Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

42e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 192

TABLE DES MATIÈRES

Le lundi 12 juin 2017




Débats de la Chambre des communes

VOLUME 148 
l
NUMÉRO 192 
l
1re SESSION 
l
42e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le lundi 12 juin 2017

Présidence de l'honorable Geoff Regan

    La séance est ouverte à 11 heures.

Prière



INITIATIVES PARLEMENTAIRES

[Initiatives parlementaires]

  (1105)  

[Traduction]

Sécurité publique et nationale

    La Chambre passe à l'étude du projet de loi S-233, Loi modifiant la Loi sur les douanes et la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (obligation de présentation et de déclaration), dont le comité a fait rapport avec des propositions d'amendement.
     propose que le projet de loi, modifié, soit agréé.
    Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

    Le Président: Quand le projet de loi sera-t-il lu pour la troisième fois? Avec la permission de la Chambre, maintenant?
    Des voix: D'accord.
     propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
    — Monsieur le Président, je suis heureux d'intervenir de nouveau pour parler brièvement du projet de loi S-233 et des raisons pour lesquelles il est important et doit donc être adopté rapidement par la Chambre.
    Le projet de loi S-233 vise à corriger un problème de longue date qui touche les cours d'eau canadiens longeant la frontière avec les États-Unis. À l'heure actuelle, les plaisanciers qui transitent dans ces eaux doivent se présenter aux postes de l'Agence des services frontaliers du Canada s'ils ont l'intention de s'arrêter au Canada ou d'y amarrer leur embarcation. Comme je l'ai déjà dit, il s'agit d'une restriction pénible imposée aux plaisanciers, qui ne savent peut-être pas qu'ils ont dérivé en eaux canadiennes alors qu'ils pêchaient ou relaxaient en famille. Il s'agit aussi d'un gaspillage monumental des ressources de l'Agence des services frontaliers du Canada, dont les agents doivent tenter de dépister et d'inculper les contrevenants.
    Adoptée à l'époque de la prohibition, la réglementation en vigueur actuellement nuit aux relations qu'entretient le Canada avec ses voisins le long de la frontière. Cette situation donne mauvaise presse au Canada et provoque du ressentiment à son endroit, surtout lorsque d'innocents citoyens américains se font arrêter, sont forcés de se coucher au fond de leur bateau et reçoivent une amende sur-le-champ pour avoir enfreint un règlement dont ils ignoraient l'existence. Au début de la présente législature, j'ai présenté un projet de loi pour corriger la situation. Mon collègue le sénateur Bob Runciman a présenté une mesure législative semblable, le projet de loi S-233, dont nous sommes saisis aujourd'hui.
    J'étais heureux que le Sénat étudie le projet de loi S-233 et qu'il l'adopte rapidement. Le projet de loi a été étudié en profondeur et le comité a entendu des témoins des deux côtés de la frontière. Le comité y a apporté d'excellents changements, après consultation avec l'Agence des services frontaliers. Ce sont des changements raisonnables qui l'ont amélioré. Le projet de loi a franchi rapidement l'étape de la troisième lecture, a été adopté et a été renvoyé à la Chambre où j'ai la chance d'en être le parrain. Il a reçu l'appui de tous les partis au Sénat. Il a également été traité rapidement à la Chambre. Le processus a été prompt. Le projet de loi bénéficie de l'appui de tous les partis. La semaine dernière, le comité de la sécurité publique l'a adopté à l'unanimité. Je tiens à remercier le Sénat et mes collègues à la Chambre d'avoir reconnu l'importance du projet de loi et de l'adopter avant que la saison de navigation batte de son plein.
    La loi actuelle fait honte au Canada depuis longtemps. Même l'agence qui est chargée de l'appliquer reconnaît combien il est lourd et étouffant de l'appliquer et de la défendre. C'est pourquoi elle a participé à la modification du projet de loi afin qu'il réponde aux exigences en matière d'application de la loi et fasse du Canada un bon voisin.
    Bien que nous ayons le droit d'appliquer toute loi que nous jugeons adéquate pour protéger les frontières, il reste que les plaisanciers qui transitent par les eaux canadiennes ne sont pas des ennemis. Le projet de loi reconnaît cela. Je dois souligner que, même si le projet de loi permet aux plaisanciers de transiter par les eaux canadiennes, il donne à l'Agence des services frontaliers du Canada le droit d'arrêter tout bateau si elle soupçonne qu'il y a quelque chose qui cloche. Tout bateau qui transite par les eaux canadiennes et qui décide de s'arrêter, de s'ancrer ou de s'attacher à un autre bateau au Canada doit tout de même se présenter à l'Agence des services frontaliers du Canada. De plus, le projet de loi aura comme effet d'éclaircir des règlements dans quelques autres domaines. Il permettra notamment que les personnes qui vont voir des baleines quittent les eaux canadiennes sans subir d'inspection à leur retour tant qu'elles n'ont pas quitté pas le bateau.
    Je ne veux pas prendre beaucoup de temps de la Chambre aujourd'hui à propos de ce projet de loi. On en a beaucoup discuté et je me réjouis du fait qu'il ait reçu un tel appui de tous les partis à la Chambre. Je sais que tous les députés ont convenu qu'il fallait changer les choses. Je suis reconnaissant de leur soutien.
    Monsieur le Président, je suis heureuse d'intervenir pour appuyer le projet de loi S-233, Loi sur la modernisation de l’obligation de présentation et de déclaration relative à des moyens de transport, qui a été présenté par le sénateur Runciman.
    Le projet de loi permettra aux personnes à bord d’un moyen de transport, comme une embarcation privée, un bateau d’excursion, un navire de croisière ou un aéronef privé, d’entrer accessoirement dans les eaux canadiennes ou l’espace aérien du Canada et d’en sortir sans avoir à faire une déclaration à l’Agence des services frontaliers du Canada.
    Nous sommes heureux que le projet de loi ait progressé aussi rapidement au Sénat, où il a été adopté à l’unanimité, ainsi qu’à la Chambre. Je tiens à remercier les comités permanents des deux Chambres de leurs délibérations collaboratives et expéditives.
    La loi canadienne exige actuellement que tous les plaisanciers fassent une déclaration à l’Agence des services frontaliers du Canada chaque fois qu’ils entrent dans les eaux canadiennes. Or, aux États-Unis, les plaisanciers ne doivent faire une déclaration au Service des douanes et de la protection des frontières à leur arrivée dans ce pays que s’ils ont été amarrés dans un port étranger ou ont été en contact avec une autre embarcation en eaux étrangères.

  (1110)  

[Français]

    Ils ne sont pas tenus de faire de déclaration s'ils ont pratiqué de simples activités comme la pêche, le ski nautique ou une excursion. Les différences entre les exigences des États-Unis et celles du Canada en matière de déclaration sont une source de frustration pour les particuliers et les entreprises qui s'adonnent à des activités de loisirs ou qui gagnent leur vie sur nos voies navigables communes.

[Traduction]

    Comme le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes, qui siège dans l'opposition, l’a souligné à juste titre, le tourisme international constitue un élément clé de l’économie du Canada. Nous devons donc faire tout notre possible pour soutenir et promouvoir l'industrie canadienne du tourisme, ainsi que les PME qui en sont l'épine dorsale.
    Les emplois de millions de Canadiens dépendent du secteur du tourisme. C'est pourquoi la promotion du Canada comme destination par excellence dans le secteur du tourisme mondial fait partie des priorités du gouvernement. En incitant plus de touristes étrangers à se rendre au Canada, nous pourrons accroître l’emploi chez les jeunes Canadiens et stimuler les affaires des petites entreprises dans chacune des régions du pays.
    Le projet de loi nous aidera à promouvoir plus efficacement le Canada comme destination de choix. C'est ce qu'il fera en exemptant les plaisanciers privés ou les passagers d’autres embarcations de l’obligation de faire une déclaration à l’Agence des services frontaliers du Canada lorsqu’ils entrent dans les eaux canadiennes en ou sortent pour pratiquer la pêche, pour faire du tourisme ou pour s’adonner à une autre activité à faible risque. Le projet de loi permettra d’alléger le fardeau des plaisanciers lié à la déclaration et d’harmoniser les exigences canadiennes en matière de déclaration maritime avec celles des États-Unis.
    Cela serait très avantageux pour les entreprises et les amateurs de sports nautiques de part et d'autre de la frontière. Les personnes à bord de bateaux — les bateaux de particuliers, les bateaux d'excursion, les navires de croisière et même les bateaux d'excursion d'observation des baleines — n'auraient plus à se présenter à l'Agence des services frontaliers du Canada dans les situations suivantes: lorsque le bateau ne fait pas escale au Canada et lorsque aucun passager n'en débarque ni ne monte à bord pendant qu'il se trouve dans nos eaux. Les passagers et l'équipage des navires de croisière seraient contrôlés au premier port d'arrivée au Canada et ils pourraient ensuite transiter par des eaux étrangères ou internationales entre les ports d'escale canadiens sans autre intervention de l'ASFC. Ce projet de loi s'appliquerait également aux aéronefs qui pourraient entrer par inadvertance dans l'espace aérien canadien sans atterrir.
    En somme, ces modifications permettraient de simplifier les obligations de déclaration, de réduire le fardeau administratif pour les activités à faible risque et d'harmoniser l'approche du Canada avec celle des États-Unis tout en respectant notre engagement à assurer la sécurité et l'intégrité des frontières du Canada.
     Au cours de l'élaboration du projet de loi, les partis des deux côtés de la Chambre des communes et de la Chambre haute se sont entendus pour renforcer les exceptions aux règles sur la déclaration et pour veiller à ce que l'ASFC et ses partenaires responsables de l'application de la loi aient tout ce dont ils ont besoin pour faire leur travail de manière efficace. Ainsi, des amendements ont été apportés afin d'appliquer les mêmes conditions proposées dans le projet de loi S-233 aux déplacements en boucle, c'est-à-dire quand un bateau quitte les eaux canadiennes, étrangères ou internationales et y entre à nouveau et que son point de départ est le même que son point d'arrivée, et aux déplacements directs, c'est-à-dire quand un moyen de transport passe d'un lieu à l'autre à l'extérieur du Canada ou à l'intérieur du Canada.
    Les amendements précisent que les bateaux et les aéronefs doivent veiller à ce que toutes les personnes et toutes les marchandises qui sont à bord le demeurent. Ils ne doivent pas s'amarrer, mouiller l'ancre, atterrir ni établir de contact avec un autre moyen de transport. Le projet de loi dit aussi clairement que les agents des services frontaliers auraient les mêmes pouvoirs que ceux qu'ils ont actuellement en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés et la Loi sur les douanes.
    Cela signifie que les agents de l'ASFC peuvent continuer à obliger une personne à répondre à des questions relatives aux douanes ou à l'immigration, que cette personne soit exemptée ou non des exigences de déclaration. Par exemple, les agents peuvent demander de vérifier les marchandises que transporte une personne, son permis de travail ou tout autre document d'immigration. Ils peuvent aussi l'obliger à se soumettre à un contrôle, s'ils jugent que cela est nécessaire.
    L'ASFC et la Gendarmerie royale du Canada ont confirmé que le projet de loi respecte leurs mandats et qu'il permettra aux agents de cibler les activités de déclaration et de surveillance plus prioritaires.

  (1115)  

[Français]

    Grâce à ces importantes consultations et à la collaboration des honorables sénateurs et des députés de cette Chambre, je suis convaincue que les mesures contenues dans ce projet de loi permettront de réduire le fardeau des particuliers et des entreprises sans compromettre la sécurité publique. Il n'est pas toujours facile d'obtenir une frontière qui, à la fois, assure la sûreté et la sécurité des Canadiens et facilite les activités et les échanges commerciaux légitimes et à faible risque.

[Traduction]

    Le projet de loi S-233 atteint ces deux objectifs. Les Canadiens et les entreprises canadiennes profiteront du système simplifié proposé.
    J'encourage tous les députés à voter en sa faveur.
    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui et d'appuyer le projet de loi dont nous sommes saisis. Cette mesure législative permet aux entreprises dont les activités se déroulent près des eaux canadiennes, à la frontière canado-américaine, de fonctionner plus facilement. Elles sont en mesure de faire traverser la frontière à leurs clients, pourvu que ceux-ci demeurent dans l'aéronef ou le navire. Par conséquent, la mesure comporte une composante commerciale.
    Il existe aussi un principe de réciprocité, étant donné que les États-Unis ont déjà pris des mesures pour rendre le processus moins lourd pour les Canadiens qui souhaitent se rendre de leur côté de la frontière. Pour le Canada, il s'agit donc d'être un bon voisin et d'accorder les mêmes droits et les mêmes libertés aux plaisanciers américains.
    Cela modifie une vieille loi qui date de l'époque de la prohibition; c'est donc une bonne modification d'ordre administratif. Le fait que le projet de loi fasse consensus constitue un bon exemple où le Parlement prend un certain nombre de mesures commerciales logiques.
    Les gens savent que les néo-démocrates n'hésitent jamais à dénoncer les mesures commerciales envisagées par le gouvernement qui ne sont pas, à leur avis, dans l'intérêt des Canadiens. Il ne s'agit pas d'une de ces occasions. De plus, il est important de souligner que, lorsque des préoccupations sont soulevées au sujet d'autres questions commerciales, ces préoccupations découlent d'une critique réelle et d'un souci sincère pour l'intérêt des Canadiens. Aujourd'hui, nous sommes très heureux d'appuyer cette mesure législative.
    Comme personne d'autre ne souhaite intervenir, le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes dispose de cinq minutes pour exercer son droit de réplique.
    Monsieur le Président, je remercie les députés de Kanata—Carleton et d'Elmwood—Transcona des discours qu'ils ont prononcés aujourd'hui et de leur appui au projet de loi. Comme nous l'avons entendu, il s'agit d'un projet de loi sensé. Beaucoup de problèmes seront réglés, de la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Maine à la Colombie-Britannique, en passant par toutes les eaux limitrophes avec les États-Unis.
    Je sais que les plaisanciers dans ma région des Mille-Îles, dont certains se trouvent à Ottawa aujourd'hui — Mike Hornby, Ray Kostuch, George Grout et Hugh Grout —, attendent avec impatience l'adoption du projet de loi au Parlement.
    Je remercie les députés de tous les partis et les sénateurs de leur appui. J'espère que le projet de loi sera adopté rapidement et à temps pour la saison de navigation de cette année.
     Le vote porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Le vice-président: Je déclare la motion adoptée.

    (La motion est adoptée et le projet de loi, lu pour la troisième fois, est adopté.)

[Français]

Suspension de la séance 

     Comme il est 11 h 20, la Chambre suspendra ses travaux jusqu'à midi.

    (La séance est suspendue à 11 h 20.)

Reprise de la séance  

    (La séance reprend à midi.)


INITIATIVES MINISTÉRIELLES

[Travaux des subsides]

  (1200)  

[Traduction]

Travaux des subsides

Motion de l'opposition — L'économie canadienne  

    Que la Chambre reconnaisse que le gouvernement a administré l’économie d’une façon nuisible pour les industries canadiennes et la stabilité économique du Canada en: a) ne négociant pas un accord sur le bois d’oeuvre et en offrant un programme d’indemnisation au lieu de créer des emplois à long terme pour les travailleurs forestiers canadiens; b) en tentant d’éliminer progressivement le secteur canadien de l’énergie par l’application d’une taxe sur le carbone destructrice d’emplois, l’imposition d’un fardeau fiscal accru pour les sociétés pétrolières et gazières, la suppression des incitatifs offerts aux petites entreprises pour faire de nouvelles découvertes dans le domaine de l’énergie et le refus de prendre en compte la crise qui secoue actuellement le marché de l’emploi en Alberta; c) en refusant de prolonger les ententes relatives au service ferroviaire pour les agriculteurs de l’Ouest du Canada qui expireront le 1er août 2017, ce qui entraînera des retards dans le transport qui feront perdre des milliards de dollars en recettes aux agriculteurs.
    — Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole aujourd'hui, un lundi à midi, pour parler de la façon dont le gouvernement libéral continue de mal gérer l'économie.
    Avant de commencer, je signale que je partagerai mon temps de parole avec le député de Louis-Saint-Laurent.
    Puisque le congé estival approche à grands pas, j'estime qu'il nous faut impérativement déposer cette motion aujourd'hui pour parler de l'incompétence des libéraux en ce qui concerne la gestion de dossiers importants sur le plan économique, notamment de leur mauvaise gestion du secteur pétrolier et gazier. Des infrastructures essentielles, par exemple pour le transport et le service ferroviaire, ont été complètement oubliées par le gouvernement libéral, tout comme l'ont été les industries primaires, notamment celles du bois d'oeuvre, de l'agriculture et de l'extraction minière.
    La façon dont les libéraux ont géré l'économie est extrêmement nuisible aux gens qui habitent dans les régions rurales du Canada et qui dépendent de ces secteurs de l'économie. Les libéraux ne semblent se soucier que de projets politiques partisans. Ils ont oublié les régions rurales du Canada. Ils ont oublié nos industries importantes, tout particulièrement celles de l'Ouest canadien. Nous devons faire la lumière sur la mauvaise gestion des libéraux dans ces dossiers. Nous devons veiller à ce que les Canadiens comprennent que, en ce qui concerne ces dossiers importants, les libéraux sont soit incompétents, soit insensibles ou indifférents. À mon sens, c'est très troublant.
    La première partie de la motion a trait à l'accord sur le bois d'oeuvre. J'aimerais rappeler à tous que, lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, en 2006, sous la direction de l'ancien premier ministre Harper, nous avons négocié un accord sur le bois d'oeuvre avec les États-Unis dans un délai de trois mois. En 2012, nous l'avons prolongé jusqu'en octobre 2016. Cela a permis de protéger plus de 400 000 emplois à l'échelle du pays, et de soutenir la population et diverses entreprises dans toutes les régions.
    Les libéraux ont adopté une attitude de laissez-faire dans le dossier du bois-d'oeuvre. Ils ont laissé le dernier accord arriver à terme en octobre 2016, sans entreprendre de négociations avec l'administration américaine pour protéger les emplois au Canada et l'accès au marché américain et pour éviter que les consommateurs américains ne paient des prix plus élevés. Les emplois des travailleurs du secteur forestier canadien sont menacés car les entreprises de coupe de bois d'oeuvre et de fabrication de produits de bois d'oeuvre sont en péril. Pourtant, les libéraux se sont contentés d'apporter des réformes au régime d'assurance-emploi sans vraiment aider ces travailleurs. Ces mesures ne règlent pas le problème.
    La ministre des Affaires étrangères, qui est chargée du dossier de l'accord sur le bois-d'oeuvre avec les États-Unis, a reconnu dans un gazouillis ce matin que, comme le Canada et les États-Unis ont des positions aux antipodes, il est difficile d'envisager une entente prochaine. Il est carrément inacceptable que les libéraux n'arrivent pas à dénouer l'impasse dans ce dossier. Ils ne peuvent rester sur la touche et attendre alors que des emplois, des entreprises et des collectivités sont menacés.
    Nous devons veiller à ce que le gouvernement se concentre sur ce dossier. Aujourd'hui, l'occasion lui est donnée de s'engager à aplanir les difficultés dans le dossier du bois-d'oeuvre et à s'inspirer du manuel des conservateurs pour savoir comment aborder la question.
    Aujourd'hui à la Chambre, de nombreux députés conservateurs interviendront pour réclamer que les libéraux s'attaquent au problème au lieu de se croiser les bras. Je sais que les députés conservateurs, notamment les porte-parole de l'opposition officielle, inciteront vivement le gouvernement à trouver des solutions. Par la même occasion, ils signaleront, sans hésitation, que l'approche et le processus de prise de décision que les libéraux ont retenus mettent en péril les régions rurales et l'Ouest du Canada de même que les industries des ressources.
    La deuxième partie de la motion indique comment les libéraux continuent de nuire à l'économie en mettant en oeuvre des mesures qui risque d'anéantir le secteur de l'énergie canadien, notamment l'industrie gazière et pétrolière.

  (1205)  

    Le premier ministre est attaché à une politique boiteuse et régressive appelée la taxe sur le carbone et il l'impose aux provinces et aux territoires. La taxe sur le carbone nuira aux plus vulnérables de la société. Elle augmentera le coût d'exploitation des entreprises. Les agriculteurs, en particulier, devront payer des coûts supplémentaires énormes pour le carburant, l'engrais et d'autres coûts énergétiques. L'agriculture est une industrie énergivore.
    Mon gendre est producteur de céréales. Je viens d'un milieu agricole. Mes frères et mes parents ont tous travaillé dans le milieu agricole, tout comme moi. C'est ce milieu qui sera le plus touché. Que fera la taxe sur le carbone? Non seulement elle réduira les bénéfices nets, mais elle augmentera le prix des aliments. Non seulement elle augmentera les coûts de production des aliments, mais elle augmentera aussi leurs coûts de transport. Le Canada est un vaste pays, et toutes les marchandises doivent être transportées par camion ou par train. Tous ces véhicules sont alimentés au diésel. Le niveau de taxation sur le carbone appliqué à ce produit sera l'un des plus élevés de tous.
    Les Canadiens à faible revenu et à revenu fixe n'ont pas les moyens de payer une taxe sur le carbone, mais le gouvernement libéral n'en tient pas compte. Les libéraux se vantent d'avoir donné à la classe moyenne les plus importantes réductions d'impôt, ce qui est pure fumisterie. C'est un tour de passe-passe, car ils donnent d'une main et ils reprennent de l'autre.
    En effet, les libéraux ont réduit de 1,5 % l'impôt sur le revenu des Canadiens qui gagnent plus de 45 000 $ par année, pour ensuite augmenter de 2 % les charges sociales et les cotisations au RPC. La classe moyenne subit donc une augmentation de 0,5 %, et c'est sans compter les coûts qu'entraînera la taxe sur le carbone, qui s'appliquera à toutes leurs dépenses, qu'il s'agisse du chauffage ou des transports en commun. Les frais d'utilisation des transports en commun augmenteront, parce que le carburant qui alimente les véhicules coûtera plus cher.
    Qui plus est, monsieur le Président, les libéraux ont supprimé le crédit d'impôt pour le transport en commun, ce qui touche encore une fois les Canadiens à faible revenu, les étudiants et les aînés. Ainsi, ils laissent en plan ceux qui dépendent des transports en commun.
    L’hon. Erin O'Toole: Ils les ont sacrifiés.
    M. James Bezan: Les libéraux les ont sacrifiés, monsieur le Président, comme vient de le dire mon ami de Durham. C'est inacceptable et cruel. Cela dénote un manque total d'égards. Les libéraux font du mal à ceux pour qui chaque sou compte. Les pickpockets du Parti libéral adorent créer des taxes pour soutirer encore plus d'argent aux Canadiens.
    Les libéraux ciblent également les sociétés pétrolières et gazières en instaurant des mesures comme la taxe sur le méthane, qui fait augmenter les frais d'exploitation sans toutefois améliorer les choses en matière de changements climatiques.
    En effet, les Canadiens consomment de l'essence, du diésel, de l'électricité et du mazout, peu importe le prix des combustibles et de l'énergie. La hausse des prix n'a pas d'incidence sur les taux de consommation. Elle ne fait que générer plus de recettes pour le fédéral et les provinces, ce qui est inacceptable. On fait ainsi disparaître des emplois.
    Il y a actuellement une crise de l'emploi en Alberta, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique, trois provinces dont l'économie dépend du secteur pétrolier et gazier. La crise sévit aussi dans l'Ouest du Manitoba, ainsi qu'en Ontario, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve, au large de laquelle se trouve le gisement pétrolifère Hibernia et des plateformes de forage en mer. Or, les emplois du secteur pétrolier, qui font vivre certaines localités, disparaissent. Si les employés de ce secteur n'ont plus de travail, qui fera vivre les commerces familiaux de la rue principale? Si aucun client ne vient dans ces commerces, comment feront-ils pour survivre? Ils ne pourront pas vendre leurs produits et leurs services. C'est inacceptable.
    Enfin, je veux aborder une chose dont mes collègues parleront abondamment aujourd'hui, à savoir que le projet de loi C-49, Loi sur la modernisation des transports, comme l'ont appelé les libéraux, ne modernisera pas les transports, bien au contraire. Ce projet de loi nuira aux transporteurs et aux producteurs céréaliers du Canada.
    Pour les producteurs céréaliers de l'Ouest, le 1er août est le début d'une nouvelle année de production. Lorsque les ententes relatives aux services d'expédition viendront à échéance, ces producteurs agricoles auront plus de difficulté à faire acheminer leurs nouvelles récoltes vers les marchés. Le projet de loi redonnera tout le pouvoir aux quelques sociétés ferroviaires qui contrôlent le marché.
    Je suis impatient d'entendre tous les arguments que mes collègues feront valoir aujourd'hui au sujet de cette importante motion.

  (1210)  

    Monsieur le Président, j'ai écouté très attentivement mon collègue d'en face. Je sais qu'il a beaucoup d'expérience. Il a brossé un portrait très tendancieux de la situation qui ne présente qu'une partie de la réalité.
    Le député soutient que le gouvernement n'a rien fait pour les régions rurales du Canada. Où étaient les députés d'en face lorsque le gouvernement a proposé des investissements de 2 milliards de dollars pour les régions rurales du pays dans le dernier budget? Pourquoi n'en parlent-ils pas?
    Le député ne cesse de dire que les libéraux essaient de faire disparaître le secteur pétrolier et gazier en tarifiant la pollution par le carbone. Or, tout le monde au pays sait que plus de 80 % des Canadiens habitent dans une province qui impose déjà une tarification du carbone. L'initiative fédérale ne s'appliquerait qu'aux endroits où une telle mesure n'a pas été adoptée.
    J'aimerais que le député d'en face me dise pourquoi il ne présente qu'une partie de la réalité. J'aimerais connaître la réponse du député à cette question.
    Monsieur le Président, jusqu'à présent, les deux derniers budgets que les libéraux ont présentés à la Chambre n'ont absolument rien fait pour les régions rurales du Canada, ni pour stimuler l'économie. Le fardeau fiscal ne cesse de s'alourdir, et jusqu'à présent, c'est surtout à la fonction publique que des emplois sont créés. Ce n'est pas une façon de stimuler l'économie, d'assurer la croissance et la prospérité du secteur privé et de laisser plus d'argent dans les poches des contribuables.
    Nous savons que les décisions prises par les libéraux ont causé des perturbations dans le marché immobilier qui ont une incidence sur le prix des maisons dans l'ensemble du pays, en particulier à Toronto, ce qui nuit aux acheteurs d'une première maison. Voilà le bilan des libéraux. Ils ont abandonné les travailleurs du secteur forestier et du secteur pétrolier et gazier, et ils vont maintenant sacrifier les producteurs de céréales du pays parce qu'ils veulent seulement garnir les coffres du Parti libéral.
    Monsieur le Président, le député parle de sacrifier les producteurs de grain de l'Ouest canadien. Il est important de se rappeler que les problèmes des producteurs de grain concernant le transport du grain sont le fait de la perte du pouvoir de négociation de la Commission canadienne du blé avec les sociétés ferroviaires.
    Le député peut-il reconnaître qu'il critique les libéraux de ne pas trouver de solution à un problème que le gouvernement conservateur a créé.

  (1215)  

    Monsieur le Président, ce n'est pas surprenant que le député d'Elmwood—Transcona, qui est néo-démocrate, perpétue le mythe selon lequel la Commission canadienne du blé négociait le coût du transport du grain au nom des producteurs. Cela n'a jamais été le cas. En fait, c'était la tâche de l'Office du transport du grain, pas celle de la Commission.
    Je représente une circonscription rurale. Je suis agriculteur et mon beau-fils est producteur de grain. Depuis l'élimination de la Commission du blé, personne dans ma circonscription ne s'est plaint que celle-ci leur manque. Personne ne l'a fait. Au contraire, tout le monde veut des solutions privées. Ils veulent l'accès à la liquidité de leurs ventes, ce qu'ils n'avaient pas avec la Commission.
    Les mesures prises par les conservateurs, lorsqu'ils étaient au pouvoir, ont grandement amélioré les façons de faire pour les producteurs de grain du Canada. Les libéraux ont éliminé le report de sommes générées par la vente des grains; ils prévoient l'abolir. Les producteurs veulent entre autres avoir la capacité de gérer leurs impôts et leurs revenus monétaires. Ces derniers ne sont pas toujours générés la même année. Parfois, à cause du mode de fonctionnement de l'industrie céréalière et des transports, les producteurs ne peuvent pas acheminer leur récolte pendant l'année en cours; ils doivent attendre l'année suivante. Ils ne devraient pas avoir à déclarer deux années de revenus en une seule année.
    Les libéraux ont retiré aux agriculteurs la capacité de dégager des liquidités et de gérer leurs opérations de façon appropriée.
    Monsieur le Président, depuis 18 mois, le premier ministre parle de soi-disant voies ensoleillées. Le soleil brille aujourd'hui, et nous sommes ravis que l'été soit de retour au Canada.

[Français]

    Aujourd'hui, notre propos porte essentiellement sur la situation économique canadienne et sur le bilan des 18 derniers mois de ce gouvernement. Qu'est-ce que celui-ci a fait pour stimuler l'économie et pour créer des emplois et de la richesse? Dans mon exposé, je démontrerai que, malheureusement, ce gouvernement a mis plusieurs fois des bâtons dans les roues à celles et ceux qui, selon nous, les conservateurs, constituent l'épine dorsale de l'économie canadienne et de la croissance économique: les petites et moyennes entreprises.
    Parmi les vilaines décisions qui ont été prises par ce gouvernement, évidemment, en tout premier lieu, il y a la taxe libérale sur le carbone. C'est l'une des pires choses qui puissent être faites pour stimuler l'emploi et l'économie. Nous reconnaissons tous qu'il faut faire face au nouveau défi climatique et qu'il y a des occasions fantastiques permettant à l'économie canadienne d'émerger avec des éléments d'économie verte.
    Toutefois, la pire chose à faire est de punir les entrepreneurs canadiens en leur disant qu'on va leur imposer une taxe de 50 $ la tonne parce qu'ils sont des producteurs et qu'ils sont mauvais. D'ailleurs, ce prix va grimper au fil des années. Ce n'est pas la bonne façon d'aider les entreprises et l'économie ni la bonne façon de faire fructifier la richesse canadienne. Au contraire, cela pénalise les travailleurs et les travailleuses et les producteurs et les productrices.
    Plus tôt, j'écoutais mon collègue de Hull—Aylmer, qui est mon député quand je suis ici, à Ottawa.
    M. Greg Fergus: Un grand député.
    M. Gérard Deltell: Monsieur le Président, il dit qu'il est un grand député. Je le confirme, c'est vrai, physiquement parlant. Plus tôt, il disait que c'était fantastique que plus de la moitié des provinces étaient maintenant d'accord avec les libéraux. C'est facile d'être d'accord quand on sait que, tôt ou tard, une loi nous obligera à l'être de toute façon. C'est cela, l'approche libérale. Sans respecter ce qui devait être fait à Vancouver, c'est-à-dire de travailler main dans la main avec les provinces, les libéraux leur ont présenté leur plan de match et ont dit qu'ils le leur imposeraient dans trois ans avec ou sans leur accord. Alors, lorsque les libéraux sont tout contents de dire que les provinces sont d'accord avec eux, je les crois bien, puisqu'un bâton attend celles-ci si elles ne le sont pas. C'est une mauvaise approche.
    La taxe libérale sur le carbone met des bâtons dans les roues à nos entrepreneurs et punit les travailleurs, les producteurs et les créateurs de richesse, plutôt que d'aider les entreprises à réduire leur empreinte environnementale dans l'économie et l'environnement canadien. Bref, la première mauvaise décision du gouvernement libérale est la création de la taxe libérale sur le carbone.
    Par ailleurs, les entrepreneurs sont aussi embêtés par les charges supplémentaires liées au Régime de pensions du Canada. L'année dernière, ce gouvernement a fait adopter une loi qui augmente les charges pour tous les travailleurs canadiens et toutes les entreprises. À terme, cela coûtera aux travailleurs canadiens 1 000 $ de plus par année. Quant aux employeurs, cela leur coûtera 1 000 $ de plus par année par employé. En fin de compte, pour le travailleur, c'est 2 000 $ de plus, soit 1 000 $ pour le travailleur et 1 000 $ pour l'employeur. Ce sont des charges supplémentaires. Voilà les défis auxquels sont confrontés nos entrepreneurs. On veut créer de la richesse, de l'emploi et du dynamisme, mais on dit aux employeurs qu'ils devront payer 2 000 $ de plus par année pour chaque employé, incluant la charge imposée aux employés eux-mêmes. Ce n'est pas la bonne chose à faire.
    D'autre part, c'est la même chose en ce qui concerne la réduction du taux d'imposition. Ce gouvernement s'était fait élire, entre autres, en promettant de petits déficits de 10 milliards de dollars, qui sont devenus des déficits de 30 milliards de dollars. Les libéraux ont bafoué leurs promesses. Ils avaient dit qu'on reviendrait à l'équilibre budgétaire en 2019, alors qu'on sait aujourd'hui que cela n'aura lieu qu'en 2055, selon le ministère des Finances.
    Qui plus est, les libéraux ont brisé une autre promesse en matière financière. Ils se sont fait élire en disant qu'ils allaient réduire à 9 % le taux d'imposition des PME, qui était à 11 % au moment où ils ont présenté leur plateforme électorale et qui est descendu à 10,5 % par la suite, pour donner de l'oxygène à nos entrepreneurs. Toutefois, ce taux n'a pas bougé. Ils ne l'ont toujours pas réduit comme ils avaient promis de le faire.
    Tout cela s'ajoute à l'abolition de plusieurs crédits d'impôt. Mon collègue de Foothills mentionnait plus tôt que le crédit d'impôt accordé aux entreprises pour exploitation pétrolière avait été aboli par ce gouvernement. Rappelons aussi que celui-ci a aboli plusieurs crédits d'impôt visant à stimuler la création d'emplois et de richesse, tels ceux pour l'investissement et ceux pour la création d'emplois.

