Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

42e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 433

TABLE DES MATIÈRES

Le jeudi 13 juin 2019




Emblème de la Chambre des communes

Débats de la Chambre des communes

VOLUME 148
NUMÉRO 433
1re SESSION
42e LÉGISLATURE

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le jeudi 13 juin 2019

Présidence de l'honorable Geoff Regan

    La séance est ouverte à 10 heures.

Prière


  (1000)  

[Traduction]

Privilège

L'enregistrement vidéo des délibérations de la Chambre du 6 juin 2019 — Décision de la présidence 

[Décision de la présidence]
    Je suis maintenant prêt à me prononcer sur la question de privilège soulevée le 11 juin 2019 par l’honorable député de Banff—Airdrie concernant la diffusion de la séance du 6 juin 2019.
    Tout d’abord, je tiens à remercier sincèrement le député d'avoir soulevé cette question. Bien qu’elle se rapproche davantage d’une question de nature administrative que d’une question de privilège, il n’en demeure pas moins qu'elle est importante.
    La capacité de la Chambre des communes de communiquer et de diffuser ses délibérations est essentielle pour que le public puisse suivre les débats du Parlement. Les députés doivent avoir confiance dans notre capacité de diffusion de ces débats. Cela se fait, au moins en partie, par la diffusion publique des délibérations de la Chambre des communes et de ses comités, qui offre aux téléspectateurs une diffusion fiable et complète des débats de la Chambre.

[Français]

    En fait, la diffusion de toutes les délibérations de la Chambre remonte à 1977, et, depuis 2003, elles sont également offertes en direct sur ParlVU, un service de diffusion en direct et sur demande de nos délibérations qui est offert sur notre site Web. Ce service permet aux députés de récupérer des portions audio ou vidéo des délibérations au moyen du portail ParlVU.
    Comme le député l'a expliqué, c'est ce service qui est au cœur de la question soulevée. Un examen des événements qui se sont produits le 6 juin et les jours suivants a révélé qu'il y avait un problème technique lors de l'ouverture de la séance à 10 h qui a eu des répercussions directes sur la capacité de visionner des enregistrements vidéo.

[Traduction]

     Heureusement, je peux confirmer que la portion manquante au début de la séance du jeudi 6 juin, allant de 10 heures jusqu’à 10 h 9:52, est offerte sur Parlvu, comme il se doit. Je me réjouis également du fait que même si une portion de l’enregistrement vidéo n’était pas accessible pendant un court laps de temps, les députés pouvaient en tout temps accéder facilement à l’enregistrement audio, à l’interprétation et aux débats officiels.
    Cet incident a été de toute évidence malheureux et inacceptable pour le député. Au nom de l'administration, je m’excuse de cette erreur. On m’a assuré que des mesures correctives ont été prises pour éviter que de telles situations ne se reproduisent. Je tiens également à remercier le député de sa diligence dans cette affaire. Les médias sociaux sont maintenant très importants pour les députés, notamment dans les efforts qu’ils déploient pour communiquer de l’information à leurs électeurs.
    Je remercie les honorables députés de leur attention.

AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

  (1005)  

[Traduction]

Le directeur parlementaire du budget

    Conformément à l'article 79.22 de la Loi sur le Parlement du Canada, il est de mon devoir de présenter à la Chambre un rapport du directeur parlementaire du budget intitulé « Combler l'écart: tarification du carbone pour atteindre la cible de l'Accord de Paris ».

Réponse du gouvernement à des pétitions

    Monsieur le Président, conformément à l'article 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à cinq pétitions.
    Pendant que j'ai la parole, je propose:
    Que la Chambre passe maintenant à l'ordre du jour.
    Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le vice-président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:
    Le vice-président: Convoquez les députés.

