Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
PDF

38e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 120

TABLE DES MATIÈRES

Le mardi 21 juin 2005




1000
V Affaires courantes
V     Réponse du gouvernement à des pétitions
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)

1005
V     Loi interdisant la vente de médailles
V         M. Peter Stoffer (Sackville—Eastern Shore, NPD)
V         Adoption des motions; première lecture et impression du projet de loi
V     La Loi sur l’exportation et l’importation des diamants bruts
V         L'hon. R. John Efford (ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         Adoption de la motion; première lecture du projet de loi
V     Les comités de la Chambre
V         Justice, droits de la personne, sécurité publique et protection civile
V         M. Mark Warawa (Langley, PCC)

1010

1015
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1020
V         M. Mark Warawa
V         M. Andrew Scheer (Regina—Qu'Appelle, PCC)
V         M. Mark Warawa
V         M. Gary Lunn (Saanich—Gulf Islands, PCC)

1025

1030
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1035
V         M. Gary Lunn

1040
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)

1125
V     (Division 127)
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)
V     Pétitions
V         L'immigration
V         M. Bill Siksay (Burnaby—Douglas, NPD)

1130
V         La Société canadienne des postes
V         M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC)
V         La loi sur le mariage civil
V         Mme France Bonsant (Compton—Stanstead, BQ)
V         M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC)
V         Les impôts
V         M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC)
V         La dérivation des eaux des Grands Lacs
V         M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC)
V         La santé
V         M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC)
V         Le diabète
V         M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC)
V         La Société canadienne des postes
V         M. Dave Batters (Palliser, PCC)
V         L'immigration
V         L'hon. Andrew Telegdi (Kitchener—Waterloo, Lib.)

1135
V         L'aide étrangère
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)
V         La qualité de l'eau
V         Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC)
V         La défense nationale
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)
V     Questions au Feuilleton
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V     Questions transformées en ordres de dépôt de documents
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         L'hon. Dominic LeBlanc
V     Demande de débat d’urgence
V         Le projet de détournement des eaux du lac Devils
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)

1140
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)
V Initiatives ministérielles
V     Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)

1145

1150
V         M. Bill Casey (Cumberland—Colchester—Musquodoboit Valley, PCC)
V         M. Peter MacKay

1155
V         M. Jeff Watson (Essex, PCC)
V         M. Peter MacKay
V         M. Jeff Watson (Essex, PCC)

1200

1205
V         M. Jeremy Harrison
V         Le vice-président
V         L'hon. Paddy Torsney
V         Le vice-président
V         M. Jeff Watson

1210
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)
V         M. Jeff Watson

1215
V         M. John Cummins (Delta—Richmond-Est, PCC)

1220

1225
V         M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC)
V         M. John Cummins

1230
V         M. Andrew Scheer
V         Le vice-président
V         Le vice-président
V         M. Brian Fitzpatrick (Prince Albert, PCC)

1235

1240
V         L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Brian Fitzpatrick

1245
V         Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD)
V         M. Brian Fitzpatrick
V         M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC)

1250

1255
V         L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.)

1300
V         M. Bradley Trost

1305
V         M. Rick Casson (Lethbridge, PCC)

1310

1315
V         Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD)
V         M. Rick Casson

1320
V         M. Wajid Khan (Mississauga—Streetsville, Lib.)
V         Le vice-président
V         M. Rick Casson
V         M. Colin Carrie (Oshawa, PCC)

1325

1330
V         L'hon. Judi Longfield (secrétaire parlementaire du ministre du Travail et du Logement, Lib.)

1335
V         M. Colin Carrie
V         M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC)

1340

1345
V         M. Francis Scarpaleggia (Lac-Saint-Louis, Lib.)
V         M. Stockwell Day

1350
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)
V         M. Stockwell Day
V         M. Richard Harris (Cariboo—Prince George, PCC)

1355
V         Le vice-président

1400
V DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS
V     L'émeute anti-Grecs de 1918 à Toronto
V         L'hon. Jim Karygiannis (Scarborough—Agincourt, Lib.)
V     La Journée nationale des Autochtones
V         M. Jeremy Harrison (Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill, PCC)
V     L'épée de marine des Forces canadiennes
V         L'hon. Paddy Torsney (Burlington, Lib.)
V      Carmel Paquin
V         M. Marcel Gagnon (Saint-Maurice—Champlain, BQ)
V     Les pompiers bénévoles
V         L'hon. Dominic LeBlanc (Beauséjour, Lib.)

1405
V     Les dispensateurs de soins de santé
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)
V     La Journée nationale des Autochtones
V         Mme Nancy Karetak-Lindell (Nunavut, Lib.)
V     Gisèle et Jean-Charles Burelle
V         Mme Caroline St-Hilaire (Longueuil—Pierre-Boucher, BQ)
V     Anne-Marie Alonzo
V         Mme Raymonde Folco (Laval—Les Îles, Lib.)
V     Les employés des députés
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)

1410
V     Les infrastructures
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)
V     La Journée nationale des Autochtones
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V     La fonction publique
V         M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC)
V     La Journée nationale des Autochtones
V         M. Bernard Cleary (Louis-Saint-Laurent, BQ)
V     Les droits de la personne
V         M. Jim Abbott (Kootenay—Columbia, PCC)

1415
V     Etobicoke—Lakeshore
V         L'hon. Jean Augustine (Etobicoke—Lakeshore, Lib.)
V QUESTIONS ORALES
V     La citoyenneté et l'immigration
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         L'hon. Stephen Harper (Calgary-Sud-Ouest, PCC)
V         L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)
V         L'hon. Stephen Harper (Calgary-Sud-Ouest, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V     Le prix de l'essence
V         M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC)

1420
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)

1425
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V     La coopération internationale
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     La citoyenneté et l'immigration
V         M. Russ Hiebert (Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale, PCC)
V         L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         M. Russ Hiebert (Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)

1430
V     Les ressources naturelles
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)
V         L'hon. Pierre Pettigrew (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)
V         L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.)
V     La radiodiffusion
V         M. Maka Kotto (Saint-Lambert, BQ)
V         L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.)
V         M. Maka Kotto (Saint-Lambert, BQ)

1435
V         L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.)
V         M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ)
V         L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.)
V         M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ)
V         L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.)
V     Partenariat technologique Canada
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)

1440
V         M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V         M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V     Les inondations en Alberta
V         Mme Anita Neville (Winnipeg-Centre-Sud, Lib.)
V         L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V     L'agriculture
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)
V         L'hon. Andy Mitchell (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.)

1445
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)
V         L'hon. Andy Mitchell (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.)
V     La santé
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.)
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)
V         L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.)
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)

1450
V         L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.)
V         Le Président
V     L'immigration
V         Mme Meili Faille (Vaudreuil-Soulanges, BQ)
V         L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)
V         Mme Meili Faille (Vaudreuil-Soulanges, BQ)
V         L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)
V         Le Président
V     Les affaires étrangères
V         M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC)
V         L'hon. Pierre Pettigrew (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V         M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC)

1455
V         Le Président
V         L'hon. Pierre Pettigrew (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V     Les affaires autochtones
V         M. Roger Valley (Kenora, Lib.)
V         L'hon. Ethel Blondin-Andrew (ministre d'État (Nord canadien), Lib.)
V     La Chine
V         Mme Helena Guergis (Simcoe—Grey, PCC)
V         L'hon. Aileen Carroll (ministre de la Coopération internationale, Lib.)
V     Le commissaire à l'information
V         M. David Tilson (Dufferin—Caledon, PCC)
V         Le Président
V         L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.)
V     Les anciens combattants
V         M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ)

1500
V         L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     Les techniques de reproduction
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.)
V     Le Vietnam
V         L'hon. David Kilgour (Edmonton—Mill Woods—Beaumont, Ind.)
V         L'hon. Aileen Carroll (ministre de la Coopération internationale, Lib.)
V     Recours au Règlement
V         La motion no 17 du gouvernement
V         M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC)

1505
V         L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le Président
V         Dépôt de documents
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)
V         Le Président
V         La question de privilège soulevée par la députée d'Ahuntsic
V         M. Rob Anders (Calgary-Ouest, PCC)

1510
V         L'hon. Eleni Bakopanos (secrétaire parlementaire du ministre du Développement social (économie sociale), Lib.)
V         Le Président
V     Demande d'un débat d'urgence
V         Décision de la présidence
V         Le Président
V Initiatives ministérielles
V     Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements
V         L'hon. Karen Redman (Kitchener-Centre, Lib.)
V         Le Président
V         M. Jay Hill
V         Le Président
V         Adoption de la motion

1515
V         M. Richard Harris (Cariboo—Prince George, PCC)

1520
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         M. Richard Harris

1525
V         Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD)
V         M. Richard Harris
V     Les travaux de la Chambre
V         L'hon. Karen Redman
V         Le Président
V         Adoption de la motion
V     Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)

1530

1535
V         M. Ed Komarnicki (Souris—Moose Mountain, PCC)

1540
V         L'hon. Don Boudria
V         M. Jim Gouk (Colombie-Britannique-Southern Interior, PCC)
V         L'hon. Don Boudria
V         M. Bob Mills (Red Deer, PCC)

1545

1550
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)

1555
V         M. Bob Mills

1600
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)

1605

1610
V         M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC)
V         Mme Alexa McDonough

1615
V         L'hon. Marlene Jennings (secrétaire parlementaire du premier ministre (Canada—États-Unis), Lib.)

1620

1625
V         M. Colin Carrie (Oshawa, PCC)
V         L'hon. Marlene Jennings

1630
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)
V         Le vice-président
V         L'hon. Marlene Jennings
V         M. Gary Lunn (Saanich—Gulf Islands, PCC)

1635

1640
V         M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD)

1645
V         M. Gary Lunn
V         Le vice-président
V         M. Gary Lunn
V         Le vice-président
V         M. Borys Wrzesnewskyj (Etobicoke-Centre, Lib.)

1650
V         M. Gary Lunn
V         M. Navdeep Bains (Mississauga—Brampton-Sud, Lib.)

1655

1700
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)
V         M. Navdeep Bains

1705
V         M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD)
V         M. Navdeep Bains
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)

1710

1715

1720
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)
V         M. Rob Merrifield

1725
V         M. Alan Tonks (York-Sud—Weston, Lib.)

1730
V     Les travaux de la Chambre
V         L'hon. Karen Redman (Kitchener-Centre, Lib.)
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         Adoption de la motion
V     Message du Sénat
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V INITIATIVES PARLEMENTAIRES
V     Un symbole pour la Chambre des communes
V         Mme Bev Oda (Durham, PCC)

1735

1740
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)

1745
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)

1750
V Initiatives ministérielles
V     Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements
V         Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC)

1755

1800
V         L'hon. Peter Adams (secrétaire parlementaire de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.)
V         Mme Lynne Yelich

1805
V         L'hon. Hedy Fry (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)

1810

1815
V         M. Ken Epp (Edmonton—Sherwood Park, PCC)

1820
V         L'hon. Hedy Fry
V         L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.)

1825

1830
V         L'hon. Larry Bagnell
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         L'hon. Keith Martin
V         M. Peter Goldring (Edmonton-Est, PCC)

1835
V         L'hon. Keith Martin
V         Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD)

1840
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         L'hon. Keith Martin
V         M. Jeremy Harrison (Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill, PCC)

1845

1850
V         Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD)
V         M. Jeremy Harrison

1855
V         M. Andrew Scheer (Regina—Qu'Appelle, PCC)
V         M. Jeremy Harrison
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)

1900
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)

1930
V     (Division 128)
V         Le vice-président

1935
V         
V         L'hon. Karen Redman
V         Le vice-président
V         L'hon. Rob Nicholson
V         M. Michel Guimond
V         M. Yvon Godin
V         Mme Carolyn Parrish
V         L'hon. David Kilgour
V         M. Pat O'Brien
V     (Division 129)
V         Le vice-président
V         L'hon. Karen Redman
V         Le vice-président
V         L'hon. Rob Nicholson
V         M. Michel Guimond
V         M. Yvon Godin
V         Mme Carolyn Parrish
V         L'hon. David Kilgour
V         M. Pat O'Brien

1940
V     (Division 130)
V         Le vice-président
V         L'hon. Karen Redman
V         Le vice-président
V         L'hon. Rob Nicholson
V         M. Michel Guimond
V         M. Yvon Godin
V         Mme Carolyn Parrish
V         L'hon. David Kilgour
V         M. Pat O'Brien
V     (Division 131)
V         Le vice-président
V         L'hon. Karen Redman
V         Le vice-président
V     (Division 132)
V         Le vice-président
V         L'hon. Karen Redman
V         Le vice-président
V     (Division 133)
V         Le vice-président

1950
V     (Division 134)
V         Le vice-président

1955
V     Recours au Règlement
V         La motion no 17 du gouvernement—Décision de la présidence
V         Le Président

2000
V Débat d'urgence
V     Le projet de détournement des eaux du lac Devils
V         Le Président
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)

2005
V         Mme Cheryl Gallant

2010
V         Le vice-président
V         L'hon. Reg Alcock
V         Le vice-président
V         L'hon. Reg Alcock
V         Le vice-président
V         M. James Bezan
V         Le vice-président
V         M. Ken Epp (Edmonton—Sherwood Park, PCC)
V         L'hon. Dan McTeague
V         Le vice-président
V         M. Ken Epp

2015
V         Mme Joy Smith
V         M. Nathan Cullen (Skeena—Bulkley Valley, NPD)
V         Mme Joy Smith

2020
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)

2025
V         L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.)

2030
V         M. James Bezan
V         M. Inky Mark (Dauphin—Swan River—Marquette, PCC)
V         M. James Bezan

2035
V         L'hon. Pierre Pettigrew (ministre des Affaires étrangères, Lib.)

2040
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)

2045
V         L'hon. Pierre Pettigrew
V         M. Pat Martin (Winnipeg-Centre, NPD)
V         L'hon. Pierre Pettigrew
V         Le Président

2050
V         L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.)

2055
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)
V         L'hon. Stéphane Dion

2100
V         L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD)
V         L'hon. Stéphane Dion
V         Mme Francine Lalonde (La Pointe-de-l'Île, BQ)
V         L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.)
V         Mme Francine Lalonde

2105

2110

2115

2120
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)
V         Mme Francine Lalonde (La Pointe-de-l'Île, BQ)

2125
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)
V         Mme Francine Lalonde
V         L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD)

2130

2135

2140

2145
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)

2150
V         L'hon. Bill Blaikie

2155
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)
V         L'hon. Bill Blaikie

2200
V         L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.)

2205

2210
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)
V         L'hon. Reg Alcock

2215
V         Mme Anita Neville (Winnipeg-Centre-Sud, Lib.)

2220

2225
V         M. Brian Jean (Fort McMurray—Athabasca, PCC)
V         Mme Anita Neville
V         M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD)
V         Mme Anita Neville
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)

2230

2235
V         M. Bill Siksay (Burnaby—Douglas, NPD)

2240
V         M. Vic Toews
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)
V         M. Vic Toews

2245
V         M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC)

2250

2255
V         M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD)
V         M. Steven Fletcher
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)

2300
V         M. Steven Fletcher
V         L'hon. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement, Lib.)

2305

2310
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)
V         L'hon. Bryon Wilfert

2315
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)
V         L'hon. Bryon Wilfert
V         L'hon. Dan McTeague (secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères, Lib.)

2320

2325
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)

2330
V         L'hon. Dan McTeague
V         M. Bernard Bigras (Rosemont—La Petite-Patrie, BQ)

2335

2340

2345

2350
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)
V         M. Bernard Bigras

2355
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)

2400
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)
V         Adoption de la motion






CANADA

Débats de la Chambre des communes


VOLUME 140 
NUMÉRO 120 
1re SESSION 
38e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mardi 21 juin 2005

Présidence de l'honorable Peter Milliken

    La séance est ouverte à 10 heures.


Prière



+Affaires courantes

[Affaires courantes]

*   *   *

  +(1000)  

[Français]

+Réponse du gouvernement à des pétitions

+

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, conformément au paragraphe 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à une pétition.

*   *   *

  +-(1005)  

[Traduction]

+-Loi interdisant la vente de médailles

+-

    M. Peter Stoffer (Sackville—Eastern Shore, NPD) demande à présenter le projet de loi C-415, Loi visant à interdire la vente de médailles des forces militaires et policières canadiennes.

    Monsieur le Président, je tiens à remercier mon honorable collègue de la Colombie-Britannique d’avoir appuyé le projet de loi. Comme nous le savons tous, il n’est jamais agréable de voir les médailles fièrement portées par nos anciens combattants, nos militaires et les membres de la GRC, par exemple, être vendues dans un marché aux puces ou sur l’Internet ou de quelque autre façon semblable.

    L’adoption de ce projet de loi interdirait la vente de toute médaille remise par le gouvernement du Canada à nos braves soldats, à nos anciens combattants et aux agents de la GRC partout au pays. Du plus profond de nos cœurs, nous estimons que ces médailles ne doivent pas servir de monnaie d’échange. Elles revêtent une grande valeur sentimentale et ne devraient pas être vendues ou troquées de quelque façon que ce soit.

     (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

*   *   *

+-La Loi sur l’exportation et l’importation des diamants bruts

+-

    L'hon. R. John Efford (ministre des Ressources naturelles, Lib.) propose que le projet de loi S-36, Loi modifiant la Loi sur l’exportation et l’importation des diamants bruts, soit lu pour la première fois.

     (La motion est réputée adoptée et le projet de loi est lu pour la première fois.)

*   *   *

+-Les comités de la Chambre

+Justice, droits de la personne, sécurité publique et protection civile

+-

    M. Mark Warawa (Langley, PCC): Monsieur le Président, je propose l’adoption du sixième rapport du Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile qui a été présenté à la Chambre le mercredi 13 avril dernier.

    Je suis honoré de prendre la parole à la Chambre pour parler de cette motion. Je vais partager mon temps avec le député de Saanich—Gulf Islands.

    C’est une motion très importante. J’aimerais vous en brosser brièvement l’historique. Neuf maires se sont présentés devant le Comité de la justice pour lui faire part de leur très grande inquiétude relativement à la fermeture de neuf détachements de la GRC au Québec. Le commissaire Zaccardelli est également venu nous parler à ce sujet. Il nous a dit que cette mesure s’inscrivait dans un plan établi dont il nous a fourni la justification. On souhaitait fermer ces détachements et redéployer les agents qui y étaient affectés vers un emplacement centralisé afin de mieux contrer le crime organisé.

    Les neuf maires qui sont venus s’adresser au comité s’inquiétaient beaucoup du fait que la GRC délaissait leur collectivité pour regrouper ces agents dans un endroit centralisé. Quelles sont les répercussions pour ces communautés? En les privant de présence policière, c’est comme si on disait aux criminels qu’ils peuvent faire ce que bon leur semble. Cette situation préoccupait beaucoup les neuf maires.

    J'ai une certaine expérience de collaboration avec la GRC. Avant de devenir député, j'étais agent de prévention des sinistres. L'une des choses sur lesquelles nous nous étions penchés, c'était l'importance de la présence de la GRC. Lorsque les gens ne voient aucun policier, ils comprennent qu'ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent.

    La vaste majorité des citoyens canadiens respectent les lois, paient des impôts et travaillent fort, mais un petit pourcentage de personnes au Canada, et dans le monde, ne sont pas respectueuses des lois. C'est pourquoi nous avons besoin d'une présence policière. La seule présence de la police a un effet de dissuasion.

    Prenons, par exemple, les automobilistes. Les gens qui ne voient jamais un policier ont tendance à conduire beaucoup plus rapidement. Lorsque des policiers sont présents, les conducteurs ralentissent. Nous avons tous observé ce phénomène sur l'autoroute. Nous avons vu comment les gens ralentissent dès qu'ils aperçoivent un agent de police.

    Des études de toutes sortes ont été réalisées avec des leurres. Même s'il s'agit d'une voiture bidon, d'un vieux véhicule hors service de la GRC ou de la police municipale, la circulation ralentit. La présence de la police est très importante.

    Elle est assez importante pour que les maires de ces neuf localités du Québec se rendent à Ottawa et nous demandent de mettre fin à ce projet, parce que la fermeture de ces détachements, qui a été décidée en haut lieu à la GRC, allait être désastreuse pour ces collectivités. Pourquoi? Quels étaient les motifs?

    Non seulement l'absence de la police semble être problématique, mais les cultures de marijuana posent un problème partout au pays. Si les détachements de la GRC sont démantelés, qui va s'en occuper? Si cela se produit, nous disons que le crime organisé aura la voie libre.

    Une voix: Nous lui disons où aller.

    M. Mark Warawa: Nous disons aux criminels voici les localités où il n'y a plus de présence policière et voici de bons endroits où vous adonner à ces cultures. Sans présence policière, nous disons aux criminels qu'ils peuvent avoir leurs armes légitimes, qu'ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent.

    Les neuf maires en question sont venus devant le comité pour nous demander d'arrêter les fermetures avant qu'il ne soit trop tard, en affirmant que si la police se retirait, leurs communautés allaient être en difficulté.

    En décembre 2004, le comité a présenté son quatrième rapport. Conformément à l'article 108(2) du Règlement, le comité a adopté la motion suivante le 9 décembre 2004:

    Que le comité recommande au gouvernement de voir à ce que la GRC garde ouverts les neuf détachements du Québec dont il a été question lors de nos audiences et à ce qu'elle assure d'y maintenir ou d'y retourner une masse critique d'agents par détachement.

    Il n'y avait qu'un seul agent dans certains détachements. Ce n'est pas suffisant. Nous voulons un nombre minimal d'agents pour assurer la masse critique.

  +-(1010)  

    Après le quatrième rapport, le comité a encore entendu le témoignage du commissaire Zaccardelli. Il a appris que cette mesure avait déjà été prise, et on lui a demandé comment il pouvait remettre le tout en cause. Le gouvernement a également demandé au comité comment il pouvait douter de la GRC.

    Tous les députés sont fiers de la GRC et la respectent. Elle accomplit un travail formidable. Nous nous demandions s'il était logique de fermer ces détachements, qui ne sont pas situés à la frontière mais qui servent à la patrouille de la frontière canadienne.

    Certains nous ont indiqué craindre que nous ne protégions pas correctement la frontière canadienne. Nous sommes un pays souverain, et il incombe au gouvernement de protéger ses citoyens et sa frontière. On nous a signalé que, tous les ans, des milliers franchissaient la frontière sans s'arrêter. Ces individus ne transportent pas du lait ou ne veulent pas acheter du fromage. Ils s'adonnent au trafic d'êtres humains, d'armes et de drogues, sans que le gouvernement n'intervienne.

    Qui patrouille nos frontières? On restreint les effectifs de la GRC en Ontario comme au Québec, et c'est maintenant le Manitoba qui est visé. Il faut que ça cesse. Il aurait fallu y mettre un terme auparavant.

    Notre pays est aux prises avec une épidémie; les ressources policières diminuent. Notre population s'accroît, et le taux de criminalité augmente. Il n'est pas efficace de demander à la GRC et aux autres services de police, qui comptent sur des ressources et des effectifs retreints, d'affecter dans un bureau des agents patrouillant dans les rues. Nous devons protéger les Canadiens et nos frontières.

    Une voix: Nous avons le devoir de le faire.

    M. Mark Warawa:  Effectivement, et nous avons besoin de policiers à la frontière.

    Les agents d'immigration et les douaniers sont responsables de la sécurité aux postes frontaliers, mais c'est la GRC qui l'assure entre les postes frontaliers. Nous pouvons affirmer que nous manquons de ressources à nos postes frontaliers lorsque nous constatons que des individus les franchissent sans s'arrêter. Selon les statistiques des services frontaliers américains, des milliers passent d'un pays à l'autre entre ces postes frontaliers. Qui est responsable de cet aspect? Je le répète, cette responsabilité incombe à la GRC.

    Ce n'est gérer correctement une ressource utile que de fermer ces détachements et affecter les agents qui y travaillaient à des tâches administratives qu'ils exécutent avec leurs ordinateurs portatifs en ville.

    Nous avons ensuite le sixième rapport qui se lit comme suit:

    Conformément à l’article 108(2) du Règlement, votre Comité a étudié la question de la fermeture de neuf (9) postes de la Gendarmerie royale du Canada au Québec.

    Votre Comité porte à l’attention de la Chambre le fait que le ministre de la Sécurité publique et de la protection civile et l’État-major de la Gendarmerie royale du Canada n’ont pas tenu compte de l’opinion du Comité exprimée dans son quatrième rapport en poursuivant le processus de fermeture de neuf postes de la GRC au Québec.

    Votre Comité recommande que la ministre et la GRC mettent fin au plan de redéploiement des effectifs et procèdent à la réouverture des postes concernés.

    Le rapport du Comité de la justice au sujet de la fermeture de ces postes a recueilli l’unanimité des membres du comité. Nous sommes tous préoccupés et ce, à l'unanimité, mis à part les députés du gouvernement. Pour une raison ou une autre, le gouvernement prévoit fermer les postes de la GRC et retirer les membres de la GRC de nos frontières et de nos autoroutes. Il ne fait que supprimer ce qui existe.

  +-(1015)  

    Nous avons besoin d’une présence de la GRC et quel que soit le plan caché du gouvernement, il doit être révélé au grand jour. Je crois que les Canadiens veulent que cette question soit réglée tout de suite. Le plan du gouvernement doit être révélé au grand jour et il faut y mettre fin.

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Madame la Présidente, nous examinons le quatrième rapport du Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile. C’est un sujet qui intéresse les parlementaires de près et, certainement, tous les Canadiens, et c’est une des raisons pour lesquelles il a fait l’objet d’un débat à cet endroit le 3 mai, si je ne me trompe. Les députés voudront peut-être se pencher sur ce débat.

    J’aimerais souligner quelques points avant de poser la question au député. Le problème, c’est que les ressources de la GRC au Québec n’ont perdu aucun agent, pas même un seul, par suite de cette réorganisation qui s'est faite pour améliorer l’efficacité de la GRC.

    Par ailleurs, en vertu de la Loi sur la GRC, la GRC détient l'autorité de gérer notre service national de police et d’affecter les ressources là où on en a le plus besoin. Le paragraphe 5(1) de la Loi sur la GRC énonce clairement:

—le commissaire de la Gendarmerie royale du Canada, qui, sous la direction du ministre, a pleine autorité sur la Gendarmerie et tout ce qui s’y rapporte.

    La motion vise directement la responsabilité et les voies hiérarchiques relatives à la GRC et, en fait, sape le fondement législatif de notre service national de police.

    Étant parfaitement au fait du débat qui s’est déroulé à cet endroit le 3 mai et comprenant qu’il s’agissait d’une réorganisation pour assurer l’efficacité, le député laisse-t- il entendre en quelque sorte que la réorganisation n’était pas la chose indiquée à faire vu qu’elle était transparente et ouverte et que c’était la décision de la GRC et non celle du gouvernement du Canada?

  +-(1020)  

+-

    M. Mark Warawa: Madame la Présidente, la question du député est intéressante, parce que c’est exactement ce qui a été dit au comité. L’objectif était d’améliorer l’efficacité. On a laissé entendre qu’il était plus efficace de retirer les agents de la GRC affectés aux postes frontières.

    L’idée est insensée. Et les députés libéraux membres du comité sont les seuls à ne pas la trouver insensée. Ils ont déclaré qu’il était plus sécuritaire et plus efficace de retirer les agents de la GRC qui sont affectés aux collectivités visées et aux postes frontières. Nous devons compter sur les Américains pour protéger la frontière canadienne.

    Les Canadiens ne sont pas d'accord. Aucun membre du comité n’accepte ce raisonnement qui défie toute logique.

    Le gouvernement dit des sottises quand il affirme qu’il est plus efficace de retirer les agents de la GRC. Ce qui est plus efficace, c’est de les avoir là où il y a des problèmes, là où il y a des plantations de marijuana, là où des crimes sont commis. Il nous faut une présence policière. Retirer ces agents n’a aucun sens.

    Concernant l’autorité hiérarchique, le message est très clair. Les membres du comité ne sont absolument pas d’accord avec la décision du gouvernement. J’espère qu’il a saisi le message. Nous n’appuyons aucunement la décision du gouvernement de retirer les agents de la GRC.

+-

    M. Andrew Scheer (Regina—Qu'Appelle, PCC): Madame la Présidente, le député libéral soutient qu’il est question ici d’efficacité, de prestation de services. Or, comment peut-on parler d’efficacité quand on continue d’investir des dizaines de millions de dollars dans un registre des armes à feu inutile qui n'aide pas à résoudre des crimes, un registre que les Canadiens de toutes les régions ont rejeté comme moyen de combattre la criminalité, et que l’on essaie ensuite de trouver d’autres façons de réaliser des économies? Les libéraux comptent réaliser des économies sur le dos des policiers de première ligne qui sont affectés à la frontière.

    Le député peut-il nous expliquer l'hypocrisie qui entoure la décision de financer un registre inutile et de réduire le nombre de policiers de première ligne chargés de combattre la criminalité?

+-

    M. Mark Warawa: Madame la Présidente, la question de mon collègue vise en plein dans le mille. Les Canadiens veulent savoir pourquoi nous gaspillons l’argent qu’ils versent en impôts. Ils veulent que cet argent soit utilisé de manière judicieuse. Ils ne veulent pas le voir investi dans des programmes comme le registre des armes à feu, un cafouillis qui a coûté deux milliards de dollars.

    Les membres des organisations criminelles n’enregistrent pas leurs armes à feu. Les personnes qui font passer de la drogue en contrebande de part et d’autre de la frontière et qui possèdent des plantations de marijuana munies de pièges qui mettent en danger la vie des sapeurs-pompiers et des policiers n’enregistrent pas leurs armes à feu.

+-

    M. Gary Lunn (Saanich—Gulf Islands, PCC): Madame la Présidente, j’aimerais remercier mon honorable collègue de la Colombie-Britannique de bien vouloir partager son temps avec moi.

    D’après ce que je comprends, le rapport du ministère de la Justice traite de la fermeture de plusieurs détachements de la GRC. Il est important de ne pas nous arrêter uniquement aux détachements particuliers dont il est question dans le rapport. Depuis 10 ou 12 ans, les détachements de la GRC sont en difficulté. Je vis dans la petite ville de Sydney, en Colombie-Britannique, qui a un détachement local de la GRC, avec un effectif de 25 agents.

    Aussi longtemps que je puisse m'en souvenir, ce détachement a souffert d’un manque chronique d'effectifs pour diverses raisons. En général, il lui manque environ 25 p. 100 de personnel. Très souvent, quand il envoie un peloton en opération, il reste deux agents, dont un fait des patrouilles en voiture. Pour diverses raisons, du congé de maternité à la pénurie de personnel aux transferts, le détachement est incapable de combler les postes laissés vacants.

    Pourquoi notre service national de police se retrouve-t-il dans cette situation, lorsque le moment est venu de remplacer de ses membres? Il arrive qu'un détachement attende bien longtemps pour combler un poste, comme nous pouvons le constater dans le rapport. Plusieurs petits détachements du pays sont tout bonnement fermés.

    Aux premiers temps où le parti libéral a été au pouvoir, il a quasiment fermé le Dépôt de formation de la GRC à Regina parce qu’il ne faisait pas son travail. La situation est devenue assez grave. Pendant des années, nous n’avions que très peu de classes, quand même il y en avait, pour former les nouveaux agents de police. Par conséquent, l’arriéré était énorme. Une pénurie de centaines d’agents de police a mis les détachements de la GRC en difficulté, partout au pays.

    Comment le gouvernement a-t-il réagi à cela? Selon bien des rapports, le gouvernement a choisi de ne pas envoyer dans les rues les agents de première ligne pour épargner quelque chose comme 2 milliards de dollars. Les libéraux ont pris une décision définitive de retirer les agents de première ligne parce qu’il n’y avait pas assez de formation pour combler les postes vacants. À leur place, le gouvernement a dépensé des milliards de dollars sur le registre des armes à feu. Personne, au Canada, ne pense que les gens devraient pouvoir déambuler dans les rues avec des armes à feu.

    Avant l’épisode infâme du registre des armes à feu, dans lequel le gouvernement a englouti des milliards de dollars, les gens n’avaient pas le droit de porter des armes de poing. S’ils voulaient sortir leurs armes de leur domicile pour se rendre dans un stand de tir, ils devaient s’adresser aux services de police locaux pour obtenir un permis. Dans les faits, il existait un genre de registre des armes de poing dans les bureaux de police locaux. Le gouvernement, dans sa grande sagesse, a toutefois décidé qu’il allait dépenser des milliards de dollars. Comment peut-on en arriver à dépenser deux milliards de dollars pour une base de données, un registre d’armes à feu?

    Il suffit de regarder ce qui s’est passé avec le Programme de commandites. Pas besoin de beaucoup d’imagination pour savoir où l’argent s’en est allé. Je suis persuadé que nous pourrons constater au cours des prochaines années, à la lumière de nouvelles vérifications et de nouveaux renseignements qui seront mis au jour, qu’une grande partie de ces fonds se sont probablement retrouvés dans les poches de très fidèles partisans du Parti libéral du Canada. Des contrats seront octroyés aux plus généreux donateurs du Parti libéral, cela ne fait aucun doute dans mon esprit. Pour les libéraux, c’est la façon normale de procéder.

  +-(1025)  

    En outre, nous nous retrouvons dans une situation plus difficile depuis trois ou quatre ans, soit depuis le 11 septembre 2001.

    Douanes Canada doit s’occuper de la circulation des traversiers à destination des États-Unis. Lorsque des gens traversent vers les États-Unis, ils font l’objet d’un contrôle préalable. Cependant, les agents d’immigration des États-Unis refusent de travailler au Canada sans être accompagnés d’un agent de police armé. Ce poste frontalier est situé juste en face d’où j’habitais auparavant. Le traversier d’Anacortes fait un ou deux voyages par jour, pour un total de quatre heures. Un agent du poste de la GRC de Sidney doit accompagner l’agent de l’immigration des États-Unis.

    Je constate que le comité sénatorial a fait valoir qu’il existait deux solutions pour les agents de douane canadiens. Lorsqu’ils assurent la sécurité de notre frontière, on peut soit les faire accompagner par des agents de police armés, soit les équiper eux-mêmes d’une arme. Il est ironique de constater que le gouvernement ne fournit pas de revolvers, ou du moins d’escorte policière armée, aux agents canadiens des douanes alors qu’il offre une telle escorte aux agents d’immigration des États-Unis qui travaillent au Canada. C’est tout à fait incroyable. C’est comme ça que les choses fonctionnent aujourd’hui.

    Pour travailler, les agents d’immigration américains affectés à la gare maritime Anacortes à Sidney ou au port dans le centre-ville de Victoria, d’où l'on peut se rendre dans la région de Coho aux États-Unis, exigent la présence de policiers canadiens armés, et ce pour des raisons de sécurité. Nous ne le faisons même pas pour nos propres douaniers.

    Quelles sont les priorités du gouvernement? La GRC souffre d’un manque chronique de fonds. Le gouvernement a décidé d’investir des milliards de dollars dans le registre national des armes à feu qui, de toute évidence, ne rapporte rien à personne si ce n’est à quelques bons libéraux qui profitent de contrats leur procurant en fin de compte des millions de dollars. Comment le gouvernement peut-il dépenser 2 milliards de dollars pour une base de données. J’aurais aimé avoir ce contrat. C’est tout simplement étonnant.

    Le gouvernement a restreint au strict nécessaire la formation dispensée au détachement de la GRC à Regina. L’effectif de ce détachement a toujours été insuffisant. Le scénario se répète dans tous les détachements au Canada. Parfois, il faut attendre six mois ou plus pour que soit remplacé un agent qui a été muté ailleurs. Les autorités de ces détachements doivent tenir compte de ces problèmes lorsqu’ils établissent les horaires. Le manque d’effectif les amène à trouver des solutions pour réduire le nombre d’agents au sein d’un peloton.

    Dans ma collectivité, le manque de personnel au détachement de la GRC a toujours été d’à peu près 25 p. 100. C’est un problème très grave. Des agents ont dû constituer les équipes de jour et d'autres ont dû aller travailler aux gares maritimes parce que les agents d’immigration américains ne travaillent qu’en présence de policiers armés. Nous ne le faisons même pas pour nos propres douaniers.

    C’est une question de priorités. Le gouvernement doit mettre l’accent sur les priorités. Lors de la session du printemps, nous avons consacré beaucoup de temps au projet de loi C-38, qui porte sur le mariage entre personnes de même sexe. Encore une fois, c’est une question de priorités. Pourquoi ne pas nous concentrer sur l’emploi, l’économie, les réductions d’impôt et notre système de soins de santé? La priorité du gouvernement, c’est de faire adopter le projet de loi C-38.

  +-(1030)  

    De l’autre côté de la Chambre, nous avons des priorités très différentes. Nous voulons présenter des mesures législatives qui auront des répercussions utiles sur l’ensemble des Canadiens. C’est une question de priorités. Il est temps que le gouvernement réfléchisse à ce qu’il a accompli au cours des 12 dernières années. Tous pourraient conclure que les libéraux ont des priorités tout à fait incongrues.

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Madame la Présidente, j’ai dit que la Chambre avait débattu de cette question le 3 mai. On a fait valoir à ce moment-là qu’en vertu de la Loi sur la GRC, la GRC avait le pouvoir de gérer le service national de police et d’affecter les ressources là où le besoin était le plus grand, en application du paragraphe 5(1). Bien qu’on agisse de concert avec le ministre, les activités de tous les jours ne relèvent pas de lui. Il s'occupe davantage des orientations stratégiques.

    Je voulais également faire remarquer que le commissaire a comparu devant le comité. Il a expliqué aux parlementaires que les détachements devaient être fermés, et il en a donné les raisons. Il a dit au comité que si on maintenait ces détachements et qu’on ne redéployait pas les agents, la sécurité au Québec serait compromise, contrairement à ce que les députés ont dit. Le commissaire a aussi expliqué qu’on avait besoin des agents ailleurs, en raison des priorités croissantes au Québec, en particulier pour contrer le terrorisme et le crime organisé.

    Je répète qu’aucun agent de la GRC n’a été retiré. Il s'agissait d'un redéploiement des ressources.

    Enfin, je signalerais également qu’au cours des quatre ou cinq dernières années, le budget de la GRC est passé de 2 milliards à 3 milliards de dollars. Il s’agit d’une hausse très importante des ressources dont disposent nos agents de police.

    Pourquoi le député ne croit-il pas M. Zaccardelli, le commissaire de la GRC, lorsqu’il dit que ces fermetures compromettraient la sécurité du Québec?

  +-(1035)  

+-

    M. Gary Lunn: Madame la Présidente, peu importe que je crois M. Zaccardelli ou non, le député devrait s’entretenir avec les gens qui se trouvent dans les détachements. Qu’il regarde leur horaire. Qu’il aille voir si le personnel est complet. Qu’il aille voir sur place si tous les postes sont comblés. Il constatera sans doute qu’il y a beaucoup de postes vacants. Bien sûr qu'il s’agit d’un redéploiement, puisqu’ils déplacent les gens.

    Qui plus est, le député d’en face parle des décisions stratégiques qui ont été prises. Parlons de la stratégie du gouvernement libéral. Comment justifie-t-il que 50 millions de dollars de plus sont prévus dans le budget des dépenses de cette année pour le registre des armes à feu? Où sont les priorités?

    Le gouvernement ne croit-il pas que l’argent serait peut-être mieux dépensé si on affectait des agents de première ligne dans la rue? Le gouvernement croit-il que les détachements de la GRC disposent d'un effectif complet? Le gouvernement croit-il que les budgets des détachements augmentent? Nous sommes sceptiques de ce côté-ci de la Chambre, parce que les promesses faites par le gouvernement libéral sont brisées l’une après l’autre, de l'aveu même du premier ministre.

    Le premier ministre s’est rendu dans ma circonscription l’année dernière au cours de la campagne électorale. Il a regardé certains de mes électeurs droit dans les yeux et leur a promis de les aider. Il a promis qu’il réglerait la situation des employés de JDS Uniphase et qu'il réglerait aussi leur problème d’imposition. Maintenant, il déclare que c’est bien dommage. Les promesses des libéraux ne valent rien, absolument rien.

    Le député devrait venir dans ma circonscription et parler avec mes électeurs, avec certains employés de JDS Uniphase. Lorsqu'il s’agit de questions relatives à la justice ou à la fiscalité, le gouvernement est prêt à faire et à dire n’importe quoi pour obtenir des voix. Lorsqu’il s’agit de donner suite aux promesses, il n’y a plus personne.

    Les faits sont éloquents à cet égard. Des milliards de dollars sont dépensés pour un registre des armes à feu inutile. Nous n’en revenons pas de voir quelles ont été les priorités du premier ministre au cours de l’année écoulée. Les Canadiens ont perdu leurs illusions.

    La seule réponse du gouvernement à l’opposition consiste à faire des allégations non fondées et à l'attaquer. Il est temps que le Parlement présente des mesures législatives qui changeront la situation de tous les Canadiens de chaque région du pays.

    Il faut permettre aux jeunes Canadiens, qui finissent leurs études à l’université et à l’école secondaire, de réaliser leurs rêves et leurs aspirations. Les entreprises ne devraient pas être paralysées par une politique fiscale qui les empêche de croître et de prospérer.

    Lorsque j’ai obtenu mon diplôme d’études secondaires en 1975, je gagnais le même salaire horaire que les jeunes qui finissent l’école aujourd’hui. Il y a quelque chose qui ne va pas dans ce bas monde.

    Les politiques du gouvernement ont paralysé le pays. Les libéraux sont au pouvoir depuis 13 ans. Leurs politiques jettent au tapis l’économie du pays. Commençons donc par recentrer nos priorités. Commençons par observer où nous dépensons les fonds au lieu de les dépenser pour des amis du Parti libéral.

  +-(1040)  

[Français]

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Madame la Présidente, c'est une discussion intéressante. Toutefois, comme ce fut le cas par le passé, nous croyons que les Canadiens et les Canadiennes souhaitent que ce Parlement se penche sur des projets de loi importants, par exemple le budget du gouvernement.

[Traduction]

    C’est pourquoi je propose:

    Que le débat soit ajourné maintenant.

[Français]

+-

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): La Chambre a entendu l'énoncé de la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.

    Des voix: Oui.

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.

    Des voix: Non.

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): À mon avis, les oui l'emportent.

    Et plus de cinq députés s'étant levés:

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): Convoquez les députés.

*   *   *

  +-(1125)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)

+

(Vote no 127)

POUR

Députés

Adams
Alcock
Anderson (Victoria)
André
Angus
Asselin
Bachand
Bagnell
Bains
Bakopanos
Barnes
Beaumier
Bélanger
Bell
Bellavance
Bennett
Bergeron
Bevilacqua
Bigras
Blaikie
Blais
Blondin-Andrew
Boire
Boivin
Bonsant
Boshcoff
Bouchard
Boudria
Boulianne
Bourgeois
Bradshaw
Brison
Broadbent
Brunelle
Bulte
Byrne
Cannis
Cardin
Carr
Carrier
Carroll
Catterall
Chamberlain
Chan
Christopherson
Clavet
Cleary
Coderre
Comartin
Comuzzi
Côté
Cotler
Crête
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cullen (Etobicoke North)
Cuzner
D'Amours
Davies
Demers
Deschamps
Desjarlais
Desrochers
DeVillers
Dhalla
Dion
Dosanjh
Drouin
Dryden
Duceppe
Easter
Efford
Emerson
Eyking
Faille
Folco
Fontana
Frulla
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gallaway
Gaudet
Gauthier
Godbout
Godin
Graham
Guay
Guimond
Holland
Hubbard
Ianno
Jennings
Julian
Kadis
Karetak-Lindell
Karygiannis
Khan
Kotto
Laframboise
Lalonde
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lastewka
Lavallée
Layton
LeBlanc
Lemay
Lessard
Lévesque
Longfield
Loubier
MacAulay
Macklin
Malhi
Maloney
Marceau
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
Matthews
McCallum
McDonough
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Minna
Mitchell
Murphy
Myers
Neville
Owen
Pacetti
Paquette
Paradis
Patry
Perron
Peterson
Pettigrew
Phinney
Picard (Drummond)
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Plamondon
Poirier-Rivard
Powers
Proulx
Ratansi
Redman
Regan
Rodriguez
Rota
Roy
Russell
Sauvageau
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Siksay
Silva
Simard (Beauport—Limoilou)
Simard (Saint Boniface)
Simms
Smith (Pontiac)
St-Hilaire
St. Amand
St. Denis
Steckle
Stoffer
Stronach
Szabo
Telegdi
Temelkovski
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Thibault (West Nova)
Tonks
Torsney
Ur
Valeri
Valley
Vincent
Volpe
Wappel
Wasylycia-Leis
Wilfert
Wrzesnewskyj
Zed

Total: -- 191

CONTRE

Députés

Abbott
Ablonczy
Allison
Ambrose
Batters
Benoit
Bezan
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Carrie
Casey
Casson
Cummins
Day
Devolin
Doyle
Duncan
Epp
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Gallant
Goldring
Goodyear
Gouk
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guergis
Hanger
Harper
Harris
Hearn
Hiebert
Hill
Hinton
Jaffer
Jean
Johnston
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Kenney (Calgary Southeast)
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lauzon
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Mark
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
O'Connor
Obhrai
Oda
Pallister
Penson
Poilievre
Prentice
Preston
Rajotte
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Skelton
Smith (Kildonan—St. Paul)
Solberg
Sorenson
Strahl
Thompson (New Brunswick Southwest)
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Trost
Tweed
Van Loan
Vellacott
Warawa
Watson
Williams
Yelich

Total: -- 88

PAIRÉS

Aucun

+-

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): Je déclare la motion adoptée.

[Traduction]

    J’aimerais informer la Chambre qu’il reste 2 h 25 pour le débat sur la motion d’adoption du sixième rapport du Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile. Par conséquent, le débat sur la motion est reporté à une autre séance.

*   *   *

+-Pétitions

+-L'immigration

+-

    M. Bill Siksay (Burnaby—Douglas, NPD): Madame la Présidente, j’ai l’honneur de présenter aujourd’hui des pétitions signées par plus de 15 000 Canadiens de toutes les régions du pays qui demandent au gouvernement de faire en sorte que les objecteurs de conscience américains qui refusent de servir dans les forces armées des États-Unis et de participer à la guerre illégale en Irak soient autorisés à rester au Canada comme réfugiés, ou par l’entremise d’une autre disposition de la loi.

    Les pétitionnaires exhortent le gouvernement à maintenir son opposition à la guerre illégale en Irak en refusant de renvoyer ces objecteurs de conscience aux États-Unis, où ils risquent d'être incarcérés, persécutés, voire condamnés à mort.

*   *   *

  +-(1130)  

+-La Société canadienne des postes

+-

    M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC): Madame la Présidente, j’ai l’honneur de présenter une pétition au nom de mes électeurs, notamment ceux de Quill Lake, qui craignent que le gouvernement ne fasse marche arrière et ferme les bureaux de poste ruraux.

    Les pétitionnaires déclarent que les soussignés, citoyens du Canada, attirent l’attention de la Chambre sur la fermeture des bureaux de poste. Ils prient le Parlement de garder ouvert le bureau de poste de Quill Lake et de maintenir le moratoire sur la fermeture des bureaux de poste. C’est avec plaisir que je présente cette pétition signée par la majorité des habitants de Quill Lake.

*   *   *

[Français]

+-La loi sur le mariage civil

+-

    Mme France Bonsant (Compton—Stanstead, BQ): Madame la Présidente, je dépose en mon nom et aux noms des citoyens de ma circonscription une pétition concernant le projet de loi C-38.

[Traduction]

+-

    M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC): Madame la Présidente, j’ai plusieurs pétitions à présenter à la Chambre aujourd’hui.

    Les premières pétitions s’opposent toutes au projet de loi C-38. Les pétitionnaires prient le Parlement d’adopter une loi fédérale qui reconnaît le mariage comme étant exclusivement l’union d’un homme et d’une femme.

*   *   *

+-Les impôts

+-

    M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC): Madame la Présidente, ma deuxième pétition a été signée par 60 personnes âgées de ma circonscription qui prient le Parlement de modifier la Loi de l’impôt sur le revenu de manière à permettre aux conjoints de payer leurs impôts comme s'ils gagnaient la moitié du revenu familial.

*   *   *

+-La dérivation des eaux des Grands Lacs

+-

    M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC): Madame la Présidente, ma troisième pétition a été signée par 45 personnes. Elle porte sur le projet de dérivation des eaux des Grands Lacs. Les pétitionnaires prient les Canadiens de s'opposer à l’annexe de l'entente de 2001 conclue entre les huit États du Nord, l’Ontario et le Québec, en vue de mettre un terme à la dérivation des eaux et de protéger les Grands Lacs.

*   *   *

+-La santé

+-

    M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC): Madame la Présidente, ma quatrième pétition demande que les Canadiens aient plus facilement accès aux solutions médicinales préventives non pharmaceutiques. Les pétitionnaires appuient le projet de loi C-420, Loi modifiant la Loi sur les aliments et drogues.

*   *   *

+-Le diabète

+-

    M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC): Madame la Présidente, c'est au nom du porte-parole de l’opposition en matière de santé, le député de Charleswood St. James-Assiniboia, que j’ai l’immense honneur de présenter la dernière pétition. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de consacrer des fonds fédéraux à la recherche sur le diabète juvénile de type 1 à raison de 25 millions de dollars par an au cours des cinq prochaines années.

*   *   *

+-La Société canadienne des postes

+-

    M. Dave Batters (Palliser, PCC): Madame la Présidente, je suis très honoré de présenter aujourd’hui, conformément à l’article 36 du Règlement, deux pétitions au nom de plusieurs citoyens de ma circonscription, Palliser, dont la plupart sont d’Avonlea et de Cardross, en Saskatchewan.

    Les pétitionnaires souhaitent porter à l’attention du Parlement le fait que le gouvernement libéral a imposé un moratoire sur la fermeture des bureaux de poste en 1994 et que, pourtant, plusieurs bureaux de poste ruraux ont été fermés. La Société canadienne des postes considère que les bureaux de poste ruraux sont un lourd fardeau qui pèse sur ses résultats financiers et elle envisage la fermeture des bureaux de poste ruraux dans les collectivités de la taille d’Avonlea et de Cardross.

    La fermeture des bureaux de poste ruraux met en péril la viabilité de bien des collectivités rurales. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de maintenir le moratoire et de tenir sa promesse de garder ouverts les bureaux de poste d’Avonlea et de Cardross.

*   *   *

+-L'immigration

+-

    L'hon. Andrew Telegdi (Kitchener—Waterloo, Lib.): Madame la Présidente, j’ai deux pétitions à présenter.

    La première demande au gouvernement de reconnaître le dernier groupe de réfugiés de la mer vietnamiens comme appartenant à de la catégorie des personnes de pays d'accueil et de permettre l'établissement de quelque 500 personnes pour raisons d’ordre humanitaire pendant l’exercice 2005-2006. Ces signataires sont de partout au Canada.

    La deuxième pétition demande au Parlement d’augmenter le nombre de personnes admises en vertu du programme de parrainage de parents et de réduire les délais d'attente pour ces demandeurs.

*   *   *

  +-(1135)  

+-L'aide étrangère

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Madame la Présidente, c’est avec plaisir que je présente d’autres pétitions pour le compte de Canadiens qui demandent avec insistance au gouvernement d’envisager résolument de faire passer l'aide étrangère à 0,7 p. 100 du PIB et de tripler sa contribution au fonds mondial de lutte contre le VIH-sida, la tuberculose et la malaria.

    Cela semble être une journée toute indiquée pour ceci. En effet, d'après le témoignage de la ministre responsable de l’ACDI devant le Comité des affaires étrangères, il est clair que le gouvernement ne prévoit pas atteindre l'objectif de 0,7 p. 100 ou, s’il le prévoit, il n'en dit rien aux Canadiens, ni à nos partenaires sur la scène internationale.

*   *   *

+-La qualité de l'eau

+-

    Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC): Madame la Présidente, ces pétitionnaires font valoir que la Commission mixte internationale, qui assure l’administration de l’Accord Canada-États-Unis sur la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, a recommandé en 1992 que le Canada et les États-Unis élaborent un échéancier en vue de l’élimination progressive du déversement de produits chlorés dans le bassin des Grands Lacs. Obliger les terrains de camping, les restaurants, les terrains de caravaning et les églises rurales à dépenser des dizaines de milliers de dollars qu’ils n’ont pas pour chlorer leur eau déjà potable va à l’encontre du Plan d’action sur les substances chlorées du Canada et de l’accord international conclu.

    En l’absence de preuves scientifiques indiquant qu’on aurait pris en compte l’ajout de l’effluence d’eau chlorée à la liste des substances toxiques, les pétitionnaires demandent au Parlement d’ordonner au ministre fédéral de l’Environnement qu’il impose un moratoire sur de nouvelles exigences quant à la chloration de l’eau en milieu rural d’ici à ce que des solutions de rechange aient été examinées.

*   *   *

+-La défense nationale

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Madame la Présidente, j’ai déjà déposé une pétition. Je veux en présenter deux autres, qui diffèrent l’une de l’autre, mais qui portent sur le même sujet. Elles traitent de la défense antimissile et de l’arsenalisation de l’espace.

    Les pétitionnaires demandent au Parlement de maintenir l’approche multilatérale du Canada en matière de sécurité, de réaffirmer le soutien de notre pays à la non-prolifération et au contrôle des armes et au désarmement et de rejeter tout plan prévoyant le déploiement d’armes et la guerre dans l’espace, y compris les plans liés à la défense antimissile. Ils demandent également que le Canada refuse de participer à la défense antimissile et à l’arsenalisation de l’espace et se retire de toute discussion à cet égard.

    Ces requêtes témoignent de la grande inquiétude des Canadiens qui se demandent si le gouvernement va nous engager dans la défense antimissile dans le cadre des pourparlers qui semblent se poursuivre, alors même que le gouvernement ne reconnaît pas les possibilités de participation future à Goose Bay.

*   *   *

+-Questions au Feuilleton

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Madame la Présidente, on répondra aujourd’hui aux questions nos 150 et 152.

[Texte]

Question no 150--
M. Garry Breitkreuz:

    En ce qui concerne l’application des articles 35, 37 et 40 de la Loi sur les armes à feu par l’Agence des services frontaliers du Canada: a) combien d’années-personnes ont été affectées à cette activité pour l’année financière 2004-2005; b) combien d’années-personnes seront affectées à cette activité pour chacune des cinq prochaines années financières; c) quel est le montant total qui a été dépensé pour l’année financière 2004-2005; d) quel est le montant total qui sera dépensé pour chacune des cinq prochaines années financières; e) quelles activités la mise en application de ces articles suppose-t-elle; f) la réaffectation de ressources humaines et financières auparavant consacrées à des activités comme la poursuite de contrebandiers, de terroristes, d’immigrants clandestins, d’armes à feu illicites, de drogues, d’explosifs et d’autres objets interdits pourrait impliquer quels risques pour la sécurité publique et la sécurité nationale?

L’hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):

    En ce qui concerne l’application des articles 35, 37 et 40 de la Loi sur les armes à feu par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), seul l’article 35 est en vigueur et appliqué par l’ASFC en ce moment. Par conséquent:

    a) 28,71 années-personnes ont été affectées aux activités visées par l’article 35 durant l’exercice 2004 2005;

    b) environ 26 années-personnes seront affectées aux activités visées par l’article 35 durant l’exercice 2005 2006. Ce montant restera inchangé pour chacun des quatre prochains exercices s’il n’y a aucun changement apporté aux responsabilités. Si les articles 37 et 40 de la Loi sur les armes à feu entrent en vigueur durant cette période, des ressources supplémentaires seront demandées au Centre des armes à feu Canada, CAFC, sur une base de recouvrement des coûts—montant à négocier;

    c) 1 837 381 $ ont été dépensés pour les activités visées par l’article 35 durant l’exercice 2004 2005;

    d) 1 700 000 $ seront affectés aux activités visées par l’article 35 durant l’exercice 2005 2006. Ce montant restera inchangé pour chacun des quatre prochains exercices s’il n’y a aucun changement apporté aux responsabilités. Si les articles 37 et 40 de la Loi sur les armes à feu entrent en vigueur durant cette période, des ressources additionnelles seront demandées au CAFC sur une base de recouvrement des coûts (montant à négocier);

    e) en vertu de l’article 35 de la Loi sur les armes à feu, l’ASFC traite les armes à feu déclarées par les non résidents qui ne sont pas titulaires d’un permis. Cela nécessite de déterminer la catégorie d’arme à feu apportée, y compris les exigences relatives à son importation; de confirmer l’autorisation de transport, le cas échéant; de s’assurer que les renseignements sur l’importateur et l’arme à feu correspondent à ceux figurant sur le formulaire Déclaration d’armes à feu pour non résidents, formulaire 909 du CAFC; la perception de frais d’attestation qui sont ensuite transmis au CAFC; la rétention de l’arme à feu durant une certaine période si toutes les exigences juridiques ne sont pas respectées; et le traitement de l’exportation ou la destruction de l’arme à feu si, en dernier recours, l’importateur n’est pas autorisé à l’importer au Canada. Les modifications à l’article 35 qui ne sont toujours pas en vigueur exigeront aussi que l’ASFC traite tous les importateurs non résidents qui ont reçu un rapport du directeur de l’enregistrement des armes à feu avant l’importation et qui, par ces importateurs, remplace la Déclaration d’armes à feu pour non résidents.

