Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

41e LÉGISLATURE, 2e SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 162

TABLE DES MATIÈRES

Le lundi 26 janvier 2015




Débats de la Chambre des communes

VOLUME 147 
l
NUMÉRO 162 
l
2e SESSION 
l
41e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le lundi 26 janvier 2015

Présidence de l'honorable Andrew Scheer

    La séance est ouverte à 11 heures.

Prière


  (1100)  

[Français]

Vacance de siège

Sudbury 

    Il est de mon devoir de faire savoir à la Chambre que la vacance suivante est survenue dans la députation: M. Thibeault, député de la circonscription électorale de Sudbury, a démissionné le lundi 5 janvier 2015.

[Traduction]

    Conformément à l'alinéa 25(1)b) de la Loi sur le Parlement du Canada, j'ai adressé au directeur général des élections l'ordre officiel d'émettre un bref d'élection en vue de pourvoir à cette vacance.

[Français]

Message du Sénat

    J'ai l'honneur de faire savoir à la Chambre que le Sénat a transmis un message à la Chambre pour l'informer qu'il a adopté le projet de loi suivant qu'il soumet à l'assentiment de la Chambre: le projet de loi S-7, Loi modifiant la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, la Loi sur le mariage civil, le Code criminel et d’autres lois en conséquence.

INITIATIVES PARLEMENTAIRES

[Initiatives parlementaires]

Loi protégeant les contribuables et supprimant la pension des politiciens déclarés coupables d'une infraction

    La Chambre passe à l'étude du projet de loi C-518, Loi modifiant la Loi sur les allocations de retraite des parlementaires (indemnité de retrait), dont le comité a fait rapport avec des propositions d'amendement.

[Traduction]

Décision de la présidence  

    Trois motions d'amendement figurent au Feuilleton des avis pour l'étude à l'étape du rapport du projet de loi C-518.

[Français]

    La motion no 3 ne sera pas choisie par la présidence car elle aurait pu être présentée en comité.

[Traduction]

    Les motions nos 1 et 2 seront groupées pour les fins du débat et seront mises aux voix selon les modalités que l'on peut consulter au Bureau.

[Français]

    Je vais maintenant soumettre les motions nos 1 et 2 à la Chambre.

  (1105)  

[Traduction]

Motions d'amendement  

Motion no 1
    Que le projet de loi C-518, à l'article 2, soit modifié par substitution, aux lignes 16 à 18, page 1, de ce qui suit:
« date, est condamnée soit pour une infraction au Code criminel mentionnée au paragraphe (4), soit à une peine d'emprisonnement de cinq ans ou plus pour une infraction à toute autre loi fédérale — dont les faits sont survenus en tout ou en partie pendant qu'elle avait la qualité de parlementaire — une »
Motion no 2
Que le projet de loi C-518, à l'article 3, soit modifié par substitution, aux lignes 28 à 31, page 3, de ce qui suit:
« date, est condamnée soit pour une infraction au Code criminel mentionnée au paragraphe 19(4), soit à une peine d'emprisonnement de cinq ans ou plus pour une infraction à toute autre loi fédérale — dont les faits sont survenus en tout ou en partie pendant qu'elle avait la qualité de parlementaire — une indemnité de »

[Français]

    — Monsieur le Président, je vous souhaite une bonne année, ainsi qu'à tous les députés qui sont réunis à la Chambre aujourd'hui. Nous aurons du travail à faire à la Chambre des communes au cours des prochains mois. Même si je suis triste de quitter mes amis et ma famille à Burnaby—New Westminster, je suis content que nous nous retrouvions ici afin de travailler pour le peuple, pour les Canadiens.
    Selon moi, ce projet de loi va beaucoup intéresser le public canadien. Les amendements qui y ont été apportés par les conservateurs vont aussi intéresser nos concitoyens de partout au pays. Je suis donc content de me lever à la Chambre pour prononcer ce premier discours de la nouvelle année 2015 et parler du projet de loi C-518.

[Traduction]

    Comme le savent les députés, le NPD était favorable au principe du projet de loi. D'ailleurs, lorsque la mesure a été présentée initialement, nous avons signalé que l'ancien gouvernement néo-démocrate de la Nouvelle-Écosse fait figure de pionnier à cet égard, lui qui a présenté un projet de loi provincial dans le but d'empêcher les élus reconnus coupables de toucher leur pension à leur libération. Nous appuyions le principe du projet de loi et avons voté en faveur du renvoi de celui-ci au comité.
    Or, ce que je ne peux que qualifier de pouvoir centralisateur du Cabinet du premier ministre est venu brouiller les cartes dans ce dossier. C'est ce qui explique que nous proposions les amendements dont le Président vient de faire état. Ils visent à colmater les brèches que le comité a ouvertes. Nous avons bon espoir que les députés conservateurs appuieront nos propositions d'amendement, car nous sommes convaincus que la plupart des Canadiens y sont favorables.
    Lorsque le projet de loi a été présenté, nous avons soulevé des préoccupations très claires à l'idée que l'on exploite des failles pour contrevenir à des lois du Parlement. Comme on le sait, le parlementaire qui contrevient à une loi du Parlement commet un grave abus de confiance. Nous l'avons constaté, en particulier, dans le cas des sénateurs conservateurs et libéraux, mais cela s'est aussi vu ici même, à la Chambre des communes; pensons entre autres à l'ancien député Dean Del Mastro, qui a démissionné peu avant Noël.
    Des crimes ont été commis. Dans le cas de M. Del Mastro, le tribunal l'a reconnu coupable. Ce député a commis des crimes, et il était important pour nous que le projet de loi C-518 tienne compte de ces infractions criminelles, qui découlent d'une violation d'une loi du Parlement.
    À notre grand étonnement, au beau milieu du scandale impliquant M. Del Mastro, les députés conservateurs membres du comité chargé d'étudier le projet de loi C-518 ont présenté un amendement soustrayant du projet de loi les infractions criminelles de ce genre. Je ne blâme pas le parrain du projet de loi. Je le crois bien intentionné. J'ai l'impression qu'à son avis, le projet de loi devrait s'appliquer à tous les députés qui sont trouvés coupables d'infractions criminelles graves, y compris celles qui violent les lois du Parlement.
    Comme nous l'avons constaté dans le cas d'autres mesures législatives présentées par les conservateurs, l'ordre entraînant l'amendement adopté en comité est toutefois venu d'en haut. J'en déduis qu'il est venu du Cabinet du premier ministre. On soustrait essentiellement toute infraction criminelle à une loi du Parlement de la portée générale du projet de loi.
    Que faut-il en comprendre? Que le cas de Del Mastro révèle une faille importante dans la mesure législative. Si le projet de loi était adopté tel quel, les infractions commises par les sénateurs libéraux et conservateurs seraient tolérées, tout comme les infractions imputées à Dean Del Mastro. Le projet de loi tel qu'il a été amendé par les conservateurs en comité ne retirerait pas les allocations de retraite aux fautifs, même dans le cas d'infractions criminelles graves.
    Nous sommes donc devant un curieux cas de sélection arbitraire des infractions auxquelles s'appliquerait le projet de loi. C'est pour cette raison que nous avons décidé de présenter, en deux motions, les amendements dont nous sommes saisis aujourd'hui. Nous voulons ainsi faire en sorte que toutes les violations graves et les infractions criminelles, y compris les violations aux lois du Parlement — qui, à n'en pas douter, constituent des abus de confiance de la part des députés, qui ont le devoir de respecter les lois — entraînent le retrait des allocations de retraite.

  (1110)  

[Français]

    C'est pour cette raison que nous proposons ces deux motions, et nous espérons qu'elles recevront l'appui des députés du gouvernement.
    La motion se lit en partie comme suit:
[...] soit pour une infraction au Code criminel mentionnée au paragraphe (4) [...]
    Cela tient compte des violations déjà incluses dans le projet de loi, tel qu'amendé par les membres du comité, avec une majorité conservatrice.
    La motion dit aussi:
[...] soit à une peine d'emprisonnement de cinq ans ou plus pour une infraction à toute autre loi fédérale [...]
    Nous aurions ainsi le droit d'enlever à ces députés leur pension.
    Pour le moment, on a une liste qui inclut certaines violations à la loi et qui traite bien sûr des dispositions du Code criminel. Certains articles sont mentionnés; toutefois, les violations aux lois fédérales, que nous sommes censés appliquer en tant que députés, ne sont pas incluses.
    De toute évidence, c'est pour cela que nous voulons réparer les dommages faits par la majorité conservatrice au comité, car certaines lois ont été éliminées. Cela a changé la portée du projet de loi. Ces amendements rendraient le projet de loi plus équitable, notamment en ce qui concerne les violations majeures, dont les peines d'emprisonnement de plus de cinq ans; ces violations doivent faire partie de la portée de ce projet de loi.
    C'est une simple question de bon sens. Nous ne parlons pas de quelque chose de radical. Je pense même que la très grande majorité des Canadiens et Canadiennes sont d'accord avec nous à ce sujet. Nous sommes là pour appuyer des lois fédérales et le Code criminel. Dans les deux cas, s'il y a eu violation criminelle majeure, elle doit être sanctionnée.
    Or dans la situation qui nous occupe, ce n'est pas le cas. On parle de certaines violations au Code criminel. On ne parle pas du tout des violations aux lois fédérales, même quand il s'agit, par exemple, de la Loi électorale du Canada.
    Dans le cas de M. Del Mastro, ancien député conservateur, il s'agissait d'une violation majeure. Cela a été considéré la même semaine en comité, et cela a bien sûr été l'occasion pour les députés conservateurs d'envoyer un message. Les conservateurs ont miné leur propre projet de loi. Nous sommes en train de réparer les dégâts.
    Avec notre chef de l'Opposition officielle bien expérimenté, nous sommes prêts à agir. Dans les mois qui suivent et l'automne prochain, nous allons réparer les dégâts faits par le gouvernement conservateur. Nous avons le temps de le faire.
    Aujourd'hui, nous continuons notre travail de réparation des dégâts en proposant des motions et des amendements qui relèvent du gros bon sens, afin de réparer les dégâts faits par les membres conservateurs du comité, quand ils ont enlevé les violations aux lois fédérales et changé ainsi la portée du projet de loi C-518.

  (1115)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis heureux de retrouver mes collègues ici aujourd'hui.
     Il me fait plaisir de prendre la parole pour appuyer le projet de loi C-518, Loi modifiant la Loi sur les allocations de retraite des parlementaires (indemnité de retrait). Ce projet de loi louable a été présenté par un député qui craint que des parlementaires ayant enfreint la loi puissent toucher des prestations de retraite payées par les contribuables canadiens.
    Tous les parlementaires sont tenus de se conformer aux normes les plus élevées en matière de responsabilité. Il leur incombe de protéger l'intégrité de nos institutions publiques, et leurs actions devraient être fondées sur l'intégrité, la confiance et le respect de l'argent des contribuables canadiens. Le projet de loi à l'étude aujourd'hui est conforme à ces principes clés de notre démocratie, et c'est pourquoi le gouvernement l'appuie fermement.
    Plus précisément, le projet de loi aurait pour effet de priver de leurs prestations de retraite les sénateurs et les députés reconnus coupables d'une infraction en fonction de critères particuliers que j'aborderai dans quelques instants. Il s'agirait d'un changement heureux et important à notre système de gouvernement.
    À l'heure actuelle, si un parlementaire prend sa retraite ou démissionne avant d'être expulsé ou empêché d'occuper son siège au Parlement pour avoir commis un crime, il a encore droit à sa pension de retraite. Dans bien des cas, cette situation est inacceptable, en particulier s'il s'agit d'une infraction grave en vertu du Code criminel. Il existe de nombreuses situations dans lesquelles des parlementaires reconnus coupables de certaines infractions ne devraient pas continuer de recevoir des prestations de retraite payées par les contribuables.
    Le projet de loi amendé définit clairement les critères d'inadmissibilité. Il s'agit d'une liste d'infractions prévues au Code criminel, qui ne s'appliquerait que si la condamnation a été prononcée à compter de la date d'entrée en vigueur de cette mesure législative. Cette liste comprend des infractions graves, comme la corruption d'un fonctionnaire, le parjure ou le fait d'intimider le Parlement, qui sont toutes passibles d'une peine d'emprisonnement maximale de 14 ans. La liste englobe aussi des infractions comme l'entrave à la justice et le vol de plus de 5 000 $, qui sont passibles d'une peine d'emprisonnement maximale de 10 ans.
    Un parlementaire visé par le projet de loi n'aurait droit qu'à une indemnité de retrait, qui constitue en fait le remboursement de ses cotisations de retraite. À ce montant, il faudrait soustraire toute allocation de retraite déjà versée et ajouter les intérêts qui s'appliquent. Cependant, les cotisations faites par l'employeur ne seraient pas incluses dans le montant. En outre, le parlementaire ne serait plus admissible à l'assurance médicale ou dentaire une fois à la retraite.
    Le gouvernement a déjà pris des mesures pour assurer la pérennité, l'équité et la solvabilité des régimes de retraite du secteur public. En 2012, nous avons réformé les régimes de retraite des députés et des fonctionnaires pour qu'ils se comparent davantage aux régimes offerts ailleurs et qu'ils soient justes par rapport à ceux offerts dans le secteur privé. Il s'ensuit que les taux de cotisation des fonctionnaires et des députés seront fondés sur un modèle de partage des coûts à parts égales, 50-50, d’ici 2017.
    Nous nous sommes engagés à accroître la reddition de comptes et la transparence dans nos institutions publiques et c'est ce que nous faisons.
    Une étape importante a été franchie lors de la mise en oeuvre de la Loi fédérale sur la responsabilité de 2006 et du plan d'action qui en découle. Grâce à la Loi fédérale sur la responsabilité et à son plan d'action, nous avons mis en place de nombreuses mesures pour empêcher que des actes criminels et contraires à la démocratie nuisent à notre régime de gouvernement. Par exemple, nous avons assujetti le financement des partis politiques à une nouvelle norme de responsabilité en abaissant le plafond annuel des contributions des particuliers à des entités politiques et en interdisant aux syndicats et aux sociétés commerciales de verser des contributions politiques.
    Nous avons mis fin aux dons secrets à des candidats politiques en défendant aux associations de circonscription électorale et aux partis de transférer de l'argent à leurs candidats à partir de fonds en fiducie.
    Le gouvernement a présenté une nouvelle Loi sur les conflits d'intérêts et donné des pouvoirs au nouveau commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique pour qu'il puisse la faire respecter.
    Nous avons durci la Loi sur l'enregistrement des lobbyistes en imposant des règles plus strictes aux activités de lobbying et en accordant au nouveau commissaire au lobbying des pouvoirs accrus, qui lui permettent de mener des enquêtes sur ces activités et de faire respecter les règles.
    Nous avons procédé à une réforme de l'adjudication des contrats gouvernementaux en rendant le processus plus transparent et en nommant un ombudsman de l'approvisionnement indépendant chargé d'assurer une surveillance supplémentaire.

  (1120)  

    Nous avons renforcé la Loi sur l'accès à l'information en élargissant sa portée et son champ d'application. En conséquence, plus d'institutions gouvernementales que jamais sont visées par la loi, y compris des ministères et des organismes, des sociétés d'État et des filiales à cent pour cent.
    Nous avons renforcé le rôle du vérificateur général en élargissant les pouvoirs d'enquête de son bureau, ce qui a permis à des parlementaires de demander des comptes au gouvernement.
    Nous avons resserré les exigences en matière de vérification et de reddition de comptes au sein des ministères en précisant les responsabilités de gestion des administrateurs généraux dans le cadre de la responsabilité ministérielle et en favorisant la fonction de vérification interne au sein des ministères et des sociétés d'État.
    En résumé, nous avons resserré les exigences en matière de reddition de comptes dans l'ensemble du gouvernement, du premier ministre aux parlementaires, en passant par les fonctionnaires et à l'égard de tous les particuliers et entreprises qui reçoivent des fonds publics.
     Les Canadiens travaillent dur, paient leurs impôts et respectent les règles, et ils s'attendent à ce que leur gouvernement leur rende des comptes. C'est pour cette raison que nous continuons de chercher des moyens et de soutenir les efforts qui promettent de rendre nos institutions publiques plus transparentes, responsables et éthiques. Le projet de loi C-518, qui est conforme à l'esprit de notre Loi fédérale sur la responsabilité et de notre plan d'action historiques, figure parmi ces mesures. Il vise les députés de la Chambre des communes et les sénateurs, parce que les législateurs ne devraient jamais être au-dessus des lois.
    C'est un projet de loi que nous pouvons tous appuyer. Nous espérons qu'il dissuadera les personnes qui seraient tentées d'adopter une conduite criminelle. Comme l'a dit très succinctement mon collègue le parrain du projet de loi au cours du débat, le projet de loi est destiné à prévenir les gens qu'il ne faut pas violer les règles. Ceux qui les respectent recevront leur pension.
    Le projet de loi nous avertit sans ambiguïté que toute personne qui s'avise d'enfreindre la loi dans notre pays subira les conséquences de ses actes. C'est un projet de loi très solide, qui est de surcroît conforme aux efforts du gouvernement en matière de reddition de comptes, de transparence et de protection des contribuables. Il épouse les valeurs chères aux Canadiens que sont l'honnêteté, l'ardeur au travail et l'équité. Voilà pourquoi nous appuyons le projet de loi. J'encourage tous les députés à se joindre à moi et à voter pour le projet de loi.
    De plus, je voudrais remercier mon collègue pour l'excellent travail qu'il a accompli en préparant et en présentant son projet de loi.
    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui à propos du projet de loi C-518, qui mérite notre appui en principe. Les objectifs et les buts que l'on se propose d'atteindre avec le projet de loi sont admirables.
    Le sujet des pensions est brûlant d'actualité. Au cours de la pause, nous avons eu amplement l'occasion d'en discuter. Bien qu'il y ait lieu de se réjouir du projet de loi, les inquiétudes bien réelles qui se manifestent au sujet des pensions dépassent le cadre de ce projet de loi. J'aurais de beaucoup préféré que nous abordions ce sujet plus vaste aujourd'hui.
    Le député qui a pris la parole avant moi a beaucoup parlé de la transparence, de la reddition de comptes et du respect de l'éthique. Il a exprimé des idées merveilleuses que j'admire. Je respecte ce que le député a essayé de nous dire. Cependant, même si j'appuie le projet de loi, je préférerais que le gouvernement nous parle davantage d'autres questions reliées aux pensions.
    Au cours des dernières années, le gouvernement a suscité un énorme tollé à cause des décisions qu'il a prises à l'égard du Régime de pensions du Canada, et surtout de l'âge d'admissibilité à la Sécurité de la vieillesse, qu'il a jugé bon de faire passer de 65 à 67 ans. Le gouvernement a beau prendre le temps de se pencher sur les pensions des députés, je l'encourage également à consacrer du temps et des efforts à ouvrir davantage le débat sur les pensions, et à reconnaître que les personnes qui souffrent vraiment des mesures budgétaires sont celles qui dépendent de ces pensions publiques. Je commettrais donc une erreur si je prenais la parole sans rappeler au gouvernement à quel point il a manqué à sa responsabilité de soutenir les aînés qui ont besoin d'aide et qui aspirent à une retraite confortable. Le gouvernement a eu tort de faire passer l'âge de la retraite de 65 à 67 ans.
    Pour ce qui est des détails du projet de loi, notons qu'il ajouterait des dispositions concernant l'allocation de retraite des députés de manière à tenir compte de la situation où un sénateur ou un député est déclaré coupable d'une infraction survenue pendant qu'il occupait la fonction de parlementaire. Pour ce faire, on mettrait en place le même mécanisme prévu pour les politiciens devenus inaptes à occuper la fonction de parlementaire. À l'heure actuelle, lorsqu'un député ou un sénateur est expulsé du Parlement, il perd sa pension, tandis que, s'il démissionne avant d'être expulsé, il la garde. Ce projet de loi, que j'ai étudié au comité, a été conçu expressément pour éliminer cette échappatoire, du moins, en partie.
    Il n'y a rien de nouveau en tant que tel dans le fait que les parlementaires reçoivent une pension et que certains d'entre eux en soient privés lorsqu'ils agissent de manière inappropriée. D'autres provinces ont tenté de régler cette question, et certaines ont plus de succès que d'autres à cet égard. Ainsi, tant l'Alberta que le Nouveau-Brunswick ont tenté de régler cette question. Comme on l'a souligné, en 2013, la Nouvelle-Écosse a adopté une loi visant à éliminer les pensions.
    Ce que j'ai aimé, c'est qu'on nous a fourni un exemple bien précis d'un député indépendant qui a finalement été privé de sa pension après avoir plaidé coupable à des accusations de fraude et d'abus de confiance, qui découlaient d'un scandale lié à des dépenses. En effet, ce député avait reçu des fonds publics après avoir présenté 10 fausses réclamations en 2008 et en 2009. Pour diverses raisons, mais surtout à cause de cette mesure législative et de sa condamnation, cette personne n'avait plus droit à sa pension de député.

  (1125)  

    À l'heure actuelle, la loi est claire: si un député ou un sénateur se retrouve dans une situation similaire et qu'à l'issue d'un vote, on lui signifie qu'il doit quitter ses fonctions à la Chambre des communes, il n'aura plus droit à sa pension. Si cette personne décide plutôt de démissionner avant d'être reconnue coupable ou d'être expulsée de la Chambre des communes, elle continuera d'avoir droit à sa pension.
    Quiconque examine cette situation parviendra à la conclusion, comme moi et bien d'autres personnes d'ailleurs, que ce n'est pas acceptable. Ces personnes essaient d'échapper à la justice en annonçant leur retraite pour éviter de devoir rendre compte de leurs agissements et pour pouvoir toucher une pension financée par les fonds publics.
    Ce principe se trouve au coeur même de la question. C'est de cette façon qu'on a abordé le projet de loi C-518 à l'étape de la deuxième lecture. Il était nécessaire d'éliminer cette échappatoire. C'est pour cette raison que je suis disposé à appuyer la mesure législative.
    Au comité, des préoccupations ont été exprimées au sujet d'autres personnes qui pourraient avoir droit à une pension. Par exemple, on a parlé du conjoint d'un député qui, à la suite d'un divorce, aurait droit à une partie de la pension et devrait être pris en compte dans cette situation.
    Les réponses proposées ne m'ont pas vraiment satisfait. Mais au bout du compte, à la lumière des garanties et des renseignements fournis, il m'apparaît justifié d'appuyer ce projet de loi tel qu'il est proposé par le gouvernement. Il faudra tout de même garder à l'esprit que d'autres éléments méritent notre attention.
    D'une manière générale, cette mesure met en lumière la responsabilité qui incombe aux représentants élus. On attend un comportement éthique de la part de ceux qui sont élus à une assemblée législative ou à la Chambre des communes, ou nommés au Sénat. Comme ces institutions examinent et adoptent les lois du pays, on s'attend à ce que leurs membres respectent la loi.
    Quand des politiciens contreviennent à la loi, leur geste doit être puni. Il m'apparaît approprié d'examiner les pensions que recevraient les députés provinciaux ou fédéraux, en gardant à l'esprit que cette mesure législative ne s'applique qu'aux députés fédéraux et aux sénateurs.
    Dans les faits, cette mesure législative ne s'appliquerait qu'à très peu de personnes. Comme le montrent les commentaires fournis, notamment lors de l'examen en comité, seulement quelques personnes auraient été touchées si cette mesure avait été en vigueur au cours des dernières décennies.
    Depuis un certain temps, la question de la confiance des citoyens envers les parlementaires retient beaucoup l'attention. Ce regain d'intérêt découle des événements survenus au Sénat, dont les cas de Pamela Wallin et de Mike Duffy, sans oublier Dean Del Mastro.
    Il faut adopter ce projet de loi. C'est pourquoi je l'appuierai au moment du vote.

  (1130)  

[Français]

    Monsieur le Président, j'ai le plaisir aujourd'hui de me lever pour parler de ce projet de loi.
    Comme plusieurs, je viens d'une région éloignée. La majorité de gens de mon comté ont un travail difficile. Ils travaillent fort pour garder leur emploi, afin de rapporter quelque chose à manger à la maison. Pour la plupart d'entre eux, s'ils perdent leur emploi, ils n'auront pas droit à une indemnité de départ. Ce qu'ils vont toucher sont ridicules en comparaison avec ce que nous pouvons toucher en tant que députés lorsque nous quittons nos fonctions.
    Cela dit, le député a voulu présenter un projet de loi pour empêcher que des gens reconnus d'une infraction puissent bénéficier de ces privilèges. Je pense que, dans le but de bien représenter les Canadiens, vouloir empêcher les gens coupables d'une infraction de bénéficier de ces privilèges est tout à fait louable.
    Le projet de loi a été étudié et modifié en comité, et il y a maintenant une liste d'infractions auxquelles le projet de loi s'appliquerait. Malheureusement, à mon avis, en adoptant cette façon de faire, le député a ignoré plusieurs infractions qui devraient aussi faire que l'indemnité de départ oit abolie. On ne peut pas modifier la loi chaque fois que se présente un nouveau cas. Cela n'a pas de sens. Il aurait fallu trouver un moyen pour que la majorité des infractions soient déjà incluses. En effet, en vertu du projet de loi actuel, il faudra ajouter des cas auxquels nous n'aurons pas pensé. Il seront donc ajoutés part la suite, mais ils ne pourront être rétroactifs. Cela sera sans fin.
    Par exemple, en Nouvelle-Écosse, la loi s'applique aux infractions passibles d'un emprisonnement maximal de cinq ans. Cela englobe tout de même une bonne majorité des infractions. La liste que nous avons contient plusieurs dispositions, mais je ne vois rien, par exemple, sur le cas d'un député qui aurait commis des agressions sexuelles ou du harcèlement sexuel dans le cadre de ses fonctions lors d'événements auxquels il aurait participé. Je crois que la majorité des Canadiens s'opposeraient au fait que quelqu'un qui doit renoncer à ses fonctions, soit parce qu'il a été reconnu coupable de cela, soit parce que les gens lui en ont voulu aux élections, ait droit à son indemnité de retrait. Cela n'a aucun sens. En mettant une liste exhaustive d'articles de loi, on risque toujours d'en oublier un qui aurait du sens.
    Par ailleurs, en comité, nous avons demandé que soient ajoutées des infractions à certaines lois, comme les infractions à la Loi électorale du Canada, à la Loi de l’impôt sur le revenu ou à la Loi sur le Parlement du Canada. Toutefois, cela n'a malheureusement pas été accepté.
    Dans le cas de la Loi électorale du Canada, les députés — on ne peut pas parler de sénateurs — peuvent dire qu'ils sont ici en raison des dispositions de cette loi. C'est ce qui fait que nous sommes députés, c'est ce qui détermine que nous pouvons siéger et que nous avons le droit de nous lever à la Chambre et de parler. C'est directement lié à notre fonction de parlementaire et cela a été exclu du projet de loi. Tout le monde à la maison est capable de se rendre compte que cela n'a absolument aucun sens. Tout le monde se demande pourquoi nous avons ont fait cela. Cela n'a pas de sens.
    Si on se penche sur la question, on constate qu'un député conservateur, M. Dean Del Mastro, a démissionné parce qu'il a été trouvé coupable d'avoir contrevenu à la Loi électorale et de ne pas avoir obtenu son poste de député de manière légale. Il n'aurait même pas dû siéger puisqu'il avait illégalement obtenu son poste. Toutefois, il va avoir droit à son indemnité de départ et à sa pension. Cela n'a absolument aucun sens, et je crois que tous les Canadiens en sont offusqués. Ils le seront encore plus quand ils se rendront compte que les conservateurs ont modifié le projet de loi, qui était basé sur la bonne volonté, afin qu'il ne puisse pas s'appliquer à ce député.

  (1135)  

    De plus, ce n'est pas rétroactif. Je comprends qu'on ne puisse pas reculer de 50 ans, mais il s'agit de cas tout nouveaux. Quand le député en question a remis sa démission, j'étais assise près de lui. Je me souviens encore de cet événement, qui est tout frais dans la mémoire des Canadiens. Dans ce cas-là, on a dit que ce n'était pas grave.
    Quant à M. Penashue, un ministre qui avait aussi contrevenu à la loi électorale et qui avait choisi de démissionner, il n'a pas été réélu. Pourtant, il conserve lui aussi tous ses privilèges. Ce sont donc deux exemples de députés conservateurs qui, comme par hasard, se retrouveraient exclus des sanctions du projet de loi. Pour un député qui prônait l'importance de défendre les contribuables, je trouve qu'il est un peu à côté de la traque.
    Il y a plusieurs autres lois. En ce qui concerne la Loi de l'impôt sur le revenu, on n'arrête pas de dire qu'il faut lutter contre l'évasion fiscale. Or on ne serait même pas prêt à sévir contre un député qui prônait cela à la Chambre et qui évitait l'impôt lui-même. Cela n'a absolument aucun sens. Comment les Canadiens peuvent-ils faire confiance à leurs parlementaires s'ils se rendent compte qu'on s'arrange pour trouver toutes sortes de passe-droits aux parlementaires qui trichent? Cette attitude contribue au découragement des gens vis-à-vis de la politique et diminue leur confiance en nous. C'est extrêmement dommage.
    Il est grand temps de mettre fin à l'hypocrisie et de se rendre compte qu'il est important d'être le plus inclusif possible quand on décide d'entreprendre un tel projet de loi ou une telle idée. Il faut aussi être souple, car tout n'est pas toujours blanc ou noir. Toutefois, en choisissant une liste exhaustive, on risque de rater l'objectif. Je suis sûre que même les conservateurs, un jour ou l'autre, se mordront les doigts de ne pas pouvoir sévir contre un député qui aura enfreint la loi en raison de leur liste exhaustive. Ils vont se rendre compte qu'ils ont raté la chance de faire un vrai projet de loi qui aurait pu s'appliquer à tous.
    En ce qui concerne la fraude, les conservateurs ne sont pas les seuls qui ont des problèmes. Il y en a aussi du côté du Sénat. Le libéral Mac Harb, qui a démissionné et qui a injustement réclamé 50 000 $ pour des frais de subsistance et de déplacement, conserve ses allocations. Ce qui est encore pire dans le cas des sénateurs, c'est qu'il n'y a pas de conséquences pour eux. On ne peut même pas s'arranger pour qu'un sénateur perde ses prochaines élections. Ceux qui sont coupables de fraude n'ont qu'à s'excuser publiquement, puis ils gardent toutes leurs indemnités financières.
     Pendant ce temps, des gens viennent régulièrement à mon bureau parce qu'ils ont des problèmes concernant l'assurance-emploi ou leur déclaration d'impôt. L'Agence du revenu du Canada leur demande de rembourser certains montants, et ils vont le faire. Toutefois, il s'agit d'erreurs non intentionnelles et de montants dérisoires, si on les compare à ceux dont il est question aujourd'hui, même s'ils sont très importants pour les citoyens normaux. Pour les parlementaires qui enfreignent la loi, cela dépend; s'ils sont du bon côté du gouvernement, on s'arrange pour modifier le projet de loi de façon à ce qu'il ne s'applique pas à eux. C'est de l'hypocrisie.
    Les gens vont donc comprendre pourquoi je vais voter contre le projet de loi. L'idée était bonne, mais en raison de ce que les conservateurs ont fait en comité, ils ratent la chance de montrer qu'ils sont prêts à lutter contre le crime même quand celui-ci est commis par des anciens collègues.

  (1140)  

    Si on est prêts à faire le vrai travail, le NPD est prêt à accepter un projet de loi qui traite vraiment de l'ensemble des infractions. Toutefois, à l'heure actuelle, ce n'est vraiment qu'un projet de loi factice qui s'applique à certains cas seulement . Les modifications faites en comité étaient vraiment une erreur.
    Monsieur le Président, premièrement, puisque c'est mon premier discours de l'année, j'aimerais commencer en vous souhaitant, ainsi qu'à tous mes collègues de la Chambre et à tous ceux qui nous écoutent, une très bonne année 2015. Au NPD, on attend impatiemment l'année 2015 depuis longtemps, parce qu'on sait tous que c'est une année électorale.
    L'année est particulièrement importante pour nous, parce que c'est le temps de faire le ménage. Nous devons réparer les dégâts causés par les gouvernements antérieurs, autant conservateurs que libéraux. Par ailleurs, c'est dommage de devoir commencer la nouvelle année en parlant de scandales et, malheureusement, de députés et de sénateurs qui ont violé la loi.
    Le projet de loi C-518 vise à modifier la Loi sur les allocations de retraite des parlementaires. On appuie en principe l'objectif de supprimer les pensions de retraite et les allocations aux anciens membres du Sénat ou députés de la Chambre des communes déclarés coupables de certaines infractions au Code criminel.
    La portée du projet de loi a été modifiée en comité, et je vais en parler plus tard. En fait, je veux dire dès le départ que le principe est bon. Tous les Canadiens qui nous écoutent ou qui suivent ce qui se passent sur le plan politique en ont assez des scandales et d'entendre parler d'un Mike Duffy, par exemple, qui a commis une fraude ou d'un Dean Del Mastro qui a été déclaré coupable d'avoir enfreint la Loi électorale du Canada. On parle par exemple de sénateurs conservateurs et libéraux; ma collègue a mentionné Mac Harb. Toutefois, il ne faut pas oublier le scandale des commandites qui tache encore les libéraux.
    Les gens en ont assez de toute cette corruption et de cette façon de faire, c'est de la vieille politique. C'est pourquoi, à la base, on appuie le fait qu'on veut s'y attaquer. C'est vrai qu'il est injuste qu'une personne déclarée coupable ait droit à une pension ou à des allocations. Le projet de loi contient une certaine disposition d'équilibre où on dit qu'une personne déclarée coupable pourrait quand même recevoir le montant équivalent à ses contributions au régime de pensions ainsi que l'intérêt. Même si une personne est reconnue coupable, il est vrai qu'une certaine partie lui est due. Le problème, c'est la façon de faire du gouvernement.
    Pour ce qui est des scandales survenus au cours de la dernière session et bien récemment du côté des conservateurs, on a constaté que ces derniers, en majorité au comité, ont voulu protéger un des leurs. Après avoir, comme on dit en anglais, thrown under the bus M. Dean Del Mastro, ils ont quand même voulu protéger sa pension. Les membres conservateurs sont arrivés avec une liste exhaustive et spécifique d'infractions, et ils ont fait en sorte que Dean Del Mastro puisse avoir droit à sa pension. Je trouve déplorable qu'ils aient joué avec un projet de loi, bon à la base, pour protéger un des leurs. C'est une façon de faire tout à fait inacceptable, surtout lorsqu'on sait que la personne en question a été déclarée coupable d'avoir violé la Loi électorale du Canada.
    En fait, ce que le NPD voulait et qu'il continue à proposer dans le cadre d'amendements et de motions, c'est d'élargir la portée du projet de loi et de fermer cette porte ouverte pour protéger un conservateur. Il faut que cette loi soit appliquée de façon impartiale et honnête.
    Je vais donner d'autres exemples. Ce qui a été proposé initialement et ce qu'on demande aussi, c'est que les lois fédérales,par exemple la Loi de l'impôt sur le revenu, la Loi sur le Parlement du Canada et toutes les lois qui concernent le palier fédéral, fassent partie de la portée de ce projet de loi.
     Malheureusement, les conservateurs ont refusé nos amendements proposés en comité. Toutefois, cette façon de faire ajoute au cynisme. On a une bonne intention, c'est-à-dire de punir ceux qui fraudent et contreviennent à la loi. Toutefois, d'une façon purement partisane, les conservateurs, qui on le sait sont majoritaires également en comité, ont choisi de modifier le projet de loi pour protéger un des leurs. C'est totalement inacceptable.

  (1145)  

     Par ailleurs, en ce qui concerne les infractions, pourquoi ne pas inclure la Loi de l'impôt sur le revenu? Lorsque j'étais porte-parole en matière de revenu national pour l'opposition officielle, on avait proposé une motion, qui avait été étudiée au Comité permanent des finances, visant à s'attaquer aux paradis fiscaux et à l'évasion fiscale. Après des négociations, j'ai réussi à convaincre mes collègues conservateurs et libéraux de s'attaquer à ce problème, et c'est pourquoi nous avons étudié cela en comité.
    Malheureusement, le refus des conservateurs d'inclure la Loi de l'impôt sur le revenu dans les infractions démontre clairement leurs mauvaises intentions. Ils acceptent de faire une étude, mais ils refusent de punir les fraudeurs du fisc. J'espère que cela va changer et qu'ils vont comprendre que cela ne les aide pas, même s'ils veulent protéger leurs amis. Dans ce cas-ci, il s'agit de Dean Del Mastro, mais il en existe d'autres. Tout comme les libéraux n'avaient pas agi lorsqu'ils étaient au pouvoir, les conservateurs ne font rien, même s'ils disent agir.
    C'est pourquoi j'ai bien hâte d'avoir un chef expérimenté, en 2015, qui fera avancer les choses et qui réparera les dégâts causés par les gouvernements conservateurs et libéraux.
    Pour en revenir au projet de loi, pourquoi ne veut-on pas s'attaquer à ceux qui contreviennent à nos lois? Je pose cette question à mes collègues de l'autre côté. Pourquoi ont-ils limité la portée de ce projet de loi, alors que son principe était bon, simplement pour protéger l'un des leurs? Cela créera certaines ouvertures pour d'autres fraudeurs, qui pourront notamment profiter de l'exclusion de la Loi de l'impôt sur le revenu dans les infractions.
    Cela est plus ou moins surprenant. Il ne faut pas oublier que le gouvernement conservateur est le premier de l'histoire du Canada à avoir été déclaré coupable d'outrage au Parlement. Il est clair que ce gouvernement veut protéger ses amis et ses députés qui enfreignent ses propres lois.
    Cela nous ramène un peu à la question de la reddition de comptes. Les sénateurs sont inclus dans ce projet de loi. Tout le monde connaît les scandales de Mike Duffy, Mac Harb et Pamela Wallin. Or ceux-ci ont été nommés par ce gouvernement, sauf Mac Harb, qui a été nommé par les libéraux. La position du NPD est claire: ces sénateurs ne devraient pas avoir leur place dans notre démocratie. Le NPD est pour l'abolition de cette vieille institution qu'est le Sénat, et nous allons y arriver.
     Dans ce cas-ci, pourquoi les conservateurs veulent-ils protéger l'un des leurs qui a été déclaré criminellement responsable en modifiant un projet de loi dont l'idée était louable et qui avait l'appui des partis de l'opposition? On se retrouve avec un projet de loi dilué et cela confirme ce qu'on dit toujours: on laisse aller encore une fois les sénateurs et les députés qui fraudent.
     Si on veut être responsable et changer ce cynisme souvent dû aux politiciens eux-mêmes, pourquoi agir de cette façon? C'est inacceptable. J'espère que mes collègues de l'autre côté vont considérer nos amendements et les appuyer.

  (1150)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis bien content de pouvoir m'adresser ainsi à la Chambre des communes en cette première journée de la session d'hiver 2015. Selon certains, il pourrait s'agir de notre dernière session. Comme me l'ont dit quelques électeurs de ma circonscription, il est grand temps qu'on nous offre la chance de nous débarrasser de ces coquins, de les remplacer par un gouvernement néo-démocrate et de faire de vrais changements qui profiteront aux Canadiens. D'ici là, nous n'aurons d'autre choix que d'étudier les mesures législatives qui nous sont soumises, d'essayer de corriger quelques-unes des erreurs grossières commises par le gouvernement actuel et de faire le nécessaire pour que les intérêts des électeurs de Dartmouth—Cole Harbour soient bien représentés.
    Cela dit, je reconnais le bien-fondé du projet de loi C-518. Les Canadiens en ont assez des élus qui enfreignent la loi et rompent le lien de confiance avec le public et qui s'attendent à ce que le gouvernement prennent soin d'eux. Malheureusement, le projet de loi C-518 est tout simplement à des lieues de ce à quoi, à mon sens, son parrain pouvait avoir en tête.
    Après un scandale en matière de dépenses, en 2010, la Nouvelle-Écosse a adopté une loi semblable, mais qui va beaucoup plus loin. Elle s'attaque notamment à quelques-uns des problèmes que nous avons soulevés au comité et ici, à la Chambre. Je pense entre autres à la question de la rétroactivité. Car il ne faudrait surtout pas que les députés ou les sénateurs puissent se défiler au moment qu'ils jugent opportun, alors que tout le monde sait qu'ils ont enfreint la loi et perdu la confiance du public, que le verdict de culpabilité soit rendu ou non.
    La loi néo-écossaise permet entre autres au conjoint — ou à l'ancien conjoint — des élus visés de toucher la partie de la pension à laquelle il aurait normalement eu droit. Elle permet en outre au gouvernement de saisir la pension des élus fautifs si ceux-ci lui doivent de l'argent. Les députés conviendront certainement qu'il s'agit de deux dispositions extrêmement importantes, puisqu'elles touchent aux notions d'équilibre et de justice.
    Les électeurs de Dartmouth—Cole Harbour ont pu constater que la Nouvelle-Écosse a pris des mesures pour empêcher les parlementaires qui violent la loi et minent la confiance du public d'obtenir des prestations de retraite ou d'autres avantages auxquels ils auraient eu droit compte tenu des fonctions qu'ils occupaient. Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a connu du succès dans ce dossier. Les habitants de Dartmouth—Cole Harbour appuient l'objet du projet de loi, et ils veulent que la mesure législative soit adoptée. Ils souhaitent que nous allions de l'avant dans ce dossier, et nous leur avons fait part de nos préoccupations à l'égard du projet de loi.
    Nous voulons qu'une telle mesure législative soit adoptée, mais les lacunes dont nous avons déjà parlé nous inquiètent. Nous avons donc proposé quelques amendements.

  (1155)  

    Si le gouvernement souhaite vraiment que la mesure législative ait l'effet escompté, il doit corriger deux problèmes. Premièrement, il a, pour ainsi dire, expressément prévu que le projet de loi protégerait l'ancien député Dean Del Mastro. Le gouvernement a réécrit le projet de loi afin que ce dernier soit exonéré de toute responsabilité et qu'il ne soit pas visé par le projet de loi. C'est inacceptable, et, à mon avis, les Canadiens le reconnaissent.
    Deuxièmement, au lieu d'établir les règles qu'il conviendrait de respecter, le gouvernement a plutôt énuméré les lois qu'il faudrait violer pour que les sanctions s'appliquent. Le gouvernement a soigneusement choisi les lois qui doivent être violées pour que le projet de loi trouve application. Par exemple, il a délibérément omis d'inclure la Loi électorale du Canada. Nous avons été clairs dans notre motion: il est inacceptable que le gouvernement choisisse les lois qui seraient visées. C'est d'ailleurs ce que les experts nous ont affirmé. Il faut qu'il ressorte clairement des dispositions du projet de loi qu'il est ici question de violation de la loi et d'abus de la confiance du public.
    L'amendement est très important. En voici le libellé:
date, est condamnée soit pour une infraction au Code criminel mentionnée au paragraphe (4), soit à une peine d'emprisonnement de cinq ans ou plus pour une infraction à toute autre loi fédérale — dont les faits sont survenus en tout ou en partie pendant qu'elle avait la qualité de parlementaire [...]
    Il est question ici de « toute » loi fédérale. Il est insensé de laisser des députés qui ont enfreint la loi électorale, comme l'ancien député Dean Del Mastro, s'en tirer impunément. C'est ce que les gens que je représente m'ont dit. Si nous voulons réellement adopter des lois qui mettront fin à cette pratique et tenir les fonctionnaires responsables de leurs actes, c'est quelque chose que nous devons modifier.
    La rétroactivité est le deuxième aspect problématique. Pour le corriger, nous suggérons d'ajouter ce qui suit.
date, est condamnée soit pour une infraction au Code criminel mentionnée au paragraphe 19(4), soit à une peine d'emprisonnement de cinq ans ou plus pour une infraction à toute autre loi fédérale — dont les faits sont survenus en tout ou en partie pendant qu'elle avait la qualité de parlementaire [...]
    Je veux dire au gouvernement que les habitants de Dartmouth—Cole Harbour appuient l'objet du projet de loi C-518, mais ne souhaitent pas que nous acceptions une mesure législative qui prétend faire quelque chose quand ce n'est pas vraiment le cas. Cette mesure législative excuserait les actes de certains députés ou sénateurs ministériels, par exemple, alors que le gouvernement prétend vouloir se pencher sur les problèmes d'éthique et d'intégrité au sein du gouvernement et obliger les gens à rendre compte de leurs actes.
    J'ai indiqué aux habitants de ma circonscription que si c'est là l'objectif visé, et que le gouvernement reconnaît ce principe et les amendements que nous avons proposés au projet de loi, nous pourrions peut-être parvenir à adopter un projet de loi qui fait ce qu'il est censé faire. C'est le message que mes concitoyens veulent que je transmette à la Chambre. J'espère que le gouvernement est à l'écoute.

  (1200)  

    J'espère que nous allons pouvoir faire en sorte que le projet de loi nous permette d'exiger des comptes des titulaires de charge publique qui enfreignent la loi ou trahissent la confiance du public.

[Français]

    La période prévue pour l'étude des affaires émanant des députés est maintenant expirée et l'ordre est reporté au bas de l'ordre des priorités au Feuilleton.

Privilège

Les questions au Feuilleton  

[Privilège]
    Monsieur le Président, je prends en effet la parole cet après-midi à propos d'une question de privilège à l'égard de la question écrite Q-393 que j'ai soumise au Feuilleton le 27 mars 2014, de la réponse donnée pour cette question par le gouvernement le 14 mai 2014 et d'un document contenant des échanges entre fonctionnaires du ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration sur la préparation de la réponse à ma question, document que j'ai obtenu grâce à la Loi sur l'accès à l'information.

[Traduction]

     Je suis d'avis que l'ingérence du gouvernement dans la préparation de la réponse à ma question écrite m'a gênée dans l'exercice de mes fonctions parlementaires, et que cela constitue donc une atteinte à mes privilèges de députée.

