Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
PDF

38e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 093

TABLE DES MATIÈRES

Le vendredi 6 mai 2005




1000
V INITIATIVES MINISTÉRIELLES
V     Loi sur la mise en quarantaine
V         Mme Bonnie Brown (Oakville, Lib.)

1010
V         M. Robert Vincent (Shefford, BQ)

1015
V         Mme Bonnie Brown
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         Mme Bonnie Brown

1020
V         M. Bill Siksay (Burnaby—Douglas, NPD)
V         Mme Bonnie Brown
V         M. James Lunney (Nanaimo—Alberni, PCC)
V         Mme Bonnie Brown

1025
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1030
V         Le Président
V         M. Paul Szabo

1035

1040

1045
V         Mme Nicole Demers (Laval, BQ)
V         M. Paul Szabo
V         M. James Lunney (Nanaimo—Alberni, PCC)
V         M. Paul Szabo

1050
V         M. Jean-Yves Roy (Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia, BQ)

1055

1100
V         Le Président
V DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS
V     L'Association des bibliothèques de recherche du Canada
V         M. David McGuinty (Ottawa-Sud, Lib.)
V     Samuel Ian Seright
V         M. Deepak Obhrai (Calgary-Est, PCC)
V     Le programme Nouveaux Horizons pour les aînés
V         M. Mario Silva (Davenport, Lib.)
V     Le cyclisme
V         M. Pierre Paquette (Joliette, BQ)
V     La santé
V         Mme Marlene Catterall (Ottawa-Ouest—Nepean, Lib.)

1105
V     L'assurance-emploi
V         M. Ed Komarnicki (Souris—Moose Mountain, PCC)
V         Le Président
V     La Constitution de la Pologne
V         L'hon. Sarmite Bulte (Parkdale—High Park, Lib.)
V     La Dictée lavalloise
V         M. Robert Carrier (Alfred-Pellan, BQ)
V     L'asthme
V         Mme Françoise Boivin (Gatineau, Lib.)

1110
V     Le Programme de commandites
V         M. Jeff Watson (Essex, PCC)
V     L'environnement
V         Mme Nancy Karetak-Lindell (Nunavut, Lib.)
V         Le Président
V     Le Jour de la Victoire en Europe
V         M. Bill Siksay (Burnaby—Douglas, NPD)
V     L'Ontario
V         Mme Belinda Stronach (Newmarket—Aurora, PCC)
V     L'éclairage nocturne
V         Mme France Bonsant (Compton—Stanstead, BQ)

1115
V     Le Jour de la Victoire en Europe
V         Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC)
V     Le budget
V         M. Russ Powers (Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale, Lib.)
V QUESTIONS ORALES
V     Les finances
V         L'hon. Rob Nicholson (Niagara Falls, PCC)
V         L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V     Le Programme de commandites
V         L'hon. Rob Nicholson (Niagara Falls, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         L'hon. Rob Nicholson (Niagara Falls, PCC)

1120
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC)
V         Le Président
V         Mme Monique Guay (Rivière-du-Nord, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Mme Monique Guay (Rivière-du-Nord, BQ)
V         L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V         Mme Pauline Picard (Drummond, BQ)

1125
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Mme Pauline Picard (Drummond, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V     La réforme démocratique
V         L'hon. Ed Broadbent (Ottawa-Centre, NPD)
V         L'hon. Mauril Bélanger (leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable de la réforme démocratique et ministre associé de la Défense nationale, Lib.)
V         L'hon. Ed Broadbent (Ottawa-Centre, NPD)
V         L'hon. Mauril Bélanger (leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable de la réforme démocratique et ministre associé de la Défense nationale, Lib.)
V     Le Programme de commandites
V         M. Joe Preston (Elgin—Middlesex—London, PCC)

1130
V         L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V         M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC)
V         Le Président
V         M. James Bezan
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Le Président
V         M. Rob Anders (Calgary-Ouest, PCC)
V         Le Président
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. Jeremy Harrison (Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill, PCC)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)

1135
V         M. André Bellavance (Richmond—Arthabaska, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. André Bellavance (Richmond—Arthabaska, BQ)
V         Le Président
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)

1140
V     Les anciens combattants
V         Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC)
V         L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.)
V         Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC)
V         L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.)
V     Les aéroports
V         M. Andrew Scheer (Regina—Qu'Appelle, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V     Les ressources humaines et le développement des compétences
V         M. Mario Silva (Davenport, Lib.)

1145
V         L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.)
V     Le logement
V         Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD)
V         L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.)
V         Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD)
V         L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.)
V     Les pêches
V         M. Loyola Hearn (St. John's-Sud—Mount Pearl, PCC)
V         L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.)
V     Les ressources naturelles
V         M. Rob Moore (Fundy Royal, PCC)
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)

1150
V     Les syndicats
V         Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC)
V         L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.)
V     Les marchés publics
V         M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC)
V         Le Président
V     Le Programme de commandites
V         Mme Diane Bourgeois (Terrebonne—Blainville, BQ)
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)
V         Mme Diane Bourgeois (Terrebonne—Blainville, BQ)
V         Le Président
V         L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.)

1155
V     Les affaires étrangères
V         M. David Anderson (Cypress Hills—Grasslands, PCC)
V         L'hon. Pierre Pettigrew (ministre des Affaires étrangères, Lib.)
V         Le Président
V         M. David Anderson (Cypress Hills—Grasslands, PCC)
V         L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.)
V     La santé
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)
V         L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.)
V     La justice
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, PCC)
V         L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         M. Myron Thompson (Wild Rose, PCC)

1200
V         L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V     Le Programme de commandites
V         M. Jean-Yves Roy (Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia, BQ)
V         Le Président
V         L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.)
V     Les garderies
V         Mme Bonnie Brown (Oakville, Lib.)
V         L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.)
V         Le Président
V     Recours au règlement
V         La période des questions orales
V         M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ)

1205
V         Le Président
V         Mme Nicole Demers (Laval, BQ)
V         Le Président
V AFFAIRES COURANTES
V     Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements
V         L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.)
V         Adoption des motions; première lecture et impression du projet de loi
V     Les comités de la Chambre
V         Procédure et affaires de la Chambre
V         L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.)
V     Le Code criminel
V         M. Art Hanger (Calgary-Nord-Est, PCC)
V         Adoption des motions; première lecture et impression du projet de loi

1210
V         Le Président
V         Mme Diane Ablonczy
V         Le Président
V         L'hon. Don Boudria
V         Le Président
V     Les comités de la Chambre
V         Citoyenneté et immigration
V         Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC)

1215

1220

1225

1230
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         Mme Diane Ablonczy

1235
V         L'hon. Rob Nicholson (Niagara Falls, PCC)
V         Mme Diane Ablonczy
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)

1240
V         Mme Diane Ablonczy
V         L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.)
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         Adoption de la motion
V     Pétitions
V         Le mariage
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)

1245
V         Les agents de la sécurité publique
V         M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.)
V         La Loi sur le droit d'auteur
V         M. David McGuinty (Ottawa-Sud, Lib.)
V         L'aide au suicide
V         M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC)
V         Le mariage
V         M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC)
V         L'autisme
V         M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC)
V         La justice
V         M. John Williams (Edmonton—St. Albert, PCC)
V         Le mariage
V         M. John Williams (Edmonton—St. Albert, PCC)
V         Les produits de santé naturels
V         M. John Williams (Edmonton—St. Albert, PCC)
V         La pornographie juvénile
V         M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC)
V         Le mariage
V         M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC)

1250
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V         Les bureaux de poste ruraux
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V         La citoyenneté et l'immigration
V         M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC)
V         La Loi sur les aliments et drogues
V         M. Andrew Scheer (Regina—Qu'Appelle, PCC)
V         Le mariage
V         M. Mark Warawa (Langley, PCC)
V         Le diabète
V         M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC)
V         Le mariage
V         M. James Lunney (Nanaimo—Alberni, PCC)

1255
V     Questions au Feuilleton
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V Initiatives ministérielles
V     Loi sur la mise en quarantaine
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         Adoption de la motion
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.)
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)
V         L'hon. Dominic LeBlanc
V         Le président suppléant (M. Marcel Proulx)






CANADA

Débats de la Chambre des communes


VOLUME 140 
NUMÉRO 093 
1re SESSION 
38e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le vendredi 6 mai 2005

Présidence de l'honorable Peter Milliken

    La séance est ouverte à 10 heures.


Prière



+INITIATIVES MINISTÉRIELLES

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

  +(1000)  

[Traduction]

+Loi sur la mise en quarantaine

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 5 mai, de la motion relative aux amendements apportés par le Sénat au projet de loi C-12, Loi visant à prévenir l'introduction et la propagation de maladies transmissibles, et de la motion: Que la question soit maintenant mise aux voix.

+

    Mme Bonnie Brown (Oakville, Lib.): Monsieur le Président, je suis ravie d'intervenir aujourd'hui au sujet du projet de loi C-12, la Loi sur la mise en quarantaine. Le gouvernement remanie la loi sur la quarantaine parce que cette mesure législative est dorénavant tout à fait dépassée. Elle n'a pas été modernisée de façon importante depuis 1872.

    L'objet de la Loi sur la mise en quarantaine est on ne peut plus clair et direct. Cette mesure législative vise à protéger les Canadiens aux points frontaliers en autorisant le recours à des mesures de santé publique pour prévenir l’introduction et la propagation de maladies transmissibles à la population canadienne. Le Canada n'a pas encore oublié la récente crise du SRAS. De plus, avec la menace que la grippe aviaire fait peser à l'échelle mondiale et le risque accru d'une pandémie chez les humains, les experts en santé et le public sont fort conscients que de nouvelles maladies peuvent rapidement survenir et évoluer de telle façon que les gouvernements doivent disposer d'une panoplie d'outils modernes pour intervenir de façon rapide et décisive.

    Nombre d'entre nous se rappellent l'important travail effectué par le Dr David Naylor, président du Comité consultatif national sur le SRAS et la santé publique. La nouvelle Loi sur la mise en quarantaine est une des mesures directes prises par le gouvernement suite aux recommandations du rapport Naylor, recommandations d'ailleurs réitérées par le comité sénatorial.

    De nos jours, les maladies ne voyagent plus seulement par bateau lors de voyages transatlantiques. Elles arrivent par avion et sont à nos portes en quelques heures. En adoptant ce projet de loi très important pour la protection de la santé publique, le gouvernement du Canada aura le pouvoir de réagir immédiatement aux menaces de transmission de maladies à l'échelle mondiale, problème transfrontalier de plus en plus préoccupant.

    Les députés se souviendront peut-être que le projet de loi C-36 avait été la première tentative effectuée pour moderniser la Loi sur la quarantaine. Ce projet de loi avait été déposé à la dernière session parlementaire, le 12 mai 2004, mais il est mort au Feuilleton quand les élections ont été déclenchées.

    L'automne dernier, le projet de loi C-12 a été déposé de nouveau. Ce projet de loi révisé reflétait les commentaires de bon nombre d'intervenants, y compris des experts du domaine de la santé des provinces et des territoires. Après un processus d'examen exhaustif, comprenant des auditions de témoins et l'inclusion d'amendements par le Comité permanent de la santé, le projet de loi a été adopté par la Chambre des communes le 10 décembre 2004.

    Récemment, le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie a procédé à un examen semblable du projet de loi C-12. Il a adopté des amendements portant précisément sur le dépôt de règlements sur les mesures de quarantaine. Il avait demandé que ces règlement soient déposés afin qu'il puisse les examiner. Le Sénat, après avoir pris connaissance de l'amendement du projet de loi, a également décidé d'examiner les règlements.

    Si la Chambre adopte aujourd'hui les amendements proposés, le dépôt des règlements relatifs au projet de loi C-12 reflétera le rôle du Sénat du Canada en renforçant l'autorité équivalente de cette chambre dans le processus législatif du Parlement.

    Les Canadiens veulent être protégés. Ils s'attendent à ce que le gouvernement ait recours à toute une gamme d'outils modernes afin de gérer les risques pour la santé publique. La version révisée de la Loi sur la quarantaine dont nous sommes saisis vient compléter les lois provinciales et territoriales sur la santé, puisque chaque secteur de compétence est responsable de la santé publique.

    La loi fédérale sur la mise en quarantaine représentera la première ligne de défense. Elle jouera un rôle d'atténuation afin de protéger la santé des Canadiens contre l'importation de maladies. La collaboration des différentes administrations est primordiale pour la protection de la santé publique, surtout lorsque de nouvelles menaces pour la santé surgissent. Le mécanisme législatif complémentaire prévu dans le projet de loi C-12 renforece le réseau de protection pour les Canadiens.

  +-(1010)  

    Nous n'avons pas besoin d'une autre crise dans le domaine de la santé pour reconnaître à quel point il est important de collaborer avec nos partenaires provinciaux et territoriaux.

    Après la crise du SRAS, le gouvernement du Canada s'est immédiatement employé à renforcer la santé publique. Cette loi pourrait devenir un instrument important pour concrétiser cet engagement, puisqu'elle constituerait un autre outil d'intervention dans ce secteur à l'échelle du Canada. La nouvelle Agence de la santé publique du Canada et la nomination de l'administrateur en chef de la santé publique du Canada permettront de gérer toute nouvelle épidémie de maladie infectieuse.

    Nous avons des obligations envers les Canadiens, certes, mais nous avons également un rôle important à jouer dans la révision de la réglementation internationale en matière de santé qu'effectue actuellement l'Organisation mondiale de la santé.

    Le projet de loi C-12, notre nouvelle Loi sur la mise en quarantaine, s'inscrit dans le cadre de cet effort. Elle est compatible avec les efforts déployés à l'échelle mondiale dans le domaine de la santé publique. Cette nouvelle loi établit un juste équilibre entre les droits et libertés individuels et la protection du bien commun. Dans le contexte de la mondialisation, cette loi reflète la complexité accrue des questions de santé publique et la nécessité de communiquer avec les autres autorités, y compris les partenaires locaux et provinciaux, les agents des douanes, la GRC et l'Organisation mondiale de la santé, pour coordonner la capacité d'intervention.

    Les révisions apportées au projet de loi C-12 assureraient une meilleure communication et une meilleure collaboration entre les partenaires et préciseraient mieux le rôle de chacun et le moment des interventions. Elles renforceraient l'expertise et les forces actuelles en gestion des maladies pour faire en sorte que les Canadiens bénéficient d'un système de santé publique intégré à l'échelle du pays qui assure leur protection.

    Une fois promulguée, notre nouvelle Loi sur la mise en quarantaine garantira que le gouvernement du Canada dispose des outils législatifs nécessaires pour réagir rapidement et gérer efficacement la prochaine crise dans le domaine de la santé publique.

    Je souhaite que, dans un esprit de collaboration, les députés continuent d'appuyer les efforts déployés pour améliorer ce projet de loi au nom du Comité permanent de la santé de cette Chambre et du Sénat du Canada.

[Français]

+-

    M. Robert Vincent (Shefford, BQ): Monsieur le Président, ma collègue, de l'autre côté de la Chambre, nous parle de la quarantaine, des douanes, de la GRC et des agents aux postes frontaliers. J'aurais une question à lui poser. Si on enlève les agents de la GRC aux postes frontaliers, s'il n'y a seulement qu'une personne au service des douanes et qu'on veut protéger les Canadiens par une mise en quarantaine au cas où des gens passeraient les frontières avec des grippes ou toute autre sorte de maladies, comment peut-on faire pour vérifier ces gens s'ils passent tout droit aux postes frontières, comme cela arrive régulièrement?

    Comment peut-on avoir un contrôle, mettre des gens en quarantaine ou quoi que ce soit d'autre concernant la mise en quarantaine, s'il n'y a plus de policiers, plus personne ni plus rien pour arrêter ces gens aux postes frontaliers?

  +-(1015)  

[Traduction]

+-

    Mme Bonnie Brown: Madame la Présidente, la Loi sur la mise en quarantaine vise le grand nombre de personnes arrivant au Canada par nos aéroports. Les transports aériens amènent à nos frontières des gens qui sont parfois très malades ou sur le point de le devenir. Les principales mesures prévues dans le projet de loi seraient appliquées aux aéroports.

    Aux autres points de passage frontalier, cependant, les mesures habituelles s'appliqueront et les forces policières provinciales et municipales pourront s'acquitter des tâches qui étaient confiées auparavant à la GRC. Je ne crois pas que les agents de la GRC détectaient des gens malades dans les voitures et leur disaient qu'ils devaient être mis en quarantaine. Ils avaient mieux à faire. On propage une légende urbaine en disant cela.

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, j'apprécie l'intervention de la députée d'Oakville, qui est la présidente du Comité permanent de la santé et qui a guidé les parlementaires dans l'étude de mesures législatives importantes au cours des dernières années.

    Il convient de signaler également que ce projet de loi est très important, tout particulièrement pour la population ontarienne, qui a été grandement éprouvée par le SRAS. De nombreuses personnes sont mortes et de nombreuses autres ont été malades. Des collectivités entières ont été paralysées. Je sais que les députés de l'Ontario se sont intéressés tout particulièrement aux procédures, du fait que, durant l'épidémie du SRAS, nous ne savions pas comment composer avec ce genre de situation.

    Les enquêtes subséquentes ont permis de constater que l'on aurait pu mieux faire dans certaines situations, mais nous en avons tiré des leçons. Notre processus vise justement à nous permettre de tirer des leçons des situations où les choses n'ont pas fonctionné aussi bien qu'elles auraient dû. Il faut se rendre compte que la Loi sur la mise en quarantaine n'a pas été dépoussiérée depuis 1872, ou quelque chose du genre, comme l'a signalé la députée.

    Il serait utile que la députés nous renseigne davantage sur certaines des questions liées au SRAS. Elles pourront fournir un bon exemple des raisons qui doivent nous inciter à adopter ce projet de loi.

+-

    Mme Bonnie Brown: Monsieur le Président, je remercie mon collègue de ses commentaires. Bien qu'il ne fasse pas officiellement partie du Comité de la santé, il assiste souvent aux réunions pour se tenir au courant.

    Je veux d'abord dire que, s'il y a une question à la Chambre qui ne devrait pas faire l'objet de manoeuvres partisanes, c'est bien celle des mesures de santé publique nécessaires dans ce nouveau monde où nous vivons. Il faut espérer que tous les députés présents aujourd'hui appuieront ce projet de loi, ce qui permettra de mettre en oeuvre ses dispositions, surtout qu'elles ont pour but, essentiellement, de protéger la santé des Canadiens.

    Mon collègue affirme à juste titre que ceux de nous qui habitent dans la région métropolitaine de Toronto ou à proximité de l'aéroport international Pearson ont été particulièrement frappés par les répercussions en cascade du SRAS. La plupart d'entre nous connaissions au moins une famille, peut-être même la famille d'un travailleur de la santé, qui a été mise en quarantaine pendant un certain temps, et nous avons réalisé l'impact de cette mesure sur les autres membres de la famille. Cette mesure était nécessaire pour assurer la protection de l'ensemble de la population et bénéficiait de notre appui.

    Dès qu'une maladie comme celle-là commence à se propager, l'effet domino sur la vie des individus, des familles et des enfants, ainsi que sur l'économie, est beaucoup plus important qu'on ne pourrait le penser initialement. C'est pourquoi nous avons été ravis d'apprendre la nomination d'une nouvelle ministre d'État à la santé publique, la députée de St. Paul's, et la création du poste d'Administrateur en chef de la santé publique, dont le rôle sera de coordonner ces initiatives à la grandeur du pays. J'invite tous les députés à visiter leurs bureaux en banlieue d'Ottawa. Ils sont très impressionnants. Ils rassureront les députés quant à leur propre rôle, en tant que parlementaires, dans la protection de la santé publique des Canadiens.

  +-(1020)  

+-

    M. Bill Siksay (Burnaby—Douglas, NPD): Monsieur le Président, je suis reconnaissant envers la députée pour ses commentaires ce matin et je suis content que le NPD appuie ce projet de loi, parce qu'il s'agit d'une importante mise à jour de nos lois concernant la quarantaine. Je suis heureux que les néo-démocrates aient décidé de suivre le mouvement dans ce dossier. Mais j'ai une question.

    Certains problèmes ont été soulevés lors des travaux du comité, dont la question des agents de contrôle et des tâches supplémentaires qui incomberont à nos agents des douanes, auxquels on demande déjà d'appliquer la Loi sur les douanes et de s'occuper de divers problèmes de sécurité de même que de problèmes agricoles. Maintenant, nous leur demandons en plus de faire une sorte de contrôle médical.

    Je me demande si le ministre ne pourrait pas nous faire ses commentaires sur la surcharge de travail de nos agents des douanes ou sur la formation supplémentaire qui pourrait leur être offerte pour les aider à remplir cette fonction importante.

+-

    Mme Bonnie Brown: Monsieur le Président, il y a eu des discussions à ce sujet, mais on nous a assurés que les agents des douanes n'auraient pas à faire d'évaluation médicale approfondie. Il s'agira d'un simple contrôle, et on leur donnera la formation nécessaire pour les préparer en conséquence. Personne d'entre nous ne veut surcharger ces importants employés de l'État canadien au point où ils ne pourraient pas bien faire leur travail. Personne ne veut ralentir le passage à la frontière pour les touristes et les autres voyageurs. Personne ne veut ce genre de chose. Les agents des douanes constitueront seulement une sorte de première ligne, et il y aura du personnel médical de disponible pour effectuer toute évaluation jugée nécessaire.

+-

    M. James Lunney (Nanaimo—Alberni, PCC): Monsieur le Président, ma question porte sur l'indemnisation. C'est une question qui a suscité beaucoup d'intérêt au comité.

    Diverses questions ont été soulevées relativement à l'espace disponible dans les aéroports et il a été établi que les administrations aéroportuaires devraient libérer de l'espace pour le contrôle du public en cas d'urgence, et ce, sans indemnisation, fournir les aménagements nécessaires et autres choses du genre. Elles paient des loyers très élevés au gouvernement. De plus, d'autres installations pourraient également être réquisitionnées sans indemnisation. On pourrait par exemple vouloir utiliser un stade de curling ou de hockey pour des mesures de santé publique, toujours sans indemnisation. La décision d'offrir ou non une indemnisation revient au ministre.

    Malheureusement, en raison de la recommandation royale, le comité n'a pas été autorisé à accepter des amendements qui forceraient le gouvernement à débourser de l'argent. La députée est-elle d'avis que ces mesures permettront au ministre de protéger l'intérêt du public ainsi que celui des citoyens et des sociétés?

+-

    Mme Bonnie Brown: Monsieur le Président, le projet de loi C-12 tel qu'il est conçu prévoit une approche prudente qui est conforme avec le principe des dépenses responsables, c'est-à-dire que l'on évaluera le niveau d'indemnisation pertinent le cas échéant, après un incident ou une épidémie. Il y a une certaine flexibilité qui permet d'accorder une indemnisation lorsque des installations doivent être réquisitionnée pour isoler les voyageurs qui présentent des risques.

    Le projet de loi ne prévoit pas directement une indemnisation pour les voyageurs retenus en vertu d'une ordonnance de quarantaine, mais le gouvernement du Canada pourrait offrir une certaine aide aux voyageurs incommodés par ces mesures.

    En cas de crise dans le domaine de la santé publique, le gouvernement peut tout d'abord évaluer la situation et déterminer au cas par cas la nécessité d'accorder un niveau d'indemnisation approprié et par la suite les formes d'indemnisation possibles.

  +-(1025)  

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, nous étudions ce matin les amendements que le Sénat a apportés au projet de loi C-12. J'ai revu ce qui s'est dit dans des débats précédents pour vérifier ce qui préoccupait mes collègues. Je constate que certains des députés qui ont étudié cette mesure législative, dont l'intervenant précédent, sont ici ce matin.

    Le député d'Oakville a soulevé un point qui mérite réflexion, à savoir que ces questions de santé transcendent les intérêts partisans. Je pense que tous les députés en conviendront: tout ce qui touche la sécurité publique et la santé publique constitue la priorité des priorités pour les Canadiens et pour le Parlement du Canada aussi d'ailleurs.

    Je tiens également à souligner que je suis ravi que nous débattions de nouveau cette importante mesure législative qui a évolué avec le temps. Comme nous le savons, la tenue possible d'élections et les conséquences que cela aurait donnent lieu à toutes sortes de conjectures ces temps-ci. Ces conséquences seraient principalement politiques, mais ce qui importe aux Canadiens en réalité, c'est le travail que le Parlement a accompli au cours des derniers mois.

    Il y a un grand nombre de projets de loi, de mesures législatives ainsi que d'autres initiatives qui en sont à diverses étapes du processus législatif. J'en ai un certain nombre en tête. Il y a même un projet de loi qui est le fruit de mes propres efforts, celui qui porte sur le syndrome de l'alcoolisation foetale. Le déclenchement d'élections aurait pour effet de torpiller tous ces projets de loi et d'autres mesures législatives ainsi que tout le travail déjà effectué par certaines personnes, très compétentes selon moi, au sein du comité et de l'appareil législatif et par l'ensemble des parlementaires. Je tiens simplement à ce que les Canadiens sachent que nous déployons beaucoup d'efforts pour que d'importantes mesures législatives soient adoptées à la Chambre le plus rapidement possible, et cela en vue de leurs intérêts supérieurs.

    Le projet de loi C-12 vise à prévenir l’introduction et la propagation de maladies transmissibles au Canada. Il abroge et remplace la Loi sur la quarantaine, qui n'a pas été mise à jour depuis 1872. Je le répète, il vise à prévenir l’introduction et la propagation de maladies transmissibles au Canada.

    Le projet de loi s’applique aux personnes et aux véhicules qui entrent au Canada ou qui s’apprêtent à quitter le pays. Le texte prévoit le recours à certaines mesures, telles que l’application de technologies de détection, le contrôle médical et l’examen médical, pour détecter la présence d’une maladie transmissible chez le voyageur. Il prévoit également la prise de mesures pour prévenir la propagation d’une telle maladie, telles que le renvoi aux autorités sanitaires, la détention, le traitement et la désinfestation. De plus, le texte prévoit la révision administrative de la détention.

    Par ailleurs, le texte prévoit l’inspection et l’assainissement des véhicules et des marchandises à bord de ceux-ci pour faire en sorte qu’ils ne soient pas une source de maladies transmissibles. Le texte établit également des contrôles applicables à l’importation et à l’exportation de cadavres, d’organes et de restes humains.

    En outre, il permet la collecte et la communication de renseignements personnels si une telle mesure est nécessaire pour prévenir la propagation d’une maladie transmissible ou pour le contrôle d’application des lois. Finalement, le texte autorise le ministre à prendre des arrêtés en cas d’urgence sanitaire et à ordonner la prise de mesures pour assurer le respect de la loi.

    Excusez-moi, monsieur le Président, mais il semble y avoir pas mal de bruit à la Chambre en ce moment.

    Le Président: Il y a peut-être beaucoup de questions à poser au député de Mississauga, mais elles ne pourront être posées qu'après son intervention.

    M. Paul Szabo: Lorsqu'on examine le sommaire du projet de loi, on se rend compte qu'il touche à de nombreux sujets qui ont été abondamment débattus à la Chambre. En fait, il y est même question de la Charte des droits, dont nous avons beaucoup parlé, et de diverses dispositions, des droits et des libertés des...

    Des voix: Oh, oh!

  +-(1030)  

+-

    Le Président: À l'ordre, s'il vous plaît.

+-

    M. Paul Szabo: Monsieur le Président, depuis quelques jours, le comportement du Bloc québécois dérange quelque peu les activités de la Chambre.

    Un certain nombre de députés s'intéressant de près aux droits fondamentaux de la personne et aux droits et libertés individuels auront sans doute des réserves par rapport aux dispositions du projet de loi qui ont trait à ces questions. Nous nous retrouvons ici devant des intérêts divergents: d'un côté, les droits individuels; de l'autre, la responsabilité des autorités sanitaires d'assurer la santé et le bien-être des Canadiens. Certaines questions importantes se posent. Par exemple: pouvons-nous démontrer qu'il y a atteinte justifiée aux droits individuels?

    Je suis conscient que nous sommes en présence d'intérêts divergents; toutefois, les députés savent que nous avons la responsabilité d'appliquer les mesures sanitaires prévues par la Loi sur la quarantaine pour assurer la santé et le bien-être des Canadiens. Nous en avons eu la preuve avec le SRAS. Nous avons appris que la maladie est transmissible. Par ailleurs, certaines données indiquent qu'elle serait aérogène.

  +-(1035)  

+-

    J'aimerais faire quelques observations au sujet de l'incidence et de la portée du projet de loi.

    Premièrement, la loi n'ayant pas été modernisée depuis de nombreuses années, en tant que législateurs, nous devons tenir compte du fait que les choses changent. De nouvelles menaces pour la santé apparaissent et d'autres resurgissent. Le SRAS est certainement un exemple. Ce qu'il faut retenir, c'est que ces maladies transmissibles, à l'instar de la pollution, ne respectent pas les frontières. Par exemple, nous savons que la pollution, la mauvaise qualité de l'air et les matières particulaires dans le corridor de l'autoroute 401 en Ontario, de Windsor à Toronto, sont causées en majeure partie par la vallée de l'Ohio aux États-Unis, qui est densément peuplée de centrales de production hydroélectrique au charbon.

    Ainsi, la source de certains de nos problèmes n'est pas nécessairement canadienne. Taiwan a dû faire face à une situation semblable, son problème étant causé par l'arrivée de personnes en provenance de la Chine continentale.