    En vertu de l’article 37 de la Loi sur les armes à feu, l’ASFC n’est pas responsable pour des activités quelconques, car l’agence ne sera pas tenue de traiter les non résidents non titulaires de permis qui exportent leurs armes à feu.

    En vertu de l’article 40 de la Loi sur les armes à feu, l’ASFC traitera les particuliers titulaires d’un permis qui importent des armes à feu. Cela exige de déterminer la catégorie d’armes à feu importées, y compris les exigences relatives à son importation; si l’arme à feu n’est pas enregistrée, de s’assurer que les renseignements sur l’importateur et l’arme à feu correspondent à ceux figurant sur l’autorisation d’importer, qui sont ensuite transmis au CAFC; d’informer le directeur de l’enregistrement des armes à feu de l’importation imminente; de retenir l’arme à feu durant une certaine période si toutes les exigences juridiques n’ont pas été respectées; et de traiter l’exportation ou la destruction de l’arme à feu si, en dernier recours, l’importateur n’est pas autorisé à l’importer au Canada;

    f) la grande majorité de toutes les ressources utilisées par l’ASFC pour appliquer les articles 35, 37 et 40 de la Loi sur les armes à feu sont fournies par le CAFC sur une base de recouvrement des coûts. Par conséquent, toute réaffectation des ressources de l’ASFC découlant de l’application de ces articles pour le compte du CAFC est négligeable.

Question no 152--
M. Bill Casey:

    Concernant les accidents de la route, mortels et graves, survenus au Canada entre 1995 et 2005, dans lesquels l’alcool ou « la conduite avec facultés affaiblies » a joué un rôle: a) combien de libérations conditionnelles ont été accordées par le gouvernement à des individus qui ont causé des accidents de la route, mortels et graves, alors qu’ils conduisaient sous l’influence de l’alcool: (i) par province, (ii) par classe d’âge, (iii) par sexe, (iv) par année; b) le ministère de la Justice songe-t-il ou songera-t-il à réduire le taux légal d’alcool dans le sang de 0,8 % à 0,5 % pour diminuer le taux de mortalité au Canada; c) le ministère de la Justice songe-t-il à imposer la saisie des véhicules des individus trouvés coupables de conduite sous l’influence de l’alcool?

L’hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et Procureur général du Canada, Lib.):

    a) Avant 1997, les lois ne permettaient pas aux tribunaux qui déterminent la peine, d'infliger une peine d'emprisonnement avec sursis. Ces peines ont commencé à être reflétées dans les statistiques dans l'Enquête sur les tribunaux de juridiction criminelle pour adultes du Centre canadien de la statistique juridique au cours de l'exercice 1998 1999. De 1998-1999 à 2003-2004*, 38 peines d'emprisonnement avec sursis ont été infligées dans des cas de conduite avec facultés affaiblies causant la mort et 350 peines d'emprisonnement avec sursis ont été infligées dans des cas de conduite avec facultés affaiblies causant des lésions corporelles

    (i) par province: C.-B. mort 7 / lésions corporelles 35, Alb. mort 7 / lésions corporelles 57, Sask. mort 4 / lésions corporelles 22, Ont. mort 19 / lésions corporelles 165, QC mort 0 / lésions corporelles 0, N.-B. mort 1 / lésions corporelles 11, Î.-P.-É. mort 0 / lésions corporelles 0, N.-É. mort 0 / lésions corporelles 5, T.-N. mort 0 / lésions corporelles 29, Yn mort 0 / lésions corporelles 4, et T.N.-O. mort 0 / lésions corporelles 0.

    (ii) par groupe d'âge de la personne faisant l'objet de la condamnation avec sursis: (18 à 24 ans) mort 13 / lésions corporelles 110, (25 à 34 ans) mort 10 / lésions corporelles 102, (35 à 44 ans) mort 6 / lésions corporelles 78, (45 à 54 ans) mort 6 / lésions corporelles 38, (55 ans et plus) mort 2 / lésions corporelles 17, (âge inconnu) mort 1 / lésions corporelles 5.

    (iii) par sexe: (homme) mort 33 / lésions corporelles 287, (femme) mort 3 / lésions corporelles 18, (sexe inconnu) mort 2 / lésions corporelles 0.

    (iv) par année:

    1998-1999—mort 3 / lésions corporelles 22

    1999-2000—mort 3 / lésions corporelles 42

    2000-2001—mort 5 / lésions corporelles 38

    2001-2002—mort 4 / lésions corporelles 80

2002-2003—mort 12 / lésions corporelles 78

    2003-2004—mort 11 / lésions corporelles 90

    * La Section de la recherche du ministère de la Justice du Canada, avec la collaboration du Centre canadien de la statistique juridique, a fourni les renseignements susmentionnés. Les données brutes sont tirées de l'Enquête sur les tribunaux de juridiction criminelle pour adultes, mais un ensemble spécial de données était requis sur les peines d'emprisonnement avec sursis dans les cas graves de conduite avec facultés affaiblies. Les données statistiques pour l'exercice 2004-2005 ne sont pas encore disponibles. Jusqu'à l'exercice 2000-2001, l'Enquête couvre environ 80 % du nombre de cas au pays. Aucune donnée n'est disponible pour la C. B., le N.-B., le Man, et le Nt. À partir de l'exercice 2001-2002, l'Enquête couvre environ 90 % du nombre de cas au pays. Des données ne sont toujours pas disponibles pour le Manitoba et le Nunavut. En outre, les données pour le Québec représentent 80 % de tous les cas dans cette province et celles pour la C.-B., 95 %.

    (b) En janvier 2005, le ministère de la Justice a parrainé une table ronde regroupant des intervenants clés et visant à discuter de la question de l'abaissement de la « limite légale » à 50 milligrammes pour cent pour l'alcool. Il a été convenu que les risques d'accidents sont plus importants lorsque le conducteur a un tel taux d'alcool dans le sang. Cependant, ces risques sont beaucoup moins importants que les risques associés à la « limite légale » actuellement fixée dans le Code criminel, à savoir 80 milligrammes pour cent. On ne s'est pas entendu sur l'instrument qui devrait être privilégié pour réduire les risques de collision alors que le conducteur a un taux d'alcoolémie de 50 milligrammes pour cent, certains préconisant le recours à des dispositions du Code criminel et d'autres, le recours à des lois provinciales ayant trait à la circulation routière.

    Le ministre de la Justice a indiqué lors d'une réunion avec des représentants de l'organisme Les mères contre l'alcool au volant, qui s'est tenue le 2 mai 2005, qu'il n'avait pas d'opinion ferme sur la question de faire passer la « limite légale » fixée dans le Code criminel de « 80 milligrammes d'alcool » à « 50 milligrammes d'alcool ». Il est disposé à prendre en considération les points de vue des tenants des deux côtés de la question. On y mentionne que toutes les provinces (à l'exception du Québec) utilisent déjà leurs pouvoirs constitutionnels en matière de permis et de sécurité sur les routes pour imposer de courtes suspensions du permis de conduire provincial, surtout à ceux qui ne respectent pas la limite de 50 milligrammes fixée dans la province. Les avis sont partagés sur la question de savoir si le fait d'abaisser la limite légale prévue au Code criminel aurait pour effet de réduire de façon importante les taux d'accidents mortels dans lesquels l'usage de l'alcool est en cause. Les organismes d'application de la loi et les poursuivants craignent une surexploitation des ressources si un nouveau groupe de conducteurs avec facultés affaiblies (51 à 80 milligrammes d'alcool) est visé par le Code criminel. D'autres supposent que les ressources requises pour l'application de la loi en matière pénale à l'égard d'un nouveau groupe d'affaires mettant en cause des conducteurs ayant un taux d'alcoolémie entre 51 et 80 milligrammes seraient contrebalancées dans une certaine mesure par une consommation moins importante chez certaines personnes du groupe des conducteurs ayant un taux supérieur à 80 milligrammes résultant d'une nouvelle limite légale et également chez d'autres conducteurs ayant un taux entre 50 et 81 milligrammes.

    (c) Le paragraphe 490.1(1) du Code criminel permet déjà à un tribunal d'ordonner la confiscation de biens utilisés pour la perpétration d'un acte criminel. On a eu recours à cette disposition dans une affaire de conduite avec facultés affaiblies au Nouveau-Brunswick (R. v. Waite (2004) N.B.J. No. 455; NBPC 29). Dans le cas de la conduite avec facultés affaiblies causant la mort et de la conduite avec facultés affaiblies causant des lésions corporelles, la poursuite doit procéder par voie de mise en accusation. Dans le cas de la conduite avec facultés affaiblies, de la conduite avec un taux d'alcoolémie supérieur à 80 milligrammes et du refus de fournir des échantillons d'haleine, la poursuite peut procéder par voie de mise en accusation ou par procédure sommaire. À l'heure actuelle, on ne prévoit pas étendre l'application de la disposition ayant trait à la confiscation de façon à ce qu'elle s'applique lorsque la poursuite décide de procéder par procédure sommaire. On ne prévoit pas non plus présenter des modifications qui forceraient les policiers, en tant que mesure prévue au Code criminel, à saisir le véhicule d'un conducteur soupçonné d'avoir les facultés affaiblies. Certaines provinces ont choisi d'utiliser leur chef de compétence législative relatif à la « propriété et aux droits civils dans la province » pour adopter des lois prévoyant la saisie des véhicules.

*   *   *

[Traduction]

+-Questions transformées en ordres de dépôt de documents

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Madame la Présidente, si la question 140 pouvait être transformée en ordre de dépôt de documents, ce document serait déposé immédiatement.

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): D'accord?

    Des voix: D'accord.

[Texte]

Question no 140--
M. Martin (Sault Ste. Marie):

    En ce qui a trait à l’Initiative fédérale de développement économique pour le Nord de l’Ontario (FedNor): a) quel a été le budget global de FedNor et de ses programmes de 1993 à aujourd’hui; b) quelle partie des fonds de développement économique et des autres fonds administrés par FedNor est allée à des projets et initiatives du Nord de l’Ontario de 1993 à aujourd’hui; c) comment FedNor définit-il les frontières du Nord de l’Ontario, et cette définition a-t-elle changé depuis 1993; d) combien d’emplois ont été directement créés dans le Nord de l’Ontario, ainsi que dans les autres régions, par les programmes de FedNor et les autres programmes administrés par FedNor de 1993 à aujourd’hui; e) quelle est la liste complète (par emplacement) de tous les employés à temps plein et équivalents qui travaillent pour FedNor?

    (Le document est déposé)

[Traduction]

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc: Madame la Présidente, je demande que toutes les autres questions restent au Feuilleton.

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): D'accord?

    Des voix: D'accord.

*   *   *

+-Demande de débat d’urgence

+-Le projet de détournement des eaux du lac Devils

[Article 52 du Règlement]
+-

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): La présidence a reçu une demande de débat d’urgence de la députée de Kildonan—St. Paul. J’invite la députée à formuler sa demande.

+-

    Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC): Madame la Présidente, en conformité avec l’article 52 du Règlement, je demande la permission de proposer l’ajournement de la Chambre dans le but de tenir un débat concernant l’intention du Dakota du Nord de procéder au détournement des eaux du lac Devils.

    Le député de Selkirk—Interlake, tout le caucus du Manitoba et la population du Manitoba sont très préoccupés par cette question. On craint que le détournement ait d’importantes répercussions environnementales négatives sur le lac Winnipeg, qui a déjà son lot de problèmes, la rivière Rouge et le bassin hydrologique de la baie d’Hudson.

    Le gouvernement canadien a prétendu qu’un accord avait été conclu pour retarder le détournement. En fait, les choses ont été retardé simplement à cause des pluies et du niveau élevé de l'eau de la rivière Rouge.

    Madame la Présidente, je sais que vous prendrez cette question en délibéré et j’attends votre réponse avec impatience.

  +-(1140)  

+-

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): Je remercie la députée. Le Président m’a demandé de vous informer que cette demande sera prise en délibéré. Il reviendra plus tard aujourd’hui à la Chambre pour rendre sa décision.


+-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Traduction]

+-Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements

    La Chambre reprend l’étude, interrompue le 20 juin, du projet de loi C-48, Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements, dont le comité a fait rapport avec des propositions d’amendements, ainsi que du groupe de motions no 1.

+-

    M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC): Madame la Présidente, je suis ravi de participer au débat sur ce qu’on pourrait décrire seulement comme un budget d’ajout du NPD aux plans originaux du ministre des Finances, qui ne prévoyaient aucune des folles dépenses dont il a été convenu sur une serviette en papier dans le seul but de maintenir le gouvernement au pouvoir et qui sont présentées dans ce document.

    Cette mesure législative n’a pas été conçue dans le sérieux des salles de réunion du ministère des Finances. Non. Elle a été concoctée dans une chambre d’hôtel par le premier ministre et le chef du NPD, fier de son tout nouveau pouvoir de chevalier du roi.

    Par contre, mon collègue, le député de Medicine Hat, a présenté aux Canadiens une vision bien réfléchie et pleine d’espoir de la façon dont le Parti conservateur ferait prospérer les finances du Canada. Elle comprendrait un effort sur le plan de la concurrence et de la productivité pour faire prospérer le Canada, pour tenter de réaliser le plein potentiel du pays avec la participation d'une jeunesse dynamique et motivée qui aurait sa place et pourrait travailler et participer à l’économie, et pour nous doter de programmes à la fois empreints de compassion, avant-gardistes et axés sur la prospérité. Comme mon collègue de Medicine Hat l’a dit à maintes reprises, un pays prospère est un pays qui crée de la richesse pour pouvoir ensuite se montrer généreux.

    Nous voulons offrir à nos citoyens une meilleure qualité de vie, et le gouvernement devrait être en mesure d’aider les Canadiens à se trouver un emploi ailleurs au pays ou encore dans leur ville natale s’ils doivent demeurer auprès de leur famille. Y a-t-il quelque chose de plus fondamental que d’être auprès de ses proches?

    Nous voulons que chaque jeune Canadien puisse obtenir son diplôme universitaire sans devoir contracter une dette équivalant à une hypothèque. Nous devrions être le pays le plus instruit et le plus avancé sur le plan intellectuel. Nous avons les moyens d'y parvenir.

    Nous voulons que les Canadiens puissent démarrer une entreprise s’ils le désirent, qu'ils puissent prospérer et qu'ils puissent contribuer pleinement à l’essor économique. Les Canadiens veulent réussir, et les Conservateurs veulent les aider à atteindre cet objectif parce qu’il faut célébrer la réussite. Le gouvernement actuel freine les Canadiens. Il les freine par une fiscalité régressive et répressive. Les charges sociales sont accablantes. Relever l’exemption personnelle de base ferait disparaître de nombreux Canadiens du rôle d’impôt.

    Nous voulons que les citoyens reçoivent des soins de santé de qualité. Nous voulons que les Canadiens aient la garantie qu’ils auront une retraite aisée et qu’on prendra soin d’eux. L’échec lamentable de notre système de soins de santé est imputable avant tout au premier ministre. C’est lui qui, à titre de ministre des Finances pendant plus de dix ans, a mis en œuvre les compressions sauvages qui ont considérablement détérioré la qualité des soins de santé au Canada.

    Les Canadiens veulent que le régime actuel fonctionne et respecte la Loi canadienne sur la santé, mais ils doivent manifestement pouvoir profiter des innovations. De toute évidence, à ce chapitre, il faut davantage inviter la contribution des provinces et des personnes qui dispensent les soins de santé.

    Nous voulons également que la fiscalité soit équitable. Les allégements fiscaux visent essentiellement à améliorer la compétitivité et le marché de l’emploi tout en permettant aux entreprises de créer des milliers d’emplois au Canada. Cette priorité figurait dans le budget initial. Cependant, ce budget modifié l'a occultée considérablement. Trop de Canadiens, qui travaillent d’arrache-pie, sont écrasés, paralysés par le fisc.

    Le projet de loi C-48 ne fait qu’une page et ne renferme que trois articles. Il propose de dépenser 4,6 milliards de dollars sans aucun plan et sans aucun détail. Ce serait une orgie de dépenses catastrophiques et irresponsables, tout comme le programme de commandites, le registre des armes à feu, ainsi que les dépenses irresponsables et indéfendables de DRHC.

    Le projet de loi C-48 n’est pas un engagement ferme. Il ne prendra même pas effet avant un an et demi et, je m'empresse de l’ajouter, seulement si le pays affiche un excédent. À la manière d'un discours du Trône, il ne renferme que de belles promesses et encore, il n'y serait donné suite que dans un an et demi. Le NPD a clairement essayé d’obtenir le plus possible du gouvernement qui lui demandait de l'appuyer et le budget NPD va favoriser des dépenses irresponsables sans aucun plan.

  +-(1145)  

    Les conservateurs sont à l'origine des objectifs présentés dans ce projet de loi. Nous sommes en faveur d’une meilleure éducation, d’un environnement plus sain et d’un logement adéquat. Nous sommes en faveur de l’aide consentie aux pays pauvres dans le contexte de notre engagement pour le mieux-être du village global. L’aide étrangère comme pourcentage du PIB fait partie de notre plate-forme pour les prochaines élections.

    N’oublions pas que c’est un premier ministre conservateur qui a récemment été élu le premier ministre le plus écologique de l’histoire du Canada par le Sierra Club et Elizabeth May.

    Comme je l’ai dit plus tôt, nous nous opposons aux dépenses non appuyées par un véritable plan. C’est ce qui a provoqué les problèmes dont nous avons été témoins dans le cas de nombreux programmes qui ont complètement dérapé. Nous ne voulons pas susciter d'attentes chez ceux qui, tout naturellement, supposent que le gouvernement ne prendrait pas de tels engagements sans plan concret.

    Le projet de loi C-48 est un exemple caractéristique à cet égard. Il est coûteux, sans substance et représente un engagement inepte qui, probablement, ne sera jamais respecté. Les promesses que renferme ce projet de loi ne se matérialiseront qu’en cas d’excédent.

    Comme dans le conte Jacques et le haricot magique, je crois que le NPD n'obtient qu’une poignée de haricots, et aucun engagement concret en matière de postes budgétaires.

    Est-il possible qu’il n’y ait pas d’excédent, qu’il n’y ait pas suffisamment d’argent pour couvrir ces dépenses? Seul le temps nous le dira. La situation actuelle est instable et l’économie peut connaître, Dieu nous en garde, des ralentissements, comme cela s'est déjà produit. Nous savons toutefois que les libéraux ne peuvent résister à ce genre de dépenses. L’argent leur brûle les poches.

    Depuis 1999-2000, les dépenses de programmes sont passées de 109,6 milliards de dollars à 158,1 milliards de dollars, une hausse de 44,3 p. 100. En revanche, l’économie a affiché une croissance de 31,6 p. 100, ce qui représente un taux de croissance annuelle composé de 5,6 p. 100. L’économie ne progresse pas au même rythme que les dépenses gouvernementales.

    J’ai parlé plus tôt des répercussions fiscales. Le commerce figure aussi au nombre des éléments qui seront touchés, tout comme le dollar, le rapport dette-PIB et l’intérêt sur la dette, qui demeure si élevé. Les libéraux se débarrassent des problèmes à n'importe quel prix. Ils distribuent de l'argent dans l'espoir que les problèmes disparaissent. C’est ce qu'ils font dans les domaines de la santé, de l’ordre public et des forces armées. Or, cette approche ne sert pas l’intérêt des Canadiens. Elle va à l’encontre des principes de saine gestion financière, du principe de responsabilité.

    Le Parti conservateur se doit d’examiner rigoureusement les pratiques du gouvernement en matière de dépenses, et c’est ce qu’il fait. Malgré les dépenses massives que prévoie le projet de loi C-48, la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile a déclaré à mon collègue de Yorkton-Melville que, en 2004, le Centre des armes à feu Canada avait perdu la trace d’au moins 46 000 propriétaires d’armes à feu titulaires de permis. Cela pourrait avoir des conséquences dramatiques pour les policiers chargés de répondre à un appel où aucune arme à feu, à leur avis, n’est présente.

    Voilà le genre d'inefficacité et de gaspillage que génèrent les programmes qui ont vu leurs dépenses gonflées, qui ne servent pas l'intérêt des Canadiens, qui privent d’autres secteurs prioritaires d'un financement qui pourrait avoir un impact plus profond. Car il est bien question ici de priorités.

    En ce qui concerne l’unité nationale, prenons l’exemple du programme de commandites, où quelqu’un a versé des commissions à des agences de publicité favorables au Parti libéral pour promouvoir l’unité. Cette promotion s’est faite au moyen de drapeaux et de bannières, mais l’argent a été réacheminé vers le Parti libéral par le truchement du programme de commandites. Eh bien, comme l’a dit l’ex-premier ministre, qu’est-ce que quelques millions de dollars quand il s’agit de sauver le pays? Quel délire et quel manque de sincérité!

    Ce scénario de pots-de-vin, de blanchiment d’argent et, maintenant, de dissimulation, donne aux Canadiens un tableau tout à fait sordide des dépenses du gouvernement. Cependant, c’est le Parti libéral. Ce n’est pas le Québec, et ce ne sont pas tous les bureaucrates. C’est la corruption systémique qui est l'apanage du Parti libéral qui est à l'origine du scandale des commandites. C’était un programme financé par les deniers publics qui a été exploité à des fins partisanes, principalement au Québec.

    Imaginons seulement les avocats, payés par les contribuables, qui travaillent pour le ministère de la Justice, soutenir que le premier ministre actuel et l’ancien premier ministre devraient être complètement exonérés de toute responsabilité eu égard à ce programme désastreux qui fait l’objet d’une enquête criminelle. Qu’est-il advenu de « laissons le juge Gomery faire son travail »? C’est, bien entendu, chose du passé quand sont en jeu les intérêts partisans mis de l’avant par notre premier ministre actuel. Quel manque de sincérité!

    L’article 2 du projet de loi traite de transport en commun et du programme d'amélioration de l'efficacité énergétique des habitations à loyer modique. Il est question de faciliter l’accès à l’éducation postsecondaire pour avantager, entre autres, les Autochtones canadiens. Il est question de logement abordable et d’augmentation de l’aide étrangère. Ce sont tous là des objectifs tout à fait louables, mais là encore, aucun plan n’a été dressé, et bon nombre de ces objectifs relèvent de la compétence provinciale.

  +-(1150)  

    Où est-il question d'imputabilité? Comment pourrons-nous nous assurer que cet argent est réellement dépensé aux fins prévues? L’absence de plan, de résultats attendus, le manque de détails quant à la réalisation est typique de ce gouvernement minoritaire. C’est semblable au plan de garderies institutionnelles qu’avait, encore une fois, promis ce gouvernement sans fournir aucun détail. Cela ne convient pas à la diversité du pays.

    Le projet de loi C-48 autoriserait la création d’un type de dépenses absolument hors de contrôle que le Parti conservateur ne peut appuyer. C’est pourquoi nous avons proposé des amendements. C’est pourquoi nous avons essayé d’améliorer le processus. Les Canadiens méritent mieux que des chèques en blanc. Dans son effort désespéré pour s’accrocher au pouvoir, le gouvernement semble prêt à quasiment n’importe quoi. Les Canadiens ont besoin d’un plan d’action pour le futur. C’est ce que leur donnerait le Parti conservateur.

+-

    M. Bill Casey (Cumberland—Colchester—Musquodoboit Valley, PCC): Madame la présidente, je veux poser à mon très distingué collègue de Nova-Centre quelques questions au sujet de l’agriculture et des impacts qu’aurait le projet de loi C-48 sur ce secteur d’activité.

    Il n’y a pas un traître mot au sujet de l’agriculture dans le projet de loi C-48. On n’en fait aucunement état au moment même où les agriculteurs traversent une période des plus difficiles. Tout comme moi, le député a été élu dans une circonscription de la Nouvelle-Écosse où l’agriculture est le secteur le plus mal en point de l’économie. Ce sont les agriculteurs qui sont confrontés aux plus grandes difficultés. Certains risquent de perdre leur ferme, d’être privés de revenus, de ne plus pouvoir pratiquer leur profession et même de perdre leur maison. Malgré cela, le projet de loi C-48 ne traite aucunement de l’agriculture.

    Comme si cela n’était pas suffisant, on vient d’annoncer la fermeture de la ferme expérimentale de Nappan dans ma région. Les agriculteurs comptaient beaucoup sur cette ferme expérimentale pour la recherche scientifique, notamment quant à l’utilisation de nos sols et terres uniques en leur genre. Nous avons aussi appris que le gouvernement prévoyait mettre fin aux opérations de la ferme expérimentale de Kentville.

    Le député pourrait-il nous en dire un peu plus à ce sujet et nous indiquer quelles mesures devraient, selon lui, se retrouver dans le projet de loi C-48 pour aider les agriculteurs et l’agriculture en général?

+-

    M. Peter MacKay: Madame la présidente, mon collègue a mis les bouchées doubles dans ce dossier et, comme toujours, sa ténacité lui a rapporté des dividendes en lui permettant de mettre au jour le plan secret du gouvernement qui compte fermer bon nombre de ces fermes expérimentales vouées à la recherche. Comme il l'a affirmé, ces fermes effectuent des recherches essentielles qui permettent aux agriculteurs de miser sur des renseignements cruciaux en ces temps difficiles où leurs animaux sont affectés par des maladies et différents virus. Nous avons pu constater les répercussions terribles de fléaux comme l’ESB sur l’ensemble du secteur agricole. Mais ce n’est là qu’une partie du problème. Tout le secteur des ressources a été oublié dans ce budget auquel ont collaboré le NPD et les libéraux.

    Les priorités établies dans le projet de loi C-48 ne tiennent aucunement compte de l’agriculture, un secteur essentiel qui nous fournit non seulement les bases de notre alimentation, mais également un grand nombre d’emplois et un mode de vie fondamental pour les Canadiens.

    Quant à la question du député, le gouvernement et le ministre de cette région ont agi d’une façon très hypocrite en indiquant que la fermeture de la ferme expérimentale de Kentville n’était qu’une proposition improvisée de la part du ministère. Un plan concret avait été élaboré afin de retirer les crédits à la station de recherche de Kentville et de la fermer par la suite, situation analogue dont mon collègue a été témoin dans sa circonscription avec la ferme expérimentale de Nappan. Des promesses n’ont pas été tenues, et il est prévu que cette installation sera fermée. On a été très hypocrites envers les Canadiens et envers le secteur agricole qui compte beaucoup sur cette installation qui effectue des travaux de recherche importants.

    C'est comme si l'on restreignait les crédits affectés à l'éducation ou à la santé. L’agriculture a toujours joué un rôle dans l’économie de la Nouvelle-Écosse comme dans celle du pays. Pourtant, le gouvernement semble être complètement obnubilé par ses priorités incongrues et la préférence qu'il accorde au pouvoir, sa priorité absolue étant de s’y accrocher à tout prix. Les libéraux concluront n’importe quelle entente avec le NPD ou un autre parti pour s’accrocher au pouvoir à tout prix, afin de pouvoir continuer leur tactique partisane leur permettant de faire les nominations et de contrôler les industries de même que les ministères.

    Le gouvernement n’est plus à l’écoute des Canadiens. Ses priorités sont incongrues et il a certes abandonné les Canadiens à leur sort, particulièrement dans notre région où il n’accorde plus de crédits à des centres de recherche importants comme celui dont mon collègue a parlé.

  +-(1155)  

+-

    M. Jeff Watson (Essex, PCC): Madame la Présidente, il ne faut pas oublier que le projet de loi C-48 met fin aux allégements fiscaux dont profiteraient des sociétés comme Ford, Chrysler et General Motors.

    Chez moi, à Windsor, nous avons perdu 6 000 emplois au premier trimestre de 2005 et le taux de chômage atteint 9,4 p. 100. Le secteur le plus touché est celui des pièces d’automobile qui approvisionne les principaux équipementiers que sont Ford, General Motors et DaimlerChrysler. Les allégements fiscaux dont profiteraient ces sociétés contribueraient énormément à conserver les emplois au Canada. Il s’agit d’emplois bien rémunérés qui assurent une qualité de vie par l’entremise des dons de charité et des impôts.

    Mon collègue peut-il nous expliquer pourquoi le NPD abandonne les travailleurs de l’automobile aujourd’hui en éliminant les réductions d'impôt qui auraient aidé Ford, Chrysler et General Motors à demeurer au Canada?

+-

    M. Peter MacKay: Madame la Présidente, je trouve inconcevable que le NPD préconise une telle approche en raison, comme il l'a mentionné, de l’importance que cela revêt pour les emplois, les travailleurs syndiqués et, notamment, les travailleurs du secteur de l’automobile. Ils ont besoin de cette entreprise pour prospérer. Lorsque l’entreprise s'en tire bien, les employés s’en tirent bien eux aussi. Cette approche est déphasée.

    Ce que je n'arrive pas à comprendre, c’est que le ministre des Finances lui-même avait pris des engagements très clairs à ce sujet dans le budget initial et qu'il a ensuite fait volte-face. Ralph a fait volte-face et a laissé le NPD dicter les priorités du budget, d'où l'élimination des réductions d’impôt qui auraient aidé l’industrie de l’automobile, y compris les électeurs de mon collègue. Il a abandonné tous ses principes pour s’accrocher au pouvoir. Voilà ce qu’il en est.

+-

    M. Jeff Watson (Essex, PCC): Madame la Présidente, c’est avec plaisir que j’interviens aujourd’hui dans le débat sur le projet de loi C-48. Je voudrais vous parler du Parti conservateur du Canada, vous dire quelques mots à mon sujet en tant que député conservateur et nouveau venu au Parlement, et vous décrire les efforts que nous déployons en vue de bâtir un Canada meilleur. J’ai investi de façon concrète dans les générations futures. J’ai quatre enfants. Le plus âgé a eu huit ans il y a à peine trois jours.

    Nous souhaitons bâtir un Canada meilleur, améliorer la qualité de vie des citoyens à l’intérieur d’un cadre fiscal mieux structuré, sans les mauvaises pratiques de gestion qui ont eu cours pendant 12 ans de ce côté-là de la Chambre, sans le scandale des commandites où les dollars chèrement gagnés des contribuables ont servi à financer les campagnes électorales du Parti libéral au Québec. Nous ne voulons pas non plus de ces ententes conclues à l’endos d’une serviette de table, des ententes fiscales qui laissent à désirer.

    Ce que veut le Parti conservateur du Canada, c'est réduire les impôts et accroître la marge de manoeuvre des familles pour qu’elles puissent se concentrer sur ce qui est important dans leur vie, inscrire leurs enfants à des cours de soccer, profiter de la vie. Nous voulons rembourser la dette...

    Une voix: Et qu’en est-il du logement? De l’éducation? Vous parlez de pratiques de soccer?

    M. Jeff Watson: On fait preuve d’impolitesse de ce côté-là de la Chambre. Les néo-démocrates font preuve d’hypocrisie.

    Nous voulons rembourser la dette pour que les générations futures ne croulent pas sous le poids des factures. Les néo-démocrates veulent transmettre à mes enfants et à mes petits-enfants une facture de 500 milliards au lieu de rembourser la dette nationale.

    Nous voulons une entente qui nous permette d’avoir de vrais emplois au Canada et non à l’étranger, en Chine. Au Parti conservateur du Canada, nous nous battons pour les travailleurs de l’automobile, les agriculteurs et leurs familles, ainsi que pour tous les autres qui méritent de travailler au Canada.

    Le projet de loi C-48 est comme un loup dans la bergerie. Les néo-démocrates essaient de nous faire croire au paradis alors qu’ils se moquent des processus budgétaires ouverts et transparents de la Chambre. Ils essaient de nous fourvoyer par des raisonnements trompeurs.

    J’aimerais examiner quelques-uns des arguments présentés par le NPD en faveur du projet de loi C-48. Tout d’abord, les néo-démocrates ne font que prendre les réductions d’impôts dont profiteraient des sociétés comme Ford, General Motors et Chrysler et les réaffecter dans d’autres domaines, qu'ils appellent leurs priorités. Ce n’est pas vrai. Ce n'est pas une simple réaffectation au cours du même exercice.

    Le projet de loi C-43 propose un allègement fiscal des sociétés. C’est une dépense budgétaire garantie, dont il est tenu compte dans une entente financière visant un exercice donné. Le projet de loi C-48, la liste de vœux budgétaires du NPD, est une dépense conditionnelle qui ne se déclenche qu’au cas où le pays affiche un excédent de 2 milliards de dollars. Il n’est pas applicable avant 18 mois.

    Une crise nationale pourrait se produire et il en serait ainsi terminé de l’excédent et du projet de loi C-48 du NPD. L’économie pourrait connaître des ralentissements, éliminant ainsi cette latitude financière. Nous pourrions avoir d’autres exigences provinciales auxquelles il faudrait répondre.

    Des sociétés comme General Motors, Chrysler et Ford doivent bénéficier d’un allègement garanti pour conserver des emplois au Canada. Elles doivent avoir la certitude que des dépenses garanties vont les aider à rester au Canada et à y maintenir des emplois. Le NPD ne fait que nous jeter de la poudre aux yeux en faisant des promesses qui risquent de ne jamais être tenues.

    Le NPD soutiendra qu’il y a amplement de latitude fiscale et qu’il n’y a pas à s’en inquiéter. Il veut aussi un système de garderies qui coûterait 10 milliards de dollars par année de plus que le financement que prévoit le Parti libéral avec le projet de loi C-43. Cela signifiera l'élimination de toute latitude fiscale, et de bien plus encore. Cela nécessiterait l’augmentation des impôts, et il pourrait y avoir des compressions de programmes, de la santé à l’éducation, pour en redistribuer les fonds au système national de garderies.

    Ou encore, il pourrait y avoir un déficit actif. Cela se fait beaucoup en Ontario. Rappelons-nous Bob Rae. Nous nous souviendrons sans mal de ce déficit de 11 milliards de dollars qu'avait accumulé la province. Nous nous souvenons de l’époque Rae, pendant laquelle les gens ne pouvaient aller voir leur médecin parce que son cabinet était fermé ce jour-là. Pourquoi? Parce qu'il n’y avait pas d’argent pour payer le médecin ce jour-là. C’est le souvenir qui nous reste de la prudence fiscale du Nouveau Parti Démocratique, ou du moins de ce qu’il aimait appeler la prudence fiscale.

    Cela signifie que le système de garderies pourrait bien subir des compressions. Peut-être n'en sera-t-il même plus question. D’où viendra l’argent? Est-ce qu'il servira à financer le projet de loi C-48? Est-ce que sera pour le système national de garderies? On ne peut faire ces deux choses à la fois avec le même excédent financier.

  +-(1200)  

    Faisons un retour en arrière. Nous avons enregistré 90 milliards de dollars en excédents non prévus depuis 1997. Le surplus réel était incroyablement plus élevé que cela, mais le gouvernement libéral est devenu maître dans l’art de sortir une partie de l’excédent des coffres de l’État à la fin de l’exercice à la faveur de dépenses frénétiques à saveur politique, de telle sorte que l’ampleur du surplus ne préoccupe pas trop les Canadiens.

    Je prévois une catastrophe pour les néo-démocrates, qui croient vraiment qu’ils vont obtenir quelque chose grâce au projet de loi C-48. Il est probable qu’ils ne verront même pas la couleur de cet excédent pour le financement de leurs priorités une fois que leurs cousins libéraux se seront partagés l’assiette à la fin de l’exercice. Ils ont été dupés. Ou encore ils essaient de duper les Canadiens en leur faisant croire qu’une partie de leurs mesures se retrouveront dans le budget. Ils savent qu’il n’en sera rien. Le NPD a sauvé la peau des libéraux et n’obtiendra rien en retour. C’est un marché de dupe et les néo-démocrates n’ont rien vu venir.

    Parlons un peu des réductions de l’impôt des sociétés. Les néo-démocrates ont fait valoir que ces réductions ne profitent qu’aux riches alors que leur parti, prétendent-ils, est là pour aider le Canadien moyen.

    Je vous dirai d’abord que le Parti conservateur est favorable à des mesures d’allégement fiscal, plutôt qu’à de simples réductions d’impôt. Les familles canadiennes, tout comme les entreprises qui éprouvent de la difficulté à soutenir la concurrence à cause de la valeur élevée du dollar, entre autres raisons, ont besoin d’un coup de main dès maintenant, et une réduction ponctuelle des impôts n’est pas suffisante. Ils ont besoin d’une intervention soutenue pour alléger leur fardeau fiscal. Semaine après semaine, ces Canadiens arrivent difficilement à joindre les deux bouts. Ils méritent un allégement fiscal.

    Deuxièmement, les allégements fiscaux offerts aux entreprises profitent également aux Canadiens faisant partie de la population active. Je suis le premier travailleur de l’automobile à faire son entrée au Parlement. Intéressons-nous un moment aux travailleurs de ce secteur. La hausse de la valeur de notre dollar nuit à nos exportations. C’est la productivité des entreprises canadiennes du secteur de l’automobile qui en souffre. Il devient plus difficile pour elles de soutenir la concurrence à l’échelle internationale à partir de l’Ontario.

    Les licenciements massifs ont déjà débuté aux États-Unis. Il y a eu des mises à pied chez moi à Windsor ainsi que dans certaines collectivités de la circonscription d’Essex. Il y en a eu un peu partout en Ontario. Cela ne se limite pas à Ford, Chrysler et General Motors; c’est la même chose chez les fabricants et les distributeurs de pièces d’automobile ainsi que dans les secteurs de l’outillage, du moulage et de l'emboutissage, qui ont connu un taux d’attrition de 38 p. 100 dans le comté d’Essex au cours de la dernière décennie sous la gouverne libérale. Ces emplois se sont retrouvés sur des marchés du travail étrangers comme ceux de la Chine et des États-Unis.

    Selon Buzz Hargrove, un ami des néo-démocrates, celui qui, en fait, les a aidés à conclure cette entente secrète, ces mises à pied vont bientôt se produire au Canada par suite des 25 000 mises à pied annoncées par GM aux États-Unis. Le NPD veut se débarrasser de l'allègement fiscal pour Ford, General Motors et DaimlerChrysler juste au moment où ces sociétés perdent la capacité de garder ces travailleurs de l'automobile en Ontario. Il s'agit de familles canadiennes qui risquent de perdre leur emploi juste au moment où ce parti, qui prétend vouloir se battre pour les travailleurs de l'automobile, se débarrasse de cet allègement fiscal.

    Chaque emploi dans le secteur de l'automobile permet d'assurer six emplois de plus. Ce sont 500 000 Canadiens qui perdent leur travail, lorsque les emplois de l'automobile se retrouvent dans des marchés du travail moins coûteux, à l'étranger, comme celui de la Chine, ou dans des États où les impôts sont moins élevés, comme la Georgie, l'Alabama ou la Caroline du Sud.

    Par conséquent, l'allègement fiscal est à l'avantage des Canadiens ordinaires, non seulement dans les centres urbains, mais aussi dans les villes rurales, les villages et les hameaux. Le NPD n'y comprend tout simplement rien. Il n'est pas étonnant que le premier travailleur de l'automobile élu au Parlement par des Canadiens ordinaires soit un conservateur de l'Essex et non un membre du NPD, du CCF, du Parti libéral ou de tout autre parti.

  +-(1205)  

+-

    M. Jeremy Harrison: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Le député fait une allocution fort importante. Je ne pense pas que nous ayons le quorum. Je demande qu'on vérifie s'il y a quorum.

    Après le compte:

+-

    Le vice-président: Je crois qu'il y a quorum.

    Un autre rappel au Règlement, l'honorable secrétaire parlementaire.

+-

    L'hon. Paddy Torsney: Monsieur le Président, le député d'en face ne cesse de dire qu'il est le premier travailleur de l'automobile à avoir été élu au Parlement. Bien sûr, le premier travailleur de l'automobile élu à la Chambre était Janko Peric, député de Cambridge et député libéral. Je crois que le député devrait corriger ses propos à cet égard.

+-

    Le vice-président: Je remercie l'honorable secrétaire parlementaire. Je ne pense pas que ce soit un rappel au Règlement, mais peut-être un point qui peut être soulevé dans le cadre des questions, des observations ou du débat.

+-

    M. Jeff Watson: Monsieur le Président, je terminerai mes observations en parlant de la logique du NPD et de ce qu'elle signifie. Selon cette logique, il faut supprimer l’allègement fiscal pour les compagnies automobiles, réduire la qualité de vie des Canadiens en adoptant le projet de loi C-48, et espérer qu’il restera assez d’argent après les excès dépensiers de fin d’exercice du Parti libéral pour essayer de rétablir cette qualité de vie à laquelle le NPD s’est attaqué en premier lieu.

    Il n’y a rien d’étonnant à ce que le NPD n’ait jamais formé un gouvernement au Canada. Il est peu probable qu’il y arrive jamais. Nous nous souvenons tous de Bob Rae. Les Canadiens reviendront à la raison aussi, le moment venu des prochaines élections.

    En résumé, le projet de loi C-48 est un mauvais marché couché sur l’endos d’une serviette de papier. Ce n’est pas ce qu’on peut appeler une saine gestion financière. Il est contraire au processus budgétaire de la Chambre qui requiert des audiences prébudgétaires approfondies et à tout le reste. Quelques personnes se sont rencontrées dans une chambre d’hôtel pour consolider un gouvernement; c’est ainsi que se fait la gestion financière ici, au Canada. C’est un mauvais marché. Je suis impatient de voter contre ce projet de loi.

  +-(1210)  

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, j’ai écouté une partie de ce discours et c’était un peu difficile à accepter, en particulier pour ce qui est des faits.

    Le député parle de l’état de l’économie canadienne. Je suis ici depuis un certain nombre d’années. Je me souviens des années où les conservateurs étaient au pouvoir. Je me souviens d’un taux de chômage qui était supérieur à la pointure de soulier du premier ministre, seulement une fraction de plus. Je me souviens de l’époque où les taux d’intérêt étaient à peu près l’équivalent.

    Je me souviens qu’en huit ans, dans aucun des budgets — et je ne dirai pas qu'ils n'étaient pas équilibrés parce que les conservateurs ne peuvent jamais équilibrer un budget, puisque nous le savons tous déjà — ils n'ont réussi à s'en tenir au déficit qu'ils avaient eux-mêmes prévu. Voilà les années dont nous nous souvenons.

    Aujourd’hui, le taux de chômage est de 6,8 p. 100. Nous avons des secteurs en plein essor dans notre économie. Des emplois sont créés partout au pays. Nous avons un excellent budget, le septième budget équilibré consécutif. Nous avons un budget qui a été amélioré grâce à ce projet de loi et je serai le premier à l’admettre.

    Une voix: Le huitième.

    L’hon. Don Boudria: Le huitième? Excusez-moi. C’est le huitième budget équilibré consécutif. Je sous-évalue notre excellente performance.

    Nous avons ce projet de loi budgétaire, le projet de loi C-48, qui aidera nos concitoyens qui sont moins bien nantis.

    Le député d’en face a dit, dans une vision inspirée de la thèse de Hobbes, qu’il fallait simplement réduire les impôts et laisser les gens se débrouiller — présumément parce que la vie est brutale et brève, comme le disait Thomas Hobbes — et que tout rentrerait dans l’ordre.

    Je n’adhère pas à cette vision des choses et je ne crois pas que les Canadiens y adhèrent. Nous sommes ici pour l'intérêt supérieur ainsi que pour le bien individuel.

    Une voix: Thomas Hobbes, un philosophe anglais.

    L’hon. Don Boudria: Je sais que Thomas Hobbes était un philosophe anglais. Je l’ai cité amplement par le passé.

    Le député d’en face saura que ce qu’il disait à propos de l’esprit humain, lorsque les gens ne recherchent pas l'intérêt supérieur, peut se produire. Pour ma part, je crois qu’il y a place à l’amélioration dans notre société si nous mettons en commun nos ressources dans l'intérêt supérieur.

    Je crois que c’est la bonne façon de voir les choses. Nous avons des exemples dans certaines provinces, comme le système de garderies du Québec. Je crois que l’expérience a été concluante dans cette province. Nous permettons maintenant à d’autres provinces de faire de même. Qu’est-ce qui cloche dans cette mesure?

+-

    M. Jeff Watson: Monsieur le Président, je n’ai peut-être que 34 ans, mais je me souviens du livre rouge de 1993 et de la campagne électorale qui a eu lieu cette année-là. Les libéraux sont arrivés au pouvoir. Personne, à l'époque, ne parlait d’allégements fiscaux, de réduction de la dette, ainsi de suite. En fait, le livre rouge ouvrait la porte aux dépenses, qui ne cessaient de croître.

    Fait étonnant, un parti protestataire a vu le jour dans l’Ouest, un des partis qui a servi de fondement à l'actuel Parti conservateur. Il a fait élire un nombre étonnant de députés qui sont venus à Ottawa et ont réclamé des mesures comme l’élimination du déficit en trois ans, si je ne m'abuse. Ils avaient des idées surprenantes qui, fait intéressant, ne figuraient pas dans le livre rouge.

    D’où sont venues les conditions actuelles qui déterminent l’économie d’aujourd’hui? Pas des banquettes d’en face, mais plutôt de l’opposition officielle, du Parti conservateur, qui s’efforçait d’assainir les finances publiques.

    Le projet de loi C-48, pour revenir au sujet à l’étude, ne peut que provoquer un retour au déficit. Ajoutons à cela les quelque 26 milliards de dollars en dépenses promises par les libéraux depuis que le premier ministre s’est montré à la télévision nationale pour assurer sa survie politique. Ils ont prévu un passif non capitalisé de 10 milliards de dollars par année pour le programme national de garde d'enfants. Additionnons tout cela et nous arrivons à des impôts plus élevés, des réductions dans les programmes ou des emprunts pour pouvoir les financer. Financièrement, c'est irresponsable.

    Les libéraux ont ouvert la porte au NPD parce que le gouvernement avait besoin d'aide. Voilà comment les libéraux s’y prennent, et cela ne peut les mener qu'à créer des déficits pour financer les dépenses. C’est de l’irresponsabilité. J’attends avec impatience de voter contre le projet de loi.

  +-(1215)  

+-

    M. John Cummins (Delta—Richmond-Est, PCC): Monsieur le Président, nous sommes en train, ce matin, de discuter de questions d’intérêt public importantes qui concernent le projet de loi C-48. Notre parti a vivement dénoncé le projet de loi. Comme nous l’avons vu dans le passé, la décision des libéraux d'effectuer des dépenses sans plan aucun ne peut que nous mener droit au désastre. C'est évident. C'est évident pour ceux qui gèrent les finances ou encore l’économie du pays. Comme tout le monde le sait, la seule raison pour laquelle les libéraux ont accepté d’aller de l’avant avec ce projet de loi, c’est qu'ils veulent sauver leur peau. Nous en avons beaucoup parlé depuis un ou deux jours, et nous allons continuer d’en parler dans les jours qui viennent.

    Cela dit, je veux utiliser le temps de parole qui m’est alloué ce matin pour vous faire part d’une préoccupation plus globale. Je compte vous parler de façon plus précise de la façon dont les libéraux gèrent l’économie. Toutefois, je veux surtout parler de l’approche adoptée par le gouvernement à l’égard de la gestion des pêches. Il s’agit là d’un poste budgétaire important, un poste que les libéraux auraient dû ajouter au budget s'ils tenaient vraiment à bonifier celui-ci.

    J’aimerais parler du fait que le gouvernement n'a pas su prévoir dans son budget des ressources suffisantes pour régler la question des pêches sur la rivière Fraser. Le Comité permanent des pêches et des océans a rédigé deux excellents rapports sur le sujet depuis deux ans. Il a donné au gouvernement d’excellents conseils qui ont été ignorés. Le comité a parlé des problèmes que pose la récolte sur la rivière Fraser cette année, en particulier des restrictions qui seront imposées à la récolte de saumon rouge du fleuve Fraser à cause de préoccupations que suscite la montaison du saumon du lac Cultus.

    La saison de pêche du saumon rouge de 2005 sur le fleuve Fraser devrait être un bienfait pour l’économie de la Colombie-Britannique. On s’attend à ce qu’environ 12 millions de saumons rouges reviennent au fleuve, comparativement à environ 5 millions l’année dernière. La récolte aurait dû être belle.

    De fait, si on regarde les taux de récolte de cette espèce particulière dans les années 1990, environ 8 millions de poissons ont été récoltés à des fins commerciales sur le fleuve Fraser. Cette année, on prévoit prendre environ 1,4 million de saumons rouges. Ce n’est qu’une hausse modeste comparativement à 1,3 million l’année dernière, avec une remontée de moins de la moitié.

    La question, c’est pourquoi? Là encore, c’est l’inaction du gouvernement devant un enjeu très important. Le gouvernement a l’obligation constitutionnelle de protéger le poisson sauvage et son habitat. Cela devrait faire partie intégrante du budget du gouvernement, et pourtant, dans ce cas particulier, le gouvernement fait mine d’ignorer les problèmes.

    Le saumon rouge du lac Cultus éprouve de grandes difficultés à survivre. Cela ne fait aucun doute. La survie de ces poissons n’est pas menacée par la surpêche, par les pêcheurs commerciaux ou sportifs, ni même par les pêcheurs autochtones. Le problème vient du lac lui-même et de ce qui s'y trouve.

    Par exemple, les cyprinoïdes d’Oregon du lac posent un problème. Dans un document datant d’octobre 2004 que j’ai reçu en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, le ministère le dit clairement quand il parle de l’élimination des prédateurs. Le ministère dit:

    Les cyprinoïdes d’Oregon adultes, qui s’attaquent aux alevins de saumons, sont abondants dans le lac Cultus. L’élimination de ces prédateurs a été effectuée deux fois dans le passé. L’évaluation de ces mesures a indiqué qu’elles étaient susceptibles d’augmenter la survie des alevins de saumons rouges.

  +-(1220)  

    Nous savons que la survie de ce poisson peut être assurée si nous réglons le problème du prédateur. Il faut se demander pourquoi nous ne le faisons pas. L’amélioration est notable. On estime que le lac compte environ 40 000 cyprinoïdes d’Orégon qui déciment les alevins du saumon rouge. On estime que chaque saumon rouge qui retourne au lac Cultus pond environ 3 500 oeufs. Après l’éclosion des oeufs le printemps suivant, les poissons passeront une année dans le lac. C’est là que le prédateur fait des ravages.

    On fait valoir qu’une réduction de 80 p. 100 de la population de cyprinoïdes d’Orégon favoriserait la remontée du saumon rouge dans le lac Cultus parce que les alevins des 350 à 500 saumons qui font la remontée auraient beaucoup plus de chances de survivre. Il y a environ 425 saumons rouges. Chacun pond 3 500 oeufs. Si le taux de survie augmentait d’à peine 1 p. 100, il y aurait 14 875 saumons rouges de plus. C’est considérablement plus que les quelque 80 poissons qui, le gouvernement espère-t-il, pourraient remonter jusqu’au lac grâce à une interdiction presque totale de la pêche au saumon rouge dans le fleuve Fraser cette année.

    Une telle interdiction entraînera une perte atteignant probablement 75 millions de dollars dans l’économie de la Colombie-Britannique. Il faut se demander pourquoi le gouvernement n’intervient pas et n'intègre pas au budget des mesures pour éliminer ces prédateurs du lac.

    L’industrie de la pêche a proposé d’utiliser les senneurs pour lutter contre les cyprinoïdes d’Orégon. Comme l’indique le document du gouvernement que j’ai cité, ce moyen a déjà été utilisé, et les résultats ont été très efficaces. On y a mis fin tout simplement parce que le gouvernement avait refusé de payer les salaires des pêcheurs affectés à cette tâche, soit un montant de 15 000 $. C’est à cause de ce montant que le gouvernement a annoncé que le programme prendrait fin, alors que le coût pour l’économie de la Colombie-Britannique se chiffre dans les dizaines de millions de dollars.

    C’est ainsi que planifie le gouvernement. C’est pourquoi, selon moi, cette situation devrait tous nous préoccuper. Il y a également d’autres problèmes par rapport à ce lac. On est aux prises avec le myriophylle. Encore une fois, voici ce que dit le document d’octobre 2004 que j’ai obtenu en vertu de la Loi sur l’accès à l’information:

    La restauration de l’habitat exige l’élimination de la myriophylle à épi (une achillée commune qui fournit un habitat aux prédateurs du saumon rouge) dans le lac Cultus. On a déjà procédé à l’enlèvement de myriophylles dans le passé, surtout en guise de mesure de contrôle des « plantes exotiques ». La myriophylle est une espèce envahissante dont l’élimination aurait deux avantages : exposer les jeunes cyprinoïdes d’Oregon à la prédation des cyprinoïdes adultes, et enlever la myriophylle des principaux lieux de frai du saumon.

    Encore là, le gouvernement pourrait mettre sur pied un programme pour sauver ces poissons. En outre, le lac Cultus est un plan d’eau très occupé. Il faut à peine 1 h 30 ou 2 heures pour s’y rendre en voiture à partir du centre-ville de Vancouver. Quand on sait que cette ville compte deux millions d’habitants, il faut s’attendre à ce que les gens soient nombreux à aller passer une partie de la journée ou plusieurs jours pour profiter des plaisirs qu’offre le lac Cultus. Le lac est très fréquenté par les plaisanciers. Il est entouré de chalets et de résidences permanentes. Tous ces facteurs contribuent à augmenter la quantité de polluants dans le lac et à mettre en péril la survie du poisson.

    Lorsqu’on considère le budget et les ajouts apportés par le gouvernement au projet de loi C-48, tout cela semble fort louable. Une partie de ces ajouts visent à aider des gens qui ne sont pas en mesure de s'en sortir par eux-mêmes, et c’est exactement là où je veux en venir. Il suffirait d’investissements raisonnables pour aider grandement les pêcheurs de la Colombie-Britannique.

    Je voudrais faire valoir un dernier point relativement à la gestion des pêches. Cela concerne le quota de crabe des neiges pour les pêcheurs de l’est de la Nouvelle-Écosse.

  +-(1225)  

    J’ai parlé hier soir à Joan Kennedy, une représentante de ces pêcheurs. Elle m’a dit que le gouvernement va réduire d’environ 60 p. 100 le quota pour le crabe des neiges qui se situe actuellement à 16 000 livres. Cette mesure aura un impact considérable sur l’économie. Cette décision importante a été prise sans qu’aucune consultation ne soit tenue.

    Qu'il soit question de mise en oeuvre du budget ou de gestion des pêches, il y a des dossiers où le gouvernement n’est pas à la hauteur. Le ministre a refusé de parler avec ces pêcheurs relativement à cette question. Le gouvernement a refusé de discuter sérieusement avec les pêcheurs du lac Cultus. Voilà autant de comportements néfastes.

    J’ose espérer que le gouvernement en viendra à prendre les mesures nécessaires pour régler ces questions.

+-

    M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC): Monsieur le Président, je remercie mon collègue de ses commentaires, en particulier en ce qui a trait aux pêches. Une des choses que j’aime de la Chambre des communes, c’est que nous venons de toutes les régions du Canada et nous nous réunissons ici pour apprendre ensemble.

    J’essaie de voir quelle province est la plus éloignée de l’océan, et je crois que c'est ma province, la Saskatchewan. J’ai beaucoup appris en écoutant le député, en particulier lorsqu’il a parlé du poisson prédateur dans le lac Cultus. Je n’ai pas très bien compris d’où venait ce poisson et tous les autres détails qui le concernent.