  (1205)  

[Français]

    Je vous demande, monsieur le Président, d'examiner trois éléments de preuve lorsque vous étudierez ma demande: tout d'abord, la question que j'ai soumise au gouvernement; deuxièmement, la réponse qui a été fournie par le gouvernement à ma question; et finalement, les documents que j'ai obtenus grâce à la Loi sur l'accès à l'information. Ces documents contiennent des échanges des fonctionnaires du ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration à propos de ma question écrite Q-393.
    Je ne lirai pas ici ma question écrite, mais je précise qu'elle portait sur le budget alloué, sur le temps d'attente moyen ainsi que sur les ressources humaines affectées, de 2005 à 2014, au traitement des demandes de visa, des demandes d'immigration et des demandes soumises au Programme de parrainage privé de réfugiés par le ministère. Elle était divisée en plusieurs sous-questions, comme c'est la pratique dans le cas des questions écrites.
    Aux sous-questions concernant le temps d'attente moyen pour le traitement d'une demande de visa, d'une demande d'immigration et d'une demande soumise au Programme de parrainage privé de réfugiés, j'ai obtenu la même non-réponse suivante:
     Pour répondre de manière adéquate à cette question, une longue recherche détaillée des dossiers de CIC serait nécessaire, et ce n'est pas réalisable dans le délai demandé. Bien que certaines des données ci-dessus sont disponibles, de nombreux autres points de données nécessitent plus de temps à extraire en raison de la structure des systèmes d'information du Ministère. Après le processus d'extraction, le rapport devrait alors être revu dans son intégralité afin d'assurer la qualité des données. Comme la question vise également des données sur une période de neuf ans, une réponse complète et précise à cette question n'est pas réalisable dans les délais prescrits pour les raisons exposées ci-dessus.
    Après avoir soumis une demande grâce à la Loi sur l'accès à l'information, j'ai appris que ce n'était pas cette réponse que les fonctionnaires du ministère prévoyaient soumettre pour ma question. En effet, l'échange de courriels que j'ai obtenus démontrent que les fonctionnaires du ministère travaillaient à répondre à ma question écrite.
    Dans un courriel daté du 1er mai 2014, une fonctionnaire du ministère explique que, vu la quantité d'informations demandées, la réponse prendra environ deux semaines à être préparée. Elle explique donc qu'il y aura un délai, mais que le travail est tout à fait faisable.
    Un courriel datant du lendemain, le 2 mai 2014, ordonne alors aux fonctionnaires qui travaillaient à cette question de suspendre leur travail, car: .

[Traduction]

     En effet, le bureau du ministre a avisé le bureau du sous-ministre adjoint des opérations qu'il devait se servir de la même réponse que celle donnée à la question Q-359.

[Français]

    La question Q-359 avait reçu une non-réponse de la part du gouvernement.
    Des questions de privilège ont été soulevées à plusieurs reprises à la Chambre au sujet des questions écrites. Chaque fois, le Président en question a jugé qu'il ne lui incombait pas de déterminer si le contenu des documents déposés à la Chambre était exact.
    Je comprends ce principe. Cependant, ce n'est pas la nature de la réponse qui pose problème ici, mais bien le fait que le bureau du ministre a fait obstruction aux travaux des fonctionnaires du ministère. Le bureau du ministre s'est immiscé dans le travail des fonctionnaires pour empêcher ces fonctionnaires de produire une réponse satisfaisante à ma question écrite.
    Je juge que cette forme d'obstruction est une atteinte à mes privilèges fondée de prime abord.
    Dans La procédure et les usages de la Chambre des communes, deuxième édition, on énonce, à la page 517, le but des questions écrites de manière suivante:
[...] les questions écrites sont inscrites au Feuilleton [...] dans le but d'obtenir du gouvernement des renseignements détaillés volumineux ou techniques concernant « quelque affaire publique ».
    De plus, dans le rapport de novembre 2004 de la vérificatrice générale, le chapitre 7, intitulé « Le processus suivi pour répondre aux questions des parlementaires inscrites au Feuilleton », énonce que:
    Le droit d'obtenir des renseignements du gouvernement et le droit de le tenir responsable de ses actes sont deux des principes fondamentaux du gouvernement parlementaire.
    Les questions écrites font partie de la trousse d'outils que les Canadiens, par le biais de leurs représentants élus, peuvent utiliser pour s'acquitter de leur devoir fondamental de tenir le gouvernement responsable. Le gouvernement ne peut s'ingérer dans la préparation des réponses. Il doit laisser ses fonctionnaires faire leur travail.
    La deuxième édition de La procédure et les usages de la Chambre des communes énonce, à la page 109, que:
    Pour qu'il y ait à première vue matière à question de privilège, la présidence doit être convaincue que les faits confirment les propos du député selon lesquels il a été gêné dans l'exercice de ses fonctions parlementaires et que la question a un lien direct avec les délibérations du Parlement.
    Le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre a aussi affirmé ce qui suit dans un rapport publié en 2005:
    La barre servant à déterminer s’il y a atteinte au privilège est nécessairement haute et, dans le cas d’un député, il doit y avoir un lien étroit avec ses activités parlementaires.
    J'aimerais donc, monsieur le Président, vous démontrer comment l'ingérence du ministre dans la préparation de la réponse à ma question écrite a eu une incidence directe sur ma capacité à exercer mes fonctions de parlementaire.
    En février et en mai dernier, la Chambre a procédé à l'étude, à l'étape de la deuxième lecture, du projet de loi C-24, Loi modifiant la Loi sur la citoyenneté et d'autres lois en conséquence. En juin, le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration, auquel je siège, a également effectué son étude sur le même sujet. On peut donc constater qu'il existe un lien direct entre l'obstruction du ministre et les délibérations du Parlement.
    En effet, lors de l'étude du projet de loi C-24, le gouvernement a dit à plusieurs reprises vouloir éliminer les arriérés de demandes et réduire à moins d'un an les délais de traitement des demandes d'immigration d'ici 2015-2016. Pour y arriver, le gouvernement a prévu éliminer certains intermédiaires dans le processus d'octroi de citoyenneté.
    Néanmoins, nous savons qu'en général les arriérés de ce type de demande ont doublé en sept ans, alors que les délais de traitement, de leur côté, ont doublé en quatre ans, passant de 15 mois, en 2009, à 31 mois, à la fin de l'exercice 2013-2014. On comprendra qu'il aurait été primordial pour mon travail de députée de mieux comprendre les délais auxquels font face ces demandeurs, incluant le nombre de demandes ainsi que les budgets affectés au traitement de ces demandes, pour pouvoir effectuer une étude complète du projet de loi C-24 et en avoir une meilleure compréhension.
    Il devient de plus en plus évident que les délais de traitement des demandes imposent des fardeaux fiscaux et psychologiques aux familles en attente de réponse. Le projet de loi C-24 a imposé des délais d'attente supplémentaires à des milliers de résidents permanents qui étaient désireux d'intégrer la famille canadienne et qui s'apprêtaient à soumettre leur demande. Une réponse adéquate à ma question écrite m'aurait permis d'avoir une idée beaucoup plus juste de l'ampleur du problème, ainsi que d'être dans une meilleure position pour présenter des solutions alternatives à la réduction des délais de traitement et des arriérés.
    Dans la 21e édition d'Erskine May, l'outrage est décrit ainsi:
[...] tout acte ou toute omission qui entrave une chambre ou l'un de ses membres ou fonctionnaires dans l'exercice de ses fonctions ou qui tend à produire un tel résultat peut être considéré comme un outrage, même s'il n'existe aucun précédent à l'infraction.
    Vu tous les faits que je viens de mentionner, je crois qu'il n'existe aucun doute que l'obstruction du ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration dans la rédaction de la réponse à ma question écrite Q-393 constitue un outrage et une violation de mes privilèges de députée, qui ont affecté ma capacité à exercer mes fonctions parlementaires.
    Pour faciliter votre étude, monsieur le Président, je soumets des copies de ma question écrite Q-393, de la réponse du gouvernement et du document que j'ai obtenu grâce à la Loi sur l'accès à l'information. Monsieur le Président, si vous trouvez qu'il y a eu de prime abord atteinte à mes privilèges de députée, je serai prête à présenter une motion appropriée lorsque viendra le temps.

  (1210)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration fera part de sa réponse à la question de privilège de la députée en temps et lieu.

[Français]

    Nous allons attendre la réponse du ministre, puis le Président rendra sa décision.

INITIATIVES MINISTÉRIELLES

[Initiatives ministérielles]

  (1215)  

[Traduction]

Loi sur la sûreté des pipelines

    — Monsieur le Président, c'est un privilège et un honneur pour moi de représenter les électeurs de la grande circonscription de Kenora et de poursuivre le débat sur la sûreté des pipelines.
    L'une des plus belles réussites de notre pays est son extraordinaire capacité à développer ses ressources naturelles à l'aide de nouvelles technologies et de l'innovation. Qu'il s'agisse de libérer l'incroyable potentiel énergétique des sables bitumineux, d'extraire de l'uranium pour alimenter les centrales nucléaires ou de développer nos vastes ressources hydroélectriques, les industries énergétiques canadiennes continuent de se montrer à la hauteur.
    Plus nous produisons d'énergie au Canada, plus nous sommes en mesure d'en exporter une part croissante aux marchés internationaux dont la demande ne cesse d'augmenter. Le choix est simple: construire l'infrastructure énergétique nécessaire pour atteindre ces nouveaux marchés, ou laisser nos ressources dans le sol.
    L'expansion du commerce de l'énergie n'est pas simplement une priorité pour le gouvernement; c'est un impératif. Nous reconnaissons que pour que ce potentiel réalise, le public doit avoir la certitude que les infrastructures ne posent aucun danger.
    Grâce à son plan de développement responsable des ressources, le gouvernement a renforcé la protection de l'environnement, amélioré la consultation des peuples autochtones et rendu les délais plus prévisibles pour l'examen réglementaire des projets. Il a également mis en place une réglementation faisant en sortie qu'en cas d'accident, ce soit les sociétés, et non les contribuables, qui soient tenues responsables.
    Un réseau de plus de 73 000 km de pipelines sous réglementation fédérale sillonne le Canada. Ces pipelines transportent du pétrole, du gaz naturel et des produits pétroliers d'un océan à l'autre et par-delà nos frontières. Ces produits énergétiques servent à chauffer nos maisons et nos lieux de travail. Ils font fonctionner les usines et les exploitations agricoles. Ils alimentent les véhicules automobiles, les autobus, les trains et les avions qui nous permettent de nous déplacer dans notre ville, dans notre pays et dans le monde entier.
    Plus précisément, en 2013, le Canada a produit plus de 3,5 millions de barils de pétrole et 13,7 milliards de pieds cubes de gaz naturel par jour, dont la grande majorité, c'est-à-dire une valeur de plus de 100 milliards de dollars, a été expédiée par pipeline.
    Même si l'aspect économique est convaincant, nous avons toujours dit clairement que, pour qu'un projet obtienne le feu vert, on devra d'abord prouver qu'il est dans danger pour les Canadiens et pour l'environnement. D'ailleurs, plus de 99,999 % des produits pétroliers transportés entre 2008 et 2013 au moyen d'un réseau de plus de 72 000 km de pipelines sous réglementation fédérale ont été transportés de manière sécuritaire. Ce bilan solide est en grande partie attribuable à nos exigences réglementaires rigoureuses et à l'excellent travail de l'Office national de l'énergie.

[Français]

    Les entreprises qui exploitent des pipelines doivent prévoir, prévenir et gérer les situations potentiellement dangereuses associées à leurs pipelines. Elles doivent élaborer des programmes pour faire face aux problèmes liés à la sécurité et aux situations d'urgence, gérer l'intégrité, sensibiliser le public et protéger l'environnement.
     L'Office national de l'énergie examine et vérifie toutes ces mesures. Même si le dossier de sécurité des pipelines est impressionnant, nous devons viser l'objectif de zéro incident. C'est le but du projet de loi. La Loi sur la sûreté des pipelines vise à améliorer davantage le bilan du Canada, puisqu'elle actualise la Loi sur l'Office national de l'énergie.

[Traduction]

    Cette mesure législative enverrait un signal clair. Le gouvernement respecterait l'engagement qu'il a pris dans le discours du Trône en instaurant un système de sécurité de calibre mondial inscrivant le principe du pollueur-payeur dans la loi.
    Nous sommes déterminés à réduire les risques que pose — pour la santé et la sécurité du public et de l'environnement — l'exploitation de la richesse énergétique du Canada qui crée des emplois et de la prospérité pour les Canadiens. Cet engagement continu à l'égard de la sécurité et la protection environnementale fait partie de notre plan d'exploitation responsable des ressources. Ce plan est un processus continu visant à trouver de nouvelles et de meilleures façons d'améliorer notre système réglementaire de calibre mondial.
    Cette mesure législative est la prochaine étape de notre processus continu visant à renforcer le système de sécurité des pipelines au Canada. Il s'appuierait sur les précédentes mesures régissant la sécurité des pipelines, lesquelles ont conféré de nouveaux pouvoirs à l'Office national de l'énergie pour imposer des sanctions administratives pécuniaires et pour augmenter le nombre de ses inspections et de ses vérifications. La Loi sur la sûreté des pipelines irait encore plus loin. Autrement dit, nous nous appuierions sur ce bilan de sécurité irréprochable dans 99,999 % des cas, applicable à plus de 72 000 kilomètres de pipelines sous réglementation fédérale.
    Notre objectif est de nous assurer que nous possédons un système de sécurité des pipelines de calibre mondial, fondé sur des éléments figurant parmi les meilleurs au monde. Il s'appuierait sur trois piliers: premièrement, la prévention; deuxièmement, la préparation et l'intervention; troisièmement la responsabilité et l'indemnisation.
    La Loi sur la sûreté des pipelines donnerait suite à notre engagement de redoubler d'efforts pour garantir que les Autochtones participent à tous les aspects des opérations de sécurité des pipelines.
    Permettez-moi d'expliquer ces améliorations plus en détail.

  (1220)  

[Français]

    En premier lieu, nous allons examiner les mesures de prévention. Pour viser le développement responsable des ressources, nous devons prendre toutes les mesures possibles pour éviter les incidents. Nous demanderons à l'Office national de l'énergie de donner des directives sur l'application des meilleures technologies disponibles pour la construction et l'exploitation de pipelines. Les technologies continuent de s'améliorer et le gouvernement est résolu à s'assurer que chaque projet est durable sur le plan de l'environnement.
    En tant que mesure préventive supplémentaire, la loi précise les pouvoirs de vérification et d'inspection de l'Office national de l'énergie. Elle énonce l'obligation juridique d'une entreprise de répondre aux demandes de l'office liées aux vérifications. Pour protéger les pipelines des dommages accidentels, l'Office national de l'énergie s'efforcera d'harmoniser les zones de sécurité des pipelines avec les provinces.
    Il est nécessaire d'aviser les autorités et d'obtenir l'approbation avant de creuser ou de bâtir dans les zones de sécurité. Cette mesure de sécurité permet de prévenir les dommages aux pipelines.
    Nous prendrons aussi des mesures dans les domaines de la préparation et des mesures d'intervention. Nous renforçons les exigences, surtout dans le domaine financier, pour nous assurer que les entreprises sont en mesure de faire face à un incident, s'il y a lieu.
     La Loi sur la sûreté des pipelines inscrit dans la loi le principe du pollueur-payeur. La loi énonce que les entreprises qui exploitent des pipelines doivent avoir un certain niveau de ressources financières pour être en mesure d'intervenir en cas de déversement, soit 1 milliard de dollars pour les entreprises qui exploitent des pipelines importants. Les entreprises doivent démontrer leur capacité financière et, en outre, une partie de ces fonds doit être facilement accessible pour assurer une intervention rapide en cas d'incident.
    Le projet de loi énonce d'autres mesures. La loi accorde à l'Office national de l'énergie le pouvoir de prendre les mesures qui s'imposent en cas d'incident et de gérer le nettoyage dans des circonstances exceptionnelles. Cela signifie que le gouvernement fournit une sécurité financière de manière à ce que l'ONE ait les ressources nécessaires pour payer les coûts de nettoyage. En outre, si une entreprise ne peut payer les dommages aux personnes touchées, le gouvernement peut établir un tribunal d'indemnisation en matière de pipelines pour rationaliser le processus de plaintes.
    Dans les deux cas, la loi élargit le pouvoir de l'ONE en lui permettant de recouvrer les coûts des entreprises s'il doit intervenir. Les Canadiens auront l'assurance que tout incident est géré adéquatement et que les contribuables sont protégés.
    Il faut surtout souligner l'engagement du gouvernement à travailler avec les communautés autochtones. En collaboration avec les collectivités et l'industrie, nous élaborerons une stratégie pour accroître la participation des Autochtones aux mesures de sécurité visant les pipelines.

  (1225)  

    J'aimerais souligner que le gouvernement s'assurera de collaborer avec les Autochtones d'une manière qui protège l'environnement local et respecte les droits ancestraux issus des traités.

[Traduction]

    La responsabilité et l'indemnisation forment le troisième élément ou pilier couvert par ce projet de loi. À l'échelle mondiale, nous sommes de véritables leaders lorsqu'il est question de responsabilité et d'indemnisation. La responsabilité des compagnies exploitant des pipelines est illimitée lorsqu'elles sont déclarées fautives ou coupables de négligence, et le projet de loi dont nous sommes saisis permettrait aussi de mettre en place une limite de responsabilité absolue visant toutes les compagnies exploitant des pipelines. Dans le cas des entreprises qui exploitent un pipeline majeur, cette responsabilité serait fixée à 1 milliard de dollars. Cela signifie que les compagnies exploitant des pipelines seraient tenues financièrement responsables des dommages, et ce, peu importe ce qui s'est passé, qui a causé le problème ou comment l'incident s'est produit. Cette norme serait on ne peut plus claire.
    La Loi sur la sûreté des pipelines donnerait au gouvernement la possibilité d'intenter des poursuites contre les compagnies exploitant des pipelines afin qu'elles assument les coûts liés aux dommages causés à l'environnement. Le projet de loi donne également à l'ONE le pouvoir d'ordonner le remboursement des frais de nettoyage payés par le gouvernement ou par des particuliers à la suite d'un déversement. Les compagnies devraient assumer la totalité des coûts de nettoyage et des indemnités.
    Je souligne également que le projet de loi prévoit que les compagnies exploitant des pipelines demeureraient à jamais responsables de leurs pipelines abandonnés. Si un incident devait se produire, les exploitants devraient payer tous les frais et les indemnités relatifs à leurs pipelines, et ce, même si ceux-ci ne servent plus. Cette mesure rassurera les propriétaires de terres, puisqu'elle permet de s'assurer qu'ils n'auront jamais à assumer la responsabilité d'un pipeline.
    En outre, grâce à ce projet de loi, l'ONE serait autorisé à récupérer les sommes déboursées pour prendre des mesures si l'industrie ne prenait pas ses responsabilités à la suite d'un incident. Je le répète, les compagnies exploitant des pipelines seraient tenues financièrement responsables des coûts de nettoyage et des dommages.
    Si l'on tient compte de tous ces changements, on s'aperçoit que le message est clair. Le gouvernement du Canada s'assurera que le système canadien de sûreté des pipelines est de calibre mondial, que les Premières Nations participent aux activités de sûreté des pipelines et que les contribuables sont protégés.
    Comme il représente 7,5 % du produit intérieur brut du pays, le secteur pétrolier et gazier revêt une importance cruciale pour la vie et le gagne-pain des Canadiens. En 2013, le Canada a vendu dans le monde entier des produits énergétiques d'une valeur de 117 milliards de dollars, soit plus du quart — 27 %, plus précisément — des exportations de marchandises canadiennes.
    Nous disposons d'énormes quantités de ressources pétrolières, mais celles-ci ne sont exportées qu'à un seul client important. En effet, la totalité de nos exportations de gaz naturel et 97 % de nos exportations de pétrole sont destinées actuellement aux États-Unis. Cette relation profite aux deux pays, situation qui se maintiendra au cours des prochaines années.
    Toutefois, il est évident que le Canada devra trouver de nouveaux marchés puisque la production de pétrole et de gaz du Canada et des États-Unis continuera de croître. Il existe des débouchés incroyables pour ces produits, plus particulièrement en Asie et en Europe. Dans le cas de l'Asie, l'Agence internationale de l'énergie prévoit que, d'ici 2035, le monde aura besoin d'un tiers de plus d'énergie que ce qui est consommé à l'heure actuelle. La croissance de la Chine et de l'Inde, entre autres pays émergents, fait monter en flèche la demande de ces produits.

[Français]

    Même si on continue de faire des progrès relativement au développement des sources d'énergie renouvelable et de remplacement, l'Agence internationale de l'énergie considère que d'ici 2035, les combustibles fossiles serviront encore à répondre aux trois quarts de la demande mondiale.
    Le secteur de l'énergie du Canada peut contribuer davantage à notre économie et à la sécurité énergétique à l'échelle mondiale, mais seulement si met en place les pipelines nécessaires pour pouvoir transporter l'énergie vers les marchés, y compris le marché national.
     Notre pays doit développer une nouvelle infrastructure énergétique pour diversifier les marchés et saisir cette occasion historique. C'est un point essentiel si nous voulons que le secteur de l'énergie du Canada soit prospère et stimule notre économie à l'avenir.

  (1230)  

[Traduction]

    Les Canadiens en retireraient d'énormes avantages économiques. Selon le Fonds monétaire international, la construction de nouvelles infrastructures énergétiques ferait grimper le PIB du Canada de 2 % de plus, ce qui correspond à une hausse de 1 000 $ par habitant — homme, femme ou enfant.
    Les Autochtones sont particulièrement bien placées pour tirer profit de l'exploitation responsable des ressources énergétiques. Bien des projets actuels ou envisagés de construction d'infrastructures ou d'exploitation des ressources énergétiques sont situés à proximité de chez eux. De plus, des centaines de grands projets d'exploitation des ressources, d'une valeur totale de plus de 675 milliards de dollars, seront menés à bien ou entrepris au cours de la prochaine décennie.
    L'évolution des technologies pourrait doubler les réserves de sables bitumineux du Canada, qui atteindraient ainsi plus de 300 milliards de barils. Elles constitueraient ainsi la plus vaste réserve de pétrole du monde, ce qui améliorerait encore davantage les perspectives d'avenir du Canada.
    Dans le même ordre d'idées, on estime les ressources commercialisables de gaz naturel du Canada à plus de 1 300 billions de pieds cubes. Il s'agit de réserves immenses. En plus de répondre à la demande intérieure pendant plus de 200 ans, au rythme de production actuel, elles permettraient aussi de répondre à moyen terme à la demande croissante des marchés européens et asiatiques. Et on ne parle même pas des réserves extracôtières de gaz ni des nouvelles possibilités que pourrait permettre la fracturation.
    Selon le Conference Board du Canada, de 2012 à 2035, le secteur du gaz naturel pourrait investir plus de 386 milliards de dollars au Canada, dont près de la moitié en Colombie-Britannique.

[Français]

    Puisque les marchés de l'énergie à l'échelle mondiale changent, le Canada doit aussi changer pour débloquer ce potentiel. D'autres pays bougent rapidement pour conquérir des marchés de l'énergie en croissance, tels que la Chine ou l'Inde. Nous ne pouvons rester en arrière, si nous voulons continuer de tirer avantage de nos ressources énergétiques.
    Nous avons un système réglementaire de calibre mondial et, dans certains cas, unique pour surveiller le secteur. Cette loi renforce davantage le système réglementaire. Elle indique aux Canadiens et aux clients internationaux que la sécurité des pipelines est primordiale pour le Canada.
    Si nous ajoutons les innovations technologiques dans le secteur énergétique, l'engagement à collaborer de manière constructive avec les Autochtones et la conviction que l'environnement doit être protégé, nous avons alors les éléments nécessaires pour que le Canada soit un leader mondial dans le développement responsable de l'énergie.
    En outre, le gouvernement est résolu à veiller à ce que le système de sécurité des pipelines du Canada soit un système de calibre mondial dans lequel les Canadiens peuvent avoir confiance. Au lieu de nous satisfaire d'être presque parfaits, nous visons l'excellence absolue.

[Traduction]

    Le projet de loi dont nous débattons aujourd'hui fait fond sur le système de sécurité canadien, l'un des meilleurs du monde, mais il y aura toujours du pain sur la planche. Nous ne cesserons jamais d'examiner le système de sûreté des pipelines de manière à mieux protéger les Canadiens et l'environnement. Aucun incident: voilà notre objectif, et c'est en maximisant les progrès technologiques et l'innovation que nous l'atteindrons.
    Inspirons-nous de sir Henry Royce, l'ingénieur et concepteur automobile anglais qui a cofondé la société Rolls-Royce, véritable monument à sa quête de la perfection. Il avait pour devise: « Chercher la perfection en tout. Prendre le meilleur de ce qui existe et l'améliorer. » Nous poursuivons ce même objectif relativement à l'exploitation et au transport responsables des richesses naturelles du Canada.
    Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement le discours du ministre, mais les députés qui, comme moi, siègent de ce côté-ci de la Chambre diront qu'il est en effet plus que temps d'actualiser le régime de responsabilité relatif aux pipelines. Le ministre n'est pas sans savoir que le risque que posent les pipelines préoccupe vivement les Canadiens.
    De manière plus générale, je dirais que c'est une bonne chose que d'enfin s'occuper de ce dossier. C'est à se demander pourquoi nous le faisons maintenant seulement alors que nous avons déjà actualisé d'autres régimes de responsabilité au cours de la présente législature, notamment ceux qui concernent l'énergie nucléaire et les hydrocarbures extracôtiers. Quoi qu'il en soit, nous y venons enfin. Je dirais cependant qu'il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, car, comme on le sait, avec le gouvernement conservateur, il faut toujours se méfier des détails.
    D'ailleurs, il suffit d'examiner attentivement le projet de loi pour constater notamment qu'il laisse beaucoup de choses à la discrétion de l'Office national de l'énergie et du gouverneur en conseil. Autrement dit, rien ne permet de garantir que le gouvernement tient réellement à améliorer la sûreté des pipelines.
    Voici pourquoi je suis inquiet. McCarthy Tétrault a mis en ligne une note d'information à l'intention de ses clients pour leur expliquer ce projet de loi, et ses clients sont des sociétés de pipelines.
    La note d'information décrit les nouvelles responsabilités dont les sociétés pourraient devoir s'acquitter. Elle se termine par la phrase suivante:
    Par conséquent, les sociétés de pipelines devraient considérer leurs obligations sur le plan de la sécurité et sur le plan financier [...] pour pouvoir se conformer aux exigences de la loi, une fois que les modifications prévues dans le projet de loi seront entrées en vigueur.
    Il y a lieu de se demander ce que les sociétés font présentement. S'intéressent-elles à la sécurité comme leurs avocats le leur conseillent? Il faudrait que les Canadiens puissent être certains des effets du projet de loi, c'est-à-dire des moyens que nous allons prendre pour améliorer la sécurité et le régime de responsabilité concernant les pipelines. Les Canadiens doivent avoir l'assurance que les sociétés de pipeline ne mettront en danger ni leur vie ni l'environnement.

  (1235)  

    Monsieur le Président, je voudrais premièrement dire à la députée de Hamilton Mountain que c'est un privilège de pouvoir travailler avec elle. C'est peut-être le dernier débat auquel elle prend part en tant que porte-parole de son parti dans le dossier des ressources naturelles, et j'ai été heureux d'avoir la possibilité de travailler avec elle.
    Son intervention était davantage un commentaire qu'une question, mais je vais saisir l'occasion qui m'est ainsi donnée de parler de l'une des questions qu'elle a abordées, soit celle de la responsabilité financière.
    Le projet de loi que nous étudions présentement prévoit évidemment une harmonisation, du régime actuel avec les autres régimes de responsabilité et d'indemnisation, qui ont trait à d'autres modes de transport des ressources naturelles. Il s'agit plus précisément de faire en sort que les régimes soient à peu près les mêmes dans le transport par bateau, par train et par pipeline.
    Les changements ne visent pas uniquement à protéger l'industrie et à susciter la confiance des investisseurs, mais aussi à rassurer le public et à lui montrer que nous prenons les mesures qu'il faut pour obtenir sa confiance tout en veillant à ce que ces mesures soient rationnelles, économiques et efficaces. Nous voulons que les Canadiens aient la certitude que le système de transport de l'énergie et l'infrastructure qui le supporte sont de classe mondiale et que notre régime de responsabilité financière et d'indemnisation nous place dans le peloton de tête à l'échelle mondiale.
    Monsieur le Président, je suis heureux que ce projet de loi soit débattu. Comme le dit ma collègue d'Hamilton Mountain, il constitue un pas dans la bonne direction et il est nécessaire.
    Compte tenu du fait que le projet de loi a été présenté très récemment, soit le 8 décembre, je suis agréablement surpris de voir que nous en débattons aujourd'hui, quand on pense que la mesure législative sur la responsabilité absolue dans le secteur des hydrocarbures extracôtiers, le projet de loi C-22, a été présentée de nombreuses fois au fil des ans, mais a toujours poireauté au Feuilleton. Je me demande bien ce qui motive cet empressement soudain, mais je n'en suis pas moins content. Le contraste est frappant, mais c'est une bonne chose que ce projet de loi soit débattu.
    Le ministre a parlé de la confiance de la population. Cela me semble le critère absolu au vu de la grande inquiétude actuellement observée dans la population et dans l'industrie. Le secteur pétrolier craint d'avoir du mal à gagner la confiance de la population lorsqu'il proposera des projets si elle ne fait pas confiance au gouvernement ou à l'ONE pour réglementer les questions environnementales.
    En donnant autant de marge de manoeuvre au Cabinet et à l'ONE, comment le ministre compte-t-il surmonter cette difficulté et accroître la confiance de la population de manière à ce que ces projets puissent être entrepris?
    Monsieur le Président, je suis soulagé d'entendre le député du Parti libéral parler de sécurité des pipelines et de développement extracôtier, surtout de la sécurité, de la responsabilité et de l'indemnisation, comme d'un exercice de confiance populaire. C'est une perspective qui se démarque sensiblement de celle du chef de son parti.
    Cela dit, nous avons déjà accordé à l'ONE beaucoup plus de pouvoirs en ce qui a trait aux vérifications et aux inspections. En outre, les sanctions imposées en cas de non-conformité sont considérablement plus sévères qu'avant. Nous sommes ainsi dans une bien meilleure position pour présenter cette mesure législative.
    Les nombreuses mesures mises en place par l'Office national de l'énergie garantiront la rapidité, l'efficacité et la transparence des activités. Dans le but de moderniser le régime de prévention des dommages, les modifications proposées préciseront les rôles et les responsabilités au sein de l'ONE, imposeront des délais obligatoires relativement aux audiences et aux décisions du comité et à toute décision devant être rendue par le gouverneur en conseil.
    Je suis ravi du ton du débat sur la présente mesure législative, qui est qualifiée de pas dans la bonne direction en matière de sécurité publique et de confiance populaire. Mettre la sécurité des pipelines au premier plan des préoccupations est l'élément le plus important pour que tout le monde sache que le gouvernement est tout à fait déterminé à ce que Canada dispose d'un système de sécurité de classe mondiale, si ce n'est de d'avant-garde, pour les pipelines.

  (1240)  

    Monsieur le Président, plus tôt au cours du débat, quelqu'un a demandé ce que les entreprises font à l'heure actuelle pour garantir la sécurité. Je tiens à dire à la Chambre qu'en ce moment, les sociétés qui exploitent des pipelines au Canada affichent un taux d'efficacité de 99,999 % en ce qui concerne la sécurité, ce qui fait de nous des chefs de file à l'échelle internationale pour ce qui est des bonnes pratiques liées au transport sécuritaire des produits énergétiques. Ces sociétés obtiennent de tels résultats grâce à leurs activités de planification, de construction et d'exploitation, de même que grâce à des mesures d'intervention d'urgence.
    Quant aux mesures prises par les sociétés à l'heure actuelle, j'aimerais que le ministre nous fasse part de ses observations sur certaines sociétés, comme C-FER Technologies, en Alberta. Cette société, qui bénéficie d'un financement conjoint, étudie de nouvelles technologies pour les quatre étapes de la planification de la sécurité. Nous sommes l'un de ses partenaires.
    J'aimerais que le ministre nous dise ce qu'il pense de la limite de responsabilité fixée à 1 milliard de dollars, car je crois que ce chiffre sera remis en question plus tard au cours du débat. J'aimerais qu'il nous dise si ce montant est jugé acceptable, compte tenu des pratiques exemplaires internationales, et qu'il nous parle des différences qui touchent l'assurance-responsabilité selon qu'une entreprise est déclarée responsable ou non, et qu'il nous explique pourquoi ce chiffre en particulier a été retenu.
    Monsieur le Président, je remercie la députée de cette question, compte tenu, notamment, de son travail à l'égard de la diversification de l'économie de l'Ouest, et de l'aide que le gouvernement apporte à certaines entreprises afin d'améliorer les mesures de sécurité et de surveillance qui visent les oléoducs.
    Ce projet de loi tient compte des meilleures technologies actuellement disponibles. Grâce à notre appui, ces entreprises, qu'elles soient à Québec, en Alberta ou ailleurs au pays, élaborent de nouvelles technologies prometteuses qui permettront de créer des normes de sécurité encore plus efficaces pour l'ensemble des entreprises qui construisent des oléoducs et des infrastructures énergétiques.
    En ce qui concerne la responsabilité, il y a deux aspects à souligner. La compagnie exploitant un pipeline demeure entièrement responsable si l'incident est attribuable à une faute ou à de la négligence de sa part. Dans le domaine des assurances, on dit alors que la responsabilité est illimitée. Ce qu'il y a d'extraordinaire dans le projet de loi sur la sûreté des pipelines, qui a été largement appuyé par les intervenants, c'est qu'il renforce ce principe de responsabilité en faisant passer la responsabilité absolue à 1 milliard de dollars. Ainsi, peu importe la nature du problème ou la personne responsable, la compagnie exploitant un pipeline serait obligée de payer au moins 1 milliard de dollars.
    Une analyse des précédents en cette matière tend à démontrer qu'il s'agit là d'un régime de responsabilité absolue de calibre mondial. Il suffit de faire une comparaison avec d'autres pays pour que les Canadiens et nos clients potentiels dans d'autres marchés aient l'assurance que le Canada est un chef de file dans ce domaine, qu'il se soucie des infrastructures énergétiques, et qu'il est doté d'un régime de responsabilité et d'indemnisation de calibre mondial.

  (1245)  

    Monsieur le Président, comme c'est aujourd'hui le premier jour de débats de 2015, j'aimerais tout d'abord vous souhaiter, à vous et à tous mes collègues, une bonne et heureuse année.
    Je ne sais pas ce qui me vaut l'honneur d'être la première députée néo-démocrate à prendre la parole en 2015 au sujet d'un projet de loi du gouvernement, mais je suis certaine que mon nom se trouvait sur une courte paille tirée dans l'antichambre de l'opposition. Quoi qu'il en soit, allons-y.
    Nous examinons aujourd'hui le projet de loi C-46, Loi modifiant la Loi sur l’Office national de l’énergie et la Loi sur les opérations pétrolières au Canada. Pour éviter que tout le monde se mette à cogner des clous, j'aimerais rappeler que, malgré son titre peu original, cette mesure vise à accroître la sûreté des pipelines au Canada.
    C'est d'ailleurs le critère qui déterminera si mes collègues néo-démocrates et moi appuierons le projet de loi C-46: améliore-t-il réellement la sûreté des pipelines, ou s'agit-il de beaux discours qui serviront de paravent au gouvernement en cette année électorale? Pendant les 20 prochaines minutes environ, je tenterai de répondre à cette question essentielle.
    J'aimerais tout d'abord donner un aperçu du contexte. Il va sans dire que les ressources naturelles représentent une immense richesse, et que le secteur de l'énergie est le moteur de l'économie canadienne. Nous devons absolument tirer parti de ces avantages uniques. Pour ce faire, il faut, selon le NPD, créer d'excellents emplois pour la classe moyenne, exploiter pleinement le potentiel des trésors naturels du Canada, et voir à ce que tous les Canadiens puissent profiter au maximum des retombées de ce développement, un développement essentiel à notre économie et à notre pays.
    Cela étant dit, le développement des ressources doit se faire de façon viable. Si nous voulons tirer parti des possibilités qui s'offrent à nous et profiter de nos ressources pour favoriser la prospérité des générations futures, nous devons relever les nouveaux défis qui se présentent et nous adapter aux réalités de ce nouveau millénaire. Pour y arriver, il nous faudra une nouvelle vision, une vision que mes collègues néo-démocrates et moi-même défendons ardemment depuis des mois, et même des années.
    Voici notre vision. Nous prônons une croissance économique qui ne compromettra pas la viabilité de l'environnement et de la société; nous voulons nous tourner vers l'avenir et non nous accrocher au passé; et il faut instaurer une prospérité durable au lieu d'alimenter les perpétuels cycles d'expansion et de ralentissement. Notre vision est fondée sur trois piliers. Tout d'abord, la pérennité: les pollueurs doivent payer pour la pollution qu'ils produisent au lieu d'hypothéquer les générations futures. Ensuite, le partenariat: il faut que les régions, les provinces et les Premières Nations bénéficient toutes de l'exploitation des ressources, et des emplois à valeur ajoutée pour la classe moyenne au Canada doivent être créés. Enfin, et surtout, la prospérité à long terme: il faut utiliser nos abondantes ressources naturelles comme un levier et investir dans les techniques modernes de production d'énergie propre afin que le Canada reste à l'avant-garde du développement énergétique et que l'énergie demeure abordable à l'avenir.
    Voilà maintenant beaucoup trop longtemps que les Canadiens se font dire qu'il faut choisir entre l'économie et l'environnement, mais il s'agit d'un faux choix, d'une stratégie dépassée. Il y a un peu moins de deux ans, nous avons appris, grâce à des documents du gouvernement, combien le nettoyage de la mine Giant du Grand lac des Esclaves allait vraiment coûter. Les estimations ont doublé: il est maintenant question de près d'un milliard de dollars.
    Il s'agit d'un vaste site de déchets industriels qui côtoie le deuxième lac d'eau douce le plus profond du monde, un trésor canadien. Pourtant, pendant plus de la moitié du siècle dernier, il a été contaminé, sans égard pour les coûts que cela imposerait à nos enfants et à nos petits-enfants.
    Les collectivités d'un bout à l'autre du pays se sont fait entendre clairement. Nous ne laisserons pas une telle situation se reproduire. Toutefois, malgré ce gâchis, le gouvernement conservateur continue à manquer de vision à long terme. Il démantèle toutes les protections environnementales importantes, nuisant par la même occasion au développement économique du Canada.
    On peut peut-être pardonner aux générations passées la façon dont elles ont traité des endroits comme le Grand lac des Esclaves, mais notre génération n'a aucune excuse. Au XXIe siècle, l'approbation sociale est tout aussi, sinon plus, importante qu'une licence. À notre époque, tout modèle de développement qui est préjudiciable à l'environnement, compromet la sécurité publique ou exploite nos ressources sans présenter d'avantages pour nos collectivités doit être écarté.
    Les Canadiens comprennent fort bien les conséquences à long terme des attaques du gouvernement conservateur contre nos lois environnementales, et ils réagissent parce que ces attaques sabotent l'exploitation des ressources et, au bout du compte, l'ensemble de notre économie.
    Dans les grandes et les petites villes, les projets de développement se heurtent à une opposition de plus en plus marquée. Les projets d'oléoduc Northern Gateway, Kinder Morgan et Énergie Est ne sont que trois des exemples les plus récents.

  (1250)  

    Pourquoi les Canadiens ne se feraient-ils pas de souci? Ils constatent que le gouvernement conservateur affaiblit les évaluations environnementales et que les dangereux déversements de pipelines sont de plus en plus fréquents, et ils craignent que leur localité soit la prochaine à écoper.
    Un récent sondage de Harris/Decima effectué pour le compte du gouvernement a clairement indiqué que seulement 27 % des Canadiens ont confiance que le gouvernement du Canada est capable d'intervenir efficacement en cas de déversement majeur de pétrole dans l'eau. Pour ce qui est des déversements terrestres, ce chiffre est à peine plus élevé, à 32 %. Dans la même veine, une proportion importante de Canadiens n'a pas confiance que le transport de marchandises dangereuses par pipeline, pétrolier ou train ne présente aucun danger. En effet, seulement 29 % des Canadiens sont convaincus de la sécurité du transport ferroviaire. Seulement 37 % des Canadiens sont convaincus de la sécurité des pipelines, et 47 % d'entre eux sont convaincus de la sécurité du transport de pétrole par pipeline.
    On ne peut pas dire que la gestion de ce dossier critique par le gouvernement inspire beaucoup confiance.
    Ce qu'on peut dire, cependant, c'est que les Canadiens partagent l'avis des néo-démocrates selon lequel il faut prendre les mesures nécessaires pour veiller à ce que nos ressources soient exploitées et transportées en toute sécurité; que nous appliquions des mesures efficaces de prévention des déversements d'hydrocarbures; que nous augmentions le nombre d'inspections et resserrions la surveillance; et que nous accroissions la responsabilité afin de donner du mordant au principe du pollueur-payeur.
    Au chapitre du transport du pétrole, vu l'énorme augmentation de production et de transport du pétrole brut, nous devons avoir des mesures de sécurité et de protection accrues. C'est le gros bon sens, quel que soit le moyen de transport.
     La sécurité du public et la protection de l'environnement doivent constituer la priorité si nous voulons exploiter nos ressources naturelles de manière durable.
    Cela nous amène à l'essentiel du projet de loi à l'étude aujourd'hui. Le projet de loi C-46 instaurerait-il un véritable régime de pollueur-payeur au Canada, et en fait-il suffisamment pour dissiper les craintes légitimes des Canadiens à l'égard du danger que représente les pipelines?
    Examinons ce que le projet de loi est censé faire.
     Malheureusement, compte tenu du peu de temps qui m'est imparti, je dois m'en tenir à un examen très sommaire. Toutefois, j'ai bon espoir que nous pourrons analyser le projet de loi comme il se doit, article par article, à l'étape de l'étude en comité du processus législatif.
    En gros, le but du projet de loi C-46, est d'améliorer le régime de responsabilité associé aux pipelines au Canada.
    Le projet de loi s'inscrit dans l'examen plus vaste, par le gouvernement, des différents régimes de responsabilité qui régissent divers aspects de l'exploitation pétrolière et gazière au Canada. Les députés se souviendront du projet de loi C-22 de l'an dernier, qui portait sur la responsabilité en matière de forage en mer advenant un déversement dans les eaux de l'Arctique et de l'Atlantique. De plus, comme il cherchait à limiter les dégâts à la suite des événements de Lac-Mégantic, le gouvernement a également entamé, au cours de la dernière année, des consultations au sujet du régime de responsabilité régissant le transport ferroviaire. Et voilà maintenant qu'on nous présente un projet de loi portant sur un troisième régime de responsabilité, soit celui régissant les pipelines au Canada.
    Voici les objectifs poursuivis par le projet de loi C-46:
    Il renforcera le principe du pollueur-payeur.
    Il confirmera que la responsabilité des compagnies exploitant des pipelines est illimitée lorsqu’un rejet non intentionnel ou non contrôlé de pétrole, de gaz ou de tout autre produit de ces pipelines est attribuable à leur faute ou négligence.
    Il établira la limite de responsabilité en l’absence de preuve de faute ou de négligence à au moins 1 milliard de dollars pour les compagnies exploitant des pipelines ayant la capacité de transporter au moins 250 000 barils de pétrole par jour et au montant prévu par règlement pour celles exploitant tout autre pipeline.
    Il exigera que les compagnies exploitant des pipelines disposent des ressources financières nécessaires pour payer un montant correspondant à la limite de responsabilité qui leur est applicable.
    Il autorisera l’Office national de l’énergie à ordonner à toute compagnie exploitant un pipeline qui a provoqué un rejet non intentionnel ou non contrôlé de rembourser toute institution gouvernementale des coûts qu’elle a supportés pour les mesures qu’elle a prises à l’égard de ce rejet.
    Il fera en sorte que les compagnies exploitant des pipelines demeurent responsables de leurs pipelines abandonnés.
    Il autorisera l’Office national de l’énergie à ordonner aux compagnies exploitant des pipelines de disposer de fonds pour payer pour la cessation d’exploitation de leurs pipelines.
    Il permettra au gouverneur en conseil d’autoriser l’Office national de l’énergie à prendre, dans certains cas, les mesures que ce dernier estime nécessaires relativement à un rejet non intentionnel ou non contrôlé.
    Il permettra aussi au gouverneur en conseil de constituer un tribunal ayant pour mission d’examiner les demandes d’indemnisation relatives aux dommages causés par un rejet non intentionnel ou non contrôlé d’un pipeline et de les régler.
    Bon nombre de ces changements auraient dû voir le jour il y a longtemps, et je serais loin d'être honnête si je n'admettais pas qu'ils semblent constituer un pas dans la bonne direction.
    Or, je dois aussi signaler qu'une fois encore, les conservateurs ont traîné la patte. Les néo-démocrates demandent depuis belle lurette au gouvernement d'ajuster la responsabilité des pétrolières en cas de déversement. Et comme nous y a habitués le gouvernement actuel, c'est lorsqu'on s'attarde aux détails que les difficultés surgissent.

