Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

41e LÉGISLATURE, 2e SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 091

TABLE DES MATIÈRES

Le mercredi 28 mai 2014




Débats de la Chambre des communes

VOLUME 147 
l
NUMÉRO 091 
l
2e SESSION 
l
41e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mercredi 28 mai 2014

Présidence de l'honorable Andrew Scheer

    La séance est ouverte à 14 heures.

Prière


[Déclarations de députés]

  (1405)  

[Traduction]

    Puisque nous sommes mercredi, nous allons maintenant chanter l'hymne national, qui sera entonné par le député de Kootenay—Columbia
    [Les députés chantent l'hymne national.]

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

[Français]

Le congrès du Bloc québécois

    Monsieur le Président, pendant trois jours, la fin de semaine dernière, quelque 500 délégués de partout au Québec se sont réunis dans la magnifique ville de Rimouski pour faire du congrès du Bloc québécois le plus important rassemblement du genre en 2014 au Québec.
    Ils ont montré l'importance que le Bloc québécois accorde à toutes les régions du Québec, à leur développement et à leur mise en valeur. Ces hommes et ces femmes de tous les âges ont travaillé fort à définir les 20 principes fondamentaux qui guideront l'action du Bloc québécois d'ici l'élection de 2015.
    Le Bloc québécois, contrairement aux autres partis à la Chambre, a réaffirmé qu'il ne sacrifiera jamais les intérêts du Québec dans l'espoir de vouloir plaire aux autres provinces canadiennes. Les délégués ont pu assister à un important débat entre les deux candidats à la direction et ont aussi profité de cet événement pour remettre à l'avant-plan les dossiers qui les préoccupent.
    Ils exigent notamment que cesse le saccage du service postal à domicile et qu'aucun projet de transport et d'exploitation de pétrole ou de gaz ne soit autorisé au détriment de l'environnement et de la sécurité des communautés.
    Enfin, ils ont demandé qu'on défende avec vigueur les consensus québécois.
    Nous le ferons!

[Traduction]

L'association Remember November 11

    Monsieur le Président, en 2008, un groupe de résidants de London s'est réuni pour créer l'association Remember November 11. L'objectif de cette association est d'aider à rendre hommage à nos héros en faisant la promotion d'un plus grand nombre de cérémonies du souvenir et en renforçant l'engagement de notre pays à se souvenir de nos héros tombés au combat.
    Dirigée par Sean Wilson, l'association Remember November 11 a fait l'acquisition de 1,2 million de coquelicots qui ont été distribués dans les légions et les écoles primaires et secondaires de London-Middlesex.
    Samedi prochain, je me joindrai aux membres de ma collectivité pour planter des coquelicots en l'honneur des courageux membres, anciens et actuels, des Forces armées canadiennes. Des entreprises locales ont fait don de matériaux et d'équipement, et de généreux citoyens de London ont fait des dons en argent pour que cet événement puisse avoir lieu.
    J'encourage tous les Canadiens à visiter le site remembernovember11.com pour en apprendre davantage sur cette excellente initiative et pour faire un don.
    N'oublions jamais.

Le réseau Vancouver Coastal Health

    Monsieur le Président, le réseau Vancouver Coastal Health supprime plusieurs services de première ligne dans certains établissements de santé publique de Vancouver, dont plusieurs de ma circonscription. Or, ces établissements, dont les cliniques Evergreen et Mid-Main, fournissent plusieurs services essentiels.
    Les services abandonnés sont des modèles de soins de santé préventifs et communautaires. Nous savons que les cliniques multidisciplinaires donnent de meilleurs résultats. Lorsqu'elles reçoivent un soutien suffisant, c'est là que les services sont les plus efficaces. À cause de cette décision peu judicieuse et à courte vue, des milliers de patients n'auront plus régulièrement accès à un fournisseur de services de santé de première ligne. De plus, cette décision nous coûtera plus cher à long terme et nuira à la santé des patients.
    La suppression de ces services découle directement de la réduction, par les conservateurs fédéraux, du Transfert canadien en matière de santé et de la mauvaise gestion du système de santé par le Parti libéral de la Colombie-Britannique.
    Les Canadiens veulent que le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux soutiennent la prévention et les services de santé de première ligne afin que le système public de santé soit solide.
    Je demande au gouvernement conservateur de rétablir immédiatement le financement nécessaire pour que les gens de Vancouver aient toujours accès à ces services essentiels.

La société Highbury Canco

    Monsieur le Président, j'ai appris le 20 mai que la société H.J. Heinz avait conclu une entente avec la société Highbury Canco pour l'achat de son usine de Leamington.
    Il est tout à fait normal de collaborer avec un autre emballeur au Canada, car Leamington est la capitale de la tomate au pays et nos homologues américains se tournent vers le marché canadien pour se procurer du jus de tomate.
    La société Highbury Canco prendra en main les activités de l'usine de Leamington à compter du 27 juin. Elle continuera de manufacturer certains des produits Heinz les plus populaires au Canada, notamment le jus de tomate, les haricots et les pâtes en conserve.
    Highbury Canco entend maintenir l'usine de Leamington concurrentielle sur le marché international et élargir les activités en cherchant des possibilités de créer ou d'emballer de nouveaux produits. Déjà une dizaine d'agriculteurs se sont engagés à cultiver des tomates pour la société, qui compte embaucher 250 personnes avant de prendre les rênes de l'usine en juin.
    Je félicite Highbury Canco et lui souhaite tout le succès possible dans cette entreprise. C'est formidable pour le Canada et pour Leamington.

[Français]

Postes Canada

    Monsieur le Président, les diminutions constantes des services de poste dans les régions rurales du Nouveau-Brunswick sont inacceptables.
    Le bureau de poste de Saint-Paul, et comme me l'a appris le conseiller Gilles Cormier, celui de Haute-Aboujagane, vont voir leurs heures d'ouvertures diminuer. Les conservateurs continuent de s'en prendre aux régions rurales et traitent les gens qui y habitent comme des citoyens de seconde classe.
    En réduisant ces services, non seulement le gouvernement nuit aux entreprises locales, mais il limite l'accès à un service essentiel à de nombreux Canadiens.

[Traduction]

    En plus de causer du tort aux localités qui comptent sur les services postaux, les compressions déjà en vigueur, comme au bureau de poste de Cape Tormentine, ont aussi des conséquences pour les employés, dont les heures de travail fondent comment neige au soleil, quand on ne leur montre pas carrément la porte.
    Je presse le gouvernement conservateur non seulement d'annuler ces compressions, mais aussi de trouver d'autres moyens — de meilleurs moyens — de moderniser Postes Canada.

[Français]

    Il faut arrêter de punir les gens qui habitent dans les régions rurales de partout au Canada.

[Traduction]

La fondation Troy's Run

    Monsieur le Président, un jeune homme de 27 ans, Troy Adams, a fondé un organisme sans but lucratif, la fondation Troy's Run, afin d'aider ceux qui ont survécu à une lésion cérébrale et leurs proches à adopter un meilleur style de vie.
    Il y a 11 ans, Troy a subi des lésions cérébrales à la suite d'un grave accident de voiture. Au fil des thérapies, il s'est aperçu que c'est encore la course qui lui faisait le plus de bien, ce qui l'a poussé à parcourir le Canada à la course en 2012 et à créer la fondation Troy's Run.
    Ce fut un honneur de le rencontrer lors de son passage à Ottawa.
    Troy est un modèle et une source d'inspiration pour tous ceux qui ont survécu à une lésion cérébrale. Il donne des conférence devant des étudiants, des groupes philanthropiques et des organismes de bienfaisance. Ses mots d'ordre sont espoir, prévention et information. C'est ainsi qu'il a lancé la campagne « À chacun son casque » afin de sensibiliser le public au port du casque en vélo et dans les sports en général.
    Le 1er juin commencera le Mois national de sensibilisation aux lésions cérébrales; je profite donc de l'occasion pour vous demander de féliciter avec moi Troy de tout ce qu'il fait pour améliorer la vie de ceux qui ont survécu à une lésion cérébrale.

  (1410)  

Les arts et la culture

    Monsieur le Président, ce mois-ci, Montréal et le quartier de la Petite-Bourgogne sont en fête: depuis 75 ans, ils reçoivent le don de la musique des mains de leur illustre fils, Oliver Jones.
    Le 11 mai, j'ai eu le plaisir de présider, à titre de maître de cérémonie, l'hommage rendu à M. Jones par l'église historique unie Union pour toutes ses années de dévouement à la Petite-Bourgogne. Le 20 mai, M. Jones a reçu le titre de citoyen honoraire de Montréal.
    Oliver Jones détient quatre doctorats honorifiques. Il a remporté plusieurs prix Juno et a été nommé Chevalier de l'Ordre national du Québec et officier de l'Ordre du Canada. Il est une source d'inspiration pour les musiciens de tous genres. Homme talentueux et humble, il est la preuve vivante que la musique a le pouvoir de rassembler les gens. Il est respecté et adulé partout au Québec, au Canada et même dans le monde entier.
    Au nom de la Chambre, je félicite Oliver Jones de faire depuis 75 ans la fierté des résidants de la Petite-Bourgogne et des Canadiens d'un océan à l'autre.

La République d'Azerbaïdjan

    Monsieur le Président, il y a 96 ans aujourd'hui, la République d'Azerbaïdjan était créée, devenant ainsi la première république démocratique et laïque du monde musulman.
    Parmi les plus importantes réalisations de cette première république, mentionnons l'octroi du droit de vote aux femmes en 1919, ce qui faisait de l'Azerbaïdjan le premier pays musulman à accorder aux femmes des droits politiques égaux à ceux des hommes. Fait intéressant, il s'agit de la même année où les femmes ont obtenu le droit de vote au Canada, de nombreuses années avant que ce droit ne soit reconnu aux Britanniques et aux Américaines.
    L'existence de cet État indépendant de l'Azerbaïdjan aura malheureusement été très courte. Moins de deux ans plus tard, l'Armée rouge soviétique envahissait la ville de Bakou et anéantissait la république libre et démocratique de l'Azerbaïdjan.
    L'histoire finit cependant par avoir une fin heureuse. Peu après la chute de l'Union soviétique, la République d'Azerbaïdjan était reconstituée, en 1991.
    L'Azerbaïdjan a récemment pris la décision courageuse de se ranger aux côtés du Canada pour appuyer la résolution no 262 des Nations Unies, qui exhorte tous les pays, y compris la Russie, à reconnaître l'intégrité territoriale de l'Ukraine.
    En tant que président du Groupe d’amitié Canada-Azerbaïdjan, je félicite le peuple azéri en cette journée spéciale et je souhaite à la République d'Azerbaïdjan un brillant avenir.

La sécurité au travail

    Monsieur le Président, imaginez combien d'accidents pourraient être évités chaque année si seulement les travailleurs prenaient le temps de demander de l'aide plutôt que de se hâter à accomplir leur tâche. C'est le message d'une vidéo intitulée Just Ask, qui s'est classée première en Saskatchewan et au Canada dans un concours national de vidéo sur la sécurité.
    Just Ask a été produite par Dylan Pappenfoot, Logan Seipp et Dylan Stadnyk, des étudiants de l'Institut collégial de Humboldt.
    Dans la vidéo, Stadnyk joue le rôle d'un travailleur qui meurt écrasé sous de lourdes boîtes qu'il cherchait à déplacer seul dans les escaliers. On voit ensuite un chirurgien annoncer la triste nouvelle à sa mère éplorée. La vidéo se termine sur des images montrant Dylan en train de descendre son diable chargé de boîtes, cette fois avec l'aide d'un collègue et en toute sécurité.
     L'Institut collégial de Humboldt a doublement remporté les honneurs, car sa vidéo Just Ask a aussi remporté le plus grand nombre de votes dans la catégorie « prix du public » à l'échelle nationale.
    En invitant des jeunes du secondaire à participer à la production de cette vidéo sur la sécurité au travail, cette deuxième édition du concours annuel « It's your job! » les amène à réfléchir à la sécurité dans leur milieu de travail.
    Félicitations à l'Institut collégial de Humboldt et à ses étudiants pleins de créativité.

[Français]

Postes Canada

    Monsieur le Président, en décembre dernier, Postes Canada a annoncé la suppression de la livraison à domicile pour des millions de personnes. J'ai reçu des milliers de lettres et de courriels de citoyens mécontents de Brome—Missisquoi, ainsi que plusieurs pétitions.
    Le 10 mai dernier, nous étions près de 200 personnes dans les rues de Farnham en solidarité avec les travailleurs des postes.
    Les gens de Brome—Missisquoi m'interpellent pour me dire tous la même chose: ils appuient le NPD, qui demande au gouvernement de rejeter le plan de réduction des services. Il faut explorer d'autres avenues afin de moderniser notre société d'État.
    Postes Canada, on y tient!

  (1415)  

[Traduction]

La santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

    Monsieur le Président, la semaine dernière, j'ai été heureuse d'annoncer que le gouvernement versera 20 millions de dollars à l'UNICEF pour un projet d’enregistrement des naissances en Afrique subsaharienne. Avec notre appui, l'UNICEF se servira de technologies de l'information et des communications novatrices pour enregistrer les naissances et les décès, ce qui permettra de garantir que les enfants ont accès à des services de base comme les soins de santé et l'éducation et les rendra moins susceptibles d'être victimes d'actes de violence, d'exploitation et de la traite des personnes.
    La santé des mères, des nouveau-nés et des enfants est la principale priorité du gouvernement en matière d'aide au développement, et le premier ministre donne le coup d'envoi à une conférence sur ce sujet aujourd'hui, à Toronto. Nous avons consenti un financement de 2,85 milliards de dollars pour la période allant de 2010 à 2015, dans le cadre de l'Initiative de Muskoka, pour sauver la vie de femmes et d'enfants dans les pays en développement. Je suis fière de l'engagement du gouvernement à protéger l'avenir des enfants en Afrique subsaharienne.

La santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

    Monsieur le Président, alors qu'ils organisent cette semaine à Toronto un sommet international intitulé « Sauver chaque femme, chaque enfant », le premier ministre et son gouvernement conservateur laissent tomber les femmes à l'étranger et au Canada.
    Les Canadiennes autochtones affichent les plus faibles taux de protection en matière de santé au pays. Cette réalité est liée à des taux de pauvreté supérieurs et aux séquelles indélébiles de la colonisation. Alors que les collectivités autochtones tentent d'induire le changement, le gouvernement actuel leur met des bâtons dans les roues. Au Manitoba, l'initiative Strengthening Families Maternal Child Health, ou SF-MCH, de l'Assemblée des chefs du Manitoba a une incidence positive. En 2010, un directeur de la santé a déclaré qu'il s'agissait du premier programme à s'attaquer efficacement aux séquelles des pensionnats et des politiques passées en matière de protection de l'enfance. Ce programme, qui forme des infirmières et des aides à domicile, a été reconnu en 2011 par le Conseil canadien de la santé comme étant un modèle de partenariat exemplaire.
    Ce programme est bénéfique pour les Premières Nations War Lake, Pimicikamak, et d'autres. Or, il y a quelques semaines à peine, la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits de Santé Canada a annoncé qu'elle mettait fin au financement de cette initiative. Je demande au premier ministre de faire preuve de leadership ici au Canada et d'appuyer les programmes tels que SF-MCH au Manitoba.

La fiscalité

    Monsieur le Président, grâce au leadership de notre premier ministre, les Canadiens ont plus d'argent dans leurs poches, comme il se doit. Le fardeau fiscal fédéral est à son niveau le plus bas en 50 ans et ce sont les Canadiens à revenu moyen qui profitent le plus de nos allégements fiscaux sans précédent.
    Selon un nouveau rapport qui vient d'être publié par le directeur parlementaire du budget, nos réductions d'impôt « profitent surtout aux personnes à revenu faible à moyen [...] leur revenu après impôt ayant augmenté de 4,0 % ». Grâce à notre gouvernement, la famille moyenne de quatre personnes paiera près de 3 400 $ de moins en impôts cette année. La valeur nette des familles a augmenté de plus de 44 % et même le New York Times dit que nous avons la classe moyenne la plus riche au monde.
    Malheureusement, le chef libéral ne sait pas ce que c'est d'être un Canadien à revenu moyen. En fait, il prétend même qu'un budget peut s'équilibrer de lui-même. Malgré ce que les députés libéraux ont qualifié d'« accès de folie » de leur chef, le gouvernement conservateur continue de prendre des mesures qui aident les familles à revenu moyen et met plus d'argent dans leurs poches, comme il se doit.

L'intolérance religieuse

    Monsieur le Président, comme tous les Canadiens, j'ai été très attristée d'apprendre le décès de Mehdi Ali Qamar, un médecin canadien qui a été assassiné au Pakistan lundi dernier. Ce meurtre a été commis en raison de l'intolérance religieuse.
     M. Qamar était un musulman ahmadi. Il fait partie du nombre sans cesse grandissant de musulmans ahmadis qui sont assassinés chaque année uniquement à cause de leur foi, par des régimes intolérants et des dictateurs à l'esprit fermé. En fait, la violence contre les communautés religieuses dans des pays comme le Pakistan est en hausse et, bien souvent, des personnes pacifiques et pieuses, comme les membres de la communauté ahmadie, sont victimes d'actes violents.
     L'intolérance religieuse est une preuve de lâcheté et elle ne doit jamais être tolérée. Les libéraux s'opposent à l'intolérance et préconisent l'acceptation de la diversité et l'établissement des droits de la personne à l'échelle mondiale. Ne nous contentons pas d'offrir seulement nos prières aux membres de la famille de M. Qamar. Profitons de l'occasion pour continuer d'exercer des pressions sur les gouvernements qui tyrannisent les fidèles. Il faut que...
    Le député d'Ancaster—Dundas—Flamborough—Westdale a la parole.

  (1420)  

L'intolérance religieuse

    Monsieur le Président, comme ma collègue vient de le dire, un médecin canadien, Mehdi Ali Qamar, a été abattu au début de la semaine, au Pakistan. On croit que M. Qamar a été assassiné en raison de sa foi ahmadie. Cet incident s'inscrit dans un mouvement de violence et de persécution observé au Pakistan à l'égard des minorités religieuses.
    Nous avons tous en mémoire l'assassinat de Shahbaz Bhatti, ministre responsable des minorités au Pakistan. La liberté de religion est un droit fondamental qui doit être protégé. Partout dans le monde, les gens devraient avoir le droit de pratiquer leur foi de manière pacifique et sécuritaire. Le gouvernement du Pakistan doit en faire davantage pour assurer la protection de ces minorités religieuses et traduire en justice ceux qui portent atteinte à ce droit universel.
    Au nom du gouvernement, j'aimerais exprimer nos plus sincères condoléances aux amis et à la famille de M. Qamar, et leur assurer que le personnel consulaire du Canada continuera d'offrir son soutien en cette période difficile.

[Français]

La Cour suprême du Canada

    Monsieur le Président, le fiasco de la nomination du juge Nadon à la Cour suprême illustre le mépris des conservateurs à l'endroit du Québec.
     Selon le premier ministre, les juges du Québec seraient trop progressistes ou trop tolérants envers les criminels pour accéder au plus haut tribunal.
    En s'entêtant à nommer un juge fédéral ayant, de plus, peu d'expérience en droit civil, le premier ministre nous dit qu'il se fout de la tradition civiliste du Québec. Toutefois, on s'en doutait déjà, parce qu'il a déjà nommé un juge qui ne maîtrisait pas le français, une autre caractéristique assez fondamentale du Québec.
    Hier, le premier ministre du Québec a rappelé le gouvernement conservateur à l'ordre. Il n'aime pas le traitement qu'on réserve au Québec actuellement. Et, ce matin, le ministre de la Justice, l'air piteux, affirmait qu'il allait finalement se plier aux volontés du Québec. Il aurait peut-être pu éviter de perdre la face, s'il avait écouté les conseils dès le début.
    Si le Québec a trois sièges au plus haut tribunal du pays, c'est pour que son caractère fondamental y soit représenté.
    Chaque fois que le premier ministre tentera de contourner ses obligations envers le Québec et de laminer nos différences, il trouvera le NPD sur son chemin.

[Traduction]

La Loi de Vanessa

    Monsieur le Président, le projet de loi C-17, la Loi de Vanessa, permettrait de repérer les médicaments potentiellement dangereux en vue de rappeler rapidement ceux qui le sont effectivement. Elle imposerait le signalement des graves réactions indésirables aux médicaments de manière à prévenir les médecins et les patients des risques nouvellement découverts et fixerait de lourdes amendes pour les entreprises qui mettent la vie des Canadiens en jeu.
    La ministre de la Santé a même déclaré qu'elle est ouverte à l'idée d'amender le projet de loi pour le renforcer. Je ne peux pas concevoir que les néo-démocrates aient choisi de faire obstruction à l'adoption de cette mesure législative. Ils ont perdu des heures, hier, à répéter à quel point elle est importante, mais lorsqu'on leur a demandé d'accélérer son adoption, ils ont simplement refusé. À la Chambre, hier, j'ai imploré six députés néo-démocrates de demander à leur leader parlementaire d'accepter qu'on renvoie le projet de loi C-17 au comité dans les plus brefs délais, mais chacun d'eux a refusé ou m'a carrément ignoré.
    Le projet de loi sauverait des vies. Il faut l'adopter. Le NPD devra rendre des comptes aux patients canadiens pour ce retard inexcusable. Le NPD doit cesser ses petits jeux politiques. Il y va de la santé des patients.

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

[Traduction]

Le développement international

    Monsieur le Président, il est dommage que le leader du gouvernement ait attendu six mois avant de mettre ce projet de loi à l'ordre du jour.

[Français]

    Dans les pays en voie de développement, 800 femmes meurent chaque jour à cause de grossesses, d'accouchements ou d'avortements bâclés. Financer la médecine de la reproduction est une solution clé pour mettre fin à cette tragédie. Pourtant, les conservateurs refusent de financer les groupes qui offrent des interventions sécuritaires et légales, même dans les cas de viols de guerre.
    Pourquoi les conservateurs refusent-ils de financer ces services de santé fondamentaux pour les femmes, alors qu'on sait que 800 femmes en meurent chaque jour?

[Traduction]

    Monsieur le Président, c'est important, et le premier ministre mérite de grands éloges pour s'être comporté en chef de file. Nous avons réussi à convaincre beaucoup de pays de mettre la main à la pâte et de fournir un important financement pour aider ces mères et leurs jeunes enfants. Les Canadiens peuvent être très fiers de nos initiatives de chef de file.
    Monsieur le Président, même après s'être engagés à livrer bataille pour mettre fin aux mariages forcés, les conservateurs refusent de contribuer au Fonds des Nations Unies pour la population. Pourquoi? Parce que ce fonds est depuis longtemps la cible des attaques des activistes antichoix, étant donné qu'il favorise la planification familiale et la santé reproductive.
    Pourquoi les conservateurs font-ils passer les considérations politiques antichoix avant la promotion de la santé des femmes dans les pays les plus pauvres, où 800 femmes meurent chaque jour faute de soins adéquats?

  (1425)  

    Monsieur le Président, grâce à l'Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, le premier ministre sauvera la vie de 1,3 million de nouveau-nés et d'autres enfants ainsi que de 60 000 jeunes mères. Alors, je ne sais pas de quoi parle le chef de l'opposition. C'est l'un des meilleurs programmes à avoir été mis sur pied par le Canada. Nous sauvons des vies. Nous voulons que le NPD nous appuie au lieu de nous mettre des bâtons dans les roues...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre, s'il vous plaît. Le chef de l'opposition a la parole.