    J’espère que le député peut éclairer le gars des Prairies que je suis, qui est plus habitué au bœuf qu’au poisson, au sujet du poisson prédateur. D’où vient-il? Sa présence est-elle naturelle ou est-elle le résultat d’un programme de transfert gouvernemental? Tous les députés pourraient écouter et profiter de son expertise.

+-

    M. John Cummins: Monsieur le Président, la question de mon ami est importante. D’où viennent ces poissons prédateurs du lac Cultus? Le lac Cultus est l’un de ceux qui se déversent dans le fleuve Fraser. Le cyprinoïde d'Oregon n’existe pas dans le lac Harrison, qui se trouve dans votre circonscription, je crois, monsieur le Président, ni dans le lac Pitt. D’où vient ce poisson? Quelqu’un a-t-il déversé un aquarium? A-t-il été amené dans le cadre d’un programme de transfert provincial ou fédéral visant à rehausser la pêche sportive? Personne ne le sait. Nous devons avoir ces réponses.

    Le ministre a fait une annonce il y a quelques jours. Lorsqu’il fait une annonce concernant les pêches de la Colombie-Britannique, il ne le fait pas dans cette province. Il tient une conférence de presse ici, à Ottawa. On épargne ainsi l’argent des contribuables, mais qui plus est, le ministre n’a pas besoin de regarder en face les gens qui sont les plus touchés, les gens qui ont un intérêt dans les pêches de la Colombie-Britannique. Il le fait par téléconférence, à partir d’Ottawa.

    Au cours de la récente téléconférence, il a fait allusion à des dépenses de 5,2 millions de dollars pour renforcer l’application des lois, mettre en oeuvre les nouveaux programmes de contrôle des prises et améliorer la recherche scientifique. Le type de recherche qui est effectuée découle probablement davantage de motifs politiques que d’un réel désir de comprendre l’environnement de ces poissons. Je ne suis au courant d’aucun crédit qui soit affecté à cette pêche dans le lac Cultus. Le ministère fait preuve de négligence et ne fait pas effectuer les recherches de base pour examiner divers problèmes, qu’il s’agisse du cyprinoïde d’Oregon dans le lac Cultus ou des effets de la hausse de température de l’eau sur la remontée du saumon rouge. La recherche de base n’est vraiment pas effectuée.

    L’autre jour, je parlais à un type qui a effectué de la recherche pour le compte du Sierra Club. Je lui ai indiqué le problème imputable à la pêche au filet fixe dans le canyon du Fraser. C’est un problème permanent, que reconnaissent tous les pêcheurs. J’ai parlé à des membres de la Native Brotherhood, la plus ancienne entreprise de pêche commerciale autochtone en Colombie Britannique. Je pense qu’elle a vu le jour il y a environ 75 ans. J’ai parlé aux Chilcotins de l’ouest du lac Williams, dans la partie centrale et côtière de la Colombie Britannique. Ils s’inquiètent de la pêche au filet fixe dans le canyon du Fraser.

    Dans le canyon du Fraser, les poissons subissent un stress énorme, en raison non seulement du débit rapide mais aussi des températures élevées. Cependant, ils réussissent à franchir le canyon en utilisant ses parois pour passer d’un remous à l’autre. Le gouvernement a autorisé la pêche au filet fixe dans le canyon, ce qui accroît le stress que subissent ces poissons. Des spécialistes ne relevant pas du gouvernement ont effectué des recherches qui montrent le stress énorme que subissent les poissons, mais personne fait quoi que ce soit. Le gouvernement n’effectue pas les recherches nécessaires afin d'assurer la protection de nos ressources halieutiques.

    Le budget ne contient rien à cet égard. Il est important que le gouvernement prenne l’initiative et commence à assumer certaines de ses responsabilités fondamentales, dont la protection du poisson sauvage et de son habitat.

  +-(1230)  

+-

    M. Andrew Scheer: Monsieur le président, je voudrais faire un recours au Règlement. J’ai entendu mon honorable collègue parler avant, et je pense que nous devrions avoir à la Chambre plus de députés pour entendre ce qu'il a à dire. Je ne pense pas que nous ayons le quorum.

+-

    Le vice-président: Convoquez les membres.

    Après l'appel de la sonnerie:

+-

    Le vice-président: Il y a maintenant le quorum. Nous reprenons le débat. Le député de Prince Albert a la parole.

+-

    M. Brian Fitzpatrick (Prince Albert, PCC): Monsieur le président, je voudrais examiner cela chronologiquement. De la Saskatchewan, j’ai observé la situation en Ontario au début des années 1990, sous le gouvernement de Bob Rae. D’après ce que je me rappelle de ce gouvernement et ce que j’en ai entendu dire, il y a eu un taux de chômage faramineux pendant cette période. Quand M. Rae a fini par partir, un million de personnes vivaient de l’aide sociale, soit plus que la population entière de la Saskatchewan. Les impôts étaient très élevés et les déséquilibres fiscaux étaient hors de contrôle, quelque chose d’incroyable en Ontario.

    Je me rappelle une affiche que j’avais vue à Buffalo. La Chambre de commerce de Buffalo avait dressé une énorme affiche déclarant que le premier ministre Bob Rae était l’homme de l’année. C’était l’homme de l’année pour Buffalo parce qu’il avait fait fuir tellement d’investissement et d’entreprises de l’Ontario vers Buffalo que la ville pensait devoir souligner les bénéfices des politiques socialistes du NPD en Ontario.

    Fort heureusement, en 1995, la population de l’Ontario a anéanti ce parti. Il a fait tellement de ravages dans la province que pas un seul député du NPD n’a été élu au Parlement fédéral pendant plusieurs élections subséquentes. La situation était à ce point mauvaise. C’est le style de dépense que fait le NPD quand il s'empare du pouvoir.

    La Parti conservateur s’oppose à ce projet de loi parce que nous avons vu l'effet que peuvent avoir les gouvernements du style de celui de Bob Rae sur l’économie et le mal qu’il font au pays. Nous n’aimons pas voir cela.

    Du point de vue de la Saskatchewan, je dois m’opposer au budget parce qu’il ne règle pas les problèmes de l’ESB. Il n’y est pas question des problèmes forestiers. Le secteur forestier de la Saskatchewan est en très mauvaise posture pour toute un éventail de raisons. Le budget n’aide pas les producteurs de grains qui ont été touchés par la sécheresse, le gel et des problèmes de revenus. C’est incroyable. Les fermiers de la Saskatchewan se préparent à un bilan financier net absolument catastrophique cette année, sans pareil dans l’histoire de la province.

    Et puis il y a cette formule de péréquation. De toutes les provinces, celle qui, selon moi, est le plus mal servie par la formule de péréquation est la Saskatchewan. Tout représentant élu, y compris le premier ministre de la province, le sait. Nous sommes tous unis dans notre effort pour faire changer cela, à part une personne, le ministre des Finances. Je dois m'obliger à constamment le rappeler.

    Le budget de règle aucune de ces questions. Les collectivités rurales de la Saskatchewan croulent sous ce type de problèmes, mais aucune mesure n’a été prise dans ce budget pour y faire face.

    Permettez-moi de revenir au vote sur le premier projet de loi sur le budget. Notre parti avait beaucoup d’inquiétudes au sujet du budget qui renfermait peut-être quelques éléments positifs, mais où on retrouvait beaucoup de négatifs. Nous avons été à l'écoute des gens dans l'ensemble du pays: ils voulaient que le Parlement fonctionne. Les Canadiens ne voulaient pas d’élections, si bien que nous nous sommes pincé le nez et nous nous en sommes abstenus.

    Le leader des néo-démocrates et ses 18 députés ont voté contre ce budget et pointé du doigt les conservateurs en disant: « Comment osez-vous soutenir ce gouvernement libéral corrompu et incompétent? ». Ce budget ne prévoit strictement rien pour l’agriculture. Les néo-démocrates ont envoyé des dix-pour-cent et des communiqués aux circonscriptions conservatrices, dénonçant les conservateurs qui s'abstenaient au sujet du premier budget. Surprise que de voir où nous en sommes, quelques mois plus tard.

    Examinons un autre aspect de toute cette situation. Il ne fait aucun doute que l’histoire montrera que notre premier ministre est l’un des plus désespérés du Canada. Il va d’une crise à l’autre et se montre prêt à faire n’importe quoi pour rester au pouvoir. C’est ainsi que l’histoire jugera le premier ministre.

  +-(1235)  

    À ce moment-là, le premier ministre, par l’entremise de Tim Murphy et d’autres personnes de son cabinet, ont commencé à attirer des députés de l’opposition pour appuyer et soutenir son gouvernement. Ils ne se sont pas gênés pour le faire. Ils ont réussi à attirer un petit poisson dans un grand étang, qui est passé de l’autre côté. Ils ont tout essayé pour en attirer d’autres. En même temps, cependant, trois des propres députés du premier ministre ont abandonné le navire, ce qui en dit long sur son leadership.

    Surprise, le premier ministre a rencontré le leader du NPD dans un hôtel à cinq étoiles de Toronto. Je suis sûr que du champagne leur a été servi. Ils ont eu leur déjeuner et leur réunion, etc., et ont signé une entente. C’était une entente contre nature, à mon avis, qui a solennisé quelque chose qui, je le crains, ne peut-être béni par quelque divinité que ce soit, mais le père Buzz était là. Le père Buzz Hargrove était là pour l’approuver.

    Ce jour là, ce premier ministre désespéré a trouvé le bon filon. Il a réussi à attirer 19 néo-démocrates dans son administration incompétente et corrompue. Ils se sont fait complètement avaler et ont mordu à l’hameçon. Les libéraux ont aussi attiré une personne du Parti conservateur, mais ce jour là, ils ont obtenu 19 néo-démocrates qui se sont simplement glissés dans leur lit et ont solennisé cette entente contre nature.

    Qu'est-ce qui caractérise ce merveilleux budget libéral-néo-démocrate? Je l'ai ici devant moi. Si l'on fait abstraction de la première page, ce n'est que du jargon juridique. Les paragraphes 1 et 3 ne sont que du jargon juridique. Le projet de loi ne fait donc qu'un quart de page. Que dit-il? Je vais m'exprimer du point de vue de la Saskatchewan. J'essaie de voir ce que le projet de loi apporte aux agriculteurs de la Saskatchewan, au dossier de la péréquation et ainsi de suite. Il y a peut-être quelque chose qui m'échappe. Les députés néo-démocrates peuvent peut-être m'éclairer.

    D'abord, pour ce qui est de l'environnement, notamment, les systèmes de transport en commun et les travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique des habitations à loyer modique, le budget prévoit un maximum de 900 millions de dollars. Il n'y a rien au sujet des agriculteurs, de l'ESB, des forêts, de la péréquation.

    Deuxième point: un maximum de 1,5 milliard de dollars est prévu pour les programmes de formation et l'accès à l'enseignement postsecondaire, dans l'intérêt notamment des Canadiens autochtones. Encore une fois, il n'y a rien au sujet des agriculteurs. On ne parle ni de péréquation, ni d'allégements fiscaux pour les petites entreprises de la Saskatchewan.

    Point trois: un maximum de 1,6 milliard de dollars est prévu pour le logement à prix modique, notamment le logement pour les Canadiens autochtones. Point quatre : un maximum de 500 millions de dollars est prévu pour l'aide à l'étranger.

    Je ne veux pas qu'on m'accuse de faire preuve de mesquinerie à l'égard de l'aide étrangère, mais franchement, il y a des collectivités dans ma circonscription qui sont aux prises avec de sérieuses difficultés. Nous avons un gouvernement qui fait la sourde oreille aux problèmes que vivent ces collectivités. Nous avons besoin d'aide étrangère dans notre propre pays parce que diverses régions sont confrontées à de gros problèmes.

    Je pourrais dire bien des choses au sujet de cette entente malsaine que le NPD et le Parti libéral ont conclue. Reste qu'il n'y a rien de concret dans ce projet de loi pour les habitants de la Saskatchewan. Il n'y a rien pour les producteurs de céréales, rien pour l'ESB, rien dans le domaine de la péréquation, et rien pour l'industrie forestière qui est en sérieuse difficulté. Il y avait peut-être trop de smog à Toronto ce jour-là. Le chef du NPD n'arrivait pas à voir la Saskatchewan quand il a conclu cet arrangement d'un quart de page avec les libéraux. Toutefois, il a fait front commun avec l'administration libérale corrompue et incompétente quand il a signé l'entente, tout comme l'ont fait les 18 autres députés du NPD.

  +-(1240)  

+-

    L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, les Canadiens qui écoutent cette diatribe doivent être sidérés. La plupart des Canadiens ne s’intéressent pas vraiment aux ridicules bizarreries que l'on voit souvent ici.

    Quelles sont leurs préoccupations? Ils veulent avoir un emploi. Ils veulent avoir des soins de santé lorsqu’ils sont malades. Ils veulent une éducation pour leurs enfants. Ils veulent un secteur privé dynamique qui nous permettra de créer des emplois pour eux. Ils veulent des programmes sociaux qui seront en place pour toujours. Ils se préoccupent des personnes âgées parce qu’ils veulent être certains d’avoir des soins lorsqu’ils seront plus vieux. Ils veulent que leurs prestations de retraite soient versées pendant longtemps. Ils se préoccupent de leur environnement. Ils se préoccupent de leurs villes.

    Voilà les choses dont les Canadiens se préoccupent. Voilà ce dont ils nous ont parlé. Voilà ce qui se trouve dans le budget que nous avons publié. Nous avons prévu de l’argent pour l’infrastructure des villes. Nous avons investi de l’argent pour que les enfants aient un bon départ et que leurs besoins fondamentaux soient satisfaits, non pas pour supplanter les parents, mais pour travailler avec eux afin de garantir que leurs enfants aient la meilleure chance possible. Nous avons fait en sorte que nos budgets soient équilibrés. Ce budget est le huitième budget excédentaire consécutif.

    Est-il parfait? Non, il n’est pas parfait. Toutefois, il contribue grandement à répondre à bon nombre des préoccupations des Canadiens, de manière pragmatique, de manière à assurer une stabilité financière et à apaiser leurs inquiétudes. Aucun gouvernement ne peut faire tout ce qu’on lui demande, mais je dirais que nous avons fait un pas important pour répondre à de nombreuses préoccupations des Canadiens.

    Selon mon collègue, le budget ne prévoit rien pour la Saskatchewan. De toute évidence, il n’a ni lu, ni compris ce que le gouvernement a fait dans son initiative pour les municipalités. Nous leur avons accordé non seulement une part de la taxe sur l’essence, mais nous les avons exonérées d’un pourcentage de la TPS de façon à ce qu’elles puissent affecter l’argent ainsi économisé à leurs infrastructures.

    Mon collègue ne reconnaît-il pas que la Saskatchewan recevra des montants importants grâce au remboursement de TPS et aux crédits que nous avons pu obtenir pour les municipalités ou que nous sommes en train de négocier avec les provinces? Ne croit-il pas que cela serait une mesure utile? Dans le cas contraire, que propose son parti pour satisfaire aux besoins des municipalités sur le plan des infrastructures?

+-

    M. Brian Fitzpatrick: Monsieur le Président, nous avons présenté une motion l’an passé, ce dont mon collègue devrait se rappeler. Je pense qu’il siégeait alors comme député indépendant. Nous avions recommandé que 5 cents le litre soient accordés aux provinces à condition que ces montants servent à la construction de routes, de ponts et d’infrastructures municipales. Nous avions pris cet engagement ferme. Cela faisait partie de notre programme lors des dernières élections.

    Mon collègue est député depuis 1993. Douze ans se sont écoulés depuis. Tout à coup, les libéraux se rendent compte qu’il y a un déséquilibre au niveau municipal et que les municipalités ont besoin d’argent pour financer certaines mesures importantes. Ils ont finalement compris. Le chef du Parti libéral a essentiellement saisi un aspect de la plate-forme électorale des conservateurs sur l’équilibre fiscal et les infrastructures municipales. Les libéraux ont finalement compris, mais il leur a fallu 12 ans.

    J’aimerais parler du remboursement de la taxe sur l’essence. En raison de sa situation économique, la Saskatchewan récupère ses recettes par habitant, mais en utilise deux fois plus par habitant que n’importe quelle autre province du pays. On pourrait prétendre que, en vertu de cette entente, la Saskatchewan, dont le revenu par habitant est bien inférieur à celui de Toronto, Vancouver ou Montréal, subventionne en fait les grands programmes d’infrastructure de ces centres.

    Si le député d’en face pense qu'il est juste de retirer des sommes à une province où le revenu par habitant est de 19 000 $ pour les transférer vers des villes où le revenu par habitant est de 55 000 $, je crains ne pas être d’accord avec lui et avoir quelques difficultés à comprendre ses calculs.

  +-(1245)  

+-

    Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD): Monsieur le Président, mon collègue de Prince Albert a mentionné plusieurs éléments que l’on ne retrouve pas dans le budget. Il a parlé de la foresterie, de la péréquation, de l’élevage et de l’ESB et bien sûr, il n’en n’était pas question dans le projet de loi C-43 lorsque la Chambre en a été saisie. Toutefois, 4,6 milliards de réductions d’impôt des sociétés étaient prévus dans ce budget, que les conservateurs ont appuyé en ne votant pas contre. Ils ont voté essentiellement pour un budget où il n'était pas question d’élevage, d’ESB, de péréquation, de foresterie et de plusieurs autres éléments.

    Nous avons réalisé une entente où des fonds supplémentaires sont susceptibles d'aider les Canadiens dans le domaine de l’éducation et du logement abordable. Mon collègue a de nouveau parlé des fonds affectés aux affaires étrangères et les a critiqués, alors que ses propres collègues les ont appuyés et continuent de le faire au sein de son parti. Ils feraient donc mieux de s’entendre, car ils commencent à se comporter comme le premier ministre et le ministre des Finances.

    Si tous ces éléments ne se trouvaient pas dans le budget, pourquoi le député n’a t il pas voté contre le budget et pourquoi son parti n’a-t-il pas fait d’efforts pour modifier ce budget de manière qu’il corresponde aux besoins des Canadiens?

+-

    M. Brian Fitzpatrick: Monsieur le Président, je trouve que toute cette discussion est plutôt alambiquée et qu’il est difficile d’y voir clair. Des réductions d’impôt étaient prévues pour les petites, les moyennes et les grandes entreprises. L’entente conclue entre le leader de la gauche caviar et le député libéral dans cet hôtel cinq étoiles visait notamment la suppression de toutes ces réductions d’impôt.

    Le ministre des Finances a été complètement laissé à l’écart de ces négociations, mais il s’est levé de nouveau en Chambre après que trois budgets différents eurent été présentés dans la même semaine et il est toujours debout. Il a peut-être perdu un peu de son panache, mais il faut croire qu’il est toujours debout. Il a dit que les réductions d’impôt seraient retirées pour être réinstaurées ultérieurement dans le cadre d’une autre entente. Le chef du NPD a toutefois rétorqué que les réductions devaient être supprimées. Malgré toutes ces déclarations, leur alliance indue tient toujours. Je trouve ça intéressant.

    Je suppose que le NPD a adopté l’approche libérale: s’approprier un joli petit magot et le refiler à quelques amis du parti dans le milieu des affaires et du commerce pendant que toutes les autres entreprises en souffrent, plutôt que de permettre à toutes les entreprises, petites, moyennes et grandes, de bénéficier de réductions d’impôt qui leur permettront de s’épanouir et de mieux soutenir la concurrence grâce à un traitement plus équitable.

    Le NPD préférerait verser des subventions à General Motors, plutôt que de lui accorder une réduction d’impôt de manière à ce qu’elle puisse profiter d’une meilleure marge de manœuvre. C’est l’approche choisie par le NPD.

+-

    M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC): Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole au sujet de ce projet de loi. Pour situer un peu mieux dans leur contexte mon intervention et mes observations, je vais revenir au projet de loi initial car, comme cela a été maintenant bien établi, nous nous penchons actuellement sur le deuxième projet de loi de nature budgétaire.

    Le matin même où le ministre des Finances a présenté le projet de loi, j’ai fait une déclaration aux termes de l’article 31 du Règlement concernant les priorités des gens de ma circonscription et les préoccupations des citoyens de ma province. J’aimerais vous en parler davantage.

    Dans cette déclaration, j’ai parlé de mon bon ami, Andrew Duff, un agriculteur qui travaille dans un parc d’engraissement dans l’est de la Saskatchewan. J’ai parlé de quelques-unes de ses priorités pour sa famille. J’aimerais revenir sur certaines d’entre elles.

    Les réductions d’impôt figurent au nombre de ses priorités. Il est agriculteur et ne touche aucun revenu. Or, il continue de verser des impôts, dont certains, il est vrai, sont provinciaux et d’autres municipaux, mais à cause notamment de la formule de péréquation inéquitable, ces impôts peuvent difficilement être réduits. Il paie aussi d’autres impôts par le biais de son emploi, comme les cotisations d'assurance-emploi, qui sont appliquées en Saskatchewan. En tant qu’agriculteur, il n’a pas droit au chômage, de sorte que ses cotisations ne sont que des charges sociales. Ajoutons à cela la taxe sur les carburants, le coût des engrais pour les céréales, ainsi de suite.

    Il espérait bénéficier d’une réduction d’impôt pour pouvoir acheter l’exploitation, qui est productive et qui fournit de l’emploi à d’autres personnes grâce aux achats qu’il effectue au sein de la collectivité.

    Il voulait également un plan durable pour l’agriculture. Nous nous sommes pincés le nez l’autre jour quand nous avons voté en faveur de l’autre projet de loi qui ne prévoyait rien pour l’agriculture. Nous l’avons fait en raison des grandes difficultés que vit la province de Terre-Neuve-et-Labrador, une province qui a été constamment lésée par le gouvernement fédéral. La province avait besoin d’aide, des recettes générées par ses propres ressources naturelles, dont le contrôle lui a été restitué, comme il se doit. Nous, au sein de ce parti, même si nous savions qu’il y avait de grands pans du projet de loi budgétaire qui ne nous plaisaient pas, sommes venus en aide à une région du pays afin qu’elle reçoive ce qui lui est dû.

    Il n’y a rien dans ce projet pour l’agriculture. Il n’y a rien dans la deuxième partie de ce projet pour l’agriculture. Je ne parle pas ici d’annonces d’investissements, car, comme on l’a vu, ces annonces souvent ne se concrétisent pas. Ce qu’il nous faut, c’est du concret, un vrai plan.

    Enfin, la troisième chose dont mon ami et sa famille auraient besoin, et cela vaut pour de nombreuses jeunes familles qui vivent dans les régions rurales de la Saskatchewan, c’est un crédit d’impôt pour la garde d'enfants, un crédit qui les aideraient à élever leurs familles. Mon ami et son épouse sont des producteurs laitiers. Les enfants font partie intégrante de l’exploitation agricole. Ils travaillent. Ils ne peuvent constamment faire la navette entre la ferme et la garderie subventionnée par le gouvernement. Ce n’est pas pratique. Conduire les enfants à la garderie et retourner ensuite travailler leur coûterait beaucoup plus cher. Ils ne peuvent pas le faire. La seule façon dont ils vont pouvoir obtenir de l’aide, c’est au moyen d'un crédit d’impôt direct pour la garde d’enfants. Or, il n'en est aucunement question dans le budget initial et dans cette nouvelle mesure législative que nous sommes en train d’examiner. Les priorités des électeurs de ma circonscription et des habitants de la Saskatchewan ne sont pas prises en compte.

    Une autre raison de mon mécontentement et de mon opposition à ce projet de loi est l'absence de reddition de comptes. Cette question a été soulevée, de façon très succincte, je dois ajouter, par plusieurs députés lors du débat d’hier soir. L’une des grandes priorités et le principal objectif du Parlement, des représentants de la population, sont d'obliger le gouvernement à rendre compte de la manière dont il dépense les deniers publics.

    C’était l’objet de toutes les luttes. Lorsqu’on regarde l’histoire du Parlement britannique, pour régler le problème du financement, le roi ne voulait pas rappeler le Parlement parce qu’il n’aimait pas ses points de vues, mais il y a été forcé parce que, en fin de compte, le Parlement exerçait le contrôle sur la dépense. Nous avons vu la guerre civile anglaise, diverses réformes, Gladstone et Disraeli, etc., au fil de l’histoire. L’obligation redditionnelle est une priorité fondamentale à laquelle nous devons nous accrocher.

    L’une des choses qui est des plus troublantes à propos de ce projet de loi dont nous débattons, c’est qu’il n’y a pas de plans, pas de lignes directrices réelles. On a déjà dit qu'il en était de même de la loi antérieure. C’est la justification et les motifs qu’ont invoqués certains députés qui ont dit pendant le débat qu'il y avait eu d’autres projets de loi ineptes, ridicules et mal pensés que moi et mes collègues du Parti conservateur avons appuyés, alors pourquoi ne pas appuyer tout autre projet de loi mal pensé et piètrement planifié?

  +-(1250)  

    Nous sommes parfois forcés d’appuyer certaines choses pour le bien commun. Ce projet de loi ne favorise absolument pas le bien commun. Il ne prévoit aucune obligation redditionnelle. Il a déjà été dit à maintes reprises qu'on pouvait constater à la lecture du projet de loi qu'il était très vague. Il n’y a rien.

    Je rappellerais à mes collègues du NPD que, s’ils croient vraiment dans le marché qu’ils ont conclu, peut-être devraient-ils faire un retour sur le passé. Lorsque les libéraux ont promis quelque chose, il leur a fallu pas moins de cinq à quinze ans pour s’acquitter de leur promesse.

    Je vous rappellerai la grande campagne qu’ont menée les libéraux en promettant de supprimer la TPS. Ils l’ont promis encore et encore. Une ancienne députée d’Hamilton a fini par démissionner. Au bout du compte, la promesse répétée à maintes reprises n’a jamais été tenue.

    L’obligation de rendre des comptes est indispensable. C’est l’objectif primaire du Parlement. Nous regardons les folies du passé. On a déjà dit qu’un député de la Saskatchewan ramènera toujours la question sur le tapis, mais cela touche tellement de gens dans notre province. Les armes à feu, les fusils et les carabines sont des outils qui nous sont utiles dans nos fermes. Ils servent aux chasseurs et à des fins récréatives. Ils font partie de notre culture.

    Le registre des armes à feu est peut-être le plus grand fiasco et la politique dont on ne rend aucun compte qui soit la plus irréfléchie et la plus mal conçue de toute l’histoire du pays. Il a fallu 2 milliards de dollars pour enregistrer les chasseurs de canards. Ce ne sont pas les gens qui utilisent des armes de poing. On s’occupe des armes de poing depuis 1935. Le registre des armes à feu est l'un de ces plans libéraux qui n'exigent aucune reddition de compte. Les libéraux ont simplement fait ce qu’ils voulaient faire sans y réfléchir.

    J’aimerais parler brièvement de quelques effets macroéconomiques que produisent des dépenses inconsidérées. Ces effets ont été observés lors de la coalition antérieure du NPD et des libéraux dans les années 70. On rétorquera sans doute que d’autres facteurs pouvaient expliquer les folles dépenses et la façon dont les taux d’intérêt se sont emballés. La prudence financière et la responsabilité sont importantes dans tout ce que nous faisons.

    Ce qui me préoccupe le plus des dépenses inconsidérées et débridées, ce sont notamment les taux d’intérêt plus élevés. Il est relativement bien connu que lorsqu’il y a des pressions financières non productives et non raisonnables du côté de la demande, ces pressions entraînent une hausse du taux d’inflation.

    La Banque du Canada a judicieusement suivi une politique monétaire rigoureuse. Voilà une chose qui n’a pas été faite et qui a contribué au problème antérieurement, c’est-à-dire l’absence d’une politique monétaire conservatrice. La Banque du Canada réagit en augmentant les taux d’intérêt pour réprimer l’inflation.

    Je demande à tous ceux qui lisent ces mots ou qui nous regardent à la télévision et à tous les députés qui écoutent ici de songer aux effets qu'aura une hausse des taux d’intérêt sur les petites entreprises ou les propriétaires de maisons hypothéquées. Par exemple, si un menuisier nous regarde, il devrait songer aux répercussions que cette hausse aura sur son emploi. Les dépenses inconsidérées et continues de la coalition NPD-Parti libéral contribueront à éliminer des emplois.

    La plupart des gens qui possèdent une maison à Saskatoon, dans ma circonscription, à Burlington ou ailleurs ont une hypothèque. Les jeunes familles ont des hypothèques. J’ai moi-même contracté récemment un prêt hypothécaire lorsque j’ai acheté ma première maison. Je n’ai pas hâte au désastre macroéconomique que les dépenses inconsidérées du gouvernement vont créer.

    J’aimerais faire des suggestions positives au gouvernement pour que les libéraux aient quelques bonnes idées à l’avenir. J’ai énuméré mes priorités un peu plus tôt, mais permettez-moi de reparler de l’une d’elles. J’ai mentionné une réduction dans l’assurance-emploi. Il s’agit essentiellement d’une diminution des charges sociales. Je suis personnellement sensible à cette question, parce que j’ai travaillé dans une boulangerie au salaire minimum pendant un an avant de fréquenter l’université.

    J'ai travaillé dans la boulangerie avec des collègues qui avaient 10 ou 12 ans d'expérience et qui n'avaient pas droit aux prestations de l'assurance-emploi en raison des caprices du régime. Pendant des années, ils ont versé des cotisations supérieures à ce qu'ils auraient dû payer. C'est très mauvais pour l'emploi. Ce qui empêche le plus les petites entreprises d'embaucher davantage d'employés, c'est l'augmentation des charges sociales et des coûts.

    Je sais que le gouvernement est d'avis qu'il est merveilleux que notre taux de chômage s'établisse à 6,8 p. 100. Aux États-Unis, un tel résultat entraînerait la défaite des candidats aux élections. Notre taux de chômage doit baisser. Il faut en faire une priorité permanente. Ce n'est qu'une mesure. Il en existe beaucoup d'autres que le gouvernement pourrait prendre pour améliorer la productivité et favoriser la croissance, au lieu de simplement chercher à redistribuer la richesse d'une façon désorganisée, incongrue et inconsidérée.

  +-(1255)  

    Les priorités du gouvernement ne correspondent pas à celles de électeurs de Saskatoon—Humboldt. Elles ne correspondent pas aux valeurs que je défends. C'est pourquoi je voterai contre le projet de loi C-48.

+-

    L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, je ne peux pas croire que mon collègue puisse émailler ses propos d'un tel tissu d'incohérences et de faussetés. C'est tout à fait étonnant de l'entendre énoncer à la Chambre des faits complètement contraires à la vérité.

    Le député croit que nous avons mal géré l'économie, mais examinons les faits. Le Canada a l'économie la plus solide parmi les 26 pays de l'OCDE. Notre taux de chômage n'a jamais été aussi bas. Nos taux d'intérêts sont à leur plus bas niveau depuis des décennies. Nous remboursons la dette.

    Mon collègue a raison lorsqu'il signale qu'une économie solide passe par un taux d'inflation et des taux d'intérêts faibles, ce qui est important pour renforcer notre secteur privé afin qu'il puisse créer des emplois.

    Mon collègue n'est-il pas au courant des indicateurs économiques pour notre pays? Notre économie crée des emplois. Notre taux de chômage a rarement été aussi bas. La faiblesse de nos taux d'intérêts et d'inflation est sans précédent. Je suis sûr que ses électeurs souscrivent à ces résultats. N'y souscrit-il pas lui aussi? Ne reconnaît-il pas que telle est la situation au Canada? Ne reconnaît-il pas que c'est une saine gestion budgétaire?

  +-(1300)  

+-

    M. Bradley Trost: Monsieur le Président, j'écoutais avec grand intérêt les propos de mon ami qui comparait les statistiques économiques des différents pays du monde. Je ne me préoccupe pas vraiment de la mauvaise gestion qui peut être le lot de bon nombre des autres économies de la planète. Le Canada doit faire ce qui est le mieux pour les Canadiens.

    Il comparaît la situation au Canada à celle prévalant dans d'autres pays. Prenons par exemple le cas de l'Allemagne, un pays qui n'est pas partiellement dirigé par ses alliés idéologiques, mais entièrement sous leur gouverne. L'Allemagne enregistre un taux de chômage de 12 p. 100. Ce pays a suivi des politiques similaires à celles adoptées par notre gouvernement.

    L'honorable député se targuait d'un taux de chômage de 6,8 ou 6,9 p. 100. Le président des États-Unis — et je pourrais me livrer à des critiques très virulentes à l'égard de son programme économique — a presque perdu les dernières élections parce que le taux de chômage se situait à 5 p. 100 dans ce pays, et ce, même si on utilise là-bas des modes de calcul plus restrictifs que les nôtres.

    Je ne sais pas pour quelle raison le député se pète les bretelles au sujet des réalisations de son gouvernement. La Grande-Bretagne a un taux de chômage inférieur au nôtre grâce, dans une large mesure, à l'administration tory précédente qui a suivi une politique monétaire ferme mettant l'accent sur les réductions d'impôt, la croissance, la propriété et la société.

    Je n'arrive pas vraiment à comprendre où le député veut en venir. Il veut s'attribuer le mérite des faibles taux d'intérêt et de l'inflation réduite notamment, mais il ferait mieux de regarder les résultats.

    Je conviens que les administrations tories n'ont pas toujours suivi une politique monétaire stricte et adéquate. Leur approche était keynésienne. Le député s'en attribue le mérite. Les libéraux ont critiqué cette approche pendant de nombreuses années. Des pressions s'exerçaient sur notre économie pour faire augmenter l'inflation en raison des politiques irresponsables mises de l'avant dans les années 1970, tant au Canada que dans les autres pays du monde. C'est ce qu'on appelle le keynésianisme où l'on dépense pour soutenir le gouvernement, le faire passer du côté de la demande, pour finalement se retrouver aux prises avec une certaine stagflation, des taux de chômage plus élevés, une productivité réduite et l'absence de croissance, de perspectives futures et de plans.

    C'est la raison pour laquelle la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante et les chambres de commerce, entre autres, ont condamné le gouvernement. Le gouvernement sait comment s'attribuer le mérite de toutes les choses accomplies avant lui, mais il n'est pas vraiment capable de passer lui-même à l'action. Il sait comment surfer sur les réalisations des autres.

    Les députés de ce côté font du chahut à propos d’une administration antérieure. Je ne suis pas ici pour défendre une administration antérieure. Aux élections de 1872, j’aurais voté pour le Parti libéral parce que c’était le parti de l’honnêteté et de l’intégrité à cette époque-là, ce qu’il n’est pas à l’heure actuelle. En tant que députés, nous avons le devoir de parler des politiques d'aujourd'hui et des politiques pour l'avenir. Je ne m’intéresse pas vraiment aux gouvernements antérieurs. L’histoire dira ce qu’ils ont fait. Nous devons défendre ce qui est bien maintenant.

    J’étais trop jeune pour voter sur toutes les questions dont débattent de nombreux députés. Je suis l’un des plus jeunes députés de la Chambre. Mon travail consiste à regarder vers l’avenir, pour ma circonscription, pour les gens de Saskatoon—Humboldt, pour tous les Canadiens, qu’ils soient jeunes, d’âge moyen ou vieux, peu importe comment ils se décrivent eux-mêmes.

    Les Canadiens ont besoin d’une économie en expansion. Ils ont besoin d’une économie vigoureuse. Les prévisions de 6,9 p. 100 que le gouvernement a faites ne sont tout simplement pas assez bonnes. Le Canada devrait avoir la meilleure économie du monde, le taux de chômage le plus bas et le niveau de vie le plus élevé. Notre pays a les ressources naturelles et le talent. Nous avons tout ce qu’il faut pour faire du Canada le meilleur pays du monde.

  +-(1305)  

+-

    M. Rick Casson (Lethbridge, PCC): Monsieur le Président, c'est toujours un plaisir de prendre la parole à la Chambre pendant que vous occupez le fauteuil. J'allais dire pendant que vous faites le surveillant, mais je ne suis pas certain que ce serait un compliment, même si, espérons-le, cela me procurera quelques bons points dont je pourrai me servir ultérieurement.

    Nous débattons aujourd'hui du projet de loi C-48. C'est un projet de loi d'exécution du budget qui sert essentiellement à permettre à l'actuel gouvernement de demeurer au pouvoir. Il s'agit d'une entente de 4,6 milliards de dollars que le Parti libéral a conclue avec le NPD pour obtenir son appui.

    Les libéraux non seulement ont acheté un parti par cette entente—et ce fut le parti au complet—, mais ils avaient entrepris également de faire des offres à d'autres députés. Je pense qu'une telle attitude explique dans une grande mesure pourquoi il y a tant de cynisme dans la population. Les Canadiens sont consternés lorsqu'ils examinent certaines des mesures prises par le gouvernement simplement pour se maintenir au pouvoir.

    Je voudrais commencer par deux ou trois problèmes, pour ensuite exposer les mesures qui, selon mon parti et moi, devraient être prises et le genre de pays que nous pourrions obtenir s'il était dirigé correctement.

    Nous avons maintenant un projet de loi budgétaire de 4,6 milliards de dollars qui ne fait que deux pages et qui ne prévoit pas de programmes ni de règlements pour soutenir ces dépenses. Le projet de loi autorise le Cabinet « à élaborer et à mettre en oeuvre » les programmes, et à faire des versements comme il le juge indiqué.

    Cela ne nous rappelle-t-il pas ce qui s’est produit dans le cadre du scandale des commandites? On a jeté de l’argent par les fenêtres, des centaines de millions de dollars de notre argent, sans autorisation adéquate, sans règlement et sans aucun mécanisme de contrôle.

    Dans ce cas-ci, 4,6 milliards de dollars seront dépensés avec l’autorisation du Cabinet sans aucun texte d'appui et sans que la Chambre n’en soit saisie; ainsi, les Canadiens ne pourront voir comment ces fonds vont être dépensés et s’ils vont l’être judicieusement. C’est un énorme problème en soi.

    Lorsque nous cherchons certains éléments qui ne se trouvent pas dans le projet de loi C-48, comme l’ont fait remarquer beaucoup de mes collègues, il y a de quoi s'inquiéter. Dans les priorités du NPD qui font partie de l’entente conclue avec les libéraux, des choses ont été laissées de côté et oubliées. Nous pourrions parler de l’agriculture et d'autres éléments encore, mais passons.

    Avant d’aller trop au fond des choses, j’aimerais remercier les députés du Parti conservateur qui ont siégé au sein du Comité des finances. Comme nous le savons tous, nous avons eu des soirées très longues et des discussions assez intenses. Je me souviens d’un soir en particulier où le Comité des finances a siégé presque jusqu’à minuit alors qu'il tenait une séance parallèle à celle de la Chambre pour traiter de ce projet de loi.

    Les députés de Medicine Hat, Portage—Lisgar, Peace River et d’autres qui ont siégé au sein de ce comité ont fait un travail extraordinaire, cherchant par tous les moyens à demander des comptes au gouvernement et aussi, à proposer des amendements solides. Si ces amendements avaient été acceptés, nous pourrions aller de l’avant. Le gouvernement a complètement rejeté la plupart de ces points.

    Au bout du compte, le projet de loi qui a été renvoyé à la Chambre n'était qu’un titre, sans rien d’autre, car nous n’avons pas pu nous entendre. Nous sommes très inquiets, comme la plupart des Canadiens, vu que ces fonds qui risquent d'être mal gérés, vont être dépensés sans faire l’objet d’un examen public.

    En tant que députés du Parti conservateur, nous avons en partie le mandat de critiquer le gouvernement et de lui demander des comptes, mais nous devons également avoir des solutions de rechange à proposer aux mesures prises par le gouvernement et avoir notre propre vision quant à l’avenir du Canada.

    Ce pays est doté de ressources naturelles abondantes et de territoires immenses qui devraient permettre à tous les Canadiens de bien gagner leur vie, de travailler, de nourrir leurs familles, de planifier et d’économiser pour l’avenir, de faire éduquer leurs enfants. Ce sont là les questions que la plupart des familles abordent quand elles me rencontrent.

    Les Canadiens aimeraient que les familles bénéficient de réductions d’impôt considérables qui leur permettraient de faire des choix. Le programme de garderies enfants proposé par le gouvernement va créer de nombreuses places en garderie, sauf qu’il ne tient pas compte des personnes qui travaillent par postes, des personnes qui vivent dans les régions rurales. Ce programme ne s’appliquera qu’à certains segments de la société.

  +-(1310)  

    Nous, au sein du Parti conservateur, affirmons que toutes les familles devraient bénéficier de réductions d’impôt pour qu’elles puissent prendre des décisions, choisir la façon dont elles entendent élever leurs propres enfants. La plupart des parents, il est vrai, préféreraient élever leurs propres enfants, mais la plupart des familles ont maintenant deux revenus. Les deux parents travaillent parce qu’il leur faut six mois sur douze pour payer leurs impôts.

    Les parents doivent travailler la moitié de leur vie juste pour payer des impôts. Voilà pourquoi ils doivent travailler. Si nous arrivions à restructurer le régime fiscal, à laisser de l’argent dans les poches des parents, ils pourraient choisir la façon dont ils veulent élever leurs enfants. Ils pourraient économiser quelques dollars de plus pour leur avenir, pour leur retraite, pour l’éducation de leurs enfants.

    Il y a beaucoup de Canadiens qui ne réaliseront jamais leur rêve de posséder une maison, parce qu’il ne leur reste plus suffisamment d’argent à la fin du mois pour payer une hypothèque. Nous devons changer cela. Tout le monde devrait pouvoir avoir accès à un logement abordable. Cela fait partie du programme du Parti conservateur. Nous estimons que les Canadiens devraient avoir accès à un logement abordable.

    Quant à cette idée qu’il faut retirer de l’argent à tous les Canadiens pour le leur rendre, ne devrions-nous pas seulement le leur laisser et les laisser décider de la manière dont ils le dépenseront? Est-ce que cela n’est pas logique?

    Il y a une disparité régionale, au Canada. Il y a ce déséquilibre financier, dont nous parlons. C’est une autre chose que nous devons régler, en tant que nation. Il nous faut nous assurer que toutes les régions du Canada aient des chances de croissance économique et de stabilité. C’est ce qui donne aux citoyens la possibilité de jouir d’une carrière de qualité, d’être propriétaires de leur maison et de vivre en paix, sachant qu’ils ont pu mettre quelques dollars de côté pour éduquer leurs enfants ou en vue de leur propre retraite.

    Lorsque les gens sont ainsi habilités, lorsqu’ils prennent eux-mêmes ce genre de décisions, cela favorise aussi la création d’une société qui se fie sur elle-même pour résoudre ses problèmes plutôt que de compter sur d’autres. C’est ce que devraient faire les gens, mais nous devons leur donner les moyens de régler ces problèmes. Je pense que si nous équilibrions la situation économique dans tout le pays et donnions à tous ce pouvoir de gestion plutôt que de gérer pour eux, nous pourrions améliorer les choses.

    Il y a un élément du marché qu’a conclu le NPD avec les libéraux qui est vraiment étonnant. Les libéraux ont dû promettre des dépenses de 4,6 milliards de dollars pour acheter tout un parti et compter sur son soutien à la Chambre. Cela n'a pas suffi à assurer assez de votes au Parti libéral pour garantir sa survie, alors il lui a fallu essayer d’acheter encore d’autres députés. Il a réussi dans certains cas et moins dans d’autres. Un aspect du marché portait sur des réductions d’impôt prévues, que souhaitait faire supprimer le NPD, et alors le Parti libéral a dit qu’il le ferait, qu’il l’éliminerait du budget et trouverait d’autres moyens de le faire.

    Par conséquent, non seulement le Parti libéral a-t-il dépensé 4,6 milliards de dollars pour acheter quelques votes qui n’ont pas suffi à assurer son succès à la Chambre, mais il a manqué à sa part du marché au sujet des réductions d’impôt, parce que ces réductions d’impôt se concrétiseront et que le NPD est encore à la Chambre, à appuyer le Parti libéral. C’est presque aussi ridicule que de voir les députés libéraux d’arrière-ban qui sont tellement opposés au projet de loi C-38 et qui continuent d’appuyer leur gouvernement juste assez pour qu’il puisse adopter le projet de loi C-38. Certains de ces gens devront répondre de leurs actes devant leurs électeurs.

    Je voudrais en arriver à certains éléments de la politique du parti qui, selon les conservateurs, devrait être appliqués au Canada pour que le pays soit vigoureux et viable et encore plus magnifique qu'il ne l'est actuellement, c'est à dire aussi magnifique qu'il devrait l'être. Comme je l'ai dit, je suis de l'Alberta. Or, les Albertains ont la bonne fortune d'avoir des ressources abondantes, bon nombre d'entre elles étant encore inexploitées. Nous avons du pétrole, des terres agricoles et des forêts. Tout y est.

    Je suppose que ceux parmi nous qui vivent en Alberta ont un avantage à cause de cela. Toutefois, compte tenu de la structure du pays et de la volonté de partage des provinces mieux nanties, nous devons veiller à ce que cela se fasse de telle sorte que les moins bien nantis soient amenés au même niveau.

  +-(1315)  

    Nous croyons que pour assurer le dynamisme et la vigueur de son économie, le Canada doit bénéficier de politiques environnementales bien solides, coordonnées et réalistes. Pour un gouvernement conservateur, notre bien-être individuel et collectif passe par des activités de prospection et de mise en valeur responsables ainsi que par la conservation et le renouvellement de notre environnement.

    Étant de l'Alberta, j'en parle en raison des activités de prospection d'hydrocarbures et des diverses autres activités qui s'y déroulent. Tout en assurant la prospection et la mise en valeur de ces ressources fort nécessaires, nous devons veiller à l'environnement. Il est prouvé que lorsque l'économie va bien, on accorde plus d'attention à la sauvegarde de l'environnement.

    Lorsque je prends la parole devant des classes, comme le font la plupart des députés lorsqu'ils visitent des écoles, je constate que la question de l'environnement intéresse grandement les jeunes. C'est tout à leur honneur, selon moi. Je ne suis pas particulièrement fier de la dégradation de l'environnement dont ma génération est responsable, mais la prochaine génération sera outillée pour y remédier. Nous devons veiller justement à ce qu'elle le soit. Nous préconisons des activités de prospection et de mise en valeur responsables. La mise en valeur doit être facilitée mais elle doit aller de pair avec la protection de l'environnement.

+-

    Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD): Monsieur le Président, pour répondre précisément aux observations de mon collègue, selon qui les conservateurs sont en faveur d'une éducation de bonne qualité, je dois dire que je n'arrive tout simplement pas à comprendre pourquoi ceux-ci n'approuveraient pas les fonds supplémentaires que le NPD est allé chercher au moyen du projet de loi C-48. Ces fonds n'étaient pas prévus dans le projet de loi C-43, ce budget que les conservateurs étaient prêts à appuyer. Ils le sont dans le projet de loi C-48, que les conservateurs songent à ne pas appuyer. Il y a contradiction, et j'imagine que les deux aspects de cette contradiction se retrouveront dans les dépliants que les conservateurs vont distribuer d'ici peu.

    Le député a terminé son intervention en parlant du soutien des initiatives environnementales. Encore une fois, le budget néo-démocrate, le projet de loi C-48, prévoit un soutien accru pour les initiatives environnementales. Cela est prévu. On a mis dans le mille. Le député a également fait allusion au logement abordable. Cela aussi est prévu dans le budget néo-démocrate, le projet de loi C-48.

    Je ne comprends vraiment pas ce que les conservateurs trouvent à redire à ce budget, outre le fait que les sociétés ne bénéficieront peut-être pas de réductions d'impôt totalisant 4,6 milliards de dollars, ces sociétés dont les conservateurs représentent les intérêts ici au lieu de ceux de l'ensemble des Canadiens. Des allègements d'impôt à l'intention des petites et moyennes entreprises sont toujours prévues dans le budget. Cela aussi faisait partie de l'entente. Quoi qu'en disent ces députés, il demeure que ces éléments figurent toujours dans le budget.

    Si les libéraux peuvent trouver 4,6 milliards de dollars à consacrer à des réductions d'impôt, nous en parlerons la prochaine fois. À notre avis, s'ils ont les moyens d'accorder des réductions d'impôt de 4,6 milliards de dollars, en sus des milliards de dollars versés ces dernières années à ce chapitre, ils ont les moyens de redonner quelque chose aux Canadiens. Pourquoi les conservateurs ne veulent-ils pas que l'on redonne de leur argent aux Canadiens ordinaires?

+-

    M. Rick Casson: Monsieur le Président, c'est une question intéressante. Dans mes observations, j'ai demandé comment nous allions savoir où irait cet argent. Le Nouveau Parti démocratique fait de nombreuses suppositions. Si les députés de ce parti veulent conclure une entente avec le gouvernement libéral, ils ont intérêt à faire préciser assez clairement la façon dont elle va s'appliquer. Nulle part il n'est précisé quand et comment cet argent va être accordé. À mon avis, ces députés pourraient avoir une énorme surprise. Une fois que toute la poussière sera retombée, ils vont se retrouver avec une toute petite partie de ce qui avait été convenu.

    La députée parle de rembourser une partie de l'impôt aux Canadiens et demande pourquoi on ne le ferait pas. C'est précisément là le point que je fais valoir. Pourquoi prélever cet impôt pour ensuite le redonner? La façon la plus équitable de faire, c'est de laisser cet argent dans les poches des contribuables qui l'ont gagné, et de les laisser décider de la façon dont ils vont le dépenser. Certes, il y a des domaines où le gouvernement doit intervenir, par exemple la sécurité du pays, le financement des forces armées, les questions internationales auxquelles nous sommes confrontés et les politiques monétaires. Toutes ces questions doivent faire l'objet d'une intervention de la part du gouvernement fédéral.

    Par contre, nombre des interventions du gouvernement fédéral dont il est question dans le projet de loi, grâce à l'appui du Nouveau Parti démocratique, pourrais-je ajouter, empiètent de plus en plus sur les compétences provinciales. Nous sommes favorables à un partage des recettes tirées de la taxe sur l'essence, mais nous voulons procéder de façon très différente. Pour acheminer cet argent aux municipalités, il faut passer par le palier provincial. C'est un dangereux précédent si le gouvernement fédéral s'adresse directement à une ville ou à une municipalité à cette fin sans respecter la compétence de la province. Si nous tenons à une telle mesure, obtenons la participation des provinces et concluons avec elles une entente suivant laquelle elles transféreront l'argent.

  +-(1320)  

+-

    M. Wajid Khan (Mississauga—Streetsville, Lib.): Monsieur le Président, le Parti conservateur vient de montrer pourquoi il est dans l'opposition depuis 12 ans. Il y restera sans doute encore pendant 12 ans.

    Je vais faire une mise au point, mais au préalable, permettez-moi de dire que les interventions incohérentes que j'écoute depuis deux jours recèlent tellement d'inexactitudes qu'elles méritent sans doute de figurer à ce titre dans le livre des records Guinness.

    En réalité, le déficit, le chômage, les taux d'intérêt et le nombre des faillites montaient en flèche, lorsque le parti d'en face était au pouvoir. Des excédents successifs n'ont eu que d'heureuses conséquences pour les Canadiens. Les taux sont faibles, la capacité financière est excellente, des réductions d'impôt de 100 milliards de dollars ont été accordées aux contribuables au cours des cinq dernières années et notre pays est prospère.

    Quelque chose m'échappe. Le gouvernement était censément corrompu jusqu'à la moelle lorsque le projet de loi C-43 était à l'étude. Ce gouvernement corrompu a voté pour ce projet de loi avec l'appui du Parti conservateur. Au départ les conservateurs s'y opposaient, mais ils se sont ravisés. C'est maintenant le projet de loi C-48 qui est un signe de corruption. Vont-ils se faire une idée et appuyer le C-48? Il est dans l'intérêt supérieur de la population.

    Les députés d'en face prétendent que le marché a été griffonné sur une serviette de papier. Peu importe où il l'a été. Ils disent aussi que le gouvernement a sauvé sa peau en faisant un marché avec le NPD. Nous avons sauvé la peau des Canadiens, qui ne veulent pas crouler sous les déficits, les impôts et toutes les mesures que ce parti-là veut leur imposer. Pourquoi ont-ils appuyé...

+-

    Le vice-président: Le député de Lethbridge a la parole.

+-

    M. Rick Casson: Monsieur le Président, une chose sur laquelle je suis d'accord avec le député, c'est que le gouvernement libéral est corrompu. Je ne ferai que répéter ses propos.

    Nous n'avons plus beaucoup de temps, mais un secteur de l'économie dont se vante le député est le secteur agricole. L'année dernière, ce secteur était en déficit. Dans l'ensemble, toute l'industrie a perdu de l'argent. C'est en raison des efforts infructueux du gouvernement libéral pour négocier des ententes équitables pour nos producteurs. C'est en raison de la politique d'impôts élevés du gouvernement. C'est en raison du fait que le gouvernement écrase l'industrie sous les impôts.

    Comme le député l'a dit, un des principaux piliers sur lesquels notre pays a été bâti est le secteur agricole. L'ensemble du secteur a perdu de l'argent l'année dernière. Il s'agit là d'une statistique accablante qui découle des politiques inefficaces du gouvernement, que ce soit dans le secteur de l'agriculture, de l'économie ou du commerce. Ces politiques ont toutes contribué à cet échec.

+-

    M. Colin Carrie (Oshawa, PCC): Monsieur le Président, à titre de député d'Oshawa, j'interviens contre le projet de loi C-48. Le fait d'appuyer cette mesure législative équivaudrait à encourager et à permettre les folles dépenses que le gouvernement envisage dans une tentative désespérée pour se maintenir au pouvoir.

    Le Parti conservateur ne permettra ni au gouvernement de dépenser sans avoir un plan ni au Parti libéral d'acheter le vote des Canadiens. Nous ne pouvons approuver qu'un gouvernement corrompu qui n'a ni l'autorité morale ni le pouvoir constitutionnel de gouverner adopte un budget irresponsable. Le Parti conservateur est déterminé à défendre les intérêts des Canadiens et, de toute évidence, le projet de loi C-48 ne sert pas les intérêts des Canadiens.

    En échange de l'appui du NPD, le gouvernement libéral a fait des promesses irréfléchies et est prêt à s'engager dans des dépenses extravagantes. Même avant qu'une entente n'ait été conclue avec le NDP, sous la direction des libéraux, les dépenses de programmes ont augmenté de 18 milliards de dollars, soit 12 p. 100 de plus que l'an dernier, atteignant ainsi 158 milliards de dollars. Les libéraux se sont maintenant engagés à dépenser 5,1 milliards de dollars additionnels au cours des deux prochaines années. L'argent nécessaire à ces dépenses proviendra entièrement du fonds pour éventualités.

    Pour intégralement mettre en oeuvre l'ensemble des programmes prévus dans cette mesure législative, il faudrait que le gouvernement réalise un excédent de 8,5 milliards de dollars au cours des deux prochains exercices. D'éminents économistes ont fait des mises en garde pour signaler que de tels engagements de dépenses enlèvent toute marge de manoeuvre pour réduire les impôts et la dette ou pour augmenter les dépenses au cours des années à venir. Le Parti conservateur n'appuiera pas une politique financière si irresponsable.

    S'il est adopté, le projet de loi aura des répercussions néfastes pour Oshawa, comme pour bien d'autres villes canadiennes. Mettons de côté le fait qu'il s'agit d'une mesure législative qui propose des dépenses sans plan, et concentrons-nous sur les secteurs où les libéraux promettent de dépenser.

    Les libéraux affirment que cette mesure législative vise notamment à faire baisser les frais de scolarité des étudiants. Toutefois, dans le projet de loi, il n'y a pas une seule mention des étudiants ou des frais de scolarité. Il y est plutôt question d'appuyer les programmes de formation et de faciliter l'accès à l'enseignement postsecondaire. Voilà un exemple de la façon dont le gouvernement induit les Canadiens en erreur. Ce genre de déclaration peut signifier bien des choses. Si les libéraux veulent réduire les frais de scolarité, pourquoi ne le disent-ils tout simplement pas?

    Ils prétendent que ce projet de loi est pour l'environnement, pour les logements abordables et pour l'amélioration des transports en commun. Nous avons récemment appris que les principaux bénéficiaires de la taxe sur l'essence sont, et de loin, les grandes villes. Par exemple, Toronto, qui ne compte que 20 p. 100 de la population totale de l'Ontario, obtiendra la moitié des recettes tirées de la taxe sur l'essence. Le maire néo-démocrate de Toronto a récemment déclaré qu'il était emballé par le résultat de l'entente sur les transports en commun. Ce n'est pas surprenant, compte tenu du fait que le projet de loi C-48 est beaucoup plus avantageux pour les grandes villes.

