Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

41e LÉGISLATURE, 2e SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 213

TABLE DES MATIÈRES

Le mercredi 13 mai 2015




Débats de la Chambre des communes

VOLUME 147 
l
NUMÉRO 213 
l
2e SESSION 
l
41e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mercredi 13 mai 2015

Présidence de l'honorable Andrew Scheer

    La séance est ouverte à 14 heures.

Prière


[Déclarations de députés]

  (1400)  

[Traduction]

    Puisque nous sommes mercredi, nous allons maintenant chanter l’hymne national, qui sera entonné par le député de Sackville—Eastern Shore.
    [Les députés chantent l’hymne national.]

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

[Traduction]

L'Université Wilfrid Laurier

    Monsieur le Président, la décision de l’Université Wilfrid Laurier d’avoir un campus satellite au centre-ville de Brantford a été un tournant pour ma collectivité. À l’époque, notre centre-ville était dans un état lamentable. L’Université Wilfrid Laurier l’a restauré et a intégré les bâtiments historiques dans un campus moderne au centre-ville. Nous avons ensuite vu une arrivée massive d’étudiants et d’investissements privés.
    Aujourd’hui, le centre-ville de Brantford est un lieu de prédilection. Et nous sommes maintenant prêts à vivre un nouveau tournant grâce au nouveau complexe récréatif YMCA Laurier.
    Surplombant la place Harmony et conçu pour refléter les façades commerciales qui jalonnaient autrefois la rue Colborne, ce nouveau bâtiment sera une merveille architecturale. Le bâtiment est construit sur un dénivelé de trois étages surplombant la rivière Grand et est surélevé pour offrir un panorama à couper le souffle; il sera impossible de trouver quelque chose de semblable ailleurs.
    Je suis fier que le gouvernement ait appuyé le projet, toutes les possibilités que cela offre aux étudiants et aux familles et la poursuite de la revitalisation de ma collectivité et du centre-ville de Brantford.

[Français]

Le Village éphémère

    Monsieur le Président, l'été dernier, les Montréalais et Montréalaises ont eu le plaisir de se réapproprier la rive du fleuve Saint-Laurent grâce au Village éphémère.
    Cette année, l'Association du design urbain du Québec, l'organisme Pépinière & Co et le regroupement de citoyens les AmiEs du Courant-Sainte-Marie travaillent très fort pour faire revivre le projet collectif d'un village au Pied-du-Courant. Avec une vue sur les emblématiques pont Jacques-Cartier et fleuve Saint-Laurent, le village au Pied-du-Courant sera un espace rassembleur et une vitrine sur la créativité de nos designers locaux.
    Les organisateurs invitent tous les Montréalais et Montréalaises à contribuer au projet à leur manière. J'en serai, c'est certain.
    Bravo à tous ces citoyens et citoyennes qui se retroussent les manches et s'impliquent afin de créer des lieux qui valorisent nos espaces naturels et notre patrimoine historique.

  (1405)  

[Traduction]

Le sport à Aurora

    Monsieur le Président, nous célébrons cette année l'Année du sport au Canada, et alors que les Jeux panaméricains et les Jeux parapanaméricains sont sur le point de commencer, les Canadiens encouragent leurs athlètes qui s'efforcent de rester au meilleur de leur forme et d'atteindre l'excellence.
    Malheureusement, de nombreuses personnes ont de la difficulté à intégrer l'exercice physique à leur routine quotidienne. La ville d'Aurora croit que cela doit changer et s'est engagée à devenir la ville la plus active du Canada. Elle compte faire participer tout le monde. Son objectif ultime consiste à s'assurer que ses citoyens sont en santé et restent actifs tout au long de leur vie.
    La ville d'Aurora sollicite la participation des dirigeants sportifs, des étudiants, des aînés, des entreprises, des fonctionnaires du gouvernement et des organisations afin que la ville entière soit en bonne condition physique et plus active. Elle espère surtout que ce mouvement apportera des changements durables dans la vie de ces citoyens.
    Au cours des cinq prochaines années, la ville d'Aurora mettra tout en oeuvre pour devenir la ville la plus active du Canada. Elle invite tout le monde à suivre les progrès des citoyens en visitant le site Web beactiveaurora.ca.

Le prix pour l'innovation de CBC

    Monsieur le Président, je suis heureuse d'intervenir pour féliciter Andrew Furey, qui s'est vu récemment décerner le prix pour l'innovation de CBC lors de la cérémonie de remise des récompenses destinées aux 50 meilleurs PDG organisée par l'Atlantic Business Magazine.
    Andrew a reçu ce prix en raison de sa vaste contribution en tant que membre de Team Broken Earth. Team Broken Earth est un organisme bénévole, qui se compose de médecins, d'infirmières et de physiothérapeutes des quatre coins du Canada et qui se consacre à la prestation et à l'amélioration des soins de santé en Haïti.
    Je tiens à féliciter Andrew et à remercier les membres de Team Broken Earth du travail qu'ils effectuent. Ils nous rendent fiers d'être Canadiens.

Les citoyennes de l'année

    Monsieur le Président, je rends aujourd'hui hommage à deux concitoyennes exceptionnelles, Sheila Bannerman et Stephanie AuBuchon, qui, la semaine dernière, ont été nommées respectivement résidante et jeune résidante de Red Deer de l'année.
    En fait de citoyennes modèles, on fait difficilement mieux qu'elles.
    Sheila Bannerman s'est mise au service du centre de l'Alberta en s'investissant dans divers organismes, comme le conseil d'administration de la bibliothèque municipale de Red Deer, le conseil d'administration de la Red Deer & District Museum Society et la Central Alberta Historical Society, sans compter que, depuis quelque temps, elle est l'une des forces motrices de l'organisation du centenaire de Red Deer.
    Pour sa part, Stephanie AuBuchon fait du bénévolat auprès de la brigade jeunesse de l'Ambulance Saint-Jean depuis qu'elle a 12 ans. Au fil des ans, elle a manifesté ses qualités de chef en dirigeant divers projets et, notamment, en coprésidant le tout premier cyclothon de l'école secondaire Hunting Hills. Stephanie est bénévole auprès du centre hospitalier régional de Red Deer et elle entend continuer à donner de sa personne en devenant infirmière.
    Sheila et Stephanie sont véritablement des citoyennes exemplaires. Au nom de tous les résidants de Red Deer, je les félicite de ce qu'elles accomplissent pour notre ville, dont elles incarnent l'âme et l'esprit.

L'environnement

    Monsieur le Président, j'attire encore une fois l'attention de la Chambre sur les manquements des conservateurs dans le dossier de la protection des eaux de la côte Ouest.
    J'ai commencé à me pencher sur le dossier de l'eau à la fin des années 1980, lorsque j'étais directeur général de Pacific Peoples' Partnership. L'un des principaux sujets de préoccupation de cet organisme était le vortex de déchets du Pacifique nord, qui prenait de plus en plus d'ampleur. À l'époque, ce vortex avait la taille de l'île de Vancouver. Aujourd'hui, il s'agit d'un monstre de déchets plastiques aussi vaste que la Colombie-Britannique.
    Je suis déçu que les conservateurs n'aient pas donné suite à leur vote visant l'interdiction d'utiliser les microbilles de plastique, qui s'accumulent rapidement dans les eaux de ma région. Les gens de ma circonscription et les membres de la Peninsula Streams Society sont bien en avance sur les gouvernements pour ce qui est de protéger les cours d'eau et les habitats marins et d'assainir l'eau.
    C'est pourquoi j'ai présenté un projet de loi visant à soutenir les bénévoles de ma région en rétablissant les mesures fédérales de protection des rivières Goldstream, Colquitz et Sooke.
    Je suis aussi déçu que les conservateurs aient décidé de ne pas appuyer le projet de loi néo-démocrate C-638, qui ferait de la Garde côtière canadienne un receveur d'épaves chargé de retrouver les propriétaires et de leur faire payer les coûts d'enlèvement et de nettoyage.
    Nous devons protéger dès maintenant nos étendues d'eau douce et d'eau salée. Si ce n'est pas pour les poissons et les baleines, il faut le faire pour nous et notre avenir sur cette planète.

Le Népal

    Monsieur le Président, je suis très fier de prendre la parole pour expliquer brièvement ce que signifie aujourd'hui l'aide du Canada au développement à l'étranger. Pour le Canada, travailler au développement, c'est aider là où nous le pouvons et parce que nous le pouvons. C'est tendre la main à ceux qui appellent au secours et protéger ceux qu'une catastrophe ou un conflit rend particulièrement vulnérables.
    Il y a presque quatre semaines, un tremblement de terre meurtrier, de magnitude 7,8, a secoué le Népal près de Katmandou. Moins de 24 heures après le séisme, le Canada a offert sans hésiter 10 millions de dollars pour assurer une aide vitale aux sinistrés par l'intermédiaire d'organismes humanitaires expérimentés. Nous avons déployé des équipes d'intervention en cas de catastrophe et soutenu le travail extraordinaire de la Croix-Rouge canadienne, qui a secouru jusqu'à 200 personnes par jour en leur fournissant une aide médicale d'urgence, notamment des services de santé essentiels pour les mères, les enfants et les nouveau-nés.
    Pour ceux qui vivent ici, dans la sécurité et la stabilité, 200, ce n'est pas beaucoup, mais pour les familles jetées sur le pavé par cette catastrophe, c'est énorme. Cela leur donne de l'espoir et cela signifie que l'aide du Canada à l'étranger peut réellement changer les choses dans la vie de ceux qui en ont le plus besoin et qu'elle continuera de le faire.

  (1410)  

La Journée de la Constitution de la Pologne

    Monsieur le Président, je souligne la Journée de la Constitution de la Pologne avec des Canado-Polonais, comme mes parents.
    Le 3 mai marquait le 224e anniversaire de la Constitution de la Pologne, qui est la plus ancienne en Europe et la deuxième du monde, après celle des États-Unis. La liberté et la démocratie sont à la base de ce document, qui, au moment de sa présentation, était considéré comme renfermant des concepts dangereux pour les pays voisins de la Pologne, en Europe centrale et en Europe de l'Est.
    Parmi les autres principes importants, il y a le droit de gouverner avec l'appui de la majorité, la tenue de scrutins secrets, la liberté de religion et l'autonomie pour tout le peuple. Cette constitution créait une monarchie constitutionnelle et introduisait la responsabilité ministérielle au Parlement du pays.
    Les Canado-Polonais ont apporté au Canada leur amour de longue date de la liberté et de la démocratie pour lesquelles ils se sont longtemps battus. Aujourd'hui, la Pologne est un pays libre et prospère et, aussi, un ami et proche allié du Canada.
    Des soldats polonais et canadiens servent côte à côte en ce moment dans le cadre de l'Opération REASSURANCE, en Pologne. Jeudi soir, l'ambassadeur de la Pologne, Marcin Bosacki, tiendra une réception au Musée canadien de la guerre.
    J'espère que tous les députés y seront présents.

[Français]

Le 100e anniversaire de Belcourt

    Monsieur le Président, j'ai l'immense plaisir de me lever aujourd'hui afin de souligner un important anniversaire dans ma circonscription. En effet, Belcourt fête son centenaire cette année.
    Connu d'abord sous le nom de Café, emprunté à la gare ferroviaire, l'endroit se nomma ensuite Goulet, d'après le patronyme du premier résidant permanent, en 1915. On a procédé ensuite, en 1958, à une nouvelle dénomination en faveur de Belcourt, d'après le sénateur Napoléon Antoine Belcourt, qui s'est illustré par ses prises de position ardentes en faveur des Franco-Ontariens.
    Pour célébrer, on a prévu une panoplie d'activités. Entre autres, la fin de semaine des 3, 4 et 5 juillet, un grand souper nous attend au Centre communautaire de Belcourt.
    J'invite donc tous ceux et toutes celles qui seront dans les parages de Belcourt à s'arrêter dans ce magnifique village, dans cette magnifique région et dans cette magnifique circonscription, représentée par votre humble serviteur.

[Traduction]

La fiscalité

    Monsieur le Président, cela ne devrait surprendre personne que le gouvernement conservateur soit le seul à défendre les familles de la classe moyenne du Canada.
    Grâce à son plan de réduction des impôts pour les familles, le gouvernement aide toutes les familles avec des enfants à recevoir les prestations dont elles ont besoin. Toutes les familles ayant des enfants profiteront de notre allégement fiscal pour les familles et de la prestation universelle pour la garde d'enfants bonifiée. Cela représente plus de quatre millions de familles.
    Le chef libéral a admis qu'il allait éliminer la prestation universelle pour la garde d'enfants. Il éliminera aussi le fractionnement du revenu et les comptes d'épargne libre d'impôt.
    Les Canadiens peuvent compter sur le gouvernement conservateur pour s'occuper de leurs priorités: maintenir un faible taux d'imposition et les aider à garder plus d'argent dans leurs poches.

[Français]

La condition féminine

    Monsieur le Président, dimanche, c'était la fête des Mères.
    Aujourd'hui, je souhaite souligner le travail remarquable de ces mères qui font de notre pays ce qu'il est aujourd'hui. Je pense aussi à toutes ces mères dans les pays en développement qui ne célèbrent pas cette fête, ces femmes vivant sous des privations qui combattent tous les jours l'oppression et les inégalités, ces femmes qui se dressent pour que leurs enfants vivent dans un monde de démocratie et d'égalité.
    Je suis fière d'appartenir à un parti qui les soutient et qui reconnaît que l'aide du Canada dans ces pays doit aussi passer par le financement des groupes de défense des droits des femmes, notamment en débloquant des fonds pour la planification familiale et la santé reproductive et sexuelle.
    La condition féminine est un enjeu cher au NPD, auquel nous tenons et que nous allons promouvoir en dehors de nos frontières.

  (1415)  

[Traduction]

La fiscalité

    Monsieur le Président, les électeurs de ma circonscription, Essex, savent qu'il est juste d'apporter une aide qui profite à toutes les familles canadiennes ayant des enfants. C'est la raison pour laquelle le gouvernement conservateur a équilibré son budget, et qu'il aide maintenant les familles canadiennes à équilibrer le leur. Grâce à l'allégement fiscal pour les familles et à la prestation universelle pour la garde d'enfants, toutes les familles ayant des enfants se porteront mieux.
    Cependant, le chef du Parti libéral souhaite éliminer la prestation universelle pour la garde d'enfants. Il veut abolir le fractionnement du revenu et supprimer les comptes d'épargne libre d'impôt. Il a même dit que « ce qui est juste, ce n'est pas de faire profiter toutes les familles de ces mesures ».
    Il augmentera les impôts de la classe moyenne. Toutefois, le gouvernement conservateur ne permettra pas que cela se produise.

La fiscalité

    Monsieur le Président, le nouveau système de fractionnement du revenu inventé par les conservateurs est tout simplement inéquitable. C'est une mesure tellement complexe que même les fiscalistes ayant rédigé la disposition législative se sont trompés au moins trois fois.
    Pour demander le fractionnement du revenu, les Canadiens doivent suivre une démarche en 85 étapes. J'ai vu ce qui m'a semblé être une erreur et le calcul qui l'avait engendrée, alors j'ai posé une question lors de la réunion d'information sur le budget lundi soir. Un fonctionnaire du ministère des Finances m'a répondu qu'effectivement, des familles se voyaient privées à leur insu d'une somme pouvant atteindre 750 $ dans leur déclaration de revenus de 2014.
    L'erreur touche les familles qui sont admissibles au fractionnement du revenu et aux crédits d'impôt pour les études. Elle se trouvait dans les motions de voies et moyens adoptées le 4 novembre et le 25 mars et se trouve aussi dans le projet de loi C-57.
    Le projet de loi budgétaire contient la quatrième tentative des conservateurs de formuler correctement leur disposition législative. Le plan équitable du Parti libéral est beaucoup plus simple. Nous remplacerons le fractionnement du revenu et tout un assortiment complexe de programmes par un chèque mensuel non imposable plus gros et plus équitable sur lequel les familles canadiennes pourront compter.

La fiscalité

    Monsieur le Président, le plan de hausse des impôts et d'endettement du chef du Parti libéral serait catastrophique pour la classe moyenne.
    Le chef du Parti libéral a admis qu'il augmenterait les impôts des Canadiens en remplaçant notre baisse d'impôt pour les familles par une hausse d'impôt pour les familles. Il éliminera la prestation universelle pour la garde d'enfants, les comptes d'épargne libres d'impôt et même le fractionnement du revenu. Le chef du Parti libéral veut enlever aux gens ce que nous leur offrons.
    Hier, en parlant des impôts, il a dit ceci: « ce qui est juste, ce n'est pas de faire profiter toutes les familles de ces mesures ». De ce côté-ci de la Chambre, nous croyons, contrairement au chef du Parti libéral, qu'il est juste d'appuyer l'ensemble des familles canadiennes ayant des enfants, et c'est donc ce que nous faisons.

La fiscalité

    Monsieur le Président, les conservateurs continuent d'utiliser à mauvais escient l'argent des contribuables en menant une énorme campagne de publicité partisane. Or ce sont les libéraux qui nous disent qu'ils défendront les contribuables.
    Mais ne s'agit-il pas du même parti qui a dilapidé 1 milliard de dollars en autopromotion lorsqu'il était au pouvoir? Les libéraux ont-ils fait peau neuve? Certainement pas. Le rapport du vérificateur général de l'Ontario indique qu'ils videront la loi de sa substance pour créer aux frais des contribuables un déluge de publicités partisanes simplistes qui leur sont favorables.
    Telle est la politique libérale. Les libéraux sont favorables à la publicité partisane pourvu que ce soit de la publicité libérale. Il s'agit là du parti qui a promis un processus de mise en candidature ouvert et démocratique, mais ne nous lançons pas dans cette voie. C'est le parti qui défend la Charte, excepté quand il la vide de sa substance avec le projet de loi C-51. Le parti s'en prend maintenant aux journalistes qui ont la témérité de signaler que le chef libéral ne sait pas compter.
    Les Canadiens ne sont pas dupes. Cet automne, ils feront comme les Albertains. Ils voteront pour le changement qu'ils souhaitent, et, cette fois-ci, ils l'obtiendront.

La fiscalité

    Monsieur le Président, le chef du Parti libéral est tout à fait dépassé par la situation. Il a reconnu qu'il augmenterait les impôts des personnes qui gagnent moins de 60 000 $ par année en annulant la hausse des cotisations au compte d'épargne libre d'impôt et en éliminant notre allégement fiscal pour les familles. Il entend plutôt mettre en oeuvre une augmentation d'impôt pour les familles. En outre, hier, il a déclaré que « ce qui est juste, ce n'est pas de faire profiter toutes les familles de ces mesures ». Il a tout à fait tort. Toutes les familles qui ont des enfants profiteront des mesures proposées par le gouvernement. Ça, c'est juste.
    Le chef du Parti libéral, qui pense que les budgets s'équilibrent d'eux-mêmes, est manifestement déconnecté des priorités des Canadiens de la classe moyenne. Heureusement, le gouvernement conservateur a présenté un budget équilibré et offert des allégements fiscaux à tous les Canadiens, et il poursuivra dans cette voie.

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

[Traduction]

L'éthique

    Monsieur le Président, lorsque Ray Novak a été nommé chef de cabinet par le premier ministre en remplacement de Nigel Wright, les conservateurs ont juré qu'ils n'avaient rien à voir avec le scandale du Sénat. Cependant, nous apprenons maintenant, d'après les documents présentés par la GRC, que Ray Novak savait en fait que Nigel Wright avait l'intention de falsifier le rapport de vérification relatif à Mike Duffy.
    Quand exactement Ray Novak a-t-il dit au premier ministre qu'il savait que le rapport Duffy avait été trafiqué?

  (1420)  

    Monsieur le Président, de toute évidence, je ne suis pas du tout d'accord avec l'interprétation sélective et créative que le chef du NPD fait des documents soumis aux tribunaux. Ce sont les gestes posés par M. Duffy qui font l'objet d'une poursuite devant les tribunaux. Le gouvernement a fourni tous les renseignements requis à la GRC et à la poursuite.
    Nous continuerons de travailler avec la Couronne et nous laisserons les tribunaux prendre leurs propres décisions à ce sujet.
    Monsieur le Président, le gouvernement a-t-il transmis beaucoup de renseignements à la cour dans le dossier de Carolyn Stewart Olsen?

[Français]

    Tout cela a commencé par la nomination par le premier ministre de Mike Duffy au Sénat pour représenter l'Île-du-Prince-Édouard, alors que tout le monde savait, y compris le premier ministre, que Duffy résidait bel et bien en Ontario. Le premier ministre a prétendu que Duffy avait signé une déclaration affirmant qu'il était un résidant de l'Île-du-Prince-Édouard, avant son assermentation.
     Si c'est vrai et si ces déclarations existent, pourquoi le premier ministre refuse-t-il de les montrer aux Canadiens? Il ne voudrait certainement pas que les gens pensent qu'il n'a pas dit la vérité.
    Monsieur le Président, encore une fois, les règles constitutionnelles pour les sénateurs sont claires. Le gouvernement a appliqué les pratiques qui existent depuis près de 150 ans. Ce sont les actions de M. Duffy qui sont devant les tribunaux, et ferai pas de commentaire sur des événements devant les tribunaux.

La défense nationale

    Monsieur le Président, soyons clairs: 150 ans, Kanata, Cavendish, même combat!
    Le chef d'état-major de la défense a donné l'ordre d'ignorer les recommandations clés du rapport Deschamps avant même son dépôt. Je cite:
[...] [Le] système d'enquête et de justice en cas d'inconduite sexuelle demeureront les mêmes. [...] La définition de harcèlement [...] demeurera en vigueur.
    Donc, on refuse de changer quoi que ce soit. Le premier ministre a-t-il été informé par son ministre de la Défense nationale de l'existence de cette directive d'ignorer le rapport sur le harcèlement sexuel dans nos forces armées?
    Monsieur le Président, le chef du NPD cite une lettre écrite deux mois avant la publication du rapport.
    Après la publication du rapport, le chef d'état-major de la défense a accepté toutes les recommandations et ses déclarations sont claires.

[Traduction]

    Monsieur le Président, il s'agit de nos fils et de de nos filles, des gens qui nous protègent.
    Les militaires et leur famille doivent pouvoir compter sur une surveillance civile. Ils doivent savoir que nous nous battrons pour les protéger, tout comme ils se battent pour nous protéger.
    Le premier ministre fera-t-il son devoir et déclarera-t-il aux chefs militaires qu'il faut prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin au harcèlement sexuel et aux agressions sexuelles dans les forces armées?
    Monsieur le Président, le chef d'état-major de la Défense a accepté les recommandations du rapport Deschamps et y donne suite. D'ailleurs, la générale Whitecross, à qui il a confié ce dossier, a déclaré: « Nous allons donner suite aux 10 recommandations, y compris la troisième, qui propose la création d'un centre indépendant. »
    Il est franchement injuste de citer une lettre écrite deux mois plus tôt dans un autre contexte. C'est injuste tant pour le chef d'état-major de la Défense que pour les militaires.

La fiscalité

    Lundi, monsieur le Président, la Chambre a voté à l'unanimité en faveur de la motion du NPD pour mettre fin à la taxe discriminatoire sur les produits d'hygiène féminine. Les néo-démocrates proposeront de modifier la Loi d'exécution du budget pour tenir compte immédiatement de cette modification. L'élimination de cette taxe fondamentalement injuste représente exactement un centième de 1 % du budget fédéral.
    Le premier ministre appuiera-t-il, comme il se doit, l'amendement du NPD et éliminera-t-il immédiatement cette taxe discriminatoire à l'égard des femmes?

  (1425)  

    Monsieur le Président, je pense que les propos du leader du NPD sont très révélateurs: il n'appuie cette réduction fiscale que parce qu'il la voit comme minime. Bien entendu, le vrai but du NPD est peut-être d'accorder de minuscules réductions fiscales comme celles-là et de hausser la TPS de quelque 10 milliards de dollars aux dépens des consommateurs canadiens. Pour notre gouvernement, c'est clairement inadmissible. Voilà pourquoi nous avons réduit la TPS de 7 % à 6 %, puis à 5 %, et que vous veillerons à ce qu'elle n'aille pas...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre, s'il vous plaît. Le député de Papineau a la parole.
    Monsieur le Président, le plan libéral offre une prestation pour enfants non imposable de 490 $ chaque mois aux familles de la classe moyenne qui ont deux enfants et dont le revenu est de 90 000 $. C'est 2 500 $ de plus par année que le plan du premier ministre.
    Pourquoi le gouvernement offre-t-il plus de prestations à ceux qui en ont le moins besoin au lieu d'investir dans la classe moyenne et ceux qui s'efforcent d'en faire partie?
    Monsieur le Président, le leader du Parti libéral affirme qu'il n'est pas juste d'offrir des avantages à tous les Canadiens. Voilà pourquoi, bien sûr, il veut éliminer la Prestation universelle pour la garde d’enfants accordée à chaque famille; le fractionnement du revenu, dont bénéficient tant les familles que les aînés; et les comptes d’épargne libre d’impôt.
    Qui plus est, même après avoir pris toutes ces mesures, son plan budgétaire ne tient toujours pas la route. Les Canadiens seront suffisamment intelligents pour ne pas se laisser duper et pour garder les prestations qu'ils savent déjà leur être garanties.
    Monsieur le Président, si le premier ministre juge que les familles bien nanties, comme la sienne et la mienne, méritent qu'on leur accorde de nouvelles prestations, j'attends les débats avec impatience.
    Les libéraux vont faire passer les prestations à 6 400 $ par année et les rendront non imposables. C'est ce qu'on a appelé le nouveau revenu garanti pour les enfants issus de familles à faible revenu. De cette manière, les Canadiens qui en ont le plus besoin recevront, par enfant, plus de 1 000 $ supplémentaires non imposables.
    Pourquoi les conservateurs ont-ils plutôt choisi d'en donner plus à ceux qui ont le moins besoin d'aide?
    Monsieur le Président, le plan des libéraux entraînerait des augmentations d'impôt et des déficits colossaux. Il ne tient pas la route et risque fort de nous ramener à l'époque où ils étaient aux commandes, ce qui veut dire qu'un nombre accru de prestations passeraient à la trappe. Voilà pourquoi, de ce côté-ci de la Chambre, nous sommes fiers d'avoir baissé les impôts, équilibré le budget et tenu les promesses que nous avons faites aux Canadiens.
    Monsieur le Président, pour être juste, il faut en donner plus à ceux qui en ont besoin, et moins à ceux qui n'en ont pas besoin.

[Français]

    Avec notre plan pour redonner de l'argent à la classe moyenne, une famille monoparentale avec un enfant recevrait 533 $ non imposables tous les mois. Une famille de deux enfants gagnant 90 000 $ par année recevrait 490 $ non imposables.
    Notre plan est beaucoup plus généreux que celui du premier ministre.
    Pourquoi le gouvernement continue-t-il d'aider les mieux nantis plutôt que les familles de la classe moyenne et ceux qui travaillent à la rejoindre?
    Monsieur le Président, le chef du Parti libéral veut retirer la Prestation universelle pour la garde d'enfants. Il veut retirer le fractionnement du revenu, qui profite aux aînés et aux familles. Il veut retirer les comptes d'épargne libre d'impôt, et ses chiffres ne se tiennent même pas. Le résultat sera désastreux pour les familles.
     Les familles vont voter pour l'argent qu'elles ont déjà dans leurs poches et que nous avons assuré à la population canadienne.

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, nous avons demandé à plusieurs reprises au ministre des Affaires étrangères si une convention sur le statut des Forces canadiennes avait été conclue avec les autorités irakiennes. Cependant, il est resté évasif et nous n'avons jamais obtenu de réponse claire de sa part.
    Maintenant, nous venons d'apprendre qu'au bout du compte, il n'y a toujours pas de convention.
    Pourquoi cette lenteur? Comment le ministre explique-t-il que nous n'ayons toujours pas de convention sur le statut des Forces canadiennes avec les autorités irakiennes?
    Monsieur le Président, le gouvernement travaillait de près avec ses homologues en Irak.
    Effectivement, le premier ministre et moi avons rencontré le premier ministre de l'Irak la semaine dernière, à Bagdad. Nous avons des liens très proches, et l'Irak apprécie beaucoup la contribution des Forces canadiennes dans la défense de leur pays et de leurs civils.
    Nous continuons de travailler à une entente sur le statut des forces.

  (1430)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous avons besoin d'une convention sur le statut des forces afin de bien protéger nos soldats et d'encadrer de règles claires notre présence militaire en sol étranger. Nous demandons depuis septembre quand une telle convention sera signée avec l'Irak, pour apprendre aujourd'hui qu'il n'existe aucune entente. Et nul besoin de préciser que la réunion qui a eu lieu la semaine dernière ne suffit pas.
    On ne parle pas d'une mission d'entraînement d'un mois. Il y a déjà huit mois que le Canada est sur place, en Irak, et il y sera pendant au moins encore un an, y compris sur la ligne de front.
    Pourquoi le ministre n'a-t-il pas réussi à conclure un accord aussi important et aussi élémentaire?
    Monsieur le Président, le gouvernement canadien collabore de près avec celui d'Irak à la protection des membres des Forces armées canadiennes qui prennent part aux opérations de la coalition contre le groupe génocidaire terroriste qui se fait appeler État islamique.
    Les conventions sur le statut des forces équivalent à des traités exécutoires internationaux et nécessitent souvent des années négociation. Or, nous n'avons pas des années pour sauver les Irakiens du génocide, pour libérer toutes ces femmes de l'esclavage sexuel et pour renforcer cet aspect critique de la sécurité internationale, de concert avec plus d'une vingtaine d'autres pays. Voilà pourquoi nous avons préféré l'action à l'inaction.

La défense nationale

    Monsieur le Président, les Américains en ont une, mais pas nous. Les militaires des Forces armées canadiennes méritent mieux.
    Les Canadiens ont été outrés d'apprendre aujourd'hui que le chef d'état-major de la Défense a donné des ordres pour empêcher l'adoption d'importantes recommandations du rapport Deschamps. Le respect de ces ordres équivaudrait à une trahison envers les victimes d'agression sexuelle et de harcèlement qui se sont manifestées pour faire part de leur expérience et demander du changement.
    Le ministre doit user de son pouvoir et assumer la responsabilité de l'affaire. Va-t-il garantir que les Forces armées canadiennes mettront sur pied une entité indépendante chargée de s'occuper des cas d'inconduite sexuelle, oui ou non?

[Français]

    Monsieur le Président, une telle attitude de la part du bureau du chef d'état-major est tout simplement inacceptable.
    La directive envoyée par le général Lawson démontre clairement que, pour que les mentalités changent au sein des forces armées, il faut que le ministre intervienne et prenne ses responsabilités au lieu de se défiler. Il doit dès maintenant accepter les 10 recommandations du rapport de Mme Deschamps.
    Comment le ministre peut-il justifier son inaction? Qu'attend-il pour mettre en oeuvre toutes les recommandations du rapport?
    Monsieur le Président, les militaires ont reçu le rapport de la juge Deschamps la semaine dernière et ils ont déjà mis en vigueur quelques-unes de ces recommandations. Ils ont accepté, en principe, toutes les 10 recommandations. Le général Lawson a nommé la major-général Christine Whitecross, il y a deux mois, pour gérer une équipe qui traitera de cet enjeu très important. Ça, c'est de l'action.

La garde d'enfants

    Monsieur le Président, les conservateurs font l'autruche, alors que 1 million d'enfants n'ont toujours pas accès à un espace en garderie réglementée.
    La semaine d'actions du Printemps des services de garde bat son plein. Partout au pays, des parents organisent des rassemblements, des brigades de poussettes et des forums. Ils demandent des services de garde de qualité, abordables et publics.
    Les conservateurs se rallieront-ils enfin au plan du NPD, afin de créer 1 million de places en garderie à 15 $ par jour ou moins?

[Traduction]

    Monsieur le Président, notre plan est différent de celui du NPD. Il accorde des prestations à toutes les familles canadiennes, quelle que soit leur décision en matière de garde d'enfant. Les parents peuvent faire garder leurs enfants dans une garderie accréditée ou par un membre de la famille, ou encore décider que l'un deux restera à la maison. Quel que soit leur choix, nous le respectons, car il mérite notre appui. Nous entendons continuer à appuyer directement les familles canadiennes. Quant au NPD, il veut mettre sur pied un plan de plusieurs milliards de dollars qui ne profiterait qu'à 10 % des familles canadiennes. Notre plan, lui, les aide toutes.
     Monsieur le Président, plus d'un million d'enfants n'ont pas pas accès à une place dans une garderie réglementée. Il n'y a pas de quoi être fier.
    C'est la semaine d'actions du Printemps des services de garde et, partout au pays, des parents participent à des brigades de poussettes, à des pique-niques, à des groupes de jeux improvisés et à des assemblées de cuisine pour réclamer des services de garde plus abordables. Ils en ont assez de payer des frais qui pèsent trop lourd dans le budget familial.
    Le gouvernement les écoutera-t-il, et adoptera-t-il le plan du NPD visant à offrir des services de garde abordables à un coût maximal de 15 $ par jour?