  (1040)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1354)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bendayan
Bennett
Bibeau
Bittle
Boissonnault
Bossio
Bratina
Breton
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duguid
Dzerowicz
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Fuhr
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Gould
Graham
Hajdu
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morrissey
Murray
Nault
Ng
O'Connell
Oliphant
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Picard
Poissant
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Sajjan
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Tabbara
Tan
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Whalen
Wilkinson
Wrzesnewskyj
Yip
Young
Zahid

Total: -- 149


CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Alleslev
Allison
Anderson
Arnold
Aubin
Barlow
Barsalou-Duval
Beaulieu
Bergen
Berthold
Blaney (Bellechasse—Les Etchemins—Lévis)
Block
Boucher
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Cannings
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Christopherson
Clement
Davidson
Deltell
Diotte
Doherty
Dreeshen
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk (Provencher)
Fortin
Gallant
Garrison
Genuis
Gladu
Godin
Gourde
Hoback
Hughes
Jeneroux
Julian
Kent
Kitchen
Kwan
Lake
Lobb
MacGregor
MacKenzie
Maguire
Manly
Martel
Masse (Windsor West)
Mathyssen
McCauley (Edmonton West)
McColeman
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Moore
Motz
Nantel
Nater
Paul-Hus
Pauzé
Plamondon
Ramsey
Rankin
Reid
Rempel
Richards
Saroya
Schmale
Shields
Sopuck
Sorenson
Stanton
Strahl
Van Kesteren
Viersen
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Zimmer

Total: -- 87


PAIRÉS

Députés

Gill
Goldsmith-Jones
Kmiec
Qualtrough

Total: -- 4


    Je déclare la motion adoptée.

Ordres émanant du gouvernement

[Ordres émanant du gouvernement]

[Traduction]

La Loi sur les pêches

Projet de loi C-68 — Motion d'attribution de temps  

    Que, relativement au projet de loi C-68, Loi modifiant la Loi sur les pêches et d’autres lois en conséquence, au plus un jour de séance supplémentaire soit accordé aux délibérations à l’étape de l’étude des amendements apportés par le Sénat à ce projet de loi;
    Que, 15 minutes avant l’expiration du temps prévu pour les Ordres émanant du gouvernement au cours du jour de séance attribué pour l'étude de cette étape de ce projet de loi, toute délibération devant la Chambre soit interrompue, s’il y a lieu aux fins de cet ordre, et, par la suite, toute question nécessaire pour disposer de cette étape soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement

  (1045)  

    Conformément à l'article 67.1 du Règlement, il y aura maintenant une période de questions de 30 minutes. J'invite tous les députés qui souhaitent poser des questions à se lever.
    Par conséquent, je demande à tous les députés de limiter leur intervention à environ une minute, y compris le ministre qui répondra aux questions. La priorité est accordée aux députés de l'opposition durant cette période de 30 minutes, mais les députés ministériels pourront aussi poser quelques questions.
    Nous passons maintenant aux questions. Le député de Cariboo—Prince George a la parole.
    Monsieur le Président, c'est reparti. Une fois de plus, le gouvernement qui avait promis de laisser toute la place au débat impose l'attribution de temps pour un projet de loi.
    Le ministre pourrait-il déposer à la Chambre des preuves que les modifications apportées à la Loi sur les pêches sous le gouvernement précédent ont entraîné la détérioration, la destruction ou la perturbation de l'habitat du poisson?
    Monsieur le Président, le gouvernement a effectué de vastes consultations à l'égard de ce projet de loi. Le consensus de l'ensemble des gens qui ont soumis un mémoire dans le cadre du processus de consultation est qu'il faut, à l'égard du poisson et de l'habitat du poisson, rétablir les protections qui ont été supprimées lorsque le gouvernement précédent a éviscéré la loi en 2012. Le projet de loi a fait l'objet de longues discussions à la Chambre et à l'autre endroit. Au total, près de 39 jours de débat y ont été consacrés.
     Les Canadiens s'attendent à ce que nous honorions la promesse que nous avons faite en 2015. Ils s'attendent à ce que nous rétablissions les protections pour le poisson et l'habitat du poisson, et c'est exactement ce que nous faisons.
    Monsieur le Président, c'est reparti. Le gouvernement impose le bâillon et met fin au débat. Le gouvernement, qui avait promis que les libéraux feraient les choses différemment des conservateurs de Harper, a, proportionnellement, eu recours plus souvent à la clôture du débat que le gouvernement Harper.
    Comment le gouvernement peut-il justifier cela et appeler cela de la démocratie?
    Monsieur le Président, je me permets de donner un peu de contexte pour la gouverne de la députée. Le projet de loi a été présenté il y a plus d'un an. Il a fait l'objet de trois jours de débat à l'étape de la deuxième lecture. Le comité en a débattu pendant huit jours et a entendu 46 témoins. Il y a eu quatre jours de débat à l'étape du rapport et trois jours de débat à la présente étape. À l'autre endroit, on a tenu neuf jours de débat à l'étape de la deuxième lecture, 10 jours de débat en comité et trois jours de débat à l'étape de la troisième lecture. Au total, il y a eu presque 39 jours de débat.
    C'est beaucoup de débats et beaucoup de considération pour un projet de loi important dont nous sommes très fiers.
    Monsieur le Président, le ministre est de très mauvaise foi. J'ai assisté aux audiences sur le projet de loi C-68. Pas un seul opposant à ce que nous avons fait en 2012 n'a pu prouver, de quelque façon que ce soit, que ces changements ont eu des répercussions sur les stocks de poisson ou les collectivités de pêcheurs. Les députés peuvent consulter la transcription des délibérations.
    Sous l'ancien gouvernement conservateur, en 2010, par exemple, la remontée du saumon du Pacifique dans le fleuve Fraser a connu un record. En 2014, la remontée a été encore plus importante. Sous le gouvernement libéral, les stocks de saumon du Pacifique s'effondrent. Le saumon quinnat en est l'exemple parfait.
    Le comité a produit un rapport unanime sur le saumon de l'Atlantique avec diverses recommandations. Nous avons vu la réponse du ministre. Sa lettre ne traite nullement des 17 recommandations unanimes, qui concernent notamment l’achigan à petite bouche dans le lac Miramichi, la surpêche par le Groenland et la prédation excessive par le phoque et le bar rayé. La réponse du ministre n'a rien abordé de tout cela.
    Pourquoi le ministère se montre-t-il si incompétent? Pourquoi se soucie-t-il si peu des collectivités de pêcheurs et des stocks de poisson?