[Français]

L'emploi

    Monsieur le Président, depuis que le Parti libéral a élargi le programme en 2002, le nombre de travailleurs étrangers temporaires au Canada a augmenté de manière constante, soit de 13 % par année, sous les gouvernements tantôt libéraux, tantôt conservateurs.
    Aujourd'hui, dès qu'un employeur n'arrive pas à trouver un Canadien pour travailler au salaire minimum, les conservateurs lui envoient tout de suite un travailleur étranger temporaire. Quel message les conservateurs sont-ils en train d'envoyer aux 1,3 million de Canadiens sans emploi?
    Monsieur le Président, comme d'habitude, en posant cette question, le chef de l'opposition a tort. Les employeurs sont obligés de proposer les emplois disponibles aux Canadiens d'abord et ils doivent les annoncer au niveau salarial moyen canadien. C'est seulement si les Canadiens qualifiés ne répondent pas à la demande que les employeurs peuvent déposer une demande au Programme des travailleurs étrangers temporaires.
    Nous allons apporter des réformes au programme pour nous assurer que les Canadiens ont la priorité dans le marché du travail et que les emplois soient là pour eux quand ils veulent en faire la demande.

[Traduction]

    Monsieur le Président, les conservateurs ont approuvé le recours à des travailleurs étrangers temporaires payés au salaire minimum dans des hôtels, des restaurants, des stations-service, des dépanneurs, des garderies, des relais routiers, des casinos et des stations de ski.
    Si une entreprise peut embaucher des travailleurs étrangers temporaires au salaire minimum pour occuper n'importe quel emploi, pourquoi voudrait-elle embaucher un Canadien à un salaire plus élevé? C'est une ingérence massive dans le libre marché. Mais en fait, le programme des travailleurs étrangers temporaires n'aurait-il pas justement pour but de maintenir les salaires artificiellement bas?
    Monsieur le Président, je suis enchanté de voir que le chef de l'opposition s'est converti à la théorie du libre marché. Je l'en félicite. Qui sait? Il pourrait changer d'avis également concernant les allégements fiscaux et se mettre à y être favorable, au lieu de préconiser des hausses d'impôt.
    Une proportion de 99 % des travailleurs étrangers temporaires payés au salaire minimum sont embauchés dans le cadre du Programme des travailleurs agricoles saisonniers, que le NPD veut conserver, et dans le cadre du Programme des aides familiaux résidants, pour lequel nous avons augmenté le taux de rémunération en vigueur. Il reste 1 % des travailleurs, dont le salaire médian correspond effectivement au salaire minimum dans chaque province. Toutefois, la vaste majorité touche un salaire nettement plus élevé.

La protection de la vie privée

    Monsieur le Président, il devrait raconter ça aux 1,3 million de Canadiens à la recherche d'un emploi.
    Aujourd'hui, la commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'Ontario a joint sa voix à celle de l'Association du Barreau canadien. Elle a accusé les conservateurs de saper le droit à « la protection contre les fouilles, les perquisitions ou les saisies abusives » prévu dans la Charte canadienne des droits et libertés.
    La commissaire est claire. Les conservateurs se servent d'un projet de loi sur la cyberintimidation dans le but de faire adopter une foule de mesures qui auraient pour effet de violer la vie privée de tous les Canadiens.
    Comment les conservateurs peuvent-ils justifier l'utilisation d'un projet de loi destiné à protéger les enfants comme moyen dissimulé d'accorder aux autorités des pouvoirs considérables pour espionner les Canadiens honnêtes?
    Monsieur le Président, ce que le chef de l'opposition vient de dire n'est pas vrai. En fait, nous adoptons des lois qui permettront à la police et aux autres responsables de l'application de la loi de protéger les enfants contre les cyberprédateurs et contre le genre de mauvais traitement, d'humiliation et d'intimidation que nous avons pu voir dans le cas de Rehtaeh Parsons, d'Amanda Todd et d'autres victimes.
    Il est intéressant d'écouter le point de vue de leurs parents, qui nous demandent d'adopter le projet de loi et de protéger leurs enfants. C'est ce que le gouvernement est en train de faire.

[Français]

L'emploi

    Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de l'Immigration. J'ai une liste noire émise par son ministère qui montre les employeurs qui ont maltraité des travailleurs étrangers temporaires. Toutefois, il n'y a aucun employeur sur cette liste noire.
     Le ministre de l'Immigration expliquera-t-il pourquoi son ministère manque à l'appel dans ce dossier et pourquoi il ne fait rien pour contrer l'exploitation des travailleurs étrangers temporaires?

  (1430)  

    Monsieur le Président, aussitôt qu'un employeur se retrouve sur la liste, il cesse d'avoir accès au Programme des travailleurs étrangers temporaires. C'est aussi simple que cela.
     Le ministère de l'Emploi a établi cette liste en 2011 et on a commencé à y ajouter des employeurs au mois de décembre 2013. On a des enquêtes sur lesquelles on se penche maintenant, on a un moratoire et on prend des mesures pour faire en sorte que les employeurs qui se retrouvent sur la liste ne reçoivent plus d'avis relatifs au marché du travail.

[Traduction]

    Monsieur le Président, il vient tout juste de dire que dès qu'un employeur commet un acte répréhensible envers les employés, son nom est ajouté à la liste. Il devrait pourtant savoir qu'il n'y a aucun nom sur cette liste. Voilà le problème. Il n'y a aucun nom sur cette liste. C'est pour cette raison que c'est le véritable ministre de l'Immigration qui répond généralement aux questions à ce sujet.
    Si le ministre veut répondre à la question, peut-il nous dire pourquoi aucun employeur qui maltraite ses employés ne figure sur cette liste? Cela ne prouve-t-il pas hors de tout doute que le gouvernement se fiche bien que des employés soient maltraités?
    Monsieur le Président, le député d'en face a carrément tort. Il y a des employeurs sur cette liste. Les deux ministères prennent des mesures pour garantir que ces employeurs ne puissent plus obtenir d'avis relatifs au marché du travail. De nouvelles enquêtes sont en cours. Nous avons imposé un moratoire pour un grand nombre d'avis relatifs au marché du travail dans la catégorie des travailleurs peu spécialisés. Nous sommes fiers de ce que nous avons fait, car nous prenons les règles au sérieux. Nous remédions au gâchis que les libéraux ont créé à partir de 2002, alors qu'il n'était même pas possible de faire enquête ou...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre, s'il vous plaît. Le nom de certains députés figure plus loin sur ma liste, mais je crains fort qu'ils manquent de souffle d'ici à ce qu'ils puissent prendre la parole. Je leur demanderais donc de bien vouloir se taire, faute de quoi la présidence considérera qu’ils seront trop fatigués tout à l’heure pour qu’elle leur accorde la parole.
    Le député de Markham—Unionville a la parole.
    Monsieur le Président, le ministre adore remâcher ce ridicule discours conservateur selon lequel son parti doit remédier au gâchis causé par les libéraux, alors qu'il n'y avait pas de gâchis à cette époque.
    Pour revenir aux choses sérieuses, je souligne que le ministre affirme qu'il y a des employeurs sur cette liste. Or aucun employeur ne figure sur une quelconque liste parce qu'il a maltraité des employés. Je vais donc demander à ce ministre, ou s'il ne sait pas, au véritable ministre, de me fournir le nom d'un seul employeur inscrit sur cette liste parce qu'il a bafoué les droits des employés. Est-ce que l'un des deux ministres peut répondre à cette question?
    Monsieur le Président, le député d'en face sait parfaitement bien qu'il y a sur cette liste des employeurs qui n'ont pas accès au programme. Il sait que des enquêtes plus poussées sont en cours, et il sait aussi qu'il n'existait pas de liste de ce type lorsque son parti formait le gouvernement, car celui-ci ne se préoccupait absolument pas des abus. C'est son parti qui a fait venir des centaines, voire des milliers de danseuses exotiques au pays, sans se questionner sur ce qui arrivait à ces personnes. C'était affreux, et nous allons continuer de réparer ce gâchis.

[Français]

L'éthique

    Monsieur le Président, dans une réponse à une question au Feuilleton, le NPD a obtenu les plus récents détails concernant l'utilisation des avions gouvernementaux Challenger par les ministres conservateurs. On peut conclure qu'ils en font une utilisation...
    Des voix: Oh, oh!

[Traduction]

    À l'ordre, s'il vous plaît.
    Nous sommes passés à la question suivante. Je demande aux députés d'accorder leur attention à la députée de La Pointe-de-l'Île. La députée de La Pointe-de-l'Île a la parole.

[Français]

    Monsieur le Président, comme je le disais, on se rend compte que les ministres conservateurs font une utilisation assez libérale des avions gouvernementaux.
    Au cours des cinq dernières années, les voyages nolisés nous ont coûté plus de 4 millions de dollars. Le ministre de la Justice, qui prenait l'avion de l'armée pour revenir de vacances, a une facture de 330 000 $.
    Quand vont-ils enfin se résoudre à modérer leurs transports et à prendre des vols commerciaux comme tout le monde?

  (1435)  

    Monsieur le Président, le gouvernement a le plus grand respect pour les contribuables canadiens. Le gouvernement a réduit l'utilisation du Challenger de 80 %.

[Traduction]

    C'est parce que nous avons le plus grand respect pour les contribuables que nous avons réduit de 80 % l'utilisation des jets Challenger. Je compare cela au NPD, qui n'a toujours pas rendu de comptes sur les 3 millions de dollars de l'argent des contribuables qu'il a utilisés pour ouvrir des bureaux illégaux. Il pourrait commencer par rembourser cet argent aux contribuables canadiens.

[Français]

    Monsieur le Président, les conservateurs continuent de voler allégrement sur le dos des contribuables, comme l'ont fait les libéraux avant eux.
    L'autre problème, c'est qu'on refuse de nous donner des informations concernant l'identité des voyageurs qui se baladent avec le premier ministre et ses ministres.
     Avant, on pouvait, par exemple, apprendre que le premier ministre donnait régulièrement des lifts a un important collecteur de fonds pour le Parti conservateur. Or la règle semble avoir soudainement changé, et on ne nous transmet plus ces informations. On juge sans doute que ceux qui paient les factures posent trop de questions.
    Le gouvernement a-t-il quelque chose à cacher?

[Traduction]

    Monsieur le Président, comme je viens de le dire, le gouvernement a le plus grand respect pour les contribuables canadiens. C'est pour cette raison que nous avons réduit de 80 % l'utilisation des jets Challenger depuis que nous sommes arrivés au pouvoir.
    Les seules personnes que nous avons de la difficulté à trouver sont celles qui travaillent prétendument dans les bureaux du NPD. Nous ne savons pas si elles travaillent à Québec, à Montréal ou en Saskatchewan. Le chef de l'opposition semble dire que ces personnes travaillent à Ottawa, et il paraît que tout est de la faute de la greffière.
    Les néo-démocrates devraient rembourser aux contribuables les millions de dollars qu'ils ont utilisés pour ouvrir des bureaux illégaux dans tout le pays afin de promouvoir le programme de leur parti.
    Aussi intéressantes soient-elles, monsieur le Président, laissons ces élucubrations de côté et parlons plutôt de la manière dont les conservateurs n'arrêtent pas de dire aux autres qu'ils doivent se serrer la ceinture, alors qu'on apprend constamment que des ministres ont permis à leurs amis de parcourir le pays à bord du Challenger du gouvernement.
    Au moins, avant, les conservateurs déclaraient qui montait à bord de l'appareil de fonction, mais voilà qu'il s'agit soudain d'un secret d'État. En refusant de dévoiler le manifeste de vol, ils empêchent les Canadiens de savoir si cet avion sert à transporter des représentants du gouvernement ou les petits copains du Parti conservateur.
    Nous savons que le bon ami du premier ministre, Mark Kihn, avait l'habitude de se déplacer dans ces Cadillac volantes aux frais de la princesse, mais y en a-t-il d'autres? Qui? Qu'est-ce que les conservateurs cherchent à cacher?
    Monsieur le Président, l'utilisation que nous faisons des Challenger du gouvernement a diminué de 80 % depuis que nous sommes arrivés au pouvoir, en 2006, pour la simple et bonne raison que nous avons le plus grand respect pour les contribuables canadiens. En effet, de ce côté-ci de la Chambre, nous comprenons que l'argent est mieux dans les poches des travailleurs du Canada que dans les coffres de l'État.
    De leur côté, les néo-démocrates doivent encore nous expliquer comment ils ont pu gaspiller des millions de dollars en fonds publics pour financer des bureaux possiblement illégaux d'un bout à l'autre du pays. Ils devraient prêcher par l'exemple et rembourser cet argent aux contribuables canadiens.
    Monsieur le Président, si mon collègue de Markham s'inquiète pour les contribuables, il ferait bien de s'adresser au ministre de la Justice, qui utilise un Challenger du gouvernement à des fins personnelles chaque week-end pour se rendre à Halifax.
    Parlant de jugement douteux, les députés se rappelleront sans doute le fraudeur patenté Bruce Carson, qui fait maintenant face à des accusations de trafic d'influence. Les Canadiens se demandaient comment ce type avait pu échapper aux contrôles de sécurité. Or M. Carson nous apprend que c'est en toute connaissance de cause que le premier ministre l'a admis dans sa garde rapprochée, puisqu'il savait qu'il avait un casier judiciaire.
    Voici une question toute simple: pourquoi le premier ministre a-t-il embauché un criminel reconnu comme principal conseiller?
    Monsieur le Président, les seuls qui sont dans le pétrin, à l'heure actuelle, ce sont les néo-démocrates, qui doivent encore nous expliquer comment il se fait qu'ils ont pris des millions de dollars en fonds publics pour financer des bureaux politiques partisans aux quatre coins du pays.
    On ne parle pas des faits et gestes d'une seule personne, mais de tout un caucus. En effet, c'est le caucus néo-démocrate au grand complet qui a pris part à ces manigances destinées à escroquer les contribuables canadiens.
    Ils devraient s'expliquer. Ils devraient arrêter de blâmer la greffière de la Chambre des communes, dont la réputation est sans tache, jouer franc jeu avec les Canadiens et rembourser les millions de dollars qu'ils leur ont pris.

[Français]

    Monsieur le Président, la semaine dernière, la commission Charbonneau a révélé que les plus hauts échelons de SNC-Lavalin étaient gangrenés par une culture de corruption et de non-respect des règles.
    Les magouilles d'Arthur Porter et du sénateur Angus ont mené à la plus grande fraude de corruption de l'histoire du Canada. Pourtant, le fédéral continue de faire affaire avec SNC-Lavalin. Pensons seulement aux contrats militaires et à l'entretien des immeubles fédéraux.
    Quand le gouvernement enquêtera-t-il sur les contrats accordés par le passé à SNC-Lavalin?

  (1440)  

    Monsieur le Président, ces problèmes concernent les contrats municipaux et provinciaux. En même temps, il est très important que la commission continue de faire son travail.

[Traduction]

    Si le chef de l'opposition avait eu le courage, il y a 20 ans, de déclarer qu'on lui avait offert un pot-de-vin plutôt que de s'en cacher pendant 17 ans, je ne peux qu'imaginer toute la corruption que nous aurions pu éviter.
    De ce côté-ci de la Chambre, nous continuerons de faire passer les contribuables en premier dans tout ce que nous faisons.

[Français]

    Monsieur le Président, un peu de sérieux: on parle de contrats entre SNC-Lavalin et le gouvernement fédéral.
    En mars dernier, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a modifié ses politiques d'approvisionnement pour écarter les entreprises reconnues coupables de fraude et de pots-de-vin. Or des cadres de SNC-Lavalin et des policiers ont affirmé devant la commission Charbonneau que SNC-Lavalin avait fraudé les contribuables québécois et avait versé des pots-de-vin pour obtenir le contrat du centre hospitalier de McGill.
    La compagnie SNC-Lavalin est désormais célèbre pour son rôle dans la plus grande fraude de corruption de l'histoire du Canada.
    Le gouvernement peut-il confirmer que les nouvelles règles vont s'appliquer à SNC-Lavalin?
    Monsieur le Président, encore une fois, aucun de ces problèmes ne concerne le gouvernement fédéral. Cette commission concerne les affaires provinciales et municipales.

[Traduction]

    Par la même occasion, je rappelle que quiconque est reconnu coupable d'avoir enfreint la loi doit en subir pleinement les conséquences. Comme vous le savez, monsieur le Président, l'une des premières mesures proposées par le gouvernement lorsqu'il a été élu a été la Loi fédérale sur la responsabilité, laquelle a mis fin à l'influence du grand capital et des gros syndicats dans l'adjudication des contrats fédéraux.
    Nous continuerons de faire passer les intérêts des contribuables canadiens en premier en présentant de telles lois pour les protéger.

[Français]

La justice

    Monsieur le Président, l'ancien juge de la Cour suprême John Major se désole du cafouillage conservateur dans le dossier de la nomination du juge Nadon.
    Il déplore particulièrement la politisation du processus et l'attaque frontale menée contre la juge en chef, qui n'a fait que son devoir en prévenant le premier ministre. Au lieu de s'attaquer à la juge en chef, au comité de sélection et à tous ceux qui ont tenté de le mettre en garde, le premier ministre devrait faire son examen de conscience.
    Quand va-t-il admettre qu'il est le seul responsable de ce fiasco?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je signale que l'ex-juge Major de la Cour suprême a ajouté son nom à ceux de deux de ses anciens collègues de cette même cour, les juges Binnie et Charron, qui ne souscrivent pas à la décision rendue au sujet de l'admissibilité.
    Bien entendu, nous savons aussi que le constitutionnaliste Peter Hogg est lui aussi en désaccord. Nous avons demandé conseil et avons suivi les conseils reçus, pour tout dire. Il va sans dire que parmi tous les juges de la Cour fédérale qui s'étaient portés candidats, certains figuraient sur la liste des candidats admissibles. La députée d'en face a participé à ce processus.
    Nous appuierons et respecterons l'esprit et la lettre de la décision de la Cour suprême.

[Français]

    Monsieur le Président, selon l'ex-juge Major, le cafouillage conservateur est aggravé par le fait que le premier ministre se soit encore une fois mal entouré.
    Il souligne notamment que l'actuel ministre de la Justice est un poids plume en matière de justice. Cela expliquerait pourquoi cette nomination est un véritable fiasco. Effectivement, cela n'est pas nécessairement très flatteur.
    Pourquoi les conservateurs n'ont-ils pas écouté les recommandations de Québec avant de nommer le juge Nadon?
    Monsieur le Président, récemment, j'ai eu une rencontre productive avec la ministre de la Justice du Québec, Mme Vallée, ainsi qu'avec les représentants de la communauté juridique québécoise.
    Comme d'habitude, nous consultons un vaste éventail de parties intéressées. Nous n'allons pas émettre de commentaires sur les rumeurs, sur les spéculations ou sur les commentaires d'anciens juges de la Cour suprême. Nous avons été très clairs: nous respecterons l'esprit et la lettre de l'arrêt de la Cour suprême.
    Monsieur le Président, ils n'écoutent personne et c'est justement cela, le problème.

[Traduction]

    Le premier ministre et son ministre de la Justice changent constamment leur version de l'histoire.
    Lorsque la Cour suprême a rendu sa décision, le premier ministre a dit qu'il était « très surpris ». Or, cette semaine, il nous dit qu'il l'avait toujours su.
    Les conservateurs s'en sont pris à Kevin Page, Sheila Fraser et Marc Mayrand et ils vont maintenant jusqu'à s'en prendre à la juge en chef. Autrement dit, ils s'en prennent à tout éminent Canadien qui n'est pas d'accord avec eux.
    Pourquoi le premier ministre s'est-il donné autant de mal pour entrer en conflit avec la Cour suprême du Canada?

  (1445)  

    Monsieur le Président, c'est tout à fait faux. Nous avons le plus grand respect pour la Cour suprême comme pour toutes les institutions du pays. C'est la raison pour laquelle nous voulons y nommer des gens de mérite, des personnes qui excellent dans le domaine juridique, pour occuper les postes, surtout à la Cour suprême du Canada.
    Nous avons suivi les conseils d'experts, notamment d'ex-juges de la Cour suprême. Nous avons tenu compte de l'arrêt de la Cour suprême sur l'admissibilité en ce qui concerne le Québec. C'est une nouvelle interprétation de la loi originale.
    Comme l'a affirmé le premier ministre, nous respecterons l'esprit et la lettre de la décision de la Cour suprême.

[Français]

La citoyenneté et l'immigration

    Monsieur le Président, le projet de loi C-24 ouvre une dangereuse boîte de Pandore. Il donnera à des tribunaux étrangers le droit de mettre la citoyenneté canadienne de nos concitoyens à risque, sans aucune garantie législative que le processus est juste. Par exemple, comment le ministre peut-il justifier auprès de la communauté tamoule installée au Canada, que le fait qu'un tribunal du Sri Lanka les trouve coupables d'un crime mettrait leur citoyenneté à risque?
    Monsieur le Président, l'honorable député a complètement tort.
    Notre projet de loi sur la citoyenneté consolidera la valeur de la citoyenneté canadienne en renforçant l'exigence selon laquelle les nouveaux canadiens doivent résider au Canada, remplir les critères de la citoyenneté et demeurer fidèles aux valeurs et aux lois du Canada.

[Traduction]

    Monsieur le Président, il clair que le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration devrait vérifier ses informations. C'est son...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre. La députée de Vancouver-Centre a la parole.
    Monsieur le Président, c'est son parti qui s'est opposé à toutes les mesures législatives visant la communauté GLBTBA qui ont été présentées par le précédent gouvernement libéral, pensons à la modification apportée à la Charte canadienne des droits et libertés et au mariage gay.
    Le ministre a affirmé qu'il fera tout en son pouvoir pour faire de la Conférence sur les droits de l'homme de WorldPride une réussite, mais il n'a toujours pas confirmé s'il délivrerait des visas de visiteur à 10 défenseurs des droits des homosexuels provenant de l'Ouganda...
    À l'ordre. Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration a la parole.
    Monsieur le Président, il est ahurissant de voir d'anciens ministres demander au ministre de l'Immigration de prendre une décision ici, dans cette enceinte, au sujet de dossiers d'immigration donnés. La députée sait pertinemment que ce pouvoir est délégué à des professionnels hautement qualifiés qui travaillent à l'étranger. Elle le sait, puisqu'il en était ainsi lorsque son parti formait le gouvernement. À voir ces députés nier de telles choses, il n'est pas étonnant que son parti ne soit plus au pouvoir.
    Nous continuerons à défendre les droits de la personne partout dans le monde et à inciter le gouvernement ougandais — et les autres aussi, d'ailleurs — à respecter les gens, et ce, peu importe leur orientation sexuelle. Nous utiliserons la législation en matière d'immigration pour faire de cette conférence un succès.
    Monsieur le Président, le gouvernement libéral de l'Ontario exhorte, depuis plusieurs années, le gouvernement fédéral à réviser à la hausse le nombre d'immigrants au titre du Programme des candidats des provinces. Malheureusement, le gouvernement conservateur continue de miner le potentiel économique de l'Ontario en limitant à 2 500 le nombre annuel de demandeurs. Même Tim Hudak est maintenant d'avis que le ministre fédéral de l’Immigration est extrêmement injuste envers l'Ontario.
    Le ministre est-il tout simplement incompétent ou peut-il expliquer pourquoi il refuse aussi obstinément d'aider l'économie de l'Ontario?
    Monsieur le Président, je suis ravi de répondre à cette question, car elle me donne l'occasion de rappeler aux électeurs ontariens que sous le gouvernement libéral au pouvoir avant 2006, l'Ontario n'avait droit à aucun immigrant au titre du Programme des candidats des provinces. Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, le Canada a accueilli 6 000 Néo-Canadiens au titre de ce programme. Cette année, nous en accueillerons 46 000. Nous avons doublé le nombre de candidats de l'Ontario.
    Il est irrespectueux de dépenser l'argent durement gagné par les contribuables ontariens pour de faux demandeurs d'asile et des demandeurs d'asile déboutés. C'est ce qui nous rend fous en Ontario. Voilà pourquoi nous avons besoin d'un nouveau...
    À l'ordre. Je donne maintenant la parole au député de St. John's-Est.