  (1435)  

    Monsieur le Président, les familles canadiennes en ont assez d'être insultées par le NPD. Elles ne veulent plus se faire dire que, si elles n'utilisent pas des garderies réglementées, elles ne méritent pas d'aide. Les familles en ont assez d'entendre dire que, si un parent décide de rester à la maison, elles ne dépensent pas vraiment d'argent pour s'occuper de leurs enfants.
    Les députés néo-démocrates ont tort. Ils n'écoutent pas les familles canadiennes en milieu rural et celles qui travaillent par quarts, et ils n'écoutent pas non plus les parents qui restent à la maison avec leurs enfants.
    Nous écoutons toutes les familles canadiennes, et nous les aidons toutes, peu importe le choix qu'elles font, car nous les respectons et nous leur faisons confiance.
    Monsieur le Président, ce sont les vraies familles canadiennes qui réclament des places dans des garderies réglementées. C'est la semaine d'actions du Printemps des services de garde et, partout au pays...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre, s'il vous plaît. Nous sommes passés à la question suivante.
    La députée de Newton—Delta-Nord a toujours la parole. Je prie les députés d'attendre qu'elle ait posé sa question.
    La députée de Newton—Delta-Nord a la parole.
    Monsieur le Président, le gouvernement parle de vraies familles canadiennes. Je peux lui dire que les vraies familles canadiennes ont besoin de places abordables en garderie. La fin de semaine dernière, des parents à Vancouver ont manifesté pour réclamer plus de places abordables en garderie. Les services de garde leur coûtent jusqu'à 15 000 $ par année, et ils en ont assez. Les libéraux et les conservateurs n'ont aucun plan pour rendre ces services plus abordables, mais le NPD, lui, créera des places en garderie qui ne coûteront pas plus de 15 $ par jour.
    Pourquoi ne pas écouter les parents et adopter le plan du NPD?
    Monsieur le Président, voilà le manque de respect typique des néo-démocrates. À leurs yeux, une famille qui ne fait pas appel à une garderie réglementée n'est pas une vraie famille. Ce n'est pas au gouvernement de décider ce que constitue une vraie famille ou ce qui constitue un service de garde. C'est aux familles canadiennes elles-mêmes de décider. C'est aux mamans et aux papas de décider. Les parents sont les vrais experts.
    Nous allons maintenir un faible taux d'imposition pour toutes les familles canadiennes, que nous considérons dignes de confiance et dignes de garder l'argent qui leur appartient. Nous continuerons de leur permettre de garder plus de leur argent et nous les laisserons décider elles-mêmes comment s'occuper de leurs enfants. Nous nous élevons contre le fait que le NPD insulte les familles canadiennes.

[Français]

La fiscalité

    Monsieur le Président, cette question est pourtant simple, mais on n'arrive pas à obtenir une réponse claire des conservateurs.
    Ils pourraient agir maintenant pour éliminer la taxe injuste sur les produits d'hygiène féminine. Cela fait 24 ans que nous sommes obligées de payer des taxes sur ces produits pourtant indispensables, alors qu'on exempte des biens de consommation comme des gâteaux de mariage. C'est tout simplement injuste.
    Les conservateurs amenderont-ils leur projet de loi budgétaire pour éliminer cette taxe injuste une fois pour toutes?

[Traduction]

    Monsieur le Président, comme nous l'avons déjà dit à la Chambre, le gouvernement se concentre sur les allégements fiscaux. Nous avons fait passer la TPS de 7 % à 6 %, puis à 5 %. L'opposition a voté contre cette mesure. Notre priorité, c'est de veiller à réduire l'impôt des familles canadiennes, tout particulièrement les femmes. Je me demande pourquoi les députés néo-démocrates n'ont jamais appuyé aucune de ces mesures. Je les encourage à appuyer le budget et la réduction des impôts.
    Monsieur le Président, si les conservateurs voulaient vraiment abolir cette taxe discriminatoire, ils s'engageraient sur-le-champ à amender le projet de loi d'exécution du budget. Les femmes paient cette taxe fédérale injuste depuis plus de 24 ans. Nous remercions donc les conservateurs d'avoir voté pour notre motion. C'est un pas dans la bonne direction, mais nous ne devons pas faire attendre les femmes plus longtemps: il faut abolir cette taxe sexiste immédiatement.
    Le premier ministre permettra-t-il à son caucus de voter librement sur la suppression de cette taxe injuste du budget de cette année?
    Monsieur le Président, si le NPD voulait vraiment aider les familles, il appuierait notre budget et les baisses d'impôt. Nous veillons à ce que tous les Canadiens profitent de baisses d'impôt. La TPS est passée de 7 % à 6 %, puis à 5 %. Cette mesure garantit une baisse d'impôts. En fait, les impôts n'ont jamais été aussi bas au cours des 50 dernières années au Canada. J'encourage l'opposition à se rallier pour faire baisser les impôts des Canadiens afin que ceux-ci aient plus d'argent dans leurs poches.

  (1440)  

L'emploi

    Monsieur le Président, les conservateurs dépensent 100 000 $ par publicité partisane qui sert uniquement leurs intérêts durant les séries éliminatoires de la LNH. Chacune de ces publicités pourrait servir à financer 30 emplois d’été pour les étudiants. Même si nous sommes tristes qu’il ne reste plus d’équipes canadiennes encore en lice dans les séries éliminatoires, il pourrait y avoir un gagnant, soit les étudiants canadiens.
    Le premier ministre s’engagera-t-il dès maintenant à se servir des fonds qui étaient destinés aux publicités partisanes durant les séries éliminatoires pour offrir des emplois à des centaines d’étudiants canadiens?
    Monsieur le Président, nous envoyons l’argent directement dans les poches des mères et des pères partout au pays. Nous avons augmenté la prestation universelle pour la garde d’enfants et l'avons fait passer à près de 2 000 $ pour les enfants de moins de 6 ans et à 720 $ pour les enfants de 6 à 17 ans. Cependant, il reste 200 000 personnes qui ne se sont pas encore inscrites pour obtenir cette prestation à laquelle elles sont admissibles. La publicité sert en partie à les informer qu’elles sont admissibles à de telles prestations.
    Nous savons que les libéraux veulent leur retirer cet argent. Voilà pourquoi ils ne veulent pas que les Canadiens en apprennent l’existence. Hier, le chef du parti libéral a dit: « ce qui est juste, ce n’est pas de faire profiter toutes les familles de ces mesures. »
    Nous croyons qu’il est juste de faire profiter toutes les familles de ces mesures et nous nous assurerons que les familles reçoivent leurs prestations.
    Monsieur le Président, il y a actuellement 169 000 emplois de moins pour les jeunes Canadiens qu'avant la récession. Pendant que les étudiants peinent à trouver du travail, les conservateurs ne dépensent pas tout l'argent qu'ils avaient affecté aux programmes de lutte contre le chômage chez les jeunes. Les conservateurs gaspillent aussi des fonds publics en diffusant des publicités partisanes pendant les éliminatoires de la LNH. L'argent dépensé pour chacune de ces publicités aurait pu servir à financer 30 emplois d'été dans le cadre du programme Emplois d'été Canada.
    Quand les conservateurs cesseront-ils de gaspiller l'argent des contribuables en publicités servant à faire leur propre promotion? Quand commenceront-ils plutôt à aider les jeunes à trouver un emploi?
    Il est important de communiquer avec les citoyens de l'ensemble du pays. Les gens veulent être informés des crédits d'impôt qui leur sont offerts et des crédits d'impôt à l'embauche. De nombreux parents veulent être informés du crédit d'impôt pour la condition physique, par exemple, et nous devons communiquer avec les Canadiens pour leur faire savoir quels fonds sont à leur disposition. C'est leur argent.
    Qui a dit cela? La députée libérale de Mississauga—Brampton-Sud.

La fonction publique du Canada

    Monsieur le Président, le gouvernement conservateur est passé maître dans l'art de trouver des solutions à des problèmes qui n'existent pas, surtout s'il peut en même temps s'en prendre au mouvement syndical. Il suffit de penser aux projets de loi C-377 et C-525.
    On parle d'avantages obtenus à la table de négociation à la suite de beaucoup d'efforts.
    Il est évident que le ministre souhaite dicter sa volonté aux fonctionnaires, plutôt que négocier de bonne foi. Le ministre va-t-il rétablir l'équité dans le processus et faire preuve d'un minimum de respect à l'endroit des fonctionnaires?
    Monsieur le Président, les représentants que j'ai affectés aux négociations ont participé jusqu'ici à près de 200 réunions avec la partie syndicale, et 47 autres rencontres étaient prévues avant que le syndicat décide de boycotter les négociations. Nous avons fait des offres qui sont justes et raisonnables pour les employés et, chose tout aussi importante, pour les contribuables. Nous allons continuer de présenter de telles offres.

La sécurité publique

    Monsieur le Président, des documents internes de la GRC obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information révèlent que la GRC a soigneusement choisi le moment de diffusion de la vidéo du tireur tournée à Ottawa le 22 octobre afin de ne pas porter ombrage aux audiences publiques sur le projet de loi C-51.
    La GRC a recommandé que la vidéo soit diffusée un vendredi parce que « la vidéo suscitera beaucoup d'intérêt pendant le week-end, mais cette attention diminuera au début de la semaine suivante, de telle sorte qu'on pourra se concentrer sur les audiences concernant le projet de loi C-51 ».
    Le ministre a-t-il demandé à la GRC de retarder la diffusion de la vidéo tournée le 22 octobre?
    Monsieur le Président, je fais entièrement confiance au jugement de la GRC. Tout en respectant l'indépendance opérationnelle de la GRC, le gouvernement partage l'opinion du comité de la sécurité publique, dont le député fait partie, et approuve le principe de la transparence. De ce côté-ci de la Chambre, nous n'avons pas peur d'appeler les choses par leur nom. Ce qui est arrivé ici le 22 octobre était un attentat terroriste. Quand le NPD va-t-il enfin admettre que c'était bel et bien le cas?

[Français]

    Monsieur le Président, nous avons appris que la GRC aurait programmé la diffusion de la vidéo de la fusillade du 22 octobre dernier en fonction du calendrier politique du projet de loi C-51. C'est vraiment très troublant. La possibilité d'une synchronisation entre le travail de la GRC et le calendrier politique et partisan des conservateurs soulève vraiment beaucoup de questions.
    Ma question est très simple. Le ministre est-il intervenu personnellement dans cette décision de la GRC, oui ou non?

  (1445)  

    Les enjeux de matière opérationnelle relèvent de la GRC, et celle-ci a toute ma confiance.
    Par contre, notre gouvernement, comme le comité auquel siège ma collègue, est d'avis qu'on doit avoir un principe de transparence tout en respectant les processus d'enquête. C'est ce que nous faisons, et c'est la raison pour laquelle on se doit d'appeler un chat un chat. Ce qui s'est passé ici, le 22 octobre, est une attaque terroriste.
    Quand les néo-démocrates vont-ils regarder la réalité en face pour mettre en place des solutions, comme nos mesures antiterroristes?

Les anciens combattants

    Monsieur le Président, le gouvernement conservateur joue à un jeu politique dangereux. Après avoir coupé dans les soins et les services aux anciens combattants et dépensé plus de 700 000 $ pour se défendre contre un recours collectif intenté par les anciens combattants, le gouvernement tente de faire adopter le projet de loi C-58 au milieu de dizaines d'autres mesures, sans débat, sans étude en comité et sans aucune considération pour les anciens combattants.
    Pourquoi le gouvernement fait-il de la politique partisane sur le dos des anciens combattants?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le député sait pertinemment que les dispositions contenues dans le projet de loi C-58 seront étudiées par le Comité permanent des anciens combattants même si la plupart d'entre elles ont déjà été recommandées par ce même comité en juin dernier.
    Le député devrait cesser ses beaux discours et reconnaître que certaines de ces recommandations ont été adoptées par tous les partis. Il devrait appuyer le projet de loi C-58 et le projet de loi d'exécution du budget qui permettront d'améliorer concrètement la vie des anciens combattants et de leurs proches.
    Monsieur le Président, hier, en comité, le ministre des Anciens Combattants n'a pas dit toute la vérité, loin de là. Il a affirmé que l'opposition avait retardé l'adoption du projet de loi C-58, alors que ce sont les conservateurs qui ont présenté ce projet de loi et qui ne l'ont jamais renvoyé.
    Les conservateurs l'ont intégré au projet de loi C-59, un projet de loi omnibus. Ils savent pourtant très bien que le NPD ne leur accordera jamais un vote de confiance.
    Le gouvernement appuiera-t-il la motion que nous proposerons après la période des questions et qui vise à renvoyer immédiatement le projet de loi C-58 au comité afin que celui-ci puisse l'examiner sans délai?
    Monsieur le Président, au cours des derniers mois, nous avons présenté de nouveaux avantages et programmes pour les anciens combattants et leurs proches. Or le député les a presque tous critiqués et rejetés. Ici même, à la Chambre, il a critiqué une nouvelle prestation qu'il avait pourtant recommandée l'année dernière alors qu'il siégeait au comité permanent.
    J'ai promis aux anciens combattants et à leurs proches que ces nouveaux avantages seraient adoptés avant l'été. Peu m'importe si le retard était intentionnel ou non: je ne laisserai aucun délai supplémentaire empêcher les anciens combattants et leurs proches de bénéficier de ces avantages importants.
    Le projet de loi d'exécution du budget sera adopté.

La fiscalité

    Monsieur le Président, contrairement au Parti libéral, le gouvernement a établi un plan pour aider 100 % des familles avec enfants du Canada.
    Le ministre de l'Emploi peut-il donner à la Chambre les informations les plus récentes sur les moyens que prévoit prendre le gouvernement afin d'aider toutes les familles canadiennes?
    Monsieur le Président, nos allégements fiscaux et nos prestations aident 100 % des familles ayant des enfants. À l'inverse, le chef du Parti libéral dit que « ce qui est juste, ce n'est pas de faire profiter toutes les familles de ces mesures ». Voilà pourquoi il voudrait éliminer la prestation universelle pour la garde d'enfants, l'allégement fiscal pour les familles, le fractionnement du revenu et la prestation fiscale pour enfants. Voilà aussi pourquoi il voudrait réduire les comptes d'épargne libres d'impôt.
    Même après avoir récupéré tout cet argent et augmenté le fardeau fiscal, le chef du Parti libéral est encore à court de plusieurs milliards de dollars par année. Il n'est pas prêt, et son plan non plus.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, la nation Pic Mobert s'efforce depuis 1992 d'acquérir une parcelle de terre de seulement 16 kilomètres carrés pour avoir l'espace nécessaire à sa croissance. Il n'en coûterait rien à l'État, mais le retard coûte cher à cette nation et l'empêche de réaliser ses projets, y compris un parc industriel.
    La province et le conseil de bande ont signé le document, mais le gouvernement est encore aux abonnés absents. Quand le ministre signera-t-il l'accord permettant à la nation Pic Mobert de développer son économie dans sa réserve?
    Monsieur le Président, comme la députée le sait, l'agrandissement du territoire d'une réserve est souvent une démarche longue et complexe. Je parlerai directement au ministre concernant ce cas précis.
    Il est certain que nous collaborons avec les partenaires qui le souhaitent au sein des Premières Nations dans le but de répondre à leurs besoins économiques et de favoriser leur apport économique au Canada. Chaque fois que nous agissons dans ce sens, la députée et ses collègues de son parti votent contre.

  (1450)  

[Français]

    Monsieur le Président, les communautés autochtones en ont assez d'attendre un ministre qui ne répond pas à leurs questions.
    Le premier ministre avait promis de travailler à la réconciliation. Pourtant, tout ce qu'on reçoit de ce gouvernement, ce sont des réponses vides de sens. Devant mon projet de loi visant à faire respecter les droits fondamentaux des peuples autochtones, on a un ministre qui répond que « c'est de la foutaise ». Ma question est simple: au lieu de faire partie du problème, va-t-il enfin essayer de faire partie de la solution?

[Traduction]

    Monsieur le Président, la forme suprême de reconnaissance et de protection des droits ancestraux et issus des traités est celle qui est de nature constitutionnelle. L'article 35 de la Constitution du Canada existe pour cette raison. De plus, les droits de tous les Canadiens, y compris les Autochtones, sont protégés par la Charte canadienne des droits et libertés.
    Chaque fois que nous proposons des mesures pour accorder des droits aux gens qui habitent dans les réserves, comme les droits relatifs aux biens matrimoniaux dans les réserves ou les droits de la personne dans les réserves, ce parti et ce député votent contre.
    Monsieur le Président, en refusant de suivre l'exemple de la GRC en présentant lui aussi des excuses pour l'inadmissible rapport qui qualifie les activistes du mouvement Idle No More de bactéries, le ministre prouve pour une énième fois que les ponts sont rompus. Au lieu de saisir l'occasion pour témoigner de son respect envers les communautés autochtones et de la volonté du gouvernement de collaborer avec elles, le secrétaire parlementaire m'a accusée de ne pas soutenir les forces de l'ordre. Soyons clairs: la GRC a bien fait de présenter des excuses. On ne peut vraiment pas en dire autant du ministre.
    Le ministre entend-il présenter des excuses, aujourd'hui, dans cette enceinte?

[Français]

    Monsieur le Président, je tiens à dire que je partage l'avis de ma collègue.
    Tout comme elle, je confirme que la Gendarmerie royale du Canada a présenté ses excuses, et c'était la juste chose à faire.

[Traduction]

    Hélas, monsieur le Président, c'est de la part du ministre des Affaires autochtones que nous attendons des excuses.
    Il refuse de s'excuser. La GRC a pourtant traité les Premières Nations de bactéries. Le ministre met la violence envers les femmes autochtones sur le dos des hommes autochtones au lieu de réclamer comme nous tous une commission d'enquête nationale. Les jeunes Néo-Brunswickois des Premières Nations grandissent dans une pauvreté abjecte, mais il les traite de paresseux. Il affirme aux Premières Nations du Yukon qu'elles ne forment pas de véritables gouvernements. Trop, c'est trop.
    Le ministre se rend-il compte que ses propos témoignent d'un manque de respect flagrant et que ses gestes portent atteinte à la relation que le gouvernement entretient avec les peuples autochtones?
    Monsieur le Président, depuis que le gouvernement a été porté au pouvoir, en 2006, il a conféré aux femmes qui vivent dans les réserves les mêmes droits matrimoniaux qu'aux autres Canadiennes. Nous avons pris des mesures concrètes afin que les normes de qualité de l'eau potable soient les mêmes dans les réserves que hors des réserves. Nous avons investi dans l'emploi et la formation professionnelle, ce qui permet aux Premières Nations de jouer un rôle accru dans l'économie. Nous avons renforcé le régime électoral dans les réserves et amélioré la reddition de comptes et la transparence de la part des gouvernements des Premières Nations.
    Or, chaque fois que nous tentons d'améliorer le sort des Premières Nations dans les réserves, ce parti vote contre. Pourquoi les néo-démocrates refusent-ils de collaborer avec nous pour améliorer le sort des Premières Nations du Canada?

La défense nationale

    Monsieur le Président, le rapport présenté par la juge Deschamps au terme d'une enquête indépendante sur le harcèlement sexuel au sein des Forces armées canadiennes comporte 10 recommandations visant à corriger les graves problèmes d'inconduite sexuelle constatés dans l'armée. Le gouvernement n'en a accepté que deux sans réserve. En fait, le chef d'état-major de la Défense a donné explicitement l'ordre d'ignorer certaines des principales recommandations du rapport Deschamps avant même qu'il ne soit publié. Le ministre de la Défense reste sur la touche et garde un silence absolu depuis deux semaines.
    Pourquoi le ministre n'a-t-il pas exigé du chef d'état-major qu'il révoque cet ordre et applique intégralement les 10 recommandations, pas en principe, mais au complet et en pratique?
    Monsieur le Président, la députée rend un mauvais service à la Chambre et à elle-même en posant une question aussi tendancieuse fondée sur de fausses prémisses.
    Il est bien certain que nous rejetons toute forme d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes. C'est d'ailleurs pour cela que le chef d'état-major de la Défense a commandé une enquête indépendante à la juge Deschamps. C'est aussi pour cela qu'il y a deux mois, il a nommé la major-général Christine Whitecross à la tête d'une équipe chargée de se pencher sur ce problème. C'est pour cela que les Forces armées canadiennes ont accepté non pas deux, mais — je le répète — la totalité des recommandations formulées par la juge Deschamps.
    L'armée n'a pas réussi à appliquer les 10 recommandations la semaine dernière, c'est vrai, mais elle y parviendra. Elle les mettra en oeuvre.

  (1455)  

[Français]

    Monsieur le Président, dans son examen du harcèlement sexuel dans les forces armées, Mme Deschamps a formulé 10 recommandations pour remédier à ces graves problèmes.
    Cependant, nous venons d'apprendre que le général Lawson a donné des ordres explicites en février, rejetant d'importantes recommandations du rapport avant même qu'il soit publié, et le ministre de la Défense nationale est resté totalement silencieux.
    Pourquoi le ministre n'a-t-il pas ordonné au général Lawson d'annuler sa directive et de mettre en oeuvre les 10 recommandations dans leur totalité?
    Monsieur le Président, l'honorable député connaît la réponse à cette question. Il était à la Chambre pour écouter ma réponse, ici, à plusieurs reprises, quand j'ai dit que le gouvernement et les Forces armées canadiennes acceptaient l'ensemble des 10 recommandations, pas 2 recommandations, mais les 10.
    Les ordres auxquels il fait référence ont été émis il y a deux mois, avant la publication du rapport. Les Forces armées canadiennes sont claires: elles vont mettre en vigueur les recommandations du rapport, et nous n'accepterons jamais l'agression sexuelle dans les Forces armées canadiennes.

[Traduction]

La fonction publique du Canada

    Monsieur le Président, la Cour suprême a statué que le droit à des négociations collectives libres et justes était protégé par la Charte. Les conservateurs tentent néanmoins, au moyen de leur projet de loi budgétaire, de miner ce droit fondamental. Le gouvernement veut s'octroyer le pouvoir sans précédent de dicter l'issue des négociations avec la fonction publique.
    La question qui s'impose est donc celle-ci: pourquoi les conservateurs s'attaquent-ils au droit des fonctionnaires à des négociations collectives libres et justes? Après tout, on parle des hommes et des femmes qui fournissent des services publics à tous les Canadiens, même au gouvernement actuel.
    Monsieur le Président, rien n'est plus faux. Nous avons tenu près de 200 réunions avec divers agents syndicaux de négociation. À la fin, les agents négociateurs ne voulaient même pas discuter d'un meilleur système de congés de maladie, plus juste, plus équitable et plus responsable
    C'est à ce moment-là que nous avons présenté le budget. Toutefois, j'ai dit aux dirigeants syndicaux que je suis disposé à poursuivre les pourparlers et je continuerai certainement à me montrer juste et raisonnable, pour les employés et pour les contribuables.
    Monsieur le Président, lorsque le ministre a déjà pris sa décision, on ne peut guère parler de négociation collective.

[Français]

    Les conservateurs n'ont aucun respect pour les travailleurs ni pour le droit aux négociations collectives. Pourtant, la Cour suprême est claire. Il s'agit d'un droit protégé par notre Charte. Toutefois, le gouvernement fait encore à sa tête. Il jette à la poubelle un droit garanti à des milliers de travailleurs du secteur public, un geste certainement anticonstitutionnel.
    Pourquoi le gouvernement attaque-t-il le droit des travailleurs du secteur public à une libre négociation collective?
    Monsieur le Président, au sujet des congés de maladie, il est important d'avoir un système équitable pour les contribuables et équitable pour les employés, bien sûr. Il y a eu près de 200 rencontres, mais il faut avoir une solution équitable pour les contribuables et équitable, en même temps, pour les employés.

[Traduction]

La fiscalité

    Monsieur le Président, la prestation universelle pour la garde d'enfants et l'allégement fiscal pour les familles proposés par le gouvernement conservateur aideront toutes les familles canadiennes qui ont des enfants, y compris l'ensemble des familles de ma circonscription, Winnipeg-Centre-Sud.
    Le ministre de l’Emploi et du Développement social pourrait-il faire le point sur le plan proposé par le gouvernement pour aider l'ensemble des familles?
    Monsieur le Président, nous sommes en désaccord avec le chef libéral, qui a dit que ce qui est juste, ce n'est pas de faire profiter toutes les familles de ces mesures. Il a tout à fait tort.
    En fait, l'allégement fiscal pour les familles ainsi que les prestations que nous offrons aideront toutes les familles, peu importe leur choix en matière de garde d'enfants ou leur revenu. Grâce au fractionnement du revenu, les familles peuvent économiser jusqu'à 2 000 $. La prestation universelle pour la garde d'enfants sera bonifiée et elle atteindra près de 2 000 $ par année pour chaque enfant de moins de six ans, et 720 $ pour chaque enfant de 6 à 17 ans. En juillet, un premier paiement forfaitaire lié à l'augmentation de la prestation universelle pour la garde d'enfants sera versé, et j'invite tous les députés à renseigner les électeurs de leur circonscription à ce sujet, pour que les familles qui ont droit à cet argent puissent recevoir leur chèque.

  (1500)  

Le patrimoine canadien

    Monsieur le Président, je me permets d'ajouter que 90 % des familles recevraient plus grâce au plan libéral.
    Ayant été laissée pour compte par le gouvernement actuel, la Commission du droit d'auteur ne peut pas remplir sa mission. Il lui faut, en moyenne, de deux à trois ans pour rendre une décision. Seuls deux des cinq sièges de la commission sont comblés et le poste de président est vacant depuis un an. Il semble que la ministre ait de la difficulté à trouver un président compétent qui soit suffisamment conservateur.
    Quand la ministre accordera-t-elle des ressources à la commission pour que cette dernière puisse rendre des décisions judicieuses en temps opportun?
    Monsieur le Président, le gouvernement prend bien soin de nommer des gens de grande qualité et qui ont un excellent mérite. Voici un autre exemple de notre façon de procéder.
    Nous nous sommes concentrés sur la réforme de notre régime de propriété intellectuelle. Notre récent budget comprend des modifications visant à accorder des droits de propriété intellectuelle aux créateurs canadiens. Ceux-ci sont très satisfaits de ces changements et nous allons veiller à offrir la meilleure protection possible à nos créateurs pour qu'ils s'épanouissent.

La défense nationale

    Monsieur le Président, la semaine dernière, le major Marcus Brauer a appris que sa demande de prestations au titre de la garantie de remboursement des pertes immobilières a été rejetée. C'est une terrible nouvelle pour le major Brauer et sa famille.
    Ce membre des Forces canadiennes, qui devait déménager pour le travail, a perdu 88 000 $ lors de la vente de sa maison. Les conservateurs ont dépensé presque autant d'argent à se battre avec le major Brauer que s'ils avaient simplement honoré leur engagement et remboursé le montant demandé.
    Pourquoi les hommes et les femmes en uniforme au pays doivent-ils se battre bec et ongles avec le gouvernement pour obtenir les prestations qu'ils méritent?
    Monsieur le Président, je peux dire à la Chambre que, conformément à l'ordonnance de mai 2014 de la Cour fédérale, un examen indépendant et impartial a été mené. Bien entendu, nous nous sommes fiés aux conseils de l'expert indépendant, qui a conclu que le marché n'était pas en déclin.

L'industrie minière

    Monsieur le Président, à l'occasion de la Semaine minière du Canada, je voudrais souligner à quel point l'industrie minière est importante pour l'économie canadienne. En fait, près de 400 000 hommes et femmes travaillent dans le secteur minier, qui contribue au PIB du Canada à hauteur de près de 60 milliards de dollars et représente le cinquième des exportations canadiennes de marchandises.
    Le ministre des Ressources naturelles pourrait-il dire à la Chambre ce que le gouvernement fait pour appuyer ce secteur vital de l'économie?
    Demain, dans le cadre de la Semaine minière du Canada, j'ouvrirai la Bourse de Toronto et je soulignerai l'appui qu'offre le gouvernement au secteur minier.
    Dans le cadre du budget équilibré que nous avons déposé récemment, nous prolongerons la durée du crédit d'impôt pour l'exportation des ressources minières et nous ferons de nouveaux investissements dans les sciences de la Terre, dans l'innovation en matière de géocartographie et dans la technologie de séparation nécessaire pour extraire des métaux tels que la chromite et des éléments des terres rares que l'on retrouve dans le Cercle de feu. Ces mesures réduisent les impôts et les coûts du secteur minier, qui en est reconnaissant.
    Malheureusement, l'opposition vote contre la création d'emplois, la croissance et la prospérité économique pour nos collectivités minières. Pourquoi?

[Français]

L'emploi

    Monsieur le Président, les Maraîchers du coeur est une initiative rimouskoise permettant à des jeunes décrocheurs de vivre une expérience de travail par la création d'un jardin communautaire. Ils ont reçu un financement fédéral constant de 2000 à 2013.
     Or Connexion compétences de Service Canada est en train de miner le projet pour une deuxième année de suite, parce que le financement tarde à arriver. L'an passé, le projet avait été approuvé en septembre. Les légumes sont semés au printemps. Il est maintenant minuit moins une. J'ai informé le ministre de la situation il y a trois semaines.
    Peut-il s'assurer d'une réponse d'ici la fin de la semaine, afin que les jeunes puissent commencer leur travail?
    Monsieur le Président, nos fonctionnaires non partisans regardent chaque application pour des fonds avec objectivité et ils vont regarder ce dossier dans le même esprit. J'assure à l'honorable député qu'une décision juste et équitable sera prise.

[Traduction]

La justice

    Monsieur le Président, toute démocratie nécessite un système juridique fiable, efficace et équitable, qui préconise la primauté du droit et l'accès, dans un délai raisonnable, à un tribunal indépendant doté de ressources adéquates. Toutefois, il y a déjà un certain temps que l'Alberta arrive au dernier rang quand on regarde le nombre de juges de la Cour du Banc de la Reine en proportion de la population. Depuis trois ans, des procureurs fédéraux chevronnés de l'Alberta signalent que les affaires sont de plus en plus complexes, et que le manque d'avocats chevronnés met ces affaires en péril, puisque les longues périodes d'attente vont à l'encontre du droit de subir un procès dans un délai raisonnable.
    Étant donné le grand nombre de postes vacants tant au Service des poursuites pénales qu'à la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta, le programme de répression de la criminalité prôné par le gouvernement se bute à des obstacles. Quand le gouvernement cessera-t-il de négliger les Albertains parce qu'il croit que leurs votes lui sont acquis?

  (1505)  

    Monsieur le Président, ce député albertain sait sûrement que le Service des poursuites pénales est un organisme indépendant.
    En ce qui concerne le nombre d'employés du Service des poursuites pénales, je vais citer son porte-parole, M. Dan Brien. Il a déclaré que le Service des poursuites pénales dispose de ressources suffisantes pour s'acquitter de son mandat. Il a ajouté que le service n'avait perdu aucune affaire en raison du volume de travail.
    En réalité, il y a très peu de postes vacants. Nous avons embauché plus d'employés récemment, et nous comptons en embaucher encore. Le Service des poursuites pénales fait un excellent travail pour tous les Canadiens.

Présence à la tribune

    Je voudrais signaler aux députés la présence à notre tribune de l'honorable Gordon Wyant, ministre de la Justice et procureur général de la Saskatchewan.
    Des voix: Bravo!

AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

[Traduction]

La démission d'un député

    À l'ordre, s'il vous plaît. La présidence a reçu avis que le député de Barrie aimerait prendre la parole à titre personnel.
    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui à titre personnel. Comme j'ai récemment été élu chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, je vais remettre ma démission en tant que député de Barrie. Il s'agit d'un moment émouvant et exaltant pour moi puisque j'ai eu la chance de servir la ville de Barrie pendant neuf ans. Cela a été l'un des plus grands honneurs de ma vie.
    La ville de Barrie a connu de nombreuses réussites depuis que le gouvernement est au pouvoir et j'aimerais en souligner quelques-unes.
    Parlons d'abord d'infrastructure. Je suis très fier que l'on ait construit le centre de santé et de bien-être du Georgian College. J'ai aussi eu l'honneur de présenter à la ville de Barrie les projets des gares ferroviaires Allandale Waterfront et Barrie South du réseau GO. Nous avons mené à terme les projets de la caserne de pompiers de la rue Dunlop et du centre communautaire Lampman Lane, et nous avons rénové l'aréna Eastview. En outre, la culture fait partie intégrante du centre-ville de Barrie, où on trouve maintenant un théâtre.
    Le gouvernement a accordé des fonds sans précédent pour le lac Simcoe. Quand j'ai été élu député, je pense que le niveau de phosphore était l'un des plus grands problèmes du lac Simcoe. Je vois le député d'York—Simcoe qui applaudit. Je sais qu'il a été l'un des plus ardents défenseurs du nettoyage du lac Simcoe, tout comme le député de Simcoe-Nord. Nous nous enorgueillissons de savoir que le lac Simcoe est aujourd'hui plus sain qu'il ne l'a jamais été grâce aux 60 millions de dollars que le gouvernement du Canada a consacré à son nettoyage.
    Un autre bel exemple d'investissement dont je suis très fier dans le comté de Simcoe concerne la Stratégie de défense Le Canada d'abord. La BFC de Borden se trouve très près de la ville de Barrie, dans la circonscription de Simcoe—Grey. Ma bonne amie qui en est la députée sait que je suis très fier du financement de plus de 210 millions de dollars que nous avons accordé à la BFC de Borden depuis 2006. Le comté de Simcoe tire une grande fierté de la base de Borden et de ce qu'elle apporte à notre région. C'est formidable de voir que le gouvernement a fait de tels investissements dans cette base.
    Le secteur caritatif de Barrie est également très actif. Essayer d'orienter cette bonne volonté vers des causes qui me tiennent à cœur aura été une des tâches qui m'auront apporté le plus de satisfaction à titre de député.
    Je pense à l'hôpital Royal Victoria. Il y a neuf ans, je me suis donné pour mission de collecter des fonds pour cet hôpital en organisant un match de hockey annuel. Je songe à ma grand-mère qui a fait du bénévolat à cet endroit pendant 50 ans. Elle faisait partie des « blouses bleues ». Tous les bénévoles de l'hôpital étaient connus sous le nom de « blouse bleue ». Cependant, avec l'aide de la collectivité et la tenue d'une soirée de hockey à Barrie, nous avons été en mesure de recueillir 1,4 million de dollars pour le centre de cancérologie et pour la santé mentale.
    Cela ne s'est pas arrêté à un match de hockey de bienfaisance. Au cours des quatre dernières années, nous avons ajouté à cette activité le demi-marathon annuel du secteur riverain de Barrie. Je sais qu'un certain nombre de mes collègues ont participé à ce demi-marathon, qu'ils l'aient voulu ou non. J'ai réussi à forcer quelques-uns d'entre eux à y prendre part. Cependant, grâce au demi-marathon, nous sommes parvenus à collecter 170 000 $ pour financer des causes aussi importantes que celle du David Busby Street Centre, du Gilda's Club de Simcoe-Muskoka, d'Autisme Ontario, du Talk is Free Theatre et de la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile. Cette année, la course se poursuit pour appuyer le YMCA de Simcoe-Muskoka, l'INCA et la Société Alzheimer du comté de Simcoe.
    J'aimerais également parler de mes projets préférés auxquels j'ai participé à l'extérieur de ma circonscription, c'est-à-dire à Ottawa, y compris mon travail concernant les relations avec l'Inde.
    J'ai eu l'honneur de présider l'Association parlementaire Canada-Inde pendant neuf ans. Pendant cette période, j'ai travaillé avec plusieurs de mes collègues pour entretenir des relations avec l'Inde. J'ai eu le privilège exceptionnel de visiter ce pays à 15 reprises. Dans le cadre de ce travail, nous avons réussi à accroître le commerce avec l'Inde, à établir des relations en matière d'éducation, à conclure des accords dans le domaine de l'énergie et même à nous lier d'amitié avec le premier ministre de l'Inde, Narendra Modi.
    Je me souviens d'une histoire dont je peux maintenant rire. Lorsque le député de Calgary-Nord-Est s'est joint à moi pour faire partie de l'exécutif de l'Association parlementaire Canada-Inde, je lui ai demandé de m'accompagner en Inde pour un week-end afin d'assister à l'ouverture du centre à Gandhinagar, ce qui devait être le projet auquel Narendra Modi tenait le plus à titre de ministre en chef. Or, les députés ne sont pas censés partir en Inde pour un week-end, alors nous avons dû partir un jeudi. J'ai donc dit au député de Calgary-Nord-Est qu'on n'avait qu'à considérer cela comme une pause prolongée. Nous avons eu quelques ennuis avec le whip, mais aujourd'hui, je sais que le premier ministre de l'Inde garde de bons souvenirs de notre visite, qui a duré, en tout et pour tout, à peu près une journée.

