais à agir. Les Canadiens ont besoin de cette mesure et elle doit être mise en oeuvre. On doit cesser de faire de la basse politique sur le dos des soins de santé et commencer à agir dans l'intérêt des Canadiens. C'est pour cela qu'ils nous ont élus à titre de représentants. C'est un honneur pour nous de les représenter dans ce dossier. Tous les députés doivent en être mieux convaincus et comprendre que nous sommes ici pour parler en leur nom.

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, cette question me préoccupe au plus haut point à titre de ministre de la Santé.

    Je remercie le député d'en face de l'avoir abordée par le biais d'une motion. Le député a parfaitement raison de souligner les coûts humains et économiques des maladies chroniques graves, comme le cancer, les cardiopathies et les maladies mentales.

    Rares sont les familles qui n'ont jamais été touchées à un moment ou à un autre par la douleur, l'angoisse, la peur et la tragédie que provoquent pareilles maladies dévastatrices. Le gouvernement du Canada et moi-même comprenons que, lorsque les Canadiens doivent livrer cette bataille, ils ne devraient jamais être laissés à eux-mêmes. Ils ont besoin, à juste titre, de notre aide. La caractéristique d'une société compatissante, c'est qu'elle aide ses citoyens dans les moments où ils en ont le plus besoin.

    Nous pouvons et nous devons le faire. Par la même occasion, nous devons soutenir le partage des connaissances pour garantir la mise en application des résultats de la recherche de manière à ce que, au fil du temps, ils contribuent à réduire les souffrances en ouvrant la voie à une détection plus précoce et à une meilleure gestion.

    Ce sont là quelques-uns des principes de notre nouvelle Stratégie intégrée sur les modes de vie sains et les maladies chroniques. Les stratégies de cette nature sont mises au point par la nouvelle Agence de santé publique du Canada.

    Grâce à un investissement important inclus dans le budget fédéral de février dernier, la stratégie permet de regrouper les divers programmes déjà en place pour alléger le fardeau des Canadiens vivant avec une maladie chronique, d'axer les efforts sur ces programmes et de s'en inspirer.

    Même si elles ne font pas les manchettes en règle générale, il n'en demeure pas moins que les maladies non infectieuses ou chroniques tuent plus de Canadiens chaque jour que toutes les nouvelles maladies transmissibles combinées. Nous savons que 82 p. 100 des décès et 74 p. 100 des handicaps sont attribuables aux maladies chroniques.

    Les coûts, sur le plan de la qualité de vie, sont inestimables. Dans la mesure où il est possible de mettre un prix sur la souffrance, nous pouvons dire que les maladies chroniques coûtent environ 70 milliards de dollars par année à notre économie.

    Certes, n'importe qui peut être affligé d'une maladie chronique, mais le fardeau n'est pas le même pour tous. Certains groupes, par exemple les personnes à faible revenus et les autochtones, sont plus susceptibles d'avoir des troubles cardiaques, d'être diabétiques ou obèses, d'avoir le cancer et de vivre avec une maladie mentale que le reste de la population.

    Beaucoup de maladies chroniques sont en grande partie évitables. Pourtant, de plus en plus de Canadiens ne sont pas suffisamment actifs ou ne mangent pas aussi sainement qu'ils le devraient pour prévenir les éventuelles maladies chroniques.

    Les maladies chroniques sont souvent qualifiées d'épidémie silencieuse. Nous, au gouvernement du Canada, nos partenaires dans les provinces et les territoires ainsi que les secteurs de la santé et sans but lucratif, entendons clairement le cri de détresse. Nous l'entendons et nous agissons.

    Au fil des années, Santé Canada a travaillé avec ses partenaires pour parer aux nombreux besoins urgents créés par les maladies chroniques. Je sais que mes collègues examineront quelques-uns des nombreux programmes ciblés issus de nos multiples partenariats fructueux tels que l'Initiative canadienne en santé cardiovasculaire et la Stratégie canadienne sur le diabète.

    Permettez-moi de vous entretenir pendant quelques instants des programmes de lutte contre le cancer que nous avons mis en place ou qui verront le jour. Il y a d'abord la Stratégie intégrée sur la vie saine et les maladies chroniques. Comme nous le savons, 300 millions de dollars sur cinq ans sont prévus dans le budget qui a été déposé à la Chambre. Une partie importante de cette somme financera des activités visant précisément le cancer qui s'inscriront dans le cadre de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer.

    Il y a aussi les Instituts de recherche en santé du Canada. Ils ont contribué 94 millions de dollars à la recherche sur le cancer en 2003-2004, et 93 millions de dollars en 2004-2005 outre les 12 millions versés aux chaires de recherche sur le cancer.

    Le budget de 2005 prévoit une subvention ponctuelle de 10 millions de dollars pour la recherche sur le cancer en reconnaissance du Marathon de l'espoir de Terry Fox.

  +-(1055)  

    L'Initiative canadienne sur le cancer du sein obtiendra quatre millions de dollars par année pour appuyer la recherche, les soins et les traitements, l'enseignement professionnel, les programmes de dépistage précoce et l'accès à l'information pour les femmes.

    L'Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer du sein reçoit trois millions de dollars par année afin d'appuyer des recherches de qualité sur tous les aspects de la maladie.

    Il existe à l'heure actuelle beaucoup d'autres programmes.

    Nous sommes également pleinement engagés sur un certain nombre de fronts très importants avec l'Alliance pour la prévention des maladies chroniques au Canada.

    Le gouvernement du Canada investit également de façon intensive dans la recherche sur les causes et les traitements possibles pour diverses conditions chroniques. Dans le domaine du diabète, par exemple, les Instituts de recherche en santé du Canada ont dépensé 28 millions de dollars en 2003-2004 seulement.

    Depuis 1997, la Fondation canadienne pour l'innovation a versé 27 millions de dollars pour soutenir la recherche sur le diabète dans les universités et les hôpitaux de recherche, alors que six chaires de recherche du Canada se spécialisent dans cette maladie seulement.

    La maladie mentale est souvent oubliée en tant que maladie chronique, mais elle peut être aussi catastrophique et débilitante pour les familles canadiennes. J'ai fait de la santé mentale l'une de mes priorités personnelles et j'ai récemment nommé l'honorable Michael Wilson en tant que conseiller spécial pour la santé mentale en milieu de travail. J'ai demandé à mes collègues au Cabinet de nommer un haut fonctionnaire au sein de leur portefeuille pour aider à coordonner les activités et les politiques fédérales dans le domaine de la santé mentale en milieu de travail.

    Je pense que nous pouvons tous nous entendre pour dire que la portée et l'importance des initiatives soulignent l'engagement du gouvernement du Canada de contrôler la prévalence des maladies chroniques. Cependant, nous comprenons également qu'il y a de très bonnes raisons pour intégrer nos efforts, pour poursuivre nos progrès tout à fait louables et pour créer de puissantes synergies. En fait, c'est l'approche adoptée dans le budget de 2005 qui vient appuyer les investissements précédents en affectant 300 millions de dollars sur cinq ans à une stratégie intégrée sur la vie saine et les maladies chroniques. Je pourrais ajouter que cette approche est appuyée par l'accord de septembre 2004 des premiers ministres sur les soins de santé.

    Cette stratégie va comprendre une série d'activités pour promouvoir une bonne alimentation et encourager l'activité physique et le maintien d'un poids santé qui peuvent aider à contrôler les maladies chroniques. Je le répète, elle comprend également une série d'activités complémentaires portant sur des maladies particulières dans les domaines du diabète, des maladies cardiovasculaires et du cancer.

    Ainsi, le financement pour la Stratégie canadienne sur le diabète passera de 15 millions de dollars à 18 millions de dollars par année. De plus, l'Initiative autochtone sur le diabète sera élargie et améliorée. Son financement passera de 25 millions de dollars au cours de la première année pour atteindre 55 millions de dollars à échéance, dans le cadre d'un programme de 700 millions de dollars pour la santé des Autochtones sur lequel on s'est également entendu lors de la réunion des premiers ministres de 2004.

    Cet investissement servira à prévenir le diabète, à promouvoir la santé et à améliorer le traitement et la surveillance.

    Je suis confiant que la stratégie intégrée en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques est la voie à suivre. Elle se traduira par l'amélioration de la santé de tous les Canadiens et la viabilité accrue de notre système de santé dans l'avenir.

    Ce qui m'inspire confiance, c'est que la stratégie comporte une approche novatrice s'appuyant sur trois piliers interdépendants. Premièrement, elle fait la promotion de la santé en traitant des conditions qui mènent à la mauvaise alimentation, à l'inactivité physique et à une masse pondérale malsaine. J'ai personnellement engagé la lutte contre ces trois facteurs et je fais de l'exercice presque chaque jour depuis trois mois.

    Deuxièmement, la stratégie vise à prévenir les maladies chroniques par une action intégrée axée sur les grands états chroniques et les facteurs de risques qui y correspondent.

    Troisièmement, la stratégie nous fournit des plateformes de dépistage précoce et de gestion des maladies chroniques.

    Nous sommes très fiers, et à juste titre, de penser que les Canadiens figurent parmi les gens les plus en santé au monde. Ils bénéficient d'un système de santé parmi les meilleurs. Il ne fait aucun doute que ce système peut être amélioré et, selon moi, c'est ce que visent tous les Canadiens.

  +-(1100)  

    Dans une société riche, on s'attend aujourd'hui à vivre longtemps et en santé; mais, ironiquement, la longévité et la prospérité comportent leurs inconvénients. Cela ne veut pas dire que nous devons perdre du terrain en ce qui concerne notre sort enviable en matière de santé. Cela signifie que nous devons nous concentrer sur des priorités. Nous devons reconnaître que les maladies chroniques constituent une menace réelle et croissante pour notre population.

    Nous devons agir. Nous devons, tous ensemble, nous attaquer aux conditions sous-jacentes à l'origine des maladies chroniques. Nous devons tous travailler en partenariat, les gouvernements, les professionnels de la santé, les chercheurs, le secteur sans but lucratif, tous ceux qui ont un intérêt commun à maintenir une population en santé ainsi qu'un système de santé viable. Nous devons oeuvrer tous ensemble et de façon concertée à établir les liens entre surveillance et observation continue, prévention et promotion de la santé, partage des connaissances et meilleures pratiques, et enfin, dépistage précoce et amélioration de la gestion des maladies.

    Tels sont les éléments clés de notre stratégie intégrée en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques. Je suis convaincu qu'ils vont nous pointer dans la bonne direction vers une meilleure santé pour tous les Canadiens.

    Encore une fois, je félicite le député d'en face du bien-fondé de ses préoccupations et du fait d'avoir porté à notre attention cette question urgente. Bien que nous fassions des progrès sur la voie que j'ai décrite, la motion mérite d'être étudiée justement dans le contexte de l'orientation adoptée.

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, je suis déçu, pas nécessairement de ce que le ministre a dit, mais de ce qu'il n'a pas dit. Le ministre ne nous a pas dit que le gouvernement voterait en faveur de la motion, qui vise à financer intégralement et à mettre en oeuvre la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer.

    Le ministre doit comprendre que les organismes à but non lucratif dans le domaine du cancer, les organismes dont il a fait mention, crient sur tous les toits que le gouvernement ne les écoute pas. Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse que le gouvernement a donnée ce matin et de tous les commentaires qu'il a faits depuis, c'est qu'il n'écoute pas les intervenants dans le domaine du cancer. S'il les écoutait, il mettrait en oeuvre la stratégie.

    Il y a deux semaines, l'Agence de santé publique du Canada s'est abstenue d'appuyer le plan financier quinquennal du conseil, ce qui montre encore plus le manque d'appui du gouvernement pour la motion. On m'a dit que le ministre s'était engagé, dans le dernier budget, à accorder le plein financement à la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer; or, pour une raison inconnue, le financement a été réduit. Le ministre pourrait peut-être nous dire pourquoi?

    Nous savons que des fonctionnaires fédéraux jettent le blâme des réductions budgétaires sur d'autres fonctionnaires fédéraux, mais tout le monde sait que la décision a été prise par le premier ministre et son Cabinet. Le ministre est donc responsable de ne pas financer intégralement et mettre en oeuvre la stratégie.

    Partout dans le monde, il a été démontré que la bonne approche est celle des stratégies axées sur des maladies précises. Des pays au profil démocratique semblable à celui du Canada, comme l'Australie et le Royaume-Uni, ont mis en oeuvre de telles stratégies. Je vais poser une question simple au ministre: le gouvernement acceptera-t-il de financer intégralement et mettre en oeuvre la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer, oui ou non?

  +-(1105)  

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh: Monsieur le Président, le député adore les réponses très simples.

    Permettez-moi de revenir à l'accord de 2004. Les premiers ministres ont tous convenu, en se fondant sur les conseils reçus de leurs administrations, que nous devrions avoir une stratégie intégrée sur la vie saine et les maladies chroniques. Cette stratégie recevra 300 millions de dollars supplémentaires, répartis sur les cinq prochaines années, soit 60 millions de dollars de plus par année.

    Évidemment, l'argent ne suffit jamais. On peut toujours investir beaucoup plus d'argent. Nous devons nous pencher sur une foule de questions concernant la vie saine et nous attaquer aux facteurs de risque communs dans la stratégie intégrée sur les maladies. Nous devons aussi prendre des mesures et lancer des projets visant des maladies précises. Tout doit être fait parallèlement. Nous élaborons actuellement cette stratégie à plusieurs volets.

    Si le député examine tout cela, il verra, à mon avis, que nous abordons les points soulevés par les ONG ou le secteur à but non lucratif en termes de stratégie autonome. C'est une décision qui a été prise dans le cadre du budget à l'époque. Nous tenons à ce que les facteurs de risque communs soient abordés de façon intégrée dans la stratégie sur les maladies chroniques à l'aide de certaines des initiatives visant des maladies particulières que nous prendrons également.

+-

    M. Jim Gouk (Colombie-Britannique-Southern Interior, PCC): Monsieur le Président, comme c'est curieux que le ministre insiste sur le fait que nous soyons sur la bonne voie. C'est très à propos.

    La lutte contre le cancer ne devrait pas dépendre des efforts d'un jeune homme héroïque qui a perdu sa jambe et finalement sa vie à cause du cancer. Elle devrait dépendre du gouvernement et du Parlement. La stratégie des libéraux me fait penser à un service de pompiers qui, confronté à un feu de broussailles, décide d'envoyer une personne armée d'un petit extincteur plutôt que d'envoyer toutes les ressources humaines et matérielles nécessaires pour éteindre l'incendie. Pour ne pas avoir bien fait les choses dès le début, il finit invariablement par perdre le contrôle de la situation ainsi qu'une grande partie de la forêt, des emplois et des taxes et créer des problèmes environnementaux.

    Il serait intéressant de savoir si le gouvernement a fait une analyse coûts-avantages. Par exemple, s'il investissait de grosses sommes d'argent, quel avantage en retirerait-il en termes d'économies pour le système de soins de santé, de revenus et de taxe, qui autrement seraient perdus, et à toutes ces autres choses?

    En ce qui concerne l'argent disponible, récemment, le gouvernement a présenté un budget en affirmant que c'était tout ce dont il disposait. Pourtant, quelques semaines plus tard, les libéraux ont trouvé 4,6 milliards de dollars supplémentaires. Je ne vais même pas commencer à parler de la valeur des projets qu'ils ont ciblés avec cet argent supplémentaire, mais ils avaient 4,6 milliards de dollars, vraisemblablement pour leur permettre de remplir leur engagement. D'après les chiffres que j'ai vus, s'ils investissaient une grande part de cet argent au lieu de parler d'investir des centaines de millions de dollars ou même quelques millions — je pense que le ministre a parlé d'un financement supplémentaire de 60 millions de dollars — s'ils investissaient des centaines de millions de dollars, on en épargnerait des centaines de milliards à long terme.

    Une analyse coûts-avantages a-t-elle été effectuée? Si oui, pourquoi le gouvernement n'envisage-t-il pas sérieusement de prendre un véritable engagement dans la lutte contre les problèmes de santé de nos citoyens et de s'attaquer au problème une fois pour toute, dans l'intérêt des économies à long terme et aussi de la qualité de vie?

  +-(1110)  

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh: Monsieur le Président, il est clair, comme je l'ai mentionné dans mon intervention, que les maladies chroniques nous coûtent environ 70 milliards de dollars par année, chiffre qui peut englober la perte de productivité.

    Il faut reconnaître que des stratégies autonomes ne constituent peut-être pas le meilleur moyen de venir à bout du problème. Les premiers ministres en ont convenu, car l'accord qu'ils ont signé accorde un place de choix à une stratégie intégrée de lutte contre les maladies chroniques. Je crois savoir que les professionnels qui oeuvrent dans le domaine s'entendent généralement pour dire qu'un grand nombre de ces maladies, dont le cancer, ont des facteurs de risque communs. Il est donc important de nous doter d'une stratégie intégrée de lutte contre la maladie et de moyens d'intervention intégrés à l'égard de plusieurs de ces maladies, auxquels s'ajouteraient, comme je l'ai signalé, des mesures visant des maladies particulières dont il faut s'occuper. C'est important.

    Il ne fait aucun doute qu'il faut faire la promotion de la santé publique en général partout au pays, plutôt que traiter des problèmes. Il faut veiller à promouvoir des modes de vie sains. S'inscrivent dans cette stratégie l'éducation, la sensibilisation et la promotion des modes de vie sains.

    Personnellement, je m'efforce de mener une vie saine. Je m'entraîne presque tous les jours depuis trois mois à la salle d'exercice de l'édifice Confédération. Chacun d'entre nous doit prendre ce genre d'engagement personnel.

    M. Jim Gouk: Je préférerais que vous restiez signer des chèques.

    L'hon. Ujjal Dosanjh: Monsieur le Président, je ne comprends pas ce qui dérange tant le député d'en face dans le fait que je mène une bataille personnelle dans ce domaine. Il est important que tous les Canadiens participent. C'est pourquoi nous voulons mettre en oeuvre une stratégie canadienne visant à favoriser l'adoption de saines habitudes et à prévenir les maladies chroniques.

+-

    M. Peter Stoffer: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Des discussions ont eu lieu entre les partis et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime pour me permettre de proposer l'amendement amical suivant à la motion à l'étude. L'amendement est ainsi formulé: « Que l'on ajoute, après le mot « provinces », les mots « les territoires et les municipalités ».

[Français]

+-

    M. Réal Ménard: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement à mon tour. Contrairement à ce qu'a laissé sous-entendre notre collègue du NPD, il n'y a pas d'accord entre les partis, puisque le Bloc québécois n'est pas en faveur de cet amendement.

[Traduction]

+-

    M. Peter Stoffer: Monsieur le Président, sans vouloir entreprendre un débat, je signale que j'ai parlé au Bloc québécois et que ce parti a accordé son consentement.

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Le député a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour proposer la motion?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Le consentement n'est pas acquis.

    Nous poursuivons avec les questions et observations. Le député de Hochelaga a la parole.

[Français]

+-

    M. Réal Ménard (Hochelaga, BQ): Monsieur le Président, je sais que le temps fuit. Je voudrais simplement poser une question au ministre. Tantôt, nous aurons l'occasion d'expliquer, par l'entremise de ma collègue de Laval, pourquoi nous ne sommes pas favorables à cette proposition des conservateurs.

    En fait, le fond du problème ne constitue-t-il pas justement un problème? La situation serait peut-être moins problématique si nous étions dans un système politique beaucoup plus fonctionnel que celui dans lequel nous évoluons depuis quelques années. C'est le gouvernement fédéral qui a des ressources, mais ce sont les provinces qui ont des besoins importants, particulièrement en matière de santé. Ce domaine est le poste inflationniste le plus important des gouvernements.

    De 1994 à 1999, le gouvernement a coupé de manière unilatérale et substantielle dans les paiements de transfert. Pour atteindre les objectifs que nous proposent les collègues conservateurs, ne serait-il pas plus simple d'augmenter considérablement les paiements de transfert et de laisser les provinces articuler elles-mêmes leurs stratégies en matière de lutte contre le cancer et de prévention des maladies mentales et cardiovasculaires?

  +-(1115)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh: Monsieur le Président, c'est justement ce que nous avons fait en septembre dernier. Nous avons ajouté 42 milliards de dollars sur dix ans aux paiements de transfert. De ce fait, les montants versés aux provinces dépassent maintenant largement ce qui était recommandé par M. Roy Romanow dans son rapport.

    Outre l'augmentation des paiements de transfert, j'estime que nous devons également nous occuper d'éducation et de sensibilisation en matière de prévention et de promotion de la santé publique à l'échelle de l'ensemble du pays. L'enveloppe de 300 millions de dollars consacrée à la stratégie intégrée de lutte contre les maladies et à la stratégie de promotion de saines habitudes de vie fait partie de notre effort de respecter les obligations qui nous incombent à l'égard des Canadiens.

[Français]

+-

    M. Réal Ménard (Hochelaga, BQ): Monsieur le Président, il me fait plaisir de prendre la parole en cette journée d'opposition officielle.

    D'abord, je voudrais rendre hommage aux bénévoles dans les différentes communautés au Québec, comme au Canada anglais. Ces bénévoles oeuvrent dans le secteur du cancer, de la santé mentale et des maladies cardiovasculaires. Maintes fois, cela prend la forme d'un engagement à titre d'aidants naturels et permet une extraordinaire manifestation de solidarité dans les communautés.

    Durant mon discours, j'essaierai d'être le plus nuancé possible. En effet, je ne voudrais pas que l'on pense que le Bloc québécois n'est pas préoccupé par la question de la santé mentale, par le cancer et par les maladies cardiovasculaires.

    Dans les prochaines années, une personne sur cinq risque d'être affligée de problèmes de santé mentale. On conçoit évidemment que cela existe à divers niveaux, mais il y a tout de même une personne sur cinq qui est à risque.

    À l'instant, au Canada, à toutes les huit minutes, on diagnostique une personne atteinte du cancer, soit le cancer du sein, du côlon ou autre. Cela est proprement effroyable et inquiétant, mais c'est la réalité.

    Quant aux maladies cardiovasculaires, on sait bien que c'est aussi un fléau. On pourrait demander aux députés, qui ont perdu un être cher en raison des maladies cardiovasculaires, de lever la main et plusieurs la lèveraient. En effet, je suis convaincu que la plupart d'entre nous connaissent une personne décédée des suites de cette maladie.

    Cependant, je crois que nos amis les conservateurs ont identifié cette problématique en ayant une mauvaise grille d'analyse. Je soumets respectueusement que ce que nous proposent les conservateurs ne permettra pas de régler concrètement les problèmes sur le terrain.

    D'abord, je voudrais relire la proposition pour nos concitoyens qui se joignent à nous. Ensuite, je vais vous dire pourquoi le Bloc québécois ne pourra pas appuyer cette motion. Cette motion est proposée par le député de Charleswood—St. James—Assiniboia, mon collègue, le porte-parole des conservateurs en matière de santé, député du Manitoba, monarchiste et attachant. Voilà comment j'ai tendance à le définir.

    Il propose:

    Que, puisqu'il faut élaborer dès maintenant une stratégie nationale pour réduire les coûts humains et économiques de plus en plus lourds du cancer, des cardiopathies et des maladies mentales, la Chambre demande au gouvernement de financer intégralement et de mettre en oeuvre, en symbiose avec les provinces et tous les intervenants, la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer ainsi que d'élaborer et d'appliquer sans délai une stratégie nationale d'ensemble sur les maladies mentales et les cardiopathies, le Canada étant un des rares pays développés à ne pas avoir de plan d'action national pour réduire l'incidence des maladies mentales et des maladies du coeur.

    D'abord, je souligne que la motion part certainement d'un bon naturel. Bien sûr, nous vivons à une époque où les maladies chroniques font des ravages en ce qui a trait à la productivité et la morbidité. Cependant, je ne peux pas m'empêcher de souligner que, parmi les 10 lignes de la motion, il y a quatre fois le mot « national ». Lorsque le député de Charleswood—St. James—Assiniboia fait mention du mot « national », il parle évidemment du Canada. On peut alors se poser légitimement la question suivante. Le type de stratégie que le député invite à mettre en oeuvre doit-elle trouver naturellement son impulsion depuis Ottawa?

  +-(1120)  

    Je crois qu'il ne fait aucun doute, pour tous les députés du Bloc québécois, que cette stratégie ne peut pas trouver son impulsion depuis le gouvernement fédéral.

    Si notre collègue avait proposé que l'on augmente les paiements de transferts et que l'on invite les provinces à réserver des fonds pour la lutte contre le cancer, pour les maladies mentales et, bien sûr, pour toute la question des maladies cardiovasculaires, le Bloc québécois se serait évidemment fait un ardent promoteur de cette proposition et de cette motion. Je crois cependant qu'il faut prendre acte que ce n'est pas le cas.

    Plus tôt, j'ai eu le plaisir de m'entretenir à l'impromptu avec les porte-parole de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer et de l'Association canadienne pour la santé mentale. Le discours était un peu différent.

    Si l'objectif recherché était qu'il y ait un lieu de coordination où des représentants de toutes les provinces et territoires pourraient s'asseoir autour d'une même table et échanger de l'information sur la façon de diagnostiquer, sur les modalités de prévention et les thérapies disponibles, au nom d'un robuste bon sens et d'une certaine générosité, le Bloc québécois ne pourrait pas s'y opposer. Cependant, ce n'est pas de cela qu'on parle; on parle de la mise en oeuvre d'une stratégie nationale.

    Il faut quand même reconnaître que cela vient d'une volonté de donner plus de place au gouvernement fédéral en matière de santé. Toutefois, on ne peut pas isoler la proposition devant nous de la question nationale. C'est vraiment le coeur du discours du Bloc québécois. On ne peut pas, d'un côté, dire que l'on souhaite respecter les prérogatives des provinces et, d'un autre côté, inviter le gouvernement fédéral à avoir une stratégie nationale. C'est irréconciliable. Il y a une sorte d'antinomie, de paradoxe.

    Je sais que les conservateurs aiment bien dire qu'ils sont des « provincialistes » dans la tradition du XIXe siècle et qu'ils veulent respecter les compétences des provinces. Je ne demande qu'à les croire, mais à la lecture de la proposition devant nous, je ne peux pas souscrire à l'idée que c'est là une manifestation, une émanation d'un respect des compétences et d'une volonté de respecter les provinces.

    C'est le cadre général qui nous amène à voter contre la proposition. Je voudrais vous parler d'une petite expérience que j'ai vécue il y a quelques années. Évidemment, je n'ai plus 20 ans. Depuis 1993, je siège en cette Chambre et je suis porte-parole en matière de santé depuis 1999. Je crois d'ailleurs être le doyen des porte-parole en matière de santé. Je ne crois pas que dans les autres partis, il y ait une plus grande longévité que la mienne au Comité permanent de la santé.

    Je ne prétends pas non plus incarner la stabilité au Bloc québécois en cette période qui s'annonce mouvementée. C'est un autre débat, et ne nous égarons pas.

    Cela étant dit, il y a quelques années, le ministre de la Santé de cette époque, Allan Rock — député d'Etobicoke-Centre, avec qui vous avez vous-même siégé, monsieur le Président —, dans un geste de non-partisanerie, avait été nommé représentant du Canada à l'ONU par le gouvernement du Canada. Vous vous le rappellerez. Allan Rock, qui n'était pas une mauvaise personne, avocat de son état, était venu au Comité permanent de la santé. À cette époque, M. Charbonneau, député d'Anjou—Rivière-des-Prairies, — circonscription maintenant rebaptisée Honoré-Mercier  —, dans un deuxième geste de non-partisanerie, avait été nommé par le gouvernement à l'UNESCO. M. Charbonneau, qui était secrétaire parlementaire du ministre de la Santé — M. Rock à l'époque —, avait demandé au Comité permanent de la santé d'étudier toute la question des maladies mentales.

    On sait évidemment que ces maladies sont une problématique importante et seront même l'une des plus importantes problématiques des prochaines années. S'il est vrai qu'un de nos concitoyens sur cinq souffrira de problèmes de santé mentale dans les prochaines années, à des degrés variables allant d'une douce dépression à des maladies plus sévères, il faut évidemment s'en préoccuper.

  +-(1125)  

    Donc, j'étais contre cette proposition.

    Le Comité permanent de la santé a commencé ses travaux et a entendu des témoins de Santé Canada. Sait-on combien de fonctionnaires de Santé Canada étaient en mesure de nous parler des initiatives du ministère de la Santé à Ottawa en matière de maladies mentales? En tout et partout, dans un grand comité plénier, il y avait trois fonctionnaires qui détenaient une expertise et qui, à temps plein, avaient investigué en matière de santé mentale.

    Pourquoi dis-je cela? Ce n'est pas que ces fonctionnaires ne soient pas compétents ou qu'ils ne fassent pas leur travail au mieux de leurs capacités. Par contre, peut-on s'imaginer sérieusement que le gouvernement fédéral, dont ce n'est pas la responsabilité, puisse lui-même donner l'impulsion dans des problématiques aussi importantes que les maladies mentales ou cardiovasculaires ou le cancer?

    Ceux qui donnent des soins, ceux qui posent des diagnostics, ceux qui connaissent les thérapies médicamenteuses et ceux qui acquièrent les technologies de détection dans les centres hospitaliers font tous partie des éléments d'une stratégie.

    Je veux bien qu'on me parle d'une stratégie, mais en quoi consiste cette stratégie? D'aval en amont, une stratégie inclut tout d'abord la prévention. La prévention traite des déterminants de la santé, dont l'environnement, l'alimentation, l'activité physique, les loisirs, la gestion du stress. On trouve des réponses à toutes ces variables dans les compétences provinciales.

    Une stratégie nationale, si l'on doit en avoir une, commence avec la prévention. Or, aucun des grands déterminants de la prévention ne se rattache à un domaine de compétence du gouvernement fédéral.

    Après la prévention, on pose le diagnostic. Il faut identifier, parmi un échantillonnage de la population, ceux qui sont atteints, de manière latente ou active, par les trois maladies dont j'ai parlé. Mais qui fait la prévention? C'est tout d'abord un CLSC, puis un centre de soins de longue durée, une urgence ou un hôpital. En quoi le gouvernement fédéral peut-il être utile à la prévention ou à la détection?

    Si l'on va plus loin dans une stratégie, après les étapes de la prévention et de la détection, évidemment, il y a l'étape du curatif. Si l'on doit recevoir des soins, où les reçoit-on? C'est bien sûr dans un centre hospitalier. Ces soins, comment nous sont-ils offerts? Ils sont offerts par des professionnels de la santé. Qui accréditent, par l'intermédiaire des ordres professionnels, les professionnels de la santé? Ce sont les provinces. Qui rend disponibles les médicaments? Je reviendrai plus tard sur la stratégie du gouvernement fédéral visant la création d'un formulaire national en matière de médicaments. Il existe déjà des formulaires pour les thérapies disponibles.

    Le gouvernement du Québec et l'opposition officielle étudient la question. D'ailleurs, je prendrai quelques instants pour offrir mes meilleurs voeux de succès à Mme Louise Harel, députée de Hochelaga-Maisonneuve, maintenant leader de l'opposition à l'Assemblée nationale. C'est la première femme à accéder à de telles responsabilités. Je ne veux pas m'égarer, mais la raison pour laquelle je parle de Mme Harel, c'est qu'elle est porte-parole du Parti québécois en matière de santé. La Commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale étudie présentement une politique sur les médicaments. Or, qui décide d'inscrire les médicaments sur les listes de remboursement? Ce n'est certainement pas le gouvernement fédéral.

    On voit donc la douce incohérence qui s'est malheureusement emparé — de façon temporaire, je l'espère — des conservateurs. Ceux-ci donnent à penser que cette Chambre pourrait mettre en oeuvre une stratégie nationale. Par contre, parmi les grandes composantes d'une telle stratégie, allant de la prévention à la détection, en passant par le curatif et l'hospitalisation, aucune responsabilité ne nous permet de penser que le gouvernement fédéral pourrait faire oeuvre utile dans un tel domaine.

  +-(1130)  

    Le meilleur service que pourrait rendre le gouvernement fédéral, c'est celui d'augmenter les paiements de transfert.

    Plus tôt, le ministre de la Santé — , j'ai failli l'enregistrer, mais je comprends que cela pourrait lui porter malheur — , est venu dire qu'au cours des 10 prochaines années, on augmentera le financement fédéral à hauteur de 42 milliards de dollars. Bravo! Nous n'avons pas peur de saluer ce geste. S'il y a plus d'argent dans le système de santé, c'est meilleur pour tout le monde. Toutefois, il faut bien savoir que même avec cette contribution, le fédéral participe pour moins de 25 p. 100 au fonctionnement du système de santé.

    Je vous rappelle que, peu importe leur allégeance politique — il y avait des conservateurs, des néo-démocrates, des souverainistes et des libéraux —, lorsque tous les premiers ministres se sont réunis — soit depuis 2001 — , ils ont demandé que le gouvernement fédéral contribue à hauteur de 25 p. 100 au financement des soins de santé.

    Tel est le caractère insidieux du fédéralisme canadien. À chaque période, on a utilisé des thèmes pour faire du « nation building ». La santé est la priorité majeure de nos concitoyens. Bien sûr, ils sont tous préoccupés par cette question. Aujourd'hui, on ne parle plus du troisième âge, mais du quatrième âge. Dans nos communautés, il n'est pas rare de rencontrer des gens de 80, 85 ou 90 ans qui sont comme des petits jeunes. Ils sont très en forme et actifs dans leur communauté.

    On a d'ailleurs des exemples dans notre caucus, entre autres en la personne du député de Champlain. Il fait partie du troisième âge, mais c'est un homme extrêmement dynamique, vigoureux et en santé. Pourquoi? Parce qu'il a fait attention à son alimentation, il n'a pas commis d'excès et il gère bien son stress. C'est le secret que je partage avec vous, monsieur le Président, pour que vous vous rendiez aux troisième et quatrième âges.

    En résumé, nous ne pouvons pas appuyer la motion des conservateurs, même si elle part d'un bon naturel. Nous sommes bien sûr préoccupés par toute la question des maladies chroniques. Oui, les questions de cancer, de maladies mentales et cardiovasculaires figurent parmi les priorités en matière de prévention, de recherche et de traitements. Ce sont d'ailleurs des domaines qui ont été identifiés dans l'entente de 2004. Cependant, nous ne croyons pas que l'impulsion doive venir du gouvernement fédéral.

    Je vous rappelle que depuis quelques années, le gouvernement fédéral utilise la santé pour faire du « nation building ». Quelle est l'inspiration du gouvernement fédéral? Il ne s'agit pas seulement de celui-ci. C'est à regret que je dois dire qu'à ce sujet, mes amis du NPD, si progressistes en d'autres lieux, ont complètement suivi le gouvernement fédéral et le rapport Romanow. Quelle est la bible du gouvernement fédéral? C'est le rapport Romanow. Que souhaite ce rapport? C'est écrit en toutes lettres. Ce rapport veut que l'on mette fin à l'existence de dix systèmes de santé pour n'en avoir qu'un seul.

    C'est tellement vrai que ledit rapport a poussé l'audace tellement loin qu'il a demandé à ce qu'il y ait un seul système de reconnaissance des médicaments, assorti d'un formulaire unique partout au Canada. N'est-ce pas insidieux?

    En terminant, puisque l'on me fait signe que mon temps de parole s'écoule, je dis que nous ne pourrons pas appuyer cette motion des conservateurs. Nous leur demandons de pousser la logique du respect des provinces jusqu'au bout et de ne pas demander au gouvernement fédéral de prendre le leadership d'une stratégie nationale, alors qu'il n'est pas le joueur habilité pour ce faire.

  +-(1135)  

[Traduction]

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, d'un porte-parole en matière de santé à l'autre, je ne suis pas certain que le député a eu le temps de respirer au cours de son intervention et je lui signale que l'air est bon pour la santé et qu'il devrait en prendre une bouffée. Il a peut-être mal compris ce qu'on essaie de faire.

    Ce document qui présente une stratégie nationale, plus précisément la stratégie de lutte contre le cancer, ne vient pas du Parti conservateur. Il a été réalisé par les principaux intervenants de la lutte contre le cancer, y compris ceux du Québec. Cette stratégie présente les conseils d'un groupe d'experts indépendant. Elle laisse aux provinces le choix de participer ou de se dissocier, le cas échéant, et elle respecte l'autonomie des gouvernements provinciaux en ce qui a trait à la prestation des soins de santé. Elle met l'accent sur les résultats et, dans la plupart des cas, est gérée à l'échelon local.

    Cette stratégie n'a pas été mise au point à Ottawa et ne sera pas gérée par le gouvernement fédéral. Néanmoins, nous demandons à ce dernier de la financer, mais de laisser les intervenants, les gens et le conseil la mettre en oeuvre. C'est assez différent de ce que le député a décrit.

    Il s'agit d'une stratégie nationale mais non fédérale. La question nous touche tous de près. Nous partageons de nombreux défis. Le fait que le député soit à la Chambre aujourd'hui indique que les citoyens du Québec, de l'Ontario, du Manitoba et de l'Alberta, entre autres, partagent nombre de préoccupations communes et que le cancer est au nombre de celles-ci.

    J'essaie simplement de dire que, mis à part le financement, le gouvernement fédéral ne participera pas vraiment à la stratégie. La bureaucratie a montré son incapacité à mettre en oeuvre une stratégie nationale. En rejetant la stratégie, le gouvernement libéral a fait preuve de mépris à l'égard des intervenants de la lutte contre le cancer.

    Comme la stratégie sera une initiative indépendante, je me demande si le député est prêt à reconnaître que l'autonomie provinciale sera respectée et à admettre que cela servirait l'intérêt général. Cette stratégie sauvera des vies, la vie de certains de ses électeurs, la vie de gens qui votent pour lui. Je suis certain qu'il ne veut pas les perdre.

    Je demande au député de bien vouloir reconsidérer la question et de nous aider à mettre en oeuvre cette stratégie qui aidera tout le monde.

  +-(1140)  

[Français]

+-

    M. Réal Ménard: Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. Je le rassure sur mon débit respiratoire: tout va bien, ma santé est bonne. Je le remercie de s'en préoccuper.

    Cependant, les mots veulent dire quelque chose. On peut amender la proposition, s'il le souhaite. La motion parle d'« une stratégie nationale pour réduire les coûts humains » et demande au gouvernement fédéral « de financer intégralement et à mettre en oeuvre », puis ajoute « avec [...] les intervenants ». Le libellé de la motion tel qu'il nous est soumis a pour principe initial que l'impulsion, le leadership et la mise en oeuvre d'une stratégie émanent tout d'abord du gouvernement fédéral. Je pense qu'il faut le reconnaître.

    Notre collègue dit que ce sont les provinces qui seront responsables d'opérer le tout. Nous pouvons amender la motion en ce sens. Si la motion invitait le gouvernement fédéral à rétablir les paiements de transfert, de sorte que les provinces, dans leur maîtrise d'oeuvre, élaborent des stratégies pour la lutte contre le cancer, les maladies mentales et cardiovasculaires, nous aurions été en faveur.

    Je demande à notre collègue s'il a reçu l'appui de l'Assemblée nationale. Je ne pense pas que le gouvernement de Jean Charest, ni le Parti québécois, ni l'ADQ donneraient leur appui à une telle motion. Je suis un député du Québec et je me fais le porte-parole d'un consensus de l'Assemblée nationale. Je demande le strict respect des compétences, particulièrement les compétences sacrées comme l'éducation et la santé. Je serais très surpris que l'Assemblée nationale, saisie d'un tel libellé, y donne son appui.

[Traduction]

+-

    M. James Lunney (Nanaimo—Alberni, PCC): Monsieur le Président, je sais que les députés de ce côté-ci sont déçus que nos collègues du Bloc refusent d'appuyer cette initiative concernant la mise en oeuvre d'une stratégie nationale de lutte contre le cancer.

    Je veux poser au député une question dans une autre optique. Il a parlé de l'ex-ministre de la Santé, Alan Rock, et de M. Charbonneau, qui était son secrétaire parlementaire à l'époque et qui avait alors présenté une motion afin qu'on étudie toute la question des maladies mentales. C'est un sujet qui nous préoccupe beaucoup et que nous abordons dans le cadre d'une stratégie nationale.

    Le député, qui fait partie du Comité de la santé depuis longtemps, sait que ce comité est actuellement saisi d'un projet de loi concernant la réglementation des produits de santé naturels. Je sais que bien des Canadiens s'expliquent mal l'accueil qu'a réservé Santé Canada à un traitement à base de vitamines et d'un produit minéral appelé Empowerplus, qui a été mis au point en Alberta et qui semble fort prometteur pour le traitement des maladies mentales.

    Ce traitement était tellement prometteur que les conclusions de quatre examens par des pairs ont été publiées à cet égard. Le gouvernement de l'Alberta a investi plus d'un demi-million de dollars dans cette étude. Le traitement soulageait certains sujets souffrant notamment de troubles bipolaires lorsque les autorités de Santé Canada ont décidé de mettre un terme à l'étude qui était menée à l'Université de Calgary et qui était en train de prouver l'efficacité du traitement.

    Des agents de la GRC sont allés faire une descente dans la petite entreprise qui fabriquait le produit en question, à Raymond, en Alberta. Ils ont saisi les ordinateurs de l'entreprise et ont communiqué avec 3 000 Canadiens qui bénéficiaient de ce produit et qui avaient recouvré leur santé mentale. On a dit à ces gens de recommencer à prendre leurs médicaments utilisés en psychiatrie, sous la surveillance de leur médecin, et d'avoir un suivi psychiatrique adéquat alors qu'ils se portaient très bien, bon nombre avec la bénédiction de leur médecin.

    Qu'il soit question des effets d'Empowerplus sur les problèmes de santé mentale ou de ceux de l'acide folique sur les cardiopathies, cet acide étant un des principaux mécanismes de défense contre l'homocystéine qui constitue un des facteurs de risque les plus élevés en matière de cardiopathie et qui endommage les parois des vaisseaux sanguins, à cause de dispositions désuètes de la Loi sur les aliments et drogues, des paragraphes 3(1) et 3(2) ainsi que de certaines parties de l'annexe A de cette loi, nous ne pouvons parler aux Canadiens des avantages de produits simples et non brevetables qui présentent peu de danger et qui sont susceptibles de les aider à réduire les facteurs de risque auxquels ils s'exposent.

    Le député est-il d'accord pour dire qu'il est important d'examiner tous les moyens possibles de promouvoir la santé et la prévention ainsi que le bien-être des Canadiens en établissant toute stratégie nationale visant à promouvoir le bien-être de nos concitoyens dans ces domaines?

  +-(1145)  

[Français]

+-

    M. Réal Ménard (Hochelaga, BQ): Monsieur le Président, je peux être d'accord avec notre collègue pour dire que dans la panoplie des options qui s'offriraient aux consommateurs, il arrive que des produits naturels peuvent avoir un effet extrêmement salutaire. Quant à l'articulation du projet de loi, je lui soumets respectueusement qu'il y avait quelques difficultés.

    Cependant, profitons de cet exemple. Pendant plusieurs mois, nous avons étudié un projet de loi d'un autre collègue — qui n'est pas le projet de loi sur les aliments de santé naturels et les produits de santé naturels —, sur le syndrome de l'alcoolisme foetal. Nous avons eu le même réflexe.

    Autour de la table du comité, des gens ont demandé une stratégie nationale pour le syndrome de l'alcoolisme foetal. Lorsque l'on a regardé les composantes de cette stratégie, on s'est rendu compte que la responsabilité et l'expertise du gouvernement fédéral ne dépassaient guère le stade de l'information.

    En effet, ils avaient fait imprimer des dépliants et les avaient acheminés aux différentes corporations professionnelles. Ces dépliants contenaient des informations relatives à la prévention du syndrome. Cependant, au-delà de ce stade, lorsque l'on se retrouve dans le cabinet d'un médecin au sujet de l'articulation d'un médicament et de la stratégie de guérison, ce n'est pas le gouvernement fédéral qui peu le faire.

    Je pense que cela n'est pas différent pour le syndrome de l'alcoolisme foetal que ce l'est pour les maladies mentales, pour le système cardio-vasculaire ou pour le cancer. Le gouvernement fédéral peut éventuellement inviter les gens à s'asseoir autour d'une table, à procéder à l'échange d'informations, mais on n'a pas besoin d'une stratégie nationale pour ce faire.

    Le meilleur système et le meilleur service que le gouvernement fédéral peut rendre, c'est celui d'augmenter les paiements de transfert, comme toutes les provinces le lui demandent depuis bientôt 10 ans.

[Traduction]

+-

    Mme Jean Crowder (Nanaimo—Cowichan, NPD): Monsieur le Président, le NPD donnera son appui à la motion, et je remercie le député de Charleswood St. James—Assiniboia de l'avoir présentée à la Chambre. La motion donne lieu a un débat très vigoureux sur une question qui est très importante aux yeux des Canadiens.

    Je ne lirai pas la motion au complet, mais seulement une partie:

[...] la Chambre demande au gouvernement [...] d'élaborer et d'appliquer sans délai une stratégie nationale d’ensemble sur les maladies mentales et les cardiopathies [...]

    Au début de la motion, il est question de la nécessité d'appliquer une stratégie nationale de lutte contre le cancer.

    Le député a parlé d'une coalition regroupant un certain nombre d'organismes qui ont consacré beaucoup d'énergie pendant plusieurs années à cette stratégie. Dans un rapport intitulé Établissement du cadre d’élaboration d’une stratégie canadienne globale de lutte contre le cancer, la coalition cerne un certain nombre de facteurs qu'il est essentiel d'intégrer à une stratégie nationale: prévention, dépistage, diagnostic, traitement, soins de soutien et soins palliatifs.

    Je sais que d'autres députés vont parler de divers aspects de cette stratégie nationale. J'aimerais, moi, me concentrer sur la prévention et le bien-être.

    Dans le rapport, on peut lire:

    Pour lutter véritablement contre le cancer, il faut non seulement chercher des traitements, voire des cures efficaces, mais également essayer de le prévenir et d'augmenter le taux de survie ainsi que la qualité de vie parmi les personnes qui en sont atteintes. Il faut intervenir tant individuellement, auprès des personnes, que collectivement, auprès des populations.