    Les pays doivent veiller à prendre les mesures défensives nécessaires et à mettre en place les meilleurs processus possibles afin d'éviter que les maladies transmissibles ne deviennent un grave problème, comme cela a été le cas dans le passé, surtout avec le SRAS.

    Du fait des progrès de la technologie, la rapidité des voyages en avion est devenue monnaie courante dans la vie quotidienne des Canadiens, remplaçant l'époque des longs voyages par bateau ou par chemin de fer. La nouvelle ère des voyages en avion à réaction ouvre la voie à une augmentation de la mobilité des populations. C'est une question très importante. Tant de gens entrent au Canada et en sortent. Il ne s'agit pas simplement des gens qui viennent visiter le Canada. Il est également question des Canadiens qui se sont rendus à l'étranger dans certaines zones touchées et qui reviennent. Il est important de prendre toutes ces précautions également. Cela ne touche pas que les gens qui visitent notre pays, mais également ceux qui reviennent de voyages à l'étranger effectués pour une raison ou une autre. Un nombre énorme de personnes passent par nos aéroports.

    Les députés se rappellent sûrement qu'au pire de la crise de la vache folle, les voyageurs entrant au Canada devaient marcher sur un tapis, afin de désinfecter leurs chaussures. Nous n'étions pas certains qu'ils n'apportaient pas avec eux sans le vouloir une matière quelconque pouvant menacer notre secteur agricole. C'est un autre cas où des mesures défensives sont extrêmement importantes.

    Les experts nous disent qu'une grave maladie transmissible peut se répandre n'importe où dans le monde en 24 heures. Nous connaissons certains des effets de ces maladies, mais nous ne savons rien d'elles. Le SRAS est un excellent exemple. Lorsque cette maladie a frappé, nous ignorions de quoi il s'agissait. Nous ne savions pas comment elle agissait, comment elle était transmise. Ce que nous savions, c'est qu'un grand nombre de personnes ayant un lien commun entre elles, qu'il s'agisse d'un foyer de soins infirmiers ou d'un hôpital, avaient tous des symptômes indiquant que nous étions au début d'une épidémie.

    Cela a exigé la mobilisation immédiate d'un grand nombre de personnes. Il va sans dire que nous sommes très reconnaissants aux fournisseurs de soins de santé, les médecins et les infirmières et tous les autres professionnels de la santé importants, qui, sans le savoir, mettent littéralement leur santé en danger pour aider ceux qui sont frappés par ces maladies. Cela ressemble beaucoup aux pompiers. Ils se précipitent à l'intérieur pendant que d'autres fuient pour sauver leur vie. Nous l'avons vu lors des attentats du 11 septembre.

    N'oublions pas l'importance des soignants qui ont fait de leur mieux dans des situations où ils disposaient de très peu d'information sur la façon d'intervenir.

    La nouvelle réalité relative à la santé des immigrants devient également de plus en plus un problème transfrontalier. Les députés ont une importante responsabilité à assumer dans leur circonscription; ils doivent en effet s'occuper des gens qui sont parrainés par leurs électeurs pour venir au Canada, en vue d'obtenir le statut d'immigrant reçu et, peut-être, au bout du compte, celui de citoyen.

    Nous savons tous que les exigences en matière de santé pour entrer au Canada sont également très strictes. Il importe que ces exigences soient appliquées. C'est en outre une question très importante à cause du problème transfrontalier.

    La situation dans son ensemble a de nombreuses ramifications liées à la santé. C'est une des raisons pour lesquelles nous avons une représentante de la santé publique au Cabinet. Nous pouvons aussi compter sur le premier administrateur en chef de la santé publique. Ces deux personnes ont un rôle important à jouer advenant une autre épidémie comme celle du SRAS. Nous avons de plus établi, à Winnipeg, un centre semblable aux centres d'Atlanta chargés du contrôle des maladies. Des progrès sont réalisés. Le projet de loi C-12 fait partie de cette évolution.

    Notre système de protection de la santé, tel qu'il existe actuellement, a bien servi les intérêts des Canadiens. De toute évidence, nous devons mettre nos lois à jour pour qu'elles tiennent compte de la nouvelle réalité que constituent la mobilité de notre population et le nombre grandissant d'étrangers qui viennent nous visiter. En d'autres termes, il faut que notre politique et nos procédures à cet égard reflètent cette nouvelle réalité.

    La députée d'Oakville a déjà dit que le Dr David Naylor avait rédigé le rapport principal là-dessus. Le rapport renferme quelques recommandations qui sont très importantes. Nous avons tenu compte de ces recommandations non seulement dans le projet de loi, mais encore dans d'autres activités.

    Je voudrais dire quelques mots sur d'autres éléments. Le projet de loi C-12 vise à moderniser la Loi sur la quarantaine, mais il ne s'agit là qu'un des moyens à notre disposition dans le domaine de la santé. Comme je l'ai déjà dit, nous pouvons maintenant compter sur l'Agence de santé publique du Canada, sur le premier administrateur en chef de la santé publique du Canada, le Dr David Butler-Jones, et le plan de lutte du Canada contre la pandémie de grippe. Ce sont là les éléments essentiels de la stratégie du gouvernement visant à renforcer le système de santé publique du Canada.

    Ainsi que je l'ai déjà précisé, les pouvoirs dont dispose actuellement le gouvernement fédéral en vertu de la Loi sur la quarantaine sont fondamentalement dépassés. C'est ce qui explique pourquoi la présente mesure législative doit être adoptée par le Parlement. J'espère que tous les députés appuieront le projet de loi.

    C'est pourquoi nous donnons rapidement suite au projet de loi. Il dotera le gouvernement des moyens voulus pour affronter et endiguer les épidémies et améliorer la communication, la collaboration et la coopération entre les responsables de la santé publique. La crise du SRAS a fortement mis en évidence la nécessité de mesures en ce sens. On sait que l'épidémie a suscité plus de questions que de réponses et qu'il y a eu un manque de coordination des organismes de santé publique à l'échelle nationale. Des conférences de presse avaient lieu à intervalles réguliers pour rassurer la population, mais les gens avaient aussi besoin de savoir comment se protéger.

  +-(1040)  

    Dans des situations aussi graves, nous devons tous être bien informés, de façon à pouvoir appliquer les mesures de prévention nécessaires pour empêcher l'épidémie de se répandre davantage, et même pour l'endiguer. La crise du SRAS a mis en évidence la nécessité d'une collaboration et d'une coopération, même au sein des ministères, qui étaient à peu près tous concernés.

    Je me souviens qu'un bulletin informait le public au sujet du SRAS et indiquait un ou deux sites web aux personnes qui avaient des questions ou qui souhaitaient obtenir plus d'information. Or, il n'y avait pas un ou deux sites, mais les adresses Internet de quelque 21 organismes gouvernementaux, qui tous y traitaient du SRAS dans le cadre de leurs compétences respectives.

    La création du nouveau poste, au Cabinet, permettra d'éviter la répétition de ce genre de situation. Un centre de communication assurera la diffusion générale des renseignements importants à tous les intervenants, toutes les parties intéressées, à la population canadienne, aux dispensateurs de soins et aux autres parties concernées.

    Le projet de loi a pour objet de prévenir l'introduction de maladies transmissibles graves au Canada et leur propagation dans d'autres pays. Il permettra également d'atténuer les menaces futures pour la santé publique chez nous et chez nos partenaires internationaux.

    Grâce à l'expérience acquise pendant l'épidémie du SRAS, le Canada fait maintenant figure de leader et de modèle quant à la manière de gérer les situations de ce genre. Je sais que l'Organisation mondiale de la Santé, comme un certain nombre de pays, s'est intéressée de près aux mesures que nous avons prises. De nombreux visiteurs sont également venus au Canada pour s'informer de la manière dont nous avions géré la crise.

    Les modifications proposées à la Loi sur la mise en quarantaine, qui, je n'en doute pas, seront adoptées, permettront au Canada d'appliquer, dans l'intérêt de nos concitoyens, les meilleures mesures de protection et de prévention possible des maladies transmissibles.

  +-(1045)  

[Français]

+-

    Mme Nicole Demers (Laval, BQ): Monsieur le Président, j'ai bien écouté le discours de mon collègue de Mississauga-Sud. Je ne sais pas s'il sera d'accord avec moi quant à la perspective d'une stratégie globale. Convient-il qu'il faut appuyer la position du Bloc québécois soutenant que le gouvernement canadien doit s'engager à augmenter rapidement son aide internationale, notamment envers l'Afrique, pour atteindre 0,7 p. 100 du PIB, ainsi que s'y sont déjà engagés plusieurs autres pays d'Europe? Cela pourrait entre autres permettre à des pays d'Afrique de combattre efficacement des maladies terriblement contagieuses qui pourraient facilement être transportées ici, comme il en a si savamment fait la démonstration dans son discours.

[Traduction]

+-

    M. Paul Szabo: Monsieur le Président, je sais que le premier ministre, tout comme son prédécesseur, s'intéresse de très près à la question de l'Afrique et a pris des engagements très semblables à ce que prône le Bloc. Je me permettrai de rappeler à la députée que, hier à la Chambre, le premier ministre a fait le point une fois de plus sur nos engagements à l'égard de l'Afrique.

    En ce qui concerne la question de la députée, je suis content que le Bloc québécois soit d'accord avec le gouvernement du Canada à cet égard.

+-

    M. James Lunney (Nanaimo—Alberni, PCC): Monsieur le Président, un certain nombre de questions ont surgi au cours du débat en comité sur ce sujet et cela a suscité chez nous certaines préoccupations. Je vais en donner des exemples à la Chambre.

    Au paragraphe 22(1), relativement à l'examen médical, le texte dispose:

    L’agent de quarantaine peut exiger que le voyageur subisse un [examen médical] s’il a des motifs raisonnables de croire qu’il est atteint d’une maladie transmissible ou infesté de vecteurs ou qu’il a récemment été en contact avec une personne atteinte d’une telle maladie ou infestée de vecteurs.

    Ce qui a inquiété bon nombre d'entre nous, ce sont les « ou ». Ce n'est pas le fait qu'une personne ait une maladie, mais le fait qu'elle puisse avoir été en contact avec quelqu'un qui avait peut-être quelque chose.

    Le paragraphe 28.1 dispose qu'au-delà de l'examen, un particulier pourrait être détenu:

    d) dont il a des motifs raisonnables de croire qu’il est ou pourrait être atteint d’une maladie transmissible, qu’il est infesté de vecteurs ou qu’il a récemment été en contact avec une personne qui est ou pourrait être atteinte d’une telle maladie ou qui est infestée de vecteurs

    L'article 26 est plus préoccupant. Il prévoit que:

    L’agent de quarantaine qui, à la suite de l’examen médical du voyageur, a des motifs raisonnables de croire que celui-ci est ou pourrait être atteint d’une maladie transmissible, qu’il est infesté de vecteurs ou qu’il a récemment été en contact avec une personne qui est ou pourrait être atteinte d’une telle maladie ou qui est infestée de vecteurs peut lui ordonner de se soumettre à un traitement ou à toute autre mesure visant à prévenir l’introduction et la propagation de la maladie transmissible.

    Personne, je crois, ne s'inquiète exagérément du fait qu'une personne doive être examinée afin que la maladie soit contenue. Toutefois, après avoir subi un examen n'ayant permis de déceler aucune preuve de maladie, la personne peut encore être contrainte à la quarantaine pendant une période pouvant aller jusqu'à une semaine. Ce qui me trouble, c'est qu'après une semaine, si, de l'avis de l'agent, cette personne pourrait toujours représenter une menace, elle peut être détenue plus longtemps, même s'il n'y a pas de signe de la maladie. Elle peut également être contrainte à accepter un traitement ou autre mesure préventive simplement parce qu'elle s'est trouvée en contact avec quelqu'un qui était malade.

    Le député est-il d'accord pour qu'on force une personne à subir un traitement simplement parce qu'un agent croit qu'elle a été en contact quelqu'un qui pourrait avoir une maladie, même si elle ne présente pas de symptômes de la maladie?

+-

    M. Paul Szabo: Monsieur le Président, c'est certainement la grosse question qu'ont posée plusieurs membres du comité. Elle concerne en grande partie les droits de la personne et des Canadiens en général, qui sont garantis par la Charte, ainsi que la responsabilité du gouvernement et des autorités sanitaires qui sont chargés de nous protéger contre les maladies dont les conséquences pourraient être énormes. Il pourrait s'agir d'une pandémie qui pourrait faire des centaines de milliers, voire des millions de victimes, si on ne prend pas des mesures dès le début.

    Lorsque le député a lu un passage de l'article 22, il a peut-être fait erreur quand il a dit qu'un voyageur devrait subir une enquête. Le projet de loi parle plutôt d'un « examen médical ».

    Je ne crois pas qu'un agent de quarantaine, un médecin, une infirmière ou qui que ce soit qui sera chargé d'effectuer ces contrôles médicaux interviendront pour causer du tort aux voyageurs. Ils ont reçu une bonne formation et sont là pour protéger les Canadiens. Ils ne retiendront pas une personne par caprice, par préjugé ou quoi que ce soit.

    Le député a cité le passage de l'article 26 qui dit « l'agent de quarantaine qui a des motifs raisonnables ». Ces motifs ne doivent pas être frivoles. En cas d'urgence, quelqu'un doit prendre des décisions graves, et nous devons d'abord nous assurer que les personnes qui sont placées en position d'autorité ont les moyens d'intervenir, ont reçu une bonne formation et agissent dans l'intérêt supérieur des Canadiens.

    Le député a posé ses questions en demandant presque ce qui se passerait si ces intervenants n'étaient pas de bonne foi et n'agissaient que pour nuire aux droits et aux libertés des voyageurs ou s'immiscer dans leur vie privée.

    Un examen médical est une chose, mais il ne nous apprend pas d'où vient une personne, avec qui elle a été en contact et dans quel endroit à risque elle s'est trouvée. Cela ne fait pas partie d'un examen médical. Un examen médical porte sur l'état de santé d'une personne.

    S'il y avait une raison, quelle qu'elle soit, d'examiner les titres de voyage de certaines personnes, et s'il était utile d'obtenir ces renseignements aux fins d'une enquête, alors je crois que ce serait la chose appropriée et responsable à faire, parce que les gens qui arrivent dans un pays et qui ont subi un examen médical peuvent très bien ne pas savoir ce qui se passe, quel est le problème, de quelle maladie il s'agit et quelles en sont les causes. Il y a énormément de renseignements à obtenir, dont la grande majorité ne peut être obtenue à la suite d'un simple dépistage ou d'un examen médical.

    Voilà un très bon exemple de cas où les parlementaires se trouvent dans une situation ou différents intérêts entrent en conflit. On peut parfois juger qu'il s'agit d'un moindre mal, mais dans ce cas-ci, la loi prescrit quels outils les professionnels de la santé, qui ont reçu la formation appropriée et qui sont prêts à prendre l'immense responsabilité de protéger la santé publique, doivent utiliser. Il en va non seulement de l'intérêt de cette personne, mais aussi de l'intérêt supérieur du pays en entier. Nous prenons ces décisions difficiles. C'est pourquoi je suis d'avis que les dispositions du projet de loi C-12 sont justes et raisonnables.

  +-(1050)  

[Français]

+-

    M. Jean-Yves Roy (Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia, BQ): Monsieur le Président, effectivement, le débat d'aujourd'hui porte non pas sur le projet de loi, mais bien sur l'amendement proposé par le Sénat. Celui-ci ferait en sorte que les règlements soient étudiés non seulement par le comité approprié de la Chambre des communes, mais aussi par un comité sénatorial. C'est le premier élément sur lequel je voudrais prendre la parole et qui m'apparaît tout à fait aberrant.

    Il est justifiable que le comité approprié de la Chambre des communes prenne le temps d'analyser le projet de loi et les règlements. Toutefois, qu'un comité du Sénat vienne doubler le travail de la Chambre des communes m'apparaît tout à fait aberrant. Ce qui est légitime, lorsqu'on discute d'un projet de loi en vue de l'adopter, c'est l'intervention de la Chambre des communes et de ses comités. Le Bloc québécois ne peut donc être favorable à l'amendement proposé par le Sénat.

    Hier, mon collègue de Peterborough a pris la parole au sujet de ce projet de loi, la Loi sur la mise en quarantaine. Même s'il s'agit uniquement d'êtres humains dans le cas présent, il a fait une comparaison entre ce projet de loi et ce qui s'est passé lors de la crise de la vache folle.

    Il faut réaliser que, au cours des 100 dernières années, les moyens de transport ont tellement évolué, et ce, tellement rapidement, qu'il y a toujours un danger de propagation très rapide de maladies infectieuses. Le projet de loi tente, dans la mesure du possible, de modifier cette situation en instaurant une mise en quarantaine et des mesures permettant de limiter au maximum l'introduction de maladies infectieuses au Québec comme au Canada.

    Je ne dirais pas que c'est une illusion, bien qu'il soit extrêmement difficile de contrôler ce genre de maladies, même en instaurant les mesures qui sont proposées. À la limite, c'est presque une illusion.

    Je voudrais donner un exemple très concret, soit celui des espèces exotiques envahissantes. Au cours des 25 ou 30 dernières années, on s'est rendu compte que nos eaux avaient été envahies par une multitude d'espèces exotiques qui détruisent notre environnement et nos ressources. On a été incapable de contrôler ce type d'envahissement de la part des espèces exotiques.

    On nous propose maintenant un projet de loi dont le rôle serait justement d'empêcher l'introduction de maladies infectieuses, afin d'éviter que la population en soit atteinte.

    J'ai écouté la question qu'a posée ma collègue de Laval. Je pense qu'elle a parfaitement raison. Bien entendu, il faut adopter un projet de loi. Cependant, en tant que pays développé, il nous faudrait investir davantage dans la santé et l'hygiène publiques dans les pays en voie de développement, là où se trouve un potentiel de création et de développement de maladies infectieuses. Comme le dit mon collègue de Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord, il faut d'abord faire des efforts pour régler le problème à la source. Par conséquent, des investissements doivent être faits en santé publique.

    Hier soir, j'ai écouté un reportage sur Médecins sans frontières, qui oeuvrait dans un pays en Afrique du Centre. Cet organisme remplace presque les institutions qui devraient être parrainées et soutenues par le gouvernement. C'est exactement ce que ces gens disaient. On laisse se développer des situations extrêmement dangereuses. L'exemple du sida, entre autres dans les pays d'Afrique, est très éloquent.

  +-(1055)  

    Au début des années 1970, on s'est rendu compte que cette maladie, qu'on ne connaissait pas à l'époque, s'est répandue comme une traînée de poudre à l'échelle mondiale parce que, justement, on n'a pas su prévoir ni prévenir sa propagation extrêmement rapide. On sait aujourd'hui que dans certains pays d'Afrique, plus de 50 p. 100 de la population est porteuse du sida en on se dirige directement vers une catastrophe majeure.

    Évidemment, d'autres types de maladies apparaissent au fur et à mesure de la surutilisation des antibiotiques, semble-t-il. Cela fait en sorte que le système immunitaire des gens — particulièrement dans les contrées développées du nord — est beaucoup plus sensible et donc plus apte à être touché par ces types de maladies. Des pandémies peuvent se répandre de façon extrêmement rapide sur notre territoire.

    Nous sommes favorables au principe du projet de loi et, bien entendu, au fait de nous donner des mesures de protection. Cependant, il faudrait que ces mesures soient directement prises avec l'ensemble des provinces qui sont responsables des services de santé et des services sociaux. Ceci est extrêmement important.

    Le lien doit être fait entre les systèmes, de manière à coordonner toute intervention et de manière à respecter les juridictions de chacune des provinces. On sait qu'elles sont responsables de leur système de santé. Il faut donc coordonner avec chacune d'entre-elles l'ensemble de...

  +-(1100)  

+-

    Le Président: Je regrette d'interrompre l'honorable député au milieu de son discours. Il lui restera 13 minutes pour compléter ses remarques après la période des questions orales, ou quand le projet loi sera de nouveau à l'étude à la Chambre.

    Nous passons maintenant aux déclarations de députés. L'honorable député d'Ottawa-Sud a la parole.


+-DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Article 31 du Règlement]

*   *   *

[Traduction]

+-L'Association des bibliothèques de recherche du Canada

+-

    M. David McGuinty (Ottawa-Sud, Lib.): Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je prends la parole pour féliciter Mme Leslie Weir, bibliothécaire en chef de l'Université d'Ottawa depuis 2003. Elle a suscité l'admiration de toute la communauté professionnelle pour avoir innové en fournissant de l'information électronique aux corps enseignants et aux chercheurs de l'Université d'Ottawa.

    En avril, Mme Weir a été élue vice-présidente et présidente désignée de l'Association des bibliothèques de recherche du Canada, dont elle sera la présidente de 2007 à 2009. Cette organisation est le chef de file dans le secteur des bibliothèques de recherche. Elle est composée des 27 grandes bibliothèques de recherche universitaires du Canada, de Bibliothèque et Archives Canada, de l'Institut canadien de l'information scientifique et technique et de la Bibliothèque du Parlement.

    Je demande à tous les députés de se joindre à moi pour féliciter Leslie Weir de son élection à titre de présidente de l'Association des bibliothèques de recherche du Canada; c'est tout un honneur.

*   *   *

+-Samuel Ian Seright

+-

    M. Deepak Obhrai (Calgary-Est, PCC): Monsieur le Président, j'aimerais prendre un moment pour rendre hommage à la vie bien remplie d'un de mes illustres électeurs décédé récemment.

    Monsieur Samuel Ian Seright a vécu une vie exemplaire. Sa communauté, sa province et son pays lui tenaient beaucoup à coeur. On l'appelait souvent le maire officieux de Calgary-Est.

    Récemment, j'ai eu le privilège de lui décerner la médaille d'or du Jubilé de la Reine, une maigre récompense pour ses nombreuses années de service. Ian aimait la vie et tous ses menus détails. Il était fier de participer à des événements communautaires, même après la mort de sa femme. Il ne se tenait pas à l'écart pour regarder évoluer sa communauté; il célébrait le changement et accueillait les nouvelles personnes à bras ouverts.

    Je me rappelle de ce qu'Ian a dit à propos des changements démographiques croissants dans sa communauté: « Le milieu a changé, mais nous nous entendons tous très bien. C'est ce qui donne du coeur à la région. »

    Il nous manquera, mais sa vie demeurera un modèle pour nous tous.

*   *   *

+-Le programme Nouveaux Horizons pour les aînés

+-

    M. Mario Silva (Davenport, Lib.): Monsieur le Président, le 29 avril, j'ai eu le plaisir de me joindre à mon collègue, le ministre d'État à la Famille et aux Aidants naturels, pour annoncer l'octroi d'un financement additionnel destiné aux initiatives du programme Nouveaux Horizons pour les aînés.

    Deux organismes d'aide sociale de ma circonscription, Davenport, ont reçu des fonds dans le cadre de cet excellent programme. La St. Christopher House et le Working Women Community Centre ont tous deux bénéficié d'un financement dans le cadre de Nouveaux Horizons. Encore une fois, le gouvernement du Canada fait preuve d'un solide engagement à l'égard des aînés de tout le Canada.

    Je félicite la St. Christopher House et le Working Women Community Centre, d'une part, d'avoir réussi à faire accepter leur demande de subvention et, d'autre part, du travail remarquable qu'ils font jour après jour dans la collectivité de Davenport.

*   *   *

[Français]

+-Le cyclisme

+-

    M. Pierre Paquette (Joliette, BQ): Monsieur le Président, je suis extrêmement fier que la première épreuve internationale de BMX au Québec ait lieu à Crabtree les 9 et 10 juillet prochain.

    La décision de l'Union cycliste internationale d'octroyer une sanction au comité organisateur de Crabtree est historique et souligne l'entrée du Québec sur la scène internationale dans cette discipline.

    La sanction octroyée à Crabtree est à la fois une marque de reconnaissance à l'endroit de la qualité démontrée par le passé par ces organisateurs, ainsi qu'un levier important pour le développement de cette discipline au Québec. Avec l'introduction du BMX comme discipline officielle aux Jeux olympiques en 2008, la venue d'une épreuve internationale au Québec en 2005 tombe à point.

    Je tiens à féliciter les organisateurs locaux, Nathalie Houle, présidente, Dylan Vanier, directeur général, et Mélanie Desrochers, quadruple championne canadienne et résidante de Crabtree, ainsi que Louis Barbeau, directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes pour cette grande réalisation.

*   *   *

[Traduction]

+-La santé

+-

    Mme Marlene Catterall (Ottawa-Ouest—Nepean, Lib.): Monsieur le Président, une des choses les plus importantes que le gouvernement peut faire pour assurer la viabilité du système public de soins de santé est de veiller à ce que les Canadiens restent en bonne santé.

    La ministre d'État à la Santé publique a lancé une série de consultations nationales auprès des citoyens et d'experts des provinces et des territoires dans le but d'élaborer des objectifs nationaux de santé publique.

    Le lundi 9 mai, j'organise dans ma circonscription, Ottawa-Ouest—Nepean, un forum sur la santé publique où la ministre d'État à la Santé publique sera la conférencière d'honneur.

    J'invite tous les citoyens d'Ottawa-Ouest—Nepean à assister à ce forum, lundi prochain, pour nous présenter des idées sur la façon d'assurer la santé des Canadiens. J'invite également les députés à participer à cette activité.

*   *   *

  +-(1105)  

+-L'assurance-emploi

+-

    M. Ed Komarnicki (Souris—Moose Mountain, PCC): Monsieur le Président, le gouvernement se préoccupe-t-il vraiment de la question ou est-il encore une fois à la remorque de l'opposition?

    Peu après l'annonce par un sous-comité du Parti conservateur d'un plan visant la création d'un fonds général pour la protection des salariés qui fonctionnerait dans le cadre du régime d'assurance-emploi, le ministre du Travail a déclaré en grande pompe qu'il avait immédiatement une annonce à faire. Quelle était la teneur de cette annonce et à quel point s'appliquait-elle dans l'immédiat? L'annonce concernait l'intention du gouvernement de présenter rapidement un train de mesures pour la mise en place d'un fonds de protection des travailleurs. Je ne gagerais pas ma chemise là-dessus.

    Cette annonce a certainement été faite en réaction à quelque chose, mais c'est comme si c'était le monde à l'envers. Quelle est la véritable raison expliquant la soudaine prise de conscience sociale du ministre? L'amendement budgétaire néo-démocrate-libéral, qui a été accepté par un gouvernement minoritaire. Sous la menace d'une motion de défiance, le gouvernement a ajouté une disposition prévoyant l'investissement de 100 millions de dollars pour protéger les travailleurs dans l'éventualité d'une faillite.

    Les priorités du ministre se sont tout à coup précisées. Le problème existait depuis des années et le ministre est à la Chambre des communes depuis 1988; il a été secrétaire parlementaire particulièrement chargé des petites entreprises en 2003, et il est maintenant ministre du Travail. Pendant toutes ces années, plus de 45 milliards de dollars perçus auprès des employés et des employeurs ont été versés dans les recettes générales, et le ministre veut maintenant remettre une somme dérisoire correspondant à moins du quart de 1 p. 100. Comment...

+-

    Le Président: La députée de Parkdale—High Park a la parole.

*   *   *

+-La Constitution de la Pologne

+-

    L'hon. Sarmite Bulte (Parkdale—High Park, Lib.): Monsieur le Président, je prends aujourd'hui la parole pour rendre hommage aux électeurs canado-polonais de ma circonscription, Parkdale—High Park, qui ont célébré le 3 mai dernier l'anniversaire de la Constitution polonaise, qui date de 1791 et qui est la plus ancienne Constitution rédigée en Europe; dans le monde, une seule autre Constitution est plus ancienne que celle de la Pologne. Cet anniversaire est un événement rassembleur pour les collectivités polonaises de partout au Canada, et du monde entier, celles-ci étant fières de leur tradition de défenseurs de la démocratie et des libertés civiles, non seulement dans leur pays d'origine, mais aussi dans leurs pays d'adoption.

    Le 3 mai a été un jour de réflexion et de célébration du patrimoine et des idéaux en matière d'humanisme, de tolérance et de démocratie. La Constitution du 3 mai 1791 est l'instrument qui a donné naissance à la suprématie parlementaire. Elle a aussi procuré aux Polonais un nouvel accès au Parlement. Le Jour de la Constitution est un héritage dont les Canadiens d'origine polonaise sont fiers et la confirmation des libertés et valeurs fondamentales de notre société.

    Je suis fière d'offrir mes meilleurs souhaits à l'occasion de cet anniversaire très mémorable.

*   *   *

[Français]

+-La Dictée lavalloise

+-

    M. Robert Carrier (Alfred-Pellan, BQ): Monsieur le Président, depuis 20 ans, les villes de Laval, au Québec, et de Laval-en-Mayenne, en France, sont jumelées. L'Association Québec-France de Laval chapeaute ce jumelage.

    En mars dernier, l'association tenait sa 10e édition de la Dictée lavalloise, qui s'intègre aux activités marquant la Semaine internationale de la francophonie et à la Francofête.

    J'ai eu le plaisir de participer à cette dictée qui se donne simultanément dans les deux villes. Cette année, elle est l'oeuvre de Jacques Dremeau, spécialiste de la littérature québécoise.

    Les lauréats de 2005 sont Hélène Dupuis-Palomo, participante du niveau « primaire », ainsi qu'Alexandra Lefebvre et Caroline Lafortune, des catégories « secondaire » et « cégep », tandis que Laurier Lapalme a raflé les grands honneurs pour une troisième année consécutive en remettant un texte avec une seule faute. Pour ma part, j'ai commis quatre fautes. La lecture de la dictée vous permettrait toutefois de m'en excuser.

