Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
PDF

38e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 080

TABLE DES MATIÈRES

Le mardi 12 avril 2005




1000
V AFFAIRES COURANTES
V     Les Fonds municipaux verts
V         L'hon. R. John Efford (ministre des Ressources naturelles, Lib.)

1005
V     Réponse du gouvernement à des pétitions
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V     Le Code criminel
V         M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD)
V         Adoption des motions; première lecture et impression du projet de loi
V     La Loi sur la pension de retraite des Forces canadiennes
V         M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC)
V         Adoption des motions; première lecture et impression du projet de loi

1010
V     Pétitions
V         Le mariage
V         M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC)
V         Le bouclier antimissile
V         M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ)
V         L'ambassadeur du Canada à l'UNESCO
V         M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ)
V         Le suicide assisté
V         M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ)
V         L'immigration
V         M. Borys Wrzesnewskyj (Etobicoke-Centre, Lib.)
V         Le mariage
V         M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC)
V         M. Tom Lukiwski (Regina—Lumsden—Lake Centre, PCC)
V         Les garderies
V         M. Lee Richardson (Calgary-Centre, PCC)

1015
V         Le mariage
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         La défense nationale
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         Le mariage
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         L'étiquetage des contenants de boissons alcoolisées
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)
V     Questions au Feuilleton
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le vice-président
V Initiatives ministérielles
V     Loi d'exécution du budget de 2005
V         L'hon. Jim Peterson
V         L'hon. John McKay (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)

1020

1025

1030

1035
V         Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC)
V         L'hon. John McKay

1040
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)
V         L'hon. John McKay

1045
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)
V         L'hon. John McKay

1050
V         M. Charlie Penson (Peace River, PCC)

1055

1100

1105
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1110
V         M. Charlie Penson
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)
V         M. Charlie Penson

1115
V         Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC)
V         M. Charlie Penson
V         M. Guy Côté (Portneuf—Jacques-Cartier, BQ)

1120

1125

1130

1135
V         L'hon. John McKay (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)

1140
V         M. Guy Côté
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)
V         M. Guy Côté

1145
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)

1150

1155

1200

1205
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1210
V         Mme Judy Wasylycia-Leis

1215
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1220

1225

1230

1235
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)

1240
V         M. Paul Szabo

1245
V         M. Tom Lukiwski (Regina—Lumsden—Lake Centre, PCC)
V         M. Paul Szabo
V         M. Loyola Hearn (St. John's-Sud—Mount Pearl, PCC)

1250

1255
V         M. Tom Lukiwski (Regina—Lumsden—Lake Centre, PCC)

1300
V         M. Loyola Hearn
V         L'hon. John McKay (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)
V         M. Loyola Hearn

1305
V         M. Gerald Keddy (South Shore—St. Margaret's, PCC)

1310

1315
V         M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD)
V         M. Gerald Keddy
V         L'hon. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement, Lib.)

1320
V         M. Gerald Keddy
V         L'hon. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement, Lib.)

1325

1330

1335

1340
V         M. Randy White (Abbotsford, PCC)

1345
V         L'hon. Bryon Wilfert
V         L'hon. Bryon Wilfert
V         M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD)

1350
V         L'hon. Bryon Wilfert
V         M. Yvan Loubier (Saint-Hyacinthe—Bagot, BQ)

1355

1400
V DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS
V     Le bénévolat
V         L'hon. Brenda Chamberlain (Guelph, Lib.)
V     Les anciens combattants
V         M. Gerald Keddy (South Shore—St. Margaret's, PCC)
V     Le pape Jean-Paul II
V         L'hon. Judy Sgro (York-Ouest, Lib.)
V     L'agriculture
V         M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ)
V     La Garde côtière
V         M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.)

1405
V      Le Championnat mondial de curling masculin
V         M. Ken Epp (Edmonton—Sherwood Park, PCC)
V     L'immigration
V         M. Russ Powers (Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale, Lib.)
V     Place aux jeunes
V         Mme France Bonsant (Compton—Stanstead, BQ)
V     Terry Fox
V         L'hon. Maria Minna (Beaches—East York, Lib.)
V     Le programme de découverte de la capitale nationale et de la Colline du Parlement
V         M. David Tilson (Dufferin—Caledon, PCC)

1410
V     Les Prix d'excellence en affaires d'Etobicoke
V         L'hon. Jean Augustine (Etobicoke—Lakeshore, Lib.)
V     Les mines terrestres
V         Mme Libby Davies (Vancouver-Est, NPD)
V     Terry Fox
V         M. James Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam, PCC)
V     Le transport ferroviaire
V         M. Raynald Blais (Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, BQ)
V     Le festival du sirop d'érable d'Elmvale
V         Mme Helena Guergis (Simcoe—Grey, PCC)

1415
V     La Gendarmerie royale du Canada
V         Mme Susan Kadis (Thornhill, Lib.)
V     Les affaires autochtones
V         Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD)
V QUESTIONS ORALES
V     Les relations fédérales-provinciales
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V     Air India
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V     Le Programme de commandites
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)

1420
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)

1425
V         M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. Michel Guimond (Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. Michel Guimond (Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD)

1430
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC)
V         Le Président
V         Mme Diane Ablonczy

1435
V         Le Président
V         M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. James Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)

1440
V         M. James Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)
V         L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V     L'immigration
V         M. Mark Holland (Ajax—Pickering, Lib.)
V         L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)
V         Le Président
V     Les ressources humaines et le développement des compétences
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)

1445
V         L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.)
V         M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD)
V         L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.)
V     Le Programme de commandites
V         M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, PCC)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         Le Président

1450
V     La sécurité frontalière
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)
V         Le Président
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V     Le Programme de commandites
V         Mme Pauline Picard (Drummond, BQ)
V         Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.)
V         Mme Pauline Picard (Drummond, BQ)
V         Le Président
V     L'infrastructure
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)
V         L'hon. Jacques Saada (ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec et ministre responsable de la Francophonie, Lib.)

1455
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)
V         L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.)
V     La santé
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)
V         L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.)
V     Les ressources naturelles
V         M. Norman Doyle (St. John's-Est, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     Les Forces canadiennes
V         M. David Chatters (Westlock—St. Paul, PCC)
V         L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.)
V     Le Programme de commandites
V         Mme Nicole Demers (Laval, BQ)

1500
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V     Le budget
V         M. Borys Wrzesnewskyj (Etobicoke-Centre, Lib.)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     Présence à la tribune
V         Le Président
V         Le Président
V     Privilège
V         Nomination à la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie
V         M. Bob Mills (Red Deer, PCC)

1505
V         Le Président
V         Les propos du directeur des communications du premier ministre
V         Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC)

1510
V         L'hon. Mauril Bélanger (leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable de la réforme démocratique et ministre associé de la Défense nationale, Lib.)
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le Président

1515
V     Recours au Règlement
V         La période des questions orales
V         M. Gurmant Grewal (Newton—Delta-Nord, PCC)
V         L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.)
V         L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC)
V         Le Président
V         L'hon. Joseph Volpe

1520
V         Le Président
V         M. Gurmant Grewal
V         Le Président
V         La Loi sur le mariage civil
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V         Le Président
V         La période des questions orales
V         M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC)

1525
V         Le Président
V         Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC)
V         Le Président
V         M. Jay Hill

1530
V         Le Président
V Initiatives ministérielles
V     Loi d’exécution du budget de 2005
V         Le Président
V         M. Yvan Loubier (Saint-Hyacinthe—Bagot, BQ)

1535

1540
V         L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.)

1545

1550

1555
V         Mme Bev Oda (Durham, PCC)

1600

1605
V         M. Jim Prentice (Calgary-Centre-Nord, PCC)

1610

1615
V     Les travaux de la Chambre
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le vice-président
V         Adoption de la motion
V     Loi d'exécution du budget de 2005
V         L'hon. John McKay (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.)
V         M. Jim Prentice

1620
V         L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.)

1625

1630

1635

1640
V         M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD)
V         L'hon. Larry Bagnell

1645
V         M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD)

1650

1655
V     Les travaux de la Chambre
V         L'hon. Karen Redman (Kitchener-Centre, Lib.)
V         Le vice-président
V     Loi d'exécution du budget de 2005
V         L'hon. Peter Adams (secrétaire parlementaire de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.)

1700
V         M. Peter Julian
V         M. Brian Masse (Windsor-Ouest, NPD)

1705

1710
V         M. Randy White (Abbotsford, PCC)
V         M. Brian Masse

1715
V         M. Randy White
V         M. Brian Masse
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)

1720

1725

1730
V      Loi sur le mariage civil
V         Le vice-président

1805
V     (Division 56)
V         Le Président
V     La Loi sur le Parlement du Canada
V         Le Président

1820
V     (Division 57)
V         Le Président
V         Troisième lecture et adoption du projet de loi
V     Les crédits
V         Motion de l'opposition--Air India
V         Le Président

1830
V     (Division 58)
V         Le Président
V Affaires courantes
V     Les comités de la Chambre
V         Affaires autochtones et développement du Grand Nord
V         Le Président
V         L'hon. Karen Redman
V         Le Président
V         L'hon. Rob Nicholson
V         M. Michel Guimond
V         M. Yvon Godin

1835
V     (Division 59)
V         L'hon. Karen Redman
V         Le Président
V         L'hon. Rob Nicholson
V         M. Michel Guimond
V         M. Yvon Godin
V     (Division 60)
V         Le Président
V INITIATIVES PARLEMENTAIRES
V     La Loi sur l'assurance-emploi
V         M. Mark Warawa (Langley, PCC)

1840

1845

1850
V         Mme Beth Phinney (Hamilton Mountain, Lib.)

1855
V     Les travaux de la Chambre
V         M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC)
V         Le Président
V     La Loi sur l’assurance-emploi
V         M. Yves Lessard (Chambly—Borduas, BQ)

1900

1905

1910
V         M. David Christopherson (Hamilton-Centre, NPD)

1915

1920
V         M. Michel Guimond (Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, BQ)

1925

1930
V         M. Gérard Asselin (Manicouagan, BQ)

1935
V         Le vice-président
V         L'hon. Peter Adams
V         Le vice-président
V INITIATIVES MINISTÉRIELLES
V     La GRC et le maintien de l'ordre au Canada
V         Étude de l'initiative ministérielle no 10 par la Chambre, en comité plénier, sous la présidence de M. Strahl
V         L'hon. Tony Valeri (leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)

1940

1945
V         M. Bill Casey (Cumberland—Colchester—Musquodoboit Valley, PCC)
V         L'hon. Anne McLellan

1950
V         M. Robert Vincent (Shefford, BQ)
V         L'hon. Anne McLellan

1955
V         M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD)
V         L'hon. Anne McLellan
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)

2000

2005
V         M. Bill Casey (Cumberland—Colchester—Musquodoboit Valley, PCC)
V         M. Rob Merrifield
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)

2010
V         M. Rob Merrifield
V         M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC)

2015
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         M. Peter MacKay

2020
V         M. Bill Casey (Cumberland—Colchester—Musquodoboit Valley, PCC)
V         M. Peter MacKay

2025
V         M. Serge Ménard (Marc-Aurèle-Fortin, BQ)

2030

2035
V         M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD)

2040

2045
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V         M. Joe Comartin

2050
V         L'hon. Paul DeVillers (Simcoe-Nord, Lib.)

2055
V         M. Joe Comartin (Windsor—Tecumseh, NPD)

2100
V         L'hon. Paul DeVillers
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         L'hon. Paul DeVillers

2105
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         L'hon. Paul DeVillers
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)

2110

2115
V         L'hon. Jim Karygiannis (secrétaire parlementaire du ministre des Transports, Lib.)
V         M. Vic Toews

2120
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V         M. Vic Toews
V         Mme Rona Ambrose (Edmonton—Spruce Grove, PCC)

2125
V         M. Vic Toews (Provencher, PCC)
V         Mme Rona Ambrose

2130
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         Mme Rona Ambrose
V         L'hon. Wayne Easter (secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural), Lib.)

2135

2140

2145
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         L'hon. Wayne Easter

2150
V         M. Rob Merrifield

2155
V         L'hon. Wayne Easter
V         M. Robert Vincent (Shefford, BQ)

2200

2205
V         M. John Maloney (Welland, Lib.)
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)

2210

2215
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         L'hon. Roy Cullen

2220
V         M. Rob Merrifield
V         L'hon. Roy Cullen

2225
V         M. Bob Mills (Red Deer, PCC)

2230
V         M. Rob Merrifield
V         M. Bob Mills

2235
V         M. Brian Jean (Fort McMurray—Athabasca, PCC)

2240
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)

2245
V         M. Brian Jean
V         M. John Maloney (Welland, Lib.)

2250
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)

2255
V         M. John Maloney

2300
V         M. Rob Merrifield (Yellowhead, PCC)
V         M. John Maloney
V         M. Kevin Sorenson (Crowfoot, PCC)
V         M. John Maloney

2305
V         L'hon. Denis Paradis (Brome—Missisquoi, Lib.)

2310

2315
V         M. Kevin Sorenson (Crowfoot, PCC)
V         L'hon. Denis Paradis
V         M. Bob Mills (Red Deer, PCC)

2320
V         L'hon. Denis Paradis
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V         L'hon. Denis Paradis

2325
V         M. Kevin Sorenson (Crowfoot, PCC)

2330
V         L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V         M. Kevin Sorenson
V         M. Tom Lukiwski (Regina—Lumsden—Lake Centre, PCC)

2335
V         La vice-présidente adjointe

2340
V         La présidente suppléante (L'hon. Jean Augustine)






CANADA

Débats de la Chambre des communes


VOLUME 140 
NUMÉRO 080 
1re SESSION 
38e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mardi 12 avril 2005

Présidence de l'honorable Peter Milliken

    La séance est ouverte à 10 heures.


Prière



+AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

*   *   *

  +(1000)  

[Traduction]

+Les Fonds municipaux verts

+

    L'hon. R. John Efford (ministre des Ressources naturelles, Lib.): Monsieur le Président, conformément au paragraphe 32(2) du Règlement, j'ai le plaisir de présenter, dans les deux langues officielles, le rapport annuel sur les Fonds municipaux verts pour 2003-2004.

*   *   *

  +-(1005)  

[Français]

+-Réponse du gouvernement à des pétitions

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, conformément au paragraphe 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à 49 pétitions.

*   *   *

[Traduction]

+-Le Code criminel

+-

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD) demande à présenter le projet de loi C-361, Loi modifiant le Code criminel (taux d'intérêt criminel).

    --Monsieur le Président, tous les ans, plus d'un million de Canadiens ont régulièrement recours à des prêteurs sur salaire, tandis que 1,4 million d'autres Canadiens ont recours à des prêteurs qui réclament des frais d'intérêt élevés, ce qui cause préjudice à leur famille et réduit leur niveau de vie. Le taux d'intérêt effectif de ces prêts sur salaire, si l'on tient compte des frais cachés, dépasse les 50 p. 100, même si des taux nettement inférieurs sont offerts sur le marché financier traditionnel.

    Les banques ont délaissé le domaine des petits prêts sous prétexte que ceux-ci ne sont pas assez profitables. Par conséquent, nombreux sont les emprunteurs qui n'ont pas le choix.

    Je suis très heureux de présenter aujourd'hui ce projet de loi d'initiative parlementaire visant à mettre les consommateurs et leurs familles à l'abri de pratiques abusives et usuraires de prêt par la modification de l'article 347 du Code criminel afin de réduire de moitié le taux défini comme criminel, soit un taux qui dépasse de 35 p. 100, au lieu de 60 p. 100, le taux officiel de la Banque du Canada.

    Le projet de loi aurait en outre pour effet d'inclure, dans la définition d'intérêt, les frais cachés qui sont assumés par l'emprunteur pour souscrire à une police d'assurances.

    Le projet de loi s'attaque à un grave problème qui touche des familles dans plusieurs régions du Canada, et j'espère qu'il recueillera un large appui à la Chambre.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

*   *   *

+-La Loi sur la pension de retraite des Forces canadiennes

+-

    M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC): demande à présenter le projet de loiC-362, Loi modifiant la Loi sur la pension de retraite des Forces canadiennes (mariage après l'âge de soixante ans).

    --Monsieur le Président, au nom des anciens combattants, comme Gordon Read de Kelowna, et de leurs familles, je me fais un plaisir de présenter un projet de loi visant à modifier la Loi sur la pension de retraite des Forces canadiennes.

    Le projet de loi supprimerait le paragraphe 31(1) qui empêche les conjoints qui épousent des anciens combattants de 60 ans ou plus de recevoir la pension de l'ancien combattant au décès de ce dernier. On a tort de pénaliser les anciens combattants et leurs familles du simple fait qu'ils choisissent de se marier plus tard dans la vie. Il s'agit d'une politique désuète et la disqualification ne repose sur aucun argument valable.

    L'année 2005 est l'Année de l'ancien combattant . Les anciens combattants ont beaucoup donné au Canada. J'espère que mes collègues vont appuyer le projet de loi, les anciens combattants et leurs familles et montrer ainsi aux anciens combattants à quel point nous leur sommes reconnaissants.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

*   *   *

  +-(1010)  

+-Pétitions

+Le mariage

+-

    M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC): Monsieur le Président, la pétition que je présente aujourd'hui est l'une des nombreuses que j'ai reçues au sujet du mariage.

    Les pétitionnaires attirent l'attention de la Chambre sur le fait que le mariage est la meilleure assise sur laquelle fonder une famille et élever des enfants et ils disent que la définition du mariage, c'est-à-dire l'union d'un homme et d'une femme, est contestée. Les pétitionnaires exhortent donc le Parlement à adopter une loi pour reconnaître l'institution du mariage dans le droit fédéral comme étant exclusivement l'union d'un homme et d'une femme.

    Je constate, en terminant, que cette pétition est tout à fait conforme à la politique du Parti conservateur.

*   *   *

[Français]

+-Le bouclier antimissile

+-

    M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ): Monsieur le Président, j'ai trois pétitions à présenter aujourd'hui.

    La première est une pétition demandant au gouvernement fédéral de ne pas se joindre au bouclier antimissile du président américain George Bush. C'est évidemment une position très populaire au Québec.

*   *   *

+-L'ambassadeur du Canada à l'UNESCO

+-

    M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ): Monsieur le Président, la deuxième pétition que je veux déposer en est une qui a été entreprise par la Coalition canadienne pour la démocratie, qui demande le retour au pays et le licenciement d'Yvon Charbonneau comme ambassadeur canadien à l'UNESCO à cause de diverses positions qu'il a adoptées dans le domaine de la politique internationale, particulièrement au Moyen-Orient.

*   *   *

+-Le suicide assisté

+-

    M. Richard Marceau (Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, BQ): Monsieur le Président, la dernière pétition que je présente a été lancée par le 98,5 FM à Montréal, une station de radio, et en particulier par l'animateur Benoît Dutrizac, qui a d'ailleurs fait un excellent reportage à Télé-Québec au sujet du droit au suicide assisté et à la mort digne. Cette pétition demande à ce Parlement et ce gouvernement d'entamer une discussion portant sur le droit de mourir dignement et le suicide assisté, afin que tous ceux et celles qui voudraient avoir ce droit puissent en bénéficier.

*   *   *

[Traduction]

+-L'immigration

+-

    M. Borys Wrzesnewskyj (Etobicoke-Centre, Lib.): Monsieur le Président, en conformité de l'article 36 du Règlement, j'ai l'honneur de présenter une pétition signée par 28 personnes de la région du Grand Toronto et qui m'a été transmise par des électeurs de ma circonscription, Etobicoke-Centre.

    Les pétitionnaires demandent que le Parlement augmente les contingents des admissions par parrainage parental et réduise le temps de traitement des demandes de parrainage pour l'immigration.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Werner Schmidt (Kelowna—Lake Country, PCC): Monsieur le Président, je présente une pétition au nom de mes électeurs, qui exhortent le Parlement à adopter une loi pour reconnaître l'institution du mariage dans le droit fédéral comme étant exclusivement l'union à vie d'un homme et d'une femme.

    Je suis heureux de rendre service aux signataires et d'appuyer leur pétition.

+-

    M. Tom Lukiwski (Regina—Lumsden—Lake Centre, PCC): Monsieur le Président, je suis heureux d'intervenir aujourd'hui pour présenter deux pétitions au nom de mes électeurs de Regina—Lumsden—Lake Centre et au nom de certains habitants des municipalités de Regina Beach, de Buena Vista, de Moose Jaw et de Regina.

    Les deux pétitions portent sur la définition du mariage et, plus particulièrement, transmettent le souhait des signataires que la décision au sujet du mariage civil soit prise par les députés et non pas par des juges non élus, et que le Parlement préserve la définition actuelle du mariage, soit la définition traditionnelle de l'union exclusive d'un homme et d'une femme.

*   *   *

+-Les garderies

+-

    M. Lee Richardson (Calgary-Centre, PCC): Monsieur le Président, j'ai l'honneur d'intervenir aujourd'hui pour présenter une pétition au nom des électeurs de Calgary-Centre; à leurs yeux, il vaut mieux laisser aux parents et non au gouvernement le soin de choisir comment faire garder leurs enfants de la façon la plus économique possible plutôt que de privilégier un système de garderies publiques.

*   *   *

  +-(1015)  

+-Le mariage

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, je suis heureux de présenter aujourd'hui trois pétitions à la Chambre.

    La première porte sur la définition du mariage et a été signée par un certain nombre de Canadiens, dont certains proviennent de ma circonscription, Mississauga-Sud.

    Les signataires souhaitent simplement attirer l'attention de la Chambre sur le fait que le mariage doit être défini exclusivement comme l'union à vie d'un homme et d'une femme, et qu'il est la meilleure assise sur laquelle fonder une famille et élever des enfants. Ils soulignent également que la définition du mariage est de la compétence exclusive du Parlement.

    Ils exhortent donc le Parlement à adopter une loi pour reconnaître dans le droit fédéral le mariage comme étant exclusivement l'union à vie d'un homme et d'une femme.

*   *   *

+-La défense nationale

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, la deuxième pétition a trait aux anciens combattants.

    Les pétitionnaires souhaitent attirer l'attention de la Chambre sur le fait que des anciens combattants et des électeurs du Nouveau-Brunswick veulent l'informer que les Forces canadiennes envisagent de supprimer la croix de Malte de l'insigne que les aumôniers militaires portent à leur casquette, vu qu'il y a maintenant un aumônier musulman.

    Les pétitionnaires exhortent donc le Parlement à prendre les mesures nécessaires pour que les forces armées conservent l'insigne d'honneur de ces aumôniers et en créent une autre pour les aumôniers non chrétiens.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, la dernière pétition concerne la disposition d'exemption prévue dans la Charte.

    Les pétitionnaires veulent signaler à la Chambre que la majorité des Canadiens croient que les questions fondamentales de politique sociale doivent être tranchées par les parlementaires élus, et non pas par des juges non élus.

    Les pétitionnaires demandent donc au Parlement de recourir à toutes les mesures administratives et législatives possibles, y compris la disposition de dérogation, l'article 33 de la Charte, pour préserver et protéger la définition actuelle du mariage aux termes de la loi, soit exclusivement l'union d'un homme et d'une femme.

*   *   *

+-L'étiquetage des contenants de boissons alcoolisées

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD): Monsieur le Président, je suis heureuse de présenter une pétition au nom de nombreux électeurs et d'autres Canadiens qui s'inquiètent d'une question abordée récemment à la Chambre. Il s'agit du syndrome d'alcoolisation foetale. Les pétitionnaires estiment important d'apposer sur les contenants de boissons alcoolisées des étiquettes précisant que la consommation d'alcool peut causer des anomalies congénitales. Ils estiment que le gouvernement n'a pas répondu aux attentes de la population et des parlementaires canadiens et ils lui demandent d'adopter sans plus tarder des mesures à cet égard.

*   *   *

[Français]

+-Questions au Feuilleton

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, je suggère que toutes les questions demeurent au Feuilleton.

+-

    Le vice-président: Est-on d'accord?

    Des voix: D'accord.


+-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Traduction]

+-Loi d'exécution du budget de 2005

+-

    L'hon. Jim Peterson (au nom du ministre des Finances) propose que le projet de loi C-43, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 23 février 2005, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.

+-

    L'hon. John McKay (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je vous remercie de me permettre de présenter en deuxième lecture le projet de Loi d'exécution du budget de 2005. Respecter ses engagements: tel est le thème de notre budget de cette année. Et c'est aussi le thème du projet de loi qui nous est soumis aujourd'hui.

    Les Canadiennes et les Canadiens s'attendent à ce que notre gouvernement adopte d'importantes mesures pour respecter ses engagements. C'est exactement ce que nous avons fait. Au cours des prochaines minutes, j'espère en faire la preuve.

    Dans le budget de 2005, nous avons mis en avant un programme ambitieux visant à promouvoir le bien-être national, qui est axé sur cinq engagements complémentaires: le premier, maintenir une saine gestion financière; le deuxième, encourager une économie croissante et productive; le troisième, renforcer nos fondements sociaux; le quatrième, promouvoir un environnement durable et des collectivités viables; et le cinquième, raffermir le rôle du Canada dans le monde. J'espère que ces cinq engagements complémentaires deviendront évidents au cours des prochaines minutes.

    Le gouvernement propose, dans ce projet de loi, des mesures importantes pour respecter ces engagements, à l'aide d'initiatives soigneusement réparties sur cinq ans. Je montrerai dans un moment comment les mesures prévues dans ce projet de loi donnent suite à chacun de ces engagements. Auparavant, j'estime toutefois important de parler de la conjoncture économique, qui sous-tend chacun des budgets que nous présentons.

    Le Canada est dans une position enviable. Depuis que le budget fédéral a été équilibré en 1997, le Canada est devenu le chef de file des pays industrialisés du G7 au chapitre de la création d’emplois et il a enregistré la croissance la plus rapide pour ce qui est du niveau de vie.

    J'entends actuellement quelqu'un exprimer son appui, monsieur le Président. Il semble donc y avoir au moins une personne qui soit d'accord avec moi sur ce point très important.

    Si l'on regarde vers l'avenir, selon la moyenne des prévisions des économistes du secteur privé, la croissance réelle s'établira à 2,9 p. 100 du PIB, et elle devrait atteindre 3,1 p. 100 en 2006. J'ouvre ici une parenthèse pour signaler que, depuis la publication du budget, les économistes du secteur privé ont arrondi la croissance du PIB à la baisse pour 2005 en la ramenant de 2,9 à 2,6 p. 100. Les économistes du secteur privé ne sont peut-être plus aussi sûrs qu'ils l'étaient au moment de l'élaboration du budget. Bien entendu, cela préoccupe tous ceux d'entre nous qui considérons qu'un cadre financier solide est la pierre d'assise de notre prospérité.

    Ces prévisions comportent toujours des risques, y compris l'impact changeant de l'appréciation rapide de notre dollar. Le Canada est probablement l'un des pays les plus actifs dans le commerce international, sinon le plus actif, et pour cette raison nos risques échappent souvent à notre contrôle.

    Par exemple, le risque principal réside dans les deux boulets que sont le déficit budgétaire et le déficit courant des États-Unis. Cette situation pourrait engendrer une hausse des taux d'intérêt, un ralentissement de la croissance aux États-Unis et une dépréciation accrue du dollar américain. Tous ces facteurs pourraient nuire à la croissance au Canada et entraîner des ajustements économiques qui pourraient, dans bien des cas, être assez pénibles pour nous tous.

    Comme je l'ai mentionné, nous n'avons aucun contrôle sur la façon selon laquelle les États-Unis dressent leur budget ou gèrent le déficit des transactions courantes. Ce sont, dans les prévisions, des risques importants sur lesquels nous ne pouvons rien. Il en va de même pour l'économie de la Chine, la hausse du prix du pétrole et tous les autres facteurs de cette nature qui ne relèvent généralement pas du contrôle de notre économie.

  +-(1020)  

    C'est la possibilité de risques futurs qui motive le principal engagement de notre gouvernement, à savoir une saine gestion financière caractérisée par des budgets équilibrés ou fondée sur une planification financière plus judicieuse. Malgré des investissements substantiels dans le financement des provinces et des territoires, et la mise en oeuvre de nouvelles mesures, le budget de 2005 prévoit un excédent pour l'exercice financier actuel, qui prendra fin le 31 mars, un excédent qui se répète pour la huitième année d'affilée. C'est la plus longue série d'excédents budgétaires depuis 1867 et la fondation du pays.

    Le budget prévoit des budgets équilibrés ou excédentaires pendant les cinq prochaines années. Si les projections financières sont sur cinq ans, c'est que la grande majorité des engagements du budget s'étendent au-delà de l'horizon de planification habituel de deux ans. Ces résultats ont fait du Canada un chef de file à cet égard. Le Canada est en effet le seul pays du G7 à afficher des excédents gouvernementaux pour les trois dernières années et il est le seul pays qui puisse encore prévoir des excédents en 2005 et en 2006.

    Notre solide bilan a permis une réduction de plus de 60 milliards de dollars de la dette publique canadienne et une économie annuelle de 3 milliards de dollars en frais de service de la dette, ce qui a valu au Canada une cote de crédit triple A. Notre pays bénéficie donc de taux d'intérêt plus avantageux pour les provinces, les villes, les entreprises et les familles.

    Entre parenthèses, dans ma propre circonscription, Scarborough—Guildwood, nous avons pu observer que beaucoup de logements bas-de-gamme s'étaient libérés parce que les gens les quittaient pour s'acheter des maisons. En effet, en raison des taux d'intérêt actuels, la maison qui était auparavant hors de prix est devenue abordable. Les gens quittent les logements locatifs et déménagent dans leurs propres maisons parce que les paiements hypothécaires sont maintenant égaux ou même inférieurs au montant de leur loyer.

    La réduction combinée de la dette et des taux d'intérêt signifie que la partie des recettes du gouvernement jadis consacrée au service de la dette ou aux remboursements d'intérêts a diminué. En fait, auparavant, environ 38 ¢ de chaque dollar étaient appliqués au service de la dette. C'est maintenant environ 19 ¢, soit pratiquement la moitié. Pour les provinces en général, cette économie s'est aussi traduite par une réduction substantielle des frais consacrés au service de leur dette. En fait, certaines n'y consacrent plus que 12 ¢ de chaque dollar. Dans ce cas également, les économies profitent à toutes les entités qui doivent emprunter de l'argent.

    Pour maintenir ces avantages, et pour que le Canada soit à même d'absorber les pressions futures liées notamment au vieillissement de la population, le gouvernement vise à ramener le ratio de la dette au produit intérieur brut à 25 p. 100 d'ici dix ans.

    L'équilibre budgétaire et la réduction de la dette ne sont pas le fruit du hasard. Ils exigent une planification financière prudente. C'est pourquoi le budget de 2005 maintient une réserve pour éventualités de trois milliards de dollars par an. Si ces fonds ne sont pas requis pour assurer l'équilibre budgétaire, ils seront directement affectés à la réduction de la dette.

    Nous avons également continué d'intégrer une mesure de prudence économique à notre planification budgétaire, et nous l'avons d'abord fixée à un milliard de dollars. Si nous n'en avons pas besoin, nous l'investirons dans les priorités des Canadiennes et des Canadiens.

    La rigueur financière exige également une approche ferme pour utiliser les deniers publics de façon judicieuse. C'est pourquoi le gouvernement a mis sur pied le Comité d'examen des dépenses du Cabinet et lui a confié le mandat d'examiner à la loupe chaque élément de ses dépenses.

    Ce comité a mis en évidence près de 11 milliards de dollars d'économies cumulatives au cours des cinq prochaines années. Près de 90 p. 100 de ces économies proviennent d'une plus grande efficience dans les domaines de l'approvisionnement, de la gestion des biens immobiliers, de la prestation des services et de l'administration des programmes. Ces économies ont été intégrées au budget de 2005 et sont réinvesties dans des programmes et services fédéraux de base.

    Le gouvernement s'est aussi engagé à encourager une économie croissante et productive. Les progrès réalisés actuellement par le Canada sur le plan économique démontrent que nous sommes sur la bonne voie. Toutefois, pour accroître la prospérité et la croissance, il nous faut améliorer constamment notre productivité et notre compétitivité, dans un contexte mondial qui évolue rapidement.

  +-(1025)  

    Je veux signaler là encore, en passant, que nous avons noté au cours de la dernière année une certaine baisse de la productivité qui est inquiétante. Je pense qu'elle est liée en grande partie à la montée rapide du cours du dollar canadien qui fait qu'il est très difficile pour certaines entreprises de s'adapter rapidement. Nous pouvons vivre avec un cours du dollar canadien élevé, mais c'est la rapidité à laquelle ce changement se produit qui fait qu'il est très difficile pour les entreprises de s'adapter et d'améliorer leur situation et leur productivité afin de demeurer compétitives.

    Nous sommes confrontés au défi de la retraite prochaine de la génération du baby-boom, à laquelle succédera une génération de travailleurs beaucoup moins nombreuse. Nous ne pourrons donc plus compter sur une croissance automatique de la population active pour stimuler l'économie. Nous devons donc faire en sorte que la main-d'oeuvre soit la plus inclusive possible. Nous devons aussi inciter la population active à être la plus compétente et la plus productive possible, de manière à vaincre la concurrence de l'étranger.

    Le budget de 2005 prévoit des mesures pour relever ces défis. Pour commencer, le gouvernement reconnaît que des services de qualité au chapitre de l'apprentissage et de la garde des jeunes enfants sont beaucoup plus que simplement une bonne politique sociale. Ils constituent également un investissement dans une meilleure productivité et la réussite de l'économie dans les années à venir. C'est ce dont je parlais lorsque j'ai déclaré que nous avions besoin d'une main-d'oeuvre inclusive. Manifestement, les hommes et les femmes qui élèvent des enfants et travaillent ont besoin des dispositions les plus souples possible pour pouvoir élever leur famille.

    C'est pourquoi le projet de loi C-43 prévoit la création d'une fiducie de 700 millions de dollars pour permettre aux provinces d'investir dans des programmes d'éducation préscolaire et de garde d'enfants. Ce montant représente la part des exercices 2004-2005 et 2005-2006 des 5 milliards de dollars que le gouvernement fédéral s'engage à investir sur cinq ans pour créer un programme d'éducation préscolaire et de garde d'enfants, avec la collaboration des provinces et des territoires.

    Nous prenons aussi des mesures visant à réduire les impôts. Un régime fiscal concurrentiel assure une plus grande prospérité aux particuliers et une plus grande productivité aux sociétés. C'est pourquoi le gouvernement fédéral a diminué les impôts chaque année depuis qu'il a atteint l'équilibre budgétaire en 1997, grâce, notamment, à la baisse d'impôts sans précédent de 100 milliards de dollars sur cinq ans accordée en 2000.

    De plus, le budget prévoit une hausse du montant personnel de base, soit le revenu que tous les Canadiens peuvent gagner sans payer d'impôt. Ce montant atteindra 10 000 $ d'ici 2009. Cette mesure profitera à tous les contribuables et permettra à 860 000 personnes à faible revenu, dont près de 250 000 aînés, de cesser de payer de l'impôt.

    Ensuite, pour aider les Canadiens à épargner pour la retraite, le budget de 2005 relève le plafond annuel des cotisations aux REER et aux régimes de pension agréés: ce montant atteindra ainsi 22 000 $ d'ici 2010. Cette mesure profitera surtout aux entrepreneurs, aux travailleurs autonomes et aux petites entreprises, à ceux qui ne jouissent pas du soutien d'une grande société offrant des régimes de retraite. Par ailleurs, pour élargir l'horizon d'investissement des Canadiens, le gouvernement éliminera la limite de 30 p. 100 sur les biens étrangers -- notamment les actions -- détenus dans les REER et les régimes de pension.

    Le projet de loi C-43 renferme également des mesures visant à maintenir la compétitivité du régime de l'impôt des sociétés, pour stimuler la croissance et l'emploi. Il propose l'élimination de la surtaxe des sociétés en 2008. Cette mesure profitera à toutes les sociétés, tant les petites que les moyennes. D'ici 2010, le gouvernement propose de réduire le taux général de l'impôt des sociétés, qui est actuellement de 21 p. 100, pour le ramener à 19 p. 100. Ces mesures permettront aux entreprises canadiennes de conserver un avantage au titre du taux d'impôt, même si les États-Unis réduisent leur impôt des sociétés.

    Une économie productive et écologiquement durable ne constitue toutefois qu'un élément du bien-être des Canadiens. Le gouvernement s'acquitte aussi dans le budget de 2005 de son quatrième engagement, qui consiste à investir pour renforcer nos fondements sociaux. Ces investissements s'inscrivent dans la lignée de l'entente sur la santé de 41 milliards de dollars conclue l'automne dernier par le premier ministre du Canada et les premiers ministres des provinces et des territoires, et du nouveau cadre de 33 milliards de dollars mis en place pour la péréquation avec les provinces et pour le financement des territoires.

  +-(1030)  

    Par exemple, le premier ministre du Canada et les premiers ministres des trois territoires ont convenu de collaborer pour établir une stratégie exhaustive pour le Nord. Cette région amorce une période riche en promesses et en perspectives sans précédent, notamment en ce qui concerne les débouchés économiques liés à l'exploitation du pétrole, du gaz et des diamants.

    Le projet de loi C-43 propose la création d'une fiducie de 120 millions de dollars à l'intention des administrations territoriales pour les aider à respecter les objectifs de la Stratégie pour le Nord, une initiative conjointe du gouvernement du Canada et des administrations territoriales ayant pour but d'améliorer la qualité de vie des résidants du Nord.

    Le budget de 2005 tient aussi compte de la dette que nous avons envers nos aînés. Le budget prévoit en fait des investissements massifs dans un vaste éventail de politiques importantes pour les aînés. Un investissement dans les soins de santé réalisé l'automne dernier profite particulièrement aux personnes qui vieillissent. En effet, les gens utilisent la majeure partie des fonds alloués aux soins de santé dans la dernière partie de leur vie. Cet investissement dans les soins de santé est à l'intention de tout le monde, mais il revêt une importance particulière pour les aînés.

    Une proposition du projet de loi C-43 haussera les paiements du Supplément de revenu garanti de 2,7 milliards de dollars sur cinq ans, et des améliorations seront apportées à ce programme dans moins de deux ans. Cette mesure profitera à 1,6 million d'aînés, en majorité des femmes. Le montant annuel maximum du Supplément de revenu garanti augmentera de plus de 400 $ pour une personne seule, et de près de 700 $ pour un couple.

    Le troisième engagement du gouvernement tient compte du fait qu'une politique économique avisée et une politique environnementale éclairée peuvent aller de pair pour améliorer la qualité de vie, la santé des collectivités et les perspectives de croissance. Le budget de 2005 prévoit des mesures totalisant 5 milliards de dollars sur cinq ans à l'appui d'un environnement durable. Ces mesures comprennent la création du Fonds éco-net et d'un fonds de partenariat pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

    Une des mesures contenues dans le projet de loi C-43 prévoit la mise sur pied à Environnement Canada d'une nouvelle agence chargée d'administrer le Fonds pour le climat de 1 milliard de dollars, qui favorisera la réduction et l'élimination des gaz à effet de serre. En outre, le projet de loi propose de modifier la Loi canadienne sur la protection de l'environnement pour qu'il soit plus facile, à l'avenir, d'inclure les gaz à effet de serre dans la liste des substances visées par la loi. Ainsi, le ministre de l'Environnement pourra réglementer les émissions et mettre sur pied le régime proposé pour les grands émetteurs finaux et le programme d'échange des droits d'émission.

    Le projet de loi C-43 prévoit l'investissement de 300 millions de dollars dans les fonds municipaux verts pour soutenir la réalisation de projets environnementaux à l'échelle locale. Sur cette somme, 150 millions de dollars seraient affectés à l'assainissement et à la réutilisation des friches industrielles.

    Les villes et les autres milieux habités sont parmi les éléments de l'environnement qui comptent beaucoup pour les Canadiens. Le budget de 2005 poursuit sur la lancée du Nouveau Pacte pour les villes et les collectivités conclu l'an dernier, en accordant aux municipalités une part croissante de la taxe d'accise fédérale sur l'essence. Le projet de loi C-43 prévoit à cette fin un financement initial de 600 millions de dollars, soit l'équivalent de 1,5 cent le litre. Ce financement augmentera d'année en année jusqu'à atteindre 2 milliards de dollars au bout de cinq ans, conformément à l'engagement pris par le gouvernement.

    Tout en comblant les besoins de la population canadienne, nous ne devons pas oublier, comme nous le rappellent des événements tels que le récent tsunami en Asie, que nous vivons dans le village global. Par exemple, lorsque le tsunami a frappé le Sud-Est asiatique en décembre, les Canadiens ont été profondément touchés. Je me permets une autre brève digression pour mentionner que cette tragédie a beaucoup secoué la communauté sri-lankaise, dont j'ai l'honneur de représenter plusieurs membres, à titre de député. Le Canada a fait preuve d'une grande générosité dans les circonstances en accordant aux victimes un soutien totalisant 425 millions de dollars.

    Comme c'est leur habitude, les Canadiens ont réagi avec une grande générosité. Les particuliers au pays ont fait des dons d'environ 200 millions de dollars à des organismes de bienfaisance, et le gouvernement a ajouté une somme comparable.

  +-(1035)  

    Je conclus en disant que les mesures prévues dans le projet de loi C-43 représentent un plan complet et intégré visant à accroître le bien-être des Canadiens. Au cours de cette période et dans le cadre de ce budget, nous nous acquittons des engagements que nous avons pris.

+-

    Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC): Monsieur le Président, le député voudrait-il nous parler de la déductibilité des dépenses dans le cas des investissements?

    L'Association canadienne de l'immeuble a rencontré un grand nombre de députés. Ce qui l'intéresse particulièrement, c'est de savoir si nous prévoyons faire quelque chose au sujet des gains en capital, dont il ne serait pas tenu compte dans la définition de la rentabilité prévue.

+-

    L'hon. John McKay: Monsieur le Président, des représentants du secteur de l'immobilier étaient sur la Colline hier. Malheureusement, je n'ai pas pu les rencontrer et entendre leurs instances, mais une réunion a été prévue.

    Ce qui les préoccupe, c'est la déductibilité des coûts des biens immeubles lorsqu'un gain est réalisé. Cela découle d'une décision de la Cour suprême. Le gouvernement a adopté comme position que, lorsqu'il n'y avait pas de possibilité réelle de gagner de l'argent avec un immeuble et de réaliser un gain en capital, les dépenses ne seraient pas déductibles.

    On pourrait prendre l'exemple d'une ferme d'agrément dont les dépenses permettent de réduire d'autres revenus alors qu'il n'y a pas de réelles possibilités de réaliser un gain. L'exemple n'est peut-être pas très bon, mais c'est le seul qui me vient à l'esprit. C'est le problème que les représentants du secteur de l'immobilier ont soulevé par suite de la cause entendue par la Cour suprême.

    J'ai hâte de discuter de nouveau avec eux pour voir si on peut faire quelque chose. A priori, la position du gouvernement correspond à la décision rendue par la Cour suprême du Canada.

  +-(1040)  

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD): Monsieur le Président, j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt le secrétaire parlementaire se vanter du nombre de budgets excédentaires que le gouvernement a présenté ces dernières années. Cependant, pas une seule fois il n'a fait mention de certaines des situations extrêmement difficiles qui touchent les étudiants, les sans-abri et les Canadiens à faible revenu. Il a omis de dire que le budget ne prévoit aucune initiative à leur égard.

    Le député souligne que le gouvernement enregistre des excédents successifs, mais il ne dit rien au sujet des étudiants qui croulent sous le poids des dettes. Il a omis de mentionner que ni le budget ni la Loi d'exécution du budget ne prévoient quoi que ce soit en matière d'éducation, le seul espoir pour les familles que leurs enfants arriveront à s'en sortir et auront un avenir meilleur. Le gouvernement néglige le seul programme qui offrirait un certain espoir d'égaliser les conditions au Canada.

    Comme on parle beaucoup d'élections ces jours-ci, je signale que, lors de la dernière campagne électorale, il y a moins d'un an, le premier ministre a déclaré publiquement, alors qu'il se trouvait à Terre-Neuve-et-Labrador, que le gouvernement envisageait d'injecter 8 milliards de dollars dans l'éducation. Tout le monde a applaudi parce que le premier ministre abordait l'une des questions les plus essentielles pour les Canadiens aujourd'hui. Que s'est-il passé en un an? Pas un mot concernant l'éducation depuis la campagne électorale. Voilà encore une promesse non tenue. Le gouvernement n'a accordé aucune attention à l'une des questions les plus essentielles qui se pose à la nation, en l'occurrence l'accès à l'éducation postsecondaire de qualité.

    Comment se fait-il que rien n'a été prévu en matière d'éducation, ni dans le budget ni dans la Loi d'exécution du budget, alors que le premier ministre a fait une promesse si grandiose et a donné tant d'espoir il y a à peine un an? Pourquoi, au cours des consultations prébudgétaires, le gouvernement a-t-il rejeté les commentaires et les suggestions des associations d'étudiants et de professeurs et des organismes du secteur de l'éducation au sujet de l'échec de programmes comme le Bon d'études canadien, les régimes enregistrés d'épargne-études et le Fonds des bourses d'études du millénaire pour régler le problème de l'accès universel à l'éducation? Aujourd'hui, nous apprenons que le Cabinet a en main des documents révélant que ces programmes ne sont qu'une réussite partielle et n'offrent qu'un accès limité à l'éducation.

    J'aimerais que le député présente l'ensemble de la situation. J'aimerais savoir exactement à quoi m'en tenir au sujet de l'éducation et savoir ce que le gouvernement envisage de faire et avec quelle rapidité il entend intervenir.

+-

    L'hon. John McKay: Monsieur le Président, chose intéressante à signaler, je reviens d'une réunion avec le recteur de l'Université de Toronto. Nous avons eu une discussion fascinante sur une foule de mesures que le gouvernement du Canada a prises principalement en matière de recherche, mesures dont l'Université de Toronto bénéficie de façon importante. En effet, elle sait gré au gouvernement non seulement pour la création des diverses fondations où elle peut puiser des fonds, mais aussi pour le financement des chaires de recherche et pour diverses mesures dans le domaine de l'éducation postsecondaire.

    Honnêtement, je rejette la prémisse de la question de la députée par rapport à notre engagement dans l'éducation postsecondaire. Notre engagement est profond. Il est important et il a remis les universités canadiennes dans la course en matière de recherche. De plus, il a inversé la tendance en ce qui concerne l'exode des cerveaux. Nous parlons maintenant de recrutement des cerveaux.

    La question a deux volets. Le deuxième porte sur l'accès aux études. La députée a raison dans l'analyse superficielle qu'elle fait du projet de loi. Le budget n'a pas répondu aux enjeux relatifs à l'accès aux études, soit, mais j'attire l'attention de la députée sur des mesures mentionnées dans le budget de 2004: les régimes enregistrés d'épargne-études, les bons d'études, les bourses du millénaire et d'autres mesures de ce type dénigrées par la députée.

    En toute franchise, je dirais que ces mesures ont obtenu un taux de succès inégal à certains égards. Par exemple, ma famille utilise les régimes enregistrés d'épargne-études. C'est un des principaux moyens qui permettront à mes enfants de poursuivre des études postsecondaires. Je m'attends à ce que de telles mesures soient évaluées et examinées de façon continue.

    Le dernier point porte sur les sans-abri. Le recours aux fonds mis de côté ces dernières années n'a pas été aussi important que nous l'espérions. Par ailleurs, j'aimerais signaler à la députée...

    Mme Judy Wasylycia-Leis: Je me demande pourquoi.

    L'hon. John McKay: Eh bien, en partie parce que les provinces semblent incapables de s'organiser. Des gens sont venus à mon bureau pour se plaindre du fait que les fonds existent, mais qu'on ne les utilise pas. Lorsqu'ils commenceront à être utilisés, nous évaluerons de nouveau la situation. Je signale que les logements abordables sont devenus beaucoup plus abordables sous le régime actuel.

  +-(1045)  

+-

    M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC): Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur certains des commentaires formulés par le secrétaire parlementaire en réponse aux questions posées par la députée de Blackstrap.

    En parlant de dépenses admissibles, il a donné l'exemple des fermes d'agrément. Je sais que le secrétaire parlementaire connaît bien les difficultés que vivent les agriculteurs. Nous nous attendons à de lourdes pertes dans cette industrie. Bon nombre d'exploitations agricoles n'arriveront pas à démontrer qu'elles sont en mesure d'enregistrer des profits dans de telles conditions.

    Nous savons également que les définitions actuelles touchent aussi d'autres secteurs, comme celui de l'investissement immobilier, et qu'il faudra du temps avant qu'on puisse parler de profit et de rentabilité des placements. Comment le secrétaire parlementaire pourra-t-il s'assurer que les règles et directives strictes qui existent actuellement n'auront pas d'effets négatifs sur notre productivité future?

    Selon un article paru récemment dans le Ottawa Citizen, les règles qui rendent les investissements difficiles constituent l'un des plus grands obstacles pour les Canadiens. Elles font partie des éléments qui portent les gens à réfléchir avant d'investir et de lancer de petites entreprises alors qu'ils travaillent encore en espérant qu'elles deviendront un jour rentables.

+-

    L'hon. John McKay: Monsieur le Président, le député pose une bonne question. Je sais que c'est plutôt nouveau ici. La question tourne autour de la notion d'attente raisonnable de profit. Beaucoup d'entreprises voient le jour et, en toute franchise, il y en a qui réussissent mieux que d'autres. En réalité, il est probable que la grande majorité d'entre elles ne connaissent pas un grand succès. Je ne me souviens plus des chiffres à ce sujet, mais il me semble avoir vu que seulement une ou deux sur dix réussissent.

    Le gouvernement est d'avis qu'il doit exister une attente raisonnable de profit avant qu'on puisse déduire ces coûts d'autres revenus. Si les gens établissent des entreprises qui n'ont pas d'attente de profit, mais s'ils veulent déduire leurs dépenses d'autres revenus, que ce soient des pensions de retraite, d'autres revenus de travail ou des gains en capital, alors ils se heurteront à des difficultés. À mes yeux, voilà la position qu'il faut prendre.

    Pour ce qui est d'encourager les petites entreprises à prendre leur envol et à évoluer en ce sens, un certain nombre de programmes sont en place. Le problème quand on est le gouvernement, c'est qu'on devrait pouvoir tout faire en même temps. Il faut toujours avoir une attente raisonnable de profit et satisfaire à cette définition. Si ce n'est pas le cas, je ne crois pas que quiconque puisse réclamer des déductions.

  +-(1050)  

+-

    M. Charlie Penson (Peace River, PCC): Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat sur le projet de loi C-43, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget, qui a été déposé le 23 février, soit il y a à peine six semaines.

    Malheureusement, ce projet de loi portant exécution du budget reflète l'arrogance du gouvernement libéral, arrogance qui règne au Parlement depuis plus d'une décennie, soit depuis 1993, lorsque les libéraux ont été élus pour la première fois. Toutefois, le gouvernement actuel est minoritaire et il est temps que le premier ministre cesse de se comporter comme s'il jouissait d'une majorité et qu'il commence à gouverner en tenant compte des intérêts des Canadiens. Malheureusement, cela ne semble pas être le cas.

    Nous, du Parti conservateur, avons dit très clairement que, à notre avis, les dispositions législatives renfermées dans le projet de loi C-43 devraient être regroupées en trois volets distincts: premièrement, les dispositions visant à mettre en oeuvre l'accord de Kyoto; deuxièmement, les mesures visant à remplir les engagements pris envers les provinces, y compris l'Accord atlantique; troisièmement, les dispositions que l'on retrouve normalement dans les lois d'exécution du budget.

    Commençons par les mesures liées à l'accord de Kyoto. Le gouvernement nous est arrivé avec une décision de dernière minute visant à inclure des changements à la Loi canadienne sur la protection de l'environnement et des dispositions afin de créer l'Agence canadienne pour l'incitation à la réduction des émissions. Dans le contexte actuel de gouvernement minoritaire, tout cela n'est qu'un leurre grossier et une tactique de diversion qui ne trompe personne. Je remarque que le milieu environnemental n'est pas très heureux lui non plus de la tactique employée par le gouvernement, même si le ministre de l'Environnement a pu croire qu'il jouirait de l'appui de ce groupe.

    En fait, les libéraux savaient que la majorité à la Chambre n'allait pas approuver les mesures relatives à Kyoto si celles-ci étaient présentées dans un projet de loi distinct. C'est pour cette raison qu'ils ont inclus ces mesures dans un amendement de dernière minute au projet de loi C-43. Cette façon de faire a eu à tout le moins pour effet de retarder l'adoption de mesures légitimes prévues dans le budget et elle pourrait même, selon ce qui va se produire au cours des prochains mois, mettre en danger leur mise en oeuvre.

    Les efforts cyniques faits par le gouvernement pour diviser et régner ont eu un effet opposé à celui qu'il souhaitait. Peu importe si les gens sont pour ou contre l'accord de Kyoto, personne n'est prêt à accepter les mesures superficielles, élaborées à la hâte et très contestables qui nous sont présentées de mauvaise foi.

    Je voudrais parler brièvement de Kyoto et de tout ce qui a été élaboré à Rio, à la fin des années 80. D'entrée de jeu, le gouvernement s'est dirigé, comme un somnambule, vers l'accord de Kyoto, qui laisse grandement à désirer. Après avoir négligé la question pendant près de dix ans, le gouvernement a dû élaborer une position à temps pour la conférence internationale de Kyoto, au Japon.