    Il s'agit de l'un des passages les plus importants de ce document.

    Après avoir examiné la stratégie et après en avoir parlé à un certain nombre de protagonistes de la lutte contre le cancer, j'ai été consterné de constater, entre autres, que la présente discussion se répète depuis des années et des années. On aurait cru qu'en 2005, à titre de députés, nous serions non pas en train de passer une journée complète à discuter de cette question très importante, mais plutôt en train de nous féliciter pour les résultats obtenus dans le cadre de la lutte contre le cancer.

    Pour me préparer au débat d'aujourd'hui, j'ai consulté un document intitulé Cancer Care in Canada, publié par la Cancer Advocacy Coalition of Canada. J'ai parlé il y a un instant de ma consternation. Or, cette coalition a produit a rapport intitulé Report Card 2003, dans lequel on peut lire l'important passage suivant:

    Depuis l'année 2000, la Cancer Advocacy Coalition of Canada [...] demande un portrait fidèle de la dure réalité touchant les victimes du cancer au pays. Année après année, nous répétons sans nous lasser qu'il est impossible de gérer ce qui n'est pas mesuré.

    Ce groupe a évalué les provinces du Canada. Il a utilisé diverses mesures: le taux de mortalité, qui a permis de classer les provinces; les temps d'attente en 2002; le financement par habitant; les taux d'accroissement du financement; et la transparence et la reddition de comptes.

    Les temps d'attente, par exemple, vont d'inacceptables à acceptables, en passant par médiocres. Nous n'avons aucun moyen uniforme d'évaluer les temps d'attente à l'échelle des provinces, de recueillir l'information ni de rendre des comptes aux Canadiens. Dans le document, le groupe a fait remarquer que, bien souvent, on mêlait les pommes et les oranges.

    Ce qui m'intéresse le plus, c'est la transparence et la reddition de comptes au niveau fédéral — comment le fédéral dépense son argent pour les soins de santé — comme au niveau provincial — comment les provinces rendent des comptes au gouvernement fédéral au sujet de l'argent dépensé.

    L'analyse de la reddition de comptes par les provinces indique que l'information fournie va d'inacceptable à accessible, en passant par médiocre. Il y a même un cas pour lequel la cote est « exceptionnel ». La transparence et la reddition de comptes en Ontario sont exceptionnelles. Malheureusement, dans ma province, la Colombie-Britannique, elles sont simplement acceptables.

    L'une des difficultés associées à la lutte contre le cancer et à la prévention de cette maladie, c'est que souvent nous ne savons pas ce que nous mesurons, nous ne savons pas comment recueillir l'information et nous ne disposons pas d'un cadre cohérent pour en parler.

  +-(1150)  

    Avant de parler de prévention et de mieux-être, je vais revenir sur les propos de mon collègue bloquiste. Il s'est reporté au rapport Romanow et il a laissé entendre que le gouvernement fédéral avançait peu à peu dans la mise en oeuvre de ce rapport. Je ne suis pas d'accord.

    Le gouvernement fédéral a dit qu'il avait comblé ce qu'on a appelé l'écart Romanow en injectant des fonds dans les soins de santé pour les dix prochaines années. En s'engageant à accorder un financement, on a comblé un écart, mais, pour les nombreuses autres initiatives proposées dans le rapport Romanow, c'est l'inertie totale. On n'y a accordé aucune attention.

    Le rapport final de la Commission sur l'avenir des soins de santé au Canada traite expressément de la prévention et du mieux-être, et c'est dans cet excellent contexte que nous pouvons parler de stratégie de prévention du cancer. Le rapport parle de ce qu'il faut attendre du vieillissement de la population. Nous savons que, dans le cas du cancer, l'âge est un facteur qui joue. Selon les tendances démographiques, la proportion des Canadiens âgés de 60 ans et plus devrait passer de 17 à 28,5 p. 100 d'ici 2031.

    Lorsque nous parlons de la nécessité d'une stratégie nationale, il faut dire que non seulement nous voyons des cancers chez les moins de 60 ans, mais aussi qu'il y a dans la pyramide démographique un très important renflement qui se manifestera ces prochaines années. Si nous ne prenons pas les devants en élaborant une stratégie en conséquence, notre système médical aura de graves difficultés sur les bras.

    Le rapport Romanow dit encore que, d'après une grande partie des observations faites à l'étranger, une modeste croissance économique devrait permettre à la plupart des pays de gérer la croissance de la population âgée et d'accroître leurs dépenses en soins de santé. Il ne faut pas oublier que des pays qui ont déjà une population âgée plus importante que celle du Canada dépensent nettement moins et obtiennent des résultats comparables à ceux du Canada sur le plan de la santé.

    Romanow a également parlé des besoins et de la pérennité du système. Selon lui, les résultats du Canada se comparent favorablement à ceux d'autres pays. Les faits permettent de penser que nous nous attaquons assez bien aux facteurs qui influent sur l'état général de santé des Canadiens. Il y a néanmoins des domaines où il y a place pour des améliorations et où il y a de graves disparités sur les plans des soins et des résultats en matière de santé dans certaines régions.

    Il est évident qu'il y a encore beaucoup à faire pour réduire ces écarts et lutter contre certains facteurs qui ont une incidence sur la santé des Canadiens, comme le tabagisme, l'obésité et l'inactivité. Je parlerai davantage de ces déterminants de la santé dans quelques instants.

    Le commissaire Romanow a fait des recommandations très précises en vue de donner davantage de poids à la prévention. La recommandation 22 prévoit que:

    La prévention des maladies et des accidents et la promotion de la santé devraient être pleinement intégrées aux soins de santé primaires, l’objectif premier étant de faire du Canada un chef de file mondial dans la lutte contre le tabagisme et l’obésité.

    La recommandation 23 prévoit que:

    Tous les gouvernements devraient adopter et mettre en oeuvre la stratégie mise au point par les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux responsables du sport, des loisirs et de l’activité physique en vue de favoriser l’activité physique au Canada.

    En ce qui a trait à la promotion de la santé, nous savons qu'une grande partie des facteurs qui mènent les gens aux soins intensifs ou exigent des traitements contre le cancer sont directement liés à d'autres facteurs, comme le mode de vie. Dans son rapport, le commissaire Romanow souligne que plus de 90 % des décès imputables au cancer du poumon et de 30 % des décès attribuables aux autres formes de cancer pourraient être prévenus dans une société de non-fumeurs. Ces chiffres viennent de Statistique Canada. Ils n'ont pas été créés de toute pièce.

    Nous prenons évidemment des mesures dans ce sens et je félicite bon nombre d'organismes sans but lucratif, comme Médecins pour un Canada sans fumée, de leurs efforts en vue de faire du Canada un société sans fumée. Il est évident qu'il y a plusieurs éléments de prévention qui doivent être incorporés dans la stratégie pan-canadienne, et c'est d'ailleurs une chose que la coalition a vivement recommandée.

    Le commissaire poursuit en disant que l’incidence des déterminants de la santé et des habitudes de vie est bien connue des pouvoirs publics et des organisations de la santé. Là où le bât blesse, c’est lorsqu’il s’agit de traduire cette connaissance en mesures concrètes qui ont des effets réels sur les individus et les collectivités. Traduire en pratique les connaissances théoriques est tout un défi.

  +-(1155)  

    Les Canadiens en ont assez des rapports. Ils en ont assez des promesses qui n'aboutissent à rien de concret.

    On dispose de davantage de données sur le tabagisme et elles renvoient aux causes principales des problèmes de santé. On lit ceci dans le rapport Romanow:

    Selon les estimations, le tabagisme gruge notre économie d’une somme de plus de 16 milliards de dollars par an, notamment 2,4 milliards en soins de santé et 13,6 milliards de dollars en productivité perdue due à la maladie et la mort précoce.

    Il est évident que, si nous élaborions une stratégie nationale, nous parlerions de ces facteurs et les y intégrerions.

    Je reviens à la coalition parce qu'elle a fait du bon travail dans l'élaboration d'un système de prévention du cancer pour le Canada. En janvier 2002, un groupe de travail sur la prévention, relevant de l'organisme Stratégie canadienne de lutte contre le cancer, a produit un rapport. Je tiens à mentionner quelques principes soulignés dans ce rapport parce qu'ils pourraient être des facteurs importants à inclure dans une stratégie nationale. On trouve ceci dans ce rapport:

    Un système de prévention du cancer devrait inclure les principes suivants:

    1. Une approche de la santé publique tournée vers la population qui tient compte des déterminants de la santé

    Les facteurs de risque du cancer sont répandus et se manifestent tôt. La santé publique est notre meilleur véhicule pour atteindre les personnes saines dans leur collectivité au moyen d'interventions conçues pour diminuer ces facteurs de risque.

    2. Intégration et coordination

    Les facteurs de risque du cancer sont communs à d'autres graves maladies non transmissibles. La collaboration permet d'économiser et accroît les possibilités d'apprendre. Il y a beaucoup d'organismes qui sont actifs dans la lutte contre le cancer et leur coordination est essentielle pour accroître l'efficacité et créer une synergie.

    3. Accent sur la mise en valeur du potentiel à l'échelle communautaire et sur le réseautage

    Les initiatives les plus prometteuses comportent des interventions multiples dans divers lieux à l'échelle communautaire avec des mesures de soutien aux niveaux provincial et national.

    4. Reddition de comptes

    Le financement est nécessaire pour amener les partenaires à la même table, mais cela doit se faire de façon responsable, ce qui nécessite que les participants se conforment à une série de normes pour recevoir des fonds. La collecte de données normalisées est nécessaire pour mesurer l'efficacité des activités dans l'atteinte d'objectifs à court terme.

    5. Durabilité

    Il faudra du temps et de la détermination pour mettre un système en place. Il faut un organisme de mise en oeuvre ayant des responsabilités claires et des ressources suffisantes pour assurer un leadership fort.

    Ce sont là des principes essentiels qui devraient servir de guides à l'élaboration de cette stratégie nationale. Ils ont été conçus au terme de consultations pancanadiennes auprès non seulement de fournisseurs de soins de santé et de professionnels de la santé, mais encore de porte-parole des organismes luttant contre le cancer. Ces cinq principes clés contribueraient largement à régler nombre de problèmes qui doivent l'être au niveau communautaire, par exemple.

    Nous savons que nombre de ces stratégies et de ces idées sont créées au niveau fédéral et développées au niveau provincial, mais que c'est au niveau communautaire que leur effet se fait sentir. Je constate avec plaisir que les principes de cette stratégie sont centrés en partie sur le renforcement des capacités communautaires parce que c'est là que nous devons concentrer nos forces.

    Il y a un autre élément dans ce document qui est vraiment important. En ce qui concerne l'établissement d'un système de prévention du cancer, le document énonce que:

    Les estimations varient, mais la plupart des experts s'entendent pour dire que des modes de vie plus sains aident à prévenir au moins la moitié des cas de cancer et des décès causés par le cancer. Parmi ces modes de vie plus sains, on compte la réduction de l'exposition au tabac, une consommation élevée de légumes et de fruits, la protection contre la surexposition au soleil, un niveau suffisant d'activité physique pour maintenir une masse corporelle saine et la réduction à l'exposition environnementale et professionnelle aux carcinogènes.

    Quand j'entends pareilles informations selon lesquelles on peut prévenir la moitié des cas de cancer et des décès causés par le cancer en prenant ces précautions, je me demande pourquoi nous n'avons pas déjà pris des mesures à cet égard aujourd'hui.

    J'ai parlé du tabac un peu plus tôt, mais ce document porte aussi sur le tabac parce que c'est une des causes du cancer.

  +-(1200)  

    J'ai abordé la question du tabac plus tôt, mais ce document s'intéresse aussi au tabac, qui est un des facteurs de risque. Il dit que la sensibilisation à l'égard d'un mode de vie plus sain ne suffit pas pour induire le changement. Il ne suffit pas de sensibiliser, dans les écoles, les enfants aux dangers du tabac alors qu'ils voient leurs parents fumer à la maison, que l'on tolère la cigarette dans les endroits publics ou au centre sportif local et que le prix des cigarettes est trop bas pour les décourager de commencer à fumer. L'environnement social, y compris la politique publique, doit appuyer le choix d'un mode de vie sain.

    De toute évidence, de bons esprits se sont réunis pour discuter du fait qu'il importe de ne pas se pencher uniquement sur le traitement, et il s'agit là d'un grand pan de la stratégie sur le cancer, mais qu'il est essentiel de se pencher sur la prévention. On doit se pencher sur les aspects du mode de vie. On doit s'attacher à sensibiliser la population en général ainsi que les fournisseurs de soins de santé et les praticiens en particulier à un aspect essentiel de la question, l'aspect préventif.

    Je me permets de dévier un peu du sujet de la prévention pour aborder certains des défis auxquels nous sommes confrontés lorsque nous parlons des systèmes d'information qui appuieraient une stratégie nationale. L'Alliance sur les temps d'attente pour l’accès en temps opportun aux soins de santé a publié récemment un rapport préliminaire intitulé Plus jamais d'attente! Pour une meilleure gestion des temps d’attente grâce aux points de repère et aux pratiques exemplaires. Ce rapport couvre un sujet plus vaste que la stratégie sur le cancer, mais lorsqu'on parle de l'accès en temps opportun aux soins de santé, on parle de personnes qui sont atteintes du cancer et de plusieurs facteurs qui déterminent leur entrée dans le système de soins de santé.

    Le rapport énonce des principes sur les temps d’attente médicalement acceptables. Un des problèmes que nous avons constatés dans le cadre de notre étude est que l'on ne fait pas d'efforts adéquats en vue de recueillir des données. On ne fait pas d'efforts adéquats en vue d'analyser les données recueillies et on parle souvent de facteurs qui ne sont pas compilés de la même façon d'un océan à l'autre, si bien que l'on ne peut même pas faire d'études comparatives aux quatre coins du pays.

    Il y a plusieurs mois, lorsque nous avons étudié le projet de loi C-39, nous avons discuté de la reddition de comptes dans le système de soins de santé. Un facteur déterminant aux fins de cette responsabilisation est de disposer des renseignements nécessaires. Lorsque nous parlons de programmes et de services, nous parlons de ce que nous mesurons. Si nous ne savons même pas ce que nous mesurons, comment pouvons-nous savoir ce que nous obtenons? Le rapport porte sur les temps d'attente médicalement acceptables, et je vais paraphraser ce document.

    On y mentionne qu'il faut des points de repère qui s'appliquent dans tout le pays, de façon à éviter des choses telles que les doubles emplois. Il faut optimiser les économies d'échelle. Les auteurs du rapport disent que les points de repère ayant trait aux temps d'attente doivent être fixés suivant un processus continu. La vie n'est pas statique au Canada; par conséquent, un processus continu est nécessaire afin de revoir les points de repère et leur importance.

    Les praticiens doivent apporter une contribution continue et utile au sein de la collectivité, et un grand nombre d'entre eux font état du fait que nous tous établissons les statistiques liées à la politique. C'est une bonne chose que la politique soit élaborée à Ottawa, mais il faut que les praticiens et la collectivité participent de façon permanente à ce genre d'initiative. La responsabilité et la transparence du secteur public sont extrêmement importantes. Je vous lis un passage du rapport:

[...] les Canadiens doivent constater des résultats tangibles en termes de réduction des temps d'attente pour les services de santé liés aux cinq secteurs prioritaires.

    Nous parlons constamment de responsabilité et de transparence. Pourtant, nous continuons de voir un voile opaque couvrir les activités de Santé Canada et d'autres ministères fédéraux, comme l'ont montré les journalistes de toutes les régions du pays il y a environ deux semaines, au sujet de l'accès à l'information. La transparence et la responsabilité sont fondamentales pour que nous obtenions ce que nous voulons avec l'argent que nous dépensons. Les points de repère en matière de temps d'attente et les objectifs provinciaux de réduction des temps d'attente doivent pouvoir être respectés.

    La santé mentale est un dossier important et, dans le document de consultation élaboré par l'Association canadienne pour la santé mentale, on parle de questions telles que les logements à prix abordable.

    En conclusion, nous appuyons la motion et j'exhorte tous les députés à en faire autant. J'aimerais proposer un amendement à la motion. Après consultation de mon collègue, le député de Charleswood—St. James—Assiniboia, je propose:

    Que les mots « les territoires et les municipalités » soient ajoutés après le mot « provinces ».

  +-(1205)  

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Le député de Charleswood—St. James—Assiniboia accepte-t-il l'amendement?

    M. Steven Fletcher: Je l'accepte.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Questions et observations.

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, j'aimerais remercier le NPD de son appui à cette motion.

    Plus tôt aujourd'hui, nous avons entendu le ministre de la Santé dire que les stratégies visant expressément des maladies données ne constituaient pas la voie à suivre; pourtant, le gouvernement a bel et bien une stratégie visant expressément une maladie donnée, à savoir le diabète. En outre, il a été démontré dans l'ensemble du monde développé que les stratégies propres à une maladie donnée sont très importantes. Le ministre a également parlé d'un montant de 300 millions de dollars pour les maladies chroniques, dont une part de 90 millions de dollars est déjà désignée pour une autre maladie précise. Cela ne laisse donc qu'une maigre pitance pour cette stratégie.

    Je me demande si la députée néo-démocrate pourrait nous mettre au courant des raisons pour lesquelles elle est d'avis que les libéraux semblent se dérober et pour lesquelles ils n'ont pas mis en oeuvre cette stratégie. Franchement, c'est une excellente stratégie. Les travaux ont déjà été faits. Il ne reste plus qu'à la mettre en oeuvre. Les libéraux ont eu de nombreuses années pour le faire et ils ne l'ont pas fait, et ils avancent des prétentions, du type de celles que nous avons entendues ce matin, qui ne sont tout simplement pas vraies.

    La députée pourrait-elle informer la Chambre des raisons qui l'incitent à penser que les libéraux manquent de franchise à l'égard des Canadiens concernant ces stratégies nationales?

+-

    Mme Jean Crowder: Monsieur le Président, la question du député va droit au coeur du problème.

    Lorsqu'il est question d'une stratégie spécifique à une maladie, il est intéressant d'examiner quels en seraient les effets, surtout en ce qui concerne la prévention. Je reviens à la prévention en disant qu'il est très difficile de concevoir qu'une stratégie exhaustive, spécifique à une maladie, et axée sur des styles de vie en particulier, ne pourrait pas être bénéfique et nous protéger contre d'autres maladies.

    Si nous pouvions trouver un moyen de faire de cette stratégie un modèle au Canada, nous pourrions probablement avoir une incidence sur un certain nombre d'autres facteurs. Non seulement cela permettrait de réaliser des économies dans le système de santé et d'accroître la productivité économique, mais nous pourrions devenir un leader national dans l'élaboration de stratégies, de moyens de recherche et d'autres moyens pour appliquer cette stratégie.

    Pourquoi n'en sommes-nous pas là? C'est une très bonne question. Au cours des derniers mois, nous avons entendu parler à plusieurs reprises du bon travail qui a été accompli dans un certain nombre de dossiers, et la stratégie de prévention du cancer est certes un excellent exemple du travail considérable qui a été réalisé. Nous avons été témoins de résultats de ce genre dans d'autres secteurs comme l'équité en matière d'emploi et la lutte contre la violence faite aux femmes, qui ont donné lieu à des études, à des rapports et à des consultations. Ce qui fait défaut, c'est la volonté politique et la détermination nécessaires pour promouvoir ces initiatives.

    Beaucoup de gens deviennent très cyniques lorsqu'ils entendent le gouvernement annoncer des initiatives dans le budget et le discours du Trône et qu'il ne prend aucune mesure concrète à cet égard. Dans le cas qui nous occupe, il aurait l'occasion de prendre des mesures concrètes.

  +-(1210)  

+-

    L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, à propos du député de Charleswood—St. James—Assiniboia qui m'a invité à changer de position plus tôt, son invitation est prématurée parce que je ne sais même pas si nos positions sont différentes.

    Je pense que le débat qui se déroule actuellement est un exemple de débat idéal à la Chambre des communes. Je remercie la députée de ses commentaires et de son discours. Je pense que nous pouvons avoir des opinions divergentes ou envisager différentes façons d'accomplir les mêmes objectifs, débattre de la question, proposer diverses idées, nourrir le processus, et, avec un peu de chance, arriver à une solution satisfaisante.

    Permettez-moi de demander ceci à la députée. Penchons-nous sur la question de la stratégie intégrée, sur les 300 millions de dollars consacrés à la promotion de saines habitudes de vie et à la prévention des maladies chroniques, qui semblent englober les trois maladies mentionnées dans la motion du député, notamment le cancer, les maladies cardio-pulmonaires et, dans une autre mesure, les maladies mentales. Il parle aussi d'autres maladies auxquelles nous sommes souvent confrontés. Qu'il s'agisse du diabète ou des problèmes de vision ou d'ouïe, de diabète juvénile, de la sclérose en plaques, de la dystrophie musculaire ou d'autres, il faut investir beaucoup dans la recherche.

    Si nous devons financer, avec des ressources limitées, certaines stratégies axées sur certaines maladies précises, ne prenons-nous pas le risque, dans certains cas, par exemple, de répéter le travail réalisé dans le cadre de chaque stratégie individuelle plutôt que de regrouper les tâches? Ou ne prenons-nous pas le risque d'avoir des ressources limitées dues à un financement concurrentiel — comme c'est le cas avec les Instituts de recherche en santé du Canada — pour des maladies qui ne sont pas aussi médiatisées ou dont on n'entendrait peut-être jamais parler, tout en gardant la possibilité de trouver des remèdes ou des meilleurs traitements grâce à une recherche adéquatement financée dans le cadre d'un système concurrentiel soumis à un examen par des pairs, comme c'est le cas dans les IRSC et ses instituts? Bien sûr, ils font de la recherche sur le cancer, les maladies cardiaques et toutes les autres maladies.

    Une fois de plus, je remercie la députée de sa contribution et je lui pose ces questions précises.

+-

    Mme Jean Crowder: Monsieur le Président, c'est l'éternelle histoire de la charrue et des boeufs. Nous avons beaucoup parlé, depuis quelques années, d'élaborer une stratégie intégrée et beaucoup discuté de questions de santé publique et de leur importance pour les Canadiens, mais il n'est pas ressorti grand-chose de tout cela.

    Pourquoi ne pas adopter une stratégie relative à une maladie particulière qui fournira un cadre permettant de faire face à certains autres problèmes dans notre système de soins de santé? Une stratégie novatrice pourrait être bénéfique dans le cas d'autres maladies particulières telles que le diabète ou les maladies mentales. Un cadre comme celui-là pourrait assurer le leadership recherché. Une telle stratégie pourrait favoriser des synergies; elle pourrait avoir des retombées dans le système de santé dont nous bénéficierions tous.

    J'ai parlé précédemment de la recherche innovatrice et du développement économique. Nous aurions peut-être besoin d'un modèle qui nous permettrait de régler certains de ces autres problèmes.

  +-(1215)  

[Français]

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, je suis en faveur de la motion principale et de l'amendement. Je veux toutefois soulever un point supplémentaire. Je ne voudrais pas qu'on laisse ce débat se tenir aujourd'hui sans parler d'un problème que je considère comme majeur dans notre société occidentale, soit l'embonpoint.

    L'embonpoint est relié de très près aux maladies cardiovasculaires et, dans une certaine mesure, également au cancer. Ce n'est toutefois pas le cas dans tous les domaines. On sait qu'il existe un lien entre l'incidence de cancers comme celui de la prostate chez les hommes et l'excès de poids. Ce n'est pas forcément vrai dans tous les cas, bien sûr, et je ne prétendrai pas le contraire. Quoi qu'il en soit, l'embonpoint est lié directement à l'incidence de diabète, non pas le diabète juvénile, mais l'autre.

    À mon avis, tout débat entourant la santé doit avoir parmi ses composantes le problème de l'obésité ou de l'embonpoint, dont souffre la société occidentale, notamment le Canada. En effet, nous avons tendance à manger de ces aliments qualifiés de fast-food. On doit se pencher sur la question.

    J'inviterais ma collègue à réagir à la proposition suivante. Par le passé, des annonces publicitaires incitaient la population canadienne à l'exercice physique, notamment celles de ParticipACTION. On a un peu délaissé cela ces temps-ci. Je pense que l'on doit revenir à la charge quant à ce dossier. En effet, c'est absolument crucial pour la santé des Canadiens et des Canadiennes.

[Traduction]

+-

    Mme Jean Crowder: Monsieur le Président, si l'on veut parler d'obésité et d'embonpoint, il serait opportun de rappeler à la Chambre que le NPD a présenté une motion sur les gras trans, l'un des facteurs dont il faut tenir compte dans les régimes, entre autres.

    Je suis d'accord avec le député: c'est crucial. Je manque de temps pour aborder la question des déterminants sociaux de la santé dans une perspective plus générale. Il reste que nous devons prendre des dispositions à l'égard de certains des aspects du mode de vie des Canadiens qui nuisent à leur santé et ce, non seulement en ce qui concerne le cancer, mais également le diabète, mais pas le diabète juvénile, comme le député le signalait à juste titre.

    Quand on parle de programmes comme ParticipACTION, une stratégie nous permet d'élaborer une vision et les objectifs précis qui la sous-tendent, puis de nous assurer que les mesures que nous prenons y contribuent.

    Il conviendrait de bien faire le tour de la question de ce qu'une telle stratégie devrait comporter. Des programmes axés sur un mode de vie sain tels que ParticipACTION devraient en faire partie, et nous devons nous assurer que toutes les autres mesures que nous prendrons appuient ce genre de programmes.

+-

    Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC): Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec mon collègue de Hastings.

    «Vous avez le cancer». Voilà quatre mots de la langue française que personne ne veut entendre. Cette courte phrase a souvent, trop souvent, modifié le cours de l'existence de nombreux Canadiens et les a complètement bouleversés. Elle a trop fréquemment des conséquences dévastatrices et correspond à une sentence de mort.

    Pour bien des gens, cette phrase évoque une peur si accablante et si paralysante qu'ils sont souvent incapables de la prononcer. Au cours des 20 prochaines années, on estime que cette phrase sera adressée à 1,45 million de Canadiens. Un de ces Canadiens pourrait être votre conjoint, un de vos parents, un frère ou une soeur, un ami intime ou un de vos enfants.

    Le cancer ne fait pas de discrimination. Il ne voit pas les différences de religion, d'origine ethnique ou de langue. Il ne fait pas non plus de distinction en fonction de la taille ou de la forme, de l'âge ou du sexe. Le statut social et financier importent peu. Le cancer peut frapper n'importe qui. Tout le monde craint un verdict de cancer.

    Les ramifications de ces quatre mots sur la santé physique n'ont d'égal que les dégâts considérables qu'ils causent à la santé mentale des victimes. Le moment où une personne apprend qu'elle fait l'objet d'un diagnostic de cancer ou qu'un être cher en est atteint s'inscrit de façon indélébile dans sa mémoire. Les victimes de cancer ne sont plus jamais les mêmes après avoir entendu ces quatre mots. Le temps et les relations qu'elles ont avec leur entourage prennent un nouveau sens. Elles réfléchissent à des questions qui, jusque là, ne leur venaient que rarement à l'esprit. On ne médite vraiment sur le sens de l'existence qu'au moment où celle-ci risque de brusquement prendre fin.

    Après un diagnostic de cancer, pour de nombreuses personnes, les traitements énergiques qui suivent généralement--radiothérapie, chimiothérapie ou chirurgie--ne font qu'ajouter à l'angoisse. La pléthore d'effets secondaires associés à ces traitements--fièvre, nausée, perte des cheveux, vomissements, infections et fatigue extrême --rendent effectivement la recherche de la guérison aussi difficile que le diagnostic.

    Ce ne sont pas seulement les victimes elles-mêmes qui sont touchées par ces quatre mots. Le diagnostic a des répercussions sur les proches, et en particulier sur les membres de la famille. Il crée une onde de choc qui augmente inévitablement le degré de stress à mesure que notre destin nous échappe et que les changements physiques se répercutent dans les relations familiales. Les familles se demandent à qui il faut annoncer la nouvelle. Elles ne savent pas quels sont les prochains pas à faire. Elles se demandent ce qui va se passer dans tel ou tel cas. Elles font de leur mieux pour fournir à la personne atteinte de cancer le soutien affectif nécessaire et pour aviver son espoir, de manière à combattre la peur que les quatre mots redoutables engendrent.

    Pour reprendre les paroles du Dr Barbara Whylie, directrice générale de la Société canadienne du cancer, « le cancer atteint tout le monde dans notre société ».

    Cause première des décès prématurés au Canada, le cancer fait 68 000 morts chaque année au pays. Il raccourcit ainsi de 950 000 années au total les vies d'êtres chers que leur famille et leurs proches ne retrouveront jamais. Selon le rapport de lutte contre le cancer publié en 2004 en Saskatchewan, dans ma province, le cancer cause la mort de 2 215 êtres chers par année. En outre, à cause principalement de l'augmentation de la mortalité attribuable au cancer du poumon, le nombre de décès causés par le cancer a augmenté de 39 p. 100 parmi les femmes depuis 1983. Et la situation ne fait que s'aggraver.

    Selon le Dr Whylie, nous sommes à la veille d'une épidémie de cancer sans précédent au Canada. Au cours des trois prochaines décennies, on prévoit que près de six millions de Canadiens entendront les quatre mots « vous avez le cancer ». Pire encore, la moitié d'entre eux en mourront. Il est fort probable que nous aurons tous une victime parmi nos proches ou que nous serons nous-mêmes des victimes. Mais comment expliquer cette augmentation?

  +-(1220)  

    Premièrement, l'incidence du cancer augmentera avec le vieillissement de la génération des baby-boomers au Canada.

    Deuxièmement, la croissance démographique au Canada s'accompagnera d'une augmentation du nombre de cas de cancers diagnostiqués. Le coût financier de cette situation imminente, quoique d'importance secondaire comparé à l'immense douleur morale des personnes touchées, est néanmoins atterrant.

    Au cours des 30 prochaines années, ces quatre mots coûteront au Trésor près de 176 milliards de dollars en soins de santé directs, et lui feront perdre plus de 248 milliards en recettes fiscales. En outre, on estime qu'au cours de la même période, le Canada pourrait perdre environ 14 milliards de dollars en productivité de Canadiens atteints des cancers les plus communs, à savoir les cancers du poumon, du sein, de la prostate et le cancer colorectal. Le Canada doit agir immédiatement et mettre en oeuvre une stratégie pour prévenir une telle tragédie nationale.

    La Chambre devrait écouter le conseil de l'Organisation mondiale de la santé et se conformer à la résolution adoptée en mai dernier, qui invite tous les États membres à oeuvrer, en collaboration avec l'OMS, à l'élaboration et à la mise en oeuvre d'un vaste programme de lutte contre le cancer. Les programmes de ce genre peuvent éviter à des milliers de Canadiens d'avoir à entendre ces quatre petits mots.

    Au cours de la dernière décennie, des pays comme l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni ont élaboré et financé des plans nationaux de lutte contre le cancer.

    En 1985, l'Union européenne a lancé un audacieux programme intitulé L'Europe contre le cancer, qui avait pour objectif de réduire de 15 p. 100 en l'an 2000 le nombre de décès attribuables au cancer. Ce plan d'action, mis en oeuvre avec la collaboration de spécialistes, d'organismes bénévoles de lutte contre le cancer, de professionnels de la santé et d'employés de la fonction publique, était principalement axé sur la prévention, le dépistage et l'éducation.

    Bien que cet objectif ambitieux n'ait pas été atteint à la grandeur de l'Union européenne, un rapport publié dans les Annales de l'oncologie faisait état d'une réduction de 10 p. 100 du nombre de décès attribuables au cancer chez les hommes et de 8 p. 100 chez les femmes.

    En outre, quelques pays de l'Union européenne, dont l'Autriche, la Finlande, l'Italie et le Luxembourg, ont atteint ou frôlé l'objectif de 15 p. 100 de réduction.

    Le Canada, quant à lui, accuse un retard déplorable par rapport à d'autres pays en ce qui concerne la création d'un programme de lutte contre le cancer. Le docteur Whylie a déclaré:

    Le Canada est l'un des rares pays industrialisés à ne pas avoir déployé de stratégie de lutte contre le cancer.

    Nous payons aujourd'hui le prix de notre négligence par le sacrifice de trop nombreuses vies humaines [...]

[...] en matière de lutte contre la maladie, l'approche canadienne est à la fois erratique, rudimentaire et davantage motivée par l'opportunisme politique que par le contexte médical.

    Il est navrant de constater que la prévention du cancer est aussi sous-financée que fragmentée au Canada.

    Il faut que les choses changent, et rapidement.

    Il est essentiel que le gouvernement fédéral fasse preuve de leadership pour mettre en oeuvre et financer la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer. La stratégie, qui est une approche très large et coordonnée à l'égard de la lutte contre le cancer au Canada, va nous permettre de nous assurer que nous sommes prêts à faire face à l'épidémie sans précédent de cancer qui est sur le point de frapper le Canada.

    La Stratégie canadienne de lutte contre le cancer sera une stratégie nationale favorisant la démarche soutenue, coordonnée, globale et concertée dont le Canada a besoin pour combattre l'épidémie de cancer à venir.

    Chaque province sera en mesure de créer, de manière autonome, son propre système de gestion des soins contre le cancer à partir d'une base de données et de connaissances constituée à l'échelle nationale et partagée entre toutes les parties intéressées.

    De cette manière, les Canadiens, peu importe où ils habitent, auront rapidement accès à l'information sur les toutes dernières nouveautés concernant le cancer. La stratégie permettra de réduire les dédoublements, de combler les lacunes et d'assurer le partage des ressources limitées.

    Cependant, le succès d'une stratégie nationale dépend de la capacité du gouvernement fédéral de promouvoir une démarche coordonnée et ciblée à l'égard du traitement du cancer.

    Nous devons toujours être conscients du fait qu'il s'agit d'une question de vie et de mort. En fait, pendant le temps qui s'est écoulé depuis que j'ai commencé mes observations, une personne au Canada a succombé au cancer et deux autres personnes ont appris qu'elles avaient le cancer.

  +-(1225)  

[Français]

+-

    M. Marcel Gagnon (Saint-Maurice—Champlain, BQ): Monsieur le Président, je viens d'entendre un discours qui me donne l'opportunité de réagir. En effet, nous discutons d'une motion importante et grave, mais, en même temps, je ne voudrais pas que les personnes qui nous écoutent soient trop déprimées.

    Effectivement, le cancer est une chose dont on parle de plus en plus. Compte tenu du fait que l'espérance de vie de la population est de plus en plus grande, nous allons en entendre parler encore davantage à l'avenir. Je peux vous dire que je fais partie des gens atteints. Il y a trois ans, j'ai appris que j'avais un cancer. Quatre autres députés près de moi ont également appris qu'ils avaient un cancer durant ces trois années et tous les quatre, y compris moi-même, nous nous en sommes sortis.

    Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas pousser la recherche. Je voulais juste ajouter ce témoignage. Au moment où nous nous parlons, je pense à une personne que je connais très bien qui découvre, vers midi aujourd'hui, la gravité de son cancer et quelles sont les mesures qu'elle devra prendre. Il ne faut donc pas que ce mot nous fasse si peur. Il faut vaincre le cancer et il est possible de le faire. Je suis d'accord avec le fait que la motion d'aujourd'hui pourrait ajouter des possibilités pour prévenir ces maladies.

    Cela me donne aussi l'occasion de poser une question à ma collègue. Nous parlons de l'importance du déséquilibre fiscal. Quand nous discutons d'un dossier aussi important que celui d'aujourd'hui, nous devrions nous rendre compte qu'il est plus que temps que le gouvernement fédéral donne à ceux qui ont la responsabilité de la santé l'argent dont ils ont besoin. La santé est au coeur d'un dossier important. Cela est vrai aussi pour l'éducation et pour d'autres choses.

    La motion dont nous discutons aujourd'hui demande au gouvernement fédéral, jusqu'à un certain point, de prendre la place des provinces, alors qu'elle devrait demander au gouvernement fédéral de redonner l'argent à ceux qui ont le mandat de maintenir la santé. Elle devrait aller en ce sens et nous irions plus vite vers la réalisation de l'objectif que nous poursuivons.

  +-(1230)  

[Traduction]

+-

    Mme Lynne Yelich: Monsieur le Président, je remercie le député de partager avec nous son histoire, car c'est exactement l'objet de mon discours. À ce moment-ci, une personne reçoit probablement la nouvelle qu'elle a peut-être le cancer et une autre personne meurt de la maladie. On diagnostique de plus en plus de cancers et s'il est vrai qu'on réussit de mieux en mieux à les traiter, il n'en demeure pas moins qu'il y a une augmentation marquée des diagnostics et des types de cancer.

    En ce qui concerne le déséquilibre fiscal, je ne pense pas à une stratégie simplement pour les provinces, mais à une stratégie nationale pour que nous puissions partager les renseignements. Le cancer ne connaît pas de frontières et il ne faut donc pas que chaque province crée sa propre base de données et effectue ses propres recherches sans les partager. Tout le monde doit travailler ensemble à une stratégie nationale pour qu'ensuite, chaque province puisse peut-être offrir les services.

    Il n'est pas simplement question de la prestation des services. Il est également question de la recherche, de la science et des maladies qui ne connaissent pas de frontières. En tant que pays, nous devons être un chef de file, à l'instar d'autres pays, en nous dotant d'une stratégie nationale. Je ne pense pas que, individuellement, les provinces puissent faire face à l'ampleur de la tâche.

+-

    M. Daryl Kramp (Prince Edward—Hastings, PCC): Monsieur le Président, je remercie la députée de Blackstrap d'avoir partagé avec moi le temps qui lui était alloué cet après-midi.

    La santé et la sécurité de nos concitoyens doit demeurer la priorité absolue du gouvernement. Je défends ce point de vue depuis la première journée de ma campagne électorale et je continuerai de le faire jusqu'au jour où je quitterai la Chambre. J'ai toujours été déterminé à rendre les soins de santé meilleurs et plus accessibles, non seulement pour les citoyens du comté de Prince Edward et de la circonscription de Prince Edward—Hastings, mais pour tous les Canadiens, et je continuerai de l'être.

    J'aimerais beaucoup pouvoir prendre la parole à la Chambre aujourd'hui et déclarer à tous les Canadiens que le Parlement les a bien servis, que nous maîtrisons parfaitement la situation et que leurs soins de santé sont de la plus haute qualité, accessibles à tous et entre bonnes mains. Malheureusement, ce n'est pas le cas.

    Certaines mesures relatives aux soins de santé sont efficaces, mais le manque de direction précise de notre système de soins de santé entraîne des inégalités et des échecs généralisés. Par exemple, dans ma circonscription, Prince Edward—Hastings, environ 15 000 citoyens n'ont pas accès à un médecin de famille et les taux de problèmes cardiaques, d'accidents cérébrovasculaires, d'anévrismes et de cancer sont parmi les plus élevés au Canada.

    Pourtant, comme la majorité des Canadiens, j'ai écouté lorsque notre premier ministre, avant les élections, a promis plus de 40 milliards de dollars. Il a dit que cela réglerait tous les problèmes pour la prochaine décennie. En fait, aucun financement, promis ou réel, ne pourra résoudre les problèmes du système de santé, à moins qu'il y ait un vrai plan, axé sur des résultats mesurables, accompagné d'une garantie claire de reddition de comptes.

    Un vieil adage me vient en tête: « Mieux vaut prévenir que guérir ». C'est un peu simpliste, mais je crois que c'est l'approche que nous devrions adopter. Tant de professionnels de la santé, exceptionnels et dévoués au bien-être de la société, sont prisonniers d'un système trop bureaucratique, surmené, contradictoire et inefficace. Pourquoi? Parce qu'il n'existe aucun plan général sur la façon de travailler et collaborer efficacement.

    La qualité des soins de santé dans notre pays est loin d'être uniforme. C'est inacceptable. Des professionnels de la santé souffrent d'épuisement professionnel. C'est inacceptable. Notre système de soins de santé, qui faisait partie des trois meilleurs au monde et qui était une source de fierté, a maintenant glissé aux environs du 30e rang. C'est inacceptable.

    Avant d'arriver à Ottawa pour siéger en tant que député au Parlement, j'ai eu la merveilleuse occasion de présider la section de Madoc de la Société canadienne du cancer. J'ai appris de première main l'importance d'une stratégie pour lutter contre les maladies comme le cancer. Mes amis à l'unité du comté de Hastings-Prince Edward de la Société canadienne du cancer attendent avec impatience une stratégie nationale qu'ils pourront enfin mettre en place à l'échelon régional.

    Je suis heureux de constater que la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer prévoit la création d'une stratégie nationale de prévention du cancer. Bien qu'il soit en place depuis 12 ans, le gouvernement libéral n'a pas encore mis en place une stratégie nationale de lutte contre le cancer, les maladies mentales et les cardiopathies.

    Nous discutons aujourd'hui de la motion d'opposition du Parti conservateur concernant la nécessité d'adopter une stratégie nationale pour réduire la souffrance et les coûts économique liés au cancer, aux maladies du coeur et aux maladies mentales. Cette motion ne réglera pas tous les problèmes de notre système de santé, loin de là, mais elle donnera le ton et l'orientation des modalités de reddition de comptes et des améliorations mesurables à prévoir.

    Dans le peu de temps qui m'est accordé aujourd'hui, permettez-moi d'associer quelques chiffres à ces souffrances inutiles.

    En dépit des 14 milliards de dollars dépensés en soins de santé au Canada l'année dernière, 710 000 Canadiens vivent avec le cancer. Au cours des 12 derniers mois seulement, environ 140 000 d'entre eux ont appris qu'ils souffraient d'une forme de la maladie et quelque 70 000 en mourront. Beaucoup de circonscriptions au pays ne comptent pas autant de personnes.

    Les statistiques sur la santé mentale sont toutes aussi troublantes. Plus de 4 000 personnes par année se suicident au Canada, y compris nos jeunes et les membres les plus vulnérables de la société. Et nous savons que des milliers de suicides ne sont jamais déclarés.

  +-(1235)  

    D'ici 2020, la dépression et les maladies mentales devraient devenir la cause qui occasionne les plus lourdes pertes de productivité en milieu de travail. Les maladies cardiovasculaires entraînent plus de 70 000 décès par an et coûtent à elles seules plus de 18 milliards de dollars par an à l'économie. Les coûts à long terme du cancer, des maladies mentales et des maladies cardiovasculaires se chiffreront par centaines de milliards de dollars.

    Depuis mon arrivée à Ottawa, j'attends du gouvernement qu'il présente aux Canadiens un plan pour les soins de santé, un cadre, un plan légitime qui améliorera le système de façon stratégique, coordonnée et structurée. Les libéraux ont plutôt signé des ententes particulières, des ententes ponctuelles avec les provinces. Pourtant, lorsqu'ils continuent à promettre ou à dépenser encore de l'argent pour les soins de santé sans avoir de vraie stratégie à long terme, les libéraux semblent plus soucieux de leur image politique que des résultats concrets à obtenir pour les êtres humains. J'insiste, il n'y aura de résultats positifs que lorsque nous aurons une orientation ferme et un plan solide.

    Comme le Canada est l'un des rares pays industrialisés qui ne soit pas doté d'un plan d'action national en matière de pathologies mentales et cardiaques, je demande respectueusement à mes collègues de tous les partis de donner aux personnes la priorité sur la politique et d'appuyer avec enthousiasme cette initiative, cette motion des conservateurs visant à établir une stratégie nationale claire et un calendrier de mise en oeuvre.

    Des millions de Canadiens, dans nos circonscriptions, en dépendent. Je crois honnêtement qu'il est temps que le Parlement accorde la priorité à la santé et à la sécurité de tous les Canadiens.

  +-(1240)  

[Français]

+-

    L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, je voudrais d'abord remercier le député de son excellente présentation.

[Traduction]

    Lorsque le député parle d'une stratégie en matière de santé dans tous les secteurs du domaine de la santé, je le comprends. Je me permettrai de lui rappeler certains faits au sujet desquels je l'invite à réfléchir et à s'exprimer.

    Ses observations sur les ententes ponctuelles conclues entre le gouvernement fédéral et les provinces, à savoir si ces ententes constituent un plan ou non, sont discutables. L'an dernier, par exemple, 13 administrations se sont réunies. Dix provinces, trois territoires et les premières nations ont négocié les besoins du secteur de la santé à l'échelle du pays pour la période visée.

    Nous avons un plan décennal de 41 milliards de dollars. J'invite le député à s'arrêter sur les éléments suivants de notre plan et de nos efforts de planification. Nous avons établi des jalons concernant les listes d'attente et avons prévu 5,5 milliards de dollars à cette fin. Les provinces feront rapport tous les ans sur le plan. Différents volets du plan sont assortis de calendriers, notamment l'élaboration d'une stratégie nationale sur les médicaments.

    En ce qui concerne la reddition de comptes, les provinces présenteront des rapports, mais nous avons aussi les indicateurs de l'Institut canadien d'information sur la santé, et le Conseil de la santé du Canada saura regrouper ces éléments pour donner une perspective nationale.

    Deux examens parlementaires sont également prévus dans le cadre de la stratégie décennale, soit l'engagement de 10 ans du gouvernement fédéral à l'égard des 13 administrations. Nous convenons de cette façon que l'évolution ne sera pas nécessairement parfaite. À chacun de ces jalons, nous verrons si une réorientation s'impose, et voilà où interviendra le Parlement.

    Nous examinons la question des ressources humaines dans le domaine de la santé, et elles constituent une grande partie du plan. Le député a parfaitement raison. Dans de nombreuses circonscriptions, comme la mienne, il manque de médecins et d'autres professionnels de la santé, qu'il s'agisse de techniciens, d'infirmières ou de pharmaciens, entre autres. Le besoin est là, et le plan prévoit des fonds et des mesures pour collaborer avec les provinces en vue d'augmenter le nombre de places dans les facultés de médecine. Le député se souviendra peut-être, comme moi, quand ces places ont été rétablies dans les programmes de soins infirmiers.

