Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

42e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 309

TABLE DES MATIÈRES

Le mercredi 6 juin 2018




Emblème de la Chambre des communes

Débats de la Chambre des communes

VOLUME 148
NUMÉRO 309
1re SESSION
42e LÉGISLATURE

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mercredi 6 juin 2018

Présidence de l'honorable Geoff Regan

    La séance est ouverte à 14 heures.

Prière


[Déclarations de députés]

  (1405)  

[Traduction]

    Nous allons maintenant chanter Ô Canada, qui sera entonné par nos excellents pages.
    [Les députés chantent l'hymne national.]
    Le Président: Bravo! C'était une interprétation remarquable.

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

[Français]

Les changements climatiques

    Monsieur le Président, en cette Semaine canadienne de l'environnement, les changements climatiques feront partie des enjeux que soulèvera le premier ministre lors du G7. Il prendra des photos officielles avec les dirigeants et célébrera les progrès historiques sous son leadership, comme toujours.
    C'est pourtant cette semaine qu'il a choisi d'aller en Alberta pour visiter le pipeline qu'il vient de s'acheter avec l'argent des Québécois. Grâce à cette nouvelle acquisition, le Canada va tripler la quantité de pétrole bitumineux pour le vendre aux marchés de l'Ouest et d'Asie.
    Les écosystèmes uniques de la côte du Pacifique recevront au moins 350 pétroliers supplémentaires chaque année, et le premier ministre a le culot d'aller parler de pollution des océans au G7. Voyons donc! Cette hypocrisie livrée en pleine face de ses partenaires du monde est révélatrice du rôle que le Canada entend jouer dans la lutte contre les changements climatiques, celui de destructeur de l'environnement.

Les Jeux de l'Acadie

    Monsieur le Président, pour la première fois, la grande région de Miramichi va accueillir la 39e édition des Jeux de l'Acadie. En effet, c'est depuis 1979 que les communautés acadienne et francophones des quatre provinces atlantiques se rassemblent à chaque année. Plus de 3 000 athlètes participent à 11 disciplines sportives et culturelles.
    Ce ne sont pas seulement des athlètes qui participent à ce rassemblement annuel, mais aussi plus de 3 500 bénévoles, ce qui donne plus de 600 000 heures de bénévolat. Avec un budget de plus de 350 000 $ et 27 000 visiteurs attendus qui se retrouveront sur le site lors de la finale des Jeux de l'Acadie, les retombées économiques seront de plus de 1,6 million de dollars.

[Traduction]

    Du 27 juin au 1er juillet, tous les habitants de la collectivité acadienne de Miramichi dérouleront fièrement le tapis rouge en l'honneur des visiteurs provenant des quatre coins du Canada atlantique.

[Français]

    En 2018, ça se passe icitte.

[Traduction]

Le prix pour services méritoires de Stormont—Dundas—South Glengarry

    Monsieur le Président, l'an dernier, ce fut un honneur et un privilège pour moi de rendre hommage à 150 résidants de ma circonscription en leur décernant le prix pour services méritoires de Stormont—Dundas—South Glengarry à l'occasion du 150e anniversaire du Canada. Par leur action bénévole et leur service public, ces personnes ont fait preuve d'engagement et de dévouement envers leur collectivité.
    La réponse a été extraordinaire partout dans ma circonscription. Comme celle-ci compte de nombreux bénévoles compétents, bien des résidants qui l'auraient mérité n'ont pas pu recevoir de prix. En conséquence, je suis ravi d'annoncer que le prix pour services méritoires de Stormont—Dundas—South Glengarry sera décerné tous les ans.
    Le prix pour services méritoires de Stormont—Dundas—South Glengarry est remis à des résidants de ma circonscription qui font une contribution remarquable dans leur milieu. Je demande à tous les Canadiens qui connaissent des résidants exceptionnels de Stormont—Dundas—South Glengarry de présenter leur candidature en vue de la remise du prix en 2018. On peut trouver les formulaires de mise en nomination et les détails pertinents sur mon site Web, guylauzon.ca.
    Je signale qu'il n'y a aucun problème à ce que les députés disent leur propre nom.

[Français]

Le sport paralympique

    Monsieur le Président, aujourd'hui, nous avons la chance de recevoir sur la Colline les gens de la Fondation paralympique canadienne dans le cadre de la campagne ImagiNation.

[Traduction]

    La Fondation paralympique canadienne a lancé la campagne ImagiNation en 2017. Il s'agit d'une initiative de quatre ans visant à assurer que plus de Canadiens handicapés puissent choisir un sport et devenir des athlètes de calibre mondial. ImagiNation donnera davantage accès à des entraîneurs, à de l'équipement et à des milieux d'entraînement à des milliers de Canadiens handicapés et permettra d'investir dans des sportifs déterminés et talentueux, désireux de participer à des compétitions mondiales.

[Français]

    Notre gouvernement est honoré de collaborer avec la Fondation paralympique canadienne et le Comité paralympique canadien et de l'appuyer financièrement pour permettre aux Canadiens ayant un handicap de d'intégrer le sport dans leur vie. Qu'il s'agisse du terrain de jeu local ou d'un podium paralympique, nous travaillons à créer un Canada en santé, accessible et ouvert à tous.

  (1410)  

Carmel Moreault

    Monsieur le Président, le 1er mai dernier, à 19 h 15, Carmel Moreault, pompier de Témiscouata-sur-le-Lac, termine de souper avec sa conjointe quand il reçoit un appel l'informant d'une alarme à l'usine Cascades. À 20 heures, il texte sa conjointe pour lui dire de ne pas l'attendre puisqu'il y avait le feu.
    Quinze minutes plus tard, elle reçoit un appel du chef de la caserne l'informant que Carmel avait eu un accident: un conduit de ventilation s'était rempli de l'eau des gicleurs et s'est écroulé sur lui. Carmel Moreault n'a pas survécu à l'accident. C'est le premier pompier témilacois à périr dans l'exercice de ses fonctions.
    Lors de ses funérailles, j'ai été témoin de l'amour que sa communauté lui a portée et de la solidarité que lui ont montrée ses collègues. Plus de 250 pompiers du Québec et du Nouveau-Brunswick étaient présents pour lui rendre un dernier hommage.
    À sa famille, plus particulièrement à sa conjointe, Sylvie, à ses enfants, à la mère de ses enfants et à sa mère, Lucienne, de même qu'à ses confrères et consoeurs des casernes 35 et 36 de Témiscouata-sur-le-Lac, je tiens à nouveau à présenter mes plus sincères condoléances.
    Cet hommage est bien modeste en regard du sacrifice que Carmel a fait pour sa communauté.

[Traduction]

Les Jeux de la côte Killick

    Monsieur le Président, de la paroisse de St. Thomas à Logy Bay s'étend une région accidentée d'une beauté à couper le souffle. On l'appelle, dans le coin, la côte Killick. Les courageux et intrépides habitants sont bien connus pour leur histoire, leur camaraderie et leur esprit de compétition.
    En août prochain, la petite ville de Torbay accueillera des athlètes âgés de 11 à 17 ans des villes de Portugal Cove–St. Philip's, Flatrock, Bauline, Pouch Cove et Logy Bay-Middle Cove-Outer Cove qui pratiquent divers sports d'équipe dans le cadre de la 13e édition annuelle des Jeux de la côte Killick. Une des caractéristiques des jeux est leurs présidents honoraires, des leaders locaux qui ont contribué au sport et au mentorat de jeunes et dont les réalisations méritent d'être soulignées.
    Surtout, les jeux permettent aux athlètes de nouer des relations durables qui préservent leur attachement pour leur collectivité. Des organismes comme Killick Coast Games, qui permettent de tisser des liens, méritent notre soutien. J'invite donc la Chambre à se lever avec moi pour montrer son soutien à la région de la côte Killick et sa détermination à toujours soutenir le sport, l'amitié et la vie communautaire.

La fiscalité

    Monsieur le Président, les Canadiens n'aiment pas que le gouvernement leur dise quoi penser et comment se comporter. C'est ce que font les libéraux avec la taxe sur le carbone: ils conditionnent le comportement des gens avec une taxe pour les forcer à se conformer au programme libéral. Le problème avec la taxe sur le carbone, c'est qu'elle ne tient pas compte du marché dans l'équation et qu'elle sous-estime les innovateurs et les entrepreneurs. La solution universelle des libéraux, qui est de taxer tous les Canadiens afin de conditionner leur comportement, est insultante et contre-productive.
    En Saskatchewan, nous valorisons l'environnement et l'économie grâce à l'énergie renouvelable, la diversification des cultures, la culture sans labour, la gestion forestière, la planification du développement des infrastructures, et j'en passe. La Saskatchewan regorge de gens novateurs. On n'a qu'à penser aux machines agricoles modernes, qui ont toutes été inventées par des agriculteurs afin de régler des problèmes sans l'ingérence du gouvernement. Les innovations comme les convertisseurs catalytiques, les épurateurs de dioxyde de carbone, les voitures électriques et les panneaux solaires n'ont pas été inventées par le gouvernement et elles n'ont pas été inspirées par les taxes non plus.
     Les entrepreneurs et les chercheurs sont notre meilleure ressource pour trouver des solutions que les Canadiens ordinaires sont motivés à adopter et à mettre en oeuvre. Le gouvernement libéral malavisé doit renoncer à cette taxe et s'enlever du chemin.

Les Prix du premier ministre

    Monsieur le Président, j'aimerais aujourd'hui féliciter deux pédagogues de ma circonscription, Don Valley-Est, qui ont chacun reçu un Prix du premier ministre. Ce prix récompense les méthodes d'enseignement exceptionnelles et le dévouement envers les élèves.
    Le premier lauréat s'appelle Hafiz Printer, et il enseigne en 10e, en 11e et en 12e année à l'Ismaili Tariqah and Religious Education Board Canada. Les élèves de M. Printer n'ont que de l'admiration pour lui parce qu'il sait leur donner le goût d'apprendre. Sa devise: un environnement où les élèves peuvent débattre et apprendre en toute sécurité.
    La seconde lauréate s'appelle Isabelle Wong et elle est enseignante de maternelle à l'école catholique St. Ignatius of Loyola. Mme Wong mise sur le développement du caractère pour enseigner à ses élèves à devenir des citoyens responsables qui garderont le goût d'apprendre toute leur vie.
    Je suis très fière de saluer aujourd'hui ces deux éducateurs pour leurs réalisations exceptionnelles et l'excellence de leur enseignement. J'espère que leurs élèves aspireront à les dépasser.

Des félicitations à l'occasion d'un départ à la retraite

    Monsieur le Président, un des heureux privilèges de notre travail est le bonheur de rencontrer et de côtoyer des gens tellement accomplis qu'on se demande si on n'aurait pas dû faire autre chose de notre vie. Bruce Kidd est une telle personne. Il a récemment pris sa retraite du poste de directeur et vice-président du campus Scarborough de l'Université de Toronto. Les députés qui ont un certain âge connaîtront Bruce comme un athlète olympique et un champion du Commonwealth. D'autres le connaîtront comme un universitaire, comme un administrateur d'université ou encore comme un défenseur des droits de la personne.
    Cependant, le Bruce Kidd que je connais est un homme gentil, sage et compétent qui représente ce qu'il y a de meilleur au campus Scarborough de l'Université de Toronto. À l'instar d'autres grands hommes, il écoutait avant de parler, il réfléchissait avant d'agir, et il accordait aux autres le mérite qui lui revenait. Il a été très modeste par rapport à ses accomplissements.
    Personne ne nierait que Bruce mérite pleinement de profiter d'une longue et heureuse retraite. Cependant, je doute qu'il prenne vraiment sa retraite. Je suis impatient de voir Bruce dans sa prochaine incarnation, après sa prétendue retraite.

  (1415)  

Le Relais pour la vie

    Monsieur le Président, je parcours la Chambre des yeux et je ne vois personne qui n'a pas déjà été touché par le cancer. Nos proches, nos amis, nos collègues, personne n'est à l'abri. Je vais participer cette fin de semaine à la 26e édition annuelle du Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer à Prince George. Ce sera la 19e fois que je participe au Relais pour la vie. Les deux dernières années, j'ai marché 24 heures. C'est mon objectif aussi cette année. Je marche pour les personnes que nous avons perdues. Je marche pour les personnes qui ont vaincu le cancer, comme mon frère, Trent, qui est mon héros. Il ne l'a pas vaincu une fois, mais deux fois. Je marche également pour les personnes qui se battent en ce moment même pour leur vie. Je marche parce que je sais qu'on peut vaincre le cancer.
    Aujourd'hui, je lance le défi au député d'York-Centre et à tous les autres députés de se joindre à moi et de participer cette fin de semaine aux marches qui auront lieu dans leur région ou bien de faire un don à cancer.ca. Mettons fin à cette maladie dès maintenant.

Le Festival des roses de Welland

    Monsieur le Président, Welland, en Ontario, est connue comme la ville des roses depuis 1921. Depuis son inauguration, en 1961, le Festival des roses de Welland rassemble les gens de la région de Niagara venus célébrer le patrimoine et les traditions de la ville dont le célèbre canal tire son nom. Le Festival des roses se poursuit pendant un mois. Il commence par un bal de couronnement et comprend des activités pour la famille partout dans la ville, notamment une exposition d'oeuvres d'art, un tournoi de pêche, des concerts et un défilé grandiose.
    Je vous invite à vous joindre à moi, monsieur le Président, pour féliciter et remercier sincèrement tout le personnel, les commanditaires et les bénévoles qui contribuent à l'organisation du 57e Festival des roses annuel de Welland.

Le réseau d'action des grands-mères

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour accueillir les femmes formidables de partout au pays qui sont venues à la Chambre pour représenter le réseau d'action des grands-mères. Le réseau d'action des grands-mères est un organisme phénoménal qui est engagé activement dans la défense des droits de la personne des grands-mères et de leurs enfants. Ses campagnes appuient les objectifs en matière de développement durable des Nations unies, soit la santé, l'éducation et l'égalité des sexes, en s'efforçant d'accroître l'accès à des médicaments indispensables, à une éducation de qualité, et en mettant fin à la violence faite aux femmes et aux filles.
    Cet après-midi, le réseau d'action des grands-mères organise une activité à la pièce 330 de l'édifice Wellington, de 16 heures à 17 h 30 ou peut-être juste un peu plus tard. J'invite tous mes collègues à se joindre à moi cet après-midi dans le cadre de cette activité en vue de participer à une discussion sur la nécessité d'inclure les grands-mères africaines dans un programme international féministe.
    Je souhaite la bienvenue à tous les représentants du réseau d'action des grands-mères et je les encourage à poursuivre leur travail incroyable.

Le 74e anniversaire du jour J

    Monsieur le Président, il y a 74 ans aujourd'hui, en 1944, plus de 150 000 soldats alliés ont attaqué par les voies aérienne, maritime et terrestre l'Europe, alors occupée, renversant, en ce jour J, le courant de la Seconde Guerre mondiale. Plus de 14 000 Canadiens ont participé à cette bataille historique sur les plages de Normandie. Les militaires canadiens ont courageusement pris d'assaut la plage Juno et infligé une défaite décisive aux nazis retranchés. Nos soldats héroïques ont conquis plus de territoire ennemi ce jour-là que tout autre pays allié.
    Voilà qui témoigne de la véritable force de caractère et de la détermination des membres des Forces armées canadiennes de l'époque comme d'aujourd'hui. Trois cent cinquante-neuf Canadiens ont payé le prix ultime pour libérer d'autres personnes de l'oppression périlleuse de l'occupation nazie. Nous ne devons jamais oublier leur sacrifice, leur courage et leur véritable détermination en dépit des risques considérables.
    En tant que Canadiens, nous remercions ceux qui nous ont précédé et qui ont sacrifié leur vie pour que nous puissions vivre paisiblement dans le plus grand pays au monde, la terre de nos aïeux, le Canada.

  (1420)  

Le Mois du patrimoine portugais

    Boa tarde, monsieur le Président.
    Le mois dernier, le premier ministre et le premier ministre portugais António Costa, alors en visite officielle, ont rendu hommage à la communauté portugaise et salué ses contributions au Canada. Les deux hommes d'État ont exprimé à quel point ils sont fiers de voir le Canada célébrer pour la première fois à l'échelle nationale le Mois du patrimoine portugais en juin et la Journée du Portugal le 10 juin.
    Je veux remercier tous les leaders, les clubs, les associations et les médias portugais de Davenport et de tout le pays. Leurs efforts infatigables pour promouvoir la culture, la langue et la communauté portugaise et pour les faire reconnaître nationalement sont une source d'inspiration. Ils aspirent à voir les Portugais recevoir les plus grands honneur de notre nation pour leurs multiples contributions au Canada.
    Ce mois-ci, nous devrions prendre le temps de célébrer le Portugal, en encourageant Ronaldo durant la Coupe du monde, en entonnant une chanson de Shawn Mendes ou en savourant une pastéis de nata, cette fameuse tartelette aux oeufs.
    Vive le Portugal et vive le Canada! Obrigada.

North Island—Powell River

    Monsieur le Président, je suis extrêmement fière de représenter les gens de North Island—Powell River.
    Je suis fière des prix Local Hero Awards qui ont été remis dans plusieurs collectivités de ma circonscription, et que la collectivité de Woss ait reçu le prix du courage et de la bravoure pour souligner le pouvoir incroyable d'une collectivité qui a affronté la pire des tragédies avec cette force de caractère.
    Je suis fière du mât totémique qui a été érigé à l'école secondaire North Island, à Port McNeill. Plus de 1 000 personnes, autochtones et non autochtones, se sont réunies pour célébrer la réconciliation. J'ai aussi vu les larmes des aînés qui étaient spectateurs, dont un grand nombre sont des survivants des pensionnats autochtones. Ils ne pensaient jamais voir le jour où leurs petits-enfants danseraient autour d'un mât totémique devant leur école.
    Je suis fière de tous les cadets de ma circonscription qui offrent un soutien exceptionnel à leur collectivité. Tout récemment, les Cadets royaux de l'Armée canadienne de Powell River ont reconnu leurs membres et ont parlé des défis que les programmes de cadets dans les régions rurales et éloignées doivent relever.
    Quel honneur de représenter ces personnes qui travaillent très fort, qui ont leur collectivité à coeur et qui s'entraident dans les moments les plus durs. C'est avec fierté et humilité que je les sers.

[Français]

Le 74e anniversaire du jour J

    Monsieur le Président, le 6 juin 1944, le jour J, le jour le plus long, est une journée marquante et charnière dans l'histoire de l'humanité. Cette journée-là, 132 000 soldats américains, britanniques, français et canadiens prenaient d'assaut le mur de l'Atlantique en Normandie pour libérer l'Europe du joug nazi.
     Venant de partout au Canada, c'est plus de 14 000 héros canadiens qui ont pris part au débarquement, et 355 y laissèrent leur vie. C'était le premier jour d'une opération qui prendrait près de trois mois à compléter, une campagne extrêmement ardue. Les efforts des Canadiens ont permis d'ouvrir la route de Caen et, par là, celle de la libération de la France et de l'Europe de l'Ouest.
    Comme ancien commandant du Régiment de la Chaudière, qui fêtera son 150e anniversaire en 2019, seule unité canadienne française à avoir pris part au débarquement à Juno Beach, je suis particulièrement honoré de commémorer cette journée historique.
     À la mémoire de tous ceux qui sont tombés au champ d'honneur pour protéger la liberté, soyons tous éternellement reconnaissants envers ces héros en disant « plus jamais ».
    Aere Perennius!

[Traduction]

Le 74e anniversaire du jour J

    Monsieur le Président, nous soulignons aujourd'hui le 74e anniversaire du débarquement du jour J. Arrêtons-nous un instant pour nous souvenir de ce qui s'est passé sur les plages de Normandie et pour rendre hommage à ceux qui sont tombés au combat.
    Aux côtés des forces alliées, des milliers de soldats canadiens ont joué un rôle crucial dans l'offensive du jour J visant à libérer la France.

[Français]

    Nous ne devons jamais oublier les 340 Canadiens qui ont péri à Juno Beach, seulement en ce jour de 1944. Beaucoup d'autres allaient périr, alors que les alliés avançaient en Europe de l'Ouest. Leur héroïsme et leur courage seront gravés à jamais dans nos mémoires. Nous profitons tous de la liberté et des occasions pour lesquelles ces femmes et ces hommes se sont battus avec dévouement.
    Les événements de ce jour ont façonné ce que nous sommes en tant que nation.

[Traduction]

    Nous ne devons jamais oublier les sacrifices que les anciens combattants canadiens ont faits lors du jour J. Les anciens combattants représentent ce que le Canada a de mieux à offrir. Ils ont risqué leur vie pour défendre la démocratie, la liberté et la justice.
    N'oublions jamais.

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

  (1425)  

[Français]

Le commerce international

    Monsieur le Président, lors de son entrevue à la télévision américaine ce week-end, le premier ministre a parlé des négociations de l'ALENA relatives à la gestion de l'offre.
    Le premier ministre a dit: « Nous visons la flexibilité dans ces domaines, et je crois que c'est très prometteur ».
    Quelles concessions le premier ministre a-t-il faites concernant la gestion de l'offre?
    Monsieur le Président, nous sommes le parti qui avons créé la gestion de l'offre. Nous sommes le parti qui a toujours défendu sans équivoque la gestion de l'offre. Nous allons continuer de le faire. Les producteurs laitiers du Québec et de partout au Canada savent à quel point nous sommes là pour les défendre.
    Nous allons toujours défendre le système de gestion de l'offre. Toutefois, si les conservateurs veulent parler de la gestion de l'offre, je demanderais au chef de l'opposition pourquoi il a nommé comme porte-parole de l'innovation et du développement économique quelqu'un qui est contre la gestion de l'offre.

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous savons depuis longtemps que, sous la présente administration américaine, nos relations commerciales avec les États-Unis sont instables et gravement compromises.
    Compte tenu de ces faits, le premier ministre peut-il nous dire combien d'argent a été prévu dans le budget pour parer à la perturbation des échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis et si on y fait mention d'un plan d'urgence à cette fin?
    Monsieur le Président, comme nous le disons depuis le début, sous l'administration américaine actuelle, nous devons être prêts à tout, et nous le sommes.
    C'est pourquoi dès que les États-Unis ont imposé des droits de douane punitifs et inacceptables sur l'acier et l'aluminium canadiens, nous avons immédiatement riposté avec une série de mesures de rétorsion qui ciblent des entreprises américaines et des producteurs américains lorsque d'autres solutions s'offrent aux citoyens canadiens.
    Nous savons que les droits de douane finissent par nuire aux citoyens du pays qui les instaure. Nous ne voulons pas causer du tort aux Canadiens. C'est pourquoi nous les consultons à propos de ces mesures de rétorsion.
    Monsieur le Président, les fonctionnaires du premier ministre ont confirmé que le déficit de cette année dépassera les 18 milliards de dollars.
    Comme il pourrait être nécessaire de soutenir les travailleurs et les industries touchés par la perturbation des échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis, le premier ministre sait-il dans quelle mesure ce soutien fera grimper le déficit?
    Monsieur le Président, le député d'en face sait très bien que le gouvernement défendra les intérêts des travailleurs et des industries touchés par les mesures punitives mises en place par les États-Unis. Je l'ai d'ailleurs dit aux travailleurs du secteur de l'acier et de l'aluminium que je suis allé rencontrer au cours des derniers mois un peu partout au pays.
    Je trouve intéressant que le député d'en face parle de déficit. Pendant la dernière campagne électorale, un choix très clair s'offrait aux Canadiens. Les conservateurs proposaient un programme axé sur l'austérité et les coupes. De notre côté, nous avons proposé aux Canadiens d'investir dans la classe moyenne et les personnes qui travaillent fort pour en faire partie, d'investir dans les collectivités et de stimuler l'économie comme les conservateurs n'avaient pas réussi à le faire au cours des 10 années précédentes.

La fiscalité

    Monsieur le Président, il s'est avéré que le budget des libéraux repose sur les emprunts et sur les réductions d'impôt à l'intention des Canadiens de la classe moyenne que les libéraux prétendent vouloir aider.
    Des voix: Oh, oh!
    L'hon. Andrew Scheer: Pardon, je voulais dire les hausses d'impôt.
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre. Nous aimons tous les applaudissements, la plupart du temps, mais pas toujours. Le chef de l'opposition a la parole.
    Monsieur le Président, les conservateurs ne perdent jamais de vue les réductions d'impôt. Je vais faire corriger les bleus pour m'assurer que les hausses d'impôt y sont mentionnées.
    En ce qui concerne les droits de douane perçus par le gouvernement, nous savons qu'ils feront augmenter les recettes du gouvernement du Canada. Le premier ministre peut-il garantir à la Chambre et aux Canadiens que les recettes supplémentaires du gouvernement serviront à réduire les impôts des travailleurs touchés et des entreprises pour lesquelles travaillent ces derniers?
    Monsieur le Président, le député d'en face a souligné qu'il ne perd jamais de vue les réductions d'impôt. Le problème, c'est que les conservateurs ne perdent pas de vue les réductions d'impôt pour les Canadiens les mieux nantis.
    La première mesure que nous avons prise a été de réduire les impôts de la classe moyenne, puis nous avons augmenté ceux du centile le plus riche. Pendant 10 ans, les conservateurs ont tenté de mettre en place un programme de croissance qui consistait à accorder des avantages et des allégements fiscaux aux Canadiens les mieux nantis, en espérant que le reste de la population profite un tant soit peu des retombées.
    Ce n'est pas ce qui s'est produit, et c'est la raison pour laquelle le taux de croissance a été catastrophique pendant les 10 années que les conservateurs ont été au pouvoir. Nous investissons dans la classe moyenne et ceux s'efforçant d'en faire partie, et nous leur accordons plus d'argent...