    Je prends la parole aujourd'hui au nom des contribuables d'Oshawa qui travaillent fort et qui en ont marre de subventionner les grandes villes. Selon mes calculs, Oshawa paie environ 30 millions de dollars par année sous forme de taxe sur l'essence, ce qui équivaut à 150 millions de dollars sur cinq ans. Selon le Toronto Star, ce journal libéral imprimé au centre de l'univers, pendant ces cinq années, Oshawa recevrait 11,3 millions de dollars au total. Autrement dit, Oshawa paie 150 millions de dollars et en obtient 11,3 millions, pour un déficit net de 138,7 millions de dollars.

    C'est inacceptable. Ce projet de loi n'est qu'une tentative des libéraux d'acheter des votes dans les grandes villes tout en profitant des contribuables des petites municipalités et des Canadiens des régions rurales.

    Les experts s'entendent pour dire que le gouvernement libéral, pour financer ce budget, devra épuiser la majeure partie des fonds fédéraux de réserve d'urgence, ce qui réduit à néant toute possibilité de baisses d'impôt des particuliers, à une période où la croissance économique du Canada est presque stagnante. Les experts disent que ce n'est qu'un autre exemple du déni par le gouvernement libéral de la crise de productivité qui secoue le Canada.

    Au cours de la dernière décennie, le Canada s'est classé au 18e rang des 24 plus grands pays industrialisés sur les plans de la croissance moyenne, de l'emploi et de la productivité. On estime que le PIB par habitant du Canada s'établit à seulement 84 p. 100 de celui des États-Unis, résultat d'un ralentissement de la croissance de la productivité au Canada. Un rapport publié récemment par Statistique Canada révèle que le Canada a connu l'an dernier sa pire année en dix ans sur le plan de la productivité. Le ministre des Finances a réagi en jetant le blâme sur les sociétés. Notre qualité de vie est donc en péril.

  +-(1325)  

    Selon les experts, pour améliorer cette situation, les entreprises canadiennes ont désespérément besoin de l'allégement fiscal de 3,4 milliards de dollars que le gouvernement avait prévu dans son budget initial. En abandonnant cet engagement, le gouvernement libéral ne tient pas compte de la crise qui frappe la productivité au pays et permet ainsi à l'écart qui existe au chapitre de la productivité de se creuser entre les Canadiens et les Américains.

    En acceptant de renoncer aux réductions de l'impôt des sociétés pour obtenir les votes du NPD, le gouvernement fera aussi du tort aux manufacturiers et aux exportateurs qui doivent déjà assumer une réglementation trop lourde et un régime fiscal non concurrentiel à cause des politiques libérales de la dernière décennie.

    Le gouvernement a été prévenu que si ces politiques ne changent pas, s'il ne réagit pas, nous ne serons probablement plus le principal partenaire commercial des États-Unis dans cinq ans.

    Je représente Oshawa, joyau des constructeurs automobiles canadiens et nord-américains. Les usines de fabrication d'automobiles d'Oshawa ont récemment gagné le prix J.D. Power pour la très grande qualité de leurs produits en Amérique du Nord. J'en suis très fier. Comme j'ai travaillé sur la chaîne de production de GM lorsque j'étais jeune, je sais que ces employés travaillent très fort et qu'ils sont très fiers de leurs réalisations.

    Ces dernières années, General Motors et d'autres entreprises canadiennes ont dû composer avec l'appréciation de 30 p. 100 du dollar canadien. Cette appréciation a porté un dur coup à la compétitivité et à la productivité. En d'autres mots, nos exportations vers les États-Unis, notre principal partenaire commercial, coûtent 30 p. 100 de plus.

    L'industrie automobile canadienne fait face à des défis sans précédents et à la concurrence des constructeurs étrangers. La menace que présente actuellement l'arrivée massive de voitures chinoises en Amérique du Nord ne doit pas être prise à la légère.

    Récemment, General Motors a annoncé 25 000 mises à pied aux États-Unis. Selon les TCA, il y aura inévitablement des répercussions ici au Canada. Les emplois dans le secteur automobile au Canada sont menacés. Qu'a fait le NPD, le prétendu champion des travailleurs, en cette période où nous subissons des pressions sans précédents de l'étranger et où le dollar canadien est fort? En collaboration avec les libéraux, les néo-démocrates ont donné un coup à l'industrie automobile alors qu'elle était en mauvaise posture. En éliminant les réductions d'impôts accordées aux sociétés, ils mettent encore plus en danger les emplois canadiens. Le NPD pense peut-être qu'il peut s'en prendre aux résultats financiers des constructeurs automobiles sans qu'il n'y ait de répercussions sur l'emploi, mais il ne trompe personne.

    Lorsque les députés du NPD tenaient les libéraux par la gorge et que le premier ministre était prêt à accepter presque n'importe quoi, ils n'ont pas saisi l'occasion pour faire des travailleurs canadiens de l'automobile une priorité. Ils auraient pu sans peine forcer les libéraux à déposer leur insaisissable stratégie de l'automobile. Nous entendons parler de cette stratégie de l'automobile depuis des mois. Où est-elle? Ils disent qu'elle est en cours de préparation, mais ils n'ont jamais publié de politique transparente de l'automobile pour que nous puissions tous en prendre connaissance.

    Les députés du NPD ont plutôt choisi de vendre leurs votes pour conclure un accord qui mène notre pays à la ruine en permettant au gouvernement de dépenser de grosses sommes sans aucune planification et sans obligation de rendre compte. Avez-vous l'impression d'avoir déjà entendu cette rengaine?

    En appuyant le projet de loi C-48, le Parti conservateur du Canada viendrait en aide à un gouvernement qui n'a pas l'autorité pour gouverner. Nous sommes convaincus que la démocratie ne saurait exister dans notre pays sans que le gouvernement soit obligé de rendre compte et de fonctionner dans la transparence. Nous pensons que le bien-être des Canadiens doit passer en premier.

    Je prends la parole aujourd'hui devant la Chambre pour assurer les gens d'Oshawa et du reste de l'Ontario que mes collègues conservateurs et moi n'appuierons pas un projet de loi imprudent qui ferait du tort aux Canadiens et qui pourrait faire disparaître des emplois en Ontario. Par conséquent, nous allons voter contre le projet de loi C-48, et nos votes ne sont pas à vendre.

    Le Parti conservateur du Canada croit que nous devrions avoir pour but de donner aux Canadiens le plus haut niveau de vie au monde. Tout Canadien souhaitant travailler devrait pouvoir trouver un emploi. Nos politiques devraient être formulées en conséquence. La croissance économique devrait caractériser la région d'Oshawa et toutes les autres régions du pays, et des possibilités nouvelles devraient s'offrir à la population de ces régions.

    Nous voulons que le Canada fasse l'envie du monde sur le plan économique. Nous voulons que chaque mère, chaque père, chaque enfant du pays se couche le soir en sachant que le rêve canadien est à sa portée.

    Tout le monde devrait être capable de s'acheter une maison, de faire des économies pour sa retraite et de se garder un peu d'argent pour passer quelques jours dans une colonie de vacances ou pour partir en voyage. Les Canadiens sauraient peut-être comment faire bon usage de leur argent. Nous devrions peut-être le laisser dans leurs poches parce qu'ils voudront peut-être se lancer en affaires un jour ou l'autre. Mais, nous y arriverons seulement si le gouvernement allège le fardeau fiscal des contribuables et ne dépense pas trop.

    Le projet de loi C-48 pose justement un problème à cet égard. Le gouvernement cherche par ce moyen à obtenir un chèque en blanc pour dépenser de manière imprudente. Nous ne pouvons pas appuyer ce projet de loi.

  +-(1330)  

+-

    L'hon. Judi Longfield (secrétaire parlementaire du ministre du Travail et du Logement, Lib.): Monsieur le Président, j'ai écouté avec intérêt le jeune député d'en face. Il a dit qu'il était ici pour prendre la défense de ses électeurs de la ville d'Oshawa. Je tiens à lui rappeler que j'ai également l'insigne honneur de représenter les citoyens de cette ville.

    J'ai été très surprise d'entendre le député se plaindre en disant que le gouvernement n'avait apporté aucune aide à la ville d'Oshawa. Que penser alors de la subvention de 200 millions de dollars qu'il a accordée à la General Motors au titre du projet Beacon? Cet investissement du gouvernement du Canada permettra à General Motors d'investir 2,4 milliards de dollars dans cette ville que le député dit vouloir représenter et dont il veut protéger les emplois.

    Comment cet investissement de 200 millions de dollars pourrait-il faire disparaître des emplois et ne pas aider ses électeurs?

    Le député dit qu'il votera contre le projet de loi C-48, en avouant en même temps qu'il appuie le logement abordable et l'assainissement de l'environnement. En tant qu'ancien chiropraticien, je suis certaine qu'il comprend que l'air sain est essentiel, car il est le gage d'une meilleure qualité de vie. En lisant le projet de loi C-48, je vois qu'il prévoit de l'argent pour l'environnement et le logement abordable.

    S'il s'adressait à la présidente des services sociaux de la région de Durham, elle lui dirait que cette région a besoin de logements abordables et qu'elle se réjouit de recevoir les fonds que le gouvernement investit à ce titre.

    S'il s'adressait au président du conseil de comté dans la région qu'il représente, qui est aussi président de l'AMO, celui-ci lui dirait combien il est enthousiaste et satisfait du remboursement de la taxe sur l'essence.

    S'il avait assisté à la réunion de la Fédération canadienne des municipalités, il aurait entendu l'un après l'autre les maires de petites communautés déclarer avec enthousiasme leur ravissement absolu du fait de la coopération qu'ils recevaient enfin d'un gouvernement fédéral qui les considérait comme des partenaires.

    Je suis surprise de constater que le député d'en face n'écoute pas vraiment ses électeurs.

  +-(1335)  

+-

    M. Colin Carrie: Monsieur le Président, il est difficile de savoir où commencer et quelle est la question au juste.

    Lorsque nous avons parlé aux 40 maires qui sont venus rencontrer le caucus conservateur, ceux-ci étaient préoccupés du fait qu'ils n'avaient pas eu de contact avec le gouvernement libéral depuis 12 ans. En fait, ils ont dit qu'ils étaient heureux des miettes qui leur étaient enfin données par le gouvernement libéral, après tant d'années de négligence, après tant d'années au cours desquelles le gouvernement libéral a refilé les problèmes aux provinces et aux municipalités.

    Ce que mes électeurs me disent c'est qu'ils en ont marre de payer des taxes municipales de plus en plus élevées pour subventionner les grandes villes où le NPD et les libéraux veulent acheter des votes.

    La députée a parlé du projet Beacon de GM et du fait que le gouvernement investissait 200 millions de dollars. Je lui dis merci beaucoup parce que le gouvernement va enfin investir dans une infrastructure, tout comme General Motors d'ailleurs. Toutefois, ce n'est là qu'un exemple de la politique du gouvernement libéral à l'égard de l'industrie.

    Le gouvernement veut faire payer des impôts excessifs aux sociétés, puis leur imposer une réglementation outrancière et, comme dans le cas de General Motors, une fois qu'elles se mettront à connaître des difficultés, il les subventionnera. C'est une approche typique du NPD et des libéraux. Ils cherchent à étouffer les sociétés en les surimposant. Lorsqu'elles auront des problèmes, ils leur donneront de l'argent.

    Notre approche est différente. Nous n'avons pas l'intention de donner de chèque en blanc aux sociétés. Nous surveillons de près l'argent qui est versé à General Motors. Je me réjouis qu'il y ait enfin un investissement, mais c'est très peu. J'aurais aimé voir un peu plus de planification.

    Le ministre de l'Industrie nous promet une stratégie pour le secteur de l'automobile depuis des années. Or, se contenter de verser de l'argent aux sociétés n'est pas une stratégie. Il faut injecter de l'argent dans l'infrastructure requise pour faire des investissements, non seulement dans le secteur de l'automobile mais dans les autres segments de l'industrie, au Canada et particulièrement en Ontario.

    Où est le nouveau passage frontalier entre Windsor et Detroit? Lorsque les libéraux étaient acculés au pied du mur, le NPD aurait pu aborder ce sujet. Un comité sénatorial a récemment déclaré que la situation était critique et que le gouvernement ne pouvait se permettre d'attendre 12 autres années avant d'agir.

    Le gouvernement doit faire preuve d'un peu de leadership et faire en sorte que le passage frontalier soit mis en place. Maintenant et pas dans 10 ans. Nous en avions besoin il y a 10 ans. Le gouvernement a-t-il des plans à cet égard? Bien sûr que non.

    Je peux lui expliquer la situation s'il ne la comprend pas. Un emploi sur sept au Canada est lié au secteur de l'automobile. Chaque jour, des produits représentant plus d'un milliard de dollars de recettes traversent le pont entre Windsor et Detroit. Quand le gouvernement va-t-il intervenir? Quand se penchera-t-il sur les problèmes d'ordre réglementaire, sur l'infrastructure et sur l'alimentation en énergie à l'échelle du pays? Lorsque l'industrie voudra investir et faire des affaires au Canada, elle devra compter sur une alimentation stable en électricité et en énergie. Quand cela se concrétisera-t-il? C'est à ce chapitre que je veux que le gouvernement intervienne.

+-

    M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC): Monsieur le Président, dresser un budget est, de façon générale, une science, mais pas à 100 p. 100. C'est aussi partiellement un art, une prière, car on est à la merci de facteurs économiques qui pourraient bousiller toutes nos prévisions.

    Il faut beaucoup de travail de la part de beaucoup de gens qui, après mûre réflexion, dressent un budget qui, selon eux, assurera le fonctionnement du pays pour une année, voire plusieurs avec ces budgets libéraux, et qui garantira la prestation des services essentiels, selon les recettes qui proviendront de diverses sources.

    Cependant, nous devons tenir compte des taux d'intérêt, des prix des matières premières, dont ceux du pétrole et du gaz. C'est assurément une science dont il faut appliquer à la lettre les règles et les principes, sinon le budget peut dérailler.

    Cela ne diffère guère de la préparation d'un budget familial. Toute famille prudente sait qu'elle doit prévoir les dépenses et les recettes du mois à venir et ajuster ses dépenses en conséquence. Quiconque a déjà dressé un budget familial sait que si l'on s'écarte soudainement du budget, on s'expose à des difficultés. Il y a peut-être des choses qu'on voudrait acheter, mais on doit tenir compte des revenus réels ou prévus avant d'effectuer tout achat. Toute famille qui s'écarte de ce principe s'expose à un désastre financier.

    Les Canadiens doivent comprendre que c'est précisément ce qui s'est passé au niveau du gouvernement fédéral libéral. Le gouvernement a présenté un budget principal et, à titre de parti de l'opposition, nous pouvons dire qu'il y a des choses que nous n'avons pas aimées, mais il y a aussi des choses qui nous ont plu. En fait, il y a plusieurs éléments clés qui ont été inclus dans le budget original à notre suggestion. Notre chef et bon nombre de porte-parole avaient fait une étude de certains secteurs et présenté des suggestions. Par exemple, c'est nous qui avions proposé qu'une partie de la taxe sur l'essence soit remise aux municipalités et nous étions donc d'accord avec cette mesure contenue dans le budget.

    Nous avons appuyé une grande partie des éléments du budget principal, mais par la suite, il s'est produit une chose extraordinaire. Au moment où ils allaient déposer le budget, et je précise que le budget a été déposé et que nous y avons accordé notre appui tacite, compte tenu de la participation que nous y avons apportée, les libéraux ont soudainement dévié de leur chemin et tout a déraillé parce que le gouvernement a conclu une entente avec les socialistes néo-démocrates et qu'il a annoncé de nouvelles dépenses non prévues qui s'élevaient à environ 4,6 milliards de dollars. C'était tout à fait inattendu.

    Plus tôt, lorsque nous avions proposé l'inclusion d'autres mesures, le gouvernement a répondu que ce n'était pas possible parce qu'il avait soigneusement calculé le budget, que tout ce processus était très scientifique et qu'à la limite, c'était presque un art. Le gouvernement a dit qu'il avait soigneusement tenu compte de tous les éléments et qu'il avait un budget. Toutefois, tout d'un coup, il a mis 4,6 milliards de dollars sur la table pour acheter les 19 votes socialistes. Les députés voudront bien faire le calcul. Cela correspond à près d'un quart de milliard de dollars par vote. Dans un effort désespéré pour conserver le pouvoir, le gouvernement minoritaire s'est tourné vers les députés néo-démocrates et leur a demandé ce qu'il en coûterait pour obtenir leur appui, précisant qu'il était prêt à y mettre le prix. La facture s'est élevée à 4,6 milliards de dollars.

    Certaines personnes ont critiqué les néo-démocrates pour avoir conclu cette entente avec les libéraux. Moi, je dis plutôt qu'ils ont bien fait. Ils ont évalué chacun de leurs votes à un quart de milliard de dollars. Puisque la vérificatrice générale a dit que le gouvernement avait dépensé environ 350 millions de dollars dans la province de Québec dans le cadre du scandale des commandites et qu'il y a environ quatre millions de Québécois sur la liste électorale, cela signifie que chaque vote enregistré au Québec valait de 80 à 85 dollars pour le gouvernement. Par contre, les votes des députés néo-démocrates valaient un quart de milliard de dollars chacun. Où est donc passé le principe de l'égalitarisme?

    Le gouvernement vient de lancer par-dessus bord 4,6 milliards de dollars de l'argent des contribuables. Si nous nous écartions aussi radicalement des principes de gestion des finances de notre ménage que les libéraux l'ont fait à l'égard des finances du pays, cela retiendrait l'attention de nos banquiers, de nos créanciers et de nos fournisseurs, qui diraient que nous échappons à tout contrôle.

  +-(1340)  

    Exactement la même chose va se produire ici et elle se produit déjà. Des analystes externes suivent ce que fait le Canada. Les gouvernements doivent être bien vus des agences d'évaluation du crédit et des agences de notation, parce que leurs obligations reposent sur le type de stabilité et de confiance que ces organismes extérieurs ont dans leurs projections. Lorsque nous faisons une incartade de 4,6 milliards de dollars, cela soulève l'idée d'instabilité chez des gens qui comptent littéralement sur nos obligations et sur notre crédibilité.

    Ce montant de 4,6 milliards de dollars a retenu l'attention du magazine The Economist, un parmi beaucoup d'autres, qui est un magazine non partisan, mais il a mis en évidence le fait que le gouvernement était hors de contrôle.

    J'ai entendu des députés libéraux tenter de faire porter le blâme à des gouvernements précédents. Nous savons tous que c'est vers la fin des années 1970 que le gouvernement libéral dirigé par Pierre Trudeau a perdu tout sens de la réalité économique. C'est tout simplement un fait. Le financement par le déficit budgétaire a été mis en place à un taux gigantesque, sans pareil, sans précédent et le pays a plongé dans des déficits records qu'il n'avait jamais connus auparavant. C'est là que tout a commencé.

    Pierre Trudeau a souscrit à la philosophie de John Maynard Keynes, qui a affirmé que lorsque nous nous heurtons à des difficultés, il faut simplement continuer d'emprunter. Pour l'essentiel, cela se résume à ça. Lorsqu'on lui a demandé ce qui se produirait à long terme lorsque les déficits continueraient de s'accumuler et que nous commencerions à avoir des intérêts composés, il a répondu qu'à long terme, nous serions tous morts.

    C'était une approche irresponsable et c'était aussi une approche irresponsable de jeter 4,6 milliards de dollars par la fenêtre simplement pour que les libéraux ne soient pas balayés aux prochaines élections. Cela est irresponsable devant les prochaines générations.

    Les maires et conseils municipaux de ma circonscription ne pourraient s'en sortir s'ils déposaient un budget un jour, puis, quelques jours plus tard, s'ils s'écartaient radicalement de ce budget. Les contribuables ne les laisseraient pas faire.

    Le maire d'Okanagan Falls, le maire de Naramata, le maire Perry, à Penticton, le maire Tom Johnston, à Summerland, le maire Bob Harriman, à Peachland, le district régional de Westbank, le maire Laird, à Merritt, et le maire Brown, à Logan Lake: ces personnes ne pourraient s'en sortir si elles s'écartaient du budget et disaient simplement aux contribuables de leur faire confiance, car l'argent sera au rendez-vous.

    L'ancien ministre des Finances, qui est le premier ministre actuel, dit être celui qui a su résorber le déficit. C'est une légende. Afin de combler le déficit, il a sabré dans les transferts aux provinces au titre de la santé, les réduisant de 34 p. 100 du jour au lendemain. C'est loin d'être un coup de génie.

    Il s'est tout de même acquis la réputation de quelqu'un que le déficit préoccupe. Puis, volte-face. Comme un toxicomane qui vient de terminer le programme de réhabilitation, il a pété les plombs le jour où il a eu un budget entre les mains et où il a constaté qu'il perdait du terrain. Il s'est alors lancé dans une course à la dépense effrénée: 4,6 milliards de dollars d'un coup, puis au lendemain de son misérable appel à la nation diffusée par la chaîne de télévision nationale, le premier ministre a entrepris un périple pancanadien de 21 jours au cours desquels il a dépensé 23 milliards de dollars, ce qui surpasse même le montant qu'il a versé pour acheter le vote néo-démocrate.

    Il est aussi préoccupant de voir avec qui il s'est allié. Il s'est allié aux députés néo-démocrates, des adeptes d'une philosophie socialiste avortée, une philosophie néo-démocrate qui a précipité l'Ontario dans une situation de dette et de déficit sans précédent et qui a acculé cette province à la ruine économique. Ce parti a fait la même chose lorsqu'il en a eu l'occasion en Colombie-Britannique.

    Les politiques du NPD ne sont pas fondées sur la réalité. Ce parti saisira la moindre occasion de précipiter n'importe quel État dans une situation de dette et de déficit, l'empêchant ainsi de payer les services essentiels.

    De ce côté-ci de la Chambre, nous avons les Canadiens à coeur. Nous voulons que les services essentiels soient maintenus, renforcés et, là où c'est nécessaire, élargis. Nous avons appuyé le projet de loi C-43, le budget principal, mais somme toute le projet de loi C-48 consacre l'imprudence qui donnera lieu à un déficit accru, voire à un endettement. Nous voulons que cela cesse. Les députés de l'opposition ont raison d'intervenir à la Chambre pour demander que l'on mette fin à l'imprudence du gouvernement, imprudence dont les effets se feront sentir sur les Canadiens.

  +-(1345)  

+-

    M. Francis Scarpaleggia (Lac-Saint-Louis, Lib.): Monsieur le Président, j'ai une courte question à poser au député.

    Étant donné que, selon le projet de loi C-48, de nouvelles dépenses ne seront engagées que si l'excédent budgétaire du gouvernement fédéral dépasse 2 milliards de dollars, le député ne dirait-il pas de ce projet de loi sur le budget qu'il est un projet de loi interdisant les déficits?

+-

    M. Stockwell Day: Absolument pas, monsieur le Président, parce que les dépenses dont parlent les libéraux ne sont pas planifiées. C'est presque risible. Je pense bien que le député parle sincèrement; c'est pourquoi je ne ris pas.

    C'est presque risible de l'entendre parler d'excédents, car nous avons constaté comment les libéraux agissent lorsqu'il s'agit de faire des prévisions sur les excédents. Les libéraux nous disent qu'il n'y aura qu'un certain montant au début de l'année. Tous les économistes préviennent que les libéraux sont entièrement à côté de la plaque, que les excédents seront énormes et que nous devrions remettre de l'argent aux Canadiens. Les excédents sont beaucoup plus élevés que les libéraux ne le prévoient, de sorte qu'ils se donnent carte blanche.

    Ils ont établi un montant arbitraire de 2 milliards de dollars et ils disent que, s'ils atteignent ce montant, toutes ces dépenses seront engagées. Ils peuvent engager ces dépenses n'importe quand, car leurs prévisions, selon tous les prévisionnistes dignes de foi et tous les commentateurs externes, sont absolument à côté de la plaque. Elles reposent sur une chose: avoir un excédent caché vers la fin de l'année ou au moment des élections, pour dépenser sans compter afin d'acheter des votes. Nous ne pouvons pas nous fier à des prévisions de ce genre.

  +-(1350)  

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, j'ai écouté le député de Okanagan—Coquihalla et plusieurs de ses collègues décrier ces 4,6 milliards de dollars, qui sont très soigneusement consacrés à certaines priorités très clairement définies que les Canadiens appuient et dont ils ont désespérément besoin. Ces députés prétendent que c'est une dépense imprudente et irresponsable qui nous mènera à la ruine. Ils laissent entendre qu'il est totalement irresponsable d'investir une telle somme.

    Pourtant, le député a lui-même reconnu, très justement, que le gouvernement n'a rien fait avec ses très grands excédents budgétaires. Il a maintenant l'occasion d'en parler. La dernière fois, on avait prévu un excédent de 1,9 milliard de dollars, et il s'est avéré être de 9,1 milliards de dollars. Que signifie ce renversement des chiffres? Une différence de l'ordre de 8 milliards de dollars. Quel est le problème?

    Pourquoi les députés conservateurs qui comprennent cela n'appuieraient pas des dépenses ciblées sur les besoins des Canadiens? Le projet de loi C-48 porte sur quatre choses: premièrement, l'accès à une éducation abordable, qui est essentiel à la prospérité et à la productivité de la société. Deuxièmement, le logement à prix modique, qui stimule la création d'emplois et dont les Canadiens ont désespérément besoin. J'ai entendu le député de Nova-Centre dire que nous devons veiller à ce que les familles puissent vivre ensemble. Le logement à prix modique est une façon de veiller à cela. Troisièmement, les transports en commun; et quatrièmement, les travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique des habitations à loyer modique, afin d'assainir notre air. De surcroît, nous commençons à nous acquitter de notre engagement de consacrer 0,7 p. 100 de notre PIB à l'aide internationale, mesure que son propre parti vient à peine d'appuyer, bien qu'à contrecoeur.

    Comment le député peut-il expliquer la contradiction entre les faits, qu'il connaît, et ses discours grandiloquents comme quoi on ne peut pas se le permettre?

+-

    M. Stockwell Day: Monsieur le Président, nous avons appuyé chacun des points que la députée a mentionnés. Certains de ces éléments figuraient dans le premier budget qui a été déposé, le projet de loi C-43, et nous les avons appuyés. Nous ne pouvons toutefois pas appuyer des dépenses sans précédent non planifiées.

    La députée de Halifax a parfaitement raison. J'ai dit dans mes observations que, lorsque le gouvernement prévoit un excédent, il le sous-évalue considérablement, mais il le fait intentionnellement. Il camoufle l'excédent tout au long de l'exercice, pendant que nous lui demandons de répondre aux véritables besoins des Canadiens, puis, à l'approche des élections ou à la fin de l'exercice financier, nous assistons à ce que nous appelons la folie de mars, car en mars, le gouvernement se lance dans de folles dépenses. Celles-ci ont été presque sept fois plus élevées. Comme la députée l'a dit, le gouvernement a annoncé un excédent de seulement 1,9 milliard de dollars qui, à la fin de l'exercice, a atteint 9,1 milliards de dollars.

    D'où provient cet excédent? Un des principaux facteurs à l'origine de cet excédent, ce sont les cotisations d'assurance-emploi beaucoup trop élevées. Des personnes qui travaillent d'arrache-pied voient tous les jours une partie de leur salaire prélevée à la source au titre de l'assurance-emploi. Même la vérificatrice générale a reconnu la validité de nos chiffres et a dit au gouvernement qu'il imposait un trop lourd fardeau à ceux qui travaillent fort et qui cotisent à l'assurance-emploi de même qu'aux entreprises, notamment les petites entreprises. Leurs cotisations au régime d'assurance-emploi sont beaucoup trop élevées.

    La caisse de l'assurance-emploi est suffisamment bien garnie pour résoudre les problèmes de chômage à long terme ou même une crise catastrophique dans le secteur de l'emploi. Malgré cela, les libéraux continuent de surimposer les Canadiens. Ils accablent les travailleurs canadiens afin d'amasser des excédents qu'ils dissimulent avant d'en faire l'annonce sans prévoir de cadre budgétaire planifié. Ce n'est pas la bonne façon de faire. Ce n'est pas honnête. C'est malsain pour l'économie et pour les gens qui travaillent d'arrache-pied.

+-

    M. Richard Harris (Cariboo—Prince George, PCC): Il est important de revoir les événements qui ont conduit à la présentation du projet de loi C-48 et de voir comment nos amis socialistes du NPD, à l'autre bout de la rangée, ont collaboré avec le gouvernement libéral corrompu.

    Au cours des semaines qui ont précédé l'accord intervenu dans une chambre d'hôtel et qui a conduit au projet de loi C-48, le NPD a pris la parole chaque jour à la Chambre des communes pour faire des commentaires au sujet de la corruption qui était révélée lors des audiences de la Commission Gomery. Cette corruption n'a pas été mise au jour par des commentaires arbitraires, mais dans le cadre de témoignages faits sous serment par des membres importants du Parti libéral qui ont joué un rôle dans le plus gros scandale de corruption de la décennie.

    Le NPD le savait. Il le soulignait chaque jour à la Chambre. Jour après jour des députés néo-démocrates ont dénoncé le gouvernement pour la corruption et pour le détournement de l'argent des contribuables. Les néo-démocrates vilipendaient les libéraux pour avoir détourné cet argent dans leurs propres budgets de campagne alors qu'il aurait pu être consacré au logement abordable, à la protection de l'environnement, et à l'aide aux étudiants. Chaque jour, les députés néo-démocrates parlaient de ces méchants libéraux corrompus.

    Puis, le gouvernement minoritaire libéral corrompu aurait pu être défait dans le cadre d'un vote de défiance. Il nous faudrait peut-être pardonner le chef du NPD d'être un peu naïf au sujet de l'honnêteté des libéraux, mais peut-être pas, puisque plusieurs membres de son caucus ont une longue expérience des relations avec nos vis-à-vis.

    Le chef du NPD et certains membres de son parti savaient que les libéraux étaient corrompus. Ils savaient que le Parti libéral avait volé des dizaines de millions de dollars appartenant aux contribuables et avait donné cet argent à ses amis ou l'avait utilisé dans ses campagnes électorales. Cependant, les députés néo-démocrates ont vu que les libéraux étaient dans une situation désespérée et seraient défaits lors du vote de défiance, aussi ont-ils pensé à ce qu'ils pourraient retirer de la situation. Les députés néo-démocrates ont pensé qu'ils pourraient prendre une partie de l'argent pour financer leurs propres projets.

    Du jour au lendemain, les députés néo-démocrates qui accusaient le gouvernement libéral de corruption, à juste titre d'ailleurs, se sont liés d'amitié avec les libéraux et ont conclu une entente, à l'instigation de Buzz Hargrove, apparemment le nouveau ministre des Finances libéral. Les parties sont arrivées à une entente dans une salle d'hôtel. Le NPD était au courant de la corruption des libéraux. Il était au courant des pratiques politiques peu orthodoxes des libéraux. Les néo-démocrates ont dit aux libéraux que moyennant 4,5 milliards de dollars pour certains projets, ils leur pardonneraient, s'entendraient avec eux et que tout serait réglé. Je ne l'ai pas dit auparavant, mais certains qualifient purement et simplement ce genre d'arrangement de prostitution politique. Je ne l'ai pas dit moi-même, mais je suis plutôt d'accord.

    Voici ce qui s'est produit. En février 2005, le ministre des Finances libéral a présenté un budget, le projet de loi C-43. Le Parti conservateur a proposé certains amendements à cette mesure législative parce qu'il n'était pas d'accord sur tous les points. Le Parti conservateur voulait que le Parlement continue de fonctionner. Comme nous étions déterminés à ce que le Parlement continue de s'acquitter de sa tâche, nous avons proposé certains amendements. Nous avons décidé d'appuyer le budget légitime, soit le projet de loi C-43, pour l'année parlementaire 2005-2006.

    Soudainement, parce que les libéraux ont craint que leur navire ne coule, ils ont conclu une nouvelle entente de 4,5 milliards de dollars, rédigée sur une serviette de papier et portant entre autres la signature de Buzz Hargrove. Le NPD a conclu une entente avec les libéraux et les a assurés de son appui lors du vote sur la motion de censure.

  +-(1355)  

    Voilà donc que 4,5 milliards de dollars de l'argent des contribuables tombent du ciel, au 23e étage d'un hôtel, et les libéraux veulent que nous acceptions cette mesure législative alors qu'elle ne prévoit aucun plan pour les dépenses envisagées. Certains secteurs sont vaguement mentionnés, mais il n'y a pas de plan. De plus, comme la vérificatrice générale a vivement critiqué les dépenses envisagées dans certains secteurs, nous ne pouvons y donner notre aval.

+-

    Le vice-président: Nous passons maintenant aux déclarations de députés.


+-DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Article 31 du Règlement]

*   *   *

  +-(1400)  

[Traduction]

+-L'émeute anti-Grecs de 1918 à Toronto

+-

    L'hon. Jim Karygiannis (Scarborough—Agincourt, Lib.): Monsieur le Président, je prends aujourd'hui la parole pour parler d'une période trouble de notre histoire. En 1918, entre le 2 et le 5 août, quelque 50 000 personnes ont envahi les rues de Toronto et ont participé à des batailles rangées avec les policiers, détruisant tous les commerces grecs sur leur passage. Les préjugés envers les nouveaux immigrants et l'idée selon laquelle les Grecs n'avaient pas participé à la Première Guerre mondiale ont été à l'origine de l'émeute.

    Aujourd'hui, M. George Treheles, M. Michael Vitopoulos et M. Thomas Gallant ont présenté à la Bibliothèque du Parlement un ouvrage intitulé The 1918 Anti-Greek Riot in Toronto, qui explique les causes et les conséquences de l'émeute de 1918.

    Je tiens à les remercier d'avoir écrit et publié cet ouvrage, afin que ces événements tragiques de notre histoire ne tombent pas dans l'oubli. Même si l'émeute a eu lieu en 1918, elle fait ressortir clairement la nécessité pour l'ensemble des Canadiens de respecter et d'accepter la diversité culturelle qui fait du Canada un endroit aussi dynamique où vivre et élever des enfants. Nous devons nous souvenir de notre histoire afin de ne pas répéter nos erreurs du passé.

*   *   *

+-La Journée nationale des Autochtones

+-

    M. Jeremy Harrison (Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill, PCC): Monsieur le Président, 2005 est l'Année de l'ancien combattant, et c'est aujourd'hui la Journée nationale des Autochtones. Aussi, il me semble particulièrement opportun de rendre aujourd'hui hommage aux anciens combattants autochtones du Canada.

    Ce matin, au Monument à la mémoire des anciens combattants autochtones du Canada, des Canadiens de tous les horizons ont rendu hommage aux membres des premières nations, aux Innus et aux Métis qui ont servi leur pays et qui ont été nombreux à consentir le sacrifice ultime.

    Des milliers d'Autochtones se sont portés volontaires pour servir leur pays. Des combattants qui, sous la direction de Joseph Brant, ont contribué à repousser l'invasion américaine de 1813, en passant par les participants à la Première Guerre mondiale, à la Seconde Guerre mondiale, à la guerre de Corée et aux nombreuses missions actuelles de maintien de la paix, les Autochtones ont servi le Canada en dépit du fait que bon nombre d'entre eux ne bénéficiaient pas de tous les droits accordés aux citoyens canadiens.

    Si le fait de déposer une couronne ou de prononcer un discours n'est qu'un bien pâle hommage comparativement aux sacrifices consentis par ces femmes et ces hommes valeureux, cela témoigne toutefois de notre gratitude. En Cri, on dit «  Kahgee pohn noten took » le jour du Souvenir. Cela signifie « le combat est terminé ». Au nom de tous les Canadiens, puissions-nous ne jamais oublier.

*   *   *

+-L'épée de marine des Forces canadiennes

+-

    L'hon. Paddy Torsney (Burlington, Lib.): Monsieur le Président, le 12 juin, le lieutenant Ralph Edwards s'est vu remettre l'épée de marine des Forces canadiennes, ornée du galon doré, par les cadets, les officiers et des membres de sa famille, au corps de cadets de la Marine Iron Duke, à Burlington, pour souligner ses 25 ans de service exemplaire auprès des jeunes de notre collectivité.

    Ralph Edwards est devenu cadet de la Marine en 1957, a rejoint les rangs de la Marine royale du Canada en 1967 et a servi à bord du NCSM Fraser. En 1974, il est devenu membre de la GRC. Ralph Edwards a contribué de façon exceptionnelle à la vie des jeunes depuis 1970, d'abord en tant que chef louveteau, puis auprès de nombreux organismes jeunesse, y compris le corps de cadets de la Marine Iron Duke, à titre d'instructeur civil et, plus tard, de commandant.

    Ralph et sa femme, Sandra Edwards, sont des parents de famille d'accueil associés à la Halton Children's Aid Society depuis 29 ans et leurs deux enfants aînés ont suivi leur exemple.

    Le 4 juin dernier, le GRC a rendu hommage à Ralph Edwards pour son travail bénévole exceptionnel. Il a reçu la récompense pour services rendus à la communauté policière IODE à Edmonton.

    Tous les Canadiens et tous les citoyens remercient le lieutenant Ralph Edwards de son travail et lui transmettent leurs meilleurs voeux.

*   *   *

[Français]

+- Carmel Paquin

+-

    M. Marcel Gagnon (Saint-Maurice—Champlain, BQ): Monsieur le Président, il y a des gens qui marquent de façon spéciale notre vie par leur dévouement, leur amour des gens, des arts, des jeunes, des artistes et de la vie en général. Ce sont des gens au coeur énorme qui nous font nous demander ce que nous aurions pu faire sans eux.

    Je connais un homme qui possède ces valeurs exceptionnelles. C'est Carmel Paquin, prêtre curé du Lac-à-la-Tortue. Il a marqué ma vie et celle des gens de la Mauricie et du Québec en entier en 50 ans de vie sacerdotale.

    Son dévouement, son travail et son souci des autres démontrent une ouverture d'esprit incontournable qui lui a permis de laisser une trace indélébile dans le coeur des gens qu'il a côtoyés.

    Carmel Paquin, nous vous souhaitons un bon anniversaire et nous nous souhaitons de vous garder encore longtemps parmi nous.

*   *   *

+-Les pompiers bénévoles

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (Beauséjour, Lib.): Monsieur le Président, la semaine passée, la maison familiale de mon beau-père à Bouctouche, au Nouveau-Brunswick, a pris feu à cause d'un problème dans le panneau électrique. En moins de 45 minutes, la maison était totalement envahie par le feu.

    Cependant, les pompiers bénévoles de la ville de Bouctouche se sont déplacés sur les lieux pour maîtriser la situation et empêcher le feu de se propager. Avec l'aide d'autres pompiers bénévoles de Cocagne, de Saint-Antoine et de Shediac, d'autres pertes ont été évitées et le feu fut maîtrisé et finalement éteint. Nous les remercions.

    Ces moments difficiles nous permettent de réfléchir aux services extraordinaires que donnent nos pompiers bénévoles. Ces braves hommes et femmes font souvent face à des dangers incroyables, mais ils sont toujours en devoir et nos communautés sont beaucoup plus sécuritaires grâce à leur engagement et à leur courage.

    Le temps est venu pour ce Parlement de reconnaître leurs services en appuyant, comme je l'ai toujours dit, le projet de loi qui leur donnerait un crédit d'impôt pour récompenser leurs efforts, leur engagement et surtout les sacrifices que font leurs familles.

*   *   *

  +-(1405)  

[Traduction]

+-Les dispensateurs de soins de santé

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, c'est avec des sentiments doux-amers que je prends la parole aujourd'hui. Melissa Anderson, qui a été mon assistante personnelle en soins de santé pendant deux ans, quitte ses fonctions pour se marier.

    Melissa est spéciale à bien des points de vue, mais je me contenterai d'en souligner deux. Premièrement, elle est la première personne non élue de l'histoire du Canada à siéger avec les députés de la Chambre des communes. Deuxièmement, Melissa incarne le même dévouement et la même patience que tous les professionnels de la santé du Canada, chaque jour.

    Les besoins liés à mon travail de député sont complexes. Avec l'aide de Melissa, j'ai été en mesure de remplir complètement mes fonctions.

    Pour Melissa, la famille passe avant tout. Je sais que Melissa témoignera à son nouveau mari, Carlin Thiessen, et aux trois enfants de ce dernier, Devin, Colin et Bryce, la même compassion et la même attention dont elle a toujours fait preuve envers moi.

    J'aimerais remercier Melissa de son dévouement, de son engagement et de sa patience inébranlable envers moi. Ce fut un honneur pour moi de l'avoir à mes côtés pendant ma première année comme député. Mes voeux les plus sincères l'accompagnent.

*   *   *

+-La Journée nationale des Autochtones

+-

    Mme Nancy Karetak-Lindell (Nunavut, Lib.): Monsieur le Président, c'est aujourd'hui, le 21 juin, que se tient la Journée nationale des Autochtones. En qualité de peuples fondateurs, les premières nations, les Inuits et les Métis ont beaucoup contribué à l'histoire et ils contribueront à l'avenir du Canada.

    Le Canada est un pays d'une grande diversité culturelle, fondé sur le compromis et la compréhension.

    Aujourd'hui à Iqaluit, 11 étudiants inuits seront les premiers diplômés du programme de droit d'Akitsiraq. Les Inuits ont maintenant voix aux grandes questions de leadership et de conscience sociale, et je les en félicite.

    Je tiens aussi à féliciter le premier ministre du Nunavut, Paul Okalik, du doctorat honorifique en droit que lui a décerné l'Université Carleton, samedi dernier.

    Les Inuits et tous les Autochtones ont un rôle de premier plan à jouer dans l'avenir de notre grand pays et ce n'est qu'un début. Je me joins à tous les Canadiens pour célébrer la Journée nationale des Autochtones.

*   *   *

[Français]

+-Gisèle et Jean-Charles Burelle

+-

    Mme Caroline St-Hilaire (Longueuil—Pierre-Boucher, BQ): Monsieur le Président, le 30 juin prochain marquera le départ à la retraite d'un couple de bénévoles profondément impliqué en faveur des enfants du monde, Mme Gisèle et M. Jean-Charles Burelle, directeurs de l'Unicef Montérégie.

    Mme et M. Burelle militent depuis plus de 40 ans au sein du Fonds des Nations Unies pour l'enfance, l'Unicef, qui procure un monde meilleur aux enfants défavorisés de la terre. Ils sont également les fondateurs des Mécènes de la Montérégie, qui oeuvrent plus particulièrement pour les familles défavorisées de la Rive-Sud.

    Comme mère de famille qui croit que tout enfant a droit à un bon départ dans la vie, comme fière ambassadrice de l'Unicef Montérégie, comme citoyenne et députée de Longueuil—Pierre-Boucher, je les assure de ma profonde admiration et les remercie pour leur engagement exceptionnel auprès de la plus grande richesse de l'humanité: les enfants.

*   *   *

+-Anne-Marie Alonzo

+-

    Mme Raymonde Folco (Laval—Les Îles, Lib.): Monsieur le Président, le milieu culturel québécois est en deuil à la suite du décès d'Anne-Marie Alonzo. La Lavalloise était à la fois dramaturge, poète, romancière, critique et éditrice.

    Fondatrice du Festival de Trois qui a lieu chaque année à Laval, elle a publié une vingtaine de livres, dont Bleus de mine, qui lui a valu le prix Émile-Nelligan en 1985.

    Mme Alonzo a été journaliste pour La Gazette des femmes, Spirales et d'autres revues. Cofondatrice de la revue Trois, elle a créé le Festival littéraire de Trois en 1989.

    Elle a été reçue membre de l'Ordre du Canada en 1996 et s'est vu remettre la médaille de bronze de la société Arts-Sciences-Lettres de Paris en 1997.

    Mme Alonzo laisse un héritage indélébile à la culture québécoise. J'offre à sa famille et à ses amis mes plus sincères condoléances.

*   *   *

[Traduction]

+-Les employés des députés

+-

    M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC): Monsieur le Président, en cette fin de session parlementaire, je crois qu'il convient de prendre un instant pour remercier tous ceux qui nous aident à remplir notre tâche de député.

    À titre de députés, nous comptons en tout temps sur l'appui de notre personnel pour obtenir des conseils sur les dossiers auxquels le pays fait face et, dans la plupart des cas, pour être épaulés dans nos activités courantes.

    Je dois souligner tout particulièrement la contribution de trois employés du Parti conservateur qui quitteront la Colline pour d'autres horizons. Jim Armour nous manquera pour ses conseils bienveillants et son sens de la répartie. Mike Storeshaw nous manquera pour son leadership et sa capacité de demeurer calme en dépit de la pression.

    Nancy Heppner, notre directrice de la période des questions, nous manquera pour sa capacité de cibler les questions d'actualité et de remettre le prince de la mesquinerie, le député de Calgary-Sud-Est, à sa place.

    Au nom de mes collègues du Parti conservateur, je tiens à remercier tous nos employés de leurs sacrifices, de leurs sages conseils et de leur appui au cours de la dernière session.

*   *   *

  +-(1410)  

[Français]

+-Les infrastructures

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, je suis très heureux d'avoir aujourd'hui l'occasion de reconnaître l'investissement du gouvernement du Canada promis aux collectivités de Glengarry—Prescott—Russell.

    Dans le cadre du nouveau pacte pour les villes et les collectivités, le gouvernement versera directement aux 10 municipalités de ma circonscription plus de 13 millions de dollars des revenus provenant de la taxe sur l'essence. Ces fonds aideront toutes les collectivités à la modernisation de leurs infrastructures, améliorant en plus la qualité de vie des diverses communautés.

    J'attends avec impatience de voir le progrès sur les projets innovateurs que ces fonds rendront possibles.

    Je salue et félicite le premier ministre et le ministre d'État responsable de l'Infrastructure et des Collectivités pour cette excellente initiative.

*   *   *

[Traduction]

+-La Journée nationale des Autochtones

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Monsieur le Président, c'est aujourd'hui la Journée Nationale des Autochtones, et je suis fier de réaffirmer que les néo-démocrates sont solidaires des premières nations, des Innus et des Métis du Canada. En cette Année de l'ancien combattant, il convient de rendre un hommage particulier aux anciens combattants autochtones.

[Français]

    C'est donc un honneur très spécial pour moi, pendant cette Année des vétérans, de rendre hommage auxdits vétérans autochtones du Canada.

[Traduction]

    Les anciens combattants autochtones ont combattu durant les guerres, mais ils ont été traités de façon honteuse en temps de paix. Je pense notamment à des Canadiens comme le sergent Tommy Prince, du Manitoba, l'ancien combattant le plus décoré. Celui-ci s'est vu décerner des médailles de service, y compris la Croix militaire et même la Silver Star des États-Unis. En dépit des services remarquables qu'il a rendus à notre pays, il est mort dans la pauvreté, comme tant d'autres anciens combattants autochtones, sans avoir pu toucher l'indemnisation accordée aux autres anciens combattants.

    Aujourd'hui, en célébrant notre solidarité avec les peuples autochtones du Canada, n'oublions pas ceux qui nous ont quittés et prenons l'engagement de veiller à ne plus jamais imposer un tel traitement.

[Français]

    N'oublions jamais.

*   *   *

[Traduction]

+-La fonction publique

+-

    M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC): Monsieur le Président, la fonction publique fédérale est le plus grand employeur de la région de la capitale nationale. Elle compte plus de 119 000 employés, dont des milliers résident dans ma circonscription, Carleton—Mississippi Mills.

    Comme nous le savons, les fonctionnaires fédéraux sont reconnus pour leur professionnalisme, leur débrouillardise et le travail qu'ils accomplissent pour nous. Je suis en faveur de bonnes politiques innovatrices qui continuent de promouvoir une fonction publique professionnelle qui soit efficace, efficiente et indépendante. Je crois fermement à la nécessité d'adopter des dispositions législatives rigoureuses afin de protéger ceux qui dénoncent la corruption et les actes préjudiciables contre des mesures de représailles.

    En cette Semaine nationale de la fonction publique, je remercie tous les fonctionnaires, particulièrement ceux de Carleton—Mississippi Mills, qui travaillent chaque jour afin de fournir aux Canadiens les services qui font de notre société une société saine, sûre et prospère.

*   *   *

[Français]

+-La Journée nationale des Autochtones

+-

    M. Bernard Cleary (Louis-Saint-Laurent, BQ): Monsieur le Président, je voudrais souligner, en ce 21 juin, la Journée nationale des Autochtones.

    Il s'agit d'une journée spéciale et toute désignée pour célébrer le patrimoine, les cultures et les contributions uniques des gens des premières nations, des Inuits et des Métis aux autres peuples de ce monde.

    Le solstice d'été marque, chez les Autochtones, la fête de la lumière et du jour le plus long, et s'accompagne, dans les communautés, de cérémonies festives.

    Je souhaite donc, en cette occasion spéciale, offrir mes meilleurs voeux à tous les Autochtones dans la paix et l'amitié la plus sincère.

*   *   *

[Traduction]

+-Les droits de la personne

+-

    M. Jim Abbott (Kootenay—Columbia, PCC): Monsieur le Président, en mars dernier, j'ai eu l'insigne honneur de rencontrer Sam Johnson, un Texan, membre du Congrès des États-Unis, qui a été prisonnier de guerre au Vietnam pendant sept ans. Son livre, Captive Warriors, contient l'une des descriptions les plus saisissantes de la barbarie humaine qu'il m'ait été données de lire.

    Trente ans plus tard, on continue d'entendre dans ce pays des allégations de mauvais traitements infligés aux organisations religieuses, de harcèlement des fidèles et de persécution des leaders. Au Vietnam, les dissidents politiques ont exigé le respect des droits de la personne, de la liberté et de la démocratie.

    En janvier dernier, j'ai visité Hanoï. J'ai appris que le régime politique actuel tient enfin compte de l'opinion internationale, car il veut être admis à l'OMC et, dans ce contexte, il veut mettre le Vietnam en valeur en en faisant l'hôte du sommet de l'APEC en 2006.

    Ce week-end, le premier ministre du Vietnam visitera le Canada. Nous devons être honnêtes avec lui. Les Canadiens veulent apporter une aide constructive à l'évolution pacifique d'une authentique démocratie au Vietnam.

*   *   *

  +-(1415)  

+-Etobicoke—Lakeshore

+-

    L'hon. Jean Augustine (Etobicoke—Lakeshore, Lib.): Monsieur le Président, en tant que parlementaires, nous connaissons tous l'importance d'un milieu communautaire vigoureux. J'ai l'honneur de représenter les électeurs d'Etobicoke—Lakeshore. Ils se distinguent par une fierté civique incroyable, se dévouant sans répit à l'amélioration de notre communauté.

    Grâce à leur collaboration, notre communauté continue de prospérer. Les activités communautaires, en plus de favoriser la camaraderie, permettent la formation d'un réseau d'entraide qui a pour but d'aider les gens et de faire avancer des causes communes.

    Au cours de la fin de semaine prochaine, l'association des propriétaires de Grand Hamptons tiendra sa fête populaire annuelle. Celle-ci permet aux voisins de se rencontrer et de célébrer leur quartier. Dans toute la région du Grand Toronto, des gens feront la promotion de la sécurité dans leurs communautés, dans le cadre de la campagne National Night Out.

    Je souhaite à tous mes électeurs le plus merveilleux des étés, en toute sécurité. J'ai hâte de les rencontrer, avec leurs familles, dans ma circonscription et ses environs, ainsi qu'à mon pique-nique, qui se tiendra au parc Marie Curtis, le 28 août. Je souhaite un été sécuritaire et plaisant à tous mes collègues à la Chambre et à tous mes électeurs.


+- QUESTIONS ORALES

[ Questions orales]

*   *   *

[Traduction]

+-La citoyenneté et l'immigration

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, on a maintenant la confirmation que l'ancienne ministre de l'Immigration s'est mise en situation de grave conflit d'intérêts. Lors des élections de l'an dernier, l'ancienne ministre a accéléré le processus de délivrance de permis ministériels au profit des députés libéraux qui faisaient campagne. En fait, elle a signé quelque 74 permis de ce genre durant la campagne électorale et 19 en deux jours juste avant l'émission des brefs.

    Le premier ministre peut-il dire à la Chambre si quelqu'un dans son cabinet était au courant de cette politique à ce moment-là?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je n'ai pas eu la chance de lire le rapport. Je reviens tout juste de Montréal, où l'annonce de l'entente concernant les municipalités du Québec a été faite. Si je comprends bien, le rapport n'en vient pas à la conclusion que des irrégularités ont été commises par la députée de York-Ouest elle-même. Cela répond sans doute à la question du député.

+-

    L'hon. Stephen Harper (Calgary-Sud-Ouest, PCC): Monsieur le Président, je vais pousser ma première question un peu plus loin. Le premier ministre a toujours défendu les actions de l'ancienne ministre. En fait, il les a défendues à 100 p. 100 jusqu'à maintenant, et je suppose que c'est encore le cas aujourd'hui. Le premier ministre peut-il nous dire quand il a appris que l'ancienne ministre distribuait les permis ministériels à des fins partisanes?

+-

    L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, les permis ne sont jamais délivrés à des fins partisanes. Ils sont délivrés aux demandeurs, peu importe d'où viennent ceux-ci.

    En réponse à ce genre de question, il serait probablement utile que le chef de l'opposition et nous tous comprenions que le ministère rend quelque 1,1 million de décisions favorables par année et que certains permis de séjour temporaire sont inclus dans ces 1,1 million de décisions, lesquelles sont prises selon un système très transparent fondé sur le mérite.

+-

    L'hon. Stephen Harper (Calgary-Sud-Ouest, PCC): Monsieur le Président, le commissaire à l'éthique a constaté que 98 p. 100 des permis délivrés à la hâte étaient allés à des libéraux. Personne ne sera assez dupe pour croire que cela ne s'est pas fait selon des considérations partisanes.

    Les députés se souviendront que, juste avant le vote de confiance de mai, le gouvernement avait orchestré une exonération bidon de l'ancienne ministre ici, à la Chambre. La vice-première ministre, le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et le directeur des communications du premier ministre ont tous clamé l'innocence de l'ancienne ministre, ce qui ne correspond pas exactement à ce que dit le rapport.

    Quand le premier ministre a-t-il appris que cette exonération complète n'était en fait qu'une supercherie?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, il est clair que le député dénature le contenu du rapport. Je n'ai pas eu l'occasion de le lire, mais je crois comprendre que le commissaire à l'éthique en est venu à la conclusion qu'il n'y avait pas eu d'irrégularités de la part de la députée elle-même.

    Nous avons un commissaire à l'éthique indépendant. Je crois qu'il est très important que nous ne fassions pas d'insinuations et d'allégations ici. Je fais entièrement confiance à la députée. Je l'ai déjà dit et je le répète encore aujourd'hui.

*   *   *

+-Le prix de l'essence

+-

    M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC): Monsieur le Président, il importe que le premier ministre lise le rapport avant de disculper la ministre. Ce serait un changement apprécié.

    Les prix de l'essence sont parmi les plus élevés que les Canadiens n'aient jamais connus. Entre-temps, le gouvernement continue d'engranger d'énormes revenus avec la taxe sur l'essence. Le prix de l'essence touche tout le monde, y compris les familles et les entreprises. Quand le gouvernement va-t-il agir pour alléger le fardeau des Canadiens?

  +-(1420)  

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, dans le budget, nous avons effectivement pris des mesures pour réduire le fardeau fiscal des Canadiens. On a proposé des économies d'environ 13 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années, y compris notamment l'augmentation du minimum exonéré d'impôt, qui va passer de 8 000 $ à 10 000 $. Avec cela, 860 000 Canadiens à faible revenu ne paieront plus d'impôt du tout.

+-

    M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC): Monsieur le Président, avec ces belles paroles et 90 ¢, nous pourrons acheter un litre d'essence. Il est question ici des taxes sur l'essence. Le gouvernement récolte actuellement des revenus importants en taxant l'essence. Les Canadiens, par contre, pâtissent à la pompe à essence, en partie à cause de taxes élevées.

    Le gouvernement applique la TPS en sus de toutes les autres taxes sur l'essence, ce qui fait augmenter encore les prix. Quand le ministre des Finances s'engagera-t-il à mettre un terme à ces prix abusifs que nous devons au gouvernement en éliminant tout simplement une taxe qui vient en sus d'une taxe?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, nous avons pris deux initiatives précisément à cet égard.