    Tout se trouve, de façon organisée, dans la stratégie.

+-

    M. Daryl Kramp: Monsieur le Président, pour faire suite aux commentaires de mon vis-à-vis, je dirais que nous avons quelque chose en commun. Nous sommes à peu près du même âge, ce qui nous place presque dans la cohorte du baby boom. C'est vraiment là un problème.

    Je remercie le député d'avoir parlé de l'initiative portant sur la table ronde sur la santé. C'est un départ.

    Toutefois, que s'est-il passé il y a douze ans? Il y a maintenant un groupe de baby-boomers qui approche de la retraite. D'ici 2008-2009, il y aura une crise au pays. Des millions de personnes cesseront d'être des citoyens productifs. Nous ne verserons pas autant d'impôts. Les recettes du gouvernement diminueront, mais la demande à l'égard du système de soins de santé s'accroîtra de façon importante. Nous arrivons à l'âge où toutes ces terribles maladies commencent à nous atteindre.

    Le gouvernement parle beaucoup, mais il ne prend pas beaucoup de mesures concrètes. Je suis heureux de voir qu'une initiative a été lancée. Je crois toutefois que cela ne sera pas suffisant. Nous avons besoin d'une stratégie nationale. Le gouvernement doit en faire sa principale priorité.

    Nous ne pouvons plus nous permettre de dire qu'un jour nous ferons face à ce problème et que nous y verrons à ce moment-là. Nous nous dirigeons vers une catastrophe. Le gouvernement doit reconnaître qu'il est urgent de mettre sur pied une stratégie nationale, que tous les intervenants doivent en être conscients et que nous devons agir.

+-

    L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec la ministre d'État à la Santé publique.

[Français]

    Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir fournir à mes honorables collègues des renseignements plus précis sur les mesures prises par le gouvernement pour prévenir et traiter les maladies qui touchent la vie de nombreux Canadiens, à savoir le cancer, les maladies cardiovasculaires et les maladies mentales.

[Traduction]

    Ces maladies sont tellement courantes au Canada que, selon moi, il n'y aucun député ici qui n'ait pas encore été touché, soit directement soit dans sa famille, par le cancer, les maladies cardiovasculaires ou la maladie mentale. Ce sont les maladies de notre société au XXIe siècle. Nous ne sommes pas les seuls à affronter les défis qu'elles posent. Tous les pays y sont confrontés.

    Elles nous posent un défi parce qu'elles dépendent en partie de notre mode de vie, de notre alimentation, de notre niveau d'activité physique et du fait que nous fumons ou non. Cela signifie que, comme gouvernement soucieux du bien-être et de la bonne santé de ses citoyens, nous devons encourager les Canadiens à faire des choix sains dans leur vie quotidienne et nous devons chercher à modeler la société de manière à ce que les bons choix, les choix sains, soient les plus faciles à faire.

    Pour réussir, nous devons recourir à une approche qui nous permette d'atteindre les foyers, les collectivités, les lieux de travail et les écoles. Nous devons aussi travailler en partenariat avec d'autres ministères, d'autres instances et des organisations non gouvernementales.

  +-(1245)  

[Français]

    Le gouvernement s'emploie actuellement à atteindre ces objectifs. Notre stratégie intégrée sur les modes de vie sains et les maladies chroniques est axée sur la promotion de la santé et la prévention des maladies grâce à une saine alimentation et à la pratique de l'activité physique. Cette stratégie met l'accent sur les conditions qui favorisent une mauvaise alimentation, l'inactivité et l'excédent de poids.

[Traduction]

    Quelle seront les répercussions sur le cancer?

[Français]

    Au Canada, l'incidence du cancer augmente considérablement en raison du vieillissement de la population.

[Traduction]

    Au cours de la seule année 2005, on aura diagnostiqué le cancer chez 150 000 Canadiens. En tout, 70 p. 100 des victimes actuelles du cancer mourront.

[Français]

    Le budget de 2005 prévoit un investissement de 300 millions de dollars sur cinq ans pour une stratégie intégrée sur les modes de vie sains et les maladies chroniques visant à promouvoir de saines habitudes de vie afin de prévenir des maladies chroniques comme le cancer. La stratégie montre la voie à suivre en matière de prévention, de dépistage précoce et de gestion, favorisant ainsi la réduction de ces chiffres accablants.

    Le budget prévoit également l'allocation de 10 millions de dollars à la Fondation Terry Fox pour la recherche sur le cancer afin de souligner le 25e anniversaire du Marathon de l'espoir Terry Fox.

[Traduction]

    L'Institut du cancer, qui fait partie des Instituts de recherche en santé du Canada, permet aux grands organismes qui financent la recherche sur le cancer de coordonner leurs activités dans le cadre d'une stratégie concertée de lutte anticancéreuse. En 2003-2004, le gouvernement du Canada a appuyé cette stratégie en y investissant 94 millions de dollars.

[Français]

    La dimension humaine du cancer justifie à elle seule un tel investissement de la part du gouvernement. Toutefois, nous devons également reconnaître le fardeau financier imposé par la maladie. En 1998 seulement, le cancer a coûté plus de 14 milliards de dollars aux Canadiens, et l'on s'attend à ce que ce chiffre continue d'augmenter.

    Qu'en est-il des maladies cardiovasculaires?

[Traduction]

    Comme pour le cancer, on peut très bien prévenir les maladies cardiovasculaires. Nous connaissons le coût humain de celles-ci. Quant au coût assumé par notre système de santé, il est également faramineux. On l'évalue à environ 7 milliards de dollars par année, ce qui constitue un énorme fardeau pour le système de santé du Canada. En outre, on estime à 12 milliards de dollars les autres coûts indirects annuels imputables aux maladies cardiovasculaires, notamment en perte de revenu et de productivité.

    Voilà qui explique toute l'importance de la stratégie intégrée en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques. Les mêmes facteurs de risques peuvent nous rendre vulnérables au cancer, aux crises cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux.

    L'Agence de santé publique du Canada travaillera de concert avec les provinces, les territoires et les intéressés à mettre en place des approches novatrices et intégrées visant à prévenir les maladies chroniques, y compris les maladies cardiovasculaires, et à lutter contre les facteurs de risques courants que nous connaissons trop bien: la surcharge pondérale, la mauvaise alimentation et l'inactivité physique.

[Français]

    Le gouvernement a également joué un rôle de premier plan dans l'activité canadienne en santé cardiovasculaire et a pris part à d'autres activités dont la trousse Coeur en santé, la Coalition canadienne pour la prévention et le contrôle de l'hypertension artérielle et des politiques globales pour le dépistage de l'hypertension artérielle. Il a en outre collaboré avec l'Alliance pour la prévention des maladies chroniques au Canada.

[Traduction]

    Le gouvernement s'attaque à une autre question de santé dont les répercussions sur les personnes sont particulièrement dévastatrices, compte tenu des préjugés qui l'entourent. Il s'agit bien entendu de la santé mentale et de la maladie mentale.

  +-(1250)  

[Français]

    Nous sommes conscients qu'il reste encore beaucoup à faire pour régler les questions de santé mentale au pays. Notre bien-être en tant que société et notre système de santé publique exigent que nous portions une attention particulière aux questions de santé mentale.

    Je sais que le ministre de la Santé a fait de la santé mentale sa principale priorité. Il a notamment nommé un conseiller spécial, l'honorable Michael Wilson, chargé d'examiner cette question dans le milieu de travail et a demandé la création d'un groupe de travail interministériel pour mieux coordonner les politiques relatives à la santé mentale au gouvernement fédéral.

[Traduction]

    La Stratégie pancanadienne intégrée en matière de modes de vie sains, qui est appuyée par les partenaires provinciaux et territoriaux, nous aidera à élaborer une approche coordonnée pour la problématique de la santé mentale. Bien que cette stratégie mette actuellement l'accent sur la nutrition, l'activité physique et le poids santé, ce sont des aspects qui ne peuvent faire autrement qu'avoir des répercussions sur la santé dans son ensemble, y compris la santé mentale. En matière de santé physique, le corps et l'esprit sont indissociables.

    Il en va de même en matière de santé mentale. C'est pourquoi on envisage de mettre l'accent sur le domaine de la santé mentale dans des phases subséquentes de la Stratégie pancanadienne intégrée en matière de modes de vie sains.

[Français]

    Une mauvaise santé mentale et les maladies mentales, comme d'autres maladies chroniques, imposent un fardeau important aux individus et aux familles qui en sont affectés.

    Le gouvernement fédéral reconnaît ces effets néfastes et concentre ses efforts sur les conditions susceptibles de favoriser une bonne santé mentale ainsi que de provoquer ou aggraver une maladie mentale. Ces conditions sont particulièrement présentes en milieu de travail. C'est pourquoi le ministre de la Santé a récemment annoncé son appui à la recherche sur la santé mentale en milieu de travail au moyen d'un investissement de 3,2 millions de dollars.

[Traduction]

    Les maladies chroniques comme le cancer, les maladies cardiovasculaires et la maladie mentale ne sont pas nouvelles pour notre société, mais de nouvelles approches s'imposent. Nous savons qu'elles peuvent être évitées pour l'essentiel et nous savons que leur prévention passe par l'innovation et l'opiniâtreté.

[Français]

    Nous continuerons de travailler en partenariat avec les administrations provinciales et territoriales ainsi qu'avec d'importants organismes de bienfaisance dans le domaine de la santé. Pour être efficaces, nous devons faire preuve à la fois de détermination et de compassion. C'est ainsi que nous pourrons y arriver.

[Traduction]

    Un intervenant nous disait tout à l'heure que l'incidence de cancer et de maladies cardiovasculaires était considérable dans sa circonscription. Il existe un certain nombre de circonscriptions et de localités qui ont les mêmes caractéristiques un peu partout au Canada. C'est le cas dans ma province et dans ma circonscription. En nous interrogeant sur les causes, nous allons inévitablement mettre le doigt sur des facteurs liés au travail, au secteur industriel et à l'environnement.

    Dans la vallée de l'Annapolis, par exemple, en dépit de l'absence de grandes cheminées et d'industrie lourde, nous constatons l'une des plus fortes concentrations au monde d'ozone en surface, et ce en raison de la géographie et d'émissions nocives qui proviennent d'autres régions du Canada et des États-Unis. Lorsque nous étudions ces maladies et les facteurs liés à une vie saine, il faut donc considérer tous les facteurs, y compris l'environnement.

    Par rapport à la stratégie, les 41 milliards de dollars que nous avons affectés à la santé sont importants, tout comme les sommes que nous affectons à la recherche. La stratégie particulière visant les maladies dont a parlé le député de Charleswood—St. James—Assiniboia est également importante. C'est aussi le cas de l'environnement et des conditions sociales. Il nous faut selon moi une approche pleinement intégrée visant tous les aspects: l'aspect social, l'aspect physique et, bien entendu, celui du milieu de travail.

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, il est très perturbant que les libéraux disent une chose et agissent autrement. Il a été fait mention ce matin d'un montant de 300 millions de dollars pour un programme relatif aux maladies chroniques, mais, en vérité, nous demandons au gouvernement de s'engager à financer et à mettre en oeuvre la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer. Je n'ai pas entendu le ministre, le secrétaire parlementaire ou toute autre personne influente au sein du gouvernement dire qu'ils allaient financer la stratégie.

    Ce matin, le ministre a éludé les questions et a laissé entendre que les stratégies visant des maladies particulières ne constituaient pas la bonne façon de faire; pourtant, il y a une stratégie qui vise expressément le diabète. Il a été démontré que ce type de stratégie donne de bons résultats dans le monde entier, notamment en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Royaume-Uni et ainsi de suite, mais le ministre ne reconnaît pas ce fait.

    Le député a parlé de la concertation avec les intervenants, mais la Société canadienne du cancer et de nombreux organismes de lutte contre cette maladie ont indiqué qu'ils n'ont pas reçu le soutien qu'ils avaient demandé au gouvernement et, qu'en fait, on les avait trompés et bernés.

    Avant aujourd'hui, avant que la Chambre ne soit saisie de la motion du Parti conservateur, de ma motion, le gouvernement n'avait prêté aucune attention à cette affaire. Je me demande si le député pourrait nous dire si le gouvernement appuiera la motion conservatrice et en assurera le suivi? Oui ou non?

  +-(1255)  

+-

    L'hon. Robert Thibault: Monsieur le Président, lorsque j'ai pris la parole à la Chambre ce matin, j'ai félicité le député de Charleswood—St. James—Assiniboia d'avoir présenté sa motion et suscité ce débat. Je peux lui dire que je vais certainement appuyer sa motion. Je crois que c'est très important.

    La question qui se pose toujours, invariablement, à la fin d'un débat est la suivante: comment allons-nous y arriver? Je crois que nous soutenons tous le principe sous-tendant ce que le député nous propose. Je crois que ce qu'il met de l'avant correspond à la préoccupation première des Canadiens, à savoir les soins de santé. Je le remercie d'avoir obligé la Chambre à se pencher sur une question aussi importante.

    Je lui rappelle également qu'il y a d'autres maux pour lesquels de la recherche et des stratégies sont nécessaires. Nous devons adopter une approche globale. Nous devons examiner nos ressources et déterminer l'utilisation que nous en ferons. Il ne fait pas de doute que les questions de la santé mentale, du cancer et des soins coronariens sont primordiales.

+-

    M. Pat Martin (Winnipeg-Centre, NPD): Monsieur le Président, je veux profiter de l'occasion pour demander au député de Nova-Ouest quel est le point de vue de son parti, le parti ministériel, sur l'isolant Zonolite, qui contient de l'amiante et qui cause le cancer.

    Puisque le député de Charleswood—St. James—Assiniboia nous donne l'occasion de discuter du cancer dans un contexte global, je veux signaler cette menace flagrante pour les Canadiens. Les maisons de plus de 350,000 propriétaires renferment du Zonolite qui, comme je viens de le mentionner, contient de l'amiante et cause le cancer. Le gouvernement n'a montré aucune intention de présenter des mesures pour aider les propriétaires à vérifier si leurs maisons renferment cette substance cancérogène connue et à l'enlever, le cas échéant.

    Ma question au député de Nova-Ouest a trait à cette situation. Comment le gouvernement peut-il dire qu'il prend des mesures pour prévenir le cancer causé par des facteurs environnementaux s'il ne s'occupe pas du problème le plus flagrant au pays, problème qui existe dans les maisons d'un grand nombre de Canadiens?

+-

    L'hon. Robert Thibault: Monsieur le Président, je n'ai pas la prétention d'être un spécialiste de ce domaine, mais je crois savoir que le risque est lié à la façon dont l'isolant est installé et au fait qu'il y ait ou non des fuites. Je sais que le ministre est très préoccupé par ce dossier, tout comme le ministre du Travail et du Logement. Je pense qu'il serait préférable de poser la question au ministre du Travail et du Logement. Cela dit, je ferai part au ministre de la Santé des préoccupations du député.

[Français]

+-

    L'hon. Carolyn Bennett (ministre d'État (Santé publique), Lib.): Monsieur le Président, l'honorable député a soulevé la question d'une stratégie nationale de lutte contre les maladies. Je suis d'accord avec lui. Il est très important d'avoir une vraie stratégie pour démontrer quoi, quand et comment.

    Nous avons commencé par la stratégie intégrée sur les modes de vie sains, les maladies chroniques et la Stratégie canadienne sur le diabète.

[Traduction]

    L'année dernière, il était très stimulant d'entendre les premiers ministres évoquer la promotion de la prévention en même temps que la viabilité de notre précieux système de santé public. Les premiers ministres ont mis l'accent sur trois aspects: une stratégie intégrée de lutte contre les maladies; la sélection d'objectifs de santé publique pour le Canada; et l'hygiène à l'école, qui est probablement le meilleur endroit où mettre l'accent sur ces risques modifiables.

    En tant que Canadiens, il est important que nous comprenions qu'il est temps de remettre la santé dans notre système de santé. Nous devons reconnaître que la santé des Canadiens ne relève pas d'un seul ministère. Elle doit engager tous les ministères, dans toutes les provinces et tous les territoires.

    Nous devons également examiner les déterminants de la santé, comme la pauvreté, la violence, l'environnement, le logement, l'équité et l'éducation. Lorsque nous regardons les chiffres en fonction de ces déterminants, nous constatons qu'il existe des disparités inacceptables dans les résultats concernant la santé.

    Il est extrêmement important que nous intégrions les risques modifiables communs aux cardiopathies, au cancer, aux maladies du poumon et à bien d'autres maladies. Nous pourrions faire beaucoup mieux si nous adoptions une stratégie intégrée, au lieu de stratégies parallèles spécifiques à chaque maladie.

    Le premier ministre a fait preuve de leadership en créant l'Agence de santé publique du Canada et en désignant un médecin hygiéniste en chef du Canada. Il a entrepris de renouveler l'engagement de Tommy Douglas au sujet de l'objectif ultime de l'assurance-maladie, à savoir prévenir la maladie avant qu'elle n'apparaisse, au lieu de simplement tenter de soigner les gens lorsqu'ils sont malades. C'est ce que David Butler-Jones, le médecin hygiéniste en chef du Canada, appelle la responsabilité morale, à savoir que nous devons tous prévenir l'évitable.

    Nous voulons nous assurer que, à mesure que nous progresserons, nous préviendrons tous les cancers et les maladies du coeur évitables chez tous les Canadiens. Il est important que nous prévenions toutes sortes de maladies du poumon et que nous bâtissions une société qui prévient les maladies mentales et qui appuie la santé mentale afin que les personnes ne se retrouvent pas en difficulté.

    Chaque année au Canada, plus des trois quarts des décès sont attribuables à un des quatre groupes de maladies chroniques: les affections cardiovasculaires, le cancer, le diabète et les troubles respiratoires. La moitié des Canadiens souffrent d'une maladie chronique. Les facteurs de risque qui entraînent ces maladies, comme l'inactivité physique et la mauvaise alimentation, augmentent. Les inégalités dans l'état de santé des différents groupes au sein de la population s'accroissent, tout comme le fardeau qu'entraînent les maladies évitables, les incapacités et les décès.

    Ces maladies sont très faciles à prévenir. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, on pourrait éviter 90 p. 100 des cas de diabète de type II chez les adultes, 80 p. 100 des maladies du coeur et de 30 à 50 p. 100 des cas de cancer en réduisant les facteurs de risque comme le tabagisme, l'inactivité physique et la mauvaise alimentation. Il ne suffit pas que les gens changent leurs habitudes pour prévenir les maladies ou améliorer leur santé une fois qu'ils sont malades. Il faut que la société au complet change pour que les choix sains soient les plus faciles à faire.

    Le meilleur exemple d'approche globale pour réduire les facteurs de risque, c'est la lutte antitabac. La proportion de fumeurs dans la population a changé radicalement ces trente dernières années. Aux actions individuelles sont venus se greffer les efforts du gouvernement, des ONG, des professionnels de la santé et des chercheurs. Ceux-ci offrent des interventions individuelles, des programmes de soutien communautaires, des campagnes de marketing social, une politique fiscale, et des lois et règlements.

    C'est un exemple de stratégie réussie. En 1985, 35 p. 100 des Canadiens fumaient. L'an dernier, seulement 20 p. 100 fumaient. Nous savons que la réduction du tabagisme a eu des effets considérables sur les maladies du coeur, le cancer du poumon et les autres maladies causées par le tabac.

    Il existe deux approches différentes, deux types de stratégies globales pour lutter contre les maladies chroniques et les blessures. Il y a les stratégies intégrées, sur lesquelles les premiers ministres nous ont demandé de nous concentrer. Ces stratégies visent plusieurs facteurs de risque ou maladies. Il y a aussi les stratégies axées sur une seule maladie ou un facteur de risque en particulier. Santé Canada et l'Agence de santé publique du Canada utilisent les deux types de stratégies, conformément à l'approche approuvée par l'OMS.

    Les stratégies axées sur les maladies chroniques importantes comme le diabète, le cancer et les maladies du coeur en sont à différentes étapes de conception. À ce jour, une seule, la Stratégie canadienne du diabète, a reçu un financement appréciable de la part du gouvernement fédéral, soit 30 millions de dollars par année.

  +-(1300)  

    Les stratégies nationales s'établissent par la collaboration entre les gouvernements et un large éventail d'intervenants. Elles s'articulent autour d'actions coordonnées de l'amont vers l'aval, en commençant par la promotion de la santé et la prévention de la maladie, en passant par le dépistage le plus tôt possible des maladies, leur traitement et la lutte contre leur aggravation et en terminant par la prestation de soins palliatifs aux mourants.

    Ces stratégies viendront en outre servir de complément à un programme relatif à la santé et à l'environnement. Alors que nous débattons cette motion aujourd'hui, nous devons prendre conscience de l'extraordinaire importance d'avoir une stratégie canadienne de lutte contre le cancer, car ce dernier constitue une des principales causes de l'incapacité prématurée au Canada.

    Nous reconnaissons la collaboration des coalitions à l'élaboration de la stratégie de lutte contre le cancer. Nous devons maintenant veiller à ce que suffisamment de fonds soient consacrés à la promotion de la prévention et aussi à la détermination des causes de certaines maladies. Nous nous intéressons maintenant à l'incidence possible de la fumée secondaire sur le cancer du sein. Il est important de pouvoir déterminer les causes, pour pouvoir ensuite passer à la prévention ainsi qu'au dépistage précoce et au traitement.

    Nous devons nous concentrer sur les pratiques qui doivent être améliorées, comme la mammographie. Il est inacceptable que la majorité des Canadiennes âgées de plus de 50 ans ne passent toujours pas de mammographie alors que nous savons que cela peut influer sur la durée de leur vie.

    Comme le fabuleux Ian Shugart me l'a dit ce matin, il y a des choses que nous savons que nous faisons, des choses que nous savons que nous ne faisons pas, des choses que nous savons que nous faisons, mais que nous ne connaissons pas assez, et des choses que nous ne savons tout simplement pas. Nous devons examiner toutes ces choses-là en faisant de la recherche afin de toujours financer ce qui marche et de cesser de financer ce qui ne marche pas. Nous devons nous doter de la capacité d'une vraie surveillance pour déterminer les causes, les déterminants et les risques ainsi que leur lien avec les maladies du coeur.

    Il me tarde de travailler avec tous les partenaires, particulièrement avec nos collègues des provinces et des territoires, dans le cadre de discussions sur les dollars déjà investis dans des stratégies sur le tabagisme et les dollars réservés pour la stratégie sur les listes d'attente, stratégies qui concernent tant le cancer que les maladies du coeur. Nous devons être au fait des investissements dans la stratégie sur le cancer, dans la stratégie intégrée et dans les stratégies sur les temps d'attente et le tabagisme de manière à pouvoir élaborer rapidement une approche globale.

    Lorsque nous évaluons les besoins en matière de santé mentale, question que le député a abordée, nous devons nous attacher à la façon dont le gouvernement fédéral doit s'y prendre pour faire un meilleur travail. La nomination de Michael Wilson par le ministre de la Santé est superbe, car elle fait de nous, en tant que fonction publique du Canada, un exemple pour tous les employeurs. Nous devons nous attaquer aux enjeux de la santé mentale et définir les moyens que nous prendrons à l'échelle interministérielle dans les domaines pour lesquels nous avons une responsabilité directe: nos anciens combattants, nos militaires, le service correctionnel, la GRC ainsi que la fonction publique.

    Il importe d'aller de l'avant et d'élaborer une stratégie sur les maladies du coeur, bien qu'il s'agisse d'un domaine ou nous obtenons davantage de résultats grâce à la lutte contre le tabagisme. Nous avons fait un travail remarquable au Canada sur le front de la prévention des maladies cardiovasculaires et de la lutte contre ces maladies. L'adoption du budget de 2005 est essentielle pour que les 300 millions de dollars alloués aux stratégies intégrées puissent être mis à contribution.

  +-(1305)  

[Français]

    Le budget 2005 pousse plus loin les investissements initiaux dans l'Agence de santé publique du Canada et prévoit 300 millions de dollars sur cinq ans pour une stratégie intégrée sur les modes de vie sains et les maladies chroniques.

[Traduction]

    Il sera extrêmement important de travailler en coopération avec les provinces, les territoires, le secteur bénévole, les fournisseurs de soins de santé et les citoyens canadiens qui savent qu'ils ont aussi voix au chapitre en matière de politique de santé. Nous voulons aller de l'avant. Le budget doit être adopté. Nous nous attellerons ensuite à la tâche avec nos partenaires.

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, je me réjouis que la ministre reconnaisse l'importance de stratégies axées expressément sur certaines maladies et qu'elle trouve cela souhaitable, notamment en ce qui concerne le cancer. Je lui signale toutefois que ses propos contredisent carrément ce qu'a dit le ministre de la Santé.

    Celui-ci a expliqué pendant 20 minutes à la Chambre ce matin que les stratégies axées expressément sur certaines maladies n'étaient pas la solution. Il nous a longuement expliqué que le modèle concernant les maladies chroniques était celui dont il fallait s'inspirer. Il n'a pas tenu compte du fait que la motion demande du financement pour la mise en oeuvre de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer, financement qui sera de l'ordre d'environ 250 millions de dollars sur les cinq prochaines années. Sur les 300 millions de dollars dont la ministre a parlé, 90 millions de dollars sont déjà affectés. Il n'y a donc pas de fonds déjà prévus pour cette stratégie particulière.

    Pourquoi cette contradiction? Le gouvernement assurera-t-il le financement et la mise en oeuvre de toute la stratégie dont il est question dans la motion et acceptera-t-il qu'elle soit mise en oeuvre de manière indépendante?

  +-(1310)  

+-

    L'hon. Carolyn Bennett: Monsieur le Président, je ne vois aucune contradiction entre les propos du ministre de la Santé et les miens. Nous disons que du travail a déjà été fait dans le passé au sujet de stratégies particulières. Les premiers ministres des provinces, les ministres de la Santé et l'OMS ont dit qu'il nous faut faire une pause et mettre au point une stratégie intégrée afin de déterminer ce que nous pourrions tous faire ensemble et ce qui ne peut se faire que dans le cadre d'une stratégie axée expressément sur une maladie.

    Des éléments comme les liens de causalité, la détection précoce et certains aspects de gestion sont déjà en place, mais nous devons nous assurer que nous obtenons les meilleures résultats possible, pour chaque dollar dépensé, lorsqu'il s'agit d'encourager la prévention. Il faut d'abord et avant tout une stratégie intégrée. Nous devons travailler avec des partenaires comme ceux qui ont participé à la coalition de lutte contre le cancer, afin d'examiner ce qui existe déjà et ce qui reste à faire.

    Il est extrêmement important de comprendre que cela doit se faire et se fera en collaboration avec nos collègues des provinces et des territoires. C'est ainsi que cela doit se faire. J'ai comme l'impression que la vérificatrice générale ne voudra pas que nous confiions cela à un organisme indépendant.

+-

    Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC): Monsieur le Président, je suis curieuse d'entendre ce que la députée a à dire au sujet de la maladie mentale chez nos jeunes. Les statistiques sont renversantes. On estime qu'entre 10 et 20 p. 100 des jeunes Canadiens souffriraient de maladie mentale. Au Canada, seulement un jeune sur cinq qui aurait besoin de services en santé mentale en reçoit.

    Je pense aussi aux parents d'enfants schizophrènes qui nous ont demandé de l'aide. Cette maladie est gravement invalidante et frappe le plus souvent des jeunes de 16 à 30 ans, qui n'ont nulle part où aller. Il est clair qu'il faudrait une stratégie nationale. On a totalement négligé les maladies mentales dans notre province, bien sûr, mais ailleurs au Canada aussi. Où cela se retrouvera-t-il dans le rapport de Michael Wilson?

+-

    L'hon. Carolyn Bennett: Monsieur le Président, nous regardons tout d'abord le premier rapport Kirby comme étant un bon énoncé de ce qu'il y a à faire au Canada. Nous attendons avec impatience le rapport final à l'automne.

    Le travail que Michael Wilson fera auprès du ministre de la Santé portera surtout sur la santé mentale au sein de la fonction publique canadienne et sur le rôle du gouvernement fédéral auprès des gens dont il s'occupe directement.

    J'espère que la députée comprend qu'il n'y a probablement pas de question plus complexe que les questions de santé mentale, et pas seulement sur le plan des traitements, mais surtout en ce qui concerne le soutien et les services nécessaires ainsi que la souplesse dont il faut faire preuve pour apporter aux gens l'aide dont ils ont besoin quand ils en ont besoin. Nous travaillerons de concert avec nos vis-à-vis provinciaux et territoriaux et aussi avec les Autochtones pour concevoir les programmes qui nous permettront de faire changer les épouvantables statistiques concernant la santé mentale.

  +-(1315)  

+-

    M. Tom Lukiwski (Regina—Lumsden—Lake Centre, PCC): Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole en faveur de la motion qui propose d'élaborer une stratégie nationale contre les maladies chroniques majeures que sont les cardiopathies, le cancer et la maladie mentale.

    Ma propre famille a été durement touchée par certaines de ces maladies. Il y a une quarantaine d'années, alors que je n'étais encore qu'un jeune homme, ma mère a été frappée par le cancer, auquel elle a succombé après une année de courageux combat. Ce fut ma première expérience de ce que le cancer peut faire à une personne, au corps d'une personne. Il s'agit sans conteste de l'une des maladies les plus insidieuses que nous connaissions. Le cancer gruge littéralement le corps. Quarante ans plus tard, j'ai peine à croire que nous ne sachions toujours pas réellement ce qui cause le cancer, ni comment le prévenir.

    Je signale que je partagerai mon temps de parole avec le député de New Westminster—Coquitlam.

    Ce fut ma première expérience du cancer comme tel. Deux décennies plus tard, ma famille a de nouveau été éprouvée par la maladie. Au cours d'une période de deux à trois ans, mon père a subi deux crises cardiaques, qui ont été suivies d'un accident vasculaire cérébral. Comme tout le monde le sait ou devrait le savoir, il s'agit d'une forme de maladie cardiovasculaire. Mon père a finalement succombé après avoir été immobilisé à l'hôpital pendant environ deux ans. J'ai vu sa qualité de vie se détériorer. C'était un homme extrêmement actif. Mes deux parents étaient des gens actifs.

    Jamais je n'oublierai les effets de ces maladies sur ces deux personnes dynamiques, ni ma relative incapacité à atténuer leur souffrance. C'est un sujet qui me tient beaucoup à coeur. Nous devons faire tout en notre pouvoir pour prévenir ces graves maladies.

    Il y a quatre ou cinq ans, mon frère, qui n'a que 13 mois de plus que moi, a subi un accident cérébral vasculaire, heureusement mineur. Il s'est à peu près complètement rétabli. Cela fait partie de l'histoire de ma famille. Un des aspects à prendre en compte dans une stratégie globale de prévention de ces graves maladies, c'est leur cause. Aucun des membres de ma famille ne montrait les symptômes caractéristiques de la maladie cardiaque ou des accidents cérébraux vasculaires. Aucun ne fumait, aucun n'avait de problèmes de cholestérol ou d'excédent pondéral, comme c'est le cas des candidats à la crise cardiaque. Nous n'avions aucune de ces caractéristiques.

    Le 12 janvier dernier, j'ai eu une crise cardiaque; c'est la première fois que j'ai été touché de si près par la maladie cardiaque. Je ne m'y attendais pas du tout. J'ai passé cinq jours à l'hôpital. Je prends maintenant des médicaments qui me permettront probablement de vivre une longue vie et d'être en santé pendant les 30 ou 40 prochaines années, mais une fois de plus, je ne m'attendais pas du tout à ce qu'une telle chose m'arrive. Je n'avais pas vraiment de problème de cholestérol et je n'avais évidemment pas de problème de poids. Ma pression artérielle, d'après mon cardiologue, était celle d'un athlète de 16 ans. Personne n'aurait pu le prédire, à part le fait qu'il y a des cas de maladie cardiaque dans ma famille.

    Je comprends comment ces maladies affectent la vie des gens. Je vais raconter une petite histoire drôle pour ne pas qu'on croie qu'il n'y a que des tragédies dans ma vie. J'ai eu une crise cardiaque le jour de la visite à Regina de notre chef de parti. Je l'ai rencontré à l'aéroport vers midi. J'étais censé l'accompagner dans l'une de ses premières activités, mais je lui ai dit que je le rencontrerais plus tard parce que j'avais quelque chose à faire.

    Je me suis rendu à l'hôpital, où on m'a dit que j'étais en pleine crise cardiaque. On m'a envoyé en chirurgie. Je tiens à féliciter tout le personnel infirmier et médical, ainsi que mon cardiologue. En 14 minutes, ils ont effectué une angioplastie et m'ont installé une endoprothèse vasculaire. C'était une opération hallucinante, mais ce qui est drôle, c'est que notre chef n'en savait rien jusqu'à ce qu'il apprenne, plus tard dans la journée, que j'avais eu une crise cardiaque.

  +-(1320)  

    Le plus drôle est qu'on a rapporté dans les journaux le lendemain matin que le chef du PCC était en visite à Regina et qu'un député local avait subi une crise cardiaque. Je ne suis pas sûr que les médias aient réellement saisi l'importance de sa visite ou la gravité de ma maladie, mais cela nous a bien fait rire tous les deux.

    Étant donné que des membres de ma famille ont été frappés par la maladie, je crois ardemment dans la nécessité d'élaborer une stratégie nationale relatives aux grandes maladies. C'est ce que demande la motion.

    Il a été démontré à l'échelon international qu'une stratégie nationale peut fonctionner si elle est appliquée globalement. Nous en avons des exemples au Royaume-Uni, en Autriche, en Australie et en Finlande où, après avoir adopté une stratégie nationale de prévention des maladies chroniques graves comme le cancer et les maladies cardiovasculaires, ces pays ont connu une chute radicale du taux d'incidence de ces maladies.

    Pourtant, le Canada est toujours sans stratégie. Nous en parlons depuis des années, mais nous ne faisons rien. Dans notre pays, le meilleur au monde à mon avis, où tant de personnes meurent chaque année de maladies cardiovasculaires ou du cancer, c'est une honte que de se croiser les bras et de ne pas prendre les moyens qui se sont révélés efficace ailleurs dans le monde.

    J'en profite toutefois pour suggérer que nous devons saisir l'occasion qui nous est présentée d'investir dans une stratégie nationale qui fonctionnerait, qui permettrait de prévenir les maladies et de soigner nos malades, et ainsi sauver des vies. Voilà la réalité. Cette stratégie sauverait des vies. Je ne crois pas que l'on puisse attribuer une valeur financière aux vies de Canadiens que nous pouvons sauver. Nous ne devrions pas être en train de débattre cette question aujourd'hui. Il y a des années que nous aurions dû passer aux actes.

    Il est peut-être trop tard pour sauver des gens comme mon père et ma mère, mais il n'est pas trop tard pour sauver les générations futures. Je ne cherche pas à protéger ma propre santé, bien que ma santé soit très importante pour moi. Je veux protéger la santé de mes fils. Nous avons de nombreux cas de maladies du coeur et de cancer dans notre famille. Je veux que mes fils, mes petit-fils et mes petites-filles vivent dans un environnement qui leur permettra de prévenir ces maladies avant qu'elles ne les affectent.

    Nous n'en savons pas assez sur le cancer et nous n'en savons très certainement pas assez sur les maladies du coeur pour déterminer ce qui cause ces grandes maladies.

    Tout le monde a toujours pensé que les maladies du coeur, par exemple, étaient attribuables aux indicateurs que j'ai mentionnés plus tôt, notamment l'embonpoint ou un taux de cholestérol élevé. Il s'agit très certainement d'indicateurs. À bien des égards, les fumeurs sont plus susceptibles d'avoir des crises cardiaques et de développer des cardiopathies. Cependant, ce ne sont pas les seuls indicateurs. Aucun de ces indicateurs ne s'applique à moi. Aucun de ces indicateurs ne s'applique aux membres de ma famille. Pourtant, nous avons développé ces maladies. Pourquoi? Personne ne peut me le dire.

    Nous devons élaborer une stratégie qui regroupera les principaux intervenants et les organisations comme la Société canadienne du cancer et la Fondation des maladies du coeur. Nous devons les amener, de façon coordonnée, à échanger de l'information en vue de trouver de nouvelles idées qui seront communiquées aux Canadiens à l'échelle du pays. Ce groupe pourrait donner des conseils aux Canadiens pour prévenir les maladies du coeur et le cancer, et mettre en place un environnement de recherche pour répondre aux questions que nous posons depuis longtemps. Quelles sont les causes du cancer? Quelles sont les causes des cardiopathies chroniques?

    Nous ne devrions pas débattre de la question. Nous devrions faire front commun en tant que parlementaires et déclarer qu'il faut aller de l'avant. Faisons le nécessaire. Débloquons les fonds. Ne contestons pas. Ne débattons pas. Ce n'est pas une question politique. C'est une question de vie ou de mort.

  +-(1325)  

+-

    M. Paul Forseth (New Westminster—Coquitlam, PCC): Monsieur le Président, le Parti conservateur a présenté pour débat la motion ci-après, parrainée par son porte-parole en matière de santé, le député de Charleswood—St. James—Assiniboia. La motion dit:

    Que, puisqu’il faut élaborer dès maintenant une stratégie nationale pour réduire les coûts humains et économiques de plus en plus lourds du cancer, des cardiopathies et des maladies mentales, la Chambre demande au gouvernement de financer intégralement et de mettre en oeuvre, en symbiose avec les provinces et tous les intervenants, la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer ainsi que d'élaborer et d'appliquer sans délai une stratégie nationale d’ensemble sur les maladies mentales et les cardiopathies, le Canada étant un des rares pays développés à ne pas avoir de plan d’action national pour réduire l’incidence des maladies mentales et des maladies du coeur.

    La solution aux problèmes de santé mentale commence par l'amélioration du bien-être émotionnel et passe par le traitement et la prévention de maladies ou des troubles mentaux graves. Un milieu qui contribue au maintien et à l'amélioration de la santé mentale est un milieu qui respecte la dignité humaine et qui suscite chez les individus le sentiment de pouvoir prendre en main leur destinée.

    Au Canada, la planification et la prestation des services en santé mentale relèvent d'abord de la compétence des provinces. Le gouvernement fédéral collabore avec les provinces, principalement par l'entremise de l'Agence de santé publique du Canada. Ces intervenants cherchent à élaborer des services de santé mentale coordonnés et efficaces.

    La santé mentale est une composante importante de la santé dans son ensemble. Tout comme pour notre santé physique, nous pouvons prendre diverses mesures pour soigner et améliorer notre santé mentale, ainsi que celle de notre entourage et de notre milieu.

    Nous gardons à l'esprit qu'une personne au moins sur cinq aura une maladie mentale au cours de sa vie, que 4 000 personnes environ se suicident chaque année au Canada, et que, en 2020, la dépression sera devenue la cause la plus coûteuse de perte de productivité en milieu de travail liée à l'incapacité. Les besoins en soins, en traitement, en réadaptation, en services d'intégration communautaire et de soutien vont bien au-delà de ce qui est disponible dans la plupart des milieux.

    On constate malheureusement que la promotion de la santé mentale et la prévention de la maladie mentale sont peu prioritaires parmi les initiatives du gouvernement en matière de soins de santé. À cause des préjugés liés à la maladie mentale et du manque de sensibilisation du public à cet égard, on évite d'en discuter et on n'arrive pas à élaborer une approche coordonnée visant à trouver des solutions et à venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin.

    Le Canada ne dispose pas d'un système national de cueillette et de diffusion d'information permettant de déterminer avec exactitude l'incidence et la prévalence de la maladie mentale ou d'évaluer les programmes, les services et les politiques en santé mentale que finance le contribuable. Le Canada ne s'est pas doté d'un programme de recherche national cohérent en santé mentale. Contrairement à la plupart des autres pays développés, le Canada n'a pas de plan d'action national en santé mentale.

    Nous devons promouvoir la santé mentale en faisant des choix de styles de vie éclairés et en prenant soin de notre corps. Il faut inciter tous les Canadiens à prendre en main leur vie et leur santé mentale. La bonne santé mentale nous rend en mesure de composer de façon constructive avec le stress et les défis de l'existence et nous permet de profiter plus facilement de toute la gamme des possibilités qui nous permettent d'enrichir nos vies et celle des personnes qui nous entourent.

    Durant beaucoup trop longtemps, l'opprobre rattaché à la maladie mentale a fait en sorte que ceux qui en étaient atteints ont souffert en silence pendant que la société ne répondait que de façon très insuffisante à leurs besoins. Mais nous sommes maintenant à une autre époque. On considère la maladie mentale comme une maladie chronique, à l'instar du cancer et des maladies cardiovasculaires. N'importe qui peut en être atteint et on peut la traiter avec succès, comme les autres maladies. Les personnes qui composent avec la maladie mentale et ceux qui les aident et les soignent méritent notre sollicitude, notre acceptation et notre respect. Ils méritent également leur juste part des budgets de santé.

    Tous les Canadiens sont touchés par les maladies mentales, qui ont un effet important sur les relations, l'éducation, la productivité et la qualité de vie en général. En fait, environ 20 p. 100 de la population souffriront d'une maladie mentale au cours de leur vie. Les 80 p. 100 restants verront un membre de leur famille, un ami ou un collègue souffrir d'une maladie mentale. Avec suffisamment d'attention et de ressources, la vie des personnes touchées par les maladies mentales peut être grandement améliorée.

    Divers rapports sur les maladies mentales au Canada ont été rédigés afin de sensibiliser les gouvernements, les organismes non gouvernementaux, les entreprises, les écoles, les milieux de travail et les universités aux maladies mentales. Ces rapports décrivent les principales maladies mentales ainsi que leur incidence, leur prévalence, leurs causes, leurs effets, leur prévention, leur traitement et le stigmate social qui leur est associé. Les décideurs devront prêter une oreille plus attentive afin de concevoir des politiques et des services visant à améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de troubles mentaux.

    Les chercheurs recommandent que la première étape de l'élaboration d'un système de surveillance des maladies mentales au Canada soit de regrouper les données existantes. Nous avons besoin de plus de ressources afin d'étudier les maladies mentales et ainsi avoir de bonnes données canadiennes facilement disponibles, notamment sur l'hospitalisation et la mortalité, et des études provinciales.

    Cependant, les données sur l'hospitalisation ont leurs limites. Bon nombre de facteurs autres que la prévalence et la gravité de la maladie peuvent influer sur l'admission à l'hôpital et sur la durée du séjour. De plus, la majorité des personnes atteintes de maladies mentales sont soignées dans la collectivité plutôt qu'à l'hôpital, et un grand nombre peut ne pas être soigné du tout dans le système de soins de santé actuel.

  +-(1330)  

    L'utilisation de médicaments modernes humanise les soins en santé mentale. Les données venant des hôpitaux psychiatriques provinciaux permettraient d'avoir encore une meilleure idée de la question, mais ces données ne se trouvent souvent pas par type de maladie. Nous avons besoin de renseignements de qualité pour commencer à combler les lacunes, afin d'obtenir des assises plus complètes sur lesquelles planifier et évaluer les politiques, les programmes et les services en matière de santé mentale.

    Pour les Canadiens, c'est très simple. Nous sommes en faveur de la Loi canadienne sur la santé. Cependant, nous nous préoccupons avant tout du sort des Canadiens dans le besoin qui souffrent à l'heure actuelle, alors que le système est incapable de répondre à leurs besoins.

    Je m'inquiète des milliers de gens qui ne peuvent trouver un médecin de famille avec lequel établir une relation thérapeutique permanente. Cette relation positive à elle seule permet, dans une large mesure, d'éviter la santé mentale. L'établissement d'une relation de qualité avec un médecin de famille est un aspect de la psychoprophylaxie.

    Les conservateurs souscrivent aux cinq principes de la Loi canadienne sur la santé: l'universalité, l'intégralité, l'accessibilité, la gestion publique et la transférabilité. Ce sont des valeurs et des points de référence. Ils ne doivent pas par ailleurs devenir des règles qui constituent des obstacles à la guérison ou à la capacité des Canadiens de s'occuper de leurs voisins et des souffrances dans nos collectivités.

    Ces principes sont le fondement même des soins de santé publics au Canada. Même si ces idéaux ne sont pas respectés tous les jours, nous pouvons essayer de faire beaucoup mieux. Les progrès scientifiques et les innovations qu'on doit à nos chercheurs médicaux et à d'autres pays doivent être intégrés dans les soins quotidiens. Nous avons encore des politiques administratives qui empêchent de vraiment bien aider les patients et d'apaiser les souffrances, parce que la politique passe avant les soins et la bureaucratie, avant la guérison. Le Canada pourrait faire beaucoup mieux.

    Notre système public, ainsi que notre histoire, deviennent une garantie sociétale d'accès aux soins de santé en fonction des besoins et non de la capacité de payer. Nous soutenons la prestation publique et le financement public. Les Canadiens n'ont pas voulu d'un système de santé entièrement privatisé il y a une quarantaine d'années. Nous essayons collectivement de prendre soin les uns les autres. Cependant, les socialistes préféreraient également que nous souffrions tous ensemble et que certains meurent même, tant qu'une bureaucratie et un mode de fonctionnement demeurent. Nous ne devons jamais permettre que le système passe avant les gens, car nous savons que le socialisme nuit aux gens, surtout dans le domaine de la santé.

    Nous n'avons pas un système américain et nos innovations ne sont pas des répliques de cela. La comparaison est erronée. Les Américains ont le meilleur système de santé du monde pour beaucoup de citoyens, mais il ne s'adresse pas à tous.

    Il ne faudrait pas nous retrouver dans une situation où nous pouvons tous peut-être obtenir des soins, mais qui sont médiocres et pas vraiment de niveau international. Quoi qu'il en soit, nous devons veiller à ce que personne ne doive faire faillite pour obtenir des soins. Le problème maintenant est de déterminer le type de soins à offrir et à quels niveaux, surtout dans le domaine de la santé mentale.