    Les libéraux ont concocté à la hâte la position du gouvernement. Ils ont tenu environ une semaine de consultations auprès des provinces. Ils ont convenu avec les provinces d'une position que ces dernières pouvaient accepter puis, une fois arrivés à Kyoto, ils ont doublé les concessions que le Canada acceptait de faire et auxquelles les provinces avaient donné leur accord, une semaine plus tôt. C'était un mauvais départ, et nos concitoyens n'en reviennent pas de la façon dont le gouvernement a géré tout ce dossier.

    Selon nous, il ne s'agit pas des mêmes mesures que celles qui ont été présentées au Parti conservateur dans le budget, et nous avons donc refusé de défaire le gouvernement sur le budget. Cette récente proposition d'amendement nous semble être une façon de changer les choses. C'est une méthode insolite.

    Permettez-moi de parler de l'Accord atlantique. Le projet de loi d'exécution du budget nous pose un autre problème à cet égard. Je trouve tout aussi méprisante la tactique utilisée par les libéraux, à savoir tenir la population de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse en otage en liant l'Accord atlantique, que la plupart des députés appuient, aux mesures concernant Kyoto, qui sont clairement problématiques.

    Les députés se souviendront que l'Accord atlantique est le résultat de la promesse faite par le premier ministre, alors qu'il tirait gravement de l'arrière aux dernières élections, il y aura un an en juin. Après s'être rendu à Terre-Neuve-et-Labrador pour raffermir ses appuis, il a reconnu la nécessité d'apporter des changements aux mesures, en particulier en ce qui concerne les recettes de l'exploitation des ressources au large des côtes. Puis, lorsque les premiers ministres de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse lui ont demandé, quelques mois plus tard, d'honorer l'engagement qu'il avait pris en vertu de l'entente, il s'est montré récalcitrant. Nous avons tous pu suivre le déroulement des négociations et voir, notamment, le dégoût exprimé par Danny Williams après que le premier ministre soit revenu sur son engagement. Finalement, sous le poids des pressions énormes exercées sur lui, le premier ministre a cédé.

    Selon nous, il suffirait d'un jour à la Chambre pour adopter les dispositions du projet de loi C-43 relatives à l'Accord atlantique, si les libéraux acceptaient de déposer un projet de loi distinct. Jusqu'à maintenant, cependant, ils ont refusé de poser un geste aussi simple.

  +-(1055)  

    Cependant, le 6 avril, il n'y a pas si longtemps, le chef du Parti conservateur a cherché le consentement unanime pour la motion suivante: « Que, nonobstant tout article du Règlement ou les pratiques habituelles de la Chambre, un ministre soit autorisé à présenter, sans préavis, un projet de loi mettant en oeuvre l'Accord atlantique; que, lorsqu'il sera mis à l'étude, le projet de loi, d'office, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé au comité plénier, étudié en comité plénier et qu'il en soit fait rapport à la Chambre sans propositions d'amendement, qu'il soit agréé à l'étape du rapport, qu'il soit lu pour la troisième fois et adopté. »

    Il était évident que l'intention était d'accélérer le processus. Après d'immenses pressions, l'accord a finalement été conclu entre les premiers ministres de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse et le gouvernement libéral. Cependant, les libéraux l'ont relié à l'amendement portant sur le Protocole de Kyoto, ce qui pose problème.

    Le député de Toronto—Danforth, le chef du NPD, a appuyé la motion. Nos opinions divergent peut-être sur beaucoup de questions, mais les conservateurs et le NPD ont tous deux un sens du franc jeu que les libéraux ne partagent apparemment pas puisqu'ils ont refusé leur consentement. Toutefois, nous sommes d'accord sur cette question. L'Accord atlantique devrait être adopté sans plus tarder, pour que les habitants de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse obtiennent ce qui leur a été promis pendant les dernières élections, soit l'entente équitable qu'ils méritent.

    Le fait est que le Parti conservateur n'aime pas qu'on marchande le bien-être des Canadiens et des habitants de cette région en particulier dans ce dossier. Les libéraux devraient arrêter d'essayer de marquer des points et se décider à suivre l'exemple du Parti conservateur en faisant ce qui est dans le meilleur intérêt des habitants de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse. Nous demandons la suppression de ce lien dans le projet de loi et, si le gouvernement refuse, nous tenterons de l'obtenir en comité.

    Les mesures budgétaires habituelles figurent normalement dans ces projets de loi d'exécution du budget. Ce qui est fort étrange, c'est que, lors de la dernière campagne électorale, les libéraux ont décrié bon nombre des initiatives du Parti conservateur, comme les réductions d'impôt, qu'ils semblent maintenant accepter. Notre dernier programme électoral, que les libéraux ont critiqué il y a à peine 10 ou 11 mois, le qualifiant de financièrement irresponsable, promettait de nouvelles dépenses de 58 milliards de dollars et des réductions d'impôt sur cinq ans.

    Dans le budget de 2005, les libéraux se sont engagés à effectuer de nouvelles dépenses de 55 milliards de dollars au cours de la même période. Ce qui est étrange et remarquable, c'est que les montants sont presque identiques. Nous n'avions pas les moyens de les engager en juin, pendant la campagne électorale. Cela aurait été extrêmement irresponsable. Puis, le budget a été présenté le 23 février et, étrangement, les mêmes dépenses ont été proposées. Ce n'était donc qu'un vil stratagème politique, utilisé pendant les élections, pour jeter le discrédit sur le Parti conservateur. Nous constatons aujourd'hui que, pendant tout ce temps, nous en avions les moyens.

    Malheureusement, un bon nombre des mesures annoncées dans le budget ne vont pas suffisamment loin ou ne seront pas mises en oeuvre assez rapidement pour influer réellement sur le bien-être des Canadiens. En fait, certains appellent le dernier budget « le budget de 2008 », car bon nombre des mesures n'entreront en vigueur que vers la fin de la période de cinq ans.

    Les mesures de réduction des impôts des particuliers qui sont annoncées dans le projet de loi sont insuffisantes et sont concentrées en fin de période. La réduction équivaut à, au plus, 16 $ l'année prochaine. On l'appelle la pizza de la réduction d'impôt. En effet, une famille pourrait peut-être acheter une pizza avec la réduction d'impôt dont elle bénéficiera l'année prochaine. Les libéraux ont donc concentré en fin de période bon nombre de ces dispositions, et les réductions ne représenteront que 192 $ lorsqu'elles seront pleinement mises en oeuvre en 2009. Ce n'est vraiment pas suffisant, mais c'est un pas dans la bonne direction.

    Cependant, les mesures d'accroissement de la productivité annoncées dans le budget sont insuffisantes. Elles montrent bien que le gouvernement ne tient pas compte des signaux d'alarme qui indiquent que les programmes hautement prioritaires du gouvernement pourraient être mis en péril si des mesures générales ne sont pas prises pour assurer la croissance de l'économie avant que la situation démographique ne devienne critique. Je siège au Comité des finances depuis quelque temps. Nous avons entendu parler de la crise démographique imminente. La population canadienne vieillit. Les contribuables seront moins nombreux à l'avenir. Nous estimons que nous devons prendre des mesures dès maintenant pour relancer l'économie du Canada. Nous savons que nous sommes loin derrière notre principal partenaire commercial, les États-Unis, en ce qui concerne notre productivité.

    Les gens peuvent se demander de quoi il s'agit. Cela signifie que nous avons un niveau de vie inférieur. C'est inacceptable. Nous avons pris un très sérieux recul depuis 25 ans. En termes réels, une famille canadienne moyenne de quatre personnes a un revenu net d'environ 24 000 $ de moins que la famille américaine moyenne.

  +-(1100)  

    Que pourraient faire les gens avec cet argent? Ils pourraient consacrer 2 000 $ par mois au remboursement de leur prêt hypothécaire. C'est cela que ça signifie en termes réels. Ils pourraient payer leur maison beaucoup plus rapidement si nous avions le même niveau de vie qu'aux États-Unis.

    Pourquoi ne pourrions-nous pas aspirer à un niveau de vie aussi élevé que les Américains? Nous l'avons déjà eu. Ce n'est que ces 25 dernières années que nous avons pris un sérieux recul. Notre productivité a chuté jusqu'à n'être plus qu'environ 75 p. 100 de celle des États-Unis.

    À mon avis, ce n'est pas la faute des Canadiens, mais celle des décideurs qui ont amené le gouvernement à dépenser dans toutes sortes de secteurs où il n'a plus rien à faire.

    Agissons dès maintenant pour corriger la situation avant que survienne la grande crise démographique. Le manque de productivité du Canada mine le niveau de vie actuel des Canadiens et, en plus, il compromet sérieusement notre capacité de maintenir nos programmes sociaux. C'est lorsqu'il fait beau qu'il faut réparer un toit qui coule, pas lorsque la maison est inondée.

    Certaines mesures contenues dans le projet de loi ne correspondent pas à la manière dont elles ont été présentées dans les documents budgétaires. Dans le budget, il était dit que les territoires se partageraient à égalité 120 millions de dollars en fiducie, mais selon la partie 6 du projet de loi C-43, la somme versée à chacun sera déterminée par les modalitésénoncées dans l’acte établissant la fiducie. C'est peut-être bien, mais peut-être pas. Il manque de détails.

    Le budget de 2005 prévoit que 150 millions de dollars puisés dans les Fond municipal vert serviront au nettoyage de friches industrielles. On a entendu parler de ce besoin à maintes reprises, mais rien n'est prévu à cet égard dans la partie 8 du projet de loi C-43, ce qui, je crois, est également une omission ou une erreur.

    Pour ce qui est du transfert d'une partie de la taxe fédérale sur l'essence aux municipalités, question qui alimente beaucoup les discussions, le secrétaire parlementaire a dit un peu plus tôt que la partie 11 du projet de loi C-43 autorise uniquement les paiements aux provinces à ce titre jusqu'en 2005-2006 même si le budget prévoyait que les transferts de la taxe fédérale sur l'essence augmenteraient pour atteindre jusqu'à concurrence de 2 milliards de dollars par an d'ici 2009-2010.

    J'estime qu'il faut encore éclaircir certaines dispositions.

    Les dispositions visant à aider les aînés à faible revenu ne sont pas aussi avantageuses que le ministre des Finances l'a laissé entendre dans son discours sur le budget. Par exemple, aux termes de la partie 23 du projet de loi C-43, à moins que les gouvernements provinciaux ne bonifient l'allocation pour menus besoins, l'augmentation du SRG, soit le Supplément de revenu garanti, ne sera pas payée aux aînés vivant en maisons de soins infirmiers, mais bien directement à l'exploitant de l'institution ou à la province.

    Il y a peut-être également des programmes provinciaux, comme le RRAG, soit le Régime de revenu annuel garanti, en Ontario, qui récupéreraient la moitié de l'augmentation du SRG. Ainsi, la situation n'est pas vraiment aussi rose que le laisse entendre le ministre des Finances.

    Quoi qu'il en soit, je remets plus particulièrement en question les prévisions concernant les excédents. Le budget vient d'être déposé il y a six semaines à peine. Le ministre des Finances nous a dit que l'excédent budgétaire pour l'exercice se terminant le 31 mars serait de 3 milliards de dollars; nous n'étions alors qu'à quelques semaines de la fin de l'exercice. Ce chiffre a changé de nombreuses fois au cours de l'exercice, mais nous avons néanmoins entendu le ministre dire qu'il y aurait un excédent de 3 milliards de dollars.

    Malheureusement, je crois que tout cela s'inscrit dans la foulée du fiasco de l'an dernier, quand le ministre des Finances avait prévu un excédent budgétaire de 1,9 milliard de dollars qui s'est magiquement transformé, après les élections je le précise, en un excédent de 9,1 milliards de dollars. Bon nombre de gens ont pensé que le ministre des Finances était peut-être dyslexique et qu'il avait inscrit les chiffres à l'envers, mais cela s'est avéré très avantageux pour le Parti libéral au cours de la campagne. Les libéraux ont dit qu'ils ne pouvaient pas se permettre toutes les dépenses promises par le Parti conservateur, mais hélas, ils auraient très bien pu le faire puisque l'excédent a atteint les 9,1 milliards de dollars.

    J'exhorte le ministre des Finances à relever ses chaussettes prévisionnelles et à cesser de cacher l'argent des contribuables en sous-estimant les excédents.

    Certaines personnes se demandent peut-être ce qu'il y a de mal à sous-estimer les profits. Ce qu'il y a, c'est qu'au cours des sept dernières années, les ministres des Finances ont sous-estimé les excédents dans sept budgets consécutifs. En fait, nous aurions pu compter sur 80 milliards de dollars de plus que ce que le gouvernement a dit que nous avions au cours des sept dernières années.

    Pourquoi tout cela a-t-il de l'importance? C'est important parce que les Canadiens n'ont pas leur mot à dire sur la façon dont cet argent devrait être dépensé et qu'ils ne peuvent faire part de leurs priorités. De plus, nous pourrions aussi dire que nous avons perçu trop d'argent dans les poches des contribuables canadiens. Quatre-vingt milliards de dollars auraient permis d'accorder un allégement fiscal intéressant.

  +-(1105)  

    Les vieilles habitudes sont difficiles à perdre et les libéraux ont encore une fois recours à des chiffres inexacts, affirmant que l'excédent pour l'exercice 2004-2005 qui vient de se terminer serait de 3 milliards de dollars. Ces chiffres nous semblent un peu étranges parce que, selon les calculs effectués par le groupe de prévisionnistes engagé par le Comité des finances, l'excédent serait plutôt de 6,1 milliards de dollars. Le ministre des Finances a affirmé que l'excédent devrait être de 4 milliards de dollars pour 2005-2006, alors que les prévisionnistes parlent plutôt de 8 milliards de dollars et disent que ce chiffre pourrait même être beaucoup plus élevé.

    Nous savons qu'il ne s'agit pas là d'une science exacte, comme le secrétaire parlementaire l'a rappelé à bon nombre de reprises, mais il me semble que, si le gouvernement fait des erreurs, il pourrait surestimer autant que sous-estimer les excédents. Toutefois, cela ne semble pas être le cas. Il semble que ce soit autre chose et il semble aussi que ce soit délibéré.

    Je souhaite parler de la mise à jour financière faite par le ministre en novembre dernier et souligner à quelle point elle a été inexacte, elle aussi, et cela est lié à mon propos. Ce que je dis, c'est que les Canadiens ont déjà un problème. Je me souviens de l'époque où le premier ministre était ministre des Finances; il se trouvait à Toronto et faisait la leçon au milieu des affaires sur les méfaits des entreprises, insistant sur l'importance qu'il y avait à ce que les Canadiens puissent s'en remettre aux chiffres des sociétés et sur le fait qu'elles devraient faire des projections exactes, de sorte que les gens souhaitant acheter des actions et obligations puissent avoir l'assurance que ces entreprises communiquaient des informations exactes.

    Pourquoi est-ce que cela ne s'appliquerait pas ici aussi? En fait, la Chambre ne devrait-elle pas fixer une norme élevée quant à la façon de faire des projections? À cette fin, le Comité des finances, au nom en particulier des partis d'opposition qui ont fait des modifications au discours du Trône préparé par le gouvernement, a demandé que nous ayons des prévisions financières plus précises et que nous envisagions de créer une commission budgétaire parlementaire.

    Nous sommes en train de le faire en comité. Nous avons des économistes indépendants qui examinent les deux derniers trimestres de 2004-2005. Ils ont pu nous donner des mises à jour en temps opportun, ce qui est très important pour les parlementaires, afin qu'ils puissent dire aux Canadiens qu'ils tiennent compte de leurs priorités et leur communiquent les informations le plus à jour.

    La vérificatrice générale a critiqué le gouvernement par le passé. Le Parti conservateur oeuvre au sein du Comité des finances dans le but de conférer vérité et transparence aux prévisions financières en établissant la commission parlementaire des prévisions budgétaires. Nous estimons qu'il est d'intérêt public de tenir un débat sain sur ce qu'il convient de faire avec l'excédent, s'il y en a un, et de ne pas jouer au chat et à la souris sur l'ampleur réelle de cet excédent.

    Le Parti conservateur continuera de demander des comptes aux libéraux à propos de dépenses mal ciblées et constituant du gaspillage. Après plus d'une décennie de gaspillage, de mauvaise gestion et de scandales de la part des libéraux, on a pu constater que les milliards de dollars envoyés à Ottawa auraient pu être gérés plus efficacement par les Canadiens eux-mêmes si on leur avait laissé cet argent. Les Canadiens ont payé des impôts excessifs de l'ordre de 80 milliards de dollars.

    Le Parti conservateur a également déclaré qu'il s'efforcera d'appuyer le gouvernement minoritaire tant que ce sera dans l'intérêt des Canadiens. Pour le moment, le projet de loi ne traduit pas ce principe. Cela étant dit, nous allons essayer de transformer ce projet de loi en d'autres mesures législatives qui répondent au mieux aux intérêts des Canadiens.

    Nous ne pouvons qu'espérer que les libéraux garderont ces intérêts à l'esprit et se laisseront guider par ces mêmes principes.

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, depuis un certain temps un débat intéressant a cours à la Chambre au sujet des excédents. Je me souviens qu'un journaliste a déclaré que c'était vraiment un bon problème à avoir.

    Le député pourrait vouloir s'exprimer au sujet de la dette. Nous avons remboursé quelque 60 milliards de dollars de dette. Je crois d'ailleurs que la dette est aussi élevée que lorsque les conservateurs ont quitté le pouvoir. Elle n'est pas tout à fait au même niveau, mais elle est très près de ce niveau.

    Les excédents accumulés depuis l'entrée au pouvoir des libéraux en 1993 ont essentiellement permis de maintenir la dette nationale au même niveau. Il serait donc peut-être prématuré de conclure qu'il s'agit d'un montant inapproprié ou usuraire.

    Je demanderais au député de nous parler du niveau des excédents et de l'importance de rembourser la dette et d'économiser ainsi en permanence quelque 3 milliards de dollars par année qui peuvent être réinvestis au nom des Canadiens. Le député fait partie du Comité des finances et sait que les facteurs de prévoyance et de prudence, si tout se passe comme prévu dans le budget, devraient générer des excédents. Pourrait-il nous dire s'il s'agit là d'une politique responsable à son avis?

  +-(1110)  

+-

    M. Charlie Penson: Monsieur le Président, la question du député de Mississauga-Sud est importante et les Canadiens veulent qu'elle fasse l'objet d'un débat à la Chambre. En fait, je crois qu'ils veulent que le remboursement de la dette soit une priorité. Par contre, je ne crois pas qu'ils veulent que la dette soit remboursée par convenance, à l'aide de l'argent qui reste lorsqu'on ne trouve plus de programmes où le dépenser. C'est essentiellement ce qui s'est produit depuis que le gouvernement est arrivé au pouvoir.

    J'aimerais rappeler au député que, lorsque le gouvernement est arrivé au pouvoir, en 1993, la dette s'élevait à quelque 495 milliards de dollars, montant accumulé par deux gouvernements, y compris celui des libéraux. Lorsque les libéraux ont été élus en 1993, ils ont ajouté 88 milliards de dollars à ce montant avant de réagir et de faire des changements pour commencer à rembourser la dette. Aujourd'hui, la dette s'élève toujours à plus de 500 milliards de dollars, ce qui est inacceptable.

    Les Canadiens souhaitent que la dette soit remboursée, en autant que ce soit de façon planifiée. Nous sommes d'avis que les réserves pour éventualités et pour prudence économique établies par le budget sont appropriées, mais nous croyons que cela devrait être suffisant pour cette catégorie. L'excédent budgétaire est deux ou trois fois plus élevé que les réserves pour éventualités et pour prudence économique établies par le budget mises ensemble. Cela montre bien que quelque chose ne tourne pas rond. Si le secteur privé devait opérer en fonction de telles prévisions économiques, je crois que les prévisionnistes ne garderaient pas longtemps leur emploi.

    Bien honnêtement, ces prévisions sont irresponsables. C'est l'une des raisons pour lesquelles la Chambre a envisagé, dans l'amendement du discours du Trône, la création d'une commission budgétaire indépendante, comme il en existe dans d'autres pays, notamment aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Une telle commission agirait comme vérificatrice des données du gouvernement, ce qui a donné d'excellents résultats aux États-Unis.

    Lorsque le député parle de l'excédent qui sert à rembourser la dette, je suis d'accord avec lui: en fin de compte, c'est bien, mais cela devrait bénéficier d'un traitement prioritaire. Peut-être que l'allégement fiscal est un autre objectif qu'ils veulent atteindre.

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD): Monsieur le Président, l'un des aspects les plus fascinants concernant la loi portant exécution du budget a trait au fait que les conservateurs ont appuyé ce budget libéral, un budget contesté par tous les secteurs de la société du fait qu'il n'assurait pas un juste équilibre entre le remboursement de la dette et le réinvestissement dans des programmes permettant de bâtir le pays. On peut considérer qu'il s'agit d'un budget vicié en raison des montants importants qui seront mis de côté dans des fiducies et des fonds discrets qui vont échapper à la surveillance du Parlement.

    C'est donc un budget qui risque d'engendrer l'équivalent d'un scandale des commandites: des millions de dollars seront mis à l'abri dans des fonds en fiducie que, ni le public, ni le Parlement ne seront en mesure de surveiller.

    Comment les conservateurs peuvent-ils justifier leur appui à un budget qui recèle le potentiel d'un scandale aussi important, sinon davantage, que le scandale qui nous préoccupe aujourd'hui?

+-

    M. Charlie Penson: Monsieur le Président, la députée de Winnipeg-Nord bombe le torse aujourd'hui concernant le vote sur le budget qui a eu lieu il y a quelque temps mais, d'après ce que j'ai pu comprendre, si le Parti conservateur ne s'était pas abstenu et avait voté contre le budget, les députés du NPD auraient déguerpi, de peur de faire tomber le gouvernement.

    Le temps viendra pour le gouvernement de tomber mais nous estimons qu'il revient aux Canadiens de prendre cette décision.

    Nous n'étions pas nous non plus satisfaits du budget. Il donnait satisfaction aux Canadiens dans une certaine mesure sur des aspects comme l'allégement fiscal. Cela dit, les mesures proposées n'allaient ni suffisamment vite, ni suffisamment loin, comme je l'ai signalé dans mon discours.

    Nous ne sommes pas favorables au projet de loi C-43, qui assurerait la mise en oeuvre du budget. Je viens de dire pourquoi. Nous souhaitons voir séparées du projet de loi trois dispositions, que nous allons ensuite traiter de façon distincte.

  +-(1115)  

+-

    Mme Lynne Yelich (Blackstrap, PCC): Monsieur le Président, j'aimerais savoir ce que le député pense des loyers exigés dans les aéroports.

    À Saskatoon, en Saskatchewan, l'administration aéroportuaire devra payer un loyer pouvant atteindre 700 000 $ à compter de janvier. C'est une somme colossale pour la petite ville de Saskatoon. L'administration aéroportuaire de Saskatoon a pris en main l'aéroport de cette ville parce que Transports Canada perdait de l'argent en s'en occupant.

    Que pense le député de cette contradiction?

+-

    M. Charlie Penson: Monsieur le Président, c'est une question importante, et pas seulement pour les grands aéroports. L'aéroport de Toronto et d'autres aéroports importants sont aux prises avec des problèmes de loyers, et les petits aéroports sont vraiment dans le pétrin à cause de cela. J'ai été étonné que le gouvernement ne prévoie pas de mesures dans le budget pour corriger la situation. Nous savons que certains transporteurs aériens disent maintenant qu'ils devront revoir leur politique de fréquentation de l'aéroport Pearson à Toronto parce que le loyer aéroportuaire y est trop élevé.

    Lorsque le gouvernement du Canada a décidé de demander aux administrations aéroportuaires, et dans les faits aux collectivités concernées, de s'occuper des aéroports, il l'a fait conformément à un certain nombre de critères. Personne ne s'attendait à ce que le gouvernement se transforme en propriétaire véreux qui augmente sans cesse les loyers sans justification. À mon avis, on a haussé massivement et exagérément les loyers. Le gouvernement ressemble à un propriétaire de logement insalubre.

    J'ai l'impression qu'en agissant ainsi, il va sonner le glas de beaucoup de petits aéroports. L'aéroport de Grande Prairie a des problèmes de loyer. L'administration aéroportuaire a aussi dit à la ville de Grande Prairie qu'il faut prévoir des services de lutte contre les incendies là-bas. Or, il y a dix ans, le gouvernement a dit que c'était un des services dont l'aéroport n'aurait pas à s'occuper. On a réalisé des économies importantes en prévoyant des services de lutte contre les incendies situés à un quart de mille de la limite de la ville. Les règles ont maintenant changé. Cela cause vraiment des problèmes à bien des aéroports et administrations aéroportuaires.

    À l'instar de la députée de Blackstrap, je pense que le gouvernement doit revoir cette question. Je sais que lorsque les conservateurs seront portés au pouvoir, ce qui pourrait se faire dans un très proche avenir, nous reverrons toute cette question.

[Français]

+-

    M. Guy Côté (Portneuf—Jacques-Cartier, BQ): Monsieur le Président, le 23 février dernier, le gouvernement libéral déposait un budget qui était et qui est toujours inacceptable pour les Québécoises et les Québécois parce qu'il en ignore les priorités.

    Naturellement, on ne peut être contre un budget et appuyer le projet de loi le mettant en oeuvre. Ainsi, vous devinerez facilement que le Bloc québécois a le devoir, au nom des Québécoises et des Québécois, de s'opposer au projet de loi C-43 qui met en application le budget déposé le 23 février dernier.

    Pourtant, par le projet de loi C-43, le gouvernement aurait pu et aurait même dû saisir l'occasion d'apporter des améliorations importantes au budget, allant dans le sens des intérêts du Québec. Cependant, le gouvernement libéral, en plus de refuser des améliorations à l'assurance-emploi et au déséquilibre fiscal, est même allé jusqu'à ajouter des éléments totalement inacceptables pour le Québec: par exemple, les ententes particulières au sujet de la péréquation avec Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse, ainsi que la mise en oeuvre du Protocole de Kyoto suivant le principe de pollueur-payé.

    De plus, ce gouvernement minoritaire aurait dû faire des compromis. Il a plutôt choisi la voie de l'arrogance et d'agir comme s'il était majoritaire. De fait, il a agi comme un gouvernement qui désirait des élections précipitées. Si la Chambre devait être dissoute en raison de ce projet de loi, le premier ministre devra en expliquer les raisons aux Québécoises et aux Québécois, et l'ensemble de sa députation devra porter l'odieux de nouvelles élections. Pour toutes ces raisons, nous ne pourrons donc appuyer la motion.

    Je mentionnais plus tôt que le Bloc québécois, au nom des Québécoises et des Québécois, s'était opposé au budget. De même, nous allons nous opposer à ce projet de loi. Pourquoi? Nous avons fait une large consultation au Québec concernant les besoins réels et les priorités de nos concitoyens. Nous en sommes arrivés à un certain nombre de conclusions, à savoir notamment qu'au Québec, le déséquilibre fiscal est un enjeu majeur qui doit se régler.

    Que demande la population du Québec? À long terme, elle demande des transferts de champs fiscaux. À court terme, elle demande des hausses de transferts en matière d'éducation et d'aide sociale. Elle demande également des hausses de péréquation assorties de modifications allant dans le sens des demandes du gouvernement du Québec, entre autres, l'amélioration quant à la règle des dix provinces et non pas la prise en compte de la moyenne de cinq provinces seulement.

    Qu'avons-nous dans ce budget sur le plan du déséquilibre fiscal? Nous avons un ministre des Finances qui n'annonce aucune mesure supplémentaire pour s'attaquer à l'étranglement financier du Québec, un problème que le Parti libéral refuse de reconnaître. Nous avons des ententes sur la santé et la péréquation qui sont nettement insuffisantes, qui ne règlent d'aucune façon le déséquilibre fiscal. Dieu sait que le gouvernement fédéral, au moment où nous nous parlons, avec ses surplus énormes, gigantesques, presque scandaleux, a les moyens financiers de régler ce dossier.

    Il existe une priorité pour l'ensemble des travailleurs au Québec et naturellement des chômeurs — j'ai presque envie de dire malheureusement. Il s'agit de l'assurance-emploi. Le Bloc québécois demandait une caisse et une Commission de l'assurance-emploi autonomes; une amélioration de la couverture du régime avec, entre autres, l'abaissement du seuil d'admissibilité à 365 heures; une augmentation du nombre de semaines d'admissibilité; la création d'un nouveau programme d'aide aux travailleurs âgés.

    Encore une fois, dans le budget, tout cela est très mince. Il n'y a presque rien concernant l'assurance-emploi, malgré des recommandations du Comité permanent du développement des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées qui réclamait une réforme beaucoup plus globale et malgré des rapports votés à l'unanimité en comité, je tiens à le préciser. L'unanimité, cela veut dire que des députés libéraux ont voté en faveur de ces rapports. Malgré cela, on ne retrouve aucune bonification qui puisse immédiatement s'appliquer aux travailleurs saisonniers, par exemple.

    En ce qui concerne les travailleurs saisonniers, il y a bien sûr une éventuelle mesure bien insuffisante quant à des projets pilotes. Il s'agit peut-être de 300 millions de dollars répartis dans tout le Canada. De plus, le budget 2005 empêche à proprement parler toute bonification au régime d'assurance-emploi puisque la modification à la caisse a pour principal objectif d'éliminer les surplus annuels.

  +-(1120)  

    Tout à l'heure, j'ai mentionné Kyoto et je suis convaincu que mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie en parlera beaucoup plus longuement que moi.

    Toutefois, je mentionnerai rapidement que les demandes du Québec portaient sur l'augmentation substantielle du programme de soutien à l'énergie éolienne; les déductions fiscales pour les laissez-passer dans le transport en commun; l'abolition des incitatifs fiscaux qui favorisent les énergies non renouvelables et nucléaires; on pourrait même parler de l'instauration de crédits d'impôt pour l'achat de véhicules hybrides. Que retrouve-t-on? On retrouve un budget qui confirme par ailleurs la voie déjà exprimée par le gouvernement fédéral, qui privilégie une approche volontaire face au Protocole de Kyoto qui ne permettra pas d'atteindre les objectifs en matière de réduction des gaz à effet de serre, et où les citoyens auront à assumer le fardeau financier à la place des grands pollueurs.

    C'est l'absence totale de mesures fiscales dans le secteur des transports. Cette absence ne permettra pas davantage au Québec d'améliorer son bilan des réductions des gaz à effet de serre. Ce sont des mesures qui sont mal adaptées pour le Québec.

    Depuis quelques années, le Québec vit une grave crise au niveau de l'agriculture. On s'attendait à ce que le gouvernement fédéral vienne en aide aux producteurs agricoles aux prises, entre autres, avec la crise de la vache folle, notamment en ce qui a trait à la compensation nécessaire pour atteindre le prix plancher. Il y a la situation de la vache de la réforme au Québec. Encore une fois, un bilan vraiment mince de la part de ce gouvernement dans le cadre du budget et du projet de loi C-43. C'est simple, il n'y a rien pour l'agriculture. Il n'y a qu'une petite enveloppe de 17 millions de dollars pour l'abattage, qui d'ailleurs n'est même pas une nouvelle somme. Ce gouvernement a complètement ignoré la situation des agriculteurs à travers le Canada et au Québec.

    Le gouvernement se fait fort de réinvestir massivement dans l'armée. Tout comme dans le domaine de la santé, je crois que la prévention aura toujours un meilleur effet. Ainsi, on s'attendait à ce que le gouvernement fasse des gestes concrets afin d'atteindre la cible visée par l'ONU au niveau de l'aide internationale, soit 0,7 p. 100 du produit intérieur brut d'ici 2015. À quoi assiste-t-on? On assiste à un très timide engagement de la part du gouvernement, qui d'aucune manière ne permettra d'atteindre cette cible. On estime qu'au rythme où vont les choses, ce n'est pas en 2015 que nous atteindrons le 0,7 p. 100 du PIB, mais d'ici une trentaine d'années. La coupe est loin des lèvres.

    Pour le Québec, un sujet particulièrement important est celui du respect de ses propres compétences. Dans le domaine des services à la petite enfance, soit des garderies, le Québec demande un droit de retrait complet avec pleine compensation, et ce sans condition, du programme fédéral de garde à la petite enfance. Concernant les congés parentaux, il faut que les transferts se fassent le plus rapidement possible au gouvernement du Québec pour qu'il puisse terminer de mettre en place le projet qu'il a présenté à ce sujet. On doit terminer les négociations avec les municipalités. Les transferts de la taxe à l'essence ne doivent pas aller directement aux municipalités, mais ils doivent se faire au moyen d'un transfert direct au Québec, permettant à ce dernier de décider des modalités d'application et de sa répartition entre les municipalités.

    Ce sont des demandes traditionnelles du Québec, et il est parfois difficile de comprendre que le gouvernement libéral n'arrive pas à entendre raison, alors que cela fait des années qu'on lui répète les mêmes choses. À quoi assiste-t-on dans le budget? On assiste à une entente finale qui a eu lieu concernant les congés parentaux, entre le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral. Toutefois, il ne faut pas oublier qu'il s'agit de l'argent des Québécois et que le gouvernement fédéral s'en sert pour investir dans un champ de compétence du Québec. Cette entente n'est donc qu'un juste retour des choses. Ce n'est pas la preuve que la fédéralisme asymétrique fonctionne. C'est plutôt une bataille qui a été menée depuis 1997 par le Bloc québécois au sein de cette Chambre. Il a fallu huit ans afin qu'il puisse finalement y avoir une entente au niveau des congés parentaux, malgré les multiples annonces historiques faites de mois en mois au sujet du programme à l'effet que cela devait se régler.

    Quant aux garderies, le premier ministre s'est engagé à verser au Québec sans condition sa part des fonds fédéraux qui leur sont consacrés. Toutefois, il ne faut pas oublier qu'il est question dans le budget fédéral de normes pan-canadiennes et de reddition de comptes. Le transfert d'une portion de la taxe sur l'essence pour les municipalités risque de se faire à des conditions inacceptables pour le Québec. Il est question d'objectifs stratégiques, de résultats canadiens et d'ententes bilatérales précisant la répartition entre les municipalités.

  +-(1125)  

    Or, ces trois domaines relèvent très clairement des compétences des provinces et du Québec. Encore une fois, ces demandes du Québec relativement au projet de loi C-43 et au budget ont été mises de côté.

    Le logement social constitue encore un domaine où la gestion du gouvernement est triste à en pleurer. On demandait que le gouvernement fédéral consacre à terme l'équivalent de 1 p. 100 de ses dépenses de programmes pour contribuer au développement de nouvelles unités de logement social et communautaire. À quoi assiste-t-on? À rien. Il n'y a tout simplement rien pour le logement social. S'il est un secteur qui a été le grand oublié de ce budget, c'est bien celui-là.

    Je le répète, c'est triste à en pleurer. Des familles ont de la difficulté à se loger adéquatement. Certaines familles au Québec consacrent environ 60 p. 100 de leurs revenus uniquement à leur logement. Pendant ce temps, ce gouvernement a le front de nous présenter un budget qui ne prévoit rien pour le logement social.

    Pour le Bloc québécois, il est important aussi, dans le cadre de ce budget, de ne pas oublier nos amis francophones du reste du Canada. On pensait que le gouvernement fédéral devait donner suite aux demandes budgétaires des associations francophones des provinces canadiennes et augmenter à 42 millions de dollars le budget qui leur est consacré dans le cadre des ententes Canada-communautés. Mentionnons en passant que ce budget est actuellement de 24,4 millions de dollars. Encore une fois, on n'a rien prévu pour la francophonie canadienne. C'est très malheureux.

    Pourtant, le gouvernement avait les moyens financiers d'en faire beaucoup plus. Les libéraux fédéraux disposaient de la marge de manoeuvre financière pour en faire beaucoup plus. Selon les prévisions du Bloc québécois, la marge de manoeuvre du fédéral atteindra quelque 50 milliards de dollars au cours des trois prochaines années, et non pas les maigres 15 milliards de dollars annoncés par le ministre des Finances pour la même période.

    Le gouvernement fédéral avait donc toute la latitude nécessaire pour agir, mais il n'en a pas eu la volonté politique. C'est aussi simple que cela. Encore une fois, on assiste au vieux truc du ministre des Finances, devenu premier ministre, qui privilégie le remboursement de la dette — on parle de 15 milliards de dollars sur cinq ans — au détriment des besoins des citoyennes et des citoyens du Québec.

    Telle est la situation générale. Je voudrais parler brièvement de quelques parties un peu plus spécifiques de cette loi qui me tiennent particulièrement à coeur.

    Je débuterai par la partie V, qui concerne la Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les provinces. Cette partie du projet de loi permet le transfert de montants pouvant aller jusqu'à 700 millions de dollars à une fiducie pour aider le Québec et les provinces à développer leur système de garderies, dans le respect des principes suivants: qualité, universalité, accessibilité et développement de l'enfant.

    Le Bloc québécois demande un droit de retrait avec pleine compensation financière lors de l'application du programme fédéral de garderies, et ce, sans conditions. L'adoption telle quelle de la partie V du projet de loi C-43 signifierait que l'argent de la fiducie mis à la disposition du Québec et des provinces est soudainement conditionnel à l'application de quatre normes nationales dans un champ de compétence exclusif du Québec et des provinces. Alors que tous les ministres libéraux sont intervenus dans ce dossier et ont promis que le tout se ferait dans le respect des compétences de chacun, en réalité, ce budget témoigne de l'obligation de répondre à des normes nationales.

    Un tel projet de loi implique pour le Québec qu'il doive satisfaire à des normes nationales établies par le gouvernement fédéral dans un champ de compétence qui n'est pas le sien. Cela implique aussi que le Québec doive rendre des comptes au gouvernement fédéral quant à la bonne application de ces mêmes normes nationales.

    Ainsi, le Québec est fortement pénalisé par ce projet de loi. Les parents du Québec attendent toujours les fonds supplémentaires qui tardent à venir, alors que le gouvernement du Québec est prêt à recevoir ces fonds et à les injecter pour améliorer et bonifier son propre système.

  +-(1130)  

    Je rappellerai que le Bloc québécois est à Ottawa pour protéger les intérêts des Québécoises et des Québécois. L'empiètement sur les champs de compétence du Québec, ainsi que l'obstination du gouvernement fédéral à tarder de signer une entente bilatérale avec le Québec, afin de ne pas le pénaliser d'avoir un des meilleurs systèmes de garde au monde, ne sont pas les moyens appropriés pour y parvenir.

    Je vous parle ici de l'enfance, mais la gestion de ce gouvernement, sur le plan de la Loi sur la sécurité de la vieillesse, n'est guère plus reluisante. À ce sujet, je fais référence à la partie 23 du projet de loi C-43. Bien sûr, le gouvernement se fait fort de rappeler à tous qu'il a injecté des sommes dans la Sécurité de la vieillesse. Sauf que le parti gouvernemental oublie — je suis poli — de creuser un peu plus profondément pour savoir ce que veulent dire ces sommes.

    Dans un premier temps, l'augmentation des sommes ne commencera pas avant janvier 2006. Les personnes âgées n'amélioreront pas leur sort immédiatement. Cela débutera plutôt en janvier 2006, soit presque un an après le dépôt budget.

    Dans un deuxième temps, il est aussi question d'une augmentation de 18 $ par mois pour une pensionnée ou un pensionné célibataire. Dix-huit dollars par mois, c'est une amélioration de la situation des personnes âgées vraiment extraordinaire! Je devrais aller danser dans les rues afin d'exprimer ma joie. Dix-huit dollars par mois, c'est scandaleux! Le gouvernement fédéral avait les moyens de faire beaucoup plus pour les personnes âgées.

    De plus, ce projet de loi ne fait aucune référence aux sommes dont les personnes âgées ont été privées au cours des 11 dernières années, parce que le gouvernement fédéral ne fournissait pas les informations adéquates afin que ces personnes âgées puissent bénéficier du Supplément de revenu garanti. De mémoire, il s'agit de sommes de 3 milliards de dollars au Canada et de 800 $ millions de dollars au Québec, que les personnes âgées n'ont pas pu obtenir par manque d'information. À mon avis, c'est vraiment scandaleux. Ce projet de loi ne touche d'aucune façon cet aspect d'une situation qui est extrêmement grave.

    J'ai parlé des jeunes et des personnes âgées. Dans le même ordre d'idées, parlons maintenant des travailleurs, des gens dans la force de l'âge qui, souvent pour des raisons tristes ou parfois pour des raisons économiques, ont besoin d'un soutien financier de l'État que nous leur accordons, entre autres, par l'assurance-emploi.

    Les gouvernements libéraux précédents ont fait de la caisse d'assurance-emploi une taxe à l'emploi, qui leur a permis en partie de payer la dette et d'éliminer le déficit. Ce projet de loi ne touche d'aucune façon l'accessibilité au régime. Imaginez une compagnie d'assurance où seuls 40 p.100 des cotisants réussissent à obtenir des bénéfices lorsqu'ils ont en besoin. Telle est la situation de la caisse d'assurance-emploi. Les quelques modifications qui se retrouvent dans le projet de loi ne touchent d'aucune façon l'accessibilité au régime. Elles ne touchent pas non plus la prolongation des prestations de l'assurance-emploi. Elles touchent à peine, par des projets pilotes, l'extension des prestations pour les travailleurs saisonniers. C'est un projet de loi qui, dans son ensemble, ne répond d'aucune façon aux besoins des Québécoises et des Québécois.

    En conclusion, je rappellerai que ce budget déposé le 23 février est totalement inacceptable. Il ignore complètement les priorités des Québécoises et des Québécois. Les libéraux fédéraux ont agi exactement comme un gouvernement qui désirait des élections précipitées. Nous avons voté contre le budget. Nous avons le devoir, au nom de nos concitoyens du Québec, des Québécoises et des Québécois, de voter le projet de loi C-43.

  +-(1135)  

[Traduction]

+-

    L'hon. John McKay (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, il n'y a rien que le gouvernement puisse vraiment faire pour contenter le Bloc Québécois. Pourquoi perdrions-nous ainsi notre temps?

    L'une des omissions notables de l'intervention du député concernait les accords avec la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador. Nous savons que ces accords représentent beaucoup d'argent, soit 2 milliards de dollars dans le cas de Terre-Neuve-et-Labrador et 800 millions de dollars dans le cas de la Nouvelle-Écosse, des montants qui ont été convenus par le premier ministre après de longues négociations suivies de certaines autres difficultés.

    Ce qui explique en partie la décision du gouvernement, c'est la situation financière très difficile dans laquelle se trouvent Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse, dont le rapport dette-PIB a grimpé à 62 p. 100 environ, je pense, dans le cas de Terre-Neuve-et-Labrador et à 38 p. 100 environ dans le cas de la Nouvelle-Écosse, ainsi que le déclin de leurs populations et le piètre rendement de leurs économies.

    L'une des raisons pour lesquelles Terre-Neuve-et-Labrador se retrouve dans un tel pétrin c'est que l'entente de Churchill Falls est tellement désavantageuse que la province doit en fait vendre son hydro-électricité au Québec à un taux scandaleusement bas, ce qui n'aide pas du tout ses recettes.

    J'ai deux questions à poser au député. Premièrement, appuierait-il une renégociation de l'entente intervenue entre Terre-Neuve-et-Labrador et le Québec pour que les taux générés reflètent vraiment les taux du marché? Deuxièmement, appuierait-il l'adoption de cet accord qui, en fait, compense en partie pour les difficultés que cette entente désavantageuse a causées à Terre-Neuve-et-Labrador?

  +-(1140)  

[Français]

+-

    M. Guy Côté: Monsieur le Président, je remercie le secrétaire parlementaire de sa question. J'ai deux ou trois éléments de réponse à lui fournir rapidement.

    Pour ce qui est de l'impossibilité de contenter les députés du Bloc québécois, j'évoquerai tout simplement, comme je le disais dans mon discours, le rapport unanime du Comité permanent du développement des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées en faveur d'une réforme en profondeur du système de l'assurance-emploi. C'était un rapport unanime. Si le gouvernement avait eu le courage de mettre en application ces mesures, en effet, le Bloc québécois aurait été content et aurait voté en faveur d'un tel projet de loi. C'est la première des choses.

    Deuxièmement, concernant l'entente entre le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador, nous, du Bloc québécois, contrairement au Parti libéral, ne nous ingérons pas dans les affaires des provinces. Nous siégeons au niveau fédéral. C'était un contrat entre deux parties. Si les parties désirent le renégocier, qu'elles le fassent. Quoi qu'il en soit, ce sont des affaires qui sont propres au Québec et aux provinces, et l'on ne s'ingérera pas là-dedans.

    Parlons-en des ententes particulières avec Terre-Neuve-et-Labrador et avec la Nouvelle-Écosse. Comme le secrétaire parlementaire le sait bien, un sous-comité du Comité permanent des finances, soit le Sous-comité sur le déséquilibre fiscal, effectue présentement une tournée pancanadienne qui sera bientôt terminée. Je me permets de tirer une conclusion un peu hâtive à la suite des différents témoins reçus: le système de péréquation a été complètement perverti par ce gouvernement, entre autres par le biais des ententes particulières. La péréquation est censée être une mesure d'équité afin que les provinces puissent offrir des mesures comparables. Ainsi, lorsqu'elles s'enrichissent, les revenus de péréquation diminuent, et c'est tout à fait normal.

    Or, ces principes d'équité sont mis en cause par les ententes avec Terre-Neuve-et-Labrador et avec la Nouvelle-Écosse. Ce sont des ententes qui déstabilisent complètement le fonctionnement de la péréquation, qui était déjà très éprouvée par les politiques de ce gouvernement.

    En outre, nous assistons à la recherche de nouvelles ententes particulières, notamment avec la Saskatchewan et l'Ontario. Plutôt que de tenter de régler à la pièce le problème en signant des ententes qui accentuent les iniquités, pourquoi le gouvernement fédéral ne procède-t-il pas à une réforme en profondeur du système de péréquation et ne règle-t-il pas le problème du déséquilibre fiscal? Là est la question.

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD): Monsieur le Président, je voudrais féliciter le député de Portneuf—Jacques-Cartier pour son discours très intéressant. Je voudrais lui poser une question, dans la même ligne que le secrétaire parlementaire, concernant le déséquilibre fiscal et la péréquation.

    Hier, le député et moi étions à Québec pour entendre les témoins au sujet de la péréquation. C'était incroyable. En effet, tous les témoins de tous les partis, que ce soit le Parti libéral, le Parti québécois ou l'Action démocratique, ont indiqué que le programme de péréquation était un désastre, que nous faisions face à une crise au Canada et que nous étions en train de perdre un programme très important pour notre pays.

    Voici donc la question que je veux poser à mon collègue. Quelles solutions les témoins ont-ils proposés hier afin de garantir un futur au programme de péréquation?

+-

    M. Guy Côté: Monsieur le Président, je remercie la députée de sa question. Effectivement, hier, le sous-comité sur le déséquilibre fiscal siégeait à Québec.

    Au Québec, la situation est très claire et plusieurs témoins ont fait cette même analyse politique. Ce à quoi nous avons assisté, particulièrement depuis 1995-1996, c'est un désengagement du gouvernement face aux transferts aux provinces. Le résultat a créé un effet de cascade.

    Le gouvernement fédéral diminuait ses transferts aux provinces. Les provinces ayant une mission sociale à assurer, entre autres dans les domaines de la santé et de l'éducation, pour ne nommer que ceux-là, domaines qui vont souvent accaparer entre 60 et 70 p. 100 des budgets des provinces, n'ont eu d'autre choix, par effet de cascade, que de couper dans d'autres secteurs.

    Quelques années plus tard, le gouvernement fédéral observe un surplus budgétaire. Que fait-il? Il réinjecte, sous conditions, des montants dans des secteurs qui ont été un peu laissés de côté, suite aux coupures de ce même gouvernement, et il se présente en sauveur. Naturellement, on parle souvent de programmes pancanadiens qui ne répondent pas aux besoins spécifiques de l'une ou l'autre province, ou du Québec.

    Pour le Québec, la situation est relativement simple. La solution au déséquilibre fiscal passe, dans un premier temps, par une réforme en profondeur de la péréquation. Cela veut dire qu'il faut passer de la norme de la moyenne de cinq provinces à la moyenne des dix provinces. Il s'agit d'inclure l'ensemble des revenus des provinces. Cela veut dire une meilleure évaluation de la capacité fiscale au niveau des impôts financiers. C'est la première chose; il faut redonner son rôle à la péréquation qui est celui d'assurer une équité fiscale à travers le Canada.

    La deuxième chose, c'est que les transferts sont souvent conditionnels et sujets à la bonne volonté du gouvernement. Il y a un mot qui me revient en mémoire et, si nous ne l'avons pas entendu 50 fois hier, nous ne l'avons pas entendu une fois. Il s'agit de « l'unilatéralisme » de ce gouvernement. « Décision unilatérale », c'est quelque chose qui revient toujours.

    Ce qu'on propose au Québec, c'est qu'en échange des transferts dans les domaines de la santé et de l'éducation, le Québec récupère le champ fiscal de la TPS. Au moment où on se parle, il s'agit sensiblement des mêmes sommes. On se soustrait donc à l'unilatéralisme de ce gouvernement et les provinces, tout comme le Québec dans le cas qui m'intéresse plus spécifiquement, sont plus aptes à agir de façon plus éclairée dans ces domaines de compétence.

  +-(1145)  

[Traduction]

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD): Monsieur le Président, le présent débat sur le budget est très intéressant. En effet, il est intéressant de voir comme les choses peuvent évoluer en deux semaines à peine. Habituellement, le projet de loi d'exécution du budget en est un de routine. C'est un processus d'approbation automatique qui survient après le débat sur le budget et après le vote sur celui-ci. Il s'agit d'une simple question d'ordre administratif. C'est étonnant comme les choses peuvent changer en aussi peu de temps.

    Il y a seulement deux semaines, le gouvernement libéral décidait d'apporter la dernière main au projet de loi C-43 et, fait à souligner, il y ajoutait un élément qui n'avait pas été mentionné du tout au cours du débat sur le budget. Évidemment, il s'agit de l'amendement à la Loi canadienne sur le protection de l'environnement. Comme nous nous en rendons compte à présent, cet amendement avait pour unique but de créer des divisions intéressantes sur la question de Kyoto et de l'environnement, et, présumément, de soulever les passions dans l'espoir de permettre le déclenchement d'élections. L'amendement visait donc, pour le gouvernement, non seulement à se ménager toutes les options pour concentrer ses efforts sur Kyoto, mais également à diviser pour mieux régner à la Chambre et pour mener éventuellement une campagne électorale sur cette question.

    Cette manoeuvre se fondait sur l'hypothèse que l'on n'aurait pas eu trop d'échos de la Commission Gomery jusqu'à ce moment-là. La situation était plutôt calme, il y a deux semaines, et la commission avait produit peu de matière à scandale. Les libéraux voulaient agir avant le scandale afin d'empêcher l'inévitable et d'en appeler au peuple avant que la vérité ne soit divulguée.

    Or, nous voilà dans un contexte totalement différent. Le paysage a changé complètement. Un projet de loi qui, habituellement, ne suscite pas grand intérêt sert maintenant à mettre en lumière toutes les turpitudes du gouvernement, l'ineptie de son approche budgétaire et ses liens avec le scandale du Programme de commandites qui est dévoilé sous nos yeux.

    Je veux intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi d'exécution du budget, mais je me rends compte que je le fais dans un débat qui porte sur beaucoup plus que les seuls postes budgétaires habituels. Ce qui vient de se produire ne manque pas d'intérêt. L'infamie libérale a attiré sur nous les yeux du monde entier comme jamais auparavant. Grâce à la technologie du XXIe siècle, l'odeur nauséabonde de la corruption se répand presque instantanément aux quatre coins du monde. L'attention s'est principalement fixée sur la façon dont les libéraux traitent toutes les opérations financières et les questions économiques, notamment le budget.

    Le monde scrute à la loupe le discernement du gouvernement libéral en matière budgétaire. Que voit-il? Je constate que le secrétaire parlementaire est impatient de savoir comment le monde perçoit le gouvernement libéral. Le Canada est considéré comme l'un des plus riches pays du monde et l'une des sociétés les plus enviées en train de voguer à la dérive par sa propre faute.

    Le Canada n'est pas une superpuissance économique comme son voisin du sud, mais il fait figure de leader. Le Canada est respecté parce qu'il fait preuve de leadership moral, qu'il favorise la paix, le développement et l'égalité sociale, et qu'il est un bâtisseur dans le meilleur sens du terme. Le scandale entourant le gouvernement libéral a miné cette réputation. Le programme secret des libéraux fait les grands titres des journaux, et ces nouvelles inquiètent non seulement les Canadiens, mais les gens d'ailleurs.

  +-(1150)  

    La population veut savoir si elle peut faire confiance au gouvernement libéral du Canada. Elle espère trouver certaines réponses dans ce projet de loi d'exécution du budget. La population veut savoir si elle peut faire confiance aux libéraux pour tenir les promesses faites aux Canadiens, pour faire passer les priorités des Canadiens avant celles de leurs amis du secteur privé, pour respecter leurs promesses à l'échelle internationale et pour honorer les engagements pris au titre du Protocole de Kyoto.

    L'hon. John McKay: C'est fait.