    Premièrement, lors d'une flambée des prix de l'essence il y a quelques mois, nous avons affecté les recettes de la période au fonds pour l'équipement médical, qui faisait d'ailleurs partie des 41 milliards de dollars que nous transférons aux provinces pour améliorer le régime d'assurance-maladie. Maintenant, nous transférons la moitié de la taxe sur l'essence aux municipalités du Canada pour aider au financement des infrastructures.

[Français]

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, avec l'arrivée des vacances estivales, le prix de l'essence ne cesse de grimper, mettant en relief une situation paradoxale. En effet, lorsque l'on annonce une flambée du prix du baril de pétrole, on assiste à une hausse immédiate du prix à la pompe. À l'inverse, lorsque le prix du baril de pétrole baisse, très souvent le prix au détail ne suit pas immédiatement cette mouvance.

    Est-ce que le premier ministre réalise que les compagnies pétrolières profitent de l'inertie de ce gouvernement, alors que celui-ci persiste à agir à titre d'observateur et ne fait rien pour remédier à cette situation plutôt particulière?

[Traduction]

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, le Bureau de la concurrence a examiné maintes fois les prix de l'essence au cours des dix dernières années et n'a jamais trouvé aucune preuve de collusion. Le prix du pétrole et de l'essence est déterminé par les marchés mondiaux. L'établissement et le contrôle des prix de l'essence à la pompe relèvent des provinces.

[Français]

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, on sait bien que le prix de l'essence au détail relève des gouvernements provinciaux, mais la Loi sur la concurrence, elle, relève d'Ottawa. S'ils n'ont rien trouvé, c'est que cette loi n'a aucun pouvoir. C'est cela qui cause le problème. Le gouvernement a aussi le pouvoir de créer un office de surveillance du secteur pétrolier, ce que ne cesse de demander le Bloc depuis plusieurs années.

    Une fois de plus, ce gouvernement n'est-il pas en train de prouver qu'il privilégie les pétrolières au détriment des consommateurs?

[Traduction]

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, je ne crois pas qu'il soit nécessaire de rappeler à quiconque quels sont les prix de l'essence. Ce que nous devons faire, c'est nous assurer d'avoir une bonne et solide politique sur la concurrence. J'espère que le député et son parti voteront en faveur des modifications proposées à la Loi sur la concurrence dont le Parlement est saisi.

[Français]

+-

    M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ): Monsieur le Président, à chaque occasion où le prix du pétrole monte de façon déraisonnable, cela nous démontre que le gouvernement fédéral n'a pas assumé ses responsabilités comme il aurait pu le faire, à chaque fois que nous lui avons demandé de le faire.

    Le ministre de l'Industrie admettra-t-il qu'au-delà des fluctuations du prix international, c'est aussi la marge de profit au raffinage qui est trop élevée et le gouvernement fédéral refuse toujours d'intervenir pour protéger le consommateur? Pourquoi?

[Traduction]

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, je le répète, le Bureau de la concurrence a examiné les prix de l'essence à maintes reprises au cours des dix dernières années. Il n'a découvert aucune preuve de collusion pour fixer les prix de manière déloyale.

    Si le député veut déposer une plainte, il devrait le faire auprès du Bureau de la concurrence. Son parti et lui devraient appuyer les modifications proposées à la Loi sur la concurrence afin qu'elle ait plus de mordant.

[Français]

+-

    M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ): Monsieur le Président, le gouvernement fédéral a effectivement les pouvoirs et les responsabilités de surveiller les problèmes de la concurrence. Or, dans le domaine pétrolier, c'est notamment un problème de manque de concurrence qui nous fait payer le prix de l'essence aussi cher.

    Le gouvernement admettra-t-il que le fait qu'au Canada les raffineurs et les distributeurs soient les mêmes entreprises, cela crée inévitablement une concentration et un pouvoir dans les mains des pétrolières qui jouent à leur guise avec le prix de l'essence au détriment des consommateurs?

  +-(1425)  

[Traduction]

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, je dois dire que les dernières personnes au monde qui devraient essayer de comprendre le marché compétitif sont les politiciens et des personnes de ce genre. Cela devrait être laissé aux experts, à un organisme juridique indépendant comme le Bureau de la concurrence.

*   *   *

+-La coopération internationale

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre, qui a dit avoir rempli toutes ses promesses. Il semble que Bob Geldof ne soit pas de cet avis. En fait, il dit que le premier ministre devrait rester chez lui à moins que le Canada ne respecte ses obligations et ne remplisse la promesse qu'il a faite au monde.

    Les Canadiens n'aiment pas se faire dire de rester chez eux parce qu'ils ne remplissent pas leurs promesses faites au monde. Cela préoccupe-t-il le premier ministre au point où il tiendra enfin sa promesse?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je crois au 0,7 p. 100 et je souhaite vivement que le Canada l'atteigne d'ici 2015, mais je ne prendrai pas d'engagement sans être sûr que le gouvernement pourra l'honorer.

    J'estime qu'il est important que les gouvernements disent non seulement ce qu'ils vont faire, mais encore comment ils vont le faire. Ce que je dis aux députés, c'est qu'il arrive trop souvent, en matière de politique internationale, que les dirigeants prennent des engagements pour mousser leur popularité. Je me refuse à le faire.

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Monsieur le Président, le fait que Khadafi veuille voir le premier ministre, mais non Bob Geldof, en dit long sur la politique étrangère du premier ministre. C'est tout ce que je peux dire. Parlons-en des séances de photos.

    Je voudrais poser une question au ministre des Finances, si vous permettez, parce qu'il a cité Bob Geldof hier. Selon le ministre des Finances, le Canada fait ce que Bob Geldof a demandé. Cependant, aujourd'hui, Bob Geldof lui-même a contredit le ministre des Finances et lui a en fait dit de rester chez lui s'il ne garde pas la promesse que le Canada a faite au monde.

    Le ministre voudrait-il citer Bob Geldof aujourd'hui ou finira-t-il par respecter l'engagement du Canada?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Oui, monsieur le Président, Bob Geldof a dit ce matin: « un doublement historique de l'aide consentie à l'Afrique, ce qui est précisément ce qu'il faut... et ce que l'Afrique peut absorber comme aide en raison d'une infrastructure déficiente » et le montant accordé par le gouvernement représente « le doublement de l'aide ». Je suis heureux de dire que l'aide que le Canada a consentie à l'Afrique dans le budget du 23 février a doublé.

*   *   *

+-La citoyenneté et l'immigration

+-

    M. Russ Hiebert (Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale, PCC): Monsieur le Président, le rapport du commissaire à l'éthique sur l'ancienne ministre de l'Immigration contient des éléments nouveaux: le cabinet du premier ministre a été mis au courant du scandale immédiatement après les dernières élections.

    Pourquoi le premier ministre n'a-t-il pas agi tout de suite? Comment le code d'éthique peut-il inspirer confiance au Parlement ou au public si le premier ministre lui-même, sachant que le code avait été violé, a conspiré pour camoufler le scandale?

+-

    L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, comme on l'a dit plus tôt, le rapport a été rendu public aujourd'hui. Le gouvernement et les ministres responsables sont en train de l'étudier. Le commissaire à l'éthique a fait son travail. Il a remis un rapport au Parlement.

    Ce qui cloche, c'est que le contenu de ce rapport ne plaît pas aux députés, qui tentent donc une fois de plus de discréditer le commissaire à l'éthique.

+-

    M. Russ Hiebert (Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale, PCC): Monsieur le Président, le premier ministre a attendu que ce scandale éclate au grand jour avant d'agir. Il a attendu que le scandale des commandites soit connu de tous avant de prendre des mesures.

    Pourquoi le premier ministre attend-il toujours de se faire prendre sur le fait avant de s'attaquer à la corruption?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, en ce qui concerne la première question, on me dit que, selon le rapport, mes collaborateurs ont pris les mesures qui s'imposaient et ne font donc l'objet d'aucune critique.

    Quant à la deuxième question du député, je puis dire que, le jour même où le rapport de la vérificatrice générale a été déposé aux Communes, nous avons créé la Commission Gomery. Le jour où je suis devenu premier ministre, nous avons annulé le Programme de commandites. Nous avons agi immédiatement, car nous croyons que la vérité sera connue et triomphera. Lorsque les faits sont connus, nous agissons. C'est ce que nous avons fait.

*   *   *

  +-(1430)  

+-Les ressources naturelles

+-

    Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC): Monsieur le Président, vendredi, au cours de la période des questions, j'ai affirmé que les États-Unis avaient proposé, il y a trois ans, de saisir la Commission mixte internationale de la question du projet de dérivation du lac Devils au Dakota du Nord et que le gouvernement du Canada avait refusé.

    Le ministre de l'Environnement prétend que c'est faux. J'ai en main une lettre datée du 21 mai 2002 qui a été signée par Michael Kergin, ancien ambassadeur du Canada, qui affirme que le gouvernement a refusé un renvoi conjoint. Pourquoi le gouvernement tente-t-il de cacher le fait qu'il a eu l'occasion de présenter un renvoi conjoint à la CMI?

+-

    L'hon. Pierre Pettigrew (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, permettez-moi de remettre les pendules à l'heure. Il n'y a rien de vrai dans les affirmations de la députée. Le Canada n'a jamais refusé de faire appel à la CMI. Nous avons dit à ce moment-là qu'il était peut-être prématuré de le faire à l'étape préliminaire, mais nous n'avons jamais refusé de faire appel à la CMI. Bien au contraire. À une étape antérieure du projet, nous avons tout simplement affirmé qu'il fallait être réaliste et que tout le projet devait être pris en compte.

    C'est donc tout à fait inexact.

+-

    M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC): Monsieur le Président, je crois que le ministre devrait repenser à la réponse qu'il vient de faire.

    Marc Grossman, du département d'État des États-Unis, a envoyé une lettre à l'ambassade du Canada le 20 mai 2002 pour demander au Canada de se joindre aux États-Unis afin de présenter un renvoi conjoint à la CMI concernant le projet de dérivation du lac Devils qui avait alors été proposé. L'ambassadeur Kergin a fait parvenir la réponse suivante:

    Le gouvernement du Canada est d'avis qu'il n'est pas approprié de renvoyer un projet, comme celui qui a été proposé pour le lac Devils, à la CMI [...]

    Pourquoi le gouvernement a-t-il raté une aussi belle occasion de présenter un renvoi conjoint à la CMI?

+-

    L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.): Monsieur le Président, les députés d'en face sont loin d'aider la cause du Lac Winnipeg et du Canada en continuant de répéter de fausses interprétations. À ce moment-là, c'est le service du génie de l'armée américaine qui prétendait que le projet faisait l'objet d'une évaluation environnementale annulée par le Dakota du Nord. Nous avons alors effectivement rejeté cet argument. Les députés devraient être bien sûrs de ce qu'ils avancent. Il est curieux qu'ils n'aient commencé à se préoccuper du projet du lac Devils que depuis un mois. La question ne les intéressait pas avant cela.

*   *   *

[Français]

+-La radiodiffusion

+-

    M. Maka Kotto (Saint-Lambert, BQ): Monsieur le Président, si j'ai bien compris la ministre du Patrimoine canadien hier, elle affirme qu'elle ne peut être juge et partie, qu'elle ne peut pas agir tout de suite, qu'elle ne peut pas faire appel de la décision du CRTC concernant la radio par abonnement avant que certains groupes n'aient porté eux-mêmes la décision en appel.

    La ministre du Patrimoine canadien peut-elle m'assurer que ses propos, que je viens d'énoncer, reflètent fidèlement sa pensée relativement à la récente décision du CRTC dans le dossier de la radio par abonnement?

+-

    L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.): Monsieur le Président, d'une part, j'ai mentionné hier que c'était une décision très complexe et que cela avait nécessité un an au CRTC pour en arriver à cette décision. Nous allons prendre le temps de voir les répercussions.

    D'autre part, les groupes ou les organismes qui veulent aller en appel ont 45 jours pour le faire. Ensuite, nous avons 45 jours pour y répondre. Nous allons prendre nos responsabilités et y répondre.

+-

    M. Maka Kotto (Saint-Lambert, BQ): Monsieur le Président, je vais vous lire un extrait de la Loi sur la radiodiffusion, et je cite:

    Le gouvernement en conseil peut, par décret [...] sur demande écrite [...] ou de sa propre initiative, annuler ou renvoyer au Conseil pour réexamen et nouvelle audience la décision de celui-ci d'attribuer, de modifier ou de renouveler une licence [...]

    Pourquoi la ministre soutient-elle qu'il lui faille attendre l'appel de certains groupes avant d'agir, alors que la loi stipule clairement qu'elle peut agir de sa propre initiative?

  +-(1435)  

+-

    L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.): Monsieur le Président, la décision est sortie jeudi à 16 heures. C'est une décision qui a pris un an au CRTC pour en arriver à nous présenter ses recommandations.

    J'ai dit que les groupes ont 45 jours pour aller en appel et que nous avons 45 jours pour y répondre. Tout indique qu'il y aura des groupes qui iront en appel. Alors, nous allons attendre. Pendant ce temps, nous étudions les répercussions de la décision. Je ne reviendrai pas sur ce que j'ai dit.

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, la ministre du Patrimoine canadien nous a dit hier, très clairement, qu'elle ne peut pas être juge et partie dans la récente décision du CRTC concernant la radio par abonnement. Or, la ministre n'est pas juge ni partie; son rôle est de faire appel, comme la loi lui permet de le faire.

    La ministre du Patrimoine canadien cessera-t-elle de jouer la carte du juge et partie, qui n'a rien à voir ici, et entend-elle assurer la protection et le respect de la culture canadienne et québécoise, comme il est de son devoir de le faire?

+-

    L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.): Monsieur le Président, je dois dire avec tout le respect que je dois à l'opposition, que je n'ai pas de conseil à recevoir de sa part quant à la protection de la culture canadienne et québécoise.

    Cela dit, tout nous indique qu'il y aura des groupes qui iront en appel. En attendant, je le répète, c'est une décision qui est complexe. Nous en étudions tous les tenants et aboutissants. Je prendrai mes responsabilités, comme je le fais toujours, pour protéger la culture québécoise et canadienne. Cela est l'histoire de ma vie.

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, j'aimerais que la ministre ajoute un chapitre qui ne soit pas noir à l'histoire sa vie. Actuellement, la culture québécoise francophone ne disposera que d'un maigre 2,5 p. 100 de l'ensemble de ce qui se produira en matière de radio par satellite, ce que dénonçait aussi l'Union des artistes ce matin même.

    Au nom de la diversité culturelle qui lui est si chère, est-ce que la ministre du Patrimoine canadien peut agir immédiatement, ne pas attendre les autres, ne pas attendre que certains groupes décident d'aller en appel, mais de faire appel elle-même de la décision?

+-

    L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.): Monsieur le Président, j'ai dit que je prendrais mes responsabilités et c'est ce que je ferai. Je n'ai pas de leçon à recevoir de personne. Je le ferai en toute connaissance de cause, point final.

*   *   *

[Traduction]

+-Partenariat technologique Canada

+-

    M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC): Monsieur le Président, le gouvernement n'a pas été franc au sujet de Partenariat technologique Canada.

    Pendant des années, on a critiqué avec raison ce programme parce qu'il n'a pratiquement pas distribué de fonds, qu'il a créé très peu d'emplois et que les examens et rapports promis ne se sont jamais matérialisés.

    Hier, le ministre de l'Industrie a déclaré qu'aucun paiement inapproprié n'avait été fait à des lobbyistes par l'intermédiaire de Partenariat technologique Canada. Si c'est bien le cas, pourquoi le ministre n'a-t-il pas rendu publics aujourd'hui les résultats de la vérification spéciale?

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, la vérification que nous avons faite s'inscrit dans le cadre de la vérification préventive que le ministère a entreprise comme mesure proactive visant à assurer une bonne administration.

    Nous avons constaté quelques anomalies concernant des frais de consultation payés à des gens pour aider des clients à présenter une demande de subventions. Ces subventions ont été extrêmement efficaces pour aider à adapter des techniques mises au point par des entreprises au Canada. Elles ont aidé à créer des entreprises comme Research in Motion.

    Nous continuerons d'administrer ces programmes avec toute la rigueur voulue.

+-

    M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC): Monsieur le Président, nous parlons ici de plus de deux milliards de dollars de deniers publics et les contribuables méritent de savoir comment leur argent est dépensé.

    Trois ministres de l'Industrie libéraux successifs ont promis des examens publics du programme, pourtant, pas un n'a présenté de rapport de vérification à la Chambre ou aux Canadiens. Des milliards de dollars ont été dépensés, des millions ont été gaspillés, pourtant le programme reste entouré d'un nuage de secret.

    Pourquoi le gouvernement continue-t-il de cacher les faits concernant ce programme? Pourquoi un comité spécial a-t-il été créé à Industrie Canada pour limiter les dommages qui suivront la vérification? Pourquoi le ministre ne rend-il pas public le rapport de cette vérification?

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, nos vis-à-vis attaquent le programme Partenariat technologique Canada depuis aussi loin que je peux me souvenir.

    C'est un programme qui aide à adapter les techniques pour beaucoup de petites et moyennes entreprises au Canada. Beaucoup de ces entreprises se trouvent dans les circonscriptions de nos vis-à-vis. Beaucoup de propriétaires de ces petites entreprises font du lobbying auprès du gouvernement afin d'obtenir des subventions de Partenariat technologique Canada.

    C'est un bon programme. Nous rendrons publics les résultats de la vérification que nous avons entreprise. Nous procéderons à une réforme du programme.

  +-(1440)  

+-

    M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC): Monsieur le Président, le ministre de l'Industrie a admis publiquement que des fonds alloués au programme Partenariat technologique Canada ont abouti entre de mauvaises mains. Il nous a donné l'assurance qu'il irait au fond des choses. Toutefois, il retarde la publication de ses conclusions jusqu'en septembre.

    Les Canadiens n'endureront pas une autre opération de camouflage. Si le ministre de l'Industrie a sérieusement l'intention de faire toute la lumière sur l'affaire, pourquoi ne demande-t-il pas à la vérificatrice générale de procéder à un contrôle complet qui permettrait aux Canadiens de connaître la vérité?

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai dit hier à la Chambre, nous rendrons publics les résultats de la vérification en septembre.

    En réalité, la vérification n'est pas terminée. C'est très complexe. Si la vérificatrice générale décide d'en faire une — et je crois bien qu'elle le fera —, il y aura une vérification, que je lui demande ou non.

+-

    M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC): Monsieur le Président, je remercie le ministre de son optimisme. Le problème, c'est que les Canadiens ne sont pas de son avis. Je suis sûr qu'il sait pourquoi. La population n'a pas confiance dans le gouvernement ni dans sa capacité de gérer des fonds comme il convient.

    Le premier ministre va-t-il nous donner l'assurance qu'aucune somme d'argent affectée au programme Partenariat technologique Canada n'a abouti dans les coffres du Parti libéral du Canada?

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, c'est toujours la même histoire: sottises, insinuations, insultes et tentatives de salissage.

    Tout l'argent qui a été versé aux experts-conseils chargés d'aider les clients à obtenir des fonds au titre du programme PTC a été remboursé. Chaque cent a été remboursé.

*   *   *

+-Les inondations en Alberta

+-

    Mme Anita Neville (Winnipeg-Centre-Sud, Lib.): Monsieur le Président, comme nous le savons tous, les pluies diluviennes qui se sont abattues sur l'Alberta ont provoqué d'importantes inondations qui obligé nombre de résidants à quitter leur domicile. La situation est maintenant stable, mais plusieurs routes demeurent fermées et l'état d'urgence n'a pas encore été levé dans plusieurs municipalités.

    La ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile peut-elle dire à la Chambre quelles mesures le gouvernement a prises afin de participer aux efforts de remise en état?

+-

    L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.): Monsieur le Président, permettez-moi d'abord de dire que le gouvernement a à coeur la situation des Albertains qui ont été touchés par les inondations.

    Le premier ministre s'est entretenu avec le premier ministre Klein et les maires de plusieurs des municipalités touchées. Je suis en communication régulière avec les intervenants sur le terrain, y compris les maires et les ministres provinciaux.

    J'ai offert à la province tout type d'aide financière, militaire ou autre qu'elle pourrait estimer nécessaire. L'Alberta peut demander une aide financière en vertu des Accords d'aide financière en cas de catastrophe, les AAFCC. J'ai indiqué au gouvernement de l'Alberta que, le cas échéant, notre réponse ne se ferait pas attendre.

    Nous devrions être en mesure de verser des fonds dès que nous aurons reçu une demande d'aide de la province.

*   *   *

+-L'agriculture

+-

    M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD): Monsieur le Président, c'est aujourd'hui le premier jour de l'été et les Canadiens allument leurs barbecues.

    Les prix du bifteck n'ont pas baissé, l'endettement agricole est en hausse et les profits des conditionneurs montent en flèche. Nous traversons la pire crise agricole que l'on puisse se rappeler, et deux géants américains de l'alimentation font des affaires d'or. Les sociétés Cargill et Tyson contrôlent plus de 80 p. 100 de la capacité d'abattage de notre pays.

    Quelles mesures le ministre entend-il prendre pour garantir un prix plancher et pour nous protéger contre les prix abusifs fixés par ces deux sociétés américaines?

+-

    L'hon. Andy Mitchell (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.): Monsieur le Président, nous devons mettre en place un certain nombre de mesures.

    Premièrement, nous devons augmenter la capacité de notre pays à transformer la viande et elle a été effectivement accrue de plus de 30 p. 100. Deuxièmement, nous devons simplement étendre notre marché en-dehors des États-Unis. Je suis heureux de souligner que nous avons gagné ou regagné 14 marchés au cours de l'année écoulée.

    Par ailleurs, nous avons injecté plus de 2 milliards de dollars d'aide directe ou indirecte dans diverses industries du bétail. Et nous continuerons à les soutenir.

  +-(1445)  

+-

    M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD): Monsieur le Président, je ne parle pas d'improviser des solutions pour les éleveurs ni de laisser Tyson et Cargill accroître leur capacité d'abattage. Nous savons que ces sociétés contrôlent le marché des deux côtés de la frontière. Selon le rapport sur le prix du boeuf en caisse carton de mars 2005, les profits des conditionneurs ont fait un bond remarquable, tandis que les prix du bétail ont chuté. Nous sommes pratiquement en présence d'un monopole agricole américain.

    Que fait-on face à un monopole? Nous le brisons. Quand le gouvernement imposera-t-il par règlement un régime d'établissement des prix pour faire entendre raison enfin à ces profiteurs américains?

+-

    L'hon. Andy Mitchell (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.): Monsieur le Président, pas étonnant d'entendre le Nouveau Parti démocratique parler de solutions improvisées quand il s'agit de 2 milliards de dollars. C'est conforme à l'idéologie de ce parti.

    En réalité, afin d'aider nos éleveurs de bétail, nous avons mis en place un programme de retrait qui a contribué à stabiliser les prix. Ils ont ainsi obtenu sur le marché un rendement bien supérieur à ce qu'ils auraient obtenu autrement.

    La solution à long terme consiste à rendre de nouveau le marché rationnel en équilibrant l'offre et la demande. Voilà pourquoi il importe d'accroître notre capacité d'abattage. C'est ce qui explique qu'elle ait augmenté de 30 p. 100 au cours des derniers mois.

*   *   *

+-La santé

+-

    M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC): Monsieur le Président, l'État fédéral est l'un des plus gros clients des cliniques médicales privées.

    Les Forces canadiennes ont dépensé dans ces cliniques 1,3 million de dollars l'an dernier et 1,6 million de dollars l'année précédente. À l'instar de la Cour suprême, les Forces canadiennes sont d'avis que les délais pour se faire traiter dans le système public sont beaucoup trop longs, alors elles envoient leurs patients ailleurs.

    Le premier ministre s'oppose-t-il à ce que nos soldats se fassent soigner dans des cliniques privées?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, comme le député le sait, les Forces canadiennes ne sont pas couvertes par les régimes d'assurance-maladie des provinces.

    Nos militaires obtiennent des soins de santé où nous pouvons leur en fournir, selon les besoins. Ainsi, nous obtenons certains services du système public de santé, mais nous avons recours parfois à des cliniques privées pour répondre aux besoins particuliers des militaires.

    C'est une pratique que nous allons maintenir étant donné que nous ne sommes pas couverts par les régimes d'assurance-maladie du pays. Nous avons des caractéristiques et des besoins particuliers.

+-

    M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC): Monsieur le Président, le premier ministre affirme qu'il s'oppose à un système de santé à deux vitesses, mais il se fait lui-même soigner dans une clinique privée.

    Le Service correctionnel du Canada a versé 31 millions de dollars l'an dernier à des cliniques médicales et à d'autres fournisseurs du domaine de la santé. La GRC a versé presque 250 millions de dollars à des cliniques médicales, sans jamais distinguer les cliniques privées des cliniques publiques.

    Il y a donc vraiment lieu de se demander si des individus comme Clifford Olson et Paul Bernardo passent avant les Canadiens ordinaires quand vient le temps de se faire soigner.

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, dès la création du régime public de soins de santé, certains groupes n'étaient pas visés par la Loi canadienne sur la santé et ne pouvaient pas bénéficier du système public de santé. Ces groupes sont la GRC, les forces armées et les commissions des accidents de travail.

    Si nous voulons changer cette situation pour que ces groupes soient englobés dans le système public de santé, je suis certainement prêt à examiner la question.

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, hier, à un poste de radio de Vancouver, le premier ministre a prétendu que les temps d'attente diminuent. Le fait est que les temps d'attente ont doublé depuis que les libéraux sont arrivés au pouvoir il y a 10 ans. Il n'y a aucune norme. Le gouvernement n'a pas de plan.

    Le premier ministre admettra-t-il qu'il a induit les Canadiens en erreur et qu'il n'existe aucune norme relative aux temps d'attente?

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, le député a tort. En Saskatchewan, les temps d'attente diminuent. En Ontario, un site web sera mis sur pied pour surveiller les temps d'attente. Le fait est que le député a raconté des balivernes quand il a dit que le premier ministre a induit la Chambre en erreur.

+-

    M. Steven Fletcher (Charleswood—St. James—Assiniboia, PCC): Monsieur le Président, le ministre fait erreur. J'ai dit que le premier ministre a induit tous les Canadiens en erreur.

    La Cour suprême a dit que les gens meurent à cause des temps d'attente. La semaine dernière, au Comité de la santé, une députée libérale a reproché à son gouvernement de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour réduire les temps d'attente. La décision de la cour prouve que la mauvaise gestion et l'incompétence des libéraux détruisent la santé des Canadiens.

    Le premier ministre est-il d'accord avec la Cour suprême, ses députés d'arrière-ban et la grande majorité des Canadiens pour dire que le gouvernement n'a aucune crédibilité dans le dossier des soins de santé?

  +-(1450)  

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, le député a tout à fait tort. Nous avons reconnu le problème lors de la dernière campagne électorale. Nous avons affecté 41 milliards de dollars pour les 10 prochaines années. La cour n'a fait que confirmer quelque chose que nous avons reconnu l'année dernière.

    Le parti d'opposition veut démanteler notre système de soins de santé. Permettez-moi de citer un passage du budget des contribuables de 1995 du Parti réformiste, qui dit:

     Les activités du ministère de la Santé seraient éliminées graduellement à mesure que les provinces assument leur responsabilité relative aux soins de santé que leur confère la Constitution.

    Si un tel gouvernement arrivait au pouvoir, les soins de santé...

+-

    Le Président: Le député de Vaudreuil-Soulanges a la parole.

*   *   *

[Français]

+-L'immigration

+-

    Mme Meili Faille (Vaudreuil-Soulanges, BQ): Monsieur le Président, des membres de la société civile ainsi que des immigrants sans statut marchent vers Ottawa afin de sensibiliser le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration au besoin de régulariser une telle situation, afin que cessent les renvois et que soient abolis les certificats de sécurité. Le ministre aurait affirmé qu'il a déposé un programme de régularisation et qu'il obtiendrait prochainement l'accord du Cabinet.

    Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration entend-il rencontrer les marcheurs et se tenir à l'écoute de leurs revendications afin de favoriser une mise en oeuvre « complète et inclusive » du programme de régularisation?

+-

    L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, j'ai rencontré divers groupes représentant divers aspects de notre société. Je continue d'avoir des rencontres avec tous ceux et celles qui sont intéressés à s'intégrer dans ce très beau pays. Je poursuis également l'apport de modifications dans le système pour faire en sorte que notre système d'immigration soit le premier dans le monde.

+-

    Mme Meili Faille (Vaudreuil-Soulanges, BQ): Monsieur le Président, le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration pourrait-il profiter de cette occasion pour écouter également Amnistie internationale, le Conseil canadien pour les réfugiés, la Commission interaméricaine des droits de l'homme, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés qui, tous ensemble, ont indiqué que l'absence d'appel constitue un défaut fondamental dans le système canadien de reconnaissance du statut de réfugié?

+-

    L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, de toute évidence, j'écoute les interventions et j'agis après coup. On le constate par les changements et les modifications que j'ai déjà présentés cette année, en cette Chambre. Par exemple, on accepte beaucoup plus de parents et de grands-parents. On a mis en place un système qui permettra à des étudiants de travailler pendant leurs études, de même qu'un système qui permettra de régionaliser les bénéfices de l'immigration. On a...

+-

    Le Président: L'honorable député d'Okanagan—Coquihalla a la parole.

*   *   *

+-Les affaires étrangères

+-

    M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC): Monsieur le Président, une Québécoise a été kidnappée en Haïti. Elle a été torturée et libérée après rançon. Quand la famille a rapporté le fait au ministère des Affaires étrangères, on lui a dit de téléphoner à la police de Montréal. C'est bizarre. Dans presque tous les cas où un Canadien se fait capturer ou torturer, le gouvernement ne fait rien.

    Quand le gouvernement va-t-il protéger nos citoyens et citoyennes lorsqu'ils sont à l'étranger?

+-

    L'hon. Pierre Pettigrew (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, la famille a même remercié le gouvernement canadien et le ministère des Affaires étrangères de l'excellent travail que nous avons fait dans ce dossier.

    Évoquer sur la place publique une rançon, comme on vient de le faire, n'est pas particulièrement responsable. La famille nous a demandé précisément d'adopter l'attitude que nous adoptons.

    Nous prions les Canadiens de ne pas se rendre en Haïti à l'heure actuelle, sauf s'ils ont des raisons extrêmement importantes ou urgentes de s'y rendre. En effet, en ce moment, la situation y est précaire et difficile sur le plan de la sécurité.

    Nous ne commenterons pas sur un cas particulier, comme le souhaite la famille et comme notre sens du devoir l'exige.

[Traduction]

+-

    M. Stockwell Day (Okanagan—Coquihalla, PCC): Monsieur le Président, nous avons parlé à la personne qui a téléphoné et elle n'était pas très impressionnée. Ce fut la même chose lorsque Bill Sampson a été détenu pendant deux ans dans un pays étranger. Il a été torturé. Notre gouvernement n'a pratiquement rien fait. En fait, ce sont les Britanniques qui ont aidé cet homme à s'enfuir.

    Après avoir été capturée en Iran, Zahra Kazemi a été battue, torturée, violée et tuée. Comment notre gouvernement a-t-il réagi? Nous avons dépêché notre ambassadeur en vue normaliser les relations. Dans le cas qui nous occupe, une personne en état de panique téléphone après l'enlèvement d'un membre de sa famille et se fait dire de téléphoner à la police de Montréal.

    Quand le gouvernement va-t-il commencer à défendre les Canadiens et à faire quelque chose par rapport aux terroristes et...

  +-(1455)  

+-

    Le Président: Le ministre des Affaires étrangères a la parole.

+-

    L'hon. Pierre Pettigrew (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, j'assure aux députés que notre gouvernement ne relâche pas sa vigilance. Mon secrétaire parlementaire est très attentif à ces cas particuliers et il parcourt la planète pour aider les Canadiens et prêter main forte aux services consulaires. Les cas relevant des affaires consulaires canadiennes ont triplé, compte tenu de la situation mondiale.

    Je peux dire aux députés que nos ambassades, nos consulats et les services consulaires sont là pour aider les Canadiens. Toutefois, les Canadiens doivent agir de façon responsable; ils peuvent consulter notre site web pour obtenir des renseignements sur la situation dans le pays où ils comptent se rendre. Les gens doivent assumer des responsabilités. La planète n'est pas toujours comme nous voudrions qu'elle soit.

*   *   *

+-Les affaires autochtones

+-

    M. Roger Valley (Kenora, Lib.): Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre d'État au Nord canadien.

    Le 21 juin est la Journée nationale des Autochtones, un jour où nous rendons hommage aux contributions des premières nations, des Inuits et des Métis au développement du Canada. Je suis ravi d'exprimer mes meilleurs voeux aux millions de Canadiens qui célèbrent la Journée nationale des Autochtones.

    Pour souligner cette journée importante, la ministre d'État aurait-elle l'obligeance d'expliquer à la Chambre ce que le gouvernement a fait pour combler l'écart qui existe toujours et pour rehausser la qualité de vie des Autochtones, les premiers habitants du Canada?

+-

    L'hon. Ethel Blondin-Andrew (ministre d'État (Nord canadien), Lib.): Monsieur le Président, la Journée nationale des Autochtones est la journée de la reconnaissance des peuples autochtones du Canada, le jour où nous saluons leurs contributions au Canada, leurs cultures, leurs traditions et leur esprit en qualité de premiers habitants du pays.

    L'année qui vient de s'écouler a donné lieu à des réalisations considérables. Le mois dernier, le gouvernement du Canada a signé cinq accords avec des organisations nationales qui traduisent les relations renouvelées et renforcées avec les peuples des premières nations, avec les Inuits et les Métis, et qui veillent à garantir un partenariat intégral sur les questions les plus importantes pour les populations autochtones, comme la santé, l'éducation et le logement.

*   *   *

+-La Chine

+-

    Mme Helena Guergis (Simcoe—Grey, PCC): Monsieur le Président, la ministre continue de nier qu'elle donne de l'argent directement à la Chine, mais elle ne nie pas qu'elle lui en donne indirectement, par l'intermédiaire de ses partenaires. Lorsque je lui ai demandé en comité, aujourd'hui, pourquoi son site web énumère divers ministères du gouvernement chinois comme bénéficiaires de l'aide canadienne, la ministre a dit que ce n'était pas vrai. Elle a dit que nous pouvions lui faire confiance.

    Qui dit la vérité, la ministre ou son ministère?

+-

    L'hon. Aileen Carroll (ministre de la Coopération internationale, Lib.): Monsieur le Président, je croyais que, ce matin, nous avions enfin eu une discussion calme et raisonnable en comité. J'ai eu l'occasion d'expliquer ce que bilatéral veut dire, ce que de gouvernement à gouvernement veut dire, et d'expliquer en détail le fait que nos ONG font un travail remarquable pour assurer la primauté du droit, en défendant le concept de droits de la personne au nom du gouvernement

    J'ai dit à ce moment-là, et je vais le répéter, que le gouvernement et mon agence ne donnent pas un centime au gouvernement de la Chine.

[Français]

    Est-ce clair? La députée peut-elle comprendre cela?

*   *   *

[Traduction]

+-Le commissaire à l'information

+-

    M. David Tilson (Dufferin—Caledon, PCC): Monsieur le Président, le commissaire à l'information du Canada, M. John Reid, a déclaré aujourd'hui devant un comité qu'il a reçu, le 17 mars 2005, une lettre du ministre de la Justice l'informant que son mandat prendrait fin le 30 juin. Or, le 15 juin, ce même ministre a voté en faveur du cinquième rapport du comité permanent qui recommandait que le mandat du commissaire soit prolongé d'une année.

    À quoi cela rime-t-il?

    Des voix: Oh, oh!

+-

    Le Président: À l'ordre, s'il vous plaît. Le député de Dufferin—Caledon a posé une question. Je sais qu'il s'attend à une réponse, comme tous les autres députés. J'invite les députés à un peu d'ordre pendant que le Président du Conseil du Trésor donne sa réponse.

+-

    L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai dit la dernière fois que la question m'a été posée, nous examinons l'affaire. Une motion vient juste d'être adoptée. Nous allons réunir les documents nécessaires. Je vais m'entretenir avec le ministre de la Justice. À quoi cela rime-t-il?

*   *   *

[Français]

+-Les anciens combattants

+-

    M. Claude Bachand (Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, l'ancien ministre de la Défense nationale, Paul Hellyer, a affirmé qu'il avait été mal informé et même trompé par les militaires, à l'époque, et que les forces armées ne lui avaient pas dit toute la vérité sur l'utilisation, à la base de Gagetown dans les années 1960, de l'agent orange, un défoliant extrêmement nocif.

    L'actuel ministre de la Défense nationale entend-il agir et intervenir auprès des autorités militaires pour qu'elles lui transmettent toute l'information dont elles disposent? Surtout, comment entend-il s'assurer que ce qu'on lui dit est vrai?

  +-(1500)  

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai dit à la Chambre à plusieurs reprises, ces événements se sont passés il y a 45 ans. Nous faisons les efforts les plus fiables pour déterminer ce qui s'est passé.

    Ce matin, des experts ont comparu devant le comité pour que les membres du comité puissent leur poser des questions. Cette semaine, des gens iront à Gagetown, au Nouveau-Brunswick, pour informer le public, essayer de connaître tous les faits et savoir qui a été touché. Nous déterminerons ensuite quelle compensation peut être offerte à ceux et celles qui ont été affectés par ces mauvaises choses.

*   *   *

[Traduction]

+-Les techniques de reproduction

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, il y a environ un an, les parlementaires de la 37e législature ont adopté un projet de loi sur les techniques de reproduction qui visait, dans un premier temps, à interdire des choses comme le clonage humain et, dans un deuxième temps, à surveiller certaines activités comme les expériences sur des embryons humains. Avant que ces activités qui font l'objet d'une surveillance puissent être assujetties à la loi, il faut rédiger un règlement, le soumettre au Comité de la santé pour qu'il le commente, apporter les amendements nécessaires, puis procéder à la promulgation.

    Le ministre de la Santé peut-il nous dire quand le règlement nécessaire sera présenté afin que la loi limitant les expériences sur des embryons humains puisse entrer en vigueur?

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, le règlement à cet égard devra faire l'objet de consultations auprès de tous les Canadiens d'un océan à l'autre. Nous nous apprêtons à faire cela. Nous rédigerons un projet de règlement que nous soumettrons évidemment au comité par la suite.

    Le 9 mai dernier, j'ai annoncé l'emplacement de l'agence à Vancouver. Celle-ci sera opérationnelle au début de 2006, et le processus de recrutement des membres de son conseil d'administration est déjà en cours.

*   *   *

[Français]

+-Le Vietnam

+-

    L'hon. David Kilgour (Edmonton—Mill Woods—Beaumont, Ind.): Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.

    Le Canada a participé à l'apprentissage des juges au Vietnam, afin de l'aider dans sa réforme du processus juridique.

[Traduction]

    Le gouvernement du Vietnam continue d'arrêter et de condamner des personnes en raison de leurs croyances religieuses ou parce qu'elles expriment leurs points de vue d'une manière pacifique, au motif, entre autres, qu'elles sèment la discorde au sein de la population et qu'elles minent l'unité de l'État et du parti.

[Français]

    Ne serait-il pas temps de considérer d'autres options pour aider le Vietnam dans sa réforme judiciaire, afin de produire des résultats tangibles?

[Traduction]

+-

    L'hon. Aileen Carroll (ministre de la Coopération internationale, Lib.): Monsieur le Président, je sais à quel point le député tient à aider des pays tels que le Vietnam et à leur inculquer une meilleure compréhension des pratiques démocratiques. Nous avons d'excellents programmes en place au Vietnam. Certains ont trait à la formation des juges. Par ailleurs, nos ONG à vocation juridique sont en train de créer des structures juridiques. Je pense que le travail entrepris au Vietnam par l'ACDI, qui est l'un de nos partenaires en matière de développement, est en train de donner à ce pays l'orientation souhaitée par le député.

*   *   *

+-Recours au Règlement

+-La motion no 17 du gouvernement

[Recours au Règlement]
+-

    M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC): Monsieur le Président, j'invoque le Règlement au sujet de la motion no 17 du gouvernement dont avis a été donné hier et qui était frappée d'embargo.

    Comme l'heure de tombée pour le dépôt des motions est 18 heures, je soutiens que l'embargo dont une motion est frappée ne peut aller au-delà de cette heure. Je n'ai pu consulter la motion qu'à 0 h 25 aujourd'hui. Je soutiens donc que cette motion ne peut être mise à l'étude avant le jeudi 23 pour deux raisons.

    D'abord, j'aurais dû pouvoir prendre connaissance de la motion à 18 heures hier soir. Comme je n'ai pu le faire, le délai doit être repoussé d'une journée.

    Deuxièmement, l'avis n'a pu être consulté qu'après minuit, le lundi 20 juin.

    Par conséquent, je soutiens qu'on ne pourrait mettre la motion no 17 à l'étude qu'à 0 h 25, jeudi.

  +-(1505)  

+-

    L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, je dois dire que j'ai respecté toutes les exigences relatives au dépôt de la motion. L'avis a été présenté de la façon normale. La motion est publiée au Feuilleton aujourd'hui, et il est possible de la mettre à l'étude mercredi.

    Je comprends que le député d'en face ne veut pas débattre la motion et ne veut pas continuer à siéger pour étudier les mesures dont la Chambre est saisie. C'est pourquoi il invoque le Règlement. Toutefois, je soutiens que je me suis conformé à toutes les exigences pour la présentation des avis.

    J'espère que vous en tiendrez compte, monsieur le Président, lorsque vous déciderez si le rappel au Règlement est fondé.

+-

    Le Président: La présidence examinera la question soulevée par le député de Prince George—Peace River. Je dois dire que nous ne sommes pas habitués à ces séances prolongées à la fin du mois de juin. Il n'y en a pas eu depuis des années. L'an dernier, comme les députés s'en souviendront, nous n'avons pas siégé au mois de juin et, l'année d'avant, il n'y a pas eu de séances prolongées, à ma connaissance. C'est donc un sujet que je ne connais pas aussi bien que je le voudrais, sinon je pourrais improviser sur-le-champ une réponse au député de Prince George—Peace River.

    Je pourrais peut-être le faire quand même, mais je dois présenter au député des arguments convaincants. Je sais que je dois convaincre tous les députés, mais plus particulièrement ce député parce que c'est lui qui a soulevé la question. C'est pourquoi je vais examiner la question et faire connaître ma décision à la Chambre un peu plus tard cet après-midi parce que je ne voudrais pas qu'il soit insatisfait si la motion était appelée demain à l'ordre du jour pour une raison quelconque et qu'il estime qu'elle ne puisse être appelée avant 0 h 25 jeudi. Je vais donc étudier la question et voir ce que je peux faire.

*   *   *

+-Dépôt de documents

+-

    Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC): Monsieur le Président, je voudrais demander le consentement unanime de la Chambre pour déposer une lettre datée du 21 mai 2002 de l'ancien ambassadeur canadien, Michael Kergin, à Mark Grossman, sous-secrétaire du département d'État des États-Unis, dans laquelle il affirme que ce gouvernement a refusé un renvoi commun.

+-

    Le Président: La députée de Kildonan--St. Paul a-t-elle le consentement unanime pour déposer cette lettre?

    Des voix: D'accord.

*   *   *

+-La question de privilège soulevée par la députée d'Ahuntsic

+-

    M. Rob Anders (Calgary-Ouest, PCC): Hier, la députée libérale d'Ahuntsic a pris la parole à la Chambre pour parler d'un discours que j'ai fait au sujet des modifications à la Loi électorale. Je voudrais lire ce que j'ai dit exactement de sorte qu'elle comprenne très bien. La première phrase de mon intervention était la suivante:

    Dans son dernier discours le député a déclaré que des présidents en postes d'associations de comté libérales ont été nommés directeurs de scrutin.

    J'ai ensuite déclaré:

    Il a cité en exemple la circonscription d'Ahuntsic. Le président de l'association de comté libérale de cette circonscription a été directeur du scrutin.

    La phrase suivante est celle-ci:

    Si cela n'est pas un étrange conflit d'intérêts, je ne sais pas ce que c'est.

    La première phrase, qui est ce que le député bloquiste a dit au sujet de la nomination de présidents d'associations de comté libérales, est vraie.

    La citation suivante, où le député a expressément mentionné la circonscription d'Ahuntsic, où le directeur du scrutin était président de l'association de comté libérale, est aussi vraie.

    Quant à la phrase suivante, où je dis que c'est un étrange conflit d'intérêts, il y a là matière à débat.

    Je crois que la question soulevée par la députée portait sur le fait que la personne nommée était un ancien président. Dans la deuxième citation, c'est ce que j'ai dit. La députée s'indigne parce que cette personne n'était pas le président en poste.

    Monsieur le Président, si vous lisez le compte rendu, vous verrez que c'est un sujet de débat.

  +-(1510)  

+-

    L'hon. Eleni Bakopanos (secrétaire parlementaire du ministre du Développement social (économie sociale), Lib.): Monsieur le Président, le député devrait prendre le temps de lire ce que j'ai lu hier.

    Je répéterai donc ce que j'ai dit hier parce que le député pourrait être intéressé par mes paroles. Il fait de la diffamation. Salir des réputations à la Chambre des communes est un sport très prisé du Parti conservateur, qui ne s'embarrasse pas de rechercher la vérité.

    C'est un autre exemple du genre de fange où le député de Calgary-Ouest se complaît. En fait, il n'a pas dit ce qu'il a lu. Il n'a pas la courtoisie du député bloquiste, qui a retiré ses paroles. Il n'a aucun respect pour la Chambre et pour les Canadiens.

+-

    Le Président: La présidence examinera ce que les deux députés ont dit, mais je dois souligner que j'ai l'impression que nous entrons ici dans un débat. J'examinerai donc les documents que les députés ont mentionnés ainsi que les arguments qui ont été présentés par la députée d'Ahuntsic et, au besoin, je ferai part de ma décision à la Chambre. Cependant, je dois dire que je crois qu'il s'agit d'une question de débat et il est probablement préférable que nous passions à autre chose.

*   *   *

+-Demande d'un débat d'urgence

+-Décision de la présidence

[Décision de la présidence]
+-

    Le Président: Ce matin, la députée de Kildonan—St. Paul a demandé la tenue d'un débat d'urgence, conformément à l'article 52 du Règlement, afin que la Chambre discute de l'intention du Dakota du Nord d'ouvrir le canal de détournement du lac Devils. J'ai étudié la demande de la députée et décidé d'y accéder.

    La difficulté qu'a actuellement la présidence concerne le libellé du Règlement à cet égard, car il n'explique pas la marche à suivre lorsque nous siégeons jusqu'à minuit.


+-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Traduction]

+-Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements

    La Chambre reprend l'étude du projet de loi C-48, Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements, dont le comité a fait rapport avec des propositions d'amendement; ainsi que du groupe de motions no 1.

+-

    L'hon. Karen Redman (Kitchener-Centre, Lib.): Monsieur le Président, des discussions ont eu lieu entre tous les partis concernant l'étape du rapport du projet de loi C-48 et je crois qu'il y a consentement pour présenter la motion suivante. Je propose:

    Que, nonobstant tout article du Règlement ou pratique habituelle, à 19 heures, le mardi 21 juin 2005, toutes questions nécessaires pour disposer de l'étape du rapport du projet de loi C-48, Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements, soient réputées mises aux voix, le vote par appel nominal réputé demandé et que ces votes soient décidés immédiatement sans être reportés; et

si le débat se termine avant 19 heures aujourd'hui, que toutes questions nécessaires pour disposer de l'étape du rapport du projet de loi C-48 soient réputées mises aux voix, le vote par appel nominal réputé demandé et reporté à 19 heures aujourd'hui.

+-

    Le Président: Le whip en chef du gouvernement a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour présenter la motion?

    Des voix: D'accord.

+-

    M. Jay Hill: Monsieur le Président, je veux juste donner un éclaircissement. Nous sommes certes d'accord avec le gouvernement. Le whip du gouvernement a tout à fait raison de dire que des discussions ont eu lieu, je crois, entre tous les partis à cet égard.

    Monsieur le Président, dans ce cas, avez-vous l'intention de faire suivre immédiatement le vote par le débat d'urgence, qui aurait lieu entre 19 h 30 et 23 h 30 environ?

+-

    Le Président: Si c'est ce que souhaite la Chambre, cela rendrait certainement la chose possible puisque, si nous considérons que la Chambre arrive à ce moment-là à l'heure de son ajournement, le débat d'urgence se poursuivrait jusqu'à minuit, ce que prévoit le Règlement.

    Si cette motion est acceptable, je serais très heureux que le débat d'urgence ait lieu à ce moment-là plutôt qu'après minuit, ce qui serait très peu pratique à mon avis.

    Voici comment je vois les choses. Il est convenu que, si cette motion est agréée, le débat d'urgence commencerait après les votes et durerait jusqu'à minuit comme le prévoit le Règlement. D'accord?

    Des voix: D'accord.

    Le Président: Le whip en chef du gouvernement a-t-il le consentement unanime pour mettre la motion aux voix selon l'entente que j'ai décrite?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

  +-(1515)  

+-

    M. Richard Harris (Cariboo—Prince George, PCC): Monsieur le Président, je sais que tous les Canadiens à l'écoute attendent avec impatience les cinq prochaines minutes.

    Il y a environ trois ans, dans un discours que je prononçais à la Chambre, j'ai déclaré que le gouvernement libéral passerait à l'histoire comme le plus corrompu de toute la politique canadienne. Je ne me rendais pas compte à quel point ma déclaration était prophétique.

    Nous avons constaté la corruption dans le scandale des commandites, dans la rétribution d'amis libéraux et dans les versements aux caisses de partis pour les frais de campagne. Nous avons vu des ententes avec les socialistes du NPD qui occupent le coin de la Chambre pour permettre aux libéraux, en dépit de leur réputation de corruption, de mauvaise gestion et d'inconséquence dans la dépense, de maintenir à flot le Titanic de la politique qu'ils représentent.

    Aujourd'hui, nous avons entendu ce qu'avaient à dire la députée d'Ahuntsic et notre député de Calgary-Ouest. Un député du Bloc a accusé le gouvernement libéral d'avoir nommé un ancien président libéral comme directeur de scrutin dans la circonscription d'Ahuntsic aux dernières élections.

    On se demande bien ce que les libéraux vont encore faire pour prouver à la population canadienne qu'ils vont passer à l'histoire comme le gouvernement le plus corrompu de toute la politique canadienne.

    Dans le projet de loi C-48 issu de l'entente conclue par le NPD, par l'intermédiaire de Buzz Hargrove, on promet de verser 4,5 milliards de dollars en sus de ce que prévoit le projet de loi C-43, que nous étions prêts à appuyer à trois ou quatre égards. Mais, comme tant de budgets libéraux précédents, celui-ci ne contient qu'un vague plan de dépenses, sans véritable information concrète sur la façon dont les libéraux comptent dépenser cet argent.

    Je ne sais pas comment le NPD a pu accepter des promesses aussi vagues de la part du gouvernement libéral, surtout quand un si grand nombre de députés néo-démocrates qui siègent ici depuis 12 ans ont vu les libéraux manquer à une promesse après l'autre depuis 1993 et leur fameux livre rouge. Cela a été le début des promesses non tenues, que le NPD n'a eu de cesse de reprocher au gouvernement libéral. Les libéraux promettent maintenant d'affecter 4,5 milliards de dollars à des dépenses dans des secteurs qui tiennent à coeur aux néo-démocrates, si ces derniers les appuient et leur permettent de se maintenir au pouvoir. Je suis certain qu'ils savent que les mesures prévues n'entreront pas en vigueur avant l'an prochain.

    Il faudrait que je sois vraiment très mal pris pour croire ce que promet le gouvernement libéral au sujet d'argent qui pourrait être versé dans le courant de l'année prochaine, compte tenu de sa mauvaise habitude de ne pas tenir ses promesses, comme le NPD le sait. On a vu toute la série de promesses non tenues.

    Je voudrais énumérer en terminant des promesses que les libéraux ont prouvé, je crois, qu'ils sont capables de tenir. Il y en a dix sur ma liste, que j'ai intitulée « Liste des 10 promesses que les libéraux sont le plus susceptibles de tenir ».

    Promesse numéro 1: maintenir la corruption, les pots-de-vin et l'argent versé aux petits amis et aux campagnes électorales.

  +-(1520)  

    Promesse numéro 2: maintenir les taux élevés d'imposition et les mauvaises pratiques de gestion.

    Promesse numéro 3: continuer de dépenser de façon irresponsable sans planification.

    Promesse numéro 4: continuer de défendre le mariage entre conjoints de même sexe, malgré le fait qu'une vaste majorité de Canadiens ne veut pas de mesure législative de cet ordre.

    Promesse numéro 5: maintenir les échappatoires dans les lois concernant la pornographie juvénile qui permettent aux pervers et aux pédophiles d'avoir en leur possession certains types d'articles de pornographie juvénile à des fins, comme le disent les libéraux, artistiques.

    Promesse numéro 6: continuer de faire de la discrimination contre les familles où un seul parent travaille.

    Promesse numéro 7: continuer d'imposer des peines ridicules aux criminels violents de notre société et de leur accorder des peines avec sursis.

    Promesse numéro 8: continuer de s'opposer à porter de 14 à 16 ans la hausse de l'âge requis pour consentir à un acte sexuel. Ils ont prouvé qu'ils ne bougeraient pas sur ce point.

    Promesse numéro 9: continuer de verser des millions de dollars dans le programme inutile d'enregistrement des armes à feu. Ils ont dit clairement qu'ils continueraient de le faire.

    Promesse numéro 10: garder les bateaux du premier ministre à la Barbade, ce paradis fiscal qu'il a lui-même aidé à créer.

    Mon BlackBerry vient de sonner; je l'avais réglé pour qu'il détecte la corruption. Je crois que nous ferions mieux d'envoyer quelqu'un vérifier ce que fait le gouvernement en ce moment.

+-

    L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.): Monsieur le Président, le député est expérimenté. Il sait sûrement que nous n'avons pas le droit d'utiliser des accessoires à la Chambre. Je suis certain qu'il va s'excuser lorsqu'il prendra la parole pour répondre.

    Je vais récapituler, pour ceux qui n'étaient pas ici hier. On s'en souviendra, hier matin, les conservateurs se sont mis dans l'embarras parce qu'il n'y avait personne qui soit capable de discuter du projet de loi. Dans l'après-midi, un député a fait un excellent exposé sur les logements abordables. Les autres députés, eux, ont repris le discours préparé par leurs recherchistes, utilisant les mêmes mots et les mêmes phrases. On dirait bien qu'ils s'apprêtent à prendre la même tangente aujourd'hui en évitant de parler du projet de loi.

    Le député a mentionné 10 thèmes sans aucun lien avec le projet de loi. Peut-être qu'il pourrait faire des observations sur les éléments du projet de loi. Je sais que c'est très difficile. J'éprouve de la sympathie pour les députés d'en face. Leur parti est le seul à la Chambre qui pourrait s'opposer aux transports en commun; à un air de qualité pour les Canadiens; ou à une aide étrangère pour les gens nécessiteux dans d'autres pays. C'est le seul qui pourrait s'opposer au fait d'aider les enfants qui ne mangent même pas un repas par jour; ou au fait d'offrir des logements abordables pour que tous les Canadiens aient la chance d'avoir une habitation pour y vivre avec leur famille; ou encore à l'éducation postsecondaire, notamment pour les Autochtones qui n'ont peut-être pas eu l'occasion d'y accéder.

    Le député peut-il commenter l'un ou l'autre des quatre éléments du projet de loi?

+-

    M. Richard Harris: Monsieur le Président, les trois ou quatre secteurs de dépenses qui figurent dans le projet de loi C-48, à la suite de l'entente conclue dans une chambre d'hôtel avec Buzz Hargrove et le NPD, peuvent avoir un certain mérite en soi, mais la mesure législative ne prévoit aucun engagement précis et ne donne aucun détail quant à la destination des fonds.