    Le premier ministre a montré, dans sa propre situation personnelle, que les cliniques de santé privées, à but lucratif, ont un rôle à jouer. Les hôpitaux catholiques, l'Armée du Salut et d'autres établissements témoignent du rôle complémentaire que les cliniques de santé privées, sans but lucratif, peuvent jouer dans le système de santé. Encore une fois, le premier ministre en est le meilleur exemple, à savoir que nous pouvons étendre la privatisation dans une certaine mesure et aider à garder les fonds de la santé au Canada, sans abroger la Loi canadienne sur la santé ou y porter préjudice.

    En tant qu'habitants du Canada, nous n'oublions jamais que notre pays est d'une richesse inimaginable pour bien des gens de ce monde. Le droit à la propriété privée, le système d'entreprise privée, qui permet la création d'entreprises privées à but lucratif, et la promotion de marchés libres et concurrentiels ont largement contribué à créer la richesse nécessaire pour payer les soins de santé que nous désirons.

    En raison de notre situation privilégiée, nous pouvons exiger beaucoup, et avec raison, de nous-mêmes et de notre gouvernement. Notre régime d'assurance-maladie peut être un égalisateur social, dans le sens positif du terme, s'il est bien géré. Il incarne les valeurs conservatrices canadiennes que sont l'équité, l'égalité, la justice et la compassion.

    Je demande aujourd'hui au gouvernement du Canada d'avoir la patience, la ténacité et la vision à long terme nécessaires pour tirer des enseignements des autres pays et pour être davantage déterminé à améliorer notre système de santé publique par rapport à ceux des autres pays. Pour cela, il doit investir considérablement dans les services de santé mentale.

    Les conservateurs ont le plan et la vision nécessaires pour mener ce projet à bon port, au profit de la génération actuelle et de celle qui suivra. Le pays et les Canadiens n'attendent pas moins.

[Français]

+-

    Mme Nicole Demers (Laval, BQ): Monsieur le Président, il me fait plaisir de prendre la parole au sujet de la motion de mon collègue conservateur. Malgré que je ne sois pas d'accord avec la motion telle que libellée, je comprends les préoccupations du député. Lorsque l'on parle de la santé des Canadiens et des Québécois, cela est toujours difficile. Ce sont des sujets traumatisants et dramatiques pour les familles, les enfants et les parents. Il est toujours difficile d'aborder ces sujets sans tenir compte de ces personnes.

    Vous me connaissez maintenant. Comme vous le savez, j'ai été moi-même victime d'un cancer il y a cinq ans. J'avais la conviction et la certitude de recevoir de l'aide des gens qui m'entouraient, du système de santé dont je pouvais bénéficier, des organismes communautaires qui pouvaient m'assurer un soutien et un suivi. Si je n'avais pas eu la certitude de ce soutien autour de moi, je ne sais pas comment je serais passée au travers.

    Je suis l'une des chanceuses qui ne sont pas décédées des suites de la maladie. Je peux vous garantir, lorsque cela m'est arrivé, que les premières heures et les premières minutes où l'on apprend un tel diagnostic sont très inquiétantes. Cela est très perturbant.

    Comme je vous l'indiquais, nous avons du soutien au Québec. Pour moi, cela a été immédiat. Aussitôt que l'on a su que c'était un cancer très envahissant, on a agi immédiatement. En deux semaines, j'avais commencé les traitements. Je n'avais plus un seul cheveu sur la tête. La chimiothérapie intensive était commencée. Je suis également passée par l'opération et par la radiothérapie. Cela a duré un an. Aujourd'hui, je m'en suis sortie assez bien, merci. Comme vous pouvez le constater, je suis en bonne santé.

    Au delà de tout cela, quand on pense à de tels sujets, on doit s'assurer d'être bien soutenu, comme je l'ai été dans mon milieu. On doit s'assurer que les personnes qui souffrent de telles afflictions soient aussi bien soutenues dans leur milieu. Pour que cela se fasse, il faut s'assurer que les provinces — et non pas le gouvernement fédéral — aient l'argent afin de développer les stratégies. Si on se fie au le gouvernement fédéral pour développer une stratégie nationale, on risque alors de manquer le bateau.

    Pour étayer mon propos, je donne seulement quelques exemples.

    En 1999, il y a eu la stratégie pour la prévention de l'alcoolisme foetal comprenant la création d'initiatives nationales sur l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisme foetal. En 2001, ce fut l'analyse de la situation. En 2001, il y a eu un guide sur les meilleures pratiques concernant le syndrome d'alcoolisme foetal. En 2003, il y a eu un cadre d'action pour l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisme foetal. En 2004-2005, il y a eu des tables rondes sur une stratégie pour lutter contre l'abus d'alcool et de drogues. En juin 2005 — on vient de recevoir cela au Comité de la Santé — , Santé Canada nous revient avec un historique des actions et un autre cadre d'action. Beaucoup de millions ont été dépensés et peu d'actions ont été entreprises.

    On peut parler aussi d'un autre exemple, soit le registre des armes à feu. Même si cela ne relève pas du domaine de la santé — mais cela peut atteindre la santé de plusieurs —, on a vu non pas des millions de dollars mais 1,186 milliard de dollars qui ont été dépensés. Rien n'a encore été réglé.

    En ce qui a trait à la stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme, le budget de 2004-2005 s'élevait à 22,22 millions de dollars et le budget de 2005-2006 à 19,177 millions de dollars, alors que la problématique n'est pas réglée. On diminue les montants que l'on a investis. Pourtant, le taux de tabagisme chez les Inuits est de 72 p. 100; chez les Métis, il est de 57 p. 100; et chez les Amérindiens, il est de 56 p. 100. On dit que 54 p. 100 des jeunes Autochtones de 11 à 19 ans fument et que 65 p. 100 des jeunes Autochtones de 20 à 24 ans fument encore. Ces stratégies sont très importantes. Pourtant, on ne leur accorde pas toute l'importance qu'il faudrait.

    Lorsque la ministre de la Sécurité publique nous parlait tout à l'heure, elle a fait référence à un fonds pour les maladies chroniques. Dans ce fonds, 300 millions de dollars ont été déposés. Pas un sou n'a encore été utilisé afin de permettre aux maladies comme le diabète juvénile, le cancer et tous les autres types de maladies de pouvoir être enrayés.

  +-(1335)  

    La santé des premières nations est un sujet qui me tient particulièrement à coeur. En tant que femme et mère, je trouve que l'on ne fait pas assez attention à cela. On en parle souvent, mais on dirait que l'on pay lip service to it. C'est une expression anglophone que l'on utilise beaucoup pour dire que l'on ne fait que parler de la situation, mais que l'on ne fait rien pour la régler.

    En 2004-2005, le budget alloué à la stratégie pour la santé des communautés autochtones était de 3 166 300 000 $. En 2005-2006, étrangement, il a diminué à 2 855 685 000 $, et ce, malgré la volonté annoncée d'aider la santé des premières nations. Même M. Phil Fontaine, chef de l'Assemblée des Premières Nations, a dit ceci:

    Au lieu d'allouer davantage de financement pour améliorer la santé « peu enviable » des Autochtones et renforcer le rôle que peuvent jouer les gouvernements des Premières Nations dans la prestation de soins de santé, ce budget retient des fonds grandement nécessaires. Par exemple, les Premières Nations dépendent désespérément de la couverture offerte par les Services de santé non assurés. Or, ce programme sera amputé de 27 millions de dollars au cours des trois prochaines années.

    Selon le communiqué de l'Assemblée des Premières Nations:

    Le chef national a également fait remarquer que le budget comprenait plusieurs autres coupures relatives au financement des soins de santé aux Autochtones. On y trouve notamment l'élimination du Système d'information sur la santé des Premières Nations, propriété partielle des Premières Nations en Ontario, par des coupures de 36 millions de dollars sur trois ans et la redistribution de 75 millions de dollars compris dans le financement de 400 millions de dollars déjà annoncé pour les placements en amont et l'amélioration de programmes comme le renouvellement du financement de l'Initiative sur le diabète chez les Autochtones.

    Ce ne sont que quelques exemples que je donne, mais ceux-ci démontrent à quel point il est important que ce soient les provinces et les territoires eux-mêmes qui détiennent le pouvoir sur la façon de dépenser l'argent nécessaire pour enrayer les maladies dont on parle.

    Parlant de stratégie, je peux parler d'une stratégie nationale du Québec. Il y a déjà plusieurs années, nous avons entrepris de nous attaquer à ces maladies. Bien sûr, nous avons encore des difficultés à surmonter et des problèmes à résoudre. Cependant, ces problèmes seraient beaucoup moindres si le déséquilibre fiscal n'existait pas et si nous avions la somme qui nous revient du gouvernement fédéral. C'est 55 millions de dollars par semaine qu'il nous manque. Avec une somme pareille, nous pourrions régler tous les problèmes de santé de nos concitoyens et concitoyennes.

    Si toutes les provinces et tous les territoires avaient ce qui leur revient, mais dont ils sont privés en raison du déséquilibre fiscal, on n'aurait pas à parler de stratégies nationales. Il est très important de se rappeler que, toutes les fois que l'on demande de l'argent au gouvernement fédéral pour des stratégies nationales, ce n'est pas de son ressort ou de sa responsabilité. Les stratégies en matière de santé, d'éducation et de services de garde d'enfants doivent revenir aux provinces et aux territoires. Il ne faut pas l'oublier.

    Je ne doute pas du tout de la bonne volonté de mon collègue ayant présenté cette motion. Je sais à quel point la santé est importante pour lui.

    Cependant, comme je le disais, au Québec, nous avons développé des programmes très importants qui répondent en grande partie aux besoins de notre population, par exemple le programme de prévention de la maladie, de dépistage, d'investigation et de diagnostic. Il y a également des programmes concernant les traitements, le soutien à l'adaptation et à la réadaptation et les soins palliatifs de fin de vie, pour ce qui est du cancer.

    Aussi, au Québec —  je suis certaine que c'est la même chose dans plusieurs autres provinces — , plusieurs entreprises d'importance ont reconnu leurs responsabilités sociales et l'importance de s'investir socialement. Par exemple, je ne nommerai qu'une seule entreprise du Québec oeuvrant pour le cancer, et que je connais bien. Cette entreprise investit beaucoup dans le programme Belle et bien dans sa peau, qui est dirigé par la Société canadienne du cancer.

  +-(1340)  

    La compagnie Sanofi-aventis investit des millions de dollars tous les ans pour permettre à des femmes comme moi, ayant souffert du cancer, de développer des façons de se sentir quand même belles et biens dans leur peau.

    Ce n'est pas seulement une question de gouvernement fédéral ou de stratégie nationale; c'est vraiment une question de survie pour des programmes qui existent à l'échelle provinciale et territoriale. On doit nous donner les moyens en réinvestissant dans les provinces et les territoires, en nous redonnant l'argent qui nous revient afin de nous permettre de mieux faire face à tous les problèmes concernant le cancer, à toutes les maladies cardio-vasculaires et aux problèmes de santé mentale.

    Ces derniers sont un autre domaine qui me touche énormément. Dans ma circonscription, plusieurs personnes âgées qui vivent des problèmes de santé mentale sont à la recherche de logement. La population vieillit et l'on se rend compte qu'une grande partie des personnes qui ont des problèmes de santé mentale ne bénéficient plus des services spécifiques qui leur étaient dédiés auparavant. Auparavant, ces personnes ne vivaient pas aussi longtemps et elles étaient à la charge des familles ou vivaient dans des institutions.

    À présent, avec la désinstitutionnalisation, les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale vivent bien souvent dans des milieux non conçus pour elles. Elles habitent bien souvent dans des milieux où elles n'ont aucun outil pour vivre dans la dignité et dans le respect. En outre, elles ont beaucoup de difficultés à s'adapter et à trouver un environnement qui leur convient. Lorsqu'elles vieillissent, cela est encore plus difficile.

    Plutôt que d'investir dans des résidences où ces personnes pourraient mieux vivre, on les interne dans des résidences avec des personnes âgées, beaucoup plus âgées, avec lesquelles elles ont malheureusement peu en commun, créant des dissensions.

    Au lieu d'engager cet argent dans une stratégie nationale, je préfère qu'il soit affecté à une stratégie où l'on le réinvestira, où l'on le redonnera aux provinces de façon à ce qu'elles puissent faire leurs devoirs envers leurs citoyens et leurs citoyennes.

  +-(1345)  

+-

    L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, je remercie la députée de ses propos et de sa bienveillance au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes.

    Je reconnais comme elle que les compétences en matière de santé sont, bien sûr, de nature provinciale. J'arrive de Saint John, au Nouveau-Brunswick, où des professionnels en matière de livraison de services de santé se regroupent. Il y a trois associations nationales pancanadiennes de toutes les provinces, de tous les territoires, incluant le Québec. Ces gens reconnaissent la nécessité de se regrouper pour voir s'il y a des points communs sur lesquels ils peuvent travailler.

    Au niveau national et pancanadien, lorsque l'on regarde des stratégies de traitements, en recherche et en services, il y a là une occasion de se regrouper, d'élaborer des stratégies afin d'éviter le dédoublement de la recherche et du développement. C'est là une occasion de connaître les meilleures pratiques qui existent dans n'importe quelle province ou localité. Il faut se regrouper pour échanger à ce sujet. Il peut y avoir coordination à l'échelle nationale en tenant compte, bien sûr, des compétences de toutes les juridictions, afin de revoir toute la question de la recherche et du financement.

    Il y a des provinces, des territoires ou des localités qui pourraient avoir moins de ressources que d'autres, moins la capacité de payer. C'est le cas des provinces de l'Atlantique et c'est le cas souvent au Québec, où le gouvernement fait des transferts financiers.

    Je pense que la députée doit reconnaître que lorsque nous avons élaboré le plan de 10 ans en matière de santé, le gouvernement du Québec a signé l'accord. Il a signé l'entente.

    La députée serait-elle d'accord pour dire qu'il y aurait moyen, concernant cette stratégie nationale, disons pour les maladies chroniques par exemple, d'avoir une démarche nationale, une démarche pancanadienne, respectant bien sûr les compétences des juridictions provinciales.

+-

    Mme Nicole Demers (Laval, BQ): Monsieur le président, je remercie mon collègue du Comité permanent de la Santé et secrétaire parlementaire du ministre de la Santé.

    Même si je le redis 100 fois, vous savez que nous sommes contre les stratégies nationales. Tout ce qui n'est pas du ressort du gouvernement fédéral devrait, sans aucune condition, être considéré comme étant de responsabilité provinciale et territoriale. À moins que l'on ne parle de la santé des autochtones, des vétérans ou des soldats et des soldates, la santé n'est pas de compétence fédérale; elle est de compétence provinciale. Il est alors certain que je ne suis pas d'accord avec une stratégie nationale, quelle qu'elle soit.

  +-(1350)  

+-

    M. Marcel Gagnon (Saint-Maurice—Champlain, BQ): Monsieur le Président, encore une fois, j'ai apprécié le discours de ma collègue de Laval.

    Je ne sais pas si, un jour, on réussira à faire comprendre au gouvernement fédéral que les fonds qu'il veut distribuer par la porte d'en arrière pour tous les services doivent aller directement aux provinces.

    Ma collègue a mentionné jusqu'à quel point on dépend des services quand on est malade. Chez nous, j'ai vécu la même expérience qu'elle. Entre la détection de ma maladie, le cancer, et l'opération finale, il s'est écoulé un maximum de deux mois. Quand cette période se prolonge, c'est parce qu'on manque d'argent, et non parce qu'on manque de compétences. Quand est-ce que le gouvernement fédéral se rentrera dans la tête que cet argent ne lui appartient pas? Il appartient aux provinces, qui détiennent les compétences pour développer et faire avancer le domaine de la santé.

    Je voudrais poser une question à ma collègue de Laval concernant les plans pancanadiens. J'ai déjà été porte-parole en matière agricole. À l'époque, on nous a leurrés avec un projet pancanadien de sécurité pour les agriculteurs. Tous les agriculteurs au Québec regrettent ce plan. En effet, aucun plan pancanadien ne fonctionne.

    Je voudrais que ma collègue élabore sur les services de santé disponibles au Québec pour montrer jusqu'à quel point nous sommes près de la population québécoise.

+-

    Mme Nicole Demers: Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Saint-Maurice—Champlain.

    Il faut dire que certaines problématiques en santé au Québec, qui sont causées par le déséquilibre fiscal, doivent encore être réglées. Après plusieurs négociations, le gouvernement fédéral a accordé 800 millions de dollars en santé, mais ce montant ne s'avère pas suffisant pour répondre à tous les besoins. Malgré tout, je crois que nous avons effectivement le meilleur système de santé qui existe par rapport au Canada et aux États-Unis. C'est sans parler de l'Europe, où les systèmes de santé sont très différents.

    Le Québec s'est doté d'un système de santé près du peuple, notamment grâce aux CLSC, aux organisateurs communautaires, aux travailleurs sociaux, aux médecins, aux infirmiers et aux infirmières. Ce sont des personnes qui travaillent près du peuple et qui peuvent donner les soins de première ligne.

    Nous avons également un système ambulancier très professionnel. Maintenant, les gens suivent des cours pour devenir encore plus professionnels et être mieux à même de sauver des vies.

    Nos hôpitaux offrent des soins exceptionnels, notamment en oncologie et en gériatrie. Nous avons des hôpitaux désignés en différents soins de santé. Par exemple, à Sherbrooke, on fait des études spécifiques sur la gériatrie. À Laval, l'hôpital est renommé comme un des meilleurs hôpitaux en oncologie, en natalité et en prénatalité. Nous offrons vraiment des soins exceptionnels.

    Nous avons aussi l'assurance-médicaments et l'assurance-maladie. Ainsi, chaque citoyen et citoyenne paie le moins possible pour des services qui devraient être universels. Cependant, à cause du déséquilibre fiscal, on a dû commencer à payer un peu puisque les soins de santé coûtent trop cher.

    Malgré tout, nos soins de santé sont encore les meilleurs, ceux qui coûtent le moins cher et ceux qui sont le plus près du peuple.

[Traduction]

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, je remercie la députée de ses commentaires. Toutefois, je crains qu'elle ait mal compris ce que suppose la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer.

    La stratégie respecte l'autonomie des provinces et le fait que les provinces ont la responsabilité des soins de santé. Les provinces peuvent adhérer ou non à la stratégie. Ce n'est pas le gouvernement fédéral qui l'administrerait, mais les intervenants. Le gouvernement fédéral ne ferait que la financer.

    La députée du Bloc devrait relire la stratégie relative au cancer que je propose et prêter une attention particulière à la page 15. À la lumière de ces nouveaux renseignements, et compte tenu qu'il ne s'agit pas d'une stratégie nationale au sens où l'entend le Bloc, mais d'une stratégie qui profitera à tous les citoyens du pays, la députée serait-elle disposée à la considérer sous cet angle?

  +-(1355)  

[Français]

+-

    Mme Nicole Demers: Monsieur le Président, bien sûr, j'ai lu très attentivement le texte de cette motion. C'est la raison pour laquelle je m'y suis objectée avec autant de véhémence.

    Cependant, je suis certaine que si mon collègue relisait sa motion, il verrait qu'il est écrit, et je cite:

[...] la Chambre demande au gouvernement de financer intégralement et de mettre en oeuvre, en symbiose avec les provinces et tous les intervenants, la Stratégie canadienne [...]

    On ne parle pas de responsabilité des provinces, mais de responsabilité fédérale. Si le député était d'accord pour enlever cette partie, je pense qu'on pourrait s'entendre sur le fond. En effet, sur le fond, il est certain que nous devons avoir l'argent nécessaire pour pouvoir subvenir aux besoins de nos concitoyens et concitoyennes.

[Traduction]

+-

    M. Tony Martin (Sault Ste. Marie, NPD): Monsieur le Président, j'ai une question pour la députée. Il s'agit d'une stratégie nationale qui prévoit de fortes sommes pour la prévention et, comme la députée l'a dit, le Québec offre plein de bonnes choses à ses habitants. Je suis toujours surpris que le Québec ne veuille pas transmettre ses connaissances au reste du pays.

    Étant donné la nature de cette assemblée et celle du gouvernement fédéral national, qui est de servir tous les Canadiens, étant donné que l'air que nous respirons et que l'eau que nous buvons présentent une quantité infinie de risques liés au cancer, pourquoi la députée n'est-elle pas favorable à une stratégie qui aiderait l'ensemble des Canadiens à vivre sainement et à ne pas contracter le cancer? Qui ne voudrait pas appuyer une telle initiative?

[Français]

+-

    Mme Nicole Demers: Monsieur le Président, il est certain que je veux que tout le monde vive en santé le plus possible. Il est certain que je veux que tous les Canadiens et toutes les Canadiennes, comme tous les Québécois et toutes les Québécoises, reçoivent le maximum de services possible. Toutefois, encore une fois, ce n'est pas en acceptant que le gouvernement fédéral s'ingère dans les responsabilités des provinces et des territoires que nous allons obtenir ce résultat. Il n'en est pas question.

    Je dirais à mon collègue que si l'on veut venir voir ce qui se passe au Québec et les programmes que l'on a, on peut le faire. Des centaines de personnes viennent tous les ans étudier nos programmes parce qu'ils trouvent que ce sont les meilleurs. Si mon collègue veut faire la même chose, il est le bienvenu.

    Je suis certaine que mes collègues de l'Assemblée nationale vont l'accepter et l'accueillir avec beaucoup de gentillesse. Ils vont lui montrer tous les programmes que nous avons. Ne vous inquiétez pas, nous sommes prêts à partager nos connaissances et notre savoir avec l'ensemble des Canadiens et des Canadiennes, parce que nous sommes une nation qui aimons le Canada, malgré tout ce qu'on peut dire.


+-DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Article 31 du Règlement]

*   *   *

[Traduction]

+-L'Hôpital général de Dartmouth

+-

    M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.): Monsieur le Président, le week-end dernier, dans ma circonscription, se sont tenus le dîner de homard et les enchères au bénéfice de l'Hôpital général de Dartmouth.

    L'événement, organisé par la fondation de l'hôpital, a attiré plus de 800 personnes et a été rendu possible par le dur travail des bénévoles et les généreux donateurs de Dartmouth.

    Il y a 20 ans, 16 000 $ avaient été recueillis au premier dîner et, cette année, la fondation a récolté plus de 100 000 $, au profit des patients et de l'Hôpital général de Dartmouth, un des meilleurs hôpitaux communautaires du Canada.

    La fondation a amorcé une campagne de financement pour faire l'acquisition d'un nouveau tomodensitomètre afin de remplacer de toute urgence celui que possède actuellement l'hôpital. Ce nouveau tomodensitomètre est à la fine pointe de la technologie et il sera utilisé pour diagnostiquer un certain nombre de maladies.

    L'hôpital comprend l'une des meilleures salles d'urgence de l'Est du Canada, qui est dirigée de main de maître par le Dr Todd Howlett. L'Hôpital général de Dartmouth constitue l'exemple par excellence d'institution pratiquant une médecine communautaire. Il a été construit grâce à la participation communautaire et continue de faire partie intégrante de la collectivité de Dartmouth--Cole Harbour.

    Je félicite tous les professionnels de l'hôpital...

  +-(1400)  

+-

    Le vice-président: Le député de Vegreville—Wainwright a la parole.

*   *   *

+-Le National Spelling Bee

+-

    M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC): Monsieur le Président, le mois dernier, Finola Hackett, une jeune femme déterminée de ma circonscription, celle de Vegreville—Wainwright, a gagné le tout premier CanWest CanSpell National Spelling Bee, une compétition d'épellation mettant aux prises plus de 80 000 étudiants qui a commencé au mois de janvier.

    En plus d'être la première à voir son nom inscrit sur la coupe CanSpell, Finola a mis la main sur une bourse d'études de 10 000 $ et a obtenu le droit de participer à une prestigieuse compétition annuelle, la 78e Scripps National Spelling Bee, à Washington, aux États-Unis. C'est une remarquable réalisation.

    Des millions d'enfants du monde entier ont pris part à des compétitions d'épellation locales dans l'espoir d'atteindre le niveau que seuls Finola et 273 champions de compétitions d'épellation ont pu atteindre.

    Puis, Finola, qui est âgée de 13 ans, a fait preuve d'un grand calme et d'un grand savoir, jeudi dernier, et a fait honneur à tout le Canada en se classant 11e à la compétition de Washington.

    Je suis très fier de Finola, de ses parents, de ses enseignants et de tous ceux qui l'ont aidée dans ses succès.

    Félicitations Finola. Tofield, l'Alberta et le Canada sont fiers de toi.

*   *   *

+-La Journée de l'air pur

+-

    M. Mario Silva (Davenport, Lib.): Monsieur le Président, le 8 juin sera la Journée de l'air pur. Cette journée fait partie de la Semaine canadienne de l'environnement, au cours de laquelle on fait la promotion des activités propres à préserver notre environnement. La Journée de l'air pur vise spécialement à sensibiliser les gens à la pollution de l'air et aux changements climatiques.

    Il est important que nous nous employions à améliorer la qualité de l'air pour assainir l'environnement, dans notre intérêt et celui des générations à venir. La pollution de l'air est particulièrement dommageable pour les jeunes enfants, les personnes âgées et les gens atteints de maladies respiratoires et cardiovasculaires.

    En tant que député de Toronto, une ville qui est constamment assaillie par la pollution de l'air, je crois qu'il est essentiel de sensibiliser les gens aux problèmes écologiques tels que la pollution de l'air, de manière à protéger notre planète pour les générations à venir.

*   *   *

[Français]

+- La Maison Claire-Fontaine

+-

    M. Marcel Gagnon (Saint-Maurice—Champlain, BQ): Monsieur le Président, le gîte touristique La Maison Claire-Fontaine, situé à La Tuque, a été couronné pour la troisième année consécutive Lauréat régional des Grands Prix du tourisme québécois dans la catégorie Hébergement-gîte.

    Ce gîte entre parfaitement dans la tradition de la Haute-Mauricie, terre natale de Félix Leclerc. Le Haut-Saint-Maurice est un coin de pays qui émerveille par son immense étendue, ses richesses naturelles telle que la rivière Saint-Maurice, et son potentiel récréotouristique.

    Ce gîte, classifié quatre soleils, est une magnifique résidence construite en 1917. L'accueil personnalisé de ses hôtes, Marie-Josée Hébert et Eddy Georges, est à l'origine de nombreux témoignages élogieux et contribue à alimenter la fierté de la population du Haut-Saint-Maurice sur le plan touristique.

    Félicitations à Marie-Josée et à Eddy!

*   *   *

+-Cynthia Mathieu

+-

    Mme Raymonde Folco (Laval—Les Îles, Lib.): Monsieur le Président, permettez-moi de féliciter Mlle Cynthia Mathieu à qui il a été décerné un certificat de niveau argent du programme Le Prix du Duc d'Édimbourg Défi Jeunesse Canada.

    Les lauréats sont honorés pour avoir relevé des défis personnels dans quatre secteurs distincts: le service communautaire, l'expédition, le conditionnement physique et l'habileté.

    Cette jeune femme de Fabreville, dans la circonscription de Laval—Les Îles, s'est principalement distinguée au sein de l'Escadron 687 où elle assure des tâches administratives et enseigne la musique. Elle s'implique aussi auprès des personnes âgées en les aidant dans leurs activités de loisirs.

    Cynthia Mathieu est l'exemple d'une jeune femme déterminée et impliquée dans la vitalité de sa communauté.

    Nous vous remercions de votre dynamisme et bonne continuité, Cynthia!

*   *   *

[Traduction]

+-Le crime organisé

+-

    M. Art Hanger (Calgary-Nord-Est, PCC): Monsieur le Président, comme le dit le proverbe, « il n'y a rien de nouveau sous le soleil ». Cette constatation s'applique à notre gouvernement, qui est responsable de lutter contre le crime et de veiller sur les bons citoyens de notre pays.

    Alors, pourquoi donc l'application de la loi et le maintien de l'ordre se détériorent-ils?

    Prenons le temps de regarder le tableau dans son ensemble. Les fusillades à partir de voitures en marche, les guerres de gangs, le télémarketing frauduleux, le vol d'identité, le trafic de drogues et la prostitution juvénile, pour ne nommer que ces problèmes-là, prolifèrent un peu partout. Ce qui est alarmant, et qui devrait nous inquiéter énormément, c'est que le crime organisé blanchit chaque année entre 5 et 17 milliards de dollars issus de ces activités. De l'argent sale dans des mains sales.

    Ces fléaux persistent-ils parce que certaines personnes en position d'autorité sont de connivence avec de sombres figures du monde interlope ou parce que les politiciens font semblant de ne pas voir les activités du crime organisé? Quelle que soit la réponse à cette question, notre système judiciaire et notre dispositif d'application de la loi sont compromis, et les résultats sont dévastateurs.

    Il n'y a rien de nouveau dans le fait que des politiciens ne s'acquittent pas de leur devoir. Nous, les députés, devrions quitter un peu nos fauteuils confortables pour nous attaquer au problème du crime organisé avant qu'il ne soit trop tard.

*   *   *

  +-(1405)  

+-Dalhousie, Nouveau-Brunswick

+-

    M. Jean-Claude D'Amours (Madawaska—Restigouche, Lib.): Monsieur le Président, la semaine dernière, j'ai été invité à participer, à Dalhousie, au Nouveau-Brunswick, à une cérémonie rendant hommage à 108 personnes qui se sont distinguées par leur contribution au développement de cette région. Cette cérémonie s'inscrivait dans le cadre des célébrations marquant le centenaire de la Ville de Dalhousie.

[Français]

    La contribution des citoyens envers leur communauté est certes primordiale afin de permettre à nos régions de demeurer dynamique et de poursuivre sur la voie du développement. Les personnes qui furent reconnues lors de cette célébration de samedi dernier ont toutes contribué à faire de leur communauté un endroit où il fait bon vivre.

[Traduction]

    Je félicite les personnes qui ont été honorées à cette occasion à Dalhousie et je remercie tous les résidants de ma circonscription qui contribuent au développement de leur collectivité.

*   *   *

[Français]

+-La Semaine québécoise des personnes handicapées

+-

    M. Robert Vincent (Shefford, BQ): Monsieur le Président, du 1er au 7 juin se tient la Semaine québécoise des personnes handicapées. Cette neuvième édition, sous le thème « Ensemble, tout le monde y gagne », a pour objectif de favoriser l'intégration sociale des personnes handicapées.

    L'Office des personnes handicapées du Québec s'évertue à éliminer les obstacles à l'intégration des personnes souffrant d'un handicap. Toutefois, l'organisme et le gouvernement ne peuvent à eux seuls suffire à la tâche. Nous devons, toutes et tous, comme citoyens, changer notre attitude et être plus sensibles à cette problématique importante.

    Au nom des députés du Bloc québécois, je tiens à remercier les intervenantes et intervenants du milieu de la santé, l'Office québécois des personnes handicapées ainsi que toutes celles et tous ceux qui travaillent de près ou de loin à améliorer le bien-être de ces personnes. Je pense notamment aux familles et aux aidants naturels qui vivent au quotidien auprès d'une personne souffrant d'une incapacité physique ou intellectuelle.

*   *   *

[Traduction]

+-La Semaine de l'environnement

+-

    L'hon. Jean Augustine (Etobicoke—Lakeshore, Lib.): Monsieur le Président, les Canadiens assurent l'intendance d'une grande partie de l'environnement naturel de la planète. Les générations futures, au Canada comme dans le monde entier, comptent sur notre aptitude à préserver un patrimoine naturel qui comprend des écosystèmes sains abritant des habitats productifs et protégés, de l'eau et de l'air sains, et une grande diversité d'espèces.

    Le gouvernement du Canada encourage la préservation de notre environnement naturel. Le Programme d'intendance de l'habitat des espèces en péril sert à financer des projets favorisant la conservation des habitats et l'intendance. Le Programme des dons écologiques offre des incitatifs fiscaux aux Canadiens qui souhaitent faire don de terres écosensibles.

    Outre ces programmes fédéraux, il y a dans ma circonscription, Etobicoke--Lakeshore, des organisations locales de conservation et des personnes comme Christina Sharma, M. Fisenko, Carole Goyette et bien d'autres qui assurent la maîtrise d'oeuvre des efforts en matière d'intendance d'un bout à l'autre du pays. J'invite tous les Canadiens, en cette Semaine de l'environnement, à protéger notre avenir naturel par des moyens concrets.

*   *   *

+-Kamloops--Thompson--Cariboo

+-

    Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC): Monsieur le Président, ma circonscription, Kamloops—Thompson—Cariboo, est l'hôte d'un grand nombre d'événements très intéressants. D'une superficie de plus de 44 000 kilomètres carrés, elle est plus grande que certains petits pays et tout aussi diversifiée.

    Au cours de la dernière semaine de relâche, j'ai assisté au bal historique des Clinton. Il s'agit d'une tradition qui remonte à 1867. Cette année, les rôles de M. et Mme Clinton étaient interprétés par Doris Ilingworth et Frank Campbell.

    Au nord, à Clearwater, j'ai participé au défilé annuel du May Day à bord d'un char, puis à l'inauguration du centre de formation des services d'urgence de 100 Mile House.

    À Kamloops, le dîner et la vente aux enchères de l'industrie du camionnage de South Central pour l'hôpital Royal Inland ont été un grand succès. J'ai lancé le concours d'agilité des chiens de la Colombie-Britannique et du Yukon, auquel plus de 300 chiens de toutes les régions de l'Amérique du Nord ont participé. Le Parlement pourrait bénéficier d'un cours dispensé par leurs maîtres.

    J'ai eu l'honneur de passer en revue les Cadets royaux de l'Air canadienne, et j'ai eu l'occasion de rencontrer le chef Richard LeBourdais de la bande de Whispering Pines, avant l'ouverture du circuit hors route de Kamloops.

    Je tiens à rendre hommage à tous les bénévoles et organisateurs qui donnent si généreusement de leur temps et qui mettent à contribution leurs talents afin de faire de ces événements un franc succès.

*   *   *

+-Le John F. Kennedy Business Centre

+-

    M. Massimo Pacetti (Saint-Léonard—Saint-Michel, Lib.): Monsieur le Président, le 19 avril 2005, j'ai eu l'honneur d'assister au lancement du site Internet du John F. Kennedy Business Centre, situé à Saint-Michel. Pendant cette cérémonie, une plaque a été remise à tous les partenaires commerciaux en guise de remerciement du soutien remarquable qu'ils ont accordé au centre.

    Le John F. Kennedy Business Centre est une école pour adultes relevant de la Commission scolaire English-Montréal, dont le mandat est d'offrir des services de qualité aux personnes ayant besoin de formation. Le gouvernement du Québec délivre des diplômes de formation professionnelle à la fin de chaque session.

    Grâce à ses liens étroits avec diverses firmes et entreprises, le centre peut offrir des modules d'alternance travail-études, suivis de services actifs de placement. Plus de 85 p. 100 des diplômés du centre obtiennent immédiatement un emploi.

    J'aimerais féliciter l'administration du John F. Kennedy Business Centre d'avoir mis au point une formule en vertu de laquelle le système scolaire oeuvre en coopération étroite avec le milieu des affaires pour former les étudiants en fonction des besoins.

    J'aimerais également féliciter les enseignants de leur engagement et les étudiants, qui cherchent activement à réaliser le rêve canadien d'une vie meilleure grâce à un meilleur emploi et à une meilleure éducation.

*   *   *

  +-(1410)  

+-L'Administration portuaire de Toronto

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Monsieur le Président, ces derniers mois, j'ai demandé la fermeture de l'Administration portuaire de Toronto et le transfert de ses terrains et éléments d'actif à la Ville de Toronto. Aujourd'hui, je renouvelle cet appel.

    En mai, le gouvernement libéral a donné à l'Administration portuaire de Toronto un montant de 35 millions de dollars, soi-disant au titre d'une entente sur la non-construction d'un pont de 22 millions de dollars vers l'aéroport de Toronto Island . Un chroniqueur du Globe and Mail, John Barber, a demandé à juste titre comment il pouvait maintenant en coûter 35 millions de dollars pour ne pas construire un pont dont la construction devait coûter 22 millions de dollars. C'était une bonne question.

    L'Administration portuaire est un gouffre financier. Ses états financiers pour 2004, qui sont maintenant disponibles, révèlent que l'aéroport a généré des ressources lamentables de 1,4 million de dollars, mais qu'il a engagé des dépenses de 5,3 millions de dollars.

    J'affirme une fois de plus que nous devrions mettre fin à l'hémorragie de nos impôts et fermer cette entreprise inutile, qui gaspille de l'argent.

*   *   *

+-L'autisme

+-

    M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC): Monsieur le Président, tous les enfants sont spéciaux. Tous ont des besoins particuliers. La seule chose qui les distingue, c'est que certains ont des besoins particuliers plus évidents que d'autres.

    C'est le cas des enfants des familles Rodrigues et Zaffino, dans ma circonscription, et de milliers d'autres familles en Colombie-Britannique et ailleurs au Canada. Ces familles ont des enfants très spéciaux, des enfants autistes.

    Il y a de l'espoir pour ces familles. Il existe un traitement, la thérapie Lovaas, qui, depuis 30 ans, a donné des résultats cliniques spectaculaires chez 47 p. 100 des enfants traités, et des améliorations mesurables chez presque tous.

    Toutefois, l'horrible réalité est que la Cour suprême du Canada a confirmé le point de vue du gouvernement de la Colombie-Britannique et du gouvernement libéral fédéral, selon lequel l'État n'a pas à aider les familles à assumer les coûts élevés de cette remarquable thérapie.

    Les tribunaux et les gouvernements peuvent avoir raison sur le plan légal tout en se trompant lourdement du point de vue humain.

    Je demande aux députés de tous les partis de participer aux efforts en vue de trouver des solutions pour les familles canadiennes qui ont des enfants autistes. Ces enfants sont vraiment spéciaux.

*   *   *

[Français]

+-Bernard Landry

+-

    M. Stéphane Bergeron (Verchères—Les Patriotes, BQ): Monsieur le Président, je désire rendre hommage à Bernard Landry, cet homme hors du commun qui a présidé aux destinées de la circonscription de Verchères depuis plus de 10 ans et qui a consacré l'essentiel de sa vie au développement et au rayonnement international du Québec.

    Aujourd'hui, nous nous voyons soudainement privés des services d'un grand homme ayant toujours eu à coeur le mieux-être de ses concitoyens.

    Il faut reconnaître que le monde politique est souvent bien ingrat. Après avoir servi sa nation et sa patrie avec tant de dévouement, de loyauté et de détermination pendant plusieurs décennies, voilà qu'il se retire dignement, après que les militants du Parti québécois lui aient manifesté un appui qui, quoique très largement majoritaire, n'a pas été à la hauteur des formidables aspirations qu'il entretenait pour le Québec et de la tâche colossale à laquelle il conviait sa formation politique pour les réaliser.

    Le départ de M. Landry laissera un vide immense au sein de la classe politique québécoise. Je me console toutefois en me rappelant qu'il a réitéré sa volonté indéfectible de continuer à militer pour faire en sorte que le Québec accède enfin au concert des nations.

    Merci pour tout, monsieur Landry.

*   *   *

[Traduction]

+-La Loi sur les jeunes contrevenants

+-

    M. Garry Breitkreuz (Yorkton—Melville, PCC): Monsieur le Président, je viens tout juste de recevoir une lettre d'une électrice, Mme Carol Sleeva, de Canora, en Saskatchewan. J'aimerais vous en citer un extrait:

    Mon fils de 16 ans, Travis, s'est suicidé, le 6 décembre 2004, après avoir subi pendant plusieurs mois le harcèlement d'un groupe d'étudiants à l'école. Dans la lettre qu'il a laissée, il a écrit, notamment, qu'il ne pouvait tout simplement plus supporter les confrontations. Je vous écris dans l'espoir que vous puissiez transmettre au Parlement une requête urgente: moderniser la Loi sur les jeunes contrevenants pour faire de l'intimidation une infraction au Code criminel. La GRC pourra ainsi commencer à mettre un terme à ce crime haineux. La Loi sur les jeunes contrevenants n'a clairement aucun effet dissuasif sur les jeunes contrevenants; en fait, ces derniers s'en moquent. Nos enfants doivent pouvoir aller à l'école ou ailleurs au sein de la communauté et s'y sentir en sécurité, sans avoir à subir le harcèlement de la part de ceux qui se comportent en voyous dans notre société.

    J'ai déjà entrepris des démarches en vue de déposer le « projet de loi Travis » à la Chambre des communes. Nous devons, de toute urgence, modifier la Loi sur les jeunes contrevenants et déployer une stratégie concertée pour mettre un terme au grave problème de l'intimidation au Canada.

*   *   *

+-L'Ordre du Canada

+-

    Mme Yasmin Ratansi (Don Valley-Est, Lib.): Monsieur le Président, la gouverneure générale du Canada a investi, hier, Son Altesse l'Aga Khan du titre de Compagnon honoraire de l'Ordre du Canada afin de reconnaître sa générosité, sa bienveillance et son rôle de guide spirituel.

    En tant que chef du réseau Aga Khan Development Network, Son Altesse est responsable d'une organisation qui se voue à la recherche de solutions mondiales à long terme aux problèmes causés par la pauvreté, la faim, l'analphabétisme et la mauvaise santé dans les pays en développement.

    En avril, le gouvernement du Canada a salué l'établissement chez lui du Centre mondial pour le rayonnement du pluralisme en partenariat avec le réseau Aga Khan Development Network. Le centre se vouera à la recherche et à la promotion du dialogue sur les questions entourant la diversité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse et s'attachera à la promotion des valeurs pluralistes et à l'établissement de centres semblables aux quatre coins du monde.

    Je sais que tous les Canadiens et que tous les députés se joignent à moi pour féliciter l'Aga Khan pour les efforts continus qu'il déploie afin d'améliorer le sort de millions de gens dans les pays en développement.

*   *   *

  +-(1415)  

+-Les conversations enregistrées

+-

    M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD): Monsieur le Président, dans l'affaire concernant les discussions entre le ministre de la Santé, le chef de cabinet du premier ministre et le député de Newton—Delta-Nord, la confusion règne et les accusations pleuvent. Toutes sortes d'allégations et de contre-allégations sont lancées au sujet du contenu des discussions et de l'authenticité des enregistrements.

    Le gouvernement estime que toute information devrait être transmise à la GRC et au commissaire à l'éthique. Pourtant, il n'y a pas eu de diffusion publique du registre des appels, du relevé des réunions, de la correspondance ou des courriels liés à cette affaire. Aucune information n'a été transmise au commissaire à l'éthique ou à la GRC. On n'a même pas offert de diffuser cette information.

    Le premier ministre peut fournir des éclaircissements sur ces questions en ordonnant tout simplement à son ministre et à son personnel de diffuser toute l'information sur cette affaire.


+-QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

*   *   *

[Traduction]

+-La réforme démocratique

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, selon un article paru dans le Hill Times, le premier ministre a nommé un ministre responsable de la réforme démocratique et une ministre responsable du renouveau démocratique.

    Étant donné qu'il ne semble pas y avoir de programmes dans l'un ou l'autre des domaines, le premier ministre pourrait-il nous expliquer la différence entre les deux?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, toute la réforme de notre mode de fonctionnement est, sans aucun doute, une question qui doit être examinée et l'importance du renouveau devient très claire lorsqu'on voit la façon dont l'opposition traite la Chambre. Les députés de l'opposition lancent constamment des allégations, des insinuations et des huées à l'heure actuelle.

    En fait, tous ceux qui ont besoin d'un exemple montrant la nécessité d'un renouveau démocratique n'ont qu'à voir la façon dont l'opposition agit en ce moment-même.

*   *   *

+-Le budget

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, je propose au premier ministre de nommer un troisième ministre et les libéraux pourront un jour rédiger une description de travail.

    Le premier ministre a promis des dépenses de plus de 26 milliards de dollars pour essayer d'acheter des votes et de s'accrocher au pouvoir. La dernière fois que les libéraux et les néo-démocrates ont formé une alliance et qu'ils se sont lancés dans de folles dépenses de ce genre, ils ont nui à l'économie pour les deux décennies suivantes.

    Sur quoi les libéraux s'appuient-ils pour croire que les Canadiens, et notamment les électeurs libéraux, veulent des politiques financières du NPD?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, comme d'habitude, le député se trompe dans ses chiffres. Le montant de 26 milliards de dollars est un chiffre fictif qu'on retrouve sur son site web, mais qui n'a rien à voir avec la réalité.

    Ensuite, c'est notre gouvernement qui a réussi à équilibrer le budget après 27 années de financement déficitaire. C'est notre gouvernement qui a offert aux Canadiens huit budgets équilibrés consécutifs. C'est encore lui qui a fait passer notre pays du dernier rang des pays du G7 au premier rang et qui a offert aux Canadiens le meilleur bilan financier depuis 1867, et cela ne changera pas.

*   *   *

+-Les relations fédérales-provinciales

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, nous savons maintenant comment le gouvernement entend conserver le budget équilibré. Il va déclarer que toutes ces promesses sont simplement le fruit de l'imagination des gens.

[Français]

    Aujourd'hui, trois partis de cette Chambre ont encore dénoncé le déséquilibre fiscal dans un rapport de comité. Les premiers ministres du Québec, de l'Ontario et d'autres provinces ont dénoncé le déséquilibre fiscal.

    Est-ce que le premier ministre est prêt à s'engager à rencontrer le Conseil de la fédération pour identifier une solution viable à long terme face à ce problème national grandissant?

[Traduction]

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, tous les ordres de gouvernement ont accès fondamentalement aux mêmes principales sources de recettes fiscales. En fait, les provinces ont accès à certaines sources qui échappent au gouvernement fédéral. Je pense aux loteries, qui rapportent gros, et aux redevances sur les ressources naturelles.

    Tous les ordres de gouvernement ont leur propre autonomie financière et ils peuvent prendre les décisions qui leur conviennent en matière de dépenses et de recettes. La dette supportée par le gouvernement fédéral est deux fois plus importante que la dette combinée de toutes les provinces et ces dernières ont des recettes supérieures à celles du gouvernement fédéral.