  (1220)  

    C'est vrai pour nos entrepreneurs, mais que dire de l'abolition de crédits d'impôt pour la famille? Par exemple, l'abolition d'un crédit d'impôt que nous avons créé pour permettre l'achat de matériel scolaire, sportif et artistique?
    L'absolue bêtise de ce gouvernement libéral a été d'abolir le crédit d'impôt pour le transport en commun. Mon ami le député de Hull—Aylmer, qui prend le transport en commun pour venir au Parlement — je salue d'ailleurs le fait qu'il le prenne, bravo! —, doit être malheureux de constater que son propre gouvernement a aboli le crédit d'impôt auquel des milliers de Canadiens et lui avaient droit.
    Si on m'avait dit, il y a trois mois, que le gouvernement libéral allait abolir le crédit d'impôt pour le transport en commun, j'aurais dit que c'était impossible. Ce gouvernement n'arrête pas de dire qu'il est vert, intéressé par l'environnement et qu'il est pour les travailleurs. Voilà une mesure qui aidait directement le travailleur canadien qui prenait l'autobus et qui polluait moins. Le gouvernement libéral, soyons honnêtes, n'a pas été capable de sentir cette initiative conservatrice, et il a décidé de mettre tout cela de côté. Ce n'était pas la bonne chose à faire.
    En ce qui concerne les entreprises, le bilan du gouvernement libéral est de leur mettre des bâtons dans les roues plutôt que de les aider: la taxe libérale sur le carbone, le Régime de pensions du Canada, la réduction du taux d'imposition qui n'a toujours pas été faite; et l'abolition de crédits d'impôt importants pour les entrepreneurs.
    Concrètement, les exportations ne sont pas en hausse. Cela nous inquiète, parce que c'est l'exportation qui crée la richesse au pays et que nous avons seulement un marché interne de 35 millions de citoyens. Il faut absolument faire de l'exportation. Ce que l'on constate malheureusement depuis les 18 derniers mois de gouvernement libéral, c'est qu'il n'y pas eu d'augmentation en ce qui concerne l'exportation et l'investissement pour les entreprises. Ce n'est pas surprenant quand on voit toutes les taxes supplémentaires imposées aux entreprises, en plus des réductions d'aide aux entreprises que notre gouvernement avait établies par le biais de crédits d'impôt.
    Ce qui préoccupe tous les Canadiens — pas seulement les gens du Québec ou de la Colombie-Britannique —, c'est la question du bois d'oeuvre. On sait que le bois d'oeuvre est une ressource naturelle très importante pour l'économie canadienne. Elle fait fructifier plusieurs régions du Canada, pas seulement le Québec et la Colombie-Britannique. Toutes les autres entreprises partout au pays, qui travaillent avec le bois d'oeuvre pour la deuxième transformation, sont gagnantes lorsque tout va bien.
    Depuis 18 mois, le gouvernement tarde à s'entendre avec les États-Unis pour conclure une entente gagnant-gagnant, tant pour les Américains que pour les Canadiens. Le prix du bois canadien est tellement inférieur et tellement de bonne qualité par rapport aux produits américains, que cela influe sur le prix des maisons aux États-Unis. C'est un test de leadership: quand on a un premier ministre, un chef d'État, qui prend à coeur un dossier, il le prend à bras le corps et le complète.
    C'est ce que nous avons vu en 2006 quand le premier ministre Stephen Harper a rencontré pour la première fois son homologue américain, le président Bush. Leur premier sujet de conversation n'a pas été la pluie et le beau temps. Ils ont parlé des sujets qui touchaient directement l'économie canadienne. Le résultat: trois mois après cette rencontre, sous l'égide du premier ministre Harper et du président Bush, il y a eu une entente sur le bois d'oeuvre.
    Quand un premier ministre fait preuve de leadership, il y a des résultats. Quand un premier ministre profite de toutes les occasions pour faire prendre des photos plutôt que de prendre des décisions, c'est ce qui fait que 18 mois plus tard, on n'a toujours rien.
    J'aimerais rappeler la belle époque de Brian Mulroney et du président Reagan. Rarement avait-on vu dans l'histoire canadienne une telle communion d'esprit entre le chef de l'État canadien et le chef de l'État américain. L'actuel premier ministre et le président Obama étaient très copain-copain, c'est fantastique! Mais cela n'a rien donné. Le premier ministre aurait pu profiter de cette amitié personnelle très forte avec le président américain. Pendant 12 mois, ils auraient pu régler quelque chose. Mais non, il n'a rien fait. Il a préféré aller manger un sandwich dans un restaurant de Montréal, c'est bien beau, mais cela ne donne pas de résultats.
    C'est pourquoi après 18 mois de gouvernement libéral, l'économie canadienne n'est malheureusement pas aussi forte qu'elle devrait l'être.

  (1225)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, étant donné que mon collègue critique le bilan économique libéral, j'aimerais souligner quatre points au sujet de l'économie depuis notre arrivée au pouvoir.
    Premièrement, le Canada jouit de la meilleure situation financière de tous les pays du G7. Deuxièmement, dans le premier trimestre de 2017, l'économie canadienne a enregistré une croissance de 3,7 %. Troisièmement, le taux de chômage continue de baisser: il se situe actuellement à environ 6,6 %. Au début de notre mandat, il s'élevait à 7,1 %. Quatrièmement, dans les six derniers mois, le pays a vu la création de plus de 250 000 emplois à temps plein.
    Nous avons été élus en promettant d'investir dans l'économie afin de stimuler sa croissance. De toute évidence, c'est exactement ce qui s'est passé. Le plan fonctionne.
    Le député ne convient-il pas qu'il s'agit là de bonnes nouvelles économiques?
    Monsieur le Président, parlons d'abord du G7. Tout le monde reconnaîtra que lorsque nous étions au pouvoir, nous avons fait face à l'une des plus grandes crises financières. Dieu merci, le Parti conservateur formait alors le gouvernement. Nous avons été le premier pays à sortir la tête de l'eau. Nous affichions le meilleur ratio de la dette par rapport au PIB.

[Français]

    Or nous avions le meilleur ratio dette-PIB, ce qui a permis à ce gouvernement de prendre de très mauvaises décisions. Parmi les pays du G7, notre pays est celui qui s'est le mieux sorti de la crise.

[Traduction]

    À ce propos, les libéraux prétendent avoir créé des emplois. C'est vrai, mais 80 % de ceux-ci sont des emplois à temps partiel, ce qui n'était pas le cas lorsque nous étions au pouvoir.
    De plus, je tiens à rappeler à la Chambre que les libéraux ont dit qu'ils investiraient dans l'économie en empruntant de l'argent. Avant leur élection, ils avaient soutenu qu'ils enregistreraient un léger déficit de 10 milliards de dollars. Or, il sera environ trois fois plus élevé, et il n'existe pas de plan pour ramener le déficit à zéro.
    Il est très facile d'investir de l'argent que nous ne possédons pas. Toutefois, est-ce que nos enfants et nos petits-enfants devront payer le prix de la mauvaise gestion du gouvernement libéral?
    Monsieur le Président, je veux mettre l'accent sur la partie a) de la motion, qui porte sur l'absence de création d'emplois à long terme pour les travailleurs forestiers canadiens. Quand j'entends des députés ministériels parler de la création d'emplois et de l'enthousiasme que cela provoque, je me dis qu'ils devraient examiner ce qui se passe dans le secteur forestier. S'ils se rendaient dans la vallée Alberni, qui affiche le plus haut taux de chômage dans le Sud-Ouest de la Colombie-Britannique, ils se rendraient compte rapidement que notre collectivité subit des pertes d'emploi massives. En fait, les exportations de grumes ont décuplé depuis 10 ans sur l'île de Vancouver.
    Au cours de la dernière décennie, le gouvernement fédéral n'a créé aucun emploi dans ma collectivité. Je crois que+ les conservateurs ont bien du culot de présenter cette motion, et que les députés ministériels sont tout aussi culottés dans leurs interventions sur ce sujet. Rien n'a été prévu pour l'industrie forestière dans les deux derniers budgets. Il est grand temps que le gouvernement injecte de l'argent dans cette industrie.
    Nous devrions parler aujourd'hui de solutions, au lieu de nous blâmer mutuellement. Je suis réellement déçu de voir des cargaisons de grumes être exportées de la vallée Alberni et des usines fermer leurs portes parce que les gens n'ont même pas accès à leurs propres fibres.

  (1230)  

    Monsieur le Président, mon collègue a parlé de la crise du bois d'oeuvre, et nous reconnaissons l'importance de ce dossier. Lorsque nous étions au pouvoir, nous avions fait de cette question une priorité absolue. C'est ce qui s'appelle faire preuve de leadership.
    Voilà ce que fait un vrai chef qui s'occupe de ces gens. L'ancien premier ministre avait rencontré son homologue, l'ancien président des États-Unis, et lui avait dit qu'ils devaient faire quelque chose pour régler ce problème, et qu'il s'agissait d'une priorité de premier ordre. Le président de l'époque avait alors regardé son adjoint et dit qu'ils examineraient la question. Trois mois plus tard, nous avions une entente pour 10 ans.
    Malheureusement, au cours des 18 derniers mois, le gouvernement libéral n'a absolument rien fait, même s'il existait une relation très amicale entre l'ancien président et le premier ministre. En effet, malgré cette amitié, aucune mesure n'a été prise dans ce dossier en raison du manque de leadership du premier ministre. C'est très mauvais pour l'économie canadienne.
     Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec la députée d'Edmonton Strathcona.
    Je suis heureux d'avoir l'occasion de souligner certaines des réflexions et des objections du NPD à l'égard de la motion dont nous sommes saisis, qui présente toutes les caractéristiques d'une casserole de restants.
     Comme c'est le cas pour une casserole de restants, même si les gens n'aiment pas le produit final, cela ne veut pas dire qu'ils n'aiment pas certains des ingrédients qui ont servi à le concocter. Cette motion contient de bons ingrédients, mais lorsque ces ingrédients sont tous mis ensemble, malheureusement, nous ressentons le besoin de nous y opposer.
    L'aspect de la motion concernant le bois d'oeuvre est un ingrédient que nous trouvons alléchant. Il est juste d'attirer l'attention sur le fait que le gouvernement n'a tout simplement pas réussi à trouver de solution raisonnable pour régler la crise du bois d'oeuvre.
    Comme vient tout juste de le souligner mon collègue néo-démocrate, il est un peu difficile d'entendre toutes ces critiques provenant des conservateurs. Ce sont eux qui étaient au pouvoir lorsque l'accord a expiré. Ils ont eu 10 ans pour trouver un autre terrain d'entente, mais ils ne l'ont pas fait. Ils ont légué cette tâche aux libéraux, qui ont ensuite fait grand cas de leur bonne relation avec le gouvernement Obama et des répercussions positives que cela aurait sur les producteurs de bois d'oeuvre canadiens. Ils ont affirmé qu'ils seraient en mesure de conclure le meilleur accord possible pour les producteurs, mais cet accord ne s'est toujours pas concrétisé.
    On a annoncé un programme d'indemnisation. Cela augure mal pour les producteurs canadiens, qui espéraient la conclusion d'un accord qui leur permettrait de subvenir aux besoins de leur famille en travaillant et non pas en dépendant d'un programme d'indemnisation du gouvernement. Je suppose que, si les libéraux ne sont pas capables de conclure un accord, un tel programme est mieux que rien. Nous préférerions cependant que le gouvernement lutte pour conclure cet accord de sorte que les producteurs de bois d'oeuvre puissent se remettre sur pied.
    Même l'accord qui était en place auparavant, signé par le gouvernement Harper, n'était pas excellent. Aujourd'hui, les conservateurs veulent attirer l'attention sur le fait qu'ils ont conclu un accord. Or, à l'époque, le premier ministre pouvait tirer avantage du fait que des contestations successives à l'égard du régime canadien de bois d'oeuvre soulevées par les États-Unis auprès de l'OMC et d'un tribunal de l'ALENA avaient échoué. Les deux organismes avaient appuyé le régime canadien. D'ailleurs, l'OMC était sur le point de rendre une autre décision qui, selon les experts, aurait soutenu la position du Canada.
     Plutôt que d'attendre cette décision et les avantages qu'elle aurait apportés aux producteurs canadiens, le gouvernement Harper a conclu une entente particulière, qui a laissé entre les mains des États-Unis 1 milliard de dollars des 5,4 milliards puisés à tort dans les poches des producteurs canadiens. Ce n'est pas que le NPD qui le dit; c'est aussi l'opinion des tribunaux de l'ALENA et de l'OMC.
    Il s'agit là d'ententes que, il faut le dire, le NPD n'appuie pas toujours. L'OMC arrivait à la conclusion que les États-Unis avaient agi illégalement face au Canada, mais on a coupé l'herbe sous le pied des producteurs canadiens qui voulaient ravoir l'argent qu'on leur avait pris au moyen de droits injustes. Le gouvernement Harper est intervenu pour l'empêcher. C'est un milliard de dollars qui n'ont pas pu être versés aux producteurs.
    Ce que personne aujourd'hui ne semble se rappeler dans cette histoire, c'est l'identité d'un des acteurs du gouvernement Harper: David Emerson, l'ancien libéral devenu ministre du Commerce conservateur. Peut-être que d'autres partis de la Chambre voudront aussi explorer cette question aujourd'hui. En plus d'avoir pratiquement la même position sur cette question et d'avoir tous les deux échoué dans la recherche d'une solution durable au problème du bois d'oeuvre, même si ce secteur est sous l'égide de l'OMC et de l'ALENA, qu'ils défendent ardemment tous les deux, les libéraux et les conservateurs n'ont eu aucun problème à confier la négociation dans ce dossier à la même personne avant et après les élections de 2006.
    À cet égard, il nous faut une solution durable pour les producteurs de bois d'oeuvre canadiens et il incombe au gouvernement de la trouver. Les belles paroles ne suffisent pas; il faut agir. Entendre les critiques des conservateurs à ce sujet est par contre un peu indigeste, pour moi du moins, surtout qu'ils ont toujours agi de la même manière que les libéraux dans le dossier du bois d'oeuvre.

  (1235)  

    Le grain est un autre élément de la motion, qui diffère beaucoup du bois d’oeuvre; or, les deux sujets y figurent ensemble. Comme nous avions commencé à en débattre pendant la période des questions et observations, la grande crise qui a frappé les agriculteurs de l’Ouest par rapport au transport du grain est survenue après l’abolition de la Commission canadienne du blé. En l’occurrence, les conservateurs reprochent aux libéraux de ne pas trouver de solution à un problème qu’ils ont eux-mêmes créé. La loi qui s’apprête à expirer était une solution de fortune. Le problème que présente l’approche libérale est que, si elle prévoit certaines solutions dans le projet de loi C-49, la Chambre doit encore se prononcer sur la recevabilité de ces dispositions. Malheureusement, il est peu probable qu'elles soient adoptées avant l’expiration de la solution provisoire ou de fortune proposée par le parti conservateur.
    Je ne me prononcerai pas sur la question de savoir si la proposition des libéraux représente une solution durable. Ce qui est clair, c’est qu’un intervalle de temps s’écoulera entre la solution proposée par les libéraux et la solution de fortune des conservateurs. Cela place les producteurs de grains dans une situation difficile qui aurait pu être évitée puisqu’il y a longtemps que l’on voyait venir le problème. Les libéraux, qui avaient déjà prolongé une fois l’application de la solution de fortune des conservateurs, étaient au courant de l'échéance qui arrivait. Il est triste qu’ils n’aient pas pu mettre en place une solution plus durable en prévision d’une échéance qu’ils avaient eux-mêmes fixée. Les producteurs de grains canadiens méritent mieux que cela.
    Le dernier ingrédient est lié à la tarification du carbone, et c'est l'élément que le NPD trouve le plus répréhensible. La motion ne tente pas de critiquer l'approche des libéraux en matière de tarification du carbone, mais plutôt d'affirmer que toute forme de tarification du carbone, voire le principe même de la tarification du carbone, n'a pas sa place dans une économie fonctionnelle et florissante. Nous rejetons tout simplement cette affirmation.
    La semaine dernière, j'ai pu observer tous les députés conservateurs, à une exception près, voter en faveur d'une motion demandant au Parlement d'appuyer l'Accord de Paris sur le climat. L'idée que nous puissions poursuivre avec nos politiques actuelles, comme le préconisent les conservateurs, pour continuer l'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta et la construction des pipelines sans instaurer un quelconque mécanisme de tarification du carbone est tout simplement impossible. Cet aspect de la motion est en contradiction avec la position qu'ils ont prise la semaine dernière relativement à l'Accord de Paris. Certains éléments de la politique environnementale du Canada doivent changer si nous comptons respecter nos engagements en vertu de l'Accord de Paris sur le climat. Voilà qui est clair.
    Lorsqu'on entre dans les détails, cela suscite rapidement une vive controverse et assurément beaucoup de critiques justifiées à l'égard du gouvernement pour n'avoir pris aucune mesure concrète.
    Par exemple, si nous voulons respecter les engagements de l'Accord de Paris, il est évident que nous avons besoin d'objectifs pour y arriver, mais nous n'en avons pas. Nous avons les objectifs inadéquats du gouvernement précédent de Stephen Harper, auxquels les libéraux s'opposaient au cours de la dernière campagne électorale, mais ils n'ont pas établi de nouveaux objectifs plus ambitieux, donc la façon de respecter les engagements est clairement problématique.
    Selon moi, le problème, avec le plan de tarification du carbone des libéraux, réside en partie dans le fait qu'ils ont donné toute la responsabilité de la mise en oeuvre aux provinces, ce qui signifie qu'il pourrait être mis en oeuvre différemment un peu partout au pays. Cette situation soulève un problème d'équité entre les provinces: les Canadiens qui vivent dans certaines provinces pourraient être assujettis à un régime de tarification du carbone différent des Canadiens qui habitent d'autres provinces. C'est un réel problème, et les libéraux n'ont pas réussi à le régler adéquatement.
    La taxe sur le carbone n'est pas équitable parce qu'elle représente un fardeau disproportionné pour les personnes à faible revenu ou à revenu fixe. D'autres gouvernements, comme le gouvernement néo-démocrate de l'Alberta, cherchent à résoudre ce problème en offrant un remboursement de la taxe aux personnes à faible revenu, un peu comme le remboursement de la TPS. Le problème n'est pas insurmontable, et nous serions capables de le résoudre. Malheureusement, le gouvernement libéral a comme approche de se décharger sur les provinces de la mise en oeuvre de la taxe. Ainsi, les Albertains, qui vivent dans une province gouvernée par le NPD, n'auront pas à supporter le même fardeau disproportionné que les Canadiens vivant à un autre endroit, où le gouvernement n'est pas le même.
    Il y aurait beaucoup à dire et beaucoup à critiquer. Il est très décevant de voir, comme nous pouvions l'apprendre en fin de semaine dans la presse internationale, qu'Angela Merkel ne pourra pas compter sur le premier ministre du Canada, parmi les chefs d'État du G20, pour tenir tête à Donald Trump sur la question du climat, contrairement à ce qu'elle croyait.

  (1240)  

    Le comportement du gouvernement va à l'encontre de la motion que les libéraux eux-mêmes ont présentée à la Chambre la semaine dernière et qui nous permettait de confirmer notre engagement à respecter l'Accord de Paris. Nous avons adopté la motion presque à l'unanimité. Or, nous voyons maintenant que les libéraux ne sont pas capables de passer de la parole aux actes. Le scénario du retrait du Protocole de Kyoto est en train de se reproduire.
    Nous devons faire mieux, mais je ne crois pas que les auteurs de cette motion soient de bonne foi lorsqu'ils prétendent vouloir résoudre le problème.
    Monsieur le Président, écouter le NPD décortiquer des accords commerciaux est un peu comme écouter les partisans de hockey de Toronto expliquer aux gens d'ailleurs au pays comment remporter une coupe Stanley. Quand il s'agit d'accord sur le bois d'oeuvre, il y a une chose dont on peut être à peu près certain: le NPD appuiera la conclusion d'un tel accord et dès que ce sera chose faite, il s'empressera de s'opposer à ce qu'on coupe des arbres et essaiera de stopper l'industrie du bois d'oeuvre.
    On a soulevé toute une série de questions. La question des changements climatiques retient particulièrement mon attention. Si je comprends bien, il ne faudrait pas reconnaître la diversité régionale du pays, comprendre que les gens du Nord et les collectivités côtières n'ont pas la même consommation des sources de carbone que les gens du centre du Canada et que les producteurs de la ressource n'ont pas tous la même empreinte. Le NPD voudrait imposer le même accord-cadre à tout le pays plutôt que d'établir une norme nationale et de donner ensuite plus de souplesse à l'échelle locale pour taxer le carbone puis redistribuer les fonds perçus de façon plus ciblée dans les collectivités les plus touchées par les différences de consommation.
    Compte tenu du fait que nous poursuivons un objectif national tout en essayant de respecter les autorités et la dynamique régionales, quelle serait la meilleure façon de procéder dans la province du député, le Manitoba, pour s'assurer d'offrir aux personnes à faible revenu une compensation qui ferait en sorte que la tarification du carbone n'ait pas de répercussions sur les collectivités du Nord et les personnes à faible revenu dans les centres urbains? D'après le député, quelle serait la meilleure façon de redistribuer les revenus tirés de la tarification du carbone pour assurer l'équité sociale tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre grâce à un prix sur le carbone?
    Monsieur le Président, la meilleure façon de ne pas atteindre cet objectif, c’est de faire confiance à un gouvernement conservateur composé de climatosceptiques. L’approche du gouvernement libéral consiste à déléguer les responsabilités au gouvernement provincial. Si le député s’imagine que le premier ministre Pallister du Manitoba va proposer un mécanisme de tarification du carbone qui soit équitable pour le Manitoba, il se met le doigt dans l'oeil. Voilà le problème.
    La question que nous nous posons dans ma province, avec un gouvernement conservateur, n’est pas de savoir si nous allons réinvestir cet argent dans les technologies vertes qui nous aideront à faire une transition équilibrée vers une économie plus sobre en carbone, mais bien de savoir si cette taxe aura une incidence sur les recettes, car le gouvernement va réduire l’impôt sur le revenu afin de compenser la taxe sur le carbone. C’est un élément du problème.
     Ce dossier aurait besoin d’être habilement piloté par le gouvernement fédéral, ce qui n’est pas le cas. Le gouvernement devrait rassembler les gens pour leur dire qu’il veut régler les problèmes dans les collectivités et qu’il est conscient que la situation peut être différente d’une province à l’autre. Il ne doit pas refiler toutes les responsabilités aux provinces en leur permettant d’imposer une taxe sur le carbone sans en investir les recettes dans des technologies vertes. Il donne le feu vert aux provinces pour faire ce qu’elles veulent, et on va se retrouver avec des mécanismes tout à fait régressifs pour la mise en place de cette taxe, avec peu d’effets bénéfiques pour l’environnement. On va donc assister à un simple déplacement des sources de revenus pour le gouvernement, alors qu’on devrait avoir un vrai plan de transition vers une économie sobre en carbone.

  (1245)  

    Monsieur le Président, j’observe que le gouvernement actuel et son prédécesseur ne se sont guère préoccupés de signer des ententes sur le bois d’oeuvre, ce qui a fait disparaître un grand nombre d’emplois dans beaucoup de localités.
    Lorsque l’industrie du pétrole a été frappée par une crise, les prestations d’assurance-emploi ont été prolongées pour aider les travailleurs à s’adapter à la situation. Le député estime-t-il qu’on devrait en faire autant pour les travailleurs de l’industrie du bois d’oeuvre, étant donné que le dossier du bois d’oeuvre ne semble pas être piloté avec sérieux, car une telle mesure permettrait d’aider temporairement les gens qui ont perdu leur emploi?
    Monsieur le Président, je voudrais simplement rappeler qu’un programme d’indemnisation a été annoncé. Pour l’instant, c’est manifestement le plan B. Nous voulons un accord qui assure la prospérité de cette industrie. Le programme d’indemnisation n’offre pas une aide directe aux travailleurs, contrairement à ce qui avait été fait dans le secteur du pétrole et du gaz.
    Or, il faut offrir une aide directe aux travailleurs de cette industrie. Ils doivent continuer de payer leur hypothèque et de nourrir leur famille, mais ils n’ont pas accès à l’assurance-emploi. Nous savons que 6 Canadiens sur 10 qui ont besoin de l’assurance-emploi n’y ont pas accès. Malheureusement, les travailleurs de l’industrie du bois d’oeuvre en font partie, et le gouvernement ne propose rien pour remédier à cette situation.
    Monsieur le Président, je me réjouis de prendre la parole aujourd’hui au sujet de cette motion fourre-tout, comme l’ont qualifiée mes collègues. Avant de m’attarder sur la deuxième partie de la motion, qui concerne le secteur énergétique du Canada, je voudrais dire quelques mots sur le dernier point de la motion, qui concerne la situation des agriculteurs dans l’Ouest du Canada.
     Au sujet de l’interconnexion, je dois dire que l’ancien gouvernement conservateur a complètement négligé de trouver une solution à long terme à ce problème. Il s’est contenté de prolongations temporaires. Certes, il a augmenté la distance d’interconnexion, jusqu’à 120 kilomètres je crois.
    J’ai rencontré des céréaliers et des cultivateurs de l’Alberta que je connais bien, notamment Humphrey Banack. Ils m’ont dit qu’ils aimeraient bien, si cette loi entre en vigueur, que cette distance soit portée à 1 200 kilomètres, mais ils regrettent que le gouvernement, encore une fois, laisse passer la date limite du 1er août sans faire quoi que ce soit, car cela signifie que l’interconnexion est ramenée à 30 kilomètres. Les expéditeurs canadiens vont se retrouver dans une situation très défavorisée, surtout ceux qui sont en train de négocier l’expédition de leur récolte cet automne.
    Nous souhaitons vivement que ce dossier soit réglé au plus vite. Nous demandons au gouvernement libéral de prendre les mesures nécessaires pour que le dispositif provisoire qui est en place soit prolongé jusqu’à l’adoption de la loi.
     J’aimerais maintenant parler des allégations lancées par les conservateurs selon lesquelles le gouvernement s’emploie à démanteler progressivement le secteur énergétique du Canada en mettant en place ce qu’ils appellent une taxe sur le carbone destructrice d’emplois, en imposant un fardeau fiscal accru aux sociétés pétrolières et gazières, en supprimant les incitatifs offerts aux petites entreprises pour faire de nouvelles découvertes dans le domaine de l’énergie, et en refusant de prendre en compte la crise qui secoue actuellement le marché de l’emploi en Alberta. En fait, ce sont eux qui refusent de voir la réalité de tout le secteur énergétique, non seulement en Alberta mais aussi à l’échelle du Canada et du monde entier. Je veux dire que la plupart des investissements sont en train de se déplacer vers le secteur des énergies renouvelables. Le Parti conservateur est incapable de comprendre que le secteur de l’énergie ne se limite pas au pétrole et au gaz naturel.
     Contrairement à ce qu’ils prétendent, ce n’est pas la décision récente qu’ont prise les libéraux pour lutter contre le changement climatique qui pose problème, c’est l’incapacité crasse du gouvernement précédent d’avoir adopté une position crédible pour lutter contre ce phénomène mondial et d’avoir pris les mesures nécessaires pour encourager la diversification de notre économie, y compris celle de ma province, l’Alberta, pour assurer le développement et l’expansion des énergies renouvelables et de la création d’emplois dans le secteur de l’efficacité énergétique.
     Les conservateurs s'étaient engagés à réduire les émissions de gaz à effet de serre, et ils avaient fixé des cibles à atteindre. Ils ont ensuite promis à maintes reprises d’établir un système pour s’attaquer à la principale source d’émissions de carbone, soit l’industrie du pétrole et du gaz naturel. Ils ont proposé un régime de plafonnements et d’échanges. Ils ont même présenté un document de travail sur les compensations. Toutefois, au final, tout cela n’a absolument rien donné. Certes, ils ont proposé la fermeture des centrales alimentées au charbon d’ici 2050 si les émissions de gaz à effet de serre ne diminuaient pas entretemps, et ont investi des millions de dollars de deniers publics dans la capture et la séquestration du carbone.
    Les entreprises de l’Alberta se sont désintéressées de tout cela, en raison des coûts élevés des technologies et de leur efficacité douteuse. J’ajouterai que les cibles des conservateurs ne prenaient pas en compte les problèmes sanitaires causés par les centrales alimentées au charbon, problèmes qui sont bien documentés par l’Association médicale canadienne. Je salue la décision prise par le gouvernement néo-démocrate de l’Alberta de devancer la date de fermeture des centrales alimentées au charbon, en raison des problèmes de santé causés par les émissions toxiques produites par celles-ci. Le gouvernement fédéral lui a finalement emboîté le pas en décidant lui aussi de devancer cette date.
     L’Alberta a également annoncé l’adoption d’un règlement visant à réduire les émissions de méthane, que le gouvernement fédéral a encore une fois imité, mais en repoussant la date d'entrée en vigueur. Les conservateurs n’ont rien fait au sujet du méthane, alors que les émissions de ce gaz sont beaucoup plus nocives que le carbone au chapitre du changement climatique.
    Les litanies des conservateurs au sujet de la taxe sur le carbone deviennent fatigantes. Un grand nombre de provinces ont déjà mis en place des programmes visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre sur leur territoire, notamment une taxe carbone imposée il y a plusieurs années par le gouvernement progressiste-conservateur albertain de l’époque, ainsi qu’une taxe carbone imposée par le gouvernement de la Colombie-Britannique. Les conservateurs prétendent qu’en luttant contre le carbone, on détruit le secteur des combustibles fossiles, mais il n'y a qu'à voir ce qui se passe dans un secteur qui est en plein essor en Colombie-Britannique et en Alberta. Les conservateurs devraient se joindre à tous ceux, et ils sont nombreux, qui demandent au gouvernement fédéral de ne pas se limiter à la taxe sur le carbone pour lutter contre le changement climatique, et à prendre d’autres mesures.