    Je félicite tous les lauréats de cette 10e édition de la Dictée lavalloise.

*   *   *

[Traduction]

+-L'asthme

+-

    Mme Françoise Boivin (Gatineau, Lib.): Monsieur le Président, nous saisissons l'occasion que nous offre la Journée mondiale de l'asthme pour souligner les efforts de l'Association pulmonaire canadienne et des organismes qui s'emploient, à l'échelle mondiale, à améliorer le dépistage et le traitement de cette maladie. Par ailleurs, nous sommes plus déterminés que jamais à sensibiliser le public à ce problème de santé sérieux, surtout chez les enfants.

[Français]

    Les coûts associés à l'asthme sont significatifs, que ce soit les coûts médicaux directs ou ceux indirects. L'asthme est un fardeau dans beaucoup de pays, et son importance est suffisante pour en faire une maladie prioritaire en matière d'initiatives gouvernementales de santé.

    On estime que l'asthme provoque, à l'échelle mondiale, un décès sur 250.

[Traduction]

    Dans l'esprit du thème retenu cette année, « Les besoins non comblés de l’asthme », le gouvernement continuera de travailler avec des organismes tels que l'Association pulmonaire canadienne afin d'aider les Canadiens atteints d'asthme à mieux vivre avec cette maladie.

[Français]

    En travaillant ensemble, on peut faire la différence, car quand on ne peut plus respirer, rien d'autre n'a d'importance.

*   *   *

  +-(1110)  

[Traduction]

+-Le Programme de commandites

+-

    M. Jeff Watson (Essex, PCC): Monsieur le Président, permettez-moi de lire ce qui suit:

Plus les témoignages devant le juge Gomery sont sinistres,
Plus on pointe du doigt l'actuel premier ministre.

Il panique à l'idée de mettre sa tête sur le billot.
Du calme! Il n'a qu'à faire marcher ses doigts, c'est rigolo.

Pour se sentir mieux et reprendre de l'aplomb,
Il n'a qu'à appeler info-corruption.

Pour Alain Renaud, appuyez sur le un. Sous serment il a parlé
De discussions entre le premier ministre et Claude Boulay.

Pour Jean Brault, appuyez sur le deux. Il a dû, pour ne pas risquer la déconfiture,
financer des campagnes libérales et présenter de fausses factures.

C'était le prix à payer
Pour les commissions et les contrats libéraux à empocher.

Pour Castelli, appuyez sur le trois. Ce sous-fifre et ami du premier ministre
A vu à ce que Serge Savard profite de l'argent des commandites, c'est sinistre.

Pour Kinsella, appuyez sur le quatre. Une affaire de trafic de marchés
sur les ordres du premier ministre à Earnscliffe réservés.

Appuyez sur le cinq pour Gagliano ou sur le six pour Guité,
Ou pour nous délivrer de ce scandale, de cette calamité,

Appuyez sur le sept. La cavalerie sortira dans l'heure
Et les escrocs libéraux seront punis par un gouvernement conservateur.

*   *   *

+-L'environnement

+-

    Mme Nancy Karetak-Lindell (Nunavut, Lib.): Monsieur le Président, le 22 avril, Jour international de la Terre, j'ai participé, en compagnie d'enfants, d'adultes et de personnes âgées d'Iqaluit, à une célébration de la sagesse arctique. Cela se passait sur la mer gelée. De nombreuses personnes en visite dans la capitale de notre territoire, y compris des Américains, se sont joints à nous.

    C'était un jour de grand vent et il faisait 20 degrés sous zéro. Nous avons réalisé une image sur la glace montrant l'effet dévastateur du réchauffement planétaire sur les glaces de l'Arctique. L'objectif était de sensibiliser davantage les gens au grave problème des changements climatiques, qui touche l'Arctique et ses habitants, et d'inciter les gens à agir. L'inscription accompagnant l'image était « Arctic Warning Naalagit »; le dernier mot signifie « écouter ». L'événement a été retransmis à la télévision partout dans le monde.

    Était présente avec moi Sheila Watt-Cloutier, qui avait été désignée cette semaine-là Championne de la Terre par les Nations Unies. Elle a aussi reçu le prestigieux prix Sophie, décerné par la Norvège, pour ses travaux remarquables dans le domaine de l'environnement, elle qui attire l'attention du monde sur l'effet désastreux du réchauffement planétaire...

+-

    Le Président: Le député de Burnaby—Douglas a la parole.

*   *   *

+-Le Jour de la Victoire en Europe

+-

    M. Bill Siksay (Burnaby—Douglas, NPD): Monsieur le Président, ce week-end, nous célébrerons le 60e anniversaire de la victoire en Europe.

    Je suis heureux de rendre hommage aux valeureux soldats qui ont combattu durant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, nous sommes encore les bénéficiaires de leur sacrifice. Nous nous rappelons de leur courage et de leur immense apport à notre pays.

    Cette semaine, les Pays-Bas ont une fois de plus été l'hôte de cérémonies émouvantes exprimant la gratitude des Hollandais envers nos anciens combattants.

    Je me joins aux anciens combattants, à leurs familles et à tous les Canadiens pour honorer, à l'occasion de cet anniversaire important, les milliers de soldats qui ont défendu notre liberté, ainsi que leurs camarades morts au combat.

    Je veux rendre un hommage tout particulier aux anciens combattants de ma circonscription, Burnaby—Douglas, et à ceux de la filiale 148 de la Légion royale canadienne.

    Du fond du coeur, je remercie tous nos anciens combattants.

*   *   *

+-L'Ontario

+-

    Mme Belinda Stronach (Newmarket—Aurora, PCC): Monsieur le Président, les contribuables ontariens paient des milliards de dollars chaque année et se demandent où sont les services qu'on devrait leur fournir en retour.

    Les soins de santé et le transport ont souffert en raison des compressions budgétaires du premier ministre libéral. Les gens perdent des centaines d'heures par année dans leur automobile sur des autoroutes congestionnées, ce qui diminue d'autant leur productivité, parce que le gouvernement libéral n'a pas tenu sa promesse de transférer la taxe sur l'essence aux municipalités pour les services essentiels de transport en commun et le réseau routier.

    Le premier ministre du Canada rencontre le premier ministre de l'Ontario demain. J'exhorte le premier ministre du Canada à réduire l'écart grandissant entre, d'une part, les taxes et les impôts payés par les Ontariens et, d'autre part, les services qu'ils reçoivent en retour.

    Les Ontariens sont fiers de leur contribution à l'édification d'un Canada fort. Il est grand temps que le gouvernement libéral se mette à réinvestir dans le moteur économique du Canada. Redonnons aux Ontariens leurs services. C'est vraiment le moins qu'on puisse faire.

*   *   *

[Français]

+-L'éclairage nocturne

+-

    Mme France Bonsant (Compton—Stanstead, BQ): Monsieur le Président, je suis heureuse de vous faire part d'un projet original et avant-gardiste qui est en train de se réaliser dans ma circonscription. C'est à Scotstown, où il y a une population de 650 habitants et un budget annuel qui dépasse à peine les 600 000 $.

    Grâce au soutien d'une firme spécialisée en la matière, la municipalité déposait un peu avant les Fêtes, son « plan lumière », c'est-à-dire un modèle innovateur en matière d'éclairage extérieur nocturne en milieu rural.

    L'ASTROLab du Mont-Mégantic et la municipalité unissent leurs efforts pour minimiser les impacts indésirables liés à l'utilisation de l'éclairage nocturne, ce qui permet ainsi de créer une des plus importantes réserves de ciel étoilé au monde.

    Je rends hommage à Mme Chantal Ouellet, la mairesse, ainsi qu'à son conseil pour l'audace imaginative dont ils font preuve. Je salue aussi les contribuables qui ont accepté d'investir dans le XXIe siècle. Bravo à tous et à toutes.

*   *   *

  +-(1115)  

[Traduction]

+-Le Jour de la Victoire en Europe

+-

    Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC): Monsieur le Président, il y a trois importantes occasions à signaler pour le dimanche 8 mai.

    C'est le 60e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le Jour de la Victoire en Europe marque la fin d'une lutte féroce et sanglante qui s'étira sur presque six années. Un million de jeunes Canadiens ont revêtu l'uniforme pour aider l'Europe à se libérer de la tyrannie nazie, et 45 000 d'entre eux ne sont jamais rentrés au pays.

    Le 8 mai est aussi la Fête des mères. À cette occasion, j'aimerais offrir mes meilleurs voeux à toutes les mères, et en particulier aux mères de nos militaires.

    Dimanche, les portes du nouveau Musée canadien de la guerre seront ouvertes au public pour la première fois. C'est un bâtiment impressionnant qui regorge d'objets de notre patrimoine militaire, dont nous sommes fiers.

    Des milliers d'anciens combattants seront présents lors de l'ouverture du musée et de la commémoration du Jour de la Victoire en Europe. Au nom de la nation reconnaissante, j'aimerais leur exprimer, à tous, notre gratitude.

*   *   *

+-Le budget

+-

    M. Russ Powers (Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale, Lib.): Monsieur le Président, dans un passé récent, le chef conservateur a soutenu que son caucus consulterait les Canadiens pour déterminer s'il y avait lieu de provoquer des élections hâtives. Avant même que son caucus ait eu la chance de lui faire rapport, le Globe and Mail nous apprenait que le chef de l'opposition avait affirmé, « Il sera très difficile d'adopter le budget avant le dépôt de la motion de censure ». On dirait bien qu'il avait déjà décidé quoi faire bien avant que débute ce simulacre de consultation.

    Cette semaine, ses propres députés lui ont exprimé de sérieuses préoccupations quant à la pertinence de déclencher des élections avant que le Parlement n'adopte le budget, mais le chef de l'opposition a fait fi de leurs inquiétudes et a déclaré que le caucus était unanime. Non seulement le chef conservateur ne tient-il pas compte de l'opinion des Canadiens, mais il ignore aussi celle de son caucus.

    Le budget de 2005 prévoit des nouveaux fonds considérables pour la défense nationale, l'environnement et les soins de santé, ainsi que pour les enfants et les aînés. De ce côté-ci de la Chambre, nous nous employons à faire fonctionner le Parlement et à travailler pour les Canadiens en adoptant le budget. Voilà ce qu'il convient de faire.


+-QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

*   *   *

[Traduction]

+-Les finances

+-

    L'hon. Rob Nicholson (Niagara Falls, PCC): Monsieur le Président, vous avez rendu hier une décision au sujet de la motion de mon parti selon laquelle le gouvernement devrait démissionner. Vous avez dit que la motion était recevable et pouvait donc être soumise à la Chambre. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le leader du gouvernement à la Chambre a laissé entendre que, même si cette motion était adoptée, son gouvernement était prêt à faire fi de la volonté de la Chambre.

    Je ne devrais pas avoir besoin de rappeler à la Chambre que les traditions démocratiques de notre pays ne sont pas un cadeau du Parti libéral. Le premier ministre saisira-t-il cette occasion pour manifester son respect à l'égard des décisions de la Chambre des communes et pour rejeter les remarques du leader du gouvernement à la Chambre?

+-

    L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.): Monsieur le Président, ce que je trouve fort intéressant ici, c'est que, l'automne dernier, l'opposition officielle défendait évidemment une définition assez étroite de ce qui constitue une motion de défiance. Et voici que, soudainement, malgré ce que nous semblons trouver dans les règles de procédure et à d'autres endroits, ils sont en faveur d'une définition plus large de ce concept. Selon moi, cela ne fait que nous éclairer sur le penchant naturel de l'opposition officielle pour l'opportunisme politique.

*   *   *

+-Le Programme de commandites

+-

    L'hon. Rob Nicholson (Niagara Falls, PCC): Monsieur le Président, c'est ridicule.

    Il y a un an, le premier ministre disait: « Il y a une chose que je peux vous promettre, et c'est que je vais changer l'opinion des citoyens à l'égard de leur gouvernement. » Je ne vais certainement pas le contredire à ce sujet.

    Hier, nous avons entendu le témoignage sous serment d'un ancien directeur du parti, Michel Béliveau, qui a envoyé des dizaines de milliers de dollars dans des circonscriptions non libérales pour essayer de fausser le résultat des élections de 1997.

    Le premier ministre a dit qu'il ne voulait pas d'argent sale. Pourquoi ne commence-t-il pas par discuter de la question avec les députés qui ont bénéficié de cet argent sale et voir à ce que l'argent soit remis aux contribuables canadiens?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, encore une fois, les députés d'en face commentent certains témoignages choisis et ne veulent pas que les Canadiens sachent toute la vérité. M. Béliveau a également insisté sur le fait qu'il avait agi seul. Il a dit qu'il n'avait jamais informé les dirigeants libéraux. Il a dit que c'était lui, et personne d'autre.

    Je veux être bien clair. Nous, les libéraux, et tous les Canadiens voulons que toute personne coupable soit punie. Nous voulons que la vérité sorte, et c'est pourquoi nous appuyons le juge Gomery, mais nous défendrons la réputation de dizaines de milliers de militants au sein de notre parti et de tous les partis politiques partout au Canada.

+-

    L'hon. Rob Nicholson (Niagara Falls, PCC): Monsieur le Président, ce ne sont pas là des témoignages choisis. Tous les témoignages présentés depuis un an montrent aux Canadiens, au-delà de tout doute, que tout ce gâchis était une tentative de la part des membres du Parti libéral en vue de s'en mettre plein les poches et de fausser le processus démocratique.

    Pourquoi le premier ministre ne s'excuse-t-il pas auprès de tous ces Canadiens honnêtes qui ont participé au processus démocratique et respecté les règles? Pourquoi n'admet-t-il pas une fois pour toutes que tout ce gâchis n'avait rien à voir avec le Canada, mais qu'il visait plutôt à servir les intérêts du Parti libéral?

  +-(1120)  

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, voici ce que le juge Gomery a dit hier:

[...] il n'y a rien de déshonorant à travailler à une campagne électorale. Malheureusement, la question des commandites a mis en doute, sans raison, la réputation de bien des gens. Les travailleurs de campagne électorale ne sont pas de mauvaises gens. En fait, ce sont de bonnes gens qui participent au processus démocratique.

    Le juge Gomery a raison. Bien que nous voulions que les coupables soient punis, les Canadiens ne veulent pas que la réputation de milliers de militants politiques de tous les partis soit salie par les conservateurs et les séparatistes.

+-

    Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC): Monsieur le Président, hier, de nouveaux témoignages faits sous serment ont révélé une fois de plus que les libéraux ont acheté les élections avec des fonds illégaux. L'argent a été soutiré aux Canadiens honnêtes et travailleurs et utilisé pour corrompre le système démocratique dont nous avons pu un jour être fiers.

    L'achat de votes fait maintenant partie intégrante de la culture libérale et nous voyons que les tractations occultes quotidiennes du gouvernement coûtent des milliards de dollars. N'est-il pas juste de dire que le budget élastique du gouvernement libéral n'est qu'une tactique malhonnête de plus pour se maintenir au pouvoir?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, le budget du gouvernement du Canada est très solide. Je suis très heureux de dire à la Chambre que, depuis que nous avons équilibré les livres pour la première fois, en 1997, après 27 ans de déficits, nous sommes passés au premier rang des pays du G7 pour le taux de croissance du niveau de vie, la création d'emplois, le taux d'emploi et la réduction de la dette.

    Nous sommes le seul pays du G7 qui a un budget équilibré, cela depuis sept ans, et qui aura encore un budget équilibré au cours des cinq prochaines années. Ce n'est pas un budget élastique, mais un budget très solide.

+-

    Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC): Monsieur le Président, il y a des libéraux que l'on ne peut pas croire en raison des témoignages d'autres libéraux.

    Les libéraux savent maintenant qu'ils n'ont plus un budget légitime. Il s'est désintégré dans un coup monté où une opération de charme servait à camoufler un nid de vipères.

    N'est-il pas vrai...

    Des voix: Oh, oh!

+-

    Le Président: Nous passerons à la question suivante.

    La députée de Rivière-du-Nord a la parole.

[Français]

+-

    Mme Monique Guay (Rivière-du-Nord, BQ): Monsieur le Président, à la suite du témoignage de l'ancien président de l'aile québécoise du Parti libéral du Canada, Michel Béliveau, on apprend que le compteur tourne toujours et que le montant de l'argent sale, illégal et libéral ayant servi à des fins électorales atteint maintenant plus de 2 millions de dollars.

    Devant ces révélations qui s'accumulent, qu'attend le gouvernement pour créer cette fiducie en faveur de laquelle la Chambre a voté majoritairement le 19 avril dernier?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, le parti a été clair: s'il a reçu des fonds inappropriés, il va rembourser les contribuables. Cependant, il n'est pas possible de faire cela sans connaître tous les faits et, pour cela, il faut attendre le rapport du juge Gomery.

+-

    Mme Monique Guay (Rivière-du-Nord, BQ): Monsieur le Président, c'est avec une attitude comme celle-là que les libéraux vont perdre leur vote de confiance le 18 mai prochain.

    Michel Béliveau affirme avoir obtenu, au minimum, une somme de 300 000 $ d'argent sale de Jacques Corriveau et une autre somme de 121 000 $ d'Alain Renaud, argent qui a été utilisé à des fins partisanes, le tout en violation de la Loi électorale du Canada. Et le compteur tourne toujours.

    Est-ce que le gouvernement entend respecter la volonté de la Chambre et créer, dès maintenant, une fiducie pour y déposer l'argent sale des commandites?

[Traduction]

+-

    L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.): Monsieur le Président, nous avons dit très clairement que toute somme d'argent versée de façon illicite au Parti libéral sera entièrement remboursée.

    De plus, nous avons dit très clairement que toute personne ayant commis des actes répréhensibles à cet égard doit être poursuivie selon la loi dans toute sa rigueur et assumer l'entière responsabilité de tels actes. C'est notre position et je tiens à l'énoncer très clairement.

[Français]

+-

    Mme Pauline Picard (Drummond, BQ): Monsieur le Président, Michel Béliveau ajoute que Jacques Corriveau n'était pas la seule source de financement « occulte » du Parti libéral du Canada. En 1997, Alain Renaud a aussi fait transiter 50 000 $ par Groupaction vers le Parti libéral. Comme on peut le constater, le compteur tourne toujours.

    Le gouvernement ne pense-t-il pas qu'il devrait porter une attention particulière à ces aveux qui viennent de ses propres rangs, et qu'il est temps qu'il mette tout cet argent sale, illégal et libéral dans une fiducie?

  +-(1125)  

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, on a allégué également que le Parti québécois avait encaissé des fonds illicites. De fait, la Commission Gomery a entendu des allégations contre le Parti conservateur, contre le Parti québécois et les partis séparatistes et, effectivement, contre le Parti libéral.

    Mais le seul qui tient à aller au fond des choses est le premier ministre puisque les séparatistes et les conservateurs nient toute responsabilité de leurs partis à cet égard. Si nous allons au fond des choses, c'est parce que nous sommes du côté des Canadiens, qui veulent connaître la vérité.

[Français]

+-

    Mme Pauline Picard (Drummond, BQ): Monsieur le Président, avec une telle attitude, c'est clair que les libéraux vont perdre le vote de confiance du 18 mai.

    Ce n'est pas tout! On apprend du témoignage de Michel Béliveau qu'il faut encore ajouter 63 500 $, reçus en 1998 de la compagnie personnelle d'Alain Renaud, en plus des 8 000 $ reçus en argent comptant.

    Le gouvernement ne pense-t-il pas qu'il est grand temps de déposer tout cet argent sale en fiducie?

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai déjà dit, le premier ministre a été clair, le gouvernement a été clair et le parti a été clair: toute somme d'argent versée de façon illicite sera entièrement remboursée aux contribuables canadiens.

    Ne perdons pas de vue que, dans cette Chambre, il n'y a qu'un seul chef qui défend la justice, qui place son pays avant son parti, qui place ses principes au-dessus de la stratégie partisane et qui est disposé à faire ce qui doit l'être pour aboutir à la vérité. Il s'agit de notre premier ministre, qui se porte à la défense du juge Gomery, dans l'intérêt des Canadiens.

*   *   *

+-La réforme démocratique

+-

    L'hon. Ed Broadbent (Ottawa-Centre, NPD): Monsieur le Président, ma question s'adresse à la vice-première ministre. Hier, en Grande-Bretagne, 63 p. 100 des citoyens ont voté contre le gouvernement travailliste, et pourtant, aujourd'hui, avec à peine 3 p. 100 de plus de voix que les conservateurs, le parti de M. Blair forme encore le gouvernement avec une majorité notable.

    Étant donné que notre système électoral est calqué sur le système britannique, qu'il a les mêmes racines prédémocratiques et donne les mêmes résultats injustes, la vice-première ministre ne croit-elle pas que nous devrions procéder à une vaste réforme démocratique de notre système électoral maintenant?

+-

    L'hon. Mauril Bélanger (leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable de la réforme démocratique et ministre associé de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, dans le discours du Trône, la Chambre des communes a demandé à l'unanimité l'automne dernier qu'un comité du Parlement examine la façon dont les Canadiens pourraient participer au processus de réforme de nos institutions démocratiques, et notamment de notre système électoral. Ce comité prépare son rapport. Le gouvernement lui donnera suite lorsqu'il l'aura reçu, conformément aux souhaits unanimes de la Chambre.

+-

    L'hon. Ed Broadbent (Ottawa-Centre, NPD): Monsieur le Président, le ministre sait fort bien que les membres libéraux du comité font traîner les choses en longueur depuis le début de cette session du Parlement.

    Comme ce processus de réformes pourrait être lancé et terminé d'ici à la fin de l'année civile en cours, va-t-il discuter avec les membres libéraux du comité pour veiller à accélérer le processus, afin que nous puissions avoir au Canada une réforme électorale d'ici à la fin de cette année civile?

+-

    L'hon. Mauril Bélanger (leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable de la réforme démocratique et ministre associé de la Défense nationale, Lib.): Monsieur le Président, le député et moi-même avons eu des discussions là-dessus. Il sait que le gouvernement cherche sérieusement à procéder à une réforme démocratique, et notamment une réforme électorale.

    Le gouvernement ne dicte pas à un comité ce qu'il doit faire, surtout dans ce cas-ci où c'est l'opposition qui détient la majorité au comité. Lorsque le gouvernement aura reçu le rapport, nous suivrons les règles pertinentes, prendrons le rapport en délibéré et agirons dans le respect du Règlement de la Chambre.

*   *   *

+-Le Programme de commandites

+-

    M. Joe Preston (Elgin—Middlesex—London, PCC): Monsieur le Président, des hauts dirigeants du Parti libéral ont témoigné devant la Commission Gomery. Les Canadiens ont appris que 8 000 $ d'argent sale avaient été versés à des travailleurs de campagne électorale dans la circonscription de l'ancienne ministre du Patrimoine, Hélène Scherrer, qui est maintenant secrétaire principale du premier ministre. Maintenant que nous savons que le cabinet du premier ministre était impliqué dans le scandale des commandites, quand le premier ministre en a-t-il été informé?

  +-(1130)  

+-

    L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.): Monsieur le Président, je veux être absolument claire à cet égard afin que tout le monde saisisse très bien la situation. Mme Scherrer n'avait absolument pas connaissance de l'allégation qui vient d'être faite relativement à sa circonscription.

    Nous avons dit clairement que nous rembourserions tous les fonds qui auraient été mal utilisés ou donnés illégalement au Parti libéral.

    Je tiens à souligner que Mme Scherrer n'avait absolument aucune connaissance de transactions de ce genre.

+-

    M. James Bezan (Selkirk—Interlake, PCC): Monsieur le Président, ce sont des aveux faits par des libéraux, pas des allégations. Ces aveux ont été faits sous serment. L'organisateur libéral Michel Béliveau a maintenant confirmé des témoignages au sujet de sacs de papier remplis d'argent...

    Des voix: Oh, oh!

+-

    Le Président: À l'ordre, s'il vous plaît. Le député de Selkirk--Interlake a la parole pour poser une question. Je ne doute pas qu'il apprécie l'aide, mais nous voudrions bien entendre la question.

+-

    M. James Bezan: Monsieur le Président, l'organisateur libéral Michel Béliveau a maintenant confirmé des témoignages dans lesquels il a été question de sacs de papier remplis d'argent. M. Béliveau a confirmé que 8 000 $ d'argent sale ont été utilisés pour payer des dépenses d'élection de l'ancienne ministre du Patrimoine, Hélène Scherrer, qui a été battue et qui est maintenant secrétaire principale du premier ministre.

    Quand le premier ministre ordonnera-t-il à Mme Scherrer de rembourser cet argent aux contribuables, comme d'autres libéraux ont proposé de le faire?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, nous savons déjà ce que les conservateurs ont dit de certains des témoignages. En fait, voici ce qu'ils ont dit il y a quelques mois au sujet du témoignage de Chuck Guité. Le député de Calgary-Sud-Est a dit que la seule personne qui croyait Chuck Guité était Chuck Guité, et que son témoignage n'était pas « crédible ».

    Le fait est qu'ils vont choisir les témoignages qui font leur affaire pour étayer leurs arguments partisans étroits, mais voici ce qu'on lit dans le Globe and Mail d'aujourd'hui:

    Nous n'avons entendu aucun témoignage convaincant au sujet de l'implication de M. Martin dans les faits allégués [... ] M. Tremblay ne peut ni confirmer ni nier les allégations puisqu'il est décédé l'automne dernier. Et il est difficile d'imaginer [...]

+-

    Le Président: Le député de Calgary-Ouest a la parole.

+-

    M. Rob Anders (Calgary-Ouest, PCC): Monsieur le Président, voilà un bel exemple de manque de crédibilité. La loi du silence qui s'appliquait à l'argent sale des commandites versé aux candidats libéraux du Québec a été brisée. Comme les pistes mènent tout droit au cabinet du premier ministre, que sait exactement le premier ministre et combien de députés d'en face ont reçu la directive de se taire?

    Hier, le directeur de l'aile québécoise du Parti libéral a avoué dans son témoignage avoir reçu 300 000 dollars dans des enveloppes brunes de la part d'un ancien organisateur libéral. Il a lui-même empoché 100 000 dollars que contenaient une enveloppe remplie de billets de 20 et de 100 dollars au siège montréalais du parti.

    Quand les circonscriptions, qui ont fini par recevoir cet argent sale...

+-

    Le Président: Le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux a la parole.

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, si le député voulait bien prendre connaissance de la totalité de ce témoignage, il constaterait que M. Béliveau a également dit qu'il n'avait jamais, jamais rien dit aux autres responsables libéraux. Il a affirmé avoir agi seul.

    Il est évident que ces députés vont se contenter du témoignage d'une personne à des fins partisanes bornées, même si ce témoignage est contredit par d'autres. Quant les Canadiens observent de telles activités à la Chambre, leur sentiment que le juge Gomery fait ce qu'il faut ne peut qu'être renforcé, et c'est pourquoi ils appuient son travail.

+-

    M. Jeremy Harrison (Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill, PCC): Monsieur le Président, nous avons appris hier de la bouche de l'organisateur libéral Michel Béliveau qu'il a reçu 300 000 dollars des mains de Jacques Corriveau pour financer la campagne libérale lors des élections de 1997. Ces politicards ont scandaleusement échangé des enveloppes de billets d'argent appartenant aux contribuables, tout ça au profit du Parti libéral. Au moins cinq des députés ministériels ont été élus dans des circonscriptions qui auraient reçu de cet argent sale, à raison de 60 000 dollars chacune.

    Quand le premier ministre remboursera-t-il aux contribuables l'argent que son parti leur a subtilisé?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, cela ressemble à une campagne quotidienne de salissage de l'opposition. Hier, c'était Chuck Guité, le saint patron de l'opposition. Aujourd'hui, c'est M. Béliveau.

    Lorne Gunter, dans l'édition d'aujourd'hui de l'Edmonton Journal, affirme ceci au sujet de Chuck Guité:

    Guité est loin d'être un témoin crédible et ses assertions contre Martin ne sont pas vraiment des « preuves ». Un arnaqueur compulsif comme lui n'est pas un témoin crédible.

    Lorne Gunter n'est pas exactement un ami du Parti libéral du Canada. Je prierais les députés d'en face au moins d'écouter ce que dit leur copain Lorne Gunter.

  +-(1135)  

[Français]

+-

    M. André Bellavance (Richmond—Arthabaska, BQ): Monsieur le Président, la farce a assez duré. Le compteur libéral indique que plus de 2 millions de dollars d'argent sale est allé dans les coffres du Parti libéral, de l'argent sale qui a été utilisé en violation de la Loi électorale du Canada. Devant autant d'indécence, il est temps de mettre cet argent en lieu sûr.

    Qu'attend le gouvernement pour mettre en fiducie plus de 2 millions de dollars identifiés jusqu'à maintenant par l'ensemble des témoignages comme ayant servi à garnir la caisse occulte du Parti libéral du Canada?

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, ce n'est pas une blague; c'est très sérieux. Ce sont cependant des allégations, non pas des faits. Pour connaître les faits, il faut attendre le rapport du juge Gomery.

+-

    M. André Bellavance (Richmond—Arthabaska, BQ): Monsieur le Président, ce qui est clair, c'est qu'avec cette attitude, les libéraux perdront leur vote le confiance, le 18 mai. Le gouvernement doit se rendre à l'évidence que, contrairement à ses prétentions, il ne s'agit pas d'une affaire limitée à quelques individus. On parle plutôt d'un réseau organisé qui a fait tomber dans la caisse occulte du Parti libéral du Canada plus de 2 millions de dollars.