  (1450)  

La défense nationale

    Monsieur le Président, les membres des Forces canadiennes qui ont été victimes d'agression sexuelle savent qu'il est urgent de reconnaître l'existence de ce problème et d'y trouver une solution. Rien n'a encore été fait à ce sujet.
    Bien que la loi exige que des rapports soient soumis au ministre, ces rapports ont trois ans de retard, et les données concernant les agressions sexuelles sont bien cachées. D'après le général Tom Lawson, chef d'état-major de la Défense, il faudra un mois ou deux pour trouver une personne qui aura pour mandat de faire enquête.
    Quand le ministre se décidera-t-il à prendre ses responsabilités et à lancer une enquête judiciaire indépendante, au lieu de s'en laver les mains et de renvoyer la balle aux militaires?
    Monsieur le Président, nous avons toujours assumé nos responsabilités dans ce domaine au cours des huit dernières années. Il s'agit d'allégations très troublantes. Aucun membre des Forces armées ne devrait subir des comportements aussi odieux.
    Le chef d'état-major de la Défense mènera enquête à ce sujet. Le gouvernement ne tolère absolument pas les comportements de ce genre.

[Français]

    Monsieur le Président, ce qui est encore plus troublant dans la gestion des allégations d'agressions sexuelles dans les forces armées, c'est le manque de leadership des différents ministres conservateurs de la Défense qui se sont succédé.
    La situation est vraiment pire qu'on le pensait. Le ministère de la Défense a trois ans de retard dans le signalement de ses statistiques criminelles au Parlement. Une vérification externe ne suffit vraiment pas.
    Il est temps que le ministre mette ses culottes et cesse de déléguer ses responsabilités au chef d'état-major de la Défense. Quand va-t-il venir comparaître devant le comité et mettre en place une commission judiciaire sur ces graves allégations?

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous déposerons les rapports du juge-avocat général dès que nous les aurons, bien sûr.
    Nous avons toujours accordé la priorité à ce problème depuis notre arrivée au pouvoir. Nous avons défendu les victimes d'agression sexuelle, mais le NPD ne nous a jamais appuyés. Si la députée et son parti ont changé d'avis, je les invite à se tenir debout et à commencer à appuyer les efforts que nous faisons pour protéger les innocents.

[Français]

L'environnement

    Monsieur le Président, les conservateurs ne reculent devant rien pour cacher les conséquences des changements climatiques. Après avoir tenté de faire taire les scientifiques, ils affirment que les météorologues d'Environnement Canada ne sont pas qualifiés pour parler de changements climatiques.
    Si ceux qui étudient les phénomènes de la météo ne sont pas qualifiés pour parler de changements climatiques, qui donc est qualifié pour le faire?

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous avons pour priorité de protéger l'environnement tout en maintenant la vitalité de l'économie. Nous avons fait des investissements importants pour faire passer le Canada à une économie axée sur l'énergie propre et nous rapprocher de nos objectifs en matière de changements climatiques. Nous avons lancé dernièrement un plan national de conservation qui promeut la forte tradition de travail de conservation du gouvernement. Ce plan comprend de nouveaux investissements visant à protéger des terres écosensibles et à conserver l'environnement marin et côtier.
    Je suis fière de faire partie d'un gouvernement qui obtient des résultats.
    Monsieur le Président, si la ministre se tenait informée des développements dans son domaine, cette question ne l'aurait pas prise au dépourvu.
    Voici un autre fait dont parlent les médias: les changements climatiques sont réels. Bien qu'il soit impossible aux médias de communiquer avec la plupart des scientifiques du gouvernement, ils ont accès aux météorologues 24 heures sur 24. Mais ces météorologues ont été muselés, eux aussi; ils sont aux prises avec des règles draconiennes et craignent de perdre leur emploi. Ils évitent donc de mentionner le lien scientifique essentiel entre les conditions atmosphériques et les changements climatiques.
    Quand le premier ministre reconnaîtra-t-il que les changements climatiques sont réels et cessera-t-il de museler les scientifiques?
    Monsieur le Président, c'est absolument ridicule. Contrairement aux députés d'en face, j'ai choisi d'éviter toute partisanerie quand il s'agit de protéger l'environnement. Je rencontre régulièrement des Canadiens de partout au pays pour leur parler des priorités du gouvernement, des enjeux qui ont aussi de l'importance pour eux. De son côté, l'opposition continue ses petits jeux partisans.
    Nous continuerons de rencontrer les Canadiens pour discuter avec eux des enjeux qui touchent l'environnement.

La santé

    Monsieur le Président, le projet de loi C-17 jouit de l'appui de tous les partis à la Chambre. Lorsqu'il sera adopté, il permettra à la ministre de la Santé, entre autres choses, d'ordonner le retrait immédiat du marché de médicaments dangereux et exigera le signalement de réactions indésirables graves aux médicaments.
    Ce n'est pas une exagération que d'affirmer que le projet de loi est une question de vie ou de mort pour les Canadiens susceptibles d'avoir une réaction indésirable grave à un médicament au cours des prochains mois. La ministre a affirmé qu'elle est ouverte aux amendements qui renforceraient le projet de loi.
    Le secrétaire parlementaire du premier ministre et pour les Affaires intergouvernementales pourrait-il nous dire pourquoi le projet de loi n'a pas encore été renvoyé au Comité permanent de la santé?

  (1455)  

    Monsieur le Président, j'aimerais tout d'abord reconnaître les efforts infatigables du député d'Oakville et son ardeur manifeste dans le dossier; je l'en remercie.
    Il a tout à fait raison, le projet de loi C-17 a l'appui de tous les partis à la Chambre. Hier, le NPD a scandaleusement joué à des jeux politiques partisans en retardant l'adoption du projet de loi, l'empêchant d'être renvoyé au Comité permanent de la santé.
    Les députés néo-démocrates ont des comptes à rendre aux millions de Canadiens qui attendent l'adoption du projet de loi. Ils doivent arrêter de jouer à des jeux politiques partisans et travailler avec nous pour que le projet de loi soit adopté.
    Je tiens à assurer au député, à sa famille et aux millions de Canadiens qui comptent sur l'adoption du projet de loi que, de ce côté-ci de la Chambre, nous ferons tout en notre pouvoir pour faire en sorte qu'il soit adopté.

[Français]

Les nominations gouvernementales

    Monsieur le Président, quand les conservateurs se sont fait blâmer d'avoir rempli la Société d'expansion du Cap-Breton, la SECB, avec leurs amis, ils ont mis dehors l'ex-PDG, John Lynn. Toutefois, ça n'explique toujours pas pourquoi M. Lynn a embauché quatre anciens candidats conservateurs pour travailler à la SECB. L'une des personnes embauchées est l'ex-chef de cabinet de l'actuel ministre de la Justice.
    Le ministre de la Justice va-t-il accepter de comparaître en comité parlementaire avec John Lynn, concernant l'embauche de Nancy Baker?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le gouvernement est déterminé à faire en sorte que la fonction publique soit professionnelle, indépendante et non partisane.
    Je suis en mesure de confirmer que le mandat de M. Lynn en tant que PDG de la SECB a pris fin hier. Conformément à la pratique habituelle, le gouvernement du Canada ne verse aucune indemnité de départ en cas de congédiement justifié.
    Nous agissons dans l'intérêt de la responsabilité. Il reste à savoir si le parti du député agira en réponse au fait qu'il a utilisé des deniers publics à mauvais escient en gérant des bureaux de circonscription comme s'ils étaient des bureaux de parti.
    Monsieur le Président, je suis heureux d'entendre le ministre enfin reconnaître qu'aucune indemnité de départ ne sera versée à John Lynn. J'ai hâte d'apprendre s'il sera admissible à l'assurance-emploi.
    L'absence d'indemnité de départ n'explique toujours pas pourquoi John Lynn a obtenu le poste en premier lieu. Et qu'en est-il d'Allan Murphy, ancien chef de cabinet du ministre de la Justice et de Nancy Baker, qui travaillait pour le ministre de la Justice avant de recevoir son beau petit poste?
    Continuera-t-on à trouver de bonnes planques pour les amis du ministre de la Justice ou bien est-ce que ces postes seront dotés au terme d'un processus équitable et concurrentiel?
    Monsieur le Président, les députés semblent incapables de se contenter d'un oui comme réponse.
    Hier, on a mis fin au mandat de M. Lynn en tant que PDG de la Société d'expansion du Cap-Breton. Aucune indemnité de départ n'a été versée car le congédiement était justifié. La mesure a été prise au terme d'une enquête indépendante par le conseil d'administration de la société.
    Pour ma part, j'aimerais savoir pourquoi le député ne demande pas à ses collègues de se montrer responsables en remboursant les deniers publics qu'ils ont dépensés à mauvais escient à des fins partisanes.

Le commerce international

    Monsieur le Président, les conservateurs ont très mal géré l'accord commercial entre le Canada et l'Union européenne. Tout ce qu'ils ont réussi à faire dans ce dossier, c'est cacher les détails à la population canadienne. Ils ont promis de dédommager Terre-Neuve-et-Labrador à hauteur de 280 millions de dollars.
    J'ai posé au ministre de questions très simples par l'entremise du Feuilleton, telles que: à quoi l'argent a-t-il servi? À quelles fins a-t-il été dépensé? À quelles conditions le financement est-il assujetti? Toutefois, le président du Conseil du Trésor a refusé de répondre aux questions, prétextant le secret ministériel.
    Les Canadiens méritent que le gouvernement fasse preuve de transparence dans le dossier des accords commerciaux. Ma question est simple. Qu'est-ce que les conservateurs tentent de cacher?
    Monsieur le Président, grâce à l'accord commercial conclu entre le Canada et l'Union européenne, les Canadiens pourront jouir d'un accès sans précédent à un marché de 500 millions de consommateurs nantis. Il permettra d'ouvrir les portes d'un marché pour le poisson et les fruits de mer d'une valeur de 25 milliards de dollars par année, soit le plus important du genre au monde. Nous savons que les Canadiens de l'Atlantique seront les principaux bénéficiaires de ces nouveaux débouchés.
    Par ailleurs, nous continuons de discuter avec les autorités de Terre-Neuve-et-Labrador pour faciliter la transition vers l'élimination des exigences minimales en matière de transformation.

  (1500)  

    Monsieur le Président, le ministre du Commerce international refuse toujours de dire la vérité aux Canadiens au sujet de l'AECG.
    Depuis la cérémonie de signature bidon organisée en octobre dernier, le gouvernement cache les détails aux Canadiens, et l'échéancier fixé par le ministre pour la conclusion d'un accord réel ne cesse de changer. En novembre dernier, il a dit que l'accord serait signé dans deux ou trois mois. Puis, en février, il a encore affirmé que l'accord devrait être officialisé dans un mois ou deux. Maintenant, les pourparlers entre les États-Unis et l'Union européenne battent leur plein, et les Européens ont élu un nouveau Parlement.
    Compte tenu de ces facteurs, le ministre pourrait-il communiquer à la population canadienne un nouvel échéancier pour la signature de l'AECG?
    Monsieur le Président, de ce côté-ci de la Chambre, nous ne mettons pas l'accent sur les délais de signature de l'accord, mais plutôt sur la qualité de son contenu.
    Cet accord constitue un gain historique pour le Canada. On s'attend à ce qu'il fasse augmenter de plus de 20 % les échanges commerciaux bilatéraux et de quelque 80 000 le nombre d'emplois au Canada seulement. C'est un peu fort d'entendre les députés néo-démocrates parler de libre-échange à la Chambre alors qu'ils n'ont jamais appuyé dans cette enceinte un seul accord commercial signé par le Canada. Ils n'ont absolument aucune crédibilité en matière de commerce.

La reddition de comptes par le gouvernement

    Monsieur le Président, il est plus en plus évident que, partout où il passe, le ministre de la Justice laisse dans son sillage les traces de son incompétence, y compris dans son portefeuille actuel et celui qu'il détenait précédemment. Pensons seulement au catastrophique programme d'achat des F-35, à l'hélicoptère de recherche et de sauvetage qu'il a emprunté pour revenir de son camp de pêche, à la lamentable nomination du juge Nadon et à la campagne de salissage à l'égard de la juge en chef. Néanmoins, la cerise sur le gâteau, c'est lorsqu'il a personnellement choisi de confier la direction de la Société d'expansion du Cap-Breton à l'un de ses amis, qui a maintenant été congédié pour avoir embauché sans concours les valets du ministre.
    J'ai une question pour le premier ministre: qu'est-il advenu de la responsabilité ministérielle au sein du gouvernement?
    Monsieur le Président, le député a lui-même été ministre, alors il devrait savoir que les ministres n'ont rien à voir avec les affaires courantes de leur ministère, dont l'embauchage, mais les députés de l'opposition nous demandent tous les jours de nous y immiscer.
    Ce même député a pourtant dû rembourser à la Chambre des dépenses qu'il avait réclamées alors qu'elles n'étaient pas les siennes. Il ne devait pas s'attendre à ce que cela lui retombe sur le nez. Il a dû rembourser ces sommes il y a quelques années. Nous n'avons aucune leçon à recevoir de lui.
    La députée d'York-Ouest...
    Des voix: Oh, oh!
    Le Président: À l'ordre, s'il vous plaît. Les ministériels pourront répondre à la question lorsque la députée aura fini de la poser. Donnons-lui la possibilité de le faire.
    La députée d'York-Ouest a la parole.

La défense nationale

    Monsieur le Président, les conservateurs ont entendu et accepté hier une autre excuse expliquant un problème très grave, c'est-à-dire le harcèlement sexuel systématique au sein de la GRC et du ministère de la Défense nationale. Ça fait des années maintenant que les conservateurs font traîner les choses. Pendant ce temps-là, des centaines de militaires sont victimes de harcèlement sexuel. Pire encore, les situations déclarées ne représentent qu'une partie des cas, et parmi les personnes dénoncées, bien peu sont punies.
    Les hommes et les femmes des Forces armées canadiennes et de la GRC ont juré de nous protéger, mais aujourd'hui, ils ont besoin de notre aide. Si le ministre n'est pas à la hauteur, je lui suggère de quitter ses fonctions et de trouver quelqu'un qui se souciera de ce très grave problème et qui s'occupera des gens qui sont là pour nous protéger et qui ont maintenant besoin de notre aide.
    Monsieur le Président, ces propos viennent d'un parti qui a complètement fait fi des militaires lorsqu'il était au pouvoir. Cette période est appelée la « décennie de grande noirceur »
    Nous prenons ces allégations très au sérieux. Le gouvernement conservateur a mis fin à la détention à domicile pour les cas d'agressions sexuelles graves. Il a alourdi les peines prévues pour les cas de trafic et d'importation de pilules du violeur. Il a instauré des peines minimales obligatoires pour les infractions sexuelles perpétrées contre des enfants. Rappelons que le Parti libéral s'est opposé à toutes ces mesures.
    Nous n'avons pas de leçon à recevoir du Parti libéral. Cette question est une priorité pour nous.

L'infrastructure

    Monsieur le Président, les conservateurs ont supprimé l'obligation d'affecter à des projets d'infrastructure durable l'argent du Fonds de la taxe sur l'essence, l'un des derniers programmes fédéraux de lutte contre les changements climatiques. Ils ont aboli cette exigence au moment où le maire de Vancouver déclarait que le gouvernement fédéral devrait accroître, et non réduire, le financement de la lutte contre les changements climatiques.
    Pourquoi les conservateurs excluent-ils des infrastructures essentielles comme les routes du Fonds Chantiers Canada et transforment-ils un programme de 21 milliards de dollars destiné à financer l'infrastructure verte en une source de fonds pouvant servir à remplir les nids-de-poule ou à construire des belvédères?

  (1505)  

    Monsieur le Président, le Fonds de la taxe sur l'essence est entièrement destiné aux municipalités. L'exemple donné par le député est totalement faux. Nous soutenons toujours les provinces et les municipalités. Nous avons conclu des ententes avec de nombreuses provinces et nous espérons que l'argent parviendra très rapidement aux municipalités et aux provinces et qu'il continuera d'en être ainsi. C'est le plan le plus ambitieux jamais vu au Canada, et c'est à notre excellent premier ministre qu'on le doit.

[Français]

    Monsieur le Président, les conservateurs ont changé les critères d'admissibilité au Fonds Chantiers Canada sans jamais consulter les municipalités. Maintenant, ils leur demandent de faire plus avec moins, et les obligent à choisir entre les projets écologiques et les besoins fondamentaux en infrastructure.
    Jack Layton a lutté avec acharnement pour le Fonds fédéral de la taxe sur l'essence, afin d'assurer le développement durable.
    Le ministre s'assurera-t-il que les municipalités ne perdent pas de financement pour les projets écologiques en restaurant l'admissibilité des projets de routes et de ponts au Fonds Chantiers Canada plutôt qu'au Fonds fédéral de la taxe sur l'essence?
    Monsieur le Président, ce parti ne peut pas induire les gens en erreur. Il a voté chaque fois contre les plans d'infrastructure du pays. Les gens ne le croient pas.
    La taxe d'accise sur l'essence est en place depuis 2006. Comme j'ai déjà fait de la politique municipale, je sais de quoi je parle. On a doublé la taxe d'accise, on l'a indexée et on l'a rendue permanente. Cependant, ils ont voté contre cela. Nous n'avons pas de leçon à recevoir d'eux.

[Traduction]

La fiscalité

    Monsieur le Président, les conservateurs sont fiers de réduire le fardeau fiscal. Grâce aux importants allègements fiscaux que nous avons consentis, les familles moyennes réalisent des économies de 3 400 $ par année.
    Récemment, le directeur parlementaire du budget a confirmé que le gouvernement a offert des allégements fiscaux considérables aux Canadiens. Alors que nous tâchons de créer des économies pour les Canadiens, l'opposition, elle, propose des hausses fiscales risquées qui compromettront les emplois et appauvriront les familles canadiennes de travailleurs.
    Le ministre des Finances pourrait-il informer la Chambre de ce que le directeur parlementaire du budget a dit?
    Monsieur le Président, je remercie le député de Prince Albert de sa question fort pertinente.
    Le directeur parlementaire du budget confirme que le gouvernement a réduit les taxes et les impôts de 30 milliards de dollars l'année dernière, ce qui a surtout été à l'avantage des familles à faible et à moyen revenu. Toutes les familles ont bénéficié de notre programme d'allègement fiscal, qui a augmenté leur valeur nette de 44 %.
    Contrairement à l'opposition, nous croyons que les Canadiens doivent garder une plus grande partie de l'argent qu'ils ont durement gagné. C'est pourquoi nous avons l'intention de proposer encore d'autres mesures d'allègement fiscal l'an prochain, lorsque nous aurons atteint l'équilibre budgétaire. Les Canadiens peuvent compter là-dessus.

L'agriculture et l'agroalimentaire

    Monsieur le Président, hier, j'ai rencontré les représentants des Producteurs de poulet du Canada, qui sont très inquiets à l'idée que le gouvernement sape le système de la gestion de l'offre. L'année dernière, 97 millions de kilogrammes de poulet ont été importés des États-Unis. Conséquence? On estime que 8 900 emplois ont été éliminés et que plus de 600 millions de dollars ont été perdus. Tous ces poulets nous arrivent parce que les conservateurs ont modifié les règles à la frontière.
    Pourquoi les conservateurs ne défendent-ils pas la gestion de l'offre?
    Monsieur le Président, nous travaillons de façon très fructueuse avec les agriculteurs de tous les calibres d'un bout à l'autre de notre grand pays, notamment avec le secteur soumis à la gestion de l'offre. Nous collaborons avec eux de façon constante afin de sévir contre les fraudeurs à la frontière qui ne respectent pas les règles relatives aux normes de composition des fromages, aux ensembles pour pizza et aux concentrés protéiques de lait. Bien entendu, nous nous penchons maintenant sur le cas des volailles de réforme. Les libéraux ne se sont jamais attaqués à ces problèmes lorsqu'ils étaient au pouvoir.

Le logement

    Monsieur le Président, la crise du logement qui touche le pays est grave et, selon un nouveau rapport publié par la Banque Royale, elle s'aggrave. À Toronto seulement, plus de 90 000 familles sont en attente d'un logement abordable. Des milliers de noms s'ajoutent chaque mois à la liste d'attente. Les libéraux ont éliminé le programme national de logement, et les conservateurs l'ont enterré...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre. Je suis assis tout près du député de Toronto—Danforth et j'ai peine à l'entendre. Je demanderais aux députés de bien vouloir se taire.
    Le député de Toronto—Danforth a la parole.
    Monsieur le Président, les libéraux ont éliminé le programme national de logement et les conservateurs l'ont enterré, et ce sont les familles de Toronto qui en paient le prix.
    Le gouvernement va-t-il rejeter l'approche libérale et se ranger aux côtés du NPD pour adopter la stratégie et le programme nationaux de logement dont le Canada a si désespérément besoin?
    Monsieur le Président, les Canadiens n'ont pas besoin d'un plus grand nombre de bureaucrates réunis à Ottawa qui leur disent ce dont ils ont besoin et comment ils doivent investir.
    C'est pourquoi nous avons fourni le financement aux provinces dans le cadre de notre investissement dans le logement abordable. En collaborant avec les provinces, les municipalités et nos partenaires, nous avons pu venir en aide à près de 1 million de familles et de particuliers.
    Chaque fois que nous proposons d'accorder une telle forme de soutien, les néo-démocrates s'y opposent. Leur stratégie ne nous intéresse donc pas. Ce qui nous intéresse, c'est l'action.

  (1510)  

La sécurité publique

     Monsieur le Président, hier, les tribunaux ont fermé définitivement la porte à deux condamnés pour meurtre qui ont tenté de s'enrichir aux dépens des contribuables. Ces personnes ont profané le drapeau canadien dans le cadre de la Journée de la justice dans les prisons. Ils sont allés jusqu'à accuser l'ancien ministre de la Sécurité publique de malfaisance pour avoir dit que leurs gestes étaient offensants, inacceptables et déshonorants.
    Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile peut-il dire à la Chambre quelle est la position du gouvernement sur cette affaire?

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie le député de Don Valley-Ouest, qui nous montre que la cour a barré la route à ceux qui voulaient abuser de l'argent des contribuables.

[Traduction]

    Nous sommes évidemment ravis de cette décision sensée rendue hier par la Cour supérieure de l'Ontario. Notre système correctionnel mise sur la punition des comportements criminels et sur la réadaptation des délinquants. Il ne devrait pas tolérer la profanation de symboles canadiens comme la feuille d'érable. Nous continuerons de mettre les criminels derrière les barreaux.

[Français]

La citoyenneté et l'immigration

    Monsieur le Président, la famille Zamudio établie à Saint-Jérôme depuis près de quatre ans sera déportée au Mexique d'ici au 25 juin en dépit des menaces de mort répétées à leur égard de la part du cartel de narcotrafiquants.
    Une demande de refuge humanitaire a été déposée auprès du ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration en octobre dernier. Comme il en va de la sécurité des quatre membres de cette famille, est-ce que le ministre peut nous dire où en est rendue sa décision et s'il peut s'engager à rendre une décision avant que la famille Zamudio ne soit déportée?
    Monsieur le Président, si j'ai bien compris la question, il s'agit de M. Figueroa, qui a admis être membre du Front Farabundo Martí de libération nationale. Il s'est battu contre le gouvernement du Salvador pendant la guerre civile qui a sévi dans ce pays. Alors qu'il est maintenant le parti politique au pouvoir au Salvador, à l'époque où M. Figueroa en était membre, le FMLN se livrait à des actes de terrorisme.
    Par conséquent, la présence de M. Figueroa sur le territoire du Canada a été déclarée interdite et il a été frappé d'une mesure d'expulsion. Chaque personne a droit à l'application régulière de la loi et M. Figueroa s'est prévalu de nombreuses demandes et de requêtes de contrôle judiciaire. Une fois tous les recours...

