Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

41e LÉGISLATURE, 2e SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 124

TABLE DES MATIÈRES

Le mardi 7 octobre 2014




Débats de la Chambre des communes

VOLUME 147 
l
NUMÉRO 124 
l
2e SESSION 
l
41e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mardi 7 octobre 2014

Présidence de l'honorable Andrew Scheer

    La séance est ouverte à 10 heures.

Prière



AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

  (1005)  

[Traduction]

Les langues officielles

    J'ai l'honneur de déposer, conformément à l'article 66 de la Loi sur les langues officielles, le rapport annuel du commissaire aux langues officielles pour la période allant du 1er avril 2013 au 31 mars 2014.

[Français]

    Conformément à l'alinéa 108.(3)f) du Règlement, ce rapport est réputé renvoyé en permanence au Comité permanent des langues officielles.

[Traduction]

L'environnement et le développement durable

    Conformément au paragraphe 23(5) de la Loi sur le vérificateur général, j'ai aussi l'honneur de déposer à la Chambre des communes le rapport du commissaire à l'environnement et au développement durable pour l'automne 2014, accompagné d'une annexe sur les pétitions concernant l'environnement pour la période du 1er janvier au 30 juin 2013.

[Français]

    Le rapport est renvoyé en permanence au Comité permanent de l'environnement et du développement durable.

Loi visant la délivrance simple et sécuritaire des permis d'armes à feu

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

[Traduction]

Les délégations interparlementaires

    Monsieur le Président, conformément au paragraphe 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, le rapport de la délégation canadienne de l'Association parlementaire Canada-Europe concernant sa participation à la deuxième partie de la session ordinaire de 2014 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, ainsi que sa mission parlementaire auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques, au Saint-Siège et en Italie, le prochain pays à assumer la présidence par rotation du Conseil de l'Union européenne, tenue à Strasbourg et à Paris, en France, et au Vatican et à Rome, en Italie, du 7 au 16 avril.

Loi protégeant les lacs et les rivières de Burnaby

     — Monsieur le Président, je prends la parole ce matin afin de présenter un projet de loi d'initiative parlementaire qui viendrait rétablir d'importantes protections environnementales pour des lacs et des cours d'eau de ma circonscription, Burnaby—Douglas.
    Le projet de loi protégeant les lacs et les rivières de Burnaby vise à réinscrire le lac Burnaby, le lac Deer et la rivière Brunette à l'annexe officielle qui énumère les voies navigables protégées au Canada. À la demande des lobbyistes de l'industrie pétrolière et gazière, les conservateurs ont récemment retiré la protection à 98 % des plans et cours d'eau du Canada. Par conséquent, les projets d'aménagement qui touchent nos lacs et rivières peuvent maintenant être exécutés sans évaluation environnementale ni consultation publique.
    Nous devons contrer cette éviscération de nos lois environnementales. Voilà pourquoi je présente un projet de loi afin de protéger à nouveau les voies navigables de Burnaby, pour le bien de mes concitoyens.
    Je remercie le député de Burnaby—New Westminster, notre excellent leader à la Chambre, de son soutien dans ce dossier et d'avoir coparrainé le projet de loi aujourd'hui.
     Dans ma circonscription, l'intendance de la rivière Brunette en particulier est un parfait exemple de mobilisation de la collectivité afin de préserver nos précieuses voies navigables. Nous devons protéger nos lacs et nos rivières pour que les générations à venir puissent aussi en profiter.

     (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

[Français]

Pétitions

La démence 

    Monsieur le Président, j'ai aujourd'hui le plaisir de présenter une pétition signée par des gens de diverses communautés, telles Alban, Crystal Falls, Field, Verner et Sturgeon Falls dans le comté de Nickel Belt.
    Les citoyens aimeraient attirer l'attention de la ministre de la Santé sur le fait que le gouvernement doit se doter d'une stratégie nationale sur la démence et les soins de santé aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis ravi de prendre la parole aujourd'hui pour présenter une pétition signée par des centaines de citoyens de la merveilleuse circonscription de Sudbury. Les pétitionnaires demandent eux aussi au gouvernement de créer une stratégie nationale sur la démence. Ils souhaitent ardemment que la Chambre adopte le projet de loi C-356, Loi concernant une stratégie nationale sur la démence, proposé par mon collègue de Nickel Belt. Je présente donc la pétition avec grand enthousiasme.

La conduite avec facultés affaiblies  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition signée par des citoyens canadiens qui veulent que les lois soient plus sévères et qu'on impose de nouvelles peines minimales obligatoires aux personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort.
    Les pétitionnaires veulent aussi qu'on modifie le Code criminel de façon à ce que l'infraction de conduite avec capacités affaiblies devienne un homicide involontaire coupable commis au volant d'un véhicule automobile.

Les droits des travailleurs  

    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui à l'occasion de la Journée mondiale pour le travail décent afin de présenter une pétition découlant de l'effondrement tragique du Rana Plaza, au Bangladesh, qui a tué 1 100 travailleurs et en a blessé plus de 2 500 autres.
    Les signataires de la pétition rappellent à la Chambre le droit fondamental de tous les travailleurs du monde de travailler sans craindre pour leur sécurité ou leur vie. Ils demandent au gouvernement du Canada d'appuyer l'Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh et d'encourager les entreprises manufacturières canadiennes dans ce pays à signer cet accord.

  (1010)  

Le bien-être des animaux  

    Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à présenter.
    La première pétition porte sur la cruauté envers les animaux. Les pétitionnaires, qui viennent d'Edmonton, demandent à la Chambre des communes de reconnaître que les animaux peuvent éprouver de la douleur et qu'ils doivent être mieux protégés par le Code criminel.

CBC/Radio-Canada  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition est signée par des centaines d'habitants de Sherbrooke, au Québec; de London, en Ontario; de la Sunshine Coast, en Colombie-Britannique; et de Calgary. Ces pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d'accorder et d'assurer un financement stable, prévisible et à long terme à notre radiodiffuseur public national, CBC/Radio-Canada.

[Français]

Postes Canada  

    Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter une pétition à la Chambre signée par des Canadiens de partout au pays. Elle concerne les compressions dévastatrices faites dans les services postaux. Ces gens et moi-même sommes contre ces mesures.

[Traduction]

Questions au Feuilleton

    Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
    D'accord?
    Des voix: D'accord.

INITIATIVES MINISTÉRIELLES

[Article 57 du Règlement]

[Traduction]

La contribution militaire à la lutte contre l'EIIL

Motion portant que le débat ne soit plus ajourné  

    Monsieur le Président, en ce qui a trait à la motion no 13 sous la rubrique des initiatives ministérielles, je propose:
Que le débat ne soit plus ajourné.
    Conformément à l'article 67.1 du Règlement, nous passons maintenant à une période de questions de 30 minutes. Je demande aux députés de limiter la durée de leurs questions ou de leurs observations à environ une minute, et aux ministériels de consacrer à peu près le même temps aux réponses.
    Monsieur le Président, la décision du gouvernement est tout à fait déconcertante. C'est très dommage. En fait, c'est la 79e fois que le gouvernement a recours à l'attribution de temps, ou à la clôture, depuis le début de la législature. Or, 79 fois, c'est un triste record; aucun gouvernement n'y avait eu autant recours auparavant. Aucun gouvernement n'a jamais été aussi enclin à imposer la clôture et l'attribution de temps que celui-ci.
    C'est déconcertant parce que nous avions déjà convenu d'un vote ce soir. En essayant ainsi d'étouffer le débat, alors que nous avions déjà une entente, le gouvernement cherche peut-être, comme le laisse entendre le député de St. John's-Est, à empêcher ses propres députés de prendre la parole. Je ne le sais pas, mais je sais par contre que le fait d'imposer la clôture dans ce cas-ci, et ce, pour la 79e fois depuis le début de la législature, est tout à fait déconcertant. C'est tout à fait injustifié parce que nous nous entendions généralement sur la tenue d'un vote ce soir.
    La question que je pose au ministre des Affaires étrangères est très simple. Comme nous avions déjà convenu d'un vote ce soir, pourquoi le gouvernement impose-t-il la clôture, c'est-à-dire l'attribution de temps, pour la 79e fois?
    Monsieur le Président, s'il y a consentement — peut-être que nous pourrions demander le consentement des députés —, le vote pourrait avoir lieu à 20 heures, et il ne serait donc pas nécessaire de procéder de cette façon.
    Monsieur le Président, nous avons tous bien compris qu'il est nécessaire de débattre de tous les aspects de la situation en Irak. Le porte-parole libéral en matière d'affaires étrangères avait d'ailleurs demandé la tenue d'un débat d'urgence sur le sujet, ce que la présidence avait accepté. Les Canadiens s'intéressent de très près à ce qui se produit en Irak et au rôle que le Canada doit jouer.
    Ma question s'adresse au leader du gouvernement à la Chambre. Peut-il nous indiquer clairement quelles sont les raisons qui motivent le gouvernement à limiter le débat? Je sais très bien que bon nombre de mes collègues aimeraient beaucoup avoir l'occasion de se prononcer sur cette question très importante, qui préoccupe les Canadiens de toutes les régions du pays. Pourquoi faut-il avoir recours à l'attribution de temps? Pourquoi les députés ne peuvent-ils pas débattre plus longuement de cette question fort importante?
    Monsieur le Président, la raison est fort simple: c'est parce que l'opposition a demandé deux choses. Premièrement, elle a demandé un débat. Deuxièmement, elle a demandé un vote. Nous proposons de faire ces deux choses.
    Le gouvernement a amené le porte-parole de l'opposition officielle et celui du Parti libéral en Irak pour qu'ils puissent rencontrer les autorités, comme je l'ai fait, à Bagdad et à Erbil et voir ce qui se passe sur la ligne de front. Le gouvernement a volontairement convoqué le comité plus tôt et il a présenté sa position à ce moment. Il a appuyé la demande de débat d'urgence lorsque le Parlement a repris ses travaux.
    Nous aurons l'occasion de débattre de cette question pendant deux journées complètes ici, au Parlement. Cependant, le processus politique ne comprend pas seulement le débat; il comprend aussi le vote, qui vise à déterminer la position adoptée par les députés. C'est exactement ce que nous proposons.

  (1015)  

    Monsieur le Président, le débat d'hier était intéressant. Je ne sais pas pourquoi le leader du gouvernement a décidé, chemin faisant, qu'il lui fallait présenter une motion pour clore le débat.
    Nous avons surtout entendu les points de vue des ministres et des secrétaires parlementaires dans le camp du gouvernement. Je suis certain que beaucoup de députés conservateurs d'arrière-ban voudraient participer au débat et peut-être aussi beaucoup d'autres députés de notre parti.
    Pourquoi insister pour clore le débat rapidement, s'il s'agit d'une mission importante? Certains discours n'étaient que des mots, mais c'est un débat important. Des questions doivent être posées et des réponses, données.
    Je ne sais pas pourquoi nous devons subir cette procédure.
    Monsieur le Président, il me semble intéressant de voir mon ami de Terre-Neuve soulever ce point, alors que son propre leader a indiqué dans cette enceinte, il y a quelques instants, que son parti serait prêt à voter à 20 heures et considère le temps accordé au débat comme suffisant.
    Pour ma part, je suis d'accord avec le leader de son parti pour dire que la durée du débat proposée par le gouvernement est suffisante. L'opposition officielle était d'accord sur la durée du débat.
    Monsieur le Président, je partage le point de vue de mon collègue de Winnipeg-Nord lorsqu'il indique que nos collègues qui n'ont pas eu la chance de faire le voyage en Irak sont encore nombreux à vouloir prendre la parole dans ce débat important. Ils ont des opinions importantes à exprimer.
    Je demanderais au ministre des Affaires étrangères de retirer sa motion de clôture.
    Je voudrais en outre souligner que cette façon de procéder est conforme à la position adoptée par le ministre dans ce dossier, à savoir que soit nous sommes pour les frappes aériennes par les Forces canadiennes, soit nous sommes des opportunistes. Il me semble très improductif, de la part de parlementaires respectés, de semer la discorde avec cette affaire. La plupart de nos alliés n'ont pas agi ainsi. Ils ont rallié leurs collègues de tous les partis. Ils se sont efforcés d'atteindre un consensus. Très peu ont choisi de participer aux combats. Par exemple, l'Allemagne et l'Italie ne participeront pas aux combats, quoi qu'ait pu en dire à tort le ministre dans les médias il y a quelques jours.
    Au cours du débat, le très respecté collègue du ministre et député d'Edmonton-Centre a indiqué que les pays de la coalition pouvaient jouer toutes sortes de rôles importants. Certains prendront part aux combats, mais d'autres non. Chacun a une contribution importante à faire...
    À l'ordre, s'il vous plaît. Le ministre des Affaires étrangères a la parole.
    Monsieur le Président, la députée d'en face a pu participer au débat aujourd'hui. Tous les autres députés de son parti qui souhaitent y prendre part ont jusqu'à 20 heures ce soir pour le faire. De plus, cette question est soulevée tous les jours à la Chambre des communes pendant la période des questions.
    Nous avons tenu un débat d'urgence lors de la rentrée parlementaire. Le comité a été saisi de cette question. Il a repris ses travaux plus tôt que prévu. Nous continuerons de débattre des questions de l'heure. Les deux partis de l'opposition peuvent utiliser les journées qui leur sont réservées s'ils souhaitent approfondir le débat sur ce sujet à la Chambre.

[Français]

    Monsieur le Président, premièrement, je veux m'excuser. Il semble que j'aie involontairement induit la Chambre en erreur hier. Dans une question que j'ai posée, j'ai indiqué que trois divisions irakiennes fortes de 50 000 hommes avaient été défaites en deux jours par 15 000 djihadistes devant la ville de Mossoul. Après consultation et vérification auprès du journal The Guardian et en colligeant des informations du gouvernement irakien, il semblerait que 30 000 soldats irakiens et 30 000 policiers et gendarmes irakiens qui tenaient la ville de Mossoul ont été défaits en deux jours par 800 djihadistes. À un contre 75, ils ont vaincu. Il faut le faire. Or ce sont les gens qui perdent à 75 contre un qu'on va soutenir.
    Deuxièmement, ma question sur la pertinence présente de ce débat est la suivante: cette volonté de mettre fin au débat ne découle-t-elle pas des informations provenant aujourd'hui même des combats, à savoir que les frappes aériennes n'ont donné aucun résultat et que le gouvernement turc a officiellement requis une intervention de nos soldats sur le terrain?

  (1020)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, je crois que lorsque Mossoul est tombée, ceux qui ont essayé de protéger les minorités religieuses n'ont pas pu compter sur un soutien aérien d'autres pays.
    Si nous avions adopté la définition de succès et les critères établis par le Nouveau Parti démocratique, nous n'aurions probablement pas pu justifier nos missions précédentes, que ce soit lors de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée, entre autres.
    Je pense qu'il est important d'avoir un bon débat à la Chambre. Le parti du député d'en face était favorable au calendrier proposé par le gouvernement et, honnêtement, nous sommes d'accord.
    Monsieur le Président, je tiens à remercier le ministre du débat, mais je m'oppose à la clôture pour les raisons suivantes.
    Lors des conversations parallèles que j'ai eues avec le ministre juste avant la rentrée parlementaire, j'ai obtenu plus de renseignements que dans le cadre du présent débat.
    En raison de la clôture, je ne pourrai pas prendre la parole dans l'ordre actuel des interventions, mais je remercie tous les députés de m'en avoir donné l'occasion vendredi dernier par consentement unanime.
    Toutefois, en dépit des contraintes de temps, j'espérais pouvoir faire une intervention complète d'au moins 10 minutes. Le Parti vert préférerait avoir recours à des solutions autres que les frappes aériennes et nous croyons toujours que ces dernières risquent d'être contre-productives.
    Un débat plus approfondi ferait toute la différence. Je demande au ministre de bien vouloir revenir sur sa décision ou, du moins, d'accorder du temps de parole au Parti vert en renonçant à l'une des nombreuses interventions conservatrices redondantes.
    Monsieur le Président, je remercie la députée d'en face de ses observations impartiales.
    Monsieur le Président, cette motion de clôture est particulièrement inquiétante. Comme l'a dit ma collègue, il avait été convenu de poursuivre le débat, puis de voter ce soir. Nous sommes essentiellement en train de perdre une heure de notre temps à discuter et à voter sur une motion de clôture, plutôt que de nous concentrer sur une tâche importante, c'est-à-dire trouver la façon d'arriver à un consensus concernant l'intervention militaire.
    Monsieur le Président, le député d'en face dit qu'il y avait entente. J'aimerais arriver à une entente. Si nous adoptons cette motion avec dissidence, nous pourrons poursuivre le débat dès maintenant sur l'importante question dont la Chambre est saisie.
    Si le député souhaite demander le consentement pour mettre la motion aux voix et que celle-ci est adoptée avec dissidence, nous pourrons reprendre le débat comme le député d'en face le souhaite. J'espère qu'il appuiera ma suggestion.
    Avant que nous passions aux questions et observations, la présidence suppose que l'intervention du ministre est purement théorique. S'il souhaite en effet présenter une motion, il connaît la façon de procéder.
    Soyons clairs, monsieur le Président. Nous ne sommes pas d'accord avec l'usage que font les conservateurs de la clôture et de l'attribution de temps. Ils n'ont pas utilisé ce mécanisme une, 12 ou 70 fois, mais bien 79 fois. C'est ainsi que les choses se passent avec le gouvernement conservateur. Les conservateurs invoquent la clôture et l'attribution de temps en claquant des doigts.
    Le point que nous faisons valoir — ce que viennent d'ailleurs de faire les députés de St. John's-Est et de Jeanne-Le Ber —, c'est que le gouvernement a modifié l'orientation du débat que nous devions avoir hier et aujourd'hui. En effet, nous devons maintenant débattre du 79e recours à l'attribution de temps par le gouvernement. C'est tout à fait inacceptable.
    Nous n'appuyons certainement pas le recours à la clôture. Nous pensons que le gouvernement fait fausse route en agissant de la sorte. Cela montre tout simplement à quel point le gouvernement conservateur aime imposer ses vues plutôt que de participer au type de débat qui devrait faire partie intégrante de notre travail en tant que parlementaires à la Chambre des communes.
    Nous ne sommes pas d'accord avec le recours à la clôture, ni avec l'attribution de temps. Nous condamnons le fait que, 79 fois, le gouvernement, d'un claquement de doigts, a tenté d'imposer sa volonté à l'opposition. Il est tout simplement inacceptable d'agir ainsi.
    Le gouvernement devrait permettre que le débat se poursuive. Au lieu d'avoir un débat sur la clôture en ce moment à la Chambre des communes, nous devrions plutôt discuter de la mission et du fait que nous n'appuyons pas l'approche du gouvernement. Cependant, nous ne pouvons pas le faire parce que le gouvernement a imposé une motion de clôture.
    Monsieur le Président, le député devrait vérifier le compte rendu. Le leader à la Chambre de l'opposition officielle a été très clair lorsqu'il a dit qu'on s'était entendu pour voter là-dessus à 20 heures. C'est exactement ce que le gouvernement propose de faire.
    Je partage totalement le point de vue de mon collègue, le leader à la Chambre de l'opposition officielle. Nous avons actuellement à la Chambre l'opposition officielle la plus déraisonnable de toute l'histoire de notre pays, ce qui est effectivement regrettable.

  (1025)  

    Monsieur le Président, je tiens à souligner que le gouvernement a accepté de présenter cette motion pour que la Chambre en débatte. C'est une motion extrêmement importante qui aurait des conséquences considérables pour les Canadiens. Malheureusement, le gouvernement va étouffer le débat. Cela ressemble aux tactiques qu'il emploie fréquemment pour exercer un contrôle et imposer son point de vue à la Chambre des communes. Il est malheureux qu'il ait choisi d'agir de la sorte.
    Ce qui est paradoxal, c'est que nous débattions de cette motion importante pendant la Semaine de la santé mentale. De nombreux Canadiens m'ont demandé ce que fait le gouvernement pour les soldats et les anciens combattants qui sont déjà rentrés au pays après une mission de combat et qui ne reçoivent aucun service.
    Alors que le gouvernement s'apprête à envoyer des avions CF-18, j'aimerais demander au ministre ce que fait le gouvernement pour tous les soldats et les anciens combattants canadiens qui sont aujourd'hui aux prises avec d'immenses souffrances en raison des combats qu'ils ont menés.
    Avant que le ministre prenne la parole, je rappelle à tous les députés que leurs questions et leurs observations devraient demeurer en lien avec la question dont la Chambre est saisie, en l'occurrence, la motion de clôture et la motion visée par cette dernière.
    Monsieur le Président, le ministre de la Défense nationale serait ravi de discuter des divers services de soutien en matière de santé mentale. Au cours des 25 dernières années, qui ont vu plusieurs gouvernements se succéder, la société canadienne a dû faire face à des problèmes de maladie mentale. On taisait ces problèmes depuis trop longtemps, et le gouvernement a assumé à plusieurs reprises un rôle de chef de file dans ce dossier.
    Nous tenons un débat à la Chambre, ce qui n'est pas arrivé quand les troupes canadiennes sont allées pour la première fois en Afghanistan. Ni la loi ni la Constitution ne l'oblige. Nous débattons parce que le premier ministre respecte le Parlement. Lorsque le gouvernement était minoritaire, et au cours de son mandat majoritaire, le premier ministre s'est engagé à tenir un débat avant que des militaires soient envoyés en mission de combat. Il remplit cet engagement à rendre des comptes.

[Français]

    Monsieur le Président, c'est tout simplement sidérant de voir ce gouvernement nous imposer à nouveau une motion d'attribution de temps. Cette fois-ci, elle concerne un débat d'une importance cruciale à nos yeux, en tant que parlementaires, ainsi qu'aux yeux des Canadiens et des Canadiennes.
    Comment le ministre pourra-t-il justifier auprès des Canadiens et des Canadiennes la façon dont il se comporte à la Chambre, en muselant nos débats et, par le fait même, nos concitoyens.

[Traduction]

    Monsieur le Président, le gouvernement respecte tout simplement la durée que le parti d'en face a appuyée relativement au débat. Le propre leader parlementaire de la députée a pris la parole au début du débat pour dire que son parti serait ravi de tenir un vote à 20 heures, et c'est exactement ce que nous proposons.
    Monsieur le Président, j'ai entendu à de nombreuses reprises l'opposition parler à tort de limitation du débat. Le ministre voudrait-il dire à la Chambre le nombre de fois où le Parlement a été consulté au sujet d'interventions militaires avant l'arrivée au pouvoir du Parti conservateur?
    Le Parlement n'était pas consulté, monsieur le Président.
    Le seul péché de la députée d'en face, c'est d'avoir déjà été députée libérale; outre cela, elle est une excellente parlementaire et une personne exceptionnelle.
    Le Parti libéral, dont elle était députée, n'a jamais tenu de débats parlementaires lorsque les Forces canadiennes ont été déployées en Afghanistan. C'est un aspect sur lequel le premier ministre a fait campagne, et nous avons honoré cet engagement en tant que gouvernement, tant minoritaire que majoritaire. L’un des éléments principaux du processus parlementaire est le vote. Tous les députés voulaient un débat et un vote, et c'est exactement ce que le gouvernement propose.
    Monsieur le Président, étant donné que le gouvernement conservateur a décidé de limiter le débat sur la présente motion, entend-il offrir des séances d'information à l'intention des députés de l'opposition, au cours desquelles il pourra fournir des renseignements confidentiels dont ceux-ci peuvent avoir besoin pour s'acquitter de leurs fonctions, soit de demander des comptes au gouvernement?
    Monsieur le Président, des députés de l'opposition m'ont accompagné lorsque j'ai rencontré des représentants irakiens et kurdes. Je leur ai donné un accès illimité à toutes mes rencontres. Ces députés pouvaient y participer, poser des questions et faire des commentaires. Comme le chef du député l'a mentionné hier, il m’est arrivé de communiquer avec lui à quelques reprises lorsque le Parlement ne siégeait pas.
    Le gouvernement est évidemment disposé à collaborer avec les parlementaires et à répondre à toutes les questions raisonnables.

  (1030)  

[Français]

    Monsieur le Président, heureusement que j'ai vu la lumière! C'est ce je serais portée à dire à l'honorable ministre des Affaires étrangères.
    Cela étant dit, je sais que c'est un sujet extrêmement important pour les gens de mon comté, Gatineau. Tous les jours, je reçois des courriels et des appels téléphoniques de personnes qui expriment leur opinion qui n'est pas nécessairement favorable à la position du gouvernement. Je sens que c'est un débat extrêmement important. C'est probablement une des décisions les plus importantes qu'un pays a à prendre.
    Dans ce contexte, je comprends l'argument de mon collègue de Burnaby—New Westminster, disant qu'on a déjà accepté un vote à 20 heures. Alors je répète sa question parce que je n'ai pas entendu la réponse. Pourquoi nous enlever une heure de ce débat extrêmement important? À tout le moins, on aurait certainement pu avoir l'opinion de quatre ou cinq autres députés de la Chambre et ainsi favoriser le plus grand consensus possible ou obtenir le plus grand nombre d'opinions possible.
    Monsieur le Président, si ma chère collègue la députée de Gatineau et tous les députés de son parti, sont unanimes à tenir un vote à 20 heures, comme elle l'a dit, et si aucune autre personne ne se lève pour parler de cette résolution, nous pouvons retourner immédiatement au débat principal. Nous sommes prêts à le faire si la Chambre est d'accord avec cela.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis heureuse d'avoir l'occasion de poursuivre la discussion avec le ministre, une possibilité qui n'arrive pas assez souvent. Si certains de mes propos ont paru partisans au ministre, comme l'indiquait sa réponse, je tiens à m'en excuser. J'aimerais toutefois lui demander, encore une fois, s'il ne serait pas plus équitable de ne pas imposer la clôture, de manière à favoriser un débat approfondi et à laisser aux députés qui ont des idées originales la chance de les formuler. Avant l'arrivée de la masse ce matin, un moment qui se prête aux discussions informelles, j'ai demandé au ministre s'il ne serait pas possible d'explorer d'autres méthodes qui pourraient donner de bons résultats sur le terrain.
    Selon des experts en affaires extérieures — dont Peggy Mason, ancienne ambassadrice, et Robert Fowler, un expert en affaires extérieures qui a lui-même vécu une expérience tragique et terrifiante en tant qu'otage d'une organisation terroriste au Mali —, la mission, telle qu'elle est proposée actuellement, pourrait faire plus de mal que de bien. Nous devons donc faire l'effort de trouver des méthodes qui feraient plus de bien que de mal et prendre le temps d'explorer ces autres possibilités. Sinon, le débat se résume à un choix bancal: soit qu'on pose un geste qui pourrait s'avérer stupide, soit qu'on fasse autre chose. Il nous faudrait plus de temps.
    Monsieur le Président, hier, j'ai adressé des compliments à ma collègue d'en face, la députée de Saanich—Gulf Islands. Bien que je ne partage pas son opinion, bien qu'elle ait tort à mon avis, je crois que sa position dans ce dossier s'appuie sur des principes.
    Elle a bel et bien affirmé que les députés d'un certain côté de la Chambre ne prononçaient que des discours répétitifs, et qu'elle était apparemment la seule à faire de bons discours. Si je me souviens bien, les règles de la Chambre encadrent le droit de parole des parlementaires. Il serait impossible que tous les députés participent à chacun des débats. C'est un fait qu'il faut accepter, étant donné que le Parlement compte 308 députés.
     Comme de nombreux Canadiens, le gouvernement est témoin des gestes terribles que posent des gens infâmes et souhaite intervenir pour que cela cesse. Oui, nous pouvons envisager des mesures supplémentaires. Nous le faisons déjà, d'ailleurs, en envoyant de l'aide humanitaire ou nous attaquant à un problème qui me tient particulièrement à coeur, l'utilisation du viol et de la violence sexuelle comme arme lors des conflits. Mentionnons aussi les efforts diplomatiques qui visent à promouvoir la mise en place d'un programme inclusif auprès du nouveau gouvernement irakien, sans oublier le travail de déradicalisation et la lutte contre les combattants étrangers. Oui, le gouvernement peut aller bien au-delà de ce que prévoit cette résolution, et il continuera de le faire.

[Français]

    Monsieur le Président, je viens d'entendre le ministre dire que certaines règles de Chambre visent à assurer que les députés auront avoir le droit de parole. Il mentionne que tous les députés ne peuvent pas parler sur tous les enjeux, et je le comprends tout à fait. Par contre, si le gouvernement ne limitait pas les débats, plus de députés auraient la chance de prendre la parole, de s'exprimer et de transmettre au gouvernement les préoccupations de leurs concitoyens. En effet, les conservateurs ont très peu de députés dans certains régions, alors ils ont peu l'occasion de prendre le pouls de la population. Ils devraient saisir la chance d'en prendre connaissance à la Chambre.
    J'aimerais donc savoir pourquoi le gouvernement bafoue, pour une 79e fois, les règles de la Chambre, règles qui sont là pour assurer que tous les parlementaires peuvent bien représenter leurs citoyens?

  (1035)  

    Monsieur le Président, nous suivons tous les règlements de la Chambre des communes. C'est n'est pas seulement un but, c'est obligatoire. Vous êtes ici, monsieur le Président, pour voir à ce que tous les règlements sont observés. Nous acceptons d'avoir un vote à 20 heures, à la même heure que celle proposée par le parti de l'opposition officielle. C'est ce que confirme la motion devant nous.

[Traduction]

    Monsieur le Président, si je ne m'abuse, nous sommes en train de débattre de la 79e  motion de clôture. Le gouvernement ne prend pas au sérieux la nécessité de débattre des questions importantes. Or, y a-t-il question plus importante que de faire entrer notre pays en guerre et d'envoyer nos militaires au front? Nous demandons seulement de pouvoir parler au nom des électeurs, les Canadiens qui nous ont envoyés ici.
    Si le ministre et son gouvernement ont cette question autant à coeur, pourquoi ne permettent-ils pas un débat ouvert sur une question aussi importante que d'entrer en guerre?
    Monsieur le Président, le gouvernement tiendra un vote à 20 h ce soir. C'est exactement l'heure à laquelle le Nouveau Parti démocratique voulait que le vote ait lieu...
    Vous avez dit ce soir.
    ...20 heures, ce soir.
    Nous en débattrons aujourd'hui. Nous en avons débattu hier. Nous avons tenu un débat d'urgence à ce sujet il y a deux semaines. Nous avons reconvoqué le comité plus tôt que prévu et en avons débattu tous les jours, de 14 h 15 à 15 heures. Si l'opposition veut des journées supplémentaires, elle dispose de jours désignés.
    Si c'est si important, comme la députée d'en face le dit, il y a un grand nombre de journées réservées à l'opposition. Son parti n'en a pas consacré une à cette question. S'il n'y a rien de plus capital, de plus important, comme elle le dit, je sais qu'il le fera.
    Monsieur le Président, brièvement, j'ai une question pour le ministre avant que, malheureusement, nous concluions ce débat.
    Peut-il me dire quels pays envoient une mission de combat et lesquels envoient une mission sans participation au combat? De plus, si le Canada participe aux combats, quel incidence cela aura-t-il sur le travail humanitaire qu'il ferait et le soutien qu'il apporterait s'il envoyait une mission qui ne participerait pas aux combats?
    Monsieur le Président, j'indique à la députée d'en face que je suppose que cela dépend de la façon dont on définit le mot « combat  ».
    Le gouvernement allemand n'envoie pas d'avions de chasse. Il fournit des armes et des munitions aux troupes qui se trouvent sur le terrain là-bas. Au Royaume-Uni, les chefs des trois partis appuient l'initiative. Ils mènent la mission de combat que le Canada envisage dans la motion dont la Chambre est saisie en ce moment, tout comme la France et les États-Unis.
    Si nous examinons le comportement de nos alliés du monde arabe, nous constatons que la Jordanie participe dans une mesure semblable à celle du Canada. Les Émirats arabes unis jouent également un rôle. Le Royaume d'Arabie saoudite et Bahreïn participent comme nous le faisons, et il en va de même du Danemark et de la Belgique. La liste est longue, et nous sommes en bonne compagnie.
    Monsieur le Président, nous voyons que le ministre des Affaires étrangères fait preuve du même genre d'imagination que lorsqu'il soutient que la résolution des Nations Unies justifie d'une manière ou d'une autre l'intervention du gouvernement ou que lorsqu'il essaie de prétendre que le NPD a accepté de mener un débat et de voter à une certaine heure ce soir. L'argument que je faisais valoir plutôt et celui que je souligne de nouveau est que le vote de ce soir fait l'objet d'un vaste consensus, mais non l'heure exacte de sa tenue.
    Cependant, la question qui nous occupe est celle du recours à la clôture qui abrégera de beaucoup plus d'une heure le débat d'aujourd'hui, auquel les députés souhaitaient participer. Certes, le gouvernement a de nouveau manqué grandement de respect envers le Parlement, en l'occurrence pour la 79e fois, en invoquant la clôture au pied levé, au lieu d'en discuter avec les partis d'opposition et d'établir le genre de consensus requis.
    La réplique et la question que j'adresse au ministre des Affaires étrangères sont très simples. Pourquoi le gouvernement ne cherche-t-il jamais à discuter ou à obtenir un consensus, et cherche-t-il toujours à imposer son point de vue?
    Monsieur le Président, le député d'en face sera peut-être surpris d'apprendre que je partage son inquiétude. J'aurais voulu qu'il y ait une meilleure collaboration entre le gouvernement et l'opposition, et vice versa. Par « opposition », j'entends tous les députés d'en face, qu'ils soient indépendants, verts, libéraux ou néo-démocrates. Il est malheureux qu'on ne puisse pas régler ces questions. Le fait que la situation se soit détériorée à ce point-là en dit long non seulement sur l'opposition officielle, mais aussi sur le gouvernement.
    Quand je siégeais dans l'opposition en Ontario, les députés de l'opposition ont fait quelque chose de remarquable. Nous avons collaboré avec le gouvernement pour adopter une motion de programmation. Ainsi, au lieu de débattre, jour après jour, les projets de loi les plus anodins et de consacrer le même nombre d'heures aux projets de loi plus lourds de conséquences, nous pouvions présenter une motion, abattre une certaine quantité de travail dans un délai prescrit, et tous les députés pouvaient structurer le débat et décider combien de temps consacrer aux questions importantes par rapport aux moins importantes.
    Malheureusement, nous voici maintenant dans une situation où l'opposition souhaite débattre de tout, sans avoir à voter sur quoi que ce soit. D'autre part, nous avons également l'importante responsabilité de servir les intérêts des Canadiens. J'aurais bien aimé voir une plus grande communion d'idées. Ce débat incitera peut-être tous les députés à faire mieux à ce chapitre.

