Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

42e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 427

TABLE DES MATIÈRES

Le mercredi 5 juin 2019




Emblème de la Chambre des communes

Débats de la Chambre des communes

VOLUME 148
NUMÉRO 427
1re SESSION
42e LÉGISLATURE

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mercredi 5 juin 2019

Présidence de l'honorable Geoff Regan

    La séance est ouverte à 14 heures.

Prière


[Déclarations de députés]

  (1405)  

[Traduction]

    Nous allons maintenant chanter Ô Canada, qui sera entonné aujourd'hui par les pages.
    [Les députés chantent l'hymne national.]

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

[Français]

Le jour J

    Monsieur le Président, le 5 juin 1944, à 21 h 15, Radio Londres prévient la résistance française du lancement de l'opération Overlord avec les premiers vers du poème de Verlaine Chanson d'automne:

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon coeur
D'une langueur
Monotone.

     Le lendemain, le débarquement de Normandie débute. Les braves militaires, dont plusieurs ont à peine 18 ans, sont accueillis par un intense tir ennemi. Trop de jeunes sont morts sur les plages normandes, mais grâce à leur sacrifice, l'Europe a été libérée du régime nazi. Plusieurs unités québécoises, comme le Régiment de la Chaudière, le Black Watch et le Régiment de Maisonneuve, ont participé aux opérations en Normandie.
    C'est l'occasion aujourd'hui pour nous de commémorer leur sacrifice et de souligner leur courage exceptionnel. Ils sont morts pour la liberté, que nous tenons trop souvent pour acquise.
    Je remercie tous nos vétérans. Je me souviens.

[Traduction]

Jim Dolan

    Monsieur le Président, rares sont les résidants de Niagara-Centre qui ne connaissent pas Jim ou Mary Dolan.
    Mariés pendant 46 ans, Jim et Mary ont non seulement élevé une famille aimante, mais ils symbolisaient aussi parfaitement ce que signifie le service communautaire. Toujours disposés à faire du bénévolat, en 1994, ils ont perçu un besoin et décidé de promouvoir le Fonds Kacey-Lynn. Grâce à leur impulsion, le programme connaît un vif succès et offre de l'aide à de nombreuses familles de la région du Niagara qui comptent des enfants malades ou handicapés.
    Leur générosité et leur esprit d'entraide ont été ressentis dans l'ensemble de la collectivité. C'est le cœur lourd que je vous annonce que Jim Dolan s'est éteint le 28 mai dernier. Jim manquera beaucoup à son épouse Mary, à ses enfants James, Kim, Scott et Tammy, ainsi qu'à ses nombreux petits-enfants et à son arrière-petit-enfant.
    Malgré cette perte, je suis persuadé que l'héritage de Jim se perpétuera grâce aux nombreuses personnes qu'il a touchées.

La sécurité publique

    Monsieur le Président, les libéraux gèrent toujours mal la sécurité publique dans notre pays. Ils envisagent maintenant l'interdiction des armes à feu pour régler le problème des gangs et des actes de violence commis avec des armes à feu. Ce plan va aussi échouer puisqu'il menace les propriétaires d'armes à feu canadiens respectueux de la loi et fait fi du problème évident: les criminels.
    Aux dernières nouvelles, les criminels ignoraient la loi. Alors que les gangs deviennent de plus en plus violents, les libéraux ne donnent pas aux corps policiers l'argent nécessaire pour combattre cette violence. Au moment où on assiste à une montée de la violence en milieu rural, les libéraux tournent le dos aux habitants des régions rurales du Canada. Leur mauvaise gestion de la sécurité frontalière a permis à de dangereux criminels étrangers d'entrer au pays. Pire encore, les libéraux diluent les peines pour certains crimes violents.
    La première étape pour régler n'importe quel problème est d'admettre son existence. À l'heure actuelle, un grand nombre de Canadiens comprennent que le problème, c'est en fait les libéraux.
    Les conservateurs ont un plan pour s'attaquer à la criminalité en concentrant les efforts sur les criminels et la violence des gangs. Le moment est venu de remplacer les ratés des libéraux par les mesures des conservateurs.

L'usine de pâtes et papiers de Corner Brook

    Monsieur le Président, ma ville, Corner Brook, est la plus grande des Long Range Mountains, et si elle existe, c'est grâce à l'usine de pâtes et papiers, un moteur économique depuis 1925.
    C'est avec une grande fierté que j'ai annoncé, en compagnie du directeur Darren Pelley, que le Fonds stratégique pour l'innovation versera près de 11 millions de dollars à l'usine de pâtes et papiers de Corner Brook. Grâce à ces fonds, l'usine installera un nouveau système d'assèchement et d'utilisation de biomasse de qualité inférieure qui lui permettra de consommer moins de bois comme combustible et, par le fait même, de couper moins d'arbres. Ce système diminuera la masse des déchets destinés à l'enfouissement, réduira de 50 % la quantité d'eau consommée et fera brûler des dizaines de milliers de barils de pétrole de moins par année à l'usine.
    En plus d'être bénéfiques pour l'environnement, ces fonds soutiennent le secteur forestier et celui des produits du papier de Terre-Neuve et permettront au secteur forestier de rester longtemps un moteur économique de ma province.
     Corner Brook vivait de son usine et, grâce à cet investissement, elle continuera d'en vivre encore longtemps.

[Français]

Laurier—Sainte-Marie

    Monsieur le Président, j'aurai probablement l'occasion de m'adresser de nouveau à la Chambre, mais comme il s'agit de ma dernière déclaration formelle, j'aimerais en profiter pour faire plusieurs remerciements.
    Je remercie tous les membres de la grande famille parlementaire, qu'il s'agisse de mes collègues, du personnel, des pages ou des journalistes. Vous allez me manquer.
    Je remercie les groupes communautaires et les organisations de Laurier—Sainte-Marie de leur créativité et de leur engagement à en faire un endroit où tous et toutes peuvent bien vivre.
     Je remercie mon équipe, Jean-François, Ariane, Christine et Marianne, et tous ceux qui sont passés par mon bureau. Je remercie Jennifer Pedersen, Lili et Roxane. Bonne chance, Roxane.
     Je remercie énormément mes concitoyens de Laurier—Sainte-Marie de leur confiance, de leur chaleur humaine et de l'inspiration qu'ils ont été pour moi.
    Enfin, je remercie mon conjoint, Germain Bélanger, dont la présence depuis plus de 40 ans déjà est comme le vent sous mes ailes.

  (1410)  

[Traduction]

La condition féminine

    Monsieur le Président, Maya Angelou a dit un jour: « À chaque fois qu’une femme se lève pour elle-même, sans le savoir, sans le prétendre, elle se lève pour toutes les femmes. »
    Cette semaine, à Vancouver, des milliers de femmes et de personnes de tous les genres font exactement cela. Elles se lèvent à la conférence de Women Deliver et à certaines des activités connexes, dont la conférence de Feminists Deliver et la préconférence sur les femmes et les filles autochtones.
    Grâce à ses efforts inlassables, le mouvement des femmes connaît des victoires chèrement gagnées. Bien que certains souhaiteraient régresser, le gouvernement demeure résolu à léguer aux femmes et aux filles un héritage durable, un héritage d'autonomisation, d'égalité des sexes et de changement avantageux pour tous.

Le 75e anniversaire du jour J

    Monsieur le Président, le 6 juin, ce sera le 75e anniversaire du jour J et des invasions de la Normandie. Ce matin-là, 14 000 Canadiens ont débarqué sur les plages de la Normandie et, avant la fin de la journée, 359 étaient décédés. Au cours des semaines qui ont suivi, 5 000 autres sont tombés au combat. Nous, les Canadiens, avons envers les héros du jour J une dette de reconnaissance dont nous ne pourrons jamais pleinement nous acquitter.
    Parmi ces héros se trouvait un jeune homme nommé Art Boon. Âgé de 19 ans, M. Boon participait déjà à l'effort de guerre depuis quatre ans, puisqu'il s'était enrôlé alors qu'il avait à peine 15 ans. Il a ensuite participé à la libération de la Hollande et a continué de servir son pays en uniforme pendant des décennies.
    Aujourd'hui, Art Boon est de retour en Europe. Là où il est arrivé il y a 75 ans pour libérer le continent, il retourne une fois de plus en tant que héros. L'histoire ne doit jamais oublier les héros du jour J. Aujourd'hui et toujours, nous honorons les militaires d'hier et d'aujourd'hui, dont ceux qui ont fait le sacrifice ultime. Nous nous souviendrons d'eux.

L'unité culturelle

    Monsieur le Président, nous, les Canadiens, sommes généralement des gens accueillants et tolérants. Nous sommes fiers de notre société multiculturelle et pluraliste et nous attachons une grande importance à notre diversité. De nombreuses traditions, religions et cultures différentes cohabitent dans une harmonie relative.
    Partout dans le monde, la plupart des gens, comme nous, se soucient des mêmes choses. Ils se soucient de leur famille, de leurs amis et de leurs communautés, et ils souhaitent une vie meilleure pour eux-mêmes et pour ceux qu'ils chérissent, que ce soit sur le plan physique, émotionnel ou spirituel. En reconnaissant cette similitude, nous reconnaissons une valeur qui nous unit.
    Bien que le multiculturalisme et le pluralisme tendent à faire ressortir nos différences, nous pouvons célébrer la similitude de nos vies à travers nos diverses traditions, religions et croyances culturelles. Ces aspirations communes peuvent nous aider à comprendre ce qui fait que le monde est complexe et divergent et qu'il n'est pas un lieu où règnent les différences, mais un lieu où règnent les liens et l'espoir.

Levi Oakes

    [Le député s’exprime en langue mohawk et fournit le texte suivant:]
    Levi Oakeskénha tehonwaká:nere ne raohwá:tsire, wa’thatsha’tí:ia’ke tsiahiàksera tsi nahe ratironhia'kehronòn:ke shiiotohétston. Karonhià:ke tethakà:nere ó:nen. Ronkwe’tiióhne, tóhske, tahnon raweientehtòn:ne ahaiéntho.
    Ohnakénkha Kanien’kehá:ka Code Talker roiio'téhkwe ne tekeníhaton shiwaterí:io. Tsi tewateriioskó:wa tékeni watòn:tha, wà:ratste’ onkwehonwehnéha ahshakowennohetstánion ne tehotirihwaienawá:kon ronatenróhshon. Iah ónhka tehotitokèn:se oh nahò:ten rotitharahkwèn:ne ne Code Talkers.
    Akwé:kon waharihwáhsehte’ tsi nihoié:ren íhsi nón:we ne tsiá:ta niwáhsen niiohserá:ke nikarì:wes. Akwáh í:ken tsi enhonwaia’tí:sake’ ne raohwá:tsire tahnon raonkwe'ta'shòn:a Í:kehre aonsahihsennakará:tate’ énhskat ó:ya nenkahá:wi’te’ né:’e tsi katá:tis ne owén:na nè:ne wà:ratste’ ne káti aón:ton akwé:kon skén:nen aetewanonhtonniónsheke.
    [Les propos du député sont traduits ainsi:]
    Monsieur le Président, mardi dernier, Levi Oakes est parti de l’autre côté des nuages. Sa famille était là quand il est décédé. Il nous regarde maintenant depuis le ciel. C’était un homme bon, vraiment, et il avait le pouce vert.
    Levi était le dernier Mohawk à avoir joué le rôle de transmetteur en code; il n’en reste aucun. Il s’est servi de sa langue autochtone pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a utilisé un code secret pour protéger sa famille. Personne n’aura réussi à le décrypter.
    Il manquera beaucoup à son peuple et à sa famille. Je tiens à honorer son nom une fois de plus, en utilisant la même langue que lui, afin que nous puissions vivre en paix.

  (1415)  

La condition féminine

    Monsieur le Président, le premier ministre veut faire croire qu'il est féministe, mais il n'hésite pas à démolir les femmes qui osent lui tenir tête. Comme l'a dit la députée de Whitby quand elle a eu maille à partir avec lui: « Il me disait en criant que je ne l'appréciais pas à sa juste valeur, alors qu'il m'avait tant donné. »
    Plus tôt cette semaine, le premier ministre a déclaré que l'histoire des femmes montre que chaque pas en avant est suivi d'un recul, mais c'est lui, avec ses propos et ses comportements hostiles, qui empêche les femmes d'avancer.
    C'est beau de se dire féministe et d'affirmer chérir l'égalité hommes-femmes, mais encore faut-il joindre le geste à la parole, comme pourraient en témoigner l'ancienne procureure générale et l'ex-présidente du Conseil du Trésor.
    Si une femme ose être en désaccord avec le premier ministre, elle peut dire adieu à la courtoisie et être sûre d'une chose: le premier ministre fera tout pour la discréditer et l'écarter de son chemin. Les Canadiennes ne se laisseront pas berner par l'image vertueuse du premier ministre, qui est loin d'être celui qu'il prétendait être.

La condition féminine

    Monsieur le Président, je suis ravie de pouvoir parler aujourd'hui d'une mesure concrète et tangible que prendra le gouvernement pour améliorer la vie des femmes et des jeunes filles. Je parle évidemment du Fonds pour l'égalité qui a été annoncé cette semaine. Pour contrer les inégalités entre les sexes, nous devons agir tous ensemble, parce que chaque personne est capable de plus quand elle peut compter sur l'appui des autres.
    Nous investirons 300 millions de dollars afin de créer une plateforme de financement réunissant les organismes subventionnaires, le milieu philanthropique et les investisseurs. Grâce à ce nouveau fonds, aucun autre pays ne donnera autant que le Canada aux organismes défendant les droits des femmes et l'égalité hommes-femmes.

[Français]

    Au cours des 15 prochaines années, nous espérons mobiliser 1 milliard de dollars pour la cause de l'égalité des genres. Au-delà des fonds, nous assumerons un rôle de chef de file. En étant un vecteur de changement, nous entraînons les autres pays dans la même voie.

La Journée internationale des femmes

    Monsieur le Président, la circonscription de Bourassa, que je représente à la Chambre des communes, regorge de talents, de savoir-faire et de savoir-être.
    Pour la deuxième année consécutive, le 8 mars dernier, à l'occasion de la Journée internationale des femmes, j'ai eu le privilège de décerner un certificat d'honneur et mérite et de décorer huit femmes de la circonscription de Bourassa. C'est un immense plaisir pour moi de les accueillir aujourd'hui à Ottawa. Les récipiendaires sont: Micheline Cantave, Gaetana Colella, Julie Demers, Kerline François, Khadija Jyad, Diane Lecouëdic, sœur Pierre-Anne Mandato et Brunilda Reyes.
    Je demande à mes chers collègues de se joindre à moi pour accueillir chaleureusement ces huit femmes d'exception.

L'élection générale de 2019

    Monsieur le Président, le gouvernement libéral, plus que tout autre dans l'histoire de notre fédération, est centralisateur, paternaliste et tout simplement arrogant.
    Depuis quatre ans, le gouvernement a démontré à maintes reprises qu'il n'est pas au diapason de l'esprit du fédéralisme. Il refuse de faire honneur à la tradition en nommant un lieutenant politique pour le Québec, et il a nommé un ministre de Toronto responsable du développement économique de notre province. Il impose des conditions politiques à ses transferts fédéraux. Il refuse de donner plus de pouvoirs au Québec en matière d'immigration. Il refuse de répondre favorablement à la demande de l'Assemblée nationale relativement à la déclaration de revenus unique, une demande de tous les Québécois.
    La liste est encore longue. Nous, les conservateurs, dans la lignée des pères fondateurs Cartier et MacDonald, allons continuer d'honorer le fédéralisme en bonne et due forme. En 2008, nous avons reconnu que les Québécois forment une nation au sein du Canada-Uni.
    En 2019, lorsque nous formerons le gouvernement, nous allons répondre favorablement aux demandes des Québécois et du Québec.

[Traduction]

Pitt Meadows-Maple Ridge

    Monsieur le Président, il y aura bientôt quatre ans que j'ai été élu à la Chambre pour la première fois. C'est pour moi un privilège de servir les électeurs de Pitt Meadows-Maple Ridge. J'ai adoré bâtir les relations indispensables à la compréhension des besoins des gens de ma collectivité.
    Il y a des groupes comme la Pathfinder Youth Centre Society, qui vient en aide à des jeunes à risque, et le Alisha's Wish Child & Youth Advocacy Centre, qui fournit des services aux enfants et aux jeunes victimes de maltraitance.
    Certains organismes, comme l'Alouette River Management Society, la Kanaka Education and Environmental Partnership Society et la Watershed Watch travaillent sans relâche pour restaurer l'habitat du poisson, promouvoir l'éducation sur la faune diversifiée du Canada et tenter de trouver des moyens de corriger le tort causé aux stocks de poissons et de saumon.
    Le Réseau des aînés est un groupe de personnes et d'organisations qui ont l'objectif commun d'offrir du soutien et des ressources aux personnes âgées.
    De plus, il y a toutes les entreprises et les organismes sans but lucratif qui embauchent des étudiants durant l'été afin qu'ils acquièrent une expérience enrichissante.
    Lorsque nous établissons et entretenons des relations avec les simples citoyens de nos collectivités, nous pouvons unir nos efforts pour obtenir de meilleurs résultats. Comme l'a si bien dit Helen Keller, « seuls, nous pouvons faire très peu; ensemble, nous pouvons faire beaucoup. »

  (1420)  

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, le Canada a commis un génocide planifié contre les Autochtones fondé sur le sexe, la race et l'identité et nous pouvons en voir les conséquences dans toutes les sphères de la vie: la violence, les décès, le retrait des enfants de leur famille, la marginalisation, l'exclusion délibérée de certaines personnes, la pauvreté, le taux d'itinérance, le manque de protection, la Loi sur les Indiens, la discrimination fondée sur le sexe, le racisme, et cetera. C'est la honte du Canada.
    Si nous voulons montrer que nous avons vraiment entendu les survivants et les membres de la famille des victimes, nous devons élaborer un plan d'action dirigé par des Autochtones, avec une enveloppe budgétaire, un calendrier de mise en œuvre et une obligation de rendre des comptes au public. Nous devons nous occuper des titres fonciers des Autochtones et de leurs droits à l'autosuffisance et à l'autodétermination.
     Nous avons le devoir de contrr les effets de ce traumatisme historique et intergénérationnel, de cette marginalisation sociale et économique et du rejet continue de l'expertise des Autochtones. Les appels à la justice ne sont pas seulement des recommandations: ce sont des impératifs juridiques auxquels il faut se plier.

L'environnement

    Monsieur le Président, le plan optimiste de lutte contre les changements climatiques du premier ministre était censé sauver l'environnement et stimuler l'économie. Il n'a fait ni l'un ni l'autre. En réalité, les Canadiens se voient simplement punis pour faire l'épicerie, conduire les enfants au hockey ou même diriger une petite entreprise.
    En vérité, la taxe sur le carbone est une ponction fiscale. Le premier ministre, qui doit payer pour ses déficits consécutifs et ses dépenses inconsidérées, refile la note aux vaillants Canadiens en la faisant passer pour un plan de lutte contre les changements climatiques. Si le premier ministre se souciait véritablement de l'environnement, il n'exempterait pas les plus grands émetteurs du Canada de la taxe sur le carbone et il n'aurait pas pris l'avion pour aller en vacances plus souvent que la plupart des Canadiens au cours des cinq dernières années.
    Le gouvernement libéral est loin d'atteindre ses objectifs climatiques, à un point tel que les États-Unis sont plus près de ses cibles que le Canada. Les voies ensoleillées sont chose du passé et nous nous retrouvons avec une taxe sur le carbone qui se résume à une ponction fiscale. Le plan de lutte contre les changements climatiques des libéraux n'est pas ce qu'on prétend.

L'Allocation canadienne pour enfants

    Monsieur le Président, lorsque je fais du porte-à-porte dans ma circonscription et que je rencontre des familles avec de jeunes enfants, je leur pose des questions au sujet de l'allocation familiale libérale, et elles me disent qu'elle les aide beaucoup.
    Au début du mandat du gouvernement, les familles d'Edmonton-Centre espéraient que l'Allocation canadienne pour enfants les aide à améliorer leur sort, et c'est ce qui est arrivé. En avril seulement, nous avons effectué au-delà de 7 000 versements à plus de 12 000 enfants, ce qui représente 4,6 millions de dollars pour la circonscription. C'est plus de 55 millions de dollars non imposables qui sont versés directement aux familles d'Edmonton-Centre chaque année.
     Trois ans après le début du programme, nous avons sorti 17 000 enfants d'Edmonton de la pauvreté. C'est comme sortir de la pauvreté l'équivalent d'un aréna de la taille de la Place Rogers plein d'enfants. Si on compte les parents, les gens qui sont désormais capables de joindre les deux bouts pourraient remplir le stade Commonwealth.
    Partout au Canada, nous avons fait passer la pauvreté de 13 à 9 %. À Edmonton, c'est ce qu'on appelle un résultat encore meilleur que ce qui avait été annoncé.
    À l'ordre, s'il vous plaît. Les députés ne seront pas tous d'accord, et c'est normal. Toutefois, nous ne pouvons pas tous parler en même temps et nous devons respecter la Chambre, les autres députés et les opinions divergentes. Les députés doivent s'abstenir de tous parler en même temps et d'interrompre la personne qui parle.

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

  (1425)  

[Traduction]

Le commerce international

    Monsieur le Président, le premier ministre va d'échec en échec et de pire en pire dans la situation avec le gouvernement de la Chine et sa gestion incompétente de la relation du Canada avec ce pays est sur le point de faire du tort à d'autres Canadiens encore.
     Cette fois-ci, ce sont les producteurs de viande qui écoperont. En effet, l'agence douanière de la Chine a annoncé qu'elle allait augmenter radicalement le nombre d'inspections et ouvrir tous les contenants de viande canadienne et de produits dérivés.
    Le premier ministre ne se rend-il pas compte que ses échecs font du tort aux producteurs canadiens? Qu'a-t-il l'intention de faire pour remédier à la situation?

[Français]

    Monsieur le Président, nous travaillons de très près avec les producteurs et toute l'industrie agricole. Notre objectif premier est de rouvrir les marchés avec la Chine, ce que nous faisons de différentes façons en collaboration avec mes collègues du ministère des Affaires étrangères et du ministère du Commerce international et mes collègues des provinces.
    Effectivement, nous avons été informés que la Chine allait intensifier les inspections du porc. C'est pourquoi nous encourageons tous les membres de l'industrie à être extrêmement vigilants dans la poursuite de leurs exportations.

[Traduction]

Les affaires étrangères

    Comme si c'était la faute des producteurs, monsieur le Président. Ce n'est absolument pas le cas.
    Il y a cinq mois, l'ancien ministre libéral John McCallum a été forcé de démissionner de son poste d'ambassadeur en Chine dans la honte. Nous voici en juin et le premier ministre n'a pas encore nommé de nouvel ambassadeur. Des Canadiens sont détenus sous de fausses accusations, les producteurs de soya doivent faire face à de nouveaux obstacles et les producteurs de canola voient leurs produits bloqués. Voilà qu'à présent, le gouvernement chinois s'en prend aux producteurs de viande canadiens. La situation ne fait que s'envenimer.
    Pourquoi le premier ministre n'a-t-il pas nommé d'ambassadeur en Chine?
    Monsieur le Président, notre relation avec la Chine est extrêmement importante. Le fait que des Canadiens soient détenus en Chine nous préoccupe beaucoup et c'est pourquoi nous rallions des pays amis. Nous avons également pu émettre une déclaration commune avec les États-Unis pour demander la libération immédiate de Michael Spavor et de Michael Kovrig et rejeter leur détention injustifiée.
    Cela ne marche pas, monsieur le Président. La relation s'envenime et la situation s'aggrave. S'agissant de la relation avec la Chine, les échecs du premier ministre causent de vraies souffrances pour les Canadiens. Il n'a pas encore nommé d'ambassadeur. Il refuse de téléphoner au premier ministre chinois. Des vies canadiennes sont en jeu et les producteurs agricoles souffrent.
    Quand le premier ministre va-t-il enfin traiter cette crise avec le sérieux et l'urgence qu'elle mérite?

[Français]

    Monsieur le Président, il va de soi que la relation avec la Chine est importante. C'est pourquoi la ministre des Affaires étrangères et le premier ministre font de ce dossier une priorité.
    Ce qui nous préoccupe particulièrement, c'est la détention injustifiée de Canadiens en Chine. C'est pourquoi nous avons été en mesure de créer une coalition internationale de pays qui soutiennent notre position. Nous avons également été capables d'obtenir une déclaration commune de la part des États-Unis qui demande la libération immédiate des Canadiens détenus en Chine.

Le commerce international

    Monsieur le Président, en ce qui concerne la crise avec la Chine, les libéraux sont de grands parleurs et de petits faiseurs. La crise ne cesse de s'envenimer. Le gouvernement chinois a maintenant l'industrie du porc dans sa mire. Deux usines ont vu leur permis suspendu, et chaque contenant canadien de porc est maintenant scruté à la loupe par le gouvernement chinois.
    Que font le premier ministre et la ministre de l'Agriculture pour protéger nos accès aux marchés? Ils ne font absolument rien.
    Quand le premier ministre va-t-il enfin se tenir debout pour défendre nos éleveurs et nos producteurs?
    Monsieur le Président, nous travaillons en équipe et sans relâche partout au pays pour régler cette situation. Notre priorité est de rouvrir les marchés de la Chine pour les produits agricoles.
    Nous avons augmenté notre soutien à tous les producteurs par l'entremise du Programme de paiements anticipés. Les producteurs seront en mesure de déposer leur demande à partir du 10 juin. Ils avaient déjà accès à des prêts anticipés de 400 000 $, et ils ont maintenant droit à 1 million de dollars. Les producteurs de canola, quant à eux, ont droit à 500 000 $ sans intérêt.

[Traduction]

    Je tiens à rappeler à mon ami de Prince Albert que je peux l'entendre d'ici et que je préférerais l'entendre seulement lorsqu'il a la parole. J'espère qu'il comprendra.
    Le député de Mégantic—L'Érable a la parole.

[Français]

    Monsieur le Président, la crise du canola n'est pas une crise sur la qualité. Le porc canadien n'a aucun problème de qualité. Pourtant, le gouvernement libéral refuse obstinément d'aborder cette crise sous un angle politique. Le directeur de l'institut de la Chine de l'Université de l'Alberta a pourtant été clair: « Je pense que c’est une revanche politique déguisée ».
    Pourquoi la ministre de l'Agriculture se cache-t-elle derrière une délégation technique qui est incapable d'aller en Chine et de supposées erreurs administratives?
    Pourquoi le premier ministre refuse-t-il de nommer un ambassadeur et de déposer une plainte à l'OMC?

  (1430)  

    Monsieur le Président, il faut célébrer, car je suis rarement d'accord avec mon collègue. La qualité de nos produits canadiens n'est absolument pas du tout remise en question. Nous offrons des produits agricoles d'une très grande qualité, et notre système d'inspection est aussi très fiable et reconnu internationalement.
    Au dernier conseil général de l'Organisation mondiale du commerce, notre représentant a soulevé cette question.

[Traduction]

La fiscalité

    Monsieur le Président, le gouvernement libéral a créé le système fiscal le plus injuste du monde industrialisé. Le système libéral des paradis fiscaux et des échappatoires permet aux millionnaires et aux entreprises les plus profitables du Canada de ne pas payer leur juste part d'impôt.
    Les Canadiens viennent d'apprendre que la ministre du Revenu a permis à un autre millionnaire d'échapper à l'impôt grâce à un stratagème d'évasion fiscale à l'étanger organisé par KPMG. Les libéraux ont élaboré une série de règles pour les millionnaires et une autre pour le commun des mortels.
     Pourquoi les libéraux récompensent-ils toujours les riches fraudeurs? Pourquoi ne les forcent-ils pas à payer leur juste part d'impôt?
    Monsieur le Président, le gouvernement est fermement résolu à sévir contre les fraudeurs. Des règlements hors cour sont conclus à l'issue d'un processus totalement indépendant au sein de l'Agence du revenu du Canada, en collaboration avec le ministère de la Justice, afin de garantir l'intégrité du système fiscal.
    Si nous comprenons que de tels règlements soient appropriés dans certaines circonstances, le manque de transparence qui les entoure nous inquiète. Voilà pourquoi la ministre a intimé à l'Agence du revenu du Canada de revoir ses procédures afin que l'on puisse connaître précisément les motifs qui les justifient.

[Français]

    Monsieur le Président, accusés d’avoir utilisé un stratagème frauduleux pour éviter de payer leur juste part d’impôt, de riches clients de KPMG se font accorder l’amnistie par nul autre que la ministre du Revenu national.
    Ce n’est pas la première fois que les clients de cette firme obtiennent une entente complaisante de la part de l’administration fédérale. Cet accord témoigne du manque de transparence complet de la part du gouvernement fédéral.
    Quand est-ce que le gouvernement va agir, arrêter d’accorder des passe-droits aux plus riches et finalement les forcer à payer leur juste part d'impôt?
    Monsieur le Président, notre gouvernement est fermement déterminé à lutter contre les fraudeurs de l’impôt. Les ententes à l'amiable sont conclues dans le cadre d’un processus entièrement indépendant au sein de l’Agence du revenu du Canada, en collaboration avec le ministère de la Justice, pour assurer l’intégrité de notre régime fiscal.
     Bien que nous comprenions que les règles puissent être utilisées de façon appropriée dans certaines circonstances, nous sommes préoccupés par le manque de transparence qui en découle. C’est pourquoi le ministère a donné des directives à l’Agence afin de revoir ces processus en vue de permettre une plus grande transparence quant aux raisons pour lesquelles...
    À l'ordre. L'honorable députée de Berthier—Maskinongé a la parole.

Le patrimoine canadien

    Monsieur le Président, ce gouvernement encourage les grandes compagnies au détriment des PME, des travailleurs et des travailleuses, et surtout, des contribuables.
    Aujourd’hui, Groupe TVA a annoncé 68 mises à pied. Il dit haut et fort que la concurrence déloyale des géants du Web explique en grande partie la perte de ces emplois. Le NPD demande depuis longtemps que les géants du Web paient leur juste part d'impôt.
    Pourquoi le gouvernement libéral n’agit-il pas pour forcer les géants du Web à payer leur juste part d'impôt?
    Monsieur le Président, nos pensées accompagnent les employés et leurs familles. Une seule perte d’emploi est une tragédie, en particulier lorsque cela touche le secteur de la culture et des communications.
    Le NPD devrait poser la question aux conservateurs qui, pendant 10 ans au gouvernement, avaient les deux doigts dans le nez. Ils n'ont absolument rien fait, alors que nous, nous nous attaquons au problème. Il y a un comité qui se penche là-dessus. Nous allons légiférer et nous assurer qu’en fin de compte tous ceux qui participent au système contribuent au système, sans aucune exception.

[Traduction]

    Monsieur le Président, les libéraux sont au pouvoir depuis quatre ans. Il est grand temps qu'ils assument une part de responsabilité pour cette situation. Dans le passé, les particuliers et les grandes entreprises payaient des sommes égales d'impôt. Cependant, au fil des ans, les gouvernements libéraux et conservateurs ont fait pencher la balance en faveur des entreprises les plus riches, et les particuliers ont été forcés de combler la différence. Les libéraux et les conservateurs semblent toujours faire passer les profits des mieux nantis avant les intérêts des gens qui tentent d'améliorer leur sort.
    Pourquoi les libéraux n'ont-ils pas le courage voulu pour veiller à ce que les Canadiens les plus riches, y compris les géants du Web, paient leur juste part d'impôt?

  (1435)  

    Monsieur le Président, je le répète, il faudrait poser cette question aux conservateurs qui, pendant 10 ans, n'ont rien fait. En revanche, de notre côté, nous nous attaquons au problème. Nous avons mis sur pied un groupe d'experts qui formulera des recommandations, et nous modifierons la loi, une loi qui remonte à une époque où Internet n'existait pas. Alors que les conservateurs n'ont rien fait, nous nous assurerons que toute personne qui participe au système y contribue également, sans aucune exception.

[Français]

Les relations intergouvernementales

    Monsieur le Président, hier, tous les partis de l'Assemblée nationale du Québec ont dénoncé la position paternaliste et centralisatrice de ce gouvernement libéral. Tous les partis au gouvernement du Québec ont dénoncé le fait que ce gouvernement veut essayer de contourner le gouvernement pour distribuer des fonds aux municipalités. C'est inacceptable. Cette loi est présente depuis 1867.
    Pourquoi le premier ministre et le gouvernement libéral sont-ils aussi irrespectueux...
    L'honorable ministre de l'Infrastructure et des Collectivités a la parole.
    Monsieur le Président, j'aimerais rappeler à mon collègue d'en face que, respecter les provinces, c'est investir avec les provinces. C'est pour cela que nous sommes fiers d'avoir annoncé un investissement de plus de 500 millions de dollars dans le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Nous sommes fiers d'avoir investi dans la sécurité des usagers. Nous sommes fiers d'avoir investi pour moderniser une infrastructure de transport critique à Montréal pour la faire passer du XXe au XXIe siècle.
    Nous allons continuer d'investir avec les provinces et continuer d'investir partout au pays pour améliorer la qualité de vie des Canadiens.
    Monsieur le Président, je n'invente rien. C'est son premier ministre qui a dit, vendredi dernier, à la Fédération canadienne des municipalités qu'il était prêt à contourner les provinces pour arriver à ses fins.
     La loi M-30 est claire: toute entente en matière d'infrastructure municipale doit passer par le gouvernement du Québec. Ce premier ministre ne respecte pas les champs de compétence des provinces. Ce premier ministre est centralisateur et paternaliste.
    Est-ce que le ministre est d'accord avec son premier ministre, qui veut contourner le gouvernement du Québec, oui ou non?
    Monsieur le Président, s'il y a une chose dont je suis sûr, c'est qu'on a entendu hier le leader de l'opposition dire qu'Ottawa knows best. C'est le chef de l'opposition officielle qui prétend cela.
    Nous, nous prétendons que les Canadiens « savent mieux ». Nous pensons que les usagers « savent mieux ». C'est pour cela que nous allons continuer d'investir dans le transport en commun, dans des infrastructures vertes, modernes et résilientes partout au pays. Nous allons continuer d'investir pour les Canadiens.