  (1250)  

     Environnement Canada prévoit que, avec les politiques que nous avons en ce moment, notre pays n’atteindra pas son objectif de 2030 pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, parce les niveaux actuels sont au moins 30 % plus élevés que ce que le gouvernement avait promis — et c’est par rapport aux cibles bien timides du gouvernement Harper, que le gouvernement actuel s'entête à vouloir maintenir.
     En fait, la taxe sur le carbone pose un problème, car, comme l’on fait remarquer un grand nombre de sources tout à fait crédibles, cette taxe ne suffit pas à elle seule pour atteindre les cibles fixées, sans parler des engagements pris à Paris.
     Un certain nombre de pays ont réussi à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, mais le Canada continue d’augmenter les siennes. Le gouvernement devrait commencer par prendre les mesures nécessaires pour s’acquitter de la promesse qu’il a faite au G20 de diminuer progressivement et de rationaliser les subventions pour les combustibles fossiles. C’est ce que recommande le vérificateur général du Canada dans son rapport du printemps 2017, dans lequel il reproche au ministère de l’Environnement et du Changement climatique et au ministère des Finances de ne pas avoir mené à bien une étude sur ces subventions perverses, et de ne pas avoir préparé un plan et un échéancier pour les éliminer progressivement. Une telle mesure contribuerait pourtant énormément à l’instauration de conditions plus équitables pour les investissements dans le secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.
    Ensuite, même si le budget énumère une myriade de mesures pour appuyer le déploiement de sources d'énergies renouvelables et l'amélioration de l'efficacité énergétique, le paiement de la plupart de ces mesures sera réparti sur plusieurs législatures. Presque aucun financement n'a été accordé à cet égard cette année. La distribution de fonds fédéraux visant à appuyer les initiatives provinciales et territoriales dans le cadre des ententes bilatérales sur les infrastructures vertes et du fonds pour une économie à faibles émissions de carbone est également retardée.
    Pourquoi ne pas rétablir le programme écoÉNERGIE Rénovation, comme l'a mentionné ma collègue, en contrepartie des programmes provinciaux et municipaux, ce qui contribuerait à réduire les coûts énergétiques des petites et moyennes entreprises et à calmer l'inquiétude que suscite l'arrivée de la taxe sur le carbone?
    Le moment est aussi venu de suivre le modèle du Royaume-Uni en exigeant une reddition de comptes par rapport au programme de lutte aux changements climatiques. Comme notre parti le recommande depuis mon élection, il y a huit ans, il est crucial de fixer des objectifs de réduction contraignants et de mettre sur pied une commission indépendante en vue de formuler des conseils, d'exercer une surveillance et de produire des rapports.
    Le problème c'est que nous avons toute une liste de mesures dont divers ministres parlent, ici et là, au public et à l'industrie, mais qu'on ne sait absolument pas lesquelles se concrétiseront. Le premier indice que nous en avons eu a été la liste de programmes qui figurait dans les documents budgétaires. Or, quand on y regarde de plus près, on se rend compte que, en réalité, aucun montant n'a été affecté cette année. Cela comprend des programmes visant à réduire la dépendance au diesel dans les communautés éloignées et les communautés du Nord, des programmes qui auraient été bons pour la santé de ces communautés et pour la réduction des gaz à effet de serre. C'est une petite mesure qui, malheureusement, est encore reportée.
    Il serait temps de mettre fin à la diabolisation de la taxe sur le carbone et, à la place, d'unir nos efforts pour pousser le gouvernement libéral à concevoir un programme sensé et exhaustif pour respecter et ses cibles plutôt anémiques, et les cibles qu'il devrait respecter pour contribuer raisonnablement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale et aux objectifs de l'Accord de Paris.
    Envoyer la ministre de l'Environnement et du Changement climatique un peu partout dans le monde, ce n'est pas suffisant. Elle passe beaucoup de temps à rencontrer des membres de l'Union européenne et ainsi de suite. Elle devrait rentrer au pays et commencer à mettre en oeuvre des mesures qui vont profiter aux Canadiens, réduire leurs coûts en énergie et rapprocher le Canada d'une économie axée sur l'énergie propre.

  (1255)  

    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son intervention, où elle a bien bien expliqué sa position en ce qui concerne la tarification du carbone.
     La députée commenterait-elle un peu la position du Canada à l'échelle mondiale en ce qui concerne la tarification du carbone? Je crois comprendre que le Canada se classe plutôt bien, en ce sens que le prix du carbone n’y est ni parmi les plus élevés ni parmi les plus bas. À l’échelle mondiale, cela nous met en très bonne position sur le plan concurrentiel.
     Qu'en pense la députée?
    Monsieur le Président, c'est un plaisir de siéger au comité de l'environnement avec le député.
     Je ne pense pas que le problème soit la tarification du carbone. Le principal, c'est de comparer ce que font le Canada et les autres pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
     Un rapport récent compare le Canada au Royaume-Uni. Il montre que les émissions au Canada augmentent continuellement, alors que celles du Royaume-Uni diminuent. Pourquoi? C'est parce que le Royaume-Uni s’est fixé des cibles contraignantes au moyen d’une loi et qu’il a une commission indépendante qui aiguillonne le gouvernement et qui permet au public de savoir ce qui se passe.
     Pour parler franchement, ce que je crains, c’est que, à mesure que le prix du carbone augmentera, l’opposition du public ou des petites entreprises s’intensifiera également parce qu'ils redouteront de ne pas pouvoir payer cette taxe. Raison de plus donc pour le gouvernement de proposer d'autres mesures parallèles pour aider les ménages, les familles et les collectivités à réduire leur consommation d'énergie et, ainsi, leurs émissions.
    Monsieur le Président, je remercie mon amie d'Edmonton Strathcona d’avoir mis l'accent si clairement sur la différence entre le respect de la cible fixée dans l'Accord de Paris, c'est-à-dire maintenir la température moyenne mondiale à au plus 1,5 °C au-dessus de ce qu'elle était avant la Révolution industrielle, et notre objectif actuel de réduction des émissions de 30 % d'ici à 2030 par rapport à 2005, ce qui est inadéquat, comme la députée l’a dit. C'est l'objectif qu’a légué le gouvernement Harper, et il est incompatible avec l'atteinte des objectifs de l'Accord de Paris.
     Comme la députée l'a également mentionné, la tarification du carbone n’est qu'une première étape en vue de faire bouger les choses. Où sont les programmes comme écoÉNERGIE Rénovation? Où sont les mesures qui aideront l'économie du Canada à réduire graduellement sa dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles?
     L'excuse que j'ai entendu le gouvernement donner, c’est qu'il a retardé des choses comme les programmes de type d'écoÉNERGIE Rénovation pour s'assurer qu'elles pouvaient être mises en place en partenariat avec les provinces. Je me demande si la députée a des commentaires à ce sujet.
    Monsieur le Président, j'aimerais remercier la députée de travailler sans relâche à cette question.
     Ce qui me préoccupe encore plus, c'est la question que soulève la députée. En fait, le programme écoÉNERGIE Rénovation ne figure même pas dans la liste des mesures que le gouvernement propose de présenter.
     J'ai parlé avec d'autres administrations, et l'Alberta en particulier serait ravie que le gouvernement commence à transférer les fonds qui sont censés être fournis dans le cadre de l'entente pancanadienne. Elle a finalement lancé des programmes d'efficacité énergétique après que le gouvernement conservateur les eut rejetés pendant quatre décennies. Je sais qu'elle se réjouirait de recevoir un financement fédéral. Plus tôt nous le ferons et réduirons la consommation d'énergie, plus tôt nous pourrons nous débarrasser des centrales au charbon et des autres principales sources d'énergie polluantes. Par conséquent, je dirais au gouvernement de ne pas se gêner, de commencer à distribuer ces fonds fédéraux pour contribuer à développer les secteurs de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables en plein essor et offrir des emplois et des possibilités au Canada.

  (1300)  

    Monsieur le Président, je suis très honoré que tant de nos collègues soient à la Chambre aujourd'hui.
     Il y a un certain temps que je n'ai pas pris la parole dans cette enceinte. Je vais vous demander, à vous, monsieur le Président, et à mes collègues des deux côtés de l'allée, de faire preuve d’une certaine indulgence aujourd'hui. J'ai bien l'intention de parler de la motion de fond dont nous sommes saisis, mais avant de le faire, il y a des questions de nature personnelle que je porte dans mon coeur depuis un certain temps et que je dois exprimer. Je vais donc simplement les exposer, si la Chambre veut bien m'accorder cette permission.
     J'aimerais d'abord présenter certaines des personnes les plus importantes dans ma vie, que j'ai le plaisir d'avoir avec moi aujourd'hui, à Ottawa. Ce sont mes parents, Sandra et Anthony Chan, mon frère, le docteur Kevin Chan, et bien sûr, mon épouse bien-aimée, Jean Yip. Malheureusement, nos trois enfants, Nathaniel, Ethan et Theodore, n’ont pas pu se joindre à nous. Les deux plus vieux ont des examens en ce moment, mais Jean et moi serons ravis d'accueillir notre plus jeune fils, Theo, mercredi, quand il viendra à Ottawa pour sa sortie scolaire de fin d'études. Nous attendons sa visite avec impatience.
     D'abord et avant tout, c'est un immense honneur de servir la population en tant que député de Scarborough-Agincourt. Nous apprécions tous le privilège qui nous est donné de représenter nos concitoyens à la Chambre. Je ne saurais remercier suffisamment les électeurs de Scarborough-Agincourt de m'avoir confié deux fois le mandat de les servir dans cet endroit merveilleux.
     Bien que je sois très fier de siéger en tant que député, il y a une chose qui m’inspire encore plus de fierté, et c'est simplement de faire savoir à mes parents que ma plus grande fierté reste d’être d’abord et avant tout leur fils et le frère de Kevin et, chose la plus importante, le mari de mon épouse bien-aimée, qui s’est toujours tenue à mes côtés. Je ne pourrais tout simplement pas avoir de meilleure partenaire dans la vie.
     Comme je l'ai mentionné, l'une des difficultés auxquelles nous sommes souvent confrontés — et les Canadiens n’en ont pas l’exclusivité, mais évidemment c'est un défi pour ceux d'entre nous qui occupent des charges publiques —, ce sont les sacrifices que font nos familles. Si j'ai fait passer mes enfants au second rang à certaines occasions, par exemple en manquant quelques-uns des moments importants dans leur vie, comme le concert de jazz auquel Ethan a participé récemment à son école, afin d'exercer ma fonction ici à la Chambre des communes, je leur demande de me pardonner. J’expliquerai cependant les raisons importantes pour lesquelles nous faisons ce que nous faisons.
     Les personnes les plus importantes dans ma vie m’ont enseigné trois leçons importantes, à savoir, le dévouement, le devoir et l’engagement.
     En ce qui concerne le dévouement, mes parents nous ont inculqué à mon frère et à moi-même, dès un très jeune âge, le concept de faire de son mieux. Je dois dire et je reconnais que je n’ai sans doute pas su faire preuve d'un dévouement aussi constant que mon frère cadet. Mon père m’a souvent rappelé que je me fie trop souvent à mon talent, au lieu de travailler dur et avec application. Toutefois, j’aime à penser que nous nous sommes bien imprégnés de cette importante leçon.
     En ce qui a trait au deuxième point, le devoir, je tiens à dire que ce n'est pas par la parole que mes parents me l’ont enseigné, mais bien par leurs gestes et leur mode de vie au quotidien.

  (1305)  

     Le devoir était, de toute évidence, d’une importance capitale pour eux. J’espère, d’ailleurs, que Kevin et moi avons su nous acquitter de notre devoir. J’ai le privilège d’agir comme titulaire de charge publique. Mon frère aussi, mais différemment. En tant que médecin pédiatre, il a parcouru le monde entier pour venir en aide aux enfants les plus démunis. Je suis très fier de ses réalisations jusqu’à maintenant et de celles à venir, pour le compte des enfants les plus vulnérables de la planète.
     Enfin, mes parents m’ont enseigné l’engagement. À cet égard, j’ai eu un autre professeur très important, mon épouse Jean. Comme bon nombre de députés le savent déjà, je lutte contre une maladie depuis plusieurs années. Je n’aurais pu demander une partenaire plus dévouée pour m’accompagner dans ce long cheminement. À ce titre, qu'on me permette de citer notre ancien premier ministre, l’honorable Jean Chrétien, lorsqu’il fait référence à son épouse, Aline: « Sans toi, je ne suis rien. »
    Je voudrais faire un retour sur une question plus fondamentale qui a été soulevée un grand nombre de fois à la Chambre. Je parle de la façon dont nous nous comportons.
     Je ne sais pas pendant encore combien de temps j’aurai la force de me tenir debout ici et de prononcer un discours de 20 minutes, mais le message que je souhaite transmettre est le suivant: je sais que nous sommes tous des députés honorables, je sais que les députés vouent le plus grand respect à cet endroit, et je nous prie donc de ne pas être seulement des députés honorables, mais aussi de traiter cette institution de façon honorable.
     À cette fin, j’aimerais rendre hommage à notre collègue la députée de Saanich—Gulf Islands. Malgré le fait que nous ne soyons pas dans le même parti et que nous ayons des opinions très divergentes sur certaines questions clés, je voue la plus profonde admiration à cette parlementaire, non seulement parce qu’elle nous exhorte à respecter l’article 18 du Règlement, mais surtout parce que j’ai remarqué, en l’observant, qu’elle a le plus grand respect pour cette enceinte. Elle est dévouée envers ses concitoyens. Tant ici qu’en comité, elle adhère aux règles de conduite les plus élevées qui soient pour les parlementaires. Malgré le fait qu’elle soit, peut-être, fortement en désaccord avec le gouvernement en place, elle fait preuve du plus grand respect dans le ton qu’elle adopte. Je demanderais à chacun d’entre nous de rehausser notre débat et de mieux nous conduire en suivant son exemple.
     Ce n’est qu’en nous inspirant de son attitude si éloquente que nous inspirerons la confiance des Canadiens envers cette institution démocratique qui nous est chère à tous. C'est important d'y parvenir.
     Je voulais aussi suggérer que nous renoncions à ce que j’appelle les points de discussion préfabriqués. Je ne suis pas parfait. Je sais que parfois cela exige un peu de pratique. Il arrive que nous devions avoir recours aux conseils et à l’aide de notre personnel et des ministères ou aux recherches de l’opposition. Toutefois, je ne crois pas que nous rétablirons la confiance des Canadiens envers les débats ayant lieu à la Chambre si nous ne faisons que remâcher des formules toutes faites. Il est bien plus important de tenir compte des expériences de nos concitoyens au regard de la question à l'étude, quand nous nous penchons sur un projet de loi et nous demandons comment l'améliorer.
     Nous avons le droit d’être fortement en désaccord; en fait, nous devrions l’être. C’est sur cette diversité des points de vue que repose la démocratie. Néanmoins, nous ne devrions pas nous en remettre uniquement aux points de discussion déjà préparés. Cela n’élève pas le débat à la Chambre. Cela ne renforce pas la confiance des Canadiens dans ce qu’est véritablement la démocratie.
     De plus, quand nous intervenons et débattons de sujets comme nous le faisons en ce moment, je propose à tous nos collègues d’écouter réellement ce que chacun dit, lorsque vient le moment d’écouter, malgré nos fortes divergences d’opinion. C’est alors que nous incarnons la vraie démocratie. C’est le défi que doit relever le monde entier de nos jours. Personne n’écoute. Tout le monde parle en même temps. Nous devons nous écouter les uns les autres. C’est ainsi que nous ferons de ce lieu une institution plus forte.
     J’ai également quelques commentaires à adresser d’une manière générale aux Canadiens avant d’en venir à la question de fond de la motion principale présentée par le député de Selkirk—Interlake—Eastman. Je suis conscient que, parfois, par exemple quand nous sommes sur le point de passer à la période des questions, en toute honnêteté, je fais partie de ceux qui commencent à trouver difficile d’observer ce qui se passe, peut-être parce que je suis du côté du gouvernement --, j'y ai certainement participé avec une certaine jubilation par moments, lorsque j’étais du côté de l’opposition. Je le reconnais aujourd’hui. Peut-être ma perspective a-t-elle changé depuis que j'ai changé de côté à la Chambre, bien que je n’aie pas à faire face au barrage quotidien de questions, contrairement aux représentants du gouvernement.

  (1310)  

     J’ai la ferme conviction que, malgré ce que nous voyons ici, ce qui fait notre force, c’est que nous pouvons vraiment nous livrer à ce processus sans rancœurs fondamentales, sans désaccords fondamentaux et sans violence. Voilà la différence, et c’est pourquoi j’aime tellement cette institution. Je demanderais aux Canadiens de faire vivre leur démocratie, de la chérir et de la révérer. Certes, je leur demanderais de faire la chose la plus fondamentale: voter. Mais, c’est beaucoup plus que cela. Je leur demande une participation citoyenne, quelle que soit la forme qu’ils veuillent donner à ces mots, qu’il s’agisse d’entraîner une équipe de soccer ou de travailler dans une banque alimentaire. Pour moi, cela peut être encore plus simple que cela.
     C’est le civisme de base dont nous faisons preuve les uns envers les autres qui est fondamental. C’est remercier le serveur chez Tim. C’est céder le passage à quelqu’un sur la route. C’est dire merci. De mon point de vue, ce sont les petites choses que nous faisons collectivement qui font une grande société et, pour moi, c’est, en définitive, l’essence de l'identité canadienne. Nous sommes tellement privilégiés de vivre dans ce pays, car ces petits gestes de savoir-vivre et de civisme font ce que nous sommes. Je demanderais aux députés de protéger cette tradition, car elle est le fondement de ce qui fait la grandeur du Canada.
    La Constitution prône la paix, l’ordre et le bon gouvernement. Mon estimé collègue de Lanark—Frontenac—Kingston apprécierait ce point en particulier. Nous avons beaucoup de motifs de fierté, et je nous demanderais tout simplement de reconnaître la grandeur de cette institution remarquable. Par ces petits gestes, nous maintiendrons la démocratie canadienne et les valeurs qui nous unissent.
    Je m’en voudrais de ne pas parler de la motion de fond qui a été présentée aujourd’hui. Au cours des cinq dernières minutes dont je dispose, je me pencherai brièvement sur la motion dont nous a saisis notre estimé collègue de Selkirk—Interlake—Eastman et au sujet de laquelle je n’ai peut-être encore rien dit.
     Je comprends ce qui sous-tend la motion du député, mais, avec tout le respect que je lui dois, je suis totalement en désaccord avec lui. Je ferais trois brèves critiques pour justifier ma position.
     Premièrement, la motion cherche à montrer qu’un certain parti sait gérer l’économie mieux qu'un autre. Ensuite, on y donne diverses raisons pour justifier cette affirmation. Tout d’abord, j'estime difficile de bien évaluer la performance économique d’un gouvernement après 18 mois, sur la foi des mesures qu’il a prises.

  (1315)  

     Je reconnais parfaitement qu'on puisse critiquer certaines mesures que le gouvernement a prises. Que l’on soit d’accord ou pas, c’est manifestement une question à débattre de façon raisonnable. Cependant, il est tout simplement prématuré d'affirmer que nos politiques entraîneraient en quelque sorte une catastrophe ou faillite économique profonde. Je soutiens qu’il faudrait encore un certain temps pour évaluer si les politiques du gouvernement déboucheront sur une croissance économique durable à long terme.
     Deuxièmement, à mon humble avis, cette motion ne dit rien de certaines variables beaucoup plus complexes pour mesurer la performance économique. Je dirais que la motion ne tient pas compte de certains grands paramètres touchant l’innovation et la direction que devrait prendre l’économie.
     Enfin, je dirais tout simplement que, à certains égards, la motion traduit peut-être une certaine nostalgie. Elle tend à considérer l’ensemble de notre économie en fonction de ce qu’elle était jadis par opposition à ce qu’elle devrait être et à la direction qu’elle devrait prendre. De mon point de vue, elle ne tient pas compte de certaines des forces que je considère comme beaucoup plus vives du changement technologique auxquelles le gouvernement veut essentiellement s’attaquer. Nous devons poser les questions cruciales dans l’optique du positionnement ultime de l'économie nationale.
    Voilà les trois brèves critiques que j'émets au sujet de la motion de fond dont la Chambre est saisie aujourd’hui. Je remercie néanmoins le député de Selkirk—Interlake—Eastman d’avoir présenté cette motion qui soulève une question importante sur la direction de notre économie. Je demanderais au député de considérer l'économie dans une perspective nationale plutôt que ponctuelle. À certains égards, cette motion tend à la régionalisation, une approche que j’estime inopportune pour un gouvernement qui souhaite s’attaquer aux enjeux économiques nationaux.

  (1320)  

    Monsieur le Président, ce sont des journées comme aujourd’hui qui font que tous les députés sont très fiers de siéger à la Chambre des communes. Puisque nous en sommes aux questions et observations, je prendrai pour une fois l’option des observations, parce que le discours éloquent du député de Scarborough—Agincourt rappelle à tous les parlementaires qu'ils peuvent tous s'efforcer de s'améliorer. Je m'estime très chanceux de considérer le député au nombre de mes amis. Nous sommes tous deux avocats, tous deux élus lors d’une élection partielle, et tous deux nous avons eu la piqûre de la politique à cause de Queen's Park. Dans mon cas, la passion de la politique me vient de mon père, alors que dans le cas du député, elle tient à sa collaboration avec le premier ministre McGuinty. La Chambre se porte toujours mieux lorsqu'un estimé collègue y exprime ses réflexions, comme il l’a fait aujourd’hui.
     Je voudrais que le député de même que Jean, Nathaniel, Ethan et Theodore sachent que selon la coutume, les députés portent le titre d'honorable. Par son comportement et par sa contribution à nos débats, le député mérite tout notre respect. La façon dont il traite ses collègues et dont il aborde le débat et la procédure à la Chambre n’est rien de moins qu’honorable. Je me réjouis qu’il ait mentionné les petites choses, parce que son amitié et les petites choses ont une grande signification pour moi depuis qu’il siège dans cette enceinte.
     Je vais terminer mon intervention en faisant part d’une réflexion. J’ai parcouru pendant des mois ce grand pays, dans une course à la direction qui ne s’est pas terminée de la façon que j’avais souhaitée, mais malgré la fatigue j’aimerais que les Canadiens sachent que j’ai profité du réconfort de commentaires encourageants que j’ai reçus, de la part de députés même libéraux ou néo-démocrates. Je n’oublierai jamais le jour où je me trouvais à Vulcan, en Alberta, et où j’ai émis l'avis sur Twitter qu’avec le gouvernement libéral nous ne pouvions plus aspirer à une longue vie et à la prospérité. Cela a provoqué l’un des gazouillis les plus drôles que j’aie jamais vus de la part de mon ami le député de Scarborough—Agincourt. Il me disait que mon commentaire était tout à fait illogique, mais qu’il me souhaitait quand même bonne chance. Ses observations et le réconfort qu’elles m’ont apporté ont réellement avivé ma passion de servir le public.
     Au nom de tous les députés, je vais terminer mon intervention un peu de la même façon que j’ai mis fin à cet échange de gazouillis, en disant que nous sommes amis et que nous le demeurerons toujours.

  (1325)  

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Durham, mon ami, bien sûr, et aussi, malheureusement, un obsédé ou un amateur comme moi — c’est selon — de la série Star Trek. Je n’ai malheureusement pas eu le plaisir de visiter Vulcan, même si j’aimerais pouvoir être téléporté là un jour. D’aucuns pourraient prétendre que le sang qui coule dans mes veines n’est probablement pas rouge, mais je peux soutenir le contraire. Je dirai simplement que j'apprécie énormément l'amitié de mon collègue. Qui plus est, de mon point de vue, et cela ne se veut en aucun cas un manque de respect à l’endroit du leader de l’opposition officielle, je suis heureux que ce ne soit pas lui qui occupe ce poste.
    Monsieur le Président, j’aimerais simplement commencer en faisant écho aux remarques éloquentes du député de Durham et dire combien le NPD et tous les membres de cette grande famille qu’est la Chambre des communes respectent le député de Scarborough—Agincourt. Je parlais récemment à mon collègue de Courtenay—Alberni, qui me rappelait l’éloquence du député au moment de la séance d’orientation destinée aux nouveaux députés, ainsi que la pertinence de ses interventions.
     J’ai été réellement ému par son allocution d’aujourd’hui, concernant non seulement la santé et les problèmes d’équilibre entre travail et vie personnelle, mais aussi la nécessité de remercier les employés de Tim Hortons, comme il l’a souligné, ou encore de faire preuve d’un peu plus de civisme sur les routes. Le député est un bon exemple de la tradition de civisme que nous espérons pouvoir rétablir ici un de ces jours.
     J’ai eu l’honneur et le privilège de participer à une activité dans la circonscription du député de Scarborough—Agincourt, dans le cadre du débat controversé concernant l’aide médicale à mourir. J’ai eu la chance de voir le député en action auprès de ses électeurs, et je peux témoigner sans hésitation du respect et de l’affection que lui portaient les députés présents.
     J’aimerais dire à Jean et à sa famille combien le soutien de notre entourage est important pour nous tous, et je sais à quel point ce fut le cas pour le député. Je voudrais simplement souligner, au nom du Nouveau Parti démocratique, combien nous apprécions le député.
    Monsieur le Président, laissez-moi remercier mon ami de Victoria et leader à la Chambre du tiers parti pour ses commentaires très généreux.
     À mon avis, cela va dans les deux sens. Sa générosité en tant que porte-parole en matière de justice du Nouveau Parti démocratique, lui qui a accepté de se prononcer dans la circonscription d’un député du gouvernement au sujet d’un projet de loi très controversé, le projet de loi C-14, montre bien la force qui anime la Chambre. Si les députés examinent les votes antérieurs, ils verront que nous avons voté pratiquement toujours à l’opposé sur les amendements, ainsi que sur la motion principale, mais que nous avons quand même pu engager un débat civilisé dans ma circonscription et dialoguer avec des électeurs affichant toute une gamme de points de vue différents sur ce sujet particulier.
     C’est exactement ce que je voulais souligner précédemment. Même si le Parlement est un lieu de divergence d’opinions, cela ne nous autorise pas à être désobligeants. Mon ami de Victoria est un modèle d’amabilité, et je lui suis reconnaissant de me faire l’honneur de son amitié.
    Monsieur le Président, je suis absolument sans voix devant les éloges de mon collègue de Scarborough—Agincourt, parce qu’il est lui-même un exemple parfait d’excellence parlementaire. J’ai eu la chance, lorsqu’il a été élu pour la première fois à la suite d’une élection partielle, d’être assise à côté de lui. Je dis souvent à mes électeurs que les libéraux manquaient tellement de pertinence qu’ils devaient être assis à mes côtés. Je diverge d’opinions avec un grand nombre de mes anciens amis de ce côté-ci de la Chambre, mais nous avons quand même toujours été assez proches.
     J’aimerais remercier à nouveau le député de Scarborough—Agincourt, même si je l’ai aussi fait en privé, du message qu’il m’a fait parvenir lorsque je tentais de décider si je demeurerais leader de mon parti. Contrairement à ce que le public pourrait penser lorsqu’il s’agit de partisanerie, son message à ce moment là a fait toute une différence pour moi et est l’une des raisons pour lesquelles je suis encore ici aujourd’hui, non pas seulement comme députée de Saanich—Gulf Islands, mais aussi comme leader du Parti vert du Canada.
     Du plus profond de mon cœur, je souhaite le remercier, ainsi que Jean et sa famille, pour l’ensemble de ses contributions, passées et futures, ici et partout ailleurs au Canada. Ses mots devraient être gravés dans la pierre, afin que nous nous rappelions ce qui fait l’essence même des Canadiens, à savoir la volonté de choisir de faire preuve de gentillesse.

  (1330)  

    Monsieur le Président, je serai bref. La députée sait très bien toute l’estime que je lui porte. Comme les paroles qu’elle vient de prononcer sont très évocatrices, je vais laisser leur écho résonner.
    Monsieur le Président, je tiens à remercier le député de Scarborough—Agincourt d’avoir prononcé l’allocution la plus puissante, significative et judicieuse que j’ai entendue à la Chambre. Il a félicité la députée de Saanich–Gulf Islands, disant qu'elle adhère aux règles de conduite les plus élevées qui soient pour les parlementaires. Je suis d’accord avec lui, mais je me permets de lui faire le même compliment.
     Au cours des derniers mois, j’ai eu le privilège de siéger au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre avec le député de Scarborough—Agincourt. Il est tout simplement une source d’inspiration.
    J’ai une question pour le député. Quel conseil peut-il nous donner sur la façon d’atteindre ce parfait équilibre où la compassion et la gentillesse se forgent en sagesse, en perspicacité et en intelligence puis se traduisent en respect pour les électeurs dans tous les gestes posés, en respect pour nos familles qui nous sont si chères et, enfin, en un souci de servir nos concitoyens du mieux que nous le pouvons? Comment pouvons-nous atteindre cet idéal? Quelles paroles pourrions-nous méditer?
    Monsieur le Président, permettez-moi tout d’abord de remercier personnellement la députée d'Hamilton-Ouest—Ancaster—Dundas de sa générosité. Elle seule sait ce que cela veut dire.
     Mon conseil est simple. Utilisons notre tête, mais suivons notre cœur. C’est aussi simple que cela.
    Monsieur le Président, c’est la première fois que les propos tenus à la Chambre me laissent sans mot. Nous devrions probablement lever la séance sur cette intervention et ce conseil éloquents du député de Scarborough—Agincourt, mais je sais qu’il souhaite que la démocratie parlementaire se poursuive et que la roue continue de tourner. J’aimerais lui rappeler amicalement que j’avais raison lorsque j’étais à Vulcan.
     Je devrais mentionner que je vais partager mon temps de parole avec le député de Brandon—Souris.
     Avec les projets actuels du gouvernement libéral — hausse des impôts, augmentation du déficit et de la dette, guerre relative aux emplois dans le secteur des ressources, lesquels sont vus comme des emplois de deuxième rang —, il semblerait que nous ne soyons pas en bonne voie pour vivre une vie longue et prospère, comme je l’ai mentionné à la blague à mon ami le député de Scarborough—Agincourt ce jour-là à Vulcan.
    Voilà l’objet du débat aujourd’hui. La motion présentée par le député de Selkirk—Interlake—Eastman est très convaincante avec sa liste d’enjeux qui montrent le recul accusé par notre économie en une année et demie. À plusieurs égards, la phrase « Le Canada est de retour » signifie maintenant de retour au déficit, de retour à la dette, de retour à des impôts libéraux plus élevés et de retour aux compressions des dépenses militaires, même si les libéraux laissent entendre qu’à un moment donné, ils injecteront des fonds supplémentaires comme par magie.
    Dans la motion qu'il a présentée, le député de Selkirk—Interlake—Eastman a soulevé de nombreux éléments que nous devrions aborder dans notre débat sur l'économie.
     Le déficit vient en tête de liste. Lorsqu'un gouvernement enregistre un déficit, deux explications sont possibles. Il sera éventuellement forcé soit de réduire les dépenses, notamment en éliminant des programmes, soit d'augmenter les impôts. De nombreux économistes considèrent les déficits comme des impôts différés.
    À l'époque où le Parti libéral constituait le troisième parti à la Chambre, son chef, le premier ministre actuel, a déclaré que le Canada était en récession et qu'il fallait créer des emplois dans le secteur de l'infrastructure. Par conséquent, il a promis d'enregistrer un faible déficit qui ne dépasserait pas 10 milliards de dollars. Cependant, il a rompu cette promesse à peine trois mois après son accession au pouvoir. En fait, le gouvernement libéral ne pourrait que rêver d'un déficit de l'ordre de 10 milliards de dollars: le dernier budget des libéraux affiche un déficit de 28,5 milliards de dollars et il prévoit des hausses d'impôts.
    En dépit du fait que le déficit laisse présager de nouvelles ponctions fiscales, le gouvernement libéral envisage des mesures fiscales sans précédent. En effet, il réduit le plafond de cotisation au CELI, ce qui alourdit le fardeau fiscal des familles et des aînés, il augmente les cotisations au Régime de pensions du Canada, ce qui réduit la marge de manoeuvre des employeurs, et il annule la baisse d'impôts prévue, ce qui nuit aux petites entreprises. Qui plus est, l'imposition d'une taxe sur le carbone à l'échelle nationale affecte littéralement tous les groupes de contribuables et toutes les activités économiques.
    On a fait des blagues récemment sur la taxe du samedi soir des libéraux. Ils ont décidé de taxer la bière, le vin et les trajets Uber. Ainsi, ils taxent même le partage rendu possible par l'économie de partage. Je suppose que ce sont là les voies ensoleillées qu'ils nous ont promises: des promesses brisées sur le déficit et des taxes de toutes les saveurs et de toutes les couleurs à n'en plus finir.
    Je rappelle au ministre de la Sécurité publique, qui est là depuis des années, les propos qu'il a tenus en critiquant le gouvernement précédent. Il a dit:
    Le ministre se réjouit-il de savoir que la dette est aussi élevée? Pourquoi a-t-il placé le pays en aussi triste posture en lui faisant faire des déficits avant même le déclenchement de la récession? Qu'il ne vienne pas dire que c'était à cause de la récession. Les conservateurs ont fait voler le cadre fiscal en éclats bien avant la récession.
    Malgré ce que prétendait le chef du troisième parti lors de la campagne électorale de 2015, il n'y a pas eu de récession. Il n'était pas nécessaire d'enregistrer même un modeste déficit de 10 milliards de dollars. Toutefois, en raison de leurs dépenses inconsidérées, les libéraux enregistrent maintenant un déficit de 28,5 milliards de dollars. Cela n'a même pas d'effet tangible sur les emplois dans le domaine des infrastructures et sur le secteur des ressources et de la fabrication. Il y a à peine quelques semaines, l'usine de Procter & Gamble de Brockville a quitté le pays en raison des impôts élevés et du régime réglementaire strict.

