Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain

38e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 040

TABLE DES MATIÈRES

Le mardi 7 décembre 2004





CANADA

Débats de la Chambre des communes

VOLUME 140 
l
NUMÉRO 040 
l
1re SESSION 
l
38e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mardi 7 décembre 2004

Présidence de l'honorable Peter Milliken

    La séance est ouverte à 10 heures.

Prière



AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

  (1000)  

[Traduction]

Nominations par décret

    Monsieur le Président, je suis heureux de déposer, dans les deux langues officielles, quelques décrets annonçant des nominations faites récemment par le gouvernement.

Initiative ministérielle no 6

    Monsieur le Président, il y a eu des consultations entre les partis au sujet du débat exploratoire sur l'initiative ministérielle no 6 prévu pour plus tard aujourd'hui en comité plénier et vous constaterez que la Chambre donnerait le consentement unanime à l'égard de la motion qui suit:
    Que, lorsque la Chambre entreprendra le débat exploratoire en comité plénier sur l'initiative ministérielle no 6 plus tard aujourd'hui, le Président ne soit pas autorisé à recevoir des demandes de vérification du quorum, des motions dilatoires ou des demandes de consentement unanime.

  (1005)  

    La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

Loi sur le ministère du Commerce international

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

La Loi sur le ministère des Affaires étrangères

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

[Français]

Les délégations interparlementaires

     Monsieur le Président, conformément à l'article 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, le rapport de la visite au Congrès mexicain qui s'est tenu à Mexico, Mexique, du 8 au 10 novembre 2004.

La Loi électorale du Canada

    --Monsieur le Président,j'ai le plaisir, au nom de mes collègues du Bloc québécois, de déposer un projet de loi modifiant la Loi électorale du Canada relativement au mode de nomination des directeurs du scrutin.
    Ce projet de loi vise, entre autres, à épurer les moeurs politiques en matière de nomination de directeurs de scrutin. En effet, dans le système actuel, le gouverneur en conseil ou le gouvernement nomme des amis du régime, des anciens membres organisateurs du parti au pouvoir, au lieu d'avoir, comme le propose ce projet de loi, un processus ouvert et transparent, où les postes seraient affichés dans les journaux et où les personnes les plus compétentes pourraient occuper le poste de directeur de scrutin. Cela favoriserait le libre exercice démocratique du choix des représentants par les citoyens et les citoyennes.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

[Traduction]

Le Code criminel

    —Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter à nouveau ce projet de loi d'initiative parlementaire. S'il est adopté, il fera passer l'âge du consentement de 14 à 16 ans, ce qui aurait dû être fait depuis longtemps.
    J'ai présenté le projet de loi à la Chambre pour la première fois en 1996 et je l'ai présenté à nouveau plusieurs fois par la suite. Étant donné la prolifération de la prostitution et de la pornographie juvéniles, nous devrions être plus déterminés que jamais à porter l'âge du consentement à 16 ans au moins pour protéger nos enfants contre les prédateurs sexuels.
    Nous savons tous que l'exploitation des enfants a des effets dévastateurs qui durent parfois toute la vie. Par conséquent, pour l'amour de nos enfants, j'exhorte tous les députés à la Chambre à appuyer ce projet de loi.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

  (1010)  

PÉTITIONS

Le droit de propriété  

    Monsieur le Président, mes pétitionnaires affirment que la réglementation du gouvernement détruit les bases rurales sur lesquelles notre société repose, que le registre des armes à feu et les mesures de contrôle visant les terres agricoles, les boisés et les forêts, qui sont inutiles, causent des difficultés indues à beaucoup de ces gens, et que seule la modification de la Constitution canadienne de manière à inclure le droit de propriété permettra d'arrêter cette ingérence.

La justice  

    Monsieur le Président, à la suite du meurtre tragique de Clayton Kempton Howard dans ma circonscription le 13 décembre 2003, des pétitionnaires demandent au ministre de la Justice de s'assurer que les pratiques courantes et prévues en matière de détermination de la peine soient mises en place pour traiter les accusés, en supposant qu'il y ait une condamnation en bonne et due forme.
    Clayton Kempton Howard était très aimé dans notre collectivité. Il était le travailleur communautaire le plus populaire du centre communautaire de Blake Boultbee. Au nom de sa mère, des nombreux jeunes avec qui il a travaillé et de l'ensemble de la collectivité, je suis heureux de présenter cette pétition malgré les circonstances tragiques qui l'entourent.

Questions au Feuilleton

    Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
    D'accord?
    Des voix: D'accord.

Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

[Français]

Loi sur l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 16 novembre, de la motion portant que le projet de loi C-9, Loi constituant l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, soit maintenant lu une deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Monsieur le Président, je suis très heureux de prendre la parole sur ce projet de loi aujourd'hui.
    Avant de parler spécifiquement du projet de loi, je voudrais faire un petit rappel historique. Je suis impliqué dans la politique depuis plus de 20 ans, particulièrement depuis la période où je me suis installé en Gaspésie, au début des années 1980. Or, s'il y a un milieu au Canada qui a pu vivre les affres de l'intervention du fédéral dans le secteur du développement régional, c'est bien la Gaspésie.
    Je me souviens qu'à la veille du référendum de 1995, on avait créé les commissions sur l'avenir du Québec. J'avais présenté un mémoire à cette commission dont le titre était « Le système fédéral—La Gaspésie: le laboratoire de l'échec du fédéral en matière de développement régional ».
     Effectivement, par souci de visibilité, le gouvernement fédéral a essayé pendant plusieurs années différentes formes d'intervention dans le développement régional. Parce qu'il n'avait pas l'habileté de base nécessaire pour le faire, il a été obligé de réviser ses modèles régulièrement.
    Historiquement, on se souvient du ministère de l'Expansion économique régionale. Initialement, des ententes avaient été conclues entre le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral pour décider de la façon d'investir. Cependant, la soif de pouvoir et de visibilité a amené le gouvernement fédéral à se retirer de cette forme d'entente et à en venir à exercer des interventions directes.
    En premier, ce fut par l'intermédiaire du Bureau fédéral de développement régional, comme on l'appelait à l'époque, qui était finalement une excroissance du ministère de l'Industrie créée par le gouvernement conservateur principalement pour une raison. C'est que la structure du ministère de l'Industrie était contrôlée quasiment à 100 p. 100 par tout l'establishment économique de l'Ontario. Cela avait comme conséquence qu'on était incapable d'aller chercher la part d'investissements nécessaire.
    À ce moment-là, plutôt que de se retirer du développement régional et de donner à Québec la part qui lui revenait là-dedans, les conservateurs ont décidé, par souci de visibilité ou peut-être aussi par volonté d'efficacité, de créer le Bureau fédéral de développement régional. Ce dernier s'apparente un peu à un pontage qu'on effectue à la suite d'un accident cardiovasculaire afin que le sang puisse circuler. Ainsi, on voulait sortir du ministère de l'Industrie et que de l'argent se rende jusque dans les régions du Québec.
    Ce jugement que je porte sur ce que j'ai vécu depuis plus de 20 ans ne s'adresse pas aux gens qui oeuvrent dans l'appareil, dans les sociétés d'aide au développement des collectivités ou dans les bureaux régionaux de Développement économique Canada. On sait que ces derniers essaient de faire du mieux qu'ils peuvent avec les règles qu'ils ont. Notre jugement par rapport au projet de loi C-9 porte sur le fait que le gouvernement fédéral, au lieu d'aller vers la tendance qui devrait être la sienne, c'est-à-dire de se retirer des secteurs dont il n'a pas la responsabilité, fonctionne à l'inverse. En effet, il continue de vouloir prendre de plus en plus de place et d'importance.
    La modification à la loi actuelle permettra que le ministre responsable devienne une espèce de ministre senior, mais dans un secteur qui n'est pas de la responsabilité du gouvernement fédéral. Notre préoccupation aujourd'hui doit effectivement être de voir si c'est un avantage pour le Québec, globalement, de mettre sur la table un tel projet de loi.
    J'ai reçu une information assez significative la semaine passée que je voudrais livrer en cette Chambre. C'est que la Fédération d'entreprises indépendantes a fait un sondage auprès de ses entrepreneurs membres et a révélé une statistique pour le Canada et une autre pour le Québec. La question était à savoir si l'on serait mieux avec des crédits d'impôt qu'avec l'action fédérale de Développement économique Canada.
    Pour le Canada, autour de 50 p. 100 préféraient les crédits d'impôt. Ce qui est encore plus significatif, c'est que pour le Québec, c'était 60 p. 100. Les gens qui travaillent dans les petites et moyennes entreprises du Québec ne sont pas particulièrement des souverainistes ni des gens siégeant de notre côté de la Chambre. En fait, ce sont les industriels, les gens d'affaires, la communauté, et les propriétaires de petites et moyennes entreprises qui disent à 60 p. 100 qu'ils aimeraient mieux avoir des crédits d'impôt que de recevoir l'intervention de Développement économique Canada.
    Cela n'a rien à voir avec l'efficacité ou non des fonctionnaires séparément qui effectuent leur travail du mieux qu'ils le peuvent selon le contexte. Effectivement, pour qu'une telle structure soit efficace dans le système canadien, il faudrait qu'on ait décidé que le développement économique régional est la responsabilité du fédéral, et il faudrait aussi que le gouvernement fédéral décide de mettre sur la table l'argent nécessaire pour appuyer ces gens.
    De région en région, des petits programmes sont mis de l'avant. On essaie d'en tirer le maximum possible pour avoir le plus de retombées possible. Cependant, lorsqu'on regarde la masse salariale des gens qui est vraiment distribuée et rendue disponible aux entreprises versus les coûts fixes d'opération du ministère, il est évident qu'il y a place à l'amélioration et à l'instauration d'une vision complètement différente de celle qu'on retrouve dans le projet de loi C-9, déposé par le ministre, soit la Loi constituant l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec.

  (1015)  

    Ce qui est encore plus insidieux, c'est qu'initialement la loi actuelle, telle qu'écrite et qui s'applique avant qu'on adopte le projet de loi C-9, dit que l'agence doit promouvoir le développement économique des régions du Québec en accordant une attention particulière à celles dont la croissance économique est lente et où les emplois sont insuffisants.
    Cette clause favorisant l'intervention de l'agence dans les régions aux prises avec des problèmes particuliers disparaît dans la mission de la nouvelle agence. C'est absolument aberrant. On a discuté du principe qui dit que le fédéral n'aurait pas à intervenir dans ce secteur-là. S'il décide d'intervenir de toute façon, cette clause élimine de la loi existante le fait d'intervenir pour les régions qui en ont le plus besoin. Cela crée un imbroglio terrible.
     Maintenant, il y aura deux ministère, l'un, le ministère de l'Industrie qui a tous les moyens, et l'autre, le ministère du Développement régional, qui n'a pas de moyens et à qui on enlève l'argument principal qu'il avait pour discuter, c'est-à-dire qu'il était là pour aider les régions qui en avaient le plus besoin.
    Dans la nouvelle loi, on élimine aussi la clause inhérente à sa mission pour remettre directement entre les mains du ministre la possibilité, pour une période indéterminée, de constituer en zone désignée toute région du Québec en raison de circonstances particulières pour améliorer la situation en matière d'emplois.
    Effectivement, cela peut être pertinent de pouvoir le faire, mais il faut s'assurer que cela soit encadré correctement, que ce n'est pas tout simplement une question de partisanerie politique qui soit mise de l'avant et qui amène à des conclusions qui ne sont pas celles qui sont souhaitables en termes de développement économique.
    Cette nouvelle loi constitue pour les régions du Québec aux prises avec une problématique de croissance économique ou d'insuffisance d'emplois un net recul, car leur reconnaissance comme zone désignée deviendra conditionnelle à la bonne volonté du ministre plutôt que de reposer, comme c'est le cas actuellement, sur des critères objectifs.
    Je voudrais ouvrir une parenthèse. On a vu cela dernièrement dans un autre dossier concernant les effectifs de la GRC en région. Il y a eu une décision qui, aujourd'hui je l'espère, va être renversée suite à la présentation des maires au Comité permanent de la justice, des droits de la personne, de la sécurité publique et de la protection civile. La décision était de retirer les effectifs partout dans les régions.
    Ce genre de comportement du gouvernement fédéral que l'on retrouve au sein du ministère de la Justice va maintenant pouvoir être justifié et légitimé par la modification apportée à la loi. C'est comme si on reculait finalement. Antérieurement, on s'engageait à intervenir dans les régions qui en avaient le plus besoin. Maintenant, le ministre va décider quelles sont ces régions et, en bout de ligne, cela va devenir un jugement beaucoup plus partisan qu'auparavant. Il n'y a donc pas un ajout intéressant là-dedans.
    En fait, en transférant au niveau politique les grandes orientations des interventions, le projet de loi C-9 cache un autre vice, soit celui de franchir un autre pas vers l'atteinte de l'objectif du gouvernement libéral d'investir tous azimuts les champs de compétence du Québec, ce qui est de nature à accroître les affrontements avec le gouvernement du Québec.
    Le gouvernement du Québec a mis en place, depuis plusieurs années, des structures de développement régional, notamment les CLD, les Centres locaux de développement, qui sont maintenant sous la responsabilité des municipalités régionales de comté. L'actuel gouvernement libéral du Québec est un gouvernement fédéraliste qui se retrouve encore à vivre avec deux structures. Partout au Québec, actuellement, il y a deux structures. Je pense que cette façon de faire, au niveau des objectifs, n'est pas la meilleure.
    Il y aurait eu moyen d'en arriver à quelque chose de beaucoup plus réaliste et qui corresponde à la structure du Québec en lui déléguant les moyens nécessaires. Dans le fond, il aurait fallu reculer pour venir un peu du côté de ce qui se faisait au ministère de l'Expansion économique régionale. Lorsqu'il y avait des dépenses faites au Québec, elles étaient faites suite à des ententes entre Québec et Ottawa. De cette façon, on s'assurait qu'il y aurait une concordance entre les politiques du Québec et l'intervention du fédéral. Ce n'est plus le cas maintenant.
    Il y a suffisamment de champs d'intervention où le fédéral a une responsabilité, présentement, notamment en matière de commerce international, pour qu'on aille de l'avant et que le fédéral assume ses responsabilités dans les secteurs où il se trouve, mais pas en mettant en vigueur une loi qui va finalement faire reculer le Québec plutôt que de le faire avancer.

  (1020)  

     On sait que le gouvernement fédéral, pour justifier la présentation de ce projet de loi, utilise des exemples de lois similaires adoptées antérieurement en ce qui concerne les secteurs des Maritimes et de l'Ouest canadien. Toutefois, il y a une différence fondamentale entre ces secteurs. En effet, dans les Maritimes et dans l'Ouest, une telle loi a été demandée par les provinces en cause qui n'avaient pas chez elles de ministère dédié au développement régional.
    Ce n'est pas le cas au Québec où ce ministère est important. Il y a un passé qui parle beaucoup et qui donne des résultats intéressants. Plusieurs efforts ont été faits par le gouvernement pour se donner des structures de développement régional qui soient adéquates. Il y a déjà eu des opérations de décentralisation. De plus, il y a eu une opération du gouvernement libéral fédéraliste actuel pour qu'il y ait une responsabilisation du côté des élus.
    À côté de cela, une deuxième structure viendra s'implanter, sans que ce soit nécessairement souhaitable. Ce n'est pas pertinent de se servir de l'exemple de l'Ouest ou des Maritimes pour justifier l'implantation au Québec de ce ministère. Il est inacceptable que le fédéral veuille jouer sur ce terrain qui est de compétence provinciale.
    Le projet de loi C-9, aux dires mêmes des autorités de Développement économique Canada, n'apporte rien tant sur le plan administratif de l'agence que sur le plan d'injection d'argent frais. Il n'est donc que l'ajout d'une structure de nation building du gouvernement libéral qui, à la suite du référendum de 1995, a décidé d'investir les champs de compétence du Québec et d'accroître énergiquement sa visibilité au Québec en profitant de ses énormes surplus et de son pouvoir de dépenser pour le faire.
    Qu'aurait pu faire le gouvernement libéral pour répondre aux vrais besoins des régions? Au lieu de perpétuer ses interventions dans les champs de compétence du Québec et ses dédoublements de services totalement improductifs, le gouvernement fédéral—dans l'optique présente, il refuse de le faire—devrait se retirer du développement régional. Cependant, s'il veut absolument continuer à intervenir, au moins qu'on puisse s'assurer qu'il s'attaque à l'amélioration de ses services dans le cadre de ses propres responsabilités.
    Voici la première chose qu'il devrait faire: il devrait adapter les programmes fédéraux aux réalités des régions. Le nombre de batailles qui doivent être faites pour que des programmes fédéraux deviennent finalement suffisamment souples pour être appliqués au Québec est absolument extraordinaire. De plus, cela demande une dépense d'énergie qu'on ne devrait pas avoir à faire.
     Le meilleur exemple à ce sujet concerne la question de la vache folle. En effet, si on avait eu la souplesse nécessaire, il aurait pu y avoir pour le Québec, et ce, depuis longtemps, une façon différente de faire, ne serait-ce que la reconnaissance du fait qu'au Québec, il y avait un système de traçabilité qui nous mettait à l'abri des écarts qui ont résulté de la découverte de la vache folle. En effet, au Québec, on pouvait déjà identifier les bêtes malades et leur origine. Ainsi, on aurait pu circonscrire le problème et éviter d'en faire un problème qui est devenu mondial et qui a pénalisé l'ensemble de l'agriculture du Québec et du Canada.
    Il faut aussi déconcentrer l'appareil gouvernemental fédéral. Les compressions dans les effectifs de ces dernières années se sont faites dans les régions, soit dans les endroits où les mailles étaient les plus faibles. De cette façon, on a concentré le pouvoir et les effectifs restants à Ottawa. À ce moment-là, comme conséquence, on a une vision de ce que doit être le développement qui est un peu décollée de la réalité. Avec l'arrivée des surplus, on a créé plusieurs emplois, et c'est Ottawa qui en a bénéficié.
    Nous souhaiterions que les programmes, s'ils continuent d'être appliqués, puissent se faire encore plus à partir des régions et qu'il y ait une décentralisation encore plus réelle des pouvoirs, et ce, pour nous assurer que les décisions puissent s'appliquer dans chacun de nos coins de pays.
    Il faudrait aussi que le gouvernement fédéral rétablisse ses dépenses en immobilisation à un niveau acceptable et qu'il relève substantiellement le budget de développement national au Québec, qui est trois fois moins élevé que dans les Maritimes. Par conséquent, des sommes d'argent disponibles pourraient être versées au Québec, et il faudrait faire en sorte que ces sommes soient beaucoup plus importantes.
    Nos concitoyens et concitoyennes constatent que le gouvernement fédéral accuse un surplus de 9 milliards de dollars. De plus, en même temps, ils constatent aussi qu'on a beaucoup de difficulté à obtenir les sommes d'argent nécessaires pour stimuler la recherche et le développement dans nos régions, et pour s'assurer que nos PME ont accès à des programmes qui leur permettent d'être compétitives dans la nouvelle réalité mondiale.
    De ce côté, une accélération et une simplification des modes de fonctionnement seraient nécessaires pour qu'on soit compétitifs, qu'on ait des produits dans les bons créneaux et qu'on puisse assumer nos responsabilités et maintenir et développer de l'emploi, plutôt que d'avoir une politique défensive, comme celle qu'on a actuellement. En effet, on dit aux gens du secteur du textile: « On va donner un petit montant de 25 millions de dollars, mais après cela, on n'a plus d'autre argent. Faites face à la vague qui vous arrive de la Chine, de l'Inde et du Pakistan, et débrouillez-vous avec cela, car nous ne pouvons pas vous aider plus qu'on ne le fait maintenant.  »

  (1025)  

    Quand les gens entendent ce discours et que, de l'autre côté, ils voient le ministre des Finances arriver avec un surplus de 9 milliards de dollars, ils se disent que dans le fond, c'est comme quelqu'un qui a décidé de payer son hypothèque en cinq ans et qui fait crever de faim les membres de sa famille pour être certain de l'avoir payé le plus tôt possible. Il y a là aussi des signes que le gouvernement fédéral, en matière de développement régional, n'a pas assumé ses responsabilités.
    Le manque de sensibilité le plus évident, c'est bien sûr le fait qu'il n'y a pas eu de réforme en profondeur du régime d'assurance-emploi. Le Bloc québécois est arrivé ici en 1993. À ce moment-là, les libéraux avaient pris l'engagement qu'il y aurait une véritable réforme du régime d'assurance-emploi. M. Chrétien avait pris un engagement à titre de candidat à la chefferie du Parti libéral à l'effet qu'il y aurait une réforme positive pour les chômeurs. Une lettre le confirme. Tout de suite après sa prise du pouvoir, il a fait le contraire: il a serré la vis, il a diminué l'admissibilité au régime et il a enlevé aux régions un outil de développement régional. C'est un outil de stabilisation des activités économiques qui n'est plus là.
    Sans avoir les programmes de compensation pour relancer l'économie régionale, on a en même temps fermé le robinet sur un facteur de réinvestissement dans la région qui était très pertinent et qui permettait de maintenir le pacte social existant entre les régions-ressources du Québec et du Canada et le centre. Par le passé, l'industrialisation s'était faite principalement dans les villes-centres, mais les régions-ressources, elles, avaient le régime d'assurance-emploi pour compenser le fait qu'elles vivaient des secteurs saisonniers.
    Le manque de sensibilité du gouvernement fédéral dans ce dossier lui a fait très mal depuis quatre élections, et on ne réussit pas encore à enregistrer le message à l'effet qu'il faudrait procéder à une véritable réforme du régime d'assurance-emploi. On comprendra les inquiétudes de la population de se faire dire qu'on créera une agence sous le ministre du Développement régional qui n'aura plus nécessairement à réinvestir dans les régions qui en ont le plus besoin, mais qui pourra choisir quelles régions il développera. De cette façon, cette agence en arrivera à des conclusions qui ne seront pas celles pertinentes pour le développement économique du Québec.
    Lorsque ce projet de loi ira en comité, s'il est adopté par la majorité de cette Chambre, il devra être transformé de fond en comble pour au moins s'assurer qu'il n'y ait pas de détérioration des situations actuelles. Il faut ramener le fait que la vocation puisse être limitée et assurer qu'elle s'appliquera dans les régions du Québec qui ont besoin d'un coup de pouce particulier, ce qui était dans la loi actuelle. Il faut s'assurer qu'aucune partisanerie n'interviendra pour permettre le développement des activités économiques chez nous.
    On vit maintenant dans une réalité économique complètement différente d'il y a 10 ans. Un défi extraordinaire se présente dans tout le secteur manufacturier. On le vit particulièrement dans ma région, par exemple à Montmagny, où l'on a vécu des fermetures importantes. Présentement, beaucoup d'entreprises ont de la difficulté à maintenir la compétition avec d'autres pays du monde. On dirait que le gouvernement fédéral n'a pas la vitesse nécessaire pour s'adapter à ces nouvelles réalités. On fait toujours du rattrapage.
    Le projet de loi devant nous ne fera pas en sorte que l'action du gouvernement permette à nos entreprises de continuer à compétitionner, à aller de l'avant et à maintenir leurs emplois. Il est important que les parlementaires de cette Chambre soient conscients et conscientes que nous avons à décider si, oui ou non, le gouvernement fédéral doit continuer à intervenir de la façon dont il l'a fait par le passé, avec les résultats qu'on connaît. La vérificatrice générale elle-même a soulevé des questions importantes sur l'efficacité du ministère actuel.
    Le fait qu'on nous amène aujourd'hui un projet de loi de ce type ne m'apparaît pas la meilleure façon d'intervenir pour aider au développement économique régional du Québec. C'est pour cette raison que le Bloc québécois, à cette étape, votera contre le projet de loi. En effet, ce dernier va complètement à l'encontre des objectifs de développement du Québec. Ce n'est pas l'outil adéquat pour permettre un développement harmonieux du Québec ni pour faire face à une nouvelle compétition mondiale.

  (1030)  

    Monsieur le Président, il y a beaucoup de contradictions dans les commentaires de mon collègue, c'est à en perdre le nord. Il parle du projet de loi C-9 qui fait en sorte qu'on va être déconnectés des régions alors que Développement économique Canada, avec ses 14 régions, est partout au Québec.
    On a pris des initiatives régionales stratégiques de concert avec les gens du milieu, pour s'assurer de mettre des programmes en place qui répondent aux besoins. C'est ce que Développement économique fait, et la nouvelle loi va permettre de continuer de le faire.
    Une voix: Oh, oh!
    L'hon. Claude Drouin: Je demanderai au député du Bloc d'écouter. Moi j'ai écouté attentivement ce qui s'est dit. Le député pourrait faire la même chose de l'autre côté.
    C'est important, c'est un projet de loi qui donne plus d'autonomie. On a pris des engagements pour doubler d'ici cinq ans les budgets de Développement économique Canada, carrément dans ce que nous voulons faire et nous le faisons bien.
    Le député a parlé des CLD. Il y a les SADC, les sociétés d'aide au développement des collectivités. Ce sont des gens du milieu qui travaillent avec Développement économique Canada pour répondre aux besoins de la population et des régions et, surtout, d'apporter une attention particulière aux régions qui ont des problèmes spécifiques. Cela est important.
    De l'autre côté de la Chambre, du côté du Bloc, on entend dire que c'est un problème au niveau international, que cela relève donc du fédéral et nous devrions mettre des programmes en place. Je pense au bois d'oeuvre. Là, on nous dit de transférer cela à Québec, qu'ils vont s'en occuper. D'un autre côté, si c'est international, vous allez nous demander ce que fait le fédéral, que nous n'avons pas d'outil, nous ne sommes pas capables d'intervenir.
    Ce sont deux discours qui sont carrément opposés en même temps. Je trouve cela un peu spécial; je suis un peu abasourdi. Le député bloquiste d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou s'est fait rabrouer par la population. On lui a dit qu'on voulait Développement économique Canada et on lui a indiqué la position du Bloc. Des gens du Saguenay—Lac-Saint-Jean—ce n'est pas très fédéraliste dans la régions—disent que Développement économique Canada doit demeurer là parce qu'ils travaillent dans le milieu, avec le gouvernement du Québec. Tous travaillent ensemble pour répondre aux besoins de la population.
    Je pense que les députés du Bloc devraient réviser leurs positions, regarder ce qu'on peut faire et travailler avec nous pour s'assurer que le développement économique soit fait en harmonie dans nos régions. C'est un besoin de la population.

  (1035)  

    Monsieur le Président, on va commencer par parler des stratégies économiques régionales. Dans la région de Montmagny, 600 employés ont été mis à pied par l'usine Whirlpool, l'année passée. J'ai écrit à la ministre de l'Industrie qui, à ce moment-là, était aussi ministre du Développement économique régional et qui est maintenant aux Affaires intergouvernementales, afin qu'elle mette en place une telle façon de faire. Je n'ai jamais eu aucune réponse.
    Après les élections, je l'ai relancée. Toujours aucune réponse. Je pense qu'on aurait mérité chez nous, dans le milieu, avec les 600 emplois qui ont été perdus, une intervention de ce type et il n'y en a pas eu. L'action n'a pas été là de façon positive.
    Il a un autre geste qui a été posé. Un sondage a été effectué auprès des gens d'affaires, les clients qui font affaires avec le développement économique régional. Le résultat obtenu auprès de la Fédération des entreprises indépendantes du Québec, montre que 60 p. 100 des répondants préféreraient des crédits d'impôt en ce qui concerne l'intervention régionale. En effet, on a vu dans le passé que des interventions étaient davantage favorisées par des choix partisans que par autre chose.
    Quand on est propriétaire de petite et moyenne entreprise et qu'on voit des compétitions indues crées ainsi, c'est une situation qui est inacceptable.
    Voici l'élément le plus important. Vous avez donné l'exemple du Saguenay—Lac-Saint-Jean. Il est certain que le Saguenay—Lac-Saint-Jean continue d'avoir besoin d'aide. C'est une région qui a été touchée très lourdement. Mais la loi déposée par le gouvernement fédéral retire le fait que l'agence va être consacrée aux régions les plus défavorisées. On élimine cette priorité et c'est le ministre qui va décider quelles seront les régions désignées. Je pense que là, les gens ont raison de s'inquiéter et de se poser des questions.
    Les gens qui habitent des régions qui ont des difficultés financières essaient par tous les moyens de s'en sortir. Ils veulent être certains de garder toutes les bouées de sauvetage et on peut le comprendre. Il faut aussi que les signaux envoyés par le gouvernement fédéral soient clairs en ce sens. Le fait que le projet de loi retire l'avantage de se concentrer sur les régions les plus mal prises, ce n'est certainement pas un plus pour l'industrie.
    Parlons des sociétés d'aide au développement des collectivités. Dans chacun des milieux, ce sont des gens aux conseils d'administration qui essayent de faire du mieux qu'ils peuvent dans le contexte où ils sont. Ils sont obligés d'en arriver à des ententes avec les CLD pour pouvoir contourner les complications d'avoir deux systèmes.
    Je ne remets pas en question l'efficacité des gens dans les SADC. Je dis qu'on a un système qui fait intervenir deux gouvernements dans un secteur où, s'il n'y en avait qu'un seul, on aurait beaucoup plus d'efficacité.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je commence mon intervention, comme je l'ai déjà fait, en remerciant les interprètes qui travaillent dans ces petites cabines de verre. Sans eux, je ne serais pas en mesure de comprendre de quoi le député a parlé car je suis un Canadien unilingue. J'apprécie énormément le travail des interprètes.
    J'ai suivi très attentivement les propos très articulés du député bloquiste. Il a mentionné que les crédits d'impôt seraient peut-être préférables pour que les entreprises puissent se faire concurrence. J'ai perçu une idée sous-jacente dans ces propos. Je demande donc pourquoi le gouvernement fédéral irait au Québec, ou dans n'importe quelle autre province, pour désigner des gagnants et des perdants.
    Le projet de loi C-9 confère au ministre le droit de planifier, de mettre en oeuvre, de diriger et de gérer des programmes et des projets, ou d'offrir des services, pour améliorer le contexte économique au Québec, notamment les programmes, les projets et les services, l'appui aux associations d'affaires, aux conférences, aux études, aux consultations, aux salons professionnels, aux démonstrations de produits et aux études de marché. Cette mesure législative donne au gouvernement le droit de recueillir et de diffuser de l'information. Le gouvernement fédéral s'y connaît vraiment en matière d'exploitation de banques de données. C'est ce que nous avons appris avec le système de contrôle des armes à feu.
    Voici un autre exemple. Les libéraux peuvent choisir à qui accorder un prêt et pour qui se porter garant du remboursement. J'adore cet exemple, les libéraux peuvent accorder des subventions et des contributions. Si de tels propos ne déclenchent pas un signal d'alarme, particulièrement au Québec, je serais fort étonné.
    Je pourrais donner encore une foule d'exemples, mais je ne fais pas un discours. Évidemment, le député va préférer dire que le gouvernement fédéral ne doit pas se mêler de choisir des gagnants et des perdants au Québec et doit plutôt laisser les entrepreneurs défendre leurs intérêts eux-mêmes dans un marché où les règles du jeu sont les mêmes pour tous.

  (1040)  

[Français]

     Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son intervention, mais je voudrais lui préciser que les statistiques que j'ai présentées sont tirées à même l'évaluation qui est faite par les membres de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. Elle dit qu'à 60 p. 100, elle aimerait mieux des crédits d'impôt que le mode actuel d'intervention du fédéral par l'Agence de développement économique du Canada.
    Je ne condamne pas le fait que le gouvernement puisse intervenir dans des actions, mais je dis que cette statistique nous amène à la conclusion que les gens d'affaires, qui sont les clients de l'intervention, ne sont pas satisfaits de la façon dont elle est faite. Par conséquent, oui, il faut possiblement de l'intervention. On a toujours dit que le gouvernement avait la responsabilité de la faire. Toutefois, un jugement est porté et dit que la façon dont elle est faite est inacceptable. Dans le fond, c'est cet aspect de principe que le projet de loi qui a été déposé et qui est débattu nous amène à discuter. Est-ce que c'est la meilleure façon de faire? Pour le BLoc québécois, ce n'est pas la meilleure façon de faire.
    Je voudrais ajouter un élément d'information au sujet de la question qui m'a été posée tout à l'heure. Je veux en parler un peu. On me dit: « Oui, mais vous voulez qu'on intervienne en matière de bois d'oeuvre ». En cette matière, c'est le gouvernement fédéral qui a la responsabilité du commerce international. C'est lui qui nous a emmenés au front et c'est avec lui qu'on a accepté d'aller affronter les Américains. Le problème, c'est qu'une fois que les entreprises sont allées au front, on les a laissées se débrouiller seules avec la crise. On a laissé les chômeurs se débrouiller avec moins de semaines d'emploi. C'est cette partie de l'entente, qui n'a pas été respectée par le gouvernement fédéral, qu'on dénonce.
    Effectivement, on demande au gouvernement fédéral de s'assurer que lorsqu'il va à l'attaque concernant une question internationale, il appuiera les gens de façon adéquate. En matière de textile, quand on a décidé, il y a deux ans, de s'ouvrir au pays les moins avancés, on aurait dû prévoir des mesures qui permettent d'assurer que notre industrie demeurera vivante. On a une très bonne attitude envers les pays les moins développés, et c'est tout à fait correct. Cependant, de l'autre côté, la réalité que nos entreprises du vêtement et du textile vivent est une responsabilité du gouvernement fédéral. Il se doit de faire en sorte qu'on puisse passer au travers des changements du marché le plus rapidement possible et le plus efficacement possible. À la limite, ce n'est même pas une question de développement régional; c'est une question de sens des responsabilités de la part du gouvernement fédéral. Il doit assumer sa responsabilité. C'est à cet égard qu'on n'est pas satisfaits.
     Par rapport au développement régional lui-même, je répète et je conclus sur mon introduction. Depuis 25 ans, particulièrement en Gaspésie, on a fait la preuve que le gouvernement actuel est un laboratoire de l'échec du fédéralisme canadien.