[Traduction]

Le commerce interprovincial

    Monsieur le Président, les Canadiens en ont assez du protectionnisme dans leur propre pays et de l'inaction du gouvernement libéral à cet égard. Nous sommes un seul pays d'un océan à l'autre, et les Canadiens devraient pouvoir acheter et vendre des biens entre les provinces.
    La moitié du programme de libre-échange du premier ministre, soit 130 pages, n'est que des exceptions. Il est temps d'agir; nous n'avons pas besoin de plus d'échecs de la part des libéraux.
    Les premiers ministres provinciaux prennent des mesures pour favoriser un véritable commerce interprovincial. Quand le premier ministre en fera-t-il autant?
    Monsieur le Président, j'espère que beaucoup de Canadiens regardent la télévision aujourd'hui, car seuls les conservateurs peuvent prétendre qu'Ottawa a toujours raison. En 10 ans, le gouvernement Harper n'a pas réussi à faire avancer le commerce interprovincial.
    La promesse du chef de l'opposition ne représente que d'autres paroles creuses et grands engagements, sans plan pour arriver à des résultats. Ce n'est pas la première fois que les conservateurs font leur cinéma aux Canadiens. Ils le font notamment au sujet de l'environnement: ils sont de grands parleurs, mais ils n'ont aucun plan.
    Nous continuerons à assurer le libre-échange entre les provinces canadiennes.
    Monsieur le Président, le premier ministre a échoué lamentablement dans le dossier du libre-échange entre les provinces. En fait, il s'y est même opposé devant les tribunaux. La moitié des dispositions de l'Accord de libre-échange canadien, qui a été conclu par les libéraux, est une liste de choses dont on ne peut pas faire le commerce. Ce n'est pas ce qu'on appelle le libre-échange. En fait, comme c'est le cas du premier ministre, son supposé accord de libre-échange ne correspond pas à ce qu'on prétendait.
    Les obstacles au commerce interprovincial coûtent à l'économie canadienne 130 milliards de dollars. Quand le premier ministre cessera-t-il de faire de l'obstruction et permettra-t-il le libre-échange entre les provinces?

  (1440)  

    Monsieur le Président, je le répète pour les gens qui nous regardent à la maison: cette question vient du côté de la Chambre qui adhère à la philosophie « Ottawa a toujours raison ». Je rappelle aux Canadiens qu'au-delà des promesses non tenues, le chef de l’opposition garde le cap sur une seule chose, et les Canadiens le savent. Qu'il s'agisse de l'environnement, de l'économie ou de l'unité du pays, il n'a pas de véritable plan pour le Canada et pour les Canadiens.
    Nous, nous avons un plan pour permettre la circulation des biens à l'échelle du Canada. Nous, nous avons un plan pour stimuler l'économie. Nous, nous avons favorisé la création d'un million d'emplois.
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre. Il est possible que la partie des Raptors attire plus de téléspectateurs ce soir. Je n'en suis pas sûr. Je pense que nous devons écouter nos collègues lorsqu'ils ont la parole. Chose certaine, les délibérations ici bénéficieraient d'un peu plus de décorum.

Les ressources naturelles

    Monsieur le Président, les Kawarthas ont perdu 300 emplois lorsque les libéraux ont fait dérailler le projet de pipeline d'ouest en est. Des dizaines de milliers d'emplois ont été perdus en Alberta et dans le reste du pays à cause des tergiversations des libéraux et de leur mauvaise planification dans le projet TMX.
    Les conservateurs ont un plan. Nous allons travailler avec les provinces et avec les communautés autochtones à l'établissement d'un corridor énergétique. Notre plan réduira les coûts d'évaluation, offrira davantage de certitude aux investisseurs et créera de l'emploi.
    Quand le premier ministre cessera-t-il de s'en prendre au secteur énergétique et permettra-t-il que les projets créateurs d'emplois aillent de l'avant?
    Monsieur le Président, si le député et ses collègues du Parti conservateur du Canada avaient vraiment à coeur le secteur énergétique et les projets de pipelines, ils n'auraient pas voté contre le processus que nous avons mis en place pour que le projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain puisse être lancé.
    Nous tenons des consultations sérieuses avec les communautés autochtones et nous prendrons une décision concernant ce projet d'ici le 18 juin.
    Monsieur le Président, les libéraux ont déjà fait complètement dérailler deux projets de pipelines et aucun nouvel oléoduc n'est en service. L'expansion du pipeline Trans Mountain fera baisser le prix de l'essence qui a atteint un niveau exorbitant en Colombie-Britannique et permettra de remettre au travail les Canadiens de l'Ouest et de l'Atlantique. Ce projet créera des milliers d'emplois à l'extérieur de l'Alberta et bénéficiera à l'ensemble du Canada. En Ontario et au Québec, il soutiendra les 100 000 emplois liés au secteur pétrolier et gazier.
    Les libéraux avaient déjà approuvé le projet en 2016, mais leurs erreurs en ont retardé la réalisation. La majorité des Canadiens et des communautés autochtones appuient l'expansion du pipeline Trans Mountain. Cette fois-ci, quel est exactement le plan du gouvernement pour que les travaux débutent le 19 juin, et quand le pipeline sera-t-il mis en service?
    Monsieur le Président, je profite de l'occasion pour rappeler aux députés de l'opposition officielle que c'est l'inefficacité du système mis en place par le gouvernement précédent qui a fait avorter le projet Northern Gateway. Les failles du système ont fait que l'impact du transport maritime et l'impact sur le milieu marin n'ont pas été pris en compte dans l'examen de l'Office national de l'énergie.
    L'actuel gouvernement est en train de remédier aux lacunes qui ont entraîné des problèmes. Nous consultons les communautés autochtones en bonne et due forme et nous entretenons avec elles un vrai dialogue afin d'être à l'écoute de leurs préoccupations. Nous proposons des solutions à l'égard des problèmes qu'elles soulèvent. Nous faisons avancer ce projet.
    Je dois demander au député de Chilliwack—Hope et à la députée de Lakeland de ne pas interrompre la personne qui parle. Je demande aussi à tous les députés de bien vouloir écouter lorsque quelqu'un d'autre a la parole.
    Des voix: Oh, oh!
    Le Président: À l'ordre. J'ai beaucoup de difficulté à entendre.

[Français]

L'environnement

    Monsieur le Président, plus tôt cette semaine, le gouvernement libéral était tout fier de nous présenter comme une mise à jour le fait que la Banque de l'infrastructure du Canada serait mise à contribution dans le projet de train à grande fréquence.
    Cela veut dire que, si un jour le Parti libéral va de l'avant, il va garantir des profits juteux à ses amis plutôt qu'offrir des services abordables à la population. Grâce à la mise en place de sa banque climatique publique, le NPD assurera le meilleur rapport qualité-prix.
    Les libéraux peuvent-ils s'imaginer un jour lutter contre l'urgence climatique sans remplir les poches de leurs amis?
    Monsieur le Président, mon collègue a de nouveau soulevé la question du train à grande fréquence. C'est quelque chose qu'il fait chaque semaine.
    Je suis content de lui annoncer que nous continuons à travailler sur ce projet très sérieux qui pourrait avoir une influence sur beaucoup de Canadiens.
    Mon collègue devrait savoir que notre gouvernement fait diligence relativement à ce projet. Quand nous aurons quelque chose à annoncer, nous l'annoncerons.

  (1445)  

[Traduction]

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, les dispositions du projet de loi S-3 élimineraient une fois pour toutes la discrimination à l'égard des femmes des Premières Nations et de leur descendance. Tout ce que doit faire le premier ministre, qui se dit féministe, c'est prendre un décret pour que ces dispositions entrent en vigueur. Or, rien n'a été fait depuis l'adoption du projet de loi, il y a 18 mois.
    Le premier ministre va-t-il donner suite immédiatement à la recommandation 1.3 des appels à la justice pour enfin mettre un terme à cette forme de discrimination fondée sur le sexe envers les 270 000 femmes des Premières Nations et leurs descendants?
    Monsieur le Président, l'égalité hommes-femmes est un droit fondamental de la personne. Le projet de loi S-3 vise à éliminer la discrimination fondée sur le sexe de la Loi sur les Indiens.
    La représentante spéciale du ministère, Claudette Dumont-Smith, ainsi que les fonctionnaires du ministère ont tenu plus de 200 séances de consultation auprès des communautés et ont reçu de nos partenaires plus de 100 rapports de consultation sur la réforme du processus d'inscription au titre de la Loi sur les Indiens. On recommande notamment de prévoir un plan de mise en œuvre pour l'élimination de la date limite de 1951. La représentante spéciale met actuellement la dernière main à son rapport. Nous attendons avec impatience ses recommandations finales, que je soumettrai au Parlement d'ici quelques...
    Le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles a la parole.

[Français]

La sécurité publique

    Monsieur le Président j'aimerais que, contrairement à hier, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile écoute attentivement ma question.
    Nous savons que l'Agence des services frontaliers du Canada a intercepté 238 personnes, que 27 d'entre elles n'étaient pas admissibles et que 3 étaient des membres des cartels mexicains. Cela, nous le savons.
    Le problème est qu'il y a 400 autres individus, soit des Mexicains ou des étrangers voyageant avec un passeport mexicain, qui sont reliés au crime organisé, qui sont entrés au Canada et qui opèrent actuellement dans nos communautés.
    Ma question est simple. Le ministre prend-il des mesures pour les arrêter et les déporter?

[Traduction]

    Monsieur le Président, les chiffres que le député vient de donner proviennent d'une source anonyme. Ils n'ont pas été vérifiés. Il n'y a pas de source évidente pour ces allégations.
    En réalité, l'Agence des services frontaliers du Canada a transmis les données objectives tant au comité parlementaire qu'à moi, et le député connaît très bien ces chiffres. Si une personne est interdite de territoire au Canada pour cause de criminalité ou pour toute autre raison, l'Agence des services frontaliers du Canada et la GRC prendront les mesures appropriées pour mener une enquête et expulser cette personne.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie le ministre de sa réponse. Nous savons que des gens ont été interceptés. Maintenant, on a un problème qui est de savoir si, vraiment, 400 membres des cartels mexicains opèrent chez nous.
    Je vais poser une autre question au ministre: peut-il confirmer que les cartels mexicains vendent actuellement de la drogue au Canada et qu'ils sont très actifs, oui ou non?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le député répète depuis des jours les mêmes allégations sans fondement, non vérifiées et provenant d'une source anonyme. S'il a la moindre preuve qui étaie ses allégations, il devrait cesser de faire de beaux discours et soumettre ses preuves à la GRC.

Le vérificateur général du Canada

    Monsieur le Président, encore une fois, le premier ministre dit une chose et en fait une autre. Les libéraux récidivent, alors qu'ils se prétendent pourtant transparents et invariablement responsables. Cette fois, il ne s'agit pas de censurer des documents ou de refuser leur divulgation dans le but de camoufler les scandales dans lesquels les libéraux trempent. Là, ils tentent d'empêcher le vérificateur général de faire son travail, c'est-à-dire de demander des comptes aux libéraux. En effet, pour la première fois dans l'histoire du Canada, le vérificateur général ne sera pas en mesure d'effectuer des vérifications parce que le premier ministre refuse de financer son important travail. Pourquoi?
    Monsieur le Président, j'aimerais d'abord réaffirmer toute notre reconnaissance et tout notre respect pour le travail du vérificateur général et de son personnel.
    On commence à se demander si les conservateurs sont adeptes de l'autoflagellation. Examinons les comptes. Les conservateurs ont amputé le budget du vérificateur général; les libéraux ont voté contre cette mesure. Nous avons ajouté 41 millions de dollars au budget du vérificateur général; les conservateurs ont voté contre cette mesure. Qu'y a-t-il de si difficile à comprendre? Le vérificateur général peut compter sur notre appui.

  (1450)  

    Monsieur le Président, j'ai voulu savoir pourquoi et je n'ai pas obtenu de réponse, mais je vais vous l'expliquer, moi, pourquoi. C'est parce que les libéraux savent que tout ce qu'ils font se solde par des échecs, sauf lorsqu'ils protègent leurs amis influents et bien nantis et qu'ils s'en prennent à tous ceux — y compris le vérificateur général — qui sont prêts à exposer au grand jour la pourriture qui gangrène le Parti libéral. Depuis que le Canada existe, c'est la première fois que le vérificateur général du Canada affirme ne pas disposer des fonds nécessaires pour accomplir son travail, et devoir pour cette raison annuler des vérifications.
    Le premier ministre ne craint-il pas que ses échecs soient exposés au grand jour? N'est-ce pas pour cette raison qu'il a cherché à réduire le vérificateur général au silence?
    Monsieur le Président, plus de 70 % des rapports que le vérificateur général a rédigés au cours du présent mandat portent directement sur les ratés des politiques conservatrices. Il aura incessamment fait le tour de ces politiques.
    Je remercie le député de nous donner maintes fois l'occasion de rappeler quelques hauts faits de l'ancien gouvernement: le musellement des scientifiques, l'abolition de la version longue du formulaire de recensement et les manoeuvres d'obstruction. Où était le député lorsque son parti a voté en faveur d'une réduction du budget du vérificateur général?

[Français]

L'assurance-emploi

    Monsieur le Président, j'ai interpellé à plusieurs reprises ce premier ministre, qui se dit féministe, pour qu'il réforme son programme d'assurance-emploi sexiste. Ce régime abandonne de trop nombreux travailleurs, mais surtout des travailleuses. La moitié des hommes sont admissibles aux prestations, tandis que pour les femmes, pour les mères, c'est 35,2 %. Les travailleurs et les travailleuses sont tannés de l'inaction des libéraux et veulent un gouvernement qui est de leur bord.
    Qu'est-ce que cela va prendre pour que les libéraux agissent et réforment ce programme d'assurance-emploi sexiste?
    Monsieur le Président, je suis très heureux de pouvoir répondre à cette question.
    Nous avons affirmé à plusieurs reprises, depuis 2015, que le régime d'assurance-emploi était essentiel pour les familles de la classe moyenne, et c'est pourquoi nous l'avons amélioré à plusieurs égards. Nous avons amélioré la souplesse et la générosité des prestations de maternité, des prestations parentales, des prestations de proches aidants et des prestations de compassion. Nous avons aussi mis en place l'Allocation canadienne pour enfants, qui aide de manière disproportionnée les femmes, les mères, partout au Canada en aidant neuf familles sur dix, en sortant 300 000 enfants de la pauvreté chaque mois.

[Traduction]

    Monsieur le Président, malgré le soi-disant crédo féministe des libéraux, ils n'ont rien fait pour les femmes qui ont besoin de prestations d'assurance-emploi.
    Seulement le tiers des femmes sans emploi peuvent bénéficier de l'assurance-emploi, et à la fin de leur congé de maternité, elles doivent travailler des centaines d'heures pour y redevenir admissibles. Un nombre croissant de femmes occupent des emplois précaires et n'ont pas accès à l'assurance-emploi.
     Au Canada, les femmes subissent les conséquences d'un régime d'assurance-emploi discriminatoire à leur endroit.
    Pourquoi les libéraux n'ont-ils pas réussi à aider les travailleuses et que feront-ils pour corriger cette injustice?
    Monsieur le Président, je suis ravi d'avoir plus de temps pour parler de nos investissements qui favoriseront l'égalité des sexes dans le régime d'assurance-emploi.
     Nous sommes en 2019; l'égalité des sexes est un élément clé de notre croissance économique. Nous avons instauré une nouvelle prestation parentale partagée, qui accorde cinq semaines supplémentaires aux parents qui partagent leurs prestations d'assurance-emploi, ce qui permet d'encourager la participation égale des mères et des pères.
    Nous sommes en 2019, et nous avons hâte d'en faire davantage pour les femmes et les mères de partout au Canada.

L'environnement

    Monsieur le Président, aujourd'hui est la Journée mondiale de l'environnement, une journée pour encourager à l'échelle planétaire la sensibilisation et les mesures de protection à l'égard de notre environnement.
    Alors que les politiciens conservateurs n'ont toujours pas de plan pour s'attaquer aux changements climatiques, notre gouvernement sait que protéger notre environnement et lutter contre les changements climatiques est le défi de notre génération. C'est pourquoi nous prenons des mesures concrètes.
    Est-ce que la ministre de l'Environnement pourrait mettre la Chambre au courant des mesures que prend le gouvernement pour lutter contre les changements climatiques et protéger l'environnement?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de promouvoir la protection de l'environnement. Je souhaite à tout le monde au Canada une bonne Journée mondiale de l'environnement.
    Nous comprenons que prendre des mesures pour protéger l'environnement et lutter contre les changements climatiques, c'est bon pour l'environnement, bon pour l'économie et bon pour nos enfants. Il est dommage que les politiciens conservateurs ne le comprennent pas.
    Le chef de l'opposition dit qu'il sait comment faire, qu'Ottawa sait comment faire. Ce que les conservateurs savent faire, c'est ne rien faire pour l'environnement et les changements climatiques.
    Aujourd'hui, nous avons annoncé 15 millions de dollars d'aide à Forests Ontario pour la plantation de 50 millions d'arbres en Ontario. C'est bon pour l'environnement; c'est bon pour le climat...

  (1455)  

    Le député de Lévis—Lotbinière a la parole.

[Français]

Les priorités du gouvernement

    Monsieur le Président, après avoir donné 12 millions de dollars à Loblaws, voilà qu'une fois de plus, ce gouvernement libéral fait mauvaise figure en faisant pleuvoir 50 millions de dollars pour plusieurs fonds de capital de risque au Canada.
    Cependant, deux des trois fonds gagnants qui ont soumis une demande au programme ont déclaré qu'ils n'avaient pas particulièrement besoin de l'argent d'Ottawa. C'est le monde à l'envers et c'est une injustice flagrante envers ceux qui auraient réellement besoin de cet argent.
    Pourquoi le gouvernement libéral ne se mêle-t-il pas de ses affaires et pourquoi donne-t-il de l'argent à des fonds d'investissement qui n’en ont réellement pas besoin?
    Monsieur le Président, cela me fait très plaisir d'avoir la chance de me lever à la Chambre pour rappeler que donner de l'argent à ceux qui n'en ont pas besoin est une expertise nettement conservatrice.
    Pendant 10 ans, ils ont donné des cadeaux et des allégements fiscaux aux mieux nantis. Ils ont doublé la limite du CELI. Je me demande combien de gens de sa circonscription avaient 11 000 $ à la fin de l'année à mettre dans leur CELI. On a changé cela et on a pris une approche qui fonctionne. On a réduit la pauvreté de 20 % au pays avec l'Allocation canadienne pour enfants et en réduisant les impôts de la classe moyenne. C'est un plan qui fonctionne.

[Traduction]

    Monsieur le Président, sous les libéraux, la dette nationale augmente de plus de 2 millions de dollars par heure. Pourtant, cela ne les empêche pas de trouver de nouveaux moyens de gaspiller l'argent durement gagné des contribuables canadiens.
    Premièrement, les libéraux ont donné 12 millions de dollars à Loblaws pour l'achat de réfrigérateurs. Maintenant, ils donnent 50 millions de dollars à un fonds d'investissement dont le responsable, lorsqu'il s'est fait demander si son fonds avait besoin de cet argent, a répondu que non, mais qu'il était heureux de le recevoir. Ce sont là des paroles que la plupart des petits entrepreneurs canadiens rêveraient de pouvoir prononcer.
    Pourquoi les libéraux versent-ils de l'argent à des mégasociétés qui n'en ont littéralement pas besoin au lieu d'aider les petites entreprises en allégeant leur fardeau fiscal et en réduisant les formalités administratives?
    Monsieur le Président, je suis heureux d'intervenir à la Chambre pour rappeler au député d'en face que notre plan, contrairement à l'approche que les conservateurs avaient adoptée lors de leur décennie au pouvoir, donne des résultats pour les Canadiens. Tandis que les conservateurs accordaient une série d'allégements fiscaux aux mieux nantis, nous avons décidé d'agir différemment et de donner davantage aux gens qui en ont le plus besoin.
    Nous avons allégé le fardeau fiscal de la classe moyenne. Nous avons instauré l'Allocation canadienne pour enfants, la politique sociale la plus progressiste à être présentée depuis une génération. Cette allocation a permis de sortir des centaines de milliers d'enfants de la pauvreté et elle a réduit de 20 % le taux de pauvreté au pays.
    Je sais que ce n'était jamais l'intention visée par les conservateurs. Ils n'ont jamais eu l'intention de réduire les inégalités au Canada, mais pour notre part, c'est une question qui nous tient très à cœur.

[Français]

L'environnement

    Monsieur le Président, j'ai demandé à plusieurs reprises à la ministre de l'Environnement de dire la vérité aux Canadiens et aux Canadiennes concernant les cibles de l'Accord Paris. Pourquoi éviter de répondre et ne pas être transparente?
    On sait que le supposé plan environnemental de ce gouvernement ne fonctionne pas. Il doit arrêter de se mettre la tête dans le sable. Il se doit d'être honnête et de confirmer que les cibles de l'Accord Paris ne seront pas atteintes.
    Ma question est très simple: quand ce gouvernement libéral va-t-il dire clairement aux Canadiens que le Canada n'atteindra pas les cibles de l'Accord Paris?
    Monsieur le Président, c'est intéressant d'entendre les questions des conservateurs. Je veux leur souhaiter une bonne Journée mondiale de l'environnement et leur demander s'ils vont se tenir debout avec nous tous pour voter en faveur de notre motion sur l'urgence climatique. On doit agir de manière urgente au sujet des changements climatiques et accepter qu'on doit atteindre nos cibles de l'Accord de Paris.
    Vont-ils voter avec les Canadiens ou contre eux?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le plan de lutte contre les changements climatiques des libéraux est un échec retentissant. En effet, tous les experts, y compris le propre ministère de la ministre, disent que les libéraux n'atteindront pas leurs cibles de l'Accord de Paris. La ministre continue de nier la réalité et d'induire les Canadiens en erreur.
    Il y a deux semaines, dans un moment de franchise spontanée, la ministre a admis ce qu'elle essayait de faire. Elle a affirmé ceci: « Lorsqu'on parle plus fort, qu'on répète et qu'on se concentre sur un thème, les gens finissent par croire ce qui est dit sans poser de question. »
    Les Canadiens sont plus intelligents que cela. La ministre admettra-t-elle maintenant que son plan...
    À l'ordre, s'il vous plaît. La ministre de l'Environnement a la parole.
    En fait de réponses toutes faites, monsieur le Président, il suffit de regarder les députés d'en face. Qui lit des réponses toutes faites pour expliquer qu'ils vont en faire de moins en moins pour protéger l'environnement et lutter contre le changement climatique?
    Nous sommes déterminés à prendre des mesures pour lutter contre les changements climatiques. Nous avons créé un million d'emplois. Parallèlement, nous rendons la vie abordable pour les Canadiens.
    Au bout du compte, nous avons tous une obligation. À l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement, j'invite tous les Canadiens à réfléchir à des façons dont nous pouvons relever le plus grand défi de notre génération, celui des changements climatiques, tout en stimulant la croissance économique et en créant de bons emplois pour les Canadiens.

  (1500)  

[Français]

Le patrimoine canadien

    Monsieur le Président, Google a dépensé 47 millions de dollars en lobbying pour faire reculer le droit d'auteur en Europe. Ici, le gouvernement libéral laisse complètement la porte ouverte aux géants comme Facebook, Google, Netflix, etc. Il dit qu'il n'y a pas de passe-droit. Mon œil! Cela fait quatre ans qu'il chante la même chanson.
    Les conséquences sont bien réelles: Groupe TVA annonce aujourd'hui qu'il supprime 68 postes et attribue cela au favoritisme des libéraux, qui refusent d'appliquer les mêmes règles pour tous.
    J'ai honte de ce Parlement qui laisse notre culture, notre démocratie et nos emplois en pâture au Big Brother américain. Depuis quatre ans, les libéraux n'ont rien fait.
    Pourquoi? Caltor!
    Monsieur le Président, mon collègue est en grande forme. Comme je l'ai dit plus tôt, il devrait adresser ses commentaires aux conservateurs qui ont été là pendant 10 ans et qui n'ont absolument rien fait.
    Depuis ce temps, nous, nous avons mis sur pied un comité, qui est en train d'analyser tout cela, en vue de changer la loi éventuellement. Il y aura un système qui sera le même pour tout le monde et qui va faire en sorte que tous ceux qui participent au système contribuent au système.
    Il n'y a pas un gouvernement qui en a fait plus en matière de culture que ce gouvernement-ci.
    M. Pierre Nantel: Il vous reste un mois et c'est fini!
    À l'ordre. Je rappelle à l'honorable député de Longueuil—Saint-Hubert qu'il doit parler seulement lorsqu'il a la parole. Les autres députés l'ont écouté lorsqu'il a parlé; il doit donc écouter les autres.

[Traduction]

    Le député de Cowichan—Malahat—Langford a la parole.

L'industrie laitière

    Monsieur le Président, l'an dernier, la ministre des Affaires étrangères a promis une compensation aux producteurs laitiers canadiens après que l'adoption de trois accords de libre-échange successifs a mis en péril des milliers d'emplois au pays.
    Dans le budget de 2019, le gouvernement a promis d'indemniser les producteurs laitiers, mais les transformateurs laitiers, qui emploient 24 000 personnes dans les régions rurales du pays, n'ont absolument rien reçu. Pas un sou n'a été versé aux transformateurs laitiers pour les dédommager pour les pertes qu'ils subissent à cause de ces accords de libre-échange.
    Quand les libéraux vont-ils respecter leur promesse d'indemniser équitablement les transformateurs laitiers canadiens?

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de me donner l'occasion de faire une mise à jour en ce qui concerne notre engagement relatif à toute la question de la gestion de l'offre.
    Effectivement, notre engagement est ferme. Il l'est autant à l'égard des producteurs, qu'il s'agisse des producteurs laitiers, des producteurs de volailles ou des producteurs d'œufs, que des transformateurs. Nous sommes sur le point de dévoiler les mécanismes qui seront mis en place en vue d'offrir les compensations promises à notre industrie.

[Traduction]

Les ressources naturelles

    Monsieur le Président, comme il produit beaucoup d'énergie propre, le Manitoba peut aider d'autres administrations à réduire leur impact environnemental.
    Le Minnesota est prêt à acheter de l'hydroélectricité du Manitoba, de manière à remplacer l'énergie des centrales au charbon de cet État par une source d'énergie propre et renouvelable. L'Office national de l'énergie et le gouvernement du Manitoba ont tous les deux approuvé la construction de la ligne de transport, mais le premier ministre refuse d'autoriser le projet.
    Nous savons que le premier ministre manque régulièrement de respect envers les provinces, mais pourquoi punit-il tous les Manitobains et les empêche-t-il de profiter de cette occasion fantastique de vendre de l'énergie propre?
    Monsieur le Président, le gouvernement appuie les projets d'énergie propre, qui réduisent les émissions et qui créent de bons emplois bien rémunérés pour la classe moyenne. Cependant, il est devenu évident que, compte tenu de l'accord que Manitoba Hydro a proposé aux communautés autochtones, le gouvernement du Manitoba a contraint Manitoba Hydro d'annuler l'entente.
    Nous tentons de régler les problèmes en vue de mener à bien des consultations en bonne et due forme auprès des communautés autochtones et de mettre en œuvre de bons projets.

L’industrie forestière

    Monsieur le Président, la collectivité de Vavenby a reçu des nouvelles dévastatrices lundi, lorsque la scierie de Canfor a fermé ses portes et que 178 personnes ont perdu leur emploi. Cela fait suite à la fermeture de Tolko Industries, qui a entraîné la perte de 240 emplois à Quesnel. Il s’agit de la deuxième fermeture majeure en 30 jours. Notre industrie est en crise.
     Pourquoi le gouvernement a-t-il renoncé à faire du dossier du bois d’œuvre une priorité lors de la renégociation de l'ALENA?

  (1505)  

    Monsieur le Président, nous sommes de tout cœur avec les gens et les travailleurs qui sont frappés par la fermeture des scieries. Nous sommes conscients que, dans cette région, l’exploitation forestière a diminué en raison des feux de forêt et de l’infestation du dendroctone du pin, causés par les changements climatiques.
     Nous veillons à ce qu’un soutien adéquat soit offert à l’industrie et aux travailleurs qui sont frappés par ces fermetures.
    Monsieur le Président, en signant le dernier accord sur le bois d'oeuvre, l'ancien gouvernement conservateur a mis un terme au plus long et plus coûteux différend commercial avec les États-Unis. Nous avons élargi nos marchés à l'étranger et nous avons fait la promotion de l'initiative Le bois nord-américain d'abord.
    Toutefois, lorsque l'accord a expiré et qu'il a fallu en signer un nouveau, les libéraux ont refusé d'en faire une priorité. Dans ma province, plus de 140 000 emplois et 140 collectivités dépendent de la foresterie. Au cours des trois dernières semaines, nous avons appris que sept scieries fermaient leurs portes ou étaient sur le point de le faire.
    Combien d'autres familles devront perdre leur moyen de subsistance avant que le premier ministre fasse de ce dossier une priorité?
    Monsieur le Président, les conservateurs ne savent tout simplement pas de quoi ils parlent. L'actuel gouvernement a vu les conséquences de cette terrible entente sur les quotas qu'ils ont acceptée pour le bois d'oeuvre.
    Le gouvernement continuera à défendre vigoureusement notre industrie et ses travailleurs contre les mesures commerciales protectionnistes auxquelles les conservateurs ont acquiescé. Nous continuons à contester les droits américains dans le cadre de l'ALENA et devant l'Organisation mondiale du commerce, où le bois d'oeuvre canadien a toujours gagné par le passé. Nous allons gagner de nouveau.
    L'actuel gouvernement ne cessera jamais de défendre cette industrie et ses travailleurs.

L'industrie touristique

    Monsieur le Président, au cours de ma carrière à Parcs Canada, qui a duré 32 ans, j'ai rencontré des agences et des entreprises de tourisme de partout au Canada. Par conséquent, je sais à quel point le tourisme est important dans l'économie canadienne. C'est particulièrement vrai en Colombie-Britannique, où le secteur compte plus de 300 000 travailleurs.
    La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie peut-elle expliquer comment la nouvelle stratégie en matière de tourisme stimule la création d'emplois dans le secteur, plus précisément en Colombie-Britannique?
    Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue de Cloverdale—Langley City de son excellent travail. Toutes les semaines, il soulève immanquablement la question du tourisme dans nos discussions.
    Après avoir été abandonnés par les conservateurs, les travailleurs du secteur du tourisme — il y en a 1,8 million — savent qu'ils peuvent compter sur nous. Nous venons tout juste d'investir près de 60 millions de dollars dans le nouveau Fonds pour les expériences canadiennes, afin de favoriser le tourisme hivernal tout en développant les activités touristiques ailleurs que dans les trois principales villes du pays pour favoriser les régions. Nous soutiendrons également le tourisme LGBTQ, les expériences culinaires et...
    Le député de Beauport—Limoilou a la parole.

[Français]

Les langues officielles

    Monsieur le Président, tout le monde se rappelle de la gaffe énorme que la ministre des Langues officielles a faite, il y a deux ans, lorsqu’elle a fait, avec Netflix, une entente qui ne prévoyait aucune garantie de production culturelle francophone. Les Québécois et les francophones étaient tellement frustrés partout au pays que le premier ministre l’a démise de ses fonctions et qu'elle a perdu le ministère du Patrimoine canadien.
    Voyons ce qu’elle nous dit aujourd’hui. Elle a fait un plan de tourisme, il y a deux semaines. Il n’y a aucune garantie, aucun investissement pour les communautés minoritaires francophones partout au pays. Elle vient de faire une annonce aujourd’hui, et, encore une fois, il n’y a rien pour les francophones.
    Est-ce que c’est un oubli de la ministre ou est-ce que tout simplement ce gouvernement ne prend pas au sérieux les langues officielles?
    Monsieur le Président, les Franco-Ontariens et tous les francophones du pays savent très bien que notre gouvernement est présent à leurs côtés, alors que les conservateurs les ont laissés tomber et ont décidé de protéger Doug Ford en Ontario, plutôt que de protéger les francophones partout au pays.
    Ensuite, il va de soi que nous serons toujours aux côtés de nos minorités linguistiques. Nous avons investi 2,7 milliards de dollars dans les minorités linguistiques. C’est la première fois qu’autant d’argent est mis pour soutenir les langues officielles au pays. Nous sommes fiers de notre bilan et nous allons continuer.

Les télécommunications

    Monsieur le Président, avec des centaines de citoyens dans la rue, des milliers de signatures à une pétition, la mobilisation citoyenne à Otterburn Park va bon train, parce que c’est clair que la tour que Telus veut construire dans un boisé sensible n’a pas obtenu l’acceptabilité sociale.
    Le ministre a offert une rencontre à la Ville, mais cette dernière hésite, car elle est devant les tribunaux pour ce dossier. Le ministre peut-il prendre la piste de solution la plus simple: écouter les citoyens et annuler le permis pour la construction de cette tour, qui n’a clairement pas obtenu l’acceptabilité sociale?

  (1510)  

    Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue de sa question.
    Notre gouvernement croit que les communautés devraient avoir leur mot à dire sur l’emplacement des pylônes de téléphonie cellulaire sur leur territoire. Les entreprises de télécommunications doivent consulter de façon ouverte et transparente les communautés sur l’emplacement des pylônes. Le gouvernement a des procédures en place pour donner suite à toute préoccupation raisonnable et pertinente soulevée lors de ces consultations. Ce processus garantit que les Canadiens peuvent rester connectés par cellulaire, sans opposer cela à l’emplacement des tours dans leurs communautés.