  (1335)  

    C’est un bilan catastrophique. C’est la raison pour laquelle mon collègue de Selkirk—Interlake—Eastman a présenté cette motion à la Chambre des communes. Pour une famille, le plus important c’est de savoir si maman et papa vont pouvoir trouver du travail, s’ils en cherchent. Y-a-t-il des débouchés? Pas avec le gouvernement libéral, en tout cas, qui a décidé d’établir des catégories d’emplois. Apparemment, les technologies d’information et la technologie tout court semblent avoir la faveur du gouvernement, mais les emplois dans les secteurs des ressources, du bois d’œuvre ou des pêches au Canada Atlantique, sont apparemment secondaires pour lui par rapport à ces grappes industrielles qu’il cherche à créer.
     Rien ne le montre plus clairement que la dernière recrue du Cabinet, la députée de Burlington. Avant d’entrer en politique, elle avait laissé entendre qu’il cesser l'exploitation des sables bitumineux, un commentaire que le premier ministre lui-même a laissé échapper à l'occasion. Le gouvernement estime que le secteur qui contribue le plus à notre PIB, à notre économie, à notre secteur de la santé et aux programmes dont nous bénéficions devrait cesser ses activités, comme par un coup de baguette magique, et que ces gens pourront peut-être retrouver du travail grâce à la banque de l’infrastructure, comme on l’appelle, ou comme bureaucrates puisqu'il ne cesse d'en engager. Ils pourraient aussi essayer de trouver un emploi dans les 147 programmes que le gouvernement a mis sur pied dans le secteur de l’innovation. Manifestement, pour le gouvernement, l’extraction est un secteur qui salit les mains, et les redevances qu’il génère sont tout à fait secondaires.
     J’étais présent dans cette Chambre lorsque le président Obama s’est adressé à nous. Le premier ministrenous a mis mal à l’aise ce jour-là lorsqu’il a parlé de « bromance » entre les deux dirigeants. Très franchement, j’ai été fort gêné lorsque le premier ministre a employé ce mot lorsqu’il nous a présenté, dans cette Chambre, celui qui était alors président des États-Unis.
    Que nous a apporté cette bromance? Le président Obama a annulé Keystone XL. Il n’a pas conclu d’accord sur le bois d’œuvre avec son copain pourtant doué pour la diplomatie. Il ne nous a même pas consenti un bon accord sur les frontières. Le projet de loi C-23 donne aux Américains beaucoup d’avantages sur le sol canadien, mais à nous, rien. Les États-Unis refusent même de supprimer la question sur la marijuana dans leur formulaire d’entrée aux États-Unis, à l’époque où le gouvernement canadien est en train de légaliser la marijuana. C’était donc une entente à sens unique. Les Américains ont obtenu tout ce qu’ils voulaient et le gouvernement libéral, en échange, a obtenu un dîner officiel avec des invitations pour la famille et les amis. Ce n’est pas une victoire. Ce n’est pas ça négocier dans les intérêts du Canada.
    Comme l’a dit mon collègue de Selkirk—Interlake—Eastman, c’est le gouvernement conservateur qui a négocié une entente sur le bois d’œuvre, qui a sécurisé les emplois de 1 100 travailleurs, lesquels vont très certainement les perdre au cours des prochains mois, et qui a injecté plus de 300 millions de dollars dans l’économie, ce qui ne sert maintenant plus à rien. Les libéraux n’arrivent à rien, malgré cette bromance avec le président Obama. Lorsque le premier ministre a dîné avec M. Obama à Montréal la semaine dernière, j’espère que c’est Obama qui a réglé l’addition.
     Très franchement, le gouvernement n’a rien fait pour renforcer notre relation avec les États-Unis, qui est pourtant une relation importante. Aujourd’hui, le gouvernement présente des motions au pied levé, présente des politiques étrangères et de défense au pied levé, et s’imagine que son rôle consiste à être le chef de file de l'opposition mondiale contre le président Trump. En fait, son rôle est d’aider le Canada, de créer des emplois pour les familles de l’Ouest du Canada, du Sud de l’Ontario, du Canada atlantique et du Nord.
     Le premier ministre a fait le tour du monde, mais il ne s’est pas encore rendu au Yukon. C'est gênant. On dirait que, pour le gouvernement, les emplois générés par le secteur des ressources dans le Nord et l’Ouest du Canada sont des emplois de seconde classe. Je peux vous dire que j’étais fier quand j’ai décroché mon premier véritable emploi chez TransCanada. J’étais chargé d’inspecter le pipeline qui relie Belleville à Ottawa, ce qui est le moyen le plus sécuritaire pour transporter les ressources vers les marchés. Le gouvernement a décidé de consulter pour savoir ce qui est dans l'intérêt du pays. Il a décidé de demander à des gouvernements étrangers ce que lui devrait faire. Il est prêt à investir notre argent dans des programmes verts d’autres pays, alors que notre industrie des ressources se porte mal.
    Il y a quelques mois, alors que je faisais la queue dans un McDonald’s de Calgary pour un café, une mère de famille qui se trouvait derrière nous a dit à ses fils: « Vous ne pouvez plus commander les mêmes choses qu’avant parce que maman a perdu son emploi et que nous ne pouvons plus faire comme avant. » Il y a des milliers de cas comme celui-ci en Alberta, et les gens attendent toujours que le gouvernement libéral leur propose quelque chose.

  (1340)  

    En fait, avec cette approche antithétique que nous adoptons face à notre allié américain, nous parlons de plus en plus de multilatéralisme, mais nous allons nous retrouver complètement exclus des possibilités en matière d’économie, de commerce, de sécurité et de défense. Cette motion rappelle aux Canadiens que les déficiences du gouvernement libéral en matière économique sont graves, et que nous devons renverser la vapeur.

  (1345)  

    Monsieur le Président, c’est avec beaucoup d’attention que j’ai écouté le député de Durham.
    Que pense le député des chiffres sur l’emploi qui sont sortis vendredi dernier et qui montrent que le Canada a créé 77 000 emplois à temps plein, d’un océan à l’autre, et que l’économie a progressé de plus de 2 %, ce que le gouvernement précédent n’a jamais réussi à faire, je crois, pendant les 10 années qu’il a été au pouvoir ?
    J’aimerais savoir ce qu’il pense du nombre d’emplois qui ont été créés au Canada au cours des six derniers mois, de la diminution du taux de chômage, de la plus grande confiance que les Canadiens ont à l’égard de l’économie et de l’avenir de leurs enfants, et des investissements stratégiques que le gouvernement a consentis.
    Monsieur le Président, je remercie le député de Vaughan—Woodbridge de son récapitulatif statistique. Des emplois ont été créés, et je m’en réjouis. Cependant, l’effet des décisions du gouvernement libéral ne se fait pas encore pleinement sentir. En fait, la tarification du carbone commence à peine à se faire sentir. Selon certaines études, le prix de l’essence a augmenté de plus de 10 ¢. Il faudra attendre des contrats plus importants et un certain temps avant que l’industrie accepte ce nouveau régime. Nous constatons également que les augmentations des cotisations au Régime de pensions du Canada, entre autres, ne se feront pas sentir avant quelque temps.
    J’aimerais rappeler au député que l’industrie des pièces automobiles, dans le Sud de l’Ontario, notamment à Vaughan, qui offre des emplois rémunérateurs, est très inquiète parce que l’économie nord-américaine est très intégrée. Elle va devoir soit quitter Vaughan, soit perdre des contrats parce qu’il n’y a pas de taxe sur le carbone aux États-Unis.
    M. Obama a félicité le gouvernement d’avoir pris cette décision, mais lui s’était bien gardé d’imposer une taxe sur le carbone. Petit à petit, nous laissons notre économie devenir de moins en moins compétitive. Il y a peut-être un léger rebond en ce moment, mais quand l’impact réel de ce régime à lourde fiscalité se fera vraiment sentir, nous n’aurons plus d’entreprises de fabrication à Vaughan ou dans le Sud de l’Ontario.
    Monsieur le Président, j’aimerais revenir sur les chiffres qui viennent d’être cités à propos des créations d’emplois. J’ai été très surpris que le site Web de Statistique Canada soit inaccessible pendant presque toute la journée de cette annonce. Ce n’était pas un incident isolé. L’ancien statisticien en chef, Wayne Smith, avait démissionné pour protester contre le manque de soutien informatique que Statistique Canada recevait de Services partagés.
    Que pense le député de Durham de la situation de Statistique Canada? Le gouvernement libéral accorde-t-il suffisamment de financement à cet organisme pour que les Canadiens et nous, les parlementaires, ayons les données nécessaires pour savoir où en est vraiment notre économie?
    Monsieur le Président, la démission de M. Smith de Statistique Canada est typique de ce que le gouvernement libéral sait faire à la perfection. Il parle de voies ensoleillées, mais en fait, c’est le gouvernement le plus partisan qui soit. Sa leader à la Chambre est en train de battre des records de recours à la clôture. S’il y avait eu une démission à ce niveau à Statistique Canada à l’époque du gouvernement conservateur, l’indignation publique aurait atteint des sommets.
    Il n’y a rien de plus révélateur que le vote sur un registre national des donneurs d’organes ou sur un programme national pour l’autisme, qui représentent des sommes bien modestes par rapport à toutes ces dépenses effrénées, mais les libéraux ont réussi à mobiliser ces votes parce qu’ils ne venaient pas de ce côté de la Chambre. Ce n’est pas du leadership. Ce n’est pas des voies ensoleillées. Quand il y aura de moins en moins d’emplois pour papa et maman, les voies ensoleillées ne tarderont pas à s’estomper et à laisser la place aux nuages.
    Monsieur le Président, je suis ravi de prendre la parole aujourd'hui au sujet de la motion de l'opposition présentée par mon collègue de Selkirk—Interlake—Eastman, qui témoigne de l'inefficacité du gouvernement à faire preuve de diligence raisonnable dans sa prise en charge de ce pays.
    Je tiens particulièrement à dire que le fait que le gouvernement nuise aux industries canadiennes et à la stabilité économique du Canada, comme le député l'a souligné dans sa motion, est une grande source de préoccupation pour nous, chaque jour, à la Chambre. Nos concitoyens nous en parlent lorsque nous retournons dans notre circonscription la fin de semaine ou durant les semaines de relâche. Je sais qu'il s'agit d'un sujet dont me parlent très souvent les habitants de ma circonscription.
    Mon collègue, le député de Durham, vient tout juste de souligner que le Canada enregistre actuellement un énorme déficit, malgré le fait que les libéraux ont parlé de petits déficits durant la campagne électorale. Le déficit atteint maintenant 30 milliards de dollars, ce qui est 30 fois plus élevé que ce que les libéraux avaient promis. Il s'agit d'une gestion catastrophique. Les générations futures devront assumer le fardeau de cette dette chaque jour de leur vie, sans compter que chacun d'entre nous à la Chambre aujourd'hui devra aussi assumer sa part du fardeau.
     Le député a attiré notre attention sur trois grands sujets d’inquiétude, soit l’entente sur le bois d’oeuvre, la taxe sur le carbone et surtout l’entente relative au service ferroviaire s’appliquant actuellement au transport du grain dans les Prairies.
     Il a longuement parlé de l’entente sur le bois d’oeuvre, donc je n’ai pas besoin d’en dire beaucoup plus. Je me contenterai de dire que des milliers d’emplois dépendent de la conclusion d’un accord entre le Canada et les États-Unis. Les droits que les États-Unis viennent d’imposer aujourd’hui nous montrent clairement que le gouvernement n’avait pas de réponse prête lorsqu’il a fourni près de 870 millions de dollars pour couvrir une partie des frais assumés par notre industrie. Nous devons trouver une direction à long terme dans ce dossier. Ces mesures provisoires ne suffisent pas. C’est ce à quoi nous assistons dans les autres secteurs également.
     La taxe sur le carbone que le gouvernement a mise en place ou imposée aux provinces est certainement une mesure qui va continuer de mettre des gens au chômage. Seulement en Alberta, 200 000 emplois ont disparu. Des pertes d'emplois ont été constatées dans ma circonscription. L’industrie pétrolière dans l’Ouest du Manitoba est de très petite taille et elle est située en grande partie dans ma circonscription. Des gens ont perdu leur emploi, là aussi. Une certaine stabilité revient dans ce secteur uniquement en raison de la stabilité des prix du pétrole à l’heure actuelle et également en raison d’une amélioration de l’économie américaine. Il y a un peu de relance de ce côté. C’est ce qui amène une certaine stabilité au Canada actuellement. Toutefois, on ne sait vraiment pas combien de temps cela va durer et si ce sera du long terme.
     L'aspect dont je veux parler aujourd’hui concerne surtout les ententes sur le service ferroviaire qui permettent aux agriculteurs de transporter leurs produits jusqu’aux marchés.
    Au printemps 2014, le ministre des Transports et le ministre de l’Agriculture de l’époque ont présenté le projet de loi C-30, Loi sur le transport ferroviaire équitable pour les producteurs de grain. Ces ministres ont accompli un travail remarquable en mettant en place un programme qui accorderait une certaine protection aux agriculteurs quant au mouvement du grain par rail. Bien sûr, cet hiver-là a créé des circonstances atténuantes. À cette époque de l’année, un froid sans précédent s’est abattu sur le pays. Nous sommes pourtant habitués à cela au Canada, et en particulier dans l’Ouest canadien, et cela ne doit pas nous empêcher de transporter le grain à destination à temps.
     Ce projet de loi proposait trois ou quatre mesures très importantes pour cette filière. L’une d’elles a été de faire passer la zone d’interconnexion de 30 à 160 kilomètres, ce qui a eu pour effet de stimuler la concurrence au sein du secteur; cela n’est généralement pas possible quand deux compagnies de chemin de fer sont en situation de duopole pour le transport du grain dans les Prairies.
     Les camions ne peuvent pas transporter efficacement d’aussi gros volumes de grain et nous n’avons pas suffisamment d’usines de transformation pour traiter la totalité des céréales dans les Prairies. À l’époque, près de 50 % du grain canadien était destiné à l’exportation. C’est pour cette raison que nous avons désespérément besoin d’ouverture et d’une certaine protection contre la concurrence d’autres produits. Nous ne pouvons pas négliger le secteur céréalier, non seulement à cause des énormes volumes de grain en jeu, mais aussi parce qu’il s’agit d’un secteur fondamentalement captif. Bon an mal an, nous devons produire du grain. Nous devons le transporter et le mettre en marché, pas nécessairement au cours d’une même année, mais nous devons absolument le transporter. Ce produit devient périssable à la longue.

  (1350)  

     Voilà pourquoi il est si important que nous allions de l’avant, pour les familles et les entreprises canadiennes des Prairies et du reste du pays. N’oublions pas que le blé contribue grandement au produit intérieur brut de notre pays. Des millions d’emplois sont liés au transport des céréales dans le secteur agricole canadien.
     Le ministre a présenté le projet de loi C-49, mais nous nous demandons avec inquiétude s’il aura assez de mordant et s’il sera adopté avant l’ajournement de la Chambre pour l’été. Je félicite le ministre de cette initiative, mais je l’incite à convaincre ses collègues qu’il faut agir rapidement, sinon cela créera un trou énorme dans ce secteur. Le projet de loi C-30 prendra la relève à nouveau, mais il ne s’applique que jusqu’au 31 juillet. Je répète que cela créera un trou énorme, et les agriculteurs devront commencer les récoltes sans connaître à l’avance les conditions qui régiront l’expédition du grain l’an prochain, faute de réglementation en place.
     Pour revenir aux droits d’interconnexion dont je parlais un peu plut tôt, il serait possible d’utiliser la zone d’interconnexion prolongée. Cette mesure a été efficace pour stimuler la concurrence dans un rayon de 160 kilomètres. L’interconnexion est un outil que nous avons proposé dans le cadre du projet de loi C-30. C’est une règle plus efficace que le recours aux prix de ligne concurrentiels, un mécanisme utilisé depuis la modification de la subvention du Nid-de-Corbeau en 1995. Malgré les apparences, ce mécanisme n’a pas permis de garantir un certain niveau de concurrence aux agriculteurs et aux entreprises céréalières. C’est pourquoi les entreprises céréalières et les groupes agricoles ont conjugué leurs efforts pour faire pression auprès du gouvernement afin qu’il applique un taux plus élevé, un mécanisme plus rigoureux et plus convivial dans ce secteur.
    Certains groupes de la Saskatchewan et un nombre croissant de groupes de l’Ouest canadien demandent instamment au gouvernement de reconduire l’application de la Loi sur le transport ferroviaire équitable pour les producteurs de grain, que nous avions proposée en vertu du projet de loi C-30. Aujourd’hui, j’exhorte le gouvernement à prolonger l’application de cette loi. Le gouvernement l’a déjà fait une fois et il doit absolument le faire à nouveau. Cette mesure garantira l’équité et la prévisibilité dont le secteur a besoin en vue du transport du grain l’automne prochain.
    Le gouvernement parle de proroger le Parlement. Si le Parlement est prorogé cet été ou au début de l'automne, le projet de loi mourra au Feuilleton, et le gouvernement devra recommencer à zéro. Cela créerait un climat d'incertitude dans l'industrie pendant une période prolongée. Il faudrait attendre au printemps 2018, au plus tôt, ou à l'automne 2018 avant que des règles prévisibles soient établies pour le transport des produits céréaliers dans l'Ouest canadien et l'acheminement des céréales jusqu'aux ports selon le système « juste à temps ». Ce système est requis aujourd'hui pour répondre aux besoins des marchés que nous avons développés grâce à la quarantaine d'accords de libre-échange que le gouvernement Harper a conclus avec nos partenaires commerciaux. La meilleure chose qu'un gouvernement puisse faire pour l'industrie agricole, c'est de garder les marchés ouverts.
    Le gouvernement doit aussi examiner la coordination du système de classement des grains entre le Canada et les États-Unis, car il y a beaucoup de mouvements. Il y a des mouvements fréquents de bétail entre les deux pays. J'ai siégé au Comité de normalisation des grains de l'Ouest de la Commission canadienne des grains pendant un certain nombre d'années à titre de représentant agricole; je sais à quel point l'accès aux États-Unis est important.
    Il y a d'autres choses que je demanderais au ministre des Transports de faire, notamment de convaincre le ministre de l'Agriculture de faire avancer quelques-uns de ces dossiers. Il songe à éliminer les bons de paiement différés pour le grain, les bons de paiement au comptant, et cela n'aidera pas non plus les producteurs. Le ministre de l'Agriculture doit agir plus rapidement pour régler le problème du virus de la diarrhée épidémique porcine et assainir les camions au Manitoba.

  (1355)  

    Il y a eu neuf cas le mois dernier, mais aucune mesure n'a encore été prise pour assurer le maintien d'une forte industrie porcine.
    Tout cela s'inscrit dans le transport du produit. Il s'agit du transport des grains, mais le transport du bétail fait partie intégrante de l'utilisation des grains dans les Prairies.
    Je répondrai avec plaisir aux questions.
    Le député de Brandon—Souris disposera de cinq minutes pour les questions et observations lorsque la Chambre reprendra le débat sur cette motion.

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

  (1400)  

[Traduction]

La Fête de l'indépendance des Philippines

    Monsieur le Président, c'est aujourd'hui la Fête de l'indépendance des Philippines, jour où la communauté philippine fête le 119e anniversaire de son indépendance du régime colonial. Ce matin, j'ai eu le privilège d'accompagner le consul général des Philippines, le maire Tory et les leaders de la communauté philippine pour la levée du drapeau philippin à l'hôtel de ville de Toronto.
    Le Canada compte l'une des communautés philippines qui croissent le plus rapidement dans le monde. Dans ma circonscription, York-Centre, et partout au Canada, les Canadiens d'origine philippine apportent une riche contribution à leur collectivité et contribuent à rendre le Canada meilleur pour nous tous. Je suis extrêmement fier que la Petite Manille de Toronto se trouve dans York-Centre et que s'y tiennent tous les ans des activités comme le pique-nique salu-salo et le festival Taste of Manila. J'invite tous les députés à venir visiter la Petite Manille pour faire l'expérience de la cuisine, de la musique et de la culture rayonnantes des Philippines.
    En cet émouvant anniversaire, je tiens à reconnaître l'importance de la communauté philippine pour le Canada et je lui souhaite une bonne fête de l'indépendance.
    Maligayang araw ng kalayaan! Mabuhay!

La Fête de l'indépendance des Philippines

    Monsieur le Président, mabuhay. Le Canada a une communauté philippine dynamique et, aujourd'hui, les Philippins de partout dans le monde célèbrent le 119e anniversaire de la déclaration de l'indépendance des Philippines.
    Le Canada entretient une relation privilégiée avec les Philippines. Non seulement nous sommes des partenaires commerciaux et économiques, mais nous avons aussi de solides liens entre peuples. Les Philippines demeurent le principal pays d'origine des immigrants au Canada. Les quelque 700 000 Canadiens d'origine philippine qui habitent au Canada représentent un énorme apport pour la société canadienne.
    Au nom du Parti conservateur du Canada, je souhaite une joyeuse fête de l'indépendance à tous les gens qui célèbrent cette occasion.
    Maligayang araw ng kalayaan! Mabuhay!

[Français]

Dorval

    Monsieur le Président, aujourd'hui, je suis fière de me lever pour marquer le 125e anniversaire de la ville de Dorval. Cette petite communauté, au bord du fleuve Saint-Laurent, a été incorporée en village le 24 juin 1892 et, comme le dit sa devise Ego Porta Mundi, est devenue une porte sur le monde avec son Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau.

[Traduction]

    Comme dans le cas de la Confédération un quart de siècle auparavant, c'est la construction des chemins de fer qui a donné naissance à cette ville. L'arrivée des chemins de fer Grand Trunk et Canadien Pacifique a lié le village au reste du Canada et a entraîné un boum économique à Montréal.
    Les gens qui voulaient fuir le tourbillon d'activités du centre-ville pouvaient prendre le train et venir passer leur été dans un lieu vert et tranquille du nom de Dorval dans la paroisse de Saints-Anges de Lachine. Cependant, le samedi 24 juin ne sera pas une journée tranquille puisque nous célébrerons tout le jour et toute la soirée le 125e anniversaire de la ville au Parc du Millénaire. Tout le monde est le bienvenu.

Le musée de Transcona

    Monsieur le Président, j'ai le grand plaisir, à titre de député d'Elmwood—Transcona et d'ancien membre de son conseil d'administration, de féliciter le musée de Transcona à l'occasion de son 50e anniversaire.
    L'histoire du musée a commencé en 1967 lorsque Paul Martin, alors conseiller municipal de Transcona, a présenté une motion qui en proposait la création. Avant d'avoir pignon sur rue dans l'ancien bureau municipal, ce musée a déjà été situé à d'autres endroits importants de Transcona, notamment à l'aréna Roland Michener.
    Principale institution consacrée à l'histoire et à la société de Transcona, le musée conserve et expose toutes sortes d'artefacts et de documents. Il s'est récemment porté acquéreur d'une ancienne locomotive 2747 du CN, que possédait auparavant le musée ferroviaire de Winnipeg. La locomotive 2747, qui a été lancée en avril 1926, est la première locomotive à vapeur à avoir été fabriquée dans l'Ouest canadien. Il s'agit d'une des 38 locomotives de cette série à avoir été fabriquée dans les ateliers du CN de Transcona. Elle a été en service pendant plus de 30 ans, avant d'agrémenter pendant longtemps le parc patrimonial Rotary.
    Le temps a fait son oeuvre sur ce témoin important de l'histoire de Transcona. Je remercie le personnel du musée et les bénévoles de tout ce qu'ils font pour préserver notre patrimoine historique, dont la locomotive 2747 fait partie.

La communauté japonaise de Steveston

    Monsieur le Président, grâce aux efforts de la ville jumelle de Richmond, c'est-à-dire Wakayama, au Japon, et des gens comme Jim Kojima, de Steveston, l'un des plus grands voiliers du monde, le majestueux Kaiwo Maru, est arrivé le mois dernier dans le port de Steveston.
     Une bonne partie des premiers colons japonais qui sont arrivés à Steveston à la fin des années 1880 venaient de Wakayama. Ils ont fondé la société de bienfaisance des pêcheurs japonais, qui a permis de bâtir un hôpital, une école et un centre d'arts martiaux. Aujourd'hui, les gens d'origine japonaise sont très présents à Steveston. Ils sont fiers de leurs racines japonaises, mais ils demeurent farouchement canadiens.
    Je tiens à remercier les membres de la communauté japonaise de leurs nombreux apports à Steveston. Je remercie plus particulièrement Jim Kojima de la volonté indéfectible dont il fait preuve pour préserver l'histoire et la culture japonaises de Steveston.

  (1405)  

Les élus municipaux de Sherwood Park—Fort Saskatchewan

    Monsieur le Président, les municipalités albertaines tiendront des élections municipales cet automne. Je crois donc que le moment est bien choisi pour rendre hommage aux élus municipaux actuels, dont certains ne brigueront pas un nouveau mandat.
    Les maires et les conseillers municipaux ont été des alliés et des partenaires précieux, puisqu'ils nous ont aidés à faire avancer les dossiers prioritaires de Sherwood Park—Fort Saskatchewan. Lorsqu'il s'agit notamment d'appuyer le secteur de l'énergie, les élus municipaux ont ouvertement défendu les projets de pipeline et réclamé des mesures pour répondre à la crise qui touche la province.
    J'ai récemment accueilli des dirigeants municipaux venus à Ottawa pour faire du lobbying au nom de l'Alberta Industrial Heartland Association. Cette association regroupe des municipalités qui défendent les intérêts des intervenants secteur d'aval de l'industrie de l'énergie. Les élus municipaux répondent à toutes sortes de problèmes, petits et grands. J'ai déjà téléphoné à mon conseiller municipal à 23 heures pour savoir comment me débarrasser d'un animal qui était entré dans ma maison. À ma grande surprise, il a répondu. C'était avant mon élection à la Chambre.
    Que ce soit pour négocier avec les bêtes politiques ici, à Ottawa, ou pour m'aider à me débarrasser d'un animal dans mon sous-sol, je sais que je peux toujours compter sur les élus municipaux pour collaborer étroitement avec mon bureau. Je les remercie de leurs services.

La communauté LGBTQ2

    Monsieur le Président, il y a un an, le monde était sous le choc: un attentat inspiré par la haine était commis à Orlando, en Floride, semant la mort la boîte de nuit Pulse, fréquentée par des homosexuels. Des Canadiens ont cherché le réconfort dans les vigiles qui se sont tenues un peu partout au pays. À l'Assemblée législative de l'Alberta, le dernier jour du festival de la fierté de 2016, j'étais en compagnie de centaines d'Edmontoniens de tous les horizons. Quelles que fussent nos croyances, notre orientation sexuelle ou notre identité sexuelle, nous avons pleuré ensemble les 49 victimes innocentes qui ont perdu la vie dans l'attentat.
    Il y a deux jours, presque un an après le massacre d'Orlando, j'ai célébré en compagnie de mes concitoyens d'Edmonton le lancement de l'édition de cette année du festival de la fierté d'Edmonton.

[Français]

    Avec des drapeaux arc-en-ciel à chaque coin de rue, nous célébrions une autre année à promouvoir l'inclusion et l'égalité.

[Traduction]

    Au cours de la dernière année, j'ai eu l'occasion de me lier d'amitié avec trois rescapés de l'attentat d'Orlando. Eux et leurs proches voudraient que nous nous rappelions de nos frères, de nos soeurs et de nos amis d'Orlando. Ils voudraient que nous redoublions d'effort et de détermination pour défendre la dignité et favoriser l'intégration des membres de la communauté LGGTQ2 partout dans le monde.
    À titre de Canadiens, nous pleurons ensemble, nous célébrons ensemble et nous revendiquons fièrement l'égalité et l'intégration de tous au sein d'un pays uni, où nous formons une seule communauté.

[Français]

La saison estivale dans Rivière-des-Mille-Îles

    Monsieur le Président, alors que la température se réchauffe et que les esprits s'échauffent à Ottawa, nous pouvons commencer tranquillement à penser à l'été, qui arrive à grands pas.
    En effet, 2017 est une année de célébration d'un océan à l'autre, et ce sera également le cas dans Rivière-des-Mille-Îles, où plusieurs activités auront lieu.
    D'abord, durant tout l'été, le marché public du Vieux-Saint-Eustache fera rayonner les produits du terroir des Basses-Laurentides. Jeunes et moins jeunes sauront y trouver quelque chose à leur goût.
    Ensuite, j'invite tous les gens à venir célébrer la fête nationale, le 23 juin, à Boisbriand, ou encore à Saint-Eustache, les 23 et 24 juin, des incontournables.
    Finalement, on ne peut passer à côté de la grande célébration du 1er juillet, alors que nous célébrerons le 150e anniversaire du Canada à Deux-Montagnes et à Rosemère.
    Je serai de la partie à toutes ces célébrations. J'invite tous les gens à se joindre à moi et à prendre du bon temps avec leur famille et leurs amis. Bonne saison estivale dans Rivière-des-Mille-Îles!

[Traduction]

Le palmarès du gouvernement

    Monsieur le Président, le gouvernement libéral a l'air d'un vieux disque vinyle qui saute depuis qu'il est arrivé au pouvoir. Il a commencé par nous chanter à coeur de jour sa chanson de bon berger de la classe moyenne, mais depuis le temps, son palmarès a changé. Quand il est question de la réforme électorale, c'est Paroles, paroles que nous chante le gouvernement. Quand il nous parle d'infrastructures, c'est Grand parleur, petit faiseur. Dans le dossier de Bombardier, c'est Cash City. Quand il fait des nominations partisanes, le gouvernement fredonne Les copains d'abord, ce qui n'a rien d'étonnant parce que certains copains ont fait des dons de 30 000 $ pour passer les premiers. Lorsque nous subissons jour et nuit le programme législatif du gouvernement, la Chanson du temps perdu nous revient constamment dans les oreilles. Dans le dossier, de la sécurité publique, disons que Le monde est stone.
    Mais les Canadiens n'ont pas les mêmes goûts musicaux. Ces jours-ci, ils chantent Tu peux ravaler ta romance, Chanson bleue et Les temps changent. En songeant au bon choix qu'ils feront aux prochaines élections, ils chantent aussi C'est bon pour le moral.
    Pendant que le premier ministre gaspille l'argent des contribuables pour se payer des vacances d'été et qu'il vend le Canada à des intérêts étrangers, les Canadiens ont vraiment hâte à 2019.

La comédie musicale Come From Away

    Monsieur le Président, j’ai l’immense plaisir et, en fait, l’honneur de féliciter Christopher Ashley, qui a remporté hier soir le prix Tony de la meilleure réalisation pour la comédie musicale Come From Away.
    Le 11 septembre 2001, le monde a assisté avec horreur à la destruction du World Trade Centre. Mais ce jour-là, d’extraordinaires gestes de gentillesse et de compassion ont été posés lorsque près de 6 600 passagers ont été bloqués pendant des jours au centre de Terre-Neuve. Les Terre-Neuviens ont montré ce jour-là leur vraie nature en nourrissant, en logeant, en divertissant et en consolant ceux qu’ils appelaient « les gens des avions ». La comédie musicale Come From Away célèbre ces gestes de gentillesse authentique. Aujourd’hui, les Terre-Neuviens et leur député remercient les acteurs, les techniciens et les producteurs de cette magnifique comédie musicale qui leur rend hommage.
    Nous félicitons et remercions tous ceux et celles qui ont été mis en nomination et qui ont reçu des prix cette saison.