  (1050)  

    Monsieur le Président, je crois que le débat d'aujourd'hui porte sur le projet de loi C-68 et je dirais à mon collègue que le ministère a mené de vastes consultations. Plus de 2 000 Canadiens se sont inscrits en ligne, et plus de 5 000 personnes ont rempli le questionnaire. On a tenu 170 rencontres avec des groupes autochtones et de nombreuses rencontres en personne et reçu 200 mémoires présentés par des Autochtones et 208 lettres adressées au ministre. Le constat était pratiquement unanime: étant donné que le gouvernement précédent avait vidé de sa substance la Loi sur les pêches, nous devions rétablir les mesures de protection visant le poisson et son habitat.
    Nous sommes très fiers de remplir une promesse électorale très importante pour les Canadiens. C'est ce que nous faisons actuellement.
    Monsieur le Président, le Sénat est actuellement saisi d'un certain nombre de projets de loi très importants, exactement comme le projet de loi C-68. Il y a aussi les projets de loi C-88, C-91, C-92, C-93, C-391, C-374, C-369 et C-262. L'adoption de ces projets de loi est retardée par le Sénat parce qu'il prend beaucoup trop de temps.
    Je me demande si le ministre peut nous expliquer pourquoi les sénateurs conservateurs retardent l'adoption de tous ces projets de loi, ce qui retarde le travail que les Canadiens nous ont confié. En 2015, après la décennie de noirceur des conservateurs, les Canadiens nous ont confié un mandat: réparer les torts causés à l'environnement et aux communautés autochtones par les conservateurs et veiller à ce que nous atteignions cet objectif.
    Le ministre peut-il en dire davantage à ce sujet?
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je rappelle à notre collègue de Winnipeg-Centre que les sénateurs indépendants contrôlent l'autre Chambre. Je doute...
    Nous disposons d'un maximum de 30 minutes. Le commentaire relève principalement du débat.
    Pour ce qui est de la pertinence, c'est la deuxième fois que la question est soulevée. Je demande donc aux députés de s'en tenir à ce dont la Chambre est saisie.
    Le ministre des Pêches et des Océans a la parole.
    Monsieur le Président, les Canadiens s'attendent certainement à ce que le gouvernement respecte les engagements qu'il a pris pendant la campagne électorale de 2015. Il est important que le Sénat débatte des projets de loi, mais il est également important que le Sénat se rappelle que nous sommes la Chambre élue. À mesure que nous faisons avancer les projets de loi, nous sommes, bien sûr, ouverts aux amendements de l'autre Chambre. Toutefois, au bout du compte, les Canadiens s'attendent à ce que nous respections nos engagements électoraux.
    Je dirais aussi que ce n'est pas seulement le Sénat qui essaie de retarder l'adoption des projets de loi. Dans le cas du projet de loi C-68, au cours du débat qui a eu lieu mardi, mon collègue de Cariboo—Prince George s'est contenté d'écouler son temps de parole en traitant de sujets qui n'avaient rien à voir avec le projet de loi C-68. Ce sont les conservateurs qui essaient de faire en sorte que nous n'adoptions pas la mesure législative que les Canadiens attendent.
    Nous planifions de mener nos projets à bien.