  (1040)  

[Français]

    Monsieur le Président, j'ai entendu les commentaires du ministre.
     Lorsqu'il muselle le débat, le gouvernement dit qu'on devrait travailler avec lui parce qu'il est majoritaire et qu'on devrait obtenir un consensus. Or, pour obtenir un consensus, il faut aussi écouter la minorité, ceux qui ne sont pas au gouvernement, soit l'opposition. La démocratie, ce n'est pas le pouvoir absolu au gouvernement. Ça, c'est antidémocratique.
     Soyons clairs, on a un gouvernement majoritaire dans un système parlementaire qui doit se sustenter de dialogue et d'accords. Toutefois, où est ce dialogue lorsqu'un gouvernement majoritaire prend toutes les décisions concernant les votes? Il n'y en a pas du tout. En fait, cela met notre démocratie en danger.
    Puisque le ministre parlait de se mettre d'accord, pourquoi le gouvernement n'est-il pas non plus capable de s'ouvrir au dialogue et d'accepter l'opinion des autres?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je crois qu'il fut un temps dans notre histoire où les gens qui siégeaient ici faisaient des discours enflammés et parlaient de questions d'actualité.
    Je siège au Parlement depuis plus de trois ans. Je n'ai pas encore vu un seul député de l'opposition officielle — pas un seul — voter contre son parti.
    En tant que ministre de premier plan, j'ai voté contre mon propre gouvernement sur une ou deux questions, et je n'y vois aucun problème.
    La période consacrée aux questions est terminée. Je dois interrompre les délibérations et mettre aux voix sur-le-champ la motion dont la Chambre est saisie.
    Le vote porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le président suppléant (M. Barry Devolin): Que tous ceux qui sont en faveur de la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le président suppléant (M. Barry Devolin): Que tous ceux qui s’y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le président suppléant (M. Barry Devolin): À mon avis, les non l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:
    Le président suppléant (M. Barry Devolin): Convoquez les députés.

  (1120)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 250)

POUR

Députés

Ablonczy
Adams
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Ambrose
Anders
Anderson
Armstrong
Aspin
Baird
Barlow
Bateman
Benoit
Bergen
Bernier
Bezan
Blaney
Block
Boughen
Braid
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Newmarket—Aurora)
Brown (Barrie)
Bruinooge
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Carrie
Chisu
Chong
Clarke
Clement
Crockatt
Daniel
Davidson
Dechert
Dreeshen
Duncan (Vancouver Island North)
Dykstra
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Galipeau
Gallant
Gill
Glover
Goguen
Goldring
Goodyear
Gosal
Gourde
Grewal
Harper
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hillyer
Hoback
Holder
James
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Kent
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lake
Lauzon
Lebel
Leef
Leitch
Lemieux
Leung
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mayes
McColeman
McLeod
Menegakis
Miller
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
Norlock
Obhrai
Oliver
O'Neill Gordon
Opitz
O'Toole
Paradis
Payne
Poilievre
Rajotte
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Saxton
Schellenberger
Seeback
Shea
Shipley
Shory
Smith
Sopuck
Sorenson
Stanton
Storseth
Strahl
Sweet
Tilson
Toet
Trost
Trottier
Truppe
Uppal
Valcourt
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Yelich
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 154

CONTRE

Députés

Andrews
Angus
Ashton
Atamanenko
Aubin
Ayala
Bellavance
Bennett
Benskin
Bevington
Blanchette
Boivin
Boutin-Sweet
Brahmi
Brison
Brosseau
Byrne
Caron
Casey
Cash
Chan
Chicoine
Chisholm
Choquette
Christopherson
Cleary
Comartin
Côté
Crowder
Cullen
Cuzner
Davies (Vancouver Kingsway)
Davies (Vancouver East)
Day
Dewar
Dionne Labelle
Dubé
Dubourg
Duncan (Etobicoke North)
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Easter
Eyking
Foote
Freeland
Freeman
Fry
Garneau
Garrison
Genest
Giguère
Goodale
Gravelle
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Hsu
Hughes
Hyer
Jacob
Jones
Julian
Kellway
Lamoureux
Lapointe
Larose
Latendresse
Laverdière
LeBlanc (Beauséjour)
Leslie
Liu
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
May
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
Michaud
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Morin (Chicoutimi—Le Fjord)
Morin (Notre-Dame-de-Grâce—Lachine)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mourani
Mulcair
Murray
Nantel
Nash
Nunez-Melo
Pacetti
Papillon
Péclet
Perreault
Plamondon
Rankin
Rathgeber
Ravignat
Raynault
Regan
Rousseau
Saganash
Sandhu
Scarpaleggia
Scott
Sellah
Sgro
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
St-Denis
Stewart
Sullivan
Thibeault
Toone
Tremblay
Trudeau
Turmel
Valeriote
Vaughan

Total: -- 122

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.

Affaire émanant du gouvernement no 13 

[Initiatives ministérielles]
    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 6 octobre, de la motion et de l'amendement.
    La dernière fois que la Chambre a été saisie de cette question, la ministre d'État à la Diversification de l'économie de l'Ouest avait la parole; il lui reste encore sept minutes.
    Monsieur le Président, j'évoquais hier le danger pressant que représente la progression de l'EIIL dans la région. Aujourd'hui, je traiterai de la menace qui plane sur notre pays et sur d'autres États de l'Occident.
    Les députés qui n'ont pas conscience du danger pressant que court notre pays n'ont qu'à effectuer une recherche dans les médias sociaux pour y trouver de nombreuses preuves de la volonté de répandre l'ignoble idéologie de l'EIIL au Canada.
    Je suis fort préoccupée à l'idée que l'expansion de l'EIIL incite des Occidentaux, y compris des citoyens canadiens, à se radicaliser jusqu'à la violence. On sait que des Canadiens sont allés dans des zones de conflit pour prendre part à des activités liées au terrorisme — combats sur le front, financement, planification stratégique, diffusion de propagande sur Internet, etc.
    L'EIIL est parvenu à accroître ses forces vives en recrutant des milliers de combattants étrangers, dont bon nombre sont originaires de l'Europe centrale ou de l'Asie centrale. Dernièrement, les médias ont rapporté le décès de Farah Mohamed Shirdon, de Calgary, et celui de Mohamud Mohamed Mohamud, tous deux morts en combattant pour l'EIIL.
    Notre pays reconnaît que cette croissance de l'EIIL au moyen du recrutement de combattants étrangers est un grave problème sur lequel nous avons déjà commencé à nous pencher. C'est pour cela que nous avons coparrainé la résolution 2178 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Nous avons aussi mis en oeuvre plusieurs instruments législatifs indispensables, comme la Loi sur la lutte contre le terrorisme, qui a créé de nouvelles infractions visant ceux qui quittent ou qui tentent de quitter le Canada en vue de commettre certaines infractions liées au terrorisme. La Loi renforçant la citoyenneté canadienne, qui est maintenant en vigueur, permet de révoquer la citoyenneté canadienne des détenteurs d'une double citoyenneté s'ils sont reconnus coupables d'actes terroristes.
    Cependant, comme le gouvernement irakien élu démocratiquement l'a admis en demandant de l'aide pour maîtriser la croissance de l'EIIL, si on laisse cette organisation mener ses activités au grand jour et qu'on ne fait rien pour freiner l'expansion du territoire qu'elle contrôle, nos alliés et nous ne tiendrons pas compte de la source véritable de la menace qui pèse sur nos frontières collectives. C'est pourquoi, après mûre réflexion, le gouvernement a présenté la motion dont nous sommes saisis aujourd'hui.
    Je m'en voudrais de ne pas parler, entre autres raisons pour appuyer la présente motion, du traitement réservé aux femmes dans l'idéologie de l'EIIL.
    Un rapport des Nations Unies donne un aperçu des atrocités inquiétantes commises par l'EIIL. Par ses actions, il a gravé dans son idéologie une conception sous-humaine de la femme. L'EIIL a vendu des centaines de femmes et de filles comme esclaves sexuelles pour tenter de donner aux acheteurs l'envie de joindre leurs rangs. Elles ont été données à l'EIIL ou ont été victimes de traite des personnes et vendues dans des marchés.
    Des femmes ayant une carrière professionnelle ont aussi été ciblées et exécutées. Par exemple, l'EIIL a tué sur la place publique une avocate spécialiste des droits de la personne à Mossoul, après qu'un tribunal soi-disant islamique ait jugé qu'elle avait abandonné l'islam. Samira Salih al-Nuaimi a été arrêtée chez elle le 17 septembre après avoir prétendument publié sur Facebook des messages critiquant la destruction de sites religieux par des militants à Mossoul. Selon la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Irak, Mme al-Nuaimi a été jugée coupable d'apostasie par un prétendu tribunal de la charia, au terme duquel elle a été torturée pendant cinq jours avant que des militants ne la condamnent à l'exécution publique.
    On a également rapporté que l'EIIL entendait obliger quatre millions de femmes et de filles de la région de Mossoul à subir une mutilation génitale. Cela vient s'ajouter, bien sûr, aux milliers de viols, aux innombrables cas de mariage forcé et à la suppression totale des droits des femmes de recevoir une éducation et de participer à l'activité économique et politique.
    La façon dont l'EIIL traite les femmes va bien au-delà de la simple notion de misogynie contre laquelle nous avons l'habitude de lutter dans la culture occidentale. Puisque ce groupe a pu attirer des combattants de pays occidentaux et qu'il a manifestement des sympathisants dans ces pays, il menace l'égalité des femmes dans les sociétés libres du monde entier.
    Cela dit, je n'ai pas peur de ces lâches, qui considèrent la femme comme une sous-espèce, un mal nécessaire ne servant qu'à la procréation, ou comme un objet que l'on peut violer et échanger avec les ignorants qui défendent leur cause. Je n'ai pas peur, car les paroles de notre hymne national ne sont pas des paroles creuses. Nos courageux militaires ont toujours « protégé nos foyers et nos droits » des menaces envers notre pays et notre population.
    Cette motion donne la réponse claire et précise du Canada à la menace que pose l'EIIL pour la communauté internationale. Nous poursuivrons le déploiement d'au plus 26 membres des Forces canadiennes, qui conseilleront les forces de sécurité irakiennes; il n'y aura pas de mission de combat terrestre. Nous participerons avec nos alliés à des frappes aériennes contre l'EIIL dans le but de limiter ses capacités sur le plan de l'exploitation de bases au grand jour et de freiner l'expansion continue de son territoire. Nous fournirons un appareil de ravitaillement en vol, deux avions de surveillance Aurora, ainsi que les équipes et le personnel de soutien nécessaires, et ce, pour une période de six mois.
    Nous sommes prêts à relever ce défi et capables de le faire. Nos investissements, énoncés dans la Stratégie de défense Le Canada d'abord, visent à bâtir des forces armées modernes et de premier ordre pour relever les défis de notre génération. Le gouvernement continue de respecter ce plan en fournissant à nos militaires l'équipement qui leur permet d'améliorer leurs opérations.

  (1125)  

    Nous chercherons à empêcher le financement de l'EIIL et l'arrivée des combattants étrangers en Irak et en Syrie, et nous fournirons du soutien diplomatique à l'Irak pour l'aider à fonder un gouvernement inclusif sur les plans religieux et éthique.
    En appuyant la motion du gouvernement, le Parlement indique aux Canadiens qu'il accepte que, sans le déploiement d'une force puissante et directe, la menace que représente l'EIIL pour la paix et la sécurité internationales, y compris pour les communautés canadiennes, continuera de croître.
    En appuyant la motion à l'étude, nous indiquons aux Canadiens que nous comprenons l'ampleur des atrocités commises par le groupe terroriste. Nous signalons notre appui aux dirigeants irakiens par nos efforts concertés pour bloquer l'offensive barbare de l'EIIL et mettre fin aux dérives sectaires qui menacent la sécurité à long terme de l'Irak. Nous montrons aux Canadiens que nous sommes prêts à épauler en leur nom nos alliés qui se sont engagés à contrer cette menace. Nous leur signalons notre appui à une mission clairement définie, que nous sommes capables de mener à bien, et jumelée à la prestation d'aide humanitaire dans la région.
    En appuyant cette motion, nous indiquons aux Canadiens que, devant les avancées réalisées par l'EIIL, nous allons agir plutôt que d'esquiver le problème.
    Monsieur le Président, comme mes collègues de ce côté-ci de la Chambre, je suis réellement préoccupé par le manque de clarté et de définition de la mission et de ses objectifs. D'après le gouvernement, il faudra trois semaines environ, peut-être, avant que nos avions soient positionnés quelque part. Ce n'est même pas encore certain. Le gouvernement n'a pas été plus clair à cet égard.
    Si le gouvernement compte axer ses efforts sur les frappes aériennes, que se passera-t-il dans trois semaines si aucune cible n'est identifiée ou si la situation sur le terrain a changé? Le gouvernement a-t-il prévu une autre stratégie pour ce genre de scénario?

  (1130)  

    Monsieur le Président, lors du débat exploratoire sur le Mali tenu le 5 février 2013, mon collègue d'en face a dit ceci:
    Le fait que le gouvernement passe du désengagement à la dissension a affaibli la voix du Canada sur la scène internationale [...]
    À mon avis, la présente motion prouve que nous prenons des mesures énergiques. J'incite d'ailleurs le député à l'appuyer. Tous les Canadiens, ici et à l'étranger, comprennent l'urgence de la situation.
    Pour répondre à sa question directe, je cite un article du Calgary Herald qu'un chroniqueur sur le terrain là-bas a publié ce matin. En voici un extrait:
    Les gens entassés sous l'église catholique St. Joseph's ont été étonnés d'apprendre que deux des trois principaux partis politiques du Canada s'opposent au plan du gouvernement Harper d'envoyer une demi-douzaine d'avions de guerre au Moyen-Orient [...]
    Une personne citée dans cet article a dit, en résumé, que si aucune frappe aérienne n'était menée maintenant, l'ennemi continuerait de gagner du terrain.
    Nous devons agir maintenant. Il faut envoyer ces avions dans cette région et combattre aux côtés de nos alliés.
    Je rappelle à tous les députés qu'ils ne peuvent pas appeler les autres députés par leur nom à la Chambre, et ce, même s'ils citent un article de journal.
    Monsieur le Président, je tiens à remercier la ministre d'avoir soulevé la question des menaces au Canada, particulièrement la capacité de l'EIIL de recruter des Canadiens afin qu'ils combattent pour sa cause. Je tiens à souligner que la ministre a fait preuve de beaucoup de courage il y a quelques semaines lorsqu'elle s'est élevée contre ces menaces qui pèsent sur le pays.
    La ministre pourrait-elle préciser les stratégies de communication que le gouvernement a adoptées pour inciter, par exemple, la population musulmane canadienne à freiner le recrutement de ces terroristes potentiels ou à y mettre un terme?
    Monsieur le Président, il est très certainement important de travailler de concert avec différents groupes canadiens si on veut réussir à combattre l'extrémisme, peu importe la forme qu'il prend. Je sais que des efforts sont actuellement déployés en ce sens. Comme je le disais tout à l'heure, nous nous sommes dotés des mécanismes juridiques nécessaires pour décourager ce type de comportement.
    Mon collègue libéral est ici depuis peu de temps. Je ne peux donc pas m'empêcher de me demander comment il se sent quand son chef cherche à obtenir l'approbation des gens à qui il s'adresse en lançant toutes sortes de commentaires bébêtes sur l'aviation canadienne, alors que nous devons absolument agir.
    Il est passé le temps des conférences et des faux-fuyants. Il faut envoyer des troupes sur le terrain. Il faut mener des frappes aériennes pour atteindre nos objectifs et empêcher ce groupe de mener ses desseins à bien et d'étendre son territoire.
    Monsieur le Président, personne ici ne souhaite mettre la vie des Canadiens en danger. Je suis même convaincu que personne ne souhaite que nous prenions une décision qui mettrait des Canadiens en danger. Ce serait comme se souhaiter à soi-même un cancer en phase terminale.
    Le problème, c'est que nous n'avons pas affaire à de simples kidnappeurs ou meurtriers. Ces gens décapitent des enfants et forcent des parents à enterrer leurs enfants vivants. Si ceux qui se proposent de faire la même chose aux Canadiens ne sont pas nos ennemis, qui l'est? Qui a déjà été l'ennemi du Canada? Les talibans? Hitler?
    Nous avons des décisions difficiles à prendre. Les libéraux ont envoyé nos soldats combattre les talibans. Il est temps de faire la même chose.
    Le NPD se cache derrière les faux-fuyants et les atermoiements. Or, le temps presse, parce qu'il y a des gens qui meurent au moment où on se parle.
    Je sais que le chef de l'opposition libérale est obsédé par les symboles phalliques. C'est aussi immature qu'inapproprié.
    La ministre pourrait-elle nous dire ce qui arriverait si nous attendions plus longtemps, car je rappelle qu'il y a des gens qui vont perdre la vie aujourd'hui même?

  (1135)  

    Monsieur le Président, un gouvernement démocratiquement élu nous a demandé clairement de l'aider à combattre une organisation terroriste opérant sur son territoire. Voilà ce sur quoi nous devons nous prononcer aujourd'hui, qu'on ne s'y trompe pas. Ces gens traitent la population comme des êtres inférieurs: ils traitent les femmes et les membres des minorités religieuses comme s'ils étaient moins que des humains.
    À chaque jour, je dirais même à chaque heure qui passe, ce groupe étend son territoire. Or, chaque fois qu'il réussit à établir un nouveau camp ou à s'emparer d'un nouveau puits de pétrole, il augmente ses revenus, il attire davantage de combattants à sa cause, et son idéologie fait son chemin parmi la population. Nous devons répondre par la force, et nous devons agir sans plus tarder.
    Monsieur le Président, je vais séparer mon temps de parole avec le député de Winnipeg-Nord.
    Je suis heureux de prendre la parole sur cette motion aujourd'hui. Elle expose la position du premier ministre et du gouvernement quant au rôle que nous devons jouer en tant que Canadiens pour lutter contre l'EIIL, les atrocités qu'il inflige aux autres, surtout aux Syriens et aux Irakiens, et le désir de cette organisation de faire subir ces mêmes horreurs à de nombreux pays occidentaux, dont le Canada.
    J'ai écouté une grande partie du débat d'hier. Je ne pense pas que ce soit pratique courante chez les députés, mais j'ai lu les discours que je n'ai pas entendus hier soir dans le hansard.
    Je tiens tout d'abord à féliciter tous les députés d'avoir tenu un débat très sérieux, ce qui est plutôt rare dans cette enceinte. Un député d'en face a fait une déclaration étrange. Le député d'Esquimalt—Juan de Fuca a laissé entendre que les libéraux ne comprennent pas que nous avons une bonne armée. C'est tout à fait faux, et nous appuyons nos militaires. Le ministre a répété que le gouvernement ne peut pas rester les bras croisés, insinuant que c'est ce que les deux partis de l'opposition veulent qu'il fasse. C'est faux également. Dans l'ensemble, c'était un excellent débat, au cours duquel un grand nombre d'excellents points ont été soulevés.
    Mes collègues, le député de Westmount—Ville-Marie et la députée de Vancouver Quadra, ont fait valoir de bons arguments sur les nombreuses autres façons dont nous pourrions contribuer aux efforts plutôt que de déployer les CF-18, notamment en offrant du transport aérien stratégique, des fournitures médicales, du soutien aux réfugiés, et des conseillers militaires, qui sont déjà sur place. Ils soutenaient que le déploiement de CF-18 n'est pas la seule option.
    Comme je l'ai mentionné il y a quelques instants, ce qui m'ennuie un peu, c'est que le gouvernement essaie de dire que ceux qui n'appuient pas la motion — et je ne suis pas d'accord pour le moment pour qu'on envoie des CF-18 — ne veulent pas que les mesures qui s'imposent soient prises.
    Absolument personne de ce côté-ci ne prétend que l'EIIL ne représente pas une menace à la paix et à la stabilité dans le monde. Il constitue bel et bien une menace. Je vais même féliciter le ministre de la Défense nationale pour certains des points qu'il a soulevées dans ses observations hier. Il a décrit à quel point l'EIIL est une énorme menace et a fait savoir que l'organisation souhaite instaurer un climat d'instabilité dans le monde entier. Je ne répéterai pas ce qu'il a dit, mais tous ceux qui veulent prendre connaissance des points qu'il a soulevés peuvent lire le hansard.
    Soyons clairs: l'inaction n'est pas une option. Mon parti ne préconise pas l'inaction. Il est nécessaire d'agir, mais notre opposition au déploiement de CF-18 n'équivaut pas à de l'inaction. Il pourrait même être préférable, sur le plan stratégique, de faire autre chose en Irak. Je m'explique.
    Ailleurs dans le monde, en Grande-Bretagne par exemple, le premier ministre a convoqué les chefs de l'opposition pour les informer de la situation. On ne peut pas en dire autant au Canada. Pourquoi? Nous faisons partie d'une coalition. Les CF-18 ont déjà été déployés. Nous exerçons déjà notre force militaire en procédant à des frappes aériennes. Le combat a commencé. Notre matériel militaire est-il en bon état? Qui sait. Comment se portent nos soldats? Nous avons déjà fait plus que notre juste part en Afghanistan. Nous avons demandé aux hommes et femmes en uniforme de participer à une rotation, parfois même jusqu'à quatre reprises.

  (1140)  

    Est-il juste de leur demander de repartir si tôt ou devrions-nous plutôt employer d'autres stratégies, toujours dans la coalition, qui nous permettraient de contribuer davantage à la stratégie générale en remplissant d'autres rôles? Nous pourrions par exemple offrir de l'aide humanitaire, de l'aide aux réfugiés et des fournitures médicales, ou encore envoyer plus de conseillers sur le terrain. Pas moyen de le savoir, parce que les chefs des partis de l'opposition n'ont pas suffisamment d'information pour savoir si la décision du gouvernement est la bonne. Il faut que nous ayons une vue d'ensemble.
    La coalition, ou bien le président des États-Unis, nous a-t-elle demandé d'envoyer six CF-18 à l'exclusion de toute autre action? Il est vrai que le gouvernement prend d'autres mesures — comme l'annonce d'hier des 10 millions de dollars et de l'aide qu'il envoie dans la région —, mais nous a-t-on explicitement demandé de déployer nos CF-18? Personne ne le sait. Personne au gouvernement ne nous l'a dit explicitement.
    Le fait est que, compte tenu de nos finances, si nous consacrons tout notre matériel et nos ressources humaines à une région, il est concevable que en ayons moins à déployer ailleurs. C'est pourquoi nous n'avons pas une bonne vue de la stratégie dans son ensemble; le premier ministre n'a pas informé les chefs de l'opposition comme il aurait dû le faire.
    Certains ont essayé de faire valoir que mon parti n'a pas confiance en nos militaires. En fait, nous avons confiance en eux. Nous avons la plus haute estime pour l'armée canadienne et ses capacités, et ses membres n'ont cessé de prouver qu'ils possèdent bel et bien ces capacités sur différents théâtres des opérations, partout dans le monde.
    J'aimerais également revenir sur les propos tenus hier par Hillary Clinton, qui a une très vaste expérience en matière d'affaires étrangères. Elle a aussi abordé les deux aspects de la question, déclarant ce qui suit:
    Je pense qu'il est crucial, en fait, je dirais même qu'il est essentiel, de mener une intervention militaire pour empêcher l'État islamique de progresser davantage et d'occuper un territoire plus grand.
    Elle a raison. Nous savons qu'une intervention militaire est bel et bien en cours, mais est-ce que nos CF-18 doivent participer à cette intervention, ou serait-il préférable que nous fassions autre chose en parallèle?
    Elle a également déclaré qu'il ne suffit pas de mener une intervention militaire, et elle a affirmé, lorsqu'elle a décrit la lutte que nous menons contre les djihadistes islamistes, qu'il s'agit d'un engagement à long terme. Elle a tout à fait raison sur ce point.
    Nous participons à cette lutte. Nous savions, lorsque l'intervention de 30 jours a été annoncée, que la situation ne serait pas réglée en 30 jours ou en six mois. Nous avons déjà été confrontés à certains problèmes similaires par le passé, que ce soit dans le cadre de la mission en Irak, à laquelle nous n'avons pas participé, ou encore dans le cadre de notre mission en Afghanistan. Nous savons qu'il s'agit d'un engagement à long terme. Je ne peux pas affirmer que c'est le cas pour tout le monde, mais nous, nous sommes certes prêts à ce que le Canada participe aux efforts visant à lutter contre ce fléau qui nous touche tous.
    Hier, j'ai parlé à une personne qui a servi dans l'armée pendant 30 ans. Pour des raisons de sécurité, je ne répéterai pas ses propos, mais essentiellement, ce qu'il a dit, c'est que nous devrions jouer un rôle de soutien et non participer aux combats. C'est ce que nous proposons, en gros.
    J'aimerais aussi aborder un autre aspect. Cette lutte ne se déroule pas uniquement en Syrie et en Irak. Des individus radicalisés quittent le Canada, les États-Unis et la Grande-Bretagne et reviennent dans ces pays avec des passeports. Ces personnes posent un risque sur le plan intérieur et nous devons prendre des mesures à leur endroit. Le gouvernement doit également établir une stratégie afin de déterminer comment le Canada peut aborder le problème posé par cette radicalisation, qui représente une menace importante pour notre pays.

  (1145)  

    Monsieur le Président, je suis quelque peu abasourdi d'entendre le député dire qu'une intervention militaire s'impose, mais que le Canada ne doit pas y participer. Cela revient à laisser le travail ingrat aux autres. Cela me dérange vraiment.
    Tout au long du débat, j'ai entendu des députés des partis de l'opposition dire que notre devoir est plutôt de fournir de l'aide humanitaire aux personnes qui sont dans les camps de réfugiés, en Irak, et autres choses du genre. Je conviens qu'il faut fournir de l'aide humanitaire, mais ce n'est pas ce qui importe le plus en ce moment. Les députés de Surrey-Sud—White Rock—Cloverdale, de Mississauga—Streetsville et moi-même sommes allés en Irak il y a environ un mois. Nous avons visité trois des camps à proximité d'Erbil et de Mossoul. Ce que nous ont dit les réfugiés était très clair. Ils veulent retourner chez eux avec leurs enfants. Or, cela ne sera possible que si une intervention militaire stabilise la région. Par conséquent, si nous avons à coeur le sort des enfants et des réfugiés de ces camps, nous devons participer à l'intervention militaire qui leur permettra de rentrer chez eux.
    Monsieur le Président, je ne peux m'empêcher de rire, puisque nous participons déjà à l'intervention militaire. Nous avons des conseillers en Irak. Nous pouvons aussi faire plus sur le plan du soutien aérien stratégique. Mais nos CF-18 doivent-ils vraiment faire partie de l'escadrille? Absolument pas.
    Les députés d'en face veulent faire croire que les frappes aériennes suffiront à elles seules. C'est faux. Soyons réalistes. Tous les experts du monde s'entendent pour dire que le règlement du conflit passera inévitablement par le déploiement de forces terrestres. C'est vers cela que nous nous dirigeons. Nous devons considérer le tableau dans son ensemble, y compris à long terme.

[Français]

    Monsieur le Président, ma question relativement simple s'adresse à mon distingué collègue du Parti libéral, qui semble sous-entendre qu'il pourrait quand même y avoir une action militaire.
    Le problème, — j'aimerais que mon collègue se prononce là-dessus —, c'est que les Américains ont bombardé l'Irak pendant 12 ans. Pourtant, les djihadistes sont toujours là, financièrement soutenus par l'Arabie saoudite et par le Qatar qui, soit dit en passant, font partie de la coalition. C'est quand même bizarre.
    De plus, ils sont indirectement soutenus par la Turquie, qui permet le trafic du pétrole, le trafic d'armes et la possibilité pour tous les djihadistes de passer par la Turquie pour aller en Syrie et en Irak. Or on vient nous dire en pleine face que nous devons aller nous battre, parce que les soldats irakiens refusent de mourir pour un gouvernement corrompu.
    En quoi les bombardements vont-ils permettre aux Irakiens d'assumer eux-mêmes leur défense, ce qu'ils n'ont jamais fait à ce jour?

[Traduction]

    Monsieur le Président, ce n'est pas parce que des missions militaires aériennes — appuyées, dans certains cas, par des troupes au sol — n'ont pas été un succès sur toute la ligne dans le passé que nous devrions renoncer à faire ce qu'il faut faire.
    Le gouvernement est d'avis que l'envoi de CF-18 est la meilleure solution. Je ne suis pas d'accord et mon parti non plus. Stratégiquement, nous devons déterminer, en collaboration avec la coalition, quel rôle conviendrait le mieux au Canada. Nous devons également examiner comment nous pouvons contrer la menace que présente l'EIIL et comment redonner aux gens leur vie, leur maison et leur avenir.
    Le Canada doit jouer un rôle, cela ne fait aucun doute, mais nous avons une divergence d'opinions sur la façon d'atteindre le résultat final.

  (1150)  

    Monsieur le Président, soyons clairs, le Parti libéral est d'avis que le Canada a un rôle à jouer relativement à la situation actuelle en Irak.
     Les Canadiens partout au pays sont préoccupés par les nouvelles qui leur parviennent par Internet ou d'autres médias. Nous devons reconnaître que les Canadiens, dans leur ensemble, forment une société attentionnée et compatissante qui croit à la démocratie, à la liberté et à la primauté du droit. Cela ne fait absolument aucun doute. Ils veulent également que le gouvernement prenne de bonnes décisions réfléchies et solides. C'est là que le premier ministre n'est pas à la hauteur. Il a été incapable de jouer cartes sur table. Il n'a pas été capable de justifier ses actions.
    Le Parti libéral est disposé à entendre le plan d'action du gouvernement, mais il n'a pas pu obtenir de réponse aux nombreuses questions qu'il lui a posées. Je vais passer en revue plusieurs de ces questions.
    Depuis le premier jour, nous, au Parti libéral, préconisons la tenue de plus amples débats sur cet enjeu à la Chambre des communes, des débats dans le cadre desquels les députés auraient la possibilité de participer à la discussion sur un enjeu mondial important nécessitant l'intervention de nos forces armées.
    Je parle un peu en connaissance de cause, puisque j'ai eu le privilège d'être membre des Forces canadiennes. J'ose croire que tous les députés appuient nos militaires. C'est certainement le cas du Parti libéral. Compte tenu de la formation qui lui est donnée et des compétences qu'il possède, le personnel militaire canadien est un des meilleurs au monde. Cela ne fait aucun doute. Nous sommes tous fiers de chacun des membres des Forces canadiennes. Le gouvernement doit appuyer nos militaires de façon très concrète.
    Depuis le début de la présente session, nous préconisons la tenue d'un débat. Nous devons discuter de ce qui se passe en Irak. Le gouvernement semble avoir une idée fixe: les frappes aériennes. Il ne semble pas avoir envisagé d'autres options, ce qui est une erreur de sa part. Il semble que les députés conservateurs aient rejeté d'emblée toutes les autres options, ce qui est extrêmement dommage. Les Canadiens souhaitent que nous jouions un rôle en Irak, mais la décision prise par le premier ministre n'est pas la bonne. Il n'a pas été en mesure de la justifier.
    Les députés libéraux ont appuyé la décision de confier des fonctions consultatives à certains de nos militaires pendant 30 jours. C'est ce qui nous distingue du Nouveau Parti démocratique. Le Parti libéral n'hésite pas à s'attaquer au problème, tout en gardant l'esprit ouvert. Le Parti libéral comprend les enjeux complexes qui touchent actuellement l'Irak et le Moyen-Orient. Ces enjeux ont de profondes répercussions sur le monde entier.
    J'ai écouté de nombreux conservateurs parler du comportement sauvage de l'EIIL et des choses terribles qu'il fait subir à des gens en Irak à l'heure actuelle. Les actes de ce groupe sont criminels. Pour plusieurs, c'est totalement inouï. Ils parlent de personnes massacrées, de femmes vendues comme esclaves sexuelles et des ignominies que l'EIIL fait subir à des enfants et à des bébés. Ce sont tous des arguments convaincants, qui plaident en faveur d'une forme de contribution de la part du Canada. Au Parti libéral, nous reconnaissons que le Canada doit effectivement jouer un rôle, mais nous ne croyons pas que le gouvernement a convaincu qui que ce soit en affirmant que ce rôle devrait prendre la forme de frappes aériennes.