  (1410)  

Le 17XVIIe Gyalwang Karmapa

    Monsieur le Président, en compagnie de mon collègue de Parkdale—High Park, j’interviens aujourd’hui pour accueillir Sa Sainteté le 17XVIIe karmapa, Ogyen Trinley Dorje, à l’occasion de sa première visite au Canada. J’aimerais féliciter Sa Sainteté pour son engagement envers les jeunes, à l’égard de la responsabilité sociale et environnementale, ainsi que de la propagation des enseignements bouddhistes dans le monde moderne.
    Sa Sainteté touche nombre de vies, certaines qu’il connaît, mais beaucoup qu’il ne connaît pas. En rendant le bouddhisme et la méditation accessibles par la technologie et les ressources numériques, il aide des milliers de gens qui souffrent de problèmes de santé mentale à trouver la paix. L’action de Sa Sainteté est de vaste portée et elle contribue à changer la vie de gens qui, autrement, souffriraient en silence.
    La circonscription d’Etobicoke—Lakeshore, que je représente, a le privilège d'abriter le Centre culturel canado-tibétain. Les Tibétains forment une communauté dynamique et riche de culture et de traditions. Les objectifs du Centre et, plus généralement, du bouddhisme tibétain témoignent d’un extraordinaire respect pour la vie et l’harmonie, qui transcende toutes les cultures.
    J’accueille Sa Sainteté au Canada et lui souhaite un très fructueux séjour.

Le XVIIe Gyalwang Karmapa

    Monsieur le Président, nous accueillons aujourd'hui Sa Sainteté le XVIIe karmapa à l'occasion de sa première visite au Canada. L'existence du karmapa devrait nous rappeler la fragilité des droits de la personne dans la région prétendument autonome du Tibet. À 14 ans, le karmapa a fui sa maison pour échapper à la tyrannie du gouvernement chinois, qui persécute le peuple tibétain en le forçant à s'assimiler, en limitant la pratique de sa religion et en allant même jusqu'à détruire ses bâtiments religieux. Les observateurs rapportent que, durant les 16 années qui se sont écoulées depuis, la situation n'a fait qu'empirer.
    Pour souhaiter la bienvenue au karmapa, il est tout indiqué de rappeler les paroles de l'ancien premier ministre John Diefenbaker, qui a dit:
    

Je suis Canadien [...]
Libre de m'exprimer sans crainte,
Libre de servir Dieu comme je l'entends,
Libre d'appuyer les idées qui me semblent justes,
Libre de m'opposer à ce qui me semble injuste,
Libre de choisir
Les dirigeants de mon pays.
Ce patrimoine de liberté,
Je m'engage à le sauvegarder
Pour moi-même et pour toute l'humanité.

    Aussi, l'actuel gouvernement libéral doit tenir tête à la République populaire de Chine et préconiser une véritable autonomie pour les Tibétains, afin qu'ils jouissent des mêmes libertés que nous.

Le 150e anniversaire de la Confédération

    Monsieur le Président, Terre-Neuve n'est pas reconnue pour ses printemps particulièrement colorés, mais cette année les activités de Canada 150 égaient ma circonscription, Avalon. Les jardins du 150e anniversaire du Canada, à Conception Harbour et à Conception Bay South, ont permis aux gens de se réunir pour célébrer notre pays fort, fier et libre. L'automne dernier, je me suis rendu dans la région pour annoncer que les deux collectivités feraient partie des 150 villes dotées de jardins en l'honneur des 150 ans de la Confédération.
    Je tiens à saluer Trudy Strowbridge et le maire de Conception Harbour, Craig Williams, ainsi que Stuart Crosbie, Michael Mooney et le personnel du centre d'interprétation Hibernia de la rivière Manuels, pour leur excellent travail et leur dévouement. Je les remercie de leur minutieux entretien des jardins qui ont maintenant fleuri.

[Français]

    J'aimerais profiter de cette occasion pour souhaiter un heureux Canada 150 à mes concitoyens d'Avalon ainsi qu'à toutes les Canadiennes et à tous les Canadiens.

[Traduction]

Le concours international des ambulanciers paramédicaux

    Monsieur le Président, je suis fière de prendre la parole aujourd'hui pour féliciter des membres de l'équipe des services médicaux d'urgence de Windsor-Essex. Quatre excellents ambulanciers paramédicaux de ma circonscription, Essex, ont récemment participé au prestigieux concours international des ambulanciers paramédicaux, qui a eu lieu en République tchèque. Portant les couleurs de l'Ontario, ils ont remporté la première place. Cette victoire est formidable, tout comme le fait que l'équipe ait été la grande gagnante deux années de suite. En effet, ils ont fait la fierté de la région en rapportant deux médailles d'or de suite à Windsor-Essex.
     Lance Huver, Mike Filiault et Shawn May et le capitaine Chris Kirwan ont pris part à ces compétitions épuisantes qui se déroulent sur une période de 24 heures. Ils ont fait preuve de résilience, d'endurance physique et de persévérance dans une variété de scénarios qui mettaient en scène des épreuves et des difficultés possibles sur le terrain. Le prix décerné à ces quatre hommes témoigne évidemment de la qualité des services qu'ils offrent à la collectivité au quotidien, mais il souligne également le dévouement et le talent déployés par l'ensemble du personnel des services d'urgence. Je tiens à remercier Chris, Lance, Mike et Shawn de leur détermination et d'avoir fait honneur à la région de Windsor-Essex sur la scène internationale.

  (1415)  

La Journée mondiale contre le travail des enfants

    Monsieur le Président, un rapport publié par Vision mondiale Canada aujourd'hui révèle qu'au moins 1 200 entreprises canadiennese participent annuellement à l'importation de produits liés au travail des enfants et au travail forcé d'une valeur de 34 milliards de dollars. Il s'agit d'une augmentation par rapport à 2012, année où ces importations atteignaient 26 milliards de dollars.
    Par exemple, les grains de café, un produit que beaucoup d'entre nous utilisent chaque matin, sont cueillis par des enfants comme Melvin au Honduras. Melvin travaille 12 heures par jour et il a commencé à travailler dès l'âge de 7 ans.
    Il y a deux ans, le Royaume-Uni a adopté une loi contre l'esclavage moderne qui exige des entreprises qu'elles produisent un rapport annuel décrivant les mesures qu'elles prennent pour lutter contre le travail des enfants et le travail forcé dans leurs chaînes d'approvisionnement. Aujourd'hui, nous célébrons la Journée mondiale contre le travail des enfants. Les Canadiens demandent au gouvernement de travailler avec les parties concernées à élaborer un projet de loi semblable sur la transparence au sein des chaînes d'approvisionnement. Il est temps que le Canada agisse et prenne des mesures pour empêcher l'exploitation des enfants, et des personnes de tous âges, qui sont victimes du travail forcé. Travaillons ensemble à mettre fin à l'esclavage moderne.

La Journée mondiale contre le travail des enfants

    Monsieur le Président, nous célébrons aujourd'hui la Journée mondiale contre le travail des enfants.
    La plupart des quelque 168 millions d'enfants victimes du travail forcé vivent dans des régions touchées par les conflits ou les catastrophes. Ils ont été chassés de leur maison et forcés à vivre dans la pauvreté et la faim; ils sont prisonniers de situations où leurs droits fondamentaux sont violés. Les conflits et les catastrophes ont des conséquences dévastatrices sur la vie des gens.
    Quand les écoles sont détruites et que les services de base sont interrompus, les premiers à souffrir sont souvent les enfants. Bon nombre d'entre eux sont forcés de quitter leur région et deviennent des réfugiés expatriés vulnérables à la traite des personnes et au travail des enfants. Ce sont des millions d'enfants qui sont forcés à travailler en raison des conflits et des catastrophes.
    Dans nos efforts visant à éliminer le travail des enfants d'ici 2025, engageons-nous en tant que parlementaires à mettre fin au travail des enfants dans les zones touchées par les conflits et les catastrophes.

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

[Traduction]

La fiscalité

    Monsieur le Président, j'ai récemment rencontré un fabricant qui a dû réduire les quarts de travail à son usine de Markham à cause des politiques énergétiques désastreuses de Kathleen Wynne. Si le premier ministre ne renonce pas à son projet de taxe nationale sur le carbone, ce petit propriétaire d'entreprise n'aura d'autre choix que de déménager son entreprise aux États-Unis, de même que les emplois qu'elle crée.
    Les conservateurs s'opposeront toujours à la taxe sur le carbone parce que nous savons que, lorsque les propriétaires de petites entreprises sont forcés de quitter le pays, cela entraîne aussi la perte de possibilités économiques au Canada, nuit à la prospérité de notre pays, et ne lui permet même pas de réduire ses émissions à l'échelle mondiale. Qu'est-ce que le premier ministre ne comprend pas là-dedans?
    Monsieur le Président, je suis heureux de voir que presque tous les députés conservateurs reconnaissent la nécessité d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris et de poursuivre la lutte contre les changements climatiques. Nous avons mis en place un cadre pancanadien solide qui montre que nous savons que, pour y parvenir, nous devons fixer le prix du carbone, collaborer avec les provinces et investir dans les énergies renouvelables. Nous sommes très impatients de prendre connaissance du plan du chef de l'opposition pour atteindre ces cibles de réduction des émissions de carbone.

Les investissements étrangers

    Monsieur le Président, je peux assurer au premier ministre qu'un gouvernement conservateur parviendrait à atteindre ces objectifs sans augmenter les impôts.

[Français]

    La récente décision du premier ministre visant à apaiser le gouvernement chinois soulève de sérieuses préoccupations sur le plan de la sécurité nationale. Il a ignoré les conseils d'experts de la sécurité nationale et a approuvé la vente de l'entreprise de technologie satellite canadienne Norsat à une entreprise chinoise sans que celle-ci doive se soumettre à un examen de sécurité complet.
    Quand le premier ministre cessera-t-il de prendre des décisions qui mettent en péril notre sécurité nationale dans l'unique but d'apaiser le...
    À l'ordre. La parole est au très honorable premier ministre.
    Monsieur le Président, nous prenons très au sérieux notre responsabilité d'assurer la sécurité nationale. C'est pourquoi tous les investissements sont soumis à un processus rigoureux visant à préserver la sécurité nationale.
    On peut même dire que, dans ce cas-ci, nous avons doublé le nombre de jours d'étude concernant ce dossier. Nous pouvons assurer à tous les Canadiens que tous les processus ont été suivis conformément à la loi.

  (1420)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, Norsat a elle-même déclaré que les libéraux avaient renoncé à effectuer un examen de la sécurité nationale. La politique de défense du Canada est incompatible avec la vente de secrets de sécurité nationale pour apaiser des dictatures communistes, peu importe l'admiration du premier ministre pour celles-ci.
    Des experts comme l'ancien ambassadeur en Chine et l'ancien directeur du SCRS ont déclaré que cette transaction devait faire l'objet d'un examen officiel sur le plan de la sécurité nationale. La renonciation à cet examen était-elle incluse dans le coût que les amis milliardaires chinois du premier ministre ont payé pour participer à ses activités de financement donnant un accès privilégié?
    Monsieur le Président, nous avons suivi les recommandations des organismes de sécurité nationale canadiens. Le député d'en face sait pertinemment que nous avons respecté le processus, que nous avons exercé la diligence nécessaire et que nous avons fait nos devoirs. Je rappelle au député que toutes les transactions sont assujetties à un examen en matière de sécurité nationale. Jamais nous n'avons compromis la sécurité nationale et jamais nous ne le ferons. Les diatribes partisanes lancées par les députés de l'opposition sont indignes de la Chambre des communes.

[Français]

Les nominations gouvernementales

    Monsieur le Président, j'imagine la discussion qui a lieu au bureau du premier ministre entre Katie et Gerry, qui doivent se dire qu'ils ont plusieurs beaux postes de commissaire à donner: commissaire aux langues officielles, commissaire au lobbying et commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique.
    À qui va-t-on les donner? Je pense qu'ils ont jasé et qu'ils ont décidé que cela prendrait de bons libéraux.
    Il faut absolument que ces postes soient comblés par des gens qui sont au-dessus de tout soupçon, parce qu'ils ont le rôle de protéger la population canadienne contre de mauvaises décisions.
    Est-ce que le premier ministre va s'engager à ce que ce soit un processus totalement non partisan?
    Monsieur le Président, justement, nous avons mis sur pied un processus de nomination ouvert, transparent et basé sur le mérite. Notre objectif est d'identifier des candidats hautement qualifiés qui viennent de partout au pays pour combler des postes tout en représentant l'entière diversité de points de vue et d'origines qui existe au Canada.
    Nous pouvons affirmer que plus de 60 % des personnes nommées sont des femmes, que plus de 12 % d'entre elles sont des personnes issues de minorités visibles et que plus de 10 % d'entre elles sont des Autochtones. Nous avons réformé le processus de nomination dans ce pays, après 10 ans sous Harper.
    Monsieur le Président, Mme Meilleur a démontré qu'elle avait plus de jugement en reconnaissant qu'elle n'était plus crédible.

[Traduction]

    Nous n'avons pas choisi M. Fraser parce qu'il était sur la liste des donateurs de notre parti. Nous l'avons choisi parce qu'il avait les compétences requises, comme il l'a prouvé à tous les Canadiens.
    Le premier ministre peut-il montrer l'exemple aujourd'hui et assurer aux Canadiens que le processus de nomination des prochains commissaires du gouvernement, qui seront les chiens de garde de la population canadienne, sera non partisan, transparent et pas seulement un moyen de récompenser les donateurs du Parti libéral?
    Monsieur le Président, après 10 ans de petite politique par le gouvernement précédent, nous avons mis en place un processus de nomination ouvert, transparent et fondé sur le mérite auquel nous invitons les Canadiens à participer. En effet, tous les députés devraient communiquer avec les chefs de file communautaires, les gens qui, selon eux, feraient d'excellents candidats, et les inciter à postuler dans le cadre du processus fondé sur le mérite.
    Depuis notre arrivée au pouvoir, 60 % des personnes que nous avons nommées sont des femmes, plus de 12 % font partie des minorités visibles et plus de 10 % sont autochtones. Nos nominations reflètent le visage du Canada.

[Français]

L'environnement

    Monsieur le Président, est-ce que le premier ministre va confirmer ou nier les faits rapportés dans Der Spiegel selon lesquels il a encouragé les membres du G20 à retirer toute référence à l'Accord de Paris dans la déclaration commune?

[Traduction]

    La question porte sur la déclaration commune, rien d'autre.
    Monsieur le Président, depuis 18 mois, le Canada est un chef de file dans la lutte contre les changements climatiques, notamment dans le contexte de l'Accord de Paris. En effet, la ministre de l'Environnement et du Changement climatique a contribué à la conclusion de l'Accord de Paris.
    C'était une occasion pour nous de montrer la voie à suivre, et les occasions de ce faire continuent de se multiplier. Nous ne laisserons pas un pays dicter la politique internationale en matière de changement climatique. Nous insisterons pour faire comprendre que la prise de mesures pour un environnement plus propre et la croissance de l'économie se fait de manière concertée pour notre bien à tous.

  (1425)  

    Monsieur le Président, un premier ministre qui n'arrive même pas à atteindre les cibles fixées par le gouvernement Harper, cibles qu'il considérait ridicules, ne fait certainement pas figure de chef de file en matière de lutte au changement climatique.
    Le premier ministre a demandé à la chancelière Merkel s'il y aurait un problème à simplement rayer toutes les mentions de l'Accord de Paris de la déclaration sur le changement climatique dans le cadre du prochain Sommet du G20.
    A-t-il posé cette question, oui ou non? Plus il y a d'équivoque, plus il y a confirmation.
    Monsieur le Président, nous avons été très clairs. Il est important de faire preuve de leadership dans le dossier du changement climatique, non seulement pour l'avenir de la planète, mais également pour les générations futures. Par surcroît, cet enjeu a également une incidence sur l'économie à l'heure actuelle. Voilà pourquoi le gouvernement prend des mesures responsables. En réponse à la question précise du député, je peux lui assurer que je n'ai jamais dit cela.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, le premier ministre a également promis d'entretenir avec les Autochtones une relation de nation à nation. Il a promis de cesser de se battre contre les enfants des Premières Nations devant les tribunaux. Il s'est engagé à mettre fin aux avis d'ébullition d'eau. Il a juré qu'il effectuerait des consultations. Or, à ce jour, il a échoué sur tous les plans.
    Le premier ministre peut-il expliquer pourquoi l'actuel gouvernement, non le gouvernement conservateur dirigé par M. Harper, a dépensé près de 1 milliard de dollars pour contester devant les tribunaux une décision en faveur des enfants autochtones. Je lui demanderais de bien vouloir nous épargner les sempiternelles réponses toutes faites. Ces enfants méritent mieux.
    Monsieur le Président, ce matin, j'ai eu le grand plaisir de rencontrer Perry Bellegarde, chef national de l'Assemblée des Premières Nations, pour signer un protocole d'entente sur les mesures tangibles et concrètes à prendre pour l'établissement d'une relation de nation à nation, afin de répondre aux besoins des communautés et des enfants autochtones d'un bout à l'autre du pays.
    En fait, cette relation d'un extrême importance prend graduellement forme et nous poursuivons nos efforts pour la renforcer.

[Français]

    Monsieur le Président, une de ses promesses tangibles et concrètes était le fait qu'on allait avoir un changement institutionnel. Les libéraux ont promis la mise en oeuvre intégrale de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
    Le premier ministre se lèvera-t-il pour affirmer son soutien au projet de loi du NPD qui enchâsserait intégralement la Déclaration de l'ONU dans la loi fédérale, oui ou non?
    Monsieur le Président, encore une fois, ce qui est essentiel, dans les relations de nation à nation basées sur le respect, c'est de travailler avec les Premières Nations et les peuples autochtones. Il ne s'agit pas qu'un gouvernement décide ce qu'on va faire. Il s'agit de travailler avec les Premières Nations et avec les communautés autochtones, pour leur procurer de façon tangible et concrète ce dont elles ont besoin. C'est ce genre de partenariat que nous avons commencé il y a un an et demi, et c'est de cette façon que nous allons continuer à travailler et non à imposer des solutions comme le veut le NPD.

La fiscalité

    Monsieur le Président, le projet de loi omnibus C-44 comporte plusieurs bêtises. Il y en a une, en particulier, qui est sournoise. C'est ce qu'on appelle la « taxe ascenseur ». On sait que ce gouvernement a décidé d'augmenter la taxe sur l'alcool, mais curieusement cette taxe va augmenter automatiquement année après année. C'est cela qu'on appelle la « taxe ascenseur ».
    Pourquoi le gouvernement est-il si glouton quand vient le temps de regarder le porte-monnaie du contribuable canadien?
    Monsieur le Président, grâce au projet de loi C-44, nous continuerons à appliquer notre programme visant à améliorer la situation des Canadiens.
    C'est vrai que nous avons inclus dans notre projet de loi C-44 une façon de percevoir une taxe qui continuera à être au même niveau que l'inflation. C'est notre but, et c'est très important. Nous savons qu'il est crucial de prendre d'importantes décisions pour l'avenir de notre pays et pour notre économie.
    Monsieur le Président, j'apprécie la franchise du ministre. Toutefois, le gros du problème, c'est que la taxe augmentera tous les ans sans qu'aucun parlementaire ne soit soumis à un vote là-dessus. Cela veut dire que cela augmentera, ce sera une « taxe ascenseur ». Pourtant, cela veut dire que, année après année, personne ne sera responsable. C'est tout à fait inacceptable et cela ne respecte même pas les principes démocratiques.
    Je repose ma question. Pourquoi le gouvernement est-il si glouton quand il s'agit du porte-monnaie des contribuables?
    Monsieur le Président, l'inflation est un fait réel.
    Notre but, c'est d'augmenter le niveau de la croissance économique. C'est notre but, et c'est exactement ce que nous sommes en train de faire. Lors du dernier trimestre, le niveau de croissance économique était de 3,7 %. C'est le meilleur taux depuis les dernières années.
    Ce programme fonctionne, et nous poursuivrons notre programme pour améliorer l'économie.

  (1430)  

[Traduction]

L'infrastructure

    Monsieur le Président, les libéraux sont bien décidés à donner aux investisseurs étrangers un accès prioritaire aux actifs canadiens. Ils ont vendu une chaîne de maisons de retraite canadiennes à des investisseurs chinois. Ils ont fait fi de préoccupations en matière de sécurité nationale afin de vendre une entreprise d'imagerie par satellite à la fine pointe de la technologie à la Chine. De plus, les libéraux ont commandé un rapport interne dans le but de vendre des aéroports et des ports canadiens.
    Le ministre a-t-il l'intention de laisser des gouvernements étrangers entrer en possession des réseaux électriques, des réseaux de transport en commun et des ponts du Canada par l'intermédiaire de la Banque de l'infrastructure, oui ou non?
    Monsieur le Président, en raison de l'approche incohérente du gouvernement précédent et de son manque d'investissement, les municipalités sont aux prises avec de plus en plus d'embouteillages, ce qui étouffe la croissance de l'économie. Le manque d'investissement dans le logement abordable prive les enfants et les familles de possibilités.
     Nous nous sommes engagés à effectuer des investissements sans précédent dans les infrastructures afin de stimuler l'économie, de créer des emplois et de combler le déficit que nous a légué le gouvernement précédent, et nous continuerons dans cette voie.

[Français]

    Monsieur le Président, tout le monde demande au gouvernement de retirer la Banque de l'infrastructure du budget, dont les experts, les analystes, les élus de ce côté-ci de la Chambre et, maintenant, les sénateurs. On déplore les problèmes liés à l'éthique, le modèle de gouvernance et les risques que l'ensemble des contribuables canadiens devra prendre pour ce qui est des 35 milliards de dollars que les libéraux comptent y investir.
    Le ministre des Finances refuse-t-il notre demande simplement parce qu'il a déjà conclu des ententes avec des donateurs libéraux ou avec des investisseurs étrangers?

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous avons proposé un programme très ambitieux pour aider les provinces et les municipalités à bâtir les infrastructures dont elles ont besoin et qui auraient dû être construites il y a 10 ans. Le rôle de la Banque de l'infrastructure sera de mobiliser les investisseurs institutionnels et les fonds de pension afin de financer les infrastructures qui pourraient autrement ne pas être construites.
    Notre objectif est de stimuler l'économie, de créer des emplois pour la classe moyenne et de donner aux Canadiens l'occasion de réussir, et nous continuerons de déployer des efforts en ce sens.

La fiscalité

    Monsieur le Président, je pense que les libéraux aiment bien dire une chose et faire le contraire. La commissaire à l'information est du même avis. Les libéraux disent faire preuve de transparence, mais ils refusent de révéler le coût réel de leur projet de taxe sur le carbone.
    Le Leader-Post, un journal de Regina, a obtenu un document d'information interne sur les recettes futures découlant d'une taxe sur le carbone de 50 $ la tonne en 2022, mais tous les faits sont caviardés. La nature même de la taxe sur le carbone des libéraux n'est pas transparente. Il y a plus de coûts et de détails cachés.
    Les libéraux vont-ils enfin faire preuve d'honnêteté et révéler combien coûtera exactement la taxe sur le carbone aux Canadiens qui peinent à joindre les deux bouts?
    Monsieur le Président, tous ces renseignements sont déjà du domaine public, et 97 % des Canadiens habitent dans une province qui impose déjà une tarification de la pollution causée par le carbone ou qui s'apprête à le faire.
    La tarification du carbone est un mécanisme de marché qui favorise la réduction des émissions au plus faible coût possible, ainsi que l'innovation et la création d'emplois à l'avenir.
    La semaine dernière, j'ai été très heureux de constater que la plupart des députés de ce côté-là de la Chambre ont appuyé l'Accord de Paris. Comme la plupart de ces députés reconnaissent maintenant l'importance de lutter contre les changements climatiques, je leur demande de nous faire part de leurs plans en vue d'atteindre les objectifs prévus dans l'Accord de Paris si...
    Le député de Carleton a la parole.
    Monsieur le Président, au cours de la dernière campagne électorale, le chef libéral a fait paraître une publicité dans laquelle il montait un escalier roulant qui descendait tandis qu'il faisait des promesses à la classe moyenne au sujet de l'impôt. Après les élections, nous avons découvert ce que signifiait réellement cet escalier roulant en matière de fiscalité. Il signifiait que, année après année, le prix de la bière allait augmenter afin d'emplir les coffres du gouvernement. Cette hausse s'ajoute aux taxes qui feront augmenter le coût du mazout, de l'épicerie et de tout le reste.
    Quand le gouvernement renversera-t-il enfin l'escalade des coûts causée par le fardeau fiscal imposé à la classe moyenne canadienne?
    Monsieur le Président, nous tenons à être très clairs au sujet de la fiscalité. Nous avons réduit l'impôt des Canadiens de la classe moyenne. Nous avons augmenté celui des 1 % les mieux nantis. Tout ce que je peux dire avec certitude, c'est que les gens d'en face n'ont pas voté en faveur de ces mesures. Lorsque nous avons réduit l'impôt de la classe moyenne, nous étions sérieux.
    Pour les taxes dont parle le député, nous faisons en sorte qu'elles suivent l'inflation au fil du temps, ce qui est approprié. Nous avons promis de veiller à ce que le régime fiscal soit juste, et c'est exactement ce que nous avons fait pour les Canadiens.

  (1435)  

Le commerce international

    Monsieur le Président, il y a deux semaines, le président des États-Unis a officiellement annoncé que l'ALENA serait renégocié. C'est donc dire que nous sommes dans la période de consultation de 90 jours du processus.
    Le 17 juillet, les États-Unis vont révéler leurs priorités finales, mais les Canadiens ne savent toujours pas quelles seront les priorités du gouvernement libéral. Les travailleurs canadiens en ont assez d'être laissés de côté dans ces discussions alors que leur gagne-pain est en jeu. Ils sont en droit de s'attendre à ce que le gouvernement défende leurs emplois de manière explicite et le temps presse.
    Les libéraux vont-ils se battre pour conserver les bons emplois et protéger les normes du travail que les Canadiens ont lutté pour obtenir?
    Tout comme l'économie, les accords commerciaux doivent évoluer. Depuis sa conclusion, l'ALENA a subi des modifications d'ampleurs différentes à 11 reprises. Nous avons invité les Canadiens à nous faire part de leurs idées et de leurs priorités relativement à la modernisation de l'ALENA au moyen des sites Web prévus à cette fin.
    Nous allons toujours nous battre pour les intérêts économiques du pays, les valeurs canadiennes et les emplois canadiens.

[Français]

    Monsieur le Président, alors que le président des États-Unis a enclenché la renégociation de l'ALENA, les Canadiens ne connaissent pas le plan des libéraux.
    Après toutes les promesses brisées de ceux-ci concernant la protection de notre système de gestion de l'offre, les producteurs et les Canadiens ne leur font plus confiance. Pour ce qui est du lait diafiltré, il n'y a pas de réelles compensations relativement à l'Accord économique et commercial global, l'AECG, entre le Canada et l'Union européenne, il y aura 131 millions de dollars en marchandises importées sans frais de douane, et j'en passe.
    Durant les négociations, le gouvernement se tiendra-t-il enfin debout pour protéger les emplois canadiens soumis à la gestion de l'offre?
    Comme nous l'avons dit aux Canadiens à maintes reprises, nous sommes prêts à débuter les négociations à tout moment. Les accords commerciaux doivent évoluer au fur et à mesure que l'économie se développe. L'ALENA a été modifié 11 fois depuis sa création, comme on le sait bien.
     Le premier ministre a parlé avec le président des États-Unis une dizaine de fois déjà de cet enjeu important. Nous défendrons toujours nos intérêts nationaux et les valeurs canadiennes.

[Traduction]

Les investissements étrangers

    Monsieur le Président, qu'il s'agisse de la santé ou de la fiscalité, le gouvernement libéral est toujours prêt à faire passer les intérêts de la Chine avant la sécurité des Canadiens, surtout lorsque les sociétés chinoises en question ont de piètres antécédents à cet égard.
    Nous avons appris dernièrement que les libéraux ont approuvé la vente de l'entreprise de haute technologie Norsat à la société chinoise Hytera Communications, qu'on accuse à l'international de pratiquer le vol de propriété intellectuelle à grande échelle.
    Pourquoi les libéraux cèdent-ils des sociétés canadiennes à des entreprises qui ont autant de choses à cacher?
    Monsieur le Président, cette question a souvent été posée à la Chambre; chaque fois, nous avons bien dit que toutes les transactions commerciales font l'objet d'un examen visant à déterminer si elles portent atteinte à la sécurité nationale. Nous avons fait notre boulot. Nous avons été rigoureux. Nous avons suivi les conseils que nous ont donnés les organismes nationaux de sécurité. Nous n'avons jamais fait de compromis sur la question de la sécurité nationale et nous n'en ferons jamais.
    Monsieur le Président, personne n'achèterait une voiture en fonction de son apparence. L'acheteur regarderait sous le capot ou prendrait le volant pour un essai routier. Pourtant, les libéraux approuvent la transaction Hytera sans exercer la diligence nécessaire. Le ministre a peut-être effectué un examen de sécurité préliminaire de l'acquisition, mais puisque la sécurité des Canadiens est en jeu, un examen approfondi est requis.
    Pourquoi le ministre ne s'engage-t-il pas à examiner de nouveau cette transaction afin de s'assurer que la population canadienne demeure en sécurité?
    Monsieur le Président, nous défendrons toujours les intérêts nationaux. Nous nous assurerons toujours de promouvoir les intérêts de tous les Canadiens. Il s'agit en fin de compte d'un processus d'examen de la sécurité nationale en plusieurs étapes qui est très rigoureux. Les organismes de sécurité nationale ont-ils examiné cette transaction? Oui, ils l'ont examinée. Le gouvernement a-t-il suivi les recommandations des organismes de sécurité? Oui, il les a suivies. Il a exercé la diligence nécessaire. Il a fait ses devoirs. Il n'a jamais compromis la sécurité nationale et il ne le fera jamais.
    Monsieur le Président, je dirais en toute franchise que le ministre semble confondre note de service d'analyse et examen de la sécurité nationale exhaustif. Le ministre n'est pas sans savoir que ce sont deux choses très différentes. Lorsqu'il tient de tels propos dans cette enceinte, il tente de cacher la vérité à la Chambre.
    Je vais donc poser la question de nouveau au ministre. S'est-il fondé sur un simple mémoire d'analyse? Sinon, quand va-t-il mener un examen de la sécurité nationale exhaustif?

  (1440)  

    Monsieur le Président, nous avons dit très clairement que nous avons écouté et suivi l'avis des spécialistes de la sécurité nationale. Nous avons écouté l'avis du service national de renseignement et des spécialistes de la sécurité qui ont examiné le dossier et qui sont au fait des détails entourant cette transaction. C'est sur leur avis et leur recommandation que nous avons autorisé la transaction. Nous n'allons pas faire d'ingérence politique dans les dossiers qui relèvent de la Loi sur Investissement Canada. Nous allons nous assurer de respecter la loi, de faire les vérifications qui s'imposent et de toujours protéger les intérêts du Canada.
    Puisqu'il est question de faire ses devoirs, monsieur le Président, je souligne que, curieusement, les autorités britanniques ont connu une situation semblable avec le même investisseur. Après avoir mené un examen de la sécurité nationale complet, elles ont ajouté trois pages de conditions à l'approbation de l'investissement. Voilà comment notre plus proche allié s'y est pris.
    Quand le député se décidera-t-il à suivre l'exemple de nos alliés et à protéger les intérêts nationaux du Canada?
    Monsieur le Président, nous avons pleinement confiance en nos organismes de sécurité nationale. C'est d'ailleurs pourquoi nous suivons leurs conseils. Nous veillons à faire preuve de diligence raisonnable. Chaque transaction aux termes de la Loi sur Investissement Canada fait l'objet d'un examen de la sécurité nationale.
    Ce qu'il faut retenir, c'est que nous investissons dans l'économie. Nous sommes ouverts aux investissements, aux gens et au commerce. Voilà pourquoi un quart de million d'emplois de qualité à temps plein ont été créés au cours des six derniers mois. Il s'agit là de notre priorité absolue.