*   *   *

  +-(1420)  

+-Le budget

+-

    M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC): Monsieur le Président, si tous les gouvernements provinciaux imposaient le contribuable comme le gouvernement fédéral le fait, la faillite ne tarderait pas.

    La prestigieuse OCDE prédit que les dépenses effrénées du premier ministre, inspirées par le NPD, provoqueront une hausse des taux d'intérêt. Cela veut dire que les Canadiens paieront des intérêts plus élevés sur leurs prêts hypothécaires et leurs soldes de carte de crédit, et que la valeur de leur maison risque de fléchir.

    Pourquoi faut-il que les simples citoyens subissent de plein fouet les conséquences des manoeuvres flagrantes auxquelles ce premier ministre flasque a eu recours pour acheter des votes et soutenir son gouvernement corrompu et tricheur?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, l'amertume du député est palpable. Aux Canadiens d'en juger. Les politiques du gouvernement ont permis d'avoir des taux d'inflation et d'intérêt faibles et stables.

    Avec la Banque du Canada, nous avons établi une politique qui maintient le taux d'inflation dans une fourchette de 1 à 3 p. 100. Il restera dans cette zone, si bien que les taux d'intérêt resteront faibles et stables.

+-

    M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC): Monsieur le Président, voyons ce que disent quelques experts. Il prédisent une hausse des taux d'intérêt.

    Selon Nesbitt Burns, l'adoption des deux projets de loi d'exécution du budget contraindra la Banque du Canada à relever les taux d'intérêt. Marc Lévesque, stratège principal chez Valeurs mobilières TD, soutient que les généreuses promesses de dépenses que le premier ministre a multipliées pour obtenir le soutien du NPD inciteront la Banque du Canada à relever les taux d'intérêt plus rapidement.

    Au lieu de laisser les simples citoyens écoper, le premier ministre donnera-t-il la priorité aux intérêts des Canadiens plutôt qu'à ses efforts désespérés pour s'accrocher au pouvoir?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, répéter une prémisse fausse ne la rend pas plus vraie. La différence dans l'ensemble des dépenses, avant et après le projet de loi C-48, fait en tout 1 p. 100. Compte tenu de la latitude que laissait le cadre proposé le 23 février, il y a une marge très large pour absorber de nouvelles dépenses qui, je le répète, représentent à peine 1 p. 100.

    Le gouvernement du Canada offre depuis plus de dix ans la performance la plus responsable, financièrement, de l'histoire de notre pays. Nous allons tenir le cap.

*   *   *

[Français]

+-Le cabinet du premier ministre

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, le 31 mai dernier, à une question concernant les discussions qui ont eu lieu entre son chef de cabinet et un député conservateur, le premier ministre déclarait ici, en cette Chambre: « [...] il est absolument clair qu'aucune offre n'a été faite, mais plutôt qu'une offre a été sollicitée. » Voilà ce qu'il disait.

    Je demande au premier ministre à quel moment il a su que le député sollicitait une offre auprès de son chef de cabinet dans le but de traverser cette Chambre. Était-ce pendant les tractations entre le député conservateur et son chef de cabinet, ou après, c'est-à-dire une fois les négociations rendues publiques?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, encore une fois, le chef du Bloc parle d'enregistrements qui ont été retouchés. Je peux lui dire que nous avons agi sur la base qu'aucune offre ne sera faite. Contrairement à l'opposition, nous ne lançons pas gratuitement des accusations de malfaisance contre l'opposition.

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, ce n'est pas gratuit. Je reprends ses paroles. Le premier ministre déclarait, et je le cite lui-même: « [...] il est absolument clair qu'aucune offre n'a été faite, mais plutôt qu'une offre a été sollicitée. » C'est lui qui a dit cela.

    Je lui demande s'il l'a su avant ou après. Dans un cas, il aurait dû appeler la GRC; dans l'autre, c'est son chef de cabinet qui aurait dû le faire. Quand l'a-t-il su? Je reprends ses paroles. Ce n'est pas gratuit. Je n'accuse personne. Je reprends ce qu'il a dit. Qu'il s'explique, maintenant.

[Traduction]

+-

    L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, le premier ministre a dit avoir été informé du fait que le député de Newton—Delta-Nord voulait changer de parti. Il a dit qu'aucune offre ne devait être faite et qu'aucune offre n'a été faite.

[Français]

+-

    M. Michel Guimond (Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, BQ): Monsieur le Président, le premier ministre refuse de dire quand il a été mis au courant de l'offre de sollicitation faite par le député. Mais une chose est sûre, c'est qu'il ne peut pas prétendre que son chef de cabinet, lui, ne savait pas, puisque après la sollicitation, il a engagé des négociations. On a donc la preuve que son chef de cabinet savait et qu'il n'a pas cru bon d'en prévenir la GRC.

    Le premier ministre ne pense-t-il pas qu'il serait hautement justifié de réclamer la démission de son chef de cabinet devant la démonstration d'un manque de jugement aussi flagrant?

  +-(1425)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, la réponse est non.

[Français]

+-

    M. Michel Guimond (Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, BQ): Monsieur le Président, ici, en cette Chambre, la vice-première ministre nous a fait la leçon en nous indiquant la marche à suivre en pareille matière, affirmant qu'il est du devoir de quiconque est au courant qu'un acte criminel pourrait être commis d'en prévenir la GRC.

    Cela s'applique-t-il au chef de cabinet du premier ministre? Comme le chef de cabinet a manifestement manqué à son devoir, ne devrait-il pas démissionner sur-le-champ?

[Traduction]

+-

    L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai déjà dit maintes fois à la Chambre, il appartient à la GRC de décider s'il y a matière à enquête dans cette affaire. Si le député d'en face a des renseignements, il devrait les fournir à la GRC. En fait, je l'invite à le faire.

*   *   *

+-L'environnement

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre. Aujourd'hui est la Journée de l'air pur au Canada, mais c'est une véritable tragédie puisque l'air dans nos collectivités est de plus en plus pollué et de plus en plus difficile à respirer.

    Selon une étude du conseil de la santé de Toronto, la pollution tue 822 personnes à Toronto, 818 à Montréal, 368 à Ottawa et 258 à Windsor.

    Le problème du smog ne sera pas réglé par les beaux discours. Il ne le sera pas non plus par les mesures volontaires. En fait, les spécialistes de la santé conviennent qu'il faudra des mesures énergiques.

    Le premier ministre admettra-t-il que sa façon de faire ne donne pas de résultat et qu'il faut des mesures obligatoires...

+-

    Le Président: Le ministre de l'Environnement a la parole.

+-

    L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.): Monsieur le Président, il est vrai que le smog constitue un problème très grave. C'est pourquoi le Canada lutte avec tant d'énergie pour le régler. C'est pourquoi, par exemple, la norme applicable au taux de soufre dans l'essence diesel fera réduire les émissions de diesel de 97 p. 100. Par exemple, en 2010, le règlement applicable aux émissions des moteurs des véhicules routiers fera diminuer ces émissions de 90 p. 100. Il est vrai qu'il faut faire plus, mais nous faisons beaucoup de choses très importantes pour les Canadiens.

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Des mots, monsieur le Président, ce ne sont que des mots. J'aimerais savoir quels mots le gouvernement a à dire aux gens qui doivent, en ce moment même, se rendre dans les salles d'urgence parce que leurs enfants ne peuvent pas respirer ou parce que des personnes âgées ne peuvent pas respirer.

    Voyons quelques rapports récents sur la qualité de l'environnement. Les émissions toxiques sont en hausse au Canada, tandis qu'elles sont en baisse aux États-Unis. Les émissions de gaz à effet de serre augmentent plus vite que l'économie ne progresse. Selon tous les indicateurs, le smog mortel empire et amène d'importants groupes de protection de l'environnement ainsi que le Globe and Mail à affirmer que le plan du gouvernement libéral lié au Protocole de Kyoto est nettement insuffisant. Que faut-il au premier ministre pour commencer à contraindre les pollueurs à réduire leurs émissions polluantes au Canada?

+-

    L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.): Monsieur le Président, je laisse les mots au NPD. Les libéraux agissent. Par exemple, nous avons un règlement sur le taux de soufre dans l'essence, un règlement sur le taux de soufre dans le carburant diesel, un règlement sur les émissions des moteurs des véhicules routiers, de nouvelles lignes directrices sur les émissions à la source dans la production de thermo-électricité, un règlement sur les particules et les précurseurs de l'ozone et une liste de produits toxiques.

    Nous avons beaucoup de règlements, mais par-dessus tout, nous avons une vision et c'est de faire avancer en harmonie la protection de l'environnement et l'économie sous le leadership du premier ministre actuel.

*   *   *

+-Le budget

+-

    M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC): Monsieur le Président, l'OCDE a sonné l'alarme, dénonçant les dépenses inconsidérées de la coalition libérale-néo-démocrate qui, selon elle, risque d'entraîner une flambée des taux d'intérêt, ce qui se traduirait inévitablement par une réduction du niveau de vie de tous les travailleurs canadiens et de toutes les familles canadiennes.

    Combien de signaux d'alarme faudra-t-il envoyer avant que le premier ministre comprenne qu'il doit mettre un terme à ses ententes avec ces dilapidateurs?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, sous la gouverne des prédécesseurs du parti de notre collègue, la performance économique du Canada était telle que des observateurs internationaux avaient affirmé que le Canada risquait de devenir un pays du tiers monde. C'est là l'héritage que les conservateurs nous ont légué.

    Nous avons fait disparaître cet héritage. Nous avons équilibré le budget. Nous avons déposé huit budgets excédentaires consécutifs. Nous avons le meilleur rendement financier de tous les pays du G7, et rien de tout cela ne changera.

  +-(1430)  

+-

    M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC): Monsieur le Président, selon Don Drummond, un ancien sous-ministre des Finances, le revenu net des Canadiens n'a pas augmenté depuis l'arrivée de l'actuel gouvernement au pouvoir. À mon avis, c'est assez accablant.

    Une augmentation de 2 p. 100 des taux d'intérêt sur une hypothèque de 200 000 $ entraînerait une augmentation des paiements hypothécaires de 230 $ par mois. Ce serait catastrophique pour les travailleurs canadiens. Le premier ministre mettra-t-il un terme à son entente avec les néo-démocrates pour que les Canadiens puissent payer leur hypothèque?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, d'après les remarques formulées par notre collègue, je comprends qu'il est un grand partisan des politiques budgétaires américaines. Je tiens toutefois à lui faire remarquer que les taux d'intérêt augmentent aux États-Unis, alors qu'au Canada, ils restent faibles et stables.

*   *   *

[Français]

+-L'économie

+-

    M. Michael Chong (Wellington—Halton Hills, PCC): Monsieur le Président, en février, le gouvernement a présenté son budget et proclamé que les baisses d'impôt étaient nécessaires pour attirer les investissements. Les libéraux ont conclu un marché de 4,6 milliards de dollars avec le NPD et parcouru le pays pour annoncer des dépenses de 26 milliards de dollars. La communauté des gens d'affaires a de quoi s'inquiéter de notre situation financière.

    Le ministre va-t-il avouer qu'il est prêt à dilapider les fonds publics pour acheter la conscience des électeurs?

[Traduction]

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, le député répète le montant de 26 milliards de dollars. Encore une fois, il fait erreur. Ce montant est simplement le fruit de l'imagination des webmestres qui travaillent pour le Parti conservateur. Il est inexact.

    En réalité, nous investissons dans l'enseignement postsecondaire, le logement, l'environnement et l'aide étrangère. Parmi les dépenses prévues dans ces quatre secteurs, quelles sont celles auxquelles le député s'oppose?

+-

    M. Michael Chong (Wellington—Halton Hills, PCC): Monsieur le Président, le ministre des Finances ne devrait pas s'imaginer que nous sommes les seuls à le dire. Il devrait écouter le Conseil canadien des chefs d'entreprise et le président de la Chambre de Commerce du Canada, qui estime que « c'est un euphémisme de dire que le gouvernement a perdu la maîtrise des dépenses de programmes ». Il devrait tenir compte d'un article du magazine The Economist, selon lequel le premier ministre « semble avoir fait fi de toute restriction financière ».

    Comment le ministre peut-il faire cadrer avec son budget ces dépenses outrancières de 26 milliards de dollars que le gouvernement a annoncées pour acheter des votes?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, à cet égard, je recommande au député de consulter la page 294 du plan budgétaire. Il constatera la souplesse qui y est prévue sur le plan financier.

    Je lui signale aussi que le gouvernement trouve très précieux et importants les conseils des dirigeants et des représentants de Bay Street, mais aussi l'opinion des citoyens ordinaires en ce qui concerne l'enseignement postsecondaire, le logement abordable, l'aide étrangère et l'environnement. L'opinion de ces gens-là aussi est importante.

*   *   *

[Français]

+-L'assurance-emploi

+-

    M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ): Monsieur le Président, après avoir voté en faveur de la création d'une caisse autonome d'assurance-emploi il y a quelques semaines à peine, alors qu'elle était députée conservatrice, la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences affirme qu'une caisse autonome n'est plus nécessaire, maintenant qu'on lui en a expliqué le fonctionnement.

    Doit-on comprendre des propos de la ministre qu'en réalité, ce n'est pas vraiment par conviction qu'elle pense ainsi, mais c'est plutôt parce qu'on lui a dit que, dorénavant, c'est de cette manière qu'elle devrait penser?

[Traduction]

+-

    L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.): Monsieur le Président, nous suivons les conseils de la vérificatrice générale, qui estime que ces fonds devraient demeurer dans les comptes publics.

[Français]

+-

    M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ): Monsieur le Président, hier, la ministre a découvert que la caisse fonctionnait bien. Ce n'est pas le fonctionnement de la caisse qui ne va pas, c'est l'utilisation que l'on en fait.

    Lorsqu'un délit est commis et que l'on saisit une auto, on ne la saisit pas parce qu'elle ne fonctionne pas bien, on la saisit parce qu'un délit a été commis avec celle-ci. C'est la même chose en ce qui concerne la caisse.

    La ministre admettra-t-elle qu'il n'y a rien qui explique son virage à 180 degrés dans le dossier de la caisse d'assurance-emploi, sinon qu'elle était prête à tout faire pour obtenir...

+-

    Le Président: La ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences a la parole.

  +-(1435)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.): Monsieur le Président, le Comité du développement des ressources humaines a proposé un certain nombre de recommandations afin de renforcer l'indépendance de la Commission de l'assurance-emploi. Celles-ci ont été prises en considération et il en a été tenu compte dans le projet de loi d'exécution du budget, le projet de loi C-43, afin de renforcer l'indépendance de la commission, d'améliorer et de rendre plus transparente la détermination des taux de cotisation et de faire en sorte que la commission ait davantage de comptes à rendre.

*   *   *

[Français]

+-L'infrastructure

+-

    M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ): Monsieur le Président, le premier ministre rappelle régulièrement qu'il souhaite respecter les compétences des provinces, mais se comporte de façon tout à fait différente dans la réalité.

    Comment le premier ministre peut-il prétendre respecter les gouvernements du Québec et des provinces, alors qu'il exige l'accord des municipalités quant aux critères de répartition des produits de la taxe sur l'essence avant de verser les sommes, quelque montant que ce soit?

+-

    L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.): Monsieur le Président, j'ai souvent indiqué que la question de la distribution des fonds est toujours entre les mains du gouvernement du Québec, en collaboration avec les municipalités et le gouvernement du Canada. Nous avons déjà une étroite collaboration en ce qui concerne les infrastructures et nous allons continuer dans la même voie.

+-

    M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ): Monsieur le Président, le gouvernement fédéral se livre à un chantage éhonté à l'endroit du Québec et des provinces en les soumettant à l'approbation de leurs municipalités pour toucher les montants provenant du transfert d'une partie de la taxe sur l'essence.

    Comment le premier ministre peut-il se servir de l'argent du déséquilibre fiscal pour rendre les gouvernements du Québec et des provinces dépendants de l'accord de leurs propres créatures constitutionnelles que sont les villes? Ne s'agit-il pas là d'une ingérence tout à fait inacceptable?

+-

    L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.): Monsieur le Président, ce n'est pas du tout le cas. Nous travaillons en étroite collaboration avec le gouvernement du Québec. Nous consultons les villes, mais nous attendons que le gouvernement du Québec trouve une formule d'allocation pour ses municipalités. De cette façon, nous pourrons aller de l'avant, en partenariat.

*   *   *

[Traduction]

+-Les marchés publics

+-

    M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC): Monsieur le Président, la manoeuvre concernant le loyer d'un édifice vide dépasse les bornes. Des sources on ne peut plus fiables ont présenté aujourd'hui à mon bureau des preuves documentées révélant que, deux mois avant qu'un bail ne soit signé, les contribuables ont commencé à payer le loyer d'un édifice vide à Gatineau. C'est exact. Le premier paiement remonte au 1er décembre 2003, et le bail n'a été signé que le 28 janvier 2004.

    Pourquoi l'actuel ministre des Finances, à l'époque ministre des Travaux publics, a-t-il payé un demi million de dollars de loyer à un libéral...

+-

    Le Président: Le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux a la parole.

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, en premier lieu, il faut reconnaître que ce bail a été signé et que ce contrat a été accordé au terme d'un processus d'appel d'offres juste, ouvert et transparent, sous la supervision d'un observateur neutre, KPMG.

    De plus, il est important de reconnaître qu'hier, à la Chambre, le député s'en est pris au nouveau Code régissant les conflits d'intérêts des sénateurs. Ce code d'éthique est en fait appuyé par les sénateurs conservateurs. Le député est donc en décalage par rapport aux membres de son propre parti qui siègent au Sénat. Je leur suggère de se concerter et d'aborder cette importante question demain à la réunion de leur caucus.

+-

    M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC): Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Finances, qui était ministre des Travaux publics à l'époque où le gouvernement a commencé à payer un loyer pour un édifice vide avant même d'avoir signé un bail. Pourquoi le ministre a-t-il payé un demi million de dollars à l'entreprise d'un sénateur libéral, sans qu'un bail ait été signé?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, je précise que le bail a été signé avant que le propriétaire de l'entreprise en question ne devienne sénateur.

    Par surcroît, j'attire l'attention du député sur ce que le sénateur David Angus a dit au sujet du nouveau Code régissant les conflits d'intérêts des sénateurs. Voici donc l'opinion d'un sénateur conservateur: «Ce code régissant les conflits d'intérêts des sénateurs est un document remarquable». Le sénateur a précisé que ce code est le fruit d'efforts considérables et d'une réflexion mûre et approfondie de la part de ses honorables collègues. Il a même ajouté: «Ce nouveau code est nettement supérieur à celui qui a été adopté plus tôt cette année à l'autre endroit».

    J'espère que demain, à la réunion du caucus, le député parlera à ses collègues du Sénat et leur demandera de se mettre sur la même longueur d'ondes.

+-

    M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC): Monsieur le Président, le ministre évite la question. Le 31 mai, le ministre des Travaux publics a avoué au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires que le locateur, d'affiliation libérale, avait enfreint la Loi sur le Parlement du Canada en louant son édifice au gouvernement.

    Ce qu'il n'a pas dit, c'est que les contribuables ont payé un loyer pendant des mois avant la signature du bail. Ce gouvernement a-t-il comme pratique courante de dépenser l'argent des contribuables avant de signer des contrats ou s'agit-il d'un traitement préférentiel accordé à un collègue libéral?

  +-(1440)  

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, je vais préciser, comme je l'ai fait au comité, que lorsque nous, en tant que ministère, avons été informés de la situation, j'ai demandé qu'une lettre soit envoyée à Alexis Nihon. La lettre disait simplement:

    Nous voudrions être informés des arrangements que vous avez pris pour respecter les conditions du bail. Veuillez nous informer des mesures correctives prises pour faire en sorte que vous respectiez l'article 25.10 du bail.

    Nous avons agi. L'article 25.10 renvoie à l'article 14 du code parlementaire. Ce code n'existe plus. Nous avons un nouveau code d'éthique et nous avons bon espoir, en fait, que tous les...

+-

    Le Président: Le député de Vegreville—Wainwright a la parole.

+-

    M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC): Monsieur le Président, le gouvernement ne passe à l'action que lorsqu'il est pris en flagrant délit. Il a fallu que l'opposition sonne l'alarme et signale l'infraction à la Loi sur le Parlement du Canada. Ceux qui enfreignent cette loi sont passibles d'une amende de 200 $ par jour. Dans le cas présent, cette amende s'élèverait maintenant à 110 000 $. Quand le gouvernement percevra-t-il cette amende auprès du collègue libéral en question?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, encore une fois, le député n'est pas à jour dans ce qu'il avance. L'amende de 200 $ par jour dont il parle n'existe plus. Elle était prévue à l'article 14 qui a été remplacé par le code de déontologie approuvé en 2003 ainsi que par le Code régissant les conflits d'intérêts des sénateurs que les sénateurs conservateurs appuient.

    Si les députés d'en face veulent se plaindre de la conduite d'un sénateur, ils devraient s'entretenir avec les sénateurs conservateurs de la possibilité de déposer leur plainte auprès du commissaire à l'éthique du Sénat.

*   *   *

+-Le budget

+-

    M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.): Monsieur le Président, l'enseignement postsecondaire et la formation professionnelle occupent une place de plus en plus importante dans l'économie mondiale. Pour être concurrentiels dans l'économie d'aujourd'hui, nous devons investir dans l'avenir du Canada afin d'avoir accès à une main-d'oeuvre compétente. Je crois que le projet de loi C-48 est un pas dans cette direction et que la plupart des Canadiens en conviennent.

    Cela étant, le ministre des Finances pourrait-il dire aux Canadiens ce que nous perdrons à cet égard si la Chambre n'adopte pas ce projet de loi?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais d'abord féliciter le député de Dartmouth—Cole Harbour. Il a joué un rôle déterminant à la présidence du caucus ministériel sur l'éducation postsecondaire et la recherche. En fait, c'est en partie grâce à son travail que le gouvernement a décidé de consacrer un milliard de dollars de plus à la recherche scientifique dans le budget du 23 février. Ce montant vient s'ajouter aux cinq milliards par année que le gouvernement investit déjà dans l'éducation et les études supérieures. Le projet de loi C-48 apporte un autre milliard et demi de dollars sur deux ans, plus particulièrement au titre de l'aide aux étudiants.

*   *   *

+-Les ressources naturelles

+-

    L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD): Monsieur le Président, ma question s'adresse au très honorable premier ministre. Elle porte sur la très sérieuse nécessité d'exercer le plus de pressions possible sur Washington au sujet du détournement des eaux du Devils Lake. Nous n'avons plus que quelques semaines. Le premier ministre a dit qu'il a communiqué avec le président des États-Unis. Peut-il nous dire quand il prévoit recevoir une réponse du président ou de Condoleezza Rice? Nous devons le savoir, car s'ils opposent une fin de non-recevoir au renvoi de la CMI, nous devons pouvoir élaborer un plan de rechange.

    Le premier ministre peut-il nous dire où en est ce dossier?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je partage l'opinion du député au sujet de la gravité de cette mesure. Je suis également d'avis qu'il faut exercer le plus de pressions possible.

    J'ai soulevé ce sujet important auprès du président lorsque je me suis entretenu avec lui la semaine dernière. Je lui ai demandé d'appuyer son commissaire à l'environnement, qui est très au courant du dossier, à la suite des discussions que le gouvernement a eues avec lui.

    Le président du Conseil du Trésor est constamment en contact, tout comme moi, avec le premier ministre du Manitoba. Je peux dire à la Chambre que nous prenons ce dossier très au sérieux et que nous exerçons toutes les pressions possibles.

+-

    L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD): Monsieur le Président, nous voulons savoir non pas ce que le gouvernement a fait, mais ce qu'il compte faire, et quand il prévoit recevoir une réponse du président des États-Unis.

    Ce dossier ne concerne pas que le Manitoba. Il se répercute sur tous les dossiers qu'a traités antérieurement la CMI. Si on autorise la mise en branle de ce projet sans l'intervention de la CMI, les Grands Lacs pourraient être touchés, des deux côtés de la frontière, sans qu'il y ait de renvoi à la CMI.

    Cela créera un précédent terrible non seulement pour l'écosystème du Manitoba, mais également pour les différends en général au sujet des eaux limitrophes.

  +-(1445)  

+-

    L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.): Monsieur le Président, je crois que cette question est excellente. Nous partageons tous cette opinion. Nous devons faire valoir très fermement notre position à nos amis les Américains. Nous avons un traité qui doit être respecté. Le lac Winnipeg est un des lacs les plus magnifiques au monde, et nous devons le protéger.

    C'est pourquoi je tiens d'intenses négociations avec bon nombre de mes collègues, ainsi qu'avec le CEQ et M. Connaughton pour veiller à ce qu'en fin de compte les États-Unis agissent comme il convient.

*   *   *

[Français]

+-Les marchés publics

+-

    M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC): Monsieur le Président, des paiements de location ont été faits 10 mois à l'avance pour un édifice vide, des paiements effectués sans contrat; le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux avoue que le bail a été brisé et la loi, enfreinte; quand j'ai pincé les libéraux en train d'enfreindre la loi, le Cabinet a annulé cette loi, tout cela pour un autre ami libéral.

    Est-ce qu'au scandale des commandites s'ajoutera le scandale de la location?

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, le député devrait savoir que la Chambre a approuvé et appuyé le nouveau code de conduite du Sénat. De surcroît, les sénateurs conservateurs ont appuyé le nouveau code de conduite. En effet, le sénateur Angus et d'autres en ont parlé très favorablement.

    Il y a un nouveau code d'éthique au Sénat, dont l'application est surveillée par un nouveau conseiller en éthique indépendant. L'article 14 n'est plus applicable. En effet, il convient de noter que le nouveau code régissant les conflits d'intérêt est inspiré du rapport Oliver-Milliken qui a été présenté en...

+-

    Le Président: Le député de Nepean—Carleton a la parole.

+-

    M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC): Monsieur le Président, nous ne parlons pas d'un code pour le Sénat. Il s'agit de savoir pourquoi le gouvernement a commencé à payer le loyer à un de ses amis libéraux 10 mois avant que des employés canadiens occupent l'immeuble et deux mois avant qu'un contrat ait été établi.

    Je demande au ministre des Finances, qui était ministre des Travaux publics à l'époque, s'il est habituel de débourser avant la signature d'un contrat.

    Des voix: Oh, oh!

+-

    Le Président: À l'ordre. L'honorable ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux a la parole.

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, le contrat irrévocable, le contrat qui a été établi à la suite d'un appel d'offres concurrentiel, remontait à deux ans avant l'époque dont parle le député. Ça s'est passé avant.

    Le député devrait comprendre, parce qu'on le lui a expliqué, que le délai de 10 mois était une conséquence de la fusion de deux agences gouvernementales. Le Groupe Alexis Nihon a mis l'immeuble à la disposition du gouvernement à la date prévue et en respectant le budget, remplissant ainsi ses obligations contractuelles envers le gouvernement.

    Il s'agissait d'une question interne qui n'avait pas à pénaliser un entrepreneur externe, en l'occurence, le Groupe Alexis Nihon.

*   *   *

+-Les garderies

+-

    Mme Rona Ambrose (Edmonton—Spruce Grove, PCC): Monsieur le Président, le gouvernement libéral est en train de créer un système de garderies à deux volets, un pour les parents qui peuvent trouver une place dans une garderie gérée par le gouvernement et ouverte de neuf à cinq, et l'autre pour ceux qui sont obligés de se débrouiller seuls, surtout les parents qui travaillent en dehors des heures normales de bureau. Ce système de garderies à deux volets n'offre pas de choix ni de possibilités à la majorité des Canadiens.

    Comment un chef de famille monoparentale à faible revenu qui travaille le soir peut-il profiter du système de garderies que proposent les libéraux?

+-

    L'hon. Ken Dryden (ministre du Développement social, Lib.): Monsieur le Président, tout d'abord, ce système donne aux provinces et aux territoires des montants supplémentaires énormes qu'ils peuvent investir dans les secteurs qu'ils jugent prioritaires, selon les principes dont nous avons convenu. Je suis convaincu que ces secteurs prioritaires pour les provinces comprendront les régions rurales et éloignées. Je suis également certain que la souplesse fera également partie des priorités.

    Un des avantages du système d'éducation préscolaire et de garde d'enfants est qu'il ne s'agit pas d'un système à très grande échelle comme l'éducation. Nous pouvons répondre plus efficacement aux besoins de moindre envergure.

+-

    Mme Rona Ambrose (Edmonton—Spruce Grove, PCC): Monsieur le Président, chaque parent devrait avoir le choix de s'occuper de ses enfants comme il le désire. Un programme universel de garderies ne donne aucun choix et est injuste pour certains parents.

    Quand le ministre reconnaîtra-t-il que tous les parents méritent d'avoir des choix et que toutes les familles méritent d'avoir les mêmes avantages économiques?

+-

    L'hon. Ken Dryden (ministre du Développement social, Lib.): Monsieur le Président, permettez-moi de ramener la députée environ 13 mois en arrière pour lui expliquer où en était le système d'éducation préscolaire et de garde d'enfants. À part le Québec, aucune province n'était prête à investir massivement dans l'éducation préscolaire et la garde d'enfants. Cela n'intéressait visiblement pas le parti de la députée. Quand ce parti a eu à faire un choix, il a décidé de concevoir un plan selon lequel les familles à faible revenu recevraient 320 $ par enfant. Ce n'est pas ce que j'appelle un choix.

*   *   *

  +-(1450)  

[Français]

+-La défense nationale

+-

    M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, encore une fois, on apprend que des membres de la marine canadienne sont présentement à l'hôpital d'Halifax, et ce, suite à un incendie survenu hier soir à bord d'une frégate de patrouille, soit le NCSM Toronto. Comme pour l'enquête qui a entouré l'incendie du sous-marin Chicoutimi, la marine canadienne refuse de donner le nombre précis de marins hospitalisés, ainsi que leur état de santé.

    La marine nous gardant dans l'ignorance, le ministre de la Défense nationale peut-il nous dire quel est l'état de santé exact des membres de l'équipage du NCSM Toronto?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, cet après-midi, j'ai rencontré les responsables de la marine. Je peux rassurer l'honorable député et tous les députés de cette Chambre à ce sujet. Il y a eu un incendie sur le bateau Toronto qui a provoqué certains dommages. Quelques personnes ont été amenées à l'hôpital, mais tout le monde est en bon état de santé. Il n'y a pas de dommages extravagants. Tout est en ordre pour le moment.

+-

    M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, le ministre a-t-il l'intention de mettre à quai l'ensemble des frégates de classe Halifax jusqu'à la conclusion de l'enquête sur cet incendie, comme il l'a fait pour le sous-marin Chicoutimi suite, justement, à l'incendie qu'il a subi?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.): Certainement pas monsieur le Président. La nature de cet incendie et les dommages encourus ne sont pas du tout du même ordre que ce qui s'est passé sur le Chicoutimi, heureusement. Le bateau en question était dans le port. Il est dommage que cela soit arrivé, mais je peux assurer la Chambre que le Toronto pourra tout à fait retourner en mer. Il n'y a pas de problème. Il n'y a aucune raison pour retenir ce bateau au port.

*   *   *

[Traduction]

+-La réforme démocratique

+-

    M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC): Monsieur le Président, avant de devenir libérale, la ministre responsable du renouveau démocratique a coparrainé le projet de loi C-261, qui vise à abaisser l'âge du vote à 16 ans. Elle a même parcouru le pays pour en vanter les mérites.

    Je voudrais lui demander, maintenant qu'elle est ministre, si elle appuie toujours le projet de loi C-261 et l'idée d'abaisser l'âge du vote à 16 ans.

+-

    L'hon. Mauril Bélanger (ministre du Commerce intérieur, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre associé de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, comme le député le sait, le projet de loi dont il parle fera l'objet d'une deuxième heure de débat demain. S'il est patient, il constatera demain quelles sont les intentions de vote sur cette question.

+-

    M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC): Monsieur le Président, je devine que la ministre va voter en faveur du projet de loi en m'appuyant sur le fait que sa photo figure sur la première page du site www.vote16.ca, et qu'on trouve aussi sur ce site la citation suivante dont elle est l'auteure:  

    Le nouveau Canada représente l'avenir et en abaissant l'âge du vote on franchit une étape qui donne une bouffée d'air frais à notre processus politique.

    J'ajouterais que le premier ministre semble avoir trouvé la solution au déficit démocratique en créant un excédent de ministres responsables de la réforme démocratique. Permettez-moi de demander à celui qui est responsable du renouveau électoral s'il va prendre des mesures sans délai à partir des recommandations du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre concernant la réforme électorale.

+-

    L'hon. Mauril Bélanger (ministre du Commerce intérieur, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre associé de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, il y avait là deux questions. Pour la première, la réponse reste inchangée: qu'il attende que nous votions et il verra le résultat.

    Pour ce qui est de la réponse du gouvernement au comité, nous attendons le rapport. Nous espérons que le comité va faire rapport à la Chambre et lui recommander, conformément à sa demande unanime, un processus de consultation des Canadiens au sujet de la réforme démocratique et du renouveau démocratique, qui englobe la réforme électorale. Le gouvernement prendra assurément au sérieux les recommandations du rapport.

*   *   *

+-Le transport aérien

+-

    Mme Ruby Dhalla (Brampton—Springdale, Lib.): Monsieur le Président, je félicite le ministre des Transports et le gouvernement de l'entente bilatérale sur le transport aérien que le Canada a conclue récemment avec la Chine. Cependant, il ne faut pas oublier que l'économie de l'Inde connaît elle aussi une croissance rapide. L'Inde et le Canada entretiennent des relations solides, sur le plan tant économique que social.

    Le ministre des Transports pourrait-il dire à la Chambre où en est l'entente bilatérale Canada-Inde sur le transport aérien?

  +-(1455)  

+-

    L'hon. Jean Lapierre (ministre des Transports, Lib.): Monsieur le Président, je dois dire que les relations entre le Canada et l'Inde sont très fructueuses ces temps-ci. Le mois dernier, nous avons célébré le retour des vols réguliers d'Air-India au Canada et, aujourd'hui, nous avons conclu une entente avec l'Inde. Nous allons multiplier par cinq le nombre de vols aller-retour par semaine dans chaque pays, pour le porter à 35. Cette entente améliorera grandement les relations entre le Canada et l'Inde. Elle sera bénéfique pour les deux pays.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, le premier ministre a rompu sa promesse de faire tenir des audiences publiques en bonne et due forme par le comité au sujet du projet de loi sur le mariage homosexuel et cela lui a fait perdre un membre de son caucus. À présent, désespéré, il fait de nouvelles promesses afin de calmer d'autres dissidents libéraux.

    Pourquoi le premier ministre ne se contente-t-il pas de respecter ses anciennes promesses et de garantir des audiences publiques en bonne et due forme et un vote libre pour tous les députés libéraux, y compris les membres du Cabinet, au lieu de formuler un nouveau lot de promesses?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, nous avons tenu des audiences publiques en bonne et due forme. Je souligne au député que l'ancien Comité de la justice et des droits de la personne a entendu plus de 500 témoins, s'est rendu dans 12 villes canadiennes et a reçu 300 mémoires. Tous ces éléments ont été incorporés par renvoi aux témoignages recueillis par le comité actuel, et les audiences se poursuivent en ce moment.

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, l'ancien comité est celui dont le gouvernement libéral a interrompu les travaux pour éviter un vote sur la question.

    Le projet de loi sur le mariage homosexuel n'offre aucune protection aux organisations religieuses et aux agents publics préoccupés par le changement de la définition du mariage. Hier, le premier ministre a tenté de conclure une entente secrète garantissant ces protections dans le but d'empêcher d'autres députés de quitter son caucus.

    Le premier ministre va-t-il faire part à tous les Canadiens de la teneur de cette nouvelle entente, ou s'agit-il encore d'une promesse en l'air pour procurer un peu plus de temps à son gouvernement?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, toute idée d'entente secrète provient du site web du député ou est le fruit de son imagination. Il n'y a pas eu de telles ententes. Toutes les discussions se déroulent ouvertement. Toutes les réunions du caucus donnent lieu à des échanges suivis. Nous poursuivrons ce processus.

*   *   *

[Français]

+-La défense nationale

+-

    M. Jean-Yves Roy (Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia, BQ): Monsieur le Président, l'incertitude que laisse planer le ministre de la Défense nationale dans le dossier du Centre d'instruction d'été des cadets de Cap-Chat est tout à fait irresponsable. Le centre est en péril et risque la fermeture, si rien n'est fait à court terme, ce qui entraînera la perte de 70 emplois dans une région déjà très durement touchée par le chômage.

    Comme il s'y est déjà engagé, qu'attend le ministre pour rencontrer des intervenants du milieu qui souhaitent dissiper l'incertitude entourant l'avenir du Camp de cadets de Cap-Chat?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, je peux assurer le député et tous les membres de la Chambre que les responsables de nos forces armées sont très actifs pour préserver le rôle de nos cadets dans le système canadien. Ils travaillent avec les responsables du camp de Cap-Chat, de même que des autres camps, afin de s'assurer que nos cadets ont un lieu où travailler et apprendre durant l'été. Ce qui est très bien pour le pays, pour les Québécois et les Québécoises, c'est la nature de nos forces armées et la discipline qui y existe.

*   *   *

[Traduction]

+-La santé

+-

    Mme Susan Kadis (Thornhill, Lib.): Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Santé. Elle concerne un problème qui touche un grand nombre de Canadiens et qui prend de l'ampleur à un rythme alarmant.

    Selon la Société canadienne du cancer, on recensera au Canada environ 149 000 nouveaux cas de cancer et 69 500 décès dus au cancer en 2005. En moyenne, chaque semaine, 2 865 Canadiens recevront un diagnostic de cancer et 1 337 mourront de cette maladie. Le cancer est la première cause de décès prématuré au Canada; il continue de faire un nombre incalculable de victimes chez les Canadiens.

    Le ministre pourrait-il nous dire quelles sont les mesures prises par le gouvernement fédéral pour lutter contre cette maladie dévastatrice?

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, le dernier budget prévoyait l'affectation de 300 millions de dollars à une stratégie nationale intégrée de lutte contre les maladies. Nous sommes résolus à mettre davantage l'accent sur la lutte contre le cancer et à accroître la collaboration dans ce dossier.

    L'an dernier, les Instituts de recherche en santé du Canada ont investi 94 millions de dollars dans la recherche sur le cancer. Nous avons versé 10 millions de dollars à la Fondation Terry Fox pour la recherche sur cette maladie.

    Depuis 1999, nous travaillons, de concert avec les gouvernements des provinces et des territoires, des ONG et des groupes de soutien, à l'élaboration d'une stratégie de lutte contre le cancer. En 2002, nous avons publié un plan d'action énonçant des priorités.

*   *   *

  +-(1500)  

[Français]

+-La défense nationale

+-

    M. Guy Côté (Portneuf—Jacques-Cartier, BQ): Monsieur le Président, loin de s'éclaircir, les choses s'embrouillent encore davantage dans le dossier de la contamination de l'eau par des matières polluantes sur la base de Valcartier et dans la municipalité voisine de Shannon. Le ministère de la Défense nationale refuse de rendre public un rapport préliminaire et le ministère de l'Environnement garde secret un rapport concernant l'habitat des poissons de la Jacques-Cartier qui est peut-être menacé.

    Qu'attend le gouvernement pour rendre publics ces deux rapports afin de rassurer les citoyens? Ils sont en droit d'avoir l'heure juste sur la situation.

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, le député sait fort bien que nous avons travaillé avec la communauté autour de la base en question. Nous avons fourni de l'eau potable à toutes les maisons ayant des problèmes. Nous collaborons avec la communauté et nous essayons de trouver exactement d'où viennent ces problèmes. Nous allons travailler avec la communauté pour rectifier la situation. Nous avons déjà donné de l'argent à la municipalité et nous continuerons nos efforts, malgré ce genre d'accusation tout à fait mal fondée.

*   *   *

[Traduction]

+-Les travaux de la Chambre

+-

    Le Président: Je tiens à informer les députés que, conformément à l’article 128 du Règlement, la Chambre se réunira demain, le mercredi 8 juin, entre 13 heures et 14 heures, pour étudier la motion d'initiative ministérielle no 15 relative à une résolution prévoyant que le paragraphe 36(2) du Règlement de pêche de l’Ontario de 1989 soit abrogé. Cette résolution figure dans le deuxième rapport du Comité mixte permanent d’examen de la réglementation, présenté à la Chambre le lundi 9 mai.

[Français]

    Je demande aux honorables députés de prévenir leurs collègues que le débat aura lieu demain, entre 13 heures et 14 heures.

*   *   *

[Traduction]

+-Recours au Règlement

+-L'enquête du commissaire à l'éthique—Décision de la présidence

[Décision de la présidence]
+-

    Le Président: Hier, après la période des questions, plusieurs députés ont invoqué le Règlement à propos d'une déclaration que j'avais faite au sujet d'une enquête entreprise par le commissaire à l'éthique sur le député de Newton—Delta-Nord et le ministre de la Santé.

[Français]

    J'aimerais répondre à ces rappels au Règlement dans une seule déclaration et le faire le plus rapidement possible, vu que cela a des répercussions immédiates sur la façon dont les députés traiteront de ces questions dans les jours à venir.

[Traduction]

    Le pouvoir de la présidence à l'égard du travail du commissaire à l'éthique est très limité. Lorsque le commissaire me fait savoir qu'une enquête a été entreprise en vertu de son mandat, j'en informe officiellement les députés pour qu'ils puissent régler leur conduite en conséquence.

    Comme je l'ai dit hier, je fais alors de mon mieux, dans la limite de mes pouvoirs, pour appliquer le moratoire sur les observations portant sur l'objet de l'enquête, comme le commissaire le demande et comme le prévoit notre Règlement. Mes compétences ne s'étendent pas au-delà des délibérations qui se déroulent à la Chambre et peut-être aussi dans les comités, lorsque les comités en font rapport à la Chambre.

    Je ne peux offrir aucun réconfort au député d'Abbotsford ni à celui de Delta—Richmond-Est pour ce qui peut se passer hors de cette enceinte. Le Président ne dispose d'aucun moyen non plus pour donner suite aux inquiétudes que le député d'Edmonton—Sherwood Park a exprimées au sujet de la possibilité que le commissaire à l'éthique soit en situation de conflit d'intérêts.

[Français]

    L'honorable député d'Elmwood—Transcona a cité le paragraphe 72.05(5) de la Loi sur le Parlement du Canada, qui offre une protection expresse contre le fait que le travail du commissaire « [ait] pour effet de restreindre de quelque façon les pouvoirs, droits, privilèges et immunités de la Chambre des communes et des députés ».

[Traduction]

    Je suis tout à fait d'accord avec le député. Cependant, à mon avis, en adoptant ces modifications de la Loi sur le Parlement du Canada en même temps que le Code régissant les conflits d'intérêts des députés, qui fait maintenant partie du Règlement de la Chambre, celle-ci a décidé d'être régie par le commissaire à l'éthique à certains égards.

    Cette règle est analogue à la convention relative aux affaires en instance: quand une affaire est devant un tribunal, la Chambre doit attendre que le tribunal ait rendu sa décision avant de discuter publiquement de la question durant ses travaux.

    De même, lorsqu'une question fait l'objet d'une enquête par le commissaire à l'éthique, les députés ne peuvent en discuter afin que l'enquête puisse se poursuivre sans intervention publique de la part des députés.

    La présidence n'a pas le pouvoir d'agir sur ce qui se passe à l'extérieur de la Chambre, dans les médias de la capitale ou dans les circonscriptions des députés. Chacun des députés doit agir en son âme et conscience. Les règles ont été portées à l'attention de la Chambre. Je compte que les députés les respecteront dans leur conduite à l'extérieur de la Chambre.

    Je sais que ce sont des questions difficiles pour tous les députés et qu'elles n'appellent pas des solutions simples. Le système n'est peut-être pas parfait, mais il est celui que la Chambre a adopté dans le cadre de son Règlement et que la présidence a la responsabilité d'appliquer.

    Je demande la collaboration de tous les députés pour que notre travail puisse être accompli avec tout le sérieux et toute l'équité auxquels s'attendent les Canadiens.

    Je remercie la Chambre de son attention et j'espère que cela clarifie la question soulevée par les députés hier.

*   *   *

  +-(1505)  

[Français]

+-Privilège

+-La période des questions orales—Décision de la présidence

+-

    Le vice-président: Je suis maintenant prêt à rendre ma décision sur la question de privilège soulevée par l'honorable secrétaire parlementaire du ministre du Développement social particulièrement chargée de l’économie sociale au sujet de certains commentaires faits par l'honorable député de Portage—Lisgar pendant la période des questions orales du vendredi 20 mai dernier, par lesquels il a critiqué l'ancien président de Postes Canada, M. André Ouellet, et l'honorable ministre des Pêches et des Océans.

[Traduction]

    J’aimerais remercier la députée d’avoir soulevé cette question, ainsi que le président du conseil du Trésor, le ministre des Pêches et des Océans, le leader adjoint de l’opposition officielle à la Chambre et la députée de Calgary—Nose Hill pour leurs interventions.

    Au cours de la période des questions du 20 mai dernier, le député de Portage—Lisgar a posé une question comportant un commentaire à l’égard de l’ancien président de Postes Canada, qui a témoigné devant le Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires le 17 mai 2005.

    À la suite de la réponse de l’honorable ministre des Pêches et des Océans, le député a posé une question complémentaire, dans laquelle il indiquait, à l’égard du ministre, et je cite, que : « tout cambrioleur a besoin d'un bon complice qui agit de l'intérieur ». Il a poursuivi en accusant le ministre, et je cite, d’être « le complice des tactiques d’évitement fiscal de M. Ouellet. »

    Après la période des questions, la secrétaire parlementaire s’est levée, a dit être d’avis que les commentaires touchant M. Ouellet et le ministre étaient non parlementaires et a demandé au député de les retirer.

