Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
PDF

38e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 125

TABLE DES MATIÈRES

Le lundi 26 septembre 2005




1100
V     Les travaux de la Chambre
V         L'hon. Mauril Bélanger (ministre du Commerce intérieur, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre associé de la Défense nationale, Lib.)
V         Le Président
V         Adoption de la motion
V     Vacance
V         Surrey-Nord
V         Le Président
V     Message du Sénat
V         Le Président

1105
V INITIATIVES PARLEMENTAIRES
V     L'agriculture
V         M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC)

1110

1115

1120
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         M. Leon Benoit

1125
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, PCC)
V         M. Leon Benoit
V         L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.)

1130

1135
V         M. Leon Benoit
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         M. André Bellavance (Richmond—Arthabaska, BQ)

1140

1145
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)

1150

1155
V         M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, PCC)

1200

1205
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V INITIATIVES MINISTÉRIELLES
V     Le Code criminel
V         L'hon. Raymond Chan
V         L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)

1210

1215
V         M. John Maloney (Welland, Lib.)
V         L'hon. Paul Harold Macklin

1220
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         L'hon. Paul Harold Macklin

1225
V         M. Marc Godbout (Ottawa—Orléans, Lib.)
V         L'hon. Paul Harold Macklin
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)

1230

1235

1240

1245
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         M. Vic Toews

1250
V         Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC)
V         M. Vic Toews

1255
V         M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ)

1300

1305

1310
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         M. Richard Marceau
V         M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ)

1315
V         M. Richard Marceau
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         M. Richard Marceau

1320
V         M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD)

1325

1330
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1335
V         M. Joe Comartin
V         L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. Joe Comartin

1340
V         M. John Maloney (Welland, Lib.)

1345
V         M. Marc Godbout (Ottawa—Orléans, Lib.)
V         M. John Maloney
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         M. John Maloney

1350
V         M. Pat Martin (Winnipeg-Centre, NPD)
V         M. John Maloney
V         Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC)
V         M. John Maloney

1355
V         L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. John Maloney
V DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS
V     Les Border Cats de Thunder Bay
V         M. Ken Boshcoff (Thunder Bay—Rainy River, Lib.)
V     Le prix de l'essence
V         M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC)
V     Les Orleans Rebels
V         M. Marc Godbout (Ottawa—Orléans, Lib.)

1400
V     Simon Wiesenthal
V         M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ)
V     L'ouragan Katrina
V         L'hon. Dominic LeBlanc (Beauséjour, Lib.)
V     La protection civile
V         Mme Carol Skelton (Saskatoon—Rosetown—Biggar, PCC)
V     Simon Wiesenthal
V         Mme Raymonde Folco (Laval—Les Îles, Lib.)

1405
V     La doctrine Gérin-Lajoie
V         Mme Francine Lalonde (La Pointe-de-l'Île, BQ)
V     Simon Wiesenthal
V         Mme Anita Neville (Winnipeg-Centre-Sud, Lib.)
V     Internet dans les écoles
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)
V     La Société Radio-Canada
V         M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.)
V     Le Marathon de l'espoir Terry Fox
V         L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD)
V     Anthony Gordon, Leo Johnston, Brock Myrol et Peter Schiemann
V         Mme Rona Ambrose (Edmonton—Spruce Grove, PCC)

1410
V     Le prix des produits pétroliers
V         Mme Monique Guay (Rivière-du-Nord, BQ)
V     Chuck Cadman
V         L'hon. Stephen Harper (Calgary-Sud-Ouest, PCC)
V     La Somalie
V         M. Borys Wrzesnewskyj (Etobicoke-Centre, Lib.)
V     Élie Fallu
V         Mme Diane Bourgeois (Terrebonne—Blainville, BQ)

1415
V     Le député de Chilliwack—Fraser Canyon
V         M. Chuck Strahl (Chilliwack—Fraser Canyon, PCC)
V QUESTIONS ORALES
V     La justice
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)

1420
V     Le prix de l'essence
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)

1425
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V     Le bois d'oeuvre
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)

1430
V     Le prix de l'esssence
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V         L'hon. John McCallum (ministre du Revenu national, Lib.)
V     La justice
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)

1435
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V     Service Canada
V         M. Christian Simard (Beauport—Limoilou, BQ)
V         L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.)
V         M. Christian Simard (Beauport—Limoilou, BQ)
V         L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.)
V     Les langues officielles
V         Mme Louise Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Mme Paule Brunelle (Trois-Rivières, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)

1440
V     Partenariat technologique Canada
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V     La justice
V         M. Gary Lunn (Saanich—Gulf Islands, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. James Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V     L'aide internationale
V         M. David Smith (Pontiac, Lib.)
V         Le Président
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)

1445
V     La Société Radio-Canada
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)
V         L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.)
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)
V         L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.)
V     Les fiducies de revenu
V         M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     Le bois d'oeuvre
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC)

1450
V         L'hon. Jim Peterson (ministre du Commerce international, Lib.)
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC)
V         Le Président
V         L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V     La Société Radio-Canada
V         Mme Carole Lavallée (Saint-Bruno—Saint-Hubert, BQ)
V         L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.)
V         M. Maka Kotto (Saint-Lambert, BQ)
V         L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.)
V     La défense nationale
V         M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC)

1455
V         L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC)
V         L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     L'infrastructure
V         M. Rodger Cuzner (Cape Breton—Canso, Lib.)
V         L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.)
V     L'industrie de l'automobile
V         M. Colin Carrie (Oshawa, PCC)
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V         M. Colin Carrie (Oshawa, PCC)

1500
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)
V     Les travailleurs âgés
V         M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ)
V         L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.)
V     Les pêches
V         M. Todd Norman Russell (Labrador, Lib.)
V         L'hon. Jim Peterson (ministre du Commerce international, Lib.)
V     Les garderies
V         Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ)
V         L'hon. Ken Dryden (ministre du Développement social, Lib.)
V     Présence à la tribune
V         Le Président

1505
V     L'honorable James Jerome
V         L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC)

1510
V         M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ)

1515
V         L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD)
V         Le Président
V     Les crédits
V         Décision de la présidence
V         Le Président
V     Le rapport du directeur général des élections
V         Le Président

1520
V Affaires courantes
V     Réponse du gouvernement à des pétitions
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V     Les comités de la Chambre
V         Procédure et affaires de la Chambre
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)
V         Le Président
V     Le Code criminel
V         L'hon. Bill Graham
V         Adoption de la motion; première lecture du projet de loi
V     Loi sur le commerce des spiritueux
V         L'hon. David Emerson
V         Adoption de la motion; première lecture du projet de loi
V     Pétitions
V         Les Chemins de fer nationaux du Canada
V         Mme Carol Skelton (Saskatoon—Rosetown—Biggar, PCC)
V         Le mariage
V         M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC)

1525
V         La Société Radio-Canada
V         Mme Libby Davies (Vancouver-Est, NPD)
V         La citoyenneté et l'immigration
V         M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC)
V         La Société Radio-Canada
V         M. Bill Siksay (Burnaby—Douglas, NPD)
V         Le mariage
V         M. Randy White (Abbotsford, PCC)
V         La loi de Carley
V         M. Randy White (Abbotsford, PCC)
V         Le mariage
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V     Questions au Feuilleton
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)

1530
V     Questions transformées en ordres de dépôt de documents
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le Président
V         L'hon. Dominic LeBlanc
V         Le Président
V     Demande de débat d'urgence
V         Le prix de l'essence
V         M. Randy White (Abbotsford, PCC)
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)

1535
V         Le Président
V         M. Paul Crête
V         Le Président
V         Adoption de la motion
V         Le Président
V         La Société Radio-Canada
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)
V         Le Président

1540
V         M. Charlie Angus
V         L'hon. Karen Redman
V         Le Président
V     Privilège
V         L'enquête menée par le commissaire à l'éthique
V         M. Deepak Obhrai (Calgary-Est, PCC)

1545

1550

1555
V         Le Président
V Initiatives ministérielles
V     Le Code criminel
V         Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC)

1600

1605
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1610
V         Mme Lynne Yelich
V         M. Guy André (Berthier—Maskinongé, BQ)
V         Mme Lynne Yelich
V         Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC)
V         Mme Lynne Yelich

1615
V         M. Guy André
V         Mme Lynne Yelich
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)

1620

1625

1630
V         L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         L'hon. Larry Bagnell

1635
V         M. Marc Lemay (Abitibi—Témiscamingue, BQ)
V         L'hon. Larry Bagnell
V         M. Randy White (Abbotsford, PCC)

1640
V         L'hon. Larry Bagnell
V         Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ)

1645

1650

1655

1700

1705
V         M. Marc Lemay (Abitibi—Témiscamingue, BQ)
V         Mme Christiane Gagnon

1710
V         M. Don Bell (North Vancouver, Lib.)

1715
V         M. Randy White (Abbotsford, PCC)

1720

1725

1730

1735
V     Les travaux de la Chambre
V         L'hon. Claudette Bradshaw (ministre d'État (Développement des ressources humaines), Lib.)
V         M. Randy White
V         L'hon. Karen Redman
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)
V         M. Gerry Ritz
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)
V     Le Code criminel
V         L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.)

1740
V         M. Randy White
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, PCC)

1745
V         M. Randy White
V         M. Réal Ménard (Hochelaga, BQ)

1750

1755

1800

1805

1810
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         M. Réal Ménard

1815
V         M. Marc Lemay (Abitibi—Témiscamingue, BQ)
V         M. Réal Ménard
V         L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         M. Réal Ménard

1820
V         Mme Anita Neville (Winnipeg-Centre-Sud, Lib.)

1825
V         L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.)
V         Mme Anita Neville

1830
V DÉBAT D'URGENCE
V     Le prix de l'essence
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)

1835

1840
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         M. Paul Crête

1845
V         M. Marc Boulianne (Mégantic—L'Érable, BQ)

1850

1855
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         M. Marc Boulianne

1900
V         M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ)
V         M. Marc Boulianne
V         L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.)

1905

1910
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)

1915
V         L'hon. David Emerson
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)
V         L'hon. David Emerson

1920
V         L'hon. John McCallum (ministre du Revenu national, Lib.)

1925

1930
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC)
V         L'hon. John McCallum

1935
V         Mme Paule Brunelle (Trois-Rivières, BQ)
V         L'hon. John McCallum
V         M. Randy White (Abbotsford, PCC)

1940

1945
V         M. Guy André (Berthier—Maskinongé, BQ)
V         M. Randy White

1950
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         M. Randy White

1955
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)

2000
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)

2005
V         M. James Rajotte
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)

2010

2015

2020
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         Mme Judy Wasylycia-Leis
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC)
V         L'hon. Walt Lastewka
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         M. Leon Benoit
V         Mme Judy Wasylycia-Leis

2025
V         M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD)

2030

2035
V         M. Larry Miller (Bruce—Grey—Owen Sound, PCC)
V         M. Peter Julian

2040
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         M. Peter Julian
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

2045

2050
V         M. Jeff Watson (Essex, PCC)
V         M. Paul Szabo

2055
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         M. Paul Szabo

2100
V         M. Brent St. Denis (Algoma—Manitoulin—Kapuskasing, Lib.)

2105

2110
V         M. Peter Van Loan (York—Simcoe, PCC)

2115
V         M. Brent St. Denis
V         M. Michael Chong (Wellington—Halton Hills, PCC)

2120
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)

2125
V         M. Michael Chong
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         M. Michael Chong

2130
V         M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC)

2135

2140
V         M. Gord Brown (Leeds—Grenville, PCC)
V         M. John Duncan
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)

2145
V         M. John Duncan
V         L'hon. Walt Lastewka (secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)

2150

2155
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)
V         L'hon. Walt Lastewka

2200
V         Mme Raymonde Folco (Laval—Les Îles, Lib.)

2205

2210
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)

2215
V         Mme Raymonde Folco
V         Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC)
V         Mme Raymonde Folco
V         Mme Carole Lavallée (Saint-Bruno—Saint-Hubert, BQ)

2220

2225
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         Mme Carole Lavallée

2230
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)
V         Mme Carole Lavallée
V         M. Sébastien Gagnon (Jonquière—Alma, BQ)

2235

2240
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         M. Sébastien Gagnon

2245
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         M. Sébastien Gagnon
V         L'hon. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement, Lib.)

2250

2255
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)
V         L'hon. Bryon Wilfert

2300
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         L'hon. Bryon Wilfert
V         M. Jean-Claude D'Amours (Madawaska—Restigouche, Lib.)

2305

2310
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)

2315
V         M. Jean-Claude D'Amours
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)
V         M. Jean-Claude D'Amours
V         M. James Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam, PCC)

2320

2325
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)

2330
V         M. James Moore

2335
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)

2340
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)

2345
V         Mme Joy Smith
V         M. Ken Boshcoff (Thunder Bay—Rainy River, Lib.)

2350
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         M. Ken Boshcoff

2355
V         M. Francis Scarpaleggia (Lac-Saint-Louis, Lib.)

0000
V         Le vice-président






CANADA

Débats de la Chambre des communes


VOLUME 140 
NUMÉRO 125 
1re SESSION 
38e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le lundi 26 septembre 2005

Présidence de l'honorable Peter Milliken

    La séance est ouverte à 11 heures.


Prière


*   *   *

  +(1100)  

[Français]

+Les travaux de la Chambre

+

    L'hon. Mauril Bélanger (ministre du Commerce intérieur, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre associé de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, permettez-moi de vous souhaiter, ainsi qu'à tous mes collègues, une bonne session.

    Des consultations ont eu lieu avec tous les partis. Je crois que, si vous le demandiez, vous constateriez qu'il y a consentement unanime concernant la motion suivante.

[Traduction]

    Que le mardi 27 septembre 2005, les heures de séance et l'ordre des travaux soient ceux d'un mercredi.

[Français]

+-

    Le Président: Le leader adjoint du gouvernement à la Chambre a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour présenter cette motion?

    Des voix: D'accord.

    Le Président: La Chambre a entendu l'énoncé de la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter cette motion?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

*   *   *

[Traduction]

+-Vacance

+Surrey-Nord

+-

    Le Président: Il est de mon devoir d'informer la Chambre qu'une vacance s'est produite dans la représentation à la Chambre des communes pour la circonscription électorale de Surrey-Nord, en Colombie-Britannique, en raison du décès de notre cher collègue, M. Chuck Cadman.

    Conformément au paragraphe 28(1) de la Loi sur le Parlement du Canada, le mardi 19 juillet 2005, j'ai adressé au directeur général des élections l'ordre officiel d'émettre un bref d'élection en vue de pourvoir à cette vacance.

*   *   *

[Français]

+-Message du Sénat

+-

    Le Président: J'ai l'honneur de faire savoir à la Chambre que le Sénat lui a transmis un message pour l'informer qu'il a adopté les projets de loi suivants qu'il soumet à l'assentiment de la Chambre: le projet de loi S-37, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur l'exportation et l'importation de biens culturels et le projet de loi S-38, Loi concernant la mise en oeuvre d'engagements commerciaux internationaux pris par le Canada concernant des spiritueux provenant de pays étrangers.


+INITIATIVES PARLEMENTAIRES

[Initiatives parlementaires]

*   *   *

  +-(1105)  

[Traduction]

+-L'agriculture

+-

    M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC) propose:

    Que, de l’avis de la Chambre, le gouvernement devrait distribuer directement aux agriculteurs la solution de strychnine à 2%.

    --Monsieur le Président, il est encourageant que nous entreprenions cette session en nous penchant sur une question qui sera probablement la plus importante parmi celles que nous devrons aborder au cours de cette législature. La nécessité de limiter la population de spermophiles de Richardson, qu'on appelle aussi spermophiles seulement, revêt beaucoup d'importance pour certains de mes électeurs et pour beaucoup de gens dans l'Ouest du Canada.

    Je me préoccupe de cette question depuis de nombreuses années. Lorsque je l'ai soulevée à la Chambre pour la première fois, de nombreux députés ont ri du fait qu'on saisisse la Chambre d'une telle question. Or, le spermophile de Richardson cause des dommages pouvant s'élever jusqu'à 200 millions de dollars par année dans l'Ouest du Canada. Nous ignorons au juste le coût exact, mais c'est une estimation qui semble tout à fait sensée lorsqu'on songe aux dommages causés aux récoltes, aux heures de travail supplémentaires qui sont nécessaires pour essayer de limiter la population de spermophiles de Richardson avec les produits peu nombreux et inefficaces qui sont disponibles sur le marché, ainsi qu'aux dommages causés au matériel et à la machinerie à cause des terriers creusés par les spermophiles et des monticules qu'ils forment. Il faut ajouter à cela les animaux d'élevage qu'on doit abattre parce qu'ils se sont cassé une patte en mettant le pied dans un terrier de spermophile. Une mauvaise année, un chiffre de 200 millions de dollars est certes réaliste. Cette question est donc importante.

    Les agriculteurs ne peuvent tout simplement pas absorber des dépenses supplémentaires de 200 millions de dollars en plus des autres coûts accrus auxquels ils doivent faire face depuis quelques mois et quelques années. Leurs coûts montent en flèche, alors que le prix qu'ils obtiennent pour leurs produits ne cesse de baisser. Depuis que je suis agriculteur, le prix du blé, de l'orge, du canola, des pois et de tous les produits agricoles n'a jamais été plus bas.

    De plus, à la suite d'une décision prise par le gouvernement en 1993, et mise en oeuvre au cours des dernières années, la décision de supprimer le seul moyen efficace de limiter la population de spermophiles de Richardson, les agriculteurs sont forcés d'absorber ce coût supplémentaire qui peut s'élever jusqu'à 200 millions de dollars. C'est beaucoup d'argent et c'est un grave problème.

    Je vais simplement vous lire ma motion. Elle est simple, brève et directe.

    Que, de l'avis de la Chambre, le gouvernement devrait distribuer directement aux agriculteurs la solution de strychnine à 2 %.

    Je suis un peu mal à l'aise d'intervenir aujourd'hui dans cette enceinte en sachant que les Canadiens nous écoutent parler de l'utilisation d'un poison pour limiter la population de spermophiles. En toute franchise, étant donné les dommages qu'ils causent, leur population doit être limitée d'une façon ou d'une autre. La solution de strychnine préparée par les agriculteurs eux-mêmes est le seul produit efficace qui pourrait être mis à leur disposition. C'est pourquoi il est important de redonner cet outil aux agriculteurs.

    Vers 1997, j'ai proposé deux motions portant production de documents. Le ministère de l'Agriculture a alors produit quelque 200 pages d'information censées expliquer pourquoi il avait retiré la strychnine du marché. Très franchement, c'était embarrassant et tout à fait inacceptable. Les raisons avancées par le gouvernement pour justifier le retrait de ce produit étaient très peu convaincantes, c'est le moins qu'on puisse dire.

    Il y a eu quelques plaintes de défenseurs des droits des animaux et quelques plaintes selon lesquelles des espèces non ciblées avaient été empoisonnées. On a prétendu notamment que le poison avait été administré illégalement à des chiens du voisinage. De nombreuses autres substances peuvent être utilisées pour empoisonner le chien du voisin, si c'est là le but recherché. Puisque cela est illégal, pourquoi ne pas faire respecter la loi au lieu de retirer du marché un produit qui est aussi important pour les agriculteurs? Voilà le problème, et voilà le problème que le gouvernement n'a pas encore réglé.

    Pour montrer le peu d'importance qu'accorde le gouvernement à l'agriculture, je signale que c'est le ministre de la Santé, et non le ministre de l'Agriculture, qui pilote ce dossier. Je sais que les deux ministères ont leur mot à dire dans la décision, mais le ministère de l'Agriculture détient beaucoup plus d'information que quiconque sur la strychnine et sur son importance. Il aurait dû obtenir de l'information du ministère de la Santé, mais ce dernier n'est pas d'un très grand secours.

  +-(1110)  

    Jeudi dernier j'ai reçu un document d'information publié par le ministère de la Santé concernant ce produit. Il semble bien que mes interventions constantes dans l'intérêt des agriculteurs finissent par avoir des effets. Le contenu du document est plutôt gênant. On ne donne aucune raison pour le retrait du produit et aucune justification de ne pas le rétablir. Le ministère reconnaît qu'il s'agit du seul produit vraiment efficace auquel les agriculteurs ont accès, mais il fait deux déclarations tout à fait incorrectes dont l'une est fausse.

    On déclare que les agriculteurs ont accès à deux produits, l'un étant pré-mélangé par les services municipaux. En réalité, ce produit n'a pas été disponible au cours de la dernière année.

    On déclare également qu'un pré-mélange est fait dans la région de Toronto pour expédition dans l'Ouest. Le produit en question est tout simplement mélangé avec les céréales des agriculteurs puis réexpédié. Il est très coûteux. Selon le ministère, il s'agit d'un produit de contrôle efficace. Il suffit pourtant de prendre la peine de parler à mes voisins et aux gens des Prairies pour se rendre compte que le produit n'est pas efficace, qu'il est très coûteux et qu'il n'est pas pratique.

    Les agriculteurs souhaiteraient tout simplement que la solution de 2 p. 100 de strychnine leur soit fournie à nouveau de manière à ce qu'ils puissent la mélanger à leurs propres céréales et exercer ainsi un contrôle efficace sur ce ravageur qui coûte jusqu'à 200 millions de dollars et plus dans les mauvaises années. Le gouvernement ne devrait pas avoir de difficulté à agir en conséquence. J'espère certainement que le gouvernement va appuyer la motion.

    Si la motion est adoptée, alors la question sera soumise au comité compétent. Je suppose qu'il s'agira du comité de l'agriculture. En toute logique, ce devrait être le cas. Le comité traiterait de la question, pour ensuite élaborer une mesure législative qui serait soumise à la Chambre et, c'est à souhaiter, adoptée par elle. Les agriculteurs auraient alors à nouveau accès à ce produit et ils pourraient exercer un contrôle en toute sécurité sur le spermophile de Richardson, ce ravageur qu'on appelle communément le gaufre.

    Ce qu'on a vu dans le cas de ce produit illustre tout simplement le checheminement du gouvernement actuel dans de nombreuses situations. J'hésite à me montrer si critique du gouvernement d'entrée de jeu. Je reconnais que les gouvernements libéraux ont parfois bien gouverné au cours des 100 dernières années. Ils n'ont pas toujours mal gouverné. Cependant, on ne peut pas dire qu'ils ont bien gouverné au cours des 12 dernières années.

    Au cours de ses 12 années de mandat, le gouvernement a trop souvent eu le même type de réaction impulsive qu'à l'égard du problème de la strychnine. Cela illustre une partie du problème que pose le gouvernement. D'après les documents que j'ai reçus en vertu d'une demande de production de documents, le gouvernement a simplement pris une décision axée sur des informations provenant de moins d'une douzaine de personnes qui s'étaient plaintes de ce produit. Comme il n'a pas évalué les coûts auxquels les agriculteurs devraient faire face, je ne suis pas en mesure de les chiffrer avec précision, notamment pour ce qui est des dommages aux récoltes et à la machinerie et du bétail qui devra être abattu. Aucune étude n'a été effectuée. Voilà qui montre comment le gouvernement fonctionne. Il se préoccupe tellement peu des agriculteurs qu'il charge le ministre de la Santé plutôt que le ministre de l'Agriculture et son ministère de s'occuper de la question. Je crois savoir pourquoi.

    Je suis prêt à parier que si le ministère de l'Agriculture avait préparé l'information de base envoyée jeudi dernier, le gouvernement aurait appuyé la présente motion. Cependant, comme il ne peut tout simplement pas admettre son erreur, il a pris soin de confier la tâche au ministère de la Santé qui ne sait rien de la question et qui ne s'y intéresse pas vraiment non plus. Par conséquent, il n'appuiera probablement pas la motion, même si j'aurais souhaité que cette fois-ci, il prenne la bonne décision.

    Le gouvernement devrait tenir compte du fait qu'une élection aura vraisemblablement lieu au cours de l'année prochaine, si le premier ministre tient sa promesse de déclencher des élections au plus tard un mois après la publication du rapport Gomery. C'est la seule chose qui semble vraiment amener le gouvernement à modifier ses positions ou à tout le moins à se prononcer sur certaines questions.

  +-(1115)  

    Malheureusement, il arrive très souvent que de telles déclarations restent sans suites, mais au moins, pendant la période préélectorale, le gouvernement fera des déclarations qu'il ne ferait pas à d'autres moments. J'espère que l'une de ces déclarations nous apprendra que le gouvernement a l'intention de redonner ce produit aux agriculteurs.

    Je tiens à faire savoir aux agriculteurs qu'ils ont maintenant la possibilité de dire leur mot. Je voudrais attirer l'attention de la Chambre sur un court passage d'un dépliant d'information du ministère de la Santé où on apprend que l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de ce ministère a réévalué les données disponibles sur la strychnine et invite les gens à lui faire part de leurs commentaires sur la poursuite de l'utilisation de ce produit.

    Tout d'abord, si l'agence a réévalué les données disponibles, je veux voir ces données. Si l'agence a fait une évaluation et une étude, il ne serait que normal que l'information soit communiquée à la Chambre et aux agriculteurs canadiens.

    Le feuillet d'information de l'agence invite les gens à faire part de leurs commentaires sur les propositions concernant la poursuite de l'utilisation du produit à partir du 26 septembre 2005 et pendant les 60 jours suivants. Évidemment, le moment est très mal choisi puisque c'est la période des récoltes et que celle-ci se poursuivra jusqu'en octobre et peut-être même au début de novembre. Cependant, le gouvernement a finalement donné aux agriculteurs la possibilité de faire connaître leur avis sur la question.

    J'invite les agriculteurs des régions de l'Ouest du Canada qui sont frappées par le terrible fléau que représentent les spermophiles à écrire au ministre de la Santé et au ministre de l'Agriculture en envoyant copie de leur lettre à leur député. Il serait bien aussi de m'envoyer copie de cette lettre parce que j'essaie depuis des années, au nom des agriculteurs, de faire remettre ce produit sur le marché. J'invite les agriculteurs à écrire dans leur lettre pourquoi ils ont désespérément besoin du produit. Je les encourage à s'exprimer avant l'expiration du délai, le 25 ou le 26 novembre.

    Je communiquerai avec les agriculteurs pour leur donner plus de détails sur la question et pour leur donner l'information nécessaire afin qu'ils puissent à nouveau utiliser cette solution contenant 2 p. 100 de strychnine et qu'ils puissent faire leur propre mélange. Je tiens à donner l'adresse de l'agence. C'est: Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire, 2720, Promenade Riverside, Ottawa, Ontario, K1A 0K9. Il serait bon de donner le numéro de référence A.L.6606D2 dans les lettres pour que ceux qui les reçoivent puissent les transmettre aux personnes voulues.

    J'invite tous les agriculteurs de l'Ouest du Canada, et pas seulement ceux de ma circonscription, à faire connaître leurs points de vue. Ce sera probablement la seule occasion qu'ils auront de le faire et ils attendent cette occasion depuis longtemps. Le processus est beaucoup trop lent.

    Il est intéressant de voir que le gouvernement a accordé à au moins trois ou quatre reprises des licences d'utilisation spéciales pour ce produit, alors qu'il en a retiré l'accès aux agriculteurs. Malheureusement, cela n'a pas été fait de manière très efficace, puisque cette licence d'urgence exige que quelqu'un d'autre prémélange le produit pour eux. Quiconque s'est déjà servi de ce produit sait que si la strychnine liquide est mélangée d'avance aux grains qui servent d'appât, l'appât ne fonctionnera pas. Comme les spermophiles ne se laissent pas prendre au piège et refusent de manger les grains, la mesure de lutte est inefficace.

    Puisque le gouvernement a remis en vigueur les licences d'utilisation d'urgence, pourquoi ne fait-il pas ce qu'il devrait faire, soit redonner aux agriculteurs l'accès à la solution de strychnine à 2 p. 100? Ce produit a été utilisé efficacement et sans danger pendant des décennies, pendant la majeure partie du siècle dernier, en fait. Les problèmes étaient très rares. Le produit était parfois utilisé illégalement pour empoisonner les chiens des voisins, par exemple, mais il y a bien d'autres produits qui pourraient avoir le même effet. Nous devrions traiter ces cas conformément à la loi et punir sévèrement ceux qui en font un usage illégal, car c'est inacceptable.

    Pourquoi nos agriculteurs ne devraient-ils pas utiliser ce produit qui leur est si utile, qui est si nécessaire et qui pourrait entraîner des économies de 200 millions de dollars par année? Pourquoi les empêcher de l'utiliser en raison d'actes commis posés par un très petit nombre de gens dans le passé? Il ne devrait pas en être ainsi. J'invite le gouvernement à prendre la bonne décision et à redonner aux agriculteurs l'accès à la solution de strychnine à 2 p. 100, ce qui leur permettrait d'économiser jusqu'à 200 millions de dollars par année.

  +-(1120)  

    

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, je remercie le député d'avoir soulevé cette question. Elle est certes importante pour nos agriculteurs, qui ont besoin de tout l'appui possible, étant donné les récents événements dans le secteur agricole.

    Les études montrent également, à la suite de l'analyse d'un seul cas type en Saskatchewan, que sept à 12 millions de doses létales de strychnine ont été consommées par des oiseaux et des mammifères, et non seulement par des spermophiles. En outre, on a découvert que les carcasses de ces oiseaux et de ces mammifères ont été dévorées par leurs prédateurs. Ces derniers sont également morts après avoir mangé les carcasses empoisonnées. On estime qu'au cours d'une seule saison d'utilisation de strychnine en Saskatchewan, quelque 6 000 carcasses empoisonnées ont été mangées par des prédateurs.

    Après cette entrée en matière, je signale que la motion demande la distribution de la solution à 2 p. 100 de nouvelles formulations d'appât, alors que le gouvernement autorise les producteurs à se procurer un concentré prêt à servir de strychnine à 0,4 p. 100, disponible sur le marché. Ces appâts sont aussi efficaces que le concentré de strychnine à 2 p. 100 et leur utilisation est plus sûre. Les gouvernements de l'Alberta et de la Saskatchewan sont favorables à l'utilisation de ces nouveaux produits disponibles sur le marché.

    C'est ce que montrent les études. Elles montrent également que d'autres oiseaux et d'autres mammifères risquent d'être empoisonnés. On affirme aussi, et l'Alberta et la Saskatchewan s'entendent sur cette affirmation, que la solution à 0,4 p. 100 est aussi efficace que celle à 2 p. 100. Qu'en pense le député?

+-

    M. Leon Benoit: Monsieur le Président, je pense que le député est malheureusement victime de désinformation de la part du ministère de la Santé. La solution à 0,4 p. 100 n'est tout simplement pas efficace. Les agriculteurs le savent. Ils l'ont déjà essayée. Ils l'utilisent même depuis plusieurs années. De plus, le mélange est fait à Toronto, alors lorsqu'il arrive sur place, il est sec. Il n'attire pas beaucoup les spermophiles.

    Par ailleurs, il faut que la solution arrive juste au bon moment. Sa durée de vie en tant qu'appât attirant les spermophiles et permettant de les éliminer est très limitée. Le délai de livraison ne doit être que de quelques jours, au début du printemps, lorsque l'herbe commence à pousser, parce que les spermophiles préféreront l'herbe à l'appât si celui-ci est placé trop tard.

    Alors premièrement, ce n'est pas efficace, et deuxièmement, quiconque a déjà utilisé ce produit sait que si la solution à 2 p. 100 est utilisée au lieu de la solution à 0,4 p. 100, qui n'est pas efficace, les spermophiles réussissent normalement à retourner dans leurs trous et leurs carcasses disparaissent ainsi. De plus, si on se sert de points d'appât, les spermophiles y meurent et leurs carcasses ne sont pas accessibles.

    Les oiseaux de proie ne mangent pas de carcasses. Ils ne mangent que les animaux vivants. Et même s'ils mangeaient des carcasses, pourraient-ils en manger assez pour que ça leur nuise? J'admets qu'on n'a pas fait de véritable étude à ce sujet, mais l'information dont nous disposons semble indiquer que les oiseaux de proie ne pourraient pas manger assez de carcasses pour que ça leur nuise ou pour les tuer. Pendant les décennies au cours desquelles les agriculteurs utilisaient la solution de strychnine à 2 p. 100 et même à 5 p. 100, le nombre d'oiseaux de proie au pays augmentait continuellement.

    Le problème dont parle le député est un problème qui, selon moi, existe seulement dans l'esprit des gens de Santé Canada, malheureusement. S'ils avaient pris le temps de communiquer vraiment avec Agriculture Canada, de manière honnête, et de communiquer aussi avec les ministères de l'Agriculture des provinces, je pense qu'ils se seraient rendu compte, qu'en fait, ce problème n'existe pas. Je suis heureux que le député ait parlé de cette question, mais il ne s'agit pas d'un véritable problème. Il s'agit plutôt d'une croyance.

  +-(1125)  

+-

    M. Myron Thompson (Wild Rose, PCC): Monsieur le Président, j'ai une brève question à poser au député. Je sais que sa circonscription ressemble à la mienne à bien des égards. Je l'ai parcourue au cours des deux ou trois dernières années. J'ai vu de mes propres yeux les ravages que les spermophiles peuvent causer aux récoltes des agriculteurs. Les députés qui sont contre le contrôle de la population de spermophiles ne comprennent pas vraiment la gravité du problème à mon avis.

    Je doute que le député libéral qui vient de parler ait jamais marché dans un champ de grain où les spermophiles ont causé des dommages, mais j'aimerais bien l'inviter à un moment donné. Je lui ferais suivre une piste, mais il tomberait probablement en mettant un pied dans un trou, car il ne saurait pas en reconnaître un.

    Ces gens ne semblent pas comprendre la gravité du problème. J'aimerais donc que le député réitère une fois de plus ce qu'il en est. Je sais que le député voit ce problème dans sa circonscription. Je le vois dans la mienne. Ces prédateurs font subir d'importantes pertes aux agriculteurs et nous devons sérieusement nous attaquer au problème, et ce, sans tarder. Le gouvernement est-il prêt, selon le député, à reconnaître la gravité de la situation et est-il prêt à prendre des mesures?

+-

    M. Leon Benoit: Monsieur le Président, je n'aurais très certainement pas soulevé ce problème au Parlement aussi souvent ces neuf ou quelques dernières années si ce n'était pas aussi important pour les habitants de l'Ouest canadien et pour mes électeurs.

    C'est un problème important, comme pourront en témoigner tous ceux qui ont un champ. J'ai perdu 60 acres de canola une année sur ma ferme. C'était une année exceptionnelle où la culture du canola était rentable et chaque acre rapportait environ 350 $.

    Les agriculteurs ne peuvent se permettre de subir de telles pertes. Si des dizaines de milliers d'agriculteurs sont touchés, dans une mauvaise année les pertes s'élèveront probablement bien au-delà de 200 millions de dollars, mais je ne peux garantir l'exactitude de ce montant. Il s'agit de notre meilleure estimation. Personne n'a fait d'étude pour déterminer le montant exact.

[Français]

+-

    L'hon. Robert Thibault (secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, je prends la liberté de vous souhaiter de nouveau la bienvenue au Parlement, ainsi qu`à tous les députés.

[Traduction]

    Je remercie le député de Vegreville—Wainwright d'avoir soulevé la question.

    J'ai écouté le député de Wild Rose, qui s'est demandé si le gouvernement comprend vraiment les difficultés qu'éprouvent les agriculteurs avec le spermophile et s'il s'en préoccupe. Il ne fait pas de doute que tout le monde comprend cela. Tous veulent qu'une solution soit trouvée. Le député de Vegreville—Wainwright propose l'utilisation d'un concentré liquide à base de strychnine à 2 p. 100. Le gouvernement travaille avec le gouvernement provincial et l'industrie pour trouver une solution tout à fait satisfaisante.

    Le député a demandé que le gouvernement rende directement accessible aux agriculteurs un pesticide sous forme de concentré liquide à base de strychnine afin que ceux-ci puissent le mélanger à des semences pour en faire un appât destiné à la lutte contre le spermophile. Le résultat final serait un appât contenant une concentration d'environ 0,4 p. 100 de strychnine.

    Toutefois, des appâts prêts-à-l'emploi à base de strychnine à 0,4 p. 100 efficaces et plus sûrs sont déjà mis à la disposition des agriculteurs canadiens pour la même utilisation. En fait, depuis 2004, des appâts frais, prêts-à-l'emploi et contenant une concentration de 0,4 p. 100 de strychnine sont déjà commercialisés au Canada. Avec ces produits récemment homologués, les agriculteurs peuvant permettent avoir accès à des appâts humides à base de strychnine, comparables en fraîcheur aux appâts mélangés directement à partir d'un concentré.

[Français]

    La requête du député est liée aux restrictions imposées en 1992 par Agriculture Canada, alors l'organisme de réglementation des pesticides au Canada. Les restrictions limitaient l'accès des produits à base de strychnine pour lutter contre le spermophile de Richardson aux seules formulations contenant au plus 0,4 p. 100 de strychnine sous forme d'appâts prêts-à-l'emploi.

    Ces appâts prêts-à-l'emploi présentaient des concentrations de strychnine semblables, ou parfois même supérieures, à celles mesurées avant 1993 dans les appâts préparés à la ferme par mélange du concentré liquide à 2 p. 100 de strychnine avec du blé pris à la ferme. En outre, les produits prêts-à-l'emploi étaient et sont encore considérés comme étant plus sécuritaires.

  +-(1130)  

[Traduction]

    Je voudrais rappeler au député que le gouvernement a adopté une motion de restriction de la disponibilité des concentrés liquides à base de strychnine, et ce, dans le but de protéger la santé, la sécurité et l'environnement des Canadiens contre les effets nocifs graves de ce dangereux poison. La strychnine cause une toxicité aiguë très élevée, a été et continue d'être la cause d'empoisonnements d'animaux non ciblés, notamment des chiens et des animaux sauvages.

    Le Canada n'est pas le seul pays à avoir adopté des mesures relatives à la strychnine. Toutes les utilisations de la strychnine à la surface du sol sont interdites aux États-Unis depuis 1988. En outre, il est illégal d'utiliser la strychnine pour la lutte antiparasitaire dans la plupart des pays européens, et son emploi est interdit en vertu de la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe.

    Au cours des dernières décennies, le spermophile a été considéré comme le mammifère ravageur principal ayant des répercussions sur les terres cultivées, les prairies et les grands pâturages libres de l'Ouest du Canada. Pour combattre ce fléau, l'outil de choix demeure les appâts alimentaires à base de strychnine.

[Français]

    Au cours des années qui ont suivi les restrictions concernant l'emploi des produits à base de strychnine émises en 1992, des questions ont été soulevées au sujet de l'efficacité des appâts prêts-à-l'emploi à base de strychnine destinés à la lutte contre le spermophile. Le gouvernement a agi avec rapidité et de manière responsable en abordant les préoccupations des agriculteurs.

    Pendant plusieurs années depuis 1997, Santé Canada a mené une analyse en profondeur des produits prêts-à-l'emploi commercialisés à l'époque pour confirmer qu'ils contenaient les concentrations de strychnine garanties sur l'étiquette du produit par le fabricant et telles que requises par Santé Canada, c'est-à-dire 0,4 p. 100 de strychnine.

[Traduction]

    Comme l'a mentionné le député de Vegreville—Wainwright, au cours des années 2001, 2002 et 2003, les autorités provinciales étaient préoccupées par l'émergence de pullulations graves de spermophiles dans certaines régions de la Saskatchewan et de l'Alberta. Pour cette raison, elles ont demandé et obtenu des homologations d'urgence d'un produit concentré à base de strychnine à 2 p. 100 pour permettre la préparations d'appâts frais contenant une concentration de 0,4 p. 100 de strychnine.

    Le programme d'homologation d'urgence a permis aux provinces de l'Alberta et de la Saskatchewan, selon des dispositions très sévères, de préparer et de distribuer de nouveaux appâts humides formulés à l'aide d'un concentré liquide de strychnine à 2 p. 100 offrant du même coup aux agriculteurs de ces provinces un accès à des appâts frais destinés à une utilisation à la ferme pour lutter contre le spermophile de Richardson.

    On a démontré que ces appâts frais prêts-à-l'emploi étaient plus appréciés par le spermophile de Richardson, ce qui a entraîné un plus grand degré de suppression.

    Je désire être tout à fait clair. L'appât frais prêt-à-l'emploi, récemment homologué et contenant 0,4 p. 100 de strychnine, fournit aux agriculteurs le même type de produit et la même concentration de strychnine que ce qui a été utilisé dans le cadre du programme d'homologation d'urgence en 2001, 2002 et 2003.

    Toutefois, Santé Canada n'a pas limité sa participation aux seules questions de pesticides dans le cadre du programme de lutte contre le spermophile de Richardson. La réduction des risques joue un rôle important dans un système moderne de réglementation. Restreindre l'utilisation de certains pesticides est un moyen de lutte et il en va de même avec l'élaboration de stratégies de lutte intégrée qui visent la recherche de méthodes de lutte de remplacement.

    À cette fin, l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de Santé Canada a contribué à un programme de lutte intégrée en conjonction avec les provinces de l'Ouest pour régler les problèmes de pullulations de spermophiles.

    Les participants au programme de lutte intégrée incluent des représentants de tous les échelons de gouvernement, des organisations non gouvernementales et de l'industrie des pesticides. C'est la solution à 100 p. 100.

    Une partie de l'objectif de ce programme est de promouvoir l'utilisation des solutions de remplacement à la strychnine, notamment les méthodes de lutte non chimique et le recours à des produits antiparasitaires homologués contenant des matières actives autres que la strychnine.

    Bien qu'il n'en soit qu'aux premières étapes de ses travaux, le groupe sur la lutte intégrée a déjà présenté les résultats préliminaires de ses recherches à Santé Canada, ce qui pourrait éventuellement mener à une amélioration des modes d'emploi sur les étiquettes, augmentant ainsi l'efficacité des pesticides sans entraîner d'effets environnementaux additionnels.

    Comme l'a mentionné le député, la réévaluation de la strychnine est une autre activité importante de Santé Canada. Elle relève du programme de réévaluation des pesticides de Santé Canada, qui est conçu pour assurer l'examen de l'acceptabilité continue de tous les pesticides homologués au Canada avant 1995 à l'aide de méthodes scientifiques modernes.

    Santé Canada a publié ses résultats sur la réévaluation de la strychnine et a demandé à toutes les parties intéressées de les commenter avant de mettre la touche finale à sa décision.

    En terminant, je désire garantir au député de Vegreville—Wainwright que les agriculteurs canadiens ont bel et bien accès à des produits à base de strychnine équivalents à ceux dont on a démontré l'efficacité lors de pullulations graves de spermophiles de Richardson.

    Santé Canada continuera d'écouter et d'agir, comme il l'a fait jusqu'à maintenant, pour calmer les préoccupations des agriculteurs. Le ministère continuera aussi d'explorer des stratégies de lutte contre le spermophile de Richardson dans le cadre du programme de lutte intégrée de façon à ce que les agriculteurs canadiens ne soient pas laissés à eux-mêmes, sans les outils susceptibles d'assurer leur subsistance d'une façon sécuritaire et pratique.

  +-(1135)  

+-

    M. Leon Benoit: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. J'aimerais demander le consentement unanime afin d'avoir une période de questions avec le secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, qui vient de prendre la parole. Certains des renseignements qu'il a fournis nécessitent un suivi sous la forme de questions.

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Le député a-t-il le consentement unanime de la Chambre?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

[Français]

+-

    M. André Bellavance (Richmond—Arthabaska, BQ): Monsieur le Président, cela me fait plaisir à mon tour d'ouvrir cette nouvelle session au nom de mon parti, le Bloc québécois, d'autant plus que j'en ai été nommé le nouveau porte-parole en matière d'agriculture et d'agroalimentaire.

    Je tiens à souligner le travail de mes collègues, mes prédécesseurs à ce poste, qui ont fait un travail remarquable, notamment la députée de Châteauguay—Saint-Constant, pour la défense des intérêts des producteurs agricoles du Québec. Je suis persuadé que nous poursuivrons tout le travail qui a déjà été effectué auparavant. Les producteurs et productrices agricoles du Québec peuvent être assurés que je serai toujours présent pour leur manifester un appui indéfectible dans leurs batailles.

    Cela me fait plaisir de participer à ce débat sur la motion M-253, présentée par le député de Vegreville—Wainwright. Je sais que ce dernier mène la lutte depuis plusieurs années. D'ailleurs, je comprends très bien ses motivations.

    Je ne donnerai pas toute la dénomination de ces bêtes, puisqu'il existe toutes sortes de noms pour en parler. Toutefois, on se contentera de parler de rongeurs qui peuvent causer plusieurs dommages que le député évalue à 200 millions de dollars. On sait qu'il s'agit effectivement de plusieurs millions de dollars de dégâts aux cultures, notamment en Alberta et en Saskatchewan.

    Il faut dire que ces rongeurs ne seraient pas si nuisibles s'ils n'étaient pas aussi nombreux. En présence d'une prolifération, de graves problèmes surgissent. Le député qui présente la motion en a fait état tout à l'heure pendant quelques minutes. À cet égard, je comprends très bien ses motivations.

    On sait que ces rongeurs mangent tous les types de végétaux qu'ils trouvent sous terre. Ils détruisent, par exemple, les arbres fruitiers, les tubercules, également les bulbes qu'on retrouve dans les jardins. De plus, ces rongeurs causent des dommages à la machinerie en creusant des trous. Ce faisant, ils peuvent créer de petits amas de terre. Lorsque la machinerie passe sur ceux-ci, cela peut causer des dommages.

    Ces bêtes construisent aussi des terriers dans les digues, ce qui représente un danger pour les structures visant à contenir la crue des eaux. Tous ces éléments font en sorte qu'une si petite bête peut quand même causer de graves dommages.

    Je comprends donc la lutte que mène le député depuis que le produit le plus efficace connu à ce jour, soit la solution liquide de strychnine à 2 p. 100, est interdit d'utilisation au Canada. Soit dit en passant, ce produit est interdit également aux États-Unis et dans plusieurs pays européens. Ces derniers ont estimé que les dangers sur leur territoire étaient trop grands pour en permettre l'utilisation. C'est également ce qu'a conclu le Canada il y a quelques années.

    Pourquoi a-t-on interdit ce produit spécifiquement? Il faut savoir qu'il est très toxique pour les animaux, mais aussi pour les humains. Les lecteurs assidus de romans policiers se rappelleront qu'Agatha Christie en a souvent fait état à titre de poison pour éliminer des ennemis. C'est effectivement très dangereux pour les humains.

    En fait, le concentré contenant 2 p. 100 de strychnine est un poison violent et dangereux. Il est mortel pour les humains, comme je le disais. De laisser ce produit en circulation libre peut être irresponsable, compte tenu de sa toxicité et de l'utilisation que des personnes malveillantes pourraient en faire. Évidemment, je ne parle pas ici des producteurs agricoles, mais de gens qui pourraient décider de s'en servir pour commettre un crime ou quelque chose de semblable.

    Il existe des produits de remplacement. On en a également entendu parler lors des deux premiers discours. Depuis l'interdiction de la strychnine, le gouvernement a tenté d'élaborer une stratégie de lutte antiparasitaire contre ce rongeur, qu'on peut appeler aussi le spermophile de Richardson, de concert avec les producteurs et les gouvernements de l'Alberta et de la Saskatchewan.

    Il faut savoir que ces gouvernements appuient actuellement la commercialisation d'appâts que l'on appelle appâts frais, à base de strychnine, mais cette fois à 0,4 p. 100. Le taux d'efficacité, il faut le dire, est moindre que celui obtenu avec le concentré en contenant 2 p. 100. C'est clair.

    Il est donc important de poursuivre les études sur les produits de remplacement. D'ailleurs, l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire, que l'on appelle l'ARLA, réévalue les données disponibles sur la strychnine et consulte les intervenants sur son utilisation, et ce, à compter d'aujourd'hui.

    On en a parlé tout à l'heure. J'ai ici le document qui s'appelle « Réévaluation de la strychnine »; c'est un projet d'acceptation d'homologation continue. Toutes les informations y sont disponibles si l'on désire participer à cette consultation, qui durera 60 jours. J'invite donc les producteurs agricoles intéressés, de même que tous les intervenants, à participer à cette consultation, qui constitue un autre pas dans la recherche d'une solution tangible et durable.

  +-(1140)  

    Je le disais, cela commence aujourd'hui, pour une période de deux mois. J'espère qu'on arrivera à trouver une ou des solutions satisfaisantes pour les producteurs, sans que la santé de la population en général soit toutefois mise en péril.

    Santé Canada, par l'entremise de l'ARLA, doit s'assurer que les produits antiparasitaires ne posent pas de risques inacceptables pour les humains, les autres animaux et, bien sûr, l'environnement. Cependant, il ne faut pas pour autant abandonner à leur sort les producteurs agricoles aux prises avec ce fléau. Je vous rappelle que, à l'été 2001, les problèmes causés par les spermophiles dans certaines régions de l'Alberta et de la Saskatchewan ont été tels que les gouvernements de ces provinces ont demandé et obtenu, de la part de l'ARLA, la permission d'utiliser à nouveau le concentré de 2 p. 100 de strychnine.

    Cette permission a été accordée pour cette seule saison, car on avait vraiment une prolifération épouvantable de rongeurs. On a été très vigilant également sur la disponibilité et l'usage du produit. C'est là où il y a un problème avec la motion du député. Il demande tout simplement à ce que l'on remette le produit sur le marché, comme auparavant, sans autre restriction. C'est là qu'il pourrait y avoir un danger.

    En 2001, seuls les agents agricoles en Alberta et les spécialistes de la lutte antiparasitaire en Saskatchewan ont eu la permission de distribuer le produit. C'était donc très réglementé et très strict. Cependant, les producteurs et les cultivateurs ont tout de même pu utiliser le produit qui, je le répète, est celui le plus efficace connu à ce jour contre la prolifération des rongeurs qui causent de graves dommages. Cela aurait été pire si on avait utilisé l'ancien produit.

    À ce moment-ci, il faut que le gouvernement permette de nouveau l'utilisation du produit, mais selon des normes très strictes. Il doit encore permettre ce genre d'exception chaque fois que la situation devient incontrôlable et tant que des solutions alternatives et efficaces ne seront pas trouvées.

    Toutefois, nous ne pouvons être en faveur de la motion du député, telle que présentée, pour les raisons que j'évoquais il y a quelques secondes. La motion est trop large, sans encadrement ni directive sur l'usage spécifique relatif à l'élimination des rongeurs, par exemple, la dose permise dans les pièges ou l'utilisation sous la terre seulement, entre autres.

    On sait qu'entre 1968 et 1988, pendant 20 ans, il était possible d'utiliser la strychnine à 2 p. 100 en surface. On s'est alors aperçu que des oiseaux pouvaient en manger et mourir. Quand on a décidé de l'utiliser sous la terre, cela a déjà été moins dangereux. Toutefois, on vise tout de même à ce que le produit ne soit pas distribué de façon très large.

    Nous ne pouvons voter en faveur de cette motion, mais nous exigeons tout de même que le gouvernement complète au plus vite ses consultations et ses études pour enfin offrir aux producteurs une solution efficace, tout en protégeant la santé et l'environnement.

    Je souhaite que le plus de gens possible participent à la réévaluation faite par l'ARLA concernant ce produit. J'espère qu'on n'attendra pas des années pour que les producteurs aux prises avec ce fléau puissent obtenir un produit le plus sécuritaire possible pour la santé humaine — évidemment, cela reste un poison —, mais qu'ils puissent éviter la prolifération de ces rongeurs très dommageables.

  +-(1145)  

[Traduction]

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD): Monsieur le Président, je suis très heureuse de prendre la parole dans cette enceinte, le jour même où nous revenons nous occuper des affaires des Canadiens. Monsieur le Président, je veux vous souhaiter bonne chance dans vos fonctions de Président de la Chambre. J'espère que vous avez passé un été productif et que vous avez pu vous reposer et vous détendre un peu au cours des dernières semaines. Nous sommes maintenant ici pour nous occuper du travail que nous devons accomplir au nom des Canadiens. Nous sommes ici pour nous attaquer à des dossiers, pour discuter de questions urgentes qui touchent tous les Canadiens.

    Monsieur le Président, il est évident qu'il y a toutes sortes de questions qu'il faut aborder, mais qui ne figurent pas dans le programme du gouvernement. Il faut parler du réseau CBC et du lock-out, qui en arrive à sa huitième semaine. Il faut se pencher sur le dossier du bois d'oeuvre et de l'échec du gouvernement pour ce qui est de donner la réplique aux États-Unis. Il faut discuter de la situation à laquelle sont confrontés les agriculteurs. Il faut examiner toute la question de la privatisation du système de santé. J'espère que nous aurons l'occasion, au cours de la session, d'aborder toutes ces questions qui menacent la survie même du pays, tel que nous le connaissons.

    Je vais maintenant porter mon attention sur la motion d'initiative parlementaire du député de Vegreville—Wainwright. La motion traite d'un problème qui affecte nos agriculteurs, à savoir la présence de spermophiles, que nous appelons communément au Manitoba des chiens des Prairies. En fait, cet animal fait partie de notre patrimoine et de notre environnement naturel. Cet bête est incontestablement liée à notre histoire et à la culture des Prairies. Je reconnais, comme l'a mentionné le député qui a présenté la motion, qu'il existe un problème lié à la surpopulation des spermophiles. La situation est telle que les agriculteurs sont confrontés à des difficultés et à des défis très importants.

    Je suis d'accord avec l'esprit de la motion du député, à savoir que, face à ce problème, il faut enfin prendre des mesures qui soient concrètes et qui respectent l'environnement. C'est sur ce dernier point que nous divergeons d'opinion. Le député propose en fait d'augmenter la puissance de la solution de strychnine afin de débarrasser nos terres agricoles de ce rongeur, le spermophile de Richardson.

    Le véritable enjeu, c'est de trouver une solution qui ne présente aucun danger pour l'environnement et pour la santé et le bien-être des Canadiens tout en étant adaptée aux besoins des agriculteurs, qui sont aux prises avec un grave problème. Voici ce que je suggère au député : il faut demander des comptes au gouvernement, qui n'a rien fait ces dix dernières années alors que le problème devenait si apparent. Le gouvernement ne peut pas se contenter de prendre la parole dans cette enceinte, par l'entremise d'un simple député, et de trouver à redire au sujet de la motion d'un autre député sans proposer de solution de rechange à un problème cerné il y a plus de dix ans.

    Je fais référence en particulier au débat qui a eu lieu à la Chambre en 2001 sur ce même dossier. On avait soulevé les mêmes questions et proposé la même solution. Quatre ans ont passé; le gouvernement avait amplement le temps de présenter un plan pour régler le problème. Avons-nous entendu quelque chose à ce chapitre? Le gouvernement a-t-il fait des efforts conscients pour régler le problème de manière sensée et sensible sur le plan environnemental, tout en se préoccupant de la santé et du bien-être des Canadiens? Malheureusement, non. Le gouvernement n'a rien fait. Nous voilà encore en train de discuter d'une proposition inacceptable à tous points de vue. Elle est inacceptable pour les agriculteurs, l'environnement et les Canadiens, qui s'inquiètent pour leur santé.

  +-(1150)  

    La strychnine est inacceptable, car c'est un pesticide très violent et dangereux. C'est un produit mortel, un produit qui a déjà été utilisé pour commettre le suicide et pour éliminer les chiens du voisinage.

    Le député de Vegreville a déjà mentionné cela et il a reconnu tous ces problèmes, mais il a affirmé qu'il y avait des façons de les contourner. Je ne pense pas que les députés, pas plus que les Canadiens, ne comprennent comment nous pourrions contourner de tels problèmes. Cette substance s'infiltre dans les grains, le sol et l'environnement. Il est très difficile de l'empêcher d'entrer en contact avec les autres animaux et les humains.

    Son usage sans discernement peut causer des ravages dans la faune, y compris chez les rapaces, principaux prédateurs des spermophiles. C'est une solution où le facteur temps est critique et qui nécessite une forte intensité de main-d'oeuvre. Qui plus est, elle n'est efficace qu'au début du printemps, avant la germination des mauvaises herbes. Une fois ce produit appliqué, la zone doit faire l'objet d'un suivi quotidien. Les carcasses doivent être enfouies sans délai pour éviter les empoisonnements accidentels. Il va sans dire que ce n'est pas la solution idéale. Nous devons nous y opposer. Nous devons renvoyer la balle au gouvernement pour qu'il trouve enfin une solution valable.

    Je tiens à mentionner certains commentaires faits par mon collègue, Dick Proctor, en 2001, pendant le dernier débat sur cette question à la Chambre. Dick Proctor était le député de Palliser, un excellent député. Il se dévouait pour les agriculteurs et travaillait pour le mieux-être de ses électeurs. Il a pris la parole à plusieurs reprises pour appuyer l'intérêt public et les politiques gouvernementales qui servaient le bien public. Il a dit:

    Nous avons les mêmes préoccupations environnementales que le porte-parole du gouvernement. Nous sommes inquiets du sort réservé à la population de renards véloces et d'aigles à tête blanche depuis une dizaine d'années, autant que du sort des chevêches des terriers, importantes pour les gens de la région de Moose Jaw. J'ai lu un article dans le journal local il y a quelques semaines où j'ai appris que le nombre de couples de chevêches était fortement en baisse depuis quelques années. Cet article faisait également état de l'empoisonnement de chiens. On y rapportait aussi deux suicides, et tout cela semblait lié à l'utilisation de la strychnine.

    Ces remarques ont été faites par un ancien député qui a servi avec intégrité, un homme qui travaillait d'arrache-pied, qui était à l'écoute de sa communauté et des agriculteurs, bref, quelqu'un qui connaissait l'impact de l'utilisation de la strychnine sur l'environnement. Ses commentaires doivent être pris au sérieux.

    Mon bon ami Dick Proctor a aussi reproché au gouvernement de ne pas faire sa part :

    Je rappelle aux députés ce qu'a dit David Suzuki, à savoir que la race humaine est le plus grand prédateur de l'histoire. Nous avons une obsession qui est d'éliminer tout ce qui se met en travers de notre chemin. Un jour, cela va nous retomber dessus et va nous coûter cher.

    C'est un problème et je ne veux pas le minimiser, mais je pense que nous devons chercher d'autres solutions. Cela fait dix ans qu'on en parle. Le gouvernement n'a absolument rien fait pour trouver des substituts à la strychnine liquide.