La sécurité publique

    Monsieur le Président, on estime que ma circonscription, Laurentides—Labelle, a environ 10 800 lacs et plans d’eau, dont beaucoup sont utilisés à des fins récréatives pendant l’été. Nous travaillons à plusieurs enjeux autour de la gestion et la protection de nos lacs, mais celui dont on parle moins est la sécurité nautique.
    Selon la Croix-Rouge, il y a environ 160 morts liés aux activités nautiques chaque année au Canada.
    Le ministre des Transports peut-il nous dire ce qu’on fait pour la sensibilisation de la sécurité des plaisanciers?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Laurentides—Labelle de son excellente question.
    Comme on le sait, nous voulons promouvoir les meilleures pratiques en matière de sécurité nautique, quand les Canadiens sortent sur l’eau. Nous voulons atteindre le plus grand nombre possible. C’est pour cela que nous sommes très contents d’avoir annoncé des fonds supplémentaires pour la promotion et la contribution en matière de sécurité nautique, afin d’atteindre et de sensibiliser le plus grand nombre de Canadiens possible.
    Nous voulons que les Canadiens qui sortent sur l’eau aient beaucoup de plaisir. Nous voulons qu’ils connaissent les règlements et qu’ils aient l’occasion de sortir sur nos belles eaux navigables.

[Traduction]

La vie privée

    Monsieur le Président, le gouvernement libéral a enfreint la loi à plusieurs reprises en communiquant les renseignements personnels de journalistes ainsi que les questions qu'ils posaient au sujet du projet de plusieurs milliards de dollars d'Irving Shipbuilding. Voilà maintenant qu'il contrevient à la Loi sur l'accès à l'information en refusant de rendre publiques 200 pages de documents concernant la communication de ces renseignements personnels à Irving.
    Pourquoi le gouvernement continue-t-il d'enfreindre les lois et qu'a-t-il à cacher?
    Monsieur le Président, notre objectif est de communiquer aux Canadiens, y compris aux médias, des renseignements factuels dans les meilleurs délais, en nous assurant de protéger les renseignements sensibles. J'ai demandé à mon ministère de s'assurer de communiquer des renseignements exacts concernant les échanges avec nos partenaires de l'industrie et de veiller à la protection de la vie privée de tous ceux qui ont des relations avec mon ministère.

[Français]

Le transport ferroviaire

    Monsieur le Président, hier, les citoyens de Lac-Mégantic ont demandé une commission d'enquête publique sur la tragédie ferroviaire de 2013. Le ministre leur a répondu qu'ils donnaient dans le complot. Le fait que 47 personnes aient été brûlées vives à Lac-Mégantic, ce n'est pas un complot. En février, il y a eu trois morts dans un accident similaire survenu en Colombie-Britannique, et ce n'est pas un complot. L'augmentation des incidents ferroviaires depuis la tragédie de Lac-Mégantic n'est pas un complot.
    Est-ce que le ministre va retirer ses paroles, cesser d'insulter les gens de Lac-Mégantic et ordonner la tenue d'une commission d'enquête sur la sécurité ferroviaire?
    Monsieur le Président, le complot vient seulement du Bloc québécois. Nous avons fait toute la lumière au moyen de l'enquête du Bureau de la sécurité des transports du Canada sur la tragédie du Lac-Mégantic.
    J'ai rencontré des familles qui ont perdu un fils ou une fille, un père ou une mère, un frère ou une sœur. Je peux affirmer sincèrement que les Méganticois veulent se tourner vers l'avenir, et c'est ce qu'on va faire.

[Traduction]

Recours au Règlement

Les questions orales 

[Recours au Règlement]
    Monsieur le Président, vous l'avez souvent répété, les députés de l'opposition officielle posent les questions et les députés ministériels y répondent ou, du moins, ils tentent d'y répondre. Lors de ces échanges, il arrive que des opinions soient émises ou que des questions qui ne plaisent pas à tous soient posées. Vous nous avez demandé de toujours demeurer courtois, peu importe la situation.
    J'aimerais porter à votre attention une situation survenue tout à l'heure.
     Monsieur le Président, en fait, je voudrais porter à votre attention ce qui se passe présentement. Les députés d'en face me chahutent pour essayer de me faire taire. Je vais vous laisser les rappeler à l'ordre.
    Des voix: Oh, oh!

  (1515)  

    À l'ordre. La députée n'a pas terminé son rappel au Règlement, et je dois connaître la suite. Nous devons tous l'écouter.
    La députée de Lethbridge a la parole.
    Monsieur le Président, je vous remercie de faire respecter le Règlement de façon équitable dans cette enceinte.
    Pendant la période des questions, ma collègue, la députée de Lakeland, a posé une question. C'est une femme adulte, élue par les citoyens de la circonscription de Lakeland, qui lui ont donné le mandat de les représenter. On lui a confié un dossier qu'elle maîtrise très bien, celui de l'énergie et des ressources naturelles au Canada.
    Pendant la période des questions, elle a posé une question au sujet de ce dossier, ce qui est son droit, avant de se faire chahuter par le député de Shefford, qui lui a dit la chose suivante.
    Je vais attendre encore une fois que les députés d'en face cessent de me chahuter
    Des voix: Oh, oh!
    Mme Rachael Harder: Monsieur le Président, le député de Shefford a sommé la députée de Lakeland de se taire. Il a ajouté: « Assieds-toi, petite .»
    Je trouve cette remarque incroyablement dégradante et sexiste envers ma collègue. Il s'agit d'une femme adulte qui connaît ses dossiers sur le bout des doigts, et qui a été dûment élue par les habitants de Lakeland pour les représenter à la Chambre. Il est tout à fait déplacé de traiter une députée comme si c'était une enfant et de la qualifier de « petite ». Je demande au député d'en face de s'excuser auprès de ma collègue.
    Je ne vois pas le député de Shefford se lever pour prendre la parole.
    Je vais passer en revue l'enregistrement de la période des questions. Je n'ai pas entendu cette remarque ou une remarque de la sorte, mais je vais certainement vérifier l'enregistrement pour tenter de savoir ce qui a été dit.
    Comme la députée l'a si bien dit, je demanderais à tous les députés de se respecter les uns les autres et de ne pas interrompre une personne qui a la parole. C'est un problème constant.
    Le député de Rosemont-La Petite-Patrie invoque le Règlement.

[Français]

    Monsieur le Président, après avoir consulté les autres formations politiques, j’ai bon espoir d'obtenir le consentement unanime de la Chambre afin de déposer la motion suivante: Que la Chambre des communes reconnaisse la motion unanime de l'Assemblée nationale qui rappelle que tout projet pouvant avoir un impact environnemental sur le territoire Québécois, notamment ceux ayant trait au transport d'hydrocarbures, doit être soumis à un processus québécois d'évaluation environnementale...
    Des voix: Non.
    Je remercie l'honorable député. Il sait que, selon la procédure, il faut d'abord demander la permission de présenter une motion pour laquelle on n'a pas donné d'avis. Si on obtient cette permission, on peut procéder. Or on a toujours l'option de publier un avis dans le Feuilleton. C'est maintenant clair qu'il n'y a pas de consentement unanime de la Chambre pour cette motion.

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Il y a eu consultation entre les partis, et j'espère que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante: ...
    Des voix: Non.
    Mme Jenny Kwan: Monsieur le Président, que, compte tenu du dépôt du rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, le gouvernement reconnaisse le génocide perpétré contre les femmes et les filles autochtones...

  (1520)  

    À l'ordre. Il est important que j'entende les députés qui demandent le consentement et il est important que nous entendions la question qui est soulevée. Nous avons écouté la députée et il n'y a manifestement pas de consentement unanime.

[Français]

    L'honorable députée de Rivière-des-Mille-Îles invoque le Règlement.
    Monsieur le Président, tous les députés de la Chambre méritent le même respect que celui que nous devons tous à nos concitoyens. Je demande donc au député de Longueuil—Saint-Hubert de retirer ses propos non parlementaires et insultants.
    Monsieur le Président, j'aimerais bien savoir en quoi j'ai pu manquer de respect envers mon collègue. J'ai émis une interjection, « caltor », mais cela aurait aussi pu être « épine de rose » ou « citron ». Je ne pense pas que ce soit un manque de respect envers le ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme qui, dans les faits, par contre, n'a rien fait depuis quatre ans.
    Il me semble qu'il s'agit d'une question de débat.
    L'honorable députée de Repentigny invoque le Règlement.
    Monsieur le Président, 3 800 personnes ont signé une pétition pour demander une commission d'enquête sur la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic. Il y a plus d'un an, l'Assemblée nationale avait présenté une motion visant une commission d'enquête publique qui avait été votée à l'unanimité.
    Je demande au ministre des Transports de retirer ses propos sur les théories du complot.
    Il me semble qu'il s'agit d'une question de débat.

ORDRES ÉMANANT DU GOUVERNEMENT

[Ordres émanant du gouvernement]

[Français]

Loi no 1 d'exécution du budget de 2019

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 4 juin, du projet de loi C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en oeuvre d'autres mesures, dont le comité a fait rapport avec des propositions d'amendement, ainsi que du groupe de motions no 1.
    Comme il est 15 h 22, conformément à l'ordre adopté le mardi 28 mai, la Chambre procédera maintenant aux votes par appel nominal différés sur les motions à l'étape du rapport du projet de loi C-97.
    Convoquez les députés.
    Après l'appel de la sonnerie:

  (1535)  

[Traduction]

    Le vote porte sur la motion no 1. Le résultat du vote sur cette motion s'appliquera également aux motions nos 2 à 17.

  (1545)  

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1335)

POUR

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Anderson
Arnold
Barlow
Barrett
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Brassard
Calkins
Carrie
Chong
Cooper
Davidson
Diotte
Doherty
Dreeshen
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Finley
Généreux
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Harder
Jeneroux
Kent
Kmiec
Leitch
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
Maguire
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Motz
Nater
Nicholson
Nuttall
O'Toole
Paul-Hus
Rayes
Reid
Richards
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Strahl
Stubbs
Sweet
Tilson
Trost
Van Kesteren
Viersen
Wagantall
Warkentin
Waugh
Webber
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 72


CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ashton
Aubin
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beaulieu
Beech
Bendayan
Bennett
Benson
Bibeau
Bittle
Blaikie
Blair
Boissonnault
Bossio
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Bratina
Breton
Brosseau
Caesar-Chavannes
Caron
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Choquette
Cormier
Cullen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubé
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Garrison
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hajdu
Hardcastle
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hughes
Hussen
Hutchings
Iacono
Johns
Jolibois
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Julian
Kang
Khalid
Khera
Kwan
Lambropoulos
Lamoureux
Lapointe
Laverdière
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacGregor
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Manly
Masse (Windsor West)
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Moore
Morneau
Morrissey
Murray
Nantel
Nassif
Nault
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Philpott
Picard
Poissant
Quach
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sansoucy
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Ste-Marie
Stetski
Tabbara
Tan
Tassi
Thériault
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Weir
Whalen
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 197


PAIRÉS

Députés

Gill
LeBlanc
Plamondon
Zahid

Total: -- 4


    Je déclare la motion no 1 rejetée. Je déclare donc les motions nos 2 à 17 rejetées.

[Français]

    La mise aux voix porte sur la motion no 18. Le vote sur cette motion s'appliquera également aux motions nos 19 à 33.

  (1550)  

    (La motion no 18, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1336)

POUR

Députés

Ashton
Aubin
Beaulieu
Benson
Blaikie
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brosseau
Caron
Choquette
Cullen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Fortin
Garrison
Hardcastle
Hughes
Johns
Jolibois
Julian
Kwan
Laverdière
MacGregor
Manly
Masse (Windsor West)
May (Saanich—Gulf Islands)
Moore
Nantel
Pauzé
Quach
Sansoucy
Ste-Marie
Stetski
Thériault
Weir

Total: -- 38


CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Aldag
Alghabra
Amos
Anandasangaree
Anderson
Arnold
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Barlow
Barrett
Baylis
Beech
Bendayan
Bennett
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bibeau
Bittle
Blair
Boissonnault
Bossio
Brassard
Bratina
Breton
Caesar-Chavannes
Calkins
Carrie
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Chong
Clarke
Clement
Cooper
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
Davidson
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Diotte
Doherty
Dreeshen
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Eglinski
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Fergus
Finley
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Généreux
Genuis
Gerretsen
Gladu
Godin
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Gourde
Graham
Hajdu
Harder
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hoback
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Jeneroux
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Kang
Kent
Khalid
Khera
Kmiec
Lambropoulos
Lamoureux
Lapointe
Lefebvre
Leitch
Leslie
Levitt
Liepert
Lightbound
Lloyd
Lobb
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
Lukiwski
Maguire
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCauley (Edmonton West)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Morneau
Morrissey
Motz
Murray
Nassif
Nater
Nault
Nicholson
Nuttall
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
O'Toole
Ouellette
Paradis
Paul-Hus
Peschisolido
Peterson
Philpott
Picard
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rayes
Reid
Richards
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Saroya
Scarpaleggia
Schiefke
Schmale
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Shields
Shipley
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sopuck
Sorbara
Sorenson
Spengemann
Stanton
Strahl
Stubbs
Sweet
Tabbara
Tan
Tassi
Tilson
Trost
Van Kesteren
Vandenbeld
Vaughan
Viersen
Virani
Wagantall
Warkentin
Waugh
Webber
Whalen
Wong
Wrzesnewskyj
Yip
Young
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 234


PAIRÉS

Députés

Gill
LeBlanc
Plamondon
Zahid

Total: -- 4


    Je déclare la motion no 18 rejetée. Je déclare donc les motions nos  19 à 33 rejetées.

[Traduction]

    Le vote suivant porte sur la motion no 34. Le résultat du vote sur cette motion s'appliquera également aux motions nos 35 à 43.

  (1600)  

    (La motion no 34, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1337)

POUR

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Anderson
Arnold
Ashton
Aubin
Barlow
Barrett
Beaulieu
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Blaikie
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Calkins
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Clarke
Clement
Cooper
Cullen
Davidson
Diotte
Doherty
Dreeshen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Fortin
Garrison
Généreux
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hoback
Hughes
Jeneroux
Johns
Jolibois
Julian
Kent
Kmiec
Kwan
Laverdière
Leitch
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacGregor
Maguire
Manly
Masse (Windsor West)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Nantel
Nater
Nicholson
Nuttall
O'Toole
Paul-Hus
Pauzé
Philpott
Quach
Rayes
Reid
Richards
Sansoucy
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Ste-Marie
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Thériault
Tilson
Trost
Van Kesteren
Viersen
Wagantall
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 115


CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bendayan
Bennett
Bibeau
Bittle
Blair
Boissonnault
Bossio
Bratina
Breton
Caesar-Chavannes
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hajdu
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Kang
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Morneau
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Picard
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Tabbara
Tan
Tassi
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Whalen
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 159


PAIRÉS

Députés

Gill
LeBlanc
Plamondon
Zahid

Total: -- 4


    Je déclare la motion no 34 rejetée. Je déclare donc les motions nos 35 à 43 rejetées.

[Français]

    La prochaine mise aux voix porte sur la motion no 44. Le vote sur cette motion s'applique également aux motions nos 45 à 51, 53 et 54.

  (1605)  

    (La motion no 44, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1338)

POUR

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Anderson
Arnold
Ashton
Aubin
Barlow
Barrett
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Blaikie
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Caesar-Chavannes
Calkins
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Clarke
Clement
Cooper
Cullen
Davidson
Diotte
Doherty
Dreeshen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Garrison
Généreux
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hoback
Hughes
Jeneroux
Johns
Jolibois
Julian
Kent
Kmiec
Kwan
Laverdière
Leitch
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacGregor
Maguire
Manly
Masse (Windsor West)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Nantel
Nater
Nicholson
Nuttall
O'Toole
Paul-Hus
Philpott
Quach
Rayes
Reid
Richards
Sansoucy
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Tilson
Trost
Van Kesteren
Viersen
Wagantall
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 110


CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beaulieu
Beech
Bendayan
Bennett
Bibeau
Bittle
Blair
Boissonnault
Bossio
Boudrias
Bratina
Breton
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hajdu
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Kang
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Morneau
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Picard
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Ste-Marie
Tabbara
Tan
Tassi
Thériault
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Whalen
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 164


PAIRÉS

Députés

Gill
LeBlanc
Plamondon
Zahid

Total: -- 4


    Je déclare la motion no 44 rejetée. Je déclare donc les motions nos 45 à 51, 53 et 54 rejetées.

[Traduction]

    Le vote suivant porte sur la motion no 52.

  (1615)  

[Français]

    (La motion no 52, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1339)

POUR

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Anderson
Arnold
Ashton
Aubin
Barlow
Barrett
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Blaikie
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Calkins
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Clarke
Cooper
Cullen
Davidson
Diotte
Doherty
Dreeshen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Garrison
Généreux
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hoback
Hughes
Jeneroux
Johns
Jolibois
Julian
Kent
Kmiec
Kwan
Laverdière
Leitch
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacGregor
Maguire
Manly
Masse (Windsor West)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Nantel
Nater
Nicholson
Nuttall
O'Toole
Paul-Hus
Quach
Rayes
Reid
Richards
Sansoucy
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Tilson
Trost
Van Kesteren
Viersen
Wagantall
Warkentin
Waugh
Webber
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 106


CONTRE

Députés

Aldag
Alghabra
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beaulieu
Beech
Bendayan
Bennett
Bibeau
Bittle
Blair
Boissonnault
Bossio
Boudrias
Bratina
Breton
Caesar-Chavannes
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fortin
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hajdu
Hardie
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Kang
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Morneau
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Pauzé
Peschisolido
Peterson
Philpott
Picard
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Ste-Marie
Tabbara
Tan
Tassi
Thériault
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Weir
Whalen
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 166


PAIRÉS

Députés

Gill
LeBlanc
Plamondon
Zahid

Total: -- 4


    Je déclare la motion no 52 rejetée.

  (1620)  

[Traduction]

    Le vote suivant porte sur la motion no 55.

  (1630)  

    (La motion no 55, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1340)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ashton
Aubin
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bendayan
Bennett
Benson
Bibeau
Bittle
Blaikie
Blair
Boissonnault
Bossio
Boulerice
Boutin-Sweet
Bratina
Breton
Brosseau
Caesar-Chavannes
Caron
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Choquette
Cormier
Cullen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubé
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Garrison
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hajdu
Hardcastle
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hughes
Hussen
Hutchings
Iacono
Johns
Jolibois
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Julian
Kang
Khalid
Khera
Kwan
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Laverdière
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacGregor
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Manly
Masse (Windsor West)
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Moore
Morneau
Morrissey
Murray
Nantel
Nassif
Nault
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Philpott
Picard
Poissant
Quach
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sansoucy
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Stetski
Tabbara
Tan
Tassi
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Weir
Whalen
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 192


CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Anderson
Arnold
Barlow
Barrett
Beaulieu
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Boudrias
Brassard
Calkins
Carrie
Chong
Clarke
Cooper
Davidson
Diotte
Doherty
Dreeshen
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Fortin
Généreux
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Harder
Hoback
Jeneroux
Kelly
Kent
Kmiec
Leitch
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
Maguire
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Motz
Nater
Nicholson
Nuttall
O'Toole
Paul-Hus
Pauzé
Rayes
Reid
Richards
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Ste-Marie
Strahl
Stubbs
Sweet
Thériault
Tilson
Trost
Van Kesteren
Viersen
Wagantall
Warkentin
Waugh
Webber
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 82


PAIRÉS

Députés

Gill
LeBlanc
Plamondon
Zahid

Total: -- 4


    Je déclare la motion no 55 adoptée.

[Français]

    La prochaine mise aux voix porte sur la motion no 56. Le vote sur cette motion s'applique également à la motion no 57.

  (1635)  

    (La motion no 56, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1341)

POUR

Députés

Ashton
Aubin
Beaulieu
Benson
Blaikie
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brosseau
Caesar-Chavannes
Caron
Choquette
Cullen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Fortin
Garrison
Hardcastle
Hughes
Johns
Jolibois
Julian
Kwan
Laverdière
MacGregor
Manly
Masse (Windsor West)
May (Saanich—Gulf Islands)
Moore
Nantel
Pauzé
Philpott
Quach
Sansoucy
Ste-Marie
Stetski
Thériault
Weir

Total: -- 40


CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Aldag
Alghabra
Anandasangaree
Anderson
Arnold
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Barlow
Barrett
Baylis
Beech
Bendayan
Bennett
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Bibeau
Bittle
Blair
Boissonnault
Bossio
Brassard
Bratina
Breton
Calkins
Carrie
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Chong
Clarke
Cooper
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
Davidson
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Diotte
Doherty
Dreeshen
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Eglinski
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Fergus
Finley
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Généreux
Genuis
Gerretsen
Gladu
Godin
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Gourde
Graham
Hajdu
Harder
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Jeneroux
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Kelly
Kent
Khalid
Khera
Kmiec
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lefebvre
Leitch
Leslie
Levitt
Liepert
Lightbound
Lloyd
Lobb
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
Lukiwski
MacKinnon (Gatineau)
Maguire
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCauley (Edmonton West)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Morneau
Morrissey
Motz
Murray
Nassif
Nater
Nault
Nicholson
Nuttall
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
O'Toole
Ouellette
Paradis
Paul-Hus
Peschisolido
Peterson
Picard
Poissant
Qualtrough
Raitt
Ratansi
Reid
Richards
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Saroya
Scarpaleggia
Schiefke
Schmale
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Shields
Shipley
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sopuck
Sorbara
Sorenson
Spengemann
Stanton
Strahl
Stubbs
Sweet
Tabbara
Tan
Tassi
Tilson
Trost
Van Kesteren
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Wagantall
Warkentin
Waugh
Webber
Whalen
Wong
Wrzesnewskyj
Yip
Young
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 230


PAIRÉS

Députés

Gill
LeBlanc
Plamondon
Zahid

Total: -- 4


    Je déclare la motion no 56 rejetée. Par conséquent, je déclare la motion no 57 rejetée.

  (1640)  

[Traduction]

L’hon. Amarjeet Sohi (au nom du ministre des Finances)  
     propose que le projet de loi C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en œuvre d’autres mesures, modifié, soit agréé à l’étape du rapport avec d’autres amendements.
     Plaît-il à la Chambre d’adopter la motion?
    Des voix: D’accord.
    Des voix: Non.
    Le Président: Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le Président: Que tous ceux qui s’y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le Président: À mon avis, les oui l’emportent.
     Et cinq députés ou plus s’étant levés:

  (1645)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1342)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bendayan
Bennett
Bibeau
Bittle
Blair
Boissonnault
Bossio
Bratina
Breton
Caesar-Chavannes
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cormier
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duclos
Duguid
Duncan (Etobicoke North)
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Garneau
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hajdu
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Hogg
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lefebvre
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Morneau
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
O'Connell
Oliphant
Oliver
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Philpott
Picard
Poissant
Qualtrough
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Sahota
Saini
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Sikand
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Tabbara
Tan
Tassi
Vandenbeld
Vaughan
Virani
Weir
Whalen
Wrzesnewskyj
Yip
Young

Total: -- 160


CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Anderson
Angus
Arnold
Ashton
Aubin
Barlow
Barrett
Beaulieu
Benson
Benzen
Bergen
Bernier
Berthold
Blaikie
Boudrias
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Brosseau
Calkins
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Clarke
Cooper
Cullen
Davidson
Diotte
Doherty
Dreeshen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk (Battlefords—Lloydminster)
Falk (Provencher)
Fast
Finley
Fortin
Garrison
Généreux
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Harder
Hoback
Hughes
Jeneroux
Johns
Jolibois
Julian
Kelly
Kent
Kmiec
Kwan
Laverdière
Leitch
Liepert
Lloyd
Lobb
Lukiwski
MacGregor
Maguire
Masse (Windsor West)
McCauley (Edmonton West)
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Miller (Bruce—Grey—Owen Sound)
Moore
Motz
Nantel
Nater
Nicholson
Nuttall
O'Toole
Paul-Hus
Pauzé
Quach
Raitt
Reid
Richards
Sansoucy
Saroya
Schmale
Shields
Shipley
Sopuck
Sorenson
Stanton
Ste-Marie
Stetski
Strahl
Stubbs
Sweet
Thériault
Tilson
Trost
Van Kesteren
Wagantall
Warkentin
Waugh
Webber
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 111


PAIRÉS

Députés

Gill
LeBlanc
Plamondon
Zahid

Total: -- 4


    Je déclare la motion adoptée.
    Quand le projet de loi sera-t-il lu pour la troisième fois? Conformément à l’ordre adopté le mardi 28 mai 2019, le projet de loi sera lu pour la troisième fois plus tard aujourd’hui.

[Français]

    Conformément à l'article 38 du Règlement, je dois faire connaître à la Chambre les questions qu'elle abordera à l'heure de l'ajournement ce soir, à savoir: l'honorable député de Nanaimo—Ladysmith, Le logement; l'honorable députée de Windsor—Tecumseh, Le commerce international; l'honorable député de Bow River, La justice.

AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

[Traduction]

Réponse du gouvernement à des pétitions

    Monsieur le Président, conformément à l’article 36(8) du Règlement, j’ai l’honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à deux pétitions.

Le Tarif des douanes

L’hon. Amarjeet Sohi (au nom du ministre des Finances)  
     demande à présenter le projet de loi C-101, Loi modifiant le Tarif des douanes et la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

  (1650)  

Les délégations interparlementaires

    Monsieur le Président, conformément à l'article 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, le rapport de la délégation parlementaire canadienne concernant sa participation à la mission bilatérale en République fédérale démocratique d'Éthiopie et en République du Rwanda, à Addis-Abeba, en Éthiopie, et à Kigali, au Rwanda, du 10 au 16 mars.

Les comités de la Chambre

Affaires autochtones et du Nord  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 21e rapport du Comité permanent des affaires autochtones et du Nord, intitulé « Budget principal des dépenses 2019-2020 ».

[Français]

Procédure et affaires de la Chambre  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 96e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre concernant des changements au Règlement portant sur le mandat du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, sur la surveillance du projet de réhabilitation de l'édifice du Centre, ainsi que sur la vision et le plan à long terme.

Justice et droits de la personne  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 27e rapport du Comité permanent de la justice et des droits de la personne, intitulé « Suppression de passages des Témoignages de la réunion du mardi 28 mai 2019 ».

[Traduction]

Liaison  

    Monsieur le Président, conformément à l'article 107(3) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 11e rapport du Comité de liaison, intitulé « Dépenses et activités des comités - Du 1er avril 2018 au 31 mars 2019 ».

Santé  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 25e rapport du Comité permanent de la santé portant sur le projet de loi S-248, Loi instituant la Journée nationale des médecins.
    Le projet de loi S-248 désignerait le 1er mai comme « Journée nationale des médecins ». Je souhaite remercier le sénateur à la retraite Arthur Eggleton de même que la députée de Vancouver-Centre d'avoir présenté ce projet de loi. Le Comité l'a étudié et a décidé de le renvoyer à la Chambre sans amendement.

  (1655)  

Loi concernant l’objectif «zéro émission nette» en matière de gaz à effet de serre

    — Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter le projet de loi concernant l'objectif « zéro émission nette ». Le gouvernement a fait des progrès considérables dans la lutte contre les changements climatiques, mais il doit viser plus haut pour respecter ses obligations nationales, intergénérationnelles et morales. Les données scientifiques indiquent qu'il faut faire davantage.
    Le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat indique que « d'après des modèles où la cible de 1,5 degrés Celsius serait respectée ou légèrement dépassée, les émissions de CO2 anthropiques nettes à l'échelle mondiale diminueraient d'environ 45 % d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010, et l'objectif “zéro émission nette” serait atteint d'ici 2050. »
    Partout dans le monde, les alliés du Canada ont déjà entrepris ce travail difficile. Au début de mai, le Royaume-Uni a publié une feuille de route pour atteindre l'objectif « zéro émission nette » d'ici 2050. La Commission européenne et le Parlement européen ont adopté les mêmes normes.
    Nous avons fait d'importants progrès, notamment en imposant une tarification sur la pollution, en éliminant progressivement le charbon, en réduisant les émissions de méthane et en faisant des investissements substantiels dans les transports en commun et les énergies propres, entre autres. Cependant, les données scientifiques indiquent qu'il faut viser plus haut. Voilà pourquoi le projet de loi est si important.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

Pétitions

L'aide médicale à mourir  

    Monsieur le Président, j'ai quatre pétitions qui portent sur trois sujets. Les deux premières pétitions concernent le projet de loi C-418.
    Les pétitionnaires demandent au Parlement d'appuyer le projet de loi, qui vise à modifier le Code criminel afin d’ériger en infraction le fait d’intimider un médecin, un infirmier praticien, un pharmacien ou tout autre professionnel de la santé dans le dessein de le forcer à prendre part à la prestation de l’aide médicale à mourir. Il érigerait également en infraction le fait de mettre fin à l’emploi de tels praticiens, ou de refuser de les employer, pour la seule raison qu’ils refusent de prendre part à cette pratique.

La criminalité en milieu rural  

    Monsieur le Président, la troisième pétition demande au gouvernement du Canada de financer adéquatement la GRC afin qu'elle puisse lutter contre la criminalité en milieu rural.

L'agriculture  

     Monsieur le Président, ma dernière pétition demande au Parlement d'inscrire dans la loi le droit inaliénable des agriculteurs et des autres Canadiens de conserver, réutiliser, sélectionner, échanger, conditionner, entreposer et vendre librement les graines provenant de leur exploitation agricole. La pétition reconnaît le droit inhérent des agriculteurs d'adopter librement de telles pratiques.

[Français]

L'Iran  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition signée par plus de 15 000 citoyens et résidants canadiens.
     Cette pétition rappelle que la fermeture de notre ambassade à Téhéran et l'expulsion des diplomates iraniens ont eu des répercussions énormes sur les services consulaires que reçoivent les Iraniens qui vivent ici. Il n'y a personne pour les aider sur le terrain.

[Traduction]

     Cette fermeture a aussi eu des répercussions négatives sur les citoyens iraniens qui veulent visiter le Canada et qui ne peuvent avoir accès aux services de visa, ainsi que sur les citoyens canadiens qui ont rencontré des difficultés en Iran et qui ne peuvent obtenir les services consulaires dont ils auraient besoin. Les pétitionnaires nous rappellent que nos alliés européens, notamment le Royaume-Uni, ont renoué des liens avec l’Iran après l’adoption du Plan d’action global conjoint.
     Les pétitionnaires demandent au gouvernement canadien de respecter son engagement et de rétablir les relations diplomatiques avec l’Iran, ce qui nous permettrait de rouvrir une ambassade à Téhéran et d’avoir des représentants iraniens à Ottawa.
    Comme je vois que de nombreux députés souhaitent présenter des pétitions, je voudrais simplement vous rappeler d’être aussi concis et précis que possible.
    Le député de Brome—Missisquoi a la parole.

  (1700)  

[Français]

L'environnement  

    Monsieur le Président, la Vermont Agency of Natural Ressources a autorisé l'émission d'un certificat pour l'agrandissement du site d'enfouissement de Coventry, au Vermont. Ce site est situé tout près du lac Memphrémagog. Près de 175 000 personnes de ma région, dont les gens de Compton—Stanstead et de Sherbrooke, boivent cette eau.
     Les pétitionnaires demandent à la ministre des Affaires mondiales de mandater la commission mixte internationale afin qu'elle enquête sur les répercussions environnementales du projet d'agrandissement de 51 acres du site d'enfouissement de Coventry, au Vermont.

[Traduction]

Les soins palliatifs  

    Monsieur le Président, j’ai un certain nombre de pétitions à présenter.
    La première concerne les soins palliatifs. Les pétitionnaires réclament l’établissement d’une stratégie nationale sur les soins palliatifs.

L’aide médicale à mourir  

    Monsieur le Président, j’ai aussi de nombreuses autres pétitions qui portent sur un même sujet. Il s’agit de pétitions visant à garantir la protection de la liberté de conscience des médecins qui travaillent dans des établissements de soins de santé.

[Français]

Les langues officielles  

    Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter une pétition signée par des centaines de citoyens canadiens. Ces derniers ont réagi aux compressions dans les services en français en Ontario.
     Étant donné que le gouvernement ontarien a procédé à des coupes dans les services en français qui affecteront le développement et la qualité de la communauté franco-ontarienne, les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de faire preuve de leadership auprès des provinces et des territoires afin que les droits linguistiques constitutionnels soient respectés partout au pays.
    Je voudrais souligner l'implication de Mme Chagnon, qui a fait signer plusieurs de ces pétitions pour que cela change.

[Traduction]

L'agriculture  

    Monsieur le Président, je suis heureux de présenter cette pétition signée par des citoyens de ma circonscription, Perth—Wellington.
    Les pétitionnaires demandent au gouvernement d'autoriser les agriculteurs à conserver, à réutiliser, à sélectionner, à échanger et à vendre des semences.

La condition féminine   

    Monsieur le Président, je suis heureuse de présenter une pétition au nom du mouvement Women's March Canada et de ses membres de Saskatoon.
    Ils font remarquer que les organisations féminines se battent depuis des décennies pour garder leurs portes ouvertes, faute d'un financement fédéral de base. Ils notent à ce sujet que le financement fédéral direct aux organisations féminines représente moins de 0,01 % de tous les programmes fédéraux, soit seulement 1 $ pour chaque Canadienne.
     Les pétitionnaires demandent donc au gouvernement du Canada d'accorder immédiatement aux organisations féminines un financement garanti sur plusieurs années pour leur fonctionnement et d'établir des normes nationales pour assurer l'égalité d'accès aux services et la protection de toutes les femmes.

La protection des consommateurs  

    Monsieur le Président, j'ai le privilège de présenter aujourd'hui deux pétitions, l'une en format électronique, l'autre en format papier, qui sont toutes deux de même nature.
    Les pétitionnaires demandent au gouvernement d'appuyer le projet de loi d'initiative parlementaire C-419, que j'ai présenté à la Chambre des communes. Ce projet de loi vise à protéger davantage les consommateurs par rapport à l'usage des cartes de crédit. Cela revient finalement à une question de justice et de transparence pour les Canadiens.