    Mme Judy Wasylycia-Leis: Le secrétaire parlementaire dit que c'est fait. Eh bien, j'imagine qu'il voit la vie à travers des lunettes roses, parce que le reste de la population du Canada n'est pas si optimiste. Les Canadiens n'ont plus foi en les libéraux pour ce qui est de tenir leurs promesses.

    Ils veulent savoir si le gouvernement remplit son engagement relatif au droit des femmes à l'égalité. J'espère que le secrétaire parlementaire ne répondra pas « c'est fait », car nous sommes loin d'avoir une société totalement égalitaire. Les Canadiens veulent savoir ce que le gouvernement fait en matière d'aide au développement, et la liste est interminable. Bref, un grand nombre de leurs questions sont sans réponse.

    Peut-être que le Parti libéral se débrouille bien sur le plan financier — à tout le moins, les amis des libéraux ont des millions de dollars de plus dans leur compte en banque — mais on ne peut pas en dire autant pour la plupart des Canadiens. Ils sont stressés. Ils essaient désespérément de tenir le coup. Ils se débattent pour rester dans le jeu. Nombre d'entre eux ont plus d'un emploi — soit dans le marché du travail, soit au service de proches — tentant de compenser pour les services publics qui n'ont pas survécu aux dernières compressions budgétaires et aux derniers délestages de responsabilités des libéraux. Ces mêmes Canadiens ont entendu les discours des libéraux. Ils ont supporté leur ton suffisant et s'attendent aujourd'hui à ce qu'ils respectent leurs promesses, dans le budget.

    Que vaut ce projet de loi de mise en oeuvre du budget et que dit-il, en termes concrets, à propos de la capacité des libéraux à répondre aux besoins fondamentaux des Canadiens: l'habitation, l'éducation, le soin des enfants, l'infrastructure, la réduction de la pauvreté et bien sûr la protection de la planète et de l'environnement?

    Commençons par les 4,6 milliards de dollars que les libéraux ont donnés sans condition, ce qui est propre à leur habitude, à leurs copains du milieu des affaires, sous forme de nouvelles réductions d'impôts, malgré leur promesse de ne pas réduire les impôts jusqu'à ce que les besoins en matière de programmes sociaux aient été comblés. Ensuite, enlevons les 4 milliards de dollars que le gouvernement a dépensés pour réduire rapidement la dette, sans discussion et sans débat au Parlement.

    Voyons voir ce qui reste. Les mieux placés pour nous parler de l'incidence des priorités budgétaires des libéraux sont ceux qui travaillent tous les jours, ceux qui savaient quels étaient les besoins et qui peuvent le mieux juger ce qui a été donné. Voici ce que certains d'entre eux avaient à dire.

    En ce qui concerne la promesse non tenue des libéraux relativement à l'éducation postsecondaire, qui, comme je l'ai plusieurs fois répété, est l'assise de la population active de demain et de la prospérité durable, les diplômés traînent derrière eux une dette moyenne de 25 000 $. Les frais de scolarité ont plus que doublé sous les libéraux, et ces derniers n'ont même pas abordé la question dans leur budget.

  +-(1155)  

    Que disent les gens?

    L'Association canadienne des professeures et professeurs d'université a dit: « Le budget n'accorde aucune aide aux étudiants et à leur famille, qui sont aux prises avec des droits de scolarité et un endettement ayant atteint un niveau record. » À propos de la promesse que le premier ministre a faite durant la campagne électorale de rétablir le financement de base, la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants a dit simplement: « Il a manqué à sa promesse. »

    Au sujet de la promesse que les libéraux ont faite sur le logement abordable, un autre secteur vital pour les Canadiens, et à laquelle ils ont failli dans ce budget, les porte-parole de Campagne 2000, une coalition mise sur pied pour éliminer la pauvreté chez les enfants, ont dit:

    Nous sommes vivement déçus que le gouvernement libéral n'ait pas rempli sa promesse électorale d'investir 1,5 milliard de dollars dans le logement.

    L'Association nationale du logement autochtone, pour sa part, a dit:

    Une fois de plus, le gouvernement fédéral a fait comme si la crise du logement dont souffrent les communautés autochtones hors-réserve n'existait pas.

    L'Association canadienne de l'immeuble, dont les représentants sont dans le hall de la Chambre aujourd'hui, a fait connaître sa déception en ces termes:

    Le gouvernement aurait dû profiter de l'étude du projet de loi budgétaire pour préciser son engagement envers une nouvelle stratégie du logement abordable.

    Quant à la promesse des libéraux, faite en février, de tenir compte des répercussions du budget sur les femmes, à laquelle ils ont aussi manqué, la Coalition pour l'égalité des femmes a dit:

    Ce budget a encore une fois laissé tomber les femmes.

    La Fédération des femmes du Québec a dit:

    Les 2,4 millions de femmes vivant actuellement dans la pauvreté n'ont pas grand-chose à célébrer aujourd'hui. Le gouvernement n'a pas rempli ses promesses relatives au logement et il n'a pas non plus apporté de changements importants au régime d'assurance-emploi. Ces programmes revêtent une grande importance pour les femmes.

    Le YWCA a dit:

    Promesse après promesse, budget après budget, le gouvernement fédéral ne fait rien pour répondre aux besoins des femmes et leur donner la place qui leur revient dans la société canadienne.

    En ce qui concerne la promesse brisée des libéraux de faire des questions autochtones une priorité même si le processus de la table ronde se fait attendre depuis longtemps, l'Assemblée des Premières Nations a dit:

    Ce budget condamnera les premières nations à la dernière place pour plus longtemps encore.

    L'Association nationale des centres d'amitié a dit:

    Le manque d'attention accordée aux questions concernant les Autochtones vivant dans les villes, en dépit de l'engagement du premier ministre,[...] est décourageant.

    Même dans les domaines où le gouvernement commence lentement à remplir ses engagements de longue date, à savoir la cession d'une partie des recettes de la taxe sur l'essence aux municipalités et l'engagement relatif au programme national de garderies, qui se fait attendre depuis très longtemps, le gouvernement répond encore timidement, les projets étant encore loin d'être réalisés.

    Comme le Congrès du travail du Canada l'a dit:

    Nous n'avons que des demi-mesures à court terme qui ne livrent pas la marchandise pour la majorité des Canadiens... et rien dans les domaines qui sont importants pour les travailleurs.

    N'oublions pas l'environnement non plus, domaine où les libéraux ne sont pas arrivés à maîtriser leur propension naturelle à l'arrogance et à la tromperie, essayant d'insérer en douce des changements ayant pour but de maquiller le caractère inadéquat des propositions touchant l'environnement que contient le projet de loi sur le budget. Je pense que les libéraux ne prennent pas l'environnement au sérieux. Douze ans après avoir pris le relais dans un dossier urgent et avoir promis de s'attaquer à la pollution, ils n'ont pas encore trouvé le moyen de relever le défi lancé par le Protocole de Kyoto.

    Le changement climatique est un phénomène mondial qui a déjà des conséquences catastrophiques dans certaines régions écologiquement vulnérables. Alors que la vie d'êtres humains, et même celle de la planète telle que nous la connaissons, est en jeu, ce gouvernement libéral hésite encore, jouant dans les demi-mesures, ce qui laisse planer des doutes quant à son engagement.

    De nombreux pays sont, comme nous, aux prises avec des problèmes d'adaptation au Protocole de Kyoto. Ils ont les yeux rivés sur nous, pour voir comment nous allons régler les questions environnementales litigieuses et aller de l'avant. Ils attendent en vain, semble-t-il. En effet, les libéraux n'ont pas d'engagements ou de stratégies à offrir, seulement des manoeuvres, du machisme et des mesures qui ne bénéficient pas de l'appui des environnementalistes.

    Le budget présente au monde une enfilade de promesses libérales non tenues, ce qui fait sérieusement douter de la crédibilité du gouvernement.

    Parmi ces promesses libérales non tenues, celle qui inquiète le plus la collectivité internationale est le retard qu'accuse le Canada relativement à l'atteinte des objectifs du millénaire pour le développement, cette promesse faite il y a 35 ans d'affecter 0,7 p. 100 de notre PIB à l'aide au développement. Il y a deux ans, sous la direction des libéraux, la contribution du Canada ne correspondait plus qu'à 0,24 p. 100 du PIB. C'est incroyable. C'est une honte.

  +-(1200)  

    Je viens de revenir de la 112e assemblée de l'Union interparlementaire. La question de l'heure résidait dans les engagements internationaux à l'égard des objectifs du millénaire. Là encore, le Canada a eu du mal à expliquer pourquoi, étant donné notre richesse et notre stabilité économique, le gouvernement contribuait si peu et n'avait même pas de date limite pour respecter ses engagements en matière de financement.

    Certains pays versent déjà leur part de 0,7 p. 100 de leur PIB. D'autres, y compris la France, la Grande-Bretagne, l'Espagne, la Finlande, la Belgique et l'Irlande sont en voie de parvenir à ce niveau d'ici 2015. C'est un objectif raisonnable. C'est un objectif que nous, au Nouveau Parti démocratique, demandons au gouvernement d'adopter.

    Cependant, les libéraux semblent aussi empressés de s'attaquer aux questions de pauvreté mondiale qu'à réduire la pauvreté au Canada. Ils n'ont pas établi des objectifs pour la réduction de la pauvreté au Canada, tout comme ils ont été incapables de réaliser leurs objectifs au niveau international.

    Chose intéressante, les résultats sont éloquents. L'écart entre les riches et les pauvres ne cesse de s'élargir. Malgré les promesses répétées de réduction de la pauvreté chez les enfants, 15 p. 100 des enfants canadiens vivent encore au-dessous du seuil de pauvreté. Les promesses violées ont conduit l'UNICEF à critiquer ouvertement le bilan du Canada le mois dernier.

    Que nous soyons à Winnipeg, Halifax, Kampala ou Genève, la conclusion à tirer du budget est clairement que nous ne pouvons faire confiance aux libéraux.

    Tout comme ils n'assument pas leurs responsabilités pour le scandale des commandites, ils ne reconnaissent pas non plus leurs échecs et leurs promesses violées. Au lieu de cela, ils font la leçon au monde sur ce que les autres devraient faire. Après avoir sabré dans les services publics aux Canadiens, le premier ministre, qui n'occupait pas encore ce poste à ce moment-là, a remis aux Nations Unies un rapport invitant les pays en développement à fonder leur avenir économique sur le secteur privé au lieu de l'intervention gouvernementale, qui a pourtant aidé à forger l'économie canadienne au fil des ans.

    L'exemple le plus insipide peut-être, et en fin de compte le plus ironique, de l'arrogance libérale a été la tournée d'adieu de Jean Chrétien. Il s'est notamment arrêté à Abuja, au Nigéria, en décembre 2003 et il a eu alors le culot de faire la leçon aux représentants des nations du Sud qui assistaient à la rencontre sur la nécessité de mettre un terme à la corruption, car c'était, selon lui, l'étape la plus importante pour attirer des investissements et renforcer leur économie. Il a vivement critiqué leur bilan en la matière et a cité le Canada comme un exemple à cet égard.

    Quelle hypocrisie. Les mots me manquent. Je ne peux comprendre le gouvernement libéral, les ministériels qui étaient au pouvoir précédemment et ceux qui le sont maintenant. Ils ne font que nier les faits.

    Un certain nombre d'entre nous faisions partie du Comité des comptes publics l'année dernière avant les élections. Nous étions en train d'examiner dans les détails le scandale des commandites. Nous soupçonnions les actes de perfidie que nous révèle quotidiennement la Commission Gomery. Que se passait-il lorsque nous essayions de poser des questions et de mettre les problèmes en évidence? Les libéraux rejetaient nos propos comme si nous avions été de complets ignorants. Les libéraux se conduisaient alors avec arrogance.

    Nous voulions entendre des témoins clés avant les dernières élections, mais qui nous en a empêchés? Qui nous a refusé cette chance? C'est la majorité libérale au sein du Comité des comptes publics.

    Eh bien, le jeu est terminé. Fini le temps où les libéraux remplissaient les poches de leurs amis pendant que des Canadiens manquaient du nécessaire. La population du pays ne supportera plus jamais cette malhonnêteté. Le NPD ne votera certainement pas pour la perpétuation de ce régime.

    Le budget est un autre chapitre dans la longue histoire des budgets libéraux qui sont autant d'occasions ratées d'améliorer la vie des Canadiens, alors que les entreprises bénéficient d'énormes réductions d'impôt, qui sont destinées avant tout aux amis libéraux.

    Le monde voit l'écart se creuser entre les riches et les pauvres. La pauvreté infantile a recommencé à augmenter. Le nombre de banques alimentaires est à la hausse. Et les libéraux ne comprennent pas. Les Canadiens non plus. Avec les gouvernements libéraux majoritaires et minoritaires, les riches recyclent perpétuellement la richesse entre eux. Il n'y a rien dans le budget pour garder les investissements au Canada au lieu de regarder l'argent s'envoler vers les paradis fiscaux.

  +-(1205)  

    Les Canadiens doivent continuellement subir des réductions de programmes, mais le gouvernement ne fait rien pour récupérer les millions de dollars qui se perdent en impôts non payés par les entreprises et en prêts qui leur sont accordés. Bien sûr, pendant ce temps, on augmente le plafond des contributions non imposables à un REER pour les gens qui font plus de 100 000 $ par année.

    Lorsqu'ils sont mal pris, les libéraux peuvent sans doute prendre le large pour retourner à leurs ports d'attache, à la Barbade, mais le reste d'entre nous est pris ici à faire face au monde avec leur gâchis et leur réputation. Aujourd'hui, alors que nous examinons le projet de loi sur le budget libéral, le monde prend connaissance des agissements du gouvernement libéral qui, tout en frayant avec les plus riches, a grandement appauvri les Canadiens.

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, je trouve toujours agréable d'écouter la députée.

    La députée a abordé une question très importante, qui se rattache accessoirement au projet de loi d'exécution du budget, celle de la pauvreté. Elle a demandé ce que nous avions fait. Je voudrais simplement rappeler un ou deux points à la députée.

    Il est facile de dire que l'écart se creuse entre les riches et les pauvres, mais ce qui importe vraiment, c'est la situation des pauvres dans notre société. La députée doit savoir que le ministère des Ressources humaines et d'autres ministères ont travaillé sur ce qu'on appelle « la mesure du panier de consommation ». Ils ont établi quels étaient les montants nécessaires pour l'alimentation, le logement et le vêtement, mais aussi pour les dépenses à faire pour s'intégrer et vivre dans un milieu sans se faire remarquer. C'est une perspective intéressante.

    La députée conviendra probablement que, si nous parlons de pauvreté et des pauvres, nous parlons également des sans-abri. Je lui rappelle qui sont les sans-abri de Toronto. D'après le rapport Anne Golden, 35 p. 100 souffrent de maladie mentale; 28 p. 100 sont des jeunes coupés de leur famille; 17 p. 100 sont des Autochtones; 10 p. 100 sont des femmes migrantes et maltraitées. Les autres sont itinérants pour des raisons diverses.

    La situation des sans-abri n'est pas un problème économique, au fond, mais un problème social qui exige des solutions sociales. Nous devons faire un peu plus la part des choses lorsque nous parlons des mesures économiques à prendre pour corriger un problème social. Il faut un certain équilibre.

    Pour ce qui est de la pauvreté chez les enfants, qui est au fond la pauvreté des familles, 15 p. 100 des familles sont monoparentales. Elles représentent 55 p. 100 des enfants qui vivent dans la pauvreté. Que proposerait la députée pour s'attaquer à la cause la plus grave de pauvreté au Canada, c'est-à-dire l'éclatement des familles?

  +-(1210)  

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis: Monsieur le Président, je tiens d'abord à dire que le député ne comprend rien. S'il ne peut pas comprendre que c'est leur situation financière qui dicte aux gens la façon d'aborder leurs difficultés familiales et les problèmes qui en découlent, alors nous n'avons aucun espoir de convaincre le gouvernement de se ressaisir et de commencer à présenter des budgets équilibrés qui reflètent les besoins des Canadiens.

    Avant que nous puissions parler des mères célibataires vivant en nomades, des autochtones qui quittent les réserves, des personnes qui ont des problèmes de santé mentale, des familles avec enfants vivant dans la pauvreté et des enfants qui vont à l'école l'estomac vide, le député devrait commencer par examiner les facteurs économiques en jeu tels que l'endroit où vivent ces personnes, l'argent dont elles disposent et leurs moyens de subsistance.

    Sous le régime actuel, on constate une hausse radicale du nombre de personnes qui sont passées sous le seuil de la pauvreté, de personnes qui sont au bord de la pauvreté, qui tirent le diable par la queue, qui ont des problèmes de santé ou qui sont épuisées parce qu'elles tentent de concilier leurs énormes responsabilités professionnelles et familiales. Le gouvernement les a laissées en plan.

    Les réductions effectuées en 1995, dans le budget abominable de 1995, ont eu des retombées multiples et ont touché le moindre aspect de nos vies. L'approche libérale consistant à appliquer des solutions de fortune et à lancer des projets ponctuels ne saurait régler les problèmes occasionnés par ces réductions. Il est impossible de continuer d'amputer les programmes, de délester le gouvernement fédéral de ses responsabilités pour les transférer aux provinces, aux municipalités puis aux familles, pour ensuite adopter de nouveaux petits projets secondaires axés sur le partage des coûts avec les provinces et les municipalités ou avec les familles. C'est un mode de pensée ridicule et une politique publique insensée.

    Je rappelle au député à quel point la situation s'est détériorée sous le régime actuel. Je m'appuie sur un rapport que Statistique Canada a publié il y a quelques semaines, soit le 14 mars. Ce rapport indique les sommes investies dans des centres financiers extraterritoriaux sous le régime actuel. Entre 1990 et 2003, période pour ainsi dire entièrement sous le règne libéral, les investissements canadiens dans des centres financiers extraterritoriaux se sont multipliés par huit, passant de 11 à 88 milliards de dollars. Cela représente un cinquième de l'ensemble de l'investissement direct canadien à l'étranger, soit le double par rapport à 1990.

    Permettez-moi également de renvoyer le député à une autre statistique qui est devenue manifeste lorsque des économistes et des universitaires ont analysé le budget actuel. Leurs conclusions au sujet des tendances et des orientations du gouvernement au cours de la dernière décennie sont très révélatrices. Les libéraux ont systématiquement fait passer les intérêts des entreprises avant ceux de la population. Des pertes de milliards de dollars en réductions d'impôt des sociétés, en refuges fiscaux et en notes d'entreprise impayées sont rapidement oubliées, alors que la pauvreté des enfants, la formation professionnelle, l'endettement des étudiants et l'environnement sont laissés de côté. Les libéraux ont attendu plus de dix ans pour enfin commencer à honorer leur promesse au sujet des garderies.

    Selon le Centre canadien de politiques alternatives, au cours des cinq prochaines années, le pourcentage de recettes provenant des impôts sur le revenu des sociétés passera de 15 p. 100 à 11 p. 100 par rapport aux recettes totales, tandis que le taux d'impôt sur le revenu des particuliers grimpera de 45 p. 100 à 65 p. 100. Par rapport au PIB, le taux d'impôt sur le revenu des sociétés baisse de 2,3 p. 100, l'impôt sur le revenu des particuliers augmente et le fardeau s'alourdit pour les familles, les travailleurs, les Canadiens à revenu faible ou moyen, tandis que les nantis et les entreprises de notre société continuent d'accumuler des richesses et de bénéficier de réductions d'impôt.

    Le gouvernement n'offre pas grand-chose aux Canadiens pour les aider à affronter leurs difficultés quotidiennes, à vaincre la pauvreté, pour aider les mères qui ont du mal à s'en sortir, à gagner leur vie pour élever leurs enfants. Il offre peu d'espoir pour les Autochtones, qu'ils habitent dans les réserves, dans des conditions semblables à celles du tiers monde, ou en dehors des réserves, où pas un sou n'a été prévu dans le présent budget pour le logement et d'autres besoins.

  +-(1215)  

    Comment peut-on accepter la notion selon laquelle ces problèmes sont causés par les familles, comment peut-on dire que c'est l'éclatement de la famille qui est à la source des problèmes? Jusqu'où peut-on faire preuve d'étroitesse d'esprit, de superficialité et de dédain?

    Si le député ne peut comprendre que ce sont les circonstances économiques qui déterminent les perspectives d'une personne et sa capacité de surmonter les difficultés, comme celles éprouvées dans un grand nombre de familles, et qui lui donne espoir, je ne sais vraiment pas ce que l'on peut dire ou faire pour ouvrir les yeux du gouvernement.

    Le temps que les libéraux ont passé au pouvoir les a-t-il rendus si arrogants et si déconnectés de la réalité des Canadiens qu'ils ne peuvent même pas faire le lien entre l'égalité économique et sociale? Les libéraux pensent-ils que l'égalité sociale est un train qui roule tout seul et qui n'a absolument rien à voir avec les circonstances économiques, avec le fait de vivoter et de simplement survivre dans la société actuelle?

    Comment le député et les libéraux peuvent-ils être si déconnectés de la réalité des Canadiens qu'ils ne profitent pas des énormes excédents actuels pour leur venir en aide? Comment peuvent-ils laisser passer cette occasion de faire quelque chose pour les Canadiens? Comment peuvent-ils dépenser les deniers publics d'une façon aussi irresponsable, en accordant des allégements fiscaux aux grandes sociétés et en réduisant la dette au point où il ne reste plus d'argent pour d'autres initiatives?

    Quand le gouvernement va-t-il comprendre que, pour bâtir notre société, il faut investir dans les Canadiens et dans les institutions canadiennes afin d'avoir des familles, des collectivités, un pays et une société civile solides?

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, je suis ravi de participer au débat sur le projet de loi d'exécution du budget.

    J'ai souvent pris la parole au sujet de questions budgétaires. Depuis 11 ans, je participe au processus en tant que membre du Comité des finances, et à l'examen des prévisions budgétaires au sein du Comité des opérations gouvernementales, et j'ai pu me rendre compte à quel point l'art de gouverner et le processus budgétaire sont des choses complexes. Cela représente un énorme défi, notamment en raison des intérêts considérables qui s'opposent.

    Je me rappelle l'une des toutes premières séances du Comité des finances auxquelles j'ai assisté. Le ministre des Finances de l'époque, l'actuel premier ministre, avait fait une déclaration qui m'avait beaucoup éclairé sur les choses que j'allais apprendre en tant que député. Dans son adresse au Comité des finances sur l'état des finances publiques, il avait fait une déclaration primordiale, affirmant qu'une bonne politique sociale engendrait une bonne politique financière, et qu'une bonne politique financière engendrait une bonne politique sociale. Ces aspects sont clairement reliés entre eux. Il est important de signaler que, lorsque nous répondons aux besoins sociaux des Canadiens, nous créons un environnement propice à la croissance et à la prospérité, et que la croissance et la prospérité économiques ont des effets bénéfiques pour les Canadiens.

    En 1996, nous avons eu un débat très animé au sujet de la façon d'utiliser l'excédent budgétaire, une fois que le déficit aurait été épongé. Allions-nous l'utiliser pour réduire la dette? Diminuer les impôts? Serait-il affecté aux dépenses de programme ou à l'accroissement des dépenses?

    Même si son utilisation soulève des problèmes, un excédent budgétaire est préférable à un déficit. Lorsque le gouvernement est entré en fonctions en 1993, le Canada accusait un déficit de 42 milliards de dollars. Les dépenses de notre pays étaient de 42 milliards supérieures à ses recettes. C'était une somme énorme à tous égards.

    Aucun gouvernement ne pouvait réduire ses dépenses de 42 milliards de dollars en une année. Il a fallu un effort concerté et une rationalisation généralisée des dépenses. En fait, chaque Canadien a dû faire sa part.

    Je me souviens que l'ampleur des compressions budgétaires avait beaucoup préoccupé les gens. Le ministre des Finances m'avait dit, à l'époque, que nous devions procéder à ces compressions pour sauver 80 p. 100 de ce que nous avions. Autrement, nous allions tout perdre. C'est dire qu'un gouvernement a des décisions difficiles à prendre.

    Une chose que j'ai apprise au sujet du processus budgétaire, c'est que le budget ne peut pas être pris isolément. Il importe d'examiner une série de budgets. Il nous fallait voir où nous étions et comment aller de l'avant. Compte tenu de la diversité des priorités tant sociales que financières du Canada, il est difficile d'agir sur chacune d'elles dans chaque budget de manière à obtenir les résultats nécessaires pour tirer parti de toutes les possibilités et de toutes les situations.

    Lorsque l'on établit un budget, il faut avoir une stratégie. Le budget de 2005 et le projet de loi d'exécution dont nous discutons en ce moment constituent une autre étape dans le processus visant à assurer la santé financière et sociale du Canada.

    Je voudrais faire quelques observations sur le budget. Des engagements précis ont été faits dans certains secteurs. Tout d'abord, on s'est engagé à maintenir une saine gestion financière, ce que nous faisons depuis 1997, année où nous avons commencé à avoir des budgets équilibrés. Des gens dénoncent les excédents comme étant un problème. Je parlerai plus tard de l'importance de la diminution de la dette.

  +-(1220)  

    Nous nous sommes ensuite engagés à raffermir les fondements de notre société. On pense tout de suite ici aux soins de santé. Nous voulons une économie productive et prospère, mais que faisons-nous pour créer l'environnement où cela se fera? C'est bon financièrement et socialement.

    Nous nous sommes aussi engagés à instaurer une économie respectueuse de l'environnement et des collectivités durables. Les Canadiens devraient s'associer à nos initiatives liées à l'engagement que nous avons pris à Kyoto de réduire les gaz à effet de serre. Ils devraient aussi examiner les engagements que nous avons pris envers les collectivités, notamment à l'égard des infrastructures, afin qu'elles fassent elles aussi leur part pour l'environnement et la promotion d'un bon contexte financier où l'économie peut croître et prospérer.

    Enfin, il y a l'engagement à l'égard de nos responsabilités à l'échelle mondiale. Le Canada est respecté partout dans le monde, parce que les Canadiens ont mérité ce respect.

    Ils ont gagné ce respect en raison de la tolérance, de la générosité et de la paix qui règnent au Canada, de la bonne gouvernance du pays et des sages conseils que les Canadiens ont su donner à la communauté mondiale au fil des générations. Il s'agit d'un atout très important pour le Canada compte tenu du rôle de premier plan que nous jouons sur la scène mondiale. Nous avons des relations commerciales avec de nombreux pays. Le respect que nous avons acquis est attribuable aux bonnes décisions que nous avons prises, tant sur le plan fiscal que sur le plan social, et il continue de contribuer à la réputation du Canada dans le monde entier.

    Pour ce qui est des perspectives économiques, la croissance s'établira à 2,9 p. 100 en 2005 et à environ 3,1 p. 100 en 2006. Ces taux figurent parmi les taux supérieurs prévus au sein du G7; les perspectives sont donc très bonnes.

    Cependant, la force du dollar américain présente certains défis pour notre économie. Je sais que de nombreux députés ont manifesté leur inquiétude au sujet de notre compétitivité en raison de l'écart entre notre dollar et le dollar américain, non pas de la force du dollar américain, mais de la force du dollar canadien par rapport au dollar américain. La situation s'est quelque peu calmée, mais demeure un facteur important dans les échanges commerciaux entre nos deux pays. Soixante-dix pour cent de nos exportations vont aux États-Unis.

    Nous ne vivons pas en isolation. Nous ne sommes pas une île. Nous avons également des préoccupations au sujet du déficit croissant des États-Unis. Ce déficit est très important. Il a sur notre principal partenaire commercial des incidences qui poseront aussi des difficultés pour les activités économiques canadiennes.

    Depuis que le budget a été équilibré en 1997, nous avons eu sept budgets excédentaires consécutifs. Je dois avouer que je suis surpris du nombre de discussions qui se sont tenues pour déplorer cette situation. La plupart des discussions ont concerné les prévisions ou les évaluations de l'excédent budgétaire.

    Lorsque nous pensons à l'ampleur des dossiers dont traite le gouvernement et aux facteurs qui influent sur l'activité économique au Canada, et qui sont indépendants de notre volonté, je ne sais pas à quel niveau de précision on peut s'attendre dans l'établissement du budget d'une année subséquente ou des deux à cinq prochaines années, compte tenu des scénarios économiques utilisés et de l'apport de certains des principaux prévisionnistes du pays.

    Je ne suis pas certain qu'il soit utile de soutenir que le gouvernement n'est pas vraiment franc en ce qui concerne l'excédent. Néanmoins, je sais que, lorsque le gouvernement a présenté un budget équilibré, les Canadiens ont catégoriquement déclaré qu'ils ne voulaient plus jamais que le Canada enregistre un déficit. Les déficits condamnent à l'immobilisme.

    Par conséquent, pour répondre aux Canadiens qui souhaitent des budgets équilibrés, le gouvernement a immédiatement commencé à intégrer dans le processus budgétaire une marge de prudence qui doit entrer en compte si des facteurs imprévus affectent le rendement de l'économie canadienne. Un fonds pour éventualités a été prévu pour faire face aux dépenses imprévues susceptibles d'avoir un incidence considérable sur le budget.

  +-(1225)  

    Le gouvernement a également inclus des dispositions de prudence. Ainsi, si les prévisionnistes prévoient un taux de croissance de 2,5 p. 100, dans le budget, le gouvernement estime qu'il sera d'environ 0,25 p. 100 ou moins. Le gouvernement fait également des hypothèses prudentes en ce qui concerne les taux d'intérêt à court et à long termes.

    Si tout dans le budget se déroule comme prévu, il y a un excédent. Depuis 1997, le gouvernement prévoit des excédents budgétaires — pas uniquement des budgets équilibrés, mais bien des excédents.

    Plus tôt, j'ai conversé avec un député du Parti conservateur. J'ai parlé de la réduction de la dette. Pour situer les choses dans leur contexte, permettez-moi de donner aux députés une idée de ce que nous avons fait au cours de la dernière décennie. Lorsque le présent gouvernement est arrivé au pouvoir en 1993, la dette nationale, soit les déficits cumulatifs des années antérieures, se chiffrait à 562 milliards de dollars par année. Cette dette engloutissait un énorme pourcentage de chaque dollar disponible que le gouvernement engrangeait. Le service de la dette était extrêmement élevé. Aujourd'hui, la dette nationale se chiffre à 498 milliards de dollars. Cela signifie que depuis 1993, le Canada a remboursé en tout 64 milliards de dollars de dette.

    Nous ne sommes pas beaucoup plus avancés à l'heure actuelle en ce qui concerne la dette nationale que nous ne l'étions lorsque nous avons pris le pouvoir. Les excédents ont tout simplement été utilisés; cela se fait automatiquement. Une fois l'exercice terminé et les comptes vérifiés, le gouvernement calcule l'excédent final et l'applique alors au remboursement de la dette. Il n'est pas question de choix; c'est ainsi que les choses se font.

    Je soulève cette question, car notre collègue conservateur m'a dit que les réductions d'impôt étaient parfois une plus grande priorité que la réduction de la dette. J'ai dû réfléchir à cela un certain temps. Si la réduction de la dette est la conséquence d'un excédent, mais que le député veut prétendre que les réductions d'impôt sont peut-être une plus grande priorité que le remboursement de la dette, il doit donc dire que les réductions d'impôt sont acceptables même si nous accumulons ce faisant un déficit. Nous ne pouvons gagner sur les deux tableaux. Si nous ne voulons pas que le remboursement de la dette soit une priorité, nous devons donc envisager qu'il y ait des déficits possibles.

    Il y a un autre aspect que le député n'a pas compris. Cela m'inquiète vraiment qu'après toutes ces années, le député ne comprenne toujours pas qu'il y a une différence fondamentale entre les réductions d'impôt et les dépenses. Les dépenses peuvent être un élément non récurrent par opposition à un nouveau programme, alors qu'une réduction d'impôt est une imputation annuelle récurrente ou une réduction annuelle des recettes du pays.

    Il est inadmissible de dire que, puisque nous avons un excédent de quatre milliards de dollars, nous devrions offrir une réduction d'impôt. L'excédent était non récurrent. Une réduction d'impôt se ferait sentir année après année. Si nous devions offrir une réduction d'impôt éliminant en fait l'excédent de quatre milliards de dollars, nous pourrions avoir un budget équilibré cette année-là, mais toutes les années suivantes, nous aurions alors un déficit de quatre milliards de dollars parce que ces réductions d'impôt continuent de s'appliquer.

    Je suis un petit peu inquiet et nerveux au sujet du manque de compréhension de certains députés qui laissent entendre qu'on devrait dépenser immédiatement tout excédent. Nous n'avons pas effectué un remboursement extraordinaire de la dette nationale, mais nous avons réussi à la faire baisser. Nous avons maintenant atteint des niveaux inférieurs à ce qu'ils étaient il y a une décennie. Le Canada épargne ainsi près de trois milliards de dollars par année en frais d'intérêt. Nous consacrons environ 22 p. 100 des recettes fiscales à la réduction de la dette, comparativement à quelque 43 p. 100 auparavant. C'est très important. Ce qui importe encore davantage, c'est que cette économie de trois milliards de dollars se répète année après année. On peut s'en servir tous les ans pour financer des projets, qu'il s'agisse de réductions d'impôt, de nouveaux programmes ou d'une amélioration des programmes existants.

    Voilà comment le nettoyage de la fiscalité du Canada profitera vraiment aux Canadiens. Le remboursement de la dette permettra de payer moins d'intérêts, et ces économies seront remises aux Canadiens sous la forme de réductions d'impôt ou d'amélioration des programmes qui leur tiennent à coeur, comme les soins de santé.

  +-(1230)  

    Cela étant dit, passons à un autre aspect. Il est évident que les soins de santé sont l'une des pierres d'assise de notre société. Notre récent engagement pris dans le cadre de l'accord sur la santé prévoit un financement de 75 milliards de dollars pour appuyer un plan décennal de renforcement des soins de santé et un nouveau cadre de péréquation et une nouvelle formule de financement des territoires.

    Ces nouvelles dispositions sont très importantes, en particulier pour Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse. Il arrive que nous devions répondre à des besoins importants dans certaines régions du pays. Je suis heureux que le premier ministre et ses homologues des provinces aient réussi à le faire, mais cela pose un nouveau problème; par exemple, une province comme l'Ontario qui examine sa propre situation isolée et dit « Et nous alors? ».

    C'est problématique. Je vais tenter, à la fin de mon intervention, d'aborder très brièvement certains éléments de l'écart prétendu entre les sommes versées par les provinces dans les coffres fédéraux et l'argent qu'elles obtiennent en retour. C'est vraiment fascinant.

    Sur le plan des soins de santé, le budget prévoit des investissements fédéraux directs de 805 millions de dollars sur cinq ans. Ce montant comprend 300 millions de dollars sur cinq ans pour la promotion des habitudes de vie saines et la prévention des maladies chroniques, 200 millions pour appuyer les ressources humaines du domaine de la santé et assurer la réduction des temps d'attente, et 170 millions de dollars sur cinq ans pour la mise en oeuvre de mesures d'amélioration de l'innocuité et de l'efficacité des médicaments et autres produits thérapeutiques, ce qui est très important pour les Canadiens.

    Comme les députés le savent, il y a également 5 milliards de dollars pour l'initiative concernant l'éducation préscolaire et les garderies. J'estime que c'est un début, mais je crois aussi que nous devons examiner les besoins des familles qui décident de prendre soin de leurs enfants à la maison. C'est une tâche importante, mais impayée, qui mérite d'être reconnue. J'espère que des mesures seront prises en ce sens dans un budget à venir.

    Il y a l'augmentation du Supplément de revenu garanti. Il y a en outre de nouveaux fonds de 735 millions de dollars qui sont accordés aux communautés autochtones, et de 398 millions de dollars, aux services d'établissement des immigrants et aux services à la clientèle.

    Ce sont là des éléments très importants du budget. Je sais que nous avons tenu un excellent débat sur ce dernier. Je sais que les députés voudraient bien que le budget accorde une plus grande attention à certaines de nos autres priorités, mais je dois répéter que les budgets qui sont présentés année après année ne peuvent pas répondre à toutes les demandes tous les ans. Les budgets ne peuvent pas satisfaire tout le monde et avoir un impact notable, saisir les occasions qui se présentent et nous défendre contre les menaces courantes. Les budgets doivent être responsables et tenir compte des réalités du moment.

    J'aimerais que des progrès soient réalisés dans les domaines de l'économie verte et des collectivités viables. Comme j'ai occupé le poste de vice-président du Comité de l'environnement, j'ai passé pas mal de temps avec mes collègues d'en-face à travailler sur un certain nombre d'initiatives. Je me félicite de constater que l'argent a été prévu dans le budget pour explorer des énergies renouvelables telles que l'énergie éolienne. Le budget prévoit des sommes à cette fin. Je me félicite également de voir que nous réalisons des progrès dans le cadre de notre engagement de Kyoto, en investissant 1 milliard de dollars pour faire en sorte que le Canada fasse sa part à ce chapitre.

    Cela a été difficile, mais, comme les députés le savent, une entente très importante a été conclue avec le secteur de l'automobile qui a de sa propre initiative proposé un plan visant à réduire les gaz à effet de serre de 5,3 mégatonnes d'ici à 2010, si je ne me trompe pas. C'est une entente très importante qui a été conclue avec un secteur qui représente l'un des plus importants domaines où il nous est possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il est évident que nous avons encore beaucoup de travail à faire dans ce dossier. Il en va de même dans le cas de certains grands émetteurs, en particulier ceux des domaines de la production d'électricité ou de la fabrication lourde. Nous savons qu'il faut réaliser certains progrès dans ce domaine, mais je sais que la Chambre est déterminée à y parvenir.

    En ce qui concerne les villes et les collectivités viables, je me félicite que nous puissions intervenir grâce aux 5 milliards de dollars de revenus tirés de la taxe d'accise fédérale sur l'essence, aux 600 millions de dollars qui leur seront versés en 2005-2006, ainsi qu'aux 300 millions pour les Fonds municipaux verts et à l'argent consacré à l'infrastructure. Tout cet argent est destiné aux municipalités, bien qu'elles ne relèvent pas du gouvernement fédéral. Cela montre quand même le leadership du gouvernement lorsqu'il dit que des collectivités fortes, jusqu'à l'échelon municipal, sont à l'avantage de tous les Canadiens.

    Je me félicite d'avoir participé à ce débat. Les questions des députés sont maintenant les bienvenues.

  +-(1235)  

[Français]

+-

    M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ): Monsieur le Président, j'ai écouté le discours de mon collègue avec intérêt, mais un point particulier a attiré mon attention. Il a fait la vente de la diminution de la dette du Canada, en disant qu'il est extraordinaire que nous ayons pu rembourser une si importante partie de la dette.

    Cependant, il n'a pas dit qu'au cours des mêmes années, soit entre 1993 et aujourd'hui, on doit avoir amassé environ 48 milliards de dollars de surplus à la caisse d'assurance-emploi. C'est là de l'argent qui a été pris dans les poches des travailleurs, des employeurs de même que des chômeurs qui ont eut à subir deux réformes très sévères qui ont eu pour objet de diminuer le nombre de semaines de prestations d'assurance-emploi, en plus de diminuer également le montant que l'on recevait, en nombre de semaines de prestations, l'augmentant pour chacune des semaines, pour finalement faire que beaucoup de gens ne se qualifient plus. Par exemple, les jeunes devaient compter 910 heures de travail pour se qualifier au régime d'assurance-emploi.

    L'ensemble de ces éléments a fait que pendant dix ans, on a ramassé 48 milliards de dollars en surplus. Si l'on regarde effectivement la façon dont on a diminué la dette, il y a une partie significative qui provient de cet argent. L'argent qui est déduit du salaire des gens pour cotisation à l'assurance-emploi n'est pas une taxe sur la masse salariale, c'est pour se donner un régime d'assurance-emploi.

    Comment le député nomme-t-il le comportement du gouvernement fédéral qui est de prendre l'argent qui est cotisé pour le régime d'assurance-emploi et de s'en servir pour couvrir ses dépenses régulières, incluant le service de la dette? Est-ce un vol? Est-ce un détournement de fonds? Quel titre pouvons-nous donner à ce genre de conduite? Je ne le sais pas, mais j'aimerais bien que le député m'en parle.

    Pour ma part, je vois des gens, des femmes et des hommes dans ma circonscription, dans l'ensemble du Québec et du Canada qui ont fait un effort marqué pour lutter contre le déficit. Ils n'ont eu aucun retour sur l'investissement qu'ils ont fait. Pendant 12 ans, on a contribué à un régime en disant qu'en bout de ligne, cela aiderait peut-être à diminuer la dette, à rééquilibrer le budget du Canada, en sachant que c'était l'argent des plus démunis. En effet, les gens qui cotisent au régime d'assurance-emploi cotisent jusqu'à 39 000 dollars de salaire. Ceux qui gagnaient davantage ou qui n'étaient pas couverts par le régime ne cotisaient pas; ils n'ont donc pas payé leur part.

    Que répond-on aux hommes et aux femmes qui ont fait leur effort en ce sens et qui aujourd'hui, n'ont vu d'aucune façon leur sort s'améliorer? On se serait attendu que dans le budget et ensuite dans la loi pour la mise en vigueur du budget nous retrouvions des éléments en ce sens. On a plutôt continué à les laisser de côté.

    N'est-ce pas une des raisons pour lesquelles dans plusieurs régions du Québec et du Canada, le Parti libéral du Canada, finalement, ne réussit plus à faire élire des députés? Il promet, élection après élection, qu'il va changer le régime d'assurance-emploi alors que le lendemain des élections, il laisse les choses telles qu'elles. Est-ce que nous n'aurions pas dû retrouver dans ce budget des éléments clairs et nets d'amélioration et de bonification du régime d'assurance-emploi pour répondre aux besoins de la population, étant donné la situation de surplus qui existe? N'aurait-il pas été normal de retourner l'ascenseur à ces gens?

  +-(1240)  

[Traduction]

+-

    M. Paul Szabo: Monsieur le Président, cette question a été soulevée de nombreuses fois à la Chambre. Il importe peut-être pour nous de voir ce qui s'est produit auparavant.

    Au cours des années 1980, sous l'administration Mulroney, l'argent destiné au fonds de l'assurance-chômage, comme on l'appelait à l'époque, était versé dans une caisse distincte. Les cotisations s'y accumulaient et on payait à même celle-ci les prestations accordées dans le cadre du Régime d'assurance-chômage.

    À cette époque, le gouvernement accumulait de lourds déficits. Le vérificateur général a ajouté aux malheurs du gouvernement en affirmant que celui-ci enregistrait alors un déficit de 15 milliards de dollars pour le fonds de l'assurance-chômage. Le gouvernement faisait donc du financement hors bilan, si le député sait de quoi il s'agit. Le vérificateur général a alors enjoint le gouvernement de couvrir les pertes du fonds de l'assurance-chômage et, par la suite, de verser toutes les cotisations d'assurance-chômage dans le fonds d'administration générale du gouvernement et d'y prélever les prestations, afin qu'il n'y ait plus de transactions hors bilan.

    Ensuite, nous avons connu ce qu'on a appelé un compte théorique. Le député a parfaitement raison. Si nous le comptabilisions séparément depuis ce moment, nous obtiendrions un excédent net d'environ 48 milliards de dollars. Au cours de toutes ces années, nous avons recueilli 48 milliards de dollars de plus que ce que nous avons versé en prestations pour les programmes et le reste.

    Que s'est-il produit au cours des 10 dernières années? Nous n'avons pas eu de récession. L'économie canadienne a été tellement prospère que nous avons accumulé un excédent. La vérificatrice générale nous dirait que, si nous avions à traverser une récession prononcée, nous y engloutirions 15 milliards de dollars en une seule année. Selon les lois régissant le Compte d'assurance-emploi, nous devrions conserver une réserve d'environ deux années en prévision d'un repli important de l'économie, d'une récession marquée, mais il reste encore plus de deux années et probablement trois années de réserve.

    Selon les lois, s'il reste encore un excédent au-delà de la réserve, nous devons réduire les cotisations afin de diminuer progressivement l'excédent dans les années à venir, ou mettre sur pied de nouveaux programmes. Les deux mesures ont été mises en pratique. Chaque année, depuis que nous avons pris le pouvoir, nous avons abaissé les cotisations d'assurance-emploi.

    En fait, le député sait très bien que l'extension du congé parental à une année complète dans le cadre du régime d'assurance-emploi est prévue dans les dispositions du projet de loi traitant de l'excédent du régime d'assurance-emploi.

    Nous sommes en train de mettre en oeuvre toutes les mesures souhaitables. Malheureusement, ou heureusement peut-être, il y a un excédent qui correspond environ à la somme des prestations payables pendant une année et dont on pourrait avoir besoin dans des circonstances extraordinaires.

    Le député a aussi présenté l'argument selon lequel des gens qui paient leurs cotisations n'ont pas droit aux prestations. Or, je viens de faire la déclaration de revenus de ma fille. Elle va à l'université, mais travaille pendant l'été. Des cotisations d'assurance-emploi ont été retenues à la source sur son salaire, comme c'est le cas pour tout le monde. Mais puisqu'elle n'a pas fait assez d'argent, les cotisations lui seront remboursées par le fisc.

    Le député oublie que les gens dont le revenu annuel se situe sous un certain seuil se font rembourser les cotisations d'assurance-emploi qu'ils ont payées lorsqu'ils font leur déclaration de revenus.

    Je pense que les statistiques fournies par le député sont exagérées. Cependant, j'admets que la situation que nous vivons est le résultat de circonstances favorables, c'est-à-dire que le Canada a une solide économie et que nous d'avons pas eu besoin dernièrement de payer des prestations à des degrés aussi élevés que dans le passé. Nous n'avons pas subi de récession depuis 10 ans. Le résultat ne devrait être une surprise pour personne, mais le député devrait être heureux au moins de constater que les cotisations continuent d'être réduites et que les programmes continuent d'être améliorés.

  +-(1245)  

+-

    M. Tom Lukiwski (Regina—Lumsden—Lake Centre, PCC): Monsieur le Président, j'ai une observation à formuler et une question à poser à mon collègue d'en face.

    Dans son intervention, le député a parlé des excédents. Il a semblé laisser entendre que les partis d'opposition y accordaient peut-être trop d'attention, et il a dit qu'il était difficile de prévoir les excédents avec exactitude lorsqu'il y a toute une gamme de prévisions économiques.

    Revenons aux dernières élections, en 2004, et au programme que le Parti conservateur a proposé. En matière financière, nous avons proposé une série de réductions de l'impôt sur le revenu des particuliers, surtout pour les contribuables à revenu faible ou moyen, sur une période de cinq ans. Nous avions également un programme de dépenses totalisant environ 58 milliards de dollars. Nous avions calculé que c'était réaliste, à la lumière de nos prévisions du budget de l'année dernière, celui de 2004-2005. En utilisant les chiffres du gouvernement, nous avions prévu, prudemment, un excédent de 7 ou 8 milliards de dollars. Nous savons tous qu'il a été de 9 milliards.

    Voici où je veux en venir. Le Parti libéral a alors accusé les conservateurs de proposer un programme financièrement irresponsable. Pourtant, dans le budget de 2005, voici que les libéraux proposent un programme de dépenses qui totalise environ 55 milliards de dollars, en plus de réductions d'impôt échelonnées sur cinq ans. Autrement dit, c'est très proche de ce que nous proposions il y a à peine un an. Les libéraux ont alors dénoncé notre irresponsabilité, et ils prétendent maintenant faire preuve de prudence, sur le plan financier.

    Pourquoi cette double échelle de valeurs?

+-

    M. Paul Szabo: Monsieur le Président, je n'ai pas l'habitude de tenir des propos partisans. J'ai entendu ce que le député a dit et je comprends. Je crois que chaque parti a un plan financier et économique qu'il aimerait bien proposer en disant qu'il parviendra à le réaliser.

    Toutefois, le député doit reconnaître que, même en parlant d'un budget équilibré, si tout se passait comme prévu, sans qu'on ait besoin de faire appel aux marges de prévoyance et de prudence, l'excédent aurait été de 5 milliards de dollars au cours de l'année. Il a atteint les 9 milliards de dollars. Nous savons également que les résultats économiques du quatrième trimestre ont de beaucoup surpassé les hypothèses les plus plausibles et qu'ils ont probablement permis d'accroître l'excédent de 2,5 à 3 milliards de dollars supplémentaires, ce qui a porté les chiffres à 8 milliards de dollars. Le député parle de 9 milliards de dollars. L'écart n'est donc pas si grand.

    Ce qui importe, c'est que tous les engagements pris auprès des Canadiens à l'égard du maintien des grands programmes et du respect de leurs priorités ont été respectés et qu'en conséquence, notre économie a été plus forte qu'elle ne l'aurait été sans un excédent aussi important. Ce sont là, à mon avis, les fruits du travail acharné de tous les Canadiens, et ces derniers ne pourront que profiter des succès qu'ils ont obtenus. Je ne vois pas où est le problème.

+-

    M. Loyola Hearn (St. John's-Sud—Mount Pearl, PCC): Monsieur le Président, mes remarques vont porter essentiellement sur une partie du projet de loi sur le budget. Toutefois, je veux aussi faire allusion à au moins une autre partie, à savoir la partie 19.

    Je précise, au cas où les gens se poseraient la question, que nous parlons ici de 24 mesures législatives différentes qui ont toutes été regroupées ensemble dans ce qu'on appelle la Loi d'exécution du budget de 2005.

    La partie 19 est très pertinente, particulièrement aujourd'hui. Tous les Canadiens sont au courant de l'existence du ministère des Travaux publics et de certains des contrats accordés par celui-ci dans le passé. Pourtant, la partie 19 du projet de loi accorde encore plus de latitude à ce ministère, puisqu'elle lui confère le contrôle total de tous les achats et de la passation des marchés, lui donnant ainsi plus ou moins carte blanche. C'est une invitation à poursuivre dans la même veine, et nous sommes très préoccupés par cette partie.

    Monsieur le Président, je vous signale en passant que je vais partager mon temps de parole avec le député de South Shore—St. Margaret's.

    C'est ce que je voulais dire au sujet de la partie 19. Je passe maintenant à la partie 12. Cette partie traite des recettes que les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse devraient toucher en ce moment même.

    Je vais faire un peu d'histoire. L'an dernier, à cette époque-ci, nous nous préparions à faire campagne. Avant les élections, deux partis à la Chambre, soit le Parti conservateur et le Nouveau Parti démocratique, avaient promis aux provinces de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse que, s'ils étaient élus, ils verseraient à ces provinces la totalité de la part fédérale des redevances tirées de l'exploitation des ressources extracôtières.

    Le Parti libéral n'a pas pris cet engagement. En fait, c'est au cours de la campagne électorale, après que des engagements écrits furent pris par les autres partis, que le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, en premier, suite aux pressions intenses exercées sur le premier ministre par les députés libéraux représentant cette région, ainsi que d'autres députés libéraux et diverses associations, a décidé de faire pression lui aussi. Lors de l'une des visites effectuées par le premier ministre, les intéressés lui ont peut-être dit, au terme d'une séance ayant duré toute la nuit et au cours de laquelle il a fait l'objet de pressions énormes, qu'il ne pourrait quitter la province. Quoi qu'il en soit, le premier ministre a téléphoné à son homologue provincial à sept heures du matin pour lui dire qu'il acceptait sa proposition.

    Le premier ministre n'a pas donné son engagement par écrit et, malheureusement, on ne lui a pas demandé de le faire. On serait porté à croire que, lorsqu'un premier ministre prend ouvertement un engagement dont les médias font état, celui-ci tient parole.

    Les choses ont suivi leur cours et les libéraux ont gagné les élections. Puis la Nouvelle-Écosse, à laquelle on avait fait la même promesse à la dernière minute pour tenter de récolter quelques sièges, s'est manifestée. Les provinces ont dû attendre passablement longtemps. Notre parti ne cessait de demander quand les libéraux allaient tenir parole.

    Diverses choses se sont passées. Pour notre part, de ce côté-ci de la Chambre, nous en avons parlé au moins 35 fois durant la période des questions, surtout sous forme de question principale. Jamais auparavant dans l'histoire n'avait-on vu une province bénéficier de tant d'attention concernant un enjeu de première importance pour elle. Nous en avons aussi parlé dans nos déclarations. Nous avons tenu un débat d'envergure sur la question, ici, à la Chambre. Ainsi, le gouvernement, qui ne bougeait pas du tout, sentait la pression s'exercer sur lui.

  +-(1250)  

    À Winnipeg, le premier ministre Williams a claqué la porte d'une rencontre sur la péréquation pour protester contre le manque d'intérêt affiché par le gouvernement pour cette question.

    Je suis content de constater que le secrétaire parlementaire du ministre des Finances se joint à nous, lui qui nous a appuyé sur cette question. Je suis content qu'il soit ici pour écouter mon discours et vérifier ce que je vais dire.

    Puis, jusqu'à la fin de l'automne, rien n'a bougé. Tout juste avant Noël, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador a ordonné que l'on enlève le drapeau du Canada de tous les édifices provinciaux. L'initiative a suscité beaucoup d'attention partout au pays, et de l'indignation dans certains cas. Les gens ont tout de même commencé à se demander ce qui se passait. Lorsqu'ils ont compris la situation, compris que les provinces s'étaient fait arnaquer, il se sont mis eux aussi à exercer des pressions sur le premier ministre.