  (1510)  

    Le travail que j'ai accompli avec la communauté tamoule canadienne compte également parmi les projets que j'ai le plus aimés depuis que je suis à Ottawa. En tant que députés, nous en apprenons davantage sur des questions que nous ne connaissons pas nécessairement bien.
    Je me rappelle qu'en 2009, une personne du nom de Ranjit Shreskumar s'est présentée à mon bureau, s'est assise sur mon divan et a déploré ce qui se passait au Sri Lanka. S'il y a une chose dont je suis très fier, c'est la façon dont le gouvernement a réagi au fil des ans au génocide perpétré dans ce pays. Il a été le plus important dénonciateur à l'échelle mondiale des évènements qui s'y sont produits et des violations des droits de la personne qui y ont été commises. Voilà qui montre comment une communauté telle que la communauté tamoule a discuté avec des députés de questions que beaucoup d'entre nous ne connaissaient pas bien à l'époque, de sorte que bon nombre d'entre nous sont devenus ses défenseurs et sa voix à la Chambre des communes. Ce fut un véritable honneur.
    Lors de mon congrès à la direction, j'ai eu l'honneur d'être fermement appuyé par la communauté indo-canadienne et la communauté tamoule. Je n'oublierai jamais l'amitié et le soutien qu'elles m'ont témoigné.
    Le dernier point que j'aimerais soulever concerne la recherche en neurologie. La mise sur pied en 2008 d'un sous-comité sur les maladies neurologiques compte parmi les réalisations qui m'ont le plus réjoui depuis que je suis à Ottawa. C'était un comité multipartite auquel j'ai siégé. Nous avons tenu des audiences sur les maladies neurologiques pendant trois ans.
    Nous siégions tous à ce comité pour différentes raisons. J'y étais parce que j'avais vu ce qui était arrivé à ma grand-mère qui souffrait de la maladie d'Alzheimer. Des députés d'autres partis y siégeaient aussi pour des raisons personnelles semblables, mais j'ai vu ce comité comme une occasion de collaborer à une question qui nous avait réunis. Le rapport a finalement été publié et, dans le budget de 2011, 100 millions de dollars supplémentaires ont été affectés à la Fondation Neuro Canada. C'est à des moments comme celui-là que nous comprenons l'importance du gouvernement et de la fonction publique.
    Je tiens à remercier quelques personnes aujourd'hui à l'occasion de mon dernier discours à la Chambre des communes. Je tiens à remercier les membres de ma famille pour leur amour et leur appui. Mes regrettés grands-parents, « Honest » Joe et Edna Tascona, ont déménagé à Barrie dans les années 1940, et je suis ravi qu'ils l'aient fait. Mon père, Edmund Brown, ma mère, Judy, mes soeurs, Stephanie et Fiona, mon beau-frère, Chuck, et mes neveux, Colton et Harrison, ne cessent de m'inspirer.
    Je tiens aussi à remercier les anciens présidents de mon association de circonscription. Je sais que chaque député est reconnaissant d'avoir une solide association de circonscription et j'ai eu la chance d'avoir d'excellents présidents: Alison Eadie, Trudie Waldinger, Larry Pomfret, Bruce Macgregor et Gary Perkin.
    Je veux aussi remercier mon personnel. Nous savons tous que nous ne pourrions accomplir notre travail sans l'aide de nos employés. Leur savoir, leur dévouement et leur professionnalisme m'ont permis de servir les gens de Barrie. Je remercie Heather McCarthy, Shawn Bubel, Samantha Flynn, Pat McFarlane et Cindy Bugeja.
    Servir Barrie a été le plus grand honneur de ma vie. Je m'y sentirai toujours chez moi. Les gens de Barrie ont en grande partie fait de moi l'homme que je suis et c'est avec enthousiasme que j'entreprends ce nouveau chapitre de ma vie.
    J'ai oublié de mentionner combien je suis redevable au premier ministre. Ce fut un honneur de travailler au sein de son caucus et de son gouvernement. J'ai été honoré de présider le groupe parlementaire du Grand Toronto. Je quitte la Chambre aussi fier que jamais du travail qu'a accompli le premier ministre pour le Canada. Nous avons un premier ministre qui a fait du Canada l'envie du monde entier. Je crois sincèrement qu'il passera à l'histoire comme l'un des plus grands premiers ministres canadiens.
    Je me sens interpellé par le service public en Ontario car je crois pouvoir y apporter une grande contribution. Selon moi, l'Ontario peut redevenir le moteur économique du Canada qu'elle a déjà été. Je crois que nous pouvons et devons faire mieux en tant que province. C'est pour cette raison que j'ai fait le choix difficile de quitter mes amis de la Chambre pour aller servir le public dans un autre ordre de gouvernement. Ce fut un honneur de côtoyer les personnes de qualité qui siègent des deux côtés de la Chambre.

  (1515)  

    Je souhaite bonne chance au député dans ses projets futurs.

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, le traité intitulé « Accord sur la facilitation des échanges de l'Organisation mondiale du commerce ». Ce traité est accompagné d'une note explicative.

Réponse du gouvernement à des pétitions

    Monsieur le Président, conformément au paragraphe 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à cinq pétitions.

Les délégations interparlementaires

     Monsieur le Président, conformément au paragraphe 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, le rapport de la délégation canadienne de l'Association parlementaire Canada-Europe concernant sa participation à la réunion du Comité permanent des parlementaires de la région de l'Arctique, qui s'est déroulée à Washington, D.C., les 10 et 11 mars.
     Monsieur le Président, conformément au paragraphe 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, quatre rapports de la délégation canadienne du Groupe interparlementaire Canada-États-Unis.
    Le premier concerne la 68e réunion annuelle de la Southern Legislative Conference du Council of State Governments, tenue à Little Rock, en Arkansas, aux États-Unis, du 26 au 30 juillet 2014.

[Français]

    Le second concerne la réunion du Groupe interparlementaire trilatéral Canada-États-Unis-Mexique, tenue à Washington, D.C., aux États-Unis d'Amérique, le 1er décembre et le 2 décembre 2014.
    Le troisième concerne la réunion hivernale annuelle de la National Governors Association, tenue à Washington, D.C., aux États-Unis, du 20 au 23 février 2015.

[Traduction]

    Le quatrième concerne la participation de la délégation aux rencontres avec des membres du Congrès américain, tenues à Washington, D.C., aux États-Unis, du 23 au 25 mars.
    Notre groupe a été très occupé dernièrement, et nous avons déposé de nombreux rapports sur l'excellent travail effectué par tous les membres du Groupe interparlementaire Canada-États-Unis.

Les comités de la Chambre

Citoyenneté et immigration 

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le cinquième rapport du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration, qui porte sur le projet de loi S-7, Loi modifiant la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, la Loi sur le mariage civil, le Code criminel et d’autres lois en conséquence. Le comité a étudié le projet de loi et a convenu d'en faire rapport à la Chambre sans proposition d'amendement.

  (1520)  

Sécurité publique et nationale  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 12e rapport du Comité permanent de la sécurité publique et nationale, qui porte sur le Budget principal des dépenses 2015-2016.

Ressources humaines, développement des compétences, développement social et condition des personnes handicapées  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 10e rapport du Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, qui porte sur le projet de loi C-643, Loi instituant la Journée nationale de sensibilisation aux lésions médullaires. Le comité a étudié le projet de loi et a convenu d'en faire rapport à la Chambre sans proposition d'amendement.
    J'ai également l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le rapport annuel de 2013 sur l'administration de la Loi sur la bourse de recherches de la flamme du centenaire. Le rapport comprend le rapport de 2013 sur la Bourse de recherches de la flamme du centenaire soumis par Mme Sara Carleton, intitulé « Clara Hughes: ouvrir les coeurs, ouvrir les esprits », ainsi que les états financiers de la Bourse de recherches de la flamme du centenaire pour les exercices financiers prenant fin le 31 mars 2014 et le 31 mars 2015.

[Français]

Finances  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le neuvième rapport du Comité permanent des finances relatif à l'étude du Budget principal des dépenses 2015-2016.

La Loi de l'impôt sur le revenu

     — Monsieur le Président, c'est avec fierté que je dépose dans cette Chambre mon projet de loi qui, soit dit en passant, m'a été insufflé par un vétéran de ma circonscription, M. Daniel Bélanger.
    Ce projet de loi vise à aider financièrement la vie des anciens combattants souffrant du syndrome de stress post-traumatique en leur permettant d'être admissibles au crédit d'impôt pour frais médicaux et au crédit d'impôt pour déficience mentale ou physique.
    J'espère que mon projet de loi, qui vise à aider nos héros, sera appuyé par tous les députés de la Chambre, tous partis confondus.

[Traduction]

    Le projet de loi a un seul objectif, soit d'aider nos héros nationaux, ceux qui souffrent du syndrome de stress post-traumatique, à obtenir un soutien financier pour eux et leur famille quand vient le temps de remplir leur déclaration de revenus. Ils le méritent, et nous devrions tous appuyer le projet de loi. J'espère avoir l'appui de tous les députés à la Chambre.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

Le Code criminel

    -- Monsieur le Président, il est important pour moi de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui pour présenter mon projet de loi d'initiative parlementaire visant à modifier le Code criminel au sujet des biens des victimes et des survivants de l'Holocauste.
    Ce projet de loi modifierait le Code criminel pour ériger en infraction le fait de vendre ou d'acheter un bien meuble ayant appartenu à une victime ou à un survivant de l'Holocauste — ou ayant été en leur possession — afin de fomenter volontairement la haine contre un groupe identifiable.
    Cette question me tient à coeur et elle est importante pour les électeurs d'York-Centre. J'espère que tous les députés appuieront ce projet de loi.

     (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

  (1525)  

Loi sur le Comité de surveillance du Centre de la sécurité des télécommunications

    -- Monsieur le Président, c'est un plaisir pour moi de prendre la parole et de présenter la Loi sur le Comité de surveillance du Centre de la sécurité des télécommunications.
    Le projet de loi proposé constituerait un comité civil composé de cinq membres. Ce dernier serait chargé d'examiner les activités du Centre de la sécurité des télécommunications du Canada. Ce serait un comité technique composé d'un président à temps plein, d'un spécialiste des technologies de l'information, d'un spécialiste de la sécurité, d'un spécialiste de la protection de la vie privée et d'un avocat possédant des connaissances spécialisées en droit relatif à la protection des libertés civiles.
    Le comité ferait des examens prévus par la loi, enquêterait sur les plaintes formulées par les Canadiens et informerait le procureur général et le directeur des poursuites pénales de toute infraction pour qu'ils mènent une enquête plus approfondie.
    Le comité pourrait également faire des examens conjoints avec le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité et la Commission des plaintes de la GRC. Le comité aurait le pouvoir d'obliger des personnes à comparaître, d'exiger la production de documents et de recueillir des témoignages sous serment.
    Nous savons que l'organisme d'espionnage électronique du Canada collabore avec la NSA, exploite les métadonnées et passe au crible des millions de vidéos et de documents téléchargés en ligne.
    Étant donné que le projet de loi C-51 élargirait les pouvoirs de tous les services d'espionnage du Canada sans surveillance supplémentaire, j'encourage tous les députés à appuyer ce projet de loi et à défendre le droit à la vie privée de tous les Canadiens respectueux de la loi.

     (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

La Loi sur les aliments et drogues

    — Monsieur le Président, ce projet de loi vise à modifier la Loi sur les aliments et drogues afin d'interdire la vente de produits de soins personnels contenant des particules de plastique dont les dimensions sont de cinq millimètres ou moins.
    Comme on le sait, cette question a fait l'objet d'un débat considérable. Même si la Chambre a parlé de cette question avec passion et éloquence et qu'elle a fini par adopter à l'unanimité une motion visant à prendre des mesures à cet égard, nous avons cru bon présenter ce projet de loi parce que, par le passé, le gouvernement n'a pas tenu compte de motions adoptées à la Chambre.
    Le gouvernement ne pourra plus faire abstraction de cette question. Il va devoir réagir en répondant au projet de loi. J'encourage tous les députés à l'appuyer.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

Travaux des subsides

    Monsieur le Président, il y a eu des discussions entre les partis, et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante. Je propose:
    Que, pendant le débat aujourd'hui relatif aux travaux des subsides conformément à l'article 81(4) du Règlement, la présidence ne reçoive ni demande de quorum, ni motion dilatoire, ni demande de consentement unanime et que, à l'intérieur de chaque période de 15 minutes, chaque parti puisse allouer du temps à un ou plusieurs de ses députés pour des discours ou des questions et réponses, à condition que, dans le cas des questions et réponses, la réponse du ministre corresponde approximativement au temps pris par la question, et que, dans le cas des discours, les députés du parti auquel la période est consacrée puissent parler les uns après les autres.
    Le leader du gouvernement à la Chambre a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour présenter cette motion?
    Des voix: D'accord.
    Le président suppléant (M. Bruce Stanton): La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?
    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

  (1530)  

    Monsieur le Président, je demande le consentement unanime pour la motion suivante, qui figure actuellement à l’ordre du jour. Je propose au nom du ministre des Anciens Combattants que le projet de loi C-58, Loi modifiant la Loi sur les mesures de réinsertion et d'indemnisation des militaires et vétérans des Forces canadiennes et une autre loi en conséquence, soit maintenant lu pour la deuxième fois et renvoyé au Comité permanent des anciens combattants.
    Le député de Sackville—Eastern Shore a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour proposer cette motion?
    Des voix: D’accord.
    Des voix: Non.

Les pétitions

Le Traité sur le commerce des armes  

    Monsieur le Président, j’ai deux pétitions à présenter aujourd’hui qui ont été signées par des citoyens de Calgary.
    La première demande au Canada de ratifier le Traité sur le commerce des armes. Les pétitionnaires nous informent qu’un demi-million de personnes meurent chaque année dans des conflits armés et que le commerce d’armes emprisonne les civils dans la criminalité, les conflits et la pauvreté et perturbe la livraison d’aide humanitaire. Ils s’inquiètent du fait que le gouvernement du Canada continue d’approuver l’exportation d’armes vers des pays comme le Brésil, la Colombie, Israël, l’Arabie Saoudite et le Nigéria.
    Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada, qui a adopté en 2013 le texte du Traité sur le commerce des armes, de signer, de ratifier et de mettre en oeuvre le Traité sur le commerce des armes.

Le désarmement nucléaire  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition a été signée par des résidants de Calgary qui exhortent le Canada à prendre des mesures visant le désarmement nucléaire.
    Les pétitionnaires s'inquiètent du fait qu'il existe plus de 16 000 armes nucléaires et que, parmi celles-ci, 2 000 sont prêtes à être utilisées. Cela fait près de 40 ans que le Canada et 190 autres pays se sont engagés à conclure un traité sur les armes.
    Les pétitionnaires prient le gouvernement du Canada de demander instamment aux États-Unis et à la Russie de diminuer le niveau d'alerte de leurs armes nucléaires. Ils demandent aussi au gouvernement du Canada d'annoncer publiquement qu'il est prêt à entamer des négociations afin d'établir une convention sur les armes nucléaires ou un cadre d'entente équivalent.

La justice  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition qui demande au gouvernement du Canada de modifier les lois actuelles concernant la conduite avec facultés affaiblies ainsi que le Code criminel du Canada.

L'agriculture  

    Monsieur le Président, j'aimerais présenter plusieurs pétitions qui ont été signées par des centaines de personnes de Guelph et des environs. Ces pétitionnaires soutiennent que les sociétés multinationales de semences remplacent l'immense variété des semences des cultivateurs par des variétés industrielles grâce à un nombre croissant de semences brevetées. Les pétitionnaires estiment aussi que la convention de l'UPOV de 1991 nuira à la conservation des semences et empêchera les agriculteurs d'en faire l'échange. Cette situation aura des répercussions sur les agriculteurs canadiens et sur les agriculteurs des pays du tiers monde.
    Les pétitionnaires demandent au Canada d'adopter des politiques nationales et internationales qui soutiennent les petits agriculteurs, particulièrement les femmes, et qui favorisent l'échange et la préservation des semences.

La garde d'enfants  

    Monsieur le Président, j'aimerais présenter une pétition signée par des électeurs de ma circonscription, Victoria, qui demandent au gouvernement du Canada de collaborer avec les provinces et les territoires pour mettre en oeuvre le plan du NPD en matière de services de garde abordables.
    À l'heure actuelle, 900 000 enfants dont les parents travaillent n'ont pas accès à une place abordable dans une garderie réglementée. Les pétitionnaires souhaitent que le gouvernement permette à tous les Canadiens de bénéficier de services de garde à 15 $ par jour ou moins.

La justice  

    Monsieur le Président, je suis heureux de présenter trois pétitions qui portent la signature de milliers de Canadiens. La première propose de moderniser les lois canadiennes à l'égard de la conduite avec les facultés affaiblies.

La législation sur les armes à feu  

    La deuxième pétition, monsieur le Président, a été signée par des centaines de Canadiens de partout au pays, qui exhortent le gouvernement à édicter des lois qui relèvent du gros bon sens à l'égard des armes à feu et à adopter le projet de loi C-42, Loi visant la délivrance simple et sécuritaire des permis d'armes à feu.

La chasse et le piégeage  

    Dans la troisième pétition, monsieur le Président, des Canadiens demandent au gouvernement d'appuyer l'étude que mène le comité de l'environnement sur la chasse et le piégeage tout en réclamant que les libéraux et les néo-démocrates cessent leurs petits jeux partisans au comité.

Les droits de la personne  

    Monsieur le Président, je présente aujourd'hui deux pétitions. La première provient de résidants de la région de Vancouver, qui exhortent le gouvernement et les députés à exercer toutes les pressions possibles afin d'amener la République populaire de Chine à respecter les droits de la personne des adeptes du Falun Dafa et du Falun Gong.

CBC/Radio-Canada  

    La seconde pétition, monsieur le Président, provient de résidants des environs de Victoria. Ils réclament que la Chambre assure un financement stable, prévisible et durable au diffuseur public national, CBC/Radio-Canada.

L'agriculture  

    Monsieur le Président, j'ai en main une pétition qui porte la signature de dizaines de résidants de Kitimat, dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique.
    Elle porte sur le respect du droit des petites exploitations agricoles familiales de conserver, d'échanger et d'utiliser leurs semences.
    Les pétitionnaires font remarquer que le Canada n'a adopté aucune des politiques internationales destinées à aider les exploitations agricoles familiales, surtout celles de petite taille ou dirigées par une femme, et qu'il faut reconnaître leur rôle indispensable dans la lutte contre la faim et la pauvreté. Ils signalent également que les politiques canadiennes, au pays comme à l'étranger, devraient systématiquement soutenir les programmes qui sont élaborés en consultation avec les agriculteurs familiaux et qui protègent le droit des petites exploitations agricoles familiales des pays du Sud de conserver, d'utiliser et d'échanger librement les semences.

  (1535)  

La justice  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une triste pétition informant la Chambre que Duane Pearson a tragiquement perdu la vie à cause d'un conducteur ivre. La famille Pearson est très durement éprouvée.
    Families for Justice est une association de Canadiens qui ont, eux aussi, perdu un être cher à cause de l'alcool au volant. Ces personnes estiment que les lois canadiennes en matière de conduite avec facultés affaiblies sont beaucoup trop clémentes. Elles veulent que l'on appelle les choses par leur nom: cet acte criminel est un homicide commis au volant d'un véhicule automobile. Elles demandent donc au gouvernement de présenter un projet de loi qui imposera des peines obligatoires aux auteurs d'homicides commis au volant d'un véhicule automobile.

La sélection en fonction du sexe  

    Monsieur le Président, la pétition suivante parle d'actes inhumains et discriminatoires envers les filles: les avortements sexo-sélectifs. Il manque plus de 200 millions de filles dans le monde à cause des avortements pratiqués en fonction du sexe de l'enfant. Les pétitionnaires demandent au Parlement de condamner cette pratique discriminatoire envers les filles.

La santé  

    Monsieur le Président, je vais présenter deux pétitions aujourd'hui. La première a été signée par des gens de ma circonscription, plus précisément de Surrey, Newton et Delta-Nord.
    Les pétitionnaires demandent au gouvernement de créer un ministère chargé des questions liées aux personnes handicapées et à la santé mentale. Au Canada, seulement le tiers des personnes ayant des troubles de santé mentale reçoivent les services dont elles ont besoin.
    Les pétitionnaires estiment que la création d'un ministère pour ces personnes serait une bonne solution qui réduirait les préjudices et répondrait à un besoin criant. Les néo-démocrates savent qu'il est important que les Canadiens ayant des troubles de santé mentale puissent obtenir l'aide dont ils ont besoin.

L'immigration  

    Monsieur le Président, ma deuxième pétition vient de résidants de Surrey, de Newton et de Delta-Nord, que je représente.
    Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de faire de la réunification des familles une priorité de notre système d'immigration. Ils estiment que le gouvernement fait erreur en voulant remédier aux délais d’attente par l’imposition d’un gel de deux ans aux demandes de réunification visant les parents et les grands-parents et que cette mesure affaiblit les collectivités canadiennes.
    Les néo-démocrates sont d'avis que nous devrions faire porter nos efforts sur la réunification des familles afin de renforcer nos collectivités et notre économie en faisant du Canada un pays plus accueillant pour les immigrants de partout dans le monde.
    Je signale que, normalement, quand on présente des pétitions, on doit éviter de formuler des commentaires à l'appui ou à l'encontre des pétitions qu'on présente.
    Le député de Nickel Belt a la parole.

Les soins de santé  

    Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à présenter aujourd'hui.
    La première vient de nombreuses localités de Nickel Belt, notamment Warren, St. Charles, Field, Val Caron et Hanmer. Les pétitionnaires demandent à la population d'appuyer le système public de soins de santé et veulent s'assurer que tous les Canadiens ont un accès égal à des soins de santé de grande qualité, indépendamment de leur lieu de résidence.

La démence  

    Monsieur le Président, les signataires de la deuxième pétition demandent au gouvernement d'appuyer la mise en place d'une stratégie nationale sur la démence.

Questions transférées en ordres de dépôt de documents

    Monsieur le Président, si les questions nos 1135 et 1136 pouvaient être transformées en ordres de dépôt de document, les documents seraient déposés immédiatement.
    Des voix: D'accord.

[Texte]

Question no 1135 --
M. Stephen Woodworth:
     En ce qui concerne le financement gouvernemental dans la circonscription de Kitchener-Centre, au cours de chaque exercice depuis 2007-2008 inclusivement: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions et à tous les prêts accordés à tout organisme ou groupe, ventilés selon (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iv) le montant reçu, (v) le ministère ou l’organisme qui a octroyé le financement, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt ont été accordés, (vii) la nature ou le but; b) pour chaque subvention, contribution et prêt mentionnés en a), un communiqué l'annonçant a-t-il été publié, et, dans l'affirmative, quels sont (i) la date, (ii) le titre, (iii) le numéro de dossier du communiqué?
    (Le document est déposé)
Question no 1136 --
Mme Kirsty Duncan:
     En ce qui concerne la présentation du Canada aux fins de l’examen sur 20 ans des progrès et des défis de la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing: a) quelles consultations avec les provinces et les territoires Condition féminine Canada (CFC) a-t-elle menées au sujet de l’examen national du Canada, (i) à quelle date et auprès de qui chaque consultation a t-elle été menée, (ii) quel processus d’examen a été mis en place pour que le point de vue des provinces et des territoires soit pris en compte; b) qui a rédigé l’examen national du Canada, (i) quels ministères ont fourni des données et à quelles dates l’ont-ils fait, (ii) combien d’ébauches de la présentation ont été produites et à quelles dates l’ont-elles été, (iii) quels ministères et quelles personnes ont examiné chaque ébauche; c) quelles ONG canadiennes ont assisté au Forum des ONG avant l’examen régional de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe, et CFC a-t-elle eu l’occasion d’obtenir une rétroaction et, le cas échéant, quelle a été cette rétroaction; d) quels sont les problèmes non réglés que reconnaît le gouvernement en ce qui concerne (i) l’écart de salaire entre les sexes, (ii) la ségrégation professionnelle, (iii) la violence à l’égard des femmes et des filles, (iv) la présence des femmes dans des postes de direction clés dans les entreprises canadiennes; e) quels investissements annuels le gouvernement a-t-il faits depuis 2006 pour corriger chacun des problèmes mentionnés en d), et quelles modifications législatives le gouvernement a-t-il adoptées pour s’attaquer à ces problèmes; f) quels investissements annuels le gouvernement a-t-il faits pour réduire la pauvreté depuis 2006 chez (i) les femmes autochtones, (ii) les immigrantes, (iii) les aînées, (iv) les femmes handicapées; g) quelles modifications législatives le gouvernement a-t-il adoptées pour réduire la pauvreté chez (i) les femmes autochtones, (ii) les immigrantes, (iii) les aînées, (iv) les femmes handicapées; h) en quoi le Canada est-il un « chef de file de la promotion de l'égalité entre les sexes », en indiquant notamment le classement international du Canada en matière d’écart entre les sexes; i) en quoi le Canada a-t-il « pris au sérieux » ses engagements nationaux pour l’atteinte des objectifs de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing, et quels investissements annuels ont été faits à l’égard de chacun des 12 thèmes prioritaires depuis 2006; j) en quoi le Canada a-t-il « pris au sérieux » ses engagements internationaux pour l’atteinte des objectifs de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing; k) quels investissements annuels le gouvernement a-t-il faits depuis 2006 pour (i) renforcer les systèmes nationaux de protection des enfants, des filles en particulier, contre la violence, l’exploitation et les mauvais traitements, (ii) favoriser la sécurité dans les écoles, (iii) offrir aux jeunes à risque la possibilité de faire d’autres choix que la criminalité et la violence; l) quels renseignements le gouvernement détient-il sur la violence à l’égard des femmes et, plus particulièrement (i) quels sont les coûts économiques de la violence conjugale au Canada, (ii) quel pourcentage des survivants de la violence conjugale sont des femmes, (iii) quels investissements annuels le gouvernement a-t-il faits pour faire cesser la violence à l’égard des femmes et des filles depuis 2006; m) quels investissements annuels le gouvernement a-t-il faits dans les centres d’appui aux enfants au Canada depuis 2006; n) combien a coûté la création du centre de ressources en ligne « Arrêtons la violence familiale », (i) combien de visites le site du centre de ressources a-t-il enregistrées, (ii) combien de fois a-t-il été utilisé pour créer de nouveaux programmes ou améliorer des programmes à l’échelle du pays; o) quels projets destinés à aider les femmes et les filles qui fuient la violence familiale ont été financés dans le cadre de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance, et quel a été l’investissement dans chaque projet; p) quels projets le gouvernement a-t-il financés pour s’attaquer aux enjeux nouveaux, notamment « la violence au nom de l’honneur » et quel a été le montant investi; q) quels projets le gouvernement a-t-il financés pour s’attaquer aux enjeux nouveaux, notamment « la mobilisation des hommes et des garçons pour la prévention de la violence » et quel a été le montant investi; r) combien a coûté la production de la ressource en ligne « Non à la cyberintimidation » et combien de visites le site a-t-il enregistrées; s) quel est l’investissement annuel de CFC dans des projets visant à mettre un terme à la violence à l’égard des femmes et des filles depuis 2006; t) quels investissements annuels le gouvernement a-t-il faits pour prévenir la violence sexuelle depuis 2006; u) en quoi le Canada est-il reconnu comme un chef de file de la protection des droits des femmes en ce qui concerne la santé (i) reproductive, (ii) maternelle, (iii) néonatale, (iv) infantile; v) quel investissement le gouvernement a-t-il fait quant à la protection des droits des femmes pour les questions en u) depuis 2006; w) quels cibles et indicateurs particuliers le Canada fait-il valoir en ce qui concerne le mariage des enfants, le mariage précoce et le mariage forcé dans son programme de développement pour l’après 2015; x) quels investissements annuels le Canada a-t-il faits pour l’amélioration de la santé des Autochtones et des Inuits depuis 2006; y) combien d’argent est réservé annuellement pour assurer le respect de la « Politique du portefeuille de la Santé en matière d'analyse comparative fondée sur le sexe et le genre »?
    (Le document est déposé)

[Traduction]

    Monsieur le Président, je demande que les autres questions restent au Feuilleton.
    Des voix: D'accord.

Demandes de documents

    Monsieur le Président, je demande que toutes les motions portant production de documents soient reportées.
    Des voix: D'accord.

INITIATIVES MINISTÉRIELLES

[Initiatives ministérielles]

  (1540)  

[Traduction]

Loi no 1 sur le plan d'action économique de 2015

L'hon. Peter MacKay (au nom du ministre des Finances)  
    propose que le projet de loi C-59, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 21 avril 2015 et mettant en oeuvre d'autres mesures, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Monsieur le Président, je suis très heureux de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-59, le nouveau chapitre du Plan d'action économique du gouvernement.
    Il est évident que notre plan continue de porter fruit. En effet, le Canada continue de progresser en dépit de l'environnement extérieur fragile et de l'incertitude économique mondiale. Malgré cette incertitude, le Canada a affiché l'une des meilleurs performances économiques parmi les pays du G7 durant la reprise. Le produit intérieur brut réel a augmenté davantage au Canada que dans tous les autres pays du G7 depuis la fin de la récession. En outre, depuis que nous avons présenté le Plan d'action économique en réaction à la crise mondiale, le Canada a récupéré tous les emplois qui avaient été perdus pendant la récession, et même plus. En fait, l'économie canadienne affiche un des meilleurs bilans du G7 au chapitre de la création d'emplois depuis la fin de la récession, avec près de 1,2 millions d'emplois créés, net, depuis juin 2009.
    La mesure législative à l'étude aujourd'hui poursuivrait l'excellent travail du gouvernement. Elle aiderait les familles et les collectivités à prospérer, favoriserait la création d'emplois et la croissance économique, assurerait la sécurité des Canadiens et, bien sûr, réaliserait notre promesse d'équilibrer le budget.
    Dans le temps qui m'est alloué aujourd'hui, j'aimerais souligner certaines des mesures importantes et judicieuses comprises dans le projet de loi C-59, et illustrer comment elles profiteraient aux Canadiens.
    Le gouvernement a une conviction profonde: ceux qui travaillent fort pour gagner leur argent méritent de le garder. C'est la raison pour laquelle nous avons réduit les impôts à maintes reprises. Pour tout dire, le présent gouvernement n'a cessé de réduire les impôts et les taxes depuis son arrivée au pouvoir, soit 180 fois. Résultat? Dans son ensemble, le fardeau fiscal fédéral n'a jamais été aussi faible en plus de 50 ans. Les Canadiens de toutes les tranches de revenus profitent des allégements fiscaux de notre gouvernement, les familles à faible revenu et à revenu moyen bénéficiant, toutes proportions gardées, d'un plus grand allégement.
    En 2015-2016, les familles et les particuliers canadiens devraient bénéficier de 37 milliards de dollars en allégements fiscaux et prestations bonifiées découlant des mesures prises par le gouvernement depuis 2006. Par exemple, pour une famille typique de quatre à deux revenus, l'allégement fiscal et les prestations bonifiées devraient atteindre 6 600 $ en 2015 grâce aux mesures comme l'allégement fiscal pour les familles, les réductions de la TPS, le nouveau crédit d'impôt pour la condition physique des enfants et d'autres mesures générales d'allégement de l'impôt sur le revenu.
    En allégeant constamment le fardeau fiscal et en bonifiant les prestations que reçoivent les Canadiens, le gouvernement donne aux familles et aux particuliers davantage de souplesse pour faire les choix qui leur conviennent. Les Canadiens savent que les conservateurs sont les seuls auxquels ils doivent faire confiance pour alléger leur fardeau fiscal.
    Le projet de loi C-59 nous propose d'aller plus loin dans l'aide accordée aux familles pour qu'elles puissent joindre les deux bouts. Nous voulons adopter la mesure d'équité fiscale qu'est l'allégement fiscal pour les familles, grâce auquel la personne qui, dans un couple, gagne le plus d'argent pourrait transférer jusqu'à 50 000 $ de revenu imposable à son conjoint. En étendant aux enfants de six à 17 ans la prestation universelle pour la garde d'enfants, qui était jusqu'ici réservée aux enfants de moins de six ans, le gouvernement veut permettre aux parents de recevoir 160 $ par mois par enfant de moins de six ans et 60 $ par mois par enfant de six à 17 ans. Ce sont de bonnes nouvelles pour toutes les familles canadiennes ayant des enfants. La hausse de 1 000 $ du plafond de la déduction pour frais de garde d'enfants, à compter de l'année d'imposition 2015, signifierait que le montant maximal pouvant être demandé passerait de 7 000 $ à 8 000 $ pour les enfants de moins de sept ans, de 4 000 $ à 5 000 $ pour les enfants âgés de sept à 16 ans, et de 10 000 $ à 11 000 $ pour les enfants admissibles au crédit d’impôt pour personnes handicapées.
    Toutes les familles canadiennes ayant des enfants de moins de 18 ans profiteraient de ces mesures importantes. Le chef du Parti libéral a admis que, selon lui, « ce qui est juste, ce n'est pas de faire profiter toutes les familles de ces mesures ». Je ne suis pas d'accord. Le gouvernement croit que toutes les familles canadiennes garderaient davantage d'argent dans leurs poches, ce qui est la définition même de l'équité.