  (1255)  

    Examinons de plus près les points forts et les points faibles du projet de loi dont nous sommes saisis.
    Évidemment, le fait que les pollueurs seront entièrement responsables de tous les dommages causés par une fuite d'un pipeline est une bonne chose. Cela signifie que toutes les compagnies exploitant des pipelines seront tenues responsables en cas de fuite et ce, même si elles n'ont pas fait preuve de négligence et n'ont violé aucune loi. En outre, les entreprises devront disposer des ressources financières nécessaires pour payer un montant correspondant à la limite de responsabilité absolue. Dans le cas des compagnies exploitant des pipelines ayant la capacité de transporter au moins 250 000 barils par jour, cette limite sera de 1 milliard de dollars une fois le projet de loi adopté. Le gouvernement aura la possibilité d'augmenter cette somme, mais la loi interdira au conseil des ministres de la diminuer. Voilà un autre des points positifs de ce projet de loi.
    L'Office national de l'énergie disposerait aussi de nouveaux outils lui permettant de récupérer le coût du nettoyage auprès des pollueurs. Dans certains cas, l'office aurait même le pouvoir de récupérer ces sommes auprès de l'industrie dans son ensemble, et pas seulement auprès d'un pollueur en particulier.
    Autre point positif, les pollueurs seraient tenus responsables des dommages causés à l'environnement. Les députés se rappellent sans doute que, lors de l'examen du projet de loi C-22, nous avons longuement discuté de la nécessité de s'assurer que les pollueurs soient tenus responsables des dommages causés à l'environnement et de la perte de la valeur de non-usage liée aux ressources publiques. Cette question était importante et l'est tout autant aujourd'hui: la responsabilité des pollueurs ne doit pas s'appliquer uniquement à la valeur commerciale des ressources environnementales et c'est précisément ce que prévoit le projet de loi C-46. Il s'agit d'une première étape importante qui nous permettra de combler certaines lacunes de notre réglementation par rapport à celle des États-Unis. En effet, la réglementation en matière de déversement de pétrole aux États-Unis est beaucoup plus élaborée que la nôtre au chapitre des dommages causés à l'environnement.
    Or, comme l'explique Ian Miron, d'Ecojustice, dans son analyse détaillée du projet de loi C-46, le manque de clarté de la mesure pourrait bien réduire à néant les avantages liés à cette première étape. Plus précisément, Ian Miron énumère trois éléments. Tout d'abord — et il s'agit probablement de l'élément le plus important —, le projet de loi C-46 n'établit pas de régime de responsabilité absolue illimitée pour les pollueurs. On ne peut parler de régime fondé sur le principe du pollueur-payeur à moins que tous les pollueurs soient tenus financièrement responsables de l'ensemble des coûts liés aux dommages causés à l'environnement.
    La limite fixée à 1 milliard de dollars dans le cas de certaines sociétés représente une grande amélioration par rapport au statu quo. Toutefois, une telle somme ne couvrirait pas totalement les coûts de nettoyage à la suite d'accidents comme la fuite du pipeline d'Enbridge dans la rivière Kalamazoo, au Michigan. Selon de récentes estimations, ce déversement — le plus important de l'histoire des États-Unis — a entraîné des coûts de nettoyage de plus de 1,2 milliard de dollars, somme qui n'inclut même pas l'indemnisation pour les dommages causés.
    En fait, le projet de loi C-46 constitue un recul, car il éliminerait la capacité du gouvernement de se faire rembourser les coûts de nettoyage à la suite d'une fuite de pipeline en vertu de la Loi sur les pêches, qui, dans certaines circonstances, fait en sorte que le pollueur soit entièrement responsable, sans limite de montant. En l'absence d'une telle responsabilité absolue, le gouvernement et, par conséquent, les Canadiens pourraient toujours être obligés de payer les frais de nettoyage des déversements, ce qui, franchement, est inacceptable. Si le gouvernement est tellement convaincu de la maturité de l'industrie des pipelines, il devrait considérer qu'elle est capable d'assumer les coûts et qu'elle doit le faire. Or, le principe du pollueur-payeur n'étant pas adopté intégralement dans le projet de loi, les conservateurs font encore un cadeau à leurs amis du secteur pétrolier en rendant les contribuables responsables des risques de déversement.
    Sur ce même point, soulignons également que le projet de loi est complètement muet à propos des limites de responsabilité absolue applicables aux petites sociétés d'oléoduc ainsi qu'à celles qui exploitent une autre sorte de pipeline, comme un gazoduc. Il est vrai que le Cabinet aura la possibilité d'en fixer ultérieurement, mais il y a lieu de se demander pourquoi le gouvernement ne le fait pas dès maintenant. Le volume constitue-t-il l'unique critère sur lequel se fonde le gouvernement pour évaluer l'ampleur éventuelle des dommages dus à un déversement? La question s'impose, et j'espère que les conservateurs y répondront au cours de nos délibérations.
    Ce qui m'amène à ma dernière grande objection au projet de loi. À l'instar des limites de responsabilité absolue des sociétés pipelinières, à l'exception des plus grandes, beaucoup d'autres éléments du nouveau régime de responsabilité relèveraient de décisions discrétionnaires. Le projet de loi créerait plusieurs outils permettant à l'Office national de l'énergie de récupérer les coûts de nettoyage auprès du pollueur, mais il laisserait à l'office et au Cabinet le soin de décider de les utiliser ou non. Comme Ecojustice le signale à juste titre, le projet de loi C-46 laisserait la latitude voulue pour fonder les décisions sur des considérations politiques et des ententes de coulisse entre l'exploitant et l'Office national de l'énergie, un organisme de réglementation qui n'a pas la moindre crédibilité dans le dossier des pipelines.
    Il m'apparaît d'ailleurs opportun de rappeler une fois de plus qu'il faut revoir l'Office national de l'énergie de fond en comble. Alors que, dans l'ensemble, les libéraux et les conservateurs n'ont pas eu d'objection à approuver aveuglément les projets de pipeline, les néo-démocrates comme moi sont fermement convaincus que les grands projets relatifs aux ressources doivent être jugés en fonction de leur bien-fondé. Autrement dit, l'Office national de l'énergie doit soumettre les propositions à un processus d'évaluation environnementale rigoureux et fiable. Les critères d'évaluation doivent comprendre les répercussions de chaque projet sur les engagements du Canada en matière d'émissions et de changements climatiques, sur les emplois au pays ainsi que sur la sécurité énergétique nationale et régionale. Les consultations publiques doivent être des exercices dignes de foi et démocratiques plutôt que superficiels, restreints ou réalisés seulement sur papier, et tout projet doit être conforme aux obligations légales du Canada envers les Premières Nations.

  (1300)  

    Manifestement, cette rigueur a fait défaut à l'Office national de l'énergie lors de son évaluation du projet d'oléoduc Northern Gateway d'Enbridge et du projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain de Kinder Morgan. Le même processus boiteux sert aussi, actuellement, à évaluer le projet Énergie Est de TransCanada. Il n'est pas étonnant que ces pipelines, qui se fraient un chemin dans nos arrière-cours, inquiètent autant les Canadiens.
    Le projet Northern Gateway pourrait transporter 525 000 barils de pétrole par jour, le projet de Kinder Morgan, 890 000 barils, et le projet Énergie Est, rien de moins que 1,1 million de barils par jour. Le risque de catastrophe est énorme, ce qui m'amène à mon dernier point.
    Bien que le nouveau régime de responsabilité vise à éviter aux Canadiens de devoir assumer les coûts de dépollution en cas de déversement, mes collègues néo-démocrates et moi-même estimons que la meilleure façon de protéger les Canadiens consiste à éviter dès le départ les déversements. L'évaluation juste des risques et la détermination de la responsabilité en cas d'accident sont peut-être les moyens d'inciter l'industrie à améliorer ses pratiques de sécurité et, par conséquent, de réduire le risque de catastrophe. Mais il s'agit seulement de deux des nombreux outils à notre disposition; aucune autre mesure n'est prise. Qu'en est-il des mesures concrètes qui permettraient de rectifier le processus d'évaluation environnementale que les conservateurs ont anéanti? Qu'en est-il de la mesure législative indispensable qui permettrait d'améliorer la réglementation et les mécanismes de surveillance?
    Déjà en 2011, le commissaire à l'environnement signalait que l'Office national de l'énergie ne veillait pas à ce que les problèmes connus soient réglés et à ce que les pipelines soient entretenus comme il se doit. Nous avons une main-d'oeuvre reconnue mondialement qui ne demanderait pas mieux qu'à s'en charger. Toutefois, sans engagement de la part des sociétés à garantir que les pipelines sont sans danger, on peut comprendre que les Canadiens se demandent non pas si, mais quand un déversement de pétrole surviendra.
    Les ressources naturelles du Canada sont une véritable bénédiction et, gérées correctement et durablement, elles peuvent être un important moteur de notre économie. C'est particulièrement le cas dans le secteur de l'énergie. Toutefois, plutôt que formuler notre politique énergétique dans l'intérêt de l'emploi, de l'environnement et de l'économie du Canada, le gouvernement conservateur vide de toute substance les évaluations environnementales et ne répond pas aux préoccupations légitimes des Canadiens. Cette approche est tellement bornée et contre-productive. L'acceptation sociale, le consentement des Canadiens à l'exploitation des ressources du Canada, est capitale pour la réussite de n'importe quel projet. Toutefois, plutôt que de s'employer à obtenir un tel consentement, par son intransigeance, le gouvernement mine le soutien aux sociétés du secteur des pipelines en exacerbant l'opposition au développement énergétique d'un bout à l'autre du pays.
    Il y a une meilleure façon de procéder et c'est celle que préconisent les néo-démocrates depuis des années. Elle vise un développement durable. Les gouvernements doivent se pencher sur les répercussions environnementales, sociales et économiques de tous les projets de mise en valeur avant de leur donner le feu vert. C'est ainsi que nous pouvons empêcher des dommages dévastateurs à l'environnement tout en veillant à ce que les Canadiens profitent des ressources naturelles qui abondent au Canada. C'est la chose à faire et elle nous permettrait enfin d'aller au-delà de l'argument trop facile des conservateurs selon lequel les Canadiens doivent choisir entre l'économie et l'environnement. Rien n'est plus faux.
    Dirigé par les bonnes personnes, les Canadiens pourront enfin avoir le beurre et l'argent du beurre et c'est le genre de leadership que le NPD exercera lorsqu'il formera le gouvernement, sous la direction chevronnée du député d'Outremont, plus tard cette année. L'année qui s'amorce en sera une bonne, c'est certain.
    Monsieur le Président, avant de commencer, je tiens à vous souhaiter une très bonne année, à vous et à tous les députés de la Chambre.
    J'ai écouté attentivement les observations présentées par la députée. Elle représente sa circonscription de façon sérieuse et réfléchie depuis maintenant 3 291 jours et je l'en félicite.
    Le fond du message livré aujourd'hui par la députée est essentiellement qu'elle s'oppose aux pipelines, mais qu'elle appuie le secteur manufacturier. Toutefois, des entreprises de sa circonscription fabriquent des pipelines. J'aimerais que la députée fasse le lien entre ces deux points de vue.
    Monsieur le Président, je n'ai pas vraiment compté depuis combien de jours je suis présente à la Chambre, probablement parce que je n'en ai pas eu le temps, mais je sais gré au député d'avoir fait le calcul et je le remercie de ses bons voeux.
    Quant à la question, qui vise à savoir si j'appuie les pipelines ou le secteur manufacturier, c'est un peu comme si on me demandait si je soutiens l'environnement ou l'économie. C'est une question trompeuse. Bien sûr, j'appuie le secteur manufacturier, et je n'ai jamais dit dans mon discours que de m'oppose aux pipelines. Il serait naïf de dire que nous utilisons du gaz pour chauffer nos maisons, mais que nous n'avons pas besoin de gazoducs. Je n'ai rien dit de tel au cours de mon allocution.
     Ce que j'ai dit, c'est que les Canadiens doivent avoir l'assurance que les pipelines sont sécuritaires et que le dernier projet de loi du gouvernement conservateur n'offre pas aux Canadiens, à première vue, la certitude qu'il n'y aura aucune fuite. Le député se souviendra que j'ai aussi dit que nous avons une main-d'oeuvre de calibre mondial. Quand ils construisent un pipeline, les travailleurs font de leur mieux compte tenu de l'argent et du mandat qui leur sont donnés par les sociétés de pipelines.
    Ce que j'ai affirmé dans mon discours, c'est que les Canadiens ont besoin de certitudes. Nous devons mettre en oeuvre le principe du pollueur-payeur. L'exploitation des ressources doit se faire de manière viable. Leur transport doit aussi être viable, une exigence qui touche notamment les pipelines, qui jouent un rôle important au Canada.
    Je serais heureuse que nos prochains débats portent sur le secteur manufacturier. Je me réjouirais que la Chambre se penche sur cette question. Le député pourrait peut-être proposer un projet de loi d'initiative parlementaire qui nous permettrait de débattre encore de la U.S. Steel, par exemple, puisque le gouvernement conservateur n'a pas encore dit un seul mot à ce sujet.
     L'avenir de la U.S. Steel revêt une immense importance dans ma ville, Hamilton. Des milliers de retraités craignent pour leur avenir. Ils attendent depuis longtemps que le gouvernement se décide à parler du secteur manufacturier à la Chambre, propose une stratégie pour ce secteur, et pose des gestes concrets qui assureront la sécurité financière des retraités canadiens.
    J'attends ce débat avec impatience.

  (1305)  

    Monsieur le Président, je crois savoir que la députée d'Hamilton Mountain a annoncé son intention de ne pas être candidate lors des prochaines élections. Je voudrais la féliciter. C'est un plaisir d'oeuvrer avec elle dans le Comité permanent des ressources naturelles. Je sais que son parti a un nouveau porte-parole en matière de ressources naturelles, mais j'espère qu'elle continuera de faire partie du comité jusqu'à la fin de la présente session.
    Je voudrais en outre la féliciter pour la conduite que je l'ai constamment vue adopter, en tant que députée. Toutefois, je ne veux pas pousser l'éloge trop loin, de peur qu'elle change d'avis et se porte candidate. Je ne voudrais pas voir mes propos aboutir dans un dépliant électoral.
    Je voudrais lui poser une question sur la limite de responsabilité absolue d'un milliard de dollars que le gouvernement a proposé. Il est curieux que le gouvernement ait choisi un chiffre rond. Il ne nous dit pas quelles considérations et quels critères entrent dans les calculs au terme desquels il obtient cette somme et la juge exacte.
    Du point de vue du NPD, quelle devrait être la limite de responsabilité absolue et quelles considérations devraient intervenir dans ce calcul?
    Monsieur le Président, il y a un certain temps, j'ai écrit sur les médias sociaux que les Canadiens se montraient aussi bienveillants envers ceux qui vont bientôt nous quitter qu'envers ceux qui nous ont déjà quittés. C'est aussi vrai à la Chambre. Je remercie mes collègues de leurs commentaires. Il est dommage que je n'aie pas pu les citer dans ma dernière brochure électorale, mais mieux vaut tard que jamais.
    Je remercie le député de sa question sur la responsabilité absolue, puisqu'il a entièrement raison. Le gouvernement semble souvent sortir ses chiffres de nulle part. Le député se rappellera que la Chambre a débattu de la responsabilité nucléaire, et je crois qu'elle l'a fait non pas deux fois, mais à trois reprises. À chaque occasion, le gouvernement a proposé un montant différent pour le régime de responsabilité. Il n'a jamais justifié ce changement, ni même expliqué ce qui justifiait le choix du premier montant.
    Aujourd'hui, nous sommes saisis d'un projet de loi qui propose d'établir cette responsabilité à 1 milliard de dollars, comme c'était le cas pour la responsabilité nucléaire et la responsabilité dans les zones extracôtières. Je suppose que nous devrions au moins nous réjouir du fait qu'il y ait une certaine cohérence. Cependant, nous devons nous pencher sur ce montant au comité.
    Si nous croyons au principe du pollueur-payeur, et au fait que les sociétés devraient être tenues responsables des dommages qu'ils causent à l'environnement, nous devrions établir le montant en fonction des coûts liés aux dommages en question. Si les coûts s'élèvent à 1,2 milliard de dollars, la société devrait payer 1,2 milliard de dollars. Le montant de 1 milliard de dollars est complètement arbitraire.
    Il aurait peut-être été préférable de demander au ministre comment le gouvernement est arrivé à ce chiffre. Mon collègue ne sera guère surpris d'apprendre que je ne peux pas parler au nom des conservateurs. J'ai toujours éprouvé une certaine frayeur à l'idée de lire dans leurs pensées, et je ne m'y risquerai pas aujourd'hui. Cependant, c'est une question sur laquelle nous devrons certainement nous pencher lors de l'étude article par article au comité.

  (1310)  

    Monsieur le Président, j'aimerais remercier ma collègue de sa réponse au député conservateur. Je me réjouis de constater que les conservateurs semblent enfin se souvenir qu'il existe un secteur manufacturier au Canada. Pendant de nombreuses années, ce secteur a été l'un des moteurs de notre économie, et il pourrait certes le redevenir si on prenait les bonnes décisions. Malheureusement, le gouvernement a choisi une ressource, une région du pays et un secteur de notre économie et il a mis de côté tout le reste. Il a mis tous ses oeufs dans le même panier sur le plan économique, en misant tout sur un secteur dont le rendement peut varier brutalement.
    J'aimerais également remercier la députée d'avoir parlé de ce qui se passe dans sa circonscription avec la U.S. Steel Canada Inc. Les modifications à la Loi sur Investissement Canada amélioreraient sans aucun doute la situation là-bas.
     Dans son discours, la députée a parlé de confiance et de certitude. Tout comme les Canadiens, les entreprises doivent avoir confiance et savoir à quoi s'en tenir pour pouvoir faire des investissements et prendre les bonnes décisions de manière de créer des emplois bien rémunérés au Canada.
    Il est intéressant qu'il soit maintenant question de responsabilité, étant donné que les règlements qui régissent les pipelines et leur sécurité à l'heure actuelle défient toute logique. Le gouvernement a vidé de sa substance la Loi sur la protection des eaux navigables, empêchant ainsi les sociétés d'apporter de nombreuses améliorations là où les pipelines traverseraient les rivières, les ruisseaux et d'autres étendues d'eau. Dans certains cas, il n'est même plus nécessaire d'installer des valves d'arrêt des deux côtés de la rivière.
    Ce projet de loi ne mettrait-il pas la charrue devant les boeufs? Ne devrions-nous pas corriger les règlements pour que nous puissions avoir des certitudes avant de chercher à déterminer quels sont les problèmes auxquels nous nous heurterons?
     La députée pourrait peut-être nous faire part de ses observations sur l'un des nombreux enjeux que je viens de soulever.
    Monsieur le Président, j'ai bien des choses à dire sur bon nombre de sujets. Je tiens tout d'abord à revenir sur un point dont j'aurais aimé parler plus longuement dans mon intervention.
    Il ne fait aucun doute que le réseau de pipeline au Canada prend de l'âge. Voilà l'une des raisons pour lesquelles les Canadiens s'inquiètent tant des risques de déversement. Les Américains ont une bonne longueur d'avance dans ce dossier; ils reconnaissent à tout le moins qu'il pourrait y avoir un problème.
    Les députés savent peut-être qu'il y a eu un deuxième déversement au Montana, cette fois-ci près de la ville de Glendive. Plus de 40 000 gallons se sont écoulés et ils ont contaminé les réserves d'eau en aval. Toute proportion gardée, ce déversement n'était pas aussi important que l'autre qui s'est produit au Montana. Lorsqu'on a interrogé le sénateur du Montana, un démocrate, à ce sujet, il a dit aux médias que les organismes de réglementation devraient mener davantage d'inspections et que les vieux pipelines devraient être assujettis à des normes de sécurité plus sévères.
    Or, au Canada, nous faisons tout le contraire. J'ai déjà dit que le gouvernement avait été avisé en 2011 qu'il fallait accroître la surveillance et instaurer des règles plus strictes. Comme mon collègue de Scarborough-Sud-Ouest l'a souligné, les conservateurs vident les règlements de leur substance. Ils ont en outre affaibli la Loi sur la protection des eaux navigables. Il n'est donc pas surprenant que les Canadiens s'inquiètent de la sécurité des pipelines au pays.
    C'est rare que je dise ça, mais dans ce dossier, il faudrait prendre exemple sur ce qui se fait au sud de la frontière: les Américains prennent les dommages environnementaux et les risques de désastres écologiques plus au sérieux que nous. Les Canadiens méritent d'avoir pareilles certitudes en ce qui concerne les possibles répercussions sur l'environnement.
    Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-46, la Loi sur la sûreté des pipelines.

[Français]

    J'ai écouté attentivement les discours des deux derniers orateurs à la Chambre, et j'espère que nous pourrons travailler ensemble, ici à la Chambre, mais aussi au Comité permanent des ressources naturelles, afin d'améliorer et de rendre plus fort et plus efficace ce projet de loi. En effet, il s'agit d'un enjeu important pour l'environnement, pour l'industrie et pour le Canada.

[Traduction]

    J'espère que ce projet de loi ne subira pas le même sort que celui visant à améliorer le régime de responsabilité du secteur du pétrole et du gaz extracôtiers du Canada que nous avons finalement adopté l'an dernier à la Chambre. Comme je l'ai mentionné plus tôt dans une question que j'ai posée au ministre, le projet de loi C-22 a été présenté à maintes reprises par les conservateurs, mais ceux-ci l'ont laissé traîner au Feuilleton pendant plusieurs années. Le gouvernement ne semblait pas du tout pressé, pendant toutes ces années, d'aller de l'avant avec cette mesure législative. Il est encourageant de voir qu'il semble maintenant être un peu plus empressé. Lorsque le projet de loi C-22 a finalement commencé à franchir les étapes à la Chambre, le gouvernement a refusé d'accepter plusieurs amendements solides qui l'auraient amélioré et renforcé, et auraient mieux protégé l'environnement marin.
    J'espère qu'il en sera autrement pour le projet de loi C-46. Devant mon optimisme, d'aucuns diront que je conserve l'espoir contre toute attente si l'on se fie au passé. C'est parce que je suis un éternel optimiste.
    Le Parti libéral reconnaît que les pipelines sont un élément clé de l'infrastructure de notre secteur énergétique. Nous avons tous été témoins des conséquences de l'incapacité du gouvernement de fournir les moyens d'acheminer nos ressources vers le marché. Nous avons tous vu le résultat, dans les collectivités au Canada et sur la scène internationale, de la réputation du gouvernement conservateur en matière de réglementation de l'environnement. Il n'a certainement pas la réputation d'être un défenseur de l'environnement et il n'a aucune crédibilité en matière de réglementation environnementale, raison pour laquelle il est plus difficile de faire approuver des projets, comme le pipeline Keystone XL aux États-Unis, ou de vendre nos ressources sur le marché international et partout dans le monde.
    Le projet de loi C-46 a déjà suscité un certain nombre de commentaires de la part des députés, des intervenants intéressés et d'autres groupes. Comme je l'ai dit plus tôt, certains sont inquiets à l'idée que l'on confie la responsabilité de bon nombre des changements proposés dans le projet de loi C-46 au Conseil des ministres et à l'Office national de l'énergie. Je le répète, je suis un éternel optimiste, mais j'espère bien que les députés du gouvernement se pencheront sur cette question pendant le débat ou au cours de l'étude en comité.
    Je suis aussi impatient d'entendre le point de vue de la chef du Parti vert au sujet de ce projet de loi. Selon les médias, elle ne trouverait rien à redire. Toutefois, elle a aussi déclaré qu'elle aimerait avoir la possibilité, lors d'un débat, d'expliquer pourquoi son parti s'opposera toujours aux projets relatifs aux pipelines transportant du bitume dilué. J'ai très hâte d'assister à ce débat.
    Tout le monde s'entend sur le fait que le secteur de l'énergie est très important pour notre économie. Cela ne fait pas l'ombre d'un doute. Le secteur de l'énergie contribue grandement à la création d'emplois et à la croissance économique de notre pays. C'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles les habitants de l'ensemble du pays sont préoccupés par les éventuelles conséquences de la baisse récente du prix du pétrole.
    Jetons un coup d'oeil sur la situation générale dans le secteur pétrolier et gazier. Par exemple, celui-ci produit pour l'État des revenus annuels moyens de 26,6 milliards de dollars. Cet argent permet de payer le salaire d'un très grand nombre de médecins et d'enseignants, ainsi que la construction de nombreuses écoles. Il s'agit d'un chiffre colossal. En fait, cela représente chaque année 155 milliards de dollars dans le PIB du pays et environ 300 000 emplois. Il y a aussi des répercussions indirectes sur les emplois en génie et en construction. En 2010, on parle d'environ 2,5 milliards de dollars dans le secteur du génie ainsi qu'en recherche et développement, et des économies de 32 milliards de dollars sous forme d'efficacité énergétique partout au pays. Le secteur de l'énergie mène des activités importantes en recherche et développement. Il s'agit indubitablement d'un secteur crucial. À mon avis, il faut tenir compte de ces facteurs quand on pense à ce qui devrait constituer la limite absolue en matière de responsabilité à l'égard des pipelines.

  (1315)  

    En général, tous semblent s'accorder pour dire que, même s'il était attendu depuis longtemps, le projet de loi constitue un pas dans la bonne direction ou, à tout le moins, une première mesure positive. Je pense que tout le monde s'entendra pour dire qu'il est nécessaire de renforcer la sécurité et la sûreté des pipelines et de veiller à ce que les sociétés qui les exploitent prennent toutes les mesures nécessaires pour prévenir les fuites et, bien entendu, à ce qu'elles soient tenues responsables en cas de fuite.
    Je sais que le ministre des Ressources naturelles aime souligner que, de 2008 à 2013, 99,9995 % du pétrole acheminé par les pipelines sous réglementation fédérale n'a été associé à aucun incident. Ce n'est pas parfait, mais il s'agit certainement d'un très bon bilan, et nos sociétés de pipelines méritent d'être félicitées pour ce bel exploit.
    Le fait est que, dans notre pays, nous utilisons des produits pétroliers tous les jours. Nous n'avons qu'à sortir dans la rue et observer les voitures défiler. Il n'y a pas que des voitures électriques, loin de là. Il est clair que la plupart ne sont pas des voitures électriques. Nous utilisons des produits pétroliers pour chauffer nos maisons. Nous en utilisons pour tant de choses. Nous avons besoin des pipelines. Ils constituent une partie importante de notre économie et il en sera probablement ainsi encore longtemps. Ils jouent un rôle important dans notre société et il est absolument important qu'ils soient exploités en toute sécurité. Le cas échéant, c'est apprécié et nous devons trouver des moyens pour que ce soit fait le mieux possible en tout temps.
    Cependant, nous devons aussi songer à l'avenir et prendre toutes les mesures possibles pour continuer à prévenir les déversements, car c'est la dernière chose que nous voulons voir. Il y a quelques minutes, nous avons entendu parler d'un déversement dans le Montana. C'est très inquiétant. Nous ne voulons pas voir le genre de dommage que le pétrole peut faire lorsqu'il est déversé dans l'environnement.
    Nous devons prendre des mesures pour pouvoir nettoyer les déversements avec efficacité et efficience et déterminer qui sont les responsables afin d'inciter les sociétés à s'occuper des pipelines, à les remplacer et à les entretenir correctement. Les pipelines du Canada doivent être les plus sûrs du monde et nous devons nous assurer que la présente loi sur la sûreté des pipelines permette qu'il en soit ainsi.
    Le projet de loi donnerait à l'Office national de l'énergie un plus grand pouvoir de réglementation sur les 73 000 km de pipelines qui transportent pour plus de 100 milliards de dollars par année de produits pétroliers d'un bout à l'autre du Canada. Le projet de loi C-46 ferait suite aux mesures déjà prises pour donner à l'office le pouvoir d'accroître le nombre d'inspections et de doubler le nombre de vérifications de la sécurité. Il ne garantit pas que l'ONE le ferait mais, au moins, le projet de loi lui en donnerait le pouvoir. En ce sens, c'est un pas dans la bonne direction. Ce qui préoccupe, c'est la marge de manoeuvre qui serait donnée au Cabinet et à l'office, comme je l'ai mentionné plus tôt.
    L'Office national de l'énergie serait aussi appelé à donner des conseils sur les meilleures techniques disponibles pour la construction et l'exploitation d'un pipeline. Nous avons vu les mesures qui définissent le mode de collaboration éventuel entre l'État, les communautés autochtones et l'industrie dans le but d'élaborer une stratégie d'intégration accrue des Autochtones dans les activités relatives à la sûreté des pipelines. C'est quelque chose qui préoccupe vivement les communautés autochtones, pour des raisons évidentes. On parle entre autres de planification, de surveillance, d'intervention à la suite d'un incident et de perspectives d'emploi et d'affaires connexes. J'espère que cela laisse entrevoir des avancées dans ce dossier.
    Voyons maintenant les principales dispositions du projet de loi C-46. D'autres intervenants ont rappelé que la limite de responsabilité absolue ou en l'absence de faute serait d'au moins 1 milliard de dollars. Autrement dit, en situation de négligence ou de faute manifestes, la responsabilité serait illimitée, mais ce ne serait pas le cas si aucune négligence ni aucune faute n'étaient démontrées. Par conséquent, peu importe ce qu'une entreprise aurait fait, elle serait tenue responsable de tout déversement dès qu'il s'agirait d'un produit délétère et potentiellement toxique, même s'il était impossible de prouver sa négligence. C'est une mesure importante, car il est question d'un produit de valeur qui génère des revenus importants pour l'industrie, que nous devons donc obliger à assumer adéquatement ses responsabilités. On parle ici du déversement involontaire ou incontrôlable de pétrole, de gaz naturel ou d'un autre produit pétrolier transporté par pipeline.

  (1320)  

    La responsabilité absolue s'applique aux sociétés exploitant de grands pipelines, c'est-à-dire ceux dont la capacité de transport est d'au moins 250 000 barils par jour. La réglementation prescrira des sommes moindres aux entreprises exploitant de plus petits pipelines.
    Soulignons que le projet de loi C-46 confirme que la responsabilité des sociétés exploitant des pipelines resterait illimitée si le déversement est attribuable à la négligence. Les sociétés devraient détenir les ressources financières suffisantes pour payer le montant de la responsabilité qui s'applique à elles et s'assurer de pouvoir disposer immédiatement de ces ressources afin que les mesures d'intervention puissent être prises rapidement, quelle que soit l'ampleur du déversement. Comme le mentionne le projet de loi, elles devraient avoir sous la main le matériel et l'équipement nécessaires pour pouvoir intervenir en cas de déversement. J'espère que l'Office national de l'énergie ferait appliquer cette disposition.
    En vertu du projet de loi, l'office pourrait prendre en charge les mesures d'intervention si une entreprise n'est pas en mesure de les mener ou s'y refuse, et obliger une entreprise à rembourser à tout ordre de gouvernement, qu'il s'agisse d'un gouvernement autochtone, d'une municipalité, d'un gouvernement provincial ou du gouvernement fédéral, les coûts de dépollution qu'il a dû assumer. Il s'agit d'une mesure positive, mais, comme je l'ai déjà dit, elle serait laissée à la discrétion de l'office, ce qui pose problème.
    Si l'Office national de l'énergie prend les commandes d'une intervention à la suite d'un accident, le gouvernement peut également constituer un tribunal d'indemnisation. Donc, le gouvernement a cette option, mais celle-ci n'est pas une obligation. Nous ne savons pas ce qu'il fera. Nous espérons qu'en pareil cas, il constituerait un tribunal d'indemnisation. Il pourrait le faire pour simplifier le traitement des demandes d'indemnisation de ceux qui subissent les effets des déversements. Ce pourrait être une bonne mesure, mais tout dépendra de la décision du gouvernement d'y avoir recours ou non.
    Le gouvernement fournirait les ressources pour prendre les commandes d'une intervention et constituer un tribunal d'indemnisation, à la suite d'un accident, et il aurait également le pouvoir de recouvrer les coûts en faisant payer le particulier ou l'entreprise. Voilà qui est une bonne chose.
    Le projet de loi prévoit en outre que les sociétés propriétaires des pipelines en demeureraient responsables jusqu'à ce que les canalisations soient enlevées du sol, et l'Office national de l'énergie aurait le pouvoir de veiller à ce que les sociétés s'acquittent de leur responsabilité d'entretien des pipelines abandonnés. Ces mesures et d'autres encore qui sont contenues dans le projet de loi C-46 constituent une refonte tout à fait nécessaire du régime de responsabilité relatif aux pipelines de compétence fédérale.
    Nous accueillons favorablement l'application du régime sans égard à la responsabilité, les pouvoirs additionnels accordés à l'Office national de l'énergie et les mesures concernant les pipelines abandonnés. Le Parti libéral votera pour le renvoi de ce projet de loi à un comité pour que la Chambre en poursuive l'étude. Je m'attends à ce qu'on veuille y apporter des amendements pour le renforcer. J'espère que nous aurons la bonne surprise de voir le gouvernement adopter ces amendements, contrairement à ce que nous avons pu observer dans le passé.
    Par exemple, des groupes comme Ecojustice soulignent déjà que l'efficacité des changements législatifs proposés dans le projet de loi C-46 serait largement dépendante du bon vouloir de l'Office national de l'énergie et du gouvernement. Je crois que cette question sera soulevée pendant l'étude du projet de loi par le comité.
    Je termine en réitérant ma surprise de voir que nous sommes en train de débattre le projet de loi C-46 dès le premier jour de la reprise des travaux, après la pause des Fêtes, alors que le gouvernement n'a déposé le projet de loi que le 8 décembre 2014. L'empressement du gouvernement découle peut-être de son désir de rétablir la confiance du public à l'égard des pipelines après avoir commis si souvent d'énormes bévues dans ce dossier.
    Comme l'a dit mon collègue de Papineau, en ce qui concerne les pipelines, le premier ministre et le gouvernement sont de grands parleurs, mais de petits faiseurs. Le gouvernement n'a réussi à protéger efficacement ni les intérêts du secteur pétrolier et gazier, ni l'environnement. Bien sûr, le secteur pétrolier et gazier a besoin de pipelines et de gazoducs pour acheminer ses produits de la façon la plus sécuritaire possible vers les marchés outre-mer et nord-américains. J'imagine que tous les députés conviendront qu'un pipeline est plus sécuritaire qu'un camion ou que le train pour transporter des produits pétroliers.
    Examinons le bilan du gouvernement. Il bâclé la manière dont il a géré le projet Keystone XL. Il a bousillé le projet Northern Gateway. Il a abandonné le projet Énergie Est. N'oublions pas que ce gouvernement a dû ravaler ses paroles en ce qui concerne le secteur énergétique. Il n'y a pas si longtemps, le gouvernement et le premier ministre n'arrêtaient pas de se vanter que le Canada était un État pétrolier. Le premier ministre se vantait à qui voulait l'entendre que le Canada était une superpuissance émergente dans le domaine énergétique. À cause de son obsession pour le secteur pétrolier et gazier, son parti s'est mis à négliger l'importance d'autres secteurs.
    Bien sûr, c'était au moment où le prix du pétrole avoisinait 100 $ le baril. Peut-être que le prix remontera à ce niveau dans six mois ou un an, qui sait? Cependant, maintenant que le prix du pétrole a chuté de façon spectaculaire, le premier ministre et ses laquais ont choisi une nouvelle rengaine pour essayer de camoufler leur incompétence et leur stratégie économique ratée qui consistait à mettre tous leurs oeufs dans le même panier.

  (1325)  

    Aujourd'hui, ils disent aux Canadiens que le secteur de l'énergie ne représente qu'un faible pourcentage du PIB du Canada, et que l'économie est généralement forte. Ils devraient en parler aux travailleurs qui doivent faire face à des compressions ces derniers temps.
    Certains électeurs pourraient croire aux discours creux s'ils n'y voyaient pas un signe évident de la panique et du chaos qui règnent au sein du Cabinet. Le ministre des Finances a d'abord dit que ses prévisions budgétaires demeuraient les mêmes et, le jour suivant, qu'il était obligé de retarder le dépôt du budget de plusieurs mois à cause de graves incertitudes économiques. En quoi ces deux affirmations sont-elles reliées? Comment ces deux situations peuvent-elles être compatibles? Bien sûr, le ministre des Finances préfère cacher son budget pour des raisons évidentes.
    J'espère que le ministre des Ressources naturelles ne cache pas la véritable raison pour laquelle il propose le projet de loi C-46 avec un tel empressement. J'espère que le gouvernement prend la sûreté des pipelines au sérieux, et que le projet de loi C-46 ne sert pas qu'à dissimuler son incompétence. Je suppose que nous saurons la réponse quand nous verrons comment le gouvernement réagira à nos efforts visant à améliorer et à renforcer ce projet de loi de manière à ce que le Canada soit doté du réseau d'oléoducs le plus sécuritaire au monde. J'espère que le gouvernement nous permettra d'entendre des experts qui nous diront quelle devrait être la limite et comment ce projet de loi devrait être amendé et amélioré. Après tout, les Canadiens ne méritent rien de moins.

  (1330)  

    Monsieur le Président, j'ai écouté notre collègue d'en face avec beaucoup d'intérêt. Je le respecte énormément et je respecte aussi la majorité de ses observations. Si on oublie le caractère partisan de ses commentaires des cinq dernières minutes, il a soulevé de très bons points.
    Le député a mentionné que nous proposons de nouvelles mesures pour les pipelines ainsi qu'une responsabilité absolue de 1 milliard de dollars. Il a mentionné que les libéraux appuient entre autres des mesures visant les pipelines abandonnés. Beaucoup de bonnes mesures sont proposées pour renforcer la sécurité des pipelines au Canada, alors que le bilan à cet égard est déjà extrêmement bon.
    Je pense que dans son discours, le député a mentionné qu'il y a environ 73 000 kilomètres de pipelines au Canada. Si on convertit ce nombre en milles, on arrive à 45 360 milles, à quelques décimales près. C'est presque deux fois le tour du monde.
    Je vais commencer par faire valoir le point suivant, puis je poserai ensuite ma question. Un pipeline traverse Burnaby depuis plus de 60 ans, et la plupart des gens de Burnaby ne savaient même pas qu'il était là jusqu'à ce que quelqu'un le heurte malencontreusement, il y a de cela quelques années, avec une pelle rétrocaveuse, ce qui a causé un déversement mineur. Il n'y a pas eu de catastrophe environnementale.
    Beaucoup de gens, que ce soit à Burnaby ou ailleurs, ont exprimé leur mécontentement en ce qui concerne la sécurité des pipelines.
    Notre système de pipelines figure parmi les plus importants et les plus sûrs au monde, et je suis heureux que le député le reconnaisse. Je me demande si le député reconnaît aussi que les médias ont fait grand cas de la sécurité des pipelines et que ce faisant, ils ont soulevé l'ire de la population, et qu'il est donc souhaitable de mettre l'accent sur le bilan de sécurité de notre pays, qui fait l'envie du monde entier. Nous voulons travailler avec nos collègues pour le renforcer, grâce à la mesure législative dont nous sommes saisis aujourd'hui.
    Monsieur le Président, permettez-moi tout d'abord de dire combien j'ai trouvé impressionnant de voir mon collègue convertir mentalement les kilomètres en milles. Il a dit qu'il se contenterait d'arrondir les chiffres, mais les résultats étaient plutôt précis. Chapeau!
    Le député a expliqué qu'un pipeline traverse une localité de sa région depuis 60 ans et que les résidants n'en sont pas conscients. Alors que nous examinons ce projet de loi, les limites à imposer et les façons de réglementer le secteur des pipelines, il faudra aussi penser à l'entretien et à la vérification des pipelines en place depuis 60 ans.
    Je suis certain que le député connaît les pistons racleurs, ces dispositifs qui parcourent un pipeline pour vérifier s'il est en bon état. Nous devons voir à ce que ces vérifications soient faites comme il se doit. Il ne faudrait pas qu'un pipeline enfoui trop longtemps finisse par poser des risques.
    Comme le député et moi-même l'avons souligné, le bilan de sécurité des pipelines canadiens est excellent. Ce bilan n'est toutefois pas parfait, et nous visons la perfection. On ne voudrait surtout pas qu'une localité soit aux prises avec un déversement de pétrole ou d'un autre produit pétrolier, surtout un déversement qui contaminerait les sols ou nos réserves d'eau douce. C'est une grande préoccupation.
    Cette question mérite un examen attentif. J'espère que le comité pourra examiner le projet de loi en profondeur.
    Monsieur le Président, je remercie le député de son allocution. Je dois dire que je partage son scepticisme, car je doute moi aussi de la rigueur de l'étude que mènera le comité. Mais, qui sait, il y a toujours de l'espoir, et peut-être qu'en 2015 un comité va réellement étudier un projet de loi et y recommander des amendements, et peut-être même que le gouvernement va modifier le projet de loi en question.
    J'aimerais revenir sur ce qu'a dit le député à propos du seuil de responsabilité, qui sera de 1 milliard de dollars. Comme il l'a si bien fait remarquer, ce seuil s'applique lorsque l'entreprise n'est pas en faute. Autrement, il n'y a pas de limite applicable à la responsabilité. Or, 1 milliard, quand survient un déversement, surtout un déversement de bonne ampleur, ce n'est rien. Ce n'est rien par rapport aux effets dévastateurs que peut avoir un déversement. Si je prends l'exemple de ma ville, Toronto, s'il fallait qu'un déversement s'y produise et que le pétrole se retrouve dans le lac Ontario, près de l'entrée d'une canalisation d'eau, les conséquences seraient catastrophiques.
    Je me demande si le comité va au moins prendre le temps de se demander si c'est suffisant, un seuil de 1 milliard de dollars. En réalité, au-delà de cette limite, la loi sur la faillite risque de constituer un obstacle. Aucune entreprise n'est à l'abri de la faillite, et dans un cas comme celui-là, les entreprises peuvent rapidement atteindre la limite après laquelle elles doivent déclarer faillite.
    En terminant, j'aimerais que le député aborde la question d'un éventuel incident terroriste. S'il devait y avoir une série d'attentats bien planifiés et menés par des gens qui nous veulent du mal, qu'adviendrait-il de la responsabilité, que le seuil de 1 milliard de dollars s'applique ou pas?

  (1335)  

    Pour répondre à la question, monsieur le Président, je crois qu'il sera important que le comité évalue les options afin de déterminer le seuil à appliquer en cas de responsabilité absolue.
    C'est quand même un drôle de hasard qu'après avoir fait ses calculs et tenu compte de tous les facteurs dont il devait tenir compte, le gouvernement soit arrivé à ce beau chiffre rond de 1 milliard de dollars. Pourquoi ce nombre, et qu'est-ce qui fait dire aux conservateurs que c'est le bon?
    Voilà pourquoi il est important que des spécialistes viennent nous expliquer quels seraient les effets sur l'environnement et l'industrie si le seuil était différent. Sur quel argument s'est-on fondé pour l'établir? Y a-t-il d'autres arguments qui pourraient faire pencher pour un seuil différent? Essentiellement, le NPD souhaiterait qu'il n'y ait pas de seuil, mais nous tenons malgré tout à entendre tous les arguments et à connaître les conséquences des différentes options.
    Mon collègue a parlé de faillite. Je pense qu'un autre facteur à prendre en considération est celui de l'assurance. Dans un cas comme celui-ci, il ne s'agit pas seulement de déterminer si l'entreprise risque de faire faillite, mais également si la compagnie d'assurance risque elle aussi de faire faillite. On s'attendrait à ce que l'assurance couvre les conséquences d'un déversement, ainsi que la responsabilité prévue dans le projet de loi, qu'il s'agisse d'une responsabilité illimitée où il y a preuve de faute ou d'une responsabilité absolue où il n'y a pas de preuve de faute.
    Monsieur le Président, avec des amis comme moi, le député n'a pas besoin d'ennemis. Nous avons l'occasion d'avoir un réel débat à propos de la responsabilité, au lieu des balivernes qui passent habituellement pour des débats à la Chambre.
    Je me demande si le comité envisagerait l'instauration d'un fonds d'assurance commun. Il pourrait s'agir d'un concept similaire à celui employé par Lloyd's. La compagnie d'assurance assumerait la première partie de la responsabilité, puis une assurance de type Lloyd's — mise en place par l'industrie ou par Lloyd's — couvrirait le reste.
    Je comprends l'importance du coût des primes. Cependant, comme le disent les membres de la profession économique, il s'agit de facteurs externes, c'est-à-dire des facteurs que nous n'avions pas, jusqu'ici, pris en compte dans le coût de transport du carbone. Nous ne voyons aucun inconvénient à polluer l'environnement, l'eau et l'air, entre autres, sans mettre un prix sur le carbone, contrairement à ce que nous faisons pour d'autres formes de production d'énergie. J'aimerais qu'un comité se penche sur ce genre de questions.
    Le député accepte-t-il la déclaration du ministre selon laquelle le transport est sécuritaire dans 99,99 % des cas? Les journaux semblent rapporter beaucoup de petits et de grands déversements.
    Le député va utiliser tout le temps alloué, et le député d'Halifax-Ouest n'aura pas l'occasion de lui répondre.
    Le député d'Halifax-Ouest a la parole.