  (1155)  

    Nous ne sommes pas moins choqués que le gouvernement par le comportement horrible de l'EIIL et des individus impliqués dans cette organisation. Nous ne condamnons pas moins que lui les actes commis, mais il existe diverses manières de les combattre. Nous pourrions envisager d'autres contributions de la part de nos forces armées, mais la mentalité du gouvernement consiste à dire que les gens qui sont contre les frappes aériennes sont contre l'idée de combattre l'EIIL, ce qui n'est tout simplement pas le cas, du moins pas dans le Parti libéral.
    Selon moi, la vaste majorité croit, à l'instar du Parti libéral, que nous devons agir. Nous avons besoin de réponses de la part du gouvernement. Il y a toute une liste de questions. En voici quelques-unes. Quel est l'objectif canadien dans la mission de frappes aériennes? Quels moyens compte-t-on prendre pour atteindre l'objectif? Quel est le coût total du déploiement proposé des CF-18? Il serait important d'en avoir au moins une idée approximative. Qui commandera la mission?
    Au sujet de la durée du déploiement, le gouvernement demandera-t-il de nouveau l'appui du Parlement si la mission doit être prolongée, comme les libéraux prévoient qu'elle le sera? Quelles autres options de participation militaire canadienne le premier ministre a-t-il considérées? En a-t-il seulement considéré d'autres? Pourquoi ont-elles été rejetées?
    Pour ce qui est de l'envoi d'aide humanitaire au lieu d'une contribution militaire, quelles options le premier ministre a-t-il considérées? En a-t-il au moins considéré une? Pourquoi les a-t-il exclues? Les coûts supplémentaires de la mission de combat réduiront-ils la quantité d'aide humanitaire que le gouvernement fournira? Je crois que c'est une question de la plus haute importance à laquelle nous devons obtenir une réponse.
    Combien d'aide humanitaire et d'assistance technique le Canada prévoit-il fournir à l'Irak, à la Turquie, au Liban et à la Jordanie au cours des six prochains mois? Combien d'aide humanitaire et d'assistance technique le Canada prévoit-il fournir aux organismes internationaux et aux ONG oeuvrant dans la région, au cours des six prochains mois? Voilà des questions tout à fait judicieuses.
    Jeudi soir dernier, nous avons appris que le premier ministre allait faire une déclaration le lendemain matin. Vendredi, le premier ministre a annoncé sommairement quelle était l'intention du gouvernement du Canada. Puis le chef du Parti libéral a réagi et a soulevé des questions qui figurent parmi celles que je viens de poser.
    Le chef du Parti libéral a indiqué clairement la position des libéraux. Il a insisté sur l'importance, pour le Canada, de jouer un rôle dans ce qui se passe en Irak, et il a expliqué pourquoi le premier ministre manque à son devoir envers les Canadiens en n'étant pas plus transparent et honnête à propos de ce qui se passe et de ce que fera le gouvernement.
    Le gouvernement se montre peu enclin à collaborer avec l'opposition et les députés libéraux. Certes, le porte-parole en matière d'affaires étrangères a pu se rendre en Irak. On constate quelques exemples de bonne volonté, mais ils sont rares. Est-ce parce que les députés du gouvernement ont peur de répondre aux questions qu'on leur pose? Le Canada pourrait peut-être envisager d'autres plans d'action qui mettraient les Forces armées à contribution. Ce sont des points importants.
    L'EIIL met en péril la sécurité de la région et du monde entier. Cette organisation assassine des membres des minorités ethniques et religieuses en Irak et en Syrie. Elle tue des civils innocents, des travailleurs humanitaires et des journalistes. Ces gestes atroces sont amplement documentés. Le Canada doit faire sa part pour répondre à la crise humanitaire et contrer la menace qui plane sur la sécurité mondiale.

  (1200)  

    Quand le gouvernement envisage de déployer les militaires canadiens, il doit clairement définir l'ensemble de la mission et le rôle précis qu'y jouera le Canada.
    Je terminerai mes observations pendant les questions et réponses.
    Monsieur le Président, je crois, tout comme le député d'en face, que l'idée d'une mission militaire inspire certaines préoccupations. Après avoir examiné le pour et le contre, il convient toutefois d'appuyer cette mission, et ce, pour trois raisons.
    Un impératif moral justifie qu'on appuie cette mission. Comme l'ont souligné différentes personnes, dont Lloyd Axworthy et Roméo Dallaire, il est important de protéger les civils innocents afin d'éviter un nouveau génocide comme ceux qui ont marqué le XXe siècle. L'impératif moral veut aussi qu'on veille à la sécurité des Canadiens.
    Il existe aussi un impératif juridique. Le gouvernement irakien a demandé formellement au Canada de mener, sur le territoire irakien, une intervention militaire visant à protéger la souveraineté de cet État.
    Une autre raison cruciale relève du domaine politique et de la realpolitik. Cette raison, c'est que nos alliés ont accepté d'aller en Irak pour aider le gouvernement irakien. En Grande-Bretagne, par exemple, la résolution adoptée par la Chambre des communes était presque identique à celle que nous étudions actuellement. Elle a été adoptée à 524 voix contre 43, et la plupart des députés travaillistes et libéraux-démocrates ont voté en faveur de la motion. Soulignons aussi que la mission bénéficie de l'appui de pays tels que les Pays-Bas, le Danemark, la Belgique et des démocraties sociales dirigées par des gouvernements socialistes. Je me demande pourquoi ici, au Parlement du Canada, les partis de l'opposition ne l'appuient pas.
    Monsieur le Président, lorsque le député invoque des raisons d'ordre moral pour justifier des frappes aériennes, il devrait sûrement reconnaître qu'il y a des pays qui n'y participent pas. Comme le Parti libéral, ils comprennent que nous avons tous une responsabilité morale, et que le Canada a un rôle à jouer. Notre point de vue diverge comme, par exemple, celui de l'Allemagne, qui ne participe pas aux frappes aériennes.
    La différence, c'est que nous ne sommes pas convaincus que le premier ministre ait démontré que les frappes aériennes constituent la meilleure façon, pour le Canada, de participer à la lutte contre les horreurs commises par l'EIIL. Il y a d'autres possibilités. Dans quelle mesure utilisons-nous les appareils C-130 ou prenons-nous part à d'autres opérations en collaboration avec les Forces canadiennes ou des organisme sans but lucratif? Il semble que le premier ministre ait écarté d'autres possibilités. Nous ne savons même pas s'il les a envisagées, puisqu'il n'a pas permis la tenue d'une discussion nécessaire à la prise d'une décision éclairée.
    Le député a parlé de l'Union européenne. Or, celle-ci a collaboré avec les partis de l'opposition et s'est montrée plus transparente et responsable lorsqu'est venu le temps de prendre une décision.
    À l'ordre, s'il vous plaît. Je constate que nous en sommes aux questions et observations. Je croyais que le député de Winnipeg-Nord reprenait ses observations et une partie de son discours. Nous devons prévoir du temps pour d'autres questions et observations.
    Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement le député de Winnipeg-Nord et son prédécesseur, le député de Malpeque. Qu'on me pardonne, mais je ne comprends pas très bien la position du Parti libéral. J'avais cru comprendre qu'il appuyait sans réserve la mission initiale de 30 jours, et ce, même si des questions sont restées sans réponse. Nous, nous ne l'avons pas appuyée parce que nous ne savions pas vraiment ce qu'on nous demandait d'appuyer. Quoi qu'il en soit, c'est une question complètement différente.
    Dans les deux allocutions que nous venons d'entendre, les libéraux ont dit qu'ils s'opposaient aux frappes aériennes, mais qu'ils aimeraient qu'on leur propose une mission militaire à laquelle ils pourraient souscrire. Je me demande ce que cette mission pourrait être, parce que les gens disent que les frappes aériennes ne suffisent pas. Du point de vue militaire, il faudrait, semble-t-il, déployer des forces terrestres. Est-ce là ce que propose le Parti libéral? Les libéraux veulent-ils nous faire croire qu'ils sont favorables à une intervention militaire, mais qu'ils ne savent pas en quoi elle devrait consister, ou est-ce simplement qu'ils ne savent pas vraiment quoi proposer?

  (1205)  

    Monsieur le Président, en toute justice, il faut dire que les néo-démocrates ont aussi changé leur fusil d'épaule sur cette question.
    On n'a qu'à lire l'amendement qu'ils ont présenté:
[...] exhorte le gouvernement à contribuer à la lutte contre l'EIIL, y compris par l'affectation de ressources militaires au transport d'armes pour une période d'au plus trois mois;
    C'est comme si le Nouveau Parti démocratique commençait à se ranger du côté des libéraux.
    Si le député allait discuter avec le député de Toronto—Danforth et consulter le hansard, il verrait que son collègue a déjà proposé certaines de ces idées.
    Il y a différentes possibilités. J'aimerais croire que les néo-démocrates continueront de suivre l'exemple du Parti libéral, comme ils l'ont fait en présentant cet amendement, et qu'ils admettront qu'il faut que le Canada intervienne.
    Les néo-démocrates ont toujours abordé cette question avec beaucoup de prudence. Je ne peux d'ailleurs pas leur en vouloir d'être prudents, mais il vient un temps où on peut avoir recours aux Forces canadiennes, ne serait-ce que dans une mission sans combat.
    Monsieur le Président, je voudrais dire d’entrée de jeu que je partagerai mon temps de parole avec le secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, le député de Selkirk—Interlake.
     Le débat que nous avons entamé est particulièrement grave. Certes, on voudrait ne jamais devoir faire la guerre, mais il arrive qu'un pays doive décider si la nécessité et l’urgence de défendre son mode de vie l’emportent sur les risques que comporte une telle décision. L’EIIL représente indéniablement un danger réel pour le Canada et pour nos alliés. La motion qui a été présentée à la Chambre est claire et précise et elle propose des mesures concrètes et pondérées pour parer à une situation extrêmement grave.
    L’EIIL est le mal à l’état pur. Je ne saurais trouver les mots pour décrire l’ampleur de sa dépravation et le niveau de cruauté qu’il inflige à l’humanité. Certains, pourtant, semblent prêts à accepter cette nouvelle réalité. Dans notre village planétaire, le terrorisme ne connaît pas de frontières, et c’est faire preuve d’un déni profond de la réalité que de proférer des platitudes ou d’essayer de calmer les esprits en prônant l’acceptation ou la tolérance de ce genre de comportement.
     Malheureusement, ou heureusement, tout dépend du point de vue, notre gouvernement ne peut pas se permettre le luxe de l’indécision, de l’inaction ou du déni de la réalité. C’est bien de faire de beaux discours et de respecter la ligne du parti, mais face au terrorisme, nous avons la responsabilité de prendre les armes pour lutter contre ce déferlement tyrannique et pour essayer de l’endiguer complètement. La grande majorité des Canadiens ont la chance de ne pas vivre dans la peur et la terreur, parce que nos hommes et nos femmes en uniforme sont toujours prêts à défendre notre mode de vie, chez nous et à l’étranger. Nous ne pouvons pas attendre que les autres pays fassent la guerre à notre place, nous devons être à leurs côtés. Et c’est ce que nous allons faire parce que, face à la menace, nous n’avons jamais hésité à prendre les armes.
     On parle également beaucoup, dans la presse, de l’épidémie d’Ebola, qui est un véritable fléau. Mais il faut bien comprendre que l’EIIL est lui aussi un fléau, qui sème la mort partout où il passe et qui constitue une véritable menace pour l’humanité.
    Le mode de vie dont nous jouissons, au Canada, nous ne devons pas le tenir pour acquis. Nous avons dû consentir pour cela d’énormes sacrifices, notamment sur les champs de bataille où sont restés certains de nos illustres ancêtres. Selon beaucoup d’historiens, notre pays a en effet pris naissance sur le champ de bataille de Vimy. À cette époque comme maintenant, nos citoyens les plus illustres ont accepté de traverser cette terrible épreuve pour défendre notre mode de vie. C’est grâce à leur sacrifice que nous pouvons aujourd’hui vivre dans le respect des valeurs qui nous sont chères.
     Il est dangereux de se réfugier dans la complaisance, et quand les autres font appel à nous, nous devons réagir et faire notre part. En ma qualité de ministre de la Défense, j’ai eu l’occasion de voir, de visu, les sacrifices consentis au nom du Canada. Rien ne peut dissuader davantage de faire la guerre que d’assister à une cérémonie d’adieu ou à une cérémonie de rapatriement, quand on voit les familles éplorées assister au retour d’êtres chers. C’est l’amour de la patrie porté à son paroxysme, et je ne saurai passer sous silence les sacrifices consentis par ceux qui ont été blessés sur le champ de bataille, alors qu'ils défendaient le Canada.
     Les enjeux sont considérables. Notre liberté est précieuse, et les liens qui sont forgés à l’étranger, en période de conflit, sont généralement des liens solides. Nous en avons tous des exemples. Nous avons tous entendu des soldats raconter les sacrifices incroyables qui ont été consentis. Mais certains ne sont plus là parce qu’ils ont fait le sacrifice de leur vie. Et si on peut apporter un peu de réconfort aux familles des victimes, c’est en leur disant que leur être cher n’est pas mort pour rien.
    Existe-t-il une cause plus noble? En Afghanistan, par exemple, nous avons constaté que, grâce à nos efforts, les fillettes pouvaient désormais aller à l’école et les femmes, participer au processus démocratique et à l’économie du pays. Et grâce à notre engagement, en tant que pays libre et démocratique, nous avons mis en marche un changement radical, quoique fragile, de la culture de ce pays. C’est là le résultat des efforts déployés par de nombreux pays, et ce sont là les objectifs qu’il faut atteindre pour faire changer les choses au Moyen-Orient.
    Certains députés ont fait mention de pays comme le Darfour, où on a compté un grand nombre de morts. Ce sont ces mêmes factions, celles qui étaient à l’origine de toute cette destruction, qui réapparaissent aujourd’hui pour envoyer une menace directe ou indirecte au Canada. Nous ne les laisserons pas faire.

  (1210)  

     Certains députés voudraient qu’on prolonge le débat, alors que nos alliés traditionnels sont déjà sur le terrain.
    Tous les conflits sont de véritables tragédies, mais la faction dont il s’agit aujourd’hui, l’État islamique en Irak et au Levant, l’EIIL, incite à la destruction de notre mode de vie, dans le monde occidental.
    Ne vous y trompez pas. Il s’agit de menaces actuelles et réelles. Ce n’est pas une guerre contre les musulmans. Ce n’est pas une guerre entre la chrétienté et l’islam. C’est une intervention visant à rétablir un minimum de sécurité, face à un groupe qui dénature une religion et en déforme les principes et qui commet des actes de violence contre les populations de la région. Et cette violence est également perpétrée dans d’autres pays, notamment jusque dans les foyers des Canadiens, par l’intermédiaire d’Internet. L’État islamique en Irak et au Levant pratique une perversion délibérée de la foi musulmane, par des actes de violence tellement extrêmes que même Al-Qaïda a pris la peine de s’en dissocier.
     Soyons clairs. Nous avons des preuves suffisantes pour nous porter à la défense du Canada. L’EIIL cible les travailleurs humanitaires, les journalistes et les civils. Des millions de personnes ont été déplacées, dans des souffrances considérables. Ce groupe menace de recourir au génocide, au viol, à la prise d’otages et à la mise en esclavage, et c’est une menace qui vise aussi bien notre pays que les leurs.
    Un pays démocratique nous a demandé de prêter main-forte, et c’est un motif supplémentaire qui justifie notre intervention.
    Les membres de l’EIIL par contre n’ont montré aucune tolérance, aucune connaissance ni aucune considération pour les principes démocratiques, ne s’appuyant que sur leur vision tordue du monde. Ils en sont arrivés à se livrer dans cette région à des actes d’une barbarie et d’une brutalité folles, peu communes dans l’histoire de l’humanité. Leurs agissements ne se comparent qu’à ce qu’il y a eu de pire dans l’histoire du monde.
    L’EIIL mène une guerre brutale et inhumaine, et s'attaque sans distinction aux femmes et aux enfants, aux musulmans et aux chrétiens. On ne peut laisser aller sans broncher une organisation qui prétend exercer une autorité religieuse sur les musulmans du monde entier et qui cherche à prendre le contrôle de toutes les régions habitées par les musulmans, dans un dessein diabolique, et à étendre sa domination dans tout le monde civilisé.

[Français]

    La liberté religieuse est une valeur canadienne fondamentale que nous protégeons et que nous préconisons dans le monde entier.

  (1215)  

[Traduction]

    Outre notre collaboration militaire, nous avons fourni une aide humanitaire de dizaines de millions de dollars. Nous n’avons pas fait l’un ou l’autre, mais les deux. En fait, la Canada figure parmi les principaux donateurs, ce dont nous pouvons, une fois de plus, être fiers.
    Nous avons également fourni une aide au moyen de l’immigration. Des milliers de personnes ont été libérées, parce qu’elles avaient été déplacées et vulnérabilisées dans ce conflit.
     Nous devons encore une fois placer notre confiance dans nos concitoyens qui portent l’uniforme des Forces canadiennes et nous voulons que les Canadiens sachent que la décision n’a pas été prise à la légère et que nous sommes sûrs d’avoir pris la bonne décision. Nous ne pouvons remercier suffisamment les hommes et les femmes qui portent l’uniforme. Comme d’autres intervenants l’ont dit, il faut faire preuve d'une extrême prudence et beaucoup réfléchir avant d'envoyer des soldats risquer leur vie. Ce n'est donc pas avec gaîté de coeur que nous demandons aux courageux membres des Forces canadiennes de défendre notre nation, notre mode vie, nos principes ainsi que nos droits et libertés au Canada et à l’étranger.
    Toutefois, notre gouvernement prend cette responsabilité au sérieux. Nous croyons que les parlementaires doivent avoir et ont véritablement la possibilité, dans ce débat, d’aider à mesurer soigneusement le recours à la force et l’action. Voilà donc pourquoi nous avons ajouté une journée au débat et pourquoi nous faisons de cette question une motion de confiance.
    Au cours d’une période maximale de six mois, nos forces mèneront des frappes aériennes contre l’EIIL, aux côtés de nos alliés et de nos partenaires, dont des États arabes, dans des attaques pouvant regrouper jusqu’à neuf aéronefs auxquels seront affectés des éléments de soutien. L’aide humanitaire se poursuivra. Notre contribution sera importante et elle aura une incidence. Comme toujours, nous ferons notre part avec fierté et avec le sens du devoir.
    Naturellement et comme cela est toujours le cas, le Parlement du Canada sera informé des coûts différentiels.
    Le déploiement actuel de 69 membres des Forces qui jouent déjà un rôle consultatif sans mission de combat sera maintenu. Comme le premier ministre l’a dit, nous ne participerons à aucune mission de combat au sol. Nous nous engageons dans cette mission en collaboration avec nos alliés les plus proches et dans l’objectif absolu de sécuriser la région.
     Le dévouement et la détermination des hommes et des femmes en uniforme dont nous avons été témoins jusqu’à maintenant sont et ont toujours été une source d’inspiration pour nous. Nous avons une longue et riche tradition pour ce qui est de protéger nos valeurs et ceux que nous comptons parmi nos amis et nos alliés les plus proches.
     Il y aurait des chemins plus faciles à prendre, mais nous ne nous défilerons pas devant le devoir à accomplir. Nous ferons ce qui est juste; nous honorerons notre glorieux passé et nous protégerons notre précieux avenir.
    Monsieur le Président, j’ai porté attention à certains des qualificatifs utilisés par le ministre pour désigner l’EIIL, il a parlé de mal à l’état pur, de fléau et d'actes d’une barbarie folle.
    J’ai assisté à un banquet de remise de prix vendredi soir dans ma circonscription. Un jeune étudiant de onzième année de l’école secondaire Holy Heart of Mary, âgé de 15 ans, du nom de Sean Vinnicombe, m’a posé cette question: pourquoi allons-nous en guerre en Iraq?
    J’ai ma propre question à poser après cela. Les États-Unis ont été en Iraq pendant 10 ans. Les Américains se sont battus là-bas pendant 10 ans et bien peu de choses avaient changé après ces 10 années.
     Il y a beaucoup de points chauds dans le monde, dont le Congo, où 5,4 millions de personnes sont mortes depuis 1998. Ce pays a demandé trois fois au Canada depuis 2010 une aide au maintien de la paix, mais nous avons dit non. J’ai donc deux questions à poser. La première, au nom du jeune homme de ma circonscription: pourquoi allons-nous en Iraq? Et la deuxième: pourquoi allons-nous en Iraq et pas au Congo…
    Le ministre de la Justice a la parole.
    Monsieur le Président, je remercie le jeune homme de St. John's de nous amener peut-être à parler d’une question très pertinente. Pourquoi allons-nous en Iraq? Tout simplement, c’est pour aider à défendre l’avenir de ce jeune homme au Canada; aider à préserver son droit de faire des études à St. John's; faire en sorte que sa jeune sœur, s’il en a une, reçoive un traitement égal au Canada; défendre son mode de vie et espérer contrer la menace réelle à laquelle il peut se trouver confronté lorsqu’il a accès dans son ordinateur à du matériel qui pourrait fausser son jeune esprit et sa compréhension de ce qui est important dans sa vie et de ses obligations à l’endroit de ses concitoyens.
    Les réponses que je pourrais donner à ce jeune homme sont nombreuses et diverses, et je serais très heureux de les lui fournir. J’espère que le député d’en face prendra le temps de les lui communiquer.
     Et maintenant, pourquoi l’Iraq et pas le Congo? Nous pouvons faire notre part. Nous continuons d’ailleurs de faire notre part à beaucoup d’endroits dans le monde. Voilà une chose dont les Canadiens peuvent être extrêmement fiers.

  (1220)  

    Monsieur le Président, j’ai été attristée, mais pas étonnée, d’entendre le ministre de la Justice mettre de l’avant la fausse dichotomie voulant que le Canada doive soit assumer un rôle de combat dans des frappes aériennes soit accepter de donner l’impression de tolérer l’EIIL, de rester à ne rien faire, de se montrer complaisant et tout ce qui a été dit pour diviser les Canadiens sur la question.
    En fait, nous, libéraux, sommes très clairs là-dessus: nous croyons que le Canada peut fournir une meilleure contribution en participant à d’autres sortes de missions militaires, des missions sans combat, et en fournissant une aide humanitaire. Je propose un rôle de formation.
    Ma question est la suivante: le ministre estime-t-il que, pendant les quatre années au cours desquelles 1 000 formateurs canadiens ont joué un rôle de non-combat en Afghanistan, le gouvernement est resté à ne rien faire et a fait montre de complaisance, d’acceptation et de tolérance à l’endroit des talibans?
    Monsieur le Président, la députée a une mémoire très sélective parce que, premièrement, c'est un gouvernement libéral qui a envoyé nos forces, à peine équipées, en Afghanistan et ce, sans vote. Il s'ensuivit une sérieuse mission de combat de 12 ans, ce qui nous a permis, à tout le moins, de préparer un semblant de mission de formation. Je crois donc qu'il est nécessaire de préciser un peu le contexte.
    La députée laisse entendre que ce sont les conservateurs qui créent cette fausse dichotomie en exagérant la gravité de cette menace. Voyons un peu ce que certains membres de son parti ont affirmé à ce sujet tout récemment.
    M. Bob Rae a dit: « Nous pouvons faire plus. Aidons les gens [...] assiégés à se défendre. » Cela n'a pas l'air d'une réponse humanitaire.
    M. Lloyd Axworthy, que je ne cite pas très souvent, a dit: « Il faut asséner un dur coup à l'EIIL, une bonne fois pour toutes. » C'est assez explicite.
     Ujjal Dosanjh, un ancien ministre de cette Chambre, a dit: « Il faut arrêter et anéantir l'EIIL. » Ce sont là des mots qui, selon moi, s'inscrivent dans le droit fil de cet effort, de cette motion, le but étant d'assurer une intervention qui permet d'obtenir des résultats concrets, non de rester sur la touche en espérant que d'autres agiront à notre place.
    Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion de prendre la parole à la Chambre au sujet de la participation du Canada à la mission de combat contre l'EIIL. Je dois dire que je suis extrêmement déçu des partis de l'opposition. Ils ont pris position avant même que ne commence le débat. D'entrée de jeu, ils se sont opposés à cette mission et ils ne veulent pas d'un débat logique avant de se prononcer sur la motion.
    Comme on l'a déjà dit clairement, le soi-disant État islamique en Irak et au Levant, l'EIIL, constitue une menace pour la sécurité locale, régionale et internationale. La progression brutale des terroristes de l'EIIL a créé une grave crise humanitaire et une atteinte à la sécurité en Irak et dans les pays voisins. Leur prise de contrôle du territoire a entraîné des déplacements massifs et a forcé plus de 1 million d'Irakiens à abandonner leurs foyers et leurs collectivités. Nous sommes bien au courant des crimes ignobles et atroces que l'EIIL a commis.
    Les Nations Unies dénoncent les crimes de l'EIIL, notamment la persécution de minorités ethniques et religieuses et l'assassinat de milliers d'innocents, hommes, femmes et enfants. Bien entendu, l'EIIL s'est aussi vanté d'avoir décapité des journalistes et des travailleurs humanitaires. Si rien n'est fait, la menace posée par l'EIIL prendra de l'ampleur, ce qui déstabilisera davantage le Moyen-Orient et entraînera plus d'hostilité au sein de la population.
    Nous savons que ces terroristes cherchent à nuire au Canada et à ses alliés. La direction de l’EIIL réclame que des attentats soient perpétrés contre le Canada et des Canadiens. Combien de temps encore le Canada devrait-il attendre avant d’agir? Si cela ne tenait qu’aux chefs du Parti libéral et du NPD, les Canadiens n’agiraient jamais.
    Notre gouvernement ne restera pas en retrait. Nous prenons les mesures qui s’imposent.
    Depuis la fin août, les Forces armées canadiennes ont acheminé des fournitures militaires indispensables aux forces irakiennes qui luttent contre l’État islamique sur le terrain. Plus de 1,6 million de livres de fournitures militaires données par l’Albanie et la République tchèque ont été livrées en l’espace de 25 vols. Nous avons également déployé des forces d’opérations spéciales pour conseiller et aider les forces irakiennes, en particulier les peshmergas kurdes. Nous avons annoncé hier que leur déploiement initial de 30 jours serait prolongé pendant un maximum de six mois.
    Le premier ministre a annoncé vendredi que le gouvernement prendra les mesures supplémentaires suivantes. Une force de frappe comprenant jusqu’à six chasseurs CF-18 Hornet, avec leurs membres d’équipage et le soutien logistique connexe, sera déployée pour mener des attaques aériennes contre des cibles de l’EIIL en Irak, en coopération avec nos partenaires de la coalition. En plus, un avion de ravitaillement CC-150 Polaris et jusqu’à deux aéronefs de surveillance aérienne CP-140 Aurora seront déployés pour leurs capacités de reconnaissance et de soutien.
    Cette force comprendra également des capacités de transport aérien ainsi qu’une équipe de soutien composée de plusieurs centaines de personnes, qui contribueront au commandement, au contrôle ainsi qu’au soutien logistique, en plus d’appuyer les combats aériens de la coalition.
    Ces déploiements démontrent que le Canada assume sa part du fardeau international de la lutte contre la menace que représente l’EIIL. Nous savons qu’il est possible que les membres de nos forces qui ont été déployés courent des risques, mais je peux garantir qu’ils sont prêts et qu'ils seront à la hauteur de cette tâche. Ils ont reçu un entraînement exceptionnel et sont équipés selon les normes les plus élevées. Les membres des Forces armées canadiennes sont les plus vaillants de nos concitoyens, et je sais que nous pourrons encore une fois être fiers de leur héroïsme et de leur bravoure.
    Comme je l’ai expliqué hier à la Chambre, cette opération en est encore à un stade préliminaire. Nous allons continuer à collaborer étroitement avec nos alliés pour évaluer les opérations et les événements à mesure qu’ils se déroulent.
    Je vais ajouter quelques mots sur nos alliés dans cette opération. Au cours des derniers mois, une large coalition de plus de 40 pays s’est formée. Ils comprennent tous la nécessité vitale de faire face à l’EIIL. Notre plus proche allié et partenaire de défense, les États-Unis, est à la tête de cette coalition. Les États-Unis mènent des frappes aériennes contre l’EIIL depuis maintenant deux mois et ils ont intensifié leur campagne aérienne au cours des deux dernières semaines. Cependant, les États-Unis ne sont plus seuls, et d’autres pays se joignent chaque jour à eux dans la lutte.
    La France et le Royaume-Uni ont déjà mené des frappes aériennes et détruit des installations et des armes de l’EIIL. Dix pays arabes ont également apporté leur soutien. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Jordanie et Bahreïn participent déjà aux frappes aériennes. L’Australie s’est engagée à fournir un soutien militaire direct, comprenant 600 personnes et huit chasseurs F-18 Super Hornet.

  (1225)  

    Bon nombre de nos alliés au sein de l'OTAN prendront également part à des opérations de combat. Les Pays-Bas enverront 6 avions de chasse F-16, ainsi que 2 autres avions en réserve, et déploieront 250 pilotes et membres du personnel de soutien. La Belgique enverra 6 avions de chasse F-16 et déploiera 8 pilotes et 120 employés de soutien. Le Danemark enverra 7 avions de chasse F-16 et déploiera 250 pilotes et employés de soutien. L'Allemagne déploiera des parachutistes pour fournir des armes aux combattants kurdes et les entraîner. Des armes et des munitions sont envoyées par divers pays, dont l'Italie, l'Estonie et la Hongrie.
    La communauté internationale répond à l'appel, et le Canada doit en faire autant.
    Je vais terminer mon intervention sur cette note. La violence dont fait preuve l’EIIL n'a tout simplement pas sa place dans le monde moderne. Qui aurait pu même imaginer il y a deux ans qu'une telle situation se produirait? Le mépris profond de l’EIIL à l'égard de la vie humaine dépasse l'entendement et choque avec raison les Canadiens.
    Nous ne prenons pas de décisions sous l'effet de la colère ou par désir de vengeance. Nous savons que cela nous mènerait directement à la catastrophe. L’intervention mesurée et très soigneusement réfléchie du gouvernement est conforme à l'intention du Canada de contribuer à la paix et à la sécurité sur la scène internationale.
    Nous sommes citoyens du monde, et le gouvernement agit en ce sens. L’EIIL frappe sans discernement et se moque des frontières. Ce groupe terroriste menace de gagner encore du terrain et menace directement la sécurité de notre pays. Il est temps de passer à l'action; il est temps pour la communauté internationale d’intervenir. Autrement, comme l'opposition l’a dit, nous en subirons un jour les graves conséquences. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de laisser le Moyen-Orient vivre la répression, le bain de sang et les atrocités qui en résulteraient. Nous ne pouvons tout simplement pas ignorer la menace directe que représente l’EIIL pour le Canada, nos alliés occidentaux et nos valeurs.
    Le gouvernement est prêt à lutter contre cette menace à sa source. Les Canadiens conviennent qu'une intervention militaire est dans notre intérêt national. Nous devons passer à l'action et nous le ferons. Nous demandons à tous les Canadiens d’appuyer la motion du gouvernement.

  (1230)  

[Français]

    Monsieur le Président, j'ai plusieurs questions à poser à mon honorable collègue de l'autre côté. Fondamentalement, ce que j'ai appris hier aux nouvelles est assez important. En effet, l'EI a pris une ville importante près de la frontière de la Turquie. Cela fait tout de même deux semaines que les bombardements ont commencé, sinon plus, or ces combattants ont pris cette ville facilement.
    Quels effets ont les bombardements? Deuxièmement, j'ai aussi appris que l'EI a changé de tactique, les membres de ce groupe se cachent. Où vont-ils se cacher? Ils vont se cacher au sein même de la population. Mes collègues, de l'autre côté, vont-ils vraiment accepter de bombarder des citoyens, des civils, des enfants et des femmes enceintes parce que l'EI se cache parmi les citoyens? Je trouve cela tout à fait déplorable.

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'écoute les députés néo-démocrates s'exprimer à ce sujet depuis une journée et demie et j'ai participé avec eux à plusieurs discussions au comité. Je suis profondément déçu de leur point de vue. Ils sont prêts à sacrifier d'innocents civils menacés par l'EIIL. C'est à un génocide que nous assistons en ce moment et le NPD ne ferait rien pour protéger ces gens.
    Le NPD ne parle que d'aide humanitaire. Nous fournissons de l'aide humanitaire. Une vaste coalition de plus de 60 pays fournit de l'aide humanitaire et s'occupe maintenant des crimes de guerre qui sont actuellement commis. Nous l'avons dit clairement hier.
    Le NPD s'en fiche et n'agira pas pour protéger les enfants qui se font décapiter et les femmes agressées sexuellement ou vendues comme esclaves. Le NPD n'arrêtera pas l'EIIL à sa source. Notre gouvernement le fera.
    Monsieur le Président, je m'inscris en faux contre l'allégation selon laquelle, de ce côté-ci de la Chambre, les députés de l'opposition sont moins patriotiques que les députés ministériels. Le député a laissé entendre que la décision de l'opposition de ne pas appuyer la motion du gouvernement causait une déception.
    N'incombe-t-il pas au gouvernement, en fin de compte, de tendre la main à l'opposition, d'aller vers elle et de lui fournir des arguments irréfutables et l'information nécessaire pour qu'elle prenne une bonne décision? Est-ce que le secrétaire parlementaire voudrait bien faire ce qui s'impose et offrir au chef de l'opposition et au chef du Parti libéral la possibilité d'être assermentés au Conseil privé et leur donner des séances d'information personnelles et confidentielles sur la capacité opérationnelle dont nous disposons pour mener à bien cette mission?
    Monsieur le Président, je sais que le député siège à la Chambre depuis relativement peu de temps. Nous avons traversé une époque où un gouvernement libéral a envoyé des hommes et des femmes combattre le régime taliban en Afghanistan, pour les bonnes raisons. La situation que nous affrontons aujourd’hui avec l’EIIL en Irak est identique.
    Une voix: Elle est pire.
    M. James Bezan: Elle est certainement pire, monsieur le Président. C'est d'un génocide généralisé qu'il est question.
    Les libéraux ont pris cette décision sans consulter les partis d’opposition, sans mener un débat à la Chambre ou tenir un vote. Ils l’ont simplement fait. Avant de déployer des troupes pour qu’elles participent à des combats, notre parti a l’habitude de présenter l’idée à la Chambre afin qu’elle fasse l’objet d’une discussion. C’est tout simplement incroyable.
    Le ministre de la Justice vient de citer certains députés qui siégeaient à la Chambre lorsque je suis arrivé. Ils étaient des ministres du gouvernement libéral, et ils appuient maintenant la mission. Je sais que les libéraux aiment Hillary Clinton, et elle dit elle-même que, selon elle, il est crucial, et même essentiel, de prendre des mesures militaires. Si les principaux libéraux du Canada et du monde entier appuient cette mission, qu’est-ce qui ne tourne pas rond aujourd’hui au sein du Parti libéral du Canada?