[Français]

    Monsieur le Président, les électeurs se souviendront très bien que, en 2015, les libéraux avaient promis de faire les choses différemment, de respecter le Parlement, de respecter le processus démocratique et de ne pas utiliser le bâillon de manière systématique.
    Aujourd'hui, on voit qu'ils l'utilisent encore plus que les conservateurs de Stephen Harper. À mon avis, c'est la preuve que les libéraux sont incapables de gérer le processus parlementaire, qu'ils sont à la dernière minute, qu'ils paniquent et qu'ils imposent un bâillon sur tous les projets de loi.
    Qu'est-ce que le secrétaire parlementaire répond à cela?
    Monsieur le Président, nous avons beaucoup de respect pour la Chambre et pour le processus parlementaire. Les choses que mon collègue a dites sont complètement fausses.

[Traduction]

    Comme je l'ai indiqué, nous avons abondamment débattu le projet de loi. Voici encore une fois des précisions à l'intention du député. Au total, la Chambre et le Sénat ont consacré à cette mesure presque 39 jours de débat. Le comité de la Chambre a entendu 46 témoins et celui de l'autre endroit en a entendu 15.
    Je pense que la plupart des Canadiens s'attendent à ce que nous continuions de gouverner après avoir consacré 39 jours à ce débat, ce qui est considérable. Le gouvernement a été à l'écoute et il a retenu bon nombre d'amendements qui avaient été présentés, à la Chambre et au Sénat. Le temps est maintenant venu de donner suite aux engagements que nous avons pris envers les Canadiens en 2015.

  (1055)  