L'environnement  

    Monsieur le Président, j'ai trois pétitions à présenter.
    La première, la pétition électronique e-1984, porte sur la protection de l'environnement. Elle a été lancée par Raquel Feroe, médecin à la retraite et membre de l'Association canadienne des médecins pour l'environnement. Les 1 000 signataires veulent que le Canada se dote d'une charte canadienne des droits environnementaux afin d'obliger le gouvernement fédéral à s'acquitter de son mandat public de protéger l'environnement et d'accorder aux Canadiens un ensemble de droits connexes.
    J'ai également le plaisir d'annoncer que la pétition électronique e-2172 est arrivée à échéance aujourd'hui. J'ai hâte de la présenter. Ces 1 800 autres pétitionnaires réclament aussi une charte des droits environnementaux.

  (1705)  

L'assurance-médicaments  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition est signée par plus de 1 000 Albertains de l'ensemble de la province qui exhortent le gouvernement à prendre des mesures afin d'établir un régime d'assurance universel pour les médicaments sur ordonnance.

[Français]

La migration forcée  

    Monsieur le Président, la troisième pétition est signée par des francophones de l'Alberta. Les pétitionnaires disent que, chaque minute, 31 personnes sont forcées de fuir leur foyer. La majorité d'entre elles se trouvent dans les pays les plus pauvres de la planète et vivent dans des conditions extrêmement difficiles: conflits armés, changements climatiques, mégaprojets de développement et persécution. Les causes de la migration forcée sont multiples, complexes et interreliées.
     Les pétitionnaires demandent à la Chambre des communes d'appuyer des organisations citoyennes qui promeuvent la paix, la démocratie et les droits de la personne, et d'investir davantage dans des solutions diplomatiques et pacifiques aux conflits armés.
    Personne ne devrait être forcé de fuir son foyer.

[Traduction]

Les soins de la vue  

    Monsieur le Président, encore une fois, j'ai le plaisir de présenter des pétitions à l'appui d'un cadre national pour promouvoir la santé des yeux et les soins de la vue.
    Les pétitionnaires soulignent que le nombre de Canadiens qui subiront une perte de vision devrait doubler au cours des 20 prochaines années, et que la crise va toucher l'ensemble de la population canadienne, surtout les groupes les plus vulnérables, soit les aînés, les enfants et les Autochtones. Les pétitionnaires soutiennent également qu'il faut adopter une démarche multilatérale qui tient compte des enjeux sous-jacents à la prévention de toutes les maladies oculaires et à la perte de vision en vue d'atténuer les risques, d'accroître le dépistage précoce et d'améliorer l'accès à des soins de santé de qualité.

[Français]

    Les signataires se joignent à des milliers de Canadiens de partout au pays qui reconnaissent l'importance de la santé visuelle et qui aimeraient voir un effort concentré à tous les niveaux de gouvernement, afin qu'ils développent une stratégie nationale de santé visuelle et qu'ils agissent.

[Traduction]

Les plastiques  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter deux pétitions.
    La première est une pétition électronique qui compte 9 676 signatures. Les pétitionnaires réclament une stratégie nationale sur le plastique qui comprendrait une campagne d'éducation et de sensibilisation du public qui ferait ressortir l'ampleur et les effets de la pollution par le plastique dans le monde; une interdiction de fabriquer, de distribuer et d'utiliser tous les plastiques non recyclables; une interdiction de toutes les formes de plastiques à usage unique qui sont difficiles à recycler et qui se retrouvent le plus souvent dans les cours d'eau et les sites d'enfouissement; un engagement visant à encourager une économie circulaire du plastique en évitant l'enfouissement des plastiques recyclables et en les réutilisant plutôt selon un système en boucle fermée, ce qui permettrait d'économiser des milliards de dollars en coûts de fabrication tout en produisant moins de déchets; un engagement visant à investir dans les infrastructures municipales, provinciales et fédérales pour recueillir, trier, traiter, recycler et réutiliser tous les emballages de plastique; l'élimination totale des déchets plastiques au Canada d'ici 2030 en s'assurant que tout emballage plastique peut être recyclé, réutilisé ou composté à 100 %.

Les anciens combattants  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition concerne Anciens Combattants Canada.
    Les pétitionnaires demandent au ministre des Anciens Combatants d'éliminer tout délai prescrit pour avoir droit à un paiement rétroactif de prestations d'invalidité et de collaborer avec chaque ancien combattant pour lui verser, dans les meilleurs délais, les prestations d'invalidité grandement méritées auxquelles il a droit.

Questions au Feuilleton

    Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
    Des voix: D'accord.

Demandes de documents

    Monsieur le Président, je demande que toutes les motions portant production de documents soient reportées.
    Des voix: D'accord.

ORDRES ÉMANANT DU GOUVERNEMENT

[Ordres émanant du gouvernement]

  (1710)  

[Français]

Loi no 1 d'exécution du budget de 2019

L’hon. Amarjeet Sohi (au nom du ministre des Finances)  
     propose que le projet de loi C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en œuvre d'autres mesures, soit lu pour la troisième fois et adopté.
    Monsieur le Président, je suis vraiment heureux de prendre la parole aujourd’hui à la Chambre, pour discuter du projet de loi C-97.
    Ce projet de loi va permettre de mettre en œuvre des investissements importants qui sont inclus dans le budget de 2019. Il va surtout permettre au gouvernement de prendre de nouvelles mesures pour aider les Canadiens de la classe moyenne, pour réduire les inégalités au pays et s’assurer qu’au Canada la prospérité est réellement inclusive.
    Il faut remarquer que je parle de nouvelles mesures. En effet, le projet de loi C-97 s’appuie sur les progrès que nous avons réalisés au cours des quatre dernières années, et ils sont importants. Il faut se rappeler comment on en est arrivé ici aujourd’hui aux résultats qu’on connaît, au Canada. En 2015, la situation était tout autre. On se rappellera que la croissance économique était lente, même stagnante, que le taux de chômage était en hausse et que le Canada était en récession technique. Les salaires n’augmentaient pas assez vite, mais le coût de la vie, lui, on le sait, continue toujours d’augmenter.

[Traduction]

    Certaines familles avaient beaucoup de peine à joindre les deux bouts tout en essayant d’économiser pour l’avenir ou en cas d’urgence. À l’automne de cette même année, les Canadiens ont fait un choix différent. Je dirai de façon tout à fait impartiale qu’ils ont fait un choix extrêmement judicieux. Ils ont choisi un plan qui visait à investir dans la classe moyenne et à investir beaucoup d’argent dans la santé, dans le logement et dans l’environnement tout en demeurant financièrement responsable.
    En arrivant au pouvoir, les libéraux ont tout d’abord demandé au 1 % des Canadiens les plus riches d’augmenter un peu leur contribution pour que leurs concitoyens de la classe moyenne puissent garder plus d’argent dans leurs poches. Aujourd’hui, plus de neuf millions de Canadiens jouissent de la baisse d’impôts accordée à la classe moyenne.
    En 2016, nous avons instauré l’Allocation canadienne pour enfants. Cette mesure a permis de sortir près de 300 000 enfants de la pauvreté. De plus, notre gouvernement a indexé les prestations de l’Allocation canadienne pour enfants deux ans plus tôt que prévu afin qu’elles suivent le rythme de l’augmentation du coût de la vie. En juillet, ces prestations augmenteront en fonction de l’inflation afin que les parents qui travaillent fort continuent de recevoir le soutien dont ils ont besoin pour faire face aux coûts élevés de l’éducation de leurs enfants.
    Grâce à l’Allocation canadienne pour enfants, 9 familles canadiennes sur 10 reçoivent plus d’argent que ce qu’elles recevaient sous l’ancien système de prestations pour enfants, qui envoyait des chèques à des familles de millionnaires. Soulignons que les conservateurs de Harper et les conservateurs actuels se sont efforcés de préserver cet ancien système en votant contre l’Allocation canadienne pour enfants.
    En 2019-2020, les familles qui bénéficient de l’Allocation canadienne pour enfants recevront en moyenne 7 000 $ pour faire face aux coûts élevés de l’éducation des enfants. Ce montant continuera d’augmenter en fonction du coût de la vie, comme je viens de le souligner. Selon l’OCDE — et je crois comprendre que ce n’est pas une conclusion de l’Institut Fraser, que les conservateurs aiment citer même si les études auxquelles ils font souvent référence à la Chambre sont discréditées lorsqu’on les examine de près, justement parce qu’elles ne tiennent pas compte de l’Allocation canadienne pour enfants.
    Quoi qu’il en soit, l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques, a calculé qu’au Canada, avec l’Allocation canadienne pour enfants et la baisse d’impôt qui leur est accordée, les familles typiques de la classe moyenne qui comptent quatre personnes reçoivent maintenant en moyenne 2 000 $ de plus qu’elles n’en avaient sous les conservateurs de Harper. C’est un progrès considérable.
    Mais nous ne nous sommes pas arrêtés là. Nous avons remplacé l’ancienne Prestation fiscale pour le revenu de travail par l’Allocation canadienne pour les travailleurs, qui est plus généreuse. Cette nouvelle allocation permet à plus de deux millions de travailleurs canadiens qui travaillent fort pour se hisser jusqu'à la classe moyenne de recevoir plus d'argent.
    De plus, pour soutenir les vaillants entrepreneurs du Canada, nous avons réduit à deux reprises le taux d’imposition des petites entreprises, qui aura baissé à 9 % en janvier prochain. C’est maintenant le taux d’imposition des petites entreprises le plus bas de tout le G7. Il se place au quatrième rang des taux les plus bas des 36 pays membres de l'OCDE.

[Français]

    Les résultats des mesures adoptées par notre gouvernement depuis l'automne 2015 parlent d'eux-mêmes. Plus de 1 million d'emplois ont été créés dans l'économie canadienne. L'an dernier, tous les gains d'emplois étaient des postes à temps plein. Le taux de chômage est à son plus bas niveau en plus de 40 ans et les salaires augmentent plus vite que l'inflation. En somme, le pays va dans une bonne direction et l'économie canadienne roule à plein régime.
    De plus, les progrès en matière d'emploi ont largement profité aux groupes souvent sous-représentés sur le marché du travail, comme les immigrants récemment arrivés, les mères seules, les Autochtones vivant à l'extérieur des réserves, les jeunes Canadiens et les personnes qui n'ont pas de diplôme d'études secondaires. Cela représente des avancées considérables, mais il y a encore beaucoup de travail à faire pour continuer de réduire les inégalités au pays et s'assurer que la croissance et la prospérité dont on jouit profitent au plus grand nombre de gens possible.
    Certains Canadiens demeurent inquiets de l'avenir. Ils s'inquiètent de leur sécurité d'emploi, parce que la nature du travail évolue. Ils s'inquiètent de ne pas pouvoir s'acheter une maison parce que cela coûte trop cher. Ils s'inquiètent de leur retraite et ils se demandent s'ils auront suffisamment d'économies. Ces préoccupations sont légitimes et nous ne laisserons tomber personne.

  (1715)  

    Le projet de loi C-97 constitue la prochaine étape de notre plan pour investir dans la classe moyenne et faire croître l'économie aujourd'hui et au cours des années à venir. Je vais faire une petite pause pour en parler davantage, avant d'entrer dans certains détails du projet de loi C-97. Au cours des trois dernières années, l'action gouvernementale reposait sur trois grands piliers. C'est le plan que nous avions soumis aux Canadiens et qui fonctionne très bien.
    Un de ces trois grands piliers, ce sont les investissements en infrastructure. On sait à quel point il y a des besoins d'investissement en infrastructure au pays, d'un océan à l'autre. Notre environnement exige aussi qu'on investisse dans des infrastructures de transport collectif, par exemple. Nous nous étions engagés à investir 180 milliards de dollars sur 12 ans en infrastructure. On voit que cela porte des fruits un peu partout au pays et permet à plusieurs municipalités et provinces de réaliser des projets d'infrastructure dignes de ce nom. Parfois, ces projets font rêver, comme dans le cas des transports en commun. D'autres sont un peu moins attrayants, mais sont tout aussi importants. Pensons notamment au traitement des eaux usées. On perd beaucoup d'eau potable à cause de systèmes vétustes de traitement des eaux usées.
    Le deuxième pilier est la réduction des inégalités grâce aux mesures dont j'ai parlé. Celles-ci nous ont permis de réduire de 20 % la pauvreté au Canada. La pauvreté infantile a été réduite de 40 % en seulement trois ans. C'est immense.
    Le troisième pilier est la compétitivité. Nous nous assurons que le Canada a accès à des marchés étrangers, que ce soit par l'entremise de l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste, de l'AECG, de la renégociation de l'ALENA, de la réduction du taux d'impôt des petites entreprises ou d'investissements stratégiques, qui ont tellement manqué au Canada pendant la décennie où Stephen Harper et le Parti conservateur du Canada étaient au pouvoir. On a négligé la science et on a cessé d'investir dans la science. Cela mine la compétitivité et la prospérité du pays à long terme.
    Voilà les trois grands piliers. Dans le budget de 2018, nous avons réaffirmé l'importance que nous accordons à la science en faisant le plus important investissement en science de l'histoire du Canada, après une décennie sombre pour les scientifiques, pour la science, pour la recherche et pour l'innovation sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper.
    Le budget et le projet de loi C-97 s'appuient sur ces trois grands piliers qui fonctionnent et qui font en sorte que le Canada a l'une des économies les plus performantes des pays du G7 depuis que nous sommes au pouvoir, soit depuis trois ans.
    Au sujet de la compétitivité, on peut parler des compétences.

[Traduction]

    C’est un sujet dont je veux parler. Au premier trimestre de 2019, il y avait plus de Canadiens au travail qu’à n’importe quel moment de l’histoire du Canada, et notamment un plus grand nombre de femmes que jamais auparavant. C’est une excellente nouvelle, mais nous ne pouvons rien tenir pour acquis. Nous savons que tout le monde n’a pas les compétences nécessaires pour profiter de certains des nouveaux débouchés bien rémunérés qui s’offrent.
    La nature du travail évolue partout dans le monde et le défi pour les travailleurs, les employeurs et les gouvernements est de trouver de nouvelles façons de s’assurer que les gens ont les compétences nécessaires pour réussir dans un milieu de travail en évolution. Par exemple, l’automatisation est à la hausse. L’OCDE estime qu’environ un emploi sur dix au Canada présente un risque élevé d’être automatisé au cours des 10 à 20 prochaines années et qu’un emploi sur trois subira probablement des changements importants.
    Le Canada n’est pas seul dans cette situation. D’autres pays seront confrontés au même défi, alors que leurs travailleurs tenteront de trouver la formation nécessaire pour conserver l'emploi qu’ils occupent ou pour se préparer à en décrocher un nouveau.

[Français]

    De notre côté, nous sommes déterminés à faire en sorte que les travailleurs canadiens aient les compétences nécessaires pour réussir sur le marché de l'emploi de demain. Pour y arriver, les Canadiens doivent avoir accès à une formation adéquate. Ainsi, dans le budget de 2019, nous avons présenté un nouveau programme: l'Allocation canadienne pour la formation. C'est une allocation personnalisée et transférable qui va aider les Canadiens à obtenir le temps et l'argent dont ils ont besoin pour acquérir de nouvelles compétences.
    Le projet de loi C-97 va permettre de mettre en œuvre une partie importante de l'Allocation: un crédit pour la formation de 250 $ chaque année pour chaque travailleur, un montant qu'ils pourront appliquer au coût de programmes futurs de formation. Ce crédit pourra atteindre 5 000 $ au cours de leur carrière. Les travailleurs admissibles obtiendront leur premier crédit annuel cette année, en 2019, et pourront l'utiliser dès l'an prochain pour s'inscrire à un cours dont ils pourraient avoir besoin.

  (1720)  

    L'Allocation canadienne pour la formation ouvrira plus de portes aux travailleurs, ce qui les aidera à contribuer à l'économie canadienne et à profiter de sa croissance. Cette mesure sera aussi avantageuse pour les employeurs, car elle leur permettra d'avoir accès à une main-d’œuvre plus qualifiée. Cela les aidera à faire croître leur entreprise et à créer plus d'emplois bien rémunérés.
    Évidemment, si nous voulons nous assurer que les Canadiens sont prêts pour les bons emplois de demain, nous devons porter une attention particulière à ma génération et aux plus jeunes Canadiens, ce que notre gouvernement comprend très bien. Lorsque le ministre des Finances a déposé le budget de 2019, il a mis en lumière les mesures que nous avons prises pour faire tomber les obstacles à l'éducation et à la formation.

[Traduction]

    Grâce aux mesures prévues dans le projet de loi d’exécution du budget, les étudiants ne devraient commencer à rembourser leurs prêts d’études canadiens que six mois après l’obtention de leur diplôme, et les intérêts ne s’accumuleraient pas pendant cette période. Jumelé à l’engagement pris dans le budget de réduire le taux d’intérêt sur les prêts canadiens aux étudiants, le délai de grâce sans intérêt devrait permettre à l’emprunteur moyen d’économiser environ 2 000 $ sur la durée d’un prêt.
    Nous prenons ces mesures parce que les jeunes Canadiens ont besoin de notre aide. Ils forment la génération la plus instruite, la plus branchée et la plus diversifiée que notre pays ait jamais connue. Ils transforment nos collectivités pour le mieux et prennent l’initiative de bâtir un avenir plus juste et plus durable.
    En même temps, de nombreux jeunes Canadiens nous disent qu’ils s’inquiètent toujours de ce que l’avenir leur réserve. Auront-ils l’argent nécessaire pour faire des études collégiales ou universitaires? Y aura-t-il de bons emplois pour eux lorsqu’ils obtiendront leur diplôme? Auront-ils les moyens de se payer un bon logement? Nous prenons des mesures pour répondre à un plus grand nombre de ces questions que se posent les jeunes et tous les Canadiens.
    Prenons le logement. Beaucoup de jeunes Canadiens rêvent de devenir propriétaires, et ce sentiment est partagé par les familles de la classe moyenne. Cependant, avec la hausse du prix des maisons, il devient de plus en plus difficile pour les gens de réaliser ce rêve. Notre gouvernement croit que tous les Canadiens devraient avoir un chez-soi sûr et abordable. C’est pourquoi nous prenons des mesures importantes pour rendre le logement plus accessible et abordable, surtout pour les premiers acheteurs.
    Le projet de loi dont nous débattons propose des mesures pour aider les Canadiens à faire le premier pas vers l’accession à la propriété. Il modifierait la Loi nationale sur l’habitation, afin de permettre à la Société canadienne d’hypothèques et de logement d’offrir des prêts hypothécaires avec participation aux premiers acheteurs admissibles. Cette mesure importante s’appellera l’Incitatif à l’achat d’une première propriété. Grâce à cette nouvelle mesure incitative, la SCHL fournirait 5 % de la valeur d’une propriété à un premier acheteur, ce qui aiderait à réduire la taille du prêt hypothécaire assuré et les versements hypothécaires mensuels.
    Pour encourager la construction de nouvelles habitations, l’incitatif passerait à 10 % pour les maisons neuves. Cela pourrait signifier beaucoup pour un grand nombre de jeunes Canadiens. Pour une famille de la classe moyenne qui achète un nouvel appartement en copropriété ou une nouvelle maison d’une valeur de 400 000 $, l’économie pourrait être d’environ 225 $ par mois. Cela pourrait faire une réelle différence. On s’attend à ce que ce nouvel incitatif aide jusqu’à 100 000 familles canadiennes à acheter leur première maison.

[Français]

    Ce n'est pas tout. Le projet de loi de mise en œuvre du budget propose aussi d'augmenter la limite des retraits du régime d'accession à la propriété, le RAP. Ces montants, que les acheteurs d'une première propriété peuvent retirer sans avoir à payer de l'impôt sur le retrait, peuvent aider à financer la mise de fonds. Tel qu'annoncé dans le budget de 2019, le montant passerait de 25 000 $ à 35 000 $ par personne, ou de 50 000 $ à 70 000 $ pour un couple. Le montant maximum de retrait n'a pas été ajusté depuis 10 ans, et nous pensons qu'il est temps de le faire. Moderniser le régime d'accession à la propriété permettra à un plus grand nombre de personnes d'acheter une première maison ou un premier condo.
    De plus, le projet de loi C-97 promulguerait la nouvelle loi relative à la Stratégie nationale sur le logement du Canada. Concrètement, cela ferait que le gouvernement fédéral serait tenu d'accorder la priorité aux besoins des Canadiens les plus vulnérables en matière de logement.
    Le gouvernement serait également tenu de rendre compte au Parlement des progrès réalisés dans la mise en œuvre de la Stratégie et dans l'atteinte des résultats souhaités en matière de logement. Ces objectifs, comme réduire de moitié le nombre de sans-abri au pays et construire 100 000 nouveaux logements, en plus d'en réparer et d'en rénover 300 000 autres, feraient une réelle différence dans la vie de nombreux Canadiens.
    Je pense que ces réinvestissements en matière de logement sont particulièrement importants si l'on considère le désengagement du gouvernement fédéral en matière de logement, qui a commencé, je dois l'avouer, avant que le gouvernement conservateur prenne le pouvoir et qui s'est accentué pendant la décennie conservatrice de Stephen Harper.

  (1725)  

    Je pense qu'il était temps que le gouvernement fédéral assume ses responsabilités en matière de logement et qu'il y revienne avec audace et ambition. C'est ce qui est inclus dans la stratégie nationale en matière de logement.
    Le projet de loi offre également une aide réelle aux Canadiens plus âgés, aux aînés, parce que tous les Canadiens méritent une retraite sûre, digne et sans soucis financiers. Malheureusement, pour certains aînés, particulièrement ceux à faible revenu, la retraite peut être une perspective décourageante.
    Depuis 2015, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures pour rendre la retraite plus abordable. Par exemple, il a ramené l'âge d'admissibilité à la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti à 65 ans, alors que le gouvernement précédent l'avait augmenté à 67 ans. Cela aurait eu pour effet de plonger dans la pauvreté des centaines de milliers de Canadiens les plus vulnérables.
    On a réussi à augmenter les prestations complémentaires du Supplément de revenu garanti pour les personnes âgées vivant seules, une mesure dont ont profité 900 000 Canadiens.

[Traduction]

    Le gouvernement a également conclu une entente historique avec les provinces pour bonifier le RPC, ce qui augmentera la prestation de retraite maximale jusqu’à concurrence de 50 % au fil du temps. Cela aidera plus d’un million de familles qui auraient autrement vu leur niveau de vie baisser à la retraite.
    Dans le budget de 2019 et cette loi d’exécution du budget, le gouvernement propose une série de nouvelles mesures pour aider encore plus de Canadiens à vieillir avec confiance en leur avenir financier. Pour aider les aînés à faible revenu qui travaillent, le projet de loi C-97 propose d’augmenter l’exemption de revenu pour le Supplément de revenu garanti et d’étendre l’exemption au revenu d’un travail indépendant. Cela signifie qu’un plus grand nombre de travailleurs âgés à faible revenu pourraient conserver une plus grande partie de leur salaire et de leurs prestations.
    Nous adoptons également des mesures pour que toutes les personnes admissibles reçoivent des prestations de retraite du RPC. Alors que l’âge normal pour recevoir des prestations du RPC est de 65 ans, certaines personnes choisissent de reporter leurs prestations de retraite à 70 ans, auquel cas elles recevront un peu plus chaque mois. Toutefois, un petit nombre de personnes ne reçoivent pas actuellement leurs prestations du RPC. Cela se produit parce que certaines demandes arrivent trop tard et d’autres ne présentent pas du tout de demande. Pour s’assurer que tous les travailleurs canadiens reçoivent la pleine valeur des prestations qu’ils méritent, cette loi d’exécution du budget propose d’inscrire de façon proactive, à compter de 2020, les cotisants au RPC âgés de 70 ans ou plus qui n’ont pas encore présenté de demande pour recevoir leurs prestations de retraite. On estime qu’environ 40 000 Canadiens commenceraient à recevoir une pension de retraite. Ils méritent cet argent. C’est la bonne chose à faire que de veiller à ce qu’ils en profitent, et ce projet de loi permettra d’y arriver.
    Le budget de 2019 et le projet de loi C-97 visent à investir dans les gens, et j’ai donné de nombreux exemples dans ce discours. Toutefois, il faut aussi investir dans les collectivités. C’est pourquoi le budget de 2019 propose d’appuyer les priorités en matière d’infrastructure municipale en fournissant un complément ponctuel de 2,2 milliards de dollars, ce qui doublera le soutien fédéral qu’il y a eu dans ce domaine en 2018-2019. Cette injection de 2,2 milliards de dollars cette année aidera des villes de toutes tailles ainsi que les collectivités autochtones. Elle leur procurera les fonds dont elles ont grand besoin pour s’occuper de priorités à court terme et pour effectuer des réparations cruciales, et elle les aidera à financer d’autres projets importants, comme des arénas, des terrains de soccer, de nouvelles routes, le prolongement du transport en commun, l’amélioration de l’infrastructure d’eau potable, et ainsi de suite. Le transfert de fonds aux collectivités permettra de réaliser des projets. L’appui à cette loi d’exécution du budget permettra de réaliser des projets.
    Ces dernières années, ce financement a permis d’appuyer annuellement environ 4 000 projets qui ont contribué à la productivité et à la croissance économique, à un environnement plus propre et à des collectivités plus fortes. Nous avons promis cette aide, et nous nous acquittons de cette promesse dans cette loi d’exécution du budget.
    Je pourrais continuer à parler de ce qui se trouve dans ce budget, parce que lorsqu’il s’agit d’investir dans la classe moyenne, il y a beaucoup de bonnes nouvelles à communiquer. Toutefois, je vais conclure en disant que les Canadiens ont fait beaucoup de progrès depuis l’automne 2015. Ils ont toutes les raisons d’être fiers des collectivités dynamiques et de l’économie vigoureuse qu’ils ont contribué à bâtir.

[Français]

    Je pense que c'est une source de fierté pour les Canadiens — cela devrait l'être — de constater qu'en l'espace de trois courtes années, nous avons réussi à retourner la situation dans laquelle nous avait maladroitement et malheureusement engagés le gouvernement conservateur de Stephen Harper. En effet, durant cette décennie, on a assisté à la plus faible croissance au chapitre de l'emploi depuis la Deuxième Guerre mondiale, à la plus faible croissance des exportations et à un bilan économique désastreux.

  (1730)  

    De plus, ils ont réussi à ajouter 150 milliards de dollars à la dette nationale.
    Nous avons réussi à revirer les fortunes du pays avec, en 2017, l'économie la plus performante des pays du G7, avec le taux de chômage le plus bas depuis près de 40 ans et avec une réduction de la pauvreté de 20 %. Cela ne leur a jamais effleuré l'esprit de réduire la pauvreté et les inégalités. C'était la bonne chose à faire pour le pays. Pour nous, il est évident que, plus la prospérité est inclusive et plus on réduit les inégalités, mieux c'est pour l'ensemble de l'économie canadienne.
    C'est ce que nous avons réussi à faire et c'est ce que nous allons continuer à faire.
    L'honorable député disposera de 10 minutes pour les questions et observations lorsque la Chambre reprendra le débat sur ce projet de loi.
    Comme il est 17 h 30, la Chambre abordera maintenant à l'étude des affaires émanant des députés selon l'ordre indiqué au Feuilleton d'aujourd'hui.

Affaires émanant des députés

[Affaires émanant des députés]

[Traduction]

La prestation des soins de santé en milieu rural au Canada

    Que la Chambre: a) demande au Comité permanent de la santé d’entreprendre une étude et d'en faire rapport afin de déterminer (i) les facteurs qui contribuent aux importantes disparités dans les résultats en matière de santé des Canadiens vivant en milieu rural, comparativement à ceux des Canadiens vivant dans les centres urbains, (ii) des stratégies, y compris le recours à des technologies des communications modernes et qui progressent rapidement, afin d’améliorer la prestation de services de santé aux Canadiens en milieu rural; b) demande au gouvernement de travailler de concert avec les provinces et les territoires, ainsi que les intervenants concernés, à améliorer par de nouvelles mesures la prestation de services de santé dans le Canada rural.
    — Monsieur le Président, c’est un honneur et un plaisir pour moi de prendre la parole au sujet de ma motion d’initiative parlementaire, la motion M-226, qui concerne la prestation des soins de santé en milieu rural au Canada.
     Je représente la circonscription de Kenora, l’une des plus grandes circonscriptions rurales du Canada: délimitée au nord par la baie d’Hudson, elle atteint presque la frontière américaine au sud. C’est probablement l’un des meilleurs exemples que l’on puisse utiliser pour illustrer ce qu’est une région éloignée et inaccessible, ou accessible seulement par avion ou par route d’hiver, lorsque les lacs sont gelés.
     Il s’agit d’un sujet important pour tous les Canadiens qui vivent en milieu rural. Les soins de santé et leur prestation, ainsi que la capacité du gouvernement de fournir des produits de santé à toute la population canadienne, notamment dans le Nord, sont des questions qui préoccupent tous les Canadiens. Pour ces raisons, le Nord-Ouest de l’Ontario représente une étude de cas unique à bien des égards. De l’infrastructure à l’environnement, en passant par les transports et l’emploi, le Nord nous oblige à trouver des solutions innovatrices.
     Les soins de santé peuvent être abordés sous différents angles, notamment ceux des soins de santé mentale, des fournisseurs de soins de santé et de leur disponibilité, de la couverture des médicaments sur ordonnance et des soins adaptés à la culture, pour ne nommer que ceux-là.
    Selon les données du recensement de 2016 de Statistique Canada, la population du pays dépassait les 35 millions d'habitants, et 16,8 % d'entre eux vivaient en milieu rural. En 2006, l'Institut canadien d'information sur la santé a publié un rapport intitulé « Comment se portent les Canadiens vivant en milieu rural? Une évaluation de leur état de santé et des déterminants de la santé ». On peut y lire que les taux de mortalité et de mortalité infantile sont plus élevés chez les Canadiens des régions rurales et que ceux-ci ont une espérance de vie plus courte que les personnes vivant dans les centres urbains.
    Des facteurs liés à la santé, comme une proportion plus élevée de fumeurs, une consommation moindre de fruits et de légumes et un taux d'obésité élevé, touchent de façon disproportionnée les résidants des régions rurales. De plus, la population en milieu rural a tendance à être plus âgée que dans les villes.
    Le recrutement et le maintien en poste de médecins et de professionnels de la santé représentent aussi un défi de taille. Tout au long des années où je me suis intéressé à la question, il n'a jamais été facile de trouver suffisamment de professionnels qui veulent travailler dans les régions rurales. Selon les données de 2016 de l'Institut canadien d'information sur la santé, il y avait environ 84 000 médecins au Canada et seulement 6 790 d'entre eux, ou 8 %, pratiquaient en milieu rural.
    Selon un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé publié en 2006, les hommes vivant en milieu rural, où les fumeurs y sont plus nombreux, avaient une espérance de vie moyenne plus courte de presque trois ans par rapport à leurs concitoyens urbains. Le rapport indique que ces chiffres sont statistiquement importants.
    Le risque de mortalité causée par des maladies ou des crises cardiaques, ou par des maladies respiratoires comme l'influenza et la pneumonie, était aussi beaucoup plus élevé en milieu rural que dans les grands centres urbains. Les niveaux de services offerts varient, étant donné que les régions rurales n'ont pas le bassin de population pour justifier la construction de grandes infrastructures de santé.
    De plus, les collectivités rurales et éloignées ont de la difficulté à recruter et à maintenir en poste des professionnels de la santé. J'y reviens souvent parce que c'est un enjeu qui est soulevé pratiquement toutes les semaines dans ma circonscription.
    Du côté des jeunes, il n'y a pas d'outil pour mesurer les disparités en matière de santé au Canada. Si on se penche sur l'expérience que les enfants et les jeunes vivant en milieu rural ont du système de santé, on obtient une bonne idée de l'état de la situation. Les populations autochtones, surtout celles qui se trouvent en régions rurales et éloignées, sont les communautés les plus mal desservies du Canada.