    Des rapports indiquent qu'une concentration de 0,4 p. 100 est efficace. Certains de mes collègues ont pu affirmer que cette concentration pouvait être la solution recherchée. Comme le montrent le débat que nous tenons aujourd'hui et les témoignages des députés qui représentent des circonscriptions rurales et des agriculteurs des quatre coins du pays, le problème est bien réel, et la concentration de 0,4 p. 100 s'est avérée inefficace. Il importe de souligner que la solution préconisée par le gouvernement n'en est pas une. La concentration de 0,4 p. 100 n'est pas une solution. On doit trouver des solutions de rechange.

    La proposition de l'opposition conservatrice, soit d'augmenter le taux de concentration de ce pesticide toxique et dangereux, ne constitue pas non plus la solution.

    Nous n'avons d'autre choix que de trouver la solution appropriée. Nous devons rejeter cette motion et convaincre le gouvernement de présenter ultérieurement une solution de rechange positive.

  +-(1155)  

+-

    M. Gerry Ritz (Battlefords—Lloydminster, PCC): Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je prends la parole en cette première journée de séance après les vacances estivales pour soulever un problème qui, pour bien des gens, ne devrait pas être un cas d'urgence. Cela montre bien que, comme vient de le souligner ma collègue du NPD, le gouvernement libéral n'a rien fait dans ce dossier au cours des 12 dernières années. C'est un problème sur lequel nous devons nous pencher.

    Soyons un peu réalistes. Nous avons entendu les membres des trois autres partis, à l'exception de mon collègue de Vegreville—Wainwright, qui a soulevé la question pour une troisième fois, et je le remercie de son intervention. C'est un problème très important, tant dans sa circonscription que dans la mienne, qui sont deux circonscriptions semblables de l'Ouest du pays. La situation empire en raison de l'inaction du gouvernement dans ce dossier. Une autre attaque contre l'agriculture.

    Le coefficient magique qui est ressorti de tout cela a été la création d'une petite agence, l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire, qui relève de Santé Canada et rend des comptes à Agriculture Canada, mais ne fait pas grand-chose ni pour l'un, ni pour l'autre. Lorsque des membres de cette agence viennent témoigner devant l'un de nos comités, ils tergiversent et tentent de rejeter le blâme sur d'autres. Ils ne reconnaissent jamais quelque responsabilité que ce soit. Toutefois, c'est le peu d'attention qu'ils ont accordée à des dossiers comme celui-ci qui explique que ce problème persiste depuis 12 ans et qu'on n'a encore rien trouvé pour remplacer la strychnine. C'est la raison pour laquelle nous demandons que l'on autorise à nouveau le recours à la strychnine jusqu'à ce que l'agence trouve autre chose qui soit à la fois efficace et accessible.

    Le gouvernement libéral et son Agence de règlement ne sont pas à la hauteur de la tâche et c'est ce qui explique ce problème. La question a été soulevée au Comité de l'agriculture à quelques reprises et j'en suis chaque fois ressorti abasourdi. Il y a tellement de problèmes sur lesquels il est urgent de se pencher et d'intervenir, mais le gouvernement ne fait rien. À mon avis, cette agence ne fait pas le travail qu'elle devrait faire et elle ne mérite pas l'argent qu'on lui verse.

    Plusieurs autres produits litigieux relèvent du champ d'action de l'ARLA. Il s'agit, entre autres, du glyphosate générique et de la strychnine. Il y a aussi l'ivermectine, que les producteurs agricoles vont se procurer de l'autre côté de la frontière. On va les pénaliser pour cela. On ne leur permettra pas de le faire, même en vertu du certificat d'achat pour leur propre usage que le gouvernement a autorisé l'ARLA à délivrer à titre de solutions partielles.

    Il existe un malaise général au sein de cette agence. Elle a besoin d'un bon coup de fouet pour devenir véritablement opérationnelle. Il ne s'agit pas d'un problème budgétaire; c'est un problème de connaissances scientifiques. L'agence sembe écarter ou contourner les données scientifiques solides relatives à chacun de ces produits litigieux.

    En voici un bon exemple : l'ARLA a évoqué aujourd'hui la réévaluation de la strychnine. Elle réalise une autre étude qui en est à la phase des observations. Si elle souhaite vraiment recevoir des observations pertinentes, elle devrait sortir de sa tour d'ivoire à Ottawa et s'entretenir avec les vrais utilisateurs finaux, c'est-à-dire les agriculteurs et les grands éleveurs qui utilisent ce produit depuis des années. Aucun problème important ne s'est posé. On a observé certains actes criminels, mais il s'agit là d'une question tout à fait différente. Cela relève de l'utilisation criminellle et de l'intention criminelle. Il faut châtier ces gens avec toute la rigueur que permet la loi, car ils le méritent bien.

    Les agriculteurs et les producteurs ordinaires ont un double problème face aux méthodes qu'ils peuvent employer pour combattre le spermophile de Richardson. Ils aiment bien utiliser ce terme, car tout le monde se fait de l'écureuil une image tendre et câline, l'idée d'un animal mignon et agréable à caresser. N'oublions pas que ce sont des rongeurs. Ils sont plus près de la famille des rats. Ils se font des terriers, mâchent la végétation et créent d'énormes dommages dans les régions agricoles. On avancé le montant de pertes et de coûts annuels de 200 millions de dollars. Ce chiffre est probablement inférieur à la réalité. Nous pourrions probablement le multiplier par trois ou quatre.

    Le problème s'aggrave en ce moment du fait que nous avons eu deux années de sécheresse. La pluie est revenue cette année et en grande abondance. Nous éprouvons de grands problèmes découlant du fait que nous ne pouvons pas appliquer les pratiques agricoles que le gouvernement nous demande avec insistance d'employer et que nous n'avons pas accès dans ce contexte aux produits chimiques et antiparasitaires dont nous avons besoin.

    Le secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture a dit que même les États-Unis ont interdit l'utilisation de la strychnine en surface. C'est très bien. Nous ne l'utilisons pas en surface. L'appât est placé dans un trou, dans la terre. Il n'est pas accessible aux autres animaux, sauf si quelqu'un a des intentions criminelles et qu'il veut empoisonner le chien du voisin ou appâter un chevreuil pour attirer des coyotes et ainsi de suite. C'est alors absolument interdit. Ces infractions sont déjà énumérées dans le Code criminel. Il ne faut pas confondre les deux choses. Ne nous servons pas de ce prétexte pour empêcher les agriculteurs d'avoir accès à de la strychnine.

    Tout dépend ici de la concentration du poison, de la fraîcheur du produit et de la possibilité de l'utiliser en temps opportun. Actuellement, il faut un permis spécial pour s'en procurer. Les gens doivent se précipiter aux bureaux de la municipalité, certains jours seulement, afin qu'on y fasse le mélange pour eux. Ils doivent apporter leurs appâts, leur orge, leur céréale ou ce qu'ils utilisent, et on fait le mélange. Ils doivent ensuite rentrer à la maison en hâte et placer les appâts dans les trous. Le problème, c'est que tout cela prend du temps. Bien des agriculteurs se lèvent tôt le matin pour faire cela ou ils le font lorsque leur machinerie est en panne, qu'il pleut ou dans ce genre de circonstances.

  +-(1200)  

    Le problème des délais est encore plus aigu lorsque les agriculteurs doivent se rendre aux bureaux de la municipalité qui peuvent souvent être situés à 40 ou 50 kilomètres de chez eux. Ils doivent faire la queue pour obtenir le mélange pour leur appât parce que tout le monde doit se présenter les mêmes jours. Ensuite, lorsqu'ils rentrent chez eux, ils veulent placer les appâts au plus vite dans les trous pendant que le poison est le plus frais possible.

    Le problème, si on fait le mélange à Toronto, c'est celui du transport. Comme appât, on utilise habituellement des criblures et les spermophiles ne sont pas attirés par cela. Ils ont un fin palais. Ils ont le choix entre des centaines d'acres de tendre verdure ou du vieux pain rassis. Les spermophiles sont des connaisseurs. Ils vont préférer s'empiffrer d'herbe fraîche. La fraîcheur, la rapidité d'utilisation et la concentration de l'appât sont des aspects essentiels. Ce sont là les trois facteurs dont doivent tenir compte l'ARLA et ses maîtres libéraux qui prennent place de l'autre côté de la Chambre.

    Aucun des autres partis ne semble vouloir soutenir qu'il faut maintenir ce qui est en place en vertu des meilleures pratiques agricoles jusqu'à ce que le gouvernement propose quelque chose de nouveau, le cas échéant. Il n'a rien proposé. On parle beaucoup de deux autres produits, mais personne ne peut se les procurer. Encore une fois, l'accès au moment opportun, la fraîcheur et la disponibilité sont les principales préoccupations entourant cette question.

    Un spermophile adulte peut creuser 50 trous au cours d'une saison. Cela fait beaucoup de trous dans lesquels le bétail et les chevaux peuvent s'empêtrer. Les spermophiles causent énormément de dommages, sans compter ceux qu'ils font subir aux espaces verts environnants. Chaque année, un milliard et demi d'acres de terrain sont envahis par les spermophiles; la moitié de ces terrains sont des espaces verts et l'autre moitié, des pâturages. Il s'agit donc d'une quantité considérable de plantes fourragères sont détruites et ne peuvent servir à l'alimentation des animaux. Les Canadiens exigent un approvisionnement alimentaire frais, sûr et durable et c'est entièrement aux producteurs qu'incombe la responsabilité d'y voir. Comme un milliard et demi d'acres de terrain sont envahis par les spermophiles, les troupeaux de bétail, qui sont de près de 20 p. 100 plus importants qu'à l'habitude, disposent de moins d'acres pour s'alimenter. Depuis 12 ans, le gouvernement fait preuve de complaisance et s'est fait le complice de l'ARLA en ne corrigeant pas la situation. Nous sommes aux prises avec un sérieux problème.

    Certains prennent l'initiative d'abattre les spermophiles. Dans ma circonscription, sur une terre en coin de 160 acres, on peut abattre 2 000 spermophiles en un après-midi et être encore loin de les avoir éliminés tous. Voilà le genre de problème qui se pose. Les spermophiles se multiplient comme des rats. Les femelles mettent bas deux fois par année et les nouveau-nés du printemps ont à leur tour des petits à l'automne.

    C'est un problème galopant. Le gouvernement doit s'y attaquer au lieu de continuer à parler d'études. Le député de Mississauga-Sud a suggéré de ne pas le faire parce que cela cause de la destruction. Si, pendant la saison, un spermophile avait creusé 50 trous dans son gazon avant, il serait probablement un peu plus préoccupé. Voilà le genre d'infestation que nous connaissons dans l'Ouest du Canada.

    On a beaucoup parlé du caractère satisfaisant de la solution à 0,4 p. 100. Mais en termes de puissance, elle n'est pas satisfaisante. En termes de volume — et les libéraux prétendent que, quand elle est mélangée, elle est à 0,4 p. 100 — il y a un certain nombre d'années, la solution idéale était de 5 p. 100. Nous n'avions pas de gros problèmes à cette époque-là. Nous n'avons pas eu de problèmes avec la solution à 2 p. 100. Il n'existe aucune étude scientifique solide. Il n'y a que des hypothèses et des réactions instinctives motivées par des soucis environnementaux. Nous devons être conscients du fait qu'il pourrait y avoir des dégâts et que nous devons les limiter, tout comme nous devons tenter de régler de nombreux autres problèmes. On a fait études après études, mais on n'y donne pas suite.

    La Saskatchewan est confrontée à un véritable problème depuis que le gouvernement fédéral a éliminé les dispositions du programme d'assurance-récolte relatives aux dégâts causés par la faune. Le député de Vegreville—Wainwright a dit avoir perdu 60 acres de canola évalués à 350 ou 400 $ l'acre. Ces pertes ne sont plus couvertes. Si nous nous plaignons, on nous répond qu'on devrait recevoir de la strychnine dans trois mois. Ce n'est pas suffisant.

    Cette initiative tombe à point étant donné l'étude entreprise par l'ARLA et les observations qu'elle sollicite. C'est notre troisième essai, et nous réussirons. Les agriculteurs et les éleveurs, surtout dans l'Ouest, recherchent ce type de leadership dans ces dossiers. Nous sommes heureux de le leur offrir; un gouvernement conservateur veillerait à ce que ces questions soient traitées et à ce que l'ARLA se remette à faire le travail qu'elle est censée faire.

  +-(1205)  

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): L'heure réservée à l'étude des initiatives parlementaires est maintenant écoulée. L'article retombe au bas de la liste de priorité du Feuilleton.


+-INITIATIVES MINISTÉRIELLES

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Traduction]

+-Le Code criminel

+-

    L'hon. Raymond Chan (au nom du ministre de la Justice) propose que le projet de loi C-49, Loi modifiant le Code criminel (traite des personnes), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, je suis très heureux d'être ici, à la reprise de la session parlementaire, pour participer au débat sur le projet de loi C-49, Loi modifiant le Code criminel (traite des personnes).

[Français]

    On parle parfois de la traite des personnes comme de la nouvelle traite internationale des esclaves. Aucun pays n'a été épargné par ce terrible fléau. Selon un rapport publié récemment, le 11 mai 2005, par l'Organisation internationale du travail, on estime qu'au moins 2,45 millions de personnes de par le monde vivent actuellement en situation de travail forcé à cause de la traite des personnes.

    Qui sont les principales victimes de la traite? Ce sont les femmes et les enfants. Selon les estimations de l'UNICEF, jusqu'à 1,2 million d'enfants de par le monde sont victimes, chaque année, de la traite.

[Traduction]

    Lorsque nous entendons de tels chiffres, nous comprenons l'ampleur du problème et l'urgence qu'il y a à renforcer les mesures nationales et internationales de lutte contre la traite des personnes. Nous devons nous assurer d'instaurer le meilleur système possible pour réagir à un crime qui constitue une violation horrible des droits de la personne et qui a des répercussions disproportionnées sur les personnes les plus vulnérables de notre société.

    C'est ce que fera le projet de loi C-49. Il s'agit indéniablement d'une mesure très importante vers le renforcement de notre capacité à protéger les personnes vulnérables, ce qui constitue une priorité de tous les instants pour le gouvernement. Le projet de loi traduit l'engagement du gouvernement à faire en sorte que le cadre juridique du Canada reconnaît clairement, dénonce fortement et dissuade la traite des personnes.

[Français]

    Pour ce faire, il propose la création de trois nouvelles infractions criminelles afin de mieux lutter contre la traite des personnes, peu importe la forme. La principale infraction, la traite des personnes, interdirait à quiconque de participer à des actes précis tels que le recrutement, le transport, l'hébergement ou le contrôle des déplacements d'une autre personne afin d'exploiter une personne ou de faciliter son exploitation. Cette infraction serait passible d'une peine maximale d'emprisonnement à perpétuité qui tiendrait compte de la gravité de l'infraction et des conséquences préjudiciables à ses victimes et à la société canadienne.

    Deuxièmement, le projet de loi C-49 propose de décourager ceux qui cherchent à tirer profit de l'exploitation d'autres personnes en rendant illégal le fait de retirer un avantage financier ou tout autre avantage matériel provenant de la traite des personnes. Cette infraction entraînerait une peine maximale de 10 ans d'emprisonnement.

    Troisièmement, le projet de loi C-49 propose d'interdire à quiconque de retenir ou de détruire des documents — comme les documents de voyage ou les pièces d'identité des victimes — pour commettre ou faciliter une infraction de traite des personnes. Cette infraction entraînerait une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement.

  +-(1210)  

[Traduction]

    La traite des personnes est purement et simplement l'exploitation des victimes. Il est inimaginable que l'on en vienne à nier le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité d'une personne et à la traiter comme un produit qui peut être acheté, vendu et utilisé à n'importe quelle fin. Pourtant, c'est la réalité pour beaucoup de gens.

    Le projet de loi C-49 reconnaît cette forme d'exploitation de façon très concrète et ferait de l'exploitation d'une personne un élément clé de l'infraction criminelle. Dans le projet de loi, l'exploitation est définie comme étant le fait d'amener à fournir ou à offrir de fournir son travail ou ses services, par exemple des services sexuels, par des agissements dont il est raisonnable de s'attendre à ce qu'il fasse croire qu'un refus de la part de la victime mettrait en danger sa sécurité ou celle d'une personne qu'elle connaît. L'exploitation consiste aussi à amener une personne par la tromperie ou l'usage de la force, à se faire prélever un organe ou des tissus.

    Le projet de loi C-49 renforcera le cadre juridique du Canada en complétant les systèmes nationaux et internationaux de répression de la traite des personnes.

    Il existe de nombreux instruments internationaux qui portent sur la traite des personnes, le plus récent étant la Convention des Nations Unies contre la criminalité nationale organisée et son protocole supplémentaire qui vise à prévenir, éliminer et punir la traite des personnes, particulièrement des femmes et des enfants. Cette convention instaure un cadre international généralement accepté pour faire face au problème. Le projet de loi C-49 reflète clairement ce cadre international. Dans ce contexte, l'approche du Canada, telle qu'elle apparaît dans le projet de loi, met l'accent sur la prévention de la traite des personnes et sur la protection des victimes et la poursuite des délinquants.

    Les réformes proposées dans le projet de loi C-49 envoient un message très clair, à savoir que ceux qui cherchent à exploiter les membres les plus vulnérables de la société en adoptant cette forme de conduite criminelle seront traduits en justice.

    Le projet de loi C-49 renforcerait nos mesures actuelles d'intervention en cas de traite des personnes en élargissant les dispositions du Code criminel qui portent sur la conduite liée à la traite des personnes et il ajouterait aux dispositions de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés qui visent à protéger la frontière du Canada contre la traite de personnes et le passage de clandestins. Les nouvelles infractions pénales proposées dans le projet de loi C-49, ainsi que le cadre juridique actuel, accroîtront grandement la capacité des intervenants du système de justice pénale à faire en sorte que l'infraction reprochée corresponde le mieux aux faits entourant chaque cas.

    Le gouvernement lutte également contre la traite des personnes en appliquant d'autres mesures non législatives, ce qui reflète la réalité selon laquelle une intervention efficace nécessite non seulement un cadre juridique rigoureux, mais également une collaboration multisectorielle, afin d'accroître notre sensibilisation et notre compréhension du problème et de faciliter la mise en oeuvre efficace et sérieuse de mesures d'intervention ciblées.

    Le gouvernement a récemment pris de nombreuses mesures à cette fin. Par exemple, un site portant sur la traite des personnes a été créé en avril 2004 et est accessible sur le site Web du ministère de la Justice du Canada. Ce site offre des renseignements utiles à la population, tout en décrivant le problème et en renvoyant aux liens appropriés.

  +-(1215)  

[Français]

    L'éducation et la sensibilisation du public sont favorisées par l'entremise du développement et de la diffusion massive, dans l'ensemble du Canada et dans les ambassades canadiennes, d'une affiche et d'une brochure de renseignements offertes en 14 langues pour aider à empêcher que la traite des personnes ne continue à faire des victimes.

[Traduction]

    Des séances de formation professionnelle et de sensibilisation au sujet de la traite des personnes et des questions liées à l'application de la loi sont en cours et ont commencé par un colloque de formation tenu en mars 2004 et organisé par le ministère de la Justice du Canada et l'Organisation internationale pour les migrations. Un colloque semblable, organisé par la GRC, a eu lieu à Vancouver en mai 2005.

    J'appuie le projet de loi C-49 car il constitue une étape importante pour accroître la capacité du Canada à prévenir la traite des personnes, à mieux protéger ses victimes et à tenir les contrevenants responsables de leurs actes. J'espère que tous les députés pourront appuyer l'adoption rapide de cet important projet de loi.

+-

    M. John Maloney (Welland, Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais avoir des précisions sur l'ampleur du problème du trafic. Ce phénomène existe-t-il au Canada ou est-il limité aux pays en développement? Quelle est l'ampleur du problème pour le Canada?

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin: Monsieur le Président, le député soulève un excellent point. En raison de la nature hautement clandestine des activités de trafic des personnes, il est impossible de connaître avec précision la portée et l'impact du problème, tant à l'échelle internationale que sur le plan national.

    Par contre, comme je l'ai mentionné dans mon discours, deux rapports qui ont été rendus publics donnent une indication de l'étendue de ce problème à l'échelle internationale.

    Selon les chiffres dont je dispose, les Nations Unies estiment que plus de 700 000 personnes font l'objet du trafic des personnes chaque année. L'Organisation internationale du Travail estime qu'en tout temps, près de 2,5 millions de personnes se trouvent dans des situations de travail forcé à la suite du trafic des personnes. Il semble clair qu'aucun pays n'est à l'abri de ce fléau, qui constitue pourtant une violation fondamentale des droits de la personne.

    Je ne crois pas que nous ayons réglé le problème au Canada. C'est pourquoi nous voulons faire adopter ce projet de loi: nous savons que le problème existe et nous voulons y mettre fin, tant sur le plan national qu'international. Nous croyons que c'est fondamental, que nous devons faire tout en notre pouvoir pour donner aux autorités compétentes la capacité de dépister, d'accuser et de faire condamner de façon appropriée les gens qui jugent qu'il est acceptable de prendre part à ce genre d'activités.

    De plus, ce projet de loi cible ceux qui tentent de profiter de ce genre d'activités.

    À entendre parler de certains aspects du trafic des personnes — non seulement le commerce du sexe, mais aussi le trafic d'organes humains —, on ne peut qu'être dégoûté. Ces actes et leurs résultats vont complètement à l'encontre des valeurs canadiennes. Je crois qu'il est important que ce projet de loi soit adopté aussi rapidement que possible, afin que les autorités puissent faire respecter la loi et accuser et faire condamner les gens liés à ces activités.

  +-(1220)  

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, il y a environ un an, j'ai assisté à une conférence parrainée par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. À la conférence, on nous a distribué un excellent magazine américain qui portait précisément sur ce sujet. Le magazine contenait des cartes indiquant l'emplacement exact et la fréquence des incidents. Il suffit de jeter un coup d'oeil à toute la recherche qui a été faite pour constater que ce grave problème ne date pas d'hier. Je suis très heureux que cette mesure législative ait été présentée.

    J'aimerais poser une question au député au sujet de la détermination de la peine, car c'est un sujet qui revient souvent. Si je comprends bien, aux termes du projet de loi C-49, les personnes trouvées coupables d'exploitation sont passibles d'emprisonnement à perpétuité. Si le coupable a bénéficié d'un avantage pécuniaire, il risque dix ans d'emprisonnement. S'il a retenu ou détruit des documents, il risque un emprisonnement maximal de cinq ans.

    Je me suis souvent dit, au sujet du régime de détermination de la peine auquel nous assujettissons certains crimes horribles, comme la pornographie juvénile, la violence faite aux enfants et la traite de personnes, que nous devions absolument nous assurer que les tribunaux n'hésitent pas à imposer les peines maximales. Toutefois, si ces peines ne sont pas imposées, le député pourrait peut-être nous parler des cas où la peine minimale obligatoire pourrait convenir à ces crimes horribles.

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin: Monsieur le Président, notre collègue aborde la question d'un point de vue intéressant. Lorsqu'on se penche sur la question, on constate d'abord et avant tout qu'elle comporte trois grands aspects qu'on pourrait appeler les trois « P » soit la prévention du trafic, la protection des victimes et les poursuites judiciaires contre les trafiquants.

    Cependant, comme j'ai essayé de le signaler dans mon intervention aujourd'hui, nous devons également sensibiliser la population qui, dans une large mesure, ne reconnaît pas l'existence de ce problème. Notre système judiciaire fait partie intégrante de notre société et, en toute franchise, tous les intervenants dans ce système doivent être informés également de la nature du problème qui se pose et de la réaction que nous croyons appropriée.

    En tant que Parlement, pour envoyer un message à ceux qui travaillent au sein du système judiciaire, nous définissons généralement la nature de la sanction et en particulier, lorsque la peine maximale est une peine d'emprisonnement à perpétuité, soit la plus grave qu'on puisse imposer au Canada, on fait comprendre la nécessité pour les juges, lorsqu'ils examinent tous les faits, de tenir compte de la façon dont le Parlement perçoit ce type d'activité.

    Je le répète, il est fondamental pour nous tous que la protection des droits de la personne, en particulier la sécurité de la personne, soit considérée comme essentielle. Dans le cadre de l'examen de la situation d'ensemble dans le monde, nous ferons tout en notre pouvoir sur la scène internationale, par l'entremise des Nations Unies et des divers protocoles que nous avons adoptés, pour collaborer avec la communauté internationale, afin de réaliser les objectifs consistant à réduire le plus possible cette activité et, si possible, la faire disparaître complètement.

    Cependant, sur le plan national, ce projet de loi est extrêmement important, car dans certains cas, nous devons prévoir dans notre propre pays les sanctions qui s'imposent et les accusations qui vont être portées, et le projet de loi sert justement à cette fin. Ce sera très utile pour signaler aux intervenants dans notre système de justice qu'il s'agit d'une activité que nous voulons éliminer au Canada et qu'à cette fin, nous souhaitons que ces sanctions soient imposées comme il se doit.

  +-(1225)  

+-

    M. Marc Godbout (Ottawa—Orléans, Lib.): Monsieur le Président, j'applaudis la présentation de cet important projet de loi que bien des Canadiens attendent depuis très longtemps. Comme on me l'a expliqué au sujet du protocole des Nations Unies sur la traite des enfants, il doit y avoir des négociations et nous devons nous entendre avec les provinces.

    Le secrétaire parlementaire pourrait-il nous dire comment les provinces ont réagi au dépôt de ce projet de loi au moment des consultations initiales?Je suis certain qu'elles étaient toutes d'accord, mais comment s'effectuera la mise en oeuvre quand la Chambre aura donné son approbation?

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin: Monsieur le Président, il va de soi que tous les intervenants au pays, au niveau tant provincial que fédéral, comprennent que tous doivent collaborer à ce dossier et s'employer à mettre en oeuvre les mesures pertinentes. Cela relève évidemment du ressort pénal du gouvernement fédéral. Nous nous efforçons d'établir le type d'infraction qui, à notre avis, pourra faire l'objet des poursuites qui s'imposent et de condamnations dans les sphères provinciales de l'administration de la justice. Selon moi, les précisions apportées pourraient aider les provinces à remplir leurs responsabilités et il devrait être plus facile de procéder aux condamnations grâce à la façon dont nous avons décrit les infractions dans le projet de loi.

    À mon avis, nous n'aurons aucun problème à collaborer avec les provinces. Je crois que ce processus sera efficace et que, lorsqu'il nous faudra traiter de cas particuliers, les provinces pourront procéder efficacement aux poursuites, conformément à leurs objectifs.

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, je suis ravi d'être de retour à la Chambre et de prendre la parole sur le projet de loi C-49, en qualité de porte-parole de l'opposition officielle en matière de justice.

    L'opposition officielle est d'avis que la traite des personnes est une forme moderne d'esclavage et une grave violation des droits de la personne. Selon les Nations Unies, la traite des personnes est le secteur du crime organisé transnational qui connaît la plus forte croissance. Cela n'est pas surprenant. Les organisations criminelles locales sont attirées par cette industrie en raison de son énorme rentabilité potentielle et du risque relativement faible de détection. Il s'agit d'une industrie en plein essor qui est dirigée par des réseaux multinationaux puissants qui sont bien financés, bien organisés et tout à fait capables de s'adapter aux nouvelles technologies.

    Les Nations Unies estiment que plus de 700 000 personnes font l'objet de cette traite, chaque année, à l'échelle mondiale. De celles-ci, 80 p. 100 sont des femmes et 50 p. 100 sont des enfants. Les recettes tirées à l'échelle mondiale de la traite des personnes sont estimées à quelque 10 milliards de dollars des É.-U. La plupart des victimes sont forcées à se soumettre à l'exploitation sexuelle commerciale ou sont livrées à la servitude, involontaire ou en raison d'une dette. Dans certains pays, d'autres sont condamnées à effectuer des travaux forcés. Des enfants sont vendus afin de devenir soldats.

    Les victimes de traite sont souvent attirées dans une nouvelle profession par la ruse ou trompées par un contrat de travail ou un mariage à l'étranger qui semble légitime. D'autres sont tout simplement enlevées. Les victimes sont souvent soumises à des actes de violence physique, sexuelle ou psychologique.

    Bien qu'il n'existe pas réellement de statistiques à ce sujet en raison de la difficulté à retracer ces crimes, au Canada, la GRC estime à environ 600 le nombre de femmes et de jeunes filles étrangères qui sont entraînées chaque année dans l'industrie canadienne du sexe. Ce nombre ne tient pas compte de toutes les autres personnes qui sont obligées de faire un travail contre leur gré.

    Si le bilan du Canada est relativement bon à l'échelle internationale pour ce qui est des efforts en vue d'enrayer le problème du trafic de personnes, il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine. En juin de cette année, le département d'État des États-Unis a fait savoir que la Colombie-Britannique était devenue une plaque tournante d'intérêt pour les passeurs asiatiques qui font entrer des femmes coréennes aux États-Unis en passant par le Canada, et que la situation était en grande partie attribuable au fait que les Sud-coréens n'ont pas besoin de visa pour entrer au Canada.

    Si le trafic constitue sans conteste un problème mondial qui ne connaît aucune frontière, l'application de la loi se fait en grande partie à l'échelle nationale et le Canada doit adopter un rôle beaucoup plus actif et voir à ce que ce fléau international ne prenne pas des proportions encore plus grandes au pays.

    J'aimerais citer les paroles du journaliste canadien Victor Malarek, qui a fait de nombreuses recherches et beaucoup écrit sur le sujet du commerce international du sexe. Il a dit : « Si nous voulons juger un pays sur sa façon de traiter ce fléau, nous devons baser notre jugement sur les mesures qu'il prend pour l'éradiquer. Ce n'est qu'en appliquant la loi de façon implacable — poursuites rigoureuses, lourdes peines de prison et confiscation de tous les profits accumulés aux dépens de ces femmes — que nous pourrons arrêter ces bandits. »

    Je suis tout à fait d'accord avec M. Malarek. Il me semble par contre qu'il faut confronter ses observations, et les études qu'effectuent des gens comme M. Malarek et d'autres organismes, aux objectifs du projet de loi C-49.

    À bien des égards ce projet de loi ne vise rien de neuf. Il donnerait tout simplement une codification plus succincte de lois existantes. Il met effectivement l'accent sur la traite des personnes, mais le Code criminel comporte déjà de nombreuses dispositions qui visent les crimes de ce genre.

    À l'heure actuelle, le Code criminel du Canada ne comporte aucune disposition interdisant précisément le trafic des êtres humains, même si la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés de 2002 a instauré certaines mesures visant à combattre ce genre de crime. Plus particulièrement, l'article 118 de cette loi interdit de faire entrer au Canada une personne en ayant recours à l'enlèvement, à la fraude, à la tricherie, à la menace, à la force ou à la coercition. Ainsi, comme je le disais, bon nombre des lois pertinentes existent. Le projet de loi C-49 en donnerait tout simplement une codification et mettrait l'accent sur cet aspect.

  +-(1230)  

    Le projet de loi C-49 va au-delà de l'accent qui est mis à l'heure actuelle sur l'immigration. Les modifications au Code criminel que propose le projet de loi C-49 créent trois nouveaux actes criminels visant précisément le trafic des êtres humains. Le premier vise l'interdiction générale de faire le trafic d'êtres humains. Le deuxième interdit à toute personne de tirer un avantage économique du trafic. Le troisième interdit la rétention ou la destruction de documents d'identité, d'immigration ou de voyages en vue de faciliter le trafic des personnes.

    De plus, le projet de loi fait prévoit que le trafic de personnes peut constituer la justification d'un mandat d'interception de communications privées et de prélèvement d'échantillons pour analyse de l'ADN et il permet d'incrire le délinquant au registre des délinquants sexuels.

    Cependant, il ne suffit pas de dire que nous allons autoriser le prélèvement d'ADN ou l'inscription au registre des délinquants sexuels. Nous savons bien que la Loi sur les données génétiques, aussi bien que le registre des délinquants sexuels comportent de nombreuses échappatoires. Par exemple, la Loi sur les données génétiques est bien moins efficace que celle du Royaume-Uni. Ce pays compte environ 60 millions de personnes. Or le registre des données génétiques du Royaume-Uni répertorie environ trois millions d'individus. Le Canada, dont la population est d'environ 30 millions de personnes, soit à peu près deux fois moins, ne compte dans sa base de données qu'environ 70 000 personnes. Est-ce parce que nous sommes si respectueux des lois? Permettez-moi d'en douter.

    En fait, la réalité, c'est que plus de la moitié même des criminels qui ont été condamnés pour les crimes les plus graves ne sont pas tenus de fournir des échantillons d'empreintes génétiques. Franchement, cela est déplorable. Nous ne pouvons pas blâmer cette mesure en particulier, mais nous pouvons certes blâmer le gouvernement pour son refus de prendre les mesures nécessaires pour rendre notre loi sur les empreintes génétiques aussi efficace que celle des États-Unis ou de l'Angleterre.

    Rosalind Prober, de l'organisme Beyond Borders, a communiqué avec moi récemment au sujet des problèmes liés au registre des délinquants sexuel. Il suffit de consulter le site web de cet organisme pour se rendre compte que ce site relève un grand nombre d'échappatoires dans les dispositions relatives au registre.

    Par exemple, notre gouvernement permet que des délinquants sexuels condamnés, dont le nom figure dans le registre des délinquants sexuels, quittent le pays pour un maximum de 14 jours sans donner le moindre avis. Ces individus, évidemment, vont dans d'autres pays où ils exploitent des femmes et des enfants sans que notre gouvernement n'intervienne. Ce n'est là qu'un exemple de situation où le gouvernement pourrait intervenir et prendre des mesures pour prévenir l'exploitation de gens dans d'autres pays par des citoyens canadiens, mais il refuse tout simplement de le faire.

    Il importe aussi de remarquer que le projet de loi C-49 renforce la capacité d'accorder un dédommagement aux victimes de blessures corporelles ou de dommages psychologiques. Je voudrais parler de la façon dont les victimes peuvent obtenir des dédommagements dans le système judiciaire canadien. Avant les modifications législatives de 1996, le tribunal imposait un dédommagement. Maintenant, grâce au projet de loi présenté par les libéraux, il faut aller devant le tribunal, qui rend alors un jugement. La victime obtient un jugement. Alors qu'avant c'était le tribunal qui l'appliquait par la voie pénale, maintenant la victime obtient un jugement qu'elle doit faire appliquer par la voie civile.

    Qu'en est-il des immigrants ou de ceux qui connaissent mal notre système juridique ou sont intimidés par notre système juridique qui demande aux membres des gangs de dédommager les victimes. Quelle loi ridicule que celle qui oblige les victimes à faire appliquer une ordonnance de dédommagement au lieu de demander aux tribunaux de le faire. Les tribunaux avaient coutume de faire respecter ces ordonnances. Dire que nous allons demander un dédommagement et permettre aux victimes d'obtenir un dédommagement est absolument ridicule.

    Peut-on imaginer une pauvre petite dame âgée du nord de Winnipeg qui irait se mesurer aux Manitoba Warriors pour essayer d'obtenir une ordonnance de dédommagement? C'est là un exemple des dispositions ridicules qu'on trouve dans la législation. De telles dispositions paraissent très bien, mais elles sont absolument sans effet.

  +-(1235)  

    Il y a aussi de nouvelles dispositions en ce qui a trait aux peines maximales. Certaines sont de cinq ans, d'autres de dix ans, alors que d'autres prévoient l'emprisonnement à perpétuité. Nous avons insisté à maintes reprises sur le fait que, lorsque le Parlement demande aux tribunaux d'alourdir les peines, il est très clair que ceux-ci ne le font pas. Ils ne se conforment tout simplement pas à ces directives. Les tribunaux continuent d'imposer les peines qu'ils ont toujours imposées, au motif que l'objectif global du gouvernement n'est pas d'envoyer des gens en prison. Au lieu d'imposer les nouvelles peines prévues, les tribunaux vont se contenter de regarder les politiques générales énoncées dans le Code criminel, qui disent essentiellement qu'il faut éviter d'envoyer les criminels en prison.

    Il existe un grand nombre de cas où la déjudiciarisation est une bonne chose mais nous savons que, dans ce genre de situations, ce n'est pas une bonne chose. Ces individus sont admissibles à la détention à domicile ou peuvent bénéficier d'ordonnances de sursis, comme on les appelle dans le Code criminel.

    Nous pourrions comparer les peines imposées au Canada et en Grande-Bretagne, lorsque des individus sont reconnus coupables d'une infraction. Les députés devraient lire l'ouvrage de Victor Malarek relativement aux peines imposées en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Le problème, c'est qu'au Canada il n'y a tout simplement pas de peines d'emprisonnement obligatoires lorsque des individus sont reconnus coupables. Le gouvernement d'en face aime dire qu'il n'y a pas de preuves que l'imposition de peines minimales obligatoires donne de bons résultats.

    Je me permets d'aborder brièvement la question de la culture de la marijuana. J'ai passé beaucoup de temps cet été dans les basses terres continentales de la Colombie-Britannique où on estime à 8 000 le nombre de plantations de marijuana. Avant-hier, je me suis trouvé dans une rue comptant 25 maisons où on a dénombré sept plantations de marijuana, y compris un laboratoire de méthamphétamine en cristaux et un de MDMA. On a recensé 8 000 plantations de marijuana dans cette région. Pourtant, le gouvernement soutient que les peines exécutoires sont inefficaces.

    Au Canada, les tribunaux sont saisis de centaines de causes qui se soldent par l'imposition de contraventions de quelques milliers de dollars pour des plantations rapportant des millions de dollars. En revanche, aux États-Unis, les tribunaux ne sont saisis que de trois ou quatre poursuites de ce type à l'heure actuelle, car le problème des plantations de marijuana n'existe tout simplement pas aux États-Unis, du moins pas avec l'ampleur qu'on lui connaît au Canada.

    La différence tient au fait que la fabrication de métamphétamines ou de MDMA ou la participation à la culture de marijuana sont passibles de lourdes peines d'emprisonnement aux États-Unis. Les pompiers et les policiers qui font des descentes dans ce type d'endroits et qui sont exposés à des produits toxiques sont protégés, et le voisinage qui subit la présence de ces endroits sordides est protégé également. Pourtant, le gouvernement soutient toujours que les peines minimales obligatoires sont inefficaces.

    Nous savons parfaitement que la politique gouvernementale qui laisse ces criminels endurcis injecter du poison dans les veines de nos enfants est inefficace. Ces criminels qui empoisonnent nos enfants sont détenus à domicile. Le gouvernement soutient que cette méthode est efficace, mais je ne suis pas du même avis. Le gouvernement libéral tue nos enfants et cela semble ne semble lui causer aucun souci.

    Ce projet de loi n'est qu'un voeu pieux pour ce qui est de mettre fin à l'exploitation des femmes et des enfants, peu importe leur pays d'origine. En tant que Canadien, je crois que nous avons l'obligation internationale d'aider les gens, peu importe d'où ils viennent.

    Nous savons que les tribunaux ne prendront aucune mesure dissuasive tant que notre Code criminel ne prévoira pas de peines d'emprisonnement obligatoires.

    J'aimerais aborder brièvement un autre point. Les personnes à qui ces activités rapportent de l'argent sont celles qui se voient imposer les peines les plus légères. On ne leur impose pas l'emprisonnement à perpétuité. Ce sont les gros bonnets qui attendent tranquillement dans les officines et qui sont protégés par différents niveaux d'activités criminelles. Alors qu'ils encaissent les profits et tirent les ficelles, ils se voient imposer les peines les plus légères.

  +-(1240)  

    Comment le gouvernement peut-il penser qu'il suffit de capturer ceux qui se livrent à ces abus dans la rue, tout en laissant les criminels qui profitent de la situation s'en tirer avec des peines plus clémentes alors qu'il est si difficile de mettre la main au collet de ces gens-là en premier lieu?

    Faisons-nous une bonne chose au Parlement aujourd'hui? Oui, tout à fait. C'est un bon projet de loi, mais il y a quelques mesures fondamentales que nous pourrions prendre pour que cette mesure législative devienne vraiment efficace et qu'elle fasse une différence.

    Premièrement, nous devrions imposer des peines d'emprisonnement obligatoires à ceux qui enlèvent et exploitent de la sorte des femmes et des enfants. Ces individus doivent être incarcérés. Il ne suffit pas de dire que nous allons laisser aux tribunaux le soin d'en décider. Cela ne suffit pas. Le Parlement doit s'affirmer et donner des instructions à cet égard.

    J'ai déjà mentionné les autres points. Nous devons apporter des correctifs au registre des délinquants sexuels, en éliminer les failles et veiller en fait à protéger ceux qui ont été reconnus coupables d'avoir maltraité des enfants et des femmes.

    Enfin, nous devons revoir la loi sur l'identification génétique, que nous avons déjà améliorée afin de mieux protéger les Canadiens. La session dernière, les libéraux voulaient faire grâce aux violeurs de leur premier viol ou de leur premier meurtre. Nous ne sommes pas d'accord. Les gens devraient être inscrits au registre des empreintes génétiques dès leur premier meurtre ou leur première agression sexuelle. C'est grâce à l'opposition officielle que cela ne s'est pas fait, parce qu'elle a insisté pour que toute personne ayant été trouvée coupable de meurtre figure dans la base de données génétiques.

    Il n'est pas suffisant de dire simplement qu'ils doivent aussi avoir été reconnus coupables d'une agression sexuelle ou, s'ils ont été reconnus coupables d'une agression sexuelle, qu'ils doivent aussi avoir été reconnus coupables de meurtre. Ce n'est pas suffisant. Quiconque est reconnu coupable d'un acte criminel au Canada devrait figurer dans la base de données génétiques pour que la police dispose des armes nécessaires pour veiller à ce que les criminels dangereux soient en prison.

    Malgré toutes ses belles paroles, le gouvernement refuse d'agir et se contente de présenter des projets de loi qui, selon lui, envoient un message percutant. Mais à qui ce message est-il envoyé? Sûrement pas aux tribunaux, qui imposent des peines insuffisantes. Sûrement pas aux criminels, qui payent quelques milliers de dollars d'amende qu'ils considèrent comme un permis pour reprendre leurs activités, ce qu'ils font avant même que la police ait fini sa paperasse.

    À qui le message percutant est-il envoyé? Aux gens dans nos communautés qui sont terrifiés par le crime? Sûrement pas. Le seul message qu'ils entendent, c'est qu'ils ont peur de marcher dans la rue la nuit. Voilà le message que le gouvernement envoie aux Canadiens qui habitent dans les grandes villes, les villages et les zones rurales.

    L'opposition est prête à défendre les Canadiens et à protéger leurs droits ainsi que ceux des victimes plutôt que ceux des criminels que le gouvernement semble toujours vouloir protéger.

  +-(1245)  

+-

    L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.): Madame la Présidente, mes commentaires et ma question seront un peu en marge du projet de loi. Je m'en excuse, c'est que tout le discours du député était en marge du projet de loi et mes commentaires doivent porter sur ce dont il a parlé.

    Quant aux haut placés qui s'en tirent à bon compte, notre projet de loi sur les produits de la criminalité vise à ce que cela n'arrive pas. L'affirmation du député selon laquelle, au Canada, on voudrait accorder aux violeurs un viol impuni était tellement scandaleuse que j'ai peine à prendre son discours au sérieux.

    En ce qui a trait aux peines obligatoires, qui constituent un bon sujet de discussion, dans certains cas, il a été prouvé qu'elles ne contribuent ni à la réadaptation ni à la protection. Dans certaines situations, il nous faut de la souplesse. Je vais parler de peines plus lourdes plus tard, parce que je suis quelque peu d'accord avec le député.

    Il est ridicule de laisser sous-entendre que les tribunaux n'envoient pas certaines personnes en prison pour des infractions graves à cause d'une politique gouvernementale. Dans notre système, les tribunaux sont indépendants du gouvernement. Je suis sûr que les juges ne suivent pas de telles directives, qui n'existent pas.

    Le député s'est plaint à propos de la culture de marijuana. Notre projet de loi prévoit des peines plus sévères auxquelles l'opposition sera favorable, espérons-le. Je suis d'accord avec le député au sujet des produits chimiques dangereux. Je me réjouis que nous ayons pris des mesures dans le dossier des cristaux de méthamphétamine. J'ai promis à nos pompiers que nous ferions tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que ces produits ne les mettent en danger.

    Je suis défavorable à des peines obligatoires dans chaque cas, mais j'aimerais avoir d'autres suggestions sur la façon d'amener les tribunaux à imposer des peines plus lourdes. Les peines imposées pour des crimes violents contre des femmes, même quand il y a perte de vie, peuvent sembler légères.

    Comme chacun le sait, cet après-midi, de 16 h 30 à 18 heures, dans la salle 340S, il y aura une réception avec les familles des agents de la paix qui ont été tués en Alberta. J'espère que tous les députés qui écoutent y seront.

    Y a-t-il des situations où des peines plus sévères seraient utiles? J'aimerais que le député se prononce sur d'autres méthodes pour faire en sorte que les peines soient appropriées dans les cas où elles méritent de l'être compte tenu du fait que les tribunaux ont besoin de souplesse pour différentes situations, du nombre d'infractions, du motif de l'infraction, et ainsi de suite.

+-

    M. Vic Toews: Madame la Présidente, lorsque je faisais partie du gouvernement de ma province, nous avons fait appel d'un certain nombre de cas où des gens qui avaient causé la mort de particuliers au volant de véhicules à moteur ou autrement ont fait l'objet de condamnations avec sursis. La Cour suprême du Canada a clairement déclaré que la directive venait du Parlement. Cette directive a résulté de la loi votée en 1996 par les libéraux accordant des condamnations avec sursis dans le cas non seulement d'infractions non assorties de violence, mais aussi d'infractions avec violence.

    Il s'agissait d'une directive en matière de politique donnée par le gouvernement libéral afin d'indiquer aux tribunaux qu'ils devaient cesser d'envoyer les gens en prison. Certes, les tribunaux sont indépendants, mais ils fonctionnent d'après les orientations stratégiques que le Parlement leur donne. Cette directive stratégique que le gouvernement a donnée aux tribunaux consiste à ce que même les auteurs de crimes de violence puissent sortir de prison.

    Lorsque nous traitons la question de la métamphétamine, et j'appuie le déplacement de l'annexe 3 à l'annexe 1, d'un maximum de dix ans à l'emprisonnement à vie, il faut faire remarquer qu'il existe toujours des possibilités de condamnations avec sursis. Les trafiquants de métamphétamine qui travaillent en laboratoire, incendient des maisons et provoquent des explosions dans des zones urbaines, ce qui est dangereux pour les enfants, les femmes, les hommes et la circulation, obtiennent encore des condamnations avec sursis, car le gouvernement a donné pour consigne qu'on accorde des condamnations avec sursis, des peines d'assignation à résidence.

    Si les libéraux veulent un conseil sur la façon de mettre un terme à cela, ce serait d'abolir les peines d'emprisonnement avec sursis. Ces dernières ne sont pas nécessaires puisque notre Code criminel prévoit déjà des condamnations avec sursis. Dans les cas où les gens n'ont pas besoin d'être incarcérés pour une raison ou une autre, il est possible de recourir à ces dispositions existantes du Code criminel, et cela a toujours été le cas.

    Les peines d'emprisonnement avec sursis ne sont qu'un moyen accéléré de faire sortir les gens de prison le plus rapidement possible en donnant l'illusion que ces personnes purgent en fait leur peine en milieu carcéral. Les tribunaux disent qu'ils ne peuvent plus faire la distinction entre les personnes qui sont effectivement incarcérées et celles qui sont en détention à domicile après avoir bénéficié d'une peine d'emprisonnement avec sursis. Du point de vue juridique, c'est exactement la même chose. En tant que parlementaires, nous commettons une fraude aux dépens des Canadiens en permettant ce genre de chose.

    La première mesure que doit prendre le gouvernement consiste donc à éliminer les peines d'emprisonnement avec sursis. La deuxième mesure est d'imposer des peines d'emprisonnement minimales aux trafiquants de drogue et aux bandits armés pour s'assurer qu'ils restent derrière les barreaux.

    Je suis en faveur de la réadaptation. J'appuie les entreprises qui créent des emplois. J'appuie toutes sortes de programmes éducatifs et autres. J'appuie toutes ces mesures, mais les enfants ne peuvent pas aller à l'école et les entreprises ne peuvent pas prospérer lorsque les bandits armés et les trafiquants de drogue sont en liberté.

    Je viens de rencontrer, la semaine dernière, les gens d'affaires de Whalley, dans la circonscription de Surrey-Nord. On se croirait à Los Angeles en voyant tous ces immeubles abandonnés et ces barbelés. Impossible de faire des affaires; les gens ont peur.

    Il y a des solutions, et c'est de se débarrasser des peines d'emprisonnement avec sursis et de mettre les trafiquants de drogue et les bandits armés derrière les barreaux.

  +-(1250)  

+-

    Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC): Madame la Présidente, on dirait vraiment que le Canada serait un endroit beaucoup plus sûr si les politiques des conservateurs étaient appliquées.

    En juillet, Karla Homolka a été libérée de prison après avoir purgé une peine de seulement 12 ans pour trois meurtres et une agression sexuelle. Quel effet la peine minimale obligatoire préconisée par les conservateurs aurait-elle eu sur sa durée d'incarcération?

    En ce qui concerne le registre des délinquants sexuels et la banque de données génétiques, le député pourrait-il comparer la somme d'argent qui leur a été consacrée par rapport à la somme gaspillée pour le registre des armes d'épaule?

+-

    M. Vic Toews: Madame la Présidente, premièrement, en ce qui concerne le cas de Karla Homolka, les libéraux ne voulaient pas qu'une personne ayant été condamnée pour un crime grave dans le passé soit inscrite dans la banque de données génétiques. C'est grâce au travail de l'opposition officielle dans ce dossier que les empreintes génétiques de cette personne doivent maintenant figurer dans la banque.

    Je ne peux pas faire de commentaire sur cette peine en particulier, mais ce que je peux dire, c'est que la loi devrait empêcher une personne d'être remise directement en liberté après avoir purgé une peine complète. Nous libérons une personne qui a purgé une peine complète et qui n'a fait aucun effort de réadaptation, et nous la remettons tout simplement en liberté totale. Il y a bien quelques petites mesures préventives qui peuvent être appliquées, comme les engagements à ne pas troubler l'ordre public, mais ce ne sont pas des mesures efficaces, comme les médias l'ont démontré au cours de l'été.

    Selon moi, ce qui devrait arriver dans le cas de ces délinquants violents, c'est qu'au moment de la détermination de la peine, on devrait ajouter une période obligatoire de libération conditionnelle à la période d'incarcération. Si le délinquant ne fait pas de réadaptation pendant sa période d'incarcération, il y aurait au moins la possibilité de le surveiller après sa remise en liberté.

    En ce qui concerne le registre des armes d'épaule, dans les rues du centre-ville de Toronto, plus de 40 personnes ont été tuées avec des armes de poing. Essentiellement, le gouvernement jette la faute sur les Américains. Ces armes à feu viennent peut-être des États-Unis, mais nous avons l'obligation de protéger nos citoyens une fois qu'elles se trouvent au Canada. Nous devons faire quelque chose. Les 2 milliards de dollars engloutis dans le registre des armes d'épaule n'ont rien fait pour prévenir la violence avec ce genre d'arme, pas plus qu'avec des armes de poing. Les personnes qui utilisent et transportent des armes de poing illégalement doivent faire l'objet de peines minimales obligatoires d'emprisonnement.

    Malgré ses beaux discours et l'argent qu'il a dépensé pour le registre des armes d'épaule, le gouvernement refuse tout simplement d'emprisonner les malfaiteurs armés. Il préfère qu'on les détienne à domicile et qu'on les renvoie dans la rue.

  +-(1255)  

[Français]

+-

    M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ): Madame la Présidente, c'est avec plaisir que je prends la parole concernant le projet de loi C-49. J'ai vu que le débat a un peu dérapé au cours des dernières minutes. J'aimerais le ramener sur le sujet dont on doit s'occuper. En effet, c'est un sujet important, grave, sur lequel la Chambre des communes doit se pencher et agir le plus rapidement possible, car cela touche les personnes les plus vulnérables de notre société.

    Cet enjeu extrêmement important refait surface sporadiquement dans les médias. Malheureusement, probablement en raison de sa complexité, il ne semble pas retenir l'attention suffisamment longtemps pour que, jusqu'à maintenant, on s'y attaque de façon efficace. Je m'explique.

    On sait qu'il existe des réseaux organisés liés aux grandes organisations criminelles, qui tirent profit de la détresse de certaines personnes qui, très majoritairement, sont des jeunes femmes, mais aussi des enfants. Ces personnes vulnérables sont prêtes bien souvent à n'importe quoi pour fuir un environnement de misère.

    Les causes de cette situation peuvent varier d'une personne à l'autre. Néanmoins, il existe un dénominateur commun que l'on pourrait associer à la misère, à la pauvreté et à la clandestinité. L'idée préconçue que l'on a de la traite des personnes est, plus souvent qu'autrement, associée à ce que l'on désignait jadis, de façon un peu inappropriée à mon avis, comme étant la traite des blanches.

    Comme je le mentionnais il y a quelques instants, certaines personnes, trop souvent des femmes, seront recrutées pour venir travailler ici, dans l'espoir d'un avenir meilleur, sans se douter du véritable enfer qui les attendra.

    Prenons un exemple très connu; des jeunes femmes issues des anciennes républiques soviétiques sont approchées par de fausses agences de casting ou de mode pour embrasser ce qui leur est présenté comme étant une lucrative carrière de mannequin. Ou encore, elles sont approchées par d'autres agences disant les recruter pour travailler au pair, c'est-à-dire pour s'occuper d'enfants de familles canadiennes occidentales. Ces personnes tombent sous le joug d'organisations criminelles qui leur retirent leur passeport, qui ont des réseaux bien ficelés et qui les forceront à devenir danseuses nues, par exemple, ou encore à se livrer à la prostitution.

    Certains cas sont encore plus troublants. Bien qu'on ne puisse se permettre de quantifier ou de qualifier la misère des personnes, il importe de savoir que certaines de ces victimes deviennent des esclaves sexuelles, au XXIe siècle. Elles subissent des sévices inimaginables et font l'objet de menaces constantes, tant vis-à-vis de leur propre personne, que vis-à-vis des êtres qui leur sont chers, dans les pays d'où elles viennent, soit leurs enfants, leurs frères, leurs soeurs ou leurs parents. Ces personnes vivent sous la menace constante non seulement que quelque chose peut leur arriver à elles, mais aussi aux êtres chers qui leur sont proches.

    La problématique de la traite des personnes est très large et c'est à dessein que je m'attarde plus spécifiquement à cet aspect lugubre, car il est à la fois plus sournois et plus présent autour de nous, sans que nous le sachions vraiment. J'aurais pu tout aussi bien aborder la question des personnes réfugiées, souvent clandestinement, qui sont exploitées par des entreprises peu scrupuleuses en matière de droits de base des travailleurs, ou par des individus qui les réduisent, encore une fois, à un statut d'esclaves en les employant comme domestiques.

    Ces situations existent et bouleversent, mais rien, jusqu'à présent, ne semble être fait pour les dénoncer.

    C'est dans cette optique que nous avons étudié et abordé le projet de loi C-49 et c'est la raison pour laquelle le Bloc québécois y sera favorable.

  +-(1300)  

    J'ouvrirai ici une petite parenthèse. Jusqu'à tout récemment, nous, les députés, passions beaucoup de temps dans nos circonscriptions respectives. On me demandait sur quels projets de loi nous travaillerions à notre retour en Chambre. Lorsque je soulevais celui sur la traite des personnes, la réaction presque automatique des gens était de penser que cette loi existait déjà, que cette pratique était interdite et que ce fléau était combattu. Quand je leur répondais que ce n'était pas le cas et que c'était ce sur quoi nous allions nous pencher, les gens s'en trouvaient très surpris.

    Nous considérons que le projet de loi C-49 fournira de meilleurs outils légaux aux policiers et bien sûr aux procureurs pour combattre le fléau de la traite des personnes, notamment au chapitre de l'exploitation sexuelle et du travail forcé.

    Les statistiques officielles démontrent qu'il existe au Canada environ 800 cas répertoriés — le mot « répertorié » est important — de victimes de la traite des personnes. On s'en doute bien, comme dans toute chose comparable, ces statistiques émergent probablement comme la simple pointe de l'iceberg.

    En effet, le milieu même dans lequel évoluent ces personnes n'est pas particulièrement propice, on en conviendra, à la délation ou à la poursuite efficace des ressources pouvant venir en aide à ces victimes.

    Nous appuierons ainsi le projet de loi C-49 essentiellement parce qu'il crée de nouvelles infractions en vue de prévenir et de dénoncer spécifiquement la traite des personnes et de tenir responsables les auteurs de ces crimes.

    On définit, au point de vue légal, la traite des personnes comme étant le recrutement, le transport ou l'hébergement de personnes à des fins d'exploitation. Bien que le projet de loi ne le mentionne pas explicitement, cette infraction s'adresse tout particulièrement à l'exploitation dans l'industrie du sexe ou pour le travail forcé.

    Ainsi, on interdira légalement le fait de se livrer à la traite des personnes, la génération, au sens large, de profits liés à cette activité et la falsification, destruction ou altération de documents d'identité dans le but de faciliter la commission de ces actes criminels.

    Le projet de loi C-49 prévoit aussi l'incarcération allant jusqu'à perpétuité d'un individu reconnu coupable de traite de personnes. Cette peine maximale, dans le système canadien, s'appliquerait aux individus qui, étant impliqués dans la traite humaine, participeraient à des enlèvements, à des voies de faits graves, à des agressions sexuelles ou à la mort d'une victime, ou encore qui seraient complices de ces actes.

    Les personnes qui tirent un avantage financier du travail forcé imposé aux victimes de la traite s'exposeraient, quant à elles, à une peine maximale de 10 ans d'emprisonnement. Les individus reconnus coupables de possession de documents d'identité ou de voyage, par exemple un passeport appartenant à une victime, deviendront passibles de cinq ans d'emprisonnement.

    Considéré dans son ensemble, le projet de loi devrait s'avérer efficace pour contrer un fléau grandissant et aux conséquences sociales, individuelles et personnelles atroces.