  (1340)  

    Merci d'être intervenu, monsieur le Président.
    Il me serait impossible de répondre à toutes les observations et questions de mon collègue. C'est remarquable. Il est intéressant de souligner que, depuis que je suis député, la plupart des débats les plus passionnants qui ont eu lieu ici se sont déroulés au sein de notre caucus libéral. Je suis ravi qu'on discute, car pareils débats sont nécessaires ici.
    Je pense qu'il faut envisager l'instauration du fonds d'assurance commun dont a parlé mon collègue. Il faut qu'il y ait suffisamment d'entreprises dans un secteur donné pour que cela en vaille la peine. Par exemple, il semble qu'il y ait suffisamment d'acteurs dans l'industrie nucléaire aux États-Unis pour qu'un tel fonds soit créé, mais cela ne fonctionnerait pas au Canada. Le secteur des pipelines tirerait peut-être profit d'un tel fonds. Il serait judicieux de soulever la question en comité. J'espère que le projet de loi sera étudié en profondeur et que nous aurons ainsi la chance de poser cette question en comité.
    Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Saskatoon—Humboldt.
    Permettez-moi de commencer par dire que je suis très heureux d'avoir l'occasion de parler de la Loi sur la sûreté des pipelines et de son importance capitale pour tous les Canadiens.
    La plupart des Canadiens ne sont pas vraiment conscients de l'importance qu'ont les pipelines dans leur vie quotidienne. Ces autoroutes de l'énergie sont indispensables à la livraison d'énergie aux Canadiens, qui en ont besoin pour chauffer leur maison, faire tourner les usines et faire le plein d'essence. Lorsque les Canadiens règlent un peu plus haut le chauffage de leur maison, ils réfléchissent rarement à la provenance de l'énergie qu'ils consomment. Ma maison, comme la plupart des foyers au Canada, est chauffée au gaz naturel, dont la totalité est transportée par pipeline, mais les Canadiens n'ont pas besoin de s'en préoccuper car ce gaz est acheminé par pipeline tous les jours sans aucun danger, sans aucun problème.
    Il existe en coulisse un vaste réseau de pipelines sous réglementation fédérale. Il y en a environ 73 000 kilomètres au Canada. Ces pipelines transportent une centaine de milliards de dollars de pétrole et de gaz naturel tous les ans. À bien y réfléchir, c'est l'énergie qui alimente nos vies, et ce sont les pipelines qui transportent cette énergie. Ces pipelines vont des producteurs aux raffineries, puis des raffineries aux clients partout au Canada. Que nous voyagions en voiture, en bus, par train, par bateau ou par avion, nos déplacements sont rendus possibles par de l'énergie qui est sûrement passée par nos pipelines à un moment ou un autre.
    Le secteur pétrolier et gazier est extrêmement important pour le Canada. Il génère près de 8 % de son produit intérieur brut. En outre, comme le savent les députés, l'énergie est la principale exportation du Canada. Les pipelines sont essentiels à toute cette activité économique. D'ailleurs, 94 % de l'ensemble des transports au Canada s'alimentent de carburant provenant des produits pétroliers transportés par pipelines.
    Chose certaine, les pipelines constituent la pierre angulaire du secteur pétrolier et gazier du Canada ainsi qu'une importante industrie nationale. En 2012, ils ont ajouté près de 9 milliards de dollars au produit intérieur brut du Canada et créé plus de 6 800 emplois. En outre, ils représentent entre 40 milliards et 55 milliards de dollars d'investissement du secteur privé chaque année. Ce sont là des sommes importantes qui sont investies dans l'économie canadienne.
    On entend sans cesse parler des pipelines dans les journaux ou à la télévision ces temps-ci. Certains Canadiens ont des préoccupations à l'égard des pipelines en raison de quelques incidents récents. Or, sur le plan de la sécurité, le bilan du Canada est exceptionnel. D'ailleurs, nos pipelines sont parmi les plus sûrs au monde. De 2008 à 2013, 99,999 % du pétrole transporté par pipelines sous réglementation fédérale est arrivé à destination sans problème. Par conséquent, notre bilan en matière de sécurité des pipelines surpasse facilement celui de l'Europe et des États-Unis. De plus, 100 % des liquides déversés par ces pipelines au cours des trois dernières années ont été entièrement récupérés. Les pipelines se révèlent donc l'un des moyens les plus sûrs de transporter l'énergie que nous utilisons tous.
    Chaque jour, les sociétés de pipelines du Canada assurent le transport d'environ trois millions de barils de pétrole. Il faudrait 15 000 camions-citernes ou 4 200 wagons pour transporter la même quantité de pétrole. Le transport par pipeline consomme également moins d'énergie et produit moins d'émissions de gaz à effet de serre.
    Toutefois, nous savons qu'il est toujours possible de faire mieux, et lorsqu'il est question de la sécurité des Canadiens et de la protection de l'environnement, nous n'acceptons aucune demi-mesure. Voilà pourquoi le projet de loi sur la sûreté des pipelines est si important. Il propose de renforcer le bilan déjà impressionnant du gouvernement du Canada à ce chapitre en instaurant une série de mesures dans les domaines de la prévention, de la préparation et de l'intervention, de même que de la responsabilité et de l'indemnisation. Nous prenons des mesures pour renforcer la sûreté des pipelines et moderniser la Loi sur l'Office national de l'énergie.
    Ce projet de loi propose des mesures préventives qui clarifieront les règles et les responsabilités des propriétaires de pipelines afin de prévenir les incidents liés aux pipelines, d'améliorer la sécurité pour les Canadiens et de mieux protéger l'environnement. Il veillera à ce que les exploitants de pipelines disposent des ressources financières pour intervenir dans l'éventualité peu probable d'un incident. Par exemple, les grands exploitants de pipelines devront prouver qu'ils disposent de 1 milliard de dollars. En outre, ils devront disposer d'une partie de l'argent au comptant, afin de garantir une intervention immédiate.

  (1345)  

    De nouveaux règlements donneraient également le pouvoir à l'Office national de l'énergie d'imposer directement des nouvelles pénalités plus sévères afin de punir rapidement les infractions et d'éviter des problèmes plus graves à l'avenir. Nous inscririons le principe du pollueur-payeur dans la loi afin que les pollueurs, et non les contribuables canadiens, soient tenus financièrement responsables des coûts et des dommages qu'ils ont causés.
    Le projet de loi crée également la responsabilité absolue ou sans faute. Autrement dit, les exploitants de pipeline seraient tenus responsables même si la faute ou la négligence n'est pas prouvée. Pour les sociétés exploitant des pipelines majeurs, le montant de la responsabilité absolue serait fixé à 1 milliard de dollars. La Loi sur la sûreté des pipelines donnerait également le pouvoir à l'ONE de prendre le contrôle de l'intervention et du nettoyage en cas d'incident si une société en est incapable ou refuse de le faire. Parallèlement, la loi étendrait le pouvoir de l'Office national de l'énergie de recouvrer les coûts auprès de l'industrie s'il doit intervenir et prendre le contrôle.
    Outre le projet de loi, le gouvernement adopte une approche plus globale à l'égard de la sécurité des pipelines et de l'exploitation des ressources. Nous sommes fermement déterminés à travailler directement avec les Autochtones pour tous les aspects des opérations de sécurité des pipelines, y compris la planification, la surveillance, l'intervention en cas d'incident ainsi que les possibilités d'emploi et d'affaires connexes. Nous croyons que les Autochtones doivent être des partenaires dans tout ce que nous faisons, qu'il s'agisse d'assurer la sécurité de notre réseau de pipelines, de protéger notre environnement marin contre les incidents ou de partager les avantages découlant de l'exploitation de nos ressources. Voilà pourquoi le gouvernement conservateur collabore avec les Autochtones pour assurer l'exploitation responsable de nos ressources et la prospérité à long terme de nos collectivités dans l'intérêt de tous les Canadiens.
    Grâce à l'ensemble de ces mesures, le système canadien de sûreté des pipelines pourra être de calibre mondial et l'un des meilleurs au monde. Les Canadiens construisent des pipelines sûrs depuis des décennies. En adoptant ce projet de loi, nous allons rendre le système canadien de sûreté des pipelines encore plus solide qu'il ne l'est déjà.
    Le gouvernement conservateur s'emploie à respecter les normes les plus élevées en matière de sûreté dans le domaine du transport du pétrole et du gaz. Les Canadiens n'attendent, et ne méritent, rien de moins. Les pipelines canadiens transportent les produits qui alimentent notre économie, qui appuient le gagne-pain de milliers de Canadiens et qui, tous les jours, contribuent à notre grande qualité de vie. Je crois fermement que nous devons maintenir notre excellent bilan.
    Monsieur le Président, alors que je n'avais que 2 ans, mon père, qui était banquier en investissements, m'a enseigné que, en affaires, la règle d'or, c'est d'acheter à bas prix et de vendre à prix élevé. Dans l'Est canadien, nous achetons le pétrole le plus cher au monde. Nous dépendons à 80 % du pétrole provenant de pays comme l'Arabie saoudite, le Nigeria et le Venezuela, pétrole qui coûte très cher et qui produit une empreinte carbone considérable. Dans l'Ouest du pays, nous vendons le pétrole à très bas prix.
    Évidemment, nous souhaitons que les pipelines soient plus sûrs. Toutefois, ce projet de loi ne nous permettra pas d'atteindre cet objectif sans que des changements importants soient apportés. Voici donc ma question pour le député: est-il conscient que nous devons réduire notre consommation et notre exportation de pétrole et le transporter de manière plus sûre, et que ce projet de loi ne nous aidera pas à faire ce qui doit vraiment être fait, c'est-à-dire cesser de mettre tous nos oeufs dans le même panier, celui de l'industrie pétrolière?

  (1350)  

    Monsieur le Président, il est évident que la diversité est essentielle à la prospérité de l'économie canadienne. Je suis d'accord avec mon collègue d'en face: nous devons examiner toutes les sources d'énergie de remplacement, mais il ne faut pas oublier que notre taux de réussite en ce qui concerne le transport sécuritaire du pétrole au moyen de pipelines est de 99,999 %. C'est devons donc continuer de voir cette façon de faire comme une option très efficace. Grâce à la nouvelle loi, nous pourrions même améliorer ce bilan.
    Tant et aussi longtemps que nous utiliserons le pétrole comme source d'énergie, nous devrons nous efforcer de le transporter de la meilleure façon qui soit. À l'heure actuelle, les pipelines font partie des méthodes de transport les plus sûres, et ce projet de loi ne fera que renforcer leur bilan.
    Monsieur le Président, il est certain que la sûreté des pipelines préoccupe grandement tous les Canadiens d'un bout à l'autre du pays. Nous savons qu'il faut miser sur l'éventuelle contribution du Canada lorsqu'il est question de cette source d'énergie très importante. Pourtant, à la lecture du projet de loi dont nous sommes saisis, nous ne pouvons qu'être déçus. Le gouvernement semble se décharger d'une bonne partie de ses responsabilités en se fiant à la réglementation et en confiant certains aspects à l'Office national de l'énergie. Le gouvernement aurait pu se montrer plus précis en expliquant davantage comment il compte mettre en place des systèmes de sécurité de calibre mondial pour les pipelines.
    Ma question est la suivante: le député ne croit-il pas que le gouvernement n'a pas vraiment présenté un projet de loi qui donnerait plus de mordant à la législation et ainsi prouvé aux Canadiens qu'il est sur la bonne voie?
    Il est vrai que notre bilan en matière de sûreté des pipelines est excellent, mais le gouvernement aurait pu présenter un projet de loi plus solide, au lieu de s'en remettre à la réglementation. J'aimerais que le député nous fasse part de ses observations à ce sujet.
    Monsieur le Président, le député convient que nous affichons un excellent bilan, et il est bon d'entendre un député de l'opposition l'admettre. Je dois dire toutefois que le gouvernement précédent n'avait pas nécessairement un aussi bon bilan. Nous avons traversé une période d'environ 13 années au cours desquelles le bilan du gouvernement d'alors n'était pas formidable.
    Aujourd'hui, le gouvernement s'acquitte de ses responsabilités. Nous avons la responsabilité d'assurer la sécurité des Canadiens et de maintenir la croissance économique de notre merveilleux pays. C'est exactement ce que nous faisons avec ce projet de loi, qui stimulerait l'économie et nous permettrait de transporter l'énergie de manière sûre.
    Nous reprenons le débat. Le député de Saskatoon—Humboldt a la parole.
    Il lui reste environ six minutes ou six minutes et demie avant la fin du débat sur ce projet de loi et le début de la période des questions.
    Monsieur le Président, comme beaucoup d'autres députés qui arrivent en retard le lundi matin à cause de l'horaire des vols, je n'ai malheureusement pas pu écouter toutes les interventions de mes collègues députés, alors j'espère ne pas trop répéter ce qui a déjà été dit.
    Pour résumer brièvement ma perspective, je voudrais dire, en tant que membre du comité des ressources naturelles, que j'aime beaucoup étudier les projets de loi de cette nature. La Loi sur la sûreté des pipelines et les autres projets de loi d'ordre sécuritaire que nous avons étudiés montrent clairement que le gouvernement formé par notre parti et les législateurs responsables que nous sommes essaient de concilier l'exploitation des ressources naturelles et la protection de l'environnement pour assurer la sécurité de tous les Canadiens et leur offrir des résultats concrets. Les Canadiens croient parfois que cette sécurité nous est acquise, car nous formons une société moderne, technologiquement avancée et verte, avec une industrie verte qui, à beaucoup d'endroits au pays, est fondée sur l'exploitation des ressources naturelles.
    Ce n'est pas nécessairement le cas ailleurs dans le monde, où l'on exploite des ressources naturelles et où l'on vend des produits sur les marchés mondiaux sans nécessairement pouvoir s'appuyer sur des dispositifs de sécurité, des technologies, une culture et une mentalité permettant d'exploiter et de livrer ces ressources de manière sécuritaire. Voilà pourquoi je suis content de pouvoir parler de sujets comme la Loi sur la sûreté des pipelines. Le Canada possède bel et bien une expertise extraordinaire dans le domaine des pipelines, de même qu'un bilan extraordinaire en matière de sûreté. La protection de l'environnement et la production pétrolière peuvent faire bon ménage.
    Voici quelques observations sur des points que d'autres personnes ont sans doute déjà mentionnés au cours du présent débat, mais qui valent la peine d'être répétés.
    Les Canadiens construisent et exploitent des pipelines sûrs depuis des décennies. Au Canada, les pipelines sous réglementation fédérale transportent le pétrole de manière sûre dans 99,999 % des cas. Notre pays affiche un excellent bilan au chapitre de l'environnement. Ce bilan figure parmi les meilleurs au monde. Les normes de sûreté se resserrent au rythme de l'évolution technologique et de la réglementation.
    Le gouvernement a structuré son plan en fonction de quatre grands objectifs. En premier lieu, les processus d'examen réglementaire applicables aux projets d'envergure et aux pipelines sont plus rapides et plus prévisibles. Un autre but des lois concernant les ressources naturelles et les questions comme les pipelines consiste à éviter tout dédoublement. Le gouvernement cherche également à renforcer systématiquement les mesures de protection de l'environnement. Enfin, il tient absolument à mobiliser les Premières Nations pour tout ce qui concerne l'exploitation des ressources.
    En effet, d'un bout à l'autre du Canada, les perspectives qu'engendre l'aménagement des infrastructures et des ressources n'ont jamais été aussi prometteuses pour les communautés autochtones. C'est l'une des raisons pour lesquelles le gouvernement tient à resserrer durablement sa relation avec les peuples autochtones canadiens dans le contexte de la valorisation des ressources en hydrocarbures. En fait, peu de débouchés économiques s'offrent aux nombreuses communautés autochtones situées en milieu rural, si ce n'est dans le domaine des ressources naturelles.
    L'an dernier, dans le cadre de son plan de développement responsable des ressources, le gouvernement a lancé une série de nouvelles mesures visant à ce que l'exploitation des ressources naturelles soit sans danger. Nous avons mis en oeuvre de nouveaux mécanismes d'application de la loi, des sanctions pécuniaires en cas de non respect ainsi que de nouvelles mesures législatives, de nouveaux règlements, de nouvelles normes et de nouvelles exigences environnementales. En un an, le nombre d'inspections des pipelines a augmenté de 50 % et le nombre de vérifications complètes a doublé.
    Le gouvernement a aussi imposé de nouvelles mesures rigoureuses aux pétroliers pour que le transport des ressources énergétiques par les voies navigables se fasse de façon sécuritaire. Dans la foulée de la Loi visant la protection des mers et ciel canadiens, un groupe d'experts a revu les mesures actuelles de sécurité qui s'appliquent aux pétroliers. Comme les Canadiens peuvent le constater, de l'extraction du pétrole jusqu'à qu'à sa livraison, nous nous soucions de la sécurité et nous sommes résolus à ce que nos terres et nos eaux restent intactes. Prenant appui sur ces mesures, le gouvernement cherche à améliorer notre bilan en matière de sécurité des pipelines et veille à ce que notre régime demeure de calibre mondial.
    Le nouveau projet de loi est axé sur la prévention, l'état de préparation, la responsabilité et l'indemnisation. Il prévoit des mesures concrètes pour améliorer la sûreté des pipelines et moderniser la Loi sur l'Office national de l'énergie.

  (1355)  

    En somme, je dirai que nous devons toujours respecter la devise suivante:
    

C'est bien, c'est mieux, c'est bien mieux
De faire tout ce qu'on peut.
C'est bien de bien faire,
Mais c'est toujours mieux de faire de son mieux.

    Cette règle devrait s'appliquer à tout ce que nous faisons à la Chambre et, plus particulièrement, aux mesures législatives touchant à l'environnement. Ce projet de loi nous permettra de protéger l'environnement tout en exploitant nos ressources naturelles.

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

[Français]

Michel Guimond

    Monsieur le Président, c'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de notre collègue Michel Guimond, député de Montmorency—Charlevoix—Haute-Côte-Nord de 1993 à 2011, avec qui j'ai eu l'honneur et le plaisir de siéger pendant sept ans.
     Avocat, conseiller municipal, chargé de cours, député souverainiste, whip en chef du Bloc québécois, chef de cabinet à l'échelle municipale et j'en passe, Michel a eu une carrière bien remplie qui lui a permis de faire une différence dans la vie de bien des gens.
    Apprécié et respecté des alliés comme des adversaires, on se souviendra de lui comme d'un homme déterminé, passionné et, n'ayons pas peur des mots, fougueux et coloré. Son franc-parler résonne probablement encore à la Chambre. Toutefois, c'était avant tout un homme serviable et disponible. On ne peut passer sous silence son amour de la chanson, lui qui agrémentait régulièrement nos fins de soirées avec sa célèbre interprétation de Piano man.
    J'offre mes plus sincères condoléances à sa conjointe, l'ex-députée Johanne Deschamps, ses deux enfants, son petit-fils, ses parents ainsi qu'à toute sa famille et à ses amis.
     Michel, tu es parti trop vite, mais tous ceux que tu as côtoyés, servis et aidés ne t'oublierons jamais. Merci, cher ami.

  (1400)  

L'aide aux entreprises

    Monsieur le Président, la semaine dernière, j'étais fier d'annoncer plus de 120 000 $ en financement fédéral pour deux entreprises de Rockland, en Ontario: RONA J. Lalonde et Fils et A. Potvin Construction.
     Notre gouvernement fédéral appuie pleinement ces genres d'entreprises et s'engage à le faire, non seulement par l'entremise d'octrois, mais par de nombreuses initiatives qui obtiennent des résultats positifs.
    Par exemple, sous notre leadership, nous avons réduit le taux d'impôt des sociétés de 22 % à 15 %.

[Traduction]

    Ces allégements fiscaux importants renforcent nos entreprises, qui conservent une plus grande partie de l'argent qu'elles ont durement gagné pour le réinvestir dans leurs employés et créer de nouveaux emplois. Voilà une recette gagnante pour stimuler l'économie et créer des emplois.

[Français]

    Je suis ravi que notre gouvernement manifeste son soutien constant pour nos entreprises afin d'assurer la croissance de notre économie canadienne ainsi que de toutes nos économies locales.

La préservation de nos milieux naturels

    Monsieur le Président, mon comté Saint-Bruno—Saint-Hubert est dans un corridor forestier qui regroupe 4 000 milieux humides et 18 écosystèmes forestiers exceptionnels, et abrite pas moins de 84 espèces en situation précaire.
    Aujourd'hui, je souhaite saluer le travail de Nature-Action Québec, de la Fondation du Mont-Saint-Bruno, de la Ville de Saint-Bruno et de tous les citoyens mobilisés pour la préservation de nos milieux naturels.
    C'est grâce à leur engagement que nous nous prévalons d'une grande biodiversité dans la région. Trop souvent, les intérêts personnels de certains membres de l'autre Chambre menacent ces milieux qui nous sont chers.
    C'est pourquoi j'invite mes concitoyens à se joindre aux nombreux projets de conservation de Nature-Action Québec, de la Fondation du Mont-Saint-Bruno et de la Ville de Saint-Bruno, pour que nous puissions continuer à bénéficier d'une qualité environnementale.

Le Défi 28 jours sans boire

    Monsieur le Président, comment prendre conscience sainement et facilement de la place qu'occupe l'alcool dans notre vie? Pour y répondre, j'aimerais inviter toutes les citoyennes et tous les citoyens de Lotbinière—Chutes-de-la-Chaudière, ainsi que ceux du Québec, à me joindre pour réaliser ensemble le Défi 28 jours sans boire.
    L'objectif est d'amasser 100 000 $ pour sensibiliser 50 000 jeunes de 12 à 14 ans dans les écoles des nombreux risques liés à la consommation d'alcool et de drogue.
    À long terme, nous savons tous qu'une consommation d'alcool non responsable est dévastatrice tant pour les jeunes que pour l'entourage et la famille.
    J'invite donc tous ceux qui le souhaitent, pour un dollar par jour pendant 28 jours, à suivre leur progrès à l'aide de l'application mobile téléchargeable et à réaliser tous ensemble l'objectif de cette 2e édition du Défi 28 jours sans boire.

[Traduction]

Le Mois de sensibilisation à la maladie d'Alzheimer

    Monsieur le Président, janvier est le Mois de sensibilisation à la maladie d'Alzheimer, le moment de renouveler nos efforts pour être plus attentifs et mieux combattre le maladie d'Alzheimer, les préjugés qui l'entourent et le lourd fardeau qu'elle impose aux familles et aux aidants naturels qui s'occupent des centaines de milliers de Canadiens qui en sont atteints.
    Au Canada, une personne reçoit un diagnostic d'alzheimer toutes les cinq minutes et, au fur et à mesure que les baby-boomers continueront d'arriver au troisième âge, ce nombre augmentera de manière exponentielle au cours des prochaines décennies. Outre les pertes directes de 33 milliards de dollars qu'elle engendre pour l'économie, cette maladie éprouve physiquement, psychologiquement et financièrement les nombreuses familles qui s'occupent d'un proche atteint de démence.
    Les aidants naturels de personnes atteintes d'un trouble cognitif leur consacrent des centaines d'heures par année, sans être rémunérés. Cette maladie a ébranlé ma famille lorsque mon père, Mico Valeriote, a développé l'alzheimer. Elle a non seulement porté un coup terrible à sa qualité de vie, mais elle a aussi changé radicalement les rapports entre ma mère, ma fratrie et moi et nos rapports avec mon père.
    En souvenir de lui et pour les nombreux Canadiens que nous connaissons qui sont atteints de la maladie d'Alzheimer, soyons ceux qui changeront quelque chose cette année.

John A. Macdonald

    Monsieur le Président, j'ai aujourd'hui l'honneur de prendre la parole pour rendre hommage à John A. Macdonald, le premier premier ministre du Canada, dont nous célébrons le 200e anniversaire de naissance cette année.
    Notre premier premier ministre a concrétisé sa vision du commerce et de la prospérité. Sir John A. Macdonald relevait les défis sans être intimidé et il voulait doter le Canada d'une grande vision.
    Il a également été le premier dirigeant national à tenter d'accorder le droit de vote aux femmes et aux Autochtones. Par ailleurs, on se souvient du rôle qu'a joué sir John A. Macdonald dans l'expansion des frontières du Canada d'un océan à l'autre, dans l'achèvement du Chemin de fer Canadien Pacifique et dans la création de la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest.
    Le 200e anniversaire de la naissance de sir John A. Macdonald témoigne de ce que les Canadiens ont accompli collectivement, des moments historiques qui les définissent et de l'avenir prometteur de ce grand pays. Dans ce pays, où nous célébrons notre diversité et nos valeurs comme la liberté, l'unité et la tolérance, souvenons-nous des grandes réalisations de notre premier premier ministre, mais, surtout, soyons fiers d'être Canadiens.

  (1405)  

[Français]

Pierre-André Fournier

    Monsieur le Président, plus de 1 500 personnes se sont rassemblées dimanche dernier à l'église Saint-Robert-Bellarmin de Rimouski pour rendre un dernier hommage à monseigneur Pierre-André Fournier, archevêque de Rimouski, mais aussi président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec, décédé subitement le 10 janvier.
    Il n'aura été archevêque de Rimouski que pendant six ans, mais il aimait sa communauté et sa région d'adoption d'un amour véritable, et ses diocésains le lui rendaient bien, et si bien qu'on aurait pu croire qu'il occupait ses fonctions depuis 60 ans.
    Il était humble et simple, si accessible et près des gens que bien des amis l'appelaient PAF, de ses initiales. Il avait le don de faire sentir à toute personne à qui il parlait que celle-ci était, à ce moment-là, la plus importante à ses yeux. Il était omniprésent auprès des démunis, des vulnérables et des exclus, à l'image de sa devise épiscopale « Heureux, les pauvres ».
    Il était généreux de sa personne. Il ne refusait que rarement les invitations de sa communauté, que ce soit pour un souper communautaire ou pour une réunion visant à défendre un acquis de la région.
    Comme l'a lancé un membre de l'immense foule présente lors de ces funérailles: « Merci, PAF! », non seulement pour tout ce que tu as fait, mais aussi pour tout ce que tu fus!

[Traduction]

Les services communautaires

    Monsieur le Président, aujourd'hui, nous rendons hommage à Ron Ardell, un résidant de Saskatoon qui incarne la foi qui anime les gens ordinaires et dont nous devrions tous nous inspirer.
    Ron et son épouse MaryAnn, avec qui il a partagé sa vie pendant 40 ans, se sont rencontrés au camp biblique du lac Moose, où ils travaillaient tous les deux, lui comme conseiller, et elle, comme infirmière. Tout en élevant trois garçons, ils ont soutenu de nombreux événements communautaires et sportifs dans leur région, allant jusqu'à servir des milliers de hamburgers pour soutenir de bonnes causes.
    Ron se dévouait corps et âme à la démocratie populaire, notamment lorsqu'il s'agissait de défendre les valeurs pro-vie et les valeurs familiales. D'ailleurs, au cours de sa vie adulte, il ne s'est absenté qu'à deux reprises durant les campagnes électorales fédérales et provinciales. Toute sa vie, Ron a soutenu l'église locale, voyant cela comme une façon d'entretenir des liens d'amour et d'amitié avec sa collectivité et ses concitoyens.
    En 2012, il a obtenu sa maîtrise en théologie, ce qui reflète l'amour qu'il a toujours porté à la parole de Dieu.
    En 2013, il a reçu la médaille du jubilé de diamant de la reine pour le travail bénévole qu'il a accompli tout au long de sa vie. Jésus Christ était au coeur de tout ce que Ron a accompli au cours de la vie qu'il a menée avec son épouse et sa famille.
    Mon ami me manquera. Je le remercie d'avoir toujours été présent.

David Wynn

    Monsieur le Président, je tiens à offrir mes sincères condoléances à la famille de l'agent David Wynn, qui sera porté à son dernier repos aujourd'hui à St. Albert, en Alberta.
    Aujourd'hui, je suis de tout coeur avec les familles qui ont perdu un être cher, mort dans l'exercice de ses fonctions. Il est tragique que quatre agents de la GRC aient été tués en service l'an dernier.
     Mon fils est un agent de la GRC et il était sur le terrain après la fusillade de Moncton. Je sais à quel point être membre des forces de l'ordre exige sacrifice et dévouement, mais, à mon sens, nul ne fait l'expérience de ce sacrifice de manière plus personnelle, plus profonde et plus douloureuse que la famille et les collègues d'un agent mort en service.
    J'aimerais remercier tous les policiers d'un bout à l'autre de notre merveilleux pays d'assurer la sécurité de nos collectivités et de nos familles. Ils incarnent réellement la devise « Servir et protéger ».

La pauvreté

    Monsieur le Président, j'aimerais remercier Centraide, qui a tenu la semaine dernière, à Halifax, une simulation sur le thème « Vivre dans la précarité ». J'ai participé à cette simulation. Elle nous a vivement rappelé les difficultés de ceux qui vivent dans la pauvreté.
    Au-delà du chômage et du manque d'argent, être pauvre signifie de ne pas avoir accès à un logement sécuritaire et abordable, à un transport fiable, à des aliments sains, à des services de garde pour les enfants, à des médicaments d'ordonnance, à l'école et aux formations professionnelles. La pauvreté peut nous coincer dans une situation inextricable, restreindre nos options et nous enlever toute dignité.
    Je suis reconnaissant aux organismes et aux gens de Dartmouth—Cole Harbour qui luttent sans relâche contre la pauvreté, y compris le Dartmouth Family Centre, la Public Good Society of Dartmouth, Feeding Others of Dartmouth, le Dartmouth Learning Network et la banque de meubles Circle of Care, pour ne nommer que ceux-là.
    Alors qu'un nombre croissant de Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts, espérons que le gouvernement se décidera, en 2015, à considérer l'élimination de la pauvreté comme une priorité.

  (1410)  

La fiscalité

    Monsieur le Président, pendant la relâche, j'ai eu le plaisir de discuter avec des centaines de familles de Cumberland—Colchester—Musquodoboit Valley. J'étais ravi de constater qu'il ne faisait aucun doute dans leur esprit que le premier ministre allait maintenir les allégements fiscaux que le gouvernement a consentis aux familles canadiennes. Elles m'ont aussi dit que l'intention du chef du Parti libéral d'annuler ces allégements et d'augmenter les impôts des familles canadiennes de partout au pays les inquiétait.
    Cette année, tous les parents du Canada bénéficieront d'allégements fiscaux avoisinant les 2 000 $ par enfant grâce à la bonification des allégements fiscaux pour les familles et à la prestation universelle pour la garde d'enfants.
    Le chef libéral, quant à lui, s'est engagé à annuler ces allégements et menace de faire exactement ce que les élites libérales ont toujours fait: augmenter les impôts des travailleurs ordinaires et consacrer l'argent ainsi obtenu à des programmes d'une grande lourdeur bureaucratique, tout cela parce qu'elles ne font pas confiance aux parents et ne croient pas que ces derniers peuvent décider eux-mêmes de ce qui convient à leur famille.
    Les Canadiens savent que le gouvernement conservateur va maintenir les allégements fiscaux annoncés, et ils peuvent compter sur lui pour servir au mieux les intérêts des familles canadiennes.

[Français]

Maurice Dumas

    Monsieur le Président, je profite de cette occasion pour rendre hommage à l'ancien député d'Argenteuil—Papineau—Mirabel, M. Maurice Dumas, qui est décédé le 17 janvier dernier à l'âge de 87 ans et huit mois.
    Il a su servir avec intégrité les citoyens de cette circonscription pendant sept ans, de 1993 à 2000, ainsi que le peuple québécois tout au long de sa vie.
    Homme de passion, nationaliste reconnu et amoureux de la langue française et de la culture québécoise, M. Dumas était réputé homme d'action et s'est dévoué à faire avancer notre société. Nous nous souviendrons de lui comme d'un homme de coeur avec de fortes racines dans la communauté pour laquelle il oeuvrait.
    J'invite tous les députés de la Chambre à se joindre à moi afin d'envoyer nos sincères condoléances à la famille et aux proches de M. Dumas et de se souvenir d'un de nos collègues dont l'engagement peut servir d'exemple à chacun d'entre nous.

[Traduction]

La Russie

    Monsieur le Président, les factions à la solde de Vladimir Poutine ont attaqué Marioupol; plus de 100 personnes ont été tuées et blessées. Cette attaque criminelle a été commise à l'aide d'armes fournies par les Russes, semblables à celles qui ont été utilisées pour abattre le vol MH317.
    Une ancienne députée et pilote ukrainienne, Nadia Savtchenko, a été enlevée par les sbires de Poutine à Louhansk le 17 juin dernier, puis transportée en Russie pieds et poings liés. Elle est emprisonnée en Russie, et elle fait une grève de la faim en guise de protestation.
    Mme Savtchenko est faussement accusée d'être impliquée dans la mort d'un journaliste russe et d'être entrée illégalement en Russie. D'une part, Poutine affirme que Mme Savtchenko est une prisonnière de guerre, mais, d'autre part, il soutient que la Russie n'est pas en guerre contre l'Ukraine. Il s'agit là de tactiques qui étaient utilisées par le KGB du temps de la guerre froide: mensonges, kidnappings, meurtres et guerres par factions interposées.
    Vladimir Poutine est en train de faire de la Russie un État paria. Les Russes souffrent à cause de l'économie chancelante de leur pays et des manoeuvres provocatrices de Poutine. Ils méritent de meilleurs dirigeants, des leaders que les membres de la communauté internationale pourront respecter.
     Comme le reste du monde, le Canada réclame aujourd'hui la libération de Nadia Savtchenko.
    Slava Ukraini

David Wynn

    Monsieur le Président, j'interviens aujourd'hui pour rendre un dernier hommage à un Canadien courageux et honorable, le gendarme de la GRC David Wynn.

[Français]

    L'agent Wynn a été blessé par balle dans l'exercice de ses fonctions, lorsqu'il a tenté d'appréhender un criminel à St. Albert, en Alberta. Tragiquement, par la suite, il a succombé à ses blessures la semaine dernière.

[Traduction]

    Nous sommes tous conscients ici du courage de ces hommes et de ces femmes qui travaillent à nous protéger. Toute ma vie, j'ai eu la chance d'observer personnellement le dévouement dont font preuve les membres de la GRC en temps de crise, et je le constate de nouveau aujourd'hui.
    L'épouse du gendarme Wynn, Shelly, a dit que la GRC lui a accordé un soutien incroyable récemment. Je tiens aujourd'hui à lui dire que ses trois garçons et elle ont l'appui de toute la Chambre, ainsi que de l'ensemble des Canadiens. Nous les appuyons, et nous n'oublierons jamais le sacrifice de M. Wynn.

La fiscalité

     Monsieur le Président, sous la direction ferme et fiable de notre premier ministre, le gouvernement équilibrera le budget et mettre l'Argent là où il doit être: dans les poches des Canadiens qui travaillent fort. Il ne faut surtout pas mettre notre économie en péril en augmentant les impôts et la dette, comme les libéraux et les néo-démocrates ont promis de le faire.
    Grâce à la bonification de la prestation universelle pour la garde d'enfants, les mères et les pères de la circonscription que je représente, Don Valley-Est, recevront près de 2 000 $ par année par enfant de moins de 6 ans et 720 $ par année par enfant âgé de 6 à 17 ans. Pour leur part, le NPD et le Parti libéral veulent reprendre cet argent et le consacrer plutôt à la grosse machine bureaucratique de l'État.
    Non seulement le gouvernement conservateur comprend combien il est difficile d'équilibrer le budget familial et de mettre de l'argent de côté pour les études, il fait aussi en sorte que les enfants canadiens puissent profiter des occasions qui se présentent à eux.
    De ce côté-ci de la Chambre, nous savons que les familles canadiennes méritent de prendre leurs propres décisions et nous sommes fiers d'être le seul parti à défendre leurs intérêts.

  (1415)  

L'environnement

    Monsieur le Président, les changements climatiques continuent de constituer une menace pour notre avenir et coûtent des milliards de dollars à l'économie canadienne. Or, les conservateurs continuent de se soustraire à l'obligation d'agir.
    Le premier ministre a promis de réglementer les émissions du secteur pétrolier et gazier. Pendant des années, il nous a répété d'attendre la réglementation. Puis, un jour, le premier ministre a décidé que son propre plan était insensé. Malgré leur promesse d'un système de plafonnement et d'échange lors de la campagne électorale de 2008, les conservateurs se disent maintenant contre toute mesure à l'égard de la crise climatique.
     Qu'en est-il des libéraux? Il y a quelques jours seulement, le chef du Parti libéral a annoncé qu'il ne croit pas que le gouvernement fédéral ait un rôle à jouer dans la lutte contre les changements climatiques. Quelle honte! C'est la voix d'un parti corporatiste qui défend le projet de pipeline Keystone et qui estime que fixer un prix pour le carbone, c'est pour les autres.
    Seul le NPD est fiable pour ce qui est d'agir dans le dossier des changements climatiques. Lorsque le NPD formera le gouvernement plus tard cette année, nous prendrons des mesures, car les Canadiens méritent mieux de la part de leur gouvernement.

David Wynn

    Monsieur le Président, aujourd'hui, entouré de sa famille, de ses amis et de membres de sa famille des forces de l'ordre, l'agent David Wynn sera porté à son dernier repos à St. Albert, en Alberta. C'est le coeur lourd que nous rendons hommage à l'agent Wynn pour son dévouement et son service à notre pays.
    Il était agent de la GRC, ambulancier paramédical et père de trois enfants. Il était également reconnu pour son travail dans la ligue de hockey mineur et la collecte de denrées alimentaires à Noël.
    Ayons également une pensée pour l'agent auxiliaire Derek Bond, son partenaire qui a également été blessé dans l'exercice de ses fonctions et qui se remet.
    Ensemble, ces deux courageux agents ont travaillé pour assurer notre sécurité et nous leur en sommes reconnaissants. La tragédie horrible survenue à St. Albert est un rappel brutal des dangers auxquels sont exposés tous les agents de la paix.
    Au nom du gouvernement et de tous les Canadiens, j'aimerais remercier tous les policiers de première ligne de mettre quotidiennement leur vie en danger pour assurer notre sécurité.

David Wynn

    Je crois comprendre que les représentants de tous les partis se sont consultés et ont convenu que nous nous levions pour observer un moment de silence à la mémoire de David Matthew Wynn, un agent de la GRC qui est décédé le 21 janvier 2015 des suites de blessures subies dans l'exercice de ses fonctions.
    [La Chambre observe un moment de silence.]

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

[Français]

La défense nationale

    Monsieur le Président, cet automne, le NPD a posé des questions claires et précises sur le déploiement en Irak. Les conservateurs ont répété que nos soldats allaient former les Irakiens et qu'il n'était pas question qu'ils les accompagnent en combat.
     Or le chef d'état-major confirme maintenant que la mission a changé et que nos soldats accompagnent bel et bien les Irakiens au front. Le ministre de la Défense dit que l'engagement est dorénavant sans limite. Ce n'est pas ce que le premier ministre a dit ici, à la Chambre, à l'automne.
    Pourquoi les conservateurs ont-ils caché la vérité aux Canadiens?

  (1420)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, c'est tout à fait faux. Nous avons été très clairs à ce sujet: les membres de nos forces spéciales ont été déployés pour fournir des conseils et de l'aide, et c'est exactement ce qu'ils font. Les rapports que j'ai reçus montrent qu'ils font un travail exemplaire. Bien sûr, il y a des risques, mais ceux-ci sont contrôlés. Nous appuyons sans réserve les membres des forces armées et nous pouvons tous être fiers du travail qu'ils accomplissent.
    Monsieur le Président, nous sommes fiers de nos forces armées, mais beaucoup moins d'un gouvernement qui ne dit pas la vérité aux Canadiens.
    L'automne dernier, le premier ministre a précisé que les Forces canadiennes ne détermineraient pas de cibles au sol. Le chef d'état-major de la défense a convenu que cela équivaudrait à jouer un « semi-rôle de combat », ce qui ne serait pas conforme avec une mission sans combat.
    Le ministre de la Défense nationale est-il maintenant en train de nous dire qu'il n'est pas d'accord avec le chef d'état-major de la défense et le premier ministre, ou est-il enfin prêt à admettre qu'il s'agit bel et bien d'une mission de combat?
    Monsieur le Président, nous avons toujours été très clairs. Nous présentons régulièrement des mises à jour aux députés de l'opposition et à la population canadienne, comme nous avons dit que nous le ferions.
    Il demande si je suis d'accord avec le premier ministre. Le premier ministre a déclaré que, si elles sont la cible de tirs, les Forces armées canadiennes vont répliquer. Je suis très fier du travail qu'elles sont en train de réaliser.
    Monsieur le Président, évidemment, nos militaires doivent se défendre, mais voici la vraie question: pourquoi le gouvernement les expose-t-il au danger après avoir promis aux Canadiens qu'ils ne se retrouveraient pas sur la ligne de front? Voilà la vraie question.
    Nous en avons appris davantage aujourd'hui: les membres de nos forces armées ont été impliqués dans d'autres échanges de tirs. Combien faudra-t-il encore d'affrontements armés, de frappes aériennes et de cibles définies par nos troupes au sol avant que le premier ministre ou le ministre de la Défense nationale admette enfin que nos militaires participent bel et bien à une mission de combat? Qu'ils cessent de jouer sur les mots. Nos militaires méritent mieux.
    Monsieur le Président, depuis le début, nous répétons très clairement que nous sommes là-bas pour aider les Irakiens à lutter contre l'organisation terroriste et soutenir les pilotes canadiens basés au Koweït. Je sais que cela ne plaît pas au NPD, mais je suis convaincu que la plupart des Canadiens, à notre instar, appuient entièrement les Forces armées canadiennes lorsqu'elles se dressent contre le terrorisme et le combattent.

[Français]

L'économie

    Monsieur le Président, la Banque du Canada a abaissé son taux directeur sous le 1 %, un niveau atteint depuis la crise financière.
     La banque semble bien comprendre les risques économiques et les impacts potentiels sur la classe moyenne. Analystes et économistes sonnent l'alarme. Nous sonnons l'alarme depuis un bon bout de temps déjà, mais la seule réponse des conservateurs, c'est de céder à la panique et de retarder le dépôt du budget en espérant que les choses se rétablissent d'elles-mêmes. Se croiser les doigts, ce n'est pas un bon plan économique.
     Où est le budget?
    Monsieur le Président, notre taux de croissance serait supérieur à celui de la plupart des pays du G7.

[Traduction]

    La Banque du Canada elle-même annonce une croissance de plus de 2 %. Le FMI est encore plus optimiste: il prévoit une hausse de 2,3 %. Nous respecterons notre engagement envers les provinces relativement à l'augmentation des paiements de transfert, nous respecterons nos engagements envers les quatre millions de familles canadiennes et nous respecterons nos engagements envers les 780 000 petites entreprises et, enfin, nous atteindrons l'équilibre budgétaire.
    Monsieur le Président, depuis neuf ans, le premier ministre met tous les oeufs du Canada dans le panier de l'extraction des ressources, laissant ainsi notre économie à la merci de la chute du cours du pétrole. Le premier ministre a temporisé alors que des centaines de milliers d'emplois bien payés dans le secteur manufacturier étaient supprimés. Maintenant qu'une série de faillites frappe l'industrie du détail, il laisse encore des dizaines de milliers d'emplois disparaître.
    Quel est le plan du premier ministre? Quand s'affairera-t-il à créer la prochaine génération d'emplois pour les gens de la classe moyenne? Où est le budget?
    La semaine dernière, le ministre a dit une chose un jour et son contraire le lendemain. Il...

  (1425)  

    Le ministre des Finances a la parole.
    Monsieur le Président, les Canadiens savent que notre économie est très diversifiée. Le secteur manufacturier, dont nous sommes fiers, demeurera un pan essentiel de l'économie canadienne. Plusieurs facteurs l'avantageront maintenant: la diminution du prix des ressources énergétiques et une plus forte croissance de l'économie mondiale, surtout aux États-Unis.
    Nous avons un plan qui a déjà créé, net, 1,2 million d'emplois. Nous avons réduit le fardeau fiscal des Canadiens. Le Canada n'a surtout pas besoin d'un plan d'augmentation des impôts, un plan bureaucratique qui nous mènerait...
    Le député de Papineau a la parole.
    Monsieur le Président, au lieu de proposer un plan de consolidation de la classe moyenne, les conservateurs réagissent à la chute du cours du pétrole en semant la confusion, en retardant les choses et en faisant des cachotteries. Dans sa mise à jour de l’automne, le ministre a minimisé les effets de la chute du cours du pétrole à 81 $ le baril. Aujourd'hui, le pétrole se vend davantage autour de 45 $ le baril. Combien cette différence de prix coûte-t-elle précisément au gouvernement jusqu'à présent?
    Monsieur le Président, lorsque j'ai présenté le plan d'action économique et fiscal, nos résultats se fondaient sur le cours d'alors. Nous avons fait un ajustement de 2,5 milliards de dollars. De plus, lorsque nous présenterons notre budget, nous tiendrons compte, comme toujours, de l'avis des 15 économistes du secteur privé et nous fonderons nos projections sur les leurs.
    Les Canadiens devraient trouver la solidité de notre économie encourageante. Nous équilibrerons le budget et nous respecterons nos engagements.
    Monsieur le Président, les fonctionnaires du ministre lui ont fourni la réponse à ma question. Or celui-ci préfère ne pas la faire connaître aux Canadiens.

[Français]

    Le ministre de l’Emploi et du Développement social a dit que le gouvernement s'abstiendrait d'utiliser la réserve pour éventualités. Or le ministre des Finances, lui, a plutôt indiqué qu'au contraire, cette réserve pourrait être utilisée. L'improvisation de ce gouvernement est mauvaise pour l'économie du pays.
    Lequel de ces deux ministres à la tête de grands ministères a raison?

[Traduction]

    Monsieur le Président, nos prévisions économiques n'ont pas changé. Nous nous fondons sur l'avis des 15 économistes du secteur privé. Nous faisons la moyenne de ces avis et nous fondons nos projections sur cette moyenne.
    La semaine dernière, le chef du Parti libéral a dit aux centaines de milliers de travailleurs du secteur manufacturier qu'ils devraient chercher un nouvel emploi. Il laisse tomber le secteur manufacturier au moment même où ce secteur sort de la récession. On ne peut pas imaginer pire message à lancer au...
    Le député de Papineau a la parole.

La défense nationale

    Monsieur le Président, tous les Canadiens reconnaissent le droit de nos militaires de se défendre lorsqu'ils sont envoyés en zone dangereuse. Le gouvernement avait dit que nos forces terrestres fourniraient des conseils et de l'aide, mais pas qu'elles accompagneraient des soldats irakiens. Or, nous avons appris qu'elles se retrouvent régulièrement sur la ligne de front. Pourquoi le gouvernement a-t-il induit les Canadiens en erreur?
    Monsieur le Président, je doute que nous puissions entraîner des soldats sans les accompagner. Nous avons dit très clairement que nous allions aider et entraîner ces personnes.
    Je ne comprends pas la position libérale à ce sujet, à savoir que nous devrions connaître l'issue des événements avant d'arriver là-bas et nous attendre à ce que d'autres fassent le gros du travail. Les Canadiens n'ont jamais agi ainsi en 200 ans. Nous ne restons pas à l'écart. Nous intervenons pour défendre les opprimés.