  (1735)  

    J'aimerais prendre une minute pour donner un exemple de situations vécues dans le Nord afin que chacun comprenne bien à quel point la prestation des soins de santé y est différente de ce qui se fait dans le Sud du pays.
    En septembre 2018, l'autorité sanitaire des Premières Nations de Sioux Lookout a publié le rapport « Our Children and Youth Health Report », dans lequel est consignée l'expérience de 31 communautés autochtones de la région de Sioux Lookout.
    Depuis 1991, la population des Premières Nations de Sioux Lookout a augmenté de 74 %. Pour la plupart, les gens qui ont besoin de soins médicaux s'adressent au dispensaire de leur localité. Quant aux services d'urgence, ils sont la plupart du temps accessibles seulement par avion. Les femmes des Premières Nations de Sioux Lookout qui attendent un bébé doivent donc quitter leur domicile, laisser leur famille derrière elles et parcourir des centaines de kilomètres pour donner naissance à leur enfant à l'hôpital. Les députés peuvent-ils s'imaginer se retrouver un jour dans une pareille situation? Dans la quasi-totalité des cas, aussitôt que la date de l'accouchement approche, la famille doit prendre l'avion et s'absenter pendant des semaines, absence qui peut se prolonger de plusieurs semaines si le bébé se fait attendre.
     Pour la plupart, les gens qui habitent dans la région et qui ont besoin de soins médicaux s'adressent au dispensaire de leur localité. Quant aux services d'urgence, ils sont la plupart du temps accessibles seulement par avion. Les femmes des Premières Nations de Sioux Lookout qui attendent un bébé doivent quitter leur domicile, comme je le disais, et si leur nouveau-né a besoin de soins d'urgence, il est transporté par hélicoptère, parce qu'aucun établissement de la région n'a de service des urgences. Depuis 2012, le nombre de nouveau-nés qui ont eu besoin de soins d'urgence a augmenté de 11 %.
    Les jeunes des Premières Nations de Sioux Lookout sont cinq fois plus nombreux que la moyenne ontarienne à se rendre aux urgences pour des problèmes de santé mentale. De 2012 à 2016, le nombre de personnes qui se sont rendues aux urgences pour cette raison a crû de 123 %.
    Ces exemples illustrent bien les obstacles que doivent surmonter les Canadiens qui vivent dans un milieu rural ou éloigné et qui ont besoin de soins médicaux. Je suis ici pour trouver des moyens d'abattre ces obstacles et d'aider les localités rurales à obtenir les mêmes soins de santé qu'en ville, y compris sur le plan de la qualité.
    Les questions de compétence représentent l'un des plus grands obstacles à la prestation de soins de santé de qualité dans le Nord. Quel est le rôle des divers ordres de gouvernement dans le contexte de ces diverses compétences? Le gouvernement fédéral est responsable de la prestation de soins de santé à certains groupes de la population. Évidemment, les provinces sont responsables de leur population générale respective.
    L'article 10 de la Loi canadienne sur la santé prévoit que le régime d'assurance-santé de chacune des provinces doit être universel, ce qui suppose « qu’au titre du régime provincial d’assurance-santé, cent pour cent des assurés de la province ait droit aux services de santé assurés prévus par celui-ci ». Qu'est-ce que cela veut dire? En résumé, il faut adopter une approche axée sur la collaboration. Plutôt que d'avoir une approche descendante, il faut veiller à ce que les collectivités et les régions déterminent leurs besoins particuliers et qu'elles trouvent les solutions qui s'imposent.
    Bref, il n'existe pas de panacée, et ce qui fonctionne dans une collectivité ne marchera pas forcément dans une autre. En fin de compte, il faut écouter les personnes qui vivent et qui travaillent dans le système tous les jours, afin de pouvoir bien comprendre le mode de prestation de soins de santé qui s'impose dans les régions rurales du pays.
    Dans le cadre de ces discussions, il est parfois difficile de comparer des pommes avec des pommes ou des oranges avec des oranges. C'est pourquoi j'ai passé un peu de temps à établir des comparaisons entre le Canada et l'Australie. Comme la plupart des pays développés, le Canada et l'Australie ont un système de santé public et universel. Les deux pays ont des densités de population et des zones géographiques comparables. En juin 2018, l'Australie comptait un peu moins de 25 millions d'habitants, dont 11,4 % vivaient dans des régions rurales ou éloignées. Le gouvernement fédéral de l'Australie joue un rôle actif dans la lutte contre les disparités en matière de santé entre les populations urbaines et les populations rurales ou éloignées.

  (1740)  

    Le gouvernement australien fournit des fonds pour inciter les médecins à travailler dans les régions rurales ou éloignées et pour encourager l'adoption de la technologie de télémédecine dans ces régions. L'Australie rurale, tout comme le Canada rural, est mal desservie en ce qui concerne le nombre de ses médecins. Toutefois, le gouvernement australien est également conscient que pour changer cela, il doit trouver une solution. C'est ce que fait l'Australie, et je pense que le Canada devrait en tenir compte.
    L'Australie rurale manque tellement de services qu'en 2009, on a demandé au comité permanent sur la santé rurale du conseil consultatif des ministres de la Santé de l'Australie d'élaborer un cadre stratégique national pour la santé en régions rurales et éloignées. Il a été publié en 2011, puis mis à jour en 2016.
     En 2014, le gouvernement australien a mis en œuvre l'Indigenous Australians' Health Programme afin d'améliorer l'accès à des services de santé culturellement adaptés dans toute l'Australie.
    En juin 2017, dans le cadre de ses efforts pour réformer le système de santé dans les régions rurales et éloignées de l'Australie, le gouvernement australien a adopté une loi visant à créer un poste de commissaire national à la santé rurale. Comme au Canada, la population autochtone d'Australie est plus susceptible d'être atteinte de maladies respiratoires, de problèmes de santé mentale, de maladies cardiovasculaires, de diabète et de maladies rénales chroniques, ainsi que d'avoir une espérance de vie réduite que les Australiens non autochtones.
    Lors de l'étude des initiatives parlementaires, comme en ce moment, il est toujours bon de faire un effort pour que le débat soit non partisan et qu'il transcende les lignes de parti. Le mois dernier, j'ai eu le plaisir d'appuyer le projet de loi C-451, Loi constituant le poste de commissaire à la santé des enfants du Canada, présenté par le député de Simcoe—Grey. Le projet de loi C-451 priorise le bien-être, la santé, la sécurité et l'éducation des enfants et des adolescents en reconnaissant à tout enfant le droit de jouir d’un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental et social. Pour faciliter la concrétisation de ces mesures, le projet de loi vise à créer un poste de commissaire indépendant, qui sera chargé de faire rapport, de donner des conseils et de faire des recommandations au Parlement.
    Dans le prolongement du projet de loi C-451, ma motion vise à faire la lumière sur les écarts dans la prestation des services de santé entre les Canadiens des régions rurales et ceux des régions urbaines. C'est un domaine qui doit être étudié, car il y a actuellement très peu d'évaluations de la situation sanitaire des Canadiens en région rurale. Du fait que nous n'avons pas une population assez dense pour construire certaines des infrastructures nécessaires pour offrir des services de santé adéquats, nous devons nous tourner vers les technologies nouvelles et émergentes pour remédier à l'écart dans les services. Ce type particulier d'étude n'a jamais été fait au Canada. J'ai donc hâte de travailler avec tous les partis pour qu'une telle étude soit menée.
     Dans ma circonscription, nous sommes à créer un hôpital pour toutes les nations. Nous étudions la prestation des soins de santé dans la région, avec l'intention de développer un système de soins de santé pour toutes les nations, y compris un hôpital. Nous avons consulté tous les ordres de gouvernement et les collectivités locales pour déterminer la meilleure façon d'offrir ces services. Il s'agit d'une solution possible.
    Je crois qu'en travaillant de concert, comme nous l'avons fait la semaine dernière avec le ministre des Services aux Autochtones lorsque nous avons annoncé l'appui du gouvernement envers un système de soins de santé pour toutes les nations, nous pouvons améliorer la prestation des services de soins de santé dans les collectivités rurales.
    En conclusion, peu importe qu'une personne soit riche ou pauvre, jeune ou âgée, ou qu'elle vive dans un milieu rural ou urbain, le système de soins de santé du Canada doit offrir à tous un accès et des soins équivalents. Je suis persuadé que l'actuel gouvernement et la Chambre ont un rôle à jouer pour faire en sorte qu'on mène des évaluations appropriées et trouve les bonnes structures afin d'offrir de bons soins de santé.
    Enfin, je dirai que si on permet aux gens de vivre dans les régions rurales du Canada, y compris durant leurs vieux jours, il faudra trouver un système de soins de santé adéquat pour que cela soit possible. Autrement, beaucoup de personnes âgées déménageront dans les centres urbains, en raison du nombre limité d'endroits où vivre dans les régions rurales du Canada.

  (1745)  

    Je remercie la Chambre de m'avoir donné l'occasion d'intervenir au sujet de la motion.
    Monsieur le Président, j’appuierai la motion du député de Kenora. Cette étude est attendue depuis fort longtemps.
    Tout comme le député d’en face, je représente une circonscription rurale, mais je dirai aussi, en ma qualité de médecin, que les patients qui vivent dans des collectivités rurales ont des problèmes importants et difficiles à régler. Au Nunavut, si quelqu’un se fait une entorse à la cheville, on peut s’en occuper. Toutefois, si un enfant se casse le fémur, cela coûte cher, tant pour les parents que pour le gouvernement, de l’amener jusqu’à Ottawa pour qu'il y soit traité.
    J’appuie la motion du député, mais j’aimerais lui demander s’il y a des éléments précis sur lesquels nous devrions nous concentrer dans le cadre de l’étude pour nous assurer que les Canadiens des régions rurales reçoivent les soins de santé qu’ils méritent.
    Monsieur le Président, il y a effectivement des éléments précis sur lesquels j’aimerais que le comité de la santé se penche.
    Tout d’abord, j’aimerais que le comité de la santé examine une partie des rapports qui ont été rédigés et certains des engagements qui ont été pris par tous les ordres de gouvernement au début des années 2000. En 2004 et 2006, le gouvernement fédéral était en train de négocier avec les provinces, et le programme visant à accorder aux provinces les fonds destinés aux soins de santé, que ce soit sous forme de paiements de péréquation ou au titre de notre programme de développement social, exigeait notamment qu'on inclue des études ou une analyse des soins de santé dans l’ensemble de ces provinces. Dans mon cas, en Ontario, il s’agissait d’une occasion d'y évaluer la prestation des soins de santé, tant en milieu rural que dans les centres urbains, et d’en faire rapport. Or, cela n’a pas eu lieu.
    En fait, je me demande encore pourquoi aucune province n'a fait de suivi après s'être engagée, il y a plusieurs années, à dire au Parlement, aux Canadiens et aux Canadiens des régions rurales comment leur système de soins de santé était administré.
    En prévision des autres questions qui vont m’être posées au cours des prochaines minutes, je vais préciser ma pensée.

  (1750)  

[Français]

    Monsieur le Président, j’aimerais savoir pourquoi le député a déposé une seule et unique motion au cours des quatre dernières années. La motion a été déposée en avril dernier.
     Pourquoi est-ce la seule motion qu’il a déposée? Pourquoi a-t-il choisi de déposer une motion qui n’est pas contraignante au lieu d'un projet de loi qui aurait été beaucoup plus contraignant? Pourquoi a-t-il choisi de présenter une motion qui demande que l'on procède à une étude en comité, alors que l’on sait très bien que cette étude n’aura jamais lieu? La Chambre va s'ajourner au cours des deux prochaines semaines et nous n'aurons fort probablement pas le temps de voter sur la motion.

[Traduction]

    Monsieur le Président, la députée doit savoir que je n’ai pas choisi le moment de présenter ma motion. Cela se fait au moyen d’un processus à la Chambre. Si j’avais été l’un des premiers sur la liste, la motion aurait été présentée il y a deux ou trois ans. Là n’est pas la question.
    Le vrai problème, comme bon nombre d’entre nous le savent et le diront, c’est que nous n’avons pas besoin d’avoir cet échange, parce qu’il s’agit d’une compétence provinciale. Étant donné que les soins de santé sont de compétence provinciale, le gouvernement du Canada ne peut pas faire adopter une loi pour changer les choses en ce qui concerne les soins en milieu rural. Nous avons besoin d’un partenariat avec tous les autres ordres de gouvernement, y compris les provinces, les municipalités et les Premières Nations.
    Ce que je recherche, c’est la collaboration de tous les gouvernements, y compris les administrations autochtones et municipales, comme je l’ai dit plus tôt au sujet de ma région, afin que nous puissions trouver de meilleures façons d’offrir des services de santé.
    Je l’ai dit, et je le répète, il ne s’agit pas d’un enjeu partisan. Il est question de l’essence même du Canada. Nous avons un vaste territoire et nous faisons de notre mieux pour nous assurer que tous les citoyens, peu importe où ils vivent, ont accès à de bons services de santé et pour que les indicateurs soient meilleurs concernant ces services, comme je l’ai mentionné tout à l'heure. Dans les régions rurales du Canada, les indicateurs des services de santé laissent à désirer par rapport à ceux des centres urbains.
    Nous devons travailler ensemble. Nous devons lancer ce débat. En tant que député, je ne m’inquiéterais pas tant des élections. Les élections reviennent régulièrement, et nous serons tous de retour d’une façon ou d’une autre. Nous voudrons poursuivre ce dialogue. Je pense que les Canadiens des régions rurales méritent mieux que ce qu’ils obtiennent. Nous n’avons pas consacré suffisamment de temps et d’énergie à cette question.
    Personnellement, je veux demeurer dans une région rurale du Canada et je ne veux pas avoir à déménager lorsque je vieillirai parce que les services de santé y seraient insuffisants. Ce dialogue est fondamental et il revêt la même importance pour tous les Canadiens des régions rurales.

[Français]

    Monsieur le Président, cela me fait plaisir de me lever aujourd'hui pour parler de la motion M-226, qui vise à donner des instructions au Comité permanent de la santé relativement aux prestations de services de santé en milieu rural.
    La pénurie de médecins de famille et d'infirmières au Canada est extrêmement préoccupante, particulièrement dans les régions rurales. Le manque d'accès à un service Internet à large bande empêche aussi les collectivités rurales d'accéder aux services de santé en ligne. La désintégration des hôpitaux en milieu rural représente une autre préoccupation à prendre en considération au cours de l'étude.

[Traduction]

    Je remercie le député de Kenora d’avoir présenté cette motion à la Chambre. Ma fille était infirmière dans sa belle circonscription, alors elle connaît bien l’hôpital en question et les services de santé qui y sont offerts.
    À l'instar de la députée de Sarnia—Lambton, qui faisait une observation sur le caractère mixte de sa circonscription, je souligne que la mienne comprend aussi un mélange de secteurs urbains et ruraux, ce qui fait qu'à certains endroits, les services et les moyens de transport sont déficients.
    J’aimerais commencer par parler de la situation générale des services de santé au Canada.
    Nous savons qu’il y a déjà une pénurie de médecins et d’infirmières au pays. Je me suis rendu un peu partout au pays et j’ai parlé à des gens de diverses circonscriptions. J’aimerais donner aux députés quelques exemples illustrant la pénurie, à commencer par l’un des pires cas dont j’aie entendu parler, celui du cap Breton.
    Il manque 52 urgentologues et un chirurgien vasculaire au cap Breton. Là-bas, les gens qui ont une artère sectionnée peuvent perdre un membre ou mourir parce qu’ils sont incapables de se rendre à Halifax assez rapidement pour être soignés.
    Voyons la situation ailleurs au pays. À Ottawa, il faut attendre six ans avant d’avoir un médecin de famille. Quand l’ancienne députée de Nanaimo—Ladysmith s’est présentée aux élections provinciales, l’un des problèmes prioritaires qu’elle a signalés était la pénurie de médecins en Colombie-Britannique. Il y a une réelle pénurie de travailleurs de la santé.
    Cela est d’autant plus préoccupant que la population vieillit. Actuellement, une personne sur six a plus de 65 ans, et d’ici six à dix ans, ce sera une personne sur quatre. Cette augmentation s’accompagne d’une demande accrue pour un certain nombre de services.
    Tout d’abord, nous observons une augmentation progressive des maladies chroniques, ce qui est en partie attribuable à la hausse des taux d’obésité, au tabagisme et à d’autres problèmes. De plus, comme l’espérance de vie augmente, nous constatons une augmentation des cas de démence et de la demande de soins palliatifs. Bien sûr, j’ai toujours été une fervente défenseure des soins palliatifs depuis que je siège à la Chambre. Près de 78 % des Canadiens n’ont pas accès à des soins palliatifs, en particulier dans les localités rurales et éloignées. Il est urgent de régler ce problème.
    Quand je regarde le bilan du gouvernement qui est au pouvoir depuis quatre ans, je constate qu’il n’a proposé aucun plan pour combler les lacunes existantes sur le plan des ressources en santé et de l’infrastructure nécessaire dans des endroits comme Petrolia, une petite municipalité de ma circonscription. Actuellement, les systèmes électriques et mécaniques de l’hôpital Charlotte Eleanor Englehart sont tellement désuets et risquent de tomber en panne à tel point que la municipalité prévoit fermer l’hôpital dès qu’une panne surviendra. Tous les patients devront être transférés à l’école secondaire voisine. Petrolia a besoin de cinq millions de dollars pour faire des réparations dans cet hôpital.
    Je pourrais raconter à mes collègues des histoires semblables qui se produisent à la grandeur du pays, notamment des histoires d’hôpitaux qui n’ont reçu aucun financement pour mettre leur infrastructure à niveau. Il est clair que les provinces n’ont pas d’argent pour cela. En guise de solution, le gouvernement pourrait notamment mettre en œuvre un programme destiné à répondre aux besoins des hôpitaux ruraux en matière d’infrastructure. Cela permettrait de régler une partie de leurs problèmes persistants.
    Les régions rurales et éloignées ont également besoin d’un accès à Internet à large bande. Comme nous recourrons de plus en plus aux services en ligne, notamment pour les soins palliatifs et les consultations, les collectivités ont besoin d’Internet à large bande pour avoir accès à ces services. Ce besoin est particulièrement criant dans le Nord. Dans ma circonscription, plusieurs localités n’ont pas un bon accès à Internet. Je pense qu’il serait impérieux de répondre à ce besoin.

  (1755)  

    Dans les régions rurales et éloignées, l’accès aux services de santé est un autre problème. Le transport peut coûter très cher et, comme l’a mentionné le député de Kenora, les déplacements peuvent être très longs. À Kenora, les gens se déplacent en avion. Dans ma circonscription, même si les services sont nombreux, beaucoup de gens doivent se rendre dans la ville voisine de London, à une heure de route. Les personnes à revenu modeste ou qui n’ont pas de véhicule n’ont aucun service à leur disposition pour se rendre à leurs traitements hebdomadaires contre le cancer ou à d’autres rendez-vous. Le transport est un gros obstacle, et nous devons trouver des solutions à ce problème.
    Quand j’ai travaillé à l’élaboration du projet de loi d’initiative parlementaire sur les soins palliatifs, j’ai découvert des solutions vraiment novatrices, notamment le recours à du personnel paramédical pour prodiguer des soins palliatifs. Les ambulanciers paramédicaux, pendant les heures où ils ne répondent pas à des appels d'urgence, peuvent administrer des analgésiques et exécuter les interventions dont ont besoin les patients. Cette solution est vraiment économique, car ces personnes sont déjà sur la liste de paie, et elle permet de fournir une aide précieuse aux gens qui ont de la difficulté à accéder aux services et qui n’ont pas de moyen de transport à leur disposition. C’est le genre de solutions novatrices dont nous aurons vraiment besoin à l’avenir.
    Ma circonscription est aux prises avec un autre problème — et j’ai ouï dire que Kenora avait le même —, soit la difficulté à attirer des médecins, des infirmières et d’autres travailleurs de la santé dans les régions rurales. Nous devons mettre en place des mesures incitatives. L’une des grandes innovations, également mise en œuvre à Petrolia, est une clinique créée par une équipe multidisciplinaire de médecins de famille et d’infirmières praticiennes et qui offre divers services. Comme les médecins de famille ne sont pas seuls et qu’ils ne sont pas obligés de travailler durant un nombre incalculable d’heures en cabinet et de répondre ensuite à des urgences, ils arrivent mieux à concilier le travail et la famille. C’est une initiative qui a été lancée pour attirer des médecins de famille à cette clinique. Ces professionnels font un travail fantastique et rendent les services accessibles aux gens qui vivent à proximité. D'ailleurs, en raison de la qualité des services, des gens viennent même de Sarnia pour en profiter.
    Nous devons proposer de nouvelles solutions pour assurer les soins de santé, en collaboration avec les provinces et les territoires. Les régions sont toutes différentes les unes des autres. Nous avons parlé de certains obstacles, comme les déplacements par mauvais temps pour accéder aux services, mais à certains endroits, les problèmes sont d’un autre ordre. Certaines localités ont une population vieillissante. Dans ma circonscription, la moitié des gens ont plus de 57 ans; les soins aux aînés sont donc une priorité. Je sais que c’est également le cas en Nouvelle-Écosse et dans d’autres régions du pays.
    En fin de compte, j’aimerais beaucoup que le comité de la santé étudie ce problème. J’aurais aimé mener cette étude pendant cette session parlementaire, mais comme on nous l’a fait remarquer, il est très peu probable que l’on puisse entamer une nouvelle étude à ce stade-ci. Nous pourrons peut-être le faire au cours d’une prochaine législature.
    Ce besoin est urgent, et il faut que nous étudiions la question. Nous devons établir un plan pour cerner les besoins en travailleurs de la santé et déterminer comment les combler. Dans certains cas, au Canada, les travailleurs de la santé sont en nombre suffisant. Dans d'autres cas, il faudra changer la façon de former les médecins, par exemple. Je pourrais vous citer une mesure très novatrice prise au Nouveau-Brunswick. Comme la province n’a ni hôpital universitaire ni université offrant des stages en résidence, elle s’est associée aux universités de Dalhousie et de Sherbrooke, qui ont créé un programme de résidence au Nouveau-Brunswick, où des médecins font leur stage et fournissent leurs services en vue d'être agréés. Voilà le genre d’innovation qu’il nous faut pour remédier à la pénurie de travailleurs de la santé.
    Nous devrions en outre établir un plan d’infrastructures, comme je l’ai dit tout à l’heure, pour les services Internet à large bande, les soins hospitaliers et d’autres services. Par exemple, nous constatons un besoin croissant de soins à domicile. Il est toujours plus difficile de les fournir dans les régions rurales et éloignées à cause des distances à parcourir et, dans certains cas, de la météo et d'autres facteurs.
    Une fois que nous aurons élaboré ce plan, que nous aurons les ressources et les infrastructures nécessaires et que nous aurons déterminé les services à établir pour soigner le nombre croissant de maladies chroniques et de cas de démence dus au vieillissement de la population, nous pourrons lancer la mise en œuvre de ce plan. Il nous faudra plus de soins palliatifs. Il est urgent d’agir, car comme je l’ai déjà dit, à l’heure actuelle, les personnes âgées comptent pour un sixième de la population, mais d'ici de six à dix ans, elles en constitueront le quart.
    Il s'agit d'un problème urgent, alors je suis très heureuse d’appuyer cette motion.

  (1800)  

[Français]

    Monsieur le Président, j'aimerais tout d'abord préciser quelque chose au sujet de la motion. Bien que le gouvernement fédéral dispose de certaines compétences en matière de santé, notamment celle d'assurer un accès égal aux services de santé à tous les Canadiens, la mise en œuvre concrète des services de santé relève de la compétence des provinces.
    Le gouvernement fédéral fait des transferts en santé aux provinces, mais il revient ensuite aux provinces seulement de décider de l'utilisation de ces transferts. La gestion de l'ensemble des services de santé constitue une des compétences exclusives des provinces. Or la présente motion vise à améliorer la prestation des services de santé. On s'ingère donc directement dans un champ de compétence provincial. Le député l'a lui-même avoué. Les stratégies et les technologies de communication concernent la gestion des soins de santé. Cela dépasse donc la compétence générale du fédéral. Seules les provinces peuvent fournir des soins de santé directement aux Canadiens et sont à même d'élaborer des stratégies pour changer la gestion de ces soins.
    Pour nous, au NPD, il est important de respecter les compétences des provinces, particulièrement au Québec. C'est d'ailleurs dans cet esprit que nous avions adopté la Déclaration de Sherbrooke pour refléter le caractère asymétrique du Canada et appliquer le droit de retrait avec compensation du Québec. La motion du député s'ingère donc directement dans un champ de compétence provincial.
    Par ailleurs, on a choisi un moment bizarre pour déposer cette motion. En répondant à ma question, le député a dit qu'il ne pouvait pas choisir le moment où sa motion serait débattue. Cependant, il avait totalement le choix du moment où il allait la déposer. Il avait totalement le choix de déposer plusieurs mesures au cours des quatre dernières années.
    Par exemple, j'ai déposé plusieurs projets de loi et motions qui, selon moi, méritaient l'intérêt de la Chambre, même si je savais très bien qu'ils ne seraient pas débattus. Malheureusement, les députés, pour ce qui est de leur projet de loi, n'ont qu'un seul tour, lorsqu'ils ont de la chance. Le député a déposé la motion il y a un mois en sachant très bien qu'elle ne serait probablement jamais votée. C'est une motion qui demande une étude en comité, mais celle-ci n'aura jamais lieu.
    Si le député voulait vraiment améliorer la santé des gens en région rurale, une question extrêmement importante, je le reconnais, il aurait pu choisir différentes méthodes qui n'outrepassaient pas le champ de compétence fédéral. Par exemple, il aurait pu demander que les transferts en santé soient augmentés à la hauteur des demandes des provinces. D'ailleurs, la ministre de la Santé du Québec a dit qu'il fallait que le fédéral arrête de s'ingérer dans le champ de compétence provincial et qu'il commence par augmenter nos transferts en santé.
    L'un des obstacles les plus importants à la mise en œuvre des différentes technologies qui pourraient aider les Canadiens en milieu rural, c'est l'argent. Les hôpitaux accumulent déjà des déficits, parce qu'ils paient énormément d'heures supplémentaires aux infirmières à cause de la pénurie de personnel et de l'épuisement du personnel. Malheureusement, l'augmentation des transferts en santé n'est pas à la hauteur des besoins des provinces. C'est une des choses que le député aurait pu demander et qui n'aurait pas outrepassé le champ de compétence fédéral.
     Au sujet de la pénurie de main-d'œuvre, il y a une autre chose qui aurait pu être très utile sans outrepasser le champ de compétence fédéral: améliorer tout le processus d'immigration et de recrutement de professionnels à l'étranger. Je me suis souvent fait dire par des directeurs d'hôpitaux qu'ils avaient réussi à trouver un candidat très intéressant, un médecin spécialiste qui venait de l'étranger, et que celui-ci était intéressé, mais qu'il avait été découragé par le processus et qu'il avait choisi d'aller s'établir dans un autre pays où les démarches étaient beaucoup moins complexes. Le processus est coûteux et extrêmement compliqué. De plus, les services d'immigration sont absents dans les régions rurales.

  (1805)  

    La direction d’un hôpital qui veut recruter à l’étranger n’a même pas accès à des services offerts dans sa région en vue de l’aider, de l’appuyer et de lui expliquer comment faire les démarches de manière efficace. Si elle veut obtenir ces services, il faut qu’elle se débrouille par téléphone, par Internet ou en parlant à des agents qui ne comprennent pas les nuances. C’est extrêmement complexe. Le député aurait pu demander que des services d’immigration soient implantés dans les régions rurales. Cela aurait également pu aider sur le plan du recrutement.
    Afin d'améliorer les soins ou les services en milieu rural, le député aurait pu faire quelque chose en lien avec les déplacements. En effet, les patients ont souvent de longs déplacements à effectuer, ce qui leur coûte cher. Cela est difficile sur le plan financier.
    Pour avoir droit au crédit d'impôt pour frais médicaux, qui peut inclure les frais de déplacement, la personne doit avoir un revenu suffisant. Si elle n'a pas payé d'impôt, elle n'a pas droit au crédit d'impôt. En fin de compte, on n’aide pas ceux qui en bénéficieraient le plus, c'est-à-dire ceux qui n’ont pas les moyens de payer les frais de déplacement.
    Le député aurait pu choisir de mettre en place plusieurs mesures concrètes au lieu de présenter une motion demandant que l'on procède à une étude en comité qui n'aboutira jamais. D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle je suis mal à l'aise au sujet de la motion. Bien que je comprenne que le député a un réel intérêt pour la santé en milieu rural, j’ai beaucoup de difficultés à comprendre le moyen totalement inefficace qu’il a choisi. Cela est malheureux, surtout qu'il est député depuis quatre ans. Certains d’entre nous sont ici depuis plus longtemps, mais le député siège quand même à la Chambre des communes depuis quatre ans. Il aurait pu recevoir des conseils. D'ailleurs, il connaît suffisamment la démarche pour savoir que ce n’était pas la meilleure façon de procéder.
    Si le député s'intéresse à tout ce qui a été fait dans le domaine des nouvelles technologies, il a la possibilité d'avoir recours aux services de recherches. En tant que députés, nous avons accès aux services de la Bibliothèque du Parlement pour effectuer des recherches. Par exemple, le député aurait pu demander à la Bibliothèque du Parlement de faire une recherche exhaustive à propos des différents moyens qui ont été mis en place dans différentes régions du Canada ou du monde afin d'améliorer les services offerts dans les milieux ruraux. Cela lui aurait d'ailleurs permis de faire plusieurs lectures intéressantes.
    Lorsque de nouvelles technologies sont implantées, des articles démontrant leurs impacts positifs sont souvent publiés dans les revues scientifiques, médicales ou infirmières. Les données relatives aux moyens qui ont été utilisés sont déjà disponibles et accessibles pour les gens qui s’intéressent à la question.
    Encore une fois, je comprends la volonté du député d’améliorer les services de santé en région rurale. Cependant, je ne crois pas que c’est en s’ingérant dans les champs de compétence provinciale qu’on va y arriver.
    J’ai suggéré plusieurs moyens permettant d'en arriver à une solution beaucoup plus efficace pour nos régions rurales. Ces moyens respectent les champs de compétence fédérale.
    Je conseille fortement à mon collègue de discuter avec ses collègues et d’écouter la ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec. Cette dernière a suggéré au gouvernement actuel de cesser de s’ingérer dans les champs de compétence des provinces en ce qui a trait à la santé et d’augmenter immédiatement les transferts fédéraux aux provinces, pour qu’elles puissent implémenter plusieurs mesures qui sont déjà sur la table, mais qui ne peuvent être implémentées à cause du manque d’argent et du désengagement du gouvernement fédéral.

  (1810)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis heureux de discuter de la motion M-226 sur la prestation de services de santé dans les régions rurales du Canada. Cette motion est très importante.
    Une bonne partie de la circonscription de Sackville—Preston—Chezzetcook, en Nouvelle-Écosse, en périphérie de Halifax-Dartmouth, est rurale. Dans cette province, tous les sondages indiquent que de 24 à 26 % des Néo-Écossais considèrent cela comme une priorité très élevée pour la Nouvelle-Écosse et que c’est donc un grave problème. Soulignons que 70 % des collectivités de la région de l'Atlantique sont rurales. Nous avons donc de grands défis à relever, y compris celui-là, par exemple.
    Dans ma circonscription, sur la côte Est, les résidents sont en quête d’un médecin et d’infirmières depuis plusieurs années. Il est urgent que nous soutenions ces collectivités et que nous les aidions à résoudre ce problème. La présente discussion fera progresser le dossier. Les membres du caucus de la Nouvelle-Écosse et moi-même en avons parlé avec la ministre pour essayer de trouver des mesures incitatives et des stratégies à mettre en place pour faire avancer les choses.
    J’aime la motion de mon collègue. Elle permettra de trouver diverses solutions. Le fait de recruter des étudiants du secondaire des collectivités rurales pour qu’ils entrent à la faculté de médecine, qu’ils pratiquent et qu’ils fassent leur résidence dans leur collectivité pourrait constituer un incitatif. Encore une fois, je remercie le député de Kenora d’avoir porté cette question à l’attention de la Chambre. Je tiens également à souligner son travail incessant dans ce dossier, car il est un solide membre du caucus rural libéral depuis quatre ans.
    Cette motion vise deux grands objectifs. Premièrement, que le comité mène une étude et convoque des témoins pour trouver des solutions. Deuxièmement, le député demande au gouvernement d’améliorer la prestation des soins de santé dans les régions rurales du Canada en collaborant avec les provinces, les territoires et tous les intervenants. Lorsqu’il est question de compétence, nous sommes tous dans le même bateau. Il incombe à tous les ordres de gouvernement, même si une région appartient à une administration en particulier, de travailler ensemble pour trouver des solutions afin d’améliorer la vie des Canadiens d’un bout à l’autre du pays. C’est l’occasion que recèle cette motion.
    Même si le pourcentage de Canadiens vivant en milieu rural a continuellement diminué au fil des siècles, un changement majeur s’est opéré dans l’économie canadienne depuis l’époque où elle était fondée sur l’agriculture et l’industrie. Nous pouvons convenir que le Canada rural demeure une partie très importante du pays et qu’il y contribue directement de bien des façons. C’est pourquoi nous devons trouver des médecins, mettre en place un réseau à large bande et faire davantage pour le Canada rural. C’est aussi pourquoi notre gouvernement vient de nommer une nouvelle ministre responsable du Canada rural. Cela garantit que nous nous concentrerons encore plus sur ces dossiers.
    Les Canadiens sont fiers de vivre dans un pays où nous avons la chance d’avoir un système de soins de santé de classe mondiale. Cependant, même si le système de soins de santé connaît du succès, le gouvernement reconnaît qu’il y a certaines disparités, surtout en milieu rural.
    Le rapport de 2006 de l’Institut canadien d’information sur la santé, intitulé « Comment se portent les Canadiens vivant en milieu rural?: une évaluation de leur état de santé et des déterminants de la santé », a révélé que les Canadiens des régions rurales ont des taux de mortalité infantile plus élevés et une espérance de vie plus courte que leurs homologues des régions urbaines. Ces disparités en matière de santé sont encore plus marquées dans les communautés autochtones situées en milieu rural. L’espérance de vie moyenne des hommes et des femmes des Premières Nations est de 8,4 ans et 7,9 ans inférieure à celle des autres Canadiens, respectivement. Les déterminants de la santé dans les populations rurales du Canada distinguent leurs besoins et résultats en matière de santé par rapport à ceux des populations urbaines. Des facteurs liés à la santé, comme une proportion plus élevée de fumeurs, une moins grande consommation de fruits et de légumes ainsi que l’obésité touchent de façon disproportionnée les résidants des régions rurales.