    Toutefois, un bémol s'impose en raison de la relative simplicité de la mesure législative proposée. Comme je le mentionnais en introduction, il est à se demander pourquoi le gouvernement a attendu si longtemps pour aborder de front cette question. Le projet de loi ne compte que huit articles. C'est court, c'est précis, mais c'est trop tardif.

    Pour remédier à la situation invivable dans laquelle évoluent des milliers de personnes, le Bloc fera tout en son pouvoir pour faire progresser avec célérité ce projet de loi, tant à la Chambre qu'en comité parlementaire. Nous sommes par ailleurs, selon notre habitude, ouverts à des améliorations qui pourraient nous être suggérées par les témoins qui viendront devant le Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile.

    Je le répète : le projet de loi est simple et s'attaque au coeur du problème.

    On y définit clairement la notion d'exploitation, selon le cadre de la traite des personnes. Se rendra ainsi coupable d'exploitation quiconque oblige une personne à travailler ou à fournir des services, très souvent de nature sexuelle, en adoptant un comportement qui amène la victime à craindre pour sa sécurité ou pour celle d'un proche si elle ne se soumet pas aux exigences formulées. On pourrait en effet difficilement être plus précis.

    Imaginez un instant la tension et la menace qui amènent une personne à ne pas dénoncer un agresseur ou un proxénète et vous aurez le portrait assez juste de la situation que l'on tente ici d'éradiquer. Ajoutez à cela le climat de clandestinité et les ramifications internationales de la problématique, et l'ensemble devient assez complet.

    Le projet de loi C-49, une fois entré en vigueur, permettra de combattre avec des outils modernes l'esclavage qui, malheureusement, s'est lui aussi adapté à la réalité de la mondialisation.

  +-(1305)  

    Comme je le mentionnais en introduction, la prostitution est un point central des activités des groupes criminels organisés et, à ce titre, le recrutement de main-d'oeuvre étrangère est facilité par la réalité misérable de personnes dupées sur la nature du travail auquel il ou elles aspirent.

    Dans un rapport de 2000 de l'Organisation des Nations Unies portant précisément sur la traite des femmes, le Canada figurait en évidence sur la liste des 30 pays de destination « par excellence » pour le commerce de la traite des personnes. Il y a là quelque chose de moins glorieux  —  on en conviendra — , pour « le plus meilleur pays au monde ».

    On souligne dans ce rapport que les victimes de la traite ne dénoncent pas leurs employeurs entre autres, parce qu'une fois repérées par les autorités, ces personnes ne sont pas autorisées à demeurer dans le pays d'adoption pour y trouver protection ou demander réparation.

    Pour sa part, l'Organisation internationale du travail, dans un document publié cette année, a estimé qu'un minimum de 2,45 millions de personnes dans le monde sont maintenues dans des situations de travail forcé, quel qu'il soit.

    La problématique que nous abordons aujourd'hui à la Chambre ne se limite pas, bien sûr, à l'exploitation sexuelle des victimes de la traite des personnes. Il importe de le rappeler, bien que cet aspect soit plus facile à concevoir. Cependant, il existe aussi des situations de travail forcé comportant une menace physique ou psychologique de la part d'individus oeuvrant dans les domaines de la construction, de l'hôtellerie, des transports ou de l'agriculture, par exemple.

    L'exploitation de l'humain par l'humain est présente partout, à différents niveaux, et l'Organisation internationale du travail a estimé que les revenus étaient de l'ordre de 32 milliards de dollars américains annuellement. Cette somme est donc générée annuellement par des personnes exploitées de telle façon.

    D'autres États ont mis plus d'empressement que le Canada à agir, et c'est tout à leur honneur.

    En 2000, les États-Unis ont adopté le Trafficking Victims Protection Act qui a créé de nouvelles infractions en plus de punir plus sévèrement les crimes qui avaient déjà été identifiés par le Code criminel. Les victimes qui collaborent avec les autorités américaines pour faire avancer des enquêtes sur les réseaux de trafiquants et de travail forcé seront protégées contre la déportation. Le Royaume-Uni, la France, la Russie et le Japon ont aussi récemment modifié leurs lois pour inclure des dispositions sur la traite des personnes.

    Finalement, l'adoption du projet de loi C-49, dont la Chambre est actuellement saisie, permettra un pas de plus vers un monde meilleur et le Bloc québécois y contribuera efficacement.

    En terminant, je m'engage, au nom de mon parti, à faire en sorte que ce projet de loi soit adopté le plus rapidement possible pour donner aux policiers, aux procureurs et aux forces de l'ordre tous les meilleurs outils pour lutter au plus tôt contre ce fléau, contre cet esclavage du XXIe siècle. J'en appelle solennellement à tous mes collègues de toutes les formations politiques. Je leur demande de collaborer avec nous pour faire adopter rapidement ce projet de loi, pour donner ces outils afin de protéger ces personnes, ces femmes et ces enfants si vulnérables et qui ont tant besoin de notre aide et de notre soutien.

  +-(1310)  

[Traduction]

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Madame la Présidente, je remercie le député de son intervention à l'appui du projet de loi C-49.

    Le présent débat porte en grande partie sur la question de la détermination de la peine. Le projet de loi semble rallier des appuis, mais on remet en question la détermination de la peine et la capacité de mettre la loi en application. Je me demande si la Chambre devrait tenir un débat exploratoire sur des questions comme par exemple les condamnations avec sursis, les peines minimales obligatoires et la détention à domicile.

    Je suis certain que le député peut émettre un point de vue parce qu'il siège au Comité de la justice.

    Ma question concerne les ressources provinciales disponibles pour faire le travail. On peut faire adopter des lois pour modifier le Code criminel, mais cela ne règle pas les questions liées à la mise en application et aux ressources, à la disponibilité des fonds et du personnel pour faire le travail ou aux ressources pénitencières. Aux États-Unis, la construction d'établissements pénitenciers est le secteur qui connaît la croissance la plus rapide. L'industrie des prisons est en expansion rapide. Le député en convient.

    Je me demande si une partie du problème entourant cette mesure législative n'est pas l'incapacité des tribunaux de veiller à l'incarcération des individus qui commettent des crimes répugnants, notamment liés à la pornographie juvénile, ou, dans le contexte du projet de loi, à l'exploitation des pauvres.

[Français]

+-

    M. Richard Marceau: Madame la Présidente, j'inviterais le député qui m'a posé la question à parler à son ministre des Finances et au premier ministre. Bien entendu, les provinces ont des problèmes de fonds et ont de la difficulté à boucler leur budget. En effet, il existe dans ce pays un déséquilibre fiscal qui fait en sorte qu'Ottawa a beaucoup plus de moyens que de besoins et que les provinces ont beaucoup plus de besoins que de moyens. Cela illustre concrètement ce qu'une province pourrait faire, si elle le décidait, avec de l'argent qui devrait nécessairement être le sien.

    À mon collègue avec qui j'ai déjà eu de fascinantes discussions il y a quelques années, à bord d'un avion survolant l'Atlantique nord, je réponds simplement qu'il dise à son parti de régler le problème du déséquilibre fiscal. Ce sera alors une façon d'aider ces provinces qui, malheureusement, n'ont pas toujours les moyens nécessaires pour faire tout ce qu'elles veulent faire. En effet, elles ont des besoins criants en matière de santé et d'éducation. Bien entendu, elle doivent établir une liste de leurs priorités, et leurs besoins ne peuvent être nécessairement comblés. Je lance donc un appel à ce collègue.

    Son collègue, le secrétaire parlementaire du ministre des Finances, lui non plus, ne veut absolument rien entendre. Il ne veut même pas reconnaître le problème du déséquilibre fiscal. Pourtant, l'ensemble des provinces comme l'ensemble des partis politiques siégeant à l'Assemblée nationale le reconnaissent. Il n'y a que ce gouvernement qui fait l'autruche, qui se rentre la tête dans le sable et qui ne veut pas reconnaître ce problème fondamental et actuel de la société canadienne et de l'État canadien.

+-

    M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ): Madame la Présidente, d'abord, je veux féliciter mon collègue de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles pour la qualité de son intervention. Je désire ajouter en cette Chambre qu'il est toujours de judicieux conseil pour notre parti, notamment en ce qui concerne la justice.

    À juste titre, mon collègue a mentionné l'importance d'avoir une loi concernant la traite des personnes. Ses concitoyens, comme ceux de ma circonscription, s'étonnent que nous n'ayons pas déjà une loi à cet égard.

    J'interviens pour lui demander si, lors de la recherche ou des échanges intervenus au Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile, on n'a pas aussi examiné d'autres aspects des politiques canadiennes relativement au fait qu'on puisse nous-mêmes favoriser la traite des personnes.

    Au printemps, il y a eu tout un débat entourant la question de l'absence de main-d'oeuvre qualifiée dans certains domaines, notamment les danseuses nues. À notre grand étonnement ici, à la Chambre des communes, on a appris qu'on importait des danseuses dans les bars, parce qu'on manquait de ce type de main-d'oeuvre, tout en faisant le constat qu'on les livrait probablement, en bonne partie, au crime organisé.

    Je veux demander à mon collègue s'il y a une réflexion à ce sujet. De plus, ne serait-il pas pertinent, lors de ce débat, de lancer une invitation, notamment aux personnes responsables du dossier de la justice et de celui de la main-d'oeuvre, pour examiner cet aspect?

  +-(1315)  

+-

    M. Richard Marceau: Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Chambly—Borduas de sa question.

    Bien entendu, un problème aussi important mérite d'être mis en contexte et étudié plus à fond. Je peux l'assurer que nous le ferons. Je dois aussi souligner le travail de ma collègue, porte-parole du Bloc québécois en matière d'immigration. Elle s'est penchée sur cet aspect. Étant elle-même une femme, elle est très sensible aux différents problèmes que peuvent vivre les gens qui veulent venir dans ce pays, de même qu'aux abus qui peuvent être commis compte tenu du système actuel. Entre autres, quelquefois, ce système peut laisser entrer des femmes qui pourraient ultérieurement être exploitées. Pour en avoir parlé avec elle, je la sais très sensible à cela, et je le suis également.

    Mon collègue de Chambly—Borduas fait un travail extraordinaire en cette Chambre. J'ai eu l'occasion de le voir dans ma circonscription cet été. Il a rencontré des gens, des travailleurs de la chaussure qui ont été excessivement satisfaits de l'échange qu'ils ont eu avec lui. Je tiens d'ailleurs à le remercier publiquement. Je peux donc l'assurer que nous travaillerons très fort pour faire en sorte que tous les moyens qui peuvent être trouvés pour lutter contre cet esclavage du XXIe siècle seront mis en oeuvre pour en arriver à arrêter le mieux possible ce fléau.

[Traduction]

+-

    L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.): Madame la Présidente, je tiens à féliciter le député de son discours éloquent en faveur de ce projet de loi d'initiative ministérielle. J'ai particulièrement apprécié le degré de recherche et les références aux organisations internationales.

    Cependant, je dois exprimer mon désaccord sur l'idée du déséquilibre fiscal. Le député sait bien que sa province dispose des mêmes capacités de prélèvement d'impôt et de contrôle des dépenses. Elle peut augmenter l'impôt sur le revenu, la taxe sur les ventes, et ainsi de suite.

    La loyale opposition de Sa Majesté a laissé entendre que l'une des faiblesses de ce projet de loi est l'absence de peines minimales obligatoires. Elle a également proposé d'éliminer de manière générale les condamnations avec sursis. Une des raisons invoquées est l'existence des sursis de peines. Je ne sais pas la différence entre une personne qui est libre parce qu'elle bénéficie d'une sursis de peine et une autre qui est libre parce qu'elle bénéficie d'une condamnation avec sursis. Je ne vois pas en quoi un cas est meilleur que l'autre.

    Le député convient-il qu'il y a certaines infractions, au Canada, pour lesquelles une condamnation avec sursis est appropriée et peut être utile pour protéger le public et favoriser la réadaptation?

    Ma deuxième question, je l'ai déjà posée aux députés d'en face lorsqu'il était question des peines. Le député croit-il qu'il y a une façon de rendre les peines plus sévères? Croit-il qu'il est nécessaire de le faire dans certains cas d'agression sexuelle grave ou d'autres agressions contre des femmes dont la vie peut avoir été complètement détruite? Certaines peines semblent indûment légères.

[Français]

+-

    M. Richard Marceau: Madame la Présidente, j'ai une minute pour vous parler d'un sujet qui est évidemment très vaste.

    Je dirai simplement que nous ne sommes pas allergiques au principe même de peine minimale. D'ailleurs, j'ai fait insérer et adopter des motions à cet égard avec l'aide d'autres députés au Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile, en ce qui a trait à la pornographie infantile et la protection des personnes vulnérables.

    Toutefois, je ne crois pas que cela doit être un principe directeur de notre code criminel. En effet, dans la plupart des cas, la preuve n'a pas été faite que les peines minimales fonctionnent.

    Il y a quelques heures, j'ai eu une discussion avec mon collègue de Marc-Aurèle Fortin, éminent juriste, grand avocat de la défense et ancien ministre de la Justice du Québec. Ce ministre a d'ailleurs laissé un souvenir très positif de son passage au gouvernement du Québec. Je dis donc que je ne suis pas allergique à cela. Il faut bien cibler les cas où les peines minimales obligatoires sont insérées dans le code criminel.

  +-(1320)  

[Traduction]

+-

    M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD): Madame la Présidente, le projet de loi C-49 découle d'une situation que personne, je suppose, ne veut vraiment accepter.

    Je crois toujours avoir un point de vue optimiste de l'humanité et du progrès dans le monde. Par exemple, je souligne toujours que nous avons vaincu l'esclavage, qui a été institutionnalisé par un certain nombre de gouvernements depuis des temps immémoriaux. Nous avons vaincu cette forme d'exploitation. Nous avons progressé. Nous avons interdit l'esclavage partout dans le monde. Hélas, le trafic des personnes nous montre que nous n'avons pas tout à fait réussi. Il y a encore quelques endroits dans le monde où des gens, des criminels surtout, pratiquent une activité que l'on peut qualifier d'esclavage. Il n'y a pas d'autre façon de voir les choses.

    Quand j'ai lu le projet de loi C-49, je me suis demandé si nous avions vraiment besoin d'une telle mesure. Il y a dans le Code criminel des dispositions qui concernent l'enlèvement, la prise d'otages, les agressions et d'autres crimes violents graves perpétrés contre des gens. Quand on pense à l'étendue du problème, force est de conclure que ce projet de loi est nécessaire.

    Je ne puis m'empêcher de relier cette question à ma circonscription. Il y a un important passage frontalier au niveau de Windsor, Tecumseh et du comté d'Essex. Depuis cinq à sept ans, il y a eu une série d'incidents de traite de personnes.

    Nous entendons souvent parler de jeunes femmes, et parfois de jeunes hommes, mais ce sont presque toujours des jeunes femmes, qui sont enlevés et vendus comme prostitués. D'autres sont vendus comme main-d'oeuvre bon marché dans l'industrie du vêtement, dans l'industrie agricole, aux États-Unis. Certains sont même vendus comme quasi esclaves dans l'industrie des services, dans les restaurants et les hôtels. Ces gens-là travaillent à de très bas salaires dans des conditions souvent horribles. Ils le font parce qu'ils craignent pour leur propre vie et celle des membres de leur famille dans leur pays d'origine. Nous avons vu des cas semblables.

    Il y a eu des tragédies à Windsor à cause de ce genre de crime. Il y a un tunnel ferroviaire entre Windsor et Detroit. Depuis cinq ou sept ans, je pense que trois personnes y sont mortes durant des opérations de trafic de personnes. Nous pensons qu'une de ces trois personnes était un passeur de clandestins et que les deux autres étaient des victimes.

    En voyant la nationalité des victimes qui ont déjà été arrêtées, nous avons pu nous rendre compte que ces gens viennent de partout au monde, et en particulier de l'Asie, de la Chine, du Vietnam et de l'Inde.

    Comme l'a souligné plus tôt un député du Bloc québécois, un grand nombre de ces gens, particulièrement des jeunes femmes, viennent de l'ancienne Union soviétique et de l'Europe de l'Est. Certains viennent du Moyen-Orient et, fait intéressant, plusieurs viennent de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud. Ils viennent généralement d'abord au Canada par bateau, puis on les fait ensuite entrer clandestinement aux États-Unis où on les fait travailler plus ou moins comme des esclaves.

    Le problème semble assez évident. Nous avons entendu le secrétaire parlementaire estimer le nombre de clandestins à 700 000 personnes par année. Certains ont même parlé de quelques millions de personnes. C'est là le problème. Le Canada est l'un des pays visés par ce commerce, en grande partie comme voie de transit vers les États-unis. Nous devons faire quelque chose.

  +-(1325)  

    Pour ce qui est du projet de loi, nous devons nous demander s'il aborde adéquatement le principe de la création d'une nouvelle infraction criminelle. Il est logique de considérer le trafic des personnes comme un crime en soi. Il serait beaucoup plus facile pour les procureurs et pour les policiers d'obtenir des condamnations pour ces crimes si les accusations étaient ciblées.

    De même, il est logique de prévoir dans notre Code criminel une infraction supplémentaire punissant la réception d'un avantage matériel. C'est souvent très difficile à établir. On peut en tenir compte au moment de la détermination de la peine, mais il est impossible, dans l'état actuel du Code criminel, de démontrer qu'un individu a fait le trafic des personnes et d'essayer de prouver par la suite qu'il s'agit là d'un crime distinct parce que cette personne en a tiré des avantages matériels. La création d'un chef d'accusation supplémentaire est donc logique.

    Il arrive souvent que les victimes se voient retirer leurs passeports, titres de voyage, visas et autres documents d'identité, ce qui permet aux passeurs d'exercer un plus grand contrôle sur eux. En créant cette infraction précise, tel qu'il est proposé dans le projet de loi, nous reconnaîtrions l'existence de ces agissements et en ferions une infraction criminelle grave, pour laquelle nous pourrions imposer des peines assez sévères.

    Je présume que je m'adresse non seulement aux autres membres du Comité de la justice qui passeront en revue ce projet de loi, mais aussi de façon plus précise à tous les Canadiens, lorsque je fais appel à la prudence. Le projet de loi comporte d'importantes limites quant à son utilisation. Pour bien comprendre, nous devons connaître la nature de ces crimes.

    La vaste majorité de ces infractions sont commises par le crime organisé à l'échelle de la planète. En raison de la nature de la traite dans notre pays, une bonne partie de ces éléments criminels viennent d'ailleurs puisque les chefs de ces organisations criminelles ne sont pas ici au Canada, mais se trouvent, entre autres, dans l'ex-Union soviétique, au Vietnam ou en Chine. Les dirigeants du crime organisé ont tendance à se trouver dans le pays d'où viennent les victimes du crime. Une bonne partie de la traite ici est effectuée par des exécutants. Ce n'est pas le cas des gangs de motards qui font de la traite dans l'industrie du sexe. Nous savons que certains de ces dirigeants sont ici au Canada. Ce projet de loi, s'il est adopté, serait utile pour les coincer. Les députés et les Canadiens doivent toutefois comprendre que nous ne pourrons rien faire pour les dirigeants importants qui se trouvent ailleurs, que ce soit aux États-Unis, en Europe ou en Asie. Nous ne pourrons les arrêter avec ce projet de loi.

    Sur le plan international, nous n'avons pas besoin d'adopter une position plus proactive sur la lutte contre le crime à sa source. Au moins depuis la Seconde Guerre mondiale, nous avons obtenu de bons résultats en collaborant avec l'Interpol pour combattre des crimes qui ont leur source en Europe. Nous n'avons pas eu autant de succès dans d'autres parties du monde. Nous devons y travailler.

    Je ne crois pas qu'une mesure législative nous permette d'y arriver. Entre autres, en tant que parlementaires, nous aimons parfois croire que nous pouvons résoudre tous les problèmes. Les conservateurs ne le croient peut-être pas, mais je pense que nous autres, de temps en temps, pensons que nous pouvons régler tous les problèmes en adoptant des lois dans cette enceinte. Dans ce cas-ci, ce n'est absolument pas la solution. Selon moi, ce problème se réglera de lui-même, probablement, dans la plupart des cas, lorsque nous pourrons nous attaquer à la source du crime, dans le pays d'origine. Cela implique une coopération à l'échelle internationale avec les gouvernements du monde entier.

    Cela touche également un autre point. Je veux soulever la question du terrorisme et de tous les efforts que nous avons déployés pour le combattre. Nous avons appris beaucoup sur la façon d'empêcher les incursions au Canada, comme les Américains l'ont appris aux États-Unis, à preuve nos idées, nos réflexions et les mécanismes d'application de la loi que nous avons mis au point pour contrer l'agent qui entre au Canada pour mener une opération clandestine ou le terroriste qui est déterminé à commettre un crime grave. Nous nous sommes beaucoup améliorés à ce chapitre.

  +-(1330)  

    On ne peut pas dire la même chose de la lutte contre la traite de personnes. Toutefois, nous avons appris. Nous pouvons nous servir de ces mêmes idées, principes et mécanismes pour lutter contre la traite de personnes, pour empêcher que cela se produise au Canada.

    Pour cela, il faut collaborer avec les forces de police à l'échelle internationale. Les Nations Unies déploient beaucoup d'efforts à cet égard en ce moment. Nous devons exiger plus des pays qui ferment les yeux sur la traite de jeunes femmes de l'ancienne Union soviétique ou de jeunes travailleurs de la Chine, du Vietnam ou de l'Inde. Nous devons réagir face aux gouvernements, aux forces de police locales et aux organismes locaux d'application de la loi qui ferment les yeux. Nous devons leur dire que ce problème, qui émane de leurs pays, nous est imposé et que nous sommes prêts à nous y attaquer, mais que nous ne devrions pas avoir à le régler, car il devrait l'être avant d'arriver ici. Notre ministère des Affaires étrangères et nos services de sécurité ont beaucoup à faire sur la scène internationale à ce chapitre.

    Je veux faire valoir un dernier petit point relativement au projet de loi C-49. J'ai porté cette question à l'attention du secrétaire parlementaire. L'un des articles du projet de loi sera probablement redondant, s'il ne l'est pas déjà, car le projet de loi C-2 sur la protection des enfants, qui a été adopté par la Chambre et le Sénat et qui n'est pas encore en vigueur, en traite déjà. D'autres détails du projet de loi C-49 me préoccupent aussi.

    Le NPD appuiera le projet de loi sous réserve de ces changements mineurs, reconnaissant que ce n'est pas une panacée. Il ne va pas régler la moitié des problèmes auxquels nous devons faire face au Canada en matière de traite de personnes. Le gouvernement doit faire plus à l'échelle internationale pour combattre efficacement le problème.

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Madame la Présidente, au cours du débat on a souvent parlé de ce qui se passe outre-mer, dans les pays d'où viennent toutes ces personnes. Le projet de loi C-49 parle de la traite des personnes. Le député nous dit qu'il faut intervenir dans ces pays par le biais de la coopération internationale. Mais la traite des personnes existe aussi au Canada. Peut-être qu'il faudrait renommer le projet de loi et parler plutôt d'exploitation des personnes, d'exploitation des aînés, d'exploitation des enfants, d'exploitation des personnes vulnérables.

    Je me demande si nous aurons quelque influence sur les mesures prises dans certains des pays où ce crime est le plus répandu. Le Canada ne peut pas intervenir dans ces pays sans avoir au préalable pris fermement position, défini ses valeurs, défini qui sont les Canadiens, dit ce qu'il pense de l'exploitation des personnes vulnérables, faibles ou pauvres. Voilà le genre de Canada que nous sommes. Voilà ce que nous devons dire. C'est ce que nous devons exprimer dans la loi. Je crains que l'expression « traite des personnes » n'évoque pas ce qu'elle devrait évoquer pour les Canadiens. Soyons clairs, il s'agit d'une mesure législative qui porte sur l'exploitation des personnes et sur ceux qui sont impliqués directement ou indirectement dans ce crime.

    Je serais curieux d'entendre les commentaires du député sur la façon dont nous pourrions procéder pour faire savoir très clairement au reste du monde ce que nous pensons de l'exploitation des personnes.

  +-(1335)  

+-

    M. Joe Comartin: Madame la Présidente, je ne crois qu'il y ait qui ce soit en cette Chambre ou quelque parti politique que ce soit au pays qui ne souscrive pas aux valeurs d'après lesquelles le trafic d'êtres humains est totalement répugnant. Le projet de loi va-t-il assez loin dans l'expression de ces valeurs? Je n'en suis pas sûr. Par ailleurs, je ne crois qu'il existe un Canadien qui soutiendrait qu'il existe un député à la Chambre et un Canadien qui ne trouvent pas cette conduite répugnante. Tous appuient unaniment cette valeur, si c'est ce que nous voulons dire à propos du Canada en cherchant à interdire ce trafic, qui nous pousse à nous attaquer à la racine même du problème et à vouloir l'extirper, de manière à ce que nous n'y soyons jamais confrontés.

    Je ne crois pas que le Canada puisse faire beaucoup plus à l'échelle nationale. Je m'inquiète beaucoup plus de l'insuffisance de notre action sur la scène internationale. Il nous faut jouer un rôle plus énergique.

    Si j'ai donné l'impression qu'il n'y a pas de trafic au Canada, c'est bien involontairement et je ne crois pas l'avoir fait. Nous savons qu'il s'en fait chez nous, mais la grande majorité des cas viennent d'outre-mer. Il se fait un certain trafic de vies humaines dans notre pays, mais il est de portée très limitée, selon tous les rapports qui me parviennent. Il faut mettre l'accent sur la dimension internationale de ce problème.

    Si, en adoptant ce texte, nous voulons faire savoir aux sceptiques au sein de la communauté internationale que nous sommes réellement déterminés à nous attaquer à ce problème, d'accord. C'est là une des raisons pour lesquelles nous devrions adopter ce projet de loi.

    La véritable action qu'il faut mener dans notre pays, comme je l'ai dit plus tôt dans mon allocution, concerne nos services de sécurité et les Affaires étrangères. Ils doivent se manifester vigoureusement auprès des pays qui tolèrent souvent, chez eux, la corruption liée au trafic d'êtres humains.

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Madame la Présidente, j'ai été très heureux d'entendre le discours du député sur le projet de loi C-49. Il a très bien traduit notre pensée et nos sentiments à tous face à ce sujet.

    Je me demande s'il reconnaît que l'approche que nous avons adoptée dans ce projet de loi, et qui consiste à traiter l'exploitation comme étant un élément clé, est l'approche qu'il fallait adopter. Croit-il que c'est la bonne approche et que celle-ci va vraiment au coeur du problème?

+-

    M. Joe Comartin: Je dois avouer, madame la Présidente, que cela me laisse perplexe.

    J'ai trouvé intéressant de suivre la progression du projet de loi C-2, sur la protection des enfants, devant le Comité de la justice. Nous avons entendu des agents de police qui travaillent directement dans le domaine, ainsi que des procureurs de l'État. Je me souviens d'un homme de Toronto en particulier. Pendant dix ans ou à peu près, il s'est occupé presque exclusivement de crimes commis contre des enfants, et il a tenté d'utiliser les dispositions actuelles du Code criminel qui portent sur l'exploitation dans les rapports entre deux personnes qui ont des contacts sexuels. Selon lui, il est pratiquement impossible d'obtenir des condamnations lorsque les dispositions de la loi renferment des termes comme « exploitation ».

    Historiquement, si on remonte jusqu'au système de justice pénale britannique, nos tribunaux n'ont pas très bien réussi à définir le terme exploitation, à l'interpréter et à l'appliquer de manière à obtenir des condamnations. Je suis un peu préoccupé par certains passages du projet de loi. Il ne fait aucun doute que, dans certains cas, les rapports entre les personnes sont fondés sur l'exploitation. Dans d'autres cas, les choses sont encore plus simples, il s'agit d'esclavage. Nous parlons ici d'esclaves. Je me demande vraiment si nous ne pourrions pas avoir un texte qui serait un peu plus clair pour de tels cas.

    Dans les causes de nature sexuelle, obtenir des condamnations est encore plus difficile. On voit des gens qui travaillent dans l'industrie du vêtement à New York qui sont passés par le Canada pour entrer illégalement aux États-Unis, par Buffalo ou Windsor, et on ne saurait parler d'autre chose que d'esclavage dans leur cas. On devrait peut-être utiliser le même genre de terminologie efficace.

  +-(1340)  

[Français]

+-

    M. John Maloney (Welland, Lib.): Madame la Présidente, cela me fait grandement plaisir d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi C-49, Loi modifiant le Code criminel (traite des personnes).

[Traduction]

    Ce projet de loi est important pour bien des raisons. Il est important parce qu'il reconnaît et dénonce plus clairement la traite des personnes. Il est important parce qu'il offre une protection accrue aux personnes les plus vulnérables face à ce comportement criminel, notamment les femmes et les enfants. Il est important, car il va imposer des sanctions plus lourdes à ceux qui se livrent à ce type d'activité. Enfin, il est important parce qu'il accomplit ce qui constitue à mon avis l'un des engagements les plus importants de notre gouvernement, c'est-à-dire la protection des personnes les plus vulnérables.

    La traite des personnes — ou le recrutement, le transport ou l'hébergement des personnes à des fins d'exploitation — est devenue la nouvelle traite mondiale des esclaves. Nous avons entendu parler à plusieurs reprises aujourd'hui d'esclavage, cette chose tout à fait ignoble. C'est une pratique que l'on retrouve dans tous les pays, y compris le nôtre. Pour cette raison, ce problème est devenu une priorité pour la collectivité internationale, pour le Canada et pour notre région, la région de Niagara -- avec les États-Unis et le Mexique -- et fait partie du nouveau Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité.

    Selon les estimations des Nations Unies, jusqu'à 700 000 personnes sont chaque année victimes de cette activité criminelle. Selon l'UNICEF, c'est jusqu'à 1,2 million d'enfants qui en sont victimes à l'échelle mondiale.

    Selon les estimations réalisées en mai dernier par l'Organisation internationale du Travail, au moins 2,45 millions de personnes de par le monde vivent actuellement en situation de travail forcé à cause de la traite des personnes. On estime que 32 p. 100 de ces victimes sont exploitées à des fins économiques et que 43 p. 100 le sont à des fins sexuelles — et 98 p. 100 d'entre elles sont des femmes et des filles.

    Ces estimations montrent clairement que les personnes qui courent le plus grand risque d'être victimes de la traite sont celles qui sont socialement, économiquement et légalement défavorisées — en d'autres mots, les enfants et les femmes qui sont généralement victimes de la traite à des fins d'exploitation sexuelle ou de travail forcé.

    Ainsi, afin de pouvoir appuyer le renforcement des mesures de lutte contre ce crime horrible, il me fait grand plaisir d'intervenir aujourd'hui en faveur des réformes proposées qui mèneraient à la création de trois nouvelles infractions criminelles en vertu du Code criminel.

    L'infraction principale de « traite des personnes » interdirait de façon précise à quiconque de poser des actes précis tels que le recrutement, le transport, l'hébergement ou le contrôle des déplacements d'une autre personne dans le but d'exploiter cette personne ou de faciliter son exploitation. Cette infraction serait passible d'une peine maximale d'emprisonnement à perpétuité lorsqu'elle comprendrait l'enlèvement, des voies de fait graves ou une agression sexuelle grave ou qu'elle entraînerait la mort de la victime, et d'une peine maximale de 14 ans d'emprisonnement dans tout autre cas. Ce sont des peines très lourdes.

    La deuxième nouvelle infraction interdira à quiconque de tirer un avantage financier ou tout autre avantage matériel de la perpétration ou de la facilitation d'une infraction de traite des personnes. Cette infraction entraînera une peine maximale de dix ans d'emprisonnement.

    La troisième nouvelle infraction interdira à quiconque de retenir ou de détruire des documents, comme les documents de voyage ou les pièces d'identité de la victime, pour commettre ou faciliter une infraction de traite contre cette personne. Cette infraction entraînera une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement.

    Ces réformes reconnaissent aussi que l'exploitation des victimes est au coeur de ce comportement criminel et nous proposons donc de faire de l'exploitation un élément de l'infraction de traite elle-même.

    La traite des personnes peut prendre plusieurs formes. La Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, dont le champ d'application couvre la traite internationale des personnes, prévoit des mesures contre certaines infractions de traite des personnes et juge que l'exploitation constitue une circonstance aggravante dans le processus de détermination de la peine.

    Je crois que les réformes proposées au Code criminel nous aideront à combattre un plus grand nombre de cas de traite des personnes, y compris la traite qui a lieu strictement sur le territoire canadien. En dernier ressort, les modifications proposées au Code criminel permettront aux responsables de l'application de la loi d'accroître leur capacité à assurer que l'infraction à l'origine de l'accusation, que ce soit par le biais de ces nouvelles infractions au Code criminel ou en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, soit celle qui correspond le mieux aux faits d'un cas spécifique de traite et qui permet le mieux d'atteindre nos objectifs ultimes, notamment, la protection de la victime et la poursuite efficace du délinquant.

    Je comprends également que les réformes proposées au Code criminel sont le fruit d'une étroite collaboration avec le groupe de travail interministériel sur la traite des personnes qui travaille actuellement à l'élaboration d'une stratégie fédérale de lutte contre la traite en vue de coordonner et de renforcer les mesures fédérales de lutte contre la traite.

  +-(1345)  

    Je comprends que cette stratégie visera principalement à prévenir la traite, à protéger les victimes et à tenir les délinquants responsables de leurs actions, conformément aux normes internationales. Il est clair qu'il existe un engagement durable pour lutter contre ce problème sérieux au-delà de la réforme législative. Aujourd'hui, ces réformes nous aideront à atteindre ces objectifs.

[Français]

    Je crois vraiment que les réformes proposées sont importantes. Elles respectent l'engagement pris dans le cadre de notre discours du Trône et soulignent notre engagement permanent visant à repenser nos mesures de lutte contre la traite des personnes.

    Ainsi, j'espère que tous les députés offriront leur appui aux réformes proposées.

+-

    M. Marc Godbout (Ottawa—Orléans, Lib.): Madame la Présidente, j'aimerais certainement féliciter le député de Welland au sujet de sa brillante présentation en ce qui concerne cet important projet de loi.

    Dans le projet de loi, on définit le terme « exploitation » et on fait référence à plusieurs types d'exploitation.

    Le député de Welland pourrait-il nous donner des clarifications à ce sujet? Qu'est-ce qui est inclus dans le terme « exploitation »?

[Traduction]

+-

    M. John Maloney: Madame la Présidente, la traite de personnes vise justement l'exploitation de ceux qui en sont victimes, et c'est pour cette raison que c'est un élément clé des modifications que nous étudions actuellement.

    Parmi les nouvelles infractions visées, l'exploitation serait définie comme le fait d'amener quelqu'un à fournir ou à offrir de fournir son travail ou ses services, des services sexuels, par exemple, par des agissements amenant les victimes à raisonnablement craindre pour leur sécurité ou celle d'autres personnes qu'elles connaissent, comme un enfant ou un parent.

    Un autre aspect intéressant, c'est que cela viserait aussi le recours à la force, à la contrainte, à l'intimidation ou à la tromperie pour amener la victime à se faire prélever un organe ou des tissus. Il n'en a pas encore été question aujourd'hui, mais c'est certainement quelque chose que l'on craint de plus en plus dans notre pays. Certaines personnes seraient sûrement prêtes à tout pour obtenir des tissus et des organes humains si elles risquaient de mourir en en étant privées. On craint de plus en plus que des gens fassent l'objet d'intimidation ou soient forcés d'offrir leurs organes pour satisfaire les besoins de quelqu'un d'autre ou pour en tirer profit.

+-

    L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.): Madame la Présidente, certains porte-parole de l'opposition ont laissé entendre qu'il n'y avait aucune mesure dans le passé pour empêcher cela, mais en fait, il y a dans la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés une disposition particulière interdisant la traite de personnes. Il y a déjà eu des condamnations aux termes de cette loi.

    Je voudrais demander au député pourquoi ces nouvelles infractions sont nécessaires, alors que des dispositions à cet égard sont déjà prévues dans la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés.

+-

    M. John Maloney: Madame la Présidente, si ce type d'infractions est visé par la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, en général, ces infractions font intervenir un passage transfrontalier et elles sont couvertes par cette loi.

    Le projet de loi à l'étude traite aussi de l'exploitation, mais il vise essentiellement celle qui se produit dans notre pays. Au Canada, il peut y avoir de la traite de personnes d'une région à une autre, et celle-ci n'est pas couverte par la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés. Nous avons maintenant prévu des dispositions qui s'appliquent à ce genre de situation, et c'est très important.

  +-(1350)  

+-

    M. Pat Martin (Winnipeg-Centre, NPD): Madame la Présidente, j'aimerais demander à mon collègue du Parti libéral comment il concilie son discours d'aujourd'hui à propos de la traite des personnes et la présentation du projet de loi à ce sujet avec le fait que le gouvernement du Canada, depuis des années, joue le proxénète pour le monde interlope en important des danseuses exotiques roumaines pour les faire travailler dans des bars de danseuses au Canada, dont certains appartiennent à d'importants avocats libéraux de Toronto, et en les perdant ensuite de vue quand elles se lancent dans la pornographie ou l'industrie du sexe au Canada.

    J'aimerais savoir comment un député libéral peut se permettre de nous parler d'adopter un projet de loi sur le trafic des femmes à des fins sexuelles alors que le gouvernement du Canada a pour politique de jouer le proxénète pour le monde interlope en faisant venir ces femmes exploitées de l'Europe de l'Est dans des bordels et des bars de danseuses qui appartiennent à d'importants avocats libéraux spécialisés en immigration à Toronto. Comment justifie-t-il tout cela?

+-

    M. John Maloney: Madame la Présidente, quelle question intéressante et peut-être même amusante. Il va sans dire qu'aucun membre du Parti libéral ou du gouvernement jouerait le proxénète comme le député vient de le décrire. À mon avis, c'est une honte.

    Nous invitons les gens à venir au Canada pour occuper des emplois précis. Un cas isolé a été révélé il y a environ un an, mais jamais nous ne permettrions sciemment ce genre d'activité. En fait, les autorités ont lancé une enquête dès qu'elles ont été au courant.

    Sous peu, nous aurons terminé une étude sur la prostitution et le rapport aura pour thème central la traite des femmes. Le gouvernement réagit face à ces situations. Les femmes se font confisquer leurs papiers, voilà exactement ce qui se passe. Une femme pourrait arriver au Canada pensant qu'un poste légitime l'attend, se faire confisquer ses papiers et se retrouver avec une grande dette envers ceux qui l'ont fait venir, dette qu'elle devra rembourser en se prostituant. Le comité se penchera sur ce genre de scénarios et émettra des recommandations pour mettre fin à de telles pratiques.

+-

    Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC): Madame la Présidente, je me demande si le député d'en face voudrait bien faire un commentaire sur le classement international du Canada. Il me semble que l'OSCE publie chaque année un rapport concernant la participation du Canada à des pratiques d'esclavage, de traite des blanches, etc. Le rapport retient trois catégories. Je crois que la première est celle de large ouverture des frontières, qui permet que tout cela se produise, et la troisième catégorie, celle où la sécurité est la plus considérable. J'ai peut-être inversé les chiffres mais, de toute manière, le Canada est placé dans la deuxième catégorie.

    Selon le rapport, à cause du laxisme des règles d'immigration et de la gestion aux frontières, des femmes et de jeunes enfants sont introduits au Canada, y sont retenus durant un certain temps et sont par la suite exportés vers un autre pays où on pratique l'esclavage des enfants, la pornographie juvénile ou tout simplement la prostitution.

    J'aimerais connaître les commentaires du député. Sait-il dans quelle catégorie on a placé le Canada cette année.

+-

    M. John Maloney: Madame la Présidente, je dois vous dire franchement que je ne connais pas le rapport dont a parlé la députée sans le nommer. Je ne suis donc pas en mesure de commenter sauf pour dire que je ne suis pas d'accord avec elle lorsqu'elle parle de laxisme dans l'immigration.

    Pour ma part, je n'ai jamais entendu parler d'une situation où nous importerions des personnes, qu'il s'agisse d'hommes, de femmes ou d'enfants, en vue de les exporter vers d'autres pays. La députée fait un signe affirmatif. Je ne suis certainement pas au courant d'activités de cette nature et il serait certainement répréhensible pour le Canada de les permettre. Si la députée veut bien fournir des renseignements additionnels, je voudrai certainement m'intéresser à la question.

    Cependant, même dans notre étude de la prostitution et du trafic de femmes à destination du Canada, il n'a pas été question d'enfants. Il se peut qu'il y ait du trafic de femmes, mais il ne s'agit pas de victimes d'ici qui seraient envoyées dans d'autres pays.

  +-(1355)  

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Madame la Présidente, comme on l'a signalé à la Chambre aujourd'hui, le Canada dispose d'autres lois s'appliquant à la traite des personnes, mais ce ne sont pas nécessairement des lois nationales aussi précises que les mesures formulées dans le projet de loi C-49.

    J'aimerais que le député, qui connaît très bien les questions relatives à la justice et qui préside le Comité de la justice, dise ce qu'il pense de l'efficacité des méthodes dont dispose le Canada en matière de poursuites contre les trafiquants de personnes.

+-

    M. John Maloney: Madame la Présidente, comme nous l'avons mentionné, la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés s'est avérée très efficace dans des poursuites liées à la traite de personnes à la frontière canadienne. En avril de cette année, on a porté la première accusation de traite de personnes en vertu de l'article 118 de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés.

    Par ailleurs, l'examen des poursuites intentées en vertu du Code criminel entre mars 2004 et février 2005 indique qu'au moins 31 personnes ont fait l'objet d'accusations liées à la traite de personnes, dont 19 ont été reconnues coupables. Les tribunaux étaient saisis des 12 autres cas.

    Le gouvernement a identifié un besoin et il a répondu à ce besoin. Les précisions que je viens de fournir montrent bien l'efficacité des mesures en vigueur.


+-DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Article 31 du Règlement]

*   *   *

[Traduction]

+-Les Border Cats de Thunder Bay

+-

    M. Ken Boshcoff (Thunder Bay—Rainy River, Lib.): Madame la Présidente, j'ai le grand plaisir de féliciter les Border Cats de Thunder Bay qui ont remporté le championnat de baseball 2005 de la Northwoods League grâce à leur remarquable victoire de 4 à 3 sur les Mallards de Madison des États-Unis devant une foule record de 3 091 partisans.

    En 2003, les Border Cats ont intégré la Northwoods League, qui compte 12 équipes regroupant les meilleurs joueurs collégiaux des États-Unis et du Canada. Après seulement trois saisons, le président, John Wendal, le directeur général, Greg Balec, le personnel dévoué et les joueurs ont gagné le respect de la ligue et de la collectivité grâce à leur soutien continu.

    J'invite tous les députés à se joindre à moi pour féliciter les Border Cats de Thunder Bay, champions 2005 de la Northwoods League.

*   *   *

+-Le prix de l'essence

+-

    M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC): Madame la Présidente, pendant que le ministre des Finances se frotte les mains l'air réjoui d'avoir réalisé un autre excédent, les contribuables canadiens cherchent dans leurs poches vides l'argent qu'il leur faudra pour garder leurs familles au chaud cet hiver.

    L'essence à la pompe pourrait atteindre 2 $ le litre et le coût du chauffage pourrait doubler. Le ministre des Finances hausse les épaules en laissant entendre que quelques cents ici et là ne feront guère de différence. Quelle arrogance!

    En fait, chaque hausse de 1¢ le litre à la pompe correspond à 32 millions de dollars pour le gouvernement du Canada. Un choix s'offre au ministre et il le sait. Il peut aider les Canadiens immédiatement en réduisant la TPS sur le carburant.

    Ce n'est pas le temps de profiter du prix élevé de l'essence. Le moment est venu de réduire la TPS, de réduire le prix à la pompe et d'aider les Canadiens.

*   *   *

+-Les Orleans Rebels

+-

    M. Marc Godbout (Ottawa—Orléans, Lib.): Madame la Présidente, j'aimerais féliciter Sarah Thompson, Jenn Labelle, Erin Durant, Jenny Allen, Sarah Renaud, Lindsey Hutton, Ashley Vautour, Jillian Taylor, Carolyn Chmiel, Sarah Collins et Sam Pantalone, qui font toutes partie de l'équipe féminine de balle rapide les Orleans Rebels.

    Ces jeunes femmes ont gagné à la fois le grand championnat provincial de deuxième catégorie et le prestigieux tournoi d'été invitation Adirondack Avalanche de Glen Falls, dans l'État de New York. Elles ont également obtenu la troisième place parmi un groupe de 22 équipes canadiennes et américaines à la Classique d'été internationale de Montréal et ont ramené le trophée du Championnat de l'Est du Canada de Saint John, au Nouveau-Brunswick.

    Je tiens à féliciter ces jeunes femmes et leurs entraîneurs. Les gens de la région d'Ottawa-Orléans en sont tous très fiers.

*   *   *

  +-(1400)  

[Français]

+-Simon Wiesenthal

+-

    M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ): Madame la Présidente, le 20 septembre dernier, à l'âge vénérable de 96 ans, s'est éteint Simon Wiesenthal, l'un des plus célèbres rescapés de l'Holocauste. Il a consacré sa vie à la poursuite de la justice, notamment par sa traque infatigable des criminels de guerre nazis.

    Né le 31 décembre 1908, Simon Wiesenthal a vécu l'horreur des camps de la mort et la disparition de 89 membres de sa propre famille par la barbarie nazie.

    Après la Deuxième Guerre mondiale, dans un désir non pas de vengeance, mais bien de justice, il s'est mis à traquer les criminels nazis où qu'ils furent sur la planète. Il a ainsi contribué à retracer quelque 1 100 criminels de guerre dont Adolf Eichmann, l'un des architectes de la Shoah, et Franz Stangl, le commandant des camps de Treblinka et Sobibor.

    Il a été décrit comme la conscience de l'Holocauste refusant d'enterrer ses réminiscences terribles, incarnant le souvenir permanent des victimes de l'Holocauste.

    Selon lui, avec raison, la liberté ne pouvait se concevoir sans justice. Les victimes de l'Holocauste et le monde entier lui doivent beaucoup.

*   *   *

+-L'ouragan Katrina

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (Beauséjour, Lib.): Madame la Présidente, tous les Canadiens ont été attristés par les événements tragiques qui ont suivi l'ouragan Katrina dans les États de la Louisiane et du Mississippi.

    Toutefois, le maire de la ville de Bouctouche, Aldéo Saulnier et plusieurs résidants de cette ville au Nouveau-Brunswick, ont décidé de se mettre au travail pour aider leurs amis cajuns, à Saint Martinville en Louisiane, qui ont reçu des milliers de résidants évacués.

    Aldéo a organisé une campagne où les citoyens et les entreprises ont donné généreusement de l'argent et des produits pour aider les gens sinistrés dans l'État de la Louisiane. Un camion a été fourni pour amener une pleine charge à Saint Martinville et les gens ont démontré une générosité remarquable.

[Traduction]

    Je tiens également à féliciter le maire de Bouctouche et les nombreux bénévoles qui sont venus en aide aux gens de Saint Martinville en Louisiane, leur ville jumelle, qui ont été frappés par l'ouragan Katrina.

*   *   *

+-La protection civile

+-

    Mme Carol Skelton (Saskatoon—Rosetown—Biggar, PCC): Monsieur le Président, toutes les collectivités du pays peuvent un jour être victimes d'une tragédie. Malheureusement, l'incapacité du gouvernement fédéral à prévoir des mesures d'urgence adéquates risque de coûter des vies. Le fait que seulement 14 p. 100 des fonds promis ont été versés par suite des catastrophes survenues en Nouvelle-Écosse en dit long.

    Lorsque j'ai collaboré aux missions d'aide aux victimes d'inondations aux États-Unis et au Manitoba, j'ai moi-même été témoin des avantages que procurent une formation adéquate, un matériel approprié et une bonne planification en cas d'urgence. Le gouvernement continue de ne pas tenir compte des leçons du passé. Nos professionnels de la santé, qui sont accrédités au niveau provincial, ne pourraient pas offrir leurs services dans d'autres provinces.

    La plupart des premiers intervenants ne disposent toujours pas du matériel dont ils ont besoin et n'ont pas la formation voulue. C'est avant qu'un désastre survienne qu'il faut se préparer. Coupons court aux formalités administratives. N'attendons pas qu'un désastre se produise. Prévoyons la formation et les fonds nécessaires à la protection civile dès maintenant.

*   *   *

[Français]

+-Simon Wiesenthal

+-

    Mme Raymonde Folco (Laval—Les Îles, Lib.): Monsieur le Président, je voudrais rendre hommage ici, aujourd'hui, à M. Simon Wiesenthal, décédé à l'âge de 96 ans à Vienne.

    Il y a 60 ans, Simon Wiesenthal était un homme sans nom, sans espoir, sans avenir, connu seulement par le numéro gravé sur son bras. Seul membre d'une famille de 89 personnes à avoir survécu aux camps d'extermination nazis, Simon Wiesenthal a passé les 50 dernières années de sa vie à pourchasser les criminels de guerre responsables du massacre de 6 millions de juifs en Europe pendant l'Holocauste, dont sa contribution importante à l'arrestation d'Adolf Eichmann et de Franz Stangl, commandants des camps de Treblinka et de Sobibor.

    Sa mémoire nous restera comme la conscience de l'Holocauste, car, comme il disait souvent : « Quand l'histoire fait un retour sur le passé, je veux que les gens sachent que les nazis n'ont pas pu tuer des millions de personnes impunément. »

    Simon Wiesenthal, nous ne l'oublierons jamais!

*   *   *

  +-(1405)  

+-La doctrine Gérin-Lajoie

+-

    Mme Francine Lalonde (La Pointe-de-l'Île, BQ): Monsieur le Président, c'est avec une profonde indignation que les Québécois et les Québécoises ont constaté, une fois de plus, que le gouvernement libéral reniait ses engagements. Le ministre des Affaires étrangères a en effet affirmé qu'il ne laisserait pas le Québec parler de sa propre voix sur la scène internationale, et ce, dans les domaines de sa compétence, de peur que le gouvernement du Québec ne soit un jour aux mains de fanatiques de la souveraineté.

    Pourtant, peu avant le déclenchement des élections fédérales de 2004, le premier ministre avait reconnu que le Québec pourrait s'exprimer dans les forums internationaux sur les sujets de sa compétence.

    Le député de Papineau, au nom du gouvernement, rompt ainsi avec les positions que le ministre libéral Paul Gérin-Lajoie a développées dans les années 1960. Il rejoint ceux qui veulent bâtir le Canada sur le dos du Québec. Il fait surtout la démonstration que, si le Québec veut défendre ses propres intérêts sur les tribunes internationales, un seul choix s'offre à lui: la souveraineté pleine et entière.

*   *   *

[Traduction]

+-Simon Wiesenthal

+-

    Mme Anita Neville (Winnipeg-Centre-Sud, Lib.): Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage au regretté Simon Wiesenthal, le célèbre traqueur de nazis, qui est décédé mardi dernier, à l'âge de 96 ans.

    M. Wiesenthal était emprisonné au camp de la mort de Mauthausen, en Autriche, lorsqu'il a été libéré en 1945. Il a ensuite consacré sa vie à traquer les responsables de l'Holocauste. Non seulement a-t-il réclamé la justice pour les victimes de l'Holocauste, mais il s'est fait la voix de ceux qui ne pouvaient parler. Celui qui a souvent été surnommé la conscience de l'Holocauste a permis, par ses efforts, de traduire en justice plus de 1 100 criminels de guerre nazis.

    Aujourd'hui, le Centre Simon Wiesenthal, dont le siège est établi à Los Angeles, assure la continuité de ses travaux. Il continue de s'employer à éliminer l'antisémitisme, ainsi que les autres formes d'intolérance dans le monde d'aujourd'hui.

    Je demande à mes collègues de se joindre à moi pour rendre hommage à M. Wiesenthal, à ses réalisations et à son héritage.

*   *   *

+-Internet dans les écoles

+-

    Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC): Monsieur le Président, l'utilisation d'Internet dans les écoles d'un bout à l'autre du pays est actuellement compromise. Pourquoi? Parce que le gouvernement a déposé un projet de loi sur le droit d'auteur qui ne tient pas compte du fait que le cadre juridique de l'utilisation d'Internet dans les classes a été laissé de côté. Cela pourrait avoir des conséquences dévastatrices pour les enseignants et les élèves de ma circonscription, celle de Kildonan—St. Paul, et de l'ensemble du Canada. L'année scolaire 2005 est déjà commencée. Cette question doit être réglée dès maintenant.

    Les enseignants veulent simplement avoir accès sur Internet à des informations qui, dès le départ, devaient être gratuites. Les auteurs qui veulent vendre leur production en ligne peuvent très facilement en limiter l'accès en exigeant un abonnement ou en imposant l'utilisation d'un mot de passe. Cet amendement éducationnel a une importance cruciale pour les écoles de tout le pays.

*   *   *

+-La Société Radio-Canada

+-

    M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.): Monsieur le Président, depuis six semaines, la direction de la CBC/SRC maintient 5 000 employés en lock-out. Non seulement ce lock-out prive les travailleurs de leurs moyens de subsistance, mais plus il dure, plus l'avenir de la CBC/SRC est remise en question.

    Comme certains de mes collègues, je demande que le Comité du patrimoine convoque les cadres supérieurs de la CBC/SRC pour que ces derniers puissent expliquer au Parlement pourquoi le lock-out se poursuit et comment ils perçoivent leur mandat. Par ailleurs, certains d'entre nous avons indiqué que nous refuserons d'accorder des entrevues à la CBC/SRC tant que le lock-out n'aura pas pris fin.

    Beaucoup d'entre nous croyons que le public a le droit de savoir ce qui se passe réellement. La CBC/SRC à laquelle les Canadiens font confiance risque de disparaître. La CBC/SRC n'est pas une simple société ou un simple service public, mais le symbole de notre pays, une valeur qu'il faut certes préserver.

    Je demande à la direction de la CBC/SRC d'agir de bonne foi et de mettre fin au lock-out.

*   *   *

+-Le Marathon de l'espoir Terry Fox

+-

    L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD): Monsieur le Président, en dépit de toutes ces controverses de la fin de l'été au sujet de l'ouragan Katrina, du prix de l'essence, du lock-out à la Société Radio-Canada et de diverses autres questions importantes, nombre de Canadiens se sont concentrés un moment, à juste titre je le signale, sur un anniversaire très important, en l'occurrence le 25e  anniversaire du Marathon de l'espoir Terry Fox.

    Le courage et la détermination dont Terry a fait preuve dans sa lutte contre le cancer et pour la recherche d'un traitement continuent d'être une remarquable source d'inspiration pour des millions de personnes.

    Le 16 septembre, dans le cadre d'un événement à la mémoire de Terry Fox, j'ai eu le plaisir de marcher avec des élèves de l'école élémentaire Wayoata de Transcona. Terry représente une figure très spéciale aux yeux des élèves de cette école parce qu'il l'a lui-même fréquentée pendant deux ans avant que sa famille ne déménage en Colombie-Britannique en 1966.

    Les gens de Transcona sont fiers d'avoir quelque chose en commun avec Terry Fox. Celui-ci est devenu, tant sur la scène nationale qu'internationale, non seulement un symbole de la tragédie que représente le cancer, mais aussi un symbole d'espoir inextinguible permettant de croire qu'un jour le cancer sera vaincu, grâce à la collaboration pour financer la recherche et la prévention.

*   *   *

+-Anthony Gordon, Leo Johnston, Brock Myrol et Peter Schiemann

+-

    Mme Rona Ambrose (Edmonton—Spruce Grove, PCC): Monsieur le Président, aujourd'hui, les familles des agents de la GRC assassinés, Anthony Gordon, Leo Johnston, Brock Myrol et Peter Schiemann, ont fait la déclaration suivante :

    Aujourd'hui, nos familles demandent au Parlement [...] de commencer à élaborer une stratégie nationale antidrogue efficace [...]. La stratégie accorderait des ressources nettement plus considérables aux organismes d'application de la loi, tant au niveau provincial que fédéral, pour la lutte contre le narcotrafic.

    Les familles ont ajouté :

    Nos politiciens doivent également savoir que les Canadiens souhaitent des changements. Par conséquent, nous demandons à tous nos concitoyens de bien vouloir allumer une lumière devant chez eux de 20 à 22 heures, le 3 octobre, c'est-à-dire dans une semaine et exactement sept mois après le meurtre de nos fils. Que ce soit la lumière du porche avant, la lumière du garage ou, dans un appartement, la lumière du salon, nous demandons à nos concitoyens de participer. Nous voulons voir un faisceau de lumière traverser les fuseaux horaires du Canada, d'est en ouest, en signe d'unité face à ces questions. Puisse ce faisceau de lumière se manifester et être une impulsion de changement. Nos quatre familles appellent l'ensemble des Canadiens à participer à ce référendum de lumières.

*   *   *

  +-(1410)  

[Français]

+-Le prix des produits pétroliers

+-

    Mme Monique Guay (Rivière-du-Nord, BQ): Monsieur le Président, la flambée vertigineuse des prix du pétrole continue de prendre en otage les consommateurs québécois et canadiens.

    Malgré le contexte international, il est faux de croire que le gouvernement fédéral est sans recours et qu'il n'a pas les moyens de freiner les augmentations des prix du pétrole et d'en réduire les effets.

    Le 20 avril dernier, libéraux et conservateurs ont rejeté une motion du Bloc québécois qui proposait la création d'un office de surveillance du secteur pétrolier chargé de produire annuellement un rapport sur tous les aspects de cette industrie.

    Au cours de l'été, le Bloc québécois a proposé un plan d'aide ciblant les plus vulnérables: les familles à revenu modeste, les régions éloignées et les secteurs économiques les plus touchés. Ce plan reconnaît également qu'il est impératif de discipliner l'industrie, de réduire notre dépendance au pétrole et d'augmenter l'impôt des pétrolières.

    Des solutions existent, mais les libéraux fédéraux refusent de bouger et de les mettre en place, de peur de déplaire à leurs amis et contributeurs des grandes pétrolières.

*   *   *

[Traduction]

+-Chuck Cadman

+-

    L'hon. Stephen Harper (Calgary-Sud-Ouest, PCC): Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage à notre regretté ami et collègue, l'ancien député de Surrey-Nord, Chuck Cadman.