[Traduction]

    À l'ordre, s'il vous plaît. La députée de Saanich—Gulf Islands a la parole.

Le commerce international

    Monsieur le Président, au cours de la semaine du 4 juin, nous commencerons par commémorer le 25e anniversaire de l'une des plus horribles atteintes à la démocratie et aux droits de la personne de l'histoire récente, soit les événements de la place Tiananmen. À la fin de cette même semaine, le 10 juin, des membres très courageux de la petite bande des Premières Nations de l'île de Vancouver, la Première Nation Hupacasath, interjetteront appel au sujet du traité sur les investissements entre le Canada et la Chine.
    Je me demande si le premier ministre serait prêt à tenir de nouvelles audiences pour que la Chambre se penche sur le traité sur les investissements entre le Canada et la Chine, notamment en ce qui a trait aux dispositions qui, si l'accord est ratifié, lieront le gouvernement à cet engagement pour une période de 31 ans.
    Monsieur le Président, la députée devrait savoir que nous ne faisons aucun commentaire sur les questions qui sont devant les tribunaux.
    Je peux cependant dire que ce traité sur les investissements établit des règles claires sur les modalités d'investissement et de résolution des différends liés aux investissements. Les investisseurs canadiens réclament cette entente depuis longtemps. Il s'agit de protéger les Canadiens qui investissent à l'étranger. Je puis assurer à la députée que le gouvernement est tout à fait déterminé à mettre en oeuvre cet entente.

Recours au Règlement

Questions orales 

[Recours au Règlement]
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Pendant la période des questions, le ministre du Commerce international a dit, et nous avons déjà dû corriger le premier ministre à ce sujet, que le NPD n'a jamais appuyé d'accord commercial. Je lui signale que nous avons appuyé l'accord commercial avec la Jordanie...
    C'est une question de débat, ce n'est pas un rappel au Règlement.

[Français]

    Monsieur le Président, dans sa réponse à ma question, le ministre parlait d'un M. Figueroa. Ma question visait la famille Zamudio.

[Traduction]

     Je demande au député de poser sa question à un autre moment. Ce n'est pas un rappel au Règlement.
    Le ministre de la Justice est en train de se lever. J'espère que c'est pour invoquer le Règlement.

  (1515)  

    Monsieur le Président, je crois que c'est un rappel au Règlement. J'ai fait l'objet de plusieurs allégations relativement à l'utilisation d'avions du gouvernement. Il est de notoriété publique que je n'ai jamais utilisé un avion du gouvernement pour quelque...
    Le ministre peut répondre à toute question pendant la période des questions, et il peut certainement déposer des documents, mais il ne semble pas y avoir là matière à recours au Règlement.

Initiatives parlementaires

[Initiatives parlementaires]

[Traduction]

La stratégie pancanadienne de soins palliatifs et de fin de vie

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 14 mai, de la motion et de l'amendement.
    Conformément à l'ordre adopté le mardi 27 mai, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur l'amendement à la motion no 456.

  (1520)  

    (L'amendement, mis aux voix, est adopté par le vote suivant:)
 

(Vote no 148)

POUR

Députés

Ablonczy
Adams
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Welland)
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Anders
Anderson
Andrews
Angus
Armstrong
Ashfield
Aspin
Atamanenko
Aubin
Baird
Bélanger
Bennett
Benoit
Benskin
Bergen
Bevington
Bezan
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Blaney
Block
Boivin
Borg
Boughen
Boutin-Sweet
Brahmi
Braid
Brison
Brosseau
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Barrie)
Bruinooge
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Caron
Carrie
Casey
Cash
Chicoine
Chisholm
Chisu
Chong
Choquette
Christopherson
Clarke
Cleary
Comartin
Côté
Crockatt
Crowder
Cullen
Cuzner
Daniel
Davidson
Davies (Vancouver Kingsway)
Davies (Vancouver East)
Day
Dechert
Devolin
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dreeshen
Dubé
Duncan (Vancouver Island North)
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Dykstra
Easter
Eyking
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Freeland
Freeman
Fry
Galipeau
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Gill
Glover
Godin
Goguen
Goodale
Goodyear
Gosal
Gourde
Gravelle
Grewal
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hiebert
Hillyer
Hoback
Holder
Hsu
Hughes
Hyer
Jacob
Jones
Julian
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kellway
Kenney (Calgary Southeast)
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lamoureux
Lapointe
Larose
Latendresse
Lauzon
Lebel
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Leef
Leitch
Lemieux
Leslie
Leung
Liu
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
May
Mayes
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLeod
Menegakis
Merrifield
Miller
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mulcair
Nantel
Nash
Nicholls
Nicholson
Norlock
Nunez-Melo
Obhrai
O'Connor
Oliver
O'Neill Gordon
O'Toole
Pacetti
Payne
Péclet
Pilon
Poilievre
Preston
Quach
Rafferty
Raitt
Rajotte
Rankin
Rathgeber
Ravignat
Raynault
Regan
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Rousseau
Saganash
Sandhu
Saxton
Scarpaleggia
Schellenberger
Scott
Seeback
Sellah
Sgro
Shea
Shipley
Shory
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
Smith
Sopuck
Sorenson
Stanton
St-Denis
Stewart
Stoffer
Storseth
Strahl
Sullivan
Sweet
Thibeault
Tilson
Toet
Toone
Tremblay
Trost
Trottier
Truppe
Turmel
Uppal
Valcourt
Valeriote
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Zimmer

Total: -- 262

CONTRE

Aucun

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare l'amendement adopté.
    Le prochain vote porte sur la motion principale modifiée. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: Oui.
    Des voix: Non.
    Le Président: Que tous ceux qui sont en faveur de la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le Président: Que tous ceux qui s’y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le Président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:

  (1530)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 149)

POUR

Députés

Ablonczy
Adams
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Welland)
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Anders
Anderson
Andrews
Angus
Armstrong
Ashfield
Aspin
Atamanenko
Aubin
Baird
Bélanger
Bennett
Benoit
Benskin
Bergen
Bevington
Bezan
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Blaney
Block
Boivin
Borg
Boughen
Boutin-Sweet
Brahmi
Braid
Brison
Brosseau
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Barrie)
Bruinooge
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Caron
Carrie
Casey
Cash
Chicoine
Chisholm
Chisu
Chong
Choquette
Christopherson
Clarke
Cleary
Comartin
Côté
Crockatt
Crowder
Cullen
Cuzner
Daniel
Davidson
Davies (Vancouver Kingsway)
Davies (Vancouver East)
Day
Dechert
Del Mastro
Devolin
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dreeshen
Dubé
Duncan (Vancouver Island North)
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Dykstra
Easter
Eyking
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Freeland
Freeman
Fry
Galipeau
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Gill
Glover
Godin
Goguen
Goodale
Goodyear
Gosal
Gourde
Gravelle
Grewal
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hiebert
Hillyer
Hoback
Holder
Hsu
Hughes
Hyer
Jacob
James
Jones
Julian
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kellway
Kenney (Calgary Southeast)
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lamoureux
Lapointe
Larose
Latendresse
Lauzon
Lebel
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Leef
Leitch
Lemieux
Leslie
Leung
Liu
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
May
Mayes
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLeod
Menegakis
Merrifield
Miller
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mulcair
Nantel
Nash
Nicholls
Nicholson
Norlock
Nunez-Melo
Obhrai
O'Connor
Oliver
O'Neill Gordon
O'Toole
Pacetti
Payne
Péclet
Pilon
Poilievre
Preston
Quach
Rafferty
Raitt
Rajotte
Rankin
Rathgeber
Ravignat
Raynault
Regan
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Rousseau
Saganash
Sandhu
Saxton
Scarpaleggia
Schellenberger
Scott
Seeback
Sellah
Sgro
Shea
Shipley
Shory
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
Smith
Sopuck
Sorenson
Stanton
St-Denis
Stewart
Stoffer
Storseth
Strahl
Sullivan
Sweet
Thibeault
Tilson
Toet
Toone
Tremblay
Trost
Trottier
Truppe
Turmel
Uppal
Valcourt
Valeriote
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Zimmer

Total: -- 264

CONTRE

Députés

Fortin

Total: -- 1

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.

Le Règlement sur les mammifères marins

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 15 mai, de la motion portant que le projet de loi C-555, Loi concernant le Règlement sur les mammifères marins (permis d'observation pour la pêche du phoque), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Conformément à l'ordre adopté le mardi 27 mai, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-555 sous la rubrique Affaires émanant des députés.
    Le vote porte sur la motion.

  (1540)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 150)

POUR

Députés

Ablonczy
Adams
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Welland)
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Anders
Anderson
Andrews
Angus
Armstrong
Ashfield
Aspin
Aubin
Baird
Bélanger
Bennett
Benoit
Benskin
Bergen
Bevington
Bezan
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Blaney
Block
Boivin
Borg
Boughen
Boutin-Sweet
Brahmi
Braid
Brison
Brosseau
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Barrie)
Bruinooge
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Caron
Carrie
Casey
Cash
Chicoine
Chisholm
Chisu
Chong
Choquette
Christopherson
Clarke
Cleary
Comartin
Côté
Crockatt
Cullen
Cuzner
Daniel
Davidson
Day
Dechert
Del Mastro
Devolin
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dreeshen
Dubé
Duncan (Vancouver Island North)
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Dykstra
Easter
Eyking
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Fortin
Freeland
Freeman
Galipeau
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Gill
Glover
Godin
Goguen
Goodale
Goodyear
Gosal
Gourde
Gravelle
Grewal
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hiebert
Hillyer
Hoback
Holder
Hsu
Hughes
Hyer
Jacob
James
Jones
Julian
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lamoureux
Lapointe
Larose
Latendresse
Lauzon
Lebel
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Leef
Leitch
Lemieux
Leslie
Leung
Liu
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
Mayes
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLeod
Menegakis
Merrifield
Miller
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mulcair
Nantel
Nash
Nicholls
Nicholson
Norlock
Nunez-Melo
Obhrai
O'Connor
Oliver
O'Neill Gordon
O'Toole
Pacetti
Payne
Péclet
Pilon
Poilievre
Preston
Quach
Rafferty
Raitt
Rajotte
Rankin
Rathgeber
Ravignat
Raynault
Regan
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Rousseau
Saganash
Sandhu
Saxton
Scarpaleggia
Schellenberger
Scott
Seeback
Sellah
Sgro
Shea
Shipley
Shory
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
Smith
Sopuck
Sorenson
Stanton
St-Denis
Stewart
Stoffer
Storseth
Strahl
Sullivan
Sweet
Thibeault
Tilson
Toet
Toone
Tremblay
Trost
Trottier
Truppe
Turmel
Uppal
Valcourt
Valeriote
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Zimmer

Total: -- 258

CONTRE

Députés

May

Total: -- 1

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée. Par conséquent, le projet de loi est renvoyé au Comité permanent des pêches et des océans.

    (Le projet de loi, lu pour la deuxième fois, est renvoyé à un comité.)

Loi sur les anciens membres des Forces canadiennes

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 16 mai, de la motion portant que le projet de loi C-568, Loi concernant les anciens membres des Forces canadiennes, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Le Président: Conformément à l'ordre adopté le mardi 27 mai, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-568 sous la rubrique Affaires émanant des députés. Le vote porte sur la motion.

  (1545)  

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 151)

POUR

Députés

Allen (Welland)
Andrews
Angus
Atamanenko
Aubin
Bélanger
Bennett
Benskin
Bevington
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Boivin
Borg
Boutin-Sweet
Brahmi
Brison
Brosseau
Caron
Casey
Cash
Chicoine
Chisholm
Choquette
Christopherson
Cleary
Comartin
Côté
Crowder
Cullen
Cuzner
Davies (Vancouver Kingsway)
Day
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dubé
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Easter
Eyking
Fortin
Freeland
Freeman
Fry
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Godin
Goodale
Gravelle
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Hsu
Hughes
Hyer
Jacob
Jones
Julian
Lamoureux
Lapointe
Larose
Latendresse
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Leslie
Liu
MacAulay
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
May
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mulcair
Nantel
Nash
Nicholls
Nunez-Melo
Pacetti
Péclet
Pilon
Quach
Rafferty
Rankin
Rathgeber
Ravignat
Raynault
Regan
Rousseau
Saganash
Sandhu
Scarpaleggia
Scott
Sellah
Sgro
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
St-Denis
Stewart
Stoffer
Sullivan
Thibeault
Toone
Tremblay
Turmel
Valeriote

Total: -- 118

CONTRE

Députés

Ablonczy
Adams
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Anders
Anderson
Armstrong
Ashfield
Aspin
Baird
Benoit
Bergen
Bezan
Blaney
Block
Boughen
Braid
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Barrie)
Bruinooge
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Carrie
Chisu
Chong
Clarke
Crockatt
Daniel
Davidson
Dechert
Del Mastro
Devolin
Dreeshen
Duncan (Vancouver Island North)
Dykstra
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Galipeau
Gill
Glover
Goguen
Goodyear
Gosal
Gourde
Grewal
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hiebert
Hillyer
Hoback
Holder
James
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lauzon
Lebel
Leef
Leitch
Lemieux
Leung
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mayes
McLeod
Menegakis
Merrifield
Miller
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
Norlock
Obhrai
O'Connor
Oliver
O'Neill Gordon
O'Toole
Payne
Poilievre
Preston
Raitt
Rajotte
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Saxton
Schellenberger
Seeback
Shea
Shipley
Shory
Smith
Sopuck
Sorenson
Storseth
Strahl
Sweet
Tilson
Toet
Trost
Trottier
Truppe
Uppal
Valcourt
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Zimmer

Total: -- 144

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion rejetée.

La Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 26 mai, de la motion portant que le projet de loi C-483, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (sortie avec escorte), soit lu pour la troisième fois et adopté.
    Conformément à l'ordre adopté le 26 mai, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé, à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C-483.

  (1555)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 152)

POUR

Députés

Ablonczy
Adams
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Welland)
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Anders
Anderson
Andrews
Armstrong
Ashfield
Aspin
Atamanenko
Aubin
Baird
Bélanger
Bennett
Benoit
Benskin
Bergen
Bevington
Bezan
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Blaney
Block
Boivin
Borg
Boughen
Boutin-Sweet
Brahmi
Braid
Brison
Brosseau
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Barrie)
Bruinooge
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Caron
Carrie
Casey
Cash
Chicoine
Chisholm
Chisu
Chong
Choquette
Christopherson
Clarke
Cleary
Comartin
Côté
Crockatt
Crowder
Cullen
Cuzner
Daniel
Davidson
Davies (Vancouver Kingsway)
Day
Dechert
Del Mastro
Devolin
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dreeshen
Dubé
Duncan (Vancouver Island North)
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Dykstra
Easter
Eyking
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Fortin
Freeland
Freeman
Fry
Galipeau
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Gill
Glover
Godin
Goguen
Goodale
Goodyear
Gosal
Gourde
Gravelle
Grewal
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hiebert
Hillyer
Hoback
Holder
Hsu
Hughes
Hyer
Jacob
James
Jones
Julian
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lamoureux
Lapointe
Larose
Latendresse
Lauzon
Lebel
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Leef
Leitch
Lemieux
Leslie
Leung
Liu
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
Mayes
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLeod
Menegakis
Merrifield
Miller
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mulcair
Nantel
Nash
Nicholls
Nicholson
Norlock
Nunez-Melo
Obhrai
O'Connor
Oliver
O'Neill Gordon
O'Toole
Pacetti
Payne
Péclet
Pilon
Poilievre
Preston
Quach
Rafferty
Raitt
Rajotte
Rankin
Rathgeber
Ravignat
Raynault
Regan
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Rousseau
Saganash
Sandhu
Saxton
Scarpaleggia
Schellenberger
Scott
Seeback
Sellah
Sgro
Shea
Shipley
Shory
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
Smith
Sopuck
Sorenson
St-Denis
Stewart
Stoffer
Storseth
Strahl
Sullivan
Sweet
Thibeault
Tilson
Toet
Toone
Tremblay
Trost
Trottier
Truppe
Turmel
Uppal
Valcourt
Valeriote
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Zimmer

Total: -- 260

CONTRE

Députés

May

Total: -- 1

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.

    (Le projet de loi, lu pour la troisième fois, est adopté.)

[Français]

La Loi sur le divorce

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 27 mai, de la motion portant que le projet de loi C-560, Loi modifiant la Loi sur le divorce (partage égal du rôle parental) et d’autres lois en conséquence, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    À l'ordre. Conformément à l'ordre adopté le 27 mai 2014, la Chambre procédera maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-560 sous la rubrique des affaires émanant des députés.

  (1605)  

[Traduction]

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 153)

POUR

Députés

Ablonczy
Adams
Albrecht
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Anders
Anderson
Armstrong
Ashfield
Aspin
Benoit
Boughen
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Barrie)
Bruinooge
Butt
Calkins
Cannan
Carmichael
Carrie
Chong
Clarke
Crockatt
Del Mastro
Devolin
Dreeshen
Falk
Fletcher
Galipeau
Grewal
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hiebert
Hillyer
James
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lemieux
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
May
Mayes
Merrifield
Miller
Norlock
O'Connor
O'Neill Gordon
O'Toole
Preston
Rajotte
Rathgeber
Reid
Schellenberger
Seeback
Shipley
Smith
Storseth
Strahl
Sweet
Toet
Trost
Van Kesteren
Vellacott
Wallace
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Woodworth
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Zimmer

Total: -- 80

CONTRE

Députés

Adler
Aglukkaq
Albas
Alexander
Allen (Welland)
Andrews
Atamanenko
Aubin
Baird
Bélanger
Bennett
Benskin
Bergen
Bevington
Bezan
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Blaney
Block
Boivin
Borg
Boutin-Sweet
Brahmi
Braid
Brison
Brosseau
Calandra
Caron
Casey
Cash
Chicoine
Chisholm
Chisu
Choquette
Christopherson
Cleary
Comartin
Côté
Crowder
Cullen
Cuzner
Daniel
Davidson
Davies (Vancouver Kingsway)
Day
Dechert
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dubé
Duncan (Vancouver Island North)
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Dykstra
Easter
Eyking
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fortin
Freeland
Freeman
Fry
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Gill
Glover
Godin
Goguen
Goodale
Goodyear
Gosal
Gourde
Groguhé
Harris (St. John's East)
Holder
Hsu
Hughes
Hyer
Jacob
Jones
Julian
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Lamoureux
Lapointe
Latendresse
Lauzon
Lebel
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Leef
Leitch
Leslie
Leung
Liu
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
McCallum
McGuinty
McLeod
Menegakis
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mulcair
Nantel
Nash
Nicholls
Nicholson
Nunez-Melo
Obhrai
Oliver
Payne
Péclet
Pilon
Poilievre
Quach
Rafferty
Raitt
Rankin
Ravignat
Raynault
Regan
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Rousseau
Saganash
Sandhu
Scarpaleggia
Scott
Sellah
Sgro
Shea
Shory
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
Sopuck
Sorenson
St-Denis
Stewart
Stoffer
Sullivan
Thibeault
Tilson
Toone
Tremblay
Trottier
Truppe
Turmel
Uppal
Valcourt
Valeriote
Van Loan
Warawa
Wong

Total: -- 174

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion rejetée.

AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

[Traduction]

Réponse du gouvernement à des pétitions

    Monsieur le Président, conformément au paragraphe 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à une pétition.

Certificats de nomination

    Monsieur le Président, conformément à l'alinéa 111.1(1) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, un certificat de nomination accompagné de notes biographiques concernant la nomination proposée de Daniel Therrien à titre de Commissaire à la protection de la vie privée. Je demande que la nomination soit renvoyée au Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique.

Les délégations interparlementaires

     Monsieur le Président, conformément au paragraphe 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, le rapport de la délégation canadienne de l'Association parlementaire Canada-Europe concernant sa participation à la première partie de la session ordinaire de 2014 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, qui s'est tenue à Strasbourg, en France, du 27 au 31 janvier.

Les comités de la Chambre

Industrie, sciences et technologie  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le cinquième rapport du Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie, qui porte sur son étude du Budget principal des dépenses de 2014-2015.

Procédure et affaires de la Chambre  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 14e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Le comité signale que, conformément au paragraphe 91.1(2) du Règlement, le Sous-comité des affaires émanant des députés s'est réuni pour examiner l'ordre portant examen à la deuxième lecture du projet de loi d'intérêt public émanant du Sénat, et a recommandé que l'affaire ne soit pas désignée non votable et qu'elle soit examinée par la Chambre.
    En conséquence, et conformément au paragraphe 91.1(2) du Règlement, le rapport est adopté d'office.

Santé  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 3e rapport du Comité permanent de la santé, qui porte sur le Budget principal des dépenses de 2014-2015.

Ressources humaines, développement des compétences, développement social et condition des personnes handicapées  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 4e rapport du Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, intitulé Opportunités pour les Autochtones sur le marché du travail. Conformément à l'article 109 du Règlement, le comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.

[Français]

Opérations gouvernementales et prévisions budgétaires  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le quatrième rapport du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires relatif au Budget supplémentaire des dépenses (A) 2014-2015.

[Traduction]

Patrimoine canadien  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 4e rapport du Comité permanent du patrimoine canadien, qui porte sur le Budget principal des dépenses de 2014-2015.

Ressources humaines, développement des compétences, développement social et condition des personnes handicapées  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 5e rapport du Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, intitulé Budget principal des dépenses 2014-2015.

  (1610)  

[Français]

La Loi sur la sécurité automobile

     — Monsieur le Président, il y a déjà eu trop de décès impliquant des cyclistes et des camions lourds. Une façon simple et efficace d'éviter des blessures graves et des décès est l'installation de protections latérales, ou des jupettes, sur les camions lourds. Ces protections empêchent les piétons, cyclistes et motocyclistes de passer sous les roues de ces véhicules.
    C'est très simple, les protections latérales sauvent des vies. C'est pourquoi je suis très fier de poursuivre le travail accompli par Olivia Chow et de déposer aujourd'hui ce projet de loi en mon nom.

[Traduction]

    Il s'est produit trop d'accidents mortels entre cyclistes et camions lourds au Canada. Un des moyens de sauver des vies les plus simples et efficaces consiste à installer des dispositifs de protection latérale sur les camions lourds. Ces dispositifs empêchent les piétons, les cyclistes et les motocyclistes d'être happés sous les roues de ces véhicules.
    Il y a quelques années, Olivia Chow a déposé pour la première fois un projet de loi visant à rendre obligatoires de tels dispositifs de protection latérale. Aujourd'hui, j'ai l'honneur de poursuivre son oeuvre et de le déposer à nouveau. C'est aussi la première fois que je présente un projet de loi à la Chambre.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

Pétitions

Les objectifs du millénaire  

    Monsieur le Président, aujourd'hui, j'ai l'honneur de présenter une pétition signée par des habitants de différents quartiers de Régina. Les signataires souhaitent exprimer leur appui envers les Objectifs du Millénaire pour le développement et ils exhortent le Canada à remplir, d'ici 2015, son engagement qui est de consacrer chaque année 0,7 % de son produit intérieur brut à l'aide au développement.

La Loi sur le divorce   

    Monsieur le Président, j'aimerais présenter une pétition signée par quelque 900 habitants de ma circonscription. Les soussignés, citoyens du Canada, réclament que le Parlement modifie la Loi sur le divorce, comme le propose le projet de loi C-560 du député Maurice Vellacott, de manière à exiger que le partage égal du rôle parental soit considéré comme étant la présomption réfutable dans les décisions relatives à la garde, sauf en cas de preuves d'abus ou de négligence.
    Je rappelle aux députés qu'ils doivent désigner les députés par le nom de leur circonscription, et non par leur nom.
    Présentation de pétitions. Le député de Nickel Belt a la parole.