  (1545)  

    Nous ferons également passer à 10 000 $ la limite de la contribution annuelle au compte d'épargne libre d'impôt, afin d'aider les Canadiens à épargner une part plus importante de l'argent qu'ils ont durement gagné. Qu'ils souhaitent acheter une nouvelle maison ou une nouvelle voiture, fonder une entreprise ou épargner pour leur retraite, les Canadiens ont de nombreuses raisons d'épargner à toutes les étapes de leur vie. C'est la raison pour laquelle le gouvernement a lancé le compte d'épargne libre d'impôt en premier lieu. Le CELI procure de plus grands incitatifs à l'épargne aux personnes à faible ou à moyen revenu parce qu'en plus d'être défiscalisé, ni les intérêts accumulés dans le CELI ni les retraits qui en sont faits n'influent sur l'admissibilité de la personne aux prestations et aux crédits fédéraux subordonnés au revenu comme la prestation fiscale pour enfants ou la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti.
    Je suis fier de savoir que le projet de loi C-59 donnera aux Canadiens plus d'options d'épargne pour bâtir leur avenir et leur permettra, plutôt qu'au gouvernement, de gérer leur propre argent.
    Tout comme nous facilitons la tâche des Canadiens lorsqu'il s'agit d'épargner, nous voulons qu'ils aient l'assurance qu'ils pourront jouir de leur retraite. Le fait est que les Canadiens vivent plus longtemps que jamais et qu'ils entament de nouveaux chapitres enrichissants de leur vie lorsqu'ils arrivent à la retraite. Voilà pourquoi le projet de loi C-59 met en oeuvre des mesures qui donnent aux aînés plus de liberté et de souplesse dans la gestion de leur revenu de retraite.
    À titre d'exemple, l'épargne-retraite des Canadiens se trouve généralement dans des régimes enregistrés donnant droit à une aide fiscale, comme les régimes de pension agréés, ou RPA; les régimes enregistrés d'épargne-retraite, ou REER; les fonds enregistrés de revenu de retraite, ou FERR; et les comptes d'épargne libres d'impôt, ou CELI.
    Le projet de loi C-59 modifierait le montant minimum qui doit être retiré d'un FERR par les retraités de 71 à 94 ans, pour mieux tenir compte des taux de rendement réels à long terme et de l'inflation prévue. Ainsi, les nouveaux facteurs de calcul associés aux FERR seraient considérablement réduits, ce qui faciliterait la vie des aînés de partout au pays, puisqu'ils pourraient plus facilement préserver leur capital et s'assurer d'avoir assez de ressources jusqu'à la fin de leurs jours. En parallèle, le report d'impôt associé aux REER et aux FERR continuera à jouer un rôle dans le revenu de retraite.
    Cette nouvelle mesure montre que le gouvernement a à coeur de soutenir les aînés, au lieu de chercher à leur faire payer plus d'impôt. Contrairement aux députés de l'opposition, qui n'hésiteraient absolument pas à hausser l'impôt des aînés canadiens, comme ils l'ont prouvé dernièrement, nous sommes convaincus que la meilleure façon de soutenir les aînés consiste à leur offrir des impôts bas, des rentes de retraite solides et un système de soins de santé robuste.
    J'aimerais prendre un instant pour saluer les valeureux militaires qui ont combattu pour notre liberté et qui continuent de le faire. Je parle des anciens combattants canadiens. Nous ne devons jamais oublier ce que les anciens combattants ont fait pour assurer notre liberté et notre sécurité. Ils ont volontairement protégé les Canadiens en sachant très bien quel pouvait être le prix de leur engagement. Ils méritent notre compassion, notre respect et notre gratitude.
    Avec la mise en place, en 2006, de la Nouvelle Charte des anciens combattants, le gouvernement a bonifié considérablement l'offre de prestations et de services offerts aux anciens combattants. Cela s'applique non seulement aux indemnités, mais aussi à l'aide offerte pour aider les anciens combattants à rétablir leur capacité de fonctionner chez eux et dans leur collectivité. Cependant, nous pouvons toujours en faire plus pour ces héros. Voilà pourquoi je suis très fier que le projet de loi C-59 propose d'autres améliorations à la charte, y compris de nouveaux investissements pour bonifier les prestations destinées aux anciens combattants modérément et gravement handicapés ainsi que l'aide offerte aux aidants familiaux. Plus précisément, le projet de loi créerait une indemnité pour blessure grave, versée sous la forme d'un montant forfaitaire non imposable de 70 000 $ aux membres anciens ou actuels des Forces armées canadiennes pour une maladie aiguë ou une blessure traumatique, grave et soudaine liées au service.
    Par ailleurs, bon nombre d'anciens combattants comptent sur l'appui d'amis ou de membres de leur famille qui leur offrent souvent des services à titre d'aidant naturel. Par conséquent, le projet de loi créerait une nouvelle allocation de secours libre d'impôt pour les aidants familiaux afin d'aider les anciens combattants handicapés qui doivent recevoir des soins quotidiens de la part d'un aidant naturel. Cette nouvelle prestation permettrait de verser une aide financière annuelle de 7 238 $ aux anciens combattants admissibles afin qu'ils soient davantage en mesure de payer des services de manière à offrir un répit à leurs proches.
    Dans ma circonscription, North Vancouver, lorsque je parle avec d'anciens combattants, je suis reconnaissant des sacrifices faits par ces Canadiens. Je suis heureux que le projet de loi contribue à bonifier grandement l'aide qui leur est offerte et dont ils ont besoin.

  (1550)  

    Cela dit, le projet de loi contient d'autres mesures, et j'aimerais maintenant parler des petites entreprises.
    Nous savons que les petites entreprises constituent le moteur de l'économie canadienne. Elles représentent environ 90 % des entreprises au pays et emploient les deux tiers des Canadiens. Il va sans dire que le gouvernement croit que les petites entreprises devraient consacrer leur temps à prendre de l'expansion et à créer des emplois plutôt que de suffoquer à cause d'impôts élevés et de formalités administratives excessives. C'est pourquoi nous avons maintes fois réduit de manière considérable les impôts des petites entreprises et de leurs propriétaires. En misant sur notre bilan en la matière, le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui réduirait de 9 % le taux d'imposition des petites entreprises d'ici 2019, ce qui représente la plus importante réduction des impôts de ces entreprises depuis plus d'un quart de siècle.
    À titre d'exemple, grâce à cet allégement fiscal et à d'autres mesures prises depuis 2006, le montant de l'impôt fédéral payé par une petite entreprise canadienne dont le revenu imposable est de 500 000 $ serait 46 % moins élevé qu'en 2006, c'est-à-dire presque la moitié de ce qu'il était il y a seulement neuf ans. Ces mesures se traduiraient par une réduction de l'impôt pouvant atteindre 38 600 $ par année, une somme qui pourrait être réinvestie dans l'entreprise pour favoriser son expansion, accroître son capital et créer des emplois durables.
    J'aimerais maintenant parler d'une des plus importantes promesses du gouvernement: le rétablissement de l'équilibre budgétaire.
    Lorsque la grande récession nous a frappés, nous avons réagi rapidement et efficacement en présentant un programme de relance historique. Notre plan a fonctionné. Notre pays a émergé de cette récession plus rapidement et en meilleure position qu'à peu près toutes les grandes économies avancées. Après la crise, nous avons pris des mesures pour équilibrer le budget, sans toutefois augmenter les impôts ou diminuer les transferts en éducation et en santé, comme les libéraux l'ont fait pendant les années 1990.
    Il est très important de souligner que nous avons équilibré le budget tout en maintenant les transferts au niveau le plus élevé de toute notre histoire. Nous avons limité les dépenses de fonctionnement des ministères fédéraux et réalisé des gains d'efficacité en rationalisant l'appareil gouvernemental. Le déficit a donc été ramené de 55,6 milliards de dollars, au creux de la grande récession, à un excédent projeté de 1,4 milliard de dollars cette année et de 1,7 milliard de dollars l'année suivante. Ce sont de bonnes nouvelles pour les Canadiens partout au pays.
    En fait, lorsqu'on examine la situation économique mondiale, on se rend compte que le Canada jouit d'une excellente réputation pour ce qui est de la saine gestion des finances publiques et qu'il est perçu comme un chef de file et une puissance économique qui a su tirer son épingle du jeu en dépit de la difficile conjoncture. Voilà la réputation que le gouvernement entend conserver. C'est exactement pour cette raison qu'il présente le projet de loi C-59. Cette mesure législative sur l'équilibre budgétaire nous permettra de préserver les acquis des cinq dernières années, pour les prochaines générations.
    Nous l'avons déjà dit et nous le répétons: les budgets ne s'équilibrent pas d'eux-mêmes. Les députés de l'opposition, qui semblent n'en avoir que pour les hausses d'impôts et les déficits, sont peut-être de cet avis, mais de ce côté-ci de la Chambre, nous savons que nous devons nous en tenir à trois mots d'ordre si nous voulons laisser à nos enfants et à nos petits-enfants un pays encore plus prospère qu'il ne l'est présentement, et ces trois mots sont: discipline financière, équilibre budgétaire et leadership à toute épreuve.
    Le projet de loi prévoit en outre que les seuls déficits acceptables sont ceux qui seraient dus à une récession ou à des circonstances exceptionnelles, comme une guerre ou une catastrophe naturelle. Autrement dit, les déficits seraient interdits et le retour à l'équilibre budgétaire devrait être immédiat. C'est pourquoi le projet de loi prévoit que, si le Canada devait afficher de nouveaux déficits, le ministre des Finances devrait comparaître devant le Comité des finances de la Chambre des communes dans les 30 jours et présenter un plan de retour à l'équilibre budgétaire assorti d'échéanciers concrets.
    Qui plus est, si le déficit en question était dû à une récession ou à des circonstances exceptionnelles, les dépenses de fonctionnement seraient gelées, tout comme le salaire des ministres et des sous-ministres dans l'ensemble de l'appareil gouvernemental aussitôt la reprise entamée. Si, au contraire, il est attribuable à une mauvaise gestion, les budgets de fonctionnement seraient gelés automatiquement, et le salaire des ministres et des sous-ministres serait amputé de 5 %.
    De cette façon, les augmentations de dépenses destinées à sortir le pays de la récession ou à l'aider à se relever d'une guerre ou d'une catastrophe naturelle seront temporaires, ciblées et ponctuelles. Il s'agit d'un autre exemple de la manière dont le gouvernement fait preuve de leadership et prend les moyens pour assurer la prospérité à long terme des Canadiens.

  (1555)  

    Je pourrais énumérer bien d'autres mesures dans ce projet de loi qui profiteraient à tous les Canadiens, mais je vois que mon temps est presque écoulé.
    Le travail acharné de notre gouvernement a porté fruit. Notre Plan d'action économique fonctionne et nous continuons d'être remarqués sur la scène internationale pour notre économie aussi solide que le roc. En fait, l'économie canadienne est la plus grande à avoir conservé sa cote de crédit à long terme AAA. Le Canada fait partie des rares pays dans le monde à toujours avoir cette cote.
    À titre d'exemple, le Forum économique mondial a classé le système bancaire canadien au premier rang mondial pour la septième année consécutive dans son Rapport annuel sur la compétitivité mondiale. C'est du jamais vu. Selon KPMG, les coûts totaux de la taxe d'affaires au Canada sont les moins élevés du G7 et sont 46 % plus bas que ceux des États-Unis. En fait, Bloomberg affirme que le Canada est au deuxième rang parmi les endroits au monde où faire des affaires. Quand cela s'est-il produit pour la dernière fois? Je crois que c'est du jamais vu.
    Cette résilience économique reflète aussi les mesures que notre gouvernement a prises avant la crise mondiale, notamment celles de baisser les impôts et de rembourser la dette. En fait, nous avons remboursé environ 39 milliards de dollars de dettes avant la récession. Nous avons aussi réduit la bureaucratie et favorisé le libre-échange et l'innovation.
    Notre gouvernement a toujours eu pour priorité de créer des emplois bien rémunérés et stables pour les Canadiens et leurs familles, de réduire l'impôt des familles et des entreprises canadiennes, et d'équilibrer le budget. Le projet de loi C-59 ne s'éloigne pas de ces priorités. En fait, il ferait en sorte que l'avenir du Canada soit sécuritaire et prospère, et doté d'une économie en santé stimulée par des impôts faibles et des finances publiques viables, tout en aidant les familles, les aînés, les anciens combattants, les petites entreprises et bien d'autres encore. Cela nous rappelle encore une fois qu'un gouvernement peut rejeter les plans à impôts et à dépenses élevés qui nous replongeraient dans un déficit et continuer d'offrir un soutien digne de ce nom à tous les Canadiens.
    J'encourage tous les députés à lire le projet de loi. J'espère que l'opposition lui donnera tout l'appui qu'il mérite.
    Par où commencer, monsieur le Président? Je souligne que les secrétaires parlementaires ne font pas partie de ceux qui devront subir une baisse de salaire si le gouvernement accuse un déficit. C'est d'une hypocrisie flagrante, surtout cet article de l'énorme projet de loi omnibus. Le député a d'ailleurs omis de mentionner qu'il s'agit d'un projet de loi omnibus. Un autre projet de loi fourre-tout de quelque 157 pages, où se trouvent toutes sortes de mesures, en particulier celles que le gouvernement ne veut pas dévoiler aux Canadiens.
    La loi sur l'équilibre budgétaire que proposent les conservateurs constitue pour eux une sorte de conversion de dernière minute, car n'oublions pas qu'ils ont grossi le déficit de 150 milliards de dollars depuis leur arrivée au pouvoir. Ils se sont bien gardés de proposer une telle loi alors qu'ils enregistraient ces énormes déficits. Ils ont plutôt attendu d'approcher l'équilibre budgétaire, ce qu'ils ont accompli en sabrant les services de chemins de fer et les règles de protection ferroviaires, les inspections alimentaires, les services aux anciens combattants et ceux de la CBC/Radio-Canada, et en vendant les actions de GM.
    Comme ma collègue de Parkdale—High Park l'a si bien dit, les conservateurs ont retourné les coussins du sofa pour y trouver de la petite monnaie, puis ont vendu le sofa pour arriver à présenter un budget équilibré. Et voilà qu'ils présentent une motion sur l'équilibre budgétaire.
    Je veux revenir sur un point abordé par le député aujourd'hui. De nombreux économistes, tant progressistes que conservateurs, ont étudié la mesure qui consiste à doubler le plafond du CELI. Selon eux, cette mesure serait 180 % plus profitable pour le groupe des 20 % des Canadiens les mieux nantis. Je le répète: le cinquième supérieur, soit les plus riches du pays, en tirera un avantage 180 % plus grand que celui qu'obtiendra le reste de la population.
    Comment le député peut-il justifier cette mesure, étant donné que tant de Canadiens, surtout ceux des classes moyenne et ouvrière, ont besoin d'un répit?

  (1600)  

    Monsieur le Président, je suis heureux que le député d'en face m'ait posé cette question parce que cela me permet de répéter encore une fois que le compte d'épargne libre d'impôt est l'instrument d'épargne le plus populaire depuis la création du régime enregistré d'épargne-retraite il y a un demi-siècle. En effet, 11 millions de Canadiens ont déjà ouvert un CELI, et la grande majorité d'entre eux sont des personnes à revenu moyen ou faible, y compris 600 000 aînés dont le revenu est inférieur à 60 000 $. Ces derniers versent déjà les cotisations maximales autorisées. La mesure annoncée sera donc avantageuse pour eux.
    Le compte d'épargne libre d'impôt serait un autre outil qui aiderait les Canadiens à épargner pour la retraite, pour la mise de fond sur une maison et pour les études des enfants. Il s'agit d'une autre aide fiscale que le gouvernement offre aux Canadiens pour leur permettre de faire des économies.
    Monsieur le Président, quand j'entends le député vanter le Plan d'action économique, je pense à la grave erreur que le gouvernement commet en n'admettant pas que ce budget n'est pas équitable. Le budget ne répond pas aux nombreux besoins de la classe moyenne canadienne. Il n'est pas équitable. Il avantage surtout les Canadiens les plus riches, et il n'accorde pas l'attention nécessaire aux travailleurs de la classe moyenne canadienne et à ceux qui aspirent à faire partie de cette classe.
    L'ancien ministre conservateur, Jim Flaherty, avait affirmé que le fractionnement du revenu n'aiderait que 14 % des citoyens canadiens, à savoir ceux qui sont les plus riches, et que les Canadiens de la classe moyenne seraient ceux qui devraient payer la note.
    Le député croit-il que Jim Flaherty et les autres personnes ayant critiqué la politique fiscale du gouvernement ont tort? Comment peut-il convaincre les Canadiens que ce budget est équitable alors que nous savons qu'il ne l'est pas?
    Monsieur le Président, en ce qui concerne l'équité, ce sont les Canadiens à revenu moyen ou faible qui ont le plus bénéficié de nos mesures. Voici une citation de Mackenzie, de Swan River, au Manitoba, qui a dit ceci:
    Cela aide énormément les parents seuls [...] Merci de nous aider à élever nos enfants.
    Les libéraux veulent augmenter les impôts des familles de la classe moyenne. Ils croient que les budgets s'équilibrent d'eux-mêmes. Ils veulent alourdir le fardeau fiscal des personnes âgées et des consommateurs de la classe moyenne. Voilà leur plan: augmenter les impôts de la classe moyenne.
    À l'opposé, le gouvernement conservateur réduit les impôts de la classe moyenne, ce qui est profitable à toutes les familles canadiennes. Vous n'avez pas à me croire sur parole. Voici une citation de la FCEI, qui a dit ceci:
    La FCEI accorde un « A » au budget fédéral 2015: réduction d'impôt importante pour les PME
[...] les propriétaires de petites [...] entreprises de partout au pays seront ravis de voir que plusieurs mesures du budget fédéral de 2015 [...] seront favorables à leur croissance.
    Ce qui est bon pour les petites entreprises est aussi bon pour les Canadiens et l'emploi.
    Monsieur le Président, ma question s'adresse au secrétaire parlementaire. Je me fais l'écho des préoccupations du député de Skeena—Bulkley Valley. Lorsqu'on nous présente un autre projet de loi omnibus d'exécution du budget, nous craignons que, comme avec les nombreux autres dans le passé, les différentes sections du projet de loi ne seront pas étudiés adéquatement.
    Je m'inquiète particulièrement au sujet de la section 20 de la partie 3. J'ai lu le projet de loi. C'est à la page 147. Comment pouvons-nous dire que le Conseil du Trésor et le gouvernement du Canada ont entamé des négociations collectives avec nos fonctionnaires qui travaillent fort, alors que nous changeons unilatéralement l'approche à l'égard des congés de maladie au moyen de ce projet de loi?
    J'en suis très gênée. Je pense que ces gens qui travaillent si fort au gouvernement du Canada sont frappés de plein fouet par les efforts répétés pour donner l'impression qu'ils ne travaillent pas fort et ne méritent pas l'appui du public canadien. J'exhorte le député à revoir la section 20 de la partie 3.
    Monsieur le Président, ma collègue a peut-être lu cet article, mais, de toute évidence, elle ne le comprend pas.
    Le Plan d'action économique de 2015 réaffirme l'engagement du gouvernement à mettre en place un nouveau système de gestion des congés de maladie et d'invalidité. Le système d'accumulation des congés de maladie, qui date de 40 ans, est désuet et ne répond pas aux besoins de la majorité de nos employés.
    Plus de 60 % des employés de l'administration publique n'ont pas suffisamment de congés de maladie accumulés pour couvrir la période de carence précédant l'accès aux prestations d'invalidité de longue durée; 25 % des employés ont accumulé moins de 10 jours de congé de maladie. Cela les met à risque de perdre du revenu. Un système modernisé offrirait un soutien adéquat à tous les employés, peu importe leur âge, leurs antécédents médicaux et leurs années de service.
    Le système actuel n'est pas équitable, puisque les jeunes ou nouveaux employés n'ont pas accumulé suffisamment de congés de maladie pour gérer une maladie ou une blessure de courte durée. En outre, le système actuel ne prévoit aucune disposition pour gérer les problèmes de santé mentale.
    Nous remédions à ces problèmes dans ce budget.

  (1605)  

    Monsieur le Président, lorsque le compte d'épargne libre d'impôt a été créé, il a été qualifié de meilleure innovation d'épargne retraite depuis le REER. Nous avons tenu une promesse que nous avions faite aux Canadiens, celle de doubler le plafond de cotisation au compte d'épargne libre d'impôt. Je crois qu'il incombe au gouvernement non seulement d'aider ceux qui ont besoin d'aide, mais aussi de fournir des outils à ceux qui peuvent s'aider, afin qu'ils puissent économiser suffisamment pour vivre une retraite confortable.
    Le secrétaire parlementaire pourrait-il nous nous en dire plus sur les avantages que procure l'augmentation du plafond de cotisation au CELI et les répercussions que cette mesure aura sur des millions de Canadiens.
    Monsieur le Président, comme je l'ai mentionné, le compte d'épargne libre d'impôt est présenté, partout au pays, comme le meilleur outil d'épargne depuis la mise en place du REER, il y a un demi-siècle. En conséquence, 11 millions de Canadiens ont choisi d'ouvrir un CELI. La vaste majorité d'entre eux sont des Canadiens à revenu moyen ou faible. Ces personnes veulent économiser pour leur avenir afin de pouvoir vivre une retraite confortable.
    Le moins qu'un gouvernement puisse faire, c'est offrir aux Canadiens un outil d'épargne qui constitue également une aide fiscale. Le CELI est un outil à participation facultative. Par conséquent, les gens décident eux-mêmes d'y contribuer, mais c'est un outil d'aide fiscale leur permettant d'économiser pour l'avenir.
    Ce n'est pas un outil à participation obligatoire comme celui que l'opposition souhaite imposer. C'est un outil à participation facultative, car nous sommes d'avis que les Canadiens sont les mieux placés pour décider comment et quand ils veulent économiser pour l'avenir.

[Français]

    Monsieur le Président, comme toujours, je suis honoré de prendre la parole à la Chambre, mais pas particulièrement pour parler du projet de loi C-59. Il s'agit de plus de 150 pages désastreuses non seulement pour l'économie canadienne, mais aussi pour les travailleurs et travailleuses au Canada.
    Les conservateurs ont une fois de plus déposé un projet de loi omnibus conçu pour faire adopter à toute vitesse des centaines de changements sans qu'ils fassent l'objet d'études ou de surveillance. Il contient plus de 270 articles modifiant des dizaines de lois et dont une grande partie n'a rien à voir avec le budget.
     Le régime de fractionnement du revenu des conservateurs coûte des milliards de dollars aux contribuables canadiens et ne profite qu'aux plus riches. La hausse du plafond des cotisations au CELI ne va qu'empirer la situation.

[Traduction]

    En présentant cet énorme projet de loi omnibus de plus de 150 pages, les conservateurs abusent encore une fois du processus parlementaire. Aujourd'hui, le Globe and Mail a dit qu'ils faisaient preuve de « mépris fondamental pour le Parlement » et qu'ils créent un « déplorable précédent ».
    Je me rappelle ce que l'actuel premier ministre — quoique pas pour encore longtemps — a dit lorsqu'il était dans l'opposition à propos d'un projet de loi omnibus qui ne lui plaisait pas. Il a dit:
    Ensuite, dans l'intérêt de la démocratie, il importe de se demander: comment les députés peuvent-ils représenter leurs électeurs pour ces diverses modifications quand ils doivent voter en bloc?
    Nous sommes en faveur de certaines mesures, mais nous nous opposons à d'autres. Comment pouvons-nous exprimer notre point de vue et celui de nos électeurs quand il y a une telle diversité de questions?
    L'énorme projet de loi omnibus que critiquait alors le premier ministre faisait 20 pages. Les conservateurs, en revanche, ont présenté trois projets de loi omnibus de plus de 450 pages, et un quatrième qui en comptait plus de 880.
    Je suppose donc que ce que les conservateurs disent au Parlement et aux Canadiens, c'est que dans une dynamique si abusive, ce n'est qu'un écart mineur, nous devrions donc l'accepter et le tolérer. Cependant, d'un seul coup, des dizaines de lois seront modifiées, touchant entre autres à la sécurité sur la Colline du Parlement, au terrorisme et aux anciens combattants. Par surcroît, certaines des mesures proposées auront pour effet d'effriter les protections des droits fondamentaux des stagiaires et d'affaiblir les droits de négociation collective des fonctionnaires, droits garantis par la Charte. Tous ces changements sont prévus dans ce seul projet de loi, et les conservateurs vont le faire adopter au Parlement à toute vapeur aussi certainement que le jour succède à la nuit.
    Tâchons tout d'abord de situer ce budget dans le contexte économique.
    Les députés auront remarqué que les vieilles rengaines des conservateurs au sujet du rendement économique du gouvernement se font de plus en plus ternes. C'est parce que les seuls chiffres qui brossent un portrait le moindrement positif de la situation au Canada sont maintenant vieux de trois, quatre, voire cinq ans et que, d'après le ministère des Finances, la croissance au Canada est inférieure à 1 % depuis maintenant 15 mois.
    Pour placer ce bilan dans un contexte historique, c'est le pire bilan hors récession de tout gouvernement en plus de 40 ans. Je le répète: hors récession, pendant la dernière année et demie environ, ce gouvernement a enregistré la plus faible croissance de tous les gouvernements des quatre dernières décennies et demie. Cependant, les conservateurs essaient de nous faire croire que tout va bien, malgré des pertes d'emplois massives dans les secteurs de l'énergie, de la vente au détail et d'autres comme celui de la fabrication. Nous avons maintenant perdu plus de 420 000 emplois bien rémunérés dans le secteur de la fabrication au cours des neuf longues années que les conservateurs ont passées au pouvoir. Cela représente plus d'un demi-million d'emplois perdus dans le secteur de la fabrication depuis 2000.
    Cela a un effet dévastateur sur l'économie canadienne. Comme nous l'avons vu et comme le gouverneur de la Banque du Canada ne cesse de nous montrer, lorsque les prix du pétrole augmentent, le dollar canadien en fait autant, ce qui a tendance à avoir une incidence quelque peu négative sur la production manufacturière; lorsqu'il baisse, la fabrication reprend normalement du poil de la bête au Canada. Cependant, le dollar canadien se situe actuellement autour des 80 cents. Nous n'avons pas vu de reprise dans le secteur de la fabrication, car les choses ont changé. Sous la gouverne des conservateurs, le ralentissement dans le secteur de la fabrication est devenu plus permanent.

  (1610)  

    En réalité, il y a maintenant au Canada 250 000 emplois de moins qu'il n'y en avait avant la récession, et il y a plus de 160 000 emplois de moins qu'avant la récession pour les jeunes Canadiens. Nous ne nous sommes pas encore remis depuis le creux de la récession. Les Canadiens attendent toujours la reprise à laquelle ils s'attendaient. Si on pouvait croire toutes les publicités que le gouvernement a achetées avec l'argent des contribuables — à un coût frisant les 750 millions de dollars —, on pourrait certainement penser que tout va pour le mieux. Cependant, les Canadiens savent que ce n'est pas le cas, puisqu'ils sont actuellement aux prises avec le plus haut taux d'endettement de l'histoire du pays. En moyenne, chaque ménage doit assumer une dette sans précédent depuis la fondation de notre pays.
    Par ailleurs, alors que le gouvernement prêche l'austérité et la prudence en matière budgétaire, le bilan actuel au chapitre de la dette égale le plus haut niveau jamais atteint. Les conservateurs ont alourdi la dette nationale de 150 milliards de dollars. Cela représente 4 000 $ pour chaque homme, femme et enfant au pays. Nous savons que la dette par personne sera supérieure à 4 000 $ parce que, lorsque nous aurons remboursé cette dette — si on y parvient, ce qui ne sera certainement pas le cas avec le plan du gouvernement actuel —, nous aurons payé bien plus que ce montant-là, car on sait que, lorsqu'on emprunte de l'argent, on finit toujours par payer plus cher. Tous les Canadiens ont été confrontés à cette situation, que ce soit à cause d'un prêt d'étude, d'un prêt-automobile ou d'un prêt hypothécaire. Voilà à quel point les conservateurs ont alourdi la dette nationale.
    On pourrait demander ce que nous avons obtenu en retour. Notre économie est-elle plus solide? Est-elle plus diversifiée et plus durable, comme celle que la dirigeante en Alberta, Rachel Notley, parle de créer pour cette belle province? Non. Nous avons encore une fois constaté une dépendance excessive à l'égard de la montée fulgurante du prix d'un produit qui connaît des hauts et des bas. Nous avons vu une autre occasion ratée par le gouvernement.
    Si le plan économique des conservateurs fonctionnait vraiment, il y aurait des résultats à l'appui, et ce n'est pas le cas. Les Canadiens le savent, et le fait de dépenser 750 millions de dollars en publicité ne leur fera pas changer d'avis.
    Dans le document budgétaire, le projet de loi omnibus, nous avons également relevé de nombreux avantages pour les riches et ceux qui ont de bons contacts. Ils s'en tirent bien. En fait, ils s'en tirent à merveille.
    Les banquiers n'ont généralement pas tendance à employer un langage coloré ou agressif, mais lorsqu'on lui a posé une question sur le rendement de l'économie il y a seulement quelques semaines, le gouverneur de la banque du Canada l'a qualifiée d'« atroce ». Il a raison.
    Dans un contexte économique atroce, les gens seraient en droit de penser que la priorité du gouvernement actuel serait de créer des emplois, de donner des emplois aux gens, de diversifier l’économie, d’investir dans l’économie pour en fait créer les emplois qui manquent depuis la dernière récession mondiale. Or, nous voyons les véritables préoccupations des conservateurs lorsqu’il est question d’emplois, à savoir leurs propres emplois. Ils espèrent acheter une dernière fois leur réélection.
    Les conservateurs demandent une dernière chance; ils prétendent qu’ils réussiront à comprendre ce qu’il faut faire cette fois-ci. Ils cherchent à s’acheter des voix et à duper les gens encore une fois avec des mesures comme le fractionnement du revenu, qui coûtera 2,2 milliards de dollars et ne servira absolument à rien pour 85 % des familles canadiennes. Cette mesure profitera à 15 % des familles, et ces familles comptent parmi les mieux nanties. Près de 2,5 milliards de dollars serviront à aider la tranche supérieure de 15 % des Canadiens les mieux nantis. Qu’est-ce que cela apportera à l’économie? Cela n’apportera rien, outre aider un peu ceux qui ont déjà eu passablement d’aide.
    Certains diront peut-être que cette babiole est un cadeau suffisant pour les riches Canadiens, mais les conservateurs n’en restent pas là: « Il y a plus. Nous allons prendre le compte d’épargne libre d’impôt, dont la cotisation est actuellement limitée à 5 500 $ par année, et pratiquement en doubler la limite pour la fixer à 10 000 $. »
    Quand on examine l'incidence réelle de telles mesures, on constate que les comptes d'épargne libre d'impôt n'ont pas augmenté l'épargne chez les Canadiens, quoi qu'en dise le gouvernement. Absolument rien ne prouve que, depuis l'instauration des CELI, en 2009, il y a eu une hausse de l'épargne chez les Canadiens, ce que visait essentiellement le programme mis en place par le gouvernement. Si le programme a pour but d'aider les gens à épargner, mais que les gens n'épargnent pas davantage depuis sa mise en place, c'est de la folie que de le maintenir, la folie étant de refaire toujours la même chose en espérant obtenir un résultat différent. Or, c'est exactement ce qui se passe avec les conservateurs.
    Voyons plutôt ce que donne le doublement de la limite de cotisation à un CELI. Le ministre des Finances a quand même dit quelque chose de vrai dans ce débat. Il lui arrive à l'occasion de passer dire quelques mots à un journaliste.