[Traduction]

    Monsieur le Président, bien que le NPD appuie en principe le projet de loi C-9, cette mesure législative est un exemple d'occasion ratée. Mon collègue du Bloc a décrit avec éloquence certains des problèmes dont le projet de loi ne tient pas compte.
    Nous avons besoin de politiques très énergiques d'appui au développement régional, ainsi que d'un gouvernement fédéral qui définisse un cadre permettant aux collectivités de déterminer leur propre destinée. S'il y a une chose que nous savons au sujet du développement économique communautaire efficace, c'est qu'il renforce la capacité communautaire à long terme et favorise l'intégration des activités économiques, sociales et environnementales.
    Le développement économique communautaire vise l'autonomie individuelle et communautaire par le biais des initiatives coopératives, du renforcement des capacités et de la restitution aux collectivités du contrôle des entreprises, des capitaux, de la main--d'oeuvre et des autres ressources. Cet aspect est souvent oublié dans les discussions sur le développement économique. Nous pouvons noter que de nombreuses références au développement économique excluent les collectivités. L'activité sociale et environnementale est critique et il faudrait également en tenir compte dans ces discussions.
    Le projet de loi ne tient pas compte de certains outils essentiels du développement économique communautaire, et la discussion est limitée. Le développement économique communautaire est une question de renforcement des capacités et de moyens de faire davantage avec moins de ressources au sein même des collectivités. Il s'agit de faire circuler l'argent dans les collectivités avant qu'il n'en sorte. Il s'agit de remplacer les importations, ce qui signifie fabriquer les produits à l'intérieur même de la collectivité plutôt que de les importer de l'extérieur. Il s'agit finalement de fabriquer de nouveaux produits dans la collectivité.
    Nous avons besoin de politiques ciblées, à long terme, visant à promouvoir et à appuyer les économies domestiques. Il nous faut parler de financement. Il nous faut des ressources importantes pour la création d'emplois afin que, lorsque nous devons subir des revers tels que celui du bois d'oeuvre, nous puissions nous tourner vers le développement économique de nos collectivités. Nous avons besoin de corporations de développement économique communautaire efficaces, afin que les décisions soient prises dans les collectivités, ce qui permettra la mise en oeuvre de ces initiatives de création d'emplois tellement importantes. Nous avons besoin d'appuyer les autorités responsables du développement des centre-villes. Nous avons besoin de caisses de prêts pour toute une gamme d'entrepreneurs.
    Nous avons également besoin d'encourager efficacement les stratégies d'achat local, ce qui comprend l'approvisionnement gouvernemental. Par conséquent, les agences fédérales établies dans une localité doivent y mettre en oeuvre une stratégie de développement relative aux achats locaux. Nous avons besoin des compétences appropriées et d'une formation commerciale suffisante pour soutenir le développement économique communautaire. Le projet de loi ne tient compte d'aucun de ces aspects. J'espère que nous pourrons aborder les aspects relatifs au développement de notre économie locale dans le cadre du comité.
    Ce débat devrait porter en partie sur les responsabilités environnementales et les entreprises vertes. Cela peut comprendre des encouragements fiscaux, des projets d'améliorations éconergétiques au gouvernement, des stratégies pour attirer et conserver des entreprises et des programmes d'économie d'énergie. Nous devons également avoir des subventions et du financement ciblés, afin de pouvoir atteindre l'objectif visé qui est de soutenir les entreprises locales.
    Des fonds de recherche et de développement ne sont pas facilement accessibles pour les collectivités locales non plus. Nous avons besoin d'une agriculture à soutien communautaire. Ma collectivité dans Nanaimo—Cowichan est un bon exemple. Nous devons parler de stratégies locales qui appuient non seulement le secteur agroalimentaire et l'industrie agrotouristique, mais qui soutiennent les achats locaux également. Nous devons reprendre le contrôle de nos collectivités et assurer leur croissance sans sacrifier la qualité de vie des habitants.
    Le développement économique communautaire doit également comprendre une politique sur les petites entreprises. Je vais parler de la Colombie-Britannique un instant. Dans cette province, en 2003, les petites entreprises ont créé près de la moitié de tous les emplois. Pourtant, nous n'avons pas une stratégie efficace de développement économique communautaire pour favoriser la croissance des petites entreprises.
    Il y a un mythe au sujet du commerce extérieur. À l'heure actuelle, à peine 20 p. 100 de notre PIB dépend du commerce extérieur. Pourtant, nous mettons l'accent sur le commerce extérieur et faisons fi de 80 p. 100 de notre PIB. En 2002, Statistique Canada a déclaré que 80 p. 100 de nos exportations étaient le fait de 4 p. 100 des entreprises canadiennes. Où est l'appui pour nos petites entreprises locales lorsque des statistiques de ce genre ne cadrent pas avec le type de subventions offertes? Nous avons besoin d'une politique industrielle qui s'attaque adéquatement aux besoins des petites entreprises, qui ne prévoit pas simplement les moyens de garder en affaires les petites entreprises, mais qui favorise leur expansion et la création de nouvelles petites entreprises.
    Une autre chose qu'on n'aborde pas comme il se doit dans notre politique de développement économique, ce sont les questions touchant les collectivités rurales. On définit une collectivité rurale comme une collectivité de moins de 50 000 habitants. Beaucoup de nos petites collectivités rurales ont des populations de 1 000, 5 000 ou 10 000 habitants. Des politiques destinées aux collectivités rurales de 50 000 habitants ne répondent pas aux besoins des petites collectivités de 1 000 habitants.
    C'est là où le développement économique communautaire est encore plus essentiel, afin que les gens aient le choix de demeurer dans leur collectivité plutôt que d'avoir à déménager dans de grands centres urbains. Des études ont montré que les collectivités rurales sont essentielles à la survie des grands centres urbains.
    En conclusion, même si nous appuyons le projet de loi en principe, je vais exhorter le comité à tenir le débat de fond nécessaire sur un véritable développement économique communautaire qui va permettre à nos petites collectivités de demeurer viables et de rester des endroits où il est agréable de vivre.

  (1045)  

    

[Français]

    Monsieur le Président, dans un premier temps, je veux indiquer pourquoi nous nous opposons au projet de loi C-9, Loi constituant l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec. Je vais également aborder la réalité du développement socioéconomique des régions du Québec.
    Pourquoi nous opposons-nous au projet de loi C-9? Ce projet de loi vient créer un ministère du Développement régional. C'est pour nous, les Québécois, une nouvelle forme de dédoublement et d'intrusion du fédéral qui ne répond pas aux besoins de nos communautés locales. En effet, le projet de loi du gouvernement propose de livrer le développement des régions du Québec à la discrétion du ministre fédéral responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec.
    Alors que la loi actuelle identifie clairement toutes les régions québécoises comme des zones dont le fédéral doit assurer le développement, il existe déjà au Québec un ministère du Développement régional qui planifie, organise et coordonne les activités de développement par l'entremise des CRE, les Conseils régionaux des élus—ce qui a remplacé les CRD—, les CLD, les SADC bien sûr et bien d'autres programmes et organismes locaux. Les MRC sur nos territoires jouent également un rôle de plus en plus important sur le plan du développement économique, local et communautaire. Nous avons donc plusieurs acteurs sur nos territoires. Nous avons une structure de développement importante qui répond actuellement aux besoins de nos communautés. Lorsque cela fonctionne bien, pourquoi changer?
    La Constitution confère au Québec la responsabilité de la plupart des questions concernant le développement des régions. En ayant trois niveaux de gouvernement avec différents objectifs de développement, il a été difficile d'installer une vision commune de développement régional ainsi que des pratiques de développement local cohérentes depuis plusieurs années. Comme vous le savez, ces trois niveaux de gouvernement englobent le fédéral, le provincial et le municipal.
    Plusieurs années se sont écoulées—j'oeuvre moi-même dans la pratique du développement local depuis plusieurs années—, plusieurs rencontres de concertation ont eu lieu avant que tous les intervenants et les organismes d'un territoire puissent se comprendre, se connaître, saisir les objectifs de chacun, que ce soit au niveau fédéral, provincial ou même municipal.
    La décentralisation des pouvoirs chez les citoyens, qui est une nouvelle pratique de développement local mise en place depuis une vingtaine d'années, a porté fruits. Avec le temps, tous les organismes confrontés aux mêmes problèmes socioéconomiques sur nos territoires ont réussi à développer une vision commune d'intervention dans leur collectivité. Au départ, ce n'était pas facile. Il y avait les SADC, qui disposaient de leurs politiques et de leurs pratiques de développement local, leurs orientations venant du fédéral. Nous avions les CLD, avec les orientations du Québec. Enfin, les MRC sont arrivées sur le terrain avec des orientations venant souvent des institutions municipales. Il a fallu plusieurs mois de concertation avant que tous ces gens développent une vision commune du développement de leur territoire.
    C'est maintenant acquis. Les outils sont là. Ce qu'il nous manque, c'est l'argent pour venir appuyer différentes initiatives dans nos communautés locales. Le projet de loi C-9 vient bousculer cette cohésion, cette concertation qui s'est bâtie entre intervenants et organismes au fil des ans. Ce projet de loi veut amener de nouvelles règles du jeu dont on ne veut pas au Québec.
    Ce que nous voulons, c'est que le gouvernement fédéral respecte les compétences et l'expertise du Québec, et qu'il adapte les programmes fédéraux aux réalités des régions. C'est au gouvernement fédéral de s'adapter aux réalités régionales du Québec, et non aux régions rurales du Québec de s'adapter aux politiques du gouvernement fédéral, comme cela se fait présentement.
    J'en cite quelques exemples. Les programmes fédéraux sont souvent conçus en fonction des grandes villes, ce qui fait en sorte d'exclure la participation des régions. Le Fonds d'infrastructures stratégiques en est un bon exemple, car il prévoit financer des projets d'une telle ampleur que les petites municipalités rurales en sont exclues.

  (1050)  

     À cet égard, en décembre 2001, le gouvernement du Québec a adopté chez nous une politique nationale de la ruralité pour soutenir le développement des communautés rurales québécoises.
    Au lieu de créer une Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, soit une nouvelle institution, et au lieu d'investir dans de nouvelles institutions, le fédéral ne devrait-il pas tout simplement transférer des montants d'argent au Québec dans ces fonds de développement rural, par exemple, où il se fait plusieurs initiatives qu'on appelle des pactes ruraux? Il manque d'argent dans ces projets. Le fédéral aurait tout simplement à transférer ces fonds dans ces institutions, parce qu'il y en a, des projets. Les structures de développement socioéconomique sont présentes sur les territoires. Par conséquent, la solution n'est pas de créer de nouvelles structures.
    De plus, si le gouvernement fédéral veut soutenir le développement régional, appelé chez nous très souvent le développement local, il pourrait commencer par appuyer la mise en place d'un nouveau programme d'infrastructures pour les municipalités, afin de les soutenir davantage financièrement. Nos petites municipalités rurales ont actuellement beaucoup de difficulté à rénover leur système d'aqueduc et d'égout et leurs infrastructures. On aurait besoin d'une bonne politique en matière d'infrastructures. À ce moment-là, cela encouragerait le développement régional et le développement de nos municipalités.
    De plus, il pourrait entreprendre également, comme vous le savez, une réforme majeure de l'assurance-emploi, car les régions ont payé le prix fort à la suite des décisions du gouvernement libéral. Les politiques de l'assurance-emploi de ce gouvernement ont créé des problèmes d'exclusion d'une couche importante des populations rurales et un exode massif de jeunes qui, à cause des coupes à l'assurance-emploi et l'inaction du fédéral face à ses politiques d'assurance-emploi, se sont déplacés vers les grands centres urbains.
    Une bonne politique de l'assurance-emploi, adaptée aux travailleurs saisonniers, pourrait faire partie d'une intervention du fédéral et aurait sûrement de meilleurs effets que ce projet de loi C-9 qui vient tout simplement dédoubler la politique régionale du Québec.
    Les coupes à l'assurance-emploi sont venues amplifier le problème de l'exode des jeunes, comme je l'ai mentionné, en plus de poser des problèmes de recrutement aux entreprises offrant des emplois saisonniers. Quant à ces coupes à l'assurance-emploi, lorsque les personnes se retrouvaient avec 15 semaines de prestations d'assurance-emploi pendant un été ou un hiver, elles devenaient des bénéficiaires de l'aide-sociale. Au lieu de se tourner vers l'aide sociale, certaines se déplacent vers les grands centres urbains, ce qui crée un vide dans les centres ruraux. Cela va à l'encontre d'une politique de développement régional. Je suggère que le fédéral commence à s'attarder à ces questions avant de développer une prétendue politique de développement régional.
    Puisque Ottawa s'est subitement pris d'intérêt pour le sort des régions, qu'il sache qu'une réforme de l'assurance-emploi est une façon concrète de les aider à se sortir de la pauvreté dans laquelle il les a plongées.
    Pour ce qui est des 428 millions de dollars alloués à Développement économique Canada, ils devraient être transférés au Québec, car le gouvernement du Québec a déjà une politique de développement régional. La création d'un ministère fédéral ne viendrait que perpétuer le dédoublement. Les régions ont besoin d'aide, pas de chicanes Québec-Canada.
    En somme, cette nouvelle loi constitue donc un net recul pour les régions du Québec aux prises avec une problématique de croissance économique, de baisse démographique et de dévitalisation. Ce projet de loi, qui n'apporte aucun argent frais, n'est donc que l'ajout d'une structure de nation building du gouvernement fédéral qui, à la suite du référendum de 1995, a décidé d'investir les champs de compétence du Québec et d'accroître sa visibilité au Québec en profitant de ses énormes surplus et de son pouvoir de dépenser pour le faire.
    Il faut que le gouvernement libéral règle le déséquilibre fiscal s'il veut vraiment répondre aux besoins réels des régions du Québec.

  (1055)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, je ne prévoyais pas me prononcer sur cette mesure. Cependant, ayant écouté les discours prononcés et pris connaissance du projet de loi, j'estime qu'il nous faut nous interroger sérieusement sur certains aspects relatifs au projet de loi C-9.
    Je suis estomaqué de constater que le gouvernement libéral a mis en oeuvre tout ce programme sans l'approbation du Parlement. Nous constatons dans le cas du premier ministre actuel la même maladie que celle qui sévissait sous son prédécesseur, M. Chrétien. On considère tout simplement le Parlement comme un mal nécessaire, une sorte de passage obligé.
    Le gouvernement a établi cette agence il y a déjà deux ans. Depuis deux ans, on a prévu pour elle au Budget des dépenses environ un demi-milliard par année. Et on s'attend tout simplement à ce que le Parlement avalise le fait accompli. D'une certaine façon, nous ne faisons, effectivement, qu'avaliser l'existence de l'agence, et nous n'avons probablement pas le choix. C'est un fait accompli.
    Nous serions mal avisés d'être contre le projet de loi. Ce serait perturbant pour tous ceux qui sont employés dans le cadre du programme et pour le travail qu'ils effectuent au Québec. Néanmoins, il est vrai de dire qu'on a mis la charrue devant les boeufs. Nous devons tenir le gouvernement libéral responsable de son arrogance et de sa présomption.
    Comme je l'ai mentionné durant l'une de mes interventions précédentes, j'ai de grandes réserves, lorsque je lis le projet de loi, quant à la capacité du gouvernement d'accorder des subventions et des contributions. Quel scandale. Je n'arrive pas à croire que le Bloc soit en faveur du projet de loi, car il est évident que le gouvernement du Canada, tant que les libéraux seront au pouvoir, se contentera de choisir ses amis libéraux pour démarrer des entreprises. Rappelons-nous de ce qui s'est passé dans la circonscription de l'ancien premier ministre; ses amis ont obtenu de l'argent, des subventions et des prêts garantis pour construire un hôtel dans lequel l'ancien premier ministre lui-même avait des intérêts financiers.
    Voilà le genre de choses susceptibles de se produire avec un tel organisme, qui n'est pas autonome. Par exemple, prenons les pouvoirs du ministre. Selon le projet de loi, le ministre peut déterminer seul les bénéficiaires de l'argent et des prêts garantis. J'ai des réserves relativement au fait que le ministre, membre de l'équipe du premier ministre, puisse établir des règlements qui permettraient de tirer parti de possibilités d'amélioration de l'emploi dans une région donnée. Il peut, en vertu d'un article, établir des règlements visant une région ou une collectivité en particulier, règlements qui différeront de la réglementation générale visant le Québec.
    Le gouvernement fédéral pourrait donc cibler une région d'une province et, ayant le droit et le pouvoir de déroger à un autre règlement, il pourrait accorder des subventions, des contributions et des contrats de publicité. Ce type de subventions et de contributions accordées par le gouvernement précédent ont fait l'objet d'un tel scandale!
    Je suis profondément inquiet de voir le gouvernement demander au Parlement d'approuver ce qu'il fait déjà, et augmenter les pouvoirs actuels en matière d'ingérence et de sélection des gagnants et des perdants. Je ne vois nullement en quoi ce serait une bonne chose pour l'ensemble de notre pays à long terme. Je devais me vider le coeur.

  (1100)  

[Français]

    Monsieur le Président, il me fait plaisir d'intervenir à mon tour, à la suite de mes collègues du Bloc québécois, dans le débat sur ce projet de loi C-9. Comme on l'a indiqué plus tôt, le Bloc va s'opposer à ce projet de loi pour différentes raisons. J'aimerais en rappeler certaines.
    C'est un projet de loi qui propose de créer l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec. Cela peut paraître un peu bizarre mais en fait, quand on juge par l'expérience fédérale passée auprès des régions du Québec, cela n'a pas toujours été heureux, loin de là. On n'a qu'à regarder les chiffres du chômage dans les régions. C'est un cataclysme. C'est épouvantable de voir cette performance.
    Le projet de loi C-9 apporterait-il quelque chose de particulier au Québec? Pas du tout. On a beau le regarder sous tous ses angles, cela vient simplement créer un ministère fédéral, donc un nouveau dédoublement. On n'a certainement pas besoin d'une structure fédérale additionnelle au Québec, bien au contraire.
    En même temps, on peut regarder en détail le projet de loi. On voit par exemple les attributions du nouveau ministre responsable, celui qui aurait une nouvelle limousine. C'est d'ailleurs peut-être l'intention derrière ce projet de loi-là, soit d'ajouter une limousine à un ministre. On n'a pas besoin d'un ministère fédéral de plus.
    Quand on regarde de près les pouvoirs du ministre, c'est flou, ce n'est pas précis et c'est très étendu. Il n'est pas question non plus d'avoir une stratégie fédérale intégrée dans les régions. C'est ce que prévoit le projet de loi. Or, ce que nous disons au Bloc, c'est que les régions ont d'abord besoin d'une stratégie intégrée de développement, mais c'est seulement le Québec qui est en mesure de la mettre en place.

  (1105)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Il est interdit de mentionner la présence ou l'absence de députés et je respecterai cette interdiction, mais je tiens à dire qu'il me semble approprié d'avoir un ministre libéral et au moins un député libéral à la Chambre. Je demande de vérifier s'il y a quorum.
    Convoquez les députés.
    Après le compte:
    Le vice-président: Je vois 20 députés. Nous allons reprendre le débat. Le député de Louis-Hébert a la parole.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie également mon collègue conservateur d'avoir porté à l'attention de cette assemblée le nombre insuffisant de libéraux à la Chambre en ce moment. On va pouvoir continuer l'étude du projet de loi C-9.
    Comme je le disais au moment où on m'interrompait, seul le Québec est en mesure de mettre en place cette structure intégrée de gouvernement dont on parle dans le projet de loi concernant le développement régional.
    Vous voyez ce que donne le scénario en ce moment. On a deux moitiés de gouvernement qui interviennent. Ni Québec, ni Ottawa n'ont les ressources suffisantes, en ce moment, pour assurer le développement des régions. Cela fait deux demi-gouvernements qui font du demi-développement et qui obtiennent—il faut bien être honnêtes—des demi-résultats. Cela ne fonctionne pas très bien au niveau régional.
    De la façon dont ce projet de loi est formulé cela amènerait deux niveaux de gouvernement et cela viendrait encore empiéter sur les compétences du Québec. Mais surtout, un niveau de gouvernement aurait pour effet, dans les régions du Québec, d'annuler ce que fait l'autre gouvernement. Les forces s'annuleraient plutôt que de se multiplier.
    Je viens de la région de la capitale nationale; je parle de celle du Québec. Imaginez-vous donc que dans cette région qui n'est pourtant pas éloignée des grands centres—c'est un grand centre urbain—, nous connaissons la détresse que connaissent des régions éloignées. En effet, même en ayant un ministre que l'on dit responsable de la région de Québec, l'argent fédéral ne se rend même pas à Québec.
    Imaginez les gens qui sont en Gaspésie ou dans les Laurentides, comme mes collègues à côté, ou à d'autres endroits du Québec. L'argent fédéral ne revient pas. Quand il revient, c'est toujours avec des conditions, avec toutes sortes de choses pour que les régions se mettent à la merci du fédéral. Or, le projet de loi C-9 continuerait dans cette veine, soit d'exploiter la faiblesse et la vulnérabilité des régions.
    Si Ottawa décide enfin de s'intéresser aux régions du Québec, qu'il commence par s'occuper de ses propres responsabilités. C'est d'abord cela qu'il doit faire. Au lieu de créer un nouveau projet de loi, au Bloc, nous croyons que le fédéral devrait faire un certain nombre de choses minimales.
    Il devrait d'abord respecter les compétences du Québec. Cela semble être difficile à comprendre pour le gouvernement ,mais cela peut très bien se faire en commençant par le respect des organismes locaux de concertation. Au Québec, nous sommes bien outillés pour cela. Cela existe déjà. Pourquoi ne pas les outiller davantage et faire travailler convenablement Développement économique Canada? Il y a déjà une agence qui devrait faire cela. Cela ne prend pas une limousine de plus. On n'en a pas besoin au Québec.
    Il faudrait d'abord adapter les programmes fédéraux aux réalités des régions. Mes collègues ont déjà parlé tout à l'heure du fait de rétablir les montants pour les nouveaux programmes d'infrastructures. Il y a également les dépenses fédérales en immobilisations. Ce serait déjà de bonnes indications, un bon départ pour montrer la bonne foi du gouvernement.
    Il ne faut oublier non plus qu'il faut appuyer la réforme de l'assurance-emploi. Quand on parle d'une réforme, il ne s'agit pas seulement de diminuer ou d'augmenter les cotisations; ce n'est pas cela du tout. C'est d'une réforme de l'assurance-emploi dont on parle. C'est un problème que vivent cruellement les régions. Le chômage est élevé.
    Il y a des réalités qui ne sont pas compatibles d'une région à l'autre. Cependant, il y a une grande douleur commune pour les régions du Québec. Quand vous êtes en Gaspésie, les travailleurs saisonniers sont pénalisés par des mesures d'assurance-emploi. Quand vous êtes dans d'autres régions, ce n'est pas du tout la même chose. La vie ne se vit pas de la même manière à Montréal, Vancouver ou Toronto.
    Les petites régions ont besoin qu'on les appuie. Ce n'est pas en créant un ministère, au contraire. C'est plutôt en prenant les structures actuelles et en libérant l'argent qui ne revient pas aux régions du Québec.
    De plus, la dernière chose dont on a besoin, ce sont de nouvelles chicanes entre Québec et Ottawa sur une question de structures, sur un nouveau ministère qui alourdirait la bureaucratie. Au Bloc québécois, nous sommes très sensibles à la réalité des régions. On entend ce dialogue, on entend des gens qui nous disent que cela ne fonctionne pas bien.
    Il ne suffit pas, d'un coup de baguette magique, d'arriver et de dire qu'on crée un projet de loi et, tout à coup, un nouveau ministère vient sauver les régions des pauvres conditions dans lesquelles on les enferme. En effet, elles ne s'enferment pas elles-mêmes dans de telles conditions.

  (1110)  

     Elles vivent des situations dramatiques en matière d'emploi, des ressources et de l'accès. Il y a même des régions du Québec, au moment où l'on se parle, qui n'ont même pas accès à Internet haute vitesse. La télécommunication étant de compétence fédérale, comment se fait-il qu'en 2004, des régions du Québec n'en sont pas encore dotées?
    On a besoin d'interventions ponctuelles bien avant un projet de loi qui créera un ministère. Cela ne prend pas la tête à Papineau pour penser à cela! Il s'agit tout simplement de trouver les ressources qui sont en place.
    Il faut bien comprendre qu'en créant un nouveau ministère, on alourdira la structure bureaucratique. En outre, il y aura encore des dangers de dédoublement. C'est vrai que le projet de loi s'inspire d'initiatives semblables dans l'Ouest canadien, par exemple. La Diversification de l'économie de l'Ouest, la DEO, fonctionne relativement bien dans l'Ouest. J'ai vécu au Manitoba—j'en suis très fier—, et j'ai été témoin du bon fonctionnement de la DEO.
    En ce moment, on voit plutôt que ces agences provinciales ont leur propre législation depuis 1988. Elles sont bien régies à l'échelle provinciale.
    Il faut rappeler au fédéral ses obligations de respecter les compétences du Québec, parce que le Québec doit devenir et rester le maître d'oeuvre du principal développement des régions.
     Monsieur le Président, mon comté, La Pointe-de-L'Île, porte un joli nom. C'est un comté situé à l'extrême est de l'île de Montréal—oui, c'est une île—du côté du fleuve. Vous viendrez le visiter. C'est très beau, et les citoyens sont très fiers de ce nouveau nom, parce qu'il les distingue.
    Dans ce comté, on trouve la Chambre de commerce et la Commission scolaire de La Pointe-de-l'Île. Le nom provient d'une contraction entre Longue-Pointe, qui est une expression géographique de cette partie du comté et le bout de l'île, qui fait La Pointe-de-l'Île.
    Je ne peux faire autrement que de me lever pour parler du projet de loi C-9 qui vise à créer l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec de même qu'un ministère pour gérer cette agence.
    Depuis des années—je suis de la grande région de Montréal—politiquement parlant, je m'intéresse à ce qui est en train d'arriver à cette triste succession de tableaux des rapports entre le gouvernement fédéral et le Québec—parce que le Québec est nommé expressément,—au sujet de cette question du développement régional.
    Je dois vous dire, et je m'en confesse, que je regrette la période de Pierre Elliott Trudeau. En effet, au cours de cette période, il y avait une entente négociée concernant un montant entre le Québec et le gouvernement fédéral, et c'était le Québec qui en faisait la mise en oeuvre.
    On est rendus très loin de cela. Mes collègues l'ont dit et je le dirai autrement. Non seulement on crée une agence prétendument pour le développement économique du Canada pour les régions du Québec, mais on précise dans le mandat que le ministre doit travailler à une politique de développement intégrée.
    Il y a quelque chose d'absurde au fait que le développement régional du Canada pour le Québec, dont on dit qu'il doit être diversifié, devrait être diversifié dans le cadre d'une politique intégrée du Canada. Il y a seulement le Québec qui peut intégrer la diversification de ses différentes régions. Pourquoi cet acharnement à ne pas laisser le Québec se développer et à lui refuser les moyens de le faire en vantant en même temps les mérites du fédéralisme? Oui, mes collègues québécois sont vraiment très patients et patientes.
    Le Bureau fédéral de développement régional pour le Québec, le BFDRQ, qui a été créé par les conservateurs, a été remplacé, quand j'ai été élue ici et que j'étais porte-parole en matière de développement des ressources humaines, par un nouveau ministère, soit Développement économique Canada. Oui, vous avez bien entendu. Il n'y avait que dans les crédits du gouvernement où il fallait écrire le mot « Québec ».
    Toutefois, sur le papier en-tête et dans les rapports que nous avions avec le représentant—je crois qu'à l'époque, c'était un secrétaire d'État qui s'occupait du Développement économique Canada— « au Québec » était écrit entre parenthèses. Cela a été créé dans cette belle période de notre arrivée en 1993, avant le référendum presque gagné de 1995.

  (1115)  

    C'est incroyable: on s'occupait du développement régional et on voulait que cela s'appelle Développement économique Canada. Comme on a été obligé, au fil des années, d'ajouter « Québec » à côté, on changera une nouvelle fois le papier à en-tête et tout le reste. Je ne sais pas combien cela coûte chaque fois. Cela s'appellera maintenant l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec. Je suis certaine que si l'on faisait faire une étude du sens de cette expression par des gens en littérature ou en étymologie, ils trouveraient cela pour le moins tordu.
    Ce que cela exprime, c'est que le gouvernement fédéral n'est pas capable de reconnaître que le Québec, si l'on mettait fin au déséquilibre fiscal, aurait les moyens suffisants. Non seulement il est parfaitement capable de développer son territoire, mais il est infiniment mieux à même de le faire quand il est seul sur le terrain. Il faut bien se rendre compte que cette agence ira encore plus loin, par le mandat que la loi confère au ministre, dans la définition de deux stratégies de développement.
    J'ai entendu les collègues d'en face dire qu'ils ont travaillé avec les populations locales. Or, les populations locales ont besoin d'argent. C'est pourquoi elles sont obligées de travailler avec le représentant fédéral. Cependant, les projets sont-ils ceux qui sont souhaitables pour la région par rapport à l'ensemble du Québec? Personne ne peut nous en assurer.
    Une chose est sûre, c'est qu'il y a deux infrastructures, deux administrations, deux séries de personnes qui, chacune de son côté, travaillent à développer les régions du Québec, une en l'intégrant à l'intérieur du Québec, l'autre en essayant d'en faire un développement intégré avec le Canada. Il n'y a pas une entreprise qui réussirait en ayant deux stratégies de développement.
    Jusqu'à un certain point, cela me fait penser au développement international. À ce chapitre, les pays veulent tous avoir un degré plus ou moins grand de visibilité. Disons que le Canada à cet égard est particulièrement assoiffé de publicité. Il veut avoir son image, son logo, son drapeau sur une multitude de petits projets qui ne peuvent pas mener à un développement, quel que soit l'argent qu'on y investisse. Le développement ne s'est pas produit comme cela là où il existe. On sait qu'il faudrait qu'il se fasse dans les régions.
    Malheureusement, les régions sont aussi victimes de cette volonté de visibilité. C'est certain que le Québec, en prenant presque la décision de s'occuper de son sort pour l'avenir, a poussé les collègues d'en face à chercher à se rendre indispensables et à se montrer visibles avec leur petit drapeau le plus souvent possible et de la façon la plus évidente possible.
    C'est triste, parce que les jeunes qui quittent les régions et les gens qui y restent avec moins de services ont besoin de ce développement. Ils n'ont pas du tout besoin de cette mauvaise querelle, de ce dédoublement des stratégies de développement qui n'assure qu'une chose, à savoir qu'il n'y aura pas de développement régional.

  (1120)  

[Traduction]

    La Chambre est-elle prête à se prononcer?
    Des voix: Le vote.
    Le vice-président: Le vote porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: Que tous ceux qui sont en faveur de la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
     Le vice-président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et plus de cinq députés s'étant levés:
    Le vice-président: Convoquez les députés.
    Après l'appel du timbre:
    Le vice-président: Le whip du gouvernement m'a demandé de reporter le vote à 15 heures.