[Français]

Les finances

    Monsieur le Président, le buffet est grand ouvert pour les grandes banques canadiennes.
    Depuis son entrée en fonction, le ministre des Finances a rencontré deux fois plus de lobbyistes des grandes banques canadiennes que son prédécesseur conservateur. Je me permets de douter que ces rencontres étaient véritablement pour discuter de la classe moyenne et de ceux qui travaillent fort pour s'y joindre.
    Qui dirige vraiment le ministère des Finances? Est-ce Bay Street, les amis libéraux issus du 1 % le mieux nanti, ou le ministre issu de Bay Street et de ce 1%?
    Monsieur le Président, nous avons dans notre pays un système bancaire qui fonctionne, et qui est très important pour notre système et pour son équilibre. Ainsi, il est nécessaire de continuer de l'examiner pour être certain qu'il fonctionne, maintenant et pour l'avenir. C'est pour cela que je suis toujours à l'aise d'avoir des rencontres avec les banquiers pour être certain qu'il continue de fonctionner pour notre économie.

[Traduction]

    Monsieur le Président, le ministre doit rencontrer des Canadiens s'il veut savoir pour qui le gouvernement est censé travailler. Ce n'est pas pour les banques, mais pour les Canadiens. Il a été clairement établi que les banques forcent leurs employés à vendre des produits dont les Canadiens n'ont pas besoin et à leur faire contracter des prêts qui sont au-dessus de leurs moyens, en gros, les vouant à l'échec.
    Vous savez quoi? Le gouvernement a été approché par ces banques des centaines de fois. Le gouvernement doit forcer les banques à être honnêtes envers leurs clients. Elles ont besoin d'une boussole morale. Les Canadiens s'attendent à ce que le ministre des Finances défende tous les Canadiens et pas seulement ceux qui sont au sommet.
    Le gouvernement va-t-il forcer les banques à cesser d'escroquer les Canadiens plutôt que de céder à ses amis lobbyistes?
    Monsieur le Président, je pense que le député a tout à fait raison de dire que nous devons nous montrer résolus dans notre intention de bien réglementer les banques pour protéger les consommateurs. C'est d'une importance capitale.
    Nous resterons centrés sur les Canadiens dans notre examen du système bancaire. Nous continuerons à nous employer à bien cerner les risques. Cela reste absolument notre objectif. Nous sommes en train d'examiner les pratiques bancaires. Nous avons mis en place un processus à l'Agence de la consommation en matière financière du Canada pour nous assurer que les pratiques bancaires sont appropriées et que les Canadiens ne sont pas traités de manière inappropriée de quelque façon que ce soit.

L'économie

    Monsieur le Président, la semaine dernière, l'Enquête sur la population active du mois de mai de Statistique Canada a signalé que trois fois plus d'emplois à temps plein que prévu ont été créés au Canada, soit 77 000 nouveaux emplois à temps plein. C'est donc dire que plus d'un quart de million d'emplois à temps plein se sont ajoutés à l'économie canadienne au cours des six derniers mois. Cela montre que notre plan d'investir dans la classe moyenne — un plan auquel le chef de l'opposition s'oppose — fonctionne.
    Le secrétaire parlementaire pourrait-il dire à la Chambre comment notre plan d'investir dans les Canadiens donne des résultats dont profitent la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie?
    Monsieur le Président, les Canadiens ont élu le gouvernement pour qu'il fasse croître l'économie et pour qu'il crée de bons emplois pour la classe moyenne. Au cours des six derniers mois, plus d'un quart de millions d'emplois à temps plein ont été créés. Il s'agit du meilleur taux de croissance depuis 15 ans.
    Nous travaillons avec les entreprises et les innovateurs, et nous avons permis aux jeunes Canadiens d'acquérir les compétences nécessaires pour occuper les emplois d'aujourd'hui et pour participer à l'économie de demain.

  (1445)  

La défense nationale

    Monsieur le Président, le plan du ministre de la Défense de signer un contrat à fournisseur unique pour l'acquisition de Super Hornets est en train de partir en vrille. L'ancien chef d'état-major de la Défense Tom Lawson a affirmé que personne ne voit l'utilité de 18 Super Hornets pour le Canada, sauf le gouvernement. Le ministre de la Défense soutient que Boeing n'est plus un partenaire à qui le gouvernement peut faire confiance et qu'il examine de nombreuses autres options.
    Quelles sont ces options dont parle le ministre de la Défense ? Les libéraux refusent d'acheter des Super Hornets auprès de Boeing, et leur site Web stipule toujours qu'ils n'achèteront pas de F-35 non plus.
    Les libéraux signeront-ils un contrat à fournisseur unique avec leurs amis communistes à Pékin pour faire l'acquisition d'avions de chasse?

[Français]

    Monsieur le Président, comme nous l'avons vu dans la politique, nous avons besoin de 88 avions de chasse afin d'équiper nos militaires pour qu'ils puissent accomplir leurs missions.
    Nous avons 76 avions présentement. Il y a un manque de capacité et nous allons tout faire pour avoir une flotte intermédiaire, ce qui nous permettra d'accomplir nos missions.
    Monsieur le Président, cela ne peut pas être plus clair: le gouvernement ne sait pas où il s'en va dans le dossier de remplacement des CF-18.
     Au début, les libéraux disaient vouloir écarter les F-35. Maintenant, ils se sont chicanés avec Boeing. En fin de semaine, le général Lawson a dit ne pas avoir besoin des Super Hornet.
    Le gouvernement peut-il se ressaisir et lancer immédiatement un processus ouvert et transparent, et arrêter de faire des acrobaties politiques inutiles qui se veulent seulement un exercice partisan?
    Monsieur le Président, il est clair que, dans cette politique, l'important, ce sont les hommes et les femmes des forces armées, qui sont au coeur de nos préoccupations. Nous devons les former, les équiper et nous occuper de leur bien-être et de leur santé.
    Nous allons aussi nous occuper de l'économie. Nous défendons les intérêts de l'entreprise aérospatiale civile. Nous négocierons pour nous assurer que les intérêts économiques et les intérêts de l'ensemble des citoyens sont bien protégés au Canada et dans le monde.

[Traduction]

Le développement international

    Monsieur le Président, un tunnel construit par le groupe terroriste Hamas a été découvert entre deux écoles de Gaza gérées par l'office de secours et de travaux des Nations unies, l'UNRWA. Cet office, qui propage la haine et qui valorise les attaques terroristes palestiniennes contre Israël, a feint la stupéfaction. La réalité, c'est que l'UNRWA ne veut rien changer à son fonctionnement actuel, mais cherche par tous les moyens à maintenir le financement qu'elle reçoit des pays donateurs démocratiques dont le scepticisme grandissant.
    Quand les libéraux réaliseront-ils que les 25 millions de dollars en aide humanitaire à la Palestine peuvent être distribués d'une meilleure façon?
    Monsieur le Président, le Canada demeure toujours un allié indéfectible d'Israël et continue de favoriser la paix et la stabilité dans cette région. La construction et la présence de tunnels sous les établissements des Nations Unies sont inacceptable. Nous prenons très au sérieux tout rapport entourant l'utilisation ou le mauvais usage d'écoles, afin que celles-ci demeurent des endroits sécuritaires où les enfants peuvent apprendre.
    Suite à sa découverte, l'UNRWA a signalé l'existence d'un vieux tunnel et a confirmé que celui-ci ne permettait pas d'accéder à l'établissement. Les autorités canadiennes sont en communication avec l'UNRWA et attendent la tenue d'une enquête approfondie.
    Monsieur le Président, le temps est venu pour le Canada de couper les liens avec l'Office de secours et de travaux des Nations unies, l'UNRWA. Les écoles de l'UNRWA conditionnent les enfants palestiniens à croire qu'Israël doit être détruit. Les libéraux affirment qu'ils convaincront l'UNRWA de changer son approche, mais l'Autorité palestinienne et le Hamas ont dit qu'ils ne permettront aucune modification au programme haineux anti-Israël.
    Pourquoi les libéraux ne se concentrent-ils pas sur leurs prétendues priorités, comme la promotion de l'égalité des sexes, et pourquoi ne cessent-ils pas de financer cet organisme qui vise la destruction d'Israël?
    Monsieur le Président, encore une fois, je répète que le Canada demeure un allié indéfectible d'Israël et qu'il continue à favoriser la paix et la stabilité dans la région.
    Nous préférons que les enfants palestiniens soient à l'école plutôt que dans les rues. Nous sommes au courant de ce signalement. Nous suivrons et surveillerons de très près la situation. Nous prenons ces allégations très au sérieux. Les écoles doivent être des lieux d'apprentissage sécuritaires. Nous resterons vigilants et surveillerons la situation de près.

  (1450)  

L'infrastructure

    Monsieur le Président, l'ancien directeur parlementaire du budget, Kevin Page, a affirmé que la raison d'être de la Banque de l'infrastructure des libéraux dépend de la volonté des Canadiens de payer des péages et des frais supplémentaires. À quoi sert l'argent recueilli grâce à ces péages et à ces frais? Il sert à remplir les poches des riches investisseurs.
    La Banque de l'infrastructure est une taxe à la Robin des Bois inversée. Elle enlève de l'argent aux simples travailleurs pour le donner aux riches sociétés. Les frais et les coûts que les Canadiens doivent assumer augmentent sans cesse. Selon les libéraux, jusqu'à quel point les Canadiens ont-ils encore les moyens de payer?
    Monsieur le Président, les investisseurs institutionnels et les fonds de pension du Canada investissent dans d'autres pays afin de créer des débouchés et des emplois dans ces pays. Qu'y a-t-il de mal à mobiliser ces fonds de pension très réputés, ainsi que des investisseurs étrangers, afin qu'ils investissent dans des localités canadiennes pour réduire la congestion, libérer des ressources en vue de construire davantage de logements abordables, et créer des débouchés pour les Canadiens?
    Nous croyons qu'en mobilisant des capitaux privés et des investisseurs institutionnels pour bâtir...
    La députée de Saint-Hyacinthe—Bagot a la parole.

[Français]

Les services publics et l'approvisionnement

    Monsieur le Président, c'est la Semaine nationale de la fonction publique. C'est aussi l'occasion pour les fonctionnaires de souligner plus d'un an de frustrations causées par le système de paie Phénix.
    L'Alliance de la fonction publique du Canada invite ses membres à boycotter les activités de la semaine et l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada demande au gouvernement de cesser la sous-traitance des services essentiels, incluant la paie.
    Plus d'un an plus tard, ce gouvernement n'est toujours pas en mesure de régler les problèmes de Phénix. Quand les problèmes de Phénix seront-ils choses du passé?
    Monsieur le Président, effectivement, c'est la Semaine nationale de la fonction publique. J'ai eu le plaisir d'accueillir les employés de Services publics et Approvisionnement Canada, ainsi que ceux de Services partagés Canada, ce matin.
    Ils savent que nous déployons les ressources nécessaires, les ressources humaines et financières, pour surmonter le défi qui nous a été présenté par le gouvernement précédent en congédiant 700 fonctionnaires, en coupant et en scindant 70 millions de dollars de la fonction publique canadienne et en démontrant un mépris absolu pour la fonction publique. Cela nous ne le ferons jamais. Nos fonctionnaires ne méritent...
    L'honorable député de Barrie—Innisfil a la parole.

[Traduction]

L'accès à l'information

     Monsieur le Président, l'accès à l'information est l'un des principaux outils dont les Canadiens disposent pour demander des comptes à un gouvernement. Voilà pourquoi il est si troublant d'apprendre qu'un haut fonctionnaire de Services partagés Canada, qui s'avère également être le président d'une association libérale de circonscription, a supprimé 398 pages de courriels concernant une demande.
    La loi est formelle. Toute personne qui détruit des courriels peut être accusée d'une infraction criminelle. Comment ce valet du Parti libéral a-t-il pu supprimer autant de courriels à l'insu de la ministre?
     Monsieur le Président, les fonctionnaires que j'ai rencontrés ce matin et les fonctionnaires qui travaillent très fort pour le gouvernement du Canada comprennent que nous nous attendons à ce qu'ils fassent preuve du plus grand respect de l'éthique dans leur comportement et leurs décisions, tout comme dans leur travail quotidien, conformément au Code de valeurs et d'éthique du secteur public.
    Services partagés Canada a pris la question très au sérieux, a immédiatement entrepris une enquête et a mis la commissaire à l'information au courant de ce qui s'était produit. Comme il est normal de le faire dans un tel cas, l'affaire a été renvoyée à la procureure générale du Canada.
    Monsieur le Président, comme nous l’avons vu en Ontario, il semble que le fait d’effacer illégalement des courriels fasse partie de l’ADN libéral. Je me demande qui a exporté cette pratique de Queen’s Park.
    La ministre semble fermer les yeux sur les actes de ce valet du Parti libéral, puisqu'il travaille toujours pour le gouvernement.
    Quand la ministre va-t-elle faire ce qui est juste, prendre ses distances, saisir de l’affaire le directeur des poursuites pénales et s’excuser à la Chambre d’avoir permis cette transgression?
    Je le répète, monsieur le Président, ce qui est très intéressant à ce sujet, c’est que l’opposition a choisi précisément cette journée de la Semaine nationale de la fonction publique pour mettre toute la fonction publique du Canada dans le même panier.
    Nous traiterons évidemment cette affaire conformément aux règlements et à la loi. Nous traiterons évidemment cette affaire conformément à toutes les règles qui s’appliquent dans la fonction publique du Canada, comme le ferait d'ailleurs quiconque respecte la fonction publique du Canada.
    Des voix: Oh, oh!

  (1455)  

    À l’ordre. La plupart des députés, tous partis confondus, peuvent passer toute la période des questions sans réagir, en entendant souvent des choses qui ne leur plaisent pas.

[Français]

    L'honorable députée de Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d'Orléans—Charlevoix devrait respecter l'ordre à la Chambre.
    Monsieur le Président, une enquête de la commissaire à l'information du Canada a révélé qu'un employé de Services partagés Canada a supprimé 398 pages de courriels après avoir reçu une demande d'accès à l'information. L'accès à l'information est un droit fondamental dans notre pays. Il est donc troublant d'apprendre qu'une demande au sujet du Parti libéral a été traitée de la sorte.
    Quand la ministre de la Justice libérale va-t-elle se récuser et quand le dossier sera-t-il référé au directeur des poursuites publiques?
    Monsieur le Président, laissez-moi réaffirmer ma confiance dans le fait que la fonction publique entière respecte le Code de valeurs et d'éthique du secteur public. Nous sommes fiers de nos fonctionnaires. C'est la Semaine nationale de la fonction publique.
    Services partagés Canada, en ce qui concerne l'incident en question, a pris la situation très au sérieux, a immédiatement lancé une enquête et a avisé le Commissariat à l'information du Canada. Bien sûr, comme à l'accoutumée, cette affaire a été transmise à la procureure générale du Canada.

La condition féminine

    Monsieur le Président, dans quelques jours, le Canada va célébrer son 150e anniversaire. Malgré les importants progrès accomplis au cours des 150 dernières années, les femmes, les filles et les personnes de genre non conforme n'ont pas encore leur juste place dans la société. Il reste beaucoup à faire pour que l'égalité entre les sexes devienne une réalité au Canada.

[Traduction]

    La ministre de la Condition féminine pourrait-elle informer la Chambre de ce que fait le gouvernement pour faire progresser l'égalité des sexes et pour laisser un héritage durable aux générations futures de Canadiens?
     Monsieur le Président, ce matin, accompagnée d'ardents défenseurs de l'égalité des sexes et de la députée d'Ottawa—Vanier, j'ai eu le plaisir d'annoncer que le gouvernement va investir 18 millions de dollars dans un mouvement vigoureux et dynamique pour les femmes. Grâce à ce financement, il sera possible de souligner les réalisations de grandes Canadiennes, investir dans leurs projets et veiller à ce qu'elles soient en mesure de faire part à d'autres de leurs expériences et de leurs pratiques exemplaires.
    De plus, c'est en célébrant ces femmes, en soulignant leurs réalisations et en racontant leurs histoires que nous allons inspirer la prochaine génération d'ardents défenseurs à poursuivre leur travail pour l'égalité des sexes au cours des 150 prochaines années et plus.

La sécurité publique

    Monsieur le Président, nous avons appris vendredi que le ministre de la Sécurité publique a l'intention de remettre le registre des armes d'épaule au Québec. Le seul problème, c'est que ce dernier n'est pas censé exister. La destruction du registre des armes d'épaule a été ordonnée par l'ancien ministre de la Sécurité publique, une décision confirmée par la Cour suprême. Le sous-commissaire de la GRC, Peter Henschel, a confirmé au comité des finances que les données du registre, à l'exception de celles du Québec, ont été détruites en octobre 2012 et que celles du Québec ont été détruites en avril 2015.
    Comment le ministre peut-il possiblement offrir au Québec une banque de données du registre des armes d'épaule qui n'existe pas ou qui existe illégalement?
    Monsieur le Président, le député sait que la question fait l'objet de beaucoup de litiges, y compris une contestation constitutionnelle intentée par la commissaire à l'information de ce qu'elle considérait être une mesure illégale prise par le gouvernement précédent. Cette affaire est devant les tribunaux.
    Le projet de loi présenté à la Chambre à la fin de la semaine dernière réglera ce bourbier constitutionnel que nous a légué le gouvernement précédent.

L'immigration, les réfugiés et la citoyenneté

    Monsieur le Président, lorsque le premier ministre a affirmé pour la première fois que le Canada allait continuer d'accueillir des réfugiés, les habitants de ma circonscription, Kootenay—Columbia, ont redoublé d'efforts pour parrainer des familles de réfugiés qui fuient la violence et la persécution. Des personnes comme Shauna et Barb ont investi des quantités considérables de temps et de ressources dans ces efforts. Cependant, la décision récente du gouvernement d'imposer une limite au parrainage privé empêche les habitants de ma circonscription d'aider à la réunification des familles de réfugiés au Canada.
    Le ministre de l’Immigration compte-t-il lever cette limite afin de laisser les Canadiens faire ce qu'il faut pour aider les réfugiés et leur famille?
    Monsieur le Président, nous sommes fiers de notre bilan en matière d'accueil de réfugiés qui fuient la persécution, le terrorisme et la guerre. Sous le gouvernement précédent, les niveaux de parrainage privé de réfugiés n'atteignaient que le quart de ce que nous observons présentement. Nous avons presque quadruplé le nombre de parrainages privés de réfugiés accueillis au Canada. Les limites dont parle le député ne concernent qu'une seule catégorie de réfugiés au sein du programme de parrainage privé de réfugiés. Il y a aussi les signataires d'entente de parrainage, les répondants communautaires et d'autres voies qui peuvent être employées. Nous continuerons d'accueillir, au Canada, les personnes qui demandent protection et refuge.

  (1500)  

[Français]

La défense nationale

    Monsieur le Président, le ministre de la Défense nationale et le chef d'état-major de la Défense ont demandé une amélioration de la transition pour les militaires qui prennent leur retraite ou qui quittent les Forces armées canadiennes. Ils souhaitent qu'on referme la brèche. Notre dette envers nos militaires qui prennent leur retraite après avoir servi le Canada est énorme.
    Le secrétaire parlementaire peut-il informer la Chambre de ce que la nouvelle politique de défense prévoit pour améliorer la transition de ceux qui quittent la vie militaire?
    Monsieur le Président, nous avons une dette envers les hommes et les femmes qui ont servi notre pays. La nouvelle politique de défense réinvente notre manière d'aborder leur transition vers la vie civile. Un nouveau groupe doté d'experts en ressources humaines sera établi pour voir à ce que les membres qui quittent les Forces armées canadiennes reçoivent du soutien individualisé. Ce nouveau groupe de transition verra également à ce que toutes les indemnités soient en place avant la transition du militaire vers la vie civile. Une attention particulière sera accordée à ceux et celles qui ont été blessés ou malades.

[Traduction]

Les pêches et les océans

    Monsieur le Président, la Fédération du saumon atlantique a récemment exhorté le gouvernement libéral à adopter une approche énergique dans la lutte contre la surpêche massive, par le Groenland, du saumon atlantique canadien. La population de cette espèce est très peu nombreuse, ce qui nuit grandement à l'économie dans beaucoup de municipalités de la côte Est. Le Groenland pille le saumon canadien sans produire lui-même aucun saumon, ce qui nous complique la tâche de maintenir les stocks.
    Quand les libéraux défendront-ils la région de l'Atlantique et quand exerceront-ils de sérieuses pressions diplomatiques et économiques sur le Groenland pour rétablir la population de saumon atlantique canadien et protéger le secteur de la pêche au pays?
    Monsieur le Président, la conservation et la reconstitution des stocks de saumon atlantique sauvage constituent une responsabilité partagée. C'est un travail de longue haleine qui ne peut se faire qu'avec les efforts concertés de tous. Je trouve encourageant que le Groenland ait pris des mesures en 2016 pour gérer plus rigoureusement ses activités de pêche au saumon. Toutefois, le Groenland pourrait faire encore mieux. Pêches et Océans Canada continuera d'encourager le Groenland à réduire ses prises dans un cadre bilatéral et dans le cadre de l'Organisation pour la Conservation du Saumon de l'Atlantique Nord.

[Français]

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes

    Monsieur le Président, le ministre de la Culture du Québec a interpellé la ministre du Patrimoine canadien au sujet de la très mauvaise décision du CRTC d'abandonner la télévision québécoise. Je le cite: « La production télévisuelle québécoise est une production riche, diversifiée et reconnue à l’échelle internationale. La récente décision du CRTC ne peut que nuire aux productions originales francophones. »
    Est-ce que la ministre va enfin annuler, de sa propre initiative, comme le lui permet la loi, la décision du CRTC concernant les licences de Séries+ et d'Historia?
    Monsieur le Président, notre gouvernement croit fermement en l'importance des arts et de la culture. C'est pourquoi nous avons investi plus de 1,9 milliard de dollars dans ce secteur, le plus grand investissement des 30 dernières années. Nous l'avons fait parce que nous sommes convaincus que les arts et la culture sont un moteur important de notre économie. Nous étudions actuellement les répercussions de cette décision du CRTC.
    Monsieur le Président, la décision du CRTC nuit à la télévision québécoise. Dès son annonce, Séries+ annulait trois séries. Le danger, c'est que le visage québécois de la télévision spécialisée risque de disparaître, et ce sera la faute du CRTC. Il en sera responsable.
    Cependant, la loi donne à la ministre du Patrimoine canadien le pouvoir d'agir de sa propre initiative. Aura-t-elle cette initiative? Va-t-elle réagir à cette attaque contre la télévision québécoise? Va-t-elle annuler la décision du CRTC concernant le renouvellement des licences de Séries+ et d'Historia?
    Monsieur le Président, comme je l'ai dit, notre gouvernement a investi plus de 1,9 milliard de dollars dans le domaine des arts et de la culture, le plus grand investissement depuis 30 ans. De plus, nous sommes le seul pays du G7 à le faire.
    Nous sommes très au fait que les industries créatives font face à des défis dans l'ère du numérique, et c'est pour cette raison que nous avons pris le leadership sur cette question. Nous développons une nouvelle politique culturelle qui répond aux enjeux auxquels font face nos créateurs du XXIe siècle.

  (1505)  

Les valeurs mobilières

    Monsieur le Président, ce gouvernement est le gouvernement de Bay Street. Nous l'avons vu avec sa tentative de passer par dessus de la Loi de la protection du consommateur du Québec pour Bay Street. Nous le voyons avec la Banque de l'infrastructure installée à Bay Street, pour les amis de Bay Street.
    Maintenant, Ottawa retourne en cour contre le Québec avec son autre mauvaise idée de commission des valeurs mobilières.
    Quand le gouvernement d'Ottawa arrêtera-t-il de prendre l'argent des Québécois pour essayer d'affaiblir le Québec devant les tribunaux au profit de Bay Street?

[Traduction]

     Monsieur le Président, nous respectons les compétences du Québec. Nous croyons que le régime coopératif en matière de réglementation des marchés des capitaux peut être utile pour améliorer le fonctionnement de l'économie canadienne, vu les risques économiques qui existent. Cela dit, nous espérons pouvoir continuer de collaborer avec les provinces qui ne participent pas à ce régime et nous respectons la décision du Québec à cet égard.

Présence à la tribune

    Je voudrais signaler aux députés la présence à notre tribune de Sa Sainteté le XVIIe karmapa.
    Des voix: Bravo!
    Le Président: Je voudrais également signaler aux députés la présence à notre tribune de l'honorable Dale Kirby, ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance de Terre-Neuve-et-Labrador, et de l'honorable Brian Kenny, ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick.
    Des voix: Bravo!

[Français]

    Le Président: Pour les citoyens de toutes les régions du pays, la Journée des Forces canadiennes est l'occasion de souligner les sacrifices que les militaires font en notre nom.

[Traduction]

    C'est avec grand plaisir que je signale aux députés la présence à notre tribune de six membres des Forces armées canadiennes, qui participent aujourd'hui à la Journée des Forces armées canadiennes: le major Gustave Garant, l'adjudante-maître Agata Slominska, le premier maître de 2e classe Edward Keith Slade, le caporal-chef Anthony Vail, la caporale-chef Catherine Desmarais et le matelot de 1re classe Chad Baldwin.
    Des voix: Bravo!

[Français]

    Le député d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou se lève pour faire un appel au Règlement.
    Monsieur le Président, le respect à la Chambre doit être une priorité pour chaque député, vous en conviendrez, et cela inclut le premier ministre. Lors de la période des questions orales, le premier ministre a dit que l'adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones équivaudrait à imposer quelque chose aux peuples autochtones au pays.

[Traduction]

    Le premier ministre s'excusera-t-il de ses propos méprisants qui laissent entendre qu'il y a quelque chose de mal à simplement respecter les droits fondamentaux des peuples autochtones dans ce pays?
     Nous sommes tous liés par la primauté du droit dans cette enceinte. Le simple fait de laisser entendre que les droits des peuples autochtones sont sujets à débat est inquiétant, surtout venant du premier ministre du Canada.
    Je remercie le député d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou d'avoir soulevé ce point. Il s'agit plutôt d'un sujet de débat, et je ne vois personne se lever pour y répondre.

Initiatives ministérielles

[Travaux des subsides]

  (1510)  

[Traduction]

Travaux des subsides

Motion de l'opposition — Le désarmement nucléaire  

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 8 juin, de la motion.
    La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion. Convoquez les députés.
    Après l'appel de la sonnerie:
    Le Président: Puis-je me dispenser d'en faire la lecture?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    [La présidence donne lecture de la motion.]

  (1515)  

[Français]

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 313)

POUR

Députés

Aubin
Barsalou-Duval
Beaulieu
Benson
Blaikie
Blaney (North Island—Powell River)
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brosseau
Cannings
Choquette
Cullen
Donnelly
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Fortin
Garrison
Hardcastle
Hughes
Johns
Kwan
Laverdière
MacGregor
Malcolmson
Marcil
Masse (Windsor West)
Mathyssen
May (Saanich—Gulf Islands)
Moore
Mulcair
Pauzé
Plamondon
Quach
Ramsey
Rankin
Saganash
Sansoucy
Ste-Marie
Stetski
Thériault
Weir

Total: -- 44

CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Aldag
Alghabra
Alleslev
Ambrose
Amos
Anandasangaree
Anderson
Arnold
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Bains
Barlow
Baylis
Beech
Bennett
Benzen
Bergen
Berthold
Bezan
Bittle
Blair
Block
Boissonnault
Bossio
Boucher
Brassard
Bratina
Breton
Brison
Brown
Caesar-Chavannes
Calkins
Carr
Carrie
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Chan
Clement
Cooper
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Deltell
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Diotte
Doherty
Dreeshen
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Eglinski
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Falk
Fergus
Finley
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Gallant
Garneau
Genuis
Gerretsen
Gladu
Godin
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Gourde
Graham
Grewal
Harder
Hardie
Harvey
Hehr
Hoback
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Jeneroux
Jordan
Jowhari
Kang
Kent
Khalid
Khera
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lambropoulos
Lametti
Lapointe
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebel
Lebouthillier
Lefebvre
Lemieux
Leslie
Levitt
Liepert
Lightbound
Lobb
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
Lukiwski
MacKenzie
MacKinnon (Gatineau)
Maguire
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCauley (Edmonton West)
McColeman
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morneau
Morrissey
Motz
Murray
Nassif
Nater
Nault
Ng
Nicholson
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Paul-Hus
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Picard
Poilievre
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rayes
Reid
Rempel
Rioux
Robillard
Rodriguez
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Saroya
Scarpaleggia
Scheer
Schiefke
Schmale
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Shields
Shipley
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Simms
Sohi
Sopuck
Sorbara
Sorenson
Spengemann
Stanton
Strahl
Stubbs
Sweet
Tabbara
Tan
Tassi
Tilson
Tootoo
Trost
Trudeau
Van Kesteren
Van Loan
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Vecchio
Viersen
Virani
Wagantall
Warkentin
Watts
Waugh
Webber
Whalen
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wong
Wrzesnewskyj
Yurdiga
Zahid
Zimmer

Total: -- 245

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion rejetée.

  (1520)  

[Traduction]

La Loi sur les traitements

[Initiatives ministérielles]
    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 8 juin, de la motion portant que le projet de loi C-24, Loi modifiant la Loi sur les traitements et apportant une modification corrélative à la Loi sur la gestion des finances publiques, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité, ainsi que de l'amendement.
    Conformément à l'ordre adopté le mardi 30 mai 2017, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-24.
    Le vote porte sur l'amendement.

  (1525)  

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 314)

POUR

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Ambrose
Anderson
Arnold
Aubin
Barlow
Benson
Benzen
Bergen
Berthold
Bezan
Blaikie
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Boucher
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Brown
Calkins
Cannings
Carrie
Choquette
Clement
Cooper
Cullen
Deltell
Diotte
Doherty
Donnelly
Dreeshen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk
Finley
Gallant
Garrison
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hoback
Hughes
Jeneroux
Johns
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Kwan
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Laverdière
Lebel
Liepert
Lobb
Lukiwski
MacGregor
MacKenzie
Maguire
Malcolmson
Masse (Windsor West)
Mathyssen
McCauley (Edmonton West)
McColeman
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Mulcair
Nater
Nicholson
Paul-Hus
Poilievre
Quach
Ramsey
Rankin
Rayes
Reid
Rempel
Saganash
Sansoucy
Saroya
Scheer
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warkentin
Watts
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 117

CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Bains
Barsalou-Duval
Baylis
Beaulieu
Beech
Bennett
Bittle
Blair
Boissonnault
Bossio
Boudrias
Bratina
Breton
Brison
Caesar-Chavannes
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Chan
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Grewal
Hardie
Harvey
Hehr
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Jordan
Jowhari
Kang
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Lefebvre
Lemieux
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Marcil
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morneau
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Picard
Plamondon
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Romanado
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Ste-Marie
Tabbara
Tan
Tassi
Thériault
Tootoo
Trudeau
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Whalen
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Zahid

Total: -- 172

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare l'amendement rejeté.

[Français]

    La prochaine mise aux voix porte sur la motion principale. Plaît-il à la Chambre d'adopter cette motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le Président: Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le Président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le Président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:
     Le Président: L'honorable whip en chef du gouvernement a la parole.

[Traduction]

    Monsieur le Président, vous constaterez qu'il y a consentement unanime pour que le résultat du vote précédent s'applique à la motion dont la Chambre est maintenant saisie, les libéraux votant oui.
    Monsieur le Président, les conservateurs sont d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et ils voteront non.

[Français]

     Monsieur le Président, le NPD est d'accord pour appliquer le vote et il votera contre la motion.
    Monsieur le Président, le Bloc québécois est d'accord avec le fait d'appliquer le vote et il votera contre la motion.

[Traduction]

    Monsieur le Président, le Parti vert est d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et il votera oui.
    Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai oui.
    Y a-t-il consentement unanime pour que nous procédions de cette façon?
    Des voix: D'accord.