    Monsieur le Président, j'ai assisté à tous les débats à la Chambre et au comité de la Chambre. Les Premières Nations et le Parti conservateur ont demandé à maintes et maintes reprises la prolongation des consultations et de l'étude, mais les ministériels qui siègent au comité ont refusé d'accéder à ces demandes — et que dire de la prétendue consultation que font les libéraux ici.
    J'espère que le ministre mettra de côté ses notes d'allocution pour parler de ce que nous avons entendu, particulièrement hier au comité, lors de l'étude des amendements que le Sénat avait proposés concernant le projet de loi C-68. Nous avons appris que seuls les fonctionnaires du ministère des Pêches et des Océans s'opposent à l'établissement de réserves d'habitats par des tiers parce qu'ils se conforment à la directive du ministre.
    Comment se fait-il que le ministre des Pêches et les fonctionnaires de son ministère soient les seuls opposants aux amendements concernant l'établissement de réserves d'habitats par des tiers? Pourquoi le ministre ne peut-il pas accepter que cette solution pourrait permettre de faire des gains nets pour l'habitat? Il s'emploie au contraire à clore le débat sur cette question.
    Monsieur le Président, mon collègue n'était peut-être pas présent à la Chambre quand j'ai parlé plus tôt. Nous avons dit que nous sommes on ne peut plus disposés à discuter de la question des réserves d'habitats créées par des tiers, mais qu'elle relève de la compétence provinciale et qu'il serait irresponsable d'adopter une disposition touchant les provinces sans d'abord les avoir consultées en bonne et due forme. Nous avons demandé au comité permanent de la Chambre de se pencher sur cette question, et nous en poursuivrons certainement l'examen à l'avenir.
    Toutefois, je trouve un peu fort que les députés d'en face affirment que nous ne menons pas assez de consultations et que nous ne débattons pas suffisamment. Quand ils ont vidé la Loi sur les pêches de sa substance, en 2012, ils ont procédé en cachant toutes les modifications dans un projet de loi omnibus. Il n'y a pas eu de débat.
    Monsieur le Président, au Canada atlantique, la pêche est le moteur économique des localités côtières. Depuis le jour de mon élection, les pêcheurs me font comprendre l'importance d'adopter une mesure législative pour protéger le modèle du propriétaire-exploitant. Les associations indépendantes de pêcheurs sont outrées par les tentatives des conservateurs de clore le débat afin de retarder la mise en œuvre du projet de loi à l'étude.
    Je me demande si le ministre pourrait expliquer l'importance du modèle du propriétaire-exploitant et nous parler de sa détermination à faire adopter le projet de loi afin de pouvoir, une fois pour toutes, protéger l'industrie de la pêche de l'Atlantique.
    Monsieur le Président, nous sommes tout à fait déterminés à protéger le modèle du propriétaire-exploitant. C'est pourquoi le projet de loi C-68 inclut des dispositions pour enchâsser dans la loi la séparation de la flottille et le modèle du propriétaire-exploitant. Les pêcheurs du Canada atlantique ont exprimé un soutien massif pour cette mesure. Je pense qu'ils voudront savoir pourquoi les conservateurs s'opposent au projet de loi C-68.
    Monsieur le Président, les libéraux tentent de faire de la Loi sur les pêches une loi environnementale, alors que le gouvernement fédéral a déjà établi des mesures de protection au moyen de la Loi sur la marine marchande et de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Ce que le gouvernement fédéral est en train de faire, c'est d'introduire des dispositions législatives au moyen du projet de loi C-68 pour interférer avec les lois provinciales ainsi qu'avec les droits à la propriété privée, qui sont protégés par la Constitution.
    Les libéraux ont inséré un article après la troisième lecture. Nous n'avons donc pas pu en débattre à la Chambre. Pendant l'étude par le comité sénatorial, le représentant de l'Ontario Power Generation a affirmé ceci: « [S]i nous n’avions pas eu la capacité de stocker l’eau dans le bassin hydrographique à cause des inondations dans les Grands Lacs[, l'une] des choses qui se seraient produites, c’est que la ville de Montréal se serait retrouvée avec un mètre d’eau supplémentaire. »
    Par ailleurs, nous aimerions savoir si le gouvernement entend se tourner vers la réglementation pour faire ce qu'il ne peut pas faire dans le projet de loi.
    Monsieur le Président, ce n'est pas parce qu'il n'y a qu'une seule loi environnementale qu'elle couvre tous les problèmes liés à la protection de notre environnement. Ce projet de loi vise à protéger le poisson et son habitat. C'est quelque chose d'important pour les Canadiens d'un océan à l'autre. C'est quelque chose que les Canadiens voulaient voir changer, ils nous l'ont dit clairement en 2015. Ils voulaient que les poissons et leur habitat soient adéquatement protégés.
    C'est exactement ce que fait ce projet de loi, dont nous sommes d'ailleurs très fiers. Il a bénéficié d'un soutien généralisé d'un bout du pays à l'autre. Nous remplissons la promesse que nous avons faite aux Canadiens en 2015.
    Monsieur le Président, nous discutons de ce que les parlementaires sont en droit de faire, c'est-à-dire de débattre à la Chambre. Ce que le gouvernement est en train de faire, c'est clore le débat encore une fois. Je présume que le gouvernement continuera à imposer le bâillon, et pas seulement dans le cas de ce projet de loi. Je suis prête à parier qu'une fois le débat terminé sur ce projet de loi, nous aurons droit à une nouvelle série de clôtures.
    C'est ce que le gouvernement ne cesse de faire: imposer le bâillon pour mettre un terme au débat. J'aimerais entrer dans le vif du sujet lui-même, en ce qui concerne ce projet de loi, étant entendu, bien sûr, que nous puissions commencer à débattre sans bâillon.
    Le gouvernement va-t-il s'engager à ne pas imposer le bâillon?