    Lors de son intervention, le leader adjoint de l’opposition officielle à la Chambre a fait remarquer que le député de Portage—Lisgar avait fait, au sujet de l’ancien président de Postes Canada, des commentaires sardoniques similaires à l’extérieur de la Chambre et qu’il s’agissait, et je cite, de « langage politique ».

    L’honorable président du Conseil du Trésor s’est inscrit en faux contre cette intervention, affirmant que le député avait accusé le ministre des Pêches et des Océans de complicité et de fraude. La députée de Calgary—Nose Hill a réfuté cet argument, indiquant qu’aucune accusation n’avait été formulée. Finalement, le ministre des Pêches et des Océans a soutenu que les commentaires qui le visaient étaient inappropriés.

    Le vice-président a décidé d’examiner les bleus et, au besoin, de faire rapport à la Chambre.

[Français]

    À mon avis, il y a ici deux aspects sur lesquels il faut se pencher: d'abord les commentaires désobligeants sur des personnes qui ne sont pas à la Chambre, ensuite les commentaires inappropriés visant des députés.

[Traduction]

    Comme le fait remarquer le Marleau-Montpetit dans La procédure et les usages de la Chambre des communes, à la page 524, il existe une tradition de longue date de la Chambre voulant que l’on fasse preuve de prudence lorsqu’on fait allusion à des personnes ou des groupes, en particulier quand ceux-ci ne peuvent se défendre.

    Dans le passé, lorsqu’un député faisait un commentaire considéré comme non parlementaire ou inapproprié, le Président lui demandait de le retirer ou de le reformuler. Au cours de la présente session, la présidence a été appelée à plusieurs reprises à rendre une décision sur du langage non parlementaire. Je renvoie les honorables députés plus précisément aux décisions du 4 novembre 2004, du 4 mai 2005 et, plus récemment encore, du 11 mai 2005.

    Je souhaite traiter tout d’abord des commentaires visant l’ancien président de Postes Canada. Comme l’indique le Marleau-Montpetit aux pages 503 et 504:

    L’un des principes fondamentaux de la procédure parlementaire est que les délibérations de la Chambre des communes se déroulent à la manière d’une conversation libre et polie.

    Le Président a souvent rappelé aux honorables députés que la liberté de parole est l’un des plus importants privilèges que nous possédons. Cette liberté reste toutefois subordonnée à l’obligation d’en user de façon responsable. Les députés ont le droit d’exercer leur liberté de parole, mais la présidence les a exhortés, tout comme elle l’a fait le 11 mai dernier, à modérer leurs propos, qu’ils soient de nature politique ou non, lorsqu’ils visent des personnes qui ne siègent pas à la Chambre et qui n’ont donc pas la possibilité de s’y défendre. Comme l’indique le Marleau-Montpetit à la page 524:

    Les députés devraient s’abstenir dans la mesure du possible de nommer par leur nom des gens qui ne sont pas à la Chambre et qui ne peuvent donc pas répliquer et se défendre.

  +-(1510)  

[Français]

    Le deuxième aspect soulevé par la question de privilège de l'honorable secrétaire parlementaire vise les commentaires qui remettaient en question l'intégrité du ministre des Pêches et des Océans. Comme le savent les honorables députés, l'article 18 du Règlement interdit les propos irrévérencieux ou offensants à l'encontre d'un député. Ainsi que le précise le Marleau-Montpetit à la page 522:

    Les remarques adressées directement à un autre député qui mettent en doute son intégrité, son honnêteté ou sa réputation sont antiréglementaires. Un député sera prié de retirer toute remarque injurieuse, allégation ou accusation d'irrégularité dirigée contre un autre député.

[Traduction]

    L’un des fondements de nos traditions parlementaires est le respect de l’intégrité de tous les députés. Au cours des dernières semaines, les agissements de la Chambre ont été scrutés à la loupe, plus encore qu’à l’habitude, et si je me fie au courrier qu’a reçu le Président à cet égard, le public ne tolère pas les comportements irrespectueux de leurs représentants élus.

    Dans une décision rendue le 11 décembre 1991, que l’on retrouve aux pages 6141 et 6142 des Débats, le Président Fraser a exhorté les députés à respecter les conventions et les traditions de la Chambre et à se conduire avec la courtoisie qui sied aux représentants élus des Canadiens. Il a fait remarquer que des allégations non fondées peuvent avoir un effet débilitant continu sur l’échange équitable d’idées et de points de vue. Toutes les paroles prononcées dans cette enceinte ont une diffusion considérable et instantanée et laissent une impression durable.

    Le Président Fraser a souligné que, bien que les paroles puissent plus tard faire l'objet d'un démenti et que les allégations ou les insultes qu'elles comportent puissent être retirées, contredites ou expliquées ou faire l'objet d'excuses, l'impression qu’elles laissent n'est pas toujours facile à faire disparaître. Il a ajouté ce qui suit :

    La Présidence veut souligner qu'un élément important de cette courtoisie consiste à s'abstenir d'attaquer autrui personnellement. Il y a de bonnes raisons à cette règle. D'abord, d'une manière générale, le respect de la personne est le fondement de notre société. Puis, il y a peu de choses plus susceptibles d'empoisonner l'atmosphère de la Chambre que des attaques personnelles en série, puisqu'elles laissent toujours un relent d'animosité et de malaise.

    Comme l’a mentionné le Président dans sa décision du 4 novembre 2004, les sentiments partisans peuvent s’exprimer plus vivement pendant la période des questions et les députés aiment se lancer des pointes. Tous les députés apprécient la vivacité des échanges durant la période des questions, mais je demande aux honorables députés de bien vouloir choisir leurs mots de façon plus judicieuse et d’éviter les attaques personnelles contre d’autres députés afin d’éviter d’entacher leur propre réputation ainsi que celle de la Chambre.

    Dans le cas présent, même si je conclus que la question de privilège n’est pas fondée à première vue, j’estime que les commentaires faits par l’honorable député de Portage-Lisgar à l’égard du ministre des Pêches et des Océans ont dépassé les limites permises. Je demande donc à l’honorable député de retirer ses paroles.

+-

    M. Brian Pallister (Portage—Lisgar, PCC): Monsieur le Président, je ne voudrais en aucun cas discréditer ou dénigrer le ministre des Pêches et Océans. Je tiens à préciser que mes remarques ne le visaient nullement. Elles étaient dirigées à l'endroit du ministre responsable de Postes Canada et du ministre du Revenu national. Cela dit, j'accepte votre décision sans équivoque et je retire mes commentaires.

+-

    Le vice-président: Je remercie le député de Portage—Lisgar et les autres personnes concernées.

*   *   *

+-Recours au Règlement

+-Projet de loi C-259--La Loi sur la taxe d'accise

[Recours au Règlement]
+-

    M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC): Monsieur le Président, je prends la parole pour commenter le recours au Règlement formulé hier par le secrétaire parlementaire du ministre des Finances.

    Hier, le secrétaire parlementaire a fait un recours au Règlement après la période des questions, contestant mon projet de loi d'initiative parlementaire C-259, tel qu'amendé et renvoyé à la Chambre, en soutenant qu'il était irrecevable.

    Cela ne m'a pas surpris. Le gouvernement s'est opposé à ce projet de loi dans chaque tribune à presque toutes les occasions, même si ce texte a été adopté en deuxième lecture le 31 janvier sans opposition et avec l'appui de nombreux députés de tous les partis.

    En vérité, le gouvernement s'oppose à mon projet de loi d'initiative parlementaire sous quelque forme que ce soit. Si son libellé était identique à celui du libellé initial en deuxième lecture, le gouvernement dirait qu'il ne s'applique pas aux montres. Il n'est donc pas inclusif et, de ce fait, il n'est pas conforme à l'application de la taxe d'accise aux bijoux.

    Le gouvernement a dit de ce projet de loi, tel qu'amendé en comité, qu'il se situe à l'extérieur de son champ d'application d'après le texte de la deuxième lecture à la Chambre des communes, car il élargit le projet de loi et vise les montres comme étant des bijoux.

    En guise de réponse, j'aimerais tout d'abord corriger la déclaration faite hier par le secrétaire parlementaire du ministre des Finances voulant que le projet de loi C-259, tel que renvoyé à la Chambre des communes, abroge la taxe d'accise sur les bijoux, les montres et les horloges. Cela n'est pas exact. Les horloges en sont exclues par le libellé de mon projet C-259 amendé. Il est extraordinaire que le secrétaire parlementaire ait pu se tromper à ce point.

    L'argument central qu'avance le secrétaire parlementaire du ministre des Finances est que les montres sont définies de manière distincte des bijoux dans la Loi sur la taxe d'accise. Le projet de loi serait donc irrecevable, parce qu'il traite des bijoux dans le texte original, et non des montres.

    Je soumets à votre attention qu'il y a dans la Loi sur la taxe d'accise un libellé clair qui comprend les montres comme étant des bijoux. Le paragraphe 23.11 et l'article 43, que je vais citer, soutiennent clairement la notion selon laquelle il est voulu que le terme bijoux comprenne les montres en donnant l'énumération suivante: « la montre, l'horloge, la bague, la broche ou autre article de bijouterie... » Si les montres n'étaient pas censées être incluses dans cette énumération d'articles de bijouterie, le texte aurait été libellé comme suit: « [une personne...] est réputée, pour l'application de la présente partie, avoir fabriqué ou produit la montre ou horloge, la bague, la broche ou autre article de bijouterie au Canada  ». Cette construction aurait clairement exclu les montres de l'énumération des articles de bijouterie, mais cela n'a pas été fait.

    Le projet de loi C-259 porte sur l'article 5 de la Loi sur la taxe d'accise, qui compte trois paragraphes. Quant à la question de savoir si l'article 5 définit le mot bijou séparément, je dirai que ce n'est clairement pas le cas. Selon le conseiller législatif, le terme n'est, dans le pire des cas, pas défini. Par conséquent, le comité pouvait très bien décider si oui ou non l'amendement proposé au projet de loi C-259, dont il a été fait rapport à la Chambre, était recevable.

    Le conseiller législatif a examiné si l'amendement était recevable, tant avec le personnel de mon bureau qu'en comité. Je suis convaincu que le Président voudra aussi demander conseil, à moins qu'il ne l'ait déjà fait.

    Le conseiller législatif était présent au comité et a été consulté. Il serait juste de dire que, en présentant sa position, le conseiller a été soumis à de fortes pressions et a donc très bien choisi ses mots.

    Je peux citer la dernière réunion du comité où le projet de loi C-259 modifié a été adopté. C'était à la réunion du 19 mai dernier.

  +-(1515)  

    En tant que parrain du projet de loi et en tant que témoin, j'ai déclaré:

    Je voudrais maintenant demander au conseiller législatif, qui est ici aujourd'hui, à ma demande, d'expliquer comment le mot « bijou » est un mot qui n'est pas défini en termes juridiques.

    M. Doug Ward, conseiller législatif, juriste et conseiller parlementaire auprès de la Chambre des communes, a déclaré:

    Il est clair que la loi ne contient pas de définition du mot « bijou », aussi ce mot prend-il le sens courant. Il n'y a vraiment rien d'autre à ajouter à ce sujet.

    Plus tard, à la même réunion, M. Jean-François Lafleur, greffier à la procédure, a déclaré:

    Lorsque nous discutons d'un amendement à un projet de loi, la première règle, c'est que l'amendement respecte l'article du projet de loi à l'étude. Dans le cas qui nous occupe, le projet de loi C-259, il s'agit d'une modification à l'article 5 de l'annexe I de la Loi sur la taxe d'accise. Dès lors, tout l'article 5 est ouvert et pas uniquement l'alinéa 5c). C'est la première règle.

La deuxième règle, comme la présidence l'a déclaré et comme vous le disiez...

    Il faisait allusion au député de Mississauga-Sud.

[...]il y a encore la question de la portée du projet de loi. C'est la deuxième règle.

    L'amendement [du député de l'Île de Vancouver-Nord] est tout à fait conforme à la première règle, en ce sens que c'est un amendement à un article déjà ouvert. Il n'y a aucun problème à cet égard.

    En ce qui concerne toute la question de la portée du projet de loi, excusez-moi de me répéter, et je sais que vous pourriez ne pas apprécier cela. Je comprends parfaitement que l'objet du projet de loi est d'éliminer la taxe d'accise sur les bijoux, mais la définition de bijoux devrait être claire. Cela nous permettrait de déterminer précisément quels sont les paramètres de la portée du projet de loi. Mais dans ce cas-ci, la définition n'est pas du tout claire, selon moi. On a essayé de parvenir à une définition, mais cela n'a pu être fait. C'est la conclusion que j'ai tirée après quelques consultations.

    Voilà qui résume ma pensée. Le Comité des finances a examiné tous les arguments et il a choisi d'amender le projet de loi et de le renvoyer à la Chambre. Le manque de clarté du libellé de la Loi sur la taxe d'accise, qui est démontré par cette discussion et ce recours au Règlement, est un cauchemar pour l'industrie également.

    Par exemple, trois différentes vérifications de l'Agence des douanes et du revenu du Canada d'un même ensemble d'activités commerciales par la même entreprise ont conduit à trois résultats bien différents: une nouvelle cotisation ou facture fiscale de plusieurs millions de dollars dans le premier cas, une cotisation révisée d'environ un demi-million de dollars dans le deuxième cas et un crédit de la part du gouvernement dans le troisième cas. C'est du domaine public.

    L'adoption du projet de loi C-259, tel qu'amendé et renvoyé à la Chambre et dont la Chambre sera saisie à l'étape du rapport aujourd'hui, mettrait un terme à cette confusion. En votant pour dire que la version amendée de mon projet de loi respectait la portée du projet de loi et était conforme aux avis du conseiller législatif, le comité a maintenant placé la Chambre des communes dans la même position. Je ne peux comprendre pourquoi le conseil donné à la Chambre des communes serait différent de celui donné au Comité des finances.

    Je demande au Président de rejeter la demande du secrétaire parlementaire du ministre des Finances de juger le projet de loi C-259 irrecevable. Ce projet de loi est tout à fait conforme au Règlement et je demande au Président de rendre une décision en ce sens.

*   *   *

  +-(1525)  

+-Projet de loi C-259--Loi sur la taxe d'accise--Décision de la présidence

[Décision de la présidence]
+-

    Le Président: Comme l'a dit le député d'Île de Vancouver-Nord, le secrétaire parlementaire du ministre des Finances a soulevé hier un rappel au Règlement relatif à un amendement au projet de loi C-259, Loi modifiant la Loi sur la taxe d'accise (suppression de la taxe d'accise sur les bijoux), dont il a été fait rapport par le Comité permanent des finances. Les députés de Peace River et de Mississauga-Sud ont également présenté des observations à ce sujet. Le député d'Île de Vancouver-Nord nous a maintenant formulé ses remarques et je l'en remercie.

    La question soulevée vise essentiellement à savoir si le comité a outrepassé ses pouvoirs en amendant un projet de loi par l’adoption de modifications allant au-delà de la portée de celui-ci.

    Comme le soulignent Marleau et Montpetit dans La procédure et les usages de la Chambre des communes, aux pages 661 et 662, les amendements apportés par un comité peuvent, et je cite:

[...] faire l’objet d’une contestation sur le plan de la procédure au moment où la Chambre reprend l’étude du projet de loi à l’étape du rapport. La recevabilité des amendements est alors examinée par le Président de la Chambre, qu’il soit invité à le faire à la suite d’un rappel au Règlement ou qu’il le fasse de sa propre initiative.

    Pour éliminer la taxe d’accise sur les bijoux, le projet de loi C-259 modifie l’alinéa 5c) de l’annexe I de la Loi sur la taxe d’accise. Cet alinéa prévoit que seront taxés:

[...] [les] articles communément ou commercialement dénommés bijoux, véritables ou faux, y compris les diamants et autres pierres précieuses ou fines destinés à l'usage personnel ou à la parure, les produits de l'orfèvrerie, sauf les articles plaqués or ou argent pour la préparation ou le service des aliments ou breuvages [...]

    L’article visé comporte également deux autres alinéas, qui prévoient la taxation d’autres objets, tels que les horloges, les montres et les articles constitués en tout ou en partie de pierres semi-précieuses.

    L’amendement qu’a adopté le comité a combiné tous les alinéas de cet article mais n’a maintenu la taxe que sur les horloges. Cela a eu pour effet d’en exempter les montres, les articles constitués de pierres semi-précieuses et les bijoux.

    Cet amendement va-t-il au-delà de l’objet ou de la portée du projet de loi?

    Sur le plan de la procédure, cet amendement ne touche pas d’autres articles que celui que vise déjà le projet de loi dans la loi existante. Sur le plan de l’objet, il apparaît à la présidence que l’amendement visait les articles que l’on considère communément comme des bijoux, intention qui, je note, est mise en lumière par le fait que le comité n’a justement pas inclus les horloges à titre de bijoux pouvant être exemptés de la taxe.

    J’arrive par conséquent à la conclusion que l’amendement adopté par le Comité permanent des finances dont il a été fait rapport à la Chambre est recevable sur le plan de la procédure.


+-Initiatives parlementaires

[Les crédits]

*   *   *

[Traduction]

+-Les crédits

+-Motion de l'opposition—La santé

    La Chambre reprend l'étude de la motion, ainsi que de l'amendement.

+-

    M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC): Monsieur le Président, je félicite mon collègue, le député de Charleswood—St. James—Assiniboia. Il a saisi la Chambre et le Parlement de nombreuses initiatives marquantes dès son arrivée à la Chambre. Ces initiatives concernaient les soins de santé et cette stratégie particulière traduit sa vision immuable, ainsi que sa passion à réaliser celle-ci et à mettre en oeuvre une stratégie profitable à tous les Canadiens. J'invite les députés des deux côtés de la Chambre à appuyer cette initiative.

    Dans le cadre de ce vaste débat, je vais faire porter mes brèves observations d'aujourd'hui plus particulièrement sur le cancer, qui demeure l'un des fléaux de notre époque. C'est vrai, des progrès ont été réalisés dans la recherche sur cette maladie. On peut maintenant maîtriser et vaincre certains types de cancer, mais de nombreux autres n'en continuent pas moins de semer la tragédie, la douleur et la souffrance dans la société et chez les gens. Je ne crois pas qu'aucun d'entre nous ne connaisse quelqu'un qui n'ait pas été touché directement ou indirectement par cette terrible maladie.

    La frustration qui accompagne cette maladie tient au fait que celle-ci demeure un fléau, au fait que notre système de santé a été conçu à l'origine pour empêcher que les gens ne souffrent des effets catastrophiques d'une maladie comme le cancer.

    Nous évoquons souvent, en termes très éloquents, le fait que Tommy Douglas est l'un des fondateurs du système de santé canadien. Il souhaitait que les Canadiens ne souffrent pas des conséquences catastrophiques d'une maladie ou d'un accident tragique. À cette frustration s'ajoute aujourd'hui le fait que nombre de victimes d'une forme ou d'une autre de cancer doivent également assumer les coûts astronomiques du traitement. Nous nous devons d'aborder cette question aujourd'hui.

    C'est la raison pour laquelle je vais partager mon temps de parole avec mon collègue de Nova-Centre.

    L'une des approches que nous pouvons adopter pour faire face à cette tragique ironie dont est frappée notre système de santé d'aujourd'hui, c'est d'élaborer une stratégie canadienne de lutte contre les maladies. Il s'agit de l'une des nombreuses stratégies que nous devons formuler.

    Au cours de cette étape d'élaboration, quelque 700 experts bénévoles, survivants du cancer, professionnels de la santé et aidants naturels ont contribué à l'élaboration de cette stratégie. L'aspect positif, c'est que celle-ci n'a pas été élaborée par des bureaucrates.

    Trop souvent, nous faisons des remarques désobligeantes à propos des bureaucrates, alors qu'ils ne font qu'appliquer les stratégies. Mes commentaires ne sont aucunement péjoratifs. Cependant, ce qui donne de la force et de la crédibilité à cette mesure, c'est qu'elle a été conçue par des personnes de milieux très divers, des personnes qui connaissent la réalité bien concrète dont nous parlons aujourd'hui.

    Nous demandons pour la stratégie 50 millions de dollars par année sur cinq ans plus 50 millions de dollars pour la recherche. Les priorités consistent à établir des lignes directrices et des normes nationales.

    Sans échange d'information, les pratiques qu'on s'affaire à mettre en oeuvre et les essais qui sont faits auront moins de valeur parce que seul un cercle restreint de personnes sera au courant des résultats obtenus dans un coin de pays. Nous devons déterminer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas et nous devons savoir pourquoi.

    La constatation qu'une mesure ou un traitement ne fonctionne pas n'est pas un recul, mais bien un progrès. Les autres provinces ou territoires peuvent profiter de l'expérience acquise et éviter d'investir des ressources là où les résultats ne sont manifestement pas au rendez-vous.

    Des efforts doivent être faits du côté de la prévention primaire, pour que nous puissions déterminer les meilleurs moyens de réduire les risques de cancer et d'augmenter l'effet des facteurs de protection.

  +-(1530)  

    Nous devons réfléchir aux moyens de rediriger nos efforts. Nous mettons constamment l'accent sur les soins hospitaliers ou les soins axés sur les hôpitaux. C'est une erreur. Bien entendu, certains traitements doivent être donnés à l'hôpital, mais c'est à l'extérieur des hôpitaux que les besoins continuent d'être importants et que les personnes atteintes de cancer, une fois sorties de l'hôpital, ont besoin de soins constants.

    Ce sont les soins constants qui entraînent certains des coûts les plus exorbitants, qu'il s'agisse d'injection intraveineuse de médicaments à domicile, qui serait gratuite si le patient était à l'hôpital, ou encore des coûts qui résultent naturellement de l'obtention de divers traitements loin du domicile du patient.

    J'ai rencontré des électeurs qui sont ensevelis sous les factures associées aux traitements en période de récupération ou encore aux traitements constants. Pourtant, notre système de soins de santé devrait protéger les gens contre de telles dépenses.

    C'est par un rééquilibrage des efforts entrepris que l'on pourra répondre aux besoins des patients et de leurs familles, besoins qui souvent ne peuvent pas être comptabilisés. Nous devons examiner les priorités en matière de recherche pour donner plus d'ampleur aux travaux dans les domaines prometteurs.

    Le Canada est l'endroit idéal pour lancer ce type de stratégie nationale de lutte contre le cancer. La santé étant un champ de compétence des provinces, certaines provinces peuvent mener des expériences, adopter certaines pratiques ou mener des recherches sur certains traitements, tandis que d'autres peuvent tirer profit de ces expériences. En dépit des affirmations de l'Agence de santé publique du Canada, il n'existe en fait aucune stratégie nationale de lutte contre le cancer. C'est inconcevable et inacceptable.

    Nous devons réduire le taux de cancer au Canada. Nous devons améliorer le traitement des Canadiens et les soins qui leur sont prodigués. Nous devons les aider à absorber les coûts que ces traitements et soins engendrent et améliorer la prestation des soins de santé dans toutes les provinces.

    Nous ne voulons pas que le débat dégénère en discussion partisane parce que la réalité du cancer et de son impact sur la vie, les familles et les collectivités est trop douloureuse, mais il faut quand même reconnaître certaines réalités politiques. Les libéraux ont eu 12 ans pour mettre en oeuvre une stratégie nationale de lutte contre le cancer, pourtant ils n'ont rien fait. Ils ont fait preuve d'un grave manque de leadership et de reddition de comptes sur ces questions. Il est impossible de savoir où est allé l'argent et de déterminer s'il a été bien dépensé.

    Je sais que les libéraux n'ont pas l'habitude, en général, de se soucier d'effectuer des vérifications. La vérificatrice générale leur reproche d'ailleurs cette importante omission. C'est inacceptable. Je ne veux pas faire de politique. Je dis simplement qu'il s'agit d'une des grandes lacunes du gouvernement libéral et qu'il faut corriger cette situation.

    Les libéraux disent que les stratégies ciblant des maladies particulières sont inefficaces. C'est absolument faux. De telles stratégies ont donné d'excellents résultats dans de nombreux pays. L'Angleterre, la France et beaucoup d'autres pays européens ont financé des stratégies nationales de lutte contre les maladies. Ces stratégies n'ont pas été mises en oeuvre par les gouvernements qui les finançaient, mais, de façon analogue à ce que nous proposons en l'occurrence, par des groupes de spécialistes qui ont connu les conséquences de la lutte au cancer, tant les victoires que les échecs. Ces stratégies sont à l'avant-plan de la politique de chaque gouvernement en matière de santé.

    Notre premier ministre et son gouvernement disent que nous ne pouvons pas le faire. Pourtant, d'autres chefs d'État, dont le président français, Jacques Chirac, le premier ministre britannique, Tony Blair, la première ministre néo-zélandaise, Helen Clark, et le premier ministre australien, John Howard, ont rendu public des stratégies nationales de lutte contre les maladies. Pourquoi ne pouvons-nous pas le faire ici au Canada? Autrement dit, nous pouvons le faire. Il suffit de vouloir.

    On nous a avertis qu'il serait trop difficile de mettre en oeuvre une stratégie nationale de lutte contre la maladie à cause de la complexité des relations fédérales-provinciales, alors que c'est exactement le contraire. Il est très utile que des provinces aient essayé diverses approches que nous pouvons examiner.

    Le cancer fait de terribles ravages dans la population. Il y a entre 5,2 et 6,6 millions de Canadiens qui vont développer un cancer au cours des 30 prochaines années, ce qui coûtera 540 milliards de dollars à notre économie au seul chapitre de la perte de productivité fondée sur le salaire. Le coût humain de cette terrible maladie, son incidence dévastatrice sur les familles et les collectivités, est incalculable. Le temps est venu de se donner une stratégie nationale.

  +-(1535)  

    Le temps est venu de mettre de côté nos divergences partisanes et de dire à nos collègues, comme l'a fait le député de Charleswood--St. James--Assiniboia, que, peu importe l'affiliation politique, c'est une bonne idée qui mérite d'être concrétisée. On pourrait ainsi réduire l'incidence du cancer, effectuer des recherches de pointe et assumer toutes les dépenses auxquelles les personnes atteintes doivent faire face.

    Voici une idée qui mérite d'être appuyée. Mettons de côté nos divergences partisanes et faisons avancer la lutte contre le cancer pour être enfin vainqueurs.

+-

    M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC): Monsieur le Président, je félicite le député d'Okanagan--Coquihalla de ses observations et je le remercie de partager son temps de parole avec moi dans ce très important débat.

    Il a parlé de la nécessité de créer une stratégie nationale particulière, ce dont traite justement la motion qui a été présentée par notre collègue du Manitoba. Le député a aussi dit que les organismes et les groupes du pays qui s'occupent des maladies du coeur, des accidents cérébrovasculaires, des maladies mentales et du cancer, auxquels il a consacré la plus grande partie de son discours, souscrivent pleinement à cette initiative. En fait, ils implorent le gouvernement fédéral de le faire depuis des années.

    Le député a fort justement fait valoir que le gouvernement a attendu plus de 12 ans avant d'agir. Toutes sortes d'engagements ont été pris et toutes sortes de promesses ont été faites là-dessus et sur d'autres sujets, mais c'est le Parti conservateur qui a saisi la Chambre de cette motion. Même maintenant on ignore si le gouvernement est prêt à s'engager sur cette voie.

    Le député a parlé de la nécessité d'éviter tout esprit de parti, et je suis tout à fait d'accord avec lui à cet égard. Cependant, quand on examine la nécessité d'une stratégie relative à des maladies en particulier et si on compare cela à d'autres initiatives gouvernementales, y compris les manoeuvres visant à acheter le vote de régions, comme nous l'avons vu dans le scandale des commandites des libéraux, on se rend compte, non sans étonnement, qu'une somme semblable a été dépensée, à savoir 250 millions de dollars selon la vérificatrice générale, sur la même période de 10 à 12 ans environ. Pensez à tout ce qu'on aurait pu faire avec cet argent pour la recherche, le développement ou les programmes de soutien des victimes du cancer et des personnes souffrant d'autres maladies visées par la motion.

    Le député a-t-il d'autres observations à faire sur les priorités perdues du gouvernement quand on examine les initiatives de dépenses qu'il a prises, l'affreux gaspillage de fonds publics dont il est s'est rendu coupable dans un certain nombre de programmes et l'indéniable besoin des patients atteints du cancer, de leur famille et des personnes ayant survécu à un cancer de pouvoir compter sur ce genre de réseau de soutien et sur l'engagement à long terme relativement à ce genre d'initiative financière?

  +-(1540)  

+-

    M. Stockwell Day: Monsieur le Président, la perspicacité du député de Nova-Centre lui a encore une fois permis de relever un point très important.

    Peu importe l'objectif visé, il y a toujours une limite au montant qui peut y être consacré. Certaines personnes pensent que l'argent pousse dans les arbres. En fait, un député libéral m'a dit que l'argent poussait vraiment dans les arbres, puisqu'il est en papier. Par conséquent, il faut le dépenser car les arbres continuent de pousser. Ce propos illustre bien les limites de la compréhension qu'ont les libéraux des questions budgétaires.

    Plusieurs vérificateurs généraux ont dit que le gouvernement ne fait pas une vérification appropriée de ses dépenses. Il dépense souvent de façon impulsive pour obtenir la satisfaction temporaire qui consiste à plaire à un groupe de consommateurs ou à un groupe d'intérêts simplement pour l'apaiser momentanément, sans se préoccuper de l'ampleur des dépenses, de ce qu'il advient de l'argent, ou des résultats de ces dépenses.

    Le député a mentionné d'autres groupes qui appuient ce genre de stratégie et qui partagent nos préoccupations. Nous félicitons l'Association canadienne pour la santé mentale, la Société canadienne du cancer, l'Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale, et la Fondation des maladies du coeur pour leur leadership. Il ne s'agit pas de petits groupes ou organismes. Ce sont de grands organismes qui savent ce qu'il faut faire pour assurer un bon contrôle des fonds qu'ils reçoivent.

    Les députés savent-ils quand nous voyons ces gens? Nous voyons un grand nombre de bénévoles de ces organismes le soir, lorsqu'ils viennent cogner à nos portes pour recueillir des fonds. Ils prennent une partie du temps qu'ils pourraient consacrer à leurs activités, à leurs entreprises et à leurs familles pour recueillir des fonds d'une façon qui n'est pas facile. Ils n'ont pas les mêmes possibilités que le gouvernement, qui peut, de façon arbitraire, aller fouiller dans les poches des contribuables et prendre leur argent. Ces bénévoles doivent faire du porte-à-porte et recourir à diverses stratégies de collecte de fonds pour recueillir chaque dollar. Ces organismes doivent exercer un contrôle afin de savoir où va l'argent. Ils doivent rendre des comptes aux bénévoles qui siègent à leurs conseils d'administration.

    Le gouvernement fédéral aurait intérêt à regarder comment ces organismes contrôlent leurs fonds, à voir l'importance qu'ils accordent à chaque dollar et à se rendre compte que chaque dollar dépensé est pris dans les poches d'un contribuable qui a travaillé fort et qui a sué pour le gagner. Par conséquent, ces dollars devraient être dépensés de façon judicieuse et faire l'objet d'une vérification, particulièrement lorsque c'est la santé des gens qui est en cause.

+-

    M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC): Monsieur le Président, c'est un plaisir de prendre la parole après mon collègue de la Colombie-Britannique. Je félicite une fois de plus mon collègue de Charleswood—St. James—Assiniboia de son leadership, de l'initiative dont il a fait preuve en présentant cette motion, et aussi des efforts continus qu'il déploie à la Chambre pour donner l'exemple.

    Ce débat positif est d'une importance critique. Il nous force à nous tourner vers l'avenir, mais c'est avant tout une question de compassion. C'est un débat qui soulève les passions de tous les Canadiens parce qu'il touche tant de vies. Nous pouvons quantifier les sommes investies, les dépenses reliées aux programmes, et analyser la façon dont nombreuses de ces stratégies pourraient être mises en oeuvre, pour ce qui est du cancer, des cardiopathies et des maladies mentales, mais il ne faut surtout pas perdre de vue les conséquences pour la population.

    On peut dire qu'à peu près tout le monde à la Chambre, y compris les pages et les autres qui y travaillent, a été touché par une de ces terribles maladies. Leur vie, ou celle d'un membre de leur entourage, a été bouleversée par ces maladies.

    À lui seul, le cancer, sujet auquel je consacrerai sûrement trop de temps, s'attaque à un Canadien sur trois. Certains députés luttent actuellement contre le cancer. Peu importe la formule que nous employons, le coût humain est faramineux. Les enfants, les familles, les parents, les frères et les soeurs, n'importe qui peut mourir prématurément du cancer.

    Si les Canadiens retirent quelque chose de ce débat, j'espère que ce sera le fait que, malgré la partisanerie qui se dégage de notre enceinte, certains députés défendent leurs intérêts et tentent de présenter des mesures positives en cette fin de session parlementaire.

    La fin de semaine dernière, dans ma circonscription, Nova-Centre, en Nouvelle-Écosse, j'ai accompagné le premier ministre de la province John Hamm à un événement marquant la Journée nationale des survivants du cancer. Le thème, Célébrez la vie », nous rappelait que la vie existe après le cancer, et que nous devons saluer ceux qui continuent de se battre.

    Il est opportun que la motion à l'étude aujourd'hui invite le gouvernement à pleinement financer et mettre en oeuvre, en collaboration avec les provinces et les intervenants concernés, la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer.

    Pas plus tard que la semaine dernière, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, John Hamm, a parlé devant un auditoire de la crise qui subsiste dans le domaine des soins de santé; il a notamment dit que la lutte contre le cancer était un secteur auquel il fallait accorder de l'attention, un soutien et du financement. C'est le constat que font toutes les provinces et tous les ordres de gouvernement. Maintenant que le gouvernement fédéral a l'occasion de faire quelque chose de positif, il est à souhaiter que, dans sa sagesse, il appuie cette initiative, mais surtout, qu'il donne suite à l'engagement qu'il prendra. Il semble que c'est là où le gouvernement n'est jamais à la hauteur. Même si les libéraux fédéraux décident d'appuyer cette motion ce soir, il y a fort à parier que leur appui sera illusoire, comme ils nous en ont donné la preuve dans le passé. Ils voteront en faveur d'une motion ou d'une initiative ou ils feront une promesse comme celles dont regorgent leurs nombreuses brochures électorales, par exemple, celle d'abolir la TPS ou de mettre un terme au libre-échange, promesses qui ne se sont jamais concrétisées.

    La motion invite fermement le gouvernement à financer entièrement une stratégie de lutte contre le cancer, les maladies mentales et les maladies cérébrovasculaires. Les groupes concernés qui suivent actuellement nos travaux devraient surveiller le gouvernement de très près dans l'avenir afin de voir s'il fait le nécessaire pour donner suite à la motion.

    Pour travailler à l'élaboration d'une stratégie nationale de lutte contre le cancer, il faut examiner les efforts déjà déployés par les organismes et les intervenants concernés. En 1999, puis en 2002, on a formé un conseil chargé de diriger l'élaboration de la stratégie. Le conseil comprenait plus de 30 membres, dont des représentants des organismes provinciaux et territoriaux de lutte contre le cancer, de l'Agence de santé publique du Canada, de la Société canadienne du cancer, de l'Institut national du cancer du Canada, de l'Association canadienne des organismes provinciaux de lutte contre le cancer, des Instituts de recherche en santé du Canada et d'Action cancer Canada. Comme mon collègue l'a dit, il y a énormément de groupes qui font un travail incroyable dans ce domaine et qui ont des répercussions considérables dans la vie des gens.

  +-(1545)  

    Le gouvernement fédéral a fourni un maigre appui à cette stratégie, tant à l'échelon fédéral que provincial, et de nombreux Canadiens continuent de donner généreusement, mais j'entends constamment répéter qu'il n'y a pas de volonté politique de mettre une stratégie en place. Le conseil lui-même a dit:

    L'absence d'engagement politique et de financement substantiel a gravement nui à la capacité de la SCLC de concrétiser ses projets, de réduire l'incidence du cancer au Canada, d'améliorer le traitement et les soins fournis aux Canadiens atteints de cancer et de réaliser des gains d'efficience dans la prestation des services de santé dans l'ensemble des provinces.

    Aujourd'hui, à la Chambre, nous avons l'occasion de montrer que cette volonté politique existe. Aujourd'hui, nous pouvons voter pour appuyer une stratégie qui réduira l'incidence de cette maladie mortelle, qui permettra de faire des progrès dans la recherche d'un traitement et qui, de façon très réelle, aura une incidence sur la vie de ceux qui continuent à lutter. La phrase d'espoir tant répétée «Nous pouvons vaincre le cancer», incarnée par Terry Fox et par d'autres courageux Canadiens qui luttent contre cette maladie, pourrait vraiment devenir une réalité.

    Comme je l'ai indiqué, la fin de semaine dernière, j'ai assisté à un dîner où il y avait une personne fort inspirante. Il s'agit de John Hanna du Cap-Breton qui lutte actuellement contre le cancer. Ce monsieur a joué dans la première ligue nationale de hockey à l'époque où elle comptait six équipes. Il a également joué pour les Rangers de New York pendant sa carrière. Comme il a terminé sa carrière de joueur de hockey, il travaille depuis quelques années auprès des enfants et se consacre à des programmes communautaires. Je lui ai transmis, ainsi qu'à sa famille, nos meilleurs voeux de succès dans cette lutte pour la vie.

    Un autre conférencier à ce dîner, un ami personnel, Will Njoku, a parlé de l'importance de la santé spirituelle qui est un élément incontournable pour lutter contre le cancer et y survivre.

    Je tiens à mentionner que mon collègue de l'autre endroit, le sénateur Mike Forrestall, a présenté au Sénat un projet de loi d'intérêt public qui demande également au gouvernement d'élaborer une stratégie de recherche nationale de lutte contre le cancer. Je félicite le sénateur Forrestall de ses efforts soutenus.

    Même si les statistiques sont là, encore une fois, ce qui compte, c'est l'aspect humain. Dans 30 ans, entre cinq et six millions de Canadiens auront le cancer. Entre 2,4 et 3,2 millions mourront prématurément à cause de cette maladie. La prévention, la détection rapide, les traitements appropriés, un mode de vie sain, la consommation d'aliments anticancérogènes, des stratégies de médicamentation; y a-t-il un aspect de la vie plus fondamental que la santé? Vous en savez quelque chose, monsieur le Président, n'est-ce pas? Y a-t-il un élément plus déterminant de la qualité de la vie que la santé?

    La menace du cancer pour la productivité économique est importante. Je le répète, il faut tenir compte de ces aspects. Au cours des 30 prochaines années, l'économie canadienne perdra environ 540 milliards de dollars en raison de la perte de productivité attribuable au cancer. On s'attend à ce que les recettes fiscales qui seront perdues en raison du cancer s'élèveront à quelque 248 milliards de dollars, pertes directement attribuables aux dépenses en santé et à la baisse de la productivité.

    Je le répète, je mentionne ces statistiques simplement pour montrer que le cancer a aussi des conséquences économiques gigantesques. C'est pourquoi l'affectation de fonds constitue un investissement bien mince à l'heure actuelle, lorsqu'on pense qu'il se décuplera exponentiellement et servira à atténuer ces conséquences économiques, mais, surtout, les conséquences humaines. On ne saurait trop le répéter et insister là-dessus. Les conséquences humaines ne se mesurent pas en chiffres.

    La Stratégie canadienne de lutte contre le cancer décrit trois buts: premièrement, réduire le taux de mortalité par le cancer par des mesures de prévention, notamment la lutte contre le tabagisme, l'activité physique, une nutrition saine, un contrôle accru et un dépistage précoce; deuxièmement, améliorer l'accès au soins de santé en réduisant les délais d'attente pour les traitements; troisièmement, rehausser la qualité de vie des Canadiens et de leurs familles qui vivent avec le cancer en réduisant l'inconfort physique et le stress émotionnel, en soulageant la douleur et en traitant les symptômes des malades. Toutes ces mesures représentent des valeurs ajoutées pour les proches des patients qui souffrent également.

    La stratégie permettrait la réalisation de ces buts par la mise sur pied de systèmes et de processus grâce auxquels les intervenants pourraient mettre à profit les meilleures pratiques et techniques utilisées aux quatre coins du pays. Les provinces se communiquent cette information.

    Selon la Société canadienne du cancer, le cancer est la principale cause de décès prématuré. Le cancer de la prostate est l'un des cancers les plus répandus. En moyenne, chaque semaine, 394 Canadiens apprennent qu'ils sont atteints du cancer de la prostate.

  +-(1550)  

    Les députés se rappellent peut-être qu'il y a eu une journée de sensibilisation sur la Colline du Parlement dans le cadre de l'Initiative canadienne de recherche sur le cancer de la prostate. La recherche est un aspect important de cette maladie, tout comme le sont les mesures de prévention, notamment le test de dépistage de l'antigène prostatique spécifique. Le cancer de la prostate est sur le point de faire davantage de victimes que le cancer du sein au Canada.

    Le travail assidu de nombre de Canadiens, notamment d'un résidant de ma collectivité, Darrell Rushton, et d'autres encore fait une différence énorme dans la vie de leur entourage.

    Le cancer du sein demeure le cancer qui fait le plus de victimes. La Société canadienne du cancer estime que 21 600 femmes apprendront qu'elles sont atteintes de ce cancer cette année et que plus de 5 300 en mourront. Ces statistiques en disent long. Elles veulent tout dire.

    Nous devons faire plus. L'occasion nous en est fournie. L'occasion nous est fournie de redonner du lustre et de la crédibilité à cet endroit. Ce qui est plus important, c'est que l'occasion nous est fournie d'avoir un véritable impact sur le traitement du cancer et de toucher la vie des Canadiens qui continuent de lutter contre cette maladie.

[Français]

+-

    M. Guy André (Berthier—Maskinongé, BQ): Monsieur le Président, j'aimerais réagir un peu sur la motion du Parti conservateur.

    Dans un premier temps, j'aimerais vous dire qu'avant d'être député, j'ai été intervenant dans le secteur de la santé pendant 18 ans. Je suis donc très sensible à la question de la prévention du cancer, des cardiopathies et des maladies mentales.

    Au Québec, comme dans les autres provinces, on sait que le cancer, les maladies cardiovasculaires, les problèmes de santé mentale et les autres maladies représentent un problème qui est de plus en plus lourd. Au Québec, il y a également des besoins importants. Toutefois, il y a toutes les structures, les programmes et les services qui peuvent répondre aux besoins des personnes atteintes de maladies telles que celles mentionnées par les conservateurs.

    Nous avons des hôpitaux, des hôpitaux autonomes, des services de recherche, des organismes communautaires et des CLSC qui assurent des programmes de prévention à travers le Québec. Nous avons également nos propres stratégies de lutte contre le cancer et notre propre politique en santé mentale.

    J'aurais une question pour mon collègue conservateur. Cela m'a beaucoup étonné de voir cette motion présentée par les conservateurs, puisque, ces derniers temps, nous entendions un peu parler qu'ils voulaient respecter davantage les compétences des provinces.

    Puisque, actuellement, nous avons toutes les structures et les services au Québec, ce que nous demandons, c'est de l'argent. Bien sûr, nous avons des besoins. Toutefois, nous avons les structures, les services et les programmes. Nous voulons donc davantage de transferts en matière de santé pour notre province. Cela m'étonne de voir cette motion présentée par les conservateurs, parce qu'une stratégie de lutte contre le cancer et les autres maladies constituerait un dédoublement pour des choses qui se font déjà chez nous, au Québec.

    Ma question va donc dans ce sens. Mon collègue conservateur ne constate-t-il pas une certaine contradiction avec les avancées politiques qu'ils ont faites ces derniers temps, qui vont dans le sens de respecter les compétences des provinces et du Québec en matière de services de santé?

  +-(1555)  

+-

    M. Peter MacKay: Monsieur le Président, est-ce qu'il y a une contradiction? Pas du tout, absolument pas! Notre parti a beaucoup de respect pour les compétences provinciales et pour le Québec. Ce n'est pas une question partisane ou régionale, mais c'est une question qui cherche des solutions substantielles. Évidemment, c'est aussi une question d'argent. Cette motion vise à donner de l'argent pour cette cause et pour trouver une solution à cette problématique.

[Traduction]

    L'idée que les députés du Bloc ou de tout autre parti pourraient tenter de promouvoir un intérêt purement politique et ne pas tenir compte du plus grand bien, ne pas regarder ce qui se passe dans leurs collectivités, comme je l'ai fait chez moi à New Glasgow, en Nouvelle-Écosse, et reconnaître l'important réseau d'appui et les groupes d'aide qui entourent les personnes qui souffrent de cancer, de maladie mentale ou de cardiopathie, ainsi que les efforts extraordinaires que ces groupes et les patients font jour après jour pour tenter de combattre ces terribles maladies, me chagrine beaucoup.

    Je pense à l'Équipe de canot dragon des Women Alike Abreast a River, qui a remporté un grand succès, non seulement dans les courses auxquelles elle a participé, mais plus important encore, dans ses campagnes de collecte de fonds et de sensibilisation, en faisant converger tous les efforts vers la lutte contre le cancer. Je pense chaque année à tous les Canadiens qui continuent de lutter contre cette maladie tout en sachant que le gouvernement a le pouvoir et les moyens, dans ses coffres, de financer ces programmes qui pourraient avoir des répercussions réelles et importantes dans leur vie, mais qu'il choisit, pour une raison ou une autre, par suite de tentatives peu judicieuses visant à s'accrocher au pouvoir, de ne pas financer une stratégie nationale.

    Les députés savent-ils que notre pays sera l'hôte d'une conférence internationale en octobre prochain et que nous n'avons même pas une stratégie nationale à présenter? Nous arriverons à cette conférence sans pouvoir dire que notre pays a fait des percées importantes dans la lutte contre le fléau du cancer.

    Encore une fois, je rends hommage à ces personnes et aux organismes comme le Aberdeen Hospital de New Glasgow et d'autres. Ils continuent de faire tout ce qu'ils peuvent et de montrer l'exemple, par leurs réalisations, leurs paroles et leurs bonnes actions. J'exhorte à nouveau le gouvernement à faire avancer et à financer une stratégie nationale sur le cancer, les maladies mentales et les maladies du coeur.