  (1530)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant :)
 

(Vote no 315)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Bains
Baylis
Beech
Bennett
Bittle
Blair
Boissonnault
Bossio
Bratina
Breton
Brison
Caesar-Chavannes
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Chan
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Grewal
Hardie
Harvey
Hehr
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Jordan
Jowhari
Kang
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Lefebvre
Lemieux
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morneau
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Picard
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Romanado
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Tabbara
Tan
Tassi
Tootoo
Trudeau
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Whalen
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Zahid

Total: -- 163

CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Ambrose
Anderson
Arnold
Aubin
Barlow
Barsalou-Duval
Beaulieu
Benson
Benzen
Bergen
Berthold
Bezan
Blaikie
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Boucher
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Brown
Calkins
Cannings
Carrie
Choquette
Clement
Cooper
Cullen
Deltell
Diotte
Doherty
Donnelly
Dreeshen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk
Finley
Fortin
Gallant
Garrison
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hoback
Hughes
Jeneroux
Johns
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Kwan
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Laverdière
Lebel
Liepert
Lobb
Lukiwski
MacGregor
MacKenzie
Maguire
Malcolmson
Marcil
Masse (Windsor West)
Mathyssen
McCauley (Edmonton West)
McColeman
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Mulcair
Nater
Nicholson
Paul-Hus
Pauzé
Plamondon
Poilievre
Quach
Ramsey
Rankin
Rayes
Reid
Rempel
Saganash
Sansoucy
Saroya
Scheer
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Ste-Marie
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Thériault
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warkentin
Watts
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 126

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée. En conséquence, le projet de loi est renvoyé au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires.

    (Le projet de loi est lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.)

Loi no 1 d'exécution du budget de 2017

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 9 juin, de la motion portant que le projet de loi C-44, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 22 mars 2017 et mettant en oeuvre d'autres mesures, soit lu pour la troisième fois et adopté.
    Conformément à l'ordre adopté le mardi 30 mai 2017, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C-44.
    Le whip en chef du gouvernement souhaite intervenir.

[Français]

    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
    Je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime pour que les résultats du vote précédent s'appliquent à ce vote-ci. Les députés libéraux voteront en faveur de la motion.

[Traduction]

    Monsieur le Président, les conservateurs sont encore une fois d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et ils voteront non.

[Français]

    Monsieur le Président, le NPD est d'accord pour appliquer le vote et il votera contre la motion.
    Monsieur le Président, le Bloc québécois est d'accord avec le fait d'appliquer le vote et il votera contre le projet de loi C-44.
    Monsieur le Président, le Parti Vert est d'accord pour appliquer le vote et il votera contre la motion.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai oui.
    Y a-t-il consentement unanime pour que nous procédions de cette façon?
    Des voix: D'accord.
     (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 316)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Bains
Baylis
Beech
Bennett
Bittle
Blair
Boissonnault
Bossio
Bratina
Breton
Brison
Caesar-Chavannes
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Chan
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Grewal
Hardie
Harvey
Hehr
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Jordan
Jowhari
Kang
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Lefebvre
Lemieux
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morneau
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Picard
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Romanado
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Tabbara
Tan
Tassi
Tootoo
Trudeau
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Whalen
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Zahid

Total: -- 162

CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Ambrose
Anderson
Arnold
Aubin
Barlow
Barsalou-Duval
Beaulieu
Benson
Benzen
Bergen
Berthold
Bezan
Blaikie
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Boucher
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Brown
Calkins
Cannings
Carrie
Choquette
Clement
Cooper
Cullen
Deltell
Diotte
Doherty
Donnelly
Dreeshen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk
Finley
Fortin
Gallant
Garrison
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hoback
Hughes
Jeneroux
Johns
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Kwan
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Laverdière
Lebel
Liepert
Lobb
Lukiwski
MacGregor
MacKenzie
Maguire
Malcolmson
Marcil
Masse (Windsor West)
Mathyssen
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McColeman
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Mulcair
Nater
Nicholson
Paul-Hus
Pauzé
Plamondon
Poilievre
Quach
Ramsey
Rankin
Rayes
Reid
Rempel
Saganash
Sansoucy
Saroya
Scheer
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Ste-Marie
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Thériault
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warkentin
Watts
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 127

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.

     (Le projet de loi, lu pour la troisième fois, est adopté.)


AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

[Traduction]

Les comités de la Chambre

Industrie, sciences et technologie   

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le septième rapport du Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie, intitulé « Innovation et technologie : un échange d'idées ».

[Français]

Agriculture et agroalimentaire  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le sixième rapport du Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire concernant son étude sur la coopération canado-américaine en matière d'agriculture.

  (1535)  

[Traduction]

Le Code criminel

    — Monsieur le Président, c'est un honneur de déposer un projet de loi modifiant la partie du Code criminel du Canada portant sur les armes à feu, dans le but d'ériger en infraction grave le fait de vendre, d'échanger, de louer ou d'emprunter une arme à feu qui a déjà été utilisée pour commettre une infraction et qui est utilisée par la suite pour commettre une autre infraction.
    L'objectif de ce projet de loi est de mettre à la disposition des forces de l'ordre, des procureurs et des juristes une nouvelle peine consécutive facultative pouvant aller jusqu'à cinq ans pour décourager le trafic de ces armes à feu illégales. Cependant, le projet de loi ne vise nullement à nuire aux propriétaires d'armes à feu responsables et légitimes ou à les pénaliser. Il précise plutôt qu'il doit y avoir intention criminelle ou utilisation d'armes à feu à des fins criminelles.
    Je tiens à remercier le sergent Derek Byers, de la division 42, ainsi que l'équipe communautaire d'intervention en cas d'urgence et le groupe des crimes graves qui servent les secteurs du nord et du centre de Scarborough d'avoir proposé l'idée sur laquelle repose ce projet de loi.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

    Monsieur le Président, j'ai presque l'impression d'être le député de Winnipeg-Nord aujourd'hui tellement j'ai pris la parole de fois.
    Je suis heureux de présenter la motion M-143, qui reconnaît que l'obligation de transporter des dispositifs pyrotechniques à bord des embarcations de plaisance n'est peut-être pas le choix le plus judicieux puisqu'il existe d'autres appareils pour transmettre un signal de détresse. On y demande que le Comité permanent des transports, de l'infrastructure et des collectivités entreprenne une étude sur l’obligation de transporter de tels appareils à bord afin de recommander des solutions de rechange pour les voies navigables canadiennes.

Pétitions

Les droits de la personne  

    Monsieur le Président, je dépose une pétition signée par 222 habitants de ma circonscription et d'autres personnes de Calgary. Les pétitionnaires rappellent au gouvernement que Sun Qian est détenue illégalement. Ils sont préoccupés par le fait que le gouvernement n'a pas pu ou n'a pas voulu agir dans ce dossier. On cite des députés disant que le gouvernement n'a pas été saisi de cette affaire et que les choses n'ont pas bougé. On y demande plus précisément au gouvernement de condamner l'arrestation illégale d'une citoyenne canadienne du simple fait de sa pratique spirituelle, le Falun Gong. On demande aussi la libération immédiate et sans conditions de Sun Qian.

Les soins palliatifs  

    Monsieur le Président, j'interviens aujourd'hui pour présenter une pétition transmise à mon bureau par Hildegard Krieg, une résidante de ma circonscription très active. La pétition est signée par des résidants de North Okanagan—Shuswap. On y demande au gouvernement du Canada d'établir que les centres de soins palliatifs constituent un service médical défini visé par la Loi canadienne sur la santé.

La population d'abeilles  

    Monsieur le Président, je prends de nouveau la parole afin de présenter d'autres pétitions au nom de résidants qui sont préoccupés par la situation des abeilles.
    Les pétitionnaires sont inquiets de la hausse du taux de mortalité des colonies d'abeilles depuis les trois dernières années, compte tenu du rôle que jouent les abeilles dans la pollinisation des plantes florifères et des milliards de dollars que cela représente annuellement pour l'économie agricole du Canada. Par conséquent, les pétitionnaires demandent au gouvernement de prendre des mesures concrètes pour régler le problème du taux de mortalité élevé des abeilles et d'autres insectes pollinisateurs, et d'élaborer une stratégie efficace à l'égard des divers facteurs liés à la mort des colonies d'abeilles, comme la destruction et la perturbation de l'habitat, l'usage de pesticides, les effets secondaires de pathogènes et les parasites.

La condition féminine  

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui afin de présenter deux pétitions. La première est signée par des habitants de l'Ontario, principalement de la région d'Ottawa, qui demandent une stratégie nationale afin de s'occuper de la violence faite aux femmes, en particulier en ce qui concerne les femmes autochtones disparues ou assassinées.

  (1540)  

L'environnement  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition est signée par des résidants de Saanich—Gulf Islands. Elle souligne que le Canada s'est engagé dans le cadre de l'Accord de Paris, mais qu'il n'a pas encore établi de plan ou de cibles afin de respecter les engagements pris à Paris.
    Les pétitionnaires demandent au gouvernement d'établir des cibles qui contribueront aux efforts globaux visant à éviter la hausse des températures moyennes de la planète de 1,5 degré Celcius, et d'accélérer l'interruption de l'exportation de charbon et de charbon thermique afin de décarboniser l'électricité le plus rapidement possible.
    Le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes demande de revenir aux motions pour un instant en raison d'une erreur.
    D'accord?
    Des voix: D'accord.
    Le Président: Le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes a la parole.

Les travaux des subsides

    Monsieur le Président, je pense que vous constaterez qu'il y a consentement à l'égard de la motion suivante:
    Je propose:
     Qu'à la conclusion du débat d'aujourd'hui sur la motion de l'opposition au nom du député de Selkirk—Interlake—Eastman, toute question nécessaire pour disposer de la motion soit réputée mise aux voix et qu'un vote par appel nominal soit réputé demandé et différé jusqu'à Mardi, 13 juin, 2017, à la fin de la période prévue pour questions orales.
    Le député a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour présenter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Le Président: La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?
    Des voix: D'accord.

     (La motion est adoptée.)

    J'aimerais demander des précisions au député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes.
    Avait-il l'intention de présenter plus tôt à la Chambre la motion que vous avez proposée?
    Monsieur le Président, mon intention était de présenter la motion à titre de motion d'initiative parlementaire. Il peut y avoir eu de la confusion à l'égard de l'autre motion présentée pour reporter le vote.
    Je pense que le député conviendra sans doute que l'intention n'était pas la même. Je propose donc de considérer la motion comme un avis de motion dont la Chambre est saisie.
    Monsieur le Président, je suis d'accord.

Pétitions

L'aide médicale à mourir  

    Monsieur le Président, j'aimerais présenter aujourd'hui trois pétitions au nom des citoyens de la circonscription de Prince Albert.
     La première vise la préservation de la liberté de conscience des médecins et des établissements de soins de santé.

La Syrie  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition demande à la Chambre des communes d'intervenir pour rétablir la paix en Syrie.

Les soins palliatifs  

    Monsieur le Président, la troisième pétition porte sur les soins palliatifs, les patients et leur famille.

[Français]

Le service ferroviaire voyageurs d'Algoma  

    Monsieur le Président, encore une fois, je me lève à la Chambre pour déposer une pétition adressée au ministre des Transports. Cela me fait toujours plaisir de me lever pour faire entendre la voix des gens de ma circonscription, mais il y a aussi des gens de partout au Canada qui signent mes pétitions. Celle-ci est signée par des gens de Hearst, d'Hamilton, de Gatineau, au Québec, et de Sussex, au Nouveau Brunswick.
     Cette pétition concerne le train de passagers entre Sault Ste. Marie et Hearst. Les gens disent qu'il est impossible d'accéder à 75 % des propriétés et que les autres moyens d'accès ne sont pas fiables ni sécuritaires, puisque plusieurs routes sont des routes industrielles qui ne sont entretenues que si l'industrie continue de le faire.
    Ces gens s'inquiètent aussi des répercussions économiques. Une subvention de 2 millions de dollars rapportait un total d'environ 42 millions de dollars dans la région. Ils demandent donc au ministère des Transports de reconsidérer le dossier à la lumière de leur appui et de rétablir le service ferroviaire.

[Traduction]

Les soins palliatifs  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition au nom des citoyens des municipalités de Sheet Harbour, de Tangiere et de Mushaboom au sujet des soins palliatifs.
    Plus précisément, les pétitionnaires aimeraient que les centres de soins palliatifs constituent un service médical défini visé par la Loi canadienne sur la santé, de sorte que les provinces et les territoires puissent utiliser les transferts du gouvernement fédéral pour ce genre de soins importants.

  (1545)  

Le 150e anniversaire de la Confédération  

    Monsieur le Président, la guerre des libéraux contre l'histoire continue à inciter l'envoi de nombreuses pétitions à mon bureau. Je prends la parole aujourd'hui pour présenter des pétitions provenant de trois sociétés historiques canadiennes qui souhaitent que l'histoire soit respectée et célébrée à l'occasion du 150e anniversaire de la Confédération.
    La Société historique du comté de Wellington comprend la ville de Guelph. M. John Galt est le fondateur de la ville de Guelph. Son fils, Alexander Galt, est l'un des Pères de la Confédération et le premier ministre des Finances de Sir John A. Macdonald.
    La Société historique de Saint-Côme—Linière, au Québec a aussi exprimé son appui à la cause défendue par la pétition. Depuis trois décennies, la Société s'occupe de cataloguer et de consigner l'histoire locale. De plus, les vestiges du chemin de fer Québec Central, qui a été créé en 1869 et qui doit son existence à l'importante industrie ferroviaire dont dépendait la Confédération, traversent leur municipalité.
    Les membres de la Tyrconnell Heritage Society administre le musée de la maison Backus-Page, situé dans le lieu historique de l'établissement Talbot, dans le comté d'Elgin. Ils ont eux aussi signé la pétition. Le colonel Thomas Talbot a déjà été le secrétaire particulier de John Graves Simcoe. Il a dirigé la colonisation de la région de son leadership charismatique, notamment en établissant Port Stanley, qu'il a curieusement nommé en l'honneur de son ami dont le fils, Frederick Arthur Stanley, allait devenir gouverneur général du Canada et faire don de la coupe Stanley — qui a été décernée hier soir — qui devait, à l'origine, être décernée à la meilleure équipe de hockey amateur du Canada.
     Les pétitionnaires demandent au gouvernement d'annuler sa décision de ne pas inclure la Confédération parmi les thèmes du 150e anniversaire de la Confédération.

Les communications  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition qui a été signée par beaucoup de gens de ma circonscription.
    Les pétitionnaires signalent à la Chambre des communes que ce ne sont pas tous les habitants de Nipissing—Timiskaming qui ont accès au service de connexion illimitée à haute vitesse. Il faut donc que les gens de cette circonscription puissent avoir accès, comme les autres Canadiens, à ce service pourtant courant dans la plupart des villes. Les gens des régions rurales y ont difficilement accès. Les pétitionnaires jugent que ce désavantage complique la tâche des chefs d'entreprise et des personnes qui souhaitent faire des études.

Questions au Feuilleton

    Vous comprendrez bientôt mieux pourquoi je dis cela, monsieur le Président, mais moi aussi, je me sens un peu comme le député de Winnipeg-Nord. Je demande donc que toutes les questions restent au Feuilleton.
    Le Président: D'accord?
    Des voix: D'accord.
    Le député de Selkirk—Interlake—Eastman demande le consentement unanime pour que nous revenions aux pétitions. Y a-t-il consentement unanime?
    Des voix: D'accord.

Pétitions

Les affaires étrangères  

    Monsieur le Président, je suis heureux de présenter aujourd'hui deux pétitions qui ont été signées par des membres de la communauté vietnamienne. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d'approuver deux projets de loi qui sont à l'étude à la Chambre. Demain, nous allons débattre d'une de ces mesures législatives, en l'occurrence le projet de loi d'initiative parlementaireS-226, Loi sur la justice pour les victimes de dirigeants étrangers corrompus, la loi de Sergueï Magnitski, que je parraine à la Chambre au nom de la sénatrice Raynell Andreychuk. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada et au Parlement d'approuver le projet de loi en tant que moyen de sanctionner les individus qui commettent des violations flagrantes des droits de la personne et ceux qui s'enrichissent par la corruption.
    Une des pétitions a été signée par plus de 400 personnes, tandis que l'autre compte 1 262 signatures. La deuxième, qui est légèrement différente de la première, demande que l'on cible tout particulièrement le Vietnam, qui, encore aujourd'hui, élimine les dissidents politiques. Au cours des dernières années, plus de 420 prisonniers politiques ont été exécutés. Il faut que cette pratique cesse.

INITIATIVES MINISTÉRIELLES

[Travaux des subsides]

  (1550)  

[Traduction]

Travaux des subsides

Motion de l'opposition — L'économie canadienne  

    La Chambre reprend l'étude de la motion.
    Il reste au député de Brandon—Souris cinq minutes pour des questions et des observations.
    Le député de Regina—Lewvan a la parole.
    Monsieur le Président, c'est quelque peu étrange d'entendre les conservateurs prendre la parole à la Chambre pour déplorer la situation du transport des grains tout en faisant l'éloge du bilan du gouvernement Harper, car évidemment c'est ce dernier qui a démantelé le système de commercialisation ordonnée que nous avions auparavant pour les grains de l'Ouest canadien. Le député de Brandon—Souris a décrit les chemins de fer comme un duopole, et à juste titre. La Commission canadienne du blé donnait aux producteurs un certain pouvoir de négociation pour traiter avec les sociétés ferroviaires.
    Je doute que le député de Brandon—Souris soit d'accord avec moi pour dire que nous devrions rétablir le système de commercialisation ordonnée, mais je me demande s'il serait en faveur de ce que le gouvernement, par souci de transparence et d'ouverture, effectue une vérification du démantèlement de la Commission canadienne du blé pour que les contribuables canadiens aient une idée de ce qui est arrivé à tous les actifs de cet organisme.
    Monsieur le Président, de toute évidence, le député n'a jamais vendu une tonne ni même un boisseau de grains dans les Prairies. Sinon, il saurait que, comme l'a dit mon collègue de Selkirk—Interlake—Eastman, personne dans le milieu ne demande qu'on rétablisse ce système de commercialisation dépassé.
    Les jeunes producteurs d'aujourd'hui commercialisent tous leurs grains eux-mêmes. Le député se trompe donc dans son analogie. S'il avait fait ses recherches, il aurait vu que la Commission canadienne du blé n'était pas toujours responsable de la répartition des wagons. Le processus de commercialisation du grain dans les Prairies a été modernisé par le projet de loi présenté par mon collègue ici, à la Chambre, en créant plus d'occasions de transformation et de nettoyage des grains et de développement du secteur des grains. Tout comme dans le cas de l'élimination de la subvention du Nid-de-Corbeau, il y a quelques années, nous constatons les effets positifs, comme une productivité accrue et plus d'emplois dans les Prairies grâce à la multiplication des options de commercialisation.
    Monsieur le Président, je trouve cette discussion très difficile. Les conservateurs ont présenté une motion demandant au gouvernement d'en faire plus pour les travailleurs forestiers. En 2006, dans ma collectivité, 82 272 tonnes ont été expédiées à partir du port à Port Alberni. En 2016, c'était 783 381 tonnes. C'est dix fois plus sous les conservateurs. Il n'y avait pas d'aide fédérale. Le gouvernement vante le bilan des libéraux en matière de création d'emplois. Des scieries ferment dans ma collectivité et les gens sont en chômage. Nous devrions parler de solution aujourd'hui. Je n'entends pas parler de solutions. Je dirais même que je trouve cela très irrespectueux envers les gens du secteur forestier qui, en ce moment, cherchent un emploi.
    Qui va prendre ses responsabilités? Est-ce le gouvernement fédéral qui était de l'autre côté pendant les 10 dernières années ou est-ce Christy Clark? J'aimerais savoir qui va assumer la responsabilité de l'inaction dans ma collectivité.
    Monsieur le Président, le député aurait dû adresser sa question sur les solutions du gouvernement pour ces secteurs à un député ministériel.
    Les conservateurs ont réussi à prolonger l'accord sur le bois d'oeuvre précédent jusqu'à 2016 et le gouvernement libéral l'a laissé expirer. Nous voyons maintenant le résultat: des tarifs sur les produits en provenance des États-Unis en raison des tarifs imposés par le nouveau gouvernement dans ce pays. Comme je l'ai dit plus tôt dans mon allocution, les mesures provisoires prises par le gouvernement libéral, bien qu'elles soient utiles aux personnes travaillant dans ces usines, n'offrent pas de solutions à long terme.
    Monsieur le Président, j'avise la Chambre que je vais partager mon temps de parole avec le député de Nova-Centre.
    Je suis ravie d'intervenir à la Chambre aujourd'hui afin de parler de la façon dont le gouvernement du Canada contribue à renforcer la classe moyenne et l'économie pour les Canadiens. Avant de parler de l'économie canadienne, j'aimerais d'abord dire quelques mots sur l'économie mondiale.
    Après environ six ans de rendement médiocre, la croissance économique mondiale devrait s'améliorer à court terme. Cependant, bien des régions du monde tardent encore à se relever de la crise financière mondiale et à renouer avec la croissance. La hausse des inégalités, le vieillissement de la population et l'évolution rapide de la technologie sont devenus les plus grands défis politiques de notre époque. Ces difficultés, jumelées aux inquiétudes des familles du monde entier qui se préoccupent de l'avenir de leurs enfants, ont donné naissance à un mouvement d'une ampleur exceptionnelle. Les gens se rendent compte que la technologie évolue rapidement et qu'ils doivent donc acquérir de nouvelles compétences, et ils envisagent sans doute l'avenir avec inquiétude. Il est difficile de se sentir en confiance et de faire preuve d'optimisme au quotidien quand on ne sait pas ce qui nous attend à court terme.
    Au Canada, nous avons décidé de nous attaquer de front à ces défis avec une approche positive et généreuse.
    À l'instar des pays confiants, le Canada investit dans ses gens et son avenir. Le plan ambitieux du gouvernement prévoit des investissements judicieux visant à créer de bons emplois pour la classe moyenne, à construire des villes et des quartiers plus résilients et plus modernes, à faire croître l'économie et à offrir plus de possibilités à tous les Canadiens. Nous savons que si l'économie est favorable à la classe moyenne, tout le pays y trouve son compte.

  (1555)  

[Français]

    C'est pourquoi, au début du mandat de notre gouvernement, à la fin de l'année 2015, nous avons immédiatement pris des mesures pour renforcer la classe moyenne.
     Nous avons commencé en demandant à la tranche du 1 % le plus riche de payer un peu plus pour que nous puissions baisser les impôts des gens de la classe moyenne.
    Ensuite, nous avons instauré un système de prestations pour enfants. Comparativement au système précédent de prestations pour enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, plus généreuse et mieux ciblée pour aider les personnes qui en ont le plus besoin.
    Nous avons ensuite conclu un accord historique avec les provinces pour aider les gens à jouir d'une plus grande dignité à la retraite, en renforçant le Régime de pensions du Canada.
    Nous en avons fait davantage pour appuyer les familles canadiennes en nous engageant à investir 6 milliards de dollars sur une période de 10 ans pour les soins à domicile, ainsi que 5 milliards de dollars sur une période de 10 ans afin d'appuyer des initiatives en matière de santé mentale.
    Bref, nous avons fait les premiers pas nécessaires pour en redonner à la classe moyenne. Nous avons procédé ainsi en accordant la priorité aux gens en effectuant les types d'investissements qui valoriseraient leurs talents, amélioreraient leurs communautés et assureraient la croissance de notre économie à long terme.
    Les mesures prises par le gouvernement, comme la baisse d'impôt pour la classe moyenne et la mise en place de l'Allocation canadienne pour enfants, ont joué un rôle significatif de soutien aux dépenses des ménages.
    L'économie canadienne a connu une croissance économique de 3,7 % au premier trimestre de 2017, ce qui est très intéressant. Le taux de chômage continue de baisser. Il se situe maintenant à environ 6,6 % par rapport à 7 % au début de notre mandat, à l'automne 2015. Depuis ce temps, l'économie canadienne a créé environ 350 000 nouveaux emplois. Je souligne que ce chiffre est tout de même impressionnant.
    Tout cela est très encourageant. Nous demeurons toutefois vigilants et bien conscients qu'il nous reste encore beaucoup de travail à faire.
    Nous continuons d'axer nos efforts sur la croissance durable, sur de meilleurs emplois, sur de plus grandes possibilités pour la classe moyenne et sur une plus grande prospérité pour les générations à venir.

[Traduction]

    Pour ce faire, nous préparons les gens à occuper les emplois non seulement d'aujourd'hui, mais aussi ceux de demain. Il s'agit de notre plan pour l'innovation et les compétences. Pour que la formation professionnelle aide effectivement les Canadiens sous-employés ou au chômage à trouver un emploi, le budget de 2017 prévoit augmenter le soutien du fédéral de 2,7 milliards sur six ans par des ententes de transfert relatives au marché du travail conclues avec les provinces et les territoires.
    Pour les Canadiens qui cherchent un emploi, cette mesure offrira davantage de possibilités de mettre à niveau leurs compétences, d'acquérir de l'expérience ou d'obtenir de l'aide pour démarrer leur propre entreprise.
    Par ailleurs, les Canadiens qui ont perdu leur emploi pourront plus aisément entreprendre des études à leurs frais tout en demeurant admissibles aux prestations d'assurance-chômage.
    Enfin, le budget de 2017 élargit l'admissibilité à l'aide financière destinée aux Canadiens qui retournent aux études pour un recyclage professionnel. Ainsi, 10 000 étudiants à temps partiel et 13 000 étudiants ayant des enfants pourront s'ajouter aux prestataires qui reçoivent l'aide financière dont ils ont besoin pour poursuivre des études postsecondaires.
    Grâce à cet ensemble de mesures de formation et d'acquisition de compétences, les Canadiens, la ressource la plus précieuse du pays, pourront recevoir de l'aide et parfaire leurs connaissances à tous les stades de leur carrière.
    Le plan pour l'innovation et les compétences comprend aussi la nouvelle initiative de catalyse du capital de risque, qui viendra accroître le capital de risque accessible aux entrepreneurs canadiens qui en sont à un stade plus avancé de développement. En ajoutant l'argent qui sera fourni par le secteur privé, et selon les propositions qui seront reçues, ce programme pourrait injecter environ 1,5 milliard de dollars dans le marché canadien des capitaux d'innovation. Pour créer de bons emplois bien rémunérés et favoriser une forte croissance économique, il faut instaurer un climat propice à l'investissement et conclure des accords de libre-échange.
    Depuis un an et demi, le Canada renforce sa relation avec ses cinq partenaires commerciaux principaux: les États-Unis, le Mexique, la Chine, le Japon et l'Union européenne. Le travail se poursuit.
    Le gouvernement a été élu pour aider la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie. Les signes encourageants qui se manifestent un peu partout dans les divers secteurs de l'économie nous montrent que notre plan fonctionne. Parmi les pays du G7, c'est le Canada qui a la situation financière la plus enviable, et le ratio de la dette sur le PIB devrait rester bas.
    Au premier trimestre de 2017, le taux annuel de croissance de l'économie canadienne a été de 3,7 %. Au cours des six derniers mois, il s'est créé plus de 250 000 emplois à temps plein au Canada.

  (1600)  

[Français]

    Enfin, le gouvernement du Canada continuera d'axer ses efforts sur la réalisation d'investissements judicieux et nécessaires dans notre population, dans nos collectivités et dans notre économie. Ces investissements renforceront la croissance à long terme et permettront de bâtir une classe moyenne solide et un avenir plus prometteur pour tous les Canadiens et les Canadiennes.

[Traduction]

    Monsieur le Président, les députés devraient savoir que certains secteurs de l'économie ne se portent pas aussi bien que d'autres.
    Dans ma circonscription, Courtenay—Alberni, le taux de chômage est d'environ 10 %, soit le taux le plus élevé du Sud-Ouest de la Colombie-Britannique. Un tiers des enfants vivent dans la pauvreté. Le taux de personnes bénéficiant de l'aide au revenu est égal à 240 % de la moyenne provinciale.
    Par conséquent, lorsque j'entends le gouvernement nous parler des merveilles de l'économie et de la situation actuelle, je me dis qu'il serait bien que les députés ministériels viennent faire un tour dans ma circonscription pour y voir clairement que les usines ferment et que le saumon ne remonte plus les rivières. Les pêcheurs et les autres travailleurs qui vivent de la pêche sont sans emploi. Les gens tombent dans la pauvreté. Le seul ministre que nous arrivons à faire venir dans notre circonscription est le premier ministre, et il se contente d'aller à la plage et de jouer. Il serait vraiment bon qu'il se rende à des endroits comme Port Alberni pour constater sur place l'état réel de l'économie dans l'Ouest canadien et aux endroits où la population dépend de l'industrie forestière.
    Pourquoi ne discute-t-on pas de solutions? J'aimerais entendre la secrétaire parlementaire enfin parler de ce qu'elle fera pour les collectivités forestières et annoncer la visite de quelqu'un à Port Alberni. Un ministre viendra-t-il constater de lui-même ce qui se passe dans ma région? Les gens sont au chômage et vivent dans la pauvreté. Ils ont besoin d'un coup de main.
    Monsieur le Président, la première mesure que notre gouvernement a prise après son arrivée au pouvoir a été de réduire les impôts de la classe moyenne et d'augmenter les impôts du 1 % le mieux nanti. Ensuite, toujours pour aider les familles canadiennes, nous avons mis en place l'Allocation canadienne pour enfants, qui a sorti des centaines de milliers d'enfants de la pauvreté.
    Aujourd'hui, j'ai quelques chiffres sur ma circonscription à propos des effets de ces mesures sur les familles canadiennes, et je suis certaine qu'il est possible d'obtenir les mêmes sur la circonscription du député. Dans ma circonscription, Moncton—Riverview—Dieppe, 14 280 enfants profitent de l'Allocation canadienne pour enfants. Les familles reçoivent en moyenne 630 $ par mois dans le cadre de ce programme. Je le répète, ce sont les types de politiques que nous avons mises en place: elles sont progressistes et viennent en aide aux familles canadiennes.
    Par ailleurs, au sujet du taux de chômage, nous nous sommes engagés à stimuler l'économie et à aider les Canadiens de la classe moyenne. Jusqu'à maintenant, le plan fonctionne. Le taux de chômage est passé de 7,1 % à 6,6 %. Nous continuerons à suivre notre plan.
    Les données ne laissent aucun doute. Notre plan est efficace, et nous sommes sur la bonne voie.