    Chuck est entré en politique à la suite d'une tragédie personnelle immense.

    La mort insensée de son fils Jesse en 1992 a poussé Chuck à se faire porte-parole des droits des victimes au Canada. Sa femme Donna et lui ont fondé le groupe Crime Responsibility and Youth, dans le but de conseiller et d'aider les jeunes délinquants et les jeunes à risque. Son mandat était clair : des changements devaient être apportés au système de justice pénale, notamment en rendant plus sévères les peines imposées aux jeunes délinquants violents.

    Chuck était un homme droit et honnête qui voulait changer les choses pour le mieux. Il était un époux dévoué, un père attentionné et l'ami d'un très grand nombre de gens.

    Ottawa, Surrey et le Canada entier se souviendront de son travail acharné et de son dévouement pour les questions de justice.

*   *   *

+-La Somalie

+-

    M. Borys Wrzesnewskyj (Etobicoke-Centre, Lib.): Monsieur le Président, M. Sharif Hassan Sheikh Aden, président du Parlement fédéral transitoire de la Somalie, rend visite à ses homologues canadiens pour nous parler des nombreux défis auxquels est confronté son pays.

    Je rentre tout juste d'une mission d'enquête en Somalie où j'ai pu constater de visu la situation épouvantable dans ce pays, conséquence de 14 ans de guerre civile et de l'anarchie du règne des chefs de guerre.

    J'ai également rencontré le président Abdullahi Yusuf Ahmed, le premier ministre Ali Mohammed Ghedi ainsi que de nombreux ministres et parlementaires du gouvernement fédéral transitoire.

    Le message que lancent les Somaliens est que leur pays est à la croisée des chemins et qu'ils attendent que leurs dirigeants se lèvent et mettent de côté leurs intérêts personnels et leur ambition pour bâtir un avenir pour les Somaliens et leurs enfants.

    Je souhaite la bienvenue au président Aden et j'espère que sa visite incitera le Canada à jouer un plus grand rôle dans l'édification de la société civile somalienne, à l'aube d'une ère nouvelle.

    Somalia Hánolato!

*   *   *

[Français]

+-Élie Fallu

+-

    Mme Diane Bourgeois (Terrebonne—Blainville, BQ): Monsieur le Président, en juin dernier, M. Élie Fallu annonçait son retrait de la vie politique. Je tiens à rendre hommage à cet homme de coeur qui, pendant 43 ans, n'a cessé de travailler pour la communauté québécoise et thérésienne.

    M. Fallu a multiplié ses implications dans la région des Basses-Laurentides, tant dans le mouvement syndical, dans l'enseignement que dans la promotion des arts et de la culture. Il fut aussi un artisan de premier plan dans l'implantation du train de banlieue Montréal—Blainville—Saint-Jérôme.

    Élu à deux reprises député du Parti québécois à l'Assemblée nationale, il fut aussi maire de la ville de Sainte-Thérèse et préfet de la MRC de Thérèse-De Blainville. Toute sa vie et sa carrière furent guidées par le souci de servir les siens et de lutter contre la pauvreté.

    Souverainiste de la première heure, il a milité au sein du Conseil de la souveraineté tout en clamant sa foi inébranlable en la capacité des Québécoises et des Québécois de se prendre en main.

    Monsieur Fallu, le Bloc québécois vous dit chapeau et merci!

*   *   *

  +-(1415)  

[Traduction]

+-Le député de Chilliwack—Fraser Canyon

+-

    M. Chuck Strahl (Chilliwack—Fraser Canyon, PCC): Monsieur le Président, au début de l'été, j'ai appris que j'étais atteint du cancer. C'est le genre de diagnostic auquel des milliers de Canadiens, dont plusieurs députés de la Chambre des communes, sont hélas confrontés. Sur le plan de la santé, disons que j'ai vécu de meilleurs étés.

    Cependant, l'été m'a fourni une autre occasion de comprendre que c'est dans les périodes difficiles que les relations humaines prennent toute leur importance.

    Les relations que j'entretiens avec mes électeurs, mes amis et mes collègues comptent plus que jamais.

    Ma foi en Dieu me procure une paix transcendante.

    Les liens que j'ai avec les membres de ma famille, dont plusieurs sont ici présents aujourd'hui, ont toujours été précieux, et ils l'ont été particulièrement cet été.

    Je tiens à remercier tous ceux et celles qui ont pris le temps de nous encourager depuis que le diagnostic de cancer a été posé. Les membres de ma famille et moi-même avons à coeur chaque mot, chaque appel et chaque prière qui nous sont destinés. Sincèrement, l'esprit humain se nourrit d'encouragement.

    Le temps est venu pour nous de reprendre le travail que nous faisons pour la nation et il me tardait de le faire depuis quelque temps. Mes fonctions de député revêtiront toujours une grande importance pour moi, mais l'importance des relations dont je viens de parler est insurpassable.


+-QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

*   *   *

[Traduction]

+-La justice

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, les familles des quatre agents de la GRC qui ont été assassinés près de Mayerthorpe, en Alberta, sont aujourd'hui à Ottawa pour réclamer des changements à notre système de justice pénale.

    Depuis cette tragédie, nous avons continué de voir se multiplier de façon affreuse les crimes et les actes de violence commis à l'aide d'armes à feu, sans que le gouvernement ne fasse quoi que ce soit à cet égard. Le premier ministre répondra-t-il à l'appel des policiers, de leurs familles et d'autres Canadiens d'un bout à l'autre du pays en s'engageant à prévoir des peines d'emprisonnement minimales pour les auteurs de crimes graves avec violence et les récidivistes?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, j'étais en Alberta pour assister aux cérémonies commémoratives en l'honneur des quatre agents de la GRC qui ont perdu la vie. C'est certainement une des expériences les plus émouvantes que j'aie vécues, et je suis certain que tous ceux qui ont été témoins de ces cérémonies ont ressenti la même chose que moi.

    J'ai rencontré les familles et j'ai eu de longues discussions avec elles. Je puis leur assurer, ainsi qu'au député, que le gouvernement prend les questions qu'il a soulevées très au sérieux et qu'il a l'intention, comme on l'a déjà mentionné, d'agir à cet égard.

*   *   *

  +-(1420)  

+-Le prix de l'essence

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, je tiens à rappeler au premier ministre que nous continuerons de réclamer des mesures concrètes qui vont bien au-delà des bonnes intentions.

    Au cours des trois derniers mois, en plus de l'augmentation du nombre de crimes commis à l'aide d'armes à feu, les entreprises et les consommateurs canadiens ont eu à subir des hausses énormes du prix de l'essence, qui ontatteint des niveaux records. Là encore, les Canadiens n'ont vu rien d'autre que 100 jours d'inaction de la part du gouvernement dans ce dossier.

    Au lieu de continuer d'encaisser les recettes records que lui rapportent ces prix extrêmement élevés, le gouvernement réduira-t-il simplement les taxes sur l'essence pour les consommateurs?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le député sait que la plupart de ces taxes, du moins certainement la taxe d'accise, n'augmentent pas lorsqu'il y a une hausse du prix de l'essence. Il sait également que, grâce aux mesures prises par ce gouvernement, 50 p.100 de ces taxes sur l'essence iront aux municipalités d'un bout à l'autre du pays pour financer des choses comme le transport en commun, le développement durable et l'amélioration des routes.

    Si ce que le député veut dire, c'est qu'on devrait réduire les sommes versées aux municipalités, ce serait à mon avis très nuisible. Je crois en fait que les municipalités ont besoin de cet argent, spécialement à ce moment-ci.

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, chaque augmentation de 1¢ du prix de l'essence rapporte presque 40 millions de dollars au gouvernement. Cet argent devrait rester dans les poches des consommateurs.

[Français]

    Voici un bel exemple de l'inaction de ce gouvernement. Il y a trois semaines, une lettre a été envoyée au premier ministre par des camionneurs du Nouveau-Brunswick, qui demandaient au gouvernement d'agir contre la hausse des prix de l'essence. Ils n'ont même pas encore reçu de réponse.

    Est-ce que le premier ministre va répondre aux camionneurs et quelles actions prendra-t-il?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, lorsque je regarde la prémisse de la question du chef de l'opposition, on voit clairement qu'elle est erronée. Le fait est que cet argent n'entre pas dans les poches du gouvernement et il n'est nullement de notre intention qu'il y entre.

    Comme le ministre des Finances l'a fait l'année dernière, cet argent a été mis dans un fonds pour des appareils médicaux. Il est de l'intention du gouvernement de regarder de telles options. On ne met pas cet argent dans nos poches.

[Traduction]

+-

    M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC): Monsieur le Président, pendant que le premier ministre passait l'été à brûler du carburant aviation dans son Challenger pour aller faire de fausses annonces, ses ministres parcouraient le pays en limousines propulsées par les deniers publics. Pendant ce temps, les Canadiens faisaient la file aux stations-service locales et ils étaient floués par les prix records qu'ils devaient payer à la pompe.

    De sa belle résidence du 24 promenade Sussex, le premier ministre continue de tergiverser lorsqu'il s'agit d'alléger le fardeau fiscal des Canadiens. Son gouvernement reçoit beaucoup d'argent grâce à l'augmentation des taxes sur les hydrocarbures.

    Quand le gouvernement va-t-il accorder aux Canadiens un allégement fiscal et cesser de les exploiter en profitant du coût élevé des hydrocarbures?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, les chiffres montreront que le gouvernement ne s'attend pas à profiter d'une manne en l'occurrence. Cependant, nous entendons bien réaffecter toute augmentation des recettes fédérales au profit des Canadiens, surtout ceux dont la situation est la plus difficile. Comme je l'ai dit à plusieurs reprise, nous cherchons les moyens d'intervenir de la façon la plus efficace possible.

+-

    M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC): Monsieur le Président, la crédibilité du ministre des Finances en ce qui concerne l'excédent et les avantages fiscaux consentis aux entreprises laisse beaucoup à désirer. Les aînés et les Canadiens à revenu fixe qui feront le plein de mazout cet hiver, les camionneurs qui transporteront nos produits et dont la marge bénéficiaire est déjà réduite à sa plus simple expression, ainsi que les agriculteurs et les pêcheurs commerciaux sont tous durement frappés par l'augmentation des coûts du carburant.

    Le premier ministre a déclaré que la solution ne consistait pas à réduire les taxes sur l'essence, que ce n'était pas ce qui convenait en l'occurrence. Son ministre des Finances a défendu la même position, affirmant qu'une réduction des taxes à la pompe ne ferait aucune différence. Pourtant, ce serait utile pour les Canadiens.

    Pourquoi les Canadiens doivent-ils supporter le coût de ces augmentations de taxes et quand le gouvernement va-t-il prendre des mesures pour réduire le coût des carburants?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je souhaiterais que les problèmes soient aussi simples à régler que ce que prétend notre vis-à-vis. Malheureusement, la complexité et la volatilité du circuit de distribution fait qu'il peut y avoir une variation de 5 ¢ ou 10 ¢ du prix à la pompe en l'espace de quelques heures.

    Un allégement fiscal de 2 ¢ ou 3 ¢ le litre perdrait rapidement toute incidence. En fait, l'industrie laisse entendre que nous aurions besoin d'un vérificateur judiciaire pour en retrouver la trace.

[Français]

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, le ministre des Transports a déclaré que le fédéral ne pouvait rien faire devant la flambée des prix de l'essence. Or, il y a plusieurs avenues que ce gouvernement pourrait emprunter pour soulager directement les consommateurs. Le Bloc québécois en a proposé récemment toute une série: crédits d'impôt pour les familles à faible revenu et pour les frais de transport en commun, et incitatif à la conversion du chauffage au mazout, notamment.

    Au lieu de tergiverser aux frais des consommateurs, pourquoi le premier ministre ne va-t-il pas de l'avant avec les propositions du Bloc québécois qui sont rapidement et facilement applicables?

  +-(1425)  

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le chef du Bloc québécois sait fort bien que l'année dernière, lorsque la même situation s'est présentée, le ministre des Finances a déposé l'argent que le gouvernement recevait, par exemple l'excès de la TPS, dans un fonds vraiment destiné à l'équipement médical. Cela était très important pour les familles moins nanties et à faible revenu.

    Le gouvernement n'a aucunement l'intention de mettre l'argent dans ses poches. Nous examinons exactement le même genre d'option.

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): J'avoue que j'ai quelques difficultés à saisir la logique exprimée dans la réponse du premier ministre. J'aimerais qu'il nous présente des mesures concrètes pour les agriculteurs, les camionneurs indépendants et tout le secteur forestier. Voilà des gens qui sont directement touchés.

    Qu'attend le premier ministre pour agir et présenter des mesures concrètes afin d'aider les familles à revenu modeste et tous ceux et celles touchés actuellement par la flambée des prix de l'essence?

    Il faut des réponses, pas des cassettes de vieux discours.

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le gouvernement a affecté jusqu'à 50 p. 100 de la taxe d'accise aux municipalités, aux communautés du Québec et de partout au Canada. On se servira de cet argent pour les routes et les équipements de loisirs. Cet argent servira les Canadiens et les Canadiennes qui en ont besoin.

    C'est ce que l'on a déjà fait. On devance le Bloc québécois.

+-

    M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ): Monsieur le Président, depuis plus de deux ans le Bloc québécois recommande au gouvernement de créer un office de surveillance du prix des produits pétroliers. Cette recommandation est restée lettre morte, car le gouvernement a refusé d'agir.

    Le gouvernement admettra-t-il aujourd'hui que son refus d'agir le met directement en cause dans la hausse exagérée du prix des produits pétroliers, puisqu'une partie importante de cette hausse excède largement la seule augmentation du prix brut international?

    Va-t-il finalement créer l'office?

[Traduction]

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, le gouvernement se préoccupe de la montée du prix de l'essence. Et il se soucie de la transparence. Le ministre des Ressources naturelles et moi nous assurerons qu'on met en place un mécanisme de surveillance du prix de l'essence et du mazout au cours des mois à venir.

[Français]

+-

    M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ): Parlons-en de la transparence, monsieur le Président. Depuis cinq ans le Bloc québécois demande d'accroître les pouvoirs du Bureau de la concurrence afin de lui permettre d'enquêter à fond dans le secteur pétrolier et, le cas échéant, d'intervenir. Même le président de ce bureau est venu confirmer en comité qu'il manquait de pouvoir pour agir de façon efficace.

    Le gouvernement peut-il s'engager aujourd'hui à modifier le projet de loi C-19 afin de donner au Bureau de la concurrence les outils efficaces et les pouvoirs nécessaires pour intervenir dans le secteur pétrolier?

[Traduction]

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, je souhaite que l'opposition appuie le projet de loi C-19. Si nous pouvons amender et améliorer le projet de loi C-19, nous envisagerons cela certainement.

*   *   *

+-Le bois d'oeuvre

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre, qui depuis trop longtemps ne fait rien pour défendre l'économie canadienne. Aux quatre coins du pays, des gens, des collectivités et des entreprises souffrent de l'attaque de George Bush contre notre industrie du bois d'oeuvre. Les gens en ont assez de l'attitude du gouvernement lorsqu'il s'agit de défendre le Canada. Il parle, se retire des pourparlers et ne fait rien. Les gens veulent un gouvernement qui se porte à la défense du Canada dans ces différends commerciaux.

    Quand le premier ministre se décidera-t-il à dire à George Bush que les Canadiens en ont assez de ses attaques commerciales?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le gouvernement du Canada a très clairement indiqué que les Américains ne peuvent faire fi de l'ALENA lorsque cela sert leurs intérêts. Il s'agit d'un accord international signé par deux puissances souveraines. Toutes les décisions des groupes spéciaux qui ont précédé la décision de la contestation extraordinaire rendue plus tôt cet été donnaient raison au Canada. Je répète à la Chambre ce que nous avons dit : les Américains doivent respecter l'esprit et la lettre de l'accord qu'ils ont signé.

*   *   *

  +-(1430)  

+-Le prix de l'esssence

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Monsieur le Président, voilà le coeur du problème. Ces paroles sont vaines. Les Canadiens veulent que l'on joigne le geste à la parole.

    Il en va de même des prix du carburant et de l'énergie. On ne prend pas de mesures, par exemple des mesures d'efficacité énergétique, qui donneraient lieu à une réduction de la consommation d'énergie. Au lieu de cela, les Canadiens paient l'énergie plus cher.

    Quand le premier ministre va-t-il présenter un plan faisant en sorte que les Canadiens consomment moins de carburant et aient des factures d'énergie moins élevées?

+-

    L'hon. John McCallum (ministre du Revenu national, Lib.): Monsieur le Président, mon ministère poursuit un objectif des plus prioritaires, celui de réduire la demande d'énergie en mettant en oeuvre des mesures d'efficacité énergétique et d'augmenter à la fois l'offre en instaurant des mesures qui favorisent le recours aux énergies de remplacement. Ce faisant, à moyen terme, nous aiderons les Canadiens à devenir moins dépendants du pétrole.

*   *   *

+-La justice

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, partout au Canada, nous constatons une augmentation rapide des activités liées à la culture de la marijuana et des laboratoires de production de méthamphétamine en cristaux. Cette situation a un impact dévastateur sur des quartiers entiers. Le trafic de drogues est aussi accompagné d'une hausse marquée du nombre d'actes de violence commis avec des armes à feu.

    Combien d'autres victimes faudra-t-il dans nos rues pour que le gouvernement se décide à éliminer la détention à domicile et à imposer des peines d'emprisonnement obligatoires aux trafiquants de drogues et aux auteurs de crimes violents commis avec une arme à feu?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, le gouvernement va présenter une mesure législative touchant tout particulièrement les ordonnances de sursis et visant à faire en sorte que nos rues soient sûres et que les honnêtes citoyens soient protégés.

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, c'est là une promesse que le gouvernement fait depuis 12 ans. Les programmes sociaux ne peuvent fonctionner dans les collectivités aux prises avec des problèmes de drogues et d'armes à feu si le gouvernement n'est pas prêt à augmenter les ressources policières de première ligne et à prévoir des peines d'emprisonnement obligatoires pour les trafiquants de drogues, les criminels armés et les récidivistes violents.

    Le ministre va-t-il s'engager aujourd'hui à éliminer la détention à domicile dans le cas des trafiquants de drogues, des contrevenants violents et des récidivistes, et à les jeter en prison, afin que nos enfants et nos jeunes soient en sécurité?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, nous avons pris l'engagement de présenter toutes les initiatives nécessaires afin que nos rues soient sûres et que les citoyens soient en sécurité et ce, non seulement en ce qui a trait aux ordonnances de sursis dans le cas de crimes commis avec une arme à feu. Même si le Code criminel prévoit actuellement plus de peines minimales obligatoires pour les crimes commis avec une arme à feu que pour tout autre crime, à l'exception des meurtres, nous continuons d'étudier la situation afin de trouver des moyens qui nous permettront de rendre nos rues sûres et de protéger les citoyens. À cet égard, nous invitons l'opposition à collaborer avec nous.

+-

    M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC): Monsieur le Président, cela fait maintenant sept mois que les quatre agents de la GRC ont été abattus près de Mayerthorpe. Leurs familles veulent qu'on apporte des changements au système de justice qui les a si mal servis.

    Elles veulent un examen complet du système de justice. Nous ne pouvons pas blâmer les juges. C'est aux législateurs d'envoyer un message clair aux tribunaux: un crime grave mérite une peine sévère.

    Le gouvernement s'engagera-t-il à imposer des peines minimales pour les crimes violents et les crimes liés à la drogue?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, le ministre de la Santé et moi-même avons changé notre plan d'attaque en ce qui concerne la méthamphétamine afin d'augmenter les peines. Nous avons présenté un projet de loi créant quatre nouvelles infractions assorties de peines accrues pour lutter contre le problème de la culture de la marijuana partout au Canada. Nous imposerons les peines nécessaires.

+-

    M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC): Monsieur le Président, accroître les peines maximales pour les infractions liées à la méthamphétamine ne résout pas le problème puisque les peines minimales ne sont pas adéquates.

    La semaine dernière, la GRC a fait une descente sur un autre abri Quonset, à Mayerthorpe, et a trouvé 800 plants de marijuana.

    La marijuana et la méthamphétamine détruisent des vies et font du tort à nos collectivités, et les criminels se moquent de la loi et de nos peines insignifiantes. Les familles des agents de la GRC sont conscientes des dangers que présente l'approche tolérante envers la marijuana qui est celle du projet de loi C-17. Elles n'en veulent pas, et nous non plus.

    Le gouvernement va-t-il admettre qu'il a eu tort et va-t-il renoncer à son projet de loi sur la marijuana?

  +-(1435)  

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, nous avons présenté le projet de loi. La Chambre, ainsi que le comité parlementaire, en sont maintenant saisis. Le projet de loi en est à l'étape de l'étude en comité, et nous respectons le rôle du comité parlementaire.

*   *   *

[Français]

+-Service Canada

+-

    M. Christian Simard (Beauport—Limoilou, BQ): Monsieur le Président, le gouvernement fédéral, qui est aux prises avec le scandale des commandites, n'apprend pas de ses erreurs. En effet, le premier ministre vient de nommer à la tête de Service Canada la même personne qui était responsable du programme d'enregistrement des armes à feu, un autre scandale de près de 2 milliards de dollars auquel devra bientôt faire face son gouvernement.

    Comment le premier ministre peut-il expliquer son choix de nommer une si mauvaise gestionnaire à la tête de Service Canada?

[Traduction]

+-

    L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.): Monsieur le Président, quiconque examine en profondeur Service Canada ne peut que conclure qu'il s'agit là d'une nouvelle fantastique. En effet, cet organisme procurera de meilleurs services à un plus grand nombre de Canadiens dans un plus grand nombre de collectivités. En fait, le nombre de points de service passera de 300 à 600 d'ici quelques années. C'est donc une excellente nouvelle.

    Il y aura de nombreux niveaux de responsabilité, y compris un conseil consultatif, un bureau chargé de la satisfaction des clients et un protocole de service.

    Je suis très heureuse d'être associée à Service Canada. C'est une grande réalisation.

[Français]

+-

    M. Christian Simard (Beauport—Limoilou, BQ): Monsieur le Président, nous verrons si la vérificatrice générale sera aussi fière. Elle a étudié l'administration du programme et elle a conclu que la gestion du programme était médiocre. L'une des personnes responsables est celle qu'a choisie le premier ministre pour implanter Service Canada.

    Le ministre peut-il justifier un aussi mauvais choix? N'a-t-il pas appris des leçons du scandale des commandites pour nommer une telle personne à la tête de Service Canada?

[Traduction]

+-

    L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.): Monsieur le Président, cet organisme fournira de meilleurs services à un plus grand nombre de collectivités canadiennes. C'est un organisme de prestation de services exceptionnel qui cherchera à s'améliorer constamment. Il dispose d'un protocole de service et d'un bureau chargé de la satisfaction des clients, et vise à créer une culture de guichet unique pour la prestation de services et d'amélioration constante des services offerts aux Canadiens.

*   *   *

[Français]

+-Les langues officielles

+-

    Mme Louise Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, BQ): Monsieur le Président, un appel d'offres du ministère fédéral des Travaux publics et des Services gouvernementaux pour le programme ÉnerGuide, au Québec, aurait eu pour effet de mettre de côté un certain nombre de soumissionnaires francophones qui se seraient appuyés sur la version française des documents afin de préparer leur soumission, alors que cette version n'était pas conforme à la version anglaise sur laquelle le ministère, évidemment, s'est appuyé pour octroyer les contrats.

    Le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux entend-il annuler cet appel d'offres et reprendre le processus afin de corriger ce préjudice causé aux soumissionnaires francophones?

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, Travaux publics est en train d'examiner les documents relatifs à l'appel d'offres pour garantir l'équité dans le processus d'évaluation.

    Par suite de la récente DP relativement à ce programme, le ministère a reçu 35 soumissions et accordé 13 contrats pour le programme ÉnerGuide dans toute la province de Québec. Chacun des soumissionnaires choisis a un bureau au Québec et chacun est tenu de fournir le service dans la langue des propriétaires de maison.

    Encore une fois, nous sommes en train d'examiner les documents relatifs à l'appel d'offres pour garantir l'équité et nous traiterons ce dossier comme il convient.

[Français]

+-

    Mme Paule Brunelle (Trois-Rivières, BQ): Monsieur le Président, curieusement, deux des firmes retenues dans l'Outaouais ont fait l'objet, dans le passé, de plaintes en vertu de la Loi sur les langues officielles.

    L'exemple des documents mal traduits à Travaux publics n'est-il pas l'illustration que la Loi sur les langues officielles, bien qu'elle existe depuis plusieurs années, ne constitue pas une très grande préoccupation pour Travaux publics Canada, et que ce sont les francophones qui en font les frais?

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, je tiens à donner l'assurance à tous les députés que le gouvernement considère comme hautement prioritaire la fourniture de services de traduction, de manière raisonnable, de sorte que l'information diffusée au sujet de toutes nos entreprises soit exacte. Nous accordons à cette question tout le sérieux qu'elle mérite. J'assure à la députée et à tous nos collègues que nous nous réglerons sans tarder cette question.

*   *   *

  +-(1440)  

+-Partenariat technologique Canada

+-

    M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC): Monsieur le Président, aujourd'hui, 15 entreprises ayant reçu une subvention de Partenariat technologique Canada ont violé directement les conditions rattachées à ces subventions. Elles ont payé des honoraires importants à des agents politiques pour les aider à obtenir de l'argent dans le cadre de ce programme. Même si elles ont nettement violé leur contrat avec les contribuables canadiens, elles reçoivent le reste de la subvention de Partenariat technologique Canada, et leurs agents politiques gardent peut-être même l'argent qu'ils se sont mis dans les poches.

    Pourquoi les entreprises qui violent leur contrat avec les contribuables canadiens continuent-elles à recevoir des deniers publics?

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, nous examinons les activités de Partenariat technologique Canada depuis plus d'un an déjà. Nous avons fait quelques vérifications administratives. Nous avons discuté de notre approche dans ce dossier avec la vérificatrice générale. Elle est tout à fait d'accord avec ce que nous faisons et avec la méthode que nous employons.

    Nous récupérons toutes les sommes d'argent qui ont été payées indûment à des agents politiques. Ces entreprises sont en situation de rupture de contrat. Nous agissons rapidement et fermement pour résoudre le problème, en appliquant la règle de la tolérance zéro.

+-

    M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC): Monsieur le Président, ce n'est pas vrai. En réalité, une entreprise qui agit ainsi reçoit quand même le reste de l'argent qui lui a été promis et il arrive que des agents politiques puissent garder l'argent qui leur a été donné par une entreprise.

    Voilà un programme qui a occasionné des dépenses de 2,5 milliards de dollars, dont seulement 5 p. 100 ont été récupérés. Nous savons maintenant que les entreprises violent leur contrat et que les agents politiques reçoivent des paiements illégaux. Quand le ministre finira-t-il par publier les résultats des vérifications de ce programme et par dire à la Chambre combien d'argent a été payé à des agents politiques en dépit des contrats liant les entreprises? Combien d'argent les contribuables ont-ils perdu dans ce programme?

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, le député sait que plus de 80 p. 100 des entreprises qui bénéficient des partenariats technologiques sont des PME. Le gouvernement n'est pas là pour s'acharner sur les entreprises. Nous essayons de les aider à exploiter des technologies et, lorsqu'il y a eu rupture d'un contrat, nous voulons qu'on y remédie.

*   *   *

+-La justice

+-

    M. Gary Lunn (Saanich—Gulf Islands, PCC): Monsieur le Président, M. Coffin a volé 1,5 million de dollars aux Canadiens, et c'est la corruption systématique du gouvernement libéral qui a rendu ce vol possible. Les tribunaux ont condamné M. Coffin à purger une peine de détention à domicile, assortie d'un couvre-feu à 21 heures applicable uniquement les jours de semaine. La situation est assez pathétique, et cette peine est le résultat direct des modifications que le gouvernement libéral a apportées au système de justice et qui permettent aux criminels de purger leur peine d'emprisonnement chez eux, dans le confort de leur salon.

    Tous les jours, les Canadiens sont floués par les lois libérales et notre système de justice. Quand le gouvernement va-t-il y apporter les modifications qui s'imposent?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, ce n'est pas un problème qui relève de la loi. Il s'agit d'une décision rendue par un juge. Les lois existent, et les juges s'en inspirent pour infliger les peines qu'ils estiment opportunes.

[Français]

+-

    M. James Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam, PCC): Monsieur le Président, Paul Coffin a fraudé les Canadiens à raison de 1,5 million de dollars. Pour ce crime, il a reçu une pitoyable assignation à résidence de deux ans. Même Martha Stewart a passé du temps en prison.

    Au Canada, nos lois libérales ont trompé les Canadiens et aidé les amis du Parti libéral. S'agit-il ici du concept libéral de la justice?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, le cas est maintenant devant la cour. Il est de la responsabilité de la Couronne provinciale d'entreprendre les démarches nécessaires.

*   *   *

+-L'aide internationale

+-

    M. David Smith (Pontiac, Lib.): Monsieur le Président, le Canada a toujours montré la voie à suivre dans le débat international concernant l'allègement de la dette des pays pauvres, notamment ceux de l'Afrique sub-saharienne. Au mois de juin, le Canada a participé à la réunion des pays du G8. Lors de cette réunion, il a été convenu que la dette combinée des 18 pays les plus pauvres, qui s'élève à 40 millions de dollars, sera annulée. Cette semaine, le G8 a annoncé l'annulation des dettes d'au moins 18 autres pays pauvres, ce qui portera le tout à plus de 55 milliards de dollars.

    Le ministre des Finances pourrait-il nous expliquer les détails de cet accord...

+-

    Le Président: Le ministre des Finances a la parole.

[Traduction]

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, le Canada a défendu dans le monde l'idée de l'allégement de la dette des pays pauvres lorsque le premier ministre actuel était le ministre des Finances.

    Le week-end dernier, le FMI et le conseil d'administration de la Banque mondiale ont approuvé l'idée. Ils se sont entendus sur des principes qui, à l'origine, ont été définis par le Canada. Cela se traduit par un allégement de la dette des pays les plus pauvres du monde de l'ordre de 50 milliards de dollars américains. Je suis très heureux de dire qu'une bonne partie de la somme attendue du Canada a été prévue dans notre budget de février. Nous serons les premiers à répondre à cette initiative d'allégement de la dette des pays pauvres.

*   *   *

  +-(1445)  

+-La Société Radio-Canada

+-

    M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD): Monsieur le Président, le lock-out à la SRC est en cours depuis six semaines et tout ce que la ministre du Patrimoine a dit se limite à des bruits parasites. Il ne s'agit pas ici d'un conflit de travail. Il s'agit du manque de vision du gouvernement, de son indifférence à l'égard d'une institution canadienne fondamentale et, surtout, du refus de la ministre de monter au créneau et de lutter en faveur d'une politique cohérente en matière de radiodiffusion pour les Canadiens.

    Ma question est simple. La ministre exigera-t-elle des gestionnaires de la SRC qu'ils rendent des comptes et insistera-t-elle pour que les services que les Canadiens ont déjà payés soient assurés à la population?

+-

    L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.): Monsieur le Président, j'ai le plaisir d'informer la Chambre du fait que j'ai rencontré les décideurs à la fois de la SRC et du syndicat. En fait, ils se trouvent dans mon bureau en ce moment même et ils s'efforcent d'arriver à un accord qui, espérons-le, renforcera la SRC et répondra aux attentes des Canadiens. Nous oeuvrons pour faire en sorte que les parties syndicale et patronale parviennent à une solution à laquelle les deux camps adhéreront.

+-

    M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD): Monsieur le Président, les choses sont claires. La ministre du Patrimoine ne peut même pas se lever et parler de politiques. Il faut que quelqu'un d'autre le fasse.

[Français]

    Partout au Canada, Radio-Canada est le seul service de la communauté francophone. En restant silencieuse, la ministre du Patrimoine canadien prend les citoyens francophones de la Saskatchewan, de l'Acadie et du Nord de l'Ontario en otages. C'est inacceptable.

    Quand la ministre va-t-elle agir?

+-

    L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.): Monsieur le Président, il y a conflit entre la direction et le syndicat. Ils sont actuellement en train d'essayer d'en arriver à une entente commune, d'une part. D'autre part, je rappellerai au député que nous avons maintenu le financement de CBC—Radio-Canada. Nous avons ajouté 60 millions de dollars. Je leur demande où ils étaient, eux, lorsque le projet de loi C-48 a été adopté? Est-ce qu'il y avait de l'argent pour la culture? Non. Y en avait-il pour CBC—Radio-Canada? Non. Alors, nous faisons notre devoir et nous n'avons besoin de leçons de personne.

*   *   *

[Traduction]

+-Les fiducies de revenu

+-

    M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC): Monsieur le Président, en annulant les décisions anticipées sur les fiducies de revenu, le ministre des Finances met en péril la sécurité financière de millions de Canadiens, notamment celle des aînés. Avec l'annonce du ministre, des entreprises canadiennes ont perdu des milliards de dollars en capitaux en une journée et les Canadiens ont vu leurs économies personnelles réduites de milliers de dollars.

    Pourquoi le ministre s'attaque-t-il à tous les Canadiens, et particulièrement aux aînés, en adoptant une conduite imprudente à l'égard des fiducies de revenu?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, cette conduite est loin d'être imprudente. Le gouvernement a dit que nous désirons tenir des consultations pour élaborer des options stratégiques au sujet de ces questions. Il est très important que les consultations aient lieu d'une manière rationnelle. Nous avons donc pris des mesures en conséquence. Nous comptons achever les consultations dans les plus brefs délais et adopter la politique appropriée.

+-

    M. Monte Solberg (Medicine Hat, PCC): Monsieur le Président, non seulement le ministre des Finances s'en prend-il aux investisseurs en adoptant une conduite imprévisible au sujet des fiducies, mais il renie encore une fois sa promesse de réduire le fardeau fiscal des plus grands employeurs du Canada.

    Aujourd'hui, le ministre des Finances a confirmé que le chef du NPD l'a rappelé à l'ordre. Il a annoncé qu'il renie une nouvelle fois son engagement de réduire les impôts des grands employeurs. Comment peut-il agir ainsi, alors qu'il soutient que l'accroissement de la productivité constitue une de ses nombreuses priorités importantes?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, nous ne pouvons vraiment pas faire confiance aux députés de l'opposition. Le printemps dernier, ils ont appuyé le budget jusqu'aux environs du 21 avril. Il y a eu une baisse soudaine dans les intentions de vote. Elle n'a pas été très importante et n'a pas duré très longtemps, mais elle a déclenché une frénésie électorale chez les conservateurs, qui ont complètement perdu la tête. Leur jugement a été ébranlé et ils ont tenté de faire échec au budget même qu'ils prétendent défendre aujourd'hui.

*   *   *

+-Le bois d'oeuvre

+-

    M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC): Monsieur le Président, le ministre des Finances doit se sentir de plus en plus seul en Saskatchewan. Voilà déjà 46 jours que le premier ministre a promis au premier ministre de la Colombie-Britannique d'appeler le président Bush pour discuter du conflit du bois d'oeuvre.

    Le premier ministre a tergiversé et s'est traîné les pieds en dépit de la victoire du Canada que l'on prévoyait depuis longtemps. Le premier ministre discutait aisément de bois d'oeuvre avec le premier ministre chinois, mais il n'a pas encore abordé la question avec le président des États-Unis.

    Pourquoi le premier ministre a-t-il laissé passer l'occasion de l'appeler immédiatement après la décision? Pourquoi a-t-il gaspillé les six dernières semaines?

  +-(1450)  

+-

    L'hon. Jim Peterson (ministre du Commerce international, Lib.): Monsieur le Président, permettez-moi de donner l'assurance aux députés que nous prenons toutes les mesures possibles pour garantir le respect de l'ALENA. Cela englobe les poursuites, les mesures de rétorsion et l'intensification des revendications. L'ALENA doit être respecté.

+-

    M. John Duncan (Île de Vancouver-Nord, PCC): Monsieur le Président, le ministre refuse de discuter de ce qui s'est vraiment passé, à savoir qu'on a fait une promesse et qu'on ne l'a pas tenue. Nous avons devant nous un secteur complètement amorti par l'absence d'initiative de la part du gouvernement, alors que la partie canadienne a déjà engagé plus de 300 millions de dollars en frais juridiques.

    Le premier ministre refuse de nommer un nouveau ministre des Ressources naturelles. En nommant un ministre temporaire, qui exerce en même temps d'autres fonctions, le premier ministre nous montre qu'il fait peu de cas d'un secteur très critique pour l'économie, celui des ressources naturelles.

    Pourquoi le premier ministre fait-il passer la petite politique avant...

+-

    Le Président: À l'ordre, s'il vous plaît. Tout le monde aime entendre le leader du gouvernement à la Chambre, mais nous n'allons pas pouvoir le faire avec tout ce bruit. Il nous faut pouvoir entendre le ministre.

+-

    L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, le député fonde sa question sur une hypothèse tout à fait erronée.

    Le gouvernement se bat pour le bois d'oeuvre depuis le départ. Il va continuer de le faire par la voix du ministre suppléant des Ressources naturelles, par celle du ministre du Commerce international, par celle du premier ministre, et par la voix du Cabinet. Tous les députés de notre groupe parlementaire se battent pour le bois d'oeuvre, alors que l'opposition continue à faire de la petite politique.

    Nous sommes impatients de trouver une solution à ce problème, qui passe notamment par le respect de l'ALENA par les États-Unis.

*   *   *

[Français]

+-La Société Radio-Canada

+-

    Mme Carole Lavallée (Saint-Bruno—Saint-Hubert, BQ): Monsieur le Président, on le sait, le ministre du Travail a rencontré ce matin les représentants et les employés de Radio-Canada victimes d'un lock-out ainsi que le président de la société. Le conflit a des implications qui vont au-delà du simple conflit de travail, car la multiplication des emplois temporaires, comme le souhaite la SRC, met en danger directement l'indépendance journalistique.

    Le ministre a-t-il profité de cette rencontre de ce matin avec les deux parties pour rappeler à la direction de Radio-Canada que la précarisation de l'emploi, c'est inacceptable?

[Traduction]

+-

    L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai indiqué précédemment, les deux parties sont disposées à négocier. En fait, c'est ce qu'elles font en ce moment.

    Je rencontrerai les deux parties après la périodes des questions pour savoir ce qu'elles ont accompli jusqu'ici. Nous sommes déterminés à faire en sorte qu'elles soient à la table et fassent les compromis nécessaires à l'égard des questions à régler et que la négociation collective soit fructueuse.

    Le rôle du gouvernement est de les aider. Elles sont disposées à négocier et à faire les compromis qui s'imposent. La situation nous semble prometteuse.

[Français]

+-

    M. Maka Kotto (Saint-Lambert, BQ): Monsieur le Président, la ministre du Patrimoine canadien est-elle consciente du fait que la multiplication outrancière des emplois précaires, comme l'envisage la Société Radio-Canada, constituera à moyen, voire à court terme une menace à l'indépendance journalistique, au principe fondamental même du droit d'accès du public à une information objective et de qualité?

[Traduction]

+-

    L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.): Monsieur le Président, je ne comprends pas ce que les députés d'en face ne saisissent pas.

    Les parties sont à la table de négociation. Elles tentent de discuter de ces questions particulières. Voilà ce que nous voulons. Nous voulons que les deux parties soient présentes à la table. Nous avons réussi à les y réunir depuis trois semaines. Leurs représentants sont dans mon bureau en ce moment-même. Les parties s'efforcent de résoudre les problèmes et nous souhaitons tous qu'elles y parviennent.

*   *   *

+-La défense nationale

+-

    M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC): Monsieur le Président, le gouvernement libéral n'a rien fait pour mettre en oeuvre son impossible promesse électorale de faire augmenter l'effectif de nos forces armées de 8 000 militaires.

    Tout comme son augmentation budgétaire quinquennale improbable, le gouvernement prévoit commencer à augmenter l'effectif de l'armée dans trois ans. La dernière fois que j'ai vérifié, le premier ministre a promis des élections dans les six mois. C'est encore une promesse électorale qui n'aboutit à rien.

    Nos forces armées sont désespérément éparpillées et épuisées. Nos militaires ont besoin de beaucoup plus que de belles paroles. Pourquoi le gouvernement ne tient-il pas la promesse qu'il a faite aux forces armées?

  +-(1455)  

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, j'aurais aimé que, comme moi, le député passe l'été en déplacements pour s'entretenir avec les membres de nos forces armées, qui sont extrêmement reconnaissants au gouvernement d'avoir agi et d'avoir mis en place une politique de la défense qu'ils respectent, d'avoir nommé un nouveau chef d'état-major qui leur inspire confiance et d'avoir prévu des fonds frais dans le budget. Nous recrutons des militaires et le moral est plus haut qu'il ne l'a jamais été.

    Il me déplaît de décevoir le député, mais nous allons dans la bonne direction et il le sait, aussi je n'oserais pas utiliser cette question pour faire de la basse politique. Le gouvernement s'occupe de nos forces armées comme personne ne l'a fait au Canada depuis de nombreuses années.

+-

    M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC): Monsieur le Président, cela n'est pas sérieux. Le ministère de la Défense est un des ministères les plus bureaucratisés du gouvernement. Il passe la majeure partie de son temps à suivre des processus administratifs interminables. C'est pourquoi la Défense a tant de difficultés à atteindre les objectifs de recrutement fixés de façon intempestive par les libéraux. Le système d'instruction et de recrutement est tout simplement enrayé.

    À part produire un rapport coûteux où il est question de ce qu'il faut faire, les libéraux n'ont finalement rien fait pour accroître l'efficacité administrative du ministère de la Défense. Comment le gouvernement espère-t-il atteindre ces objectifs de recrutement sans éliminer la bureaucratie au sein ministère?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, le député ne siège pas à la Chambre depuis assez longtemps pour se souvenir d'un autre député qui avait utilisé à la Chambre l'expression « fuddle duddle » et non pas « fiddle-faddle », mais, comme vous vous en souvenez certainement, cela avait suscité une intervention de la présidence, aussi j'hésite à m'engager dans cette voie.

    Je reviens à mon point de départ. J'exhorte le député à s'entretenir avec les militaires. Ils croient que nous allons dans la bonne direction. Bien sûr, nous avons des problèmes. Faut-il accélérer les choses? Nous le ferons. Pouvons-nous améliorer les choses? Nous les améliorerons. Nous sommes sur la bonne voie. Je suis fier d'être le ministre de la Défense et je suis fier de diriger nos troupes au moment où les choses bougent.

*   *   *

+-L'infrastructure

+-

    M. Rodger Cuzner (Cape Breton—Canso, Lib.): Monsieur le Président, j'ai eu le plaisir d'accueillir le premier ministre et le ministre d'État responsable de l'Infrastructure et des Collectivités au Cap-Breton vendredi dernier, en compagnie de mon collègue de Sydney—Victoria, pour la signature de l'entente sur le transfert des recettes tirées de la taxe sur l'essence. L'enthousiasme et l'espoir des intervenants provinciaux et municipaux étaient évidents et tous les Néo-Écossais attendent beaucoup de ce programme.

    Le ministre d'État pourrait-il faire connaître à la Chambre les avantages que l'entente sur le transfert des recettes tirées de la taxe sur l'essence aura pour les gens du Cap-Breton et tous les Néo-Écossais?

+-

    L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.): Monsieur le Président, l'entente que nous avons signée vendredi dernier donnera à la Nouvelle-Écosse 145 millions de dollars sur cinq ans. Les municipalités pourront utiliser cet argent pour l'eau propre, les eaux usées, le traitement des déchets et pour tous leurs besoins en matière d'infrastructure.

    Permettez-moi de citer les paroles de l'ancien président de la Fédération canadienne des municipalités, le maire de New Glasgow, qui a dit au premier ministre au moment de la signature de l'entente: « Nous vous remercions de votre vision. Nous vous remercions d'avoir tenu compte des besoins des communautés canadiennes... »

*   *   *

+-L'industrie de l'automobile

+-

    M. Colin Carrie (Oshawa, PCC): Monsieur le Président, l'industrie de l'automobile est le plus important secteur manufacturier au Canada. Les emplois de centaines de milliers de Canadiens en sont tributaires. Ford et Chrysler ont déjà négocié des réductions de personnel et des fermetures d'usines sans précédent. Une menace de grève plane sur General Motors.

    À Noël l'an dernier, le ministre de l'Industrie a promis une stratégie sur l'automobile dans les deux semaines suivantes. Au printemps, il nous a dit qu'il y mettait la dernière main. Où est donc cette insaisissable stratégie sur l'automobile?

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, nous travaillons en partenariat avec l'industrie. Le partenariat du secteur canadien de l'automobile a produit un document appelé énoncé de vision. Je suis prêt à me présenter devant le Comité de l'industrie à la date de son choix pour faire un exposé complet sur les secteurs de l'automobile, de l'aérospatiale et plusieurs autres.

+-

    M. Colin Carrie (Oshawa, PCC): Monsieur le Président, le plus important secteur manufacturier du Canada n'a droit qu'à des promesses en l'air.

    Ce sont les travailleurs canadiens qui subissent les conséquences de l'inaction des libéraux. Quand le gouvernement sortira-t-il de sa torpeur et se rendra-t-il compte que son inaction entraîne la perte de milliers d'emplois dans le secteur de l'automobile?

  +-(1500)  

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, je trouve très difficile de devoir composer avec des sottises de cet ordre. Partout en Amérique du Nord et dans le monde entier, le secteur de l'automobile est aux prises avec de graves problèmes de restructuration.

    Au Canada, le secteur de l'automobile s'en tire relativement bien. En fait, les Travailleurs canadiens de l'automobile ont accueilli 28 000 nouveaux membres au cours des dernières années. Nous avons investi 355 millions de dollars afin d'attirer des usines de montage en Ontario, ce qui s'est traduit par des investissements de 4,5 milliards de dollars. Les propos du député sont erronés.

*   *   *

[Français]

+-Les travailleurs âgés

+-

    M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ): Monsieur le Président, lors de ma tournée des régions du Québec cet été, tous les travailleurs que j'ai rencontrés s'attendaient que le gouvernement prenne les mesures nécessaires pour donner suite au vote unanime des députés de cette Chambre, qui veulent la mise en place de mesures de soutien du revenu pour les travailleurs âgés qui sont victimes de licenciement collectif.

    Comment le gouvernement peut-il expliquer qu'il n'a pas encore donné suite à la décision unanime de la Chambre des communes prise le 14 juin dernier à la suite d'un vote?

[Traduction]

+-

    L'hon. Belinda Stronach (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences et ministre responsable du renouveau démocratique, Lib.): Monsieur le Président, nous avons donné suite à la décision. Le ministère travaille avec la province de Québec en particulier ainsi qu'avec d'autres provinces et de nombreux ministères pour élaborer une stratégie à l'intention des travailleurs âgés. Cette initiative comprend des mesures temporaires de soutien au revenu.

*   *   *

+-Les pêches

+-

    M. Todd Norman Russell (Labrador, Lib.): Monsieur le Président, la pêche aux crevettes est très importante pour mes électeurs et pour les hommes, les femmes et les familles de Terre-Neuve-et-Labrador dont c'est le gagne-pain, mais les tarifs européens imposés sur la crevette continuent de nuire à cette industrie vitale. Le ministre du Commerce international pourrait-il nous dire quelles mesures le gouvernement a prises contre ces tarifs?

+-

    L'hon. Jim Peterson (ministre du Commerce international, Lib.): Monsieur le Président, je tiens à remercier le député de Labrador de son importante question. Je le félicite, ainsi que tous ses collègues de Terre-Neuve-et-Labrador, de faire de cette question une priorité.

    Depuis décembre 2004, j'ai soulevé cette question à différentes reprises auprès du délégué commercial et de nos homologues de l'Union européenne. J'ai rencontré les responsables de l'industrie de la crevette à Terre-Neuve. Mes fonctionnaires rencontrent régulièrement le Conseil canadien des pêches et l'Association of Seafood Producers. De plus, j'ai demandé à nos délégués commerciaux auprès de l'Union européenne de faire de l'entrée de ces crevettes en Europe une priorité.

    Au sein de l'OMC, nous nous penchons sur les dispositions relatives à l’accès aux marchés pour les produits non agricoles sur une base sectorielle, dans le but de favoriser le libre-échange dans les pêches. Je me suis entretenu avec un représentant de l'Union européenne ce matin et je rencontrerai le premier ministre et le ministre des Pêches de la province cet après-midi.

*   *   *

[Français]

+-Les garderies

+-

    Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ): Monsieur le Président, le gouvernement fédéral s'est entendu avec six provinces dans le dossier des garderies, mais se traîne toujours les pieds avec le Québec, en cherchant à lui imposer des normes pancanadiennes.

    Le ministre québécois des affaires intergouvernementales, M. Benoît Pelletier, a été on ne peut plus clair, et je le cite: « Là-dessus, on est non négociables, on est complètement inflexibles. »

    Pourtant, le premier ministre avait affirmé, lors des dernières élections, que le Québec pourrait toucher son chèque, et cela, sans conditions. Comment le premier ministre peut-il expliquer qu'aujourd'hui il renie son engagement électoral?

[Traduction]

+-

    L'hon. Ken Dryden (ministre du Développement social, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai dit ici maintes fois dans le passé, nous avons été très respectueux des compétences de toutes les provinces, y compris la province de Québec. Nous avons beaucoup de respect pour la position de cette province dans le domaine des services de garde. Le Québec a également inspiré le programme que nous avons présenté. Nos négociations se poursuivent.

    La députée devrait savoir que l'argent a été versé, pour la première année, grâce à un fonds en fiducie. Les Québécois et le gouvernement du Québec reçoivent cet argent avant même qu'une entente n'ait été signée.

*   *   *

+-Présence à la tribune

+-

    Le Président: Je voudrais signaler aux députés la présence à notre tribune de Son Excellence Sharif Hassan Sheikh Aden, président du parlement fédéral transitionnel de la République de Somalie .

    Des voix: Bravo!

    Le Président: J'aimerais attirer l'attention des députés sur la présence à notre tribune de Son Excellence K. Natwar Singh, ministre des affaires étrangères de la République de l'Inde.

    Des voix: Bravo!

*   *   *

  +-(1505)  

+-L'honorable James Jerome

[Hommages]
+-

    L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, nous avons tous été attristés cet été par le décès de l'honorable James Jerome, ancien Président de la Chambre des communes.

[Français]

    Le service de M. Jerome, en tant que député et Président de la Chambre, a été exceptionnel et a inspiré les Canadiens et Canadiennes.

[Traduction]

    M. Jerome a été élu à la Chambre des communes pour la première fois lors des élections générales de 1968 pour représenter le district électoral de Sudbury. Il a été réélu en 1972, 1974 et 1979. Il a agi à titre de secrétaire parlementaire du président du Conseil privé et de leader du gouvernement à la Chambre des communes de 1970 à 1972.

    Durant le mandat du gouvernement minoritaire élu en 1972, il a été président du Comité permanent de la justice et des questions juridiques, poste où il s'est distingué comme arbitre juste et impartial dans un contexte difficile où les tensions étaient fortes.

    Après les élections de 1974, il a été le choix naturel et populaire pour occuper le poste de Président de la Chambre. Il a été réélu à ce poste après les élections de 1979, devenant ainsi le premier député de l'opposition de l'histoire à accéder à la présidence.

    Comme Président, M. Jerome a été responsable d'un certain nombre d'innovations importantes. Tout d'abord, c'est lui qui a été appelé à présider à l'introduction de la télédiffusion des travaux de la Chambre. Le travail de pionnier qu'il a fait à cet égard est devenu la norme que beaucoup d'autres assemblées législatives ont utilisée comme modèle pour la télédiffusion de leurs travaux, notamment le Congrès américain et la Chambre des communes britannique.

    C'est aussi le Président Jerome qui a lancé l'initiative de modernisation de l'administration de la Chambre des communes. Le programme des pages compte également parmi ses contributions les plus durables.

    Après la dissolution du Parlement en 1979, M. Jerome a été nommé juge en chef associé de la Cour fédérale du Canada, où il a servi avec distinction jusqu'à sa retraite.

    On se souviendra affectueusement de M. Jerome non seulement pour sa sagesse et son impartialité, mais aussi pour sa chaleur et son éternelle bonne humeur, qui a grandement contribué à rendre le Parlement plus efficace et, ce qui est encore plus important peut-être, plus civil.

    Nous offrons nos condoléances à son épouse, Barry, à ses enfants et à ses petits-enfants qui ont perdu cet être cher et nous les remercions de l'avoir laissé travailler avec nous.

+-

    M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC): Monsieur le Président, au nom du Parti conservateur du Canada et de mon chef, je voudrais également rendre hommage à l'honorable James Jerome, qui est décédé cet été.

    M. Jerome est né à Kingston en 1933 et a étudié le droit à Osgoode Hall, à Toronto. Il a ensuite ouvert un cabinet d'avocats à Sudbury, où il a siégé au conseil municipal.

    M. Jerome a été Président de la Chambre des communes de 1974 à 1979. À cette époque-là, la Chambre estimait manifestement, tout comme aujourd'hui, qu'un avocat né à Kingston ferait un excellent Président.

    Je n'ai jamais fait la connaissance de M. Jerome, bien que, en tant que leader à la Chambre, j'ai connu d'anciens Présidents, par l'entremise de leurs décisions, qui sont très importantes pour l'évolution du Règlement de la Chambre des communes.

    M. Jerome a été le premier Président à occuper son poste pendant le règne de deux gouvernements de différentes allégeances politiques et le premier député de l'opposition à présider la Chambre. Cet état de fait témoignait de sa réputation en tant que président impartial, réputation qu'il s'était taillée au niveau des comités, lorsqu'il présidait le Comité permanent de la justice et des questions juridiques. Le comité a étudié des projets de loi très controversés, dont des mesures législatives sur l'abolition de la peine capitale et sur l'écoute électronique. Il est toujours parvenu à se faire respecter de tous les partis lorsqu'il se frayait un chemin à travers les querelles de procédure.

    Lorsque le premier ministre Trudeau a demandé à James Jerome de devenir Président de la Chambre en 1974, il a omis de consulter le chef de l'opposition avant de soumettre cette mise en candidature. De ce fait, l'opposition officielle a refusé d'appuyer ladite candidature. M. Stanfield a toutefois souligné qu'il était en désaccord avec le gouvernement et non pas avec le candidat pressenti pour la présidence, lequel, a-t-il dit, bénéficiait du plein soutien de son parti.

    Dans ce cas-ci, il y a un autre élément de similarité avec l'autre Président en provenance de Kingston. Comme vous vous en souviendrez peut-être, monsieur le Président, l'opposition s'est également opposée à une des nominations de vice-président que vous avez proposées. En fait, le gouvernement s'est vu dans l'obligation d'imposer la clôture. Comme dans le cas de M. Jerome, l'opposition était en désaccord avec le gouvernement, et non pas avec le vice-président, qui bénéficiait aussi de son plein soutien.

    Le changement le plus important que M. Jerome a apporté à la Chambre des Communes, comme on vient de le dire, c'est l'arrivée des caméras de télévision en 1978, chose que la plupart d'entre nous tiennent pour acquis aujourd'hui. Il lui a fallu définir des règles de télédiffusion et, progressivement, elles ont été reprises par d'autres parlements du monde entier.

    Certes, très rares parmi nous sont ceux qui ont le privilège de présider les travaux de la Chambre. Toutefois, il y a un privilège que nous pouvons tous partager avec M. Jerome, et c'est celui d'oeuvrer au service de nos électeurs.

    M. Jerome a représenté la population de Sudbury. Il a été élu pour la première fois en 1968, puis réélu successivement par la suite; sa carrière politique n'a pris fin qu'en raison de sa décision de ne pas briguer les suffrages en 1980.

    Il a ensuite été nommé en 1980 juge en chef adjoint de la Section de première instance de la Cour fédérale, où il a exercé ces fonctions pendant environ 18 ans.

    M. Jerome a servi notre Chambre avec compétence et impartialité. Il a servi ses électeurs avec dévouement et son pays avec engagement.

    On se souviendra des contributions de M. Jerome à la Chambre et elles demeureront appréciées pendant encore de nombreuses années.

    Au nom du Parti conservateur, j'offre mes condoléances sincères à la famille de M. Jerome et à ses nombreux amis.

  +-(1510)  

[Français]

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, c'est toujours un moment extrêmement émouvant que de rendre hommage à quelqu'un qui a siégé ici, en cette Chambre, et qui a donné une bonne partie de sa vie et de sa carrière professionnelle au service de ses concitoyens et de ses concitoyennes.

    M. Jerome est non seulement un ancien député de cette Chambre, mais il a également eu une carrière juridique impressionnante. Il a été reconnu par tous comme un homme impartial au moment où il a occupé le fauteuil que vous occupez présentement, monsieur le Président.

    Il s'est distingué de façon remarquable pour son impartialité. C'est une qualité que tout le monde respecte en cette Chambre quand il s'agit d'un Président de la Chambre des communes.

    C'était un homme impartial et juste, semble-t-il. C'était quelqu'un qui avait eu le courage, en 1973, alors qu'il n'était que président d'un comité, de rejeter un amendement proposé, appuyé par le gouvernement, qui allait à l'encontre des lois et des règlements en vigueur et qui devait limiter le rôle d'un comité parlementaire.

    Pour ce simple geste, un geste de courage s'il en est, je pense que nous nous rappellerons du Président Jerome comme d'un grand Président et comme d'une personne juste. Nous allons nous souvenir également non seulement du juriste qu'il était, du magistrat qu'il a été, du député qu'il a été au service de ses concitoyens, du Président de la Chambre des communes, mais également de l'être humain impartial, du père de famille et de l'époux qui laisse derrière lui une marque extrêmement positive.

    Au nom du Bloc québécois, je voudrais présenter mes hommages aux membres de sa famille, à ses proches et à tous ceux qui l'ont connu et qui ont eu la chance de le côtoyer.

  +-(1515)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Bill Blaikie (Elmwood—Transcona, NPD): Monsieur le Président, au nom du caucus néo-démocrate, je suis heureux de me joindre aux députés des autres partis pour souligner la vie et le travail de l'ancien Président de la Chambre, James Jerome.

    Nous lui rendons particulièrement hommage pour sa contribution à la Chambre et pour la distinction et la compétence dont il a fait preuve dans ses fonctions de Président.