  (1615)  

    Il a bien dit que ça allait coûter très cher à plus long terme, ce qui était exactement la question, et c’est ça le problème. Ça va coûter au Trésor public des dizaines de milliards de dollars. N’a-t-il pas dit « Pourquoi ne laisse-t-on pas la petite fille du premier ministre régler ce problème »? Comme c’est sympa d’entendre les représentants de la génération qui vous précède dire: « On est en train de creuser un gouffre, mais on laisse à nos successeurs, dans une génération ou deux, la tâche de le combler ».
    Ce ne sont pas les conservateurs que je connais. Dans la circonscription que je représente dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique, les conservateurs que je connais cherchent toujours à garantir un avenir meilleur à leurs enfants et à leurs petits-enfants, et je parle de questions financières aussi bien qu’environnementales. L’objectif est de léguer aux générations futures une situation encore meilleure que la nôtre. Mais sur les plans économique et environnemental, les conservateurs, il faut le reconnaître, sont fidèles à eux-mêmes. Ils pratiquent la politique de la terre brûlée. Ce sont les générations suivantes qui paieront. C’est comme le type à Las Vegas qui tire sur sa carte de guichet automatique sans savoir quand s’arrêter.
    Selon le bureau du directeur parlementaire du budget, que les conservateurs citent régulièrement dans cette Chambre et que nous les avons aidés à créer, vous vous en souvenez certainement, il y a à peu près neuf ans, le doublement du CELI donnera aux 20 % des Canadiens les plus riches un avantage fiscal de 180 % supérieur à celui de n’importe quel autre groupe. Réfléchissez-y un instant. La tranche de revenus la plus fortunée recevra presque deux fois plus d’avantages, presque deux fois plus d’argent, presque deux fois plus de prestations que toutes les autres tranches de revenus combinées.
    Nous savons également que, selon le directeur parlementaire du budget, ce changement va augmenter l’avantage fiscal des ménages fortunés de 35 %, alors que, et je cite, « les changements proposés n’auront pas d’effet considérable sur les ménages au patrimoine faible ou moyen ». Autrement dit, les Canadiens à faibles et moyens revenus sont Gros-Jean comme devant. Ils n’y gagnent rien, c’est seulement pour les plus fortunés qui ont 10 000 ou 20 000 $ dont ils ne savent que faire à la fin de l’année.
     J’ignore de quels groupes de la classe moyenne les conservateurs se veulent les représentants, mais moi, ceux à qui je parle, ils ont du mal à joindre les deux bouts, quand on pense au coût exorbitant que représente la garde des enfants, l’électricité, l’hypothèque, l’entretien de la maison. La plupart des familles à qui je parle ne peuvent pas se permettre de mettre 10 000 ou 20 000 $ de côté. Savez-vous qui peut se le permettre? Savez-vous qui contribue déjà le maximum et qui va continuer de contribuer le maximum? Les ménages les plus fortunés. C’est comme ça que les conservateurs réussissent à manipuler les statistiques. Les enfants des familles fortunées contribuent déjà le maximum à leur CELI et continueront de le faire. C’est un abri fiscal pour les Canadiens fortunés, et c’est comme ça que les conservateurs le présentent, ce qui ne fera qu’aggraver le problème.
    Les néo-démocrates estiment qu’il faut maintenir le CELI à son plafond actuel, et que son doublement coûtera des dizaines de milliards de dollars, pour quoi exactement, il faut se le demander.
     Il y a tellement de choses dans ce projet de loi. Revenons un instant sur une proposition que le NPD a faite, alors que le gouvernement claironnait qu’il allait présenter un budget équilibré. La pauvreté chez les enfants est un problème que la Chambre des communes, il y a bien des années, s’était solennellement engagée à éradiquer, sous la houlette d’Ed Broadbent, l’ancien chef du NPD et un mentor pour beaucoup d’entre nous. À l’époque, tous les députés avaient affirmé, y compris les conservateurs, qu’il fallait prendre le taureau par les cornes, car c’était un problème qui nous concernait tous, qu’on soit à droite ou à gauche, et que c’était la chose à faire. La Chambre des communes s’était engagée à faire quelque chose à ce sujet, et les néo-démocrates avaient proposé une solution.
    Soit dit en passant, le code canadien des impôts comporte des milliers de pages, et la préparation des déclarations de revenus coûte des milliards de dollars aux Canadiens chaque année. Les conservateurs ne font que rendre les choses plus difficiles et plus coûteuses pour les particuliers et les petites entreprises. Mais ils s’en moquent, car la seule chose qui les intéresse, ce sont les prochaines élections. Parmi les milliers de pages du code canadien des impôts, il y a une petite échappatoire pour les PDG, ceux qui sont rémunérés en options d'achat d'actions. Mais moi je pense aux Canadiens à faibles et moyens revenus que je connais. Il n’y en a pas beaucoup qui sont payés en options d'achat d'actions.
     Les gens qui sont payés en options d'achat d'actions sont imposés à presque la moitié des autres Canadiens. C’est sympa, vous ne trouvez pas? N'est-ce pas sympa d’être payé en options d'achat d'actions et de ne payer que la moitié des impôts? C’est vrai que pour ceux qui gagnent 250 000 $, 350 000 $ par an, les temps sont durs.
     Il y a dans le régime fiscal une échappatoire de 750 millions de dollars par an dont nous recommandons la suppression. C’est facile, c’est simple, et nous savons ce qu’il faut faire avec: chaque dollar de cette échappatoire fiscale devrait être investi dans la lutte contre la pauvreté des enfants au Canada. Qui oserait être contre ça? Qui oserait se lever dans cette Chambre pour dire que non, ce sont les PDG, ceux qui conduisent des Maserati et des Ferrari, qui ont besoin de cet argent? C’est vrai que c’est difficile d’aller passer des vacances à St. Barth et à St. Kitts par les temps qui courent. C’est vrai que ça coûte cher d’acheter une deuxième, une troisième ou une quatrième résidence secondaire.
     Les néo-démocrates ont proposé d’investir l’argent de cette échappatoire fiscale dans la lutte contre la pauvreté des enfants, ce qui aurait des retombées positives non seulement pour les enfants et les familles qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté, mais aussi pour notre système d’éducation et notre système de soins de santé, sans compter que cela aiderait le Canada à devenir une nation plus productive et plus prospère.

  (1620)  

     Le pavé législatif qui nous est proposé prévoit également le passage en force de tout un projet de loi sur les anciens combattants, le projet de loi C-58, dont la Chambre avait déjà été saisie, et que le gouvernement a attendu des années avant de présenter. Après avoir traité les anciens combattants de façon éhontée, et ça n’est pas fini, en leur refusant les prestations auxquelles ils avaient pleinement droit, le gouvernement a décidé de tout jeter en vrac dans un projet de loi omnibus.
    Juste avant que ce débat ne commence, nous avons essayé de faire en sorte que ce projet de loi sur les anciens combattants soit renvoyé dès aujourd’hui au comité. Mais qu’ont dit les conservateurs? Non. Ils ont refusé. Rien à faire. Ils préfèrent suivre une procédure qui prendra des semaines, voire des mois, avant qu’il ne soit envoyé au Sénat. Ça en dit long sur le respect qu’ils ont pour les anciens combattants, qui ne sont rien de plus que des boucs émissaires politiques.
     Le changement concernant la sécurité sur la Colline, le changement d’un décret constitutionnel sur la façon dont la sécurité devrait être assurée sur la colline, y figure également.
    Grâce au bon travail effectué par un certain nombre de nos députés partout au pays, les néo-démocrates se battent pour protéger les stagiaires non rémunérés contre une charge de travail excessive et le harcèlement sexuel en milieu de travail. Nous avions un projet de loi pour lequel nous nous sommes battus au Parlement. Les conservateurs n’ont pas voulu reconnaître sa valeur. Ils ont mis quelque chose là-dedans, mais ils ont oublié de prévoir des mesures pour protéger les stagiaires contre le harcèlement sexuel. Ils ont parlé d’un oubli. L’idée n’a pas été formulée, ont-ils dit. Nous avions un projet de loi à la Chambre. On parle de jeunes Canadiens dans l'immense majorité des cas, de jeunes qui sont vulnérables en milieu de travail parce que, naturellement, s’ils se cherchent un stage, surtout un stage non rémunéré, c’est pour enrichir leur curriculum vitae dans le but d’entrer sur le marché du travail, un marché très difficile à pénétrer. Toutefois, les conservateurs n’ont nullement à cœur de les aider pour cela.
     J’ai quelques points positifs à signaler, parce que je suis un gars optimiste. Ainsi, quatre choses ressortent de ces 157 pages. Ce n’est pas si mal. Sans surprise, ces mesures découlent de propositions que nous avons déjà présentées à la Chambre des communes.
     Avant d’entrer en politique, je possédais une petite entreprise. Je sais instinctivement, et les faits sont là pour le prouver, que les petites entreprises sont le moteur de l’économie canadienne. Dans le secteur privé, elles créent huit emplois sur dix au Canada. Elles comptent pour près de 45 % de notre PIB et constituent une force dans notre économie. Pendant que les conservateurs et les libéraux, comme eux, ont fait cadeau de dizaines de milliards de dollars en allégements fiscaux aux plus grandes entreprises, nous avons demandé qu’on laisse les petites souffler un peu. Le NPD a donc proposé une réduction de 2 % du taux d’imposition des petites entreprises.
     Nous avons également dit que le secteur manufacturier a été frappé de plein fouet. En effet, plus d’un demi-million d’emplois ont été perdus en tout juste 15 ans, et plus de 400 000 emplois ont été perdus dans le secteur manufacturier depuis que le gouvernement a accédé au pouvoir. Nous avons déclaré qu’il fallait aider ce secteur.
     Nous avons également dit que nous voulons voir de l’innovation, parce que le secteur privé canadien affiche systématiquement les niveaux d’innovation en recherche et développement les plus faibles de tous les pays développés. Nous devons changer cela; nous avons donc présenté une motion, qui a été débattue toute une journée à la Chambre des communes. Qu’est-ce que le gouvernement a dit? Que c'était une mauvaise idée qui reposait sur de mauvais fondements économiques, et les conservateurs ont donc voté contre la motion du NPD.
     Et voilà que, ô surprise, les idées mêmes que nous avions formulées se retrouvent dans le projet de loi omnibus. J'imagine que les fondements économiques de nos idées étaient tellement mauvais que les conservateurs ont décidé d'y adhérer. Tant mieux pour eux. L’imitation est la meilleure des flatteries, mais, à l’évidence, elle ne vaut pas l’original. Les conservateurs ont décidé d’abaisser le taux d’imposition des petites entreprises deux fois moins rapidement que ce que nous avions proposé. Pour eux, il est urgent d’essayer d’acheter les votes de certains Canadiens très riches, mais ils ne sont pas pressés lorsqu’il s’agit d’aider les petites entreprises.
     Les conservateurs ont également changé certaines règles concernant les FERR, ce que le député de Thunder Bay—Rainy River avait proposé, et ils ont prolongé les prestations de compassion de l’assurance-emploi pour aider les personnes qui veulent prendre soin d’un proche en fin de vie. Nous estimons que c’est une bonne mesure. Nous croyons qu’il faut changer les règles de l’assurance-emploi pour que plus de gens, en particulier les femmes, qui sont celles qui s’occupent d’un proche en fin de vie dans 75 % des cas, puissent se qualifier pour obtenir des prestations d’assurance-emploi.
    Bref, c'est un euphémisme de dire que le gouvernement a encore raté une belle occasion. Le gouvernement est tellement obsédé par ses propres intérêts qu'il ne comprend pas nos préoccupations. Pourtant, le gouverneur de la Banque du Canada, les économistes du secteur privé et l'ensemble des pays développés s'inquiètent eux aussi parce que l'économie canadienne traîne de la patte. La création d'emplois est au point mort et le taux de chômage ne diminue pas.

  (1625)  

    Monsieur le Président, je propose:
    Que la motion soit modifiée par substitution, aux mots suivant le mot « Que », de ce qui suit:
« cette Chambre refuse de donner deuxième lecture au projet de loi C-59, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 21 avril 2015 et mettant en oeuvre d'autres mesures, parce qu'il:
a) n’appuie pas les familles de travailleurs et de la classe moyenne puisqu’il n’offre pas de services de garderie abordables et ne fixe pas un salaire minimum fédéral de 15 $ l’heure;
b) impose un régime inutile et injuste de fractionnement du revenu qui profitera principalement aux plus riches et qui n’offre rien à 85 % des familles canadiennes;
c) ne protège pas les stagiaires contre le harcèlement sexuel en milieu de travail ou les heures de travail déraisonnables;
d) prévoit l’augmentation du plafond des cotisations au compte d’épargne libre d’impôt qui ne profitera qu’aux ménages les plus riches et lèguera des problèmes fiscaux à nos petits-enfants;
e) intègre un projet de loi distinct, autonome et qui mérite d’être appuyé concernant les anciens combattants du Canada à un projet de loi omnibus contenant des mesures qui n’ont rien à voir avec le budget et qui ne peuvent pas être appuyées;
f) attaque le droit de centaines de milliers de travailleurs canadiens à la négociation libre et équitable. »
    L'amendement est recevable.
    Nous passons maintenant aux questions et observations. Le député de Winnipeg-Nord a la parole.

  (1630)  

    Monsieur le Président, je remercie le porte-parole du NPD en matière de finances de ses observations. Nous sommes d'accord avec certains des points qu'il a soulevés.
    Par exemple, dans mes questions à l'intention du secrétaire parlementaire, j'ai souligné à quel point la politique fiscale prévue dans le budget est injuste. Dans l'amendement qu'il propose, le député a fait allusion au fractionnement du revenu. Nous sommes totalement d'accord pour dire que le fractionnement du revenu profiterait à moins de 15 % des Canadiens — et on parle ici de certains des Canadiens les mieux nantis.
    On peut aussi parler du compte d'épargne libre d'impôt et du fait que, de nouveau, ce sont les Canadiens les plus riches qui pourront bénéficier de cette mesure proposée par le gouvernement.
    Selon moi, le gouvernement va devoir alourdir le fardeau fiscal de la classe moyenne pour pouvoir payer ces avantages. Par conséquent, le budget n'est pas équitable, et nous devons y apporter des changements.
    Ma question à l'intention du député porte sur le plan qui a reçu un accueil plutôt favorable et auquel adhèrent les libéraux et leur chef. Elle porte sur la diminution de 7 % de l'impôt sur le revenu de la classe moyenne. Je n'ai pas entendu la position du NPD à ce sujet. Les néo-démocrates sont-ils en faveur de la baisse d'impôt de 7 % que préconisent le chef et le caucus du Parti libéral? Cette mesure équitable aiderait la classe moyenne au Canada. Une classe moyenne forte et en santé favorise une économie prospère.
    Monsieur le Président, le député de Winnipeg s'en sortait très bien, mais sa question a fini en queue de poisson. Établissons quelques distinctions importantes.
    Le fractionnement du revenu dont profitent les Canadiens âgés depuis quelques années est une mesure essentiellement équitable. Elle profite aux aînés les plus nantis, mais, surtout, elle permet à ceux qui ont un revenu faible ou moyen de fractionner leur revenu. Nous entendons conserver cette mesure.
    À l'origine, avec un plafond de 5 500 $, le CELI était une bonne mesure. Il n'a pas du tout haussé le niveau d'épargne au Canada alors que c'est l'objectif qu'avait invoqué le gouvernement pour le créer. Néanmoins, en soi, c'est une bonne chose. Le problème, c'est l'idée d'en doubler le plafond. Les conservateurs prennent deux idées positives pour en faire quelque chose de fondamentalement injuste, ce qui, je crois, rejoint ce que dit le député de Winnipeg.
    J'ai bien pris le temps d'examiner la version actuelle du plan fiscal du chef libéral. Après tout, il a été modifié à quelques reprises. Mon seul problème, c'est que, selon les chiffres du ministère des Finances et de Statistique Canada, il n'apporterait rien du tout aux deux tiers des contribuables. Ensuite, le plan du chef du Parti libéral favoriserait majoritairement les personnes qui touchent un revenu d'entre 90 000 $ et 200 000 $ par année. C'est la part du lion. Enfin, je dirais que le plan n'est pas complètement chiffré. Du propre aveu des libéraux, il y a un trou de 2 milliards de dollars, mais il en manque probablement un de plus, sans compter que le plan surestime les revenus qu'engendrera l'augmentation des impôts des personnes qui gagnent plus de 200 000 $ par année.
    Nous avons examiné le plan, mais nous pensons avoir mieux à offrir. Un programme national de garderies à 15 $ par jour pour les familles canadiennes aiderait directement les travailleurs canadiens, notamment ceux de la classe moyenne, de même que le fait de fixer le salaire minimum à 15 $ l'heure partout au pays. Ces deux mesures permettraient à au moins quelques personnes de plus de se hisser presque jusqu'au seuil de la pauvreté. Je sais que les conservateurs y voient des mesures extrémistes, mais, aux yeux des néo-démocrates, elles apparaissent comme un strict minimum.
    Monsieur le Président, à défaut d'être instructive, l'intervention de mon collègue est certainement divertissante. J'ai trouvé fort intéressant de l'entendre dire que l'imitation est la meilleure des flatteries. Cela explique peut-être pourquoi il a adopté ma coiffure. Il se rappelle certainement avoir aussi dit que l'imitation n'est pas aussi bonne que l'original. Je souligne donc que, pour le style capillaire, c'est moi l'original ici.
    Le député a dit que les mesures budgétaires que nous prenons profitent largement aux gens qui ont des Maserati et des Lamborghini, mais personne dans ma circonscription n'en possède. Je n'en ai même jamais vues.
    Le budget porte les paiements de transfert dans mon territoire à des niveaux record. Ils seront de 63 % plus élevés que sous le gouvernement libéral précédent. Il prévoit des transferts record pour la santé. Il permet aux gouvernements locaux de déterminer leurs priorités et leurs besoins. Il contient d'excellentes mesures qui permettront aux administrations locales de décider de leurs projets prioritaires et de les réaliser pour les habitants du Nord.
    Je me demande seulement si le député d'en face pourrait nous expliquer une chose. Si toutes ces mesures sont si mauvaises, comment se fait-il que le député d'Ottawa-Centre a diffusé de l'information sur toutes les mesures que nous prenons dans sa circonscription et pourquoi en fait-il la promotion si les néo-démocrates s'y opposent tant?

  (1635)  

    Monsieur le Président, permettez-moi de répondre d'abord à la question portant sur notre coupe de cheveux, car c'est évidemment la plus importante. S'il faut respecter la préséance, le député devrait donc accorder un certain mérite au député qui est assis tout juste devant lui. Rendons hommage aux gens qui ont popularisé avant nous cette coupe très élégante.
    Si les conservateurs tiennent à comparer leur bilan avec celui des libéraux, je dois dire qu'ils ne placent pas la barre très haut. Il faut un meilleur point de comparaison, car nous savons que Paul Martin a cassé le déficit en réduisant considérablement les paiements de transfert aux provinces et aux territoires, tout en accordant des dizaines de milliards de dollars aux sociétés les plus riches et en favorisant le transfert de milliards de dollars dans des comptes à l'étranger. Ces mesures ont empêché les provinces et les territoires de consacrer des fonds aux routes, aux ponts et aux écoles. Voilà le choix que les libéraux ont fait.
    C'était une autre époque. C'est d'ailleurs un point important dont il n'a pas encore été question. À l'heure actuelle, ce qui se passe avec les investissements directs étrangers qui sortent du Canada, c'est que les cinq pays où les sociétés canadiennes et les Canadiens les plus riches envoient leurs investissements directs sont des abris fiscaux, comme la Barbade et les îles Caïmans. Les conservateurs n'ont rien fait à ce propos. On ne parle pas de petites sommes, mais de 57 à 65 milliards de dollars environ qui s'envolent chaque année vers la Barbade. Je suis convaincu que c'est un bel endroit, mais c'est pour éviter de payer des impôts ici que les riches Canadiens et ces sociétés investissent là-bas.
    J'aurais cru que le député de Yukon et d'autres députés auraient soulevé ce point et se seraient acharnés dessus. Or, il n'est pas question d'évasion fiscale dans ce budget. Il y a plutôt des compressions à l'ARC, qui devrait s'en prendre à ces fraudeurs du fisc. Nous pensons que cela doit être modifié.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Skeena—Bulkley Valley, notre porte-parole en matière de finances, de son discours très enrichissant et très informatif.
    J'aimerais l'amener sur un terrain un peu différent. Les discours conservateurs prennent souvent la forme de « discours Xerox », c'est-à-dire qu'ils sont photocopiés l'un sur l'autre, sans grande nouveauté. Ainsi, on sait ce qu'ils vont dire. Ce qu'ils ne mentionnent jamais, ce sont les conséquences moins positives de leurs mesures.
    Dans ce cas-ci, ils prennent tout le crédit concernant l'augmentation de la Prestation universelle pour la garde d'enfants, par exemple, qui se trouve dans leur budget et dans ce projet de loi budgétaire. Cependant, ils ne mentionnent jamais que, pour pouvoir financer l'augmentation de la PUGE, ils éliminent d'autres crédits d'impôt. Cet argent ne sort pas de nulle part. On a éliminé le crédit d'impôt pour enfants, ce que les conservateurs ne mentionnent jamais. Ils donnent l'impression qu'ils font des cadeaux qui n'ont aucune conséquence.
    J'aimerais donc entendre les commentaires de mon collègue sur ce type de discours et sur les effets néfastes que cela peut avoir à moyen terme sur les finances publiques, mais également sur la confiance des Canadiens envers le gouvernement en matière de finances.
    Monsieur le Président, je remercie mon cher collègue de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques.
    Je suis préoccupé par les choix très négatifs des conservateurs, car ils affecteront les futures générations et l'avenir de ce pays à court terme et à long terme. Ce parti a de grands problèmes politiques, comme on l'a constaté en Alberta, entre autres. Le ministre des Finances dit que ce n'est pas son problème, mais plutôt celui des futures générations. Cela n'est pas raisonnable ni conservateur.
    En ce qui a trait aux discours conservateurs, en effet, ce sont parfois des « discours Xerox ». Ce sont toujours les mêmes mots et les mêmes phrases. Chaque fois, c'est n'importe quoi. Ce n'est pas un parti très original, mais c'est son choix.
    À mon avis, il est question de notre économie et de la durabilité de notre économie. Nous sommes présentement confrontés à quelques défis très sérieux et nous avons besoin d'un gouvernement aussi très sérieux qui croit aux énergies vertes et qui croit qu'il faut investir dans toute la population et non seulement aider les personnes les plus riches.
     Le chef du NPD propose quelques bonnes solutions qui sont appuyées par plusieurs économistes. Comme plusieurs, j'ai de grandes attentes par rapport aux prochaines élections, car on aura à faire un choix très clair entre la politique conservatrice et la politique néo-démocrate, qui est plus progressiste, plus équitable et plus efficace.

  (1640)  

[Traduction]

    Avant de reprendre le débat, conformément à l'article 38 du Règlement, je dois faire connaître à la Chambre les questions qu'elle abordera à l'heure de l'ajournement ce soir, à savoir: la députée de Saanich—Gulf Islands, Les affaires étrangères; le député de Trinity—Spadina, L'économie.

[Français]

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de prendre la parole aujourd'hui au nom des citoyens de Bourassa que je représente, ainsi que pour présenter la position du Parti libéral en ce qui a trait au projet de loi omnibus C-59, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 21 avril 2015 et mettant en oeuvre d'autres mesures.
    Ce projet de loi est révélateur de l'état actuel du gouvernement conservateur. Il est clair qu'on est en période électorale. Ce gouvernement a toujours gouverné avec une seule priorité en tête: garder le pouvoir. Il n'est donc pas surprenant que le budget de 2015 qui a été déposé et le projet de loi devant nous débordent d'électoralisme. Malheureusement pour les Canadiens, l'électoralisme, lorsqu'il devient la seule priorité d'un gouvernement, le prive de toute vision. Il n'y a donc rien pour la croissance économique, rien pour l'embauche, rien pour l'environnement et rien pour les Premières Nations dans ce budget.
    Les grands défis de ce jour, et ceux qui nous guettent de près, y sont totalement ignorés. Pourquoi? Il y a élection cette année et le seul objectif de ce document des conservateurs est de plaire à sa base électorale. On priorise donc les cadeaux aux mieux nantis et les publicités partisanes.
    La seule petite chose que je pourrais dire qui m'a fait presque sourire en voyant hier soir mon équipe, les Canadiens, perdre, c'est qu'il n'y aura plus de ces publicités partisanes des conservateurs aux frais des contribuables canadiens. Les mesures contenues dans ce projet de loi, celui-ci même dont nous sommes censés débattre aujourd'hui, sont déjà annoncées dans toutes les maisons canadiennes, comme si ce Parlement n'avait rien à dire à ce sujet. D'ailleurs, sous le gouvernement actuel, c'est à peu près le cas. C'est le premier ministre qui gouverne et, une fois qu'il s'est prononcé, les représentants des Canadiens que nous sommes n'avons plus rien à dire. On le sait très bien. Même les députés de l'autre côté de la Chambre sont muselés.
    D'ailleurs, si je me lève à la Chambre aujourd'hui pour débattre de ce projet de loi, c'est aussi en protestation directe contre cette manière antidémocratique de mener les affaires du pays. Heureusement qu'il y a élection cet automne. Il est grand temps que cela change. Avec un gouvernement qui prépare une élection plutôt que de gouverner, ce n'est pas surprenant que nous ayons un projet de loi dont les priorités sont complètement déconnectées de celles des Canadiennes et des Canadiens. Même s'il contient plusieurs petites mesures que nous appuyons, ses éléments forts sont des politiques qui ne serviront tout simplement pas la société canadienne. C'est pourquoi nous rejetterons ce projet de loi.
    Je continue en citant un certain nombre de mesures qu'on retrouve effectivement dans ce projet de loi et qui sont tout à fait inacceptables. Commençons tout d'abord avec le fractionnement du revenu. C'est un exemple clair que les conservateurs sont vraiment déconnectés de la réalité parce que, comme on le sait, seules les familles dont les deux revenus se situent à l'intérieur de fourchettes d'imposition différentes en profiteront. Cela exclut les familles monoparentales. Même la famille dite typique par les conservateurs, soit celle de quatre personnes — c'était dans leur budget de 2014 — n'en aurait pas touché 1 ¢. Là, je parle des gens qui gagnent des salaires de 48 000 $ et 72 000 $. Ce couple ne pourra pas profiter du tout du fractionnement du revenu. On peut se demander pourquoi les conservateurs insistent absolument à mettre en oeuvre cette mesure injuste qui, dans son application, ne fera rien pour l'économie. Simplement: c'est parce que c'est un engagement électoral, c'est une erreur de 2011 et cela l'est encore aujourd'hui. Ils persistent à poursuivre à présenter ce fractionnement du revenu. Depuis qu'ils ont fait cette promesse, les publications et les témoignages s'accumulent pour discréditer cette mesure.

  (1645)  

    Si le gouvernement se sortait un peu la tête du sable, il aurait entendu tout d'abord, en octobre 2011, l'Institut C.D. Howe être le premier à sonner l'alarme. Cette organisation a dit que 85 % des familles canadiennes ne toucheraient rien et que, parmi les familles biparentales, près de la moitié ne recevraient absolument rien ou seulement quelques miettes.
     En janvier 2014, c'était au tour du Centre canadien de politiques alternatives, qui disait que 86 % des familles ne toucheraient rien et que 60 % des familles ayant les revenus les plus bas, c'est-à-dire moins de 56 000 $, ne recevraient que 50 $, en moyenne, selon la proposition de fractionnement du revenu des conservateurs.
    En juin 2014, l'Institut Broadbent disait que 9 familles sur 10 ne torcheraient rien. Cette mesure qui vise les familles avec des enfants de moins de 18 ans manque totalement la cible. La majorité d'entre elles ne toucheront absolument rien.
    Cette année, le 17 mars 2015, c'était au tour du directeur parlementaire du budget d'affirmer que ce fractionnement du revenu présenté par les conservateurs coûtera 2,2 milliards de dollars en 2015. Il estime que l'avantage moyen ira aux familles dont les revenus sont au-dessus de 180 000 $, que cette mesure incitera celui qui a le plus petit revenu de la famille, soit le revenu secondaire, à quitter le marché du travail pour essayer d'en profiter, et qu'elle pourrait coûter jusqu'à 7 000 emplois à temps plein. Encore une fois, cette mesure de fractionnement du revenu présenté par les conservateurs coûtera 2,2 milliards de dollars.
    Il n'est donc pas étonnant que, même dans les rangs des conservateurs, certains députés soient contre cette mesure. J'espère qu'ils vont le dire publiquement, aujourd'hui, à la Chambre. Certes, certains vont en répondre, mais je veux aussi parler d'un des leurs. L'ancien ministre des Finances des conservateurs, le regretté Jim Flaherty, avait sonné l'alarme depuis le tout début. Le 12 février 2014, il a dit, et je cite:
Je crois que le fractionnement du revenu doit être analysé longuement et rigoureusement pour qu'on sache qui en bénéficie et dans quelle mesure, parce que je ne suis pas convaincu que, dans l'ensemble, ce soit avantageux pour la société.
    Puis, il a ajouté:
    Cela profite beaucoup à certains groupes de Canadiens, alors que d'autres n'en tirent absolument rien.
    Or le gouvernement conservateur s'est entêté à présenter cette mesure de fractionnement du revenu.
    Les médias nationaux en ont beaucoup parlé aussi. Dans un article du Financial Post publié le 14 février 2014, Forget income splitting, Canada needs to cut tax rates, l'Institut Fraser disait, au sujet de M. Jim Flaherty, qu'il avait vu juste en ce qui concerne le fractionnement du revenu et que cette mesure ne faisait pratiquement rien pour stimuler l'économie ou améliorer la compétitivité du Canada.
    Quant à elle, la Fédération canadienne des contribuables disait, et je cite:
    Ce programme a été dénoncé par des groupes de réflexion crédibles en matière d'économie, des groupes représentant toutes les tendances de l'éventail politique. Même le ministère fédéral des Finances a dû intervenir. L'évaluation qu'on en a faite était si accablante qu'il n'y a pratiquement que les virgules qui n'ont pas été expurgées avant la publication de cette mesure.
    La seule personne qui croit et qui tient au fractionnement du revenu, c'est le premier ministre lui-même. Il faut mentionner que cela va lui rapporter 2 000 $. Par contre, cela ne rapportera pas un sou aux familles monoparentales, puisqu'on sait très bien que, même à l'intérieur du caucus conservateur, ils ne sont pas tous à l'aise avec cette mesure si clairement injuste.

  (1650)  

    Avec une classe moyenne qui peine à joindre les deux bouts, l'emploi qui continue de dégringoler et une croissance économique nulle, nous pourrions sûrement trouver une meilleure façon de dépenser ces 2 milliards de dollars. D'ailleurs, c'est ce que le Parti libéral propose, soit de redonner à la classe moyenne et de stimuler la croissance économique.
    En terminant sur ce point du fractionnement du revenu, je veux aussi parler de la désinformation faite par les conservateurs à l'effet que le Parti libéral du Canada est contre le fractionnement du revenu pour les aînés. C'est faux. Nous sommes contre cette mesure de 2 milliards de dollars du fractionnement du revenu présentée dans le cadre de ce projet de loi.
    Une autre mesure de ce projet de loi omnibus est celle reliée au CELI, soit le compte d'épargne libre d'impôt. Il faut en parler. Je vais d'ailleurs revenir sur l'aspect omnibus du projet de loi parce que c'est vraiment insensé
    Que la Chambre me permette de dire clairement que le Parti libéral est en faveur des CELI. Ils sont un excellent véhicule d'épargne dans leur état actuel. Cependant, le gouvernement a décidé de doubler le plafond des CELI dans ce projet de loi, et c'est ce qui n'est pas correct.
    Plusieurs chiffres erronés circulent sur les CELI. Clarifions les faits. Selon le ministère des Finances, 18 % des Canadiens contribuent au CELI, et 40 % de ce nombre atteignent le plafond de 5 500 $, ce qui veut dire que seulement 7 % des Canadiens atteignent le plafond des CELI à 5 500 $.
    Le gouvernement aime s'appuyer sur ces chiffres en disant souvent que les familles gagnant 60 000 $ profiteront du CELI. Clarifions la situation. Avant que le CELI ne soit instauré, des familles arrivaient de peine et de misère à mettre de l'argent de côté, et quand cette mesure est arrivée, elles ont pris leurs économies de toutes des années précédentes pour en déposer un maximum.
    Le gouvernement conservateur se targue de dire tout le temps que ce sont les familles dont le salaire est de 60 000 $ et plus qui peuvent mettre le maximum dans un CELI. Or soyons clairs. Comment une famille qui gagne 60 000 $ brut par année et fait sa déclaration de revenus arrive-t-elle à mettre de côté 20 000 $ parlant d'une famille ou 10 000 $ par personne? Je ne connais aucun Canadien qui peut mettre 10 000 $ de côté avec un revenu de 60 000 $. C'est tout à fait inacceptable.
    Par ailleurs, toujours concernant le CELI, le travail du directeur parlementaire est de nous informer, et à propos des CELI, il estime qu'un tiers du coût de cette mesure sera assumée par les provinces. Nous comprenons donc pourquoi les provinces détestent cette proposition.
    Comme les CELI ne comptent pas dans le calcul des prestations basées sur le revenu, eh bien, des paiements de Sécurité de la vieillesse arriveront dans les boîtes aux lettres des aînés qui n'en ont pas du tout besoin. Qu'ont fait les conservateurs? Ils n'hésitent pas à retirer ces paiements des aînés de 65 à 67 ans qui en ont le plus besoin. Voilà la situation.
    Nous savons maintenant pourquoi le gouvernement conservateur a choisi de repousser l'âge de la retraite à 67 ans: il s'agit de faire des économies sur le dos des aînés de 65 et 67 ans qui en ont le plus besoin. Pourquoi? Pour financer des cadeaux aux plus riches ou aux mieux nantis. Une société est jugée par la façon dont elle traite ses plus vulnérables. Cela, il faut le mentionner.
    Parlons d'autres mesures. La Prestation universelle pour la garde d'enfants, la PUGE, est effectivement une bonne idée pour redonner aux familles et leur permettre de prendre soin des enfants. Prendre soin des enfants entraîne effectivement des coûts importants. Mettre de l'argent dans les poches des parents leur permet de faire leurs propres choix sur la meilleure façon de prendre soin de leurs enfants.