+-

    L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, je vais partager mon temps avec le député de Dartmouth—Cole Harbour.

    Permettez-moi dire d'emblée que je veux féliciter le député d'avoir présenté cette motion. Il n'y a pas une famille à la Chambre, et même au Canada, qui n'ait pas été touchée par la sauvagerie du cancer ou de la maladie mentale. Ces deux types de maladies ont des effets sur notre pays, sur des particuliers et sur des familles, qui sont inacceptables. Il ne fait pas de doute que nous, à la Chambre, et d'ailleurs notre pays tout entier, avons l'obligation de faire de notre mieux pour nous attaquer à ces problèmes d'une manière qui soit efficace et rentable.

    Il est intéressant de faire remarquer, toutefois, que l'opposition n'a pas beaucoup parlé de l'action que mène le gouvernement actuel, action très approfondie et exaltante ces dernières années. Nous avons oeuvré de concert avec les provinces pour élaborer diverses initiatives stimulantes dont je vais parler.

    Avant que je ne le fasse, vous me permettrez, en guise de préface, de brosser un tableau général. Des recherches effectuées par l'Organisation mondiale de la santé nous indiquent clairement que le fardeau qui pèsera sur les soins de santé et sur les particuliers à l'avenir proviendra en grande partie des maladies chroniques, que ce soient les maladies cardiovasculaires, le diabète sucré de type 1 ou 2, ou encore les maladies connues sous le nom de cancers. Nous savons que les cancers, en règle générale, sont des mutations survenant dans les gènes et nous pouvons y être héréditairement prédisposés. Notre capital génétique est donc extrêmement important, mais ce qui importe aussi, c'est que nous pouvons beaucoup faire pour prévenir un grand nombre des maladies chroniques qui nous affligent en ce moment, qui appartiennent toutes aux groupes que j'ai évoqués.

    Ce sont les choses simples. Ce sont les facteurs de risque: tension artérielle élevée, taux de cholestérol élevé, inactivité, obésité, mauvaises habitudes alimentaires, tabagisme et consommation excessive d'alcool. Il y a là une brochette de comportements qui, s'ils étaient modifiés, auraient un effet spectaculaire et profond sur la vie des particuliers, sur leur santé et même sur les coûts pour les gouvernements, le coût des soins de santé pour le contribuable.

    Lorsque nous examinons cette brochette de comportements, nous pouvons également observer qu'on peut recourir à des interventions très simples pour y remédier et, ce faisant, s'attaquer aux problèmes dont nous parlons aujourd'hui.

    Si nous devenons plus actifs et que nous faisons de l'activité physique de façon modérée tous les jours, si nous mangeons bien, si nous ne consommons de l'alcool que modérément, au mieux, et si nous ne fumons pas, si nous faisons tout cela, nous aurons une profonde incidence sur 90 p. 100 des maladies chroniques qui nous touchent.

    En effet, le gouvernement s'emploie à cela. Nous collaborons avec les provinces, qui sont les principales gestionnaires des soins de santé dans notre pays, pour tenter de lutter contre ces maladies. Nous avons investi beaucoup dans un certain nombre d'initiatives.

    La première dont je parlerai concerne les Instituts de recherche en santé du Canada. Si les députés en ont la chance, ils devraient jeter un coup d'oeil au travail que font ces instituts. Le directeur des IRSC, le Dr Alan Bernstein, et son équipe, accomplissent un travail extraordinaire. Ils financent quelque 442 projets de recherche et représentent 8 000 chercheurs dans tout le pays. Ces projets sont à la fine pointe de la recherche sur les cancers et sur une foule d'autres maladies.

    Comme je l'ai dit, nous savons que les cancers regroupent en général plusieurs maladies causées par la mutation des gènes. Nous avons une prédisposition héréditaire à ces maladies. Elles peuvent survenir séparément ou sporadiquement. Elles peuvent également être causées par nos activités et par nos comportements. Il s'agit d'une combinaison complexe de maladies.

    Que font les IRSC avec les fonds que nous y avons engagés, soit plus de 180 millions de dollars? Nous collaborons avec eux pour qu'ils travaillent de concert avec les chercheurs du monde entier afin trouver des remèdes aux cancers, et nous avons réalisé des progrès considérables à cet égard.

    En ce qui concerne le séquençage, qui s'effectue à Génome Canada, notre pays est un des leaders mondiaux dans ce secteur. En fait, le Canada se classe parmi les cinq premiers pays pour ce qui est de la recherche médicale. Par exemple, il a été le premier à séquencer le coronavirus qui cause le SRAS. Nos ressources en génétique seront extrêmement importantes pour nous aider à lutter contre les cancers.

    Nous collaborons également avec les provinces pour trouver des moyens de rendre les Canadiens plus actifs. Cela est particulièrement important pour les enfants. Notre pays est parmi ceux qui comptent le plus d'enfants obèses, ce qui aura une incidence profonde à l'avenir, non seulement sur la vie des Canadiens, mais également sur nos coûts dans le secteur de la santé.

  +-(1600)  

    C'est simple à faire. Dans le cadre de nos relations avec les provinces, je suggérerais, personnellement, que les ministres provinciaux de la santé et de l'éducation s'entendent avec les commissions scolaires pour rendre obligatoire l'activité physique pour les enfants jusqu'à l'âge de 11 ans. C'est d'une importance déterminante.

    Une autre de nos interventions auprès des provinces concerne le programme d'éducation préscolaire qui est parrainé par le ministre. Jusqu'à présent, cinq provinces y ont souscrit. Pour quelle raison? Parce que si nous prenons en charge très tôt les enfants, au cours des huit premières années de leur vie, si nous veillons à ce qu'ils évoluent dans un milieu aimant et protecteur au sein duquel ils sont soumis à une discipline raisonnable, où ils sont bien nourris et où les parents s'engagent réellement auprès d'eux, cela a des répercussions profondes sur le développement de leur cerveau et, comme je l'ai dit, plus particulièrement au cours des huit premières années de leur vie.

    Nous savons que c'est au cours de cette période que les neuroconnexions s'établissent d'une manière qui n'intervient à aucun autre moment dans la vie d'une personne. Chez un enfant qui est négligé ou mal nourri ou qui est victime d'abus sexuel ou de violence physique, ces neuroconnexions ne se produisent pas très bien, et cela a des répercussions profondes sur sa santé plus tard. Si nous écartons ces facteurs et donnons à l'enfant des soins attentionnés et un milieu sûr où, comme je l'ai mentionné, il est bien nourri et où l'on s'intéresse à lui, l'enfant évolue dans un cadre idéal pour devenir un citoyen accompli, intégré à la société.

    Nous savons qu'on réalise une économie de 7 $ pour chaque dollar investi dans des programmes d'éducation précoce. Les enfants fréquentent l'école plus longtemps. On observe une diminution de 99 p. 100 des taux de violence envers les enfants, une diminution de 60 p. 100 de la criminalité juvénile et une diminution de 50 p. 100 du nombre de grossesses chez les jeunes qui ont participé à ces programmes. Tout ceci pour dire que ce type de mesure préventive des plus simples a d'importantes conséquences sur la santé et sur une gamme de problèmes de santé, et c'est la raison pour laquelle le gouvernement la met en oeuvre.

    J'implore aussi nos téléspectateurs de subir un examen de santé périodique. Les femmes doivent passer des mammographies et des colonoscopies de détection précoce du cancer. Les gens doivent faire vérifier leur taux de cholestérol et leur pression artérielle. Ils doivent avoir une alimentation saine. Ils doivent consulter leur médecin de famille s'ils ont d'autres questions. De petits changements peuvent modifier en profondeur la vie d'une personne. Nous devons chercher à vivre plus longtemps, mais aussi en meilleure santé, et à bénéficier d'une meilleure qualité de vie.

    La Colombie-Britannique dispose d'un programme intéressant. L'agence du cancer de cette province a été un leader mondial dans la prévention d'un grand nombre de problèmes de santé et dans l'amélioration de l'état de santé des Canadiens. En effet, dans ma province, les résultats obtenus dans le traitement des personnes atteintes du cancer sont supérieurs de 12 p. 100 à ceux observés dans le reste du pays.

    Le fait de cesser de fumer et de ne pas fumer au travail sont des exemples. Dans ma circonscription, la ville de Victoria a été un chef de file à l'échelle nationale et même internationale à ce sujet. L'interdiction de fumer au travail et dans d'autres endroits a eu une incidence profonde sur une variété de problèmes cardiovasculaires et respiratoires. Elle a eu une incidence très marquée sur la santé des Britanno-Colombiens. Je suis ravi de dire que Santé Canada a également fait figure de chef de file international à cet égard. Le Canada ne se contente pas seulement de réaliser des choses sur le plan national, il exporte également des connaissances partout dans le monde.

    Enfin, la question de la santé mentale comporte de nombreuses difficultés. C'est une question qui nous frustre et qui nous met tous au défi. Les problèmes de santé mentale deviendront plus importants au fil de temps. L'OMS a effectué une très bonne analyse de la question. Les téléspectateurs seront peut-être surpris d'apprendre que, au cours des 10 prochaines années, la dépression sera la seconde cause de morbidité dans le monde. De plus, on prévoit que, en Occident, le fardeau des démences sera énorme. Or, certaines mesures emballantes peuvent être prises pour prévenir certains de ces problèmes. Mon temps de parole file, mais je me ferais un plaisir de répondre aux questions sur ce sujet.

    Le Canada a pris des initiatives emballantes. Notre gouvernement collabore avec les provinces pour faire face à ces grands défis. Est-il possible de faire davantage? Oui. Le gouvernement fera-t-il davantage? Absolument.

  +-(1605)  

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, le député a parlé de la collaboration avec les provinces, mais ne pourrait-on pas collaborer aussi avec les intervenants? Les intervenants du domaine du cancer, entre autres, ont mis au point un plan d'action. Ils possèdent des connaissances spécialisées. Ils ont recommandé une stratégie canadienne de lutte contre le cancer, mais le gouvernement a refusé de la financer. Le député parle de 300 millions de dollars pour les soins aux malades chroniques. Or, ce que nous envisageons coûterait environ 260 millions de dollars sur cinq ans.

    Il y a des députés qui appuieraient un tel plan, mais il est évident que le gouvernement n'a pas l'intention de le financer. Il y a là une contradiction intrinsèque. Il serait fort triste que le gouvernement cherche encore une fois à tromper la confiance des Canadiens au sujet d'une question aussi importante. Le député a également parlé de stratégies nationales, mais il ne reconnaît pas les stratégies axées sur des maladies particulières comme étant celles qui conviennent dans le cas du cancer, entre autres.

    Le gouvernement va-t-il financer intégralement la stratégie de lutte contre le cancer, comme on le demande dans la motion, et s'en servir comme modèle dans l'avenir?

  +-(1610)  

+-

    L'hon. Keith Martin: Monsieur le Président, je mets en doute l'approche axée sur des maladies particulières que préconise le député parce que le cancer est un ensemble de maladies qui tirent leur origine de facteurs communs fort intéressants. Il n'est pas opportun de traiter la lutte contre le cancer de la même façon que celle contre les divers types de cancer. Le partage de l'information s'impose, car il est préférable de procéder ainsi.

    Nous avons prévu, dans le budget de 2005, d'investir quelque 300 millions de dollars sur cinq ans dans l'Agence de santé publique du Canada, ce qui est plus généreux que ce que demande le député. Cette somme est destinée à faire la promotion d'une saine alimentation, de l'activité physique et du contrôle du poids et à formuler des stratégies nationales de prévention et d'élimination des maladies chroniques. C'est précisément ce que demande le député. En fait, nous allons même plus loin. Nous en faisons plus que ce qu'il demande sous un ou deux rapports.

+-

    M. Brian Fitzpatrick (Prince Albert, PCC): Monsieur le Président, j'étais en train d'examiner certains résultats attendus de la stratégie. L'un d'entre eux s'étend sur 30 ans. On prévoit que la mise en oeuvre de la stratégie permettra de sauver quelque 420 000 vies. À 50 ou 60 millions de dollars par année, il me semble que nous en aurons pour notre argent si nous obtenons ce genre de résultats.

    Le député était candidat à la direction de l'Alliance canadienne. Je me souviens de l'avoir entendu parler de l'affreux registre des armes à feu, du terrible gaspillage d'argent lié au registre et de la façon de mieux dépenser cet argent. Nous avons dépensé 2 milliards de dollars. Je me rappelle qu'Allan Rock, le ministre de la Justice, avait déclaré que si le registre sauvait une vie, il valait les 2 milliards de dollars. Le registre des armes à feu nous a coûté 125 millions de dollars par année, sans résultat concret. Toutes les statistiques indiqueraient qu'il n'a pas permis de sauver une seule vie. On ne peut pas faire valoir cet argument. Or, cette stratégie permettrait de sauver 426 000 vies.

    Le député d'en face, vu sa vaste expérience en tant qu'ancien candidat à la direction de l'Alliance canadienne, ne pense-t-il pas que les 125 millions de dollars par année que nous gaspillons pour le registre des armes à feu seraient mieux dépensés s'ils étaient alloués à une stratégie comme celle-ci, qui permettrait de sauver des milliers de vies?

+-

    L'hon. Keith Martin: Monsieur le Président, en tant que médecin, j'ai un parti pris tenace à l'égard des soins de santé. Le député sait pertinemment que je suis très favorable à l'idée d'y consacrer plus d'argent. Toutefois, il faut agir de manière judicieuse et efficace. De fait, nous avons dépassé les demandes du député en allouant 300 millions de dollars aux initiatives visant les maladies chroniques et la prévention.

    Je suggère fortement aux députés de prendre connaissance de ces initiatives. S'ils ont des solutions à proposer pour mieux dépenser les sommes prévues, nous sommes tout ouïe. Je tiens également à dire que nous collaborons avec les intervenants des secteurs concernés. Nous sommes déterminés à lutter contre tous les types de cancer. Nous sommes résolus à régler les problèmes liés aux maladies mentales et à mettre en oeuvre les initiatives, efficaces et relativement peu coûteuses, visant les maladies chroniques. Il ne faut pas des sommes considérables pour régler ces problèmes. Les initiatives de prévention sont assez simples. Elles sont peu coûteuses. Nous nous efforçons de les mettre en oeuvre dans le cadre du plan que nous avons établi.

+-

    M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.): Monsieur le Président, je suis heureux de prendre part à ce débat, afin de demander au gouvernement de mettre en oeuvre une stratégie canadienne de lutte contre le cancer et les maladies mentales et de s'attaquer aux maladies cardiaques. Ce sont des sujets très importants.

    Nous avons tous été touchés par le cancer. Mes parents en sont tous deux morts il y a environ deux ans. Leurs décès ont été très rapprochés. Un de mes parents est mort d'un cancer de l'estomac, l'autre d'un cancer des intestins. Comme la plupart des Canadiens, j'ai été touché par le cancer. Je sais quel héritage douloureux il laisse aux familles.

    En tant que député, j'ai eu l'occasion de discuter de cette maladie avec beaucoup de gens, des gens comme Charlene Dill, qui est venue me voir pour me demander d'appuyer le financement de la stratégie, et comme Barbara Thompson, qui est venue me parler de son travail incroyable pour la lutte contre le cancer du sein dans ma circonscription, Dartmouth—Cole Harbour. Elle a mis sur pied un groupe d'aide pour les personnes atteintes du cancer du sein.

    J'aimerais parler brièvement de l'aspect de cette motion qui porte sur les maladies cardiovasculaires. J'ai fait partie de la Heart and Stroke Foundation of Nova Scotia, en tant que président du conseil d'administration provincial et du conseil d'administration national pendant plusieurs années. Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès au Canada. Elles causent plus de 36 p. 100 des décès, soit environ 80 000 par année. Plus de 450 000 Canadiens sont hospitalisés en raison de maladies cardiovasculaires chaque année.

    Les troubles les plus courants sont l'insuffisance coronaire, l'arythmie, les troubles des valvules cardiaques et les troubles du myocarde, y compris l'insuffisance cardiaque congestive. On estime qu'un Canadien sur quatre, soit huit millions de personnes, souffre d'une forme ou d'une autre de maladie cardiaque ou de maladie des vaisseaux sanguins, ou risque de subir un accident cérébrovasculaire. Les coûts économiques sont ahurissant: 18,4 milliards de dollars par année.

    À cet égard, j'aimerais féliciter le député d'avoir présenté cette motion dans le plus grand intérêt des Canadiens. J'appuierai cette motion. Puisqu'il fait partie, comme moi, du Comité de la santé, le député connaît mon intérêt pour la promotion d'une stratégie nationale de bien-être, qui nous permettrait de cibler les maladies menaçant les Canadiens avant, espérons-le, qu'elles ne les frappent, et d'étudier les dossiers des soins à domicile, des soins palliatifs et de l'aide aux malades.

    Aujourd'hui, je tiens à parler non seulement de maladies cardiovasculaires, mais plus particulièrement de la recherche sur ces maladies qui occupe une place importante dans les démarches qu'entreprend le gouvernement du Canada pour promouvoir ce type de recherche et élaborer une approche nationale en vue de lutter contre cette maladie.

    La clé de l'amélioration de la santé des citoyens réside dans l'utilisation avantageuse des investissements canadiens dans le domaine de la recherche sur la santé. Il faut en effet mettre en place des systèmes durables de santé publique et de soins de santé de pointe, qui s'appuient sur l'expérience, et perfectionner les nouvelles technologies de transformation de demain. C'est la raison pour laquelle le gouvernement a créé les IRSC, les Instituts en recherche sur la santé du Canada, en 2000.

    Depuis, ces instituts sont devenus les chefs de file de la transformation du secteur de la recherche en santé au Canada. Aujourd'hui, les IRSC accroissent leur soutien à la recherche qui se démarque, étendent la recherche stratégique, forment la nouvelle génération de chercheurs dans le domaine de la santé, accélèrent le passage de la connaissance aux actes, préparent le terrain partout au Canada, attirent et fidélisent des chercheurs de renommée internationale et donnent suite aux menaces émergentes en santé.

    Dotés d'un budget de presque 700 millions de dollars, les IRSC sont les plus importants bailleurs de fonds de la recherche en santé, appuyant le travail de 10 000 chercheurs dans les universités, les hôpitaux d'enseignement et d'autres institutions. L'année dernière, ils ont investi plus de 109 millions de dollars de leur budget dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires. Je suis heureux de souligner que le budget de 2005 a augmenté leur budget de 32 millions de dollars, une indication claire de notre intention de continuer d'appuyer la recherche en santé.

    Je tiens également à mentionner qu'outre l'augmentation du budget des IRSC, le gouvernement a annoncé des investissements de plus de 13 milliards de dollars pour la recherche et l'innovation depuis 1997. Ces investissements ont été très fructueux puisqu'ils ont créé au Canada un milieu de recherche en santé pouvant faire concurrence à l'échelle internationale, ce dont nous avions vraiment besoin.

    Les fonds engagés par les IRSC pour la recherche sur les maladies cardiovasculaires sont mis à profit par l'intermédiaire de partenariats dirigés par l'Institut de la santé respiratoire et circulatoire des IRSC, un des 13 instituts cruciaux de l'organisme voués à la recherche sur la santé. Dirigé par le Dr Bruce McManus, une sommité internationale, et appuyé par un conseil consultatif composé de bénévoles de tous les secteurs de la recherche cardiovasculaire, l'institut fait oeuvre de pionnier dans le domaine de la recherche nationale sur les maladies cardiovasculaires.

    Les partenariats constituent une partie intégrante de la vision des IRSC. En créant des partenariats parmi ses intervenants, ceux qui s'intéressent à la santé, au système de santé et à la recherche sur la santé, le Canada sera mieux placé pour appuyer les initiatives de recherche concurrentielle à l'échelle internationale qui produisent de bons résultats plus rapidement pour le bienfait des Canadiens.

  +-(1615)  

    Les partenaires des IRSC comprennent d'autres ministères fédéraux, mais également des organismes de financement provinciaux et des ministères provinciaux et territoriaux compétents, des organismes de bienfaisance en santé, des organisations non gouvernementales et l'industrie privée.

    Ces dernières années, l'Institut de la santé circulatoire et respiratoire a collaboré étroitement avec ses partenaires à l'élaboration de son plan stratégique et de projets de recherche. Dans le même esprit que la motion dont nous sommes saisis, le plan stratégique de l'institut fait fond sur la connaissance acquise, comble les lacunes et maximise l'investissement des Canadiens dans la recherche sur la santé en mettant l'accent sur la coopération et en réduisant les chevauchements.

    La liste des partenaires avec lesquels l'institut collabore est impressionnante; elle compte notamment la Société canadienne d'hypertension artérielle, Blood Pressure Canada, la Société québécoise d'hypertension artérielle et la Fondation des maladies du coeur du Canada. Je faisais partie du conseil d'administration national de la Fondation des maladies du coeur du Canada lorsque les IRSC ont été créés et mis en place, en remplacement de l'ancien CRM. Je sais que les membres de la Fondation des maladies du coeur du Canada étaient ravis de la création de ce remarquable organisme de financement, et des nouvelles possibilités de recherche qu'il ouvrait à la Fondation des maladies du coeur du Canada.

    Je voudrais parler de quelques-unes des réalisations des IRSC. Par exemple, le docteur Jafna Cox, de Dalhousie, a démontré que l'utilisation conjointe de médecines parallèles et de médicaments d'ordonnance pour le coeur peut avoir des conséquences fatales pour les cardiaques. Le docteur Cox a constaté que les deux tiers des néo-Écossais souffrant de cardiopathies utilisent au moins une forme de thérapie parallèle qui, utilisée conjointement à la prise de médicaments d'ordonnance, peut avoir des effets mortels. Par exemple, l'anticoagulant warfarine ne devrait pas être absorbé avec des doses élevées de vitamine K, d'éphédra , de ginseng, etc.

    Le docteur Luis Melo, de l'Université de la Saskatchewan, a découvert, grâce au soutien des IRSC, une protéine qui joue un rôle au moment des crises cardiaques. Il espère parvenir à mieux comprendre le fonctionnement de cette protéine afin de concevoir une thérapie génique sûre et efficace pour protéger le coeur contre les dommages causés par les crises cardiaques.

    Je voudrais également parler du docteur Renée Lyons et du docteur Judy Guernsey, qui effectuent, au Canada atlantique, de la recherche financée par les IRSC. Ces deux médecins s'intéressent à la santé en régions rurales, à la santé des femmes et de la population en général, ainsi qu'à la promotion de la santé dans ces régions qui ne disposent pas de vastes hôpitaux. La question est de savoir comment amener les gens à avoir une meilleure hygiène de vie, à éviter la maladie et à rester en santé après avoir été malade. Les docteurs Renée Lyons et Judy Guernsey ont effectué des recherches remarquables.

    Ce ne sont là que quelques exemples des travaux de recherche financés par les IRSC et qui donnent un espoir bien nécessaire aux personnes atteintes de maladies cardiaques.

    Je suis très heureux que le gouvernement du Canada ait créé les Instituts de recherche en santé du Canada, car ils adoptent une approche intégrée, coordonnée, stratégique et axée sur les problèmes devant tous les défis auxquels sont confrontés les Canadiens lorsqu'il s'agit de santé et de maladies.

    Grâce aux efforts déployés par les IRSC et au leadership de leur Institut de la santé circulatoire et respiratoire, les Canadiens peuvent avoir l'assurance que les investissements qu'ils font dans la recherche sur les maladies du coeur, tant par leurs impôts que par leurs généreux dons aux organismes de charité vouées à la santé cardiovasculaire, sont utilisés de façon coordonnée et à bon escient.

    Nous avons besoin d'une stratégie nationale coordonnée sur le cancer et sur les cardiopathies et il nous en faut aussi une sur les maladies mentales. Ce n'est pas là une question partisane. La semaine dernière, j'ai eu l'occasion de rencontrer TEAM Word Cooperative, un groupe de Halifax qui fait un travail remarquable auprès des consommateurs aux prises avec des troubles de santé mentale. J'ai assisté à une réunion des membres de ce groupe. Nous avons discuté de leurs besoins et de la façon dont nous pourrions nous adresser ensemble au gouvernement en vue d'améliorer les choses.

    Nous connaissons tous les coûts des cardiopathies, des problèmes de santé mentale et des cancers. La recherche est la clé. Les Instituts de recherche en santé du Canada sont en train de devenir des leaders mondiaux dans leurs domaines respectifs et ils peuvent devenir un élément crucial de toute stratégie dont le Canada a besoin pour lutter contre ces maladies.

  +-(1620)  

+-

    M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD): Monsieur le Président, je suis content que nous tenions ce débat à la Chambre aujourd'hui. Il s'agit d'une question non partisane parce que nous avons tous été affectés par le cancer.

    Ma question pour le député porte sur la stratégie du gouvernement libéral qui semble être axée sur des styles de vie sains et laisser entendre que, pour lutter contre le cancer, il suffirait de donner des drapeaux, des cordes à sauter et des petites affiches sur les bonnes habitudes alimentaires à nos enfants et tout irait mieux.

    J'ai l'impression qu'on néglige une question plus vaste. Je me rappelle de mon passé dans la région de Timmins, où on connaît bien le cancer. Quand des veuves ukrainiennes se sont présentées devant la commission des accidents du travail parce que leur mari avait succombé au cancer du cerveau, on leur a dit que c'était les habitudes alimentaires de l'Europe de l'Est qui les avaient tués. Quand des femmes de Kirkland Lake, Red Lake, Timmins et Cobalt ont cherché à savoir pourquoi leurs maris avaient succombé au cancer de l'estomac, au cancer du pancréas, au cancer du poumon ou au cancer de la gorge, on leur a dit que c'était l'air dans leurs maisons qui n'était pas salubre. C'était toujours des choix de vie qui avaient tué ces milliers d'hommes qui travaillaient dans les mines partout dans le Nord de l'Ontario. Ce à quoi ils étaient exposés n'avait rien à voir.

    Le débat d'aujourd'hui tombe le jour même où nous avons appris un fait très important, soit que le smog a causé des morts au Canada. Les stratégies présentées ne portent aucunement sur les facteurs environnementaux et les polluants industriels. Nulle part parle-t-on d'aller de l'avant et d'abandonner cette notion ridicule selon laquelle si tout le monde se pliait à certaines normes volontaires, on s'en porterait beaucoup mieux. Nulle part est-il question de s'en prendre aux grands pollueurs qui émettent des cancérogènes dans l'atmosphère.

    Le député pourrait-il expliquer en quoi il estime que cette stratégie est musclée, et où on y prévoit de s'attaquer aux grands pollueurs qui dégagent des cancérogènes dans notre atmosphère?

  +-(1625)  

+-

    M. Michael Savage: Monsieur le Président, j'aborderai le volet santé de la question. Je crois que le député a commencé à m'interroger au sujet des régions durement touchées par certaines maladies, plutôt que sur les façons de garder les Canadiens en santé.

    Je ne cacherai pas qu'au moment de mon élection, l'an dernier, j'ai surtout parlé de l'importance d'établir une stratégie nationale en matière de mieux-être ainsi que de l'importance de garder les Canadiens en santé en encourageant un mode de vie sain et de bons choix alimentaires, et en réduisant le tabagisme, l'obésité et le stress.

    C'est dans ma région où ces taux sont les plus élevés. Par conséquent, nous avons les taux les plus élevés de différents cancers, de maladies cardiovasculaires et de maladies cérébrovasculaires, et l'incidence du diabète ne cesse de s'accroître.

    Nous devrons examiner toutes ces maladies une à une et fournir l'appui nécessaire. Il est aussi important que nous examinions la cause commune ensemble. Si nous continuons à toujours nous occuper seulement des malades au lieu de promouvoir la santé, nous ne rendons pas service aux Canadiens.

    Pour l'instant, les 42 milliards de dollars investis dans la santé l'année dernière, sur 10 ans, renforcent les soins de santé, de sorte que nous pouvons au moins dire que nous assurerons des soins actifs à ceux qui en ont besoin, car nous ne pouvons les abandonner. Cependant, en tant que pays, nous devons rompre le cycle de la maladie pour promouvoir le mieux-être; nous ne devons jamais oublier cela.

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, je constate que le député a parlé des IRSC mais qu'il n'a pas parlé de la motion à l'étude, qui traite de la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer et aussi de la stratégie visant les maladies du cœur et les maladies mentales.

    Toutefois, les intervenants dans la lutte contre le cancer ont élaboré un processus qui définit la norme. J'espère que d'autres organisations comme la Fondation des maladies du coeur du Canada et l'Association canadienne pour la santé mentale pourront s'en inspirer.

    Cela dit, il sera nécessaire d'assurer le financement de la stratégie. C'est ce que vise la motion d'aujourd'hui. Aucun des collègues du député ne nous a encore dit si cette stratégie bénéficierait d'un financement intégral de 260 millions de dollars sur cinq ans, ni quand, le cas échéant.

    Le député peut-il nous dire, au nom du Parti libéral, que la stratégie de lutte contre le cancer dont il est question dans la motion sera financée intégralement?

+-

    M. Michael Savage: Monsieur le Président, si j'ai manqué de clarté, je m'en excuse. J'ai dit que j'appuyais la motion, et c'est le cas d'autres députés également, il me semble.

    Si le député veut parler du passage de la motion qui invite la Chambre à demander au gouvernement de financer intégralement et de mettre en œuvre la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer, j'ai en main une lettre que j'ai adressée au ministre de la Santé et au ministre des Finances après avoir rencontré Charlene Dill à Halifax, avant le budget. J'ai demandé au gouvernement de financer intégralement la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer.

    C'est dans une démarche à la fois rétrospective et prospective que j'accorde mon appui à la motion. Je signale également qu'un passage de la motion préconise une stratégie nationale d’ensemble sur les maladies mentales et les cardiopathies. C'est l'aspect que j'ai abordé plus particulièrement, et ma position reste ferme à cet égard.

+-

    M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC): Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale.

    Nous traitons d'un sujet très vaste, qui englobe les besoins en santé et une stratégie nationale de lutte contre le cancer, la maladie mentale et les maladies cardiovasculaires. Indépendamment de notre point de vue, nous avons tous une histoire personnelle à raconter. Nous avons tous connu quelqu'un qui a été emporté par l'un de ces trois types de maladie. Personnellement, j'ai en mémoire le souvenir d'un ami qui est décédé il y a deux ans. Cette personne avait réussi à vaincre le cancer une fois auparavant, il y a environ 25 ans, mais elle a succombé à cette maladie la seconde fois.

    Nous avons tous des parents ou des amis qui ont été victimes de maladies cardiovasculaires. Malheureusement, nous connaissons aussi des gens qui souffrent de dépression et de maladie mentale. Je songe en particulier à quelques-unes de mes connaissances, à des gens cotoyés au fil des années.

    Ce dossier fait ressortir la raison profonde pour laquelle nous sommes ici, c'est-à-dire faire quelque chose de pratique et de positif pour nos électeurs. C'est aussi un problème face auquel les Canadiens ont fait front commun, tant au niveau de la collectivité qu'à titre individuel. C'est l'une des raisons pour lesquelles je suis heureux de discuter de la motion.

    J'aimerais signaler quelques initiatives qui sont prises dans ma circonscription pour lutter contre le cancer. Je tiens en particulier à féliciter certaines personnes de Saskatoon, notamment des survivants du cancer et d'autres, qui ont uni leurs efforts en fin de semaine afin de recueillir des fonds pour la Société canadienne du cancer. Cette année, Saskatoon a enregistré une participation record, alors que 792 équipes ont recueilli plus de 185 000 $. Je veux féliciter les gens de ma circonscription qui ont participé à cet événement et qui ont fait leur part pour lutter contre le cancer.

    Je tiens aussi à féliciter les chercheurs de la circonscription de Saskatoon—Humboldt qui travaillent au Centre canadien de rayonnement synchrotron afin de trouver un traitement pour guérir le cancer du sein. Ce centre est à la fine pointe de la technologie. Je suis fier que nous ayons pris cette initiative à Saskatoon, avec l'appui financier du gouvernement du Canada. Des chercheurs de toutes les régions du pays travaillent à ce projet, et des mesures très utiles sont prises.

    Je veux aussi féliciter le député de Charleswood—St. James—Assiniboia d'avoir porté cette question à l'attention de la Chambre.

    Pourquoi avons-vous besoin d'une stratégie nationale pour le cancer ainsi que les maladies mentales et cardiovasculaires? Nous dépensons des dizaines de milliards de dollars pour les services de santé dans notre pays. Nous dépensons des fonds pour lutter contre le cancer, pour fournir des soins généraux, pour les urgences. Pourquoi avons-nous besoin d'une stratégie nationale particulière pour régler ce problème?

    En examinant la recherche et les notes d'information sur la question et les raisons pour lesquelles nous devrions nous en occuper, j'ai pensé à quelques motifs pour lesquels je voterai en faveur de la motion.

    En premier lieu, nous devons profiter le plus possible de nos ressources d'un bout à l'autre du pays. Nous devons coordonner nos efforts et réfléchir à la question. Nous ne pouvons pas nous permettre d'avoir une démarche incohérente relativement au traitement de toute maladie dans notre pays. Quand on examine la situation, on se rend compte qu'il y a au Canada une grande quantité d'excellents établissements et médecins. Diverses approches et divers traitements sont mis à l'essai dans tout le pays. Nous devons non seulement investir dans ces initiatives, mais encore les coordonner pour qu'elles concourent toutes au même but et qu'elles soient efficaces.

    C'est pour cela qu'a été créée la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer. Cette idée ne vient pas des députés. Ce n'est pas une idée de leur cru. C'est une idée qui vient plutôt de 700 experts et survivants, des gens qui s'intéressent vraiment à la question et qui ont sur elle des connaissances personnelles. Ce n'est pas une idée servant à une brève réflexion ou à une éphémère publicité d'un jour. C'est une idée qui est l'aboutissement de recherches approfondies, réfléchies et considérables effectuées par des spécialistes qui sont des experts en la matière.

  +-(1630)  

    À en juger d'après ceux qui ont décidé d'appuyer cette initiative, j'ai bon espoir que le plan donnera des résultats et sera fonctionnel.

    Si nous devons appuyer cette initiative, c'est aussi parce qu'elle définira des priorités. Avec un plan global, il est possible d'assurer une coordination pour mieux faire fonctionner ce qui est déjà en place. J'ai l'impression que, pour l'instant, nous n'avons pas d'objectifs précis, pas de priorités. Nous n'avons ni les buts ni les repères clairs dont nous avons besoin pour élaborer quoi que ce soit. Une stratégie nationale sur le cancer et une stratégie nationale sur les maladies cardiovasculaires et mentales nous donneraient ces éléments.

    Il faut aussi soutenir cette stratégie parce qu'elle donnera des résultats réels.

    En faisant des recherches sur la question, j'ai été frappé par son importance. On estime qu'un plan national permettrait d'épargner 420 000 vies sur 30 ans. D'après mes calculs, cela donne 14 000 personnes par année. En dehors de Saskatoon, le tiers de ma circonscription est rural. Or, 14 000 personnes, c'est trois fois la taille de la plus grande localité de ma circonscription. C'est un nombre considérable de personnes que nous pourrions sauver chaque année au cours des 30 prochaines années.

    D'autres pays se sont dotés de stratégies de lutte contre le cancer et ont obtenu de bons résultats. Au Royaume-Uni, les décès attribuables au cancer ont diminué de 10 p. 100 en seulement quatre ans. Au Luxembourg, en 2000, la mortalité avait diminué de 24 p. 100. En Finlande, la diminution a été de 17 p. 100 et en Autriche, elle a été de 15 p. 100. En quelques années seulement, la baisse a été de 10 p. 100 en Irlande.

    La stratégie présente de vrais avantages pour les Canadiens. Il s'agit d'une mesure concrète et applicable.

    Permettez-moi de comparer le coût de cette initiative de 300 millions de dollars à d'autres dépenses du gouvernement. D'autres députés qui ont pris la parole aujourd'hui ont fait allusion au scandale des commandites. Lorsque la commission terminera ses travaux, le gouvernement aura dépensé cinq fois plus d'argent que ne lui en coûterait une stratégie quinquennale de lutte contre le cancer. Nous pourrions sauver 14 000 vies par année, au lieu de nous occuper de corruption. Voilà les choix qui s'offrent à nous.

    La stratégie serait une utilisation judicieuse de notre argent. À ceux qui répugnent à appuyer les nouvelles initiatives de dépense parce qu'ils craignent le gaspillage, la corruption et d'autres problèmes, je dirai qu'il s'agit d'un des très rares investissements judicieux de l'argent des contribuables. Nous sauverions des vies et épargnerions de l'argent.

    Il y a beaucoup d'autres raisons justifiant l'existence d'une stratégie. Nous n'avons qu'à jeter un coup d'oeil du côté des conséquences économiques qu'aurait une amélioration de la santé des Canadiens. La productivité serait améliorée. Il y a beaucoup d'autres raisons justifiant l'idée et la motion.

    La dernière raison pour laquelle j'ai décidé d'appuyer la motion est qu'il s'agit d'un plan bien réfléchi. Il ne s'agit pas d'accorder des sommes d'argent pour ensuite se demander quoi faire avec. Le plan a été mûrement préparé. Les gens du milieu s'affairent autour d'une plateforme stratégique de coordination de la lutte contre le cancer. Ils ont des objectifs, des normes nationales, des lignes directrices nationales sur les plans clinique et pratique ainsi que des systèmes de prévention. Ces mesures ne sont pas qu'un éphémère miroir aux alouettes. Elles auront un effet bien réel.

    J'ai surtout parlé du programme national de lutte contre le cancer parce que c'est le plus détaillé et le plus élaboré. Mais avant de conclure, j'aimerais dire qu'il faut agir également en ce qui concerne les stratégies nationales sur les maladies mentales et les cardiopathies.

    Plus d'une personne sur cinq souffre un jour ou l'autre d'une maladie mentale au cours de sa vie. Des milliers de personnes se suicident. Ce sont des drames humains qui devraient nous inciter tous à agir et à appuyer la motion.

    Voilà les raisons pour lesquelles je vais appuyer la motion. J'appuie cet appel en faveur d'une stratégie nationale de lutte contre le cancer, d'une stratégie nationale sur la santé mentale et de véritables progrès dans l'application de la stratégie relative aux maladies du coeur. Ce sont de bonnes raisons. C'est une bonne motion. J'exhorte la Chambre à l'appuyer unanimement.

  +-(1635)  

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Eastern Shore, NPD): Je tiens à affirmer au député de la région de Winnipeg qu'il a tout notre appui à cet égard.

    Je ne voudrais pas me montrer trop critique, mais il arrive que le dossier des votes d'un parti revienne le hanter. J'ai déposé, en mars 2003, le projet de loi C-206 qui aurait donné aux aidants naturels la possibilité de s'absenter de leur travail pour s'occuper d'un être cher ayant besoin de soins palliatifs.

    Le député avait tout à fait raison de dire que cette motion représentait un investissement très sage de l'argent des contribuables et qu'elle permettrait de réaliser des économies à long terme. Ce sont les mots que j'avais utilisés dans ma motion afin de permettre aux Canadiens de s'absenter de leur travail pour s'occuper d'un être cher à l'article de la mort et de recevoir des prestations d'assurance-emploi sans craindre de perdre leur emploi. Ces prestations seraient semblables à celles qui sont accordées dans le cas d'un congé de maternité.

    Malheureusement, l'ancien chef de l'Alliance canadienne, qui est maintenant à la tête du Parti conservateur, et le porte-parole de ce parti en matière de finances, n'ont pas appuyé mon projet de loi. Nous ne pouvons avoir une stratégie nationale sans tenir compte des aidants naturels qui s'occupent de ces gens et leur prodiguent des soins de réhabilitation ou palliatifs.

    Mon projet de loi a été déposé à nouveau sous le numéro C-256, et il a franchi l'étape de la première lecture. Il est presque identique à celui contre lequel certains députés du parti précédent se sont prononcés.

    Le député est-il prêt à appuyer une stratégie qui permettrait aux Canadiens qui s'occupent d'un membre de leur famille en phase terminale de rester à la maison et de tirer des prestations d'assurance-emploi sans craindre de perdre leur emploi, pour aider un membre de leur famille ayant besoin de soins palliatifs à jouir des avantages auxquels il a droit, c'est-à-dire d'être entouré des gens qu'il aime, de rester dans l'environnement qui lui convient le mieux et, bien sûr, de ne pas souffrir?

    Le député, qui a fait tant d'éloges à l'égard de cette motion, que nous appuyons d'ailleurs, pourrait-il nous dire ce qu'il en pense.

  +-(1640)  

+-

    M. Bradley Trost: Monsieur le Président, comme le député le sait, cette question a été soulevée non seulement par des députés de son côté de la Chambre, et je leur en sais gré, mais aussi par le député de Langley, qui a dans sa circonscription une résidante qui a dû prendre congé pour s'occuper de sa soeur malade.

    J'ai compris les préoccupations de mon collègue de Langley. Il a soulevé cette question et a manifesté beaucoup de compassion, non seulement à la Chambre et devant les caméras, mais en privé aussi.

    Je ne connais pas très bien la loi qui était en vigueur en mars 2003, car je n'étais pas député à cette époque. J'examinerai la nouvelle mesure.

    En ce qui concerne le principe général dont ont parlé les députés de Langley et de Sackville—Eastern Shore, j'appuie le fait que l'on devrait avoir de la souplesse en matière de dépenses sociales.

    Par rapport à certains usages auxquels a servi l'assurance-emploi, cette approche me semble beaucoup plus raisonnable. Je le répète, en principe, tant que je n'aurai pas vu la mesure, je ne m'engagerai pas à voter pour ou contre. Toutefois, j'appuie le principe selon lequel des personnes puissent prendre congé pour prodiguer des soins à des proches qui ont besoin d'eux, par exemple des parents pour s'occuper de leur enfant mourant ou une soeur pour s'occuper de sa soeur gravement malade.

    Je crois comprendre qu'il ne fallait qu'une décision administrative du ministre, ce qui me semble beaucoup plus rapide qu'une mesure législative. Si ce n'est pas le cas, j'aimerais en parler avec le député. Celui-ci pourrait m'en apprendre davantage, mais j'appuie la mesure en principe.

+-

    M. Brian Masse (Windsor-Ouest, NPD): Monsieur le Président, il m'est arrivé la même chose avec une motion d'initiative parlementaire sur les contaminants environnementaux qui affectent la santé humaine. Les amendements du Bloc Québécois ont été adoptés à la Chambre avec l'appui de presque tous les partis. Quelques alliancistes, comme ils s'appelaient alors, et quelques libéraux s'y sont opposés, mais les amendements ont été adoptés.

    Un plus grand nombre de députés libéraux et d'alliancistes ont voté contre la motion principale. Celle-ci visait à prévenir certaines maladies et se rapprochait beaucoup de ce dont nous débattons aujourd'hui. Le chef de l'Alliance canadienne, devenue Parti conservateur, a aussi voté contre cette motion.

    J'aimerais poser au député une question similaire à celle que lui a posée mon collègue. Reconnaît-il le rapport entre les contaminants environnementaux et la santé humaine? Comment propose-t-il d'enrayer les maladies qui frappent nos concitoyens?

+-

    M. Bradley Trost: Monsieur le Président, comme cela ne fait pas tout à fait un an que j'ai été élu, je ne suis pas en mesure d'entrer dans le détail de ce que le député a dit.

    Permettez-moi d'énoncer quelques principes généraux relativement aux mesures législatives gouvernementales ainsi que les raisons pour lesquelles j'appuie celle-ci. Je parle de mesures qui améliorent la santé des gens.

    Les polluants environnementaux transportés dans l'atmosphère qui vont porter atteinte à l'eau, aux terres et à la santé d'autres personnes violent, en principe, les droits inaliénables d'une personne à la vie privée, entres autres droits. C'est pourquoi, comme député conservateur, j'appuie pour des raisons philosophiques la règle de droit applicable aux questions environnementales quand il s'agit de protéger la santé et le reste.

    Je ne saurais cependant pas commenter les points précis que le député a soulevés, car je n'étais pas à la Chambre à cette époque.

  +-(1645)  

+-

    M. Russ Hiebert (Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale, PCC): Monsieur le Président, je suis honoré de participer au débat de ce soir. Je remercie notre collègue de Charleswood—St. James—Assiniboia du courage qu'il a eu de saisir la Chambre de cette importante question.

    Sa motion dit:

    Que, puisqu'il faut élaborer dès maintenant une stratégie nationale pour réduire les coûts humains et économiques de plus en plus lourds du cancer, des cardiopathies et des maladies mentales, la Chambre demande au gouvernement de financer intégralement et de mettre en oeuvre, en symbiose avec les provinces et tous les intervenants, la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer ainsi que d'élaborer et d'appliquer sans délai une stratégie nationale d'ensemble sur les maladies mentales et les cardiopathies, le Canada étant un des rares pays développés à ne pas avoir de plan d'action national pour réduire l'incidence des maladies mentales et des maladies du coeur.

    L'importance de ces questions ne fait aucun doute.

    Le cancer et les maladies du coeur sont les principales causes de décès chez les Canadiens, puisque ces maladies font ensemble près de 150 000 victimes chaque année. Tous les gens dans cette enceinte et ceux qui nous regardent à la maison ont, sans aucun doute, des êtres proches touchés par ces maladies. Mes deux tantes ont un cancer colorectal.

    En fait, en tant que législateurs nous ne sommes pas seuls ni à l'abri. Nous avons perdu des députés à la Chambre des communes au cours des dernières années et des collègues et des amis luttent avec courage à l'heure actuelle contre ces maladies. Je pense à nos collègues d'Athabasca et d'Okanagan—Shuswap en particulier.

    Ces questions sont particulièrement importantes pour ma circonscription, Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale. Ma circonscription a un excellent climat et des points de vue fantastiques sur l'océan et les montagnes. Nous avons également d'excellents établissements de santé. Comme ma circonscription est un endroit si merveilleux où vivre, beaucoup de Canadiens viennent s'y installer pour jouir de leur retraite. Ce n'est pas surprenant alors que notre population d'aînés soit la quatrième en importance au Canada. Plus de 17 p. 100 des citoyens de ma circonscription ont plus de 65 ans. Ainsi, les questions de santé ont une importance pour moi en tant que député et pour mes électeurs.