    Enfin, en ce jour d'amour qu'est la Saint-Valentin, nous avons reçu l'accord. L'accord a été signé et il confère à Terre-Neuve-et-Labrador et à la Nouvelle-Écosse la maîtrise de leur part des recettes provenant de la mise en valeur des ressources extracôtières.

    À voir comment les choses se passaient ce jour-là, on aurait cru que tout était réglé. En effet, en cette journée de la Saint-Valentin, tout le monde se ruait aux pieds du premier ministre et les gens en venaient presque à s'embrasser les uns les autres. Si les protagonistes avaient été différents, ils l'auraient peut-être fait. Je suis certain, cependant, qu'ils n'auraient guère été tentés d'embrasser le ministre des Ressources naturelles.

    Quoi qu'il en soit, l'accord a été signé et les deux provinces disaient avoir obtenu gain de cause. Toutefois, à mesure que le temps passait, le projet de loi soulevait de plus en plus de questions. On nous a dit que c'était une mesure compliquée, et nous étions d'accord. Puis, du jour au lendemain, nous avons appris que les provinces avaient conclu une entente avec le gouvernement fédéral au sujet du projet de loi. Tout était réglé. Le projet de loi ne posait aucun problème. Il ne restait plus qu'à l'adopter.

    Nous savions que le gouvernement appuierait le projet de loi. Le secrétaire parlementaire, entre autres, s'opposait au projet de loi, mais il n'aurait d'autre choix que de l'appuyer puisqu'il s'agissait d'un projet de loi ministériel. Nous savions également que les députés bloquistes n'appuieraient probablement pas le projet de loi, même s'ils le devraient puisqu'il accorde aux provinces ce que le Bloc réclame depuis toujours, à savoir un certain contrôle sur leurs propres ressources. Nous savions que notre parti, le NPD, et la plupart des députés ministériels, appuieraient le projet de loi, que ce dernier serait adopté rapidement et que les provinces encaisseraient des recettes.

    En ce moment-même, la province de Terre-Neuve-et-Labrador perd environ trois millions de dollars par semaine. Si l'on tient compte de toutes les retombées possibles, c'est près d'un million de dollars par jour que perd la province. C'est énormément d'argent.

    Qu'a fait le gouvernement? A-t-il présenté un projet de loi clair et net qui aurait pu être adopté rapidement? Non. Il a réuni cette question et 23 autres en un seul projet de loi. Certaines de ces mesures sont très complexes et litigieuses. D'autres, très attrayantes, pourraient être adoptées très rapidement.

    Je reviens à la partie 19 du projet de loi, qui donne au ministère des Travaux publics toute latitude en matière d'achats et d'adjudication de contrats; le ministère pourra donc accorder toutes les faveurs qu'il voudra à ses amis et agir à sa guise. Il est également question, dans le projet de loi, du financement des garderies et d'aide financière aux villes. Aucun plan d'action n'est prévu. On trouve également dans le projet de loi les fameuses dispositions concernant l'accord de Kyoto. Je crois comprendre que ces dispositions seront retirées du projet de loi.

    Si cela se concrétise, peut-être en comité, le gouvernement verra qu'il serait beaucoup plus avantageux pour lui, ou pour les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse, de retirer du projet de loi les dispositions visant les recettes. La question pourrait faire l'objet d'un vote.

    Mes dix minutes sont écoulées, mais mon collègue poursuivra certainement dans la même veine.

  +-(1255)  

+-

    M. Tom Lukiwski (Regina—Lumsden—Lake Centre, PCC): Monsieur le Président, je veux poser à mon collègue une question qui concerne la péréquation, mais d'un point de vue différent, du seul fait que la Saskatchewan a également cherché à bénéficier d'un accord identique ou semblable à l'Accord atlantique. Nous, en Saskatchewan, avons reconnu les avantages innombrables que nous pourrions retirer si nous pouvions conserver la totalité de nos recettes provenant de l'exploitation des ressources naturelles non renouvelables. Selon les prix actuels du pétrole et du gaz seulement, je crois que ces recettes pourraient facilement totaliser 1,5 milliard de dollars par année, ce qui pourrait certes faire une énorme différence et avoir une incidence financière considérable sur la Saskatchewan, une situation qui serait sans précédent dans l'histoire de la province.

    Mon collègue voudrait-il faire une observation à cet égard et nous dire, en ce qui concerne la question de l'équité pour tous, s'il estime que toutes les provinces devraient pouvoir bénéficier du même accord que Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse, soit conserver la totalité des recettes provenant de l'exploitation des ressources naturelles non renouvelables?

  +-(1300)  

+-

    M. Loyola Hearn: Monsieur le Président, j'aimerais remercier les députés de la Saskatchewan, des provinces de l'Ouest et de quasiment tout le pays d'avoir appuyé fortement ma province dans sa lutte acharnée pour avoir la haute main sur ces ressources et en tirer profit.

    En ce qui concerne la question générale du député, je suis sûr qu'il ne demande pas si la Saskatchewan devrait tirer profit de ses ressources extracôtières. Sa question touche plutôt l'enjeu fondamental abordé par notre parti lorsque nous nous sommes engagés à donner à Terre-Neuve-et-Labrador et à la Nouvelle-Écosse 100 p. 100 de leur part des recettes provenant des ressources extracôtières. L'engagement fondamental consistait à retirer les ressources non renouvelables de la formule de péréquation. Ainsi, la Saskatchewan et les autres provinces ayant des ressources non renouvelables pourraient bénéficier de l'exploitation de ces ressources.

    J'appuie totalement le député dans son combat. Notre soutien à l'égard de sa province sera aussi intense que le soutien de la Saskatchewan à notre endroit dans le cadre de ce processus. Espérons que très bientôt nous aurons un gouvernement capable de respecter cet engagement. Il ne s'agit pas d'une promesse irréaliste. Il n'est pas question de gaspiller de l'argent. Il s'agit de laisser aux provinces l'argent tiré des ressources non renouvelables. Ces ressources ne sont pas éternelles. Tôt ou tard, elles disparaîtront.

    L'Alberta a bénéficié de l'exploitation de ses ressources au début. Pendant 8 ou 10 ans, cette province a encaissé toutes les recettes provenant de ses ressources. Les autres provinces devraient pouvoir faire de même; ainsi, les provinces plus pauvres auraient la possibilité de se doter des infrastructures nécessaires et d'avancer. Nous pourrions être un partenaire apportant une contribution à la Confédération.

    Nous ne voulons rien enlever au reste du pays, notamment à l'Alberta et à l'Ontario. Nous pouvons donner. Nous avons les ressources. Tout ce qu'il nous faut pour contribuer à notre tour, c'est notre part des recettes d'exploitation.

+-

    L'hon. John McKay (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, la déclaration du député porte essentiellement sur l'idée de retirer les ressources non renouvelables de l'équation en matière de péréquation afin de conserver la totalité des recettes qui en sont tirées. C'est la position que le gouvernement a acceptée, mais cela soulève en revanche une foule d'autres questions extrêmement compliquées.

    La première question qui se pose, dans le cas d'une province qui n'a pas de ressources non renouvelables, est de savoir pourquoi, en Ontario par exemple, un secteur manufacturier devrait être pénalisé pour avoir tenu compte, dans sa capacité fiscale, de facteurs tels que la fabrication. Force est de se demander en vertu de quel argument fondamental on retirerait de la formule de péréquation les ressources renouvelables ou non renouvelables, les recettes tirées de l'impôt foncier ou n'importe lequel des 33 éléments qui servent à mesurer la capacité fiscale, pour favoriser une province plutôt qu'une autre. C'est tout ou rien.

    Le député pourrait-il me dire pour quelle raison les Ontariens devraient être pénalisés, du fait que la fabrication entre dans le calcul de la capacité fiscale de leur province?

+-

    M. Loyola Hearn: Monsieur le Président, le député fait valoir un bon point, mais il ne doit pas oublier que ce dont il est question ici, c'est de la Confédération, du développement de provinces fortes grâces à l'exploitation de leurs ressources, quelles que soient ces ressources, pour qu'elles puissent jouer le rôle de partenaires qui apportent une contribution.

    Comment l'Ontario peut-il justifier toutes les retombées découlant du fait que le gouvernement fédéral est établi dans cette province, tout l'argent que cela génère pour la province? Tous les ministères fédéraux sont basés ici, et tous les fonctionnaires qui travaillent ici paient des taxes et des impôts. C'est un avantage dont les autres provinces ne bénéficient pas. Nous avons tous nos forces. Si elles étaient mises en valeur, les recettes qu'on en tirerait, peu importe qu'elles soient utilisées à bon escient ou non, pourraient contribuer à faire de nos provinces des provinces fortes. Or, des provinces fortes font un pays fort. Voilà l'argument que nous faisons valoir.

  +-(1305)  

+-

    M. Gerald Keddy (South Shore—St. Margaret's, PCC): Monsieur le Président, c'est certes un honneur pour moi de prendre la parole au sujet du projet de loi d'exécution du budget.

    Mon collègue de St. John's-Sud—Mount Pearl a déjà donné une très bonne description de l'historique et de la chronologie de l'Accord atlantique. Je vais certainement parler, moi aussi, de cet accord, mais j'aimerais également répondre à certaines remarques qui ont été faites à la Chambre. J'espère remettre les pendules à l'heure relativement à un certain nombre de questions.

    Je n'ai pu m'empêcher d'écouter avec étonnement le député de Mississauga-Sud. Il lui arrive souvent de présenter sa propre version de la réalité à la Chambre, mais retourner à 1993 et trouver une façon de dire qu'un gouvernement qui était au pouvoir il y a 12 ans est responsable de la situation actuelle dans notre pays est une exagération, même de la part du député de Mississauga-Sud. Il a parlé du déficit de 42 milliards de dollars dont le gouvernement a hérité en 1993. Je n'essaie pas de nier cela; c'est un fait.

    Ce que les libéraux ne semblent jamais mentionner, c'est que le gouvernement conservateur, qui a gouverné pendant dix ans, avait hérité d'un déficit de 38 milliards de dollars du gouvernement de l'ère Trudeau. Les conservateurs ont gouverné le pays pendant dix ans à une époque où les taux d'intérêt ont monté jusqu'à 19 p. 100, et ils n'ont fait augmenter le déficit que de 4 milliards de dollars. Ils n'ont pas réduit les services aux provinces. Ils n'ont pas réduit les transferts. Ils n'ont pas réduit le financement des soins de santé.

    Les conservateurs ont signé ce qui est encore le plus important accord environnemental jamais signé en Amérique du Nord, soit le traité sur les pluies acides conclu avec les États-Unis. Ils sont les artisans du libre-échange. Ils ont introduit la TPS. Ils ont gouverné pendant une période difficile.

    Les conservateurs ont jeté les assises qui ont permis au gouvernement libéral, dès son arrivée au pouvoir, de récolter les bénéfices du travail fait par ses prédécesseurs, sans qu'il ait de plan ou de vision pour notre pays. Les libéraux gouvernent, récoltent les fruits du travail de quelqu'un d'autre et plongent le pays dans le marasme en pleine période de prospérité. Il est absolument incroyable qu'un ministériel puisse insinuer qu'un gouvernement conservateur qui était au pouvoir il y a 12 ans est responsable de la situation dans laquelle se trouve le gouvernement actuel.

    Cette invention d'événements visant à démontrer que, pour une raison X, comme mon collègue de Terre-Neuve l'a dit, nous ne pouvons sortir l'Accord atlantique du présent budget, est absolument ridicule. Nous avons adopté l'Accord sur la santé en 11 jours à la Chambre. Nous n'en avons pas parlé pendant quatre, cinq ou six mois. Nous avons pu l'isoler du budget. Nous sommes arrivés à le faire accepter par la Chambre à titre de projet de loi distinct. Nous l'avons adopté en 11 jours.

    Mon collègue de St. John's-Sud—Mount Pearl a mentionné que cette question a été soulevée à la Chambre 35 fois, y compris par notre chef. Trente-cinq fois, nous avons posé des questions au gouvernement au sujet de l'Accord atlantique avant que les libéraux ne finissent par céder et par dire qu'ils allaient devoir faire quelque chose. À la veille des dernières élections, et pas avant, lorsqu'ils ont vu qu'ils perdaient des sièges dans les provinces de l'Atlantique, ils se sont mis à appuyer l'Accord atlantique.

    Les Libéraux ont des états de service absolument abyssaux et il n'est pas du tout acceptable qu'on réécrive l'histoire et qu'on modifie la réalité des faits qui sont survenus. Nous avons soulevé cet enjeu à la période de questions 35 fois, mais ce qui a échappé à mon collège, c'est qu'à 13 autres reprises, nous avons parlé de ce sujet dans des déclarations faites conformément à l'article 31 du Règlement avant la période des questions. Les députés venant des provinces de l'Atlantique ont soulevé la question 45 fois, sans compter les cas où notre chef l'a fait.

  +-(1310)  

    Nous vivons une période intéressante de la politique canadienne. Il y a beaucoup de discussions concernant le budget. Il est abondamment question de l'impossibilité d'en dissocier l'Accord atlantique, de l'obligation qu'il fasse partie du budget. Les libéraux ont réussi à dissocier du budget les dispositions concernant l'accord de Kyoto parce que c'était insensé et que cela n'avait pas à être inclus dans les postes budgétaires.

    Le budget comprend 24 points, dont l'Accord atlantique. Le défi du gouvernement consiste à dissocier l'Accord atlantique du budget, à le faire adopter, à le renvoyer au Sénat et à veiller à ce que Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse obtiennent de cet accord les fonds qu'ils méritent à très juste titre.

    L'autre aspect dont le gouvernement ne parle jamais, c'est le fait que le budget de l'an dernier est encore au Sénat. Ce n'est pas comme s'il avait été adopté et mis en oeuvre. Il faut du temps pour mettre à exécution un budget, mais ces gens-là se traînent les pieds. Le budget est encore au Sénat.

    Examinons quelques aspects du processus d'exécution du budget. Le budget de l'an dernier est encore au Sénat. Le projet de loi précédent portant exécution du budget, le projet de loi C-30, a été présenté le 31 mars 2004 et il a été adopté à la Chambre des communes le 5 mai de la même année, soit 35 jours plus tard. L'adoption de ces projets de loi n'a pas à traîner en longueur. Le gouvernement tarde parce qu'il est au coeur du pire scandale à avoir jamais frappé la politique canadienne depuis celui des chemins de fer à l'époque de John A. Macdonald, en 1872.

    Ce n'est pas de l'Accord atlantique dont il est ici question, mais d'un gouvernement libéral qui s'accroche désespérément au pouvoir et qui ne fait pas ce qui est dans l'intérêt des Canadiens et du Canada atlantique.

    Revenons un peu en arrière. Il a fallu 67 jours pour faire adopter le dernier budget à la Chambre. L'adoption du budget précédent avait nécessité 35 jours. L'autre avant cela a été adopté au bout de quatre mois, parce que le gouvernement s'attendait à déclencher des élections et qu'il voulait dire aux Canadiens quel merveilleux travail il faisait pour eux. Si l'accord sur la santé a été adopté à la Chambre en 11 jours, il pourrait en être de même pour l'Accord atlantique. L'adoption des lois d'exécution des quatre derniers budgets a nécessité en moyenne 51 jours.

    Sommes-nous censés attendre 51 jours avant que Terre-Neuve-et-Labrador ait sa juste part de ses ressources extracôtières, avant que la Nouvelle-Écosse ait sa juste part de ses ressources extracôtières, ou allons-nous retirer cette question du budget? Nous avons défié le gouvernement de le faire. À de nombreuses reprises, notre chef a demandé au gouvernement de retirer la question du budget, de l'envoyer en comité plénier et de l'adopter à la Chambre en un jour. Les partis d'opposition sont d'accord.

    Le gouvernement doit faire preuve de leadership, mais il ne le fait pas. Le pays a désespérément besoin de leadership.

    Le budget actuel est censé résoudre les difficultés des Canadiens en général, des personnes âgées, des Canadiens à faible revenu, ainsi que les difficultés liées à la prestation des services de soins de santé, et il est censé équilibrer le système des paiements de transfert. Malheureusement, le gouvernement préfère s'accrocher au pouvoir plutôt que de s'occuper des problèmes du Canada atlantique, de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse.

    L'histoire de cette Chambre est unique. Ce que nous disons ici est consigné au dossier. Je demande aux Canadiens et à ceux qui nous écoutent aujourd'hui de se reporter au bilan des libéraux et de revoir ce qu'ils ont dit. J'invite les Canadiens à se familiariser avec l'Accord atlantique et à se demander pourquoi il ne pourrait pas faire l'objet d'un projet de loi distinct. Il n'y a aucune raison de ne pas le faire.

  +-(1315)  

    Les Canadiens devraient se pencher sur ce qui a été dit, sur la dissimulation délibérée des faits, la tentative délibérée des libéraux en vue de masquer les faits. Ils devraient se demander pourquoi ne pas faire un projet de loi distinct pour l'Accord atlantique et l'adopter sur-le-champ. Je pense qu'ils répondront tous la même chose.

+-

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, j'ai écouté avec un vif intérêt le discours du député d'en face, surtout lorsqu'il a dit que le scandale des contrats de publicité était le plus grand scandale depuis le scandale du chemin de fer. Je suppose qu'il parlait du siècle dernier.

    Toutefois, le député sait certainement que le plus grand scandale que l'on ait eu avant le scandale des contrats de publicité, et je reconnais que ce dernier représente un abus déplorable des fonds publics, est celui qui a eu lieu dans les années 1980 sous le règne Mulroney. J'invite le député à relire le livre de Stevie Cameron intitulé On the Take qui traite de l'utilisation abusive continue de fonds publics pour augmenter le financement privé des caisses électorales. De la même manière que les libéraux ont utilisé les contrats de publicité, les conservateurs ont utilisé le Fonds PC du Canada, devenu célèbre dans les années 1980. Dans un sens, nous voyons deux partis, deux vieux partis, agir de la même manière, les libéraux suivant l'exemple des conservateurs de Mulroney. On voit bien les résultats aujourd'hui.

    J'aimerais aussi aborder la question des déficits records des années 1980. Sous le régime actuel, nous avons vu les pires prévisions financières de tous les pays ayant fait l'objet d'une étude. Autrement dit, parmi tous les pays occidentaux ayant fait l'objet d'une étude, notre gouvernement est celui qui rate le plus la cible. Dans les années 1980, sous le gouvernement conservateur de Mulroney, on a vu des déficits sans précédent qui demeurent inégalés à ce jour.

    Compte tenu du bilan du Parti conservateur de Mulroney, des scandales déplorables qui ont eu lieu sous son règne, scandales aussi terribles que les scandales libéraux, et vu l'absence de gestion financière comparable à ce que l'on observe sous les libéraux, qui font les pires prévisions financières, comment le député peut-il soutenir que son parti est meilleur que l'autre?

+-

    M. Gerald Keddy: Quelle tirade, monsieur le Président, de la part d'un nouveau député qui a si peu d'expérience ici.

    Très rapidement, j'aurais dit que le plus gros scandale avant celui que nous voyons maintenant a été le fait, à plusieurs reprises, du gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique. J'aurais ensuite parlé de l'incompétence totale du gouvernement néo-démocrate de l'Ontario, qui a été mis à la porte sans ménagement. Si le député veut comparer des pommes avec des pommes plutôt que des pommes avec des oranges, je serai heureux de m'entretenir avec lui lorsqu'il le voudra.

    Je pense que ce dont voulait véritablement parler le député, c'est des projections budgétaires du gouvernement qui, je suis d'accord avec lui, ont été moins que précises. Cette année, les libéraux prévoyaient un excédent budgétaire de 1,8 milliard de dollars. La semaine dernière, nous avons appris de nos conseillers parlementaires en matière de budget qu'il serait de 6,8 ou 6,1 milliards de dollars, soit cinq milliards de dollars de plus que ce que nous pensions au début du processus budgétaire.

+-

    L'hon. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement, Lib.): Monsieur le Président, mon vis-à-vis a utilisé le mot scandale. Parlant de budget, est-il si scandaleux que nous ayons présenté au moins huit budgets équilibrés? Est-il scandaleux que nous soyons le seul pays du G7 qui rembourse sa dette nationale? Est-il scandaleux que le gouvernement ait conclu avec les dix premiers ministres provinciaux une entente de 41,5 milliards de dollars sur la santé, assortie de critères d'imputabilité et d'une durée de dix ans? Est-il scandaleux que nous ayons conclu les accords atlantiques avec la Nouvelle-Écosse et avec Terre-Neuve-et-Labrador? Est-il scandaleux que nous ayons investi dans les villes, ce qui était sans précédent dans l'histoire du Canada?

    Nous parlons du budget. Nous parlons d'une chose que beaucoup de Canadiens veulent. Ils veulent que le budget soit adopté parce qu'il est important pour les familles et les collectivités de tout le Canada.

    Le député, que je respecte beaucoup, me déçoit. J'aimerais qu'il me réponde, j'aimerais qu'il me dise pourquoi son parti jongle avec l'idée de provoquer des élections alors que les Canadiens ont besoin de ces engagements?

  +-(1320)  

+-

    M. Gerald Keddy: Monsieur le Président, je ne me rappelle d'aucune partie de mon intervention où j'aurais parlé d'élections. Encore une fois, c'est une invention du député. Ce que j'ai dit très clairement, c'est que le gouvernement aurait pu et aurait dû faire davantage dans un contexte si favorable. Grâce à la faiblesse des taux intérêts, il a engrangé les profits de la TPS et de l'Accord de libre-échange nord-américain, tout en assistant à un niveau sans précédent d'échanges commerciaux nord-sud sur le continent américain.

    À tout le mieux, qu'est-ce que les libéraux ont réussi à faire? Ils ont trouvé 162 millions de dollars à envoyer aux amis du parti? J'estime que ce n'est pas là un record dont un gouvernement peut s'enorgueillir.

    En ce qui concerne la Loi d'exécution du budget, je mets le gouvernement au défi d'en retirer l'Accord atlantique, de l'adopter immédiatement et de s'occuper de gouverner le pays, s'il en est capable.

+-

    L'hon. Bryon Wilfert (secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement, Lib.): Monsieur le Président, en premier lieu, le présent budget s'inspire de l'approche équilibrée des exercices budgétaires précédents. Nous avons encore une fois atteint l'équilibre budgétaire. Nous avons réduit la dette nationale. Le Canada est le seul pays du G-7 à avoir remboursé une partie de sa dette. Nous sommes passés de 71,5 p. 100 à moins de 40 p. 100 et visons 25 p. 100.

    Voilà une position assez enviable si on tient compte du bilan des autres pays et du déficit de 42,5 milliards de dollars dont le gouvernement a hérité en 1993. En outre, compte tenu du fait que, en 1994-1995, le New York Times soutenait que le Canada était dans une situation économique désastreuse, le gouvernement ne s'est pas trop mal tiré d'affaire puisqu'il a présenté huit budgets équilibrés consécutifs.

    Certains députés ont prétendu, à tort, que nous n'avons pas atteint nos objectifs. Le gouvernement conservateur qui nous a précédé n'a pas atteint ses objectifs non plus. Malheureusement, c'est comme ça que nous avons hérité en 1993 d'un déficit de 42,5 milliards de dollars.

    Le gouvernement libéral a fait en sorte d'éliminer ce déficit. Il a commencé à investir dans les programmes sociaux clés. Il a veillé à réduire la dette qui échoira aux générations à venir; la réduction est considérable, il faut le dire, puisqu'elle se chiffre à 60 milliards de dollars pour les cinq dernières années. Cette réduction est très importante pour le Canadien moyen.

    Certains députés de l'opposition voudraient pouvoir choisir les éléments qui leur plaisent. Ayant été secrétaire parlementaire du ministre des Finances durant deux ans, j'ai un petite idée de la façon de faire les choses. Nous ne pouvons pas conserver seulement ce qui fait notre affaire. Nous aimons l'Accord atlantique et nous sommes prêts à l'appliquer. Le leader du gouvernement à la Chambre a dit que si l'opposition voulait vraiment l'Accord atlantique, elle devrait adopter le projet de loi de mise en oeuvre du budget et tout approuver d'un seul coup. Il s'agit après tout d'un budget à l'avantage des Canadiens, des familles et des villes. Il s'agit également d'un budget vert, et c'est de cet aspect que je voudrais parler.

    Je tiens également à faire remarquer que le Parti conservateur, l'Alliance, ne s'est pas soucié des villes pendant dix ans. Lorsque la Fédération canadienne des municipalités a proposé un programme national d'infrastructures en 1983, les conservateurs n'ont rien fait après avoir pris le pouvoir en 1984, et ce, pendant dix ans. Je sais de quoi je parle, ayant passé 12 ans en politique municipale et étant un ancien président de la FCM. Je ne me fierais pas trop à ce que disent ces gens qui, de toute évidence, n'ont rien fait pendant dix ans. Et nous, qu'avons- nous fait? Après avoir été portés au pouvoir, nous avons lancé divers programmes d'infrastructure successifs qui ont donné de très bons résultats pour les villes.

    J'ai écouté parler le député d'en face. Certains députés préfèrent chahuter au lieu d'écouter. Ils manquent totalement de respect, mais les choses sont ainsi faites. Ils aiment mieux enterrer un orateur plutôt que l'écouter. S'ils ont des questions, qu'ils les posent.

    M. Randy White: Voilà qui ressemble à un discours électoral.

    L'hon. Bryon Wilfert: Un député d'en face vient de dire que cela ressemble à un discours électoral. Ce ne sont pas les élections qui nous intéressent mais plutôt les faits. Il serait intéressant que ce parti respecte ses engagements pour une fois. Si les députés veulent connaître les faits, qu'ils laissent fonctionner le processus.

    Pourquoi a-t-on dit du budget q'il était le plus vert de l'histoire du pays?

    J'entends les néo-démocrates babiller dans leur coin. Ils sont censés être les champions d'un budget vert. Ils sont censés vouloir que l'on s'occupe du changement climatique. Parler est une chose, mais agir en est une autre. Leur parti a voté contre le budget. Je n'ai aucune sympathie pour de tels députés. Leur crédibilité est nulle puisqu'il est clair qu'ils n'appuient pas un budget vert.

    Nous avons affirmé d'emblée que nous voulions une économie durable et concurrentielle et un budget vert. Je suis très fier de dire que le ministre de l'Environnement a déclaré d'entrée de jeu que la compétitivité et la protection de l'environnement ne s'excluent pas mutuellement.

    Notre budget est un budget vert. Il propose une nouvelle orientation et vise à transformer notre économie en un modèle de durabilité. Demain, nous dévoilerons un plan national amélioré sur les changements climatiques. J'invite tous les députés à examiner attentivement ce plan avant de réagir.

  +-(1325)  

    Je tiens à ce que les députés sachent que nous avons pris les mesures budgétaires nécessaires pour faire ce que, selon moi, tous les Canadiens attendent de nous, soit nous attaquer au grave problème des changements climatiques, au Canada et dans le monde. Je suis très fier que notre pays ait signé et ratifié le Protocole de Kyoto. Le Canada sera l'hôte de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, la COP 11, à la fin de l'année. Ce sera pour les signataires l'occasion de réfléchir sur le Protocole de Kyoto et sur l'avenir, sur les questions que sont l'environnement et la durabilité à l'échelle mondiale au-delà de 2008-2012.

    J'ai déjà dit que ce budget établissait un équilibre pour les investissements à court terme. Par exemple, l'environnement touche tout le monde. Bien évidemment, tout ce contribue à résoudre les problèmes de santé, l'asthme, par exemple, ou à protéger les espèces en péril, est très important. Nous voulons qu'un changement s'opère sur le plan des habitudes de la population et des pratiques commerciales. Je dois dire que nous avons procédé à énormément de consultations en préparation à l'annonce de demain.

    Le gouvernement ne peut faire ce genre d'investissements sans un cadre économique solide. Les derniers gouvernements, ceux du premier ministre actuel et de son prédécesseur, l'ont clairement fait. C'est pourquoi nous avons été en mesure de rembourser une partie de la dette et d'investir dans les soins de santé, dans l'éducation postsecondaire et dans l'environnement.

    Les investissements fédéraux dans l'environnement stimuleront les partenariats. Les partenariats nous intéressent. Nous sommes déterminés à assurer le développement des technologies vertes, non seulement des énergies éoliennes ou solaires, des énergies produites à partir de l'hydrogène et autres, mais également à promouvoir l'exportation de ces technologies. Les Canadiens sont des chefs de file dans des domaines tels que la qualité de l'air et de l'eau. Cela nous donne l'occasion de travailler à l'étranger, en particulier dans des régions comme l'Asie, que je connais très bien. Je peux affirmer qu'il y a des occasions fabuleuses dans certains pays comme le Japon, pour la décontamination de sites par exemple.

    Nous sommes à un point tournant. Nous devons nous préoccuper de l'environnement et faire en sorte que ce secteur génère de nouveaux emplois et de nouvelles occasions pour les entrepreneurs Canadiens dans ce pays.

    Un écosystème sain fournit des avantages économiques tangibles aux Canadiens. Ce budget comprend des investissements immédiats pour la protection de nos océans, d'autres écosystèmes importants, celui les Grands Lacs, par exemple, et de tout un réseau de nos parcs nationaux. Encore une fois, ce budget prévoit de nouveaux investissements dans nos parcs nationaux. C'est un autre jalon important. Nous pourrons ainsi nous assurer que nous aurons les plus beaux parcs du monde entier, mais aussi que nous aurons les installations les plus modernes pour la population. Nous devons investir dans les laboratoires d'Environnement Canada. Nous devons être en mesure de fournir les outils dont ils ont besoin pour être les meilleurs au monde.

    Dans ce budget, nous trouvons des mécanismes basés sur les marchés. Nous trouvons des investissements dans les programmes de recherches et dans les infrastructures. J'ai déjà parlé des villes. En fait, nous leur donnons 5 milliards de dollars, dont la moitié sera utilisée dans le domaine de l'économie verte, pour régler les problèmes de transport en commun par exemple, ainsi que pour améliorer les systèmes d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées. Il y a des choses que les gouvernements municipaux ont demandé au sujet de la taxe sur l'essence. J'ai déjà dit que lorsque le gouvernement précédent était au pouvoir, les infrastructures nationales étaient au point mort.

    Bien que certains députés prétendent qu'ils sont de fervents partisans des villes, les maires et les conseils municipaux connaissent bien leurs vrais amis. Ils savent qui était là, au commencement, pour les appuyer. Ils savent qui est constamment resté à leur côté. Nous avons éliminé les frais de TPS pour les biens et services destinés aux gouvernements municipaux, ce qui leur permettra d'économiser quelque 7 milliards de dollars sur une période de 10 ans.

    Comme 80 p. 100 des Canadiens vivent dans des villes, le programme des municipalités est très important. Ce programme a été l'un des plus importants sur la liste du premier ministre. Je peux dire, en tant qu'ancien président de la Fédération canadienne des municipalités, que je suis très fier de faire partie d'un gouvernement qui s'occupe non seulement des villes, mais aussi de l'ensemble des collectivités. Ce budget aborde des questions qui touchent les collectivités d'un océan à l'autre.

  +-(1330)  

    Nous nous attaquons à des questions qui permettront d'améliorer la santé des Canadiens grâce à la qualité de notre écosystème, ce qui est sans précédent. Nous accueillerons le monde à la fin de l'année à la onzième conférence des parties, la COP 11, où nous pourrons mettre en valeur l'ingénuité et l'engagement des Canadiens, en plus de montrer clairement que nous progressons en tant que pays et en tant que gouvernement.

    Environnement Canada, en collaboration avec Ressources naturelles Canada, Transports Canada, Industrie Canada et d'autres, s'emploie à écologiser tous les aspects du gouvernement. Les véhicules hybrides et l'entente solide conclue avec le secteur de l'automobile témoignent de nos progrès. Nous avons 14 ententes volontaires avec l'industrie automobile qui entraîneront une réduction de 5,3 mégatonnes d'émissions de gaz à effet de serre.

    Certains aspects du budget sont très importants, notamment le Fonds pour le climat, qui s'appelait à l'origine le Fonds éco-net. Ce fonds créera des institutions permanentes axées sur le marché qui seront les principaux outils du Canada en ce qui concerne les changements climatiques. Nous exploiterons toutes les possibilités du marché. Je pense que ce sera très excitant.

    En exploitant ce marché, nous stimulerons l'innovation et permettrons aux Canadiens de tous les coins du pays de passer à l'action. Nous allons continuer de favoriser l'efficacité énergétique, de parvenir à des réductions et à une séquestration rentables et d'inciter à l'adoption des meilleures technologies existantes, ce qui représente une des mesures les plus importantes.

    Nous sommes déterminés à le faire. L'objectif du fonds, ce qui est assez inédit, consiste à obtenir des réductions d'émissions intérieures et des crédits internationaux admissibles qui aideront le Canada à se conformer à ses engagements du Protocole de Kyoto. Nous n'achetons pas de droits d'émission de Russie, seulement des crédits pouvant être jugés conformes au Protocole de Kyoto.

    Au cours des mois à venir, le gouvernement du Canada consultera les Canadiens sur la meilleure façon dont le fonds peut atteindre cet objectif. Nous savons que les Canadiens font confiance au gouvernement pour ce qui est de remplir son programme environnemental. Certains députés d'en face ne croient même pas qu'il y a eu une période glaciaire. J'estime qu'en ce qui concerne l'environnement, le gouvernement est efficace.

    L'objet premier du fonds consiste à promouvoir la réduction des émissions de gaz à effet de serre, ce qui revêt une très grande importance, et nous en dirons davantage là-dessus demain lors du dévoilement. Le Canada sera en bonne position pour soutenir la concurrence au XXIe siècle. Certains députés d'en face ne savent même pas que nous ne sommes plus dans le XXe siècle. Certains de leurs points de vue sur l'environnement sont vraiment consternants.

    Je tiens à souligner que ce mécanisme de développement propre contribuera à l'avènement d'une économie plus écologique. Nous estimons qu'une économie concurrentielle peut être écologique et créer les emplois nécessaires. C'est de cela qu'il s'agit dans le budget et c'est pour cela que le projet de loi d'exécution du budget est si important.

    Si la population est vraiment déterminée, ses actes seront plus éloquents que ses paroles. Si tous appuient vraiment certaines de ces initiatives, ils voteront en faveur du projet de loi et s'assureront de son adoption.

    L'agence chargée du Fonds d’investissement technologique pour la lutte aux gaz à effet de serre agira également au nom du gouvernement, c'est-à-dire qu'elle exercera son activité au nom du gouvernement du Canada. Elle devra également rendre compte au Parlement. Je souligne que les gens ont demandé un plan clair. Nous disposons maintenant des outils économiques pour le faire. C'est le budget le plus écologique de l'histoire du Canada, et il nous a donné accès à des possibilités considérables.

    Je suis ravi par ce budget et par le fait que nous établirons le Fonds pour le climat par voie législative. Certains éléments de ce fonds joueront un rôle important; ils favoriseront l'investissement, contribueront à la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle internationale et donneront aux Canadiens l'occasion de constater des changements réels et notables au pays.

    J'aimerais aussi attirer l'attention de mes collègues de la Chambre sur le Fonds d'investissement technologique pour la lutte aux gaz à effet de serre . Il s'agit d'un mécanisme de financement novateur qui reconnaîtra les investissements admissibles en recherche et développement tout en satisfaisant aux exigences obligatoires liées aux émissions de gaz à effet de serre, ce qui est très important.

  +-(1335)  

    Le budget aborde les vrais problèmes des Canadiens, et l'environnement est une des questions qui préoccupent le plus les gens.

    Le gouvernement précisera ses plans en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et dira les mesures qu'il prend. Il précisera aussi comment il collaborera avec différents secteurs, les grands émetteurs finaux et les autres. Je crois qu'il est important que ces secteurs contribuent au Fonds d'investissement technologique pour la lutte aux gaz à effet de serre en échange de crédits d'émission spéciaux. Leurs investissements créeront de l'emploi.

    Une économie verte n'offrant pas d'emploi ne profiterait à personne. Ne pas avoir d'économie verte nuirait aux générations futures. Nous avons trouvé un équilibre manifeste. Nos efforts pour rallier tout le monde ont été bien perçus par le ministre ces neuf derniers mois.

    Les recettes provenant des investissements des grands émetteurs finaux serviront au financement stratégique de nouvelles technologies novatrices. Il importe d'avoir recours à ce genre de technologies au lieu de simplement se fier aux anciennes méthodes.

    Certains députés de l'opposition, notamment de l'opposition officielle, ont laissé entendre qu'il s'agissait d'une taxe sur les combustibles fossiles. Il n'y a pas de taxe sur les combustibles fossiles ou d'écotaxe. Il n'y a aucune taxe. En fait, pour avoir une nouvelle taxe, nous devrions présenter une nouvelle mesure législative. À titre de secrétaire parlementaire, je voudrais signaler à tous les députés qu'ils peuvent mettre cette rumeur de côté.

    Le ministère des Ressources naturelles sera le mieux placé pour gérer le Fonds d'investissement technologique pour la lutte aux gaz à effet de serre dans le cadre des opérations courantes. Il s'occupe de tout le dossier du développement de la technologie énergétique. Cela nous donnera des occasions, en fonction de l'expertise acquise au cours des ans, de veiller à ce que ces investissements du fonds soient affectés à des projets qui permettront d'obtenir les meilleures réductions d'émissions possible des grands émetteurs finaux, par secteur.

    C'est une occasion merveilleuse non seulement pour l'environnement, mais également en ce qui concerne les investissements pour les Canadiens, jeunes ou vieux. L'environnement est le domaine qui, selon moi, est particulièrement important pour ce qui est d'adopter le projet de loi d'exécution du budget.

    Le budget n'est pas un buffet dans lequel on prend ce qui nous convient seulement. Nous ne sommes pas ici pour trancher un rôti. Nous sommes ici pour adopter un budget afin que les Canadiens puissent prospérer et que nous puissions aller de l'avant dans un certain nombre de ces domaines. Nous voulons que nos villes soient assurées du financement que tant de maires et de conseillers municipaux du Canada ont appuyé, que les groupes environnementaux puissent compter sur le financement nécessaire dans le domaine de l'environnement et que de l'aide soit offerte aux Canadiens de façon générale.

    Il fait bon voir que la Chambre est saisie du projet de loi, mais nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir avant qu'il ne soit adopté. Je tiens à dire à mes collègues d'en face que l'adoption de ce projet de loi d'exécution du budget va permettre non seulement de tenir les promesses que nous avons faites au cours de la dernière campagne électorale, mais également de répondre aux autres priorités des Canadiens en matière économique.

    Nous avons eu huit budgets équilibrés ou excédentaires, ce qui est sans précédent dans l'histoire du Canada. Je pense que ce bilan à lui seul montre le leadership du premier ministre et du ministre des Finances sur le plan économique.

  +-(1340)  

+-

    M. Randy White (Abbotsford, PCC): Monsieur le Président, n'était-ce pas un discours formidable sur ce budget extraordinaire? Pour les gens qui ne peuvent pas voir ce qui se passe dans cette enceinte, je me permets de signaler que les libéraux s'applaudissent eux-mêmes.

    J'aimerais dire comment ce budget touche les résidants d'Abbotsford, en Colombie-Britannique. Nous avons un grave problème de drogues dans Abbotsford, aussi bien que dans les basses-terres continentales de la Colombie-Britannique et aux quatre coins du Canada. Le gouvernement a dépensé 8,1 millions de dollars pour que l'on procure de l'héroïne aux héroïnomanes. Il y a maintenant un programme formidable. Je me demande s'il trouve son expression dans le budget. Celui-ci ne prévoit pas un cent pour la réadaptation. Il ne prévoit pas un cent pour la réadaptation des toxicomanes. Il ne prévoit pas un cent pour la publicité. En revanche, plutôt que d'aider les toxicomanes à cesser de se droguer, le gouvernement investit des millions de dollars dans un lieu d'injection afin d'assurer qu'ils ont un espace pour se droguer.

    Dans Abbotsford, en Colombie-Britannique, nous continuons de nous battre au nom de l'équité dans ce qu'il est convenu d'appeler la crise de la grippe aviaire. Dans sa grande sagesse, le gouvernement a décidé de rembourser les agriculteurs selon un barème. Par exemple, les pigeons valent 30 $, alors que quiconque s'y connaît le moindrement dans le domaine de l'élevage spécialisé des pigeons sait qu'un pigeon de race peut valoir 2 000 $. Dans sa grande sagesse, le gouvernement est resté muet à cet égard dans le budget.

    L'annonce de demain est intéressante. Dans la vallée du Fraser, nous sommes soumis à beaucoup d'émissions atmosphériques qui polluent passablement l'air. Il n'y a rien dans le budget à ce sujet.

    Voici la vraie question. Le député d'en face parle des recettes engendrées. Il serait intéressant de savoir combien d'argent nous pourrions encore consacrer de plus aux projets que je viens de mentionner si on n'en avait pas volé autant aux contribuables pour le donner au Parti libéral. Dans ma région, ce détournement dégoûte passablement les gens.

    Il y a d'autres recettes que le député d'en face n'a pas mentionnées. Le projet de loi C-17 sur la décriminalisation de la marijuana a été soumis à la Chambre des communes. Le gouvernement veut que la loi s'applique à toutes les personnes de plus de 11 ans. Autrement dit, toute personne de plus de 11 ans recevra une amende si elle est prise en possession d'une quantité de marijuana pouvant atteindre 60 joints. Il s'agit des élèves de la sixième année du primaire jusqu'à la troisième année du secondaire, soit plus de deux millions d'élèves au pays. Ce que le gouvernement ne comprend vraiment pas à propos de cette jolie source de fonds, c'est que, selon le ministère de la Justice, il est impossible de donner une amende à une personne dont l'âge est supérieur à 11 ans, mais inférieur à 16 ans. La police ne donnera pas d'amende sur place à une personne âgée de 12, 13, 14 ou 15 ans, ce qui est tout à fait raisonnable. Cette idée tordue du gouvernement selon laquelle on pourrait ramasser de l'argent parce que des enfants de sixième année du primaire ou de première année du secondaire se promènent avec des joints dans leurs poches est plutôt stupide, et c'est le moins qu'on puisse dire.

    Les budgets sont bien plus que de simples déclarations philosophiques sur le Protocole de Kyoto ou sur d'autres sujets. Ils doivent porter sur les problèmes à résoudre au Canada. Je peux dire dès maintenant au gouvernement et au député d'en face, sans risque d'exagérer, que le budget ne contient rien d'intéressant sur les drogues. Il ne contient rien sur l'éthique et l'immoralité du vol des deniers publics. Il ne contient rien sur les problèmes qui sont importants dans ma région, notamment la grippe aviaire et les émissions polluantes.

    Le député devrait peut-être nous parler des autres petites mesures que j'ai oubliées et qui n'intéressent aucunement ma région.

  +-(1345)  

+-

    L'hon. Bryon Wilfert: Encore une fois, monsieur le Président, ces gens semblent plus préoccupés par la tenue d'élections que par la prestation de programmes à l'intention des Canadiens.

    Le député a l'audace de prendre la parole à la Chambre pour laisser entendre que le Parti libéral a escroqué la population. Peut-être a-t-il déjà pris connaissance du rapport que M. Gomery doit présenter d'ici la fin de l'année. Nous savons que des allégations ne sont que des allégations. Je suis certain que le député a une assez longue expérience de la Chambre pour le savoir. Il devrait faire les mêmes déclarations à l'extérieur de cette enceinte.

    Le député doit savoir que Transparency International, l'un des organismes les plus respectés...

    M. Randy White: Allons-y.

    L'hon. Bryon Wilfert: Si vous sortez de cette enceinte, je me ferai un plaisir, un très grand plaisir même, de réagir.

    Désolé, monsieur le Président, je ne devrais pas m'adresser directement au député.

+-

    L'hon. Bryon Wilfert: Monsieur le Président, Transparency International, l'une des organisations les plus respectées qui s'intéressent au problème de la corruption dans le monde, examine chaque année la situation dans 144 pays. Le Canada se situe toujours dans les dix premiers, et il n'y a que des différences minimes, infimes entre les dix premières places.

    Lorsque nous parlons de corruption, et je me demande si les députés d'en face savent épeler le mot, je trouve choquant qu'on emploie ce terme. D'abord, il faudrait prendre connaissance des faits avant de faire des affirmations loufoques à la Chambre. C'est leur devoir envers les Canadiens. Ils ont une responsabilité.

    Pour commencer, le gouvernement a annulé le Programme de commandites. Le gouvernement a mis sur pied la Commission Gomery parce que ces gens-là demandaient qu'on fasse toute la lumière. Nous n'avons aucune objection. Il y a tout un processus en place. Ces gens-là semblent l'oublier. De façon assez commode, ils semblent oublier que, par souci d'application régulière de la loi, nous devrons établir tous les faits. Nous avons déjà constaté cette semaine que des témoignages se contredisent. Une enquête est en cours.

    Le député demande ce que fait le budget. Il semble évident qu'il n'y a pas d'écosystèmes dans la circonscription du député. Je présume qu'il n'y a pas de problèmes de changements climatiques non plus. Il n'y a sans doute pas de municipalités. Et pas de problèmes de soins de santé. Il est bien évident qu'un budget ne peut pas tout faire, mais il est clair qu'il a fait beaucoup et continue de donner des résultats. Selon moi, c'est ce que les Canadiens veulent voir. Je crois qu'ils en ont assez d'entendre les mêmes termes galvaudés.

    Nous constatons clairement que les Canadiens veulent que les travaux de la commission se poursuivent. Ils veulent aussi que les mesures budgétaires soient adoptées de façon que le gouvernement puisse leur donner ce qu'il a promis et continue de promettre, c'est-à-dire l'honnêteté et l'intégrité. Je mets au défi n'importe lequel des députés d'en face de dire le contraire, et ils ne s'en priveront certainement pas.

+-

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, le député dit considérer que ce budget est équilibré et j'aimerais donc lui poser quelques questions à ce sujet.

    Comment peut-il affirmer que ce budget est équilibré alors que le nombre de sans-abri ne cesse d'augmenter au pays?

    Comment peut-il affirmer que ce budget est équilibré alors que la pauvreté augmente au pays, surtout chez les enfants, bien qu'elle devait disparaître avant l'an 2000? Il y a maintenant 1,1 million d'enfants qui vivent dans la pauvreté au pays et ce nombre ne cesse de croître.

    Comment peut-il affirmer que ce budget est équilibré alors que le gouvernement ne fait rien pour régler la crise qui sévit dans le secteur de l'éducation postsecondaire et qui touche les étudiants et les jeunes de tout le pays? La dette moyenne d'un étudiant diplômé est actuellement de 20 000 $ parce que les frais de scolarité ont doublé au cours des dernières années, sous la direction des libéraux.

    Comment peut-il affirmer que ce budget est équilibré alors que les handicapés ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts parce que le gouvernement ne fait rien pour leur venir en aide? Le gouvernement a même coupé l'un des principaux programmes d'emploi qui visait à réintégrer les personnes handicapées sur le marché du travail.

    Comment peut-il affirmer que ce budget est équilibré alors que les régions rurales du Canada vivent une crise importante? Le gouvernement n'a rien fait pour tenter de trouver une solution aux problèmes frontaliers qui font du tort aux communautés rurales du pays.

    Comment peut-il affirmer que ce budget est équilibré alors que les personnes âgées vivent dans des conditions de plus en plus difficiles et que leur qualité de vie se détériore? Le dernier budget n'avait qu'un dollar par jour à offrir aux personnes âgées alors que leurs revenus réels ont diminué puisque le montant net de leurs pensions est moins élevé en raison des coupes effectuées.

    Comment peut-il affirmer que ce budget est équilibré alors que le salaire horaire moyen des travailleurs canadiens a chuté de 60 ¢ en dollars constants depuis l'arrivée du gouvernement actuel au pouvoir il y a plus de dix ans? Il y a de moins en moins d'emplois qui donnent accès à un régime de pension, de moins en moins d'emplois qui donnent droit à des avantages sociaux et de plus en plus d'emplois à temps partiel. La qualité de vie de la famille canadienne moyenne s'est réellement affaiblie.

    Dans cette optique, comment le député peut-il prétendre que le budget est équilibré?

  +-(1350)  

+-

    L'hon. Bryon Wilfert: Monsieur le Président, je sais que le député est nouveau ici. J'ai beaucoup de respect pour lui. Je sais qu'il a probablement tout simplement oublié que le gouvernement a mené une campagne nationale sur l'itinérance et a investi plus de 640 millions de dollars conjointement avec les provinces, les municipalités et les ONG.

    Le député a peut-être oublié que 800 000 personnes, dont environ 400 000 personnes âgées, ne paient plus d'impôts grâce au budget.

    Le député a peut-être oublié que l'augmentation des frais de scolarité relève des gouvernements provinciaux, pas du gouvernement fédéral, mais que notre gouvernement a fait beaucoup pour alléger le problème de l'endettement étudiant.

[Français]

+-

    M. Yvan Loubier (Saint-Hyacinthe—Bagot, BQ): Monsieur le Président, je sais que j'aurai seulement huit minutes à consacrer à ce discours avant la période des questions. Je profiterai donc de l'occasion pour faire une première critique du budget déposé récemment par le ministre des Finances.

    D'abord, on doit dénoncer le fait que le ministre des Finances ait dit que, pour la première fois, un ministre des Finances du Canada rencontrerait les porte-parole de l'opposition officielle et des autres oppositions pour discuter du contenu du budget. J'ai passé plus d'une heure avec le ministre pour exprimer les priorités de notre parti au service des citoyens et citoyennes. Or, nous nous retrouvons devant un budget qui ne répond d'aucune façon aux priorités exposées au ministre des Finances. J'ai été extrêmement frustré, et tous mes collègues aussi, de cette consultation bidon, de la part d'un ministre qui se dit ouvert à de nouvelles idées pour mieux servir la communauté, alors qu'aucune des priorités exprimées ne s'est retrouvée dans ledit budget.

    Une priorité venant de mon parti surpassait toutes les autres. Il s'agit du déséquilibre fiscal. Je sais que le premier ministre n'a jamais reconnu ni le concept ni la problématique du déséquilibre fiscal. Il parlait de pressions financières. Je ne sais pas pourquoi ce premier ministre a en aversion un si beau concept.Toutefois, je sais pertinemment, comme président du Sous-comité de la Chambre sur le déséquilibre fiscal, ayant entrepris une tournée qui nous a conduits de Halifax à Victoria, en passant par Toronto et Québec, notamment, et qui se poursuit, que partout on s'entend sur la problématique du déséquilibre fiscal. On s'entend aussi sur tout ce que cela peut occasionner aux gouvernements des provinces au chapitre des mandats qu'ils doivent réaliser en matière de santé, d'éducation et d'aide aux familles les plus défavorisées.

    On s'entend aussi sur le fait qu'il y a trop d'argent à Ottawa par rapport à ses responsabilités. Par contre, les provinces n'ont pas assez d'argent pour répondre directement et en premier lieu aux citoyens. Je m'attendais à ce que, dans le budget, il y ait une amorce de correction du déséquilibre fiscal et qu'on le reconnaisse. Soit dit en passant, ce déséquilibre fait partie du discours du Trône, grâce au Bloc québécois et au Parti conservateur. Nous nous attendions donc à une première réponse dans le budget. Cependant, d'aucune façon il n'y a eu de réponse le moindrement satisfaisante en ce qui concerne cette problématique.

    Le premier ministre et son ministre des Finances nous disent que, compte tenu de l'entente sur la santé et la péréquation, on n'a plus de marge de manoeuvre pour les prochaines années. C'est faux. Il y a tant d'argent qu'on ne sait plus qu'en faire. Même en tenant compte des engagements pris en vertu de l'entente sur la santé de septembre 2004; même en tenant compte de la péréquation qui prévoit un montant de 10 milliards de dollars indexé à raison de 3,5 p. 100 par année; même en tenant compte de l'entente signée avec la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador pour extraire les revenus pétroliers côtiers du calcul de la péréquation, il y aurait encore, au cours des six prochaines années, quelque 100 milliards de dollars de surplus dans les coffres du gouvernement fédéral. C'est beaucoup d'argent.

    Ce n'est pas la première fois que nous retrouvons devant une situation comme celle-là. En 1956, la Commission Tremblay faisait la recommandation suivante. Elle disait qu'il fallait se pencher sur la Constitution, les champs de compétence des provinces, ceux du gouvernement fédéral et faire en sorte que la capacité fiscale des deux paliers de gouvernement concorde avec ce niveau de responsabilité. Elle favorisait donc un transfert de ces responsabilités fiscales d'un palier vers l'autre, c'est-à-dire du gouvernement fédéral vers les provinces. La Constitution est en effet très claire à ce sujet: l'éducation, la santé, l'aide aux familles défavorisées ne relèvent pas du gouvernement fédéral mais bien du gouvernement du Québec et des provinces.

    Étant donné que ce sont des services fondamentaux, auxquels on se doit de répondre, parce que la population nous le demande, se pourrait-il que nous soyons au même niveau où nous étions en 1956 lors du rapport Tremblay, et qu'il faille revoir l'équilibre et la répartition des pouvoirs fiscaux entre les deux paliers de gouvernement?

  +-(1355)  

    D'ailleurs, le rapport de la Commission Tremblay avait donné lieu à la première conférence des premiers ministres, à Québec. À ce moment-là, les premier ministres étaient M. Pearson pour le gouvernement fédéral et M. Lesage pour le gouvernement du Québec.