  (1430)  

    Le chef de l'opposition a la parole.

Le commerce international

    Monsieur le Président, plus que jamais, le Canada a besoin d'accéder à de nouveaux marchés et de diversifier ses relations commerciales. Le Partenariat transpacifique lui permettrait de combler ces besoins. Malgré les retards causés par le premier ministre et ses actions qui ont failli compromettre l'accord, il est essentiel qu'un projet de loi de mise en oeuvre soit adopté rapidement.
     Quand le premier ministre s'engagera-t-il à présenter un projet de loi relatif à cet accord commercial? Peut-il s'engager à ce qu'il soit adopté avant l'ajournement de la Chambre pour l'été?
    Monsieur le Président, nous sommes fiers du travail que nous avons accompli pour diversifier les échanges commerciaux du Canada. Le gouvernement a signé l'Accord économique et commercial global avec l'Europe, et nous avons fait progresser les démarches vers la conclusion de l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste, ce qui montre qu'il est possible de conclure des accords progressistes qui soient profitables pour les travailleurs canadiens et pour les économies en croissance de l'Asie. Nous sommes ravis de notre bilan en matière de commerce et de croissance.
     Nous sommes heureux d'annoncer que nous allons présenter à la Chambre le projet de loi de ratification de l'Accord de Partenariat transpacifique avant l'ajournement de la Chambre pour l'été.

Les ressources naturelles

    Monsieur le Président, le premier ministre a promis aux Canadiens d'être un chef de file dans la lutte contre les changements climatiques et il s'est engagé à éliminer les subventions pour les sociétés pétrolières et gazières.
    Or, on ne fait pas preuve de leadership dans la lutte contre les changements climatiques en achetant des oléoducs avec des fonds publics, ni en permettant aux hauts dirigeants de l'industrie pétrolière de recevoir des primes de 3 millions de dollars. Faire preuve de leadership dans la lutte contre les changements climatiques, c'est plutôt investir des fonds publics pour stimuler la création d'emplois à long terme dans le secteur des énergies renouvelables.
    Le gouvernement pourrait-il expliquer en quoi il est justifié qu'un chef de file en matière de changements climatiques achète un oléoduc?
    Monsieur le Président, nous avons pris un engagement envers les Canadiens en sachant qu'il faut stimuler l'économie tout en protégeant l'environnement. Les députés d'en face voudraient faire croire aux Canadiens qu'il faut choisir entre ce qui est bon pour l'économie et ce qui est bon pour l'environnement. De ce côté-ci de la Chambre, nous savons que les deux doivent aller de pair.
    C'est pourquoi nous mettons en oeuvre un plan de protection des océans de calibre mondial, un régime national de tarification du carbone et des mesures pour acheminer les ressources canadiennes, dont le pétrole, vers d'autres marchés que celui des États-Unis. Nous savons que c'est ce que nous devons faire. Nous allons poursuivre dans cette voie, malgré le faux choix que proposent les députés d'en face.
    Monsieur le Président, à ce que nous entendons, le gouvernement vient de dépenser 4,5 milliards de dollars dans les énergies renouvelables, mais en fait, c’était dans un pipeline.

[Français]

    La semaine dernière, la majorité des députés ont eu le bon sens d'appuyer et d'adopter le projet de loi de mon collègue d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou, et d'enchâsser la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones dans la loi canadienne. Le premier ministre lui-même a voté en faveur de cette loi.
    Comment peut-il maintenant prétendre respecter les droits des peuples autochtones et, en même temps, forcer le passage d'un oléoduc auquel plusieurs Premières Nations s'opposent?
    Monsieur le Président, hier, j'ai eu le privilège de m'asseoir avec des représentants des communautés autochtones qui seront concernées par ce nouvel oléoduc pour parler de l'impact dans leurs communautés. Nous avons mis sur pied un comité pour consulter et écouter les communautés et nous assurer que les répercussions de cet oléoduc seront les bonnes et que les répercussions négatives seront minimisées.
    Je suis fier du travail de réconciliation que nous sommes en train de faire. Nous allons continuer de travailler avec tous les peuples autochtones et respecter tous les points de vue, en les écoutant.
    Monsieur le Président, en 2015, le premier ministre était une super star, un vent de fraîcheur et un nouveau champion de l'environnement. Trois ans plus tard, le monde n'en revient pas. Qu'est-ce qui est arrivé au Canada, qu'est-ce qui est arrivé à M. Selfie, au nouveau chouchou de Paris Match?
    Après avoir adopté les cibles de Stephen Harper, il s'achète un oléoduc. Aujourd'hui, nous apprenons qu'en matière de subventions aux compagnies pétrolières, le Canada est le pire pays du G7. Il est le septième sur sept.
    Le premier ministre va-t-il finir par respecter sa parole, faire la seule bonne chose à faire et éliminer toutes les subventions aux compagnies pétrolières?
    Monsieur le Président, en 2015, il y avait un choix clair pour les Canadiens.
    Le NPD proposait de faire le choix entre ce qui est bon pour l'environnement ou ce qui est bon pour l'économie. Au Parti libéral, nous avons dit aux Canadiens que nous comprenions à quel point créer une économie forte et protéger l'environnement devaient aller de pair.
    C'est exactement ce que nous sommes en train de faire. Nous sommes en train d'instaurer une tarification nationale sur la pollution causée par le carbone, nous sommes en train de mettre sur pied un plan de protection des océans qui sera historique et nous sommes en train d'obtenir de nouveaux marchés pour nos ressources.
    C'est ce à quoi les Canadiens s'attendent.

  (1435)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, à l'heure où le premier ministre se prépare à accueillir le G7, des Canadiens et beaucoup de gens dans le monde se demandent ce qui a bien pu lui arriver.
     Tout le monde se rappelle du grand défenseur de la planète qui avait promis de mettre fin aux subventions destinées aux combustibles fossiles. Or, un nouveau rapport montre que parmi les pays du G7, le Canada se classe au septième rang sur sept pour ces subventions, c’est-à-dire au dernier rang et après les États-Unis de Donald Trump.
     Au lieu d’éliminer les subventions, le premier ministre a acheté un pipeline de 65 ans. Quand va-t-il rompre le cercle de l’hypocrisie, dire enfin la vérité aux Canadiens et tenir la promesse qu’il avait faite à ces derniers et à la planète?
     Monsieur le Président, je suis heureux de cette occasion qui m’est offerte de confirmer que nous nous sommes en fait engagés — et nous sommes sur la bonne voie — à éliminer progressivement les subventions inefficaces destinées aux combustibles fossiles d’ici 2025. À cette fin, nous avons annoncé dans le tout premier budget l’expiration des déductions fiscales pour amortissement visant les installations de gaz naturel liquéfié. Dans le budget de 2017, nous avons annoncé l’élimination de certains crédits d’impôt visant les frais d’exploration qui sont accordés au secteur pétrolier et gazier. Nous développons nos ressources tout en protégeant l’environnement, ce qui comprend la protection des océans et la lutte contre les changements climatiques.
     Le gouvernement sait qu’un environnement propre et une économie forte vont de pair.

[Français]

L'agriculture et l'agroalimentaire

    Monsieur le Président, le gouvernement libéral donne chaque jour la preuve qu'il est complètement déconnecté du monde agricole. Ils ont traité les fermiers de fraudeurs fiscaux et leur imposent une taxe sur le carbone dont ils ne veulent pas. Ils vont changer le Guide alimentaire canadien et imposer des étiquettes qui n'ont pas d'allure sur les produits agricoles. Toutes leurs actions ont des conséquences soi-disant inattendues pour les agriculteurs.
    Ma question au premier ministre est toute simple: est-ce qu'il peut nous dire s'il croit lui aussi que le yogourt, le fromage et les jus de fruits, c'est dangereux pour la santé?
    Monsieur le Président, de ce côté de la Chambre, nous sommes très fiers de l'appui que nous donnons à nos agriculteurs. Tandis que les conservateurs avaient fait des compressions de près de 700 millions de dollars en agriculture, nous avons investi dans les agriculteurs canadiens qui travaillent fort.
    Nous avons conclu un accord avec l'Europe, qui permettra d'augmenter nos exportations agricoles de 1,5 milliard de dollars par année et l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste les fera croître de plus de 1 milliard de dollars par année. Nous avons investi 350 millions de dollars pour aider les producteurs et les transformateurs laitiers à moderniser leurs activités, et nous allons toujours soutenir les agriculteurs canadiens.

[Traduction]

La tarification du carbone

    Monsieur le Président, les agriculteurs ont du mal à survivre, et les taxes des libéraux ne font rien pour les aider. Or, voilà que le ministre de l'Agriculture prétend que les agriculteurs sont favorables à la taxe libérale sur le carbone.
    Le président de la Western Canadian Wheat Growers a déclaré ceci: « Je ne sais pas d'où [le] ministre [...] tire ses renseignements, mais il se trompe royalement s'il croit que la plupart des agriculteurs sont favorables à la taxe sur le carbone. »
    Le premier ministre pense-t-il, comme le ministre, que les agriculteurs sont ravis de sa taxe sur le carbone? N'admettra-t-il pas plutôt, en écoutant mieux ce que disent les agriculteurs, que cette taxe est un lourd fardeau pour les familles d'agriculteurs?
    Monsieur le Président, les conservateurs aiment faire de beaux discours à propos des agriculteurs, mais la réalité n'est pas telle qu'ils la présentent. L'ancien gouvernement a imposé des compressions budgétaires de près de 700 millions de dollars au secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire, tandis que nous, nous avons affecté des fonds pour les agriculteurs canadiens.
    Le gouvernement libéral a signé l'Accord économique et commercial global, qui fera augmenter les exportations de produits agricoles de 1,5 milliard de dollars par année. Il a aussi signé l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste, qui les fera augmenter de plus de 1 milliard de dollars par année. Il a renouvelé les 2 milliards de dollars d'exportations de canola avec la Chine. Il a investi 100 millions de dollars dans la science et l'innovation agricoles. Il a aussi consacré 350 millions de dollars à l'aide offerte aux producteurs et aux transformateurs laitiers pour se moderniser. Le gouvernement libéral sera toujours...
    Le député de Carleton a la parole.
    Monsieur le Président, le projet de loi d'exécution du budget du premier ministre dont la Chambre des communes est actuellement saisie fera augmenter, selon Finances Canada, le prix de l'essence, du chauffage et de la plupart des autres biens de consommation achetés par les Canadiens.
    Combien la taxe sur le carbone du premier ministre coûtera-t-elle à la famille canadienne moyenne?
    Monsieur le Président, pendant 10 ans, Stephen Harper et ses conservateurs n'ont rien fait pour protéger l'environnement. Cependant, au cours de cette période, des provinces sont intervenues et ont établi une tarification de la pollution par le carbone. En réalité, nous nous trouvons actuellement dans une situation où 80 % des citoyens vivent dans une province où le prix du carbone est tarifé.
     Nous continuons d'aller de l'avant afin de montrer qu'une tarification nationale du carbone sera équitable pour les provinces où elle existe déjà et qu'elle stimulera l'économie pour tout le monde.

  (1440)  

    Monsieur le Président, si les provinces le faisaient déjà, le premier ministre n'aurait pas besoin de présenter un projet de loi d'exécution du budget pour les obliger à le faire. Il s'agit manifestement d'une taxe fédérale. Il a sûrement lu les notes d'information que les ministères lui ont transmises concernant le coût de cette taxe. Il connaît le coût.
    Encore une fois, combien exactement la taxe des libéraux sur le carbone imposée par le premier ministre coûtera-t-elle à la famille canadienne moyenne?
    Monsieur le Président, je déteste devoir reprendre le député d'en face. En fait, il devrait savoir que les provinces ont commencé à tarifer le carbone lorsque son parti était au pouvoir.
    La Colombie-Britannique, l'Alberta, le Québec et l'Ontario ont toutes instauré un régime de tarification du carbone, et nous savons que cette approche doit être adoptée à l'échelle du pays. C'est exactement ce que nous visons ici, mais nous collaborons avec les provinces pour assurer qu'elles puissent mettre en place un modèle qui leur convient, pourvu qu'il soit rigoureux et qu'il ait des répercussions partout au pays.
    J'ai du mal à entendre les réponses. Je demande au député de St. Albert—Edmonton et aux autres de ne pas crier lorsqu'un autre député a la parole. Il me semble que c'est évident.
    Le député de Carleton a la parole.
    Monsieur le Président, le premier ministre a utilisé le mot « rigoureux ». Il ne fait aucun doute que cela aura un effet rigoureux sur les budgets des ménages. Il ne fait aucun doute non plus que le premier ministre est en faveur d'une augmentation du prix de l'essence. C'est ce qu'il a dit à Vancouver, soulignant avec joie que le prix du litre d'essence atteignait 1,60 $. Il ne fait aucun doute non plus que sa taxe sur le carbone va faire augmenter le prix des biens de consommation dont les Canadiens de la classe moyenne ont besoin.
    C'est son projet de loi. Combien la taxe sur le carbone va-t-elle coûter à la famille canadienne moyenne?
    Monsieur le Président, contrairement à ce qui s'est passé sous le gouvernement conservateur de M. Harper, nous travaillons en collaboration avec les provinces sur des questions et des projets qui touchent l'ensemble du pays. Nous collaborons avec des provinces comme le Manitoba et la Nouvelle-Écosse pour établir une façon de mettre un prix sur la pollution.
    Nous savons qu'il faut mettre un prix sur la pollution partout au pays. Ce prix doit être de valeur équivalente d'un bout à l'autre du Canada. Cependant, chacune des provinces pourra déterminer comment les montants leur reviendront et comment cet argent sera distribué aux gens qui en ont besoin.
    Monsieur le Président, nous n'avons aucun doute que le premier ministre collaborera avec des politiciens pour réaliser son plan et faire payer plus de taxes aux Canadiens. C'est sa façon d'appliquer la théorie économique des effets de retombée. Il s'empare de l'argent des consommateurs de la classe ouvrière, le donne au gouvernement fédéral, le saupoudre parmi les politiciens provinciaux, puis essaie de nous faire croire que quelques miettes finiront par retomber parmi les gens qui ont dû payer au départ. Si c'est vrai, pourquoi refuse-t-il de nous dire combien la taxe sur le carbone coûtera à la famille canadienne moyenne?
    Monsieur le Président, je remercie le député d'en face de nous instiller son expertise en théorie économique des effets de retombée. Les conservateurs en sont devenus des spécialistes au fil de leurs 10 années au pouvoir. Ils accordaient des crédits d'impôt ultraciblés aux Canadiens les plus riches et remettaient des chèques de prestations pour enfants à des familles de millionnaires. Puis, lorsque nous avons allégé le fardeau fiscal de la classe moyenne et augmenté celui du centile le plus riche de la population, ils ont voté contre. Lorsque nous avons créé l'Allocation canadienne pour enfants de manière à donner plus d'argent à neuf familles canadiennes sur 10 et que nous avons cessé d'envoyer des chèques de prestations pour enfants à des millionnaires, ce qui a eu pour effet de sortir des centaines de milliers d'enfants de la pauvreté, les conservateurs ont voté contre. Leurs positions sont claires.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, les libéraux ont voté contre la motion du NPD qui visait à faire respecter les droits des peuples autochtones relativement à leur projet de pipeline alors que, quelques jours plus tôt seulement, ils avaient voté pour inscrire ces mêmes droits dans les lois canadiennes.
     Le premier ministre ne peut faire comme si les Autochtones étaient tous du même avis et ignorer l'opposition claire que suscite son pipeline. Les libéraux refusent de respecter les droits des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Le gouvernement n'en est-il vraiment pas conscient ou est-ce seulement qu'il s'en moque?

  (1445)  

    Monsieur le Président, je respecte beaucoup l'opinion de la députée d'en face, mais je me dois de souligner que, au sein des communautés autochtones, les opinions ne sont pas toutes les mêmes et que nous devons toutes les écouter.
     Certains membres des communautés autochtones s'opposaient à ce pipeline et à d'autres projets de développement économique. D'autres sont en faveur de ces projets. Nous travaillons avec toutes ces personnes, notamment par l'entremise d'entités comme le comité consultatif et de surveillance autochtone, un comité que nous avons mis sur pied expressément pour le projet d'expansion du pipeline Trans Mountain.
     Nous allons continuer de travailler, dans un esprit de réconciliation, à une relation de nation à nation qui respecte la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

[Français]

    Monsieur le Président, c'est encore un autre exemple du gouvernement qui parle beaucoup, mais quand il s'agit de décisions importantes qui touchent la vie de communautés autochtones entières, pouf, il s'éclipse.
    La semaine dernière, il votait pour appuyer les droits des peuples autochtones. Cette semaine, il vote contre notre motion, qui est une façon concrète d'appuyer ces droits.
    Quand il est question des droits des peuples autochtones, est-ce que les libéraux peuvent faire autre chose que juste parler, parler et parler?
    Monsieur le Président, je dirais que c'est le NPD qui parle, parle et parle, pendant que nous, nous répondons aux attentes des Premières Nations et des peuples autochtones. Nous avons éliminé beaucoup d'avis d'ébullition d'eau, nous avons bâti des écoles, nous avançons dans des partenariats pour la gouvernance, pour les traités. Nous sommes en train de travailler main dans la main avec les communautés autochtones de partout au pays pour tenir cette promesse de réconciliation de nation à nation à laquelle nous nous sommes engagés.
    Nous allons continuer de travailler avec les Premières Nations dans le respect, sans prétendre parler pour elles comme le fait le NPD.

[Traduction]

Le commerce international

    Monsieur le Président, en mars, le président des États-Unis a annoncé l'instauration de droits de douane sur l'acier et l'aluminium. Il a ensuite annoncé que le Canada et le Mexique seraient épargnés jusqu'au 1er mai, puis jusqu'au 1er juin. Il a finalement annoncé tout récemment que cette exemption serait bien évidemment levée. Tout ce temps, le premier ministre aurait pu mener des consultations sur les droits de douane qu'il entend désormais imposer en représailles à ceux visant l'acier et l'aluminium. Ma question est simple: pourquoi avoir tant attendu, au point de nous empêcher de réagir sur-le-champ?
    Monsieur le Président, j'aimerais prendre un moment pour remercier les Canadiens. Depuis des mois, pour ne pas dire depuis plus d'un an, ils approuvent à l'unisson l'approche que nous avons décidé d'adopter par rapport au gouvernement américain. Tous les partis, toutes les provinces, tous les secteurs d'activités du Canada ont su parler d'une seule voix et affirmer haut et fort que le Canada est uni et qu'il s'insurge contre les mesure punitives annoncées par les États-Unis. Les Canadiens se soucient de leur prochain, ils soutiennent les travailleurs du pays et ils demeureront à jamais unis et fiers. Je remercie tous les députés et tous les Canadiens de la solidarité dont ils continuent de faire preuve dans ce dossier.
    Monsieur le Président, les Canadiens suivent de près la situation, car ils sont assez inquiets. Ils observent une économie qui sera compromise et ils se tournent vers le premier ministre pour avoir des réponses. Malheureusement, aujourd'hui, nous n'avons reçu aucune réponse de ce dernier. On lui a demandé quatre fois combien coûterait la taxe sur le carbone aux familles canadiennes. Il n'a pas répondu. On lui a demandé dans quelle mesure la guerre commerciale qui a cours augmentera le déficit. Il n'a pas répondu. Ce sont des questions qui préoccupent les Canadiens.
    Il a toutefois offert une réponse. Il nous a dit qu'il présentera une mesure législative en vue d'affirmer l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste, l'accord de libre-échange que nous avons négocié. Peut-il nous garantir que l'accord sera conclu?
    Monsieur le Président, je respecte beaucoup la longue liste de la députée. Cependant, nous pouvons énumérer les résultats concrets que nous avons livrés aux Canadiens au cours des deux dernières années et demie. Que ce soit signer l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste, qui n'a pas avancé sous les conservateurs; la concrétisation de l'Accord économique et commercial global, qui était dans une situation désastreuse lorsque nous sommes arrivés au pouvoir; la livraison d'une infrastructure énergétique qui acheminera les ressources pétrolières vers de nouveaux marchés, ce que les conservateurs n'ont pas réussi à faire au cours de leurs 10 années au pouvoir; des investissements réels dans l'infrastructure des collectivités; la baisse des impôts de la classe moyenne; ou l'augmentation des impôts pour le 1 % le plus riche, ce sont toutes les choses que...
    Le député de Richmond—Arthabaska a la parole.

[Français]

La sécurité publique

    Monsieur le Président, quand le premier ministre a annoncé que le G7 aurait lieu à La Malbaie, son gouvernement a également dit que les travailleurs de la région seraient mis à contribution. Malheureusement, ce n'est pas ce qui se produit. Partout, des travailleurs se retrouvent présentement au chômage forcé.
    Est-ce que le premier ministre peut dire aux citoyens de La Malbaie si des indemnisations étaient prévues et ce qu'il va faire pour les hôteliers, les aubergistes, les restaurateurs qui sont dans l'incapacité de faire travailler leurs employés avant et pendant le G7?

  (1450)  

    Monsieur le Président, la semaine passée, j'ai eu la chance de visiter La Malbaie dans la région de Charlevoix pour rencontrer des citoyens. Ils me parlaient de la fierté qu'ils avaient de pouvoir recevoir le monde chez eux, de montrer la beauté de Charlevoix et d'encourager les gens à venir visiter et découvrir cette magnifique région.
    Évidemment, ils savent qu'il va y avoir des dérangements et des difficultés à cause de l'arrivée des visiteurs et de la sécurité. Nous travaillons continuellement avec les citoyens et avec leurs élus pour nous assurer que tout se passe bien.
    Monsieur le Président, la tenue d'un événement tel que le G7 a naturellement un impact sur la population. On le sait tous. Nous avons, d'un côté, des honnêtes travailleurs qui ne sont pas en mesure de se rendre présentement à leur lieu de travail et de l'autre, des conséquences sur les commerces, les entreprises et les particuliers du coin, qui seront affectés par les vandales.
    On s'attendrait donc normalement, dans un tel cas, à ce que le gouvernement s'occupe des gens qui vont être touchés par les vandales, de façon à les indemniser.
    Est-ce que le premier ministre s'engage formellement à rembourser toutes les personnes qui seront affectées par les vandales pendant le G7?
    Monsieur le Président, je suis fier de pouvoir accueillir les dirigeants du monde dans la magnifique région de Charlevoix.
     Quand j'étais là, j'ai constaté qu'une compagnie de La Baie, un arrondissement de la ville de Saguenay, a eu le contrat pour livrer la nourriture à tout le personnel de la sécurité et de l'armée qui y seront. Beaucoup de profits iront à cette communauté.
    Je peux assurer à mon collègue que les politiques de rémunération pour les entreprises locales touchées sont exactement les mêmes que celles qui étaient en place sous les conservateurs lors de leur sommet en 2010.

Les sports

    Monsieur le Président, cette semaine, nous avons tous entendu de nombreuses histoires traumatisantes d'abus sexuel contre des sportifs ici, au Canada. Cette situation est inacceptable et le gouvernement doit intervenir pour protéger nos sportifs.
    Au Canada, les organisations sportives nationales sont chargées de se surveiller elles-mêmes en ce qui concerne les cas d'abus sexuel. Où est l'erreur? Cela crée des cas de conflits d'intérêts et peut mettre en péril la sécurité de nos athlètes.
    Quand le gouvernement va-t-il intervenir pour assurer la sécurité de ces jeunes?
    Monsieur le Président, le harcèlement sous toutes ses formes est inacceptable.
    La sécurité de nos athlètes, de nos entraîneurs et de nos officiels est toujours notre priorité. Tous doivent être en mesure de faire du sport dans un milieu libre de discrimination et de harcèlement. C'est pourquoi toutes les organisations sportives financées par le gouvernement fédéral ont dû instaurer une politique contre la discrimination, le harcèlement et la violence.
    Nous examinons actuellement nos politiques de financement pour nous assurer que les organisations continuent de favoriser des environnements sains et exempts de harcèlement.