[Français]

Loi sur le ministère du Développement social

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 6 décembre, de la motion portant que le projet de loi C-22, Loi constituant le ministère du Développement social et modifiant et abrogeant certaines lois, soit maintenant lu une deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Monsieur le Président, il me fait plaisir de prendre la parole sur ce projet de loi, non pas que ni mon parti ni moi-même en appuyons le principe ni la décision de le créer, mais justement pour pouvoir exprimer ce qui, à mon sens, fait défaut dans ce travail de création et de séparation de ministères existants, de création dans le domaine du développement régional, de choses que personne ne réclame.
    J'avouerai donc ma déception à l'égard de certaines lois. Effectivement, je suis un nouveau député en Chambre et je suis un peu déçu de ce menu législatif, qui ressemble plus à du red tape--j'allais dire du ruban libéral, si vous me permettez cette traduction--qu'à des débats de fond sur des projets de loi qui ont pour but d'aider les Canadiens et les Québécois.
    Donc, au lieu d'avoir des lois qui permettent d'utiliser les surplus faramineux de ce gouvernement, qui sont cachés dans des fondations et dans les prévisions budgétaires ou encore à la Société canadienne d'hypothèques et de logement, on crée des ministères, on les sépare, on déplace des fonctionnaires. On le fait toujours et surtout dans des champs de compétence qui n'appartiennent pas au gouvernement fédéral, mais au gouvernement du Québec ou des provinces. C'est le cas de ce fameux ministère du Développement social.
    Avant de me présenter en politique, je me suis demandé de quelle façon j'allais examiner les sujets qui se présenteront devant moi et quelle serait ma perspective. Je me suis dis que j'allais regarder chacune des lois qui nous sont proposées à savoir si elles sont bonnes pour les enfants et si elles peuvent améliorer la condition des enfants.
    Vous n'êtes pas sans savoir qu'il y a plus d'un million de Canadiens, ainsi qu'une proportion aussi grande--malheureusement le Québec ne se distingue pas à cet égard--d'enfants au Québec, qui vivent des problèmes de pauvreté. En fait, ce nombre augmente constamment. À une certaine époque, il y a eu un certain contrôle de la pauvreté infantile, mais il semble qu'il y ait une reprise de cette pauvreté ces dernières années.
    Est-ce que ce projet de loi va aider véritablement? Est-ce que la création d'une structure à l'intérieur d'une autre structure, cette séparation, va aider la lutte contre la pauvreté infantile? J'en doute énormément.
    Donc, il différents programmes vont se retrouver sous la responsabilité de ce nouveau ministère, s'il est créé. Nous ne le souhaitons pas, puisque nous ne voyons pas en quoi il pourrait améliorer la situation des gens.
    Dans une autre vie, j'ai travaillé beaucoup dans des organisations communautaires. En ce qui a trait à ce projet de loi, le ministère sera responsable de l'initiative sur le secteur bénévole et communautaire. Je me souviens de cette schizophrénie où on obligeait constamment le milieu communautaire à faire des demandes de subventions, souvent pour des grenailles de visibilité. Cela demandait énormément d'énergie aux bénévoles ou à ce qu'on appelait un peu pompeusement des permanents d'organismes communautaires et bénévoles--j'en étais un--et dont la caractéristique principale était de ne pas être « permanent » et de vivre dans une situation précaire.
    Dans ces groupes, combien d'énergie est dévolue pour essayer d'entrer dans un système de programmes afin d'obtenir quelques sous? Ce dont ils auraient besoin, c'est d'une politique de reconnaissance claire, ce que le gouvernement du Québec tente de leur donner, mais souvent il n'a pas les moyens suffisants pour le faire. Ils auraient besoin d'une politique de reconnaissance, d'une sécurité et d'une permanence pour être en mesure de servir les gens et rendre des services à la communauté.
    Au lieu de cela, ils doivent faire des courbettes, se plier à des objectifs de programmes de ministères fédéraux existants, bien plus pour assurer une visibilité au ministre que pour obtenir de véritable ressources pour les gens.
    Il s'agit d'un exemple parmi tant d'autres qui ne sont pas directement sous la responsabilité de ce ministère. Cependant, vous comprendrez que je travaille beaucoup à ce niveau, comme porte-parole du logement pour le Bloc québécois.
    Donc, depuis 1993, on parle de redonner aux provinces, dont le Québec, les pleines responsabilités en matière de logement, pour qu'elles puissent avoir des politiques d'habitation.
    On est en 2004, presqu'en 2005—Noël approche—et ce transfert n'est toujours pas réalisé. Ce transfert aura des conséquences très fortes. N'étant pas réalisé, la Société canadienne d'hypothèques et de logement, dans ce cas, ne réinvestit plus dans le parc de logements coopératifs ou à but non lucratif, puisque ce sera transféré bientôt. Tous ces dédoublements, toutes ces façons de faire du gouvernement fédéral ont des conséquences directes dans la vie des gens et nous devons avouer que ce ne seront pas des conséquences heureuses.

  (1125)  

    On voit des mesures qui, de prime abord, pourraient sembler intéressantes. On a regardé la Prestation fiscale pour enfants. On a vu que, encore là, il y a une mesure, mais une mesure qui fait qu'une certaine tranche de personnes très pauvres se retrouve à payer plus cher qu'avant. Il y a beaucoup de mécanismes différents dans les lois sur l'impôt.
    Dans le cas des plus faibles revenus, à cause du système de garderies à 5 $ au Québec, maintenant à 7 $, le gouvernement dispose de 70 millions de dollars d'impôt où il peut puiser. Normalement, ces impôts auraient dû servir à ces familles qui perdent 70 millions de dollars avec une mesure supposément faite pour les aider. Ce sont les plus démunis.
    Donc, ces dédoublements ont un prix direct auprès des plus démunis de la société. Cette volonté de créer des ministères, d'étiqueter toute l'aide, de dire que ce gouvernement centralisateur à Ottawa est bon et beau pour les gens, et bien cela crée des problèmes importants pour les gens que cela est censé servir.
    Donc, d'arriver ici, de créer un ministère du Développement régional pour le Québec, de créer un ministère des Ressources humaines et du Développement des compétences et de créer un ministère du Développement social ne m'apparaissent pas des valeurs concrètes pour les gens. Tout cela n'amène pas un sou de plus, tout cela n'amène que confusion, que recherche de visibilité, que recherche de pouvoir centralisateur.
    Est-ce qu'on avance en terme d'équité, de partage des ressources, de soulagement de la dette des provinces par des transferts adéquats? Non, on ne va pas dans ce sens-là, on va dans le sens contraire. C'est dommage et cela me rend triste, en cette veille de Noël, de savoir qu'il y a des gens qui comptent sur un gouvernement qui adopterait des mesures pour eux. Ils s'aperçoivent que le gouvernement se sert d'abord, sert sa visibilité, ses structures, sa fonction publique, son mandarinat, mais ne sert pas les gens qui paient des impôts et qui espèrent mieux. Cela me rend triste.
    Il y a beaucoup d'exemples. Quand on pense que ce ministère va être responsable des normes nationales dans le domaine des garderies avec le programme canadien de garderies. Ce programme va imposer des normes à toutes les provinces, et éventuellement au Québec, alors que le Québec a été à l'avant-garde de cela. C'est une avant-garde qui lui a coûté très cher.
    Le gouvernement fédéral économise un milliard de dollars depuis l'instauration du régime de garderies à 5 $, maintenant à 7 $. C'est un milliard de dollars qu'il n'a pas à donner en crédits d'impôt aux familles.
    Avec cette somme, s'il y avait eu une pleine compensation, est-ce qu'on aurait pu mieux servir les malades dans les hôpitaux? La réponse est oui. Est-ce qu'on aurait pu utiliser cet argent pour donner des livres dans les bibliothèques? Oui, on aurait pu. Quand le Québec aide ses enfants, il permet ainsi au gouvernement fédéral d'économiser un milliard de dollars et ce gouvernement, conscient de cela, ne fait rien pour compenser cette injustice, ne fait rien pour transférer cet argent.
    En campagne électorale, il nous promettait qu'une entente était signée, mais cette entente-là ne valait pas le papier sur lequel elle était écrite. C'est scandaleux. Cette entente-là n'est toujours pas sur la table. C'est ce qui fait en sorte que, parfois, les gens deviennent cyniques par rapport à la politique.
    En tant que nouveau politicien, c'est une chose qui m'attriste.

  (1130)  

    Je suis sous le signe de la tristesse de voir tant d'énergie dépensée à créer des structures, à chercher de la visibilité, à faire des intrusions, à créer des ministères dans des champs de compétence clairement québécois. On met tant d'énergie à faire de la petite politique partisane, à agiter le drapeau pour obtenir de la visibilité. C'est autant d'énergie qui pourrait être utilisée dans le but d'être un bon gouvernement, de mieux répartir la richesse, de mieux travailler et d'être plus efficace dans ses champs de compétence.
    Au lieu de cela, on crée des ministères des Collectivités, des ministères du Développement régional pour le Québec, on gonfle le ministère de la Santé. Bref, on fait beaucoup et mal dans des champs de compétence des provinces. Pendant ce temps, on fait peu et très mal dans ses propres champs de compétence.
    Je me permets de faire une petite parenthèse. Encore aujourd'hui, je regardais les témoignages des marins du Chicoutimi qui, regardant le bateau un peu troué et rouillé dans lequel ils devaient naviguer, se sont exclamés: « On ne nous obligera pas à naviguer là-dedans! » Cela constitue à l'heure actuelle une compétence du gouvernement fédéral, tant que nous n'aurons pas notre pays, et cette compétence est plutôt une incompétence du gouvernement fédéral et c'est dommage.
    En revanche, le gouvernement fait montre de zèle à créer des structures, à créer des petits programmes de visibilité, à empiéter dans des juridictions qui ne sont pas les siennes. Il le fait à pleines pages du discours du Trône et de projets de loi ici.
    J'aimerais être d'accord avec le projet de loi. J'aimerais être enthousiaste par rapport à certaines mesures législatives qui aident. J'aimerais regarder ici des lois pour la protection de l'environnement, pour le développement durable. Ce serait intéressant, en autant qu'elles respectent les compétences des provinces et du Québec.
    Par contre, je dois constater que les choses les plus intéressantes que j'ai vécues en politique jusqu'à maintenant, ce sont les motions de l'opposition. Il s'agit du travail du Bloc québécois et aussi du NPD, dans certains cas, notamment cette motion qui limite les gras trans. C'est là quelque chose qui préoccupe directement la santé des gens. Cela ne serait pas venu du gouvernement. Il y a bien eu des lois; j'ai travaillé sur le projet de loi C-15, pour la protection des oiseaux migrateurs, mais on se demande si c'est une loi d'opérette et si l'on aura les moyens pour la mettre en oeuvre.
    Encore là, il a fallu un amendement de l'opposition pour qu'il y ait, au-delà de l'apparence qui crée des amendes formidables, des amendes minimales pour ceux qui déversent des produits pétroliers sans vergogne. Pour une première fois au Canada, nous avons créé dans les lois environnementales des amendes minimales fortes. Cela n'est pas venu de ce gouvernement. Ce dernier ne se préoccupe pas vraiment de la réalité des choses, mais beaucoup de l'apparence des choses.
    En conclusion, je dirai que je m'opposerai, tout comme mes collègues, à la création de ce ministère du Développement social. Nous croyons que le gouvernement fédéral doit reconnaître une fois pour toutes que le Québec, et ce, malgré que sa marge de manoeuvre soit considérablement diminuée par le déséquilibre fiscal, a tout de même réussi à mettre sur pied des programmes de qualité reconnus internationalement.
    Le Bloc québécois n'acceptera jamais la création d'un ministère qui non seulement a comme mandat de dédoubler et de copier les politiques avant-gardistes du Québec, mais qui, de plus, l'empêche de les développer à leur plein potentiel. Ce n'est pas une question de visibilité, mais une question de respect de l'intégrité, de la sécurité et de la santé des individus.
    On doit toujours se poser la question à savoir si cette loi sert les citoyens ou bien la structure. Malheureusement, c'est la deuxième réponse qui nous est fournie par ce gouvernement.

  (1135)  

    Monsieur le Président, s'il y a des questions ou des commentaires, je céderai ma place. Sinon, j'aimerais poursuivre le débat.
    Nous sommes maintenant à la période de questions et commentaires. L'honorable député de Windsor-Ouest a la parole.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-22, qui vise à constituer le ministère du Développement social.
    Il s'agit de la création d'un ministère spécial, qui nous intéresse en tant que néo-démocrates. Nous voulons voir si nous pouvons nous acquitter du mandat clair que nous ont confié les Canadiens et qui consiste à intégrer le développement social dans notre stratégie économique.
    J'ai eu le bonheur, avant d'être député, d'oeuvrer au sein de divers mouvements et de divers organismes sans but lucratif qui bénéficiaient dans une certaine mesure des programmes de l'État et qui ont pu ainsi changer des vies. J'aimerais parler de quelques-uns de ces mouvements et de ces organismes parce que je pense que le projet de loi C-22 pourrait être une bonne nouvelle pour eux. J'ai dit « pourrait », parce que je n'en suis pas certain.
    La seule crainte que j'ai, au moment de passer à la prochaine étape, est que ce ministère particulier devienne au bout du compte un ministère à qui on ne donne que des restes. Si le gouvernement ne croit pas fermement au mandat du ministère et à son effet potentiel sur les gens et sur l'économie sociale, les sommes nécessaires à la réalisation de son mandat risquent de ne pas être au rendez-vous.
    Je voudrais rappeler les attributions du ministère du Développement social. Il sera chargé des enfants, des familles, des personnes handicapées, des aînés, des soignants, du secteur du bénévolat et de l'économie sociale.
    Voilà qui est très important, non seulement en raison des personnes dont les vies peuvent être transformées pour le mieux par des services et qui pourront par la suite faire des progrès encore plus importants, mais aussi parce qu'il y a des incidences importantes sur le plan économique.
    Notre secteur du bénévolat occupe une place immense et fait du travail merveilleux. On y trouve nombre de professionnels formidables manifestement sous-payés dans bien des cas. Leur marge de manoeuvre est encore plus étroite que dans d'autres sphères parce que, compte tenu de la rareté des ressources, ils n'ont pas droit à l'erreur. J'ai eu la chance de travailler dans mon domaine pour l'association des personnes handicapées...

  (1140)  

[Français]

    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je m'excuse auprès de mon collègue. Je voulais seulement savoir si on était dans les questions et commentaires ou si c'était la reprise du débat.
    C'est la reprise du débat.
    Si tel est le cas, j'avais demandé de prendre la parole.
    S'il s'agissait de questions et commentaires, je pouvais céder mon tour. Toutefois, puisqu'il s'agit de la reprise du débat, je vous avise que j'avais demandé de prendre la parole.
    Oui, mais le problème est que chaque fois, on doit alterner, et le NPD avait alors la parole dans le cadre du débat.
    L'honorable député de Windsor-Ouest a maintenant la parole.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je poursuis en signalant que, dans le passé, j'ai travaillé pour l'Association pour personnes ayant des déficiences physiques. À l'époque, nous avons très bien travaillé avec Développement des ressources humaines Canada. Je tiens à mentionner les noms d'Yvonne Renaud et d'Irene Kent, deux merveilleuses fonctionnaires qui ont participé à la création du fonds d'intégration pour notre secteur.
    Le fonds d'intégration est un exemple qui montre bien que, si le gouvernement a la volonté politique de promouvoir un dossier et si les ressources adéquates y sont affectées, nous pouvons changer des vies. Mais surtout, nous pouvons rendre les règles du jeu plus équitables pour des personnes qui, de tout temps, se sont heurtées à une foule d'obstacles lorsqu'elles ont tenté de réaliser leur plein potentiel dans la société canadienne.
    Le fonds d'intégration a permis d'aider des personnes ayant un handicap à trouver un emploi ou à lancer une entreprise. Ce qui était intéressant avec cette approche, c'est que le gouvernement de l'époque a, je lui en reconnais le mérite, mené des consultations à la base, auprès des différents groupes et associations de personnes ayant un handicap. On nous a demandé si nous voulions présenter des demandes de fonds individuelles ou si nous préférions un programme spécial qui nous englobait tous. Nous avons travaillé avec les comtés d'Essex et de Kent et nous avons couvert un vaste territoire dans le sud de l'Ontario. Au début, nous avions plus de 20 organisations offrant des services à des personnes ayant un handicap.
    Après négociations avec des fonctionnaires qui avaient fait preuve de diligence raisonnable et avec des cadres, nous avons réussi à obtenir l'appui nécessaire pour créer deux programmes.
    L'un était un programme d'incitatifs destiné à aider ces personnes à obtenir un emploi. En échange, l'employeur qui aidait une personne handicapée à entrer sur le marché du travail touchait un incitatif. Après un temps d'adaptation, l'incitatif diminuait progressivement et la personne devenait éventuellement un employé à part entière. Nous surveillions le programme de très près: nous ne versions l'incitatif qu'après avoir déterminé que le nouvel employé avait effectivement travaillé un certain nombre d'heures et qu'il avait été rémunéré. Une fois que l'employé était permanent, l'incitatif disparaissait.
    Ce programme permettait de garder une certaine souplesse au niveau local dans la mesure où il aidait les gens à devenir des travailleurs efficaces et à se faire valoir aux yeux de leur employeur afin d'obtenir les postes voulus. L'Association pour personnes ayant des déficiences physiques gérait un programme intitulé « Equal Ability » pour aider les personnes handicapées à se trouver un emploi.
    À l'origine, il y avait aussi un petit programme d'aide aux personnes handicapées souhaitant créer leur propre entreprise. C'est avec une certaine fierté que je constate, plusieurs années plus tard, que certaines de ces entreprises existent toujours. Par exemple, un des participants, Brian Fitzsimmons, a travaillé très fort à mettre sur pied un service de disc-jockey. Aujourd'hui, il est propriétaire d'une entreprise à part entière. Il a depuis fondé une famille. Voilà quelqu'un qui, avant l'arrivée du programme, rêvait d'un projet qu'il était capable de réaliser, et qui avait simplement besoin d'un coup de pouce.
    C'est pourquoi, lorsque nous créerons cet organisme, il est très important de comprendre que sa raison d'être est de faciliter la tâche du secteur sans but lucratif. Si l'on établit un mandat qui constitue un carcan et qui n'offre aucune souplesse, il y aura une diminution de la participation locale et aussi l'élimination de solutions qui autrement paraîtraient séduisantes aux gens du milieu ainsi qu'aux organisations locales.
    Je salue le Bloc pour avoir soulevé cette question d'ingérence dans un champ de compétence provinciale. J'estime que c'est là un souci qui est fondé. C'est pourquoi il est très important que cette structure présente de la souplesse non seulement à l'échelle provinciale mais aussi à l'échelle régionale, afin que nous puissions nous occuper de ces questions sociales par des interventions qui ont beaucoup d'importance pour ces collectivités, de telle façon que la résolution de problèmes à l'échelle locale soit prise en compte.
    Dans le même ordre d'idées, à la suite de ces activités, j'ai eu l'occasion de travailler pour le Conseil multiculturel dans un poste de coordonnateur pour la jeunesse. C'était un très bon programme. Je tiens à mentionner encore une fois Yvonne Renaud, qui a aidé à le mettre sur pied, ainsi que Glen Shuba. Je le répète, ces deux personnes ont été très influentes à l'échelle locale pour aider le secteur sans but lucratif de la région à soumissionner ou à faire partie d'un groupe désireux d'obtenir un projet de Service jeunesse Canada. Notre taux de succès pour ces projets dépassait 90 p.100, mesuré à partir de notre efficacité à inciter les jeunes à quitter la rue et à reprendre les études ou le travail.
    La difficulté que présentaient ces programmes et que beaucoup d'organisations sans but lucratif doivent surmonter à cause des méthodes que le gouvernement utilise aujourd'hui pour exécuter ces initiatives, c'est le manque de durabilité. Ce que le gouvernement demande au secteur sans but lucratif n'est pas raisonnable, car il veut que ces groupes trouvent des partenaires, alors qu'il ne fournit guère de soutien opérationnel pour le financement permanent et, de plus, que les créneaux qui se présentent sont de très courte durée. On finit par faire beaucoup de recherche, ce qui est très bien, et par trouver beaucoup de partenaires, ce qui est très bien, mais le problème est que le programme achève beaucoup trop rapidement et que le processus de renouvellement est très ardu.
    Il en résulte qu'en dépit de ces taux de succès élevés et d'une obligation de rendre compte plus stricte que celle à laquelle sont astreints beaucoup d'organismes du secteur privé et même du secteur public, il y a une telle pénurie de ressources que les budgets sont exsangues et que le renouvellement des programmes qui ont du succès devient une véritable prouesse administrative.

  (1145)  

    Par conséquent, mes collègues du Nouveau Parti démocratique et moi-même sommes curieux de voir comment les choses vont se traduire dans les politiques du nouveau ministère. Si la Loi sur le ministère du Développement social donne naissance à une structure bureaucratique plus grosse qui n'a pas de prise sur les grandes questions ou qui ne s'attaque pas aux grandes questions auxquelles sont confrontés les organismes à but non lucratif et n'assure pas un financement durable des programmes que Développement social Canada veut mettre sur pied, alors nous n'aurons pas réalisé grand chose. Cet aspect est très important, puisque nous avons eu des programmes qui ont eu beaucoup de succès.
    À titre d'exemple, dans le dossier des sans-abri dans notre collectivité, nous avons élaboré quelques mesures avec divers partenaires et groupes. Cela n'a pas été suffisant et ce n'est toujours pas suffisant pour régler les problèmes que connaît ma circonscription, à Windsor et dans le comté d'Essex. Nos groupes locaux ont effectué la recherche nécessaire et ont apporté un grand soutien à notre collectivité, mais, étant donné la façon dont le programme a été mis en oeuvre, les fonds ont été reçus en retard de telle sorte que des annonces et des projets se sont concrétisés plus tard que prévu, au moment où les gens étaient vulnérables, en hiver.
    Cela était inopportun au moment de la mise en oeuvre du programme et cela ne doit plus se produire. Le financement doit devenir plus stable et il faut davantage de ressources.
    À mon avis, il importe de profiter du contexte actuel de notre politique sociale et de son encadrement pour améliorer la vie des Canadiens. Encore une fois, cela doit être réalisé à partir des priorités du ministère. Si celui-ci ne reçoit pas les ressources appropriées ou s'il ne reçoit que les miettes, en fin de compte, il ne sera pas en mesure de remplir son mandat.
    Des occasions bien réelles d'aider différentes personnes à améliorer leur sort s'offrent à nous. Par exemple, je sais que l'environnement et certains de nos engagements à l'égard du protocole de Kyoto offrent d'excellentes occasions de recycler de la main-d'oeuvre et de créer de nouveaux emplois pour des membres des groupes et des organismes visés qui ont constamment, dans le passé, éprouvé des difficultés à trouver de l'emploi. Voilà le genre d'ingéniosité dont nous devrons faire preuve.
    Je souligne qu'il est très important pour nous d'examiner certaines des catégories qu'entend retenir le ministère pour ses mesures. C'est très important compte tenu de l'orientation de l'économie canadienne et du profil démographique de notre population.
    Un des problèmes est celui des aînés. Le Canada ne s'est pas encore penché sur les problèmes des aînés. Or, il est très important d'examiner la situation à laquelle nos aînés sont présentement confrontés. Ils ont un revenu disponible fixe. En Ontario, par exemple, nombre de municipalités ont dû hausser les taxes foncières parce que les gouvernements fédéral et provincial se sont déchargés de certaines responsabilités pour les imputer aux administrations municipales. De telles décisions exercent d'énormes pressions sur les gens ayant un revenu fixe. Si la valeur de leur propriété augmente elle aussi pendant cette période, les impôts fonciers grimpent. Les contribuables sont vraiment pris dans un étau. Par surcroît, le prix du mazout et les frais de chauffage résidentiels ont bondi à l'instar des frais d'assurance.
     Tous ces éléments ont vraiment exercé des pressions sur le revenu disponible des aînés, sans parler du coût des médicaments et des soins de santé. À l'heure actuelle, un énorme segment de la population s'apprête à entrer dans la catégorie des ainés vulnérables. Le projet de loi vise également les personnes soignantes. Si nous prenons des mesures proactives, il est possible d'alléger une partie du fardeau qui pèse sur notre système.
    Toutefois, d'après ce que je vois, je répète que le gouvernement a fait bien peu de choses à l'égard de ces questions et, plus grave encore, qu'il n'a pas tout mis en place pour assurer le revenu disponible des aînés. Il est très important d'avoir un plan parfaitement au point. Je ne suis pas encore convaincu que le gouvernement se rend compte que la population vieillit.
    J'obtiens de l'appui à l'égard de mon projet de loi d'initiative parlementaire visant à éliminer l'avis de conformité, l'injonction automatique, pour les compagnies pharmaceutiques. Ces dernières peuvent se prévaloir de cette mesure sans avoir à fournir de preuves ou de justification. Après 20 ans, une version générique d'un produit doit être disponible sur le marché, mais après 20 ans et sans aucune preuve, les compagnies pharmaceutiques peuvent obtenir une prolongation automatique, d'au moins 24 mois, de leur brevet. Cette prolongation empêche l'arrivée d'un autre produit sur le marché et fait augmenter le prix des médicaments. Par conséquent, les aînés sont encore une fois pris au piège.
    Ces questions seront-elles discutées? Le gouvernement aura-t-il le mandat de faire face aux complications liées à un plus grand nombre de questions? Le gouvernement mettra-t-il effectivement en oeuvre des programmes durables et assez complets pour régler ces problèmes? J'ai des réserves à cet égard.
    Au début de mon intervention, j'ai parlé des personnes handicapées et de mon expérience personnelle à cet égard. Il sera intéressant de voir si ce projet de loi donnera lieu à un mandat de créer une loi claire et juste en faveur des personnes handicapées, une mesure législative qui sera efficace pour les Canadiens, qui permettra de rehausser les normes à un niveau comparable à celui des États-Unis et qui offrira des droits et un accès accrus. Cela est également lié à d'autres questions relatives aux personnes âgées parce que la mobilité et la façon dont on s'y prend à l'égard de l'inclusion dans notre société sont des enjeux qui touchent la population vieillissante. Au fur et à mesure que les gens vieillissent, ils présentent divers handicaps.

  (1150)  

    Pour terminer, j'aimerais parler brièvement des garderies. Les néo-démocrates estiment qu'elles font partie intégrante de notre économie sociale. Le député de Sault Ste. Marie consacre des efforts considérables à ce dossier. L'été dernier, il a lancé sa campagne à l'échelle du pays. Il a amorcé des consultations à ce sujet avec les Canadiens.
    Nous croyons qu'il s'agit d'une excellente occasion de mettre en évidence un programme efficace pour les Canadiens, un programme qui se traduira par des améliorations pour les femmes et les enfants en particulier et qui occupera une place importante dans notre stratégie industrielle. Cela a été mis de l'avant par d'autres pays de l'OCDE qui ont su profiter de l'amélioration des services de garderie pour stimuler leur économie.
    Je terminerai en disant que j'ai quelques réserves sur la façon dont le gouvernement s'y prendra pour établir les priorités pour le ministère. C'est un enjeu important que je suivrai de près. Mais en dehors de cette question, le projet de loi nous donne l'occasion de discuter de situations très importantes qu'il faut modifier pour le bien-être de notre économie sociale.

[Français]

     Monsieur le Président, j'aimerais poser une question à mon collègue d'en face, le député de Windsor-Ouest.
    Ne croit-il pas, comme le Bloc le croit, que ce projet de loi qui veut créer le ministère du Développement social empiète directement sur les champs de compétence des provinces?
    J'aimerais qu'il fasse des commentaires à ce sujet, parce que nous croyons que c'est strictement de compétence provinciale.

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous croyons qu'il est approprié pour le gouvernement de voir cela comme une stratégie nationale, mais dans mon contexte, je montrais que certaines des préoccupations de notre collègue au sujet des compétences provinciales étaient fondées. C'est pourquoi j'ai consacré précisément beaucoup de temps à certaines expériences régionales que j'ai vécues. Je crois que la même chose s'appliquerait au Québec. Je pense que c'est très important, car, pour réussir, cette agence devrait avoir la capacité de communiquer efficacement et de donner aux collectivités locales un certain pouvoir.
    Je pense que c'est une préoccupation tout à fait valable qui est exprimée, car si cette stratégie est distincte, avec des programmes et des services compartimentés, cela ne pourra pas fonctionner. On ne répondra pas aux préoccupations exprimées par le Bloc ou par moi et, à mon avis, par beaucoup d'autres Canadiens. En ce qui concerne nos problèmes sociaux, même si nous avons peut-être beaucoup de choses en commun, les solutions à ces problèmes sont parfois très diversifiées et locales.
    Je pense que cela nous donnera l'occasion de nous pencher sur certains des aspects les plus déplorables des compétences provinciales. Je vous signale la récupération par le gouvernement ontarien de la Prestation nationale pour enfants dans le cas des personnes touchant de l'aide sociale. C'était déplorable. C'est un exemple de la façon dont, parfois, le gouvernement fédéral doit surveiller l'application de mesures sensées venir en aide aux plus démunis.
    C'était l'une des pires choses faites par le gouvernement provincial de l'Ontario lorsque je travaillais au niveau municipal et maintenant, depuis que je siège au niveau fédéral. Ce projet de loi pourrait nous donner l'occasion de nous attaquer à ce problème. Si le gouvernement ne veut pas le faire par l'entremise du Cabinet, peut-être que par le biais du comité et grâce à la surveillance effectuée par ce ministère, il pourrait y avoir des pressions politiques de la part de ces gens qui veulent qu'on modifie les dispositions de récupération qui sont inacceptables. Ces gens pourraient être en mesure d'obtenir des changements à cet égard.
    La question est bien posée pour ce qui est des préoccupations. Je pense qu'il y a un rôle à jouer pour un gouvernement national en l'occurrence, mais si la structure est telle qu'elle n'englobe pas les régions et si elle n'a pas la souplesse voulue, les nouveaux changements ne serviront à rien.

  (1155)  

    La Chambre est-elle prête à se prononcer?
    Des voix: Le vote.
    Le vice-président: Le vote porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: Que tous ceux qui sont en faveur veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le vice-président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: À mon avis, les non l'emportent
    Et plus de cinq députés s'étant levés:
    Le vice-président: Convoquez les députés.
    Après l'appel du timbre:
    Le vice-président: Le whip en chef du gouvernement demande que le vote par appel nominal sur la motion soit différé à demain, 15 heures.

[Français]

Loi sur les systèmes de télédétection spatiale

L'hon. Joseph Volpe (au nom du ministre des Affaires étrangères)  
    propose que le projet de loi C-25, Loi régissant l'exploitation des systèmes de télédétection spatiale, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Monsieur le Président, il me fait grandement plaisir aujourd'hui de prendre la parole pour la première fois en deuxième lecture au sujet de la Loi sur les systèmes de télédétection spatiale.

[Traduction]

    Le mardi 23 novembre, le gouvernement du Canada a présenté un projet de loi pour réglementer l'exploitation des systèmes de télédétection spatiale, des satellites qui peuvent prendre des photos détaillées de la Terre et des objets à sa surface.
    Aujourd'hui, je vais expliquer pourquoi la loi sur les systèmes de télédétection spatiale est très importante pour le Canada, les Canadiens et nos amis à l'étranger, tant du point de vue de notre propre sécurité que du point de vue de nos partenariats internationaux.
    Les députés savent que le Canada est devenu un chef de file mondial dans le domaine de la télédétection de la Terre à partir de l'espace lorsqu'il a lancé, en 1995, son premier système de télédétection exploité par le gouvernement, RADARSAT-1.
    Une foule d'applications civiles des satellites de télédétection ont depuis été mises au point au Canada, notamment, par exemple, pour la gestion des ressources naturelles, la surveillance de l'environnement et la fourniture de services de surveillance côtière et de cartographie des glaces. Aujourd'hui, les Canadiens occupent quelque 15 p. 100 du marché mondial de la télédétection satellitaire. La télédétection représente une tranche importante d'une industrie spatiale de 2 milliards de dollars par année.
    RADARSAT-1 en est à sa dixième année de fonctionnement et pourtant il reste le satellite-radar à ouverture synthétique civil le plus performant qui soit en orbite actuellement. Lorsque RADARSAT-2, un système canadien encore plus performant, sera lancé par le secteur privé, il nous propulsera loin devant tous les concurrents. Le projet de loi proposé cherche à maintenir la position de chef de file du Canada dans ce domaine.
    Au début de l'ère spatiale, lorsque chaque satellite lancé pouvait soit poursuivre sa merveilleuse ascension dans le ciel, soit retomber honteusement sur la terre, seuls les gouvernements pouvaient s'adonner à des expériences et à des activités aussi risquées et aussi coûteuses. Les satellites de télédétection ou d'imagerie ont d'abord été conçus et assemblés dans des laboratoires gouvernementaux. Le développement de pointe s'est fait en très grande partie dans le secret.
    De nos jours, cependant, l'exploration spatiale est en voie de céder rapidement le pas à l'exploitation de l'espace. De simples citoyens et des entreprises sont à même de réaliser des choses extraordinaires. Ces innovateurs peuvent mettre à profit d'innombrables technologies disponibles aujourd'hui sur le marché grâce à du financement privé. Résultat: des données provenant de satellites de télédétection haute performance sont aujourd'hui largement diffusées, encore plus précises et plus utiles que les données produites par les satellites de reconnaissance militaire qui ont aidé au maintien de la paix durant la guerre froide.
    Le monde de la sécurité a également évolué de bien des façons. Ainsi, à une certaine époque, les deux superpuissances rivales s'observaient l'une l'autre au moyen de satellites mis en orbite dans l'espace. Aujourd'hui, les Canadiens font face à de nouvelles menaces asymétriques d'ennemis qui pourraient chercher à utiliser des images satellite en vente sur le marché. Notre système de sécurité en matière de satellites doit évoluer en fonction de ces développements.
    De plus, le Canada est un pays qui s'appuie sur la coopération internationale pour réaliser les ambitions spatiales de son gouvernement et de son secteur privé. Si l'on veut aider le secteur privé canadien à tenter de réaliser ses ambitieux objectifs, un régime réglementaire transparent est indispensable pour sécuriser l'accès à la technologie stratégiquement sensible et aux services de lancement des satellites. Pour obtenir l'accès à cette technologie et à ces services, le gouvernement doit souvent accorder des garanties au pays fournisseur. La Loi régissant l'exploitation des systèmes de télédétection spatiale permettra au gouvernement de procurer de telles garanties de sécurité aux entreprises canadiennes se livrant à des activités à valeur stratégique pour notre pays.
    Permettez-moi de présenter le contenu du projet de loi aux députés présents. La Loi régissant l'exploitation des systèmes de télédétection spatiale institue un régime de réglementation des satellites de télédétection, des installations servant à les exploiter ainsi que des données et des produits obtenus grâce à eux. Le régime prévoit l'attribution de licences aux exploitants de systèmes de télédétection par satellite au Canada ainsi qu'aux Canadiens qui exploitent de tels systèmes à l'extérieur du Canada.
    La loi, les règlements et les licences attribuées en vertu de ceux-ci créeront les conditions permettant de retirer tous les avantages possibles de tels satellites et des données qu'ils produisent. En même temps, ils feront en sorte que de telles exploitations ne portent pas atteinte à notre sécurité nationale, ne menacent pas la défense du Canada et ne soient pas préjudiciables à la sécurité des Forces canadiennes. Nous veillerons également à ce qu'ils ne nuisent pas à la conduite des relations internationales du Canada ou, du moins, à ce qu'ils soient conformes aux obligations internationales du Canada.
    La loi exige que les titulaires de licence prennent les mesures indiquées pour protéger l’environnement et la sécurité publique, par le truchement d'un plan de disposition du satellite à la fin de sa vie utile. Ce plan est particulièrement important pour protéger les personnes et la propriété lorsque les satellites quittent l'orbite terrestre. Cette approche nous aidera aussi à continuer d'avoir accès à des orbites de plus en plus encombrées tout en réduisant les risques de création de débris spatiaux potentiellement dangereux.
    L'exploitation des systèmes de télédétection spatiale a une portée internationale inhérente. Des partenaires étrangers pourraient vouloir participer à l'exploitation d'un système canadien agréé. Le projet de loi contient une disposition autorisant ces partenaires étrangers à participer, mais seulement d'une manière qui favorise, protège et respecte les intérêts du Canada en matière de sécurité, de défense et de politique étrangère. Le titulaire de licence est donc assujetti à des conditions lors de la réalisation de certaines activités délicates.
    Par conséquent, cette loi se révèle avantageuse pour l'emploi au Canada, les échanges de services à l'étranger, et l'établissement de relations rentables avec nos partenaires internationaux à l'étranger. Il importe de noter que la loi ne vise pas les clients du titulaire de licence. Cela libère ceux qui reçoivent légalement des données ou des produits dans le but de les améliorer pour leur propre usage ou de produire des produits à valeur ajoutée en vue de les revendre.