    On avait procédé à une redéfinition des pouvoirs de taxation des deux paliers de gouvernement. Pourquoi? Parce que le gouvernement fédéral voulait à cette époque mettre en place un système d'éducation pan-canadien, avec un régime de prêts et bourses, un régime de pensions, etc. Le gouvernement du Québec refusait d'entrer dans le moule et a demandé un droit de retrait avec pleine compensation.

    C'est arrivé en 1964, alors qu'il y a eu un droit de retrait avec pleine compensation. Celle-ci a été ensuite offerte sous forme de points d'impôt à toutes les provinces, mais il n'y a que le Québec qui s'en est prévalu. Ces points d'impôts de 1964 et les quelques autres suivants, qui sont intervenus en 1977 et 1978 notamment, ont une valeur de 18 milliards de dollards à l'heure actuelle et ils sont directement dans les coffres du gouvernement du Québec.

    Pourquoi refuse-t-on l'évidence? Pourquoi ne pas voir que la situation que nous vivons présentement est la même que nous vivions dans les années 1950 et 1960, et qu'il y a à rééquilibrer tout cela? Il n'y a pas d'amorce, pas même de reconnaissance du déséquilibre fiscal dans le budget, alors que c'est contenu dans le discours du Trône. Il n'y a rien à cet égard.

    Le manque à gagner des provinces canadiennes est énorme, année après année. Seulement pour le Québec, pour cette seule année, on parle de 2,5 milliards de dollars qui normalement devraient entrer dans les coffres du gouvernement du Québec et qui sont à Ottawa à cause du déséquilibre fiscal. Si au Québec nous avions en notre possession ce montant de 2,5 milliards de dollars, il est certain que le sous-investissement que nous connaissons en éducation depuis les 15 dernières années et que le manque à gagner au niveau du système de santé seraient révolus.

    Encore faudrait-il que le premier ministre et le ministre des finances comprennent. Ce ne semble pas être le cas pour l'instant. La première grande déception face au budget, c'est donc toute cette question du déséquilibre fiscal que continue à nier ce gouvernement. Peut-être allons-nous lui rentrer cette question encore plus fortement dans la gorge au cours d'une prochaine campagne électorale? Peut-être un jour comprendront-ils? Je reviendrai après la période de questions orales pour la suite. Comme disait le capitaine Bonhomme: « Le meilleur est pour la suite. »


+-DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Article 31 du Règlement]

*   *   *

  +-(1400)  

[Traduction]

+-Le bénévolat

+-

    L'hon. Brenda Chamberlain (Guelph, Lib.): Monsieur le Président, la semaine prochaine sera la Semaine nationale de l'action bénévole, qui nous donne l'occasion de rendre hommage à tant de personnes qui donnent de leur temps à leurs compatriotes.

    Je remercie les milliers de bénévoles de Guelph qui font tant de choses pour améliorer notre collectivité. Leur générosité a été remarquable en réaction au tsunami en Asie du Sud et du Sud-Est.

    Le Club Rotary et Valentini Hair Design ont organisé un coupe-o-thon. La Harcourt Memorial United Church a organisé un spectacle-bénéfice où de nombreuses personnes, dont Robert Munsch, ont donné une prestation. Le Storm de Guelph, le club de hockey de la ville, et le Service des incendies de Guelph ont recueilli des dons. Des jeunes ont tenu des activités dans leur école pour, à leur tour, recueillir des fonds. La Croix-Rouge locale a, à elle seule, reçu plus de 770 000 $ de milliers de particuliers et d'entreprises.

    Cette opération de souscription n'aurait pu se tenir sans la présence d'un aussi grand nombre de généreux bénévoles. Je les félicite et les remercie de leur travail acharné.

*   *   *

+-Les anciens combattants

+-

    M. Gerald Keddy (South Shore—St. Margaret's, PCC): Monsieur le Président, de nombreux anciens combattants canadiens ont été assujettis à des tests de guerres chimiques pendant qu'ils servaient leur pays. De ce fait, le gouvernement a mis en place le Programme de reconnaissance des anciens combattants ayant pris part à des expériences de guerres chimiques afin d'indemniser ces derniers. Malheureusement, ce programme est maintenant sous-financé et surchargé. Le gouvernement doit remédier à cette injustice pour faire en sorte que nos anciens combattants soient traités avec le respect et la dignité qu'ils méritent.

    Certains résidants de ma circonscription, celle de South Shore—St. Margaret's, qui sont admissibles à ce programme se sont informés de l'état de leur demande. On leur a dit que les délais d'attente sont tellement longs qu'on ne peut même pas leur indiquer quand leur demande sera étudiée.

    Voilà une façon honteuse de traiter nos anciens combattants. Il s'agit d'une situation sérieuse à laquelle il faut s'attaquer immédiatement, car le temps commence à manquer.

    Le gouvernement a proclamé l'année en cours Année de l'ancien combattant. Il est d'une importance primordiale que nous reconnaissions leurs grands sacrifices et que nous leur assurions les meilleurs soins possibles.

*   *   *

+-Le pape Jean-Paul II

+-

    L'hon. Judy Sgro (York-Ouest, Lib.): Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour souligner la vie remarquable de Sa Sainteté le pape Jean-Paul II.

    Au moment où nous pleurons sa mort, nous célébrons également sa vie, son courage incroyable et le réconfort que sa foi a apporté aux gens du monde entier. Sa Sainteté était un leader remarquable, une source d'inspiration extraordinaire pour nous tous, par sa foi, sa force et son courage. Il était doté d'un pouvoir très spécial, celui de rassembler des peuples du monde entier.

    Le Canada a eu le privilège de l'accueillir à trois reprises. J'ai obtenu une audience auprès de lui, il y a quelques années, en Italie. J'ai été subjuguée par sa personnalité rayonnante et le charisme qu'il dégageait.

    Nous avons eu le bonheur d'accueillir le Saint-Père à Toronto, à l'occasion de la Journée mondiale de la jeunesse, en juillet 2002. J'ai alors eu l'insigne privilège de célébrer la messe aux côtés de Sa Sainteté.

    Je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances aux membres de nos communautés religieuses, à ses confrères et ses consoeurs, et à tous les Canadiens, au moment où nous soulignons la vie exceptionnelle du pape Jean-Paul II.

*   *   *

[Français]

+-L'agriculture

+-

    M. Paul Crête (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, BQ): Monsieur le Président, ma participation à la conférence parlementaire sur l'OMC, organisée conjointement par l'Union interparlementaire et le Parlement européen, m'a convaincu que, à l'évidence même, le Canada devra faire oeuvre d'éducation et mettre les bouchées doubles afin de bien faire comprendre au reste du monde que le système de la gestion de l'offre en agriculture est une partie de la solution pour donner à la mondialisation un visage humain.

    La question agricole a été bien sûr au coeur de ces débats, mais il y a été beaucoup plus question d'accès au marché que des conditions de vie des producteurs. J'y ai défendu que nous devrions tendre à un marché plus juste pour tous, mais en respectant le statut de ceux et celles qui font l'agriculture, à savoir les producteurs et les travailleurs agricoles.

    À Hong-Kong, en décembre 2005, l'OMC devrait déposer le résultat des travaux qui devraient faire faire un bond important aux négociations.

    J'invite tous les députés de cette Chambre à s'approprier ce débat, car nous avons la responsabilité, en tant qu'élus, d'assurer le caractère démocratique des nouvelles règles du jeu du marché mondial.

*   *   *

[Traduction]

+-La Garde côtière

+-

    M. Michael Savage (Dartmouth—Cole Harbour, Lib.): Monsieur le Président, dans ma circonscription, Dartmouth—Cole Harbour, mon collègue, le ministre des Pêches et Océans, a annoncé récemment que la Garde côtière canadienne deviendrait un organisme de service spécial, le plus vaste OSS du Canada, ce qui témoigne du rôle exceptionnel et important qu'elle joue auprès des Canadiens.

    Cette désignation spéciale permet à la Garde côtière d'axer ses ressources sur la prestation d'excellents services maritimes, tout en accroissant ses responsabilités dans les secteurs de la sécurité nationale, de l'intervention environnementale et de la facilitation du commerce maritime. La Garde côtière canadienne continuera de jouer un rôle central dans la recherche scientifique et dans la préservation et la protection de nos pêches.

    La Garde côtière est un organisme important. Elle est importante pour les habitants de Dartmouth. Bien que d'autres fonds d'exploitation soient grandement nécessaires, cette nouvelle désignation, ainsi que les plus de 400 millions de dollars prévus dans le budget de cette année pour l'achat de nouveaux navires, feront en sorte que cette fière organisation continuera d'être un leader mondial dans la prestation de services maritimes aux Canadiens.

*   *   *

  +-(1405)  

+- Le Championnat mondial de curling masculin

+-

    M. Ken Epp (Edmonton—Sherwood Park, PCC): Monsieur le Président, la circonscription d'Edmonton—Sherwood Park est en liesse ces jours-ci. Nous sommes tous excités de la fabuleuse victoire que Randy Ferbey a remportée au Championnat mondial de curling masculin Ford, qui s'est déroulé à Victoria, le week-end dernier.

    Randy et ses coéquipiers, David Nedohin, Scott Pfeifer et Marcel Rocque, ont tenu les Canadiens en haleine pendant la plupart des parties du tournoi. Nous avons tous poussé un soupir de soulagement lorsqu'ils ont remporté leur dernière partie contre l'Écosse par la marque de 11 à 4.

    Ces joueurs de curling de ma circonscription sont absolument fabuleux. Ils ont remporté 30 de leurs 35 dernières parties, sortant victorieux des championnats provinciaux et du Brier canadien. Ils sont maintenant champions du monde pour la troisième fois.

    Nous les félicitons et leur souhaitons la meilleure des chances lorsqu'ils représenteront le Canada aux Jeux olympiques d'hiver de 2006. Ils sont vraiment les champions du monde.

*   *   *

+-L'immigration

+-

    M. Russ Powers (Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale, Lib.): Monsieur le Président, je prends aujourd'hui la parole à la Chambre pour me livrer à une réflexion sur la Journée pour l'élimination de la discrimination raciale qui a été célébrée le mois dernier et pour rendre hommage aux hommes et aux femmes de la Settlement and Immigration Services Organization de Hamilton, ce centre communautaire exceptionnel qui s'occupe du bien-être des néo-Canadiens désirant s'établir dans la région métropolitaine de Hamilton.

    Les Hamiltoniens sont très fiers de la diversité de services que cette organisation offre aux immigrants. Celle-ci s'occupe notamment de programmes visant à promouvoir la justice sociale, l'égalité et l'équité. C'est une organisation bien réseautée et sensible aux besoins des familles. Tous les intervenants fédéraux et provinciaux chargés de veiller à l'intégration des quelque 4 000 nouveaux immigrants qui arrivent à Hamilton chaque année sont mis à contribution.

    Les professionnels de la SISO abattent les barrières auxquelles les immigrants et les réfugiés font inévitablement face lorsqu'ils veulent devenir Canadiens. À titre de député, je salue aussi les autres personnes qui ont à coeur ce merveilleux programme à Hamilton et d'un océan à l'autre, dans cet extraordinaire pays qu'est le Canada.

*   *   *

[Français]

+-Place aux jeunes

+-

    Mme France Bonsant (Compton—Stanstead, BQ): Monsieur le Président, le 20 mars dernier, j'ai assisté à la dernière journée d'activités des séjours exploratoires Place aux jeunes, édition 2005, dans le Haut-Saint-François.

    Place aux jeunes a pour mission de contrer l'exode et la migration des jeunes de chez nous. Cette initiative favorise l'engagement social, facilite l'intégration professionnelle, stimule la création d'entreprises en région et sensibilise les jeunes et les acteurs locaux aux impacts de leur migration.

    Les séjours exploratoires, organisés par le Carrefour jeunesse du Haut-Saint-François, sont répartis sur trois fins de semaine et visent à faire découvrir la région à une quinzaine de jeunes. Dans les années passées, ces séjours ont permis à des dizaines de jeunes de venir s'installer dans la MRC du Haut-Saint-François.

    À Christian Gauthier, directeur du Carrefour jeunesse-emploi de East Angus, et à Nadia Latulippe, agente de migration pour l'Estrie, nous disons félicitations pour votre implication et pour avoir donné le goût à ces jeunes de revenir dans notre belle région.

*   *   *

[Traduction]

+-Terry Fox

+-

    L'hon. Maria Minna (Beaches—East York, Lib.): Monsieur le Président, le 12 avril 1980, soit il y a 25 ans aujourd'hui, Terry Fox entreprenait son marathon de l'espoir dans le but de recueillir des fonds pour la recherche sur le cancer.

    Au cours de cet incroyable périple, le jeune athlète qui avait perdu une jambe à cause du cancer a parcouru 3 339 milles en 143 jours. Bien des gens ont dit que c'était une idée ridicule, mais Terry leur a montré que c'est lui qui avait raison.

    À son arrivée à Toronto, une foule de quelque 10 000 personnes rassemblée au square Nathan Phillips a accueilli Terry Fox en champion national.

    Le matin du 1er septembre, le marathon de l'espoir s'est terminé de façon tragique lorsque Terry s'est écroulé à l'extérieur de Thunder Bay. Le cancer avait atteint les poumons de Terry. Neuf mois plus tard, le Canada perdait un de ses plus grands héros.

    La philosophie de Terry était simple: l'argent pour la recherche représente de l'espoir. J'invite les Canadiens à penser à la vie remarquable de ce jeune homme et à donner généreusement jusqu'à ce qu'un traitement soit trouvé.

*   *   *

+-Le programme de découverte de la capitale nationale et de la Colline du Parlement

+-

    M. David Tilson (Dufferin—Caledon, PCC): Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter plusieurs invités de ma circonscription, Dufferin—Caledon, qui sont aujourd'hui à la Chambre des communes. Depuis trois jours, les étudiants Pavan Sapra, Michael Lucci, Marissa Hunter, Angela Davenport, Bartosz Junik, Rebecca Snelgrove et Nathan Wynes, ainsi que leurs accompagnateurs Nicole Robins et Réal Gagnon, visitent la capitale nationale et en apprennent davantage sur le gouvernement du Canada et sur le Parlement dans le cadre d'un programme de découverte de la capitale nationale et de la Colline du Parlement.

    Ces étudiants ont non seulement eu l'occasion de découvrir la Colline du Parlement, mais ils sont également allés à la Cour suprême du Canada, au Musée canadien des civilisations, aux studios de la SRC et de la chaîne New RO, et ont assisté à une conférence au haut-commissariat de Grande-Bretagne.

    Ce programme a été rendu possible grâce au financement accordé par les clubs Rotary de Shelburne, Orangeville, Caledon West et Bolton. Ces clubs ont collaboré avec mon bureau pour choisir les étudiants et faire en sorte que ceux-ci vivent une expérience mémorable.

    Monsieur le Président, j'invite la Chambre à se joindre à moi pour accueillir ces jeunes étudiants à Ottawa.

*   *   *

  +-(1410)  

+-Les Prix d'excellence en affaires d'Etobicoke

+-

    L'hon. Jean Augustine (Etobicoke—Lakeshore, Lib.): Monsieur le Président, au nom des habitants d'Etobicoke—Lakeshore, j'aimerais féliciter tous ceux qui ont été honorés hier soir, à l'occasion du huitième gala annuel de remise des Prix d'excellence en affaires d'Etobicoke.

    Cette soirée distinguée, coanimée par la chambre de commerce d'Etobicoke et le Etobicoke Guardian, visait à souligner les réalisations exceptionnelles des entreprises et des hommes et des femmes d'affaires de la collectivité d'Etobicoke.

    Je félicite Gino Piscelli, Don Gain, Greg Flagler, Ron Crosby, Naresh Bangia, John Lyon, Ignacio Musalem, Gerry Vandergrift et Paul Floyd. Grâce à leur travail acharné, à leur diligence et à leur intégrité, ils ont atteint l'excellence.

    Leurs employés, leurs employeurs et eux-mêmes peuvent être très fiers de leurs réalisations. Félicitations à tous les lauréats des Prix d'excellence en affaires d'Etobicoke.

*   *   *

+-Les mines terrestres

+-

    Mme Libby Davies (Vancouver-Est, NPD): Monsieur le Président, je suis fière de prendre la parole aujourd'hui pour féliciter la filiale Mount Pleasant-177 de la Légion royale canadienne, située dans ma circonscription, Vancouver-Est. La filiale a célébré admirablement son 60e anniversaire en inaugurant un important projet de déminage.

    La filiale appuiera des opérations de déminage pendant 12 semaines en Afghanistan, un des pays où il y a le plus de mines terrestres dans le monde. Dans le cadre de la campagne mondiale Adopt-A-Minefield, ce projet financera les activités d'une équipe de 30 personnes de l'agence Afghan Technical Consultants.

    L'engagement communautaire de la filiale Mount Pleasant-177 de la Légion royale canadienne est connu depuis longtemps. Ce nouveau projet est un autre excellent exemple de ses services et de son engagement axés sur la sécurité et la paix publiques. La crise mondiale des mines terrestres a fait des dizaines de milliers de morts et de blessés graves partout dans le monde. Le déminage est une opération cruciale que la communauté internationale doit mener.

    Je félicite la Légion de Mont Pleasant pour cette initiative. Cet excellent projet correspond bien à la devise de la filiale: « We joined to serve; we're serving still ».

*   *   *

+-Terry Fox

+-

    M. James Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam, PCC): Monsieur le Président, il y a 25 ans aujourd'hui, Terry Fox, de Port Coquitlam, commençait son périple inspirant pour vaincre le cancer. Le 12 avril 1980, Terry a plongé sa jambe artificielle dans l'océan Atlantique avant d'entreprendre son Marathon de l'espoir.

    Il a couru 26 milles par jour, sept jours par semaine, à travers les provinces de l'Atlantique, le Québec et l'Ontario. Les Canadiens ne l'oublieront jamais.

    Le 1er septembre 1980, après 143 jours et 5 373 km, Terry Fox a dû abandonner sa course à l'extérieur de Thunder Bay, car ses poumons étaient atteints. Tout le pays a été à la fois atterré et attristé. Terry est décédé le 28 juin 1981. Il n'avait que 22 ans.

    La recherche sur le cancer et le traitement de cette maladie ont beaucoup progressé depuis 1981, en partie grâce au courage de Terry Fox. Quelque 360 millions de dollars ont été amassés à l'échelle mondiale au nom de Terry pour lutter contre le cancer. Terry Fox a inspiré des millions de personnes.

    À sa mort, Terry Fox a déclaré « Je ne terminerai pas, mais d'autres devront continuer. Tout doit continuer sans moi. » Voilà notre défi. Nous ne devons jamais abandonner nos efforts pour vaincre le cancer. C'est la seule façon de rendre véritablement hommage à la légende, au courage et à la mémoire de Terry.

*   *   *

[Français]

+-Le transport ferroviaire

+-

    M. Raynald Blais (Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, BQ): Monsieur le Président, les organismes « Dignité rurale et Vision Percé-Gaspé » m'ont remis récemment une pétition signée par plus de 2 200 personnes inquiètes quant à l'avenir du transport ferroviaire de passagers en Gaspésie.

    Depuis 15 ans, nous vivons avec une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes concernant l'avenir du train Chaleur de VIA Rail. D'une desserte de sept jours par semaine, le service est passé à trois par semaine.

    En 2004, le gouvernement fédéral a demandé à VIA Rail de réduire ses coûts d'opération et il est confirmé que divers scénarios ont été étudiés, dont certains visaient l'abandon de la desserte du sud de la Gaspésie.

    Le transport de passagers en Gaspésie est intimement lié au service de transport de marchandises qui, lui-même, dépend de la qualité du rail. Or, sans un financement adéquat pour entretenir le réseau gaspésien, les deux services sont menacés.

    Il est temps qu'on enlève cette épée de Damoclès au-dessus de nos têtes et que le ministre fédéral des Transports nous indique, de façon claire et précise, ses projets concernant l'avenir du chemin de fer en Gaspésie.

*   *   *

[Traduction]

+-Le festival du sirop d'érable d'Elmvale

+-

    Mme Helena Guergis (Simcoe—Grey, PCC): Monsieur le Président, le samedi 23 avril, le 39e festival annuel du sirop d'érable d'Elmvale se tiendra dans ma circonscription, Simcoe—Grey.

    Chaque année, la ville d'Elmvale célèbre avec grand éclat les rites du printemps. Près de 30 000 personnes viennent visiter les érablières, déguster du sirop d'érable frais et des crêpes, magasiner et s'amuser à la foire, bien sûr.

    Je tiens à remercier les organisateurs, Tony Hope, Dave Stewart, Ted Hore, Peter Cowcola et Heather Sewell, pour leur travail acharné et leur dévouement qui font de ce festival un grand succès.

    Grâce aux efforts des centaines de bénévoles, 20 000 $ sont recueillis chaque année au profit d'organisations locales, notamment la bibliothèque, la ligue mineure de baseball, les Guides, le programme d'intégration communautaire, le programme Dare, la Légion, le programme jeunesse de la foire d'automne et la garderie coopérative d'Elmvale.

    Samedi, j'aurai l'occasion de me mesurer au maire John Brown dans un concours de sciage de bois. J'invite tous les députés à se joindre à moi pour participer à cette fin de semaine riche en divertissements pour toute la famille.

*   *   *

  +-(1415)  

+-La Gendarmerie royale du Canada

+-

    Mme Susan Kadis (Thornhill, Lib.): Monsieur le Président, notre force policière nationale compte parmi les plus respectées au monde. La GRC est reconnue à l'échelle internationale comme un symbole historique de l'ordre public dans notre pays.

    Hier, le chef adjoint de l'opposition officielle a mis en doute l'intégrité de la GRC en alléguant qu'elle n'était pas compétente. Ces commentaires sont d'autant plus surprenants qu'ils sortaient de la bouche du fils d'un ancien solliciteur général.

    Manifestement, les conservateurs sont prêts à attaquer n'importe qui et n'importe quoi à des fins politiques. Ils ont traîné la Charte dans la boue, ils ont critiqué le rôle de la Cour suprême, ils ne sont pas en faveur de la Loi canadienne sur la santé et du bilinguisme officiel, et ils contestent la place du gouvernement fédéral au sein de la Confédération.

    Combien d'autres symboles chers aux Canadiens les conservateurs vont-ils démolir par opportunisme politique?

*   *   *

+-Les affaires autochtones

+-

    Mme Judy Wasylycia-Leis (Winnipeg-Nord, NPD): Monsieur le Président, lorsque le scandale des commandites a éclaté, les libéraux ont déclaré qu'il n'impliquait que quelques bureaucrates isolés. L'odeur de pourriture politique qui se dégage de la Commission Gomery indique tout le contraire. Toutefois, les libéraux nous servent le même argument à propos d'un autre de leurs scandales: les transactions de Santé Canada avec la Virginia Fontaine Addictions Foundation. Des dizaines de millions de dollars appartenant aux contribuables ont fait l'objet d'abus de la part de certains dirigeants du ministère.

    Tout comme ils ont essayé de le faire pour le Programme de commandites, les libéraux sont demeurés évasifs et ont banalisé ce scandale. Ils ont dit qu'un bureaucrate avait été condamné à une sentence minime. Point à la ligne. Ce n'est pas suffisant. Je n'appelle pas cela de la responsabilité. Une foule de questions sont sans réponse. Qui d'autre était au courant? Pourquoi ne pas avoir agi? Où cela s'inscrit-il dans le modèle de corruption et des scandales des libéraux?

    Les Canadiens ont le droit de connaître la vérité. Le NPD a demandé à maintes reprises une enquête publique. Si les libéraux n'ont rien à cacher, pourquoi ne nous aident-ils pas à connaître la vérité en lançant une enquête?


+-QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

*   *   *

[Traduction]

+-Les relations fédérales-provinciales

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, on apprend aujourd'hui que Dalton McGuinty aurait dit que le premier ministre refuse de le rencontrer. M. McGuinty est un libéral, et je comprends que le premier ministre veuille désormais être prudent dans le choix des libéraux qu'il fréquente, mais je suis certain que le premier ministre de l'Ontario ne cherchait pas à obtenir des fonds de commandite.

    Le premier ministre du Canada rencontrera-t-il le premier ministre McGuinty à la première occasion?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je vais évidemment rencontrer M. McGuinty. Je suis prêt à rencontrer le premier ministre. En fait, je dois rencontrer le premier ministre Lord cet après-midi ou demain. J'ai déjà rencontré le premier ministre Williams. J'ai aussi rencontré le premier ministre Calvert. Cela fait partie de mon travail. Je serais très heureux de discuter des affaires de l'État avec un premier ministre provincial.

    L'hon. Stephen Harper: Monsieur le Président, je suis certain que, lorsque cette rencontre aura lieu, le premier ministre de l'Ontario, tout comme son homologue libéral du Québec, voudra discuter du déséquilibre fiscal que le premier ministre devrait commencer à prendre au sérieux.

*   *   *

+-Air India

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, le week-end dernier, le sénateur Terry Mercer, un libéral, a laissé entendre que le racisme était la véritable raison du refus du gouvernement d'instituer une enquête sur la tragédie d'Air India. Il a dit ceci:

    S'il y avait eu 350 personnes de race blanche à bord de cet avion, attendrions-nous qu'une enquête soit instituée?

    Le premier ministre révisera-t-il sa position et votera-t-il aujourd'hui, avec le Parti conservateur, en faveur d'une motion réclamant la tenue d'une enquête sur la tragédie d'Air India?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, la notion même du racisme est odieuse et toute accusation de racisme est tout simplement inacceptable.

    Je me contenterai de signaler au député que la vice-première ministre rencontre les familles aujourd'hui même. Elle a dit qu'elle prendrait des mesures. Elle cherche la meilleure façon de procéder. Elle veut cerner les questions auxquelles les familles veulent des réponses. Je peux dire sans équivoque que le gouvernement agira de façon appropriée.

*   *   *

+-Le Programme de commandites

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Si l'on en juge d'après les commentaires qu'ont fait les familles après cette réunion, elles n'étaient pas terriblement impressionnées.

    Hier, le premier ministre a laissé entendre, à tort, que les libéraux n'étaient pas responsables de l'interruption des travaux du Comité des comptes publics qui examinait la corruption au sein du Parti libéral avant les élections. J'ai vérifié. Le 11 mai, les membres libéraux du comité, qui formaient la majorité, ont voté en faveur de la production d'un rapport prématuré avant que tous les témoins aient été entendus. Le 13 mai, ils ont voté contre l'audition d'autres témoins par le comité.

    Ma question est fort simple. Les membres libéraux du comité ont-ils agi de leur propre initiative ou avaient-ils reçu des instructions du premier ministre?

  +-(1420)  

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le chef de l'opposition ne tient absolument pas compte des faits.

    Je tiens à signaler que, le 6 avril 2004, les membres libéraux du Comité des comptes publics ont proposé une liste de témoins où Jean Brault et Groupaction figuraient au premier rang des agences de publicité devant être entendues. Le 11 mai, les membres libéraux ont présenté une motion concernant la production d'un rapport provisoire. L'opposition a voté contre cette motion. Puis, l'opposition a commencé à faire de l'obstruction systématique et le président du comité est parti au Mexique.

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, encore une fois, le premier ministre oublie que le Parti libéral a voté contre l'audition d'autres témoins.

    Hier, le gouvernement a induit la Chambre en erreur sur une autre question. Il a affirmé que des vérifications complètes avaient été faites dans les livres du Parti libéral pour trouver l'argent sale des commandites. Ce n'est pas vrai. PricewaterhouseCoopers a même déclaré avec insistance que le travail qu'elle avait fait ne constituait pas une vérification.

    Le premier ministre admettra-t-il qu'il n'y a jamais eu de vérification, mais seulement des examens?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, le parti a proactivement fait appel aux services de PricewaterhouseCoopers et de Deloitte pour aller au fond des choses. Les rapports ont été présentés au juge Gomery. Nous collaborons entièrement avec le juge Gomery.

    Il convient de signaler que les rapports disent que tous les dons ont été traités comme il se doit et que tous les reçus ont été émis. S'il y a eu des profiteurs qui ont agi à l'insu du parti, nous voulons que ces individus soient punis.

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, le premier ministre n'a pas voulu répondre à la question, mais il devrait le faire parce que, après tout, il a déclaré au Canada qu'il était « l'autorité morale ».

    Je poserai donc la question suivante à l'autorité morale. PricewaterhouseCoopers affirme que le travail qu'elle fait ne constitue pas une vérification. Deloitte affirme que ses services ont été retenus pour effectuer un examen de comptabilité judiciaire et pas des vérifications. Le premier ministre admettra-t-il que, contrairement à ce que le gouvernement a déclaré aux Canadiens, ces deux entreprises n'ont jamais effectué de vérifications?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, un examen de comptabilité judiciaire est un examen très rigoureux de toute la comptabilité. C'est exactement ce que Deloitte a fait et c'est exactement ce que PricewaterhouseCoopers a fait. J'exhorte le député à rester dans le domaine politique et à ne pas s'essayer en affaires s'il ne comprend pas mieux la comptabilité que ça.

[Français]

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, quand il a été suffisamment poussé par les partis d'opposition, les médias et l'opinion publique, le premier ministre a fini par poser des gestes face au scandale des commandites. Hier en Chambre, le premier ministre a en effet indiqué qu'en réaction au scandale des commandites que c'était lui qui avait rappelé l'ambassadeur du Canada au Danemark et que c'était lui qui avait congédié trois présidents de sociétés d'État.

    Puisque le premier ministre établit un lien entre Alfonso Gagliano, Jean Pelletier, André Ouellet, Marc LeFrançois et le scandale des commandites, peut-il nous dire si ces individus faisaient oui ou non partie du groupe parallèle?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le chef du Bloc a entièrement raison de dire que j'ai agi dès le début. D'ailleurs, la journée même où le rapport de la vérificatrice générale a été déposé en Chambre, c'est moi qui ai créé la commission d'enquête et c'est moi qui ai nommé le commissaire Gomery. C'est nous, en tant que gouvernement, qui avons appuyé la Commission Gomery pour qu'elle trouve des réponses. C'est nous qui voulons obtenir ces réponses et qui allons agir en conséquence.

  +-(1425)  

+-

    M. Gilles Duceppe (Laurier—Sainte-Marie, BQ): Monsieur le Président, je lui poserai la question, étant donné qu'il se vante d'avoir congédié Alfonso Gagliano et trois présidents de sociétés d'États. Il n'a sûrement pas fait rouler des têtes uniquement sur la base d'allégations. Il y avait des faits qui justifiaient le congédiement de Gagliano, Pelletier, Ouellet et LeFrançois pour leur implication dans le scandale des commandites. C'est ce qu'il vient de me dire.

    Or, ces gens faisaient-ils partie du groupe parallèle? Et sur quels faits s'est-il basé pour congédier ces individus?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, dans chaque cas, on a annoncé les raisons pour lesquelles on avait agi. Par exemple, dans le cas de M. Pelletier, c'était à cause de la déclaration de Mme Bédard. Dans le cas de M. Gagliano, c'était parce que le ministre des Affaires extérieures avait dit que cela nuisait à l'image du Québec.

    Dans chaque cas, on a donné des explications. J'imagine que le chef du Bloc n'était pas ici. Quoi qu'il en soit, cela a été fait ici, en Chambre.

+-

    M. Michel Guimond (Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, BQ): Monsieur le Président, le premier ministre, qui était impatient de se distancier du scandale des commandites, a fait congédier des personnes y étant associées, telles qu'André Ouellet, Alfonso Gagliano et Jean Pelletier.

    Nous voudrions savoir du premier ministre à partir de quoi il a décidé de congédier ces personnes. L'a-t-il fait sur la base d'allégations, ou encore parce qu'il avait la certitude que ces personnes faisaient partie du petit groupe parallèle qui dirigeait les opérations du scandale des commandites?

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, je trouve positif que l'opposition reconnaisse au premier ministre le mérite de certaines mesures qu'il a prises au sujet du Programme de commandites. En fait, c'est lui qui a mis un terme à ce programme et qui a congédié certaines de ces personnes.

    En outre, il a créé la Commission d'enquête Gomery à laquelle il accorde son appui, ce que les députés de l'opposition sont loin de faire. Ils préféreraient aller aux urnes. Les Canadiens, eux, veulent connaître la vérité, et c'est précisément dans ce but qu'ils s'en remettent au juge Gomery.

[Français]

+-

    M. Michel Guimond (Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, BQ): Monsieur le Président, comment le premier ministre peut-il nous expliquer qu'il ait pris la décision de mettre Pelletier, Gagliano et Ouellet dehors avant la fin de la Commission Gomery et qu'il refuse de poser un autre geste, comme celui de placer l'argent sale en fiducie, sous prétexte que la commission n'a pas terminé son enquête?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, le parti a été clair. Si le parti a reçu des fonds inappropriés, il remboursera les contribuables.

[Traduction]

    Il est très clair que les députés de l'opposition ne veulent pas entendre la vérité, sinon ils écouteraient le juge Gomery. Ils écouteraient le gouvernement et attendraient le dépôt du rapport de la commission. Ce document permettra aux Canadiens de connaître la vérité et de prendre une décision éclairée fondée sur la vérité.

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.

    En fait, la corruption des libéraux corrompt l'image du fédéralisme au Québec et entache la réputation du Québec dans le reste du Canada. Pourtant, on sait que, en Nouvelle-Écosse, des entreprises de publicité proches des libéraux ont obtenu des contrats de commandite pour des projets, notamment les Jeux panaméricains.

    Compte tenu de ce que nous ont appris les témoignages sur la façon dont l'argent des contrats de commandite se retrouvait dans les coffres du Parti libéral, le premier ministre va-t-il demander à la GRC d'enquêter sur ces témoignages et sur le contrat concernant les Jeux panaméricains?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, une fois de plus, j'exhorte le chef du NPD à écouter ce que disait un membre de sa propre formation politique, le député de Sackville—Eastern Shore, à la radio anglophone de Radio-Canada:

    Pour être parfaitement honnête avec vous, ce qui se passe à la Chambre des communes est on ne peut plus triste. Tout le monde parle de la Commission Gomery et de rien d'autre. On ne parle ni des aînés, ni des anciens combattants, ni des enfants, ni des familles, ni de l'environnement ou de quoi que ce soit d'autre. On essaie tout simplement de se faire du capital politique à peu de frais avec les audiences de la Commission Gomery et je pense que, en général, les Canadiens en ont assez et que nous devrions nous concentrer sur les questions qui les intéressent vraiment et laisser les travaux de la Commission Gomery suivre leur cours.

    Le député a bien raison, et son chef devrait l'écouter.

+-

    L'hon. Jack Layton (Toronto—Danforth, NPD): Monsieur le Président, nous n'en serions pas là sans la corruption des libéraux.

    Puisque nous en sommes aux citations, que faut-il penser de la lettre que le premier ministre a envoyée à tous les libéraux canadiens, hier soir? Il y écrit que la corruption n'est pas la manière de faire des libéraux en politique.

    C'est très étonnant. Alors qu'on nous demande d'attendre les résultats de l'enquête Gomery, le premier ministre a déjà décidé d'exonérer et d'innocenter complètement le Parti libéral. S'il peut dire que le Parti libéral est innocent, pourquoi n'exprime-t-il tout simplement pas ses regrets à la population canadienne?

  +-(1430)  

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, j'ai toujours dit que je regrettais énormément ce qui s'est passé et que je trouvais cette situation profondément troublante.

    C'est la raison pour laquelle nous avons immédiatement créé la Commission Gomery. Nous l'avons fait parce que nous voulons connaître la vérité et être en mesure de sanctionner les personnes qui ont commis des irrégularités. Il peut s'agir de membres du Parti libéral, mais ces derniers ne sont pas représentatifs de notre parti. Le Parti libéral regroupe des milliers de Canadiens d'un océan à l'autre, de bons travailleurs et des gens dévoués qui n'aspirent qu'à une chose, améliorer leur pays.

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, le gouvernement semble maintenant admettre au moins qu'il n'a pas fait de vérifications, mais on peut se demander s'il a seulement fait des examens complets? Le Parti libéral n'a pas seulement omis de faire effectuer des vérifications complètes, il a refusé de remettre toutes les pièces comptables nécessaires aux comptables. Les comptables Deloitte & Touche estiment avoir été forcés de s'en remettre au Parti libéral pour l'exactitude de l'information recueillie.

    Je pose donc de nouveau la question au premier ministre: admettra-t-il qu'aucune vérification n'a été faite, qu'il n'y a eu qu'un simple examen et que la source de l'information pour l'examen était le Parti libéral du Canada?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, permettez-moi de citer directement le rapport de Deloitte: « Nous nous sommes assurés d’obtenir les justificatifs détaillés pour chacun des dépôts effectués dans ce compte (du PLC (Q)) au cours de la période couverte par nos travaux.  »

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, je voudrais demander au premier ministre et au ministre de lire le reste de ces énoncés, parce que ce qu'on y lit, selon les comptables, c'est que les libéraux ont établi les règles déterminant quelles transactions devaient faire l'objet d'un examen. Et cela ne comprenait pas les sommes versées aux associations de circonscription, vers lesquelles tous les fonds des commandites étaient canalisés.

    Admettront-ils que l'information fournie pour l'examen provenait du Parti libéral et ne comprenait pas l'argent sale versé aux associations de circonscription?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): D'abord, monsieur le Président, un examen juricomptable est un examen très approfondi. Le Parti libéral a fait faire ces examens de manière très proactive, en travaillant avec Deloitte ainsi que PricewaterhouseCoopers. En outre, il a communiqué tous ces renseignements à la Commission Gomery au mois de décembre. De concert avec les comptables du parti, nous continuons de travailler avec les vérificateurs du juge Gomery à l'examen de ces renseignements.

    Il est très clair que le Parti libéral coopère pleinement avec le juge Gomery, mais que le chef conservateur veut l'empêcher de présenter son rapport aux Canadiens.

+-

    Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC): Monsieur le Président, hier, les libéraux ont tout à coup promis de remettre les dossiers de leur parti au juge Gomery. Auparavant, ils prétendaient que deux vérifications externes avaient prouvé qu'il n'y avait pas eu de malversations. Il se trouve qu'ils savaient fort bien qu'il ne s'agissait absolument pas de vérifications. La firme PricewaterhouseCoopers a dit clairement qu'elle n'avait pas procédé à une vérification et elle s'est plainte du manque de documents fournis par les libéraux.

    Le premier ministre a essayé une fois de plus de tromper les Canadiens. Comment se fait-il qu'il se fasse prendre sans cesse à essayer d'induire les Canadiens en erreur?

+-

    Le Président: J'ai de graves préoccupations au sujet de la question qui est posée, car elle semble porter sur les vérifications des comptes du Parti libéral. Je ne vois plus de liens entre cette question et la responsabilité ministérielle et ainsi, selon moi, cette question est irrecevable. Les témoignages d'un parti devant la commission sont une chose. Ce que le gouvernement fait en est une autre. La députée de Calgary—Nose Hill a, selon moi, franchi la ligne de démarcation dans ce cas-ci.

+-

    Mme Diane Ablonczy: Monsieur le Président, les deux firmes de vérification se sont plaintes de l'absence de documents appropriés. La firme Deloitte a souligné qu'on n'avait examiné que quatre comptes bancaires. On ne s'est pas penché sur ce que les circonscriptions libérales ou les candidats libéraux avaient reçu, mais le premier ministre, un ancien ministre des Finances, a eu le culot de prétendre qu'il s'agissait d'une véritable vérification.

    Nous entendons maintenant parler de blanchiment d'argent, d'extorsion, de pots-de-vin, d'enveloppes d'argent. Pas surprenant alors que le premier ministre ait brandi énergiquement sa vérification qui n'était qu'une opération de camouflage. Pourquoi sa parole...

  +-(1435)  

+-

    Le Président: Je n'ai pu entendre la fin de la question, mais tout ce qui a précédé semblait être dans la même veine et je vais donc conclure que la question est irrecevable dans les circonstances.

    Le député de Roberval—Lac-Saint-Jean a la parole.

[Français]

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, à plusieurs reprises, déjà, on a demandé au premier ministre s'il avait fait toutes les vérifications nécessaires afin de s'assurer qu'aucun de ses ministres, présents ou passés, n'ait été lié de quelque façon que ce soit au scandale des commandites.

    Je demande aujourd'hui au premier ministre, lui qui prétend avoir l'autorité morale pour diriger le gouvernement, s'il a questionné ses ministres à ce sujet, s'il a obtenu toutes les garanties nécessaires qu'aucun de ses ministres n'était impliqué dans le scandale des commandites auprès des agences?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, le député sait fort bien que lorsqu'un ministre ou un secrétaire parlementaire est nommé, il y a une vérification de sécurité, une vérification des faits. Tous les ministres ont subi cette vérification.

+-

    M. Michel Gauthier (Roberval—Lac-Saint-Jean, BQ): Monsieur le Président, on sait que tous les ministres subissent la vérification de la GRC, mais on a déjà vu des cas où le résultat n'était pas reluisant.

    Ce que je demande au premier ministre, ce n'est pas si la GRC a enquêté. Lui qui prétend avoir l'autorité morale pour diriger le gouvernement, s'est-il enquis lui-même auprès de ses députés ministre, de façon précise et claire, et a-t-il eu des garanties qu'ils n'avaient rien à voir avec le scandale des commandites et les firmes impliquées? C'est ce que je lui demande.

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je le répète. Il y a eu des vérifications, non seulement par la GRC, mais aussi par des membres du comité de transition qui avaient l'obligation de le faire, selon les normes.

+-

    M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ): Monsieur le Président, lors de l'audition du témoin Alain Renaud, le juge Gomery lui a rappelé qu'en ayant agi à titre de lobbyiste sans s'être enregistré, il a contrevenu à la loi, ce qui pourrait lui valoir, en plus d'une condamnation, une amende de 25 000 $.

    Lorsqu'il a procédé à la nomination du ministre des Transports, est-ce que le premier ministre a demandé à son lieutenant s'il avait agi à titre de lobbyiste, entre autres, pour Onex, Imperial Tobacco, Loblaws, les frères Reichmann de Olympia and York pour l'aménagement du quai Bickerdike et l'Association canadienne du médicament générique?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, lorsque le ministre a été nommé, comme c'est le cas pour tous les autres ministres, une vérification a été faite quant à tous ses avoirs et ses antécédents. Je peux vous assurer que le ministre des Transports, de même que les autres, a passé le test avec brio.

+-

    M. Benoît Sauvageau (Repentigny, BQ): Le premier ministre peut-il nous confirmer, de son siège, que le ministre des Transports n'est jamais intervenu auprès de ses ministres ou auprès de députés de l'opposition pour organiser des rencontres pour ses clients, ce qui constitue clairement des activités de lobbyiste?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, je peux assurer la Chambre que le ministre des Transports a toujours agi avec le maximum d'intégrité et le caractère approprié.

[Traduction]

+-

    M. James Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam, PCC): Monsieur le Président, le premier ministre a prétendu dans un témoignage sous serment qu'il n'avait aucun lien avec l'un des grands manitous des commandites, Claude Boulay, qu'il le connaissait à peine et qu'il s'était contenté de lui dire bonjour lorsqu'il l'avait croisé quelques fois. Pourtant, nous avons appris hier que le premier ministre avait discuté de marchés avec M. Boulay en déjeunant avec lui lors d'un congrès libéral.

    Le premier ministre va-t-il maintenant reconnaître qu'il a rencontré Claude Boulay pour discuter de marchés?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, le député parle des témoignages d'hier. S'il voulait être vraiment être honnête à ce sujet, il dirait également que le témoignage d'hier a contredit certaines déclarations faites par M. Brault la semaine dernière.

    Le danger qu'il y a à commenter les témoignages quotidiens, c'est qu'on risque de commettre de graves erreurs régulièrement comme le font nos vis-à-vis. C'est irresponsable, lorsqu'il est question d'un dossier aussi important. C'est pourquoi nous devrions nous fier au juge Gomery pour rédiger son rapport de façon raisonnable, à la lumière de tous les témoignages, et le soumettre aux Canadiens. C'est ce que ces derniers méritent.

  +-(1440)  

+-

    M. James Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam, PCC): Monsieur le Président, c'est le premier ministre qui a déclaré qu'il avait la responsabilité morale de mettre de l'ordre dans toute cette affaire, mais c'est quand même ce ministre qui répond aux questions à sa place. Ce scandale est pire que le Watergate et le premier ministre a l'obligation de répondre aux questions.

[Français]

    Peut-être que si je pose la question en français, j'aurai une réponse.

    Le premier ministre va-t-il admettre qu'il a soupé avec Claude Boulay et qu'ils ont parlé des contrats? Va-t-il l'admettre?

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, le premier ministre fait passer son pays avant le parti. Il fait passer les principes avant la stratégie. C'est exactement le contraire de ce que les conservateurs, les bloquistes et les néo-démocrates font dans ce dossier.

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, la semaine dernière, le ministre de la Justice s'indignait parce que l'opposition évoquait ce qu'en fait tous les Canadiens croient déjà, c'est-à-dire que le Parti libéral a bien des choses à expliquer.

    Les Canadiens viennent d'apprendre, à la suite d'un témoignage sous serment, qu'un ancien membre du personnel du ministre, son conseiller spécial, a empoché des milliers de dollars de deniers publics pour des faveurs rendues au Parti libéral.

    Quand ces faits concernant son conseiller spécial ont-ils été portés à l'attention du ministre?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, j'ai été mis au courant de ces allégations en même temps que le député d'en face, en lisant les journaux.

+-

    M. Vic Toews (Provencher, PCC): Monsieur le Président, en tant que premier juriste du pays, le ministre a l'obligation de donner aux Canadiens tous les renseignements à ce sujet. Les Canadiens ont appris que son propre conseiller spécial avait touché de l'argent des commandites.

    Lorsque le ministre a été mis au courant, quelles mesures a-t-il prises?

+-

    L'hon. Irwin Cotler (ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, je suis étonné qu'un ancien procureur de la Couronne ne comprenne pas la notion de primauté du droit, ni ce que signifie l'intégrité de l'administration, ni ce que signifie une procédure judiciaire, et qu'il se présente à la Chambre et se mette à énoncer des conclusions sans s'appuyer sur la moindre preuve et sans citer aucune autorité judiciaire. C'est scandaleux.

*   *   *

+-L'immigration

+-

    M. Mark Holland (Ajax—Pickering, Lib.): Monsieur le Président, les allégations qui fusent au sujet de chèques de 50 000 $, pour des sommes versées à titre de cautionnements, qui auraient transité par les bureaux d'un député conservateur inquiètent gravement bon nombre de députés.

    Que fait le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration pour élucider cette affaire et comment compte-t-il garantir l'intégrité de nos services d'immigration pour que ceux-ci ne soient pas mis en vente?

+-

    L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, ce dont parle le député ne sont pas des allégations, mais bien des faits que le député de Newton-Delta-Nord a admis. Le député qui demande à un électeur de signer un cautionnement de 50 000 $ à 100 000 $, libellé à son nom ou à celui de son parti, pour que le député m'envoie une lettre présente une image gravement déformée de notre système d'immigration.

    J'ai demandé au commissaire responsable des conflits d'intérêts de se pencher sur la question. Je vais également lui demander où va cet argent lorsque les conditions ne sont pas respectées et si le chef de...

+-

    Le Président: Le député de Timmins—Baie James a la parole

*   *   *

+-Les ressources humaines et le développement des compétences

+-

    M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD): Monsieur le Président, des questions troublantes ont surgi au sujet des fonds de RHDCC prévus pour la formation. On se demande si on n'est pas en train de les arracher à des organismes bénévoles pour les donner à des organisations proches des libéraux. Chacun des contrats vaut un demi-million de dollars. De plus, un défilé ininterrompu de témoins nous ont dit que, pour les empêcher de parler, les bureaucrates du ministère recouraient au harcèlement et à l'intimidation.

    La ministre peut-elle expliquer pourquoi des organismes bénévoles de première ligne ont appris que ce n'est pas la valeur de leur travail qui compte, mais les accointances qu'ils peuvent avoir au cabinet du premier ministre?

  +-(1445)  

[Français]

+-

    L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.): Monsieur le Président, ce que le député allègue dans cette Chambre est très grave. Il faudrait faire très attention à ce qui se passe actuellement.

    Le processus de demande de propositions est là pour donner des contrats — de façon très transparente — à des organisations, dont la majorité sont des organisations communautaires qui rendent des services à nos citoyens. Une espèce d'appel d'offres est faite, et l'organisation présentant la meilleure proposition est choisie.

    C'est dans ce contexte que nous travaillons avec le secteur bénévole pour améliorer tout ce système.

[Traduction]

+-

    M. Charlie Angus (Timmins—Baie James, NPD): De la transparence, monsieur le Président? Qu'on aille raconter cela aux groupes de bénévoles qui se font écarter. Nous avons établi qu'il existait une culture de la peur, la peur de perdre des contrats, la peur de se faire supplanter par des organisations proches des libéraux. Ces bénévoles travaillent avec les pauvres, les immigrants et les sans-abri. Mon Dieu, on dirait un amalgame de la Commission Gomery et d'un conte de Charles Dickens.

    La ministre va-t-elle expliquer pourquoi le gouvernement libéral a choisi de s'en prendre aux veuves et aux orphelins pour limiter les dégâts que risque de provoquer la politique de RHDCC?

+-

    L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.): Monsieur le Président, l'appel de propositions est un processus tout à fait transparent. Il s'agit de veiller à ce que nous en ayons pour notre argent chaque fois que nous signons un contrat avec une organisation, y compris une organisation communautaire bénévole.

    Nous avons entendu parler de difficultés qu'on éprouve avec le nouveau processus. Nous collaborons étroitement avec le secteur du bénévolat pour améliorer le système. Personne ne s'opposera au principe de la transparence, ni au fait que vous voulons signer de bons contrats avec ces organisations.

    Je peux donner aux députés l'assurance que nous collaborerons étroitement avec le secteur du bénévolat pour établir une meilleure organisation.

*   *   *

+-Le Programme de commandites

+-

    M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, PCC): Monsieur le Président, Claude Boulay est l'un des gros bonnets mis en cause dans l'arnaque des commandites, puisqu'il dirige Groupe Everest. L'année dernière, à la Chambre, et cette année encore, à la Commission Gomery, le premier ministre a prétendu qu'il connaissait à peine cet homme, qu'il s'agissait d'une vague connaissance, d'une personne qu'il lui arrivait de saluer de temps à autre.

    Nous apprenons à présent que le premier ministre, en fait, a déjeuné avec M. Boulay et discuté de contrats pour Attractions Canada, un des principaux bénéficiaires de l'argent sale du scandale des commandites.

    Le ministre des Travaux publics n'en sait rien. Il ne peut pas répondre à la question suivante. Seul le premier ministre peut le faire.

    Cette allégation est-elle fondée? A-t-il vraiment déjeuné avec Claude Boulay pour discuter de contrats, oui ou non?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, l'entièreté de ma relation avec lui, qui a été très brève puisqu'il s'agit d'une connaissance du milieu politique, est exposée dans le témoignage que j'ai rendu à la Commission Gomery. N'importe qui peut la lire. Elle a fait l'objet d'un interrogatoire et d'un contre-interrogatoire menés par des avocats. J'invite donc le député à en faire la lecture.

+-

    M. Jason Kenney (Calgary-Sud-Est, PCC): Monsieur le Président, vous entendez cette réponse évasive et équivoque. Ma question est limpide. Le premier ministre a-t-il déjeuné avec Claude Boulay de Groupe Everest pour discuter de contrats? Je ne veux pas d'une réponse évasive. Le premier ministre soutient qu'il possède une autorité morale. Alors, qu'il fasse preuve d'un certain sens moral en disant la vérité. Ce déjeuner a-t-il eu lieu, oui ou non?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, c'est absurde, tout comme son allégation. Le député n'a qu'à prendre connaissance de mon témoignage à la Commission Gomery. Il est très clair et il en ressort une chose. Les personnes qui ont témoigné à la Commission ont affirmé sans équivoque que je ne suis jamais intervenu, pour aucun contrat. Et c'est un fait.

+-

    Le Président: Il semble y avoir un certain relâchement à la Chambre, en ce moment. Je rappelle aux députés qu'ils peuvent tenir leurs conversations ailleurs. Nous en sommes à la période des questions, et je crois que le député de Nova-Centre veut poser une question.

*   *   *

  +-(1450)  

+-La sécurité frontalière

+-

    M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC): Monsieur le Président, comme en témoignera le compte rendu, le premier ministre n'a pas répondu à la question, ni précisé qui avait payé la facture.

    Le membre du Congrès américain, Mark Souder, membre important du comité sur la sécurité intérieure, affirme que le Canada risque de devenir un partenaire minoritaire plutôt qu'un coassocié dans le dossier de la sécurité frontalière en Amérique du Nord. L'une de ses principales préoccupations reflète celle qui a déjà été présentée par les autorités frontalières du Canada, c'est-à-dire que les listes de surveillance sont inexactes et incomplètes et qu'il n'y a pas suffisamment d'ordinateurs pour qu'on puisse obtenir des renseignements précis et à jour.

    Au moins 62 postes frontaliers ne jouissent pas d'un accès en temps réel direct et permanent aux ordinateurs de l'ASFC. Les responsables doivent donc éplucher des tonnes de documents pour tenter de démasquer les terroristes. Quand ces graves lacunes à la frontière...

+-

    Le Président: Le secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile a la parole.