  (1815)  

    La disponibilité de professionnels de la santé dans les régions rurales constitue également un très important problème. Une étude récente de la profession médicale menée par l’Institut canadien d’information sur la santé a révélé qu’en 2017, seulement 8 % des médecins travaillaient dans des collectivités rurales, alors que 18 % des Canadiens y habitaient. Encore une fois, la situation est encore pire pour les Autochtones vivant en milieu rural. Selon une enquête régionale sur la santé menée en 2015-2016, 22,6 % des membres des Premières Nations âgés de plus de 18 ans font face à encore plus d’obstacles lorsqu’ils essaient de trouver un médecin.
    Les statistiques démontrent que le recrutement et le maintien en poste de professionnels de la santé, comme les médecins, constituent des défis importants dans les collectivités rurales. Cela peut s’expliquer par le fait que des considérations personnelles et professionnelles, comme l’isolement social et les longues heures de travail, sont des facteurs qui touchent de façon disproportionnée les professionnels de la santé ruraux par rapport à leurs homologues urbains. Malgré les difficultés associées à la médecine en milieu rural, de nombreuses solutions s’offrent à nous.
    Même si la prestation des services de santé relève en premier lieu des administrations provinciales et territoriales, le gouvernement du Canada reconnaît que nous avons également un rôle à jouer et accueille favorablement les commentaires constructifs pour faire progresser l'atteinte de cet objectif.
    Il a été prouvé, par exemple, que les diplômés en médecine qui viennent des régions rurales, qui y ont pratiqué ou qui y ont fait des stages sont plus susceptibles de rester en région. Pour retenir plus de médecins en milieu rural, les gouvernements pourraient envisager de soutenir davantage les élèves du secondaire, par exemple en les invitant à faire des études en sciences, et d'augmenter le nombre d'étudiants provenant des régions qui sont admis en médecine. Ce serait aussi très utile.
    Dans le mémoire prébudgétaire intitulé « Faire avancer la médecine familiale » que le Collège des médecins de famille du Canada a présenté en 2018, il est aussi dit qu'il faut soutenir davantage les compétences particulières des médecins de famille et des spécialistes qui travaillent en milieu rural en leur offrant de la formation et des ateliers.
    Je ne saurais trop insister là-dessus: il faut absolument unir nos efforts pour améliorer l'accès aux soins médicaux en milieu rural.
    Il est très important que les milieux ruraux aient accès aux soins de santé. Pour améliorer les choses, il faudra plus de recherche et une meilleure collaboration entre les gouvernements. Voyons comment nous pouvons aider concrètement ces localités.
    Je remercie encore une fois mon collègue de Kenora d'avoir présenté la motion dont nous sommes saisis. Je remercie aussi la Chambre de m'avoir donné l'occasion de parler de cette importante question.
    Les Néo-Écossais, les Canadiens de l'Atlantique et les localités rurales du Canada ont besoin de notre aide. Nous avons le devoir de trouver des solutions, en collaboration avec les provinces et les territoires, pour qu'il y ait plus de médecins et de personnel infirmier en milieu rural.

  (1820)  

    Monsieur le Président, c’est avec plaisir que je prends la parole à la Chambre des communes aujourd’hui. En tant que personne qui a toujours vécu dans une collectivité rurale, je suis heureux de parler des soins de santé en milieu rural et des enjeux qui touchent ces régions.
    En suivant les actualités et en discutant avec différents fournisseurs de soins de santé de nos circonscriptions ainsi qu’avec des agriculteurs de nos collectivités, nous pouvons constater que les problèmes de santé mentale qui touchent les collectivités rurales sont probablement plus importants que jamais. Je ne voudrais pas pointer du doigt les agriculteurs en particulier, mais les gens du secteur agricole partagent cet avis. Cela s’explique notamment par les conditions du milieu et tout le stress lié aux pressions financières, aux prix des cultures, au commerce, aux récoltes de l’an dernier, aux semis du printemps de l’année en cours et ainsi de suite. Par conséquent, lorsque nous nous penchons sur l’ensemble des soins de santé, la santé mentale doit être une priorité. Bien sûr, l’étude proposée n’aura pas lieu au cours de la présente législature, mais nous espérons qu’elle se tiendra au cours de la 43e législature.
    Le suicide chez les jeunes est un autre enjeu. Le taux de suicide chez les jeunes dans les collectivités rurales est plus élevé que partout ailleurs. Il serait très important d’obtenir de l’information ou d’élaborer des stratégies qui permettraient d’aborder à la fois la santé mentale et le taux de suicide chez les jeunes.
    Il faut aussi parler de la toxicomanie. La crise des opioïdes se fait sentir dans les petites localités, et ce, d'un bout à l'autre du pays. Les opioïdes et la méthamphétamine sont un gros problème. Peu importe la région, toutes les localités sont touchées. Pour pouvoir aider les gens de tous les âges qui sont aux prises avec ces problèmes, mais surtout les gens des milieux ruraux, qui doivent parfois parcourir de longues distances, il faudrait leur donner accès à des traitements contre la toxicomanie, à de l'aide psychologique et à des installations de pointe. Les traitements ne se trouvent pas au coin de la rue; les gens doivent parfois faire des heures de route pour y avoir accès.
    Les professionnels de la santé qui offrent certains services sont aussi en nombre insuffisant. Les gens qui ont besoin d'aide psychologique doivent parfois attendre trois mois avant d'obtenir un rendez-vous. Ce n'est pas acceptable de faire attendre trois mois les gens qui font l'effort de demander de l'aide. Ce serait merveilleux d'avoir des données concrètes à publier dans ce rapport pour pouvoir mettre en œuvre ces plans d'action. Je sais qu'il en est beaucoup question, mais il faut faire passer le message.
    Dans les régions rurales de l’Ontario, d’où je viens, les taux de diabète, de maladie cardiaque et d’obésité sont plus élevés depuis des années, voire des décennies. De nombreuses stratégies ont été élaborées à cet égard, mais nous avons besoin de soins de santé proactifs dans nos collectivités rurales. Nous avons besoin d’installations qui favorisent un mode de vie sain et qui permettent aux gens de faire de l’exercice.
    La maladie pulmonaire obstructive chronique, tout comme certaines formes de cancer, est plus fréquente chez les Canadiens en milieu rural. Nous avons besoin de plus d’information à ce sujet.
    Les baby-boomers atteignent l’âge où leurs besoins en soins de santé diffèrent de ce qu’ils étaient auparavant. Dans ma localité, il y a maintenant un gériatre, un spécialiste qui joue un rôle de premier plan pour aider notre population vieillissante. Je viens d’une collectivité rurale, le comté de Huron et le comté de Bruce, du côté ouest de l’Ontario. C’est un endroit de prédilection pour les gens qui prennent leur retraite. Nous avons une plus grande proportion de personnes âgées que toute autre collectivité au pays. Il est donc essentiel de pouvoir compter sur les services d’un gériatre.
    Il y a quelques semaines, l’un de nos chers députés de la Colombie-Britannique a parlé de la question des médecins en soins palliatifs. Il faudrait beaucoup de ces médecins dans nos collectivités rurales, afin de redonner à certains de nos vaillants Canadiens ce qui leur revient de droit.
    L’attraction et la rétention des médecins posent un problème dans nos collectivités rurales. Il y a 20 ans, par exemple, Goderich, qui compte plus de 10 000 habitants, avait besoin de médecins. On y a mis sur pied un excellent programme pour attirer et retenir des professionnels de la santé.

  (1825)  

    Gwen Devereaux, de Seaforth, en Ontario, est bien connue partout au pays. Elle a sensibilisé et informé les Canadiens sur la façon d’attirer des médecins dans les collectivités rurales. On a pu l’entendre en entrevue à la CBC et dans différentes stations de radio.
    Quelqu’un d’autre a mentionné qu’une belle clinique à la fine pointe de la technologie était une bonne façon d’attirer des médecins. Le fait d’offrir un emploi intéressant à leurs conjoints contribuerait certainement aussi à en attirer davantage dans certaines régions. Des services aussi élémentaires que l’Internet à large bande ou un centre communautaire doté d’installations de conditionnement physique seraient également utiles. Ce sont toutes des choses susceptibles d’attirer des médecins, des infirmières, des radiologistes ou d’autres personnes bien formées dans nos collectivités, et de les aider à s’y enraciner et à vivre.
    Lorsque la plupart des médecins et des autres professionnels de la santé prennent l’engagement de servir en milieu rural, ils aiment leur expérience et finissent par s’y installer, et les gens sont heureux de les accueillir.
    Les dossiers de santé électroniques se sont beaucoup améliorés d’un océan à l’autre. Il est époustouflant de constater, simplement en regardant notre téléphone, ce que le secteur de la technologie peut faire, sans que cela se transpose dans le domaine de la santé. Des innovations ont lieu, mais il y a du retard à rattraper. Une autre bonne innovation est Télésanté Ontario, un réseau que nous sommes heureux d’avoir et qui change la vie des gens.
    Je pense que nous pouvons tous convenir que nous avons besoin d'infrastructures matérielles. Par exemple, les collectivités ont besoin de tomodensitomètres. De tels appareils peuvent sauver la vie de personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Est-il logique qu'une collectivité doive organiser des activités de financement afin de pouvoir avoir un tomodensitomètre dans son hôpital? Cela défie toute logique. Pourquoi les collectivités devraient-ils assumer cette dépense? Quand nous parlons des façons dont le gouvernement fédéral peut collaborer avec toutes les autorités compétentes, nous devrions discuter des moyens stratégiques dont on pourrait financer l'installation de ces appareils.
    Les collectivités désirent également des centres de soins palliatifs. Ils se font rares. Les collectivités doivent recueillir des fonds pour les construire. En Ontario, d'où je viens, si les localités ont la chance d'avoir des fonds pour l'acquisition de terrains, cela leur permettra de couvrir 60 % des dépenses. Elles devront continuer indéfiniment à recueillir des fonds pour couvrir le 40 % restant. Le gouvernement fédéral pourrait élaborer un plan national pour changer la donne et donner un petit coup de pouce aux localités.
    C'est la même chose pour les soins de longue durée. Bon nombre d'établissements de soins de longue durée sont complètement vétustes et ont besoin d'importantes rénovations. Par ailleurs, il n'y a pas de centres de traitement de la toxicomanie dans ma région. Oui, il s'agit d'une question qui relève de la compétence régionale. Cependant, il y a tout un tas de modifications que nous pourrions apporter.
    Ma dernière observation, qui est probablement aussi la plus importante, est qu'il faut inviter le Gateway Centre of Excellence in Rural Health si nous faisons cette étude au cours de la 43e législature. L'organisme se trouve dans ma circonscription et il s'agit de la seule installation de recherche de son genre au Canada. Le centre s'inspire d'une idée américaine. Il fait de la recherche en santé rurale en partenariat avec des universités. Chaque année, les esprits les plus brillants viennent dans ma collectivité pour faire de la recherche en santé rurale, et les gens en sont très heureux. Comme je l'ai indiqué, ils le font à leurs propres frais. Ce serait formidable si le gouvernement fédéral et les provinces pouvaient s'unir et fournir un financement opérationnel à différentes installations de recherche comme celle-ci, qui effectuent d'excellentes recherches sur le Canada rural et encouragent parfois ces jeunes esprits brillants à rester dans la région.
    J'espère revenir à la 43e législature. Je suis convaincu que mes collègues d'en face espèrent l'inverse. Quel que soit le résultat des élections, il serait formidable que le comité de la santé fasse cette étude et envisage d'aller au-delà des compétences.
     La Défense nationale fournit des soins de santé et nous fournissons toutes sortes de soins de santé aux Canadiens autochtones. Nous avons tous un rôle à jouer. Si nous travaillons tous ensemble, nous pourrions nous élever au-dessus des lignes partisanes.
    Je souhaite à tous mes collègues la meilleure des chances cet été et au cours des élections d'octobre.

  (1830)  

    La période réservée à l'étude des initiatives parlementaires est maintenant écoulée, et l'article retombe au bas de la liste de priorité du Feuilleton.

Ordres émanant du gouvernement

[Ordres émanant du gouvernement]

[Traduction]

Les députés qui ne se représentent pas aux élections de la 43e législature

    Comme il est 18 h 31, conformément à l'ordre adopté le mardi 28 mai, la Chambre passe maintenant aux déclarations des députés qui ne se représentent pas aux élections pour la 43e législature.
    Tout juste avant le débat de ce soir, je rappelle aux députés le déroulement des délibérations.

[Français]

    Chaque député qui prendra la parole se verra accorder 10 minutes. Les discours ne feront pas l'objet d'une période de questions et commentaires.

[Traduction]

    L'ordre indique également que le débat prendra fin après trois heures ou lorsque plus aucun député ne demandera la parole.
    Je donne d'abord la parole à la députée de West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country.

[Français]

    Monsieur le Président, chers collègues parlementaires, je crois à une politique d'inclusion et d'engagement.

[Traduction]

    Dans la vie publique, adaptation, réconciliation, obligation, compréhension et compromis sont mes mots d'ordre. Je pense que ce sont des pratiques qui mènent à un changement durable. Aujourd'hui, j'aimerais présenter quelques-uns des résultats du dernier mandat.
    Imaginons-nous sur la côte Ouest du pays. Dans le nord-ouest du Pacifique, ce sont probablement les saumons qui sont arrivés en premier. Le saumon est le parfait exemple de l'évolution conjointe de l'humain avec la nature, le parfait exemple de cohabitation sur la planète.
    En 2015, je craignais pour la survie du laboratoire du ministère des Pêches et Océans qui se trouvait dans la zone riveraine de West Vancouver, parce que, sous le gouvernement précédent, il avait été sérieusement question que la propriété soit vendue. Sous le nouveau nom Centre d'entreprise scientifique du Pacifique, qui n'était qu'un nom, nous avons tendu la main à des partenaires scientifiques, à des dirigeants communautaires, aux nations des Squamish, des Tsleil-Waututh et de Musqueam, ainsi qu'au personnel local du ministère des Pêches et Océans dans le but de concevoir une vision pour le renouvellement des investissements et la recherche scientifique. Nos idées devaient être acceptées par le ministre et le personnel du ministère, ainsi que par Services publics et Approvisionnement Canada pour justifier un réinvestissement à long terme.
    J'ai trouvé très stimulant de travailler directement avec des membres de l'équipe de deux ministères à Ottawa. Je leur demandais d'effectuer un important changement de culture et ils ont été extraordinaires.
    Les mesures suivantes sont de véritables premières dans l'histoire du ministère des Pèches et Océans.
     Le Coastal Ocean Research Institute a accueilli dans le nouveau laboratoire 18 scientifiques qui y mènent des recherches sur les plastiques dans les océans. Les gardiens des cours d'eau de West Vancouver ainsi que divers groupes de protection de l'environnement utilisent désormais l'établissement en permanence.
     Le district scolaire de West Vancouver a élaboré un programme d'enseignement pour le deuxième cycle, et, en juin, après avoir passé toute l'année à fréquenter l'océan, les ruisseaux, le littoral et les scientifiques du ministère des Pêches et des Océans qui travaillent au laboratoire, la première cohorte obtiendra un diplôme d'études secondaires en études environnementales.
    Les enfants et les aînés de la nation des Squamish sont rentrés chez eux dans leur pirogue de mer. De nombreux groupes souhaitent collaborer avec le Centre d'entreprise scientifique du Pacifique.
    Nous savons maintenant qu'il est beaucoup plus facile de régler des problèmes environnementaux complexes, notamment les plastiques dans les océans, les récifs d'éponges siliceuses, le bruit sous-marin des navires, la perte d'habitats, la protection des cétacés, le réchauffement des océans et les zones de protection marine, quand le gouvernement fédéral se montre ouvert.
    Dans le même ordre d'idée, je suis particulièrement fière que le gouvernement respecte le savoir des administrations locales. Les investissements dans les infrastructures signifient l'égalité pour tous les Canadiens grâce à l'eau potable, au traitement des eaux usées, au transport en commun, à des logements sûrs et à l'accès à la technologie numérique. L'inclusion des priorités locales a amélioré le programme national.
    Dans le domaine de la santé, la collaboration et la recherche sont fondamentales. Je préside le caucus multipartite sur le diabète juvénile, qui a réussi à obtenir un investissement fédéral de 15 millions de dollars, une contribution équivalente de la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile et un partenariat pour la recherche en santé de 30 millions de dollars entre la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile et les Instituts de recherche en santé du Canada, une autre réalisation sans précédent.
    Ces efforts sont particulièrement importants lorsque les intervenants ont du mal à trouver un terrain d'entente, une difficulté qui, de nos jours, se fait particulièrement sentir dans les différends qui opposent la Colombie-Britannique et l'Alberta. L'Ouest canadien doit apporter sa contribution. Sa contribution est importante, parce cette région est dotée d'un sens de l'innovation, de l'entreprise et de l'expérimentation, ainsi que d'une forte conscience environnementale. Notre avenir énergétique repose sur l'innovation du secteur des technologies propres. Il repose sur les entreprises qui comprennent que la tarification de la pollution encourage l'innovation. Il repose sur les communautés autochtones qui veulent collaborer pour aider le Canada à se tourner vers les énergies propres de l'avenir et pour participer à la propriété et à la gestion des entreprises qui exploitent les ressources. Il repose aussi sur les investisseurs qui contribuent déjà à la transition vers l'économie à faibles émissions de carbone de l'avenir. Les manifestations sont beaucoup moins utiles que l'innovation et l'inclusion.
    Remplir ses obligations, c'est ne pas avoir peur de dénoncer le blanchiment d'argent au Canada. C'est ce que le caucus du Pacifique a fait valoir au ministre, en 2015, et on a commencé à se pencher sur la question. Je suis très heureuse que le ministre Eby, en Colombie-Britannique, fasse des efforts en ce sens, avec l'appui du gouvernement fédéral.
    Notre stratégie sur le logement s'appuie directement sur les valeurs d'égalité et d'inclusion, tout comme l'Allocation canadienne pour enfants.
    J'ai toujours cherché à favoriser la vérité et la réconciliation et ce n'est pas près de changer. D'après moi, nous devrions nous méfier de l'exclusion plutôt que de l'inclusion.
    Au sujet des affaires internationales, j'aimerais remercier deux ministres des Affaires étrangères que j'ai eu le privilège de servir à titre de secrétaire parlementaire.

  (1835)  

    En 2015, lors de ma première rencontre avec le ministre Dion, il m'a fait trois recommandations: toujours connaître mes dossiers; ne jamais le laisser tomber à la Chambre des communes; lui dire une chose que je souhaite accomplir pour qu'il puisse me soutenir.
    Je lui ai répondu que je voulais travailler sur le dossier des femmes, de la paix et de la sécurité. Les femmes ne jouent qu'un rôle secondaire, au mieux, dans le rétablissement de la paix lors des conflits internationaux. C'est extrêmement regrettable car les recherches montrent clairement que lorsque les femmes participent aux efforts de paix, aux négociations, aux discussions et à la mise en œuvre des processus de paix, les résultats sont meilleurs. Aujourd'hui, grâce au leadership de l'actuelle ministre des Affaires étrangères, la politique étrangère du Canada est féministe, tout comme la politique en matière de développement international.
    Le gouvernement du Canada veut accorder aux femmes de meilleures chances en matière de défense et de maintien de l'ordre. Le gouvernement du Canada vient de lancer le Fonds pour l'égalité afin de solliciter la communauté philanthropique et le secteur privé à contribuer à l'égalité des sexes.
    Je tiens à remercier l'actuelle ministre des Affaires étrangères et à lui faire part de ma gratitude. Elle exerce son rôle avec pragmatisme et compréhension et elle possède des connaissances et une expérience considérables.
    J'aimerais également remercier l'ancien ministre du Commerce international de m'avoir accordé sa confiance. Il a attribué nos réussites à toute son équipe, et a dirigé un effort qui a forgé et élargi des accords de libre-échange avec l'Europe et la région transpacifique. Nous avons travaillé fort pour consulter partout dans le monde, et nos négociateurs ont maintenu l'inclusion et les mesures d'adaptation au premier plan.
    On semble croire qu'un député ne peut dire ce qu'il veut ou dévier de la ligne de parti. Je peux penser à quelques occasions où je l'ai fait. Lorsque le ministre des Finances a présenté des réformes fiscales accueillies peu chaleureusement dans ma circonscription, je lui ai dit que, pour ma part, je mènerais sans aucun doute de sérieuses consultations publiques. Cet été-là, et sur les conseils d'un expert, nous avons soumis 10 solutions, dont huit ont été acceptées par le ministre.
    Dans le dossier de la transition vers des piscicultures n'utilisant plus de cages en filet sur la côte de la Colombie-Britannique, j'ai voté contre le gouvernement. Tout le monde sait cela, et je poursuivrai mes efforts favorisant une transition vers des parcs clos.
    Je respecte le leadership du premier ministre. D'après mon expérience, il encourage les points de vue divergents, surtout lorsqu'ils sont exprimés dans un esprit de compromis et d'amélioration.
    Les députés ne seront pas surpris d'apprendre que je suis profondément troublée par les règlements restrictifs et démoralisants de la Chambre qui nous forcent à siéger le vendredi chaque semaine, ou de siéger jusqu'à minuit, quand ce n'est pas toute la nuit. Ce n'est pas démocratique. C'est même inhumain. Nous devrions pouvoir nous présenter à la Chambre au meilleur de nos capacités, débordant d'énergie au lieu de manquer de sommeil, optimistes plutôt que frustrés.
    Enfin, aucun député ne peut briller sans l'aide d'un personnel formidable. Stephanie, Deanna, Marjan, Lucie, Natasha, Rav, Diana, Alexandre et Morgan, et pour les affaires mondiales, Jillian, Joshua, Jim, Kyna, Sher et Isabella ont tous fait un travail d'équipe exceptionnel. Les horaires éreintants, les masses de documents, les conditions de travail stressantes et les multiples sollicitations ne les ont certainement pas empêchés de se serrer les coudes. Je les admire tous et je les remercie des standards qu'ils ont établis par rapport à chaque aspect de notre travail.
    Comme pour la plupart des députés, notre équipe a été ravie d'accueillir quatre stagiaires au cours de quatre étés: Marjan, Clio, Claire et Nicola. Nous les jetons dans le feu de l'action, mais nous les encourageons chaque fois qu'ils se butent à un obstacle. Puissent-ils poursuivre leur chemin dans la vie en se demandant: Ai-je oublié d'inclure quelqu'un? Qu'est-ce qui m'échappe? Suis-je conciliant? Ai-je des solutions à proposer? S'ils peuvent y arriver, le Canada est entre bonnes mains, et tous ceux qui ont la confiance de la population — comme ces stagiaires, comme moi, comme les autres députés ici — lorsqu'ils accomplissent leurs tâches quotidiennes, auront été à la hauteur de leur fonction et de l'honneur qui leur a été fait.
    Je remercie sincèrement les habitants de West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country de l'occasion qu'ils m'ont donnée d'être à leur service et au service du Canada. Mon engagement personnel envers eux n'est pas prêt de se terminer. Je vais les retrouver dans ma circonscription. À bientôt.

  (1840)  

     Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion de présenter une déclaration dans le cadre de mon départ.
    J'ai eu l'honneur de représenter les habitants de la circonscription d'Oakville et d'être un député de la 42e législature. J'aimerais tout d'abord remercier les résidants d'Oakville de m'avoir donné cette chance.
    J'ai trouvé fascinant de participer au processus législatif démocratique et d'avoir travaillé avec, et parfois contre, les autres parlementaires dans le cadre de nos débats visant à déterminer la meilleure voie à suivre pour le Canada. Je suis toujours impressionné par le sentiment de responsabilité qui envahit les députés lorsqu'ils marchent vers le Parlement, franchissent la porte et prennent leur siège à la Chambre des communes. De plus, j'éprouve toujours un énorme sentiment de gratitude envers les résidants d'Oakville, qui m'ont confié cette responsabilité.
    Je suis très fier de ce que le gouvernement a accompli au cours de la présente législature. Il a renégocié l'ALENA, a appuyé les familles de la classe moyenne, a lutté contre les changements climatiques, a sorti 825 000 Canadiens de la pauvreté et a favorisé la création de plus d'un million de nouveaux emplois. Le gouvernement prend des mesures concrètes et positives pour améliorer la vie des Canadiens.
    Lorsque je me suis engagé dans cette fonction, j'avais des priorités bien précises. Ce soir, j'aimerais faire un bref retour sur ces priorités, mais je veux aussi raconter certaines choses inattendues qui me sont arrivées au cours des dernières années et qui m'ont permis de mieux comprendre ma collectivité et, étonnamment, ma famille.
    Lorsque j'ai été élu, mon but principal a été de protéger le système de santé canadien. Ce fut un honneur lorsque le premier ministre m'a demandé d'assumer le rôle de secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé et de parler aux Canadiens et à la Chambre des communes en son nom. J'ai été ravi de faire partie du Comité permanent de la santé. Nous avons présenté nombre de rapports et de recommandations sur des questions touchant la santé des Canadiens.
    Une autre de mes grandes priorités a été d'essayer que les médicaments essentiels soient couverts dans le modèle universel de soins de santé. Les médicaments essentiels ne devraient pas être inaccessibles en raison de leurs prix trop élevés. Je siégeais au comité permanent qui a recommandé sans équivoque d'offrir la couverture universelle à payeur unique qui est primordiale pour que tous les Canadiens aient un accès égal aux médicaments essentiels à des fins thérapeutiques. J'ai été ravi de voir que le budget de 2018 prévoyait d'établir un conseil chargé d'étudier la mise en œuvre d'un régime national d'assurance-médicaments, et que le budget de 2019 prévoit la création d'une agence canadienne des médicaments et de prendre des mesures en vue de l'élaboration d'un formulaire national.
    J'ai eu l'honneur de présider le Comité sur la recherche en santé composé de représentants de tous les partis, qui a collaboré avec Recherche Canada pour faire connaître à Ottawa les incroyables recherches en santé qui se déroulent au Canada.
    Outre la santé, je me suis intéressé de près à l'emploi, et j'ai tout fait pour que le gouvernement crée un climat propice à la réussite du secteur de la fabrication de pointe. Ford Canada est le plus gros employeur d'Oakville. J'ai eu l'honneur de présider le caucus libéral de l'auto et je me suis battu bec et ongles pour que les sommes nécessaires pour stimuler l'innovation dans le secteur de l'automobile soient au rendez-vous, notamment en ce qui concerne les véhicules à zéro émission et les voitures autonomes.
    En ma qualité de vice-président de l'Association parlementaire Canada-Europe, j'ai pris part à une mission de promotion des échanges commerciaux entre le Canada et l'Union européenne et j'en ai dirigé une autre.
    En terminant, j'ai réussi, avec l'aide mon adjoint, Andrew Quinn, à faire adopter la motion M-186, qui protège la neutralité du Net au Canada, à l'unanimité de la Chambre. Andrew: vélociraptor!
    Ces buts étaient ceux que je m'étais fixés quand j'ai été élu, et je suis fier de mes réalisations. Qu'en est-il, cela dit, des expériences inattendues?
    Sur la Colline en général et à la Chambre en particulier, j'ai été frappé par l'intégrité avec laquelle les parlementaires représentent les électeurs de leur circonscription ainsi que par l'ardeur qu'ils mettent à faire valoir leurs convictions et leur vision d'avenir du Canada. J'ai aussi été épaté par l'ampleur et l'envergure du travail accompli par les comités. La plupart des Canadiens ignorent jusqu'à l'existence des comités parlementaires, mais j'ai appris que c'est pourtant là qu'ont lieu la plupart des discussions non partisanes, que sont amendés les projets de loi et que sont formulées les recommandations destinées au gouvernement. L'esprit de groupe des comités me manquera certainement, tout comme le sens du compromis de mes collègues.
    Certaines des choses les plus étonnantes, mais aussi les plus instructives, qui me soient arrivées se sont passées dans la circonscription d'Oakville.
    En tant que député, j'ai été invité à visiter de nombreuses entreprises. J'ignorais totalement la diversité des entreprises de fabrication de cette circonscription. Les députés savent-ils que chaque fois que des gens atterrissent à l'aéroport d'Ottawa, il est fort probable que le train d'atterrissage qui permet à l'avion de se poser en toute sécurité sur le tarmac ait été fabriqué et assemblé à Oakville? Le glaçage et la garniture de fruit intérieure des beignes et des autres pâtisseries de tous les restaurants Tim Hortons du Canada proviennent également d'Oakville.
    La remise en état des centrales nucléaires de Pickering et de Bruce a nécessité des pièces fabriquées à Oakville, et les matières premières entrant dans la composition de la graisse Crisco, de la margarine Becel et d'autres produits à base d'huile comestible bien connus sont raffinées à Oakville. Bien sûr, il y a aussi l'usine de montage de Ford, qui produit plus de 270 000 véhicules par année et qui soutient un riche écosystème de fabricants de pièces.

  (1845)  

    Je passe des apprentissages sur la diversité des industries aux apprentissages sur la diversité des croyances.
    Je fais partie de l'Église unie depuis longtemps. J'ai eu l'honneur d'être invité et chaudement accueilli à la mosquée, à la synagogue, au temple, au gurdwara et dans de nombreuses églises de ma collectivité. J'ai appris d'expérience que malgré leurs pratiques religieuses différentes, les gens visitent leur lieu de culte pour les mêmes raisons, c'est-à-dire pour se rapprocher d'un esprit saint et sacré, pour obtenir un pardon ou une réconciliation, pour faire partie d'un groupe confessionnel et pour unir leur famille grâce aux longues traditions que sont les célébrations religieuses.
    Il y a aussi le Collège Sheridan, un établissement d'enseignement de calibre mondial qui se trouve tout près de chez moi et d'où sont sortis des créateurs de films d'animation ayant gagné des Oscars. Cet établissement a aussi donné naissance à des spectacles connus mondialement comme Come From Away. Les députés ont la chance et le privilège extraordinaires d'être amenés à connaître les multiples facettes de leur collectivité, qui se révèlent à eux très ouvertement. C'est une chance que tout le monde devrait avoir.
    J'ai mentionné des apprentissages au sujet de ma famille. Les membres de la famille de mon épouse sont des réfugiés. Ils ont fui la Pologne au début des années 1980, alors qu'elle était âgée de 12 ans. Ils ont demandé l'asile en Autriche pendant environ 6 mois, puis ils ont reçu un asile permanent au Canada. La soeur cadette de mon épouse a marié un Vietnamien, qui est lui aussi un réfugié, de même que les membres de sa famille. Ainsi, lorsque je m'assois pour souper avec la famille de mon épouse, je suis le seul non-réfugié présent. Ils ne se considèrent pas eux-mêmes comme des réfugiés, cependant, mais comme des Canadiens qui travaillent fort pour bâtir leur famille, diriger leur entreprise et, dans le cas de mon épouse, assumer les fonctions de commissaire d'école.
    Je connais le bagage de ma femme depuis longtemps, mais ce n'est que lorsque j'ai rencontré, à Oakville, des familles de réfugiés de la Syrie et d'ailleurs que j'ai parfaitement compris les difficultés avec lesquelles les parents sont aux prises: les barrières linguistiques; le chômage; l'éloignement de leur famille, de leurs proches et de leurs réseaux; la familiarisation avec de nouvelles cultures.
    Je tiens à remercier chaleureusement Barbara et Valdemar Krasowski d'avoir eu le courage de quitter leur pays et fait preuve de persévérance pour surmonter ces difficultés afin d'offrir un meilleur avenir à leurs enfants. Du même souffle, je remercie tous les parents réfugiés et immigrants qui ont surmonté ces difficultés et qui ont fait preuve d'un courage et d'un esprit de sacrifice incroyables. J'espère qu'ils sont tous au courant du parcours fructueux de la famille de ma femme.
    Pour terminer, je tiens à remercier les membres de mon personnel et à souligner les énormes contributions qu'ils ont faites: Fiona Fraser, chef de cabinet, Andrew Quinn, adjoint, Nancy Buchan-Terrell, Valerie Campbell; Hannah Wieler, Lori Weston et Mala Sharma. Ils m'ont superbement appuyé, mais ils ont surtout beaucoup aidé la collectivité que nous avons servie au cours des quatre dernières années. Je n'aurais pas pu y arriver sans leur travail inlassable. La plupart d'entre eux sont avec moi et m'appuient depuis le premier jour, à l'époque où je briguais la candidature libérale. Je les remercie tous énormément de leur aide et de leur fidélité.
    Je remercie également l'Association libérale fédérale d'Oakville, dirigée par le très compétent Alan Johnston, ainsi que les centaines de bénévoles qui ont travaillé avec moi pendant la campagne de 2015.
    Enfin, ce sont nos familles, les personnes qui nous sont les plus chères et que nous aimons le plus qui subissent le contrecoup réel du travail d'un parlementaire. Nous nous absentons de la maison pour être à Ottawa, nous sommes souvent absents des activités familiales et nous ne sommes pas souvent avec nos familles pendant les semaines passées dans nos circonscriptions. J'espère que tous les députés ont la chance d'avoir une famille comme la mienne, que je remercie pour son soutien immense et indéfectible: ma merveilleuse et tendre épouse, Joanna Oliver; mes fantastiques enfants, Rachel, que je félicite pour son nouvel emploi, Alexander, que je félicite pour son film, et William, avec qui j'ai hâte de passer du temps; ma mère, Ellice Oliver, une source d'inspiration; ma soeur et mon frère, Heather et Richard Oliver. Malheureusement, nous avons perdu mon père, Peter Oliver, pendant cette législature, mais nous gardons son souvenir grâce à son amie de longue date Annie Chandler.
    On dit que la famille est la boussole qui nous guide, la source d'inspiration qui nous amène à viser plus haut et notre source de réconfort quand nous trébuchons. Ma famille est une bénédiction. J'en remercie tous les membres du fond du coeur pour leur amour et leur encouragement.