  (1200)  

    Cela a été planifié et voulu. La myriade d'utilisateurs finaux qui utilisent de telles données ne souhaitent pas crouler sous le poids de règlements inutiles et cela n'est pas nécessaire.
    Nous n'avons pas à les écraser sous le poids de la réglementation au nom de la sécurité, de la défense et des intérêts du Canada en matière de politique étrangère, tant que le titulaire de licence contrôle le flux de données et la fourniture de produits. Nous pouvons ainsi permettre le plein accès aux données et aux produits de grande valeur issus de nos satellites à la fine pointe. Cela est bon pour les petites et les moyennes entreprises au Canada et pour la pénétration des marchés extérieurs.
    Le projet de loi prévoit des mécanismes d'exécution de la loi efficaces et efficients. Il confère à des inspecteurs le pouvoir d'effectuer des vérifications afin d'assurer que les opérations par satellites et les plans de protection des données approuvés respectent les termes de la licence. Les dispositions d'observation sont fondées en grande partie sur un système de sanctions monétaires prévu par règlement. Afin de rendre la mesure plus conviviale, toutefois, le projet de loi renferme un nouvel élément: la conclusion de transactions.
    Je m'explique. Un titulaire de licence qui se voit signifier un avis de contravention par un agent peut conclure une transaction prévoyant le rétablissement conforme des activités plutôt que de reconnaître qu'il y a eu violation et payer une amende. De cette manière, la loi proposée encouragerait un titulaire de licence à améliorer de façon continue la sécurité de ses activités en investissant plutôt qu'en réglant des amendes.
    Il est rare qu'un régime réglementaire soit aussi bien harmonisé avec les modèles et les pratiques d'entreprise au sein de l'industrie réglementée. Le gouvernement a pris un engagement en matière de réglementation intelligente et le projet de loi illustre on ne peut mieux cet engagement.
    Par ailleurs, le projet de loi conférerait des pouvoirs spéciaux à certains ministres dans des situations d'urgence. Le premier de ces pouvoirs concerne l'interruption des services normaux. Le deuxième est un pouvoir spécial en matière d'accès prioritaire aux services et d'interruption de ceux-ci.
    Le gouvernement peut prévoir le besoin d'interrompre ou de limiter la communication de données ou la fourniture de produits en cas d'urgence. Par exemple, il est prudent de ne pas laisser nos adversaires utiliser nos propres systèmes contre les hommes, les femmes, le matériel et les installations des Forces canadiennes qui sont là pour nous défendre. Par conséquent, le projet de loi confère au ministre de la Défense nationale l'autorité d'ordonner l'interruption de services au nom de la défense du Canada ou pour protéger les Forces canadiennes ici ou à l'étranger.
    De même, le projet de loi investit le ministre des Affaires étrangères du pouvoir d'interrompre le service normal lorsque la poursuite des activités d'un système agréé serait préjudiciable à la conduite des relations internationales du Canada. Par exemple, si les dispositions relatives à la défense dans la Charte de l'OTAN étaient invoquées, le ministre des Affaires étrangères aurait l'autorité de contribuer à la protection des forces de l'OTAN. On s'attend à ce que le recours à ces pouvoirs spéciaux soit rare. Par ailleurs, ils ne peuvent être exercés que par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense nationale.
    Les États-Unis d'Amérique disposent de pouvoirs semblables depuis 1992 en vertu de la loi sur la télédétection spatiale qu'ils ont adoptée pour le programme Landsat, mais ils ne les ont jamais utilisés. Par prudence, cependant, le gouvernement du Canada devrait disposer de tels pouvoirs en cas de besoin.
    L'ordre donnant accès prioritaire aux données des satellites correspond à l'inverse de l'ordre permettant d'interrompre le service normal. Ce pouvoir permet à certains ministres ou sous-ministres de court-circuiter l'ordre établi lorsqu'ils doivent appuyer une intervention d'urgence du gouvernement, ou dans d'autres situations d'urgence. Ces pouvoirs spéciaux sont conférés aux ministres de la Défense nationale, des Affaires étrangères, et de la Sécurité publique et de la Protection civile dans le projet de loi.
    La capacité d'avoir un accès prioritaire pour aider dans les mesures d'urgence et la protection des infrastructures essentielles revêt une importance particulière. Il importe de souligner que le gouvernement utiliserait des services commerciaux réguliers pour répondre à ses besoins dans la mesure du possible, même durant les crises, mais il est sage de conserver ces pouvoirs en réserve pour garantir la disponibilité de l'imagerie lorsque des situations d'urgence l'exigent.
    Après cette introduction, je demande à mes collègues d'adopter ce projet de loi et d'autoriser ainsi la mise en oeuvre de ces mesures prudentes et équilibrées. Comme des satellites de télédétection à haute performance peuvent produire des données qui ont une importance militaire, la nécessité d'une réglementation raisonnable pour protéger nos intérêts ici au Canada est très claire.
    Nous avons la responsabilité de veiller à ce que ces capacités ne compromettent pas nos intérêts sur le plan de la sécurité, de la défense et de la politique étrangère, et les intérêts que nous partageons avec nos alliés.

  (1205)  

    Cependant, en même temps, je veux m'assurer que les députés comprennent l'objectif du projet de loi. C'est un objectif de modernisation. Nous espérons que notre réflexion continuera d'être productive et n'interférera pas avec les intérêts du secteur privé tout en tenant compte des réalités du monde dans lequel nous vivons.

  (1210)  

[Français]

     Monsieur le Président, j'ai écouté avec beaucoup d'attention la présentation de mon collègue concernant ce projet de loi.
    Nous ne réfutons pas l'importance de légiférer en la matière. Au contraire, nous pensons que le temps est venu, parce qu'il y a de plus en plus de trafic aérospatial actuellement. En outre, il est important que le gouvernement puisse mettre un peu d'ordre là-dedans et surtout se donner une assise légale dans l'espace.
    Maintenant, je n'ai rien vu dans le projet de loi qui concerne les compétences des provinces. Je m'explique.
    Dans le projet de loi, il y a des choses intéressantes comme la gestion des ressources naturelles, la gestion des productions agricoles et la gestion quant aux catastrophes environnementales. Ce sont trois compétences qui relèvent des provinces. Nous savons qu'actuellement, les provinces et les gouvernements peuvent passer par l'entreprise privée avec les satellites commerciaux, pour avoir un certain nombre de données.
    Toutefois, j'aimerais savoir comment le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères voit le respect des compétences à ce sujet. Par exemple, est-ce que le gouvernement du Québec ou le gouvernement de l'Ontario pourrait avoir accès à ces données si, justement, l'observation des satellites se passait sur leur domaine, et surtout dans des domaines qui, comme je viens de le souligner, sont clairement de compétence provinciale?
    Y a-t-il des dispositions dans le projet de loi à cet égard? S'il n'y en a pas, est-ce que le ministre est ouvert quant au fait qu'ultérieurement, dans l'étude du projet de loi, on s'assure que les provinces puissent accéder à ces données, si la cueillette desdites données se passe sur leur territoire et dans des zones de compétence provinciale?
    Monsieur le Président, les règlements qui sont proposés ici concernent le domaine de compétence nationale, de compétence du gouvernement fédéral. Quant aux satellites, il s'agit simplement d'une question de réglementation, parce que dans le passé, le gouvernement a changé leur propriété, comme je l'ai expliqué au tout début.
    Je remercie le député de sa question.
    En effet, il y a six ans, le gouvernement fédéral était vraiment le détenteur ou le propriétaire de ces satellites. En l'espace de quelques années, cela a été transféré au secteur privé. Ce sont vraiment les répercussions de ce transfert au secteur privé qui nous lient à la nécessité de changer et de s'assurer que les retombées du RADARSAT-2 ne soient pas utilisées contre l'intérêt public et contre l'intérêt de la défense, comme je l'ai expliqué.

[Traduction]

    En ce qui a trait aux champs de compétence des provinces, les télécommunications relèvent effectivement du fédéral. Par contre, si les propriétaires du satellite prennent des arrangements commerciaux au civil, cela relève évidemment des compétences provinciales. Mais ce projet de loi ne porte pas là-dessus. La responsabilité fédérale exclusive en regard de l'espace aérien est bien comprise et bien étayée par le droit constitutionnel.

[Français]

    Monsieur le Président, je me lève maintenant pour parler du projet de loi C-25, qui s'intitule Loi régissant l'exploitation des systèmes de télédétection spatiale.
    La question de l'espace fait l'objet de plusieurs discussions ces jours-ci. Nous y sommes amenés aujourd'hui par le biais d'une législation qui vise à réglementer l'exploitation des systèmes de télédétection spatiale, mais en fait, on parle des systèmes qui sont de propriété privée.
    D'emblée, je dirai que le Bloc québécois est favorable à un projet de loi sur cette question. Je dois dire que c'est une question qui s'avère très complexe, puisqu'elle comporte plusieurs niveaux de difficultés. Je veux bien croire que le gouvernement et les divers ministères concernés ont voulu bien faire leurs devoirs, mais vous comprendrez que du point de vue de l'opposition, ce projet de loi pose plusieurs questions. En réalité, ce projet de loi est le premier du genre depuis que je suis députée. Je crois qu'il n'y en a pas eu d'autres non plus réglementant l'existence d'appareils, d'équipements et de satellites dans l'espace. Je crois que nous sommes arrivés à ce projet de loi parce que, pour la première fois au Canada, un satellite qui sera lancé à la fin de 2005 ou au début de 2006, RADARSAT-2, est de propriété privée.
    Nous savons qu'aux États-Unis, des débats se sont tenus au Congrès et au Sénat depuis plusieurs années. Toutefois, j'ai été intéressée de lire un fait qui, je le pense, peut intéresser aussi les auditeurs ou les lecteurs. Jusqu'en 1983, il était à peu près impossible pour les Américains, qui voulaient déjà assurer leur prééminence dans l'espace, de penser que des satellites, y compris des satellites de télédétection, pourraient être de propriété privée. La connaissance et l'utilisation de l'espace étaient tellement liées au rôle national de défense ou de prééminence que c'était l'État américain qui devait s'en emparer ou s'y installer.
    Or, au moment où les autres pays avaient laissé aller des satellites commerciaux et où les États-Unis avaient commencé aussi à vouloir réduire le déficit, précisément sous Bill Clinton, on a commencé à laisser se développer des satellites commerciaux à haute définition. Jusque-là, les satellites commerciaux existaient, mais pas dans la haute définition. Nous nous retrouvons avec RADARSAT-2, un satellite commercial à haute définition.
    On comprend quand même que le gouvernement canadien a lui aussi démontré des hésitations. La rédaction du projet de loi nous indique clairement que le gouvernement se sent responsable, d'une certaine façon, de l'utilisation de ces satellites qui pourraient jouer un rôle malgré tout « militaire ou de défense ». J'ai lu, par exemple, que pendant la guerre du Golfe, des satellites français qui vendaient des images aux deux belligérants ont soudainement retiré ces images, parce qu'elles jouaient un rôle dans la guerre. Rien n'interdit de penser que cela pourrait se produire à nouveau.

  (1215)  

    Voilà pourquoi ce projet de loi, malgré la volonté du gouvernement de prévoir l'essentiel, comporte un équilibre difficile entre les prérogatives nationales de défense de sécurité et la liberté commerciale.
    C'est une des raisons pour lesquelles je vous ai dit que nous étions d'accord avec une loi. Cependant, nous attendons, avec beaucoup d'intérêt les travaux du comité qui vont nous permettre de mieux comprendre comment peuvent s'articuler ces responsabilités, à la fois nationales, sécuritaires, d'affaires étrangères, mais en même temps de réglementer une utilisation commerciale. À ce stade-ci, je n'ai pas encore parlé des provinces.
    Je vous donne un exemple de ce que le gouvernement veut se donner en termes de pouvoir. Au paragraphe 10(1), on peut lire ce qui suit:
    S’il est convaincu que cela est souhaitable eu égard à la sécurité nationale, à la défense du Canada, à la sécurité des Forces canadiennes, à la conduite des relations internationales du Canada, aux obligations internationales du Canada et aux facteurs réglementaires, le ministre peut, de sa propre initiative, modifier la licence relativement à toute condition [...]
    Un peu plus loin, au paragraphe 13(1), on peut lire que le ministre peut, de sa propre initiative, et je cite:
    En cas de suspension, de révocation ou d’expiration de la licence, le ministre peut ordonner à l’intéressé de prendre les mesures, qu’il juge indiquées, concernant l’exploitation du système [...]
    Au paragraphe 14(1) on peut lire:
    Le ministre peut ordonner au titulaire de licence d’interrompre ou de limiter, pour la période qu’il spécifie, l’exploitation du système agréé, y compris la fourniture de services, [...]
    Toutefois, à la fin, il ne se rend pas vraiment responsable des coûts que cela pourrait entraîner. Alors, j'imagine que les compagnies vont vouloir intervenir et dire: « Oui, mais si on nous oblige à interrompre nos opérations et à ne pas donner suite à des commandes, il faudra qu'on nous compense en conséquence ».
    Or, j'ai voulu montrer qu'il faudra vérifier tout cet aspect de l'utilisation pour des fins nationales de sécurité et de défense, de satellites qu'on laisse exploiter comme satellites commerciaux.
    Le deuxième aspect sur lequel on se questionne concerne l'accès prioritaire que se donne le gouvernement. Je vous donne une lecture pour expliquer ce que je veux dire.
    En passant, je sais que le secrétaire parlementaire a certainement lu et étudié le projet de loi. Cependant, il sait que la lecture n'en est pas facile et l'interprétation n'en sera pas facile non plus. Donc, je vous en donne une petite idée.
    à la sous-section 8(4) du projet de loi, on peut lire ce qui suit:
    Outre les conditions réglementaires et celles visées aux paragraphes (5) à (7), la licence est assortie des conditions suivantes:
    Ensuite, je passe à l'alinéa c). Il vaut la peine de suivre puisque c'est important, y compris pour les provinces.
    
    c) les données brutes et les produits dérivés obtenus au moyen du système—exception faite des données et des produits qui ont été améliorés ou auxquels une valeur a été ajoutée—sont, dans un délai et selon des conditions raisonnables, et ce tant qu’il n’en a pas été disposé, mis à la disposition du gouvernement du pays dont le territoire a fait l’objet de la télédétection spatiale, sous réserve de toute condition de la licence applicable au titre des paragraphes (6) ou (7) à la communication des données et à la fourniture des produits;

  (1220)  

    J'aimerais dire au secrétaire parlementaire qu'on peut comprendre que ce n'est pas d'une clarté lumineuse. En revanche, ce qui est clair, c'est que les données brutes et les produits dérivés qui seront en la possession des propriétaires des satellites—on pense à RADARSAT-2—et qui correspondent à des images prises sur un territoire d'un autre pays devront être mis à la disposition du gouvernement du pays aussi longtemps qu'on n'en aura pas disposé.
    Je pose la question au secrétaire parlementaire. S'il en est ainsi pour le territoire qui a fait l'objet de télédétection spatiale, pourquoi n'en serait-il pas ainsi pour le territoire des provinces? Je crois que c'est une question importante à laquelle nous allons répondre par l'affirmative. Il faudra qu'on nous donne d'excellentes raisons pour dire que ce ne serait pas le cas.
    Je continue de démontrer la complexité de ce projet. Dans le communiqué même du gouvernement émis le 23 novembre, on rappelle ceci:
    Les satellites canadiens de télédétection fournissent de l'information importante sur divers sujets: emplacement des eaux souterraines, des minéraux et des gisements de pétrole et de gaz, océanographie, cartographie, géologie, hydrologie, agriculture, foresterie, intervention en cas de catastrophe et atténuation des dégâts.
    Une très grande partie de cette énumération est de compétence des provinces. Il y a même là-dedans matière à application de lois provinciales. Les satellites pourraient donc fournir des informations qui seraient vendues à des acheteurs privés. Ces derniers pourraient s'en servir pour se défendre à l'endroit d'un gouvernement provincial qui, lui, n'aurait pas les mêmes données, ou alors la province serait obligée de tout acheter, ce qui n'a pas de bon sens. Il y a vraiment là un problème éminemment concret.
    Je répète que c'est dans le communiqué. On sait que les principaux champs dans lesquels ces images et ces données seront recueillies sont de compétence des provinces. Je ne parle plus de l'aspect national de sécurité, mais de l'utilisation commerciale.
    On dit un peu plus loin:
    Le secteur des ressources naturelles peut utiliser les images satellites existantes pour surveiller les cultures et la croissance des forêts, et obtenir de l'information sur les eaux souterraines, les minéraux et les gisements de pétrole et de gaz.
    Je pensais aux bassins de rétention d'Hydro-Québec qu'on a toujours voulu garder secrets. Ces images de haute définition pourraient, selon ce que j'en comprends, permettre de percer le secret sans même qu'Hydro-Québec le sache.

  (1225)  

     Vous comprenez qu'on est à l'étape du questionnement, mais qu'il devra se faire en prenant le temps. Heureusement, nous savons que le RADARSAT ne sera pas lancé avant la fin de 2005. Toutefois, comme ce sera la première fois qu'on aura à vivre ces situations de façon réglementaire, il faudra vraiment s'asseoir afin de savoir quoi faire.
    Il y a une dimension qui n'est pas du tout touchée. Or, il me semble qu'elle peut l'être. Ce projet de loi est produit à l'occasion du lancement de RADARSAT-2. Toutefois, je comprends qu'il ne vise pas que RADARSAT-2. Il servira certainement à d'autres entrepreneurs privés qui voudraient se lancer dans le domaine pour la préparation de leurs engins.
    Or, même si ce sont des appareils de télédétection, il reste que, joints à l'infrarouge avec ce raffinement dans la définition, ils pourraient obtenir des images qui sont du ressort des renseignements personnels. Or, il n'y a rien à ce chapitre dans le projet de loi. Il faudra certainement trouver une réponse à cette question.
    Pendant qu'on est au chapitre de l'espace, il faut bien voir aussi l'aspect international de ces satellites de télédétection commerciaux. Dans un texte que ma brillante recherchiste a trouvé sur le site du ministère des Affaires étrangères, et qui s'intitule « Aspects juridiques en matière de satellites et de télédétection », on voit une recommandation qui n'engage que son auteur, mais qui est intéressante.
    Ce texte brosse un portrait classant les pays en trois groupes. Le premier groupe est un pays, soit les États-Unis, qui sont largement en avance et dont on sait qu'ils pensent avoir dans l'espace, d'ici 10 ans, 1 000 satellites commerciaux. En conséquence, ils attacheront encore plus d'importance à la défense de l'espace.
    Il y a un deuxième groupe formé de pays comme la France, un regroupement de pays de l'Union européenne, l'Inde et la Chine qui sont maintenant assez avancés et qui, pas de façon isolée mais regroupée, peuvent pouvoir utiliser l'ensemble de leurs pouvoirs sur le plan de l'espace et de la télédétection.
    Il y a finalement ceux qu'on appelle les États voyous qui, eux, ont tout intérêt à troubler l'ordre qu'on voudrait instaurer là. La proposition que fait l'auteur, M. Salin, découle de cela. Elle dit:
    Dans l'immédiat, il est intéressant de mettre en relief le fait qu'il existe un club de pays qui contrôlent la télédétection à haute résolution, qui se compose d'une dizaine de pays: États-Unis, Russie, France, Canada, Japon, Chine, Israël et Inde.
    Rappelons que les États-Unis font partie du premier groupe. Il ajoute:
    Il est encore possible d'essayer d'établir un accord entre eux pour maîtriser l'évolution de ce marché dans l'intérêt de tous.
    Il suggère que:
    Le Canada peut être un leader dans cette démarche et tirer partie du capital de sympathie dont il dispose avec chacun de ces pays.
    Il suggère encore que:
    On puisse penser à un accord comme l'image de celui sur les mines antipersonnel sur la commercialisation des images à haute résolution pour qu'elles obéissent à des règles [...]
    Comme mon temps de parole est écoulé puisque nous ne formons plus l'opposition officielle, je céderai la parole à mon collègue.

  (1230)  

    Je pense que j'ai expliqué pourquoi nous sommes d'accord avec une loi bien que nous aurons beaucoup de questions à poser en comité. Finalement, nous nous réservons pour la troisième lecture quant à la position générale.

  (1235)  

    Madame la Présidente, j'aimerais remercier la députée qui est aussi critique officielle du Bloc québécois en matière d'affaires étrangères. Elle est tout à fait capable et elle a évidemment soulevé plusieurs questions pour faire avancer le dossier devant le comité. Ses propos sont louables. Je dois encore souligner que nous allons répondre de façon adéquate aux inquiétudes de la députée.
    Je voudrais dire et souligner quelque chose en ce qui concerne nos propos se rapportant à la question de donner des informations aux pays étrangers. C'est simplement parce que nous avons beaucoup de liens avec d'autres pays. Nous avons signé des ententes avec eux en vertu desquelles nous avons l'obligation de partager les informations.
    En ce qui concerne la question des compétences provinciales, évidemment, l'autre député du Bloc m'a déjà posé la question tout à l'heure. Je lui ai souligné le fait que lorsque cela concerne les provinces—parce que c'est un effet de commercialisation quand c'est une question du secteur privé—, elles ont encore des capacités de trouver et de recueillir les réponses qu'elles veulent. Toutefois, nous n'avons pas de responsabilité quand cela vient à d'autres pays.

[Traduction]

    Permettez-moi d'être bien clair: le Canada a un certain nombre d'obligations en vertu de traités avec d'autres nations. En effet, un satellite pourrait passer au-dessus d'un autre État et prendre des photos par inadvertance. Nous en ferons part à ces autres nations, bien entendu.
    La députée aura des questions pertinentes à poser au comité au sujet de la prise de photos éventuelles de quelque chose qui relève des compétences provinciales, ou même des compétences municipales, selon le cas.
    Je crois que cela a déjà été fait avec RADARSAT-1. On l'utilise déjà. Les habitudes et les conventions sont en place. Ce projet de loi porte sur les macroéléments, les questions internationales et de défense, surtout étant donné la privatisation du secteur. Je prends en note les questions importantes soulevées par la députée et nous en discuterons et nous travaillerons ensemble en comité.

[Français]

    J'attends évidemment la réponse ce qui me permettra de la donner à la députée du Bloc québécois. Il y a aussi la question de la vie privée. Il est entendu que ceci ne touche pas à la question de la vie privée des personnes au Canada.
    Madame la Présidente, je voudrais dire au secrétaire parlementaire que, bien sûr, le Canada a des ententes avec d'autres États, des ententes dont découlent des obligations. Toutefois, il me semble que les provinces, qui sont des parties de ce pays, peuvent s'attendre à ce que le Canada reconnaisse qu'il a également des obligations à l'endroit de l'administration des provinces.
    Je ne suis pas satisfaite d'entendre qu'avec RADARSAT-1, il y avait eu des conventions et des habitudes. Désormais, ce ne sera pas le gouvernement qui va l'administrer, l'exploiter et il faut que ces questions-là soient clarifiées selon l'intérêt des provinces. Il ne faut pas oublier que ce RADARSAT-2, d'après mon entendement, jouit d'une capacité technologique plus grande que RADARSAT-1.
    Cela fait que ces informations peuvent être encore davantage stratégiques pour les provinces puisque là nous sommes rendus dans l'aspect commercial.

  (1240)  

    Madame la Présidente, nous aurons certainement l'occasion de discuter de ce sujet de la commercialisation.

[Traduction]

    La commercialisation de ce produit nous donnera l'occasion de collaborer avec les provinces.
    Les satellites, nous le savons, fonctionnent au-dessus de la Terre. Leur nature même exige qu'ils puissent passer d'un territoire de compétence à l'autre. Ce serait ultra vires, c'est le moins que l'on puisse dire, de ne pas reconnaître le caractère profond, distinct, fédéral, national de cette technologie, mais cela ne signifie pas que nous ne collaborerons pas avec les provinces.
    J'aimerais souligner autre chose en regard des préoccupations exprimées par la députée au sujet de l'utilisation privée des données produites. Elle l'a mentionné plus tôt. Je veux qu'elle sache que le projet de loi ne réglementera pas vraiment l'utilisation privée des données. Il habilite l'opérateur du satellite de télédétection à protéger la sécurité et, bien sûr, notre politique étrangère et les questions de défense que j'ai abordées plus tôt. Il ne régit cependant pas l'utilisation que les utilisateurs finaux font des données et des images produites par les satellites pour créer des produits à valeur ajoutée.
    Je ne crois donc pas qu'il s'agisse vraiment d'une question de protection de la vie privée ni, dans une large mesure, de ce qui inquiète la députée, c'est-à-dire les champs de compétence provinciaux. Les travaux du comité nous éclaireront probablement. J'ai bien hâte.

[Français]

    Madame la Présidente, rien dans le projet de loi ne reflète ce que vient de dire le secrétaire parlementaire. Alors, il est certain que nous aurons un travail très important à faire au comité pour indiquer cela.
    En fait, c'est la première fois qu'on a à vivre avec un appareil qui a des capacités « militaires » et des capacités d'interventions internationales. Il va être géré par un propriétaire privé, alors que le gouvernement veut le réglementer pour qu'il ne contrevienne pas à ses engagements internationaux, mais aussi pour qu'il ne contrevienne pas à ce qui serait bon pour la sécurité et la défense nationale.
    Cependant, n'oublions pas que nous l'avons beaucoup vanté comme étant un instrument commercial. Alors, il faudra voir comment les provinces vont pouvoir tirer leur épingle du jeu dans de telles circonstances.

[Traduction]

    Madame la Présidente, en abordant la mesure, nous pouvons considérer avec fascination quel niveau de technologie et de connaissance elle implique. Il n'y a pas si longtemps, on n'aurait même pas imaginé une mesure législative concernant la gouverne de satellites photographiant nos mouvements depuis l'espace. Mais voilà que les progrès technologiques se déploient devant nos yeux.
    Les propriétaires de systèmes satellitaires ne sont pas les premiers à avoir considéré que l'altitude fournirait un avantageux point d'observation du territoire. Ce n'est pas sans raison que l'homme préhistorique gravissait une colline ou grimpait à un arbre. Il voulait connaître la topographie, scruter l'horizon pour détecter les mouvements de troupeaux à chasser. Il se peut même qu'il cherchait des points d'eau. D'une hauteur, il pouvait peut-être même mieux voir venir ses ennemis.
    C'est donc une idée aussi vieille que l'humanité, mais on y combine une technologie très avancée. Certains systèmes satellitaires cartographient la surface terrestre ou le territoire canadien dans les moindres détails. Certains d'entre eux servent à des études hydrologiques qui permettent de déterminer très correctement la présence de masses d'eau en surface ou en sous-sol. Certains types de satellites peuvent déterminer le type de rouille ou de flétrissure qui attaque une culture de blé. Il est étonnant que cela puisse se faire depuis l'espace. Et tout aussi étonnant que nous puissions suivre les mouvements de personnes, de machines ou d'autres objets pouvant constituer une menace ou un avantage. Pourtant, certaines mesures de précaution s'imposent, et à juste titre.
    Selon ce que nous savons, le Canada et les États-Unis ont conclu en juin 2000 une entente concernant l'exploitation de systèmes satellitaires éloignés. Cette entente était annonciatrice de la mesure législative que nous considérons aujourd'hui. Les gouvernements, a titre de représentants des citoyens, ont raison de s'interroger sur certains aspects de l'exploitation des satellites et des systèmes de télédétection.
    Tout d'abord, l'opposition officielle a toujours dit et maintenu que le rôle premier du gouvernement est d'assurer la sécurité des citoyens. Il est question de défense et de sécurité, éléments qui devraient être considérés comme de la première importance dans le cadre du projet de loi. Nous avons souvent fait valoir que le gouvernement n'a pas réussi à garantir aux citoyens le niveau de sécurité nécessaire, en particulier ces dernières années dans le contexte du terrorisme international.
    Nous nous réjouissons que le gouvernement ait déclaré la sécurité un des objectifs principaux du projet de loi. Je ne remettrai pas en question sa sincérité. Nous reconnaissons qu'il s'agit d'un objectif légitime. Il existe aussi des préoccupations légitimes relativement à la sécurité et à la défense nationale: le gouvernement doit savoir qui scrute la population, qui surveille le pays, quels renseignements sont recueillis et quel genre de capacités sont en place là-haut. De ce point de vue, nous appuyons, en général, l'orientation du projet de loi.
    Il ne fait aucun doute que le Canada est un chef de file mondial de la création de systèmes de télédétection par satellite. Nous devrions être très fiers de la technologie que nous avons commercialisée. Nous sommes à l'avant-garde. Cela implique non seulement des progrès scientifiques relatifs aux enjeux touchant le Canada, mais des possibilités d'emplois de haute technologie à long terme pour nos citoyens. Il apparaît donc nécessaire d'avoir des systèmes d'éducation appropriés, en particulier aux niveaux postsecondaire et postuniversitaire , où ce type de connaissances est enseigné et étudié afin qu'on continue de développer la technologie.
    Nous ne voulons pas que le projet de loi nuise, de quelque manière que ce soit, au rôle principal du Canada sur le plan international, qui consiste à exploiter l'aspect commercial de ce secteur. Je pense en particulier au CRTC, un organisme qui, selon nombre de Canadiens, est allé bien au-delà des limites de son mandat, aussi légitime soit-il. D'aucuns ont fait valoir, de temps à autre, que cela a eu un effet néfaste sur l'exploitation commerciale du domaine de radiodiffusion au Canada. Nous ne voulons pas que le gouvernement élargisse son mandat légitime lié à la sûreté et à la sécurité de la défense nationale, compte tenu particulièrement de son insatiable soif de contrôle de tous les aspects de la vie des Canadiens. Nous ne voulons pas que le gouvernement aille au-delà de son légitime mandat en matière de défense nationale. Nous le surveillerons de près. Oui, le gouvernement a un rôle légitime à jouer, mais nous ne voulons pas que soit créé en vertu du projet de loi un organisme de surveillance de l'espace semblable au CRTC, qui aura pour effet de nuire à certaines des grandes réalisations commerciales du secteur privé. C'est une mise en garde.