[Traduction]

    Monsieur le Président, si les politiques sont négligées, elles ne valent plus rien. Le gouvernement doit avoir une tolérance zéro à l'égard de l'abus sexuel dans le domaine du sport canadien. Actuellement, la responsabilité de traiter ces plaintes incombe aux organisations sportives, ce qui n'est pas juste envers elles. Le Canada a besoin d'un organisme indépendant pour traiter des cas d'abus sexuel dans le domaine sportif.
    En vertu de la Loi américaine sur la sécurité dans les sports, aux États-Unis, des organismes indépendants enquêtent sur ces cas. Il est temps que le Canada fasse la même chose. Quand le gouvernement va-t-il adopter des mesures en ce sens?
    Monsieur le Président, le gouvernement et tous les Canadiens ont été très clairs. Le harcèlement sous toutes ses formes est absolument inacceptable. La sûreté et la sécurité des athlètes, des entraîneurs et des officiels seront toujours notre priorité absolue.
    Tous les Canadiens méritent l'occasion de participer à des activités sportives dans un environnement sans discrimination, sans harcèlement et sans comportements nuisibles. Voilà pourquoi tous les organismes de sport financés par le gouvernement fédéral doivent avoir mis en place une politique contre la discrimination, le harcèlement et les agressions afin d'être admissibles à du financement. Sport Canada veille au respect de cette exigence.
    Nous réévaluons en ce moment les politiques de financement existantes pour nous assurer que tous les organismes continuent à promouvoir des environnements sans harcèlement.

L'environnement

    Monsieur le Président, on ne saurait sous-estimer l'impact réel des changements climatiques. Les gouvernements doivent relever le défi de trouver un juste milieu entre une économie en évolution et la protection de l'environnement pour la population actuelle et les générations futures.
    La ministre de l'Environnement et du Changement climatique a déclaré à maintes reprises que « nous sommes tous confrontés aux changements climatiques » en tant que communauté internationale et que « ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous nous assurerons de laisser un environnement sain et une économie solide à nos enfants et petits-enfants. »
    Le premier ministre peut-il décrire le plan mondial du Canada pour relever les défis mondiaux?

  (1455)  

    Monsieur le Président, il faut prendre des mesures énergiques pour s'attaquer aux changements climatiques tout en stimulant le développement économique à long terme qui fera croître la classe moyenne et appuiera une économie propre.
    Hier, lors de la Journée mondiale de l'environnement, nous avons nommé Patricia Fuller au poste d'ambassadrice du Canada pour les changements climatiques. La collaboration sur le plan des changements climatiques, des océans et de l'énergie propre est l'un des grands thèmes de la présidence canadienne du G7.
     Nous oeuvrons de façon à laisser un environnement sain et une économie forte à nos enfants et nos petits-enfants.

Les ressources naturelles

    Si seulement c'était vrai, monsieur le Président.
    Le Canada est un pays riche en ressources naturelles, qui compte des entreprises innovantes et des citoyens durs au travail. Or, notre pays fait fuir les investisseurs alors qu'il devrait les attirer. En fait, notre opposition aux investissements privés dans le secteur énergétique a fait échouer trois projets de pipeline représentant plus de 100 milliards de dollars. Et voilà que nous donnons 4,5 milliards de dollars à Kinder Morgan pour qu'il aille réaliser ses projets ailleurs.
    Quand le premier ministre cessera-t-il de s'en prendre au secteur énergétique du Canada pour enfin faire passer les intérêts des Canadiens en premier?
    Monsieur le Président, pour répondre au premier commentaire de la députée, il est vrai que nous venons tout juste de nommer Patricia Fuller au poste d'ambassadrice du Canada pour les changements climatiques.
    En ce qui concerne les pipelines, je signale qu'en 10 ans, les conservateurs ne sont pas arrivés à acheminer nos ressources pétrolières vers de nouveaux marchés. Ils ont échoué parce qu'ils refusent de comprendre que, pour bâtir une économie forte, il faut aussi protéger l'environnement. C'est ce que nous montrons avec notre régime national de tarification du carbone, notre plan de protection des océans de calibre mondial et nos investissements de 8 milliards de dollars dans des projets d'énergie propre et de technologies renouvelables. Nous savons que...
    Le député d'Edmonton Riverbend a la parole.
    Monsieur le Président, alors que, dans le rapport annuel de 2017 que Kinder Morgan a soumis à la U.S. Securities and Exchange Commission, la valeur du pipeline Trans Mountain est évaluée à 2,5 milliards de dollars, le premier ministre a payé 4,5 milliards pour l'acheter. Nous savons qu'une bonne partie de la différence a servi à payer des bonis aux dirigeants.
    Puisque ce pipeline vaut 2,5 milliards de dollars selon Kinder Morgan, pourquoi le premier ministre a-t-il versé 4,5 milliards de dollars de fonds publics à cette entreprise pour qu'elle quitte le Canada?
    Monsieur le Président, il est vraiment désolant de voir les conservateurs enfermés dans leur idéologie se livrer à de petits jeux politiques dans ce dossier. Je suis heureux de leur dire que j'étais en Alberta hier. J'ai parlé aux travailleurs du secteur des sables bitumineux et des pipelines, et ils se sentent profondément reconnaissants de savoir que nous pourrons faire avancer ce projet et construire le pipeline alors que les conservateurs n'y sont pas parvenus malgré des efforts qui ont duré plusieurs années. Pourquoi les conservateurs n'ont-ils pas réussi? Ils n'avaient pas compris que la seule façon de bâtir une économie solide, c'est de protéger l'environnement en même temps. C'est ce que nous faisons, et c'est ce qui nous permet de concrétiser ce projet.

[Français]

    Monsieur le Président, 4,5 milliards de dollars de l'argent des travailleurs canadiens s'en va directement à Houston, au Texas. C'est huit fois plus d'argent que Kinder Morgan avait payé pour le pipeline. C'est 2 milliards de dollars de plus que Kinder Morgan avait elle-même évalué.
    Quand les patrons de Kinder Morgan ont fait cette entente-là, ils ont appelé à Houston.

[Traduction]

    Ils n'ont pas dit « Houston, nous avons un problème. » Non. Ils ont plutôt dit « Houston, c'est le temps de célébrer », parce que, grâce au Parti libéral du Canada, ils repartent avec 4,5 milliards de dollars des contribuables canadiens.

[Français]

    Pourquoi le gouvernement libéral envoie-t-il 4,5 milliards de dollars au Texas?
    Monsieur le Président, je comprends que les conservateurs sont tout perdus relativement à cette question. Cela faisait des années qu'ils exigeaient que nous fassions ce qu'eux n'ont pas pu faire: bâtir un oléoduc pour accéder à de nouveaux marchés, autres que celui des américains. Ils n'ont pas réussi à le faire. Nous, nous avons pu le faire à la suite de leur demande. Maintenant que nous avons répondu à leur principale demande, ils doivent essayer de trouver une façon de miser sur la politique, de nous attaquer, de faire de la petite politique. Heureusement, les travailleurs de tout le Canada comprennent que, ce que nous avons fait, c'est la bonne chose pour eux.

  (1500)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, avant de vendre le pipeline Trans Mountain au premier ministre pour la somme de 4,5 milliards de dollars, Kinder Morgan évaluait ses actifs canadiens à 2,5 milliards de dollars. C'est toute une aubaine pour Kinder Morgan. La société n'a pas demandé le moindre denier public canadien. Toute ce qu'elle voulait, c'était agrandir son réseau de pipelines.
    Pourquoi le premier ministre a-t-il versé à Kinder Morgan 2 milliards de dollars de plus que ce que vaut le pipeline, permettant ainsi à Kinder Morgan d'investir et de créer des emplois ailleurs qu'au Canada?
    Monsieur le Président, on se sent presque obligé de compatir avec les conservateurs. Pendant 10 ans, ils ont tenté d'acheminer le pétrole aux côtes et n'ont jamais réussi. Cela fait deux ans et demi que nous formons le gouvernement et qu'ils nous crient après pour que nous aménagions ce pipeline. Maintenant que nous y parvenons enfin, ils ne savent plus sur quel pied danser. Ils se rabattent donc sur leurs attaques ridicules, leur politicaillerie et leur idéologie rigide. Soudainement, pour une raison ou une autre, ils ne croient pas que l'investissement public ait sa place dans l'exploitation des ressources naturelles du Canada. Évidemment, le grand Peter Lougheed n'était pas d'accord avec eux. Nous savons que nous faisons ce qu'il faut, comme il faut.

La marijuana

    Monsieur le Président, d'après un rapport du Sénat qui vient d'être publié, les Canadiens qui consommeront du cannabis après sa légalisation et qui tenteront de franchir la frontière américaine pourraient se voir refuser l'entrée. Pire encore, ceux qui ne répondront pas à certaines questions lors du précontrôle pourraient être passibles de deux ans de prison aux termes du projet de loi C-23, qui considère cela comme une obstruction délibérée ou un acte de résistance à l'égard d'un agent américain, et ce même si les personnes se trouvent en sol canadien.
    Le premier ministre peut-il confirmer si les Canadiens qui refusent tout simplement de répondre aux questions d'agents américains, en sol canadien, sur leur consommation de cannabis pourraient être passibles d'une amende ou d'une peine d'emprisonnement?
    Monsieur le Président, je me permets de dire clairement une chose: nous allons de l'avant avec la légalisation de la marijuana parce que le système actuel ne fonctionne pas. Il ne protège pas les enfants canadiens contre les effets néfastes de la marijuana et il permet aux organisations criminelles d'empocher chaque année des milliards de dollars de profit.
    Nous faisons aussi comprendre à la population que le cannabis n'est pas un supplément alimentaire bon pour la santé que nous encourageons tout le monde à consommer. Il s'agit d'une substance désignée. Nous tentons de rendre son accès plus difficile pour les enfants. Pour ce qui est des personnes qui choisissent d'aller dans un autre pays, elles doivent faire preuve de franchise quand elles franchissent la frontière.
    Monsieur le Président, je vais aider le premier ministre. Les conservateurs et les libéraux ont voté en faveur du projet de loi C-23, qui a accordé des pouvoirs sans précédent aux agents des services frontaliers des États-Unis en sol canadien. Heureusement, le NPD était là pour soulever expressément ce genre de préoccupations parce que, maintenant, selon le rapport du Sénat, à la suite de la légalisation de la marijuana, toute personne se trouvant en sol canadien — pas les personnes qui franchissent la frontière et qui sont assujetties aux lois d'un autre pays, mais celles qui sont ici, au Canada — pourrait potentiellement écoper d'une amende ou être emprisonnée au titre de cette mesure législative.

[Français]

    Ma question pour le premier ministre est simple: est-ce le cas, oui ou non? Quand va-t-il enfin aborder cet enjeu avec ses homologues américains?

[Traduction]

    Monsieur le Président, évidemment, nous discutons régulièrement avec nos homologues étatsuniens au sujet de nombreuses questions frontalières et nous continuerons à le faire, mais, parallèlement, j'espère que le NPD ne laisse pas entendre en quelque sorte qu'un pays souverain ne peut pas prendre de décisions quant à la façon de gérer les personnes qui franchissent sa frontière. Bien entendu, il serait inconcevable et inacceptable qu'un autre pays nous dicte qui peut ou ne peut pas entrer au Canada ou la façon dont nous devrions procéder à cet égard. Ainsi, nous veillerons aussi à respecter la souveraineté des autres pays tout en défendant les intérêts des Canadiens et, bien sûr, la Charte des droits et libertés.

La défense nationale

    Monsieur le Président, hier, les hommes et les femmes des Forces armées canadiennes ont reçu l'ordre de retourner leurs sacs de couchage et leurs sacs à dos en raison d'une pénurie de matériel.
    Le premier ministre laisse tomber les Forces armées canadiennes. Déjà, il a manqué à la promesse des libéraux et a réduit de 2,3 milliards de dollars de plus les dépenses consacrées à la défense. C'est inacceptable. Comment les Canadiens peuvent-ils être certains que le premier ministre achètera des navires et des chasseurs alors qu'il ne peut même pas acheter des sacs de couchage? Comment peut-on compter sur lui pour équiper convenablement les soldats que nous sommes sur le point d'envoyer au Mali?
    C'est encore la même rengaine, monsieur le Président. Les conservateurs prétendent être les amis des soldats, mais, pendant 10 ans, ils ont sous-financé ce secteur et l'ont politisé. Ils se sont livrés à de petits jeux avec les acquisitions et ils ont rogné les programmes pour les anciens combattants. Pourtant, ils n'hésitent pas à riposter par des discours ronflants chaque fois que se présente une difficulté.
    Nous allons continuer de collaborer avec les hommes et les femmes des Forces canadiennes pour qu'ils aient le matériel et le soutien dont ils ont besoin pour faire leur travail quand ils risquent leur vie et leurs moyens de subsistance pour défendre le Canada. Nous continuons d'appuyer nos soldats, non seulement en paroles, comme les conservateurs, mais aussi en leur consacrant suffisamment d'argent.

  (1505)  

[Français]

    Monsieur le Président, le 6 juin 1944, 14 000 soldats canadiens sont débarqués sur les plages de Normandie. Le 6 juin 2018, nos soldats se font demander de rentrer leur rucksack et leur sleeping bag au quartier-maître. Cela n'a aucun bon sens. Pendant ce temps, le premier ministre fait quoi? Il dépense 10 millions de dollars pour Omar Khadr, il dépense 7 milliards de dollars pour un pipeline qu'une compagnie pourrait faire elle-même, il dépense 7 millions de dollars pour faire une patinoire temporaire, ici devant le Parlement.
    Monsieur le premier ministre, pensez-vous que nous allons envoyer nos soldats au Mali dans des conditions comme cela?
    Je pense que l'honorable député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles sait très bien qu'il doit diriger ses commentaires vers le fauteuil. Quand on dit « vous » ici, c'est normalement au Président. Je ne pense pas qu'il s'adressait à moi.
    Le très honorable premier ministre a la parole.
    Monsieur le Président, le député a voulu politiser le fait que c'est le 74e anniversaire de l'invasion du jour J, mais nous, de ce côté-ci de la Chambre, nous pensons aux événements sur les berges de la Normandie et rendons hommage à ceux tombés au combat. Les réalisations monumentales de ces jeunes hommes ont transformé ce grand pays. Leur détermination à lutter pour la liberté et la démocratie, la paix et la sécurité a été transmise aux générations futures. Afin d'exprimer notre gratitude envers leur bravoure et leur persévérance, nous remercions et saluons les hommes et les femmes qui ont joué un rôle déterminant, il y a de cela toutes ces années. N'oublions jamais.

[Traduction]

L'éthique

    Monsieur le Président, interrogée à propos de la décision qu'a prise le ministre des Pêches au sujet de la pêche à la mactre de Stimpson, la plus haute fonctionnaire du ministère a confirmé que Five Nations, une entreprise amie des libéraux était, parmi toutes les candidatures, celle à laquelle participaient le moins les Premières Nations. Elle a aussi confirmé qu'elle n'était pas au courant des liens entre cette entreprise non constituée en société et la famille du ministre. Enfin, elle a plusieurs fois confirmé que c'est le ministre lui-même qui a pris seul cette décision.
    À quel moment le ministre a-t-il découvert les liens qui existent avec sa famille? Quand a-t-il su que la candidature de Five Nations était celle à laquelle la participation des Autochtones est la plus faible?
    Monsieur le Président, la décision que le gouvernement a prise de tenir compte de la participation des Autochtones cadre avec son engagement de renouveler les rapports entre le Canada et les peuples autochtones. Ouvrir l'accès à la pêche à la mactre de Stimpson permet de mieux répartir les retombées de cette ressource publique et constitue une étape importante du processus de réconciliation. Quand les conservateurs ont lancé un appel d'offres public semblable pour ouvrir l'accès à cette pêche, ils ont choisi d'exclure les peuples autochtones.
    Le député continuera évidemment de collaborer avec le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique et à suivre ses conseils.

[Français]

Les transports

    Monsieur le Président, le réseau de transport collectif de Montréal a le plus haut taux d'achalandage au pays. Que ce soit en métro, en autobus ou en vélo-partage, les Montréalais sont nombreux à faire des choix écoresponsables pour se déplacer tous les jours. J'étais très heureux lorsque notre gouvernement a récemment annoncé sa contribution à la planification de la prolongation de la ligne bleue jusqu'à Anjou.
    Aussi, j'aimerais demander au premier ministre comment le gouvernement entend-il contribuer à l'entretien du réseau existant et assurer la pérennité des services de qualité?
    Monsieur le Président, je remercie le député de Saint-Léonard—Saint-Michel de sa question.
    Le transport collectif est une priorité pour notre gouvernement car il permet aux Canadiens de passer moins de temps sur la route et plus de temps avec leurs proches. Je suis fier d'avoir annoncé cette semaine un montant de plus de 450 millions de dollars pour la Société de transport de Montréal afin qu'elle puisse, entre autres, acheter des autobus, bâtir un nouveau garage et rénover l'équipement pour le système de métro à Montréal.
    Voilà ce que cela donne d'investir dans nos communautés.

[Traduction]

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, il y a trois ans, une jeune Crie atteinte de douleurs chroniques prenait quotidiennement des médicaments en raison d'un désalignement de la mâchoire. Tout ce dont elle avait besoin, c'est de 6 000 $ pour des soins dentaires. Au lieu de faire preuve de compassion et de bon sens, le gouvernement a décidé de traîner Josey et sa famille devant les tribunaux, ce qui a entraîné des frais de plus de 110 000 $ pour le Canada. Il y a sept mois, nous avions proposé au gouvernement d'arrêter de se battre devant les tribunaux, de faire preuve de compassion et de changer sa politique.
    Le premier ministre peut-il expliquer en quoi cette utilisation de l'argent des contribuables favorise la réconciliation?

  (1510)  

    Monsieur le Président, en 2015, les Canadiens ont demandé au gouvernement d'en faire plus pour la réconciliation et de bâtir une nouvelle relation, de nation à nation, avec les peuples autochtones et c'est exactement ce que nous sommes en train de faire. Nous travaillons, dans le respect, en partenariat avec les communautés autochtones de partout au pays afin de répondre à leurs besoins, de leur offrir les services dont elles ont besoin, de bâtir des logements, d'investir dans les écoles et de mettre en place les infrastructures requises pour qu'elles puissent décider de leur avenir et s'épanouir.
    Nous le faisons en collaborant avec elles dans le cadre d'un partenariat respectueux et nous allons poursuivre sur cette lancée.

[Français]

La patrimoine canadien

    Monsieur le Président, hier, après deux ans, un mois et quatorze jours d'une consultation interminable, la ministre du Patrimoine a fait une annonce — je n'osais pas y croire. S'agit-il de mesures ou d'une réforme? Eh bien non! Elle a lancé un comité d'experts. C'est le deuxième en deux ans, et il va donner ses recommandations en 2020, après les prochaines élections. C'est du cynisme. Pourtant, il y a deux ans, la ministre vantait son courage politique et annonçait des changements législatifs en 2017.
    Ne rien faire pendant quatre ans, est-ce que ce n'est pas mettre notre culture en danger dans l'unique but de se faire réélire sur le dos de notre culture?
    Monsieur le Président, nous allons continuer de protéger et de promouvoir notre culture.
    La Loi sur la radiodiffusion n'a pas été révisée depuis 1991. Elle date d'avant les téléphones intelligents et l'utilisation commune de l'Internet. Nous révisons la Loi pour qu'elle reflète bien les réalités d'aujourd'hui et que le système en place soit équitable pour tous. Le principe qui guide la révision est clair: si on profite, on contribue. Il n'y a aucun passe-droit.
    Nous allons aussi protéger et renforcer le mandat de Radio-Canada pour que jamais plus ne puissent se reproduire des coupes comme celles du gouvernement Harper.

[Traduction]

La sécurité publique

    Monsieur le Président, le Canada est généralement un pays très sécuritaire, mais on observe récemment une hausse de la violence liées aux armes à feu et aux gangs. Pour assurer la sécurité des collectivités, il faut d'abord agir à l'échelle locale, et les efforts de collaboration avec les collectivités aideront celles-ci à devenir plus sécuritaires et résilientes.
     Le premier ministre peut-il nous expliquer ce que fait le gouvernement pour aider les jeunes canadiens à se tenir loin des gangs de rue et à mener une vie productive et bien remplie?
    Monsieur le Président, nous lançons aujourd'hui un nouvel appel de propositions au titre du programme de prévention des gangs de jeunes et du Fonds d'action en prévention du crime. Ces programmes visent à atténuer les conséquences liées aux gangs et à la violence pour les jeunes, en particulier dans les communautés autochtones et les milieux où les besoins sont importants. Cela s'ajoute au financement annuel sans précédent de 100 millions de dollars que nous avons annoncé l'année dernière. Nous allons travailler à améliorer la sécurité publique en misant sur la prévention, l'application efficace de la loi et une étroite collaboration avec les communautés.

[Français]

Les langues officielles

    Monsieur le Président, le premier ministre nous a parlé de la révision de la loi sur le CRTC. La dernière fois que la Loi sur les langues officielles a été révisée de fonds en comble, c'est sous le gouvernement conservateur en 1988. Actuellement, faisant face à de nouveaux défis et des enjeux, les francophones, les Acadiens et les anglophones du Québec demandent à l'unanimité de revoir la Loi. La Cour fédérale est du même avis et demande au législateur de revoir la Loi. Les libéraux sont les seuls à ne pas emboîter le pas.
    Le premier ministre attend quoi exactement pour moderniser la Loi sur les langues officielles?
    Monsieur le Président, la Loi sur les langues officielles est une chose essentielle pour notre parti, mais aussi pour notre pays. La protection des minorités linguistiques du pays est au coeur de qui nous sommes en tant que pays. Nous allons continuer à défendre les minorités linguistiques et à chercher à améliorer la Loi sur les langues officielles.
    Je peux confirmer que nous nous apprêtons à faire une modernisation de la Loi sur langues officielles. Nous allons travailler avec tous les Canadiens pour nous assurer que ce sera la bonne.

[Traduction]

La santé

    [Le député s'exprime en inuktitut.]
    [Traduction]
    Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre. Deux communautés de ma circonscription ont récemment déclaré qu'elles sont en situation de crise. Elles ont trop peu de services de soutien en santé mentale et le nombre de tentatives de suicide ne cesse de grimper. Bien qu'un financement de 118 millions de dollars pour la santé mentale des Premières Nations et des Inuits ait été annoncé, le Nunavut ne reçoit que 500 000 dollars par année malgré le fait que le taux de suicide y est 10 fois plus élevé que la moyenne nationale. Le gouvernement a donné un soutien supplémentaire aux communautés des Premières Nations en crise. En fera-t-il autant pour les communautés inuites?
    Monsieur le Président, nous reconnaissons que les problèmes de santé mentale auxquels font face les peuples autochtones sont profondément enracinés et qu'ils ont un énorme besoin de soutien. Nous travaillons avec nos partenaires au Nunavut et nous avons investi 189 millions de dollars sur 10 ans dans l'Entente sur le mieux-être au Nunavut gérée par les communautés ainsi que 8,4 millions de dollars, cette année seulement, dans le soutien en santé mentale pour les Inuits. Nous appuyons la Stratégie nationale de prévention du suicide chez les Inuits de l'Inuit Tapiriit Kanatami et nous continuerons à travailler avec nos partenaires pour répondre aux besoins en santé mentale du territoire.

  (1515)  

[Français]

    L'honorable député de Beauport—Limoilou désire invoquer le Règlement.
    Monsieur le Président, au nom de ma collègue de Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d'Orléans—Charlevoix, j'aimerais déposer une motion à la Chambre, mais j'aimerais d'abord expliquer le contexte.
    Le G7, un grand événement, va débuter bientôt. C'est le genre d'événement qui génère parfois de grandes manifestations où on voit du grabuge, malheureusement. De nombreux citoyens, au cours des derniers mois, par l'entremise des médias ou de consultations publiques, ont émis de graves préoccupations à ce sujet, que ce soit dans la circonscription de Québec, celle du ministre de la Famille, dans la circonscription de Louis-Hébert, celle du secrétaire parlementaire du ministre des Finances, dans Louis-Saint-Laurent, dans Charlesbourg—Haute-Saint-Charles ou dans Beauport—Limoilou, où il y aura des manifestations...
    À l'ordre. Cela me semble être matière à débat. Je demande au député de poser sa question.
    Monsieur le Président, il y a eu des discussions et j'espère que vous constaterez qu'il y a contentement unanime pour la motion suivante: que la Chambre souhaite le succès de la rencontre du G7 à La Malbaie, défende le droit de manifester, mais dénonce des possibles actes de violence et de vandalisme, remercie les forces policières qui seront déployées cette semaine afin d'assurer la sécurité des citoyens et des visiteurs, et demande au gouvernement de s'engager formellement à indemniser les citoyens et les commerçants si, par malheur, il devait y avoir du grabuge et des dégâts dans la région de Charlevoix et dans la ville de Québec.
    L'honorable député a-t-il le consentement unanime de la Chambre afin de proposer cette motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Dans quelques instants, je vais demander le consentement unanime de la Chambre pour déposer des documents. Ces documents portent sur Kinder Morgan et le fait que l'entreprise évaluait ses actifs à 2,5 milliards de dollars, alors que le premier ministre a payé 4,5 milliards de dollars.
    J'aimerais déposer ces documents, c'est-à-dire les rapports soumis par Kinder Morgan Canada à la Securities and Exchange Commission, pour prouver que la valeur des actifs a bien été évaluée à 2,5 milliards de dollars, quoi qu'en dise le premier ministre.
    Le député a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour déposer les documents?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.