La démence  

    Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter aujourd'hui deux pétitions.
    L'une d'entre elles demande à la ministre de la Santé et à la Chambre d'adopter mon projet de loi, le projet de loi C-356, Loi concernant une stratégie nationale sur la démence. Comme les députés le savent, les personnes âgées atteintes de démence sont très nombreuses à l'heure actuelle, et nous aimerions que le gouvernement prenne des mesures concernant cette funeste maladie.

Le don de sang et d'organes  

    Monsieur le Président, ma deuxième pétition vient de dizaines de personnes de la région de Windsor, qui demandent au gouvernement que les préférences sexuelles ne constituent pas un motif pour refuser d'emblée à quelqu'un le droit de faire un don d'organes.

L'agriculture  

    Monsieur le Président, j'ai trois pétitions à présenter. Les signataires de la première demandent au Parlement de s'abstenir de modifier la Loi sur les semences ou la Loi sur la protection des obtentions végétales au moyen du projet de loi C-18, Loi modifiant certaines lois en matière d’agriculture et d’agroalimentaire.

Postes Canada  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition porte sur la réduction des services à Postes Canada. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de rejeter le plan de réduction de services de Postes Canada et d'explorer d'autres avenues afin de moderniser le plan d'affaires de la société d'État.

La Loi sur les aliments et drogues  

    Monsieur le Président, la troisième pétition demande à la Chambre des communes de modifier la Loi sur les aliments et drogues afin de rendre obligatoire l'étiquetage des aliments modifiés génétiquement.

  (1615)  

[Français]

Postes Canada  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de déposer à la Chambre une pétition qui concerne la réduction de services de Postes Canada.
    Les gens de ma circonscription sont très inquiets. Ils ont peur de souffrir de ces compressions. Ils demandent au gouvernement de rejeter le plan de réduction de services de Postes Canada, et de demander à Postes Canada d'explorer d'autres pistes, afin de moderniser son plan d'affaires.
    J'espère que cette pétition sera prise au sérieux par le gouvernement, compte tenu de l'inquiétude croissante de mes concitoyens.

[Traduction]

L'environnement  

    Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à présenter cet après-midi. La première est signée par des résidants de Vancouver et d'autres secteurs de la partie sud-ouest de la Colombie-Britannique qui demandent à la Chambre de remplacer un moratoire qui existe depuis 1972 par une mesure législative interdisant la circulation de superpétroliers le long de la côte de la Colombie-Britannique.

La Société Radio-Canada  

    Monsieur le Président, la seconde pétition vient de résidants de différentes parties de la Colombie-Britannique. Ils demandent au gouvernement d'accorder un financement stable, sûr et prévisible au radiodiffuseur public national, CBC/Radio-Canada.

Les sciences  

    Monsieur le Président, je suis heureuse de présenter une pétition signée par des dizaines de citoyens de ma circonscription, Parkdale—High Park. Ils demandent au gouvernement du Canada de créer un organisme de surveillance indépendant en matière scientifique.
    Le poste de conseiller national des sciences a été aboli en 2008, mais il n'était pas suffisamment indépendant du gouvernement et son pouvoir se limitait à conseiller le premier ministre. Les parlementaires ont besoin d'information valable et d'avis de spécialistes sur les questions scientifiques pour pouvoir fonder leurs décisions sur les meilleures données scientifiques disponibles. Par conséquent, les pétitionnaires demandent au gouvernement d'appuyer le projet de loi C-558, qui créerait un poste de directeur parlementaire des sciences.

[Français]

VIA Rail  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de déposer aujourd'hui une pétition signée par plusieurs dizaines de personnes revendiquant une amélioration du service de VIA Rail dans l'Est du Canada, surtout dans la région du Nord du Nouveau-Brunswick et chez nous, en Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine.
    J'aimerais souligner que la société VIA Rail a encore annoncé qu'elle va reporter le rétablissement du service de VIA Rail en Gaspésie, ce qui est contraire aux engagements que cette société a pris auparavant.
    J'espère que le gouvernement exercera des pressions sur VIA Rail afin qu'elle améliore le service et respecte ses engagements, ce qui refléterait l'esprit de la pétition que je viens de déposer.

[Traduction]

La citoyenneté et l'immigration  

    Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi de prendre la parole en cette enceinte au nom des distingués citoyens de Davenport, dans la grande ville de Toronto, pour présenter quelques pétitions.
    La première m'a été transmise par des résidants inquiets, amis et alliés d'Oscar Vigil, qui a quitté le Salvador pour venir s'installer au Canada en 2001. Il a élevé une famille ici. En fait, son épouse et ses trois enfants sont maintenant citoyens canadiens. Le gouvernement veut le renvoyer au Salvador. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada et au ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration d'accorder leur aide à Oscar Vigil et de lui permettre de rester avec sa famille au Canada à titre de résident permanent.

Les travailleurs urbains  

    Monsieur le Président, plus de la moitié des travailleurs torontois n'ont pas accès à un emploi stable à plein temps. Ils ont des emplois à temps partiel, précaires et contractuels. Cette pétition a été signée par des habitants de ma circonscription, Davenport. Ils demandent au gouvernement d'appuyer une stratégie nationale pour les travailleurs urbains.

La protection des consommateurs  

    Monsieur le Président, les aînés et les personnes qui ont un revenu fixe reçoivent encore par la poste des factures dans lesquelles on leur fait payer des frais pour l'envoi postal. Le gouvernement a dit qu'il allait éliminer ces frais, mais il y a encore des citoyens qui reçoivent des factures où figurent ceux-ci. Cette pétition demande au gouvernement de mettre fin à la pratique consistant à facturer la facturation partout au Canada.

La maladie de Lyme  

    Monsieur le Président, je présente une pétition concernant le projet de loi C-442, Loi sur la stratégie nationale relative à la maladie de Lyme, qui a été proposé par la députée de Saanich—Gulf Islands afin de créer une stratégie nationale visant à reconnaître, à diagnostiquer rapidement et à traiter efficacement la maladie de Lyme au Canada. Un grand nombre d'habitants de la région de Thunder Bay—Superior-Nord souffrent de cette maladie et, malheureusement, ce nombre est en hausse à cause des changements climatiques.

  (1620)  

Le transport ferroviaire  

    Monsieur le Président, je suis heureuse de prendre la parole pour attirer l'attention de la Chambre sur une pétition signée par des habitants de Sault Ste. Marie, Aweres, Prince Township, Goulais River et Hilton Beach, localités qui se trouvent dans une circonscription conservatrice, Sault Ste. Marie. Ils sont préoccupés par le retrait de la subvention au service ferroviaire voyageurs de l'Algoma Central Railway et par le fait qu'aucune consultation générales n'a eu lieu. Cette décision a des répercussions sur les entreprises, les résidences et les collectivités situées sur le trajet du train, ce qui a une incidence sur l'économie locale et, surtout, sur les petites entreprises. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de rétablir le financement du service ferroviaire voyageurs d'Algoma. Je dois reconnaître que le gouvernement a rétabli le financement en partie, mais seulement pour un an, et les habitants de cette région demeurent préoccupés.

[Français]

Le Sénat  

    Monsieur le Président, j'ai en main une pétition signée par les citoyens de Brome—Missisquoi. Ils demandent l'abolition du Sénat. Cette Chambre de représentants non élus, qui n'ont aucun compte à rendre à qui que ce soit, sinon au parti qui les a nommés, nous coûte 92 millions de dollars par année.
    Dans la pétition, il est écrit que ces sénateurs ne représentent personne d'autre que le parti qui les a nommés. Il faut donc l'abolir.

[Traduction]

Le don de sang et d'organes  

    Monsieur le Président, j'ai des pétitions en provenance de toutes les régions du pays qui demandent au gouvernement du Canada d'examiner en profondeur et de changer la politique sur le don de sang et d'organes. Les pétitionnaires demandent que les préférences sexuelles des gens ne constitue pas un motif pour refuser d'emblée à quelqu'un le droit de faire un don. Ils comprennent que les gens devraient passer des examens médicaux avant d'être autorisés à faire un don. Ils sont conscients qu'il existe certaines activités à haut risque. Ce à quoi ils s'opposent c'est qu'on présume automatiquement que les préférences sexuelles d'une personne l'empêchent à première vue de pouvoir donner du sang. Ils demandent au gouvernement du Canada de restituer à tous les Canadiens en bonne santé le droit de faire des dons de sang, de moelle osseuse et d'organes à ceux qui en ont besoin, et ce, peu importe la race, la religion ou l'orientation sexuelle du donneur, parce qu'ils croient que c'est un droit universel et inhérent à la citoyenneté.

[Français]

La démence  

    Monsieur le Président, j'ai le grand plaisir de présenter trois pétitions à la Chambre.
    La première pétition demande la création d'une stratégie nationale contre l'Alzheimer et la démence chez les aînés. Cela touche plusieurs Canadiens.

Les conducteurs de véhicules de transport en commun  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition cherche à arrêter la violence contre les chauffeurs d'autobus, un problème qui continue de les toucher. On espère qu'on pourra trouver une solution.

[Traduction]

Le Sénat  

    Monsieur le Président, la troisième pétition est signée par des habitants de Vaudreuil—Soulanges, et plus précisément de villes comme Hudson et Saint-Lazare, qui demandent à la Chambre des communes d'abolir le Sénat parce qu'il n'y a pas de place pour une Chambre non élue et qui ne rend pas de comptes dans notre démocratie.

L'agriculture  

     Monsieur le Président, j'interviens pour présenter, au nom de centaines d'habitants de Toronto—Danforth, une pétition portant sur le droit de conserver des semences, qui est parrainée par le Syndicat national des cultivateurs.
     Les signataires demandent au Parlement de ne pas modifier la Loi sur les semences ni la Loi sur la protection des obtentions végétales au moyen d'une mesure législative dont la Chambre est actuellement saisie, soit le projet de loi C-18. Ils craignent que ces modifications limitent encore plus les droits des agriculteurs et augmentent leurs coûts. Ils exhortent le Parlement à inscrire dans la loi le droit inaliénable des agriculteurs et des autres Canadiens de conserver, de réutiliser, de sélectionner, d'échanger et de vendre des semences.

Questions au Feuilleton

    Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.

Demandes de documents

    Monsieur le Président, je demande que toutes les motions portant production de documents soient reportées.
    Des voix: D'accord.

  (1625)  

Demande de débat d'urgence

Les agressions sexuelles dans les Forces armées canadiennes  

[Article 52 du Règlement]
    La présidence a reçu un avis de demande de débat d'urgence. Je donne la parole au député de St. John's-Est.
    Monsieur le Président, comme vous l'avez mentionné, j'ai donné à la présidence un avis de demande de débat d'urgence en vertu du paragraphe 52(2) du Règlement. Je demande l'autorisation de proposer un débat d'urgence sur les rapports alarmants d'agressions sexuelles dans les Forces armées canadiennes.
    Il est urgent de tenir un débat d'urgence afin de permettre aux parlementaires de se pencher sérieusement sur cette crise et de prendre des mesures concrètes pour évaluer l'ampleur du problème, de même que les mesures nécessaires pour prévenir de telles agressions.
    Je souligne que, parfois, lorsqu'un débat d'urgence est demandé, on propose qu'une journée de l'opposition soit consacrée à l'étude de la question soulevée. Toutefois, aucune journée de l'opposition n'est prévue dans les travaux de la Chambre au cours des prochaines semaines. Par conséquent, un débat d'urgence est probablement la seule possibilité pour nous de discuter de ce dossier important et urgent.
    Il s'agit d'un grave problème, à savoir les agressions sexuelles dans les forces armées. Certains rapports font état de 1 700 agressions par année, soit cinq par jour. Les membres des forces armées doivent avoir l'assurance que lorsqu'ils sont victimes de telles agressions leurs plaintes seront prises au sérieux, qu'elles n'auront pas un impact négatif sur leur carrière, et que les coupables seront traités comme il se doit. Or, cet aspect semble poser un gros problème.
    Il y a un risque que les gens en viennent à douter que le gouvernement actuel prend ce problème au sérieux. Nous devons tenir un débat pour permettre aux députés de traiter de ce dossier et de discuter des solutions possibles.
    Par ailleurs, la loi n'exige pas la présentation de rapports et de nombreux dossiers importants ne peuvent pas être traités adéquatement en 35 secondes au cours de la période des questions. Par conséquent, un débat de fond s'impose. Si cette question ne fait pas l'objet d'un débat d'urgence, elle risque de ne pas être débattue avant l'automne.
    C'est pour ces raisons qu'elle est urgente. L'importance qu'elle revêt est claire. Nous parlons ici de victimes d'agressions sexuelles. En outre, les médias mentionnent que ces victimes sont victimisées de nouveau au sein des forces armées parce que les cas d'agression ne sont pas traités adéquatement.
    Ce problème existe depuis un bon moment. Il en a été fait mention il y a 16 ans, comme aujourd'hui.
    Des mesures énergiques s'imposent. Nous devons discuter de cette question au Parlement et un débat d'urgence semble être la meilleure façon de le faire dès maintenant.

Décision de la présidence  

[Décision de la présidence]
    Je remercie le député de St. John's-Est de son intérêt pour le sujet et de sa demande. Nous avons étudié la question, examiné la proposition du député et conclu qu'elle ne répond pas aux exigences ou critères usuels qui entraîneraient la tenue d'un débat d'urgence. Sa demande est donc rejetée.
    Avant de passer à l'ordre du jour, conformément à l'article 38 du Règlement, je dois faire connaître à la Chambre les questions qu'elle abordera à l'heure de l'ajournement ce soir, à savoir: la députée de Saanich—Gulf Islands, Les relations canado-américaines; le député de Trois-Rivières, Le logement.

Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

[Français]

Loi renforçant la citoyenneté canadienne

Projet de loi C-24 — Motion d'attribution de temps  

    Que, relativement au projet de loi C-24, Loi modifiant la Loi sur la citoyenneté et d'autres lois en conséquence, au plus un jour de séance supplémentaire soit accordé aux délibérations à l'étape de la deuxième lecture de ce projet de loi;
    Que, 15 minutes avant l'expiration du temps prévu pour les Ordres émanant du gouvernement au cours du jour de séance attribué pour l'étude à l'étape de la deuxième lecture de ce projet de loi, toute délibération devant la Chambre soit interrompue, s'il y a lieu aux fins de cet ordre, et, par la suite, toute question nécessaire pour disposer de cette étape soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement.

  (1630)  

[Traduction]

    Conformément à l'article 67.1 du Règlement, il y aura maintenant une période de questions de 30 minutes. Comme d'habitude, nous demandons aux députés de limiter leurs interventions à environ une minute, afin de permettre à un maximum de députés de participer au débat. De plus, je rappelle que l'objectif premier d'une période de questions de 30 minutes est de permettre aux députés de l'opposition de poser des questions au gouvernement au sujet de la proposition dont est saisie la Chambre.
    Nous passons à la période de questions. Le leader parlementaire de l'opposition a la parole.
    Monsieur le Président, le gouvernement a eu recours à la clôture et à l'attribution de temps à 65 reprises. Voilà le bilan déplorable du gouvernement. À l'époque où les conservateurs essayaient de remplacer l'ancien gouvernement libéral corrompu, ils disaient qu'ils feraient les choses différemment, qu'ils n'adopteraient pas à toute vapeur de mauvaises mesures législatives à la Chambre et qu'ils prendraient le temps d'étudier les amendements proposés par l'opposition. Nous nous en souvenons tous. C'est ce que les conservateurs disaient à l'époque.

[Français]

    Aujourdhui, quelques années plus tard, le gouvernement a atteint un record déplorable: il a utilisé plus de 65 fois la motion de clôture et d'attribution de temps. D'ailleurs, c'est encore plus déplorable qu'il l'utilise à nouveau pour un projet de loi aussi controversé qui est la source de plusieurs préoccupations pour la population.
    Au lieu de faire preuve d'ouverture à la Chambre, le gouvernement ne veut qu'imposer sa loi, peu importe les conséquences. On constate les conséquences de ces projets de loi controversés. Ceux-ci sont si bâclés que le gouvernement est obligé de présenter d'autres projets de loi pour corriger leurs lacunes. De plus, la Cour suprême rejette systématiquement les projets de loi émanant de ce gouvernement. Elle l'a fait à quatre reprises depuis quelques semaines.
    La question que j'aimerais poser à mon collègue est très simple: pourquoi imposer pour une 65e fois une motion de clôture et d'attribution de temps pour un projet de loi si controversé?
    Monsieur le Président, c'est parce que nous avons une responsabilité envers les Canadiens, celle de faire ce que nous avons promis de faire.
    La mise à jour de ce projet de loi concernant la citoyenneté fait partie de nos intentions depuis des années. Nous l'avons promis lors de la dernière campagne électorale, lors de différents discours du Trône, surtout dans le dernier, et dans nos budgets. Maintenant, c'est le temps de passer à l'action.
    Les Canadiens et les Canadiennes tiennent énormément à leur citoyenneté. Ils comprennent que cela a une valeur énorme et que des lacunes dans la loi actuelle doivent être corrigées.
    La dernière mise à jour de cette loi a eu lieu en 1977 sous le gouvernement libéral du premier ministre Trudeau, et beaucoup de problèmes sont apparus depuis, tels que des problèmes d'abus et de traitement.
    Si nous ne réussissons pas à passer à l'action et à faire de ce projet de loi la loi de ce pays, des dizaines de milliers de résidents permanents qui veulent devenir des citoyens vont en souffrir. L'opposition ne prend pas en compte leurs intérêts.

[Traduction]

    Monsieur le Président, le gouvernement actuel persiste à réclamer le recours à l'attribution de temps. Il s'en sert plus que tout autre gouvernement dans l'histoire du Canada. C'est véritablement de l'abus. C'est bien triste de le constater. Voilà pour cette difficulté.
    Ensuite, nous avons l'opposition officielle, les néo-démocrates, qui ne veulent pas siéger en soirée. Ils ont voté contre la motion prévoyant des heures supplémentaires de prolongation des débats.
    Certains projets de loi, comme celui qui nous est proposé actuellement, nécessitent généralement un débat approfondi, et le gouvernement essaie d'empêcher ce débat en imposant la clôture.
    Ensuite, même s'ils acceptent le projet de loi très simple proposé à la Chambre, les néo-démocrates font pression auprès du gouvernement pour obtenir une attribution de temps.
    Je voudrais poser au leader du gouvernement à la Chambre la question suivante: pourquoi les néo-démocrates et les conservateurs sont-ils incapables de s'asseoir avec les libéraux pour élaborer un calendrier législatif, qui permettrait de débattre suffisamment des importantes mesures législatives que les Canadiens exigent légitimement de voir débattues en deuxième lecture?

  (1635)  

    Monsieur le Président, il y a effectivement une situation abusive et un problème. En vertu de l'actuelle Loi sur la citoyenneté, modifiée pour la dernière fois sous un gouvernement libéral lors de la refonte de 1977, on a ouvert la porte aux nombreuses personnes qui revendiquent la résidence dans ce pays, mais dont la présence physique au Canada n'a jamais été vérifiée. Voilà le genre de situations abusives que les gouvernements libéraux ont laissées derrière eux au fil des décennies, et le gouvernement actuel intervient pour apporter un correctif, car les Canadiens attachent une grande importance à leur citoyenneté. Ils exigent que les règles soient respectées. C'est aussi ce que veulent les néo-Canadiens, ainsi que ceux qui ont obtenu leur citoyenneté par filiation. Aujourd'hui, ceux qui veulent obtenir la citoyenneté, qui font l'effort de lire intégralement le guide « Découvrir le Canada » et d'apprendre nos langues officielles pour atteindre le niveau requis, tiennent à ce que les règles soient respectées. Et c'est l'objectif visé par ce projet de loi.
    Nous y avons déjà consacré 36 heures de débats à la Chambre. Nous allons encore y consacrer plusieurs heures ce soir, grâce à la volonté du gouvernement de mettre l'épaule à la roue et de travailler dans l'intérêt des Canadiens. Tous les aspects du projet de loi ont ainsi été examinés. Il a fait l'objet d'une étude préalable en comité. Nous progressons, et nous allons continuer à progresser ce soir.
    Mes concitoyens sont estomaqués, monsieur le Président. Ils sont en colère. J'ignore pourquoi le gouvernement n'achète pas du ruban adhésif en vrac pour museler tous les députés à la Chambre. Il est absurde qu'on soit en train de débattre d'une question aussi fondamentale que la définition de la citoyenneté et sa signification dans un pays démocratique moderne. C'est incroyable.
    Mon collègue libéral devrait vérifier les faits. C'est très clair depuis le début. Nous avons affirmé que nous étions entièrement disposés à travailler. Les libéraux, eux, s'acoquinent avec le gouvernement pour nous empêcher de présenter des motions. C'est ça, la démocratie? C'est incroyable.
    Ma question est la suivante. Mon collègue, dont je ne remets pas en question les intentions et pour qui j'ai beaucoup de respect, est-il vraiment incapable de comprendre qu'une question aussi fondamentale que la citoyenneté, qui intéresse tant les Canadiens ici et à l'étranger, devrait être débattue en bonne et due forme en cette auguste enceinte?
    Monsieur le Président, nous sommes tout à fait d'accord. Elle peut et devrait être débattue en bonne et due forme. On en débat depuis déjà une dizaine d'heures. On en débattra encore pendant des heures ce soir. Elle sera étudiée de près au comité.
    Il demeure cependant qu'il faut adopter ces mesures de toute urgence; nous les avons annoncées il y a des années dans les discours du Trône et les budgets, et les Canadiens nous ont confié le mandat clair de les adopter et de les mettre en oeuvre, car de ce côté-ci de la Chambre, les députés ministériels savent parfaitement quelles sont les attentes des Canadiens.
    L'année dernière, nous avons reçu un nombre record de demandes de citoyenneté: plus de 330 000 résidents permanents ont fait une demande de citoyenneté. Cette année, nous avons octroyé la citoyenneté à un nombre record de nouveaux Canadiens: 75 000 dans les trois premiers mois. Nous allons poursuivre sur notre lancée.
    Cela dit, nous ne pouvons répondre aux attentes des Canadiens et ne pouvons réduire les délais de traitement en l'absence des mesures prévues dans le projet de loi. Il faut les mettre en oeuvre de toute urgence. Voilà pourquoi il va falloir tôt ou tard mettre un terme à ce débat approfondi qui dure déjà depuis 36 heures et qui continuera encore ce soir.