    À titre de l'un des rares députés actuels qui siégeaient déjà à la Chambre lorsque le Président Jerome occupait le fauteuil, je peux certainement témoigner de la compétence dont il a fait preuve dans ce rôle, ainsi que du respect dont il jouissait des deux côtés de la Chambre de la part de ceux qui l'ont côtoyé plus longtemps que moi dans cette enceinte. En raison de la dynamique particulière du gouvernement minoritaire en place en 1979, mon expérience sous l'autorité du Président Jerome fut de courte durée. Cela dit, je me souviens très bien de ma première question. Je l'avais posée à un futur Président de la Chambre, John Fraser. Après avoir entendu les propos qui tenaient lieu de réponse de la part du ministre, on m'avait refuser la permission de poser une question complémentaire.

    Je fais mention de cette anecdote pour illustrer une culture parlementaire, symbolisée par le Président Jerome, qui fut le dernier à jouir des avantages d'une telle culture, en vertu de laquelle le Président se sentait libre d'exercer un plus grand pouvoir discrétionnaire et jugement individuel pour ce qui est de décider qui allait prendre la parole et dans quel contexte. Le Président Jerome a incontestablement exercé ce jugement avec une grande dose de sagesse, d'humour et de discernement. En s'acquittant ainsi de ses fonctions, il a servi la démocratie canadienne et le Parlement avec grande distinction.

    Nous espérons que l'estime dont il faisait l'objet sera un baume pour les membres de sa famille et nous leur offrons nos plus sincères condoléances.

+-

    Le Président: Je signale aux députés que, cet été, j'ai eu l'honneur de représenter la Chambre aux funérailles de l'honorable James Jerome. À cette occasion, j'ai eu la chance de rencontrer certains membres de sa famille.

    Je suis très heureux que les députés aient décidé de rendre cet hommage à un Canadien aussi distingué. J'invite maintenant les députés à se lever et à observer un moment de silence à la mémoire de notre ancien Président.

    [La Chambre observe un moment de silence.]

*   *   *

+-Les crédits

+-Décision de la présidence

[Décision de la présidence]
+-

    Le Président: Comme les députés le savent, le Règlement fixe le nombre de jours désignés durant une période de crédits donnée. Le Règlement établit aussi, pour la présidence, une formule pour calculer le nombre de jours désignés à ajouter si la Chambre siège des jours où elle n'est pas censée le faire ou à retrancher si elle ne siège pas certains jours où elle devrait le faire.

    Nous nous trouvons dans l'étrange situation où les deux formules pourraient être appliquées.

[Français]

    Depuis la fin de la dernière période de subsides, soit le 23 juin, la Chambre a siégé deux jours supplémentaires, à savoir les 27 et 28 juin.

[Traduction]

    De même, la Chambre, en reprenant ses séances aujourd'hui, l'a fait cinq jours de séance plus tard que d'habitude.

    La présidence a décidé de considérer cela comme une réduction nette de trois jours de séance pour la période de crédits en cours. Selon la formule énoncée à l'alinéa b) du paragraphe 81(10) du Règlement, une réduction de trois jours de séance est insuffisante pour entraîner une réduction du nombre de jours désignés.

    En conséquence, je dois informer la Chambre, conformément au paragraphe 81(10) du Règlement, qu’il y aura au total sept jours désignés au cours de la période des crédits se terminant le 10 décembre 2005.

*   *   *

+-Le rapport du directeur général des élections

+-

    Le Président: J'ai l'honneur de déposer le rapport du directeur général des élections du Canada sur l'administration de l'élection partielle qui s'est tenue dans la circonscription de Labrador le 24 mai 2005.

[Français]

    Ce document est réputé renvoyé en permanence au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.


+-Affaires courantes

[Affaires courantes]

*   *   *

  +-(1520)  

[Traduction]

+-Réponse du gouvernement à des pétitions

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, conformément au paragraphe 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à trois pétitions.

*   *   *

[Français]

+-Les comités de la Chambre

+-Procédure et affaires de la Chambre

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter le 45e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, concernant le travail du Sous-comité des affaires émanant des députés.

[Traduction]

    Conformément au paragraphe 91.1(2) du Règlement, ce rapport contient la liste des affaires émanant des députés qui ont été ajoutées à l'ordre de priorité le 17 juin et qui ne devraient pas être désignées comme ne pouvant faire l'objet d'un vote.

+-

    Le Président: Conformément au paragraphe 91.1(2) du Règlement, le rapport est adopté d'office.

*   *   *

+-Le Code criminel

+-

    L'hon. Bill Graham (au nom de la ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine) demande à présenter le projet de loi S-37, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur l’exportation et l’importation de biens culturels.

    (La motion est adoptée, et le projet de loi est lu pour la première fois.)

*   *   *

+-Loi sur le commerce des spiritueux

+-

    L'hon. David Emerson (au nom du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre d’État (Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l’Ontario)) demande à présenter le projet de loi S-38, Loi concernant la mise en oeuvre d’engagements commerciaux internationaux pris par le Canada concernant des spiritueux provenant de pays étrangers.

    (La motion est adoptée, et le projet de loi est lu pour la première fois.)

*   *   *

+-Pétitions

+-Les Chemins de fer nationaux du Canada

+-

    Mme Carol Skelton (Saskatoon—Rosetown—Biggar, PCC): Monsieur le Président, je présente cette pétition au nom de nombreux habitants de Biggar et des localités voisines qui sont inquiets et profondément préoccupés par le projet des Chemins de fer nationaux du Canada de fermer la gare du CN à Biggar.

    La prolongation des quarts de travail, l'augmentation des temps de déplacement et les pressions que l'échéance exerce sur les équipages des trains sont particulièrement inquiétants. En déplaçant la gare à Saskatoon, on éliminerait un lieu de repos sûr et on augmenterait les risques d'accidents attribuables à la fatigue. Après l'été désastreux que le CN a connu en termes de nombre d'accidents, c'est un changement terrible.

    Encore une fois, le CN montre de manière flagrante le respect qu'il porte à ses employés et aux localités rurales du Canada. J'appuie sans réserve les localités et les employés du CN qui sont visés. Je présente donc cette pétition en leur nom.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Leon Benoit (Vegreville—Wainwright, PCC): Monsieur le Président, je suis fier de présenter une pétition au nom des électeurs de Viking, en Alberta, au sujet du mariage.

    Les pétitionnaires estiment que le mariage est la meilleure assise sur laquelle fonder une famille et élever des enfants et ils disent que la définition du mariage, c'est-à-dire l'union d'un homme et d'une femme, est remise en question. Ils constatent que la Chambre a décidé en juin 1999 que la définition du mariage devrait rester inchangée et désigner exclusivement l'union d'un homme et d'une femme.

    Ils demandent au Parlement de rétablir la définition du mariage comme désignant exclusivement l'union d'un homme et d'une femme.

*   *   *

  +-(1525)  

+-La Société Radio-Canada

+-

    Mme Libby Davies (Vancouver-Est, NPD): Monsieur le Président, j'interviens à la chambre aujourd'hui pour présenter une pétition signée par des centaines de Canadiens qui estiment que la Société Radio-Canada, notre diffuseur public, est un élément essentiel de l'identité culturelle du Canada.

    Les pétitionnaires sont fort préoccupés par le fait que la direction de la Société Radio-Canada a mis en lock-out 5 500 employés le 15 août. Ils signalent que ces employés veulent rentrer au travail afin d'offrir aux Canadiens les émissions canadiennes de grande qualité auxquelles ils s'attendent de la part de la SRC.

    Ils pressent le Parlement d'ordonner au ministre du Travail d'exiger que la SRC mette fin immédiatement au lock-out de ses employés et rétablisse la programmation régulière. Nous espérons vivement qu'il en ira ainsi.

*   *   *

+-La citoyenneté et l'immigration

+-

    M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC): Monsieur le Président, c'est avec grand plaisir que je présente une pétition aujourd'hui, la première d'une série que je compte présenter à la Chambre, demandant au Parlement d'adopter immédiatement une loi qui permettrait aux mineurs venant d'autres pays et ayant été adoptés par des citoyens canadiens d'obtenir automatiquement la citoyenneté une fois le processus d'adoption terminé.

    C'est une utilisation illogique et inefficace des ressources fédérales que d'ajouter ces enfants adoptés à l'impressionnant arriéré de demandes de citoyenneté à traiter. Cet été, le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration a promis de présenter un projet de loi en vertu duquel les enfants étrangers adoptés par des Canadiens se verraient accorder automatiquement la citoyenneté.

    Par conséquent, au nom des pétitionnaires de Victoria, Vancouver, Salmo, Castlegar et d'autres localités en Colombie-Britannique, je demande instamment au ministre de le faire le plus tôt possible et de supprimer ainsi ce fardeau indu imposé aux parents adoptifs.

*   *   *

+-La Société Radio-Canada

+-

    M. Bill Siksay (Burnaby—Douglas, NPD): Monsieur le Président, j'ai l'honneur, cet après-midi, de présenter une pétition signée par des centaines de résidants de la Colombie-Britannique, dont des gens de ma propre circonscription, Burnaby, de Vancouver et de New Westminster. Ces gens reconnaissent l'immense contribution que les employés de la CBC/SRC, actuellement en lock-out, apportent au Canada et savent combien la CBC/SRC est essentielle à notre compréhension de l'identité canadienne. Ils demandent instamment au gouvernement d'agir sur-le-champ et de façon décisive pour mettre fin au lock-out des employés de la CBC/SRC.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Randy White (Abbotsford, PCC): Monsieur le Président, j'ai ici des pétitions qui demandent au Parlement de définir, en droit fédéral, le mariage comme étant exclusivement l'union à vie d'un homme et d'une femme.

*   *   *

+-La loi de Carley

+-

    M. Randy White (Abbotsford, PCC): J'ai beaucoup d'autres pétitions, monsieur le Président, qui demandent au Parlement de se réunir pour adopter le projet de loi C-275, Loi modifiant le Code criminel (défaut d'arrêter lors d'un accident), qui imposerait des peines plus lourdes aux contrevenants qui fuient les lieux d'un accident. Bien que le projet de loi C-275 ait été rejeté, il sera présenté de nouveau à la Chambre.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, de nombreux électeurs de ma circonscription, Mississauga-Sud, m'ont fait parvenir une pétition que je me fais un plaisir de présenter à la Chambre. Cette pétition porte sur le mariage. Même si nous avons déjà adopté le projet de loi C-38, les pétitionnaires veulent attirer l'attention de la Chambre sur le fait que, selon eux, le mariage est une institution liée aux droits de la personne et que c'est le meilleur cadre social pour fonder une famille et élever la prochaine génération d'enfants. Ils craignent également que le projet de loi C-38 n'affaiblisse l'institution du mariage et n'ait des conséquences imprévues, profondes et néfastes pour les enfants.

    La pétition vise à inciter le gouvernement à surveiller l'incidence qu'aura sur nos enfants le changement de la définition du mariage afin d'éviter toute conséquence néfaste.

*   *   *

[Français]

+-Questions au Feuilleton

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, on répondra aujourd'hui aux questions nos 153, 156, 161, 163, 164, 167, 169, 170 et 173.

[Texte]

Question no 153--
M. Brian Pallister:

    Entre 1994 et 2004, VIA Rail Canada a-t-elle accordé des contrats aux entreprises suivantes: Lafleur Communications, Groupaction, Groupe Everest, Média/I.D.A. Vision Inc., Tremblay Guittet Communications, Gosselin, Vickers et Benson, Groupe BCP Ltée, Gervais, Gagnon, Covington et associés, Groupe Polygone, EKOS et Earnscliffe, et, dans l’affirmative: (i) lesquels, (ii) à quelles dates, (iii) quels en étaient les montants, (iv) pourquoi les contrats ont-ils été attribués, (v) quel était le nom du fournisseur et (vi) dans chaque cas, le contrat a-t-il été accordé par appel d’offres ouvert ou par attribution à un fournisseur exclusif?

L'hon. Jim Karygiannis (secrétaire parlementaire du ministre des Transports, Lib.):

    Monsieur le Président, VIA Rail Canada Inc., VIA, est sollicitée fréquemment par les organisateurs d’événements et les agences qui gèrent des événements tenus partout au Canada. Le site de l’événement, les autres activités de communication planifiées par VIA qui coïncident avec l’événement en question, ainsi que l’audience qui doit correspondre au marché-cible de VIA, sont les différents critères qui déterminent la participation de VIA à titre de commanditaire.

    Pour la période 1994 à 2004, VIA a eu des ententes de commandites avec les compagnies suivantes:

Société d'état
Source
Valeur
Date du contrat
Justification et mode d'approvisionnement
VIA Rail Canada Inc.
Gouvernement du Canada, représenté par Groupaction Gosselin Strategic Communications Inc.
$75,000+tx
22 janvier 2001
Participation financière de VIA à la commandite de la Compétition Sculptures de neige 2001.
VIA Rail Canada Inc.
Gosselin Public Relations Inc.
$75,000+tx
31 janvier 2002
Participation financière de VIA à la commandite de la Compétition Sculptures de neige 2002.
VIA Rail Canada Inc.
Everest Commandites (G.E.C.M.)
$215,000+tx
4 mars 2002
Participation financière de VIA à la commandite du gala Les Mercuriades 2002 (Everest mandatée par l'Association des Chambres de Commerce du Québec).
VIA Rail Canada Inc.
Everest Publicité Promotions Inc.
$75,000+tx
25 mars 2003
Participation financière de VIA à la commandite du programme Mission Sydney.
VIA Rail Canada Inc.
Everest Commandites (G.E.C.M.)
$35,000+tx
28 juillet 2000
Participation financière de VIA à la commandte du programme Mission Sydney.
VIA Rail Canada Inc.
Everest Publicité Promotions Inc.
$15,000+tx
23 juillet 2003
Participation financière de VIA à la commandite de «La Grande Fête des Enfants 2003».

    Programmes de publicité en partenariat, la Commission canadienne du tourisme (CCT) a le mandat de développer des programmes de publicité avec l’industrie du tourisme afin d’inciter les Canadiens et les citoyens de pays ciblés à visiter le Canada. La CCT développe ces programmes et sollicite la participation des partenaires de l’industrie par le biais des agences de publicité. Les agences de la CCT ont été Vickers & Benson et Groupe BCP Ltée, et ce jusqu’en 2003.

    VIA a approuvé de multiples bons de commandes afin de participer à ce programme de l’industrie du tourisme, avec les différents partenaires de l’industrie touristique.

VIA Rail Canada Inc.
BCP, agence de publicité pour la Commission canadienne du tourisme
1 001 582 $
Bons de commande multiples
Programmes de publicité en partenariat avec la Commission canadienne du tourisme (1999-2003).
VIA Rail Canada Inc.
Vickers & Benson
811 008 $
Bons de commande multiples
Programmes de publicité en partenariat avec la Commission canadienne du tourisme.

    Contrats pour services de communication, VIA suite à un ré-examen et à un processus d’appel d’offres, a adjugé un contrat à Publicité Martin. Publicité Martin a fait appel à Lafleur Communication Marketing comme sous-traitant

VIA Rail Canada Inc.
Lafleur Communication Marketing (1994-2004)
23 283 368 $
(Projets multiples)
1 janvier 1997
Agence de publicité attitrée - contrat octroyé suite à un processus de révision/appel d'offres, à compter du 1er juillet 1987.
Lafleur Communication Marketing sous-contractée par Publicité Martin
Question no 156--
Mme Jean Crowder:

    En ce qui concerne la réévaluation par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de l’herbicide 2,4-D utilisé pour la pelouse et le gazon en plaques: (a) quel processus a-t-on employé pour évaluer cet herbicide, y compris les délibérations qui expliqueraient pourquoi l’évaluation a été complétée avant la promulgation des nouvelles dispositions réglementaires plus rigoureuses de la Loi sur les produits antiparasitaires de 2002; (b) dans quelle mesure a-t-on tenu compte des dispositions de la Loi canadienne de la protection de l’environnement, plus particulièrement quelles analyses ont été fournies concernant les dioxines contenant deux atomes de chlore ou davantage qui peuvent contaminer le 2,4-D pendant la durée de vie du produit; (c) quelles études ont accordé une attention particulière aux risques pour la santé des personnes âgées et des enfants; (d) l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire a-t-elle publié une deuxième note d’information rétractant son affirmation que « l’utilisation du 2,4-D sur les pelouses et le gazon en plaques est sécuritaire » comme l’a suggéré le président du Comité permanent de la santé?

L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.):

    Monsieur le Président, les réponses sont les suivants:

(a) L’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (l'ARLA) de Santé Canada s’est engagée à entreprendre un examen prioritaire des utilisations du 2,4 D sur le gazon en plaques et d’autres pesticides d’entretien de la pelouse, dans le cadre de son «Plan d'action pour les pesticides en milieu urbain», annoncé en 2000 par le ministre de la Santé en réponse aux préoccupations de la population concernant l’utilisation sécuritaire de ces produits en milieu urbain. La publication du «Plan d'action pour les pesticides en milieu urbain», (http://www.pmra arla.gc.ca/francais/pdf/hlawns/hl ActionPlan f.pdf) comprend des renseignements supplémentaires sur ce plan.

Le processus général de réévaluation de l’ARLA est décrit dans la directive d’homologation DIR2001 03, «Programme de réévaluation de l'ARLA». L’évaluation scientifique du 2,4 D ne serait pas différente si elle avait été terminée en vertu de la nouvelle Loi sur les produits antiparasitaires. L’ARLA utilise invariablement dans ses présents examens des méthodes modernes d’évaluation des risques enchâssées dans la nouvelle Loi autant pour les nouveaux produits chimiques que pour les plus anciens. Ces méthodes modernes d’évaluation des risques comprennent une évaluation des risques globaux qui tient compte de l’exposition aux pesticides de toutes les sources, y compris dans l’alimentation, dans l’eau et de l’utilisation des pesticides dans les maisons et les écoles, ainsi que des effets cumulatifs des pesticides qui agissent de la même manière. De plus, cette évaluation tient compte de la sensibilité des groupes plus vulnérables tels que les nourrissons et les enfants. Des facteurs de sécurité supplémentaires sont également ajoutés pour protéger les enfants.

L’évaluation de l’ARLA a été réalisée par ses scientifiques hautement qualifiés. Cette évaluation des utilisations du 2,4 D sur le gazon en plaques et les pelouses est fondée sur un examen exhaustif d’une grande quantité de renseignements disponibles sur le 2,4 D dont:

1. une base de données exhaustive exclusive, y compris des études sur des animaux de laboratoire afin de déterminer les effets sanitaires potentiels et les études faisant état des effets potentiels sur l'environnement;

2. des renseignements scientifiques publiés comprenant des rapports, des études épidémiologiques et tout autre renseignement publié dans la littérature scientifique ou dans des documents rendus publics;

3. des examens étrangers (c. à d. les résultats des évaluations scientifiques du 2,4 D d'autres pays dont les États Unis et la Nouvelle Zélande, l’Union européenne et l’Organisation mondiale de la santé;

4. tout renseignement sur le profil d'emploi recueilli par l'ARLA.

La grande diversité des renseignements scientifiques examinés par l’ARLA comprenait des données pertinentes utilisées par des organismes non responsables de la réglementation, tels que l’Ontario College of Family Physicians dans son rapport d’avril 2004. Ce rapport se penchait sur un sous ensemble d’études épidémiologiques provenant d’une documentation publiée, mais les auteurs ne possédaient pas toutes les données disponibles pour réaliser une évaluation des risques pour la santé des humains. L'examen des données sur la toxicité chez les animaux provenant d'études de référence internationales, lors desquelles on utilisait des doses bien plus élevées que les concentrations auxquelles les humains sont généralement exposés, combinées à des données sur l'exposition provenant d'études bien conçues, constitue actuellement la meilleure méthode pour évaluer les risques sanitaires.

Dans le cas du 2,4 D, des experts indépendants ont reçu le mandat de commenter divers aspects de l’évaluation de l’ARLA afin de fournir une perspective plus vaste de l’évaluation que le processus d’examen interne habituel. Les cinq membres du comité consultatif scientifique comprenaient des experts des domaines de l’épidémiologie, de l’évaluation de l’exposition, de la toxicologie humaine et de la toxicologie environnementale. Ce comité était généralement d’accord avec l’évaluation de l’ARLA. Un résumé des conclusions et des recommandations de ce comité était fourni dans un document de consultation de la population, soit le projet d’acceptabilité d’homologation continue PACR2005 01, «Réévaluation des utilisations de l’acide (2,4 dichlorophénoxy) acétique (2,4 D) comme herbicide sur les pelouses et le gazon en plaques».

L’ARLA examinera soigneusement les nombreux commentaires qu’elle recevra en réponse au PACR2005 01, révisera son évaluation au besoin et communiquera la décision finale à la population dans un document de décision de réévaluation (RRD) aussitôt que le processus sera terminé.

b) Dans le cadre de la réévaluation des utilisations du 2,4 D sur les pelouses et le gazon en plaques, l’ARLA a tenu compte de la Politique de gestion des substances toxiques et a suivi sa directive d’homologation DIR99 03. La première est une politique du gouvernement fédéral qui guide la détermination et la gestion des substances de la voie 1 (produits chimiques qui sont toxiques, persistants, bioaccumulatifs et anthropiques) et est conforme à la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Les polychlorodibenzoparadioxines substituées dans au moins les positions 2,3,7,8 sont des substances de la voie 1.

En 1982, la Division des pesticides d'Agriculture Canada (maintenant l’ARLA de Santé Canada), a recueilli au hasard sur le marché quarante et une (41) préparations commerciales à base de 2,4 D sous forme de sels d’amine et dix sept (17) préparations commerciales à base de 2,4 D sous forme d’esters, afin de vérifier la présence de dioxines. De ces cinquante huit (58) échantillons, il n’y avait que six préparations commerciales à base de 2,4 D sous forme de sels d’amine et qu’une préparation commerciale à base de 2,4 D sous forme d’esters qui étaient contaminées avec soit la dichlorodioxine, soit la trichlorodioxine, à des concentrations à peine plus élevées que 10 ppb (parties par milliard de 2,4 D). Il s’agit de la production limite établie dans la circulaire à la profession R 1 216 publiée le 15 avril 1983 par la Division des pesticides d’Agriculture Canada. Le 2,3,7,8 tétrachlordibenzo p dioxine (2,3,7,8 TCDD) n’a pas été détecté à la limite de détection de 1 ppb. Pour prouver que les produits d’aujourd’hui ne contiennent pas de substance de la voie 1 telle que des dioxines, au delà de la limite de quantification, l’ARLA exige des fabricants qu’ils soumettent des données sur le 2,3,7,8 TCDD et le 2,3,7,8 tétrachlordibenzo p dioxine (2,3,7,8 TCDF) et leurs congénères chlorés respectifs comptant davantage de substituants en concentrations supérieures à la limite de quantification (0,1 Pb) dans cinq lots de chacun des produits de qualité technique, selon les exigences en matière de données de la réévaluation du 2,4 D.

c) Il est important d’établir la distinction entre les données sur la toxicité (des études qui sont conçues spécialement pour induire un effet toxique) et les données sur l’exposition (données de surveillance et de surveillance biologique des humains telles que l’exposition des travailleurs et l’exposition occasionnelle résultant de l’utilisation normale, y compris chez les enfants et les personnes âgées). Depuis sa création, l’ARLA n’a pas utilisé d’étude sur la toxicité chez des humains ayant délibérément reçu des doses de pesticides pour déterminer ou quantifier leurs effets. Les études de ce genre que l'on a soumises à l'ARLA ont été utilisées de façon exclusivement complémentaire, dans le but de confirmer que le modèle animal constituait un substitut adéquat à des fins d'évaluation. En conséquence, l’ARLA ne tolère pas l’utilisation de sujets humains dans les essais sur les pesticides visant à établir la dose sans effet nocif observé (voir ci dessous) dans l’évaluation des risques posés par de nouveaux produits ou des produits existants. Cependant, l’ARLA évalue les données de surveillance et de surveillance biologique chez les humains (p. ex., les données sur l’exposition professionnelle, occasionnelle, des victimes d’accidents) lorsqu’elles existent.

L’ARLA utilise les données relatives aux animaux comme substitut pour comprendre le profil de danger (c. à d. la toxicité) d’un produit chimique donné et pour établir des doses de référence aux fins de la réalisation de l’évaluation des risques chez les humains. Les données relatives à la toxicité d’un certain nombre d’espèces variées de mammifères, provenant de souris, de rats, de lapins et de chiens, sont examinées, afin d’évaluer les similarités et les différences entre les espèces de même que la sensibilité de chaque espèce. Des études se penchent sur les effets à court et à long terme, de même que du risque pour un produit chimique de causer des anomalies congénitales, des effets sur la reproduction, une sensibilité potentielle chez les jeunes et le cancer. Ces études sont réalisées à des doses plusieurs fois plus élevées que celles auxquelles les humains sont exposés, afin de comprendre le profil de toxicité d’un produit chimique donné. Les espèces les plus sensibles sont habituellement utilisées comme indicateur d’évaluation de la toxicité et des risques sanitaires pour les humains, à moins qu’il y ait suffisamment de données révélant qu’il est plus pertinent d’utiliser une autre espèce. Dans les études sur l’évaluation des risques sanitaires chez les humains, des facteurs de sécurité sont appliqués à la dose à laquelle il n’y a pas d’effet observé chez les animaux (c. à d. la dose « sans effet » susmentionnée) pour établir la dose de référence. Cette dose de référence est, au moins, 100 fois en dessous de la dose à laquelle aucun effet nocif n’est observé dans les essais sur les animaux. Les facteurs de sécurité tiennent compte de l’extrapolation des données sur l’espèce animale à l’espèce humaine, la variabilité entre les espèces de même que toute autre préoccupation relevée dans les données sur la toxicologie, telles que la sensibilité potentielle chez les jeunes. Cette méthode est cohérente avec celles des autres organismes de réglementation qui fondent les évaluations des risques pour la santé humaine sur les données de toxicologie animale. Une analyse rétrospective indique que cette méthode protège la population humaine.

Le degré d’exposition chez les humains par toutes les voies (voie orale, par inhalation, par absorption cutanée) et par les sources (apport alimentaire, eau potable, exposition en milieu résidentiel) pertinentes est déterminé au moyen de diverses données. Les données démographiques provenant de sondages sont utilisées pour générer des profils spécifiques au genre et à l’âge selon des scénarios de poids corporel, de consommation alimentaire et d’activités. Cela inclut des données sur les sous populations des nourrissons, des tout petits, des jeunes et des adultes. Les données démographiques sont combinées à la quantité de résidus de pesticides présents dans l’air, dans l’eau potable, dans les aliments et sur les zones traitées comme le gazon en plaques. À titre d’exemple, les caractéristiques physiologiques (p. ex. le poids corporel), les comportements uniques des enfants ainsi que leurs habitudes de jeu (p. ex. les activités sur la pelouse traitée au cours desquelles la main entre en contact avec la bouche) sont considérés ensemble, lors de la détermination de la quantité de pesticide à laquelle ils sont exposés. Les données sur les résidus proviennent de diverses sources, y compris des programmes de surveillance de l’environnement, de surveillance des résidus dans les aliments et d’études scientifiques tant publiées que non publiées conçues pour évaluer le transfert des résidus aux humains qui peuvent résulter du contact avec des zones traitées. Afin de protéger la santé humaine, des estimations prudentes sont utilisées pour obtenir la concentration limite supérieure d'exposition. Une liste des études sur l’exposition humaine publiées examinées lors de la réévaluation des utilisations du 2,4 D sur le gazon en plaques est présentée dans le document PAR 2005 01

L’ARLA réalise alors une évaluation quantitative des risques afin d’intégrer les résultats de l’évaluation des dangers à ceux de l’évaluation de l’exposition. Cela signifie que le niveau d’exposition (ou la dose) qu’un individu, y compris un enfant, peut recevoir d’un pesticide en particulier se compare à la dose de référence qui est établie à partir des données sur la toxicité. Dans le cas des utilisations du 2,4 D sur les pelouses, l’ARLA exigeait que le niveau d’exposition des diverses sous populations soit au moins de 300 à 1 000 fois en dessous de la dose à laquelle aucun effet nocif n’est observé dans les essais chez les animaux. La quantité de 2,4 D à laquelle les humains sont exposés par voie alimentaire, dans l’eau potable et par contact avec le gazon traité est donc de 100 à 1 000 fois moins élevée que la dose qui cause des effets toxiques chez les animaux selon les études.

d) La note d’information invite clairement les intervenants à fournir tout renseignement supplémentaire qui pourrait être utile à la réévaluation. Tel qu’indiqué précédemment, l’examen de l’ARLA a déterminé que le 2,4 D ne présente pas de risque inacceptable lors de son utilisation sur les pelouses et le gazon en plaques selon le mode d’emploi de l’étiquette, et elle propose l’homologation continue des produits à base de 2,4 D. La population a répondu au PACR2005 01 en transmettant de nombreux commentaires; certains de ces commentaires fournissaient des données et des renseignements publiés supplémentaires. Après avoir soigneusement examiné tous les commentaires reçus au cours de la période de consultation, l’ARLA révisera l’évaluation au besoin et communiquera la décision finale à tous les intervenants dans un document de décision de réévaluation et une note d’information révisée.

Question no 161--
M. Brian Pallister:

    Le gouvernement peut-il produire une liste de toutes les demandes d’information adressées à M. André Ouellet par Postes Canada depuis le 23 septembre 2004 à l’appui de la vérification de l’Agence du revenu du Canada en précisant: a) la forme et la date de chaque demande; b) le nom de l’employé de Postes Canada qui a fait la demande; c) si M. Ouellet a répondu à la demande de renseignements et, le cas échéant, quand?

L'hon. John McCallum (ministre du Revenu national, Lib.):

    Monsieur le Président, les réponses sont les suivants:

La forme et la date de la demande
Le nom du représentant de Postes Canada qui a fait la demande
Date de la réponse reçu d'André Ouellet
Lettre datée le 23 septembre 2004
Vivian Albo
Présidente du Conseil d'administration
Aucune réponse
Lettre datée le 20 octobre 2004
Gerard Power
Vice-président, Avocat-conseil général et Secrétaire de la Société
Aucune réponse
Lettre datée le 10 novembre 2004
Gerard Power
Vice-président, Avocat-conseil général et Secrétaire de la Société
Documents remise le 2 décembre 2004
À de multiples occsions des discussions verbales ont eu lieu entre le 2 décembre 2004 et le 6 juin 2005 entre le conseil juridique de Postes Canada et André Ouellet à l'géard de la documentation des dépenses engagées pendant qu'André Ouellet était président-directeur-général de Postes Canada. Aucune documentation supplémentaire n'a été remise après le 2 décembre 2004.
Lettre datée le 16 juin 2005
Conseil juridique de Postes Canada
Le 21 juin 2005, André Ouellet a répondu qu'il n'avait aucune documentation supplémentaire en sa possession ou sous son contrôle en ce qui concerne les dépenses qui font l'objet d'une vérification par L'Agence du revenu du Canada.
Question no 163--
M. Ken Epp:

    En ce qui a trait au dîner officiel offert en l’honneur de la reine le 24 mai 2005 à Edmonton et les invitations à ce dîner: a) a-t-on envoyé des invitations officielles; b) quels étaient les critères à respecter pour recevoir une invitation; c) combien a coûté l’événement au total?

L'hon. Liza Frulla (ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, Lib.):

    Monsieur le Président, les réponses sont le suivantes:

a) les invités, dont le nom figure sur la liste remise à Optimum Public Relations, la firme qui organise l'évenement au nom du gouvernement fédéral, ont reçu une invitation par la poste. C'est le cas de tous les invités, sauf ceux de la Chambre des communes. Quatre-vingt-six sièges ont été réservés aux députés de tous les partis. Dans le cas de ces derniers, les whips ont été priés de transmettre l'invitation aux membres de leur parti respectif.

b) Les critères étaient basées sur les catégories suivantes: groupes autochtones et culturels, académique/éducation, arts et culture, secteur de l'agriculture, milieu des affaires, dirigeants et représentant de communautés, groupe principal, gouvernement/secteur public, invité, groupes travaillistes, médias, militiares, secteur sans but lucratif, Northlands Park, Ordre du Canada, dirigeants politiques, professionnels, dirigeants, religieux, sports, vétérans et jeunesse.

c) D'après nos calculs finaux, le coût total pour le dîner offert par le premier ministres en l'honneur de Sa Majesté la reine était au montant de 338 565,79$

Question no 164--
M. Nathan Cullen:

    En ce qui concerne l’approbation de nouvelles exploitations d’aquaculture en enclos de filets sur la côte ouest, est-ce qu’Environnement Canada a amorcé une étude approfondie en vertu de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale, et dans la négative, pourquoi?

L'hon. Stéphane Dion (ministre de l'Environnement, Lib.):

    Environnement Canada, EC, n’a pas entrepris d’études approfondies en vertu de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale LCEE, quant aux piscifactures à filets ouverts le long de la côte ouest car le ministère n’a pas de pouvoir décisionnel au niveau du financement, de la délivrance d’un permis ou des autorisations, etc. relativement aux piscifactures qui exigeraient une évaluation environnementale en vertu de la LCEE.

    Une évaluation de cet ordre est requise en vertu de la Loi si la délivrance d’un permis fédéral selon Loi sur les pêches ou la Loi sur la protection des eaux navigables est nécessaire pour lancer les activités d’une piscifacture. Dans ce cas, le ministère des Pêches et des Océans ou Transports Canada sont les autorités responsables en vertu de la LCEE. Environnement Canada formule des avis spécialisés aux autorités responsables relativement à notre mandat, comme la protection de la qualité de l’eau pour les mollusques et les crustacés, la prévention de la pollution par des produits toxiques, et les oiseaux migrateurs.

    Les piscifactures ne sont pas répertoriées dans le Règlement sur la liste d’étude approfondie et, par conséquent, l’évaluation par l’autorité responsable se fait plutôt au niveau de l’examen qu’à celui d’une étude approfondie.

    ACEE: Néant

Question no 167--
M. Greg Thompson:

    En ce qui concerne le Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires (Code ISPS): a) Est-ce que tous les ports du Canada ont mis en oeuvre le Code ISPS, et si ce n’est pas le cas, le gouvernement peut-il nommer les ports qui ne se sont pas conformés et la date à laquelle ils se conformeront; b) quelles exigences ont été établies pour la vérification des ports comme le prévoit le Code ISPS, quelle autorité est tenue d’effectuer les vérifications, et les vérifications exigées doivent-elles être faites par des vérificateurs indépendants; c) est-ce que tous les navires battant pavillon canadien ont mis en œuvre le Code ISPS; (d) est-ce que tous les navires battant pavillon étranger ont mis en œuvre le Code ISPS?

L'hon. Jim Karygiannis (secrétaire parlementaire du ministre des Transports, Lib.):

    Monsieur le Président, Transports Canada m’informe comme suit: En décembre 2002, l’Organisation maritime internationale (OMI) a adopté le Code international sur la sûreté des navires et des installations portuaires (ISPS) et d’autre modifications à la Convention internationale de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS) en vue de rehausser le cadre international visant à dissuader, prévenir et détecter les actes qui mettent en péril la sûreté du secteur du transport maritime. Tous les gouvernements contractants de l’OMI, y compris le Canada, ont adopté le Code ISPS en 2004 et ont mis les exigences nationales nécessaires en œuvre.

    Le règlement sur la sûreté du transport maritime (RSTM) a permis d’introduire de nouvelles exigences destinées à l’industrie du transport maritime aux termes de l’article 5 de la Loi sur la sûreté du transport maritime (LSTM) et de mettre les dispositions du Code ISPS en œuvre.

a) Oui, tous les 423 ports et installations maritimes du Canada assujettis au RSTM a mis en application le Code ISPS. Le RSTM s’applique à tous les ports et installations maritimes du Canada qui desservent des navires effectuant un voyage d’un port dans un pays à un port dans un autre pays. D’autres ports et installations s’ajouteront dans le futur lorsqu’ils seront tenus de se conformer au RSTM.

b) Les installations maritimes, administrations portuaires et navires canadiens assujettis au RSTM doivent élaborer et mettre en œuvre un plan de sûreté axé sur les risques à partir de renseignements obtenus dans le cadre d’évaluations de la menace et des vulnérabilités. Une fois présentés, les plans sont examinés par les inspecteurs de la Sûreté maritime de Transports Canada. Un certificat officiel de conformité ou un Certificat international de sûreté du navire est délivré une fois les plans approuvés.

Le RSTM exige que des vérifications soient effectuées par les administrations portuaires et les exploitants des installations maritimes en tenant compte des plans de sûretés approuvés et mis en œuvre pour déterminer s’il existe des lacunes ou des changements qui visent les menaces contre la sûreté, les procédures, les responsabilités du personnel, les opérations ou l’exploitant qui nécessitent l’apport de modifications aux plans. Les exploitants des installations sont tenus d’effectuer des vérifications internes une fois par année ou lorsqu’il y a un nouvel exploitant ou un changement relatif à l’installation maritime ou à ses opérations. Les administrations portuaires ne sont pas tenues d’effectuer des vérifications annuelles, mais elles doivent évaluer continuellement la sûreté du transport maritime et inclure un plan concernant les travaux périodiques d’examen, de vérification et de mise à jour du plan de sûreté du port. Si les résultats d’une vérification nécessitent une modification du plan de sûreté, les exploitants doivent présenter la modification au ministre des Transports pour approbation dans les 30 jours. Les administrations portuaires et les exploitants des installations maritimes peuvent faire appel à des sources indépendantes pour la réalisation de vérifications internes pour leurs fins.

Les inspecteurs de Sûreté maritime de Transports Canada inspectent les installations maritimes et les ports pour assurer la conformité aux exigences du RSTM et du Code ISPS, notamment la validité et la mise en œuvre continues des plans de sûreté. Ces inspections sont effectuées en vertu de la Loi sur la sûreté du transport maritime. Aucune source indépendante n’est sollicitée pour ces inspections.

c) Tous les navires canadiens auxquels s’applique la définition du RSTM sont conformes et ont reçu un certificat international de sûreté des navires et un certificat canadien de sûreté des navires. L’on compte environ 213 navires canadiens auxquels s’applique le RSTM.

d) La plupart des pays ont élaboré un règlement et mis en œuvre le Code ISPS pour leurs navires et leurs ports. Tout navire étranger qui veut entrer dans les eaux territoriales canadiennes doit posséder un certificat international de sûreté des navires émis par l’État d’où il provient .

Question no 169--
M. Yvon Godin:

    L'herbicide agent Orange a-t-il été testé ou utilisé sur le champ militaire de Tracadie lorsqu'il appartenait au gouvernement et si oui, quand et dans quelles conditions?

L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.):

    Monsieur le Président, d'après des recherches approfondies, les renseignements dont nous disposons révèlent que l'agent Orange n'a pas été testé ni utilisé sur le champ militaire de Tracadie lorsque celui-ci appartenait au gouvernement.

Question no 170--
M. Brian Masse:

    Quelle proportion des fonds fédéraux destinés au protocole d’entente de la phase 1 conclu le 25 septembre 2002 entre le gouvernement provincial ontarien et le gouvernement a dans les faits été transférée à la Ville de Windsor, au gouvernement de l’Ontario ou à des entrepreneurs privés ou affectée à des projets prévus dans ce document?

L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.):

    Monsieur le Président, Infrastructure Canada n'a transféré aucune proportion des fonds fédéraux destinés au protocole d'entente de la phase 1 conclu le 25 septembre 2002 à la Ville de Windsor, au gouvernement de l'Ontario ou à des entrepreneurs privés ou affectés à des projets prévus dans ce document parce que l'entente de contribution pour les projets de la phase 1 n'est pas encore signée.

Question no 173--
M. Randy White:

    En ce qui concerne Service correctionnel Canada, le Ministère a t-il relevé des problèmes ou des irrégularités à l’égard des procédures et des résultats d’analyse en laboratoire effectuées par Maxxam Analytique Inc., en particulier par ses services de dépistage des drogues et d’identification génétique, entre le 20 juin 2003 et le 20 juin 2005; parmi les délinquants purgeant une peine de ressort fédéral qui ont obtenu une libération conditionnelle ou une libération d’office, combien ont changé leur nom; entre le 20 juin 2003 et le 20 juin 2005, combien de détenus sous la responsabilité du Service correctionnel Canada ont subi une chirurgie pour changer de sexe ou pour retrouver leur sexe initial?

L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):

    Monsieur le Président, les réponses sont les suivants:

a) MAXXAM Analytics Inc. de Mississauga, Ontario, fournit au Service correctionnel Canada, SCC, des analyses médico-légales de dépistage de drogues dans son service de toxicologie humaine depuis plusieurs années. Le laboratoire est évalué annuellement par deux toxicologues judiciaires à contrat.

Le personnel du SCC et les deux toxicologues du laboratoire entretiennent des contacts réguliers pour discuter de toute question qui peut se présenter. Le laboratoire est également évalué dans le cadre du programme d'accréditation du dépistage de drogues de la Substance Abuse and Mental health Service Administration, SAMHSA. Ce programme tient également deux inspections annuelles sur place et il est considéré comme le programme de certification de dépistage de drogues en laboratoire le plus rigoureux au monde depuis son entrée en vigueur en 1987-1988.

MAXXAM Analytics a également donnée suite de manière appropriée à toutes les préoccupations du SCC concernant tout aspect lié au programme d'analyse médico-légale de dépistage de drogues. Le SCC est satisfait de la qualité du servic efourni par MAXXAM Analytics dans le cadre de son Programme d'analyse d'urine.

La division d'identification de MAXXAM Analytics ne fournit pas de services de dépistage pour le Programme d'analyse d'urine.

b) Si un délinquant chance son nom légalement, les renseignement de base consignés dans le Système de gestion des délinquants, SGD, seront modifiés pour refléter le nouveau nom. L'ancien nom sera inséré dans le champ de l'alias dans le SGD, lequel peut également refléter d'autres alias que le délinquant a utilisé.

Cela étant dit, il n'existe aucun indicateur dans le SGD qui permet de déterminer quels détenus ont obtenu un changement de nom légal afin qu'il soit possible de distinguer celui-ci des autres alias qu'un délinquant pourrait avoir enregistré dans le système.

c) Nos dossiers indiquent qu'aucun détenu n'a subi de réassignement sexuel chirurgical, également appelé changement de sexe ou de renversement.

*   *   *

  +-(1530)  

[Traduction]

+-Questions transformées en ordres de dépôt de documents

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, si la question no 122 et la réponse supplémentaire, la question no 123 et la réponse supplémentaire et les questions nos 151, 157, 158, 159, 160, 162, 165, 166, 168, 171 et 172 pouvaient être transformées en ordres de dépôt de documents, les documents seraient déposés immédiatement.

+-

    Le Président: D'accord?

    Des voix: D'accord.

[Texte]

Question no 122--
M. Dean Allison:

    Depuis le 23 octobre 1993, est-ce que Ekos ou l’une de ses filiales ont bénéficié: a) de subventions, de contributions ou de garanties de prêt et, le cas échéant, i) quelle a été la source de financement (c.-à-d. un ministère, une agence, une société d’État, un organisme de service spécial ou une fondation), sa valeur, la date d’attribution et les raisons de l’accorder dans chaque cas, ii) quel est l’état actuel de la situation, à savoir s’il y a eu paiement, remboursement ou non-paiement, y compris la valeur du remboursement, iii) quel a été le montant total reçu par l'entreprise; b) de contrats et, le cas échéant, i) les contrats ont-ils été exécutés, ii) quels étaient leurs numéros, la source du financement, leur valeur, leur date d’attribution et les raisons de les accorder, iii) ces contrats ont-ils fait l’objet d’un appel d’offres et, si l’appel a été restreint, pour quelle raison, iv) quel a été le nombre total de contrats accordés et quel a été le montant total des fonds consentis à Ekos ou à ses filiales, v) s'agissait-il d'une offre à commandes et, si oui, de quel type s'agissait-il et quel était le numéro?

    (Le document est déposé)

Question no 123--
M. Dean Allison:

    Depuis le 23 octobre 1993, est-ce que Earnscliffe ou Veraxis ou l'une de leurs filiales ont bénéficié: a) de subventions, de contributions ou de garanties de prêt et, le cas échéant, i) quelle a été la source du financement (c.-à-d. un ministère, une agence, une société d’État, un organisme de service spécial ou une fondation), sa valeur, la date d’attribution et les raisons de l’accorder dans chaque cas, ii) quel est l’état actuel de la situation, à savoir s’il y a eu paiement, remboursement ou non-paiement, y compris la valeur du remboursement, iii) quel a été le montant total reçu par chaque entreprise; b) de contrats et, le cas échéant, i) les contrats ont-ils été exécutés, ii) quels étaient leurs numéros, la source du financement, leur valeur, leur date d’attribution et les raisons de les accorder, iii) ces contrats ont-ils fait l’objet d’un appel d’offres et, si l’appel a été restreint, pour quelle raison, iv) quel a été le nombre total des contrats accordés à chaque entreprise, et quel a été le montant total des fonds consentis à ces entreprises, v) s’agissait-il d’une offre à commandes et, si oui, de quel type s’agissait-il et quel était le numéro?

    (Le document est déposé)

Question no 151--
M. John Cummins:

    En ce qui concerne les mesures gouvernementales responsables de l’accumulation d’humidité dans les cavités murales des édifices et l’impossibilité d’assécher ces cavités: a) la direction de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) avait-elle été saisie du problème des murs humides en 1981 et si oui, quelles mesures ont été prises; b) la direction de la SCHL avait-elle été saisie du problème des murs humides dans les années subséquentes et si oui, quelles mesures ont été prises; c) la direction de la SCHL a-t-elle été informée que du simple fait qu’elle était au courant du problème, elle manquerait à ses devoirs si elle omettait d’informer le public sur la nature du problème et si oui, quelles mesures ont été prises à ce sujet; d) la direction de la SCHL a-t-elle été informée du fait que des ministères gouvernementaux pourraient exacerber le problème des murs humides et si oui, quand en a-t-elle été informée, quels ministères étaient en cause, quelles mesures ont été prises à ce sujet et quels en ont été les résultats; e) la direction de la SCHL a-t-elle été informée du fait que certains programmes gouvernementaux entraînaient un problème de murs humides et si oui, quand en a-t-elle été informée, quels programmes étaient en cause, quelles mesures ont été prises à ce sujet et quels en ont été les résultats; f) avait-on signalé en 1981 et après des cas de dommages structurels causés par l’humidité dans des habitations du Canada et si oui, en indiquer le nombre par année et par province; g) la direction de la SCHL avait-elle été informée en 1981 et après des risques de dommages structurels à des habitations assurées en vertu de la Loi nationale sur l'habitation (LNH) entraînant des défauts de paiement sur des hypothèques détenues par la SCHL, forçant celle-ci à reprendre possession des habitations concernées et à remédier au problème à grands frais et si oui, quelles mesures ont été prises et quand; h) quand la SCHL a-t-elle appris que le problème des murs humides concernait surtout les régions côtières où les précipitations sont élevées et quelles mesures ont été prises à ce sujet dans les codes du bâtiment et les méthodes de construction de la Colombie-Britannique; i) soupçonnait-on en 1981 et après que le problème des murs humides était causé par des barrières qui retenaient l’humidité et empêchaient les murs de sécher naturellement et si oui, quelle était la nature de ces soupçons et quelles mesures ont été prises à ce sujet; j) la SCHL était-elle au courant, en 1981 et après, des résultats de recherches effectuées par le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) montrant que la pénétration de la pluie était la principale cause des problèmes d’humidité dans certains climats et si oui, quelles mesures ont été prises à ce sujet en Colombie-Britannique et quand; k) savait-on en 1981 et après que des changements apportés aux méthodes de construction, en partie à la suite de modifications du Code national du bâtiment et de programmes gouvernementaux de promotion de l’efficience énergétique étaient parfois la cause du problème des murs humides et si oui, quelles mesures ont été prises à ce sujet et quand; l) quelles modifications du Code national du bâtiment portaient sur la pénétration de l’humidité dans les murs extérieurs et l’assèchement naturel des cavités murales, particulièrement dans les zones à humidité élevée et à fortes précipitations et en quelle année ont-elles été effectuées; m) en quelle année la SCHL ou le CNRC ont-ils recommandé des modifications du Code national du bâtiment qui ont eu pour effet de réduire l’aptitude des cavités murales à s’assécher naturellement; n) quelles mesures la SCHL et le CNRC ont-ils prises pour atténuer le problème des murs humides en dépit du ralentissement de l’assèchement causé par des assemblages mieux isolés et étanches et quand ces mesures ont-elles été prises; o) quelle a été la nature des révisions du Code national du bâtiment effectuées après 1981 pour améliorer la capacité d’assèchement naturel des cavités murales ou au moins pour réduire la pénétration de l’humidité et quand ces révisions ont-elles été effectuées; p) quelles mesures actives la SCHL et le CNRC ont-ils prises pour informer les propriétaires d’habitation de la Colombie-Britannique de l’existence du problème des murs humides et quand ces mesures ont-elles été prises; q) quelles mesures actives la SCHL et le CNRC ont-ils prises pour informer les constructeurs d’habitations et l’industrie du logement de la Colombie-Britannique du problème des murs humides et quand ces mesures ont-elles été prises; r) quelles mesures actives la SCHL et le CNRC ont-ils prises pour voir à ce que les méthodes de construction en Colombie-Britannique remédient au problème des murs humides, quand ces mesures ont-elles été prises et quels en ont été les résultats; s) la SCHL a-t-elle liquidé son parc national de coopératives d’habitation et si oui: (i) quand l’a-t-elle fait, quelles sont les adresses de voirie des habitations en question et combien y en avait-il par province, (ii) qu’est-ce qui a motivé la décision de liquider ce parc d’habitations, (iii) parmi ces coopératives d’habitation, combien étaient concernées par le problème des murs humides et les problèmes d’assèchement, (iv) les particuliers et les organismes publics qui ont acheté ces habitations avaient-ils été informés de l’existence du problème des murs humides et (v) des rapports techniques avaient-ils été rédigés et si oui, que contenaient-ils?

    (Le document est déposé)

Question no 157--
Mme Bev Desjarlais:

    En ce qui a trait à l’utilisation de fonds fédéraux pour les collectivités autochtones de la circonscription fédérale de Churchill: a) quels capitaux ont été alloués à la réfection de la route de la Première nation de Bloodvein; b) quel est le temps d’attente pour la construction d’une nouvelle école dans chaque collectivité des premières nations; c) quel est le temps d’attente pour la construction de nouveaux logements dans chaque collectivité des premières nations; d) quelles ont été les dépenses en capital consacrées à chaque collectivité des premières nations, et ce, pour chaque année au cours des dix dernières années; e) quels projets d’immobilisation ont été approuvés dans chaque collectivité des premières nations au cours des cinq dernières années; f) quels projets d’immobilisation ont été approuvés pour les deux prochaines années; g) quelle est la somme dépensée par Affaires indiennes et du Nord Canada par résident inscrit dans la circonscription de Churchill; h) combien de collectivités sont gérées par une tierce partie?

    (Le document est déposé)

Question no 158--
Mme Bev Desjarlais:

    Concernant la gouvernance des sociétés d’État: a) existe-t-il un document daté du 15 mars 2004 ou d’avant suivant lequel le processus de nomination des dirigeants de société d’État annoncé le 15 mars 2004 par le président du Conseil du Trésor et le Bureau du premier ministre était censé être un processus « intérimaire » devant s’appliquer seulement aux directeurs généraux de société d’État comme il est mentionné dans le document parlementaire 8555-381-129; b) quels sont les critères de sélection de chacun des dirigeants de société d’État fournis au gouvernement en réponse à la lettre du président du Conseil du Trésor datée du 23 avril 2004 à laquelle il devait être répondu avant le 28 mai 2004; c) quels sont les noms des membres des comités de sélection de chacun des dirigeants de société d’État fournis au gouvernement en réponse à la lettre du président du Conseil du Trésor datée du 23 avril 2004 à laquelle il devait être répondu avant le 28 mai 2004; d) quelles sociétés d’État n’ont pas répondu à la lettre du 23 avril 2004 et ont-elles été relancées; e) quel est le nom des firmes de recrutement d’administrateurs engagées par les sociétés d’État dans le cadre du nouveau processus de nomination; f) combien de fois a-t-il été fait appel à Renaud Foster comme firme de recrutement mis à part la nomination du général Maurice Baril à la présidence du conseil d’administration de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien?

    (Le document est déposé)

Question no 159--
M. Tony Martin:

    Selon le témoignage que M. Michael Saucier (directeur général, Direction du marché du travail et des communautés minoritaires de langue officielle, ministère des Ressources humaines et du Développement des compétences) a présenté au Comité permanent du développement des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées le 8 mars 2005, RHDCC a lancé 16 appels de propositions (AP) devant donner lieu à 62 projets: a) en ce qui concerne ces 62 projets, veuillez fournir les renseignements suivants pour chaque projet ou contrat : (i) le montant accordé, (ii) le nom de l’organisme retenu, (iii) la circonscription dans laquelle est situé cet organisme, (iv) le nom des organismes dont la proposition n’a pas été retenue; b) en ce qui concerne les appels de propositions : (i) à ce jour, y a-t-il eu d’autres appels de propositions, (ii) combien de projets ont été approuvés pour ces nouveaux appels de propositions (s’il y a lieu, veuillez fournir pour chaque projet les mêmes renseignements demandés à l’alinéa a) (i) à (iv))?

    (Le document est déposé)

Question no 160--
Mme Diane Finley:

    À l’égard du financement des 19 centres de recherche agricole que le gouvernement possède au Canada: a) pour chaque exercice de la période allant de 1995 à 2005, (i) combien d’argent le gouvernement a-t-il transféré en tout à chacun des centres, (ii) combien d’employés chacun des centres comptait-il en tout et quelle était la composition de ce personnel (c.-à-d. combien de scientifiques, de chercheurs, d’employés de soutien et d’autres employés), (iii) quels étaient exactement les projets de recherche financés dans chacun des centres, (iv) quelle partie des crédits affectés à la recherche chacun des projets de recherche a-t-il monopolisée, (v) quelle partie des fonds affectés à la recherche chacun des centres a t-il consacrée à la recherche sur les ressources, à la recherche phytotechnique, à la recherche zootechnique, à la recherche alimentaire et à la recherche sur les produits à valeur ajoutée; b) pour chaque exercice de la période allant de 1995 à 2005, quel pourcentage des fonds affectés à la recherche chacun des centres a-t-il consacré à d’autres types de recherche agricole ou agroalimentaire?

    (Le document est déposé)

Question no 162--
Mme Bev Desjarlais:

    En ce qui concerne les rapports annuels du Canada sur les institutions de Bretton Woods et les contributions de notre pays à ces institutions: a) en quoi la participation du Canada à ces institutions va-t-elle dans le sens des objectifs de la politique étrangère du Canada, relativement à des buts précis et des résultats mesurables; b) quels sont les indicateurs axés sur les résultats utilisés par le gouvernement pour mesurer l’efficacité des institutions de Bretton Woods et pourquoi leur utilisation ne se reflète-t-elle pas dans le rapport annuel au Parlement; c) quelle position le gouvernement a-t-il adopté sur des sujets controversés qui ont été débattus au cours de la dernière année aux institutions de Bretton Woods, plus particulièrement l’évaluation de la crise en Argentine par le Bureau d’évaluation indépendant du Fonds monétaire international (FMI), les évaluations distinctes faites par le FMI et la Banque mondiale des cadres stratégiques de lutte contre la pauvreté (CSLP), l’Examen des industries extractives et les questions de gouvernance des institutions de Bretton Woods concernant le débat sur la capacité de s’exprimer et de voter; d) comment le gouvernement peut-il caractériser et comparer les changements de priorités et de politiques d’une année à l’autre adoptés par le Canada au sein de ces institutions; e) quelle est l’analyse du gouvernement de la performance financière des institutions; f) quel rôle les contributions et la participation du Canada au sein des institutions jouent-elles dans le cadre de la stratégie canadienne en matière d’aide publique au développement; g) quelles sont les sommes versées dans les fonds spéciaux du FMI ou les fonds fiduciaires administrés par la Banque mondiale, notamment les centres régionaux d'assistance technique en Afrique (AFRITAC) et le Centre d'assistance technique pour la région des Caraïbes (CARTAC), le Fonds d’assistance technique pour l’Irak du FMI, le Fonds pour l’environnement mondial de la Banque mondiale, le Fonds mondial de lutte contre le VIH-sida, la tuberculose et le paludisme, l’initiative pour le renforcement des capacités en Afrique, les fonds fiduciaires des consultants, l’éducation en Afrique et l’Institut de la Banque mondiale et le Cadre intégré pour l’assistance technique liée au commerce; h) quel est l’avantage économique et stratégique de la participation du Canada aux institutions de Bretton Woods, au-delà des possibilités d’obtenir des marchés d'acquisition pour nos entreprises privées; i) quels sont les détails des marchés d'acquisition de 71 millions de dollars américains en 2004 dont des entreprises et des particuliers canadiens ont profité et comment l’information a-t-elle été obtenue; j) la somme totale est-elle nettement inférieure aux chiffres de 2003 et si oui, pourquoi; k) quels sont les renseignements financiers comparatifs avec variances expliquées pour chacune des cinq dernières années en ce qui concerne les acquisitions faites au Canada, sur le plan de l’environnement, du développement durable, de la santé, de l’eau et de l’éducation; l) qu’est-ce que ces tendances indiquent au sujet des priorités des institutions de Bretton Wood et de leur concordance avec la politique de développement et la politique étrangère du Canada; m) le gouvernement pourrait-il clarifier comment les objectifs sur le plan des finances et du développement sont réconciliés entre les ministères fédéraux et entre les pays donateurs et les pays bénéficiaires des groupes constitués par le Canada à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international?

    (Le document est déposé)

Question no 165--
M. Randy White:

    En ce qui concerne Service correctionnel Canada, pendant les exercices financiers 2002-2003, 2003-2004 et 2004-2005: a) à combien s’élève le montant total versé en primes aux directeurs de prison de toutes les régions; b) quel a été le coût total des services d’aide juridique offerts aux détenus de chaque région; c) dans combien de cas lesdits services d’aide juridique ont-ils été utilisés?