Recours au Règlement

Les articles du règlement 

[Recours au Règlement]
    Monsieur le Président, je voudrais attirer l'attention de la Chambre sur une question relative à l'avis de motion d'attribution de temps pour l'étude du projet de loi C-59, qui a été renvoyé à un comité avant la deuxième lecture et qui est actuellement examiné par la Chambre à l'étape du rapport.
    Si vous consultez l'article 78(3) du Règlement, monsieur le Président, vous verrez qu'il est permis de proposer une motion d'attribution de temps aux étapes du rapport et de la troisième lecture d'un projet de loi pourvu que celui-ci soit conforme à l'article 76.1(10).
    L'article 76.1(10) porte sur les projets de loi qui ont été renvoyés à un comité après la deuxième lecture, et non avant.
    C'est l'article 76.1(10) qui traite de l'étape du rapport d'un projet de loi renvoyé à un comité avant la deuxième lecture, et il n'est pas question de cet article à l'article 78(3).
    Par conséquent, aucune disposition du Règlement de la Chambre des communes ne permet qu'une motion d'attribution de temps vise les étapes du rapport et de la troisième lecture d'un projet de loi renvoyé à un comité avant la deuxième lecture.
    J'admets qu'il est déjà arrivé qu'une motion d'attribution de temps vise les étapes du rapport et de la troisième lecture d'un projet de loi renvoyé à un comité avant la deuxième lecture. Cependant, aucun député ne s'est jamais opposé à cette pratique ou n'a jamais signalé au Président que c'était tout simplement contraire au Règlement. Que les partis qui formaient l'opposition aient fermé les yeux sur une telle violation n'en fait pas pour autant une pratique acceptable.
    Comme le projet de loi C-59 est le premier de la présente législature à avoir été renvoyé à un comité avant la deuxième lecture et comme un avis de motion d'attribution de temps a été donné, il est temps, monsieur le Président, que vous examiniez cette question et que vous veilliez à ce que le gouvernement commence à suivre les règles de la Chambre.
    Enfin, j'ajoute un argument pour étayer mon recours. Selon l'article 76.1(10) du Règlement, l'étape du rapport de l'étude du projet de loi C-59 ferait partie intégrante de la deuxième lecture. Il y aurait par conséquent deux étapes plus la troisième lecture, soit une situation qui n'est pas prévue à l'article 78(3) du Règlement.

  (1520)  

    Je remercie le député de Red Deer—Lacombe d'avoir invoqué le Règlement. Je ferai part de ma décision à la Chambre en temps opportun.
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. J'ai le plaisir d'informer la Chambre qu'un avis de motion d'attribution de temps a effectivement été présenté hier soir. On a apporté une précision. Le député peut vérifier dans le hansard. Il n'a qu'à continuer à lire un peu plus loin. Ayant siégé hier jusqu'à minuit, je peux lui assurer qu'on a bel et bien apporté une précision à ce sujet.
    Je remercie la leader du gouvernement de son intervention.

Le décorum  

    Monsieur le Président, ce n'est pas la première fois que j'invoque le Règlement pour cette raison. Mon rappel au Règlement concerne les articles 16 et 18 du Règlement, mais surtout l'article 16, qui précise qu'on ne peut interrompre un député lorsqu'il parle, en l'occurrence, le premier ministre.
    Je tiens à dire que j'ai souvent envie de crier lorsque j'écoute le premier ministre, mais je me garde de le faire. Le fait que je ne puisse pas entendre le premier ministre lorsqu'il donne une réponse va l'encontre du Règlement de la Chambre. Je ne me souviens pas d'avoir eu du mal à entendre Stephen Harper à partir d'ici. Je ne crois pas qu'il parlait plus fort que le premier ministre actuel. Le vacarme qui provient des banquettes conservatrices est inacceptable, et cela enfreint le Règlement.
    À l'ordre, s'il vous plaît. J'invite les députés à écouter et à ne pas interrompre ceux qui ont la parole. Je leur serais reconnaissant de faire de même lorsque le Président parle.

[Français]

    Monsieur le Président, j'aimerais demander le consentement unanime à l'égard de la motion suivante: Que la Chambre 1) souhaite le succès de la rencontre du G7 à Charlevoix; 2) défende le droit de manifester mais dénonce de possibles actes de violence; 3) remercie et félicite les forces policières qui seront déployées cette semaine afin d'assurer la sécurité des citoyens et des visiteurs; 4) appuie l'application des mêmes lignes directrices, en matière d'indemnisation des résidants et des commerçants dans la région de Charlevoix et dans la ville de Québec, que celles appliquées par le gouvernement Harper, à Huntsville en 2010.
    L'honorable député a-t-il le consentement unanime de la Chambre afin de proposer la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le Président: À l'ordre. Je demande à l'honorable député de Louis-Saint-Laurent et aux autres députés de ne pas interrompre et de cesser de parler.

[Traduction]

    À l'ordre, s'il vous plaît. Je demanderais au député de Coast of Bays—Central—Notre Dame de faire de même.
     Le député de Cariboo—Prince George invoque le Règlement. Le nombre de recours au Règlement n'est pas illimité, soit dit en passant.
    Monsieur le Président, dans un moment, je vais solliciter le consentement unanime. Il y a eu une désinformation considérable de ce côté-là de la Chambre en ce qui concerne la décision du ministre d'attribuer le lucratif quota de pêche à la mactre de Stimpson au frère de son collègue et à des gens qui ont des liens familiaux étroits avec le Parti libéral du Canada.
    Le ministre et le premier ministre ont répété à maintes reprises que cela fait partie du processus de réconciliation et ils ont présenté sous un faux jour l'engagement du gouvernement précédent en ce qui concerne la participation des Autochtones à ce type de pêche.
    Hier, au comité, les plus hauts fonctionnaires du ministère ont reconnu l'engagement du gouvernement précédent en ce qui concerne la participation des Autochtones à ce type de pêche. Pour dissiper une fois pour toutes les informations trompeuses véhiculées par le gouvernement, je demande le consentement unanime de la Chambre pour présenter le communiqué de presse de 2015 du gouvernement du Canada, où on peut lire:
     L’augmentation du [total autorisé des captures] a déclenché la mise en œuvre de la disposition du Plan de gestion intégrée des pêches destinée aux nouveaux titulaires; ainsi, Pêches et Océans Canada lance un processus visant à accueillir un nouveau titulaire ou de nouveaux titulaires de permis pour cette pêche. Le processus comprend une consultation avec les titulaires de permis actuels, l’industrie et les Premières Nations et s’achèvera au cours des prochaines semaines.
    Le député de Cariboo—Prince George a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour déposer le document?
    Des voix: Oui.
    Des voix: Non.

  (1525)  

Questions orales  

    Monsieur le Président, j’ai le privilège d’intervenir aujourd’hui à la Chambre pour manifester l’inquiétude que suscitent en moi les commentaires que le premier ministre a faits au sujet de la taxe sur le carbone pendant la période des questions. Il a indiqué à la Chambre qu’il avait collaboré avec toutes les provinces et que les provinces collaboraient avec lui dans ce dossier. Or, nous savons tous pertinemment que la province de la Saskatchewan n’est pas d’accord.
    Je remercie la députée de Yorkton—Melville de ses observations supplémentaires. Nous voulons éviter de prolonger la période des questions après la fin de celle-ci.
    J’invoque le Règlement, monsieur le Président. Dans un instant, je demanderai à nouveau le consentement unanime de la Chambre. Malheureusement, il semble que le gouvernement continue de passer sous silence des faits concernant l’affaire relative la pêche à la mactre. J’aimerais avoir le consentement unanime pour déposer les documents de la Cour fédérale relatifs au procès en cours dont fait l’objet le gouvernement. Dans cette affaire, le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne aurait accordé un contrat lucratif de pêche à la mactre au frère de son collègue et au cousin de son épouse. Ces documents…
    Le député de Cariboo—Prince George a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour déposer ce document?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Aujourd'hui, pendant la période des questions, j'ai parlé des dépenses insuffisantes du gouvernement en matière de défense. Cette information provient du document « Strong, Secure, Engaged So Far », rédigé par David Perry de l'Institut canadien des affaires mondiales. Je vais demander le consentement pour déposer ce document.
    On peut y lire ce qui suit:
[...] les affectations de dépenses en capital jusqu'à maintenant sont nettement inférieures aux projections dans « Protection, Sécurité, Engagement ». Selon le Budget supplémentaire des dépenses (C) pour 2017-2018, l'affectation des capitaux en 2017-2018 du ministère de la Défense nationale s'élevait à 4 milliards de dollars (le point vert à la figure 6). L'affectation de fin d'exercice représente la somme maximale que le ministère peut dépenser en capital en 2017-2018. C'est bien moins que les 6,3 milliards de dollars de dépenses en capital qui étaient prévus dans « Protection, Sécurité, Engagement » pour 2017-2018 [...]
    Je demande le consentement unanime pour déposer ce rapport afin que les Canadiens disposent de toute l'information dont ils ont besoin et afin d'informer le gouvernement de tous ses échecs.
    Le député de Selkirk—Interlake—Eastman a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour déposer le document?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je demande le consentement unanime de la Chambre pour déposer d'importants documents. Je pense que la Chambre doit pouvoir les consulter afin de permettre une discussion approfondie.
    Aujourd'hui, nous avons demandé quatre fois au premier ministre, même si nous lui posons la question depuis des semaines, quel sera le coût de la taxe sur le carbone. Nous avons ici des documents que mon collègue le député de Carleton a réussi à obtenir au prix de grands efforts. Ils auraient pu révéler le coût de la taxe sur le carbone aux Canadiens. Malheureusement, ils ont été caviardés. Il demeure toutefois important de déposer ces documents aujourd'hui. C'est un point de litige. Nous nous préparons en vue de l'ajournement de l'été, et les Canadiens doivent savoir combien coûtera la taxe sur le carbone.
    La leader de l'opposition à la Chambre a-t-elle le consentement unanime de la Chambre pour déposer ce document?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.

[Français]

    L'honorable député de Mégantic—L'Érable veut faire un rappel au Règlement.
    Monsieur le Président, durant la période des questions, j'ai posé une question au premier ministre sur la future politique d'étiquetage des aliments. Je lui ai demandé s'il croyait qu'il était dangereux de consommer du yogourt, du fromage et des jus de fruits. À entendre la réponse du premier ministre, il était évident qu'il n'avait pas la bonne feuille.
    Je demande donc le consentement unanime de la Chambre pour déposer le mémoire des producteurs de lait du Québec, qui confirme que la politique d'étiquetage dissuasive sur le devant des aliments pourrait stigmatiser de nombreux produits laitiers. Je demande le consentement unanime de la Chambre pour bien informer le premier ministre des répercussions de la politique d'étiquetage des aliments sur les producteurs de lait.
    L'honorable député de Mégantic—L'Érable a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour déposer ce document?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: L'honorable député de Louis-Saint-Laurent veut aussi faire un rappel au Règlement.

  (1530)  

    Monsieur le Président, lors de la période des questions, je n'ai pas fait référence à un événement historique qui est survenu en 1971, le fameux Apollo 13. Au contraire, je me référais à un document très précis, émis aux États-Unis, concernant les états financiers de Kinder Morgan.
     Comme tous les Canadiens le savent, Kinder Morgan vient de recevoir 4,5 milliards de dollars de l'argent des Canadiens pour l'achat de l'oléoduc Trans Mountain. Dans le premier tableau de la page 134 de ce document, il est démontré, noir sur blanc, que cette évaluation était de 2,5 milliards de dollars.
     Je demande le consentement unanime de la Chambre pour déposer ce document afin que les Canadiens soient bien informés des faits.
    L'honorable député de Louis-Saint-Laurent a-t-il le consentement unanime afin de déposer ce document?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.

[Traduction]

    Le vice-président: Nous en sommes déjà à plusieurs recours au Règlement ayant le même but. Visiblement, la Chambre ne tient pas à être saisie de ces documents.
    Je vois que le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan souhaite invoquer le Règlement. Écoutons ce qu'il a à dire, mais je rappelle que nous devrons bientôt poursuivre nos travaux.
    Le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan a la parole.
    Je n'ai aucun document à déposer, monsieur le Président. Mon recours au Règlement porte sur tout autre chose et je crois qu'il est tout à fait valable.
    Une voix: Assoyez-vous.
    M. Garnett Genuis: Les députés qui m'exhortent à m'asseoir feraient mieux d'écouter, particulièrement ceux qui font partie du comité de la procédure, car ils connaissent les règles.
    Mon collègue de Red Deer—Lacombe a invoqué le Règlement pour quelque chose de très important, mais dans sa réponse, la leader du gouvernement à la Chambre a fait allusion aux députés qui étaient encore ici à minuit hier soir. Parmi les règles les plus importantes, il y en a une qui veut qu'on ne doit pas signaler la présence ou l'absence de tel ou tel député pendant un débat donné. Je ne sais pas trop si la leader du gouvernement parlait d'elle-même ou de mon collègue de Red Deer—Lacombe, mais c'est aller directement à l'encontre des règles de procédure que d'insinuer qui était ici ou pas jusque tard dans la nuit, surtout ces jours-ci. Selon moi, la leader du gouvernement à la Chambre devrait être rappelée à l'ordre.
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre. À l'ordre.
    Je remercie le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan d'avoir soulevé cette question. Évidemment, ce genre de chose peut se produire au cours des débats. De temps à autre, les députés font allusion à l'absence ou à la présence de collègues. Le député a raison de dire que ce n'est pas acceptable. Cependant, j'ai remarqué que, en l'occurrence, la leader du gouvernement à la Chambre avait fait allusion à elle-même. Nous sommes tout à fait conscients que les députés peuvent parler de leur propre présence à la Chambre.

Initiatives parlementaires

[Initiatives parlementaires]

[Traduction]

Loi sur le rapatriement de biens culturels autochtones

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 30 mai, de la motion portant que le projet de loi C-391, Loi concernant une stratégie nationale sur le rapatriement de biens culturels autochtones, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Comme il est 15 h 34, conformément à l'ordre adopté le mardi 29 mai, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-391, sous la rubrique des initiatives parlementaires.
    Convoquez les députés.
    Et la sonnerie s'étant arrêtée, et avant le vote:

  (1550)  

[Français]

    Conformément à l'article 38 du Règlement, je dois faire connaître à la Chambre les questions qu'elle abordera à l'heure de l'ajournement ce soir, à savoir: l'honorable député Chilliwack—Hope, Les investissements étrangers; l'honorable députée de Nanaimo—Ladysmith, La justice; l'honorable député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan, Les affaires étrangères.

  (1600)  

[Traduction]

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 725)

POUR

Députés

Aboultaif
Albrecht
Aldag
Alghabra
Alleslev
Allison
Amos
Anderson
Arseneault
Arya
Aubin
Ayoub
Badawey
Bagnell
Barsalou-Duval
Baylis
Beaulieu
Beech
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bittle
Blaikie
Blair
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Bossio
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Bratina
Breton
Brison
Brosseau
Caesar-Chavannes
Calkins
Cannings
Caron
Carr
Carrie
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Chong
Choquette
Clarke
Clement
Cooper
Cormier
Cullen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Deltell
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Diotte
Doherty
Donnelly
Drouin
Dubé
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Duvall
Dzerowicz
Eglinski
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Fillmore
Finley
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Freeland
Fry
Fuhr
Gallant
Garneau
Garrison
Généreux
Genuis
Gerretsen
Gill
Gladu
Godin
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Gourde
Graham
Hardcastle
Harder
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hughes
Hussen
Hutchings
Iacono
Jeneroux
Johns
Jolibois
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Kelly
Kent
Khalid
Khera
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Laverdière
Lebouthillier
Lefebvre
Leitch
Leslie
Levitt
Liepert
Lloyd
Lobb
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
Lukiwski
MacAulay (Cardigan)
MacGregor
MacKinnon (Gatineau)
Malcolmson
Maloney
Marcil
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
Mathyssen
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Moore
Morrissey
Motz
Mulcair
Murray
Nantel
Nassif
Nault
Ng
Nicholson
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Paul-Hus
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Plamondon
Poilievre
Poissant
Quach
Qualtrough
Rankin
Ratansi
Rayes
Reid
Richards
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sansoucy
Sarai
Saroya
Scarpaleggia
Schmale
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Shields
Shipley
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sopuck
Spengemann
Ste-Marie
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Tan
Tassi
Thériault
Tilson
Tootoo
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Vecchio
Viersen
Virani
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Whalen
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wong
Wrzesnewskyj
Yip
Young
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 279


CONTRE

Aucun

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée. En conséquence, le projet de loi est renvoyé au Comité permanent du patrimoine.

    (Le projet de loi, lu pour la deuxième fois, est renvoyé à un comité.)

    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je n'étais malheureusement pas dans la Chambre lorsque vous avez lu le début de la motion. J'ai tout de même voté et je sais que ce n'est pas conforme au Règlement. Je demande le consentement unanime de la Chambre pour que mon vote en faveur de ce projet de loi soit compté.
    Y a-t-il consentement unanime de la Chambre pour consigner le vote du député de Chilliwack—Hope en faveur du projet de loi?
    Des voix: D'accord.
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je me trouvais dans l'antichambre et je vous ai entendu lire la motion. J'étais avec le whip du gouvernement. Mes excuses à la Chambre pour avoir manqué la lecture. J'ai cependant voté. J'ai entendu la lecture de la motion. Je pense que mon vote a été compté. Je demande aussi le consentement unanime de la Chambre pour que mon vote soit compté.
    D'accord?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.

Loi sur les possibilités pour les travailleurs handicapés

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 31 mai, de la motion portant que le projet de loi C-395, Loi modifiant la Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les provinces, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Conformément à l'ordre adopté le mardi 29 mai 2018, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-395, sous la rubrique des initiatives parlementaires.

  (1610)  

    Avant que le greffier n'annonce le résultat du vote:
    Je vois que les députés de Lambton—Kent—Middlesex et de Chatham-Kent—Leamington demandent la parole. Je vais les entendre un à la fois.
    Monsieur le Président, le fardeau de la tâche, les heures prolongées et mon âge, je suppose, ont provoqué un manque momentané de jugement. Mon vote devrait indiquer mon appui de la motion.
    Je remercie le député.
    Le député de Lambton—Kent—Middlesex a la parole.
    Monsieur le Président, je me souviens qu'il n'y a pas longtemps, j'ai observé un collègue ou un ami de l'autre côté de la Chambre voter deux fois. J'ai tenté de faire de même, mais ce n'était pas correct. Ainsi, j'aimerais que mon vote soit inscrit comme étant oui.

  (1615)  

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 726)

POUR

Députés

Aboultaif
Albrecht
Allison
Anderson
Arya
Aubin
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Blaikie
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Calkins
Cannings
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Clarke
Clement
Cooper
Cullen
Deltell
Di Iorio
Diotte
Doherty
Donnelly
Dubé
Duvall
Eglinski
Erskine-Smith
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Gallant
Garrison
Généreux
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hughes
Jeneroux
Johns
Jolibois
Kelly
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Laverdière
Leitch
Liepert
Lloyd
Lobb
Long
Lukiwski
MacGregor
MacKenzie
Malcolmson
Mathyssen
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Nantel
Nicholson
Nuttall
Paul-Hus
Poilievre
Quach
Rankin
Rayes
Reid
Richards
Sansoucy
Saroya
Scheer
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 116


CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Arseneault
Ayoub
Badawey
Bagnell
Barsalou-Duval
Baylis
Beaulieu
Beech
Bittle
Blair
Bossio
Boudrias
Bratina
Breton
Brison
Caesar-Chavannes
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Eyking
Eyolfson
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Freeland
Fry
Fuhr
Garneau
Gerretsen
Gill
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lockhart
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Marcil
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Plamondon
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Spengemann
Ste-Marie
Tan
Tassi
Thériault
Tootoo
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Whalen
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 167


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion rejetée.

[Français]

La Loi sur le ministère de l'Industrie

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 1er juin, de la motion portant que le projet de loi C-396, Loi modifiant la Loi sur le ministère de l’Industrie (aide financière), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Conformément à l'ordre adopté le mardi 29 mai, la Chambre procédera maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-396, sous la rubrique affaires émanant des députés.

  (1620)  

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 727)

POUR

Députés

Aboultaif
Albrecht
Allison
Anderson
Aubin
Barsalou-Duval
Beaulieu
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Blaikie
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Calkins
Cannings
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Clarke
Clement
Cooper
Cullen
Deltell
Diotte
Doherty
Donnelly
Dubé
Duvall
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Fortin
Gallant
Garrison
Généreux
Genuis
Gill
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hughes
Jeneroux
Johns
Jolibois
Kelly
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Laverdière
Leitch
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacGregor
MacKenzie
Malcolmson
Marcil
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Nantel
Nicholson
Paul-Hus
Pauzé
Plamondon
Poilievre
Quach
Rankin
Reid
Richards
Sansoucy
Saroya
Scheer
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Ste-Marie
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Thériault
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 119


CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bittle
Blair
Bossio
Bratina
Breton
Brison
Caesar-Chavannes
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Fry
Fuhr
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Spengemann
Tan
Tassi
Tootoo
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 159


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion rejetée.

  (1625)  

[Traduction]

Les baleines en voie de disparition

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 4 juin, de la motion, ainsi que de l'amendement.
    La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur l'amendement.
    Le vote porte sur la motion suivante. Puis-je me dispenser de lire la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    [La présidence donne lecture de l'amendement.]

  (1635)  

    (L'amendement, mis aux voix, est adopté par le vote suivant:)
 

(Vote no 728)

POUR

Députés

Aboultaif
Albrecht
Aldag
Alghabra
Alleslev
Allison
Amos
Anderson
Arseneault
Arya
Aubin
Ayoub
Badawey
Bagnell
Barlow
Baylis
Beech
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Bittle
Blaikie
Blair
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Bossio
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Bratina
Breton
Brison
Brosseau
Caesar-Chavannes
Calkins
Cannings
Caron
Carr
Carrie
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Chong
Choquette
Clarke
Clement
Cooper
Cormier
Cullen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Deltell
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Diotte
Doherty
Donnelly
Drouin
Dubé
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Duvall
Dzerowicz
Eglinski
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Fillmore
Finley
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Fry
Fuhr
Gallant
Garneau
Garrison
Généreux
Genuis
Gerretsen
Gladu
Godin
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Gourde
Graham
Hardcastle
Harder
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hughes
Hussen
Hutchings
Iacono
Jeneroux
Johns
Jolibois
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Kelly
Kent
Khalid
Khera
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Laverdière
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lloyd
Lobb
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
Lukiwski
MacAulay (Cardigan)
MacGregor
MacKenzie
MacKinnon (Gatineau)
Malcolmson
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Moore
Morrissey
Motz
Murray
Nantel
Nassif
Nault
Ng
Nicholson
Nuttall
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Paul-Hus
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Plamondon
Poilievre
Poissant
Quach
Qualtrough
Rankin
Ratansi
Reid
Richards
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sansoucy
Sarai
Saroya
Scarpaleggia
Scheer
Schmale
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Shields
Shipley
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sopuck
Sorenson
Spengemann
Ste-Marie
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Tan
Tassi
Thériault
Tilson
Tootoo
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Vecchio
Viersen
Virani
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wong
Wrzesnewskyj
Yip
Young
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 273


CONTRE

Députés

Barsalou-Duval
Beaulieu
Boudrias
Gill
Marcil

Total: -- 5


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare l'amendement adopté.
    Le vote porte sur la motion principale modifiée. Puis-je me dispenser de lire la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    [La présidence donne lecture de la motion.]
    Le vice-président: Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion modifiée?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: Que tous ceux qui appuient la motion modifiée veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le vice-président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:

  (1645)  

     (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 729)

POUR

Députés

Aboultaif
Albrecht
Aldag
Alghabra
Alleslev
Allison
Amos
Anderson
Arseneault
Arya
Aubin
Ayoub
Badawey
Bagnell
Barlow
Barsalou-Duval
Baylis
Beaulieu
Beech
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Bittle
Blaikie
Blair
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Bossio
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Bratina
Breton
Brison
Brosseau
Caesar-Chavannes
Calkins
Cannings
Caron
Carr
Carrie
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Chong
Choquette
Clarke
Clement
Cooper
Cormier
Cullen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Deltell
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Diotte
Doherty
Donnelly
Drouin
Dubé
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Duvall
Dzerowicz
Eglinski
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Fillmore
Finley
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Fry
Fuhr
Gallant
Garneau
Garrison
Généreux
Genuis
Gerretsen
Gill
Gladu
Godin
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Gourde
Graham
Hardcastle
Harder
Hardie
Harvey
Hébert
Hogg
Holland
Housefather
Hughes
Hussen
Hutchings
Iacono
Jeneroux
Johns
Jolibois
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Kelly
Kent
Khalid
Khera
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Laverdière
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lloyd
Lobb
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
Lukiwski
MacAulay (Cardigan)
MacGregor
MacKenzie
MacKinnon (Gatineau)
Malcolmson
Maloney
Marcil
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Moore
Morrissey
Motz
Murray
Nantel
Nassif
Nault
Ng
Nicholson
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Paul-Hus
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Plamondon
Poilievre
Poissant
Quach
Qualtrough
Rankin
Ratansi
Rayes
Reid
Richards
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sansoucy
Sarai
Saroya
Scarpaleggia
Scheer
Schmale
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Shields
Shipley
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sopuck
Sorenson
Spengemann
Ste-Marie
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Tan
Tassi
Thériault
Tilson
Tootoo
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Vecchio
Viersen
Virani
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wong
Wrzesnewskyj
Yip
Young
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 278


CONTRE

Aucun

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion modifiée adoptée.
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. J'adore les baleines, mais je ne sais pas si mon vote a été compté en faveur de la motion. Pouvez-vous vérifier?
    Tout est en ordre.