    Le gouvernement et le député de Yukon demandent essentiellement à la Chambre de donner aux ministres un chèque en blanc de 4,5 milliards de dollars pour élaborer certains programmes en fonction du goût du jour. Or, ce n'est pas ainsi qu'on procède. S'ils estiment ces programmes si importants, ils auraient alors dû les inclure dans le budget initial. Lorsque le ministre des Finances a préparé le budget 2005-2006, qui est devenu le projet de loi C-43, ces éléments auraient dû y figurer et être justifiés de façon à préciser comment les fonds seraient dépensés et les résultats escomptés. Au lieu d'essayer de faire adopter à toute vapeur le projet de loi C-48 qui découle d'une entente rédigée au dos d'une serviette de table avec des gens qui ne sont même pas des politiciens, le gouvernement aurait pu renvoyer le projet de loi au comité pour qu'il soit débattu et amendé. L'entente conclue avec le NPD visait à aider les libéraux à maintenir à flot un gouvernement sur le point de couler.

    Selon la procédure, les dépenses soumises à la Chambre doivent être accompagnées d'un plan précisant comment les fonds seront dépensés et comment on en rendra compte. Or, un tel plan ne figure pas dans le projet de loi C-48. Le Parti conservateur n'appuiera jamais une mesure législative comme celle-ci à la Chambre. C'est une mesure absolument irresponsable. Le Parti conservateur n'est pas irresponsable. Au contraire, il est responsable et c'est ce qu'il montrera lorsqu'il formera le gouvernement après les prochaines élections.

  +-(1525)  

+-

    Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD): Monsieur le Président, les conservateurs affirment avec insistance que le projet de loi C-48 est incomplet. Ils soutiennent que le projet de loi ne précise pas comment l'argent sera dépensé. Si les conservateurs étaient honnêtes et francs avec les Canadiens, ils leur diraient la vérité. L'approche utilisée dans le projet de loi C-48 est la même approche appliquée dans tous les budgets. On indique de façon générale où l'argent sera affecté, mais on n'entre pas dans les détails.

    Les conservateurs devraient, pour une fois, être honnêtes avec les Canadiens.

+-

    M. Richard Harris: Monsieur le Président, j'implore les libéraux d'être transparents avec les Canadiens, de rendre compte aux Canadiens et d'être honnêtes avec les Canadiens lorsqu'ils établissent des projets de dépense sous forme de loi. Le projet de loi C-48 ne contient rien à cet égard. Le Parti conservateur n'appuiera jamais ce projet de loi et moi non plus.

*   *   *

+-Les travaux de la Chambre

+-

    L'hon. Karen Redman: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Il y a eu des consultations entre les partis au sujet des délibérations de ce soir conformément aux dispositions de l'article 52 du Règlement et vous constaterez que la Chambre donnerait son consentement unanime à l’égard de la motion suivante:

    Que durant les délibérations d'aujourd'hui, conformément aux dispositions de l'article 52 du Règlement, la présidence ne reçoive ni demandes de vérification du quorum, ni motions dilatoires ni demandes de consentement unanime.

+-

    Le Président: Le whip en chef du gouvernement a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour proposer la motion?

    Des voix: D'accord.

    Le Président: La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

*   *   *

+-Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements

    La Chambre reprend l'étude du projet de loi C-48, Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements, dont le comité a fait rapport avec des propositions d'amendement, ainsi que du groupe de motions no 1.

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, je ne prendrai qu'une minute pour parler du projet de loi C-48.

    Contrairement à ce que l'opposition a prétendu, ce projet de loi n'est pas le budget. En effet, le budget lui-même est un document dont il est donné lecture à la Chambre et qui est déposé en vertu d'une motion de voies et moyens. Nous sommes ensuite saisis d'une liste de projets de loi complémentaires pour la mise en oeuvre des orientations générales du budget.

    Le premier, le principal projet de loi d'exécution du budget, c'est le projet de loi C-43. Il a été adopté et renvoyé à l'autre endroit. Nous sommes actuellement saisis du deuxième projet de loi, qui est complémentaire et fait suite à l'entente intervenue entre deux partis, et qui, à mon avis, améliore le document qui existait déjà. Il prévoit des avantages supplémentaires pour les Canadiens.

    Ce projet de loi n'est pas une nouvelle version du budget, ni un nouveau budget. Affirmer cela n'a tout simplement aucun sens. Si nous avions fait tout ce qu'ont décrit les conservateurs d'en face, et que nous avions apporté tous les changements qu'ils disent à l'ensemble du budget, nous ne nous serions pas contentés d'y affecter une si petite fraction du budget total.

    Il faut remettre les pendules à l'heure, car les discours qu'on entend aujourd'hui ne reposent pas beaucoup sur les faits. C'est surtout parce que trop de conservateurs et trop peu de libéraux ont pris la parole. Il y a donc une pénurie de faits concrets. Vraiment, les conservateurs occupent une trop grande place en ce moment.

    Permettez-moi d'ajouter au débat quelques éléments susceptibles d'aider la Chambre, de convaincre — espérons-le — les conservateurs qu'ils sont dans l'erreur et peut-être même de les amener à voter en faveur du projet de loi C-48.

    Une voix: Oh, oh!

    L'hon. Don Boudria: J'entends la députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke chahuter. J'étais en train de rédiger mes mémoires et je me suis rappelé le jour où je suis allé faire une annonce à Haley Station, dans sa circonscription. Le soir précédent, mes collaborateurs avaient fourni d'avance des informations à la députée. Au lieu de respecter la règle habituelle de confidentialité, elle a communiqué toute l'affaire aux médias en cherchant à obtenir quelques manchettes et même en prétendant avoir influencé le processus.

    Mais le meilleur reste à venir. Peu après l'annonce, nous sommes revenus à la Chambre des communes et sa compagne de pupitre, debout juste à côté d'elle, a entrepris de remettre en cause le programme même que la députée avait louangé dans sa circonscription quelques minutes auparavant, à savoir le Programme Partenariat Technologie. Cette députée allianciste, que l'on nommerait aujourd'hui conservatrice — ce qui revient au même —, dans l'enceinte des Communes, reprochait au premier ministre, premièrement, l'existence de ce programme et, deuxièmement, l'aide que celui-ci apportait à des sociétés comme Bombardier.

    Pendant ce temps, la députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke, qui avait l'air plutôt ridicule compte tenu de ce qu'elle venait tout juste de faire, était assise juste à côté de sa collègue qui, sans savoir, critiquait le programme que l'autre avait louangé et dont elle s'attribuait du mérite pour sa mise en oeuvre dans sa propre circonscription.

    Cette anecdote nous en dit long sur l'incohérence des conservateurs et sur le fait qu'ils peuvent se tromper au sujet de bons programmes libéraux. Dans ce cas — et il s'agit d'une rare exception — la députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke avait raison de faire l'éloge de ce programme. Elle avait tort de s'en attribuer le mérite, bien sûr, nous le savons tous, mais elle avait au moins raison sous ce rapport.

    Quoi qu'il en soit, revenons aux réalités financières et économiques du Canada. Il importe de remarquer que, sous l'administration libérale très compétente, nous avons connu huit excédents budgétaires consécutifs, qui nous ont permis de diminuer de 61 milliards de dollars la dette fédérale.

  +-(1530)  

    La Chambre aimerait sans doute savoir combien de fois le gouvernement conservateur qui nous a précédés a réussi à équilibrer le budget et à présenter un excédent. Que dire de zéro fois? Le gouvernement conservateur n'a jamais réussi à équilibrer le budget, pas même une seule fois. Inutile de dire qu'il n'a pas non plus réussi à rembourser les vieilles dettes. Plus de la moitié de la dette accumulée par notre pays est issue de la période allant de 1984 à 1993, alors que j'étais sur les banquettes de l'opposition et que j'observais le gouvernement conservateur de l'époque.

    Le Canada a été le seul pays du G7 à afficher un excédent en 2004. Vous le savez bien, monsieur le Président, vous qui êtes une personne indépendante et objective. Le Canada est le seul pays du G7 qui devrait encore avoir un excédent budgétaire en 2005-2006. Avec l'adoption des projets de loi C-43 et C-48, nous serons le seul pays du G7 à avoir un excédent budgétaire.

    Permettez-moi de rappeler à la Chambre ce que j'ai dit il y a quelques instants à propos des années des conservateurs. C'est la vérité pure et simple. Ils peuvent bien essayer de maquiller la réalité à leur avantage tant qu'ils veulent, mais cela ne change rien aux faits.

    Permettez-moi de présenter d'autres faits. Le ratio de la dette du pays par rapport à son produit intérieur brut est actuellement de 41 p. 100. Peu après notre arrivée au pouvoir, ce ratio avait atteint 68 p. 100. Il était à l'époque le deuxième ratio le plus élevé de tous les pays du G7, alors qu'il est maintenant le plus faible, grâce au gouvernement libéral actuel. Les députés d'en face n'étaient manifestement pas au courant de cela lorsqu'ils ont décidé de se prononcer contre le projet de loi C-48. Peut-être qu'en écoutant ces quelques éclaircissements, ils changeront d'avis.

  +-(1535)  

[Français]

    Qui plus est, il y a des diminutions d'impôts de 100 milliards de dollars pour les Canadiens et les Canadiennes. Les députés conservateurs n'en parlent pas, bien sûr.

    On pourrait parler des taxes corporatives, qui sont beaucoup plus avantageuses à bien des égards au Canada qu'elles ne le sont aux États-Unis d'Amérique, par exemple. La revue The Economist dit que le Canada est le deuxième pays du monde pour son environnement politique propice à l'investissement, derrière le Danemark et devant les États-Unis. C'est là une réalisation de notre gouvernement.

    Les députés d'en face n'en parlent pas. Il serait peut-être important qu'ils écoutent. Encore mieux, j'ai des statistiques susceptibles de faire changer d'idée toute personne raisonnable qui pourrait penser autrement. Cela exclut peut-être certains députés d'en face, puisque ceux-ci ne sont pas toujours raisonnables.

    Nous avons accru notre engagement dans les soins de santé. On en parle beaucoup. Nous avons offert 63 milliards de dollars en guise d'appui aux provinces en matière de santé entre 2000-2001 et 2007-2008. Nous avons augmenté les fonds pour le crédit d'impôts pour enfants. Nous avons amélioré le Régime de pensions du Canada en investissant les fonds et en établissant le cadre réglementaire qu'on connaît bien.

[Traduction]

    Nous avons investi. Tout à l'heure, un député conservateur parlait d'investissements. Il s'agit d'un député pour lequel j'ai beaucoup d'estime et qui s'y connaît habituellement dans le domaine de la recherche et dans les domaines connexes. Je suis désolé, mais j'oublie le nom de sa circonscription. Il a parlé du manque d'investissements dans la recherche et dans l'innovation.

    Je ne sais pas combien il lui faudrait, mais je tiens à lui dire que nous avons investi 13 milliards de dollars dans la recherche et l'innovation, ce qui a permis de faire des universités et des centres de recherche canadiens des chefs de file à l'échelle mondiale. L'un de ces centres est par exemple le synchrotron, que l'on trouve en Saskatchewan et que j'ai eu le plaisir de visiter pendant mes derniers jours à titre de ministre. Je constate que le temps passe trop vite, puisqu'il s'est déjà écoulé un an et demi depuis que j'ai occupé ce poste.

    Permettez-moi de conclure en parlant du chômage. L'économie canadienne a créé 35 000 emplois au cours du dernier mois seulement. Le taux de chômage est actuellement de 6,8 p. 100 au Canada, comparativement à 11,2 p. 100 lorsque nous avons pris le pouvoir. On trouve trois millions de Canadiens de plus au travail que lorsque nous avons été élus. Je prendrai ma retraite avant la prochaine campagne électorale, mais je garderai la fierté d'avoir vu trois millions de Canadiens joindre les rangs de la main-d'oeuvre active depuis que je suis passé des banquettes de l'opposition à celles du gouvernement.

+-

    M. Ed Komarnicki (Souris—Moose Mountain, PCC): Monsieur le Président, le ministre des Finances s'est exprimé à la Chambre lorsqu'il a parlé de son budget. Il a dit qu'il avait consulté un grand nombre de Canadiens et qu'il en était arrivé à un budget équilibré. En fait, lorsque le chef de l'opposition a demandé au ministre s'il serait disposé à apporter des changements au budget, celui-ci a répondu qu'il n'apporterait que des changements d'ordre technique et qu'il rejetterait tout changement de fond.

    Pourtant, lorsque le gouvernement a fait l'objet d'un vote de défiance, il a dépensé 4,6 milliards de dollars pour acheter l'appui des députés néo-démocrates, à la seule fin de rester au pouvoir. En outre, nous avons constaté que, d'un point de vue constitutionnel, lorsqu'une motion de défiance est présentée à la Chambre directement ou indirectement, le premier ministre a l'obligation de demander lui-même la tenue d'un vote de défiance. Or, pendant une semaine, même si, selon moi, il n'avait pas l'autorité constitutionnelle pour continuer à gouverner à la Chambre, le premier ministre s'est servi des leviers du pouvoir et du gouvernement pour acheter des votes supplémentaires, à la seule fin de rester au pouvoir.

    Le député a dit qu'il s'est rendu en Saskatchewan. Il aurait dû le faire plus récemment, alors que 49 ventes aux enchères ont eu lieu dans ma circonscription et 179 à l'échelle de la province. Les agriculteurs sont confrontés à la pire crise de leur existence. Ces hommes et ces femmes travaillent avec leurs fils et leurs filles afin d'essayer de sauver leurs fermes. Cette crise est la pire qu'ils aient connue.

    Pendant ce temps, le gouvernement d'en face dilapide 4,6 milliards de dollars. Il conclut une entente avec le NPD qui prévoit des dépenses de 4,6 milliards de dollars, mais qui ne renferme rien pour les agriculteurs de la Saskatchewan, alors que ceux-ci sont confrontés à la pire crise de leur existence. Pourquoi en est-il ainsi?

  +-(1540)  

+-

    L'hon. Don Boudria: Monsieur le Président, je compatis beaucoup au sort des agriculteurs, tant de ma circonscription que de celle du député.

    Je ne pense pas que le député était ici lors de la dernière législature, ou peut-être l'était-il, quand un certain nombre d'entre nous avons participé à la campagne Foin Ouest pour venir en aide aux gens d'une autre partie du pays. Le député se souviendra peut-être de ma participation à cette campagne. La fédération des municipalités de la Saskatchewan a reconnu mon travail dans ce dossier, ce que j'ai beaucoup apprécié.

    En ce qui concerne l'aide aux agriculteurs, le député sait très bien que, même si elle ne fait pas partie du document complémentaire, elle figure dans l'autre document. Le député le sait très bien.

    M. Ed Komarnicki: De petites unités...

    L'hon. Don Boudria: Monsieur le Président, il a posé une question et devrait écouter la réponse.

    Le député fait valoir — et ce n'est pas surprenant — que l'aide aux agriculteurs n'est pas suffisante. En ce qui concerne la question des vaches de réforme, les producteurs de boeuf de ma région et aussi les producteurs de lait estiment qu'il n'y a qu'une solution à long terme: la réouverture de la frontière canado-américaine. Nous savons tous que c'est le cas. Environ la moitié des bovins produits au Canada sont destinés à l'exportation.

    Le député m'a demandé de parler de la légitimité du gouvernement. Je pense qu'il a posé une question à propos du vote de défiance. Une motion de renvoi à un comité ne constitue pas un vote de défiance. Tout le monde le sait, y compris lui, j'ai l'impression.

+-

    M. Jim Gouk (Colombie-Britannique-Southern Interior, PCC): Monsieur le Président, j'ai entendu le député dire qu'il écrivait ses mémoires. Même si je suis en désaccord total sur les idées politiques du député, je reconnais qu'il aime le travail bien fait et qu'il ne ménage pas ses efforts dans son travail de député. Je voudrais faire trois observations sur ses propos d'aujourd'hui.

    D'abord, il a fait sans cesse allusion au Parti conservateur de Brian Mulroney et de ses prédécesseurs. Je voudrais lui rappeler que cette formation politique était le Parti progressiste-conservateur. À l'instar de l'Alliance canadienne et certainement du gouvernement actuel -- dont nous connaissons les travers --, tous les partis ont connu leur part de problèmes dans le passé. C'est pourquoi nous avons décidé de créer un nouveau parti en retenant le meilleur des deux formations, en adoptant une nouvelle politique et une plate-forme entièrement nouvelle. Il compare des pommes et des oranges.

    Ensuite, le Parti progressiste-conservateur dont il dit qu'il a lourdement endetté notre pays a été confronté aux taux d'intérêt internationaux, et pas seulement canadiens, les plus élevés que j'aie vus durant toute ma vie. Dans le monde, à cette époque-là, les taux d'intérêt n'avaient jamais été aussi élevés depuis ma naissance. Or, aujourd'hui, le gouvernement se vante de ses réalisations, mais il oublie de dire que les taux d'intérêt sont à leur plus faible niveau depuis plusieurs décennies.

    Enfin, je signale au député que c'est lorsqu'un certain Jean Chrétien était ministre des Finances d'un gouvernement libéral que la dette nationale a atteint, en dollars constants et pour une année donnée, un sommet historique au Canada.

+-

    L'hon. Don Boudria: Monsieur le Président, je remercie le député d'avoir soulevé certains de ces points. Il a parlé des taux d'intérêt élevés. J'aimerais lui rappeler que lorsque les taux d'intérêt étaient les plus élevés, à l'époque du président de droite Ronald Reagan, ils étaient plus élevés au Canada qu'aux États-Unis. Grâce à la saine gestion du gouvernement actuel, les taux d'intérêt sont égaux et parfois même moins élevés au Canada qu'ils le sont aux États-Unis.

    Le député m'a rappelé qu'il y avait une différence entre les progressistes-conservateurs et les conservateurs d'aujourd'hui et je tiens à m'excuser. Je ne voudrais pas que les députés d'en face croient que je veux les accuser d'être progressistes.

+-

    M. Bob Mills (Red Deer, PCC): Monsieur le Président, j'ai écouté le discours du député avec plaisir. J'aimerais lui donner quelques précisions sur d'autres faits puisqu'il en a mentionnés plusieurs. Je remonterai à il y a quelque 12 ou 14 ans, alors que les vrais problèmes que nous connaissons aujourd'hui ont commencé. Et je parle bien sûr de l'importante dette qui commençait à s'accumuler au pays.

    Je lui rappelle qu'en 1969, le Canada n'avait pas de dette. Sous la gouverne de MM. Trudeau et Chrétien, qui étaient alors respectivement premier ministre et ministre des Finances, la dette du pays a atteint les 18 milliards de dollars en deux ans. En 1984, elle était de 170 à 180 milliards de dollars. Puis, en 1993, elle avait atteint les 480 milliards de dollars et aujourd'hui, elle est de 530 milliards de dollars. Nous dépensons essentiellement 40 milliards de dollars par année en paiements d'intérêts.

    C'est ce qui nous préoccupait. C'est la raison pour laquelle nous sommes venus ici. Selon notre philosophie, les contribuables devraient pouvoir garder leur argent dans leurs poches et le dépenser avec moins d'interventions de la part du gouvernement et moins de bureaucratie. C'était dans cette optique que nous sommes venus ici.

    Nous y avons bien sûr trouvé un gouvernement qui n'a pas changé et qui a toujours l'habitude de dépenser l'argent des contribuables. Le projet de loi C-48, le budget Buzz Hargrove, est un exemple parfait de l'imprudence budgétaire de ce parti qui a consenti à verser 4,6 milliards de dollars pour acheter 19 votes dans une chambre d'hôtel de Toronto.

    Dans ma circonscription, il y a des aînés et des mères célibataires à faible revenu qui doivent payer leurs impôts. Il y a des agriculteurs qui doivent vendre leur grain au plus bas prix qu'ils n'ont jamais connu depuis nombre d'années. Il y a de jeunes agriculteurs qui perdent leur exploitation parce qu'ils n'arrivent plus à payer leur hypothèque à cause de la crise qui a frappé le secteur bovin. Imaginez un peu ce qu'ils pensent de ce budget rédigé sur une serviette de table, dans une chambre d'hôtel. De toute évidence, ce budget équivaut à un chèque en blanc.

    Je rappelle aux néo-démocrates et aux libéraux que c'est la formule idéale pour obtenir des commandites, pour en arriver au scandale des commandites, à la Shawinigate, au cafouillage de DRHC, au registre des armes à feu et aux neuf fondations où on a amassé des fonds qui ne font l'objet d'aucune reddition de comptes et d'aucune vérification. Voilà comment on obtient un chèque en blanc, précisément ce que nous propose cette mesure législative qui fournit peu de détails et ne prévoit pas de reddition de comptes. Il va sans dire que, de mon point de vue et de celui de mes électeurs, c'est une honte.

    Au chapitre de l'environnement, le projet de loi prévoit des crédits de 900 millions de dollars dont 800 millions de dollars pour le transport rapide. De toute évidence, nous estimons que c'est là un but valable. Nous aimerions cependant avoir davantage de détails. Nous aimerions savoir comment les fonds seront investis, comment le gouvernement rendra compte des dépenses et comment il veillera à ce que les fonds ne disparaissent pas entièrement dans le gouffre bureaucratique. Pour ce qui est des 100 millions de dollars réservés à l'environnement proprement dit, encore une fois, je suis persuadé que les libéraux trouveront le moyen de les utiliser sans plan d'affaires, sans vision et sans réelle planification à long terme.

    Qu'est-ce que le gouvernement a fait d'autre? Le dernier intervenant a dit à quel point les Canadiens sont fantastiques et comment ils sont des chefs de file dans nombre de secteurs. Permettez-moi de mentionner quelques exemples. J'espère que le député a un stylo en main pour prendre des notes à ce sujet. En ma qualité de porte-parole en matière d'environnement, j'estime qu'il m'incombe de faire part de certaines statistiques au député. Lui et moi siégeons ici depuis un bon moment déjà. Le député siège dans cette Chambre depuis beaucoup plus longtemps que moi, mais voici qui l'intéressera.

    Selon l'OCDE, sur 28 pays, nous nous retrouvons en 27e place en ce qui concerne les émissions de dioxyde de soufre par habitant. Pour ce qui est des émissions d'oxyde de diazote, nous arrivons 25e sur 28. Dans le cas des composés organiques volatiles, nous sommes 25e sur les 26 pays analysés. Le député comprend-il mieux pourquoi Toronto, Ottawa et d'autres grandes villes enregistrent un nombre record de jours de smog? S'il regarde ces statistiques, il verra que nous occupons le dernier ou l'avant-dernier rang du classement. Pour le monoxyde de carbone, nous sommes 26e sur 27. Pour les émissions de gaz à effet de serre, nous sommes 27e sur 29. Pour la consommation d'eau, nous sommes 28e sur 29.

  +-(1545)  

    Je m'efforcerai de ralentir un peu pour que le député puisse noter tout cela. Sur le plan de la consommation énergétique, le Canada est 27e sur 29. Pour l'efficacité énergétique, nous sommes 28e sur 29. Pour ce qui est du recyclage du verre et du papier, nous sommes 24e sur 27. Au chapitre de la production de déchets dangereux, nous sommes 24e sur 27. Dans le cas des déchets nucléaires et de leur entreposage, nous sommes 28e sur 28. En ce qui concerne la consommation d'ozone et de substances détruisant la couche d'ozone, nous occupons le 13e rang des 16 pays analysés. Pour l'utilisation d'engrais, nous sommes 25e sur 28. En ce qui a trait au volume de poisson pêché, en termes de kilogrammes par habitant, nous sommes 20e sur 28. Pour la consommation de produits forestiers en mètres cubes par habitant, nous arrivons 27e sur 29.

    Les députés peuvent voir que notre pays arrive en bas de la liste du classement environnemental. Je ne crois pas que le député veuille se vanter de ce genre de gérance. Il a manifestement choisi d'ignorer certaines de ces statistiques lorsqu'il parlait élogieusement de notre position.

    Je reviens encore une fois aux contribuables qui demandent: « Que se passe-t-il? Que fait le gouvernement? Comment peut-il présenter un budget de 4,6 milliards de dollars après en avoir déposé un de plus de 170 milliards de dollars? Comment peut-il faire cela? » C'est strictement de la politique. Les libéraux se livrent à des manoeuvres politiques.

    Les députés qui ont beaucoup voyagé le remarquent lorsqu'ils vont dans d'autres pays. Ils voient bien que notre influence s'amoindrit. Nous sommes incapables de maintenir le statut que nous avions, principalement à cause du manque de vision du gouvernement. Il ne sait pas où nous allons. Il n'a pas de plan, pas de détails. Le gouvernement ne sait pas où il s'en va.

    Le dernier intervenant affirme que notre pays est un cas de réussite. J'oserais dire que, d'un point de vue environnemental, c'est tout le contraire. En réalité, nous avons beaucoup de chemin à faire. Nous devrions envisager quelques options.

    Que feraient les conservateurs? Je me suis attardé quelques fois à la Chambre sur certaines des choses que nous ferions. Nous élaborerions un plan sur l'air pur afin de nous attaquer aux produits responsables de la pollution et du smog qui infectent nos villes et causent des problèmes de santé à un grand nombre de personnes âgées et de jeunes.

    Nous nous occuperions de l'eau. Nous dresserions la carte de nos aquifères et nous nous pencherions sur l'échange d'eau. Nous établirions des plans avec les provinces à ce sujet. Nous nous intéresserions aux questions transfrontalières. Nous nous occuperions du fleuve Saint-Laurent, du lac Devils, ainsi que de la vallée du Fraser et de la rivière Sumas, et nous aurions un plan. L'environnement exige une planification à long terme.

    Au chapitre des sols, nous nous attaquerions au problème des sites contaminés. Il y en a dans à peu près chaque ville, par exemple au coin d'une rue où se trouvait une station-service fermée depuis longtemps. La ville offre des services dans ces zones et mais ne perçoit pas de taxes. Si nous voulons vraiment aider les municipalités, aidons-les à trouver des solutions pour nettoyer les sites contaminés.

    Il faut aussi parler de conservation. Il faut protéger nos bassins hydrologiques. C'est très important, surtout compte tenu des inondations et de tout ce qui arrive de nos jours.

    Enfin, il faut prendre des mesures en matière d'énergie. Nous devons examiner comment protéger à long terme nos entreprises actuelles de combustibles fossiles, et comment concevoir des carburants de transition et des sources d'énergie de remplacement et s'engager dans tous ces domaines excitants qui s'offrent à nous.

    Par-dessus tout, il faut une vision. Il faut un plan. Le projet de loi C-48 ne repose sur aucun plan ni aucune orientation. Les électeurs de ma circonscription le trouvent tout à fait pitoyable.

  +-(1550)  

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, mon collègue m'a invité à prendre note de certains de ses propos. J'ai écouté avec plaisir l'intégralité de l'intervention, mais il y manquait certaines choses.

    Le député a parlé de l'environnement, sujet qui préoccupe beaucoup bon nombre d'entre nous. Il se souviendra sans doute que c'est son propre parti, peut-être sous sa direction — je ne me souviens pas s'il était porte-parole en matière d'environnement à l'époque —, qui s'est opposé si férocement à l'accord de Kyoto, en vertu duquel tous les pays doivent s'unir pour améliorer la qualité de l'environnement.

    Je vis en Ontario, sur la trajectoire du vent soufflant depuis la vallée de l'Ohio-Mississippi. Je sais ce que c'est que de vivre à proximité du smog. J'y ai vécu toute ma vie. La plus grande partie de ce smog est générée aux États-Unis, et plus particulièrement, en grande partie, dans les États de l'Ohio et du Michigan.

    En outre, il sait sans doute que sous la direction du premier ministre Mike Harris et de son successeur en Ontario, on n'a pas donné suite aux plans qui auraient probablement, aujourd'hui, permis la fermeture de la plus importante source de pollution en Amérique du Nord, la centrale au charbon de Nanticoke, sur les bords du lac Érié. Rien de tout cela ne s'est produit après les années d'un gouvernement conservateur en Ontario. Le gouvernement du Canada ne produit pas d'électricité à Nanticoke. C'est là la plus importante source de pollution.

    Deuxièmement, je n'ai jamais compris, et mes électeurs non plus, pourquoi le député s'opposait avec tant de virulence au Protocole de Kyoto permettant au Canada et à d'autres pays d'unir leurs forces, d'exercer des pressions sur les États-Unis et sur tout autre pays qui n'a pas adhéré à cet instrument, de sorte que nous puissions combattre ensemble la pollution qui existe dans l'hémisphère nord.

  +-(1555)  

+-

    M. Bob Mills: Monsieur le Président, la question du député me donne l'occasion d'expliquer à son intention et à l'intention des autres députés pourquoi le Protocole de Kyoto n'est qu'une chimère et pourquoi, en l'appuyant, nous n'arrivons à aucun des objectifs qui devraient être atteints, selon le député.

    Je me permets de lui rappeler que c'est le gouvernement libéral qui a décidé la semaine dernière de ne pas fermer les centrales électriques au charbon. J'aimerais lui expliquer le plus simplement possible que le Protocole de Kyoto concerne les gaz à effet de serre, c'est-à-dire surtout le CO2. Or, le CO2 n'est pas un polluant. Il n'entre pas dans la composition du smog. Le smog est formé de dioxyde de soufre, d'oxyde d'azote, de particules en suspension et d'ozone de surface. Voilà ce qu'est le smog. Si chaque pays ayant signé le Protocole de Kyoto respectait ce protocole, le problème du smog demeurerait entier parce qu'il ne fait pas l'objet du protocole.

    C'est la bureaucratie entourant l'application du Protocole de Kyoto qui est au coeur du problème, de même que la non-adhésion des États-Unis, de la Chine et de l'Inde à ce protocole.

    Je suis heureux que le député ait parlé du charbon parce que c'est un sujet intéressant. Que ferions-nous à ce sujet? Nous favoriserions la gazéification du charbon, une technique vieille de 60 ans qui est employée dans d'autres pays et que l'on s'efforce vraiment de favoriser aux États-Unis. Imaginez ce qui se produirait si nous mettions au point cette technique et devenions des chefs de file à l'échelle mondiale. Nous avons au Canada des réserves de charbon qui pourraient durer des centaines d'années. Les Américains, eux, en ont pour environ 1 500 ans. Imaginez-vous que nous gazéifions tout cela.

    Pensez aux possibilités qui s'offriraient à nous si nous mettions au point cette technique et si nous en faisions la promotion. Environ 81 p. 100 de l'électricité produite en Chine vient du charbon. La proportion est de 78 p. 100 en Inde, de 57 p. 100 aux États-Unis, de 25 p. 100 en Ontario et de 70 p. 100 en Alberta. Après avoir mis au point cette technique, il n'est pas difficile de s'imaginer combien il serait plus avantageux de la vendre partout dans le monde plutôt que d'envoyer de l'argent à d'autres pays pour qu'ils la mettent au point et nous fassent concurrence.

    Comment pourrait-on faire le choix insensé d'envoyer de l'argent à l'étranger alors que nous pourrions mettre au point une technique proprement canadienne et nous en servir? Voilà pourquoi nous nous opposons à l'application du Protocole de Kyoto. Nous n'atteindrons pas nos objectifs, ni du reste la plupart des autres pays signataires du Protocole de Kyoto.

  +-(1600)  

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, j'étais prête à poser une question que j'ai attendu toute la journée pour poser, mais je suis heureuse d'entrer dans le débat. J'espère que nous pourrons ensuite échanger des idées.

    Les propos du député de Red Deer, sur le fait que son parti aimerait voir de réelles percées technologiques dans le domaine du charbon épuré pour aider à lutter contre le problème des changements climatiques, m'ont beaucoup déçue.

    Quand l'ancien ministre des Finances et actuel premier ministre a décidé de réduire les dépenses publiques en général, son gouvernement libéral a fait la plus importante coupe des dépenses environnementales de l'histoire du Canada.

    Le Parti conservateur, ou plutôt, pour être honnête, le Parti réformiste avant qu'il ne devienne l'Alliance, est demeuré silencieux sur la décision du gouvernement de mettre fin à d'importants projets de recherche qui se déroulaient, à l'époque, dans les industries houillères du Cap-Breton. Le parti du député a gardé le silence sur les façons de développer les technologies du charbon épuré, d'orienter les recherches et de faire en sorte que nous puissions continuer d'utiliser le charbon de façon plus sûre et plus propre, tout en maintenant nos engagements environnementaux.

    Il y a un aspect du débat qui le rend difficile. C'est d'entendre la sempiternelle rengaine des conservateurs au sujet des péchés de commission et d'omission des libéraux. Depuis deux semaines, soit depuis la décision dévastatrice de la Cour suprême concernant les soins de santé, les députés conservateurs ne cessent de dire que notre système de soins de santé est en crise. Nous entendons dire que le système de soins de santé à deux vitesses se porte bien et gagne du terrain. C'est au gouvernement libéral que nous le devons en réalité et plus particulièrement à l'ancien ministre des Finances qui est devenu premier ministre.

    Cela est vrai en partie, mais il est également vrai que l'opposition officielle conservatrice a fait des pieds et des mains pour exiger des compressions des dépenses sociales. Lorsque nous avons entendu le ministre des Finances de l'époque se vanter que son gouvernement libéral avait réduit les dépenses sociales à leur plus bas niveau depuis la Seconde Guerre mondiale, l'opposition officielle conservatrice n'a pas fait jouer la force du nombre pour que le gouvernement cesse de nous faire dériver vers un système de soins de santé à deux vitesses. La raison en est que ce parti, non pas en parole mais dans les faits, est d'accord avec cette orientation.

    Le débat porte maintenant sur le projet de loi C-48. De nombreux députés ont reproché au NPD d'appuyer les libéraux corrompus. L'opposition conservatrice affirme ne pas pourvoir appuyer le projet de loi C-48 parce que ce serait appuyer ces libéraux corrompus.

    Si telle est la position de l'opposition officielle au sujet du projet de loi C-48, à savoir qu'il ne symbolise rien d'autre que l'appui du NPD aux libéraux corrompus, il faut tout de même se demander comment il se fait que les conservateurs, après avoir à peine pris connaissance du budget libéral avant les changements apportés par le projet de loi C-48 et, de fait, avant les ajouts qui en font un budget mieux équilibré et plus progressiste, avaient peine à s'empêcher de se ruer sur les microphones. Le chef conservateur s'est précipité pour donner son aval au budget devant les microphones. La raison en est que ce budget lui plaisait beaucoup. Ce budget comportait de très importantes réductions d'impôts. C'est l'explication qui a été donnée.

  +-(1605)  

    Les conservateurs n'ont-ils pas épaulé le gouvernement libéral corrompu quand ils ont dit qu'ils allaient adopter le budget? Pourquoi n'ont-ils pas considéré cela comme un vote de censure et pourquoi n'ont-ils pas trouvé qu'il serait quelque peu évasif et irresponsable de leur part de ne pas dire qu'ils étaient disposés à appuyer le budget?

    C'est un peu hypocrite. C'est un problème, parce qu'il est si facile de critiquer le budget des libéraux. J'aurais pensé que les conservateurs auraient eu plus de mal à défendre le projet de loi C-43 auprès de leurs électeurs que le meilleur budget équilibré que nous avons maintenant grâce au projet de loi C-48.

    J'aurais cru que le projet de loi C-43 aurait été beaucoup plus difficile à défendre dans les circonscriptions qui ont élu des conservateurs. Après les coupes massives que le gouvernement libéral a faites, particulièrement dans les domaines du logement à loyer modique, de l'éducation postsecondaire, de l'environnement, des transports en commun et de l'aide au développement à l'étranger, comment l'opposition officielle conservatrice peut-elle s'opposer au programme qui permettra de commencer à réinvestir des fonds dans ces initiatives fondamentales?

    Je garde toujours l'oreille ouverte pour comprendre pourquoi la teneur du projet de loi C-48 est à ce point inacceptable. La semaine dernière et encore une fois cette semaine, nous avons entendu les conservateurs dire — parce que ça les arrange, politiquement — que la responsabilité revient aux libéraux. C'est à cause du Parti libéral que notre système de soins de santé public à but non lucratif est en crise et en danger, et nous devons faire quelque chose.

    Comment l'opposition officielle peut-elle ne pas voir que c'est la même chose dans le domaine de l'éducation postsecondaire? Le gouvernement libéral a entraîné une crise dans notre système d'éducation postsecondaire à cause de ses coupes massives, imprudentes et unilatérales.

    Compte tenu du fait que les gouvernements devraient tenir leurs promesses, tous les députés conservateurs savent que le premier ministre, lors de la campagne électorale de 2004, s'est engagé à rétablir les quelque 8 milliards de dollars qui avaient été retirés du financement de base pour l'éducation postsecondaire. C'était un engagement concret envers un début de remboursement.

    Le budget plus équilibré du NPD est loin de rétablir le financement de base qui nous permettrait de procéder à la reconstruction. Sans l'injection des ressources que les néo-démocrates prévoient consacrer à l'enseignement postsecondaire, en vertu du projet de loi C-48, auquel s'opposeront ces conservateurs, nous n'atteindrons que le niveau de 1995 en matière de financement de base de l'enseignement postsecondaire.

    Dix ans plus tard, nous n'avons pas encore atteint notre objectif. De leur côté, les conservateurs ne peuvent même pas se résoudre à entreprendre le processus de reconstruction de l'infrastructure de l'enseignement postsecondaire, qui a été gravement érodée par l'augmentation fulgurante des frais de scolarité. Cette augmentation a été causée par le retrait massif des subventions fédérales et la diminution des bourses d'études basées sur les besoins des étudiants. Les occupants de ces banquettes ne semblent pas prêts à reconnaître qu'ils s'apprêtent à voter contre le rétablissement d'au moins 1,5 milliard de dollars de financement sur les 8 milliards de dollars qui avaient été supprimés.

  +-(1610)  

    C'est la même chose en ce qui concerne le logement abordable. J'ai entendu plusieurs discours ronflants sur la nécessité de faire en sorte que les gens aient accès à des logements abordables, pour que leurs familles puissent vivre dans le confort et la dignité, comme tous les Canadiens. Le député de Nova-Centre l'a dit, ainsi que certains autres.

    Il est bien connu que, de tous les pays du monde industrialisé, c'est le Canada qui disposait du meilleur programme de logement social. Le Canada était même cité comme modèle. Nous étions invités dans le monde entier pour partager notre expérience. Ce programme a été supprimé par le gouvernement Chrétien. Les députés conservateurs ne sont pas prêts à rétablir ne serait-ce que 1,6 milliard de dollars pour reconstruire l'infrastructure de logement abordable.

    Je suis impatiente de débattre le fond de ce budget néo-démocrate mieux équilibré que contient le projet de loi C-48.

+-

    M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC): Monsieur le Président, la députée de Halifax a parlé avec éloquence de toutes les merveilles imaginaires que ce budget est censé matérialiser.

    Lorsque j'ai lu ce court projet de loi, j'ai pensé à tous les tours de passe-passe que les libéraux ont joué au fil des ans. Ils disent une chose et en font une autre. En voici quelques exemples.

    Pendant de nombreuses années, il y a eu la dérive fiscale, une augmentation d'impôt de facto attribuable à l'inflation. Il s'agit d'une augmentation d'impôt englobée automatiquement dans le système. Lorsque le ministre des Finances et son secrétaire parlementaire ont mis fin à ces hausses d'impôt systématiques et continues après avoir essuyé pendant des années les critiques du Parti conservateur, ils ont prétendu que l'on accordait une diminution d'impôt. Il faut partir d'une logique tordue et pour le moins bizarre pour prétendre qu'une non-augmentation d'impôt est une diminution d'impôt. Cet exemple montre bien que nous ne savons pas toujours ce que nous réservent les mesures présentées par le gouvernement. Par exemple, une non-augmentation d'impôt devient une réduction d'impôt.

    En examinant le projet de loi, j'ai vite compris ce qu'il était: un tas de généralités vagues assorties d'aucune obligation de rendre compte. Il est question de 500 millions de dollars en aide étrangère, si je me rappelle bien. Connaissant la réputation du gouvernement et sa façon de définir les choses, j'ai cru qu'il pourrait s'agir de subventions à une entreprise liée au Parti libéral ou d'autres subventions qui ne concernent pas les enjeux véritables tels que des fonds pour des puits en Afrique, des programmes d'immunisation, etc.

    Au sein du Parti conservateur, nous ne sommes pas dupes des méthodes utilisées par les libéraux. Pourquoi le NPD a-t-il été assez naïf pour croire que les libéraux joindraient le geste à la parole? Comment le NPD peut-il savoir si, au bout du compte, les libéraux ne joueront pas un autre tour de passe-passe avec les livres, n'ajusteront pas les dépenses dans d'autres domaines et que cette mesure sera adoptée?

    La députée croit dur comme fer que la moindre dépense prévue dans le projet de loi permettra de renforcer la société. C'est très bien. Je ne suis pas nécessairement d'accord avec elle. Compte tenu du manque de crédibilité qui caractérise le gouvernement, la députée croit-elle sincèrement que celui-ci livrera la marchandise?

+-

    Mme Alexa McDonough: Monsieur le Président, les députés ne peuvent pas savoir à quel point je suis contente qu'on me pose cette question. C'est une excellente question. Si nous continuons dans cette voie, nous commencerons peut-être à parler du fond du projet de loi C-48.

    Je ne crois pas qu'on puisse faire confiance aux libéraux pour tenir leurs promesses. Ils nous l'ont prouvé à maintes reprises. Cependant, cela soulève la question de la responsabilité des députés de l'opposition qui siègent à la Chambre.

    Parfois, je me dis que le Parti conservateur a tellement soif de pouvoir qu'il n'a pas l'intention de profiter de sa position d'opposition officielle et qu'il ne veut pas comprendre que le rôle des députés est d'essayer de faire fonctionner le Parlement et le gouvernement. Pour assumer cette responsabilité que nous avons de faire fonctionner le gouvernement, nous devons user de notre privilège comme députés et venir ici tâcher de répondre aux besoins des Canadiens.

    Loin de moi l'idée de contester les décisions de la présidence, mais il me paraît évident que les députés de l'opposition n'ont aucun respect pour la règle de la pertinence et encore moins pour la cohérence. Nous discutons de quatre mesures précises qui portent sur le logement abordable, l'accès à l'éducation et à une meilleure formation, l'assainissement de l'air et les transports en commun, et enfin les engagements que nous devons commencer à respecter en matière d'aide au développement international, ce que le Parti conservateur a appuyé au comité, mais semble incapable d'accepter à la Chambre.

    Nous discutons des quatre mesures contenues dans le projet de loi C-48. De quoi ces députés parlent-ils depuis quelques heures? De dérive fiscale, de condamnations avec sursis, de prostitution, de pornographie, d'âge requis pour consentir à des relations sexuelles, de registres d'armes à feu et de paradis fiscaux. Je me demande si ces députés tiennent le moindrement à ce que le Parlement fasse son travail, à ce que ce gouvernement minoritaire fasse son travail.

    Je vais en revenir à la question qui a été soulevée. Est-ce que je fais confiance aux libéraux et est-ce que je crois qu'ils tiendront parole? Pas le moindrement. Je suis ici pour veiller à ce qu'ils tiennent parole. C'est ainsi que fonctionne la démocratie, c'est ainsi qu'un Parlement où le gouvernement est minoritaire peut faire son travail.

    Plus j'écoute les conservateurs parler de corruption, d'absence de responsabilisation et de promesses reniées, plus je me dis que les Canadiens doivent se demander ce que l'opposition officielle a fait. S'il y a eu tant de problèmes chez les libéraux, cela en dit long sur l'échec des conservateurs, qui n'ont pas su faire leur travail en exigeant des libéraux qu'ils tiennent parole, en exigeant qu'ils rendent des comptes sur les faits de corruption ou les pratiques condamnables.

  +-(1615)  

+-

    L'hon. Marlene Jennings (secrétaire parlementaire du premier ministre (Canada—États-Unis), Lib.): Monsieur le Président, les questions et observations qui viennent d'être formulées sont très intéressantes.

    C'est un honneur et un privilège pour moi de prendre la parole relativement au projet de loi C-48 qui, à mon avis, est une illustration concrète de l'engagement pris par le gouvernement libéral de continuer à investir dans les assises sociales du Canada, ainsi que de l'engagement pris par les libéraux de faire en sorte que ce gouvernement minoritaire fonctionne.

    Cette mesure montre clairement à tous les Canadiens que le gouvernement libéral, avec l'appui du NPD, a donné la priorité aux intérêts des gens ordinaires, plutôt qu'à la partisanerie, plutôt qu'aux intérêts politiques personnels...

    Une voix: Vous avez voulu sauver votre peau.

    L'hon. Marlene Jennings: Le député d'en face dit que nous avons voulu sauver notre peau. Cette mesure n'a rien d'une tentative visant à sauver notre peau.

    Elle vise plutôt à compléter le projet de loi C-43, le budget présenté par le gouvernement en février-mars, qui prévoyait déjà une augmentation des investissements dans les quatre secteurs que sont le logement abordable, l'enseignement postsecondaire, l'environnement et l'aide étrangère.

    Grâce à l'aide du NPD, qui a veillé à ce que l'on continue d'améliorer les assises sociales du Canada dans ces quatre secteurs fondamentaux, le projet de loi C-48 a vu le jour. L'accouchement n'a pas été difficile. La plupart des femmes qui ont donné naissance à un enfant diraient que cet accouchement a été relativement facile, parce que la mesure législative se fonde sur des valeurs chères au Parti libéral du Canada, au gouvernement libéral.

    Je veux aborder deux points précis, à savoir l'initiative en matière de logement abordable et son financement accru, et l'environnement.

    Pourquoi est-ce que je veux traiter de ces deux questions? Depuis la révision des limites des circonscriptions électorales, ma circonscription, Notre-Dame-de-Grâce—Lachine, inclut la ville de Dorval et certains des endroits au Québec qui comptent parmi les plus pauvres, où le taux de décrochage est particulièrement élevé, et où les besoins en logements sociaux et en logements abordables sont les plus grands.

    Je peux donner un exemple concret de mesure qui aide plusieurs centaines de familles de NDG, des familles qui n'auraient pas eu accès à des logements sociaux et abordables si le gouvernement n'avait pas réinvesti, ni réaffirmé sa foi, dans ce type de logements et dans l'Initiative pour les sans-abri. Je veux parler des logements Benny Farm pour anciens combattants.

    Bien des Canadiens d'un océan à l'autre connaissent bien les logements Benny Farm. Il s'agit de logements pour les anciens combattants qui ont été bâtis après la Seconde Guerre mondiale à l'intention des anciens combattants et de leur famille. Au fil des ans, de moins en moins d'anciens combattants ont vécu dans ces logements. Ces derniers appartenaient à la SCHL, qui se chargeait de leur administration, et ils ont commencé à se détériorer parce qu'on n'avait pas investi dans leur entretien et parce que les logements inoccupés étaient laissés à l'abandon.

    Dans les années 1980, la SCHL a lancé tout un projet. Elle a voulu obtenir un décret de zonage autorisant la démolition de tous les édifices et la construction d'immeubles en hauteur, cela, pour vendre les terrains à des promoteurs privés susceptibles d'y construire des condominiums et des appartements luxueux. Des citoyens de NDG et d'ailleurs à Montréal ont protesté et ont réussi à bloquer ce genre de projet de développement pendant plus de dix ans.

    Mon prédécesseur, qui a représenté la partie de cette circonscription constituée par NDG, l'honorable Warren Allmand, a fait partie de ce regroupement de citoyens qui voulait amener le gouvernement fédéral à s'intéresser de nouveau au projet de logements abordables et sociaux, pour faire en sorte que les Montréalais aient un lieu où ils puissent vivre, travailler et élever leur famille et pour empêcher la démolition des immeubles en question.

  +-(1620)  

    Après avoir été élue pour la première fois, en 1997, c'est l'une des premières questions auxquelles je me suis attaquée. Je me suis mêlée aux activistes communautaires et aux représentants des citoyens ordinaires de Notre-Dame-de-Grâce dans le but de convaincre le gouvernement de transférer, de vendre la propriété à la Société immobilière du Canada et de lancer une initiative en faveur des sans-abri et une autre en faveur du logement abordable. Dieu merci, en 2000, le gouvernement s'est engagé dans cette voie et a commencé à investir dans ces initiatives.

    Résultat: aujourd'hui ces immeubles sont en cours de rénovation. Certains sont déjà prêts. Ils ont été achetés par des coopératives d'habitation et par des organisations qui oeuvrent auprès de jeunes femmes célibataires ou monoparentales qui fréquentent l'école et qui doivent prendre soin de leurs enfants; ces organisations leur procurent un logement. Des familles vivent aux côtés d'anciens combattants et de leurs parents ou de leurs survivants qui, eux, habitent les nouveaux immeubles qui ont été construits.

    Le projet Benny Farm, devenu un modèle de prise en charge de la question du logement par les citoyens, n'aurait pas vu le jour si le gouvernement n'avait pas pris un engagement en ce sens auprès des Canadiens.

    Je remercie le Nouveau Parti démocratique de s'intéresser d'aussi près au logement; cela nous a aidés à poursuivre notre engagement dans le domaine du logement abordable, notamment en faveur des sans-abri. Cette initiative a notamment permis de veiller à ce que des Canadiens ordinaires ne vivent pas dans la rue et disposent de solutions réelles et durables, en particulier ceux qui souffrent de troubles mentaux.

    Je peux donner un autre exemple, celui d'une organisation, cette fois à Lachine, qui a entrepris en 1997-1998 de s'occuper de résidants souffrant de troubles mentaux. L'un des principaux problèmes que nous pose cette partie de notre population, c'est qu'elle est parfois hospitalisée pour des traitements pendant de longues périodes. Lorsque ces personnes sortent de l'hôpital, elles n'ont plus de logement et elles aboutissent dans la rue.

    Grâce au ministre du Travail et du Logement, anciennement ministre responsable du Logement et des Sans-abri, une initiative a été lancée. On érige actuellement à Lachine un immeuble de 24 logements afin que les résidants de ce quartier qui souffrent de troubles mentaux et qui n'ont plus de logement pour cette raison en aient un. Des services sociaux seront offerts sur place pour les aider à continuer de prendre une part active et valable à la vie ordinaire et à la société de cette localité.

    L'investissement supplémentaire que prévoit le projet de loi C-48 au chapitre du logement est extrêmement important. Il répond à une attente des Canadiens ordinaires et des Québécois.

    Le dernier point que je veux aborder est la question de l'environnement. Je suis ravie que le gouvernement ait ratifié le Protocole de Kyoto et rendu public son Plan vert, son plan d'action pour la mise en oeuvre du Protocole de Kyoto, et que les projets de loi C-43 et C-48 allouent des milliards de dollars qui nous permettront de respecter nos engagements en vertu du Protocole de Kyoto, dont l'investissement dans des sources d'énergie renouvelables telles que l'énergie éolienne.

    Je remercie les députés qui sont venus ici pour écouter. Je ne remercie pas ceux qui ont chahuté, mais je remercie ceux qui ont écouté attentivement.

  +-(1625)  

    Je tiens à remercier tous les députés libéraux et néo-démocrates de ce côté-ci de la Chambre d'appuyer le projet de loi C-48. Je mets en garde les bloquistes, qui comptent s'opposer au projet de loi, à moins qu'ils ne changent d'idée, car celui-ci comporte des mesures bénéfiques pour les Québécois. Quiconque prétend avoir à coeur les intérêts du Québec et des Québécois accordera son appui au projet de loi C-48.

+-

    M. Colin Carrie (Oshawa, PCC): Monsieur le Président, je remercie la députée de ses observations, particulièrement celle concernant le logement abordable. Je me demandais si elle savait qu'en 1998, le gouvernement libéral avait mis de côté 2,2 milliards de dollars pour le logement abordable et qu'il reste encore 1,8 milliard de dollars dans la caisse.

    Le problème tient à la façon dont le système a été mis en place. La province doit fournir un montant équivalent à l'argent fédéral pour pouvoir lancer ces projets. En raison des compressions libérales, bon nombre des provinces ne disposent pas des fonds permettant de fournir des logements abordables aux Canadiens qui en ont besoin. En outre, la façon dont l'initiative sur le logement abordable est structurée en ce moment prête beaucoup au gaspillage. En d'autres termes, on dépense beaucoup plus d'argent pour construire des logements abordables que ce qu'il en coûterait dans le secteur privé.

    Je le demande à la députée: pourquoi investir encore plus d'argent dans un système qui ne semble pas fonctionner alors que, parce qu'il y a surabondance d'immobilier, nous pourrions donner immédiatement des allégements fiscaux aux personnes âgées et aux gens qui en ont besoin et faire en sorte qu'ils puissent se permettre un logement tout de suite?

+-

    L'hon. Marlene Jennings: Monsieur le Président, j'inviterais le député du Parti conservateur à faire ses recherches un peu plus soigneusement. Il verrait que le programme du gouvernement fédéral en matière de logement abordable encourage la participation des promoteurs du secteur privé à des partenariats pour la construction de logements à prix modique. Dans ma circonscription, il y a des promoteurs du secteur privé qui construisent des logements à prix modique dans le cadre du projet Benny Farm. Donc, la participation du secteur privé existe déjà.

    Le programme encourage aussi les partenariats avec les coopératives d'habitation. Il encourage les partenariats avec les municipalités qui administrent leur propre programme de logements sociaux. Il encourage les partenariats avec, par exemple, Habitat pour l'humanité. Ce qu'il y a d'intéressant dans le programme de logement abordable et dans l'Initiative pour les sans-abri, c'est qu'ils prévoient des partenariats avec toutes les parties intéressées, y compris le secteur privé.

    Je ne peux parler que pour le Québec, mais je peux dire que cela fonctionne dans cette province. On construit des logements et il y a de vraies personnes qui vivent dans ces logements, des personnes qui n'avaient pas accès à des logements auparavant ou qui devaient payer jusqu'à 50 p. 100 de leur revenu net ou même, dans certains cas, de leur revenu brut pour se loger. Cette proportion a maintenant été réduite à 25 ou 30 p. 100. Cela fonctionne. Je ne sais pas si c'est la même chose dans la province du député, mais cela fonctionne au Québec.

    Je crois comprendre qu'on vient de signer une entente avec l'Ontario. Cela fonctionnera en Ontario en partenariat avec les coopératives d'habitation. Si ce n'est pas déjà le cas, cela fonctionnera aussi en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, au Manitoba, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à Terre-Neuve-et-Labrador, aux Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut et au Yukon. Le seul endroit où cela ne fonctionne pas est peut-être l'Alberta, et c'est peut-être à cause des conservateurs.

  +-(1630)  

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, la députée s'est montrée très engagée à l'égard des questions que nous discutons.

    Je ne veux choquer personne, mais je crois vraiment que la question qu'a soulevée le député conservateur, il y a un instant, est une question sérieuse qui devrait nous préoccuper, car elle porte sur la mise en oeuvre d'initiatives fédérales dans le secteur du logement.

    Je parle du point de vue d'une personne qui est originaire de la Nouvelle-Écosse lorsque je dis que, en dépit de l'engagement du gouvernement fédéral d'affecter enfin des fonds à la construction de logements vraiment abordables, je ne parle pas des initiatives en faveur des sans-abri. Je ne veux pas être injuste, mais ces initiatives ont donné de l'espoir aux groupes chargés des logements sociaux et les ont grandement encouragés à tenter de maintenir la pression et d'amener le gouvernement à prendre des initiatives de fond en matière de logements à prix modique, mais cela n'a pas donné lieu à la création d'un grand nombre de logements à prix modique. Absolument pas.

    Nous parlons maintenant de logements à prix modique. La Nouvelle-Écosse a à peine augmenté la mise, de sorte qu'une partie considérable des fonds fédéraux affectés aux logements sociaux...

+-

    Le vice-président: La secrétaire parlementaire a la parole.

+-

    L'hon. Marlene Jennings: Monsieur le Président, je sais gré à la députée de Halifax de demander si de vrais logements ont été construits dans le cadre du programme de logement à prix modique du gouvernement fédéral.

    Je souligne que le programme initial de logement à prix modique prévoyait que le gouvernement fédéral négocie et signe des ententes avec les gouvernements provinciaux. Dans bien des cas, ces gouvernements possédaient leurs propres programmes et étaient peut-être mieux placés pour déterminer où se trouvaient les besoins dans leur province. Le programme prévoyait également des fonds de contrepartie de la part des gouvernements provinciaux. Dans certains cas, des gouvernements provinciaux n'étaient pas désireux ou en mesure de verser des fonds de contrepartie.

    Le projet de loi C-48 ne prévoit pas de fonds de contrepartie.