L'économie

    Monsieur le Président, les conservateurs peuvent bien faire l'autruche, mais ils ne peuvent pas cacher tout le tort qu'ils ont fait à notre économie.
    Depuis 2006, 375 000 emplois ont été perdus dans le secteur manufacturier. Le taux de chômage chez les jeunes atteint 13 %. Le revenu des familles ne cesse de diminuer et la dette des ménages atteint maintenant 163 % de leur revenu disponible.
    C'est maintenant que les familles canadiennes ont besoin d'aide. Alors, pourquoi les conservateurs ont-ils pour priorité de faire des cadeaux aux entreprises?

  (1430)  

    Monsieur le Président, je suis fier des mesures proposées par le gouvernement et dont bénéficieront sans exception quatre millions de familles canadiennes. Les deux tiers des avantages financiers que procureront ces mesures reviendront aux familles à faible revenu ou à revenu moyen et le quart, aux familles qui gagnent moins de 30 000 $ par année. Nous prévoyons aussi un avantage fiscal pour 780 000 petites entreprises, soit 90 % de toutes les entreprises.
    Nous prenons les mesures qui s'imposent pour les Canadiens. Les mesures proposées par le NPD créeraient des déficits. Il supprimerait notre plan fiscal et retournerait au bon vieux temps des dépenses et de la dette faramineuses.
    Monsieur le Président, les conservateurs continuent de nier les faits, mais les pertes d'emplois s'accumulent et l'écart entre les rares privilégiés et la classe moyenne continue de se creuser.
    Il est temps de faire tourner l'économie pour tous les Canadiens, mais au lieu de cela, le gouvernement prend des milliards de dollars aux familles de travailleurs pour favoriser une minorité de riches nullement dans le besoin.
    Les conservateurs reconnaîtront-ils enfin que leurs politiques économiques rétrogrades ne servent pas la classe moyenne?
    Monsieur le Président, la députée d'en face ne semble pas écouter les réponses que j'ai données. J'ai dit que les deux tiers des prestations seront versées à des Canadiens à revenu faible ou moyen.
    Depuis notre arrivée au pouvoir, la valeur nette des Canadiens a augmenté de 45 %, ce qui se traduit par une hausse de 10 % du revenu réel, hausse qui passe à 14 % pour les Canadiens à faible revenu. Nous avons créé 1,2 million d'emplois et notre taux de croissance demeure supérieur à celui des autres pays développés.
    Nous avons de quoi être fiers.

[Français]

L'emploi

    Monsieur le Président, le ministre des Finances a repoussé son budget. Il prétend avoir besoin de temps pour voir où s'en va l'économie.
    Pour sa part, le ministre de l’Emploi est déjà prêt à sortir la hache. Il laisse entrevoir une nouvelle ronde de compressions dans les services publics. Il semble plus pressé d'imposer son programme idéologique que de prendre les moyens pour stimuler l'économie et les entreprises qui créent des emplois.
    Qu'attend le gouvernement pour faire preuve de leadership économique et pour répondre aux besoins de la classe moyenne?
    Monsieur le Président, comme le ministre des Finances vient de le dire, 1,2 million d'emplois ont été créés depuis la récession globale, et nous continuons de faire d'importants investissements dans la formation de la main-d'oeuvre.
    Par exemple, on vient de lancer le prêt canadien aux apprentis, qui va faire augmenter le nombre de jeunes Canadiens qui poursuivent leur apprentissage dans des métiers spécialisés menant à de très bonnes professions.
    Nous allons continuer de faire ces investissements et de réduire le fardeau fiscal des Canadiens afin de créer de l'emploi.
    Monsieur le Président, la gestion lamentable des conservateurs nuit à l'économie canadienne.
    Depuis le début de l'année, les pertes d'emplois se comptent par milliers. Depuis trois semaines, Target, Suncor, Sony, Bombardier, Mexx et le Groupe Épicia ont annoncé d'importantes mises à pied. Les pertes d'emploi et les faillites se multiplient et le gouvernement se contente de regarder le train passer.
    Pourquoi le gouvernement refuse-t-il de faire preuve de leadership économique? Pourquoi abandonne-t-il la classe moyenne?
    Monsieur le Président, l'honorable députée a tout à fait tort.
    Notre gouvernement a fait de la création d'emploi son objectif premier. C'est la raison pour laquelle 1,2 million d'emplois ont été créés depuis la récession globale.
    De plus, comme je viens de le dire, grâce à la réduction des impôts et des prestations d'assurance-emploi en vue de créer de nouveaux emplois au sein des petites entreprises et grâce aux nouveaux prêts pour apprentis et à tous ces efforts faits à l'égard de la formation, nous allons continuer de créer de nouveaux emplois.

L'économie

    Monsieur le Président, alors qu'on perd des emplois par milliers et qu'on s'enfonce dans l'incertitude économique, le gouvernement ne réagit pas. Il s'entête à nier la réalité.
    En campagne électorale, en 2008, à la veille d'une importante crise économique, les conservateurs nous disaient qu'il n'y avait pas de problème et que tout était sous contrôle. Il a fallu que les partis de l'opposition s'unissent pour forcer le gouvernement à réagir.
    Au lieu de traîner les pieds et de refuser de voir la réalité en face, pourquoi le ministre des Finances ne fait-il pas preuve de leadership pour donner de l'oxygène à nos entreprises afin qu'elles créent des emplois?

  (1435)  

    Monsieur le Président, le gouvernement se concentre sur ce qui compte pour les Canadiens: les emplois et la croissance économique.
     Plus de 1,2 million de nouveaux emplois ont été créés net, depuis la récession. Le FMI et l'OCDE prédisent tous deux que le Canada figurera parmi les économies qui affichent la plus forte croissance des pays du G7 dans les années à venir. Selon un rapport de l'Organisation internationale du travail portant sur les salaires, le Canada verse les deuxièmes meilleurs salaires du G20.
    Monsieur le Président, les conservateurs s'entêtent à nier la réalité. On ne peut pas attendre jusqu'au mois d'avril pour avoir le budget et pour agir. Des milliers d'emplois sont en jeu.
    Alors qu'on a besoin de leadership, le gouvernement apparaît plus que jamais désorganisé. Le ministre de l’Emploi réclame une nouvelle ronde de compressions, alors que le président du Conseil du Trésor nous dit que ce n'est pas nécessaire. Le ministre des Finances ne sait pas s'il va avoir assez de revenus pour équilibrer son budget, mais il sait qu'il va avoir assez d'argent pour mettre en place sa politique inefficace de fractionnement du revenu.
    Pourquoi le ministre ne présente-t-il pas dès maintenant une mise à jour économique et fiscale pour donner l'heure juste aux Canadiens?
    Monsieur le Président, soyons clairs, la seule politique économique du NPD est d'augmenter les dépenses, les impôts, le déficit et les dettes. Tout cela est un programme pour tuer les emplois. La politique du NPD va dans la mauvaise direction.
    Ce gouvernement va continuer à équilibrer le budget et à appuyer la formation pour les jeunes Canadiens et les chômeurs. On va continuer à réduire le fardeau fiscal pour créer de nouveaux emplois.

[Traduction]

    Monsieur le Président, en ce qui concerne le budget fédéral, il semble que, du côté des conservateurs, les réponses varient en fonction du jour et du ministre qui intervient. Si la panique et la confusion pouvaient nous sortir de ce bourbier, les conservateurs feraient ce qu'il faut, mais leurs plans économiques sont en lambeaux et leur crédibilité est entachée. Peut-être que le ministre de l'Emploi a agi prématurément quand il a laissé échapper que d'importantes compressions sont prévues pour réparer le gâchis de son propre gouvernement.
    Le ministre confirmera-t-il qu'il est disposé à réduire les services offerts aux Canadiens à la seule fin de financer son plan inconsidéré de fractionnement du revenu?
    Monsieur le Président, nous ne réduirons pas les dépenses. Nous respecterons les engagements que nous avons pris auprès des Canadiens. Nous accorderons des allégements fiscaux à quatre millions de familles canadiennes et aux petites entreprises. Nous poursuivons notre plan de réduction des impôts pour stimuler la croissance et l'emploi. Nous rejetterons les politiques du NPD qui préconisent des dépenses et des impôts élevés et qui nous mèneraient à la ruine.
    Monsieur le Président, voilà ce que leurs politiques nous ont apporté. Ils ont fait disparaître 400 000 emplois dans le secteur secondaire et, l'année dernière, alors que tout allait supposément bien, la croissance de l'économie canadienne a été inférieure à la croissance de la population du pays. Et ils voudraient que nous les en félicitions. Tout le monde est capable de s'apercevoir que les conservateurs retardent la présentation du budget par simple calcul politique.
    L'ex-directeur parlementaire du budget, Kevin Page, est d'avis qu'en dépit de leurs beaux discours, les conservateurs gèrent mal l'économie et qu'ils ont échafaudé leurs budgets comme on construit un château de cartes. La Banque du Canada et les économistes du secteur privé disent tous que notre économie s'enlise, mais, comme en 2008, les conservateurs font semblant qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter.
    Pourquoi les conservateurs ne disent-ils pas la vérité aux Canadiens? Pourquoi ne nous donnent-ils pas l'heure juste maintenant pour être francs avec les Canadiens au moins une fois?
    Monsieur le Président, chaque fois que j'ai l'occasion d'assister à une conférence internationale, je suis frappé d'entendre les propos très élogieux des experts, des décideurs et des économistes du monde entier au sujet du Canada et de l'économie canadienne. C'est exactement le genre de propos que j'ai entendus à Davos, au Forum économique mondial.
    À l'inverse, les députés de l'opposition s'enfoncent dans leur pessimisme et leur désir de nier les réussites du Canada en travestissant la réalité. Les Canadiens jettent un regard plus optimiste et plus réaliste sur le Canada. Nous partageons leur point de vue. Nous n'avons pas l'intention de dénigrer le Canada. Nous...
    Le député de St. John's-Sud—Mount Pearl a la parole.

Le développement économique régional

    Monsieur le Président, le ministre de la Justice soutient que les résidants de Terre-Neuve-et-Labrador veulent se servir d'un fonds lié à l'Accord économique et commercial global comme d'une caisse noire. Ces propos ont été tenus par le ministre qui a utilisé un hélicoptère de recherche et de sauvetage militaire comme taxi après un voyage de pêche, et ils sont également faux. Ma province mérite un fonds de transition pour le développement et le renouvellement, puisque c'est précisément ce que le chef de cabinet du ministre du Commerce et le ministre d’État à l'Agence de promotion économique du Canada atlantique ont promis à ma province.
    Pourquoi le ministre ne veut-il pas honorer sa promesse?

  (1440)  

    Monsieur le Président, comme je l'ai dit auparavant, nous demeurons ouverts. Le gouvernement demeure ouvert à la mise en oeuvre d'une initiative de transition axée sur l'aide aux travailleurs déplacés, la recherche et le développement, ainsi que l'innovation. Cependant, ce fonds a toujours été conçu pour indemniser les travailleurs de Terre-Neuve-et-Labrador en cas de pertes réelles qui découlent du retrait d'exigences minimales en matière de transformation. Il n'a jamais été question de faire un chèque en blanc au détriment des autres provinces.

L'économie

    Monsieur le Président, la semaine dernière, la Banque du Canada a déclaré que la chute des prix du pétrole « pèsera de façon marquée sur l'économie canadienne ». Fortement préoccupée par la situation, elle a abaissé son taux directeur à 0,75 %, ce qui a étonné tout le monde. Pourtant, le ministre des Finances a le culot de prétendre — il l'a d'ailleurs fait aujourd'hui — que l'économie canadienne va bien. Ses actions démentent cependant ses paroles. Pourquoi sinon retarderait-il le dépôt du budget?
    Quand les conservateurs vont-ils dire la vérité aux Canadiens et présenter un plan pour stimuler la croissance et créer des emplois, au lieu de continuer d'offrir des allégements fiscaux imprudents et coûteux aux Canadiens qui en ont le moins besoin?
    Monsieur le Président, comme je l'ai dit, nous ne présenterons pas de budget avant le mois d'avril, à cause de l'instabilité qui touche actuellement le marché. Nous voulons avoir le plus de renseignements possible.
    Les Canadiens doivent comprendre que la chute rapide des prix du pétrole aura diverses répercussions sur l'économie. Tout le monde sait que la diminution du prix de l'essence à la pompe sera avantageuse pour les consommateurs, qui devraient augmenter leur consommation ou faire plus d'économies. La baisse sera aussi avantageuse pour le secteur manufacturier et les entreprises de transport. Elle favorisera la croissance partout dans le monde, mais elle aura des répercussions négatives sur certains secteurs de l'économie. Nous prenons tous ces facteurs en compte dans la planification du budget.

La fiscalité

    Monsieur le Président, la Banque du Canada a réduit son taux directeur la semaine dernière, parce qu'elle attache maintenant une importance prioritaire à l'emploi et à la croissance. La priorité des conservateurs, par contre, c'est le plan de fractionnement du revenu de 10 milliards de dollars, un plan qui ne contribue ni à l'emploi, ni à la croissance. D'après la TD, le fractionnement du revenu accroîtra de 10 milliards de dollars la dette des Canadiens ou du gouvernement fédéral.
     Quand les conservateurs reconnaîtront-ils que leur plan de fractionnement du revenu, une promesse électorale, est une mesure injuste, qui ne favorise aucunement la croissance et que nous n'avons pas les moyens de nous offrir dans le contexte actuel? Quand élimineront-ils ce plan de 10 milliards de dollars financièrement irresponsable?
    Monsieur le Président, en fait, ce plan offre d'énormes économies d'impôt aux familles qui ont des enfants, ce qui les aidera à couvrir les coûts associés aux soins des enfants. Nous n'allons certainement pas nous excuser de mettre en place un ensemble d'allégements fiscaux et de prestations qui bénéficiera à toutes les familles canadiennes qui ont des enfants de moins de 18 ans. Les familles toucheront près de 1 200 $ de prestations, en moyenne. Celles qui comptent deux enfants de moins de six ans toucheront au moins 3 800 $ par année.
    Nous sommes fiers d'offrir plus de soutien aux familles, car cet argent n'appartient pas au gouvernement: il appartient aux travailleurs canadiens et à leur famille.

L'économie

    Monsieur le Président, il faut croire que c'est ce ministre-là, et non le ministre des Finances, qui parle au nom du gouvernement dès qu'il est question du budget.
    Le 14 janvier, le ministre des Finances a affirmé que ses prévisions budgétaires tenaient compte de la baisse du prix du pétrole; or, le lendemain, il annonçait que, les conséquences de cette baisse étant complexes, il reportait la présentation du budget à avril.
    Laquelle des versions avancées par le ministre les marchés et les Canadiens devraient-ils croire? Mais surtout, pourquoi le ministre crée-t-il ainsi de l'instabilité, alors qu'il devrait renforcer la réputation du Canada sur la scène internationale en présentant un plan qui favoriserait réellement l'emploi et la croissance?
    Monsieur le Président, le député de l'opposition peut bien refuser d'admettre que nous nous sommes sortis de la pire récession depuis la Grande Crise plus rapidement et en meilleure posture que les autres pays. En moyenne, notre dette est moitié moins élevée que dans les autres pays du G7 par rapport à notre PIB. Nous connaissons une croissance plus rapide que la plupart des autres pays du G7. Les bonnes nouvelles s'accumulent concernant l'avoir net et le revenu des Canadiens. Et nous pourrons encaisser cette nouvelle secousse mondiale précisément parce que nos finances sont en aussi bonne santé.

  (1445)  

[Français]

Les anciens combattants

    Monsieur le Président, on espère que le nouveau ministre des Anciens Combattants n'empruntera pas le même chemin que ses prédécesseurs. Nos vétérans ont été abandonnés à leur sort. Ils ont été mis de côté. Ils ont été traités comme s'ils constituaient un vulgaire fardeau.
    Ces hommes et ces femmes se sont battus pour nous, et ils doivent souvent attendre des mois, voire même des années avant d'avoir accès aux soins de santé auxquels ils ont droit.
    Le ministre s'engage-t-il à prendre des mesures concrètes pour corriger les bévues de ses prédécesseurs, en commençant par rouvrir les bureaux régionaux d'Anciens Combattants Canada?

[Traduction]

    Monsieur le Président, c'est un plaisir pour moi de m'adresser à la Chambre à titre de ministre des Anciens Combattants. Je tiens à remercier le ministre associé de la Défense nationale et mes deux autres collègues qui ont occupé ces fonctions avant moi. Je suis le 31e ministre des Anciens Combattants, et le 13e à avoir déjà fait partie des Forces canadiennes. Daniel J. Macdonald et George Hees sont deux noms illustres. Depuis trois semaines, j'ai pris le temps d'écouter les anciens combattants du pays et de bien comprendre leurs besoins. Aujourd'hui comme demain, nous ferons le nécessaire pour répondre à ces besoins.
    Monsieur le Président, il est le 11e ministre des Anciens Combattants depuis mon arrivée à la Chambre il y a 17 ans et demi, et les mêmes problèmes continuent à exister. Cependant, je tiens à féliciter le député de Durham de son nouveau poste à titre de ministre des Anciens Combattants. Je le remercie aussi d'avoir servi notre pays.
    Cela dit, à titre d'ancien combattant et de ministre des Anciens Combattants, croit-il maintenant — je lui pose cette question parce que le premier ministre et l'ancien ministre ne voulaient pas y répondre — que le gouvernement du Canada a la responsabilité sociale, morale, légale et fiduciaire de s'occuper de ces personnes auxquelles il demande de risquer leur vie?
    Monsieur le Président, j'aimerais lire à la Chambre une citation de sir Robert Borden, qui a dit ceci:
[...] vous n'avez pas à craindre que le gouvernement et le pays omettent de reconnaître la valeur du service que êtes sur le point de rendre à la nation [...]
    Notre soutien à nos anciens combattants, de l'époque de Borden jusqu'à aujourd'hui, est important, mais nous devons aussi tenir compte de l'évolution de leurs besoins. Lorsque Borden était au pouvoir, Sam Sharpe, un membre de son propre caucus, n'a reçu aucun soutien pour les dommages psychologiques qu'il avait subis à cause de la guerre. Je suis fier de dire que le gouvernement actuel soulève des montagnes pour s'assurer que les dommages psychologiques liés au service sont traités.

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, sous le gouvernement conservateur actuel, les droits de la personne sont relégués au second plan depuis des années. Maintenant, il y a le cas de Raif Badawi, un défenseur de la liberté d'expression en Arabie saoudite qui a été condamné à 1 000 coups de fouet pour avoir créé un site Web, et le ministre a attendu qu'il ait reçu 50 coups de fouet avant de faire part de ses préoccupations à ce sujet.
    Les députés savent que les Canadiens s'attendent à ce que le gouvernement dénonce vigoureusement et clairement les violations des droits de la personne, peu importe l'endroit où elles sont commises.
    Je pose la question suivante à la ministre. Ferez-vous comprendre sans équivoque, aujourd'hui même, au gouvernement de l'Arabie saoudite que M. Badawi doit...
    À l'ordre, s'il vous plaît.
    Je rappelle au député qu'il doit s'adresser à la présidence, et non directement à la ministre.
    Monsieur le Président, le Canada considère que la punition infligée à M. Badawi est une violation très grave de la dignité humaine, et nous continuons à demander la clémence dans ce dossier. La promotion et la protection des droits de la personne font partie intégrante de notre politique, et nous promouvons et protégeons ces droits.
    Même si M. Badawi n'est pas citoyen canadien, nous continuerons à exposer clairement notre position, de façon publique et par les voies diplomatiques.

[Français]

    Monsieur le Président, les discours ne servent à rien si aucune mesure n'est prise.
    Dans ma circonscription, une femme demande de l'aide à son gouvernement. Si le gouvernement a à coeur les droits de la personne, qu'il en fasse la preuve maintenant.
    Raif Badawi a été condamné à 1 000 coups de fouets pour avoir créé un blogue qui déplaît aux autorités saoudiennes. Il en a déjà reçu 50. Combien de plus avant qu'on ne se positionne clairement sur le sujet?
    Quand le gouvernement va-t-il enfin joindre la parole aux actes et réellement faire pression sur le gouvernement de l'Arabie saoudite pour que soit libéré cet activiste?

  (1450)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, le gouvernement a été très clair. Nous avons fait connaître notre opinion de façon publique et par les voies diplomatiques. Nous avons demandé la clémence dans le dossier de M. Badawi, et nous persisterons. Bien que M. Badawi ne soit pas citoyen canadien, nous continuerons à demander que l'on fasse preuve de clémence à son endroit.

L'industrie manufacturière

    Monsieur le Président, la semaine dernière, nous avons pu constater que le soutien indéfectible que le gouvernement apporte à l'industrie manufacturière favorise la croissance économique et permet la création d'emplois dans la région de Brantford, d'où je viens, et partout aux alentours.
     Pour sa part, le chef des libéraux tourne le dos au secteur manufacturier du Sud de l'Ontario et aux centaines de milliers de travailleurs qui en dépendent. Bon nombre des électeurs de ma circonscription ont été déçus que le chef des libéraux s'attaque à l'industrie manufacturière.
    Le ministre responsable de l'Agence fédérale de développement économique pour l'Ontario pourrait-il informer la Chambre des mesures que le gouvernement conservateur prend pour appuyer cette industrie?
    Monsieur le Président, l'industrie manufacturière du Sud-Ouest de l'Ontario est l'un des moteurs de l'économie canadienne, et le gouvernement conservateur aide ces entreprises et cette région à prospérer.
    J'ai moi aussi été estomaqué d'entendre le chef libéral dire qu'il avait fait un x sur le secteur manufacturier du Sud-Ouest de l'Ontario. Alors que le chef libéral attaque et mine cette industrie manufacturière de première importance, le gouvernement conservateur continuera de défendre ces travailleurs, leur famille et leur emploi.
    Voilà une autre preuve que le chef libéral est un novice en matière d'économie et qu'il serait incapable de gérer l'économie canadienne.

[Français]

Le transport ferroviaire

    Monsieur le Président, l'émission Enquête a révélé la semaine dernière que le rapport sur la tragédie de Lac-Mégantic a été dilué.
    On ne peut pas restaurer la confiance du public en permettant que des décisions si importantes soient prises derrière des portes closes. La population est inquiète. Une enquête publique sur le transport des matières dangereuses par rail est nécessaire.
     Qu'est-ce que le gouvernement attend pour agir?

[Traduction]

    Monsieur le Président, il va sans dire que nos pensées et nos prières accompagnent les victimes de la tragédie de Lac-Mégantic.
    Il convient toutefois de signaler que le Bureau de la sécurité des transports est un organisme indépendant qui effectue ses propres analyses en fonction des éléments de preuve recueillis sur les lieux d'un accident.
    Ce qu'il a trouvé en l'occurrence, c'est que l'accident est attribuable à quelqu'un qui n'a pas suivi les règles, et la Sûreté du Québec a porté des accusations au pénal dans l'affaire.
    Nous avons pris très au sérieux le rapport et les recommandations du Bureau de la sécurité des transports. Nous avons déjà donné suite à un certain nombre de recommandations et continuerons à travailler à ce dossier.

[Français]

    Monsieur le Président, depuis 2009, les dépenses de Transports Canada pour la sécurité des transports ont chuté de plus de 20 %.
     Au même moment, il y a eu 27 fois plus de transport de pétrole par train. La tragédie de Lac-Mégantic a mis au jour les conséquences terribles du laxisme de Transports Canada. Quand on laisse l'industrie s'autoréglementer et qu'on coupe dans la surveillance, le pire peut se produire.
    Pourquoi est-ce que la ministre sabre les budgets de surveillance de Transports Canada?

[Traduction]

    Premièrement, monsieur le Président, comme le député devrait déjà le savoir, le budget de la sécurité ferroviaire à Transports Canada n'a pas été sabré. En fait, il a été augmenté; nous prenons la surveillance très au sérieux.
    Deuxièmement, il importe également de signaler que le système de gestion de la sécurité au Canada sert de modèle à suivre, comme l'a affirmé le Bureau de la sécurité des transports. C'est un système reconnu internationalement.
    Il fonctionne très bien dans d'autres secteurs des transports. Il continuera de bien fonctionner dans le transport ferroviaire.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, grâce à la récente couverture médiatique, les Canadiens commencent enfin à parler du racisme virulent auquel les Autochtones sont confrontés à Winnipeg et ailleurs.
    Qu'ils cherchent à obtenir des soins médicaux, de l'aide de la police ou encore de l'éducation et un emploi, les Autochtones sont trop souvent traités comme des citoyens de deuxième classe. Il y a souvent une corrélation directe entre ce type de traitement et la politique mise de l'avant par le gouvernement conservateur.
    Au lieu de contribuer au problème, le ministre des Affaires autochtones s'engagera-t-il à travailler avec les collectivités autochtones et les Canadiens afin d'enrayer le racisme auquel sont confrontés les Autochtones au Canada?
    Monsieur le Président, notre gouvernement croit que les Autochtones devraient avoir la même qualité de vie, les mêmes possibilités et les mêmes choix que tous les autres Canadiens.
    C'est pour cette raison que nous continuons de travailler et de prendre des mesures concrètes dans les dossiers que nous, les Premières Nations et les Autochtones jugeons prioritaires, comme le développement économique, la bonne gouvernance, la formation professionnelle, la négociation des traités et la réconciliation; nous continuerons sur la même voie.

  (1455)  

Le développement du Nord

    Monsieur le Président, les Canadiens autochtones en ont assez des beaux discours. Ce qu'il faut pour mettre fin au racisme au pays, ce sont des mesures concrètes.
    Au sujet de la discrimination systémique, parlons de Nutrition Nord. Les citoyens des collectivités du Nord dont obligés de fouiller dans les dépotoirs pour trouver de la nourriture. Or, au lieu de corriger ce qui cloche avec Nutrition Nord, le gouvernement cherche à le remplacer par un autre programme.
    Dans un pays aussi riche que le nôtre, il est inacceptable que les citoyens du Nord doivent fouiller dans les dépotoirs pour trouver à manger.
    Pourquoi le gouvernement refuse-t-il de prendre des mesures immédiates pour corriger Nutrition Nord?
    Monsieur le Président, je répète, le gouvernement souhaite que les citoyens du Nord, au même tire que le reste des Canadiens, aient accès à des aliments nutritifs et de qualité. D'ailleurs, les résultats sont clairs. La députée ne peut le nier. Depuis la mise en oeuvre de Nutrition Nord en 2011, le coût du panier d'épicerie a diminué de 110 $. De plus, grâce à ce programme, la quantité d'aliments nutritifs acheminés dans le Nord du Canada s'est accrue de 25 %.
    Par ailleurs, le vérificateur général a formulé des recommandations pour améliorer le programme et nous avons déclaré que nous les acceptons et les mettrons en oeuvre.

L'emploi

    Monsieur le Président, nous savons maintenant que les membres des Premières Nations qui vivent dans les réserves ne sont pas pris en compte dans les données sur l'emploi au Canada. Le gouvernement navigue à l'aveuglette lorsqu'il s'agit de déterminer les besoins réels en matière de formation professionnelle, une composante pourtant fondamentale de l'économie canadienne.
    Les Canadiens en ont assez que le gouvernement conservateur fonde ses décisions sur son idéologie plutôt que sur de l'information crédible.
    Le gouvernement remédiera-t-il à cette omission inacceptable dans les statistiques sur l'emploi et cessera-t-il de gérer l'économie en improvisant au fur et à mesure?
    Monsieur le Président, Statistique Canada n'a jamais inclus les réserves dans son Enquête sur la population active. Il en était de même pendant les 13 années où les libéraux étaient au pouvoir. La raison, c'est que les statisticiens de Statistique Canada estiment que leur inclusion présenterait des difficultés considérables sur le plan pratique.
     J'ai soulevé la question auprès de Statistique Canada et j'ai demandé à l'organisme de trouver des idées pour améliorer les renseignements sur le marché du travail dans les réserves. Nous savons que les taux de chômage y sont généralement beaucoup trop élevés. Voilà pourquoi le gouvernement investit des sommes records dans les programmes de développement des compétences et de formation professionnelle à l'intention des Autochtones de sorte que ceux-ci puissent profiter de la prospérité du Canada.

Les anciens combattants

    Monsieur le Président, je souhaite la bienvenue au nouveau ministre des Anciens Combattants. Je suis heureux que le premier ministre ait finalement reconnu à quel point l'ancien ministre traitait mal les anciens combattants. Un nouveau visage ne signifie toutefois pas un changement d'attitude.
    Le nouveau ministre a déjà mal commencé en excluant des consultations les groupes d'anciens combattants avec qui il n'est pas d'accord. Cela ne nous donne pas beaucoup d'espoir quant aux enjeux clés, comme rouvrir les bureaux de services aux anciens combattants, cesser les compressions budgétaires aux dépens des services aux anciens combattants et reconnaître l'obligation sacrée que nous avons envers les anciens combattants.
    Pourquoi la toute première mesure que le ministre a prise a été d'essayer de réduire au silence les anciens combattants canadiens qui ont, à juste titre, dénoncé les mauvais traitements que leur réserve le gouvernement?
    Monsieur le Président, il semble que mon ami est aussi fâché que l'automne dernier. C'est malheureux, car ma démarche auprès des groupes d'anciens combattants visait à les écouter et à leur tendre la main. On a appelé tous les intervenants et on leur a parlé. J'ai constaté qu'il y a une grande diversité chez les intervenants, les organismes traditionnels, ceux qui aident les anciens combattants, ainsi que les nouveaux groupes, ceux qui offrent des services de counselling par les pairs et du soutien.
    Je continuerai de leur tendre la main et de les écouter afin de collaborer avec eux pour aider nos hommes et nos femmes.

[Français]

La santé

    Monsieur le Président, en 1961, le gouvernement canadien a fait une terrible erreur en autorisant la thalidomide et en tardant à la retirer. Il a fallu attendre jusqu'en 2014 pour que la Chambre se prononce unanimement en faveur d'indemniser la centaine de victimes et adopte une motion en ce sens. Le gouvernement avait jusqu'à aujourd'hui pour passer de la motion à l'action. Or rien n'a été fait.
    La ministre peut-elle nous garantir que les victimes vont être indemnisées dans les plus brefs délais?

[Traduction]

     Monsieur le Président, je peux assurer à la Chambre que nous restons déterminés à collaborer avec les survivants afin de répondre à leurs besoins en matière de soins de santé.
    Les fonctionnaires de Santé Canada font les analyses nécessaires pour approuver ces nouvelles dépenses. Comme on peut l'imaginer, il faut analyser toutes sortes de programmes de dépenses du gouvernement.
    Nous espérons que la ministre sera en mesure de faire une annonce sous peu.

  (1500)  

    Monsieur le Président, les survivants de la thalidomide ne peuvent tout simplement pas se permettre d'attendre. Ils souffrent de leurs handicaps depuis qu'ils sont nés. Le gouvernement du Canada a dit aux mères de ces victimes que la thalidomide était un produit sans danger. Nous avons donc la responsabilité morale de leur offrir un soutien dès maintenant.
    En décembre, la Chambre s'est engagée à remédier à la situation, mais, aujourd'hui, une date limite importante est arrivée à échéance, et le gouvernement n'a toujours pas pris de mesures concrètes.
    La ministre va-t-elle agir rapidement pour que les survivants obtiennent le soutien dont ils ont si désespérément besoin?
    Monsieur le Président, rien ne pourra jamais réparer la douleur et la souffrance qui ont été infligées à ces survivants. Cet événement tragique survenu dans les années 1960 nous rappelle pourquoi nous devons prendre très au sérieux la question de l'innocuité des médicaments.
    J'ai eu le plaisir de rencontrer de nombreux membres de l'Association canadienne des victimes de la thalidomide et je continuerai de travailler pour faire en sorte que les survivants reçoivent le soutien dont ils ont besoin.
    Nous espérons que la ministre pourra très bientôt faire une annonce à ce sujet.

La citoyenneté et l'immigration

    Monsieur le Président, plus tôt ce mois-ci, nous avons tous été témoins des attaques terroristes qui ont eu lieu à Paris. Hélas, une épicerie casher a été le théâtre de l'une de ces attaques.
    Il arrive trop souvent que des personnes qui s'opposent à la liberté et aux droits démocratiques dirigent leur haine contre le peuple juif. On observe une montée de l'antisémitisme à l'échelle mondiale et nous devons être prêts à lutter contre cette flambée de haine.
    Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration peut-il donner à la Chambre un aperçu des efforts déployés par le gouvernement afin de lutter contre l'antisémitisme?
    Monsieur le Président, au nom de tous les députés, j'aimerais remercier le député de Thornhill puisqu'il joue un rôle de premier plan dans ce dossier. Il contribue à la lutte contre l'antisémitisme sous toutes ses formes partout au pays et dans le monde entier.
    Comme l'a dit le député, le Canada et la communauté internationale luttent contre la menace terroriste et l'idéologie haineuse et violente qu'elle représente. Nous observons une montée importante de l'antisémitisme, alors que tout le monde croyait que ce problème était chose du passé.
    C'est pour cette raison que le Canada continuera à participer aux rencontres de l'ONU, comme celle qu'Israël a convoquée la semaine dernière afin de discuter de la montée de l'antisémitisme. Nous y avons expliqué en quoi notre gouvernement joue un rôle de premier plan dans ce dossier, et nous comptons poursuivre la lutte contre ce fléau sous la direction du premier ministre et grâce à la participation de tous les députés qui siègent dans cette Chambre.
    Nous avons appuyé les efforts visant à souligner le Jour commémoratif de l'Holocauste et nous nous opposons également à la fâcheuse campagne de boycottage, de désinvestissement et de sanctions. Le gouvernement défendra sa position et continuera de s'opposer à l'antisémitisme.

[Français]

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, le ministre des Affaires étrangères a d'abord refusé d'intercéder pour Raif Badawi au motif qu'il n'était pas Canadien.
    L'opposition libérale a insisté pour que le ministre dénonce le châtiment cruel et inhumain infligé au blogueur et pour qu'il réclame des autorités saoudiennes l'annulation totale de la peine, comme l'ont fait les Nations Unies, le gouvernement américain, quantité d'autres gouvernements et quantité de récipiendaires du prix Nobel.
    Le premier ministre va-t-il intercéder lui-même directement auprès du nouveau roi saoudien, comme l'en prie l'épouse de M. Badawi?

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'aimerais souligner que le ministre des Affaires étrangères s'est adressé directement au prince Turki Al-Faisal pour discuter du cas de M. Badawi. Le Canada également fait des démarches auprès de l'ambassadeur de l'Arabie saoudite à Ottawa. L'ambassadeur du Canada à Riyad a rencontré de hauts dirigeants de l'Arabie saoudite à ce sujet, et il cherche à organiser d'autres réunions. Le Canada estime que ce châtiment est une atteinte à la dignité humaine. Nous poursuivons nos efforts de promotion et de protection des droits de la personne dans le cadre de la représentation du Canada à l'étranger...
    À l'ordre, s'il vous plaît. Le député de Victoria a la parole.

La santé

    Monsieur le Président, j'ai une triste nouvelle de dernière heure à communiquer. Nous venons d'apprendre qu'un premier cas de grippe aviaire H7N9 en Amérique du Nord a été détecté chez une voyageuse en Colombie-Britannique. Il va sans dire que c'est une question de santé publique très sérieuse pour tous les Canadiens.
    La ministre peut-elle dire à la Chambre quelles mesures le gouvernement prendra pour contrôler les voyageurs et repérer toute personne qui aurait pu être en contact avec ce virus?
    Monsieur le Président, je peux dire à la Chambre que, malheureusement, un premier cas de grippe H7N9 a été décelé en territoire canadien. La patiente est suivie de près. Elle est en isolement et elle est en train de se rétablir.
    Des fonctionnaires du ministère de la Santé ont également communiqué avec les personnes qui ont été en contact avec la patiente et tous sont suivis.
    L'Agence de la santé publique nous a informés que le risque pour les Canadiens demeure très faible puisque la grippe H7N9 ne semble pas se transmettre facilement entre humains.

  (1505)  

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, la situation en Ukraine se détériore. À Marioupol, 30 Ukrainiens innocents sont morts sous les tirs de roquette de rebelles soutenus par la Russie. L'escalade des hostilités multiplie les victimes civiles et exacerbe une crise humanitaire déjà catastrophique dans l'Est de l'Ukraine. La Russie s'entête quant à elle à se dérober à ses engagements aux termes de l'Accord de Minsk.
    Le secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale peut-il faire le point sur la grave situation qui sévit en Ukraine?
    Monsieur le Président, je remercie le député de Langley de se porter aussi résolument à la défense du peuple ukrainien.
    Le gouvernement est scandalisé par la toute dernière agression russe et il exige de la Russie qu'elle mette un terme à ses actions répréhensibles, qu'elle se conforme sur-le-champ à l'Accord de Minsk et qu'elle respecte la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine.
    De plus, le gouvernement joint aujourd'hui sa voix à celle de la communauté ukraino-canadienne pour réclamer la libération immédiate de la députée et pilote ukrainienne Nadia Savtchenko, qui a été enlevée illégalement et qui est actuellement prisonnière en Russie.
    Le gouvernement continue à collaborer avec les alliés du Canada afin d'isoler la Russie en réaction à ses actions déstabilisatrices en Ukraine. Le premier ministre l'a très bien dit: la Russie doit quitter l'Ukraine.

[Français]

La défense nationale

    Monsieur le Président, le premier ministre a promis aux citoyens que la mission des Forces canadiennes en Irak n'impliquerait pas de militaires au sol ou dans les combats. Promesse brisée! Même le chef d'état-major reconnaît que des soldats canadiens sont au front.
    Puisque la mission n'a plus rien à voir avec ce qui a été dit à la population, le premier ministre doit donner l'heure juste et soumettre, dès cette semaine, une nouvelle motion pour débat à la Chambre. Va-t-il le faire?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le Canada agit conformément à la décision du gouvernement, qui a été avalisée par le Parlement: la mission de six mois et son éventuelle prolongation, le cas échéant, seront débattues au cours de la première semaine d'avril. Cela dit, les membres des forces armées accomplissent un travail exceptionnel dans la lutte contre le terrorisme dans cette région du monde. Nous pouvons tous en être très fiers.

[Français]

L'économie

    Monsieur le Président, maintenant que le prix du pétrole est à la baisse, on voit clairement la fragilité de l'économie canadienne: une bulle pétrolière créée de toutes pièces par le fédéral.
    Pourtant, avec ses partenaires, le Bloc québécois a déjà proposé un plan de relance économique qui aurait permis et qui permettrait encore au fédéral de diversifier et de moderniser son économie. Or le premier ministre déclarait hier vouloir mettre fortement l'accent sur le secteur manufacturier afin de favoriser l'Ontario et de séduire ses électeurs.
    Mais qu'entend-il proposer pour le Québec, si ce n'est qu'un pipeline dont le Québec assumerait tous les risques environnementaux sans retombées financières?
    Monsieur le Président, la baisse du prix du pétrole va avoir une incidence sur la marge de manoeuvre du gouvernement. Toutefois, nous allons équilibrer le budget en 2015.
    La baisse du prix du pétrole a des conséquences variées sur l'économie, comme je l'ai dit, dont une baisse du prix de l'essence et une réduction du prix de l'énergie pour les manufacturiers, y compris les manufacturiers québécois.

Les affaires intergouvernementales

    Monsieur le Président, le gouvernement se fait prendre les culottes baissées avec sa stratégie économique uniquement axée sur la production de pétrole.
    Ce gouvernement, qui ne croyait même pas à la crise en 2008, n'a pas vu venir la chute des prix du pétrole, et voit ses plans électoralistes contrecarrés. C'est ce qui nous inquiète.
    Puisqu'on sait que le gouvernement s'entête avec sa promesse de fractionnement du revenu pour les mieux nantis et l'atteinte du déficit zéro, le ministre des Finances peut-il nous garantir qu'il ne coupera pas dans les transferts au Québec ni dans les programmes sociaux pour compenser?
    Monsieur le Président, ce gouvernement a énormément augmenté les transferts accordés aux provinces, et particulièrement au Québec. Cela se compte en milliards de dollars.
    Les Québécois et les Québécoises veulent une réduction de leur fardeau fiscal. Ils veulent une réduction de leurs impôts. Or l'ensemble des réformes que nous avons faites pour aider les familles aideront 100 % des familles québécoises ayant des enfants de moins de 18 ans; elles obtiendront en moyenne 1 200 $ par année, grâce aux cotisations que nous venons d'augmenter. C'est bon pour les familles québécoises.

[Traduction]

L'environnement

    Monsieur le Président, le mois dernier, à Lima, lors des négociations sur les changements climatiques, le Canada a signé une décision invitant tous les pays à soumettre les contributions qu'ils comptent faire — autrement dit, la prochaine série de promesses de réduction — d'ici la fin du premier trimestre de 2015.
    Je pose la question suivante à la ministre: le Canada répondra-t-il à cette demande? Soumettrons-nous de nouvelles promesses d'ici la fin du premier trimestre de 2015? Cet engagement traînera-t-il jusqu'à la présentation du budget, dont la date demeure nébuleuse? Les mesures que nous promettrons de prendre permettront-elles d'éviter une hausse de la température moyenne de la planète de 2 degrés Celsius?

  (1510)  

    Monsieur le Président, le gouvernement négocie une nouvelle entente mondiale sur les changements climatiques qui prévoit des engagements de la part de tous les grands pays émetteurs.
    Nous prenons la question des changements climatiques au sérieux. C'est pourquoi nous faisons notre part pour réduire les émissions du Canada et nous collaborons avec nos partenaires étrangers. Nous continuerons de réduire les polluants de courte durée de vie dans le cadre des activités de la Coalition pour le climat et l'air pur, du Conseil de l'Arctique et du Protocole de Montréal. Notre récente contribution au Fonds vert pour le climat aidera aussi les pays en développement à atténuer les changements climatiques, à s'y adapter et à favoriser les investissements du secteur privé.

AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

[Traduction]

Réponse du gouvernement à des pétitions

    Monsieur le Président, conformément au paragraphe 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à 32 pétitions.

L'ombudsman des contribuables

    Monsieur le Président, conformément au paragraphe 32(2) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, un document intitulé: « Rapport annuel de 2013-2014 de l'ombudsman des contribuables ».

Les comités de la Chambre

Procédure et affaires de la Chambre  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 29e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre au sujet du projet de loi C-586, Loi modifiant la Loi électorale du Canada et la Loi sur le Parlement du Canada (réformes visant les candidatures et les groupes parlementaires). Le comité a étudié le projet de loi et a décidé d'en faire rapport à la Chambre avec des propositions d'amendement.

Les travaux de la Chambre

    Monsieur le Président, le moment est bien choisi pour confirmer à la Chambre les renseignements qui ont été communiqués aux partis de l'opposition la semaine dernière, à savoir que demain sera le premier jour désigné et que la Chambre débattra d'un sujet choisi par le NPD. Jeudi sera le deuxième jour désigné, qui sera alloué aux libéraux pour leur donner l'occasion nous faire part de leur position en matière de politiques.

Pétitions

La conduite avec facultés affaiblies  

    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui au nom de nombreux Canadiens pour présenter une pétitions concernant la conduite avec facultés affaiblies causant la mort. Les pétitionnaires souhaitent que la loi soit plus sévère et que de nouvelles peines minimales obligatoires soient imposées aux personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies causant la mort.

[Français]

Les personnes âgées  

    Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter une pétition signée par de nombreux citoyens de mon comté. Ils appuient ma collègue de London—Fanshawe dans sa lutte visant à ce que l'on adopte une stratégie concernant le vieillissement de la population et la protection des personnes âgées.
    On sait que les enjeux qui touchent les gens dans le besoin, comme le logement abordable et les frais des cartes de crédit, affectent les personnes âgées de façon significative. C'est pourquoi nous croyons qu'il est important que le gouvernement du Canada agisse. C'est ce que veulent les signataires de cette pétition.

[Traduction]

L'agriculture  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de déposer une pétition signée par de nombreuses personnes de Regina et d'ailleurs au Canada qui expriment leurs craintes concernant la défense des droits et des intérêts des petits exploitants agricoles, au Canada et dans le reste du monde. Les pétitionnaires demandent au gouvernement canadien d'adopter des politiques et des programmes qui protégeraient le droit des petites fermes familiales de conserver, d'utiliser et d'échanger librement des semences.

  (1515)  

[Français]

L'industrie minière  

    Monsieur le Président, j'aimerais déposer quatre pétitions venant de citoyens de ma circonscription, Portneuf—Jacques-Cartier.
    Les citoyens demandent la création d'un mécanisme légal d'ombudsman du secteur extractif au Canada, afin de nous assurer d'une exploitation minière responsable.

[Traduction]

Postes Canada  

    Monsieur le Président, j'ai le privilège de présenter à la Chambre une pétition signée par des centaines de résidents du Sud-Est du Nouveau-Brunswick. Ils s'inquiètent beaucoup des compressions du gouvernement à Postes Canada et des conséquences qu'auront, pour les gens âgés, les personnes handicapées et les petites collectivités, la mise à pied d'un grand nombre d'employés de Postes Canada et la fermeture éventuelle de beaucoup de bureaux de poste dans les régions rurales. Ils demandent au gouvernement de mettre fin à ce projet néfaste de Postes Canada.

[Français]

La Journée nationale de la sage-femme  

    Monsieur le Président, j'ai le plaisir de me lever à la Chambre pour présenter une pétition signée par plusieurs dizaines de personnes venant de la Rive-Nord et de Laval. Elles demandent au gouvernement d'appuyer mon projet de loi C-608 visant à instaurer une Journée nationale de la sage-femme.

Postes Canada  

    Monsieur le Président, je dépose une pétition signée par des résidants de Saint-Eustache, qui demandent au gouvernement fédéral d'annuler ses plans visant à éliminer les services de livraison à domicile de Postes Canada et d'arrêter de couper dans les services publics rendus aux citoyens.

[Traduction]

CBC/Radio-Canada  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de prendre la parole pour présenter des pétitions au nom de personnes dont la plupart habitent à Mississauga, en Ontario, mais qui proviennent aussi de Victoria et même de Sidney, dans la circonscription de Saanich—Gulf Islands.
    Les pétitionnaires demandent au gouvernement de sauver CBC/Radio-Canada, de lui fournir un financement constant et prévisible à long terme et d'atténuer les compressions brutales survenues récemment.