    (Le document est déposé)

Question no 166--
M. Bill Casey:

    Au sujet de l’annonce du 22 décembre 2000 par le ministre de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) qu’un nouvel immeuble fédéral polyvalent sera érigé à Charlottetown pour remplacer l’immeuble Dominion et sera prêt à accueillir les locataires à l’automne 2005: a) combien TPSGC a-t-il payé les terrains et le bâtiment où l’immeuble sera construit; b) quel est le nom de l’entreprise ou du particulier qui ont vendu les terrains et le bâtiment au gouvernement; c) quel était le coût initial de construction de ce nouvel immeuble gouvernemental, d’abord avec garage, puis sans garage, selon les plans et devis; d) quelle était la valeur au marché des terrains au moment de l’achat; e) quand le gouvernement a préparé le chantier de construction, quels moyens a-t-il prix pour nettoyer ou corriger les sols du site; f) concernant le point e) des sols se sont-ils alors révélés contaminés; g) dans l'affirmative, des sols ont-ils été retirés pour enfouissement, entreposage ou correctifs; h) quelle est la destination finale de tous les sols contaminés retirés du chantier de construction; i) s’il n’y a pas eu retrait de sols, où ont-ils été laissés sur le chantier; j) quelles raisons ou explications a donné TPSGC au Conseil municipal de Charlottetown au sujet de l’abandon du garage dans les plans de construction; k) concernant le point j), une fois l’immeuble prêt pour les locataires, que prévoit-on pour ceux qui viendront travailler en auto et devront stationner; l) quel est le nouvel échéancier de construction de l’immeuble, compte tenu des difficultés éprouvées par TPSGC dans le premier et le second appel d’offres; m) à combien TPSGC evalue-t-il le nombre d’ouvriers nécessaires sur ce chantier, et pendant combien de temps; n) quelles sont les compagnies qui ont soumissionné après les deux appels d’offres; o) concernant le point n), à quelle somme se chiffraient les soumission, par compagnie; p) le ministre de TPSGC a-t-il tenu des réunions avec les députés de l’Île-du-Prince-Édouard au sujet de la construction de cet immeuble; q) s’il y a eu des réunions, quelles préoccupations ont évoqué les députés libéraux au sujet de ce projet de construction?

    (Le document est déposé)

Question no 168--
Mme Cheryl Gallant:

    Relativement à l'agent Orange, quels sont les sites militaires canadiens qui ont été utilisés à des fins d'expérimentation depuis 1945, y inclus l'endroit exact pour chaque base où des essais ont eu lieu.

    (Le document est déposé)

Question no 171--
Mme Cheryl Gallant:

    Y a-t-il eu des expériences avec l’agent Pourpre pendant les années 1960 à la BFC Gagetown et, dans l’affirmative, où sont situées les zones d’exercice en campagne qui ont servi pour ces expériences à la BFC Gagetown?

    (Le document est déposé)

Question no 172--
Mme Bev Desjarlais:

    En ce qui concerne la fiscalité des sociétés : a) à combien Revenu Canada estime-t-il le montant par année des transactions internationales qui n’ont pas été signalées par les sociétés canadiennes depuis 1991; b) le gouvernement a t il accordé un prêt et ou une exonération d’impôt à l’une ou l’autre des sociétés suivantes au cours des 25 dernières années : General Motors, Bombardier, Noranda, Canadien Pacifique, Domtar, Chrysler Canada, Baie-Comeau Co., la Compagnie minière et métallurgique de la Baie d’Hudson, la Banque de Montréal et Coopers and Lybrand Consulting Group; c) si un prêt ou une exonération d’impôt a été accordé à ces sociétés, quel montant reste-t-il à rembourser; d) quel est le montant maximal de biens en fiducie familiale pouvant être transférés à l’étranger par des Canadiens; e) quel est le niveau de biens en fiducie familial pouvant être transférés à l’étranger par un particulier sans qu’il ait à payer d’impôt; f) quelle proportion de l’impôt perçu par le gouvernement provient des particuliers par rapport au montant perçu par l’impôt des sociétés; g) quels changements a-t-on observés dans cette proportion au cours des vingt dernières années; h) si la proportion de l’impôt des sociétés par rapport à l’impôt des particuliers a changé radicalement, est-ce en raison d’une politique du gouvernement; i) quel changement dans la proportion de l’impôt des sociétés par rapport à l’impôt des particuliers le gouvernement s’attend-il de constater au cours des dix prochaines années?

    (Le document est déposé)

[Traduction]

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc: Monsieur le Président, je demande que les autres questions restent au Feuilleton.

+-

    Le Président: D'accord?

    Des voix: D'accord.

    Le Président: La présidence a reçu des avis de députés demandant la tenue de débats d'urgence. Je vais entendre ces députés maintenant. Tout d'abord, le député d'Abbotsford.

*   *   *

+-Demande de débat d'urgence

+-Le prix de l'essence

[Article 52 du Règlement]
+-

    M. Randy White (Abbotsford, PCC): Monsieur le Président, nous sommes confrontés à une importante question d'intérêt national qui doit être débattue immédiatement à la Chambre et, conformément à l'article 52 du Règlement, je demande donc la tenue d'un tel débat. Il s'agit des fluctuations extrêmes, des hausses et de l'imprévisibilité du prix de l'essence.

    Les hausses récentes du prix de l'essence ont rapporté des sommes considérables aux pétrolières, de même qu'au gouvernement fédéral au moyen des taxes. Les Canadiens craignent, à juste titre, que cela ait une incidence sur le coût des produits qu'ils achètent et de tous les modes de transport, et ils s'inquiètent aussi de l'augmentation des frais de chauffage cet hiver.

    Le débat est nécessaire non seulement pour discuter de l'augmentation des coûts, mais aussi pour donner à la Chambre et aux Canadiens des renseignements de base sur les questions suivantes: qui bénéficient de ces augmentations et dans quelle mesure; les prévisions et la protection des consommateurs relativement à ces hausses; le rôle de la Chambre des communes et les mesures qu'elle doit prendre; les répercussions d'une réduction de la taxe fédérale sur les carburants; les conséquences sur diverses entreprises et industries.

    Cette question préoccupe tous les Canadiens, qui sont pour la plupart abasourdis par les fluctuations du prix de l'essence.

    Je vous demande sincèrement, monsieur le Président, de permettre la tenue d'un débat sur cette question à la Chambre des communes afin que les Canadiens croient que nous voulons, nous aussi, nous pencher dès maintenant sur ce problème.

[Français]

+-

    M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ): Monsieur le Président, il nous apparaît effectivement important de tenir un débat d'urgence ce soir, le plus tôt possible, sur cette question.

    De fait, pendant la relâche parlementaire, nous avons subi une hausse soudaine des prix de l'essence et remarqué des profits faramineux inexpliqués et inexplicables.

    Le Comité permanent de l'industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie a tenu une séance sur cette question jeudi passé, où l'on a jugé bon de convoquer cinq ministres responsables. On se retrouve aujourd'hui devant cette réalité voulant que les prix sont toujours de 25 p. 100 supérieurs à ceux du début de l'année. Il faut absolument que le gouvernement fédéral mette en avant un plan d'action.

    C'est pour cette raison qu'on souhaite que les députés de cette Chambre puissent faire des propositions à court, à moyen et à long terme afin d'inciter le gouvernement à bouger et à finalement adopter une politique permettant de faire face à ces hausses démesurées du prix de l'essence.

    En effet, ces hausses viennent remettre en question la croissance économique. Plusieurs sont intervenus en ce sens, autant nos concitoyens et concitoyennes, les consommateurs, que des intervenants économiques et des propriétaires de petites comme de grandes entreprises. Tout le secteur des transports est intervenu dans le même sens.

    Il serait important que la Chambre des communes puisse débattre de cette question le plus tôt possible. Ainsi, on contribuera à la réflexion du gouvernement pour qu'il propose un véritable plan d'action. C'est dans ce sens que je justifie ma demande.

  +-(1535)  

[Traduction]

+-

    Le Président: La présidence a examiné la question et, bien que je sois convaincu qu'elle présente un certain intérêt, je ne suis pas certain qu'elle réponde aux critères énoncés dans le Règlement. Par conséquent, je me sens obligé de rejeter la demande à ce moment-ci.

[Français]

+-

    M. Paul Crête: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.

    Mon collègue, le leader du Bloc québécois, a informé ses vis-à-vis que, dans le cas où vous estimeriez que la demande de débat d'urgence que je vous ai soumise ne répond pas aux critères du Règlement, il demanderait le consentement unanime pour tenir un débat sur l'importante question des prix de l'essence.

    Je demande donc le consentement unanime pour l'adoption de la motion suivante :

    Qu'un débat d'urgence sur les prix de l'essence se tienne ce soir, conformément aux dispositions de l'article 52 du Règlement et que durant ce débat, le Président ne reçoive ni demande de quorum, ni motion dilatoire, ni demande de consentement unanime.

+-

    Le Président: L'honorable député de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup a-t-il le consentement unanime de la Chambre afin de présenter cette motion?

    Des voix: D'accord.

    Le Président: Plaît-il à la Chambre de l'adopter?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

[Traduction]

+-

    Le Président: Le député de Timmins-Baie James demande un autre débat d'urgence.

*   *   *

+-La Société Radio-Canada

+-

    M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD): Monsieur le Président, aux termes de notre Règlement, je voudrais demander un débat d'urgence sur le lock-out prolongé à la SRC. Il ne nous appartient pas dans cette enceinte de revenir sur les discussions qui ont cours à l'heure actuelle entre la direction et le personnel, mais je crois que ce lock-out soulève un certain nombre de questions importantes qu'on pose aux députés et dans les médias. Il est extrêmement important que nous nous penchions là-dessus maintenant.

    Tout d'abord, on peut se demander s'il est approprié de la part de la direction de la SRC de ne pas offrir aux contribuables des services pour lesquels ils ont payé. Des questions sont soulevées dans les médias au sujet de l'avenir des crédits parlementaires et de leur utilisation. Je pense que cette discussion doit commencer à la Chambre maintenant.

    On peut se demander où s'en va notre diffuseur national. Ce lock-out a rouvert un débat, que beaucoup d'entre nous pensions clos peut-être, un débat pas simplement sur l'avenir du radiodiffuseur, mais également sur la pertinence d'utiliser des crédits fédéraux pour assurer le fonctionnement d'un diffuseur public. Je pense qu'il est important d'en parler aujourd'hui.

    De plus, nous devons nous pencher sur la question maintenant, après six semaines de lock-out. En tant que députés, nous devons, dans un sens, l'obligation d'en parler puisqu'il s'agit d'une institution publique. Il nous incombe de publiquement remettre en question la stratégie, car à ce stade-ci, alors que nous arrivons au début de la saison d'automne, la SRC prend un pari risqué en ce qui concerne ses auditeurs et ses téléspectateurs.

    Je représente une grosse circonscription rurale et je ne crois pas que les gens des secteurs ruraux de ma circonscription qui sont privés des services de la SRC depuis longtemps veulent que cela se poursuive. Ils comptent sur nous en tant que députés.

    Je voudrais tenir ce débat, car je pense que cela revient aux questions fondamentales soulevées par le rapport Lincoln et à la nécessité d'avoir au Canada une politique de radiodiffusion cohérente et de prendre des mesures à cet égard.

+-

    Le Président: Là encore, la présidence a entendu les instances du député. Je remarque les événements qui ont lieu aujourd'hui relativement à cette question. Je dois malheureusement dire que, à mon avis, cette demande ne répond pas aux exigences du Règlement à ce stade-ci.

  +-(1540)  

+-

    M. Charlie Angus: Monsieur le Président, demain soir, peu importe le résultat des discussions d'aujourd'hui, sommes-nous tous d'accord pour dire qu'il s'agit d'une question qui mérite d'être discutée par les députés dans le cadre d'un débat ouvert?

+-

    L'hon. Karen Redman: Monsieur le Président, je comprends qu'il s'agit d'une question d'une grande importance. Je sais aussi que d'autres choses se produisent à l'extérieur de la Chambre qui intéressent vivement les membres de cette assemblée. Ne pourrions-nous pas, au lieu de traiter du point du député, laisser les parties se parler derrière les rideaux et, peut-être, en venir à un accord, un plan qui serait acceptable à vos yeux, monsieur le Président, ainsi qu'à ceux de la Chambre?

+-

    Le Président: En l'absence de toute autre entente, l'affaire est close pour l'instant.

    La présidence a reçu avis de la question de privilège de la part du député de Calgary-Est. Je lui donne maintenant la parole.

*   *   *

+-Privilège

-L'enquête menée par le commissaire à l'éthique

[Privilège]
+-

    M. Deepak Obhrai (Calgary-Est, PCC): Monsieur le Président, le 16 septembre 2005, j'ai écrit au commissaire à l'éthique, M. Bernard Shapiro, pour l'informer que j'avais perdu confiance en lui et pour lui demander de renvoyer à la GRC l'enquête qu'il avait entamée à mon endroit. Dans la même lettre, je l'ai également informé que je saisirais le Parlement de cette question.

    Vendredi dernier, le 23 septembre, à 15 h 30, j'ai reçu par porteur une lettre provenant du bureau du commissaire à l'éthique. J'ai immédiatement renvoyé la lettre sans l'ouvrir et j'ai informé le bureau du commissaire que je soulèverais la question de privilège à la Chambre afin d'accuser M. Shapiro d'outrage.

    Par conséquent, je soulève aujourd'hui la question de privilège pour accuser M. Bernard Shapiro, commissaire à l'éthique, d'outrage.

    À la page 188 de la deuxième édition de l'ouvrage de Joseph Maingot intitulé Le Privilège parlementaire au Canada, on dit :

[...] chaque Chambre a le droit exclusif d'interpréter et d'appliquer le droit parlementaire pour décider s'il y a eu outrage ou atteinte au privilège dans des cas précis, et d'interpréter les lois qui lui imposent des règles de procédure.

    Le pouvoir en vertu duquel le commissaire à l'éthique doit mener des enquêtes est énoncé dans la Loi sur le Parlement du Canada et dans le Code régissant les conflits d'intérêts des députés, qui est annexé au Règlement, aux pages 107 à 118. Le commissaire à l'éthique a manifestement enfreint une des dispositions du code et en a appliqué une autre de façon négligente.

    Après avoir reçu la lettre du commissaire à l'éthique datée du 23 août 2005, dans laquelle il m'indiquait pour la première fois quels articles du code d'éthique j'avais enfreint et me demandait d'avoir une conversation téléphonique, je lui ai téléphoné le 13 septembre. Je lui ai dit que je lui fournirais tous les éléments de preuve documentaires démontrant que toutes ses allégations me concernant étaient fausses. Nous avons convenu de nous rencontrer la semaine suivante.

    Cependant, le lendemain, soit le 14 septembre, j'ai reçu un courriel de mon bureau m'indiquant que Jack Aubry, de l'Ottawa Citizen, désirait obtenir mes commentaires sur l'enquête du commissaire à l'éthique me concernant. J'ai téléphoné à Jack Aubry et il m'a dit qu'il voulait mes commentaires sur l'enquête. Je lui ai demandé comment il avait appris l'existence de cette enquête et il m'a répondu que c'était en interviewant M. Shapiro qu'il avait appris l'existence de cette enquête. Il m'a également dit que M. Shapiro lui avait révélé qu'il possédait des documents laissant entendre que quelque chose de répréhensible se produisait.

    Le 15 septembre, des articles ont paru dans les principaux journaux du pays. Ces articles sont déposés au Bureau du greffier. On y lit que M. Shapiro aurait déclaré : « J'ai des documents qui donnent à entendre que quelque chose de répréhensible est en train de se produire. » Il y déclarait aussi que je faisais l'objet d'une enquête. Ces articles dommageables sont parus dans les principaux journaux du Canada.

    Le Bureau du commissaire à l'éthique jouit d'une forte légitimité au sein de la population. Par conséquent, lorsque le commissaire déclare qu'il fait enquête sur un député, et qu'il formule des commentaires publiquement sur cette enquête, aux yeux de la population, ce député est coupable, ce qui est particulièrement vrai dans le cas des Canadiens qui ne me connaissent pas. C'est ce que ma famille et moi-même avons entendu de la part de nombreux Canadiens de tout le pays.

    Les réflexions que le commissaire à l'éthique a faites publiquement ont donné du poids aux fausses allégations qui portent atteinte à ma réputation. En outre, des commentaires qu'il a faits publiquement sont rapportés dans le National Post du 16 septembre 2005, où on lit :

    Nous sommes devant un groupe de gens qui essaient de faire ce qui est bien mais qui font parfois tout le contraire.

    Après avoir été ainsi préjugé par son bureau, j'ai écrit à M. Shapiro le 16 septembre 2005, comme je l'ai déjà dit, pour lui demander que l'enquête ne soit pas faite par lui, mais plutôt par la GRC.

    Tous les Canadiens sont innocents jusqu'à ce leur culpabilité ait été établie. Cela est un droit fondamental. Je me demande bien où sont passés mes droits.

    À la page 116 du Règlement, au paragraphe 27(7) du Code régissant les conflits d'intérêt, on lit :

    Le commissaire procède à huis clos et avec toute la diligence voulue, en donnant au député, à tous les stades de l’enquête, la possibilité d’être présent et de lui faire valoir ses arguments par écrit ou en personne ou par l’entremise d’un conseiller ou d’un autre représentant.

    Cet article a été violé lorsque le commissaire à l'éthique a divulgué de l'information aux médias à propos de l'enquête. Qui plus est, le commissaire a porté atteinte à mes droits en affirmant aux médias que, selon lui, des irrégularités avaient eu lieu.

  +-(1545)  

    Je crois également que le commissaire à l'éthique a violé l'article 27(4) du Code régissant les conflits d'intérêts. Permettez-moi de vous montrer comment il a violé cet article, avec documents à l'appui.

    Le 9 mai 2005, le ministre actuel de la Citoyenneté et de l'Immigration, le député d'Eglinton—Lawrence, a dit qu'il avait reçu des affidavits non sollicités et qu'il les avait transmis à la GRC et au commissaire à l'éthique pour que ceux-ci s'en occupent. Des copies de ces lettres ont également été envoyées au chef de l'opposition.

    Il s'agissait des mêmes affidavits qui avaient été envoyés au premier ministre et à l'ancienne ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration en juin 2004. Ces affidavits avaient aussi été envoyés à mon adversaire politique lors des élections de 2004, tel que rapporté dans l'édition du 15 mai 2005 du Calgary Herald.

    Je n'ai pas l'intention d'expliquer comment un document adressé au premier ministre et à l'ancienne ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, la députée de York-Ouest, s'est retrouvé mystérieusement sur le pupitre de l'actuel ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, le député d'Eglinton—Lawrence, une année plus tard. Je ne vous demanderai pas non plus comment des médias nationaux ont été informés de l'existence de ces documents, qui ont été envoyés à la GRC et au commissaire à l'éthique.

    Ma belle-soeur, qui est au centre de cette malheureuse tentative de chantage, ainsi que son fils sont venus à Ottawa pour donner leur version de l'histoire. Elle a pris rendez-vous avec le commissaire à l'éthique et l'a rencontré le 13 mai 2005. Elle était accompagnée de son fils, témoin des événements révélés, c'est-à-dire d'une dispute entre conjoints. Elle a dit au commissaire à l'éthique que les affidavits étaient une forme de chantage visant à l'obliger à retourner en Inde.

    Le 6 juin 2005, Eppo Maertens, du bureau du commissaire à l'éthique, a écrit à ma belle-soeur, et je cite ce qu'il lui a dit : « Merci pour votre aide. Nous nous empressons de faire enquête. » En outre, la lettre disait que le bureau du commissaire à l'éthique s'affairait à retenir les services d'un avocat en Inde pour l'aider à faire enquête sur les allégations pesant contre moi.

    En tant que député, je n'ai absolument pas été informé de ce qui se passait, ce qui contrevient aux articles 27(4) et 27(7) du Code régissant les conflits d'intérêts. De plus, on a voulu faire enquête sur la vie privée de ma belle-soeur.

    Par conséquent, j'ai écrit à M. Shapiro une lettre datée du 14 juillet 2005 lui indiquant mes inquiétudes et lui donnant les explications nécessaires pour qu'il comprenne qu'il s'agissait d'une affaire familiale. Je lui ai dit notamment, et c'est là un argument important, qu'en communiquant avec le mari, il ne ferait que jouer son jeu, ce qui le porterait à croire qu'il pouvait tenir ma belle-soeur sous son emprise en se servant de moi.

    J'ai l'intention de déposer ces documents devant la Chambre.

    Dans une réponse qu'il m'adressait le 18 juillet 2005, M. Shapiro m'avisait du fait que l'enquête avait été lancée à la demande de l'actuel ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration et député d'Eglinton—Lawrence. Il poursuit sa lettre en disant que nous n 'avions pas collaboré avec lui.

    Puis, dans ma lettre du 26 juillet, j'ai contesté ce qu'avançait M. Shapiro en fournissant des preuves documentaires que le ministre actuel de la Citoyenneté et de l'Immigration et député d'Eglinton—Lawrence n'avait pas lancé l'enquête, tout en réfutant ses allégations selon lesquelles ma famille et moi n'avions pas collaboré avec lui.

    Et ce, après que ma belle-soeur lui eut transmis des enregistrements de son mari où ce dernier affirmait qu'il n'avait pas envoyé ces lettres, de même qu'une copie d'une lettre de mon avocat en Inde au mari pour donner des preuves de ces allégations.

    Dans une réponse qu'il m'adressait le 4 août, M. Shapiro ne chantait plus la même chanson: il disait que c'était lui qui avait décidé de lancer l'enquête. Je répète que j'ai été informé le 4 août , soit 83 jours après la rencontre de ma belle-soeur avec le commissaire à l'éthique. Il s'agit nettement d'une violation du paragraphe 27(4). Et j'apprends maintenant que je fais l'objet d'une enquête.

    Toute personne qui fait l'objet d'une enquête est toujours informée non seulement de ce fait mais des motifs de l'enquête. Par conséquent, j'ai demandé conseil auprès des avocats de la Chambre des communes et on m'a conseillé de chercher à connaître les raisons de l'enquête à mon sujet.

    Le 9 août, j'ai écrit au commissaire à l'éthique pour lui demander pourquoi je faisais l'objet d'une enquête. Ce dernier m'a avisé des raisons le 23 août. À ce moment-là, 103 jours avaient passé depuis le premier entretien avec ma belle-soeur sur cette question.

    Or, le paragraphe 27(4) du Code régissant les conflits d'intérêt précise qu'il faut donner préavis raisonnable par écrit à tout député avant qu'une enquête ne soit menée. Le commissaire à l'éthique a commencé l'enquête en mai. Je n'ai pas été informé de la disposition du code que j'avais violée avant le 23 août 2005. De plus, il est prévu au paragraphe 27(4) que les députés doivent être informés et que l'on doit leur donner la possibilité de faire faloir leurs arguments.

  +-(1550)  

    Cet article a été violé de manière tellement flagrante que M. Aman Anand, le mari qui détient une injonction restrictive contre lui à Calgary et un rapport de police disant qu'il avait été interné dans un service de psychiatrie, a eu l'occasion de rencontrer les représentants du commissaire à l'éthique avant que moi, député fédéral, ne puisse exercer ce droit.

    M. Anand, qui est le mari, a, au cours de la deuxième semaine de septembre, rencontré un avocat embauché par le commissaire à l'éthique en Inde. Moi, député au Parlement du Canada, j'ai dû demander la possibilité de réagir pour qu'on me la donne. Cela est survenu le 19 septembre.

    Nous sommes en présence d'un mandataire du Parlement qui a violé les règles du Parlement. M. Shapiro a commis un outrage au Parlement. J'ai la certitude que le Parlement n'a jamais prévu qu'un commissaire à l'éthique puisse violer la Loi sur le Parlement du Canada et le Règlement de la Chambre en ce qui concerne la tenue d'une enquête sur un député à ce Parlement.

    La Loi sur le Parlement du Canada et le Règlement ne sont pas clairs quant au processus à suivre lorsque des circonstances imprévues de ce type se présentent. Comme M. Shapiro est un mandataire du Parlement et qu'il a enfreint les règles établies par le Parlement pour régir sa conduite, la question de privilège est le moyen qui convient pour régler cette question.

    De plus, je ne vois pas comment le commissaire à l'éthique peut porter un jugement équitable sur l'application du code par les députés députés lorsque lui-même n'applique pas les articles du code qui concernent son bureau. Sa négligence et son mépris des règles sont inexcusables.

    Je soumettrais bien cette question au comité, mais comme nous en avons fait l'expérience, ce processus demanderait beaucoup de temps et certaines manoeuvres procédurales pourraient empêcher que la question se règle.

    En outre, le comité de l'éthique ne pourrait déterminer s'il s'agit d'une question de privilège. Comme vous le savez, monsieur le Président, seule la Chambre peut prendre cette décision. M. Shapiro n'est pas en situation d'outrage au comité. Il a commis un outrage à la Chambre pour avoir violé les règles de celles-ci d'une manière qui porte un jugement prématuré et fait planer un nuage de suspicion sur un de ses députés.

    Je vous demande, monsieur le Président, de déclarer qu'il s'agit de prime abord d'une question de privilège, de façon à ce que la Chambre puisse déterminer si M. Shapiro a commis ou non un outrage par ses actions.

    M. Shapiro, à titre de mandataire de la Chambre, et le code de déontologie sont relativement nouveaux. De ce fait, il n'existe pas de précédents. Toutefois, le commentaire 59 de la sixième édition du Beauchesne renvoie à deux employés de la Chambre des communes qui ont été congédiés pour avoir écrit des articles que la Chambre a considérés comme un outrage.

    Le commissaire à l'éthique a été nommé par la Chambre et relève donc de la Chambre. Il a rédigé des articles qui ont terni l'image d'un député. Pire encore, il a désobéi au Règlement de la Chambre, plus précisément au paragraphe 27(7) du Code régissant les conflits d'intérêts.

    À la page 235 de la deuxième édition de son ouvrage, le Privilège parlementaire au Canada, Joseph Maingot décrit l'outrage comme une atteinte à l'autorité ou à la dignité de la Chambre. Alors que les atteintes au privilège se prêtent à la codification, il n'en va pas de même pour les outrages au Parlement, car on trouve sans cesse de nouvelles formes d'obstruction et le Parlement doit être en mesure d'invoquer sa juridiction pénale pour se protéger de ces actes; il n'existe pas de liste exhaustive des catégories d'infractions punissables à titre d'outrage au Parlement.

    Comme je l'ai dit plus tôt, je ne crois pas que le Parlement s'attendait à ce qu'une telle situation se produise. Il tenait pour acquis que le commissaire à l'éthique respecterait les règles qu'il lui impose. M. Shapiro a désobéi à la Chambre. Ce faisant, il a nuit à ma réputation et porté atteinte à mon droit à une enquête impartiale.

    J'en suis venu à croire que le bureau du commissaire à l'éthique exerce de la discrimination culturelle à mon égard. La chasse aux députés des communautés culturelles est-elle ouverte à la Chambre? Lorsque j'ai dit au commissaire que le problème serait résolu si ma belle-soeur retournait en Inde, mais qu'elle risquait d'y laisser sa vie, il a répondu que cela ne le regardait pas.

    En concluant, je tiens à lancer un appel personnel à tous les députés. Aujourd'hui, une question familiale personnelle et très délicate a été rendue publique. Ma famille, y compris ma belle-soeur, a été aux prises avec cette situation, mais en ne nous saisissant pas de ces points, nous n'aiderions pas les milliers de gens qui doivent faire face à ce genre de discrimination institutionnelle et à qui toute justice est refusée.

    Ma famille a vécu d'intenses souffrances. Je n'ai pas l'intention d'entrer dans les détails d'ordre privé.

  +-(1555)  

    Je demande à tous de ne pas oublier que, derrière tous ces événements, il y a des êtres humains qui sont blessés par les gestes irréfléchis qui sont posés par ceux qui abusent du pouvoir dont ils sont investis.

    Tous les Canadiens ont droit à un recours devant les tribunaux lorsque de tels privilèges font l'objet d'abus. M. Bernard Shapiro, dans une lettre adressée à Democracy Watch, dont j'ai déposé une copie, déclare qu'il est à l'abri de toute poursuite. Je me demande si c'est pour cette raison qu'il a ainsi renoncé à tout bon sens.

    Les allégations ne me dérangent pas. Il a suffi que je passe un coup de fil aux autorités indiennes pour confirmer que la déclaration sous serment sur laquelle M. Shapiro base son enquête est un faux.

    Je vous demande, monsieur le Président, de conclure qu'il y a là matière à question de privilège, de façon à ce que la Chambre puisse déterminer si oui ou non M. Shapiro est coupable d'outrage pour ses actions.

    Si vous décidez qu'il y a là matière à question de privilège, je suis prêt à présenter la motion appropriée.

+-

    Le Président: La présidence remercie le député de Calgary-Est pour son exposé. Je vais examiner les documents qu'il a présentés, ainsi que son argument, et je ferai connaître ma décision à la Chambre en temps voulu.


+-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Traduction]

+-Le Code criminel

    La Chambre reprend l'étude de la motion: Que le projet de loi C-49, Loi modifiant le Code criminel (traite des personnes) soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.

+-

    Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC): Monsieur le Président, c'est un grand honneur pour moi d'intervenir dans ce débat sur le trafic de personnes.

    Il y a toutes sortes d'injustices dans le monde et l'une des pires formes est probablement celle que l'on peut considérer comme la forme moderne de l'esclavage, c'est-à-dire le trafic de personnes.

    Le trafic de personnes constitue une cruelle et insidieuse souillure qui porte atteinte à toute la collectivité humaine. Il renvoie au recrutement, au transport et à l'hébergement d'une personne aux fins d'exploitation et implique la menace ou l'utilisation de la force, de la coercition et de la tromperie.

    Les victimes sont pour la plupart des femmes et des enfants qui sont livrés sous la contrainte à la prostitution ou à d'autres éléments de l’industrie du sexe, mais qui peuvent aussi être exploités et forcés de faire un travail agricole, domestique ou autre.

    Bon nombre de victimes du trafic de personnes ont tout simplement été enlevées, mais la plupart sont des personnes qui cherchaient désespérément à fuir des terribles conditions économiques et la vie pénible qu'ils vivaient dans leur pays natal. Les passeurs profitent des rêves de ces personnes sans méfiance à l'égard d'une vie meilleure et d'un bon emploi qui leur permettrait de faire vivre leur famille restée au pays, pour les attirer dans une vie d'esclavage.

    Les passeurs amènent les victimes et leur famille à croire en leurs promesses d'un travail bien rémunéré et de grandes richesses dans un nouveau pays éloigné. Les passeurs présentent souvent un faux contrat d'emploi, un faux visa ou quelque autre document de ce genre pour convaincre leurs victimes. Une fois sur place cependant, ces gens se rendent vite compte que les emplois promis n'existent pas et que la vie meilleure qui leur avait été promise se résume à une existence misérable dans l'industrie du sexe ou le travail forcé.

    Les activités de ces réseaux de trafiquants menacent non seulement la vie des victimes, mais encore le tissu social, politique et économique des pays où elles sont pratiquées.

    Bien que la nature clandestine de la traite des personnes rende difficile l'obtention de données exactes, les Nations Unies estiment à 700 000 le nombre de personnes faisant l'objet de ce commerce dans le monde chaque année. Ce nombre augmente et 80 p. 100 des victimes sont des enfants et des femmes de moins de 25 ans.

    Et ce n'est pas tout, car selon les Nations Unies, cette grave violation des droits de la personne constitue la forme de criminalité transnationale organisée qui croît le plus rapidement, générant des revenus annuels de plus de 11 milliards de dollars américains à l'échelle de la planète.

    Selon Matthew Taylor, de la Section de la famille, des enfants et des adolescents, à Ottawa, « c'est la troisième source de revenus pour le crime organisé après la drogue et les armes à feu ».

    Certes, il est impossible de quantifier la cruauté et l'inhumanité de la traite des personnes, mais je prie tous les députés ici présents aujourd'hui de se mettre dans la peau des victimes. Je leur demande de prendre un moment pour imaginer que leur soeur, leur fille, voire eux-mêmes, font l'objet de ce trafic.

    Leslie R. Wolfe, présidente du Center for Women Policy Studies à Washington, nous a demandé de nous prêter à l'exercice suivant :

     Imaginez que vous avez quitté votre pays afin de saisir une occasion d'emploi dans un autre pays. Imaginez qu'il vous tarde d'occuper un poste de gouvernante, de dispenser des soins à des aînés ou de travailler dans un restaurant — pour pouvoir enfin envoyer de l'argent à votre famille.

    Un homme ou des hommes dont vous avez peur ou en qui vous avez confiance vous conduisent dans ce nouveau pays où vous ferez le merveilleux travail qu'on vous a promis — et vous vous retrouvez emprisonnée dans un bordel ou dans un atelier clandestin.

    Imaginez le sentiment de terreur qui vous habite : vous ne parlez pas la langue du pays où vous êtes. Vous ne savez même pas avec certitude dans quel pays vous êtes. Vous craignez la police locale, qui pourrait être complice des activités de traite de personnes — comme c'était probablement le cas dans votre pays d'origine.

    Vous n'avez pas de contacts avec la population locale, pas de ressources, et vous ne savez pas qu'il existe des services tels que les refuges pour femmes battues, les centres d'aide aux victimes d'agression sexuelle et les centres d'aide aux réfugiées et aux immigrantes.

    Bien sûr, vous avez peur de demander de l'information parce qu'on vous a menacée et battue et qu'on vous a retiré votre passeport — si bien que vous avez raison de craindre qu'on vous arrête, qu'on vous emprisonne et qu'on vous expulse.

    Le cauchemar devient encore pire lorsque ces victimes sont livrées à l'exploitation sexuelles et traitées comme des esclaves.

  +-(1600)  

    Comme on le mentionne dans le rapport du département d'État des États-Unis sur la traite des personnes :

    Les victimes de la traite des personnes paient un prix terrible. Les dommages moraux et corporels, y compris les maladies et la croissance ralentie, ont souvent des effets permanents. Une autre réalité tragique du trafic moderne des esclaves est que les victimes sont souvent achetées et vendues à plusieurs reprises et qu'à l'origine celles-ci sont fréquemment vendues par des membres de leur famille.

    Tel est le sort terrifiant d'innombrables victimes de la traite des personnes. Certains pourraient croire que cette situation ne peut exister ici, qu'elle ne peut se produire que dans le tiers monde et dans des pays en développement qui sont très pauvres. Ces gens se trompent. Le Canada n'est pas à l'abri de cette forme d'esclavage moderne. En fait, notre pays est de plus en plus un marché important pour les trafiquants.

    Carole Morency, avocate principale au ministère de la Justice, a dit qu'il s'agissait d'un phénomène mondial qui touche tous les pays, y compris le Canada.

    La GRC signale que, chaque année, quelque 800 personnes sont introduites clandestinement au Canada. Pire encore, le solliciteur général du Canada a déclaré qu'entre 8 000 et 16 000 immigrants illégaux sont forcés de travailler dans l'industrie du sexe.

    En outre, notre pays est devenu une importante porte d'entrée vers d'autres pays et on estime qu'à chaque année entre 1 500 et 2 000 personnes sont introduites illégalement aux États-Unis en passant par le Canada.

    Selon les auteurs du rapport sur la traite des personnes, la Colombie-Britannique, par exemple, est devenue une plaque tournante importante pour les trafiquants est-asiatiques qui expédient clandestinement des Sud-Coréennes aux États-Unis en passant par le Canada. Le détective Jim Fisher de la section du renseignement du service de police de Vancouver est d'accord avec cette évaluation et, selon lui, le Canada n'a pas vraiment pris les mesures nécessaires pour contrôler ce phénomène.

    Le moins qu'on puisse dire c'est qu'avant le dépôt de cette mesure législative, la réaction du Canada face à ce problème de plus en plus marqué avait été déficiente. Cela dit, le projet de loi C-49 vise à corriger la situation en interdisant expressément la traite des personnes au Canada.

    À l'heure actuelle, le Code criminel ne renferme aucune disposition interdisant expressément la traite des personnes, bien qu'un bon nombre d'infractions englobent les enlèvements, les menaces et l'extorsion, ce qui aide à cibler ces crimes.

    Même si le gouvernement a adopté la première loi canadienne anti-trafic en 2002, soit la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, qui interdit d'amener une personne au Canada en ayant recours à l'enlèvement, la fraude, la tromperie, la force ou la coercition, ou en menaçant de recourir à la force ou à la coercition, cette mesure n'a guère été appliquée puisque les premières accusations en vertu de cette loi, qui est maintenant en vigueur depuis trois ans, n'ont été portées qu'au printemps dernier.

    Le projet de loi C-49 vise à renforcer cette mesure législative en ayant une portée qui va au delà du contexte de l'immigration et en faisant de la traite des personnes une infraction criminelle. C'est une mesure positive et je l'appuie. Toutefois, il convient de signaler qu'à défaut de prévoir des peines longues et sévères pour ces crimes, l'exploitation et les abus risquent de continuer d'exister.

    Le projet de loi C-49 ne prévoit pas de peine d'emprisonnement obligatoire, et le fait d'imposer pareille peine montrerait clairement aux Canadiens que nous ne tolérerons pas ces marchands de chair humaine.

    Tout au long de mes observations aujourd'hui, j'ai parlé du rapport sur la traite des personnes produit par le département d'État américain. Le rapport, qui a vu le jour il y a cinq ans et qui suit l'évolution de la traite des personnes à l'échelle mondiale, vise à sensibiliser les gens à ce problème et à encourager les gouvernements à prendre des mesures, au niveau national et international, afin de lutter contre la traite des personnes et, à mon avis, il atteint son objectif. Je constate toutefois que notre pays ne produit pas de document semblable et qu'il n'est pas fait mention dans le projet de loi d'un rapport annuel du Canada sur la traite des personnes. Par conséquent, j'insiste pour que nous amendions le projet de loi de manière à y inclure une disposition en ce sens.

    Un rapport annuel, qui s'inspirerait du rapport du département d'État, mais qui aurait peut-être une optique davantage canadienne, permettrait aux Canadiens et à leurs élus de mesurer le succès que nous remportons dans notre lutte contre cette forme d'esclavage moderne. De plus, ce projet de loi n'est que le premier pas dans la lutte contre la traite des personnes.

    Le gouvernement devra veiller à fournir, une fois le projet de loi adopté, les ressources nécessaires à sa mise en application efficace. Il lui faudra notamment accroître les ressources de nos services sous-financés d'immigration et de sécurité à la frontière, et soutenir davantage les organismes qui hébergent et aident les femmes amenées ici clandestinement, notamment celles mêlées à l'industrie du sexe.

  +-(1605)  

    Je conclurai en disant que j'appuie le projet de loi. Le gouvernement doit toutefois s'assurer qu'il sera adopté et veiller à fournir les ressources nécessaires à sa mise en application efficace.

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, la députée a terminé son intervention en apportant un argument très important au sujet des ressources. Il est certain qu'on peut adopter des lois pour faire modifier le Code criminel, si aucune disposition actuelle ne porte précisément sur la traite des personnes. J'aimerais qu'on parle plutôt d'exploitation de personnes. Quoi qu'il en soit, le gouvernement doit s'assurer que les provinces ont les moyens et les ressources pour mettre les lois en application au fur et à mesure qu'elles évoluent avec la société.

    La députée a-t-elle des commentaires à faire sur la façon dont le gouvernement peut fournir ces ressources à l'égard de l'application du Code criminel? La traite des personnes ne se produit pas uniquement entre des pays étrangers et le Canada. Elle a également cours en territoire canadien. Tous les niveaux de gouvernement et les autorités policières doivent collaborer pour lutter contre ces crimes et s'assurer que leurs auteurs reçoivent des peines appropriées qui reflètent les véritables valeurs des Canadiens.

  +-(1610)  

+-

    Mme Lynne Yelich: Monsieur le Président, on pourrait régler assez rapidement la question des ressources en utilisant l'argent qui est gaspillé dans le registre des armes à feu par exemple. Je crois que, comme l'affirme le député, nous manquons sérieusement de ressources. J'ai rencontré des agents de la GRC à Saskatoon. Ils doivent faire face à des compressions. Or, il faut davantage de ressources sur le terrain et davantage d'agents de première ligne.

    Je conviens qu'il devrait y avoir davantage de ressources. Comment les obtenir? Il faut jeter un coup d'oeil sur le registre des armes à feu qui engloutit énormément de nos ressources. C'est l'argent des contribuables qui est englouti dans ce terrible gâchis. Les provinces seraient très heureuses d'obtenir l'argent actuellement versé dans ce registre.

[Français]

+-

    M. Guy André (Berthier—Maskinongé, BQ): Monsieur le Président, je vais bien sûr voter en faveur de ce projet de loi. Il est important de pouvoir assurer une certaine sécurité contre la traite des personnes à des fins d'exploitation sexuelle.

    Ce projet de loi est un pas en avant, mais cela ne va pas tout résoudre quant à ce phénomène qui, malheureusement, existe dans notre société. Dans ma carrière antérieure de travailleur social, j'y ai été confronté à plusieurs occasions.

    À part les moyens nécessaires visant à légiférer par rapport à cette situation, la députée voit-elle des moyens de prévention et d'intervention au niveau des communautés afin de prévenir tout ce crime organisé et cette exploitation de la traite des personnes à des fins sexuelles?

[Traduction]

+-

    Mme Lynne Yelich: Monsieur le Président, j'y ai déjà réfléchi, et ma réflexion porte sur un projet du gouvernement, soit envisager la légalisation de la prostitution. Voilà une question sur laquelle nous devrions sans doute nous pencher. À mon avis, on ne devrait même pas y penser.

    J'aimerais rapporter les propos de Donna Hughes, professeure à l'Université du Rhode Island. Elle a consulté bon nombre de gouvernements dans le cadre de ses recherches sur les droits des femmes. Elle a publié un article intitulé « The 'Natasha' Trade - The Transnational Shadow Market of Trafficking in Women ». Voici comment elle conclut son article :

    On envisage parfois la légalisation de la prostitution comme une solution au problème de la traite des femmes, mais les observations semblent démontrer que les industries du sexe légalisées entraînent plutôt une hausse du trafic des femmes afin de répondre à la hausse de la demande. L'augmentation de la traite des femmes s'accompagne également d'une plus grande activité de la part des réseaux criminels.

    Nous devons nous attaquer à la source du problème . Il faut empêcher les gens vulnérables de se retrouver à la rue. Nous ne devrions pas envisager d'adopter un projet de loi qui légaliserait une activité qui, selon moi, contribuerait au trafic des personnes.

+-

    Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC): Monsieur le Président, ma collègue a parlé de la participation familiale, des situations au foyer liées à la traite des femmes. Pourrait-elle nous expliquer plus clairement comment cela fonctionne?

+-

    Mme Lynne Yelich: Monsieur le Président, ce que nous voulons, c'est éradiquer le problème. Je reviens à la prostitution à l'échelle locale, un milieu où le trafic des personnes est de plus en plus préoccupant.

    Je représente la municipalité de Saskatoon, où nous sommes aux prises avec de sérieux problèmes. Des parents ont décidé de s'y attaquer eux-mêmes. Ils tentent de sortir ces gens de la rue en prenant des photos de clients de prostituées. Ils se chargent eux-mêmes de faire régner la loi en agissant à l'échelle locale au lieu d'attendre que le gouvernement agisse pour lutter contre la prostitution des enfants et pour protéger les jeunes qui sont la cible des clients de ce type de commerce.

    Il faut intervenir au niveau de la famille, dans les collectivités, pour lutter contre les problèmes de prostitution, qui mènent rapidement au trafic des personnes.

  +-(1615)  

[Français]

+-

    M. Guy André: Monsieur le Président, je veux seulement réagir au propos de la députée. Bien sûr, je suis en faveur du projet de loi. Toutefois, je crois plus ou moins au fait que de légaliser ou d'encadrer la prostitution, cela augmenterait la traite des blanches et l'exploitation sexuelle. Je ne suis pas nécessairement en accord avec ce volet.

    Je crois au contraire que si on encadrait davantage l'acte de prostitution, qui malheureusement a toujours existé dans notre société — qui ne devrait pas l'être, mais qui l'a toujours été —, cela pourrait sûrement améliorer un peu cette situation. Je pense qu'il n'y a pas nécessairement de lien entre les deux, soit entre la traite des personnes à des fins sexuelles et la question de la légalisation de la prostitution. J'aimerais entendre l'avis de la députée à ce propos.

[Traduction]

+-

    Mme Lynne Yelich: Monsieur le Président, j'aimerais une fois de plus citer un expert. Il s'agit de Donna Hughes, professeure du programme d'études féminines de l'Université du Rhode Island et chercheure de renom en matière de droits des femmes. Elle a rédigé un article intitulé « The 'Natasha' Trade -- The Transnational Shadow Market of Trafficking in Women », paru dans l'édition du printemps 2000 du Journal of International Affairs. On peut y lire :

    On pense parfois que la légalisation de la prostitution est la solution à la traite des femmes, mais les données semblent démontrer que cette légalisation se traduit en fait par une augmentation de la traite pour répondre aux besoins des industries du sexe légales. L'accroissement de la traite s'accompagne aussi d'une hausse des activités des réseaux de crime organisé.

    Cette experte est souvent consultée par des instances gouvernementales telles que le département d'État des États-Unis et le Conseil de l'Europe, de même que par des organisations non gouvernementales, notamment la Coalition Against Trafficking in Women, au sujet des politiques liées à la traite et à l'exploitation des femmes et des jeunes filles.

    Je me fie aux experts qui étudient ces problèmes sociaux. J'ai toujours pensé que la prostitution engageait notre société sur une pente glissante. Les travaux de cette professeure et les statistiques qu'elle a présentées sont probablement très légitimes et très valables.

+-

    L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais commencer sur une note personnelle. Depuis mon arrivée au Parlement, vous comptez parmi les députés avec qui j'entretiens une relation très étroite. J'ai aimé travailler avec vous. Je vous offre mes voeux de santé et je remercie ceux qui ont tissé de forts liens avec vous. Je vous félicite pour votre déclaration courageuse de tout à l'heure. Nos pensées vous accompagnent. Vous continuez à exceller dans votre rôle, qui est de servir le pays.

    Je suis heureux de prendre la parole au sujet du projet de loi C-49, Loi modifiant le Code criminel (traite des personnes).

    La traite des personnes est un phénomène très répandu dans le monde. Aucun pays n'échappe à ce terrible fléau. Le Canada, ainsi que la communauté internationale, reconnaît que le problème est grave et est déterminé à s'y attaquer, tant à l'intérieur de ses frontières que dans le cadre d'efforts avec ses partenaires internationaux.

    Le projet de loi est un exemple de cette détermination. Il s'inscrit dans une vaste approche comprenant une stratégie fédérale très importante de lutte contre la traite des personnes qu'est en train d'élaborer un groupe de travail interministériel chargé de ce dossier.

    J'appuie cette vaste approche, car elle tient compte des nombreuses manifestations de ce crime complexe, un crime qui a de graves répercussions sur les victimes, sur l'application de la loi, sur la société canadienne et sur la communauté internationale.

    Une telle approche doit faire fond sur les normes internationales établies pour remédier à ce problème, ce qui est le cas de l'approche du Canada, à mon avis.

    La Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et son protocole additionnel visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, constituent le cadre le plus accepté à l'échelle internationale en matière de traite. Le Canada a été l'un des premiers pays à ratifier ces importants instruments en mai 2002.

    Conformément à ce cadre, je crois comprendre que la stratégie fédérale de lutte contre la traite des personnes portera sur la prévention de la traite, la protection des victimes et la poursuite des contrevenants.

    Dans cette approche, les réformes proposées envoient un message très clair: ceux qui tentent d'exploiter des personnes vulnérables seront poursuivis en justice. Ces réformes au droit pénal renforceraient nos interventions en matière de traite puisqu'elles s'ajouteraient aux dispositions actuelles du Code criminel sur la traite ainsi qu'à l'infraction prévue dans la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés qui concerne la traite transfrontière. Pour ceux qui s'interrogeaient plus tôt aujourd'hui, il y a déjà eu des condamnations en vertu de cette loi, nous progressons donc déjà dans ce domaine.

    Ces réformes nous donneraient d'autres outils pour mieux réagir aux diverses formes que peut prendre le crime, y compris interdire la traite intrafrontalière et transfrontalière et cibler l'exploitation au coeur même de ce comportement criminel.

    Les efforts soutenus que déploie le Canada pour renforcer sa lutte contre la traite des personnes sont aussi reconnus à l'échelle internationale. Par exemple, dans le rapport annuel sur la traite des personnes publié en juin par le Congrès des États-Unis, mentionné plus tôt aujourd'hui, le Canada demeure l'un des pays qui respecte totalement les normes minimales établies par les États-Unis pour évaluer les efforts des autres pays en matière de prévention, de protection et de poursuite.

    Trois nouvelles infractions sont proposées.

    Aux termes de la principale infraction en matière de traite, il serait interdit de recruter, transporter, héberger ou exercer un contrôle sur les mouvements d'une personne en vue de l'exploiter ou de faciliter son exploitation. Cette infraction serait passible d'un emprisonnement pouvant aller jusqu'à perpétuité selon la gravité et les conséquences néfastes subies par les victimes.

  +-(1620)  

    Ensuite, la réforme proposée cherche à lutter contre ceux qui profiteraient de l'exploitation d'autres personnes en érigeant en infraction le fait, pour une personne, de recevoir un avantage matériel, notamment pécuniaire, qu'elle sait provenir de la perpétration de l'infraction de traite des personnes. Cette infraction est passible d'une peine maximale de dix ans d'emprisonnement.

    Troisièmement, la réforme proposée cherche à criminaliser le fait de retenir ou de détruire tout document de voyage d'une personne, afin de faciliter ou de perpétrer l'infraction de traite des personnes.

    Cette approche est conforme à la compréhension de la communauté internationale de ce terrible crime et j'interviens aujourd'hui pour appuyer fortement ces réformes comme la plupart des députés à la Chambre l'ont fait aujourd'hui.

    Je pense qu'il est important de se rappeler que le projet de loi n'est pas seul. En plus de la stratégie fédérale de lutte contre la traite de personnes dont j'ai déjà parlé, on continue de s'attaquer à ce trafic par l'entremise de mesures non législatives également. Par exemple, je sais que le gouvernement a entrepris de nombreuses initiatives pour combattre la traite de personnes grâce à l'élaboration de documents de sensibilisation comme une affiche, une brochure et un site web. Je crois comprendre que l'affiche et la brochure ont été traduites en de nombreuses langues du fait de la nature internationale de ce crime.

    Je félicite également le gouvernement de vouloir continuer à travailler en partenariat avec la communauté internationale pour s'attaquer à ce problème, notamment en finançant des efforts de prévention à l'étranger, en participant à diverses organisations, comme les Nations Unies, l'Organisation des États américains et par l'entremise du nouveau Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité.

    Je voudrais également mentionner que le Canada a ratifié le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, le 14 septembre. C'est une autre expression de la détermination du Canada à s'attaquer à tous les aspects de la traite, y compris la traite des enfants.

    Récemment, l'Organisation internationale du Travail a estimé qu'au moins 2,45 millions de personnes vivent en situation de travail forcé à cause de la traite des personnes et que la majorité d'entre elles sont des femmes et des enfants, les membres les plus vulnérables de notre société. Ces chiffres soulignent la nécessité d'une approche globale face à ce problème mondial. Le projet de loi C-49 représente une occasion de renforcer l'approche du Canada, ainsi que de mieux atteindre la priorité du gouvernement, soit la protection des gens les plus vulnérables.

    Je suis persuadé que la réaction très large actuelle est nécessaire si nous voulons parvenir à combattre de façon efficace ce crime. Le projet de loi C-49 est une partie importante de cette approche globale de lutte contre la traite des personnes.

    Il semble que pratiquement tous les députés prennent la parole pour appuyer le projet de loi et j'espère qu'il franchira rapidement les étapes du comité et des diverses lectures à la Chambre.

    La question qui a fait l'objet d'une discussion qu'il pourrait être intéressant de poursuivre a été soulevée par la loyale opposition de Sa Majesté. Elle porte sur le manque de types différents de peines pour ces crimes précis et peut-être même dans l'ensemble du système de justice canadien. Comme je l'ai déjà mentionné, je suis préoccupé par la légèreté des peines imposées dans les cas d'agressions sexuelles perpétrées contre des femmes, même si ces crimes peuvent ruiner ou détruire des vies. Je pense que les députés sont très intéressés à débattre cette question.

  +-(1625)  

    J'ai parlé plus tôt de peines minimales obligatoires. On a laissé entendre que ce projet de loi en particulier ne cadrait tout simplement pas avec la philosophie générale de détermination des peines en général au Canada et, comme c'est la seule modification qui a été proposée aujourd'hui, je dois m'y arrêter. Il y a déjà 29 infractions très graves auxquelles sont associées des peines minimales obligatoires et 11 autres sont proposées dans notre projet de loi C-2. Cependant, en général, ces peines ne font pas partie du système de droit canadien pour diverses raisons.

    Premièrement, ces mesures n'atteignent généralement pas leurs objectifs, soit une meilleure protection et réadaptation des contrevenants. Par exemple, aux États-Unis, où on les a mises à l'essai, car il y existe une peine minimale obligatoire, les gens ont tendance à utiliser celle-ci comme une peine maximale. Cela a eu pour effet de réduire la longueur des peines, ce qui est contraire à l'intention initiale de ce régime.

    De plus, au lieu de devoir nous contenter d'un système de détermination de la peine arbitraire et étriqué, nous disposons au Canada d'un système très large et d'un grand nombre d'options parce que nous reconnaissons qu'il existe tout un éventail de circonstances dont nous devons tenir compte si nous voulons évaluer adéquatement les circonstances en cause et les résultats attendus. Comme tous les autres, les Canadiens veulent que leur régime juridique les protège contre les contrevenants en leur assurant que ces derniers ne récidiveront pas, et qu'il prévoie des mesures de réadaptation. On ne peut tout définir dans les limites plutôt étroites des modes d'incarcération et de peine, et c'est pour cette raison que le système canadien de détermination de la peine peut être axé sur l'équité et prévoir tout un éventail de solutions à ces problèmes.

    Si ce sont là les seules préoccupations à l'égard de ce projet de loi, j'espère que nous pourrons procéder très rapidement. Tous les députés reconnaissent qu'il s'agit d'une infraction très grave à l'échelle internationale. Il existe déjà certaines lois qui s'appliquent dans ce domaine. Des motifs de culpabilité ont été reconnus. Nous pouvons faire appel à d'autres programmes. Nous avons par exemple des programmes d'information qui constituent une importante partie de notre stratégie. Puis, il y a la prévention. La prévention est toujours préférable puisqu'elle permet de régler bon nombre de problèmes économiques et d'éviter des tragédies humaines.

    Ce sont tous là des éléments d'une stratégie et le présent projet de loi nous permet de faire savoir à la communauté internationale et à l'ordre juridique que nous ne prenons pas ces infractions à la légère. C'est la raison pour laquelle nous créons ces trois nouvelles infractions et ciblons tout particulièrement ce problème. Nous voulons nous assurer que les contrevenants ne peuvent pas échapper à une poursuite pour s'être rendu coupables au Canada d'une infraction grave qui a des incidences à l'échelle internationale.

  +-(1630)  

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, l'approche positive que prend le député à l'égard de ce problème des plus troublants pour ceux qui y sont sensibilisés m'intéresse beaucoup. Il est très important que d'autres soient sensibilisés à ce problème au sein de notre société.

    J'aimerais savoir si le député est d'accord avec moi pour dire qu'au-delà de l'adoption d'un projet de loi, un travail de sensibilisation s'impose de manière à ce qu'on reconnaisse que ce problème existe bel et bien dans notre pays et qu'il s'agit d'un crime qui doit être puni sévèrement.

+-

    L'hon. Larry Bagnell: Monsieur le Président, le député voulait savoir si le projet de loi était suffisant. J'ai tenté de souligner plus tôt que cette mesure s'inscrivait dans une stratégie plus globale du gouvernement fédéral et que la stratégie de lutte contre la traite de personnes comporte un certain nombres de piliers.

    Nous élaborons actuellement cette stratégie afin d'améliorer la coordination entre les divers ministères fédéraux chargés de la lutte contre la traite de personnes. Nous devons coordonner l'action non pas seulement des organismes intérieurs, mais également celle des organismes internationaux. Nous faisons un certain nombre de choses localement.

    Il arrive souvent que les personnes les plus vulnérables sont celles qui, de toute évidence, ignorent, d'abord, que cela pourrait être un problème pour elles et, ensuite, comment éviter cela et quelles mesures prendre. Par exemple, lorsque des candidats immigrants qui ne connaissent pas bien la langue sont ciblés, ils ne savent pas quels sont leurs droits au regard de la loi et deviennent victimes. Notre stratégie consiste donc d'abord, notamment, à sensibiliser les diverses communautés multiculturelles du pays au moyen de bulletins d'information, de notre site web et d'autres ressources. Nous expliquons alors à ces communautés à quels risques elles sont exposées et quels sont leurs droits pour que cela ne se produise pas. Nous leur faisons prendre conscience des dangers et des moyens à prendre pour les éviter personnellement et collectivement.

    Je le répète, je pense que nos affiches et nos bulletins ont été traduits dans une quinzaine de langues pour que les membres des diverses communautés au Canada comprennent exactement quel est le problème et pour qu'ils sachent comment l'éviter.

    Nous offrons aussi des ateliers de sensibilisation aux agents de la paix, aux policiers, aux procureurs, aux agents de l'immigration, aux douaniers et aux agents consulaires, bref à tous ceux qui pourraient devoir intervenir dans des cas semblables afin qu'ils sachent comment les mettre au jour. Après avoir découvert une telle activité, ils pourront interroger les délinquants, engager des poursuites et, on peut l'espérer, prévenir ce genre de crime par des activités de prévention.

  +-(1635)  

[Français]

+-

    M. Marc Lemay (Abitibi—Témiscamingue, BQ): Monsieur le Président, j'ai lu avec attention le projet de loi et écouté les commentaires que vient de faire l'honorable député. J'aimerais lui demander des explications.