  (1245)  

    Il n'est pas dit clairement non plus dans le projet de loi si la loi sera rétroactive ou si elle s'appliquera aux systèmes déjà déployés dans l'espace. Toute infrastructure ou tout système établi en vertu d'un régime réglementaire entraîne des coûts à un moment donné. Quand un régime réglementaire plus avancé et peut-être plus envahissant est imposé à ces systèmes, il y a un principe bien connu en droit qui s'applique généralement. Si un immeuble est construit en vertu de certaines normes de construction, il n'est pas complètement assujetti aux nouvelles normes en cas de nouvelle construction. Nous espérons que le principe général de la rétroactivité s'appliquera aux systèmes déjà en place. Le projet de loi ne semble pas traiter de cette question-là, et nous veillerons à ce qu'il le prévoie.
    Un sujet qui retient l'attention des Canadiens, et dont l'on débat longuement dans cette assemblée, est toute la question de la défense antimissile. Assistons-nous à une démarche furtive visant à occulter un programme que le gouvernement poursuit en matière de défense antimissile? Il y a quelques mois à peine, les ministres du gouvernement se prononçaient catégoriquement en faveur d'un bouclier antimissile continental. L'actuel ministre de la Défense nationale, qui était à l'époque ministre des Affaires étrangères, a déclaré hardiment il y a quelques mois que le gouvernement allait de l'avant dans le dossier de la défense antimissile. Il a parlé non seulement d'aller de l'avant, mais aussi de l'absence d'un débat au Parlement sur ce sujet. Cette reconnaissance de son propre déficit démocratique a stupéfait beaucoup d'entre nous. Nous les députés de l'opposition officielle, nous avons réagi à cette situation et exigé que le gouvernement tienne à la Chambre un débat complet sur le bouclier antimissile continental afin que tous soient au courant des faits.
    Nous tenons à ce que les députés ministériels et surtout le ministre nous fassent part de leurs idées sur le projet de loi. Ce texte a-t-il des répercussions quelconques sur la défense antimissile? Y verra-t-on un levier législatif proactif? Y verra-t-on un facteur de contrainte? Nous voulons que le gouvernement dise la vérité à propos de ce qui semble être ses intentions cachées dans ce dossier.
    Il y a toute la question de la protection de la vie privée des citoyens. J'ai des réserves à l'égard de la réponse du secrétaire parlementaire à une très bonne question que lui a adressée mon collègue. D'après ce qu'a dit le secrétaire, il y aura une attitude de non-intervention dans la communication de renseignements sur les particuliers. Nous tenons à avoir des protections plus concrètes. Lorsque nous en serons à l'étape du comité, nous voulons que la communication des renseignements soit un sujet qui non seulement sera abordé dans le projet de loi mais aussi sera traité dans le contexte des droits des citoyens.
    J'ai eu un entretien dernièrement avec un représentant d'une source alliée à propos des services de renseignement. Cette personne m'a parlé de la capacité incroyable de ces satellites. Je ne parle pas de l'activité de télédétection sub-stratosphérique; je parle de la télédétection spatiale. Il est possible de lire le numéro d'immatriculation d'un véhicule. Si c'est le cas, ces satellites peuvent sans doute lire également la manchette d'un journal. Qui sait quelles autres prouesses sont à leur portée? Il faut qu'il y ait des précautions dans le projet de loi concernant la communication de renseignements sur les particuliers. Nous comptons sur la poursuite du débat là-dessus et, nous l'espérons, sur une certaine orientation et des balises de la part du gouvernement.
    Il y a ensuite la question du coût. Les recherches que j'ai réalisées jusqu'à présent indiquent qu'il faudra débourser 1,3 million de dollars. De huit à neuf employés de divers ministères seront chargés de surveiller l'application de la loi. Je suis sûr que d'autres systèmes seront mis en place pour veiller à l'application plus poussée de la loi. La raison pour laquelle je ne suis pas entièrement à l'aise avec tout ça est que, en 2001, le ministre de la Justice de l'époque nous avait dit qu'un autre type de registre, le registre des armes à feu, allait être neutre du point de vue financier et que les frais d'enregistrement couvriraient le coût total du programme. Le gouvernement fédéral lui-même admet que le coût du programme a dépassé le milliard de dollars. Je pense que nous en sommes à 1 000 055 000 $. La vérificatrice générale a laissé entendre que la somme est encore plus élevée puisque les coûts d'observation de ce programme s'élèvent à des centaines de millions. Nous sommes donc plus près de 2 milliards de dollars, et ce n'est pas fini.

  (1250)  

    Voilà pourquoi je ne me réjouis pas d'entendre dire que les coûts liés à la réglementation sont estimés à 1,3 million de dollars. Ça me paraît assez bas. Je serais ravi si c'était effectivement le cas, mais je demanderai au gouvernement d'être limpide à ce sujet et de préciser quels autres coûts pourraient venir s'ajouter à ce total. Il me semble que c'est une somme très modeste étant donné qu'il s'agit de réglementer un domaine aussi complexe que celui des satellites spatiaux.
    Ce sont là nos observations. Nous appuyons le principe du projet de loi. J'espère que nous pourrons continuer de l'appuyer, mais tout dépendra de la manière dont on répondra à nos questions.

  (1255)  

    Madame la Présidente, je remercie le porte-parole du Parti conservateur de ses observations à l'occasion de la deuxième lecture de ce projet de loi. Il a soulevé un certain nombre de questions importantes, dont nous aurons sans doute l'occasion de débattre en comité et au sujet desquelles nous pourrons obtenir les assurances nécessaires à l'intention de tous les parlementaires.
    La première question dont il a parlé est celle de la défense antimissile balistique. Je sais qu'il y a des gens qui ont assimilé ces systèmes à des systèmes de défense antimissile balistique. Or, il s'agit d'un satellite de télédétection, et non d'un satellite servant à détecter les trajectoires d'objets volants pour déterminer s'il s'agit de missiles se déplaçant dans une direction ou une autre. Je voudrais dissiper la croyance qui a pénétré d'une manière ou d'une autre dans l'esprit de certaines personnes et qui n'est, en fait, qu'un mythe. La Chambre peut avoir l'assurance que ce satellite n'a rien à voir avec cette autre question.
    Mais comme le député, j'ai bon espoir qu'un débat sain pourra avoir lieu également au sujet des systèmes de défense antimissile balistique. Je lui offre de prendre part à une réunion d'information à ce sujet, comme je l'ai offert à son représentant au sein du comité. Le Parti conservateur n'a pas encore accepté cette offre. Nous aimerions certainement avoir l'occasion de discuter de cette question plus en profondeur.
    En ce qui concerne le respect de la vie privée, il n'est pas en jeu. Le projet de loi oblige les titulaires de licence à exercer le contrôle nécessaire. Le député a probablement parlé de cette question plus fréquemment que tout autre député de la Chambre des communes. En ce qui a trait au terrorisme, nous ne voulons pas que des clients utilisent l'information à des fins hostiles, de mauvais goût, douteuses ou malfaisantes. Je pense que le député sera d'accord avec cela. La vie privée des Canadiens sera respectée, mais nous devons pouvoir faire un minimum de vérifications quant aux motifs d'utilisation de l'information, lorsqu'elle est obtenue par des moyens commerciaux.
    Enfin, à propos des coûts, le député peut être certain que nous allons les faire connaître. Nous voulons tous nous assurer qu'ils sont conformes aux modalités auxquelles le secteur privé s'attend, tout en protégeant l'intérêt public.
    Je sais qu'il n'y a pas vraiment de question à cet égard, mais le député aura peut-être ainsi encore l'occasion de formuler les commentaires qu'il jugera utiles sur d'autres aspects du projet de loi, pour faciliter son adoption.
    Madame la Présidente, j'apprécie la réponse sensée du député. J'ai d'abord une observation à faire, puis une question à poser.
    Nous avons profité des séances d'information organisées avec les employés des ministères concernés. Ils ont très bien su nous fournir les renseignements que nous demandions. Je voulais clarifier cela. Le député a aussi offert des séances d'information officielles, et nous lui en sommes très reconnaissants. Il semble que le gouvernement agisse sans détour dans ce dossier.
    Le député a-t-il entendu parler d'un éventuel partage des données provenant de ces systèmes avec nos partenaires du NORAD? Il est question, en l'occurrence, de la couverture éventuelle de tout le continent. Le député a-t-il eu vent de discussions qui auraient des répercussions ou des applications avantageuses eu égard à nos responsabilités dans le cadre du NORAD?

[Français]

    Madame la Présidente, je voudrais demander au député quelle est son impression concernant les mécanismes de sanctions qu'on retrouve aux articles 23 à 45. Ces mécanismes de sanctions semblent assez généreux puisque les peines ne sont pas très sévères. Par exemple, les amendes maximales sont de 250 000 $, alors que l'emprisonnement maximum est de 18 mois.
    De plus, on prévoit, dans ces articles, une défense de diligence raisonnable, ce qui permet d'éviter un certain nombre d'infractions. Donc, c'est une approche qui est davantage, en termes de sanction, basée sur les avertissements plutôt qu'une pénalisation.
    En fait, à l'heure actuelle, les compagnies privées et le gouvernement sont des partenaires très proches. Étant donné que le gouvernement est à peu près le principal client de ces compagnies privées, est-ce qu'il n'y aurait pas un danger au plan de la protection à la fois des renseignements personnels et de l'ensemble du projet de loi?

  (1300)  

    Madame la Présidente, effectivement, il s'agit d'une question très importante. Malheureusement, je ne possède pas toutes les réponses aux questions et j'ai moi-même beaucoup de questions à poser au gouvernement.
    Il serait important à l'avenir que nous travaillions ensemble avec les autres députés pour analyser nos questions, afin de déterminer si nous partageons certains points de vue, à titre de représentants de nos commettants. Il y aurait lieu de réfléchir concernant une telle présentation.
    À ce stade-ci du débat, je préfère déterminer la position du gouvernement afin que nous puissions ensuite en discuter en cette Chambre. Il serait important que nous comprenions le but de ce projet de loi. Ensuite, nous pourrions discuter des bonnes questions qui viennent tout juste d'être soulevées à cet égard.

[Traduction]

    Madame la Présidente, je peux dire au député d'Okanagan—Coquihalla qu'il n'y a pas de relations officielles entre, d'une part, RADARSAT-1 et RADARSAT-2 et, d'autre part, le NORAD qui, lui, s'occupe essentiellement des questions de défense aérienne, de missiles aériens, etc., et dont j'ai parlé dans mes premières observations sur la défense antimissiles balistiques.
    Il pourrait toutefois y avoir des liens avec l'OTAN, et il y en a eu dans le passé, cet organisme et ses autres pays membres étant à la fois nos partenaires pour notre défense commune et aussi nos clients car notre satellite est parfois utilisé pour des projets de l'OTAN. Je voulais simplement donner au député l'assurance que ces systèmes ne sont pas destinés au NORAD, mais que, le cas échéant, ce serait plutôt à l'OTAN.
    Madame la Présidente, je suis heureuse de pouvoir participer cet après-midi au débat de deuxième lecture sur le projet de loi C-25, Loi régissant l’exploitation des systèmes de télédétectionspatiale. Le titre abrégé, lui aussi assez lourd, est Loi sur les systèmes de télédétectionspatiale.
    Les points de vue peuvent varier, dans les divers partis représentés à la Chambre, sur ce dont il s'agit en fait ici, sur ce qu'on peut attendre de bon et de moins bon du projet de loi, mais tous les députés s'entendent probablement pour dire qu'il s'agit d'une technologie étonnante. Il est sans doute logique de le reconnaître et de légiférer.
    Je ne suis pas la seule à la Chambre qui puisse le dire, mais je suis assez âgée pour m'apercevoir que, si quelqu'un avait essayé de parler de cette technologie, même pendant mes années d'université, je n'aurais pas eu la moindre idée de ce dont il parlait. On n'aurait tout simplement pas pu concevoir ni imaginer que puissent exister des satellites comme ceux qui sillonnent aujourd'hui l'espace. Il y a quelque chose d'un peu redoutable et qui donne à réfléchir dans la responsabilité qui échoit à 308 députés d'étudier une loi régissant l’exploitation des systèmes de télédétectionspatiale. Permettez-moi de lire le résumé du projet de loi:
[...] afin que leur exploitation ne porte pas atteinte à la sécurité nationale, à la défense du Canada, à la sécurité des Forces canadiennes et à la conduite des relations internationales du Canada, et ne soit pas incompatible avec les obligations internationales du Canada.
    Il s'agit d'une responsabilité qui donne à réfléchir.
    Je tiens à dire dès le départ que mes collègues du Nouveau Parti démocratique voteront en faveur du renvoi du projet de loi au comité. Nous avons néanmoins l'intention d'éplucher tous les détails du texte, de faire appel aux meilleurs experts, de recueillir le plus de réactions possibles des Canadiens et de veiller à ce que nous comprenions pleinement de quelle façon au juste le projet de loi pourra être et sera utilisé pour servir des objectifs qui, a priori, sont très louables.
    Si je crois que tous les députés doivent prendre cette responsabilité très au sérieux, c'est que, entre autres raisons, nous avons vu depuis quelques années, des choses absolument terrifiantes, proposées au nom de la « sécurité », dans lesquelles des lois du gouvernement nous ont engagés pour la plus grande honte de notre pays et au détriment de ce que quiconque peut considérer comme la sécurité, dans le vrai sens du terme.
    Je ne sais pas exactement qui a dit qu'il faut se rappeler qu'une nation qui cherche sa sécurité en faisant fi des droits de l'homme n'obtiendra rien du tout, mais je crois que ces propos expriment haut et fort les appréhensions, préoccupations et craintes qu'ont, à juste titre, de nombreux Canadiens à l'heure actuelle.
    Au cours des dernières années, au nom de la sécurité, nous avons vu les gouvernements faire la sourde oreille à la mise en garde prophétique de Barbara Lee, députée afro-américaine au Congrès des États-Unis. Au lendemain de la tragédie du 11 septembre, lorsque le président américain a divisé le monde entre nous et eux en disant «Vous êtes soit avec George Bush, soit avec Oussama ben Laden», comme s'il était impossible de faire d'autres choix; le monde est alors immédiatement devenu moins sûr et hautement polarisé. En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, Barbara Lee a conseillé d'éviter de devenir soi-même le mal tant déploré. Nous devons tous prendre ce conseil très au sérieux et l'appliquer à chaque jour et à chaque instant.
    Cela dit, comme je suis optimiste et que je prends toujours mes responsabilités au sérieux, j'estime qu'il faut veiller à ce que les mesures législatives soient des outils positifs en matière de politique publique et non des mesures draconiennes, voire malencontreusement vulnérables, entre autres à l'exploitation, à l'abus et à la distorsion. J'estime qu'au point de départ, il est essentiel de comprendre, non seulement la légitimité d'un projet de loi, mais sa raison d'être. Parfois, nous avons le sentiment que l'objet que vise un projet de loi particulier n'est pas légitime et nous songeons même à le rejeter avant qu'il se rende jusqu'à l'étape de la deuxième lecture.

  (1305)  

    Ce projet de loi est une source de fierté et il ne faut pas oublier que le Canada est un chef de file mondial en matière de télédétection par satellite. Nous ne présentons pas de projets de loi uniquement dans le but d'assurer le statut de leader mondial du Canada, même si cela pourrait bien en être la conséquence. Cette technologie pourrait apporter de nombreuses ouvertures et de nouveaux défis pour le Canada en général et pour les chercheurs en particulier, en vue de réaliser les objectifs pacifistes et positifs sur lesquels cette technologie est axée.
    Par contre, nous devons également être conscients que de telles mesures législatives pourraient prendre une autre direction, notamment à cause de leur imprécision. De nombreux Canadiens, y compris les députés néo-démocrates, sont très préoccupés par l'éventualité que ce texte devienne un paravent ou une couverture pour des activités bien différentes de son objectif premier.
    Je ne crois certainement pas qu'un député qui voterait en faveur de ce projet de loi pourrait avoir de telles intentions. Nous voterons en faveur de son renvoi en comité, mais, à cause de ce qui pourrait se produire avec les plans du gouvernement dans un dossier parallèle, il se pourrait que la question du bouclier antimissile s'insinue dans le but déclaré du projet de loi.
    Permettez-moi de revenir sur ce but déclaré, c'est-à-dire l'établissement d'un régime d'autorisation des systèmes de télédétection spatiale et la mise en oeuvre de restrictions sur la diffusion des données générées par ces systèmes. J'aimerais ajouter ma voix à celles des députés qui ont fait part de leurs préoccupations au sujet de la protection de la vie privée des Canadiens et de l'utilisation éventuelle des données les concernant. Le projet de loi stipule que des restrictions adéquates seront appliquées. Je crois que nous devrions en savoir plus à ce sujet.
    J'ai écouté la réponse du secrétaire parlementaire à la question que nous avions posée concernant l'application de la Loi sur la protection des renseignements personnels, mais je suis toujours inquiète. J'espère que nous étudierons cette question en profondeur. Il me semble que nous devrons travailler très fort afin de boucher les trous les plus béants et veiller à ce que ce projet de loi n'entraîne pas une invasion incontrôlée de la vie privée.
    Je crois avoir entendu le secrétaire parlementaire dire, du moins en substance, mais je retirerai volontiers ce que je dis si je me suis trompée, que le gouvernement est sensible aux questions touchant la protection de la vie privée mais qu'il faut se rappeler qu'il s'agit maintenant d'une activité privée, qui relève du domaine commercial et que les possibilités d'intervention de l'État sont par conséquent limitées.
    La première réponse, qui va de soi, est que, si nous ne pouvons pas garantir la protection absolue et inconditionnelle de la vie privée des Canadiens, nous ne pouvons pas nous permettre d'accepter que RADARSAT soit exploité à des fins commerciales par des intérêts privés. Le secrétaire parlementaire pourrait peut-être nous le confirmer.
    Le sommaire du projet de loi précise ce qui suit:
...il accorde au gouvernement du Canada des pouvoirs spéciaux en matière d'accès prioritaire aux services de télédétection spatiale et d'interruption de ceux-ci.

  (1310)  

    Ce sont les détails qui font problème.
    La pertinence des pouvoirs que le projet de loi confère au gouvernement et des responsabilités de ce dernier relativement à l'utilisation de RADARSAT-2 nous donnera l'assurance que la loi sera utilisée à bon escient. Nous ne voulons pas que la loi fasse l'objet d'une utilisation indue, et constater que cette utilisation nous amène, de façon détournée, à participer au système de défense antimissiles balistiques.
    Un nombre grandissant de Canadiens nous disent clairement qu'ils ne veulent aucune participation de notre pays au projet de défense antimissiles de M. Bush. Il est de plus en plus évident que les Canadiens s'opposent à notre participation à ce projet mais veulent que le gouvernement et le Parlement fédéral fassent preuve de leadership. Les Canadiens veulent que nous persuadions M. Bush de renoncer à la militarisation de l'espace, à l'arsenalisation de l'espace qu'entraînerait la mise en place de son système de défense antimissiles.
    Je rappelle à ceux qui en douteraient que les principaux porte-parole de la politique du gouvernement Bush sont le Heritage Foundation et le American Enterprise Institute. Ces organismes ont oeuvré en première ligne en faveur de ce projet, tout comme le Fraser Institute et l'Institut C.D. Howe ont délibérément façonné l'évolution des réformistes-alliancistes, qui forment aujourd'hui ce Parti conservateur qui n'est plus guère progressiste. Le Heritage Foundation et l'American Enterprise Institute ont exercé une influence considérable sur les choix de politique étrangère, en général, et de priorités militaires, en particulier, du gouvernement Bush. Ce sont les hérauts du projet de défense antimissiles.
    Hier, un porte-parole de la Heritage Foundation a témoigné devant le comité des affaires étrangères. Son témoignage se trouvera dans le hansard du comité et il est important qu'on en prenne connaissance. Il a affirmé que du point de vue de son organisme, l'arsenalisation de l'espace et la militarisation possible de l'espace sont des préoccupations mal fondées, parce que, selon lui, les deux se produisent déjà. La militarisation de l'espace est déjà en cours. En ce moment même, l'arsenalisation de l'espace commence. Ce ne sont pas des préoccupations pour un avenir éloigné.
    L'ancien ministre libéral qui a été défait, David Pratt, avait l'habitude de dire « Je ne sais pas pourquoi le NPD, pourquoi les progressistes dans ce pays, pourquoi les gens qui veulent que nous investissions dans la paix et non dans une escalade conduisant à la guerre, soulèvent sans cesse la question de la militarisation de l'espace comme si c'était un vrai problème ». On a déjà dépensé 200 milliards de dollars dans la défense antimissile. Chaque année, nous pouvons regarder les budgets américains pour voir l'affectation des ressources; seulement cette année, 10 milliards ont été affectés à l'arsenalisation de l'espace.
    David Pratt nous dirait que rien ne se produira avant 2010 au plus tôt. Qu'est-ce que ce calendrier? Quelle genre de vision est-ce? Quel genre d'horizon de planification est-ce pour la protection de la race humaine dans le futur?
    Je ne veux pas trop m'éloigner du sujet, mais nous devons faire face à la réalité. Où bien le gouvernement ne sait pas où il se dirige dans ce dossier, auquel cas il est grand temps qu'il le sache, ou bien il sait exactement où il veut en venir et se trouve sur la corde raide plus en raison de motifs électoraux que de soucis quant au leadership que le Canada fournira au monde pour faire en sorte que nous ne nous engagions pas sur la voie de l'arsenalisation de l'espace.

  (1315)  

    Le Comité des affaires étrangères a vu défiler témoin après témoin. J'espère que certains députés libéraux ont lu les comptes rendus du comité, parce que presque aucun d'entre eux ne vient aux réunions pour entendre ce qui se dit sur ces questions. Je trouve cette situation extrêmement troublante, car je sais que beaucoup de libéraux sont très inquiets à l'idée qu'ils pourraient être associés à un gouvernement qui nous plongera dans le projet de bouclier antimissile de Bush. Toutefois, ils ne viennent pas aux réunions du comité pour exprimer leurs préoccupations ou pour obtenir de l'information.
    J'aimerais dire une chose avant d'aborder certaines préoccupations par rapport au projet de loi. Ceux qui pensent que c'est faire preuve de paranoïa que de craindre que le projet de loi se transforme en quelque chose de tout à fait imprévu devraient réfléchir aux mesures antiterroristes proposées par le projet de loi C-36. Ils devraient réfléchir aux certificats de sécurité qui sont délivrés aujourd'hui, au nom de la sécurité, et qui sapent les droits humains, bafouent les droits civils, et portent atteinte à la primauté du droit, à la présomption d'innocence et à tout processus juridique important. On détruit la vie des gens ou on la met en suspens; or, ces gens ne sont accusés de rien et ils n'ont aucun moyen de se sortir de ce cauchemar juridique. Faisons attention de ne pas adopter de loi qui donne des pouvoirs que nous ne pouvons pas gérer par règlement.
    Revenant à la question de la propriété et de l'utilisation, qu'il soit clair que ce satellite appartenant à des intérêts privés, RADARSAT-2, intègre, selon son fabricant, MacDonald, Dettwiler and Associates, une technologie à la fine pointe comprenant l'imagerie radar commerciale la plus avancée dans le monde. Nous devons applaudir à cela.
    Nous devons nous assurer que cette merveilleuse technologie servira à des fins pacifiques et constructives. Il s'ensuit que nous devons relever le défi qui consiste à devenir d'autant plus des chefs de file mondiaux dans le domaine de la vérification du développement d'armes. Assurons-nous que cette technologie ne serve pas à des fins qui iront à l'encontre des valeurs canadiennes et des promesses faites.
    Je tiens également à ce qu'il soit clair que les contribuables canadiens ont contribué à hauteur de quelque 75 p. 100 au développement de ce satellite. Raison de plus pour que nous ayons voix au chapitre quant aux assurances données relativement à son utilisation et à l'application rigoureuse de son mécanisme réglementaire.
    Il importe de préciser que RADARSAT International a vendu dans le passé le système d'imagerie de RADARSAT-1 à l'armée américaine. Les États-Unis ont peut-être utilisé ce système dans leur guerre en Irak, une guerre à laquelle le Canada n'a pas voulu participer et à laquelle nous avons peut-être participé de façon détournée par la vente d'information aux États-Unis.
    Nous avons besoin de solides assurances au sujet de l'utilisation possible de cette loi dans l'avenir. Il est très inquiétant que le gouvernement ait vu le lien évident que l'on peut faire avec l'utilisation de RADARSAT-2 dans le système de défense antimissile balistique. Les porte-parole ministériels ont commencé par nous rassurer en disant qu'il n'y avait aucun lien RADARSAT-2 et la défense antimissile.

  (1320)  

    Nous devons veiller à ce que cela ne soit pas de vaines assurances. Nous devons veiller à ce que le projet de loi dont nous sommes saisis stipule clairement que RADARSAT-2 ne servira pas à la défense antimissile, ni directement ni indirectement.
    Madame la Présidente, je remercie la députée de Halifax de ne pas s'être écartée du sujet et d'avoir parlé avec tant d'éloquence du projet de loi dont nous sommes saisis.
    En ce qui concerne la protection des renseignements personnels, je partage ses inquiétudes. Je veux m'assurer que l'on comprend bien que les satellites de télédétection dont les licences seront délivrées en vertu du projet de loi sont peu susceptibles d'être assez performants pour susciter des inquiétudes quant à la protection des renseignements personnels.
    Si, dans l'avenir, une nouvelle technologie mettait à la disposition d'organismes chargés de l'application de la loi des données personnelles que l'on pourrait raisonnablement vouloir protéger, il faudrait obtenir au préalable une autorisation judiciaire pour utiliser cette technologie.
    Je tiens également à assurer la députée que notre gouvernement est fermement déterminé à protéger le droit d'échapper à toute fouille abusive garanti par la Charte des droits et libertés. Il est important que la députée comprenne que, du point de vue de la protection des renseignements personnels, nous aussi ferons preuve de vigilance. Toutefois, les systèmes dont il est question ici ne sont pas dotés de la technologie requise pour faire ce qui est perçu comme étant une atteinte à la vie privée.
    Je tiens à assurer à la députée que je connais la différence, compte tenu de ma participation à la décision sur la détection thermique par balayage frontal, FLIR, qui était d'agir de concert avec la Cour suprême du Canada pour invalider la position sur la caméra à infrarouge à balayage frontal. Je connais et je comprends la différence avec ce qui a été dit à la Cour supérieure de l'Ontario, qui était erroné et qui a fini par être annulé par la Cour suprême du Canada à l'unanimité. Je vais prendre cette affirmation comme un compliment pour mes efforts, n'importe quand.
    Je ferai remarquer à la députée, comme je l'ai dit à d'autres collègues antérieurement, que les satellites faisant partie du système de défense antimissile observent les missiles en vol ou pendant leur trajectoire au-dessus de la Terre, ce que ne font pas les satellites de télédétection.
    Nous pouvons discuter du système de défense antimissile n'importe quand. La députée doit être au courant du débat vigoureux que j'ai eu avec son chef dimanche. Une fois qu'ils auront en main les éléments factuels, les Canadiens conclueront à la nécessité d'établir un équilibre entre nos besoins en matière de souveraineté et les questions de sécurité dans le cadre du système de défense antimissile. Ils prendront cette décision par le biais des parlementaires.
    Nous ne nous laisserons pas émouvoir par ceux qui croient qu'il s'agit d'une sorte d'escalade de la course aux armements. Le Canada croit fermement à la notion de prévention et de protection. Si des missiles doivent survoler notre territoire, nous voulons savoir ce qui se passe. Nous voulons être assis à la table. Nous voulons faire en sorte que ces missiles ou leurs débris chimiques ou nucléaires ne s'écrasent pas sur les Canadiens.
    Tous les Canadiens savent que la Corée du Nord a déjà fait une telle tentative. La mission a échoué au milieu de l'océan Pacifique. C'est là la dure réalité. Plusieurs pays comme l'Iran ont refusé d'adhérer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Nous avons vu ce qui est arrivé à New York en 2001. Nous savons qu'il en a coûté 10 millions de dollars aux Canadiens pour assurer notre sécurité à la frontière et nous protéger contre ce genre d'attaque.
    Je suis impatient d'entendre les interventions de la députée sur cette question très intéressante au comité. Nous aurons l'occasion, comme maintenant, de traiter de questions touchant la prolifération des armements, ainsi que les traités de limitation et de maîtrise des armements. Le Comité des affaires étrangères examine ces questions. J'espère que les arguments que nous avons avancés sur le respect de la vie privée répondent aux attentes de la députée.

  (1325)  

    Madame la Présidente, je crois qu'il est honnête, dans un débat, qu'on me décoche une flèche sur le fait que je ne me sois pas écartée du sujet dans mon intervention, mais permettez-moi à mon tour d'en lancer une en disant que je ne prends pas très au sérieux les observations du secrétaire parlementaire parce que je crois qu'il sait que ces observations n'ont rien à voir avec le débat que nous tenons sur ce projet de loi et que les possibilités que j'ai soulevées existent bel et bien.
    Il n'est pas nécessaire d'être de nature méfiante ou d'être atteints de paranoïa pour craindre que l'objectif déclaré du projet de loi, cette capacité que nous avons de participer de plus en plus aux opérations par satellites et à ce qui s'ensuivra, soit une possibilité bien réelle. C'est la question à laquelle nous sommes confrontés.
    J'ai entendu ce que le secrétaire parlementaire avait à dire sur le sujet. Maintenant je suis réellement inquiète, car il parle avec trop d'empressement de la façon dont on devrait se préoccuper de ce que la Corée du Nord pourrait faire, et on devrait aussi s'inquiéter grandement de ce que l'Iran fait actuellement.
    Sauf votre respect, il est manifeste que, lorsque des députés évoquent ce genre de choses, beaucoup de gens se préparent à endurer les propos qui suivront, parce que c'est la position de Bush qu'ils entendront dans tous les cas, c'est-à-dire que nous devons participer au bouclier antimissile parce que c'est absolument le seul moyen que nous avons de nous défendre.
    Voici ce que j'ai à dire à propos des événements d'hier après-midi qui ont précédé la réunion du Comité des affaires étrangères. C'est déplorable que certains membres du comité n'aient pas daigné se présenter pour entendre les témoignages, mais je prie les députés de consulter les procès-verbaux du comité. M. Jonathan Dean, ambassadeur à la retraite qui affiche d'excellents états de service militaire et une feuille de route impeccable dans le domaine diplomatique de la non-prolifération des armements nucléaires et des négociations de paix, nous a implorés de faire ce que nous devions faire en tant que Canadiens.
    Il nous a implorés de reconnaître que la Corée du Nord et l'Iran présentent certes de véritables menaces et problèmes, mais aussi que la réaction à éviter, celle qui aurait exactement l'effet contraire de celui recherché, serait d'adhérer au bouclier antimissile, car ce bouclier détourne d'énormes ressources vers l'escalade de l'armement des États-Unis et, en plus, cette défense antimissile détourne du véritable travail qui doit être accompli.
    En vérité, c'était là l'une des choses les plus instructives qui s'est dégagée de son témoignage, car il a fait remarquer qu'il était scandaleux que les gens fassent fi de ce qui doit véritablement être fait pour s'occuper avec efficacité, et en dépensant beaucoup moins, de la situation en Corée du Nord et en Iran. Voilà ce qu'il faut retenir. La nature des problèmes soulevés n'est pas en cause. C'est la solution que l'on préconise qui est inadaptée; cette solution n'est pas la bonne.
    Je répète que, lorsque le comité se penchera sur cette législation, il sera très important que nous examinions chaque mot et son sens et que nous examinions chaque disposition pour s'assurer que l'on y trouve les protections nécessaires contre les abus possibles.
    Je tiens à ajouter que ce genre de débat mène à l'un de deux arguments: « On est pour, il faut être de la partie », ce qui nous engage inéluctablement dans le bouclier antimissile et la militarisation de l'espace, pour répéter ce qu'a dit Lloyd Axworthy, ancien ministre des Affaires étrangères de ce gouvernement libéral, ou prenons au sérieux les autres solutions concrètes et efficaces qu'il faut envisager. Nous devons savoir ce qu'il en est et nous devons pouvoir faire la part des choses.
    Un des éléments très encourageants de la déposition faite devant le Comité des affaires étrangères et aussi, disons-le franchement, des déclarations des témoins qui se sont exprimés au réseau parlementaire contre les armes nucléaires est le fait qu'il y a des mesures pratiques, concrètes, précises que nous devons prendre. Voilà un rappel qui donne à réfléchir.
    Le secrétaire parlementaire a profité de l'occasion pour dire que, puisque ces satellites sont là, nous ne pouvons faire l'autruche et nous devons parler du genre de satellite que nous avons et du genre d'environnement dont il s'agit.
    Deux éléments ont été maintes fois soulevés devant le Comité. Premièrement, il y a déjà un problème de débris là-haut, qui menace les satellites.