L'environnement  

    Monsieur le Président, j'ai en main une pétition provenant de centaines de Canadiens de partout au pays qui s'inquiètent de la construction du pipeline du Nord-Ouest, en Colombie-Britannique. Ils s'en inquiètent beaucoup, mais leur pétition demande essentiellement au gouvernement de permettre à l'Office national de l'énergie et aux organismes de réglementation de faire leur travail, de ne pas y nuire et de cesser de favoriser explicitement le projet de pipeline.

L'agriculture  

    Monsieur le Président, je prends la parole au nom de plusieurs résidants de Winnipeg-Nord qui ont démontré un vif intérêt pour une question en particulier. Ils aimeraient que le Canada adopte des politiques et des programmes élaborés en consultation avec les petites exploitations agricoles familiales afin de protéger leur droit de conserver, d'utiliser et d'échanger librement les semences.

Le chasse à l'éléphant illégale  

    Monsieur le Président, je souhaite présenter cette pétition signée par des centaines de personnes qui porte sur la chasse à l'éléphant illégale, une pratique qui s'est intensifiée de façon considérable. Selon un recensement mené dans l'ensemble du continent, la population des éléphants de forêt d'Afrique a chuté de 62 % entre 2002 et 2011.
    Les pétitionnaires demandent au Parlement du Canada d'adopter à l'unanimité une motion visant à mettre en oeuvre un plan d'action pour l'éléphant d'Afrique, à verser des contributions financières au fonds qui aide les États concernés à renforcer leur capacité de gestion et de conservation des populations d'éléphants d'Afrique et d'Asie, et à détruire les stocks d'ivoire confisqués au Canada afin de souligner le fait que l'ivoire n'est pas un produit de consommation légitime.

Questions au Feuilleton

    Monsieur le Président, on répondra aujourd'hui aux questions nos 773, 777, 781, 785, 791, 792, 795, 800 à 803, 809, 810, 815, 819, 822 à 825, 829, 832 à 837, 839, 844 à 846, 858, 862, 870 à 872, 883, 885, 886, 889, 891, 911, 915, 919, 932.

[Texte]