  (1235)  

    Monsieur le Président, je tiens à remercier mes collègues de maintenir ce débat à un niveau élevé. L’EIIL commet en ce moment des actes inqualifiables. Par exemple, il décapite des enfants et force des parents à enterrer leurs enfants vivants. Bien que mes collègues ne le mentionnent pas parce que c’est épouvantable, je tiens à ce que les députés de l’opposition comprennent ce contre quoi ils votent.
    Aucun Dieu, y compris Allah, n’approuve de tels comportements. Aucune religion, y compris l’islam, n’appuie de tels actes. C’est un affront à l’humanité.
    Le député pourrait-il décrire ce que le gouvernement propose en matière de mesures militaires limitées pour lutter contre ce fléau?
    Monsieur le Président, nous sommes tous conscients que l'EIIL recrute encore des membres. Nous savons qu'il y a au moins 130 Canadiens qui sont partis en Irak et en Syrie pour joindre les rangs de l'EIIL.
    Nous voulons enlever à ces gens leur passeport, mais l'opposition n'est pas d'accord. Nous voulons retirer la citoyenneté à ceux qui ont la double nationalité, mais l'opposition n'est pas d'accord.
    Nous devons nous attaquer à l'EIIL à sa source, l'empêcher d'obtenir des revenus et de financer sa campagne de terreur. Nous continuerons à cibler l'EIIL pour l'empêcher de mettre la main sur les raffineries, les puits de pétrole et les institutions financières. Nous interviendrons afin que l'EIIL n'ait plus d'argent et de ressources, afin que ses membres ne puissent plus décapiter les enfants, les enterrer vivants ou violer les femmes et les enfants et les vendre comme esclaves.
    Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat sur cette motion. Notre devoir le plus important, à titre de députés, c'est d'examiner les mesures prises par le gouvernement, car ces actions mettraient nos militaires en danger.
    Je tiens à dire clairement qu'à l'heure actuelle, des mesures concrètes ont déjà été mises en place pour lutter contre l'EIIL, contre les gens qui commettent les atrocités dont viennent de parler les députés d'en face. Ces gestes choquent et inquiètent tout autant les députés de ce côté-ci de la Chambre.
    Actuellement, sur le plan militaire, environ 60 pays font partie d'une coalition, mais ils n'ont pas tous décidé de faire participer leurs forces armées. Les États-Unis, la France et l'Australie interviennent avec des forces massives. En fait, les six avions et les 600 personnes que propose d'envoyer le gouvernement représentent une très petite partie des ressources qui seront utilisées pour les bombardements.
    Cette semaine, le sous-comité des droits internationaux de la personne a écouté le témoignage du révérend Majed El Shafie, de l'organisme One Free World International, le groupe qui a amené des députés, notamment conservateurs, jusqu'à la limite de la zone de combat en Irak. Selon M. El Shafie, ce que le président de l'Irak et les dirigeants kurdes réclament, ce ne sont pas des bombes, mais bien une aide humanitaire pour les centaines de milliers de personnes déplacées dans leur pays.
    Revenons en arrière pour un instant. Les députés se souviennent-ils de l'expression « dommages collatéraux »? Le Parlement et d'autres entités gouvernementales emploient souvent des expressions à la mode. Pensons par exemple à « libre-échange ». Le libre-échange a fait l'objet d'un vaste débat dans les années 1980. L'expression sonnait bien. Dans le cas des deux guerres du Golfe, lorsque les États-Unis larguaient des missiles et des bombes, l'expression à la mode était « dommages collatéraux ». Or, les dommages collatéraux, ce sont des hommes, des femmes et des enfants. Une attaque ciblée implique nécessairement un certain risque de dommages collatéraux.
    Lorsque les Étatsuniens sont repartis, à la fin de la guerre du Golfe, la région est devenue instable. Auparavant, Saddam Hussein, un sunnite dont la tribu était environ quatre fois moins nombreuse dans la région que celle des chiites, avait installé ses partisans sunnites dans l'armée. Quand les États-Unis et leurs alliés l'ont délogé, déstabilisant ainsi la région, il a fini par être remplacé par un premier ministre chiite qui a voulu se venger des atrocités commises par les troupes de Saddam Hussein. On affirme que ce premier ministre ne payait pas l'armée à temps et qu'il l'humiliait.
    Lorsque quelques milliers de combattants de l'EIIL ont franchi la frontière, cinq divisions de soldats irakiens ont déposé leurs armes. À cause du climat d'instabilité régnant dans la région, beaucoup de ces personnes ont joint les rangs de l'EIIL, sans comprendre les horribles conséquences de ce geste, car ils croyaient qu'ils obtiendraient ainsi un traitement plus équitable de la part du gouvernement. Depuis, le premier ministre en question a été délogé.
    J'avise la Chambre, monsieur le Président, que je partage mon temps de parole avec le député de Louis-Hébert.
    L'EIIL exploite l'instabilité causée par ce vide et les nombreuses années de guerre tribale opposant les sunnites aux chiites.

  (1240)  

    Aujourd'hui et précédemment, des témoignages nous ont appris que l'EIIL, qui est une ramification d'Al-Qaïda, est beaucoup mieux organisé que tous les groupes terroristes que nous avons rencontrés jusqu'à maintenant. L'autre jour, notre chef signalait à la Chambre que les Nord-Américains combattent une forme ou une autre de l'EIIL depuis plus de 10 ans. L'organisme a profité du vide créé et aussi de certaines personnes qui, si elles avaient mûrement réfléchi à leurs gestes, ne s'y seraient pas jointes.
    Nous avons rarement entendu parler d'une situation aussi horrible. Le seul endroit auquel je peux penser qui puisse être comparable en termes d'atrocités est la République démocratique du Congo.
    Le révérend El Shafie a dit au comité que l'hiver arrivera dans quatre ou cinq semaines et que les gens n'ont même pas d'abris. Les quelques centaines de millions, peut-être même les milliards, de dollars que le Canada consacrera aux missions de bombardement devraient plutôt être mis au service de la population qui souffre dans ce pays. Il serait plus utile d'aller là-bas pour construire des abris et apporter des médicaments, des vêtements d'hiver et ce dont les gens ont besoin.
    Les gens ont été forcés d'abandonner leur maison. On leur a donné le choix, mais ils ne croyaient pas à cette branche odieuse de l'islam. Je suis heureux d'entendre le gouvernement dire qu'il ne s'agit pas de l'islam tel que le monde le connaît. C'est un groupe de gens qui, un peu comme l'a fait Oussama ben Laden, se servent du mot « djihad » pour justifier des actes horribles. Ceux qui connaissent un peu l'islam savent que le terme « djihad » signifie simplement défendre sa religion lorsqu'elle est menacée. Cela ne signifie pas qu'il faut aller poser les gestes dont il est question ici.
    Il est très important de rappeler aux Canadiens qui nous regardent que 1,2 million de musulmans vivent au Canada. De temps à autre, je rencontre quelqu'un qui est mal informé, qui dit que les musulmans essaient de s'emparer du pays ou autre chose du genre. Je rappelle alors à cette personne qu'il y a 32 millions d'autres Canadiens. Quand voit-on dans le journal qu'un musulman a attaqué quelqu'un, commis un vol ou cambriolé une banque au Canada? Cela est extrêmement rare parce que les musulmans sont de fervents croyants et qu'ils sont fidèles à l'islam.
    De toute façon, comme je viens de le dire, il n'est pas question ici d'islam. L'État islamique en Irak et au Levant est un groupe terrible, et je ne peux penser à aucun autre nom à donner à ses membres à part « monstres », parce que ce qu'ils font est carrément monstrueux. Je peux comprendre les députés d'en face, qui ont le pouvoir, donc la capacité d'envoyer des avions, voire des troupes sur le terrain — même si, à leur décharge, ils n'ont encore rien dit en ce sens, mais disons que c'est ce que nous craignons —, de vouloir faire quelque chose pour mettre un terme à des crimes aussi atroces.
    N'oublions pas, cependant, que nous faisons partie d'une coalition regroupant 60 pays. Trois ou quatre des meilleures armées du monde sont avec nous et sont prêtes à se lancer dans cette mission. Tous ces pays n'ont pas besoin que le Canada se joigne aux bombardements, ils ont besoin que le Canada fasse sa part. Je suis tout à fait d'avis que le Canada doit participer à cet effort commun. Mais je suis surtout d'avis qu'il doit multiplier les actions sur le front humanitaire, parce que les tourments qui attendent tous ces déplacés constituera sans doute l'une des pages les plus sombres de notre histoire. On les a déjà terrorisés au point de les obliger à quitter leur domicile. Parmi eux, beaucoup ont vu leurs frères, leur père, leurs oncles et leurs cousins se faire tuer ou subir toutes sortes d'atrocités.
    Personne ne dit que rien de tout ça n'est vraiment arrivé. Nous disons que le Canada pourrait peut-être prendre un peu de recul, attendre avant de s'engager militairement et offrir plutôt à ses alliés d'acheminer de l'aide humanitaire, de fournir du soutien et de transporter des armes. Nous fournissons déjà des armes aux combattants qui tentent de protéger leurs terres, et c'est très bien ainsi. Mais pour l'heure, il faut bien prendre le temps de se demander si on veut envoyer nos soldats dans une zone de guerre qui a tout pour devenir un véritable bourbier. C'est ce qui est arrivé en Irak. C'est aussi ce qui est arrivé en Afghanistan, où 40 000 Canadiens ont été dépêchés. Nous en payons encore le prix, d'ailleurs, quand on pense à tous ces militaires qui sont aujourd'hui en état de stress post-traumatique ou encore aux 150 soldats et au diplomate canadiens qui ont perdu la vie.

  (1245)  

    Je vais terminer en lançant un appel au gouvernement: prenons un peu de recul et rappelons-nous que nos solutions ne se limitent pas à faire la guerre et à lancer des frappes aériennes. Concentrons-nous plutôt sur l'aide humanitaire, car les besoins sont là.
    Monsieur le Président, je tiens à dire à mon collègue que nous n'avons pas le temps de prendre du recul. Nous ne pouvons pas laisser les choses traîner. J'aurais préféré que notre temps ne soit pas compté et que nous ne soyons pas obligés d'y aller.
    Je me demande pourquoi les néo-démocrates, qui ont décidé de s'opposer à la motion bien avant qu'elle soit même présentée, n'ont pas encore changé d'avis malgré tout ce que nous avons dit. Ils bafouent la démocratie et refusent de tenir un débat rationnel. Ils s'obstinent et font de l'obstruction. Le député sait parfaitement que nous offrons de l'aide humanitaire là-bas et que nous pouvons en faire davantage, et c'est ce que nous ferons. L'opposition s'inquiète des réfugiés. Nous en faisons beaucoup pour les aider, et nous en ferons encore davantage.
    Puisque nous avons les moyens d'agir, que devrions-nous faire pour aider les gens qui ne peuvent s'enfuir de cet enfer? Aidons-nous seulement ceux qui peuvent s'échapper, les réfugiés, laissant du coup ceux qui ne peuvent s'enfuir de cet enfer se faire tuer, torturer ou enterrer vivant? Nous ne pouvons pas rester les bras croisés, et c'est le coeur gros que je voterai en faveur de la motion.
    Je demande à ce député raisonnable de rompre les rangs, de sortir de sous le joug de son chef et de voter pour la motion.
    Monsieur le Président, c'est avec fierté que j'ai voté contre la mission en Afghanistan parce que j'étais d'avis qu'elle était mal conçue et que nous n'étions pas préparés.
    Le député estime que, dans les présentes circonstances, si nous n'entrons pas en guerre, ces gens mourront. Or, la France, les États-Unis et l'Australie ont déjà prévu le déploiement d'énormes contingents militaires qui disposeront des armes nécessaires pour s'acquitter de la mission que les conservateurs souhaitent justement confier aux militaires canadiens.
    À notre avis, il n'est pas nécessaire que le Canada participe à cet aspect du conflit. Le Canada doit plutôt fournir de l'aide humanitaire et donner aux travailleurs les matériaux qui leur permettront de bâtir des refuges. Voilà ce que le Canada devrait faire, et un très grand nombre de Canadiens sont de cet avis.
    Monsieur le Président, pour être honnête, je suis moi aussi hésitant, et je félicite le député pour son discours.
    J'aimerais que nous puissions réduire les tractations politiques entourant ce dossier, car aucun de nous, d'un côté comme de l'autre de la Chambre, ne souhaite mettre la vie de nos militaires en péril, surtout dans une situation comme celle-ci.
    Je me demande si le député a songé aux pays qui se joindront à nous au sein de la coalition, pas tant à ceux qui le feront à coup sûr, mais plutôt à la Turquie, à l'Iran, à l'Arabie saoudite et à la Syrie. À ce jour, l'Iran est le plus grand exportateur de terrorisme parrainé par l'État, selon notre ministre des Affaires étrangères. L'Iran est le parrain du Hezbollah, mais dans cette lutte, il est notre allié. Cette situation met tout le monde dans l'embarras. J'aimerais entendre l'avis du député à ce sujet.

  (1250)  

    Monsieur le Président, le député sera probablement étonné d'apprendre que je me suis empressé de venir ici pour prendre la parole, car j'assistais à une conférence de presse sur les dissidents dans les prisons iraniennes qui étaient sur le point d'être exécutés. Je partage donc sa préoccupation.
    Nous avons entendu les observations au sujet de la Syrie voulant que si Assad en fait la demande, nous procéderons à des bombardements. Il y a à peine un an et demi, les États-Unis avaient fait savoir que si cet homme dépassait les bornes, ils l'arrêteraient, ce qu'ils n'ont pas fait. Or, cet homme est du jour au lendemain un allié éventuel. Nous devrions être tiraillés à la Chambre, peu importe le parti auquel nous appartenons. Les bonnes âmes qui siègent ici prendront la meilleure décision possible à partir des renseignements dont elles disposent.
    Nous avons raté une belle occasion à la Chambre. Je ne suis souvent pas d'accord avec certains de mes collègues, mais notre chef et le chef du troisième parti auraient pu se joindre au Conseil privé et prendre part aux discussions. L'issue aurait peut-être été différente. Cependant, nous ne pouvons prendre nos décisions qu'à partir des renseignements qui nous sont présentés et qui sont présentés à nos chefs. Les conservateurs ont échoué à cet égard.

[Français]

    Monsieur le Président, je veux d'abord contextualiser mes remarques en disant que cet engagement militaire n'a été approuvé ni par l'ONU ni par l'OTAN.
    L'Irak possède la cinquième réserve de pétrole prouvée au monde, ce qui peut expliquer bien des choses dans le cadre de ce conflit. D'ailleurs, la production de pétrole a presque doublé depuis que Saddam Hussein a quitté le pouvoir. Enfin, concernant le groupe barbare dont on parle aujourd'hui, je n'utiliserai pas le mot « État ». Comme le font les Français, je vais l'appeler DAESH, soit l'acronyme en arabe.
    Le premier ministre a une lorgnette très restreinte à travers laquelle il ne voit les problèmes que du point de vue économique. On cherche seulement à se venger d'actes qui sont, il faut le dire, extrêmement répréhensibles. Soyons clairs: les meurtres et la façon dont cette organisation traite les cadavres, on n'aime pas plus cela que les gens de l'autre côté. C'est inacceptable.
    Toutefois, une chose m'a vraiment surpris dans le discours du premier ministre. Il a admis que la motion qu'il a déposée ne réglera rien. Autrement dit, on fait quelque chose pour le plaisir parce qu'on se sent obligé. Par contre, du même souffle, il admet que cela ne réglera rien. Il faut donc d'abord se demander si on doit faire quelque chose qui ne réglera rien.
    Cette espèce de pensée magique est inadmissible. On ne peut pas espérer régler les choses cette fois en répétant les mêmes erreurs du passé. Je doute que cela fonctionne, car la situation ne se dégrade pas depuis deux ans, mais depuis des décennies. On va répéter les mêmes recettes en espérant que les choses iront un peu mieux cette fois, mais cela ne reflète pas la réalité sur le terrain.
    Certaines personnes ont osé dire que prendre un rôle de soutien à l'aide humanitaire équivalait à se mettre sur les lignes de côté et que ce n'était pas très honorable. Or combien de gens dépendent de cette aide humanitaire? Est-ce qu'on pense qu'il est facile d'apporter de l'aide humanitaire en situation de conflit? Le plus important, c'est d'avoir une vision à long terme de cette aide humanitaire. Il ne s'agit pas seulement de soulager les besoins d'aujourd'hui, de demain ou de la semaine prochaine; l'aide humanitaire doit être perçue comme le premier pas vers une solution durable dans cet espace géopolitique.
     Le problème persiste depuis des années. On a essayé toutes sortes de solutions, surtout militaires, et on recommence. Si c'était la première fois, on pourrait plaider l'ignorance, mais ce n'est pas le cas, et la situation empire chaque fois. On ne fait que changer les acronymes de l'adversaire.
    De ce côté-ci de la Chambre, il n'est pas question de regarder le train passer. Il faut prendre le bon train, pas celui qui va nous amener, dans cinq ou dix ans, à un autre débat du même genre, où d'autres gens répéteront les mêmes choses et ne régleront assurément pas le problème. Pourtant, on n'a jamais eu autant de connaissances dans l'histoire de l'humanité. Malheureusement, on ne les utilise pas. On doit comprendre ce qui se passe et non seulement réagir.

  (1255)  

    L'action militaire ne peut régler le problème à elle seule, on le sait. Pourtant, c'est encore la dynamique adoptée par la Chambre. On sait qu'il devra y avoir des changements sociaux, économiques et politiques à long terme. Si on ne fait que répéter le passé, on ira tout droit vers l'échec, encore une fois.
    Par exemple, aujourd'hui même, les Américains bombardent les islamistes dans la ville de Kobané, à la frontière de la Syrie et de la Turquie. Cela n'est que partiellement utile. Ils bombardent le jour, mais cela ne fonctionne pas. Ils n'y arrivent pas parce que les troupes sont légères et mobiles. C'est déjà presque un échec. Cela se passe à la frontière turque. Environ 140 000 personnes ont quitté cette ville pour aller en Turquie.
    Qui les aide? Les aidons-nous de façon suffisante? Permettons-nous aux Kurdes de se défendre correctement? Ah, non! Évidemment, on fait abstraction des problèmes géopolitiques de la région, parce qu'on est à la frontière entre la Turquie et la Syrie. Les Turcs ne veulent pas intervenir parce qu'il s'agit de Kurdes et que s'ils intervenaient, le gouvernement al-Assad considérerait cela comme une déclaration de guerre.
    Il y aurait peut-être un travail de diplomatie à faire pour régler la situation. Cela aiderait tout le monde sur cette planète. Toutefois, il semble qu'on ne privilégie pas cette approche. C'est vraiment incroyable.
     Il faut examiner le problème dans son ensemble. Il ne faut pas voir l'aide humanitaire comme étant fixée dans le temps. Il faut penser à tout considérer et à aller puiser dans toutes nos connaissances.
    C'est pourquoi je dis au premier ministre qu'il est temps qu'il pense à la sociologie, aux sciences sociales et aux sciences politiques, voire à toutes nos connaissances sur le plan mondial, tant au Canada que partout ailleurs en Occident, et ainsi réfléchir aux façons efficaces d'intervenir afin de ne plus jamais revivre cette situation, où des groupes de fous tranchent des têtes.
    Par ailleurs, il est important d'accompagner les populations locales. Ce sont elles qui réussiront à régler le problème, et si nous ne les soutenons pas en vue d'une solution, je peux assurer à la Chambre que nous ne réglerons jamais ce problème.
    Ce qui est particulier, c'est que nous tombons dans un piège, car ils ont mis au jour leurs horreurs. Habituellement, on les cache. Cependant, ils les ont rendues publiques, justement parce qu'ils veulent que nous fassions ce que nous sommes en train de faire, soit bombarder. Cela leur permettra de recruter des gens. C'est clair. Ce n'est pas sorcier.
    L'organisation Daech n'est pas très forte. Certes, elle est riche, structurée et bien équipée. Par contre, elle est forte de la faiblesse de tout ce qui l'entoure. Le fait que toutes les structures sociales aient été détruites de façon systématique dans cette région lui a permis de croître. Il faut en être conscient. Or, dans le contexte actuel, on ne renforce rien. On continue d'affaiblir toute organisation politique et sociale dans cette région.
    Imaginons cela. Une armée irakienne de 200 000 soldats entraînés pendant plus de sept ans par les Américains au coût de 26 milliards de dollars a fui devant un petit groupe de 20 000 personnes qui ne sont même pas des soldats. Il y en a quelques-uns, mais ce sont surtout des militants. Cette armée irakienne se sauve. Cet entraînement est un échec. C'est un échec grave!
    C'est pourquoi il est si important d'agir dans le cadre d'un mandat donné par les Nations Unies. Il faut également trouver notre place au sein de cette coalition.

  (1300)  

     Plusieurs pays sont engagés dans l'aide humanitaire. Je pense que nous devrions nous y intéresser en tant que pays. On ne serait pas seuls. Des pays comme la Norvège, la Suède, l'Espagne, l'Autriche et j'en passe, le font. On pourrait se parler et coaliser cette aide. Il faut penser à demain. On ne peut pas simplement essayer de régler les problèmes actuels.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son intervention. Je trouve qu'il discute de ces enjeux de manière très raisonnable. Il a soulevé d'excellents points aujourd'hui en faisant remarquer que l'intervention militaire ne peut régler le problème à elle seule. De ce côté, nous partageons son avis à ce sujet.
    Le député a parlé d'aide humanitaire. Nous envoyons de l'aide humanitaire dans cette région, et nous en enverrons d'autre. Cependant, nous savons tous que cette aide n'atteindra pas ceux qui en ont besoin si elle est envoyée dans une région où le chaos total règne, l'ordre public n'est pas maintenu et la sécurité est inexistante.
    Le député a affirmé que le premier ministre avait indiqué que la motion qu'il a déposée ne réglera pas le problème. Laisserait-il entendre que, puisque mes efforts en matière de prévention du suicide n'ont pas permis d'empêcher tous les suicides, les efforts visant à minimiser le nombre de suicides sont inefficaces? Est-il en train de dire que nous devrions autoriser le massacre de centaines de milliers d'adultes et d'enfants? Ne serait-il pas préférable que quelques personnes meurent au lieu du vaste nombre de gens qui sont décimés actuellement?

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. Il va évidemment comprendre qu'il faut faire des efforts dans la vie. Je pense qu'on va être d'accord là-dessus et qu'il va le comprendre sincèrement. Par contre, lorsqu'on dit que cela ne réglera pas le problème, cela veut dire qu'il faut chercher d'autres solutions et qu'il faut être plus innovateur. Si on sait d'avance que notre stratégie est vouée à l'échec, cela ne veut pas dire qu'il faut se croiser les bras, ne rien faire et abandonner. Au contraire, c'est un appel à faire autre chose, à essayer d'être innovateur et de trouver d'autres solutions beaucoup plus efficaces.

[Traduction]

    Monsieur le Président, il est encourageant de voir l'opposition officielle modifier quelque peu sa position en ce qui a trait à la situation en Irak. Je vais lire l'article de l'amendement qui, à mon avis, est un pas dans la bonne direction.
a) exhorte le gouvernement à contribuer à la lutte contre l’EIIL, y compris par l’affectation de ressources militaires au transport d’armes pour une période d’au plus trois mois;
    Quand j'ai interrogé le collègue du député, le député néo-démocrate de Toronto—Danforth, à ce sujet, il a affirmé que les Forces canadiennes pourraient jouer d'autres rôles. Je me demande si le député pourrait nous fournir des précisions à cet égard. Le NPD estime-il maintenant que les Forces canadiennes pourraient et devraient jouer un rôle, comme le laisse entendre l'amendement qui a été proposé? C'est quelque chose que nous avons suggéré. Je me demande si le député pourrait en dire plus long à ce sujet.

  (1305)  

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. Évidemment, encore une fois, c'est une question strictement basée sur la logique d'une intervention des forces armées. Tout au long de mon discours, j'ai dit qu'il fallait aller au-delà d'une intervention armée.
    Une des choses que je n'ai pas eu le temps de mentionner dans mon discours par manque de temps, c'est la question de savoir comment il se fait que ce groupuscule — parce que c'en est un — est aussi riche et comment il se fait qu'on n'a pas vraiment travaillé à l'asphyxier financièrement?
     La semaine dernière encore, le secrétaire d'État John Kerry disait combien il était important d'éliminer à la base les ressources financières de ce groupe. Ce que je suis en train de dire encore une fois, c'est que si on veut éradiquer ce mal, il faut examiner l'ensemble du problème et pas seulement une portion bien précise qui résulte en une intervention ciblée, qu'on annonce déjà comme un échec.
    Monsieur le Président, comme chacun le sait, je ne suis pas très douée pour les brèves interventions. Toutefois, j'essaierai de m'en tenir à quelques secondes.
    J'aimerais que mon collègue commente le fait que le gouvernement a failli à sa responsabilité. Je ne ferai pas d'hypothèse sur l'aspect inévitable ou non du conflit, mais il a probablement été aggravé par le fait que le gouvernement a refusé d'aider les centaines de milliers de réfugiés qui se retrouvent un peu partout en Syrie depuis la guerre civile. En ce moment, pour les États, c'est un fardeau que de s'occuper de milliers de réfugiés. Le gouvernement canadien a failli à sa responsabilité.
    J'aimerais que mon collègue commente cela.
    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question très pertinente. Elle rejoint le fondement de mon discours, à savoir que l'aide humanitaire n'est pas une fin en soi, mais bien le début de quelque chose.
    Que font des groupes comme Daech, par exemple, lorsqu'ils prennent le contrôle d'un territoire? Ils organisent des services. Nous, ce que nous faisons, c'est soulager la faim. Nous aurions des leçons à tirer de cela, non seulement pour aider à soulager la faim, mais aussi pour aider ces gens à avoir, un jour, une meilleure vie.

[Traduction]

    Avant la reprise du débat, j’aimerais dire quelques mots. Je constate que de nombreux députés veulent participer à la période de questions et observations qui suit chaque intervention, et je le comprends fort bien, vu la gravité de la question dont nous sommes saisis.
    En conséquence, je me suis efforcé, à l’instar de mes collègues dans ce fauteuil, de donner aux députés le maximum de temps pour qu’ils puissent exposer leurs arguments pendant une période de questions et observations qui ne dure normalement que cinq minutes. Toutefois, j’invite les députés à être aussi brefs que possible, afin de permettre à un plus grand nombre de participer à ce débat important. J’espère que les députés seront sensibles à cette invitation.
    C’est avec une grande tristesse que je me vois obligé de défendre une motion qui est très claire, contrairement à ce que prétend l’opposition, au sujet d’une autre mission au Moyen-Orient. Comme j’étais secrétaire parlementaire à l’époque où nous avions une mission en Afghanistan, je faisais partie du comité spécial sur l’Afghanistan. Aujourd’hui, je me retrouve à défendre une autre motion dans laquelle nous demandons à nos vaillants soldats de participer à l’éradication d’une organisation meurtrière, afin de l’empêcher de tuer une foule de gens, y compris des femmes et des enfants.
    Nous savons que des actes horribles ont été commis. Comme l’a dit le premier ministre, il est impératif d’anéantir cette organisation. Faute de quoi, elle constituera une menace non seulement pour la région, mais aussi pour le Canada.
    Je vais vous parler de mon expérience personnelle dans ce dossier. Je représente une circonscription de la ville de Calgary. Un grand nombre de reportages indiquent que des habitants de Calgary ont été radicalisés par cette horrible organisation et qu’ils sont partis dans la région pour lui prêter main-forte.
    Il y a quelques mois, la mère de Damian Clairmont est venue me voir. Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, Damian Clairmont était un jeune de Calgary qui s’est radicalisé et qui est parti faire la guerre en Syrie. Il est mort là-bas. Sa mère est venue me parler de la peine et de la souffrance que sa famille a alors éprouvées. Elle n’en revenait pas que son propre fils se soit radicalisé et soit parti là-bas. Elle ne comprenait pas pourquoi. Nous avons longuement parlé de la façon dont on pourrait mettre un terme à cette radicalisation, de ce qu’il faudrait faire.
    Je la félicite vivement. Non seulement elle est venue me voir alors qu’elle pleurait la mort de son fils, mais elle a décidé de tout faire pour stopper cette radicalisation. Elle est en train de constituer un groupe de soutien pour les familles qui ont perdu un enfant à cause de la propagande véhiculée par cette horrible organisation.
    Nous participons actuellement à un débat avec l’opposition officielle et le troisième parti, qui nous expliquent pour quels motifs ils ne veulent pas participer à cette intervention. Bien sûr, ils s’intéressent principalement à l’aide humanitaire. Certes, il est très important de fournir de l'aide humanitaire. Nous avons vu comment des gens ont été chassés de leur maison, comment des femmes ont été violées. Le ministre des Affaires étrangères vient d’annoncer que des fonds avaient été débloqués pour du counselling et d’autres services d’aide.
    L’aide humanitaire est tout à fait nécessaire. Les deux porte-parole ont indiqué qu’ils s’étaient rendus dans la région et qu’ils avaient vu l'aide prodiguée sur place. Je les crois, d’autant plus que c’est une priorité pour le Canada. Les Canadiens sont très généreux: ils sont toujours disposés à contribuer à l’aide humanitaire, et ils vont continuer.
    En revanche, les Canadiens sont alarmés par les reportages qui relatent la folie meurtrière de cette organisation. Comment y mettre un terme? Nous avons entendu, au cours du débat, qu’il y avait une coalition de 40 pays qui ont décidé de conjuguer leurs efforts. Il y en a qui font des raids aériens, d’autres qui fournissent une assistance humanitaire, notamment l’Allemagne, comme le NPD l’a abondamment souligné. C’est vrai que l’Allemagne fournit de l'aide humanitaire.
    Le NPD choisit les exemples qui cadrent bien avec son idéologie.

  (1310)  

     Le chef du NPD a pris la parole pour lire un éditorial rédigé par cette personne. N’importe qui peut le lire. En revanche, beaucoup d’autres éditoriaux soutiennent que l’opposition a tort, mais bien sûr, le chef de l’opposition s’est bien gardé de les mentionner.
     La question est celle-ci: comment pouvons-nous mettre un terme aux exactions de ce groupe? Nous avons l’expertise, nous avons les capacités et nous avons les moyens de le faire. C’est la raison pour laquelle, après mûre réflexion, notre gouvernement a décidé de participer aux frappes aériennes en fonction de nos capacités, notamment pour le ravitaillement des avions et la reconnaissance. Dans le passé, nous avons toujours réagi lorsque nos valeurs étaient menacées. Que ce soit lors la Première Guerre mondiale, de la Deuxième Guerre mondiale, du Kosovo, de l’Afghanistan et de la Bosnie, nous avons toujours dit présents. Maintenant, c’est dans cette région qu’il y a un conflit.
     On peut trouver toutes sortes d’excuses. Je me suis rendu dans cette région à maintes reprises. J’ai assisté à un grand nombre de conférences avec des amis de l’Irak, pour voir comment nous pouvions aider ce pays. Tous ensemble, nous avons essayé d’aider l’Irak à rétablir la situation. Je me souviens d’avoir assisté à une conférence à Istanbul, et à une autre au Koweït, qui avait été convoquée par des amis et des voisins de l’Irak, et nous étions tous fermement engagés à aider l’Irak à rétablir la situation.
     Malgré les efforts que nous avons déployés et malgré tout le reste, il ne sert à rien de reprocher à M. Maliki qui, comme nous le savons, n’était pas très ouvert aux autres, d’avoir créé la situation qui a cours là-bas et qui a déclenché le conflit avec les sunnites et les Kurdes. Tout cela fait dorénavant partie intégrante des événements actuels. Toutefois, nous devons en faire abstraction. Il faut tirer des leçons et comprendre que c’est l’une des raisons pour lesquelles de fortes pressions ont été exercées pour remercier M. Maliki et mettre en place un autre gouvernement qui ferait de la place aux sunnites, aux Kurdes et aux chiites, étant donné que tous ces peuples partagent un même pays, en l'occurrence l'Iraq.
     Toutefois, voici où nous en sommes actuellement. Que faisons-nous, aujourd’hui? Pendant que nous discutons aujourd’hui, des combats font rage dans la ville de Kobani, qui est sur le point de tomber aux mains de l’EIIL. Les Kurdes ont lancé un appel, affirmant que si nous n’intervenons pas, il y aura des massacres. On rapporte aujourd’hui que des frappes aériennes sont menées actuellement pour déloger les combattants de l’EIIL. C’est un des choix que nous avons faits pour aider à arrêter ce régime meurtrier d’assassiner des innocents.
     Notre motion énonce donc très clairement ce que nous allons faire, la durée de l’intervention, soit six mois, les aéronefs qui seront utilisés et la capacité d’action. Nous avons tous convenu de ce côté-ci de la Chambre qu’il n’y aurait pas de troupes au sol. Nous avons appris que ce sont les gens qui vivent dans cette région qui sont les meilleurs combattants pour assurer leur propre sécurité. Comme c’est leur pays, les Kurdes, les sunnites et les chiites devraient se battre pour leurs droits, qui sont les mêmes que les nôtres. Il est donc naturel pour nous de leur fournir un soutien aérien, mais nous leur fournissons également une aide pour la formation sur le terrain afin qu’ils puissnt continuer de se battre pour conserver leur dignité et garder leurs maisons, ce qui est d’une importance cruciale pour eux.
    Je ne comprends donc pas. Certes, il ne fait pas de doute que nous devons fournir une aide humanitaire, et je m’accorde à dire avec mes collègues des deux côtés de la Chambre que l’aide humanitaire est un volet important de notre contribution. Toutefois, comme l’a dit le ministre des Affaires étrangères, lorsque des pompiers sont appelés à combattre un incendie, les ambulanciers se présentent sur les lieux en même temps. les pompiers doivent arriver d'abord pour maîtriser l'incendie. Dans le cas qui nous intéresse ici, l’urgence consiste à empêcher l’EIIL de continuer à tuer des gens, et la seule façon dont nous pouvons y arriver est de nous joindre au combat engagé pour cela.
     Le gouvernement propose la bonne chose à faire. Comme je l’ai indiqué, la situation se radicalise, mais le message envoyé est très clair: nous protégeons non seulement la région mais également notre pays.