    Qu'attend donc le gouvernement pour prendre ses responsabilités et déposer le tout en fiducie, comme la Chambre lui a ordonné de le faire en avril dernier?

    Des voix: Oh, oh!

[Traduction]

+-

    Le Président: À l'ordre, s'il vous plaît. Les députés semblent plus volubiles que d'habitude. J'espère qu'ils vont faire preuve d'un peu de retenue.

[Français]

    Peut-être que l'honorable députée de Drummond pourrait aider son collègue à garder le silence.

    L'honorable ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux a maintenant la parole pour répondre à la question.

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, on avance plusieurs autres allégations. Par exemple, on allègue que le Parti québécois a reçu des fonds inappropriés. Le Bloc convient-il de ce témoignage? Sinon, peut-être devrait-on attendre le rapport du juge Gomery. Pour l'instant, c'est vraiment de la foutaise.

+-

    M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ): Monsieur le Président, la voracité du Parti libéral du Canada semble sans bornes.

    Après les révélations des Brault, Béliveau et Corbeil, on apprend que Serge Gosselin a effectué du travail partisan dans le cadre du Congrès libéral de 2000 et que ses services auraient été payés avec de l'argent sale provenant des commandites. Aucune facture, aucune, n'aurait été transmise au Parti libéral pour son travail.

    Que faut-il de plus au gouvernement pour mettre en place une fiducie et commencer à y verser l'argent sale des commandites?

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, des allégations de méfaits au sein de l'organisation séparatiste au Québec, du Parti conservateur avant l'arrivée du gouvernement libéral et, évidemment, du Parti libéral, ont été formulées devant le juge Gomery.

    Il y a un parti et un seul chef, soit notre premier ministre libéral, qui ont eu le courage de faire directement face à la situation, de faire ce qui s'impose, c'est-à-dire d'aller au fond des choses. J'invite les gens d'en face à faire preuve du même courage. Les Canadiens veulent que nous changions la culture de gouvernance au Canada et ils veulent que nous prenions les mesures appropriées. Seuls le Parti libéral et le premier ministre libéral ont le courage de le faire.

[Français]

+-

    M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ): Monsieur le Président, c'est avec des déclarations comme celles-là que le Parti libéral va perdre son vote de confiance le 18 mai prochain!

    Non seulement Gosselin écrivait-il des documents politiques pour le Parti libéral du Canada, mais il a aussi rédigé la biographie d'Alfonso Gagliano, laquelle a été présentée lors d'une soirée qui s'est tenue au buffet de Joe Morselli et qui a été présidée par nul autre que Monsieur activités partisanes en personne, l'actuel ministre des Transports.

    Est-ce que le gouvernement comprend que la création, maintenant, d'une fiducie est devenue incontournable?

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, encore une fois, les députés d'en face parlent d'allégations non prouvées, non fondées. Ils ne parlent pas des faits. Pour connaître les faits, il faut attendre le rapport Gomery.

    Cela dit, il est très clair que les séparatistes ne veulent pas que les Canadiens connaissent les faits avant la tenue d'élections. Ils veulent des élections fondées sur des accusations et des allégations délirantes. Ce qui est bon pour les séparatistes est rarement bon pour le Canada; les conservateurs ne doivent pas l'oublier. Nous défendons la vérité, nous défendons les intérêts des Canadiens, nous leur accordons le respect qu'ils méritent et nous allons leur donner la vérité qu'ils méritent.

*   *   *

  +-(1140)  

+-Les anciens combattants

+-

    Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC): Monsieur le Président, le gouvernement libéral insulte la mémoire de nos anciens combattants en faisant appel d'une décision judiciaire favorable à deux anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale qui s'étaient vu refuser une indemnité de prisonnier de guerre rétroactive.

    Norman Reid et Al Trotter se sont tous les deux distingués par leurs états de service et leur bravoure.

    Pourquoi le premier ministre continue-t-il de gaspiller l'argent des contribuables pour entreprendre des poursuites à l'encontre d'une décision de la Cour fédérale au lieu d'honorer les obligations du Canada à l'égard de ces anciens combattants?

+-

    L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.): Monsieur le Président, au moment où nous soulignons ici à la Chambre le 60e anniversaire du Jour de la Victoire en Europe et où nous rendons hommage à la bravoure des hommes et des femmes qui ont défendu notre pays et le monde entier, je ne crois pas opportun de me lancer dans une discussion sur des cas particuliers.

    Je tiens à assurer à la députée que je ferai part de sa question à la ministre des Anciens Combattants dès qu'elle reviendra de son voyage qui avait justement pour but de rendre hommage à ces femmes et ces hommes courageux.

+-

    Mme Betty Hinton (Kamloops—Thompson—Cariboo, PCC): Monsieur le Président, je peux assurer au député que j'ai déjà soulevé la question auprès de la ministre et que je n'ai pas obtenu de réponse favorable de sa part.

    Une veuve de 81 ans, qui habite à Winnipeg, s'est vu refuser l'indemnité accordée aux anciens combattants ayant souffert des essais chimiques et à laquelle son mari avait droit. Anciens Combattants Canada ne veut pas lui accorder cette indemnité annuelle de 24 000 $ parce que l'homme qui a été son mari pendant près de cinquante ans n'a pas laissé de testament. Pas de testament, pas d'argent.

    Il semble que toutes les excuses sont bonnes quand il s'agit des anciens combattants. Pourquoi la ministre refuse-t-elle cette indemnité à cette veuve de guerre et à toutes les autres qui ont pris soin de ces hommes pendant toute leur vie?

+-

    L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.): Monsieur le Président, je crois que la députée reconnaîtra que notre gouvernement rend hommage aux anciens combattants en déclarant que l'année en cours est l'Année de l'ancien combattant. Nous avons adopté un nouveau programme pour les droits des anciens combattants. Nous agissons de manière proactive. Nous voulons assurer que les anciens combattants et leur famille obtiennent tout ce à quoi ils ont droit. À titre de gouvernement, nous tenons à travailler en collaboration avec les anciens combattants et leur famille.

*   *   *

+-Les aéroports

+-

    M. Andrew Scheer (Regina—Qu'Appelle, PCC): Monsieur le Président, à cause de l'indécision des libéraux, les aéroports d'un bout à l'autre du pays ont vu leurs loyers portés à des niveaux records. Le ministre des Finances sait depuis des années que la formule du loyer est injuste. Ses atermoiements coûtent des millions aux voyageurs. Les contribuables ont déjà payé pour construire les aéroports. Maintenant, des loyers exorbitants font d'eux des victimes d'extorsion.

    L'aéroport de Regina a déjà perdu la desserte d'Air Canada et il verra son loyer monter en flèche et atteindre plus d'un demi-million de dollars l'an prochain.

    Quand le député de Wascana mettra-t-il fin à l'extorsion, ou peut-être devrais-je plutôt poser la question au nouveau ministre néo-démocrate des Finances?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, la nature de la question est plutôt loufoque. Le député sait qu'il n'y a pas d'augmentation prévue du loyer dans quelque aéroport que ce soit au Canada d'ici au 1er janvier prochain, soit le 1er janvier 2006.

    Le ministre des Transports et moi-même avons travaillé très fort dans ce dossier et nous prévoyons avoir une annonce à faire au cours des prochains jours.

+-

    M. James Rajotte (Edmonton—Leduc, PCC): Monsieur le Président, en fait, ils ont eu des années pour régler ce problème. Le récent budget fédéral a complètement fait fi des aéroports de partout au pays, en ne leur accordant pas d'aide pour alléger le poids de leurs loyers exorbitants.

    À titre d'exemple, l'aéroport d'Edmonton, l'an prochain, verra son loyer grimper de 447 p. 100 pour atteindre 18 millions de dollars. Ces loyers ne sont rien d'autre que des taxes imposées aux voyageurs et à un secteur d'activité qui a du mal à se rétablir.

    Pourquoi le ministre des Finances et le ministre des Transports n'ont-ils pas agi pour aider cette industrie en allégeant son fardeau fiscal et pour aider les voyageurs canadiens en réduisant les taxes?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Monsieur le Président, je suis très heureux de dire que le ministre des Transports et moi-même avons rencontré pratiquement toutes les administrations aéroportuaires d'un bout à l'autre du pays, y compris celle d'Edmonton. Nous travaillons avec elles à la mise au point d'une solution constructive.

    Comme je l'ai indiqué, nous estimons que la formule actuellement en place, qui existe depuis 12 ou 15 ans, est inéquitable. Il faut la corriger. Il doit exister une formule cohérente d'un aéroport à l'autre. Il faut que les loyers diminuent, en comparaison de ce qu'ils sont en vertu de la formule actuelle, et cela va se faire.

*   *   *

+-Les ressources humaines et le développement des compétences

+-

    M. Mario Silva (Davenport, Lib.): Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences.

    De nombreuses organisations communautaires, dont quelques-unes de ma circonscription de Davenport, ont exprimé des inquiétudes au sujet du processus d'appel de propositions de la ministre. Elles font valoir que ce processus ne tient pas compte de la qualité du service qui existe déjà et qu'il cause de l'instabilité, ce qui désavantage énormément les organismes d'aide sociale.

    La ministre pourrait-elle nous dire ce qu'elle compte faire pour répondre à ces préoccupations?

  +-(1145)  

+-

    L'hon. Lucienne Robillard (présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Lib.): Monsieur le Président, le processus d'appel de propositions a comme objectifs la transparence et l'optimisation des ressources. Je veux qu'il soit bien clair que le secteur bénévole accepte ces principes. Ce qui posait et pose encore problème, c'est la mise en oeuvre du processus.

    Nous savons tous que le Comité permanent des ressources humaines se penche actuellement sur la question. Il accomplit un travail très utile. Il est en train de préparer son rapport, et je prendrai connaissance des recommandations.

    Qui plus est, nous avons déjà amélioré le processus. J'ai rencontré des représentants du secteur bénévole. Nous espérons être en mesure d'intervenir bientôt.

*   *   *

+-Le logement

+-

    Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD): Monsieur le Président, au moins 250 000 résidences canadiennes sont contaminées par l'isolant Zonolite. Cette substance mortelle contient de l'amiante, qui s'est révélée mortelle pour ceux qui y ont été exposés.

    Le gouvernement fédéral a utilisé la Zonolite dans les bases militaires et les collectivités autochtones. Il a également subventionné son utilisation dans le cadre du programme d'isolation thermique des résidences canadiennes, de sorte que des milliers de Canadiens l'ont utilisée pour isoler leurs greniers et leurs murs.

    Le ministre s'engagera-t-il aujourd'hui à mettre en oeuvre un programme de retrait dans lequel il divulguera entièrement la présence de la Zonolite dans le cadre de toutes les ventes de maisons bénéficiant d'une hypothèque de la SCHL?

+-

    L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.): Monsieur le Président, comme je l'ai déjà dit à la Chambre et à bon nombre de députés qui ont soulevé la question, il faut prendre bien soin d'employer les bons termes.

    Par exemple, cet isolant ne représente pas un danger pour la santé si on n'y touche pas. Nous avons dit et continuerons de dire aux Canadiens que, s'ils comptent rénover leur maison, ils devraient consulter des professionnels avant de toucher à quoi que ce soit, pour s'assurer qu'il n'y a aucun danger.

    Nous continuons de renseigner tous les Canadiens par l'entremise de notre site Web et d'autres organismes pour veiller à ce qu'ils demandent conseil à des professionnels.

+-

    Mme Bev Desjarlais (Churchill, NPD): Monsieur le Président, le ministre devrait avoir très honte de donner une telle réponse aux Canadiens. Encore une fois, les libéraux feignent d'ignorer une crise qui s'aggrave dans le domaine de la santé. Ce n'est qu'une question de temps avant que nous ne soyons témoins d'autres cancers causés par la Zonolite.

    Pourquoi le gouvernement met-il encore une fois en danger la santé et la vie des Canadiens? N'a-t-il rien appris du scandale du sang contaminé?

+-

    L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.): Monsieur le Président, je le répète, le gouvernement et moi voulons depuis toujours assurer la sécurité des Canadiens. Nous voulons veiller à ce que leurs maisons soient aussi sécuritaires que possible.

    Nous avons dit à tous les Canadiens, dans des sites Web et des documents d'information, que, s'ils effectuent des rénovations, ils devraient consulter les professionnels qui devraient connaître leur métier. Nous estimons donc que c'est ce que les Canadiens devraient faire, au lieu de sonner l'alarme, comme le fait la députée. Il est irresponsable d'affirmer que la santé de 250 000 Canadiens est en danger.

*   *   *

+-Les pêches

+-

    M. Loyola Hearn (St. John's-Sud—Mount Pearl, PCC): Monsieur le Président, le ministre des Pêches et des Océans sait qu'un conflit majeur existe présentement à Terre-Neuve-et-Labrador, relativement à la pêche au crabe. Il s'agit d'un problème de niveau strictement provincial.

    Le ministre va-t-il s'assurer que ses fonctionnaires ont des données à jour en ce qui a trait à l'état des stocks et au problème du crabe à carapace molle, avant de rajuster les dates et de déplacer la saison pour maximiser les avantages pour toutes les personnes concernées?

+-

    L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.): Monsieur le Président, je veux simplement dire, au nom du ministre des Pêches et des Océans, que celui-ci s'occupe justement de ce dossier aujourd'hui. Je sais qu'il porte un vif intérêt à cette question. Il veut faire son possible pour s'assurer que les personnes qui prennent ces décisions disposent de tous les renseignements dont elles ont besoin. J'ai pleinement confiance qu'il y parviendra.

*   *   *

+-Les ressources naturelles

+-

    M. Rob Moore (Fundy Royal, PCC): Monsieur le Président, les efforts flagrants déployés par les libéraux pour acheter des votes partout au Canada prennent des proportions démesurées. Cette semaine, le premier ministre a confirmé avoir donné au ministre responsable du Nouveau-Brunswick des instructions afin de conclure avec cette province une entente particulière pour compenser l'Accord atlantique.

    Nous constatons maintenant que le ministre fait marche arrière et qu'il n'avait même pas consulté le ministre des Finances au sujet de cet accord qui, selon le personnel politique, coûtera encore un milliard de dollars aux contribuables. Aucun détail n'a été communiqué quant au projet de dépenser de cet argent que, au dire du ministre des Finances, nous n'avons pas.

    Le ministre reconnaîtra-t-il que cela n'a rien à voir avec les besoins du Nouveau-Brunswick et tout à voir avec les prochaines élections?

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.): Absolument pas, monsieur le Président. Le premier ministre du Nouveau-Brunswick était ici il y a deux ou trois semaines. Il a eu une excellente discussion avec le premier ministre, au sujet de certains problèmes concernant sa province. L'étude de ces problèmes n'était pas suffisamment avancée pour que nous puissions y donner suite.

    En toute logique, le premier ministre a demandé à certains de ses ministres, y compris celui qui représente le Nouveau-Brunswick, de poursuivre l'étude de ces questions et de voir si nous pouvons arriver à une conclusion fructueuse.

*   *   *

  +-(1150)  

+-Les syndicats

+-

    Mme Joy Smith (Kildonan—St. Paul, PCC): Monsieur le Président, l'alliance libérale-néo-démocrate est en train d'escroquer le Manitoba. Le gouvernement bafoue le droit des particuliers qui travaillent à l'expansion du canal de dérivation de la rivière Rouge. Les travailleurs de la construction au Manitoba sont obligés de payer 2,91 $ de l'heure en cotisations syndicales même s'ils ne sont pas syndiqués. Résultat: les coffres du syndicat se gonflent de millions de dollars tandis que ni le projet ni les contribuables n'en tirent profit.

    Quand les entreprises de construction manitobaines ont demandé de l'aide au président du Conseil du Trésor, pourquoi ce dernier a-t-il refusé d'agir?

+-

    L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.): Monsieur le Président, comme c'est souvent le cas à la Chambre, les allégations du député d'en face sont entièrement fausses. Effectivement, le syndicat des travailleurs de la construction m'a demandé de désigner un médiateur.

    J'ai travaillé avec le premier ministre de la province et un médiateur a été désigné. Une entente convenable pour tous les intervenants a été conclue, nous permettant ainsi de poursuivre la construction de cet important ouvrage. Certains membres ont refusé de respecter l'entente conclue.

*   *   *

+-Les marchés publics

+-

    M. Pierre Poilievre (Nepean—Carleton, PCC): Monsieur le Président, l'article 14 de la Loi sur le Parlement du Canada stipule que:

    Il est interdit à tout sénateur d'être volontairement -- directement ou indirectement -- partie à un contrat mettant en jeu des fonds publics fédéraux, ou d'y être mêlé d'aucune autre façon.

    Le sénateur libéral Massicotte, qui est directeur général d'une entreprise bénéficiant d'un contrat gouvernemental d'une valeur de 100 millions de dollars et qui possède 30 millions de dollars d'actions dans cette entreprise, enfreint la loi. Pourquoi le premier ministre ne lui demande-t-il pas...

+-

    Le Président: J'ai de sérieuses réserves à propos de cette question. Le député sait qu'il lui est interdit de manquer de respect envers l'autre endroit. Alléguer qu'un autre parlementaire, en l'occurence de l'autre Chambre, a enfreint la loi est, à mon avis, contraire au Règlement.

[Français]

    L'honorable députée de Terrebonne—Blainville a la parole.

*   *   *

+-Le Programme de commandites

+-

    Mme Diane Bourgeois (Terrebonne—Blainville, BQ): Monsieur le Président, récapitulons un peu: les bénévoles du Parti libéral sont payés avec l'argent sale des commandites; le Parti libéral viole les lois électorales; le Parti libéral donne des contrats aux agences qui, en retour, contribuent grassement au financement du Parti libéral. C'est le scandale de l'argent sale illégal du Parti libéral.

    Qu'est-ce que le premier ministre attend pour tenir parole, pour remplir sa promesse et mettre l'argent sale du Parti libéral dans une fiducie, aujourd'hui même, maintenant?

[Traduction]

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, nous avons également entendu des allégations selon lesquelles le Parti québécois, la filiale provinciale des séparatistes, a obtenu des fonds de manière inappropriée et que ces fonds ont servi à influer sur l'octroi de contrats à certaines entreprises.

    J'exhorte donc les députés à ne pas considérer ces allégations comme des faits et, par souci d'équité pour le Parti québécois, les séparatistes et tous ceux qui sont visés injustement par certaines de ces allégations, à attendre le rapport du juge Gomery. Ce serait la meilleure chose à faire.

[Français]

+-

    Mme Diane Bourgeois (Terrebonne—Blainville, BQ): Monsieur le Président, il est clair qu'avec une telle attitude, les libéraux perdront leur vote de confiance, le 18 mai.

    Par ailleurs, on apprend qu'une militante du Parti libéral du Canada, une certaine Thalie Tremblay, faisait des émissions à la télé-communautaire pour faire la promotion des députés libéraux. Contre toute attente, elle n'était pas payée par le Parti libéral du Canada, mais bien par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, par l'intermédiaire de Groupaction.

    N'est-ce pas là un autre exemple d'argent sale, illégal, libéral...

+-

    Le Président: L'honorable ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux a la parole.

+-

    L'hon. Scott Brison (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Lib.): Monsieur le Président, encore une fois, le parti a été clair: s'il a reçu des fonds inappropriés, il remboursera les contribuables.

[Traduction]

    Ce qui est également clair, c'est qu'il y a eu des allégations contre le Parti québécois, qui n'a pas fait preuve d'autant de sincérité que le premier ministre.

    Le Parti québécois devrait faire l'objet d'une enquête. Les activités des séparatistes devraient faire l'objet d'une enquête. Si la vérité intéresse le Bloc, il devrait appuyer le premier ministre et faire la même chose dans sa propre cour.

*   *   *

  +-(1155)  

+-Les affaires étrangères

+-

    M. David Anderson (Cypress Hills—Grasslands, PCC): La réalité des choses n'est jamais celle que nous présente le gouvernement: comme nous l'avons vu ce matin, tout ce qu'il fait tourne au scandale.

    Cette semaine, nous apprenions que Maurice Strong, bienfaiteur financier et conseiller du premier ministre, est impliqué dans le scandale du programme de pétrole contre nourriture, mais il n'est pas le seul. La Commission canadienne du blé, un organisme gouvernemental, a illégalement arrangé des ventes à ce programme par l'intermédiaire de l'un de ses exportateurs accrédités. Or, on a perdu 30 p. 100 de la valeur du contrat.

    Pourquoi le gouvernement a-t-il permis à des organismes publics de participer illégalement à ce programme, qui a lamentablement échoué?

+-

    L'hon. Pierre Pettigrew (ministre des Affaires étrangères, Lib.): Monsieur le Président, le gouvernement est prêt à répondre aux allégations concernant la Commission canadienne du blé et d'autres organismes. Les conservateurs semblent avoir de la difficulté à rester concentrés. Je me demande bien ce que fait leur service de recherches.

    En ce qui concerne le programme de pétrole contre nourriture, je rappelle à la Chambre que cette question relève des Nations Unies. Une enquête est actuellement en cours et nous attendons les résultats. L'opposition semble exploiter toutes les allégations, même celles qui concernent des organismes internationaux, pour peu que cela lui permette--

+-

    Le Président: Le député de Cypress Hills—Grasslands a la parole.

+-

    M. David Anderson (Cypress Hills—Grasslands, PCC): Monsieur le Président, les Canadiens sont directement concernés, puisque 30 p. 100 de la valeur du contrat ont été perdus en raison de retards de livraison et de soi-disant transferts à d'autres acheteurs, quels qu'ils soient. Cela sent la corruption. Faudrait-il encore s'étonner que des pertes énormes soient attribuables à des pratiques contractuelles frauduleuses?

    Comment la Commission canadienne du blé et ses exportateurs ont-ils fait pour perdre huit millions des 23 millions de dollars d'une transaction illégale avec l'Irak?

+-

    L'hon. Reg Alcock (président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé, Lib.): Monsieur le Président, si j'ai bien compris le député, s'il allègue que la direction de la Commission canadienne du blé, composée d'agriculteurs, a eu recours à des méthodes frauduleuses, je l'invite à répéter cette allégation à l'extérieur de la Chambre, pour que la commission puisse dûment réagir.

*   *   *

+-La santé

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, l'an dernier, le ministre de la Santé a déclaré que le Canada ne peut être la pharmacie des États-Unis.

    Le Congrès américain songe à autoriser la réimportation, du Canada aux États-Unis, de produits pharmaceutiques, ce qui met nos approvisionnements en péril et nous place dans une position de fournisseur. Que fera le gouvernement pour empêcher cette menace de se concrétiser?

+-

    L'hon. Ujjal Dosanjh (ministre de la Santé, Lib.): Monsieur le Président, le Canada ne peut effectivement pas servir de pharmacie aux États-Unis d'Amérique, principalement parce qu'il pratique un contrôle des prix à l'échelle nationale. Nous avons envisagé toute une série d'options et en avons fait une analyse exhaustive. Je présenterai ces options au Cabinet très bientôt, pour que le gouvernement puisse prendre des mesures à cet égard.

*   *   *

+-La justice

+-

    M. Myron Thompson (Wild Rose, PCC): Monsieur le Président, récemment l'émission W-Five nous apprenait que 15 000 Canadiens font l'objet de condamnations avec sursis. Lorsque les journalistes de l'émission ont demandé de s'entretenir avec le ministre de la Justice au sujet de la détention à domicile, on leur a répondu que le dossier était à l'étude. Quoi de neuf? Et que le ministre était trop occupé avec d'autres dossiers comme le mariage homosexuel et la décriminalisation de la marijuana.

    Puisque les crimes graves, comme les meurtres et les viols, ne justifient pas une peine d'emprisonnement, l'emprisonnement serait-il simplement démodé selon le gouvernement libéral?

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, depuis leur instauration en 1996, les condamnations avec sursis sont devenues un élément très important de notre régime de détermination de la peine. Certains cas attirent l'attention des médias sans nécessairement faire l'objet d'un reportage complet et font mauvaise presse aux condamnations avec sursis. Cependant, ces condamnations font partie intégrante de notre système de détermination de la peine. Nous examinons les aspects qui ont suscité des préoccupations pour voir si des améliorations s'imposent.

+-

    M. Myron Thompson (Wild Rose, PCC): Monsieur le Président, les victimes dans notre pays ont déjà fait mauvaise presse à ces condamnations. Étant donné que de nombreux libéraux pourraient aller en prison dans un avenir rapproché, la détention à domicile serait-elle indiquée? Iront-ils plutôt en prison pour avoir volé l'argent des Canadiens?

  +-(1200)  

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, je viens tout juste de signaler que les condamnations avec sursis sont essentielles dans notre régime de détermination de la peine. À la récente réunion fédérale-provinciale-territoriale des premiers ministres et des ministres de la Justice, la question a été abordée. Un comité spécial établi à cette occasion fera rapport à la Chambre en juin.

*   *   *

[Français]

+-Le Programme de commandites

+-

    M. Jean-Yves Roy (Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia, BQ): Monsieur le Président, Benoît Corbeil, l'ex-directeur général du Parti libéral, a déclaré, et je cite: « Il ne fait aucun doute que la Loi électorale au Québec a été violée — moi, c'est mon opinion —, a été violée, voire bafouée. C'est clair que l'argent a joué un rôle, je ne dirais pas majeur, mais essentiel dans ce référendum-là. Ne pas avoir eu les ressources “occultes”, je ne suis pas convaincu que nous aurions gagné un référendum. »

    Le premier ministre admettra-t-il, devant l'évidence, que non seulement l'argent sale a servi à trois élections, mais aussi à un référendum et que les libéraux s'apprêtent à...

+-

    Le Président: L'honorable vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile a la parole.

[Traduction]

+-

    L'hon. Anne McLellan (vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.): Monsieur le Président, je répète que, si des fonds ont été détournés, ils seront remboursés au complet. De plus, je tiens à ce qu'il soit bien clair que, si des gens ont commis des actes illégaux, ces gens devront être punis avec toute la rigueur de la loi. Ils doivent accepter la responsabilité de leurs méfaits. En fait, c'est une des raisons pour lesquelles le premier ministre a mis la Commission Gomery sur pied, pour que nous puissions savoir ce qui s'est passé et pour que ceux qui ont posé des gestes répréhensibles soient punis.

*   *   *

+-Les garderies

+-

    Mme Bonnie Brown (Oakville, Lib.): Monsieur le Président, un des principaux engagements que notre gouvernement a pris envers les Canadiens, c'est la création d'un programme national de garderies inclusif, universel et axé sur le développement de l'enfant. Le gouvernement peut-il dire à la Chambre où en sont les discussions sur la question avec l'Ontario?

+-

    L'hon. Joe Fontana (ministre du Travail et du Logement, Lib.): Monsieur le Président, tout d'abord, je tiens à remercier la députée d'Oakville pour son travail acharné en tant qu'ancienne présidente de notre groupe parlementaire sur les programmes sociaux. Aujourd'hui, le ministre du Développement social a signé un accord historique sur les garderies avec l'Ontario. C'est le troisième accord du genre, les deux premiers ayant été signés la semaine dernière avec la Saskatchewan et le Manitoba.

    Nous tenons la promesse que nous avons faite aux Canadiens d'offrir des garderies de qualité, universelles, accessibles et abordables afin que les gens...

+-

    Le Président: Le député d'Argenteuil—Papineau—Mirabel invoque le Règlement.

*   *   *

[Français]

+-Recours au règlement

+La période des questions orales

+-

    M. Mario Laframboise (Argenteuil—Papineau—Mirabel, BQ): Monsieur le Président, je voudrais faire un rappel au Règlement. En réponse à ma question, le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux a dit que ce qui est bon pour le Canada n'est pas bon pour les séparatistes du Québec.

    Je voudrais que ce soit bien clair. C'est une offense envers tous les souverainistes de la province de Québec qui, justement, viennent de terminer de payer leurs impôts le 2 mai dernier. Les souverainistes du Québec ont contribué et contribuent encore à ce Canada. Le Bloc québécois a toujours été un exemple en cette Chambre et il a toujours défendu les intérêts des Québécoises et des Québécois...

  +-(1205)  

+-

    Le Président: Je reconnais que l'honorable député d'Argenteuil—Papineau—Mirabel a sans doute un bon sujet de débat, mais je ne crois pas que ce soit un recours au Règlement. Souvent en Chambre, nous avons eu des réponses comme celle-là à des questions du même genre. On s'habitue à cela et il n'y a pas, à chaque fois, un recours au Règlement. C'est plutôt une question de débat.

    L'honorable députée de Laval sur un autre recours au Règlement?

+-

    Mme Nicole Demers (Laval, BQ): Monsieur le Président, le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux a indûment insulté tous les Québécois et toutes les Québécoises en cette Chambre, ce matin. Tous les jours, toutes les personnes souverainistes sont insultées et il continue de dire, jour après jour, que le Parti québécois a profité de l'argent sale et que nous devrions le...

+-

    Le Président: À l'ordre! Lorsque le Président se lève, les honorables députés doivent s'asseoir et cesser leur présentation.

    À mon avis, il s'agit d'un sujet de débat. Nous avons des désaccords concernant les questions et les réponses pendant la période des questions orales, mais le fait d'entamer un débat sur les points soulevées durant la période des questions orales ne constitue pas recours au Règlement.


+-AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

*   *   *

[Traduction]

+-Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements

+-

    L'hon. Ralph Goodale (ministre des Finances, Lib.) demande à présenter le projet de loi C-48, Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

*   *   *

[Français]

+-Les comités de la Chambre

+-Procédure et affaires de la Chambre

+-

    L'hon. Don Boudria (Glengarry—Prescott—Russell, Lib.): Monsieur le Président, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, le 36e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.