+-

    M. Gary Lunn (Saanich—Gulf Islands, PCC): Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole, au nom de mes électeurs, au sujet de projet de loi C-48, le budget libéralo-néo-démocrate qui a été concocté dans une chambre d'hôtel de Toronto. Nous croyons savoir que M. Hargrove a joué un rôle clé. J'en viens au contenu du budget et aux raisons pour lesquelles nous nous opposons à son adoption.

    Mme Bev Desjarlais: Épargnez-nous la même vieille rengaine.

    Mme Alexa McDonough: Passez au point suivant. Nous en avons assez d'entendre les mêmes faussetés.

    M. Gary Lunn: Monsieur le Président, je vais les laisser terminer.

    Il est important de recentrer le débat sur les faits. Lorsque le gouvernement a présenté son budget, le projet de loi C-43, aucun des éléments du budget à l'étude ne l'intéressait. Le ministre des Finances a même déclaré publiquement que l'on ne pouvait choisir uniquement les éléments du budget qui nous plaisent, que ces éléments ne pouvaient pas être ajoutés.

    Le NPD a exercé des pressions sur le gouvernement relativement à certains de ces éléments, et je comprends pourquoi il l'a fait, mais lorsque les libéraux ont présenté leur budget au départ, ils ont dit qu'aucune modification ne pourrait y être apportée. Il ne faut pas se leurrer; ce budget-ci a été présenté pour une seule et unique raison, à savoir garantir au gouvernement les 19 voix dont il avait besoin pour rester au pouvoir. Aucune autre raison...

    Mme Alexa McDonough: Notre but était de coopérer et de faire avancer les choses.

    M. Gary Lunn: Monsieur le Président, la députée de Halifax aime chahuter comme ses collègues néo-démocrates. J'apprécierais énormément que ces députés m'accordent autant de respect que je leur en ai donné lors qu'ils sont intervenus.

    Le dépôt de ce budget a coûté près d'un quart de milliard de dollars par vote. Les libéraux ont extrait quatre éléments de notre programme pour ensuite acheter des votes dans le but de sauver le gouvernement. Ces quatre éléments m'importent peu, mais je trouve inadmissible qu'un gouvernement achète des votes pour rester au pouvoir.

    Examinons un peu ce dont nous sommes témoins à la Chambre depuis six mois. Il y a surtout eu le scandale des commandites. Les faits se passent de commentaires. Nous avons entendu les témoins. Nous avons tous entendu les témoignages qui confirment que des millions et des millions de dollars ont été acheminés au Parti libéral. En réaction au pire scandale de l'histoire politique canadienne, le gouvernement, qui était sur le point d'être renversé, a pris davantage d'argent des contribuables pour acheter des votes. Voilà qui est répréhensible. Cela ne devrait pas se produire. J'appuie entièrement le Parti conservateur de faire tout son possible pour s'opposer à ce budget.

    À l'heure actuelle, le gouvernement a totalement perdu le contrôle des dépenses de programmes. Il anéantira complètement l'économie canadienne avec ces dépenses de 4,6 milliards de dollars, ce budget...

    L'hon. Paul Harold Macklin: Pendez-vous vous-même avec votre propre corde.

    M. Peter Julian: ...que vous vouliez donner en toute prodigalité aux entreprises.

    Mme Alexa McDonough: Faites preuve d'un peu de respect à l'égard des faits.

    M. Gary Lunn: Monsieur le Président, encore une fois, je demande à la députée d'Halifax et à ses collègues de m'accorder le même respect que j'ai accordé à la députée lors de son intervention que j'ai écoutée calmement.

    Le budget ne comporte qu'une page, dans la version anglaise comme dans la version française, mais prévoit des dépenses de 4,6 milliards de dollars. La dernière fois que nous avons vu des mesures législatives vagues comme celle-ci, c'était dans le cas du registre des armes à feu et du scandale des commandites. Évidemment, personne ne connaissait les détails de ces programmes, mais on sait que le gouvernement a complètement perdu le contrôle des dépenses. Aucune reddition de comptes n'avait été prévue. Il n'y avait pas de freins. Il est incroyable que les néo-démocrates croient vraiment que ce budget est possible. Je comprends qu'ils sont soudainement devenus de véritables parties prenantes au Parlement grâce à leur nouvelle amitié avec les libéraux, mais je dois absolument m'opposer à la façon dont les choses se sont passées.

    

  +-(1635)  

    Nous pourrions nous pencher sur certains des éléments de ce budget. Permettez-moi de parler du bilan des libéraux en matière d'environnement. Le Protocole de Kyoto a été signé il y a près de 10 ans et les émissions de dioxyde de carbone augmentent. Nos grands centres urbains ont de plus en plus de problèmes de smog. Dites-moi un peu ce que le gouvernement actuel a fait en matière d'environnement au cours des dix dernières années. Rien du tout. Il n'a rien fait du tout et maintenant, il voudrait que nous acceptions de signer un chèque en blanc d'un montant de 4,6 milliards de dollars qui seraient censés être dépensés pour l'environnement.

    Présentez-moi un programme ou une mesure législative dont nous pourrions mesurer les résultats tangibles. Je pourrais alors accorder mon appui. Toutefois, les chèques en blanc que les néo-démocrates veulent donner au gouvernement, c'est autre chose.

    En ce qui a trait aux programmes de formation, j'aimerais rappeler aux députés d'en face que c'est le Parti conservateur qui a dit, dans le cadre d'un amendement au discours du Trône, que nous devions réduire les cotisations d'assurance-emploi pour favoriser l'emploi au pays. La caisse de l'assurance-emploi a un excédent de 46 milliards de dollars. Nous n'avons pas besoin d'argent neuf. Ce dont nous avons peut-être besoin toutefois, c'est d'un calcul honnête des fonds qui se trouvent dans cette caisse et d'une garantie que ces sommes seront mises à la disposition des travailleurs.

    Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire, mais le budget néo-démocrate n'en fait pas partie. J'aimerais revenir à la Colombie-Britannique où le NPD a dirigé la province pendant huit années consécutives. Notre économie s'est effondrée. Nous avons accumulé les déficits.

    Le ministre de la Santé, qui est un membre important du Cabinet, a participé à la construction des traversiers rapides. Ce projet a englouti un demi-milliard de dollars de l'argent durement gagné par les contribuables. Cet argent est disparu. Il s'est évaporé.

    C'est là le genre de choses que nous trouverons dans ce budget. Il n'y a pas de détails, pas de programmes. Les libéraux ont dépensé 4,6 milliards de dollars en 400 mots. Compte tenu du bilan du gouvernement à cet égard, sont-ils assez naïfs pour croire qu'il rendra quelque compte que ce soit?

    Je suis tout à fait d'accord pour que nous nous battions jusqu'au bout dans ce dossier et que nous nous opposions à cette mesure législative chaque fois que nous aurons l'occasion de le faire. Nous avons la responsabilité constitutionnelle d'obliger le gouvernement à rendre des comptes. C'est ce que nous faisons d'ailleurs. Cette mesure législative renferme des lacunes fondamentales. Elle a été déposée de façon tout à fait cavalière, dans le seul but de soutenir un gouvernement pour lui permettre de s'accrocher au pouvoir.

    En résumé, on peut dire que les députés néo-démocrates ont été achetés au prix de 4,6 milliards de dollars. Ils ont vendu leur âme. Et soudainement, ils croient qu'ils sont devenus les nouveaux amis du Parti libéral.

    J'ai hâte à la prochaine campagne électorale. Je crois savoir qu'elle aura lieu vers la fin de l'année en cours ou au début de l'année prochaine. Le premier ministre a dit qu'elle s'amorcerait 30 jours après le dépôt du rapport de la Commission Gomery. Si le premier ministre veut tenir des élections sur le présent budget, qu'il le fasse. Le NPD et les libéraux peuvent tenir une conférence de presse commune et défendre leur budget, qui est fondamentalement vicié.

    Quelles sont les modalités d'application de la proposition concernant le logement? À quoi pouvons-nous nous attendre? Donnons un chèque en blanc aux libéraux pour dépenser 4,6 milliards de dollars. Qu'offriront-ils aux Canadiens selon nous?

    Pourquoi n'y a-t-il pas de détails sur les réductions d'impôt? Pourquoi ne pas réduire le coût du logement pour que les premiers acheteurs puissent faire l'acquisition d'une maison? Pourquoi ne pas aider financièrement les coopératives d'habitation et d'autres genres de programmes d'habitation? Le budget ne renferme aucune précision à cet égard. Ce ne sont que 400 mots pour 4,6 milliards de dollars de dépenses.

    Il faut être cinglé pour appuyer un budget aussi vague, sans parler de la façon dont il a été concocté dans une chambre d'hôtel, par le gouvernement en compagnie de Buzz Hargrove à Toronto, qui se sont entendus sur un cocktail de dépenses de rêve de 4,6 milliards de dollars. Les simples députés du Parti libéral n'ont pas eu grand-chose à dire sur leur propre budget.

    Le ministre des Finances a affirmé que le budget formait un tout, qu'il ne pouvait être modifié et que l'on ne pouvait choisir une mesure, mais pas l'autre. Si les présentes mesures correspondient à la véritable intention des libéraux, pourquoi ne figuraient-elles pas dans le premier budget? Elles n'y étaient pas parce qu'il n'y croit pas. Elles n'y étaient pas parce qu'il n'avait aucunement l'intention de les prendre.

    Examinons comment ces mesures ont vu le jour. Examinons ce qu'elles sont. C'est une farce monumentale. Depuis mon arrivée à la Chambre il y a huit ans, je n'ai jamais rien vu d'aussi pathétique. Il est ridicule de proposer des dépenses de 4,6 milliards de dollars sans donner de détails et de nous demander de les approuver. Ils se moquent de nous.

  +-(1640)  

    Nous allons nous battre pour tous les Canadiens d'un bout à l'autre du pays afin de nous assurer que leur argent durement gagné soit dépensé sagement et d'une manière responsable. Nous allons mettre le gouvernement au défi. Je suis prêt à discuter de ce projet de loi avec le gouvernement n'importe quand. Je suis prêt à me mesurer à n'importe quel candidat libéral dans toute élection ainsi qu'à n'importe quel candidat des nouveaux amis des libéraux, les néo-démocrates. Qu'ils fassent cause commune, qu'ils aient leur nouveau ministre de la Santé de la Colombie-Britannique parce qu'ils sont comme cul et chemise et que les Canadiens méritent beaucoup mieux.

+-

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, j'ai écouté avec intérêt le discours du député, en particulier la partie qui portait sur la Colombie-Britannique. Comme le député le sait, à l'assemblée législative, les deux tiers de sa circonscription sont maintenant représentés par des députés provinciaux du NPD. Cela s'explique très facilement. Les libéraux de Gordon Campbell en Colombie-Britannique ont affiché les plus importants déficits de toute l'histoire de la province, alors que le NPD présente des budgets équilibrés. Je crois que ses électeurs lui envoient un message clair.

    Il est également important de prendre note que le pire bilan de l'histoire du Canada sur le plan de la gestion financière appartient aux conservateurs de Brian Mulroney. Plus tôt aujourd'hui, les conservateurs ont parlé de l'excellent travail accompli par M. Mulroney et ils ont souligné son bilan. Ce bilan se résume aux plus importants déficits et aux pires résultats financiers de l'histoire du Canada.

    L'incompétence des conservateurs sur le plan financier ne se limite pas à ce qui s'est produit il y a 15 ans. Nous savons qu'en juin dernier, les conservateurs ont présenté le programme politique le plus énorme, le plus gonflé de l'histoire du Canada. Ils promettaient de dépenser 86 milliards de dollars, et c'était avant que le chef conservateur n'ajoute le porte-avions à la dernière minute. Nous n'avons jamais su combien cela aurait coûté exactement. Ce programme était le plus ruineux et le plus financièrement irresponsable de l'histoire du Canada. Voilà ce que le Parti conservateur représente.

    Je me rallie à certains des commentaires du député, à propos de l'inaction des libéraux sur le plan de l'environnement, du logement et de la pauvreté. C'est pourquoi les 19 députés de ce coin-ci de la Chambre se sont mis au travail pour essayer de changer les choses, afin que le Parlement s'attaque à ces questions.

    Le député a utilisé le terme « ridicule ». J'aimerais lui demander s'il trouve les commentaires suivants ridicules:

    Je ne crois pas qu'il y ait quoi que ce soit de mal dans l'idée de dénoncer quelqu'un, ni dans l'idée que quelqu'un veuille vous offrir un pot-de-vin. Ce qui est mal, c'est lorsque vous acceptez le pot-de-vin, mais lui ne l'a pas fait.

    Cette déclaration est l'oeuvre du chef du Parti conservateur. Il dit qu'il est acceptable d'offrir des pots-de-vin, mais pas de les accepter. Ces commentaires ont été publiés dans le journal d'aujourd'hui.

  +-(1645)  

+-

    M. Gary Lunn: Monsieur le Président, ces observations sont absurdes. Elles sont simplement ridicules.

    Ces députés devraient peut-être apprendre à se taire. J'ai fait preuve de respect envers le député en écoutant ses questions et je lui serais reconnaissant de me rendre la pareille.

    Il est absurde de croire qu'on puisse être fier de la performance du NPD en Colombie-Britannique. Je me ferai un plaisir de débattre ce point avec n'importe quel député néo-démocrate n'importe quand. Les néo-démocrates ont un bilan lamentable en Colombie-Britannique. Les néo-démocrates font maintenant équipe avec les libéraux fédéraux. De folles dépenses sont prévues, comme celles qui ont ruiné l'économie de la Colombie-Britannique. Tous les Britanno-Colombiens pourront vous décrire ces huit ans qui ont constitué rien de moins qu'un désastre.

    Le député a déclaré que les conservateurs voulaient acheter un porte-avions. C'est un mensonge éhonté. C'est complètement faux et je n'hésite pas à le déclarer publiquement. S'il veut prendre la parole à la Chambre...

+-

    Le vice-président: Je demanderais au député de Saanich—Gulf Islands de retirer le mot « mensonge ». Il pourrait se lancer dans un débat, mais, très certainement, il...

+-

    M. Gary Lunn: Monsieur le Président, je pourrais retirer le mot « mensonge » pour parler de déclarations totalement fausses, puisque c'est ce dont il s'agit. Les Canadiens savent que c'est tout simplement quelque chose que les libéraux ont mis dans une publicité à la télévision. Il est important que le compte rendu soit précis.

    Nous intervenons à la Chambre. Nous débattons les dossiers. Il faut au moins faire des déclarations exactes et non présenter une longue diatribe sans valeur qui nous fait perdre notre temps.

+-

    Le vice-président: Pour que ce soit bien clair, je demanderais au député de Saanich—Gulf Islands de retirer le mot « mensonge ».

    M. Gary Lunn: Absolument.

    Le vice-président: Je remercie le député.

+-

    M. Borys Wrzesnewskyj (Etobicoke-Centre, Lib.): Monsieur le Président, je voudrais interroger mon vis-à-vis au sujet de certaines des affirmations contenues dans son discours. Le député du NPD a déclaré que son parti souhaitait prendre sa place au Parlement. Il me semble qu'il est ressorti des dernières élections que la population canadienne a clairement fait savoir qu'elle souhaitait voir fonctionner un gouvernement minoritaire et que la collaboration s'imposait.

    J'ai pu constater que les conservateurs n'étaient pas heureux de voir le chef de l'opposition jouer le rôle de chef de l'opposition. Le parti était en tête dans quelques sondages et c'est à ce moment-là qu'ils ont retiré leur appui.

    Les conservateurs étaient à la recherche d'un nouveau rôle. Ils étaient disposés à laisser tomber leurs amis du secteur de l'entreprise. Comment le député peut-il expliquer le rôle qu'ils ont joué en laissant tomber leurs amis tout simplement pour que leur chef devienne premier ministre?

  +-(1650)  

+-

    M. Gary Lunn: Monsieur le Président, je tiens à dire que je suis très fier de notre chef, de ses réalisations et de ce qu'il représente. Nous avons un chef honnête et intègre qui a des principes. Lorsque la Chambre étudie un mesure législative, il s'attend à ce que tous les députés de son groupe parlementaire agissent en fonction des intérêts supérieurs des Canadiens. Nous allons continuer d'agir de la sorte.

    Les sondages varient de jour en jour. Le député a beau croire tous leurs résultats si c'est ce qu'il souhaite. Les sondages vont montrer que notre parti est en avance sur le sien à un moment donné et les résultats vont bien changer dix fois d'ici les prochaines élections.

    Ce qui importe, par contre, ce sont les valeurs qu'un parti représente et les résultats qu'il obtient au Parlement.

+-

    M. Navdeep Bains (Mississauga—Brampton-Sud, Lib.): Monsieur le Président, j'estime que c'est une chance pour moi de pouvoir prendre la parole sur le projet de loi C-48, un projet de loi très important qui s'inspire des priorités du gouvernement.

    J'ai eu l'occasion d'entendre certains des commentaires des députés de l'opposition. J'ai entendu bien des belles paroles et beaucoup de commentaires partisans. Nous devons toutefois tenir compte de certains faits. Comment en sommes-nous arrivés à cette situation? Comment en sommes-nous venus au point où, à la Chambre des Communes, nous avons l'occasion de débattre d'un projet de loi de nature budgétaire qui permettrait au gouvernement d'investir des milliards de dollars dans les programmes sociaux?

    Il est important de reconnaître le travail acharné du gouvernement depuis qu'il a hérité d'un déficit de milliards de dollars au début des années 1990. Le gouvernement a réussi à réduire le déficit. Qui plus est, il a même commencé à réduire la dette. Il l'a fait à hauteur de 66 milliards de dollars, ce qui représente des économies d'environ 3 milliards de dollars par année à cause des intérêts en moins.

    En outre, le gouvernement s'est livré à un examen interne des dépenses qui figure dans le budget de 2005. De là découle aussi le présent projet de loi. Nous avons économisé 11 milliards de dollars en cinq ans, seulement à ce chapitre. Le gouvernement a économisé des milliards de dollars qui lui permettent maintenant de procéder à de nouveaux investissements.

    Notre débat se fait avec l'économie en arrière-plan. L'opposition parle de productivité et de saine gestion financière. Elle parle de l'importance de la reddition de comptes aux contribuables. Voyons un peu les données économiques et arrêtons-nous aux faits.

    De 1997 à 2004, le Canada a été le premier pays du G7 pour la croissance annuelle moyenne de l'emploi, avec un taux de croissance de 2,2 p. 100. Le taux de chômage au Canada s'établit actuellement à 6,8 p. 100. En mai, donc il n'y a pas longtemps, grâce à ses politiques et à ses initiatives, le gouvernement a aidé à créer 35 000 emplois pour les Canadiens d'un océan à l'autre. C'est là quelque chose de remarquable.

    L'écart entre les taux de chômage au Canada et aux États-Unis était de cinq points de pourcentage en 1996, lorsque nous avons hérité du déficit et des problèmes financiers du gouvernement conservateur, mais cet écart n'est plus que de 1,5 p. 100 aujourd'hui.

    Le taux de productivité moyen du Canada s'est beaucoup amélioré ces dernières années. Globalement, de 1997 à 2004, le taux de croissance de la productivité de la main-d'oeuvre des entreprises s'est établi à 2,1 p. 100 par année, alors qu'il n'était que de 1,2 p. 100 de 1990 à 1996.

    Ce sont là quelques indicateurs économiques qui montrent la direction que notre pays a prise, d'où nous sommes partis, comment nous sommes parvenus à la situation financière saine, donc propice aux investissements, où nous nous trouvons actuellement.

    L'opposition nous demande continuellement ce que signifie le fait de gouverner, vers quoi nous nous dirigeons et ce que nous voulons réaliser. Nous sommes un parti socialement très progressiste, mais je ne veux pas aborder les questions sociales; nous sommes aussi financièrement très sensés. Nous avons la confiance de la population canadienne. Quel parti a jugulé le déficit? C'est notre parti. Quel parti a réduit la dette? C'est notre parti.

    Nous sommes maintenant en mesure d'investir dans des initiatives clés. Nous avons décidé de travailler avec le NPD et de conclure un accord portant sur des domaines d'intérêt commun. Ce n'était pas un nouveau budget. Cela n'est pas sorti de nulle part. C'était un accord qui reposait sur un fond commun. Ce nouvel accord mettait l'accent sur des secteurs où les deux partis pouvaient travailler ensemble en vue de faire des investissements intelligents. Cet accord représente 4,5 milliards de dollars d'investissements dans quatre secteurs clés: le logement abordable, l'éducation postsecondaire, la protection de l'environnement et l'aide étrangère.

    Je ne comprends tout simplement pas ce qui inquiète les députés de l'opposition. Ne se soucient-ils pas du logement abordable? Les habitants de Mississauga—Brampton-Sud et d'autres régions du pays ont besoin de logements abordables.

    Les députés de l'opposition ne sont-ils pas préoccupés par l'enseignement postsecondaire? Il n'y a pas si longtemps, j'ai fait mon baccalauréat à l'Université York et ma maîtrise à l'Université de Windsor. Je me souviens que les droits de scolarité augmentaient alors je comprends très bien qu'il nous faut aider les étudiants.

    Les députés de l'opposition se préoccupent-ils de l'environnement? Nous avons entendu parler du smog à Toronto et ailleurs au pays. L'environnement est un enjeu important; je ne comprends pas quel est le problème de l'opposition à cet égard.

    L'opposition se préoccupe-t-elle de l'aide étrangère? Même aujourd'hui, l'opposition a fait référence au 0,7 p. 100 pour l'aide étrangère. La seule façon d'atteindre ce niveau, c'est en investissant. Nous avons donc investi dans ces domaines.

  +-(1655)  

    À quoi équivalent ces 4,5 milliards de dollars? Les députés d'en face présentent la situation comme si elle nous échappait et que nous ne maîtrisions pas nos dépenses. C'est faux. Les 4,6 milliards de dollars viendront des excédents prévus. Comment obtenons-nous ces excédents? Certains économistes estiment que nous sommes trop conservateurs. Ils trouvent que nous utilisons une approche trop prudente parce que nous ne voulons pas de déficit. Ils ont absolument raison: nous n'en voulons pas.

    Nous sommes arrivés au pouvoir et avons éliminé les déficits. Nos excédents découlent de notre méthodologie et de notre façon de calculer nos budgets.

    Soit dit en passant, les 4,6 milliards de dollars représentent environ 1 p. 100 de notre budget de base sur deux ans, étant donné que nous dépensons approximativement 200 milliards de dollars annuellement. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi ce 1 p. 100 empêcherait l'opposition de dormir.

    De plus, nous nous sommes engagés à réduire la dette de 4 milliards de dollars sur deux ans.

    Comme je l'ai dit plus tôt, sur le total de 4,6 milliards, une somme de 1,6 milliard de dollars sera affectée aux logements abordables, l'un des quatre domaines dans lesquels nous investissons. Ce montant aidera certainement de nombreuses familles à faible revenu de ma circonscription qui éprouvent des difficultés. Mes collègues ont déjà parlé de certaines de nos initiatives. C'est un bon investissement qui vient s'ajouter à ce que le gouvernement a déjà promis dans le budget.

    Le gouvernement investira aussi dans l'enseignement postsecondaire. Le campus Erindale de l'Université de Toronto n'est pas situé dans ma circonscription proprement dite, mais dans une circonscription voisine; j'y rencontre de nombreux étudiants. Certains m'ont même aidé pendant la campagne électorale. L'endettement de ces étudiants, notamment ceux qui fréquentent l'Université de Toronto, une fois leurs études postsecondaires terminées est ahurissant. Pour eux, ce projet de loi sera un énorme soulagement.

    Nous avons parlé de la désaffection des jeunes pour la politique. C'est un problème qui en dit long sur leurs préoccupations. C'est là une de leurs préoccupations, et le fait que nous fassions cet investissement judicieux est révélateur de l'attention que nous accordons aux jeunes.

    Il est aussi question de l'environnement. Nous dépensons environ 900 millions de dollars à ce chapitre, et l'accent est mis sur le transport en commun. Je sais que c'est une question très importante dans la circonscription de Mississauga—Brampton-Sud. Il est vrai que cette région connaît un essor très rapide. Quand on examine les données sur un an, on constate que, sur les 240 000 personnes qui immigrent au Canada, près de 100 000 choisissent de s'établir à Toronto ou dans la région du Grand Toronto. Cela a évidemment provoqué le développement de cette région. Nous devons faire des investissements judicieux dans le transport en commun afin que les gens aient une solution de rechange viable à l'utilisation de leur voiture, ce qui peut très certainement avoir des répercussions sur l'environnement.

    Il y a deux semaines, quelques électeurs se sont présentés à mon bureau. Ils m'ont expliqué qu'ils venaient de l'étranger, plus particulièrement de l'Inde. Ils s'étonnaient du fait que nous nous préoccupons de l'environnement, que nous investissons dans ce secteur, que nous en avons fait une priorité, ce qui en dit long sur le genre de pays que nous avons bâti. Vu leurs origines, ils étaient très fiers de cela. Ils venaient d'un grand centre urbain. Une de ces personnes m'a expliqué qu'un jour, elle était sortie vêtue d'un t-shirt blanc. Lorsqu'elle était rentrée, au bout de quelques heures, le t-shirt était tout noir. Voilà le genre de problèmes environnementaux qui existent ailleurs.

    L'environnement devrait donc être une priorité, et je me réjouis que nous dépensions aussi 900 millions de dollars dans ce secteur.

    Le quatrième volet de l'accord que nous avons conclu avec le NPD concerne l'aide étrangère. Nous investirons 500 millions de dollars à cet égard.

    Comme je l'ai déjà dit, le gouvernement a des responsabilités et un rôle à jouer non seulement au niveau intérieur, mais aussi à l'étranger. Nous avons une obligation envers les pays qui ont besoin de notre aide et envers les populations qui comptent sur nous pour les aider.

    Je pense que la somme de 500 millions de dollars en aide extérieure constitue un bon investissement. Nous projetons ainsi l'image du genre de pays que nous formons. Comme l'a voulu notre ancien premier ministre, M. Pearson, nous sommes un pays qui souhaite jouer un rôle dans le monde. La tradition s'est maintenue au fil des ans et elle est défendue aujourd'hui par notre premier ministre actuel, qui a eu l'occasion de voyager à l'étranger.

    J'ai eu, moi aussi, le privilège de voyager à l'étranger en compagnie du premier ministre, plus particulièrement en Asie du Sud-Est après le désastre du tsunami. Un très grand nombre de personnes ont vu leur existence complètement dévastée. Elles ont perdu leur foyer, ont été déplacées et avaient besoin d'assistance.

    Étant donné que nous sommes un pays privilégié qui se trouve dans une situation financière avantageuse, où nous avons des millions sinon des milliards de dollars d'excédents budgétaires, nous avons une responsabilité. Le premier ministre a eu bien entendu un grand rôle à jouer dans tout cela.

    Aujourd'hui, nous débattons non pas du budget, mais plutôt du genre de pays que nous voulons bâtir. L'injection d'une somme supplémentaire de 4,6 milliards de dollars dans notre économie et dans notre infrastructure sociale est très importante.

  +-(1700)  

    Grâce à ce budget, le gouvernement investira dans des domaines clés, et notre coalition avec le NPD afin de faire adopter le budget nous permettra d'investir encore davantage. Il ne s'agit pas d'un geste de désespoir, mais plutôt de l'expression de notre philosophie et de notre volonté de bien servir le peuple canadien.

    Nous formons un gouvernement minoritaire parce que les gens voulaient que nous collaborions avec les députés de l'opposition. C'est pourquoi nous avons conclu un accord avec le NPD. Sur quels domaines porte cet accord? Il porte sur l'éducation, et je n'y vois rien de mal. Il porte également sur l'environnement et sur le renforcement de notre rôle dans le monde. J'en suis très fier et je n'hésiterai pas à défendre le budget.

    Je voudrais une nouvelle fois féliciter le premier ministre et le ministre des Finances pour les efforts considérables qui leur ont permis de préparer ce budget.

[Français]

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais tout d'abord féliciter mon collègue pour la présentation qu'il nous a faite aujourd'hui.

    J'ai trouvé un aspect de son discours particulièrement intéressant. C'est celui disant que la population canadienne a choisi un gouvernement minoritaire, c'est-à-dire un gouvernement qui s'est avéré minoritaire en fonction de la représentation ici, dans cette Chambre. Bien sûr, la population ne choisit pas le gouvernement directement, mais élit un certain nombre de députés de chaque parti, ce qui dicte ensuite la répartition de la députation en Chambre.

    Cela dit, mon collègue et moi allons nous entendre à dire que la population a décidé que ce Parlement devait fonctionner. Il n'était pas inscrit sur le bulletin de vote: « Nous voulons que le Parlement ne fonctionne pas. » On a donc confié, de façon collective, à tous les parlementaires le mandat de faire fonctionner le Parlement.

    Dans sa présentation, le collègue vient de dire que c'est partie intégrante de ce mandat que de négocier avec les autres formations politiques dans cette Chambre pour voir à la bonne gouvernance de ce pays. N'est-il pas d'accord avec moi pour dire que le projet de loi C-48 est en quelque sorte un témoignage de ce bon vouloir de faire fonctionner ce Parlement, et ce, dans le meilleur intérêt de la population canadienne?

[Traduction]

+-

    M. Navdeep Bains: Monsieur le Président, le député souligne un élément clé de la notion du fonctionnement idéal d'un gouvernement minoritaire. C'est très simple. Nous n'avons pas une majorité des sièges à la Chambre, ce qui nous oblige à coopérer avec les autres partis. Allons-nous travailler avec les séparatistes? Probablement pas, parce qu'ils veulent détruire le pays.

    Nous avons tenté de travailler avec les conservateurs, mais ils sont incapables de comprendre que l'investissement dans ces domaines clés fait partie de notre programme social. D'abord ils nous appuient, et ensuite ils s'abstiennent. Pour une raison quelconque leurs genoux cèdent sous la pression et ils ne peuvent plus nous soutenir. Quelques semaines plus tard, ils se rendent compte que le budget est bon et maintenant ils sont mal pris parce que nous avons renforcé davantage le budget avec nos amis du NPD et, tout d'un coup, ils perdent leur sang froid et font volte-face. Ils appuient le projet de loi C-43 mais ne sont pas d'accord avec le projet de loi C-48.

    Je pense effectivement que les conservateurs ont fait volte-face. Nous, en revanche, avons démontré notre capacité de travailler avec d'autres partis afin de veiller au renforcement des assises sociales du pays et de veiller à faire de bons investissements dans certains domaines clés, les domaines dont j'ai parlé dans mon discours, comme le logement à prix modique. Je ne comprends pas ce qu'ils trouvent à redire là-dessus.

    Un autre domaine est l'éducation postsecondaire. Si je me souviens bien, certains députés ont dit que leurs enfants étaient actuellement aux études. Je sais qu'ils touchent un certain salaire en tant que députés, mais il s'agit quand même d'un bon investissement dans l'éducation postsecondaire. Nous investissons aussi dans l'environnement et l'aide à l'étranger.

    Ce sont tous des domaines clés dans lesquels nous avons investi et je suis fier que nous ayons travaillé avec le NPD. J'espère que le budget sera adopté, mais nous ne ferons pas volte-face. Il est malheureux que les conservateurs n'appuient pas le budget.

  +-(1705)  

[Français]

+-

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, j'ai bien aimé le discours du député. J'ai trouvé important qu'il aborde les thèmes sur lesquels porte le travail du NPD depuis son arrivée dans ce Parlement. Nous avons justement travaillé afin d'affecter plus de ressources en matière de logement. Nous savons que le nombre de familles et enfants pauvres ainsi que de sans-abri est en croissance au Canada. Effectivement, il fallait commencer à faire des investissements dans ce domaine.

    Il existe aussi une crise dans le domaine de l'éducation postsecondaire, de la formation et des études collégiales et universitaires. Au Québec comme partout au Canada, on vit une crise. Il faut absolument que ce Parlement commence à s'attaquer à ces questions.

    L'environnement constitue également un élément clé. On sait que, malheureusement, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté dans ce pays. On était supposé accuser une diminution de 20 p. 100, mais au contraire, depuis cinq ans, on a pu constater une augmentation de 20 p. 100.

    Tous ces investissements que le NPD a travaillé à incorporer dans ce budget, au moyen du projet de loi C-48, sont très importants. Je sais que le député est également conscient du fait que, partout au Québec, de plus en plus d'organisations oeuvrant pour les personnes pauvres ou handicapées, comme le FRAPRU qui s'occupe du logement, demandent aux députés des quatre coins de cette Chambre d'appuyer le budget, soit le projet de loi C-48.

    Comme le député l'a mentionné, le Parti conservateur et, malheureusement, le Bloc québécois affichent leur opposition. Comment peut-il expliquer cette opposition, surtout celle du Bloc, alors que tellement de Québécois et Québécoises veulent véritablement que ce projet de loi soit adopté?

[Traduction]

+-

    M. Navdeep Bains: Monsieur le Président, le député manifeste clairement sa volonté de se concentrer sur quelques domaines clés, mais je lui rappelle qu'il y a toujours des priorités concurrentes et que les ressources sont limitées. Le gouvernement et le Parti libéral, sous la conduite du premier ministre et du ministre des Finances, ont bien montré qu'ils savaient doser toutes ces priorités.

    La crise ne peut pas être générale. Tout ne peut pas avoir la même importance. Le député doit admettre et comprendre que les engagements dont nous avons parlé au sujet de ce budget, le projet de loi C-48, et les priorités que sont le logement, l'éducation postsecondaire, l'environnement et l'aide à l'étranger étaient des éléments importants de notre budget initial. Bien des gens le comprennent, et c'est pourquoi le Parti conservateur nous a appuyés au départ. J'ignore ce qu'il fera demain ou après-demain.

    Ce sont des sujets de préoccupation commune. Nous ne devons pas oublier la nécessité d'équilibrer le budget. Il ne faut pas oublier que nous ne pouvons continuer à dépenser à un rythme tel que nous nous retrouverons avec un déficit sur les bras.

    Encore une fois, il s'agit de priorités concurrentes. Il ne faut pas faire comme si c'était partout la crise, mais il faut consentir des investissements sensés dans d'importants domaines d'intérêt commun.

+-

    M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC): Monsieur le Président, je suis ravi de prendre la parole au nom des habitants de Yellowhead et d'ajouter leur grain de sel au débat à l'étape du rapport du projet de loi C-48.

    Je commencerai là où mon collègue a terminé, en posant une question. Comment nous sommes-nous mis dans ce pétrin? Comment en sommes-nous arrivés là, en train d'essayer de voir que faire avec ce projet de loi?

    Je ne vois pas les choses exactement comme mon collègue. Selon lui, c'est parce que le gouvernement est minoritaire et que les Canadiens veulent qu'un gouvernement minoritaire fonctionne. Je suis d'accord avec lui sur ce point.

    Si cela était vrai et si le gouvernement voulait collaborer avec les partis en vue de faire adopter des lois dans l'intérêt des Canadiens, il aurait prévu ce pouvoir de négociation, et le projet de loi C-43, non pas le projet de loi C-48, aurait fait l'objet de négociations. On aurait pu établir un plan assorti de critères et de mesures de mise en oeuvre.

    Le gouvernement, que l'histoire retiendra comme le gouvernement le plus corrompu que les Canadiens n'aient jamais eu, n'aurait pas accepté de négocier en désespoir de cause dans une chambre d'hôtel à Toronto. Les négociations n'auraient pas fait intervenir le mouvement syndical.

    On aurait prévu les mesures de reddition de comptes dont doivent être assorties toutes les mesures législatives, au vu particulièrement de l'absence de reddition de comptes et de planification qui caractérise le gouvernement actuel. Si nous voulons être honnêtes dans nos débats, nous avons le devoir de comprendre ce qui s'est passé.

    Les députés du NPD ont décidé qu'ils allaient vendre leurs votes et soutenir ce gouvernement corrompu. Ils ont dit: « Que pouvons-nous obtenir en échange? Allons dans cette chambre d'hôtel et voyons ce que nous pouvons négocier. Affichons notre prix! »

    Voyons voir ce qu'ils ont obtenu et à quel prix. Après avoir vendu leurs votes en échange d'un appui au gouvernement coincé dans une position intenable, les députés du NPD ont dit: « Voyons voir nos priorités! »

    Je sais ce qu'on a fait des priorités de ma circonscription. Les régions rurales de l'Alberta ont traversé une épreuve difficile lors de la crise de l'ESB. Cette crise faisait suite à deux années de sécheresse intense et à une infestation de sauterelles. Les régions de l'Atlantique et du centre du Canada ont dû prendre l'initiative de lancer un programme d'aide et de nous expédier du foin.

    C'était une situation dévastatrice pour l'agriculture. Celle-ci n'a jamais été dans la situation où elle est maintenant. Nous avons un gouvernement qui a laissé tomber les agriculteurs à maintes reprises. En fait, les agriculteurs de ma circonscription sont tellement désespérés qu'ils ne savent pas vraiment quoi faire. Nombreux sont ceux qui en sont au point où ils perdent tout.

    Lorsqu'un agriculteur perd tout, ce n'est pas simplement qu'il perd son travail, mais il perd toute sa vie et, dans de nombreux cas, l'histoire de sa famille. Bon nombre de ces exploitations agricoles sont transmises de génération en génération. C'est une situation dévastatrice.

    Quelle est la priorité du NPD? Il n'y a pas un mot sur l'agriculture dans son projet de loi. Il n'y a pas une once d'aide à l'agriculture. Ce ne sont pas seulement les Canadiens de l'Ouest qui s'adonnent à l'agriculture en Alberta. Dans notre pays, l'agriculture, d'un océan à l'autre, est confrontée à la même situation et aux mêmes difficultés.

    S'il avait pris le temps de déterminer ce qui sert le mieux les intérêts des Canadiens, il est certain que le NPD aurait intégré cette question à ses priorités. Cela n'a pas été le cas. Nous avons vu qu'il a concocté cette petite entente en 400 mots sur un bout de papier et il a indiqué qu'il présenterait ce nouveau projet de loi, le C-48. Il n'a pas de critères quant à la façon de dépenser cet argent. Il n'a pas de mécanismes de reddition de comptes, pas de plan. Je considère aussi que ses priorités ne servent pas nécessairement les intérêts des Canadiens.

    S'il s'agissait d'un gouvernement désireux de servir au mieux les intérêts des Canadiens, ce budget aurait été négocié dans le cadre du projet de loi C-43. Soyons honnêtes. La partie honnête du projet C-48, c'est que ce n'est pas ce qui s'est produit.

    Combien d'argent a-t-on dépensé, en fait, à la Chambre au cours des deux derniers mois pour le bénéfice des Canadiens? Si nous étudions la question sous cet angle, nous constatons que le coût de cette entente s'est élevé à 4,5 milliards de dollars. Toutefois, nous devons ajouter cela à toutes les annonces que le gouvernement a faites pour acheter des voix, pas seulement les voix du NPD, qui ont coûté 4,5 milliards de dollars. Nous devons ajouter à cela 22 autres milliards. Un total de 26 milliards de dollars a été dépensé pour appuyer illégitimement le gouvernement. Telle est la situation dans laquelle nous nous retrouvons.

  +-(1710)  

    Toutefois, cela ne s'est pas arrêté là, parce que ce n'était pas tout à fait suffisant. Les libéraux avaient besoin des 19 votes du NPD pour rester au pouvoir. Mais même cela n'était pas encore suffisant. Ils ont dû acheter des députés de l'opposition. En effet, cela s'est aussi produit ici.

    Cette tactique est la plus répréhensible, parce qu'il ne s'agit pas d'argent ou d'affectation de fonds. Il s'agit du respect accordé au rôle d'un parlementaire à la Chambre, du respect accordé au processus démocratique, processus que nous nous efforçons de protéger pour le bénéfice de tous nos électeurs, dans chacune de nos circonscriptions.

    Je suis devenu aussi cynique que certaines personnes de ma région lorsque je leur parle des politiciens. Cette façon de faire ternit non seulement l'image du Parti libéral et du NPD, mais aussi l'image de chacun d'entre nous à la Chambre. Lorsque je rentre chez moi la fin de semaine, j'ai presque l'impression qu'il faudrait que je prenne plusieurs douches pour me purifier des choses sordides qui se passent ici et qui n'ont rien à voir avec les intérêts des Canadiens, ni avec ceux de la Chambre, de la démocratie ou de notre grande nation, qui compte parmi les meilleures au monde.

    Que pouvons-nous faire? Nous devrions nous préoccuper du contenu du projet de loi C-48, compte tenu des autres mesures et programmes adoptés de façon impulsive par le gouvernement. Si on veut savoir ce que quelqu'un va faire, il suffit de regarder ce qu'il a fait dans le passé.

    Dans le cas du projet de Davis Inlet, la réaction impulsive du gouvernement a été de réinstaller les Inuits, au coût de 400 000 $ par habitant. Cette mesure n'a pas réglé le problème. Il y aussi eu le scandale à DRHC. Le registre des armes à feu, dont on nous avait promis qu'il ne coûterait que 2 millions de dollars, a fini par coûter 2 milliards de dollars et c'est un désastre complet. Ce désastre se poursuit quotidiennement et annuellement. Sauf erreur, l'an dernier le registre a encore coûté 125 millions de dollars.

    Il y a aussi le scandale des commandites, le modèle de tous les scandales, dans le cadre duquel on a essayé d'acheter les Québécois. Il n'est pas surprenant que ceux-ci soient si offensés par ce qui se passe. Ils considèrent que c'est une insulte personnelle. Le gouvernement a dévalorisé les Québécois par sa façon de s'occuper du scandale des commandites.

    Les libéraux ont non seulement essayé d'acheter les Québécois, mais, au cours des deux derniers mois, ils ont essayé d'acheter les Canadiens, puis des députés de l'opposition. Pareille manoeuvre est un véritable affront à la Chambre et à tout ce qu'il y a de bon dans cette institution et dans notre pays.

    C'est ce qui fâche tant l'opposition à propos de cette mesure législative. Celle-ci nous est présentée sans plan ni mesures de reddition de comptes. Elle passera à la postérité tout comme le scandale des commandites ou le registre des armes à feu qui a coûté 4,6 milliards de dollars, en raison de ce qui va arriver dans les faits.

    Pour savoir ce qu'il adviendra de cet argent, il suffit de voir comment le gouvernement a mené certains projets dans le passé; on saura alors exactement ce qui nous attend. Il est regrettable de voir de telles choses se produire à la Chambre, car cela place les Canadiens dans une situation intenable.

    Comment remédier au problème? Nous aurons l'occasion, à l'étape du rapport, après l'examen au comité, de proposer des amendements pour mettre un peu d'ordre dans la situation folle et ridicule que vit la Chambre depuis deux mois environ.

    Nous avons présenté un plan. Il faut rembourser la dette que les gouvernements ont accumulée dans le passé. Il faut examiner notre façon de procéder. Nous avons proposé un amendement à ce sujet. Nous avons proposé un amendement pour que les dépenses soient effectuées suivant un plan afin de prévenir un nouveau scandale. Nous voulons également qu'il y ait des dispositions de reddition de comptes.

    Nous avons proposé trois amendements qui répondraient à ces trois préoccupations, dans l'espoir que le gouvernement les approuve à l'étape du rapport, pour que cela soit bénéfique en fin de compte.

    J'estime que le Canada est la meilleure nation du monde et, si je ne m'abuse, la plupart des députés et des Canadiens partagent cet avis. Toutefois, le Canada n'a pas réalisé ce qu'il aurait dû réaliser. Cette situation est attribuable au fait qu'il est dirigé par un gouvernement qui n'a pas vraiment saisi l'occasion de développer, ce que je me plais à appeler, le rêve canadien. Cette entente de convenance coûtera au moins 3 000 $ à chaque famille canadienne.

    Voilà exactement ce qui est arrivé. Cet argent aurait pu servir à améliorer le niveau de vie. Il aurait pu aider les Canadiens à réaliser le rêve canadien et à faire l'envie du monde. Je mets n'importe qui au défi de me dire quelle population de 32 000 millions d'habitants, à part celle du Canada, dispose d'autant de ressources.

  +-(1715)  

    Le Canada devrait faire l'envie du monde. Il devrait avoir le plus haut niveau de vie au monde. Or, ce n'est pas le cas pour l'instant, même si les Canadiens ont ce qu'il y a de mieux dans tous les domaines. Le gouvernement devrait diriger la nation au lieu de nous faire l'affront de ne pas s'occuper comme il faut de certaines questions.

    Des voix: Oh, oh!

    M. Rob Merrifield: Je constate que cela déclenche une certaine réaction chez les libéraux. J'estime que c'est approprié, parce qu'ils doivent avoir honte de la façon dont ils traitent le Canada.

    Le gouvernement devrait utiliser cet argent pour améliorer la situation de l'emploi et faciliter l'accès à l'éducation postsecondaire. Il devrait également aider les gens à fonder des familles, acheter une maison ou épargner en vue de la retraite. Or, le budget fait une ponction directe d'au moins 3 200 $ dans les poches des familles canadiennes. C'est absolument catastrophique. Il faut que cela cesse. Le problème est davantage lié à la corruption qu'à l'argent. J'en ai vraiment plus qu'assez.

  +-(1720)  

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, j'ai écouté très attentivement ce que le député avait à dire au sujet du projet de loi. Il a dit que la priorité des négociations entre le gouvernement et le Nouveau Parti démocratique, comme il l'a appelé, a été d'acheter son soutien ou de vendre la cause des néo-démocrates. Selon cette logique, on présume, compte tenu qu'il a appuyé le projet de loi C-43, qu'il a aussi vendu son soutien parce qu'il appuyait des mesures auxquelles il souscrivait lui-même.

    Il pourrait peut-être nous expliquer pourquoi quelque chose est immoral à son point de vue s'il s'agit de deux partis qui s'appuient l'un l'autre, mais que c'est différent s'il est une des parties en cause. Il pourrait peut-être nous expliquer comment il peut arriver à cela dans son esprit parce que c'est incompréhensible pour certains d'entre nous.

    Ensuite, le député a parlé des amendements que son parti et lui voulaient proposer au projet de loi. J'examine maintenant certains de ces amendements. Je serais très curieux de l'entendre dire en quoi ces amendements, qui devraient selon lui améliorer le projet de loi, rendront le projet de loi meilleur.

    Le troisième point que je voudrais aborder avec le député est le suivant. Selon lui, le gouvernement, un gouvernement qui, a-t-il dit plus ou moins, a tout cédé au NPD, a des priorités qui sont mauvaises parce que l'argent va au NPD.

    Lorsque je considère la liste des quatre éléments prévus ici, il me semble difficile de dire que le NPD va toucher quoi que ce soit sur les 900 millions de dollars de plus qui sont prévus pour l'environnement. Il y a des fonds de 1,5 milliard de dollars pour les programmes de formation, les études postsecondaires, les Canadiens autochtones, etc. Je ne crois pas que les députés néo-démocrates soient aux études. Ils font leur travail à la Chambre. Quant aux 1,6 milliard de dollars prévus pour le logement abordable, le député ne croit-il pas que ce sont des citoyens canadiens qui en profiteront?

    Enfin, en ce qui concerne le montant consacré à l'aide à l'étranger, il ne sera pas distribué directement. Il sera confié à l'Agence canadienne de développement international, l'ACDI, dont j'ai déjà été chargé à titre de ministre. Il sera donc confié à l'ACDI, qui l'administrera et bonifiera les programmes grâce auxquels les organisations non gouvernementales et d'autres font du bon travail au nom des Canadiens.

    L'ACDI est l'une des organisations de développement international les plus respectées dans le monde entier. Sa réputation est excellente. J'ai parcouru le monde à la tête de ce groupe, et je connais sa réputation. Le député n'estime-t-il pas que l'ACDI, qui administre déjà un budget de 3 milliards de dollars par année, est en mesure de s'occuper des fonds prévus dans le projet de loi sur le budget?

+-

    M. Rob Merrifield: Monsieur le Président, les questions de mon collègue me donnent l'occasion de l'aider un peu. Je sais qu'il siège ici depuis une période de temps considérable, mais il y a peut-être une partie des choses qui se font ici qui lui a échappé.

    Je ne suis ici que depuis 2000, donc je vois les choses avec un oeil neuf. Voyons ce qui s'est produit dans le cas de ce projet de loi, par opposition à ce qui est arrivé au projet de loi C-43, qui a franchi toutes les étapes du processus. Les membres du comité se sont déplacés et ils ont dialogué avec les Canadiens d'un océan à l'autre au sujet du projet de loi C-43 pour voir s'il en ressortirait des idées sur les domaines dans lesquels il faudrait dépenser l'argent en cette prochaine année. Les budgets sont très importants, car ils présentent ces choix à tous les Canadiens.

    Ce projet de loi, le C-48, n'a pas suivi ce processus. Il a suivi un processus étonnant: une chambre d'hôtel où se trouvaient trois personnes, quatre cents mots, pas de mécanisme de reddition de comptes, pas de planification et pas de décision sur la façon dont l'argent devrait être dépensé ou sur les priorités qu'il fallait définir.

    Voilà pourquoi ce projet de loi est une abomination; il n'a pas franchi toutes les étapes normales du processus et a tourné en ridicule les budgets de notre pays. Il a également couvert la Chambre de ridicule, car son seul objectif était l'achat de votes. Il n'a rien à voir avec les Canadiens. À tous les députés d'en face qui disent que ce projet de loi est dans l'intérêt des Canadiens, je réponds que ce n'est pas le cas. L'argent a été dépensé au Canada, mais pas pour les Canadiens. Ces dépenses ont servi à acheter l'appui nécessaire pour qu'un gouvernement demeure illégitimement au pouvoir. Cela doit absolument cesser. Il faut régler ce problème.

    Qui le réglera? Un seul groupe est suffisamment puissant pour le faire: le public canadien. Les Canadiens sont conscients de ce qui se trame. Ils comprennent exactement ce qui s'est passé et, le moment venu, ils régleront le problème. J'ai bien hâte d'expliquer cela aux Canadiens pendant les prochaines élections. Les Canadiens ne sont pas dupes, ils vont faire cesser cela. J'ai bien hâte.

    Le député a parlé de certains des amendements. Le but de nos amendements était d'introduire un minimum de bon sens dans ce qui s'est passé dans cette chambre d'hôtel. Le premier amendement portait sur le remboursement de la dette. C'était l'article 1. L'article 2 visait à dresser un plan pour garantir que les fonds ne seraient pas gaspillés ou mal utilisés. L'article 3 visait à inclure au projet de loi une disposition touchant la reddition de comptes concernant l'utilisation des fonds.

    Voilà ce que je réponds à mon collègue. Je trouve sa question consternante, car il est à la Chambre depuis assez longtemps pour connaître les faits exacts.

  +-(1725)  

+-

    M. Alan Tonks (York-Sud—Weston, Lib.): Monsieur le Président, je saisis l'occasion qui m'est offerte d'intervenir dans le débat sur le projet de loi C-48 ce soir. Je me suis demandé quelles impressions avaient les Canadiens qui suivaient ce débat, particulièrement du dernier échange et des commentaires formulés par le dernier intervenant.

    Une chose évidente doit ressortir de tous les grands discours qui ont servi à taxer le gouvernement de corruption et son bilan budgétaire d'abomination. Toutes les personnes bien renseignées qui ne tarrissent pas sur les effets que cette mesure aura sur le public canadien devraient se montrer honnêtes et reconnaître que les Canadiens ont envoyé deux messages.

    Premièrement, ils ont dit qu'il voulait que le gouvernement établisse clairement des priorités. Deuxièmement, ils veulent que ces priorités soient articulées autour du budget. Ils porteront un jugement sur le gouvernement en fonction des suites que celui-ci aura données au budget.

    Quant aux sondages, ils sont un outil permettant de jauger les impressions des gens sur nos actions. Nous n'agissons pas uniquement en fonction des sondages, mais ceux-ci indiquent clairement que les Canadiens veulent que nous revenions à l'essentiel et que nous renforcions les institutions dont ils dépendent, en particulier par le truchement de programmes sociaux et de programmes visant à améliorer l'environnement.

    Prenons brièvement un peu de recul pour parler des priorités des Canadiens, sans pointer de doigt accusateur ou parler de corruption et de tout le reste. Si nous faisons cela, les Canadiens, dans leur sagesse collective, finiront par examiner notre bilan et les secteurs où nous voulons faire mieux et ils nous jugeront en conséquence.

    Je crois que ce que craignent les députés de l'opposition, si je puis le dire, c'est que nous serons mieux perçus qu'eux par la population. Cela s'expliquera du fait que nous aurons clairement défini les besoins des Canadiens.

    Il m'est difficile à accepter que nous n'abordons pas les questions qui intéressent les Canadiens quand nous parlons du logement abordable et de ses répercussions sur les sans abri dans nos grandes villes, ou quand nous parlons d'éducation postsecondaire et que des jeunes viennent ici nous faire un rappel. Les associations étudiantes universitaires sont venues nous rappeler, à l'occasion d'un jour de lobbying, l'escalade de la dette que les étudiants doivent contracter. Quand nous parlons des préoccupations des étudiants de niveau postsecondaire, nous parlons des préoccupations de leurs parents quant à leur capacité de gérer leurs aspirations et leurs espoirs.

    N'est-ce pas là ce dont les Canadiens veulent nous entendre parler d'abord et avant tout?

    En matière d'environnement, le projet de loi C-48 prévoit 800 millions de dollars de plus en vue de permettre aux villes de gérer leurs programmes de transport et de planification de façon durable. N'est-ce pas ce que les Canadiens attendent de nous? Ne s'attendent-ils pas à ce que nous empruntions tous les moyens possibles pour satisfaire aux aspirations de plusieurs centaines de collectivités? Ce sont là les questions que les Canadiens veulent nous voir aborder.

    Ce n'est pas un simple tour de passe-passe qui accompagne une manoeuvre politique. C'est un vrai dialogue avec les Canadiens. Je crois que l'opposition a peur que nous commencions à utiliser les bons mots et à parler la même langue que les Canadiens.

*   *   *

  +-(1730)  

+-Les travaux de la Chambre

+-

    L'hon. Karen Redman (Kitchener-Centre, Lib.): Monsieur le Président, des discussions ont eu lieu entre tous les partis et vous constaterez qu'il y a consentement unanime pour présenter la motion suivante. Je propose:

    Que, à la fin de la période prévue pour les questions orales, le jeudi 23 juin 2005, un porte-parole de chaque parti prononce une courte déclaration à la Chambre pour souligner le 20e anniversaire de la tragédie d'Air India.

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

*   *   *

[Français]

+-Message du Sénat

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): J'ai l'honneur de faire savoir à la Chambre que le Sénat a transmis un message à la Chambre pour l'informer qu'il a adopté un projet de loi d'intérêt public, qu'il soumet à l'assentiment de la Chambre.

    Comme il est 17 h 32, la Chambre abordera maintenant la période prévue pour l'étude des affaires émanant de députés selon l'ordre indiqué au Feuilleton d'aujourd'hui.


+-INITIATIVES PARLEMENTAIRES

[Initiatives parlementaires]

*   *   *

[Traduction]

+-Un symbole pour la Chambre des communes

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 30 mai, de la motion.

+-

    Mme Bev Oda (Durham, PCC): Monsieur le Président, je suis ravie de parler de la motion n228 qu'a présentée un député du gouvernement libéral. La motion propose que le Canada élabore et mette en valeur un nouveau symbole national, sous prétexte qu'un symbole est justifié à la Chambre des communes. Je me demande pourquoi le Canada a besoin d'un nouveau symbole national.

    Jetons un coup d'oeil à nos symboles actuels. J'ai examiné les symboles que possède le Canada, des symboles qui permettent aux Canadiens de visualiser leur fierté à l'égard de leur pays, des symboles qui rassemblent les Canadiens de toutes les régions, des symboles qui incarnent leur sentiment d'appartenance à leur pays, leurs valeurs et leurs aspirations communes, non seulement au Canada, mais aussi à l'étranger.

    Nous nous rappelons tous combien nous nous gonflons d'orgueil, individuellement et collectivement, lorsque nous apercevons le drapeau canadien porté dans un stade, à l'occasion des cérémonies d'ouverture de tous les Jeux olympiques, ou lorsque nous voyons l'unifolié hissé derrière nos médaillés, sur le podium.