+-

    L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.): Monsieur le Président, nous ne nous prononcerons certainement pas sur des commentaires formulés par des agents de douanes dans le cadre de négociations collectives. Toutefois, je peux dire que tous les bureaux de douane installés aux frontières ont accès aux renseignements dont ils ont besoin. Le ministère et l'Agence des services frontaliers du Canada investiront 433 millions de dollars sur les cinq prochaines années pour accroître nos capacités dans ce domaine. Une bonne partie de cette somme sera consacrée aux technologies de l'information et à l'amélioration des liens entre nos opérations frontalières et la base de données de l'administration centrale.

+-

    M. Peter MacKay (Nova-Centre, PCC): Monsieur le Président, je citais les paroles d'un membre du Congrès américain.

    En plus de ne disposer que de très peu de renseignements sur les terroristes et les délinquants dangereux, les agents non armés ne peuvent compter que sur une aide bien insuffisante de la part des autorités policières. Plus de 50 postes frontaliers, la plupart gardés par un seul agent, se trouvent à au moins 25 kilomètres d'un poste de police. Des documents internes de la GRC nous apprennent que dans certains postes du Québec, il y a peu de surveillance policière et parfois même pas du tout au cours de certaines fins de semaine. Et quelle est la réponse du gouvernement à ce sujet? Fermez plus de détachements et laissez les agents affectés aux frontières se débrouiller seuls.

    Je pose à nouveau la question. Quand le gouvernement renforcera-t-il la sécurité à la frontière et accroîtra-t-il l'aide de la GRC à ces points d'entrée?

+-

    L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.): Monsieur le Président, l'an dernier seulement, plus de 71 millions de personnes ont franchi la frontière aux postes frontaliers terrestres. Le gouvernement a promis une somme de 433 millions de dollars sur les cinq prochaines années pour l'Agence des services frontaliers du Canada. Nous renforçons nos capacités. Depuis les événements du 11 septembre, le gouvernement a investi plus de 9 milliards de dollars pour accroître la sécurité publique au Canada. Nous allons continuer dans cette voie. La frontière intelligente continue d'être une priorité pour le gouvernement et nous travaillons de très près avec les États-Unis pour réaliser ce projet.

*   *   *

[Français]

+-Le Programme de commandites

+-

    Mme Pauline Picard (Drummond, BQ): Monsieur le Président, hier, à l'une de nos questions concernant la présence de son adjointe de comté à la même commission financière du Parti libéral que Jacques Corriveau et Alain Renaud, le premier ministre a tenté de minimiser le rôle de son adjointe en la décrivant comme une simple vendeuse de billets.

    Je redemande au premier ministre qu'il nous explique comment il peut nous dire, aujourd'hui, qu'il ne savait rien de ce qui se passait quand sa propre adjointe siégeait au coeur même de la Commission des finances où tout se passait?

+-

    Le très hon. Paul Martin (premier ministre, Lib.): Monsieur le Président, tout ce que je savais, c'est ce que mon adjointe savait, c'est-à-dire qu'elle vendait des billets. Il fallait le faire. C'était un souper-bénéfice. J'imagine que même au Bloc québécois, on vend des billets pour des cocktails ou pour des soupers-bénéfices. C'est ce qu'elle faisait.

+-

    Mme Pauline Picard (Drummond, BQ): Monsieur le Président, est-ce que le premier ministre est en train d'essayer de nous faire croire que le seul rôle de la Commission des finances du Parti libéral du Canada, où siégeaient les plus hautes têtes dirigeantes du Parti libéral du Canada, se limite seulement à vendre des billets pour des soupers-bénéfice? C'est cela que le premier ministre...

+-

    Le Président: Cette question, comme le sait bien l'honorable députée, n'est pas acceptable. Cela ne concerne pas l'administration du gouvernement du Canada.

    L'honorable député d'Edmonton—Leduc a la parole.

*   *   *

[Traduction]

+-L'infrastructure

+-

    M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC): Monsieur le Président, nous avons été informés cette semaine d'un rapport des plus commodes entre l'installation de ski de Mont-Tremblant appartenant à Intrawest et les fortunes de la caisse du Parti libéral. Il semblerait en effet que, lorsque les dons au Parti libéral de la part d'Intrawest se sont mis à augmenter, le montant des deniers publics acheminés vers la station de ski s'est également mis à augmenter.

    Il faut peut-être se demander si la culture des pots-de-vin se limite au programme de publicité libéral.

    Le ministre de l'Industrie peut-il expliquer le rapport entre l'augmentation des dons d'Intrawest au Parti libéral et l'augmentation du financement public du Mont-Tremblant?

[Français]

+-

    L'hon. Jacques Saada (ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec et ministre responsable de la Francophonie, Lib.): Monsieur le Président, parmi les fonds publics fédéraux qui ont été versés à Mont-Tremblant, une partie importante de ces fonds sont des montants remboursables. L'autre partie qui ne l'est pas provient du programme d'infrastructures dans lequel, en fait, le gouvernement du Canada ne fait que suivre les priorités du gouvernement du Québec.

  +-(1455)  

[Traduction]

+-

    M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC): Monsieur le Président, voici les faits. Le gouvernement libéral a accordé, au cours de la dernière décennie, 100 millions de dollars en subventions et prêts sans intérêt à la station de ski du Mont-Tremblant, qui appartient à la société Intrawest. Parallèlement, on constate un lien intéressant, à savoir que la société Intrawest a donné plus de 100 000 $ au Parti libéral. Le gouvernement doit expliquer ce lien.

    Ne s'agit-il pas tout simplement d'un autre programme de pots-de-vin institué par le gouvernement?

+-

    L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.): Monsieur le Président, nous travaillons très fort pour assurer la prospérité économique de la région du Nord du Québec. Grâce à nos investissements, la ville de Mont-Tremblant et sa région vont bénéficier d'infrastructures publiques comme des routes, des systèmes d'adduction d'eau et des égouts. Ce que nous faisons, c'est investir dans la région de Mont-Tremblant.

*   *   *

+-La santé

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, c'est aujourd'hui le 25e anniversaire du Marathon de l'espoir entrepris par Terry Fox. Compte tenu que le cancer continue d'être la cause d'un trop grand nombre de décès au pays, et en tant que Canadien ayant couru avec Terry Fox à l'époque, je veux demander au ministre de la Santé, en cette journée historique, ce qu'il est disposé à faire pour donner espoir aux Canadiens qui souffrent de cette terrible maladie.

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, la lutte contre le cancer est une priorité pour nous.

    Nous avons recensé cinq secteurs où il faut réduire les périodes d'attente, et le cancer est l'un de ceux-ci. Par ailleurs, nous avons prévu, dans le dernier budget, un montant de 300 millions de dollars afin de mettre en oeuvre une stratégie intégrée pour encourager une vie saine et lutter contre les maladies chroniques. Cette année, nous avons aussi versé 10 millions de dollars à la Fondation Terry Fox afin de reconnaître son travail et de l'aider à poursuivre ses recherches dans ce domaine très important.

*   *   *

+-Les ressources naturelles

+-

    M. Norman Doyle (St. John's-Est, PCC): Monsieur le Président, les manchettes d'aujourd'hui nous disent que le sort du gouvernement et de ses programmes pourrait dépendre du résultat des travaux de la Commission Gomery. Toutefois, il y a une initiative qui ne devrait pas attendre le rapport du juge Gomery. Il s'agit de la présentation d'un projet de loi sur l'Accord atlantique.

    Le gouvernement a-t-il l'intention de revenir sur ses positions et de retirer les dispositions sur l'Accord atlantique du projet de loi omnibus d'exécution du budget pour présenter immédiatement ces dispositions dans un projet de loi distinct?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, le chef de l'opposition a dit que, dans l'ensemble, les mesures rattachées au budget représentaient un pas dans la bonne direction. Il a dit qu'il n'y avait rien dans le budget qui justifiait que l'on fasse tomber le gouvernement. Il a aussi donné son appui aux accords atlantiques.

    Il semble que nous ayons un train de mesures tout à fait satisfaisantes, et il suffit maintenant d'adopter le projet de loi d'exécution du budget.

*   *   *

+-Les Forces canadiennes

+-

    M. David Chatters (Westlock—St. Paul, PCC): Monsieur le Président, le ministre de la Défense nationale a promis aux membres des Forces canadiennes que leur salaire augmenterait de 6 p. 100 le 1er mars. Pourtant, leur salaire n'a pas augmenté le 1er mars. Non plus a-t-il augmenté le 1er avril. Ils n'ont toujours pas eu leur augmentation de salaire malgré l'excédent de 11 milliards de dollars.

    Quand le gouvernement va-t-il enfin tenir ses promesses, assumer ses obligations et respecter ses engagements en augmentant le salaire de nos forces armées?

+-

    L'hon. Bill Graham (ministre de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, j'ignore où le député a entendu cela, mais je me permets de lui dire que j'ai récemment parlé a des membres de la Marine canadienne à Esquimalt et ils sont très satisfaits de leur augmentation de salaire. J'ai aussi parlé à des membres de l'Armée de terre, qui en sont tout aussi satisfaits, comme le sont les membres de la Force aérienne.

    Le député a peut-être du mal à l'admettre, mais le fait est que les membres de nos forces armées sont très reconnaissants d'avoir reçu cette augmentation de salaire, qui leur permet de mieux vivre. Je me réjouis du fait que le gouvernement puisse montrer aux forces armées qu'il leur est reconnaissant de leur remarquable service.

*   *   *

[Français]

+-Le Programme de commandites

+-

    Mme Nicole Demers (Laval, BQ): Monsieur le Président, le bureau du premier ministre met sur pied le Programme de commandites; le ministre des Finances y verse l'argent; la présidente du Conseil du Trésor ferme les yeux; le bureau du premier ministre choisit les projets; les petits amis empochent l'argent; les organisateurs prennent leur cote; et le Parti libéral s'enrichit.

    N'est-ce pas là toute la nature de la chaîne alimentaire du Parti libéral du Canada?

  +-(1500)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, une fois de plus, la députée rapporte des témoignages comme s'il s'agissait de faits. Elle cite des allégations comme si c'étaient des faits. Elle devrait savoir que son cousin provincial, M. Landry, a affirmé que M. Brault, un des témoins, n'a aucune crédibilité et que certains de ses témoignages devant la Commission Gomery sont erronés.

    Je l'encourage donc à écouter son cousin provincial, M. Landry, qui recommande à son parti de ne pas prendre ce témoignage comme parole d'évangile. D'ailleurs, elle devrait attendre le rapport du juge Gomery. De cette façon, elle aura la vérité, comme tous les autres Canadiens.

*   *   *

+-Le budget

+-

    M. Borys Wrzesnewskyj (Etobicoke-Centre, Lib.): Monsieur le Président, on a commencé aujourd'hui à la Chambre des communes le débat sur la mise en vigueur des mesures annoncées dans le budget le mois dernier, un budget que le chef de l'opposition s'est empressé d'appuyer dans le foyer de la Chambre des communes, un budget qui lui a fait déclarer « rien dans ce budget ne justifierait le déclenchement d'élections », un budget sur lequel il s'est par ailleurs mis à tergiverser maintenant qu'il envisage de déclencher des élections qui coûteraient un quart de milliard de dollars.

    Le ministre des Finances peut-il rappeler aux députés de l'opposition pourquoi leur parti était d'avis, il y a quelques semaines, que ce budget représentait « un pas dans la bonne direction »?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, c'est peut-être à cause des 5 milliards de dollars accordés aux municipalités, des 5 milliards de dollars pour les enfants et les programmes d'apprentissage préscolaire, des 2,7 milliards de dollars destinés aux aînés, des 3 milliards de dollars dont bénéficieront Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse, des 5 milliards dans l'environnement, du fait que le budget est le plus vert de l'histoire du Canada, des 3,4 milliards de dollars en aide étrangère, des 13 milliards de dollars consacrés aux Forces canadiennes, ou encore des 12 milliards de dollars en réductions d'impôts? Peut-être est-ce seulement parce que nous affichons les meilleurs résultats financiers depuis 1867 et les meilleurs de tous les pays du G7?

*   *   *

+-Présence à la tribune

+-

    Le Président: Je voudrais signaler aux députés la présence à notre tribune de Son Excellence Tan Sri Dato'Seri Dr. Abdul Hamid Pawanteh, président du Sénat de la Malaisie.

    Des voix: Bravo!

+-

    Le Président: À l'ordre. La présidence a reçu avis d'un certain nombre de questions de privilège et de rappels au Règlement. Nous allons commencer avec ces questions. Nous allons d'abord entendre le député de Red Deer.

*   *   *

+-Privilège

+-Nomination à la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie

[Privilège]
+-

    M. Bob Mills (Red Deer, PCC):  Monsieur le Président, je soulève la question de privilège pour accuse le premier ministre d'outrage pour son mépris total envers la motion adoptée le mercredi 6 avril 2005 au sujet de la nomination de Glen Murray à la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie.

    À la page 67 de leur ouvrage, Marleau et Montpetit affirment que la Chambre peut revendiquer le droit de châtier pour certains affronts contre la dignité et l'autorité du Parlement.

    À quel moment le Parlement prend-il position contre un premier ministre qui fait en permanence des pieds de nez au Parlement?

    Au cours de la présente législature, le premier ministre n'a pas respecté sa toute première obligation envers la Chambre relativement à l'amendement au discours du Trône pour donner aux députés une occasion d'étudier toutes les informations publiques concernant l'accord sur la défense antimissile et de voter avant que le gouvernement prenne une décision.

    Mon leader parlementaire a porté plainte à la Chambre relativement au rejet des projets de loi C-31 et C-32. Le ministre du Commerce a réagi avec indifférence au rejet de ces deux projets de loi visant à créer un nouveau ministère du Commerce international distinct du ministère des Affaires étrangères, disant que ces deux branches du gouvernement continueront de fonctionner indépendamment l'une de l'autre, sans la bénédiction du Parlement.

    Nous sommes maintenant confrontés à une situation où un comité a rejeté une nomination faite par le gouvernement. Il l'a fait par un vote de neuf contre deux. Il a fait rapport de ce rejet à la Chambre. La Chambre a approuvé ce rejet par un vote de 143 contre 108. Le premier ministre a continué d'en faire fi. Nous avons abordé cette question parce que la personne n'était pas qualifiée pour occuper le poste en question.

    Le pouvoir excessif que détient le cabinet du premier ministre a incité ce dernier à déclarer, dans son allocution devant les étudiants en droit d'Osgoode Hall, à l'automne 2002, moment où il était en quête d'appuis dans sa course à la direction, que l'essence du pouvoir à Ottawa tient aux contacts que vous avez au cabinet du premier ministre. Nous pensions qu'il s'en plaignait. Nous pensions qu'il allait remettre de l'ordre là-dedans, mais si quelqu'un veut une nomination gouvernementale, ce n'est pas le Parlement qui compte, ce sont les contacts qu'il a au cabinet du premier ministre.

    À l'avenir, pourquoi un député mettrait-il en question une nomination et en saisirait-il le comité? Le premier ministre n'écoute pas. Pourquoi gaspiller nos trois heures à en débattre à la Chambre? Le premier ministre n'écoute pas.

    Monsieur le Président, j'ai le sentiment que mon privilège m'a été enlevé en raison de ce que le premier ministre a fait. Je vous demande d'étudier la question.

  +-(1505)  

+-

    Le Président: Je vais prendre en délibéré la question de privilège soulevée par le député de Red Deer et je ferai rapport de ma décision à la Chambre au moment opportun.

    Le deuxième avis vient de la députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke.

*   *   *

+-Les propos du directeur des communications du premier ministre

+-

    Mme Cheryl Gallant (Renfrew—Nipissing—Pembroke, PCC): Monsieur le Président, je soulève aujourd'hui la question de privilège à la suite des propos qu'a tenus le directeur des communications du premier ministre, Scott Reid, sur les ondes de la télévision d'État, à l'émission Newsworld diffusée par la CBC le jeudi 17 mars 2005, propos qui ont entaché ma réputation à titre de députée et, en fait, celle de tous les députés fédéraux.

    Ces propos n'ont été portés à mon attention que récemment, et c'est la première occasion qui m'est offerte de soulever la question de privilège à la Chambre.

    Sur la scène politique canadienne, c'est devenu une habitude regrettable et de mauvais goût que de salir la réputation de personnes qui ont été élues pour servir les Canadiens. On s'attend à ce que les membres du personnel du premier ministre, lorsqu'ils représentent ce dernier, fassent preuve de retenue et d'un certain professionnalisme dans l'exercice de leurs fonctions. De nombreux Canadiens considèrent leurs propos comme s'ils venaient du premier ministre lui-même.

    Il est paradoxal que, lorsqu'un membre de premier plan du personnel du premier ministre entache la réputation d'un député, il entache également celle de son patron, le premier ministre, ainsi que notre réputation à tous et celle de la Chambre.

    Dans le cas de M. Reid, les commentaires qu'il a faits à titre de directeur des communications du premier ministre étaient de mauvais goût et exagérés. Je dépose une copie de ces commentaires, monsieur le Président, pour que vous les examiniez et rendiez une décision au sujet de la question de privilège.

    À la page 24027 du hansard du 22 mars 1983, la présidence a déclaré:

    Le fait que l'on ternisse la réputation d'un député doit préoccuper beaucoup tous les députés. Pareille attaque jette le discrédit sur toute l'institution, car elle porte à croire que certains députés ne sont pas dignes de siéger ici.

    La justice, l'équité et la population de la circonscription de Renfrew—Nipissing—Pembroke que je représente, ainsi que les très nombreux Canadiens épris de justice qui sont consternés par les commentaires du représentant du premier ministre, exigent que je conteste ces commentaires. La justice ne pourra pas être rendue si ces calomnies proférées à mon endroit ne sont pas contestées et demeurent sans réponse.

    À la page 214 de l'ouvrage de Joseph Maingot intitulé Le Privilège parlementaire au Canada, on fait allusion à des commentaires qui ternissent la réputation de députés. On dit:

    Celle-ci [la Chambre] considère comme des outrages les déclarations qui relèvent notamment de la diffamation écrite et orale.

    Comme l'exprime Bourinot: « toute remarque scandaleuse et diffamatoire sur les délibérations de la Chambre constitue une atteinte aux privilèges du Parlement » [...] et « la diffamation contre les députés à titre individuel  ».

    Monsieur le Président, je vous renvoie également à une décision que la présidence a rendue le 29 octobre 1980 et qu'on trouve à la page 4213 du hansard. La présidence a déclaré:

...dans le contexte de l'outrage, il me semble que pour être assimilées à un outrage, les démarches ou les déclarations relatives à nos délibérations ou à la participation des députés devraient non seulement être erronées ou inexactes, mais plutôt être délibérément fausses ou inconvenantes et comprendre un élément de tromperie.

    Non seulement les commentaires qu'a faits le membre du personnel du premier ministre étaient-ils inexacts, mais j'accuse Scott Reid d'avoir délibérément et malicieusement fait une déclaration à saveur politique, qui visait délibérément à ternir ma réputation.

    Avec le spectacle que nous offre quotidiennement le scandale des commandites, de nombreuses accusations seront portées et bien des réputations seront l'objet d'attaques, y compris, selon toute vraisemblance, celle de députés.

    Souligner avec fermeté les propos qui sont acceptables ou non aux yeux des députés, notamment des commentaires venant d'un porte-parole personnel du premier ministre, permettra d'envoyer le bon message au cours des jours et des semaines à venir, au moment où la Chambre tente de découvrir la vérité au sujet des millions de dollars manquants, dans le cadre de l'enquête sur le Programme de commandites.

    Un membre du personnel du premier ministre ne devrait pas pouvoir s'en tirer en tenant des propos sur lesquels le premier ministre lui-même devrait rendre des comptes. Si vous estimez que la question de privilège est fondée à première vue, je suis disposée à présenter la motion qui convient.

  +-(1510)  

[Français]

+-

    L'hon. Mauril Bélanger (leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable de la réforme démocratique et ministre associé de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, après avoir entendu les propos de la députée d'en face, je crois que vous reconnaîtrez que la question de privilège ne s'applique pas dans le cas présent. En effet, il s'agit, premièrement, de commentaires qui ont été faits par quelqu'un qui n'est pas député et, deuxièmement, ces commentaires n'ont pas été faits dans cette Chambre.

    Vous me permettrez donc de faire ce commentaire: dans les deux cas, il serait très facile de statuer assez rapidement que cette question n'en est certainement pas une de privilège.

[Traduction]

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, j'interviens relativement à la même question de privilège pour ajouter à ce que le leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes a déclaré.

    Monsieur le Président, si vous étiez saisi de la question de privilège chaque fois qu'un député est insatisfait des commentaires formulés par le porte-parole d'un autre parti ou par un autre député à l'extérieur de la Chambre, vous entendriez beaucoup de questions de privilège.

    Monsieur le Président, j'espère que vous allez dire à la députée que son recours, si elle juge qu'il y en a un, doit se faire à l'extérieur de la Chambre. Un certain nombre de recours civils sont à sa disposition si elle se sent lésée. On ne peut certes invoquer la question de privilège dans le cas présent.

+-

    Le Président: J'ai écouté la députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke sur ce point. Elle n'a pas lu les commentaires offensants, mais elle a déclaré qu'elle les transmettrait à la présidence, et je vais donc les examiner.

    Cependant, je dois dire que je me demande quel privilège a été violé, comme elle le prétend, dans ce cas-ci. Il est tout à fait possible que son grief soit fondé, mais ce n'est pas une chose que nous réglons normalement à la Chambre.

    Il est question en l'occurrence de déclarations faites à l'extérieur de cette enceinte. Je suis tout à fait d'accord avec les décisions qu'elle a citées, mais je suis persuadé qu'elles portaient sur des paroles prononcées dans cette enceinte par un député à l'égard d'un autre député, ce qui ferait l'objet de la question de privilège si les privilèges d'un député étaient violés par les commentaires formulés. Cela se produit parfois à la Chambre. Des députés interviennent pour dire qu'on a utilisé des termes non parlementaires en parlant d'eux. Ils demandent que la présidence ordonne le retrait des propos non parlementaires le cas échéant ou réclame des excuses au député qui a prononcé ces paroles. Les présidents peuvent faire cela.

    Cependant, les Présidents n'ont aucune autorité sur ceux qui ne siègent pas à la Chambre et qui font des déclarations, même s'ils sont des employés de députés. Si ces personnes témoignaient devant un comité et faisaient des déclarations, la députée pourrait alors trouver qu'on a porté atteinte à ses privilèges à titre de députée. Cependant, les déclarations faites à l'extérieur de la Chambre par d'autres personnes, qui qu'elles soient, ne peuvent pas faire l'objet, selon moi, de la question de privilège à la Chambre.

    Je suis donc prêt à examiner le document qu'elle dit vouloir déposer et, au besoin, à faire part des résultats de mon étude à la Chambre, mais à la lumière de ce que j'ai entendu aujourd'hui, je crois que la question de privilège n'est pas fondée en l'occurrence.

    Le député de Newton—Delta-Nord souhaite invoquer le Règlement.

*   *   *

  +-(1515)  

+-Recours au Règlement

+-La période des questions orales

[Recours au Règlement]
+-

    M. Gurmant Grewal (Newton—Delta-Nord, PCC): Monsieur le Président, au cours de la période des questions, aujourd'hui, un député libéral et le ministre de la Citoyenneté de l'Immigration ont tenu des propos qui portent atteinte à ma réputation et mettent en cause mon intégrité et mon honnêteté.

    Le ministre m'a accusé d'avoir demandé à mes électeurs de fournir des cautionnements qui devaient m'être payés. C'est absolument faux. Ni moi ni mon personnel n'avons jamais rien fait de semblable. La question a été soulevée dans les médias, qui se sont rétractés. Le ministre devrait faire ce que dicte l'honneur, c'est-à-dire présenter des excuses à mes électeurs et à moi.

    Je me réserve le droit de soulever la question de privilège après avoir lu la transcription de la période des questions.

+-

    L'hon. Joseph Volpe (ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Lib.): Monsieur le Président, les députés de l'opposition commencent à s'apercevoir du tort que peuvent causer des allégations, des insinuations et des calomnies. Mais je ne me prête pas à ce genre de jeu-là.

    Tout ce que j'ai fait, c'est lire la transcription d'une séance de comité au cours de laquelle le député de Newton—Delta-Nord a admis toutes ces choses qu'ils nous accuse maintenant d'avoir inventées. Cette défense peu convaincante est absolument odieuse, et elle l'est d'autant plus que l'activité avouée par le député compromet non seulement l'intégrité du système d'immigration, mais aussi la notion de gouvernement et de service auprès des électeurs

    S'il y a lieu de présenter des excuses, j'estime que c'est le chef de l'opposition, tellement sourcilleux dans sa volonté d'assujettir les autres à ses normes, qui devrait prendre la parole et se dissocier de cette pratique ou avouer qu'il l'a favorisée.

+-

    L'hon. Stephen Harper (chef de l'opposition, PCC): Monsieur le Président, j'examinerai certainement les « bleus » en ce qui concerne ce genre d'allégation. Je pense que le député sait fort bien que c'était un reportage erroné. Il voudrait nous faire croire que le député de Newton--Delta-Nord a pris la parole au comité pour admettre avoir eu un comportement criminel ou inadmissible. Franchement, personne ne croit cela.

    Ce reportage paru dans un journal était erroné. Si je ne m'abuse, le journal en cause a même fait paraître un démenti à cet égard. Nous allons certainement examiner les propos du député.

    Je dois dire, toutefois, que j'ai lu avec intérêt les observations du ministre sur la communauté sikh de Toronto. Je le vois maintenant diffamer un député sikh. J'estime que ce genre de comportement envers des Canadiens d'origine sikh de la part du ministre de l'Immigration est inacceptable.

+-

    Le Président: Il me semble que nous nous engageons dans un débat. Si le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration a quelque chose de nouveau à présenter à la présidence, je l'écouterai, mais je ne veux pas que se poursuive ce qui ressemble de plus en plus à un débat.

+-

    L'hon. Joseph Volpe: Monsieur le Président, je vous remercie de me permettre au moins d'invoquer le Règlement. Je n'ai jamais parlé d'acte criminel. Je m'étonne que le chef de l'opposition accuse les membres de son parti de la même chose. Je lui rappelle en outre que tous les électeurs qui ont contacté le député de son parti sont membres de la même communauté sikh qu'ils ont si désespérément diffamée. Il est peut-être temps qu'il montre ce qu'il est vraiment et qu'il cesse d'être ce caméléon sans force de caractère qu'il a la réputation d'être.

  +-(1520)  

+-

    Le Président: Nous entendrons une dernière intervention à ce sujet, en l'occurrence celle du député de Newton--Delta-Nord, mais je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'en entendre d'autres.

+-

    M. Gurmant Grewal: Monsieur le Président, le ministre a de nouveau présenté de l'information erronée et a induit la Chambre en erreur en ce qui concerne la séance du Comité de la citoyenneté et de l'immigration.

    J'ai clairement indiqué devant le comité que je n'ai accepté de l'argent de personne. Pourquoi...

    L'hon. Joseph Volpe: Il y a une transcription. Lisez-la.

    M. Scott Reid: Vous êtes borné, Joe.

    L'hon. Joseph Volpe: Qui reçoit l'argent?

+-

    Le Président: À l'ordre, s'il vous plaît. J'exhorte les députés à se calmer. J'ai entendu suffisamment de discussions sur cette question. Je crois qu'il s'agit d'un différend sur les faits. Toutefois, dans les circonstances, je vais revoir cette transcription des travaux du comité. Je vais également examiner les commentaires que les députés ont faits aujourd'hui et revenir à la Chambre en temps et lieu.

    Le député de Saskatoon--Wanuskewin veut également invoquer le Règlement.

*   *   *

+-La Loi sur le mariage civil

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, j'aimerais avoir votre opinion sur ce que je considère comme un problème dans le projet de loi C-38, plus précisément à l'article 3. Avec l'accord de notre porte-parole en matière de justice, je lis cet article:

    Il est entendu que les autorités religieuses sont libres de refuser de procéder à des mariages non conformes à leurs convictions religieuses.

    L'autorisation de célébrer des mariages relève de la compétence des provinces, mais cet article laisse entendre que c'est en quelque sorte une responsabilité fédérale. Je me demande si cet article devrait figurer dans le projet de loi. J'aimerais que la présidence nous dise si cet article est effectivement considéré ultra vires et inconstitutionnel et devrait, par conséquent, être supprimé. J'aimerais que vous rendiez une décision à cet égard pour que cet article puisse être retiré du projet de loi.

+-

    Le Président: Je suis certain que le député de Saskatoon—Wanuskewin sait que le Président ne rend pas de décisions sur des questions de droit; sur des questions de droit parlementaire peut-être, mais pas sur des questions de droit touchant la Constitution ou d'autres lois. L'interprétation de l'article du projet de loi est une question qui pourrait être déterminée par un tribunal, si le projet de loi finit par devenir loi. Présentement, il s'agit d'un projet de loi dont le Parlement est saisi et, dans le passé, les Présidents n'ont pas rendu de jugement sur la constitutionnalité ou la non-constitutionnalité des dispositions d'un projet de loi.

    Ce que le Président peut décider, c'est si le libellé d'un projet de loi est conforme à une résolution antérieure de la Chambre, une motion de voies et moyens, par exemple, ou une recommandation royale dans le cas d'un projet de loi de finances. Au-delà de cela, le Président n'intervient pas sur la constitutionnalité ou la non-constitutionnalité des dispositions des projets de loi présentés à la Chambre.

    Les jugements des tribunaux peuvent invalider certaines des dispositions législatives adoptées par la Chambre dans un projet de loi, mais cela ne se fait qu'après que le projet de loi a été adopté par la Chambre et par le Sénat et a reçu la sanction royale, car même les tribunaux ne peuvent trancher ces questions avant que toutes ces étapes aient été franchies.

    Les motifs habituels qui font qu'une question est jugée non constitutionnelle sont les suivants: soit que la question enfreint la Charte des droits et libertés, soit qu'elle contrevient aux dispositions de notre Constitution concernant la répartition des compétences. Ce sont là les motifs habituels. Il n'appartient pas au Président de rendre des décisions fondées sur ces motifs.

    Je regrette de décevoir le député, mais je ne peux pas l'aider dans les circonstances. Il devra attendre et, si l'article est adopté, il pourra porter l'affaire devant un tribunal.

    Le leader parlementaire de l'opposition invoque le Règlement.

*   *   *

+-La période des questions orales

+-

    M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC): Monsieur le Président, vous avez déjà fait savoir à la Chambre que vous aviez l'intention de revoir le compte rendu afin d'établir ce qui s'est passé, non seulement pendant la période des questions, mais aussi pendant l'altercation entre mon collègue de Newton—Delta-Nord et le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration.

    Je vous demanderais de bien vouloir examiner la question très attentivement, parce que je crois que le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration a tenu des propos inacceptables et non parlementaires. Si vous en arrivez à la conclusion que ces commentaires étaient effectivement non parlementaires, je tiens à préciser qu'il a eu la possibilité de retirer ses paroles et de présenter des excuses à mon collègue et à la Chambre et qu'il ne l'a pas fait. Je vous demanderais donc, le cas échéant, de soulever la question plus tard et de lui demander de retirer les commentaires qu'il a formulés.

  +-(1525)  

+-

    Le Président: Je remercie le leader de l'opposition à la Chambre de sa vigilance à cet égard. Plusieurs personnes ont tenu des propos non parlementaires au cours de cette discussion et c'est en partie la raison pour laquelle j'y ai mis fin. Je remercie le député de ses commentaires, mais si j'étudie la question de trop près et que je trouve beaucoup de commentaires de ce genre, nous pourrions passer tout un après-midi à entendre des excuses dans ce cas. Je ne suis pas certain qu'il serait utile que la Chambre consacre beaucoup de temps à cela, mais je tiendrai bien sûr compte de ses commentaires en examinant la question, comme je le fais toujours.

    La députée de Calgary—Nose Hill invoque le Règlement.

+-

    Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC):  Oui, monsieur le Président. De toute évidence, nous avons établi que votre vie est devenue trop ennuyeuse et souhaitons vous la rendre plus intéressante.

    J'invoque le Règlement au sujet de questions que j'ai posées à la période de questions. Elles concernaient l'examen de certaines questions financières du Parti libéral du Canada. Vous avez mis cela en doute et, en fait, vous avez jugé que ces questions étaient irrecevables.

    J'aimerais faire remarquer à la présidence, monsieur le Président, que c'est le gouvernement lui-même qui a soulevé ces vérifications comptables à la Chambre, et non l'opposition. J'aimerais également signaler que ces soi-disant vérifications comptables portaient sur de l'argent venant des contribuables par l'intermédiaire de contrats accordés par le gouvernement du Canada.

    J'aimerais aussi faire observer que nous avons la responsabilité de veiller à ce que les fonds publics soient gérés comme il convient, indépendamment de leurs destination finale. Nous sommes face à une situation difficile, où nous avons un gouvernement dont les membres sont tous membres du Parti libéral, bien sûr, et je crois que dans l'intérêt des contribuables, nous avons le droit de faire toute la lumière sur cette situation. En fait, lorsque le gouvernement invoque des arguments comme une soi-disant vérification comptable ou un examen de questions financières à la Chambre, nous, à la Chambre, devrions être autorisés à répliquer en posant des questions sur les éléments soulevés par le gouvernement.

    Monsieur le Président, je vous demande respectueusement d'examiner cette affaire et de me donner votre avis relativement aux questions que j'ai soulevées.

+-

    Le Président: Je remercie la députée de Calgary—Nose Hill de son intervention.

    J'ai effectivement déclaré les questions irrecevables, parce qu'elles concernaient des affaires internes du parti. Si la vérification avait été payée par le gouvernement à sa demande en raison de problèmes et si elle avait été ordonnée par le ministère lui-même, je me serais peut-être montré plus réceptif, mais il ne semble pas que ce soit le cas.

    Je ne connais pas tous les faits. J'examinerai la situation, mais il m'a semblé être question d'un examen courant effectué par quelqu'un et ayant fait l'objet d'un rapport. J'ignore si la vérification a été faite à la demande de la commission ou d'une autre personne, mais les finances d'un parti ne sont pas, normalement, la responsabilité administrative du gouvernement, même dans les cas où un parti aurait reçu des fonds publics pour une raison ou l'autre. C'est la raison pour laquelle je n'ai pas autorisé la question.

    De nombreuses questions portant sur la bonne utilisation des fonds publics ont été posées, mais la question de la députée ne portait pas sur ce sujet. Elle concernait les affaires internes du parti, et c'est la raison pour laquelle je l'ai déclarée irrecevable. La députée n'est pas la seule à avoir essuyé un refus aujourd'hui.

    J'examinerai l'affaire et si j'estime avoir rendu une décision injustifiée, j'en informerai la Chambre et la députée.

+-

    M. Jay Hill: Monsieur le Président, j'interviens sur le même sujet. Je vous signale que vous venez d'employer le mot « normalement ». J'estime que nous sommes en terrain inconnu car, comme vient de le dire ma collègue, le gouvernement lui-même a utilisé ces examens judiciaires, non pas des vérifications mais des examens judiciaires de la comptabilité du parti ministériel, afin de détourner l'attention de ces fonds dont on a dit qu'ils étaient des fonds publics dépensés dans le cadre d'un programme gouvernemental.

    C'est pourquoi j'estime que l'enquête à cet égard devrait pouvoir être poussée plus loin, car nous nous trouvons dans des circonstances inhabituelles.

  +-(1530)  

+-

    Le Président: Même si la vérification judiciaire a été utilisée pour détourner l'attention, les questions concernant le financement interne d'un parti ne sont pas recevables. Je ne vois pas de lien entre le premier sujet et le second, mais, comme je l'ai dit à la députée de Calgary—Nose Hill, j'examinerai ses arguments et ses questions et, le cas échéant, j'informerai la Chambre des modifications apportées à ma décision.


+-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Français]

+-Loi d’exécution du budget de 2005

    La Chambre reprend l'étude de la motion portant que le projet de loi C-43, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 23 février 2005, soit maintenant lu une deuxième fois et renvoyé à un comité.

+-

    Le Président: Avant la période des questions orales, l'honorable député de Saint-Hyacinthe—Bagot disposait encore de 12 minutes pour prononcer son discours. Il pourra maintenant le reprendre, puis une période de 10 minutes réservée aux questions et aux observations suivra.

+-

    M. Yvan Loubier (Saint-Hyacinthe—Bagot, BQ): Monsieur le Président, lorsque nous nous sommes quittés, avant la période des déclarations de députés et des questions orales, je commençais à énoncer les raisons qui faisaient en sorte que nous nous opposions au budget déposé récemment par le ministre des Finances.

    Le premier motif de ce rejet réside dans la consultation bidon que le ministre des Finances a effectuée auprès des porte-parole des partis d'opposition. Il disait être ouvert à inscrire au budget les différentes priorités des partis d'opposition. Pendant notre rencontre de plus d'une heure avec lui, il semblait très sensible à chacune des propositions que nous lui faisions. Pourtant, nous nous retrouvons, quelques semaines plus tard, avec un budget qui a ignoré totalement les priorités que nous lui avions énoncées. Parmi celles-là, il y a toute la question du règlement du déséquilibre fiscal.

    J'ai eu l'occasion, durant les sept premières minutes de mon exposé, d'expliquer les conséquences néfastes de ce déséquilibre et à quoi l'on s'attendait dans le budget pour commencer, du moins, la correction du déséquilibre fiscal.

    J'aimerais répéter que le gouvernement a amplement les moyens de régler cette question. D'ailleurs, même en tenant compte de l'entente sur la santé de septembre dernier, de l'entente sur la péréquation et même des ententes particulières avec Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse, nous savons qu'au cours des six prochaines années, le gouvernement disposera, avec la structure actuelle de la fiscalité fédérale, de plus de 100 milliards de dollars de surplus. Et ce chiffre est très conservateur.

    Pendant que le gouvernement fédéral encaisse les taxes et les impôts payés en trop par les contribuables québécois et canadiens, les gouvernements des provinces et du Québec en arrachent et ont peine à réaliser leurs objectifs et leurs mandats, comme celui, par exemple, d'offrir des services de première ligne aux citoyens et aux citoyennes.

    Il y a eu l'entente sur la santé. Il est bien évident que les gouvernements des provinces comme celui du Québec ont, l'année dernière, crié bravo pour les montants dégagés. De toute façon, depuis 1997, ils sont asséchés par l'ancien ministre des Finances qui est maintenant premier ministre et ils manquent de fonds. Alors, toute centaine de millions de dollars supplémentaires pour répondre aux besoins de la population vieillissante est bienvenue. Cependant, c'est nettement insuffisant.

    Je prends l'exemple du Québec puisque c'est celui que je connais le plus. L'entente qui a octroyé plus de 500 millions de dollars au niveau de la santé, en septembre dernier, ne va procurer de fonds que pour neuf jours d'opération du système de santé québécois. Le montant paraît énorme, mais les besoins le sont également. Comme je vous le mentionnais, lorsque le premier ministre était ministre des Finances, il a coupé dans le transfert social canadien, dans les transferts en santé, en éducation et pour l'aide aux familles les plus défavorisées. On se retrouve dans une situation où il y a une anorexie des fonds du côté du gouvernement du Québec et des provinces.

    Premièrement, il n'y a pas un soupçon de reconnaissance du déséquilibre fiscal et, deuxièmement, il n'y a pas non plus de début de correctifs apporté à cela.

    On s'attendait aussi à ce que le gouvernement fédéral soit dans de meilleures dispositions au chapitre de la péréquation. Vous savez que l'accord factice conclu en octobre dernier entre les provinces et le gouvernement fédéral ne fait que prendre les montants versés en 2001-2002 par le gouvernement fédéral au chapitre de la péréquation, les plafonne à 10 milliards de dollars — qui était le montant de transfert pour les provinces bénéficiaires à ce moment-là — et indexe ce montant de 3,5 p. 100 par année.

    On vient de travestir l'objectif premier et fondamental de la péréquation en réalisant une telle entente. Quant aux deux autres ententes avec Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse, nous y reviendrons un peu plus tard.

    La péréquation est là pour faire en sorte que le potentiel fiscal de chacune des provinces arrive à s'uniformiser à un moment donné pour qu'elles puissent offrir, d'est en ouest au Canada, toutes sortes de services de qualité équivalente, ou à peu près.

    Pour faire cela, il faut mesurer, pour chacune des provinces, le véritable potentiel fiscal, c'est-à-dire la capacité des gouvernements ou d'une province à obtenir des taxes et des impôts de leurs contribuables. Or, cette évaluation ne se fait plus. On prend bêtement un montant versé en 2001-2002 et on l'ajuste en fonction de l'inflation sans tenir compte de l'évolution de la richesse de ces provinces.

  +-(1535)  

    Il se peut qu'une année, une province soit assujettie à un paiement de péréquation parce qu'elle a eu un dur coup. Par exemple, si le prix du pétrole diminuait fortement, quelques provinces éprouveraient peut-être certaines difficultés et, sait-on jamais, auraient peut-être droit à la péréquation. D'autres pourraient faire des rentrées d'argent, une autre année. Ce faisant, elles n'auraient pas droit à la péréquation.

    Or, prendre le montant de 10 milliards de dollars versé il y a trois ans et l'indexer bêtement sans tenir compte de l'évolution de la situation est un non-sens. On vient de travestir cette formule de péréquation élaborée dès 1947 par la Commission Rowell-Sirois.

    L'entente conclue avec Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse va également dans ce sens, mais pire encore. Nous n'avons rien contre Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse. Bien au contraire, nous avons des amis partout au Canada et, en particulier, dans les Maritimes et dans l'Ouest. J'ai pu le constater lors des travaux du Sous-comité sur le déséquilibre fiscal, partout d'est en ouest au Canada, d'un océan à l'autre.

    Cependant, si vous voulez mesurer correctement le potentiel fiscal d'une province, vous ne devez pas éliminer une source de revenu de cette province. Par exemple, vous ne pouvez pas dire que les revenus pétroliers extracôtiers de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador sont exclus du calcul de la capacité de ces provinces à tirer des revenus des ressources naturelles, des revenus en impôts fonciers, en impôts des particuliers, en taxes sur les produits et les services. Et en même temps, vous ne pouvez pas avoir un même traitement ou un traitement différent dans une autre province qui ne peut bénéficier d'une entente particulière comme celle-là. Vous ne mesurerez plus rien si vous excluez une source de revenu. C'est ce qu'on a fait avec Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse, qui ont bénéficié d'une entente échelonnée sur 10 ans de 2,8 milliards de dollars, dont les deux premiers milliards ont déjà été payés à même les surplus du dernier exercice financier.

    Considérons le montant alloué à Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse, par personne, en vertu de l'entente conclue avec Ottawa. Si l'on appliquait cette entente à la population du Québec, par exemple, le Québec recevrait demain matin un montant forfaitaire de 38 milliards de dollars. C'est beaucoup d'argent. De fait, MM. McGuinty et Sorbara du gouvernement ontarien, que j'ai eu l'honneur de rencontrer il y a trois semaines lors des travaux du sous-comité, sont déconcertés par cette entente. Cela fait en sorte que le potentiel fiscal par habitant à Terre-Neuve-et-Labrador et en Nouvelle-Écosse surpasse non seulement celui du Québec, mais aussi celui de l'Ontario. On a faussé les cartes de cette façon.

    La péréquation est le seul programme qui est constitutionnalisé et dont l'objectif, comme je vous le mentionnais, est d'essayer d'uniformiser les capacités de richesses fiscales des provinces, de façon à bien servir la population d'est en ouest au Canada. Toutefois, cet objectif a complètement été mis de côté. La péréquation n'existerait plus, qu'on l'appellerait bêtement une subvention de 10 milliards de dollars ayant subi une inflation, et que cela ne changerait absolument rien.

    Il y a un autre problème. C'est l'assurance-emploi. Lors de ma rencontre avec le ministre, il était tout ouïe et il avait le coeur sur la main en parlant des 60 p. 100 de chômeurs et de chômeuses qui sont exclus du régime d'assurance-emploi. Il a trouvé à dire que c'était dommage. Il était plein de compassion lors de cette rencontre. Cependant, il n'y a rien dans le budget pour assurer une meilleure accessibilité et une meilleure couverture. Il n'y a encore que de petits projets-pilotes très limités dans des zones à haut taux de chômage.

    Quel type de gouvernement avons-nous? Non seulement sa moralité est-elle remise en cause, mais elle l'avait déjà été par des gestes qui avaient été posés dans le passé: il a sabré dans le régime de l'assurance-emploi, il a traité les chômeurs comme des fraudeurs, en évacuant du bassin de chômeurs qui, à 100 p. 100, paient tous des cotisations d'assurance-emploi lorsqu'ils travaillent. Toutefois, lorsqu'ils sont frappés par le fléau du chômage, 60 p. 100 d'entre eux, soit six travailleurs et travailleuses sur dix, ne peuvent pas bénéficier du régime d'assurance-emploi. Est-ce moral? N'est-ce pas là de l'immoralité?

    Depuis que ce gouvernement est en poste, soit depuis 1993, il a posé des gestes immoraux. Lorsque je parle d'immoralité, je ne parle pas du scandale des commandites qui rajoute à cette moralité douteuse du gouvernement libéral en place. Il y a rien pour les chômeurs.

    Je rencontre des producteurs et des productrices agricoles et je suis persuadé que mes collègues de l'Ouest et du Québec en rencontrent également tous les jours dans leur comté respectif. Ces producteurs et productrices sont les victimes d'une catastrophe causée par une vache malade en Alberta et un embargo imposé par les Américains. C'est donc la catastrophe totale pour les producteurs agricoles.

  +-(1540)  

    D'ailleurs, depuis trois années consécutives, les producteurs et productrices agricoles du Québec comme ceux du reste du Canada font face à des revenus nets négatifs. Savez-vous ce que cela signifie? Cela veut dire que ces producteurs et productrices travaillent 365 jours par année ou à peu près — ils ne prennent pas de vacances puisque les animaux ne peuvent pas attendre — pour récolter zéro. Ils n'ont pas un sou à se mettre en poche même s'ils possèdent des dizaines de bêtes et qu'ils ont des tonnes de céréales à écouler sur le marché. Ils ont vécu cette situation pendant trois années consécutives.

    Comment le gouvernement fédéral répond-il à la crise de la vache folle, par exemple, ou à la crise relative aux céréales causée par une augmentation des subventions américaines dans le secteur du blé, en particulier? Il y répond par un versement de 1 milliard de dollars qu'il a été tout content d'annoncer la semaine dernière. Depuis 25 à 30 ans, les producteurs et les productrices agricoles vivent une catastrophe sans précédent. Savez-vous ce que représente ce montant pour un producteur bovin au Canada? Il représente 20 $ par tête. Depuis deux ans, ces gens perdent 800 $, 900 $ ou 1 000 $ par tête, et on vient leur offrir 20 $, prétendant qu'on a tout fait, qu'on a essayé de convaincre les Américains et de développer une politique qui se tienne. Or, ces gens sont tous en train de crever.

    C'est la réponse que donne le gouvernement fédéral, en dépit de sa capacité, au cours des six prochaines années, de récolter 100 milliards de dollars de surplus à même nos poches. Il aurait pu faire un effort supplémentaire pour sortir les agriculteurs et les agricultrices de la catastrophe qu'ils vivent à l'heure actuelle.

    Dans ma circonscription, Saint-Hyacinthe—Bagot, et dans les circonscriptions rurales de la plupart de mes collègues du Québec et d'ailleurs au Canada, les agriculteurs et les agricultrices crient leur désarroi, même après la fabuleuse annonce de la semaine dernière.

    On ne prévoit rien pour le logement social. On attend pourtant une telle aide depuis longtemps. Depuis 1991, le gouvernement ne fait qu'investir des fonds pour entretenir les logements sociaux existants, mais on ne prévoit aucune construction nouvelle. À l'heure actuelle, un nombre important de familles consacrent plus de 50 p. 100 de leurs revenus au loyer. On dit déjà que lorsqu'on y consacre plus de 25 p. 100, on est confiné à la pauvreté. Quand c'est le double, on est doublement pauvre. Cependant, on ne trouve dans le budget aucune réponse à cet égard.

    Je laisserai mes collègues qui suivront, entre autres celui de Rosemont—La Petite-Patrie, parler de la question environnementale.

    En conclusion, voilà les raisons pour lesquelles nous nous opposerons à ce budget.

[Traduction]

+-

    L'hon. John Godfrey (ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), Lib.): Monsieur le Président, je sais gré à la Chambre de me donner l'occasion de prendre la parole à l'appui de la Loi d'exécution du budget de 2005. Le projet de loi à l'étude aujourd'hui a pour thème « Respecter ses engagements », et c'est précisément ce à quoi servira le budget cette année.

    Ces engagements sont destinés à nous permettre non seulement de relever les défis qui se posent à nos frontières, mais aussi de faire face aux pressions internationales et de satisfaire l'ambition sans cesse croissante de notre pays et de sa population.

    Le Canada étant le seul pays du G7 dont le gouvernement a affiché un excédent chaque année depuis trois ans et le seul qui, selon les prévisions, affichera encore un excédent en 2005 et en 2006, le modèle de saine gestion budgétaire adopté par notre gouvernement constitue un fondement très solide qui permettra de respecter ces engagements et ceux que nous prendrons dans l'avenir.

  +-(1545)  

[Français]

    Les Canadiens ne s'attendent à rien de moins, et nous avons décidé de répondre à ces attentes élevées par un programme ambitieux visant à promouvoir une augmentation marquée de toutes les facettes de notre qualité de vie et s'articulant autour de cinq engagements qui se renforcent mutuellement: une saine gestion financière, la promotion d'une économie productive et croissante, le renforcement de nos assises sociales, la promotion de la viabilité de l'environnement et des collectivités et le renforcement du rôle du Canada dans le monde.

[Traduction]

    Les mesures proposées dans le projet de loi contribuent grandement à la réalisation de tous ces engagements. Ce qui a échappé à mes collègues de l'opposition, c'est que ce budget se veut un carnet de route intégré pour l'amélioration continue de la qualité de vie des Canadiens, pas un simple menu à la carte contenant des mesures sans rapport les unes avec les autres.

    Le temps où le gouvernement pouvait relever seul les défis d'ordre financier, social et international qui se posaient au Canada est révolu. La façon de procéder qui sous-tend ce budget tient compte de cette nouvelle réalité. Malheureusement, nos amis d'en face sont manifestement accrochés au passé, comme cela leur arrive si souvent.

[Français]

    Laissez-moi vous donner un exemple tiré de mon propre secteur de responsabilités, à titre de ministre d'État responsable des Infrastructures et des Collectivités.

    Lors des élections qui ont eu lieu l'été dernier, c'est-à-dire il y a à peine neuf mois, ce gouvernement s'est engagé à donner suite au Nouveau Pacte pour les villes et les collectivités. Les Canadiens nous ont élus pour que nous remplissions entre autres cette promesse.

[Traduction]

    D'une façon plus particulière, les maires et les conseillers municipaux dans tout le pays espéraient que le gouvernement puisse leur fournir deux avantages tout aussi importants l'un que l'autre et qu'aucun autre gouvernement n'avait été en mesure de leur procurer auparavant, à savoir: un financement à long terme stable et prévisible et de nouvelles relations de travail entre les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux, afin d'élaborer de meilleures stratégies à long terme pour améliorer la pérennité économique, environnementale, sociale et culturelle des endroits où vivent les Canadiens.

    Comment se fait-il que je sache cela? Lorsque le premier ministre a créé le portefeuille de l'infrastructure et des collectivités, qu'est-ce que nos amis du niveau municipal de toutes les régions du pays nous ont dit? Ils nous ont dit que les besoins en matière d'infrastructure atteignaient rapidement un niveau insoutenable, que nos villes, visage du Canada pour le monde entier, n'avaient pas assez de tribunes institutionnelles pour faire valoir leurs points de vue auprès du gouvernement fédéral, qu'il fallait de nouvelles idées sur la meilleure façon d'assurer la viabilité et la solidité de nos collectivités rurales et qu'il fallait instaurer de nouveaux partenariats entre les trois paliers de gouvernement pour commencer à réfléchir à la meilleure façon d'aller de l'avant tous ensemble.

    Il va de soi qu'aucun palier de gouvernement ne peut relever ces défis tout seul. Néanmoins, quelles initiatives le gouvernement fédéral a-t-il prises en guise de réponse, et ce dans une période de moins de 18 mois?

    Dans le budget de 2004, les municipalités canadiennes ont obtenu un remboursement de la TPS pour une valeur de 7 milliards de dollars sur 10 ans. Grâce à cette source de financement, qui croîtra en même temps que l'économie, les municipalités pourront répondre à leurs besoins prioritaires et compter sur un financement stable, prévisible et à long terme.

    Le budget de 2005 réalise l'engagement que nous avons pris lors de la dernière campagne électorale de verser aux municipalités 5 ¢ par litre d'essence, soit 600 millions de dollars sur cinq ans aux termes de ce projet de loi et 2 milliards de dollars annuellement à partir de la cinquième année et par la suite, dans le but d'appuyer une infrastructure municipale respectueuse de l'environnement dans le cadre de projets concernant par exemple le transport en commun, le traitement de l’eau potable et des eaux usées et les systèmes énergétiques de quartier.