    Conformément à son ordre de renvoi du vendredi 25 février 2005, le comité a examiné le crédit 15, sous la rubrique Conseil privé, du Budget principal des dépenses pour l'exercice financier se terminant le 31 mars 2006, moins le montant attribué à titre de crédit provisoire, et il en fait rapport.

*   *   *

[Traduction]

+-Le Code criminel

+-

    M. Art Hanger (Calgary-Nord-Est, PCC) demande à présenter le projet de loi C-378, Loi modifiant le Code criminel (crimes violents).

    --Monsieur le Président, je suis heureux de présenter de nouveau ce projet d'initiative parlementaire, en vertu duquel quiconque est reconnu coupable pour la deuxième fois d'une infraction avec violence doit être condamné à l'emprisonnement à perpétuité; autrement dit, il n'y aurait pas de troisième chance. Ainsi, ces criminels ne pourraient plus jamais faire de mal à personne.

    Les Canadiens méritent de se sentir en sécurité à la maison, dans la rue et dans leur collectivité. Bref, les Canadiens veulent vivre dans un pays où ils ne doivent pas regarder constamment par-dessus leur épaule pour voir si quelqu'un les suit.

    Ce projet de loi fait savoir sans équivoque aux auteurs de crimes violents que, s'ils sont déclarés coupables une deuxième fois, ils seront sous les verrous très, très longtemps.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

  +-(1210)  

+-

    Le Président: La présidence a reçu deux avis de motions. La députée de Calgary--Nose Hill a une motion à présenter. Je la prierais d'indiquer à la Chambre de laquelle il s'agit.

+-

    Mme Diane Ablonczy: Monsieur le Président, je souhaite proposer l'adoption du quatrième report du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration.

+-

    Le Président: Le député de Glengarry--Prescott--Russell souhaite également proposer une motion. Pourrait-il nous indiquer quel numéro elle porte?

+-

    L'hon. Don Boudria: Monsieur le Président, la motion que je propose que nous débattions dans l'immédiat porte le no 40.

+-

    Le Président: Nous entendrons d'abord la députée de Calgary--Nose Hill.

*   *   *

+-Les comités de la Chambre

+-Citoyenneté et immigration

+-

    Mme Diane Ablonczy (Calgary—Nose Hill, PCC): Monsieur le Président, je propose que le quatrième rapport du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration, présenté le jeudi 17 février 2005, soit adopté.

    Le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration a été fort occupé au cours du dernier mois. Il s'est déplacé dans plusieurs régions du pays pour connaître les avis de divers groupes de Canadiens au sujet de la citoyenneté, du parrainage d'un parent et des services d'établissement. Le comité permanent a demandé au gouvernement, allant même jusqu'à l'exhorter et l'implorer, de proposer un projet de loi en matière de citoyenneté qui permettrait de corriger certaines des lacunes et des injustices manifestes qui caractérisent la loi actuelle sur la citoyenneté. Cependant, le gouvernement ne l'a pas fait.

    La journée d'hier a été historique en ce sens que l'on a adopté un projet d'initiative parlementaire, qui a également reçu la sanction royale. Voilà cinq ou six ans que le Parti conservateur présentait ce projet de loi d'initiative parlementaire, qui finissait toujours par mourir au Feuilleton au déclenchement d'élections. L'adoption de la mesure a été une occasion de réjouissances puisque, grâce à elle, le Parti conservateur rétablissait dans leur citoyenneté des gens que j'appelle les Canadiens perdus.

    Les Canadiens perdus sont des Canadiens qui, sans en avoir connaissance dans bien des cas, ont perdu leur citoyenneté canadienne parce que leur père a décidé de prendre la citoyenneté d'un autre pays durant une certaine période. À cause de l'action du père qui, dans certains cas, était absent de la famille, et qui agissait certainement sans avoir consulté ses enfants canadiens, ces derniers ont perdu leur citoyenneté canadienne.

    Certaines personnes sont même nées au Canada et y ont passé toute leur vie, mais lorsqu'elles font la demande d'un passeport pour voyager, elles sont renversées et horrifiées de se faire dire qu'elles n'ont pas la citoyenneté canadienne. Nombre d'entre elles se sont réunies pour former une association et faire pression afin que cette injustice soit reconnue et corrigée.

    Jusqu'au dernier jour, le gouvernement libéral s'est refusé à faire justice à ces personnes. Il a tenté d'amender et de bloquer le projet de loi. Cependant, l'opposition avait les votes nécessaires et nous avons pu contrecarrer le gouvernement et faire corriger cette injustice. Aujourd'hui, de nombreux Canadiens se réjouissent; leur citoyenneté, dont ils avaient été dépouillés à tort et indépendamment de leur volonté, sera rétablie lorsqu'ils en feront la demande.

    Depuis au moins une décennie, la mauvaise gestion des libéraux a fait naître de nombreux problèmes dans le système d'immigration. Parmi ceux-ci, le plus important est la reconnaissance des titres de compétence et de l'expérience acquis à l'étranger. Permettez-moi de raconter à la Chambre l'histoire de l'un de mes électeurs qui illustre trop bien ce fait.

    Il s'agit d'un Sud-Américain qui détient deux maîtrises, l'une en sciences et l'autre en éducation. Il a enseigné l'anglais comme langue seconde pendant de nombreuses années en Amérique du Sud. Il parle un anglais impeccable. Il avait pris la décision de se donner une nouvelle vie et d'explorer de nouveaux horizons au Canada. Lorsqu'il s'est présenté à la mission canadienne dans son pays, il s'est fait dire qu'il était exactement le genre d'immigrant que souhaitait le Canada, lui qui était très scolarisé, parlait couramment l'anglais, était jeune, avait de l'ambition et une jeune famille. On lui a dit que le Canada lui ouvrirait les bras. Lui et sa femme ont vendu la propriété et les biens qu'ils possédaient en Amérique du Sud et sont venus au Canada avec leurs trois enfants. Ils entretenaient beaucoup d'espoirs et s'attendaient à être chaleureusement accueillis.

    Cet électeur, qui détient donc deux maîtrises, a postulé une tâche d'enseignant, métier qu'il avait pratiqué pendant de nombreuses années en Amérique du Sud. On lui a dit qu'il ne pouvait pas enseigner au Canada sans un brevet d'enseignement. On l'a donc dirigé vers l'association des enseignants pour l'obtenir. À celle-ci, il a présenté le relevé de ses notes et ses titres de compétence. Il s'est alors fait dire qu'il devait retourner à l'université pendant au moins deux ans pour obtenir l'équivalent canadien d'un brevet d'enseignement.

  +-(1215)  

    Cet homme, qui a deux maîtrises, s'est fait dire qu'il devait retourner à l'université pendant deux ans. Quel choc! Avant d'immigrer au Canada, il ne se doutait pas que cela se passerait ainsi.

    Un homme qui commence une nouvelle vie au Canada, qui a une femme, deux enfants et pas d'économies, n'a pas les moyens financiers d'aller étudier deux ans et d'assumer des frais de scolarité élevés afin de pouvoir enseigner dans son domaine. Ce résidant de ma circonscription, qui détient deux maîtrises et a eu une longue et distinguée carrière d'enseignant dans son pays d'origine, travaille à remplir des distributeurs automatiques pour subvenir aux besoins de sa famille. N'est-ce pas un exemple parfait de la mauvaise gestion du système par les libéraux?

    Dans leur premier discours du Trône en 1994, peu de temps après avoir pris le pouvoir, les libéraux ont promis, la main sur la poitrine, de prendre des mesures pour résoudre le problème lié aux titres de compétence.

    Dix ans ont passé et les libéraux n'ont rien fait. Le Conference Board du Canada a estimé que l'économie canadienne perdait au moins 5 milliards de dollars annuellement à cause du sous-emploi et du chômage chez les nouveaux arrivants compétents.

    Une étude réalisée l'an dernier par Statistique Canada a indiqué que les immigrants arrivés récemment étaient jusqu'à trois fois plus susceptibles que les non-immigrants d'avoir un faible revenu. Cette étude a révélé une croissance de la proportion de personnes à faible revenu chez les immigrants. Tout cela sous la gouverne des libéraux. Quel triste bilan! Ces personnes devraient pouvoir s'attendre à mieux du gouvernement du Canada et d'un pays qui affirme faire bon accueil aux immigrants compétents.

    Le parrainage en vue de réunir des familles représente un autre problème grave pour les nouveaux immigrants. Lorsqu'ils arrivent au Canada, on leur dit que les parents et grand-parents vieillissants qu'ils ont laissés derrière et les autres membres de leur famille seront les bienvenus au Canada. On leur dit qu'ils peuvent présenter une demande pour faire venir au Canada les membres de leur famille dont ils ont la charge, afin qu'ils puissent s'en occuper et être avec eux. De nombreux travailleurs compétents considèrent le Canada comme une destination de choix pour cette raison.

    Or, on constate que les libéraux ne disent pas la vérité aux gens, notamment en ce qui concerne le traitement des demandes de parrainage de parents et grand-parents vieillissants. En fait, le gouvernement libéral a secrètement cessé de traiter ces demandes.

    Quel abus de la confiance, des gens qui ont fait une demande de bonne foi pour que leurs parents et leurs grands-parents viennent ici au Canada, de manière à ce que leur famille s'occupe d'eux. En fait, non seulement cet arrêt du traitement des demandes était secret, mais dans le site web, là où le gouvernement donne les délais de traitement, on indiquait le délai de traitement passé, même si aucune demande n'était plus traitée, plutôt que de dire honnêtement que le traitement des demandes prendrait des années, si jamais elles finissaient par être traitées.

    Des gens avaient fait une demande en toute bonne foi et avaient versé des sommes d'argent pour parrainer leurs parents et leurs grands-parents. Dans certains cas, il leur a fallu travailler dur, en tant que jeunes familles aux prises avec les difficultés de la vie, pour amasser de l'argent en vue de pouvoir faire venir leurs parents au pays et de leur faire honneur en s'occupant d'eux au cours de leur vieillesse. Pourtant, les libéraux ont mis fin à ce programme sans le dire à personne. L'État recevait encore de l'argent des gens, mais ne traitait pas les demandes. Quelle honte!

    Les parents et les grands-parents provenant de Mexico, de Santiago, de São Paulo et de La Havane ont pu émigrer assez rapidement. Mais pour les parents et les grands-parents arrivant de Beijing, de Hong Kong, de Séoul et de Taipei, les délais ont été 10 fois plus longs. Pourquoi, sous la direction des libéraux, des nouveaux arrivants doivent-ils subir des iniquités et des disparités pareilles, eux qui devraient pourtant être traités dans l'égalité, la justice et l'équité?

  +-(1220)  

    À certains endroits à l'étranger, les parents et les grands-parents doivent attendre 15 ans avant de recevoir un visa d'immigrant. Est-ce qu'on a averti les gens de ce délai lorsqu'ils ont présenté leur demande? Absolument pas. Quel abus de confiance de la part du gouvernement libéral! Ce n'est que récemment, lorsque le chat est sorti du sac, qu'on a annoncé tout d'un coup que les choses allaient changer.

    Cependant, ces changements vont mettre du temps à se produire. Les limites sont déjà établies pour l'année prochaine, et les ressources n'ont pas été affectées. En fait, depuis que les libéraux ont pris le pouvoir en 1994, les recettes du ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration ont plus que doublé en raison des frais et des autres sommes d'argent qui sont exigés des nouveaux arrivants. Pourtant, le nouveau budget ne prévoit pas un sou de plus pour ce ministère. Le gel des crédits du ministère a entraîné des réductions des services année après année. On ne fait plus aucun traitement des demandes en personne. Nous avons maintenant des systèmes centralisés d'appels et des centres de traitement des demandes qui, dans bien des cas, n'ont pratiquement aucun lien avec les communautés et les régions qu'ils doivent servir. Des bureaux à l'étranger ont été fermés.

    Le nombre d'agents de Citoyenneté et Immigration Canada à l'étranger a été réduit de 35 p. 100, d'un tiers, et ce, au moment où nous disons vouloir prendre des mesures pour accueillir de nouveaux arrivants qualifiés au Canada.

    Le pourcentage d'entrevues a été réduit considérablement. Tout cela se passe sous l'administration libérale, qui ne réinvestit pas les deniers provenant du système d'immigration afin d'aider les personnes que nous disons vouloir accueillir au pays. C'est une tromperie et c'est honteux!

    La mise en place de programmes d'établissement et de soutien pour les nouveaux arrivants accuse aussi un retard important. Il y a un problème à court terme et il y a eu des changements dans le financement. Un grand nombre de fournisseurs de services d'établissement, qui sont en place depuis des décennies, doivent consacrer énormément de temps à élaborer des propositions complexes, au lieu de tout simplement fournir les services requis aux nouveaux arrivants.

    À mon avis, ce qui est le plus triste, c'est le traitement réservé aux enfants des nouveaux arrivants. Ces enfants ont des besoins spéciaux. Ils n'ont souvent pas les connaissances linguistiques requises, parce qu'ils ne viennent pas de pays où l'anglais est parlé. Un grand nombre d'entre eux souffrent du syndrome de stress post-traumatique, parce qu'ils viennent de régions ravagées par la guerre et les conflits. En outre, l'écart qui existe entre les valeurs familiales des nouveaux arrivants et la culture canadienne peut parfois être très difficile à concilier pour les enfants et leurs parents.

    Les problèmes liés à l'acceptation par les pairs entraînent aussi de graves difficultés sociales chez certains enfants. Pourtant, le gouvernement fédéral ne s'est guère préoccupé des besoins de ces enfants et il a refilé le problème aux municipalités et aux conseils scolaires locaux, sans établir un partenariat solide et efficace afin de s'assurer que les enfants des nouveaux arrivants aient accès aux services d'intégration dont ils ont besoin pour réussir.

    Très souvent, les enfants des nouveaux arrivants sont le lien par lequel leurs parents découvrent la culture du pays, parce que les jeunes apprennent plus facilement une nouvelle langue. Plus les enfants des nouveaux arrivants ont de la difficulté à s'adapter, à s'intégrer et à se faire accepter dans leur nouveau milieu, plus les choses sont difficiles pour l'ensemble de la famille. C'est là un gros problème dont le gouvernement ne se préoccupe guère.

    Nous avons des services d'établissement qui ne répondent tout simplement pas adéquatement aux besoins. Nous avons des fournisseurs de services d'établissement qui viennent devant le comité pour lui faire part de tous les problèmes auxquels ils sont confrontés. Ceux-ci se plaignent constamment du fait que l'obligation de présenter fréquemment de longues propositions de financement exige beaucoup de leur temps et ce, même dans le cas de ceux qui ont déjà fait leurs preuves.

  +-(1225)  

    Par ailleurs, le fait que le financement fédéral soit à court terme, habituellement pour une durée de six mois à un an, rend la planification à long terme pratiquement impossible. Les retards dans l'octroi des fonds sont aussi un problème. En attendant que le gouvernement fédéral débloque des fonds, le fournisseur de services d'aide à l'établissement ne peut aller de l'avant et dispenser les services nécessaires.

    De plus, le financement est accordé à la province où l'immigrant s'est établi en premier, mais souvent, les nouveaux arrivants déménagent ailleurs. Le nouvel endroit où ils s'établissent ne reçoit rien pour dispenser les services nécessaires. Il y a énormément de problèmes au chapitre du financement.

    Nous savons aussi que les services dispensés par Citoyenneté et Immigration Canada suscitent énormément de mécontentement. Je tiens toutefois à préciser que les excellents fonctionnaires qui travaillent dans ce secteur ne sont pas en cause ici. Ils sont tout simplement à court de ressources pour faire Ie travail qu'on exige d'eux. Leur tâche s'est de plus en plus alourdie à cause de la médiocrité de l'administration et des politiques d'Ottawa, et le moral des troupes s'en ressent.

    Comme les députés ont pu le constater, la gestion du système présente énormément de problèmes. De plus en plus de nouveaux arrivants ou d'usagers frustrés se rendent au bureau de leur député. Les députés constatent quant à eux qu'ils ont de plus en plus de mal à savoir où en sont les dossiers ou les demandes des habitants de leur circonscription et, partant, à leur venir en aide.

    Le délai de traitement des demandes est plus long. Le nombre de demandes est à la hausse, mais privés des ressources pour gérer cela, les centres d'appels qui sont censés aider les gens ont davantage de problèmes. Une fois que la personne réussit à parler à quelqu'un, parfois après des heures, voire des jours, l'information qu'on lui communique est parfois inexacte. Le système mis en place par le ministère est plongé dans la confusion la plus totale. C'est honteux, compte tenu des sommes faramineuses que cela coûte au Canada et du prix à payer pour les nouveaux arrivants, sur le plan humain. Ce programme du ministère est extrêmement désorganisé.

    Lorsque j'ai été élue à cet endroit pour la première fois en 1993, à peu près 20 p. 100 de mon travail concernait des dossiers d'immigration, cette proportion étant maintenant passée à au moins 70 p. 100. Pour de nombreux députés de Toronto, Montréal et Vancouver, où la majeure partie des nouveaux arrivants arrivent d'abord, la charge de travail attribuable à ces cas est encore plus lourde. Lorsque les problèmes sont transférés aux bureaux des députés parce que le ministère ne dispose tout simplement pas des ressources nécessaires, cela en dit long sur son incompétence.

    Ce n'est pas un problème à caractère sectaire. Je sais que tous les députés partagent ces préoccupations, car j'ai étudié ce dossier avec des députés de tous les partis. Tous reconnaissent que le système est mis à rude épreuve et qu'il subit beaucoup de pressions.

    Le Parti conservateur a bien hâte de pouvoir, si les électeurs votent pour lui, réparer certains des défauts du système. Nous venons tout juste de terminer plusieurs semaines de consultations auprès de groupes culturels et de fournisseurs de services d'immigration d'un bout à l'autre du pays, qui nous ont permis de déterminer quels sont les changements les plus pressants qu'il faut apporter au système d'immigration. Nous voulons que le Canada dispose d'un système d'immigration bien géré et accueillant, un système qui s'attirera le respect et la confiance des nouveaux arrivants et des pays sources pour l'immigration, un respect qui a été perdu à cause de la mauvaise gestion libérale.

    Nous estimons qu'il y a tant à faire dans cet important secteur de la politique d'intérêt public canadienne. L'immigration contribue à l'édification du Canada en y attirant des gens énergiques, enthousiastes et fiers venant de partout dans le monde pour construire cette grande nation qui est la nôtre. Toutefois, nous avons un ministère de l'Immigration qui a manqué de ressources et dont la politique n'est pas honnête envers les nouveaux venus, comme en témoigne la suppression en catimini du traitement des demandes des parents et des grands-parents.

    Nous avons un ministère où les services sont fournis dans la confusion. Nous avons un ministère qui gère mal la question des compétences, où des nouveaux venus qui sont des travailleurs qualifiés exercent des emplois qui n'ont rien à voir avec leurs compétences et ne parviennent donc pas à faire profiter le pays de leur plein potentiel. Nombre d'entre eux sont des médecins ou ont acquis une autre formation professionnelle, mais ils ne peuvent pas apporter au Canada la contribution qu'ils avaient espéré faire.

  +-(1230)  

    Nous devons améliorer le système. J'ai hâte que le Parti conservateur ait l'occasion de le faire.

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, je vois qu'il y a un plusieurs personnes qui aimeraient poser des questions et je vais donc être bref. Hier, le Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires a eu le plaisir d'examiner la nomination de Mme Moya Greene au poste de présidente-directrice générale de Postes Canada.

    Le processus de nomination a été établi par le Conseil du Trésor. Il prévoit la création par le conseil d'administration d'un comité de mises en candidature, la publication des renseignements pertinents dans tous les grands journaux du Canada, un examen approfondi et la définition des critères. Le Conseil du Trésor a établi la marche à suivre. C'est la deuxième fois que nous suivons ce processus. La première fois, c'était en fait pour le président du conseil d'administration de Postes Canada, et les critères dans ce cas-là sont également définis.

    À la lecture du quatrième rapport, je me rends compte que le comité a principalement recommandé que les comités permanents desquels relèvent ces nominations devaient faire tout cela et revoir les critères. Les critères déjà établis par le Conseil du Trésor prévoient la tenue d'un processus de recrutement professionnel en vue de la production de tous ces documents pour que les critères soient le mieux définis possible.

    Cela dit, j'aimerais que la députée nous dise si le comité qui a fait cette recommandation avait pris connaissance des directives du Conseil du Trésor et s'il était d'avis qu'il était raisonnable que les comités permanents soient obligés de le faire pour les milliers de nominations qui seraient visées par ces directives plutôt que d'avoir tout simplement la possibilité de décider d'effectuer un examen.

+-

    Mme Diane Ablonczy: Monsieur le Président, vu les témoignages présentés à la Commission Gomery au sujet d'irrégularités dans le processus de nomination, je me dois de signaler au député qu'une surveillance accrue s'impose indéniablement. Les députés ont l'obligation absolue de veiller à ce que notre système soit transparent, ouvert et équitable. Je crois qu'il convient de faire tout ce qu'on peut.

    Le premier ministre avait promis, durant la course à la direction de son parti, que le processus de nomination serait plus ouvert. Or, une fois au pouvoir, il a complètement changé son fusil d'épaule, comme nous avons pu le constater. En effet, les nominations sont faites, examinées après coup, sans qu'on puisse y faire grand-chose, puis entérinées. Même devant l'opposition de la Chambre, qui a voté contre la nomination de M. Glen Murray à l'Office d'examen des répercussions environnementales, le premier ministre a fait comme si de rien n'était.

    Quel dommage pour notre démocratie! Je pense qu'il faut améliorer le processus d'examen.

  +-(1235)  

+-

    L'hon. Rob Nicholson (Niagara Falls, PCC): Monsieur le Président, je tiens à féliciter la députée de Calgary—Nose Hill. Je crois qu'elle vient de nous donner le meilleur résumé de la situation, y compris des problèmes et des défis, qu'il m'ait été donné d'entendre depuis longtemps. Je ne peux m'empêcher de penser qu'en 20 minutes, elle a couvert beaucoup de matière et a très bien présenté à la Chambre quelques difficultés auxquelles nous devrons nous attaquer.

    J'aimerais qu'elle nous parle un peu de la question de la réunification des conjoints. Une chose qui m'a énormément troublé depuis que je suis député, c'est le grand nombre de gens qui viennent me dire qu'ils essaient de faire venir leur conjoint au Canada, des États-Unis dans la majorité des cas, mais ne réussissent pas à faire traiter leur dossier.

    J'ignore si cela est attribuable à un manque de ressources. Je crois que c'est le cas. Il ne suffit pas d'avoir une politique, encore faut-il avoir les ressources pour la mettre en oeuvre. Je crois que c'est là que se situe le noeud du problème.

    Dans la région de Hamilton et Niagara, lorsque nous téléphonons pour nous informer au sujet de tels cas, les fonctionnaires nous disent qu'ils viennent tout juste de commencer à examiner les demandes de juin 2003. J'espère que la situation n'est pas la même dans tout le Canada, mais je crois bien que c'est pareil partout et, grands dieux, nous ne sommes pas sur cette terre pendant des centaines d'années. Les gens veulent vivre leur vie. Il est exaspérant pour moi, en tant que député, de constater que le traitement des demandes qui remontent à deux ans n'est pas encore commencé. Il est très difficile d'expliquer ce qui se passe aux gens.

    Il y a une chose que je voudrais voir, aussi courte que soit la vie du gouvernement actuel...

    Une voix: Très courte.

    L'hon. Rob Nicholson: Mon collègue dit « très courte » et c'est probablement le cas, mais peu importe la durée du gouvernement, il devrait examiner la situation, trouver les ressources et faire ce qu'il y a à faire.

    S'il faut un nouveau gouvernement dont ferait partie la députée de Calgary—Nose Hill, je sais qu'elle s'occuperait de ce dossier et qu'elle verrait à ce que les ressources soient là. À mon avis, le problème est très sérieux. Je me demande si la députée peut nous parler un peu de la situation.

+-

    Mme Diane Ablonczy: Monsieur le Président, mon collègue a raison. Même après qu'on a constaté que le mariage est authentique et qu'il ne fait pas de doute que deux personnes sont mariées et que leur union est légale et solide, il peut s'écouler un an, et souvent davantage, avant qu'un des conjoints soit autorisé à venir rejoindre l'autre ici au Canada.

    Et quelle angoisse cela cause au conjoint canadien lorsque son partenaire ne peut venir le rejoindre au Canada. Un de mes électeurs a épousé une femme. Il a fallu à cette dernière attendre deux ans avant d'être autorisée à venir au Canada. De toute évidence, le mariage était authentique. Cet homme faisait les cent pas devant ma porte. Il était tellement en colère, enragé et angoissé du fait de sa séparation d'avec sa femme. Il lui a rendu visite aussi souvent que possible et, en fait, il a épuisé les économies et les ressources de la famille parce qu'ils tentaient de passer autant de temps ensemble que possible. Pourquoi? À quoi ça sert?

    Cela tient simplement au fait que les ressources nécessaires au règlement de cette situation d'une manière humanitaire ne sont pas disponibles. Ce n'est absolument pas comme cela qu'on gère un système. Cela cause aux gens des peines et des pertes qu'on pourrait éviter. Nous, du Parti conservateur, nous avons l'intention de remédier à cela très rapidement.

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, j'ai une question à poser à la députée de Calgary—Nose Hill. Il y a quelques semaines, j'ai assisté à une réception organisée par le Forum pour jeunes Canadiens et j'étais assis à la même table que la députée, avec des jeunes de sa circonscription et de la mienne. Nous avons parlé d'immigration. Elle représente une circonscription située dans un grand centre, à Calgary. Je représente une partie d'une région rurale du Nouveau-Brunswick en majorité francophone. Je me demande entre autres comment nous pouvons attirer des immigrants dans certaines régions, et non uniquement dans les grands centres.

    La députée et moi en avons parlé ce soir-là. En tant que représentant d'une région rurale du Nouveau-Brunswick, je suis vivement intéressé par cette question. Les francophones qui immigrent au Canada ont tendance à s'établir surtout au Québec et dans des villes comme Ottawa, mais si nous les encouragions à s'établir dans les régions rurales du Nouveau-Brunswick, nous en retirerions d'énormes avantages.

    Le député de Niagara Falls a dit qu'elle a traité d'une foule de questions dans son exposé de 20 minutes. Je ne suis pas en désaccord avec lui, mais elle n'a pas proposé au gouvernement des moyens d'encourager un plus grand nombre de familles d'immigrants à s'établir dans des régions comme le Nouveau-Brunswick, que je représente.

  +-(1240)  

+-

    Mme Diane Ablonczy: Monsieur le Président, un gouvernement conservateur prendrait deux mesures pour donner suite à la préoccupation du député et apporter un changement positif.

    Premièrement, un gouvernement conservateur s'assurerait que les nouveaux arrivants sont bien renseignés relativement aux possibilités qui existent dans des centres plus petits au Canada. Les immigrants francophones, en particulier, seraient bien informés du fait qu'il existe des collectivités chaleureuses et accueillantes dans toutes les régions du pays où le français peut être parlé par tous. Par conséquent, c'est en partie une question d'information.

    Un gouvernement conservateur offrirait aussi des incitatifs pour encourager les nouveaux arrivants à s'installer dans ces centres plus petits, par exemple en réduisant les frais, en accordant des réductions d'impôt ou en offrant un incitatif qui rendrait encore plus attrayante pour les nouveaux arrivants francophones l'idée de s'installer dans un petit centre comme la circonscription du député.

    J'espère bien que certaines de ces mesures seront prises. Je suis d'accord avec le député. Notre pays bénéficierait grandement de telles initiatives.

+-

    L'hon. Paul Harold Macklin (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Lib.): Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion de participer au débat. Je propose:

    Que le débat soit maintenant ajourné.

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Avec dissidence.

    (La motion est adoptée.)

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Je voudrais informer la Chambre qu'il reste deux heures et vingt-neuf minutes pour le débat sur la motion d'adoption du deuxième rapport du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration. En conséquence, le débat sur la motion est reporté à une séance ultérieure.

*   *   *

+-Pétitions

+-Le mariage

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je présente deux pétitions.

    La première, signée par des milliers de pétitionnaires, porte une fois de plus sur le mariage. Les pétitionnaires de ma circonscription, Mississauga-Sud, tiennent à signaler à la Chambre que la majorité des Canadiens estiment que les décisions relatives aux aspects fondamentaux de la politique sociale devraient être prises par les députés élus et non par une magistrature non élue, et qu'ils appuient la définition juridique actuelle du mariage.

    Les pétitionnaires exhortent donc le Parlement à avoir recours à toutes les mesures législatives et administratives possibles, ce qui inclut invoquer, au besoin, l'article 33 de la Charte, communément appelé disposition de dérogation, pour préserver et protéger la définition actuelle du mariage, soit exclusivement l'union d'un homme et d'une femme.

*   *   *

  +-(1245)  

+-Les agents de la sécurité publique

+-

    M. Paul Szabo (Mississauga-Sud, Lib.): Monsieur le Président, la deuxième pétition, provenant aussi de la circonscription de Mississauga-Sud que je représente, porte sur les pompiers. Comme tous les députés le savent, les pompiers sont venus cette semaine nous parler de questions qu'ils estiment importantes. Ils nous ont parlé en priorité du Fonds d'indemnisation des agents de la sécurité publique, qui est d'ailleurs l'objet de la pétition.