  (1850)  

    Monsieur le Président, être Canadien est un privilège presque inégalé dans le monde. Le fait d'être élu par les Canadiens pour les représenter à la Chambre des communes est un très grand honneur. Grâce aux gens incroyables de Simcoe—Grey, qui m'ont fait confiance, je suis députée depuis huit ans. D'abord et avant tout, je tiens à les remercier.
    J'ai grandi dans une famille où mes parents, Lynne et Kit Leitch, incarnaient certaines valeurs. Ma mère travaillait très fort tous les jours. Elle est la personne la plus généreuse que j'aie connue. Lorsque mes amis venaient à la maison, elle s'assurait toujours de leur donner une tuque par temps froid ou un calin lorsqu'ils avaient la mine basse. Malheureusement, elle est décédée en 1989, après un long combat contre le cancer du sein.
    Mon père nous pousse continuellement à être de libres penseurs et à avoir de nouvelles idées tous les jours. Encore aujourd'hui, il me pousse à travailler plus fort et à m'améliorer. Comme tant d'autres qui vivent ou qui sont nés dans les Prairies, il croit à l'égalité et au respect entre tous. Il est l'incarnation même de la tolérance.
    À bien des égards, mes parents sont l'incarnation des valeurs canadiennes, et ces valeurs comptent. Elles sont la raison pour laquelle le Canada est devenu un symbole d'espoir pour tous ceux qui, dans le monde entier, fuient la persécution et cherchent une vie meilleure. Les valeurs que partagent les Canadiens et que m'ont inculquées mes parents sont ce qui fait de ce pays, le Canada, le plus grand pays du monde, et cela a été pour moi un honneur de le représenter.
    On me demande tout le temps, à moi qui suis députée, pourquoi une chirurgienne orthopédiste en pédiatrie décide de se présenter aux élections. Eh bien, pour trois raisons.
    Premièrement, ma mère insistait toujours sur le fait que le service public est bon pour nous.
     Deuxièmement, en tant que médecin, j'aurais aidé des douzaines d'enfants chaque jour. J'adorais mon travail, mais en 2006, on m'a demandé de présider le groupe d'experts sur le crédit d'impôt pour la condition physique des enfants. Cela m'a permis de me rendre compte des retombées positives qu'une bonne politique publique peut avoir sur la santé de milliers d'enfants, et pas seulement d'un enfant à la fois, comme lorsque j'étais médecin.
    Troisièmement, on me l'a demandé, tout simplement. Jim Flaherty m'a appelé à la clinique un vendredi matin et m'a dit: « J'ai entendu dire que vous vous présentiez aux élections. » J'ai répondu: « Non. » On sait à quel point cela a bien marché. Le 2 mai 2011, mon nom figurait sur le bulletin de vote à Simcoe—Grey en tant que candidate conservatrice, le jour de la victoire des conservateurs qui ont formé un gouvernement majoritaire.
     J’ai été nommée secrétaire parlementaire immédiatement après les élections. Dans le cadre de cette fonction, on m’a confié la tâche d’élaborer une réforme du mécanisme d'établissement des taux de cotisation à l’assurance-emploi dans le budget de mai. J’ai également contribué à la création de la Subvention canadienne pour l’emploi.
     En tant qu’Albertaine, j’entendais tous les jours des membres de ma famille et des amis, en particulier ma sœur, qui est une ingénieure intelligente et pragmatique de Calgary, parler du besoin de main-d’œuvre qualifiée. J’ai dirigé des consultations à l’échelle nationale pour mettre au point un programme qui a révolutionné la formation en cours d’emploi en offrant des incitatifs aux employeurs pour qu’ils forment leurs employés.
     Le jour de l’anniversaire de mon père, en juillet 2013, j’ai été invitée à rencontrer le premier ministre, qui m’a alors nommée ministre de la Condition féminine ainsi que ministre du Travail. Je me souviens d’avoir accepté et d’avoir immédiatement réfléchi à la façon dont je pourrais éliminer ce ministère. En tant que femme et professionnelle, je me suis dit qu’il était ridicule qu’un tel ministère existe. Ma sœur était tout à fait d’accord. Quand je suis rentrée chez moi, ce soir-là, et que j’ai annoncé la nouvelle à mon père, à ma grande surprise, il était ravi. Il croyait que c’était le meilleur rôle qui soit. Je pensais qu’il était fou.
    Avec le recul, je dirai que la fonction de ministre de la Condition féminine a été l'un des rôles les plus significatifs et gratifiants de ma vie. J'ai beaucoup appris et je me suis rendu compte que ce ministère était vraiment nécessaire et important. Je crois fermement que les femmes ont plus de succès dans tous les aspects de leur vie quand elles peuvent être indépendantes, voler de leurs propres ailes et prendre des décisions pour elles et leur famille sans être entravées par les autres et par le gouvernement. Notre formidable équipe au sein du ministère de la Condition féminine a mis toute son énergie à aider les femmes de tous les milieux à obtenir cette indépendance.
    Je suis particulièrement fière des efforts que nous avons déployés pour promouvoir la cause des femmes entrepreneures. Au début de mon mandat, je me suis aperçue que les femmes avaient besoin de trois choses pour réussir: des mentors, de l'argent et des marchés. En tant que jeune étudiante en médecine, j'ai bénéficié de l'aide de mentors. Je n'ai donc pas été surprise quand j'ai rencontré des femmes partout au pays qui m'ont dit qu'elles avaient besoin de mentors et qu'il était difficile pour elles de réussir si elles n'en avaient pas.
    En 2013, on a lancé le Comité d'expertise sur le mentorat et l'entrepreneuriat des femmes. Son travail a donné lieu à la campagne Mon expérience, sa réussite — Accompagnez-la vers le succès, une initiative visant à fournir des mentors aux femmes dans tous les secteurs. Alors que je quitte la vie publique, je suis impatiente de continuer à soutenir et à renforcer ce programme afin que les jeunes Canadiennes, d'un bout à l'autre du pays, puissent réaliser leur plein potentiel.

  (1855)  

    J'ai toujours défendu la cause des enfants. On m'a déjà dit que mon visage s'illumine quand un enfant entre dans une pièce, alors je n'ai eu aucun mal à défendre l'idée d'une Journée internationale de la fille auprès des Nations unies et à m'investir activement dans sa création, en 2013. C'est grâce à cette expérience si je m'intéresse autant aujourd'hui aux organismes — comme Filles, pas épouses — qui s'emploient à éradiquer les mariages précoces, les mariages forcés et les mariages d'enfants.
    Pendant mon enfance, à Fort McMurray, en Alberta, mon père possédait une entreprise de construction, qui a été reprise par mon talentueux frère Michael. Les travailleurs ne se sont jamais syndiqués et ils n'en ont jamais eu envie, alors on peut dire que j'entrais en terrain inconnu quand j'ai pris mes fonctions de ministre du Travail.
    J'étais déterminée à ce que le Canada ratifie la convention no 138 de l'Organisation internationale du travail, sur l'âge minimum d'admission à l'emploi. Je suis chirurgienne pédiatre de formation, alors je suis tombée des nues quand j'ai appris que le Canada n'avait pas encore ratifié cette convention pourtant essentielle. C'est ce que nous avons finalement fait en 2014. L'équipe du Programme du travail a aussi entrepris de modifier le Code canadien du travail afin que les stagiaires aient droit à la protection des régimes de santé et sécurité au travail et qu'ils reçoivent l'argent qui leur est dû quand ils travaillent d'arrache-pied.
    Selon moi, les Canadiens doivent prêcher par l'exemple sur la scène internationale. Compte tenu des changements que nous avons réussi à apporter aux politiques, je crois que nous pouvons dire « mission accomplie ».
    La politique est un sport rude. Je m'en suis aperçue lors de la difficile campagne de 2015. J'ai aussi amplement pu le constater pendant la course à la direction à laquelle j'ai pris part. J'ai beaucoup appris pendant cette course. J'ai une plus belle garde-robe aujourd'hui et je me maquille. J'ai malheureusement découvert l'importance de ces artifices. L'apparence est souvent aussi importante sinon plus que les idées ou l'intelligence, en particulier dans le cas des femmes.
    J'ai aussi appris que les Canadiens n'étaient pas tous des gens tolérants.
    Au Canada, on encourage les enfants à avoir des idées nouvelles et à exprimer ces idées. On les encourage à en débattre. Pourtant, ce n'est pas du tout ce que j'ai vécu. Au cours de la campagne, la plupart des Canadiens ont pu voir des gens me calomnier et porter atteinte à ma réputation. On a constamment tenté de m'intimider. Les pires menaces ont été proférées contre moi en ligne. On est entré par effraction dans mon domicile. Mon bureau de circonscription a été défiguré avec des bannières haineuses y ayant été accrochées illégalement. Mon personnel a été intimidé. Mon bureau de la Cité parlementaire a même reçu de longues lettres dont les auteurs décrivaient à grand renfort de détails explicites leur intention de me violer sadiquement.
    Ces comportements ont été encouragés par des gens qui disent être des champions de la liberté d'expression, des défenseurs des droits des femmes et des promoteurs de la tolérance dans la société. Je peux dire aux députés que ces gens sont tout sauf cela. J'ai pu apprendre à mes dépens que, lorsque des personnes ne veulent pas débattre d'une question de manière tolérante et respectueuse ou lorsqu'elles en sont incapables, comme c'est plus souvent le cas, elles ont recours à l'intimidation ou à d'autres moyens pires encore. Je ne souhaite un traitement pareil à personne, même pas à ceux qui me l'ont fait subir.
    Ma campagne a déclenché un débat sur les enjeux dont les Canadiens voulaient parler. Je suis fière de dire que, contrairement à certains, je n'ai pas peur de m'attaquer aux véritables problèmes. Pour moi, les soins de santé feront dorénavant partie de ces enjeux. Nous devons avoir un débat ouvert et sain dans notre pays au sujet de notre système de santé. Aujourd'hui, les politiciens décident quand et où nous obtenons les soins, mais ils ne sont pas tenus de veiller à la prestation de ces soins dans des délais raisonnables. Les Canadiens sont prêts pour un débat approfondi sur l'avenir des soins de santé. Comme élus, nous devons aussi être prêts.
    Dans tous les domaines, c'est surtout lorsqu'ils ont assumé leurs responsabilités comme peuple éduqué et tolérant ayant des idées audacieuses sur d'importants sujets que les Canadiens ont réussi. Les Canadiens nous ont élus à la Chambre des communes pour être des leaders. Ils attendent de nous que nous parlions de choses qui comptent. Nous ne sommes pas censés avoir peur d'aborder les questions les plus difficiles et nous devrions être capables de discuter d'enjeux comme la santé, les changements climatiques, l'avortement et l'immigration sans nous injurier, nous rudoyer ou recourir aux insultes ou au dénigrement. Si nous ne sommes pas prêts à aborder les questions difficiles de manière respectueuse dans cette enceinte, qui d'autre le sera?
    Le leadership suppose du courage et le courage d'agir. Comme l'a déjà dit avec justesse un politicien, à l'exception d'un petit nombre doté d'un grand courage, la plupart des politiciens attendent de voir comment les événements politiques évoluent avant de risquer leur propre capital politique. Je peux dire que je comprends cela maintenant. Malgré l'expérience difficile que j'ai vécue durant et après la course à la direction, je vais continuer de parler d'enjeux qui touchent les Canadiens, comme ceux dont ils discutent autour de la table ou chez Tim Hortons. Notre pays et notre responsabilité, comme Canadiens, d'aider les autres ici et à l'étranger sont trop importants pour que je m'en abstienne.

  (1900)  

    Je mets les députés au défi de ne pas éviter les questions épineuses et controversées. Il ne faut pas craindre les critiques, les médias, les trolls et les gens en colère. Il faut être courageux et aller de l'avant.
    C'est un honneur de siéger à la Chambre. J'ai beaucoup d'amis ici et j'ai participé à de nombreuses discussions, certaines plus animées que d'autres. Quelles que soient nos croyances ou nos allégeances politiques, nous sommes tous dévoués à notre pays et nous avons tous la volonté de le rendre meilleur. J'en remercie d'ailleurs mes collègues.
    J'encourage les leaders de la Chambre à ne pas oublier de faire preuve de courage et de proposer des idées audacieuses. C'est ce que les Canadiens attendent de nous.
    Monsieur le Président, comme la plupart d'entre vous le savent, je ne me présenterai pas aux prochaines élections à l'automne. Ce soir, je vais dire au revoir à tous mes collègues de tous les partis à la Chambre. Il est difficile de dire adieu à des collègues, à un emploi ou à une carrière que l'on apprécie vraiment.
    La retraite: je n'en suis pas à ma première tentative. J'ai servi la population pendant plus de 50 ans et ces années ont été très gratifiantes pour moi. Suis-je en train d'y mettre fin? Je ne sais pas vraiment. Je n'en suis pas encore sûr. J'ai eu la chance de naître dans un merveilleux pays et dans une province prospère, l'Alberta. La vie m'a beaucoup donné. Il était donc tout à fait normal pour moi d'en faire autant.
    Je suis un Ukrainien de deuxième génération qui a grandi dans une ferme près de Chipman, en Alberta. Après avoir obtenu mon diplôme, je suis entré à la GRC en avril 1968. J'ai pris le train et je me suis rendu à Regina pour devenir membre de la GRC. Je pense que la plupart des fils d'agriculteurs le faisaient dans les années 1960. Ce fut un bon choix pour moi. J'ai servi pendant 35 ans, j'ai eu neuf affectations et j'ai été chef de cinq détachements. Je suis passé de gendarme à sergent d'état-major et j'ai terminé ma carrière à Fort St. John, une belle ville située dans le Nord de la Colombie-Britannique.
    J'ai rencontré ma première épouse, Stephanie, en 1968. Nous avons eu deux filles, Kim et Susan. Stephanie m'a accompagné tout au long de ma carrière. Le cancer l'a emportée, un mois après le jour de ma retraite.
    En 2002, j'ai entendu l'appel de la politique municipale. J'ai été élu au conseil municipal, puis, trois ans plus tard, j'ai été réélu comme maire. C'était une occasion formidable d'apprendre les rouages de la politique. La politique municipale, il n'y a rien de mieux. En 2004, j'ai épousé Nancy, qui a été ma plus grande partisane, mon bras droit, ma conseillère et une voix critique. Elle aime la politique. Elle m'a beaucoup donné: temps, amour et soutien.
    En 2011, Nancy et moi avons décidé de quitter la Colombie-Britannique pour nous établir à Edson, en Alberta. J'étais de retour chez moi. Ma belle-fille, Sommer, son mari, Brad, et mes petits-enfants, Kaylynn, Jenessa, Brayden et Tyler, vivaient là-bas. Ils y habitent encore. Pour notre retraite, nous avons fait construire une nouvelle maison sur le bord de la rivière McLeod, tout près d'Edson.
    Ensuite, nous avons rencontré Rob Merrifield, qui était député de Yellowhead. Peu après, il m'a demandé de me joindre à son association de circonscription, dont je suis finalement devenu le président. Je n'ai jamais su dire non. Je devrai apprendre à le faire un jour.
    À l'automne 2014, Rob m'a téléphoné un dimanche pour me dire: « Jim, organise une réunion spéciale de l'association de circonscription pour demain à 18 heures. » Je lui ai demandé pourquoi, mais il m'a répondu qu'il ne pouvait pas me le dire. Il voulait nous rencontrer Nancy et moi à 16 heures, avant la réunion. Je lui ai demandé de nouveau pourquoi, mais il m'a répondu une fois de plus qu'il ne pouvait rien me dire. Est-ce que j'étais perplexe? Assurément. En tant que président d'association de circonscription, c'était à moi d'appeler tout le monde, mais Rob ne voulait rien me dire.
    À 16 heures le lendemain, Nancy et moi avons rejoint Rob et sa femme, Brenda. Rob nous a annoncé qu'il s'apprêtait à prendre sa retraite. Quand? Immédiatement. Nancy lui a demandé: « Qu'allons-nous faire? » Ce à quoi il a répondu: « Jim, je pense que tu devrais te présenter. J'ai discuté avec le premier ministre Harper, et ce serait un grand honneur pour toi de représenter la circonscription de Yellowhead. » Je lui ai rétorqué que je ne pouvais pas, qu'il ne voyait pas que j'étais trop vieux. Il m'a répondu: « Non, tu es formidable. Tu as beaucoup d'expérience. » Je lui ai demandé combien de temps il me restait pour prendre ma décision. Sa réponse? « Deux heures. » Il voulait en informer l'association de circonscription. C'est ainsi que 45 jours plus tard, je suis devenu le député de la circonscription de Yellowhead.

  (1905)  

    J'ai été tellement fier de servir la circonscription de Yellowhead et je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à mon élection en 2014 et à ma réélection en 2015. Ce fut toute une année: deux élections et l'ouverture d'un bureau à Ottawa et d'un autre à Edson.
    Je me souviens de ma première semaine à Ottawa, lorsque le premier ministre Harper nous accompagnés jusqu'ici pour notre assermentation. Le personnel de l'administration m'a remis un trousseau de clés et m'a dit que j'avais le bureau 301 dans l'édifice de la Justice. J'ai demandé où c'était et on m'a répondu: « En bas de la Colline ». J'ai ensuite rencontré le service des finances et on m'a expliqué que je pouvais seulement faire des dépenses pour telles choses, mais pas pour telles autres et qu'il fallait que je sois prudent. On m'a dit que je devais engager quelqu'un pour mon bureau. J'ai alors demandé où j'allais trouver cette personne et on m'a dit de m'informer dans mon entourage et que je trouverais quelqu'un. Ensuite, on m'a dit que, en passant, j'allais siéger au comité de l'immigration et que ses séances avaient lieu les mardis et les jeudis, alors je devais m'assurer d'être là le lendemain. Puis on m'a simplement dit: « Au revoir et bonne chance. »
    Combien d'entre nous ont vécu la même chose? C'était ma première journée. J'ai ensuite appris sur le tas. J'aime les défis, mais je dois dire que je suis bien content que les toilettes des hommes soient juste en face du bureau 301 de l'édifice de la Justice.
    En politique, le temps passe vite. J'ai effectué une centaine d'allers-retours en avion. J'ai passé environ 800 jours sur la Colline, approximativement 1 000 jours dans la circonscription de Yellowhead, et 15 heures chaque fin de semaine à faire la transition entre ici et là-bas et de nouveau ici. Est-ce que ça me manquera? Absolument. Ce fut un honneur de représenter ma circonscription, Yellowhead, ma province, l'Alberta, et mon pays. Je chérirai toujours les amitiés que j'ai forgées ici avec des députés de tous les partis.
    Les gens que Nancy et moi avons rencontrés dans ma circonscription sont si extraordinaires. Nous nous sommes fait de bons amis. La circonscription de Yellowhead est vaste: 77 000 kilomètres carrés. Je n'aurais pu représenter cette belle circonscription à titre de député, n'eût été mon personnel d'Edson. J'ai eu de la chance que le personnel de Rob soit demeuré en poste lorsque j'ai été élu pour la première fois: Jude, Annette et Theresa. Jude, si elle est à l'écoute, était le centre d'opérations de la circonscription, le type de personne qui sait tout et qui connaît tout le monde. Elle a été d'une aide précieuse. Je remercie les membres du personnel qui sont là aujourd'hui, Annette, Marsha et Sandra, ainsi que celles qui ont passé à autre chose, Amy, Sylvie et Jude.
    À Ottawa, j'ai eu de la chance. J'ai embauché Jeannette. C'est une véritable perle aux vastes connaissances. Elle m'a formé et conseillé, tout en faisant en sorte que je ne m'écarte pas du droit chemin, ce qui n'était pas une tâche facile. Ses connaissances et sa sagesse sur tout ce qui touche à la Colline sont exceptionnelles, et je la remercie. Grâce à elle, je me suis beaucoup amélioré. Je l'ai engagée comme employée, mais je la considère comme une amie. Je remercie Jamyn, un ancien employé de mon bureau d'Ottawa, et Volodymyr, qui est là en ce moment, pour les services qu'ils ont offerts à la circonscription de Yellowhead et à son député. Je remercie les quatre stagiaires ukrainiens que j'ai côtoyés pendant les périodes estivales.
    Je remercie mes collègues conservateurs. J'ai tant appris grâce à eux. Ce fut un honneur de servir avec eux, du côté du gouvernement et dans l'opposition. Je chérirai toujours les amitiés que nous avons forgées. Chacun d'entre eux me manquera.
    Je m'ennuierai aussi de la Colline, des agents de sécurité, des chauffeurs, des employés de la cafétéria et de tout le personnel ici. Chaque jour, je prends le temps de discuter avec le plus grand nombre d'entre eux possible. Mon personnel me manquera. Les gens de ma circonscription me manqueront. Cela dit, je ne regretterai pas de ne plus avoir à voyager par avion entre Ottawa et la maison toutes les semaines.
    J'ai été chanceux que Rob Merrifield me demande de me présenter aux élections. J'ai été chanceux d'avoir le soutien des électeurs de ma circonscription. J'ai été chanceux d'avoir une incroyable équipe électorale. Je suis également très chanceux que la personne qui me remplacera, Gerald Soroka, soit un homme formidable et un ami. J'espère qu'il pourra jouer pleinement son rôle depuis son bureau dans l'édifice de la Justice après les élections fédérales, lorsqu'il se joindra au nouveau premier ministre, Andrew Scheer.
    Tout cela n'aurait pas été possible sans ma femme, Nancy. Je sais qu'elle est à l'écoute. Je remercie « Beebs » d'avoir parcouru la circonscription de Yellowhead avec moi, de m'avoir aidé à préparer mes discours, de m'avoir prodigué des conseils, de m'avoir aidé à préparer ma campagne électorale, et ainsi de suite. Elle est une femme sans égale. Lorsque j'étais ici, à Ottawa, elle a souvent présenté des discours en mon nom et m'a représenté à maintes reprises dans la circonscription. Ce qui était inquiétant, c'est que les gens me disaient qu'ils commençaient à l'aimer plus que moi. En plus d'être mon âme soeur, Nancy est une amie, et je la remercie du fond du coeur.

  (1910)  

    Les gens me demandent quels sont mes projets de retraite. Le voilà encore, ce mot: retraite. Je suis en santé, Dieu merci. Je veux voyager à bord de mon motorisé et avaler des kilomètres sur ma motocyclette. Je veux terminer mes projets de rénovation et vaquer à mes tâches quotidiennes. Je veux pêcher dans la rivière McLeod et m'occuper de mes chevreuils, dont la harde compte environ 15 têtes.
    Toutefois, je me réjouis surtout à l'idée de rendre visite à mes trois soeurs, à ma belle-soeur et à leurs maris et à mes quatre enfants, et de gâter mes 11 petits-enfants et ma seule arrière-petite-fille que je ne vois pas assez souvent.
    Le Canada est un beau grand pays où les possibilités sont infinies. Je me contenterai de savourer ma nouvelle liberté en toute simplicité.

  (1915)  

    Monsieur le Président, tout d'abord, j'aimerais commencer par des remerciements.
    Je veux remercier mes formidables et loyaux employés, qui ont été à mes côtés pendant toute ma carrière de député, qui a duré plus de 15 ans. Murray Heinzlmeir, Vikki Ruby et Brianne Toupin ont commencé avec moi et sont toujours dans l'équipe aujourd'hui. Al Chant a travaillé 13 ans. Quand il a pris sa retraite, il m'a dit, dans ses mots, que j'« améliorais mon personnel » en engageant sa femme Elizabeth. Mattea Merta a rejoint l'équipe il y a quelques années. Denae Ferguson a commencé comme remplaçante pour des congés de maternité jusqu'à ce que son propre congé de maternité l'amène à passer à autre chose. Je ne peux pas non plus oublier Arlene Jule et Melanie Bain, mes anciennes employées à Humboldt.
     Ils m'ont tous été très loyaux. Je suis heureux qu'ils aient su composer avec les particularités et les manies de leur patron. Le fait qu'un si grand nombre d'entre eux sont restés si longtemps me fait chaud au cœur.
    Je remercie Lori Isinger, ma première directrice de campagne, qui a été et qui est toujours aussi gracieuse et aimable. En 2004, elle m'a aidé à mettre sur pied une équipe qui a remporté une circonscription jugée impossible à gagner. Je remercie Ron Ardell, un ami très spécial, qui nous manque tous.
    Les bénévoles comme Denise Hounjet-Roth, les directeurs de campagne comme Rod Meier, les présidents de circonscription, les bénévoles, les partisans et les donateurs sont aussi dignes de mention, et m'ont appuyé dans toutes mes campagnes. Je vous remercie, mes amis.
    Je remercie mon équipe de campagne à la direction, Russ, Joseph, Mike, Wally et Wayne, pour tout ce que nous avons traversé ensemble.
    Je remercie ma famille. Ma mère et mon père ont été présents à chaque élection. Je remercie mes frères et leur famille de leur appui. Mon service à la Chambre est assurément une réalisation familiale et les victoires sont autant les leurs que les miennes.
    Gerelt, mon épouse, s'est jointe à mon aventure à mi-parcours. Je ne sais pas au juste si la réalité a correspondu à ses attentes, mais elle a fait montre d'enthousiasme. Je la remercie de son appui, de son amour et de ses encouragements. Je l'aime beaucoup.
    Je remercie les électeurs de Saskatoon—Humboldt et de Saskatoon—University de m'avoir fait l'honneur d'être leur porte-parole. Je me suis efforcé de les servir loyalement, qu'ils aient voté pour moi ou non. On m'a dit un jour que la devise de la famille Trost devrait être: « Trost, c'est une majorité d'un vote ».
    Tout au long de mon service à la Chambre des communes, je me suis efforcé d'adhérer aux principes que j'avais au départ. On a dit que le compromis est l'essence de la politique, mais j'ai toujours cru qu'elle est une affaire de principe.
    Quels sont certains des principes que j'ai défendus pendant mes années comme député?
    La vie humaine est importante, de la conception à la mort naturelle. C'est un droit fondamental qui ne devrait jamais être nié. Enlever la douce vie humaine comme nous le faisons au pays est la plus grande tragédie de l'histoire du Canada.
    La liberté est importante, tant dans notre système économique que dans notre système politique. Un appareil gouvernemental lourd et omniprésent n'est pas au service de la population; il en est plutôt le maître. Il y a souvent lieu de craindre davantage l'aide du gouvernement que sa négligence.
    La démocratie est importante. Il ne faut pas oublier le prix que les Canadiens des générations précédentes ont payé pour établir le système de gouvernement dont nous jouissons au pays. Même si nous ne sommes pas d'accord sur tout ce que ce système nous a donné, c'est quand même le meilleur système que le monde ait jamais connu.
    Je vais conclure mon bref discours en disant quelques mots à l'intention d'Isabel Anu Trost et d'Helena Esu Trost, mes deux petites filles. Leur père s'est présenté aux élections, non pas parce qu'il pensait pouvoir gagner, mais parce que c'était la bonne chose à faire. Je crois en mon Canada. Je crois aux valeurs que sont la liberté, la foi, la famille et la libre entreprise. C'est ce qui fait la grandeur du Canada. J'ai essayé de défendre ces valeurs pour que, un jour, mes filles héritent d'un Canada moral, juste et fort, d'un pays qui croit en la primauté du droit et en la suprématie de Dieu.
    Je remercie toutes les personnes qui m'ont accompagné au cours de cette aventure. J'ai fait de mon mieux pour servir mes concitoyens. Il y a un temps pour chaque chose sous les cieux. Gloire à Dieu.

  (1920)  

[Français]

    Monsieur le Président, la première fois que j'ai été élue, c'était le 2 mai 2011, avec la fameuse vague orange. C'était un choc et, en même temps, un honneur et un privilège de pouvoir représenter les citoyens de ma circonscription et défendre mes valeurs dans cette honorable Chambre.
    Je remercie les gens de Beauharnois-Salaberry, qui m'ont donné cette première chance de plonger en politique active et de vivre cette fabuleuse expérience, une expérience de vie des plus intenses, des plus enrichissantes et, surtout, des plus humaines. Ce fut un plaisir de les servir.
    Mon premier discours à la Chambre concernait un sujet qui me tient à cœur et qui me tenait à cœur en tant que militante syndicale. Je m'étais prononcée contre le projet de loi spécial pour Postes Canada, le 24 juin 2011, durant la fête nationale du Québec. Le NPD a tenu tête au gouvernement conservateur de l'époque pendant trois jours consécutifs pour permettre aux travailleurs syndiqués des postes de négocier leurs conditions de travail avec les dirigeants de la société d'État. Ce fut ma première semaine des trois jeudis.
    Mon second discours fut tout aussi émotif et marquant. En septembre 2011, on débattait du projet de loi C-4, un projet de loi du gouvernement conservateur qui portait sur les réfugiés de la mer. Cela m'a donné l'occasion de discuter avec ma mère pendant deux heures sur la façon dont ma famille est arrivée au Canada après avoir fui les persécutions et à la suite de la guerre du Vietnam. Elle m'a raconté leur fuite, les attaques des pirates, les conditions de survie, leur vie au camp de réfugiés, leur arrivée à Salaberry-de-Valleyfield et l'accueil qu'ils ont reçu. Voilà le Canada que je reconnais, celui qui donne la chance à une famille de réfugiés de prospérer et qui permet à leur fille de devenir députée pendant deux mandats.
    En tant que rare députée d'origine vietnamienne, j'ai eu l'occasion de rencontrer les diverses communautés vietnamiennes du Canada et de travailler avec elles pour valoriser l'apport des Vietnamiens à la culture métissée du Québec et du Canada, et pour militer en faveur du respect des droits de la personne, au Vietnam en particulier. Ce travail de huit ans au sein du NPD m'a permis de rencontrer des mentors, des députés formidables et passionnés, des collègues avec qui j'ai grandi et avec qui j'ai appris à m'affirmer avec beaucoup plus de conviction. J'ai surtout beaucoup ri dans toutes ces luttes menées au Parlement. Cela prend une forte dose d'humour et d'autodérision pour évacuer le stress de cette vie politique effrénée.
    Découvrir ma circonscription a été mon premier défi. Il m'a demandé temps et effort pour comprendre les défis des différentes régions, mais aussi pour discuter des sujets que je ne connaissais pas ou très peu: le milieu agricole omniprésent dans la circonscription, le milieu des affaires, qui me faisait peur pour mourir, la nation mohawk d'Akwesasne.
    Ensuite, après le changement de la circonscription, la région de Soulanges fut un autre territoire à analyser et à comprendre. J'ai parcouru les MRC en vélo, à pied et en voiture. Je remercie les 400 organismes communautaires qui travaillent à la sueur de leur front avec les moyens du bord. Je remercie les maires des 31 municipalités qui constituent la base de notre tissu démocratique et sans qui rien ne fonctionne, et les entrepreneurs, que je trouvais tellement imposants au départ. Je les remercie tous d'avoir contribué à alimenter mes discours, de m'avoir conseillée, souvent à la dernière minute, dans la rédaction de mes projets de loi, ou de m'avoir fait cheminer sur des enjeux qui les concernaient.
    Je remercie tous les citoyens qui ont participé aux nombreuses consultations publiques ou qui ont envoyé des commentaires sur mon travail en répondant aux envois postaux mensuels. Leur apport a été précieux pour la démocratie et pour que je puisse bien les représenter à la Chambre des communes au quotidien. J'espère qu'ils continueront d'être aussi actifs et engagés auprès du prochain député ou de la prochaine députée. Je les remercie de m'avoir fait confiance une deuxième fois, lors de l'élection de 2015. Cette seconde élection a représenté pour moi une reconnaissance de ma capacité à défendre les intérêts de la circonscription.
    Tout d'abord, du côté de l'agriculture, je me suis battue bec et ongles, avec mes collègues néo-démocrates, pour protéger la gestion de l'offre intégrale et pour que les producteurs laitiers reçoivent leur compensation lors de signatures de traités de libre-échange chaque fois qu'ils ont été sacrifiés. Nous avons travaillé fort et mis beaucoup de pression contre le lait diafiltré avec, entre autres, ma collègue de Berthier—Maskinongé. Cet enjeu risque malheureusement de revenir à cause de la négociation du traité avec les États-Unis et le Mexique.
    L'une de mes victoires personnelles est l'investissement annoncé en agriculture dans le denier budget. Mon équipe avait concocté ce slogan: au fédéral, on mange local. Depuis plus de six ans, je me bats pour que l'on change de politique d'approvisionnement en produits locaux. J'ai déposé deux projets de loi en ce sens, et, dans le budget de mars 2019, on retrouve enfin des investissements pour l'achat local dans les écoles et pour développer et soutenir les circuits courts comme les marchés publics. C'est grâce au soutien de plusieurs organismes, à près de 3 000 signataires de ma pétition et à des courriels de soutien, entre autres, qui ont mis suffisamment de pression sur le gouvernement pour qu'il accepte d'inclure ces mesures dans son dernier budget.