  (1655)  

    Toutefois, les familles canadiennes n'ont pas toutes les mêmes besoins. Les familles du premier ministre et du chef du Parti libéral du Canada n'ont pas besoin de cette prestation, de cette version bonifiée de la Prestation universelle pour la garde d'enfants, la PUGE, de 100 $ par-ci et de 60 $ par-là. Les familles de la classe moyenne et toutes celles qui travaillent fort pour la rejoindre sont en effet les personnes à qui il faut donner ces montants. Redonner de l'argent à ceux et celles qui en ont réellement besoin est une question de priorité.
    Cela nous amène donc tout de suite au plan que le chef du Parti libéral a déposé lundi dernier. C'est clair. Ce plan nous dit que, voilà, on va redonner de l'argent à la classe moyenne et stimuler la croissance au moyen de mesures extrêmement simples, généreuses, ambitieuses et, par-dessus tout, non imposables. Les conservateurs prennent les contribuables canadiens pour des personnes qui ne peuvent pas comprendre certaines des mesures qu'ils présentent. La PUGE est une mesure imposable. Les conservateurs donnent 100 $ par-ci, par-là, mais ce ne sont pas réellement 100 $, parce que, l'année suivante, ces personnes doivent inclure ce montant à leur déclaration d'impôt et payer de l'impôt là-dessus. C'est inacceptable. Pourquoi jouer avec les mesures fiscales de cette façon? C'est d'abord et avant tout une loi très complexe, et ils proposent des mesures encore plus complexes.
    Nous, nous disons non. Il faut simplifier cela le plus possible. Par exemple, si une famille a un enfant de moins de six ans et un revenu de 30 000 $, nous allons donner un montant de  6 400 $ non imposable à cette famille. C'est un montant clair et net. Si, toutefois, cet enfant a entre 6 et 17 ans, nous allons donner une allocation canadienne de 5 400 $ à cette famille. C'est clair. Pour ces montants, selon les revenus, il y a des allocations que les familles ayant des revenus plus importants vont recevoir.
    Ce sont deux mesures simples. D'abord, il y a une baisse d'impôt généralisée de 7 % pour la classe moyenne. Voilà une mesure qui va vraiment favoriser tous les Canadiens. La deuxième mesure est l'allocation canadienne aux enfants. Je pense bien que la famille du premier ministre et celle du chef du Parti libéral n'ont pas besoin de recevoir des montants de la Prestation universelle pour la garde d'enfants, comme je l'ai dit. Donnons cela aux gens qui en ont le plus besoin. C'est ce que fait notre mesure.
    Ce plan est clair et ambitieux, comme je l'ai dit. Tout cela est dans le projet de loi, et le gouvernement a présenté un projet de loi omnibus. Je devrais en parler dans mon discours. Il y a un certain nombre de mesures sur lesquelles nous sommes d'accord. Toutefois, étant donné que c'est un projet de loi omnibus, nous allons voter contre. Il contient des mesures importantes, mais, pour nous, ce qui est le plus important de retenir, c'est que ces renseignements dont j'ai parlé sont pour les mieux nantis. Au Parti libéral, nous avons présenté un plan ambitieux et généreux pour toutes les familles, parce qu'il faut redonner de l'argent aux familles de la classe moyenne et stimuler la croissance économique, ce qui va être bon pour tout le Canada.

  (1700)  

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Bourassa de sa présentation.
    J'étais assez d'accord avec lui dans les premières secondes de son intervention, quand il présentait le budget du gouvernement comme un budget purement électoraliste. Je me disais que nous allions peut-être trouver un point de ralliement. Quelques secondes après, je me suis aperçu que, en fait, ce n'était qu'une introduction pour lui permettre de faire à son tour une mesure totalement électoraliste, du côté libéral cette fois-ci.
    Je ne l'ai pas entendu parler de mesures qui m'apparaissent vraiment importantes, qui sont dans le budget et qui permettraient non seulement aux citoyens de ce pays de recevoir un chèque à la fin du mois, mais surtout d'avoir un emploi bien rémunéré et de vivre décemment.
     Cela peut se faire par ce moteur de l'économie canadienne qui repose sur la petite et la moyenne entreprise. Les néo-démocrates ont déposé une proposition en vue de réduire le taux d'imposition des PME. Mon collègue libéral avait contre. Or on retrouve cela en partie ou en essence dans le budget, mais sur une période de temps beaucoup plus étirée.
    Quelle est la position les libéraux sur cette réduction d'impôt pour les PME?
    Monsieur le Président, c'est à mon tour de remercier mon collègue le député de Trois-Rivières de sa question.
    Comme il l'a dit dans la première partie de sa question, c'est effectivement un budget électoraliste. Je suis content d'entendre que le NPD est d'accord là-dessus. Ce budget est non seulement électoraliste, mais il faut ajouter qu'il ne favorisera que les riches et les mieux nantis.
    Toutefois, il a fait allusion à notre plan, et cela va répondre directement à sa question: il n'y a rien dans ce budget pour stimuler la croissance économique, et pour pouvoir stimuler la croissance économique, voilà les mesures que nous proposons pour dire aux Canadiens que nous allons donner de l'argent à la classe moyenne. On a vu, ces derniers temps, plusieurs compagnies du secteur du détail fermer leurs portes, parce que les gens n'ont rien dans les poches.
    Nous allons donc stimuler l'économie, et nous allons le faire de façon durable pour le Canada.
    Monsieur le Président, je félicite mon collègue de son excellent discours. C'est toujours édifiant d'écouter mon collègue le député de Bourassa parler d'économie.
    J'aimerais faire part à la Chambre de quelques commentaires.
    Les familles de la classe moyenne ont souvent des enfants qui sont sur le point de s'inscrire à l'université. Elles ont besoin d'argent pour payer ces frais d'inscription. Par ailleurs, on constate que beaucoup de gens de la classe moyenne sont très endettés. Si jamais ils se retrouvent avec de l'argent disponible, mon collègue croit-il qu'il serait davantage intéressant pour eux d'investir dans un régime d'épargne-éducation? Comme on le sait, le rendement est très élevé. Le gouvernement fédéral donne, je crois, 20 ¢ pour chaque dollar investi, jusqu'à 500 $. De plus, le gouvernement du Québec en ajoute. Le rendement est donc assez impressionnant.
    Est-ce l'un des meilleurs investissements à faire, avec de l'argent disponible, pour une famille de la classe moyenne qui espère payer les frais de scolarité de ses adolescents, par exemple?

  (1705)  

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue le député de Lac-Saint-Louis de sa question.
    Je conviens avec lui que, effectivement, les valeurs de l'éducation sont extrêmement importantes. Toutefois, de nos jours, on rencontre — j'imagine que c'est le cas dans son comté aussi — beaucoup de familles qui ont de la difficulté à savoir comment elles vont pouvoir payer les études universitaires. C'est donc important de pouvoir faire ces investissements, mais encore faut-il avoir de l'argent. Voilà le plan que nous proposons pour permettre à ces personnes d'avoir de l'argent en poche, de façon à en mettre de côté pour les études de leurs enfants.
    Très brièvement, prenons une famille type, c'est-à-dire une famille qui gagne 45 000 $ et qui a un enfant de 16 ans et un enfant de quatre ans, par exemple. Cette famille commence déjà à penser à l'université. Or notre mesure va nous permettre de donner à cette famille 4 000 $ de plus que ce que le gouvernement conservateur leur propose. Nous allons leur donner 9 850 $, parce qu'ils ont des enfants. Cela va leur permettre de mettre de l'argent de côté et d'investir dans ces régimes et financer les études de leurs enfants.
    Monsieur le Président, je remercie mon voisin à la Chambre des communes. Je dois confesser que j'aime beaucoup l'accent d'Haïti. C'est toujours quelque chose de beau.
    Toutefois, j'ai une question vraiment sérieuse à poser à mon collègue concernant l'abus que fait le Parlement des projets de loi omnibus budgétaires.
    La position du Parti libéral est-elle de supprimer cet abus? Je pense que tous les partis de l'opposition doivent s'engager contre cet abus avant les prochaines élections.
    Monsieur le Président, c'est vrai que nous sommes voisins et que nous avons d'excellents échanges pendant que nous sommes ici à la Chambre et également dans les corridors. Je la remercie de cette question très bien posée en français. Je la félicite pour tous les efforts qu'elle fait pour s'exprimer ainsi.
    Je dois dire à ma collègue que nous sommes contre les projets de loi omnibus. Il y a quelques années, le gouvernement actuel disait qu'il était contre ces projets de loi, alors qu'à l'époque, ils comptaient peut-être 20 ou 30 pages. Nous avons maintenant devant nous un projet de loi de 175 pages. En outre, ce n'est pas étonnant de voir des projets de loi présentés par le gouvernement conservateur de plus de 200 pages, et tout est mélangé là-dedans.
    Si nous voulons faire un bon travail en tant que parlementaires, il est important d'avoir des projets de loi plus circonscrits, de façon à pouvoir voter sur le moins d'éléments possible lorsqu'il s'agit de discuter de projets de loi.
    Monsieur le Président, j'ai une question pour mon collègue qui a beaucoup parlé des suggestions des libéraux pour aider les jeunes mères ayant de jeunes enfants. En fait, j'aimerais citer une donnée du Childcare Resource and Research Unit qui disait en 2012 que 22,5 % des enfants âgés de moins de 6 ans ont accès à des services de garde de qualité réglementés. Dans les faits, plus de 73 % des mères de ces enfants sont sur le marché du travail. Quand on constate le manque d'accès à des places de garde réglementées et de qualité pour les enfants, et quand on examine aussi les coûts qui peuvent s'élever à plus de 1 500 $ par mois, par enfant, on se rend bien compte que ce que les libéraux proposent, ce n'est tout simplement pas suffisant. Cela ne reconnaît pas le problème qui existe actuellement.
    Le député est-il prêt à faire ce constat et est-il prêt à étudier de nouveau la proposition du NPD pour aider concrètement ces femmes qui ont besoin de places en milieu de garde pour avoir accès, à leur tour, au marché du travail et à une meilleure qualité de vie?

  (1710)  

    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question.
    Avant de répondre plus spécifiquement à l'aspect garderies et services de garde dont elle a fait mention, je voudrais revenir sur son commentaire disant que la proposition du Parti libéral du Canada n'était pas suffisante. Nous avons présenté un plan de 22 milliards de dollars. Il faut être cohérent. D'un côté, le NPD nous demande où nous allons prendre l'argent, mais là, ils nous disent que cette somme n'est pas suffisante. De plus, je viens de dire que nous allons donner 6 400 $ à une famille ayant un enfant de moins de 6 ans.
    Par contre, en ce qui concerne les services de garde, cela nous l'avions fait. Avec M. Ken Dryden, nous avions pris des mesures et celles-ci ont été rejetées, aussi bien par le NPD que par les conservateurs. Or maintenant, le NPD revient avec cette mesure de 15 $. De plus, les néo-démocrates offre cette mesure de 15 $ indépendamment du salaire de la personne, peu importe qu'elle gagne 200 000 $ et plus ou 15 000 $. Il faut être équitable et juste. Nous, nous avons présenté aux Canadiens un plan juste, généreux, équitable et non imposable.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole au sujet du budget de 2015 et du projet de loi C-59, qui mettrait à exécution diverses mesures qui sont contenues dans le budget et dont les Canadiens souhaitent la mise en place.
    Avant de poursuivre, je voudrais indiquer à la Chambre que je prévois partager le temps qui m'est accordé avec mon collègue le député de Dauphin—Swan River—Marquette.
    Je tiens à féliciter le ministre des Finances pour son premier budget et en particulier pour toutes les heures de travail qu'il y a consacrées avec vaillance. Je suis d'avis depuis longtemps que les gouvernements devraient dépenser de l'argent uniquement lorsque c'est nécessaire et devraient tâcher d'économiser l'argent des contribuables autant que possible. Dans ce budget équilibré, les dépenses sont maîtrisées et les contribuables bénéficient d'importants allégements fiscaux et de mesures permettant de réaliser des économies. J'en remercie le ministre, qui fait un travail très important.
    Je voudrais souligner le travail accompli par le ministre des Finances précédent, mon bon ami Jim Flaherty. M. Flaherty a préparé le terrain en vue de l'adoption du budget actuel, à l'époque où il était ministre des Finances. Il a présidé à l'affectation d'importantes sommes d'argent pour stimuler l'économie pendant la récession et il a réduit progressivement les dépenses à la suite de la récession. Les bons résultats qu'il a obtenus comme ministre des Finances permettent au Canada de se trouver aujourd'hui dans une situation économique enviable.
    Pour ce qui est du budget, je suis heureux de constater qu'il est équilibré. Un budget équilibré permet aux gouvernements de réduire les impôts et de rembourser la dette. Il est à noter que, depuis la récession de 2008, le gouvernement a déjà remboursé 37 milliards de dollars sur le montant de la dette fédérale, ce qui a permis au Canada de sortir de la récession en tant que leader économique mondial affichant le ratio dette nette-PIB le plus bas du G7.
    Les Canadiens s'attendent à ce que le gouvernement dépense selon ses moyens, comme ils doivent le faire eux-mêmes. Voilà pourquoi il est si important que ce budget soit équilibré. Nous avons équilibré le budget tout en continuant d'offrir aux provinces des transferts sans précédent en matière de santé et d'éducation et en ramenant le fardeau fiscal fédéral à son plus bas niveau en plus de 50 ans.
    Ce n'est pas chose facile, mais on attend de tout gouvernement qu'il maintienne l'équilibre budgétaire dans la mesure du possible. C'est pourquoi je suis heureux que le gouvernement ait présenté un projet de loi pour veiller à ce que les prochains budgets soient toujours équilibrés, sauf en période de récession.
    J'ai récemment animé un téléforum pour les résidants de ma circonscription, Bruce—Grey—Owen Sound; les électeurs ont eu l'occasion de participer à plusieurs sondages et d'exprimer par téléphone leur appui ou leurs préoccupations à l'égard des mesures du gouvernement. Plusieurs d'entre eux se sont dits reconnaissants du fait que le gouvernement avait équilibré le budget. J'ai également demandé aux participants de répondre à une question au sujet de la nouvelle loi sur l'équilibre budgétaire. Les participants appuyaient la mesure en grand nombre.
    La partie de mon discours sur les efforts déployés par le gouvernement pour équilibrer le budget maintenant terminée, j'aimerais parler de plusieurs dispositions de la loi d'exécution du budget qui profiteront grandement aux résidants de Bruce—Grey—Owen Sound ainsi qu'à tous les Canadiens.
    La première est la réduction du taux d'imposition des petites entreprises, qui passera de 11 % à 9 % d'ici 2019. Cette mesure touchera 100 % des petites entreprises de ma circonscription, Bruce—Grey—Owen Sound, et appuiera les économies locales des nombreuses petites collectivités de la région. On estime à 2,7 milliards de dollars les allégements fiscaux dont bénéficieront les petites entreprises sur la période de 2015-2016 à 2019-2020 grâce à cette mesure. C'est une mesure extrêmement positive qui bénéficie d'un très large appui.
    Il y a une autre mesure que j'appuie, soit l'augmentation de l'exonération cumulative des gains en capital, qui passera de 800 000 $ à 1 million de dollars pour les propriétaires d'exploitations agricoles ou de pêche. Ces quelques dernières années, plusieurs agriculteurs de ma circonscription ont exprimé leur appui pour cette mesure et sont très heureux qu'elle ait été présentée. Ils comprennent qu'elle permettra aux agriculteurs qui souhaitent céder leur exploitation à leurs enfants de garder plus d'argent. En l'absence de cette mesure, ils perdront de l'argent en impôt lorsqu'ils feront un transfert de capitaux. C'est un énorme avantage. Depuis le temps que je siège au comité de l'agriculture — le ministre était là aujourd'hui, d'ailleurs —, nous envisageons toujours toutes sortes de façons de permettre aux jeunes agriculteurs de se lancer en affaires, et une mesure comme celle-ci, on n'en voit pas tous les jours.

  (1715)  

    Dans le budget de 2007, l'exonération cumulative des gains en capital a été portée de 500 000 $ à 750 000 $. Puis, elle est passée à 800 000 $ en 2013, et à 1 million de dollars maintenant. Elle a doublé. Depuis 2007, elle a plus que doublé, et c'est une excellente nouvelle pour tous les agriculteurs.
    En outre, la mesure qui propose d’augmenter à 10 000 $ le plafond de cotisation annuel à un compte d’épargne libre d’impôt est très avantageuse pour de nombreux habitants de Bruce—Grey—Owen Sound. Beaucoup de mes concitoyens ont déjà communiqué avec moi pour me demander quand ils pourront commencer à investir davantage dans leur CELI. J'ai été heureux de les informer que cette mesure sera applicable durant l'année d'imposition en cours. Malgré ce que certaines personnes ont affirmé sur cette mesure, le CELI aide de nombreux aînés, ainsi que des Canadiens à faible et à moyen revenu, à économiser leur argent. En fait, plus de la moitié des titulaires de CELI gagnent moins de 42 000 $ par année, et près de 700 000 aînés qui gagnent moins de 22 000 $ ont un CELI. Cette mesure aide donc une large couche de la population canadienne.
    En plus du CELI, les aînés comptent sur leurs fonds enregistrés de revenu de retraite, communément appelés FERR. Ils étaient nombreux à se réjouir de l'annonce selon laquelle le budget de 2015 réduirait les facteurs de retrait minimal admissible de leurs FERR. À l'heure actuelle, les aînés sont tenus de retirer 7,38 % de leurs FERR l'année où ils atteignent l'âge de 71 ans. Je ne me souviens pas de l'année, mais nous avons fait passer l'âge de 69 à 71 ans. Le pourcentage augmente ensuite chaque année jusqu'à l'âge de 94 ans, à partir duquel il plafonne à 20 %.
    Les nouveaux facteurs seraient de 5,28 % à l'âge de 71 ans et atteindraient 18,79 % à 94 ans. Les aînés disposeraient ainsi d'une plus grande marge de manoeuvre lorsqu'ils retirent leur épargne-retraite et risqueraient moins d'épuiser leurs économies de leur vivant. Il est important de souligner qu'ils ont accumulé cet argent pendant leur vie active, et nous avons fait en sorte qu'ils puissent s'en servir pour améliorer leur retraite, mais davantage à leur manière qu'en fonction des conditions du gouvernement.
    Enfin, le projet de loi mettrait également en oeuvre plusieurs mesures importantes visant à soutenir nos anciens combattants et leurs familles. Il s'agirait d'accorder une nouvelle allocation de sécurité du revenu de retraite aux anciens combattants de modérément à gravement handicapés, d'élargir l'accès à l'allocation pour déficience permanente à l'intention des anciens combattants et de créer une nouvelle allocation pour relève d’un aidant familial non imposable pour reconnaître la contribution des aidants naturels au bien-être des anciens combattants. Ces importantes mesures feraient en sorte que nos valeureux militaires disposent du soutien bien mérité dont ils ont besoin.
    En conclusion, j'aimerais souligner la réussite du budget actuel et des autres qui l'ont précédé depuis 2006.
    Depuis 2006, une famille canadienne typique de quatre personnes à deux revenus aura bénéficié d'allégements fiscaux et de prestations accrues pouvant aller jusqu'à 6 600 $. Cela est attribuable au fait que le gouvernement a constamment baissé les impôts et instauré des mesures de soutien. Je crois que notre gouvernement a réduit les taxes et les impôts de quelque 140 façons différentes. Je pourrais me tromper, mais je crois être assez près du compte. C'est beaucoup.
    Certains électeurs diront que certaines réductions d'impôts ne leur sont pas profitables. Je leur rappelle que chaque réduction ne profitera pas à chaque Canadien. Par exemple, les aînés ne bénéficieront pas des mesures que nous avons instaurées pour les familles avec de jeunes enfants, tout comme les jeunes ne bénéficieront pas des mesures mises en place pour les aînés. Dans l'ensemble, chaque Canadien tirera partie d'au moins une de nos réductions.

  (1720)  

    Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement l'allocution de mon collègue, surtout le début. Il a dit une chose que j'ai trouvée intéressante en ce qui concerne la façon dont les budgets devraient être façonnés. J'ai ensuite écouté pour pouvoir parler du contenu du budget.
    Voici ce qui cloche avec ce que mon collègue a avancé. Il a oublié de mentionner que les conservateurs ont privilégié l'approche « vente au rabais » pour équilibrer le budget. Ils ont réduit le financement des services publics, des anciens combattants et de l'inspection des viandes. En conséquence, 19 000 emplois ont été éliminés. Les conservateurs ont aussi utilisé la même approche chez General Motors, après qu'on a dû faire pression sur eux en 2008, car ils niaient qu'on était en récession. Le député a oublié de le mentionner. Ensuite, ils ont instauré des mesures de fractionnement du revenu qui ne profiteront qu'à 15 % de la population. Je connais bien la circonscription du député. Nombre de ses habitants éprouvent des difficultés. Ils ne tireront pas parti du fractionnement du revenu.
    J'aimerais que le député reconnaisse que ce budget laissera bien des personnes à la traîne et que les conservateurs ont réussi à trouver cet équilibre en vendant des actifs et en pillant la caisse d'assurance-emploi, et qu'ils n'aident pas les gens ordinaires.
    Monsieur le Président, mon collègue d'en face a tort à nombreux égards. Au début de son intervention, il a parlé de l'inspection des aliments. Je suis un ancien agriculteur, même si mes terres sont encore cultivées. De tels propos me scandalisent, car nous produisons les aliments les plus sûrs du monde. Nous avons aussi un excellent système permettant de garantir leur salubrité. Nous faisons du bon travail dans ce dossier. Il faut le reconnaître.
    En ce qui concerne les observations qu'il a faites à la fin, partout au pays, des gens ont du mal à joindre les deux bouts à l'occasion, mais il a tort lorsqu'il parle du fractionnement du revenu. C'est ce que les gens veulent. Une telle mesure est nécessaire, et une fois qu'elle sera mise en oeuvre, nombreux sont ceux qui s'en réjouiront.
    Monsieur le Président, je vais proposer un scénario hypothétique au député et lui demander ce qu'il ferait dans un tel cas.
    Supposons qu'il est le chef d'une famille de la classe moyenne, qu'il a de jeunes enfants ou des adolescents et qu'il veut épargner de l'argent pour que ces derniers puissent aller à l'université. Peut-être qu'il a un peu d'argent de disponible, ou peut-être qu'il a enfin fini de payer ses dettes, même si nous savons qu'aujourd'hui, les familles canadiennes sont très endettées. Peut-être qu'il a des fonds disponibles grâce à la prestation pour enfants que les libéraux mettraient en oeuvre. Est-ce que le député placerait cet argent dans son CELI, ou est-ce qu'il le placerait plutôt dans un REEE pour ainsi profiter d'un rendement annuel d'environ 25 %?
    Monsieur le Président, tout compte fait, les gens veulent simplement avoir le choix. Ils veulent pouvoir, selon leurs préférences, mettre leur argent dans un REEE ou un CELI ou le garder dans un bas de laine à la maison.
    En tout cas, les Canadiens ne veulent pas du programme de garde d'enfants proposé par les libéraux, et encore moins de celui que propose le NPD. Ils veulent avoir le choix. Ils veulent avoir cet argent entre les mains et décider eux-mêmes comment l'utiliser, un choix que leur laisse le gouvernement conservateur.
    Je m'y connais un peu dans ce domaine, puisque deux de mes fils ont de jeunes enfants. Ils fréquentent un service de garde. En fait, mon épouse garde deux de nos petits-enfants aujourd'hui. C'est une façon d'aider notre famille et nos enfants.

  (1725)  

    Monsieur le Président, le député a parlé de la coûteuse proposition du NPD, qui voudrait instaurer un programme de garde d'enfants géré par l'État. Nous savons très bien qu'un tel régime coûterait des milliards de dollars et ne profiterait qu'à environ 5 % des enfants.
    J'aimerais que le député nous parle davantage de l'importance d'avoir un budget équilibré. Il a mentionné, je crois, que nous avons offert 6 600 $ de prestations tout en réduisant le fardeau fiscal de mille et une manières, notamment grâce au CELI, aux baisses de TPS, aux crédits d'impôt, au fractionnement du revenu, aux programmes d'apprentissage et aux bourses d'études.
    Nous avons réussi à équilibrer le budget, et j'en suis très fier. Le député pourrait-il nous parler un peu de l'importance pour un gouvernement d'avoir un budget équilibré? Les deux partis d'en face parlent d'augmenter les impôts, un changement qui toucherait toutes les familles du pays. D'après les partis de l'opposition, pour être équitables, il faudrait faire payer à toutes les familles un impôt égal.
    Le député pourrait-il nous parler de l'équilibre budgétaire et de nos efforts dans ce domaine?
    Enfin une question judicieuse, monsieur le Président, et elle nous a été posée par mon collègue de la Saskatchewan.
    Il a tout à fait raison. Si je dressais la liste de toutes les mesures d'allégement fiscal et des prestations que l'on doit au gouvernement conservateur, vous seriez obligé de m'interrompre, monsieur le Président, parce qu'il me manquerait de temps pour les lire toutes.
    Le député vient d'un milieu agricole. Il sait ce que c'est que de devoir de l'argent et d'en emprunter pour améliorer son exploitation agricole, mais il sait aussi qu'un jour ou l'autre, il faut rembourser l'argent qu'on emprunte. Personne ne peut continuellement afficher des déficits et s'endetter toujours davantage, que ce soit au moyen d'un prêt à une petite entreprise, d'un emprunt bancaire ou d'un prêt étudiant. Un jour ou l'autre, il faut la rembourser, l'hypothèque.
    Monsieur le Président, comme j'ai seulement quelques brefs instants, je vais entrer tout de suite dans le vif du sujet et parler des deux lettres que m'ont fait parvenir deux électrices de ma circonscription qui sont directement touchées par le budget. Il s'agit de Manitobaines typiques qui vivent dans un milieu rural et qui ne peuvent certainement pas être considérées comme riches.
    La première lettre vient de Mme Mackenzie Danard, de Swan River, au Manitoba. Cette mère affirme que le budget en fait beaucoup pour les parents seuls, ce qu'elle est. Elle nous remercie de l'aider à élever ses enfants. Qui peut encore prétendre qu'il s'agit d'un budget pour les riches? C'est faux.
    La seconde a été écrite par Mme Wendy McDonald de Newdale, au Manitoba. Mme McDonald était à Ottawa la semaine dernière, et elle m'a écrit pour me dire ce qui suit: « Si nous avons pu nous permettre de venir ainsi à Ottawa, c'est parce que notre remboursement d’impôt a été plus important que prévu grâce à la loi sur le fractionnement du revenu! […] notre famille a choisi de placer l'argent que nous recevons pour la garde des enfants dans un REEE au nom de nos deux enfants, et je figurerai parmi les Canadiens à qui profitera l'augmentation des cotisations maximales au CELI parce que, pour moi, l'épargne est importante et me permet de gérer les finances familiales de manière responsable. »
    Le chef libéral devrait avoir honte d'avoir dit hier que « ce qui est juste, ce n'est pas de faire profiter toutes les familles de ces mesures ». Pour ces deux familles, c'est tout à fait juste.
    Je veux dire quelque chose au sujet des députés néo-démocrates. Ils ont en aversion l'ambition, le mérite et le dur labeur. Nous sommes le parti qui représente véritablement les travailleurs. Le budget à l'étude a été conçu pour les gens qui travaillent fort et qui respectent les règles du jeu.
    Le député de Dauphin—Swan River—Marquette disposera de huit minutes pour terminer son intervention lorsque la Chambre reprendra le débat sur la question.

INITIATIVES PARLEMENTAIRES

[Initiatives parlementaires]

  (1730)  

[Traduction]

La Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 6 mai, de la motion portant que le projet de loi C-638, Loi modifiant la Loi de 2001 sur la marine marchande du Canada (épaves), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Comme il est 17 h 30, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-638.
    Convoquez les députés.

  (1810)  

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 403)

POUR

Députés

Allen (Welland)
Angus
Ashton
Atamanenko
Aubin
Bélanger
Bellavance
Bennett
Benskin
Bevington
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Boivin
Borg
Boutin-Sweet
Brison
Brosseau
Byrne
Caron
Casey
Cash
Charlton
Chicoine
Chisholm
Choquette
Christopherson
Côté
Crowder
Cullen
Cuzner
Day
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Doré Lefebvre
Dubé
Dubourg
Duncan (Etobicoke North)
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Easter
Eyking
Foote
Freeman
Fry
Garneau
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Godin
Goodale
Gravelle
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Hsu
Hughes
Hyer
Jones
Julian
Kellway
Lamoureux
Lapointe
Latendresse
Laverdière
LeBlanc (Beauséjour)
Leslie
Liu
MacAulay
Mai
Marston
Masse
Mathyssen
May
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
Michaud
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Morin (Chicoutimi—Le Fjord)
Morin (Notre-Dame-de-Grâce—Lachine)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mulcair
Murray
Nash
Nicholls
Nunez-Melo
Pacetti
Papillon
Péclet
Pilon
Plamondon
Quach
Rafferty
Ravignat
Regan
Saganash
Sandhu
Scarpaleggia
Scott
Sellah
Sgro
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
St-Denis
Stewart
Stoffer
Sullivan
Trudeau
Valeriote
Vaughan
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)

Total: -- 113

CONTRE

Députés

Ablonczy
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Ambrose
Anders
Anderson
Armstrong
Ashfield
Aspin
Barlow
Bateman
Benoit
Bergen
Bernier
Bezan
Blaney
Block
Boughen
Braid
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Newmarket—Aurora)
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Carrie
Chisu
Chong
Clarke
Clement
Crockatt
Daniel
Davidson
Dechert
Devolin
Dreeshen
Duncan (Vancouver Island North)
Dykstra
Eglinski
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Fletcher
Galipeau
Gill
Glover
Goguen
Goldring
Goodyear
Gosal
Gourde
Grewal
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hiebert
Hillyer
Hoback
Holder
James
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Kent
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lake
Lauzon
Lebel
Leef
Leitch
Lemieux
Leung
Lizon
Lobb
Lukiwski
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mayes
McColeman
McLeod
Menegakis
Miller
Moore (Fundy Royal)
Norlock
Obhrai
O'Connor
O'Neill Gordon
Opitz
O'Toole
Payne
Perkins
Poilievre
Preston
Raitt
Rajotte
Rathgeber
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Saxton
Schellenberger
Seeback
Shea
Shipley
Smith
Sopuck
Sorenson
Stanton
Storseth
Strahl
Sweet
Tilson
Toet
Trost
Trottier
Truppe
Valcourt
Van Kesteren
Van Loan
Wallace
Warawa
Warkentin
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Woodworth
Yelich
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 145

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion rejetée.

Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

[Français]

Loi no 1 sur le Plan d'action économique de 2015

Projet de loi C-59 — Avis de motion d'attribution de temps  

    Monsieur le Président, je voudrais informer la Chambre qu'il n'a pas été possible d'arriver à un accord en vertu du paragraphe 78(1) ou 78(2) du Règlement, en ce qui concerne l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-59, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 21 avril 2015 et mettant en oeuvre d'autres mesures.
    En vertu des dispositions du paragraphe 78(3) du Règlement, je donne avis qu'à la prochaine séance de la Chambre, un ministre proposera une motion prévoyant, pour les délibérations à cette étape, un certain nombre de jours ou d'heures.

Initiatives parlementaires

[Initiatives parlementaires ]

[Traduction]

Le plan d'action national contre la violence faite aux femmes

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 28 avril, de la motion.
    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui au sujet de la motion M-444 car nous avons absolument besoin d'un plan d'action national visant à mettre fin à la violence faite aux femmes et devons tenir immédiatement une enquête publique sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées. Notre parti, le Parti libéral, a beaucoup insisté pour faire avancer ces deux dossiers fondamentaux.
    Je suis profondément attristée qu'en ce millénaire, en 2015, une telle motion soit nécessaire pour faire agir le gouvernement. La motion est effectivement nécessaire car le niveau de violence à l'endroit des femmes et des filles au Canada a très peu changé au cours des deux dernières décennies. La stratégie actuellement utilisée n'a pas réussi à faire baisser de manière notable la violence dont elles sont victimes. Je remercie la députée de Churchill d'avoir présenté cette motion.
    La société civile, qui comprend le YWCA et le Réseau canadien des maisons d'hébergement pour femmes, a été claire: pour bâtir un Canada où les femmes et les filles ne sont pas victimes de violence au quotidien simplement à cause de leur sexe, nos gouvernements doivent adopter une nouvelle approche.
    Le Canada a besoin d'un plan d'action national cohérent, coordonné et bien financé sur la violence faite aux femmes. Il faudra le leadership du gouvernement fédéral, avec la collaboration des provinces, des territoires et des municipalités, ainsi que des gouvernements autochtones et des Premières Nations dans les réserves et hors réserve.
    La façon dont le plan d'action national sera mis au point déterminera son succès. Beaucoup de particuliers, d'organisations, de groupes et de chercheurs travaillent assidûment pour mettre fin à la violence contre les femmes. Dans la circonscription que je représente, Etobicoke-Nord, je tiens à souligner l'extraordinaire travail de la direction et de tous les employés et bénévoles du Ernestine's Women's Shelter, un véritable pilier dans la communauté à qui beaucoup doivent la vie.
    Le gouvernement doit faire fond sur la diversité et la profondeur des connaissances et de l'expérience de ces groupes, organisations et particuliers, et l'ultime plan d'action national doit clairement refléter les constatations de ces groupes, organisations et particuliers.
    Je tiens à faire savoir aux Canadiens que le taux d'actes de violence conjugale déclarés par les victimes était le même en 2009 qu'en 2004. Notre quotidien nous apprend que la violence fondée sur le sexe demeure très courante. Les faits appuient cette conclusion: la moitié des femmes au Canada — la moitié — ont été victimes de violence physique ou sexuelle.
    J'aimerais parler rapidement de la violence sexuelle.
    D'après un rapport de 2013 de Statistique Canada se fondant sur des données publiées par les forces policières, les femmes de 15 à 24 ans sont les principales victimes de violence sexuelle au Canada. En 2009, les femmes ont signalé 460 000 agressions sexuelles à des travailleurs sociaux, mais moins de 10 % de celles-ci ont été signalées à la police.
    J'ai demandé à la ministre de la Condition féminine d'inscrire la question des agressions sexuelles dans les établissements postsecondaires du Canada à l'ordre du jour de sa prochaine réunion fédérale-provinciale-territoriale, étant donné que, selon les estimations, près d'une étudiante sur cinq est susceptible d'être agressée sexuellement.
    Au Canada, chaque nuit, la violence force 4 600 femmes et 3 600 enfants à dormir dans des refuges d'urgence. Par jour, au Canada, les refuges refusent d'héberger 379 femmes et 215 enfants, généralement parce que ces établissements sont pleins à craquer.
    Quand exactement, en tant que société, nous sommes-nous habitués à la violence? Pourquoi certains hommes se fâchent-ils encore lorsqu'on soulève la question de la violence fondée sur le sexe? Pourquoi le gouvernement répond-il de manière fragmentée à une crise grave qui perdure?
    Il est odieux de commettre des actes de violence contre les femmes et les filles. Il s'agit d'une violation des droits de la personne qui pourrait avoir des répercussions dévastatrices et graves sur plusieurs générations.
    Chaque année, au Canada, la violence et les agressions forcent plus de 100 000 femmes et enfants à quitter leur foyer et à se rendre dans un refuge. Au Canada, les femmes sont neuf fois plus susceptibles d'être agressées par un conjoint ou un partenaire que les hommes.