  (1315)  

    Monsieur le Président, j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt les observations du secrétaire parlementaire, particulièrement la première partie concernant l'un de ses concitoyens et sa mère. Celle-ci a perdu son fils, un Canadien radicalisé qui s'est rendu en Irak et qui y a perdu la vie. Je suppose que c'est en Irak...
    Une voix: C'est en Syrie.
    M. Jack Harris: C'est en Syrie, monsieur le Président. La question de la radicalisation de jeunes Canadiens est grave. En fait, il s'agit d'une menace directe envers le Canada, comme le dit le premier ministre.
    Nous disposons de renseignements selon lesquels 100 personnes ou plus peuvent être allées là-bas et possiblement 80 en sont revenues. Je me demande si quelqu'un peut nous dire à quoi pensent les jeunes hommes qui se radicalisent. Lorsqu'ils reviennent au Canada, sont-ils désabusés? Ont-ils reçu un entraînement? Avons-nous ce qu'il faut pour traiter ce genre de situation? La mère dont je parlais tout à l'heure avait-elle des suggestions?
    Comment des bombardements nous permettront-ils de régler le problème? C'est ce que je veux savoir. Certaines personnes ont affirmé que les bombardements sont en fait contre-productifs et qu'ils entraînent une augmentation du recrutement.

  (1320)  

    Monsieur le Président, je parlerai d'abord de la question des bombardements. J'ai déjà fourni des explications. Ils visent à empêcher l'EIIS de tuer d'autres personnes et de créer la crise humanitaire dont nous discutons actuellement. Nous devons fournir de l'aide à cet égard. Nous sommes tous d'accord là-dessus.
    En ce qui concerne la question de la radicalisation et la douleur de la mère mentionnée précédemment, la mère elle-même ne comprend pas ce qui a fait en sorte que son fils parte combattre en Syrie, bien qu'elle ait tout de même souligné à un moment donné que son fils clavardait avec une demoiselle musulmane, et que celle-ci avait pu l'influencer.
    On constate de façon très claire que l'EIIS a recours aux médias sociaux pour radicaliser les jeunes gens. La mère travaille maintenant de concert avec un autre groupe en Allemagne qui se heurte au même problème afin de trouver la meilleure façon de fournir un appui aux familles visées par ce genre de situation.
    Monsieur le Président, le secrétaire parlementaire a mentionné l'engagement d'autres pays.
    Il a aussi indiqué que certains pays, comme l'Allemagne, ne participent pas aux frappes aériennes. Une forme d'évaluation a sans doute eu lieu pour déterminer qu'il était préférable qu'elle intervienne autrement.
    Le député est-il en mesure de dire à la Chambre quelles options, à part les frappes aériennes, il a considérées, en qualité de secrétaire parlementaire, pour la participation du Canada?
    Monsieur le Président, comme je l'ai dit dans mon allocution, j'ai assisté à des conférences internationales visant à aider l'Irak à bâtir un pays inclusif, qui ne favorise pas la radicalisation et ce genre de choses. Le gouvernement a assisté à chacune d'entre elles et y a participé activement.
    Lorsque l'EIIL s'est manifesté, nous avons porté assistance aux forces en place pour combattre ces terroristes, comme nous l'avons fait en Afghanistan.
    Je souligne, pour la gouverne du député libéral, que c'est son parti qui a envoyé des troupes canadiennes en Afghanistan, sans tenir de débat comme celui-ci. Nous, au moins, ouvrons le débat et donnons l'occasion au député de donner son point de vue.
    Selon nous, cette mission est la voie à suivre. Nous allons défendre les gens des régions touchées et lutter contre ceux qui menacent le Canada.

[Français]

    Monsieur le Président, comme mon collègue le sait  — ce n'est plus un secret pour personne —, des Canadiens seraient allés à l'étranger pour rejoindre les djihadistes. D'ailleurs, le rapport du ministère de la Sécurité publique en fait largement état. Il y aurait même, ici, des Canadiens qui seraient revenus et qui seraient un peu comme des cellules dormantes.
    J'ai demandé au ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile s'il y avait des programmes bien précis, avec budget à l'appui, visant la prévention auprès des jeunes pour éviter et contraindre la radicalisation violente. Il n'a pas été capable de me répondre.
    Mon collègue pourrait-il me dire si cela existe, un ou des programmes, avec budget à l'appui, qui préviennent la radicalisation violente, ici, au Canada?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis certain que la députée est au courant que la GRC a déjà indiqué qu'elle se penche sur la question.
    Comme je l'ai dit dans mon allocution, les Allemands le font déjà, mais de l'extérieur, avec des personnes qui se sont retirées du mouvement et les familles.
    Il existe d'autres façons d'apporter de l'aide. C'est ce que la GRC est en train d'examiner. C'est pourquoi je félicite la mère de Damian de son initiative.

  (1325)  

    Monsieur le Président, j’ai l’honneur de prendre la parole en ce jour important à la Chambre des communes, et je le fais avec un profond sentiment de responsabilité en tant que député.
    Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises, que ce soit à la Chambre ou ailleurs, l’un des débats les plus importants auxquels un député peut participer est celui qui consiste à décider de confier aux hommes et aux femmes des Forces armées canadiennes une mission dangereuse. C’est une décision qui doit être prise avec circonspection, mais, en tant que chef de file démocratique des puissances moyennes dans le monde, le Canada doit y recourir quand ses valeurs, voire ses libertés sont en danger.
    C’est aussi une grande responsabilité pour moi en tant que Canadien, parce que c’est par de telles décisions que nous définissons le type de Canadiens que nous sommes. Sommes-nous des Canadiens comme nos ancêtres qui, représentant un pays jeune et petit, ont répondu à l'appel et contribué de façon beaucoup plus importante que leur nombre aurait pu le laisser présager? Sommes-nous une nation qui ne se donne pas la peine de réagir quand la liberté et la vie des gens sont menacées, en espérant qu’une autre s’en chargera à notre place? Sommes-nous le type de Canadiens qui, à l’ère de la mondialisation, profitent immensément du commerce avec l’un des pays les plus riches du monde, mais qui se laissent endormir par le sentiment de sécurité créé par la distance que nous avons toujours pu garder par rapport à ces conflits?
    La Chambre est saisie d’une motion sur la prochaine phase de notre réponse à la menace que représente l’EIIL. Le 5 septembre, le premier ministre a souligné que la réponse initiale du Canada avait consisté à envoyer des conseillers militaires pour aider les forces irakiennes et kurdes à défendre leurs territoires et pour mettre fin à des massacres de l’ampleur d’un génocide.
    Cette mission est maintenant terminée, mais elle a été prolongée. Elle devient une mission canadienne de frappe aérienne.
    Mais quelle menace représente l’EIIL?
    Tous les Canadiens ont été horrifiés par les reportages que nous avons vus à la télévision: des décapitations des journalistes et de travailleurs humanitaires, la vente de femmes et de jeunes filles à des fins d’esclavage, le viol comme arme de guerre, des massacres à une échelle réellement génocidaire. L’EIIL est un ennemi de la liberté, un ennemi dont le seul credo est la mort et la destruction.
    En tant que Canadiens, nous qui faisons partie du monde développé et démocratique, si nous avons appris quelque chose des attentats du 11 septembre 2001, c’est que le fait de se regarder le nombril et de fermer les yeux sur ces menaces parce qu’elles semblent lointaines peut faire en sorte qu’elles finissent par nous affecter directement. Par conséquent, quand nous voyons des enfants touchés par les terribles violences qui ont lieu en Irak et en Syrie, nous devrions également voir les visages de nos propres enfants. Nous ne devons pas permettre à cette menace de s’amplifier, parce que nous avons déjà constaté, malheureusement, que quelques Canadiens radicalisés prennent part à ces actes horribles. Les terroristes de l’EIIL ont déjà menacé le Canada. Vu la vaste étendue de territoire qu’ils ont conquise et le financement qu’ils ont obtenu au cours des derniers mois, ils représentent une menace non seulement pour cette région, mais pour le monde entier.
    Nos grandes libertés et notre richesse nationale font en sorte que nous avons le devoir d'aider et d'encourager d'autres pays à avoir les mêmes possibilités. C'est pourquoi j'approuve sans réserve notre nouveau rôle dans le combat contre la menace de l'EIIL. Nous allons prolonger la mission d'entraînement et la mission consultative de certains membres de notre unité de forces spéciales. Nous allons également envoyer des avions de surveillance, un avion de ravitaillement en vol Polaris et jusqu'à six CF-18 rejoindre nos alliés, autant ceux de l'OTAN que nos alliés dans le golfe, afin de repousser l'EIIL.

  (1330)  

    L'intervention est indiquée car elle a le potentiel d'être efficace. Elle pourra perturber les chaînes d'approvisionnement et de financement de l'EIIL. Elle pourra l'isoler géographiquement et permettre aux forces terrestres nationales de défendre leur propre territoire. Nous avons vu combien le combat se rapproche de la Turquie, notre alliée de l'OTAN.
    Les frappes aériennes peuvent jouer un rôle limité mais important, prévenir un génocide et stopper la progression de l'EIIL.
    Elles représentent également un risque bien plus faible pour nos militaires. Ceux-ci courent un risque lorsqu'ils sont en vol, mais le risque est limité. Je sais que les hommes et femmes exceptionnels de l'Aviation royale canadienne apprennent à connaître ces risques dans leur entraînement et en viennent à les accepter dans l'exercice de leurs fonctions, en défense de notre pays et de nos valeurs.
    Il convient surtout de signaler que ces frappes seront ciblées et précises, conçues de manière à minimiser les dommages collatéraux, autant avant la frappe qu'après. Chaque frappe nous apprend quelque chose; nous pouvons ensuite déterminer si elle a eu des répercussions sur le terrain et si elle a permis de sauver des vies et de repousser l'EIIL.
    J'aimerais répondre à certaines des préoccupations soulevées par l'opposition dans le débat qui a eu lieu dans les semaines précédant la mission.
    Tout d'abord, l'opposition laisse entendre que le Canada s'empresse de prendre part à des frappes aériennes ou de se lancer en guerre. J'ai entendu quelques députés affirmer cela. Si c'était le cas, nous nous serions joints au premier groupe de pays qui ont procédé à des frappes aériennes.
    Le 5 septembre, le premier ministre a fait connaître notre position, à savoir fournir des conseils pour le premier mois. Il a ajouté que nous parlerions avec nos alliés pour voir ce qui s'imposait par la suite. Le Canada a toujours joué un rôle utile, mais proportionnel à la taille et à la portée de notre pays. C'est ce que nous faisons ici.
    Les députés ont également demandé ce que serait notre stratégie de retrait, émettant de telles insinuations et s'en servant comme prétextes pour ne pas appuyer nos alliés dans la lutte contre cette menace.
    Le rôle associé aux frappes aériennes est limité. Nos pilotes peuvent retourner et évaluer l'impact de leur dernière mission; ils ne sont pas sur le terrain. Comme le premier ministre l'a dit à la Chambre, aux termes de cette motion, aucune troupe de combat ne sera déployée sur le terrain.
    Par ailleurs, on a soulevé la question de savoir comment mesurer le succès. Là encore, l'idée est que si nous ne pouvons pas mesurer le succès, alors nous ne devrons pas épauler nos alliés ni prêter attention aux cris des milliers de victimes de l'EIIL.
    Toutefois, dans le cas des frappes aériennes, comme je l'ai dit, nous pouvons mesurer l'impact de notre rôle dans la région. Nous pouvons déterminer si nous avons réussi à isoler l'EIIL et si nous avons permis aux forces terrestres kurdes ou irakiennes de protéger leurs propres intérêts.
    On ne peut que penser aux propos de Winston Churchill, qui a dit: « [...] nul ne peut garantir le succès à la guerre, mais il peut s'efforcer de le mériter. » Devant les horribles actes de violence et de génocide, les forces de la coalition méritent certainement le succès.
    Comme le premier ministre l'a affirmé, il ne s'agit pas de choisir entre une aide humanitaire ou des opérations antiterroristes, mais de combiner les deux. En l'absence de sécurité sur le terrain, comme en témoigne la décapitation tragique survenue la semaine dernière, nous ne pouvons pas offrir de l'aide humanitaire aux gens qui en ont besoin.
    On peut comprendre l'opposition du NPD. Après tout, ce parti s'est toujours montré réticent au déploiement des forces canadiennes. Mais ce qui me trouble profondément en tant que parlementaire, c'est non seulement la position du troisième parti, le Parti libéral, dans ce débat, mais aussi son approche à l'égard du débat.
    Pour souligner ce fait, je vais citer les propos qu'a tenus ici un autre chef libéral, le 8 septembre 1939.
     En réponse à l'appui des conservateurs sur sa motion, le premier ministre King a dit:
    Cela prouve combien profondément est ancrée dans le coeur des hommes la détermination de préserver, de maintenir et de défendre la liberté et tout ce que peut procurer cette liberté en fait de joie de vivre. [...] ce sentiment de liberté, si bien ancré dans le coeur humain, [...] doit bien être là le sentiment des citoyens du Canada d'un bout à l'autre de ce vaste pays.
    Un « sentiment de liberté, si bien ancré dans le coeur humain », voilà ce qu’a dit le chef libéral en 1939 en réponse à l'appui accordé par le Parti conservateur à la motion qu'il avait présentée à la Chambre concernant le déploiement de femmes et d'hommes lorsque le besoin s'était manifesté.

  (1335)  

    Nous pouvons comparer cette intervention aux commentaires du présent chef libéral, qui fait preuve de désinvolture en ce qui concerne la menace que représente l’EIIL et qui fait des remarques désobligeantes quant à notre capacité de projection de puissance aux côtés de nos alliés.
    Qu’est-il advenu du Parti libéral? Voilà la question que j'aimerais poser à la Chambre. Où est le sentiment de liberté, si bien ancré dans le coeur humain, des libéraux? J'espère qu'ils le trouveront rapidement.
    Monsieur le Président, j'aimerais rappeler à mon collègue d'en face qu'en 1939, la Fédération du commonwealth coopératif avait également donné son appui à la Deuxième Guerre mondiale. Même si le chef était un pacifiste, le reste du caucus avait entièrement donné son appui à la participation du Canada. Nous avons appuyé les débuts de la mission en Libye en 2011, lorsque les interventions se faisaient conformément à notre responsabilité de protéger.
    Par contre, j'aimerais faire une proposition au secrétaire parlementaire. De nombreuses personnes remettent grandement en question l'efficacité des frappes aériennes proposées, et certaines autres ayant une expérience considérable ont même suggéré que les frappes aériennes étaient contre-productives. Même les gens qui acceptent une telle tactique sont conscients que nous manquerons très rapidement de cibles.
    Je m'inquiète des coûts que cela représente. En Libye, nous parlions d'environ 350 millions de dollars. Pourquoi le gouvernement ne consacre-t-il pas plutôt ces fonds et cette énergie à offrir une aide humanitaire directe aux 1,8 million de personnes qui sont actuellement en danger et qui ont besoin...
    À l’ordre. Le secrétaire parlementaire.
    Monsieur le Président, je renvoie le député au discours que le premier ministre a prononcé à la Chambre vendredi dernier. Il a dit que l'argument que le NPD présente à la Chambre est faux. Une intervention militaire n'exclut pas une intervention humanitaire. En fait, nous jouons déjà un rôle humanitaire. Le ministre des Affaires étrangères a d'ailleurs annoncé, hier, que nous serions encore plus actifs sur ce front.
    Il ne fait aucun doute que la participation du Canada a toujours été et doit encore être proportionnelle à la taille de notre pays et à notre capacité de soutenir nos alliés pour défendre la liberté et nos valeurs. Nous ne pouvons pas fermer les yeux et faire fi de ce qui se passe.
    Monsieur le Président, je remercie le secrétaire parlementaire du ministre du Commerce international de ses observations et je le félicite d'avoir servi son pays au sein de l'Aviation royale du Canada. Le député est aussi l'un des cofondateurs de la fondation La patrie gravée sur le coeur. Compte tenu de son expérience dans l'armée, je sais que les décisions qu'il prend en ce qui concerne l'envoi de militaires au combat sont mûrement réfléchies.
    La semaine dernière, le chef libéral a défini quatre principes. Je vais parler d'un de ceux-ci, à savoir la capacité du Canada. De ce côté-ci de la Chambre, nous n'avons rien entendu qui puisse nous éclairer concernant la question à savoir si le Canada a réellement la capacité militaire voulue pour intervenir.
    Les députés ont-ils suffisamment obtenu de précisions à ce sujet?
    Monsieur le Président, j'aimerais remercier le député pour sa question et ses bonnes paroles et je profite de l'occasion pour le féliciter pour son élection à la Chambre des communes. Pour tout dire, il apporte déjà une bonne contribution et sa présence offre un heureux changement par rapport à l'ancien député de Scarborough—Agincourt. C'est un plaisir de le voir ici.
    Je lui dirais de se référer à mes observations sur la capacité du Canada et de l'Aviation royale canadienne d'évaluer l'effet des frappes aériennes menées de concert avec nos alliés. Nous veillons à faire une évaluation avant et après chaque frappe.
    Toutefois, je lui demanderais, en qualité de nouveau membre de son caucus, de demander à son chef ce que les libéraux ont fait de leur sentiment de liberté, si bien ancré dans le coeur humain, lorsqu'ils ont pris position sur ces frappes limitées, semblables à celles de la mission au Kosovo que leur gouvernement avait proposée. Leur absence dans le présent dossier est très préoccupante pour bien des Canadiens, y compris certains membres du Parti libéral de ma circonscription à qui j'ai parlé en fin de semaine. Je lui demanderais d'exprimer un point de vue différent dans son caucus pour s'assurer que les libéraux sont dans la bonne voie.

  (1340)  

    Monsieur le Président, je suis très heureuse de me joindre au débat aujourd'hui au nom des électeurs de ma circonscription, Parkdale—High Park. Je vais partager mon temps de parole avec le député de Davenport, une circonscription voisine de la mienne à Toronto.
    Ce débat est très important. Il n'y a pas décision plus sérieuse dont puisse être saisie la Chambre que celle d'une intervention militaire, la décision d'envoyer des enfants du Canada, nos fils, nos filles, nos épouses, nos époux et nos parents, à la guerre. C'est une des décisions les plus graves que nous ayons à prendre comme parlementaires.
    Il y a bien des endroits dangereux dans le monde aujourd'hui. À l'instar de bien d'autres ici, j'ai participé à des missions à l'étranger comme parlementaire. Mais je l'ai fait aussi pendant de nombreuses années avant d'être élue au Parlement. J'ai travaillé auprès de personnes de la République démocratique du Congo, où la violence sexuelle est une arme de guerre horrifiante, un lieu où, selon les estimations, même encore aujourd'hui, plus de 40 000 personnes perdent la vie tous les mois et un plus grand nombre de gens encore voient leur vie détruite parce qu'ils ont dû fuir leur pays ou sont victimes d'exactions de toutes sortes.
    Il y a aussi la République centrafricaine où on estime que plus de 5 000 personnes ont été tuées depuis décembre.
    Le conflit en Syrie a été très médiatisé. On estime que près de 200 000 personnes ont perdu la vie dans ce pays. La situation a dégénéré en une grave crise humanitaire. De nombreuses personnes se trouvent dans des camps de réfugiés ou cherchent refuge au Liban, en Syrie ou en Irak.
    Il y a tout autant de violence dans d'autres pays. Par exemple, l'Arabie saoudite sanctionne la peine de mort. La décapitation est un des moyens d'exécution utilisés dans ce pays. Pas plus tard qu'en août dernier, plus de 20 personnes ont été exécutées par décapitation.
    Il existe de nombreux endroits dangereux et violents dans le monde, mais il est vrai que les actes commis par l'EIIL ont particulièrement retenu l'attention des médias, suscité des débats publics et frappé l'imaginaire partout dans le monde, en raison de la violence et des tactiques utilisées par ce groupe, et aussi parce qu'il sait fort bien utiliser les médias sociaux pour semer la terreur.
    Plusieurs milliers de personnes ont été tuées. Pour mener sa campagne de terreur, l'EIIL a recours à des tactiques répugnantes, comme la conscription d'enfants et la violence sexuelle. Il a causé le déplacement de nombreuses personnes — plus de 1,8 million de civils en Irak seulement. Qui plus est, environ 5,2 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire.
    Qu'on ne s'y trompe pas: les actes commis par l'EIIL sont répréhensibles, horribles et déplorables, et il ne fait aucun doute que les victimes de la campagne de terreur menée par ce groupe ont besoin d'aide.
    Les besoins en matière d'aide humanitaire sont immenses. L'ONU en a certainement fait état. En effet, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies a déclaré que les conditions humanitaires continuent de se détériorer en Irak et que 5,2 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire. L'aide doit prendre différentes formes, allant de l'approvisionnement en eau à la satisfaction de besoins fondamentaux, comme un refuge, en passant par les installations sanitaires, l'hygiène et l'accès à la nourriture. Nous sommes en automne et l'hiver approche à grands pas, mais bien des gens se retrouvent sans abri adéquat.

  (1345)  

    Il y a aussi les unités sanitaires mobiles, plus particulièrement dans les régions difficiles d'accès; la protection des minorités, car les gens qui en font partie sont les plus touchés par les combats; et les interventions tenant compte de la spécificité des sexes, qui visent les femmes et les enfants pouvant être la cible d'agressions sexuelles. Enfin, il faut s'occuper des femmes et des enfants qui sont victimes de la traite des personnes, enlevés et recrutés de force, obligés de participer aux combats ou de se marier, et comme je l'ai mentionné, qui sont victimes de violence sexuelle. Ces enfants n'ont pas seulement des besoins humanitaires fondamentaux; ils doivent aussi être renseignés et suivre une thérapie pour surmonter ces traumatismes.
    Les Nations Unies ont déclaré que cette situation équivaut à l'état d'urgence maximale. Si le Canada veut sauver des vies et venir immédiatement en aide aux gens là-bas, la meilleure façon de faire consiste à offrir de l'aide humanitaire aux personnes touchées par les actions de l'EIIL.
    Le 24 septembre, les Nations Unies ont adopté la résolution 2178, qui ne préconise pas une intervention militaire. Elle exige plutôt que les États membres des Nations Unies veillent à ce que les personnes qui financent ou appuient des activités terroristes, plus précisément celles de l'EIIL, soient tenues responsables de leurs gestes et traduites en justice. La résolution n'autorise aucune intervention militaire.
    Le secrétaire général, Ban Ki-moon, a déclaré qu'à long terme, la principale menace qui guette les terroristes n'est pas le pouvoir des missiles, mais plutôt la politique d'inclusion. De mon côté, j'estime que l'aide militaire ne représente pas le besoin le plus urgent; c'est plutôt l'aide humanitaire qui s'impose de toute urgence.
    Les néo-démocrates se demandent donc si l'aide militaire aidera les gens touchés ou leur nuira.
    Certains ont laissé entendre que les missions de bombardement des États-Unis ont en fait motivé encore plus de recrues à se joindre à l'EIIL et à participer à son combat. Par conséquent, il y a lieu de se demander si nous aggravons le problème, étant donné que ces combattants se dispersent pour éviter les bombardements et se retrouvent parmi les civils. Créons-nous ainsi un problème plus grave?
     En d'autres mots, est-ce qu'une mission de bombardement sera utile ou causera du tort? Quel est le plan? Quel est l'objectif? Comment saurons-nous que nos efforts auront été couronnés de succès? Y aura-t-il des militaires au sol et, le cas échéant, quel est le plan prévu?
    C'est bien beau de dire aux Canadiens, ou à la population de n'importe quel pays, que nous larguerons des bombes du haut du ciel et que personne de notre côté ne sera blessé. Or, comme nous l'avons constaté dans le cadre de nombreux conflits, nous nous engageons sur une pente glissante. En effet, la plupart des interventions évoluent rapidement en interventions sur le terrain, car il y a toujours des raisons justifiant qu'on procède ainsi; par exemple, on fait valoir qu'il faut terminer le travail, que nous ne sommes pas assez efficaces ou que nous pouvons faire plus.
    Nous devons savoir en quoi consiste ce plan. Quelle sera sa durée? Va-t-il être utile ou causer du tort? Permet-il de répondre adéquatement aux besoins humanitaires?
    Nous avons posé de nombreuses questions auxquelles les députés d'en face n'ont pas répondu adéquatement, même s'ils ont livré de nombreux discours passionnés.
    Au nom de ma collectivité, Parkdale—High Park, même si je ne veux absolument pas dire que l’opinion publique est unanime, j’affirmerais que, compte tenu des gens qui ont communiqué avec moi par courriel ou par téléphone, ou de ceux qui ont franchi la porte de mon bureau, la grande majorité des électeurs de ma circonscription ne veulent pas que nous nous engagions dans une campagne de bombardement contre l’EIIL. Ils appuient l’idée que nous apportions une aide humanitaire et toute autre aide que nous sommes en mesure de fournir. Ils comprennent la gravité de cette menace, mais ils ne souhaitent pas que nous prenions part à ce qui pourrait être une autre guerre illimitée contre Dieu sait quoi ou qui, en nous demandant qui seront nos alliés, dans combien de temps le conflit prendra fin et en quoi consistera la ligne d’arrivée.

  (1350)  

    Je suis fière de notre chef, de nos porte-parole dans ce dossier et de notre parti. Lorsque la motion sera mise aux voix, nous voterons contre.
    Monsieur le Président, le NPD a indiqué clairement sa position à l’égard de la motion, ainsi que de la mission, comme il l’a fait lors des déploiements militaires précédents. Ma question ne porte pas précisément sur la mission parce que, comme je le le disais, le NPD a dit clairement qu’il n’était pas disposé à l’appuyer.
    Dans quelles circonstances futures le NPD déciderait-il d’appuyer une mission canadienne de combat à l’étranger? Quelles initiatives faudrait-il que ces députés observent pour qu’ils appuient une mission canadienne de combat dans les années à venir, non pas la présente mission? Si l’un de ces éléments est le soutien des Nations Unies, la députée pourrait-elle parler du problème que nous semblons toujours avoir à cet égard, en raison du droit de veto de l’un des membres permanents des Nations Unies?
    Monsieur le Président, le secrétaire parlementaire aura la sagesse de comprendre que je n'avancerai aucune supposition sur ce qui pourrait ou non constituer une mission de bombardement ou une intervention militaire acceptables. Nous espérons qu'il ne sera pas nécessaire de prendre part à une mission militaire.
    Cela dit, il y a quelque chose que nous savons déjà. Nous connaissons les faits. Nous n'avons pas besoin de nous perdre en conjectures. Une intensification de l'intervention humanitaire permettrait bel et bien de sauver des vies dès aujourd'hui. Il n'y a rien d'hypothétique là-dedans. À cause de la crise humanitaire, des millions de personnes sont actuellement dans la misère et courent un danger de mort.
    Au lieu de débattre du genre de mission que nous serions prêts à soutenir, concentrons-nous sur la mission actuelle, la mission humanitaire. Sauvons dès aujourd'hui des vies. Voilà ce que devrait faire le Canada.
    Monsieur le Président, mon parti et celui de la députée ont la même perception de l'urgence d'intensifier concrètement les actions et l'engagement humanitaires dans le but de protéger, en particulier, les camps de réfugiés qui longent la frontière avec la Turquie. Nos deux partis ont aussi des craintes en commun puisque nous redoutons également que les bombardements ne débouchent ni sur une paix immédiate et durable, ni sur une stabilisation de la situation permettant de faire respecter les droits de la personne.
    L'amendement proposé par le NPD demande l'envoi d'armes. De quel genre d'armes s'agirait-il? Seraient-elles acheminées vers un dépôt d'armes? Dans la négative, à qui les enverrait-on? À qui et à quoi seraient-elles destinées?
    Monsieur le Président, permettez-moi de clarifier l'amendement. Nous reconnaissons que les forces locales doivent pouvoir se défendre afin de maintenir la paix et la sécurité internationales; nous soutenons donc qu'il nous faut accroître l'aide humanitaire. Nous devons fournir de l'aide pour que les crimes de guerre commis fassent l'objet d'enquêtes et de poursuites. Nous demandons au gouvernement de ne pas déployer les Forces canadiennes dans le cadre d'opérations de combat, d'obtenir l'approbation de la Chambre pour toute prolongation de la mission, de faire rapport sur les coûts de la mission et d'offrir son appui indéfectible aux militaires des Forces armées canadiennes. Notre but n'est pas de participer à une mission militaire. Nous voulons que ces mots soient retirés de la motion.
    Il est malheureux que nos collègues du Parti libéral aient appuyé l'engagement initial dans une mission en Irak, car c'est la pente glissante qui nous a entraînés là où nous en sommes aujourd'hui. Nous sommes maintenant confrontés à une mission de bombardement en Irak à cause de mes collègues libéraux.

  (1355)  

    Monsieur le Président, comme toujours, c'est un honneur pour moi de prendre la parole au nom des braves gens de Davenport, dans la belle ville de Toronto, au sujet de la motion dont nous sommes saisis. Il s'agit essentiellement de la motion et de la décision la plus importante dont le Parlement a été saisi. Elle vise à envoyer des Canadiens en guerre.
    Le gouvernement voudrait nous faire croire que les seuls choix qui s'offrent à nous sont sa proposition, sa motion ou l'inaction. Or, je pense qu'il s'est tenu un débat sain ici, aujourd'hui, et que les Canadiens se sont rendu compte que ce n'est pas vrai. Les mesures que devrait prendre le Canada sont très différentes de celles que propose le gouvernement et qu'il veut faire accepter aux Canadiens en leur faisant croire que c'est la bonne solution.
    Toutefois, nous devons également tenir compte des voix qui s'élèvent dans nos circonscriptions, de ce que les gens disent sur le terrain et de leurs préoccupations. Je pense parler au nom de nombreuses personnes.
    Des gens m'écrivent régulièrement pour me faire part de leurs préoccupations. J'ai cru bon de lire quelques-unes des lettres que j'ai reçues, puisqu'elles permettraient d'apporter un point de vue légèrement différent dans ce débat. Les gens croient souvent que nous ne faisons que défendre des points de vue partisans à la Chambre. Dans le cas du débat actuel, je crois que c'est loin d'être vrai. Il y a des valeurs et des approches différentes. Je suis conscient que je suis membre d'un parti, d'un caucus qui a souvent fait la promotion de la paix, au pays et à l'échelle mondiale. Je suis fier de ce passé. C'est notamment pour cela que je fait partie de ce caucus, et je suis convaincu que c'est aussi le cas de mes collègues du Nouveau Parti démocratique.
    J'aimerais lire quelques lettres afin de démontrer clairement que non seulement notre position respecte celle que mon parti a défendue dans le passé, mais aussi celle des Canadiens que nous avons la responsabilité de représenter. Par conséquent, avant que nous prenions une pause pour aborder ces questions autrement dans le cadre de la période des questions, je vais lire ceci: « En tant que citoyen canadien, je fais partie de la majorité qui s'oppose à une participation à ce conflit et qui tient à ce que le Canada poursuive sa tradition de nation dévouée au maintien de la paix. Je crois fermement que le Canada ne devrait pas participer à la guerre en Irak et ne devrait pas y envoyer 6 appareils CF-18 et 600 militaires. Il s'agit d'une guerre civile, on nous a demandé de fournir de l'aide humanitaire, et c'est ce que nous devrions faire. »
    Autrement dit, les Canadiens ne remettent pas en question la nécessité, mais la manière d'intervenir. En présentant la motion et en adoptant cette approche, le gouvernement oblige le Canada à abandonner le rôle et les règles d'engagement qu'il adoptait autrefois.
    Il restera six minutes au député de Davenport pour des observations lorsque la Chambre reprendra le débat sur la question.

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

[Français]

L'aide humanitaire

    Monsieur le Président, le Bloc Québécois est résolument pacifiste. Cependant, nous ne pouvons tourner le dos aux violations massives des droits humains. La nation québécoise, le Canada et l'ensemble de la communauté internationale ont la responsabilité et le devoir de protéger les populations subissant des actes barbares.
    Une intervention humanitaire doit constituer la base à partir de laquelle le Québec et le Canada répondent à leur devoir de solidarité humaine et internationale. C'est uniquement sur cette base que serait légitimée l'utilisation de la force.
    La motion proposée par le gouvernement conservateur met de l'avant une logique unidimensionnelle qui préconise les frappes aériennes et dans laquelle l'aide humanitaire d'urgence joue un rôle secondaire.
    Pour le Bloc Québécois, à l'instar du secrétaire général de l'ONU, il faut s'attaquer aux causes sous-jacentes qui ont donné naissance à cette crise.
    Les conservateurs exigent la confiance aveugle de la Chambre pour une mission militaire qui demeure floue quant à son objectif et son évaluation. Le Bloc Québécois ne signera pas de chèque en blanc.