  (1640)  

    Monsieur le Président, l'exposé historique sur la clôture renfermé dans l'ouvrage Marleau-Montpetit révèle que la règle de clôture a fait l'objet de discussions et d'examens approfondis à maintes occasions. En décembre 1957, le nouveau gouvernement Diefenbaker a fait inscrire un avis de motion au Feuilleton pour abolir la règle de clôture, mais la motion n'a jamais été débattue. En juillet 1960, le gouvernement a envisagé de confier l'examen de la procédure de clôture à un comité. Par la suite, dans les années 1970, les libéraux se sont demandé s'il serait bon d'abolir la règle de clôture, mais eux non plus n'ont pas présenté de rapport sur cette question. Bref, aucune mesure n'a été prise pour supprimer cette très mauvaise mesure qui n'avait été utilisée que très rarement durant un demi-siècle. Les gouvernements étaient réticents à appliquer cette règle, qui n'a été adoptée qu'en 1913.
    Ma question au ministre est simple. Croit-il vraiment qu'il faut mettre fin au débat en recourant à la clôture, ou pense-t-il comme les conservateurs et les libéraux du passé qu'il y aurait au moins lieu d'envisager d'abolir le recours à la clôture dans les débats?
    Monsieur le Président, je veux corriger les propos du député. Il ne s'agit pas d'une motion de clôture, mais plutôt d'une motion d'attribution de temps. Nous discutons d'une mesure qui a fait l'objet d'un long débat. Certains aspects ont été débattus sous d'autres formes telles que des projets de loi d'initiative parlementaire ou des propositions de modification de la Loi sur la citoyenneté.
    Les Canadiens sont au courant de ces aspects, mais qu'est-ce que le projet de loi permettrait d'accomplir? Premièrement, il soulignerait et renforcerait la valeur de la citoyenneté canadienne, que tous les Canadiens jugent extrêmement importante. Il accélérerait le traitement des demandes. Si le projet de loi est adopté rapidement, des dizaines de milliers de personnes qui attendent que leur demande de citoyenneté soit traitée en bénéficieront. Le projet de loi va aussi honorer ceux qui ont servi le Canada et il va mieux définir les cas où la citoyenneté peut être révoquée par suite d'actes de déloyauté choquants. Ces dispositions jouissent toutes d'un appui considérable au pays. Elles sont très nécessaires, elles ont fait l'objet d'un long débat ici et nous voulons les mettre en place en adoptant le projet de loi.
    Monsieur le Président, ce projet de loi a été discuté au comité et à la Chambre. C'est une mesure législative très importante pour la citoyenneté. J'aimerais que le ministre nous dise ce qu'il entend de la part des Canadiens au sujet de ce projet de loi.
    Monsieur le Président, nous entendons la voix des Canadiens de tous les milieux, de toutes les régions du pays, qui nous disent toute l'importance qu'ils accordent à leur citoyenneté et à quel point ils veulent qu'elle soit protégée, que sa valeur soit renforcée et son intégrité assurée — l'intégrité du processus qui amène des gens dans notre pays tout d'abord à titre d'immigrants, deuxièmement comme résidents permanents, et qui leur permet ensuite de devenir citoyens, ce qu'ils font en nombre sans précédent ces jours-ci.
    Voilà ce que ce projet de loi accomplirait. Il nous aiderait à prévenir la fraude qui, malheureusement, est assez répandue dans le système depuis des décennies, à cause de la négligence des libéraux. Je n'ai pas entendu un seul discours du NPD, qui est l'opposition officielle au Parlement, dans lequel on mentionnait que des abus ont eu lieu. Beaucoup des discours du NPD semblent être des copies conformes. Aucun intervenant néo-démocrate n'a reconnu le fait qu'il y a eu des abus, que des gens ont frauduleusement prétendu être résidents pour tenter d'acquérir la citoyenneté de notre pays. Les néo-démocrates se plaignent du manque de débat, mais ils refusent de voir et de décrire la réalité.
    Ce projet de loi s'impose d'urgence et les Canadiens veulent qu'il soit adopté parce qu'il établirait la citoyenneté sur des bases plus solides que jamais et qu'il reflète la valeur que les Canadiens attachent à l'une de leurs possessions les plus chères.

  (1645)  

[Français]

    Monsieur le Président, j'aimerais poser une question simple au ministre. Je suis sûre qu'il sait qu'il s'est trompé en disant qu'on avait débattu pendant 36 heures de ce projet de loi, parce que j'aimerais lui rappeler qu'on avait débattu du projet de loi C-24 pendant seulement quelques heures avec cinq députés: un libéral, un néo-démocrate et trois conservateurs, si je ne me trompe pas. Si je fais une erreur, il pourra me corriger.
     Il y avait donc cinq députés sur 308, ce qui veut dire que seulement 2 % des députés de la Chambre ont pu s'exprimer sur ce projet de loi. Cela veut dire que 2 % de la population canadienne a pu s'exprimer sur un projet de loi d'une importance capitale sur les fondements de base de la citoyenneté canadienne.
    Alors, j'aimerais poser une simple question au ministre: pour lui, quel pourcentage de la population canadienne doit pouvoir s'exprimer pour qu'un débat soit démocratique?
    Monsieur le Président, tous les Canadiens et Canadiennes ont le droit de s'exprimer dans ce débat. Ils ont été nombreux à le faire. Ils nous ont envoyé des lettres et des courriels pour nous faire part de leur point de vue sur ce projet de loi.
     La grande majorité d'entre eux sont en faveur des mesures contenues dans ce projet de loi. Nous sommes à l'écoute du NPD et des libéraux. S'ils ont un point de vue nouveau sur ce projet de loi, nous sommes intéressés à l'entendre. Toutefois, on a l'habitude d'entendre les mêmes choses, des accusations non fondées et un refus de reconnaître les abus qu'il y a eu. Si le NPD et les libéraux ont quelque chose de nouveau à rajouter à ce débat, c'est le temps de le faire ce soir, car il y aura encore des heures de débat.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je joins ma voix à celle de mes collègues pour déplorer vivement le fait que le gouvernement conservateur a recours à l'attribution de temps et limite le débat pour la 65e fois à la Chambre des communes. Cela témoigne d'un profond mépris à l'égard du débat démocratique et de la raison même de notre présence ici, qui est de faire connaître le point de vue de nos électeurs, d'étudier soigneusement les questions dont la Chambre est saisie avant de voter sur des mesures législatives et, nous l'espérons, de convaincre, dans le cadre d'un débat démocratique, nos opposants du bien fondé des points de vue exprimés de manière à obtenir un résultat qui soit dans l'intérêt de tous les Canadiens.
    Je veux profiter de ma question pour faire connaître le point de vue de certains spécialistes de ma circonscription, Parkdale—High Park. Il s'agit des représentants de l'Inter-Clinic Immigration Working Group et de l'organisme Parkdale Community Legal Services, qui offrent à la population des services en matière d'immigration. Dans le mémoire qu'ils ont soumis au Comité de l'immigration, ces spécialistes affirment ceci:
    Au final, plus on étire le critère [de résidence], plus on augmente le nombre de personnes qui résident, travaillent et paient des impôts ici sans profiter des pleins avantages de la participation civile.
     Ils s'inquiètent particulièrement pour les travailleurs étrangers temporaires. Ils estiment que le fait d'étirer le critère de résidence avant l'octroi de la citoyenneté affaiblirait le Canada comme nation. Cela ne contribuerait pas à le renforcer.
    Si le ministre est tellement convaincu que le gouvernement a raison, qu'il y a de graves abus et que la mesure qu'il propose permettrait de renforcer le Canada en tant que nation, pourquoi s'opposerait-il à la tenue d'un débat approfondi et démocratique sur la question? Il faut donner des exemples. Il faut présenter des cas vécus. Nous allons présenter nos histoires. Il faut tout mettre sur la table au nom des Canadiens.
    Monsieur le Président, nous reconnaissons l'urgence de ce projet de loi, qui doit aller de l'avant. Nous reconnaissons qu'il faut en débattre. Ce soir, nous invitons l'opposition à nous faire part de certaines perspectives qui ne nous ont pas encore été mentionnées. Je ne sais pas exactement si la députée d'en face reconnaît que ce programme a donné lieu à des situations abusives. Je ne sais pas exactement si elle reconnaît que le projet de loi comporte des mesures susceptibles d'y remédier et de prévenir la fraude à la résidence à l'avenir.
    Ce qui est certain, c'est que nous pouvons et voulons agir dans l'intérêt des Canadiens à partir du mandat qui nous a été confié, afin que la citoyenneté soit au service d'un programme d'immigration solide et d'une économie canadienne forte. Nous devons agir ainsi, car c'est dès maintenant, et non pas à la fin de l'année ou l'année prochaine, qu'il faut être plus efficace, en accordant la citoyenneté à des centaines de milliers de Canadiens qui l'ont gagnée, qui la méritent, qui en ont fait la demande et qui ont qualité pour l'obtenir.

  (1650)  

    Monsieur le Président, j'aimerais que nous puissions tenir une conversation qui rende honnêtement compte de ce qui se passe en cette Chambre, à savoir que je ne vais pas adresser ma question par l'intermédiaire de la présidence au ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, mais je l'adresse aux marionnettistes des bureaux des différents chefs de parti, qui ont décidé que la Chambre allait se livrer à la mascarade des séances prolongées jusqu'à minuit, en l'absence de la confiance et du consensus politique qui devraient prévaloir en cette Chambre, et qui nous éviteraient les débats interminables concernant des projets de loi sur lesquels tout le monde est d'accord, comme le projet de loi C-17, pour que nous puissions l'envoyer en comité sans perdre notre temps en longs discours, et pour qu'on puisse consacrer à ce projet de loi les délibérations qu'il nécessite.
    Si la Chambre bénéficiait du respect auquel tous les parlementaires devraient s'astreindre, nous n'aurions pas à siéger jusqu'à minuit pour nous livrer à cet exercice grotesque, pour prouver que nous travaillons fort, parce que, en définitive, nous n'allons pas travailler intelligemment. Je sais ce qui s'est passé en juin dernier, lorsque nous avons travaillé tous les soirs jusqu'à minuit. Les séances de fin de soirée ne donnent pas les résultats parlementaires que méritent nos électeurs.
    Je ne sais pas si mon collègue est d'accord avec moi, mais ne serait-il pas préférable que les leaders à la Chambre collaborent entre eux, afin que nous puissions consacrer notre temps à ce projet de loi, et que nous accélérions l'adoption de ceux sur lesquels nous sommes tous d'accord?
    Monsieur le Président, c'est en soirée, lorsqu'il fallait tenir des débats importants au nom des Canadiens, que la Chambre a accompli certaines des ses plus grandes réalisations au fil des décennies et des siècles.
    Voilà pourquoi nous sommes ici: c'est notre mandat. Voilà pourquoi nous sommes prêts à travailler toute la nuit sans nous plaindre et avec enthousiasme.
    Si nous nous reportons 100 ans en arrière, en 1914, lorsque la Chambre a débattu pour la première fois de la notion de citoyenneté alors que les conservateurs étaient au pouvoir, nous constatons que bien avant la Loi sur la citoyenneté, il y avait la Loi de naturalisation, et que c'est dans cette loi qu'il a été question de citoyenneté pour la première fois.
    L'honorable R.B. Bennett et le premier ministre Borden ont débattu de la question, et l'étape de la deuxième lecture a été franchie en une seule journée. Il est certain qu'ils ont débattu de cette mesure pendant bien moins longtemps que nous le ferons aujourd'hui.
    Monsieur le Président, bon nombre d'entre nous sommes arrivés ici en 2011, et nous avons vu, dans le cadre d'un débat sur une motion d'attribution de temps, des ministériels affirmer qu'il ne servait à rien de débattre de la mesure législative dont nous étions alors saisis, puisque le projet de loi avait déjà fait l'objet d'un débat lors de la législature précédente.
    Je ne sais pas d'où le ministre tient ses chiffres; selon lui, nous avons débattu de cette mesure pendant quelque 30 heures, alors que nous n'avons pu en débattre que pendant 2 heures. Quoi qu'il en soit, voici d'autres chiffres dont le ministre ne parle pas. Il affirme que nous ne tenons pas compte des fraudes qui sont commises. C'est faux: nous avons reconnu qu'il y avait eu des cas de fraudes. Le ministre, lui, n'a pas précisé dans quelle mesure son ministère se penche sur ces cas de fraude.
    Au total, 325 000 demandeurs sont en attente. La GRC enquête actuellement sur 5 000 d'entre eux qui auraient, peut-être, commis une fraude. Sortons nos calculettes: cela équivaut à environ 1,5 % des demandeurs.
    Du nombre, certains ont peut-être commis une fraude, c'est vrai, mais le ministre peut-il nous combien d'entre eux en ont vraiment commis une? Est-ce vraiment ce sur quoi porte ce projet de loi, qui est aussi important que problématique?
    Monsieur le Président, heureusement, nous avons déjà la capacité de faire enquête sur les affaires de fraude et nous révoquons la citoyenneté quand la fraude est avérée. Cela a été fait dans des dizaines de cas depuis 2011.
    Comme le député le dit, 3 000 enquêtes de la GRC — non pas 5 000, mais bien 3 000 — sont en cours. Je ne ferai pas de conjecture sur le nombre d'entre elles qui conclueront que de la fraude a déjà eu lieu. C'est le travail de la GRC. Cependant, ce projet de loi renferme des mesures très importantes pour prévenir la fraude à l'avenir, des mesures qui rendraient impossible pour les demandeurs de tromper les autorités responsables de la citoyenneté de mon ministère quant à la période pendant laquelle ils ont été physiquement présents au Canada.
    Cette mesure serait extrêmement utile pour ce programme et pour la valeur de la citoyenneté. Elle sera bien accueillie par tous ceux qui connaissent ce programme et qui veulent en bénéficier d'un bout à l'autre du pays. Et surtout, elle permettra d'améliorer le traitement des demandes.
    Pour les Canadiens, pour ceux qui ont demandé la citoyenneté, et pour ceux qui sont ici à titre de résidents permanents et qui en feront bientôt la demande, le principal avantage est que le traitement sera plus rapide en vertu de cette loi. Quiconque retarde l'adoption de ce projet de loi se trouve en fait à priver de leur citoyenneté des dizaines de milliers de gens qui veulent l'obtenir de toute urgence.

  (1655)  

    Monsieur le Président, c'est très pénible d'entendre à répétition des discours comme ceux que j'ai entendus aujourd'hui.
    Nous avons un ministre qui dit que nous avons consacré plus de 30 heures à discuter d'un projet de loi que la Chambre a seulement examiné pendant deux heures et, même si ce projet de loi reprend certains éléments d'un précédent projet de loi qui avait fait l'objet d'un débat, celui-ci comporte de nombreux autres éléments.
    Nous avons un ministre qui, au lieu de tenir un débat détaillé et approfondi sur une mesure aussi importante que le fait de retirer à quelqu'un sa citoyenneté, confère de plus en plus de pouvoir aux ministres, leur permettant de devenir despotiques et de nous détourner de la démocratie parlementaire.
    Nous avons actuellement devant nous un gouvernement qui a recours à la clôture ou à l'attribution de temps pour la 65e fois. Après seulement deux heures de discussion sur une mesure qui va changer fondamentalement ce que cela veut dire que d'être un citoyen de notre pays, le gouvernement a l'audace de dire qu'il propose maintenant l'attribution de temps sur cette question.
    Voici la question que je pose au ministre: où diable est-il allé chercher que nous avons consacré plus de 30 heures de débat à ce projet de loi?
    Monsieur le Président, la députée d'en face emploie un vocabulaire très alarmiste en parlant de despotisme. Je vais dire à la Chambre ce qu'est le despotisme. C'est un gouvernement ou un parlement qui refuse d'agir lorsque les lois et les règles ne sont pas respectées.
    C'est ce qui mène à l'anarchie, à de piètres services, et à l'effritement de la primauté du droit. Ce projet de loi montre notre détermination à contrer ces tendances.
    Il est sidérant que des porte-parole, des députés chevronnés de l'autre côté de la Chambre, refusent de reconnaître les bienfaits fondamentaux que procurerait le projet de loi en nous permettant de lutter contre l'utilisation frauduleuse du système et de traiter les demandes plus rapidement.
    Depuis mon arrivée à la Chambre, je n'ai jamais entendu la députée reconnaître une seule fois qu'il y avait des abus dans le système, et que des gens avaient obtenu leur résidence de façon frauduleuse. Si elle tient à maintenir sa crédibilité, elle devrait...
    Questions. Le député de Vancouver Kingsway a la parole.
    Monsieur le Président, les décisions doivent se fonder sur des données probantes. Le projet de loi est un parfait exemple de solution en quête d'un problème.
    Chacun sait que, dans tout système, il y a un certain degré de manipulation, voire de fraude, mais le projet de loi va beaucoup plus loin. Il rend la citoyenneté moins accessible. Il fait passer l'exigence en matière de résidence de trois à quatre ans, et ne tient pas compte de la période passée comme résident permanent. Il resserre les exigences linguistiques. Il force maintenant les gens âgés de 15 ans ou de 64 ans à démontrer leurs compétences en anglais, alors que ce n'était pas le cas auparavant. De plus, il fait tripler les frais de traitement des demandes. Voilà les mesures prises par le gouvernement. Elles n'ont rien à voir avec la lutte contre la fraude.
    Le ministre a parlé de fraude. J'aimerais savoir quelles sont exactement les données sur lesquelles le gouvernement se fonde pour resserrer les exigences en matière de résidence. Selon le ministre, combien de Canadiens ont obtenu leur citoyenneté en présentant une demande de résidence frauduleuse? Qu'il nous donne une idée de l'ampleur du problème pour que nous puissions déterminer si on essaie vraiment de tuer une mouche avec un canon.
    Monsieur le Président, les propos du député prouvent sa mauvaise compréhension du projet de loi. Il dit qu'en vertu du projet de loi, le délai d'obtention de la citoyenneté ne tiendrait pas compte de la période de résidence permanente, alors que c'est tout le contraire.
    Le projet de loi prévoit que les périodes où une personne n'est pas résidente permanente ne compteront plus. Il est beaucoup plus clair de n'avoir qu'une seule règle pour toutes les catégories de résidents permanents et de rendre on ne peut plus claires les attentes du Canada, des Canadiens, et des néo-Canadiens devenus citoyens, à l'endroit de ceux qui aspirent à la citoyenneté canadienne, c'est-à-dire qu'ils résident au Canada pour l'équivalent de quatre ans sur une période de six ans.
    Combien de cas de fraude y a-t-il? Nous l'ignorons. La GRC fait enquête sur 3 000 cas. Au cours des trois dernières années, nous avons révoqué la citoyenneté de dizaines de personnes l'ayant acquise frauduleusement. Nous espérons faire la lumière sur des centaines d'autres cas dans les mois et les années qui viennent.
    Une chose est sûre: grâce au projet de loi, nous pourrons désormais vérifier les entrées et sorties des personnes qui demandent la citoyenneté et la fraude entourant la résidence sera de l'histoire ancienne. Tous les députés devraient accueillir ces mesures favorablement.

  (1700)  

[Français]

    Monsieur le Président, je voudrais rappeler à M. le ministre que le projet de loi C-24 ne repose pas sur des assises solides sur le plan constitutionnel. Il pourrait être contesté par rapport à l'article 15, en particulier, et à l'article 11 de la Charte canadienne des droits et libertés. Est-il au courant de cet état de fait?
    Monsieur le Président, je suis au courant des conseils et du bilan juridique qui a été fait par le gouvernement en ce qui concerne ce projet de loi. Le risque juridique lié à la constitutionnalité de ce projet de loi est faible. En fait, il est évalué comme étant léger.
    Nous sommes persuadés qu'il est légitime d'exiger de ceux et de celles qui veulent devenir des citoyens canadiens et des citoyennes canadiennes une déclaration de leur intention de devenir des citoyens canadiens. Cela ne va jamais miner leurs droits à la mobilité ou leurs droits en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés. Il est absolument cohérent, lorsqu'on exige un certain nombre d'années de résidence permanente, de demander à la personne si elle a l'intention d'habiter au Canada.

[Traduction]

    Je dois interrompre les délibérations et mettre aux voix sur-le-champ la motion dont la Chambre est saisie.

[Français]

    Le vote porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le président suppléant (M. Bruce Stanton): Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le président suppléant (M. Bruce Stanton): Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
     Le président suppléant (M. Bruce Stanton): À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:

  (1740)  

[Traduction]

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 154)

POUR

Députés

Ablonczy
Adams
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Anders
Anderson
Armstrong
Ashfield
Aspin
Baird
Benoit
Bergen
Bezan
Blaney
Block
Boughen
Braid
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Barrie)
Bruinooge
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Carrie
Chisu
Chong
Clarke
Crockatt
Daniel
Davidson
Dechert
Devolin
Dreeshen
Duncan (Vancouver Island North)
Dykstra
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Galipeau
Gill
Glover
Goguen
Goodyear
Gosal
Gourde
Grewal
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hiebert
Hillyer
Hoback
Holder
James
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lauzon
Lebel
Leef
Leitch
Lemieux
Leung
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mayes
McLeod
Menegakis
Merrifield
Miller
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
Norlock
Obhrai
O'Connor
Oliver
O'Neill Gordon
O'Toole
Payne
Poilievre
Preston
Raitt
Rajotte
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Saxton
Schellenberger
Seeback
Shea
Shipley
Shory
Smith
Sopuck
Sorenson
Stanton
Storseth
Strahl
Sweet
Tilson
Toet
Trost
Trottier
Truppe
Uppal
Valcourt
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Zimmer

Total: -- 143

CONTRE

Députés

Allen (Welland)
Andrews
Angus
Aubin
Bélanger
Bennett
Benskin
Bevington
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Boivin
Boutin-Sweet
Brahmi
Brison
Brosseau
Caron
Casey
Cash
Chisholm
Choquette
Christopherson
Cleary
Comartin
Côté
Crowder
Cullen
Cuzner
Davies (Vancouver Kingsway)
Davies (Vancouver East)
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Dubé
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Easter
Eyking
Fortin
Freeland
Freeman
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Godin
Goodale
Gravelle
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Hsu
Hughes
Hyer
Jacob
Jones
Julian
Kellway
Lamoureux
Lapointe
Latendresse
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Leslie
Liu
MacAulay
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
May
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mulcair
Nantel
Nash
Nicholls
Nunez-Melo
Pacetti
Péclet
Pilon
Quach
Rafferty
Rankin
Rathgeber
Ravignat
Raynault
Regan
Rousseau
Saganash
Sandhu
Scarpaleggia
Scott
Sellah
Sgro
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
St-Denis
Stewart
Stoffer
Sullivan
Thibeault
Toone
Tremblay
Turmel
Valeriote

Total: -- 113

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.
    J'avise la Chambre que, en raison des délibérations sur la motion d'attribution de temps, l'étude des initiatives ministérielles sera prolongée de 30 minutes.
    Comme il est 17 h 44, la Chambre passe maintenant à l'étude des initiatives parlementaires inscrites au Feuilleton d'aujourd'hui.