  (1815)  

    Les filles de 12 à 15 ans sont les plus susceptibles d’être agressées sexuellement par un membre de leur famille. Le coût humain de la violence est incalculable.
    Cela a également un coût économique. Selon une étude du ministère de la Justice, la violence contre les femmes coûte 7,4 milliards de dollars chaque année à la société canadienne, dont 21 millions de dollars en frais d’hospitalisation et en visites chez le médecin et aux urgences, ainsi que 180 millions de dollars en soins de santé mentale connexes.
    En août 2013, la ministre de la Santé a pris la parole lors d’une assemblée de l’Association médicale canadienne, ou l’AMC, et elle a annoncé qu’elle faisait de la fin de la violence familiale le thème de son mandat au ministère. Elle a répété un message similaire en avril 2014 lors de la plus récente assemblée de l’AMC. Je sais qu’elle travaille dans ce domaine, mais les Canadiens attendent toujours un plan d’action national pour mettre fin à cette violence.
    En vertu du droit international, tous les pays doivent prendre des mesures pour s’attaquer à la violence contre les femmes. Les Nations Unies ont demandé à tous les pays d’adopter un plan d’action national d’ici 2015. D’autres pays ont élaboré un tel modèle, comme le Royaume-Uni et l’Australie.
    Actuellement, le Canada ne possède ni stratégie ni plan global national pour s’attaquer à la violence contre les femmes. Les initiatives fédérales manquent de coordination, comptent trop sur le système de justice pénale et ne reconnaissent pas la dimension fondée sur le sexe et les causes profondes de la violence contre les femmes.
    Bien que mettre fin à la violence faite aux femmes fasse partie des priorités du programme de financement de Condition féminine Canada, le taux de violence demeure inchangé. Cela ne remet-il pas en question l'efficacité des modèles de financement de Condition féminine Canada?
    Il s'ensuit des services sous-financés et inadéquats qui ne reflètent pas la réalité des femmes et ne préviennent pas efficacement la violence ni n'en atténuent les répercussions. Des plans d'action nationaux fournissent un cadre pour renforcer les mécanismes qui interviennent dans les cas de violence faite aux femmes. Ils établissent une norme nationale et font appel à la collaboration entre tous les ordres de gouvernement, la société civile, les survivantes et les intervenants. Ils mettent les connaissances, les expériences et les besoins des femmes au coeur du débat.
    Au Canada, un plan d'action national permettrait: d'assurer la cohérence des politiques et des lois entre les administrations et au sein de celles-ci; d'établir une compréhension commune des causes profondes de la violence faite aux femmes; de favoriser les approches en matière de prévention de la violence et d'intervention; de rechercher collectivement les solutions les plus appropriées; et d'offrir aux survivantes des services coordonnés, précis et efficaces ainsi que des mécanismes qui respectent la diversité.
    Parmi les éléments nécessaires, on compte notamment: de nouveaux engagements et des objectifs clairs; des mécanismes de prévention efficaces; des mécanismes d'intervention universels pour les survivantes; un examen de tous les mécanismes judiciaires, y compris les pratiques policières, la poursuite et les pratiques de gestion des délinquants; des efforts pour renforcer les politiques sociales qui touchent la vulnérabilité des femmes à la violence; une assistance pour la cueillette de données fiables; et j'en passe.
    Le temps est venu de cesser de parler de réduire la violence faite aux femmes, mais bien d'éliminer la violence émotionnelle, financière, physique, psychologique et sexuelle. Pour ce faire, des efforts concertés et soutenus doivent être déployés afin d'élaborer un plan d'action national pour éliminer la violence faite aux femmes et aux jeunes filles, dans le cadre duquel se tiendraient de véritables consultations auprès des femmes qui fuient la violence, des refuges et des services de soutien, ainsi que des provinces et des territoires. En outre, il faut entreprendre immédiatement une enquête publique nationale sur les femmes et les jeunes filles autochtones disparues ou assassinées.
    Le moment est venu pour nous tous de prendre position et de dire que la violence faite aux femmes est inacceptable et qu'il est temps d'agir afin qu'aucune femme ne soit plus jamais victime de violence à cause d'un homme.

  (1820)  

    Monsieur le Président, je suis ravie de prendre la parole ce soir pour participer au débat sur la motion M-444, qui propose l'établissement d'un plan d'action national contre la violence faite aux femmes. Il s'agit d'une motion très importante.
    J'aimerais remercier ma collègue de Churchill, qui travaille sans relâche pour l'établissement de ce plan d'action national et qui défend fermement la mise en place d'une commission d'enquête nationale sur les femmes autochtones tuées ou portées disparues. Je lui tire mon chapeau et je la remercie de son travail acharné.
    C'est une honte que nous ayons besoin de tenir un débat sur cette question. Il est évident que nous avons besoin d'un plan d'action national contre la violence faite aux femmes et aux filles dans ce pays. Nous ne devrions pas avoir besoin d'un débat comme celui-ci parce que cela fait des années que des intervenants à l'échelle nationale et internationale — y compris les Nations Unies — exhortent le Canada à adopter un tel plan.
    Les taux de violence contre les femmes et les jeunes filles — et plus particulièrement contre les femmes doublement désavantagées comme les Autochtones ainsi que les femmes handicapées et issues d'une minorité visible ou de la communauté LGBTTQ — demeurent tellement élevés au Canada que c'en est choquant. Toutes les organisations féministes du pays nous demandent d'établir un plan d'action national. Le gouvernement doit clairement répondre à tous ces appels et faire ce qui lui a été demandé. C'est d'une importance capitale pour toutes les femmes du pays.
    J'aimerais citer une organisation militante crédible, qui fournit depuis longtemps des services aux femmes canadiennes, soit le YWCA. Voici ce qu'a écrit Ann Decter, qui est directrice du plaidoyer et des politiques pour cette organisation: « Le Canada a besoin d'un plan d'action national sur la violence faite aux femmes qui établira des normes nationales pour la prévention, les services de soutien, les services juridiques, l'accès à la justice et les politiques sociales essentielles, comme l'accès à des logements sûrs et abordables. Une enquête nationale sur les femmes portées disparues ou assassinées doit faire partie de ce plan d'action. La motion M-444 prévoit toutes ces mesures et, par conséquent, nous l'appuyons sans réserve. »
    Les revendications sont donc claires. Les organisations féminines parlent d'une seule voix dans ce dossier, et il est grand temps que le gouvernement passe à l'action.
    J'aimerais citer deux exemples de ce qui se passe dans ma ville, Toronto.
    Le 8 mai, Suraiya Gangaram, qui, à 31 ans, élevait seule ses trois filles, a été assassinée. Son meurtrier présumé avait menacé de la tuer l'an dernier. Libéré sous caution, il était tenu de ne pas s'approcher d'elle. Il l'a néanmoins assassinée, puis s'est jeté sous un train. Ayant survécu à ses blessures, il subira évidemment son procès pour meurtre. Toutefois, cette femme est décédée, et ses trois filles n'ont plus personne pour prendre soin d'elles.
    Un autre cas tragique est survenu l'an dernier. Zahra Abdilla, une femme de 43 ans, a été tuée avec ses deux fils. Ils étaient dans leur domicile, à Toronto. Ce qui est particulièrement tragique, c'est que Mme Abdilla avait habité dans un refuge pendant deux semaines. Elle se battait pour obtenir la garde de ses fils, mais elle n'avait pas les moyens de payer un avocat et elle était à bout de ressources. Aucune maison d'hébergement prolongé n'était prête à les accueillir, elle et ses fils, alors elle est retournée chez elle, auprès de son mari violent. Celui-ci l'a tuée, puis s'est suicidé.
    Ce ne sont que deux exemples des nombreux meurtres qui se sont produits, mais il y a aussi toutes sortes d'autres situations terribles où les victimes subissent de la violence sexuelle et des mauvais traitements.

  (1825)  

    Dans ma circonscription, Parkdale—High Park, il y a une dizaine d'années, une femme appelée Rosie McGroarty a été tuée à coups de bâtons par son conjoint. Il s'agissait d'une histoire particulièrement horrible. Je n'entrerai pas dans les détails, mais c'était encore une situation comme on en voit trop souvent, où la femme est victime de violence terrible.
    Il s'agit d'exemples extrêmes, mais il n'en demeure pas moins que la moitié des femmes ont été victimes de violence physique ou sexuelle à partir de l'âge de 16 ans. C'est ce qui m'amène à parler d'un problème dont il a déjà été trop souvent question à la Chambre, à savoir la mise sur pied d'une commission d'enquête sur les quelque 1 200 femmes autochtones du pays qui ont été tuées ou qui sont portées disparues, et le fait que le gouvernement doit enfin se décider à faire quelque chose.
    Or, le gouvernement a plutôt sabré de nombreux programmes destinés aux femmes. De toute évidence, il ne fait rien pour financer le logement, le logement abordable ou les refuges de deuxième étape. Le gouvernement a fini par abolir le Programme de contestation judiciaire. Il a amputé de 70 % le budget de Condition féminine Canada et supprimé le mot « égalité » du mandat de l'agence.
    Il a érodé la législation en matière d'équité salariale. Il a entravé le projet de loi du NPD sur les droits des transsexuels. Encore et toujours, qu'il s'agisse de ne pas créer la moindre place en garderie au pays ou de ne pas adopter de stratégie nationale en matière de logement, le gouvernement laisse tomber les Canadiennes.
    Je tiens à rendre hommage à ces nombreux concitoyens qui, d'un océan à l'autre, tentent désespérément de pallier les lacunes et d'intervenir. Je salue ainsi le refuge Redwood, dans ma propre circonscription, qui offre l'asile aux femmes qui fuient une relation abusive, une des décisions les plus difficiles à prendre pour une femme, surtout si elle a des enfants. Le personnel et les bénévoles exceptionnels du refuge Redwood assurent un soutien affectif, pratique et social aux femmes et aux enfants qui s'y mettent à l'abri, avec un taux de succès très élevé: 80 % des femmes qui ont la chance de trouver de l'aide au refuge Redwood ne retournent pas vivre avec leur agresseur.
    Je tiens à saluer le Parkdale Anti-Violence Education Group. J’ai collaboré avec l’organisme pour créer une bourse d’études à la mémoire de Rosie McGroarty, cette femme qui a été brutalement assassinée dans notre collectivité. Je tiens particulièrement à saluer les services juridiques communautaires de Parkdale et Peggy-Gail Dehal-Ramson, qui s’occupe de l’approche communautaire au sein de l’organisme et qui est une figure de proue dans le travail auprès de femmes qui ont été victimes de violence et qui essaient de reprendre leur vie en main. Elle fait un inspirant travail de développement communautaire auprès d’un grand nombre de femmes dans notre collectivité.
    De tels organismes communautaires existent partout au Canada et comptent une petite armée de bénévoles. Ce sont principalement des femmes, mais ces bénévoles sont des femmes et des hommes qui veulent essayer d’éliminer cette situation terrible de violence persistante contre les femmes et les filles et qui ont besoin que le gouvernement fasse preuve de leadership en la matière.
    En terminant, j’aimerais très clairement préciser ce que nous voulons. Nous voulons que le gouvernement du Canada s’engage enfin à créer un plan d’action national pour s’attaquer à la violence contre les femmes. Nous voulons que ce soit fait en consultation et en collaboration avec les provinces, les territoires, les Premières Nations, les Inuits, les Métis, les gouvernements et les collectivités. Nous voulons qu’il y ait de vastes consultations dans toutes les régions pour inclure les fournisseurs de services de première ligne, les groupes de défense du droit au logement, les avocats, les forces de l’ordre, les survivantes et les groupes de défense des femmes marginalisées. Cela se fait attendre depuis longtemps.
    Je salue ma collègue d’avoir proposé cette motion et je demande à tous les députés d’adopter la motion pour qu'on puisse enfin prendre des mesures concrètes pour aider les femmes et les filles partout au pays.

  (1830)  

    Monsieur le Président, je suis heureuse de pouvoir participer à ce débat sur la motion de la députée de Churchill dont la Chambre est saisie aujourd'hui. Cette motion a un objectif très important: mettre fin à la violence faite aux femmes et aux jeunes filles. Le gouvernement prend ce problème très au sérieux, et nous avons adopté une approche multidimensionnelle à cet égard. J'aimerais parler brièvement de certaines mesures que nous avons prises.
    Nous avons rendu les collectivités plus sécuritaires pour tous les Canadiens en mettant en place plus de 30 mesures législatives depuis 2006. Par exemple, la Loi sur la sécurité des rues et des communautés, entrée en vigueur en 2012, a modifié le Code criminel du Canada de manière à accroître la sécurité. De plus, ces mesures aident à tenir les criminels entièrement responsables de leurs actes grâce à des peines plus sévères à l'égard des crimes violents, y compris les infractions sexuelles contre des enfants, et à des restrictions s'appliquant aux peines avec sursis et à la détention à domicile dans les cas de crimes graves et violents.
    Le projet de loi C-13, Loi sur la protection des Canadiens contre la cybercriminalité, qui est entrée en vigueur en mars, est une autre mesure que nous avons prise. Elle prévoit une nouvelle infraction au Code criminel visant la distribution non consensuelle d'images intimes qui interdit l'échange ou la distribution d'images à caractère sexuel ou présentant de la nudité sans le consentement de la personne qui y est représentée.
    Nous avons répondu aux besoins des victimes avec le projet de loi C-32, Loi sur la Charte des droits des victimes, qui a obtenu la sanction royale le 23 avril. Ce projet de loi accorde aux victimes d'actes criminels des droits qui profiteront grandement aux femmes qui ont été victimes de violence. Par exemple, le projet de loi accorde à la victime le droit à ce que sa sécurité et sa vie privée soient prises en considération, le droit d'être protégée contre l'intimidation et les représailles, le droit à ce que son identité ne soit pas divulguée publiquement si la victime est un plaignant ou un témoin dans le cadre d'une procédure de justice pénale, et le droit à des moyens destinés à faciliter les témoignages.
    Parmi les autres exemples récents, notons le projet de loi  S-7, Loi sur la tolérance zéro face aux pratiques culturelles barbares, qui vise à combattre certaines formes de violence familiale dont les victimes sont principalement des femmes et des filles. Ce projet de loi prévoit des modifications de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés selon lesquelles les personnes qui pratiquent la polygamie seraient inadmissibles au Canada. Il prévoit aussi des modifications de la Loi sur le mariage civil afin d'y définir l'obligation du consentement libre et éclairé au mariage et de fixer à 16 ans l'âge minimal pour pouvoir se marier. Le projet de loi définit de nouvelles infractions qui seraient ajoutées au Code criminel concernant les mariages forcés ou précoces. Il élargirait la définition de l'infraction consistant à faire passer à l'étranger un enfant pour y inclure le cas où l'on cherche à soumettre l'enfant à un mariage forcé ou précoce à l'étranger. Il prévoit le recours à un engagement de ne pas troubler l'ordre public pour empêcher la tenue d'un tel mariage. Il limite l'utilisation de la défense de provocation pour qu'il ne soit pas possible de l'invoquer dans le cas des crimes d'honneur et de certains homicides conjugaux.
    Ces exemples montrent que le gouvernement assume son rôle de chef de file dans la lutte contre la violence dont les femmes et les filles sont victimes. Il établit un solide cadre juridique pour protéger les victimes et tenir les agresseurs responsables de leurs actes. Ces mesures législatives constituent des éléments essentiels de l'approche à plusieurs volets que nous avons mise en oeuvre pour réduire et prévenir la violence contre les femmes et les filles.
    Je voudrais maintenant décrire certaines mesures que nous avons prises au-delà des projets de loi. Le gouvernement du Canada a consacré plus de 140 millions de dollars depuis 2006 aux mesures mises en oeuvre par le ministère de la Justice pour que les victimes puissent se faire mieux entendre dans le système de justice pénale. En septembre dernier, nous avons lancé la dernière phase de la campagne en ligne « Non à la cyberintimidation ». C'est une campagne nationale de sensibilisation visant à protéger les enfants et les adolescents contre la cyberintimidation. Le 20 février, le gouvernement du Canada a annoncé l'affectation d'une somme de 100 millions de dollars sur 10 ans pour prévenir, détecter et combattre la violence familiale et les mauvais traitements infligés aux enfants. Cette mesure fait partie de celles que prend le gouvernement pour respecter son engagement à défendre les victimes.
    Le 1er avril, le gouvernement du Canada a commencé à mettre en oeuvre son plan d'action pour lutter contre la violence familiale et les crimes violents subis par les femmes et les filles autochtones. Nous continuons en outre de collaborer avec les dirigeants autochtones, les populations autochtones et les autres pouvoirs publics pour optimiser les effets de nos plans d'action respectifs.
    Le gouvernement croit aussi qu'il faut fournir aux collectivités les outils nécessaires pour lutter contre la violence faite aux femmes et aux filles. C'est pourquoi nous accordons un financement record à Condition féminine Canada et au Programme de promotion de la femme. En fait, depuis 2007, nous avons investi plus de 162 millions de dollars dans plus de 780 projets par l'entremise de Condition féminine Canada. Cette somme comprend plus de 71 millions de dollars destinés à des projets de lutte à la violence faite aux femmes et aux filles. Parmi les appels de propositions, plusieurs concernent des projets destinés aux collectivités rurales et éloignées et à des campus d'enseignement postsecondaire.
    Un autre appel de propositions permettra d'aider les collectivités à réagir à la cyberviolence et à la violence sexuelle. Nous avons déjà investi plus de 6 millions de dollars dans ces projets par l'entremise de Condition féminine Canada.

  (1835)  

    Selon moi, il faut continuer de prendre des mesures comme celles que j'ai décrites aujourd'hui. C'est pourquoi je n'appuierai pas cette motion. Il est important de continuer de travailler de concert, puisque aucun intervenant, organisme ou gouvernement ne pourra, à lui seul, venir à bout de la violence fondée sur le sexe.
    Nous accordons à cet enjeu une importance prioritaire parce que nous savons qu'il faut faire en sorte que les femmes et les filles puissent vivre leur vie sans violence. Nous savons aussi qu'en aidant les femmes et les filles à vivre sans violence, on les aide à atteindre leur plein potentiel dans leur vie personnelle, leur famille et leur collectivité. C'est un grand pas vers l'égalité des femmes au Canada, un objectif que nous souhaitons tous atteindre.
    Monsieur le Président, je remercie la députée de Churchill d'avoir présenté cette motion. Je suis heureuse de parler en faveur de la motion M-444 pour étudier la possibilité d'un plan d'action national pour mettre fin à la violence envers les femmes dans notre société. Je pense que tous les Canadiens veulent que cette violence cesse parce que nous savons quelles répercussions elle a sur toutes les femmes, qu'il s'agisse de violence conjugable, de harcèlement sexuel au travail ou d'agressions sexuelles. Dans tous les cas, elle dresse de nombreux obstacles qui empêchent les femmes de progresser et d'aller de l'avant, et de vivre sans peur, sans stress ni contrainte. Ces choses sont très importantes.
    En 2015, il est inconcevable qu'une femme ait à supporter une agression ou de l'inconduite sexuelle au travail. Il est incroyable qu'une femme doive supporter de la violence à la maison et ait le sentiment qu'il n'y a pas d'issue et qu'elle n'a pas d'autres choix. Nous vivons au Canada. Nous vivons dans une société où nous prenons soin de ceux qui comptent pour nous, ceux que nous représentons.
    En 2015, aucune femme ne devrait manifester dans la rue pour demander des initiatives visant à enrayer la violence faite aux femmes. Cependant, c'est malheureusement là que nous en sommes, c'est la société dans laquelle nous vivons. Il est très triste que nous devions même présenter cette motion à la Chambre des communes pour en débattre, pour demander aux députés de partout au Canada d'appuyer une stratégie comme celle-ci. Une stratégie devrait déjà être en place. À ce stade-ci, nous devrions chercher à mettre fin à la violence faite aux femmes plutôt que de simplement élaborer une stratégie.
    Malheureusement, cette motion est nécessaire. Elle est nécessaire pour que la violence perpétrée contre des femmes et des filles au Canada soit éliminée, pour que ne se produise plus ce que nous avons vu au cours des dernières décennies. C'est ce que veulent toutes les femmes et les enfants du pays. Ils veulent une société civile dans laquelle ils sont libres de grandir, d'apprendre et d'examiner chaque occasion qui s'offre à eux, une société dans laquelle les femmes ne sont pas quotidiennement en proie à la violence en raison de leur sexe.
    Dans un pays comme le Canada, nous avons les ressources non seulement pour élaborer un plan d'action national de lutte contre la violence faite aux femmes, mais aussi pour veiller à ce que ce plan fonctionne, à ce que toutes les collectivités, toutes les villes et tous ceux qui ont besoin de ces ressources y aient accès. Ce n'est toutefois pas possible sans leadership. J'ai écouté la députée d'en face parler des initiatives prises par le gouvernement pour aider les femmes dans la société ainsi que des changements que les conservateurs ont apportés au système de justice afin d'imposer des peines plus sévères à ceux qui commettent des crimes violents contre des femmes et des filles.
    Personne ne remet cela en question. Ce que nous demandons, c'est que davantage soit fait, car nous pouvons et nous devrions en faire davantage. Dans de nombreuses collectivités au Canada, des femmes victimes de violence à la maison n'ont aucun endroit où se réfugier. Il n'y a pas de refuge. Aucun programme ne s'attaque à la violence qu'elles endurent. Souvent, ces femmes ne savent pas comment s'en sortir.

  (1840)  

    Hier soir, en compagnie d'un groupe, j'ai vu le film L'autoroute des larmes, qui porte sur les nombreuses femmes autochtones portées disparues ou assassinées au Canada.
    Une femme a pris la parole lors du lancement du film. Elle a dit que pendant 21 ans, elle a subi la violence de celui qu'elle a épousé, de son mari. Pendant 21 ans, elle a cru qu'il n'y avait pas d'endroit où trouver refuge et qu'elle n'avait nulle part où aller. Pendant 21 ans, elle a subi cette violence en croyant qu'elle ne pourrait jamais se sortir de cette situation. Est-ce que nous voulons que les choses se passent de cette façon au cours de la prochaine décennie au pays? J'en doute fort.
    Ce que nous voulons vraiment, c'est un plan cohérent et coordonné qui donne des résultats positifs et qui offre des ressources aux gens qui en ont besoin. Il faut que les femmes se sentent en sécurité chez elles et qu'elles puissent élever leurs enfants et vivre leur vie dans un environnement sûr et sans danger. Un très grand nombre de femmes n'ont pas cette possibilité, ce que nous oublions bien souvent.
    Lorsque nous parlons de tenir une enquête sur les femmes autochtones portées disparues ou assassinées au pays, ce ne sont pas simplement de belles paroles. En effet, au pays, 1 021 femmes sont portées disparues ou ont été assassinées, certaines sur l'autoroute des larmes, dont j'ai parlé, et d'autres ailleurs au pays, et aussi dans ma collectivité. Il est inacceptable que le gouvernement du Canada dise qu'il n'entreprendra pas d'enquête sur les femmes autochtones portées disparues ou assassinées. Il laisse ainsi entendre que ce problème n'est pas important. C'est inadmissble.
    Comment pouvons-nous espérer enrayer la violence à l'égard des femmes si nous ne sommes pas prêts à remonter à la source du problème? Que ce soit dans les collectivités autochtones ou non autochtones, quel message envoyons-nous aux hommes qui commettent des actes de violence à l'égard des femmes lorsque nous refusons de lancer une enquête sur la mort ou la disparition de plus de 1 000 Canadiennes autochtones, indigènes, inuites, métisses et des Premières Nations?
    Nous n'envoyons pas le bon message. Nous n'enrayerons pas la violence à l'égard des femmes en ignorant ces problèmes et ces agressions. Nous y mettrons fin en prenant des mesures concrètes. Nous n'enrayerons pas la violence à l'égard des femmes en durcissant les peines des criminels. Ce n'est qu'une infime partie de la solution.
    Qu'en est-il des récidivistes? Qu'en est-il du type que j'ai rencontré dans un centre correctionnel qui purgeait sa sixième peine pour violence conjugale? C'était la sixième fois qu'il se retrouvait sous les verrous pour avoir agressé sa femme. On peut bien allonger sa peine de trois ou quatre mois, mais aurons-nous vraiment enrayé la violence à l'égard de cette femme?
    Ce sont les questions que nous devons nous poser lorsque nous étudions des problèmes comme celui-ci. Il ne s'agit pas de statistiques, mais bien d'une situation réelle. Je ne suis pas la seule personne à pouvoir prendre la parole à la Chambre des communes aujourd'hui pour dénoncer les nombreux cas de violence à l'égard des femmes qui devraient être prévenus et enrayés, et évoquer la nécessité pour nous de le faire. Il y a tant d'autres députés qui peuvent en faire autant.
    Bien que je remercie ma collègue de Churchill d'avoir présenté cette motion et de défendre cette cause, je tiens aussi à encourager tous les députés à l'appuyer et à faire tout ce qui est en leur pouvoir à titre de parlementaires pour adopter cette stratégie et veiller à ce qu'elle dispose des ressources nécessaires. Nous devons vraiment nous efforcer d'enrayer la violence à l'égard des femmes au Canada.

  (1845)  

    Monsieur le Président, j'ai l'immense privilège d’appuyer la motion présentée par ma collègue, la députée de Churchill, qui est porte-parole de l’opposition officielle en ce qui concerne les peuples autochtones. Elle s’est toujours révélée un ardent défenseur des dossiers qui lui sont confiés. Je sais qu’elle représente un grand nombre de Métis et de Premières Nations de sa circonscription, et qu’ils en sont très fiers, non seulement parce qu’elle les défend mais parce qu’elle sait se faire la porte-parole de leurs besoins et de leurs aspirations.
    La motion présentée par ma collègue ne se limite pas à préconiser l’adoption d’un plan d’action national coordonné pour lutter contre la violence faite aux femmes, mais elle demande aussi à ce que cela se fasse en collaboration directe avec les provinces, les territoires, la société civile, les Premières Nations, les Métis, les Inuits et leurs représentants. Ce n’est pas ce qui se passe avec le gouvernement actuellement au pouvoir. Il est temps que nous discutions avec tous ceux qui représentent un certain pouvoir au Canada. Il faut que tous les ordres de gouvernement se rencontrent, y compris les peuples autochtones, pour redresser cette injustice, car il s’agit bien d’une injustice.
     Les députés qui ont pris la parole au sujet de cette importante motion ont parlé de la vulnérabilité des femmes au Canada — les femmes âgées étant les plus pauvres de toutes, les femmes autochtones étant les plus pauvres de toutes — simplement parce qu’elles sont nées dans une communauté autochtone. La province et la ville où j’habite enregistrent, malheureusement, une proportion très élevée de cette violence. Statistique Canada indique que, entre 1980 et 2012, sur les 6 500 meurtres de femmes qui ont été commis au Canada, plus de 740 se sont produits en Alberta, dont près de la moitié concernaient des femmes autochtones. Cela ne comprend pas toutes les femmes et les filles autochtones qui sont toujours portées disparues.
     Le Sexual Assault Centre d’Edmonton, dont je suis fière d’être l’une des cofondatrices, accueille de 700 à 900 clientes par année. Ce qui est choquant, c’est que les plus jeunes ont trois ans. C’est donc un problème qui touche les Canadiennes de tous âges. Le centre estime qu’une fille sur trois sera un jour ou l’autre victime de violence sexuelle. Il faut que ça cesse.
     L’Alberta Council of Women's Shelters m’a fait savoir que malgré des besoins pressants, notamment dans les réserves autochtones, le financement accordé aux refuges pour les femmes victimes de violence n’a pas augmenté depuis 2007. À l’heure actuelle, seulement deux de ces communautés ont des refuges pour les femmes, malgré la violence dont elles sont victimes.
    Il s'agit d'un problème d'envergure nationale. Partout au pays, les refuges pour femmes manquent de financement. En Alberta, comme je l'ai dit, il n'y a que deux refuges de deuxième étape qui aident les femmes victimes de violence et leurs enfants à mener une vie plus sécuritaire. La majorité des femmes qui cherchent un refuge sûr ne répondent pas aux critères établis par le gouvernement pour être qualifiées de sans-abri chroniques, elles n'ont donc pas accès à des refuges auxquels de nombreux hommes ont pourtant accès. Qui plus est, le gouvernement ne consacre pas de financement supplémentaire au logement. Le fonds d'amélioration des refuges est toujours de 130 000 $ par année, et ce malgré le nombre élevé de femmes victimes de violence. C'est incroyable.
    J'appuie la motion M-444 et j'utiliserai le temps qu'il me reste pour parler de la situation critique des femmes autochtones de notre société qui s'efforcent de mener une vie exempte de violence. Je félicite encore une fois ma collègue, la députée de Churchill, qui lutte contre la violence faite aux femmes et qui, à de nombreuses reprises, a pris la parole en Chambre pour supplier le gouvernement d'écouter les Autochtones et de lancer une commission d'enquête nationale, ce qui aurait dû être fait depuis longtemps.
    Les femmes autochtones ne représentent que 4 % de la population nationale: pourtant, 16 % des femmes assassinées et 11 % de celles qui sont portées disparues au pays sont des Autochtones. La GRC a indiqué que ces statistiques ne tenaient probablement pas compte d'un nombre élevé de cas. Toutefois, pour saisir l'urgence d'établir un plan d'action, il faut reconnaître que la motion présentée par ma collègue ne porte pas sur une simple question de statistiques. Plus de 1 100 femmes et filles ont été assassinées ou portées disparues, et nous devons garder à l'esprit que chacune d'entre elles est la mère, la soeur, la fille, l'amie ou la voisine de quelqu'un.

  (1850)  

    Misty Potts, une mère de 37 ans de la nation sioux des Nakota d'Alexis, dans ma province, est portée disparue depuis février dernier. Détentrice d'une maîtrise en sciences environnementales, elle dénonce vigoureusement la dégradation de l'environnement et ses répercussions sur les Autochtones. C'est pourtant une victime de violence.
    Shelly Dene, de Fort McMurray et Fort McKay, est portée disparue depuis le mois d'août 2013. Elle est mère et étudiante.
    Cindy Gladue, une mère de trois enfants âgée de 36 ans, a été victime d'homicide. Il a fallu que des membres des Premières Nations descendent dans les rues d'Edmonton pour que le gouvernement accepte enfin d'interjeter appel de l'acquittement de l'accusé dans cette affaire.
    Comme le nombre de femmes autochtones portées disparues ou assassinées ne cesse d'augmenter, toutes les femmes autochtones se sentent vulnérables et en danger.
    Katherine Swampy, une Autochtone de l'Alberta, s'est bravement portée candidate pour le NPD dans cette province. Voici l'histoire dont elle nous a fait part. Elle a déclaré que, parmi tous les commentaires qu'elle avait reçus sur les médias sociaux, c'est ce message sur Facebook qui lui avait fait le plus mal:
J'appuie Katherine Swampy et le NPD. C'est bien dommage qu'elle risque plus d'être portée disparue que de devenir députée de cette circonscription.
    La situation est triste au pays. Mme Swampy a déclaré que ce message avait vraiment touché une corde sensible, car une de ses amies d'enfance avait été assassinée à Calgary à peine quelques mois plus tôt.
     Ses inquiétudes sont fondées. L’Action Coalition on Human Trafficking, un groupe albertain qui s’est engagé dans la réalisation d’un projet financé, chose curieuse, par Sécurité publique Canada en 2013 et 2014, a constaté que les femmes et les jeunes filles autochtones étaient des proies faciles pour les trafiquants à cause de la pauvreté, de la toxicomanie et des problèmes de santé mentale. Le groupe dit que les femmes autochtones représentent 15 % des victimes de trafic pour exploitation sexuelle. C’est profondément triste.
     Le gouvernement actuel prétend que nous n’avons pas besoin de mesures spéciales, mais même le ministère de la Sécurité publique dit s’inquiéter des femmes autochtones. Nous devrions donc donner suite à ces observations et agir.
     L’enquête nationale que ma collègue a réclamée reçoit l’appui de l’ancien grand chef Mackinaw du Traité no 6, de son successeur actuel, Bernice Martial, de la Commission canadienne des droits de la personne, de l’Association des femmes autochtones du Canada, de l’Assemblée des Premières Nations, des 48 chefs du Traité no 8, qui se sont prononcés par résolution, de la Commission interaméricaine, affiliée à l’Organisation des États américains et de tous les premiers ministres provinciaux au Canada. J’ai le plaisir d’ajouter que la première ministre élue de l’Alberta est revenue sur la position de Jim Prentice: elle se joindra aux autres premiers ministres provinciaux pour appuyer la demande d’enquête.
     Que faut-il de plus encore pour montrer au gouvernement conservateur que cette enquête doit se faire?
     Je peux témoigner personnellement des nombreuses soirées d’hiver glaciales où des aînés et dirigeants autochtones, des grands-mères, des mères, des sœurs et des cousines ont participé à des marches pour réclamer une enquête nationale longtemps souhaitée, longtemps attendue, sur les femmes autochtones disparues et assassinées. J’ai eu l’honneur de me joindre à eux.
     Le gouvernement déplore que la majeure partie de cette violence se manifeste à l’intérieur des familles. Les familles autochtones comprennent qu’elles doivent faire leur part. Je suis fière de dire que je porte un bout de peau d’orignal qui m’a été donné aujourd’hui par les centres d’amitié. Cela s’inscrit dans une démarche des hommes autochtones du Canada qui s’appelle « I am a Kind Man ». Il s’agit d’inciter tous les hommes et garçons autochtones à honorer, respecter et protéger les femmes et les enfants.
    Comme l’a fait remarquer Tanya Kappo, une Albertaine d’une première nation, mère et avocate, une enquête nationale permettrait de sonder les causes profondes de ce problème des femmes autochtones disparues et assassinées. Elle serait l’occasion d’examiner le rôle qu’ont pu jouer les systèmes de justice et de police et les séquelles des pensionnats, de façon qu’on puisse prévenir et atténuer les vulnérabilités.
     Comme Mme Kappo l’a raconté il y a deux ans sur ma tribune publique, elle a travaillé fort pour élever ses enfants et étudier afin de devenir avocate. Pourtant, lorsqu’elle a quitté cette tribune, ce soir-là, elle aussi était vulnérable à l’agression.
     Que doivent donc faire de plus les femmes et jeunes filles autochtones au Canada pour que nous fassions enfin cesser cette parodie?
    Pour conclure, j’invite tous les députés à saisir l’occasion pour visiter l’installation Walking With Our Sisters: plus de 1 100 paires de dessus de mocassin qui évoquent clairement toutes ces âmes disparues.