  (1330)  

    Deuxièmement, et je terminerai là-dessus, nous nous rendons compte qu'il s'agit d'environ 800 satellites, parmi lesquels il y a RADARSAT-2, et que 100 d'entre eux sont des satellites américains à usage exclusivement militaire; voilà qui doit nous inciter à la réflexion.
     Soyons clairs au sujet de l'environnement dans lequel nous envisageons de promouvoir RADARSAT-2, et faisons en sorte que les mécanismes régulateurs pertinents aillent vraiment dans le sens de la protection non seulement des intérêts canadiens, mais de la population mondiale, car nous sommes tous touchés par ce qui se passe là-haut dans l'espace avec les satellites et toutes les autres choses horribles qui peuvent s'ensuivre.
    Madame la Présidente, c'est avec plaisir que j'interviens dans le débat sur le projet de loi C-25.
    Cependant, il me faut tout d'abord commenter certaines observations tout à fait fallacieuse et erronées de la députée néo-démocrate. Elle a tout à fait tort de laisser entendre au public canadien que le projet de loi C-25 aurait quoi que ce soit à voir avec la défense contre les missiles balistiques, l'arsenalisation de l'espace ou la guerre des étoiles. Ce sont là trois questions et trois situations complètement distinctes, ce qu'elle devrait savoir. Ainsi, la défense antimissile balistique n'est pas la guerre des étoiles et n'est pas non plus l'arsenalisation de l'espace. Et ce projet de loi n'a par ailleurs rien à voir avec l'une ou l'autre de ces réalités.
     Il existe en ce bas monde des menaces ainsi que des hommes qui n'ont pas reçu la bonté en partage. Ceux dont il est question en l'occurence sont des individus capables de lancer des missiles balistiques. Nous aimerions bien que ce ne soit pas le cas mais le monde est ainsi fait, comme l'a souligné le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères. Il est primordial pour nous d'assumer notre responsabilité et notre devoir de protéger la population canadienne. Nous allons être à la hauteur.
    Dans le cas de ce projet de loi, je suis heureux de parler au nom du ministre de la Défense nationale au sujet de l'adoption de ce projet de loi qui porte sur l'exploitation des systèmes de télédétection spatiale au Canada. Je suis persuadé que mes collègues vont reconnaître avec moi que nous avons fort bien réussi à profiter des débouchés dans les technologies spatiales. Étant donné le rôle joué par le Canadarm dans la construction de la station spatiale internationale et la participation de nos astronautes à plusieurs missions de la navette spatiale, notamment, le Canada est largement reconnu en tant que chef de file dans ce domaine.
    Une partie importante de nos activités spatiales consiste, bien entendu, à observer la terre en utilisant des satellites de télédétection spatiale comme RADARSAT-1, que nous avons exploité pendant près d'une décennie, et RADARSAT-2 qui entrera en activité à la fin de 2005 ou 2006.
    Les images satellites servent le Canada de bien des façons. Par exemple, c'est un outil extrêmement utile pour la protection civile et les interventions en cas de catastrophe. Ces satellites servent à faciliter la navigation en toute sécurité dans nos eaux côtières en nous permettant de mesurer de façon précise les glaces de mer et de suivre le déplacement des icebergs.
    Le ministère de la Défense nationale et les Forces canadiennes utilisent ces images satellites pour protéger notre souveraineté et assurer notre sécurité tous les jours.
    Ces satellites vont sans aucun doute jouer un rôle de plus en plus important dans la compréhension de ce qui se produit dans nos régions éloignées et côtières, et ils nous aideront ainsi à garantir notre sécurité et notre souveraineté.
    Ainsi, le ministère de la Défense nationale et les forces armées, en collaboration avec d'autres ministères, participent à l'heure actuelle à une initiative appelée Polar Epsilon. Dans le cadre de cette initiative, le satellite RADARSAT-2 du Canada et d'autres senseurs permettent d'assurer une surveillance en tous temps, jour et nuit, de l'Arctique canadien et de nos littoraux océaniques.
    On mettra l'accent sur la collecte de renseignements dans des régions éloignées où nous n'avons pas vraiment d'autres moyens de surveillance. De plus en plus, les satellites sont un élément essentiel de nos capacités de défense et du fait qu'une surveillance efficace de notre territoire et des accès à ce dernier est primordiale, il est important d'adopter ce projet de loi immédiatement. Je suis certain que les planificateurs de la défense se penchent sur les capacités essentielles, surtout dans le cadre de notre examen de la défense, cette question devant être soumise au comité sous peu. Bien entendu, les possibilités s'accompagnent de responsabilités. Les capacités qui deviennent si utiles pour tant de gens pourraient également menacer notre propre sécurité et nos intérêts en matière de défense.
    Si vous le permettez, je voudrais prendre un instant pour parler de l'importance du projet de loi en ce qui concerne la capacité des Forces canadiennes de répondre de façon efficace à nos besoins en matière de sécurité.
    Le projet de loi donne à l'État les moyens de veiller à ce que les images provenant de nos propres satellites ne puissent pas être utilisées par des personnes susceptibles de nous faire du tort. Je rappelle à ma collègue qu'actuellement, quiconque possède une carte de crédit et une connexion Internet peut acheter des images satellite d'une précision saisissante. Je ne pense pas avoir besoin d'élaborer sur ce qui pourrait se passer si nos adversaires mettaient la main sur des renseignements sensibles, notamment au sujet de nos activités de défense.

  (1335)  

[Français]

    C'est pourquoi, à l'instar du plus sûr de nos alliés, le gouvernement du Canada s'est doté de la responsabilité d'octroyer des licences pour l'exportation des satellites de télédétection et de réguler la distribution des images prises par ces satellites.
    Bien évidemment, le gouvernement n'a aucunement l'intention d'être interventionniste dans l'application de cette responsabilité et ne cherchera pas à limiter les bénéfices commerciaux des satellites.
    

[Traduction]

    Un certain nombre de ministères et d'organismes fédéraux se sont appliqués à faire respecter les droits des Canadiens et à trouver l'équilibre entre les intérêts du Canada, sur le plan de la défense, de la sécurité et des affaires étrangères, et le maintien d'un important secteur de l'industrie au Canada. Permettez-moi de vous donner un exemple concret à cet égard.
    Le ministère de la Défense nationale aiderait le ministère des Affaires étrangères dans l'attribution de licences d'exploitation de satellites de télédétection en lui donnant son avis sur les effets potentiels des images satellite pour notre sécurité. Le ministère de la Défense nationale évaluerait également la menace en présence lorsque le ministère des Affaires étrangères aurait à étudier les accords conclus entre les exploitants de satellites de télédétection et les propriétaires de stations réceptrices au sol souhaitant vendre des images.
    Enfin, dans le cas où il serait évident que des images provenant de nos satellites constituent un danger pour le Canada, les Forces canadiennes ou nos alliés, le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Défense nationale pourraient temporairement empêcher un satellite de capter des images d'une région donnée, au-delà d'une certaine définition. Ce droit de contrôle sur le fonctionnement des satellites pourra être utilisé uniquement dans certaines circonstances, pour empêcher que la communication de certains renseignements ne vienne nous nuire ou qu'elle ne nuise à nos alliés.
    J'insiste sur le fait que seuls les ministres de la Défense nationale et des Affaires étrangères peuvent invoquer cette disposition. Je signale aussi que les États-Unis ont le même genre de disposition législative et ne s'en sont jamais prévalus.
    Un deuxième objectif de notre projet de loi est de garantir au gouvernement l'accès aux images-satellite dans les situations d'urgence. En pareil cas, la loi donnerait aux demandes d'images-satellite du gouvernement la priorité sur d'autres demandes. Par exemple, il peut arriver que les Forces canadiennes aient besoin rapidement d'une évaluation et d'une image. Elles pourraient ainsi obtenir cette information.
    Il est clair que le projet de loi aidera le gouvernement à protéger les intérêts les plus fondamentaux du Canada, y compris sa souveraineté et sa sécurité. Il est évident que le gouvernement a bien fait son travail et a proposé un projet de loi équilibré.
    Je vais terminer en rappelant à mes collègues que le Canada est loin d'être le seul qui cherche à éviter que les satellites ne soient utilisés à mauvais escient. Nos amis américains ont une loi analogue depuis plus de dix ans. En 2000, le Canada et les États-Unis sont convenus qu'ils établiraient tous deux des contrôles sur les satellites de télédétection, facilitant la coopération dans le programme canadien RADARSAT-2. Plusieurs autres pays arrivent aux mêmes conclusions au sujet de la diffusion libre des images-satellite.
    J'espère que le projet de loi sera adopté rapidement à la Chambre et au Parlement. À ceux qui croiraient que ce projet de loi est lié à la défense contre les missiles balistiques, à la guerre des étoiles ou à l'arsenalisation de l'espace, je dirai qu'il y est complètement étranger. Par souci de clarté, j'insiste: la défense contre les missiles balistiques, la guerre des étoiles et l'arsenalisation de l'espace sont une chose tout à fait différente.
    Le gouvernement a dit très clairement qu'il s'oppose fermement à l'arsenalisation de l'espace. Le premier ministre, le ministre de la Défense nationale et le ministre des Affaires étrangères l'ont dit à maintes reprises on ne peut plus nettement. Je tiens à donner aux auditeurs qui suivent le débat l'assurance que nous ne nous écarterons pas de cette position.

  (1340)  

[Français]

    Madame la Présidente, je suis très heureux de la présentation de notre collègue, le secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale. Il nous apporte enfin un angle militaire dans le projet de loi qui est devant nous. Il a fait ressortir des choses assez intéressantes sur lesquelles j'aimerais peut-être qu'il poursuive un peu plus sa réflexion.
    On n'a rien contre le fait que, du côté militaire, on puisse surveiller des endroits qu'on a de la difficulté à surveiller actuellement et de le faire avec des satellites. Par contre, lorsqu'il dit que c'est uniquement le ministre de la Défense nationale ou le ministre des Affaires étrangères qui peut dire où sont les intérêts nationaux du Canada, il commence à y avoir une restriction sur qui décide ce qui est important pour le Canada et ce qui ne l'est pas.
    Je voudrais qu'il fasse un lien aussi avec NORAD. En effet, l'un de leurs arguments pour dire qu'il faut être favorable au bouclier antimissile, c'est de dire qu'ils ont des contacts avec NORAD et qu'ils ne veulent pas les perdre.
     Est-il est en train de nous dire que les renseignements qui sont recueillis par les satellites américains qui sont actuellement à NORAD ne sont pas partagés avec le Canada? Inversement, peut-il nous dire si les données qui vont être recueillies militairement vont être retransmises à nos amis américains?
    Je n'ai pas encore l'entente devant moi mais dans mes notes, on mentionne que le 16 juin 2000, il y a eu une entente avec les États-Unis sur le type de projet de loi qui doit nous être soumis actuellement.
    Qu'il nous explique donc la relation Canada-NORAD-États-Unis et l'importance qu'ont ces satellites pour le projet de loi devant nous aujourd'hui pour retransmettre ces informations? Concernant les préoccupations qu'il a soulevées pour les régions éloignées, est-ce qu'il reçoit des informations de NORAD?

[Traduction]

    Madame la Présidente, permettez-moi de parler de la responsabilité du ministre de la Défense nationale. Le député semblait voir un problème dans le fait que le ministre de la Défense nationale ou le ministre des Affaires étrangères prenne des décisions dans l'intérêt de la sécurité du Canada lorsque des opérations se déroulent à l'étranger. Il a aussi laissé entendre que la divulgation de données de détection susceptibles de révéler l'exécution d'opérations délicates sur le plan de la sécurité devrait être autorisée dans l'ensemble de la population.
    Les deux ministres doivent s'assurer que la sécurité de nos soldats à l'étranger n'est pas compromise. Si ces renseignements étaient divulgués publiquement, nos ennemis pourraient évidemment s'en servir au détriment de nos soldats. Allons-nous compromettre leur sécurité? Absolument pas. Nous ne nous excusons pas d'assurer la sécurité de nos soldats, et c'est là la responsabilité du ministre de la Défense nationale, du ministre des Affaires étrangères et, bien entendu, de notre gouvernement.
    Ces deux ministres, qui ont accès à des renseignements très secrets du fait de leurs fonctions, prendront des décisions à la lumière de ces renseignements. Il ont le devoir et la responsabilité de s'assurer que ces renseignements qui pourraient nuire à nos soldats ne soient pas divulgués publiquement et utilisés contre ces derniers.
    Ils ont la responsabilité, le devoir et, très certainement, le droit de taire ces renseignements si leur divulgation publique peut être préjudiciable à nos soldats et, partant, à nos alliés. Nous ne laisserons pas cela se produire.
    Pour ce qui est du NORAD, nous travaillons depuis très longtemps avec les États-Unis dans le cadre du NORAD. Nos relations à ce chapitre sont excellentes. Cette collaboration est dans notre intérêt mutuel. Je tiens toutefois à signaler au député, et il le sait certainement, que la responsabilité première d'un gouvernement, c'est de protéger ses civils. Toutes ses autres responsabilités viennent derrière celle-là dans l'ordre de préséance.
    Nous participons au NORAD parce que cela fait partie intégrante de notre capacité de protéger nos civils, notre pays et sa population. Nous continuerons d'y prendre part et de travailler avec les États-Unis à la défense de notre continent et des citoyens de nos pays respectifs.

  (1345)  

    Madame la Présidente, je vais essayer de faire abstraction des cris de protestation et des affirmations emphatiques que cela n'a absolument rien à voir avec la défense antimissile. On s'attendait bien à ce genre de propos de la part du député. D'ailleurs, je n'apprécie pas beaucoup qu'on me reproche de trop me plaindre.
    Il faut nous excuser si ces paroles ne nous rassurent pas beaucoup. D'après nous, le projet de loi pourrait être beaucoup plus clair à ce sujet. C'est dans cette optique que nous nous pencherons de très près sur le projet de loi. Les libéraux reviennent tellement souvent sur leurs promesses que si nous les écrivions toutes bout à bout, nous pourrions atteindre le satellite RADARSAT-1 qui est en orbite au-dessus de nos têtes, alors ce n'est pas étonnant que nous ne soyons pas entièrement rassurés.
    Je veux parler en particulier du manque de clarté de la version actuelle du projet de loi C-25. Dans la partie portant sur l'application du projet de loi, le ministre est habilité à modifier l'application de la loi, c'est-à-dire, qu'il pourrait soustraire une personne ou une organisation à l'application de toute disposition de la loi, si:
a) l'exemption ne porte pas atteinte à la sécurité nationale, à la défense du Canada, à la sécurité des forces canadiennes et à la conduite des relations internationales du Canada et n'est pas incompatible avec les obligations internationales du Canada—
    Le secrétaire parlementaire s'est égosillé pour nous assurer que ça n'a rien à voir avec la défense antimissile, et que ça n'aura jamais rien à voir avec la défense antimissile. Cependant, le projet de loi permettrait au ministre de modifier l'application de la loi à sa guise. Que se passerait-il si le ministre de la Défense nationale estimait qu'il était dans l'intérêt du Canada de participer à un système de défense antimissile balistique et que nous apprenions que la loi peut être modifiée en conséquence?
    Le projet de loi a aussi une disposition conférant au ministre un autre pouvoir. Il pourra prendre des mesures pour protéger l’environnement et la santé publique et assurer la sécurité des personnes et des biens. Autrement dit, le ministre a le pouvoir de modifier la loi afin de s'attaquer à ces questions. Où est la définition qui garantirait que ces dispositions sont indiquées? Comment établir que les dispositions sont indiquées? Existe-t-il des règlements clairs permettant de mesurer tout ce que cela veut dire? Est-ce que nos obligations internationales en vertu de l'accord de Kyoto sont visées par les dispositions du projet de loi C-25? Celles-ci prévoient la protection de notre environnement, mais pourraient-elles être modifiées de façon arbitraire si le ministre jugeait qu'il y va de nos intérêts?
    Le secrétaire parlementaire n'est pas sans savoir qu'avec le développement du satellite RADARSAT-2, l'Agence spatiale canadienne a apporté une contribution de près de 100 000 $ au marché de 150 000 $ attribué par l'agence à Lockheed Martin Canada pour le développement d'applications pour RADARSAT-2, le satellite d'observation de la Terre.

  (1350)  

    Le député n'est pas sans savoir que c'est Lockheed Martin Canada qui évaluera les capacités technologiques en matière de détection de cibles et de surveillance de reconnaissance. Je n'ai pas besoin de dire au ministre que Lockheed Martin est associée très intimement au secteur de la défense aux États-Unis et qu'elle a obtenu des marchés faramineux dans ce secteur.
    Si le ministre décide de modifier les dispositions de la loi, pourquoi ne reconnaîtrait-il pas que les liens très étroits qu'entretient Lockheed Martin avec l'industrie de la défense américaine susciteraient des préoccupations quant au fait que le Canada pourrait peut-être devenir le serviteur de la politique de défense américaine?
    Le secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale dispose de moins de 30 secondes.
    En trente secondes ou moins, madame la Présidente, permettez-moi de dire qu'en tant que néo-démocrate, la députée peut ne pas aimer le gouvernement libéral, mais elle ne devrait pas oublier que c'est le NPD qui a saccagé ma province, la Colombie-Britannique, ainsi que l'Ontario.
    Concernant ce projet de loi, je ne peux pas croire que la députée soit assez naïve pour s'opposer à ce que des États envisagent la détection des menaces dans leur espace aérien. Les États agissent ainsi pour remplir leurs obligations envers leurs citoyens, pour les protéger.
    Je ne peux pas croire non plus qu'elle s'oppose à ce que le ministre de la Défense nationale prenne des décisions dans l'intérêt de nos troupes et de notre pays en se servant des meilleurs renseignements dont il dispose. Si c'est vraiment ce qu'elle dit, nous sommes chanceux que le NPD soit dans l'opposition. Dieu seul sait ce qui arriverait à notre pays si ce parti le gouvernait un jour.

[Français]

     Madame la Présidente, je dois avouer que je trouve que le monde a beaucoup changé. Vous savez que je viens de Saint-Jean-sur-Richelieu qui est un comté où la tradition militaire est très forte. J'ai toujours côtoyé soit les jeunes militaires de la base militaire qui voulaient être soldats, soit les étudiants qui devaient être officiers dans l'armée canadienne.
    Je me reporte aux années 1970 où je travaillais alors sur ces terrains comme étudiant. On était dans un monde bien différent d'aujourd'hui. À l'époque, il y avait des gens qui devaient porter des uniformes pour faire face à des adversaires qui portaient aussi des uniformes. C'est complètement changé, parce qu'aujourd'hui, nos adversaires ne portent pas d'uniformes. Ils ne s'annoncent pas non plus. On ne peut pas faire de négociations avec eux et dire: « Pour éviter un conflit potentiel, il faudrait qu'on se rencontre à plusieurs reprises. Il faudrait qu'on compose un corps diplomatique pour essayer de régler le problème à l'amiable. » Ce n'est pas ainsi que cela se passe aujourd'hui. Non seulement nos adversaires n'ont pas d'uniformes, mais ils viennent nous frapper au moment où on ne s'y attend pas. Que l'on pense au World Trade Center, par exemple.
    Je n'aurais jamais pensé, comme jeune étudiant, d'abord, qu'un jour je pourrais être député, parce que je réagissais assez mal au pouvoir politique. Quand on est plus jeune, on est un peu délinquant et on remet beaucoup en question le pouvoir établi. À ma grande surprise, aujourd'hui, je suis un député et j'essaie même de garder une partie de cet aspect de remise en question. En effet, comme le monde évolue tellement vite, je pense qu'il est important qu'on puisse garder une sorte de regard un peu plus naïf, plus neuf sur les événements, parce qu'aujourd'hui, on est ici dans des postes de décision.
    Ensuite, je n'aurais surtout jamais pensé, à titre de député et de législateur, qu'un jour on aurait à décider d'un règlement ou d'une loi qui traiterait de la façon dont on doit gérer et réglementer les satellites dans l'espace. Par conséquent, le monde a changé énormément. On se doit donc de faire face aujourd'hui à nos responsabilités.
    Si vous demandez au Bloc québécois actuellement si c'est important de réglementer la circulation spatiale et la façon dont les compagnies privées pourront exercer leur pouvoir économique dans l'espace, c'est sûr que la réponse est oui. C'est sûr qu'on est d'accord avec cela. On a toutefois des réserves. Je sais que je n'aurai pas le temps de finir mon discours. Tout à l'heure, on devra aussi parler de notre prudence, parce qu'on n'est pas d'accord avec le fait de donner notre bénédiction complète et dire: « Si c'est seulement commercial, c'est correct. »
    Le secrétaire parlementaire de la Défense nationale vient de nous donner des indices à savoir qu'il faut effectivement être prudents. Pourquoi ce projet de loi, ici, aujourd'hui, alors qu'on est en plein débat sur le bouclier antimissile en vertu duquel on sait que les satellites auront à jouer un rôle prédominant et en vertu duquel on sait que l'espace est le dernier territoire de conquête des États-Unis?
    Si on se penche sur l'évolution de l'histoire humaine, on se rend compte qu'on a dominé de plus en plus la planète. C'est sûr que ceux qui ont dominé les mers à un moment donné ont aussi dominé la planète. Que l'on pense seulement aux pays de l'Europe de l'Ouest, soit l'Angleterre, la France, l'Espagne. Ce sont des pays qui ont dominé les mers jusqu'à l'arrivée des Américains après la Seconde Guerre mondiale. En effet, ceux-ci ont commencé à dominer du point de vue de la marine. Il y a eu également toutes les dominations sur la Terre. Plusieurs nations ont dominé la Terre. On peut reculer aussi dans l'histoire et dans la préhistoire. Il y a aussi eu la domination de l'air. En effet, avec des avions, on arrivait aussi à en faire un instrument de guerre très important dans une doctrine militaire.
    Maintenant, on sait que les Américains veulent faire le pas supplémentaire. Cela apparaît dans tous leurs documents. Que ce soit au Pentagone ou au secrétariat d'État américain, il y a actuellement une fusion d'études qui va dans la même direction: la domination américaine sur Terre, sur mer et dans les airs doit maintenant se transporter dans l'espace. C'est là que notre prudence commence à s'exercer.
    On légifère déjà sur la Terre et sur la mer. Les gens ne peuvent pas faire ce qu'ils veulent dans un contexte économique. Il y a encore des gouvernements qui veillent à ce que ce soit ordonné. Je pense que c'est là qu'il faut concentrer nos efforts.

  (1355)  

    En fait, mes prédécesseurs ont soulevé des points très importants, comme la protection de la vie privée. Nous, le Bloc québécois, sommes préoccupés par la question de juridiction des compétences.
    Dans le projet de loi, on nous mentionne des endroits de compétence provinciale, comme la gestion des ressources naturelles, la gestion du territoire agricole, les catastrophes naturelles. Donc, ce sont toutes des questions de juridiction provinciale et nous trouvons qu'elles sont passées sous silence dans le projet de loi.
    En terminant, j'espère que l'ensemble de mes collègues vont demeurer bien présents après le vote ici aujourd'hui, pour qu'ils puissent entendre la fin de mon discours.

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Article 31 du Règlement]

  (1400)  

[Traduction]

L'Association canadienne des radiodiffuseurs

    Madame la Présidente, du 28 au 30 novembre, l'Association canadienne des radiodiffuseurs a tenu, à Ottawa, son 78e congrès annuel.
    Quelque 600 des communicateurs les plus chevronnés de la radio et de la télévision privées et des services de télévision payante et spécialisée du Canada ont assisté au congrès dont le thème était « La radiodiffusion privée: Le Canada au premier plan ». On y a abordé des sujets allant de la diversité culturelle à l'avenir des émissions au Canada.
    Au cours des deux journées du congrès, les participants ont pris part à des activités axées sur le rôle des communicateurs dans la promotion de l'identité canadienne.
    Je suis ravi de féliciter l'Association canadienne des radiodiffuseurs et ses membres du succès et de la forte participation qu'a remporté ce 78e congrès annuel.

Les pêches

    Madame la Présidente, si les poissons étaient des arbres, le gouvernement serait resté assis bien tranquillement pendant que le bassin du fleuve Fraser aurait été vidé du quart de son contenu l'été dernier.
    En juillet et en août, approximativement deux millions de saumons rouges ont disparu du fleuve Fraser entre Mission et les frayères situées en amont. En 2008, ce désastre coûtera entre 170 et 500 millions de dollars à l'économie britanno-colombienne. Pourquoi? Parce qu'il n'y aura pas de pêche en 2008, l'année suivant le cycle de reproduction. Aucune pêche commerciale ou sportive et aucune pêche autochtone à des fins de subsistance, pour des raisons sociales et aux fins du cérémonial ne sera pratiquée. La situation ne reviendra à la normale qu'en 2020.
    Quelle a été la réaction du gouvernement? Il a chargé un ami libéral de procéder à l'examen habituel normal au terme de la saison, en espérant que le problème disparaisse de lui-même.
    Or, l'industrie et les citoyens de la Colombie-Britannique demandent la tenue d'une enquête sur la gestion des pêches au cours de l'été dernier.

Les droits des animaux

    Madame la Présidente, le débat sur les mesures législatives relatives à la cruauté envers les animaux se poursuit depuis 1999. Selon moi, le projet de loi C-22, présenté au cours de la troisième session de la 37e législature, répondait aux préoccupations des intervenants des deux camps intéressés.
    Le projet de loi C-22 était l'aboutissement de longues négociations et de concessions de la part de toutes les parties prenantes. Ce serait une erreur de compliquer les choses en présentant un projet de loi très différent, surtout une fois qu'un tel consensus a été réalisé.
    Le projet de loi bénéficie actuellement de l'appui des principaux groupes et reflète les points de vue des tenants du bien-être des animaux et de l'industrie animalière. J'espère que ce projet de loi sera présenté de nouveau à la Chambre le plus tôt possible.

[Français]

La Journée internationale des bénévoles

    Madame la Présidente, dimanche dernier, se tenait la Journée internationale des bénévoles. J'aimerais, à cette occasion, rendre hommage à un jeune homme de ma circonscription qui s'est distingué de façon remarquable par son implication auprès des personnes handicapées exclues des régimes et programmes gouvernementaux et non couvertes par des assurances personnelles ou collectives.
    Stéphane Braney, un citoyen de Lachute, connaît bien ces dossiers puisqu'il a lui-même vécu cette problématique. Le 22 juillet 1994, il a été victime d'un accident dans la piscine familiale qui a changé sa vie à tout jamais. Stéphane Braney est tétraplégique permanent.
    Cela ne l'empêche pas de s'impliquer activement puisqu'il a créé la Fondation Stéphane Braney qui, par des campagnes de financement, aide à combler les nombreux besoins des personnes handicapées afin qu'elles puissent bénéficier rapidement d'une certaine qualité de vie.
    Je remercie donc Stéphane Braney pour son courage et son travail acharné à défendre la cause des personnes handicapées.

[Traduction]

Les affaires étrangères

    Madame la Présidente, je prends aujourd'hui la parole pour saluer le leadership du premier ministre et du ministre des Affaires étrangères à la présente session de l'Assemblée générale des Nations Unies.
    Pendant de nombreuses années, la façon de voter du Canada sur les projets de résolution relatifs au conflit israélo-palestinien était un peu discordante par rapport à notre politique équilibrée. Ce manque de synchronisation a compromis notre crédibilité d'intermédiaire impartial dans la région. Nos actes ne correspondaient pas à nos politiques.
    Aujourd'hui, je tiens à souligner le nouveau tournant qu'a pris le gouvernement, à New York, en changeant son vote sur trois projets de résolution anti-israéliens inutiles. Ces projets de résolution doivent être évalués en fonction de leur caractère propice à la paix, et c'est cela qui doit déterminer notre vote.
    Encore une fois, je félicite le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères, qui ont pris l'initiative de faire en sorte que la politique étrangère du Canada à l'égard de cette région soit équilibrée en théorie et en pratique.

L'infrastructure

    Madame la Présidente, la vallée de l'Okanagan et la région de Nickel Valley ont connu une croissance incroyable au cours des dernières années. Quand on s'y rend, on comprend vite pourquoi. Il s'agit du joyau de la Colombie-Britannique, une région aux multiples possibilités, où il fait bon élever sa famille et réaliser ses rêves.
    Cette croissance a entraîné des dépenses massives sur le plan de l'infrastructure pour presque tous les maires et conseils de la région. Logan Lake, Merritt, Westbank/Westside, Peachland, Summerland, Penticton, Naramata, Kaleden, Okanagan Falls et bien d'autres régions de la circonscription doivent payer chaque jour des montants énormes liés à l'infrastructure.
    Il est grand temps que le gouvernement prenne ses responsabilités et respecte son engagement à remettre les recettes provenant des taxes fédérales sur l'essence aux gens et aux régions qui en ont le plus besoin. Il est temps de cesser d'engranger les recettes et de les redistribuer à la population.

  (1405)  

La Dartmouth Choral Society

    Monsieur le Président, samedi dernier, dans le cadre des célébrations entourant son 50e anniversaire, la Dartmouth Choral Society a donné son concert de Noël annuel. Fondée il y a 50 ans, la Dartmouth Choral Society constitue la plus ancienne chorale communautaire du Canada atlantique, et certainement l'une des meilleures.
    Aujourd'hui la chorale, formée de 70 chanteurs--notamment des couples mariés et des enfants de la deuxième génération de choristes--est dirigée avec brio par M. Shawn Whynot. Pamela Burton sert d'accompagnatrice
    La chorale occupe une place importante dans la collectivité de Dartmouth. Ses recettes proviennent des frais d'adhésion, d'activités de financement, et de spectacles payants. Ses profits servent à aider des oeuvres de bienfaisance de la région, notamment l'organisme Feed Others de Dartmouth.
    En cette période de l'année, la musique revêt une signification encore plus spéciale. Nous reconnaissons les mérites d'organismes exceptionnels comme la Dartmouth Choral Society.

[Français]

La fondation canadienne Rêves d'enfants

    Monsieur le Président, il y a des honneurs qui sont amplement mérités. C'est le cas de M. Prosper Dionne, coordonnateur de la division Drummondville de la fondation canadienne Rêves d'enfants, qui a reçu le prix Laura-Cole, faisant de lui le bénévole de l'année au Canada.
    Dans son bulletin trimestriel, la fondation écrivait:
    Vous êtes indéniablement un modèle exemplaire et avez aidé à la réalisation de milliers de rêves d'enfants.
    En 15 ans, à Drummondville, Prosper Dionne et son équipe ont réalisé le rêve de 57 enfants atteints de maladies menaçant leur vie. De ce nombre, 14 sont aujourd'hui décédés. Confronté régulièrement à la tristesse, M. Dionne préfère se souvenir des beaux côtés et des joies que la fondation a pu lui procurer.
    À prosper qui rêve un jour de rassembler tous ses petits anges autour d'une même table, laissez-nous unir nos voix pour lui exprimer notre plus profonde gratitude, à lui qui sait si habilement créer un peu de magie dans la vie des enfants malades et dans celle de leurs parents.

La Gendarmerie royale du Canada

    Monsieur le Président, ce matin, le front commun des maires des villes touchées par la fermeture des postes de la GRC au Québec comparaissait devant le Comité permanent de la justice, des droits de la personnes, de la sécurité publique et de la protection civile.
    Tout d'abord, je tiens à féliciter les maires pour la qualité du rapport qu'ils ont présenté. Ils ont très bien démontré la menace que constitue le retrait de la GRC dans nos régions, une inquiétude que le caucus libéral du Québec partage ainsi que bien des collègues en cette Chambre.
    La décision de fermer les postes de la GRC en région au Québec doit être revue. Nous ne pouvons laisser nos régions à la merci de la criminalité. Je me permets de citer un passage du rapport rédigé par les maires:
    La criminalité, le milieu du crime organisé n'ont pas de régions, de villes, de frontières et n'ont pas besoin d'étude de consultation ou d'être entendus par des comités pour agir. Ils sont où nous sommes. Ils recherchent le maillon faible. Ne leur laissons pas la place car, soyez-en convaincus, ils vont la prendre, si ce n'est déjà fait.
    Agissons pendant qu'il est encore temps.

[Traduction]

L'agriculture

    Monsieur le Président, les agriculteurs du Canada s'entendent sur un point: le PCSRA ne fonctionne pas et doit être complètement revu.
    Selon moi, la preuve la plus flagrante de l'échec du PCSRA réside dans le fait que la plupart des agriculteurs n'ont même pas pris la peine de s'inscrire à ce programme lancé il y a presque trois ans. À Kawartha Lakes, d'où je viens, on a rapporté que seulement 47 agriculteurs sur une centaine avaient ouvert un compte PCSRA.
    Si le PCSRA est aussi merveilleux que les libéraux le prétendent, pourquoi les agriculteurs ne s'inscrivent-ils pas en plus grand nombre? Il n'y a que deux réponses possibles. Ou bien les agriculteurs font erreur et ne comprennent pas ce qui est bon pour eux, ou bien il s'agit vraiment d'un mauvais programme et les agriculteurs comprennent très bien qu'il ne leur apportera pas grand-chose.
    À mon avis, les agriculteurs ont raison.
    Si les libéraux souhaitent vraiment que le PCSRA fonctionne, ils ne doivent pas attendre que la majorité des agriculteurs estiment qu'il vaut mieux s'inscrire à un PCSRA refondu. Il est temps que le gouvernement cesse de proclamer les vertus d'un programme déficient et commence plutôt à le redresser.

[Français]

La Polyvalente A.M. Sormany

     Monsieur le Président, la semaine dernière, j'ai eu l'occasion de rencontrer deux groupes d'étudiants et d'étudiantes de la Polyvalente A.M. Sormany d'Edmunston au Nouveau-Brunswick, pour discuter avec eux de mon rôle de député et du rôle du gouvernement. Je peux témoigner de l'intérêt de ces jeunes pour la politique canadienne.
     Les questions posées par ces étudiants étaient d'une pertinence étonnante, et je suis convaincu que de telles rencontres doivent avoir lieu plus fréquemment pour accroître l'intérêt de nos jeunes Canadiens et Canadiennes envers la politique canadienne.
    Je désire devant cette Chambre remercier l'enseignant Simon Nadeau et ses élèves de m'avoir invité dans leur cours. J'espère que cette expérience fut aussi profitable pour eux qu'elle le fut pour moi.

  (1410)  

[Traduction]

Les droits de la personne

    Monsieur le Président, le week-end dernier, j'ai assisté à Sault Ste. Marie à une réunion remarquable à l'église anglicane de St. Matthew's, dans le cadre de la manifestation nationale des femmes pour la paix organisée par KAIROS: Initiatives canadiennes œcuméniques pour la justice. Cette réunion a mis en lumière les répercussions dévastatrices des conflits sur les droits de la personne et, en particulier, sur les répercussions de la guerre sur les femmes.
    Elizabeth Majok, du nouveau conseil des églises du Soudan, a parlé du mal causé au peuple soudanais, d'abord par Talisman et maintenant par des compagnies chinoises prenant des emplois de ses compatriotes dans les champs de pétrole. Elle a clairement dit que le gouvernement canadien doit exercer un meilleur leadership aux Nations Unies afin d'influencer la communauté internationale. Tout accord de paix doit affirmer les principes des droits de la personne, de la justice, de l'auto-détermination, du pluralisme et aussi régler les causes premières des différents conflits au Soudan.
    J'ai des pétitions, avec 3 000 signatures, qui vont dans ce sens. Je les présenterai à la Chambre la semaine prochaine.