    Nous nous sommes aussi engagés à renouveler les programmes d'infrastructure en vigueur au besoin, programmes qui ont fourni plus de 12 milliards de dollars aux municipalités au cours des 12 dernières années et ont amené la contribution des partenaires à plus de 30 milliards de dollars. Qui plus est, nous avons plus que doublé nos contributions aux fonds municipaux verts administrés par la Fédération canadienne des municipalités, les faisant passer à 300 millions de dollars pour des projets visant l'assainissement de l'air, de l'eau, du sol ainsi que la protection du climat.

    Toutes ces mesures témoignent du fait que le gouvernement a façonné une stratégie visant à aider les municipalités à compter sur un financement stable, prévisible et à long terme de l'ordre de 22 milliards de dollars sur 10 ans.

  +-(1550)  

[Français]

    Cependant, il ne s'agit pas que d'argent. Le financement doit être complété par de nouveaux partenariats et par une vision à long terme permettant de transformer ces ressources financières en une réalité concrète que les Canadiens désirent et dont ils ont besoin. C'est une question de respect.

[Traduction]

    C'est pourquoi le premier ministre a invité les maires de quelques-unes des plus grandes villes du Canada au 24 de la rue Sussex l'automne dernier pour leur donner littéralement un siège à la table nationale. C'est pourquoi le ministre des Finances et moi-même avons rencontré un autre groupe de maires canadiens dans le cadre officiel des consultations prébudgétaires. C'est pourquoi j'ai rencontré mes homologues provinciaux et territoriaux en novembre. C'est pourquoi j'ai rencontré et je continuerai de rencontrer des représentants municipaux élus et d'autres intervenants municipaux de petites et de grandes collectivités canadiennes et que je les représenterai à la table du Cabinet. Bien sûr, tout cela se fait dans le plus grand respect des compétences provinciales.

    Aux partis de l'opposition qui seraient tentés de contracter un mariage d'intérêt dans le but de faire modifier ou rejeter ce projet de loi pour empêcher la réalisation de ces engagements, je rappelle certaines des réactions qui ont été exprimées après la présentation du budget et je dis qu'ils paieraient cher une telle mesure.

    Le président de la FCM a déclaré ceci: « C'est ce que nous attendions. Le nouveau pacte est bien réel. En plus d'être bon pour nos collectivités et pour les Canadiens, ce pacte est un engagement à l'égard d'un partenariat à long terme. » Le maire de Toronto a dit ceci: « C'est sans précédent. Le gouvernement fédéral a fait preuve de respect. » Le maire de London, en Ontario, a dit: « C'est fantastique pour les municipalités. »

[Français]

    Et le maire de Saguenay considère ceci comme un véritable cadeau du ciel.

[Traduction]

    Par contre, nous ne devrions pas trop nous surprendre du fait que nos collègues conservateurs fassent abstraction du financement stable à long terme et de la réflexion intellectuelle. Après tout, ce sont eux qui se sont portés candidats aux dernières élections en s'appuyant sur un programme qui allait presque à l'opposé de ce que les dirigeants municipaux et les Canadiens de toutes les provinces et de tous les territoires réclamaient.

    Voici quels étaient leurs engagements: fermer Infrastructures Canada, principal centre de réflexion du gouvernement sur les questions municipales et tribune où les municipalités peuvent se faire entendre à Ottawa; annuler tous les programmes liés aux infrastructures sauf un, des programmes conçus pour répondre aux besoins précis des municipalités, petites et grandes; diminuer les transferts des recettes tirées de la taxe sur l'essence, sans réfléchir aux partenariats à long terme qui doivent exister entre les trois ordres de gouvernement pour que cela fonctionne vraiment.

    On peut peut-être pardonner aux conservateurs leur manque de vision à l'époque, puisque le point de mire des élections se situait ailleurs. Par contre, on peut dire que le fait que des membres de ce parti, lors de son congrès inaugural, ont voté contre le transfert d'une partie de la taxe sur l'essence aux municipalités n'est certainement pas bon signe. Ils ont voté contre lors de leur congrès sur les politiques.

    En fait, qui sait ce qu'ils décideront ensuite? Peut-être s'engageront-ils à réduire les outils fiscaux et les relations productives dont nos municipalités ont besoin, ou peut-être feront-ils volte-face; en réalité, bien des maires comptent sur l'argent provenant de la taxe sur l'essence et sur les programmes liés aux infrastructures qui sont essentiels à l'amélioration des milieux de vie des Canadiens. Le gouvernement a toujours maintenu son engagement à faire le travail qui s'impose.

[Français]

    Pour terminer, en adoptant le projet de loi C-43, on dira oui, non seulement à une stratégie complète et intégrée pour la mise en oeuvre du nouveau pacte, mais également à l'atteinte des objectifs fixés aux plans social, économique et international.

    J'encourage tous les députés avant-gardistes de cette Chambre à appuyer ce projet de loi et à soutenir les maires, les conseillers et les endroits où vivent les Canadiens.

  +-(1555)  

[Traduction]

+-

    Mme Bev Oda (Durham, PCC): Monsieur le Président, au nom des Canadiens et, en particulier, des habitants de ma circonscription, Durham, je suis heureuse d'intervenir au sujet du projet de loi C-43, Loi d'exécution du budget. Je vais partager mon temps de parole avec le député de Calgary-Centre-Nord.

    Il est impérieux que tous les Canadiens aient une idée claire du budget et de la façon dont le gouvernement entend tenir ses promesses ou non. Il faut une loi pour mettre en oeuvre un budget du gouvernement afin que ce dernier puisse réaliser les promesses faites au peuple canadien sur la façon dont les impôts seront recueillis et dépensés et, élément crucial, afin qu'il puisse dire à quel moment ces promesses seront remplies.

    Au sujet de ce « moment », la plupart des promesses faites à l'occasion du budget ne seront réalisées que vers la fin de la présente décennie, si jamais elles le sont. Quelque 7 p. 100 seulement de l'ensemble des dépenses budgétaires annoncées seront effectuées au cours de l'exercice 2005-2006. Sur les 42 milliards de dollars annoncés, seuls 3 milliards de dollars seront dépensés cette année dans des programmes et des mesures destinés au Canadiens. Cela, en dépit du fait que plus de 10 milliards de dollars ont été recueillis en excédent au cours du dernier exercice, et qu'un excédent approximatif de 6,1 milliards de dollars est prévu pour le présent exercice. Ces prévisions représentent presque le double de celles que le gouvernement a présentées dans son budget, il y a à peine six semaines.

    Pourquoi concentrer en fin de période autant de promesses budgétaires avec de tels excédents? Ce genre de manoeuvre voilée, ce manque de clarté caractérisent la façon d'administrer du gouvernement et amènent les Canadiens à perdre confiance en lui. Les habitants de ma circonscription, Durham, en ont assez de lutter pour boucler leurs fins de mois pendant que, sous leurs yeux, on dilapide sans cesse en gabegie l'argent qu'ils ont si durement gagné.

    En vertu de la partie 1 du projet de loi C-43, les avantages que le contribuable retirera des réductions d'impôts n'interviendront, en fait, que dans quatre ans. Comme avantage concret, il n'obtiendra que 16 $ au cours du présent exercice. Vu l'augmentation des factures de l'électricité et du gaz, des impôts provinciaux et municipaux, des droits gouvernementaux, notamment pour les passeports, le contribuable se demande « où y a-t-il avantage pour moi? ». Les contribuables de ma circonscription réclament une réduction d'impôt plus élevée dès le présent exercice et non pas en 2009.

    Au cours des 15 derniers exercices, les recettes gouvernementales se sont accrues de 40 p. 100, alors que le salaire réel des Canadiens n'a augmenté que de 3,6 p. 100. Par ailleurs, le coût de la bureaucratie gouvernementale a augmenté de 77 p. 100 depuis l'exercice 1996-1997.

    Lors de la dernière campagne électorale, le Parti libéral a critiqué notre parti parce qu'il avait pris un engagement de 58 milliards de dollars sur cinq ans en nouvelles dépenses et réductions d'impôts. Le budget comporte pourtant 55 milliards de dollars d'engagements pour de nouveaux programmes, mais très peu de réductions d'impôts.

    Les Canadiens ne sont plus satisfaits de la conception qu'a le gouvernement d'une saine gestion financière. Pour gérer sainement les finances publiques, il faut faire davantage que prononcer de belles paroles pour les médias. Les Canadiens méritent mieux.

    Le gouvernement a annoncé son budget en février. Aujourd'hui, nous débattons du projet de loi d'exécution du budget, le projet de loi C-43, et nous nous apercevons que tout n'y est pas exactement tel que décrit en février.

    Voici deux exemples de ce genre de manigances. Premièrement, dans le budget, on disait que la part de la taxe d'accise sur l'essence augmenterait pour atteindre 2 milliards de dollars annuellement à compter de 2009-2010. Or, le projet de loi C-43 autorise des paiements tirés de cette taxe pour une année seulement. On voit bien que le gouvernement n'est pas prêt à garantir le financement à long terme des municipalités dont le député vient tout juste de parler.

    Deuxièmement, l'augmentation du supplément de revenu garanti ne sera pas payée aux personnes âgées vivant dans des foyers subventionnés, mais bien à l'exploitant du foyer ou à la province. En Ontario, la moitié de l'augmentation sera récupérée. La plus grosse augmentation du supplément de revenu garanti à laquelle auront droit les gens âgés de ma circonscription sera de moins de 18 dollars par mois. Le revenu fixe de nombre de ces gens âgés est en fait un revenu qui diminue.

  +-(1600)  

    Comme tous les contribuables de ma circonscription, ces gens âgés s'attendent à ce que leur gouvernement s'efforce de leur assurer la qualité et le niveau de vie pour lequel ils sont prêts à travailler fort. Ils ne sont pas satisfaits de tant d'arrogance et de supercherie et ont l'impression qu'ils ne peuvent plus faire confiance au gouvernement dans les mesures qu'il adopte à leur intention.

    Quand ils voient comment le gouvernement a manipulé le processus budgétaire en introduisant des éléments controversés dans le projet de loi C-43, ils sont consternés. Ils voient bien que le gouvernement n'ose pas présenter ces éléments dans des projets de loi distincts pour qu'ils soient soumis à un débat et à un vote de la Chambre. Ces manigances montrent bien que le gouvernement essaie constamment de manipuler la population du Canada. Elles sont la preuve de son manque d'intégrité dans ses rapports avec les gens de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse et de son incapacité à présenter des projets de loi qu'il n'hésiterait pas à défendre parce qu'ils seraient dans l'intérêt des Canadiens.

    En intégrant au projet de loi C-43 les parties 13, 14 et 15, sur les questions environnementales, et les parties 12 et 24 sur les engagements pris envers les deux provinces atlantiques, les libéraux jouent une fois de plus le même jeu qui leur sert à berner la population du pays depuis plus d'une décennie. En rattachant la mise en oeuvre de l'Accord atlantique à la loi d'exécution du budget, le gouvernement est-il encore en train de dire aux gens de la région de l'Atlantique qu'ils ne peuvent pas faire confiance au premier ministre?

    On ne voit pas dans le budget un grand souci pour l'état de l'économie du Canada. Si on la compare à celle des États-Unis, la productivité moindre du Canada correspond à un écart de revenu 6 078 $ par personne, ce qui veut dire, pour une famille de quatre personnes de ma circonscription de Durham, un revenu annuel inférieur de 24 000 $ à celui dont dispose une famille semblable aux États-Unis. Le Canada doit faire augmenter sa productivité par des mesures efficaces et combler l'écart de productivité.

    Je me dois de signaler que l'on n'a promis que 130 millions de dollars dans le budget de février à l'ensemble de la collectivité agricole qui vit une crise très grave, ce qui est inexcusable. D'autant plus que le gouvernement a encore joué son petit jeu en annonçant un milliard de dollars juste après le discours du budget. S'agit-il de mauvaise planification, d'incompréhension des besoins du milieu agricole ou tout simplement d'étourderie? La population du Canada n'acceptera pas de se faire constamment manipuler de la sorte.

    Le budget doit être débattu seul et suivre les étapes nécessaires, de manière à ce que les programmes annoncés puissent aller de l'avant. Comme députée de l'opposition officielle, je vais continuer de travailler avec mes collègues au comité en vue de renforcer le projet de loi pour que les gens de Durham et de partout au Canada puissent à nouveau faire confiance au gouvernement. Au comité, nous allons veiller à ce que les sommes dépensées le soient de façon responsable dans le respect de la transparence et de la reddition des comptes.

    Tous les gens de Durham sont fiers d'être Canadiens. Ils savent qu'ils vivent dans un pays merveilleux et dans l'une province les plus prospères du pays. Ils sont disposés à faire leur part. Cependant, ils ont de plus en plus de difficulté à assumer leurs obligations financières. Ils sont disposés à contribuer au bien-être du Canada, mais ils ne sont pas prêts à voir dilapider les deniers publics. Par dessus tout, ils veulent un gouvernement qui joue franc jeu et qui soit irréprochable sur le plan de l'intégrité et de la reddition des comptes. Ils souhaitent être à nouveau en mesure de faire confiance à ceux qui sont élus pour les représenter et de croire que ces derniers agissent en fonction de l'intérêt général et non pas de celui d'une faction ou d'un parti.

    En leur nom, permettez-moi de terminer en disant que l'opposition officielle va continuer à oeuvrer en fonction de l'intérêt de l'ensemble des Canadiens.

  +-(1605)  

+-

    M. Jim Prentice (Calgary-Centre-Nord, PCC): Monsieur le Président, je prends aujourd'hui la parole au nom de mes électeurs, les habitants de Calgary-Centre-Nord.

    Dans mes observations sur cette loi d'exécution du budget, je tiens à souligner à la Chambre la nécessité d'alléger l'impôt sur le revenu des particuliers, notamment de procéder à des réductions.

    Mes électeurs sont d'avis que les mesures que prévoit le budget quant à l'impôt sur le revenu des particuliers sont insuffisantes. En plus d'être concentrées en fin de période, elles sont insuffisantes et inadéquates. Franchement, je dirais qu'elles ne respectent les nombreux Canadiens ordinaires qui, essentiellement, portent le gouvernement du Canada sur leurs dos du point du vue financier.

    Nous devons mettre en place une vision fiscale canadienne. Cette vision doit en partie s'adresser au Canadien moyen pour ce qui est de l'allègement fiscal.

    Un gouvernement conservateur serait très clair. Nous mettrions en place, immédiatement et à long terme, des mesures d'allègement fiscal généralisées. Nous réduirions l'impôt sur le revenu des particuliers. Nous augmenterions considérablement l'exemption personnelle de base et l'exemption du conjoint.

    Nous réduirions l'impôt sur le revenu des particuliers et augmenterions le salaire net ainsi que le niveau des Canadiens moyens tout en gagnant leur confiance et leur respect en ce qui concerne la gestion des finances publiques du Canada. Nous traiterions leur argent avec respect, ce que l'actuelle administration libérale ne fait pas.

    D'ici huit ans, le Canada aura progressé vers une réduction graduelle de la dette. Le progrès ne sera peut-être pas aussi important que nous le souhaitons, mais nous espérons ramener, d'ici huit ans, le rapport dette-produit intérieur brut à 25 p. 100 environ. Alors que la productivité est au ralenti, que les réductions d'impôt sont au point mort et que le revenu réel disponible des Canadiens a chuté, les taux d'imposition globaux augmentent.

    Il faut réduire l'impôt sur le revenu des particuliers au pays. Pour juger du recul enregistré par le Canada, nous n'avons qu'à utiliser la mesure que le Fraser Institute appelle, je pense, la journée d'affranchissement de l'impôt au Canada. Depuis l'arrivée au pouvoir des libéraux, cette journée est passée du 10 juin aux environs du 1er juillet.

    Chaque année, la journée d'affranchissement de l'impôt au Canada sous le règne du gouvernement libéral tombe désormais le 1er juillet. Où nous situons-nous par rapport aux autres démocraties industrielles? Par comparaison, la journée d'affranchissement de l'impôt aux États-Unis est le 11 avril, cette semaine en fait. L'écart avec le Canada est important. Au Royaume-Uni, cette journée tombe le 30 mai, ce qui est également bien mieux qu'au Canada.

    Les libéraux ont présenté un budget qui ne propose aucune réduction d'impôt importante. Ce budget a une incidence immédiate. Je le désigne souvent comme le budget pizza ou le budget hamburger, parce que la conséquence l'année suivante pour une famille canadienne ordinaire équivaut à 16 $, ce qui représente le montant que dépenserait cette famille pour emmener ses enfants manger un hamburger ou une pizza.

    Seize dollars, c'est une insulte pour les Canadiens. C'est une insulte pour les électeurs de Calgary Centre-Nord. J'aimerais dire en leur nom que c'est inacceptable.

    L'exécution complète du budget d'ici 2009 se traduira par un allègement fiscal de 192 $ pour le Canadien ordinaire. C'est un montant dérisoire et inacceptable.

    Ce dont notre pays a besoin, c'est d'une politique fiscale intelligente. C'est la clé de la prospérité et de notre avenir collectif.

    Mes commentaires d'aujourd'hui s'inscrivent dans le cadre de cet objectif. Comme Canadiens, nous devons viser un taux de croissance économique élevé et durable pour avoir une bonne qualité de vie, au titre du revenu privé et des biens publics.

  +-(1610)  

    Par bien publics, j'entends des choses comme les soins de santé, l'éducation publique et la qualité de l'environnement, qui est également un bien public. Pour simplifier, tout cela prend de l'argent. Une économie prospère est essentielle à une grande qualité de vie.

    Je ferai remarquer en passant que le gouvernement actuel est perdant à d'importants égards par rapport aux autres économies prospères. Les économies des pays qu'on appelle des tigres sont un exemple pratique. Elles viennent immédiatement à l'esprit. Ces économies ont certaines caractéristiques en commun avec le Canada, notamment une population peu nombreuse, la proximité de riches marchés d'exportation auxquels elles ont accès, une main-d'oeuvre compétente et instruite, une bonne infrastructure de communications et de transports et, ce qui est le plus important, une politique financière intelligente.

    Le Canada a le potentiel de devenir un chef de file à tous ces points de vue. Le Canada est en mesure de réunir toutes les conditons pour avoir une économie grâce à cette méthode.

    L'élément essentiel d'une politique financière intelligente est la réduction des impôts. Les impôts doivent résolument être maintenus au plus bas niveau pour stimuler l'expansion. Malheureusement, ce n'est pas le cas dans ce budget libéral qui se contente d'imposer et de dépenser, et qui par le fait même va dans le sens contraire de cet objectif.

    En ce qui concerne notre pays, il y a un écart entre les taux d'imposition des particuliers au Canada et aux États-Unis. Par comparaison, les taux marginaux d'imposition dans notre pays restent élevés. En Alberta, par exemple, ils sont les plus bas, soit 39 p. 100. Ils sont de 46,4 p. 100 en Ontario et atteignent un sommet astronomique de 48,2 p. 100 au Québec. La moyenne canadienne s'établit à 44 p. 100.

    Au Canada, un certain nombre de conditions économiques sont positives. L'inflation est faible. Notre économie est en croissance, une croissance positive. L'emploi continue d'augmenter.

    Pourtant, le salaire net des Canadiens de la classe moyenne, dans des circonscriptions comme Calgary Centre-Nord, n'augmente pas. Le salaire net n'a pas bougé depuis que le gouvernement libéral est au pouvoir. Cela fait donc 15 ans qu'il est au point mort.

    Notre rendement économique a augmenté de 25 p. 100 de 1990 à 2004, alors que le salaire net des Canadiens ordinaires n'a augmenté que de 9,3 p. 100. C'est la conséquence logique de ce libéralisme honteux d'imposition et de dépenses.

    J'aimerais attirer l'attention de la Chambre sur les conséquences des dernières élections et les promesses électorales des libéraux. Les libéraux avaient promis que, s'ils étaient élus, ils dépenseraient 28,3 milliards de dollars en cinq ans, répartis de la manière suivante: 8 milliards de dollars sur les soins de santé, 5 milliards de dollars sur les garderies, 4 milliards de dollars pour remettre aux provinces une partie des recettes tirées de la taxe sur l'essence et 3 milliards de dollars sur les initiatives de promotion de la paix et d'édification de nations. Le total s'élève à 28,3 milliards de dollars. Pourtant, le budget, qui a été présenté moins d'un an après que le gouvernement ait été élu grâce à ces promesses, prévoit des dépenses de 75,7 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années, comparé aux 28 milliards de dollars que les libéraux avaient promis aux contribuables canadiens.

    Je tiens à rappeler à la Chambre que, pendant la campagne électorale, les conservateurs s'étaient engagés à dépenser seulement 57,8 milliards de dollars. Les événements subséquents ont prouvé que ces engagements étaient raisonnables compte tenu des cibles budgétaires et du rendement économique du gouvernement.

    Ce budget est l'exemple parfait d'un libéralisme déchaîné. Par exemple, les sommes dépensées en 2003 étaient les plus importantes de notre époque. Depuis 2003, les dépenses gouvernementales ont augmenté de façon inouïe. Le budget fait état d'une augmentation palpable des dépenses. Si nous avions simplement limité les dépenses gouvernementales au Canada depuis 2000, en fonction d'un taux d'inflation de disons 3 p. 100, nous pourrions justifier des réductions d'impôts faramineuses. Si nous avions fait cela, les dépenses gouvernementales seraient inférieures de 30 milliards de dollars à celles d'aujourd'hui. Ceci nous aurait permis d'alléger les impôts des Canadiens ordinaires de façon significative.

  +-(1615)  

    C'est ce que me disent mes électeurs. C'est ce que j'entends à Calgary-Centre-Nord. Les gens veulent payer moins d'impôts. Ils veulent que leurs impôts soient réduits, comme le feraient les mesures que mettraient en oeuvre un gouvernement conservateur.

*   *   *

+-Les travaux de la Chambre

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je m'excuse auprès de mes collègues d'interrompre brièvement le débat.

    Des discussions ont eu lieu entre tous les partis et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de cette motion. Je propose:

    Que, durant le débat sur les Affaires émanant du gouvernement no 10 aujourd'hui, conformément à l'article 53.1 du Règlement, la présidence ne soit pas autorisée à recevoir les appels au quorum, les motions dilatoires ou les demandes de consentement unanime.

+-

    Le vice-président: La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

*   *   *

+-Loi d'exécution du budget de 2005

    La Chambre reprend l'étude de la motion: Que le projet de loi C-43, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 23 février 2005, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.

+-

    L'hon. John McKay (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, bien que je sois profondément en désaccord sur quelques-unes des conclusions qu'a tirées le député dans son discours, je comprends qu'il insiste pour établir un parallèle entre les questions économiques et le budget, car, après tout, nous tenons actuellement un débat sur le budget.

    J'ai eu du mal à suivre le raisonnement du député. Les taux d'intérêt sont actuellement bas. Ils n'ont jamais été aussi bas et, à mon avis, cela est directement attribuable au fait que le gouvernement a bien géré ses finances au cours des dernières années.

    Les taux d'inflation n'ont jamais été aussi bas. Ils varient entre 1 p. 100 et 3 p. 100 et demeurent dans cette zone.

    Le gouvernement a eu huit budgets excédentaires d'affilée. Nous avons remboursé bien au-delà de 60 milliards de dollars sur la dette nationale.

    Le député établit une comparaison en disant que les taux d'impôt sur le revenu des particuliers aux États-Unis sont moins élevés qu'au Canada. Je lui pose cependant la question: voudrait-il des déficits dans trois grands domaines, comme aux États-Unis?

    Notre gouvernement a eu huit budgets excédentaires d'affilée. La dernière fois que les États-Unis ont eu un budget excédentaire, c'était il y a trois ou quatre ans, sous l'administration précédente. Leur déficit budgétaire s'élèvera vraisemblablement à 500 milliards de dollars et plus.

    Les États-Unis continuent d'avoir un déficit énorme dans leur compte courant. La situation est telle que les ministres des Finances de tous les autres pays s'inquiètent sérieusement de la capacité des États-Unis de conserver une économie viable.

    Les États-Unis possèdent un régime de pension qui n'est plus viable, tandis que le nôtre est viable et financièrement solide jusqu'en 2075.

    Le pourcentage de notre dette par rapport au PIB est passé d'environ 62 p. 100 à 38 p. 100 et baissera jusqu'à 25 p. 100. Nos dépenses se situent à un peu moins de 12 p. 100 par rapport au PIB. Nos recettes par rapport au PIB ont été ramenées de 17 p. 100 à un peu moins de 15 p. 100.

    Je dirais au député que l'économie du Canada est fort bien gérée.

+-

    M. Jim Prentice: Monsieur le Président, je serais ravi de discuter du budget des États-Unis avec le député à une autre occasion, mais je suis ici aujourd'hui pour discuter du budget libéral, un budget qui lève des impôts pour mieux dépenser.

    Je reconnais qu'un rapport dette-PIB de 25 p. 100 est un objectif auquel nous devrions aspirer dans notre pays. Contrairement au député, je ne pense pas qu'on puisse attribuer au gouvernement le mérite d'avoir été à l'origine d'une certaine marge de manoeuvre financière et des progrès qui ont été accomplis au Canada en matière de réduction de la dette. Le mérite en revient aux Canadiens ordinaires, aux Canadiens de la classe moyenne qui paient leurs impôts sur le revenu et qui respectent les règles.

    Ce sont eux qui ont donné au Canada sa marge de manoeuvre financière. Ce n'est pas le gouvernement libéral qui est responsable de cela. Ce sont les contribuables canadiens ordinaires qui ont permis cela. Ce que je trouve répréhensible dans ce budget, c'est que, si nous l'adoptons, notre pays laissera tomber ces gens-là.

    Le moment est venu d'alléger leur fardeau fiscal. Ces gens-là ont payé leurs impôts. Depuis 20 ans, ces Canadiens font partie de la génération qui a été la plus lourdement imposée et qui a obtenu le moins de services. Nous avons la marge de manoeuvre financière pour alléger sensiblement leur fardeau fiscal. C'est l'objectif que nous devrions poursuivre dès maintenant, mais ce n'est pas ce que fait ce budget.

    Je veux donner à la Chambre l'exemple des personnes âgées. Elles sont nombreuses dans ma circonscription, celle de Calgary-Centre-Nord. Ce budget n'offre aucun allégement fiscal intéressant à leur intention. Le budget prévoit une légère bonification du supplément équivalant au coût d'une pizza, pour ceux qui ont droit au supplément, mais il ne prévoit rien pour améliorer la qualité de vie des autres personnes âgées, pour leur faciliter l'accès aux soins de santé ou les laisser vivre à domicile plus longtemps. Il n'y a aucun allégement fiscal suffisant pour les aînés. Je trouve cela déplorable. Un gouvernement conservateur remédierait à cela.

  +-(1620)  

+-

    L'hon. Larry Bagnell (secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, Lib.):  Monsieur le Président, je profite du débat sur le budget pour mettre en contexte l'année la plus productive qu'a connue un premier ministre depuis la création du Canada.

    J'ai un peu effleuré le sujet lorsque le budget a été présenté il y a quelques semaines. Je tiens à rappeler les magnifiques réalisations du premier ministre et du gouvernement au cours de leur première année de pouvoir. Il n'y a jamais rien eu de comparable dans l'histoire. J'ai d'ailleurs mis au défi la presse nationale et l'opposition de trouver un bilan comparable.

    Je commencerai par le pire problème auquel étaient confrontés les Canadiens lorsque le premier ministre actuel est arrivé au pouvoir. Il est rare qu'un premier ministre ait la confiance du Parlement et des provinces dès sa première année, mais le premier ministre actuel a gagné cette confiance en s'engageant dans de grandes négociations pour régler le plus gros problème aux yeux des Canadiens, soit les soins de santé. Le premier ministre a offert une somme record de 41,3 milliards de dollars pour la santé au cours des dix prochaines années.

    Cela tombe particulièrement bien pour ma région et tout le Nord. Le budget contient beaucoup de programmes et de fonds pour le Nord, particulièrement pour les programmes de santé dans le Nord. En plus de la plus importante majoration des budgets de la santé de l'histoire, des fonds supplémentaires ont été prévus pour les peuples autochtones, qui ont leurs difficultés propres, ce qui témoigne d'une bonne compréhension des conditions de travail dans le Nord.

    Après cette grande réalisation qui, en soi, place le premier ministre et le gouvernement en tête de liste pour les réalisations au cours d'une première année de pouvoir, une deuxième réalisation a suivi peu de temps après dans un domaine qui fait du Canada un pays à part, soit dans le domaine de la péréquation.

    Notre pays étant un État fédéral généreux, les régions qui vont bien aident celles qui traversent des périodes plus difficiles. Le régime de péréquation nécessitait des modifications et une remise à jour. Le premier ministre a convoqué les provinces et les territoires et, après de difficiles négociations et un équilibrage des fonds, est parvenu, ce qui est remarquable, à un accord historique de 33 milliards de dollars et à une toute nouvelle manière d'aborder la modernisation de la péréquation en préservant les valeurs intrinsèques qui font que nous sommes Canadiens.

    Suite aux discussions sur le budget, la Loi d'exécution du budget renferme des dispositions spéciales qui découlent de la nécessité de grossir les revenus d'une région du pays, à savoir la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador, en permettant à ces provinces de toucher des recettes supplémentaires spéciales.

    Je pense que la beauté de cette approche et de ces réussites — dont les premiers ministres du passé ne pouvaient que rêver — est liée au fait que lorsque chaque province est devenue membre de la Confédération, elle a été traitée de façon individuelle, en fonction de ses besoins propres. Cette façon de faire reflète l'essence même du fédéralisme au sein d'un État qui fait preuve de compassion.

    L'actuel premier ministre et notre caucus voulaient aussi réaffirmer et renforcer la vision canadienne et notre place dans le monde. Les Canadiens s'estiment chanceux et ils croient que nous pouvons jouer un rôle important pour ce qui est d'aider ceux dans le monde qui ont moins de chance que nous. Nous l'avons d'ailleurs fait à plusieurs reprises au cours de l'année. À Noël, le Canada a été louangé dans le monde entier pour avoir versé 42 millions de dollars au fonds d'urgence et pour les efforts qu'il a faits de concert avec les Nations Unies afin d'éliminer la polio dans le monde.

    Nous avons créé le Corps canadien, qui fera partager au reste du monde les valeurs canadiennes. Les Canadiens sont très fiers de leurs valeurs et de la vision qu'ils ont de leur nation, et ils aiment s'en servir pour aider d'autres pays. Il n'y a pas de meilleure façon de le faire que par l'entremise de nos jeunes et du Corps canadien.

    Une autre situation urgente est celle du Darfour. Beaucoup de Canadiens, y compris moi et un bon nombre de résidants de ma circonscription, comme par exemple Bill Klassen, étaient très préoccupés par ce qui se passait à cet endroit. Or, le Canada a joué un rôle de chef de file. Nous avons commencé avec une contribution initiale de 20 millions de dollars, sauf erreur, et nous avons aussi fourni des conseillers militaires et du soutien. Je crois savoir que le gouvernement a tout récemment annoncé l'affectation d'une somme supplémentaire de 90 millions de dollars.

  +-(1625)  

    Nous avons aussi versé 100 millions de dollars pour l'achat des médicaments nécessaires au traitement des personnes atteintes du sida. Nous avons ajouté 70 millions de dollars au fonds mondial pour la lutte contre les maladies comme le sida, la tuberculose et la malaria dans les régions les plus pauvres du monde.

    Je suis certain que tous sont conscients de nos efforts en Haïti et des efforts déployés par les membres extraordinaires de nos forces armées en mission dans ce pays; de nos efforts en Afghanistan, où j'ai visité nos soldats qui font un travail exceptionnel; de nos efforts en Afrique; du rôle de premier plan que nous avons joué dans l'aide aux victimes du tsunami; et des fonds que nous versons à l'Irak.

    Le premier ministre a proposé encore une fois un concept unique en matière de contribution internationale, soit la responsabilité de protéger. Ce concept vise à protéger les pays qui sont instables ou qui se sentent dépassés par certaines situations et qui ne veulent pas risquer la vie de leurs citoyens. Les pays du monde qui peuvent protéger ces gens auront la responsabilité de le faire. C'est un tout nouveau concept. Il est remarquable que, dans la première année de son mandat, un premier ministre ait réussi à faire appuyer un tel concept sur la scène internationale.

    Bien sûr, même avant qu'il ne devienne premier ministre, il avait fait avancer les choses pour faire en sorte que le G20 et les autres groupes internationaux mettent l'accent sur les fonctions, et non sur les processus. Le premier ministre a été un chef de file mondial pour avancer le principe selon lequel toute organisation internationale, qu'il s'agisse des Nations Unies, de l'OTAN ou du G20, qui peut remplir une fonction en particulier dans le monde moderne et complexe d'aujourd'hui doit le faire.

    Regardons maintenant la question des étudiants. Les députés se souviendront que, pour sa contribution du millénaire, le gouvernement a décidé de ne pas investir dans la brique et le mortier, mais bien dans les personnes, particulièrement les jeunes et les étudiants. Nous avons mis en place le plus important programme de bourses jamais vu au Canada, soit le fonds des bourses du millénaire. De nombreux étudiants de ma circonscription, et je suis certain que c'est la même chose dans toutes les circonscriptions, sont très reconnaissants de cette aide à laquelle ils ont accès pour leurs études postsecondaires. On continue d'ajouter sans cesse des mesures visant à améliorer le financement, comme le nouveau bon d'études pour les étudiants à faible revenu et le rehaussement des plafonds s'appliquant aux prêts étudiants.

    Ce qui m'a particulièrement plu — ce pourquoi j'ai fait pression bien que ne n'était pas nécessaire — c'est que la vision qu'affichait le premier ministre quand il a pris le pouvoir s'est manifestée dans le programme électoral, et ensuite, avec crédibilité et intégrité, dans le discours du Trône. Un discours du Trône est bien beau mais, sans financement, il ne va nulle part. Il faut beaucoup d'intégrité pour porter ce qui a été dit dans le discours du Trône jusque dans le budget et c'est exactement ce qui a été fait pour tous les éléments principaux du programme électoral.

    Une des initiatives principales dont on parle et qui prend de l'ampleur depuis quelques années, motivée par le désir des Canadiens, est le système national d'apprentissage et de garde des jeunes enfants. Celui-ci faisait partie du discours du Trône et cinq milliards de dollars y sont consacrés dans le budget. Comme le sait le Parlement, des réunions remarquables ont eu lieu entre les provinces et le ministre. Ils ont trouvé un terrain d'entente quant aux quatre principes de base qui régiront tout le système.

    Bien sûr, de nombreuses initiatives et de nombreux programmes visent les personnes âgées. Dans ma carrière, je me suis particulièrement intéressé aux personnes âgées parce que l'âge d'or est une des étapes de la vie où nous avons plus de mal à nous débrouiller seuls.

  +-(1630)  

    C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai constaté que le gouvernement avait renouvelé le financement du programme Nouveaux Horizons, qui était très populaire dans ma circonscription. On a augmenté son financement pour les années à venir dans le présent budget.

    L'augmentation du supplément de revenu garanti pour les personnes âgées est un concept important au Canada. Ce concept brosse le portrait d'un pays qui ne se définit pas en fonction du traitement fiscal accordé à ceux d'entre nous qui ont les moyens ou des avantages donnés aux plus forts, mais bien en fonction des avantages accordés aux plus démunis. Les personnes âgées les plus démunies sont celles qui ont besoin du supplément de revenu garanti. Je suis très heureux de voir que ce sont elles que nous avons aidées en premier. J'espère que nous ferons de même à l'avenir.

    Nous parlons de domaines de premier plan durant la première année du mandat, de réalisations extraordinaires dans toute une gamme de domaines dont se préoccupent les Canadiens, notamment l'environnement. L'un des éléments clés du discours du Trône, repris dans le budget, consiste à quadrupler nos efforts en matière d'énergie éolienne par circonscription. Cette énergie renouvelable contribuera à réduire les émissions de gaz à effet de serre au Canada. Ces émissions ont des effets dramatiques dans ma circonscription, Yukon. En effet, il y a toujours des répercussions importantes sur l'économie lorsque les routes que les gens empruntent gèlent puis dégèlent. Il y a aussi une incidence négative énorme sur la biologie et diverses espèces.

    Ce n'est pas notre seul domaine d'intervention en environnement. Nous continuons d'appuyer l'éthanol. Nous continuons de privilégier le gaz naturel par rapport aux autres hydrocarbures qui produisent une plus grande quantité de gaz à effet de serre. Nous continuons de favoriser la modernisation et l'amélioration de la technologie fondée sur l'énergie solaire pour la rendre concurrentielle. Nous continuons de favoriser l'énergie atomique en raison des grandes réductions d'émissions de gaz à effet de serre qu'elle offre. Nos efforts visent en particulier la Chine, où nous avons un réacteur CANDU. La Chine utilise du charbon, qui est à l'origine de nombreux gaz à effet de serre qui nous touchent énormément en Amérique du Nord.

    On peut aussi dresser la liste des nombreuses réalisations importantes qui ont été possibles au cours de la première année de mandat grâce aux compressions budgétaires appliquées par le premier ministre, du temps où il était ministre des Finances, pour éliminer le déficit de manière à ce que nous puissions consacrer de l'argent aux soins de santé, aux personnes âgées, aux énergies renouvelables et à l'environnement.

    Le prochain domaine où le gouvernement a de belles réalisations à son actif est un domaine où les gens voulaient investir, mais en étaient incapables jusqu'à ce qu'on commence à récolter les fruits de la gestion financière rigoureuse. Il s'agit du domaine des dépenses militaires. La Chambre se rappellera que, dans le budget précédent, on a augmenté les sommes accordées à l'acquisition d'équipement militaire. On est d'ailleurs en train d'effectuer des achats d'équipement grâce à cet argent. Avec le budget actuel, le ministère de la Défense nationale pourra augmenter ses effectifs de 5 000 militaires réguliers et de 3 000 réservistes.

    Il est difficile d'imaginer ces choses, et nous n'en sommes encore qu'à la première année du mandat du premier ministre et du gouvernement, mais nous sommes en train de redéfinir les relations entre les divers ordres de gouvernement. Comme on le sait, il y a quatre ordres de gouvernement au Canada. En redéfinissant les relations entre le gouvernement fédéral et deux de ces quatre ordres, le gouvernement est en train d'accomplir de grandes choses pour le fonctionnement du pays.

    Les deux ordres de gouvernement en cause sont les premières nations, c'est-à-dire les Autochtones, ainsi que les municipalités.

    Je vais parler en premier lieu des municipalités. La relation nouvelle qui s'établit voit le jour dans un pays en mutation où les gens migrent en grand nombre vers les régions urbaines. Les municipalités ont gagné en maturité et leurs besoins ont évolué depuis le début de la Confédération. Le gouvernement a consacré la somme formidable de 12 milliards de dollars à l'infrastructure depuis 1994.

  +-(1635)  

    Dans ma région, toutes les collectivités ont reçu une part de cet argent. Les plus petites collectivités, d'un bout à l'autre du pays, en ont bénéficié et il a eu une incidence majeure sur la qualité de vie au Canada.

    Les municipalités ont aussi reçu 7 milliards de dollars en remboursement de la TPS. Je suis convaincu que tous les députés ont reçu des remerciements suite aux remboursements versés aux collectivités de leurs circonscriptions.

    En plus de tous les fonds destinés à l'infrastructure dans le cadre de l'ancienne initiative, qui a connu énormément de succès, je suis très emballé par les fonds prévus dans le cadre de la nouvelle initiative d'infrastructure municipale en milieu rural, parce que toutes les collectivités que je représente sont en milieu rural. Non seulement le budget prévoit-il un nouveau fonds pour le milieu rural, mais le versement de cet argent est accéléré. À l'origine, on avait annoncé qu'il serait versé sur une période de 10 ans, mais cette période a été raccourcie de cinq ans, afin que les collectivités puissent investir deux fois plus rapidement dans des projets durables, le traitement des eaux propres et des eaux usées, la réduction des gaz à effet de serre et l'infrastructure nécessaire pour assurer une qualité de vie élevée.

    La grande annonce faite dans le budget est le transfert d'une partie de la taxe sur l'essence aux municipalités afin que celles-ci s'en servent pour des projets renouvelables visant à améliorer la qualité de vie dans les villes, les villages et les collectivités autochtones.

    En plus de ces sommes importantes qui servent à améliorer la qualité de vie, et dont on a pu disposer parce qu'on s'était serré la ceinture et qu'on avait mis de l'ordre dans les finances de l'État, il faut souligner la nouvelle relation avec cet ordre de gouvernement. Lorsque les divers ordres de gouvernement collaborent, nous avons la formule qu'il faut pour faire en sorte que notre pays soit le meilleur endroit au monde où vivre.

    J'ai déjà parlé de l'investissement majeur fait dans le secteur de l'environnement. Cet investissement fait suite au budget précédent, qui renfermait le plus grand programme environnemental de l'histoire du Canada, avec un montant de 3,5 milliards de dollars prévu pour le nettoyage des sites contaminés appartenant au gouvernement fédéral. L'aspect qui me réjouit particulièrement est que 60 p. 100 de ces fonds vont être dépensés dans le Nord.

    Le budget de 2005 prévoit en outre certaines mesures concernant la réduction des émissions de gas à effet de serre et le changement climatique, phénomène qui retient tout particulièrement l'attention des Canadiens, surtout ceux du Nord, en raison des effets marqués que ce phénomène a déjà chez nous et auxquels nous devons nous adapter. On y a affecté 3,7 millions de dollars depuis 1997. On a prévu 100 millions de dollars pour accroître l'efficacité des véhicules automobiles du point de vue des émissions. Comme les députés le savent, on vient de signer avec les fabricants d'automobiles une entente historique portant sur la réduction des émissions, et on consacre 1 milliard de dollars aux nouvelles technologies afin de réduire les gas à effet de serre. Il y a en outre le Programme d'énergies renouvelables visant le recours à d'autres types d'énergies renouvelables.

    Je n'aurai manifestement pas le temps d'aborder tous les points que je voulais aborder, si j'en avais eu le temps. Je me contenterai donc de les énumérer brièvement: les relations avec les Autochtones, les nouveaux accords sur les revendications territoriales et l'autonomie gouvernementale, la Table ronde historique sur les Autochtones et une somme de plus d'un milliard de dollars pour l'agriculture, y compris ce que nous venons d'annoncer.

    L'ensemble de la réforme démocratique, notamment la possibilité pour les députés de ce côté-ci de la Chambre de participer à plus de votes libres que jamais, a révolutionné la Chambre. Notons également la stratégie pour le Nord et la souveraineté du Nord, ma région, la plus importante réduction d'impôt de notre histoire qui s'élève à 100 milliards de dollars et la somme de 10 milliards de dollars par année affectée à la lutte contre la pauvreté chez les enfants.

    J'aurais aussi fait état des initiatives que nous avons mises en oeuvre à l'intention des personnes handicapées. Cette économie de l'espoir et ces réalisations sans précédent du premier ministre comptent parmi les choses dont je suis le plus fier. Celles-ci touchent tous les aspects de la vie au Canada: les soins de santé, l'économie, les programmes sociaux permettant de venir en aide aux personnes handicapées, défavorisées ou dont les besoins sont les plus grands. De tout cela, je suis fier, et je prendrai volontiers fait et cause pour cela.

  +-(1640)  

+-

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, de toute évidence, ce n'est pas un budget d'espoir. C'est un budget de désespoir qui crée une économie de désespoir. Lorsqu'on jette un coup d'oeil à la situation un peu partout au Canada, on constate que le nombre de sans-abri ne cesse de croître de jour en jour. On voit également que la pauvreté des enfants augmente, ce qui est une honte après 12 années de règne libéral. Au Canada, 1,1 million d'enfants vivent dans la pauvreté. De ce nombre, 40 p. 100 sont des Autochtones et 30 p. 100 des handicapés.

    Partout au Canada, nous voyons croître le désespoir, la pauvreté et le sans-abrisme et s'allonger les files d'attente devant les banques d'alimentation. Plutôt que de s'attaquer aux problèmes, notamment celui du logement et de la montée du désespoir chez les Canadiens ordinaires, le budget accorde près de 5  milliards de dollars d'allégements fiscaux aux entreprises de Bay Street.

    Entre-temps, la pauvreté, le sans-abrisme et le désespoir sont à leur comble d'un océan à l'autre. Par surcroît, le salaire réel baisse, le nombre d'emplois à temps plein diminue et davantage de familles doivent se contenter de travail temporaire ou à temps partiel. Pourquoi le député estime-t-il approprié d'accorder des milliards de dollars à Bay Street alors que Monsieur et Madame-tout-le-monde tirent le diable par la queue?

+-

    L'hon. Larry Bagnell: Monsieur le Président, comme le député l'a confirmé, les aspects qu'il a évoqués sont très importants pour le gouvernement, comme le montrent les programmes que nous avons mis en oeuvre. Je suis heureux d'avoir l'occasion de parler des progrès réalisés.

    Tous les députés souhaiteraient éliminer la pauvreté des enfants. Tant et aussi longtemps qu'un seul enfant vivra dans la pauvreté, nous lutterons pour améliorer sa situation. Nous avons différentes solutions et nous avons fait des progrès. Le taux de pauvreté chez les enfants était de 16,7 p. 100 en 1996. En 2001, ce taux est passé à 11,4 p. 100.

    Qu'est-ce qui explique la diminution du taux de pauvreté chez les enfants? C'est la Prestation nationale pour enfants, le plus important programme social de l'histoire depuis le régime d'assurance-maladie. Conscient des succès de ce programme, le gouvernement y a injecté 965 millions de dollars supplémentaires, de sorte qu'en 2007, ce programme profitera d'un financement de 10 milliards de dollars. Grâce à ce programme, plus de 50 000 enfants vivent au-delà du seuil de la pauvreté chaque année.

    Depuis 1999, 753 millions de dollars ont été investis dans les programmes d'aide aux sans-abri et, en 2003, 405 millions de dollars supplémentaires sur trois ans ont été injectés. Le financement des logements abordables s'élève à 1 milliard de dollars: 680 millions de dollars au départ, plus 320 millions ajoutés en 2003. Ces fonds ont permis de mettre en oeuvre des projets très intéressants dans ma circonscription.

    Nous avons également injecté de l'argent dans les rénovations, un programme destiné aux personnes à faible revenu et aux personnes âgées. Ce programme est très apprécié dans ma circonscription et très utile aux gens qui ont besoin d'un logement. Au cours des cinq prochaines années, le financement de ce programme se situera entre 1 milliard et 1,5 milliard de dollars. Il s'agit d'un autre programme axé sur les plus démunis, surtout dans le domaine du logement. Le programme de garderies aidera les mères de familles monoparentales à travailler et contribuera à la réduction de la pauvreté des enfants.

    Au total, c'est 11 milliards de dollars par année qui vont aux enfants. Nous devrons continuer à accroître ce financement au fur et à mesure que nous disposerons des ressources nécessaires grâce à une gestion financière diligentes et poursuivre dans cette direction, comme tous les députés le souhaitent, j'en suis sûr.

  +-(1645)  

+-

    M. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NPD): Monsieur le Président, je vous avise que je vais partager mon temps de parole avec le député de Windsor-Ouest et je suis heureux de pouvoir intervenir au sujet du projet de loi C-43, Loi d'exécution du budget de 2005.

    D'entrée de jeu, je signale ce qui est évident pour chacun de nous. En quelques semaines, soit depuis que le projet de loi a été présenté, les manoeuvres auxquelles il a donné lieu ont certes évolué. On nous a d'abord dit que le projet de loi devait être mis aux voix et adopté par le Parlement, à défaut de quoi les libéraux nous menaçaient de déclencher des élections.

    Avec la Commission Gomery, nous avons vu les choses se transformer de façon marquée, et cette menace des libéraux de dissoudre la Chambre ou de déclencher des élections s'est passablement atténuée, maintenant que nous entendons les révélations au sujet du gaspillage constant de l'argent des contribuables par le Parti libéral. Résultat, il est très clair que, à présent, les libéraux voient la question du projet de loi d'exécution du budget d'un tout autre oeil qu'il y a quelques semaines seulement.

    J'aimerais parler un peu de la situation au Canada. Le budget et le projet de loi d'exécution de celui-ci ne traitent pas des principales questions qui préoccupent le Canadien moyen.

    Voyons ce que ces 12 années de gouvernement libéral ont eu comme conséquences chez les pauvres et les sans-abri de notre pays. Dans le Lower Mainland de la Colombie-Britannique, ma région d'origine, l nombre de sans-abri a triplé au cours des trois dernières années en raison des politiques menées par le Parti libéral fédéral et de celles du Parti libéral provincial.

    Dans ma circonscription, Burnaby—New Westminster, plus d'un millier de personnes par semaine s'adressent aux banques alimentaires pour se nourrir. Les files d'attente s'allongent devant les banques alimentaires partout dans le pays au fur et à mesure que s'accentue la crise de la pauvreté et du sans-abrisme.

    Par ailleurs, nous savons que 40 p. 100 des enfants autochtones sont pauvres, que 30 p. 100 des enfants souffrant d'un handicap sont également pauvres, et qu'il y a plus de 1,1 million d'enfants pauvres dans notre pays. Il y a 15 ans, le député d'Ottawa-Centre a présenté une motion, que la Chambre a adoptée, et qui visait à éliminer la pauvreté chez les enfants au plus tard en l'an 2000. Nous sommes maintenant en 2005 et plus de 1,1 million d'enfants attestent que le gouvernement n'a absolument rien fait pour lutter contre la pauvreté infantile.

    Nous traversons également une crise en ce qui concerne la médecine payante. Avec l'accroissement de la privatisation des soins de santé, les Canadiens déboursent de plus en plus d'argent pour recevoir des soins de santé. Il devrait s'agir d'un droit que le CCF et le NPD ont mis en avant comme élément fondamental de la société canadienne. Rien n'a été fait à ce sujet non plus.

    Pour ce qui est des études postsecondaires, nous savons que, de façon générale, les jeunes adultes terminent leurs études postsecondaires avec une dette de 20 000 $, qui hypothèque leur avenir. On ne parle pas ici des milliers de jeunes Canadiens qui décident de ne pas entreprendre d'études postsecondaires, car ils n'en ont tout simplement pas les moyens. Au cours de la campagne électorale de juin dernier, j'ai frappé à plus de 6 000 portes dans la circonscription de Burnaby—New Westminster. Des douzaines de jeunes m'ont dit qu'ils n'avaient pas les moyens de faire des études. Leur famille n'avait pas les moyens et il n'avait pas les moyens. Leurs rêves et leur avenir ont été compromis en raison de l'inaction du gouvernement dans le secteur des études postsecondaires.

    Passons maintenant à l'environnement. Il y a 12 ans, nous avions un plan visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Nous constatons maintenant que malgré la réduction de 20 p. 100 que prévoyait ce plan, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté en 2005. Le budget ne prévoit pas grand chose à ce sujet.

    Le nombre de personnes handicapées vivant dans la pauvreté est en hausse. De nombreuses personnes handicapées n'ont pas accès aux programmes d'emploi qui enrichirait davantage leurs vies.

    Nous avons parlé cette semaine de la situation au Canada et de nos prévisions budgétaires. Le FMI a mentionné il y a quelques semaines à peine dans une étude que nos prévisions étaient les moins précises du monde occidental. L'étude du FMI a montré que les prévisions budgétaires du Canada différaient tellement des chiffres réels sous le régime des libéraux qu'elles étaient en fait les pires parmi les pays visés.

  +-(1650)  

    De plus, cette semaine, il y a une crise dans le Canada rural. Des collectivités se débattent parce que le gouvernement ne leur apporte pas un soutien suffisant en agriculture et parce qu'il n'en fait pas assez pour alléger ou tenter d'alléger les problèmes d'exportation auxquels sont confrontés les éleveurs bovins et l'industrie du bois d'oeuvre.

    Plutôt que d'adopter une ligne dure face aux Américains et de tenter de régler ces différends dans le cadre de négociations fermes, nous avons adopté un profil bas qui ne mène nulle part et qui a entraîné la perte de dizaines de milliers d'emplois parce que des marchés sont fermés à nos éleveurs de bovins. En Colombie-Britannique, d'où je suis, l'industrie du bois d'oeuvre a perdu 20 000 emplois en raison de l'inaction du gouvernement.

    Nos villes aussi vivent une crise. Le nombre de municipalités qui ont donné avis de faire bouillir l'eau s'est multiplié. Le manque d'argent de nos villes les a empêchées de renouveler notre infrastructure, qui est si importante pour l'avenir de notre pays. Les difficultés se multiplient aussi pour nos personnes âgées.

    Beaucoup de provinces ont réduit les fonds destinés aux soins à domicile. En Colombie-Britannique, par exemple, il y a eu des coupes radicales dans les soins à domicile et beaucoup de personnes âgées qui aiment vivre une vie indépendante avec un minimum de soutien sont contraintes d'aller vivre dans des maisons de soins infirmiers qui coûtent plus cher aux contribuables et où les pensionnaires ont une moins bonne qualité de vie. Si nous avions un véritable programme de soins à domicile, ces personnes âgées pourraient continuer de vivre des vies indépendantes et plus riches dans leur propre maison.

    Les Canadiens s'inquiètent également de voir de grosses entreprises envahir le domaine des garderies. Depuis 12 ans, on promet régulièrement un réseau national de garderies, mais jusqu'à maintenant, le gouvernement n'a absolument rien fait pour calmer les craintes au sujet de l'arrivée des grosses entreprises dans le domaine. Plutôt que d'aller à des services de garde de qualité situés à proximité des usagers, l'argent ira à des grosses entreprises étrangères.