Question no 773 --
L'hon. Mark Eyking:
     En ce qui concerne le système d’inspection du transport des animaux de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et l’examen des règles sur le transport des animaux énoncées à la partie XII du Règlement sur la santé des animaux: a) quelles mesures correctives a-t-on prises à la suite des violations apparentes du Règlement sur la santé des animaux et du défaut apparent des inspecteurs de l’ACIA de répondre au traitement inacceptable d’animaux, comme en font foi des images filmées récemment au Western Hog Exchange, à Red Deer, en Alberta (http://www.ctvnews.ca/w5/hidden-camera-investigation-reveals-abuse-in-canadian-pork-transportation-system-1.2049011); b) quel est l'état des modifications ou des propositions relatives aux règles sur le transport des animaux énoncées à la partie XII du Règlement sur la santé des animaux et quand l’ACIA compte-t-elle publier ces modifications proposées dans la partie 1 de la Gazette du Canada; c) quelles mesures le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire conseillera-t-il à l’ACIA de prendre pour veiller à ce que les sanctions administratives pécuniaires soient dissuasives et en particulier, le ministre compte-t-il augmenter considérablement ces sanctions pour s’assurer qu’elles soient dissuasives?
L'hon. Gerry Ritz (ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, PCC):
     Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, dès qu'elle a été informée de la situation, l'ACIA a pris immédiatement des mesures en tant qu'organisme veillant au respect de la réglementation pertinente.
    D’abord, afin d'évaluer l'état de conformité aux dispositions de la Loi sur la santé des animaux qui concernent le transport sans cruauté, le personnel a effectué des inspections éclair portant sur cet aspect. Malgré certains petits problèmes de santé ayant été relevés chez les animaux transportés, le vétérinaire de district a conclu que le transport de ces derniers était conforme aux dispositions de la réglementation visées par l’évaluation.
    Ensuite, on a demandé à une équipe de spécialistes du domaine venant de l'extérieur de la région de procéder à un examen afin de déterminer si des règles fédérales avaient été enfreintes et si des mesures d'inspection appropriées avaient été prises. Des mesures appropriées fondées sur les résultats de l'examen seront prises dès que ceux-ci seront connus.
    Par ailleurs, afin de répondre à toute préoccupation soulevée relativement à la captation, réelle ou perçue, de la réglementation, l'ACIA a renforcé la présence d’inspecteurs dans les étables de Western Hog Exchange. Cette présence accrue sera maintenue jusqu'à ce que les résultats de l'examen soient connus et qu'un plan d'action soit mis en place.
    Enfin, la direction de l'ACIA a rencontré le personnel d'inspection du centre opérationnel pour renforcer ses valeurs de courage, de rigueur et de respect. L’ACIA a aussi profité de l’occasion pour souligner aux employés que nous nous attendons toujours à ce qu’ils s’acquittent de leurs responsabilités relatives au bien-être des animaux avec compassion et respect.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, l'ACIA s’engage à mettre à jour la partie XII du Règlement sur la santé des animaux, qui porte sur le transport des animaux, et continue de travailler sur la modification proposée. Des consultations ont lieu de façon continue avec les intervenants canadiens et l’ACIA examine actuellement les commentaires reçus.
    Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, le gouvernement du Canada prend des mesures importantes afin d’appliquer des sanctions appropriées dans le secteur agricole. Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire a notamment déposé le projet de loi C-18, Loi sur la croissance du secteur agricole, qui renferme des dispositions visant à modifier la Loi sur les sanctions administratives pécuniaires en matière d’agriculture et d’agroalimentaire, la LSAPAA. Les articles 114 à 116 du projet de loi visent à faire passer les sanctions pécuniaires imposées aux entreprises de 2 000 $ à 5 000 $ pour les infractions mineures, de 10 000 $ à 15 000 $ pour les infractions graves et de 15 000 $ à 25 000 $ pour les infractions très graves.
    Le gouvernement est d’avis que le nouveau régime de sanctions proposé dans le projet de loi C-18 aura un effet dissuasif et incitera les parties réglementées du secteur à se conformer. Malheureusement, le porte-parole libéral en matière d'agriculture a présenté une modification pendant l’étude de ce projet de loi à l’étape du comité afin d’atténuer ce nouveau régime. Une majorité de membres du Parlement se sont opposé à cette modification et ont fait échouer la tentative du porte-parole libéral en matière d'agriculture de réduire l’impact de cette disposition.
Question no 777 --
L'hon. John McKay:
     En ce qui concerne le Bureau du conseiller en responsabilité sociale des entreprises (RSE) de l’industrie extractive, qui fait partie du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement: a) le Ministère interviewe-t-il actuellement des candidats au poste de conseiller en RSE et, le cas échéant, (i) combien de candidats le Ministère a-t-il interviewés jusqu’à présent, (ii) d’ici quelle date le Ministère prévoit-il doter le poste de conseiller en RSE; b) combien d’employés du Ministère administrent actuellement le Bureau du conseiller en RSE; c) pour la période allant d’octobre 2013 à octobre 2014, quel a été le coût total du maintien du Bureau du conseiller en RSE, y compris les coûts de personnel, de location de bureaux, de papeterie et de produits semblables, les frais d’accueil et tout autre coût non mentionné ci-dessus?
L'hon. Ed Fast (ministre du Commerce international, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le 14 novembre 2014, le gouvernement a officiellement lancé le processus de sélection visant à nommer un nouveau conseiller en responsabilité sociale des entreprises, le RSE, de l’industrie extractive. Le processus a débuté par la publication d’avis sur les sites internet de la Gazette du Canada et du gouverneur en conseil.
    Pour ce qui est de la partie a)(i) de la question, aucun candidat n’a été interviewé jusqu’à maintenant, car les candidats potentiels avaient jusqu’au 1er décembre 2014 pour soumettre leur candidature au Bureau du Conseil privé, au secrétaire adjoint du Cabinet.
    En ce qui a trait à la partie a)(ii) de la question, il n’est pas possible de préciser la date à laquelle le processus de sélection sera complété. Cependant, à la lumière de l’annonce de la Stratégie de RSE renouvelée, à savoir « Le modèle d’affaires canadien » du 14 novembre dernier, le gouvernement fait tout le nécessaire pour combler ce poste important aussi rapidement que possible.
    En ce qui concerne la partie b) de la question, le bureau du conseiller en RSE de l’industrie extractive compte trois postes: le conseiller en RSE, un poste de conseiller principal et un d’adjoint administratif.
    Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, entre octobre 2013 et octobre 2014, le total des coûts opérationnels du bureau du conseiller en RSE a été de 181 600 $.
Question no 781 --
M. Kevin Lamoureux:
     En ce qui concerne l’Agence spatiale canadienne: a) pourquoi a-t-on modifié la photographie du Canadarm2 relayée sur les comptes Tumblr de l’Agence à « http://canadian-space-agency.tumblr.com/post/76666430256/csa-astronaut-jeremy-hansen-canadarm2-looks » et « http://agence-spatiale-canadienne.tumblr.com/post/76666430181/jeremy-hansen-asronaute-de-lasc-canadarm2 » par l’ajout du mot-symbole Canada; b) qui a modifié la photographie; c) qui a demandé ou donné l’ordre de modifier la photographie; d) quand la demande ou l’ordre a-t-il été formulé; e) pourquoi a-t-on retiré le billet Tumblr; f) qui a retiré le billet Tumblr; g) qui a demandé ou donné l’ordre de retirer le billet Tumblr; h) pourquoi cette demande ou cet ordre a-t-il été formulé?
L'hon. James Moore (ministre de l’Industrie, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’image modifiée a été produite pour une activité à l’interne qui visait à souligner le 5e anniversaire du Canadarm2.
    Pour ce qui est des parties b) à d) de la question, en 2006, des employés de l’Agence spatiale canadienne, l’ASC, ont apporté les modifications à la photo initiale de leur propre initiative.
    En ce qui a trait à la partie e) de la question, dès que l’ASC a été mise au courant de la situation, elle a pris les mesures requises pour retirer la photo modifiée de son compte Tumblr. L’ASC a également communiqué avec Citoyenneté et Immigration Canada, CIC, et avec le Bureau du Conseil privé, le BCP, pour que l’image modifiée soit remplacée par la photo initiale déjà disponible sur le site Web de l’ASC. La bonne image est maintenant affichée.
     En ce qui concerne les parties f) et g) de la question, il s’agit de la Direction des communications et des affaires publiques de l’ASC.
    Enfin, pour ce qui est de la partie h) de la question, la photo modifiée devait être utilisée pour une activité à l’interne en 2006. Dès que l’ASC a été mise au courant de l’erreur, elle a pris les mesures nécessaires pour remplacer la photo par l’image initiale disponible sur le site Web de l’ASC, en plus de remplacer la photo sur le site Web Tumblr.
Question no 785 --
M. Sean Casey:
     En ce qui concerne le Programme des allocations aux anciens combattants (Programme des AAC): a) combien d’anciens combattants alliés ont fait une demande au titre du programme depuis son élargissement en juin 2009; b) quels critères les anciens combattants alliés doivent-ils remplir pour être admissibles au Programme des AAC; c) plus précisément, doivent-ils être citoyens canadiens, résidents permanents ou vivre au Canada pour être admissibles; d) combien de demandes ont été approuvées; e) combien de membres des familles des anciens combattants alliés ont présenté une demande au titre du programme depuis son élargissement en juin 2009; f) combien de membres de ces familles ont pu recevoir des prestations; g) quelle est la valeur totale des prestations dont le versement a été autorisé aux anciens combattants alliés et aux membres de leurs familles depuis l’élargissement du Programme des AAC en juin 2009; h) après la présentation de la demande, combien de temps en moyenne les anciens combattants alliés ou les membres de leurs familles doivent-ils attendre pour recevoir des prestations?
L’hon. Erin O'Toole (ministre des Anciens Combattants, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en date du 31 mars 2014, 2 356 vétérans alliés avaient présenté une demande dans le cadre du programme des allocations aux anciens combattants, l’AAC, depuis son élargissement en juin 2009.
    En ce qui a trait à la partie b) de la question, depuis le 1er janvier 2010, les vétérans alliés de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée ayant un faible revenu et résidant au Canada sont admissibles aux allocations aux anciens combattants et aux avantages médicaux connexes. Ces avantages incluent des prestations de traitement, le Programme pour l’autonomie des anciens combattants, des soins de longue durée, ainsi que le Fonds de secours et de l’aide pour les frais de funérailles et d’inhumations. Pour être admissibles à ces avantages, les vétérans alliés doivent avoir servi dans une zone de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale ou la guerre de Corée, devaient résider au Canada avant de s’enrôler, ou doivent être déménagés au Canada après la guerre, avoir vécu au pays pendant au moins 10 ans et doivent actuellement résider au Canada.
    En ce qui concerne la partie c) de la question, les vétérans alliés ne sont pas tenus d’être des citoyens canadiens ou des résidents permanents selon les termes qui sont énoncés dans les lois administrées par Citoyenneté et Immigration Canada. La Loi sur les allocations aux anciens combattants stipule que pour être admissible à recevoir l’allocation, un vétéran allié doit résider au Canada.
    Pour ce qui est de la partie d) de la question, parmi les 2 356 demandes soumises par des vétérans alliés, 1 103 ont été approuvées. Ce nombre n’inclut pas les survivants des vétérans.
     En ce qui a trait à la partie e) de la question, en date du 31 mars 2014, 170 membres de familles de vétérans alliés, ou les survivants de vétérans, avaient présenté une demande dans le cadre du programme depuis son élargissement en juin 2009.
    En ce qui concerne la partie f) de la question, parmi les 170 demandes soumises par des membres de familles de vétérans alliés pour recevoir des prestations, 66 ont été approuvées.
    Pour ce qui est de la partie g) de la question, en date du 31 mars 2014, les dépenses totales pour les vétérans alliés et leurs familles s’élevaient à 2,1 millions de dollars depuis l’élargissement du programme des allocations aux anciens combattants, l’AAC, en juin 2009.
    Enfin, en ce qui a trait à la partie h) de la question, le délai d’attente moyen avant qu’une personne obtienne une décision à l’égard de sa demande de prestations est de 47 jours.
Question no 791 --
M. John Barlow:
     En ce qui concerne les opérations de la GRC dans la ville de High River, en Alberta, et les environs, entre le 20 juin et le 12 juillet 2013, (« les opérations de High River »): a) quelle est la définition des expressions « armes à feu illégalement entreposées », « entreposage négligent d’une arme à feu » et « entreposage non sécuritaire » telle qu’elle est acceptée et appliquée par la GRC, (i) y a-t-il des circonstances où ces définitions sont élargies ou modifiées de telle sorte que cela a une incidence sur la mesure dans laquelle la GRC peut veiller à leur application, (ii) si la réponse au point (i) est affirmative, de telles circonstances se sont-elles produites dans le cadre des opérations de High River, et de quelle manière les définitions ont-elles été modifiées par la suite; b) quels lois et règlements qu’applique la GRC réglementent l’entreposage d’armes à feu légalement détenues, toutes classifications confondues, (i) y a-t-il des circonstances où ces lois et règlements sont élargis ou modifiés de telle sorte que cela a une incidence sur la mesure dans laquelle la GRC peut veiller à leur application, (ii) si la réponse au point (i) est affirmative, de telles circonstances se sont-elles produites dans le cadre des opérations de High River, et de quelle manière les lois et règlements en question ont-ils été modifiés par la suite; c) quelles sections des manuels de formation, guides de procédure ou autres documents de la GRC traitaient des procédures qui ont entraîné la saisie des armes à feu légalement entreposées que la GRC a trouvées dans des maisons pendant les opérations de High River; d) quels cas antérieurs de vastes fouilles systématiques de maisons par la GRC dans le cadre desquelles des armes à feu ont été saisies dans de nombreuses maisons ont inspiré la procédure de saisie d’armes légalement entreposées exécutée dans le cadre des opérations de High River; e) quels renseignements la GRC a-t-elle consignés concernant l’emplacement dans chaque maison des armes à feu saisies ou sécurisées par ses agents dans le cadre de fouilles systématiques de maisons pendant les opérations de High River, (i) où ces renseignements sont-ils conservés, (ii) qui y a accès, (iii) pour quelle raison ces renseignements ont-ils été consignés; f) dans combien de cas des armes à feu légalement entreposées que la GRC a trouvées dans des maisons pendant les opérations de High River n’ont-elles pas été saisies ni sécurisées par la GRC; g) des renseignements ont-ils été consignés concernant les armes à feu légalement entreposées dans des maisons qui n’ont pas été saisies ni sécurisées par la GRC dans le cadre des opérations de High River et, dans l’affirmative, (i) quels renseignements ont été consignés, (ii) quels sont le nom, le grade et le détachement de l’agent ayant autorisé la consignation des renseignements; h) en vertu de quelle autorité législative ou procédurale la GRC a-t-elle cherché dans la base de données du Centre d’information de la police canadienne les armes à feu qu’elle avait saisies ou sécurisées pendant ses fouilles systématiques de maisons dans le cadre des opérations de High River; i) combien de fois des membres de la GRC ont-il interrogé la base de données du Centre d’information de la police canadienne au sujet (i) de résidents de la ville de High River, en Alberta, (ii) de titulaires de permis d’armes à feu domiciliés à High River, en Alberta, et dans les environs; j) pour quelle raison a-t-on cherché, dans la base de données du Centre d’information de la police canadienne, les armes à feu qui avaient été saisies ou sécurisées par la GRC dans le cadre des opérations de High River, (i) quels sont le nom, le grade, le titre, l’unité et le détachement du ou des agents qui ont autorisé cette recherche, (ii) quels autres articles saisis ont fait l’objet d’une recherche dans la base de données du Centre d’information de la police canadienne, (iii) si aucun autre article saisi n’a fait l’objet d’une recherche dans la base de données du Centre d’information de la police canadienne, pourquoi pas, (iv) dans combien de cas cette recherche a-t-elle permis de repérer des armes volées, (v) dans combien de cas cette recherche a-t-elle mené à l’identification de personnes possédant des armes à feu dont la possession leur était interdite; k) un ou des membres de la GRC ont-ils interrogé la base de données du Centre d’information de la police canadienne au sujet de maisons liées à des titulaires de permis fédéraux d’armes à feu, dans la ville de High River, en Alberta, ou dans les environs, et, dans l’affirmative, (i) quels renseignements ont été demandés, (ii) pour quelle raison a-t-on demandé ces renseignements, (iii) à quelles dates précises ces renseignements ont-ils été demandés, (iv) quels sont le nom, le grade, le titre, l’unité et le détachement du ou des agents de la GRC qui ont autorisé cette recherche; l) des membres de la GRC ont-ils effectué une recherche dans le registre des armes à feu à autorisation restreinte entre le 20 juin et le 12 juillet 2013 au sujet de résidents de la ville de High River, en Alberta, ou au sujet d’armes à feu à autorisation restreinte ou d’armes à feu prohibées enregistrées au nom de personnes résidant dans la ville de High River, en Alberta, ou dans les environs, et, dans l’affirmative, (i) quels renseignements contenus dans le registre des armes à feu à autorisation restreinte a demandé la GRC, (ii) pour quelle raison le registre des armes à feu à autorisation restreinte a-t-il été consulté à ce moment-là, (iii) combien d’armes à feu à autorisation restreinte et d’armes à feu prohibées enregistrées dans la ville de High River, en Alberta, et dans les environs ont été repérées dans le registre des armes à feu à autorisation restreinte, (iv) combien de ces armes à feu ont éventuellement été saisies par la GRC, (v) quels sont le nom, le grade, le titre, l’unité et le détachement du ou des agents de la GRC qui ont autorisé cette procédure?
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à cette question, la GRC fournit la présente évaluation. L’affaire en cause fait actuellement l’objet d’un examen de la part de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la Gendarmerie royale du Canada.
    Pour ce qui est de la partie a) de la question, la GRC utilise la Loi sur les armes à feu, le Code criminel et les règlements connexes pour déterminer les exigences en matière d’entreposage. Pour ce qui est de la partie a)(i), la réponse est non. La partie a)(ii), quant à elle, est sans objet.
    En ce qui a trait à la partie b) de la question, deux règlements s’appliquent à l’entreposage des armes à feu: le Règlement sur l’entreposage, l’exposition et le transport des armes à feu et autres armes par des entreprises et le Règlement sur l’entreposage, l’exposition, le transport et le maniement des armes à feu par des particuliers. Pour ce qui est de la partie b)(i), la réponse est non. La partie b)(ii), quant à elle, est sans objet.
    En ce qui concerne les parties c) à e) et h) à l) de la question, l’affaire en cause fait actuellement l’objet d’un examen de la part de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la Gendarmerie royale du Canada.
    Enfin, pour ce qui est des parties f) et g) de la question, le système de collecte de données de la GRC ne permet pas la saisie de ces renseignements.
Question no 792 --
M. John Barlow:
     En ce qui concerne les opérations des Forces armées canadiennes à High River, en Alberta et dans les alentours, entre le 20 juin 2013 et le 12 juillet 2013: a) quelles directives opérationnelles les Forces armées canadiennes ont-elles reçues pour leurs opérations conjointes avec la GRC, en particulier en ce qui concerne (i) les fouilles porte-à-porte de résidences, (ii) les fouilles porte-à-porte de résidences avec entrée par la force, (iii) la recherche d’armes à feu dans les résidences, (iv) la saisie d’armes à feu lors de la fouille de résidences, (v) le transport d’armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vi) l’enregistrement d’information concernant les armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vii) l’enregistrement d’information concernant les résidences où des armes à feu ont été trouvées; b) quelles opérations les Forces armées canadiennes ont-elles menées conjointement avec la GRC, en particulier en ce qui concerne (i) les fouilles porte-à-porte de résidences, (ii) les fouilles porte-à-porte de résidences avec entrée par la force, (iii) la recherche d’armes à feu dans les résidences, (iv) la saisie d’armes à feu lors de la fouille de résidences, (v) le transport d’armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vi) l’enregistrement d’information concernant les armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vii) l’enregistrement d’information concernant les résidences où des armes à feu ont été trouvées; c) quelles demandes la GRC a-t-elle adressées aux Forces armées canadiennes, en particulier en ce qui concerne (i) les fouilles porte-à-porte de résidences, (ii) les fouilles porte-à-porte de résidences avec entrée par la force, (iii) la recherche d’armes à feu dans les résidences, (iv) la saisie d’armes à feu lors de la fouille de résidences, (v) le transport d’armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vi) l’enregistrement d’information concernant les armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vii) l’enregistrement d’information concernant les résidences où des armes à feu ont été trouvées; d) les Forces armées canadiennes ont-elles refusé certaines demandes de la GRC et, si oui, (i) quel était le contenu de chacune des demandes de la GRC refusées par les Forces armées canadiennes, (ii) à quelle date chacune des demandes a-t-elle été faite, (iii) pour quelles raisons chacune des demandes a-t-elle été refusée; e) quelles demandes les instances gouvernementales, notamment municipales, provinciales et fédérales, ont-elles adressées aux Forces armées canadiennes, en particulier en ce qui concerne (i) les fouilles porte-à-porte de résidences, (ii) les fouilles porte-à-porte de résidences avec entrée par la force, (iii) la recherche d’armes à feu dans les résidences, (iv) la saisie d’armes à feu lors de la fouille de résidences, (v) le transport d’armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vi) l’enregistrement d’information concernant les armes à feu trouvées lors de la fouille de résidences, (vii) l’enregistrement d’information concernant les résidences où des armes à feu ont été trouvées; f) les Forces armées canadiennes ont-elles refusé certaines demandes adressées par des instances gouvernementales et, si oui, (i) quel était le contenu de chacune des demandes des instances gouvernementales refusées par les Forces armées canadiennes, (ii) à quelle date chacune des demandes a-t-elle été adressée, (iii) pour quelles raisons chacune des demandes a-t-elle été refusée?
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en juin 2013, les Forces armées canadiennes, les FAC, ont soutenu les opérations de la Gendarmerie royale du Canada, la GRC, pour venir en aide aux victimes des inondations à High River, en Alberta. Le soutien a été accordé conformément au paragraphe 273.6(1), Service public, de la Loi sur la défense nationale, à la suite d’une demande d’aide du ministre de la Sécurité publique, elle même précédée d’une demande d’assistance de la province de l’Alberta. Les FAC ont été appelées à fournir des secours humanitaires, notamment des moyens de transport en vue de retrouver les personnes piégées ou blessées.
    L’opération des FAC dans ce secteur était fondée sur un ordre de mission du chef d’état major de la Défense et sur un ordre d’opération diffusé par le commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada. En ce qui concerne les opérations menées de concert avec la GRC, l’ordre d’opérations précisait que les membres des FAC devaient demeurer sous commandement militaire en tout temps et qu’ils ne devaient pas prêter assistance aux opérations des organismes chargés de l’application de la loi. Le soutien et les capacités des FAC devaient uniquement servir au secours des victimes des inondations.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, les conditions de la participation des FAC aux opérations de secours lors des inondations survenues en Alberta étaient conformes au paragraphe 273.6(1), Service public, de la Loi sur la défense nationale et ne concernaient pas particulièrement l’assistance à l’application de la loi. Sécurité publique Canada est le principal responsable des interventions d’urgence, et les membres des FAC étaient en constante communication avec le personnel de ce ministère ainsi qu’avec les autorités provinciales et d’autres partenaires fédéraux pendant les opérations de secours.
    En ce qui a trait à la partie c) de la question, le ministère de la Défense nationale, le MDN, et les FAC n’ont trouvé aucun document concernant des demandes officielles d’assistance à des activités d’application de la loi qui auraient été adressées par la GRC aux FAC.
    En ce qui concerne la partie d) de la question, le MDN et les FAC n’ont trouvé aucun document concernant des demandes officielles d’assistance à des activités d’application de la loi qui auraient été adressées par la GRC aux FAC.
    Pour ce qui est de la partie e) de la question, de telles demandes auraient été présentées au moyen du processus officiel de demande d’aide, DA, établi entre le ministre de la Défense nationale et le ministre de la Sécurité publique. Le MDN et les FAC n’ont aucun document de DA officielle sollicitant leur assistance pour des activités d’application de la loi. Le 21 juin 2013, le ministre de la Sécurité publique a demandé l’aide suivante, à savoir: l’évacuation et protection des personnes à risque; la protection des infrastructures essentielles contre les inondations; l’approvisionnement des secteurs isolés par suite des inondations, suivant la demande des autorités civiles; le soutien technique et logistique et les secours humanitaires aux communautés devant s’abriter sur place; et l’aide pour informer la population de la nécessité de ne pas entrer dans les secteurs évacués et touchés, ni ceux où des mesures de contrôle et de surveillance s’imposent, afin d’assurer la sécurité du personnel d’urgence et des personnes évacuées.
    Si des demandes d’aide non officielles ont été adressées à des commandants locaux, ces DA de niveau inférieur ont été traitées sur place, sauf si elles concernaient des préoccupations d’ordre opérationnel plus vastes.
    Enfin, en ce qui a trait à la partie f) de la question, tout comme dans le cas de la partie e) de la question, ces demandes auraient été présentées au moyen du processus officiel de DA établi entre le ministre de la Défense nationale et le ministre de la Sécurité publique. Le MDN et les FAC n’ont aucun document de DA officielle sollicitant leur assistance pour des activités d’application de la loi.
Question no 795 --
M. Dennis Bevington:
     En ce qui concerne l’emprisonnement en Chine de Huseyin Celil, un citoyen canadien: a) le gouvernement a-t-il abordé la question avec les représentants du gouvernement de la Chine; b) si de telles discussions ont eu lieu, de quelle façon se sont-elles déroulées; c) quelles questions le gouvernement a-t-il posées quant à son statut et à son bien-être; d) quelles réponses le gouvernement a-t-il reçues du gouvernement de la Chine; e) quelles mesures le gouvernement a-t-il prises à la suite de ces réponses; f) les services consulaires du Canada ont-ils déjà rendu visite au prisonnier (soit directement, soit indirectement par l’entremise d’un tiers comme le Mouvement du Croissant-Rouge ou la Croix-Rouge); g) si les services consulaires du Canada n’ont pas rendu visite au prisonnier, pourquoi ne l’ont-ils pas fait?
L'hon. Lynne Yelich (ministre d’État (Affaires étrangères et consulaires), PCC):
    Monsieur le Président, en ce qui concerne les parties a) à f) de la question, le gouvernement, lorsqu’il traite les documents parlementaires, applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été communiqués, car il s’agissait de renseignements personnels et de renseignements qui risqueraient vraisemblablement de porter préjudice à la conduite des affaires internationales.
    Pour ce qui est de la partie a) de la question, le premier ministre du Canada et les principaux ministres du Cabinet ont soulevé le cas de M. Cecil auprès de leurs homologues.
    En ce qui a trait à la partie c) de la question, le gouvernement du Canada est activement engagé dans le cas de M. Cecil. Des hauts représentants ont soulevé le cas de M. Cecil à toutes les occasions possibles afin de s’assurer qu’il est en sécurité et qu’il est traité de manière équitable et respectueuse des lois locales et des normes internationales.
    En ce qui concerne la partie e) de la question, le gouvernement du Canada poursuit résolument ses efforts. Des hauts représentants ont saisi toutes les occasions appropriées pour soulever ce cas en exhortant le gouvernement de la Chine à autoriser l’accès consulaire à M. Cecil. Les agents consulaires du Canada continuent de déployer tous les efforts possibles pour visiter M. Cecil.
    Pour ce qui est de la partie f) de la question, le Canada demeure vivement préoccupé par le refus de la Chine de reconnaître la citoyenneté canadienne de M. Cecil ou de permettre à des agents consulaires de lui rendre visite. Les représentants du Canada continuent de demander au gouvernement de la Chine d’autoriser l’accès consulaire à M. Cecil. La Chine n’autorise pas la Croix-Rouge à visiter ses prisons.
    Enfin, en ce qui a trait à la partie g) de la question, le Canada demeure vivement préoccupé par le refus de la Chine de reconnaître la citoyenneté canadienne de M. Cecil ou de permettre à des agents consulaires de lui rendre visite. Les représentants du Canada continuent de demander au gouvernement de la Chine d’autoriser l’accès consulaire à M. Cecil.
Question no 800 --
M. Rodger Cuzner:
     En ce qui concerne les amendes et les sanctions imposées pour les violations de la Liste de numéros de télécommunication exclus depuis le 1er janvier 2010: a) quel est le nombre total et le montant total des sanctions administratives pécuniaires (SAP) qui ont été imposées; b) quel est le nombre total et le montant total des SAP qui ont été payées jusqu’à présent; c) combien de règlements négociés ont été conclus jusqu’à présent; d) quel est le nombre total et le montant total des règlements négociés pour lesquels il y a eu paiement; e) combien d’entreprises ont refusé de payer une SAP ou de conclure un règlement négocié; f) dans le cas de Pecon Software Ltd., (i) l’entreprise a-t-elle demandé une révision de l’amende, (ii) quel était le montant total de l’amende après révision, le cas échéant, (iii) l’entreprise a-t-elle demandé de négocier un règlement au sujet de l’amende, (iv) un règlement négocié a-t-il été conclu, (v) le cas échéant, quel était le montant total du règlement négocié, (vi) quel est le montant total de l’amende, le cas échéant, payé jusqu’à présent, (vii) l’entreprise a-t-elle refusé de payer l’amende ou de conclure un règlement négocié; g) dans le cas d’Avaneesh Software, (i) quelle a été la conclusion du comité d’examen des cas d’infraction, (ii) quel était le montant total de l’amende après la révision, le cas échéant, (iii) l’entreprise a-t-elle demandé de négocier un règlement au sujet de l’amende, (iv) un règlement négocié a-t-il été conclu, (v) le cas échéant, quel était le montant total du règlement négocié, (vi) quel est le montant total de l’amende, le cas échéant, payé jusqu’à présent, (vii) l’entreprise a-t-elle refusé de payer l’amende ou de conclure un règlement négocié?
M. Rick Dykstra (secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, PCC):
     Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question. depuis le 1er janvier 2010, le CRTC a émis 86 sanctions administratives pécuniaires, y compris les règlements négociés, pour une valeur de 4 499 800 $.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, depuis le 1er janvier 2010, le nombre total et la valeur en dollars des sanctions administratives pécuniaires qui ont été payées s’élèvent respectivement à 62 et 3 900 419 $.
    En ce qui a trait à la partie c) de la question, depuis le 1er janvier 2010, le CRTC a conclu 31 règlements négociés.
    En ce qui concerne la partie d) de la question, les 28 règlements négociés se sont traduits par le paiement intégral des sanctions administratives pécuniaires correspondantes, ce qui représente un total de 3 423 400 $.
    Pour ce qui est de la partie e) de la question, depuis le 1er janvier 2010, aucune entreprise n’a refusé de payer l’amende ou de négocier un règlement.
     En ce qui a trait à la partie f) de la question et l’amende de 495 000 $ imposée à Pecon Software Ltd., le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, le CRTC, a dressé un procès-verbal de violation le 2 octobre 2012. Afin de se conformer aux exigences de signification internationale, le CRTC a déposé les documents auprès du ministère du Droit et de la Justice, soit le Ministry of Law and Justice -- Central Authority, de l’Inde -- autorité centrale pour le service de documents extrajudiciaires. Le CRTC ne peut aller de l’avant avec ces questions, d’un point de vue juridique, avant que Pecon Software Ltd. n’ait reçu la signification. Conformément à la Convention relative à la signification et à la notification à l’étranger des actes judiciaires et extrajudiciaires en matière civile ou commerciale, l’autorité centrale indienne est tenue de fournir au CRTC un affidavit attestant qu’elle a légalement signifié les documents à Pecon Software Ltd.
    L’autorité centrale indienne a reçu les documents le 2 avril 2013. Le CRTC collabore maintenant avec le ministère du Droit et de la Justice, soit le Ministry of Law and Justice -- Central Authority, de l’Inde pour assurer la signification des documents à Pecon Software Ltd. Dès que le ministère indien aura attesté que les documents ont bien été signifiés, Pecon Software Ltd. aura 30 jours pour payer la pénalité ou présenter des observations au CRTC.
    Enfin, en ce qui concerne la partie g) de la question et l’amende de 12 000 $ imposée à Avaneesh Software, le CRTC a dressé un procès-verbal de violation le 2 octobre 2012, et Avaneesh Software a accepté la signification de l’avis et des documents d’accompagnement. Avaneesh Software a présenté des observations en vertu du paragraphe 72.07(2) de la Loi sur les télécommunications et un comité d’examen des violations et des révisions se réunira pour déterminer si les violations précisées dans l'avis de violation ont eu lieu ou si la sanction administrative pécuniaire doit être maintenue ou non. L’affaire n’a pas encore été examinée.
Question no 801 --
M. Charlie Angus:
     En ce qui concerne de l'information que possède le gouvernement sur les écoliers des réserves des Premières Nations qui ont participé au test provincial standardisé de numératie et de littératie: a) quelle méthodologie a-t-on employée pour déterminer les résultats; b) quel âge avaient les écoliers; c) quels sont les résultats en numératie et en littératie ventilés par réserve?
L’hon. Bernard Valcourt (ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, PCC):
    Monsieur le Président, en ce qui concerne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, AADNC, et son organisme spécial, Pétrole et gaz des Indiens du Canada, voici la réponse.
    Pour ce qui est de la partie a) de la question, les écoles des Premières Nations dans les réserves, qui sont couvertes par des organisations régionales des Premières Nations qui reçoivent du financement dans le cadre du Programme de réussite scolaire des étudiants des Premières Nations, le PRSEPN, sont tenues d’administrer à leurs étudiants des tests normalisés qui sont identiques à ceux dont se sert le ministère de l’Éducation provincial pertinent pour évaluer les résultats scolaires. Il incombe aux organisations régionales des Premières Nations de recueillir et d’analyser les résultats scolaires des étudiants et d’en rendre compte à AADNC.
    En ce qui concerne la partie b) de la question, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada ne recueille pas de données sur l’âge des étudiants soumis aux tests.
    Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, le Rapport ministériel sur le rendement de 2013 2014 d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada indique les pourcentages, ventilés par région, des étudiants et des étudiantes des Premières Nations qui ont: fréquenté une école dans une réserve couverte par une organisation régionale des Premières Nations qui a reçu du financement dans le cadre du Programme de réussite scolaire des étudiants des Premières Nations; participé aux tests provinciaux normalisés; et satisfait à la norme établie par la province pour ces tests.
    Affaires autochtones et Développement du Nord Canada ne procède pas à la collecte des données sur les résultats en numératie et en litératie ni à la ventilation de ces résultats par réserve.
Question no 802 --
M. Jack Harris:
     En ce qui concerne la mission de combat du Canada en Iraq, connue sous le nom d’opération IMPACT: a) quelles sont les heures de vol totales estimées pour la mission de six mois, ventilées par mois, pour chacun des appareils suivants, (i) CF-188 Hornets, (ii) CC-177 Globemaster, (iii) CC-130J Hercules, (iv) CP-140 Aurora, (v) CC-150T Polaris; b) quel est le total des coûts estimés par heure associés aux heures de vol pour chacun des appareils mentionnés précédemment; c) quel est le montant des frais additionnels associés au déploiement et au maintien de la mission aérienne en Irak, y compris les coûts totaux estimés pour les effectifs au Koweït et tous les coûts connexes pour la période de six mois?
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le ministère de la Défense nationale, le MDN, et les Forces armées canadiennes, les FAC, ont fourni au gouvernement une évaluation des heures de vol en vue d’influencer la prise de décisions liées à la mission. Toutefois, ces renseignements ne peuvent être communiqués en ce moment, car les heures de vol continuent de changer à mesure que se précisent la planification et les hypothèses opérationnelles, ainsi que les besoins de la coalition.
    En ce qui concerne les appareils correspondant aux éléments (i), (iv) et (v) de la partie a) de la question, au 25 novembre 2014, la Force opérationnelle aérienne – Irak a effectué 111 sorties: le chasseur CF 188 Hornet a servi à l’exécution de 72 sorties, l’avion CC-150T Polaris a servi à 21 sorties aux fins de ravitaillement de carburant en vol, ayant alors livré quelque 976 000 livres de carburant aux aéronefs de la coalition, et l’avion CP-140 Aurora a servi à l’exécution de 23 missions de reconnaissance.
    En ce qui concerne les appareils correspondant aux éléments (ii) et (iii) de la partie a) de la question, au 26 septembre 2014, les avions CC-177 Globemaster et CC-130J Hercules ont effectué 25 vols, livrant alors plus de 1 600 000 livres d’approvisionnements militaires, dont des armes légères, des munitions et de l’équipement ayant été donnés à l’Irak par les alliés contributeurs.
    D’autres renseignements sur les activités de l’Aviation royale canadienne dans le cadre de l’opération IMPACT se trouvent sur le site Web du MDN/des FAC, au http://www.forces.gc.ca/fr/operations-etranger-actuelles/op-impact.page.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, une estimation des coûts est une activité dynamique qui évolue à mesure que se précisent la planification et les besoins opérationnelles. Les estimations sont mises à jour régulièrement afin d’appuyer les travaux de planification et la prise de décisions. Pour cette raison, toute estimation donnée serait inexacte.
    Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, tous les éléments, les unités et les organismes qui jouent un rôle dans le cadre de l’opération IMPACT doivent comptabiliser les coûts supplémentaires et passer en charges les dépenses selon les directives financières publiées. De plus, ils doivent rendre compte des résultats par l’intermédiaire du processus d’examen des états financiers du ministère de la Défense nationale. Les coûts d’une mission sont rendus publics dans le cadre du processus parlementaire normal, y compris au moment de la publication du rapport ministériel sur le rendement annuel ou 90 jours après la fin de la mission.
Question no 803 --
M. Jack Harris:
     En ce qui concerne la mission de conseil et de soutien des Forces armées canadiennes en Irak annoncée le 5 septembre 2014: a) à combien estime-t-on les coûts totaux et différentiels de la mission; b) y a-t-il d’autres membres du personnel touchés par cette mission et, dans l’affirmative, combien; c) cette mission doit-elle prendre fin six mois après le 7 octobre 2014, date à laquelle la Chambre des communes a adopté la motion relative à la mission?
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les coûts d’une mission sont divulgués dans le cadre du processus parlementaire normal, y compris au moment de la publication du rapport ministériel sur le rendement annuel ou 90 jours après la fin de la mission. Une estimation des coûts est une activité dynamique qui évolue à mesure que se précisent la planification et les besoins opérationnelles. Les estimations sont mises à jour régulièrement afin d’appuyer les travaux de planification et la prise de décisions. Pour cette raison, toute estimation donnée serait inexacte.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, tel qu’il a été annoncé par le gouvernement du Canada, l’affectation d’au plus 69 militaires a été autorisée pour la mission de conseil et de soutien en Irak.
    Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, l’échéancier de la mission de conseil et de soutien en Irak des Forces armées canadiennes correspondra a celui qui a été indiqué dans la motion adoptée par la Chambre des communes visant la contribution des actifs militaires des Forces canadiennes à la lutte contre le groupe terroriste État islamique en Irak et au Levant, l’EIIL, et les terroristes alliés à l’EIIL.
Question no 809 --
Mme Rosane Doré Lefebvre:
     En ce qui concerne les transactions relatives à l'établissement carcéral Leclerc à Laval entre le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec: a) à combien s'élevaient les coûts de la transaction du pénitencier; b) à quel prix l'équipement pour la cuisine s'est-il vendu; c) à quel prix l'équipement pour la buanderie s'est-il vendu; d) est-ce que l'équipement pour le chauffage était compris dans la transaction et, le cas échéant, quels sont les détails du contrat de service pour le partage de l'équipement de chauffage avec le reste du complexe qui comprend les autres pénitenciers fédéraux?
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
    Monsieur le Président, Service correctionnel Canada a fourni la réponse suivante: la transaction relative à l’établissement Leclerc n’est pas une de vente de bien immobilier, mais bien un bail de location d’une durée de 10 ans effectif le 1 avril 2014, avec une option de renouvellement de cinq ans.
    Lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique les principes de la Loi sur l’accès à l’information. À ce titre, les détails de la transaction sont protégés en vertu de ces principes puisque les renseignements ont été obtenus à titre confidentiel de la part du gouvernement d’une province. Afin de déterminer si ces renseignements peuvent être divulgués, des consultations avec le gouvernement provincial du Québec sont nécessaires et ces consultations ne peuvent pas être achevées dans le délai prévu.
Question no 810 --
M. Mathieu Ravignat:
     En ce qui concerne Services partagés Canada: a) quelle a été l'intention de la privatisation des services de courriel; b) quelles sont les conséquences de cette privatisation en ce qui a trait (i) aux emplois de la fonction publique, (ii) aux pertes possibles de ces emplois, (iii) à la fiabilité des services de courriel pour les employés des services partagés, (iv) à la confidentialité et à la sécurité de ces services de courriel, (v) aux économies ou aux pertes associées à ces modifications aux services de courriel?
L'hon. Diane Finley (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la question a), l’Initiative de transformation des services de courriel, l’ITSC, remplacera 63 systèmes de courriel actuels différents répartis dans 43 organisations, dans le cadre d'une approche « pangouvernementale », conformément à la stratégie du gouvernement visant à créer une infrastructure de technologie de l’information moderne, centralisée et sécuritaire et touchant plus de 375 000 employés. La décision de passer à une solution de services de courriel à l’échelle de l’organisation a été prise pour répondre aux exigences établies par le gouvernement du Canada, c’est-à-dire pour renforcer la sécurité, offrir un bon rapport qualité-prix et améliorer les services à la population canadienne.
    Pour ce qui est des parties (i) et (ii) de la question b), la décision de passer à une solution de services de courriel à l’échelle de l’organisation a été prise pour répondre aux exigences établies par le gouvernement du Canada, c’est-à-dire pour renforcer la sécurité, offrir un bon rapport qualité-prix et améliorer les services à la population canadienne.
    Lorsque Services partagés Canada, ou SPC, a été créé en août 2011, on estime qu’environ 360 employés de la fonction publique s’occupaient des services de courriel de 63 systèmes de courriel. Il y a actuellement environ 140 employés de la fonction publique qui s’occupent des systèmes de courriel existants et qui travaillent à mettre en œuvre un seul système moderne et centralisé pour le gouvernement du Canada.
    Tout au long de la mise en œuvre du projet de centralisation, certains employés qui travaillaient au soutien des systèmes de courriel ministériels actuels ont été réaffectés à d’autres activités de transformation au sein de SPC ou ont accepté des postes à l’extérieur du ministère. D’autres employés continueront de travailler au soutien des systèmes de courriel actuels jusqu’à la fin de la transition au système moderne et centralisé. Ils seront, par la suite, assignés à d’autres postes. SPC s’est engagé à appuyer les employés tout au long de ce processus de transformation et à les aider à perfectionner les compétences dont ils ont besoin pour répondre à l’évolution des exigences gouvernementales. Pour ce faire, SPC a mis en œuvre une stratégie de gestion de l’effectif élaborée au début du projet de l’ITSC et approuvée par SPC et les agents négociateurs.
    En ce qui a trait à la partie (iii) de la question b), l’adoption d’un système de courriel unique et intégré permettra de réduire la diversité, le chevauchement et la complexité des services de courriels, d’accroître l’accessibilité, ainsi que d’améliorer la façon dont les fonctionnaires assurent la prestation des programmes destinés aux citoyens et aux entreprises du Canada. Afin d’assurer la fiabilité et une meilleure gestion et d’accroître la surveillance et la protection du système de courriel, un logiciel à la fine pointe contre les virus et les pourriels sera utilisé pour l’inspection de tous les courriels entrant dans le système. Le serveur de messagerie sera hébergé dans des installations sécurisées afin d’assurer une grande disponibilité et une capacité élevée de récupération des données, conformément aux politiques et aux procédures gouvernementales. Le projet de l’ITSC est en cours de déploiement par vague dans tout le gouvernement du Canada, en commençant par SPC, pour assurer que la solution fonctionne et qu’elle est sécuritaire.
    En réponse à la partie (iv) de la question de la question b), le renforcement de la sécurité des courriels est un élément essentiel du nouveau service de courriel, qui comprendra l’intégration de caractéristiques de sécurité à jour dans sa conception, sa construction et son fonctionnement. SPC s’est engagé à protéger l’information et la confidentialité des données que détient le gouvernement du Canada.
    En ce qui a trait à tous les services, incluant le nouveau système de courriel intégré, l’architecture de sécurité de SPC repose sur une approche comportant une série de mesures de contrôle en matière de protection de l’information. SPC continuera de collaborer avec ses partenaires pour s’assurer que l’équipement provient de fournisseurs fiables et que les services satisfont aux normes de sécurité du gouvernement du Canada.
    En ce qui concerne la partie v) de la question (b), le gouvernement du Canada réalisera des économies de 50 millions de dollars par année à compter de 2015-2016, grâce à la normalisation et au regroupement des services de courriel en une seule solution.
Question no 815 --
L'hon. Scott Brison:
     En ce qui concerne toutes les dépenses prévues dans chacun des budgets ou des projets de loi d’exécution du budget depuis l'exercice 2006-2007 inclusivement: a) le ministère des Finances a-t-il fait une analyse de l’impact des dépenses; b) si la réponse à la question posée en a) est affirmative, quels sont la date, le nom et le numéro de tout dossier faisant partie de cette analyse; c) le ministère des Finances s’est-il fondé sur une analyse de l’impact économique réalisée par tout organisme extérieur au gouvernement; d) si la réponse à la question posée en c) est affirmative, (i) quelles organisations ont analysé la mesure, (ii) quels sont la date, le nom et le numéro de tout dossier obtenu de l’organisation en cause qui fait partie de cette analyse?
M. Andrew Saxton (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, PCC):
     Monsieur le Président, en réponse à la question a), le ministère effectue une analyse générale de chaque mesure présentée dans le budget et des lois budgétaires sur des éléments qui comprennent la conception proposée des programmes, l’efficacité des programmes, les questions administratives et les répercussions économiques générales. Le ministère n’a pas l’habitude d’établir des estimations précises de l’incidence de chaque mesure sur l’emploi.
    Pour ce qui est de la question b), lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été communiqués, car il s’agissait de renseignements confidentiels du Conseil privé de la Reine pour le Canada.
    En ce qui concerne la question c), le ministère tient compte d’analyses provenant d’organisations externes dans le cadre de l’évaluation des propositions.
    Quant à la question d), lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été communiqués, car il s’agissait de renseignements confidentiels du Conseil privé de la Reine pour le Canada.
Question no 819 --
Mme Peggy Nash:
     En ce qui concerne Postes Canada: a) quels sont les détails du plan de redressement en cinq points destiné à remettre Postes Canada sur la voie de la viabilité financière d’ici 2020; b) quel est le montant du budget annuel consacré aux campagnes de publicité, ventilé par (i) média, (ii) région, (iii) produit ou secteur de services, (iv) toute autre catégorie interne additionnelle non incluse dans la présente question; c) quels sont les paramètres internes utilisés pour évaluer la réussite de toute publicité visée en b); d) quel est le coût de toute campagne de publicité en b) pour (i) l’exercice 2012-2013, (ii) l’exercice 2013-2014, (iii) depuis le début de l’exercice 2014-2015?
L'hon. Lisa Raitt (ministre des Transports, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le Plan d’action en cinq points de Postes Canada est disponible à l’adresse suivante: https://www.canadapost.ca/cpo/mc/assets/pdf/aboutus/5_fr.pdf
    En réponse aux parties b), c) et d), les renseignements demandés sont de nature financière et commerciale et ont toujours été traités comme étant des données confidentielles.
Question no 822 --
M. Philip Toone:
     En ce qui concerne les prestations d’assurance-emploi: a) quels sont les montants des prestations d’assurance-emploi versés au Québec depuis l’exercice 2010-2011 à l’exercice en cours, ventilés par (i) années, (ii) régions économiques, (iii) circonscriptions électorales, (iv) municipalités régionales de comté (MRC) ou le niveau le plus précis disponible; b) quel est le nombre de prestataires au Québec depuis l’exercice 2010-2011 à l’exercice en cours, ventilé par (i) années, (ii) régions économiques, (iii) circonscriptions électorales, (iv) MRC ou le niveau le plus précis disponible; c) si les renseignements demandés en a) et b) ne sont pas disponibles, pourquoi est-ce le cas?
M. Scott Armstrong (secrétaire parlementaire du ministre de l'Emploi et du Développement social, PCC):
    Monsieur le Président, le montant des prestations régulières d’assurance-emploi versées au titre de la partie I de la Loi sur l’assurance-emploi et le nombre de prestataires d’assurance-emploi, soit le nombre de nouvelles demandes à l’égard desquelles au moins un dollar a été versé en prestations régulières d’assurance-emploi, sont disponibles par province et région économique de l’assurance-emploi et par année jusqu’en 2012-2013. L’annexe 2.5 du Rapport de contrôle et d’évaluation de l’assurance-emploi 2012-2013 fournit cette information. Le rapport est accessible sur Internet à l’adresse http://www.edsc.gc.ca/fr/rapports/assurance_emploi/controle2013/annexe2.page.
     Le programme d’assurance-emploi est conçu et administré en fonction de 62 régions économiques de l’assurance-emploi. En conséquence, les données par circonscription électorale et MRC ne sont pas disponibles. Quant aux données pour l’année 2013-2014, elles seront disponibles au cours du premier trimestre de 2015.
Question no 823 --
Mme Lysane Blanchette-Lamothe:
     En ce qui concerne la Politique d’intérêt public temporaire concernant les Tibétains qui vivent dans l’État indien d’Arunachal Pradesh du gouvernement: a) combien de fonds ont été consacrés à des recherches en vue de la mise en œuvre de ce programme de réinstallation; b) quel est le budget alloué à ce programme; c) combien de demandes de résidence permanente en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés ont été faites pour ce programme; d) combien de demandeurs ont été réinstallés?
L’hon. Chris Alexander (ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et b) de la question, cette politique publique a été mise en œuvre dans les niveaux de références existants de Citoyenneté et Immigration Canada, ou CIC, et avec le personnel existant. Il n'y a eu aucun fond affecté spécifiquement pour la recherche.
    En ce qui a trait à la partie c) de la question, au 26 novembre 2014, 517 demandes de résidence permanente avaient été reçues.
    Enfin, en ce qui concerne la partie d) de la question, au 26 novembre 2014, 197 personnes avaient été réinstallées.
Question no 824 --
M. Brian Masse:
     En ce qui concerne les travaux de construction menés de 2004-2005 à 2014-2015 inclusivement: a) combien ont coûté les échafaudages dans l’ensemble de la Cité parlementaire notamment pour (i) la préparation du bâtiment, (ii) la construction, (iii) l’entretien, (iv) l'ensemble du projet; b) combien ont coûté les échafaudages de l’édifice Paul Martin à Windsor (Ontario), notamment pour (i) la préparation du bâtiment, (ii) la construction, (iii) l’entretien, (iv) l'ensemble du projet?
L'hon. Diane Finley (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse aux parties a) et b) de la question, l’information sur les échafaudages pour la Cité parlementaire a été obtenue pour plusieurs projets étalés sur plusieurs années tandis que l’information sur les échafaudages pour l’édifice Paul Martin est comptabilisée comme un seul projet.
    Pour ce qui est de la partie a), le coût des échafaudages dans l’ensemble de la Cité parlementaire se répartit comme suit: 835 902,33 $ pour la préparation du bâtiment; 18 757 302,86 $ pour la construction; 1 733 470,72 $ pour l’entretien; et 21 326 675,91 $ pour l’ensemble du projet.
    En ce qui concerne la partie b), l'échafaudage a été installé sur le bâtiment Paul Martin en 2010. Les totaux répartis selon les coûts spécifiques énumérés dans la question sont les suivants: il n'y avait pas de coûts de préparation du bâtiment; 77 212 $ pour la construction; 407 931,90 $ pour l’entretien; et 538 750,15 $ pour l’ensemble du projet — 485 143,90 $, montant auquel des frais d'empiétement pour l'utilisation du trottoir public de 53 606,25 $ payés à la Ville de Windsor pour la période du 2 juillet 2014 au 1er juillet 2015 doivent être ajoutés pour un coût total de 538 750,15 $.
Question no 825 --
L'hon. Hedy Fry:
     En ce qui concerne la création du poste de président de l’Agence de la santé publique du Canada dans le projet de loi C-43, la loi d’exécution du budget: a) quels sont le nom, le titre, l’organisme ou l’affiliation des intervenants consultés en vue de la création de ce poste; b) quelles présentations, propositions ou recommandations les intervenants ont-ils faites pendant le processus de consultation avant la création du poste; c) à quelles dates, à quelles heures et à quels endroits les réunions tenues avec les personnes ou les organismes consultés avant la création du poste ont-elles eu lieu
L'hon. Rona Ambrose (ministre de la Santé, PCC):
    Monsieur le Président, les changements proposés à la structure organisationnelle de l’Agence de la santé publique du Canada visent à renforcer sa capacité de gestion interne et sa capacité en matière de santé publique. La distinction des responsabilités de la présidente de celles de l’administrateur en chef de la santé publique permettra d’améliorer la gestion interne de l’agence et permettra également à l’administrateur en chef de la santé publique de se concentrer sur les besoins importants des Canadiens en matière de santé publique. L’administrateur en chef de la santé publique conservera la responsabilité de communiquer avec les gouvernements, les organismes de la santé et le grand public, tant au Canada qu’à l’étranger, au sujet de questions liées à la santé publique. Cette nouvelle présidence permettra également de faire correspondre le leadership de l’agence avec celui d’autres organismes du portefeuille de la santé: l’Agence canadienne d’inspection des aliments aussi bien que les Instituts de recherche en santé du Canada sont dirigés par des présidents. Ces changements ont été proposés par l’administrateur en chef de la santé publique, le Dr Gregory Taylor, et recommandés par lui et par la présidente-désignée, Mme Krista Outhwaite.
    Dans le cadre du processus législatif, on a fait part des changements proposés aux parlementaires. On a discuté du projet de loi C-43 et on l’a débattu à la Chambre des Communes et au Sénat; celui-ci a été examiné en comité (Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie, Comité permanent des finances de la Chambre des Communes, Comité sénatorial permanent des finances nationales). Des témoins ont été invités à fournir leurs opinions sur le projet de loi et une étude détaillée, article par article, a été entreprise à la lumière des opinions exprimées.
    L’administrateur en chef de la santé publique a indiqué lors de ses comparutions qu’il appuyait les changements proposés car cela lui permettra de redéfinir son rôle, qui sera axé sur le traitement des questions de santé publique, la prestation de conseils judicieux, la collaboration avec tous les partenaires et la communication avec plusieurs intervenants clés, notamment la population canadienne.
    Par ailleurs, un président dévoué de l’Agence de la santé publique pourra assurer un leadership stratégique en politique et en gestion pour une organisation du secteur publique solide et à l’avant-garde. Le président, à titre d’administrateur général de l’agence, deviendra l’administrateur des comptes de l’agence et se concentrera sur plusieurs enjeux pour lesquels l’administrateur en chef de la santé publique était auparavant redevable, notamment les finances, la vérification, l’évaluation, la dotation, les langues officielles, les demandes d’accès à l’information et la protection des renseignements personnels. Il s’agit de fonctions importantes, qui doivent être prises en charge par un dirigeant de la fonction publique avec beaucoup d’expérience.
    Les changements permettront à l’administrateur en chef de la santé publique à vouer davantage de son temps aux enjeux de santé publique qui sont importants pour les Canadiens. On voit ce modèle organisationnel dans plusieurs provinces partout au Canada, ainsi qu’à l’échelle internationale.
Question no 829 --
L'hon. Judy Sgro:
     En ce qui concerne la décision de Citoyenneté et Immigration Canada d’interrompre le traitement des demandes de visa de ressortissants étrangers ayant séjourné dans un pays où, selon l’Organisation mondiale de la santé, la transmission du virus Ebola était généralisée et intense le vendredi 31 octobre 2014: a) quels sont les noms, titres, organisations ou affiliations de tous les intervenants consultés avant la prise de cette décision; b) quelles observations, propositions ou recommandations les intervenants ont-ils formulées pendant le processus de consultation; c) quels sont les dates, heures et lieux des réunions avec les personnes ou organismes consultés?
L’hon. Chris Alexander (ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, PCC):
    Monsieur le Président, le gouvernement du Canada a le devoir de veiller à ce que la sécurité des Canadiens revête une importance capitale lorsqu’il s’agit de déterminer l’admissibilité des étrangers. Dans les situations qui évoluent rapidement et dont les répercussions potentielles peuvent être très importantes — éventuellement la perte de vies, il est essentiel que le gouvernement prenne des mesures décisives pour protéger le bien être de ses citoyens.
    C’est pourquoi, le 31 octobre 2014, le gouvernement a annoncé des mesures de précaution pour protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens. Dans le cadre de ces nouvelles mesures, les visas de résidence temporaire seront accordés uniquement si l'agent est convaincu que le requérant n'a pas été dans un pays touché par l’Ébola dans les trois mois avant la finalisation de la demande. Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration a le pouvoir discrétionnaire d’autoriser ou non l’entrée au pays de personnes dont la présence ici est essentielle et dans l'intérêt des Canadiens.
    Citoyenneté et Immigration Canada, ou CIC, a consulté des partenaires au sein du gouvernement, y compris des représentants des portefeuilles de la Sécurité et de la Santé publique. L’Agence de la santé publique du Canada a une vaste expérience et une responsabilité importante en matière de santé publique -- cela inclut une relation de caractère consultatif avec l’Organisation mondiale de la santé, qui a été consultée quant à l’élaboration de ces nouvelles mesures. Le gouvernement a conseillé divers intervenants nationaux et internationaux, dont des représentants des gouvernements des pays touchés, au moment du déploiement.
Question no 832 --
M. Paul Dewar:
     En ce qui concerne le parrainage au titre de la catégorie du regroupement familial et l’alinéa 117(9)d) du Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés: a) combien de demandes de parrainage au titre de la catégorie du regroupement familial ont été rejetées par les agents des visas en vertu de ce Règlement depuis sa création en 2003; b) parmi les demandes rejetées, (i) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des conjoints, (ii) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des enfants, (iii) quelle est la répartition hommes-femmes des répondants; c) combien de répondants ont demandé une dispense des dispositions du Règlement afin de permettre à un membre de la famille visé par l’exclusion d’entrer au Canada pour des motifs d’ordre humanitaire en vertu de l’article 25 de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés; d) combien de demandes de dispense ont été accordées; e) parmi les demandes de dispense accordées, (i) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des conjoints, (ii) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des enfants, (iii) quelle est la répartition hommes-femmes des répondants; f) combien de demandes de dispense ont été rejetées; g) parmi les demandes de dispense rejetées, (i) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des conjoints, (ii) combien de membres de la famille visés par l’exclusion étaient des enfants, (iii) quelle est la répartition hommes-femmes des répondants?
L’hon. Chris Alexander (ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, PCC):
    Monsieur le Président, pour ce qui concerne la question a), depuis 2010, 1 200 demandes de résident permanent de la catégorie du regroupement familial ont été refusées, motifs de refus selon l’alinéa R117(9)d). Avant 2010, il était impossible de rendre compte des raisons de refus. Le Système mondial de la gestion des cas, le SMGC, qui a débuté en 2010 nous permet de rapporter le nombre de cas qui ont été refusés avec la raison de refus 117(9)d).
    En ce qui concerne les parties (i) et (ii) de la question b), Citoyenneté et Immigration Canada, ou CIC, ne consigne pas le niveau de détail demandé d'une manière systématique et ne peut donc pas fournir cette information.
    Pour ce qui est de la partie (iii) de la question b), sur les 1 200 demandeurs de la catégorie du regroupement familial déboutés en vertu de l’alinéa R117(9)d), 333 étaient des répondants féminins et 594 étaient des répondants masculins.
     En réponses aux questions c) à g), ces renseignements ne sont pas consignés dans le Système mondial de gestion des cas (SMGC) du ministère; par conséquent, CIC ne peut fournir le niveau de détail demandé.
Question no 833 --
M. Ryan Cleary:
     En ce qui concerne le ministère de la Défense nationale et la politique voulant que les députés ne puissent visiter une base régionale que lorsqu'elle est située dans leur circonscription: a) quand cette politique est-elle devenue une politique ministérielle officielle; b) quelles raisons ont été avancées pour établir cette politique; c) combien de demandes ont été refusées?
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
     Monsieur le Président, bien que le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes s’efforcent de maintenir un climat ouvert et accessible afin de favoriser les liens avec la population canadienne, cette approche est contrebalancée par la nécessité de limiter les visites aux bases militaires lorsque celles-ci perturbent les missions opérationnelles et les activités de sécurité essentielles. Une directive existe présentement sous forme d’ébauche, et attend d’être publiée dans les Directives et ordonnances administratives de la Défense. La position ministérielle est que les escadres et les bases des Forces armées canadiennes doivent, selon leur capacité, appuyer le travail des comités du cabinet, les commissions, ainsi que le travail de leurs propres députés et sénateurs. L’ébauche de cette directive reflète cette position.
     Le ministère de la Défense ne dispose pas d’un système centralisé de suivi concernant les visites aux bases militaires et ne peut pas ainsi rendre compte du nombre de demandes de visite aux bases militaires qui ont été refusées aux députés.
Question no 834 --
M. Ryan Cleary:
     En ce qui concerne Transports Canada et la circulation de navires-citernes dans la baie Placentia, à Terre-Neuve-et-Labrador: a) où est conservé l’équipement d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbure; b) quelle est la capacité de cet équipement; c) quel est le temps d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbure; d) y a-t-il du personnel sur appel pour intervenir dans un tel cas?
L'hon. Lisa Raitt (ministre des Transports, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada et les règlements et normes connexes exigent que les pollueurs potentiels maintiennent un niveau minimal de préparation en tout temps. Les installations de manutention d’hydrocarbures visées doivent conclure une entente avec un organisme d’intervention agréé qui maintient un niveau prescrit de préparation afin d’intervenir au nom du pollueur, en cas de déversement d’hydrocarbures.
    Il existe plusieurs dépôts d’équipement de lutte contre la pollution par les hydrocarbures dans la baie Placentia. Les installations de manutention d’hydrocarbures, comme North Atlantic Refining Limited et Newfoundland Transshipment Limited ont leur propre réserve d’équipement d’intervention en cas de déversement équivalent à 150 tonnes, étant donné qu’elles sont responsables d’intervenir en premier à la suite de leurs propres déversements.
    La Société d’intervention maritime, Est du Canada Ltée, ou SIMEC, l’organisme responsable d’intervenir en cas de déversement d’hydrocarbures provenant de navires dans ce secteur, conserve son équipement de lutte contre la pollution à sa base, dans le parc industriel Donovan à Mount Pearl, Terre Neuve et Labrador.
    La Garde côtière canadienne conserve également son équipement de lutte contre la pollution à sa base, dans le parc industriel Donovan à Mount Pearl, Terre-Neuve-et-Labrador.
    En réponse à la partie b) de la question, Transports Canada est l’organisme responsable du Régime canadien de préparation et d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures en milieu marin. Le régime a été établi en 1995 pour permettre à l’industrie d’intervenir à la suite de ses propres déversements d’au plus 10 00 tonnes, dans les délais et les conditions d’exploitation prescrits, dans les eaux canadiennes au sud du 60e parallèle de latitude nord. Le régime repose sur un partenariat entre le gouvernement et l’industrie. Il permet d’établir des normes rigoureuses pour les organismes d’intervention et les installations de manutention d’hydrocarbures, et de fixer des exigences en ce qui a trait à la capacité de préparation nationale.
    En ce qui concerne la partie c) de la question, un élément important du Régime canadien de préparation et d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures en milieu marin est lié aux ports désignés, dont chacun fait l’objet d’un secteur primaire de responsabilité. Par comparaison aux autres ports, des volumes plus importants d’hydrocarbures sont transférés de la côte à un navire dans les ports désignés. Les risques connexes plus élevés exigent une capacité d’intervention plus concentrée. Ainsi, un port désigné présente des avantages sur le plan du délai et de la capacité d’intervention en cas de déversement. Holyrood et Come-by-Chance sont deux ports désignés de Terre Neuve et Labrador. Le temps nécessaire pour déployer l’équipement d’intervention dans un port désigné est de six heures.
    Pour ce qui est de la partie d) de la question, en vertu de la Partie 8 de la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada, les installations de manutention d’hydrocarbures et les navires prescrits doivent conclure une entente avec un organisme d’intervention, la SIMEC dans ce cas. Dans le cadre de son plan d’intervention, la SIMEC met à la disposition du pollueur ses services d’un personnel d’intervention en cas de déversement.
    De plus, les installations de manutention d’hydrocarbures ont, dans leur plan d’urgence en cas de pollution par les hydrocarbures, une liste de membres du personnel qui doivent être disponibles pour intervenir à la suite d’un déversement.
    La Garde côtière canadienne surveille l’intervention dans son ensemble pour assurer l’efficacité, la rapidité et la pertinence des mesures. Advenant le cas où le pollueur est inconnu, incapable d’intervenir ou non disposé à le faire, la Garde côtière canadienne devient le commandant sur place.
Question no 835 --
M. Ryan Cleary:
     En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans et la pêche vivrière à Terre-Neuve-et-Labrador: a) en quoi ont consisté les communications entre le bureau du Ministre et le Ministère à propos du prolongement de la pêche vivrière à l’automne 2014 à Terre-Neuve-et-Labrador; b) quelles étaient les raisons officielles données pour ce prolongement?
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les communications entre le ministère et mon bureau à propos du prolongement de la pêche récréative du poisson de fond à l’automne 2014 à Terre-Neuve-et-Labrador a porté notamment sur la préparation d’une note qui faisait état de la décision de prolonger la pêche.
    En ce qui concerne la partie b) de la question, officiellement, la prolongation résultait des mauvaises conditions météorologiques qui ont eu cours pendant la deuxième partie de la saison de pêche, soit du 20 au 28 septembre. Des préoccupations liées à la sécurité des pêcheurs récréatifs ont motivé ma décision de prolonger la pêche de trois jours.
Question no 836 --
L'hon. Irwin Cotler:
     En ce qui concerne les personnes nommées à la magistrature fédérale entre 1993 et 2014 inclusivement: a) par an, par province, par instance, (i) combien y en a-t-il eu, (ii) combien étaient des femmes, (iii) quel pourcentage étaient des femmes, (iv) combien indiquaient le français comme langue première, (v) quel pourcentage indiquaient le français comme langue première, (vi) combien étaient issues de minorités visibles, (vii) quel pourcentage étaient issus d’une minorité visible, (viii) combien étaient autochtones, membres d’une Première Nation ou métisses, (ix) quel pourcentage étaient autochtones, membres d’une Première Nation ou métisses; b) par an, combien de personnes ont été nommées aux comités consultatifs à la magistrature suivants ou, en cas de changement de nom, à leurs prédécesseurs, (i) Alberta, (ii) Colombie-Britannique, (iii) Manitoba, (iv), Nouveau-Brunswick, (v) Terre-Neuve-et-Labrador, (vi) Territoires du Nord-Ouest, (vii) Nouvelle-Écosse, (viii) Nunavut, (ix) Ontario, Est et Nord, (x) Ontario, région du Grand Toronto, (xi) Ontario, Ouest et Sud, (xii) Île-du-Prince-Édouard, (xiii) Québec, Est, (xiv) Québec, Ouest, (xv) Saskatchewan, (xvi) Yukon, (xvii) Cour fédérale du Canada; c) concernant les personnes nommées par le ministre de la Justice aux comités visés en b), par comité et par an, combien et quel pourcentage étaient des (i) femmes, (ii) francophones, (iii) autochtones, membres d’une Première Nation ou métisses, (iv) issues d’une minorité visible; d) combien a-t-on reçu de candidatures et, sur ce nombre, par comité et par an, combien provenaient (i) de femmes, (ii) de francophones, (iii) d’autochtones, membres d’une Première Nation ou métis, (iv) de personnes issues d’une minorité; e) par an, quel pourcentage des candidats ont été nommés par (i) sexe, (ii) langue première, (iii) appartenance à une minorité visible, (iv) appartenance à une Première Nation ou à l’identité autochtone ou métisse; f) par an et par comité consultatif, quel était le rapport femmes-hommes parmi les membres du comité et parmi les personnes nommées; g) de quelles façons les caractéristiques démographiques des personnes nommées étaient-elles mesurées, suivies et contrôlées; h) y avait-il des cibles, des quotas ou des principes à respecter concernant la diversité des membres des comités consultatifs; i) y avait-il des cibles, des quotas ou des principes à respecter concernant la diversité des personnes nommées à la magistrature; j) quelles mesures a-t-on prises pour assurer la diversité des membres des comités consultatifs; k) quels sont les documents susceptibles de corroborer la réponse donnée à j) avec numéro de référence, de contrôle ou d’accès; l) quelles mesures a-t-on prises pour assurer la diversité des personnes nommées à la magistrature; m) quels sont les documents susceptibles de corroborer la réponse donnée à l) avec numéro de référence, de contrôle ou d’accès; n) par an, quelles réunions le ministère ou le ministre a-t-il eues en vue d’assurer la diversité des membres des comités consultatifs; o) par an, quelles réunions le ministère ou le ministre a-t-il eues en vue d’assurer la diversité des personnes nommée à la magistrature; p) par premier ministre, combien de personnes ont été nommées à la Cour suprême du Canada; q) parmi les personnes visées en p), combien étaient des femmes; r) quelles mesures a-t-on prises pour assurer la parité des sexes à la Cour suprême du Canada; s) par an, combien de personnes ont été nommées à la (i) Cour fédérale, (ii) Cour d’appel fédérale, (iii) Cour canadienne de l’impôt ou à leurs prédécesseurs; t) parmi les personnes visées en s), combien étaient des (i) femmes, (ii) francophones, (iii) autochtones, membres d’une Première Nations ou métis, (iv) membres d’une minorité visible; u) parmi les candidats à chacun des postes à pourvoir visés en s), combien étaient des (i) femmes, (ii) francophones, (iii) autochtones, membres d’une Première Nation ou métis, (iv) membres d’une minorité visible; v) les femmes ont-elles statistiquement plus de chances d’être nommées à certaines cours qu’à d’autres et, si oui, comment s’explique la différence; w) les femmes ont-elles statistiquement moins de chances d’être nommées à certaines cours qu’à d’autres et, si oui, comment s’explique la différence; x) de quelles façons les chances pour l’autochtone, le membre d’une Première Nation ou le métis d’être nommé à la magistrature fédérale varient-elles; y) de quelles façons les chances pour le membre d’une minorité visible d’être nommé à la magistrature fédérale varient-elles; z) concernant les statistiques nécessaires pour répondre à x) et y), le gouvernement a-t-il mené des études quantitatives sur les liens entre les probabilités de nomination et les facteurs démographiques; aa) a-t-on mené des études sur les caractéristiques démographiques des personnes nommées à la magistrature fédérale; bb) a-t-on mené des études sur les caractéristiques des membres des groupes, conseils ou comités chargés des nominations judiciaires fédérales; cc) comment le pourcentage des candidats aux nominations judiciaires fédérales se compare-t-il à la population générale suivant (i) l’année, (ii) le sexe, (iii) l’appartenance à une minorité visible, (iv) l’appartenance à une Première Nation ou à l’identité autochtone ou métisse; dd) comment le pourcentage des personnes nommées à la magistrature fédérale se compare-t-il à la population générale suivant (i) l’année, (ii) le sexe, (iii) l’appartenance à une minorité visible, (iv) l’appartenance à une Première Nation ou à l’identité autochtone ou métisse; ee) comment le pourcentage des personnes nommées aux comités consultatifs à la magistrature se compare-t-il à la population générale suivant (i) l’année, (ii) le sexe, (iii) l’appartenance à une minorité visible, (iv) l’appartenance à une Première Nation ou à l’identité autochtone ou métisse; ff) pour chaque nomination judiciaire faite pendant la période, combien de temps s’est écoulé entre la date de vacance et la date de nomination, par cour; gg) quelles politiques, lignes directrices ou cibles y a-t-il concernant les délais de nomination aux postes de juges vacants; hh) pour chaque nomination faite pendant la période aux comités consultatifs à la magistrature, combien de temps s’est écoulé entre la date de vacance et la date de nomination, par comité; ii) quelles politiques, lignes directrices ou cibles y a-t-il concernant les délais de nomination aux postes de membres de comité consultatif vacants; jj) combien de temps s’est écoulé en moyenne entre la date de vacance et la date de nomination (i) par an, (ii) par cour; kk) comment expliquer que le temps qui s’écoule entre la date de vacance et la date de nomination varie; ll) quand il y a plusieurs postes à pourvoir en même temps, dans quel ordre les nominations se font-elles; mm) pour l’ensemble de la magistrature fédérale, quel est le pourcentage des vacances (i) par an, (ii) par cour; nn) y a-t-il des exigences concernant le délai de nomination aux postes vacants, par cour; oo) quelles sont les conséquences des vacances judiciaires dans la magistrature fédérale; pp) quelles études le gouvernement a-t-elle entreprises ou achevées concernant l’impact des vacances judiciaires; qq) quels paramètres le gouvernement emploie-t-il concernant les vacances judiciaires, (i) comment sont-ils contrôlés, (ii) à quelle fréquence, (iii) par qui, (iv) à quelle fin, (v) avec quelle obligation de rapports; rr) quels paramètres le gouvernement emploie-t-il concernant les nominations à la magistrature, (i) comment sont-ils contrôlés, (ii) à quelle fréquence, (iii) par qui, (iv) à quelle fin, (v) avec quelle obligation de rapports; ss) de quelles façons les processus de nomination à la magistrature fédérale ont-ils changé pendant la période visée?
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Justice et procureur général du Canada, PCC):
    Monsieur le Président, l’information demandée n’est pas facilement accessible et nécessiterait une recherche manuelle intensive de tous les documents. Il n’est donc pas possible de produire une réponse dans les délais prescrits.
Question no 837 --
M. Peter Julian:
     En ce qui concerne les preuves que le procureur général du Costa Rica demande au ministère de la Justice et qu’il mentionne dans sa déclaration du 3 octobre 2014: a) le ministre de la Justice ou son ministère ont-ils en leur possession des renseignements concernant une somme de 200 000 $ envoyée à la Fondation Arias pour la paix en 2008, et, dans l’affirmative, quels sont les détails relatifs à cette somme, y compris l’identité de l’expéditeur et la relation entre l’expéditeur et Infinito Gold, Ronald Mannix, la Norlien Foundation et Coril Holdings Ltd.; b) le ministère de la Justice a-t-il répondu aux questions que pose le procureur général du Costa Rica dans sa première lettre (08-000011-033-PE) du mardi 10 décembre 2013 et dans sa deuxième lettre (12-000124-621-PE) du mardi 4 février 2014, (i) si oui, quelle a été sa réponse, (ii) sinon, pourquoi n’y a-t-il pas répondu?
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Justice et procureur général du Canada, PCC):
    Monsieur le Président, les communications entre États étant confidentielles, le ministère de la Justice ne confirme ni n’infirme l’existence de demandes d’entraide, quelles qu’elles soient, d’autres pays.
Question no 839 --
M. Ryan Cleary:
     En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans et la Garde côtière canadienne: le Ministère a-t-il procédé à une évaluation du coût total que représenterait le pompage du pétrole du Manolis L, qui a coulé au large de Terre-Neuve en 1985?
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
    Monsieur le Président, le gouvernement du Canada et la Garde côtière canadienne demeurent engagés à protéger l'environnement contre les déversements d'hydrocarbures provenant des navires. Le gouvernement a clairement réaffirmé ce mandat grâce à la mise en œuvre actuelle d'un système de sécurité de classe mondiale pour les navires citernes.
    La Garde côtière canadienne a reçu de la part d'experts internationaux quelques conseils sur la meilleure façon d’aborder la situation du Manolis L depuis mars 2013. D'autres analyses et une collecte de données sont nécessaires afin d'éclairer le plus possible le processus décisionnel dans le cadre du plan de gestion du Manolis L. En décembre 2014, la Garde côtière canadienne a terminé avec succès une grande opération à réaliser sur l'épave du Manolis L. Cette opération incluait l'extraction du pétrole dans le batardeau, le remplacement de ce dernier par un nouveau batardeau et une inspection minutieuse de la coque. L'extraction du pétrole accumulé dans le batardeau s'est parfaitement bien déroulée, et des échantillons seront envoyés à Environnement Canada aux fins d'analyse.
    Aucune fuite de pétrole n'a été observée dans les environs. La Garde côtière canadienne entend retourner sur les lieux du Manolis L au printemps 2015 afin de procéder à la prochaine extraction du pétrole du batardeau.
    La Garde côtière canadienne, en collaboration avec ses partenaires fédéraux, Transports Canada et Environnement Canada, maintient la surveillance et la gestion du site. Si la situation change, le ministère prendra les mesures nécessaires pour en atténuer les risques.
Question no 844 --
Mme Joyce Murray:
     En ce qui concerne les bases et les stations militaires canadiennes au Canada et à l’étranger: depuis 2007, quel est a) le nom et la circonscription des députés qui les ont visitées; b) la date de la visite; c) le nom de la base ou de la station visitée; d) le but de la visite; e) le montant des coûts associés à la visite?
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
    Monsieur le Président, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes, les FAC, n’ont pas de mécanisme de suivi et de communication centralisé pour les visites des bases et des stations des FAC par les députés, aussi bien au Canada qu'à l'étranger. Par conséquent, le ministère et les FAC ne peuvent pas fournir les détails demandés dans les délais alloués.
Question no 845 --
Mme Mylène Freeman:
     En ce qui concerne le projet de loi C-10, Loi modifiant le Code criminel (contrebande de tabac): a) quelle est la répartition détaillée des coûts liés à la mise en application du projet de loi; b) quelles sont les mesures nécessaires à la mise en application du projet de loi; c) quelle est l’échéance pour la mise en application du projet de loi; d) sur le territoire mohawk de Kanehsatake, qui, selon le gouvernement, appliquera la loi après son entrée en vigueur et, plus précisément, le gouvernement prévoit-il qu’elle sera appliquée par (i) la Sureté du Québec, (ii) la GRC; e) sur le territoire mohawk de Kanehsatake, quels sont les coûts projetés par le gouvernement pour l’application de la loi après son entrée en vigueur; f) combien de résidents de Kanehsatake pourraient être visés par le projet de loi selon les projections du gouvernement; g) quelle quantité de tabac de contrebande le gouvernement s’attend-il à saisir à Kanehsatake; h) combien de revenus à Kanehsatake seront visés; i) comment le gouvernement prévoit-il que les résidents de Kanehsatake seront poursuivis en vertu de la loi après son entrée en vigueur?
L'hon. Steven Blaney (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, il n’est pas prévu que la mise en œuvre du projet de loi entraîne de nouveaux coûts.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, la Loi entrera en vigueur à la date fixée par décret du gouverneur en conseil. Dès son entrée en vigueur, elle fournit aux organismes d’application de la loi fédéraux et provinciaux un nouvel outil qui leur permet de déposer des accusations en vertu du Code criminel pour le trafic d’un grand volume de tabac de contrebande, soit 10 000 cigarettes ou plus ou 10 kg de tabac en feuilles ou tout autre produit du tabac).
    Dès l’entrée en vigueur du projet de loi, la GRC établira un processus de communication interne pour informer ses agents de première ligne au sujet de la nouvelle loi.
     En ce qui concerne la partie c) de la question, la Loi entrera en vigueur à la date fixée par décret du gouverneur en conseil.
    En réponse à la partie d) de la question, le Code criminel s’applique uniformément partout au Canada. La nouvelle infraction du Code criminel fournira à la GRC et à la Sûreté du Québec un nouvel outil pour lutter contre le trafic du tabac de contrebande. Le projet de loi permettra également la compétence concurrente, où le Bureau du directeur des poursuites pénales et les procureurs généraux des provinces partageraient le pouvoir d’intenter des poursuites relatives à la nouvelle infraction. Il n’est pas prévu que la mise en œuvre du projet de loi entraîne de nouveaux coûts.
     En ce qui a trait à la partie e) de la question, il n’est pas prévu que l’application du projet de loi entraîne de nouveaux coûts.
    Pour ce qui est de la partie f) de la question, il est reconnu que les réseaux du crime organisé exploitent les collectivités des Premières Nations ainsi que les relations politiques et les relations entre les administrations, les collectivités, les gouvernements et les organismes d’application de la loi.
    Le projet de loi C 10 vise les groupes du crime organisé qui mènent leurs opérations dans ces collectivités et qui font le trafic de grandes quantités de tabac de contrebande, ainsi que d’autres formes de criminalité grave, y compris le trafic d’armes et de drogues illicites.
     Au sujet de la partie g) de la question, le projet de loi C 10 fournit aux organismes d’application de la loi fédéraux et provinciaux un nouvel outil pour cibler les groupes du crime organisé qui sont impliqués dans le marché du tabac de contrebande.
    Les enquêtes fédérales menées par la GRC visent les réseaux criminels qui mènent des opérations illégales au Canada, sans égard à la marchandise illicite. Le résultat des éventuelles saisies de tabac de contrebande découlant du projet de loi C 10 n’est pas connu.
    À propos de la partie h) de la question, le projet de loi C 10 établit une nouvelle infraction au Code criminel pour aider à lutter contre le problème du trafic de tabac de contrebande. Il n’aura n’a aucune incidence sur le trafic légitime des produits du tabac, mais vise plutôt les groupes du crime organisé et leurs associés qui font le trafic de grandes quantités de tabac de contrebande.
    Enfin, en réponse à la partie i) de la question, dans le cadre du projet de loi, la peine maximale pour une première infraction est un emprisonnement de six mois sur déclaration de culpabilité par voie de procédure sommaire, et de cinq ans sur déclaration de culpabilité par mise en accusation. La décision d’opter pour des poursuites par voie de procédure sommaire pouvant mener à un emprisonnement de six mois ou par voie de mise en accusation pouvant mener à un emprisonnement de cinq ans est une question de pouvoir discrétionnaire.
    Le projet de loi impose également une peine d’emprisonnement minimale obligatoire de six mois à deux ans moins un jour pour une deuxième condamnation et les condamnations subséquentes.
Question no 846 --
Mme Megan Leslie:
     En ce qui concerne la Conférence des Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) tenue en mars 2013: a) pourquoi le gouvernement a-t-il formulé des réserves pour toutes les espèces ajoutées aux annexes I ou II de la réglementation sur le commerce d’espèces animales et végétales sauvages de la réunion de la Conférence des Parties plutôt que de les ajouter à l’annexe I du Règlement sur le commerce d’espèces animales et végétales sauvages du Canada; b) le gouvernement compte-il lever ces réserves et respecter son engagement à l’égard de la CITES et, le cas échéant, dans combien de temps le gouvernement compte-t-il lever ses réserves pour toutes les espèces qui ont bénéficié d’une protection accrue?
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de l’Environnement, ministre de l’Agence canadienne de développement économique du Nord et ministre du Conseil de l’Arctique, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le Canada appuie toutes les décisions prises à la 16e réunion et prend au sérieux tous les engagements pris à la Conférence des Parties à la CITES. La réserve formulée par le Canada concernant toutes les décisions d’inscription d’espèces prises à la 16e réunion de la Conférence des Parties à la CITES est temporaire et prise pour des raisons administratives et de procédure.
    Cette réserve a été exprimée par le Canada pour que celui-ci ne contrevienne pas aux obligations découlant de la CITES ainsi qu’aux procédures et aux politiques de droit conventionnel du Canada. La convention, rédigée en 1975, accorde un délai de 90 jours aux pays pour qu’ils mettent à jour leur réglementation. Le Canada, comme bon nombre d’autres parties à la convention, se voit dans l’impossibilité d’apporter les modifications réglementaires nécessaires dans un si court délai. Afin de ne pas contrevenir aux exigences du traité, le gouvernement du Canada a formulé une réserve temporaire jusqu’à ce que sa réglementation tienne compte des décisions d’inscription prises à la Conférence des Parties.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, oui, le Canada a la ferme intention de retirer sa réserve temporaire.
    Environnement Canada s’emploie activement à apporter toutes les modifications réglementaires à l’Annexe I du Règlement sur le commerce d’espèces animales et végétales sauvages afin que les modifications d'inscriptions adoptées à la 16e Conférence des Parties aient force de loi au Canada d’ici le printemps 2015. Une fois que ces modifications réglementaires auront été apportées, le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement demandera les autorisations nécessaires et retirera la réserve temporaire.
Question no 858 --
L'hon. John McCallum:
     En ce qui concerne Travaux publics et le mât de drapeau temporaire installé entre l’édifice de l’Ouest du Parlement et le parterre central : a) à quelle date le mât de drapeau temporaire a-t-il été d’abord installé; b) à quelles dates a-t-il été relocalisé; c) qui a exécuté chaque relocalisation; d) quels ont été les coûts reliés à chaque relocalisation?
L'hon. Diane Finley (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, à l’hiver 2011, le mât a été installé temporairement à l’extérieur de la zone de construction de l’édifice de l’Ouest pour remplacer le mât qui était sur l’édifice de l’Ouest avant le début des travaux majeurs.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, au cours de l’été 2014, la zone de construction du projet de réhabilitation de l’édifice de l’Ouest fut élargie pour des raisons de santé et de sécurité. La base et le mât en question ont donc été relocalisés au Sud-Est de l’édifice de l’Ouest. Ce mât vise à assurer la présence du drapeau sur l’Ouest de la Colline et la continuité du programme de distribution des drapeaux canadiens de la Colline du Parlement aux citoyens pendant la durée des travaux de réhabilitation.
     En ce qui a trait à la partie c) de la question, le relocalisation de l’hiver de 2011 a été effectuée par TPSGC et PCL Construction, et celle de l’été de 2014, par PCL Construction.
    Enfin, pour ce qui est de la partie d) de la question, à l’hiver de 2011, le coût total pour l’achat du mât et de son installation a été de 25 000$. De ce coût, 14 000$ ont servi à l’achat du mât ayant un fini d’aluminium brossé; 11 000$ ont servi à l’installation et à dresser un périmètre de sécurité. Le mât en question mesure 15.25 mètres et est conforme aux normes cérémoniales pour la Colline parlementaire.
    À l’été de 2014, 2 000$ ont servi à relocaliser la base, le mât en question et le périmètre de sécurité au Sud-Est de l’édifice de l’Ouest.
     Il est à noter que le coût de ces relocalisations est compris dans le budget approuvé du projet de réhabilitation de l’édifice de l’Ouest.
Question no 862 --
L'hon. Lawrence MacAulay:
     En ce qui concerne la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage : a) quels progrès ont été accomplis dans la poursuite des objectifs de la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage; b) la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage a-t-elle fait l’objet d’un examen du rendement depuis qu’elle a été annoncée en 2009, (i) dans l’affirmative, quelles sont les constatations d’un tel examen, (ii) pourquoi pas, (iii) dans la négative, qu’est-ce qui justifie le non-respect de l’obligation de soumettre la Politique à un examen indépendant après cinq ans; c) le gouvernement a-t-il formé un groupe de travail ou comité consultatif doté de l’autorité et des ressources nécessaires pour rencontrer les parties intéressées, examiner les renseignements pertinents et informer Pêches et Océans Canada des mesures requises pour augmenter les populations de saumon de la rivière Miramichi, (i) dans l’affirmative, quels sont les détails relatifs au groupe de travail ou comité consultatif, (ii) dans la négative, pourquoi pas?
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage a pour objet d'encadrer le processus décisionnel et l'établissement des priorités. L'avancement vers l'atteinte de ses buts est donc mesuré en plans, en investissements et en partenariats. Voici quelques exemples récents: la mise en place du Programme de partenariats relatifs à la conservation des pêches récréatives en 2013 et l’allocation de plus de 1 million de dollars à des groupes communautaires pour mener des projets de reconstruction et de restauration de l'habitat du saumon sauvage; le soutien de 53 projets en 2014 grâce au Fonds de dotation pour le saumon de l'Atlantique; des activités scientifiques permanentes visant à mener des décomptes rigoureux des montaisons de saumons, notamment en consacrant près de 65 000 heures, dans la seule année 2013, à des activités de surveillance et de mise en application; l’adoption de mesures supplémentaires de conservation du saumon en 2014, en particulier des réductions du nombre de prises pouvant être conservées par les pêcheurs récréatifs; et la défense de la pêche durable dans des organismes comme l'Organisation pour la conservation du saumon de l'Atlantique Nord.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, on a donc lancé une planification précoce visant l'examen, à compter de 2015, de la Politique de conservation du saumon atlantique sauvage. On prévoit ainsi présenter un plan de discussion et de commentaires pour la prochaine réunion du Conseil consultatif du saumon de l'Atlantique prévue au printemps ou à l'été 2015.
     Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, la création d'un comité consultatif ministériel sur le saumon de l'Atlantique, qui aidera à définir le plan d'action à mettre en œuvre pour réagir aux faibles montaisons de saumons de l'Atlantique sur la côte Est, a été annoncée le 18 décembre 2014. Ce comité, avec l'aide des fonctionnaires de Pêches et Océans Canada, se concentrera sur les points suivants : mesures de conservation et de mise en application, prédation, stratégie pour lutter contre la pêche étrangère non durable et certains domaines ciblés pour faire progresser la science.
Question no 870 --
L'hon. Mauril Bélanger:
     En ce qui concerne les observateurs canadiens envoyés par le gouvernement lors des dernières élections présidentielle et législative de la Tunisie: a) combien d’observateurs ont participé aux missions d'observation et quels sont leurs noms; b) par le biais de quelles organisations les observateurs ont-ils participé; c) quel processus de sélection a-t-on utilisé pour choisir les observateurs?
L'hon. John Baird (ministre des Affaires étrangères, PCC):
    Monsieur le Président, tel qu’annoncé le 26 octobre après les élections législatives en Tunisie, puis après les premier et deuxième tours de l'élection présidentielle, le Canada est heureux d'avoir appuyé le déploiement d’observateurs électoraux nationaux et internationaux. Ces observateurs électoraux ont contribué à renforcer la confiance de la population tunisienne dans le cadre de la première élection démocratique du pays, et à surveiller et produire des rapports sur le déroulement des élections afin de vérifier si celles-ci ont répondu aux règlements nationaux et aux normes et critères internationaux applicables aux élections démocratiques.
    En réponse à la partie a) de la question, les délégations comprenaient quatre observateurs canadiens lors des élections législatives et neuf observateurs canadiens lors de chacun des tours de l’élection présidentielle.
    Lors des élections législatives du 26 octobre 2014, les observateurs étaient Darrell Dexter, Elizabeth Weir, Eric Duhaime et Sylvia Thomson.
    Lors du premier tour de l’élection présidentielle du 23 novembre 2014, ces observateurs étaient Les Campbell, Olivia Chow, Paul Hong, Judy Wasylycia-Leis, Michael Ferrabee, Mathieu Jacques, Greg Lyle, David McLaughlin et Chris Yonke.
    Lors du second tour de l’élection présidentielle, le 21 décembre 2014, les observateurs étaient Les Campbell, l’honorable Ken Dryden, Darrell Dexter, Paul Hong, Greg Lyle, John MacDonell, l’honorable William Paul Robert Norris, Nathan Rotman et Chris Yonke.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, alors qu'un certain nombre d'organisations internationales ont envoyé des observateurs électoraux en Tunisie, le Canada a apporté un appui financier au National Democratic Institute, le NDI. Les observateurs canadiens susmentionnés faisaient partie de la délégation du NDI.
    En ce qui a trait à la partie c) de la question, l’organisation partenaire NDI s’est chargée du recrutement, de la sélection et du déploiement des observateurs grâce à son réseau mondial de spécialistes et de partenaires. Le NDI peut sélectionner des membres actuels et anciens de Parlements ou d’autres organes législatifs, des chefs d’État actuels et anciens, des représentants gouvernementaux actuels et anciens, des commissaires aux élections, des experts techniques et juridiques et des militants de la société civile.
    Le Canada soutient les énormes progrès réalisés en vue de l’établissement d’une Tunisie libre et démocratique, et continuera de soutenir la Tunisie dans ses efforts visant à renforcer la démocratie et à assurer un avenir prospère et sûr pour tous les Tunisiens.
Question no 871 --
M. Scott Simms:
     En ce qui concerne les serveurs, y compris les serveurs physiques et virtuels et les serveurs en nuage, que le gouvernement possède, exploite, partage ou utilise autrement, pour tous les protocoles et plateformes, répartis par ministère: a) quels système d’exploitation et version de noyau le serveur utilise-t-il, y compris, pour tous les systèmes fonctionnant sous Unix, les données de sortie de « uname -- a »; b) dans quel centre de données le serveur est-il situé; c) qui possède, offre et exploite le serveur; d) quel est l’objet du serveur; e) pour chaque service offert par le serveur, quel est le nom, le type, le logiciel et le protocole du service et quels sont ses ports d’écoute; f) quelles atteintes à la sécurité ont été détectées à l’égard de chaque service offert par le serveur, réparties selon (i) la nature de l’atteinte à la sécurité (élévation de privilège, rooting ou rootkits, paquets compromis, mots de passe compromis, vers, virus, programmes de Troie, dispositifs de stockage de données perdus, utilisation non autorisée de renseignements par des utilisateurs autorisés, etc.), (ii) les détails des renseignements obtenus sans autorisation, endommagés ou perdus, (iii) la classification et la désignation de l’atteinte et des renseignements compromis, (iv) les mesures prises afin de prévenir d’autres atteintes à la sécurité, (v) la date à laquelle l’atteinte à la sécurité a été détectée, (vi) la date à laquelle on croit ou sait que l’atteinte à la sécurité a eu lieu, (vii) la date à laquelle l’atteinte à la sécurité a été résolue; g) parmi les atteintes à la sécurité indiquées en f), quels sont les numéros des éléments de correspondance ou des dossiers du gouvernement relatifs à toutes atteintes à la sécurité, répartis selon (i) les numéros de dossiers pertinents, (ii) le type de correspondance ou de dossier, (iii) le sujet, (iv) la date, (v) l’objectif, (vi) l’auteur, (vii) le destinataire, les autres responsables en copie conforme ou concernés; h) à quelles dates ont été menées des évaluations de menaces ou de risques ayant touché ou concerné le serveur ou ses infrastructures connexes, les données stockées, l’utilisation ou un autre ministère?
L'hon. Diane Finley (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
    Monsieur le Président, Services partagés Canada, ou SPC, a été créé le 4 août 2011 en tant qu’organisme de services communs qui fournit des services d’infrastructure de technologie de l’information, ou TI, à d’autres ministères et agences du gouvernement fédéral. Son mandat est de regrouper, normaliser, transformer et fournir des services de courriels, de centres de données et de télécommunications à 43 ministères et organismes fédéraux.
    Pour des raisons de sécurité, SPC ne traite pas ou ne partage pas de renseignements relatifs aux serveurs du gouvernement du Canada.
    SPC est responsable d’assurer la confidentialité, l’intégrité et la disponibilité des renseignements traités ainsi que de l’infrastructure des TI, des systèmes et des services relevant de sa compétence et a également l’obligation de rendre compte. SPC ne publie pas de renseignements qui, s’ils étaient divulgués, risqueraient vraisemblablement d’être utilisés de façon malveillante contre les infrastructures de TI du gouvernement du Canada, tels que les renseignements relatifs aux serveurs, aux emplacements des centres de données, aux cyberattaques, aux tactiques actuelles, aux techniques et aux procédés utilisés pour défendre les infrastructures de TI du gouvernement du Canada.
Question no 872 --
M. Pat Martin:
     En ce qui concerne le gouvernement et la Commission canadienne du blé (CCB): a) le rapport annuel de 2011-2012 déclare que des dépenses ont été compensées par 177,3 millions de dollars en remboursements du gouvernement, qu’entend-on par cette déclaration; b) pour quelles dépenses les remboursements ont-ils été effectués; c) quels remboursements du gouvernement ont été faits au cours des exercices 2012-2013 et 2013-2014; d) quelles recettes de l’État ont été versées à la CCB pour chaque exercice et campagne agricole entre 2011 et 2014; e) quel était l’objectif de ces recettes; f) à quelles dates les 349 millions de dollars promis par le ministre de l’Agriculture en juin 2012 ont-ils été transférés à la CCB, et de quels montants étaient ces transferts; g) quelles études a effectuées le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire en ce qui concerne l’avenir de la CCB; h) quelles consultations publiques et privées ont été entreprises dans le dossier de la privatisation de la CCB en 2012, en 2013 et en 2014, (i) avec qui a-t-on tenu ces consultations, (ii) à quelles dates; i) quel est le montant total dû au gouvernement pour les ventes à crédit effectuées par la CCB; j) à quels clients étrangers ont été effectuées les ventes à crédit en cours; k) où en est le paiement des intérêts sur les ventes à crédit en cours; l) quel organisme indépendant ou gouvernemental recevra le montant des intérêts payés sur ces ventes à crédit?
L'hon. Gerry Ritz (ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, en prévision du financement du gouvernement des coûts de restructuration de la Commission canadienne du blé, la CCB, par l’entremise du programme des coûts de transition de la CCB, la commission est arrivée, selon ses estimations, à un montant de 177,3 millions de dollars en frais remboursables le 31 juillet 2012; ce montant a été comptabilisé dans ses états financiers.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, l’aide financière versée dans le cadre du PCT a servi à couvrir les dépenses de restructuration engagées durant l’exercice terminé le 31 juillet 2012 et décrites dans les états financiers de la CCB comme suit: perte liée aux immobilisations, aux installations et à l’équipement; perte de valeur des biens incorporels; indemnités de départ d’employés; et dépenses nettes liées à la réduction des régimes de pension et d’avantages postérieurs à l’emploi.
    En ce qui a trait aux parties c) et d) de la question, il convient d’aller consulter les Comptes publics du Canada.
     En ce qui concerne la partie e) de la question, ces dépenses du PCT de la CCB visaient à rembourser des coûts de transaction précis de la commission dans le cadre de sa transformation en organisation de commercialisation des grains à participation volontaire. L’aide relative aux coûts de transition permettra à la commission de se positionner comme une organisation de commercialisation viable pour les agriculteurs dans le marché libre du blé et de l’orge.
    Pour ce qui est de la partie f) de la question, ces montants ont été transférés au cours des exercices 2013-2014 et 2014-2015.
    En ce qui a trait à la partie g) de la question, AAC a procédé à une analyse économique d'une étude réalisée en juin 2008 par Informa Economics. Dans ce travail, Informa examinait de deux façons différentes les effets éventuels sur les agriculteurs d'un système de mise en marché ouvert pour le blé, le blé dur et l'orge dans l'Ouest du Canada.
     En ce qui concerne la partie h) de la question, les consultations avec les intervenants sont en cours depuis que le projet de loi C-18, Loi sur le libre choix des producteurs de grains en matière de commercialisation, a obtenu la sanction royale.
    Enfin, Pour ce qui est des parties i) à l) de la question, cess renseignements sont protégés en vertu de l’article 21.(1)e)(3) de la Loi sur la Commission canadienne du blé (activités en période intérimaire).
Question no 883 --
M. Robert Chisholm:
     En ce qui concerne l’assurance-emploi, le gouvernement a-t-il effectué des évaluations des réformes apportées en 2012 et, le cas échéant, (i) quels en sont les titres et les dates, (ii) le gouvernement les rendra-t-elles publiques?
M. Scott Armstrong (secrétaire parlementaire du ministre de l'Emploi et du Développement social, PCC):
    Monsieur le Président, en ce qui concerne le programme de l’assurance-emploi, l’AE, Emploi et Développement social Canada, EDSC, n’a pas encore effectué d’évaluations des réformes apportées en 2012.
    Le programme d’AE est évalué par le Rapport de contrôle et d’évaluation de l’assurance-emploi sur une base annuelle. La dernière version du rapport peut être consultée à l’adresse suivante: http://www.edsc.gc.ca/fr/rapports/assurance_emploi/controle2013/index.page.
Question no 885 --
Mme Chrystia Freeland:
     En ce qui concerne chaque question écrite inscrite au Feuilleton lors de la 41e législature pour lesquelles le gouvernement a déposé sa réponse à la Chambre des communes: a) à quelle date le Bureau du Conseil privé (BCP) a-t-il transmis la question accompagnée des instructions de réponse aux ministères et organismes compétents; b) à quelle date le ministère ou l’organisme a-t-il reçu et traité la demande de réponse; c) à quelle date le ministère ou l’organisme a-t-il envoyé chaque réponse au BCP; d) combien de jours le ministère ou l’organisme a-t-il mis à répondre à chaque question?
M. Tom Lukiwski (secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes, PCC):
     Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, durant la 41e législature, plus de 2 300 questions écrites ont été inscrites au Feuilleton. Le Bureau du Conseil privé analyse chaque question, et le cas échéant, fournit des conseils et des directives aux organismes désignés pour y répondre.
    Chaque attribution ou ensemble de directives est élaboré après la tenue de consultations avec les organismes visés. Comme il s’agit d’un processus itératif, les attributions et les directives varient au besoin. On ne tient pas compte des dates de ces modifications dans les systèmes du BCP. Pour produire une réponse, il faudrait effectuer une vaste recherche manuelle. Cela ne peut pas être fait dans le délai de réponse prescrit pour la présente question.
    Le BCP s’efforce d’attribuer les questions et de fournir des directives le plus tôt possible afin que les organismes aient le maximum de temps pour produire une réponse.
    En ce qui concerne la partie b) de la question, les organismes responsables de répondre à une question reçoivent un avis et des directives immédiatement après que le BCP ait attribué les questions.
    En ce qui a trait à la partie c) de la question, afin de produire une réponse, il faudrait effectuer une vaste recherche manuelle englobant plus de 2 300 questions écrites. Cette recherche ne peut pas être effectuée dans le délai prescrit pour répondre à cette question. En ce qui concerne les réponses exigées dans les 45 jours civils, le BCP encourage les organismes à envoyer leurs réponses au moins cinq jours ouvrables avant la date d’échéance.
    Pour ce qui est de la partie d) de la question, la date à laquelle chaque question écrite a été affichée sur l’avis, ainsi que la date de la réponse, se trouvent dans l’État des travaux de la Chambre, dans la section du site Web du Parlement du Canada. Il est à noter que lorsqu’un député demande une réponse dans les 45 jours ouvrables, le délai de réponse n’est fixé que lorsque la question est inscrite au Feuilleton.
    Pour la 1re session de la 41e législature, on trouve ces informations à l’adresse suivante: http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Pub=status&Mode=1&Parl=41&Ses=1&File=12&Language=F.
    Pour la 2e session de la 41e législature, on trouve ces informations à l’adresse suivante: http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?Pub=status&Mode=1&Parl=41&Ses=2&File=12&Language=F.
Question no 886 --
Mme Chrystia Freeland:
     En ce qui concerne le carnet de route à usage personnel des véhicules de fonction des ministres: pour chaque exercice depuis 2011-2012, a) quel est le nombre total d’entrées pour chaque véhicule de fonction; b) quelle est la date, l’heure et la longueur de chaque entrée; c) quelle est la description, s’il y en a une, du déplacement à chaque entrée; d) quelle est l’identité, si elle est précisée, du membre de la famille ou du ménage qui était au volant pour chaque entrée; e) quel est le nombre total des kilomètres parcourus à des fins personnelles?
M. Paul Calandra (secrétaire parlementaire du premier ministre et pour les Affaires intergouvernementales, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse aux parties a) à d) de la question, le Bureau du Conseil privé, le BCP, n’a pas d’information au sujet des carnets de route à usage personnel des véhicules de fonction des ministres pour chaque exercice depuis 2011-2012. Lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Certains renseignements n’ont pas été fournis, car leur divulgation pourrait compromettre la sécurité de représentants du gouvernement ou de membres de leur famille.
Question no 889 --
Mme Libby Davies:
     En ce qui concerne Santé Canada et les pénuries de médicaments: a) quel est le taux de conformité au système volontaire de déclaration des pénuries de médicaments; b) quelles communications le ministère a-t-il reçu des professionnels de la santé, des pharmaciens, des patients et des soignants au sujet des pénuries de médicaments; c) qu'a fait le gouvernement en réponse à ces préoccupations?
L'hon. Rona Ambrose (ministre de la Santé, PCC):
     Monsieur le Président, le système actuel de déclaration des pénuries de médicaments, www.penuriesdemedicaments.ca, a été lancé en mars 2012 par les associations de l'industrie en réponse aux appels de la ministre de la Santé. Ce site Web de déclaration financé et administré par l'industrie permet aux fabricants et importateurs de médicaments de produire des avis de pénuries et d'abandons de médicaments au public. En date du mois de novembre 2014, plus de 1 000 pénuries et abandons ont été déclarés publiquement sur le site Web par les sociétés pharmaceutiques.
    Il est essentiel de communiquer des renseignements opportuns, complets et fiables sur les pénuries de médicaments pour assurer la santé et la sécurité des Canadiens. On a rappelé à plusieurs reprises aux sociétés pharmaceutiques que le gouvernement fédéral s'attendait à ce qu'elles communiquent des avis publics sur toutes les pénuries de médicaments. Santé Canada publie également publiquement des lettres de non-conformité destinées aux sociétés pharmaceutiques qui ne fournissent pas d'avis de pénuries de médicaments prévues ou réelles. Ces lettres sont affichées publiquement sur le site Web de Santé Canada dans le cadre des efforts continus du ministère visant à améliorer la transparence et la responsabilisation des fournisseurs de médicaments à l'égard des pénuries et des abandons de médicaments.
    Les efforts de Santé Canada en vue de remédier aux pénuries de médicaments et plus particulièrement d'améliorer la communication d'avis en matière de pénuries, profitent nettement de la participation directe des intervenants clés, qui comprennent notamment les fournisseurs de soins de santé, les pharmaciens et les groupes de patients. De mai à juillet 2014, Santé Canada a dirigé de vastes consultations sur le système de signalement volontaire, et sur l'adéquation et l'efficacité pour les patients canadiens et les professionnels de la santé d'une approche volontaire ou obligatoire de la communication d'avis. Des commentaires directs ont été reçus du public canadien, et d'une large gamme d'intervenants, y compris les provinces et les territoires, les défenseurs des patients et consommateurs, les professionnels de la santé, les autorités régionales de santé, les sociétés pharmaceutiques, les organismes de groupements d'achats, les distributeurs, les grossistes, les importateurs et les homologues internationaux. À présent que les consultations sont achevées, Santé Canada analyse les conclusions et évalue les possibilités d'amélioration du signalement des pénuries de médicaments au Canada, afin que les Canadiens aient accès aux renseignements opportuns, complets et fiables dont ils ont besoin.
    Santé Canada copréside le Comité directeur multilatéral sur les pénuries de médicaments, le CDM, avec la Colombie-Britannique. Ce comité réunit des représentants des gouvernements provinciaux et territoriaux, ainsi que de l’industrie, des organismes de groupement d’achats, des distributeurs et des associations de professionnels de santé pour qu’ils participent à l’élaboration d’une approche plus rigoureuse et coordonnée pour faire face aux pénuries de médicaments. Cette approche cohérente et collaborative reconnaît que tous les niveaux de gouvernement et l’ensemble des intervenants du système de santé jouent des rôles distincts et essentiels pour remédier aux pénuries de médicaments. En s'appuyant sur les commentaires fournis par les fournisseurs de soins de santé, les pharmaciens, les patients et les autres intervenants clés, le CDM a réalisé à ce jour des progrès considérables, y compris l'amélioration de la coordination des pénuries réelles et l'élaboration d'outils concrets tels que le Protocole pour la divulgation et la communication des pénuries de médicaments et la Boîte à outils multilatérale du CDM, annoncés en septembre 2013. Le CDM poursuit sur cette lancée tout en se concentrant sur les causes sous-jacentes et la prévention des pénuries de médicaments.
    Santé Canada continuera de travailler avec tous les intervenants clés dans l'ensemble du système d'approvisionnement en médicaments et de soins de santé, y compris les groupes de fournisseurs de soins, afin de faire avancer des mesures concrètes qui améliorent la communication, la gestion et la prévention des pénuries de médicaments.
    Comme il a été communiqué de façon uniforme, le gouvernement est ouvert à l’idée de l’établissement d’un système de déclaration obligatoire, si requis, en particulier si cela aidera les patients.
Question no 891 --
L'hon. Stéphane Dion:
     En ce qui concerne la publicité entourant la Prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE): a) quels montants ont été consacrés à ces annonces, ventilés par (i) la télévision, (ii) la radio, (iii) Internet; b) quels sont les numéros de suivi internes de tous les documents, communications ou notes d’information relatifs à la publicité sur la PUGE, selon qu’ils ont été produits (i) avant la diffusion de l’annonce, (ii) après la diffusion de l’annonce?
M. Andrew Saxton (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la composante relative à la Prestation universelle pour la garde d’enfants s’inscrit dans le cadre d’une campagne élargie, laquelle met en relief divers avantages proposés visant à aider les familles canadiennes à conserver une plus grande part de leur argent. Parmi ces avantages, on retrouve la nouvelle baisse d’impôt pour les familles, le doublement du crédit d’impôt pour la condition physique des enfants et l’augmentation de la déduction pour frais de garde d’enfants. Par contre, à l’heure actuelle, le ministère n’est pas en mesure de déterminer le coût final de cette campagne, étant donné que toutes les factures n’ont pas encore été reçues, vérifiées et payées. Tous les frais de publicité seront publiés dans le rapport annuel sur la publicité à l’adresse suivante: http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-fra.html.
    Pour ce qui est de la partie b)(i) de la question, il s’agit de ADV#1415-0040/1415-0167/1415-0176/ 1415 0208/1415-0200.
     La partie b)(ii) de la question, quant à elle, est sans objet.
Question no 911 --
Mme Charmaine Borg:
     En ce qui concerne le bien n° 06872 du Répertoire des biens immobiliers fédéraux, aussi appelé ancien champ de tir Saint-Maurice: a) est-ce que le Ministère de la Défense nationale a évalué le coût total associé à la décontamination du site n° 00008471 de l’Inventaire des sites contaminés fédéraux; b) à combien se chiffre le coût total de décontamination du site identifié en a)?
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
    Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le ministère de la Défense nationale a évalué le coût associé à la décontamination du site n° 00008471, qui est situé sur la propriété n° 06872.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, lorsqu'il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique les principes de la Loi sur l'accès à l'information. Cette information ne peut être communiquée, car elle concerne des intérêts économiques du Canada et d’institutions fédérales.
Question no 915 --
M. Marc Garneau:
     En ce qui concerne la participation du Canada en Iraq depuis septembre 2014: quels sont les coûts directs, ventilées par ministère ou organisme payeur, qui ont été engagés et qui sont prévus d’ici la fin de l’exercice en cours relativement a) au déploiement des Forces canadiennes; b) au déploiement de F-18 canadiens; c) à d’autres dépenses?
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Défense nationale, PCC):
    Monsieur le Président, tous les unités, organisations et autres services du ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes qui sont engagés en Irak sont tenus de comptabiliser les coûts différentiels et d’imputer les dépenses se rattachant à leurs tâches conformément aux directives financières publiées, et de faire rapport des résultats selon le processus d’examen financier du ministère de la Défense nationale.
    Les coûts d’une mission peuvent être obtenus par le processus parlementaire habituel, y compris au moment de la publication du Rapport annuel sur le rendement ou 90 jours après la fin de la mission.
    Une estimation des coûts est une activité dynamique qui évolue à mesure que se précisent la planification et les besoins opérationnels. Les estimations sont mises à jour régulièrement afin d’appuyer les travaux de planification et la prise de décisions. Pour cette raison, toute estimation donnée serait inexacte.
Question no 919 --
Mme Judy Foote:
     En ce qui concerne le Régime de soins de santé de la fonction publique pour les retraités: a) combien de cotisants au régime font ou en ont fait partie (i) de la fonction publique fédérale, (ii) de la GRC, (iii) des Forces canadiennes, (iv) de la clientèle des Anciens Combattants; b) quel sera le taux de cotisation des retraités pour la protection supplémentaire d’une personne seule au (i) 1er avril 2014, (ii) 1er avril 2015, (iii) 1er avril 2016, (iv) 1er avril 2017, (v) 1er avril 2018?
L'hon. Tony Clement (président du Conseil du Trésor, PCC):
    Monsieur le Président, en gérant le régime fédéral d’avantages sociaux de façon abordable, viable et équitable, tant pour les membres du régime que pour les contribuables Canadiens, le gouvernement du Canada a indiqué dans son Plan d’action économique de 2013 qu’il examinerait la rémunération totale des employés ainsi que les avantages offerts aux retraités afin d’aligner ces avantages sociaux à ceux offerts par les employeurs dans les secteurs publics et privés. Le gouvernement a travaillé et consulté les intervenants clés, incluant les représentants des participants retraités, et est arrivé à une entente négociée avec les représentants des participants retraités et les syndicats de la fonction publique fédérale.
    Le régime de soins de santé du gouvernement est un programme volontaire auquel les participants retraités peuvent adhérer s’ils le désirent. Un tel choix est un privilège. Les avantages sociaux du régime sont généreux et la couverture du régime inclut des lits d’hôpitaux et matelas thérapeutiques, les prothèses auditives, des services de psychologues et 15 000 dollars par année en services infirmiers. Les employés à la retraite peuvent choisir le régime du gouvernement ou se joindre à tout autre régime au pays également offert aux Canadiens et ayant les mêmes avantages. Il est à noter que la prestation aux travailleurs retraités d’un régime de santé et d’avantages sociaux est l’exception plutôt que la règle au Canada. La plupart des employeurs au Canada des secteurs publics et privés ne donnent pas de soins de santé aux employés après leur retraite car des régimes alternatifs sont disponibles.
    Avant, les coûts du régime fédéral étaient subventionnés par les contribuables Canadiens, alors que les retraités payaient 25% des frais du régime et les contribuables Canadiens, 75% de ces frais. À partir des résultats des négociations, les coûts du régime volontaire de protection supplémentaire seront partagés également entre les retraités et les contribuables Canadiens. Les contribuables Canadiens devraient être au courant des avantages et bénéfices de soins de santé qu’ils subventionnent et qui font partie de l’éventail des avantages sociaux et soins de santé des fonctionnaires fédéraux. Il convient de noter que l’entente négociée ne s’applique pas aux retraités à faible revenu, ces retraités n’étant pas assujettis aux dispositions de partage égal des frais du régime de 50:50.
    En réponse à la partie a) de la question, voici une ventilation de la participation des employés à la retraite qui adhèrent au Régime de soins de santé de la fonction publique, le RSSFP, en date du 30 novembre 2014: d’abord, la fonction publique fédérale — d’après le nombre de participants à la retraite qui reçoivent une pension en vertu de la Loi sur la pension de la fonction publique —: 205 843; la Gendarmerie royale du Canada — d’après le nombre de participants à la retraite qui reçoivent une pension en vertu de la Loi sur la pension de retraite de la Gendarmerie royale du Canada —: 16 171; les Forces armées canadiennes — d’après le nombre de participants à la retraite qui reçoivent une pension en vertu de la Loi sur la pension de retraite des Forces canadiennes —: 80 469; et le groupe de clients d’Anciens Combattants Canada: 2 179.
    Pour ce qui est de la partie b) de la question, le taux de contribution des participants à la retraite sans personne à charge ayant une couverture complémentaire, bien que les taux n’aient pas été réajustés, se trouve au lien suivant: http://www.njc-cnm.gc.ca/directive/index.php?hl=1&lang=fra&merge=2&sid=87.
    Il existe toutefois une exception. Un nouveau taux d’allégement complémentaire pour les participants à la retraite qui adhèrent au RSSFP entrera en vigueur le 1er avril 2015 et sera affiché au lien noté ci-dessus dès le 30 janvier 2015. Cette nouvelle disposition sera uniquement offerte aux participants à la retraite qui auront adhéré au RSSFP le ou avant le 31 mars 2015. Elle exige qu’une demande soit présentée au service de pension propre au participant à la retraite. Après réception d’une demande, l’admissibilité est déterminée selon le montant du Supplément de revenu garanti, le SRG, versé au participant à la retraite ou selon que le participant reçoit un montant de revenu individuel ou combiné inférieur au seuil du SRG en vigueur à la date de réception de la demande.
    Les taux de contribution d’un participant à la retraite sans personne à charge ayant droit au taux d’allégement complémentaire qui entrera en vigueur le 1er avril 2015 et sera affiché au lien noté ci-dessus dès le 30 janvier 2015.
    Les taux de contribution sont calculés en fonction des résultats réels du régime. Par conséquent, les taux pour le 1er avril 2016, le 1er avril 2017 et le 1er avril 2018 n’ont pas encore été fixés. On prévoit que les taux pour le 1er avril 2016 seront fixés au début de l’année 2016. De même, on prévoit que les taux pour le 1er avril 2017 seront fixés au début de l’année 2017, et que les taux pour le 1er avril 2018 seront fixés au début de l'année 2018.
Question no 932 --
Mme Irene Mathyssen:
     En ce qui concerne Emploi et Développement social Canada: a) quelles dépenses ont été engagées depuis janvier 2013, notamment depuis le budget de 2013, pour donner suite à la promesse énoncée dans le discours du Trône de 2013 de renseigner les aînés sur des programmes et services gouvernementaux tels que la Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti, l’allocation et l’allocation au survivant, Régime de pensions du Canada, entre autres, et, dans chaque cas, (i) quels sont les fonds, subventions, prêts et garanties de prêt fournis, (ii) quel est le montant du financement, (iii) quel est le lieu et l’organisme ou groupe ayant reçu les fonds, (iv) quel sont les fins précises pour lesquelles les fonds ont été versés; b) quel mécanisme de surveillance a été mis en place pour garantir le financement afin de fournir de l’information aux aînés sur les programmes susmentionnés; c) quels plans détaillés le gouvernement a-t-il établis par écrit pour améliorer l’accès aux renseignements sur les programmes à l’intention des aînés dans le cas d’aînés qui dépendent de la livraison du courrier à domicile, (i) dans combien de temps les aînés auront-ils accès aux renseignements accrus sur les programmes à l’intention des aînés qui remplaceront la livraison à domicile, (ii) quel est le coût prévu de ces plans, (iii) quels commentaires le gouvernement a-t-il reçus de la part d’aînés quant à leur besoin d’un accès accru aux renseignements sur ces programmes?
M. Scott Armstrong (secrétaire parlementaire du ministre de l'Emploi et du Développement social, PCC):
    Monsieur le Président, Emploi et Développement social Canada, EDSC, n’est pas en mesure de répondre à la question de façon précise dans le temps alloué. Cependant, en général, EDSC s’est engagé à fournir aux aînés des renseignements au sujet des programmes et des services gouvernementaux.
    Le ministère a mis en œuvre les engagements du budget et du discours du Trône en prenant un certain nombre de mesures pour améliorer l’accès aux prestations par les aînés. Il a notamment amélioré les services mobiles afin de mieux joindre les aînés là où ils habitent; il a fait en sorte que les clients puissent accéder plus facilement aux renseignements dont ils ont besoin sur le Web, par téléphone et en personne par l’entremise du réseau de Service Canada; il a augmenté le nombre de demandes qui sont envoyées de façon proactive aux Canadiens avant qu’ils atteignent l’âge de 65 ans; et il a restructuré et réécrit dans un langage clair les pages du site Web de Service Canada ayant trait aux pensions afin de mieux expliquer le système de revenu de retraite au Canada et d’améliorer l’accès aux pensions et aux prestations du Régime de pensions du Canada, le RPC, et de la Sécurité de la vieillesse, la SV.
    Par le truchement d’encarts envoyés avec les feuillets de renseignements pour les prestations du RPC ou de la SV, nous informons les aînés de la façon d’accéder aux renseignements sur l’éventail complet de prestations mises à leur disposition. En 2013, nous avons envoyé 7,2 millions d’encarts.
    Entre avril 2013 et mars 2014, les services externes mobiles de Service Canada ont présenté 1 774 séances d’information à 22 490 personnes âgées et fournisseurs de soins, groupes communautaires et partenaires de la prestation de services dans tout le pays.
    De plus, Service Canada envoie par la poste des formulaires de demande pour les prestations du RPC ou de la SV ou pour le renouvellement du SRG et des allocations à de nombreux aînés canadiens. En 2013-2014, Service Canada a posté le volume suivant de formulaires de demande: des formulaires de demande de la SV ont été envoyés à environ 250 000 personnes qui ont atteint 64 ans, et un formulaire de demande de prestations du RPC a également été joint pour les personnes qui ne reçoivent pas encore ces prestations — 10 000 autres formulaires de demande du RPC ont été envoyés aux personnes qui ont atteint récemment 64 ans et qui ne bénéficiaient pas du RPC, mais pour qui une demande de SV avait déjà été reçue; 138 605 personnes ont reçu des lettres d’inscription automatique au lieu d’un formulaire de demande. La plupart de ces personnes n’auront pas besoin de faire une demande de pension de SV; environ 50 000 demandes pour le SRG et les allocations ont été envoyées aux personnes qui pourraient être admissibles d’après les déclarations de revenus produites auprès de l’Agence du revenu du Canada.
    Par ailleurs, Service Canada a lancé une page de destination sur Internet consacrée à du contenu susceptible d’intéresser particulièrement les aînés, à servicecanada.gc.ca, laquelle est continuellement mise à jour avec de nouveaux renseignements intéressants pour les aînés.
    En plus de ce qui précède, l’inscription automatique des bénéficiaires de la SV à l’aide des renseignements figurant actuellement dans leur RPC et leur Régime de rentes du Québec a commencé en avril 2013 et a été entièrement mise en œuvre en octobre 2013.
    En date de novembre 2014, Service Canada a envoyé des lettres d’inscription automatique pour aviser les personnes qu’elles recevront leur prestation de SV sans devoir en faire la demande. Le processus en vue du versement de cette prestation à l’âge de 65 ans devrait avoir commencé pour les 130 000 premières de ces personnes d’ici la fin de 2014-2015.