Loi appuyant les nouveaux parents

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 5 juin, de la motion portant que le projet de loi C-394, Loi modifiant la Loi de l'impôt sur le revenu (crédit d'impôt pour prestations parentales), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Conformément à l'ordre adopté le mardi 29 mai, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-394, sous la rubrique des initiatives parlementaires.

  (1655)  

[Français]

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 730)

POUR

Députés

Aboultaif
Albrecht
Allison
Anderson
Barlow
Barsalou-Duval
Beaulieu
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Block
Boudrias
Brassard
Calkins
Carrie
Chong
Clarke
Clement
Cooper
Deltell
Diotte
Doherty
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Fortin
Gallant
Généreux
Genuis
Gill
Gladu
Godin
Gourde
Harder
Jeneroux
Kelly
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacKenzie
Marcil
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Motz
Nicholson
Nuttall
Paul-Hus
Pauzé
Plamondon
Poilievre
Rayes
Reid
Richards
Saroya
Scheer
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Ste-Marie
Strahl
Stubbs
Sweet
Thériault
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 91


CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Arseneault
Arya
Aubin
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Benson
Bittle
Blaikie
Blair
Blaney (North Island—Powell River)
Bossio
Boulerice
Boutin-Sweet
Bratina
Breton
Brison
Brosseau
Caesar-Chavannes
Cannings
Caron
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Choquette
Cormier
Cullen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Donnelly
Drouin
Dubé
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Duvall
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Fry
Fuhr
Garneau
Garrison
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hardcastle
Harvey
Hébert
Hogg
Holland
Housefather
Hughes
Hussen
Hutchings
Iacono
Jolibois
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Laverdière
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacGregor
MacKinnon (Gatineau)
Malcolmson
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Moore
Morrissey
Mulcair
Murray
Nantel
Nassif
Nault
Ng
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Poissant
Quach
Qualtrough
Rankin
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sansoucy
Sarai
Scarpaleggia
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Spengemann
Stetski
Tan
Tassi
Tootoo
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Weir
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 188


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion rejetée.

Loi sur la protection de la santé des enfants

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 5 juin, du projet de loi S-228, Loi modifiant la Loi sur les aliments et drogues (interdiction de faire de la publicité d’aliments et de boissons s’adressant aux enfants), dont le comité a fait rapport avec des propositions d'amendement.
    Conformément à l'ordre adopté le mardi 29 mai, la Chambre procédera maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion d'adoption à l'étape du rapport du projet de loi S-228, sous la rubrique des affaires émanant des députés.

  (1705)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 731)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Arseneault
Arya
Aubin
Ayoub
Badawey
Bagnell
Barsalou-Duval
Baylis
Beaulieu
Beech
Benson
Bittle
Blaikie
Blair
Blaney (North Island—Powell River)
Bossio
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Bratina
Breton
Brison
Brosseau
Caesar-Chavannes
Cannings
Caron
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Choquette
Cormier
Cullen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhillon
Di Iorio
Donnelly
Drouin
Dubé
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Duvall
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Fry
Fuhr
Garneau
Garrison
Gerretsen
Gill
Goldsmith-Jones
Goodale
Graham
Hardcastle
Hardie
Harvey
Hébert
Hogg
Holland
Housefather
Hughes
Hussen
Hutchings
Iacono
Johns
Jolibois
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Laverdière
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacGregor
MacKinnon (Gatineau)
Malcolmson
Maloney
Marcil
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Moore
Morrissey
Mulcair
Murray
Nantel
Nassif
Nault
Ng
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Plamondon
Poissant
Quach
Qualtrough
Rankin
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sansoucy
Sarai
Scarpaleggia
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Spengemann
Ste-Marie
Stetski
Tan
Tassi
Thériault
Tootoo
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Weir
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 197


CONTRE

Députés

Aboultaif
Albrecht
Allison
Anderson
Barlow
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Block
Brassard
Calkins
Carrie
Chong
Clarke
Clement
Cooper
Deltell
Diotte
Doherty
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Gallant
Généreux
Gladu
Godin
Gourde
Harder
Jeneroux
Kelly
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacKenzie
McCauley (Edmonton West)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Motz
Nicholson
Nuttall
Paul-Hus
Poilievre
Rayes
Reid
Richards
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Strahl
Stubbs
Sweet
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 78


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.
    Monsieur le Président, je crois avoir raison en disant que les députés n'ont pas le droit de parler au téléphone à la Chambre des communes. Comme certaines personnes de l'autre côté le font, je vous demanderais de le leur rappeler, s'il vous plaît.
    Je remercie l'honorable députée d'Hochelaga d'avoir soulevé ce rappel au Règlement. Elle a raison, les députés ne doivent pas utiliser leur téléphone cellulaire pour des appels téléphoniques. J'insiste donc pour que les députés ne le fassent pas.

INITIATIVES MINISTÉRIELLES

[Initiatives ministérielles]

  (1710)  

[Traduction]

Loi no 1 d'exécution du budget de 2018

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 5 juin, de la motion portant que le projet de loi C-74, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 27 février 2018 et mettant en oeuvre d'autres mesures, soit lu pour la troisième fois et adopté, ainsi que de l'amendement et du sous-amendement.
    Conformément à l'ordre adopté le mardi 29 mai, la Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur le sous-amendement à la motion à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C-74.
    Le vote porte sur la motion suivante. Puis-je me dispenser d'en faire lecture?
    Des voix: Non.
     [La présidence donne lecture du sous-amendement.]

  (1715)  

    Avant que le greffier n'annonce le résultat du vote:
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Lorsque vous avez lu le sous-amendement dont nous sommes saisis et dont je suis le comotionnaire, vous m'avez nommé, mais vous n'avez pas mentionné le nom de ma circonscription. Comme il y a une autre députée à la Chambre qui porte le même nom de famille que moi, je ne voudrais pas qu'il y ait confusion si jamais un historien faisait des recherches et qu'on avait inscrit par erreur « Mme » plutôt que « M. ».
    Je remercie le député pour cette précision. Je pensais l'avoir mentionné, mais il n'y a désormais plus aucune ambiguïté.
    (Le sous-amendement, mis aux voix, est rejeté par le vote suivant:)
 

(Vote no 732)

POUR

Députés

Aboultaif
Albrecht
Allison
Anderson
Barlow
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Block
Brassard
Calkins
Carrie
Chong
Clarke
Clement
Cooper
Deltell
Diotte
Doherty
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Gallant
Généreux
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Harder
Jeneroux
Kelly
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacKenzie
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Motz
Nicholson
Nuttall
Paul-Hus
Poilievre
Rayes
Reid
Richards
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Strahl
Stubbs
Sweet
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 80


CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Arseneault
Arya
Aubin
Ayoub
Badawey
Bagnell
Barsalou-Duval
Baylis
Beaulieu
Beech
Benson
Bittle
Blaikie
Blair
Blaney (North Island—Powell River)
Bossio
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Bratina
Breton
Brison
Brosseau
Caesar-Chavannes
Cannings
Caron
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Choquette
Cormier
Cullen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Donnelly
Drouin
Dubé
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Duvall
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Freeland
Fry
Fuhr
Garneau
Garrison
Gerretsen
Gill
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hardcastle
Hardie
Harvey
Hébert
Hogg
Holland
Housefather
Hughes
Hussen
Hutchings
Iacono
Johns
Jolibois
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Laverdière
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacGregor
MacKinnon (Gatineau)
Malcolmson
Maloney
Marcil
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Moore
Morrissey
Mulcair
Murray
Nantel
Nassif
Nault
Ng
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Plamondon
Poissant
Quach
Qualtrough
Rankin
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sansoucy
Sarai
Scarpaleggia
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Spengemann
Ste-Marie
Stetski
Tan
Tassi
Thériault
Tootoo
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Weir
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 200


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare le sous-amendement rejeté.

[Français]

    Le Président: La prochaine mise aux voix porte sur l'amendement. Plaît-il à la Chambre d'adopter l'amendement?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le Président: Que tous ceux qui appuient l'amendement veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le Président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le Président: À mon avis, les non l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:

  (1725)  

[Traduction]

    Avant que le greffier n'annonce le résultat du vote:
    Monsieur le Président, je pense qu'on m'a identifié par erreur en tant que député de Vaughan—Woodbridge. Je me demandais si vous pouviez vérifier le compte rendu.
    J'assure au député que tout a été vérifié et je le remercie de son intervention.
    La députée de Sarnia—Lambton invoque le Règlement.
    Monsieur le Président, j'ai mis du temps à me lever. Je vous prie de bien vouloir vous assurer que mon vote a été compté comme un « oui ».

[Français]

    (L'amendement, mis aux voix, est rejeté par le vote suivant:)
 

(Vote no 733)

POUR

Députés

Aboultaif
Albrecht
Allison
Anderson
Barlow
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Block
Brassard
Calkins
Carrie
Chong
Clarke
Clement
Cooper
Deltell
Diotte
Doherty
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Gallant
Généreux
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Harder
Jeneroux
Kelly
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacKenzie
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Motz
Nicholson
Nuttall
Paul-Hus
Poilievre
Rayes
Reid
Richards
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Strahl
Stubbs
Sweet
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vandal
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 81


CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Arseneault
Arya
Aubin
Ayoub
Badawey
Bagnell
Barsalou-Duval
Baylis
Beaulieu
Beech
Benson
Bittle
Blaikie
Blair
Blaney (North Island—Powell River)
Bossio
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Bratina
Breton
Brison
Brosseau
Caesar-Chavannes
Cannings
Caron
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Choquette
Cormier
Cullen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Donnelly
Drouin
Dubé
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Duvall
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Freeland
Fry
Fuhr
Garneau
Garrison
Gerretsen
Gill
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hardcastle
Hardie
Harvey
Hébert
Hogg
Holland
Housefather
Hughes
Hussen
Hutchings
Iacono
Johns
Jolibois
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Laverdière
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacGregor
MacKinnon (Gatineau)
Malcolmson
Maloney
Marcil
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Moore
Morrissey
Mulcair
Murray
Nantel
Nassif
Nault
Ng
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Plamondon
Poissant
Quach
Qualtrough
Rankin
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sansoucy
Sarai
Scarpaleggia
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Spengemann
Ste-Marie
Stetski
Tan
Tassi
Thériault
Tootoo
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Weir
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 199


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare l'amendement rejeté.

[Traduction]

     Le prochain vote porte sur la motion principale. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le Président: Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le Président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le Président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:

  (1730)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 734)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bittle
Blair
Bossio
Bratina
Breton
Brison
Caesar-Chavannes
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Di Iorio
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Freeland
Fry
Fuhr
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hardie
Harvey
Hébert
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Spengemann
Tan
Tassi
Tootoo
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 159


CONTRE

Députés

Aboultaif
Albrecht
Allison
Anderson
Aubin
Barlow
Barsalou-Duval
Beaulieu
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Blaikie
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Calkins
Cannings
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Clarke
Clement
Cooper
Cullen
Deltell
Diotte
Doherty
Donnelly
Dubé
Duvall
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Fortin
Gallant
Garrison
Généreux
Genuis
Gill
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hughes
Jeneroux
Johns
Jolibois
Kelly
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Laverdière
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacGregor
MacKenzie
Malcolmson
Marcil
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Mulcair
Nantel
Nicholson
Nuttall
Paul-Hus
Pauzé
Plamondon
Poilievre
Quach
Rankin
Rayes
Reid
Richards
Sansoucy
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Ste-Marie
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Thériault
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 121


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.

Affaires courantes

[Affaires courantes]

[Traduction]

Réponse du gouvernement à des pétitions

    Monsieur le Président, conformément à l'article 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à cinq pétitions.
    Pendant que j'ai la parole, je propose:
Que la Chambre passe maintenant à l'ordre du jour.
    Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le Président: Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le Président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le Président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:
    Le Président: Convoquez les députés.

  (1810)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 735)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bittle
Bossio
Bratina
Breton
Brison
Caesar-Chavannes
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Freeland
Fry
Fuhr
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hardie
Harvey
Hébert
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Poissant
Qualtrough
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Spengemann
Tan
Tassi
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 156


CONTRE

Députés

Aboultaif
Allison
Anderson
Aubin
Barlow
Beaulieu
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bezan
Blaikie
Blaney (North Island—Powell River)
Block
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Calkins
Cannings
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Clarke
Cooper
Cullen
Davies
Diotte
Doherty
Donnelly
Dubé
Duvall
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Fortin
Gallant
Garrison
Généreux
Genuis
Gladu
Gourde
Hardcastle
Harder
Hughes
Jeneroux
Jolibois
Kelly
Kent
Kitchen
Kmiec
Kusie
Lake
Lauzon (Stormont—Dundas—South Glengarry)
Laverdière
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacGregor
MacKenzie
Malcolmson
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Moore
Motz
Nantel
Nicholson
Nuttall
Paul-Hus
Pauzé
Plamondon
Poilievre
Quach
Rankin
Rayes
Reid
Richards
Sansoucy
Saroya
Schmale
Shields
Sopuck
Sorenson
Ste-Marie
Strahl
Stubbs
Sweet
Tilson
Trost
Van Kesteren
Van Loan
Vecchio
Viersen
Wagantall
Warawa
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 107


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.
    Comme il est 18 h 13, la Chambre passe maintenant à l'étude des initiatives parlementaires inscrites au Feuilleton d'aujourd'hui.

INITIATIVES PARLEMENTAIRES

[Initiatives parlementaires]

Loi instituant le Mois du patrimoine latino-américain

    La Chambre passe à l'étude du projet de loi S-218, Loi instituant le Mois du patrimoine latino-américain, dont le comité a fait rapport sans proposition d'amendement, ainsi que de la motion du groupe no 1.

[Traduction]

Décision de la présidence  

    Une motion d'amendement figure au Feuilleton des avis pour l'étude à l'étape du rapport du projet de loi S-218. La motion no 1 sera débattue et mise aux voix.

[Français]

    Je vais maintenant soumettre la motion no 1 à la Chambre.

Motion d'amendement  

Motion no 1
    Que le projet de loi S-218 soit modifié par suppression du titre abrégé.
     — Monsieur le Président, je suis très fier de me lever pour souligner la contribution des Latino-Américains et des personnes qui puisent leurs origines des pays latino-américains, ainsi que leur présence au Québec, particulièrement dans ma circonscription, Longueuil—Saint-Hubert. J'en profite pour remercier les auteurs de ce projet de loi et les députés de la Chambre qui ont fait en sorte qu'il se retrouve devant nous.
    Ce projet de loi invite aujourd'hui le Parlement du Canada à reconnaître que les membres des communautés latino-américaines au Canada ont apporté une précieuse contribution aux tissus social, économique et politique du Canada. La désignation d'un mois du patrimoine latino-américain permettrait à la population d'en apprendre davantage sur cette contribution, de la mettre en valeur et d'en perpétuer le souvenir.
    Par ailleurs, le projet de loi note que les communautés latino-américaines des quatre coins du Canada se mobiliseraient à l'occasion du mois du patrimoine latino-américain afin de partager et de célébrer avec tous les Canadiens leur culture et leurs traditions sans pareil, ainsi que d'en faire la promotion.
    Qui plus est, le projet de loi note que le mois d'octobre revêt une importance particulière pour les communautés latino-américaines du monde entier. Il désignera donc le mois d'octobre comme le mois du patrimoine latino-américain, et ce, partout au Canada.
    Dans ce projet de loi, on parle de la diversité des communautés latino-américaines au Québec et au Canada, qui émergent d'une diversité de pays et d'États, et de leur contribution importante aux communautés élargies autour d'elles, au vivre-ensemble, à l'économie de nos villes et villages et au tissu social de notre pays. La présence de ces communautés avec lesquelles l'ensemble des Québécois partagent de nombreuses affinités, une proximité de valeurs, une proximité culturelle dans laquelle...

  (1815)  

[Traduction]

    À l'ordre. Je demanderais aux députés qui souhaitent poursuivre leurs conversations de le faire à l'extérieur de la Chambre. La Chambre siège, et un débat est en cours.
    Le député de Longueuil—Saint-Hubert a la parole.

[Français]

    Madame la Présidente, je note qu'on parle dans ce projet de loi de la diversité des communautés latino-américaines au Québec et au Canada — car elles émergent d'une diversité de pays et d'États — et de leur contribution importante aux communautés élargies autour d'elles, au vivre-ensemble, à l'économie de nos villes et villages et au tissu social de notre pays. La présence de ces communautés, avec qui l'ensemble des Québécois partagent une grande proximité sur le plan des valeurs et une proximité culturelle dans laquelle on se reconnaît mutuellement, apporte énormément à nos communautés, et c'est que cherche à reconnaître ce projet de loi.
    C'est ce vivre-ensemble, cette communauté qui est à construire ensemble, qui constitue le projet interculturel dont on parle tant au Québec. Cela passe notamment par la reconnaissance de nos valeurs communes et par une reconnaissance des contributions que chacune et chacun peut y ajouter par son expérience personnelle et sa culture d'origine.
    C'est aussi la raison pour laquelle ce projet de loi propose aux Québécois et aux Canadiens d'en apprendre davantage sur cette contribution faite par les citoyens d'origine latino-américaine, ainsi que de nous donner l'occasion de rappeler et de mettre en valeur cette contribution. C'est ce que permettrait effectivement la désignation d'un mois de l'année comme le mois du patrimoine latino-américain: de prendre note des réalisations des citoyennes et des citoyens latino-américains dans les communautés un peu partout au Québec, et notamment dans nos quartiers, comme chez moi, à Longueuil et à Saint-Hubert. C'est le cas d'ailleurs dans des communautés partout au pays, qui se sont enrichies des parcours des personnes aux origines multiples.
    En outre, ce n'est pas pour rien que c'est le mois d'octobre qui est proposé comme moment de l'année où ce patrimoine sera souligné, parce que le mois d'octobre est, comme le souligne d'ailleurs le texte du projet de loi, un mois de l'année lourd de sens chez les peuples de l'Amérique latine. En effet, c'est à l'automne qu'on souligne les commémorations, les célébrations et les anniversaires de l'indépendance d'un grand éventail de ces pays: le Costa Rica, le Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua, le Mexique, Porto Rico et le Chili.
    Un grand nombre de ces pays ont été à l'avant-garde des vagues d'indépendance d'anciennes colonies au XIXe siècle, et certains sont devenus des modèles d'un vivre-ensemble républicain, projetant l'idée que la ségrégation raciale pouvait être mise à la déchiqueteuse de l'histoire, en même temps que les institutions coloniales et l'exploitation économique.
    Il y a d'autres raisons pour lesquelles ce projet de loi met en avant l'idée d'un mois d'octobre consacré à fêter les communautés latino-américaines. Le mois d'octobre mérite d'être souligné pour des raisons de traditions et de coutumes. On sait que c'est un mois important en Amérique latine et en Amérique du Sud: Journée des cultures au Costa Rica, Jour de la résistance autochtone au Venezuela, Jour du respect de la diversité culturelle en Argentine, Jour des enfants au Brésil, et fête des Morts, un peu partout dans les cultures latino-américaines.
    On estime que consacrer le 10e mois de l'année à nos communautés latino-américaines, ce serait créer une occasion de mobiliser les ressortissants de ces communautés, pour qu'ils partagent ces traditions culturelles avec leurs voisins et leurs voisines. Le projet de loi souligne d'ailleurs qu'un tel événement mobiliserait certainement nos communautés et permettrait de mieux partager et de célébrer ensemble cette richesse culturelle.
    Le magazine L'actualité publiait il y a quelques temps un portrait de la communauté latino-américaine au Québec, forte de dizaines de milliers de membres, et soulignait les fortes affinités entre les Québécois et cette communauté qui se définit souvent comme latino-québécoise. On y apprenait que « 90 % des immigrants latinos adoptent le français à leur arrivée au Québec ». On citait la présence politique de cette communauté au Québec; on pense par exemple à l'ancien ministre Joseph Facal ou encore au député d'Honoré-Mercier qui est originaire d'Argentine.
    L'histoire politique de ces peuples a aussi marqué nos paysages par la présence de la statue de Simon Bolivar, qui se trouve à cinq minutes d'ici, tout près de la rue Rideau, et qui a été offerte au Canada par le Venezuela, la Bolivie, la Colombie, l'Équateur et le Pérou; ou par la rue Salvador Allende à Laval, en hommage à l'ancien président chilien assassiné lors d'un coup d'État; ou encore le parc de l'Amérique-latine à Québec, à l'embouchure de la rivière Saint-Charles, lieu d'hommage à de grands personnages de l'Amérique latine: José Marti, poète écrivain, héros national de l'indépendance cubaine; Toussaint Louverture, héros de l'indépendance d'Haïti; Bernardo O'Higgins, héros et chef militaire qui s'est battu pour l'indépendance du Chili.
    Pourtant, ce sont surtout les femmes et les hommes qui ont fait leur vie ici qui marquent le Québec. Ce sont plusieurs milliers de personnes qui proviennent des différents pays d'Amérique latine et du Sud, à Québec, à Gatineau ou à Sherbrooke, ou encore chez nous à Longueuil—Saint-Hubert.
    Je pense aux musiciens de l'église Nouvelle vie à Longueuil — des musiciens vénézuéliens, péruviens, cubains et québécois — ou aux célébrations familiales et hautes en couleur à l'église Sacré-Coeur, sur la rue Brodeur.
    S'il y a plusieurs rencontres qui m'ont marqué depuis mon élection en 2011, je me dois de souligner celle avec Marco Carpinteyro de la Table itinérance Rive-Sud. Marco est impliqué depuis de nombreuses années et il est pour moi l'un des grands symboles d'engagement communautaire. Si le travail de Marco est grand auprès du milieu communautaire, et que tout le monde chez nous à Longueuil s'entend là-dessus, je suis certain que si on lui demande ce dont il est le plus fier, c'est de ses enfants, à qui il transmet son héritage chaque jour qui passe, parce que la plus belle langue de toutes, c'est certainement celle parlée par nos enfants.

  (1820)  

    Nous avons tout intérêt à participer davantage à l'établissement de relations plus fortes avec les pays latino-américains, à créer des ponts culturels et à mettre nos ambitions en commun avec des regroupements économiques comme le Mercosur. Ce sont les communautés latinos-américaines établies ici, au Québec et au Canada, qui pourront être les intermédiaires de ces projets communs. Ce sont aussi ces communautés qui sont porteuses d'un héritage et d'une contribution unique à notre culture et au vivre-ensemble québécois.
     Je suis donc très fier de souligner cette contribution aujourd'hui et d'appuyer cette proposition d'en faire un mois chaque année, un mois à célébrer dans toutes nos communautés.

[Traduction]

Recours au Règlement

Les articles du Règlement  

[Recours au Règlement]
    Je prends la parole pour répondre à un rappel au Règlement qui a été soulevé plus tôt aujourd'hui par le député de Red Deer—Lacombe au sujet de l'avis d'attribution de temps donné hier soir concernant le projet de loi C-59.
    Voici ce qu'on peut lire à la page 673 de la troisième édition de La procédure et les usages de la Chambre des communes:
     Dans le cas d’un projet de loi renvoyé en comité avant la deuxième lecture, la motion peut porter à la fois sur l’étape du rapport et de la deuxième lecture ainsi que l’étape de la troisième lecture. La période attribuée à une étape ne peut être inférieure à un jour de séance ou l’équivalent en heures […]
    Voici un bon exemple. Au cours de la législature précédente, soit le 28 mai 2015, la Chambre a adopté une motion d'attribution de temps à l'étape du rapport et de la deuxième lecture, ainsi qu'à l'étape de la troisième lecture, tel qu'il est indiqué dans la note de bas de page 142 à la page 673 de La procédure et les usages de la Chambre des communes.
    Par conséquent, je crois que cet avis est tout à fait recevable.
    Je remercie le député de cette information supplémentaire et je peux dire que j’étais présente hier à la Chambre lorsque la leader du gouvernement à la Chambre a précisé sa motion. Nous reprenons le débat.