  (1605)  

    Monsieur le Président, je comprends très bien et je respecte les préoccupations qui ont été soulevées. Je représente une circonscription où le taux de chômage est élevé, et il n'existe aucune solution particulière pour y remédier. De toute évidence, au fur et à mesure que l'économie évolue et qu'elle connaît une croissance ou un recul dans certains secteurs, nous devons faire preuve de polyvalence et de souplesse.
     Il y a un dossier où le gouvernement précédent a vraiment cafouillé, et c'est celui de l'accès aux personnes de talent dans le monde. Nous déployons de grands efforts pour remédier à la situation.
     Il faut en premier lieu que des Canadiens aient la possibilité d'obtenir des emplois au Canada. Nous nous entendons là-dessus. Nous voulons nous assurer que les salaires ne sont pas réduits. Cependant, lorsqu'il est question d'exploiter le potentiel des entreprises canadiennes, celles-ci doivent avoir accès à ces gens. Nous savons tous que les investissements suivent les talents. Nous avons fait une annonce aujourd'hui, et j'aimerais savoir ce que pense ma collègue de l'innovation et des mesures que nous avons prises à cet égard. Le gouvernement précédent a apporté des changements et a balayé du revers de la main une controverse concernant le Programme des travailleurs étrangers. Il a procédé de façon bien malhabile pour remédier aux lacunes du programme et a ainsi nui aux entreprises canadiennes. Il n'a pas accordé la souplesse nécessaire aux entreprises canadiennes.
    Par conséquent, en matière d'accès aux talents, d'investissements et d'innovation, comment les mesures changeront-elles les choses pour les secteurs visées et comment aideront-elles ceux qui connaissent des temps difficiles?
    Monsieur le Président, j'ai été heureuse de constater que le budget de 2017 prévoit le lancement de la Stratégie en matière de compétences mondiales. Comme mon collègue l'a souligné, nous devons faire appel la crème de la crème au Canada. Nous avons des industries qui connaissent une croissance rapide, et celles-ci n'ont pas besoin d'obstacles supplémentaires. Nous devons simplifier le processus qui leur permettra d'obtenir les travailleurs qualifiés dont elles ont besoin et, ainsi, de créer de bons emplois.
    C'est une bonne journée aujourd'hui compte tenu de l'annonce qui a été faite. Il me tarde de poursuivre le travail à cet égard.
    Monsieur le Président, c'est avec plaisir, comme toujours, que je prends la parole à la Chambre pour participer au débat sur ce qui doit être l'un des enjeux les plus importants pour les électeurs de ma circonscription, c'est-à-dire l'économie canadienne. La motion est composée de quatre parties. La première partie est un énoncé général qui porte sur l'économie canadienne. Les trois autres portent sur le bois d'oeuvre, l'industrie énergétique et la culture des céréales, plus précisément en ce qui a trait à la question du transport, dans l'Ouest canadien.
    Avant d'expliquer chaque point et de dire pourquoi je n'appuierai pas la motion, j'aimerais souligner que les hypothèses que laisse supposer le libellé de la motion ne sont pas fidèles aux faits. Je commencerai par l'énoncé général au sujet de l'économie.
    On tente de faire croire que le parti au pouvoir ne gère pas l'économie de manière efficace. Je ne suis pas du tout d'accord avec cela.
    Je trouve que c'est quelque peu ironique que la motion ait été proposée à peu près au même moment où un rapport positif sur l'emploi a été publié. En effet, plus d'un quart de million d'emplois ont été créés au Canada au cours des six derniers mois. Le mois dernier, 55 000 nouveaux emplois à temps plein ont été créés. Le chômage est passé de 7,1 % à 6,6 % et la croissance du PIB a été de 3,7 % au premier trimestre.
    La raison pour laquelle je mentionne ces statistiques, c'est qu'elles peuvent être utiles lorsque l'on prépare des analyses. Il vaut mieux tenir compte des faits que de projeter une version des faits que l'on espère être vraie.
    Le plan commence à se concrétiser. Je sais que l'histoire jugera elle-même du succès du gouvernement et de son rendement économique, mais il reste que les premiers signes sont emballants. L'économie croît. Le plan semble fonctionner et je suis très fier d'en faire partie.
    Je souhaite aborder chacune des sous-questions soulevées dans la motion, la première étant le conflit sur le bois d'oeuvre.
    C'est évidemment un problème grave et très délicat qui touche les régions canadiennes différemment. Je pense notamment au Canada atlantique, où je vis. Ma région compte plusieurs producteurs remarquables, comme Scotsburn Lumber, Williams Brothers et Ledwidge Lumber, qui ont toujours affiché un excellent bilan en matière d'embauche des Canadiens. Il s'agit là d'une lutte de tous les jours.
    L'opposition tente de faire croire aux Canadiens que nous avons géré ce dossier de façon maladroite, alors que l'accord a expiré sous le gouvernement fédéral précédent. Même si ce n'est pas notre faute, c'est notre problème. Je travaille donc en étroite collaboration avec la ministre, ainsi qu'avec mes collègues du Canada atlantique et de la Nouvelle-Écosse, pour trouver une solution à ce problème urgent pour les producteurs canadiens.
    Après mes discussions avec la ministre responsable de ce dossier, j'ai pleinement confiance dans sa capacité de se mesurer aux négociateurs les plus coriaces au sud de la frontière. Or, nous observons, dans ce dossier et dans le commerce en général, une recrudescence du protectionnisme, comme nous n'en avions pas vue de mon vivant. Nos voisins feront ce qu'ils jugent être dans leur intérêt. Toutefois, les membres de notre parti qui sont responsables de ce dossier sont fort compétents, et je suis convaincu qu'ils trouveront une solution au problème. Entretemps, nous avons mis en place un important programme d'aide afin d'offrir notre aide à un moment où son besoin se fait désespérément sentir.
    La deuxième sous-question porte sur le dossier de l'énergie. Elle fait allusion au secteur énergétique de l'Ouest canadien et à la tarification du carbone. Il s'agit là d'un sujet d'une importance extraordinaire. Je ne suis pas l'ennemi de l'industrie énergétique. J'ai exercé la profession d'avocat à Calgary, et j'ai beaucoup travaillé avec des sociétés pétrolières et gazières oeuvrant dans divers sous-secteurs du secteur de l'énergie. Je comprends l'importance stratégique que cette industrie revêt pour l'économie canadienne. Toutefois, sauf le respect que je dois au député ayant présenté la motion, je dois dire qu'il a tort de qualifier la tarification du carbone d'attaque contre l'économie.
    Nous devons comprendre que l'atmosphère, au Canada et partout dans le monde, appartient à chacun de nous. La pollution de l'atmosphère n'est pas sans conséquence et ne devrait pas être permise librement. La tarification du carbone constitue la façon la plus efficace de réduire les émissions et d'atténuer les répercussions négatives de la pollution qui contribuent au changement climatique d'origine anthropique. De surcroît, cela représente à mon point de vue une occasion extraordinaire pour nous en tant que Canadiens. Grâce à notre capacité de former une main-d'oeuvre qualifiée, nous avons l'occasion de participer à une industrie en plein essor qui favorisera la croissance propre tout en réduisant les émissions. Lorsque cette occasion nous est présentée sur un plateau d'argent, je ne peux m'empêcher de tenter d'en profiter, et je crois que nous sommes sur la bonne voie.
    Nous investissons dans l'infrastructure verte et mettons un prix sur le carbone. Certaines des plus grandes sociétés énergétiques du Canada et du monde entier, comme Synovus, Suncor, Shell, CNRL, Total, TransCanada, Enbridge et ainsi de suite appuient cette approche. Certains des intervenants qui, à première vue, auraient le plus à perdre de l'adoption d'une telle approche en matière de politique climatique en sont en fait les plus grands partisans. Je suis fier que nous ayons des chefs d'industrie qui assument leurs responsabilités.

  (1610)  

    Le dernier élément abordé dans la motion concerne les producteurs de grain et, plus particulièrement, les effets de certaines règles et l'expiration possible d'une caractéristique propre au Canada en matière de transport: l'interconnexion.
    En 2013, nous vivions une situation hors de l'ordinaire; il y avait eu une récolte exceptionnelle dans l'Ouest du Canada et un hiver très rude qui compliquait l'acheminement rapide de tous ces produits vers les marchés. Même si je suis de la région de l'Atlantique, j'ai eu l'occasion d'étudier cette question lorsque le comité des transports, de l'infrastructure et des collectivités, dont j'étais membre, s'est penché sur le problème. Nous avons alors constaté qu'on pouvait instaurer une mesure d'aide à court terme pour répondre à une situation d'urgence et faciliter l'accès aux marchés. Il s'agissait de régler un problème.
    L'outil créé à l'époque pour régler une situation pressante n'est peut-être pas la meilleure solution à long terme. Le projet de loi C-49 propose entre autres l'interconnexion pour le transport longue distance. Grâce à cette méthode, lorsqu'il n'y aurait qu'une société pouvant répondre aux besoins de transport pour acheminer un produit vers le marché, on créerait en quelque sorte de la concurrence de façon à ce que le producteur puisse obtenir les tarifs qui auraient cours si une autre société ferroviaire avait pu offrir le service.
    Au lieu de fixer une limite d’interconnexion à courte ou moyenne distance d'un maximum de 160 kilomètres, nous nous sommes engagés à mettre en oeuvre une solution à long terme. Je ne peux m’empêcher de souligner que les producteurs d’orge de l’Alberta ont indiqué que c’est une excellente nouvelle. La publication de l’Ouest du Canada, The Western Producer a d’ailleurs affirmé que le ministre des Transports avait rencontré les producteurs, qu’il les avait écoutés attentivement et qu’il avait accepté leurs propositions.
    C’est un progrès. Nous nous sommes engagés auprès de diverses collectivités à appliquer une politique qui, espérons-le, répondra à leurs besoins à long terme, plutôt qu’à court terme.
    Je vais conclure en revenant à ce que j’ai dit au départ. Nous nous concentrons sur des mesures qui permettront de renforcer l’économie à long terme. Je reconnais qu’il y a des collectivités, y compris nombre de celles que je représente, qui traversent une période difficile et qui ont besoin d’emplois plus que de toute autre chose. Nous cherchons donc à mettre en place un plan d’action qui va contribuer à relancer la croissance à court terme et qui va soutenir des politiques propices à la croissance économique à long terme.
    Nous constatons des investissements dans l’innovation. À l'Université St. Francis Xavier, par exemple, le laboratoire Flux Lab du docteur Risk a mis au point, grâce à un financement fédéral, un dispositif qui a été commercialisé. Disposé à l’avant de l’automobile, il détecte les fuites d’essence. Ce genre de technologie ne profitera pas uniquement à ma région. Elle pourra réduire les émissions de gaz à effet de serre dans tout le Canada en prévenant les fuites et son application créera des emplois.
    Nous constatons des investissements dans les infrastructures, notamment municipales, qui ont permis, dans les villes que je représente, de maintenir des emplois pendant les mois où il n’y en a pas ordinairement.
    Nous constatons des engagements visant à élargir les relations commerciales entre le Canada et ses partenaires. En effet, étant donné les ressources naturelles et la main-d’oeuvre spécialisée dont nous disposons, nous pouvons produire davantage de biens, notamment à valeur ajoutée, pour la consommation nationale. Ce qu’il faut, c’est élargir les relations commerciales qui garantissent des avantages à toutes les collectivités du Canada.
     Je sais que cela risque de prendre plus de temps que bien des députés le souhaiteraient, moi y compris. Si tous les électeurs de ma circonscription avaient un emploi demain, je serais le premier à défendre la politique qui l’aurait permis. En réalité, c’est un processus long et difficile, mais nous devons l’amorcer dès aujourd’hui. À mon avis, le gouvernement est sur la bonne voie, et j’ai hâte de voir le bilan historique qui sera établi, car je dois dire que les signes précurseurs sont assez encourageants.

  (1615)  

    Monsieur le Président, je dois dire au passage que les libéraux aiment citer les PDG millionnaires et les multinationales milliardaires qui sont emballés par la nouvelle taxe sur le carbone imposée au secteur de l’énergie. Beaucoup de ces PDG et sociétés ont appuyé Rachel Notley quand elle a annoncé la taxe sur le carbone qui devait paver la voie à l’acheminement de l’énergie vers la côte Ouest, mais les choses ont déraillé. Beaucoup de ces sociétés ont tout simplement renoncé à être présentes au Canada. La Royal Dutch Shell a quitté nos champs de pétrole pour les États-Unis, où il n’y a pas de taxe sur le carbone. Voilà un exemple parlant de « fuite de carbone », ce carbone dont les libéraux veulent réduire la production et qui est simplement produit ailleurs.
     Le député pourrait-il parler de la compétitivité? Pense-t-il que rendre les sociétés canadiennes moins concurrentielles et les obliger à déménager dans des pays où la fiscalité est moins lourde aura un impact positif sur le climat?
    Monsieur le Président, je trouve paradoxal qu’on nous reproche, d’un côté, notre propension à citer des PDG et, de l’autre, le fait que nous les imposons au point où ils nous en veulent. Je pense que la vérité se situe à mi-chemin. En fait, nous essayons d’adopter une politique qui contribuera, de façon générale, à l’essor de l’économie canadienne.
    Sur le plan de la compétitivité en particulier, si nous ratons la vague de l’industrie verte, celle des investissements propres, nous ne serons pas concurrentiels, car le reste du monde nous devancera.
     En ce qui touche plus précisément le secteur des ressources naturelles de l’Alberta, il se trouve que j’ai jeté un coup d’œil sur le rapport de Statistique Canada ce matin, et je peux affirmer que, en un an, soit de mai 2016 à mai 2017, le nombre d’emplois a augmenté de 9,9 % dans ce secteur…
    Il faut remettre le compte à zéro.
    Monsieur le Président, en tout respect, je crois que nous sommes sur la bonne voie et que ces politiques auront une incidence positive sur l'économie canadienne.
    Avant de passer à la question ou à l'observation suivante, je voudrais rappeler aux députés qu'il est contraire à la procédure de crier à la Chambre. Normalement, la présidence donne la parole à un député pour qu'il pose une question et obtienne une réponse.
    Nous revenons aux questions et observations. Le député de Courtenay—Alberni a la parole.
    Monsieur le Président, je remercie le député de Nova-Centre. Quel énorme soulagement d'entendre un ministériel présenter des idées originales plutôt que de débiter de beaux discours et les réponses toutes faites du gouvernement. Je partage l'enthousiasme du député à l'égard de la lutte contre le changement climatique. Je le remercie également d'avoir précisé certaines mesures possibles.
    Au cours des 10 dernières années, les exportations de grumes ont décuplé. Dans leur motion, les conservateurs affirment que le gouvernement a nui à l'économie « en ne négociant pas un accord sur le bois d’œuvre et en offrant un programme d’indemnisation au lieu de créer des emplois à long terme pour les travailleurs forestiers canadiens ».
    J'aimerais parler de la création d'emplois durables pour les travailleurs forestiers, parce que sur l'île de Vancouver, les exportations de grumes ont décuplé en 10 ans. Cette situation ne permet pas d'ajouter de la valeur aux emplois dans ce secteur. En fait, nous expédions du bois aux États de Washington et de l'Oregon, et nous achetons souvent à double prix des copeaux qui y sont fabriqués, simplement pour alimenter nos scieries. D'autres scieries ne sont même pas en activité: elles ont dû fermer leurs portes parce qu'elles ne sont pas à niveau sur le plan technologique pour débiter les grumes que nous exportons.
    Nous souhaitons savoir qui assumera la responsabilité. Nous ne voulons pas d'un gouvernement qui jette le blâme sur le gouvernement précédent ou sur le gouvernement provincial. Il serait vraiment appréciable que le gouvernement fasse preuve de leadership dans ce dossier. J'ose espérer que le député parlera de certaines des solutions possibles pour l'avenir.

  (1620)  

    Monsieur le Président, avant de répondre à la question, je tiens à dire que, si vous, vous avez entendu des gens crier, de mon côté, j'ai plutôt entendu des échanges amicaux.
    L'enthousiasme du député de Courtenay—Alberni pour la question qui nous occupe me plaît beaucoup, car le secteur forestier occupe une place stratégique dans l'économie canadienne. Il y a certains problèmes à régler à court terme, et j'estime que le ministre est en bonne voie de les régler.
    Je suis un peu ambivalent pour ce qui est des mesures à prendre pour protéger le caractère durable de ce secteur important. D'un côté, j'estime que le secteur privé a un grand rôle à jouer. Dans la mesure où les entreprises privées exportent des matières premières, elles peuvent juger, comme il s'agit de leurs capitaux, que c'est dans leur intérêt.
    De l'autre côté, il faut voir les choses à long terme. Étant l'un des plus jeunes députés, il est peut-être plus facile pour moi d'imaginer ce que sera l'avenir dans 60 ans, car il se pourrait que je sois encore vivant, et c'est le temps qu'il faut pour faire pousser une forêt.
    J'ai eu l'occasion de rencontrer des groupes, en Nouvelle-Écosse, comme les partenaires du secteur du bois franc de l'Est, qui cherchent à mettre sur pied des mesures qui nous aideront à collaborer avec les propriétaires de terres à bois privées. Il faut nous demander quels sont les produits du bois dont l'industrie aura besoin dans 10 ans et que nous pourrions transformer dans la région. De quelles essences aura-t-elle besoin dans 30 ans? Cette capacité de me projeter dans l'avenir me semble très utile. Je cherche à favoriser le développement à long terme d'une industrie forestière durable en Atlantique et dans l'ensemble du Canada, alors sur ce point, les Canadiens peuvent compter sur moi.

[Français]

    Monsieur le Président, je me permets de dire, d'entrée de jeu, qu'au cours de la prochaine demi-heure, j'aurai le plaisir, avec mon collègue de Chilliwack—Hope avec qui je partagerai le temps dont je dispose, de parler de cette motion sur l'économie que nous avons déposée aujourd'hui.
    Après avoir entendu ce discours très éloquent, je pense que c'est bon de rappeler pourquoi nous sommes ici et quel est le sens de la motion de l'opposition. Je vais la lire, parce que je pense que c'est bon que nous nous rappelions pourquoi nous sommes ici et pourquoi la plupart d'entre nous représentent leurs circonscriptions. Il s'agit de créer de l'espoir, de créer des emplois, de faire en sorte que les gens travaillent et que le gouvernement arrête de mettre des bâtons dans les roues à tous les petits entrepreneurs qui souhaitent réussir et participer à l'essor de notre économie en créant des emplois. Pourtant, ce gouvernement ne semble pas comprendre cela.
    La motion dont on débat aujourd'hui est la suivante et elle est très simple:
    Que la Chambre reconnaisse que le gouvernement a administré l’économie d’une façon nuisible pour les industries canadiennes et la stabilité économique du Canada en:
a) ne négociant pas un accord sur le bois d’œuvre et en offrant un programme d’indemnisation au lieu de créer des emplois à long terme pour les travailleurs forestiers canadiens [j'aurai sûrement l'occasion d'y revenir];
b) en tentant d’éliminer progressivement le secteur canadien de l’énergie par l’application d’une taxe sur le carbone destructrice d’emplois, l’imposition d’un fardeau fiscal accru pour les sociétés pétrolières et gazières, la suppression des incitatifs offerts aux petites entreprises pour faire de nouvelles découvertes dans le domaine de l’énergie et le refus de prendre en compte la crise qui secoue actuellement le marché de l’emploi en Alberta;
c) en refusant de prolonger les ententes relatives au service ferroviaire pour les agriculteurs de l’Ouest du Canada qui expireront le 1er août 2017, ce qui entraînera des retards dans le transport qui feront perdre des milliards de dollars en recettes aux agriculteurs.
    Ces trois points en disent beaucoup sur l'intérêt et sur le manque de vision du gouvernement libéral en matière d'économie. En général, les politiques économiques du premier ministre n'aident pas la croissance de l'économie canadienne ou la création d'emplois, malgré ce qu'on entend et ce qu'il tente de faire croire.
    Si le premier ministre voulait vraiment stimuler la croissance de notre économie, il aurait traité d'abord et avant tout, en priorité, la négociation d'un accord sur le bois d'oeuvre avec les États-Unis et la protection des emplois canadiens. Au lieu de cela, qu'a fait le gouvernement? Il n'y a pas mis l'importance voulue. Il n'a pas traité le dossier de la négociation de l'accord sur le bois d'oeuvre de manière adéquate.
    Comme le premier ministre croyait que les déficits allaient se résorber d'eux-mêmes, le gouvernement libéral pensait probablement que l'accord sur le bois d'oeuvre se conclurait de lui-même. Malheureusement, comme nous l'avons vu, tant pour les déficits que pour l'accord du bois d'oeuvre, le gouvernement a été complètement dans l'erreur en ce qui a trait aux négociations avec les Américains.
    Il y a 210 000 familles qui sont directement ou indirectement touchées par l'imposition des droits compensateurs qui affectent toutes les régions du Canada actuellement. Or nous avons des droits compensateurs parce que ce gouvernement a été incapable de mettre son poing sur la table au moment où c'était nécessaire et de négocier une entente bonne pour les deux parties, une bonne entente, et pas n'importe laquelle, mais une entente, au moins. En ce moment il y a une ministre qui ne cesse de répéter à la Chambre qu'ils vont négocier une bonne entente, pas n'importe laquelle.
    De ce côté-ci de la Chambre, nous sommes tentés de dire que nous aurions eu besoin d'une bonne ministre pour négocier cet accord, pas n'importe laquelle.
    Quel est le résultat d'attendre que les gens viennent à nous pour avance? Il en résulte qu'on attend et qu'on n'avance pas. C'est malheureusement ce qui est arrivé dans le dossier du bois d'oeuvre.
    L'industrie canadienne ne fait plus confiance au premier ministre pour en arriver à une véritable entente. Qu'a fait le premier ministre depuis le 10 mars 2016, alors qu'il promettait qu'un nouvel accord remplacerait celui obtenu par le gouvernement Harper et qu'il serait conclu en moins de 100 jours?
    Plus de presque 500 jours plus tard, rien n'a été fait encore. Pire, le dossier n'a pratiquement pas été abordé auprès du président américain, lors des différentes rencontres qu'a eues le premier ministre avec lui.

  (1625)  

     Dans les circonscriptions comme la mienne, l'importance du dossier du bois d'oeuvre pour les usines frontalières, les travailleurs forestiers de ma circonscription, les travailleurs forestiers du Québec et les travailleurs forestiers de tout le Canada, c'est la différence entre quelqu'un qui sera capable de faire vivre sa famille, de bien élever ses enfants, de leur donner à manger, de bien les éduquer et de leur fournir des loisirs et celui qui sera obligé d'attendre et de faire des sacrifices.
    Qui va payer pour cela?Ce sont les enfants de ces familles qui n'auront pas nécessairement tous les outils nécessaires pour avancer et pour développer plus tard notre économie. C'est cela que le gouvernement comprend difficilement. Ces enfants seront privés, parce que leur famille aura été privée de revenus pendant trop longtemps.
    Ce gouvernement a une vision bizarre de notre future génération. Pour commencer, le gouvernement laisse une dette extraordinaire aux générations futures. Il est en train de gonfler leur dette pour supposément créer des emplois maintenant. Cependant, nous n'avons pas encore vu ces emplois qu'il promet pour maintenant, malgré les grands déficits que fait le gouvernement.
    Je me souviens d'avoir entendu en campagne électorale que le gouvernement allait faire de tout petits déficits et qu'il allait remettre les Canadiens au travail tout de suite. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il allait faire de tout petits déficits. On nous avait promis le retour à l'équilibre budgétaire en 2019.
    Ce plan n'a pas marché. Non seulement le gouvernement n'a-t-il pas respecté les petits déficits, car il y a maintenant d'énormes déficits, mais on ne prévoit pas le retour à l'équilibre budgétaire avant très longtemps. Les forêts auront le temps de pousser et d'être récoltées avant que l'on retourne à l'équilibre budgétaire, pour paraphraser le discours du collègue qui s'est exprimé avant moi. Les forêts auront donc le temps d'être récoltés avant qu'on ne rembourse le déficit? Qui devra payer cela? Ce sont nos jeunes. Où sont les emplois promis, où sont les investissements dans les infrastructures qui devaient être réalisés en  2016, en 2017?
    Ces emprunts n'ont pas servi à créer des emplois. Ils ont servi à faire grossir la machine. Ils ont servi à favoriser les petits amis du régime et les gens qui ont fait confiance aux libéraux aux dernières élections grâce à toutes sortes de fausses promesses. C'était malheureusement des promesses creuses.
    Je ne veux pas être alarmiste, mais la ministre des Affaires étrangères a déclaré aujourd'hui que les positions entre le Canada et les États-Unis sont encore très éloignées. Elle explique que rien n'est encore résolu dans ce différend commercial depuis l'imposition par Washington de droits compensatoires pouvant aller jusqu'à 26 % sur le bois d'oeuvre canadien. La ministre avoue elle-même aujourd'hui son incapacité à conclure une entente sur le bois d'oeuvre.
    Qu'attend le premier ministre pour agir? Qu'attend-il pour défendre lui-même une fois pour toute les Canadiens et les Canadiennes, les travailleurs de l'industrie du bois d'oeuvre?
    Nous avons besoin de leadership. Le Canada a besoin d'un leadership fort pour démontrer aux États-Unis que cet accord sur le bois d'oeuvre est un accord favorable pour les deux parties. C'est un accord qui peut favoriser la création d'emplois, préserver nos emplois, créer des emplois aux États-Unis et démontrer que nous ne nous laisserons pas manger la laine sur le dos. Une bonne entente, c'est avoir une entente d'abord et avant tout. La meilleure entente est à portée de main si nous le voulons vraiment.
    Cependant, ce n'était pas la volonté du premier ministre de trouver une solution rapide, parce qu'on ne voulait pas déplaire à nos voisins américains.
    Les politiques libérales ont nui à notre économie. Je n'ai pas eu l'occasion de parler beaucoup de la taxe sur le carbone, mais j'aimerais mentionner pour terminer que la taxe sur le carbone n'est qu'une façon comme une autre qu'on trouvée les libéraux pour aller piger davantage dans la poche des contribuables canadiens. Pourquoi? Parce qu'on veut faire porter tout le fardeau de la lutte contre les changements climatiques aux contribuables.
    Le gouvernement s'est demandé pourquoi il ne taxerait pas davantage les contribuables, et pourquoi il ne ferait pas en sorte que ce soit eux qui paient, plutôt que de trouver un véritable plan qui diminuerait les émissions de gaz à effet de serre. Au Québec, on a créé un Fonds vert grâce à toutes sortes de taxes vertes. Malheureusement, il n'y a eu aucune diminution des émissions de gaz à effet de serre. Le Fonds vert du Québec est un échec lamentable sur toute la ligne. C'est ce genre d'exemple qu'on veut répéter partout au Canada. Nous ne serons plus compétitifs. Nous n'avons pas d'entente sur le bois d'oeuvre.
    Bref, ce gouvernement n'a pas de vision pour développer notre économie. J'ose espérer que quelqu'un se lèvera de l'autre côté de la Chambre pour faire preuve de leadership et redonner confiance à nos travailleurs forestiers.

  (1630)  

    Monsieur le Président, je veux faire un petit rappel concernant la crise du bois d'oeuvre.
    En 2006, les conservateurs ont mis l'accord en place, et en 2008, il y a eu la crise forestière. Celle-ci a donc eu lieu après la mise en oeuvre de l'accord des conservateurs avec les Américains. C'était un mauvais accord qu'ils ont fait rapidement pour se débarrasser du dossier sans régler le problème. C'est ce qui nous a menés où nous en sommes aujourd'hui.
    Par ailleurs, le député a dit que nous n'avons pas créé d'emplois. Or, depuis un an, plus de 300 000 nouveaux emplois ont été créés. C'est peut-être pour cela que les conservateurs n'ont pas réussi en tant que gouvernement: ils ne voient pas de différence entre 300 000 et un nombre négatif.
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
    Puisqu'il vient d'une région forestière, j'aurais beaucoup aimé connaître sa position concernant le manque de leadership de son propre gouvernement, de la ministre des Affaires étrangères et du ministre du Commerce international en matière de négociations. Ceux-ci ont été incapables, depuis 2015, de trouver un terrain d'entente avec les Américains. C'est facile de rejeter ensuite la faute sur les autres.
    Cela fait presque deux ans que les libéraux se sont fait élire, et ce, sous toutes sortes de prétextes. Ils ont dit qu'ils feraient de vrais changements et qu'ils seraient ouverts et transparents. Or non seulement ils n'ont pas réussi à négocier, mais en plus, selon la commissaire à l'information, il s'agit du gouvernement le moins transparent des dernières années. Alors, pour la morale, on pourra repasser.

[Traduction]

    Monsieur le Président, l'économie de ma circonscription repose dans une large mesure sur le bois d'oeuvre. Kootenay—Columbia compte près d'une douzaine de scieries, certaines des entreprises familiales, d'autres, de plus grande envergure. Le fait que le gouvernement libéral n'a pas été en mesure de négocier un nouvel accord sur le bois d'oeuvre nous préoccupe beaucoup. J'espère que certaines des mesures provisoires seront utiles et j'entends m'entretenir avec les propriétaires des scieries d'ici quelques semaines pour voir si c'est le cas.
    Les conservateurs ont eu la possibilité d'agir, puisque l'accord sur le bois d'oeuvre a pris fin en 2015. Pourquoi n'ont-ils rien fait il y a deux ans?

[Français]

    Monsieur le Président, peut-être qu'il serait utile de rappeler à mon collègue qu'en 2015, il y a eu une élection.
    Effectivement, si nous étions restés de l'autre côté de la Chambre, l'entente serait probablement acceptée aujourd'hui. Nous aurions négocié, nous aurions réglé ce dossier et nous aurions conclu une entente sur le bois d'oeuvre, car nous avions un premier ministre, M. Harper, qui n'avait pas peur de faire face au président des États-Unis et de mettre le poing sur la table pour régler ce dossier. Il a dit qu'on réglerait le dossier, et il a été réglé immédiatement.
    Alors, oui, nous aurions aimé être encore de l'autre côté, et nous aurions réglé le dossier.

  (1635)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'aimerais que le député revienne un peu en arrière, qu'il fasse un petit voyage dans le temps avec moi et se rappelle l'époque où la « bromance » entre le premier ministre et le président Obama battait son plein. On n'entendait parler que de cocktails, de canapés et de dîners d'État. Or, à l'occasion de leurs chics dîners d'État, à Washington, ils ont oublié d'inviter le ministre des Ressources naturelles, qui est responsable de la question du bois d'oeuvre.
    Le député peut-il nous parler des priorités du gouvernement et nous dire pourquoi, selon lui, alors que la relation entre le Canada et les États-Unis n'avait supposément jamais été aussi bonne, le gouvernement n'a pas réglé le dossier?

[Français]

    Monsieur le Président, c'est ce qui s'appelle un manque de leadership.
    C'est exactement ce que j'essaie de faire transparaître depuis le début de mon discours. Un leader qui veut vraiment régler un dossier laisse les petits canapés et les petites bouchées de côté et aborde les vraies questions avec son vis-à-vis. Plutôt que de demander si on devrait prendre un égoportrait de la main gauche ou de la main droite, un leader va demander si on règle ou non le dossier du bois d'oeuvre.
    Malheureusement, la priorité de notre premier ministre est de déterminer si l'égoportrait devrait être pris de la main gauche ou de la main droite. Pendant ce temps, on ne respecte pas la promesse de baisser les impôts des travailleurs de l'industrie du bois d'oeuvre et des PME au Canada. Cette promesse, qui avait été faite lors de la dernière campagne, n'a pas été tenue.
    Alors, je pense que les priorités du gouvernement libéral ne sont pas à la bonne place. C'est ce qui explique que, pendant que les conjonctures étaient favorables et qu'il y avait une petite relation amoureuse entre les deux pays, on n'ait pas jugé bon de briser celle-ci en abordant les vrais sujets qui intéressent les Canadiens.
     Conformément au paragraphe 38 du Règlement, je dois faire connaître à la Chambre les questions qu'elle abordera à l'heure de l'ajournement ce soir, à savoir: la députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke, La défense nationale; le député de Courtenay—Alberni, Les pêches et les océans; le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan, L'immigration, les réfugiés et la citoyenneté.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis toujours ravi d'intervenir à la Chambre au nom des concitoyens de Chilliwack—Hope. Aujourd'hui, nous débattons de la motion suivante:
    Que la Chambre reconnaisse que le gouvernement a administré l’économie d’une façon nuisible pour les industries canadiennes et la stabilité économique du Canada en:
a) ne négociant pas un accord sur le bois d'oeuvre et en offrant un programme d’indemnisation au lieu de créer des emplois à long terme pour les travailleurs forestiers canadiens;
b) en tentant d’éliminer progressivement le secteur canadien de l’énergie par l’application d’une taxe sur le carbone destructrice d’emplois, l’imposition d’un fardeau fiscal accru pour les sociétés pétrolières et gazières, la suppression des incitatifs offerts aux petites entreprises pour faire de nouvelles découvertes dans le domaine de l’énergie et le refus de prendre en compte la crise qui secoue actuellement le marché de l’emploi en Alberta;
c) en refusant de prolonger les ententes relatives au service ferroviaire pour les agriculteurs de l’Ouest du Canada qui expireront le 1er août 2017, ce qui entraînera des retards dans le transport qui feront perdre des milliards de dollars en recettes aux agriculteurs.
    Dans mon discours, j'aimerais me concentrer sur les deux premières parties de la motion. Je sais que les députés de Selkirk—Interlake—Eastman et de Brandon—Souris, notamment, ont parlé avec beaucoup d'éloquence du fait que le gouvernement laisse tomber les agriculteurs de l'Ouest. C'est l'héritage des libéraux qui se perpétue chaque fois qu'ils forment le gouvernement.
<