  (1520)  

[Traduction]

Questions transformées en ordres de dépôt de documents

    Monsieur le Président, si les questions nos 768 à 772, 774, 778 à 780, 782 à 784, 786 à 790, 793, 794, 796 à 799, 804 à 808, 811 à 814, 816 à 818, 820, 821, 826 à 828, 830, 831, 838, 840 à 843, 847 à 857, 859 à 861, 863 à 869, 873 à 882, 884, 887, 888, 890, 892 à 910, 912 à 914, 916 à 918, 920 à 931, 933, et 934 pouvaient être transformées en ordres de dépôt de document, les documents seraient déposés immédiatement.
    D'accord?
    Des voix: D'accord.

[Texte]

Question no 768 --
L'hon. Scott Brison:
     En ce qui concerne les déplacements de députés et de sénateurs qui ne sont pas ministres, ministres d’État ou secrétaires parlementaires payés par les ministères et les organismes: depuis 2010-2011 inclusivement, a) combien a coûté chaque déplacement; b) combien chaque déplacement a-t-il coûté au titre (i) du transport, (ii) de l’hébergement, (iii) des repas et faux frais, (iv) des cadeaux; c) quelle était la raison du déplacement; d) comment s’appelait le parlementaire bénéficiaire du déplacement; e) quel était l’itinéraire du déplacement; f) le parlementaire était-il accompagné par des employés et, si oui, combien a coûté le déplacement de chacun d’entre-eux au titre (i) du transport, (ii) de l’hébergement, (iii) des repas et faux frais, (iv) des cadeaux; g) le déplacement a-t-il fait l’objet d’un communiqué et, si oui, quel est (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
    (Le document est déposé)
Question no 769 --
L'hon. Dominic LeBlanc:
     En ce qui concerne le Fonds de lutte contre les activités des gangs de jeunes, dont le lancement a été annoncé le 21 février 2012: a) combien d’argent a été dépensé; b) quels organismes ont reçu des fonds; c) pour chaque octroi de fonds (i) combien y a-t-il eu de participants, (ii) combien de personnes devraient participer tout au long du programme, (iii) où se trouve le programme, (iv) quelle est la population estimée à risque dans chaque ville ou municipalité concernée, (v) combien d’argent le projet a-t-il reçu?
    (Le document est déposé)
Question no 770 --
M. Emmanuel Dubourg:
     En ce qui concerne le Secrétariat du Conseil du Trésor: a) la Directive sur le gouvernement ouvert du 9 octobre 2014 s’applique-t-elle aux tableaux produits par les ministères, organismes ou sociétés d’État en réponse aux questions écrites qui proviennent de députés ou de sénateurs et qui sont inscrites au Feuilleton; b) dans la négative, (i) pourquoi la Directive ne s’applique-t-elle pas, (ii) qui en a décidé ainsi, (iii) quand cette décision a-t-elle été prise; c) quel est le titre et le numéro de dossier de tous les documents, notamment les dossiers et les notes d’information, créés ou détenus par le Secrétariat du Conseil du Trésor et le Bureau du Conseil privé concernant l’application de la Directive sur le gouvernement ouvert dans le cas des réponses du gouvernement aux questions écrites qui proviennent des députés ou des sénateurs et qui sont inscrites au Feuilleton?
    (Le document est déposé)
Question no 771 --
M. Emmanuel Dubourg:
     En ce qui concerne les aéronefs privés loués ou nolisés à l’usage de ministres et de secrétaires parlementaires depuis le 1er janvier 2010: a) combien a coûté la location ou le nolisement de chaque vol; b) quelle était la liste des passagers de chaque vol; c) quel était l’objectif du déplacement; d) quel était l’itinéraire du déplacement; e) le déplacement a-t-il fait l’objet d’un communiqué et, si oui, quel est (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
    (Le document est déposé)
Question no 772 --
M. Emmanuel Dubourg:
     En ce qui concerne Passeport Canada: combien a-t-on reçu de demandes de passeport à chaque année depuis 2006 inclusivement, (i) dans chaque centre de service en personne, (ii) dans chaque centre de Service Canada servant d’agent réceptionnaire, (iii) dans chaque bureau de poste servant d’agent réceptionnaire, (iv) par courrier?
    (Le document est déposé)
Question no 774 --
L'hon. Gerry Byrne:
     En ce qui concerne les lois, les règlements, les politiques et les pratiques régissant le ministère des Pêches et des Océans relativement à la délivrance et à l’administration des permis de pêche commerciale et des décisions concernant l’allocation des ressources halieutiques: a) comment définit-on les expressions anglaises (i) « commercial fishing licence », (ii) « commercial fishing permit »; b) quelle distinction existe-t-il entre les expressions anglaises « commercial fishing licence » et « commercial fishing permit » sur le plan (i) des droits et des responsabilités du pêcheur qui est détenteur d’une « commercial fishing licence » et d’un « commercial fishing permit », respectivement, (ii) des droits et des responsabilités du Ministre relativement à la politique d’allocation des ressources; c) comment définit-on le principe du « dernier entré, premier sorti » (DEPS); d) à quelle fréquence le principe du DEPS a-t-il été appliqué pour déterminer l’allocation des quotas annuels aux détenteurs soit de « commercial fishing licence » soit de « commercial fishing permit » qui ont connu chaque année une diminution de leur total de prises admissibles, ventilée par (i) année, (ii) chacune des catégories de pêche réglementée dans l’une ou l’autre des zones de gestion des pêches de chaque zone de stocks de pêche dans les régions de Terre-Neuve-et-Labrador, du golfe, des Maritimes et du Québec du ministère des Pêches et des Océans, à leur tour ventilés selon (iii) les espèces capturées, (iv) chacune des zones de gestion des pêches à l’intérieur de la zone de stock d’espèces au cours des dix dernières années, ce qui comprend le total des niveaux de quota pour chaque espèce et pour chaque zone de gestion des pêches à l’intérieur de chaque zone de stock, pour chacune des années; e) pour chacune des occurrences dont il est fait état en d), pour chacune des dix dernières années décrites, quel était le nombre total de détenteurs de « fishing licence » et « fishing permit » qui ont été directement touchés par une diminution de quota année après année et qui ont été assujettis à l’application de la politique du DEPS, ventilé par (i) espèce, (ii) zone de gestion des pêches à l’intérieur de chaque zone de stocks de pêche?
    (Le document est déposé)
Question no 778 --
L'hon. Carolyn Bennett:
     En ce qui concerne l’application de la Loi sur l’accès à l’information: a) quelles sont les dates et quels sont les titres et numéros de référence de toutes les directives, ordonnances et de tous les mémoires, rapports ou autres documents traitant des questions de sécurité relatives à la publication de documents découlant de demandes en vertu de la Loi sur l’accès à l’information en format numérique et sur média numérique; b) quelles sont les dates et quels sont les titres et numéros de référence de toutes les directives, ordonnances et de tous les mémoires, rapports ou autres documents dans lesquels le Bureau du Conseil privé a présenté ou promulgué ses politiques concernant la production ou la non-production de documents publiés à la suite de demandes en vertu de la Loi sur l’accès à l’information en format numérique ou sur média numérique?
    (Le document est déposé)
Question no 779 --
Mme Anne Minh-Thu Quach:
     En ce qui concerne le bateau Kathryn Spirit amarré à Beauharnois (Québec): a) Environnement Canada ou Transport Canada a-t-il reçu un plan de remorquage ou une demande de certificat environnemental de la part du propriétaire du bateau et, dans l'affirmative, quand a-t-il reçu ce plan; b) selon les informations que possèdent le gouvernement, Reciclajes Ecologicos Maritimos est-il le propriétaire du bateau; c) si la réponse à b) est non, qui est le propriétaire du bateau, selon les informations que possèdent le gouvernement; d) le gouvernement a-t-il analysé si les lois fédérales permettent le démantèlement du bateau à l’endroit où il est amarré et, dans l’affirmative, quels sont les détails de cette analyse; e) le gouvernement a-t-il analysé les risques de pollution associés au démantèlement du bateau et, dans l’affirmative, quels sont les détails de cette analyse; f) selon les informations que possèdent le gouvernement, le bateau contient-il des matières toxiques et, dans l’affirmative, lesquelles; g) existe-t-il un port équipé pour le démantèlement d’un tel bateau au Canada et, dans l'affirmative, où est-il situé; h) le gouvernement a-t-il analysé si les lois fédérales lui permettent de (i) saisir le bateau, (ii) remorquer le bateau dans un endroit sécuritaire et, dans l’affirmative, quels sont les détails de cette analyse; i) le gouvernement a-t-il l’intention de (i) saisir le bateau, (ii) remorquer le bateau dans un endroit sécuritaire; j) le gouvernement a-t-il procédé à une analyse pour démanteler le bateau dans le port de Salaberry-de-Valleyfield ou dans un autre port au pays et, dans l'affirmative, a-t-il évalué les coûts associés à une telle opération?
    (Le document est déposé)
Question no 780 --
Mme Judy Foote:
     En ce qui concerne les dépenses gouvernementales consacrées à des billets pour des événements sportifs: depuis le 1er janvier 2013, quels ont été (i) la date, (ii) le lieu, (iii) le prix du billet, (iv) l’identité des personnes ayant utilisé les billets, (v) la nature de l’événement sportif pour ce qui est de tous les billets d’événement sportif achetés par un ministère, un organisme ou une société d’État, ou par une personne agissant au nom d’un ministère, d’un organisme ou d’une société d’État, et ce, que l’événement ait eu lieu au Canada ou à l’extérieur du Canada?
    (Le document est déposé)
Question no 782 --
M. Scott Simms:
     En ce qui concerne la publicité du gouvernement depuis le 1er septembre 2012: a) quelles sont les sommes qui ont été consacrées aux panneaux publicitaires, à la publicité et à d’autres campagnes d’information, ventilées par i) date de parution, ii) coûts, iii) sujet, iv) analyse de l’efficacité des campagnes de publicité, si elle a été effectuée et, le cas échéant, quels en sont les détails, v) média, notamment la publication ou le service médiatique et le type de média utilisé, vi) objet, vii) durée de chaque campagne (y compris celles qui sont en cours), viii) public-cible, ix) public estimé; b) quels sont les détails de tous les dossiers de correspondance connexe concernant les panneaux publicitaires, la publicité et les autres campagnes d’information susmentionnés, ventilés par (i) numéro de dossier, (ii) type de correspondance ou de dossier, (iii) sujet, (iv) date, (v) objet, (vi) expéditeur, (vii) destinataire, (viii) fonctionnaire concerné ou ayant reçu une copie?
    (Le document est déposé)
Question no 783 --
L'hon. Carolyn Bennett:
     En ce qui concerne l’encéphalopathie des cervidés (EC), l’encéphalopathie spongiforme transmissible (EST) chez les cerfs mulets, les cerfs de Virginie, les wapitis et les orignaux: a) depuis 2006, quel est le total du financement public alloué ou versé à la recherche sur ces maladies, ventilé (i) par ministère ou organisme, (ii) par année; b) quels documents ont été produits par les ministères ou les organismes concernant les conséquences, actuelles ou futures, de l’EC sur la santé, l’économie ou l’environnement, avec, pour chaque document, les indications suivantes, (i) la date, (ii) le ministère ou l’organisme auteur; c) quels documents ont été produits par les ministères ou les organismes sur l’EC de façon générale, avec, pour chaque document, les indications suivantes (i) la date, (ii) le ministère ou l’organisme auteur; d) pour chaque année depuis 2006, quelles mesures ont été prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation de l’EC au Canada, en précisant pour chaque mesure (i) le ministère ou l’organisme responsable, (ii) la date à laquelle elle a été mise en œuvre, (iii) la durée, (iv) l’objectif, (v) l’atteinte ou non des objectifs; e) quelles stratégies et quels programmes sont actuellement en place ou en cours d’élaboration pour lutter contre la propagation éventuelle de l’EC chez les animaux qui ne sont pas, pour le moment, vulnérables à la maladie, et chez les humains; f) depuis 2006, quelles réunions ou consultations ont été tenues avec les gouvernements provinciaux ou territoriaux au sujet de l’EC et quels documents ou quelles décisions en ont découlé, en précisant (i) le ministère ou l’organisme fédéral responsable à l’origine de l’initiative, (ii) la date à laquelle le document a été produit ou la décision a été prise; g) depuis 2006, quelles consultations, réunions ou campagnes de sensibilisation les ministères ou organismes fédéraux ont-ils tenues avec des gouvernements, des organisations ou des représentants inuits, métis ou des Premières Nations, en précisant (i) la date où les échanges ont eu lieu, (ii) le nom des participants, (iii) les sujets discutés, (iv) les conclusions, (v) les documents produits à la suite des échanges; h) depuis 2006, quelles mesures le gouvernement a-t-il mises en place pour surveiller la propagation de l’EC, en précisant (i) le ministère ou l’organisme à l’origine de chaque mesure, (ii) la date à laquelle chaque mesure a été mise en œuvre, (iii) la durée de chaque mesure; i) quelles mesures les ministères ou organismes fédéraux envisagent-ils de prendre actuellement en conséquence de l’EC ou relativement à celle-ci?
    (Le document est déposé)
Question no 784 --
M. Sean Casey:
     En ce qui concerne la Loi améliorant la Nouvelle Charte des anciens combattants: de combien a augmenté en moyenne le paiement versé (i) aux 2717 anciens combattants admis à une majoration de l’allocation pour perte de revenus, (ii) aux 590 anciens combattants admis à une majoration de l’allocation pour déficience permanente, (iii) aux 202 anciens combattants admis à l’allocation d’incapacité exceptionnelle?
    (Le document est déposé)
Question no 786 --
M. Sean Casey:
     En ce qui concerne les prestations offertes par le gouvernement en aide aux frais de funérailles et d’inhumation: a) quel est le montant maximal