    J'aimerais que le député nous dise de quelle façon on va traiter les cas où l'on amène quelqu'un, par tromperie, par la menace, par l'usage de la force ou par toute autre forme de contrainte, à se faire prélever un organe ou des tissus. C'est un des points du projet de loi qui m'apparaît important. Jusqu'à maintenant, on n'en a pas beaucoup parlé. On parle bien évidemment de la traite des blanches. Ce projet de loi est très important. D'ailleurs, le Bloc québécois appuiera sans réserve le gouvernement pour sa mise en application le plus tôt possible. Toutefois, j'aimerais que l'honorable député nous entretienne sur ce sujet, car c'est une des parties méconnues du projet de loi actuel.

[Traduction]

+-

    L'hon. Larry Bagnell: Monsieur le Président, chaque fois que nous parlons de ce sujet ainsi que du sujet connexe des services d'urgence, un important débat a lieu sur l'équilibre à trouver entre les divers points de vue au sujet des droits à la dignité, à la vie privée et à la protection des renseignements personnels. La sensibilisation est la pierre angulaire dans ce dossier. Il s'agit de conseiller les gens et de leur expliquer quand et pourquoi ce genre de mesure est nécessaire, quels en sont les avantages et de quelle manière elle préviendrait le crime.

    Je suis convaincu que, lorsque les gens verront ce qui peut se produire dans les cas graves et qu'on leur montrera quel genre de personnes constitue les 2,45 millions de victimes de ce type de crime dans le monde, ils verront que des compromis sont nécessaires, et des gens accepteront cette mesure dans leur intérêt.

+-

    M. Randy White (Abbotsford, PCC): Monsieur le Président, je vais parler de cette question dans environ 40 minutes, mais avant cela, je veux qu'on réponde à deux questions. Les peines qui sont prévues dans ce projet de loi sont des peines maximales d'emprisonnement à perpétuité ou pour des périodes de 10 ans ou 5 ans. Les députés d'en face savent que, de nos jours, les tribunaux réduisent ces peines au minimum, surtout à cause des cabrioles des juges et des avocats.

    Je suis très inquiet. Ce n'est pas parce que le gouvernement prévoit des peines maximales que nous allons nécessairement être plus sévères dans de pareils cas. Il est très probable que la vie continuera dans les tribunaux comme si de rien n'était. Je suis plutôt réticent à approuver des peines maximales de nos jours. Je pense que nous devrions plutôt parler de peines minimales. Et cette approche devrait être employée dans bon nombre de lois, notamment celles qui traitent des drogues et des délits de fuite. J'aimerais que le député nous donne une réponse à ce sujet.

    J'aimerais aussi avoir quelques éclaircissements sur le traitement réservé au trafic d'êtres humains hors du Canada dans la majeure partie du projet de loi. Je connais beaucoup de gens qui sont forcés de travailler pour des gangs de narcotrafiquants. On se sert d'eux en tant que fiers-à-bras, pour conduire des automobiles ou encore pour accomplir d'autres tâches. Le gang les tient sous son emprise en les menaçant par exemple de tuer leur frère, soeur, mère ou grand-père. Je veux simplement qu'on me donne l'assurance que ce projet de loi prévoit des peines pour de tels actes tout comme pour le trafic d'êtres humains et le proxénétisme hors de nos frontières. Nous en sommes arrivés au point où ces gangs de narcotrafiquants, dont je vais parler dans quelques minutes, forcent des jeunes gens d'âge scolaire à travailler pour eux.

    J'aimerais qu'on réponde à ces deux questions avant que j'entre dans le vif du sujet, parce que je ne veux vraiment pas faire erreur dans mes propos.

  +-(1640)  

+-

    L'hon. Larry Bagnell: Monsieur le Président, le député pose deux très bonnes questions.

    Pour répondre à la deuxième, il va sans dire que le projet de loi vise le territoire canadien et a pour but de mettre fin à la traite des personnes, quelle que soit la raison de leur exploitation. Si l'activité particulière dont parle le député n'est pas couverte dans le projet de loi, c'est qu'elle l'est par d'autres lois portant sur d'autres infractions parce qu'il est évident qu'une des choses que nous tentons d'éliminer est l'exploitation des jeunes, qu'elle soit à des fins criminelles, comme dans le cas des drogues, à des fins sexuelles ou autres. Notre objectif, bien évidemment, est d'éliminer entièrement ce genre d'activité au Canada.

    En ce qui concerne les peines maximales et minimales, j'en ai parlé un petit peu à la fin de mon discours. Peut-être devrais-je me répéter. Le fait que le gouvernement fixe des peines maximales et non minimales ne revient pas à dire, comme on en a parlé plus tôt, qu'il s'attend à un niveau de sévérité donné de la part des tribunaux et des juges. Il reconnaît simplement que les tribunaux disposent de toute une gamme d'options et de toute une gamme de peines à imposer en fonction des circonstances, qui peuvent être très variées. Il dispose de toute une gamme de peines pour protéger les gens ou favoriser la réinsertion sociale du délinquant. Le gouvernement n'entrave pas les tribunaux et ne leur donne aucun ordre. Il offre tout simplement toute une gamme d'options aux tribunaux afin qu'ils puissent traiter chaque situation équitablement.

    Comme je l'ai dit plus tôt, il arrive que les peines minimales aient l'effet inverse de ce qu'on recherchait. Dans de nombreux États aux États-Unis, les peines minimales étaient traitées comme des peines maximales. Cela a donné lieu à des peines beaucoup plus légères que prévues. Les tribunaux étaient privés de beaucoup d'autres options qu'ils auraient pu avoir dans des circonstances particulières, options qui auraient été beaucoup plus sensées.

[Français]

+-

    Mme Christiane Gagnon (Québec, BQ): Monsieur le Président, merci de me donner la parole, aujourd'hui, concernant le projet de loi C-49, de sorte que le Bloc québécois puisse livrer sa position dans ce dossier. Ce projet de loi m'interpelle tout particulièrement à titre de porte-parole en matière de condition féminine. C'est un nouveau dossier pour moi. En effet, le chef québécois m'a demandé d'être la porte-parole en matière de condition féminine pour la prochaine session. Je suis aussi porte-parole en matière de développement social. On sait que ce dossier est aussi important parce qu'il est question de pauvreté, d'équité et de qualité de vie.

    Le projet de loi C-49 concerne la traite des personnes. C'est un sujet que l'on peut qualifier d'alarmant et de révoltant à certains égards. On peut aussi ajouter que la trajectoire de vie des personnes abusées est déconcertante et moralement inacceptable.

    On sait que plusieurs personnes tirent profit de la détresse humaine — de la détresse de certaines personnes et de certaines civilisations. Face à ces tragédies humaines, nous devons, comme législateurs, faire aussi notre effort et apporter notre contribution pour mieux comprendre les différents rouages de ce crime que l'on pourrait qualifier de mafieux.

    Aujourd'hui, nous offrons notre sensibilisation et notre compréhension concernant ce dossier et l'ampleur de la situation.

    C'est un sujet qui est complexe et qui a plusieurs visages. Plusieurs personnes y sont impliquées. Il y a d'abord ceux et celles qui sont exploités: des femmes, des enfants et des hommes; et il y a ensuite les exploitants. Qui sont ces exploitants qui profitent de la situation? On sait qu'il y a tout un rouage d'activités dont plusieurs personnes bénéficient.

    Aujourd'hui, le Bloc québécois considère le projet de loi C-49 comme un pas dans la bonne direction non seulement parce qu'il encadrera mieux les législateurs du Code criminel, mais aussi parce qu'il permettra de poursuivre ceux et celles qui en profitent. On donne une meilleure définition du recrutement. On dit, par exemple, comment s'établit le transport des individus et comment l'hébergement permet que l'on abuse des victimes. Cela englobe également l'exploitation dans l'industrie du sexe. On ne peut nier cela.

    On parlait plus tôt de trafic de femmes. Lorsqu'on fait le lien avec la prostitution, le trafic de femmes et de jeunes enfants à des fins de prostitution, on constate qu'il faut être très vigilants quand on veut intervenir en ce qui a trait au code criminel. En effet, il faut être en mesure de mieux répondre aux besoins de ceux et celles qui sont exploités.

    L'interdiction de faire la traite des personnes est l'objectif poursuivi par ce projet de loi. Cela veut dire que ceux et celles qui tirent profit de la traite des personnes seront doublement pénalisés. On a été jusqu'à détruire et dissimuler des documents d'identité pour faciliter la traite des personnes.

    Tous ceux et celles qui travaillent au commerce de cette traite des personnes seront poursuivis par la loi: ceux qui font la traite des personnes, ceux qui tirent profit de cette traite, ceux qui détruisent et dissimulent des documents d'identité pour faciliter ladite traite. Voilà les différentes personnes qui seront le plus pénalisées par le Code pénal.

    Dans le projet de loi C-49, si une personne est reconnue coupable de traite des personnes, elle écopera d'une peine de prison à perpétuité. Cela s'applique également aux individus qui seraient complices d'enlèvement, de voies de faits graves, d'agression sexuelle, de mort d'une victime. Ces complices seront passibles d'une peine de 10 ans d'emprisonnement.

  +-(1645)  

    Toute personne qui tire avantage, sur le plan financier, du travail forcé, aussi imposé aux victimes de la traite des personnes, s'exposerait à une peine maximale de 10 ans d'emprisonnement. Une peine de cinq ans d'emprisonnement sera aussi possible pour des personnes qui prennent possession de documents d'identité ou de voyage appartenant à une victime. Ceux qui détruisent des cartes d'identité seront aussi passibles d'emprisonnement.

    Avec ce projet de loi, c'est toute une chaîne de personnes liées au commerce de cette traite de personnes qui seront poursuivies de façon beaucoup plus pénalisante.

    On sait que le ministre de la Justice a déposé huit articles, le 12 mai 2005. Ce sont des articles très courts qui vont modifier la loi et créer trois nouvelles infractions:

a) de créer une infraction de traite des personnes consistant à accomplir certains actes en vue d'exploiter une personne ou de faciliter son exploitation.

b) d'ériger en infraction le fait, pour une personne, de recevoir un avantage matériel, notamment pécuniaire, qu'elle sait provenir de la perpétration de l'infraction de traite des personnes;

c) d’ériger en infraction le fait de cacher, d’enlever, de retenir ou de détruire tout document de voyage [...]

    Voilà une partie du libellé du sommaire de ce projet de loi qui modifiera le Code criminel et créera trois nouvelles infractions.

    Le projet de loi définit aussi la notion d'exploitation dans le cadre de la traite des personnes, comme le fait d'obliger une personne à travailler ou à fournir des services — par exemple, de nature sexuelle —, en adoptant un comportement qui amène la victime à craindre pour sa sécurité ou pour celle d'un proche si elle ne se soumet pas aux exigences formulées. Il y a aussi le fait d'amener la personne, par la tromperie, la menace ou l'usage de la force ou de toute autre forme de contrainte, à se faire prélever un organe ou des tissus.

    Voilà les modifications au projet de loi en ce qui concerne l'exploitation dans le cadre de la traite des personnes.

    On pourrait donc qualifier d'esclavage moderne la traite des personnes. On sait qu'on exploite d'abord les femmes et les enfants, les plus vulnérables de la société. Également, dans certains continents, on s'attaque à des personnes qui vivent dans des conditions minimales de survie.

    Il faut que tous ceux et celles qui participent à cette traite soient punis, que ce soit pour le recrutement, le transport ou l'hébergement à des fins d'exploitation sexuelle ou autres. Les victimes sont d'abord trompées, souvent forcées. Cela se passe aussi ici, au Canada. On dit que 800 personnes au Canada sont victimes, chaque année, de ce type d'abus. On pensait que cela n'existait pas dans notre pays, que cela n'avait lieu que dans d'autres pays en voie de développement ou des pays qui ferment les yeux sur ce trafic de femmes, d'enfants ou d'hommes. Cette traite existe pour toutes sortes de raisons, soit pour l'exploitation sexuelle, ou encore au niveau du travail.

    En 2000, il y a eu un rapport des Nations Unies sur la traite des femmes. On y dit que le Canada figure parmi la liste des 30 pays de destination « par excellence ». Dans les pays concernés, il y a donc le pays d'origine, mais aussi le pays de transit et le pays qui accueille ce type de commerce. Il faut donc être très vigilants.

    Je suis heureuse de voir qu'aujourd'hui, on renforce davantage le Code criminel pour pouvoir intervenir. On vise la « tolérance zéro » pour ce qui est de la violence envers les femmes, mais aussi en ce qui a trait au commerce de la traite des personnes.

    Aujourd'hui, cela nous permet également de sensibiliser la population. En effet, il s'agit d'esclavage moderne. Bien des gens peuvent penser que l'esclavage a eu lieu à un autre siècle et que l'on a fêté le 150e anniversaire de la fin de l'exploitation de la traite raciale. Pourtant, c'est un type d'esclavage qui sévit encore aujourd'hui.

    On sait qu'il y a eu plusieurs événements pour fêter l'abolition de l'esclavage, mais ce type d'esclavage a cours aujourd'hui. Dans un contexte de mondialisation, le transfert d'individus se fait de façon beaucoup plus rapide et on sait que c'est un type de commerce en demande.

    Donc, quand on n'a pas un Code criminel assez musclé, il y a permissivité. Cela laisse des trafiquants ou la mafia s'installer dans des pays ayant un certain laxisme.

  +-(1650)  

    De plus, en 2000, dans le rapport des Nations Unies sur la traite des femmes, on recommande aux pays de réviser leurs approches trop restrictives, comme je le dis, voire anti-immigration. Tout à l'heure, on demandait ce qu'on pourrait faire pour être plus compréhensif par rapport à ce genre de trafic. En fait, certaines personnes veulent immigrer dans d'autres pays où les conditions de vie leur semblent meilleures. On pourrait arrêter d'accorder trop de visas temporaires pour les touristes, plutôt que de freiner les possibilités réelles d'immigration pour certaines d'entre elles.

    En réalité, c'est une recommandation du rapport des Nations Unies sur la traite des femmes qui date de 2000. Il est donc question de politiques responsables en matière d'immigration.

    Il y a un terreau fertile à l'accroissement et à la perpétuation de l'exploitation des femmes. Il ne faut pas traiter les victimes comme des immigrantes illégales. C'est un domaine où l'on pourrait peut-être intervenir de façon beaucoup plus proactive. Il s'agit d'avoir des politiques face aux immigrantes illégales, de ne pas les traiter comme des immigrantes illégales ou des criminelles, mais comme des femmes, des enfants, même des hommes ayant été abusés par des personnes qui font partie d'une mafia ou qui veulent les exploiter et qui enlèvent toute dignité humaine aux personnes qui subissent ces sévices.

    Il existe un autre rapport soumis en 2005 par l'Organisation internationale du Travail, qui estime qu'un minimum de 2,4 milliards de personnes dans le monde sont victimes d'abus, menacés physiquement ou psychologiquement par leur agresseur. Elles sont aussi victimes d'exploitation pour le travail.

    Plusieurs d'entre elles sont menacées physiquement, sont obligées de se prostituer ou d'occuper des emplois peu ou pas rémunérés dans différents secteurs. On pense au secteur de la construction, mais il y a aussi le secteur agricole qui reçoit un certain nombre de gens provenant d'autres pays. Là aussi, il y a des abus quant à leurs conditions de travail et à leur rémunération.

    Tout ce secteur d'activité lié au travail représente 32 milliards de dollars américains à l'échelle mondiale. C'est beaucoup d'argent. Qui en profite? Ce sont les sociétés qui paient peut-être moins cher leurs vêtements ou toutes sortes de services et de matériaux. En même temps, d'autres personnes doivent subir le contrecoup d'une diminution du coût par exemple des vêtements ou d'autres objets que l'on utilise quotidiennement.

    Aussi, le rapport souligne le fait que le travail forcé peut être aboli, à condition que les gouvernements et les institutions nationales poursuivent des actions politiques constantes et concrètes. Donc, le projet de loi C-49 peut s'inscrire dans une démonstration un peu plus musclée de leur implication dans l'abolition de certaines conditions dans lesquelles vivent des personnes.

    De plus, il faut renforcer les lois. Ce rapport déclare aussi que les gouvernements devraient s'engager dans l'éradication de tels traitements infligés à des êtres humains. Cela interpelle non seulement un pays, mais toute la communauté internationale. Selon le rapport de 2005 de l'Organisation internationale du Travail, il faudrait aller plus loin que le fait d'inciter les gouvernements à changer les lois, et adopter des politiques pour éradiquer de tels traitements infligés à des êtres humains.

    Le rapport appelle aussi à la mise sur pied d'une alliance mondiale. On ne peut travailler de façon isolée, chacun dans son coin. Il faut une alliance mondiale impliquant tous les paliers de gouvernement, les organisations d'employeurs, des travailleurs, les agences de développement, les institutions financières, la société civile, les institutions de recherche et du monde académique. Il s'agirait d'une grande coalition pouvant être beaucoup plus vigilante à plusieurs échelons de la société.

    Il faut souhaiter que ce fléau soit relégué aux oubliettes et qu'il constitue de l'histoire ancienne. On dit que des pays ont pris certaines initiatives. Les États-Unis, entre autres, ont adopté en 2000 le Trafficking Victims Protection Act, où de nouvelles infractions ont été créées en vue de punir plus sévèrement les crimes identifiés dans le Code criminel, comme on le fait aujourd'hui.

  +-(1655)  

    Également, les victimes qui collaborent avec les autorités américaines pour faire avancer les enquêtes sont protégées contre la déportation. Au Royaume-Uni, en France et au Japon, on a aussi modifié les lois pour y inclure des dispositions encore plus musclées.

    La lutte contre le crime organisé est aussi un pas dans la bonne direction. Mon collègue, le député d'Hochelaga, a beaucoup travaillé pour obtenir des dispositions plus adaptées contre le crime organisé.

    Le projet de loi C-49 est donc un bon outil pour poursuivre les individus impliqués dans ce trafic des personnes. On y dit que la lutte à l'exploitation va de pair avec la lutte contre le crime organisé. Le projet de loi C-49 va dans cette direction et il a le grand mérite d'élargir les outils pour la poursuite des individus.

    Ce qui motive avant tout les organisations criminelles qui pratiquent le commerce des personnes, c'est tout d'abord la recherche du profit. Le renversement du fardeau de la preuve facilitera la tâche des autorités et leur permettra de saisir les biens des individus qui appartiennent aux organisations criminelles et profitent financièrement du commerce des personnes.

    Il y a déjà longtemps que le Bloc québécois revendique la mise sur pied de mesures pour lutter plus efficacement contre le crime organisé. L'an dernier, le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles a d'ailleurs déposé le projet de loi C-242 visant à permettre le renversement du fardeau de la preuve, ce qui obligerait un accusé, déclaré coupable d'une infraction liée au crime organisé, de faire la preuve par la balance des probabilités, que ses biens ont été acquis de façon honnête et légitime.

    Voilà une façon d'aller un peu plus loin que le projet de loi devant nous. Il faut s'attaquer aussi au crime organisé. En effet, d'après toutes les lectures que j'ai faites, le crime organisé est justement un des piliers de ce trafic d'enfants et de femmes. Il y a quand même de l'argent à en retirer.

    Lors d'une journée d'opposition, le 11 mars 2005, le Bloc québécois est allé encore plus loin en présentant une motion forçant le gouvernement à déposer un projet de loi modifiant le Code criminel afin de créer un renversement du fardeau de la preuve en matière de produits de la criminalité. En réponse à cette motion, adoptée à l'unanimité par la Chambre des communes, le gouvernement fédéral a déposé le projet de loi C-53. Ce dernier est essentiel pour livrer une véritable lutte au crime organisé, au blanchiment d'argent et pour corriger l'injustice qui permet depuis trop longtemps aux criminels de profiter, notamment, des fruits du commerce des personnes.

    Le Bloc québécois exhorte donc le gouvernement à tenir ses promesses et à permettre au projet de loi C-53 de devenir rapidement une réalité. On sait que ce projet de loi a aussi été déposé par mon collègue du Bloc québécois, le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles.

    Comme je l'ai dit tout à l'heure, c'est une question alarmante et révoltante le fait de voir que tant d'hommes, d'enfants et de femmes sont exploités. La Marche mondiale des femmes de l'an 2000 avait pour thème la pauvreté et la violence, ce qui n'est pas très loin des conséquences de ce trafic des personnes.

    Il y a eu un comité concernant la prostitution. En comité, le Bloc québécois, comme tous les autres partis, va remettre un rapport sur le fait de savoir si on doit décriminaliser la prostitution et la légaliser. Aujourd'hui, je ne me prononce pas sur cet important enjeu. Ma collègue de Trois-Rivières a travaillé sur ce sujet. Elle nous parlera des différentes directions qu'elle souhaiterait voir prises quant à ce rapport. Celui-ci fera tout d'abord l'objet d'un débat en comité.

    Quand on parle de décriminaliser la prostitution et la drogue, il faut faire attention. Cela peut constituer le fer de lance de ce trafic de prostitution d'enfants, de femmes et d'hommes. Avec l'effondrement de l'Union soviétique, par exemple, les managers de l'industrie du sexe ont mis en branle un important trafic de femmes et de fillettes, qui va de la Russie et la Pologne, vers l'Allemagne et l'Europe occidentale.

  +-(1700)  

    Des femmes, trop souvent mineures, sont soumises à la terreur. Elles sont dépouillées de leurs papiers et droguées. Lorsqu'elles reprennent conscience, elles ne savent même pas dans quelle ville elles sont. On les déplace d'un pays à l'autre comme du bétail. Comment ne pas penser à des disparitions multiples de femmes et d'enfants partout dans le monde? C'est troublant.

    Aujourd'hui, il est important non seulement de parler du sens du projet de loi C-49, mais aussi de parler de toutes ces victimes et de tous ces drames humains. J'ai vu certaines émissions et reportages. Bien souvent, ce sont des familles qui sont lésées. Des gens vont dans les campagnes pour dire à ces personnes qu'elles vont trouver du travail dans les industries du textile ou de la coiffure. On promet des emplois à ces jeunes femmes. Non seulement il ne s'agit pas d'emplois, mais c'est à de l'exploitation sexuelle que font face bien souvent ces victimes.

    Aujourd'hui, nous avons un vocabulaire trompeur. On tente souvent de cacher qu'il s'agit d'esclavage et non de liberté sexuelle. Présentement, un débat a cours pour savoir si la prostitution se fait selon un choix libre ou s'il s'agit tout simplement d'esclavage. Encore là, le comité qui se penchera sur le rapport concernant l'exploitation sexuelle des femmes devra en décider.

    Le tourisme sexuel provient de 54 pays occidentaux, dont le Canada, qui contrôlent la plus grande part de la « marchandisation » des femmes et des fillettes. Cet enjeu nous concerne donc tous et toutes aujourd'hui.

    J'aurais voulu vous donner plus d'exemples de drames humains. Toutefois, le temps qui m'est imparti se termine. J'attends les commentaires et les questions de mes collègues en cette Chambre. J'ai été très heureuse de prendre la parole sur cet important enjeu et sujet.

  +-(1705)  

+-

    M. Marc Lemay (Abitibi—Témiscamingue, BQ): Madame la Présidente, je vous remercie de me permettre de poser une question à ma collègue de Québec. Je sais qu'elle a fait un travail formidable en matière de condition féminine concernant les dossiers présentés devant cette Chambre. Il y a deux projets de loi en particulier. Il s'agit du projet de loi C-53, qui est maintenant devant le comité — j'aurai l'occasion d'y travailler au cours des prochains mois. Il s'agit aussi et surtout du projet de loi C-49 qui devrait — je le souhaite — être adopté par cette Chambre et soumis au Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile dans les plus brefs délais.

    J'aimerais poser une question à ma collègue. Je l'ai posée à l'orateur précédent, mais je n'ai pas eu de réponse très claire de la part du ministère et de mon collègue du parti d'en face. Je sais que ma collègue a énormément travaillé à ce dossier.

    Dans le projet de loi C-49, il y a un article qui nous intéresse beaucoup. Je vais le citer. Il s'agit du fait d'amener:

    

[...] par la tromperie ou la menace ou l’usage de la force ou de toute autre forme de contrainte, à se faire prélever un organe ou des tissus.

    Selon le projet de loi C-49, cela deviendrait illégal et ferait l'objet de poursuite en vertu du Code criminel pour voie de fait grave et voie de fait armée. Je me demande si cela va aussi loin en ce qui concerne le fameux dossier de l'excision. C'est un dossier qui a fait couler beaucoup d'encre, à défaut de régler la situation. Par ce projet de loi, pourrait-on au moins poursuivre tous ceux qui, de près ou de loin, exercent cette voie de fait grave sur les jeunes filles? C'est la question que j'avais à poser à ma collègue.

+-

    Mme Christiane Gagnon: Madame la Présidente, on parle effectivement de tous ceux et celles impliqués dans le crime de la traite des personnes. Celui qui leur offre l'hébergement ou qui en fait le commerce en tant que tel ne serait pas la seule personne poursuivie en vertu du projet de loi C-49.

    Mon collègue me donne l'occasion de parler du projet de loi sur l'excision. Effectivement, les personnes impliquées, ce n'est pas seulement celui ou celle qui pratique l'excision ou l'infibulation, que ce soit la grand-mère, l'oncle ou le cousin, mais ce sont tous les gens, notamment la personne qui quitte le Canada avec l'enfant et retourne dans son pays d'origine. Cette personne est tout aussi coupable et pourrait être passible d'emprisonnement.

    Le projet de loi devant la Chambre a la même portée que celui qui avait été présenté sur l'excision. D'ailleurs, je me souviens du combat que j'avais mené au tout début pour que l'excision soit incluse dans le Code criminel et qu'il y soit démontré qu'il s'agit d'un acte criminalisé. Autrefois, ce ne l'était pas. L'excision apparaissait dans le Code civil, mais sous la rubrique des voies de faits. J'ai voulu, par ce changement au Code criminel, lancer un message clair. C'est ce qui est important.

    Bien souvent, dans les sentences que l'on prononçait pour ceux et celles qui pratiquaient de tels actes, on évoquait le respect de la culture. Culturellement, dans certains pays, c'était accepté. J'argumentais que lorsque quelqu'un venait ici et voulait obtenir la citoyenneté canadienne, il lui fallait respecter certaines valeurs. On devait préserver l'intégrité physique du corps d'une fillette sur laquelle on voulait pratiquer l'excision, même si cette fillette arrivait d'un autre pays, puisqu'elle était maintenant une citoyenne canadienne. Par conséquent, cette enfant avait droit aux mêmes considérations qu'une Canadienne née ici.

    Je suis très contente de ce projet de loi. En effet, il traite de tout le rouage, de toutes les ramifications de personnes qui travaillent et qui tirent profit de la traite des personnes.

  +-(1710)  

[Traduction]

+-

    M. Don Bell (North Vancouver, Lib.): Madame la Présidente, je suis très heureux de participer aujourd'hui au débat sur le projet de loi C-49, Loi modifiant le Code criminel (traite des personnes).

    Les changements proposés renforceront la réaction du Canada face à ce crime horrible qui victimise les personnes les plus vulnérables de notre société. Nous savons que les enfants courent plus de risque que les autres d'être victimes de la traite des personnes. L'UNICEF évalue à 1,2 million le nombre d'enfants qui font l'objet de la traite des personnes chaque année dans le monde. L'Organisation internationale du travail estime que la traite des personnes soumet en permanence 2,45 millions de personnes au travail forcé, et que 40 à 50 p. 100 de ces personnes sont des enfants.

    Les enfants et les femmes sont les premières victimes de la traite des personnes. En fait, elles en sont les victimes presque exclusives lorsqu'il s'agit de la traite des personnes à des fins d'exploitation sexuelle. L'Organisation internationale du travail estime que 98 p. 100 des personnes exploitées à des fins sexuelles commerciales sont des femmes et des filles.

    Ces chiffres illustrent à quel point les membres les plus vulnérables de notre société sont susceptibles d'être victimes de ce crime. Les enfants sont les plus susceptibles d'être exploités à des fins sexuelles, mais ils sont aussi contraints à toutes sortes d'autres travaux, notamment des travaux comme domestiques, où ils sont souvent victimes d'abus sexuels. Dans certaines parties du monde, la traite des enfants vise aussi à prélever des organes, ce qui est à peine croyable, ou à les transformer en enfants soldats. Ces enfants sont traités comme des objets que l'on peut posséder, utiliser, vendre et maltraiter.

    La capacité d'apprentissage des enfants et leur dépendance en font les membres les plus vulnérables de notre société. Ils courent un risque beaucoup plus grand que les autres d'être exploités et soumis à de mauvais traitements et ce risque est encore aggravé pour ceux qui vivent dans des conditions socio-économiques défavorables ou dans des milieux défavorisés. Aucun enfant ne devrait avoir à souffrir ainsi.

    Je crois savoir que le Canada s'est engagé activement, tant sur la scène nationale qu'internationale, dans la lutte contre la traite des personnes. Je suis convaincu que nos efforts vont dans la bonne direction. Nous devons demeurer à l'avant-garde de la lutte mondiale contre la traite des personnes.

    Le 14 septembre dernier, en signant le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, le Canada a démontré qu'il tient sincèrement à protéger les enfants de la traite des personnes et des autres formes de mauvais traitements et d'exploitation. Le projet de loi C-2, qui a reçu la sanction royale en juillet dernier, est un autre exemple de l'engagement du Canada.

    Le projet de loi C-49 apporte au droit pénal des modifications qui, une fois promulguées, rendront plus généralement disponibles les dispositifs qui facilitent le témoignage des enfants et des autres victimes vulnérables afin de garantir que tous puissent présenter des témoignages complets et sincères.

    Je suis fier de prendre la parole aujourd'hui pour appuyer le projet de loi C-49, qui propose la création de trois nouvelles infractions visant expressément la traite des personnes. Le projet de loi renforcera notre capacité de tenir les délinquants responsables d'avoir traité d'autres personnes d'une manière inimaginable et odieuse pour la société canadienne et le monde entier. Ces réformes offriront aux responsables de l'application de la loi des moyens supplémentaires pour lutter contre les actes liés à la traite des personnes et contribueront à protéger les victimes en dénonçant et en décourageant cette pratique atroce.

    Les nouvelles réformes proposées créeraient une infraction principale de traite des personnes, qui interdirait à quiconque de participer à des actes précis tels que le recrutement, le transport, l'hébergement ou le contrôle des déplacements d'une autre personne afin d'exploiter une personne ou de faciliter son exploitation. Cette infraction serait punissable d'une peine maximale d'emprisonnement à perpétuité lorsqu'elle comprendrait l'enlèvement, des voies de fait graves ou une agression sexuelle grave ou qu'elle entraînerait la mort de la victime, et d'une peine maximale de 14 ans d'emprisonnement dans tout autre cas.

    Je remarque et j'approuve le fait que l'exploitation constituerait un élément clé de l'infraction de traite des personnes. L'exploitation est réellement l'aspect qui rend ce crime aussi répréhensible. J'appuie cette approche, car elle clarifierait le fait que notre droit pénal punit sévèrement ceux qui exploitent d'autres personnes dans leur propre intérêt.

  +-(1715)  

    Deux autres infractions seraient également créées, l'une interdisant à quiconque de tirer un avantage financier ou tout autre avantage matériel de la perpétration ou de la facilitation d'une infraction de traite de personnes. Cette infraction entraînerait une peine maximale de 10 ans d'emprisonnement. La deuxième infraction interdirait à quiconque de retenir ou de détruire des documents, comme les documents de voyage ou les pièces d'identité de la victime, pour commettre ou faciliter une infraction de traite contre cette personne. Cette infraction entraînerait une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement.

    Je suis convaincu que ce projet de loi, une fois qu'il aura été adopté, aidera les responsables de l'application de la loi à tenir responsables de leurs actes ceux qui font la traite d'enfants pour les exploiter à des fins sexuelles ou autres. Le projet de loi nous aidera à décourager ce genre de conduite et, ainsi, à protéger les enfants vulnérables. J'espère que tous les députés appuieront le projet de loi C-49.

+-

    M. Randy White (Abbotsford, PCC): Madame la Présidente, je veux parler des dispositions que nous appuyons dans le projet de loi C-49. Je vais relater aux députés et aux gens qui nous regardent partout au pays certains cas d'exploitation dont j'ai eu connaissance. Il ne s'agit pas de l'exploitation de quelqu'un à l'extérieur du pays, mais bien de l'exploitation d'une personne dans notre pays.

    Ce que je m'apprête à décrire, de jeunes filles et garçons le vivent sans arrêt au Canada. Je vais présenter à la Chambre le cas d'un jeune homme de onzième année auquel des voyous du plus bas étage ont demandé de vendre des drogues. Ces voyous sont venus à sa rencontre avec des bâtons de baseball et de golf; ils lui ont dit que non seulement ils le passeraient à tabac, mais qu'ils infligeraient une raclée bien musclée à son frère et à sa soeur, qui étaient plus jeunes que lui, ainsi qu'à sa grand-mère, s'il ne se joignait pas à eux. Je raconte cette histoire pour la première fois et tout est absolument authentique. Cet adolescent a décidé de se joindre à cette bande parce qu'il ne voulait pas qu'on fasse du mal à sa famille. On l'a amené à la ville, dans une maison, où on l'a torturé. On l'a privé de sommeil et de nourriture, et on l'a sauvagement battu.

    Il lui ont dit qu'il faisait désormais partie de leur gang et qu'il serait leur homme de main, c'est-à-dire celui qui irait chercher l'argent auprès des clients. C'est le travail le plus dangereux dans un gang qui fait le commerce de la drogue. Normalement, les gens qui doivent de l'argent au gang sont des délinquants qui n'hésiteront pas à tirer sur l'homme de main qui vient chercher l'argent dû ou à le blesser d'une autre façon.

    Ce jeune homme a réussi à se sauver du groupe. Il s'est caché. Il se croyait en sécurité. Il est sorti de sa cachette peu de temps après et le gang l'a attrapé. Le jeune a été sauvagement battu, et je parle ici d'un adolescent de 16 ans.

    On dit que lorsqu'on devient membre d'un gang au Canada, c'est pour toujours.

    Le gang a accablé ce jeune homme de la dette d'un autre homme qui s'était fait arrêter par la police et qui avait perdu une quantité de drogue d'une valeur de 3 000 $. On a dit au jeune qu'il devait payer cette dette, mais il en était évidemment incapable. Il n'était pas payé en tant qu'homme de main parce qu'on l'avait en fait forcé à devenir membre du gang.

    Le jeune s'est échappé une deuxième fois, mais la troisième fois il n'a pas eu de chance. Ils l'ont torturé. Il lui ont brûlé la main après l'avoir transpercée avec une lame de couteau. Il est caché actuellement.

    Pourquoi ai-je raconté cette histoire? Il n'est pas question ici d'une personne qu'on fait sortir du pays. C'est quelque chose qui arrive chaque jour à des enfants au Canada. Il ne s'agit pas d'un cas isolé. Je parle de bandes de voyous qui pensent pouvoir contrôler nos collectivités en prenant nos enfants dans la rue et en les forçant, sous la menace, à participer au commerce de la drogue. Une fois impliqués dans ce genre d'activité, ils finissent par être recherchés par la police ou par d'autres trafiquants de drogue. Les policiers ne voient pas la différence. Pour eux, la personne s'adonne au commerce de la drogue.

  +-(1720)  

    Ce jeune homme a été entraîné dans cela. Il ne s'est jamais drogué. Il n'a jamais eu de problèmes à l'école. Il est passé tous les ans. Cependant, il ne peut maintenant entrer à l'école, car il présente un risque pour les autres élèves s'il retourne à l'école et le gang essaie de s'en prendre à lui.

    Lorsque nous parlons de l'exploitation de nos enfants, nous ferions mieux de comprendre qu'ils sont exploités dans nos collectivités par des gens qui pensent qu'ils devraient diriger nos collectivités à leur façon. Cela se produit souvent à Vancouver. C'est aussi vrai dans toutes les villes du pays. Il y a des gens qui ne méritent pas d'être libres, qui devraient être en prison, en toute franchise. Ils exploitent nos enfants. Lorsque les enfants disparaissent et nous ne pouvons le comprendre, nous ne devrions pas penser au départ qu'ils ont commencé à consommer de la drogue et qu'ils ont quitté le foyer familial. Il pourrait fort bien s'agir d'autres raisons, comme le fait qu'ils ont été embrigadés dans un gang et forcés de faire certaines choses. En fait, il se peut même qu'ils protègent leur famille, car à leur connaissance, cette dernière pourrait subir de graves torts s'ils ne font pas ce qu'on leur demande. C'est grave. Ce projet de loi sur l'exploitation des gens aurait dû viser cette situation.

    J'ai demandé plus tôt à mes collègues d'en face si oui ou non les sanctions maximales seraient un assez bon moyen de dissuasion. Je crains que nous n'en arrivions à ce qui se passe dans beaucoup de dossiers de drogue, à savoir que ces problèmes se retrouvent devant les tribunaux et le juge impose une peine mineure.

    On pourrait se demander pourquoi ce jeune homme ne s'est pas adressé à la police. Eh bien, il l'a fait bien entendu. Les policiers lui ont répondu qu'il devait quitter la ville et terminer sa douzième année. Pourquoi lui a-t-on dit cela? Eh bien parce que si les membres du gang étaient traduits devant un tribunal, il est probable qu'ils échapperaient à toute sanction ou se verraient imposer une sanction mineure et se mettraient à sa recherche. Les policiers lui ont suggéré de quitter la ville. C'est tout simplement inacceptable. Cela traduit une perte de confiance dans le système judiciaire pour ce qui est de punir comme il se doit ces voyous qui vont rendre la vie misérable à ce jeune homme et à sa famille. C'est inacceptable.

    Nous avons perdu confiance, tout comme la police, en la capacité de notre système judiciaire d'assurer l'administration de la justice, d'entraver l'action d'individus de ce genre. Voilà pourquoi la situation est grave, selon moi. Si les juges se bornent à infliger les peines les plus légères, les peines les plus graves ne servent à rien. Comment pouvons-nous alors aider ces jeunes qui nous demandent de l'aide? Ils ne se manifesteront pas, tout comme ce jeune homme réticent à le faire, parce qu'ils pensent que personne ne peut leur venir en aide.

    C'est en toute sincérité que je dis cela aux députés d'en face. Le projet de loi est valable, mais ce qui m'inquiète, c'est que, en l'absence de peines minimales pour le comportement dégoûtant des rapaces dont nous parlons, rien ne va se passer. Ils vont continuer à enlever des enfants pour les malmener et les exploiter.

    Ce jeune homme se cache depuis déjà cinq ou six semaines. Il ne peut se terrer à tout jamais, mais il a peur de refaire surface. Que font les fiers à bras? Ils ont mieux à faire que d'attendre sa collaboration. Ils se cherchent d'autre jeunes victimes, s'en prennent à un enfant puis à un autre tant qu'ils n'ont pas obtenu satisfaction. Est-ce que ce sera bientôt le tour de nos enfants? Quand leur dirons-nous qu'ils n'auront aucun de ces enfants et que ce sont eux les indésirables. Il faut mettre un terme à cet état de choses.

  +-(1725)  

    J'espère que ce projet de loi est valable, je l'espère sincèrement. Mais nous devons donner des raisons d'espérer à ces jeunes hommes et à ces jeunes femmes qui, dans leur milieu, sont exploités comme fiers à bras ou chauffeurs pour le transport de la drogue. On voit ça tout le temps. Ce dont je parle n'est pas un incident isolé. Je peux vous parler de cette jeune fille qui fréquentait une fumerie de crack où elle était exploitée sexuellement par des hommes de 30 et 40 ans. Lorsque sa mère a approché la police pour sortir sa fille de cet endroit, on lui a répondu que l'âge du consentement était de 14 ans et que sa fille de 15 ans pouvait donc rester là. La mère ne pouvait donc pas aller la chercher. Les responsables de l'aide sociale, eux, lui ont dit d'emmener sa fille pour qu'ils lui donnent un chèque. Belle solution!

    Le problème est lié au manque de confiance dans notre système judiciaire. Je n'essaie pas de faire de la politique avec cette question. Cela fait 13 ans que je me rends dans les salles d'audience avec des victimes de crime. Je sais de quoi je parle. Nous n'avons plus confiance dans les décisions judiciaires. Je l'ai constaté dans des centaines de cas liés à la culture de la marijuana. Je l'ai constaté dans des douzaines de cas liés à la méthamphétamine en cristaux. Je l'ai constaté dans le cas de James Armbruster, qui avait déjà fait l'objet de 63 condamnations avant de violer une autre femme dans ma circonscription. Cet individu avait entre autres été condamné pour le viol de sa grand-mère. Faisons-nous confiance aux juges qui auraient dû envoyer cette personne derrière les barreaux après 10, 15, 30, 40, 50 ou 60 condamnations?

    Les peines maximales ne donnent pas les résultats voulus. Nous, dans cette Chambre, avons l'obligation de mettre fin à la tyrannie de ces bandes de trafiquants de drogues et de ces récidivistes.

    Je pense avoir fait passer mon message. J'espère que ceux qui nous regardent à la télévision enverront des courriels pour faire part de leurs frustrations à l'endroit du système judiciaire, qui ne s'occupe pas du problème. Ce jeune homme a besoin d'aide, tout comme les jeunes hommes et femmes qui, à chaque jour, sont contraints de se joindre à ces bandes de trafiquants de drogues. Nous n'avons pas regardé la situation en ayant la bonne perspective.

    J'ai passé beaucoup de temps avec des personnes liées au monde de la drogue. Les gens disent souvent : « Encore un jeune qui a mal tourné. Il doit prendre de la drogue et enfreindre la loi. » Jusqu'à maintenant, je ne me rendais pas compte à quel point ces jeunes sont forcés de faire partie de ces bandes de trafiquants de drogues. Je l'ai constaté un certain nombre de fois. Je sais de quoi nous parlons ici, mais ce qui me dérange et ce qu'il faut garder présent à l'esprit, c'est qu'en ce moment même il existe une forme de traite des personnes dans nos collectivités.  

  +-(1730)  

    Je peux parler des écoles secondaires et de leurs clubs de sexe. Est-ce que tout le monde sait ce que sont les clubs de sexe? Les jeunes filles membres de ces clubs font des passes à l'école. Elles font une passe et reçoivent une dose de LSD, un joint à la méthamphétamine, ou toute autre drogue qu'elles désirent. Elles ne considèrent pas cela comme de la prostitution, mais plutôt comme un échange entre deux personnes. Pourtant, c'est de l'exploitation de la pire espèce. Ces jeunes pensent peut-être qu'il ne s'agit que d'un échange, mais le prix à payer est le plus cher de tous: une vie de dépendance. C'est de l'exploitation pure et simple. Il n'est pas seulement question de ramasser quelqu'un dans la rue et de l'expédier en Chine ou ailleurs; l'exploitation a lieu chaque jour dans nos écoles.

    Le gouvernement est en situation minoritaire. Il nous incombe à tous de mettre la partisanerie de côté et de commencer à ouvrir l'oeil. Si ces activités se déroulent bel et bien dans nos collectivités — et c'est le cas —, nous devons faire quelque chose. J'espère sincèrement que ce projet de loi sera suffisant, mais j'ai bien peur qu'il ne le soit pas. Je quitte la Chambre des communes, mais j'espère que ceux qui y demeureront réfléchiront à cette question et continueront de faire avancer ce dossier, parce que ce jeune homme a besoin de notre aide maintenant. Il ne croit pas — ni moi, ni la police — qu'un juge lui viendra en aide.

    Par ailleurs, c'est après que l'avocat, qui est payé par ce gang de vendeurs de drogue bien connu, aura terminé de défendre ces voyous que la négociation de plaidoyers s'amorcera, que les ententes seront conclues et que le juge dira qu'il sait bien que le pauvre garçon a kidnappé quelqu'un et a forcé cette personne à vendre de la drogue, mais que ce pauvre petit a eu une enfance malheureuse. Il faut laisser tomber ces histoires. Ces gens-là forcent nos enfants à quitter l'école; une des conditions de ces gangs est que leurs membres ne peuvent pas aller à l'école.

    Qui sont ces gens? Pour qui se prennent-ils, pour l'amour du ciel? Qui est à la tête de ce pays, eux ou nous? N'y a-t-il pas quelqu'un qui peut sortir ces gens de la rue et s'occuper d'eux?

    J'appuie le projet de loi, mais j'espère sincèrement que le gouvernement abandonnera l'idée des peines maximales. J'en a trop vu, pendant trop longtemps, pour croire que ces peines seront imposées de façon appropriée. Trop de gens comptent sur nous pour faire mieux que cela.

*   *   *

  +-(1735)  

[Français]

+-Les travaux de la Chambre

+-

    L'hon. Claudette Bradshaw (ministre d'État (Développement des ressources humaines), Lib.): Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Conformément à l'article 73 du Règlement, j'aimerais informer la Chambre de notre intention de proposer que le projet de loi C-53, Loi modifiant le Code criminel (produits de la criminalité) et la loi réglementant certaines drogues et autres substances et modifiant une autre loi en conséquence, soit renvoyé en comité avant la deuxième lecture.

[Traduction]

+-

    M. Randy White: Madame la Présidente, je crois que la députée d'en face a parlé du projet de loi C-43. Comme je ne suis pas certain qu'il y ait eu consultation de ce côté-ci de la Chambre, pour l'instant, je suis plutôt en désaccord.

    L'hon. Claudette Bradshaw: Le projet de loi passe automatiquement à l'étape de la deuxième lecture.

    M. Randy White: Si le projet de loi passe automatiquement à la deuxième lecture, il n'est peut-être pas nécessaire que la ministre invoque le Règlement. Cependant, à moins que les députés d'en face n'expriment une position différente, j'ai l'intention de m'y opposer.

+-

    L'hon. Karen Redman: Madame la Présidente, je crois que ma collègue a parlé du projet de loi C-53.

+-

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): D'après ce que j'ai entendu, la ministre a fait mention du projet de loi C-53. Si je ne m'abuse, le gouvernement a la prérogative de présenter cette motion.

+-

    M. Gerry Ritz: Sans qu'il soit nécessaire de demander le consentement unanime?

+-

    La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine): Le consentement unanime n'est pas nécessaire.

*   *   *

+-Le Code criminel

    La Chambre reprend l'étude de la motion: Que le projet de loiC-49, Loi modifiant le Code criminel (traite des personnes), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.

+-

    L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.): Madame la Présidente, j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt les commentaires de mon collègue. Il a beaucoup d'expérience dans ces domaines.

    Nous savons que le crime organisé parasite la société. Nous savons également que ses vaches à lait sont le trafic de drogues, de personnes, d'armes à feu et d'alcool. L'une des meilleures façons de lutter contre le crime organisé et d'affaiblir les organisations criminelles est de s'attaquer à elles sur le plan financier. Il s'agit de savoir comment s'y prendre.

    Nous savons que les États-Unis ont adopté des modifications législatives du genre de la loi RICO, contre les manoeuvres frauduleuses, le trafic d'influence et les organisations corrompues. Nous savons aussi que le gouvernement du Canada a adopté des modifications législatives semblables.

    En ce qui concerne le fléau de la méthamphétamine, qui inquiète beaucoup le député, au même titre que nous tous, nous avons agi de manière assez innovatrice. Le ministre de la Justice a décidé d'ajouter dans une annexe les produits chimiques employés pour fabriquer la méthamphétamine. Il s'agit d'ingrédients que l'on trouve communément dans les médicaments contre la toux, comme l'éphédrine et la pseudoéphédrine. En inscrivant ces produits dans l'annexe d'une loi, ceux qui veulent les importer et les exporter doivent obtenir un permis, ce qui permet à notre police de repérer, d'attaquer, d'appréhender et de faire condamner les trafiquants.

    En ce qui concerne le trafic d'êtres humains, qui est lié à la prostitution, le député croit-il qu'en légalisant et en réglementant la prostitution, on pourrait résoudre ce problème, notamment dans le cas des personnes d'âge mineur qui sont prises dans des réseaux de prostitution? Ce sont des gens qui sont pris dans la prostitution en raison de leur consommation de drogue ou de problèmes psychiatriques. Il ne faut pas oublier que 50 p. 100 des prostituées du pays sont des femmes autochtones, qui comptent parmi les personnes les plus vulnérables de notre société.

    Si la prostitution était légalisée et réglementée au Canada, mon collègue pense-t-il que nous pourrions faire des progrès dans la lutte contre le problème du proxénétisme et de l'implication du crime organisé? Ne pourrions-nous pas réduire ainsi et peut-être même éradiquer le problème des mineurs qui sont pris dans cet engrenage? La vie des prostituées pourrait, espérons-le, devenir moins malsaine.

  +-(1740)  

+-

    M. Randy White: Mon Dieu, Madame la Présidente, combien de temps cela va-t-il durer?

    Le gouvernement s'imagine qu'il suffit de légaliser les drogues et la prostitution pour qu'elles disparaissent. Légaliser la prostitution ne réglera rien.

    La prostitution est un crime contre les femmes. Voilà ce que c'est. Demandez à n'importe quelle mère si elle croit que légaliser la prostitution sera bénéfique pour sa fille. Je ne peux concevoir qu'on puisse envisager de légaliser la prostitution comme solution. Le député n'a-t-il jamais mis les pieds en Hollande? N'a-t-il jamais vu le triste spectacle des femmes exposées aux passants dans des vitrines?

    Quel genre de mentalité pousse quiconque à croire qu'en légalisant les drogues, nous les éliminerons? Le gouvernement pense peut-être que s'il légalise la marijuana, les criminels plieront bagages et s'en iront dans d'autres pays? Ces criminels donneront de la méthamphétamine, de l'ecstasy et tout ce qui se fait d'autre à nos enfants.

    Je suis déçu de cette question, car je crois que le député connaissait déjà ma réponse. La prostitution est une forme de violence contre les femmes. Elle ne doit pas être légalisée. Ce n'est pourtant pas si compliqué.

+-

    M. Myron Thompson (Wild Rose, PCC): Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son message bien senti concernant la sécurité de nos jeunes et, en fait, de bien des gens.

    De nombreuses petites villes de ma circonscription comptent des postes de police. J'ai visité ces postes cet été et j'ai été ahuri de constater les biens, les drogues, les armes, les couteaux et toute la panoplie d'articles confisqués, pour diverses raisons, à des résidants de petites villes de l'Alberta ces derniers temps.

    Les policiers m'ont fait part de leurs vives inquiétudes quant à la sécurité de tous ceux qui sont concernés, principalement la sécurité des jeunes mais aussi leur propre sécurité. Ils estiment que la société dans son ensemble semble leur tourner le dos pour ce qui est de la protection qu'ils offrent. Ils sont constamment victimes de violence verbale de la part de membres de bandes. Le problème prend beaucoup d'ampleur. Il dépasse le cadre des grandes villes canadiennes. La méthamphétamine, l'ajout de cette drogue à la marijuana et les ajouts à l'ecstasy sont monnaie courante partout au pays.

    La situation devient incontrôlable. Le gouvernement ne comprend pas, selon moi, que les petites collectivités sont aux prises avec ces problèmes.

    Je vais vous parler d'un jeune en difficulté. Une famille du Nouveau-Brunswick m'a appelé dans mon comté pour me parler d'un jeune qui était parti travailler dans la région des parcs des montagnes de ma circonscription. Cette famille était très inquiète car elle était sans nouvelle du jeune homme et avait rapporté sa disparition. J'ai rendu visite aux policiers et ils ont commencé leurs recherches. La police a trouvé ce jeune homme, mais il se cachait. Il se cachait de personnes qui le poursuivaient pour des histoires de drogue et de biens clandestins. La police ne dévoile rien sur ses allées et venues pour assurer sa sécurité.

    Je me demande ce qu'en pense le député. Voulons-nous vivre dans un pays où nous devons cacher nos enfants ou charger la police d'assurer leur protection pour que personne ne puisse leur faire de mal ou allons-nous mettre ceux qui pourraient faire du mal à nos enfants derrière les barreaux, comme il se doit? Nous ferions mieux de commencer à agir.

  +-(1745)  

+-

    M. Randy White: Madame la Présidente, les membres d'une autre petite bande ont enlevé un jeune homme qui était au volant de sa voiture et ils l'ont jeté dans une fourgonnette. Ils se sont engagés dans une course-poursuite avec la police, sont entrés en collision avec une autre fourgonnette et ont tué une dame innocente à une intersection. On a trouvé des armes et de la drogue dans la fourgonnette. Les occupants du véhicule ont tous quitté les lieux de l'accident et ont laissé mourir la femme.

    J'étais dans la salle d'audience lorsque ces individus ont comparu devant un juge; trois d'entre eux ont été acquittés, et le chauffeur a été trouvé coupable de conduite dangereuse. Aucune accusation n'a été portée au sujet des armes ou de la drogue parce que les individus étaient assez intelligents pour savoir que si les armes et la drogue se trouvaient sur le plancher, les avocats diraient qu'ils ne savaient pas qu'il y en avait à bord.

    Voilà pourquoi, dans une fumerie de crack, on cache habituellement la drogue et les armes dans un autre endroit à proximité afin de pouvoir garder un oeil dessus. S'il y a une descente, la police ne peut pas établir de lien entre les deux, et les avocats font acquitter leurs clients.

    Devant le tribunal, un avocat a demandé au jeune homme kidnappé ce qu'il faisait. Il a répondu qu'il faisait de la livraison. L'avocat lui a ensuite demandé ce qu'il livrait et il a répondu qu'il livrait de la drogue. Quand l'avocat lui a demandé s'il aimait cela, il a répondu par la négative, ajoutant que son supérieur lui avait confié le quart de travail de soir. On aurait juré qu'il parlait de livraison de pizzas. Quand on lui a demandé comment il se sentait comme livreur de drogue, il a répondu que les clients en avaient besoin. Il s'est complètement dissocié de ces actes.

    Voilà le genre de comportement dont nous sommes témoins. Nos avocats doivent cesser de défendre ce genre de truands. Ils doivent s'asseoir avec les procureurs de la Couronne, admettre qu'ils ont un problème commun et s'employer à le résoudre au lieu d'essayer de faire acquitter quiconque est prêt à les payer. Les avocats se comportent mal devant les tribunaux et ils doivent changer d'attitude.

[Français]

+-

    M. Réal Ménard (Hochelaga, BQ): Madame la Présidente, je vous remercie de me permettre de participer à cet important débat en ce qui a trait au projet de loi C-49 qui concerne évidemment un sujet d'actualité, soit la traite des personnes.

    Il y a quelques années, on était préoccupés par la question de la criminalité transfrontalière. Chemin faisant, on s'est rendus compte qu'il y avait maintenant un phénomène tout aussi préoccupant qui est la traite des personnes. Les Nations Unies ont constitué un groupe de travail particulier sur la traite des personnes. Ils ont évalué qu'il y avait environ 15 millions de personnes par année qui, de manière directe ou indirecte, pourraient faire l'objet, à l'intérieur de différents mouvements migratoires, de traites ou d'utilisation à des fins de commerce du sexe ou à des fins d'exploitation.

    C'est donc une question extrêmement importante. Au cours de mon exposé, j'aurai l'occasion de faire référence à un document qui nous a été fourni dans le cadre des travaux du Sous-comité de l'examen des lois sur le racolage, créé par le Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile, en ce qui a trait au travail du sexe et à la prostitution. C'est un document qui a été produit par Citoyenneté et Immigration Canada et également par la GRC. C'est un document conjoint et protégé que nous avons obtenu par l'intermédiaire de notre greffière. Il est très intéressant, puisqu'il est question des coûts, des grands circuits internationaux et des conséquences sur le plan humain et sur le plan de la sécurité nationale. Ici, « sécurité nationale » est employé en référence au Canada concernant l'introduction clandestine d'immigrants au Canada.

    Je voudrais commencer par remercier deux concitoyennes qui sont venues me rencontrer au mois de septembre. Je parle de Mme Danielle Julien qui travaille pour Franciscans International, une ONG qui a suivi de très près toute la question de la migration internationale ainsi que celle de la traite des femmes et plus particulièrement de leur exploitation. Franciscans International s'est commis pour un document très bien fait qui s'intitule « Manuel sur la traite des êtres humains ». Ce document explique de manière très pédagogique les enjeux qui se rattachent à la traite des êtres humains. J'ai été extrêmement surpris d'apprendre que le Canada n'avait pas ratifié.

    Aujourd'hui, on discuté du projet de loi C-49, comme étant un projet de loi très important, que le Bloc québécois appuie. Cela a été divulgué ce matin par notre porte-parole en matière de justice, le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, et je crois que la députée de Québec, notre porte-parole en matière de condition féminine, a réitéré notre position. J'ai été extrêmement surpris d'apprendre que le gouvernement n'a pas ratifié la Convention de 1949 sur la traite des êtres humains. C'est fort préoccupant que l'on ait aujourd'hui un projet de loi qui traite de ces questions, alors que dans les instances internationales le Canada aurait pu faire beaucoup plus. Il y a plusieurs pays qui ont ratifié cette convention, mais malheureusement le Canada ne l'a pas fait.

    Au nombre d'outils qui existent, j'aimerais vous citer un certain nombre de conventions, dont le document « Convention pour la répression de la traite des êtres humains et l'exploitation de la prostitution d'autrui ». Cette convention date de 1949, très tôt dans les travaux des Nations Unies, fondées en 1945. Presque cinq ans après la mise sur pied des Nations Unies, dans un cadre déjà multilatéral, celles-ci s'intéressaient à cette question de la traite des êtres humains. Beaucoup de gens savent, soyons francs, que c'est de la traite des femmes dont il est question.

    Cela est assez incroyable, je n'en croyais pas mes oreilles. Quand les Franciscaines se sont présentées à mon bureau au début de septembre pour discuter avec moi de cette question, elles m'ont annoncé que le Canada n'avait pas ratifié cette convention. J'espère que l'on nous expliquera cela. J'espère que le secrétaire parlementaire et d'autres parlementaires de la majorité nous expliqueront pourquoi le Canada n'a pas ratifié ce document.

  +-(1750)  

    J'ai devant moi la liste des pays qui ont ratifié cette convention en 1949: l'Afghanistan, l'Argentine, le Bangladesh, la Belgique, la Bolivie, le Brésil, la Bulgarie, le Cameroun, la Colombie, Chypre, le Congo, la Côte-d'Ivoire, la République dominicaine, l'Égypte, etc. Plusieurs pays ont ratifié cette convention, mais le Canada ne l'a toujours pas fait.