Le registre des armes à feu

    Monsieur le Président, le registre des armes à feu ne sera pas entièrement fonctionnel avant 2007, soit 12 ans après l'approbation du Parlement. Il aura coûté plus d'un milliard de dollars, ce qui représente un dépassement de coûts de pratiquement 7 000 p.100. Ainsi le registre des armes à feu représente-t-il à peu près la plus énorme d'une longue liste de menteries libérales.
    Un électeur a communiqué avec moi dernièrement pour me dire qu'on lui demandait de payer pour son renouvellement de permis alors que certains de ses amis et parents bénéficiaient d'un renouvellement gratuit. Le gouvernement, semble-t-il, juge équitable de faire payer certains Canadiens tout en accordant la gratuité à d'autres. Les programmes du gouvernement devraient tout au moins être appliqués de façon équitable.
    Le temps est venu pour le gouvernement de reconnaître qu'il a eu tort d'établir le registre des armes à feu et d'y affecter plus d'un milliard de dollars. Il est temps aussi qu'il déclare sa volonté de collaborer avec ses vis-à-vis pour trouver des solutions à la violence armée adaptées à la réalité canadienne.

[Français]

L'environnement

    Monsieur le Président, bien que le ministre de l'Environnement ait interjeté appel dans le dossier de l'incinérateur de déchets toxiques de la compagnie Bennett à Belledune, aucun moratoire sur la mise en opération de l'usine n'a été décrété.
    Comment le ministre peut-il nous laisser croire qu'une évaluation environnementale des effets transfrontaliers potentiels de ce projet est nécessaire et justifiée alors qu'aucune demande d'arrêt des travaux n'a été ordonnée?
    Le ministre de l'Environnement dispose de tous les pouvoirs afin de demander à la cour une injonction pour empêcher les tests à cette usine aussi longtemps que la Cour d'appel fédérale n'aura pas rendu sa décision. De plus, le gouvernement fédéral pourrait se prévaloir de la Loi sur les pêches et fermer l'usine pour la période qu'il juge nécessaire, ce qui permettrait de procéder à une étude d'impact.
    Les gens de l'est du Québec et du Nouveau-Brunswick exhortent le gouvernement à agir de façon responsable dans ce dossier et exigent un moratoire, rien de moins.

[Traduction]

Le Parti conservateur du Canada

    Monsieur le Président, l'an dernier, en décembre, les membres de l'Alliance canadienne et du Parti progressiste-conservateur ont voté massivement pour unir ces deux partis et offrir aux Canadiens une véritable solution de rechange à ce parti essoufflé, dépassé, corrompu, croche, frauduleux, louche, trompeur, pathétique et décrépit qu'est le Parti libéral.
    D'un océan à l'autre, les Canadiens exigeaient un Parti conservateur uni. C'est dans cet esprit que le chef de l'opposition et le chef adjoint du Parti conservateur ont invité la population à soutenir le nouveau parti et à redonner au Canada un bon gouvernement.
    En un an, le nouveau Parti conservateur a fait beaucoup de chemin. Quatre-vingt-dix-neuf députés conservateurs siègent à la Chambre et nous sommes sur le point de former le gouvernement.
    Aux yeux des Canadiens des prochaines générations, le Parti conservateur s'imposera comme le parti naturel du pouvoir. Heureusement que le Parti conservateur existe. Prions pour que notre pays glorieux soit débarrassé des libéraux.

  (1415)  

Le bénévolat

    Monsieur le Président, en 1979, les Nations Unies ont désigné officiellement le 5 décembre comme Journée internationale des volontaires pour souligner la contribution et le dévouement des volontaires ou bénévoles du monde entier et pour leur rendre hommage.
    Selon des données récentes, plus de 6,5 millions de Canadiens ont consacré volontairement un peu plus de deux milliards d'heures aux oeuvres de charité et aux organismes bénévoles au cours de la dernière année. C'est l'équivalent d'un million d'emplois à temps plein.
    Il est évident que sans ces bénévoles dévoués, des organismes comme Centraide, les chambres de commerce et les conseils des arts seraient incapables de fournir leurs services très utiles et variés.
    Dans les collectivités grandes et petites, des bénévoles offrent temps et efforts pour améliorer leur sort et le sort de ceux qui les entourent. Je demande à mes collègues parlementaires de se joindre à moi pour rendre hommage aux bénévoles de notre grand pays.

[Français]

Le Cercle des artistes peintres et sculpteurs du Québec

    Monsieur le Président, j'aimerais souligner le mérite de Mme Mireille Forget, une résidante de Laval, qui a reçu la médaille de l'Assemblée nationale du Québec. Mme Forget a été honorée de cette distinction en reconnaissance de son travail comme présidente du Cercle des artistes peintres et sculpteurs du Québec.
    Mme Forget fait la promotion de la diversité culturelle depuis 20 ans, sans aucune aide financière du gouvernement. Ce cercle permet aux artistes d'exposer leurs oeuvres, d'avoir accès à des ateliers, conférences, voyages et concours.
    Mme Forget a déjà été reconnue à travers le monde avec une médaille de l'Assemblée nationale de la République française en 1998. De plus, elle s'est aussi méritée plusieurs prix et distinctions en France, en Espagne et au Japon.
    Grâce à son travail acharné, elle permet aux artistes du Québec et de Laval de rayonner mondialement et permet à la culture québécoise d'être présente sur la scène internationale.
    Bravo madame Mireille Forget!

[Traduction]

Les pêches

    Monsieur le Président, nous avons appris qu'il se pourrait qu'une entreprise prince-édouardienne du nom d'Aqua Bounty dépose une demande auprès du ministre et du ministère de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, par le truchement de l'ACIA, pour vendre du poisson génétiquement modifié, que nous appelons du poisson transgénique.
    Nous aimerions signaler au ministre des Pêches et des Océans et au ministre de l'Agriculture que, si cette information est fiable, comme nous le croyons, nous serions le premier pays au monde à faire une chose pareille. C'est bien simple, nous ne pouvons permettre ce genre d'activité dans notre secteur de l'aquaculture et dans notre secteur commercial.
    Nous voulons envoyer un message clair, je dirais même plus, un coup de semonce aux libéraux: interdisez la commercialisation du poisson génétiquement modifié ou transgénique au Canada.

Questions orales

[Questions orales]

[Traduction]

La citoyenneté et l'immigration

    Monsieur le Président, nous apprenons aujourd'hui que la ministre de l'Immigration aurait reçu des dons illégaux d'une tierce partie par l'intermédiaire d'une personne travaillant pour sa campagne, mais elle aurait apparemment dit qu'elle n'avait rien fait de mal en contrevenant à la loi électorale.
    Nous avons eu la défense du programme d'immigration d'effeuilleuses, le resquillage, la non-dénonciation d'une personne devant être expulsée et la discussion de dossiers d'immigration dans des clubs de danseuses. Combien d'autres règles la ministre devra-t-elle enfreindre avant que le premier ministre ne la limoge?
    Monsieur le Président, le préambule de la question du chef de l'opposition est très clairement sans aucun fondement. La ministre m'a dit que, dès qu'elle avait été mise au courant de ce don, elle avait immédiatement pris les mesures nécessaires. Elle a prévenu Élections Canada et a retourné le don en question.
    Monsieur le Président, c'est fort intéressant. Malheureusement, les collaborateurs de la ministre ont dit ce matin qu'ils n'avaient rien fait de mal en acceptant ce don.
    Nous avons appris aujourd'hui que le bras droit de la ministre avait rencontré non pas un propriétaire de club de danseuses, mais plusieurs, s'entretenant avec eux de dossiers d'immigration. Puisqu'il est inhabituel que les chefs de cabinet se rendent chez les clients, du moins je le présume, le premier ministre a-t-il demandé à la ministre de l'Immigration pourquoi son chef de cabinet s'était rendu dans un club de danseuses pour y discuter de dossiers d'immigration?
    Je le répète, monsieur le Président, le chef de l'opposition devrait appuyer le commissaire à l'éthique dans son rôle qui est de faire rapport directement au Parlement. La ministre a saisi le commissaire à l'éthique de l'affaire. Il l'examine et présentera un rapport complet, comme elle l'a demandé.
    Monsieur le Président, ce que nous appuierions tous, je pense, c'est que le premier ministre exerce ses responsabilités.
    La communauté internationale, par l'intermédiaire du Times de Londres, du Telegraph irlandais et de CNN, se moque du premier ministre et de sa ministre de l'Immigration. Son ministère est devenu la risée du monde entier. Quand le premier ministre va-t-il exercer ses responsabilités et limoger sa ministre?

  (1420)  

    Pour commencer, monsieur le Président, la ministre de l'Immigration a restructuré son ministère de manière remarquable. Elle fait un travail extraordinaire pour ouvrir plus grand les portes de notre pays aux immigrants. Elle travaille très fort sur le dossier du réétablissement. Elle veille à ce que notre pays soit ouvert aux immigrants, contrairement aux pays que le député a cités dans sa question.
    Monsieur le Président, le rôle des ministres est de veiller aux intérêts des Canadiens. La ministre de l'Immigration, elle, n'a veillé qu'à ses propres intérêts en accordant des traitements de faveur à ses partisans politiques. Malgré l'évidence de la chose, les libéraux refusent de reconnaître que sa conduite est contraire à l'éthique.
    Le public exige que leurs leaders aient des principes et ils veulent que le problème soit réglé. En réponse, le premier ministre ne fait que tergiverser. Quand se décidera-t-il à faire son travail et à limoger la ministre?
    Monsieur le Président, la ministre a restructuré son ministère. Elle a ouvert les portes de notre pays à un plus grand nombre d'immigrants. Elle envoie plus d'agents sur le terrain. Elle travaille très fort sur la question de la réinstallation. C'est son rôle. C'est le travail qu'elle accomplit et je l'appuie.
    Monsieur le Président, il s'agit ici des actes répréhensibles commis par la ministre. Ce ne sont plus seulement les Canadiens mais aussi la communauté internationale qui se demande pourquoi le gouvernement libéral ne fait aucun effort pour protéger la réputation de notre pays et remplacer une ministre dont l'intégrité est remise en question.
    L'Angleterre, l'Irlande, l'Afrique du Sud, les États-Unis et la Roumanie ont tous abordé la question de l'intégrité et du caractère équitable du système d'immigration canadien. Le premier ministre doit protéger la bonne réputation de notre pays. Pourquoi le premier ministre ne limoge-t-il pas la ministre?
    Monsieur le Président, si la députée ne soutient pas le travail du commissaire à l'éthique indépendant, qu'elle l'affirme clairement. C'est pour tirer des affaires semblables au clair que nous avons créé ce poste indépendant. C'était pour éviter que des discussions de ce genre ne soient entachées de partisanerie que nous avons créé ce poste indépendant. Il ne nous reste plus qu'à laisser le commissaire à l'éthique indépendant faire son travail.

[Français]

    Monsieur le Président, non seulement la ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration a accordé en accéléré un permis de résidence à une personne ayant travaillé à sa campagne électorale, non seulement elle a approuvé un programme gouvernemental douteux, mais en plus, un immigrant aurait versé 5 000 $ à sa caisse électorale par l'intermédiaire d'un prête-nom, un geste carrément illégal.
    Compte tenu de la lourdeur des allégations qui s'accumulent, le premier ministre demandera-t-il à la ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration de démissionner ou, au contraire, continuera-t-il à manquer à la plus élémentaire des prudences?
    Monsieur le Président, aussitôt que la ministre a été avisée de ce don, elle a démontré la plus grande transparence, en a avisé Élections Canada et elle a retourné le don. C'est pour cela que je l'appuie.
    Monsieur le Président, le premier ministre a au moins une chose en commun avec l'ex-premier ministre Chrétien: il appuie la ministre tout autant que son prédécesseur appuyait Alfonso Gagliano inconditionnellement.
    Cette ministre embarrasse le gouvernement et discrédite les institutions. Ce premier ministre n'est pas un homme de décision, mais un homme d'hésitation.
    Je demande donc à la ministre elle-même de prendre ses responsabilités pour une fois, de poser le seul geste qui s'impose, de faire preuve d'honneur et de démissionner.
    Monsieur le Président, pourquoi le chef du Bloc québécois refuse-t-il d'accepter le fait qu'il y a un commissaire indépendant à l'éthique qui se penche sur le dossier? C'est le rôle du commissaire. Je pense qu'on devrait le laisser faire son travail.

  (1425)  

    Monsieur le Président, la ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration est impliquée dans des dossiers douteux et est maintenant visée par de sérieuses allégations concernant une somme de 5 000 $ versée à sa caisse électorale, liée peut-être à des services rendus.
    Compte tenu de la clientèle qui a recours aux services de son ministère, une clientèle pas toujours au fait des habitudes en vigueur ici au Canada, la ministre ne considère-t-elle pas qu'elle donne un très mauvais signal aux nouveaux arrivants quant aux façons de faire ici et que sa présence à la tête du ministère est devenue un très lourd boulet pour le gouvernement?

[Traduction]

    Monsieur le Président, permettez-moi de répondre très clairement à la députée. L'immigration est extrêmement importante dans notre pays et je n'ai jamais fait quoi que ce soit d'immoral ou de contraire à l'éthique. Une erreur d'écriture a été commise par le personnel de ma campagne...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre. Tant que l'ordre ne sera pas rétabli, je vais rester debout ici et nous perdrons des occasions de poser des questions et d'obtenir des réponses. La ministre a la parole.
    Merci beaucoup, monsieur le Président. Je vais reprendre la conversation. Comme je le disais, un bénévole a commis une erreur d'écriture. Un reçu a été émis et le chèque a été renvoyé.

[Français]

    Monsieur le Président, je rencontre chaque semaine des nouveaux arrivants en difficulté, des gens qui ont besoin qu'on s'occupe d'eux, des gens qui attendent de l'aide de la part de la ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration. Pendant ce temps, elle retarde ces rencontres.
    La ministre ne considère-t-elle pas qu'elle a failli à sa tâche, qu'elle a laissé de côté des gens dans le besoin pour s'occuper de ses propres intérêts, de ses travailleuses d'élections et du financement de sa caisse électorale? Il s'agit d'un bien mauvais choix de priorité qui démontre qu'elle n'est pas à sa place comme ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration.

[Traduction]

    Monsieur le Président, ce n'est pas le cas du tout. Malgré tous les défis auxquels nous avons été confrontés ces dernières semaines, notre bureau continue de très bien fonctionner. Nous continuons d'étudier toutes les demandes présentées pour des raisons humanitaires et de compassion, et de les évaluer selon le bien-fondé de chaque cas que nous examinons, y compris ceux que la députée a portés à mon attention.

L'environnement

    Monsieur le Président, nous avons appris que le premier ministre se rendra en Chine pour faire la leçon aux Chinois dans le dossier environnemental. Ma question s'adresse au premier ministre.
    Qu'est-ce qui autorise le premier ministre à faire la leçon à qui que ce soit en matière d'environnement? L'OCDE a classé le Canada au dernier rang à ce chapitre. Nous avons eu un livre rouge plein de promesses sur l'environnement, qui n'ont pas été tenues. Les jours de smog, des personnes se retrouvent aux services d'urgence, parce qu'elles ne peuvent respirer l'air de ce pays. De quel droit le premier ministre pourrait-il faire la leçon aux Chinois?
    Monsieur le Président, ce pays a prévu des sommes sans précédent pour l'écotechnologie. Ce pays, qui a fait du développement l'une de ses priorités, veut faire figure de leader mondial en écotechnologie. De concert avec les municipalités, nous avons mis en place un ensemble sans précédent de fonds municipaux, de fonds écologiques, qui sont très efficaces.
    J'invite le député à jeter un coup d'oeil sur ce que font les municipalités canadiennes. Il pourra apprendre quelque chose.
    Monsieur le Président, chose très intéressante, même d'anciens ministres libéraux de l'Environnement sont mal à l'aise face au bilan de ce gouvernement. Il faut reconnaître les faits.
    Je tiens à préciser que même s'il va faire la leçon aux Chinois au sujet de l'environnement, le premier ministre leur permettra d'acheter du pétrole du Canada. Qu'en feront-ils, selon lui? Ils vont en utiliser à un rythme sans précédent.
    Est-ce que l'accélération du réchauffement climatique...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre, s'il vous plaît. Je n'arrive pas à entendre le député de Toronto—Danforth. Ce bruit et cette interruption ne sont pas nécessaires. Le député de Toronto—Danforth a la parole, et nous voulons entendre sa question.
    Monsieur le Président, pourquoi le premier ministre veut-il vendre à tout prix notre pétrole au gouvernement chinois, et lui permettre ainsi de polluer encore davantage?
    Monsieur le Président, investir dans l'écotechnologie, c'est investir dans les énergies renouvelables, notamment le secteur éolien auquel ce pays affecte des sommes considérables. C'est aussi investir dans les piles à combustible et dans la recherche sur l'énergie au charbon propre, des domaines où notre pays est un leader.
    Quoi qu'il en soit, je suis très reconnaissant au chef du NPD pour la perspicacité dont il fait preuve au sujet de l'utilisation du pétrole.

  (1430)  

La sécurité du transport aérien

    Monsieur le Président, selon un récent bulletin sur la sécurité intérieure des États-Unis, des groupes terroristes ont utilisé des uniformes de policiers ou de militaires pour cacher leur identité et s'approcher davantage de leurs cibles sans éveiller les soupçons.
    Contrairement à nos voisins américains, le ministre des Transports traite avec désinvolture la perte de plus de 1 100 éléments d'uniformes de l'ACSTA. Il a dit qu'il pouvait être ici question d'un chien qui a rongé une chaussure ou quelque chose du genre, mais qu'aucun cas d'atteinte à la sécurité n'a été signalé.
    Quand le ministre cessera-t-il de se cacher la tête dans le sable, traitera-t-il cette affaire avec sérieux et demandera-t-il à la GRC d'enquêter là-dessus?
    Monsieur le Président, je tiens à dire au député que j'ai assumé mes responsabilités car, après avoir vu le reportage, j'ai communiqué dès le lendemain avec le président de l'ACSTA. Nous avons obtenu hier un rapport qui a été rendu public. Nous avons maintenant l'assurance qu'il sera rendu compte de tous les éléments d'uniforme. Il n'y a jamais eu d'atteinte à la sécurité dans le cadre de ce programme.

[Français]

    Je dois dire au député qu'il n'y a eu aucun problème de sécurité, qu'il n'y a pas de vol de rapporté et, par conséquent, la GRC serait de trop dans cela.

[Traduction]

    Monsieur le Président, le ministre a pris connaissance de l'affaire en écoutant le réseau anglais de Radio-Canada. Il n'y a pas de quoi pavoiser.
    Le ministre dit que les insignes de l'ACSTA n'ont pas été volés, mais qu'ils se sont plutôt détachés des uniformes des employés chargés de la sécurité à cause d'une bande de Velcro inadéquate. Il est ici question de 1 100 pièces d'uniforme.
    Quand le gouvernement nous présentera-t-il un compte rendu détaillé de chaque élément perdu, qu'il s'agisse d'un insigne, d'un écusson ou d'un uniforme? Le ministère a-t-il pris des mesures pour interdire l'accès aux personnes qui ont perdu ces articles? Où sont-ils, monsieur le ministre?
    Le député de Nova-Centre sait qu'il ne doit pas s'adresser aux autres députés, mais bien à la présidence. Comme il a amplement d'expérience en la matière, je me dois de le réprimander.

[Français]

    Monsieur le Président, je pense que le député exagère quand il parle de 1 100 items de sécurité. Dans cela, il y a 689 prénoms sans aucune indication de quelque sorte que ce soit. On parle de pantalons, de ceintures, de paires de souliers. Il y a 20 éléments différents dans l'uniforme. Par conséquent, il y a un uniforme au complet qui a été perdu et c'était suite à un incendie dans une demeure. Est-ce qu'on va mettre la personne dehors parce qu'il y a eu le feu dans sa maison?

[Traduction]

Le programme des commandites

    Monsieur le Président, quand le scandale des commandites a éclaté, le premier ministre a promis d'être « totalement transparent ». Hier, toutefois, le ministre des Travaux publics a évité un peu de se compromettre. Il a dit:
[...]il est tout à fait normal que le gouvernement n'ait laissé dans ces documents, à l'intention de la commission Gomery, que les passages ayant trait au dossier des commandites et qu'il ait enlevé les autres passages.
    Dire partiellement la vérité n'est pas exactement faire preuve de transparence.
    Pourquoi les libéraux ne sont-ils pas totalement honnêtes dans l'enquête Gomery, ne présentent-ils pas tous les documents et ne laissent-ils pas le juge Gomery faire son travail?
    Monsieur le Président, le gouvernement fait preuve d'une transparence totale envers la commission Gomery en lui fournissant des documents concernant le programme des commandites qui remontent jusqu'à 1994.
    En outre, comme je l'ai dit hier, il y a des documents traitant d'une série de questions liées à la politique gouvernementale, et le gouvernement ne revient donc pas sur son engagement en fournissant à la commission Gomery uniquement des documents du Cabinet concernant le programme des commandites, et rien d'autre.

[Français]

    Monsieur le Président, pendant un instant, nous avons cru que le premier ministre était sincère quand il nous promettait plus d'ouverture et d'intégrité dans la recherche de la vérité au sujet du scandale des commandites.
    Au contraire, camouflage et maquillage sont de rigueur depuis que le nouveau ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux a pris le contrôle de l'information. Les libéraux se font juges et parties.
    Quand le ministre va-t-il se plier de bonne foi aux requêtes de la Commission Gomery?

[Traduction]

    Monsieur le Président, fournir des documents confidentiels du Cabinet est une mesure extraordinaire, et cela témoigne de l'ouverture et de la transparence du gouvernement. C'est une des raisons pour lesquelles le commissaire à l'information a félicité le premier ministre et le gouvernement pour leur ouverture, leur transparence et leur reddition de comptes.
    Nous sommes fiers de coopérer avec la commission Gomery et de ne pas faire de politique partisane comme l'opposition. Nous sommes fiers de laisser le juge Gomery faire son travail et de lui fournir toute l'information qui concerne le programme de commandites. Je voudrais bien que l'opposition respecte autant que nous le travail du juge Gomery.

  (1435)  

[Français]

L'assurance-emploi

     Monsieur le Président, en annonçant, hier, une légère baisse des cotisations à l'assurance-emploi, le gouvernement, par la même occasion, exprime son refus à une amélioration substantielle du régime à l'intention des gens qui perdent leur emploi.
    Compte tenu des promesses faites et refaites par le premier ministre concernant l'assurance-emploi, le premier geste du gouvernement n'aurait-il pas dû être une proposition d'amélioration substantielle des cotisations, afin de venir en aide, notamment, aux milliers de femmes, de jeunes et de travailleurs saisonniers exclus du régime par le gouvernement libéral depuis 1993?
    Monsieur le Président, je m'attendais à des félicitations de la part du député, parce qu'on a diminué les cotisations, et c'était la chose que tout le peuple canadien voulait.
    Toutefois, quant aux changements dans le système de l'assurance-emploi, il faut respecter le fait qu'un comité de la Chambre déposera un rapport dans quelques jours. On attend donc le rapport.
    Monsieur le Président, pourtant, le ministre n'a pas respecté les travaux de la Chambre, puisqu'il a déjà diminué les cotisations. La réduction des cotisations ne représente qu'un dollar par mois, donc une goutte d'eau dans l'océan.
    Au lieu de s'évertuer à essayer de détruire le régime d'assurance-emploi, le ministre ne reconnaît-il pas enfin que si les 300 millions de dollars que coûte cette réduction avaient plutôt contribué à l'amélioration des conditions d'admission aux prestations, cela aurait donné accès aux bénéfices à des milliers de familles de plus, réduisant d'autant la pauvreté chez ces familles?
    Monsieur le Président, il faut examiner les résultats de la politique du gouvernement pendant ces 10 dernières années. On voit que le taux de chômage au Québec, par exemple, est passé de 11,5 p. 100 à 8,3 p. 100. Cette année, on a déjà créé beaucoup plus de postes de travail que par le passé, soit 59 000 seulement au Québec.
    À mon avis, la meilleure assurance-emploi, c'est un job, c'est un poste de travail. Il faut féliciter le gouvernement qui est en train d'en créer beaucoup.

La Gendarmerie royale du Canada

    Monsieur le Président, aujourd'hui, à la suite d'une motion du Bloc québécois, les maires des municipalités touchées par la fermeture des bureaux de la GRC au Québec viennent demander au gouvernement d'intervenir pour contrer ces fermetures.
    La ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile va-t-elle enfin assumer ses responsabilités et exiger de la GRC qu'elle continue à offrir des services dans tous ces bureaux régionaux? C'est une question de services aux citoyens. C'est une question de sécurité frontalière. C'est une question de sécurité publique.

[Traduction]

    Monsieur le Président, la GRC se soucie de la sécurité publique, d'où le fait que, périodiquement, d'un bout à l'autre du pays, elle prend des décisions relatives au redéploiement de manière à pouvoir agir le plus efficacement possible, particulièrement dans le cas du Québec, avec la Sûreté du Québec. Je crois que le député sait que le déploiement d'agents de la GRC est une question opérationnelle et qu'il ne serait pas approprié que j'intervienne.

[Français]

    Monsieur le Président, je vois que la ministre est plutôt rapide à se déresponsabiliser pour ces fermetures et ces diminutions de service. Elle ne se souvient pas des erreurs qui ont été faites dans le passé dans les aéroports et les ports nationaux.
    Comment peut-elle repousser du revers de la main cette responsabilité quand on sait qu'en matière de protection des frontières, de lutte au crime organisé et de sécurité dans les communautés autochtones, la GRC a un rôle essentiel à jouer?

[Traduction]

    Monsieur le Président, la GRC est au courant de cette lutte contre le crime organisé. C'est pourquoi, d'après ce que je crois savoir, la force au Québec a pris la décision opérationnelle de redéployer ses agents de manière à être plus efficace dans cette lutte contre le crime organisé.

La citoyenneté et l'immigration

    Monsieur le Président, la ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration ne peut continuer de se cacher. Les Canadiens doivent savoir que nous avons une ministre qui rend des comptes et qui respecte les règles.
    Cependant, nous avons appris aujourd'hui que la ministre a accepté un don par l'entremise de l'un de ses travailleurs de campagne. Elle savait que c'était un don illégal. Elle n'a remis l'argent qu'après s'être fait prendre.
    Quand la ministre va-t-elle agir de façon honorable et démissionner?

  (1440)  

    Monsieur le Président, comme je l'ai précisé plus tôt, une erreur d'écriture a été commise quant au nom écrit sur le reçu. Lorsqu'on a porté ce problème à mon attention, le reçu a été annulé et le chèque a été remboursé.
    Monsieur le Président, le gouvernement affirme que le scandale des commandites était attribuable à des erreurs d'écriture également.
    Combien de règles la ministre pense-t-elle pouvoir violer ainsi? Son propre collaborateur a reconnu aujourd'hui que deux personnes ont donné de l'argent à la campagne de la ministre, mais qu'une seule a obtenu un reçu. C'est contraire à la loi.
    La ministre va-t-elle enfin rendre des comptes? Va-t-elle démissionner comme cela s'impose?
    Monsieur le Président, je n'en ferai rien.
    Monsieur le Président, nous avons été mis au courant par les médias, et non par la ministre, d'un autre cas où la ministre de l'Immigration a envoyé son principal collaborateur à un club de danseuses nues pour discuter de la possibilité de faire entrer au pays d'autres danseuses exotiques. La ministre semble s'intéresser davantage aux stripteaseuses qu'à une réduction des listes d'attente dans le cadre du programme de réunion des familles et à la reconnaissance des titres de compétences étrangers. Elle envoie son principal collaborateur passer plus de temps dans des clubs de striptease que dans des hôpitaux pour discuter de la pénurie de médecins.
    La ministre de l'Immigration n'a plus de crédibilité. Quand va-t-elle démissionner?
    Monsieur le Président, permettez-moi de répéter probablement la même réponse que j'ai donnée à la députée la semaine dernière. Je suis très fière de mon rôle en tant que ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration. Je continue de consacrer toutes mes énergies à ces dossiers. S'il est possible de collaborer avec les députés de l'opposition pour mettre en place un nouveau système d'immigration adapté au XXIe siècle et rationaliser la réforme de notre régime concernant les réfugiés, je serai certes heureuse de compter sur leur aide.
    Monsieur le Président, pendant que la ministre de l'Immigration se préoccupe des stripteaseuses, la période d'attente pour la réunion des familles est passée à plus de 53 mois. Le rejet arbitraire de demandes de conjoints ou de conjointes souhaitant rejoindre leur mari ou leur femme, selon le cas, au Canada, nuit aux familles.
    La mauvaise gestion par la ministre de son ministère et le traitement préférentiel qu'elle accorde aux stripteaseuses compromettent la crédibilité et l'intégrité du système d'immigration. Quand le premier ministre va-t-il se décider à flanquer la ministre à la porte?
    Monsieur le Président, comme je l'ai dit à de nombreuses reprises aujourd'hui et la semaine dernière, étant donné le travail qu'elle accomplit au sein du ministère de l'Immigration, qu'il s'agisse de la restructuration du ministère, de l'ouverture de notre pays, du réétablissement de certaines personnes au Canada et du financement de cours d'anglais et de français comme langue seconde, j'appuie la ministre.

La santé

    Monsieur le Président, je viens d'informer le ministre de la Santé de l'existence d'un prospectus portant sur les cyberpharmacies et destiné aux médecins. Voici ce qu'il dit: « Nous sommes à la recherche de médecins reconnus qui habitent au Canada. Que diriez-vous de gagner entre 100 000 $ et 135 000 $US par année en signant des ordonnances par Internet? »
    C'en est trop. Quand le ministre communiquera-t-il avec ses homologues des provinces pour leur dire de régler ce problème, de concert avec les médecins, ou sinon, quand prendra-t-il lui-même cette affaire en main?
    Monsieur le Président, le député soulève une question très importante. J'ai écrit aux ministres provinciaux il y a plusieurs semaines. Je crois que l'Ordre des pharmaciens et le Collège des médecins et chirurgiens doivent faire leur boulot. Cette pratique est absolument contraire à l'éthique et dénuée de professionnalisme. Elle doit cesser; sinon, nous la ferons cesser.

[Français]

L'assurance-emploi

    Monsieur le Président, le Sous-comité sur le fonds de l'assurance-emploi a rencontré des travailleurs qui ont demandé des prestations plus généreuses et des critères d'éligibilité plus souples. Les conservateurs, eux, demandent seulement une réduction des cotisations. Hier, le ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences a annoncé une baisse de 3¢ des cotisations d'assurance-emploi .
    Ma question s'adresse au ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences. Est-ce que le ministre préfère écouter les recommandations des conservateurs, qui demandent seulement une baisse des cotisations, plutôt que celles du sous-comité parlementaire qui étudie ce dossier, qui est à l'écoute des travailleurs, des représentants ouvriers et des employeurs?

  (1445)  

    Monsieur le Président, on écoute l'un et l'autre. Il n'y a pas d'exclusion ni de l'un ni de l'autre. On attend aussi l'avis de la vérificatrice générale qui a dit qu'il faut mettre un peu plus d'équilibre dans le système. On est donc en train de le faire parce que l'économie fonctionne très bien. Le député sait bien qu'il y a beaucoup plus de Canadiens et de Canadiennes qui participent à l'économie, même dans son comté et dans sa province.

[Traduction]

La défense nationale

    Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Défense nationale.
    Nous avons appris hier à l'autre endroit que le gouvernement ne semble nullement avoir l'intention, du moins pour l'instant, de tenir la promesse qu'il a faite au cours de la campagne électorale, et qu'il a reprise dans le discours du Trône, de fournir 5 000 soldats de plus pour assurer le maintien de la paix.
    Voici ma question pour le ministre de la Défense nationale. Pourquoi les libéraux manquent-ils à cette promesse et ont-ils aussi l'intention de briser la promesse qu'ils ont faite à l'égard de l'accroissement des forces de réserve?
    Monsieur le Président, le gouvernement a précisé très clairement qu'il avait l'intention d'accroître la force régulière de 5 000 membres et la réserve de 3 000 membres. Nous avons toujours dit que cela exigerait l'octroi de fonds supplémentaires au ministère. Le premier ministre a promis que nous obtiendrions des fonds dans le prochain budget pour nous permettre de le faire.
    Hier, au cours de son témoignage, l'amiral a dit que cela ne pouvait pas se faire du jour au lendemain. Le député le comprendra. Nous établissons notre calendrier, le ministère se prépare et nous attendons avec impatience d'engager ces gens. C'est la façon responsable d'agir. Nous élargissons nos forces armées pour être mieux en mesure de servir le Canada.
    Monsieur le Président, dans le cadre d'une manoeuvre électorale, le premier ministre et le Parti libéral ont promis d'accroître la force régulière de 5 000 membres et la réserve de 3 000 membres. Il y a quelques semaines, le chef d'état-major de la Défense a dit qu'il faudrait de cinq à six ans pour recruter ces nouveaux soldats. Hier, le sous-chef d'état-major a de nouveau confirmé cet embarrassant délai et affirmé que l'armée n'avait tout simplement pas l'argent nécessaire pour recruter, entraîner, équiper et loger tous ces soldats.
    Le gouvernement est-il prêt à manquer à une autre promesse électorale ou fournira-t-il dès maintenant les fonds nécessaires pour recruter les soldats?
    Monsieur le Président, je répondrai à cette question de la même façon que j'ai répondu la dernière fois qu'on me l'a posée. S'il attend au prochain budget, le député verra bien que les fonds nécessaires seront dégagés et il pourra alors déterminer si nous avons manqué à notre promesse électorale ou non.
    Je peux assurer aux députés que le premier ministre et moi-même, ainsi que tous les députés libéraux, travaillons très fort pour améliorer nos forces armées, et nous y arriverons.
    Monsieur le Président, au cours des dernières élections, le gouvernement a dit qu'il accroîtrait les forces armées sans avoir la moindre idée de la façon dont cela pourrait se faire, de l'utilisation qui en serait faite ou des fonds qu'il faudrait engager pour le faire. La fin de semaine dernière, le premier ministre a dit au réseau CNN: « Nous augmenterons considérablement le nombre de nos soldats, tant dans nos forces régulières que dans nos réserves. Nous y travaillons à l'heure actuelle. » Toutefois, le responsable adjoint des opérations militaires dit que ce n'est pas du tout le cas. Qui devons-nous croire?
    Monsieur le Président, le sous-chef d'état-major de la Défense a précisé très clairement que nous examinions actuellement comment nous pourrions procéder. Le premier ministre lui-même a précisé qu'il s'agissait là d'une importante priorité pour notre gouvernement. Nous obtiendrons les fonds nécessaires et nous irons de l'avant. Les forces armées sont très enthousiastes. J'espère que les députés feront preuve du même enthousiasme pendant que nous nous doterons d'une force militaire digne du XXIe siècle qui saura répondre aux besoins des Canadiens.