  (1400)  

[Traduction]

La paroisse St. Maximilian Kolbe

    Monsieur le Président, le dimanche 5 octobre, j'ai eu l'immense plaisir d'assister aux célébrations du 30e anniversaire de l'église St. Maximilian Kolbe et du 35e anniversaire de la paroisse St. Maximilian Kolbe à Mississauga, ainsi que de transmettre les salutations du gouvernement à cette occasion.
    L'église porte le nom d'un prêtre polonais qui s'est porté volontaire pour mourir à la place d'un étranger dans le camp de la mort nazi d'Auschwitz. Le pape Jean Paul II a béni cette église lors de sa visite papale au Canada en 1984.
    La paroisse, qui accueille nombre de familles et particuliers, demeure un lieu de rassemblement pour ceux qui ont à coeur de respecter les idéaux chrétiens que sont la foi et le dévouement, tout en conservant un attachement profond à l'égard de son héritage polonais.
    Je tiens à remercier le père Janusz Blazejak et son équipe de pastorale, le conseil paroissial et de nombreux paroissiens, dont le dévouement à l'égard de la collectivité a bénéficié à d'innombrables concitoyens au cours des 35 dernières années. Ce dévouement est un parfait exemple des valeurs que défendent les Canadiens. Que Dieu bénisse leur essor dans l'intérêt des générations futures.

[Français]

Mont-Tremblant

    Monsieur le Président, c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai appris l'ajout de vols directs entre Toronto et La Macaza/Mont-Tremblant cet hiver. Air Canada propose maintenant des vols quotidiens à partir de l'aéroport Lester B. Pearson. Ces nouveaux vols seront exploités durant la saison de ski.
    C'est une excellente nouvelle pour la visibilité et l'accessibilité de Mont-Tremblant. Ces vols permettront d'aller chercher des touristes de l'Est des États-Unis ainsi que du reste du Canada. Mont-Tremblant n'aura jamais été aussi accessible.
    J'ose croire qu'avec cette annonce le gouvernement verra qu'il est grand temps que l'aéroport de La Macaza/Mont-Tremblant reçoive une classification adéquate, avec un système de douanes adapté qui permettra à terme d'accueillir des vols internationaux.

[Traduction]

La Semaine de la citoyenneté

    Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole pour informer les Canadiens que nous célébrerons, la semaine prochaine, la Semaine de la citoyenneté. Ce sera l'occasion de réfléchir aux droits et aux responsabilités communs à tous les Canadiens et de les célébrer.
    Notre citoyenneté définit ce qui fait de nous des Canadiens. Elle reflète notre engagement commun à l'égard de la liberté, de la démocratie, des droits de la personne et de la primauté du droit, des valeurs fondamentales de notre pays que nous chérissons tous.
    Depuis plusieurs générations, le Canada accueille sur ses côtes de nouveaux arrivants qui contribuent à bâtir une société libre, prospère et respectueuse des lois. Depuis 400 ans, les colons et les immigrants sont source de diversité et de richesse dans notre pays, un pays fier de son histoire et de son identité.
    Durant la Semaine de la citoyenneté, j'encourage tous les Canadiens à réaffirmer leur citoyenneté et à réfléchir à ce que cela signifie d'être un citoyen du Canada, le meilleur pays au monde.

La Semaine de sensibilisation aux maladies mentales

    Monsieur le Président, au cours de sa vie, un Canadien sur cinq souffrira d'une maladie mentale. Des millions de Canadiens, nos amis, les membres de notre famille et nos êtres chers souffriront de maladies qui sont bien souvent invisibles et qui mènent à l'isolement.
    La Semaine de sensibilisation aux maladies mentales est l'occasion idéale pour faire en sorte que ceux parmi nous qui souffrent d'une maladie mentale ne se sentent pas seuls. Les préjugés et les idées fausses entourant les maladies mentales existent toujours et ne font que stigmatiser les personnes atteintes de maladies mentales. Il nous incombe de mettre fin à la stigmatisation et de lutter contre elle. Nous avons le devoir, en tant que parlementaires, de faire en sorte que ceux qui en ont besoin puissent avoir accès à des soins professionnels.
    Nous ne pouvons perdre un autre soldat, un ancien combattant, un policier, un pompier ou un ambulancier paramédical. Nous ne pouvons perdre une autre mère, un père, un frère ou une soeur. Nous devons faire savoir aux gens qu'ils ne sont pas seuls.
    Nous devons promouvoir une sensibilisation permanente aux maladies mentales. Nous ne devons jamais oublier ceux parmi nous qui souffrent et nous devons nous montrer résolus à offrir un meilleur traitement pour les maladies mentales.

Le choeur et orchestre symphonique de Kiev

    Monsieur le Président, les gens auront ce soir une chance unique: celle d'entendre le chef Wes Janzen et le très célèbre choeur et orchestre symphonique de Kiev.
    Depuis un mois, cet ensemble musical sillonne le Canada dans le cadre de sa tournée de l'amitié Canada-Ukraine. Grâce à leur talent et à leur enthousiasme sans pareils, ces musiciens ont permis à des centaines de Canadiens d'apprécier la spécificité et le dynamisme de la culture ukrainienne. Comme bien des gens ont pu le constater aujourd'hui sur la Colline, leur expertise musicale n'a d'égale que la qualité sonore de leurs performances.
    Ce soir, l'ensemble se produira à la cathédrale Christ Church d'Ottawa, à 19 heures, dans le cadre d'un concert gratuit et ouvert à tous. C'est un événement à ne pas manquer.
    Nos amis ukrainiens sont ici aujourd'hui pour nous rappeler les liens solides qui unissent le Canada et l'Ukraine. Je demande donc à tous les députés de souhaiter la bienvenue au Canada à Wes Janzen ainsi qu'au choeur et orchestre symphonique de Kiev.

  (1405)  

[Français]

L'industrie forestière

    Monsieur le Président, parmi les nombreuses compressions imposées dans les dernières années par le gouvernement conservateur dans le secteur des sciences, une d'entre elles me choque particulièrement. Il s'agit de la réduction significative de l'implication fédérale dans la recherche forestière.
    La foresterie au Canada a une histoire plus que centenaire et constitue une activité économique primordiale à la survie de plus de 200 communautés canadiennes.
     Aujourd'hui, plus que jamais, la pérennité de l'industrie et des emplois forestiers dépendent de l'innovation qui, à son tour, cesserait de s'atrophier si elle pouvait bénéficier de l'implication accrue du gouvernement fédéral.
     Pour ce faire, pourquoi ne pas donner au Service canadien des forêts les moyens de financer des projets porteurs d'un potentiel de développement, ou encore, lier davantage la recherche fondamentale à l'expérience sur le terrain, afin que l'innovation soit dynamique et adaptée à la réalité?
     Pour faciliter la gestion, réactivons et bonifions le Réseau canadien de forêts modèles, partenaire indispensable au renouvellement de la foresterie canadienne à long terme, grâce à l'innovation ancrée dans les collectivités.
    Chercher de nouvelles façons de développer l'ensemble de la forêt canadienne doit être une priorité nationale. Les solutions existent et le NPD est prêt à passer à l'action.

[Traduction]

Bill Nielsen

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage à Bill Nielsen, un chef de file de sa collectivité qui a consacré d'innombrables heures à bâtir le réseau de sentiers de course et de randonnée de Lacombe, ma ville. Au printemps dernier, Bill est décédé du cancer du pancréas à l'âge de 73 ans.
    Samedi dernier, j'ai eu le plaisir de me joindre à des centaines de coureurs locaux pour participer à la toute première course en sentiers Bill Nielsen, dont toutes les places avaient été vendues. Bill a été une inspiration pour tout son entourage. Il a couru son premier marathon à l'âge de 40 ans et son centième en 2008. Chose incroyable, Bill a couru plus de 30 marathons après avoir reçu un diagnostic de la maladie de Parkinson.
    Bill était une véritable légende parmi les coureurs de Lacombe, mais sa plus grande contribution a sans doute été le réseau de sentiers qu'il a bâti et entretenu dans notre ville. Préférant demander pardon plutôt que d'obtenir la permission, Bill a d'abord tracé des sentiers dans des parcs non développés de la ville avec des outils à main afin d'éviter de faire du bruit. Fait étonnant, il a fallu six mois à la ville pour l'attraper. La passion de Bill l'a amené à se joindre au comité des parcs et des loisirs de Lacombe afin de poursuivre son travail sur notre réseau de sentiers.
    Bill a promu la course à pied et ses bienfaits. Il laisse un héritage dont profiteront les générations futures. Je remercie Bill de nous avoir maintenus sur la bonne piste.

Brant Scott

    Monsieur le Président, je tiens à rendre hommage à un ancien employé et un fervent amateur de plein air et d'armes à feu, M. Brant Scott, qui est décédé subitement le 16 septembre.
    Originaire de Grimsby, en Ontario, Brant avait plus d'une corde à son arc. Il a tout d'abord travaillé en qualité de journaliste et d'éditeur au sein du journal régional. À Ottawa, il a su mettre ses talents à contribution en qualité d'adjoint législatif auprès de plusieurs députés, moi y compris.
    Il était passionné de photographie et un musicien talentueux, mais, surtout, il était un rédacteur et un communicateur hors pair. Homme intègre, Brant a perfectionné ces compétences sur la Colline du Parlement. Il a défendu avec passion les droits des propriétaires d'armes à feu et s'est penché sur divers enjeux touchant les amateurs de plein air par l'intermédiaire du caucus parlementaire du plein air. Il s'est fait de nombreux amis en cours de route.
    Nous offrons nos plus sincères condoléances à l'épouse de Brant, Susan, et à ses enfants, Graham et Mary, pour leur terrible perte. Nos pensées et nos prières les accompagnent. Brant nous manquera. Que Dieu le bénisse.

[Français]

La Journée mondiale des animaux

    Monsieur le Président, la Journée mondiale des animaux, qui a été célébrée le samedi 4 octobre dernier, est une excellente occasion de parler du bien-être et du droit des animaux.
     Aujourd'hui, j'aimerais soulever le problème lié aux espèces menacées de disparition, qui sont malheureusement de plus en plus nombreuses au Canada. Le développement économique et industriel de notre pays est évidemment nécessaire. Cependant, il est aussi essentiel de prendre en considération les répercussions des activités humaines sur les populations animales, en particulier sur les espèces menacées.

  (1410)  

[Traduction]

    Je peux donner de nombreux exemples aux députés; pensons à la rainette faux-grillon de l'Ouest ou au caribou des bois. Les populations de ces deux espèces ont grandement diminué partout au Canada, et leur déclin est en grande partie attribuable à la perte d'habitat. Si le gouvernement n'investit pas les sommes nécessaires et n'a pas l'intention d'instaurer des programmes de rétablissement des espèces, leur avenir sera grandement menacé. De ce côté-ci de la Chambre, nous voulons que tout soit mis en oeuvre pour protéger ces espèces menacées.

[Français]

    Il est du devoir du gouvernement de travailler activement à la protection de notre faune.

[Traduction]

Le relais de la flamme des Jeux panaméricains

    Monsieur le Président, les Canadiens d’un océan à l’autre sont invités à célébrer et à partager leur esprit panaméricain en prenant part au Relais de la flamme panaméricaine de Toronto en 2015.
    L’événement national sera alimenté par la fierté locale. Des arrêts sont prévus dans cinq villes canadiennes ayant déjà accueilli de grandes manifestations sportives. Il s'agit de Calgary, de Winnipeg, de Montréal, d'Halifax et de Vancouver. Le relais passera aussi dans 130 localités de l'Ontario, y compris la mienne, Burlington. En tout, 3 000 personnes porteront fièrement la flamme et partageront l'esprit panaméricain des jeux durant son parcours de 41 jours qui prendra fin lors de la cérémonie d'ouverture à Toronto, avec l'allumage de la vasque.
    Je sais que cet événement sera l'occasion de mettre en valeur notre diversité culturelle, nos réalisations, notre vaste territoire et notre fière histoire. Le gouvernement est fier d'appuyer le relais de la flamme des Jeux panaméricains de Toronto 2015, et nous encourageons tous les Canadiens à participer à cette célébration.
    J'encourage ceux qui souhaitent devenir porteurs du flambeau à consulter le site Web toronto2015.org/fr pour obtenir tous les détails. Monsieur le Président, je me suis inscrit pour devenir porteur du flambeau, et j'espère que vous l'avez fait vous aussi.

[Français]

Le Carrefour québécois des personnes aveugles

    Monsieur le Président, je suis fière de mettre à l'honneur, encore une fois, mon comté, Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, pour une autre de ses réalisations.
    Le vendredi 26 septembre, nous avons inauguré, à Charlesbourg, le nouveau centre communautaire pour personnes handicapées visuelles. Ce lieu servira à la tenue d'activités intérieures du Carrefour québécois des personnes aveugles. Celles-ci sont au nombre de 11 000 dans la région.
    C'est le résultat d'un travail de collaboration et de partenariat entre la Fondation Caecitas et les Clubs Lions de la région de Québec qui ont réuni pas moins de 100 000 $. Cette réalisation a également vu le jour grâce à la technologie développée par l'entreprise québécoise HumanWare.
    Les services qu'on y retrouve sont l'accès à Internet à l'aide de logiciels adaptés, la synthèse vocale des textes et le grossissement des caractères. De plus, chacun des ordinateurs possède son clavier en braille. Ses services seront ouverts de 8 heures à 22 heures, sept jours par semaine. L'adresse à retenir: 523 boulevard Louis-XIV à Charlesbourg.
    Bravo! C'est une belle réussite.

[Traduction]

Les Snowbirds

    Monsieur le Président, je suis fier de prendre la parole aujourd'hui pour annoncer que la 44e saison des Snowbirds s'est terminée avec succès à Moose Jaw la fin de semaine dernière. Les Snowbirds continuent de mettre en valeur le talent, le professionnalisme et l'esprit d'équipe de nos pilotes et techniciens membres de l'Aviation royale canadienne. Au cours de cette saison, des gens de partout en Amérique du Nord ont pu voir les Snowbirds à l'oeuvre dans 50 spectacles offerts dans 35 endroits différents.
    La fin de semaine dernière a également marqué le 50e anniversaire de l'appareil Snowbird, connu sous le nom d'avion à réaction CT-114 Tutor. Dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire, instructeurs, techniciens, étudiants et pilotes d'hier et d'aujourd'hui se sont joints au grand public pour rendre hommage au service d'avions à réaction.
    Je demande à tous les membres de s'unir à moi pour féliciter les Snowbirds pour cette saison réussie et souhaiter un bon 50e anniversaire à l'avion à réaction Tutor.

[Français]

Le Royal 22e Régiment

    Monsieur le Président, nous célébrons cette année le 100e anniversaire du Royal 22e Régiment, un régiment qui a servi le Canada avec fierté et grande distinction.
    Un lien très personnel m'unit au régiment, puisque mon père a servi dans ses rangs pendant la majorité de sa carrière, ayant commandé le 3e Bataillon, et que son père, Gérard, a servi dans le Royal 22e Bataillon, le prédécesseur du régiment, pendant la Première Guerre mondiale.
    Le Royal 22e Régiment s'est illustré dans tous les grands engagements militaires du Canada, y compris les deux grandes guerres, en Corée, en Afghanistan et dans de nombreuses missions de maintien de la paix.
    Le régiment ayant été créé à l'instigation de Wilfrid Laurier, le Royal 22e Régiment, un régiment de langue française, participa à bon nombre des principales campagnes de la Première Guerre mondiale.

[Traduction]

    Je suis persuadé que tous les Canadiens se joindront à moi pour rendre hommage au Royal 22e Régiment, les célèbres Van Doos.

  (1415)  

Les prix pour l'excellence dans l'enseignement

    Monsieur le Président, le premier ministre annoncera aujourd'hui les récipiendaires des Prix du premier ministre pour l'excellence dans l'enseignement et pour l'excellence en éducation de la petite enfance. Cette année, les prix seront remis à 54 récipiendaires venant de l'ensemble du Canada, dont 17 par le premier ministre lui-même à l'occasion d'une cérémonie à Ottawa plus tard aujourd'hui.
    Lorsque j'étais directeur d'école dans Cumberland—Colchester—Musquodoboit Valley, j'ai eu la grande chance de travailler avec plusieurs excellents enseignants très inspirants. Je connais les qualités qu'un enseignant doit posséder afin de pouvoir transmettre son savoir efficacement à nos jeunes.
    Les Prix du premier ministre pour l'excellence dans l'enseignement sont octroyés aux enseignants du primaire et du secondaire de toutes les disciplines qui recourent de façon novatrice aux communications et à la technologie pour aider les étudiants du Canada a relever les défis du XXIe siècle, sur les plans autant social qu'économique.
    Je suis très fier d'avoir l'occasion d'offrir mes meilleurs voeux aux candidats et de les remercier de leur bon travail et de leur dévouement à l'égard de la vie, de la croissance et de l'épanouissement des jeunes au Canada.

[Français]

Le Sénat

    Attention, monsieur le Président, les sénateurs libéraux et conservateurs sont fâchés!
    Non seulement le vérificateur général ose remettre en question leurs dépenses, mais en plus, il a osé leur envoyer des jeunes. Certains sénateurs ne connaissent pas cela, un jeune comptable dans la vingtaine.
    Le sénateur libéral Joseph Day s'est dit préoccupé du fait que les vérificateurs sont jeunes.
    Un conservateur s'est plaint qu'un kid de 22 ans, qui court partout, lui posait des questions à propos de ses dépenses, et déplorait que ces jeunes vérificateurs mettent le nez dans ses affaires. Ses affaires, ce sont les contribuables qui les paient.
    C'est cela, le Sénat canadien: des non-élus sans aucune utilité qui rechignent dès qu'on leur demande de rendre des comptes pour leur budget de 92 millions de dollars.
    Le pire, c'est que le premier ministre et le chef libéral prétendent que cette institution archaïque, qui refuse de rendre des comptes, demeure pertinente.
    Au NPD, nous allons continuer de faire participer nos jeunes, d'être fiers d'eux et de les laisser défendre les intérêts des contribuables devant le laisser-aller des conservateurs.

[Traduction]

Le prix Nobel de médecine

    Monsieur le Président, j'ai le grand honneur de prendre la parole aujourd'hui à la Chambre pour féliciter le Dr John O'Keefe, qui s'est vu décerner hier le prix Nobel de médecine. Il s'agit du dixième diplômé ou professeur de l'université McGill à procurer fierté et honneur au Canada en étant choisi lauréat d'un prix Nobel.
    Le Dr O'Keefe a été choisi en reconnaissance de sa participation à la découverte de cellules qui contribuent au GPS cérébral qui nous permet de nous orienter dans l'espace. La découverte de ces cellules pourrait notamment permettre de mieux comprendre la maladie d'Alzheimer, car elles sont situées dans une région du cerveau qui figure parmi les premières à être touchées lorsqu'une personne développe cette terrible maladie.
    Le gouvernement a investi des sommes records dans la science, la technologie et l'innovation afin d'améliorer notre qualité de vie et de créer des emplois et des possibilités pour les Canadiens. Nous avons annoncé dans le Plan d'action économique de 2014 le fonds Apogée Canada pour l'excellence en recherche, un engagement de 1,5 milliard de dollars qui bénéficiera aux générations futures en permettant aux collèges et aux universités du Canada de poursuivre leur contribution à ces travaux de recherche de pointe que nous célébrons aujourd'hui.

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

[Traduction]

La défense nationale

    Monsieur le Président, le journal israélien Haaretz nous apprend que plus de 6 000 combattants se sont joints à l'EIIS au cours des quelques semaines ayant suivi le début des bombardements par les États-Unis en Syrie et en Irak. Dans un cas seulement, 73 combattants se sont joints à l'EIIS à Alep, juste après que de nombreux civils eurent été tués dans la première vague de frappes aériennes.
    Le premier ministre se rend-il compte que les tactiques actuelles, qu'il veut adopter, ne feront qu'attirer davantage de recrues dans les rangs de l'EIIS et risquent en fait d'être contre-productives, voire désastreuses?
    Monsieur le Président, le monde comprend très clairement qu'en l'absence d'intervention, pendant l'été, l'EIIS était en train de se répandre comme un cancer dans la région. C'est un danger non seulement pour la région, mais aussi pour le monde entier, y compris le Canada. C'est pourquoi il est essentiel que nous collaborions avec nos alliés pour prendre des mesures qui limiteront les capacités militaires de cette organisation.
    Monsieur le Président, le Wall Street Journal nous signale ce matin que les frappes aériennes des États-Unis à Kobani ont été elles aussi un échec.
    À mesure que les États-Unis intensifient leurs bombardements, l'EIIS revient à la même tactique de guérilla qu'il emploie depuis plus de 10 ans. Un haut gradé militaire kurde de Syrie a déclaré ceci:
    Nous n'avons reçu aucune aide, ni militaire ni humanitaire, et nous ne savons pas ce qu'on est parvenu à accomplir avec ces frappes aériennes menées au hasard.
    Pourquoi le premier ministre pense-t-il être mieux informé que les commandants sur le terrain?

  (1420)  

    Monsieur le Président, l'intervention en question se fait à la demande du gouvernement irakien, grâce à la participation d'une vaste gamme d'alliés du Canada, voire d'une grande partie de la communauté internationale.
    Nous savons que nous ne pouvons pas nous contenter de rester les bras croisés devant un tel danger, c'est-à-dire un califat ouvertement terroriste qui menace explicitement et directement le Canada.
    Nous intervenons de diverses manières, et nous avons la grande chance de pouvoir compter sur des hommes et des femmes qui sont prêts à mettre leur vie en péril pour réaliser ces interventions en notre nom.

[Français]

    Monsieur le Président, le premier ministre ne semble pas avoir une idée claire de ses objectifs en Irak. D'abord, il a déclaré: « Nous agirons de concert avec nos alliés afin d'éliminer la menace [...] ». La semaine suivante, il a déclaré: « Nous comptons réduire considérablement les capacités de l’EIIL ».
    Le ministre des Affaires étrangères établit un tout autre objectif, en disant que ce serait une victoire que de simplement contenir le problème.
    Lequel de ces trois objectifs est visé par le gouvernement: éliminer, réduire ou contenir?
    Monsieur le Président, j'ai fait référence à ces objectifs pendant mon discours à la Chambre. Il est essentiel de réduire les capacités militaires terroristes de l'organisation État islamique. On ne peut pas que constater la croissance de cette organisation et de ses menaces contre ce pays. C'est pour limiter les menaces de cette organisation que nous agissons en partenariat avec nos alliés de partout dans le monde.

L'environnement

    Monsieur le Président, la commissaire à l'environnement et au développement durable a confirmé aujourd'hui l'échec du premier ministre à atteindre ses objectifs, dilués en partant, de lutte contre les changements climatiques. Les objectifs sont à des années-lumière de ceux de Kyoto.
    Le premier ministre a-t-il même essayé de réduire les émissions de gaz à effet de serre au Canada?
    Monsieur le Président, pour la toute première fois, les émissions de gaz à effet de serre ont diminué, grâce à notre plan, et en même temps, il y a eu une croissance économique.

[Traduction]

    Il est essentiel que nous continuions de poursuivre les mêmes objectifs. Nous devons maintenir la croissance économique tout en prenant des mesures pour limiter les émissions et atteindre nos objectifs environnementaux.
    Les députés de mon parti n'ont pas comme objectif de faire disparaître des emplois et d'imposer une taxe sur le carbone.
    Monsieur le Président, la commissaire à l'environnement ne saurait être plus claire. Ils n'atteindront jamais ces objectifs.
    Revenons à ce que le premier ministre a dit, mot pour mot, au sujet du Protocole de Kyoto:
    Le Protocole de Kyoto est essentiellement un complot socialiste visant à siphonner l'argent des pays riches.
    Des voix: Oh, oh!
    L'hon. Thomas Mulcair: Ils applaudissent, monsieur le Président. C'est honteux.
    Le premier ministre a réduit les objectifs du Canada pour lutter contre le réchauffement climatique. Il a renié le Protocole de Kyoto. Il refuse de réglementer la plus grande source de gaz à effet de serre au pays, soit le pétrole et le gaz. Il n'a rien fait. Comment pourra-t-il regarder en face ses enfants et ses petits-enfants?
    Monsieur le Président, un accord ne concernant que le tiers des émissions dans le monde a pour effet non pas de réduire les émissions, mais simplement de les transférer des pays développés aux pays ayant des normes environnementales moins sévères.
    Voilà pourquoi, depuis que nous sommes arrivés au pouvoir, nous préconisons un protocole international contraignant pour tous les grands émetteurs. Je suis heureux de constater que plusieurs gouvernements dans le monde ont adopté récemment cette position.

Les affaires étrangères

     Monsieur le Président, la guerre en Irak et en Syrie a généré des millions de nouveaux réfugiés dans le monde. Au cours des derniers jours, 140 000 réfugiés syriens sont arrivés en Turquie. Ils ont rejoint les 850 000 réfugiés qui s'y trouvent déjà. Tous se préparent à affronter l'hiver rigoureux et froid qui est à nos portes.
    Quelle aide financière et quels types de ressources et de personnel le Canada va-t-il déployer en réponse à cette crise?

  (1425)  

     Monsieur le Président, comme le savent les députés, le gouvernement a annoncé une série de mesures humanitaires et du financement humanitaire, y compris les fonds pour lutter contre la violence sexuelle que le ministre des Affaires étrangères a annoncés hier.
    Notre position, de ce côté-ci de la Chambre, est très claire. Nous sommes d'avis que la mission militaire n'empêche pas l'intervention humanitaire. En fait, les réfugiés veulent un pays dans lequel ils peuvent vivre. C'est ce que nos alliés espèrent accomplir.

[Français]

    Monsieur le Président, la guerre actuelle en Irak et en Syrie a généré des millions de nouveaux réfugiés. Près d'un million d'entre eux sont maintenant en Turquie et tenteront tant bien que mal d'affronter le dur hiver qui approche.
    Quel appui financier et quel type de ressources le Canada va-t-il déployer pour aider ces réfugiés?
    Monsieur le Président, il y a plusieurs semaines, le gouvernement a commencé à annoncer plusieurs actions sur les questions humanitaires en Syrie et en Irak, y compris des fonds contre la violence sexuelle que le ministre des Affaires étrangères a annoncés hier. Toutefois, cette mission humanitaire et militaire est nécessaire pour assurer qu'il n'y aura pas un pays gouverné par des terroristes, mais plutôt un pays dans lequel ces réfugiés pourront vivre.

[Traduction]

L'environnement

    Monsieur le Président, ce matin, la commissaire à l'environnement a publié un rapport accablant. Le gouvernement conservateur a complètement échoué dans la lutte contre les changements climatiques.

[Français]

    La commissaire a déclaré qu'il est de plus en plus évident que nous n'atteindrons pas les cibles pour 2020 établies à Copenhague. La ministre est en accord avec les recommandations et les conclusions de la commissaire.
    Est-ce que le premier ministre aussi reconnaît son échec?
    Monsieur le Président, c'est une question incroyable de la part du Parti libéral, qui a le pire bilan au monde sur cette question.

[Traduction]

    En réalité, c'est le Parti libéral qui a signé ces objectifs incroyablement ambitieux avant de s'engager dans la direction opposée. Sous le gouvernement libéral, le Canada était l'un des pays ayant enregistré l'une des augmentations les plus rapides des émissions de gaz à effet de serre.
    Sous le gouvernement actuel, le Canada a diminué ses émissions de gaz à effet de serre tout en faisant croître l'économie. Voilà pourquoi nous maintiendrons le cap.

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, aujourd'hui, le gouvernement va couper court au débat sur le rôle du Canada en Irak. Il a invoqué la possibilité de prolonger la mission, mais refuse d'en débattre de nouveau à la Chambre si cette éventualité devait se concrétiser. Il a laissé des questions sans réponse quant aux raisons pour lesquelles nous devrions participer à la guerre civile en Syrie. Il n'offrira pas d'aide nouvelle aux victimes civiles des actes de terrorisme commis par l'EIIL, même si elles devront bientôt faire face aux rigueurs de l'hiver dans les camps de réfugiés.
    Pourquoi n'a-t-il pas annoncé de nouvelles mesures de soutien pour les camps de réfugiés en Irak?
    Monsieur le Président, ce n'est pas vrai. Nous avons annoncé plusieurs mesures visant à aider les gens dans le besoin en Irak.
    Je tiens à rappeler au député que nous nous situons au septième rang mondial quant à l'ampleur de l'aide fournie aux gens aux prises avec cette crise. Toutefois, nous devons prendre des mesures militaires pour assurer la distribution de cette aide et la sécurité.
    Nous espérons que l'opposition appuiera la motion et qu'il joindra le geste à la parole. C'est ainsi que nous pourrons offrir de l'aide de manière rapide et efficace aux gens dans le besoin.
    Monsieur le Président, c'est loin d'être suffisant. Des gens devront affronter les rigueurs de l'hiver, mais le gouvernement n'a annoncé aucune somme supplémentaire pour les camps de réfugiés.
    La question, c'est de déterminer comment le Canada peut contribuer à l'aide humanitaire à l'image de ses forces et de ses valeurs. La réponse que nous avons reçue du gouvernement est franchement inacceptable. Pire encore, cette réponse comporte à vrai dire des risques.
    Presque tous nos alliés ont explicitement rejeté une mission de combat en Syrie. Les conservateurs, quant à eux, ont explicitement évoqué la possibilité que le Canada mène une mission de combat en Syrie. Pourquoi le gouvernement nous pousse-t-il à entrer en guerre en Syrie?

  (1430)  

    Monsieur le Président, nous avons dit que nous n'allions pas entrer en guerre, ni contre l'Irak, ni contre la Syrie. Nous allons entrer en guerre contre les terroristes de l'EIIL, qui décapitent des travailleurs humanitaires, qui vendent des jeunes filles et des jeunes femmes comme esclaves et qui exécutent sommairement des gens qui appartiennent à différentes confessions religieuses et qui n'acceptent pas la manière dont l'EIIL interprète radicalement l'islam.
    Dans la motion à l'étude à la Chambre, nous disons très clairement que, à l'invitation du gouvernement démocratiquement élu en Irak, nous allons intervenir dans ce pays et que, de concert avec nos alliés, nous allons prendre des mesures concrètes et importantes, qu'il s'agisse de soutien militaire, d'aide humanitaire ou d'appui à l'établissement d'un gouvernement inclusif.

[Français]

    Monsieur le Président, ce que le gouvernement nous propose dans sa motion sur la crise en Irak et en Syrie, c'est un plan mal défini sans stratégie de sortie. Pendant ce temps-là, les besoins sur le terrain en matière d'aide humanitaire continuent de croître.
    Est-ce que le gouvernement va accepter, tel que proposé dans les amendements du NPD, d'inclure l'aide humanitaire dans sa motion principale sur la mission en Irak?
    Monsieur le Président, on a annoncé différentes mesures qui impliquent la Croix-Rouge, Mercy Corps, Développement et Paix et Aide à l'enfance, afin de répondre aux besoins de base, qu'il s'agisse de trousses d'hygiène ou de nourriture.
    Il est important d'avoir une action militaire ciblée pour combler ces besoins urgents. Les capacités de l'EIIL doivent être réduites. C'est la façon d'atteindre les gens dans le besoin. Toutefois, l'un n'exclut pas l'autre. Je rappelle à ma collègue qu'on est le septième plus important donateur dans le cadre de cette crise humanitaire.

La citoyenneté et l'immigration

    Monsieur le Président, le dossier des réfugiés syriens qui attendent toujours pour entrer au Canada est sans doute la meilleure illustration de l'incapacité de ce gouvernement à faire face aux véritables besoins des victimes des nombreux conflits qui perdurent dans la région.
    Au lieu de jouer avec les chiffres pour tenter d'améliorer son bilan, pourquoi le ministre ne tente-t-il pas de régler le problème des délais qui empêchent le parrainage des réfugiés syriens?
    Monsieur le Président, tel que l'opposition le sait déjà, il y a 1 645 réfugiés syriens au Canada. Ce sont les derniers chiffres.
    Parmi eux, il y a la famille Dandachi, dont le cas a été porté à l'attention de notre ambassade au mois de janvier. Ils sont arrivés à Montréal au mois de juin, donc le traitement est très rapide.
     Pourquoi est-ce que cette question est posée aujourd'hui et presque tous les jours par l'opposition? C'est parce que les députés de l'opposition veulent camoufler leur opposition aux vrais besoins des réfugiés syriens, soit le besoin d'une intervention militaire souhaitée par les réfugiés, par les Irakiens et par les Canadiens.

L'environnement

    Monsieur le Président, dans son plus récent rapport, la commissaire à l'environnement confirme que ce gouvernement ne prend pas l'environnement au sérieux.
     Les conservateurs vont rater leur propre cible de réduction des gaz à effet de serre pour 2020, et leur processus d'évaluation environnementale a complètement été discrédité. Par exemple, rien n'est fait pour évaluer l'impact de plusieurs mines et usines polluantes.
    Pourquoi le gouvernement ferme-t-il les yeux sur les risques environnementaux de plusieurs sites industriels majeurs?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le bilan du gouvernement est sans équivoque. Nous avons pris des mesures décisives et responsables pour protéger à la fois l'environnement et l'économie.
    Grâce au leadership dont nous faisons preuve et aux mesures que les différents ordres de gouvernement ont prises, les émissions totales de gaz à effet de serre du Canada devraient, en 2020, être inférieures d'environ 130 mégatonnes à ce qu'elles auraient été sous les libéraux. Nous continuerons de prendre des mesures de réglementation qui contribuent à réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en créant des emplois.
    Nos mesures de lutte contre les changements climatiques continuent de donner des résultats et de profiter aux Canadiens sans...
    La députée d'Halifax a la parole.
    Monsieur le Président, le bilan des conservateurs est effectivement sans équivoque: on le voit dans le rapport de la commissaire à l'environnement. Celle-ci dit que le gouvernement manque aussi son coup dans la région de l'Arctique.
    Bien des zones marines n'ont pas été correctement cartographiées pour la navigation. À peine environ 1 % des eaux de l'Arctique ont été cartographiées selon les normes modernes. Or, la circulation maritime s'accroît tandis que les services de broyage des glaces de la Garde côtière ne cessent de décroître.
    Le premier ministre prétend que l'Arctique est une priorité, mais le gouvernement néglige le transport sécuritaire. Où est le plan à long terme du gouvernement en matière de transport maritime sécuritaire?