Loi instituant le Mois du patrimoine latino-américain

[Initiatives parlementaires]
     La Chambre reprend l’étude du projet de loi S-218, Loi instituant le Mois du patrimoine latino-américain, dont le comité a fait rapport sans proposition d’amendement, ainsi que de la motion du groupe no 1.
    Madame la Présidente, je suis ravie d’intervenir ce soir à la Chambre pour parler du projet de loi S-218, Loi instituant le Mois du patrimoine latino-américain.
    Je tiens à honorer la mémoire du sénateur Tobias Enverga, qui a été le premier à présenter le projet de loi, au Sénat. Son décès survenu récemment a été un choc pour nous tous qui l’aimions pour la considération dont il faisait preuve à l’égard de tous.
    Il importe de noter que si le sénateur Enverga avait présenté ce projet de loi, c'est parce qu'il avait constaté en effet qu’il y avait d’autres journées du patrimoine, notamment allemand, italien et asiatique. Il n’avait rien à redire à cela, mais il trouvait nécessaire de rendre hommage, dans le cadre d’un mois du patrimoine, aux 500 000 Canadiens d’origine latino-américaine qui enrichissent la société d'ici de leurs contributions.
     D’aucuns se lassent de tous ces jours, semaines et mois consacrés à une cause ou à une autre, qui finissent selon eux, peut-être, par perdre de leur caractère unique en étant noyés parmi une multitude d’autres. Je pense cependant que c'est parce que, à titre de parlementaires, nous en avons davantage conscience. À chaque jour son ruban, sa fleur ou son symbole, qui nous font prendre conscience, à nous plus qu’à d’autres, des différents événements que nous célébrons. Ainsi, la communauté latino-américaine du Canada et ceux qui se plaisent à la fréquenter seront très heureux de participer à ce mois.
    Je vais emmener la Chambre pour un petit tour en Amérique latine afin de lui en décrire la culture comme je l’ai vue moi-même. Je l’ai découverte en Colombie. À 25 ans, j’ai décidé d’aller explorer le monde. Je me suis retrouvée dans un petit village de Colombie. J’ai tout de suite adoré les gens. J’étais dans un centre de villégiature. On m’a appris à danser. Les gens d’Amérique latine ont la réputation d’être d’excellents danseurs. Ils le font avec élégance; on dirait que les hommes ont la danse dans le sang. En fait, j’ai entendu dire que le whip du gouvernement est un danseur extraordinaire. Je ne l’ai pas vu à l’action, mais cela ne me surprendrait pas, parce que les gens d’Amérique latine sont d’excellents danseurs.
    Puisque j'avais appris à danser, de retour à Toronto, je me suis mise à aller à un club de salsa fréquenté aussi par les ressortissants d’Amérique latine. L'atmosphère était toujours à la fête.
    C’est ainsi que j’ai découvert cette culture.
    J’ai aussi adoré la nourriture. Quand je voyageais partout dans le monde pour la société Dow Chemical, on m’a envoyée en Argentine, au Chili, au Brésil et un peu partout ailleurs dans la région. J’y ai goûté différentes cuisines. J’ai aussi passé pas mal de temps au Mexique. J’adore la cuisine mexicaine.
    La préparation des repas était souvent une expérience très enrichissante. Au Brésil, les gens suivent une tradition qu’ils appellent churrascaria. C’est un souper où l’on mange beaucoup de viande. Ils l’apportent piquée le long de grandes épées, et l’on remet aux invités une palette avec un côté vert et un côté rouge. Tant qu’ils veulent de la viande, ils brandissent le côté vert de la palette. Quand ils n’en veulent plus, ils lèvent le côté rouge. C’est extraordinaire. On distribue différentes coupes de viande. La cuisine est délicieuse, et l’expérience est incroyable.
    Au Mexique, la cuisine était bonne la plupart du temps, mais j’ai essayé de goûter à des spécialités locales comme les oeufs de fourmis et les grillons. J'en ai mangé, mais je ne dirais pas qu’ils font partie de la fine cuisine de l’Amérique latine.
    J’ai aussi observé l’éthique professionnelle des gens d’Amérique latine. Elle est excellente. Quand je travaillais pour Dow, j’étais responsable de la qualité partout dans le monde. J’ai eu l’occasion de mener une vérification au Brésil. J'ai fait des vérifications semblables partout dans le monde, et il y a toujours quelque chose qui cloche ou qui n'est pas fait comme il se doit. Par contre, dans le cas du Brésil, j'ai été ébahie. Tous les employés faisaient leur travail et suivaient les procédures, et leurs produits ne présentaient aucun défaut. J’étais vraiment surprise, et j’ai dit à l’un de mes homologues brésiliens que tous les employés faisaient tout ce qu'ils étaient censés faire. Il m’a répondu: « Mais bien sûr, sinon ils seront mis à la porte. » Le sens de la discipline et l’éthique professionnelle des gens de l’Amérique latine sont admirables. Leur productivité l'est tout autant.
    Du point de vue de la satisfaction des employés, tous ceux des fabriques de la société Dow en Amérique latine étaient les plus heureux et les plus productifs qui soient.

  (1825)  

    J'ai aussi travaillé dans un certain nombre d'autres pays et j'ai vécu différentes expériences. J'ai participé à une mission au Nicaragua et j'ai connu des gens de ce pays, et même ceux qui vivent dans la pauvreté sont si aimants et hospitaliers. Ils ont une telle passion pour la vie, la famille et Dieu. J'adhère vraiment à ces valeurs. Les gens de communautés latino-américaines qui sont venus s’établir à Sarnia–Lambton ont apporté ces valeurs avec eux dans la collectivité. Nous avons la chance, en Ontario et au Québec, de compter plus de Latino-Américains que dans le reste du pays. Je sais toutefois que les gens d'un bout à l'autre du Canada pourront faire l'expérience de la culture de ces gens et de l'amour qu'ils ont pour notre pays. Ils sont farouchement loyaux et patriotiques, et il tombe sous le sens d'instaurer un mois pour célébrer leur culture.
    Dans ce projet de loi, c’est le mois d'octobre qui a été choisi en raison des célébrations qui se déroulent dans différents pays d’Amérique latine au cours de ce mois. Par exemple, il y a Día de las Culturas, la journée des cultures, au Costa Rica; Día de la Resistencia Indígena, la journée de la résistance autochtone, au Venezuela; Día del Respeto a la Diversidad Cultural, la journée du respect de la diversité culturelle, en Argentine; Día de las Américas, la journée des Amériques, en Uruguay; et, au Brésil, il y a la fête de Notre-Dame de l'apparition et Día das Crianças, la journée des enfants. Porto Rico et le Chili concluent également leurs célébrations de l'indépendance en octobre, et de nombreux pays, comme le Mexique, terminent le mois d'octobre avec une célébration de trois jours appelée Día de los Muertos, le jour des morts, une célébration en hommage à leurs ancêtres. C'est pourquoi nous avons choisi le mois d'octobre pour célébrer.
    Je ne sais pas exactement pourquoi le parti à notre gauche a décidé qu’il voulait faire supprimer le titre abrégé. Je pense que le titre abrégé, Loi sur le Mois du patrimoine latino-américain, est très bien choisi. Il décrit exactement ce que c'est.
    J’aimerais donner quelques informations sur les différents pays qui composent le public latino-américain, au cas où les gens ne les connaîtraient pas. Nous avons déjà parlé du Mexique et de la Colombie. Le Salvador figure sur la liste, ainsi que le Pérou, le Brésil, le Chili, le Venezuela, l'Argentine, Cuba, le Guatemala, l'Équateur, le Nicaragua, le Honduras, le Paraguay, l'Uruguay, la Bolivie, le Costa Rica, le Panama, Porto Rico et la République dominicaine. Comme il y a bon nombre de ces pays que je n'ai pas encore visité, il me reste encore beaucoup d'expériences latino-américaines à vivre globalement, et j'ai encore des années pour le faire.
    Entre-temps, tout le monde devrait accueillir chaleureusement les Latino-Américains qui sont venus s’établir au Canada. Tous les députés devraient appuyer ce projet de loi. Nous aurons beaucoup de plaisir à célébrer le Mois du patrimoine latino-américain. Je suis sûre que la nourriture sera bonne et que la danse sera endiablée. Je ne suis pas sûre de savoir très bien danser. On peut me voir dans des vidéos sur YouTube en train d'essayer de danser un tango sur l’air de Material Girl de Madonna, mais je vais laisser aux gens le soin de les trouver eux mêmes.
    Nous pourrions rendre hommage aux Latino-Américains en reconnaissant la contribution qu'ils ont apportée à l'édification de notre pays et de nos collectivités, et en montrant à notre pays cette passion qu’ils ont pour l'amour, la vie, la famille et Dieu.
    Je terminerai en réitérant que j’apprécie beaucoup l’initiative du sénateur Tobias Enverga, qui a déposé ce projet de loi devant le Sénat. Je souligne la contribution du député de Thornhill, qui a parrainé ce projet à la Chambre et lui a accordé l’attention qu’il mérite. Je suis ravi que celui-ci permette d’ajouter une nouvelle communauté aux nombreuses fêtes du patrimoine que nous avons déjà, comme le Mois du patrimoine allemand, le Mois du patrimoine asiatique, le Mois du patrimoine italien, et tous les autres jours, mois et semaines que nous célébrons à la Chambre. Il s’agit de quelque chose à célébrer et je serai très fière de profiter de tous les mets, de toutes les danses et de tout l'enthousiasme associés à ces journées.

  (1830)  

    Madame la Présidente, gracias et obrigado. Je suis ravi de prendre la parole aujourd’hui au sujet du projet de loi S-218, Loi instituant le Mois du patrimoine latino-américain. Ce projet de loi vient reconnaître la contribution de la communauté latino-américaine au Canada et cherche à faire du mois d’octobre le Mois du patrimoine latino-américain.
    Les Canadiens d’origine latino-américaine ont été à la base de nos collectivités depuis le début des années 1970, et ce, partout au pays. Le gouvernement appuie le projet de loi S-218 pour reconnaître et célébrer les contributions importantes des Canadiens d'origine latino-américaine au tissu social, économique et politique de notre pays, contributions qui se poursuivent encore aujourd’hui. Il donne également une occasion unique à tous les Canadiens de célébrer la culture latino-américaine et ses traditions.

[Français]

    Avant de décrire plus en détail les importantes contributions de cette communauté à la société canadienne, je me permets d'expliquer les principes qui sous-tendent le tissu social canadien.

[Traduction]

    Comme le mentionnait le Discours du trône de 2015:
    La force du Canada réside entre autres dans nos expériences communes, dans la diversité qui inspire notre pays et le monde, et dans la façon dont nous nous traitons mutuellement.
    Étant donné la présence importante et croissante des Canadiens d’origine latino-américaine, l’établissement d’un mois officiel consacré au patrimoine latino-américain nous donnera une occasion extraordinaire de reconnaître la contribution de cette communauté dans une célébration de notre diversité et du caractère inclusif de la société canadienne.
    Il importe de souligner que le qualificatif « latino-américain » peut être utilisé pour parler des collectivités provenant des régions principalement hispanophones ou lusophones des Amériques ainsi que des gens provenant de la région géographique de l’Amérique latine. Ceci comprend les communautés hispanophones et lusophones, ainsi que les communautés francophones et les peuples autochtones de cette région.
    Le terme « latino-américain » a été choisi par feu le sénateur Tobias Enverga, qui a déposé le projet de loi S-218 au Sénat en 2016. Nous le remercions de cette contribution aux affaires parlementaires canadiennes et du patrimoine qu’il laisse avec ce projet de loi. Le sénateur Enverga avait expliqué qu’il avait consulté les membres des collectivités ainsi que du public et avait songé à une terminologie ou à un cadre plus inclusifs pour cette commémoration.
    C’est pourquoi le projet de loi fait référence à « l’Amérique latine », qui comprend l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, la République dominicaine, l’Équateur, El Salvador, le Guatemala, Haïti, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua, le Panama, le Paraguay, le Pérou, l’Uruguay et le Venezuela, ainsi que Porto Rico, les Antilles françaises et d’autres îles.

  (1835)  

[Français]

    Nous savons que l'immigration a joué et continue de jouer un rôle important dans l'évolution de notre pays. Chaque année, le mode de vie offert au Canada attire des milliers de nouveaux arrivants.

[Traduction]

    La première vague d’immigrants de l’Amérique latine est arrivée au Canada au début des années 1970, forte d’environ 68 000 personnes.
    Je vais m’écarter de mon sujet un instant pour dire que j’ai personnellement eu le privilège de travailler avec des dizaines de personnes d’origine latino-américaine lorsque j’étais jeune étudiant en 1995, à ma première année de droit à l’Université de Toronto. En tant qu’étudiant en droit, je travaillais avec une entité appelée le Centre for Spanish-Speaking Peoples, sur la rue Bathurst, juste au sud de Dupont, au centre-ville de Toronto. Le Centre était une petite clinique, mais elle était vitale pour les Latino-Américains, principalement des demandeurs d’asile, aux prises avec les difficultés de naviguer dans le système juridique et dans nos lois sur l’immigration. Cette expérience a été extrêmement formatrice pour moi à bien des égards, non seulement dans mon perfectionnement et ma formation de jeune avocat, mais aussi pour les connaissances, la compréhension et l’exposition à la culture latino qu’elle m’a apportée.
    Les Canadiens d’origine latino-américaine continuent de fournir un apport marquant à la société canadienne en participant ainsi à la construction d’une nation forte et prospère. En saluant ce crédit continu apporté au Canada, j'aimerais saisir brièvement l’occasion pour parler de quelques Canadiens éminents d’origine latino-américaine.

[Français]

    Parmi les universitaires, le professeur Alejandro Adem, un Canadien latino-américain d'origine mexicaine, a contribué de manière significative au domaine des mathématiques. Le professeur Adem enseigne au département de mathématiques de l'Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, depuis 2005. Il est titulaire d'une chaire de recherche du Canada. Il est actuellement chef de la direction et directeur scientifique de Mitacs Canada.
     Dans le domaine du sport, Mauro Biello, né à Montréal de parents latino-américains, a été pendant huit ans l'entraîneur-chef et directeur du personnel de l'Impact de Montréal, l'équipe de soccer professionnel de Montréal. Avant d'être embauché par l'Impact, M. Biello a été joueur professionnel pendant 19 ans, dont 16 saisons à Montréal. Il a joué 389 matchs pour l'Impact de Montréal, avec une fiche de 77 buts et 67 passes décisives pour 221 points au total pour la saison régulière, les parties éliminatoires et les matchs de championnat.

[Traduction]

    Je tiens à souligner que j’ai eu le plaisir d’observer personnellement la passion de la communauté latino-américaine pour le soccer à Montréal, lorsque j’ai assisté à un match en compagnie d’un collègue, le député de LaSalle—Émard—Verdun. Nous avons vu l’équipe de Toronto, le TFC, affronter l’Impact de Montréal il y a deux ans, en matchs éliminatoires. Même si, en tant que député de Parkdale—High Park, j’encourageais mon équipe locale, j’ai été extrêmement impressionné par l’engagement des 60 000 personnes qui remplissaient le Stade olympique de Montréal à l’occasion de ce match. La passion qu’ils démontraient envers ces joueurs, dont beaucoup étaient Latino-Américains, était palpable.
    Je pourrais m’étendre longtemps sur la contribution des Latino-Américains au sport et au beau jeu. Il suffit de penser aux Espagnols, à leurs championnats d’Europe en 2008 et 2012 et à leur victoire au Mondial 2010. Nous pensons à Cristiano Ronaldo et à la victoire portugaise en 2016. Il y a Lionel Messi, d’Argentine. En tant que supporteur particulier du numéro 10 de l’équipe d’Argentine et du FC Barcelone, je dois bien sûr reconnaître l’importante contribution de Messi. La liste de ce qu’ont apporté les Latino-Américains à l’athlétisme, à la culture et au monde universitaire n’a pas de cesse.
    Au fil des années, les communautés latino-américaines ont rapporté leur culture riche et dynamique dans notre pays. Plusieurs journaux, magazines et bulletins de langue espagnole sont publiés au Canada, comme El Popular, une publication établie à Toronto. Les pièces de théâtre, les récitals de poésie et les expositions d’art sont courants dans les grandes villes, à l’instar de ceux qui se déroulent un peu partout à Toronto, y compris dans Parkdale—High Park, qui compte une communauté latino-américaine solide et vigoureuse. En outre, on retrouve des troupes de danse et des groupes de musique d'un bout à l'autre du Canada et un peu partout dans les centres urbains. Des écrivains, des poètes, des artistes-peintres, des chanteurs, des chefs et des journalistes latino-américains sont désormais reconnus au Canada.
    Je m’en voudrais de ne pas faire référence moi aussi au whip en chef du gouvernement et aux contributions de la culture latino-américaine à l’art de la danse. J’apprécie moi aussi la finesse de la danse latino-américaine. En outre, je suis très fier de déclarer que j’ai rencontré mon épouse dans le cadre d’un cours de salsa. Manifestement, la culture latino-américaine rassemble les gens. Nous célébrerons nos 13 ans de mariage en août prochain.
    Différents groupes, associations et festivals partagent et font rayonner de la culture latino-américaine dans les grandes villes canadiennes, comme Toronto, qui a été reconnue comme l’une des villes les plus multiculturelles au monde. Par exemple, Latin American-Canadian Art Projects est un organisme sans but lucratif installé à Toronto qui est voué à la réalisation de projets artistiques et à la promotion de l’art latino-américain au Canada, en mettant l’accent sur l’excellence artistique.

  (1840)  

[Français]

    La Confédération des associations latino-américaines de Québec, un organisme sans but lucratif, soutient les membres de la communauté latino-américaine dans la région de Québec et organise diverses activités culturelles. Je pourrais citer de nombreux autres exemples dans d'autres parties du pays. Le Canada est reconnu dans le monde pour son approche en matière de multiculturalisme, qui est une belle réussite. En effet, nous devons nos succès sur les plans culturel, politique et économique à notre diversité.

[Traduction]

    J'insiste pour dire que le patrimoine et l’identité multiculturels du Canada sont plus qu’un simple engagement à accueillir des gens de toutes origines de partout dans le monde. Il s’agit d’un engagement envers les principes d’égalité et de liberté, puisant ses racines dans les droits de la personne et enchâssé dans la Constitution canadienne et la Loi sur le multiculturalisme. Cette loi a été précédée par l’adoption de la politique sur le multiculturalisme par Pierre Elliott Trudeau en 1971. Cette décision s'incarne dans la Loi sur le multiculturalisme, qui célèbre son 30e anniversaire cette année. Le moment tombe à point pour déclarer le mois d’octobre comme étant le mois du patrimoine latino-américain au Canada afin de célébrer la communauté latino-américaine ainsi que ses importantes contributions à la diversité canadienne, qui est véritablement notre force.
     [Le député s'exprime en espagnol.]
    [Traduction]
    Madame la Présidente, j’ai à nouveau l’occasion de parler du mois du patrimoine latino-américain et du projet de loi S-218. Je me permets de souligner le fait que le projet de loi jouit d'appuis de part et d'autre de la Chambre depuis que le Sénat nous l'a renvoyé.
    En somme, ce projet de loi reconnaît la vaste et précieuse contribution de la dynamique communauté latino-américaine au tissu social, économique, culturel et politique du Canada. Comme je l’ai fait chaque fois que j’ai pris la parole au sujet de ce projet de loi, j’aimerais rappeler à mes collègues ainsi qu’aux gens qui nous écoutent sur CPAC ce soir que ce projet de loi, soigneusement préparé par notre regretté collègue le sénateur Tobias Enverga, sera un élément marquant de son legs politique.
    Dans un instant, je parlerai de mon admiration pour ce projet de loi, que j'appuie sans réserve. D'entrée de jeu, j’aimerais revenir sur quelques paragraphes d’un discours du sénateur Enverga à l'étape de la deuxième lecture, au Sénat.
    Il a rappelé à son collègue qu'il venait des Philippines et qu'il était l'une des nombreuses personnes au Sénat qui avaient eu la chance d'être accueillies au Parlement et de pouvoir contribuer à la société. Le sénateur Tobias Enverga a fait remarquer que peu de pays dans le monde sont aussi ouverts que le nôtre et accueillent aussi chaleureusement des gens venus d'ailleurs pour s'établir et entreprendre une nouvelle vie. Il a ajouté que la politique canadienne de multiculturalisme est un grand succès lorsqu'il s'agit de souligner et de célébrer la diversité culturelle et linguistique que nous avons, et de partager tout cela ensemble.
    Le sénateur a fait référence à d'autres mois du patrimoine qui l'ont poussé à en proposer un pour les Canadiens d'origine latino-américaine. Il a parlé de l'importance du Mois de l'histoire des Noirs, proclamé en 1995, et du Mois du patrimoine asiatique. Il attendait le Mois du patrimoine italien et le Mois du patrimoine portugais, tous deux découlant d'une loi adoptée l'année dernière, et cette année, nous avons célébré le Mois du patrimoine juif.
    Avant d'en venir au projet de loi qu'il a créé, au processus et au projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui, je vais vous donner un peu d'information sur ce grand Canadien.
    Tobias « Jun » Enverga était respecté de tous pour sa gentillesse, son sens de l'humour chaleureux et son éthique de travail inégalée. Il était un homme de famille qui se décrivait comme étant entouré de quatre charmantes femmes, ses filles Reeza, Rocel, et Rystle, et son épouse Rosemer. Il était un défenseur infatigable des personnes handicapées. Tobias a été membre du Conseil des écoles catholiques de Toronto pendant des années et il s'est fait connaître dans la région de Toronto pour avoir lancé la Philippine Canadian Charitable Foundation et son fantastique festival annuel Pinoy, qui, soit dit en passant, se tiendra samedi prochain au centre des congrès de Toronto. Le sénateur Enverga a également été coprésident du Groupe interparlementaire Canada-Philippines et a inauguré le lever annuel du drapeau du Jour de l'indépendance des Philippines sur la Colline du Parlement, auquel, j'en suis sûr, de nombreux députés assisteront lundi matin.
    Au cours de ses années au Sénat, le sénateur Enverga a été membre de plusieurs comités permanents. Il a participé à diverses études importantes sur des sujets aussi variés que le logement pour les Premières Nations dans le Nord et les opérations de recherche et de sauvetage en mer. De plus, et c'est très important de s'en souvenir, le sénateur Enverga était membre exécutif du groupe ParlAmericas. Il s'est employé à établir des liens plus étroits avec les parlementaires de toute l'Amérique latine, les aidant à renforcer la démocratie et la gouvernance dans leur pays par le dialogue politique et la coopération parlementaire. C'est son travail auprès de ParlAmericas qui l'a amené à proposer le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui.
    Comme nous le savons tous trop bien, le sénateur Enverga est décédé le jeudi 16 novembre, lors d'un voyage parlementaire en Colombie. Malgré son décès tragique et prématuré, le projet de loi du sénateur Enverga sur le mois du patrimoine latino-américain subsiste. Il a été adopté à l'autre endroit quelques semaines plus tard et nous a été renvoyé à la Chambre.

  (1845)  

    Certains de mes collègues se souviendront peut-être que le sénateur Enverga avait présenté un projet de loi lors de la 41e législature, le projet de loi S-228, qui visait à instituer le Mois du patrimoine hispanique, comme l'avaient fait la province de l'Ontario et la Ville de Toronto. Malheureusement, ce projet de loi est mort au Feuilleton lors du déclenchement des élections de 2015.
     Le sénateur Enverga, après avoir consulté la population, a revu son projet de loi avant de le présenter de nouveau et il a décidé d'en changer l'optique et de parler de patrimoine « latino-américain » relatif à l'ensemble d'une communauté géographique et linguistique, de façon à aussi inclure les communautés lusophones et francophones, en plus des peuples autochtones de l'Amérique latine. Il n'a pas pris cette décision sur un coup de tête. Le sénateur Enverga a longuement réfléchi à la question de l'auto-identification des diverses communautés latino-américaines au Canada. Il en est venu à la conclusion qu'un mois du patrimoine latino-américain nous aiderait à mieux comprendre les complexités entourant cette question et il croyait que ce projet de loi correspondrait davantage à l'esprit de la Loi sur le multiculturalisme canadien de 1988.
     L'Amérique latine fait partie de notre hémisphère. On considère généralement qu'elle comprend toute l'Amérique du Sud, l'Amérique centrale, le Mexique et les îles des Caraïbes qui ont une population parlant une langue romane ou dont l'une des langues officielles est une langue romane.
    Dans le projet de loi S-218, le sénateur Enverga a adopté l'optique la plus large possible, de manière à englober les Canadiens hispanophones et lusophones originaires d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale ainsi que ceux qui viennent des Antilles françaises et espagnoles.
     Avec cette vision généreuse et rassembleuse, nous pouvons constater que les Canadiens d'origine latino-américaine peuplent toutes les régions de notre grand pays. En l'absence de données démographiques aussi englobantes dans les recensements, les députés conviendront que nous devons nous en remettre à des statistiques plutôt imprécises, mais nous pouvons estimer qu'il y a beaucoup plus qu'un demi-million d'hommes, de femmes et d'enfants d'origine latino-américaine au Canada.
    Nous savons cependant que, de toutes les communautés culturelles, la communauté latino-américaine est l'une de celles qui connaissent actuellement la plus forte croissance au Canada. Statistique Canada nous apprend qu'entre 1996 et 2001, par exemple, le nombre de personnes déclarant être d'origine latino-américaine a augmenté de 32 %, alors que la population canadienne augmentait de seulement 4 %.
    En ce qui a trait au nombre exact de Latino-Américains vivant parmi nous, les démographes ne peuvent que fournir une estimation se situant entre 600 000 et 1,2 million en retenant la définition la plus large possible. C'est un nombre particulièrement intéressant lorsqu'on sait qu'avant les années 1960, il n'y avait qu'une petite population latino-américaine au Canada. C'est au cours des années 1960 et 1970 qu'est arrivée au Canada la première vague importante d'immigrants latino-américains. Malheureusement, dans de nombreux cas, ces gens étaient mus par le désir d'échapper aux troubles sociaux, aux difficultés économiques, à la dictature et aux conflits. Récemment, une autre vague est arrivée, cette fois du Venezuela. Ce sont des gens qui ont fui le régime répressif de ce pays dirigé d'abord par Hugo Chavez et maintenant par le brutal Nicolas Maduro. Ces Latino-Américains représentent une perte importante pour le pays qu'ils ont quitté, mais ils sont une bénédiction pour le Canada.
    Je pourrais parler encore des bonnes raisons d'appuyer le projet de loi S-218, qui nous propose d'instituer le mois du patrimoine latino-américain au Canada, mais je dois m'arrêter ici. Je propose:
     Que, lorsque l'ordre portant étude du projet de loi S-218, Loi instituant le Mois du patrimoine latino-américain, sera de nouveau appelé, le temps prévu pour la prise en considération de toute étape restante du projet de loi soit prolongé, conformément à l'article 98(3), d'au plus cinq heures consécutives.