Les droits de la personne

    Monsieur le Président, le premier ministre vient tout juste d'annoncer qu'il va faire un arrêt en Libye pour serrer la main au président Khadafi. Or celui-ci vient d'annoncer qu'il annule la visite du groupe Human Rights Watch qui devait séjourner dans ce pays durant trois semaines pour faire enquête sur la violation constante des droits de la personne.
    Le premier ministre va-t-il séjourner en Libye plus longtemps qu'il ne l'a fait au Soudan? Quand il sera en Libye, le premier ministre demandera-t-il expressément au président Khadafi de lever l'interdiction frappant le groupe Human Rights Watch afin qu'il puisse faire son travail?
    Monsieur le Président, le premier ministre ne rate jamais une occasion de faire la promotion des droits de la personne. Il aborde ce sujet à chacun de ses voyages.
    Je suis convaincu que le premier ministre se rend en Libye précisément pour consolider le processus dans lequel la Libye s'est engagée depuis quelques années et qui a permis d'obtenir des améliorations.
    Son voyage a précisément pour but de renforcer ce processus qui doit se poursuivre.
    Monsieur le Président, le ministre vient de rater une occasion de répondre à une question précise.
    La semaine dernière, ici même, à la Chambre des communes, le Sous-comité des droits de la personne a entendu le témoignage inquiétant de divers représentants de groupes religieux soumis à une persécution forcenée dans un certain nombre de pays: les chrétiens au Pakistan, les adeptes du Falun Gong en Chine, les bouddhistes au Tibet et bien d'autres.
    Puisque le premier ministre rencontre bon nombre de ces dictateurs, va-t-il prendre la défense expresse des gens persécutés par leurs régimes? Va-t-il défendre la cause de la liberté de religion? Car si ces régimes accordent la liberté de religion, d'autres libertés suivront.

  (1450)  

    Monsieur le Président, justement, dans un discours que j'ai prononcé hier soir, j'ai dit que, dans presque tous les pays où je me suis rendu et où les droits de la personne étaient supposément violés ou encore dans lesquels la liberté de religion faisait l'objet de restrictions, j'ai soulevé cette question. Elle fait partie intégrante de la politique étrangère du Canada. Et, nul doute, elle fait partie intégrante des valeurs canadiennes qui inspirent mon gouvernement.
    La réponse à la question, qui, à mon avis, est très valable, est oui. Je soulèverai cette question en Libye et je la soulèverai dans tous les autres pays où il y a des problèmes de droits de la personne.

[Français]

L'environnement

     Monsieur le Président, le ministre de l'Environnement reconnaît que le plan de mise en oeuvre de réduction des gaz à effet de serre sera retardé. Face aux aveux du ministre, on comprend mieux maintenant les propos du sous-ministre Anderson en Australie, lorsqu'il affirmait que le Canada n'atteindrait même pas les deux tiers des objectifs de réduction de gaz à effet de serre.
    Comment le ministre de l'Environnement pouvait-il minimiser les propos du sous-ministre, la semaine dernière, alors que de par son aveu d'hier, il les confirme?
    Monsieur le Président, la citation que le député donne de mes propos est inexacte. Je n'ai jamais mentionné cela. Au contraire, le plan d'action pour Kyoto est en oeuvre depuis 2002. Dans le discours du Trône, nous nous engageons à le renforcer et à le revoir de près.
    Le changement climatique est un phénomène nouveau. Nous apprenons constamment davantage comment agir envers lui. Les Canadiens ont déjà investi 3,7 milliards de dollars, seulement au gouvernement fédéral, pour agir.
    Nous avons eu un plan très actif en matière d'énergie renouvelée et nous allons continuer à le faire.
    Monsieur le Président, le ministre s'est déjà dit prêt à signer une entente avec le Québec. Pourtant, il continue de privilégier les pétrolières et l'industrie de l'automobile, en retenant l'approche par secteur.
    Si le ministre est sérieux lorsqu'il affirme qu'il faut être juste et donner des cibles qui sont à la fois exigeantes et équitables, qu'attend-il pour donner la pleine maîtrise d'oeuvre au Québec sur son territoire, en signant avec lui une entente sur la base de l'approche territoriale?
    Monsieur le Président, je suis persuadé que nous aurons l'occasion, à maintes reprises, de travailler avec le gouvernement du Québec qui, lui, croit dans le Canada. Il sait que le Canada a un rôle essentiel à jouer sur cette planète.
    En effet, non seulement le Canada est un des premiers pays touchés par les changements climatiques, comme on le voit dans la partie nord de notre pays, mais il a une expertise essentielle pour réussir. Si un pays peut mettre tous les pays ensemble en vue d'agir face à ce grave problème pour l'humanité qu'est le changement climatique, c'est bien le Canada.

[Traduction]

La justice

    Monsieur le Président, un document de la GRC, récemment déclassifié, indique que, chaque année, quelque 600 femmes, dont de nombreuses adolescentes, sont attirées dans le commerce illégal du sexe au Canada. On estime par ailleurs que les rapports ne font état que d'une victime de ce commerce sur dix.
    Dans un contexte aussi pitoyable, la ministre de l'Immigration a accordé à des étrangères un traitement préférentiel pour qu'elles puissent entrer au Canada comme danseuses exotiques, exposant ainsi ces femmes à la vulnérabilité et à une exploitation accrue.
    Quand le gouvernement va-t-il se montrer sérieux au sujet du commerce illégal du sexe au Canada et prendre des mesures pour mettre fin à l'exploitation de ces femmes et de ces enfants des plus vulnérables?
    Monsieur le Président, je sais gré au député de sa question car on a défini la traite de femmes et d'enfants comme étant le trafic mondial des esclaves. En ce qui concerne ce trafic, qui est en fait le secteur de la criminalité qui connaît la plus forte croissance, nous avons axé notre politique sur la prévention ainsi que sur la protection des victimes, et en ce qui concerne les poursuites, nous l'avons axée sur la traduction des contrevenants devant les tribunaux.

L'industrie du textile et du vêtement

    Monsieur le Président, le ministre des Finances nous a promis à deux reprises qu'une décision serait prise sur la remise des droits de douane en faveur de l'industrie du textile. Le temps presse. L'échéance est dans quelques jours.
    Le ministre va-t-il signer les décrets de remise de droits de douane, ou compte-t-il offrir aux travailleurs de l'industrie canadienne du textile un avis de licenciement comme cadeau de Noël?
    Monsieur le Président, mes fonctionnaires et moi-même continuons de peaufiner les détails de notre proposition.
    Hier, à Guelph et à Cambridge, j'ai eu l'honneur de rencontrer des propriétaires et des travailleurs de plusieurs manufactures situées dans cette région de l'Ontario.
    Je tiens à leur donner l'assurance, et les députés de notre caucus se joignent à moi dans ce sens, que la solution que nous avons promis d'annoncer avant la fin de l'année est en effet imminente.

  (1455)  

Les anciens combattants

    Monsieur le Président, depuis 20 ans, le Programme d'autonomie des anciens combattants offre des soins au foyer et des services d'entretien ménager et d'entretien de terrain.
    L'an dernier, la portée du programme a été étendue de façon à offrir les services à celles qui ont été les principales dispensatrices de soins d'un ancien combattant décédé. Malheureusement, bien des veuves qui auraient mérité de recevoir cette aide en ont été privées à cause de la date du décès de leur mari.
    Que fait le gouvernement pour veiller à ce que les veuves d'anciens combattants qui sont morts dans des établissements de soins de longue durée ou avant 1990 soient traitées équitablement et reçoivent les services d'entretien de terrain dont elles ont besoin pour rester chez elles?
    Monsieur le Président, je remercie le député de sa question, qui arrive à point nommé.
    Aujourd'hui, le gouvernement prend une mesure importante pour reconnaître les efforts et les sacrifices des principaux dispensateurs de soin des anciens combattants.
    Nous accordons pour le reste de leur vie les services d'entretien ménager et d'entretien de terrain du PAAC à 4 000 personnes de plus qui ont été les principales dispensatrices de soins auprès d'anciens combattants qui avaient eux-mêmes droit au PAAC depuis sa création, en 1981.

L'agriculture

    Monsieur le Président, on convient généralement que le taux de participation est un bon moyen de mesurer le succès d'un nouveau programme gouvernemental. Par exemple, si 70 ou 80 p. 100 de la clientèle visée participent à un nouveau programme, cela donne à penser que les personnes en question connaissent le programme, le veulent et croient qu'il est dans leur intérêt supérieur d'y participer.
    À cette aune-là, le PCSRA est un échec lamentable. Il semble que, à Kawartha Lakes, seulement 47 agriculteurs sur des centaines ont adhéré au programme.
    Pourquoi le ministre continue-t-il de défendre le PCSRA, alors qu'il fait si manifestement faux bond à la vaste majorité des agriculteurs canadiens?
    Monsieur le Président, les producteurs qui ont reçu aujourd'hui près d'un demi-milliard de dollars grâce à ce programme sont sans doute en total désaccord avec le député.
    Nous avons travaillé très diligemment avec l'industrie et les producteurs pour nous assurer de prendre toutes les mesures voulues pour offrir ce programme de manière efficace et au bon moment.

[Français]

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, les Canadiens et Canadiennes se demandent si le gouvernement libéral prend à coeur leur sécurité et leur bien-être quand ils se rendent à l'étranger. Combien de situations dramatiques faudra-t-il vivre pour rendre ce gouvernement sensible aux problèmes des voyageurs canadiens?
    Hier, le ministre des Affaires étrangères a répondu avec légèreté à la requête de la famille Royer. A-t-il finalement l'intention de les contacter, et quelles ressources compte-t-il mettre à leur disposition?
    Monsieur le Président, je peux vous assurer que le gouvernement prend très au sérieux la situation des citoyens canadiens qui voyagent à travers le monde lorsque ceux-ci se retrouvent dans des situations aussi difficiles que celle de Nicolas Royer à l'heure actuelle.
    J'ai exprimé à quel point l'ambassadrice du Canada à Lima, Geneviève des Rivières, et toute son équipe ainsi que nos fonctionnaires ici à Ottawa travaillent en étroite collaboration avec les autorités péruviennes, qui font également un travail très important pour retrouver Nicolas Royer. Hydro-Québec fait sa part également avec un hélicoptère qui, depuis hier, cherche le jeune homme. Je peux vous assurer que nous considérons cette situation avec énormément d'intérêt.
    Monsieur le Président, malgré les déclarations rassurantes du gouvernement, la famille Royer continue de s'inquiéter du sort de Nicolas, disparu depuis le 27 novembre. Le père dénonce l'attitude du ministère de la Défense nationale, la qualifiant de pitoyable. « Ils n'ont même pas été foutus de me dire où je pouvais trouver de la nourriture sèche pour l'expédition » a dit le père de Nicolas.
    Comment le ministre de la Défense nationale peut-il expliquer qu'en dépit de l'urgence de la situation, il n'ait pas encore donné l'autorisation aux militaires de Val-Cartier pour qu'ils se rendent au Pérou afin de participer aux opérations de recherche?
    Monsieur le Président, je comprends que certains militaires à Val-Cartier se sont portés volontaires en cette matière. Toutefois il s'agit de leur décision personnelle. Il faut qu'ils évaluent le danger s'ils veulent le faire.
    Mon ministère et le ministère des Affaires étrangères collaborent étroitement avec la famille Royer pour trouver ce jeune homme. Mais c'est aux citoyens canadiens de décider eux-mêmes s'ils veulent aller là-bas ou pas. Évidemment, nous, nous n'empêchons personne d'y aller.

  (1500)  

[Traduction]

Le développement économique régional

    Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique et ministre responsable de la Société d'expansion du Cap-Breton.
    La semaine dernière, le ministre était au Cap-Breton pour faire une annonce dans le parc industriel Northside. Keata PharmEng, une société de produits pharmaceutiques, ouvrira une usine dans l'île du Cap-Breton.
    Étant donné le débat qui a lieu aujourd'hui à la Chambre, dans le cadre de l'étude du projet de loi C-9, au sujet de l'importance du développement économique régional, le ministre peut-il expliquer à la Chambre pourquoi des investissements comme celui-là sont importants pour l'économie du Cap-Breton?
    Monsieur le Président, le député de Cape Breton—Canso a tout à fait raison. J'étais au Cap-Breton le week-end dernier, avec mes deux collègues du Cap-Breton et le premier ministre Hamm et son Cabinet, pour annoncer l'attribution de prêts à Keata Pharmaceuticals, ce qui créera plus de 175 emplois bien rémunérés pour les habitants du Cap-Breton. Keata se joint à des sociétés comme Tesma, CB Castings et EDS, qui comprennent les avantages et l'importance d'investir dans les ressources humaines du Cap-Breton.
    Notre gouvernement affecte également des fonds à un nouveau programme de formation en biotechnologie et en technologie pharmaceutique au Collège universitaire du Cap-Breton, ce qui aidera les jeunes à demeurer...
    Le député de Sault Ste. Marie a la parole.

Le développement social

    Monsieur le Président, devant des leaders syndicaux la semaine dernière, le premier ministre a déclaré qu'il avait besoin du secteur privé pour mettre sur pied le programme national de garderies qui a été promis. Après avoir consulté les recherches effectuées dans ce domaine et le rapport de l'OCDE, le ministre du Développement social n'est pas sans savoir que les garderies à but lucratif offrent des services de piètre qualité.
    Il s'est engagé, à l'instar de ses homologues provinciaux, à appuyer le principe de la qualité. S'engagera-t-il aujourd'hui à mettre sur pied un système sans but lucratif afin de respecter le principe de la qualité?
    Monsieur le Président, comme le sait fort bien le député, nous voulons créer un système national de garde d'enfants fondé sur les meilleurs principes qui soient. Nous avons déjà fait un premier pas dans cette direction. Nous cherchons les meilleures façons de créer ce système national tout en respectant les quatre principes de base. Je me permets d'ajouter que le meilleur système en vigueur au Canada, celui du Québec, compte sur des garderies privées à but lucratif.

Présence à la tribune

    Je voudrais signaler aux députés la présence à notre tribune de l'honorable Loyola Sullivan, ministre des Finances de Terre-Neuve-et-Labrador, et de l'honorable Cecil Clarke, ministre de l'Énergie de la Nouvelle-Écosse.
    Des voix: Bravo!

Initiatives ministérielles

[Les crédits]

[Traduction]

Les crédits

Motion d'opposition--L'agriculture  

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 2 décembre, de la motion.
    Comme il est 15 h 03, conformément à l'ordre adopté le jeudi 2 décembre, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal sur la motion du député de Montcalm, concernant les crédits.
    Convoquez les députés.

  (1515)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 20)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
André
Angus
Bachand
Batters
Bellavance
Benoit
Bergeron
Bezan
Bigras
Blaikie
Blais
Boire
Bonsant
Bouchard
Boulianne
Bourgeois
Breitkreuz
Broadbent
Brown (Leeds—Grenville)
Brunelle
Cardin
Carrie
Carrier
Casey
Casson
Chatters
Chong
Christopherson
Clavet
Comartin
Côté
Crête
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cummins
Davies
Day
Demers
Deschamps
Desjarlais
Desrochers
Devolin
Doyle
Duceppe
Duncan
Epp
Faille
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Forseth
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gallant
Gaudet
Gauthier
Godin
Goldring
Goodyear
Gouk
Grewal (Newton—North Delta)
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guay
Guergis
Guimond
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hearn
Hiebert
Hill
Hinton
Jaffer
Jean
Johnston
Julian
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Komarnicki
Kotto
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Laframboise
Lalonde
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lauzon
Lavallée
Layton
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Marceau
Mark
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
McDonough
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
O'Connor
Oda
Pallister
Paquette
Penson
Perron
Picard (Drummond)
Plamondon
Poilievre
Poirier-Rivard
Prentice
Preston
Rajotte
Reid
Richardson
Ritz
Roy
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Siksay
Simard (Beauport—Limoilou)
Skelton
Smith (Kildonan—St. Paul)
Solberg
Sorenson
St-Hilaire
Stinson
Stoffer
Stronach
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Thompson (New Brunswick Southwest)
Toews
Trost
Tweed
Van Loan
Vellacott
Vincent
Warawa
Wasylycia-Leis
Watson
White
Williams
Yelich

Total: -- 164

CONTRE

Députés

Adams
Alcock
Anderson (Victoria)
Augustine
Bagnell
Bains
Bakopanos
Barnes
Bélanger
Bell
Bennett
Bevilacqua
Blondin-Andrew
Boivin
Bonin
Boshcoff
Boudria
Bradshaw
Brison
Brown (Oakville)
Bulte
Cannis
Carr
Carroll
Catterall
Chamberlain
Chan
Coderre
Comuzzi
Cotler
Cullen (Etobicoke North)
Cuzner
D'Amours
DeVillers
Dhalla
Dion
Dosanjh
Drouin
Dryden
Easter
Efford
Emerson
Folco
Fontana
Frulla
Fry
Gallaway
Godbout
Godfrey
Goodale
Graham
Guarnieri
Holland
Hubbard
Ianno
Jennings
Kadis
Karetak-Lindell
Karygiannis
Khan
Lapierre (Outremont)
Lastewka
LeBlanc
Lee
Longfield
MacAulay
Macklin
Malhi
Maloney
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (LaSalle—Émard)
Matthews
McCallum
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Minna
Mitchell
Murphy
Neville
O'Brien (London--Fanshawe)
Owen
Pacetti
Paradis
Patry
Peterson
Pettigrew
Phinney
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Powers
Proulx
Ratansi
Redman
Regan
Robillard
Rodriguez
Rota
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scott
Sgro
Silva
Simard (Saint Boniface)
Simms
Smith (Pontiac)
St. Amand
St. Denis
Szabo
Telegdi
Temelkovski
Thibault (West Nova)
Tonks
Torsney
Valeri
Valley
Volpe
Wappel
Wilfert
Wrzesnewskyj
Zed

Total: -- 125

PAIRÉS

Députés

Cleary
Eyking
O'Brien (Labrador)
Sauvageau

Total: -- 4

    Je déclare la motion adoptée.

Loi canadienne sur l'épargne-études

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 6 décembre, de la motion: Que le projet de loi C-5, Loi sur l'aide financière à l'épargne destinée aux études postsecondaires, soit lu pour la troisième fois et adopté.
    La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C-5.
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Si la Chambre est d'accord, je propose que vous demandiez le consentement unanime pour que le résultat du vote précédent s'applique à la motion dont la Chambre est actuellement saisie, les députés libéraux votant oui, sauf ceux qui voudraient voter autrement.
    Y a-t-il consentement unanime pour que l'on procède de cette façon?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.

  (1525)  

[Français]

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 21)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Adams
Alcock
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Victoria)
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
André
Augustine
Bachand
Bagnell
Bains
Bakopanos
Barnes
Batters
Bélanger
Bell
Bellavance
Bennett
Benoit
Bergeron
Bevilacqua
Bezan
Bigras
Blais
Blondin-Andrew
Boire
Boivin
Bonin
Bonsant
Boshcoff
Bouchard
Boudria
Boulianne
Bourgeois
Bradshaw
Breitkreuz
Brison
Brown (Oakville)
Brown (Leeds—Grenville)
Brunelle
Bulte
Cannis
Cardin
Carr
Carrie
Carrier
Carroll
Casey
Casson
Catterall
Chamberlain
Chan
Chatters
Chong
Clavet
Coderre
Comuzzi
Côté
Cotler
Crête
Cullen (Etobicoke North)
Cummins
Cuzner
D'Amours
Day
Demers
Deschamps
Desrochers
DeVillers
Devolin
Dhalla
Dion
Dosanjh
Doyle
Drouin
Dryden
Duceppe
Duncan
Easter
Efford
Emerson
Epp
Faille
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Folco
Fontana
Forseth
Frulla
Fry
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gallant
Gallaway
Gaudet
Gauthier
Godbout
Godfrey
Goldring
Goodale
Goodyear
Gouk
Graham
Grewal (Newton—North Delta)
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guarnieri
Guay
Guergis
Guimond
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hearn
Hiebert
Hill
Hinton
Holland
Hubbard
Ianno
Jaffer
Jean
Jennings
Johnston
Kadis
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Karetak-Lindell
Karygiannis
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Khan
Komarnicki
Kotto
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Laframboise
Lalonde
Lapierre (Outremont)
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lastewka
Lauzon
Lavallée
LeBlanc
Lee
Lemay
Lessard
Lévesque
Longfield
Loubier
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Macklin
Malhi
Maloney
Marceau
Mark
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (LaSalle—Émard)
Matthews
McCallum
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Minna
Mitchell
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Murphy
Myers
Neville
Nicholson
O'Brien (London--Fanshawe)
O'Connor
Oda
Owen
Pacetti
Pallister
Paquette
Paradis
Patry
Penson
Perron
Peterson
Pettigrew
Phinney
Picard (Drummond)
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Plamondon
Poilievre
Poirier-Rivard
Powers
Prentice
Preston
Proulx
Rajotte
Ratansi
Redman
Regan
Reid
Richardson
Ritz
Robillard
Rodriguez
Rota
Roy
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Scott
Sgro
Silva
Simard (Beauport—Limoilou)
Simard (Saint Boniface)
Simms
Skelton
Smith (Pontiac)
Smith (Kildonan—St. Paul)
Solberg
Sorenson
St-Hilaire
St. Amand
St. Denis
Steckle
Stinson
Stronach
Szabo
Telegdi
Temelkovski
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Thibault (West Nova)
Thompson (New Brunswick Southwest)
Toews
Tonks
Torsney
Trost
Tweed
Ur
Valeri
Valley
Van Loan
Vellacott
Vincent
Volpe
Wappel
Warawa
Watson
White
Wilfert
Williams
Wrzesnewskyj
Yelich
Zed

Total: -- 273

CONTRE

Députés

Angus
Blaikie
Broadbent
Christopherson
Comartin
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Davies
Desjarlais
Godin
Julian
Layton
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
McDonough
Siksay
Stoffer
Wasylycia-Leis

Total: -- 19

PAIRÉS

Députés

Cleary
Eyking
O'Brien (Labrador)
Sauvageau

Total: -- 4

    Je déclare la motion adoptée.

    (Le projet de loi, lu pour la troisième fois, est adopté.)

[Traduction]

Loi sur les revendications territoriales et l'autonomie gouvernementale du peuple tlicho

    La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C-14.

  (1535)  

[Français]

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 22)

POUR

Députés

Adams
Alcock
Anderson (Victoria)
André
Angus
Augustine
Bachand
Bagnell
Bains
Bakopanos
Barnes
Bélanger
Bell
Bellavance
Bennett
Bergeron
Bevilacqua
Bigras
Blaikie
Blais
Blondin-Andrew
Boire
Boivin
Bonin
Bonsant
Boshcoff
Bouchard
Boudria
Boulianne
Bourgeois
Bradshaw
Brison
Broadbent
Brown (Oakville)
Brunelle
Bulte
Cannis
Cardin
Carr
Carrier
Carroll
Catterall
Chamberlain
Chan
Christopherson
Clavet
Coderre
Comartin
Comuzzi
Côté
Cotler
Crête
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cullen (Etobicoke North)
Cuzner
D'Amours
Davies
Demers
Deschamps
Desjarlais
Desrochers
DeVillers
Dhalla
Dion
Dosanjh
Drouin
Dryden
Duceppe
Easter
Efford
Emerson
Faille
Folco
Fontana
Frulla
Fry
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gallaway
Gaudet
Gauthier
Godbout
Godfrey
Godin
Goodale
Graham
Guarnieri
Guay
Guimond
Holland
Hubbard
Ianno
Jennings
Julian
Kadis
Karetak-Lindell
Karygiannis
Khan
Kotto
Laframboise
Lalonde
Lapierre (Outremont)
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lastewka
Lavallée
Layton
LeBlanc
Lee
Lemay
Lessard
Lévesque
Longfield
Loubier
MacAulay
Macklin
Malhi
Maloney
Marceau
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (LaSalle—Émard)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
Matthews
McCallum
McDonough
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Minna
Mitchell
Murphy
Myers
Neville
O'Brien (London--Fanshawe)
Owen
Pacetti
Paquette
Paradis
Patry
Perron
Peterson
Pettigrew
Phinney
Picard (Drummond)
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Plamondon
Poirier-Rivard
Powers
Proulx
Ratansi
Redman
Regan
Robillard
Rodriguez
Rota
Roy
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scott
Sgro
Siksay
Silva
Simard (Beauport—Limoilou)
Simard (Saint Boniface)
Simms
Smith (Pontiac)
St-Hilaire
St. Amand
St. Denis
Steckle
Stoffer
Szabo
Telegdi
Temelkovski
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Thibault (West Nova)
Tonks
Torsney
Ur
Valeri
Valley
Vincent
Volpe
Wappel
Wasylycia-Leis
Wilfert
Wrzesnewskyj
Zed

Total: -- 198

CONTRE

Députés

Abbott
Ablonczy
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
Batters
Benoit
Bezan
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Carrie
Casey
Casson
Chatters
Chong
Cummins
Day
Devolin
Doyle
Duncan
Epp
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Forseth
Gallant
Goldring
Goodyear
Gouk
Grewal (Newton—North Delta)
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guergis
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hearn
Hiebert
Hill
Hinton
Jaffer
Jean
Johnston
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lauzon
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Mark
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
O'Connor
Oda
Pallister
Penson
Poilievre
Prentice
Preston
Rajotte
Reid
Richardson
Ritz
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Skelton
Smith (Kildonan—St. Paul)
Solberg
Sorenson
Stinson
Stronach
Thompson (New Brunswick Southwest)
Toews
Trost
Tweed
Van Loan
Vellacott
Warawa
Watson
White
Williams
Yelich

Total: -- 94

PAIRÉS

Députés

Cleary
Eyking
O'Brien (Labrador)
Sauvageau

Total: -- 4

    Je déclare la motion adoptée.

    (Le projet de loi, lu pour la troisième fois, est adopté.)

  (1540)  

[Traduction]

Loi sur l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

    La Chambre reprend l'étude de la motion: Que le projet de loi C-9, Loi constituant l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion de deuxième lecture du projet de loi C-9.
    Monsieur le Président, si la Chambre y consent, je proposerais que vous demandiez le consentement unanime pour que l'on considère que les députés qui ont voté sur la motion précédente ont aussi voté sur la motion dont la Chambre est actuellement, les députés libéraux votant en faveur, sauf ceux qui souhaitent être inscrits comme ayant voté autrement.
    Y a-t-il consentement unanime pour procéder de cette manière?
    Des voix: D'accord.
    Monsieur le Président, les députés conservateurs présents cet après-midi appuient la motion, sauf si les habitants de leur circonscription leur ont donné pour directive de voter autrement. Je signale que le député de Cypress Hills—Grasslands est absent de la Chambre.

[Français]

    Monsieur le Président, les collègues du Bloc québécois votent non sur cette motion.
    Monsieur le Président, les députés du Nouveau Parti démocratique votent oui sur cette motion.
    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 23)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Adams
Alcock
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Victoria)
Angus
Augustine
Bagnell
Bains
Bakopanos
Barnes
Batters
Bélanger
Bell
Bennett
Benoit
Bevilacqua
Bezan
Blaikie
Blondin-Andrew
Boivin
Bonin
Boshcoff
Boudria
Bradshaw
Breitkreuz
Brison
Broadbent
Brown (Oakville)
Brown (Leeds—Grenville)
Bulte
Cannis
Carr
Carrie
Carroll
Casey
Casson
Catterall
Chamberlain
Chan
Chatters
Chong
Christopherson
Coderre
Comartin
Comuzzi
Cotler
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cullen (Etobicoke North)
Cummins
Cuzner
D'Amours
Davies
Day
Desjarlais
DeVillers
Devolin
Dhalla
Dion
Dosanjh
Doyle
Drouin
Dryden
Duncan
Easter
Efford
Emerson
Epp
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Folco
Fontana
Forseth
Frulla
Fry
Gallant
Gallaway
Godbout
Godfrey
Godin
Goldring
Goodale
Goodyear
Gouk
Graham
Grewal (Newton—North Delta)
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guarnieri
Guergis
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hearn
Hiebert
Hill
Hinton
Holland
Hubbard
Ianno
Jaffer
Jean
Jennings
Johnston
Julian
Kadis
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Karetak-Lindell
Karygiannis
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Khan
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lapierre (Outremont)
Lastewka
Lauzon
Layton
LeBlanc
Lee
Longfield
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Macklin
Malhi
Maloney
Mark
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (LaSalle—Émard)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
Matthews
McCallum
McDonough
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Minna
Mitchell
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Murphy
Myers
Neville
Nicholson
O'Brien (London--Fanshawe)
O'Connor
Oda
Owen
Pacetti
Pallister
Paradis
Patry
Penson
Peterson
Pettigrew
Phinney
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Poilievre
Powers
Prentice
Preston
Proulx
Rajotte
Ratansi
Redman
Regan
Reid
Richardson
Ritz
Robillard
Rodriguez
Rota
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Scott
Sgro
Siksay
Silva
Simard (Saint Boniface)
Simms
Skelton
Smith (Pontiac)
Smith (Kildonan—St. Paul)
Solberg
Sorenson
St. Amand
St. Denis
Steckle
Stinson
Stoffer
Stronach
Szabo
Telegdi
Temelkovski
Thibault (West Nova)
Thompson (New Brunswick Southwest)
Toews
Tonks
Torsney
Trost
Tweed
Ur
Valeri
Valley
Van Loan
Vellacott
Volpe
Wappel
Warawa
Wasylycia-Leis
Watson
White
Wilfert
Williams
Wrzesnewskyj
Yelich
Zed

Total: -- 240

CONTRE

Députés

André
Bachand
Bellavance
Bergeron
Bigras
Blais
Boire
Bonsant
Bouchard
Boulianne
Bourgeois
Brunelle
Cardin
Carrier
Clavet
Côté
Crête
Demers
Deschamps
Desrochers
Duceppe
Faille
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gaudet
Gauthier
Guay
Guimond
Kotto
Laframboise
Lalonde
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lavallée
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Marceau
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Paquette
Perron
Picard (Drummond)
Plamondon
Poirier-Rivard
Roy
Simard (Beauport—Limoilou)
St-Hilaire
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Vincent

Total: -- 51

PAIRÉS

Députés

Cleary
Eyking
O'Brien (Labrador)
Sauvageau

Total: -- 4

    Je déclare la motion adoptée. Par conséquent, le projet de loi est renvoyé au Comité permanent de l'industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie.

    (Le projet de loi, lu pour la deuxième fois, est renvoyé à un comité.)

[Traduction]

Loi sur le ministère du développement social

    La Chambre reprend l'étude de la motion: Que le projet de loi C-22, Loi constituant le ministère du Développement social et modifiant et abrogeant certaines lois, soit maintenant lu une deuxième fois et renvoyé à un comité.
    La Chambre passe maintenant au votepar appel nominal différé sur la motion de deuxième lecture du projet de loi C-22.
    Monsieur le Président, si la Chambre y consent, je proposerais que vous demandiez le consentement unanime pour que l'on considère que les députés qui ont voté sur la motion précédente ont aussi voté sur la motion dont la Chambre est actuellement, les députés libéraux votant en faveur, sauf ceux qui souhaitent être inscrits comme ayant voté autrement.

[Français]

    Y a-t-il consentement unanime de la Chambre pour procéder ainsi?
    Des voix: D'accord.

[Traduction]

    Monsieur le Président, les députés conservateurs présents cet après-midi appuient la motion, sauf si les habitants de leur circonscription leur ont donné pour directive de voter autrement.

[Français]

    Monsieur le Président, les collègues du Bloc québécois votent contre cette motion.

[Traduction]

    Les députés du NPD voteront oui à cette motion.

[Français]

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)