  (1435)  

    Monsieur le Président, nous sommes très reconnaissants à la commissaire à l'environnement de son rapport et de ses recommandations. D'ailleurs, nous avons déjà annoncé que nous les accepterons.
    En réalité, Transports Canada s'occupe de cette question depuis très longtemps. Comme la plupart des députés le savent, un comité d'experts de calibre mondial se penche sur la question de la sécurité des navires-citernes, et plus particulièrement sur celle du transport maritime dans le Nord.
    Le comité d'experts terminera bientôt la deuxième étape de son examen. J'attends avec beaucoup d'impatience son rapport parce qu'il montre que le gouvernement ne reste pas les bras croisés.
    Monsieur le Président, alors que les conservateurs refusent d'investir dans la protection de l'Arctique, ils font cadeau d'encore 6,5 millions de dollars à leurs amis de l'industrie des hydrocarbures.
    Les conservateurs font fi du principe du pollueur-payeur. Ils avaient promis que le prétendu système de surveillance de calibre mondial serait financé par l'industrie, mais les Canadiens sont aujourd'hui contraints de payer plus du quart des coûts de surveillance des sables bitumineux.
    Pourquoi la ministre refile-t-elle aux Canadiens la facture de surveillance de la pollution causée par l'industrie des sables bitumineux?
    Monsieur le Président, l'exploitation responsable des sables pétrolifères figure parmi les priorités et les responsabilités des gouvernements aussi bien fédéral que provincial.
    Depuis le lancement avec l'Alberta d'un mécanisme de mise en oeuvre conjointe relativement à la surveillance des sables pétrolifères, nous avons réalisé des progrès considérables. Nous continuons à chercher des moyens d'améliorer le programme.
    Ce programme de surveillance de calibre mondial et tout à fait transparent fait appel à certains des meilleurs chercheurs au pays.

[Français]

    Monsieur le Président, sous les conservateurs, l'évaluation environnementale est devenue une vraie farce.
    Plusieurs sites industriels susceptibles d'être très polluants n'ont subi aucune évaluation environnementale. Soit le gouvernement évite d'évaluer ces sites pour ne pas déplaire à l'industrie, soit les critères de sélection ne sont pas appropriés.
    D'une manière ou d'une autre, le gouvernement va-t-il suivre les recommandations de la commissaire à l'environnement et s'engager à plus de transparence et de clarté pour la désignation des projets à évaluer?

[Traduction]

    Monsieur le Président, pour valoriser les ressources de manière responsable, il faut mener des consultations sérieuses auprès des collectivités et des communautés autochtones susceptibles d'être touchées par les projets envisagés.
    Nous avons haussé le financement et multiplié les possibilités de consultation dans le cadre du processus d'évaluation environnementale et nous poursuivrons le renforcement de nos pratiques internes.
    L'Agence canadienne d'évaluation environnementale est résolue à coordonner les consultations de manière respectueuse, avec souplesse et en toute cohérence.
    Monsieur le Président, durant la vérification, la commissaire a entendu des témoins dire que le gouvernement faisait fi de ses principales obligations de consulter les Premières Nations et les Métis dans le cadre des évaluations environnementales et de la surveillance des sables bitumineux.
    La commissaire a déterminé que le gouvernement avait omis de faire appel à leurs connaissances écologiques traditionnelles, failli à son devoir de consulter et rendu la participation d'Autochtones plus difficile.
    Pourquoi le gouvernement néglige-t-il son devoir de consulter et empêche-t-il une véritable participation des Premières Nations et des Métis?
    Monsieur le Président, nous travaillons en collaboration avec les communautés des Premières Nations et les communautés métisses et nous proposons une influence accrue, des fonds spéciaux et plus de possibilités d'utiliser les connaissances écologiques traditionnelles dans les activités de surveillance.
    Les sables bitumineux, qui sont exploités de manière responsable et ne représentent que 0,1 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, soutiennent plus de 275 000 emplois partout au Canada.
    Nous continuerons de travailler avec l'Alberta, en collaboration avec les communautés autochtones, à améliorer ce programme de surveillance de calibre international.

[Français]

La défense nationale

    Monsieur le Président, le premier ministre nous a dit qu'il réexaminerait notre mission de combat dans six mois pour voir si nous avons suffisamment dégradé l'État islamique. Alors, la question est importante.
    En termes concrets, comment le premier ministre propose-t-il de mesurer la dégradation de l'État islamique au point où on puisse dire « mission accomplie »?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le premier ministre et le gouvernement autorisent, sous réserve du résultat du vote de ce soir au Parlement, que des soldats des Forces canadiennes aillent soutenir des combats pour arrêter le groupe terroriste EIIL.
    Des travailleurs humanitaires sont décapités. Des femmes sont vendues comme esclaves. Des gens sont exécutés sommairement et cette menace terroriste pourrait fort bien se rendre jusqu'ici au Canada.
    Nous allons travailler avec nos alliés qui partagent nos idées — avec le président Obama, le Royaume-Uni et la France — pour déterminer si nous arrivons à mettre fin à ce désastre sur le plan humanitaire et des droits de la personne et si nous pourrons faire reculer la menace.

  (1440)  

[Français]

La citoyenneté et l'immigration

    Monsieur le Président, depuis que ce gouvernement est au pouvoir, le nombre de réfugiés admis au pays a chuté de 33 %. Ce gouvernement n'a jamais accordé la priorité aux réfugiés. Aujourd'hui, le monde fait face à une crise profonde chez les réfugiés. Le ministre va-t-il changer ses priorités et s'engager à ce que les réfugiés futurs d'Irak et de Syrie puissent trouver la protection dont ils ont besoin au Canada?
    Monsieur le Président, le nombre de demandeurs d'asile venant de pays sécuritaires a chuté parce qu'on a procédé à une réforme du système que nous a légué le gouvernement libéral. Ce système ne marchait pas et ne nous permettait pas de concentrer nos ressources sur les vrais réfugiés, tel qu'on le fait maintenant. On a déjà accueilli, depuis 2009, plus de 20 000 réfugiés d'Irak et de Syrie.
     Ce qui est scandaleux, c'est que le Parti libéral s'apprête, ce soir, à voter contre les mesures militaires demandées par les Irakiens et les réfugiés et qui aideront des millions de personnes.

[Traduction]

    Monsieur le Président, l'histoire ne s'arrête pas là.
    Sous la direction du gouvernement conservateur, le nombre de demandes d'asile provenant de réfugiés approuvés par le gouvernement a baissé de 22 %, alors que ces décisions relèvent directement du gouvernement. Les conservateurs ne se soucient guère des réfugiés.
    Alors que nous sommes plongés dans cette crise mondiale, le Parti libéral, dans le cadre de sa proposition concernant l'État islamique en Irak et au Levant, verserait des fonds pour permettre à plus de réfugiés de venir au Canada.
    Les conservateurs sont-ils disposés à faire de même? Vont-ils investir les fonds nécessaires pour traiter les demandes d'asile de personnes provenant de ces régions qui ont désespérément besoin de venir au Canada?
    Monsieur le Président, le député est tellement dérouté qu'il n'arrive pas à trouver le bon terme. Il s'agit de réfugiés pris en charge par le gouvernement. Nous avons en fait dépassé notre objectif à cet égard en ce qui concerne la Syrie. Nous avons pris en charge 20 000 réfugiés de l'Irak, de la Syrie et d'autres pays qui font l'objet de discussions et d'un débat à la Chambre ce soir. Nous en avons pris en charge davantage que n'importe lequel de nos alliés, et c'est parce qu'il s'agit de l'une des priorités du gouvernement.
    Le gouvernement continuera de mettre l'accent sur l'aide humanitaire dont ont besoin les réfugiés en faisant ce que l'Irak lui a demandé de faire et en adoptant les moyens militaires qui s'imposent, comme le recours aux avions de chasse...
    Le député de Davenport a la parole.
    Monsieur le Président, l'an dernier, le gouvernement s'est engagé à accueillir 1 300 réfugiés syriens avant la fin de 2014. Or, en juillet, le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration a annoncé que le Canada avait accueilli seulement 284 réfugiés, soit moins du quart du nombre qu'il s'était engagé à recevoir. Un rapport interne de Citoyenneté et Immigration Canada révèle que les compressions des conservateurs font obstacle au traitement des demandes de parrainage.
    Quand le ministre cessera-t-il d'induire les Canadiens en erreur à propos des chiffres? Que fait-il pour que le Canada accueille les 1 000 autres réfugiés syriens?
    Monsieur le Président, le rapport dont parle le député est complètement dépassé. Nous avons accordé d'importantes ressources supplémentaires au centre de traitement de Winnipeg et dans tout notre réseau pour accélérer le traitement des demandes de statut de réfugié. Depuis le début de la crise, en 2011, 1 645 Syriens ont été accueillis au Canada. Par ailleurs, il y a plus de 18 600 Irakiens au Canada.
    La véritable question est la suivante. Pourquoi le NPD s'oppose-t-il à l'action internationale coordonnée par le président américain Obama pour utiliser des tactiques militaires afin de protéger les réfugiés sur le terrain? Ceux-ci se comptent par millions.
    Monsieur le Président, la véritable question est la suivante. Pourquoi le ministre induit-il sans cesse les Canadiens en erreur à propos de ces chiffres?
    Il sait qu'environ 1 300 réfugiés syriens étaient déjà ici avant que le gouvernement ne prenne cet engagement. Il l'a lui-même admis au Globe and Mail en juillet: nous n'avons accueilli que 177 réfugiés parrainés par le gouvernement et 108 réfugiés parrainés par le secteur privé.
    Quand le ministre cessera-t-il de jouer avec les chiffres pour dissimuler son propre échec? Quand agira-t-il pour accélérer le traitement des demandes, y compris celles des réfugiés parrainés par le secteur privé?

  (1445)  

    Monsieur le Président, 1 645 réfugiés sont venus de Syrie depuis 2011. Le député d'en face devrait vérifier ses renseignements. Au prorata de la population, aucun autre pays n'a accueilli autant de réfugiés irakiens que le Canada, qui en a admis 18 600. Ce sont des faits concrets qui parlent d'eux-mêmes, tout comme la contribution militaire du Canada, qui aidera des millions d'autres personnes.

[Français]

    Monsieur le Président, le ministre doit cesser de jouer avec les chiffres. La vérité est que 1 300 des 1 500 réfugiés syriens dont il parle sont déjà ici. Il ne reste que deux mois et demi à ce gouvernement pour respecter sa promesse d'accueillir 1 100 réfugiés parrainés par le secteur privé. À ce jour, seulement une centaine d'entre eux sont au Canada. Dans le passé, des permis de résidence temporaire ont été offerts pour accélérer le processus de réunification familiale, notamment pour l'ex-Yougoslavie et Haïti.
    Pourquoi le ministre ne suit-il pas cet exemple pour la Syrie?
    Monsieur le Président, nous avions un objectif de 1 300 réfugiés. Nous avons déjà 1 645 réfugiés au Canada. Je cite Souhad Al Dandashi qui parle de ses enfants, de ses fils: « Maintenant, je regarde devant et je vois, si Dieu le veut, un avenir comme j’ai rêvé pour eux ». Ça, c'est un vrai résultat.
    Le cas de la famille Dandashi a été porté à notre attention au mois de janvier. Ils sont arrivés à Montréal au mois de janvier.
    Monsieur le Président, si le ministre mettait autant d'efforts à accueillir les réfugiés syriens qu'à jouer avec les chiffres, les problèmes bureaucratiques de son ministère seraient réglés depuis longtemps.
    Le ministre doit cesser de nous servir des inepties. Hier, il expliquait que la Suède a accueilli plus de réfugiés syriens que le Canada, en disant que les frontières de l'Europe et de la Syrie étaient plus proches. Voyons donc! C'est comme si les réfugiés devaient marcher jusqu'à leur pays d'accueil.
    Le ministre va-t-il enfin mettre fin à son spectacle pathétique et respecter son engagement d'accueillir davantage de réfugiés?
    Monsieur le Président, le fait reste que les demandeurs d'asile sont d'une autre catégorie que les réfugiés rétablis. Nous avons déjà rétabli au Canada plus de 20 000 Irakiens et Syriens. C'est plus que n'importe quel autre pays.
    Le vrai spectacle pathétique, c'est celui du NPD qui n'est pas prêt à faire quoi que ce soit sur le plan militaire pour aider les millions de réfugiés en Irak et dans les pays avoisinants, qui en ont besoin et qui ont demandé notre aide.

[Traduction]

Les pensions

    Monsieur le Président, le gouvernement conservateur a pris des mesures sans précédent pour que les aînés canadiens aient davantage d'argent dans leurs poches. Parmi ces mesures, mentionnons le compte d'épargne libre d'impôt et l'un des allégements fiscaux les plus populaires de l'histoire du Canada, soit le fractionnement du revenu de pension. Le gouvernement fait également preuve de leadership en créant les régimes de pension agréés collectifs.
     Le ministre d'État aux Finances peut-il dire à la Chambre quelles sont les dernières mesures que le gouvernement a prises pour que les Canadiens puissent prendre leur retraite en sécurité et dans la dignité?
    Monsieur le Président, aujourd'hui, j'ai eu le plaisir d'annoncer que cinq sociétés peuvent maintenant offrir des régimes de pension agréés collectifs fédéraux. Il s’agit d’un important jalon du processus visant à offrir une nouvelle option d’épargne-retraite attrayante aux millions de Canadiens qui n’ont pas accès à un régime de pension en milieu de travail. J’encourage les provinces, comme l'Ontario, à présenter les mesures législatives nécessaires pour que tous les Canadiens puissent profiter de ces nouveaux régimes de pension.
    Les aînés et les pensionnés du Canada de même que tous les Canadiens peuvent avoir l'assurance que nous défendons leurs intérêts.

Les langues officielles

    Monsieur le Président, le rapport déposé aujourd'hui par le commissaire aux langues officielles montre que les conservateurs équilibrent leurs budgets aux dépens des minorités linguistiques, comme en témoignent les coupes dans des services comme l'initiative de développement coopératif et la ferme expérimentale Hervé J. Michaud, au Nouveau-Brunswick. Quand le gouvernement mettra-t-il un terme à ces compressions et quand commencera-t-il plutôt à faire preuve de leadership dans le dossier de la dualité linguistique à l'échelle du pays?

[Français]

    Monsieur le Président, je suis très fière de notre gouvernement. Nous avons créé la Feuille de route pour les langues officielles. C'est un investissement très complet, le plus complet de l'histoire du Canada. C'est un investissement de 1,1 milliard de dollars. Nous remercions notre commissaire aux langues officielles pour son travail. Je pense que le rapport était équilibré et le commissaire nous remerciait pour le travail que nous avons fait. Si j'en ai le temps, j'espère qu'on me posera une autre question pour pouvoir citer les progrès que nous avons faits et que le commissaire vient justement de souligner dans le rapport.

  (1450)  

    Monsieur le Président, elle veut sa question, alors elle va l'avoir.
    Concernant les changements officiels, c'est un gros zéro de la part des conservateurs, et ce sont les communautés de langue officielle en situation minoritaire qui en paient la facture. Le rapport du commissaire en témoigne.
    Les conservateurs n'arrêtent pas de couper dans les programmes et les services. À Moncton, le syndicat des postiers est obligé de déposer une plainte au commissaire aux langues officielles, parce que les employés francophones n'ont pas accès à l'information bilingue de Postes Canada, et 75 % de cela se serait fait en anglais seulement.
    La ministre va-t-elle nous dire ce qu'elle va faire pour corriger cette situation?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de me donner l'occasion de citer exactement ce qu'a dit notre commissaire aux langues officielles.
     Voici ce qu'il a dit lors de sa conférence de presse: « Je pense que, dans la grande majorité des cas, les institutions sont conscientes de leurs responsabilités ». Il y a eu une augmentation constante du nombre de gens dont le niveau linguistique est approprié pour leur poste.
    Voici ce qu'il a aussi dit dans son rapport:
    En 2013-2014, toutes les institutions fédérales évaluées ont montré qu’elles avaient adopté des mesures pour créer un environnement propice à l’utilisation des deux langues officielles [...]

La réforme électorale

    Monsieur le Président, dans leur « déforme » électorale, les conservateurs ont sorti le commissaire aux élections fédérales d'Élections Canada sans aucune explication logique.
    Certains ont posé une question très légitime, à savoir combien avait coûté cette fantaisie administrative jugée inutile par tous les témoins en comité, dont le commissaire lui-même. Les conservateurs n'ont pas voulu répondre, parce qu'ils prétendent que c'est un secret du Cabinet. C'est ridicule.
    Le ministre peut-il expliquer pourquoi il refuse de dire aux Canadiens ce qu'il fait de leur argent?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le transfert n'a pas encore eu lieu. Par conséquent, cela n'a engendré aucun coût.
    Monsieur le Président, si cela n'avait engendré aucun coût, les conservateurs l'auraient fait savoir, n'est-ce pas?
    Ce n'est pas parce que le ministre se trouve dans l'embarras qu'il peut se soustraire à l'accès à l'information. Il a mené une vendetta personnelle contre l'intégrité d'Élections Canada. Il veut maintenant en cacher le prix aux Canadiens. Là, il nous dit que cela n'a rien coûté; pourtant, il a invoqué le secret du Cabinet pour éviter de dévoiler le prix aux Canadiens.
    Il ne peut pas jouer sur les deux tableaux. Pourquoi le ministre refuse-t-il d'expliquer aux Canadiens la raison pour laquelle il essaie de se cacher derrière le secret du Cabinet et il invoque les règles de l'accès à l'information pour les priver de renseignements de base sur les dépenses du gouvernement?
    Monsieur le Président, de toute évidence, il faudra louer le nouveau local où sera transféré le commissaire, ce qui coûte de l'argent. À ce stade-ci, les coûts n'ont pas été engagés.
    Cela dit, nous sommes très fiers de la décision d'entreprendre des enquêtes indépendantes pour assurer une application juste et neutre de la loi. C'est ce qui s'impose pour la loi électorale et pour le Canada.

La défense nationale

    Monsieur le Président, il y a deux ans, l'ombudsman des Forces canadiennes a déclaré ce qui suit:
[...] [un] manque chronique de personnel a mis à rude épreuve le système de soins en santé mentale et s'avère un des défis les plus urgents à relever.
    En juin dernier, le comité de la défense a appris que les Forces canadiennes sont toujours aux prises avec une pénurie de professionnels de la santé mentale pour nos troupes.
    Compte tenu de la nouvelle mission de combat des troupes canadiennes, quelles mesures le gouvernement met-il en place pour remédier à la pénurie actuelle de professionnels de la santé mentale?
    Monsieur le Président, nous avons fait des investissements sans précédent pour accroître le nombre de professionnels de la santé et de la santé mentale dans nos forces armées. Le budget n'a jamais été aussi élevé. Nous en avons fait une priorité et nous continuerons à soutenir nos militaires, ce que le gouvernement précédent n'a pas su faire.

Les anciens combattants

    Monsieur le Président, la réponse du gouvernement au rapport du comité des anciens combattants sur la Nouvelle Charte des anciens combattants aurait dû être un message clair aux anciens combattants mais, au lieu de cela, le ministre a simplement décidé d'attendre.
    Après le vote de ce soir, nous serons engagés dans une guerre en Irak. Ainsi, un plus grand nombre de militaires seront un jour des anciens combattants qui n'auront pas accès aux ressources qu'ils méritent et dont ils ont besoin.
    Les membres des Forces canadiennes sont prêts à risquer leur vie. Pourquoi doivent-ils revenir au pays sans avoir l'assurance qu'ils recevront les services dont ils ont besoin, puisque le gouvernement préfère investir dans des publicités d'autopromotion au lieu de veiller à leur bien-être?

  (1455)  

    Monsieur le Président, je tiens d'abord à remercier le comité de son travail assidu et du rapport qui en est le produit, qui présente 14 recommandations bien réfléchies. Nous nous penchons actuellement sur ces recommandations.
    Nous avons toujours travaillé très fort pour soutenir les anciens combattants et leurs familles. Malheureusement, le parti du député d'en face et le NPD n'ont appuyé aucune des mesures proposées dans nos huit budgets afin d'accroître les prestations et les services destinés aux anciens combattants. Nous continuerons d'apprécier et d'honorer leur travail, et de veiller à ce qu'on prenne bien soin d'eux.

[Français]

Postes Canada

    Monsieur le Président, des villes de la couronne Nord de Montréal ont été touchées par la fin de la livraison postale à domicile. Maintenant, une entreprise privée s'apprête à prendre le relais de Postes Canada en lançant un service de livraison de courrier à domicile. Pour 240 $ par année, il sera possible de recevoir son courrier à domicile deux fois par semaine. Il s'agit là d'un exemple parfait de service à deux vitesses.
    La ministre comprend-elle que de nombreux Canadiens n'ont pas les moyens de payer pour recevoir leur courrier à domicile?

[Traduction]

    Monsieur le Président, à l'heure actuelle, les deux tiers des Canadiens ne reçoivent pas leur courrier à domicile.
    Plus important encore, lorsque cette question a été soumise aux municipalités de l'ensemble du pays, elles ont rejeté à l'unanimité une résolution visant à demander au gouvernement d'amener Postes Canada à revenir sur sa décision concernant les boîtes postales communautaires. La Fédération canadienne des municipalités ainsi que les municipalités de l'ensemble du pays comprennent les problèmes auxquels Postes Canada doit faire face, et elles appuient la décision.

Le transport ferroviaire

    Monsieur le Président, un train transportant des matières dangereuses vient de dérailler près de Wadena, en Saskatchewan. La GRC a érigé un périmètre de 8 kilomètres autour du site de l'accident. Selon les témoins, les flammes s'échappant du train atteindraient 30 mètres de haut. Heureusement, aucun membre de l'équipage n'aurait été blessé.
    La ministre des Transports pourrait-elle dire à la Chambre où en est la situation à ce sujet?
    Monsieur le Président, le gouvernement a été informé de ce qui est arrivé en Saskatchewan. Nos pensées vont d'abord à ceux qui sont présentement sur place. Nous pensons aussi aux premiers répondants, qui tentent d'éteindre l'incendie qui s'est déclaré après l'accident.
    Le gouvernement a eu beau multiplier les mesures visant à améliorer la sécurité ferroviaire au pays, on voit aujourd'hui que les accidents peuvent malgré tout se produire. Nul besoin de préciser que le Bureau de la sécurité des transports va faire enquête afin de déterminer les causes de l'accident. Espérons que, d'ici-là, les habitants de la région n'en souffriront pas.

Le transport maritime

    Monsieur le Président, le gouvernement a à coeur la protection de l'environnement dans le Nord et prend au sérieux la question de la souveraineté dans l'Arctique.
    Les Canadiens veulent savoir comment nous pouvons transporter des marchandises de manière sécuritaire et responsable tout en favorisant le développement économique à long terme. La ministre des Transports pourrait-elle parler à la Chambre du MV Nunavik et de sa récente expédition dans le Nord et l'Arctique?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son excellente question. Nous vivons un moment historique. Le MV Nunavik vient en effet de franchir le célèbre passage du Nord-Ouest. Il s'agit du premier navire ayant à son bord une cargaison en provenance de l'Arctique à parcourir la totalité du passage du Nord-Ouest sans escorte. Il faut dire qu'il s'agit d'un navire de classe polaire, ce qui veut dire qu'il peut naviguer dans les conditions extrêmement rudes de l'Arctique sans l'aide d'un brise-glace.
    Le Nunavik devrait terminer son périple le 14 octobre. Je suis sûre que les députés vont vouloir féliciter la grande entreprise canadienne qu'est Fednav. Moi aussi, j'applaudis toute l'équipe de Fednav pour ce qui sera considéré comme une expédition nordique historique.

L'environnement

    Monsieur le Président, ce matin, la commissaire à l'environnement a déclaré qu'il était « peu probable que l’approche réglementaire fédérale contribue à réduire suffisamment les émissions pour permettre l’atteinte de la cible de 2020 de l’Accord de Copenhague ». Nous avons également appris que la ministre de l'Environnement n'a pas rencontré l'industrie pétrolière et gazière depuis mars 2013.
    Étrangement, le ministère approuve les conclusions du commissaire. La ministre convient-elle avec son ministère et la commissaire que le Canada ne respectera pas les objectifs établis à Copenhague pour 2020, parce que cette industrie n'a pas été rencontrée depuis mars 2013?

  (1500)  

    Monsieur le Président, le bilan de notre gouvernement est clair. Nous avons pris des mesures décisives pour protéger à la fois l'environnement et l'économie. À l'échelle internationale, tous les pays doivent faire leur part, et c'est ce que fait le Canada puisqu'il produit moins de 2 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
    En m'appuyant sur notre bilan, j'ai annoncé récemment un certain nombre de mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution engendrée par les véhicules. J'ai aussi annoncé récemment notre intention de réglementer les HFC, l'un des types d'émissions de gaz à effet de serre qui croissent le plus rapidement à l'échelle mondiale. Nous accomplissons cela sans imposer de taxe sur le carbone qui nuirait à l'emploi.

[Français]

    Monsieur le Président, le projet de Chaleur Terminals d'exporter du pétrole par le port de Belledune inquiète sérieusement la population de la Baie-des-Chaleurs. Afin d'accommoder les pétroliers, le port doit être dragué. Malheureusement, ils vont draguer des sédiments toxiques.
    Le rapport de Chaleur Terminals, reçu par le ministère de l'Environnement, reste silencieux sur la question des sédiments.
     Est-ce que le gouvernement peut rassurer les pêcheurs de la Baie-des-Chaleurs, ainsi que sa population, que ces sédiments ne seront pas simplement jetés en mer, en pleine zone de pêche?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je crois comprendre que la question du député a trait au dragage. Je vais consulter Transports Canada pour découvrir tous les renseignements dont nous pourrions disposer à ce sujet.
    Par expérience, je peux dire à la Chambre que, lorsque des ports sont dragués dans l'ensemble du Canada, toutes les précautions possibles sont prises pour assurer la sécurité des gens du coin et, bien sûr, le bien-être économique des industries.

Le commerce international

    Monsieur le Président, le Canada continue d'offrir au gouvernement ukrainien un soutien indéfectible et de s'opposer aux attaques de la Russie.
    En juillet, j'ai eu l'honneur d'accompagner le ministre du Commerce international lors d'une mission en Ukraine axée sur le commerce et le développement. Cette mission s'appuyait sur les solides liens économiques et culturels qui unissent déjà nos deux pays. Elle a permis d'envisager un resserrement de la coopération économique entre le Canada et l'Ukraine.
    Le ministre du Commerce international pourrait-il informer la Chambre des derniers développements concernant notre relation avec l'Ukraine?
    Monsieur le Président, nous demeurons solidaires des Ukrainiens devant les agressions commises par la Russie. Quand le président Porochenko est venu au Canada le mois dernier, lui-même et le premier ministre ont convenu qu'il n'existe pas, dans le monde entier, de liens plus solides que ceux qui lient nos deux peuples, et qu'il faut redoubler d'efforts afin de renforcer notre partenariat.
    Je suis heureux d'annoncer que des membres du choeur et de l'orchestre symphonique de Kiev sont sur la Colline du Parlement aujourd'hui. La mission musicale de Kiev se rend dans différents pays pour faire connaître la musique ukrainienne et établir des liens avec les veuves, les orphelins et les réfugiés qui ont quitté l'Ukraine.
    J'invite les députés à assister au concert qui aura lieu à Ottawa ce soir, à 19 heures...
    La députée de Gatineau a la parole.

[Français]

Service Canada

    Monsieur le Président, vendredi dernier, on a appris la fermeture du bureau de Service Canada dans le secteur Gatineau. Encore des coupes de services en catimini!
     Imaginons des aînés, des vétérans et des chômeurs, souvent des personnes en situation de crise, dont certains devront se taper plus d'une heure d'autobus pour se rendre au bureau de Service Canada sur le boulevard Saint-Joseph, dans le secteur Hull. Cela n'a aucun sens.
    Pourquoi les conservateurs mettent-ils des bâtons dans les roues des citoyens qui veulent simplement accéder aux services auxquels ils ont droit?
    Monsieur le Président, il y a plusieurs centres de service disponibles pour les citoyens dans la région. Il y a aussi des services disponibles en ligne et par téléphone pour donner de bons services aux citoyens.

[Traduction]

Les ressources naturelles

    Monsieur le Président, les sables bitumineux canadiens sont exempts de goudron. En fait, ils comptent parmi les gisements les plus riches et les plus grandes réserves d'énergie de la planète. Ils favorisent les investissements porteurs d'emplois dans la technologie et l'innovation partout au Canada, tout en générant des revenus qui soutiennent bon nombre de services gouvernementaux, dont des millions de Canadiens ont besoin chaque jour.
    Malgré la désinformation répandue par des groupes d'intérêts spéciaux et les attaques de leur part, l'Union européenne a annoncé aujourd'hui qu'elle n'étiquettera pas le pétrole brut extrait des sables bitumineux comme hautement polluant. Voilà une victoire éclatante du secteur de l'énergie canadien et, à mon avis, une reconnaissance des prodigieuses avancées technologiques qui ont amélioré les processus d'extraction des sables bitumineux.
    Le ministre des Ressources naturelles pourrait-il livrer ses commentaires sur cette annonce faite aujourd'hui?

  (1505)  

    Monsieur le Président, le Canada dispose d'une source d'énergie sécuritaire, fiable et digne de confiance qui pourra contribuer de plus en plus à assurer la sécurité de l'approvisionnement énergétique à l'échelle mondiale. Nous appuyons l'objectif en vue d'une réduction des émissions provenant des transports. Toute directive touchant les produits énergétiques doit s'appuyer sur des faits et des données scientifiques.
    C'est pourquoi le gouvernement continuera de défendre les intérêts du Canada, de même que les emplois canadiens, sur les nouveaux marchés de l'énergie.

INITIATIVES MINISTÉRIELLES

[Initiatives ministérielles]

[Traduction]

La contribution militaire à la lutte contre l'EIIL

    La Chambre reprend l'étude de la motion et de l'amendement.
    Le député de Davenport a la parole. Il dispose de six minutes pour terminer son intervention avant que nous passions aux questions des députés.
    Monsieur le Président, avant la période des questions, j'ai lu certains commentaires formulés par des gens de ma circonscription au sujet de la mission en question, soit la décision du gouvernement d'envoyer des CF-18 et des troupes canadiennes en Irak.
    Je voulais citer officiellement des exemples de préoccupations rapportées par des gens de Toronto et de ma circonscription. Un électeur en particulier a dit: « Il faut appuyer les efforts d'aide aux réfugiés et offrir de l'aide et du soutien humanitaire. Il faut cesser nos offensives militaires et diplomatiques pour nous concentrer sur les nombreuses difficultés ici même, au pays: les soins de santé, le logement, l'approvisionnement et la sécurité alimentaires, la violence faite aux femmes, notamment les femmes autochtones; l'érosion de la science et le bâillon imposé aux communications scientifiques, ainsi que tout un éventail de problèmes dont les changements climatiques, la hausse des frais scolaires et le salaire minimum. »
    Cet électeur n'est pas le seul à avoir fait un lien entre le coût des missions, en matière de dollars et de crédibilité sur la scène internationale, et les coûts des mesures que nous pourrions prendre chez nous pour être chef de file mondial sur le plan des valeurs qui nous sont chères: la démocratie, la paix, la justice et l'équité.
     On dit souvent — et il vaut la peine de le répéter aujourd’hui —, que, lorsqu’on parle de programmes qui sont jugés importants ici au Canada, on parle toujours de leurs coûts. Nous essayons d’économiser le moindre cent de chaque programme. On a assisté au fil du temps dans la société canadienne à l’étouffement de la classe moyenne et à la création d’un énorme fossé entre les riches et les pauvres. Dans des villes comme Toronto, certaines familles de la classe moyenne dépensent presque la totalité d’un paiement hypothécaire simplement pour envoyer leurs enfants à la garderie. Des personnes âgées vivent dans la pauvreté. Il y a toute une série de problèmes liés au chômage des jeunes. Certains jeunes Ontariens ont des dettes allant jusqu’à 40 000 $ lorsqu’ils obtiennent leur diplôme. Ce sont de graves problèmes.
     La raison pour laquelle je soulève ces questions, c’est que les conservateurs ne cessent de nous dire: « Cela va coûter trop cher à mettre en œuvre; nous ne pouvons pas mettre en œuvre ceci et nous ne pouvons pas mettre en œuvre cela. » Cependant, lorsqu’on leur demande combien va coûter cette mission, ils se taisent. Tout à coup, on ne peut plus obtenir de réponses de leur part. Tout à coup, ce n’est plus approprié. Parce que nous osons poser ces questions, les conservateurs mettent notre canadianité en doute. Ce sont des questions auxquelles les Canadiens veulent des réponses.
    Nous avons demandé si c’est le Canada qui a offert de mener des frappes aériennes ou si c’est le gouvernement américain qui nous l’a demandé. Nous avons eu pas de réponse à ce sujet. En fait, ce que les conservateurs essaient de faire, c’est de minimiser l’importance de la question. Il ne s’agit pas d’un exercice de leadership sur la scène mondiale quand nous ne pouvons pas obtenir du gouvernement les réponses dont nous avons besoin.
    Nous avons demandé aux conservateurs quelles sont les règles d’engagement et quelle est la stratégie de sortie. Ce sont des questions importantes, surtout quand on tient compte de notre histoire récente. La mission en Afghanistan devait être très limitée. Elle ne devait durer que quelques mois et ne déployer qu’un nombre très réduit de Canadiens et Canadiennes en uniforme. Nous savons ce qui s’est passé. Peu à peu, au fil du temps, on a demandé aux Canadiens d’approuver une prolongation de la mission, puis à un certain point, il était impossible de faire marche arrière. C’est une de nos inquiétudes aujourd’hui. Compte tenu du fait que les conservateurs ne répondent pas aux questions, cela renforce encore nos craintes quant à la prolongation et au changement d’orientation de la mission.
     La mission en Afghanistan a généré environ 40 000 anciens combattants. Nous avons talonné le gouvernement actuel depuis lors pour nous assurer qu’il prend bien soin des militaires courageux qui sont allés en Afghanistan et sont revenus avec toutes sortes de besoins auxquels nous avons le devoir de répondre.