    Du côté des emplois, le travailleur canadien moyen a vu son salaire horaire réel diminuer de 60 ¢ ces dix dernières années. De plus, le nombre d'emplois avec avantages sociaux et régime de pension a aussi diminué. Auparavant, il y avait des régimes de pension avec la majorité des emplois. Selon l'étude de Statistique Canada publiée en janvier, c'est maintenant moins de 40 p. 100.

    Le gouvernement encourage de plus en plus l'impartition. Je me rappelle être descendu de l'avion à Washington pour faire pression sur les membres du Congrès pour qu'ils favorisent les produits canadiens de qualité. Le gouvernement m'avait donné un tee-shirt fabriqué au Mexique et une épinglette du drapeau canadien fabriquée en République populaire de Chine. On s'attendait à ce que j'offre ces articles aux membres du Congrès en leur disant que nous produisons de la qualité. Le gouvernement encourage l'impartition et ce budget ne fait rien pour arranger cela.

    Le résultat, c'est que la qualité de vie continue de diminuer pour 90 p. 100 des Canadiens. C'est ce qui ressort à l'évidence de l'examen de ce budget, cette semaine.

    Qu'avons-nous obtenu? Le chef de l'opposition n'a certainement pas obtenu ce qu'il voulait. Il a dit que les priorités cardinales du projet de loi de mise en oeuvre du budget étaient des priorités conservatrices. Nous savons que le chef de l'opposition a obtenu ce qu'il voulait dans le budget, bien que les libéraux aient fait campagne en affirmant que les valeurs néo-démocrates étaient proches des valeurs libérales. Le budget libéral est un budget conservateur. Cela signifie que les riches du secteur des affaires ont obtenu presque 5 milliards de dollars sous forme de réduction des impôts des entreprises, ce même secteur des affaires qui n'a jamais été aussi rentable que maintenant.

    Nous constatons que les riches ont obtenu des réductions d'impôts de quelques 500 millions de dollars.

    Il n'y a rien dans le budget pour régler les problèmes de la pauvreté, de l'itinérance, de l'éducation postsecondaire et la crise des aînés, à l'exception du dollar par jour qui est donné pour corriger le problème de l'érosion des pensions. On n'y trouve rien pour régler les graves problèmes que subit la population dans l'ensemble du pays.

    Ce budget est contient des milliards pour Bay Street et quelques sous pour les gens ordinaires de tout le pays. C'est pour cela et pour bien d'autres raisons que nous voterons contre ce budget.

*   *   *

  +-(1655)  

+-Les travaux de la Chambre

+-

    L'hon. Karen Redman (Kitchener-Centre, Lib.): Monsieur le Président, des discussions ont eu lieu entre les whips des partis et ils ont convenu, conformément au paragraphe 45(7) du Règlement, que les votes par appel nominal prévus pour le mercredi 13 avril sur les projets de loi C-236, C-263 et S-3 devraient avoir lieu à 15 heures plutôt qu'au début de la période des initiatives parlementaires.

+-

    Le vice-président: D'accord?

    Des voix: D'accord.

*   *   *

+-Loi d'exécution du budget de 2005

    La Chambre reprend l'étude de la motion: Que le projet de loi C-43, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 23 février 2005, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.

+-

    L'hon. Peter Adams (secrétaire parlementaire de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.): Monsieur le Président, j'ai été choqué d'entendre mon collègue dire fièrement qu'il votera contre le projet de loi d'exécution du budget.

    Je comprends que, dans un monde idéal, nous serions capables de tout faire pour tout le monde chaque année, mais ce n'est tout simplement pas le cas. Comparativement aux budgets passés, c'est bien celui qui fait le plus pour aller au coeur des préoccupations des gens. Dans certains médias, on a même dit qu'il s'agissait du budget le plus vert jamais présenté. Le député a donc l'intention de voter contre l'environnement.

    À elle seule, la mesure concernant les garderies est un grand pas. La somme d'argent prévue est colossale. Nous faisons des progrès, et c'est le rôle du gouvernement fédéral d'adopter ce genre de mesure.

    Le député a aussi parlé des gens âgés. Je sais que les gens âgés méritent encore davantage, mais le budget prévoit notamment des améliorations relatives au Secrétariat du troisième âge et aux programmes pour personnes âgées comme le Programme Nouveaux Horizons.

    L'accord avec la Nouvelle-Écosse et avec Terre-Neuve-et-Labrador est également compris dans le projet de loi sur le budget. Le député a l'intention de voter contre cette mesure également.

    En outre, le budget comprend un nouveau pacte avec les municipalités et avec les petites collectivités comme la mienne, Asphodel-Norwood et le village de Lakefield. Elles vont bénéficier de la partie de la taxe sur l'essence qui leur sera transférée.

    La Stratégie pour le Nord, que mon voisin de la circonscription de Yukon a mentionnée tout à l'heure, figure également dans le budget.

    Le NPD votera contre tout cela.

    J'aimerais poser quelques questions à mon collègue à la suite de ses remarques sur l'éducation postsecondaire. Nous savons qu'il s'agit d'un domaine de compétence provinciale. Le Québec — et c'est tout à son honneur — est la province qui affiche les frais de scolarité les plus bas au pays. Ces dernières années, le Québec a décidé non seulement d'avoir les frais d'études universitaires les plus bas du Canada, mais d'offrir deux années de collège gratuites. C'est extraordinaire. Et cela s'inscrit dans le mandat de la province.

    Mon collègue a fait état des frais de scolarité élevés dans le reste du pays. C'est vrai qu'ils sont exorbitants. Cependant, le gouvernement fédéral n'a rien à voir là-dedans. Le gouvernement fédéral, je le dis sans équivoque, a injecté plus d'argent dans l'éducation postsecondaire que n'importe quel autre gouvernement fédéral depuis la création de la Confédération. Si nous faisions le total des contributions fédérales dans le domaine de l'éducation postsecondaire, nous obtiendrions un montant presque équivalent à la somme des contributions de toutes les provinces.

    Je suis très satisfait du budget. Nous commençons à mettre moins l'accent sur le programme de prêts aux étudiants au profit des subventions. Le programme de prêts aux étudiants est très bon, mais il a ses limites. Toutefois, les étudiants handicapés sont admissibles à des subventions pour chaque année de leurs études de premier cycle. Les étudiants à faible revenu sont admissibles à des subventions pour leur première année d'études. Les bourses du millénaire étaient des subventions. C'est assurément un pas en avant.

    Le Bon d'études canadien a été conçu à l'intention des enfants issus de familles à faible revenu. Il vise à aider les familles à se constituer un capital pour financer les études de leurs enfants. La famille reçoit 500 $ à la naissance de l'enfant et 100 $ par an jusqu'à ce que l'enfant atteigne 15 ans. Les intérêts accumulés sont mis dans un régime enregistré d'épargne-études. Si la famille met 100 $, par exemple, le gouvernement fédéral verse une contribution de contrepartie de 40 $. C'est une autre forme de subvention.

    Mon collègue a-t-il des suggestions pour contrôler ce que font les provinces avec l'argent que leur transfère le gouvernement fédéral pour l'éducation postsecondaire et les empêcher de simplement prendre l'argent et hausser les frais de scolarité?

  +-(1700)  

+-

    M. Peter Julian: Monsieur le Président, le député a parlé d'un monde idéal. Il est évident que, pour le caucus libéral, le monde idéal se résume actuellement à une tour d'ivoire.

    Il est ici question de 5 milliards de dollars qui ont été accordés pour réduire davantage le taux d'imposition des sociétés, ce taux qui est déjà nettement inférieur à celui en vigueur aux États-Unis. C'était cela la priorité, fournir davantage d'argent pour les sociétés au lieu de régler les problèmes importants.

    Il n'y a aucun plan en ce qui concerne les garderies. Il n'y a pas de plan en ce qui concerne l'accord de Kyoto. Nous attendons toujours. À peu près chaque semaine, on nous dit ceci: « Oui, demain. » C'était hier, c'était la semaine dernière. On nous dit toujours qu'à plus ou moins brève échéance, un plan sera proposé. Nous savons que la dernière fois que le gouvernement a proposé un plan, il prévoyait une réduction de 20 p. 100. Il n'a pas atteint l'objectif, les émissions de gaz à effet de serre ayant plutôt augmenté de 20 p. 100.

    Le problème avec les libéraux, c'est la contradiction entre leurs beaux discours et la réalité. On ne réglera certainement pas le problème en disant qu'un jour on proposera un plan et qu'on fera des investissements, cela, en accordant par ailleurs des fonds aux sociétés. Il s'agit de problèmes graves.

    Le fait que de plus en plus de gens font la queue aux banques alimentaires, c'est un problème grave. Le nombre croissant de sans-abri, c'est aussi un problème grave, tout comme la pauvreté croissante chez les enfants. Or, ni le budget ni le gouvernement ne règle les problèmes graves.

    Je voudrais revenir sur l'enseignement postsecondaire, parce que le député en a aussi parlé. Les deux provinces qui déploient le plus d'efforts actuellement pour rendre l'enseignement postsecondaire accessible sont la Saskatchewan et le Manitoba. Il est évident que les provinces dirigées par des gouvernements néo-démocrates s'emploient clairement à résoudre le problème du manque d'accessibilité à l'enseignement postsecondaire.

    Le gouvernement doit faire preuve de leadership. Il doit aller de l'avant. Au lieu de dépenser des milliards de dollars pour Bay Street, le gouvernement doit investir dans les collectivités de partout au Canada. Ce n'est pas ce qui se produit, et c'est honteux.

+-

    M. Brian Masse (Windsor-Ouest, NPD): Monsieur le Président, je suis heureux d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi C-43, la Loi d'exécution du budget de 2005.

    Si vous le permettez, je voudrais commencer avec le précédent débat sur l'enseignement postsecondaire. Je serais heureux de transmettre le hansard d'aujourd'hui à mon député provincial qui a déclaré que le gouvernement fédéral s'était déchargé de sa responsabilité et qu'il devait faire plus pour l'Ontario. Nous avons certains des cas les plus graves d'endettement étudiant et des coûts les plus élevés relativement à l'enseignement postsecondaire.

    Les cousins libéraux du gouvernement fédéral semblent penser que ce sont les libéraux fédéraux qui les ont roulés, qui sont responsables du manque de financement. Le gouvernement fédéral s'est déchargé de façon injuste de ses responsabilités sur ses cousins provinciaux.

    Je vais m'assurer que ces derniers prennent connaissance du débat sur la question. À l'occasion d'une rencontre que nous avons organisée localement au Collège St. Clair, le député provincial a déclaré que le premier ministre Dalton McGuinty appuyait l'enseignement postsecondaire, mais que le gouvernement fédéral, qui a un excédent, était le problème. C'est le gouvernement fédéral qui a la recette pour résoudre les problèmes.

    Je vais centrer mes observations au sujet du projet de loi C-43 sur deux choses. C'est un projet de loi d'une grande portée. Il me déçoit, car il ne conduit pas à la prospérité qui est nécessaire à long terme sur le plan économique.

    Au Nouveau Parti démocratique, nous n'allons pas appuyer le budget, car il trahit les électeurs canadiens qui voulaient un changement progressiste. Le pays doit sortir du malaise qui a dominé cette décennie de gouvernement libéral. Le NPD lutte pour qu'on rebâtisse de façon responsable notre nation qui a fait une différence dans le monde en tant que chef de file et qui a offert une forte identité sociale pour développer et favoriser la prospérité économique qui va accroître le niveau de vie de tous les Canadiens et pas d'une poignée d'entre eux seulement.

    Même si ce budget d'un gouvernement minoritaire libéral est une amélioration par rapport aux budgets présentés dans le passé par des gouvernements libéraux majoritaires, il poursuit dans la tradition inquiétante des budgets libéraux qui abandonnent l'ensemble des Canadiens à leur sort au profit de quelques-uns. L'exemple le plus frappant de cette injustice est la détermination fanatique de continuer à vider le Trésor avec des réductions d'impôt aux sociétés qui ne font rien pour garantir des normes d'emploi, des salaires décents ou la sécurité d'emploi.

    En fait, la tactique libérale du premier ministre, qui a invité les gens à voter pour les libéraux, afin d'éviter que les conservateurs ne prennent le pouvoir, car les libéraux ont des valeurs semblables à celles du NPD, est trompeuse et insultante au mieux.

    À un moment où les Canadiens ordinaires s'évertuent plus que jamais à nourrir leur famille, à envoyer leurs enfants à l'université ou au collège et à rembourser leurs dettes, les libéraux s'apprêtent à donner plus d'argent des contribuables à Bay Street. Les sociétés canadiennes ont enregistré des profits records de 204,5 milliards de dollars l'année dernière, soit une augmentation de près de 19 p. 100. À un moment où les sociétés font des profits records et après une décennie de réductions fiscales s'élevant à des milliards de dollars, à un moment où nous avons d'énormes problèmes d'infrastructure, où les Canadiens peinent comme ils n'ont jamais peiné et les sociétés jouissent d'une prospérité inouïe, le gouvernement décide de donner près de 5 milliards de plus aux sociétés.

    Tandis qu'on demande aux Canadiens ordinaires d'oublier leurs objectifs personnels et leur sécurité financière et à une époque où nous devons saisir les occasions qui se présentent à notre industrie pour protéger notre environnement, augmenter la qualité de vie et positionner notre savoir-faire dans le monde, le gouvernement vide les coffres.

    Cet exemple frappant démontre que, malgré leurs promesses et leurs beaux discours, au bout du compte, les libéraux capitulent en faveur d'objectifs politiques conservateurs. Ils ne représentent pas les valeurs canadiennes, et c'est pourquoi le budget ne mérite pas l'appui du NPD.

    Malgré tous les discours, le budget ne prévoit rien en matière de stratégie nationale pour le secteur automobile, pour le secteur de l'aérospatiale, pour la construction navale ou pour les réalités du secteur agricole. En effet, il ne prévoit presque rien pour les constructeurs canadiens d'automobiles ou d'avions ou pour ceux qui nourrissent le pays et le monde.

    Demandez à ces Canadiens si leurs compagnies d'assurances, qui récoltent des bénéfices records grâce à l'augmentation des primes et à la réduction de leurs couvertures, méritent un autre allègement d'impôts. Pourtant, elles l'auront. En 2002, les compagnies d'assurance ont réalisé des profits de 350 millions de dollars. En 2003, c'était 2,6 milliards de dollars, et en 2004, c'était 4,2 milliards de dollars; pourtant, les libéraux leur donnent un autre all`gement.

    Ce n'est pas normal. Dans ma propre circonscription, les jeunes gens ont du mal à payer les primes d'assurance de leur voiture. D'ailleurs, certains paient plus en assurance que pour la location de longue durée de leur véhicule.

  +-(1705)  

    Cette situation n'est pas acceptable et elle nuit à notre économie. Elle nuit au succès de nos jeunes. Ces compagnies ne méritent certainement pas de récompense.

    Demandez aux Canadiens — qui voient les banques enregistrer des bénéfices records, fermer des succursales, augmenter les frais d'utilisation, faire ce qu'elles veulent des renseignements personnels de leurs clients et imposer des taux d'intérêt usuraires sur les cartes de crédit — s'ils pensent que ces établissements méritent un coup de pouce.

    Ce budget reflète-t-il les valeurs canadiennes? Il semble que les libéraux le pensent. S'ils ne peuvent donner les deniers publics à leurs amis ou à leur propre parti, comme semble le révéler les témoignages entendus à la commission Gomery, ils récompensent les entreprises au détriment des Canadiens ordinaires. Ils n'ont même pas eu la décence d'au moins circonscrire certains secteurs afin d'empêcher que cela ne se produise, des secteurs qui ne méritent pas de se faire redonner de l'argent et qui ne méritent pas que le public leur fasse confiance avec son argent. Ces entreprises devraient payer leur juste part.

    L'argument voulant que les politiques de libre-échange, de déréglementation, de privatisation et de réductions d'impôt se feraient sentir à tous les niveaux et favorisaient ainsi les investissements ne s'est pas confirmé. Des données économiques récentes montrent que cette stratégie n'a pas entraîné la création de nouveaux emplois de qualité. En fait, cette politique gouvernementale a échoué et a nécessité des interventions ponctuelles dans des secteurs tels que ceux de l'automobile, du transport aérien, des textiles et de l'agriculture, dans le but de protéger le statu quo.

    La productivité canadienne stagne depuis 2002 et on constate aussi une diminution importante des investissements de capitaux, en pourcentage du PIB. Pourquoi devrions-nous continuer à renforcer un modèle économique qui ne favorise pas les investissements, la prospérité et la création d'emplois de qualité pour les Canadiens? En fait, un grand nombre de sociétés et d'entreprises ne disent plus que les réductions d'impôt sont la solution à leur survie ou à leur croissance.

    Prenons l'exemple de l'industrie automobile. Celle-ci préférerait que les priorités du budget incluent des infrastructures, comme le corridor Windsor-Detroit, pour expédier et recevoir des produits et services le long de la frontière canado-américaine. Cette réduction d'impôt ne va pas fournir l'infrastructure requise, ni le personnes et les mesures de sécurité que réclament les États-Unis. Cet exemple illustre bien la dualité des promesses et des mesures.

    Dans son discours du budget, le ministre des Finances a dit:

    Une partie de la solution au défi de la productivité consiste aussi à investir dans l'infrastructure publique, y compris dans nos villes et aux principaux postes frontaliers, comme celui de Windsor-Detroit, qui constitue probablement la plaque tournante la plus importante du commerce transfrontalier au monde...

    Pourtant, aucun financement n'est prévu pour cette infrastructure, même si le premier ministre a dit qu'il fournirait des fonds.

    En fait, l'industrie, les chambres de commerce, les citoyens et le mouvement ouvrier ont tous demandé que le gouvernement fournisse l'infrastructure appropriée dans le corridor Windsor-Detroit. Tous réclament également une évaluation appropriée des besoins en dotation et en ressources, une surveillance adéquate et des investissements suffisants pour assurer l'acheminement des biens et des services dans une région où les échanges commerciaux se chiffrent approximativement à 1 milliard de dollars par jour. Le gouvernement doit encore réagir à un rapport du conseil municipal et de comté qui a fait l'unanimité dans la population et qui vise à améliorer les conditions dans ce corridor.

    Plus important encore, le Canada a envoyé un signal aux États-Unis pour dire qu'il entend remédier à sa grande lacune en matière d'infrastructure, lacune fort nuisible puisqu'elle entraîne une stagnation et fait perdre des investissements en Ontario et dans d'autres régions. Nous laissons filer des occasions d'affaires. Qui plus est, le présent budget envoie le message que le Canada n'a pas de plan, pas d'engagement.

    Les libéraux ont promis que le gouvernement pourrait plus tard renouveler un projet de financement de l'infrastructure frontalière, mais nous savons ce que les Canadiens pensent des promesses libérales. Nous connaissons la feuille de route des libéraux à ce chapitre. En bout de ligne, les promesses n'assurent ni la confiance ni l'engagement qui viendra subséquemment de ceux qui souhaitent investir et faire circuler les biens et les services dans ce corridor. Au lieu des promesses libérales, il faut pouvoir compter sur des ressources et l'exploitation efficace de ces ressources pour faire en sorte que les investissements, la prospérité et les emplois qui en découleront soient traités comme une priorité.

  +-(1710)  

+-

    M. Randy White (Abbotsford, PCC): Monsieur le Président, personne au Canada n'est surpris par le fait que les gouvernements respectent rarement leurs promesses budgétaires. C'est particulièrement évident depuis 1993 avec le Parti libéral.

    Ce budget doit être le 12e que je vois passer. Il y a un sentiment de déception palpable dans la région que je représente, celle d'Abbotsford, en Colombie-Britannique.

    Je me demande comment mon collègue pourrait améliorer l'établissement des priorités du gouvernement. Il a parlé de l'amélioration du corridor Detroit-Windsor, et je ne doute pas une seconde qu'il y ait des besoins de ce côté, mais je me permets de parler un instant de la route 1, dans le sud de la Colombie-Britannique continentale, qui ressemble à un sentier pour les vaches si on la compare à la plupart des routes d'aujourd'hui. Le réseau routier du sud de la Colombie-Britannique continentale est complètement engorgé. Nous tentons aussi d'obtenir de l'argent.

    Je me demande comment mon collègue déciderait qui obtient l'argent en premier, qui prend les décisions et comment les priorités sont établies. Qu'est-ce qui ressemble le plus à un sentier pour les vaches, le corridor Detroit-Windsor ou celui que j'emprunte pour aller d'Abbotsford à Vancouver? Comment faire en sorte que les dirigeants puissent faire la part des choses et prendre de meilleures décisions?

+-

    M. Brian Masse: Monsieur le Président, je ne sais pas ce qu'il en est de la circulation routière à Abbotsford, mais je sais que, dans le corridor Windsor-Detroit, il circule plus de 14 000 camions par jour. C'est le passage frontalier le plus occupé de l'Amérique du Nord et probablement du monde entier, et il n'est pas à la hauteur.

    Nous ne devrions pas avoir à choisir à mon avis. Le député soulève un bon point en ce qui concerne la congestion qu'on peut retrouver actuellement à Abbotsford.

    Nous avons vu le gouvernement procrastiner et hésiter, malgré les avertissements et les résolutions des conseils locaux. J'ai siégé à un conseil municipal, et je siège ici depuis 2002. Le problème ne se limite pas aux habitants du secteur touché qui subissent les conséquences de la pollution, de la dégradation et des conditions dangereuses attribuables au fait que les camions attendent dans leurs cours et devant leurs entreprises, pour ainsi dire. Nous faisons également face à des obstacles économiques qui découlent du fait que les biens et services destinés à d'autres localités ne peuvent traverser la frontière en temps voulu. On ne donne pas suite aux décisions d'agrandissement des usines et d'accroissement des services en raison du problème de refoulement.

    J'estime personnellement que la réduction d'impôts accordée aux entreprises dans le budget est absolument indécente. Cet argent devrait être affecté à l'infrastructure. Je suis un ardent défenseur de l'infrastructure. Cela crée des emplois. Cela crée des installations permanentes qui favorisent notre prospérité économique. C'est aussi ce que réclame le secteur privé en Ontario et à l'échelle du pays.

  +-(1715)  

+-

    M. Randy White: Me permettez-vous, monsieur le Président, d'avancer l'idée selon laquelle il y a une autre façon d'établir des priorités. Si vous pouviez convaincre le gouvernement de prendre les recettes qu'il a et de les dépenser aux bons endroits et de ne pas nourrir des partis politiques, pour changer, ce serait peut-être une bonne façon de procéder. J'aimerais demander à mon collègue s'il est d'avis que, peut-être, les priorités du gouvernement sont simplement un peu erronées.

+-

    M. Brian Masse: Monsieur le Président, c'est probablement la question la plus facile qu'on m'ait posée depuis mon arrivée ici.

    Cela explique bien pourquoi le public est en colère en ce moment face à ce qui se passe à l'enquête sur les commandites. Franchement, ce qui se passe actuellement, c'est que les contribuables financent des avocats libéraux pour qu'ils demandent à d'autres personnes qui ont fait des contributions aux libéraux ou qui faisaient partie du système libéral ce qui est arrivé à leur argent. Cela les insulte, car ils voient le manque de ressources fédérales dans leur collectivité.

    On a vanté le budget comme étant un budget environnemental. Lorsque des gens vont s'étouffer à nouveau cet été à cause du smog, ils vont se rendre compte que de simplement mettre de l'argent dans des fondations à l'abri du regard du Parlement, cela n'est pas la façon de diriger un gouvernement. Le gaspillage absolu et l'absence de reddition de comptes: c'est cela qui agace les gens aujourd'hui.

+-

    L'hon. Roy Cullen (secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.): Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole dans le cadre du débat. Je vais appuyer la loi d'exécution du budget de 2005 parce qu'elle assure la mise en oeuvre d'un autre excellent budget de notre ministre des Finances et du gouvernement actuel. C'est avec enthousiasme que j'appuie la mesure.

    Il faut tout d'abord souligner que ce budget est le septième d'une série ininterrompue de budgets excédentaires. Nos amis d'en face ont fait grand cas de tous ces excédents et du fait qu'il aurait fallu les prévoir.

    Il faut pourtant dire que tout changement de 1  p. 100 des recettes ou des dépenses peut avoir une incidence très considérable sur l'excédent. Je considère pour ma part qu'un excédent est de loin préférable à un déficit. Or, notre gouvernement continue de produire des excédents. En réalité, le budget de 2005 engage le gouvernement à trois ou quatre ans encore d'excédents budgétaires.

    L'économie continue de croître, bon an mal an, à un taux annuel d'environ 3  p. 100. En 2004, l'économie canadienne a entraîné la création de 255 000 nouveaux emplois à temps plein. Le taux de chômage est actuellement inférieur à 7  p. 100, soit le taux le plus bas depuis de nombreuses années. Selon certains observateurs, on aurait créé récemment davantage d'emplois à temps partiel qu'à temps plein. Il faut cependant considérer le cycle dans son ensemble. Parmi les gouvernements des pays industrialisés, celui du Canada n'a pas son pareil comme instigateur d'un climat économique propice à une solide croissance économique et à la création d'emplois.

    Qui plus est, nous remboursons notre dette. Ainsi, le résultat combiné de la réduction de la dette et de la croissance économique fait en sorte que notre dette représente maintenant environ 38,8  p. 100 du PIB. Autrement dit, la dette du pays correspond à 38,8  p. 100 de la taille de notre économie. Par comparaison, elle était de 68,4 p. 100 en 1995-1996. Nous avons certainement fait un bon bout de chemin. Notre gouvernement est déterminé à faire passer cette proportion à 25  p. 100 à très brève échéance.

    Comment cela se traduit-il pour le Canadien moyen? Par un certain nombre de choses. D'abord, une bonne politique économique, un bon rendement économique, des taux d'intérêt bas, comme ceux qui sont pratiqués depuis un certain temps dans notre pays, ainsi qu'une excellente politique monétaire, jumelée à notre excellente politique budgétaire, ont tous pour effet de stimuler la création d'emplois et de permettre à des particuliers d'acheter leur première maison.

    C'est ce que nous disent nos électeurs. Des locataires estiment qu'il est temps pour eux d'acheter une maison parce que les taux d'intérêt sont si bas. Il se construit beaucoup de nouvelles maisons à l'heure actuelle. Et cela a un effet d'entraînement sur l'activité économique et la croissance économique. C'est ainsi que se conjuguent nombre de facteurs dont profitent tous les Canadiens et qui favorisent la création d'emplois.

    Ce budget donnera suite à notre engagement d'investir dans la santé. En fait, le budget poursuit la mise en oeuvre de notre engagement d'investir 75 milliards de dollars sur dix ans dans la santé, mais il importe de souligner aussi que nous ne pouvons continuer d'engloutir de l'argent.

    Nous devons instaurer une plus grande obligation de rendre compte. Nous devons nous fixer des balises. Nous devons être en mesure de comparer la gestion du système de santé au Yukon à celle pratiquée à l'Île-du-Prince-Édouard ou en Ontario. Les citoyens ont le droit de savoir. Leurs impôts sont-ils dépensés à bon escient? Qu'en est-il des temps d'attente? Qu'en est-il de la maximisation de l'infrastructure de la santé?

    Y a-t-il beaucoup d'aînés qui occupent des lits pour soins actifs, des aînés qui n'ont pas d'autre endroit où aller parce qu'il n'y a pas de soins à domicile ni de soins intermédiaires? Cela est tout à fait insensé. Malheureusement, dans les hôpitaux de soins actifs du Canada, y compris ceux de ma circonscription, il y a beaucoup d'aînés qui occupent des lits pour soins actifs, ce qui coûte beaucoup plus cher aux contribuables parce que les hôpitaux de soins actifs sont les plus coûteux.

  +-(1720)  

    Si ces personnes sont là, c'est qu'il n'y a pas de soins à domicile, pas de soins intermédiaires, pas de soins de longue durée. Les provinces doivent se doter de cette capacité. Du point de vue des soins au patient, c'est aussi une solution bien préférable. Nombre de personnes âgées ne veulent pas séjourner dans les hôpitaux de soins actifs. Elles veulent être chez elles ou dans un établissement de soins courants. Voilà pourquoi nous soutenons qu'il faut investir dans les soins de santé, mais qu'il faut des normes de rendement. Il faut qu'il y ait responsabilisation et transparence dans l'utilisation des fonds.

    Les investissements en matière d'environnement occupent également beaucoup de place dans le budget, qui donne suite à notre engagement à l'égard de l'accord de Kyoto. Je crois que le problème qui a surgi au sujet de la définition des substances toxiques et des gaz à effet de serre a été réglé. C'est un bon débat qu'il faudrait tenir dans le cadre de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement. Le budget donne suite à nos engagements de Kyoto et donne les indications et les incitations fiscales qui s'imposent si nous voulons vraiment atteindre ces objectifs.

    L'une des mesures importantes dont je me réjouis grandement est le Fonds éco-net de 1 milliard de dollars, qui permettra au marché de discerner quels sont les projets les plus rentables à réaliser pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le fonds appuiera les projets qui rapportent le plus d'avantages par rapport aux coûts. Il y aura une certaine concurrence entre diverses propositions sur les meilleurs moyens de lancer un certain nombre d'initiatives.

    On présente souvent aux députés des propositions concurrentes. Par exemple, nous devrions fixer des règles uniformes pour les laissez-passer de transport en commun, puisqu'il existe un lien avec le stationnement des employés. Mais nous avons reçu une autre proposition, l'investissement dans notre infrastructure et dans les transports en commun. Quel est l'investissement le plus judicieux? Le Fonds éco-net permettra une affrontement entre des idées diverses sur les investissements les plus logiques à faire pour honorer nos engagements de Kyoto et accélérer le processus.

    Il y a également un programme d'améliorations éconergétiques, de 225 millions de dollars, qui permettra aux propriétaires de maisons et à d'autres intervenants d'effectuer des investissements très importants dans des habitations et des immeubles afin de maximiser l'efficacité énergétique. Dans ma circonscription, quelques entreprises fabriquent des toits captant l'énergie solaire. Elles m'ont demandé quelles dispositions du budget porteraient sur l'efficacité énergétique. Elles estiment que leur produit est plus éconergétique que les produits de chauffage habituels. Si nous pouvons tirer parti de la lumière solaire, la convertir en énergie et l'utiliser dans des habitations plus éconergétiques, nous pourrons tous participer à la lutte pour enrayer les gaz à effet de serre.

    Nous pouvons voir les conséquences des gaz à effet de serre et des changements climatiques. Ceux qui ne croient toujours pas que nous devons nous attaquer à ces problèmes n'y prêtent pas attention, à mon avis. Nous voyons ces conséquences. Nous les voyons dans le Nord. L'autre jour, nous nous sommes réunis avec nos partenaires du Nord, les ambassadeurs de l'Islande, de la Norvège, de la Suède et du Danemark, et nous avons comparé nos notes. Nous avons constaté les conséquences des changements climatiques dans le Nord. Nous devons commencer à agir dans ce dossier.

    Nous avons constaté les effets des changements climatiques sur les systèmes météorologiques. Le grand nombre d'ouragans, d'inondations et de séismes ne sont-ils qu'une pure coïncidence? Je crois que bon nombre d'entre eux sont attribuables au fait que nous avons considérablement modifié notre environnement. Nous devons commencer à prendre les mesures qui s'imposent.

  +-(1725)  

    Le budget prévoit 5 milliards de dollars répartis sur cinq ans pour l'apprentissage des enfants et les services de garde. C'est une initiative très importante et je sais que le ministre responsable collabore avec les provinces et les territoires afin de créer un programme national. Beaucoup de femmes de ma circonscription affirment qu'il faut améliorer les services de garde d'enfants en Ontario. C'est un élément. L'investissement de 5 milliards de dollars permettra d'atteindre cet objectif.

    Le budget prévoit également un nouveau pacte pour les collectivités. En 2005-2006, un montant de 600 millions de dollars provenant d'une partie de la taxe sur l'essence sera dirigé vers les municipalités. Ces dernières pourront mieux gérer les nombreux problèmes auxquels elles se heurtent. Ce montant s'élèvera à 2 milliards de dollars par annnée à compter de 2009-2010.

    En Ontario, le gouvernement provincial, particulièrement sous le régime précédent, a délégué bon nombre de responsabilités aux municipalités sans toutefois leur offrir les fonds en conséquence. Il dit que les municipalités doivent assumer ces responsabilités, mais il ne leur fournit pas les ressources qui vont avec. Le nouveau pacte nous permettra de verser un montant important directement aux municipalités pour les aider à mieux faire face au crime, aux problèmes de transport public et aux autres difficultés qu'elles connaissent.

    Nous avons amorcé ce processus il y a un an en accordant aux municipalités le remboursement de la TPS. Cette mesure à elle seule fait épargner aux contribuables de la ville de Toronto quelque 55 millions de dollars chaque année. Cet argent sera utilisé à bon escient dans la ville de Toronto, notamment pour le transport public.

    Je suis le débat dans les journaux à propos du gouvernement de l'Ontario. Le premier ministre Dalton McGuinty et son ministre des Finances, Greg Sorbara, disent que l'Ontario souffre d'un déséquilibre fiscal. Premièrement, l'expression « déséquilibre fiscal » est une invention des séparatistes. Elle ne veut pas dire grand-chose, et je suis tout à fait choqué d'entendre le premier ministre de l'Ontario l'employer.

    Quoi qu'il en soit, je ne suis pas très heureux de la démarche choisie. Au fil de l'histoire, le gouvernement de l'Ontario a acquis la réputation d'être le siège de certains des hommes d'État les plus respectés du Canada. Pourtant, le premier ministre de l'Ontario a choisi de politiser la question de cette manière plutôt que de venir à Ottawa discuter des difficultés que rencontre l'Ontario. Et nous connaissons les difficultés de l'Ontario. Nous savons que Mike Harris et Ernie Eves ont réduit les recettes de la province. Ils ont réduit les impôts parce que c'était une idée populaire et dictée par un certain bon sens. Mais ils sont allés beaucoup trop loin, avec comme résultat une réduction considérable des recettes de la province.

    Nous voyons bien le problème qu'ont sur les bras le premier ministre McGuinty et son ministre des Finances, M. Sorbara, mais j'aimerais que la province de l'Ontario fasse un effort pour résoudre ses problèmes et se montre plus résolue. Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, nous avons hérité d'un déficit budgétaire de 42 milliards de dollars. Avec ce projet de loi, nous nous assurons de pouvoir mettre en oeuvre les mesures nécessaires pour fournir aux provinces et aux territoires l'aide importante dont ils ont besoin.

*   *   *

  +-(1730)  

+- Loi sur le mariage civil

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 6 avril, de la motion: Que le projet de loi C-38, Loi concernant certaines conditions de fond du mariage civil, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité, ainsi que de l'amendement.

+-

    Le vice-président: Comme il est 17 h 30, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur l'amendement proposé par le chef de l'opposition à la motion de deuxième lecture du projet de loi C-38.

    Convoquez les députés.

*   *   *

  +-(1805)  

[Français]

    (L'amendement, mis aux voix, est rejeté par le vote suivant:)

+

(Vote no 56)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
Asselin
Batters
Benoit
Bezan
Bonin
Boshcoff
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Byrne
Cannis
Cardin
Carr
Carrie
Casey
Casson
Chamberlain
Chatters
Chong
Cullen (Etobicoke North)
Cummins
Cuzner
Day
Devolin
Doyle
Duncan
Epp
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Forseth
Gallant
Gallaway
Gaudet
Goldring
Goodyear
Gouk
Grewal (Newton—North Delta)
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guergis
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hearn
Hiebert
Hill
Hinton
Hubbard
Jaffer
Jean
Johnston
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Karygiannis
Kenney (Calgary Southeast)
Khan
Kilgour
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lastewka
Lauzon
Lee
Longfield
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Malhi
Maloney
Mark
Matthews
McKay (Scarborough—Guildwood)
McTeague
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
O'Brien
O'Connor
Obhrai
Oda
Pacetti
Pallister
Penson
Poilievre
Preston
Rajotte
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Savoy
Scarpaleggia
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Simard (Saint Boniface)
Simms
Skelton
Smith (Kildonan—St. Paul)
Solberg
Sorenson
Steckle
Stinson
Strahl
Szabo
Thompson (New Brunswick Southwest)
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Tonks
Trost
Tweed
Ur
Van Loan
Vellacott
Wappel
Warawa
Watson
White
Wilfert
Williams
Yelich

Total: -- 132

CONTRE

Députés

Adams
Alcock
Anderson (Victoria)
André
Angus
Augustine
Bachand
Bagnell
Bains
Bakopanos
Barnes
Beaumier
Bélanger
Bell
Bellavance
Bennett
Bergeron
Bevilacqua
Bigras
Blaikie
Blais
Blondin-Andrew
Boire
Boivin
Bonsant
Boudria
Boulianne
Bourgeois
Bradshaw
Brison
Broadbent
Brown (Oakville)
Brunelle
Bulte
Carrier
Carroll
Catterall
Chan
Christopherson
Clavet
Cleary
Coderre
Comartin
Comuzzi
Côté
Cotler
Crête
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
D'Amours
Davies
Demers
Deschamps
DeVillers
Dhalla
Dion
Dosanjh
Drouin
Dryden
Duceppe
Easter
Efford
Emerson
Eyking
Faille
Fontana
Frulla
Fry
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gauthier
Godbout
Godfrey
Godin
Goodale
Graham
Guarnieri
Guay
Guimond
Holland
Ianno
Jennings
Julian
Kadis
Karetak-Lindell
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kotto
Laframboise
Lapierre (Outremont)
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lavallée
Layton
LeBlanc
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Macklin
Marceau
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (LaSalle—Émard)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
McCallum
McDonough
McGuinty
McGuire
McLellan
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Minna
Mitchell
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Murphy
Myers
Neville
Owen
Paquette
Paradis
Patry
Peterson
Pettigrew
Phinney
Picard (Drummond)
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Plamondon
Poirier-Rivard
Powers
Prentice
Ratansi
Redman
Regan
Robillard
Rodriguez
Rota
Roy
Saada
Sauvageau
Savage
Scott
Sgro
Siksay
Silva
Simard (Beauport—Limoilou)
Smith (Pontiac)
St-Hilaire
St. Amand
St. Denis
Stoffer
Stronach
Telegdi
Temelkovski
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Thibault (West Nova)
Torsney
Valeri
Valley
Vincent
Volpe
Wasylycia-Leis
Wrzesnewskyj

Total: -- 164

PAIRÉS

Députés

Lalonde
Zed

Total: -- 2

+-

    Le Président: Je déclare l'amendement rejeté.

*   *   *

[Traduction]

+-La Loi sur le Parlement du Canada

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 6 avril, de la motion: Que le projet de loi C-30, Loi modifiant la Loi sur le Parlement du Canada, la Loi sur les traitements et d’autres lois en conséquence, soit lu pour la troisième fois et adopté.

+-

    Le Président: La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C-30.

*   *   *

  +-(1820)  

[Français]

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)

+-

(Vote no 57)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Adams
Alcock
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Victoria)
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
Angus
Augustine
Bagnell
Bains
Bakopanos
Barnes
Batters
Beaumier
Bélanger
Bell
Bennett
Benoit
Bevilacqua
Bezan
Blaikie
Blondin-Andrew
Boivin
Boshcoff
Boudria
Bradshaw
Breitkreuz
Brison
Broadbent
Brown (Leeds—Grenville)
Bulte
Byrne
Carr
Carrie
Carroll
Casey
Casson
Catterall
Chamberlain
Chan
Chatters
Chong
Christopherson
Coderre
Comartin
Comuzzi
Cotler
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cullen (Etobicoke North)
Cummins
Cuzner
D'Amours
Davies
Day
Desjarlais
DeVillers
Devolin
Dhalla
Dion
Dosanjh
Doyle
Drouin
Dryden
Duncan
Easter
Efford
Emerson
Epp
Eyking
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Fontana
Forseth
Frulla
Fry
Gallant
Godbout
Godfrey
Godin
Goldring
Goodale
Goodyear
Gouk
Graham
Grewal (Newton—North Delta)
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guarnieri
Guergis
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hearn
Hiebert
Hill
Hinton
Holland
Ianno
Jaffer
Jean
Johnston
Julian
Kadis
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Karygiannis
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Khan
Kilgour
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lapierre (Outremont)
Lastewka
Lauzon
Layton
LeBlanc
Lee
Longfield
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Macklin
Malhi
Maloney
Mark
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (LaSalle—Émard)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
Matthews
McCallum
McDonough
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Minna
Mitchell
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Murphy
Myers
Neville
Nicholson
O'Connor
Obhrai
Oda
Owen
Pacetti
Pallister
Paradis
Patry
Penson
Peterson
Pettigrew
Poilievre
Powers
Prentice
Preston
Proulx
Rajotte
Ratansi
Redman
Regan
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Robillard
Rodriguez
Rota
Saada
Savage
Scarpaleggia
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Scott
Sgro
Siksay
Silva
Simard (Saint Boniface)
Simms
Skelton
Smith (Pontiac)
Smith (Kildonan—St. Paul)
Solberg
Sorenson
St. Amand
St. Denis
Stinson
Stoffer
Stronach
Temelkovski
Thibault (West Nova)
Thompson (New Brunswick Southwest)
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Tonks
Torsney
Trost
Tweed
Valeri
Valley
Van Loan
Vellacott
Volpe
Warawa
Wasylycia-Leis
Watson
White
Wilfert
Williams
Wrzesnewskyj
Yelich

Total: -- 231

CONTRE

Députés

André
Asselin
Bachand
Bellavance
Bergeron
Bigras
Blais
Boire
Bonin
Bonsant
Boulianne
Bourgeois
Brown (Oakville)
Brunelle
Cannis
Cardin
Carrier
Clavet
Cleary
Côté
Crête
Demers
Deschamps
Duceppe
Faille
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gaudet
Gauthier
Guay
Guimond
Hubbard
Jennings
Karetak-Lindell
Kotto
Laframboise
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lavallée
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Marceau
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
O'Brien
Paquette
Perron
Phinney
Picard (Drummond)
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Plamondon
Poirier-Rivard
Roy
Sauvageau
Simard (Beauport—Limoilou)
St-Hilaire
Steckle
Szabo
Telegdi
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Ur
Vincent
Wappel

Total: -- 65

PAIRÉS

Députés

Lalonde
Zed

Total: -- 2

+-

    Le Président: Je déclare la motion adoptée.

    (Le projet de loi est lu pour la troisième fois et adopté.)

*   *   *

[Traduction]

+-Les crédits

+-Motion de l'opposition--Air India

[Les crédits]

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 7 avril, de la motion.

+-

    Le Président: Conformément à l'ordre pris le mercredi 6 avril, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion du député de Newton—Delta-Nord, concernant les crédits.

*   *   *

  +-(1830)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)

+-

(Vote no 58)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
André
Angus
Asselin
Bachand
Batters
Bell
Bellavance
Benoit
Bergeron
Bezan
Bigras
Blaikie
Blais
Boire
Bonsant
Boulianne
Bourgeois
Breitkreuz
Broadbent
Brown (Leeds—Grenville)
Brunelle
Cardin
Carrie
Carrier
Casey
Casson
Chatters
Chong
Christopherson
Clavet
Cleary
Comartin
Côté
Crête
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cummins
Davies
Day
Demers
Deschamps
Desjarlais
Devolin
Doyle
Duceppe
Duncan
Epp
Faille
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Forseth
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gallant
Gaudet
Gauthier
Godin
Goldring
Goodyear
Gouk
Grewal (Newton—North Delta)
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guay
Guergis
Guimond
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hearn
Hiebert
Hill
Hinton
Jaffer
Jean
Johnston
Julian
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Kilgour
Komarnicki
Kotto
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Laframboise
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lauzon
Lavallée
Layton
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Marceau
Mark
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
McDonough
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
O'Connor
Obhrai
Oda
Pallister
Paquette
Penson
Perron
Picard (Drummond)
Plamondon
Poilievre
Poirier-Rivard
Prentice
Preston
Rajotte
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Roy
Sauvageau
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Siksay
Simard (Beauport—Limoilou)
Skelton
Smith (Kildonan—St. Paul)
Solberg
Sorenson
St-Hilaire
Stinson
Stoffer
Stronach
Telegdi
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Thompson (New Brunswick Southwest)
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Trost
Tweed
Van Loan
Vellacott
Vincent
Warawa
Wasylycia-Leis
Watson
White
Williams
Wrzesnewskyj
Yelich

Total: -- 172

CONTRE

Députés

Adams
Alcock
Anderson (Victoria)
Augustine
Bagnell
Bains
Bakopanos
Barnes
Bélanger
Bennett
Bevilacqua
Blondin-Andrew
Boivin
Bonin
Boshcoff
Boudria
Bradshaw
Brison
Brown (Oakville)
Bulte
Byrne
Cannis
Carr
Carroll
Catterall
Chamberlain
Chan
Coderre
Comuzzi
Cotler
Cullen (Etobicoke North)
Cuzner
D'Amours
DeVillers
Dhalla
Dion
Dosanjh
Drouin
Dryden
Easter
Efford
Emerson
Eyking
Fontana
Frulla
Fry
Gallaway
Godbout
Godfrey
Goodale
Graham
Guarnieri
Holland
Hubbard
Ianno
Jennings
Kadis
Karygiannis
Khan
Lapierre (Outremont)
Lastewka
LeBlanc
Lee
Longfield
MacAulay
Macklin
Malhi
Maloney
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (LaSalle—Émard)
Matthews
McCallum
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Minna
Mitchell
Murphy
Myers
Neville
O'Brien
Owen
Pacetti
Paradis
Patry
Peterson
Pettigrew
Phinney
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Powers
Proulx
Ratansi
Redman
Regan
Robillard
Rodriguez
Rota
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scott
Sgro
Silva
Simard (Saint Boniface)
Simms
Smith (Pontiac)
St. Amand
St. Denis
Steckle
Szabo
Temelkovski
Thibault (West Nova)
Tonks
Torsney
Ur
Valeri
Valley
Volpe
Wappel
Wilfert

Total: -- 124

PAIRÉS

Députés

Lalonde
Zed

Total: -- 2

+-

    Le Président: Je déclare la motion adoptée.


+-Affaires courantes

[Affaires courantes]

*   *   *

[Traduction]

+-Les comités de la Chambre

-Affaires autochtones et développement du Grand Nord

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 11 avril, de la motion et de l'amendement.

+-

    Le Président: La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur l'amendement proposé par le député de Glengarry—Prescott—Russell à la motion d'adoption du quatrième rapport du Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord inscrite au nom du député de Calgary-Centre-Nord.

    Le vote porte sur l'amendement.

+-

    L'hon. Karen Redman: Monsieur le Président, je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime pour que les whips votent au nom de leur parti. Je vous demanderais de bien vouloir inscrire tous les libéraux présents comme ayant voté en faveur.

+-

    Le Président: Y a-t-il consentement unanime pour que nous procédions de cette façon?

    Des voix: D'accord.

+-

    L'hon. Rob Nicholson: Monsieur le Président, les députés du Parti conservateur s'opposeront à cet amendement.

[Français]

+-

    M. Michel Guimond: Monsieur le Président, les collègues du Bloc québécois votent contre cette motion.

+-

    M. Yvon Godin: Monsieur le Président, les députés du NPD votent oui sur cette motion.

*   *   *

  +-(1835)  

    (L'amendement, mis aux voix, est rejeté par le vote suivant:)

+-

(Vote no 59)

POUR

Députés

Adams
Alcock
Anderson (Victoria)
Angus
Augustine
Bagnell
Bains
Bakopanos
Barnes
Bélanger
Bell
Bennett
Bevilacqua
Blaikie
Blondin-Andrew
Boivin
Bonin
Boshcoff
Boudria
Bradshaw
Brison
Broadbent
Brown (Oakville)
Bulte
Byrne
Cannis
Carr
Carroll
Catterall
Chamberlain
Chan
Christopherson
Coderre
Comartin
Comuzzi
Cotler
Crowder
Cullen (Skeena—Bulkley Valley)
Cullen (Etobicoke North)
Cuzner
D'Amours
Davies
Desjarlais
DeVillers
Dhalla
Dion
Dosanjh
Drouin
Dryden
Easter
Efford
Emerson
Eyking
Fontana
Frulla
Fry
Gallaway
Godbout
Godfrey
Godin
Goodale
Graham
Guarnieri
Holland
Hubbard
Ianno
Jennings
Julian
Kadis
Karygiannis
Khan
Kilgour
Lapierre (Outremont)
Lastewka
Layton
LeBlanc
Lee
Longfield
MacAulay
Macklin
Malhi
Maloney
Marleau
Martin (Esquimalt—Juan de Fuca)
Martin (Winnipeg Centre)
Martin (LaSalle—Émard)
Martin (Sault Ste. Marie)
Masse
Matthews
McCallum
McDonough
McGuinty
McGuire
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLellan
McTeague
Minna
Mitchell
Murphy
Myers
Neville
O'Brien
Owen
Pacetti
Paradis
Patry
Peterson
Pettigrew
Phinney
Pickard (Chatham-Kent—Essex)
Powers
Proulx
Ratansi
Redman
Regan
Robillard
Rodriguez
Rota
Saada
Savage
Savoy
Scarpaleggia
Scott
Sgro
Siksay
Silva
Simard (Saint Boniface)
Simms
Smith (Pontiac)
St. Amand
St. Denis
Steckle
Stoffer
Szabo
Telegdi
Temelkovski
Thibault (West Nova)
Tonks
Torsney
Ur
Valeri
Valley
Volpe
Wappel
Wasylycia-Leis
Wilfert
Wrzesnewskyj

Total: -- 147

CONTRE

Députés

Abbott
Ablonczy
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
André
Asselin
Bachand
Batters
Bellavance
Benoit
Bergeron
Bezan
Bigras
Blais
Boire
Bonsant
Boulianne
Bourgeois
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Brunelle
Cardin
Carrie
Carrier
Casey
Casson
Chatters
Chong
Clavet
Cleary
Côté
Crête
Cummins
Day
Demers
Deschamps
Devolin
Doyle
Duceppe
Duncan
Epp
Faille
Finley
Fitzpatrick
Fletcher
Forseth
Gagnon (Québec)
Gagnon (Saint-Maurice—Champlain)
Gagnon (Jonquière—Alma)
Gallant
Gaudet
Gauthier
Goldring
Goodyear
Gouk
Grewal (Newton—North Delta)
Grewal (Fleetwood—Port Kells)
Guay
Guergis
Guimond
Hanger
Harper
Harris
Harrison
Hearn
Hiebert
Hill
Hinton
Jaffer
Jean
Johnston
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Komarnicki
Kotto
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Laframboise
Lapierre (Lévis—Bellechasse)
Lauzon
Lavallée
Lemay
Lessard
Lévesque
Loubier
Lukiwski
Lunn
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Marceau
Mark
Ménard (Hochelaga)
Ménard (Marc-Aurèle-Fortin)
Menzies
Merrifield
Miller
Mills
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
O'Connor
Obhrai
Oda
Pallister
Paquette
Penson
Perron
Picard (Drummond)
Plamondon
Poilievre
Poirier-Rivard
Prentice
Preston
Rajotte
Reid
Reynolds
Richardson
Ritz
Roy
Sauvageau
Scheer
Schellenberger
Schmidt (Kelowna—Lake Country)
Simard (Beauport—Limoilou)
Skelton
Smith (Kildonan—St. Paul)
Solberg
Sorenson
St-Hilaire
Stinson
Stronach
Thibault (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques)
Thompson (New Brunswick Southwest)
Thompson (Wild Rose)
Tilson
Toews
Trost
Tweed
Van Loan
Vellacott
Vincent
Warawa
Watson
White
Williams
Yelich

Total: -- 149

PAIRÉS

Députés

Lalonde
Zed

Total: -- 2

+-

    Le Président: Je déclare l'amendement rejeté

[Traduction]

    Le prochain vote porte sur la motion principale. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

    Le Président: Que tous ceux qui sont en faveur de la motion veuillent bien dire oui.

    Des voix: Oui

     Le Président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.

    Des voix: Non.

    Le Président: À mon avis, les non l'emportent.

+-

    L'hon. Karen Redman: Monsieur le Président, je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime pour appliquer le résultat du vote qui vient d'être pris, les libéraux votant contre.

+-

    Le Président: Y a-t-il consentement unanime pour que nous procédions de cette façon?

    Des voix: D'accord.

+-

    L'hon. Rob Nicholson: Monsieur le Président, les membres du Parti conservateur sont fiers de voter en faveur de la motion.

[Français]

+-

    M. Michel Guimond: Monsieur le Président, les collègues du Bloc québécois sont favorables à cette motion.

[Traduction]

+-

    M. Yvon Godin: Monsieur le Président, les membres du NPD votent contre cette motion.

*   *   *

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)

-

(Vote no 60)

POUR

Députés

Abbott
Ablonczy
Allison
Ambrose
Anders
Anderson (Cypress Hills—Grasslands)
André
Asselin
Bachand
Batters
Bellavance
Benoit
Bergeron
Bezan
Bigras
Blais
Boire
Bonsant
Boulianne
Bourgeois
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Brunelle
Cardin
Carrie
Carrier
Casey
Casson
Chatters
Chong
Clavet
Cleary
Côté
Crête
Cummins
Day
Demers
Deschamps
Devolin
Doyle