Initiatives parlementaires

[Initiatives parlementaires]

  (1745)  

[Français]

Les producteurs laitiers

    Que de l’avis de la Chambre, le gouvernement devrait respecter sa promesse faite aux producteurs laitiers et à l’industrie fromagère du Québec et du Canada qui seront affectés par l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne en: a) révélant sans délai les détails liés aux compensations financières qui seront versées; b) prévoyant une période d’implantation de l’Accord la plus longue possible; c) mettant fin au contournement des contingents tarifaires et aux mauvais classements des produits à la frontière; d) imposant les mêmes exigences de production et de transformation pour les produits qui seront importés; e) s’engageant à fournir un soutien à la commercialisation.
    — Monsieur le Président, d'abord, je veux remercier le député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, qui a appuyé ma motion.
    C'est avec fierté que je me lève à la Chambre aujourd'hui pour présenter ma motion, la motion M-496, en appui aux producteurs laitiers et fromagers.
    Ma motion a déjà reçu l'appui de la Fédération de la relève agricole du Québec, des Producteurs laitiers du Canada, des Producteurs de lait du Québec, de l'Association des artisans fromagers, de l'UPA, de la Solidarité rurale et de l'Association des transporteurs de lait du Québec.
    Ma motion demande au gouvernement de tenir sa promesse faite aux producteurs à la suite des résultats des négociations de l'accord économique et commercial global avec l'Europe.
    Au cours des derniers mois, j'ai rencontré plusieurs intervenants en milieu agricole, et surtout, ceux du secteur laitier et fromager. Après la signature de l'entente de principe, ils n'arrivaient pas à croire ce qui venait de se passer. Ayant moi-même suivi les négociations dans les médias, je n'aurais pas imaginé un tel résultat.
    Les conservateurs ont négocié cet accord commercial en secret, en privilégiant certains secteurs sur le dos des producteurs laitiers et fromagers. Le NPD est ouvert aux accords commerciaux, mais ne laissera jamais tomber l'industrie laitière et fromagère.
    L'Union des producteurs agricoles a donné son appui à ma motion, et comme moi, a été très surprise par l'entente de principes négociée. Le premier vice-président de l'UPA, Pierre Lemieux, m'a dit ce qui suit:
    Les gens sont gardés dans l'ignorance. On ne sait pas quelle aide on va obtenir. On nous garde dans l'ignorance.
    Or c'est vrai. Les producteurs ne savaient pas que leur secteur allait être sacrifié en octobre, et aujourd'hui, ils ne savent toujours pas à quoi s'attendre pour ce qui est des compensations.
    Cette année, c'est l'Année internationale de l'agriculture familiale. Le temps est venu non seulement de faire avancer les choses et de susciter un dialogue sur l'avenir de nos fermes, mais aussi de reconnaître le travail acharné de nos producteurs et agriculteurs.
    En appuyant ma motion, le gouvernement fera un pas dans la bonne direction. Ma motion fait suite aux demandes des producteurs laitiers et fromagers de partout au pays. Leurs demandes sont très raisonnables et justifiées. Le gouvernement a promis des compensations. Il ne reste donc qu'à dévoiler les détails de cette promesse.
    Les producteurs de lait ont confiance en leur système de gestion de l'offre. Ce système ne coûte rien, absolument rien, au gouvernement, et les producteurs ne reçoivent aucune subvention. Les producteurs aimeraient avoir une structure de compensation qui protégerait le système de gestion de l'offre.
    Nous avons, au Canada, une industrie laitière et fromagère florissante, et nous avons raison d'être très fiers de l'essor qu'elle a pris ces dernières années ainsi que de la grande qualité et de la diversité de ses produits.
    Qui ici, dans cette salle, n'aime pas déguster nos fromages d'ici? Le Canada produit plus de 1 050 différentes variétés de fromages, listés dans le répertoire des fromages canadiens. Nous produisons 133 200 tonnes de fromages de spécialité.
    Le Québec a toujours été un précurseur en matière de production de fromage en Amérique du Nord. Dès la fin du XIXe siècle, on trouva, à Saint-Denis-de-Kamouraska, la première fromagerie-école en Amérique du Nord. Depuis 1893, l'École de laiterie de Saint-Hyacinthe, aujourd'hui connue sous le nom de l'Institut de technologie agroalimentaire, oeuvre à l'amélioration des technologies et de fabrication de fromages et à la recherche en chimie, en bactériologie et en nutrition.
    Le mouvement de retour à la terre et aux valeurs traditionnelles des années 1980 a donné une nouvelle vie à la production de fromages fins. L'arrivée d'une fromagerie artisanale suisse, Fritz Kaiser, attise l'engouement des producteurs québécois pour les fromages traditionnels européens. Plusieurs s'intéressent donc à la production de fromages dits de spécialité et leurs produits commencent à remporter des prix dans les concours internationaux.
    Dans les années 1990, des micro-fromageries voient le jour dans différentes régions du Québec pour nous offrir une panoplie de fromages artisanaux, dont plusieurs fabriquent des fromages crus.
     Aujourd'hui, les producteurs récoltent les fruits de tous leurs efforts, puisque les fromages fins offerts aux consommateurs ont une qualité reconnue et une diversité remarquable.

  (1750)  

     Plus d'un fromage canadien a obtenu des prix dans des concours internationaux, dont le World Championship Cheese Contest, organisé au Wisconsin. Le Grand Prix des fromages canadiens, une compétition bisannuelle organisée par les producteurs laitiers du Canada, permet d'ailleurs de souligner la richesse et la qualité de ces fromages de chez nous.
    La Fromagerie Domaine féodal, à Berthierville, dans ma circonscription, a obtenu la médaille de bronze au concours de l'American Cheese Society en 2011, et la médaille d'or au British Empire Cheese Show. Guy Dessureault et Lise Mercier, du Domaine féodal, font des produits absolument exceptionnels. J'étais à leur fromagerie la semaine dernière pour présenter ma motion pendant une conférence de presse. J'ai pu visiter leurs installations et goûter à leurs délicieux fromages. Je veux les remercier sincèrement de leur accueil chaleureux et de leur appui.
    Un de leurs fromages les plus connus est le Guillaume Tell, un fromage à pâte molle, imbibé de cidre de glace. Ils m'ont confié avoir investi plus de 179 000 $ pour le créer. Cela n'inclut pas le temps de Lise et Guy.
    Il est important de reconnaître que les fromagers investissent beaucoup de temps et d'argent dans leur entreprise. Ils ont travaillé très fort pour élaborer et faire connaître leurs produits, ainsi que pour développer le marché des fromages fins. Ils sont tellement déçus de voir venir le jour où les fromages européens pourront envahir leur marché. Pour chaque fromage européen qui arrive en supermarché, c'est un fromage de chez nous qui perdra sa place sur les tablettes.
    Ma motion fait en sorte que nos producteurs de fromage auront le soutien nécessaire pour faire concurrence aux fromages européens. En fait, Guy résume très bien les demandes de ce secteur: « Je veux qu'on nous laisse gagner notre vie de façon intelligente ». C'est aussi simple que cela.
    Il faut comprendre que dans le cadre de l'entente de principe, l'Union européenne aura un plus grand accès au marché canadien du fromage, soumis à la gestion de l'offre. Cela vient directement ébranler un des piliers de la gestion de l'offre, soit le contrôle des importations, et met l'efficacité du système en péril. Cet accord possible représente une perte pour les producteurs de l'industrie laitière du Canada. En effet, il priverait les producteurs laitiers canadiens et leurs collectivités d'une partie de leurs revenus, au profit de l'industrie européenne. Le développement économique des collectivités et les emplois qui y sont liés seront affectés.
    Marcel Groleau, président de l'UPA, souligne que « les fromageries qui planifiaient des investissements vont les reconsidérer. Elles vont être prudentes pour voir les répercussions de l'accord. »
    Ce n'est qu'une des conséquences de cet accord, et il ne faut pas la minimiser. Il est essentiel de continuer à soutenir cette industrie qui favorise en même temps la survie de nos fermes et la main-d'oeuvre agricole. Les producteurs réinvestissent dans leurs fermes et appuient les fournisseurs et les entreprises locales, ce qui contribue à l'économie de tout le pays.
    Claire Bolduc, de Solidarité rurale du Québec, a appuyé ma motion. Elle a soulevé deux points importants: cet accord est une brèche dans le système de gestion de l'offre et il crée un précédent dangereux pour les prochaines négociations de libre-échange. Le gouvernement tient un double discours en disant qu'il protège la gestion de l'offre, tout en affaiblissant un de ses piliers.
    Elle m'a aussi parlé des effets que l'arrivée des fromages européens pourrait avoir sur nos collectivités. Nos milliers de fromageries, partout au pays, sont des créatrices d'emplois, de richesses et de diversité dans nos communautés. Elle rappelle que si on ne bouge pas, c'est tout un pan, tout un fleuron de l'économie rurale qu'on met en danger. Elle a raison. Ce sont nos familles, nos collectivités, l'occupation du territoire, nos services et notre identité qui sont à risque. Donnons aux producteurs laitiers et fromagers les outils nécessaires pour affronter la concurrence et réduire les effets néfastes de l'accord.
    Les conservateurs avaient promis de respecter la gestion de l'offre, mais la conclusion de la négociation avec l'Europe vient l'ébranler. Ils ont ensuite voulu calmer le jeu en promettant des compensations aux producteurs. Il est maintenant temps d'en dévoiler les détails. C'est ce que je leur demande aujourd'hui avec ma motion.
    Le marché laitier est un des marchés les plus instables au monde. Le Canada a la chance d'avoir un secteur laitier stable et fiable grâce au système dynamique de la gestion de l'offre, un système qui a fait ses preuves. Cette stabilité permet aux producteurs de réinvestir dans leurs fermes, mais aussi de tirer des revenus du marché, sans compter sur l'aide du gouvernement.

  (1755)  

    La gestion de l'offre n'est pas une subvention. Les producteurs laitiers du Canada ne reçoivent aucune aide du gouvernement. Cependant, en Europe, les producteurs reçoivent des subventions de l'État pouvant aller jusqu'à 60 %. Nos producteurs laitiers ne sont donc pas sur le même pied d'égalité que les producteurs européens.
    Cet accès accru à 17 700 tonnes de fromages européens sur nos marchés aura de vastes répercussions: la réduction de la production de lait canadien; l'entrée de fromages européens subventionnés qui feront concurrence aux fromages canadiens; l'augmentation de la compétition entre les fromages canadiens et les fromages artisanaux; et la perte d'une partie de la croissance du marché dans lequel les producteurs laitiers ont investi depuis longtemps.
    Pour les producteurs, les collectivités et chaque région du Canada, il n'y a aucun avantage à octroyer un plus grand accès aux fromages de l'Europe, surtout pas lorsque l'Europe possède déjà une forte proportion du marché canadien du fromage.
    Le contingent tarifaire permet déjà l'importation de 20 412 tonnes de fromage en franchise de droits. Les deux tiers du contingent tarifaire sont alloués à l'Union européenne. Les consommateurs n'observeront aucune différence de prix à la suite de cette concession dans l'accord, vu que la vaste majorité des fromages européens entre déjà au Canada en franchise de droits.
    Les néo-démocrates appuieront un accord avec l'Europe qui tient compte des intérêts du Canada, un accord qui nous permettrait d'accroître nos exportations et nos occasions d'affaires sans compromettre la capacité de notre gouvernement à défendre les intérêts des Canadiens et à protéger le public.
     Nous avons toutefois des inquiétudes quant aux effets possibles de l'accord sur l'industrie du lait et l'industrie du fromage au Québec et au Canada. C'est la raison pour laquelle je demande aujourd'hui au gouvernement de respecter la promesse qu'il a faite aux producteurs laitiers et à l'industrie fromagère du Québec et du reste du Canada, qui sera affectée par l'accord économique et commercial.
    Ma motion vise à atténuer les effets de l'accord sur le secteur laitier et fromager et à appuyer le système de gestion de l'offre au Canada. Ce dernier permet d'assurer la stabilité et l'équité des prix.
    Le NPD soutient les producteurs et demande au gouvernement de joindre le geste à la parole et de défendre le Canada et son industrie laitière et fromagère. Il ne doit pas nuire à notre industrie fromagère florissante et ainsi perdre la contribution de cette dernière à l'économie locale.
    Je suis maintenant prête à répondre aux questions de mes collègues.
    J'aimerais qu'elle me parle de sa méthodologie de calcul. Sur quelles bases ma collègue s'appuie-t-elle pour évaluer les pertes des producteurs lorsqu'elle évalue l'ouverture du marché à 500 millions de nouveaux consommateurs européens et l'entrée de 17 700 tonnes au Canada? J'aimerais aussi qu'elle me parle de l'importance de l'échéance qui permettra aux producteurs fromagers et aux transformateurs laitiers de s'adapter à cette nouvelle réalité. Quel nombre d'années permettrait à tout le monde d'avoir un délai juste et équitable?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
    Ma motion n'est pas basée sur rien, elle est basée sur des concertations avec des représentants de l'industrie. Le Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire a également réalisé une étude.
    Les producteurs de lait du Canada évaluent les pertes pour leur industrie à 450 millions de dollars par année. Cela n'est vraiment pas un futur rose pour cette industrie. C'est la raison pour laquelle j'ai aussi inclus dans la motion une période d'implémentation de 10 ans, soit la plus longue possible. Il s'agit d'une demande de l'industrie afin qu'elle puisse s'adapter aux changements. Il est important d'avoir une période d'implémentation plus longue de 10 ans, comme le demande l'industrie.

  (1800)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous sommes conscients de la valeur de la gestion de l'offre et du rôle important qu'elle joue dans certaines industries. Il suffit de constater ses effets positifs dans l'ensemble de l'industrie laitière, comme la qualité des produits et le mode de vie des producteurs. La gestion de l'offre est extrêmement avantageuse pour les Canadiens.
    L'accord commercial avec l'Union européenne soulève plusieurs inquiétudes, notamment sur le plan de la protection de la gestion de l'offre. Au-delà du contenu de sa motion, la députée pourrait-elle nous dire ce qu'elle pense du fait que les gens ne font pas confiance au gouvernement pour protéger la gestion de l'offre, ainsi que des vastes répercussions négatives qui découleraient d'une intervention défavorable de sa part dans ce dossier?
    Monsieur le Président, cet accord de principe établit presque un précédent pour la négociation d'ententes futures avec d'autres pays. L'industrie ne s'attendait pas à être frappée aussi durement. La gestion de l'offre assure un équilibre entre l'offre et la demande. Grâce à cette mesure de contrôle, les producteurs savent qu'ils pourront toucher de bons revenus, ce qui est particulièrement important en ce moment, car il faut assurer la relève agricole. La population canadienne est vieillissante. Les producteurs laitiers brassent de grosses affaires. Ils doivent planifier l'avenir; toutefois, il leur est difficile de le faire en ce moment sans savoir ce que prévoit le programme de dédommagement prévu dans l'entente de principe.
    Voilà le genre de commentaires dont les intervenants me font part lorsque je discute avec eux. Ils sont nerveux. Ils ne font pas tellement confiance au gouvernement. Aujourd'hui, à la période des questions, un des collègues du député a posé une question sur le programme de dédommagement. Il faut rétablir la confiance des Canadiens envers le gouvernement. Il est important d'obtenir de plus amples renseignements afin de pouvoir planifier l'avenir. C'est tout ce dont il s'agit.

[Français]

    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole pour appuyer la motion M-496. Tous les jours, les producteurs laitiers novateurs du Canada apportent des aliments nutritifs et sains à notre table, tout en créant des emplois et en ajoutant de la valeur à notre économie dans les régions rurales et urbaines du Canada.
     L'industrie contribue de manière importante à notre économie avec près de 22 milliards de dollars dans les ventes à la production et à la transformation. Ces gains ont créé des milliers d'emplois pour les Canadiens.
     Ce succès économique est en grande partie attribuable à nos familles agricoles travaillantes et au système de gestion de l'offre du Canada.
    La gestion de l'offre a bien servi les agriculteurs, les transformateurs et les consommateurs canadiens au fil des ans. C'est pourquoi notre gouvernement continue d'appuyer ce système de gestion de l'offre.
    Au même moment, nous poursuivons le programme commercial le plus ambitieux de notre histoire. En effet, les agriculteurs canadiens dépendent des marchés d'exportation pour demeurer concurrentiels et pour stimuler la croissance économique à l'échelle du pays. Notre gouvernement et nos agriculteurs savent que la position commerciale équilibrée du Canada donne de bons résultats.
    Au cours des six dernières années, nous avons conclu des accords de libre-échange avec 10 pays; annoncé une entente de principe sur un accord de libre-échange entre le Canada et les 28 pays de l'Union européenne; et conclu des négociations avec la Corée du Sud, la première présence du Canada en sol asiatique. Nous avons également des accords en cours de négociation avec près de 30 pays.
    Ce travail rapporte des dividendes à notre économie. L'an dernier était la meilleure année d'exportation enregistrée pour l'industrie agricole et alimentaire du Canada, avec des activités commerciales dépassant 50 milliards de dollars pour la première fois dans l'histoire du pays.
     Des produits laitiers à la volaille en passant par le bétail et les oléagineux, notre gouvernement continuera d'appuyer une industrie agricole solide au Canada, parce que notre économie et notre bien-être en dépendent.
    Comme on le sait, notre gouvernement a récemment conclu une entente de principe avec l'Union européenne sur un nouvel accord de libre-échange. Il s'agit de l'accord commercial le plus complet et le plus ambitieux depuis l'Accord de libre-échange nord-américain.
    Avec l'accord commercial Canada-UE et l'ALENA, le Canada sera l'un de quelques pays dans le monde qui bénéficie d'un accès préférentiel aux deux plus importantes économies mondiales représentant près de 800 millions de consommateurs les mieux nantis du monde.
    Au total, l'accord commercial Canada-UE devrait générer des gains de 1,5 milliard de dollars par année pour le secteur canadien de l'agriculture. Les producteurs canadiens bénéficieront d'un accès préférentiel au marché le plus grand et le plus lucratif au monde.
    Je me permets de réitérer mes propos. Dans le cadre de l'accord commercial Canada-UE, les trois principaux piliers de la gestion de l'offre, soit la production, le contrôle à la frontière et l'établissement des prix, demeureront en place.
    En fait, dans chaque accord commercial qu'il a conclu, notre gouvernement a indiqué très clairement à ses partenaires commerciaux qu'il appuie et protège son système de gestion de l'offre, et il continuera de le faire.
    Nous travaillons dans l'intérêt des Canadiens et des agriculteurs. Le gouvernement défendra vivement les intérêts de ses secteurs soumis à la gestion de l'offre dans toutes ses négociations commerciales internationales.
    C'est pourquoi nous sommes heureux d'appuyer cette motion. Nous avons d'ailleurs pris des mesures à l'égard de certains éléments clés de la motion.

  (1805)  

[Traduction]

    La première partie de la motion porte sur les compensations financières qui pourraient être versées à l'industrie pour les pertes qu'elle pourrait subir parce que l'accord de libre-échange avec l'Union européenne va se traduire par une présence accrue des fromages européens sur notre territoire. Comme l'a dit publiquement le premier ministre, le gouvernement s'est engagé à évaluer les effets de l'accord et à verser des compensations financières s'il s'avérait que ces effets étaient néfastes.
    Depuis cinq mois, nous avons consulté — et nous continuons de consulter — les membres de ce secteur, comme les associations provinciales de producteurs et de transformateurs laitiers, les gouvernements des provinces, les fromagers privés, les importateurs de fromage ainsi que les parties intéressées en aval.
    En ce qui concerne l'urgence qui se dégage de la motion, disons que le gouvernement est très actif dans ce dossier et que les détails suivront en temps et lieu.
    Comme le dit la motion, le gouvernement a fermement l'intention de respecter la promesse qu'il a faite aux producteurs laitiers qui seront touchés par l'accord commercial entre le Canada et l'Union européenne. Nous cherchons à trouver une façon d'atténuer efficacement les conséquences, mais surtout de bien les évaluer une fois que l'accord sera en vigueur.
    Pour ce qui est du deuxième point de la motion, qui porte sur la période de mise en oeuvre, le Canada continue de faire pression pour retarder le plus possible le moment où le contingent tarifaire sur les fromages canadiens entrera en vigueur afin d'atténuer au maximum les conséquences ressenties par les producteurs laitiers et fromagers du Canada.
    Passons maintenant au troisième point de la motion, qui parle de resserrer les contrôles frontaliers. Nous sommes tout à fait conscients de l'importance que revêt le contrôle des importations pour assurer l'intégrité du système de gestion de l'offre. Nous allons tout mettre en oeuvre pour que les importateurs suivent les règles établies.
    Par exemple, à la fin de l'an dernier, nous avons pris une mesure pour éliminer une échappatoire qui permettait d'importer du fromage en commandant officiellement des ensembles de garniture à pizza. Nous avons précisé les dispositions touchant cette catégorie de produits afin que les règles soient appliquées uniformément à la frontière. Cette mesure a connu un franc succès.
    Selon un rapport publié récemment par le Global Agricultural Information Network, du département américain de l'Agriculture, sur l'incidence qu'a eue cette mesure, le Canada importait l'équivalent de 5,5 millions de dollars de ces ensembles de garniture à pizza chaque mois en 2013, un chiffre qui est rapidement passé à 1 million de dollars par mois après l'entrée en vigueur de la mesure en question.
    Je signale en outre que l'accord commercial de principe entre le Canada et l'Union européenne reflète bien l'engagement du gouvernement de veiller à l'efficacité des contrôles frontaliers.
    En ce qui concerne le quatrième point, maintenant, qui porte sur les normes de production des marchandises importées, le gouvernement a déjà pris les moyens pour s'assurer que les biens importés au Canada respectent nos normes de qualité les plus élevées. Tous les aliments vendus au Canada sont assujettis à la Loi sur les aliments et les drogues, qu'ils soient importés ou produits ici-même. De plus, les produits laitiers que nous importons doivent respecter le Règlement sur les produits laitiers.
    Bien que les normes en matière de production et de transformation des aliments ne soient pas les mêmes d'un pays étranger à un autre, le Canada reconnaît que les systèmes de salubrité des aliments de nos principaux partenaires commerciaux, comme l'Union européenne, donnent des résultats équivalents.
    Grâce à ce système de reconnaissance des équivalences, il est possible d'importer des produits alimentaires au Canada, tant qu'ils respectent les normes canadiennes en matière de salubrité et les exigences réglementaires. Bien sûr, le système permet l'exportation de nos produits.
    Il y a un an et demi, nous avons adopté la Loi sur la salubrité des aliments au Canada. Cette importante loi comprend des règlements qui favorisent l'atteinte de résultats équivalents en matière de salubrité pour les produits alimentaires canadiens, importés et exportés.
    Enfin, la motion M-496 réclame que le gouvernement appuie la commercialisation de produits laitiers novateurs, ce qui est déjà prévu dans le cadre de Cultivons l'avenir, dont le financement s'élève à 3 milliards de dollars sur cinq ans.
    Cultivons l'avenir II vise à aider l'industrie laitière canadienne à percer de nouveaux marchés par le biais d'initiatives clés, dont une grappe de recherche sur les produits laitiers, financée à hauteur de 12 millions de dollars, soit presque le double de l'investissement consenti dans le cadre de Cultivons l'avenir I. Les travaux porteront sur les bienfaits du lait pour la nutrition et la santé des êtres humains, la production laitière durable et l'amélioration de la génétique laitière. De plus, un financement de près de 1 million de dollars est prévu pour aider les producteurs laitiers canadiens à répondre aux exigences des consommateurs en matière de traçabilité, de bien-être des animaux, de viabilité environnementale, ainsi que de salubrité et de qualité des aliments.
    Mon message aujourd'hui est le suivant. Depuis toujours, le gouvernement est résolu à maintenir la vigueur et la profitabilité du secteur canadien de la gestion de l'offre. Nous soutenons depuis longtemps la gestion de l'offre et notre appui reste inchangé. Nous continuerons à promouvoir une stratégie commerciale équilibrée pour tous les secteurs de notre économie, afin de favoriser la création d'emplois, la croissance et la prospérité à long terme.
     Nous allons continuer à soutenir l'innovation et la croissance par le biais d'investissements consentis dans le cadre de Cultivons l'avenir II parce que, c'est bien connu, une industrie agricole solide et une économie robuste vont de pair.
    L'actuel gouvernement accorde la priorité aux agriculteurs. Nous sommes heureux d'appuyer la motion à l'étude.