  (1850)  

[Français]

    Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien se lever.
    Et 20 députés ou plus s'étant levés:

[Traduction]

    La vice-présidente adjointe (Mme Carol Hughes): Plus de 20 députés s'étant levés, la motion est adoptée.

    (La motion est adoptée.)

    Nous reprenons le débat. Le secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre a la parole.
    Madame la Présidente, c'est avec plaisir que je parle de la mesure législative dont nous sommes saisis, pour deux raisons. L'un des messages les plus forts que le premier ministre envoie à toutes les régions du pays, c'est à quel point nous sommes fiers de la diversité du Canada et de tous les avantages qui en découlent. Où que nous allions au Canada, nous voyons une grande diversité de gens et une grande reconnaissance pour ce que nous sommes. Nous sommes une nation multiculturelle qui tire une grande fierté de sa diversité.
    Avant de commenter le projet de loi, j'aimerais parler du sénateur Enverga. Je connaissais le sénateur Enverga en ma qualité de coprésident. Lui et moi étions coprésidents du Groupe d'amitié Philippines-Canada, et nous avons pu accomplir beaucoup de choses. En fait, peu après la formation du groupe, le sénateur Enverga a été nommé au Sénat. Peu de temps après sa nomination, lui et moi avons eu l'occasion de nous rencontrer et de parler des Philippines. Il avait des valeurs que beaucoup d'entre nous partagent, une passion et un amour pour les Philippines et le désir d'une relation plus saine entre le Canada et les Philippines.
    Mon collègue d'en face a parlé d'une cérémonie dont le sénateur Enverga a été l'instigateur, à savoir la cérémonie de lever du drapeau. En fait, ce lundi, à 11 heures sur les marches du Parlement, il y aura une cérémonie de lever du drapeau, et je soupçonne qu'on rendra un hommage bien mérité au sénateur Enverga.
    En tant que président actuel du Groupe d'amitié Philippines-Canada, j'aurais tort de ne pas mentionner que nous verrons tous les députés de la Chambre, les membres de la communauté philippine et d'autres personnes participer à cette activité. Puis, à 13 heures dans la salle du Commonwealth, des invités spéciaux parleront de l'importance de la relation très spéciale et unique entre le Canada et les Philippines. J'invite tous les députés à participer.
    Cela dit, nous avons un merveilleux débat sur une communauté très importante, et personne n'est plus engagé que le whip du gouvernement, qui se passionne pour tout ce qui est latino. Le whip du gouvernement est une personne très fière qui a porté les couleurs des Philippines sur ses épaules à de nombreuses occasions. D'autres députés ont également fait référence à la culture latino que le whip du gouvernement emporte avec lui partout où il va.
    Je reviens maintenant à la diversité. Comme le premier ministre l'a souvent dit, la diversité est l'une des plus grandes forces du Canada, et nous devons nous en réjouir. Reconnaître le Mois du patrimoine de l'Amérique latine au mois d'octobre apporterait de merveilleux résultats. Cela donnerait aux députés de la Chambre, aux représentants de l'autre endroit et à quiconque s'intéresse à la mise en valeur de la contribution de l'Amérique latine et aux pays qui composent l'Amérique latine la possibilité de partager cette richesse culturelle. Cela peut se faire par des festivités, des vêtements, des aliments, ou en montrant le caractère travailleur ou les nombreuses contributions de notre communauté latino-américaine. C'est une collectivité qui croît considérablement au Canada de nos jours, et je crois qu'elle continuera de croître.
    En ce qui concerne Winnipeg, je suis un grand défenseur du Folklorama, une célébration de deux semaines de la diversité du Canada. Il y aura des représentations dans un certain nombre de pavillons. Il est à noter que la tenue de ces pavillons constitue un défi, car ils sont ouverts sept jours sur sept et gérés par des bénévoles. Il y aura toutes sortes d'expositions culturelles, de la danse, de la nourriture. En un mot, ce sera un événement super-fantastique. On peut explorer le monde en participant au Folklorama.

  (1855)  

    Pendant que j'écoutais mes collègues d'en face, j'ai consulté rapidement le site Web de Folklorama. Les députés seront très heureux d'apprendre qu'il y a quatre pavillons faciles à repérer. J'aimerais faire part de certains des commentaires.
    Par exemple, à la page consacrée au pavillon brésilien, on peut lire:
     Venez voir notre spectacle hautement énergique! La musique et les divertissements live vous feront découvrir le Brésil. Relaxez dans le confort climatisé alors que vous goûtez à la cuisine délicieuse et aux breuvages culturels du Brésil. Les cocktails à base de cachaça et la bière brésilienne vous donneront l'impression d'être à quelques pas des magnifiques plages du Brésil, tandis que nos boissons non alcoolisées vous rafraîchiront les papilles. Le plaisir n'arrête jamais. Amusez-vous jusqu'à tard dans la nuit lors de notre fête nocturne du vendredi! Il n'y a peut-être pas de fête nocturne le samedi, mais soyez sans crainte. Nous avons prévu un spectacle nocturne!
    Le pavillon brésilien n'est pas le seul pavillon latino-américain. Le festival dure deux semaines complètes. La première semaine, nous aurons deux pavillons de l'Amérique latine, et la suivante, deux démonstrations portant sur l'Amérique latine. Par exemple, à la page du site Web consacrée au pavillon chilien, on peut lire:
    Laissez-vous envelopper par le chaleureux accueil des Chiliens tout en découvrant les mets, les boissons et les danses des diverses régions du Chili, notamment le Centre-Nord, le Sud et l'île de Pâques [...]. Admirez les mouvements latins entraînants de notre propre troupe de danse « QUIDEL », ainsi que des artistes de longue date, Chile Lucha y Canta. Essayez sans faute un grand succès chilien, le borgoña, une boisson faite de vin rouge froid et de fraises. Puis, dansez toute la nuit à nos fêtes nocturnes du vendredi et du samedi, où le groupe de musique Descarga Latina se produira sur place!
    Folklorama est une célébration qui a lieu chaque année à Winnipeg et qui attire 200 000 visiteurs. Le festival compte sur un grand nombre de bénévoles. Voilà pourquoi je crois qu'il est important que nous ayons ces mois du patrimoine. Les gens devraient être fiers de leur patrimoine et de leur pays d'origine. Lorsque nous sommes témoins des célébrations de gens de partout dans le monde, nous en ressortons grandis.
    J’ai mentionné deux des quatre pavillons. Les heures qui y sont consacrées ne servent cependant pas qu’à mettre sur pied un pavillon pendant Folklorama; elles servent aussi à organiser d’autres activités pratiquement à longueur d'année. Nous avons de jeunes gens engagés à célébrer la culture et le patrimoine de leur mère patrie et à les faire connaître aux autres. C’est pourquoi, lorsque je pense à créer un mois du patrimoine latino-américain, il s’agit de plus qu’une occasion pour les députés et les sénateurs de faire des sorties publiques et de la promotion. C'est une occasion pour chacun d’explorer toutes les choses à faire au cours du mois d’octobre.
    Par exemple, les enseignants d'écoles secondaires auront l’occasion de souligner la contribution de l’Amérique latine. Octobre serait le mois reconnu par le Parlement comme Mois du patrimoine latino-américain, et les enseignants pourraient en profiter pour organiser un programme à l’heure du dîner ou un programme parascolaire et inviter des membres de la collectivité à s’y joindre. C’est une initiative magnifique qui peut vraiment faire ressortir ce qui fait la force du Canada.
    Il s’agit de notre diversité, et nous devons être fiers de notre patrimoine. Le patrimoine canadien est tissé par des gens de tous les pays du monde. Je suis très fier d’être Canadien.

  (1900)  

    Madame la Présidente, je suis très heureuse de prendre la parole aujourd’hui afin d’appuyer ce projet de loi.
    [La députée s'exprime en espagnol.]
    [Traduction]
    C’est merveilleux d’être ici ce soir. Je suis vraiment amoureuse de l’Amérique latine; j’y ai passé beaucoup de temps et j’en suis venue à aimer non seulement la région, mais aussi ses habitants. Ils ont une riche culture qui me plaît beaucoup.
    Dans ma jeunesse, j’ai eu la chance de visiter avec ma famille divers pays de l’Amérique latine. C’est cependant en qualité de diplomate au sein du Service extérieur canadien que j’ai eu la très grande chance d’être détachée à divers postes en Amérique latine. J’ai été détachée à Buenos Aires, une très belle ville de l’Argentine. C’est vraiment un Paris du Sud. J’avais au cours de cette période un charmant appartement dans une région appelée Recoleta. J’ai eu l’occasion très appréciée de prendre des leçons de tango et de visiter les magnifiques musées de l’endroit. Je dois ajouter que je suis une admiratrice d’Evita Peron, et j’ai donc également beaucoup aimé apprendre à mieux connaître une de mes idoles politiques au cours de cette période.
    J’ai ensuite été nommée chargée d'affaires à El Salvador, au San Salvador, pendant deux ans. Quel magnifique pays c’est, entre les volcans, les plages et les ruines. J’ai eu l’occasion de bien connaître et d’aimer la population de l’endroit, malgré les nombreuses difficultés que le pays connaît, tel que la violence des gangs et le trafic de drogues. Ce sont des choses très éprouvantes, mais j’étais très fière du travail que j’accomplissais, à titre de diplomate canadienne, pour combattre ces fléaux. J’ai connu plusieurs tremblements de terre d'une magnitude de 4 ou 6 sur l’échelle de Richter. C’est très inquiétant et incommodant, mais c’est quelque chose à quoi on s’habitue lorsqu’on vit en Amérique latine.
    J'ai aussi eu la chance de servir pendant un an à titre de conseillère en politique pour le député de Thornhill, qui a évidemment beaucoup contribué au projet de loi à l'étude. Nous avons travaillé avec des Canadiens à établir des relations avec l'Amérique latine et ce fut une expérience formidable. Nous en gardons de très bons souvenirs. Je me souviens d'un voyage en 2009, où, en collaboration avec l'Organisation des États américains, nous avons contribué à des négociations visant à mettre fin à un coup d'État au Honduras. Je me souviens de notre vol et de la zone à haute sécurité où on nous a emmenés. En vérité, nous étions en confinement alors que nous travaillions au nom du Canada à veiller aux intérêts des peuples de l'Amérique latine et à les aider à s'engager dans la voie de la démocratie. Voilà une chose que j'ai toujours appréciée avec l'ancien gouvernement Harper. Pensons à Jason Kenney, que j'ai remplacé dans ma circonscription. Il n'est pas le seul: John Baird et le premier ministre Harper étaient aussi de fervents défenseurs de la démocratie dans les Amériques. J'ai été très heureuse de remplir cette fonction sous l'ancien ministre d'État responsable des Amériques. Ce fut un véritable honneur.
    La chaleur humaine des Latino-Américains m'a toujours ravie. Ils sont incroyablement chaleureux. Très hospitaliers, ils accueillent volontiers des gens chez eux en leur offrant, au Salvador, une pupusa ou, en Argentine, un délicieux steak accompagné d'un bon malbec. En Amérique latine, les rapports sont chaleureux, certes, mais aussi empreints d'un caractère solennel que j'apprécie également. L'histoire et la culture y ont beaucoup d'importance, de même que la famille, l'Église et d'autres institutions qui sont chères aux conservateurs. J'ai toujours ressenti de grandes affinités pour cette région et son peuple.

  (1905)  

    Bien sûr, je suis très triste de dire qu’il y a certainement des problèmes dans les Amériques. Elles ont connu des régimes oppressifs, ayant vécu sous plusieurs dictateurs. Je pense par exemple à Pinochet, au Chili, qui a été au pouvoir pendant des années. De même, au Salvador, où j’ai travaillé, il y a eu une guerre civile. J’ai eu la chance d’être là en 2007, pour célébrer le 15e anniversaire de la fin de la guerre civile salvadorienne. C’était très spécial pendant mon séjour là-bas. Je suis très chanceuse d’avoir vécu ces expériences incroyables.
    Malheureusement, à ce jour, la démocratie connaît encore des problèmes persistants en Amérique latine. Je me souviens, lorsque j’étais au bureau du ministre d’État des Amériques, que nous surveillions l’ALBA et les Bolivariens.
    Tout récemment, nous avons vu les terribles événements survenus au Venezuela avec le régime oppressif qui y sévit et les élections qui, bien sûr, ne sont pas du tout valides selon nos normes démocratiques. C’est une source de préoccupation pour nous Canadiens. Dernièrement, le Nicaragua est arrivé à un point très préoccupant, et j’espère que le gouvernement se prononcera à ce sujet, comme il l’a fait pour le Venezuela.
    C’est en grande partie l’objet de ce projet de loi, à savoir appuyer les notions de démocratie, de justice, de libre marché, tous ces principes que nous, du gouvernement Harper, avons appuyés très fermement et continuerons d’appuyer et de promouvoir, non seulement en Amérique latine, mais aussi dans le monde entier.
    J’ai quelques inquiétudes au sujet des gestes historiques du gouvernement, en particulier les paroles de condoléances du premier ministre à la mort de Castro, qui, selon moi, malheureusement, semblent soutenir à un régime communiste. Je sais qu’en tant que gouvernement conservateur, nous avons toujours appuyé de façon absolue les dissidents.
    En tant que conseillère politique, j’ai toujours cherché des moyens pour nous d’intervenir comme médiateurs. En fait, de 2008 à 2009, j’ai vécu une période très exaltante aux côtés du ministre d’État des Amériques, car c’était pendant l’ère Obama et nous étions à étudier la réouverture de la loi Helms-Burton et la réévaluation des deux missions. Nous nous sommes également penchés sur les droits de visite des Latino-Américains en Amérique.
    La relation entre le Canada et les Amériques m’a toujours été très chère. Je répète que les principes que défendent les conservateurs en tant qu’opposition officielle sont la démocratie, la justice, la primauté du droit et le libre marché. Nous continuerons de soutenir ces principes en Amérique latine. Nous encourageons le gouvernement à faire de même.
    Je m’en voudrais de ne pas parler de tous les merveilleux nouveaux Canadiens que l’Amérique latine nous a donnés. Je suis très chanceuse d’en avoir un grand nombre dans ma circonscription, Calgary Midnapore, ainsi que dans la ville de Calgary. Ces nouveaux Canadiens d’Amérique latine représentent une force majeure dans le secteur pétrolier et gazier. L’Amérique latine nous a vraiment donné certains de ses meilleurs et de ses plus brillants éléments, qu’il s’agisse d’ingénieurs, de géophysiciens ou d’autres spécialistes. J’ai ici des données statistiques selon lesquelles, en 2016, le nombre de Latino-Américains au Canada s’élevait à près d’un demi-million, soit quelque 447 000.
    En conclusion, j’aimerais simplement dire que j’aime l’Amérique latine, j’aime le Canada, et je ne vois pas pourquoi nous ne devrions pas tous appuyer un Mois du patrimoine latino-américain.

  (1910)  

    [La députée s'exprime en espagnol.]
    La période réservée à l'étude des initiatives parlementaires est maintenant écoulée, l'article retombe au bas de la liste de priorité du Feuilleton.

Initiatives ministérielles

[Initiatives ministérielles]

[Traduction]

Loi sur l'évaluation d'impact

Projet de loi C-69. Motion d'attribution de temps  

    Que, relativement au projet de loi C-69, Loi édictant la Loi sur l’évaluation d’impact et la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie, modifiant la Loi sur la protection de la navigation et apportant des modifications corrélatives à d’autres lois, au plus cinq heures supplémentaires soient accordées aux délibérations à l'étape du rapport et cinq heures soient accordées aux délibérations à l'étape de la troisième lecture;
    Qu'à l'expiration des cinq heures prévues pour l'étude à l'étape du rapport et à l'expiration des cinq heures prévues pour l'étude à l'étape de la troisième lecture de ce projet de loi, toute délibération devant la Chambre soit interrompue, s'il y a lieu, aux fins de cet ordre et, par la suite, toute question nécessaire pour disposer de l'étape à l’étude à ce moment soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement.

  (1915)  

[Français]

    Conformément à l'article 67.1 du Règlement, il y aura maintenant une période de questions de 30 minutes.

[Traduction]

    J'invite les députés qui souhaitent poser des questions à se lever afin que la présidence puisse avoir une idée du nombre de députés qui désirent intervenir pendant la période de questions de 30 minutes.
    Je demande aux députés de limiter leur intervention à environ une minute. De même, je demande à la ministre de limiter ses réponses à environ une minute. Comme les députés le savent, durant la période de questions de 30 minutes, on privilégie généralement les députés de l'opposition, sans toutefois exclure les députés ministériels.
    Monsieur le Président, en tant que membre du comité de l'environnement ayant participé aux discussions et au débat sur le projet de loi C-69, je n'ai jamais vu un aussi mauvais projet de loi de toute ma vie.
    Par exemple, Chris Bloomer, président de l'Association canadienne de pipelines d'énergie, a comparé l'environnement réglementaire du Canada à un environnement réglementaire toxique.
    Récemment, le 5 juin, Don Lowry, ancien président et chef de la direction d'Epcor Utilities, a publié un article dans l'Edmonton Journal:
L'exode des investisseurs du secteur de l'énergie: une honte pour le pays
Au cours des dernières années, une foule d'approbations et de processus réglementaires ont graduellement fait leur apparition, tant à l'échelle provinciale que fédérale, torpillant à coup de retards et de refus toute possibilité de faire approuver rapidement un projet.
    J'ai de l'expérience dans le domaine de l'environnement et j'ai travaillé à l'évaluation de pipelines. Je peux assurer à la ministre que chaque pipeline au Canada est construit conformément aux normes environnementales les plus élevées.
    Pourquoi la ministre fait-elle crouler le secteur énergétique canadien sous une multitude de règlements inutiles, tout en privant les Canadiens des débouchés économiques dont ils ont besoin pour bâtir le pays?
    Monsieur le Président, j'aimerais remercier le député et tous les membres du comité pour leur examen très approfondi du projet de loi C-69 et des nombreux amendements réfléchis.
    Le comité a entendu plus de 80 témoins et examiné plus de 150 mémoires sur une période de deux mois, et la qualité et la portée des amendements témoignent de la rigueur avec laquelle le comité a examiné le projet de loi. Je suis très heureuse de dire que le gouvernement appuie ces amendements.
    Nous devons faire mieux. Les Canadiens nous ont élus parce qu'ils voulaient démontrer que l'environnement et l'économie vont de pair. Avec le projet de loi C-69, nous savions que nous devions rétablir la confiance qui faisait cruellement défaut en raison des mesures prises par les conservateurs pour sabrer dans notre processus d'évaluation environnementale. Je suis donc très heureuse que nous ayons uni nos efforts et que nous puissions rétablir la confiance, car il est tellement essentiel que nous puissions lancer de bons projets après une évaluation environnementale approfondie.
    Et c'est reparti avec l'attribution de temps, monsieur le Président.
    Maintenant que j'ai la ministre à la Chambre, j'ai une question à lui poser. La semaine dernière, la ministre et son gouvernement ont voté en faveur du projet de loi C-262, Loi visant à assurer l’harmonie des lois fédérales avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. La députée d'Edmonton Strathcona a proposé environ 25 amendements au comité pour s'assurer que ce projet de loi soit à la hauteur de ce que les libéraux ont fait la semaine dernière, et chaque amendement a été rejeté par les libéraux. Elle a maintenant plusieurs motions à l'étape du rapport qui visent à harmoniser ce projet de loi avec la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
    La ministre va-t-elle être cohérente avec son vote de la semaine dernière et appuyer ces amendements pour s'assurer que le projet de loi C-69 respecte les dispositions qui expliquent qu'elle a voté en faveur du projet de loi C-262, oui ou non ?

  (1920)  

    Monsieur le Président, je suis très heureuse de parler du projet de loi C-69. Bien que nous ne soyons pas toujours d'accord sur tous les points, il est important de noter que le comité a adopté un certain nombre d'amendements de l'opposition et qu'un grand nombre d'entre eux ont reçu un appui unanime. J'aimerais en souligner quelques-uns.
    La députée de Saanich—Gulf Islands a proposé un amendement clé qui a reçu l'appui des membres du comité. Cela reflétait clairement l'engagement ferme du gouvernement à l'égard de la science, et c'était manifestement très important. Les députés libéraux ont également tenu compte des amendements du NPD dans la rédaction des amendements. Le député d'en face a parlé de refléter l'importance de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. C'était vraiment la clé.
    De nombreux amendements relatifs aux peuples autochtones ont été adoptés. Ce projet de loi précise que les connaissances autochtones seront prises en compte et ne seront pas limitées aux connaissances traditionnelles des peuples autochtones. Un certain nombre d'amendements visent à renforcer la protection du savoir autochtone. Nous savons que c'est très important pour les peuples autochtones.
    Il y a beaucoup d'autres amendements dont j'aurai certainement l'occasion de parler.
    Monsieur le Président, la ministre a parlé de la qualité des amendements. Ceux-ci n’ont pas été proposés pour renforcer la rigueur de la loi, mais pour essayer de réparer le gâchis que représente ce projet de loi, et tout le monde comprend cela.
    J’ai déjà travaillé dans le dossier des ressources naturelles et j’ai une bonne connaissance de la loi précédente en matière d’évaluation énergétique. Nous avions besoin de moins d’ingérence, et non du contraire, mais le gouvernement a fait en sorte que la ministre puisse intervenir à tous les paliers, peu importe que ces projets de loi fassent ou non l’objet d’un examen.
    Rien n’est fait pour atteindre un équilibre, en particulier entre l’environnement et l’économie. Quand le gouvernement va-t-il admettre qu’il utilise ce projet de loi pour ruiner l’industrie énergétique de l’Ouest canadien?
    Monsieur le Président, le député d’en face a tout faux. Nous avons besoin de bons projets pour aller de l’avant, mais pour cela, nous avons besoin d’un processus rigoureux qui inspirera la confiance des Canadiens, et c’est exactement ce que nous avons fait. Le comité a examiné et approuvé des amendements, ce qui démontre une volonté que le gouvernement précédent n’avait pas. Il n’était pas disposé à écouter les gens ni à trouver des moyens d’améliorer les choses, comme le recommandaient les peuples autochtones, l’industrie et les environnementalistes.
    Nous essayons de trouver des solutions. Nous essayons de travailler ensemble et, bien sûr, nous voulons nous assurer que nous aurons une bonne loi. C’est exactement ce que nous sommes en train de faire.
    Monsieur le Président, j'aimerais d’abord féliciter la ministre pour son excellent travail. Elle a comparu deux fois devant le comité au sujet du projet de loi C-69 et elle y est retournée la semaine dernière pour le Budget principal des dépenses. Nous avons eu un accès exceptionnel à la ministre dans le cadre des discussions sur le projet de loi, et d’excellents amendements ont été proposés. Le projet de loi prend en compte les nombreuses préoccupations qui ont été soulevées. La confiance dans le processus d’évaluation environnementale s’était effritée justement à cause des ingérences du gouvernement précédent dans la version 2012 de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale.
    Comme la Chambre pourra le constater par les changements qui seront proposés à l’étape du rapport, le comité s’est notamment penché sur la question des délais de traitement. Je demanderais à la ministre de décrire les grandes améliorations à cet égard qui seront apportées dans l’ensemble du projet de loi C-69. Ses commentaires pourraient éclairer les Canadiens et la Chambre.
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue. C’est toujours un plaisir de comparaître devant le comité et de faire part à ses membres des progrès que nous faisons dans ce que nous devons faire, c’est-à-dire trouver comment nous assurer que les bons projets vont de l’avant. Nous savons que nous devons le faire au moyen d’évaluations très rigoureuses.
    Cependant, selon ce que nous avons entendu et ce qu’un certain nombre de gens ont dit, il faut donner l’aval aux bons projets en mettant l’accent sur la certitude réglementaire et des échéanciers clairs.
    Notre but est de procéder à un seul examen par projet. Nous simplifions le processus et assurons une coordination avec les provinces et les territoires. Nous savons qu’il est très important de réduire la bureaucratie pour les entreprises et d’éviter le dédoublement des tâches, dont nous ne voulons pas.
    Nous rendons le processus plus prévisible et plus rapide. Nous clarifions le processus pour mobiliser les intervenants avec efficacité et cerner dès le début les problèmes potentiels liés aux projets. Ces règles fédérales amélioreront la certitude et la clarté réglementaires. J’ai entendu directement les directeurs généraux et les entreprises du secteur des ressources parler de l’importance d’assurer la certitude du processus. Ils veulent aussi un processus rigoureux, et c’est exactement ce que nous proposons.