  (1925)  

    Il s'agit d'un pas dans la bonne direction, mais je rêve toujours d'une politique d'achat local en bonne et due forme.
    Enfin, un autre aspect important de mon travail a été la résolution de problème, qu'il vienne d'un citoyen qui n'a pas reçu le service auquel il avait droit ou bien de dossiers comme le Kathryn Spirit, qui était un problème de 114 mètres de long et de 12 300 tonnes. Mon bureau aura traité plus de 1 500 dossiers de cas de citoyens, des problèmes concernant l'Agence du revenu du Canada, la Sécurité de la vieillesse ou le Supplément de revenu garanti, en passant par des dossiers de travailleurs temporaires étrangers. De plus en plus de citoyens passent par leur député, car ils n'obtiennent pas de réponse s'ils utilisent les voies habituelles. Après toutes les coupes faites dans la fonction publique, c'est malheureusement ce qui arrive.
    Cas majeur, le Kathryn Spirit a été le cauchemar de ma région. Il s'agit d'une énorme épave que la compagnie Groupe St-Pierre avait amenée dans le lac Saint-Louis en 2011, sans avoir les autorisations nécessaires. C'était la preuve flagrante que l'autorégulation des entreprises est un échec. Cette épave a été revendue à une compagnie mexicaine, puis abandonnée. Elle représente aussi les limites de l'administration fédérale qui n'a voulu s'impliquer qu'au dernier moment, à chaque fois. Au bout du compte, c'est le pollueur qui a gagné: la compagnie qui a amené le bateau s'est retrouvée avec au moins 11 millions de dollars provenant de l'argent public dans ses poches. Comme on le disait à l'émission Infoman, c'est comme si on payait quelqu'un pour s'occuper des déchets qu'on a soi-même jetés chez les voisins. Au total, l'incompétence et la mauvaise gestion de l'argent public auront coûté 24 millions de dollars aux contribuables. Heureusement, avec l'aide des citoyens, des élus et des journalistes locaux, c'est maintenant chose du passé.
    Parlons maintenant des batailles et des victoires à Ottawa. En tant que jeune femme députée depuis 2011, je sais qu'il a fallu se battre pour faire accepter le fait que les jeunes et les femmes ont de la crédibilité.
    En 2014, j'ai dû mener, de concert avec quatre autres collègues femmes du NPD, une bataille pour que nous ayons le droit d'amener et d'allaiter notre enfant au Parlement, et ce, jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de 18 mois. C'est une bataille que nous avons gagnée.
    Une autre bataille a été menée en vue d'obtenir une salle familiale au Parlement. C'est maintenant une réalité. Je remercie mes collègues, dont la whip de l'époque, Nycole Turmel, qui s'est battue à nos côtés pour faire accepter cette salle ainsi que de meilleures conditions pour les mères qui veulent devenir politiciennes.
    Je suis également fière d'avoir créé l'événement Femmes de tête. Entre 80 et 150 femmes y ont participé chaque année, depuis 2016, pour partager leur expérience dans des postes décisionnels et échanger sur le leadership féminin. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour attirer les femmes en politique, notamment sur la question de la conciliation travail-famille. Cela est difficile lorsqu'on doit voter ou siéger jusqu'à minuit, comme on le fait à la fin de chaque session. Bien qu'il y ait eu des améliorations, il faut continuer.
    Il faut aussi souligner le travail concernant la francophonie. Je suis fière d'avoir débattu en français, au cours des huit dernières années, lors d'études en comité et à la Chambre des communes. Je suis également fière d'avoir créé le Réseau des jeunes parlementaires de la Francophonie.
    Je ne peux pas terminer mon allocution sans parler des jeunes et de leur lutte concernant plusieurs enjeux. On parle souvent du fait que les jeunes représentent actuellement la population la plus active et la plus impliquée dans les communautés. Cela est vrai et on doit les écouter, parce qu'ils défient nos façons de faire, de penser et d'agir. Pourtant, il manque encore des jeunes au sein des structures décisionnelles. C'est pourquoi j'ai soumis à la Chambre des communes un projet de loi portant sur le commissaire à la jeunesse.
     Je veux aussi que la politique jeunesse du gouvernement ait un plan d'action au lieu que ce ne soit que de belles paroles. Je veux qu'avec le Conseil jeunesse du premier ministre, les jeunes soient en mesure de dire ce qui va et ce qui ne va pas, sans devoir passer par le bureau des communications du premier ministre.
    Enfin, l'environnement, un sujet capital pour les jeunes, n'a pas de couleur. Il n'est ni vert, ni rouge, ni bleu, ni orange. C'est vraiment l'affaire de tout le monde. Je pense que le travail qu'a fait le NPD en déposant, la semaine dernière, sa plateforme verte est une chose très ambitieuse et à découvrir.
    Je suis fière d'avoir mis sur pied le premier forum sur l'énergie et l'industrie propres, en 2014, avec mes collègues de New Westminster—Burnaby, de Drummond et d'Edmonton Strathcona.
    Enfin, j'ai été honorée de travailler pendant huit ans comme députée de Beauharnois-Salaberry et de Salaberry—Suroît. Ce n'est pas sans émotion que je vais quitter ces lieux dans quelques semaines. Ce travail, je n'aurais pas pu le mener à bien sans l'aide précieuse de mes adjointes dévouées, avec qui j'ai eu le bonheur et le privilège de travailler au cours des huit dernières années.

  (1930)  

    Je remercie mon personnel actuel, Edith Gariépy, Glen Cyr, Amélie Leduc, Jean-Marc Fagelson et Katherine Massam.
    Je remercie aussi tous ceux et celles qui ont travaillé pour moi durant les huit dernières années, notamment les adjoints, les bénévoles et les stagiaires, qui ont fait rayonner mon travail au quotidien, dans les bons moments comme dans les moments les plus difficiles. Je remercie également les équipes du leader parlementaire et de la whip, qui travaillent dans l'ombre et qui nous traitent aux petits oignons chaque jour. Ils me manqueront, mais je les reverrai.
    Je termine en remerciant mes amis, ma famille et ma belle-famille qui m'ont soutenue tout au long de cette belle aventure. Je serai éternellement reconnaissante envers mon amant, mon amoureux, mon acolyte, mon poète, mon confident, Mathieu, qui a accepté d'être père au foyer pendant les cinq dernières années afin de me permettre de m'accomplir en tant que femme, députée et mère. Je remercie ma fille, Mila, qui a souvent dû me partager et qui ne comprenait pas pourquoi, étant ma propre patronne, je ne décidais pas de rester à la maison pour jouer avec elle au lieu d'aller travailler. Mila, je serai bientôt de retour à la maison.

[Traduction]

    Monsieur le Président, c'est toute une occasion pour moi, personnellement, et pour ma famille. C'est un rare privilège de prendre la parole, à n'importe quel moment, à la Chambre des communes, un endroit que je juge sacré dans notre démocratie. C'est aussi un privilège de pouvoir parler de la vie politique.
    Cela s'appelle un discours d'adieu. J'ai fait des recherches et j'aime bien cette citation de Steinbeck:
    [A]u revoir a de doux accents de regret. Adieu est bref et définitif, c'est un mot avec des dents acérées, pour couper le fil qui relie le passé à l'avenir.
    J'aime l'idée de dire adieu. Les dernières semaines et les derniers mois ont été une expérience assez étrange pour moi. C'est un peu comme si j'étais à mes propres funérailles. Les gens m'accostent pour me dire ce qu'ils pensent de moi, le bon et le mauvais, et j'entends des propos que, selon moi, nous n'échangeons pas assez souvent entre nous.
    Je me suis longtemps demandé si je devais prononcer ce discours. Au début, je ne voulais carrément pas le faire. « Ne sois pas ridicule », m'a dit ma femme Diana — c'est souvent le conseil qu'elle me donne. Comment résumer 15 ans de vie politique en 10 minutes? Comment, en à peine 10 minutes, remercier adéquatement les nombreux bénévoles, les employés, les gens qui nous aident et à qui l'on doit de pouvoir faire notre travail? Comment exprimer adéquatement, en tout juste 10 minutes, la gratitude que je ressens pour avoir eu le privilège et la chance d'être député?
    Je me souviens de mon tout premier discours. J'étais arrivé en retard, ce qui n'a aucunement surpris mes parents, Margarite et John. J'ai couru jusqu'à la Chambre. Fraîchement élu, je m'étais fait dire que mes employés s'occuperaient de rédiger mon discours et qu'il me resterait seulement à le lire. Je me suis précipité dans la salle et j'ai à peine eu le temps de m'asseoir avant d'entendre le Président dire: « Le député de Skeena—Bulkley Valley a la parole. » J'ai bondi sur mes pieds et j'ai commencé à lire le texte que l'un de mes employés, Jerry, avait mis de longues heures à rédiger. Je n'avais pas encore terminé le premier paragraphe que je m'ennuyais déjà à mourir. Je me suis dit que, si moi je m'ennuyais, mon discours risquait fort de ne pas intéresser qui que ce soit d'autre. J'ai donc retourné la page devant moi, et j'ai fait de mon mieux.
    C'était un peu intimidant parce que dans la première rangée se trouvait alors Ed Broadbent, qui était revenu à la politique. Il s'est retourné pour regarder. J'ai pensé que si je pouvais survivre à ce baptême du feu, le regard d'acier d'Ed Broadbent fixé sur moi, je m'en tirerais.
    Je suis ici depuis un certain temps maintenant. Je m'en suis rendu compte en me promenant dans la ville l'an dernier et en voyant des projets de construction qui avaient été amorcés et terminés pendant mes mandats, des projets gouvernementaux. J'en suis resté ébahi. Je ne veux pas qu'on y repense, mais cela fait tellement longtemps que j'avais encore tous mes cheveux quand je suis arrivé ici. Je préférerais que personne ne fasse une recherche sur Google pour voir.
    Quand j'ai rassemblé mes idées pour ce discours, j'ai pensé à une de mes citations préférées. Elle vient du grand écrivain Thomas King, qui a dit: « La vérité à propos des histoires, c'est qu'elles sont tout ce que nous sommes. » Je le crois fermement. Nous sommes tous des histoires. Nous avons tous un passé. Nous avons nos souvenirs, notre famille, notre lien avec cet endroit.
    L'histoire de mon entrée en politique est la plus improbable qui soit. J'ai grandi à Toronto dans une famille de la classe ouvrière sans la moindre allégeance politique, j'ai été élevé par une mère seule qui était caissière dans un magasin d'alimentation Dominion, puis j'ai abouti dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique à la suite d'une série d'événements très étranges, mais heureux.
    Bill Goodacre, un bon ami à moi, m'avait demandé d'envisager de me porter candidat. Je crois que cette histoire est celle de nombreux députés, soit qu'un ami nous a dit: « Tu devrais te porter candidat. » J'ai répondu ce qu'il fallait à Bill: « Tu es fou. C'est une très mauvaise idée. » Il a été très habile pour me convaincre que ce serait peut-être une bonne idée.
    Selon moi, la politique, sous son meilleur jour, est une vocation. Elle devrait être une vocation, et non un travail. En politique, il ne suffit pas de se présenter au travail. C'est une vocation qui nous appelle et que l'on veut suivre le mieux possible.
    Quand je suis arrivé au Parlement, il y a 15 ans, mes objectifs étaient assez modestes. Je voulais en sortir en bonne santé, avec ma famille et avec la même intégrité.

  (1935)  

    Maintenant, on pourrait penser que ce sont des objectifs modestes, mais ce n'est pas tout à fait le cas, comme je l'ai appris, parce que cet endroit peut être impitoyable. Il est exigeant pour les familles. Il est exigeant pour les relations. Il est exigeant pour les personnes, et nous ne parlons pas souvent des efforts que cela demande d'être loin de ses proches, des problèmes de santé mentale dont plusieurs d'entre nous peuvent souffrir, parfois en silence, et c'est peut-être encore plus vrai aujourd'hui.
    Cependant, je suis fier de représenter une circonscription comme Skeena—Bulkley Valley. Ceux qui n'y sont jamais allés devraient le faire, car c'est un endroit magnifique de la planète. Les grands espaces; la beauté; c'est à couper le souffle. C'est ce que le pays a de mieux à offrir et les gens qui vivent à cet endroit sont exceptionnels. Comme le veut l'expression populaire: « on peut sortir une personne d'une région, mais on ne peut pas sortir la région de cette personne ». Un tel endroit bâtit notre identité et je suis fier du travail qu'on y a accompli.
    Au cours de cette carrière hors du commun, j'ai eu l'occasion de rencontrer des gens exceptionnels et puissants, des présidents, des rois et des reines. Chacun est impressionnant à sa manière, mais les gens les plus impressionnants que j'ai eu la chance de rencontrer sont les leaders du Nord-Ouest de la Colombie-Britannique: les maires, les militants locaux et les leaders autochtones, qui m'ont ouvert leur coeur et m'ont accueilli dans leur monde pour m'expliquer leur mission.
    Il y a quelques années, j'ai participé à une célébration hobiyee de la Première Nation de Nisga’a. C'est une magnifique célébration traditionnelle. Elle souligne le retour du saumon et de l'eulachon dans le Nord-Ouest de la province. La cérémonie dure toute la nuit, et les chefs se réunissent dans la salle à un certain moment. Les députés doivent s'imaginer une salle communautaire dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique par une magnifique nuit. Les chefs portant de superbes costumes et d'impressionnants masques se rassemblent à l'extérieur. L'un des chefs m'a dit: « Entrez avec nous. » Je lui ai répondu: « Ce n'est pas ma place. C'est votre salle. C'est votre célébration. Je ne suis qu'un observateur. » Sa réponse a été la suivante: « Nous en avons parlé, et vous allez marcher avec nous. »
    À mon entrée dans la salle pour la célébration hobiyee, des femmes qui chantent forment les trois premières rangées de chaque côté. Elles sont tournées vers le centre, là où les chefs arrivent. Les joueurs de tambour sont derrière elles. Comme le veut une tradition de la Première Nation de Nisga’a, des hommes imposants reproduisent le battement d'un cœur sur une boîte de bois cintré, qui est placée sur le côté. J'entre avec les chefs. C'est une procession très lente pendant laquelle les participants chantent pour leurs chefs. Ils leur demandent de s'avancer et de les représenter. J'ai pensé que nous aurions des choses à apprendre de cette cérémonie en tant que parlementaires, en tant que personnes qui prétendent vouloir mener et parler au nom d'autres gens.
    J’ai été tellement choyé. Nous formons une famille, et un grand nombre de familles façonnent notre politique. Ma famille politique est ici et dans ma circonscription, à Skeena. Elle se compose de dirigeants comme de bénévoles, et ils sont trop nombreux pour que je puisse tous les nommer — Jennifer Davies, Rob Goffinet, Len, Irene, Pat Moss. Nous comptons tous sur des Canadiens dévoués qui s’investissent pleinement et qui nous guident. Jack, qui me manque encore aujourd’hui, faisait aussi partie de ma famille politique.
     Mais nous avons aussi notre famille parlementaire, et nous n’en parlons pas souvent. En tant que collègues, nous avons des divergences d’opinions, mais nous nous rencontrons aussi dans ce lieu sacré et parfois, peut-être pas assez souvent, nous trouvons un terrain d’entente dans notre quête pour faire du Canada un endroit meilleur.
    Ensuite, il y a ma véritable famille, qui est ici, Diana et mes merveilleux garçons, Isaac et Elliot. Nous avons des projets. Nous allons passer du temps ensemble, ce que j’attends avec impatience.
     Nous nous sommes unis dans le Nord-Ouest pour défendre ce que nous croyons devoir défendre. Nous tentons d’aller au-delà des allégeances politiques traditionnelles et des groupes d’intérêt pour nous soutenir mutuellement et défendre ce qui nous est sacré, c’est-à-dire la terre et les rivières qui nous nourrissent et le monde qui nous enrichit. Pendant 15 ans, les gens du Nord-Ouest ont décidé de faire de moi leur porte-parole, et cette expérience a été pour moi une leçon d’humilité sans précédent.
    Selon moi, nous sommes tous des acteurs qui ne sont que de passage sur cette scène. Nous avons tous notre moment de gloire, et il se peut que nous perdions l'essentiel de vue, mais d'autres acteurs nous succéderont. Nous devons tout mettre en oeuvre non seulement pour faire du Parlement un meilleur endroit, mais aussi pour faire du Canada un meilleur pays. Je suis convaincu d'être une meilleure personne grâce à cette expérience.

  (1940)  

[Français]

    Monsieur le Président, j’ai eu l'immense honneur d’être élue députée d’Hochelaga le 2 mai 2011, la première femme et la première néo-démocrate à représenter cette circonscription au fédéral. La classe de 2011 a dû apprendre vite: moins d’un mois après notre entrée à la Chambre, le gouvernement imposait un retour au travail forcé aux employés de Postes Canada.
    Suivait la semaine des quatre jeudis, comme l’appelait Tom Mulcair, où les députés du NPD ont défendu les droits des travailleurs jour et nuit, pendant 58 heures. Le gouvernement induisait la population en erreur en parlant d’une grève qui nuisait aux PME, alors que c’était l’employeur qui avait mis le cadenas sur la porte et qu’il n’avait qu’à l’enlever. En plus d’un retour forcé au travail, le gouvernement a même imposé une augmentation salariale en deçà de celle proposée par l’employeur. Alors, en matière d'ingérence dans les affaires des sociétés d’État, les conservateurs ne laissent pas leur place.
    Mon premier discours à la Chambre venait donc confirmer le but de ma nouvelle implication en politique: protéger les droits des gens et rendre leur vie plus douce. J’avais passé la nuit à écrire ce discours, mais j’étais fière de faire partie de l’équipe néo-démocrate ce 24 juin, même si cela voulait dire que je manquais ma première fête nationale en circonscription en tant que députée. Après cela, que personne ne vienne me dire que le NPD ne se tient pas debout pour les travailleurs ou qu’il ne donne pas une voix aux citoyens.
    Je me rappelle avoir rencontré une personne à qui je faisais signer une pétition et qui m’a dit que c’était la première fois qu’elle sentait que ce qu’elle avait à dire était important et qu’on l’écoutait. Pourtant, écouter la population, c’est censé être notre travail. C’est justement pour donner une voix à des citoyens, une voix qui se rendrait jusqu’à l’oreille du ministre des Transports, que j’ai accepté de parrainer une pétition et de faire d’autres démarches pour signaler l’opposition de ces citoyens à l’emplacement proposé pour un viaduc pour camions entre l’autoroute et le port de Montréal dans Hochelaga.
    Comme mes collègues le savent bien, un de mes chevaux de bataille est le logement. Ma tournée pancanadienne et mes longues discussions avec les groupes de travail en logement m’ont clairement démontré que les coupes et le manque d’investissements courageux des gouvernements successifs des vieux partis sont responsables de la crise que nous vivons maintenant. C’est pour cela que j’ai lutté pendant des années, par l'entremise de projets de loi, de motions, de questions et de déclarations, en faveur du droit au logement, du renouvellement des ententes en logement social, d'une stratégie générale en logement et d'une stratégie ciblée en logement autochtone.
    Pour bien représenter la vision québécoise, j’ai sans cesse répété au ministre responsable du logement qu’il était important de conserver une stratégie de partenariats de lutte contre l’itinérance généraliste et communautaire. Malheureusement, les conservateurs ne croient pas que le logement est un droit, et les libéraux, qui ont finalement produit une stratégie en logement, n’ont pas eu le courage de faire les choix budgétaires qui assureraient son succès.
    Dans Hochelaga, un élu qui n’est pas présent sur le terrain, qui ne fait pas son travail et qui n’est pas près de la population est un ex-élu. De nombreux adjoints dévoués et fidèles ont aidé à bâtir, au fil des ans, une excellente réputation pour l’équipe du NPD dans ma circonscription: François, Catheryn, Maxime, Chantal, Patrick, Philippe, Olivia, Éric, Julien, Ariane, Anne, Alexandre, Niall, Sandrine, Samuel et Émilie. Ils m’ont aussi appris beaucoup de choses. Des citoyens d’autres circonscriptions, que je ne nommerai pas, nous appellent régulièrement pour avoir de l’aide qu’ils n’ont pas obtenue ailleurs, parce qu’ils ont entendu parler de notre travail.
    Je dois à tous mes collègues une fière chandelle. Merci. C’est grâce à leur aide qu’un refuge pour personnes itinérantes a pu rouvrir, que Jessica a pu obtenir le financement fédéral pour l’aider à prendre soin de ses enfants en situation de handicap, et qu’Enet a pu rester au Canada et se soustraire, elle et ses deux jeunes enfants, aux menaces des cartels mexicains. Ils ont aussi aidé à planifier chaque année le Magasin-Partage du CAP St-Barnabé, qui est le plus grand de l’île de Montréal, je crois, et qui nourrit des centaines de familles défavorisées du quartier.
    Avec l’aide de généreux bénévoles, dont ceux de l’association néo-démocrate d'Hochelaga, et d’ingénieux stagiaires, mon bureau a organisé plusieurs fois par année des fêtes pour les nouveaux citoyens canadiens pour qu’ils se sentent accueillis et appréciés. On leur remet un certificat et on prend une belle photo de famille. Ils adorent cette activité. Un autre événement apprécié des gens du quartier est notre brunch annuel. C’est un grand repas communautaire où on jase. On parle de ce qu’un bureau de député peut faire pour eux et on rencontre ses voisins. Le prochain aura justement lieu ce samedi, et comme chaque année, on fait salle comble.
    D'autre part, nous travaillons sur les problèmes causés par l'embourgeoisement et la crise des opioïdes. Comme on peut le constater, on ne chôme jamais, dans Hochelaga.

  (1945)  

    J'ai appris un million de choses et j'ai eu beaucoup de chance dans ce travail. J'ai pu faire des discours devant le Conseil de l'Europe, grâce à l'Association parlementaire Canada-Europe. J'ai aussi visité toutes les provinces canadiennes.
    J'ai été whip du NPD pendant trois ans et demi, et j'ai eu la chance de travailler avec Rob, Anthony, Christian, Chuck, Theresa, Wassim et Audrey. Ce sont des gens d'une extrême générosité et d'une grande humanité, et ils sont des sources intarissables de connaissances. C'est avec eux, certains de mes collègues et le Président de la Chambre des communes que j'ai pu aider à rendre le Parlement plus conciliant envers les jeunes familles, et j'en suis très fière.
    Je dois admettre que, à la Chambre des communes, nous sommes gâtés. Le personnel nous traite comme des rois, ce qui rend notre travail beaucoup plus facile et plaisant. Je le remercie.
    Je veux m'excuser auprès de mes amis, mais surtout auprès de ma famille et de ma belle-famille, pour tous les événements que j'ai manqués. Papa Gilles, maman Solange, Jacques, Elena, Michel, Karina, Claude, Sylvie, Guy, Manon, Lynda, Richard, Peggy et Marnie, je vous aime.

[Traduction]

    Sans le soutien et l'amour de mon mari, Doug, de mes fils, Alec et Nicholas, et de leurs conjointes, Lauren et Anne, je ne serais tout simplement pas ici. Ils ont cru en moi, ils m'ont donné de l'assurance et ils m'ont choyée. Leur ai-je déjà dit que je les aimais? Seulement un million de fois.

  (1950)  

[Français]

    À la population canadienne, je dis ceci: il faut faire revenir tout ce beau monde néo-démocrate, et encore plus, à Ottawa, en octobre. C'est pour la population qu'ils sont ici, et non pour eux. C'est dans leur ADN de travailler en vue d'améliorer le sort du monde. Je les connais bien, car ils sont devenus mes bons amis au fil des années. Les Canadiens peuvent leur faire confiance.
    Je remercie les citoyens d'Hochelaga d'être ce qu'ils sont: chaleureux, imaginatifs et vrais. Ils m'ont honoré en me permettant de les représenter et ils m'ont charmé. Tant mieux si j'ai pu les aider.
    À 64 ans, en octobre, je prendrai ma retraite. Il y a tant de choses que je n'ai pas encore eu le temps de faire.
     Avant d'être députée fédérale, j'étais archéologue et guide dans un musée. J'ai œuvré dans le mouvement syndical, mais je ne m'étais jamais impliquée en politique. Mon oncle, Marcel Pelletier, a été un greffier de la Chambre des communes pendant des années. Mon ancêtre, Charles-Alphonse-Pantaléon Pelletier, a été député provincial et fédéral, sénateur, président du Sénat — on ne peut pas tous être parfaits — et lieutenant-gouverneur du Québec. Peut-être qu'Anne-Marie Aubert et Jack Layton ont senti quelque chose et que ma carrière en politique était prédéterminée.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je fais ce soir mon discours d'adieu à la Chambre des communes, où j'ai eu l'honneur de siéger pendant 19 ans, près de deux décennies.
    Un certain nombre de mes amis et des membres de ma famille sont présents ce soir, mais il y a une personne en particulier que j'aimerais voir ici: mon voisin de banquette, le député de Langley—Aldergrove, qui est actuellement à l'hôpital, à Langley. S'il suit le débat ce soir, qu'il sache que nous prions pour lui: pas seulement ma famille et moi, mais aussi tous les membres du caucus.
    Un autre de mes très bons amis, Dale Markwart, est aussi à l'hôpital, à Castor, en Alberta. Il livre un dur combat. Dale est un très bon ami et il nous est tous très cher.
    Après six élections, en 19 merveilleuses années, et après toutes les fonctions que j'ai occupées dans l'opposition officielle et au sein du gouvernement, il est temps pour moi de passer plus de temps avec ma famille, qui a su m'accompagner avec patience et abnégation pendant ce long et difficile périple. Il est temps pour moi de retourner à la ferme et de consacrer mon temps à ceux qui comptent le plus pour moi: ma famille, les gens de Killam, en Alberta, et ceux du comté de Flagstaff.
    Toutefois, j'ai le cœur lourd, tant j'ai apprécié le privilège de travailler non seulement en tant que député, mais à titre de député de la circonscription de Crowfoot, qui porte à présent le nom de Battle River—Crowfoot.
    Je ne pourrai jamais remercier assez les honnêtes citoyens de ma circonscription de leur appui. Pendant 19 ans, ils ont été mes patrons. Chaque jour, j'ai reçu des lettres, des courriels, des appels téléphoniques, ainsi que des mots d'encouragement et des prières lors d'interactions en face à face; tout cela est très précieux pour moi, bien plus qu'ils ne le sauront jamais.
    J'ai été élu pour la première fois en novembre 2000. Le 1er février 2001, j'ai prononcé mon premier discours à la Chambre, dans lequel j'ai déclaré:
     Je voudrais m'adresser à tous les habitants de Crowfoot et les remercier pour la confiance qu'ils m'accordent. Je leur promets d'exprimer leurs opinions et leurs préoccupations avec respect et sincérité ici. Je m'engage à travailler ardemment, avec la diligence dont la majorité des habitants de Crowfoot font preuve dans leurs activités quotidiennes et leurs carrières dans notre circonscription surtout rurale.
    J'ai travaillé très fort pour tenir parole. Je crois fermement que c'est ce qui explique pourquoi j'ai été réélu en 2004, 2006, 2008, 2011 et 2015.
    Les gens de ma circonscription comptent beaucoup pour moi. Toutefois, c'est avant tout ma foi en Jésus-Christ et l'espoir qu'il apporte au monde qui m'ont permis de respecter ma parole et mes principes, de servir avec humilité et respect, et de travailler très fort chaque jour pour mériter la confiance de mes concitoyens.
    Lorsque j'ai voulu préparer mon discours, je me suis dit qu'il valait mieux consulter Wikipédia pour voir ce qu'on y dit à mon sujet. Cela peut sembler un peu égoïste et vaniteux, mais j'aimerais mentionner certaines des choses que Wikipédia considère comme des réalisations.
     On y dit que je représente une circonscription très conservatrice, même comparativement au reste de l'Alberta rural. Comme me l'ont rappelé les membres de mon personnel, un chien à trois pattes pourrait gagner les élections à Crowfoot pour autant qu'il soit conservateur. On y dit également que la majeure partie du territoire de ma circonscription a été représenté par un député de centre-droite sans interruption depuis 1935. J'adore Crowfoot. La page Wikipédia poursuit ainsi:
     Il a été élu par des marges parmi les plus élevées jamais enregistrées en politique canadienne. Élu pour la première fois en 2000 avec 70,5 % des voix, il n'a depuis jamais récolté moins de 80 % des voix. En janvier 2006, il a été réélu avec 82,5 % du vote populaire, le total le plus élevé enregistré par un candidat conservateur à cette élection.
    Wikipédia signale en outre que j'ai présidé le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, le Comité permanent de la sécurité publique et nationale et le Comité spécial sur la mission canadienne en Afghanistan lorsque les conservateurs formaient le gouvernement. Dans l'opposition, j'ai tiré un plaisir remarquable de mon rôle de président du Comité permanent des comptes publics.
    Ces occasions, ainsi que mon rôle de porte-parole de l'opposition en matière de sécurité publique, m'ont insufflé une immense reconnaissance pour les institutions et les traditions qui ont façonné cet endroit de même qu'un immense respect pour les parties intéressées, nombreuses et variées, qui font appel à nous pour réclamer du changement, la reddition de comptes et des politiques fondées sur des principes qui améliorent la vie quotidienne du Canadien moyen.

  (1955)  

    Le fait d’avoir été nommé à ces postes en tant que député a été la plus grande distinction de ma carrière. Tout cela a été rendu possible grâce à l’appui extraordinaire des électeurs formidables de Battle River—Crowfoot, aux nombreux bénévoles qui ont participé à mes campagnes électorales, et au dévouement et aux conseils judicieux de mon conseil d’administrateurs et de dirigeants.
    J’aimerais remercier quelques-uns de mes directeurs de campagne: Norman et Marian Steinwand, Bill et Judy Wilson et, durant les cinq dernières élections, Steven Snider, ainsi que mon président, Martin West. Il y a tellement de gens que je pourrais remercier.
    Je remercie mon personnel actuel et mes anciens employés, au bureau d’Ottawa et dans ma circonscription, pour leur travail et leur soutien exceptionnels: Leslie Olson; Gail Nordstrom; John Howard, décédé alors qu’il était à l’emploi du bureau; Emily Gilroy; Kirsty Skinstead-Lutz; Amy Jackson; Damien Kurek; Jeannie Smith; Linda McKay; Nancy Stewart; Dan Wallace; Melissa Johnston et Paula Wilkie. Sans eux, et sans leurs efforts inlassables et leur loyauté, nous n’aurions pas pu fournir le soutien de premier ordre que mes électeurs méritaient amplement et dont ils ont bénéficié.
    Je suis également redevable à mon ancien personnel ministériel, dirigé par le chef de cabinet Bram Sapers, qui m’a aidé à m’y retrouver dans les comités du Cabinet, les mémoires au Cabinet, les séances d’information ministérielles et les préparatifs budgétaires, coûteux et épuisants.
    J'ai eu le privilège de suivre d'excellents chefs. Preston Manning a su m'intéresser à la politique et susciter chez moi un désir de changer les choses au Canada. Stockwell Day m'a accordé sa confiance après un an en me nommant ministre du cabinet fantôme à la Sécurité publique, le pendant du solliciteur général, comme on l'appelait à l'époque.
    Je dois aussi remercier l'ancien premier ministre, le très honorable Stephen Harper, d'avoir cru en moi en me confiant la fonction de ministre d'État aux Finances, que j'ai vraiment assumée du mieux que j'ai pu. Je suis très fier de pouvoir dire que l'honorable Stephen Harper a été mon premier ministre, mon chef et, surtout, mon ami.
    Il a dirigé son caucus et le pays avec une grande humilité, une sagesse inégalée et, oui, l'air intraitable qui est nécessaire aux dignes dirigeants de son calibre. J'étais fier d'être à ses côtés et de pouvoir lui offrir un soutien inconditionnel alors que nous négociions des accords commerciaux, que nous traversions la récession et que nous nous employions à présenter des budgets équilibrés pour l'avenir de notre pays et des prochaines générations.
    Faire partie de son gouvernement a été le point culminant de ma carrière politique. J'ai aussi honneur de siéger aux côtés de notre chef actuel, Andrew Scheer. J'ai fait campagne pour lui en 2004. Nous avons vu en lui le Président de la Chambre et, espérons-le, le prochain premier ministre.
    Il y a eu de mauvais moments à passer pour moi et bon nombre de mes collègues. Nous nous rappellerons toujours la terrible journée du 22 octobre 2014, lorsque nous avons craint pour nos vies et celle du premier ministre de l'époque, alors que des coups de feu étaient tirés juste à l'extérieur des portes de la salle où était réuni notre caucus. Le caporal Nathan Cirillo venait d'être tué par balle au Monument commémoratif de guerre du Canada, et son assassin était par la suite parvenu à entrer dans l'édifice du Centre, au Parlement. Des coups de feu ont été tirés. Des personnes ont été touchées. Tous les partis étaient en pleine réunion de caucus. Ce fut une journée longue et effrayante qui restera gravée à jamais comme l'un des souvenirs les plus sombres que je garde du Parlement.
    L'autre souvenir sombre est celui du 11 septembre 2001. Je me souviens que ma fille de neuf ans s'était précipitée sur la terrasse de bois pour m'annoncer qu'un avion avait heurté un édifice. Moins d'un an après avoir été élu et six mois après avoir été nommé porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique, je me voyais confier la tâche de répondre à la déclaration ministérielle et de réclamer du gouvernement libéral le dépôt d'une loi antiterroriste.
    Ces jours sombres sont presque éclipsés par le grand nombre de beaux souvenirs que je conserve de mes années sur la Colline du Parlement et par les amitiés que j'ai pu y nouer. Je dois des remerciements à un très grand nombre de personnes.
    Premièrement, je vais m'ennuyer de mon bon ami et colocataire pendant 19 ans, le député de Cypress Hills—Grasslands. David et sa femme, Sheila, sont devenus pour moi des amis qui le resteront toute ma vie. Merci pour toutes les conversations de fin de soirée autour d'une pizza et d'un bol de maïs soufflé, où nous avons résolu tous les problèmes du Canada et du monde, tout en nous sentant parfois frustrés de devoir nous plier aux exigences de la rectitude politique. C'est aujourd'hui l'anniversaire de mariage de David et Sheila. Il est avec elle depuis un peu plus longtemps qu'il ne l'est avec moi.

  (2000)  

    Je remercie mes parents, Ralph et Jean Sorenson, ainsi que mes beaux-parents, Ben et Alice Redekop, de leurs prières et de leur soutien. Ils comptent beaucoup pour moi et ma femme Darlene. Mon père, qui regarde la plupart des périodes des questions avec ma mère, est maintenant âgé de 93 ans, et je n'entends plus: « Papa, il est temps de trouver quelque chose à faire dans la vie. »
    À ma femme Darlene, à nos enfants Ryan, Kristen et son mari Matthew, et maintenant à mon petit-fils Kayden, les mots ne suffisent pas pour exprimer la profonde reconnaissance et l'amour que j'ai pour eux tous. Je suis très fier de chacun d'eux. Darlene est ma partenaire, ma conseillère, l'ancre qui a permis à notre famille de garder les pieds sur terre et bien d'autres choses encore. Elle a prononcé des discours en mon nom, a fait campagne avec moi et a toujours été à mes côtés. Je l'aime plus que jamais.
    En terminant, je tiens de nouveau à remercier les gens de Battle River—Crowfoot de m'avoir accordé leur confiance. Ce sont vraiment les meilleurs citoyens du Canada. Cette enceinte va me manquer. Ce travail va me manquer. Ce fut un honneur de servir les gens de Battle River—Crowfoot.
    Enfin, je remercie mes collègues ici présents ce soir de leur indulgence. Je les remercie de m'avoir aidé tout au long de ma carrière de député. Je les remercie de m'avoir accordé quelques instants ce soir pour livrer le fond de ma pensée et pour témoigner ma reconnaissance envers toutes ces personnes. Que Dieu soit loué. Que Dieu bénisse tous les députés réunis ce soir dans cette enceinte et qu'il continue de bénir le plus grand pays du monde: le Canada.