    Heureusement, même si le Canada n'a pas ratifié cette convention de 1949, il a quand même ratifié un autre document extrêmement important, soit le Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants.

    Dans le document dont je parlais, élaboré conjointement par la GRC et par Citoyenneté et Immigration Canada, on donne un peu un ordre de grandeur quant à l'importance de la traite des êtres humains. Évidemment, on sait qu'à travers le monde, on retrouve quatre grands pays qu'on pourrait appeler des pays à large volume d'immigration. Il y a bien sûr le Canada, qui accueille entre 220 000 et 240 000 immigrants par année. Le 1er octobre de chaque année, le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration a l'obligation de divulguer les quotas d'immigrants que l'on prévoit accueillir.

    J'ouvre une parenthèse pour dire que le Canada se spécialise davantage dans une immigration à caractère économique. On est surtout intéressés par les travailleurs indépendants, les immigrants investisseurs, les aides familiales. Voilà une immigration de type économique. Cela constitue, pour l'essentiel, plus de 75 p. 100 des personnes qui immigrent au Canada.

    Il y a donc quatre pays ayant un large volume d'immigration: le Canada, les États-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

    J'ouvre une nouvelle parenthèse pour dire que le Canada et le Québec n'ont pas fait le même choix de modèles d'intégration. Le Canada a opté pour le multiculturalisme, selon lequel les concitoyens qui choisissent le Canada, que ce soient des Polonais, des Espagnols, des habitants du Sénégal, de la Côte-d'Ivoire ou de la République dominicaine, peuvent garder leur culture d'origine, mais doivent participer à ce grand melting pot à l'intérieur d'une idéologie qu'est le multiculturalisme.

    Au Québec, à cause du fait que le Québec est une société francophone qui a une responsabilité historique particulière, nous n'avons pas fait le choix du multiculturalisme. Nous avons opté pour une culture publique commune. Le Québec sélectionne environ 40 p. 100 de son immigration. Il sélectionne surtout les gens qui viennent ici pour travailler. Nous allons chercher quelques réfugiés dans les camps extérieurs, mais pour l'essentiel, c'est aussi une immigration à caractère économique.

    Évidemment, dans un Québec souverain, on mesurera toute l'importance de sélectionner son immigration. J'ouvre une autre parenthèse. Je ne veux pas trop m'égarer du sujet, puisque ce n'est pas l'essentiel de mon propos. Cependant, l'une des raisons modernes pour le Québec de faire sa souveraineté, c'est celle de sélectionner son immigration. Le Québec a besoin de l'immigration. Nous avons une tradition d'ouverture et de générosité face aux immigrants. C'est certain que, n'ayant pas le taux de fécondité qui permet une reproduction ou un remplacement naturel de sa population, le Québec a besoin de l'immigration. On sait que dans un Québec souverain, on mettra en place des politiques extrêmement généreuses d'accueil, de sélection et d'intégration des immigrants, mais avec une idéologie qui est celle de la culture publique commune.

    L'ancien poète feu Gérald Godin, député de Mercier, très apprécié dans les cercles souverainistes et connu du député d'Acadie—Bathurst, disait qu'il y a cent façons d'être Québécois, mais que les cents façons d'être Québécois ont un dénominateur commun, soit celui de l'être en français.

  +-(1755)  

    C'est pour cela qu'on a rejeté le modèle du multiculturalisme. On dit que l'on peut choisir le Québec, mais pour cela, il faut participer à la culture publique commune. Celle-ci se fait par un vecteur de communication qu'est le français. Voilà pour cette petite parenthèse qui n'avait rien de partisane, évidemment. Nous connaissons tous l'élévation des débats qui doit nous animer.

    Je reviens donc à cette idée que la traite des personnes est un sujet extrêmement important, au moins aussi important que la traite des marchandises ou que le commerce transfrontalier de la criminalité. L'ONU a donc mis sur pied un groupe de travail pour lequel les Franciscans International, en tant qu'ONG, sont reconnus comme intervenants. J'ai cherché des chiffres pour le Canada.

    Je me rappelle que, lorsqu'il y avait les travaux du comité sur la prostitution, nous étions à la recherche de chiffres. Ce n'est pas facile d'avoir une évaluation en pareille matière.

    J'ai obtenu un document confidentiel et protégé, qui a été fait en 2002 par Immigration Canada et la GRC. Je cite le premier paragraphe de la page 6: « Au cours d'une période de cinq ans, environ 13 p. 100 des arrivants non munis des documents voulus, qui sont entrés au Canada ou qui ont été interceptés en route pour le Canada, étaient directement reliés à un passeur ou à une escorte. »

    Par conséquent, 13 p. 100 des gens qui sont entrés au Canada, de différentes façons, par air, mer ou terre, n'avaient pas un passeport ou des documents de voyage autorisés et, bien sûr, n'avaient pas de visa leur permettant d'entrer au Canada.

    Un peu plus loin dans le document, la GRC et Immigration Canada évaluent ce qui suit: « Si l'on ne tient compte que des personnes arrivées par avion, cette proportion passe à 25,1 p. 100. »

    Quand on parcourt la littérature concernant l'immigration illégale, on se rend compte que, pour le Canada, c'est un chiffre d'à peu près 10 000 personnes, sur une base annualisée. Ce n'est donc pas un phénomène banal. En tant que législateurs, nous avons raison de nous préoccuper de cela.

    Il y a une autre considération à teneur plus humanitaire. Comprenons que des gens, partout dans le monde, vivent des bouleversements dans leur pays: génocide, renversement de régime politique, famine. Ils vivent des situations de désarroi. Ils veulent donc quitter leur pays. Que ferions-nous à leur place, si nous avions les pieds en République démocratique du Congo par exemple, ou au Niger, ou dans certains pays d'Afrique où des gens ne vivent pas avec 1 $ par jour? Posons-nous la question. Il est possible que nous aussi, en tant qu'êtres humains, soyons tentés de vouloir améliorer notre sort et de quitter notre pays d'origine. Ce n'est pas un manque de patriotisme que de vouloir améliorer son sort.

    Vous comprenez que, dans des situations de désarroi comme celles que je vous décris, des gens sont vulnérables et s'en remettent à des passeurs. C'est ainsi que l'immigration internationale illégale existe. Des gens profitent du malheur et de la détresse des autres. Ils leur demandent de l'argent. Ils leur font alors miroiter la possibilité de venir s'établir dans un pays tiers. Dans l'exemple que je vous donne, évidemment, on parle du Canada.

    Le document de la GRC et d'Immigration Canada évalue les coûts de ce que l'on demande à ces pauvres personnes qui vivent des situations de détresse. Je voudrais citer ce document: « Les frais que verse un migrant pour s'introduire au Canada sont élevés. Ils seraient à la hausse. Le coût dépend du moyen de transport et du marché. Selon des migrants clandestins, les frais varient entre 20 000 $ américains et 50 000 $ américains. » 

    La somme de 50 000 $ américains correspond facilement à 70 000 $ canadiens.

  +-(1800)  

    « Peu de clients peuvent recueillir les fonds nécessaires en liquidant leurs biens personnels, et encore moins de clients sont prêts à risquer une somme si importante en payant le coût total avant d'avoir atteint leur objectif. Un certain pourcentage du coût de l'introduction clandestine, peut-être aussi peu que de 10 à 20 p. 100, est habituellement payé à l'avance. Le reste est perçu au moment de la livraison à la destination finale. »

    Je rappelle que ce n'est pas de marchandises qu'on parle, mais bel et bien d'êtres humains.

    « Des paiements partiels du coût de l'introduction peuvent être exigés à diverses étapes du voyage. »

    C'est pour cette raison que le projet de loi C-49, que le Bloc québécois appuie, prend toute son importance. Dorénavant, il y aura dans le Code criminel des sanctions et des infractions reconnues. Pour le cas de passeurs qui seront reconnus comme tels, cela pourra même signifier la prison à perpétuité. Pour ceux qui aideront à falsifier des documents, cela pourra facilement représenter 10 ans de prison. Il est heureux que nous nous inquiétions de ces réalités extrêmement préoccupantes.

    Les Nations Unies, par exemple, lors des derniers travaux de la Commission des droits de la personne, ont mandaté un rapporteur spécial pour faire rapport à la prochaine Assemblée générale des Nations Unies. C'est donc une question extrêmement importante qui mérite toute l'attention des parlementaires.

    Je disais plus tôt que le Canada n'a pas ratifié la convention de 1949. J'espère qu'on m'expliquera pourquoi. Je ne comprends pas comment on peut adopter un projet de loi ici, par l'entremise des parlementaires, mais que, dans un cadre multilatéral, une convention qui date environ de l'origine des Nations Unies n'ait pas fait l'objet d'une ratification.

    Cette convention était quand même importante, parce qu'elle établissait un régime juridique pour combattre la traite et l'exploitation de la prostitution d'autrui, ce qu'on appelle aujourd'hui le proxénétisme, soit les gens qui servent d'intermédiaires. On le sait bien, le proxénétisme se nourrit de la prostitution. La convention en faisait un délit, soit celui d'organiser la prostitution d'autrui et d'en tirer des profits.

    C'est un système qui concerne les femmes, les enfants et un certain nombre d'hommes, mais c'est évidemment une réalité arborant surtout un visage féminin.

    La ratification de la convention de 1949 par le Canada doit faire l'objet de préoccupations. Et comme me le rappelaient les franciscaines internationales, c'est extrêmement gênant quand des ONG travaillent, par exemple, avec la Commission des droits de l'homme de l'ONU et que l'on souligne l'existence d'un projet de loi, comme le projet de loi C-49 ou l'ancien projet de loi C-2, mais sans que la convention, elle, ait fait l'objet d'une ratification.

    Je parlerai du Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes. Il y a dans ce protocole quelque chose d'intéressant, voire de fondamental, soit toute la question du consentement de la victime. Ce protocole est un outil important, c'est même une référence incontournable en matière de lutte contre la traite des personnes, en particulier des enfants et des femmes.

    Ce protocole donne pour la première fois une définition du phénomène qui consiste en l'abus d'autorité. Il définit également le consentement de la victime. On comprend que les trafiquants font souvent usage de menaces, de force, de chantage, de contraintes, d'enlèvements, de fraude, de ruses, de promesses fallacieuses, de tromperie, d'escroquerie, d'abus d'autorité. Ce sont les ingrédients qui font que le commerce existe.

    Ce protocole, qui a été ratifié, lui, par le Canada, est l'un des moyens qui ont été utilisés où le consentement de la victime, qu'il soit libre ou vicié, ne joue pas comme prétexte pour excuser une manoeuvre de la part d'un passeur.

  +-(1805)  

    En d'autres termes, le seul fait d'employer ces moyens suffit à lui seul pour tomber sous le coup de la loi, abstraction faite de la volonté ou de l'acceptation de la victime pour l'exploitation.

    Je termine en disant que c'est un projet de loi que le Bloc québécois appuie et que c'est un phénomène extrêmement important. Toute l'équipe parlementaire du Bloc québécois contribuera à son adoption de façon diligente.

  +-(1810)  

[Traduction]

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Madame la Présidente, il est intéressant d'entendre la remarque que vient de faire le député sur les différences entre le Québec et le reste du Canada en matière d'immigration. Ce qui m'a un peu inquiété, c'est qu'on a peut-être accordé trop d'attention à la traite des personnes. L'idée de la traite des personnes, par opposition à l'exploitation des personnes, me pose encore un problème, car la soi-disant traite comprend l'exploitation internationale et intérieure. Je m'inquiète de savoir s'il y des moyens et des ressources à la disposition de ceux qui ont à défendre et à faire appliquer les lois que nous adoptons. Le député sait bien qu'il ne s'agit pas toujours des autorités fédérales, mais également des autorités provinciales, et celles-ci ont éprouvé certains problèmes dans le passé.

    Bon nombre de députés ont insisté sur les questions relatives aux peines. C'est un tout autre domaine dans lequel je ne veux pas m'aventurer. Je suis un peu préoccupé au sujet des ressources et des moyens dont disposent les autorités policières provinciales pour défendre et protéger la population et prévenir ces crimes, ainsi que pour traiter avec ceux qui sont trouvés coupables de certaines de ces infractions horribles.

    Le député voudrait-il faire ses commentaires sur l'appui et l'interaction qui seraient nécessaires à tous les échelons de gouvernement et des autorités policières pour faire en sorte qu'un projet de loi comme celui-ci soit efficace?

[Français]

+-

    M. Réal Ménard: Madame la Présidente, je pense que c'est une question pertinente. Je souscris à la nuance de mon collègue. La traite des femmes constitue nécessairement de l'exploitation, mais il y a des types d'exploitation qui sont différents de la traite des femmes. C'est sans doute une nuance que j'aurais dû faire dans mon discours. Évidemment, celui-ci était centré sur la traite des femmes.

    Je dirai à mon collègue qu'il se trouve certains esprits pour penser que tout le programme d'aides familiales et d'aides domestiques constitue une forme d'exploitation qui ne devrait pas être encouragée, mais il s'agit là d'un tout autre débat.

    Il est vrai que lorsque l'on accueille de 200 000 à 240 000 nouveaux immigrants, il y a la possibilité qu'un certain nombre d'irrégularités se faufilent dans le système. Je crois cependant que le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration du Canada a conduit des études qui ont amené à conclure, comme pour l'ensemble des grands programmes sociaux, qu'il n'y a pas plus de 10 p. 100 de gens qui sont soit des fraudeurs ou des gens qui ont manqué à l'une ou à l'autre des dispositions de la loi. Je ne voudrais pas que l'on pense qu'il y a eu une équation automatique entre immigration et fraude. Il faut bien comprendre que la majorité des gens qui obtiennent un visa, un permis de travail ou un permis d'études respectent les termes mêmes de ces différents permis.

    Je comprends également, pour avoir lu le dernier rapport de rendement du ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration, que l'on a renforcé les dispositions concernant l'exécution de la loi. Mon collègue a tout à fait raison de s'assurer que lorsqu'il y a des gens détenus illégalement au Canada, il faut alors s'assurer que les mesures de déportation s'appliquent.

    Je terminerai en disant également qu'il y a une réflexion à faire au sujet de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié, qui a été longtemps un haut lieu de patronage pour les différents gouvernements qui ont été en place. La Commission de l'immigration et du statut de réfugié n'a pas toujours été diligente ni efficiente dans la détermination du statut de réfugié. Cela a certainement à voir avec le fait que des personnes, qui sont ici, au Canada depuis cinq, six ou sept ans, ont refait leur vie. Évidemment, lorsqu'on leur dit que, selon les termes de la Convention de Genève, ils ne sont pas de vrais revendicateurs, il est difficile pour eux de quitter. Il y a une réforme à envisager dans la détermination du statut de réfugié.

  +-(1815)  

+-

    M. Marc Lemay (Abitibi—Témiscamingue, BQ): Madame la Présidente, je remercie mon savant collègue, le député d'Hochelaga, de sa brillante présentation. Si vous me le permettez, je reviendrai un peu sur le fait que le Canada n'a pas entériné, en 1949, une convention des Nations Unies.

    Je me demandais si, après presque 50 ans, on n'allait pas rattraper ce retard avec le projet de loi C-49 au sujet duquel le Bloc québécois demande l'adoption à la Chambre le plus tôt possible.

    Je pose la question à mon collègue. Selon lui, comment se fait-il que le Canada n'a pas rempli ses obligations à l'égard de l'ONU en 1949, et qu'aujourd'hui, presque 60 ans plus tard, il dépose un projet de loi essentiel pour protéger la population? Ce que la population demande, c'est qu'un tel projet de loi soit adopté dans les plus brefs délais.

    Je ne sais pas si mon collègue a une réponse à me donner à la suite des rencontres qu'il a effectuées au cours de l'été, en ce qui concerne le présent projet de loi.

+-

    M. Réal Ménard: Madame la Présidente, c'est une question très pertinente, à l'enseigne de la vie que mène notre collègue d'Abitibi—Témiscamingue.

    Lorsque j'ai rencontré les Franciscans International, ils m'ont d'ailleurs remis le tableau de la ratification. Par exemple, en ce qui concerne la convention dont il est question, plus d'une centaine de pays l'ont ratifiée, mais je n'en connais pas les détails et je ne sais pas pourquoi le Canada n'a pas ratifié cette convention.

    J'espère que quelqu'un du côté ministériel — soit le secrétaire parlementaire ou n'importe quelle personne en autorité — pourra nous éclairer à ce sujet. C'est extrêmement troublant. Je crois que cela exige une correction.

    Évidemment, mon collègue comprend que cela n'invalide en rien la pertinence du projet de loi C-49. Le Bloc est fidèle à cette brillante tradition de défense des intérêts du Québec. Comme le rappelle le député de Laurier—Sainte-Marie dans plusieurs de ses discours, lorsqu'un projet de loi est bon pour le Québec, le Bloc l'appuie; lorsqu'un projet de loi est mauvais pour le Québec, le Bloc le défait. Dans ce cas-ci, nous sommes du côté de la défense des intérêts du Québec. C'est donc un projet de loi que nous allons appuyer.

[Traduction]

+-

    L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.): Madame la Présidente, j'ai écouté les commentaires de mon collègue avec beaucoup d'intérêt. Il sait qu'il existe au Québec un grave problème de trafic qui ne se limite pas aux personnes, mais qui touche aussi les armes à feu, la drogue, l'alcool et d'autres objets interdits, tout particulièrement à Kanesatake et à Kahnawake.

    C'est un très grave problème pour les policiers. Ces derniers ont beaucoup de mal à traiter ce problème qui va bien au-delà des limites des réserves de Kanesatake et de Kahnawake. C'est un problème qui touche à la fois le Canada et les États-Unis et qui est intimement lié au crime organisé. Nous ne pouvons qu'avoir de la sympathie pour les autochtones qui vivent dans les réserves et qui sont confrontés à d'énormes problèmes avec les groupes du crime organisé, tant autochtones que non autochtones, qui vivent comme de vrais parasites dans ces collectivités, épuisant et détruisant essentiellement les structures sociales dans ces secteurs.

    Le député connaît très bien cette région et les problèmes auxquels les peuples autochtones font face. Quels conseils pourrait-il donner au gouvernement à cet égard et quelle serait à son avis la meilleure façon d'aider la GRC à lutter contre ce grave problème dans les réserves?

[Français]

+-

    M. Réal Ménard: Madame la Présidente, je remercie mon collègue. C'est une question extrêmement pertinente. En tant que Montréalais, c'est quelque chose qui me préoccupe.

    Il y a quelques semaines, je faisais une conférence de presse avec les manufacturiers du tabac et les gens qui ont des responsabilités dans le commerce du détail. En effet, en ce qui concerne la contrebande des produits du tabac, il faut bien reconnaître que notre collègue a dit juste lorsqu'il parlait de la question des réserves autochtones.

    J'ai déposé une résolution au Comité permanent de la santé. Mon collègue de Marc-Aurèle-Fortin a fait la même chose au Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile et mon collègue de Saint-Hyacinthe—Bagot a fait de même au Comité permanent des finances. Nous avons donc déposé quatre propositions qui concernent, entre autres, la fiscalité des produits du tabac. Nous avons demandé une campagne de conformité concernant l'étiquetage des produits du tabac. Nous nous sommes penchés sur la question d'un moratoire pour de nouvelles licences de production dans les réserves indiennes.

    Je serais très heureux de faire parvenir à mon collègue les quatre résolutions que nous avons déposées à ces différents comités. Je le remercie de ses préoccupations. Elles sont tout à fait légitimes.

  +-(1820)  

[Traduction]

+-

    Mme Anita Neville (Winnipeg-Centre-Sud, Lib.): Madame la Présidente, je suis heureuse de pouvoir parler du projet de loi C-49, même à cette heure tardive. Je veux saisir l'occasion pour passer en revue quelques-unes des dispositions du projet de loi qui portent particulièrement sur les personnes vulnérables.

    Nous avons entendu des témoignages très éloquents, cet après-midi, à la Chambre, au sujet de quelques-unes des situations dans lesquelles de jeunes Canadiens se retrouvent. Le message qu'envoie le projet de loi C-49 est à la fois convaincant et clair. Il affirme que la loi sera appliquée dans toute sa rigueur à ceux qui cherchent à exploiter les plus vulnérables d'entre nous.

    Nous savons que le crime de traite des personnes touche surtout les personnes vulnérables, particulièrement les femmes et les enfants qui sont traqués, exploités et maltraités dans l'intérêt d'autres personnes. Environ 98 p. 100 des personnes qui sont exploitées à des fins sexuelles et commerciales sont des femmes et des enfants. Elles sont souvent attirées par de fausses promesses d'emploi et de conditions de travail qui pourraient les aider ainsi que leur famille. Ce genre d'exploitation va directement à l'encontre de notre identité canadienne et de nos valeurs que sont l'égalité, la liberté et la justice.

    Le projet de loi C-49 renforcerait notre cadre juridique visant à lutter contre la traite des personnes en créant trois nouvelles infractions au Code criminel. Ces infractions visent directement l'horrible crime qu'est l'exploitation.

    La principale infraction de traite des personnes interdirait à quiconque de recruter, de transporter, d'héberger ou de contrôler les déplacements d'une autre personne en vue de l’exploiter ou de faciliter son exploitation. Cette infraction entraînerait la peine la plus sévère prévue dans le Code criminel, soit la peine d'emprisonnement à perpétuité, ce qui refléterait le caractère odieux de ce crime, ses conséquences pour les victimes et, ce qui est très important, sa dénonciation par la société.

    Comme je l'ai dit, l'exploitation est au coeur de ce crime et le projet de loi C-49 reconnaît bien cette réalité en faisant de l'exploitation un élément clé de l'infraction. Cette notion est importante. Elle tient compte du fait que la communauté internationale comprend le crime de traite des personnes et, ce qui est plus important, elle s'attaque carrément aux comportements qui visent les plus vulnérables d'entre nous. Le projet de loi C-49 propose la création de deux autres infractions qui offrent aux responsables de l'application de la loi une capacité accrue de s'attaquer à toute la gamme des comportements liés à la traite des personnes.

    La deuxième infraction interdirait à quiconque de profiter de la misère d'autres personnes. Le projet de loi C-49 érigerait en infraction le fait de tirer un avantage financier ou tout autre avantage matériel de la traite de personnes. Cette infraction entraînerait une peine maximale de dix ans d'emprisonnement.

    La troisième infraction serait le fait de cacher ou de détruire des documents de voyage ou des documents d'identité afin de faciliter ou de perpétrer la traite des personnes. Il s'agit d'une réaction globale à la traite des personnes parce que nous savons que les auteurs de ce crime gardent souvent ces documents afin de contrôler leurs victimes en les gardant dans un état de vulnérabilité.

    Le Canada demeure à l'avant-garde des pays du monde dans la lutte contre l'injustice et l'inégalité. Je suis heureuse de souligner que le Canada a récemment ratifié le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Cette ratification souligne notre engagement, tant sur la scène nationale qu'internationale, en faveur de la protection des enfants contre toutes les formes d'exploitation, y compris la traite des personnes.

  +-(1825)  

    Le projet de loi C-2, qui a reçu la sanction royale en juillet dernier, souligne notre engagement. Le projet de loi ajoute à une série de mesures de protection étendues qui existent déjà en droit pénal et protège encore mieux les enfants et les autres personnes vulnérables en imposant des peines plus lourdes aux auteurs de crimes où il y a exploitation sexuelle des enfants, et rend encore plus disponibles les dispositifs facilitant le témoignage des enfants et des autres personnes vulnérables.

    Le gouvernement reste déterminé à protéger les personnes vulnérables et je crois que le projet de loi C-49 est un pas dans la bonne direction. Je crois comprendre que toute l'approche gouvernementale de la traite des personnes s'aligne sur l'approche adoptée par la communauté internationale c'est-à-dire prévenir la traite, protéger les victimes et poursuivre les délinquants. On a confié à un groupe de travail la tâche d'élaborer une stratégie fédérale et je crois que ce groupe est déjà à l'oeuvre. Le projet de loi C-49 constitue un élément important de l'approche globale et il nous aidera à prévenir le crime, à protéger les victimes et à poursuivre les coupables.

    Je suis consciente que le projet de loi C-49 n'est qu'un seul élément d'une stratégie fédérale plus large et qu'il vient renforcer les nombreuses mesures prises par le gouvernement fédéral pour lutter contre la traite des personnes sous toutes ses formes. Parmi ces mesures, je mentionnerai le partenariat avec des membres de la société civile en vue d'améliorer la capacité de répondre aux besoins des victimes de ce crime terrible. Je crois également comprendre que le gouvernement a travaillé activement à l'élaboration de documents de prévention et de sensibilisation et à l'organisation de séances de formation sur les dangers de la traite des personnes.

    Comme la plupart des députés, j'appuie tous ces efforts. Le projet de loi C-49 constitue une étape cruciale d'une stratégie plus efficace de lutte contre la traite des personnes sous toutes ses formes, tant au Canada que sur la scène internationale. Ce projet de loi apporterait des changements souhaitables au droit pénal et il permettrait au Canada de continuer de faire preuve de leadership sur la scène mondiale lorsqu'il s'agit de protéger les personnes les plus vulnérables. J'espère que tous les députés appuieront sans réserve le projet de loi. Il est important pour nos collectivités.

+-

    L'hon. Keith Martin (secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, Lib.): Madame la Présidente, ma collègue est allée au coeur de ce grave problème qu'est la traite des personnes et j'ai trouvé ses commentaires très intéressants.

    J'attire l'attention de la Chambre sur une très bonne étude réalisée par les Nations Unies. Cette étude brosse un tableau complet de la question de la traite des personnes, en particulier en Extrême-Orient et en Afrique occidentale. Cette dernière est aux prises avec un très grave problème de traite, particulièrement des enfants. Beaucoup sont réduits à une forme d'esclavage, et cela est profondément tragique.

    Parmi les personnes qui nous regardent, un grand nombre ne sait peut-être pas que l'esclavage est une réalité bien vivante dans certaines régions d'Afrique, en Afrique occidentale surtout. C'est le cas au Niger ainsi que dans d'autres pays le long de la côte. Il est donc très important, comme ma collègue et amie l'a mentionné, que nous collaborions avec nos partenaires internationaux pour éradiquer ce fléau.

    La députée pense-t-elle que les efforts déployés à l'échelle internationale par le truchement de la GRC, d'Interpol et d'autres organismes sont suffisants à ce stade-ci pour enrayer le fléau? Qu'entrevoit-elle pour ce qui est de mettre un terme aux graves problèmes et à la tragédie humaine liés à la traite des personnes?

+-

    Mme Anita Neville: Madame la Présidente, le gouvernement a pris de nombreuses mesures importantes sur la scène internationale pour lutter contre la traite des personnes. Avaliser le protocole en 2002 a été un premier pas important. Il existe une convention internationale du travail qui comporte un certain nombre d'instruments relatifs au travail forcé et à l'âge minimum d'emploi.

    Il importe que nous demeurions vigilants comme gouvernement et que nous prenions part à toutes les tribunes internationales qui nous donnent l'occasion d'aborder le problème. Un certain nombre d'organismes sans but lucratif et d'organisations gouvernementales participent activement aux efforts. Nous devons travailler ensemble pour résoudre le problème de manière vigilante et énergique.

    [Suite des délibérations au fascicule B]

*   *   *

    [Suite des délibérations consignées à la partie A]

-DÉBAT D'URGENCE

[Article 52 du Règlement]

*   *   *

  +-(1830)  

[Français]

-Le prix de l'essence

+-

    M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)  propose:

Que la Chambre s'ajourne maintenant.

    — Madame la Présidente, avant de commencer le contenu de mon discours, j'aimerais vous dire que je partagerai mon temps alloué avec le député de Mégantic—L'Érable.

    Tout d'abord, on me permettra de remercier tous mes collègues qui ont accepté à l'unanimité que nous tenions un débat d'urgence ce soir. La proposition que j'ai faite a été reçue par l'ensemble de la Chambre comme étant une priorité.

    C'est un deuxième geste dans le même sens depuis la tenue de la séance du Comité permanent de l'industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie sur la question de l'essence, jeudi dernier. Le comité a également joui de l'unanimité afin de pouvoir recevoir des témoins, convoquer les pétrolières et les hauts fonctionnaires et inviter les gens à venir témoigner devant le comité.

    Aujourd'hui, on a obtenu la même unanimité au sein de la Chambre. Pourquoi retrouve-t-on une telle unanimité? Je pense qu'il y a deux raisons.

    La première raison, ce sont les hausses vertigineuses du prix de l'essence qu'on a connues au cours des dernières semaines, des derniers mois et aussi de la dernière année. Souvenons-nous qu'au début de 2005, le litre d'essence se vendait autour de 78 ¢. Maintenant, il se vend 1,08 $. On répète le même scénario depuis des années: une hausse importante, une petite baisse pour calmer l'opinion publique, puis on retourne à un autre palier. C'est ce qu'on veut tenter de briser.

    C'est pour cela qu'on souhaite que le gouvernement agisse le plus tôt possible. Cela constitue la deuxième raison principale qui justifie le débat d'urgence de ce soir: il n'y a aucun plan d'action du gouvernement.

    Le seul geste qu'on a vu de la part du gouvernement, c'est lorsque le Bloc québécois a déposé la première phase de son plan d'action. Le premier ministre a alors dit qu'on pourrait étudier la question des gens plus démunis pour déterminer si l'on est capable de leur donner un coup de main. Depuis ce temps, on n'a eu aucune nouvelle du gouvernement.

    Les hauts fonctionnaires qui ont témoigné devant le comité jeudi dernier nous ont dit que le plan n'était pas prêt et qu'on ne savait pas exactement où l'on s'en allait. C'est au point où les membres du comité, à l'unanimité, ont convoqué les cinq ministres responsables en matière de transports, d'énergie, de finances, d'industrie et d'environnement. Ce sont tous des gens touchés par cette question qui devront, au bout du compte, se présenter devant le comité pour manifester leur volonté d'action et présenter leur plan d'action. Or, jusqu'à maintenant, on ne connaît pas ce plan.

    Le Bloc québécois veut contribuer. Il l'a déjà fait en déposant un projet de plan d'action. C'est sur les éléments de ce plan d'action que j'interviendrai ce soir de façon particulière.

    Comme premier élément, à court terme, il faut offrir un répit aux consommateurs. On a vu que les gens ont été touchés de plein fouet par cette augmentation. Les gens à faible revenu qui chauffent au mazout, en particulier, auront de désagréables surprises cet hiver si l'on ne leur donne pas la possibilité de compenser la perte qu'ils ont subie quant à leur pouvoir d'achat net.

    Il ne s'agit pas de subventionner le pétrole. Je pense qu'il faut payer l'énergie au coût réel qu'elle coûte à notre société, incluant les coûts environnementaux. En contrepartie, il ne faut pas faire en sorte que les gens les plus démunis se retrouvent devant l'état de fait et doivent payer pour des choses qui ne sont pas de leurs responsabilités.

    On ne peut pas tolérer le détournement de richesse qu'a entraîné l'augmentation du prix de l'essence. On voit les profits des pétrolières augmenter de façon extraordinaire. On a vu doubler de 5 à 10 milliards de dollars les profits des six pétrolières présentes au Canada au cours des quatre dernières années. Avec ce type d'augmentation de profits, si l'on ne trouve pas une façon de calmer cet appétit, on assistera à un détournement permanent de la richesse allant vers les pétrolières plutôt que vers les consommateurs et aussi les gens des régions éloignées.

    Prenons l'exemple d'un citoyen de Saint-Pamphile, dans ma circonscription, qui doit parcourir 50 ou 60 km pour se trouver du travail et pour ensuite s'y rendre. Si le coût de l'augmentation du prix de l'essence vient ronger tout le bénéfice d'avoir un emploi rémunéré à 9 ou 10 $ de l'heure, cela a un effet très négatif sur l'économie ainsi qu'un effet de ralentissement. Il faut absolument que les gens reçoivent une compensation.

    À ce sujet, le Bloc québécois a proposé une déduction fiscale de 3,75 $ par jour, jusqu'à concurrence de 10 p. 100 du revenu. Cette déduction est déjà offerte dans les régions très éloignées des grands centres. C'est une mesure qui permettrait de venir en aide aux gens des régions pour compenser l'effet de l'augmentation du prix de l'essence.

    Ensuite, nous voulons aussi aider les secteurs économiques touchés. Cela concerne les citoyens et les consommateurs, mais aussi d'autres personnes qui sont touchées dans leur emploi. Je parle par exemple d'un camionneur artisan, non pas d'un camionneur employé par une grande compagnie de camionnage dont les contrats sont protégés six mois ou un an à l'avance.

  +-(1835)  

    Toutefois, on veut que celui qui voit le prix augmenter dès qu'il met de l'essence dans son réservoir puisse bénéficier d'une forme de dédommagement pour lui permettre de continuer d'être compétitif. On parle donc d'un crédit d'impôt pour les camionneurs indépendants.

    On veut aussi généraliser un crédit d'impôt, qui existe au Québec pour les chauffeurs ou les propriétaires de taxi, de sorte que, au bout du compte, on puisse continuer à offrir un service à un montant raisonnable. Encore là, il ne s'agit pas de subventionner l'achat du pétrole, mais de s'assurer que l'augmentation des profits de compagnies retourne dans les poches des gens qui en ont besoin pour faire fonctionner leur entreprise régulièrement.

    C'est la même chose pour les producteurs agricoles. Au tarif actuel, on prévoit 250 millions de dollars additionnels de frais pour nos agriculteurs. Pensons au fait qu'ils ont vécu la crise de la vache folle ces dernières années. Si on leur met sur le dos une dette additionnelle de 250 millions de dollars, ces gens devront abandonner leur ferme, ils seront obligés de la vendre. Il faut absolument affronter cette crise.

    Finalement, il y a un quatrième groupe, celui des entreprises forestières indépendantes. Ce sont ces gens qui conduisent des machines multifonctionnelles, des abatteuses, en forêt. Celles-ci consomment des quantités importantes d'essence et leurs propriétaires ont des paiements très élevés. Ils se sont retrouvés avec cette surprise de la hausse vertigineuse du prix de l'essence. Nous croyons qu'eux aussi doivent être dédommagés et que leurs coûts additionnels doivent être compensés.

    Cela concerne les mesures à court terme et les gens qui sont actuellement touchés dans leur quotidien. Nous croyons toutefois qu'il faut davantage des mesures à moyen terme. Le gouvernement aurait tout intérêt à donner suite à notre proposition de création d'un office de surveillance des produits pétroliers. Tout simplement, pendant trois ans, chaque année, cet organisme ferait rapport à la Chambre des communes concernant l'état du marché et formulerait des recommandations.

    Si cet office avait existé il y a de cela deux ans, depuis que le comité avait recommandé sa création, nous aurions déjà eu des suggestions de modifications pour affronter ce genre de crise que nous avons vécue dernièrement et nous aurions pu modifier la situation. En effet, il y a un élément très important: il faut réussir à réduire l'incertitude quant à la disponibilité du pétrole. Le jeu de yo-yo actuel nuit à l'ensemble de l'économie et l'inactivité du gouvernement ralentit beaucoup la possibilité de réagir correctement à la situation.

    L'autre élément consiste à renforcer la Loi sur la concurrence. Cela fait cinq ans que nous demandons que cette loi ait plus de pouvoirs pour que l'on puisse mener des enquêtes qui ne soient pas quasi judiciaires. Nul besoin d'avoir une preuve de collusion écrite ou enregistrée, mais il faut faire une étude concernant un secteur économique pour voir si le marché fonctionne correctement.

    Cet après-midi, le ministre nous a donné une indication établissant que, possiblement, le gouvernement était prêt à modifier la Loi sur la concurrence en ce sens. Nous l'assurons de notre collaboration: nos amendements sont prêts et nous sommes disposés à les lui présenter pour qu'il puisse modifier la loi le plus rapidement possible et que le Bureau de la concurrence puisse mener les enquêtes le plus tôt.

    Nous avons donc des mesures à court terme, des mesures plus structurelles, mais aussi des mesures pour redistribuer les ressources. En effet, nous nous rendons compte que les pétrolières font des profits additionnels très importants. Il y a une façon d'aller taxer ces profits. Nous croyons que l'on pourrait augmenter de 500 millions de dollars les impôts des pétrolières pour financer ces mesures d'aide.

    En regard de profits de plus de 10 milliards de dollars réalisés au cours de la dernière année, une somme de 500 millions de dollars pourrait être considérée comme raisonnable. En effet, actuellement, l'augmentation des profits est exponentielle et elle le sera encore en 2006. Compte tenu des nouveaux prix, personne ne trouverait que c'est démesuré. Ce serait plutôt une façon raisonnable et réaliste de redistribuer la richesse là où elle doit être, pour s'assurer que notre économie puisse continuer à tourner.

    Il faut aussi des mesures pour réduire notre dépendance au pétrole. Le ministre de l'Environnement nous a dit, la semaine passée, que le prix était haut, que cela allait rester ainsi et que c'était bien pour l'avenir. Je le répète, je ne suis pas contre le fait que l'on paie le prix réel de l'essence. Cependant, il faut s'assurer que les profits de même que la partie des taxes que l'on paie sont raisonnables, pour que l'on puisse en faire autre chose.

    En ce qui concerne les mesures visant à diminuer notre dépendance, on pourrait investir substantiellement dans l'énergie éolienne, encourager l'achat et la construction de véhicules moins énergivores. On attend des mesures du gouvernement allant dans ce sens.

    Pour mettre en avant l'ensemble ces mesures, au départ, cela nécessite une volonté politique plutôt que la démission actuelle du gouvernement. Pourquoi le premier ministre n'intervient-il pas auprès du G8 pour dire qu'il faut s'occuper de cette question, que cela est important? Il doit faire connaître cette position publiquement.

    Pourquoi, à l'échelle nationale, ne convoque-t-il pas lui-même les pétrolières, comme le comité a eu le courage de le faire, pour leur dire comment cela fonctionne et quels seraient les efforts additionnels qu'elles pourraient faire?

  +-(1840)  

    Et finalement, qu'il adopte un plan d'action, comme celui que le Bloc québécois propose en la matière, pour qu'enfin l'on puisse sentir qu'il y a vraiment un gouvernement, que l'on veut harnacher ce problème et passer à travers. C'est le but du débat de ce soir.

[Traduction]

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Madame la Présidente, je ne peux pas tout commenter, mais j'aimerais obtenir certains éclaircissements en ce qui concerne les camionneurs ou entreprises de camionnage.

    Premièrement, la taxe fédérale d'accise sur le carburant diesel est de 4 ¢ le litre. Elle est fixe, peu importe le prix du produit; il n'y a donc pas de répercussions.

    Deuxièmement, en ce qui concerne la TPS, les camionneurs, qui ne sont pas les utilisateurs finaux mais plutôt des prestataires de services, peuvent demander un crédit de taxe sur les intrants et recouvrer intégralement la TPS acquittée sur tous leurs achats, y compris sur le carburant.

    Si j'ai bien compris le député, il parle des camionneurs qui paient une taxe d'accise de 4¢ le litre, indépendamment du prix du carburant diesel, et qui recouvrent intégralement la TPS. Il souhaite également leur accorder un crédit pour le montant total des taxes qu'ils pourraient avoir acquittées sur l'achat, sans prendre en considération les incidences des montants recouvrés sur les revenus.

    Le député aurait-il l'obligeance de préciser les conséquences des mesures en place sur le portefeuille des camionneurs, eu égard au fait qu'ils assurent ce service à d'autres personnes? Compte tenu de l'instabilité des prix du carburant, on suppose qu'ils structurent les contrats de manière à bénéficier d'un recouvrement intégral ou presque.

[Français]

+-

    M. Paul Crête: Madame la Présidente, je veux dire au député que le problème que l'on a identifié n'est pas que les taxes sont trop élevées. Il n'y a jamais personne qui aime payer des taxes. Notre problématique actuelle n'est pas les taxes.

    Depuis janvier 2005, le prix est passé de 0,78 $ le litre à plus de 1,08 $ le litre. Donc, pour l'essence en général, il y a une augmentation significative qui n'est pas une augmentation des taxes. Ces camionneurs, qui parcourent environ 320 000 kilomètres par année avec des engins qui consomment plus de 50 litres au 100 kilomètres, ont actuellement une augmentation des coûts réels qui est très significative. On dit que pour chaque 20 cents d'augmentation du prix du pétrole, c'est 30 000 dollars de plus en frais d'exploitation par camion. À court terme, il faut faire quelque chose pour ces gens-là qui n'ont pas de protection comme les grandes compagnies de camionnage. Les gens qui voyagent pour Freightliner ou pour d'autres types d'entreprises ont souvent des contrats protégés, Le pétrole sera au même prix pour 6 mois, 12 mois ou 18 mois, mais les camionneurs artisans n'ont pas ces protections.

    Lorsque le prix monte le 4 septembre, le 5 septembre au matin, s'ils ont besoin d'essence, il faut qu'ils payent le nouveau prix. Je donne un exemple. Chez nous, quelqu'un m'a dit: « Je fais à peu près 800 dollars par semaine de salaire, mais maintenant, avec les hausses des prix de l'essence, je roule pour rien, je n'ai plus de revenus ». Il peut le faire une semaine ou deux, mais il ne pourra pas tenir plus longtemps. Il faut absolument que l'on trouve une façon afin que le détournement de richesses qui s'est produit avec les surplus faramineux des compagnies puissent retourner dans les poches des gens qui continuent à faire fonctionner l'économie.

    La comparaison est un peu la même que lors de la grande crise des années trente. Il n'y avait pas d'aide sociale et pas d'assurance-chômage à cette époque. Des compagnies faisaient des profits quand même, mais on n'était pas en mesure de retourner dans les poches des consommateurs afin qu'ils puissent continuer à fonctionner. Ils perdaient leur pouvoir d'achat. Il se passe la même chose en ce qui concerne le prix du pétrole pour les petites entreprises. Elles perdent leur pouvoir d'achat. De cette façon, elles sortiront du marché si on ne trouve pas des manières de les compenser.

    Il y a une augmentation de 30 p. 100. Essayons de voir dans les différents secteurs économiques ce que ce 30 p. 100 veut dire de plus aujourd'hui, alors que notre dollar remonte. Quand on sait que l'on a 85 p. 100 de nos exportations qui vont aux États-Unis, le coût additionnel des frais de l'essence peut souvent être la différence entre la survie et la mort d'une petite entreprise. C'est pour cela que l'on demande ce crédit pour les camionneurs artisans.

  +-(1845)  

+-

    M. Marc Boulianne (Mégantic—L'Érable, BQ): Madame la Présidente, je veux d'abord féliciter mon collègue de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup de son excellent travail au Comité permanent de l'industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie, en particulier sur ce sujet. C'est un député qui travaille énormément et le dossier est très bien géré.

    Je suis très heureux d'intervenir sur cette motion qui est le sujet du débat d'urgence, d'autant plus qu'à titre de membre du Comité permanent de l'industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie, je veux apporter ma contribution.

    C'est un dossier prioritaire. On l'a mentionné tout à l'heure, le Bloc québécois y consacre toute l'importance et tout le sérieux qui lui est dû. C'est un dossier d'une grande envergure. Par exemple, les économies nationale, régionale et locale sont mises en danger par un prix excessif du carburant. Cela peut créer, et crée effectivement, des dommages.

    Cependant, ce gouvernement fait la preuve de la même logique implacable qu'il applique à plusieurs dossiers, soit de ne rien faire. C'est toujours la même chose, que ce soit au niveau du déséquilibre fiscal ou du textile. C'est un gouvernement qui tarde à poser les actions nécessaires pour résorber la crise.

    J'ai fait une intervention, il y a quelques temps. J'ai posé une question au ministre de l'Industrie. Je voudrais vous montrer un peu l'état d'esprit de ce gouvernement, de même que du ministre des Transports. Je lui ai posé une question. Je lui reprochais de ne rien faire et lui demandait ce qu'il ferait au niveau du pétrole. Il a répondu que nous faisions partie de ces dinosaures qui n'entendent rien à l'économie.

    Cet été, c'était la même chose. À l'émission Maisonneuve à l'écoute, on a demandé au ministre des Transports ce que le gouvernement attendait pour intervenir, aider les entreprises et les régions. Il a répondu de cette façon. Je le cite à peu près. « On ne peut rien faire. Le gouvernement ne peut rien faire. C'est la faute de la mondialisation. C'est la faute de l'Irak, de la guerre. » Il a rajouté, textuellement, que « le gouvernement ne commencera pas à donner des coupons aux citoyens pour s'acheter de l'essence ». Vous avez là l'état d'esprit de ce gouvernement et de quelle façon il veut fonctionner.

    Le but de la motion est très clair. Jeudi dernier, au comité, nous avons entendu plusieurs témoignages de la part de différents groupes. Les grandes pétrolières étaient présentes de même que des représentants du Bureau de la concurrence, du ministère des Finances, des associations de protection des consommateurs, pour ne nommer que ceux-là. Tous étaient du même avis sur un point: les profits exorbitants et excessifs des pétrolières. C'était le sujet de discussion. Les pétrolières elles-mêmes l'ont reconnu. Elles ne s'en sont pas cachées. Avec sans-gêne, elles étalaient des profits de 7 à 8 milliards de dollars.

    On disait aussi que les bonds de 6 à 40 ¢ pouvaient se comprendre. On se croyait dans une autre réalité, une réalité entretenue, malheureusement, par un gouvernement arrogant qui refuse d'intervenir. Le premier ministre refuse également d'intervenir en prétextant qu'il n'y a pas de solution et que l'on ne peut rien faire. De temps en temps, comme aujourd'hui, on a pourtant de petites ouvertures. Cependant, concrètement, rien n'est fait. On est toujours au même point.

    Toutefois, quant à cette situation, les associations de protection des consommateurs, le secteur agricole, le secteur des transports et les PME nous ont vite ramené à la réalité. L'impact actuel du prix de l'essence sur l'économie des régions, que ce soit dans Chaudière-Appalaches, dans l'Estrie, dans le Centre-du-Québec, au Saguenay ou ailleurs, est dévastateur sur les familles, sur l'industrie, sur l'agriculture et sur l'économie en général.

    Mon collègue en a parlé tout à l'heure, on a tendance à négliger l'impact du prix de l'essence dans le secteur agricole. On parle souvent du transport. Dans le secteur agricole, il se consomme pour plus de 2 milliards de dollars par année d'essence et d'énergie. Tout à l'heure, mon collègue a mentionné que l'on sera obligé d'ajouter près de 300 millions de dollars pour réussir à fonctionner. De nombreuses faillites pointent à l'horizon, dans mon comté, par exemple, que ce soit en acériculture, dans la métallurgie, dans le tourisme ou dans n'importe quelle industrie.

    Aucune mesure n'est prise. Il n'y a aucune intervention. Dans les régions comme la mienne — je me permets d'en parler encore une fois —, c'est le royaume des PME. Des secteurs sont très durement touchés avec des pertes d'emplois assez considérables. Encore une fois, nous avons l'inaction du gouvernement.

  +-(1850)  

    Il est important de le mentionner à plusieurs reprises. À partir du non-contrôle de cette montée du prix de l'essence, on assiste à un massacre complet des économies régionale et locale. D'ailleurs, le gouvernement n'est pas un gouvernement de régions, tout le monde le sait. On massacre les régions, que ce soit dans le textile, le bois d'oeuvre ou dans l'agriculture. On ajoute à cela l'essence.

    On dit toujours qu'il n'y a pas de solutions. Mon collègue en a nommées tout à l'heure. Il y a des solutions, certaines à court terme et d'autres à long terme.

    Une des premières solutions, c'est de discipliner l'industrie. En effet, un gouvernement c'est là pour cela. Nous avons un gouvernement démocratique, élu par la population. Il doit défendre les intérêts de la population, ceux des régions et ceux des familles. Ce n'est pas l'industrie qui est sensée diriger au pays mais le gouvernement. Il faut donc discipliner l'industrie.

    On a parlé de la création de deux organismes, entre autres un office de surveillance. De plus, le pouvoir accru accordé au Bureau de la concurrence serait aussi important. Jeudi dernier, durant les témoignages, il était intéressant de voir que la majorité, sauf le gouvernement ou ses représentants, était d'accord avec cet office de surveillance qui aurait permis, probablement, de résorber cette crise.

    Cet office pourrait assigner des témoins. Cela est important. Il pourrait assurer la protection, la confidentialité et pourrait étudier tous les aspects de l'industrie pétrolière et proposer des solutions. On a même eu des engagements de la part de plusieurs représentants d'organismes venus témoigner qui étaient d'accord avec cela.

    Le premier point important est qu'il ne faut pas avoir peur des industries. Il ne faut pas avoir peur de s'imposer et de discipliner cette industrie.

    La deuxième solution que le Bloc a proposée, c'est d'offrir un répit aux consommateurs. Il faut que ceux-ci soient défendus. Il y a des associations et les députés du Bloc québécois qui les défendent. Toutefois, il faut que le gouvernement prenne aussi ses responsabilités et offre un répit aux consommateurs. Tout à l'heure, mon collègue de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup a parlé des crédits d'impôt. C'est important.

    Il faut aussi aider à la conversion du chauffage en des énergies alternatives, de même qu'au niveau des frais de transport en commun. Ce sont deux mesures très importantes que le gouvernement pourrait prendre immédiatement sans se forcer, si je puis dire.

    Il y a une troisième mesure qui consiste surtout à aider les gens des régions éloignées. Dans ces grands centres, c'est un problème. Lorsqu'il faut se déplacer, les distances sont très grandes. Encore une fois, un crédit pour les gens des régions éloignées pourrait être efficace.

    Il serait également important d'aider les secteurs économiques touchés. J'en ai parlé tout à l'heure. Il y a l'agriculture. C'est vraiment désastreux pour ce secteur. Ceux qui sont responsables de ce secteur disent que c'est dramatique. C'est la même chose pour l'industrie du taxi. On est en train de faire mourir les camionneurs indépendants. On les étouffe. Ces créateurs d'emploi, nos PME, chez nous, ce sont nos industries, ce sont des familles qui travaillent. Ils sont vraiment rendus à bout. C'est la même chose aussi pour les entreprises forestières dans nos comtés ruraux ou semi-ruraux. Ces industries, créatrices d'emplois, sont importantes. Elles ont des budgets. On va acculer ces entreprises à la faillite.

    C'est la même chose pour ce qui est du textile. Ce matin, on a fait une intervention à ce niveau. On a vu jusqu'à quel point le gouvernement, là aussi, est complètement inerte et ne prend pas de décision.

    Il y a encore une autre chose dont mon collègue a parlé, il s'agit de redistribuer les ressources. Par exemple, on peut parler des 500 millions de dollars d'impôts des pétrolières. Il faut aussi agir là-dessus. Enfin, il y a la dépendance au pétrole. Il faut investir et avoir l'aide du gouvernement.

    Tout cela fait qu'il faut absolument avoir un débat d'urgence pour proposer des choses afin que ce gouvernement réalise que nos économies locale et régionale sont en danger. Il faut agir le plus rapidement possible pour sauver des emplois et pour sauver nos régions.

  +-(1855)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.): Monsieur le Président, je remercie le député de ses observations. Je suis content qu'il ait mentionné le transport en commun et les carburants de remplacement comme solutions possibles. J'espère que certains des députés qui prendront la parole ce soir donneront les chiffres exacts, mais comme le député doit le savoir, le gouvernement a déjà investi des centaines et des centaines de millions de dollars dans le transport en commun pour cette raison précise.

    Nous avons aussi financé et appuyé de diverses façons la recherche sur les carburants de remplacement, tel que l'éthanol, et notre récent budget prévoit une énorme hausse des sommes consacrées à l'énergie éolienne et autres sources d'énergie renouvelables. Ressources naturelles Canada fait de l'excellent travail dans ce domaine et continue d'élargir ses activités année après année, comme le prévoit le plan vert.

    Le député a laissé entendre qu'un office de surveillance aurait pu empêcher ce désastre. Il ne faut cependant pas oublier qu'il s'agit d'une hausse mondiale attribuable d'une part à la spéculation et, d'autre part, à une énorme diminution de la capacité de raffinage du Texas. La région du golfe du Mexique produit une quantité de pétrole qui équivaut presque à la capacité de raffinage totale du Canada. Puisque c'est ce qui fait fluctuer les cours mondiaux, comment un office de surveillance canadien fonctionnerait-il? Je ne dis pas que ce n'est pas une bonne idée, mais si l'office ne fait que publier l'information pour la rendre transparente, je ne vois pas comment cela pourrait mettre fin à une crise mondiale comme celle que nous traversons.

    J'ai une autre question. Comment les secteurs dont parle le député seraient-ils désavantagés sur le plan concurrentiel lorsque tous leurs concurrents subissent eux aussi les hausses, que ce soit au Canada, aux États-Unis ou ailleurs dans le monde? Comment ces secteurs seraient-ils désavantagés lorsque les prix augmentent pour tout le monde?

[Français]

+-

    M. Marc Boulianne: Monsieur le Président, l'office de surveillance aurait un rôle extrêmement important à jouer à cet égard.

    Actuellement, le gouvernement donne l'information, mais on se rend compte que l'information qu'on a concernant le marché, la concurrence, la hausse des prix et des profits au raffinage oublie certains éléments et est incomplète. Par exemple, ce peut être de l'information qu'on reçoit de groupes parfois subjectifs qui travaillent à contrat pour les grandes entreprises pétrolières.

    On suggère donc un comité de surveillance qui étudierait les chiffres afin de voir de quelle façon cela s'est passé, si des profits ont été générés et pourquoi. Il ferait une analyse complète et exhaustive de tout ce qui concerne l'énergie pétrolière.

    Je ne suis pas d'accord avec le député lorsqu'il ne voit pas en quoi cela peut influencer la crise. Nous sommes convaincus que, compte tenu d'une telle recherche, des témoignages, des chiffres, et de tout ce qui se passe en matière de concurrence mondiale — le Canada pourrait fournir ces informations au public — , des solutions pourraient être proposées à partir de ces informations.

  +-(1900)  

+-

    M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ): Monsieur le Président, je veux d'abord féliciter mon collègue de Mégantic—L'Érable de la qualité de son intervention, de même que mon collègue qui l'a précédé.

    Je voudrais savoir une chose, de sa part, relativement aux travaux effectués par le comité. Je sais bien qu'on ne peut pas divulguer la teneur des conversations qui s'y sont tenues, mais j'aimerais au moins connaître le sens donné à ces travaux, particulièrement au regard de la justification des pétrolières relativement aux profits du raffinage. Y a-t-il là des réponses compréhensibles, qui se tiennent, pour pouvoir, dans un premier temps, nous interroger sur la capacité de pouvoir intervenir à cet égard?

    J'ai une deuxième question. Comprend-on aussi pourquoi le gouvernement canadien a été si réticent à convoquer le Comité permanent de l'industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie? Il a fallu une bataille rangée du Bloc, particulièrement de notre collègue de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup.

+-

    M. Marc Boulianne: Monsieur le Président, en ce qui concerne les débats tenus au Comité permanent de l'industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie, il était acquis que les profits, dans un premier temps, étaient excessifs. On a posé la question aux représentants du Bureau de la concurrence et ils ont fait une distinction entre des profits excessifs et des profits illégaux.

    On a quelques chiffres. En 2004, par exemple, les profits après impôt des cinq grandes pétrolières présentes au Québec et en Ontario, soit Petro-Canada, Shell, Husky, Suncor et Esso, ont atteint 7,2 milliards de dollars et devraient atteindre près de 9 milliards de dollars en 2005. On a là une raison importante. Également, depuis 2002, les profits nets ont connu une croissance de plus de 100 p. 100. Les tableaux en annexe le démontrent.

    Ce qui est remarquable aussi, c'est que l'augmentation de ces profits se poursuit parallèlement à celle des marges au raffinage, comme on peut le constater dans le tableau. Le raffinage génère un profit plus qu'excessif. C'est là qu'on a pensé intervenir. Le gouvernement pourrait intervenir dans ces marges.

    Pourquoi le gouvernement n'intervient-il pas? On l'a vu à plusieurs reprises: il est au service des pétrolières.

[Traduction]

+-

    L'hon. David Emerson (ministre de l'Industrie, Lib.): Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec mon collègue, le tout nouveau ministre des Ressources naturelles.

    Au nom du gouvernement, je suis très heureux de réagir à la motion dont la Chambre est saisie. Il n'arrive pas souvent que l'on ait l'occasion de débattre une question ayant des conséquences aussi directes et évidentes pour les Canadiens. Le prix de l'énergie, du pétrole, du mazout et de l'essence est une question qui influe sur notre vie de tous les jours. Nous ressentons tous les effets des fluctuations du prix de l'essence à la pompe où que nous vivions.

    En fait, ces fluctuations ont des effets sur le prix de toutes les sources d'énergie. Le prix de l'électricité est touché par les fluctuations du prix du pétrole, du gaz naturel et du charbon. Ce sont tous des produits énergétiques. Toute la chaîne des prix est touchée par les fluctuations des prix mondiaux de l'énergie, dont les effets se font sentir sur toute notre économie. Elles ont clairement des répercussions sur nos circonscriptions où les gens qui doivent prendre leur voiture pour aller travailler sont confrontés à de fortes hausses de leurs coûts de déplacement, de ce qu'il leur en coûte pour gagner leur vie. Nous le constatons aussi dans les secteurs commerciaux. En Colombie-Britannique, où je vis, le prix du pétrole et du carburant a été la cause première du conflit au port de Vancouver cet été. Ce conflit a eu de graves conséquences non seulement pour les Britanno-Colombiens, mais encore pour tous les Canadiens, parce que des cargaisons et des conteneurs ont été immobilisés dans le port.

    Nous savons tous que le prix du gaz et du pétrole touche les Canadiens et l'économie de nombreuses façons. Il est important de se souvenir des causes sous-jacentes de l'augmentation des prix, qu'il s'agisse du prix de l'essence, du diesel, du mazout, du propane, du gaz naturel ou de tout autre produit énergétique dont nous disposons. Nous savons tous qu'il n'y a pas de solution miracle qui permettrait de réaligner rapidement l'offre et la demande sur le plan international et qui ferait rapidement baisser les prix.

    Permettez-moi de parler brièvement de certaines des notions fondamentales de l'offre et de la demande en ce qui concerne le gaz et