  (1925)  

    Monsieur le Président, la ministre de l’Environnement fait une description tirée d’une réalité alternative du processus qui nous a menés où nous en sommes.
    Les conservateurs de Harper ont éviscéré ces lois environnementales. Les libéraux et les néo-démocrates ont promis de les modifier. La promesse du NPD était de le faire au premier jour de son arrivée au pouvoir. La communauté environnementale avait déjà réécrit les lois. Elle nous les avait communiquées de sorte que, quel que soit le parti qui formerait le gouvernement, il pourrait aller de l’avant.
    Le gouvernement libéral a cependant traîné les pieds pendant deux ans et demi, puis a présenté un projet de loi omnibus. Lorsque le comité de l’environnement a étudié le projet de loi, certains de ces membres ont demandé de façon tout à fait raisonnable pourquoi on n’avait pas renvoyé le projet de loi devant trois comités, puisqu’il regroupait trois lois différentes. Cette proposition a été rejetée par la majorité libérale. La liste des témoins a été tronquée. Des mémoires de témoins sont arrivés trop tard pour que les membres du comité formulent des recommandations. Mon collègue le député d’Edmonton Strathcona a proposé 100 amendements, tous inspirés de témoins de la communauté environnementale; aucun n’a été accepté.
    Au nom de quoi les libéraux peuvent-ils dire maintenant qu’ils vont clore le débat sur ce projet de loi, puisqu’ils l’ont déjà clos de toutes les façons possibles?
    Monsieur le Président, je suis un peu confuse, parce que la députée d’en face laisse entendre que le NPD aurait présenté un projet de loi sans consultation. Pourtant, les députés néo-démocrates se demandent pourquoi nous n’avons pas écouté la population, ce que nous avons cependant fait.
    Considérons ceci: nous avons commencé par énoncer des principes provisoires, que le ministre des Ressources naturelles et moi avons présentés en janvier 2016. C’était la première étape pour rétablir la confiance et nous assurer de prendre des décisions fondées sur la science, sur les connaissances et des données probantes, en tenant compte des émissions de gaz à effet de serre. Puis, nous avons été conseillés par deux comités d’experts relevant de moi et du ministre des Ressources naturelles. Deux comités parlementaires ont aussi travaillé avec le ministre des Transports et le ministre des Pêches et des Océans. Nous avons continué de consulter, puis nous avons produit un document de travail, à propos duquel nous avons de nouveau consulté. J’ai rencontré directement et à maintes reprises des Autochtones, des environnementalistes et des représentants de l’industrie.
    Nous pensons avoir obtenu de bons résultats. Nous avons écouté les gens et nous étions prêts à accepter des amendements, et nous pensons que nous avons un projet de loi extraordinaire.
    Monsieur le Président, c’est mon collègue néo-démocrate qui a le mieux résumé la situation en disant: « Et c'est reparti! »
    Lors de la dernière campagne électorale, les libéraux ont dit qu’ils ne proposeraient jamais d’attribution de temps, qu’ils ne proposeraient pas la clôture et qu’ils ne mettraient pas fin au débat. Cependant, c’est la 40e fois qu’ils le font.
    Le projet de loi dont nous sommes saisis aurait un effet énorme sur ma circonscription. Je dirais que, de 2000 à 2007, lorsque je parlais aux représentants des municipalités rurales, leur principale préoccupation portait sur la Loi sur les eaux navigables. Ils comprenaient que s’ils devaient remplacer un ponceau ou entreprendre le moindre projet de construction, ils devraient appeler le ministère des Pêches et des Océans, ou ce qu’ils appelaient la « police du poisson ». Cela s’est traduit par d’énormes tracasseries administratives et a pris une éternité. C’était leur principale frustration.
    Le projet de loi C-69 réinstituerait la Loi sur la protection des eaux navigables pour toutes ces municipalités. Aucune municipalité rurale ne va aimer cela. Encore une fois, les libéraux le font et ils mettent fin au débat. Ils nous empêchent de représenter nos électeurs, et c’est honteux.
    Monsieur le Président, comme je l’ai mentionné au comité hier, il n’est pas surprenant que les conservateurs se livrent encore une fois à des tactiques dilatoires en proposant de supprimer tous les articles de la loi sans proposer un seul amendement de fond. Cela s’est produit à toutes les étapes, y compris en deuxième lecture. Au comité, l’opposition a refusé à maintes reprises de tenir d’autres réunions dans les délais prévus, et les députés conservateurs ont retardé l’étude article par article.
    En dépit de ces manoeuvres, le gouvernement veillera à rétablir la confiance du public, à protéger l’environnement, à mettre en place des mesures de protection modernes, à favoriser la réconciliation avec les peuples autochtones et, bien sûr, à faire en sorte que les bons projets soient réalisés et que nos ressources parviennent aux marchés. C’est pourquoi nous prenons les mesures appropriées pour que le projet de loi C-69 aille de l’avant.

  (1930)  

    Monsieur le Président, pour donner suite aux observations de mon collègue de l’Alberta, avec tout le respect que je dois à la ministre, croit-elle qu’un drain municipal fait par un excavateur ou une pelle rétrocaveuse est une eau navigable ou un habitat du poisson? Je pose cette question avec tout le respect que je dois à ma consœur.
    Monsieur le Président, nous croyons que lorsque nous prenons des décisions concernant des projets, nous devons tenir compte des répercussions et veiller à ce que les bons projets aillent de l’avant en temps opportun et avec certitude réglementaire.
    En nous fondant sur les commentaires des peuples autochtones, des intervenants de l’industrie et du grand public au cours des audiences du comité, ainsi que ceux des parlementaires et du gouvernement, quelque 130 amendements ont été apportés. Les amendements constituaient un élément précieux du processus législatif et la raison même pour laquelle le projet de loi a été renvoyé à un comité pour étude. Nous avons écouté les membres du comité. Nous avons écouté les témoins. Nous avons écouté les autres parlementaires. Je suis très fière du fait qu’ensemble nous avons contribué à renforcer le projet de loi.
    Monsieur le Président, j’invoque le Règlement. Nous disposons de 30 minutes pour débattre de la question. Il est tout à fait injuste d’accueillir les commentaires des ministériels, qui appuient ce projet de loi. Les députés de l’opposition ne disposent que de 30 minutes pour exprimer leurs préoccupations. Les députés libéraux ne devraient pas pouvoir parler pendant ces 30 minutes.
    Je remercie le député de son intervention. C’est la convention que nous utilisons. D’autres députés, même s’ils siègent du côté ministériel, ont aussi la possibilité de parler, comme je l’ai indiqué au début.
    Je vais demander d’arrêter l'horloge momentanément.
    Les députés de l’opposition ont certainement la priorité pour poser des questions, sans toutefois que soient exclus les autres députés ou des députés ministériels. C’est ainsi que nous allons mener cette période de questions de 30 minutes.
    Monsieur le Président, l’évaluation environnementale et la façon dont nous examinons ces types de projets ont constitué un enjeu important de la campagne électorale de 2015. Les Canadiens ont dit qu’ils avaient perdu confiance dans les processus à cause de la réduction de l’évaluation environnementale en 2012 sous le gouvernement Harper. Nous avons dit que nous allions rétablir la confiance du public.
    Les questions cruciales dont les Canadiens ont parlé étaient la transparence et la participation à ce genre de processus.
    La ministre pourrait-elle nous parler un peu de ce que fait le projet de loi pour rétablir la confiance et la transparence dans la façon dont les Canadiens peuvent comprendre le fonctionnement de ces processus?
    Monsieur le Président, je désire remercier mon secrétaire parlementaire de tout le dur travail qu’il a accompli pour rebâtir la confiance du public et rétablir la transparence.
    Les amendements et le projet de loi C-69 apporteront une clarté et des protections supplémentaires, de sorte que les Canadiens pourront faire confiance aux examens des grands projets. En ce qui a trait à la transparence, le projet de loi exige des rapports d’évaluation contenant un éventail plus complet de renseignements, notamment un sommaire des commentaires reçus, les recommandations relatives à des mesures d’atténuation et au suivi ainsi que le raisonnement et les conclusions de l’Agence. Il exige d’afficher en ligne les commentaires du public formulés pendant l’examen du projet et de tenir à jour cette information afin de pouvoir la consulter plus tard. Il est d’une importance cruciale que les Canadiens aient l’occasion d’apporter leur contribution, de voir ce que les gens ont dit à propos de l’évaluation environnementale et de comprendre comment la décision a été prise.
    Monsieur le Président, je parlerai, dans la voie tracée par mon ami d'Huron—Bruce, des producteurs agricoles. Nous avons beaucoup parlé d’eaux navigables et de ce genre de choses, J’ai participé pendant des années à des tables rondes avec des producteurs agricoles et c’était un de leurs plus grands défis. J’ai demandé à la députée d’Edmonton Strathcona ce qu'on avait dit en comité à propos des eaux navigables. « Absolument rien », m’a-t-elle répondu.
    Je me demande si la ministre de l’Environnement pourrait répondre à ce qui suit, puisque personne au comité ou à la Chambre ne le sait. La députée pourrait-elle nous dire quelles seront les conséquences des changements à la Loi sur les eaux navigables pour les producteurs agricoles?

  (1935)  

    Monsieur le Président, j’ai vraiment apprécié que le comité ait eu le temps de procéder à un examen approfondi du projet de loi C-69 et d’apporter plusieurs amendements réfléchis. Il y a eu plus de 80 témoins et plus de 100 mémoires au cours d’un examen de deux mois, et la qualité des amendements témoigne vraiment de la rigueur qui a présidé à leur adoption. Je suis fière de dire que le gouvernement appuie les amendements.
    Nous croyons que ce processus est meilleur pour les agriculteurs, pour l’industrie, et pour les peuples autochtones. Nous croyons que ce processus est meilleur pour les gens qui croient à la science et à la prise de décisions fondées sur des preuves et des faits. Nous croyons, dans l’ensemble, qu’il s’agit d’un meilleur processus qui permettra non seulement de rebâtir la confiance, mais de s’assurer que les bons projets vont de l’avant en temps opportun.
    Monsieur le Président, afin de rafraîchir la mémoire de la ministre, je désire lui lire le sommaire du projet de loi C-262, Loi visant à assurer l’harmonie des lois fédérales avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Remarquez qu’il n’est fait aucune mention d’un préambule.
    La ministre a indiqué précédemment que les libéraux avaient accepté une modification au préambule, qui n’est pas contraignant, comme tous les députés de la Chambre le savent. Je demande encore une fois à la ministre de l’Environnement, compte tenu que les libéraux ont refusé chacun des amendements proposés au comité par la députée d'Edmonton Strathcona afin de veiller à ce que le projet de loi C-69 soit en harmonie avec la Déclaration, de revoir sa position et d’être au moins cohérente avec son vote de la semaine dernière en acceptant les amendements proposés par la députée d’Edmonton Strathcona au projet de loi C-69. Je parle du projet de loi qui est devant nous en ce moment. Fera-t-elle preuve de cohérence? Les libéraux seront-ils tous cohérents avec leur vote de la semaine dernière?
    Les Premières Nations du Canada regardent le gouvernement.
    Monsieur le Président, j'espère qu'elles nous regardent. Nous travaillons en étroite collaboration avec elles.
    Cette mesure législative reflète la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. J'aimerais préciser qu'elle tient compte des commentaires des peuples et des organisations autochtones. Les amendements faisaient clairement référence à la déclaration des Nations unies en ce qui concerne le projet de loi sur l’évaluation d’impact, et la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie prévoit que le gouvernement, le ministre, l'agence et les autorités fédérales doivent exercer leurs pouvoirs en vertu de la Loi sur l'évaluation d'impact de manière à respecter les engagements du gouvernement à l'égard des droits des peuples autochtones.
    Dans le cadre de son mandat, la Régie canadienne de l'énergie doit exercer ses pouvoirs, ses obligations et ses fonctions de la même manière. Le mandat précise que les connaissances autochtones doivent être prises en compte. Cela ne se limite pas aux connaissances traditionnelles des peuples autochtones. C'est très important pour les peuples autochtones. Cela exige de la transparence sur la manière dont le savoir autochtone est utilisé dans les évaluations d'impact.
    Nous pensons que le projet s'inscrit clairement dans notre engagement en faveur d'une relation renouvelée de nation à nation avec les peuples autochtones, fondée sur la reconnaissance des droits, le respect, la coopération, le partenariat, et enracinée dans les principes de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
    Monsieur le Président, l'Association canadienne des pipelines d'énergie dit que si le projet de loi C-69 est adopté, aucun autre grand projet de pipeline ne sera jamais construit au Canada.
    Maintenant que nous sommes les fiers propriétaires d'un pipeline vieux de 65 ans et que nous aimerions construire un autre pipeline, comment la ministre de l'Environnement parviendra-t-elle à le faire construire compte tenu de cette évaluation?
    Monsieur le Président, cette question me laisse un peu perplexe. Le projet dont parle le député d'en face a fait l'objet d'une évaluation environnementale. Nous avons intégré des consultations supplémentaires et examiné le projet à la lumière de notre plan sur le climat et des 157 conditions du projet, ainsi qu'à la lumière de nos investissements historiques dans la protection des océans. Nous avons ensuite approuvé le projet.
    Lorsqu'il s'agit d'évaluations environnementales, nous croyons vraiment que ce processus est bon pour l'industrie, parce qu'il offre une certitude qui n'existait pas auparavant et qu'il est plus rapide. C'est vraiment important. L'industrie nous a dit qu'elle voulait être certaine de la façon dont les choses se dérouleraient et de l'échéancier du processus. Nous avons travaillé très fort là-dessus.

  (1940)  

    Monsieur le Président, je tiens à remercier la ministre pour tout le travail qu'elle a accompli en dirigeant l'étude du projet de loi. Il est grand temps que nous modernisions le processus d'évaluation environnementale au moyen de la Loi sur l'évaluation d'impact proposée et des autres lois dont nous discutons aujourd'hui à la Chambre.
    Il est important de souligner, et la ministre l'a dit à maintes reprises, que le Canada appuie aujourd'hui un grand nombre de projets de développement à grande échelle, que ce soit dans le secteur des mines ou d'autres secteurs des ressources naturelles, de l'hydroélectricité ou des pipelines, et nous allons continuer à le faire. Nous savons que pour que ces investissements profitent aux Canadiens, nous devons tenir des consultations approfondies auprès d'eux. Il faut que les Canadiens et les peuples autochtones aient leur mot à dire.
    En modernisant ces règlements, ne contribuons-nous pas vraiment à bâtir un Canada plus fort en obtenant une rétroaction de tous les Canadiens sur la façon dont c'est censé se faire?
    Monsieur le Président, je sais que ma collègue tient passionnément à ce que nous fassions les choses de la bonne façon, c'est-à-dire en écoutant les Canadiens, les peuples autochtones, les collectivités et l’industrie.
    C’est exactement ce que nous faisons actuellement. Nous veillons à ce que les consultations soient rigoureuses et qu'elles ne soient pas limitées à un groupe restreint. Si quelqu’un a une opinion ou des inquiétudes à propos d'un projet, il a l’occasion de faire entendre son point de vue et d’obtenir des réponses à ses inquiétudes.
    C’est vraiment important, parce que les Canadiens ont dit qu’il nous fallait regagner leur confiance, et c’est exactement ce que nous faisons.
    Monsieur le Président, je reviendrai à l’intervention du député d'Edmonton Griesbach. Il a demandé comment le gouvernement pourrait bien réussir à faire construire un autre pipeline sous ce nouveau régime d’évaluation environnementale. La façon dont il y arrivera est au moyen de ce projet de loi. La ministre se donne le pouvoir d’ignorer complètement le nouveau processus d’évaluation.
    Elle parle de la manière dont le gouvernement Harper a éviscéré le processus d’examen environnemental. Cette éviscération s’est produite parce que le processus décisionnel est devenu complètement politique. Les décisions se prenaient au niveau du Cabinet et les politiciens n’étaient pas obligés d’écouter les scientifiques et de tenir compte des données probantes.
    Le problème de ce projet de loi est qu’il conserve entièrement cette prérogative. En fait, elle est maintenant dévolue à la seule ministre et même pas au Cabinet dans son ensemble.
    Comment la ministre peut-elle se tenir ici et affirmer qu’elle approuve le processus alors que le gouvernement n’a même pas à appliquer le processus à un projet et qu’il conserve le droit, créé par le gouvernement Harper, de ne tenir aucun compte des données probantes et scientifiques?
    Monsieur le Président, j’ai dit très clairement que nous devons prendre les décisions en fonction de la science, des données probantes et des faits, et ce, selon un processus rigoureux. Nous avons rebâti la confiance sur cette base essentielle. La transparence sera là. Lorsque les gens verront comment les décisions ont été prises, ils verront quelles données ont servi ainsi que les méthodes scientifiques employées et le savoir ancestral autochtone utilisé. C’est d’une importance cruciale. Nous savons que nous devons prendre des décisions fondées sur la science.
    Monsieur le Président, je représente plusieurs collectivités rurales et l’argent ne vient que d’une seule poche, celle du contribuable. Les conseils municipaux sont très inquiets et m’ont fait part des coûts élevés auxquels ils feront face dans le cadre de la législation proposée.
    Il n’y a qu’un contribuable et une seule poche d’où vient l’argent et les conseils municipaux trouvent le montant important parce qu’ils entretiennent les routes, les fossés, les ponts et les ponceaux. Le projet de loi présentera une addition salée aux contribuables locaux.
    Monsieur le Président, comme je l’ai dit, nous avons écouté tout le monde. Nous avons écouté les gens des municipalités rurales, des grandes villes, des communautés autochtones et de l’industrie. Nous voulons concevoir avec eux un système efficace. Il est crucial de créer un processus d’évaluation robuste et de rétablir la confiance. Autrement, nous ne pourrons pas concevoir de bons projets à l’avenir.
    Le gouvernement précédent n’y est pas parvenu, et il a même beaucoup nuit au système. Les Canadiens ne lui faisaient pas confiance. Les Canadiens nous ont dit que nous devions agir plus efficacement, rétablir la confiance et consulter la population. Il faut consulter les résidants des collectivités rurales dans le cadre des évaluations environnementales. Il faut leur donner l’occasion de nous décrire leurs préoccupations et leurs façons de voir les choses, et il faut les prendre au sérieux.
    Nous devons ensuite fonder nos décisions sur des connaissances scientifiques, sur des données probantes et sur des faits, et nous devons faire cela avec transparence. Autrement, nous ne pourrons pas lancer de bons projets tout au long du XXIe siècle.

  (1945)  

    Monsieur le Président, pendant que nous étions au pouvoir, nous avons agi de façon responsable pour réduire les émissions de gaz à effets de serre en prenant des règlements, pour protéger l’environnement tout en protégeant l’économie. Les scientifiques et les économistes d’Environnement Canada ont mené des évaluations de la rentabilité de chaque projet de loi. Quand nous avons présenté un projet de loi visant à réduire très efficacement les émissions d’échappement, les résultats de nos évaluations indiquaient que les avantages en dépassaient les coûts, et nous avons présenté cette information en comité. Quand nous avons présenté un projet de loi visant à éliminer graduellement la construction de centrales thermiques alimentées au charbon, nous avons effectué une évaluation de sa rentabilité et en avons présenté les chiffres à l’industrie.
    Pourquoi la ministre refuse-t-elle de présenter les études de rentabilité qui indiquent ce que coûtera la taxe sur le carbone à la famille canadienne moyenne? Nous savons que son ministère a mené ces études.
    Monsieur le Président, je suis très heureuse que mon collègue d’en face se soucie à ce point des changements climatiques. Il est bien malheureux que les députés conservateurs qui siègent au comité de l’environnement aient voté contre l’ajout d’une disposition sur les impacts que subit notre climat dans le projet de loi C-69. C’était peut-être un oubli ou une erreur. Toutefois, nous savons que, malheureusement, les conservateurs n’ont pas établi de plan de lutte contre les changements climatiques. Je ne sais pas s’ils croient tous que les changements climatiques sont réels et qu’ils présentent un problème. Je ne pense pas non plus qu’ils voient les possibilités économiques extraordinaires que cela représente.
    Nous comprenons cela. Nous comprenons notre devoir de protéger la planète et de réduire nos émissions tout en établissant un plan pour acheminer d’une manière durable nos ressources jusqu'aux marchés. Voilà exactement l’objectif du projet de loi C-69. Nous espérons sincèrement que tous les partis l’appuieront.

Recours au Règlement

Règlement — Avis de motion d'attribution de temps — Décision de la présidence  

[Décision de la présidence]
    Je suis maintenant prêt à rendre ma décision sur le recours au Règlement soulevé plus tôt aujourd'hui par le député de Red Deer—Lacombe au sujet de l'avis de motion d'attribution de temps donné hier par la leader du gouvernement à la Chambre des communes pour le projet de loi C-59, Loi concernant des questions de sécurité nationale.
    Quand il a soulevé la question, le député de Red Deer—Lacombe a soutenu qu'aucune disposition du Règlement de la Chambre des communes ne permet qu'une motion d'attribution de temps vise les étapes du rapport et de la troisième lecture d'un projet de loi renvoyé à un comité avant la deuxième lecture. Pour étayer son argument, le député s'est fondé expressément sur l'article 78(3) du Règlement, qui précise qu'il est seulement permis de proposer une motion d'attribution de temps aux étapes du rapport et de la troisième lecture d'un projet de loi si ce dernier a été renvoyé à un comité après la deuxième lecture, conformément à l'article 76.1 du Règlement. Il a donc demandé à la présidence de déclarer irrecevable l'avis de motion d'attribution de temps.
    Pour aider les députés à mieux comprendre cette question, je les renvoie à la page 673 de la troisième édition de l'ouvrage La procédure et les usages de la Chambre des communes, où l'on peut lire ceci:
     Dans le cas d’un projet de loi renvoyé en comité avant la deuxième lecture, la motion [d'attribution de temps] peut porter à la fois sur l’étape du rapport et de la deuxième lecture ainsi que l’étape de la troisième lecture.
    Le député a lui-même reconnu que la Chambre avait déjà adopté la façon de faire proposée dans la motion d'attribution de temps dont il est question aujourd'hui. Je remercie le député d'avoir porté ces exemples à mon attention. Ils montrent que cette méthode a été employée à au moins quatre reprises, soit le 6 mai 1996, le 22 novembre 1996, le 22 février 2000 et le 28 mai 2015.
    Ces précédents montrent que la Chambre a déjà jugé bon de combiner en une seule motion d'attribution de temps plusieurs étapes d'un projet de loi qui avait été renvoyé au comité avant la deuxième lecture. Ces précédents suffisent à établir qu'il s'agit maintenant d'une pratique acceptable dans le contexte des motions d'attribution de temps. Je conclus donc que la motion d'attribution de temps présentée par le gouvernement est recevable.
    Je comprends toutefois le point de vue du député. Afin d'éviter toute confusion à l'avenir, je recommande que le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre examine cette question dans le but de clarifier l'article 78(3)a) du Règlement à la lumière des pratiques acceptées à la Chambre.
    Je remercie la Chambre de son attention.

Loi sur l'évaluation d'impact

Projet de loi C-69 — Motion d'attribution de temps  

[Initiatives ministérielles]
    La Chambre reprend l'étude de la motion.
    Je dois interrompre les délibérations et mettre aux voix sur-le-champ la motion dont la Chambre est saisie.
    Le vote porte sur la motion suivante. Puis-je me dispenser d'en faire lecture?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    [La présidence donne lecture de la motion.]
    Le Président: Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le Président: Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le Président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le Président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:
    Le Président: Convoquez les députés.

  (2025)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 736)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Alleslev
Amos
Arseneault
Arya
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bittle
Blair
Bossio
Bratina
Breton
Brison
Caesar-Chavannes
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Chen
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Fry
Fuhr
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hardie
Harvey
Hébert
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Lefebvre
Levitt
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
Oliver
O'Regan
Ouellette
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Philpott
Picard
Poissant
Qualtrough
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Scarpaleggia
Schulte
Serré
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Spengemann
Tan
Tassi
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Wilkinson
Wilson-Raybould
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 150


CONTRE

Députés

Aboultaif
Anderson
Aubin
Barsalou-Duval
Beaulieu
Benson
Benzen
Berthold
Bezan
Blaikie
Blaney (North Island—Powell River)
Boulerice
Boutin-Sweet
Cannings
Caron
Choquette
Clarke
Clement
Cooper
Davies
Diotte
Donnelly
Dubé
Duvall
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Gallant
Garrison
Genuis
Gill
Godin
Gourde
Hardcastle
Johns
Jolibois
Kelly
Kent
Kitchen
Kmiec
Laverdière
Lobb
MacGregor
Malcolmson
May (Saanich—Gulf Islands)
Moore
Nantel
Paul-Hus
Pauzé
Quach
Reid
Richards
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Ste-Marie
Strahl
Van Loan
Vecchio
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 65


PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.

[Français]

Loi de 2017 sur la sécurité nationale