    Je vais maintenant parler du cancer. Selon la Fondation Terry Fox, on estime qu'il y a eu 145 500 nouveaux cas de cancer et 68 000 décès au Canada en 2004. Il semblerait que nous réussissions à vaincre la maladie la plupart du temps, mais elle fait encore beaucoup trop de victimes. En fonction des taux d'incidence actuels, 38 p. 100 des femmes seront atteintes d'un cancer durant leur vie et 43 p. 100 des hommes seront dans ce cas. Le cancer est la principale cause de mort prématurée au Canada.

    Le cancer est une maladie qui frappe essentiellement les Canadiens plus âgés, surtout les hommes. Parmi les personnes de plus de 60 ans qui meurent du cancer, 82 p. 100 sont des hommes et 78 p. 100 des femmes. Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès au Canada, toutes les maladies confondues. Elles tuent 32 p. 100 des hommes et 34 p. 100 des femmes. Selon les derniers chiffres de Statistique Canada, soit ceux de 2002, près de 75 000 décès sont attribuables aux maladies cardiovasculaires.

    Ces maladies sont toutefois mieux comprises. Il existe plusieurs facteurs de risque, dont certains sont contrôlables par le patient ou les personnes à risque. Il s'agit, entre autres facteurs, du régime alimentaire, de l'exercice, du tabagisme, de l'obésité et de la qualité de l'air. En d'autres termes, bien qu'il faille pousser la recherche médicale afin de mieux comprendre et soigner cette maladie mortelle, il y a plusieurs choses que nous pouvons faire pour prolonger la vie en sensibilisant la population et en préconisant une vie plus saine.

    La maladie mentale sous ses diverses formes a des effets néfastes sur la société en termes de perte de productivité, de perte de revenu, de vies et de relations brisées. Elle est souvent à la racine de graves problèmes sociaux tels que l'itinérance, la pauvreté et la criminalité. Dans des cas extrêmes, la maladie mentale peut mener à la violence, à l'incarcération, voire au suicide.

    La maladie mentale est peut-être l'état pathologique le moins bien compris. Elle peut affecter les malades aussi gravement que d'autres maladies physiques sans être accompagnée des symptômes physiques. Alors que certaines maladies mentales peuvent être attribuées à des déséquilibres biochimiques, la cause de plusieurs autres est encore mal comprise par la science. Elles n'en sont pas moins lourdes de conséquences sur les malades, leurs familles et la société.

    Selon la Coast Foundation Society, le quart des 34 millions de jours d'hospitalisation par année est utilisé par des malades vivant avec une maladie mentale. D'après l'Association des psychiatres du Canada, 16 p. 100 des budgets des soins de santé sont consacrés au traitement de personnes ayant des troubles psychiatriques. Les coûts économiques de la maladie mentale seraient de plus de 14 milliards de dollars selon une estimation de 1998 de Santé Canada. Ce chiffre est assurément beaucoup plus élevé aujourd'hui.

    La maladie mentale est un facteur dans 90 p. 100 des cas de suicide, selon le Harvard Medical School Guide, et nous savons que le suicide est la deuxième cause de décès des adolescents au Canada. C'est un bilan terrible.

  +-(1650)  

    Depuis les années 1960, le taux de suicide chez les adolescents a plus que quadruplé au Canada, plus de 300 jeunes s'enlevant la vie chaque année.

    Étant donné les enjeux liés au cancer, aux cardiopathies et aux maladies mentales, le gouvernement fédéral pourrait certainement assumer un leadership.

    Nous sommes tous conscients que la santé est du domaine de compétence des provinces et nous respectons le droit de celles-ci de fournir les services de santé comme elles le jugent approprié. D'ailleurs, les besoins de la petite province de l'Île-du-Prince-Édouard sont très différents des besoins de ma propre province et il est donc logique que ce soit le gouvernement qui est le mieux placé pour le faire qui fournisse certains services.

    Cependant, cela n'empêche pas le gouvernement fédéral de jouer un rôle de leadership dans le domaine de la santé en favorisant la collaboration entre les provinces dans la prestation des services et en recueillant des données nationales à des fins statistiques, particulièrement dans le cadre de la recherche sur les maladies dévastatrices dont nous parlons aujourd'hui.

    Par l'intermédiaire de diverses agences qui accordent des subventions, y compris les Instituts de recherche en santé du Canada, le gouvernement fédéral mène et finance des travaux de recherche depuis déjà longtemps, entre autres, dans des institutions provinciales. Chaque année, les IRSC dépensent près de 600 millions de dollars dont une bonne proportion dans la recherche sur le cancer et les cardiopathies.

    Je veux prendre une minute pour parler des progrès importants qui sont faits dans la recherche sur les cellules souches, un secteur que financent les IRSC. Au cours des dernières décennies, une bonne partie de notre recherche médicale était axée sur les produits pharmaceutiques, mais les percées dans la recherche sur les cellules souches démontrent que le corps humain pourrait bien avoir la capacité de se guérir lui-même, même après une maladie cardiaque ou un cancer dévastateur.

    La technologie en est encore à ses premiers balbutiements, mais les traitements autologues au moyen de cellules souches, c'est-à-dire à partir des cellules souches du patient lui-même, trouvent une variété impressionnante d'applications dans le remplacement ou la régénération des tissus endommagés, y compris dans la régénération du coeur et d'autres organes endommagés par un cancer, et peuvent conduire à la guérison complète du patient.

    Les IRSC financent des travaux de recherche sur les cellules souches et notre parti veut encourager cela. Cependant, qu'il soit bien clair que nous voulons que les fonds limités soient utilisés là où ils seront le plus efficace, à savoir dans la recherche sur les cellules souches adultes, pas dans des expériences sur les cellules souches embryonnaires.

    Les provinces et les fondations privées de même que les organismes de charité apportent eux aussi une contribution et les Canadiens ne sont pas seuls dans la lutte contre la maladie. D'autres pays occidentaux dépensent aussi des milliards de dollars chaque année dans la recherche de traitements.

    C'est toutefois le travail que chaque donateur, bénévole, patient, médecin et chercheur investit dans la lutte contre le cancer qui fait toute la différence. Je suis fier des efforts que ma collectivité a déployés afin d'amasser des fonds pour lutter contre ces maladies. Ainsi, la deuxième édition annuelle du Relais pour la vie de White Rock, une activité de financement qui vient en aide à la Société du cancer de la Colombie-Britannique, a permis d'amasser cette année 127 000 $ pour la recherche sur le cancer, dans le cadre d'un marathon de 12 heures. Je faisais partie d'une équipe qui a recueilli près de 4 500 $ de ce grand total.

    Nos excellents organismes de services communautaires, comme les Peace Arch Community Services ou PACS, offrent une vaste gamme de services aux gens de notre collectivité qui sont vulnérables et dans le besoin. Parmi ces services, mentionnons les services de counseling et de traitement des dépendances. Ce sont vers les PACS que se tournent bon nombre de personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. Bien qu'ils reçoivent des subventions gouvernementales, les PACS obtiennent aussi une part importante de leur budget de sources privées et de l'ensemble de la collectivité.

    La fin de semaine dernière, les PACS ont organisé dans ma circonscription une foire d'information à laquelle ont participé 45 organismes parmi lesquels un bon nombre s'emploient à relever les défis que pose la maladie, par exemple, le Centre de soins en santé mentale de White Rock/South Surrey, les Services de psychiatrie gériatrique et les Groupes de soutien de Surrey et White Rock aux personnes touchées par le cancer de la prostate.

    Évidemment, les Britanno-Colombiens sont des Canadiens très généreux. Le week-end dernier, l'Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique a fracassé un record nord-américain en amassant plus de 10 millions de dollars dans le cadre de son téléthon annuel de 24 heures.

    Il me semble clair que les collectivités et les provinces de partout au Canada sont déterminées à vaincre le cancer, les cardiopathies et les maladies mentales. Le gouvernement fédéral peut toutefois faire plus en jouant un rôle de chef de file à l'échelle nationale. Une stratégie nationale peut nous permettre de gagner du temps et de ménager des ressources limitées et nous éviter de déployer les mêmes efforts et de faire des recherches qui ne mènent nulle part.

    Il est inacceptable que le gouvernement n'ait pas financé intégralement la Stratégie canadienne de lutte contre le cancer. Il est inacceptable que nous n'ayons pas de stratégie nationale pour lutter contre les maladies du coeur, la première cause de décès dans notre pays. Il est inacceptable que nous n'ayons pas de stratégie nationale pour lutter contre les maladies mentales, celles qui sont peut-être les plus coûteuses pour notre pays.

  +-(1655)  

    Je tiens à signaler que la motion présentée par le député de Charleswood—St. James—Assiniboia fait ressortir le genre de leadership que l'on pourrait toujours attendre d'un gouvernement conservateur et d'un ministre conservateur de la Santé. J'exhorte tous les députés à appuyer cette motion.

+-

    L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, je suis content que le député ait parlé d'une différence fondamentale entre le Parti conservateur et le gouvernement du Canada. Il a parlé de la recherche sur les cellules souches et du fait que son parti est favorable à l'utilisation de cellules souches aux fins de la recherche. Il a aussi dit que son parti est favorable seulement à l'utilisation de cellules souches autologues.

    Je comprends tout à fait ce qu'il veut dire. Il estime, comme beaucoup — et je comprends entièrement sa position — qu'un oeuf fertilisé est une forme de vie. Pour des raisons déontologiques et philosophiques, les membres de son parti estiment qu'on ne devrait pas altérer de quelconque façon un embryon. Je respecte cela entièrement. Le point de vue selon lequel la vie commence au moment de la conception est profondément ancré dans la religion. Ceux qui prennent cette position sont entièrement justifiés de le faire, et on les respecte.

    Cependant, le Parti conservateur et un ministre de la Santé conservateur s'opposeraient à la recherche effectuée sur des cellules souches embryonnaires.

    Bien que je comprenne entièrement la raison pour laquelle son parti interdirait l'utilisation de cellules souches embryonnaires, il reste que les cellules souches embryonnaires sont utilisées dans d'autres pays. La différence est que les cellules souches embryonnaires sont beaucoup plus pluripotentes que les cellules souches autologues. En d'autres mots, les cellules souches autologues ne peuvent pas engendrer autant de différents types de cellules que les cellules souches embryonnaires.

    Son parti et un ministre de la Santé conservateur interdiraient la recherche sur les cellules souches embryonnaires et, pire encore, empêcheraient la découverte d'un remède pour ces gens dont nous parlons aujourd'hui, ceux qui sont confrontés au cancer et à une multitude d'autres maladies.

    Si le parti du député était au gouvernement, empêcherait-il l'utilisation de cellules souches embryonnaires et interdirait-il la recherche associée?

+-

    M. Russ Hiebert: Monsieur le Président, je ne suis ni porte-parole en matière de santé ni un expert de la recherche sur les cellules souches autologues.

    Le député d'en face a commencé son intervention en indiquant la différence d'approche en matière de soins de santé entre un gouvernement conservateur et un gouvernement libéral. Je signale que ce sont les conservateurs qui prennent l'initiative à cet égard, non les libéraux. En fait, pendant que les libéraux sont embourbés dans les affaires de corruption, les scandales et les camouflages, les conservateurs ont élaboré un plan à l'intention des Canadiens. Les conservateurs s'intéressent à la santé et au bien-être des Canadiens. Il n'est pas question pour nous de sacrifier ces principes idéologiques simplement pour acheter des votes ou pour faire des gains politiques. Nous sommes ici pour offrir une stratégie nationale logique et globale dans laquelle les Canadiens peuvent avoir confiance.

    Les Canadiens se préoccupent des besoins de leurs familles et de leur vie. Bien des gens de ma circonscription aux prises avec de telles questions à la fin de leur vie se demandent quelles recherches sont menées pour les aider à lutter contre le cancer, les cardiopathies ou les maladies mentales. Voilà ce qui les préoccupe. Nous parlons aujourd'hui d'une stratégie nationale qui offrirait précisément des réponses à leurs questions.

    Or, on voit un gouvernement qui dit une chose mais qui en fait une autre. Une semaine avant la présentation du budget, le ministre de la Santé a dit qu'il allait investir 26 millions de dollars au titre de cette stratégie nationale. Une semaine plus tard, le budget a été présenté et pas un sou n'y était prévu pour une stratégie nationale sur la santé. Il n'y avait pas un sou pour cela. Les libéraux disent une chose, mais en font une autre.

    C'est pour cette raison que les conservateurs ont pris le temps aujourd'hui de présenter cette motion, d'attirer l'attention sur le fait que les libéraux ne défendent pas les intérêts des Canadiens au chapitre de la santé, des maladies cardiovasculaires en particulier, ou de la santé mentale. C'est sur ces questions que porte la motion d'aujourd'hui. Je pense que c'est de plus en plus clair pour les Canadiens qui suivent le débat à la télé ou qui nous verront au bulletin de nouvelles ce soir. Nous, conservateurs, sommes ici pour élaborer un plan. Nous faisons preuve de leadership. Nous ne cherchons pas une façon d'acheter des votes ou de faire une manoeuvre du genre.

  +-(1700)  

+-

    M. Nathan Cullen (Skeena—Bulkley Valley, NPD): Monsieur le Président, toute la journée, il m'a tardé de prendre la parole dans ce débat. J'en ai écouté une partie sur le réseau parlementaire et je me suis rendu compte que, malgré les beaux discours de nombreux députés ici présents, si nous examinions les archives du Parlement, nous constaterions que les mesures concrètes prises au fil des ans témoignent d'une toute autre réalité.

    En tant que porte-parole du NPD en matière d'environnement, il est important pour moi de faire le lien, de façon succincte et concrète, entre l'environnement des Canadiens et la santé dont ils jouissent. L'environnement est de plus en plus indissociable de notre perception des soins de santé et de leurs coûts, qui semblent augmenter de jour en jour. Si nous n'adoptons pas de mesures fermes et précises pour assurer la protection de l'environnement, les motions comme celle d'aujourd'hui ne servent pas à grand chose. Elles ne traitent pas des vraies causes de certains de nos problèmes de santé.

    Nous commençons à avoir des jours de smog l'été. De nombreux Canadiens qui vivent en ville ont du mal à respirer ces jours-là et ils n'ont pas la possibilité comme certains d'y échapper. Des maladies se répandent en raison d'une économie que je qualifierais d'inefficiente. C'est une économie qui persiste en raison du manque de volonté de la part du gouvernement à prendre les règlements nécessaires pour assainir l'air et à appliquer les quelques règlements que nous avons.

    Les chiffres sont ahurissants. Selon l'Association médicale de l'Ontario, le smog nous coûtera 1 milliard de dollars en Ontario seulement. Nous pouvons multiplier ces chiffres pour les autres villes du pays. Notre bilan économique fait état d'énormes coûts en argent, sans compter les coûts humains.

    Sur le plan humain, les Canadiens et leur famille souffrent du smog. Les chiffres sont renversants. À Toronto, 822 personnes sort mortes du smog cette année; 818 à Montréal, 368 ici à Ottawa et 258 à Windsor. Ce ne sont là que des villes prises comme échantillons dans une étude nationale visant à nous aider à comprendre les répercussions sociales sur nos collectivités et nos familles de quelque chose comme le smog, afin que nous puissions déterminer combien il nous coûte sur les plans des soins de santé et, aussi, sur le plan familial, c'est-à-dire du point de vue de la douleur et des souffrances causées par cette pollution.

    Une motion antérieure présentée par le député de Windsor-Ouest a été rejetée de justesse par les membres de l'Alliance, devenue le Parti conservateur. Ce qui nous inquiète vivement, moi et mon parti, c'est le ton des discours faits aujourd'hui et l'importance accordée à la santé et à la protection des soins de santé. La motion était très directe et succincte, et elle aurait dû être adoptée, mais cela ne s'est pas fait en raison des habitudes de vote des membres du parti qui porte maintenant un nom différent, mais qui, je ne peux que le supposer, a la même philosophie. La motion demandait à la Chambre d'exhorter le gouvernement à prendre les mesures nécessaires, notamment la rédaction de textes législatifs, pour prévenir les problèmes de santé et maladies causés par une exposition à des contaminants environnementaux identifiables.

    Cela est une question cruciale dans la circonscription du député de Windsor-Ouest. Les taux de cancer et les effets négatifs des industries d'hier et d'aujourd'hui sur la santé se font sentir sur le terrain aujourd'hui.

    Un des rôles clés et décisifs des pouvoirs publics consiste à mettre en place une structure dans laquelle les Canadiens puissent adopter des modes de vie sains et sûrs. Nous ne permettons pas aux gens de conduire à des vitesses dangereuses à proximité d'une école. Nous ne permettons pas aux gens de conduire sans porter leur ceinture de sécurité. Ces deux mesures ont un caractère réglementaire et elles sont importantes pour que les Canadiens sachent qu'ils vont pouvoir vivre en sécurité.

    Et pourtant, en matière d'environnement, des partis à la Chambre ont voté contre la motion pour s'assurer qu'elle ne soit pas adoptée. Les libéraux ont également voté contre elle. Ils ont refusé de reconnaître le lien important entre notre environnement, les polluants que nous laissons entrer dans l'air et leur effet sur la santé des Canadiens au quotidien.

    Un peu plus tôt dans la présente législature, le Parti conservateur a voté contre une motion que nous avions présentée sur le retrait des gras trans de notre système alimentaire. Les associations de promotion de la santé et les associations des maladies du coeur nous ont dit que, au Canada, les gras trans représentent un énorme coût, sur les plans à la fois économique et social.

  +-(1705)  

    Le parti qui présente la motion d'aujourd'hui a trouvé le moyen de voter contre une motion que tous les acteurs du monde de la santé trouvaient bénéfique, c'est-à-dire la motion que nous avons présentée en vue de réglementer les émissions des automobiles. Nous savons que les gaz d'échappement des véhicules automobiles sont à l'origine de coûts importants. Alors que la Californie et d'autres États américains ont décidé courageusement d'agir pour que les constructeurs automobiles se rapprochent des normes d'efficacité, au cours des dernières années, et alors que ces mesures se sont traduites par des gains de productivité et d'efficacité sur les marchés concernés, le Canada traîne toujours loin derrière les Américains.

    Nombre de Canadiens voudraient bien croire que, sur le plan écologique, le bilan de notre pays est plus respectable que celui de nos partenaires américains, et en particulier des États américains avec lesquels nous échangeons le plus. Mais rien ne saurait être plus loin de la vérité lorsqu'on examine les dossiers un par un. Les conservateurs se sont joints à ces penseurs nettement arriérés dans leur vision de l'environnement et des coûts des soins de santé lorsqu'ils ont voté contre la motion du NPD.

    Il s'est finalement produit quelque chose de très important dernièrement. Pour nombre de Canadiens, il est incroyable que, jusqu'à la présente législature, les entreprises canadiennes reconnues coupables d'infractions environnementales aient pu déduire aux fins de l'impôt les amendes qui leur étaient infligées. La plupart des Canadiens trouvent spontanément cette pratique condamnable et comprennent mal qu'on ait pu l'autoriser pendant de si nombreuses années. Des entreprises notoires en ont profité. À un certain moment, la Société maritime CSL Inc. a pu déduire de son revenu imposable une amende de 230 000 $ comme s'il s'était agi de dîners d'affaires ou comme si elle avait investi cette somme dans notre économie plutôt que de polluer notre environnement.

    Au Yukon, nous estimons que le gouvernement fédéral dépense chaque année environ 150 millions de dollars tirés de la poche des contribuables pour décontaminer les mines désaffectées qui polluent les eaux, et principalement les eaux poissonneuses. Les Canadiens donnent donc chaque année au moins 150 millions de leur argent si chèrement gagné en taxes et en impôts qui servent à nettoyer les gâchis laissés par des entreprises ayant fait des profits en polluant. Qu'il s'agisse des régimes favorables aux entreprises ou de tout autre secteur de l'économie, nous n'avons plus aucune raison de faire preuve de tolérance envers les pollueurs dont les agissements contribuent sans cesse à la détérioration de la santé des Canadiens.

    Il y a un lien important et édifiant à faire. Une saine réglementation en matière de pollution crée un cycle vertueux dans le milieu des affaires. On encourage les entreprises à faire des investissements et à concevoir leurs activités de manière à apporter une contribution non seulement économique, mais environnementale. Le vieux débat sur les emplois par rapport à l'économie doit cesser. Certains des chiffres que j'ai cités plus tôt révèlent qu'un environnement malsain a des répercussions sur l'économie.

    Exploiter une entreprise au Canada n'est pas un droit. C'est un privilège accordé par le gouvernement. Le rôle du gouvernement est d'offrir un cadre législatif, les règles du jeu, pour permettre aux entreprises de fonctionner et de se conduire de sorte que la société en tire parti. Au cours de la dernière décennie, le gouvernement libéral a autorisé l'acquisition par des intérêts étrangers de 11 000 entreprises canadiennes, et ce n'est pas fini. Aucune acquisition, à notre connaissance, n'a été refusée. L'une des conditions de ces acquisitions est qu'elles doivent profiter au Canada. Nous sommes extraordinairement chanceux que tant d'entreprises canadiennes aient été achetées par des étrangers, et que les emplois de certaines aient été transférés vers d'autres marchés, évidemment dans l'intérêt du Canada.

    Il est temps que le gouvernement assume les responsabilités que les Canadiens nous ont confiées en nous élisant à la Chambre des communes. Il s'agit de les représenter en faisant preuve de leadership, en étant conscients que la prévention et la réduction de la pollution permettent d'améliorer la santé et le bien-être des Canadiens. Comme nous avons pu le constater en étudiant le dossier des changements climatiques ces derniers mois, de nombreuses entreprises ayant réduit leurs émissions de gaz à effet de serre, lesquelles ont des effets négatifs sur l'environnement, disent avoir amélioré leur rendement et accru leur efficience. Leurs bénéfices nets ont augmenté à la suite de la réduction de leur pollution.

    Nous ne pouvons plus invoquer le vieux paradigme opposant les emplois et l'environnement. Les Européens ont beaucoup d'avance sur nous. Trente-neuf États ont fait plus que le Canada pour respecter leurs engagements au titre du Protocole de Kyoto et ils sont près d'atteindre leurs objectifs. Nous ne devrions plus tarder à reconnaître le lien entre environnement et santé.

  +-(1710)  

    Le gouvernement a également pour rôle de favoriser les investissements que nous jugeons valables pour nos collectivités et notre société. À la suite de la négociation du NPD avec le gouvernement, des millions de dollars ont été investis dans l'environnement, ce que nous jugeons bien fondé et valable. Il s'agit d'un investissement sensé. Nous avons aujourd'hui la capacité et les ressources technologiques pour inventer et fabriquer des appareils qui vont nettoyer l'air que nous respirons tout en créant de l'emploi pour les Canadiens. Ce n'est plus une utopie, c'est la réalité.

    Les témoins qui ont comparu devant le Comité de l'environnement ont décrit les progrès technologiques, notamment en matière de production d'énergie. La capacité existe bel et bien. Il faut maintenant investir. Si le gouvernement établit le cadre réglementaire opportun et envoie les bons messages aux entreprises, l'économie et l'environnement seront gagnants.

    Le gouvernement a récemment trouvé le moyen d'investir en recherche et développement dans le secteur de l'automobile. Il s'agissait d'une bonne cause puisque le secteur de l'automobile forme l'ossature de l'économie ontarienne et, par conséquent, de l'économie canadienne. Cependant, nulle part dans l'accord ne prévoit-on des investissements technologiques axés sur l'amélioration de l'environnement. On ne demande pas au nom des entreprises participantes de perfectionner les voitures dont nous avons besoin de telle sorte que le nombre de jours de smog soit réduit. Rien n'est stipulé qui soit de nature à réduire les coûts économiques et sociaux pour les familles qui doivent se présenter dans nos hôpitaux surchargés avec des maux qui pourraient peut-être leur être évités.

    Je voudrais fournir à la Chambre un exemple de plus qui illustre succinctement la convergence des enjeux de l'économie, de l'environnement et de la santé. Il s'agit de la situation du saumon sauvage de la côte Ouest de la Colombie-Britannique face à l'envahissement grandissant du saumon d'élevage. Voici en effet ce dont on parlait hier dans le Vancouver Sun:

    Le saumon d'élevage de la Colombie-Britannique contient six fois plus de BPC, de dioxines et de furanes cancérigènes que le saumon sauvage, selon des résultats d'essais du gouvernement obtenus par le Vancouver Sun.

    Le Vancouver Sun et d'autres journaux ont demandé, en invoquant la Loi sur l'accès à l'information, que Santé Canada leur fournisse cette information. Ils ont voulu savoir si le saumon qui est vendu sur nos marchés et que nous mangeons est propre à la consommation. On s'attendrait à ce que Santé Canada nous donne de lui-même cette information. Il est difficile de croire qu'une telle information dont dispose Santé Canada, qui a pour mandat de protéger la santé des Canadiens, doive être obtenue en invoquant la Loi sur l'accès à l'information. Toutefois, nous avons vu ce qu'il est advenu du mandat de Santé Canada de protéger les Canadiens dans l'affaire de la vache folle. Ce fut un échec.

    Quand j'ai demandé à Pêches et Océans combien d'argent était consacré à la surveillance et à la promotion de cette forme d'aquaculture susceptible d'être dangereuse, ce ministère n'a pu me donner aucun chiffre. Nous ne savons tout simplement pas. Nous ne prenons pas note de ces dépenses.

    D'une part, nous devons presque forcer le gouvernement à nous dire ce que les Canadiens peuvent manger en toute sécurité. D'autre part, le gouvernement subventionne, parraine et surveille cette forme d'aquaculture. Pareille duplicité ne saurait être perpétuée.

    Nous applaudissons certes à cette motion, mais une certaine cohérence s'impose quand on entre dans le cercle vertueux des règlements judicieux qui favorisent l'économie et un environnement où l'on peut maintenir notre qualité de vie, et permettent de créer des emplois pour nos collectivités ainsi qu'un environnement sain et bénéfique.

    J'invite le député qui a présenté la motion à demander à son caucus de l'appuyer plus fermement. Lorsque nous avons présenté des motions que nous considérions comme favorables à l'environnement et à la santé des Canadiens, mais qui ont été rejetées, nous avons cru que c'était à cause d'un manque de cohésion à cet égard.

    D'aucuns ont fait valoir plus tôt que cette question était trop importante pour qu'on fasse preuve de partisanerie. Quand nous avons présenté la motion sur les gras trans, puis la motion visant à imposer une réglementation à l'industrie de l'automobile et, enfin, lorsque nous avons exercé des pressions en faveur de la suppression des radiations relatives à la pollution au Canada, les conservateurs ont trouvé le moyen de voter sur ces questions d'une manière complètement hypocrite qui fut source de confusion pour nombre de Canadiens.

    Nous devons assainir notre environnement tout en permettant le maintien d'une économie saine et productive. Le NPD poursuivra ces efforts. J'ai hâte que mes collègues présentent d'autres motions.

  +-(1715)  

[Français]

+-

    Le vice-président: Comme il est 17 h 15, je dois interrompre les délibérations et mettre aux voix sur-le-champ toutes questions nécessaires à l'expédition des travaux des subsides.

[Traduction]

    Le vote porte sur l'amendement. Plaît-il à la Chambre d'adopter l'amendement?

     Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

    Le vice-président: Que tous ceux qui sont en faveur de l'amendement veuillent bien dire oui.

    Des voix: Oui.

    Le vice-président: Que tous ceux qui sont contre veuillent bien dire non.

    Des voix: Non.

    Le vice-président: À mon avis, les oui l'emportent.

    Et plus de cinq députés s'étant levés:

    Le vice-président: Convoquez les députés.

*   *   *

  +-(1750)  

[Français]

    (L'amendement, mis aux voix, est adopté par le vote suivant:)

+

(Vote no 95)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Adams
Alcock
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Victoria)
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
Angus
Augustine
Bagnell
Bains
Bakopanos
Bélanger
Bell
Bennett
Benoit
Bevilacqua
Bezan
Blaikie
Blondin-Andrew
Boivin
Bonin
Boshcoff
Boudria
Bradshaw
Breitkreuz
Brison
Broadbent
Brown (Oakville)
Brown (Leeds—Grenville)
Bulte
Byrne
Cannis
Carr
Carrie
Carroll
Casey
Casson
Catterall
Chamberlain
Chan
Chong
Christopherson
Comartin
Comuzzi
Cotler
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cullen (Etobicoke North)
Cuzner
D'Amours
Davies
Day
Desjarlais
DeVillers
Devolin
Dhalla
Dion
Dosanjh
Doyle
Drouin
Dryden
Duncan
Easter
Emerson
Epp
Eyking
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Folco
Fontana
Forseth
Frulla
Fry
Gallant
Gallaway
Godbout
Godfrey
Godin
Goldring
Goodale
Goodyear
Gouk
Graham
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guarnieri
Guergis
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hiebert
Hill
Hinton
Holland
Hubbard
Ianno
Jaffer
Jean
Jennings
Johnston
Julian
Kadis
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Karetak-Lindell
Karygiannis
Kenney (Calgary Southeast)
Khan
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lapierre (Outremont)
Lauzon
Layton
LeBlanc
Lee
Longfield
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Macklin
Malhi
Maloney
Mark
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
Matthews
McCallum
McDonough
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Minna
Mitchell
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Murphy
Myers
Neville
Nicholson
O'Connor
Obhrai
Oda
Owen
Pacetti
Pallister
Paradis
Patry
Penson
Peterson
Pettigrew
Phinney
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Poilievre
Powers
Prentice
Preston
Proulx
Rajotte
Ratansi
Redman
Regan
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Robillard
Rodriguez
Rota
Russell
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Sgro
Siksay
Silva
Simard (Saint Boniface)
Simms
Skelton
Smith (Pontiac)
Solberg
Sorenson
St. Amand
St. Denis
Steckle
Stoffer
Stronach
Szabo
Telegdi
Temelkovski
Thibault (West Nova)
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Tonks
Torsney
Trost
Tweed
Ur
Valeri
Valley
Van Loan
Vellacott
Volpe
Wappel
Warawa
Wasylycia-Leis
Watson
White
Wilfert
Williams
Wrzesnewskyj
Yelich

Total: -- 231

CONTRE

Députés

André
Asselin
Bachand
Bellavance
Bergeron
Bigras
Blais
Boire
Bonsant
Bouchard
Boulianne
Bourgeois
Brunelle
Cardin
Carrier
Clavet
Cleary
Côté
Crête
Demers
Deschamps
Desrochers
Duceppe
Faille
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gaudet
Gauthier
Guay
Guimond
Kotto
Laframboise
Lalonde
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lavallée
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Marceau
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Paquette
Perron
Picard (Drummond)
Plamondon
Poirier-Rivard
Roy
Simard (Beauport—Limoilou)
St-Hilaire
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Vincent

Total: -- 53

PAIRÉS

Députés

Efford
Sauvageau

Total: -- 2

+-

    Le Président: Je déclare l'amendement adopté.

[Traduction]

    Le prochain vote porte sur la motion principale modifiée.

[Français]

+-

    M. Yvon Godin: Monsieur le Président, j'interviens quant à un rappel au Règlement. Le vote auquel nous venons de procéder portait sur l'amendement proposé par le NPD. Selon la coutume, normalement, les députés du parti qui présente l'amendement sont les premiers à se lever.

    Je voulais seulement souligner ce point pour les besoins du compte rendu officiel.

[Traduction]

+-

    Le Président: Je dois dire que j'ai été aussi étonné que le député. J'ai vérifié et, comme il s'agissait d'une motion de l'opposition, le vote commencerait normalement avec le parti d'opposition, même si l'amendement a été présenté par un député d'un autre parti. Par conséquent, je pensais que cette pratique était inhabituelle, mais on me dit qu'elle est conforme à celle que nous adoptons au cours des journées d'opposition.

    Si la journée d'opposition avait été réservée au NPD et qu'il était question d'un autre amendement, le vote aurait commencé par ce parti. Évidemment, on ne sait jamais quel sera le résultat du vote.

+-

    L'hon. Karen Redman: Monsieur le Président, si la Chambre y consent, je propose que vous demandiez le consentement unanime pour que les députés qui ont voté sur la motion précédente soient enregistrés comme ayant voté sur la motion dont la Chambre est actuellement saisie, les députés libéraux ayant voté pour, sauf les députés libéraux qui aimeraient être enregistrés comme ayant voté autrement.

+-

    Le Président: Y a-t-il consentement unanime pour appliquer le résultat du vote qui vient d'être pris à la motion dont la Chambre est actuellement saisie?

    Des voix: D'accord.

*   *   *

[Français]

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)

+-

(Vote no 96)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Adams
Alcock
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Victoria)
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
Angus
Augustine
Bagnell
Bains
Bakopanos
Bélanger
Bell
Bennett
Benoit
Bevilacqua
Bezan
Blaikie
Blondin-Andrew
Boivin
Bonin
Boshcoff
Boudria
Bradshaw
Breitkreuz
Brison
Broadbent
Brown (Oakville)
Brown (Leeds—Grenville)
Bulte
Byrne
Cannis
Carr
Carrie
Carroll
Casey
Casson
Catterall
Chamberlain
Chan
Chong
Christopherson
Comartin
Comuzzi
Cotler
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cullen (Etobicoke North)
Cuzner
D'Amours
Davies
Day
Desjarlais
DeVillers
Devolin
Dhalla
Dion
Dosanjh
Doyle
Drouin
Dryden
Duncan
Easter
Emerson
Epp
Eyking
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Folco
Fontana
Forseth
Frulla
Fry
Gallant
Gallaway
Godbout
Godfrey
Godin
Goldring
Goodale
Goodyear
Gouk
Graham
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guarnieri
Guergis
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hiebert
Hill
Hinton
Holland
Hubbard
Ianno
Jaffer
Jean
Jennings
Johnston
Julian
Kadis
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Karetak-Lindell
Karygiannis
Kenney (Calgary Southeast)
Khan
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lapierre (Outremont)
Lauzon
Layton
LeBlanc
Lee
Longfield
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Macklin
Malhi
Maloney
Mark
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
Matthews
McCallum
McDonough
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Minna
Mitchell
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Murphy
Myers
Neville
Nicholson
O'Connor
Obhrai
Oda
Owen
Pacetti
Pallister
Paradis
Patry
Penson
Peterson
Pettigrew
Phinney
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Poilievre
Powers
Prentice
Preston
Proulx
Rajotte
Ratansi
Redman
Regan
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Robillard
Rodriguez
Rota
Russell
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Sgro
Siksay
Silva
Simard (Saint Boniface)
Simms
Skelton
Smith (Pontiac)
Solberg
Sorenson
St. Amand
St. Denis
Steckle
Stoffer
Stronach
Szabo
Telegdi
Temelkovski
Thibault (West Nova)
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Tonks
Torsney
Trost
Tweed
Ur
Valeri
Valley
Van Loan
Vellacott
Volpe
Wappel
Warawa
Wasylycia-Leis
Watson
White
Wilfert
Williams
Wrzesnewskyj
Yelich

Total: -- 231

CONTRE

Députés

André
Asselin
Bachand
Bellavance
Bergeron
Bigras
Blais
Boire
Bonsant
Bouchard
Boulianne
Bourgeois
Brunelle
Cardin
Carrier
Clavet
Cleary
Côté
Crête
Demers
Deschamps
Desrochers
Duceppe
Faille
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gaudet
Gauthier
Guay
Guimond
Kotto
Laframboise
Lalonde
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lavallée
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Marceau
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Paquette
Perron
Picard (Drummond)
Plamondon
Poirier-Rivard
Roy
Simard (Beauport—Limoilou)
St-Hilaire
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Vincent

Total: -- 53

PAIRÉS

Députés

Efford
Sauvageau

Total: -- 2

+-

    Le Président: Je déclare la motion adoptée.

*   *   *

[Traduction]

+-Motion de l'opposition — L'assurance-emploi

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 2 juin, de la motion.

+-

    Le Président: Conformément à l'ordre adopté le jeudi 2 juin, la Chambre procédera maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion de l'honorable député d'Acadie--Bathurst concernant les crédits.

*   *   *

  +-(1800)  

[Français]

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)

+-

(Vote no 97)

POUR

Députés

André
Angus
Asselin
Bachand
Bell
Bellavance
Bergeron
Bezan
Bigras
Blaikie
Blais
Boire
Bonsant
Boshcoff
Bouchard
Boulianne
Bourgeois
Broadbent
Brown (Leeds—Grenville)
Brunelle
Byrne
Cardin
Carrie
Carrier
Casey
Chamberlain
Christopherson
Clavet
Cleary
Comartin
Côté
Crête
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cuzner
Davies
Demers
Deschamps
Desjarlais
Desrochers
Doyle
Drouin
Duceppe
Eyking
Faille
Folco
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gallaway
Gaudet
Gauthier
Godin
Guay
Guimond
Jennings
Julian
Karetak-Lindell
Khan
Kotto
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Laframboise
Lalonde
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lavallée
Layton
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Marceau
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
Matthews
McDonough
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Minna
Myers
Neville
Paquette
Paradis
Patry
Perron
Picard (Drummond)
Plamondon
Poirier-Rivard
Rodriguez
Rota
Roy
Russell
Siksay
Simard (Beauport—Limoilou)
Simms
Smith (Pontiac)
St-Hilaire
St. Amand
Stoffer
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Thibault (West Nova)
Tonks
Vincent
Wasylycia-Leis
Watson

Total: -- 105

CONTRE

Députés

Abbott
Ablonczy
Adams
Alcock
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Victoria)
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
Augustine
Bagnell
Bains
Bakopanos
Bélanger
Bennett
Benoit
Bevilacqua
Blondin-Andrew
Boivin
Bonin
Boudria
Bradshaw
Breitkreuz
Brison
Brown (Oakville)
Bulte
Cannis
Carr
Carroll
Casson
Catterall
Chan
Chong
Comuzzi
Cotler
Cullen (Etobicoke North)
D'Amours
Day
DeVillers
Devolin
Dhalla
Dion
Dosanjh
Dryden
Duncan
Easter
Emerson
Epp
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Fontana
Forseth
Frulla
Fry
Gallant
Godbout
Godfrey
Goldring
Goodale
Goodyear
Graham
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guarnieri
Guergis
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hiebert
Hill
Hinton
Holland
Hubbard
Ianno
Jaffer
Jean
Johnston
Kadis
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Karygiannis
Kenney (Calgary Southeast)
Komarnicki
Lapierre (Outremont)
Lauzon
LeBlanc
Lee
Lukiwski
Lunn
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Macklin
Malhi
Maloney
Mark
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
McCallum
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Mitchell
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Murphy
Nicholson
O'Connor
Obhrai
Oda
Owen
Pacetti
Pallister
Penson
Peterson
Pettigrew
Phinney
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Poilievre
Powers
Prentice
Preston
Proulx
Rajotte
Ratansi
Redman
Regan
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Robillard
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Sgro
Silva
Simard (Saint Boniface)
Skelton
Solberg
Sorenson
St. Denis
Steckle
Stronach
Szabo
Temelkovski
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Torsney
Trost
Tweed
Ur
Valeri
Valley
Van Loan
Vellacott
Volpe
Wappel
Warawa
White
Wilfert
Williams
Wrzesnewskyj
Yelich

Total: -- 175

PAIRÉS

Députés

Efford
Sauvageau

Total: -- 2

+-

    Le Président: Je déclare la motion rejetée.

[Traduction]

+-

    M. Bill Casey: Monsieur le Président, je veux m'assurer que mon vote est enregistré comme étant en faveur de la motion.

+-

    Le Président: Si je me souviens bien, c'est le cas, mais le député pourra le vérifier dans les bleus demain.

*   *   *

-Motion de l'opposition — La nomination des candidats à la magistrature fédérale

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 3 juin, de la motion.

+-

    Le Président: Conformément à l'ordre adopté le vendredi 3 juin, la Chambre procédera maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion du député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles.

*   *   *

  +-(1815)  

[Français]

+-

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)

+-

(Vote no 98)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
André
Asselin
Bachand
Bellavance
Benoit
Bergeron
Bezan
Bigras
Blaikie
Blais
Boire
Bonsant
Bouchard
Boulianne
Bourgeois
Breitkreuz
Broadbent
Brown (Leeds—Grenville)
Brunelle
Cardin
Carrie
Carrier
Casey
Casson
Christopherson
Clavet
Cleary
Comartin
Côté
Crête
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Davies
Day
Demers
Deschamps
Desjarlais
Desrochers
Devolin
Doyle
Duceppe
Duncan
Epp
Faille
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Forseth
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gallant
Gaudet
Gauthier
Godin
Goldring
Goodyear
Gouk
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guay
Guergis
Guimond
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hiebert
Hill
Hinton
Jaffer
Jean
Johnston
Julian
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Kenney (Calgary Southeast)
Komarnicki
Kotto
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Laframboise
Lalonde
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lauzon
Lavallée
Layton
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacKenzie
Marceau
Mark
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
McDonough
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
O'Connor
Obhrai
Oda
Pallister
Paquette
Penson
Perron
Picard (Drummond)
Plamondon
Poilievre
Poirier-Rivard
Prentice
Preston
Rajotte
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Roy
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Siksay
Simard (Beauport—Limoilou)
Skelton
Solberg
Sorenson
St-Hilaire
Stoffer
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Trost
Tweed
Van Loan
Vellacott
Vincent
Warawa
Wasylycia-Leis
Watson
White
Williams
Yelich

Total: -- 157

CONTRE

Députés

Adams
Alcock
Anderson (Victoria)
Augustine
Bagnell
Bains
Bakopanos
Bélanger
Bell
Bennett
Bevilacqua
Blondin-Andrew
Boivin
Bonin
Boshcoff
Boudria
Bradshaw
Brison
Brown (Oakville)
Bulte
Byrne
Cannis
Carr
Carroll
Catterall
Chamberlain
Chan
Comuzzi
Cotler
Cullen (Etobicoke North)
Cuzner
D'Amours
DeVillers
Dhalla
Dion
Dosanjh
Drouin
Dryden
Easter
Emerson
Eyking
Folco
Fontana
Frulla
Fry
Gallaway
Godbout
Godfrey
Goodale
Graham
Guarnieri
Holland
Hubbard
Ianno
Jennings
Kadis
Karetak-Lindell
Karygiannis
Khan
Lapierre (Outremont)
LeBlanc
Lee
Longfield
MacAulay
Macklin
Malhi
Maloney
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Matthews
McCallum
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Minna
Mitchell
Murphy
Myers
Neville
Owen
Pacetti
Paradis
Patry
Peterson
Pettigrew
Phinney
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Powers
Proulx
Ratansi
Redman
Regan
Robillard
Rodriguez
Rota
Russell
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Sgro
Silva
Simard (Saint Boniface)
Simms
Smith (Pontiac)
St. Amand
St. Denis
Steckle
Stronach
Szabo
Telegdi
Temelkovski
Thibault (West Nova)
Tonks
Torsney
Ur
Valeri
Valley
Volpe
Wappel
Wilfert
Wrzesnewskyj

Total: -- 124

PAIRÉS

Députés

Efford
Sauvageau

Total: -- 2

+-

    Le Président: Je déclare la motion adoptée.


+-Initiatives parlementaires

[Initiatives parlementaires]

*   *   *

[Traduction]

+-Le Programme de reconnaissance des titres de compétence étrangers

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 6 juin, de la motion.

+-

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): Conformément à l'ordre adopté le lundi 6 juin, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion no 195 inscrite sous la rubrique des initiatives parlementaires.

[Français]

    La question porte sur la motion.

*   *   *

  +-(1825)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)

-

(Vote no 99)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Adams
Alcock
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Victoria)
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
Angus
Bagnell
Bains
Bélanger
Bell
Bennett
Benoit
Bevilacqua
Bezan
Blaikie
Blondin-Andrew
Boivin
Bonin
Boshcoff
Boudria
Bradshaw
Breitkreuz
Brison
Broadbent
Brown (Oakville)
Brown (Leeds—Grenville)
Bulte
Byrne
Cannis
Carr
Carrie
Carroll
Casey
Casson
Catterall
Chamberlain
Chan
Chong
Christopherson
Comartin
Comuzzi
Cotler
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cullen (Etobicoke North)
Cuzner
D'Amours
Davies
Day
Desjarlais
Devolin
Dhalla
Dion
Dosanjh
Doyle
Drouin
Dryden
Duncan
Easter
Emerson
Epp
Eyking
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Fontana
Forseth
Frulla
Fry
Gallant
Gallaway
Godbout
Godfrey
Godin
Goldring
Goodale
Goodyear
Gouk
Graham
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guarnieri
Guergis
Hanger
Harris
Harrison
Hiebert
Hill
Hinton
Holland
Hubbard
Ianno
Jaffer
Jean
Jennings
Johnston
Julian
Kadis
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Karetak-Lindell
Karygiannis
Kenney (Calgary Southeast)
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lapierre (Outremont)
Lauzon
Layton
LeBlanc
Lee
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacAulay
MacKenzie
Macklin
Malhi
Maloney
Mark
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
Matthews
McCallum
McDonough
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Merrifield
Miller
Mills
Minna
Mitchell
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Myers
Neville
Nicholson
O'Connor
Obhrai
Oda
Owen
Pacetti
Pallister
Paradis
Patry
Penson
Peterson
Pettigrew
Phinney
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Poilievre
Powers
Prentice
Preston
Proulx
Rajotte
Ratansi
Redman
Regan
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Robillard
Rodriguez
Rota
Russell
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Sgro
Siksay
Silva
Simard (Saint Boniface)
Simms
Skelton
Smith (Pontiac)
Solberg
Sorenson
St. Amand
St. Denis
Steckle
Stoffer
Stronach
Szabo
Temelkovski
Thibault (West Nova)
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Tonks
Torsney
Trost
Tweed
Valeri
Valley
Van Loan
Vellacott