    Les pétitionnaires aimeraient attirer l'attention de la Chambre sur le fait que les agents de police et les pompiers doivent quotidiennement mettre leur vie en danger dans l'exercice de leurs fonctions; que les prestations d'emploi des agents de police et des pompiers ne suffisent souvent pas à indemniser les familles de ceux qui sont tués lorsqu'ils sont en service; et, enfin, que le public pleure la perte d'agents de police et de pompiers qui sont tués dans l'exercice de leurs fonctions et souhaite appuyer de façon tangible les familles éplorées. Les pétitionnaires exhortent donc le Parlement à créer un Fonds d'indemnisation des agents de la sécurité publique pour dédommager les familles des agents de la sécurité publique qui sont tués dans l'exercice de leurs fonctions.

*   *   *

+-La Loi sur le droit d'auteur

+-

    M. David McGuinty (Ottawa-Sud, Lib.): Monsieur le Président, j'aimerais présenter une pétition signée par plus de 500 Canadiens. Elle concerne la Loi sur le droit d'auteur.

[Français]

    La Loi sur le droit d'auteur est reconnue dans cette pétition comme étant un équilibre délicat entre les droits des créateurs et les droits du public.

[Traduction]

    Les pétitionnaires veulent que la Chambre maintienne cet équilibre en ne prolongeant pas la durée de la protection du droit d'auteur et en préservant tous les droits actuels des utilisateurs, afin d'assurer le dynamisme du domaine public. Ils demandent également que les utilisateurs soient reconnus comme des parties intéressées et qu'ils soient donc consultés lorsqu'on envisage de modifier la Loi sur droit d'auteur.

*   *   *

+-L'aide au suicide

+-

    M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC): Monsieur le Président, j'ai plusieurs pétitions à présenter au nom des électeurs de Carleton—Mississippi Mills, que je représente.

    Tout d'abord, j'ai trois pétitions qui portent sur l'aide au suicide. Les pétitionnaires exhortent le Parlement à ne pas permettre le fait de conseiller le suicide ou d'y aider, que ce soit par une action personnelle ou par Internet.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC): Monsieur le Président, j'ai trois pétitions à présenter au sujet de la définition du mariage. Les pétitionnaires prient instamment le Parlement d'adopter une loi pour reconnaître l'institution du mariage comme étant exclusivement l'union à vie d'un homme et d'une femme.

*   *   *

+-L'autisme

+-

    M. Gordon O'Connor (Carleton—Mississippi Mills, PCC): Monsieur le Président, enfin, je veux présenter une pétition concernant le traitement de l'autisme. Les pétitionnaires exhortent le Parlement à modifier la Loi canadienne sur la santé pour que l'intervention comportementale intensive et l'analyse comportementale appliquée soient considérées comme un traitement médical essentiel pour les enfants atteints d'autisme, et à faire en sorte que toutes les provinces soient tenues de financer ce traitement.

*   *   *

+-La justice

+-

    M. John Williams (Edmonton—St. Albert, PCC): Monsieur le Président, à la mémoire des agents Myrol, Johnston, Gordon et Schiemann, de la GRC, je présente une pétition signée par des habitants de ma circonscription et des alentours, ainsi que de la ville de Stony Plain, d'où venait le gendarme Schiemann. Les pétitionnaires réclament une peine minimum de 10 ans d'emprisonnement sans possibilité de libération conditionnelle pour les personnes impliquées dans la culture de la marijuana.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. John Williams (Edmonton—St. Albert, PCC): Monsieur le Président, j'ai une autre pétition signée par certains de mes électeurs d'Edmonton et des environs. Ils demandent au Parlement de légiférer pour préserver la définition traditionnelle du mariage.

*   *   *

+-Les produits de santé naturels

+-

    M. John Williams (Edmonton—St. Albert, PCC): Monsieur le Président, j'ai une autre pétition signée par des électeurs de ma circonscription et des environs, qui demandent de faciliter l'accès aux produits de santé naturels.

*   *   *

+-La pornographie juvénile

+-

    M. Jay Hill (Prince George—Peace River, PCC): Monsieur le Président, j'ai quatre pétitions signées par des électeurs de ma circonscription, Prince George— Peace River. Elles portent toutes sur le même sujet et sont signées par de très nombreux résidants de ma circonscription, plus précisément des villes de Fort St. John et Dawson Creek dans le district de Peace River et de Charlie Lake, Taylor, Chetwynd et des régions rurales environnantes.

    Les pétitionnaires soulignent que la création et l'utilisation de pornographie juvénile sont condamnées par la vaste majorité des Canadiens et que le projet de loi C-20 des libéraux ne protège pas adéquatement les enfants de notre pays.

    Par conséquent, les pétitionnaires demandent au Parlement de protéger nos enfants en prenant toutes les mesures nécessaires pour que les oeuvres favorisant ou légitimant la pornographie juvénile soient considérées illégales.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Lennox and Addington, PCC): Monsieur le Président, je désire présenter sept pétitions aujourd'hui, qui portent toutes sur le même sujet. Elles proviennent de diverses parties de ma circonscription, notamment de Lanark Highlands, Denbigh, Carleton Place, Millhaven, Smiths Falls, Perth, Northbrook, Godfrey.

    Les pétitionnaires, au nombre de plus de 1 000, demandent au Parlement de préserver la définition actuelle et traditionnelle du mariage, pour les raisons suivantes. Ils font valoir que le mariage est la meilleure assise sur laquelle fonder une famille et élever des enfants, et que la majorité des Canadiens appuient la définition légale actuelle du mariage comme étant l'union volontaire d'un homme et d'une femme.

    Les pétitionnaires croient qu'il est très important que les décisions relatives aux aspects fondamentaux de la politique sociale soient prises par les députés élus, et non par une magistrature non élue.

  +-(1250)  

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, je désire présenter trois pétitions, dont la première porte sur le mariage.

    Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d'appuyer et de protéger la définition légale actuelle du mariage comme étant l'union volontaire d'un homme et d'une femme, et que le Parlement devrait prendre toutes les mesures législatives et administratives possibles pour préserver et protéger cette définition. Ils font également valoir que les décisions fondamentales en matière de politique sociale ne devraient pas être prises par une magistrature non élue.

*   *   *

+-Les bureaux de poste ruraux

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, je dépose également une pétition de plusieurs centaines d'habitants de Carrot River, en Saskatchewan. Les pétitionnaires craignent que leur bureau de poste rural ne soit fermé par Postes Canada. Ils demandent au gouvernement d'empêcher une telle mesure.

*   *   *

+-La citoyenneté et l'immigration

+-

    M. Maurice Vellacott (Saskatoon—Wanuskewin, PCC): Monsieur le Président, la troisième pétition que je dépose aujourd'hui vient de gens de la Nouvelle-Écosse. Les pétitionnaires prient le gouvernement de rétablir sa politique antérieure qui permettait de distribuer des livres sacrés aux nouveaux citoyens à l'occasion des cérémonies de citoyenneté, un peu partout au pays.

    Les pétitionnaires font remarquer qu'un commissaire à la citoyenneté a mis fin à cette politique en alléguant qu'elle était discriminatoire à l'égard des immigrants non religieux. Jusqu'à l'année dernière, les livres sacrés étaient simplement disposés sur des tables à l'arrière de la salle ou du gymnase, où les citoyens pouvaient simplement les prendre. On ne leur tendait pas ces livres et on ne les obligeait pas à les prendre. Le commissaire n'a fourni aucune preuve pour justifier sa décision inappropriée d'interdire que les livres sacrés soient mis à la disposition des nouveaux citoyens.

    Les pétitionnaires demandent à la Commission de la citoyenneté de rétablir l'ancienne politique qui a si bien servi notre nation multiculturelle au fil des ans.

*   *   *

+-La Loi sur les aliments et drogues

+-

    M. Andrew Scheer (Regina—Qu'Appelle, PCC): Monsieur le Président, j'ai l'honneur et le privilège aujourd'hui de présenter une pétition portant la signature de quelques centaines d'électeurs inquiets de la Saskatchewan, des régions de Qu'Appelle et de Regina. Les pétitionnaires demandent à la Chambre d'adopter le projet de loi C-420, ce qui permettra de s'assurer que les suppléments alimentaires et les autres produits de santé naturels traditionnels ne soient pas classés arbitrairement dans la catégorie des médicaments.

    Ils demandent à la Chambre de veiller à ce que les Canadiens aient la liberté de choisir les produits de santé qui leur conviennent. Ils encouragent tous les parlementaires à adopter le projet de loi C-420 le plus rapidement possible.

*   *   *

+-Le mariage

+-

    M. Mark Warawa (Langley, PCC): Monsieur le Président, je veux présenter aujourd'hui une pétition venant des merveilleux habitants de Langley, ma circonscription.

    Les pétitionnaires signalent que le mariage est la meilleure assise sur laquelle fonder une famille et élever des enfants, que l'institution du mariage est contestée et que c'est au Parlement qu'il revient de définir le mariage.

    Ils exhortent donc le Parlement à adopter une loi pour reconnaître, dans le droit fédéral, l'institution du mariage comme étant exclusivement l'union à vie d'un homme et d'une femme.

*   *   *

+-Le diabète

+-

    M. Bradley Trost (Saskatoon—Humboldt, PCC): Monsieur le Président, je suis heureux de présenter aujourd'hui une pétition au nom d'habitants de l'Est de l'Ontario et des régions adjacentes du Québec.

    Les pétitionnaires demandent à la Chambre des communes de se pencher sur la question du financement pour le diabète juvénile, une maladie très grave qui touche beaucoup de Canadiens. Je suis certain que tous les députés sont d'accord avec moi pour dire que nous devons faire quelque chose pour combattre cette maladie, et les pétitionnaires demandent donc à la Chambre des communes de prendre des mesures à cet égard.

*   *   *

-Le mariage

+-

    M. James Lunney (Nanaimo—Alberni, PCC): Monsieur le Président, j'ai une autre pétition sur le mariage signée par quelque 300 Canadiens, d'un bout à l'autre du pays, de Fredericton à Summerside, du Nouveau-Brunswick à Winnipeg, de la Colombie-Britannique à Edmonton, en Alberta, en passant pas de nombreuses autres localités, notamment Toronto.

    Il s'agit encore de la même demande dans laquelle les pétitionnaires estiment que l'institution du mariage, en l'occurrence le lien qui unit un homme et une femme, constitue une valeur morale importante. La définition du mariage est exclusivement l'union d'un homme et d'une femme pour la vie et elle ne peut et ne doit pas être modifiée par une loi ou par une décision d'un tribunal.

    Par conséquent, les pétitionnaires demandent au Parlement de prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver la définition légale actuelle du mariage et pour empêcher les tribunaux d'invalider ou de modifier cette définition.

*   *   *

  -(1255)  

[Français]

+-Questions au Feuilleton

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Est-on d'accord?

    Des voix: D'accord.


-Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

*   *   *

[Traduction]

-Loi sur la mise en quarantaine

    La Chambre reprend l'étude de la motion relative aux amendements apportés par le Sénat au projet de loi C-12, Loi visant à prévenir l'introduction et la propagation de maladies transmissibles, et de la motion: Que la question soit maintenant mise aux voix.

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion portant que la motion soit maintenant mise aux voix?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

    Une voix: Avec dissidence.

    (La motion est adoptée.)

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Le vote suivant porte sur la motion principale. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?

    Des voix: D'accord.

    Des voix: Non.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Que tous ceux qui sont en faveur de la motion principale veuillent bien dire oui.

    Des voix: Oui.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.

    Des voix: Non.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): À mon avis les oui l'emportent.

    Et plus de cinq députés s'étant levés:

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): Conformément à l'article 45 du Règlement, le vote par appel nominal est reporté au lundi 9 mai, à l'heure ordinaire de l'ajournement.

[Français]

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.): Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Des discussions ont eu lieu entre les partis.

[Traduction]

    Je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime de la Chambre pour que le vote soit reporté au mardi 10 mai, à la fin de l'étude des initiatives ministérielles.

+-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): D'accord?

    Des voix: D'accord.

+-

    L'hon. Dominic LeBlanc: Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Il y a eu des discussions productives entre les partis, et je pense que vous obtiendrez le consentement unanime pour faire comme s'il était 14 h 30.

-

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): D'accord?

    Des voix: D'accord.

    Le président suppléant (M. Marcel Proulx): En conséquence, la Chambre s'ajourne au lundi 9 mai, à 11 heures, conformément au paragraphe 24(1) du Règlement.

    (La séance est levée à 12 h 59.)

ANNEXE

Liste alphabétique des membres avec leur
Circonscription, province de la circonscription
et l'affiliation politique;
Comités de la chambre,
le comité des Présidents,
membres du ministère et les secrétaires parlementaires


Occupants du Fauteuil

 

Le Président

L'hon. Peter Milliken

 

Le vice-président et président des comités pléniers

M. Chuck Strahl

 

Le vice-président des comités pléniers

M. Marcel Proulx

 

La vice-présidente adjointe des comités pléniers

L'hon. Jean Augustine

 


Bureau de régie interne

L'hon. Peter Milliken

L'hon. Mauril Bélanger

Mme Libby Davies

M. Michel Guimond

M. Jay Hill

L'hon. Walt Lastewka

L'hon. Rob Nicholson

L'hon. Karen Redman

L'hon. Tony Valeri


Liste alphabétique des députés de la chambre des communes

Première session, Trente-huitième Législature

Nom Circonscription Province de la circonscription Affiliation politique
Abbott, Jim Kootenay—Columbia Colombie-Britannique PCC
Ablonczy, Diane Calgary—Nose Hill Alberta PCC
Adams, L'hon. Peter, secrétaire parlementaire de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences Peterborough Ontario Lib.
Alcock, L'hon. Reg, président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé Winnipeg-Sud Manitoba Lib.
Allison, Dean Niagara-Ouest—Glanbrook Ontario PCC
Ambrose, Rona Edmonton—Spruce Grove Alberta PCC
Anders, Rob Calgary-Ouest Alberta PCC
Anderson, David Cypress Hills—Grasslands Saskatchewan PCC
Anderson, L'hon. David Victoria Colombie-Britannique Lib.
André, Guy Berthier—Maskinongé Québec BQ
Angus, Charlie Timmins—Baie James Ontario NPD
Asselin, Gérard Manicouagan Québec BQ
Augustine, L'hon. Jean, vice-présidente adjointe des comités pléniers Etobicoke—Lakeshore Ontario Lib.
Bachand, Claude Saint-Jean Québec BQ
Bagnell, L'hon. Larry, secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles Yukon Yukon Lib.
Bains, Navdeep Mississauga—Brampton-Sud Ontario Lib.
Bakopanos, L'hon. Eleni, secrétaire parlementaire du ministre du Développement social (économie sociale) Ahuntsic Québec Lib.
Barnes, L'hon. Sue, secrétaire parlementaire du ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits London-Ouest Ontario Lib.
Batters, Dave Palliser Saskatchewan PCC
Beaumier, Colleen Brampton-Ouest Ontario Lib.
Bélanger, L'hon. Mauril, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable de la réforme démocratique et ministre associé de la Défense nationale Ottawa—Vanier Ontario Lib.
Bell, Don North Vancouver Colombie-Britannique Lib.
Bellavance, André Richmond—Arthabaska Québec BQ
Bennett, L'hon. Carolyn, ministre d'État (Santé publique) St. Paul's Ontario Lib.
Benoit, Leon Vegreville—Wainwright Alberta PCC
Bergeron, Stéphane Verchères—Les Patriotes Québec BQ
Bevilacqua, L'hon. Maurizio Vaughan Ontario Lib.
Bezan, James Selkirk—Interlake Manitoba PCC
Bigras, Bernard Rosemont—La Petite-Patrie Québec BQ
Blaikie, L'hon. Bill Elmwood—Transcona Manitoba NPD
Blais, Raynald Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine Québec BQ
Blondin-Andrew, L'hon. Ethel, ministre d'État (Nord canadien) Western Arctic Territoires du Nord-Ouest Lib.
Boire, Alain Beauharnois—Salaberry Québec BQ
Boivin, Françoise Gatineau Québec Lib.
Bonin, Raymond Nickel Belt Ontario Lib.
Bonsant, France Compton—Stanstead Québec BQ
Boshcoff, Ken Thunder Bay—Rainy River Ontario Lib.
Bouchard, Robert Chicoutimi—Le Fjord Québec BQ
Boudria, L'hon. Don Glengarry—Prescott—Russell Ontario Lib.
Boulianne, Marc Mégantic—L'Érable Québec BQ
Bourgeois, Diane Terrebonne—Blainville Québec BQ
Bradshaw, L'hon. Claudette, ministre d'État (Développement des ressources humaines) Moncton—Riverview—Dieppe Nouveau-Brunswick Lib.
Breitkreuz, Garry Yorkton—Melville Saskatchewan PCC
Brison, L'hon. Scott, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Kings—Hants Nouvelle-Écosse Lib.
Broadbent, L'hon. Ed Ottawa-Centre Ontario NPD
Brown, Bonnie Oakville Ontario Lib.
Brown, Gord Leeds—Grenville Ontario PCC
Brunelle, Paule Trois-Rivières Québec BQ
Bulte, L'hon. Sarmite, secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien Parkdale—High Park Ontario Lib.
Byrne, L'hon. Gerry, secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires intergouvernementales Humber—St. Barbe—Baie Verte Terre-Neuve-et-Labrador Lib.
Cadman, Chuck Surrey-Nord Colombie-Britannique Ind.
Cannis, John Scarborough-Centre Ontario Lib.
Cardin, Serge Sherbrooke Québec BQ
Carr, Gary Halton Ontario Lib.
Carrie, Colin Oshawa Ontario PCC
Carrier, Robert Alfred-Pellan Québec BQ
Carroll, L'hon. Aileen, ministre de la Coopération internationale Barrie Ontario Lib.
Casey, Bill Cumberland—Colchester—Musquodoboit Valley Nouvelle-Écosse PCC
Casson, Rick Lethbridge Alberta PCC
Catterall, Marlene Ottawa-Ouest—Nepean Ontario Lib.
Chamberlain, L'hon. Brenda Guelph Ontario Lib.
Chan, L'hon. Raymond, ministre d'État (Multiculturalisme) Richmond Colombie-Britannique Lib.
Chatters, David Westlock—St. Paul Alberta PCC
Chong, Michael Wellington—Halton Hills Ontario PCC
Christopherson, David Hamilton-Centre Ontario NPD
Clavet, Roger Louis-Hébert Québec BQ
Cleary, Bernard Louis-Saint-Laurent Québec BQ
Coderre, L'hon. Denis Bourassa Québec Lib.
Comartin, Joe Windsor—Tecumseh Ontario NPD
Comuzzi, L'hon. Joe, ministre d'État (Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l'Ontario) Thunder Bay—Superior-Nord Ontario Lib.
Côté, Guy Portneuf—Jacques-Cartier Québec BQ
Cotler, L'hon. Irwin, ministre de la Justice et procureur général du Canada Mont-Royal Québec Lib.
Crête, Paul Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup Québec BQ
Crowder, Jean Nanaimo—Cowichan Colombie-Britannique NPD
Cullen, Nathan Skeena—Bulkley Valley Colombie-Britannique NPD
Cullen, L'hon. Roy, secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile Etobicoke-Nord Ontario Lib.
Cummins, John Delta—Richmond-Est Colombie-Britannique PCC
Cuzner, Rodger Cape Breton—Canso Nouvelle-Écosse Lib.
D'Amours, Jean-Claude Madawaska—Restigouche Nouveau-Brunswick Lib.
Davies, Libby Vancouver-Est Colombie-Britannique NPD
Day, Stockwell Okanagan—Coquihalla Colombie-Britannique PCC
Demers, Nicole Laval Québec BQ
Deschamps, Johanne Laurentides—Labelle Québec BQ
Desjarlais, Bev Churchill Manitoba NPD
Desrochers, Odina Lotbinière—Chutes-de-la-Chaudière Québec BQ
DeVillers, L'hon. Paul Simcoe-Nord Ontario Lib.
Devolin, Barry Haliburton—Kawartha Lakes—Brock Ontario PCC
Dhalla, Ruby Brampton—Springdale Ontario Lib.
Dion, L'hon. Stéphane, ministre de l'Environnement Saint-Laurent—Cartierville Québec Lib.
Dosanjh, L'hon. Ujjal, ministre de la Santé Vancouver-Sud Colombie-Britannique Lib.
Doyle, Norman St. John's-Est Terre-Neuve-et-Labrador PCC
Drouin, L'hon. Claude, secrétaire parlementaire du premier ministre (collectivités rurales) Beauce Québec Lib.
Dryden, L'hon. Ken, ministre du Développement social York-Centre Ontario Lib.
Duceppe, Gilles Laurier—Sainte-Marie Québec BQ
Duncan, John Île de Vancouver-Nord Colombie-Britannique PCC
Easter, L'hon. Wayne, secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural) Malpeque Île-du-Prince-Édouard Lib.
Efford, L'hon. R. John, ministre des Ressources naturelles Avalon Terre-Neuve-et-Labrador Lib.
Emerson, L'hon. David, ministre de l'Industrie Vancouver Kingsway Colombie-Britannique Lib.
Epp, Ken Edmonton—Sherwood Park Alberta PCC
Eyking, L'hon. Mark, secrétaire parlementaire du ministre du Commerce international (marchés émergents) Sydney—Victoria Nouvelle-Écosse Lib.
Faille, Meili Vaudreuil-Soulanges Québec BQ
Finley, Diane Haldimand—Norfolk Ontario PCC
Fitzpatrick, Brian Prince Albert Saskatchewan PCC
Fletcher, Steven Charleswood—St. James—Assiniboia Manitoba PCC
Folco, Raymonde Laval—Les Îles Québec Lib.
Fontana, L'hon. Joe, ministre du Travail et du Logement London-Centre-Nord Ontario Lib.
Forseth, Paul New Westminster—Coquitlam Colombie-Britannique PCC
Frulla, L'hon. Liza, ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine Jeanne-Le Ber Québec Lib.
Fry, L'hon. Hedy, secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration Vancouver-Centre Colombie-Britannique Lib.
Gagnon, Christiane Québec Québec BQ
Gagnon, Marcel Saint-Maurice—Champlain Québec BQ
Gagnon, Sébastien Jonquière—Alma Québec BQ
Gallant, Cheryl Renfrew—Nipissing—Pembroke Ontario PCC
Gallaway, L'hon. Roger Sarnia—Lambton Ontario Lib.
Gaudet, Roger Montcalm Québec BQ
Gauthier, Michel Roberval—Lac-Saint-Jean Québec BQ
Godbout, Marc Ottawa—Orléans Ontario Lib.
Godfrey, L'hon. John, ministre d'État (Infrastructure et Collectivités) Don Valley-Ouest Ontario Lib.
Godin, Yvon Acadie—Bathurst Nouveau-Brunswick NPD
Goldring, Peter Edmonton-Est Alberta PCC
Goodale, L'hon. Ralph, ministre des Finances Wascana Saskatchewan Lib.
Goodyear, Gary Cambridge Ontario PCC
Gouk, Jim Colombie-Britannique-Southern Interior Colombie-Britannique PCC
Graham, L'hon. Bill, ministre de la Défense nationale Toronto-Centre Ontario Lib.
Grewal, Gurmant Newton—Delta-Nord Colombie-Britannique PCC
Grewal, Nina Fleetwood—Port Kells Colombie-Britannique PCC
Guarnieri, L'hon. Albina, ministre des Anciens Combattants Mississauga-Est—Cooksville Ontario Lib.
Guay, Monique Rivière-du-Nord Québec BQ
Guergis, Helena Simcoe—Grey Ontario PCC
Guimond, Michel Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord Québec BQ
Hanger, Art Calgary-Nord-Est Alberta PCC
Harper, L'hon. Stephen Calgary-Sud-Ouest Alberta PCC
Harris, Richard Cariboo—Prince George Colombie-Britannique PCC
Harrison, Jeremy Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill Saskatchewan PCC
Hearn, Loyola St. John's-Sud—Mount Pearl Terre-Neuve-et-Labrador PCC
Hiebert, Russ Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale Colombie-Britannique PCC
Hill, Jay Prince George—Peace River Colombie-Britannique PCC
Hinton, Betty Kamloops—Thompson—Cariboo Colombie-Britannique PCC
Holland, Mark Ajax—Pickering Ontario Lib.
Hubbard, Charles Miramichi Nouveau-Brunswick Lib.
Ianno, L'hon. Tony, ministre d'État (Famille et Aidants naturels) Trinity—Spadina Ontario Lib.
Jaffer, Rahim Edmonton—Strathcona Alberta PCC
Jean, Brian Fort McMurray—Athabasca Alberta PCC
Jennings, L'hon. Marlene, secrétaire parlementaire du premier ministre (Canada—États-Unis) Notre-Dame-de-Grâce—Lachine Québec Lib.
Johnston, Dale Wetaskiwin Alberta PCC
Julian, Peter Burnaby—New Westminster Colombie-Britannique NPD
Kadis, Susan Thornhill Ontario Lib.
Kamp, Randy Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission Colombie-Britannique PCC
Karetak-Lindell, Nancy Nunavut Nunavut Lib.
Karygiannis, L'hon. Jim, secrétaire parlementaire du ministre des Transports Scarborough—Agincourt Ontario Lib.
Keddy, Gerald South Shore—St. Margaret's Nouvelle-Écosse PCC
Kenney, Jason Calgary-Sud-Est Alberta PCC
Khan, Wajid Mississauga—Streetsville Ontario Lib.
Kilgour, L'hon. David Edmonton—Mill Woods—Beaumont Alberta Ind.
Komarnicki, Ed Souris—Moose Mountain Saskatchewan PCC
Kotto, Maka Saint-Lambert Québec BQ
Kramp, Daryl Prince Edward—Hastings Ontario PCC
Laframboise, Mario Argenteuil—Papineau—Mirabel Québec BQ
Lalonde, Francine La Pointe-de-l'Île Québec BQ
Lapierre, L'hon. Jean, ministre des Transports Outremont Québec Lib.
Lapierre, Réal Lévis—Bellechasse Québec BQ
Lastewka, L'hon. Walt, secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux St. Catharines Ontario Lib.
Lauzon, Guy Stormont—Dundas—South Glengarry Ontario PCC
Lavallée, Carole Saint-Bruno—Saint-Hubert Québec BQ
Layton, L'hon. Jack Toronto—Danforth Ontario NPD
LeBlanc, L'hon. Dominic, secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes Beauséjour Nouveau-Brunswick Lib.
Lee, Derek Scarborough—Rouge River Ontario Lib.
Lemay, Marc Abitibi—Témiscamingue Québec BQ
Lessard, Yves Chambly—Borduas Québec BQ
Lévesque, Yvon Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou Québec BQ
Longfield, L'hon. Judi, secrétaire parlementaire du ministre du Travail et du Logement Whitby—Oshawa Ontario Lib.
Loubier, Yvan Saint-Hyacinthe—Bagot Québec BQ
Lukiwski, Tom Regina—Lumsden—Lake Centre Saskatchewan PCC
Lunn, Gary Saanich—Gulf Islands Colombie-Britannique PCC
Lunney, James Nanaimo—Alberni Colombie-Britannique PCC
MacAulay, L'hon. Lawrence Cardigan Île-du-Prince-Édouard Lib.
MacKay, Peter Nova-Centre Nouvelle-Écosse PCC
MacKenzie, Dave Oxford Ontario PCC
Macklin, L'hon. Paul Harold Northumberland—Quinte West Ontario Lib.
Malhi, L'hon. Gurbax, secrétaire parlementaire de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences Bramalea—Gore—Malton Ontario Lib.
Maloney, John Welland Ontario Lib.
Marceau, Richard Charlesbourg—Haute-Saint-Charles Québec BQ
Mark, Inky Dauphin—Swan River—Marquette Manitoba PCC
Marleau, L'hon. Diane, secrétaire parlementaire du président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé Sudbury Ontario Lib.
Martin, L'hon. Keith, secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale Esquimalt—Juan de Fuca Colombie-Britannique Lib.
Martin, Pat Winnipeg-Centre Manitoba NPD
Martin, Le très hon. Paul, premier ministre LaSalle—Émard Québec Lib.
Martin, Tony Sault Ste. Marie Ontario NPD
Masse, Brian Windsor-Ouest Ontario NPD
Matthews, Bill Random—Burin—St. George's Terre-Neuve-et-Labrador Lib.
McCallum, L'hon. John, ministre du Revenu national Markham—Unionville Ontario Lib.
McDonough, Alexa Halifax Nouvelle-Écosse NPD
McGuinty, David Ottawa-Sud Ontario Lib.
McGuire, L'hon. Joe, ministre de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique Egmont Île-du-Prince-Édouard Lib.
McKay, L'hon. John, secrétaire parlementaire du ministre des Finances Scarborough—Guildwood Ontario Lib.
McLellan, L'hon. Anne, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile Edmonton-Centre Alberta Lib.
McTeague, L'hon. Dan, secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères Pickering—Scarborough-Est Ontario Lib.
Ménard, Réal Hochelaga Québec BQ
Ménard, Serge Marc-Aurèle-Fortin Québec BQ
Menzies, Ted Macleod Alberta PCC
Merrifield, Rob Yellowhead Alberta PCC
Miller, Larry Bruce—Grey—Owen Sound Ontario PCC
Milliken, L'hon. Peter, Président Kingston et les Îles Ontario Lib.
Mills, Bob Red Deer Alberta PCC
Minna, L'hon. Maria Beaches—East York Ontario Lib.
Mitchell, L'hon. Andy, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire Parry Sound—Muskoka Ontario Lib.
Moore, James Port Moody—Westwood—Port Coquitlam Colombie-Britannique PCC
Moore, Rob Fundy Royal Nouveau-Brunswick PCC
Murphy, L'hon. Shawn Charlottetown Île-du-Prince-Édouard Lib.
Myers, Lynn Kitchener—Conestoga Ontario Lib.
Neville, Anita Winnipeg-Centre-Sud Manitoba Lib.
Nicholson, L'hon. Rob Niagara Falls Ontario PCC
O'Brien, Pat London—Fanshawe Ontario Lib.
O'Connor, Gordon Carleton—Mississippi Mills Ontario PCC
Obhrai, Deepak Calgary-Est Alberta PCC
Oda, Bev Durham Ontario PCC
Owen, L'hon. Stephen, ministre de la Diversification de l'économie de l'Ouest canadien et ministre d'État (Sport) Vancouver Quadra Colombie-Britannique Lib.
Pacetti, Massimo Saint-Léonard—Saint-Michel Québec Lib.
Pallister, Brian Portage—Lisgar Manitoba PCC
Paquette, Pierre Joliette Québec BQ
Paradis, L'hon. Denis Brome—Missisquoi Québec Lib.
Parrish, Carolyn Mississauga—Erindale Ontario Ind.
Patry, Bernard Pierrefonds—Dollard Québec Lib.
Penson, Charlie Peace River Alberta PCC
Perron, Gilles-A. Rivière-des-Mille-Îles Québec BQ
Peterson, L'hon. Jim, ministre du Commerce international Willowdale Ontario Lib.
Pettigrew, L'hon. Pierre, ministre des Affaires étrangères Papineau Québec Lib.
Phinney, Beth Hamilton Mountain Ontario Lib.
Picard, Pauline Drummond Québec BQ
Pickard, L'hon. Jerry, secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie Chatham-Kent—Essex Ontario Lib.
Plamondon, Louis Bas-Richelieu—Nicolet—Bécancour Québec BQ
Poilievre, Pierre Nepean—Carleton Ontario PCC
Poirier-Rivard, Denise Châteauguay—Saint-Constant Québec BQ
Powers, Russ Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale Ontario Lib.
Prentice, Jim Calgary-Centre-Nord Alberta PCC
Preston, Joe Elgin—Middlesex—London Ontario PCC
Proulx, Marcel, vice-président des comités pléniers Hull—Aylmer Québec Lib.
Rajotte, James Edmonton—Leduc Alberta PCC
Ratansi, Yasmin Don Valley-Est Ontario Lib.
Redman, L'hon. Karen Kitchener-Centre Ontario Lib.
Regan, L'hon. Geoff, ministre des Pêches et des Océans Halifax-Ouest Nouvelle-Écosse Lib.
Reid, Scott Lanark—Frontenac—Lennox and Addington Ontario PCC
Reynolds, John West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country Colombie-Britannique PCC
Richardson, Lee Calgary-Centre Alberta PCC
Ritz, Gerry Battlefords—Lloydminster Saskatchewan PCC
Robillard, L'hon. Lucienne, présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences Westmount—Ville-Marie Québec Lib.
Rodriguez, Pablo Honoré-Mercier Québec Lib.
Rota, Anthony Nipissing—Timiskaming Ontario Lib.
Roy, Jean-Yves Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia Québec BQ
Saada, L'hon. Jacques, ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec et ministre responsable de la Francophonie Brossard—La Prairie Québec Lib.
Sauvageau, Benoît Repentigny Québec BQ
Savage, Michael Dartmouth—Cole Harbour Nouvelle-Écosse Lib.
Savoy, Andy Tobique—Mactaquac Nouveau-Brunswick Lib.
Scarpaleggia, Francis Lac-Saint-Louis Québec Lib.
Scheer, Andrew Regina—Qu'Appelle Saskatchewan PCC
Schellenberger, Gary Perth—Wellington Ontario PCC
Schmidt, Werner Kelowna—Lake Country Colombie-Britannique PCC
Scott, L'hon. Andy, ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits Fredericton Nouveau-Brunswick Lib.
Sgro, L'hon. Judy York-Ouest Ontario Lib.
Siksay, Bill Burnaby—Douglas Colombie-Britannique NPD
Silva, Mario Davenport Ontario Lib.
Simard, Christian Beauport—Limoilou Québec BQ
Simard, L'hon. Raymond, secrétaire parlementaire du leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre responsable de la réforme démocratique Saint Boniface Manitoba Lib.
Simms, Scott Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor Terre-Neuve-et-Labrador Lib.
Skelton, Carol Saskatoon—Rosetown—Biggar Saskatchewan PCC
Smith, David Pontiac Québec Lib.
Smith, Joy Kildonan—St. Paul Manitoba PCC
Solberg, Monte Medicine Hat Alberta PCC
Sorenson, Kevin Crowfoot Alberta PCC
St-Hilaire, Caroline Longueuil—Pierre-Boucher Québec BQ
St. Amand, Lloyd Brant Ontario Lib.
St. Denis, Brent Algoma—Manitoulin—Kapuskasing Ontario Lib.
Steckle, Paul Huron—Bruce Ontario Lib.
Stinson, Darrel Okanagan—Shuswap Colombie-Britannique PCC
Stoffer, Peter Sackville—Eastern Shore Nouvelle-Écosse NPD
Strahl, Chuck, Vice-président et président des comités pléniers Chilliwack—Fraser Canyon Colombie-Britannique PCC
Stronach, Belinda Newmarket—Aurora Ontario PCC
Szabo, Paul Mississauga-Sud Ontario Lib.
Telegdi, L'hon. Andrew Kitchener—Waterloo Ontario Lib.
Temelkovski, Lui Oak Ridges—Markham Ontario Lib.
Thibault, Louise Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques Québec BQ
Thibault, L'hon. Robert, secrétaire parlementaire du ministre de la Santé Nova-Ouest Nouvelle-Écosse Lib.
Thompson, Greg Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest Nouveau-Brunswick PCC
Thompson, Myron Wild Rose Alberta PCC
Tilson, David Dufferin—Caledon Ontario PCC
Toews, Vic Provencher Manitoba PCC
Tonks, Alan York-Sud—Weston Ontario Lib.
Torsney, L'hon. Paddy, secrétaire parlementaire de la ministre de la Coopération internationale Burlington Ontario Lib.
Trost, Bradley Saskatoon—Humboldt Saskatchewan PCC
Tweed, Merv Brandon—Souris Manitoba PCC
Ur, Rose-Marie Lambton—Kent—Middlesex Ontario Lib.
Valeri, L'hon. Tony, leader du gouvernement à la Chambre des communes Hamilton-Est—Stoney Creek Ontario Lib.
Valley, Roger Kenora Ontario Lib.
Van Loan, Peter York—Simcoe Ontario PCC
Vellacott, Maurice Saskatoon—Wanuskewin Saskatchewan PCC
Vincent, Robert Shefford Québec BQ
Volpe, L'hon. Joseph, ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration Eglinton—Lawrence Ontario Lib.
Wappel, Tom Scarborough-Sud-Ouest Ontario Lib.
Warawa, Mark Langley Colombie-Britannique PCC
Wasylycia-Leis, Judy Winnipeg-Nord Manitoba NPD
Watson, Jeff Essex Ontario PCC
White, Randy Abbotsford Colombie-Britannique PCC
Wilfert, L'hon. Bryon, secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement Richmond Hill Ontario Lib.
Williams, John Edmonton—St. Albert Alberta PCC
Wrzesnewskyj, Borys Etobicoke-Centre Ontario Lib.
Yelich, Lynne Blackstrap Saskatchewan PCC
Zed, Paul Saint John Nouveau-Brunswick Lib.