  (1855)  

    Monsieur le Président, je suis heureux d’avoir la possibilité de participer au débat sur la motion M-444, présentée par la députée deChurchill. Au cours de mon intervention, j’aborderai les éléments de la motion qui touchent directement le mandat d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Pour commencer, je vais parler de la proposition d’enquête publique nationale sur les femmes et jeunes filles autochtones disparues et assassinées. Je passerai ensuite à la proposition demandant des stratégies qui tiennent compte des besoins précis et des vulnérabilités des différentes communautés et qui accordent une attention particulière aux femmes autochtones.
     Je me permettrai de commencer par insister sur les profondes préoccupations que continuent de susciter pour le gouvernement le dossier des femmes et jeunes filles autochtones disparues et assassinées. Il considère tous les actes de violence contre les femmes et jeunes filles autochtones comme odieux et intolérables.
     Comme la Chambre le comprendra, pour lutter contre la violence, il faut un effort collectif de la part de tous les secteurs de la société en cause, dont tous les ordres de gouvernement, les organisations autochtones, le judiciaire, la police et les collectivités autochtones elles-mêmes. Le 27 février 2015, nous avons vu justement un rassemblement de cette nature: des représentants des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, des dirigeants autochtones et des familles touchées se sont réunis à Ottawa pour une table ronde nationale sur les femmes et jeunes filles autochtones disparues et assassinées. L’objectif de cette table ronde, dont la coordination a été assurée par l’Assemblée des Premières Nations, était d'améliorer la prévention, la sécurité, la surveillance policière et les mesures de justice pour lutter, de façon concertée et dans la collaboration, contre la violence faite aux femmes et jeunes filles autochtones au Canada.
     Je réitère ce point crucial: nous sommes tous partie prenante et nous avons tous un rôle à jouer pour trouver une solution et réprimer ces actes odieux de violence qui infligent une peine si terrible aux personnes, aux familles et aux collectivités.
     Les organisations autochtones et des membres de familles éprouvées nous ont dit que ce dont nous avons besoin maintenant dans ce dossier, ce sont des mesures concrètes plutôt que des enquêtes, et c’est précisément ce que le gouvernement propose. Beaucoup de familles et de témoins qui ont comparu devant le Comité spécial sur la violence faite aux femmes autochtones, dont j’étais membre, ont exprimé le vœu que le rapport présente des recommandations qui auront un effet tangible dans la vie des femmes et jeunes filles autochtones. Il y déjà eu plus d’une quarantaine d’études consacrées au problème de la violence faite aux femmes et aux jeunes filles autochtones, et elles préconisaient toute une action concrète.
     Comme la Chambre le sait, l’Aperçu opérationnel national de la GRC, rendu public le 16 mai 2014, a fourni des renseignements essentiels sur la nature et l’ampleur du problème. Ce rapport a réaffirmé des conclusions déjà tirées antérieurement au sujet des facteurs clés de vulnérabilité chez les femmes autochtones et des facteurs communs observés chez les criminels. Il s’agit du rapport le plus complet à ce jour sur les femmes autochtones disparues et assassinées au Canada, et il a été établi avec le concours de Statistique Canada et de 300 corps de police de tout le Canada.
     Le Plan d’action pour contrer la violence familiale et les crimes violents à l’endroit des femmes et des filles autochtones que le gouvernement a rendu public le 15 septembre 2014 s’appuie sur les connaissances recueillies grâce à des efforts antérieurs et à un grand nombre d’études et de rapports sur la question, dont l’Aperçu opérationnel national de la GRC. Ce plan d’action repose donc sur des fondements extrêmement solides et bien étudiés. Il reflète parfaitement la conviction du gouvernement: il faut une action énergique et concertée dès maintenant. De plus, ce plan donne suite aux 16 recommandations qui figurent dans le rapport du Comité spécial sur la violence faite aux femmes autochtones.
    Pour élaborer le plan d’action, la ministre de la Condition féminine a rencontré les dirigeants de plusieurs organisations et collectivités autochtones et un certain nombre de victimes et de familles. Ces entretiens ont fait ressortir les domaines prioritaires que voici: prévenir la violence en appuyant des solutions au niveau local, aider les victimes autochtones au moyen de services adaptés aux besoins, protéger les femmes et les jeunes filles autochtones en investissant dans des refuges, et continuer d’améliorer les systèmes d’exécution de la loi et de justice au Canada. Le plan d’action prévoit un nouvel apport de fonds de 25 millions de dollars pour soutenir notre travail autour de ces trois priorités avec les collectivités et protagonistes autochtones et avec les provinces et territoires. Au total, le train de mesures consacrées à ce problème atteint presque 200 millions de dollars.

  (1900)  

     L’investissement dans des refuges grâce au Programme pour la prévention de la violence familiale d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada est un élément important du plan d’action. Ce programme soutient 41 centres disséminés partout au Canada. Ces refuges offrent aux femmes et à leurs enfants un milieu sûr et accueillant en période de crise. La plupart offrent du counselling et des programmes adaptés à la culture comme la prévention de la violence familiale, la formation au rôle parental, la formation en dynamique de la vie, des programmes de guérison traditionnels et un soutien à la santé mentale.
     Le 1er avril, le budget affecté au Programme pour la prévention de la violence familiale a été porté à 31,7 millions de dollars par année, et un montant supplémentaire de 1,3 million de dollars est disponible pour les activités de prévention de la violence familiale dans les réserves et à l’extérieur. De plus, le programme accorde des fonds au Cercle national autochtone contre la violence familiale pour qu’il joue un rôle de coordination à l’échelle nationale en appuyant les refuges et leur personnel au moyen de forums de formation, de rassemblements, de recherches et d’une collaboration avec des partenaires clés.
     Les mesures précises que le plan d’action prévoit pour prévenir la violence comprennent l’élaboration d’un plus grand nombre de plans communautaires de sécurité dans les réserves et à l’extérieur partout au Canada. Cette initiative permet aux collectivités de se saisir des problèmes et d’élaborer des solutions locales adaptées à leur culture. Le plan d’action appuie aussi des projets qui visent à rompre les cycles intergénérationnels de violence et de mauvais traitements en renforçant la sensibilisation et en bâtissant des relations saines.
     Comme je l’ai dit plus tôt, la lutte contre la violence exige la participation de nombreux partenaires engagés. À cet égard, les efforts du gouvernement sont complémentaires du travail tout aussi important qu’accomplissent les provinces et les territoires, la police et le système judiciaires, ainsi que les familles, les collectivités et les organisations autochtones pour réprimer la violence faite aux femmes et jeunes filles autochtones.
     Nous continuerons de collaborer étroitement avec ces partenaires, pour mettre en œuvre des mesures concrètes qui aideront véritablement les familles et les collectivités autochtones. Seule une action concertée, et non davantage d’études ou d’enquêtes publique, nous permettra de corriger cette situation intolérable.
     En terminant, j’aimerais parler du deuxième élément de la motion concernant le mandat d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, où on propose d’élaborer des stratégies pour répondre aux besoins particuliers des collectivités autochtones et ce, en fonction des faiblesses qu’elles peuvent avoir, en portant une attention spéciale aux femmes.
     J’ai le plaisir de rappeler à la Chambre que notre gouvernement a mis en œuvre une gamme de programmes pour aider à répondre aux besoins des femmes autochtones. Il y a le programme d’aide avant l’emploi, comme l’alphabétisation et l’apprentissage de l’autonomie fonctionnelle. Ces initiatives amélioreront l’employabilité des femmes des Premières Nations qui y seront admissibles.
    Affaires autochtones et Développement du Nord Canada reconnaît également que les femmes autochtones qui veulent devenir entrepreneures ont besoin d’aide. Le ministère a en fait dépassé le montant initial de 1 million de dollars qu’il s’était engagé à fournir, en 2010, pour financer le développement économique des femmes autochtones; cette aide permet d’appuyer la mise en œuvre du cadre fédéral pour le développement économique des Autochtones. Jusqu’à maintenant, nous nous sommes engagés à financer 21 projets, pour une somme totale de plus de 2,6 millions de dollars, afin d’aider directement les femmes autochtones dans leur carrière d’entrepreneure.
     En outre, au moyen de la Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain, le ministère aide les femmes autochtones qui vivent en dehors des réserves à développer leurs compétences pour joindre le marché du travail. Naturellement, il y a la Stratégie de formation pour les compétences et l’emploi destinée aux Autochtones, le Fonds pour les compétences et les partenariats et le Fonds pour l’emploi des Premières Nations, qui visent tous à accroître la participation des Autochtones, y compris des femmes et des jeunes filles, au marché du travail.
    Notre gouvernement a à cœur d’aider les femmes et les jeunes filles autochtones de partout au pays à se préparer un avenir meilleur et sûr. Je peux assurer à tous les députés que nous continuerons de travailler sans relâche, avec tous nos partenaires, pour réduire la violence perpétrée contre les femmes et les jeunes filles autochtones; c’est pour nous un objectif essentiel.

  (1905)  

    Monsieur le Président, je suis extraordinairement fière de prendre part, ici, au mouvement visant à mettre en place un plan d’action national de lutte contre la violence faite aux femmes au Canada. J’aimerais remercier mes sœurs et mes frères du NPD qui se sont joints à moi pour défendre cette cause cruciale.
    Depuis que je suis députée, dans chaque région du pays, j’ai entendu parler de femmes qui ont été victimes de violence. Ces femmes ont survécu à la violence; elles sont fortes. Je suis honorée qu’elles aient accepté de parler de leur vécu avec moi dans l’espoir que je puisse — que nous puissions — changer les choses. Je veux remercier toutes les personnes qui m’ont fait confiance, à moi et à mon équipe, pour parler en leur nom à la Chambre. J’espère que tous les parlementaires reconnaîtront qu’ils ont le pouvoir de faire quelque chose tout de suite pour les femmes qui ont survécu à la violence, pour celles qui vivent dans la violence et pour celles qui rêvent de grandir et de vivre dans un monde sans violence.
    Les femmes sont fortes comme tout. Toutes les études et les statistiques confirment ce que le gros bon sens nous a toujours dit: quand les femmes sont en sécurité et qu'elles peuvent s'épanouir, tout le monde y gagne, de leur famille proche à la société au grand complet, en passant par leur entourage. Quand les femmes ont les moyens de se faire entendre et de prendre la place qui leur revient en politique, dans le milieu des affaires et dans la société civile, le monde ne s'en porte que mieux. Voilà à quoi ressemble le Canada où je veux vivre.
    Forte de nombreux appuis, j'ai donc saisi la Chambre d'une proposition prévoyant la création d'un plan d'action national visant à mettre un terme à la violence contre les femmes. Le YMCA, le Réseau canadien des maisons d'hébergement pour femmes, DAWN-RAFH Canada, l'Association des femmes autochtones du Canada, Families of Sisters in Spirit et quelques autres organismes nationaux de lutte contre la violence ont travaillé sans relâche pour sensibiliser la population et la mobiliser autour d'un plan d'action national, et je les en remercie.
    J'ai sillonné le pays pour discuter avec des femmes et des organismes de terrain et pour savoir à quoi leur servirait un plan d'action national. Partout, les gens m'ont parlé du sous-financement, du manque de coordination et de la frustration de voir qu'au niveau systémique, rien ne change.
    À Victoria, en Colombie-Britannique, Victoria Pruden, de la Bridges for Women Society, nous a dit ceci:
    À la Bridges for Women Society, nous appuyons sans réserve l'appel en faveur d'un plan d'action national sur la violence faite aux femmes. Nous voyons tous les jours le coût humain de la violence faite aux femmes et aux enfants, mais il y a aussi les coûts économiques associés à la violence et aux traumatismes pour les Canadiens [...] nous avons besoin d'un plan d'action national dès maintenant.
    Jenny Wright, directrice générale de la Marguerite's Place, à Terre-Neuve, qui travaille à l'autre bout du pays pour obtenir justice pour les femmes et assurer leur sécurité, et plus particulièrement pour les travailleuses du sexe, avait un message semblable à communiquer. Voici ce qu'elle a dit:
    Toutes ces années de compressions financières et de fermetures, ces années à réduire au silence les organisations de femmes représentent à elles seules une forme généralisée de violence envers les femmes. La politique fédérale doit servir à renforcer les organisations de femmes et leur assurer un financement durable pour qu'elles ne soient pas continuellement victimes des fluctuations économiques, des priorités politiques et des lois.
    Je suis profondément reconnaissante au mouvement de femmes aux vues similaires, au mouvement de féministes, qui réclament ce changement. Je rappelle aux députés que des plans d'action nationaux ont été adoptés avec beaucoup de succès ailleurs dans le monde, dans des pays comme l'Australie et les États-Unis. Le vote sur cette motion pourrait être le premier pas parmi de nombreux autres vers la guérison et l'autonomisation.
    J'ai été dans l'Est, l'Ouest, le Nord et le Sud. Je suis allée dans des centres urbains et des collectivités rurales. Je me suis rendue dans des collectivités métisses et des Premières Nations. Ce qui est clair, c'est que nous devons écouter les femmes. Nous devons écouter leurs histoires d'oppression intersectionnelle. Nous devons écouter les femmes autochtones, les femmes handicapées, les femmes de couleur, les femmes réfugiées, et les femmes queer et transgenres. Elles sont toutes confrontées à d'énormes difficultés systémiques, ce qui les rend de plus en plus vulnérables à la violence. Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire pour les aider. Il suffit de les écouter.
    La nécessité de prendre des mesures de ce genre est l'un des enjeux les plus pressants au pays. J'espère que nous pourrons mettre de côté nos aspirations partisanes et prendre des mesures concrètes dans ce dossier. Ne perdons plus de temps et appuyons un plan d'action national pour mettre fin à la violence faite aux femmes.

  (1910)  

    Le vote porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: Que tous ceux qui sont en faveur de la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le vice-président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:
    Le vice-président: Conformément à l'article 93 du Règlement, le vote par appel nominal est reporté au mercredi 27 mai, immédiatement avant la période réservée aux initiatives parlementaires.

MOTION D'AJOURNEMENT

[Motion d’ajournement ]
    L'ajournement de la Chambre est proposé d'office conformément à l'article 38 du Règlement.

  (1915)  

[Traduction]

Les affaires étrangères  

    Monsieur le Président, j'interviens ce soir dans le cadre du débat d'ajournement pour donner suite à une question que j'ai posée le 25 mars. Un certain temps s'est écoulé depuis.
    Ma question ne portait pas strictement sur l'intervention du Canada en Ukraine. Tous les députés conviennent qu'il faut agir pour que reviennent la liberté, la sécurité et la paix dans la région et, partout au Canada, on s'inquiète vivement de l'offensive de Poutine. Il n'y a pas de doute là-dessus.
    Ma question porte plutôt sur la participation du Parlement à la prise de décisions concernant les affaires étrangères, notamment les décisions susceptibles de susciter l'hostilité d'un pays qui, à d'autres égards, a un statut d'allié. Je parle de la Russie.
    En effet, nous entretenons des relations avec la Russie, par les nombreux accords commerciaux et autres ententes multilatérales que nous avons conclus avec elle. Nous ne sommes pas en guerre avec la Russie et, bien que les Canadiens souhaitent sans doute presser Poutine de se retirer de l'Ukraine, nous avons beaucoup de choses en commun avec elle.
    Ma question posée le 25 mars au premier ministre portait sur notre appui à l'Ukraine. Sur le site du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement, on ne décrit pas clairement l'ampleur de la participation du Canada. À part ce qui est rapporté dans les médias, nous ne savons pas grand-chose de la transmission de données de RADARSAT-2 à l'Ukraine, qui se produit apparemment en dépit des objections formulées par le ministère de la Défense nationale et celui des Affaires étrangères.
    J'ai dit que j'avais entendu parler d'un protocole d'entente entre le Canada et l'Ukraine, et j'ai demandé directement au premier ministre de confirmer l'existence de ce protocole d'entente et, dans l'affirmative, d'annoncer aux députés quand il serait déposé à la Chambre.
    En guise de réponse, le ministre des Affaires étrangères m'a parlé de choses sur lesquelles nous nous entendons tous et que nous savons tous, à savoir que le Canada est solidaire du peuple ukrainien et qu'il continuera à l'être. Ce n'était pas une véritable réponse, ce qui n'est guère surprenant dans cette enceinte.
    Depuis que j'ai posé cette question, j'ai appris que l'Ukraine n'est pas satisfaite de la qualité des données du satellite RADARSAT-2 qu'elle reçoit par l'entremise du ministère de la Défense nationale. On a demandé au Canada d'installer une station RADARSAT-2 en Ukraine pour que le gouvernement ukrainien puisse accéder plus rapidement aux données du satellite. Tout cela est très technique. Il faut des employés spécialement formés de la Défense nationale pour analyser les données et expliquer à l'Ukraine ce qu'elles disent et ce qu'elles signifient.
    Je reviens sur cette question et j'espère que le secrétaire parlementaire pourra nous donner plus d'information, dans la mesure où il peut le faire. Je le répète, nous sommes tous d'accord avec cette mission, mais, contrairement à la mission en Irak et en Syrie, pour laquelle nous avons eu un débat à la Chambre et avons discuté des plans, nous apprenons au compte-gouttes les mesures que prend le Canada pour aider l'Ukraine, dans un contexte de plus en plus militaire.
    Nous savons que des militaires canadiens sont sur place pour aider avec la formation. Voici ma question: le Canada et l'Ukraine ont-ils conclu un protocole d'entente? La Chambre pourra-t-elle examiner cette entente? Allons-nous en débattre? Est-il vrai que nous envisageons maintenant d'installer un système de satellites en Ukraine? Si ce système était frappé durant le conflit, notre accès aux différentes données importantes pour le Canada transmises par le satellite RADARSAT-2 serait compromis. Que ce soit pour les données météorologiques ou l'information concernant le Canada, il faut protéger ces données.

  (1920)  

    Monsieur le Président, ma collègue d’en face a soulevé toute une série de questions, et je suis ravi d’être ici ce soir pour parler du soutien que nous accordons à l’Ukraine. J’espère que mes explications éclaireront sa lanterne.
    Nous sommes parmi les pays qui défendent le plus la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Nous continuons de condamner fermement les actions prises par la Russie, y compris l’annexion illégale de la Crimée et ses efforts de déstabilisation du Sud et de l’Est de l’Ukraine. Nous avons demandé plusieurs fois à la Russie de retirer ses troupes et de désamorcer immédiatement la situation.
    Le 13 février 2015, nous avons salué avec les autres chefs de gouvernement du G7 ce qu’on a appelé l'« Ensemble de mesures en vue de l'application des accords de Minsk », qui a été adopté le 12 février 2015, et nous avons invité toutes les parties à respecter rigoureusement les modalités de ce document et à les mettre en œuvre sans tarder. Les provocations militaires de la Russie continuent d’être un sujet de préoccupation pour la communauté internationale et ne peuvent pas rester sans réponse.
    Nous avons été parmi les premiers pays à réagir à cette crise, en fournissant un vaste éventail de soutiens à l’Ukraine, notamment des secours humanitaires, une aide au développement, une aide financière et de l'équipement militaire non létal.
    Pour renforcer la sécurité et la stabilité de l’Ukraine, le Canada a fourni à l’armée ukrainienne pour 16 millions de dollars d’équipement militaire non létal, notamment des vêtements d’hiver, un hôpital de campagne et des équipements de neutralisation des explosifs.
     Il faut ajouter à cela les quelque 200 militaires canadiens que nous avons déployés en Ukraine, jusqu’au 31 mars 2017, pour mettre en place des programmes de formation et de renforcement des capacités à l’intention des forces armées ukrainiennes. Nous avons également imposé toute une série de sanctions contre plus de 270 individus et entités de nationalité russe et ukrainienne.
    S’agissant de l’aide accordée à l’Ukraine, le Canada a consenti des prêts à faible taux d'intérêt d’une valeur de 400 millions de dollars pour aider l’Ukraine à stabiliser son économie. Il faut ajouter à cela plus de 202 millions de dollars qui seront investis dans des projets bilatéraux d’aide au développement. Des secours humanitaires ont été mis en place pour venir en aide à environ cinq millions de personnes touchées par la violence en Ukraine.
     Pour contrer l’agression de la Russie, le Canada a participé aux mesures d'apaisement de l’OTAN et a versé 1 million de dollars au fonds de l’OTAN ainsi que 3 millions de dollars aux centres d’excellence de l’OTAN pour aider les alliés en Europe de l’Est.
     En plus des nombreux soutiens de toutes sortes que nous accordons à l’Ukraine, nous mettons également à la disposition des autorités ukrainiennes des produits du satellite RADARSAT-2. La députée m’a demandé des précisions là-dessus. À une époque où la communauté internationale surveille de près la mise en œuvre par la Russie des accords de Minsk, cette technologie permet à l’Ukraine d’être beaucoup mieux informée de ce qui se passe.
    La stabilité politique de l’Ukraine revêt une importance primordiale, et le Canada continue d’appuyer fermement la mission spéciale menée par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Nous venons de débloquer une rallonge de 2 millions de dollars pour cette mission, en plus de prolonger le mandat des observateurs canadiens.
     L’aide que le Canada accorde à l’Ukraine revêt de multiples facettes. Nous continuons d’aider l’Ukraine à lutter contre l’agression russe et à entreprendre les réformes nécessaires à la démocratie, à la stabilité et la prospérité de ce pays.
    Monsieur le Président, j'apprécie ce qu'a dit mon ami, le secrétaire parlementaire. Je pense que le Parlement du Canada doit en savoir davantage sur les données RADARSAT-2 que nous avons promis de mettre à la disposition de l'Ukraine.
    Je suis toujours très curieuse et ma question demeure sans réponse. Je remercie le secrétaire parlementaire des renseignements abondants qu'il a communiqués, mais s'il ne sait pas exactement si un protocole d'entente a été signé, je lui serais reconnaissante de bien vouloir prendre l'initiative de poser la question au ministre.
    Les Canadiens savent que le Parlement du Canada est l'institution responsable d'examiner nos engagements, qu'ils soient militaires ou internationaux. C'est là que nous discutons et débattons, et il est vraiment de toute importance que tous les députés aient tous les renseignements disponibles sur la portée de nos engagements à l'étranger, surtout dans des dossiers qui font pratiquement l'unanimité.
    Dans le cadre de notre monarchie constitutionnelle et de notre démocratie parlementaire fondée sur le modèle de Westminster, tout protocole d'entente ne devrait pas être établi seulement par l'exécutif. Nous sommes en droit de connaître les engagements que nous avons pris, même si nous n'avons aucune objection. Par respect pour la suprématie du Parlement, le protocole d'entente devrait être mis à la disposition de tous les députés.
    Je remercie encore mon collègue, le secrétaire parlementaire, pour qui j'ai le plus profond respect.
    Monsieur le Président, la députée peut avoir l’assurance que nous nous sommes engagés à rester en première ligne, dans le soutien de la communauté internationale à la stabilité, à la sécurité et à la prospérité durables de l’Ukraine.
     Nous observons la situation en Ukraine avec les plus profondes préoccupations. Nous restons déterminés à trouver une solution politique et diplomatique au conflit. Au gré de l’évolution de la situation, le Canada continuera de coopérer étroitement avec ses partenaires du G7, ses alliés de l’OTAN et d’autres pays qui partagent ses vues.
    Le Canada est déterminé à appuyer le bien-être humanitaire, politique et économique des Ukrainiens pendant cette période difficile. Nous attendons du gouvernement ukrainien qu’il manifeste un engagement véritable en matière de réforme en appliquant des réformes clés prioritaires au cours de l’année à venir.

  (1925)  

L'économie  

    Monsieur le Président, la dernière fois que j'ai pris la parole dans ce contexte, c'était le 10 mars. À ce moment-là, le ministre des Finances répondait aux questions qui lui étaient posées. Il y a longtemps qu'il ne l'a pas fait cependant. Il est maintenant aussi difficile d'obtenir une réponse de sa part que de trouver un conservateur en Alberta. C'est parfois frustrant.
    La question portait sur l'économie de l'Alberta. C'était au début de la crise engendrée par la baisse des cours du pétrole, qui a eu un effet dévastateur sur l'économie locale. Des difficultés sont apparues dont nous sommes désormais nombreux à être conscients. J'ai eu hier la visite de l'Association canadienne des constructeurs d'habitations et d'un représentant de Calgary, qui m'ont brossé un portrait très détaillé de ce qui s'est produit sur le marché de l'immobilier.
    Le marché de l'immobilier a ralenti à Calgary. Les prix se sont mis à stagner, et les ventes se sont pratiquement arrêtées. La sécurité financière de beaucoup de familles de la classe moyenne s'en trouve considérablement ébranlée, et elles se demandent maintenant si leur investissement majeur croîtra avec l'économie ou perdra de la valeur. Ces gens sont très inquiets et attendent des mesures de la part du gouvernement qu'ils ont élu, afin de protéger le prix des habitations à Calgary. Ils attendent en particulier une intervention de la part de la SCHL.
    Je rappelle au gouvernement que le premier « C » signifie « canadienne ». Le gouvernement est responsable d'un programme national de logement. Les gens veulent que la SCHL intervienne à deux égards. Premièrement, ils veulent qu'elle rétablisse la stabilité du marché.
    La question que j'avais posée à l'époque découlait d'un rapport du Fonds monétaire international qui mettait en évidence des problèmes dans le marché hypothécaire du Canada, des problèmes dans le marché immobilier, et, plus particulièrement, des problèmes à Calgary. Le rapport disait que notre marché est fracturé, que la surveillance diminue et que le ministère a subi des compressions au cours de la dernière année, raison pour laquelle il y a moins de personnel et que la capacité ainsi que le pouvoir de réglementation pour stabiliser le marché de l'immobilier ont diminué. Actuellement, même si la SCHL génère des excédents et est une source de revenus pour le gouvernement, ce dernier tourne le dos aux programmes dans ce domaine.
    Le gouvernement tourne le dos à la stabilisation du marché immobilier résidentiel, au maintien des logements abordables et à leur durabilité. En parallèle, il tourne également le dos à ses responsabilités liées aux logements abordables en laissant sciemment expirer les accords d'exploitation et en permettant que l'argent des Canadiens à faible revenu finance des initiatives comme les allégements fiscaux pour les Canadiens riches au lieu de financer les logements abordables. Aux termes de cette politique gouvernementale, les Canadiens à faible revenu subventionnent littéralement les Canadiens à revenu élevé. Pendant ce temps, le marché immobilier commence à se contracter.
    Voici ma question pour le gouvernement: quand va-t-il s'engager à nouveau dans le dossier du logement? Quand cessera-t-il de prétendre que la Société canadienne d'hypothèques et de logement n'est pas une institution nationale avec des responsabilités nationales? Plus particulièrement à Calgary, quand écoutera-t-il l'Association canadienne des constructeurs d'habitation et prendra-t-il des mesures comme abolir la taxe de vente fédérale sur les droits d'aménagement, étant donné que les gens paient littéralement une taxe sur une taxe?
    Quand le gouvernement prendra-t-il des mesures pour stabiliser le marché immobilier en ayant recours à la SCHL? Quand prendra-t-il des mesures pour protéger les logements abordables, plus particulièrement, pour protéger les investissements que les Canadiens ont faits dans leurs maisons?
    Monsieur le Président, j'assure au député de Trinity—Spadina que nous avons bel et bien pris des mesures et que nous continuerons à surveiller toutes les sphères de l'économie, y compris celles qui présentent un risque particulier.
    Si le Canada a résisté à la tempête au cours de la grande récession, c'est grâce à la gestion budgétaire prudente et à l'excellent leadership du premier ministre. Notre économie a créé, net, plus de 1,2 million d'emplois depuis le pire de la récession, l'un des meilleurs bilans du G7 à ce chapitre. Dans la très grande majorité des cas, il s'agit d'emplois à plein temps dans le secteur privé, dans des industries où le salaire est très élevé.
    En matière de salaire, selon le Rapport mondial sur les salaires de l'Organisation internationale du Travail, c'est le Canada qui enregistre les gains les plus élevés du G7. Pour sa part, le Center for American Progress soutient que le revenu de la classe moyenne continue à prendre de l'ampleur au Canada alors qu'il stagne dans beaucoup d'autres pays.
    Contrairement aux néo-démocrates et aux libéraux, nous n'entendons pas alourdir le fardeau fiscal des familles canadiennes, accroître le déficit du pays et creuser la dette. Voilà pourquoi le gouvernement a adopté une approche prudente en apportant certains ajustements à l'égard de l'assurance hypothécaire résidentielle. D'autres ajustements seront envisagés au besoin.
    Le gouvernement ne voit pas la nécessité pour l'instant d'apporter des changements majeurs. À long terme, notre objectif consiste à réduire graduellement les risques que les prêts hypothécaires résidentiels font courir au gouvernement. Nous garderons l'oeil sur le marché de l'immobilier si nécessaire.
    Je rappelle toutefois aux députés que les néo-démocrates et les libéraux ont voté contre toutes les mesures que nous avons prises pour rendre les logements plus abordables tout en limitant la charge fiscale des contribuables.
    Nous avons ajusté les règles relatives aux prêts hypothécaires assurés garantis par le gouvernement. Nous avons notamment fixé la mise de fonds minimale à 5 % dans le cas des logements occupés par le propriétaire et à 20 % dans les autres cas; nous avons fait passer de 35 à 25 ans la période d'amortissement maximale pour les prêts hypothécaires dont le ratio prêt-valeur est de plus de 80 %; nous avons enfin fait passer de 95 à 80 % de la valeur de leur habitation le montant maximal que les Canadiens peuvent emprunter pour refinancer un prêt hypothécaire.
    Dans le même ordre d'idées, nous avons aussi amélioré le système de financement du logement en modifiant le cadre de surveillance de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, la SCHL, de manière à ce que la gestion de ses activités commerciales favorise la stabilité du système financier. Nous allons continuer de prendre les mesures nécessaires pour favoriser la stabilité à long terme des marchés de l'habitation canadiens et pour inciter les Canadiens à utiliser la propriété résidentielle comme mécanisme d'épargne.
    Il ne fait aucun doute que le logement a été l'une des principales sources d'inquiétude pour bien des familles canadiennes. Nous nous sommes donc employés à diminuer le coût de la vie des familles en leur accordant des allégements fiscaux. Toutes les familles avec enfant pourront en profiter. En fait, cette année, ces mesures feront gagner 6 600 $ à la famille moyenne de quatre personnes. Les Canadiens disposeront ainsi de plus d'argent, qu'ils pourront dépenser en fonction de leurs priorités, par exemple, l'achat d'une maison.
    Nous avons aussi doublé le plafond des CELI, l'outil d'épargne le plus important depuis le REER. Plus de 11 millions de Canadiens ont déjà ouvert des comptes d'épargne libres d'impôt.
    Il a bien d'autres mesures dont j'aimerais parler, mais j'aimerais souligner que le gouvernement sait qu'un système de financement résidentiel stable et efficace concourt à la vigueur du système financier et à la stabilité économique du Canada, ce qui est bon pour tous les Canadiens. Après tout, le plus gros investissement que la plupart des Canadiens font au cours de leur vie est l'achat d'une maison, et la chose responsable à faire est de veiller à ce que cet investissement soit en sécurité.

  (1930)  

    Monsieur le Président, en raison de toutes les mesures que vient de décrire le député, il est plus difficile d'être propriétaire à Calgary. C'est l'un des motifs de plainte de l'Association canadienne des constructeurs résidentiels à Calgary. Les conditions à remplir pour obtenir un emprunt deviennent tellement fastidieuses pour les propriétaires de maison, et surtout les acheteurs d'une première maison, que le gouvernement a fait de la crise du logement non seulement une crise où il manque de logements abordables, mais où les maisons ne sont plus abordables. Il est insensé de vouloir supprimer les pouvoirs réglementaires et de surveillance de la SCHL.
    J'ai une dernière question pour le député. Dans le budget, on annonce 150 millions de dollars pour permettre aux fournisseurs de logements sociaux de refinancer l'hypothèque qu'ils ont souscrite auprès de la SCHL, sans payer de pénalité. Voici maintenant la question précise à laquelle personne n'a répondu dans ce ministère.
    Lorsque les gens refinancent leur hypothèque, doivent-ils renoncer aux ententes de financement afférentes aux ententes hypothécaires? Lorsque les gens optent pour un refinancement et souscrivent au fonds créé pour payer la pénalité pour avoir renégocié leur emprunt, doivent-ils renoncer à l'entente de financement afférente à l'entente hypothécaire, oui ou non?
    Monsieur le Président, je peux garantir au député d'en face que la protection des consommateurs est l'une des priorités absolues du gouvernement. Ce qui est malheureux, c'est que le député ait voté contre absolument toutes les mesures de protection des consommateurs que nous avons proposées.
    Le gouvernement a adopté une approche responsable et mesurée pour garantir la force et la stabilité du marché immobilier canadien. Nous avons agi de façon à adapter les règles qui régissent les prêts hypothécaires assurés garantis par le gouvernement. Nous avons aboli la garantie gouvernementale pour les marges de crédit hypothécaires. Nous avons renforcé le système de financement de l'habitation en modifiant la surveillance de la SCHL. Nous continuerons à surveiller de près le marché de l'immobilier