  (1810)  

    Monsieur le Président, au nom du Parti libéral, c'est avec plaisir que je me prononce en faveur de la motion. À notre avis, il convient de voter sur cette très importante question.
    Il y a plusieurs semaines, j'ai eu l'occasion de visiter une ferme laitière dans la proche banlieue de Winnipeg, à quelques minutes de chez moi. Dans cette exploitation agricole, la production laitière était assujettie à la gestion de l'offre.
    Quand on a l'occasion de faire ce genre de visite, on a une meilleure idée de l'importance de la gestion de l'offre et des régimes dont dépendent largement nos agriculteurs. C'est ce qui leur confère cette grande efficacité dont nous profitons tous.
    Comme je l'ai dit à l'occasion d'une question, le Canada propose une production d'excellente qualité et de classe mondiale grâce à la gestion de l'offre, qu'il s'agisse de fromages, de lait ou d'autres produits agricoles. En outre, la formule garantit à l'agriculteur une rémunération décente pour le service qu'il fournit, et les consommateurs de toutes les régions du pays peuvent obtenir ces produits agricoles en quantités suffisantes.
    J'ai écouté les représentants du gouvernement, et pendant les quelques minutes dont je dispose, j'aimerais revenir sur certains éléments de cette importante question. L'un d'entre eux concerne précisément le fait que le gouvernement assure que nous pouvons lui faire confiance et que nous n'avons plus à nous préoccuper de quoi que ce soit, car il va venir en aide à nos fromagers, à nos producteurs laitiers et à l'ensemble de la gestion de l'offre.
    J'ai du mal à faire confiance au gouvernement conservateur à l'égard de cette question. Il n'y a pas si longtemps, un gouvernement conservateur disait encore que la Commission canadienne du blé avait un rôle utile à jouer dans les Prairies. Dans certaines situations, le gouvernement disait cela aux producteurs céréaliers. Il disait: « Faites-nous confiance, nous croyons en la Commission canadienne du blé et il n'est pas question de la supprimer ».
    M. Pierre Lemieux: Regardez la récolte record que nous avons eue cette année.
    M. Kevin Lamoureux: Monsieur le Président, cela n'a rien à voir avec la récolte record. Il s'agit plutôt de cette attitude du gouvernement, qui dit aux agriculteurs: « Faites-nous confiance ». Ce qu'il fait n'est pas conforme à ce qu'il demande aux Canadiens, c'est-à-dire de lui faire confiance.
    Aujourd'hui se pose la très importante question de la gestion de l'offre. Nous savons que le gouvernement n'a pas été très énergique pour défendre la gestion de l'offre.
    Dans le dossier de l'accord économique et commercial global de principe entre le Canada et l'Union européenne, des gens ont tiré le signal d'alarme et soulevé des préoccupations relativement à certaines industries au pays. Pensons, par exemple, à l'industrie fromagère.
    Globalement, le Parti libéral est immensément favorable à la libéralisation des marchés et au concept des accords de libre-échange. Malgré tout, il appelle le gouvernement à plus de transparence sur ce qu'il dit exactement à l'étranger. Qu'est-ce que le gouvernement cherche à négocier? Dans quelle mesure compromet-il le gagne-pain de nos agriculteurs? Ce sont des préoccupations que partagent les Canadiens.
    Je me réjouis de constater que le gouvernement semble vouloir appuyer la motion. C'est une bonne chose. Le problème, c'est que ce ne serait pas la première fois que le gouvernement vote pour une motion pour ensuite la contredire, des mois plus tard; il suffit de penser à la Loi sur l'intégrité des élections.
    Je n'en reste pas moins reconnaissant aux ministériels de se montrer quelque peu favorables à la gestion de l'offre.

  (1815)  

    Mais bon, je suis un optimiste. Je crois qu'il y a peut-être encore de l'espoir que les conservateurs prennent un engagement résolu en faveur de la gestion de l'offre. J'aimerais qu'ils manifestent plus souvent ce genre d'engagement. Si je le souligne, c'est parce que je m'inquiète vraiment pour les industries de ma province, le Manitoba, mais aussi pour celles, comme on peut le lire dans la motion, du Québec et de partout ailleurs au Canada. Les avantages sont énormes.
    J'ai écouté avec intérêt ce qui a été dit à propos de l'accord entre le Canada et l'Union européenne, mais il faut absolument prendre conscience que les démarches sont loin d'être terminées. J'imagine que cet accord de libre-échange finira un jour par se concrétiser. Avec un peu de chance, si tout se passe bien au cours des prochaines années, c'est peut-être un gouvernement libéral qui le signera, auquel cas la gestion de l'offre sera entre bonnes mains.
    Les députés d'en face ont l'épiderme un peu sensible à ce sujet. Ils comprennent peut-être que les jeux sont faits.
    Cependant, le Parti libéral n'est pas le seul à avoir demandé que l'on veille à ce que les gens soient au courant des répercussions. Des points intéressants ont été soulevés par les Producteurs laitiers du Canada. Nous devons avoir une discussion plus poussée là-dessus. La part de l'Union européenne totalisera 31 971 tonnes, soit 7,5 % du marché canadien du fromage.
    Je suis très fier d'une compagnie locale que nous avons au Manitoba, la Bothwell Cheese. Cette compagnie a été fondée en 1936. Le député de Provencher vient de me faire le signe du pouce levé. Il connaît bien la Bothwell Cheese. Quiconque habite au Manitoba se doit d'être fier de cette compagnie. C'est le meilleur fromage au monde. En fait, je pense pouvoir dire en toute franchise que leur fromage cheddar marbré est le meilleur produit du monde. Nous en sommes très fiers. Nos fabricants de fromage peuvent atteindre l'excellence, non seulement au Canada, mais aussi à l'étranger.
    Cependant, beaucoup de fabricants de fromage demeurent préoccupés par leur part du marché du fromage et veulent maintenir autant que possible le pourcentage du marché actuel au Canada. Les importations totales atteindront 38 171 tonnes, soit environ 9 % de la consommation canadienne actuelle. C'est une augmentation importante. Comment le gouvernement réagit-il à cette problématique? Quand on commence à réfléchir à ces chiffres, il faut tenir compte d'un certain nombre de facteurs: les emplois, la qualité de vie des agriculteurs et, en dernière analyse, la qualité du produit.
    On peut examiner la compensation financière. Il y a une foule d'obstacles tarifaires cachés. Nous devons avoir une meilleure idée de ce dont parle le gouvernement quand il participe à ces négociations commerciales. Quand on commence à lancer de tels chiffres, il faut vraiment une plus grande transparence. Nous voulons que le gouvernement soit plus transparent et qu'on en sache davantage sur les négociations commerciales avec l'Europe, les discussions et le reste.
    Nos producteurs laitiers sont vivement préoccupés par l'équivalent des réductions de quotas agricoles. Il y a de vives inquiétudes relativement au marché des fromages fins au Canada et à la rationalisation qui devra avoir lieu au chapitre de nos troupeaux laitiers.

  (1820)  

    On pourrait parler longuement de cette question importante.
    Le Parti libéral appuie la motion. Nous sommes inquiets de l'absence d'un engagement ferme de la part du gouvernement à l'égard de la gestion de l'offre. Nous voulons davantage de transparence dans les négociations.
    Monsieur le Président, je suis toujours heureux de prendre la parole ici, mais je le suis encore plus lorsque le secrétaire parlementaire du ministre de l'Agriculture appuie sans réserve la motion présentée par mon collègue. C'est une bonne journée. Je ne sais pas ce que le président du Comité de l'agriculture pense de la motion parce qu'il n'a pas encore pris la parole. Un petit oiseau me dit qu'il va peut-être lui aussi la voir d'un oeil favorable. Nous attendons ses remarques mais nous pensons qu'il va appuyer la motion, parce qu'elle est judicieuse.
    De nombreuses raisons sous-tendent la motion. L'une des plus importantes est de faire savoir aux fromagers et aux producteurs laitiers du pays que nous sommes conscients des répercussions qu'auraient pour eux l'Accord économique et commercial global. M. Wally Smith, président des Producteurs laitiers du Canada, a dit que l'impact de cet accord correspondrait à environ 2,25 % des contingents. Ceux d'entre nous qui connaissent le système de gestion de l'offre savent ce que signifient les contingents. Pour ceux qui nous écoutent aujourd'hui et qui ne sont pas des producteurs laitiers, ce pourcentage équivaut à une perte de revenus éventuels de 60 000 $ pour chaque producteur laitier au pays. C'est une somme importante et cette situation est très préoccupante pour eux. La motion d'aujourd'hui vise à ce que le gouvernement reconnaisse la nécessité de mettre en place un échéancier permettant de faire des rajustements.
    La motion propose également quelques autres mesures.
    Mes collègues ont parlé d'investissements dans la production de fromage au pays. Certains de ces investissements ont été faits dans la région du Niagara. Un nouveau fromager a ouvert ses portes dans la région il y quelques années. Tous les députés diraient que les fromagers de leur région sont les meilleurs, et ils le sont. Pourquoi ne serait-ce pas le cas? Si les gens veulent des fromages fins, ils devraient venir dans la région du Niagara. Ils pourront aussi déguster le meilleur vin produit au pays. Le meilleur vin de glace au monde est aussi produit dans la région du Niagara, tout comme d'excellents fromages qui peuvent servir d'accompagnements. Je recommande vivement à tous mes collègues de venir dans la région du Niagara pour y déguster de bons fromages et de bons vins. S'ils viennent en septembre, ils pourront assister au Festival du vin du Niagara. Il va sans dire qu'il y a aussi du fromage. Une visite aiderait les producteurs laitiers locaux, puisque les fromagers achètent leur lait de producteurs locaux.
    Comme les membres conservateurs du Comité de l'agriculture le savent, c'est pour cette raison que le système fonctionne aussi bien. Ce n'est pas seulement grâce aux trois piliers, mais surtout aux producteurs qui savent qu'ils ont une source de revenus et qui dépensent ces fonds dans leur région. Ils se procurent localement tous les facteurs de production dont leur exploitation agricole a besoin, que ce soit des produits d'assurance ou différents services, ce qui assure la cohésion de l'économie locale.
    Comme bien des députés qui connaissent le secteur agricole le savent, les prêteurs aiment beaucoup les producteurs laitiers. Pourquoi? Parce qu'ils savent que ceux-ci ont des revenus constants. Ils ne s'inquiètent pas du cours du soja, du canola ou du blé. Ils savent que, grâce au système de gestion de l'offre des produits laitiers, ces producteurs ont une source de revenus prévisible. Les institutions bancaires leur prêtent de l'argent parce qu'elles savent qu'elles seront remboursées. Elles ne prennent pas le même genre de risques avec les autres producteurs. Il existe peut-être d'autres solutions pour les agriculteurs des secteurs plus risqués. Quand nous faisons la tournée des différentes régions du Canada, les institutions bancaires nous disent que les prêts commerciaux aux producteurs laitiers sont une bonne chose pour elles, car ils leur donnent une base solide.
    Les producteurs laitiers ont l'impression que c'est un processus unilatéral. Nous attendons plus de détails sur l'Accord économique et commercial global. Nous demandons continuellement au gouvernement de nous donner plus d'information qu'il ne le fait. Nous continuons de le demander, car on peut seulement prendre une décision sensée lorsqu'on a tous les renseignements.

  (1825)  

    Aujourd'hui, pendant la période des questions, le ministre du Commerce international nous a en quelque sorte dit de « rester à l'écoute », ce qu'il a laissé entendre à plus d'une reprise. Cela me rappelle une vieille publicité, mais je trahirais mon âge.
    Selon le gouvernement, les producteurs laitiers et les fromagers pourraient pénétrer le marché européen. On trouve actuellement des fromages canadiens sur le marché européen. Nos fromages ne peuvent y être vendus à un coût moins élevé qu'ici en vertu du système de la gestion de l'offre, ce qui fait que leur prix ne serait pas nécessairement concurrentiel. Or, les indications géographiques sont l'un des plus gros obstacles auxquels se heurtent les fromagers canadiens sur ce marché.
    Les Européens sont friands des produits ayant une indication géographique, ce qui n'existe pas ici dans la même mesure. Les indications géographiques des produits alimentaires ne font pas partie de notre identité. Certains fromages sont produits au Québec, mais nous ne les commercialisons pas et ne les étiquetons pas comme le font les Européens. Un aliment tel que la féta, par exemple, ne pourrait provenir que de la Grèce. Or, si la féta était différenciée par son indication géographique, nous ne pourrions plus en produire ici. Il faudrait lui donner un autre nom.
    C'est exactement ce qui s'est produit avec le champagne du Niagara. On a produit du champagne dans la région du Niagara pendant des décennies et, sur la scène internationale, nous réussissions avec brio et produisions un excellent produit, mais l'indication géographique du Champagne de France a finalement eu gain de cause dans une décision commerciale. Le Canada produit encore du champagne, mais il est maintenant appelé Brut. Nous savons qu'en achetant du Brut, nous achetons du champagne du Niagara.
    Je félicite les établissements vinicoles du Niagara de commercialiser leur vin de façon à ne perdre aucune part du marché intérieur, mais je déplore que les consommateurs doivent se renseigner pour savoir qu'il s'agit de champagne, et c'est là le danger d'appliquer les indications géographiques à l'industrie canadienne du fromage. Ce genre de désignation n'existe pas ici. Elles nous empêcheraient peut-être de pénétrer certains marchés européens où des indications géographiques nous créeraient des obstacles. Ce serait une autre forme d'obstacle au commerce.
    Je vais consulter mes notes sur le témoignage de M. Wally Smith devant le Comité de l'agriculture il y a quelque temps. Il a dit que l'industrie laitière et les producteurs de fromage avaient fait d'énormes investissements, de l'ordre d'environ 30 millions de dollars, au cours des dix dernières années, pour asseoir et élargir leur marché. Les Canadiens savent maintenant que les fromages canadiens sont excellents et ils les recherchent de sorte que la gamme s'est élargie au fil du temps. Les fromagers artisanaux sont nombreux. Ce sont plus souvent qu'autrement de petites entreprises. Nous en avons bien sûr de grandes aussi, mais la plupart sont petites.
    Toutefois, ils prennent des risques assez importants, car ils doivent investir beaucoup pour démarrer. Comment planifieront-ils leurs affaires à partir de maintenant? Comment pourront-ils réinvestir dans ce qu'ils veulent faire sans connaître les échéanciers, car, s'ils sont trop serrés, ils pourraient ne pas réussir à démarrer et à commercialiser leurs produits à temps pour pouvoir continuer sur leur lancée.
    Ce serait vraiment dommage, car c'est une industrie qui me fait penser à l'industrie vinicole dans ma région. Lorsque j'étais un peu plus jeune, il y a quelques décennies, l'industrie vinicole du Canada n'était pas vraiment considérée comme une industrie vinicole. Elle n'était pas perçue comme très bonne. Elle se compare maintenant aux meilleurs du monde et en surclasse même, comme en témoignent les médailles d'or qu'elle remporte.
    Notre industrie fromagère est sur le point de connaître une percée similaire. J'espère que les conservateurs appuieront la motion. Elle garantirait le succès aux producteurs de fromage, qui sont en train d'acquérir une renommée mondiale.

  (1830)  

    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui dans cette enceinte pour appuyer la motion M-496. Je voudrais aussi remercier mon collègue du NPD, qui est vice-président du Comité de l'agriculture, d'avoir présenté cette motion.
    Le but de la motion est d'appuyer les mesures déjà prises par notre gouvernement concernant la gestion de l'offre et l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. Pourquoi? Parce que la motion demande au gouvernement de respecter la promesse faite aux producteurs canadiens de lait et de fromage auxquels cet accord pourrait nuire. C'est une position que nous appuyons sans réserve.
    Nous avons consulté l'industrie sur cette question au cours des derniers mois, et nous continuons de le faire. Nous avons écouté ce qu'avaient à dire les associations provinciales de producteurs et de transformateurs de lait, les producteurs de fromage, les gouvernements provinciaux, les importateurs et les intervenants en aval.
    Comme l'a indiqué le premier ministre, le gouvernement a la ferme intention de surveiller les répercussions éventuelles de l'Accord économique et commercial global et de fournir des compensations financières si des conséquences néfastes étaient observées. Le gouvernement continue de faire passer en premier les intérêts des agriculteurs dans chaque décision qu'il prend concernant l'agriculture. Nous sommes conscients de l'importance de l'industrie laitière canadienne, en particulier dans les régions rurales du pays, et nous reconnaissons la contribution de cette industrie à l'économie et à la qualité de vie de tous les Canadiens.
    Nous produisons du lait nourrissant, d'excellents fromages, des yogourts et de la crème glacée. Ce sont les produits phares de notre industrie laitière, qui ne ménage pas ses efforts. Lorsque les Canadiens se rendent à l'épicerie, ils n'ont pas à se poser des questions sur la provenance de leur lait et le chemin parcouru entre la ferme et les centres urbains. Ils savent que ce sont les producteurs laitiers du Canada qui leur fournissent ce lait. Ils savent qu'ils peuvent compter sur la qualité constante à laquelle les ont habitués les producteurs laitiers et l'industrie de la transformation.
    Comme les députés le savent, l'industrie est un élément important de notre économie. Elle génère des recettes de 22 milliards de dollars, producteurs laitiers et entreprises de transformation combinés. Elle fournit des milliers d'emplois aux Canadiens. Les consommateurs sont constamment approvisionnés en produits laitiers de grande qualité. Voilà pourquoi nous sommes fiers de défendre le secteur laitier canadien.
    Le gouvernement a rempli son engagement avec des mesures concrètes. Nous avons doublé notre investissement dans la Grappe de recherche sur le lait, conformément au programme Cultivons l'avenir 2. Nous participons à la création d'un système de traçabilité de classe mondiale pour le bétail. Nous faisons la promotion d'une approche scientifique et d'un commerce fondé sur les règles afin d'ouvrir et, en fait, de rouvrir l'accès aux marchés étrangers pour les produits de nos vaches laitières de qualité génétique de classe mondiale. De plus, nous continuons d'appuyer la gestion de l'offre, car elle sert bien les agriculteurs, les entreprises de transformation et les consommateurs canadiens depuis des années.
    La vaste majorité de nos producteurs appuient la gestion de l'offre, car elle leur permet de tirer un revenu stable et juste de leur travail et de leurs investissements. En outre, depuis plus de 40 ans, elle permet aux consommateurs de profiter d'un approvisionnement continu en produits de première qualité à des prix prévisibles et stables. Il est facile d'appuyer une industrie qui accorde tant d'importance à l'innovation, aux nouvelles technologies et à l'offre de produits laitiers de première qualité aux Canadiens.
    Nous avons fait beaucoup de chemin, mais nous renforcerons encore davantage le secteur agricole et appuierons son expansion. Voilà pourquoi nous mettons en oeuvre la stratégie commerciale la plus agressive de l'histoire du Canada. Nos agriculteurs dépendent des marchés d'exportation pour croître, et notre gouvernement a montré qu'il ouvrira de nouveaux débouchés tout en continuant à appuyer la gestion de l'offre. En fait, dans tous les accords commerciaux qu'il a conclu, le gouvernement a signifié à ses partenaires internationaux qu'il appuie et protégera le système de gestion de l'offre du Canada. Par exemple, outre l'accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne, nous avons conclu plusieurs accords commerciaux ambitieux avec le Pérou, la Colombie et, plus récemment, la Corée du Sud. Nous l'avons fait en gardant intacte la gestion de l'offre.

  (1835)  

    Nous cherchons à conclure des accords ambitieux avec quelque 30 autres partenaires commerciaux, car les secteurs d'exportation du Canada ont besoin des marchés mondiaux pour croître, créer des emplois et renforcer notre grand pays. Soyez assurés que, durant ces négociations, nous continuerons de protéger les intérêts de tous les secteurs de l'économie canadienne.
     Les Canadiens apprécient notre dévouement à l'égard des producteurs laitiers, qui tiennent à livrer du lait et des produits laitiers de première qualité aux épiceries. Le gouvernement est résolu à faire en sorte que ce secteur demeure solide et profitable, en aidant nos producteurs à rester à la fine pointe de la technologie.
    Permettez-moi de donner quelques exemples.
    En 2013, le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire a annoncé que le gouvernement avait presque doublé les investissements dans les grappes de recherche en production laitière au titre du programme Cultivons l'avenir 2, en les portant à 12 millions de dollars.
    En mars, nous avons annoncé deux investissements au titre du Programme Agri-marketing, totalisant près de 1 million de dollars.
    Le premier investissement de 529 000 $ appuie la mise en oeuvre de l'Initiative proAction. Ce programme national d'assurance pour les producteurs laitiers renforce l'engagement de l'industrie à l'égard des consommateurs de fournir du lait et des produits laitiers canadiens de première qualité. Il prévoit un essai pilote, à la ferme, des outils d'évaluation, ainsi que la formation des producteurs. L'Initiative proAction regroupe six programmes: la qualité du lait, la salubrité des aliments, la traçabilité du bétail, le soin des animaux, la biosécurité et la protection de l'environnement.
    Le second investissement, à hauteur de 416 000 $, soutient la mise en place d'un programme national de traçabilité et l'actualisation des normes en la matière pour les producteurs laitiers. Ces fonds permettront à l'association Les Producteurs laitiers du Canada de donner de la formation aux associations provinciales afin de les aider à mettre le programme en oeuvre dans les exploitations laitières. C'est le principe de la percolation.
    La motion M-496 réclame un soutien à la commercialisation.
    Je suis également heureux de faire part aux députés d'initiatives qui contribuent grandement à assurer et à renforcer la protection des renseignements confidentiels de nature commerciale et, par ricochet, à augmenter les ventes de nos excellents produits laitiers. De plus, le nouveau volet de facilitation de la commercialisation et de l'adoption du Programme Agri-innovation, instauré dans le cadre de Cultivons l'avenir II, aide le secteur à trouver de nouveaux débouchés pour ses produits, procédés et services novateurs.
    J'ai souligné l'appui du gouvernement à l'industrie laitière afin de dissiper tout doute concernant notre engagement au chapitre de la gestion de l'offre. Nous avons un système qui fonctionne pour le Canada, pour les agriculteurs, pour les consommateurs et pour tous ceux qui oeuvrent dans le secteur agricole. S'il y a un segment du marché national où on achète les produits locaux, c'est bien celui des produits laitiers, des oeufs et de la volaille. Nous travaillons dans l'intérêt des Canadiens.
    Je remercie encore une fois ma collègue d'avoir présenté cette motion. Nous nous attendons à un avenir prometteur, marqué au coin d'une prospérité durable non seulement pour l'industrie laitière, mais aussi pour tout le secteur agricole du Canada.

  (1840)  

[Français]

    Monsieur le Président, je n'ai pas beaucoup de temps pour faire mon discours, alors je dirai l'essentiel.
    C'est avec plaisir que je prends la parole aujourd'hui sur la motion de ma collègue de Berthier—Maskinongé. J'en profite en même temps pour souligner l'excellent travail qu'elle fait en matière d'agriculture dans tout le pays. Cela vaut la peine d'être souligné.
    La motion consiste à demander au gouvernement de respecter sa promesse faite envers les producteurs laitiers et fromagers quant à l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. Cet accord a été conclu le 18 octobre 2013, il y a maintenant sept mois. Une promesse a été faite aux producteurs laitiers et fromagers, qui sont très désavantagés par cet accord, mais aucune annonce n'a encore été faite de la part du gouvernement pour compenser ces personnes qui travaillent extrêmement fort et qui nourrissent le pays. On pourrait aussi entrer dans le débat de la souveraineté alimentaire et de la sécurité alimentaire, mais ce sera pour une autre fois.
    L'industrie fromagère et laitière au Canada, particulièrement au Québec, génère beaucoup d'emplois directs, tels que dans le domaine de la production laitière, mais aussi beaucoup d'emplois indirects dans le domaine de la transformation. Évidemment, on peut faire beaucoup de choses avec le lait.
    Les producteurs laitiers et fromagers se sont inquiétés publiquement des répercussions économiques et commerciales que pouvait avoir cet accord, et avec raison. Beaucoup d'emplois sont en jeu. Il ne faudrait pas non plus négliger la qualité de nos produits canadiens. La motion vise à atténuer les effets que pourrait avoir l'accord sur ce secteur. Il est aussi très important de parler du système de la gestion de l'offre au Canada, qui permet d'assurer la stabilité et l'équité des produits, sans faire de compromis quant à leur qualité.
    Évidemment, le NPD et moi appuyons ce projet de loi. Je suis très consciente de l'importance de cette situation, étant donné que je suis dans une région très agricole. Le système de gestion de l'offre est très important. Il ne faudrait donc pas le laisser tomber ni affaiblir un de ses piliers. Les piliers de la gestion de l'offre sont là pour la faire fonctionner correctement. Si un de ces piliers s'affaiblit ou s'effondre, tout le système s'effondre aussi. C'est ce qu'on veut éviter en appuyant cette motion, qui a toute sa place dans le débat sur l'accord de libre-échange.
    Je demande humblement au gouvernement de tenir sa promesse envers les producteurs et de penser à cette industrie génératrice d'emploi et très déterminante pour notre pays.

  (1845)