Liste alphabétique des députés de la chambre des communes par province

Première session, Trente-huitième Législature

Nom Circonscription Affiliation politique

Alberta (28)
Ablonczy, Diane Calgary—Nose Hill PCC
Ambrose, Rona Edmonton—Spruce Grove PCC
Anders, Rob Calgary-Ouest PCC
Benoit, Leon Vegreville—Wainwright PCC
Casson, Rick Lethbridge PCC
Chatters, David Westlock—St. Paul PCC
Epp, Ken Edmonton—Sherwood Park PCC
Goldring, Peter Edmonton-Est PCC
Hanger, Art Calgary-Nord-Est PCC
Harper, L'hon. Stephen Calgary-Sud-Ouest PCC
Jaffer, Rahim Edmonton—Strathcona PCC
Jean, Brian Fort McMurray—Athabasca PCC
Johnston, Dale Wetaskiwin PCC
Kenney, Jason Calgary-Sud-Est PCC
Kilgour, L'hon. David Edmonton—Mill Woods—Beaumont Ind.
McLellan, L'hon. Anne, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile Edmonton-Centre Lib.
Menzies, Ted Macleod PCC
Merrifield, Rob Yellowhead PCC
Mills, Bob Red Deer PCC
Obhrai, Deepak Calgary-Est PCC
Penson, Charlie Peace River PCC
Prentice, Jim Calgary-Centre-Nord PCC
Rajotte, James Edmonton—Leduc PCC
Richardson, Lee Calgary-Centre PCC
Solberg, Monte Medicine Hat PCC
Sorenson, Kevin Crowfoot PCC
Thompson, Myron Wild Rose PCC
Williams, John Edmonton—St. Albert PCC

Colombie-Britannique (36)
Abbott, Jim Kootenay—Columbia PCC
Anderson, L'hon. David Victoria Lib.
Bell, Don North Vancouver Lib.
Cadman, Chuck Surrey-Nord Ind.
Chan, L'hon. Raymond, ministre d'État (Multiculturalisme) Richmond Lib.
Crowder, Jean Nanaimo—Cowichan NPD
Cullen, Nathan Skeena—Bulkley Valley NPD
Cummins, John Delta—Richmond-Est PCC
Davies, Libby Vancouver-Est NPD
Day, Stockwell Okanagan—Coquihalla PCC
Dosanjh, L'hon. Ujjal, ministre de la Santé Vancouver-Sud Lib.
Duncan, John Île de Vancouver-Nord PCC
Emerson, L'hon. David, ministre de l'Industrie Vancouver Kingsway Lib.
Forseth, Paul New Westminster—Coquitlam PCC
Fry, L'hon. Hedy, secrétaire parlementaire du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration Vancouver-Centre Lib.
Gouk, Jim Colombie-Britannique-Southern Interior PCC
Grewal, Gurmant Newton—Delta-Nord PCC
Grewal, Nina Fleetwood—Port Kells PCC
Harris, Richard Cariboo—Prince George PCC
Hiebert, Russ Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale PCC
Hill, Jay Prince George—Peace River PCC
Hinton, Betty Kamloops—Thompson—Cariboo PCC
Julian, Peter Burnaby—New Westminster NPD
Kamp, Randy Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission PCC
Lunn, Gary Saanich—Gulf Islands PCC
Lunney, James Nanaimo—Alberni PCC
Martin, L'hon. Keith, secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale Esquimalt—Juan de Fuca Lib.
Moore, James Port Moody—Westwood—Port Coquitlam PCC
Owen, L'hon. Stephen, ministre de la Diversification de l'économie de l'Ouest canadien et ministre d'État (Sport) Vancouver Quadra Lib.
Reynolds, John West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country PCC
Schmidt, Werner Kelowna—Lake Country PCC
Siksay, Bill Burnaby—Douglas NPD
Stinson, Darrel Okanagan—Shuswap PCC
Strahl, Chuck, Vice-président et président des comités pléniers Chilliwack—Fraser Canyon PCC
Warawa, Mark Langley PCC
White, Randy Abbotsford PCC

Île-du-Prince-Édouard (4)
Easter, L'hon. Wayne, secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural) Malpeque Lib.
MacAulay, L'hon. Lawrence Cardigan Lib.
McGuire, L'hon. Joe, ministre de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique Egmont Lib.
Murphy, L'hon. Shawn Charlottetown Lib.

Manitoba (14)
Alcock, L'hon. Reg, président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé Winnipeg-Sud Lib.
Bezan, James Selkirk—Interlake PCC
Blaikie, L'hon. Bill Elmwood—Transcona NPD
Desjarlais, Bev Churchill NPD
Fletcher, Steven Charleswood—St. James—Assiniboia PCC
Mark, Inky Dauphin—Swan River—Marquette PCC
Martin, Pat Winnipeg-Centre NPD
Neville, Anita Winnipeg-Centre-Sud Lib.
Pallister, Brian Portage—Lisgar PCC
Simard, L'hon. Raymond, secrétaire parlementaire du leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre responsable de la réforme démocratique Saint Boniface Lib.
Smith, Joy Kildonan—St. Paul PCC
Toews, Vic Provencher PCC
Tweed, Merv Brandon—Souris PCC
Wasylycia-Leis, Judy Winnipeg-Nord NPD

Nouveau-Brunswick (10)
Bradshaw, L'hon. Claudette, ministre d'État (Développement des ressources humaines) Moncton—Riverview—Dieppe Lib.
D'Amours, Jean-Claude Madawaska—Restigouche Lib.
Godin, Yvon Acadie—Bathurst NPD
Hubbard, Charles Miramichi Lib.
LeBlanc, L'hon. Dominic, secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes Beauséjour Lib.
Moore, Rob Fundy Royal PCC
Savoy, Andy Tobique—Mactaquac Lib.
Scott, L'hon. Andy, ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits Fredericton Lib.
Thompson, Greg Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest PCC
Zed, Paul Saint John Lib.

Nouvelle-Écosse (11)
Brison, L'hon. Scott, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Kings—Hants Lib.
Casey, Bill Cumberland—Colchester—Musquodoboit Valley PCC
Cuzner, Rodger Cape Breton—Canso Lib.
Eyking, L'hon. Mark, secrétaire parlementaire du ministre du Commerce international (marchés émergents) Sydney—Victoria Lib.
Keddy, Gerald South Shore—St. Margaret's PCC
MacKay, Peter Nova-Centre PCC
McDonough, Alexa Halifax NPD
Regan, L'hon. Geoff, ministre des Pêches et des Océans Halifax-Ouest Lib.
Savage, Michael Dartmouth—Cole Harbour Lib.
Stoffer, Peter Sackville—Eastern Shore NPD
Thibault, L'hon. Robert, secrétaire parlementaire du ministre de la Santé Nova-Ouest Lib.

Nunavut (1)
Karetak-Lindell, Nancy Nunavut Lib.

Ontario (106)
Adams, L'hon. Peter, secrétaire parlementaire de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences Peterborough Lib.
Allison, Dean Niagara-Ouest—Glanbrook PCC
Angus, Charlie Timmins—Baie James NPD
Augustine, L'hon. Jean, vice-présidente adjointe des comités pléniers Etobicoke—Lakeshore Lib.
Bains, Navdeep Mississauga—Brampton-Sud Lib.
Barnes, L'hon. Sue, secrétaire parlementaire du ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits London-Ouest Lib.
Beaumier, Colleen Brampton-Ouest Lib.
Bélanger, L'hon. Mauril, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable de la réforme démocratique et ministre associé de la Défense nationale Ottawa—Vanier Lib.
Bennett, L'hon. Carolyn, ministre d'État (Santé publique) St. Paul's Lib.
Bevilacqua, L'hon. Maurizio Vaughan Lib.
Bonin, Raymond Nickel Belt Lib.
Boshcoff, Ken Thunder Bay—Rainy River Lib.
Boudria, L'hon. Don Glengarry—Prescott—Russell Lib.
Broadbent, L'hon. Ed Ottawa-Centre NPD
Brown, Bonnie Oakville Lib.
Brown, Gord Leeds—Grenville PCC
Bulte, L'hon. Sarmite, secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien Parkdale—High Park Lib.
Cannis, John Scarborough-Centre Lib.
Carr, Gary Halton Lib.
Carrie, Colin Oshawa PCC
Carroll, L'hon. Aileen, ministre de la Coopération internationale Barrie Lib.
Catterall, Marlene Ottawa-Ouest—Nepean Lib.
Chamberlain, L'hon. Brenda Guelph Lib.
Chong, Michael Wellington—Halton Hills PCC
Christopherson, David Hamilton-Centre NPD
Comartin, Joe Windsor—Tecumseh NPD
Comuzzi, L'hon. Joe, ministre d'État (Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l'Ontario) Thunder Bay—Superior-Nord Lib.
Cullen, L'hon. Roy, secrétaire parlementaire de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile Etobicoke-Nord Lib.
DeVillers, L'hon. Paul Simcoe-Nord Lib.
Devolin, Barry Haliburton—Kawartha Lakes—Brock PCC
Dhalla, Ruby Brampton—Springdale Lib.
Dryden, L'hon. Ken, ministre du Développement social York-Centre Lib.
Finley, Diane Haldimand—Norfolk PCC
Fontana, L'hon. Joe, ministre du Travail et du Logement London-Centre-Nord Lib.
Gallant, Cheryl Renfrew—Nipissing—Pembroke PCC
Gallaway, L'hon. Roger Sarnia—Lambton Lib.
Godbout, Marc Ottawa—Orléans Lib.
Godfrey, L'hon. John, ministre d'État (Infrastructure et Collectivités) Don Valley-Ouest Lib.
Goodyear, Gary Cambridge PCC
Graham, L'hon. Bill, ministre de la Défense nationale Toronto-Centre Lib.
Guarnieri, L'hon. Albina, ministre des Anciens Combattants Mississauga-Est—Cooksville Lib.
Guergis, Helena Simcoe—Grey PCC
Holland, Mark Ajax—Pickering Lib.
Ianno, L'hon. Tony, ministre d'État (Famille et Aidants naturels) Trinity—Spadina Lib.
Kadis, Susan Thornhill Lib.
Karygiannis, L'hon. Jim, secrétaire parlementaire du ministre des Transports Scarborough—Agincourt Lib.
Khan, Wajid Mississauga—Streetsville Lib.
Kramp, Daryl Prince Edward—Hastings PCC
Lastewka, L'hon. Walt, secrétaire parlementaire du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux St. Catharines Lib.
Lauzon, Guy Stormont—Dundas—South Glengarry PCC
Layton, L'hon. Jack Toronto—Danforth NPD
Lee, Derek Scarborough—Rouge River Lib.
Longfield, L'hon. Judi, secrétaire parlementaire du ministre du Travail et du Logement Whitby—Oshawa Lib.
MacKenzie, Dave Oxford PCC
Macklin, L'hon. Paul Harold Northumberland—Quinte West Lib.
Malhi, L'hon. Gurbax, secrétaire parlementaire de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences Bramalea—Gore—Malton Lib.
Maloney, John Welland Lib.
Marleau, L'hon. Diane, secrétaire parlementaire du président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé Sudbury Lib.
Martin, Tony Sault Ste. Marie NPD
Masse, Brian Windsor-Ouest NPD
McCallum, L'hon. John, ministre du Revenu national Markham—Unionville Lib.
McGuinty, David Ottawa-Sud Lib.
McKay, L'hon. John, secrétaire parlementaire du ministre des Finances Scarborough—Guildwood Lib.
McTeague, L'hon. Dan, secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères Pickering—Scarborough-Est Lib.
Miller, Larry Bruce—Grey—Owen Sound PCC
Milliken, L'hon. Peter, Président Kingston et les Îles Lib.
Minna, L'hon. Maria Beaches—East York Lib.
Mitchell, L'hon. Andy, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire Parry Sound—Muskoka Lib.
Myers, Lynn Kitchener—Conestoga Lib.
Nicholson, L'hon. Rob Niagara Falls PCC
O'Brien, Pat London—Fanshawe Lib.
O'Connor, Gordon Carleton—Mississippi Mills PCC
Oda, Bev Durham PCC
Parrish, Carolyn Mississauga—Erindale Ind.
Peterson, L'hon. Jim, ministre du Commerce international Willowdale Lib.
Phinney, Beth Hamilton Mountain Lib.
Pickard, L'hon. Jerry, secrétaire parlementaire du ministre de l'Industrie Chatham-Kent—Essex Lib.
Poilievre, Pierre Nepean—Carleton PCC
Powers, Russ Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale Lib.
Preston, Joe Elgin—Middlesex—London PCC
Ratansi, Yasmin Don Valley-Est Lib.
Redman, L'hon. Karen Kitchener-Centre Lib.
Reid, Scott Lanark—Frontenac—Lennox and Addington PCC
Rota, Anthony Nipissing—Timiskaming Lib.
Schellenberger, Gary Perth—Wellington PCC
Sgro, L'hon. Judy York-Ouest Lib.
Silva, Mario Davenport Lib.
St. Amand, Lloyd Brant Lib.
St. Denis, Brent Algoma—Manitoulin—Kapuskasing Lib.
Steckle, Paul Huron—Bruce Lib.
Stronach, Belinda Newmarket—Aurora PCC
Szabo, Paul Mississauga-Sud Lib.
Telegdi, L'hon. Andrew Kitchener—Waterloo Lib.
Temelkovski, Lui Oak Ridges—Markham Lib.
Tilson, David Dufferin—Caledon PCC
Tonks, Alan York-Sud—Weston Lib.
Torsney, L'hon. Paddy, secrétaire parlementaire de la ministre de la Coopération internationale Burlington Lib.
Ur, Rose-Marie Lambton—Kent—Middlesex Lib.
Valeri, L'hon. Tony, leader du gouvernement à la Chambre des communes Hamilton-Est—Stoney Creek Lib.
Valley, Roger Kenora Lib.
Van Loan, Peter York—Simcoe PCC
Volpe, L'hon. Joseph, ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration Eglinton—Lawrence Lib.
Wappel, Tom Scarborough-Sud-Ouest Lib.
Watson, Jeff Essex PCC
Wilfert, L'hon. Bryon, secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement Richmond Hill Lib.
Wrzesnewskyj, Borys Etobicoke-Centre Lib.

Québec (75)
André, Guy Berthier—Maskinongé BQ
Asselin, Gérard Manicouagan BQ
Bachand, Claude Saint-Jean BQ
Bakopanos, L'hon. Eleni, secrétaire parlementaire du ministre du Développement social (économie sociale) Ahuntsic Lib.
Bellavance, André Richmond—Arthabaska BQ
Bergeron, Stéphane Verchères—Les Patriotes BQ
Bigras, Bernard Rosemont—La Petite-Patrie BQ
Blais, Raynald Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine BQ
Boire, Alain Beauharnois—Salaberry BQ
Boivin, Françoise Gatineau Lib.
Bonsant, France Compton—Stanstead BQ
Bouchard, Robert Chicoutimi—Le Fjord BQ
Boulianne, Marc Mégantic—L'Érable BQ
Bourgeois, Diane Terrebonne—Blainville BQ
Brunelle, Paule Trois-Rivières BQ
Cardin, Serge Sherbrooke BQ
Carrier, Robert Alfred-Pellan BQ
Clavet, Roger Louis-Hébert BQ
Cleary, Bernard Louis-Saint-Laurent BQ
Coderre, L'hon. Denis Bourassa Lib.
Côté, Guy Portneuf—Jacques-Cartier BQ
Cotler, L'hon. Irwin, ministre de la Justice et procureur général du Canada Mont-Royal Lib.
Crête, Paul Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup BQ
Demers, Nicole Laval BQ
Deschamps, Johanne Laurentides—Labelle BQ
Desrochers, Odina Lotbinière—Chutes-de-la-Chaudière BQ
Dion, L'hon. Stéphane, ministre de l'Environnement Saint-Laurent—Cartierville Lib.
Drouin, L'hon. Claude, secrétaire parlementaire du premier ministre (collectivités rurales) Beauce Lib.
Duceppe, Gilles Laurier—Sainte-Marie BQ
Faille, Meili Vaudreuil-Soulanges BQ
Folco, Raymonde Laval—Les Îles Lib.
Frulla, L'hon. Liza, ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine Jeanne-Le Ber Lib.
Gagnon, Christiane Québec BQ
Gagnon, Marcel Saint-Maurice—Champlain BQ
Gagnon, Sébastien Jonquière—Alma BQ
Gaudet, Roger Montcalm BQ
Gauthier, Michel Roberval—Lac-Saint-Jean BQ
Guay, Monique Rivière-du-Nord BQ
Guimond, Michel Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord BQ
Jennings, L'hon. Marlene, secrétaire parlementaire du premier ministre (Canada—États-Unis) Notre-Dame-de-Grâce—Lachine Lib.
Kotto, Maka Saint-Lambert BQ
Laframboise, Mario Argenteuil—Papineau—Mirabel BQ
Lalonde, Francine La Pointe-de-l'Île BQ
Lapierre, L'hon. Jean, ministre des Transports Outremont Lib.
Lapierre, Réal Lévis—Bellechasse BQ
Lavallée, Carole Saint-Bruno—Saint-Hubert BQ
Lemay, Marc Abitibi—Témiscamingue BQ
Lessard, Yves Chambly—Borduas BQ
Lévesque, Yvon Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou BQ
Loubier, Yvan Saint-Hyacinthe—Bagot BQ
Marceau, Richard Charlesbourg—Haute-Saint-Charles BQ
Martin, Le très hon. Paul, premier ministre LaSalle—Émard Lib.
Ménard, Réal Hochelaga BQ
Ménard, Serge Marc-Aurèle-Fortin BQ
Pacetti, Massimo Saint-Léonard—Saint-Michel Lib.
Paquette, Pierre Joliette BQ
Paradis, L'hon. Denis Brome—Missisquoi Lib.
Patry, Bernard Pierrefonds—Dollard Lib.
Perron, Gilles-A. Rivière-des-Mille-Îles BQ
Pettigrew, L'hon. Pierre, ministre des Affaires étrangères Papineau Lib.
Picard, Pauline Drummond BQ
Plamondon, Louis Bas-Richelieu—Nicolet—Bécancour BQ
Poirier-Rivard, Denise Châteauguay—Saint-Constant BQ
Proulx, Marcel, vice-président des comités pléniers Hull—Aylmer Lib.
Robillard, L'hon. Lucienne, présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences Westmount—Ville-Marie Lib.
Rodriguez, Pablo Honoré-Mercier Lib.
Roy, Jean-Yves Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia BQ
Saada, L'hon. Jacques, ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec et ministre responsable de la Francophonie Brossard—La Prairie Lib.
Sauvageau, Benoît Repentigny BQ
Scarpaleggia, Francis Lac-Saint-Louis Lib.
Simard, Christian Beauport—Limoilou BQ
Smith, David Pontiac Lib.
St-Hilaire, Caroline Longueuil—Pierre-Boucher BQ
Thibault, Louise Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques BQ
Vincent, Robert Shefford BQ

Saskatchewan (14)
Anderson, David Cypress Hills—Grasslands PCC
Batters, Dave Palliser PCC
Breitkreuz, Garry Yorkton—Melville PCC
Fitzpatrick, Brian Prince Albert PCC
Goodale, L'hon. Ralph, ministre des Finances Wascana Lib.
Harrison, Jeremy Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill PCC
Komarnicki, Ed Souris—Moose Mountain PCC
Lukiwski, Tom Regina—Lumsden—Lake Centre PCC
Ritz, Gerry Battlefords—Lloydminster PCC
Scheer, Andrew Regina—Qu'Appelle PCC
Skelton, Carol Saskatoon—Rosetown—Biggar PCC
Trost, Bradley Saskatoon—Humboldt PCC
Vellacott, Maurice Saskatoon—Wanuskewin PCC
Yelich, Lynne Blackstrap PCC

Terre-Neuve-et-Labrador (6)
Byrne, L'hon. Gerry, secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires intergouvernementales Humber—St. Barbe—Baie Verte Lib.
Doyle, Norman St. John's-Est PCC
Efford, L'hon. R. John, ministre des Ressources naturelles Avalon Lib.
Hearn, Loyola St. John's-Sud—Mount Pearl PCC
Matthews, Bill Random—Burin—St. George's Lib.
Simms, Scott Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor Lib.

Territoires du Nord-Ouest (1)
Blondin-Andrew, L'hon. Ethel, ministre d'État (Nord canadien) Western Arctic Lib.

Yukon (1)
Bagnell, L'hon. Larry, secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles Yukon Lib.