  (1510)  

    Nous ne sommes pas en faveur de la mission. Nous croyons que le Canada doit avoir un rôle international fort et réel, et que ce rôle doit être humanitaire. C’est un rôle important. C’est ce rôle que la communauté internationale a historiquement demandé au Canada de remplir. C’est ce rôle que les pays de la région nous ont demandé de jouer. C’est le rôle que le NPD croit être la voie à suivre pour le Canada dans ce conflit.
    Monsieur le Président, le député a parlé plus particulièrement d'aide. Comme il le sait, le ministre du Développement international a souligné que le Canada se situe au septième rang mondial en matière d'aide internationale, et cela fait longtemps que nous fournissons de l'aide à cette région. C'est aussi l'une de nos principales réalisations en Afghanistan.
    Le ministre a parlé de toute l'aide que nous fournissons. Est-ce que le député pourrait suggérer d'autres types d'aide que nous pourrions offrir, en plus de l'aide actuelle?
    Le député a également beaucoup parlé des coûts. Pourrait-il nous donner une estimation des coûts associés à l'aide supplémentaire qu'il suggère que le Canada fournisse?
    Monsieur le Président, tout d'abord, la Chambre a été saisie de la question des réfugiés syriens. Nous n'arrivons pas à obtenir une réponse claire du ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration sur la raison pour laquelle le Canada prend si longtemps à accueillir 1 000 réfugiés syriens.
    La solution à ce problème est très simple. Le gouvernement actuel pourrait redoubler d'efforts pour réinstaller les réfugiés. C'est un engagement qu'il avait déjà pris avant la situation actuelle. Le processus est devenu très lent à cause de la réduction du nombre d'employés chargés de traiter ces demandes. C'est une question de priorités et d'efficience.
    Si le gouvernement veut prendre des mesures directes pour soulager la misère, nous pouvons commencer par respecter les engagements que nous avons déjà pris et leur donner suite rapidement.
    Monsieur le Président, hormis possiblement quelques rares exceptions au sein du caucus néo-démocrate, il semble que le NPD reconnaisse enfin ce que soutient le Parti libéral depuis le début, c'est-à-dire que le Canada a effectivement l'obligation de jouer un rôle dans le conflit irakien en ce qui a trait à l'EIIL.
    Je pose au député la même question que j'ai posée à d'autres membres de son caucus. Dans son amendement, le NPD exhorte le gouvernement à contribuer à la lutte contre l’EIIL, y compris par l’affectation de ressources militaires au transport d’armes pour une période d’au plus trois mois.
    Le député est-il en mesure de donner de plus amples explications à l'égard de ce point qui figure à l'amendement proposé par le NPD?

  (1515)  

    Monsieur le Président, j'ouvre d'abord une parenthèse pour faire remarquer que la position libérale à l'égard de ce conflit est tout à fait incohérente. Les libéraux improvisent. Un jour, ils disent une chose, et le lendemain ils disent autre chose. Au moins, la position néo-démocrate est ferme. Nous n'appuyons pas les frappes aériennes.
    Notre amendement vise à amener le gouvernement à jouer un rôle plus progressif et plus positif dans ce conflit. La partie de l'amendement dont parle le député exhorte le gouvernement à contribuer à la lutte contre l’EIIL, y compris par l’affectation de ressources militaires au transport d’armes pour une période d’au plus trois mois, ce qui est conforme à l'article 14 de la résolution de l'ONU, qui vise le renforcement des capacités des pays touchés.
    Voilà la distinction à faire. Les néo-démocrates envisagent toujours les interventions à l'étranger sous les auspices de l'ONU. Voici ce que l'ONU demande à l'article 14, et nous répondons à son appel, comme nous l'avons toujours fait.
    Monsieur le Président, je précise d’emblée que je vais partager mon temps de parole avec le député de Cypress Hills—Grasslands, le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères.
     Je suis heureux de vous parler aujourd’hui de ce que le Canada fait devant la crise qui sévit en Irak et plus particulièrement de sa réaction à une crise humanitaire de plus en plus grave.
    Le Canada apporte un soutien actif depuis le début de la crise. Au cours des deux derniers mois seulement, la violence terroriste de l’État islamique a entraîné, selon les estimations, le déplacement de 850 000 personnes en Irak. Depuis le début de l’année, plus de 1,7 million de personnes ont été contraintes de fuir leur foyer. Ce pays est le théâtre des déplacements internes les plus importants au monde.
    À cause de la menace terroriste, des gens ont grand besoin d’eau, de nourriture, d’abris et de médicaments. Voilà pourquoi nous avons autorisé le déploiement de nos réserves d’urgence en produits de secours humanitaire. Ils ont déjà été distribués, et ils contribuent à sauver des vies dans le Nord de l’Irak.

[Français]

    Cette réserve de fournitures d'urgence a pour objectif de répondre aux besoins les plus urgents. Elle se compose notamment de tentes, de couvertures, d'ustensiles de cuisine et de trousses hygiéniques. Ces fournitures sont envoyées en Irak depuis la nouvelle réserve du Canada, qui est maintenant à Dubaï. C'est une deuxième réserve, aux Émirats arabes unis. Cette réserve de fournitures d'urgence est un exemple clé de la solide relation que nous avons avec les Émirats arabes unis, relation qui a été établie de façon toujours plus solide et durable au cours des derniers mois.
    Cette nouvelle réserve canadienne, placée à un endroit stratégique, nous permettra de réagir rapidement aux événements qui se produiront en Afrique et en Asie. Comme nous avons des réserves de part et d'autre de l'océan, nous pourrons atteindre plus rapidement les populations qui seront dans le besoin et, au bout du compte, sauver davantage des vies. C'est une question de temps, et plus vite on agit, plus il y aura de vies sauvées.
    Cette réserve de fournitures d'urgence sera gérée par la Croix-Rouge canadienne, et c'est également celle-ci qui s'occupe de la réserve que nous avons depuis un certain temps à Mississauga, en Ontario. La réserve de Dubaï est maintenant complètement fonctionnelle, et le déploiement qui a été fait en Irak était le premier depuis cette nouvelle réserve.

[Traduction]

     Ces secours ont été distribués sur le terrain par l’organisation Aide à l’enfance, partenaire actif et digne de confiance. L’organisation a veillé à ce que les produits soient distribués de la manière la plus efficace et efficiente possible pour aider le plus de gens possible, puisque, en temps de crise, l’accès aux nécessités de base peut-être une question de vie ou de mort.

  (1520)  

[Français]

    Le Canada demeure très préoccupé par la dégradation des conditions humanitaires et sécuritaires en Irak. On sait que la violence a fait plus d'un million de déplacés, mais un nombre incalculable de personnes sont constamment menacées aussi. Le Canada continue de condamner avec la plus grande fermeté les actions terroristes de l'EIIL et les meurtres de civils dans le Nord de l'Irak. Le Canada est particulièrement préoccupé par le fait que les minorités religieuses sont constamment persécutées. Cela ne contribue qu'à alimenter les tensions sectaires entre les Irakiens.
    Je rappelle à la Chambre que, depuis 2014, le Canada a consacré plus de 28 millions de dollars aux interventions visant à répondre aux besoins humanitaires en Irak. Nous continuons à offrir un soutien indéfectible au gouvernement et à la population d'Irak. Les besoins humanitaires de civils innocents sont particulièrement pressants dans le Nord du pays.

[Traduction]

    C’est pourquoi, uniquement au cours du dernier mois, le Canada a accordé une aide humanitaire de 12 millions de dollars à des partenaires clés, dont le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Mercy Corps, Développement et Paix, et Aide à l’enfance Canada. Ces fonds permettent d’offrir des abris d’urgence, des denrées alimentaires et des fournitures médicales, de réparer des installations essentielles, d’établir des espaces accueillants pour les enfants, d’offrir des services de soutien psychosocial et d’assurer l’accès à l’éducation.
    Hier encore, mon collègue, le ministre des Affaires étrangères, a annoncé le versement d’un montant supplémentaire de 10 millions de dollars, en plus de ces 28 millions de dollars, pour les victimes de violences sexuelles et pour les enquêtes sur ces crimes.
    Il est clair que l’État islamique en Irak et au Levant constitue une grave menace. S’il s’implante solidement en territoire irakien et syrien, il possédera une zone autonome à partir de laquelle il pourra mener ses opérations et envoyer des armes et des effectifs par-delà les frontières. Il pourra exercer sa tyrannie sur les populations irakienne et syrienne. Ce qui aggravera encore la situation humanitaire dans la région.
    Pour s’emparer de territoires en Irak, l’État islamique a eu recours à des méthodes brutales. Ce groupe à la morale condamnable a par exemple tué volontairement des enfants innocents, réduit des femmes en esclavage, assassiné de façon barbare des journalistes américains, tué un travailleur humanitaire britannique et pratiqué le viol pour servir sa cause. Voilà pourquoi le Canada a adopté une position très ferme et pris des mesures humanitaires énergiques.
     La prestation d’aide humanitaire est l’une des expressions les plus éclatantes des valeurs canadiennes. Le Canada ne peut pas et ne restera pas indifférent tandis que des populations dans le monde sont soumises à d’inutiles souffrances.

[Français]

    Le Canada est profondément troublé par la montée rapide de ce groupe extrémiste, ainsi que par ses tactiques cruelles et barbares. Sa progression laisse peu de place au doute: nous devons soutenir les efforts des alliés pour mettre l'EIIL à genoux et pour réduire massivement sa capacité d'action, surtout lorsque l'on considère l'impact humanitaire que cette crise a sur le peuple irakien.
     Le Canada continuera à faire des contributions importantes en Irak sur les plans humanitaire, diplomatique et militaire. Nous y serons présents à long terme. En juin 2014, j'ai nommé l'Irak comme pays partenaire du Canada en développement. Comme l'a dit le premier ministre:
    Si on le laisse faire, l’EIIL [ce groupe terroriste sanguinaire] constitue un danger non seulement pour la paix et la sécurité dans la région, mais aussi pour la sécurité mondiale.
    Grâce à son engagement, le Canada, conjointement avec ses alliés, continuera de soutenir la population et le gouvernement de l'Irak dans leur lutte contre le terrorisme. Le Canada continuera à suivre de près la situation et à travailler en étroite collaboration avec ses alliés. On continuera à déterminer comment subvenir au mieux aux besoins des civils irakiens, notamment ceux qui font partie des minorités religieuses grandement dans le besoin.

[Traduction]

    Sans égard à nos allégeances politiques, nous pouvons certainement tous convenir que la menace d’un contrôle de l’Irak par des régimes terroristes est très inquiétante.

[Français]

    Les mesures militaires ciblées que nous prenons ne nous empêchent en aucun cas de prendre aussi des mesures humanitaires. L'une n'exclut pas l'autre, au contraire.
    Nous offrons des abris d'urgence et une assistance médicale à des milliers de civils irakiens, en plus d'une assistance financière de grande envergure à d'autres gouvernements de la région qui sont touchés par la crise en Syrie.
    La sécurité sur le terrain est essentielle pour fournir de l'aide humanitaire. Il faut donc impérativement réduire les capacités de I'EIIL pour y arriver tout en atteignant les plus démunis.
    C'est pourquoi une intervention militaire d'une durée définie, telle que présentée dans la motion, est nécessaire pour arriver à ces fins. Ensuite, on pourra travailler avec nos partenaires irakiens sur le développement à moyen et à long terme, afin de renforcer les institutions civiles et la société civile. De plus, nous donnerons de l'espoir aux jeunes enfants et leur permettrons d'accéder à l'éducation, tout en assurant leur protection contre ces terribles actes de barbarie dont on a malheureusement été témoins dernièrement.
    Le Canada est le septième plus important pays en matière de fourniture d'aide par rapport à cette crise. Il fournit des aliments, des trousses d'hygiène, du matériel de cuisson, des couvertures, des tentes, des fournitures médicales et d'autres fournitures essentielles, tout en faisant des réparations d'urgence aux installations de canalisation des eaux et aux installations sanitaires, pour ne nommer que ces mesures.
    Nous continuerons à travailler de près avec nos alliés, afin de déterminer le meilleur moyen de pourvoir aux besoins des civils irakiens et, en particulier, des minorités religieuses persécutées.
    Pour toutes ces raisons, il ne fait aucun doute que tous devraient appuyer la motion.

  (1525)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, il y deux principes qui, selon moi, doivent être établis.
    Manifestement, les horreurs et les atrocités qui ont lieu actuellement en Irak ne sont pas les seules raisons de la participation du Canada, puisque de nombreuses tragédies internationales et atrocités ont malheureusement eu lieu avant aujourd'hui, que ce soit au Congo, au Darfour ou en Syrie avant cela.
    Ma question porte tout particulièrement sur ce que le Canada est disposé à faire. Nous avons demandé à maintes reprises quels seront les coûts pour le gouvernement sur le plan militaire. Jusqu'à présent, le gouvernement a refusé de répondre. Nous savons qu'en Afghanistan, le rapport était de 10 pour 1. Pour chaque tranche de 10 $ consacrée à l'intervention militaire en Afghanistan, nous avons dépensé 1 $ pour l'aide. Je demande au ministre de préciser s'il a donné ordre à son ministère d'appliquer un ratio semblable relativement à la crise en Irak.
    Il est évident, à entendre les conservateurs, que sans bombardements, on ne peut pas acheminer l'aide humanitaire ni assurer la sécurité de la population. Est-il d'avis qu'il s'agit de la seule façon pour le Canada de fournir de l'aide dans les zones de conflit?
    Dans la vaste majorité des missions d'aide que le Canada a menées au cours des années, nos militaires n'ont pas eu à effectuer de bombardements. Il semble donc que le Canada ne soit pas tenu de recourir aux bombardements pour offrir de l'aide.
    En outre, le ministre peut-il nous dire si le gouvernement a accepté un ratio quelconque pour les dépenses militaires du Canada par rapport aux dépenses consacrées à l'aide internationale?
    Monsieur le Président, pour ce qui est de la première partie de la question, comme le sait le député, la motion propose une action d'une durée limitée.
    C'est ce que nous proposons.

[Français]

    L'intention du gouvernement n'est pas de s'implanter dans un bourbier sans fin, mais plutôt de prendre des mesures ciblées.

[Traduction]

    N'oublions pas que nous sommes confrontés à l'EIIL, une menace d'envergure mondiale. C'est aussi simple que cela. Le Canada n'est pas à l'abri de ce qui arrive. Nos alliés ont décidé d'agir, et nous ne pouvons pas rester là à ne rien faire. Au contraire, nous devons participer. Cela nous amène à la deuxième partie de la question. Oui, il faut bien sûr maintenir un corridor humanitaire. On voit sur le terrain des minorités religieuses subir des persécutions constantes. On voit des gens, des travailleurs humanitaires, décapités. Il y a des purges ethniques, des massacres, des viols, de la traite de personnes, et j'en passe.
    Ces gestes barbares sont intolérables et inacceptables. Il s'agit d'une situation très inquiétante.
    Pour ce qui est de la capacité d'absorption, il faut faire affaire avec les organismes les plus crédibles et les plus solides du monde entier. C'est pourquoi nous avons, jusqu'ici, traité avec la Croix-Rouge, le Mercy Corps, Aide à l'enfance -- Canada et Développement et Paix.

  (1530)  

[Français]

    Nous voulons nous assurer que ces organismes ont accès aux gens dans le besoin, mais nous devons en faire plus. Toutefois, une mesure ciblée va de pair avec l'aide humanitaire. L'une ne va pas sans l'autre.

[Traduction]

    Monsieur le Président, le ministre offre des raisons très convaincantes, comme d'autres membres du caucus conservateur l'ont fait avant lui. Personne ne remet ces faits en question. Il a mentionné les décapitations, les massacres et les viols, parmi la longue liste des crimes contre l'humanité commis actuellement.
    Le gouvernement a décidé qu'une participation aux frappes aériennes et à une mission de combat représentait le meilleur usage des ressources canadiennes. Le ministre ne reconnaît-il pas que le Canada pourrait jouer d'autres rôles tout aussi valables sans prendre part aux combats?
    L'Allemagne a choisi de ne pas participer aux frappes aériennes, mais elle contribue autrement. Elle considère pouvoir être plus utile en adoptant un autre rôle.
    Jusqu'à quel point le ministre croit-il que...
    Le ministre a la parole.
    Monsieur le Président, le gouvernement a adopté une approche très mesurée et raisonnable.
    Voici comment nous concevons les choses. Voilà de 30 à 35 jours que nous participons à une mission sans combat, mais comme nous pouvons le constater, le cancer continue de se propager. Le Canada et ses alliés n'ont donc d'autre choix que de prendre des mesures supplémentaires pour freiner la progression de ce cancer, sans quoi la paix dans le monde sera en péril. À titre de ministre du Développement international, je suis responsable de l'aide humanitaire, et je dois rappeler à la Chambre qu'il n'est pas nécessaire de choisir entre les missions militaires ciblées et l'aide humanitaire offerte sur le terrain. Bien au contraire. Nous devons sécuriser un corridor humanitaire afin que nous puissions rejoindre les gens qui ont besoin d'aide. Et c'est exactement ce que nous faisons.
    Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat sur la question à l’étude.
    Je suis fier de faire partie du gouvernement, qui a proposé une approche équilibrée, responsable et raisonnable dans cette affaire. Nous contribuons effectivement à l’aide humanitaire dans cette région du monde, et ce, depuis un certain nombre d’années. Nous nous sommes montrés responsables à cet égard. Nous avons évalué pendant quelque temps la possibilité d’intervenir autrement qu'en participant aux combats et avons abouti à la conclusion, comme l’a récemment dit le ministre, qu’il fallait prendre la décision d’assumer un rôle de combat en Irak et dans cette région.
     Quand je considère les deux autres partis, je ne suis pas tout à fait surpris par la position des néo-démocrates, qui ont des antécédents d’isolationnisme et qui ont souvent rejeté toute intervention dans les affaires internationales. Ils l’ont fait tant à cause de ces antécédents que par choix. Ces dernières années, nous avons cru qu’ils s’orientaient vers une position plus proche de celle de l’ensemble des Canadiens. Ils l’ont peut-être fait pour essayer d’élargir leurs appuis. Toutefois, les derniers mois nous ont révélé qu’ils avaient décidé de revenir à leur position antérieure. Je ne crois pas que cela leur porte bonheur parce qu’une telle position implique en général de s’opposer aux accords commerciaux ainsi qu’à la mise en valeur des ressources et à la vente de celles-ci aux autres pays du monde. Elle implique de s’opposer à la plus grande partie du développement international. Nous apprenons maintenant qu’ils ont décidé de s’opposer énergiquement à ce que j’estime être une bonne décision du gouvernement.
    J’ai été un peu surpris jeudi dernier d’entendre que leur grande idée consiste à envoyer des enquêteurs internationaux dans la région pour essayer de recueillir des données. Nous comprenons tous que, face à une telle brutalité, à une telle barbarie, il serait impossible de garantir la sécurité de ces enquêteurs. J’ai trouvé l’idée naïve et un peu folle, si c’est là tout ce qu’ils ont à proposer. Bien sûr, il leur appartient de prendre leurs propres décisions, mais je n’en suis pas moins déçu.
    Par ailleurs, ce sont les libéraux qui m’ont vraiment surpris. Dans le passé, ils avaient l’habitude de donner leur appui et nous parvenions à trouver un terrain d'entente en cas de crise. Dans la situation présente, j’ai l’impression qu’ils n’arrivent pas à prendre une décision au sujet de ce qu’ils veulent faire.
    Au départ, leur chef a parlé d’appuyer l’intervention. Quelques membres de la vieille garde, comme Lloyd Axworthy, Dosanjh et Bob Rae, ont clairement dit qu’il fallait prendre un engagement, que le Canada devait agir et accepter d’engager une action militaire si on veut que la mission soit efficace.
    Nous avons pensé que le chef libéral adopterait la même position, mais, quelques jours plus tard, le discours a changé. Les libéraux ont décidé de mettre la transmission au point mort, puis ils ont fait marche arrière. Il est intéressant de noter leur position: ils ne veulent pas qu’on engage des Canadiens si loin d’ici contre des organisations terroristes qui comptent parmi les plus agressives et les plus brutales qu’on ait jamais connues. Je suppose que, pour les libéraux, il faudrait attendre que ces gens se manifestent chez nous, mais nous ne sommes pas disposés à les attendre.
     Le fait d’adopter trois positions différentes en deux semaines n’est probablement pas un record pour les libéraux. C’est simplement que je ne trouve pas cela très responsable compte tenu de la gravité de la situation. Il n’est pas inhabituel de voir ce genre de comportement irresponsable de leur part. J’aimerais passer en revue quelques exemples parce que je crois qu’il est important de déterminer ce que veulent les libéraux et ce qu’ils croient important pour le pays.
     Il est intéressant d’examiner les positions prises par les libéraux sur les questions internationales au cours de la dernière année et quelque. Je pense que c’est inquiétant. Par exemple, qui peut oublier la gaffe relative à l’Ukraine? L’observation faite alors était que les événements en Ukraine dépendraient des résultats obtenus par l’équipe russe de hockey aux Olympiques. Cela a été dit à un moment où des gens étaient tués. Certains se permettent de plaisanter pendant que des gens meurent.
    Il faut également penser à la réponse désinvolte donnée à une question concernant le gouvernement que le chef libéral aimait et admirait le plus. Il avait dit qu’il éprouvait une certaine admiration pour la Chine parce que la dictature fondamentale qui y est imposée lui permet de changer radicalement son orientation économique du jour au lendemain. Le chef libéral avait ainsi proclamé son admiration pour une dictature qui viole couramment les droits, qui limite considérablement la liberté d’expression et qui impose de sérieuses restrictions à la liberté des gens. Lorsqu’il a eu l’occasion de s’excuser de ce qu’il avait dit, il a précisé qu’il s’agissait de réflexions sur une économie en croissance. Il n’avait l’impression ni qu’il devait s’excuser ni qu’il avait commis une erreur quelconque. Il a simplement cherché à justifier ses propos.
    Nous avons également entendu dire que la première réaction du chef libéral à l’attentat à la bombe du marathon de Boston avait consisté à dire que nous devons chercher les causes profondes qui avaient fait agir ces individus afin d’être à même de mieux les comprendre, peu importe le carnage qu’ils avaient causé.

  (1535)  

    On nous a également dit qu’il ne fallait pas traiter de barbares les crimes d’honneur parce que cela embarrassait certaines personnes qui connaissent ces coutumes mieux que nous.
    Je dois dire qu’il y a un schéma qui se dessine du côté libéral, un schéma qui témoigne d’une incompréhension des valeurs fondamentales que les Canadiens jugent importantes. Les libéraux semblent incapables de voir que les Canadiens ont des valeurs qui, pour eux, valent la peine d’être protégées. Je pense qu’il y a un manque de compréhension et de réflexion à cet égard.
    Nous avons des décisions difficiles à prendre. Cela fait partie des obligations du gouvernement. Nous sommes disposés à agir. Toutefois, le fait d’éviter les décisions, de changer d’avis du jour au lendemain ou de dire n’importe quoi pour détourner l’attention en plaisantant au sujet de situations sérieuses ne témoigne sûrement pas d’un bon leadership ou d’une bonne gouvernance.
    Je tenais à évoquer ce qui s’est produit dans le passé parce que ces événements définissent un certain schéma. Voilà pourquoi je ne suis pas sûr que les plaisanteries de la semaine dernière concernant l’engagement militaire aient beaucoup surpris.
     Lorsque nous avons entendu ces propos, je n’ai pas cru que les gens trouveraient inhabituel qu’on parle d’exhiber nos CF-18 pour montrer à quel point ils sont gros et puissants. Est-ce là l’étendue de la compréhension qu’a le chef libéral de la situation? Je dirais, pour ma part, que ces paroles montrent certainement la profondeur de son analyse et la façon dont il réagit à une question sérieuse.
    Il était inconvenant d’user de ce temps et de ce lieu pour faire une plaisanterie juvénile laissant entendre que notre aide militaire dans ce domaine n’est rien de plus qu’un moyen étrange de se vanter de prouesses sexuelles. Je ne sais pas si cela a choqué quelqu’un à la Chambre. Cela aurait dû être le cas. Tous les Canadiens devraient trouver cela choquant d’un bout à l’autre du pays.
     Est-il déraisonnable de demander comment cet homme peut s’attendre à diriger notre pays quand il se permet de donner une réponse de ce genre? On ne peut pas prétendre qu’il soit inexpérimenté car ce n’est pas le cas. Je pense que c’est un indice de son incapacité à bien comprendre ce qui se passe et à apprendre en écoutant ce que les autres ont à dire.
     Il y a peu de temps, quelques-uns de ses anciens collègues ont fait un commentaire au sujet de la façon dont la question de l’avortement était traitée au Parti libéral. Sa réaction a consisté à dire que les gens qui n’ont pas directement connu une question donnée n’ont pas à formuler d’observation à son sujet. Chez moi, quelqu’un m’a demandé comment une personne d’âge moyen qui a vécu du produit d’une fiducie pouvait parler ainsi.

  (1540)  

    Monsieur le Président, j’invoque le Règlement.
    Je suis désolé d'interrompre mon collègue. Je sais qu’il est souvent difficile de cerner la question de la pertinence. Je ne vais pas contredire son commentaire sur le manque de jugement du chef libéral, ce que lui et de nombreuses autres personnes ont constaté. Cependant, pendant son intervention, je lisais la motion du gouvernement dont nous sommes saisis aujourd'hui au sujet des bombardements en Irak. Son commentaire repousse les limites de la pertinence lorsqu'il avance que l'opinion du chef libéral sur des enjeux comme l'avortement a une quelconque pertinence quant au rôle du Canada dans le cadre de la mission en Irak.
    Nous ne disposons que d'un temps très limité: nous n'avons que 10 minutes pour nos interventions et il y a une motion d'attribution de temps. Toutes les interventions sont donc limitées. Je prierais le Président de demander aux députés de s'en tenir à la motion dont nous sommes saisis et à son bien-fondé.
    Évidemment, les opinions du chef libéral sur les affaires internationales peuvent être pertinentes, mais le député va nettement plus loin en parlant du caractère d'une personne et d'enjeux qui n'ont manifestement rien à voir avec la motion en question.
    Je ne partage pas l'opinion du député de Skeena—Bulkley Valley. J'estime que le secrétaire parlementaire soulève un point pertinent lorsqu'il parle de la qualité de chef d'une certaine personne à la Chambre. C'est pertinent relativement à la position de ce parti. Il est vrai que le député s'est un peu éloigné du sujet; je lui demanderais donc de s'en tenir davantage à la motion dont la Chambre est saisie, mais je ne crois pas que ses propos étaient contraires au Règlement.
    Le secrétaire parlementaire peut poursuivre.
    Monsieur le Président, je comprends mon collègue d’en face, mais s’il avait écouté une minute de plus, il aurait peut-être eu une réponse à ses préoccupations. Car ce que le leader d’en face écoute n’est pas sans importance.
    Le député a d’anciens collègues qui lui disent avoir un lien, une expérience personnelle des faits. Ils lui disent qu’il doit modifier sa position, mais c’est un point de vue auquel il n’accorde aucune attention. Lorsque des personnalités d’État d’expérience venus de tous les horizons nous demandent de revoir notre position, nous le faisons, et le parti d’en face doit faire de même.
    Nous fournissons une aide humanitaire. L’opposition nous dit que nous devons le faire dans ce cas-ci. Or, nous l’avons fait dès le départ.
    Il nous faut certainement jouer un plus grand rôle si nous voulons protéger les Canadiens. Il ne s’agit pas ici d’une simple décision militaire. Le gouvernement est fier de présenter sa proposition, et nous allons l’appuyer.
    Nous assurons sur ce plan un leadership international. Je me pose honnêtement des questions sur les deux partis d’en face et je m’interroge sur ce qui semble être une incapacité de réagir correctement à la situation.
    Le NPD veut s’isoler. Fort bien. Cela n’étonne personne. Toutefois, les libéraux ont adopté trois ou quatre positions différentes au cours de la dernière semaine. C’est une tendance qui se dessine dans ce parti. Il faut que les Canadiens en soient conscients avant que ne vienne le moment de décider qui doit diriger notre pays. De toute évidence, le premier ministre a dirigé le Canada de main de maître. Aucune comparaison possible sur le plan du leadership.
    Notre société est multiculturelle et complexe, et le Canada est appelé de façon particulière à promouvoir la coexistence pacifique dans le monde entier, et notamment en Irak, où cohabitent divers groupes et communautés. Nous possédons chez nous une riche tradition de diversité, de respect et de tolérance, et cette tradition nous a valu la paix et la prospérité pour notre société.
     Par notre engagement en Irak, nous honorerons la tradition canadienne en luttant contre la haine et les persécutions, en défendant les valeurs que sont le pluralisme et la liberté de religion et en aidant les Irakiens à se bâtir un avenir plus stable.
    Monsieur le Président, le ministre du Développement international et le secrétaire parlementaire ont dit que l’un ne va pas sans l’autre. Pourtant, lorsque nous demandons une enquête nationale sur les femmes autochtones tuées ou disparues, il semble que nous ne puissions pas avoir les deux.
    Dans ce cas-ci, nous avons constaté maintes fois qu’il existe une demande d’aide humanitaire: assainissement de l’eau, mesures d’hygiène, sécurité alimentaire, abris, soins de santé, protection et interventions intégrées sexospécifiques. Voilà où se situent les besoins.
    Nous avons vu bien des fois que ce n’est pas un cas isolé. D’autres pays ont fait la même chose, mais nous ne nous empressons pas d’aller en guerre avec eux. Nous ne nous précipitons pas en disant que nous allons prendre les choses en main et les aider, qu’ils le veuillent ou non.
    Le secrétaire parlementaire pourrait-il dire si le gouvernement de ce pays a demandé de l’aide humanitaire ou de l’aide militaire? Qui au juste nous a demandé une intervention militaire? Combien cela coûtera-t-il? Les conservateurs feront-ils preuve de transparence quant aux coûts?
    Nous savons ce qui s’est passé pendant la guerre en Afghanistan. Les conservateurs n’ont pas été transparents au sujet des coûts.

  (1545)  

    Monsieur le Président, j’ai entendu le même discours une ou deux fois chez les députés d’en face. À les entendre, on dirait qu’il s’agit d’aller quelque part où il y a eu une catastrophe naturelle, une sécheresse ou une famine, sans qu’il y ait le moindre conflit. Je me demande s’ils essaient d’induire les Canadiens en erreur ou si, simplement, ils ne comprennent pas que nous avons affaire à l’une des organisations les plus brutales et barbares du monde, une organisation qui s’est emparée d’une région, qui ne la cédera pas de plein gré et qui ne souhaite pas que la paix règne là-bas.
    Si nous voulons que les réfugiés puissent rentrer chez eux, que la société se rebâtisse, il faudra que quelqu’un intervienne et agisse pour que cet objectif soit atteint. Et pour cela, il faudra un engagement militaire. Or, l’opposition, et surtout le NPD, ne veut pas reconnaître que quelqu’un doit se rendre là-bas et qu’il faut parfois recourir à l’action militaire. Nous sommes prêts à prendre cet engagement.
     Je peux dire un mot des autres engagements que nous avons pris. Nous avons débloqué 15 millions de dollars pour soutenir les mesures de sécurité en Irak. Nous avons dépensé plus de 28 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires, dont 20 millions de dollars pour les populations touchées par les troubles civils. Nous avons prévu encore 10 millions de dollars pour les réfugiés syriens. Nous avons ajouté l’Irak à la liste canadienne des pays en développement partenaires.
     Nous ne croyons pas qu’il faille isoler l’élément militaire de la composante humanitaire. Il s’agit là d’un ensemble que nous pouvons constituer. Nous souhaiterions vraiment que les députés d’en face appuient cet ensemble intégré au lieu de n’en défendre qu’une petite partie.
    Monsieur le Président, ma question à l'intention du secrétaire parlementaire porte sur les conversations que j'ai entendues au cours de la journée. Elles m'inquiètent vraiment.
    Je suis le fils d'immigrants néerlandais qui sont arrivés au Canada après avoir été libérés par les Forces canadiennes en 1945. Il y avait une dimension humanitaire à cette libération. Les Forces canadiennes ont participé activement à l'opération Manna, qui a aidé un grand nombre de Néerlandais à survivre à l'hiver de famine, comme on l'a appelé. Sans l'intervention de forces armées pour obliger les oppresseurs à battre en retraite, cette aide humanitaire a essentiellement permis aux gens de traverser cette période, mais leur vie ne tenait qu'à un fil.
    En songeant à ce chapitre de l'histoire, je frémis à l'idée de ce qui serait arrivé à mes parents et à leur famille si le Parlement canadien avait adopté à l'époque la même attitude qu'à l'heure actuelle.
    Le secrétaire parlementaire pourrait-il parler de cet enjeu et reconnaître à quel point il est troublant pour nous qui sommes descendants de parents immigrants?
    Monsieur le Président, voilà pourquoi les Canadiens devront se demander qui ils veulent à la tête du pays au cours des prochaines années.
    Je signale entre autres que les minorités religieuses de l'Irak ont été la cible d'une campagne de violence sexuelle et sexospécifique. Pensez à la situation des chrétiens en Irak. Des centaines de milliers de chrétiens ont fui leur domicile, pour se joindre aux quelque 1,8 million de personnes maintenant déplacées à cause de la violence. Les chrétiens ont presque tous disparu de la région. Avant 2003, on comptait plus de 1 million de chrétiens en Irak, dont 600 000 à Bagdad. On estime maintenant qu'ils étaient moins de 400 000 à la fin de juillet, et on sait que bien d'autres ont fui l'Irak depuis.
    Nous pourrions parler d'autres minorités si j'avais plus de temps, mais c'est la raison pour laquelle cette question et la réponse sont pertinentes. Nous devons tout mettre en oeuvre pour faire échec à cette organisation.