    Des gens de ma circonscription, tout comme de nombreux Canadiens de toutes les régions, se rendent à mon bureau de circonscription pour demander des épinglettes représentant le drapeau canadien et fabriquées au Canada, afin de les apporter avec eux lorsqu'ils voyagent à l'étranger. Ces épinglettes sont prisées par des citoyens de bien d'autres pays, car elles représentent un pays qui fait l'admiration du monde entier.

    Quelle valeur les Canadiens attachent-ils à notre plus important symbole, notre drapeau, dans nos villes, dans nos municipalités et dans nos provinces? En général, le drapeau est respecté et arboré fièrement, mais, la fin de semaine dernière, j'ai été choquée en lisant un article de la Gazette de Montréal. On s'y demandait en grand titre si la phobie du drapeau n'était pas un symptôme de la maladie de Gomery, de la gomerite. L'article poursuivait:

    Pitié pour le pauvre unifolié, dernière victime du scandale Gomery.

    L'image de notre drapeau a tellement été entachée par le fiasco des commandites que plus personne en ville ne voudrait être pris à l'agiter pendant le défilé de la Fête du Canada. Jeudi dernier, en première page de la Gazette, un article disait que les organisateurs avaient beaucoup de mal à trouver des commanditaires pour des chars arborant des drapeaux du Canada, car les entreprises sont « effrayées » par le scandale des commandites.

    Le symbole national dont nous étions jadis si fiers rappelle maintenant des enveloppes remplies d'argent liquide. Selon l'un des organisateurs du défilé: « Les entreprises hésitent à commanditer un char du défilé de la Fête du Canada de peur d'être associées à l'unifolié. »

    N'est-il pas ironique qu'un député du parti qui a inspiré un tel dédain et une telle réticence à l'idée d'être associé à notre drapeau propose maintenant un nouveau symbole national? Le Parti libéral et sa façon de puiser à même l'argent des contribuables pour remplir ses coffres et les poches de quelques privilégiés sont la cause profonde de cette situation honteuse.

    Je rappellerai à tous les députés que le scandale des commandites découle d'une initiative d'un gouvernement libéral visant à promouvoir le Canada et la citoyenneté canadienne dans la province de Québec. Nous avons appris grâce à la commission Gomery que le gouvernement s'est acquitté de sa mission en imprimant le symbole du Canada absolument partout, y compris sur les balles de golf.

    Nous ne pouvons appuyer cette initiative visant à adopter un nouveau symbole national au moment où des gens ne veulent d'aucune façon être associée à notre drapeau national.

  +-(1735)  

    Avant que l'opposition n'envisage un nouveau symbole national, nous estimons que le gouvernement a la responsabilité d'accepter la triste réalité. La seule façon de réhabiliter le drapeau du Canada au Canada, et tout particulièrement au Québec, est de réhabiliter le gouvernement.

    Nous avons moins besoin d'adopter un nouveau symbole de la Chambre que de rétablir la Chambre dans l'estime de la population. Nous devons la rétablir comme lieu d'intégrité et de responsabilité. Nous devons montrer que la Chambre fonctionne dans l'intérêt de tous les Canadiens et ne sert pas tout simplement à acheter des votes pour garder le pouvoir.

    Si nous n'arrivons pas à rétablir à la Chambre la notion d'un gouvernement honnête et compétent, il nous restera à adopter un symbole qui ne sera source de fierté pour aucun d'entre nous. Nous savons que les médias ont proposé comme symboles des animaux rassemblés autour de la même auge. Ce n'est pas le symbole que souhaitent les Canadiens. Ils méritent mieux.

    La motion du député propose un nouveau symbole national qui serait le reflet du rôle, de l'histoire et de l'autorité de la Chambre. Or, nous avons vu comment le gouvernement a joué son rôle, pris sa place dans l'histoire et exercé son autorité. Libre à chacun d'imaginer quels symboles pourraient représenter la corruption et la tromperie, le plus grand scandale de l'histoire politique du Canada et le fait d'exercer son autorité pour dépenser des milliards de dollars de deniers publics à la cadence d'un milliard de dollars par jour pour acheter des votes. Un tel héritage se passe de symboles, selon nous.

    De plus, la motion demande que soit promulgué et protégé un nouveau symbole national. Nous avons vu comment le gouvernement exploite les symboles canadiens pour dépenser l'argent de nos impôts en le gaspillant et en l'employant à des fins douteuses.

    Pour ces raisons et surtout parce que nous estimons que notre responsabilité première consiste, avant d'adopter de nouveaux symboles, à donner aux Canadiens la fierté de leur pays, de leurs institutions et de leur drapeau, à renouveler cette fierté et à la maintenir, nous devons tous faire en sorte que les Canadiens soient à nouveau fiers de cette Chambre, de ce pays et de notre drapeau national, de telle sorte qu'il soit arboré fièrement dans tous les défilés, partout au pays le jour de la fête du Canada.

  +-(1740)  

[Français]

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais bien féliciter la députée d'en face de son discours, mais si je le faisais, je ne serais pas honnête.

    À la veille de la fête du Canada, elle vient prétendre que le drapeau de mon pays est entaché. Je ne l'accepte pas.

    Comme plusieurs en cette Chambre, on a tous des questions à propos de l'administration d'un programme. Cependant, cela ne veut pas dire pour autant qu'on a le droit de prétendre que nos institutions et, encore moins, le drapeau de notre pays sont entachés. Si certains le prétendent à l'extérieur de cet endroit, il est de notre devoir, à nous tous qui siégeons ici, de défaire un mythe semblable et de nous assurer que les symboles de notre pays demeurent chers aux yeux de tous.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je connais personnellement l'une des deux personnes qui sont à l'origine du drapeau se trouvant à côté de vous. Il s'agit du colonel Matheson, qui est le cousin du Président de la Chambre. Il habite à Kingston et il nous regarde peut-être.

    Le jour de la Fête du Canada de l'an 2000, le colonel Matheson, qui a été juge après avoir été député, se trouvait dans ma circonscription pour l'ouverture des jeux des Highlands dans Glengarry. J'avais pris les dispositions nécessaires auprès de notre sergent d'armes pour remettre au colonel Matheson le drapeau du Canada qui avait flotté sur la tour de la Paix le jour de la Fête du Canada de l'an 2000. À mes yeux, étant donné que John Matheson avait donné au Canada son drapeau, il était bien normal que nous lui remettions pour sa contribution ce témoignage modeste de notre reconnaissance. Voilà comment je vois ce symbole de notre pays.

    Ce genre d'intervention dans le débat actuel me semble déplacé. Je voudrais revenir au sujet du débat, bien que je sois quelque peu fâché du ton employé à propos de la question précédente. J'appuie la proposition du député de Scarborough--Rouge River.

    Je ne pense pas que le Canada ait trop de symboles. Je suis l'un de ceux qui accordent beaucoup d'importance à notre patrimoine. J'ai un diplôme en histoire, que j'ai d'ailleurs obtenu tout en siégeant à titre de député et, au cours des dernières années, à titre de ministre. Je crois beaucoup en ces symboles, qui font partie intégrante de notre identité.

    La Chambre des communes du Royaume-Uni a un symbole qui lui est bien particulier. Il s'agit de la grille que nous connaissons bien et qui se trouve sur tous les documents de la Chambre des communes.

    Par le débat qu'il a lancé, notre collègue de Scarborough—Rouge River veut s'assurer que la Chambre des communes du Canada a un symbole semblable. Pour savoir de quoi ce symbole aura l'air, nous pourrions jeter un coup d'oeil du côté du symbole que nous portons. Le député d'en face qui vient de prononcer un discours porte le même symbole que moi, c'est-à-dire la masse et la feuille d'érable. Le code vestimentaire auquel adhèrent les députés comprend un insigne de sécurité que nous portons tous sous forme d'épingle à boutonnière. Voilà qui pourrait être, selon moi, le point de départ du symbole que nous recherchons.

    J'ai une copie du rapport McGrath, qui tire son nom de James McGrath, un député conservateur qui a présidé un des premiers comités sur la réforme de la Chambre, il y a 20 ans. La plupart des recommandations ont été adoptées, même si le gouvernement Mulroney ne les a pas toutes adoptées à l'époque, comme on s'en souviendra.

    Sur la page couverture du rapport McGrath, on peut voir une reproduction agrandie de l'insigne que nous portons comme députés. Je consulte ce rapport fréquemment. J'en ai une copie dans mon pupitre, que je ne peux pas montrer parce qu'il est interdit de brandir des objets à la Chambre des communes. Il reste que ce sont là des symboles importants pour nous.

  +-(1745)  

    Je me demande si certains de nos collègues ont lu le livre de John Matheson sur l'histoire de notre drapeau et sur la lutte qui a mené à l'adoption de ce très important symbole de notre pays. Il souligne que tous les députés avaient dû prendre cette question au sérieux à l'époque parce qu'elle ne méritait pas moins que cela. Il raconte comment lui et d'autres se sont battus pour faire approuver le projet de loi et le design du drapeau, celui qui est aujourd'hui reconnu partout dans le monde. C'est le symbole du beau pays dans lequel nous vivons.

    Ce fut quelque chose de merveilleux pour nous. Avant que nous ayons notre drapeau, trois ou quatre designs différents avaient été utilisés pour identifier les Canadiens. Nous savons tous d'où vient la feuille d'érable sur notre drapeau canadien et sur notre épinglette. Elle vient du symbole qu'on trouvait sur les tombes des soldats en France et ailleurs après la Première Guerre mondiale. J'ai visité beaucoup de ces sites. J'ai vu la feuille d'érable. C'est principalement de cela que s'est inspiré le colonel Matheson lorsqu'il a produit le drapeau canadien. C'est le genre d'inspiration que nous devrions avoir en recherchant un symbole pour la Chambre des communes afin de rehausser l'image de cette institution au lieu de la dénigrer comme j'ai entendu quelqu'un le faire dans le discours précédent.

    Je n'avais même pas l'intention de parler de cette question. Je ne le fais manifestement pas à partir de notes préparées. Lorsque cette mesure sera enfin adoptée et que tout sera prêt, je ne serai plus député. Comme tous mes collègues le savent, je prends ma retraite. Cependant, je crois quand même que c'est quelque chose qui doit se faire. À mon avis, c'est une bonne idée que d'avoir ces symboles qui identifient une nation, que ce soit l'aigle américain, notre tour de la Paix, les trois couleurs du drapeau français ou d'autres symboles de ce genre. Les pays sont identifiés par des symboles. Certains groupes sont identifiés par des symboles. Diverses associations ont chacune leur propre drapeau.

[Français]

    Il y a deux ans, l'Assemblée législative de la province de l'Ontario a adopté le drapeau franco-ontarien, grâce à l'initiative de mon collègue provincial. Ce drapeau flottera à l'Assemblée législative dans quelques jours, le 24 juin; c'est un symbole.

    Le député de Scarborough—Rouge River propose de nous doter d'un symbole semblable, comme il en existe ailleurs, pour cette belle et grande institution dans laquelle nous avons l'honneur et le privilège de siéger. Quant à moi, je l'appuie. J'espère qu'un jour il atteindra son objectif. Je sais que c'est un travail de longue haleine. On pourra se moquer comme on le voudra de la volonté d'adopter un nouveau symbole, mais lorsque arrivera le moment de passer à l'action, on constatera que ce symbole prend les gens par les tripes. Son adoption ne se fera pas du jour au lendemain. Tout le monde a des idées très arrêtées à cet égard. C'est pourquoi il faudra du temps.

    Pour ma part, je dis bravo au député de Scarborough—Rouge River et à tous ceux et celles qui voteront en faveur de sa motion. J'espère qu'on adoptera ce symbole qu'il souhaite nous voir adopter et qu'un jour, on trouvera que ce fut une très bonne idée de doter la Chambre des communes du Canada de ce symbole distinctif auquel on peut s'associer et qui fera dorénavant partie de la grande institution dans laquelle nous sommes appelés à servir les Canadiens.

[Traduction]

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): La Chambre est-elle prête à se prononcer?

    Des voix: Le vote.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Le vote porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Que tous ceux qui sont en faveur de la motion veuillent bien dire oui.

    Des voix: Oui.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Que tous ceux qui sont contre veuillent bien dire non.

    Des voix: Non.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): À mon avis, les non l'emportent.

    Et plus de cinq députés s'étant levés:

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Conformément à l’article 93 du Règlement, le vote est reporté au mercredi 22 juin 2005, immédiatement avant la période réservée aux initiatives parlementaires.


+-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

  +-(1750)  

[Traduction]

+-Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements

    La Chambre reprend l'étude du projet de loi C-48, Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements, dont le Comité permanent des finances a fait rapport avec des amendements, et des motions du groupe no 1.

+-

    Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC): Monsieur le Président, dans une autre vie, le ministre des Finances, l'actuel premier ministre, se félicitait de gérer avec prudence les finances de notre pays.

    En 1994, il a pris la parole à la Chambre et il a déclaré que le temps des promesses extravagantes et inconsidérées était révolu, précisant ce qui suit: « Cela fait des années que les gouvernements promettent plus qu'ils ne peuvent en donner, et en donnent plus qu'ils ne peuvent se permettre. Cela ne peut plus continuer. Nous y mettons fin. »  C'était il y a longtemps tout cela.

    Le premier ministre a renoncé à la notion de prudence en matière de dépenses budgétaires. Comme en témoigne le projet de loi C-48, il a plutôt privilégié l'imprudence à cet égard. Pire encore, le premier ministre a décidé de conclure derrière des portes closes un curieux accord avec le chef du parti qui compte le moins de députés à la Chambre, cela pour obtenir l'appui de ces derniers, laissant du même coup le NPD dicter la teneur du budget.

    Voici ce qu'a écrit Don Martin, le chroniqueur respecté de la scène politique fédérale:

    Après avoir tourné en dérision M. Layton, ce chef de parti dont la philosophie du « imposer et dépenser » allait, disait-il, être à l'origine d'énormes déficits fédéraux, le premier ministre qualifie maintenant le budget du NPD de document budgétaire prudent, qui atteste le bon fonctionnement du Parlement.

    Pensez aux ramifications de tout cela. Tout ce que nous faisons en tant que parlementaires, tous nos débats et tous les votes ainsi que toutes les mesures législatives, tout cela ne touche pas les familles canadiennes aussi directement que la façon dont nous dépensons l'argent qu'elles gagnent durement. Les postes de dépense choisis par le gouvernement renvoient aux priorités et aux valeurs des Canadiens.

    En février dernier, le gouvernement libéral a présenté un budget dont il était très fier et qu'il présentait sous le titre Respecter ses engagements. Dans l'introduction des documents budgétaires, on louait ce qui est décrit comme étant « une stratégie équilibrée afin de bâtir une économie du XXIe siècle qui améliorera la qualité de vie de l'ensemble des Canadiennes et des Canadiens. » On ajoutait qu'une « économie productive et croissante crée des emplois, accroît les revenus et appuie les investissements dans la qualité de vie des Canadiens ».

    Le Parti conservateur était prêt à travailler avec le budget de février. Ce n'était pas le budget idéal, mais il reconnaissait la nécessité de contrebalancer l'augmentation des dépenses par le remboursement d'une partie quelconque de la dette et des allégements fiscaux modestes.

    Cependant, comme les vents changeants de la fortune politique menaçaient de mettre un terme au règne libéral, le premier ministre a complètement mis de côté sa propre planification budgétaire et a adopté un budget néo-démocrate qui, selon la Fédération des contribuables canadiens, « dilapide l'excédent budgétaire et fait fi de l'établissement d'un budget responsable en faveur de dépenses irresponsables ».

    Au moment de formuler sa mesure législative la plus importante, celle qui renvoie directement aux valeurs et aux priorités des Canadiens, le gouvernement fédéral a décidé de faire un virage radical et d'adopter les priorités du NPD, un parti qui a reçu un maigre 15 p. 100 des voix lors des dernières élections et le moins populaire des trois grands partis politiques fédéraux.

    Ce n'est pas un fait isolé. Les Canadiens ont rejeté avec constance le NPD et sa philosophie des impôts élevés et des dépenses incontrôlées. Pourquoi les Canadiens rejettent-ils avec une telle constance ce parti politique? Je ne peux pas me prononcer pour tous les Canadiens, mais beaucoup ont vu le comportement souvent désastreux des néo-démocrates lorsqu'ils forment des gouvernements provinciaux.

    Les habitants de ma province, la Saskatchewan, savent trop bien comment un gouvernement néo-démocrate traite le Trésor public. D'ailleurs, aujourd'hui même, dans un éditorial du StarPhoenix de Saskatoon, on lisait un éditorial extrêmement critique du gouvernement néo-démocrate de cette province. On y lit:

[...] un gouvernement qui n'a pas de véritable stratégie pour la province, mais qui a l'intention de dépenser jusqu'au dernier sou noir qu'il y aura dans les coffres de la province en laissant ceux qui viendront demain se débrouiller seuls.

    La conclusion de cet éditorial, c'est que « les contribuables sont très peu susceptibles de retirer quelque avantage direct que ce soit de toutes les dépenses irresponsables que continue de faire le gouvernement ».

    Les ressemblances entre le gouvernement fédéral et le gouvernement provincial de la Saskatchewan sont très révélatrices. Les deux se sont engagés dans une course folle à la dépense sans aucun cadre de référence et sans accorder d'allégements fiscaux aux contribuables.

    Toute action a une conséquence. Les dépenses imprudentes de l'État ont des conséquences. Le premier ministre le savait, à une époque. Il n'y a pas si longtemps, il a parlé à la Chambre du danger des dépenses effrénées et de la manière dont celles-ci contribuaient au « cercle vicieux dans lequel notre déficit chronique contribuait à la léthargie de l'économie, ce qui augmentait encore davantage les déficits, et créait ensuite un plus grand malaise. »

  +-(1755)  

    Ce cercle vicieux de dépenses effrénées et de ralentissement économique de plus en plus important coûte cher aux familles et aux particuliers qui travaillent fort pour survivre.

    La Saskatchewan a beaucoup souffert des années pendant lesquelles les néo-démocrates étaient au pouvoir. Son niveau de revenu familial par habitant est un des plus faibles du pays, elle compte le plus petit nombre de personnes d'âge moyen à haut revenu au Canada, son taux d'épargne chez les particuliers est négatif depuis quatre ans et, encore plus inquiétant, cela fait 14 trimestres de suite qu'elle se vide peu à peu de sa population.

    Je répète que le problème de l'exode est extrêmement grave pour l'avenir de la Saskatchewan. Ce n'est pas seulement le nombre de gens qui quittent qui est un problème, mais aussi le type de gens.

    D'après un récent rapport de Statistique Canada, les deux plus grandes villes de la province, Regina et Saskatoon, sont parmi les villes canadiennes qui souffrent le plus de l'exode des cerveaux. Regina a perdu 7 p. 100 et Saskatoon 6 p. 100 de leurs diplômés universitaires de 2001, qui sont partis dans d'autres centres urbains canadiens. L'ingérence excessive de l'État, surtout sous forme de dépenses imprudentes, étouffe l'innovation et l'entrepreneuriat. Plus important encore, elle mine les emplois, ces mêmes emplois que les nouveaux diplômés cherchent en vain en Saskatchewan.

    Malheureusement, puisque le premier ministre estime qu'il est nécessaire de modifier le budget afin de convenir aux néo-démocrates, nous nous retrouvons avec une économie néo-démocrate. Les libéraux auraient peut-être dû demander ce qui caractérise une économie néo-démocrate, ou plutôt, ce qui ne caractérise pas une économie néo-démocrate, avant de signer avec tant d'entrain.

    L'Institut C.D. Howe a récemment déterminé que les modifications apportées au budget par le NPD coûteraient à l'économie canadienne 340 000 emplois, ce qui est énorme. Les réductions de l'impôt des sociétés auxquelles le NPD s'oppose farouchement auraient permis aux sociétés d'offrir aux Canadiens plus d'emplois et des emplois mieux rémunérés.

    Selon Dennis Gartman, analyste en placements bien connu, le projet de loi C-48 est « le pire message que le premier ministre peut envoyer aux marchés financiers [...] Les gens souhaitant investir au Canada devraient maintenant, au mieux, y penser à deux fois ».

    Le projet de loi C-48 va à l'encontre du principe universellement reconnu selon lequel pour stimuler la croissance de l'emploi, il faut des taux d'imposition des sociétés concurrentiels. Je cite de nouveau M. Gartman. Selon lui, le projet de loi est « tout simplement de la mauvaise politique économique. Il contredit l'affirmation des libéraux voulant qu'une économie concurrentielle soit prioritaire pour garantir notre niveau de vie collectif ».

    Cela étant, comment quelqu'un peut-il appuyer le projet de loi C-48? En fait, quelqu'un croit-il honnêtement que le premier ministre, vers 1994 ou 1998 lorsqu'il était ministre des Finances, aurait appuyé ce projet de loi? La plupart des gens sensés ne voudraient pas dépenser quelques milliers de dollars en rénovations sans plan détaillé, alors encore moins près 5 milliards de dollars pour d'importantes initiatives gouvernementales ne reposant sur aucun plan convenable.

    Les libéraux vont-ils réagir aux réserves sérieuses exprimées par la vérificatrice générale au sujet de la capacité de certains ministères d'exécuter les programmes efficacement, les mêmes ministères auxquels les libéraux veulent donner plus d'argent dans le cadre du projet de loi C-48? Existe-t-il un plan adéquat pour répondre à ces préoccupations? Les libéraux en ont-ils discuté avec Buzz Hargrove à l'hôtel Royal York?

    Il serait insultant pour les millions de Canadiens qui travaillent fort d'appuyer un projet de loi qui, en plus de coûter des milliards de dollars, risque de ne pas atteindre ses objectifs. Si nous voulions agir de manière rationnelle, nous nous assurerions, premièrement, que l'argent disponible est dépensé efficacement et que les programmes peuvent être suffisamment améliorés pour justifier des dépenses supplémentaires. Étonnamment, la coalition formée des libéraux et des néo-démocrates s'oppose fermement à cette démarche; elle a voté contre des amendements, proposés lors de l'étude par le Comité des finances, pour que les dépenses du projet de loi C-48 fassent l'objet d'une meilleure reddition de comptes aux Canadiens et s'appuient sur une approche financière plus prudente.

    Comme la plupart des gens rationnels, je ne peux pas, en mon âme et conscience, appuyer l'adoption de ce projet de loi.

  +-(1800)  

+-

    L'hon. Peter Adams (secrétaire parlementaire de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.): Monsieur le Président, j'ai écouté les propos de la députée et j'ai un peu perdu le fil quand elle a parlé de l'exode des cerveaux en Saskatchewan et qu'elle a établi un lien avec le budget et avec le gouvernement en poste au cours des dernières années.

    Je ne regarde peut-être pas les bons postes de télévision, mais je crois me rappeler avoir vu des publicités dans lesquelles on faisait la promotion de la Saskatchewan comme un endroit idéal pour la recherche et le développement, un bon endroit pour faire des affaires, une fière province nantie où les gens, les entrepreneurs et les scientifiques devraient venir.

    Je n'ai pas de chiffres en main, mais le Centre canadien de rayonnement synchrotron de l'Université de la Saskatchewan est devenu un centre mondial de haute technologie, pas seulement dans le sens général du terme, mais aussi dans le sens scientifique, une science qui dépend d'installations perfectionnées qui n'existent pratiquement nulle part ailleurs au monde.

    Je crois également comprendre que l'Université de la Saskatchewan offre le plus grand éventail de programmes de formation en matière de santé au pays et probablement même en Amérique du Nord. Parmi toutes les institutions de formation dans le domaine de la santé, des écoles de médecine dites normales jusqu'aux différents genres d'écoles de soins infirmiers et de centres de technologies de la santé, l'Université de la Saskatchewan est réellement dans une classe à part. Pour ce qui est des sciences vétérinaires et des autres aspects de l'agriculture, si l'on peut classer les sciences vétérinaires dans le domaine agricole, l'Université de la Saskatchewan est également un endroit de prédilection.

    Je suis un peu moins à l'aise de parler de l'Université de Regina et de la First Nations University qui se trouve également à Regina. Toutefois, je sais que toutes les deux reçu un grand nombre de chaires de recherche du Canada et obtenu un montant substantiel pour financer les coûts indirects de la recherche. Ces deux universités font un travail remarquable pour les étudiants autochtones de la province.

    La députée pourrait-elle me dire ce qu'elle entend par l'exode des cerveaux en Saskatchewan alors que la province a profité de tout cela. Pourrait-elle me dire par exemple combien de chaires de recherche du Canada l'Université de la Saskatchewan a obtenues? Combien de bourses du millénaire ont été accordées en Saskatchewan? Combien de bourses d'études supérieures du Canada la Saskatchewan a-t-elle reçues? Combien d'argent l'Université de Regina a-t-elle obtenu pour couvrir les coûts indirects de la recherche dans les universités? Combien ces trois universités ensemble ont-elles reçu des conseils subventionnaires, des programmes de sciences sociales et de sciences physiques, du CRSNG et des Instituts de recherche en santé du Canada?

    La députée pourrait-elle nous expliquer ce phénomène d'exode des cerveaux qu'elle a mentionné et nous dire pourquoi elle n'est pas prête à appuyer une augmentation de 2 p. 100 de ce budget, qui viendrait appuyer ces éléments dont je viens de parler?

+-

    Mme Lynne Yelich: Monsieur le Président, je pense que je devrais inviter le député à venir en Saskatchewan, afin qu'il voit ce dont je parle.

    Notre population a diminué de façon incroyable. Les gens sont très déprimés, parce que le budget ne parle pas de l'agriculture. Ceux qui suivent ce qui se passe avec le programme de péréquation ont l'impression que la Saskatchewan a été exclue. Ils éprouvent un sentiment d'aliénation très fort, sans compter que les impôts qu'ils doivent payer les ruinent.

    Ce que j'essaie de dire, c'est que la plupart des gens qui quittent la Saskatchewan le font parce que l'administration qui dirige les destinées de la province à l'heure actuelle est très antipathique vis-à-vis des entreprises et de l'industrie. On m'a dit que la plupart des compagnies préfèrent rester à l'extérieur de la Saskatchewan. Par exemple, les sociétés pétrolières préfèrent avoir leur siège social en Alberta, parce qu'elles sont très mal accueillies dans notre province.

    Pourtant, il s'y passe de bonnes choses, en dépit du gouvernement néo-démocrate en place. C'est dire à quel point les gens de la Saskatchewan sont bons et travailleurs. Nous parvenons à garder la tête au-dessus de l'eau malgré la présence du gouvernement néo-démocrate. Cela dit, j'invite le député à venir se promener sur nos routes.

    Je ne sais trop quoi penser de cette publicité, étant donné que l'an dernier en Saskatchewan les parcs allaient rester fermer jusqu'en juillet, parce qu'on n'avait pas assez d'argent pour les ouvrir et y affecter du personnel. Nos parcs ne sont pas entretenus et ils sont en très mauvais état. Ce n'est qu'une chose parmi d'autres.

    Une voix: Le gouvernement fédéral essaie d'apporter une aide relativement à ces questions.

    Mme Lynne Yelich: Je parle d'un gouvernement néo-démocrate qui a des priorités. Ses priorités sont l'ouverture de trois nouveaux magasins d'alcool. Le NPD ferme des écoles dans les régions rurales de la Saskatchewan. Il ferme des hôpitaux. C'est en Saskatchewan que les listes d'attente sont les plus longues au pays. Le député peut consulter nos statistiques en matière de justice pénale s'il veut réellement vivre en Saskatchewan, ou encore il n'a qu'à voir ce que c'est que de vivre sous un régime communiste.

  +-(1805)  

+-

    L'hon. Hedy Fry (secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, je ne puis que sourire lorsque j'entends les députés conservateurs d'en face nous parler de déficit et de prudence financière. Les conservateurs n'ont pas de leçons à nous donner sur les questions budgétaires.

    Lorsque nous avons pris le pouvoir en 1993, nous avons hérité d'un déficit de 43 milliards de dollars que nous avait laissé le gouvernement conservateur. Nous avons en même temps hérité d'une dette énorme détenue en grande partie par des intérêts étrangers. Nous avons fait ce qu'il faillait et nous venons de présenter notre neuvième budget équilibré d'affilée. Nous avons effectué des remboursements sur la dette chaque année.

    Les conservateurs continuent de parler de nos excédents. J'ignore si certains députés se rappellent encore du SRAS, des feux de forêt en Colombie-Britannique ou des inondations du Saguenay. Il nous fallait de l'argent pour apporter notre aide dans ces situations d'urgence, sans pour autant nous endetter à nouveau. C'est ce qu'on appelle la prudence financière. Celle-ci consiste à avoir de l'argent en réserve pour parer à l'imprévu. Le gouvernement n'a pas seulement prêché la prudence financière. Il l'a mise en pratique.

    C'est avec fierté que nous prenons aujourd'hui la parole pour dire que le Canada, de tous les pays du G-8, fait partie de ceux qui affichent la meilleure performance financière. Comment ces députés pourraient-ils parler de prudence financière et avoir ensuite l'audace de laisser entendre que nous avons couché avec le NPD pour présenter certains éléments de notre programme qui ont toujours été des priorités pour nous.

    Nous entendons parler du grand public et on nous dit qu'il faut l'écouter. Nous l'écoutons. Le public a élu un gouvernement minoritaire parce que, dans sa sagesse, il a estimé que les députés devraient se comporter comme des adultes et collaborer au bien commun. C'est exactement ce que font les deux partis de ce côté de la chambre. Nous nous sommes rencontrés pour parler d'initiatives qui permettront au gouvernement d'avancer et d'agir dans le meilleur intérêt du public. De ce côté de la Chambre, nous nous comportons comme des adultes. Nous essayons de faire ce pour quoi le public nous a élus, mais certains jouent encore leur petit jeu.

    Avant même que le ministre des Finances ait terminé de dire ce qu'il avait à dire au sujet du budget, le chef de l'opposition a déclaré que son parti n'aurait rien à lui reprocher. Il a dit que son parti ne serait jamais capable de renverser le gouvernement sur la question du budget, car c'était un bon budget.

    Vers le milieu d'avril, il y a eu un revirement de situation. Tout à coup, la cupidité, si l'emploi de ce mot est permis, et la nature accapareuse de ce parti se sont manifestées. Celui-ci a donc décidé de s'en prendre au gouvernement et de le faire tomber. Les conservateurs ont décidé de ne pas faire ce pourquoi la population nous a élus, à savoir former un gouvernement minoritaire au sein duquel nous pouvons collaborer. C'est alors que les petits jeux ont commencé.

    Les voilà maintenant qui nous parlent de prudence financière et qui se soucient beaucoup de l'existence d'un excédent. Je m'étonne que ces gens-là sachent même ce qu'est un excédent.

    Jetons un coup d'oeil au bilan des gouvernements conservateurs. Je ne pense pas que les conservateurs savent ce qu'est un excédent parce qu'ils n'en ont jamais vu. À la vue d'un excédent, ils ne savent donc pas quoi en faire. Cela doit les contrarier parce qu'ils n'arrêtent pas d'en parler.

    Nos excédents nous permettent de faire face aux imprévus, comme cela est arrivé ces dernières années. Ils nous permettent d'intervenir quand les éléments se déchaînent ou que d'autres difficultés surviennent, tout en préservant l'équilibre budgétaire et en prévenant les situations déficitaires.

    Examinons maintenant l'opposition des conservateurs au logement abordable. J'ai récemment entendu un député dire que les gens préféreraient avoir l'argent dans leurs poches.

  +-(1810)  

    Quelqu'un a parlé de cours de violon. Beaucoup de gens dans ma circonscription aimeraient bien suivre des cours de violon, mais ils n'ont pas les moyens de payer leur loyer, à plus forte raison des leçons de musique.

    Parlons de la réalité du logement abordable. Le logement est un besoin fondamental. Un logement abordable est un moyen essentiel grâce auquel des gens peuvent se permettre une vie non pas extraordinaire, mais tout à fait ordinaire et de s'en tirer en ayant un abri, de la nourriture et des vêtements. Voilà ce que permet un logement abordable.

    Ce n'est pas un domaine auquel le gouvernement a soudainement décidé de s'intéresser par hasard. Cette initiative découle d'une plate-forme du logement abordable que nous avons mise en avant. Nous avons conjugué nos efforts à ceux du Nouveau Parti démocratique pour mettre cette initiative en avant plus rapidement. Nous venons de parler de logement abordable. Nous avons injecté 2 milliards de dollars dans l'itinérance. Depuis que nous sommes au pouvoir, nous avons consacré plus de 2 milliards de dollars à divers types de logement. Nous favorisons l'existence des coopératives d'habitation en veillant au maintien des coopératives actuelles et à la création d'un nouveau parc de logements coopératifs. Nous accélérons quelque peu leur développement. Nous pouvons nous le permettre. Voilà ce que la prudence financière a rendu possible. Elle nous a fourni l'argent dans la caisse grâce auquel nous avons pu réaliser ce genre de projet sans entraîner un déficit. Ce n'est pas quelque chose de nouveau. Nous faisons ce qu'il faut pour les Canadiens.

    En ce qui concerne l'éducation postsecondaire, pour être compétitifs, nous devons comprendre que c'est une main-d'oeuvre qualifiée qui va nous procurer l'avantage concurrentiel dont nous avons besoin afin d'exister au XXIe siècle. Les piliers, les moteurs de la croissance et du développement économiques, ce sont les gens, c'est le capital humain. Nous devons investir pour aider nos jeunes gens à acquérir les qualifications, l'éducation et la formation dont ils ont besoin pour devenir des éléments productifs de notre société, pour bien gagner leur vie et pour faire en sorte que le Canada puisse concurrencer le reste du monde.

    Nous dépendons du commerce pour une part tellement importante de notre produit intérieur brut. Nous avons donc besoin de gens capables de travailler et de produire. Nous constatons qu'il y a une crise de productivité non seulement au Canada, mais dans tous les grands pays industrialisés. Nous nous attaquons à ce problème avant qu'il ne prenne trop d'ampleur. Nous consacrons nos énergies à progresser et à mettre à niveau les compétences des Canadiens, de nos jeunes et de ceux dont le métier n'est plus en demande pour diverses raisons dans la nouvelle économie.

    Nous avons besoin d'une main-d'oeuvre compétente pour le XXIe siècle et nous avons pris des mesures en ce sens. Nous avons investi dans l'éducation postsecondaire, nous avons augmenté les transferts aux provinces à cet égard. En ce qui a trait au Transfert canadien en matière de programmes sociaux, nous avons injecté 5 milliards de dollars par année afin d'aider directement l'éducation postsecondaire, entre autres. Le REEE lancé par le gouvernement permet aux familles de mettre de l'argent de côté dès la naissance de leur enfant, afin que cet enfant puisse avoir accès à l'éducation postsecondaire.

    Voilà ce que nous avons fait. Nous avons investi dans les Canadiens. En présentant ce budget, nous demandons 1,5 milliard de dollars supplémentaires pour accélérer le processus. Le monde évolue rapidement et nous devons demeurer concurrentiels et à la fine pointe de l'éducation.

    Je ne suis pas surprise que les députés d'en face n'appuient pas les mesures environnementales, mais je suis étonnée de voir que les bloquistes ne les appuient pas non plus. Le Bloc a toujours fortement appuyé le Protocole de Kyoto et les autres dossiers environnementaux. Au cours de mes 12 années à la Chambre, ces gens-là ont répété jour après jour que nous avions besoin de données scientifiques solides. Pendant que le reste du monde progresse et reconnaît que la planète se réchauffe et que le smog fait des victimes et cause l'asthme chez les jeunes, ces gens-là répètent « Donnez-nous des preuves scientifiques », tel un mantra. Ils sont complètement déconnectés de la réalité.

    Le projet de loi C-48 propose d'affecter 900 millions de dollars à un Fonds éco-net, afin d'aider les familles à faible revenu à améliorer l'efficacité énergétique de leur maison. C'est de la bonne gouvernance et c'est encore une fois conforme à nos priorités. Le gouvernement a investi 1 milliard de dollars sur cinq ans dans le Fonds éco-net afin d'encourager les projets et les mesures rentables visant à réduire la production de gaz à effet de serre.

    Nous avons collaboré avec un autre parti politique de la Chambre pour accomplir exactement ce que les Canadiens s'attendent d'un gouvernement minoritaire, soit collaborer sans partisanerie pour le bien de la population.

  +-(1815)  

    Je me demande si les députés d'en face me diront que le logement abordable ne sert pas l'intérêt des Canadiens et n'est pas important pour différentes catégories de nos concitoyens. De toute évidence, ils n'ont pas de ces citoyens dans leurs circonscriptions parce qu'ils ne savent même pas que ce besoin existe. Au chapitre de l'environnement, l'Association médicale canadienne a récemment souligné que nombre d'enfants canadiens souffrent maintenant d'asthme à cause du smog. Pour ce qui est de l'éducation postsecondaire, le gouvernement veut que les jeunes canadiens possèdent les outils nécessaires pour se tailler une situation et pour accroître la compétitivité du Canada au cours de la prochaine génération.

    En outre, le gouvernement rembourse la dette. Il s'y emploie. Après ces dépenses, il lui reste encore 4 milliards de dollars à utiliser pour réduire la dette. Chaque année, c'est ce que fait le gouvernement. Il consacre 3 milliards de dollars au remboursement de la dette. Il a réussi à remédier aux dommages causés par l'administration conservatrice qui l'a précédé. Le gouvernent libéral a sorti les Canadiens du désespoir dans lequel ils étaient plongés. Nombre de nos concitoyens ont perdu leur maison parce que les taux hypothécaires étaient trop élevés. Le chômage avait dépassé 10 p. 100. Les Canadiens étaient complètement désespérés parce qu'ils ne savaient pas eux-mêmes quoi faire.

    Quant à l'idée de laisser une dette, rappelons que nous élevons des jeunes. Les conservateurs souhaiteraient que nous laissions les jeunes de la prochaine génération payer la dette.

    J'appuie ce projet de loi et je dis aux députés d'en face qu'ils devraient avoir honte s'ils n'en font pas autant.

+-

    M. Ken Epp (Edmonton—Sherwood Park, PCC): Monsieur le Président, la députée a vraiment affiché ses couleurs. Le Protocole de Kyoto a trait au dioxyde de carbone et à la vapeur d'eau. Eh bien, après le discours de la députée, la Chambre en est plus remplie que jamais.

    La députée a fait référence à des taux d'intérêt dépassant 10 p. 100. Je me rappelle avoir offert des services-conseils à des personnes dont la maison risquait d'être saisie et qui croyaient avoir fait une mauvaise affaire. Si je me souviens bien, cela se passait au début des années 1980, avant que les conservateurs ne soient élus. Cela se passait sous un gouvernement libéral.

    Je pense aussi à la dette dont les députés d'en face ne cessent de parler. Ils ne cessent de blâmer les conservateurs. Il faut savoir une chose: si les libéraux n'avaient pas, en 1984, fait cadeau d'une dette aux conservateurs, il n'y aurait pas eu de dette en 1993. En effet, pendant leurs neuf années au pouvoir, les conservateurs ont affiché un budget équilibré en matière de dépenses de programmes. Le montant rajouté à la dette ne représente que les intérêts composés sur la dette dont les conservateurs ont hérité en 1984.

    Ce que je viens de dire est exact. La députée va probablement se lever et tenter de réfuter mes arguments en déplaçant beaucoup d'air. Cependant, mes calculs sont corrects mathématiquement. Je le sais, parce que je les ai faits au moment de mon élection en 1993. Le candidat conservateur l'a affirmé et j'allais le contredire, mais je suis un honnête homme qui aime les mathématiques. J'ai fait les calculs et voilà: prenons la dette que les libéraux ont laissée aux conservateurs en 1984, ajoutons-y les intérêts composés en fonction des taux de l'époque et nous obtenons la dette des conservateurs. Nous pouvons peut-être les blâmer de ne pas avoir corrigé les erreurs des libéraux plus tôt, mais c'est le plus loin que nous puissions aller.

    Par ailleurs, revenons aux années dont les libéraux aiment se vanter. Durant ces années, ils ont réussi à éponger le déficit et tout le reste, mais pour y arriver, ils ont pris 30 milliards de dollars dans la caisse de retraite des employés et pillé la caisse d'assurance-emploi. Voilà comment ils ont fait.

    En outre, nous ajoutons des choses comme la TPS, que la plupart des Canadiens détestent, mais que les libéraux n'ont pas cessé de percevoir. Les libéraux ont promis en 1993 d'abolir cette taxe. Entre-temps, ils en profitent. Ils ont perçu beaucoup trop de cotisations d'assurance-emploi, soit 45 milliards de dollars de trop. Si nous avions eu un gouvernement responsable, la dette aurait fondu au lieu de diminuer juste un peu. Les libéraux nous ont simplement jeté de la poudre aux yeux. Ils ne sont pas à la hauteur au chapitre de la responsabilité financière.

    Je concéderai cependant que ce sont des libéraux et qu'ils auraient pu dépenser beaucoup plus. J'imagine donc qu'il nous faut les féliciter dans une certaine mesure d'avoir écouté nos conseils et d'avoir réagi quand nous avons préconisé d'équilibrer les budgets et de mettre fin aux emprunts.

    Je me souviens qu'en 1993 nous avions un plan d'élimination du déficit en trois ans. Les libéraux ont déclaré que c'était impossible et qu'il y avait cet énorme déficit. Ils ont donc réagi en procédant à des réductions dans de nombreux programmes. Nous avions simplement lu les exposés économiques comme il faut. En matière de prévisions économiques, les libéraux sont nuls. Si j'étais leur enseignant, ils obtiendraient tous zéro dans ce cours.

    En fait, nous avions bien lu les exposés. Nous avions dit que c'était possible. Le fait qu'ils ont réussi prouve que c'était possible. Entre-temps, ils nous ont dénigrés. Je pourrais continuer encore et encore, mais je sais qu'il s'agit de la période de questions et d'observations et que je dois laisser à la députée l'occasion de répondre, ce qui ne m'enchante guère. Je ne veux pas entendre ce qu'elle aura à dire, car ce sera incroyable.

  +-(1820)  

+-

    L'hon. Hedy Fry: Monsieur le Président, si ce n'était pas aussi drôle, ce serait triste.

    Le député a dit qu'il a fallu neuf ans au gouvernement conservateur pour se libérer de la dette laissée par le gouvernement libéral et qu'il s'agissait entièrement d'intérêts composés.

    Il nous a fallu trois ans pour payer les intérêts composés dont parlent les conservateurs. Il n'a fallu que trois ans de saine gestion pour le faire.

    Il y a eu neuf années inutiles pendant lesquelles les conservateurs ont adopté la TPS pour aider à supprimer le déficit. Ils ont augmenté la dette. J'ai un terme assez simple pour décrire cela: mauvaise gestion. Nous le voyons partout où un gouvernement conservateur est au pouvoir: mauvaise gestion.

+-

    L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, le député d'en face a commis des erreurs colossales dans ses observations. Je veux faire une mise au point.

    Il a dit que les Partis conservateurs des années 1980 ont hérité d'une dette et que, par conséquent, ils n'ont eu d'autre choix que d'augmenter massivement l'endettement des Canadiens, ce qu'ils ont fait. Lorsque notre parti est arrivé au pouvoir en 1993, nous aussi aurions dû, par conséquent, augmenter massivement l'endettement, mais nous n'aurions pas été à blâmer. Nos prédécesseurs auraient été à blâmer.

    Dans les années 1990, nous avons entrepris de mettre de l'ordre dans nos finances. Des sacrifices ont été faits. L'actuel premier ministre, lorsqu'il était ministre des Finances, a dû prendre des décisions difficiles et il a mis de l'ordre dans les finances de notre pays. Aujourd'hui, nous avons l'économie la plus robuste de tous les pays de l'OCDE.

    Nos taux d'intérêt, d'inflation et de chômage sont très faibles. Cela est attribuable aux décisions difficiles et fermes que nous avons dû prendre dans les années 1990. Des observations intéressantes avaient été faites par l'ancien Parti réformiste à l'époque, et je vais rappeler au Parti conservateur ce qui avait été dit.

    Herb Grubel, qui était alors porte-parole du Parti réformiste en matière de finances, avait dit très clairement qu'il félicitait le ministre des Finances de l'époque d'avoir pris des décisions difficiles pour remettre de l'ordre dans les finances de l'État. Cette tâche n'était pas facile. Il s'est attiré les foudres de son parti pour avoir dit la vérité.

    Et qu'est-ce que ça a donné? Les dépenses menant aux déficits constituent une des plus grandes menaces à nos programmes sociaux, qu'il s'agisse des pensions, du système de soins de santé, de l'éducation ou de tout autre domaine de dépenses publiques. Si un gouvernement dépense plus d'argent qu'il n'en génère, il s'endette, les intérêts s'accumulent et il faut les payer tous les ans. Le fait d'avoir à payer des intérêts sape la capacité d'un gouvernement à répondre aux besoins des Canadiens.

    C'est pourquoi le premier ministre, quand il était ministre des Finances, a fait face au problème et a pris ces décisions. Il l'a fait afin de sauver nos programmes sociaux. Il l'a aussi fait pour veiller à la création d'un environnement propice à la prospérité du secteur privé. Si le secteur privé n'est pas prospère, les capitaux s'enfuient. Les entreprises quittent les pays où l'inflation et les taux d'intérêt sont élevés et où les gouvernements ne font pas preuve de diligence raisonnable pour veiller à ce que les finances du pays se portent bien.

    Un gouvernement est responsable, entre autre, de veiller à ce que le moteur principal des emplois, nommément le secteur privé, surtout les petites et moyennes entreprises, bénéficie de taux d'intérêt faibles, d'un taux d'inflation faible et stable et de règlements qui ne mettent pas les bâtons dans les roues. L'actuel premier ministre, quand il était ministre des Finances, a créé un tel environnement. C'est une de nos obligations en tant que gouvernement. C'est ce que nous avons fait dans ce budget. Cependant, nous sommes allés plus loin.

    Une des initiatives encourageantes concerne la réglementation intelligente. Nous savons tous que les règlements peuvent devenir excessifs, coûteux et superflus. Les ministres ont travaillé de concert avec l'industrie. Ils ont établi un modèle de réglementation intelligent dans le cadre duquel nous travaillerons avec le secteur des affaires et les provinces pour abolir les règlements et règles qui nuisent au secteur privé. Ainsi, ce dernier sera libre de travailler et de maintenir la concurrence non seulement au sein du Canada mais aussi à l'étranger.

  +-(1825)  

    Voilà l'un des éléments que nous offre le budget. Nous avons l'intention d'être en concurrence non seulement avec nos compatriotes et nos amis au sud de la frontière mais aussi avec l'ensemble du monde. La raison en est simple. Nous sommes un pays commerçant. Notre population est petite et notre pays est vaste. Pour maintenir et améliorer notre niveau de vie, créer des emplois pour notre population, avoir l'assiette fiscale qui nous permettra de dépenser pour la défense, la santé, l'éducation et bien d'autres objectifs prioritaires, nous devons cultiver un climat qui permettra au secteur privé de prospérer et d'être concurrentiel à l'étranger.

    Nous devons plus de la moitié de notre PIB à notre commerce. Nous sommes un pays commerçant. Pour continuer de l'être, nous devons bénéficier de taux d'imposition concurrentiels. De plus, notre population doit être instruite et formée, et notre réglementation ne doit pas constituer un fardeau. Il nous faut un régime réglementaire qui ne nuira pas à notre secteur privé. Nous devons investir le monde avec enthousiasme et concurrencer les autres pays sur un pied d'égalité.

    Nous intervenons de diverses façons pour que ce soit le cas. Par exemple, nous collaborons avec la collectivité internationale, par le truchement des organismes internationaux de réglementation et l'OMC, dans le but de supprimer divers règles et règlements et d'établir un système commercial équitable. Nous nous appliquons donc à supprimer des obstacles au commerce qui ont longtemps été nuisibles.

    Également, pour ce qui est du projet de loi à l'étude, nous investissons dans le système d'éducation pour faire en sorte que les étudiants bénéficient des occasions qui leur sont nécessaires. Nous savons que l'un des principaux facteurs déterminants de l'employabilité à l'avenir sera la capacité d'accès des étudiants à l'enseignement postsecondaire. La chose est vraie non seulement pour le secteur universitaire et collégial, mais aussi pour le secteur des métiers.

    Dans ce dernier secteur justement, nous collaborons avec le secteur privé et les provinces pour élargir les possibilités. L'un des grands défis consiste à trouver les moyens de combler les pénuries prévisibles dans certains métiers. Nous aurons à résoudre ce problème incontournable.

    Je suis très heureux de dire que nous travaillons avec les provinces pour veiller à ce que nos étudiants profitent de ces occasions. Ce ne sont pas tous les jeunes qui peuvent ou qui veulent faire des études supérieures dans les collèges et les universités. Cependant, nous voulons créer des possibilités pour combler les lacunes dans le secteur des métiers. Je sais que ceux qui oeuvrent dans le secteur des métiers ont conscience des défis démographiques auxquels nous serons confrontés dans l'avenir. À mesure que nous vieillissons, les membres de toutes les professions vieillissent aussi. C'est un problème non seulement dans ma profession, la médecine, mais encore dans les métiers et d'autres secteurs de travailleurs qualifiés.

    Nous travaillons avec nos homologues provinciaux pour régler ce problème. C'est pour cela que ce budget est important. Il prévoit des fonds à cet égard.

    Nous espérons certainement que les fonds seront utilisés pour alléger la dette de nos étudiants. Je sais que le NPD s'intéresse vivement à cette question, et il n'est pas le seul puisque nous nous y intéressons tous aussi. Comment alléger la dette des étudiants et faire en sorte que l'aspect financier ne soit pas un obstacle à l'acquisition d'une instruction postsecondaire? Ce problème sévit depuis un certain temps. Le manque d'argent est devenu un obstacle à l'accès à certaines professions pour un certain nombre de gens.

    Nous voulons faire en sorte, notamment, que les gens soient admis dans des établissements postsecondaires en fonction du mérite, pas de leurs ressources financières. C'est un projet que nous trouvons emballant. Nous allons travailler avec nos homologues provinciaux pour le concrétiser.

  +-(1830)  

+-

    L'hon. Larry Bagnell: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Un député d'en face parle sans arrêt et très fort. C'est très impoli. Je ne sais pas s'il a consommé quelque chose, mais je demande au Président de...

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Le secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale a la parole.

+-

    L'hon. Keith Martin: Monsieur le Président, je remercie mon collègue et ami de son intervention. Ce n'est pas facile, les députés d'en face ont été très impolis. Ils ont même parlé assez fort pour couvrir le son de ma voix.

    Les Canadiens savent très bien que, dans le projet de loi sur le budget, nous avons fait de notre mieux pour tenir compte de leurs préoccupations et affecter les fonds là où ils le souhaitent.

    C'est la raison d'être d'un budget. C'est pourquoi nous faisons ces dépenses. Les sacrifices que les Canadiens font depuis longtemps nous ont permis de dégager un excédent budgétaire. Nous utilisons ces ressources pour aider les étudiants, offrir des logements abordables, des réductions d'impôt et des soins de santé, nous occuper de la défense, des services aux anciens combattants et de nombreux autres secteurs, non seulement pour répondre à nos attentes, mais aussi pour répondre aux attentes des Canadiens.

    Ce sont leurs priorités et les nôtres. Nous continuerons de travailler de façon à respecter ces priorités.

+-

    M. Peter Goldring (Edmonton-Est, PCC): Monsieur le Président, j'aimerais commenter les propos de mon collègue des banquettes libérales à propos du logement abordable.

    Comment se sent-il face aux promesses faites par le passé? J'ai été frustré de voir que le budget initial ne prévoyait pas de fonds pour le logement abordable. Toutefois, subitement, dans ce budget du NPD qui ressemble à une belle trouvaille, il y a de l'argent pour le logement abordable.

    Il vaut la peine de faire remarquer que dans le livre rouge de la campagne électorale de l'an 2000, les libéraux promettaient de construire jusqu'à 120 000 unités de logement abordable au coût de 680 millions de dollars. Un montant supplémentaire de 320 millions de dollars a été ajouté dans le budget de 2003. Comme un député l'a dit plus tôt, il y avait aussi un financement de 1,53 milliard de dollars pour les sans-abri. On serait porté à croire que le financement pour les sans-abri viserait à aider les sans-abri. Quelle est la meilleure façon d'aider ces derniers? C'est de mettre des maisons à la disposition des sans-abri. Ce sont donc 2,1 milliards de dollars qui ont été investis au cours des quatre dernières années.

    J'ai un communiqué de presse du ministre du Travail et du Logement, où il affirme qu'à ce jour, le gouvernement a construit 16 000 unités. Si nous faisons les calculs à partir du montant de 2,1 milliards de dollars, nous constatons que chaque unité de logement abordable fournie a coûté 130 000 $.

    Quel bien cela fait-il de continuer d'investir de l'argent quand les premiers résultats ont été mauvais, d'engloutir 1,5 milliard de dollars de plus dans le logement abordable quand cet investissement n'a pas porté les fruits attendus? Pourquoi le gouvernement ne fait-il pas le travail qui s'impose pour ce qui est du montant d'argent à investir, pourquoi n'élabore-t-il pas des plans vraiment adéquats qui permettront de produire des unités de logement et procureront aux Canadiens les logements abordables qu'ils veulent?

  +-(1835)  

+-

    L'hon. Keith Martin: Monsieur le Président, je sais que mon collègue a fait beaucoup dans le dossier du logement abordable, que ses interventions ont été bien accueillies et qu'il a proposé des solutions constructives dans ce domaine.

    Il est dommage que son propre parti ne tienne pas compte des solutions qu'il propose. J'espère qu'il sera en mesure de présenter d'autres documents intéressants au ministre responsable de ce dossier, comme il l'a fait par le passé, sur la question du logement abordable. Ce serait très utile.

    Comme il l'a souligné à juste titre, nous avons investi de l'argent dans le logement abordable. En collaboration avec les provinces, nous avons construit des logements à prix abordable.

    Il n'est pas sans savoir que l'itinérance est un problème complexe. C'est un problème qui a des incidences sur bon nombre de secteurs, notamment celui des soins de santé.

    L'une des pires choses qui se soient produites, c'est que l'on a sorti des personnes ayant des problèmes psychiatriques des institutions où elles étaient soignées pour les installer dans des milieux résidentiels. Toutefois, les soins dont ces personnes avaient besoin n'étaient pas disponibles au niveau provincial. Malheureusement, certaines d'entre elles vivent maintenant dans la rue. Ce sont des malades mentaux qui ne prennent pas les médicaments qui leur ont été prescrits. Ce sont des gens qui sont passés à travers les mailles du filet. Ce sont des âmes perdues, des gens pour lesquels nous devons travailler encore plus fort, en collaboration avec les provinces, pour nous assurer qu'ils obtiennent les soins dont ils ont besoin.

+-

    Mme Alexa McDonough (Halifax, NPD): Monsieur le Président, je saisis l'occasion qui m'est offerte pour poser une question. Je tiens d'abord à féliciter le secrétaire parlementaire qui vient de prendre la parole et le député de Vancouver-Centre, qui s'est penché sur le contenu du projet de loi C-48.

    Je les félicite, car ils ont parlé du logement abordable, de l'accès à l'éducation, du transport en commun et des mesures qui nous permettront de répondre à nos obligations internationales en matière d'aide étrangère, alors que les députés d'en face se livrent à un verbiage réactionnaire de droite qui n'a rien à voir avec le projet de loi et la réalité.

    J'ai une question précise à poser au député, qui est médecin et qui se préoccupe vivement de ce qu'est devenue la vie des Canadiens au cours des 15 dernières années. Il reconnaîtra assurément que les réductions massives effectuées unilatéralement dans nos systèmes de santé, d'éducation et d'aide sociale ont fait des victimes.

    J'arrive à ma question. Le secrétaire parlementaire reconnaît-il que la disparition du Régime d'assurance publique du Canada a entraîné dans son sillage la disparition de toute notion de droit à l'égard de la satisfaction des besoins fondamentaux et de la notion selon laquelle personne dans notre société ne devrait avoir faim ou ne pas avoir de toit?

    Un argument convaincant appuie le rétablissement d'un cadre juridique compatible avec nos obligations internationales aux termes du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et avec notre ancien Régime d'assurance publique.

    Le secrétaire parlementaire ne reconnaît-il pas qu'il est essentiel de revenir à l'idée selon laquelle les gens ne sauraient être à la merci de mesures de bienfaisance, mais qu'on devrait leur fournir une protection légale qui constituerait une base solide sur laquelle...

  +-(1840)  

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Le secr