LISTE DES COMITÉS PERMANENTS ET DES SOUS-COMITÉS

(Au 6 mai 2005 — 1re Session, 38e Législature)

Accès à l'information, protection des renseignements personnels et éthique
Président:
David Chatters
Vice-présidents:
Ed Broadbent
Derek Lee
Navdeep Bains
Marc Boulianne
Ken Epp
Russ Hiebert
Marlene Jennings
Mario Laframboise
Russ Powers
David Tilson
Paul Zed
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
Michael Chong
Joe Comartin
Paul Crête
John Cummins
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Michel Gauthier
Yvon Godin
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Michel Guimond
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Jack Layton
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
Pat Martin
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Anita Neville
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pauline Picard
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Tom Wappel
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Affaires autochtones et du développement du Grand Nord
Président:
Nancy Karetak-Lindell
Vice-présidents:
Bernard Cleary
Jeremy Harrison
Sue Barnes
André Bellavance
Gary Lunn
Pat Martin
Jim Prentice
Carol Skelton
David Smith
Lloyd St. Amand
Roger Valley
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Charlie Angus
Gérard Asselin
Larry Bagnell
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
Jean Crowder
Nathan Cullen
John Cummins
Rodger Cuzner
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Paul DeVillers
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Hedy Fry
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Charles Hubbard
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Marc Lemay
Yvon Lévesque
Tom Lukiwski
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
Tony Martin
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Affaires étrangères et commerce international
Président:
Bernard Patry
Vice-présidents:
Francine Lalonde
Kevin Sorenson
Maurizio Bevilacqua
Stockwell Day
Lawrence MacAulay
Alexa McDonough
Dan McTeague
Ted Menzies
Pierre Paquette
Beth Phinney
Belinda Stronach
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
David Anderson
Guy André
Claude Bachand
Larry Bagnell
Navdeep Bains
Dave Batters
Colleen Beaumier
Don Bell
André Bellavance
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
James Bezan
Raymond Bonin
Don Boudria
Diane Bourgeois
Garry Breitkreuz
Ed Broadbent
Bonnie Brown
Gord Brown
Sarmite Bulte
John Cannis
Gary Carr
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
Marlene Catterall
David Chatters
Michael Chong
Roger Clavet
Denis Coderre
John Cummins
Johanne Deschamps
Bev Desjarlais
Odina Desrochers
Barry Devolin
Ruby Dhalla
Norman Doyle
John Duncan
Wayne Easter
Ken Epp
Mark Eyking
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Raymonde Folco
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Marc Godbout
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Mark Holland
Rahim Jaffer
Brian Jean
Marlene Jennings
Dale Johnston
Peter Julian
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Wajid Khan
David Kilgour
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Jack Layton
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
John Maloney
Inky Mark
Keith Martin
Brian Masse
David McGuinty
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
Maria Minna
James Moore
Rob Moore
Anita Neville
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Denis Paradis
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Pablo Rodriguez
Anthony Rota
Michael Savage
Andy Savoy
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Mario Silva
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Brent St. Denis
Darrel Stinson
Robert Thibault
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Alan Tonks
Paddy Torsney
Bradley Trost
Merv Tweed
Roger Valley
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Borys Wrzesnewskyj
Lynne Yelich
Paul Zed

Sous-comité du commerce international, des différends commerciaux et des investissements internationaux
Président:
John Cannis
Vice-président:
Ted Menzies
Mark Eyking
Marlene Jennings
Peter Julian
Pierre Paquette
Belinda Stronach
Total: (7)
Membres associés

Sous-comité des droits de la personne et du développement international
Président:
Navdeep Bains
Vice-président:
Stockwell Day
Diane Bourgeois
Ed Broadbent
Peter Goldring
Wajid Khan
Paddy Torsney
Total: (7)
Membres associés

Agriculture et agroalimentaire
Président:
Paul Steckle
Vice-présidents:
Denise Poirier-Rivard
Gerry Ritz
David Anderson
Charlie Angus
James Bezan
Claude Drouin
Wayne Easter
Mark Eyking
Roger Gaudet
Larry Miller
Rose-Marie Ur
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Peter Adams
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
Dave Batters
André Bellavance
Leon Benoit
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
Joe Comartin
John Cummins
Stockwell Day
Johanne Deschamps
Bev Desjarlais
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Yvon Godin
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Charles Hubbard
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
John Maloney
Inky Mark
Ted Menzies
Rob Merrifield
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Pierre Paquette
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Andy Savoy
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Citoyenneté et immigration
Président:
Andrew Telegdi
Vice-présidents:
Meili Faille
Inky Mark
Diane Ablonczy
David Anderson
Colleen Beaumier
Roger Clavet
Hedy Fry
Helena Guergis
Rahim Jaffer
Bill Siksay
Lui Temelkovski
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Guy André
Jean Augustine
Eleni Bakopanos
Dave Batters
Don Bell
Leon Benoit
James Bezan
Diane Bourgeois
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Gary Carr
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
David Christopherson
Joe Comartin
John Cummins
Libby Davies
Stockwell Day
Odina Desrochers
Barry Devolin
Norman Doyle
Claude Drouin
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Raymonde Folco
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Brian Jean
Dale Johnston
Peter Julian
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Wajid Khan
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Francine Lalonde
Guy Lauzon
Jack Layton
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Pat Martin
Brian Masse
David McGuinty
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Anita Neville
Rob Nicholson
Pat O'Brien
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Beth Phinney
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Mario Silva
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Judy Wasylycia-Leis
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Comité sénatorial permanent des Affaires étrangères
Président:

Vice-président:



Total:
Membres associés

Comptes publics
Président:
John Williams
Vice-présidents:
Mark Holland
Benoît Sauvageau
Dean Allison
Gary Carr
David Christopherson
Brian Fitzpatrick
Sébastien Gagnon
Daryl Kramp
Walt Lastewka
Shawn Murphy
Borys Wrzesnewskyj
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Robert Bouchard
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
John Cummins
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Peter Julian
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
David Kilgour
Ed Komarnicki
Guy Lauzon
Jack Layton
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
Diane Marleau
Pat Martin
David McGuinty
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Louise Thibault
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Judy Wasylycia-Leis
Jeff Watson
Randy White
Lynne Yelich

Condition féminine
Président:
Anita Neville
Vice-présidents:
Jean Crowder
Nina Grewal
France Bonsant
Paule Brunelle
Sarmite Bulte
Helena Guergis
Susan Kadis
Russ Powers
Joy Smith
Paddy Torsney
Lynne Yelich
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Jean Augustine
Dave Batters
Don Bell
Leon Benoit
James Bezan
Diane Bourgeois
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
John Cummins
Libby Davies
Stockwell Day
Nicole Demers
Bev Desjarlais
Barry Devolin
Ruby Dhalla
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Christiane Gagnon
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Jack Layton
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
Alexa McDonough
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
Maria Minna
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Judy Wasylycia-Leis
Jeff Watson
Randy White
John Williams

Défense nationale et anciens combattants
Président:
Pat O'Brien
Vice-présidents:
Claude Bachand
Rick Casson
Larry Bagnell
Bill Blaikie
Odina Desrochers
Betty Hinton
Judi Longfield
Dave MacKenzie
Keith Martin
Gordon O'Connor
Anthony Rota
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Bernard Bigras
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Robert Carrier
Bill Casey
David Chatters
Michael Chong
Roger Clavet
John Cummins
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Peter Julian
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Wajid Khan
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Francine Lalonde
Guy Lauzon
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
John Maloney
Inky Mark
Dan McTeague
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Anita Neville
Rob Nicholson
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
Marcel Proulx
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Scott Simms
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Caroline St-Hilaire
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Rose-Marie Ur
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Sous-comité des anciens combattants
Président:
Anthony Rota
Vice-président:
Betty Hinton
Larry Bagnell
Gordon O'Connor
Gilles-A. Perron
Peter Stoffer
Rose-Marie Ur
Total: (7)
Membres associés

Développement des ressources humaines, développement des compétences, développement social et condition des personnes handicapées
Président:
Raymonde Folco
Vice-présidents:
Paul Forseth
Christiane Gagnon
Peter Adams
Eleni Bakopanos
Jean-Claude D'Amours
Barry Devolin
Ed Komarnicki
Yves Lessard
Tony Martin
Yasmin Ratansi
Peter Van Loan
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Dave Batters
Don Bell
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
James Bezan
Alain Boire
France Bonsant
Ken Boshcoff
Garry Breitkreuz
Ed Broadbent
Gord Brown
Paule Brunelle
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
David Christopherson
Denis Coderre
Jean Crowder
Nathan Cullen
John Cummins
Rodger Cuzner
Libby Davies
Stockwell Day
Nicole Demers
Ruby Dhalla
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Hedy Fry
Marcel Gagnon
Cheryl Gallant
Marc Godbout
Yvon Godin
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Peter Julian
Susan Kadis
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Carole Lavallée
Judi Longfield
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Lawrence MacAulay
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Gurbax Malhi
Inky Mark
Alexa McDonough
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Anita Neville
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Christian Simard
Carol Skelton
David Smith
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Maurice Vellacott
Robert Vincent
Mark Warawa
Judy Wasylycia-Leis
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Sous-comité sur les fonds de l'assurance-emploi
Président:
Rodger Cuzner
Vice-président:

Jean-Claude D'Amours
Yvon Godin
Yves Lessard
Peter Van Loan
Total: (5)
Membres associés

Sous-comité de la condition des personnes handicapées
Président:
Ken Boshcoff
Vice-président:
Carol Skelton
Ruby Dhalla
Peter Julian
Robert Vincent
Total: (5)
Membres associés

Environnement et développement durable
Président:
Alan Tonks
Vice-présidents:
Bernard Bigras
Lee Richardson
Nathan Cullen
Brian Jean
David McGuinty
Bob Mills
Denis Paradis
Yasmin Ratansi
Christian Simard
Jeff Watson
Bryon Wilfert
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Gérard Asselin
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Ken Boshcoff
Marc Boulianne
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Serge Cardin
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
Marlene Catterall
David Chatters
Michael Chong
Joe Comartin
Paul Crête
Jean Crowder
John Cummins
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Raymonde Folco
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Mark Holland
Charles Hubbard
Rahim Jaffer
Dale Johnston
Peter Julian
Randy Kamp
Nancy Karetak-Lindell
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Jack Layton
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
John Maloney
Inky Mark
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Maria Minna
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Russ Powers
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Gerry Ritz
Pablo Rodriguez
Andy Savoy
Francis Scarpaleggia
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Mario Silva
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Lloyd St. Amand
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Belinda Stronach
Paul Szabo
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Roger Valley
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Finances
Président:
Massimo Pacetti
Vice-présidents:
Yvan Loubier
Charlie Penson
Rona Ambrose
Don Bell
Guy Côté
Charles Hubbard
John McKay
Maria Minna
Brian Pallister
Monte Solberg
Judy Wasylycia-Leis
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rob Anders
David Anderson
David Anderson
Navdeep Bains
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Robert Bouchard
Garry Breitkreuz
Bonnie Brown
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
David Christopherson
Jean Crowder
Roy Cullen
John Cummins
Rodger Cuzner
Stockwell Day
Johanne Deschamps
Bev Desjarlais
Barry Devolin
Ruby Dhalla
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Marlene Jennings
Dale Johnston
Peter Julian
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Wajid Khan
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Mario Laframboise
Réal Lapierre
Guy Lauzon
Jack Layton
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
John Maloney
Inky Mark
David McGuinty
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Pierre Paquette
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Anthony Rota
Benoît Sauvageau
Michael Savage
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Judy Sgro
Bill Siksay
Carol Skelton
Joy Smith
Kevin Sorenson
Brent St. Denis
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Paul Szabo
Robert Thibault
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Borys Wrzesnewskyj
Lynne Yelich

Sous-comité sur le déséquilibre fiscal
Président:
Yvan Loubier
Vice-président:

Rona Ambrose
Don Bell
Guy Côté
Judy Wasylycia-Leis
Total: (5)
Membres associés

Industrie, ressources naturelles, sciences et technologie
Président:
Brent St. Denis
Vice-présidents:
Paul Crête
Werner Schmidt
Serge Cardin
Michael Chong
Denis Coderre
John Duncan
Brian Masse
Lynn Myers
Jerry Pickard
Andy Savoy
Bradley Trost
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Gérard Asselin
Larry Bagnell
Navdeep Bains
Dave Batters
Don Bell
Leon Benoit
Maurizio Bevilacqua
James Bezan
Bernard Bigras
Raymond Bonin
Ken Boshcoff
Marc Boulianne
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Sarmite Bulte
Colin Carrie
Robert Carrier
Bill Casey
Rick Casson
Marlene Catterall
David Chatters
David Christopherson
Guy Côté
Jean Crowder
John Cummins
Libby Davies
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Hedy Fry
Sébastien Gagnon
Cheryl Gallant
Yvon Godin
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Mark Holland
Rahim Jaffer
Brian Jean
Marlene Jennings
Dale Johnston
Peter Julian
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Mario Laframboise
Réal Lapierre
Guy Lauzon
Jack Layton
Yvon Lévesque
Yvan Loubier
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
John Maloney
Inky Mark
Tony Martin
David McGuinty
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Massimo Pacetti
Brian Pallister
Charlie Penson
Beth Phinney
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Yasmin Ratansi
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Anthony Rota
Francis Scarpaleggia
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Bill Siksay
Scott Simms
Carol Skelton
David Smith
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Caroline St-Hilaire
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Belinda Stronach
Robert Thibault
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Paddy Torsney
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Justice, droits de la personne, sécurité publique et protection civile
Président:
Paul DeVillers
Vice-présidents:
Garry Breitkreuz
Richard Marceau
Joe Comartin
Roy Cullen
Paul Harold Macklin
John Maloney
Serge Ménard
Anita Neville
Myron Thompson
Vic Toews
Mark Warawa
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Jean Augustine
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Bill Blaikie
Gord Brown
Paule Brunelle
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
John Cummins
Libby Davies
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Hedy Fry
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Marlene Jennings
Dale Johnston
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Mario Laframboise
Guy Lauzon
Derek Lee
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
David McGuinty
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Bill Siksay
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Lloyd St. Amand
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
David Tilson
Paddy Torsney
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Tom Wappel
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich
Paul Zed

Sous-comité de la sécurité publique et nationale
Président:
Paul Zed
Vice-présidents:
Serge Ménard
Kevin Sorenson
Joe Comartin
Roy Cullen
Peter MacKay
Tom Wappel
Total: (7)
Membres associés

Sous-comité de l'examen des lois sur le racolage
Président:
John Maloney
Vice-président:
Libby Davies
Paule Brunelle
Hedy Fry
Art Hanger
Total: (5)
Membres associés

Langues officielles
Président:
Pablo Rodriguez
Vice-présidents:
Yvon Godin
Pierre Poilievre
Guy André
Stéphane Bergeron
Françoise Boivin
Jean-Claude D'Amours
Marc Godbout
Guy Lauzon
Andrew Scheer
Raymond Simard
Maurice Vellacott
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Don Boudria
Garry Breitkreuz
Ed Broadbent
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
Joe Comartin
John Cummins
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Peter Julian
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Maka Kotto
Daryl Kramp
Jack Layton
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Mark Warawa
Judy Wasylycia-Leis
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Liaison
Président:
Bonnie Brown
Vice-président:
Roger Gallaway
Leon Benoit
Don Boudria
Marlene Catterall
David Chatters
Paul DeVillers
Raymonde Folco
Gurmant Grewal
Susan Kadis
Nancy Karetak-Lindell
Anita Neville
Pat O'Brien
Massimo Pacetti
Bernard Patry
Pablo Rodriguez
Brent St. Denis
Paul Steckle
Andrew Telegdi
Alan Tonks
Maurice Vellacott
Tom Wappel
John Williams
Total: (23)
Membres associés
Claude Bachand
Bernard Bigras
Garry Breitkreuz
Ed Broadbent
Rick Casson
Bernard Cleary
Paul Crête
Jean Crowder
Meili Faille
Paul Forseth
Christiane Gagnon
Yvon Godin
Jim Gouk
Nina Grewal
Monique Guay
Michel Guimond
Jeremy Harrison
Mark Holland
Dale Johnston
Gerald Keddy
Maka Kotto
Francine Lalonde
Derek Lee
Yvan Loubier
Richard Marceau
Inky Mark
Pat Martin
Réal Ménard
Rob Merrifield
Lynn Myers
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Denise Poirier-Rivard
Lee Richardson
Gerry Ritz
Benoît Sauvageau
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Kevin Sorenson
Caroline St-Hilaire
Peter Stoffer
Paul Szabo

Sous-comité des budgets de comité
Président:
Bonnie Brown
Vice-président:
John Williams
Marlene Catterall
Gurmant Grewal
Pat O'Brien
Bernard Patry
Andrew Telegdi
Total: (7)
Membres associés

Opérations gouvernementales et prévisions budgétaires
Président:
Leon Benoit
Vice-présidents:
Pat Martin
Paul Szabo
Ken Boshcoff
Marcel Gagnon
Marc Godbout
Guy Lauzon
Diane Marleau
Joe Preston
Francis Scarpaleggia
Louise Thibault
Randy White
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Dave Batters
Stéphane Bergeron
James Bezan
Françoise Boivin
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
David Christopherson
Guy Côté
Roy Cullen
John Cummins
Stockwell Day
Bev Desjarlais
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Roger Gallaway
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Peter Julian
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Walt Lastewka
Derek Lee
Yvan Loubier
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
David McGuinty
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Pat O'Brien
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Massimo Pacetti
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Benoît Sauvageau
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Judy Wasylycia-Leis
Jeff Watson
John Williams
Lynne Yelich

Patrimoine canadien
Président:
Marlene Catterall
Vice-présidents:
Maka Kotto
Gary Schellenberger
Charlie Angus
Gord Brown
Sarmite Bulte
Marc Lemay
Deepak Obhrai
Bev Oda
Mario Silva
Scott Simms
David Smith
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Guy André
Dave Batters
Don Bell
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
James Bezan
Garry Breitkreuz
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
Jean Crowder
Nathan Cullen
John Cummins
Rodger Cuzner
Jean-Claude D'Amours
Libby Davies
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Marc Godbout
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Randy Kamp
Nancy Karetak-Lindell
Gerald Keddy
Jason Kenney
David Kilgour
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Brian Pallister
Charlie Penson
Louis Plamondon
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Pablo Rodriguez
Michael Savage
Francis Scarpaleggia
Andrew Scheer
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Belinda Stronach
Lui Temelkovski
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Pêches et océans
Président:
Tom Wappel
Vice-présidents:
Gerald Keddy
Peter Stoffer
Raynald Blais
John Cummins
Rodger Cuzner
Loyola Hearn
Randy Kamp
Bill Matthews
Shawn Murphy
Jean-Yves Roy
Scott Simms
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Gérard Asselin
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Marc Boulianne
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Gerry Byrne
Serge Cardin
Colin Carrie
Robert Carrier
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
Paul Crête
Jean Crowder
Nathan Cullen
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Wayne Easter
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Yvon Godin
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Nancy Karetak-Lindell
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Caroline St-Hilaire
Paul Steckle
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Procédure et affaires de la Chambre
Président:
Don Boudria
Vice-présidents:
Michel Guimond
Dale Johnston
Françoise Boivin
Bill Casey
Yvon Godin
Jay Hill
Dominic LeBlanc
Judi Longfield
Pauline Picard
Karen Redman
Scott Reid
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Peter Adams
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Dave Batters
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
James Bezan
Ken Boshcoff
Garry Breitkreuz
Ed Broadbent
Gord Brown
Gary Carr
Colin Carrie
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
Joe Comartin
Jean Crowder
John Cummins
Rodger Cuzner
Libby Davies
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Michel Gauthier
Marc Godbout
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Monique Guay
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Randy Kamp
Nancy Karetak-Lindell
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Mario Laframboise
Guy Lauzon
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Richard Marceau
Inky Mark
Réal Ménard
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Carolyn Parrish
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Russ Powers
Jim Prentice
Joe Preston
Marcel Proulx
James Rajotte
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Mario Silva
Raymond Simard
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Rose-Marie Ur
Roger Valley
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich
Paul Zed

Sous-comité sur le privilège parlementaire
Président:
Judi Longfield
Vice-président:

Françoise Boivin
Yvon Godin
Michel Guimond
John Reynolds
Total: (5)
Membres associés

Sous-comité sur la Déclaration en vertu du Code régissant les conflits d'intérêts des députés
Président:
Judi Longfield
Vice-président:

Yvon Godin
Mario Laframboise
Scott Reid
Total: (4)
Membres associés

Sous-comité des affaires émanant des députés
Président:
Gary Carr
Vice-président:

Bill Casey
Rodger Cuzner
Yvon Godin
Pauline Picard
Total: (5)
Membres associés

Santé
Président:
Bonnie Brown
Vice-présidents:
Réal Ménard
Rob Merrifield
Colin Carrie
Brenda Chamberlain
Jean Crowder
Nicole Demers
Ruby Dhalla
Steven Fletcher
James Lunney
Michael Savage
Robert Thibault
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Dave Batters
Leon Benoit
Stéphane Bergeron
James Bezan
Bill Blaikie
Don Boudria
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Paule Brunelle
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
Guy Côté
Nathan Cullen
John Cummins
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Raymonde Folco
Paul Forseth
Hedy Fry
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Peter Julian
Susan Kadis
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Wajid Khan
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Jack Layton
Yvan Loubier
Tom Lukiwski
Gary Lunn
Peter MacKay
Dave MacKenzie
John Maloney
Inky Mark
Keith Martin
Brian Masse
Alexa McDonough
Ted Menzies
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Paul Szabo
Lui Temelkovski
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Judy Wasylycia-Leis
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Transports
Président:
Roger Gallaway
Vice-présidents:
Jim Gouk
Caroline St-Hilaire
Dave Batters
Raymond Bonin
Robert Carrier
Bev Desjarlais
Jim Karygiannis
James Moore
Francis Scarpaleggia
Andrew Scheer
Borys Wrzesnewskyj
Total: (12)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Colleen Beaumier
Don Bell
Leon Benoit
James Bezan
Bernard Bigras
Françoise Boivin
Marc Boulianne
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
Joe Comartin
Paul Crête
John Cummins
Jean-Claude D'Amours
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Charles Hubbard
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Mario Laframboise
Réal Lapierre
Guy Lauzon
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
John Maloney
Inky Mark
Brian Masse
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Russ Powers
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Yasmin Ratansi
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Christian Simard
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Peter Stoffer
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Alan Tonks
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

COMITÉS MIXTES PERMANENTS

Bibliothèque du Parlement
Coprésidents:
Susan Kadis
Marilyn Trenholme Counsell
Vice-coprésident:
Maurice Vellacott
Représentant le Sénat:Les honorables sénateursJean Lapointe
Marjory LeBreton
Vivienne Poy
Terrance Stratton
Représentant la Chambre des communes:Charlie Angus
Marc Boulianne
Gerry Byrne
Mark Eyking
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Réal Lapierre
Dominic LeBlanc
Raymond Simard
Darrel Stinson
Total: (17)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
Rob Anders
David Anderson
Guy André
Jean Augustine
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
John Cummins
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Gary Goodyear
Jim Gouk
Gurmant Grewal
Nina Grewal
Helena Guergis
Art Hanger
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Randy Kamp
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Guy Lauzon
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Lawrence MacAulay
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Inky Mark
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Louis Plamondon
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

Examen de la réglementation
Coprésidents:
John Bryden
Gurmant Grewal
Vice-coprésidents:
Lynn Myers
Judy Wasylycia-Leis
Représentant le Sénat:Les honorables sénateursGeorge Baker
Michel Biron
Céline Hervieux-Payette
James Kelleher
John Lynch-Staunton
Wilfred Moore
Pierre Claude Nolin
Représentant la Chambre des communes:Rob Anders
Robert Bouchard
Monique Guay
Art Hanger
Randy Kamp
Derek Lee
Paul Harold Macklin
Lloyd St. Amand
Tom Wappel
Total: (20)
Membres associés
Jim Abbott
Diane Ablonczy
Dean Allison
Rona Ambrose
David Anderson
Dave Batters
Leon Benoit
James Bezan
Garry Breitkreuz
Gord Brown
Colin Carrie
Bill Casey
Rick Casson
David Chatters
Michael Chong
John Cummins
Stockwell Day
Barry Devolin
Norman Doyle
John Duncan
Ken Epp
Diane Finley
Brian Fitzpatrick
Steven Fletcher
Paul Forseth
Cheryl Gallant
Peter Goldring
Gary Goodyear
Jim Gouk
Nina Grewal
Helena Guergis
Stephen Harper
Richard Harris
Jeremy Harrison
Loyola Hearn
Russ Hiebert
Jay Hill
Betty Hinton
Rahim Jaffer
Brian Jean
Dale Johnston
Gerald Keddy
Jason Kenney
Ed Komarnicki
Daryl Kramp
Mario Laframboise
Guy Lauzon
Tom Lukiwski
Gary Lunn
James Lunney
Peter MacKay
Dave MacKenzie
Richard Marceau
Inky Mark
Serge Ménard
Ted Menzies
Rob Merrifield
Larry Miller
Bob Mills
James Moore
Rob Moore
Rob Nicholson
Gordon O'Connor
Deepak Obhrai
Bev Oda
Brian Pallister
Charlie Penson
Pierre Poilievre
Jim Prentice
Joe Preston
James Rajotte
Scott Reid
John Reynolds
Lee Richardson
Gerry Ritz
Andrew Scheer
Gary Schellenberger
Werner Schmidt
Carol Skelton
Joy Smith
Monte Solberg
Kevin Sorenson
Darrel Stinson
Belinda Stronach
Greg Thompson
Myron Thompson
David Tilson
Vic Toews
Bradley Trost
Merv Tweed
Peter Van Loan
Maurice Vellacott
Mark Warawa
Jeff Watson
Randy White
John Williams
Lynne Yelich

COMITÉS LÉGISLATIFS

Projet de loi C-38
Président:
Marcel Proulx
Vice-président:

Rona Ambrose
Françoise Boivin
Don Boudria
Gord Brown
Paul Harold Macklin
Richard Marceau
Réal Ménard
Rob Moore
Anita Neville
Michael Savage
Bill Siksay
Vic Toews
Total: (13)
Membres associés


Comité des présidents des comités législatifs

Le Président

L'hon. Peter Milliken

 

Le vice-président et président des comités pléniers

M. Chuck Strahl

 

Le vice-président des comités pléniers

M. Marcel Proulx

 

La vice-présidente adjointe des comités pléniers

L'hon. Jean Augustine

 


MEMBRE DU MINISTÈRE

Par ordre de préséance

Le très hon. Paul Martin premier ministre
L'hon. Jacob Austin leader du gouvernement au Sénat
L'hon. Jean Lapierre ministre des Transports
L'hon. Ralph Goodale ministre des Finances
L'hon. Anne McLellan vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
L'hon. Lucienne Robillard présidente du Conseil privé de la Reine pour le Canada, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences
L'hon. Stéphane Dion ministre de l'Environnement
L'hon. Pierre Pettigrew ministre des Affaires étrangères
L'hon. Andy Scott ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits
L'hon. Jim Peterson ministre du Commerce international
L'hon. Andy Mitchell ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire
L'hon. Bill Graham ministre de la Défense nationale
L'hon. Albina Guarnieri ministre des Anciens Combattants
L'hon. Reg Alcock président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé
L'hon. Geoff Regan ministre des Pêches et des Océans
L'hon. Tony Valeri leader du gouvernement à la Chambre des communes
L'hon. Aileen Carroll ministre de la Coopération internationale
L'hon. Irwin Cotler ministre de la Justice et procureur général du Canada
L'hon. R. John Efford ministre des Ressources naturelles
L'hon. Liza Frulla ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine
L'hon. Joseph Volpe ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration
L'hon. Joe Fontana ministre du Travail et du Logement
L'hon. Scott Brison ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux
L'hon. Ujjal Dosanjh ministre de la Santé
L'hon. Ken Dryden ministre du Développement social
L'hon. David Emerson ministre de l'Industrie
L'hon. Ethel Blondin-Andrew ministre d'État (Nord canadien)
L'hon. Raymond Chan ministre d'État (Multiculturalisme)
L'hon. Claudette Bradshaw ministre d'État (Développement des ressources humaines)
L'hon. John McCallum ministre du Revenu national
L'hon. Stephen Owen ministre de la Diversification de l'économie de l'Ouest canadien et ministre d'État (Sport)
L'hon. Joe McGuire ministre de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique
L'hon. Joe Comuzzi ministre d'État (Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l'Ontario)
L'hon. Mauril Bélanger leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable de la réforme démocratique et ministre associé de la Défense nationale
L'hon. Carolyn Bennett ministre d'État (Santé publique)
L'hon. Jacques Saada ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec et ministre responsable de la Francophonie
L'hon. John Godfrey ministre d'État (Infrastructure et Collectivités)
L'hon. Tony Ianno ministre d'État (Famille et Aidants naturels)

SECRÉTAIRES PARLEMENTAIRES

L'hon. Claude Drouin du premier ministre (collectivités rurales)
L'hon. Marlene Jennings du premier ministre (Canada—États-Unis)
L'hon. Jim Karygiannis du ministre des Transports
L'hon. John McKay du ministre des Finances
L'hon. Roy Cullen de la ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
L'hon. Gerry Byrne de la ministre des Affaires intergouvernementales
L'hon. Peter Adams de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences
L'hon. Gurbax Malhi de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences
L'hon. Bryon Wilfert du ministre de l'Environnement
L'hon. Dan McTeague du ministre des Affaires étrangères
L'hon. Sue Barnes du ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits
L'hon. Mark Eyking du ministre du Commerce international (marchés émergents)
L'hon. Wayne Easter du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire (développement rural)
L'hon. Keith Martin du ministre de la Défense nationale
L'hon. Diane Marleau du président du Conseil du Trésor et ministre responsable de la Commission canadienne du blé
L'hon. Shawn Murphy du ministre des Pêches et des Océans
L'hon. Dominic LeBlanc du leader du gouvernement à la Chambre des communes
L'hon. Paddy Torsney de la ministre de la Coopération internationale
L'hon. Paul Harold Macklin du ministre de la Justice et procureur général du Canada
L'hon. Larry Bagnell du ministre des Ressources naturelles
L'hon. Sarmite Bulte de la ministre du Patrimoine canadien
L'hon. Hedy Fry du ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration
L'hon. Judi Longfield du ministre du Travail et du Logement
L'hon. Walt Lastewka du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux
L'hon. Robert Thibault du ministre de la Santé
L'hon. Eleni Bakopanos du ministre du Développement social (économie sociale)
L'hon. Jerry Pickard du ministre de l'Industrie
L'hon. Raymond Simard du leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre responsable des langues officielles et ministre responsable de la réforme démocratique