  (1100)  

    Monsieur le Président, je me permets encore une fois de fournir un peu de contexte au député. Le projet de loi a été présenté il y a plus d'un an. Il a été débattu pendant 10 jours à la Chambre des communes et pendant 8 jours au comité de la Chambre correspondant. Il a également fait l'objet de 12 jours de débat au Sénat et de 9 jours de débat au comité du Sénat. Il y a donc eu, au total, 39 jours de débat sur cette question.
    Nous avons écouté tous les différents points de vue, nous avons ajusté le projet de loi et nous avons tenu compte de certaines des suggestions qui ont été formulées. Maintenant, les Canadiens s'attendent à ce que nous nous mettions en marche.
    J'aimerais aussi dire que j'ai aimé la relation de travail productive avec l'ancien porte-parole du parti d'en face en matière de pêches et l'esprit de collaboration qui régnait lors de notre étude de nombreux éléments du projet de loi. Nous sommes très fiers des efforts que nous avons déployés pour les projets de loi S-203 et S-238, qui portent sur les cétacés en captivité et l'enlèvement des nageoires de requin, afin qu'ils soient adoptés à la Chambre en suivant toutes les étapes nécessaires. Je suis toujours très heureux de collaborer avec l'ancien porte-parole en matière des pêches de ce parti.
    Monsieur le Président, je demanderais au ministre de laisser tomber ses notes d'allocution. Il a parlé de 39 jours de débat, mais, à de nombreuses occasions, le comité a été saisi du projet de loi pendant quelques heures seulement. Des membres des Premières Nations nous ont répété à maintes reprises qu'ils voulaient présenter des mémoires au comité. En 2016, le gouvernement avait prévu une enveloppe de 2 millions de dollars pour aider les Premières Nations à présenter leurs mémoires au comité dans le cadre de l'examen de la Loi sur les pêches. Toutefois, 1,2 million de dollars ont été versés pour l'ensemble des mémoires envoyés au comité après la fin de l'étude et après que le comité ait formulé ses recommandations au sujet du projet de loi parce que les députés libéraux qui y siégeaient ne voulaient pas prolonger l'étude.
    Pourquoi le ministre étouffe-t-il encore une fois le débat sur un projet de loi important?
    Monsieur le Président, comme je l'ai déjà dit, il y a eu plusieurs consultations et les Canadiens ont présenté des milliers de mémoires. L'une des consultations a été menée par le comité permanent, et ce dernier a fait un travail exceptionnel à cet égard. Il est juste de dire qu'il y a eu de vastes consultations dans le cadre de ce dossier: au total, 39 jours de débats en comité et aux deux Chambres.
     Quelle drôle de question venant d'un député du parti d'en face! Lorsque le gouvernement conservateur précédent a vidé de sa substance la Loi sur les pêches en 2012, il l'a fait au moyen d'un projet de loi omnibus sans qu'il n'y ait aucun débat. C'est incroyable que le député pose cette question. Le gouvernement actuel a tenu 39 jours de débats, alors que le parti du député n'en a tenu aucun alors qu'il était au pouvoir.
    Monsieur le Président, en 2012, l'une des prétendues modifications portait sur ce qu'on appelle l'autoévaluation, selon laquelle les promoteurs et les entrepreneurs pouvaient signaler eux-mêmes tout tort causé au poisson ou à son habitat.
    Le ministre peut-il expliquer pourquoi il est important de ne pas laisser aux gens pouvant causer des torts la responsabilité de les signaler eux-mêmes? Les amendements proposés au projet de loi qui nous occupe régleraient le problème. L'autoévaluation, c'est comme laisser le loup dans la bergerie.
    Monsieur le Président, une partie importante des amendements au projet de loi C-68 vise à améliorer l'observation et l'application de la loi. Nous prenons des mesures législatives afin de protéger le poisson et son habitat. Nous fournissons aussi des ressources financières au ministère pour qu'il puisse bien faire observer la loi et exercer la surveillance nécessaire, et ce, de façon permanente. En effet, nous lui avons accordé d'énormes sommes pour appliquer la loi et la faire observer, mais aussi pour financer les travaux scientifiques.
     Le ministère des Pêches et des Océans a été éprouvé lorsque le gouvernement précédent lui a imposé des compressions de plus de 100 millions de dollars. Nous l'avons aidé à s'en remettre. Il sera beaucoup plus efficace à l'avenir et il disposera désormais des outils nécessaires pour effectuer son travail.
    Monsieur le Président, le ministre et son collègue d'Avalon tiennent des propos trompeurs. La question a été posée à maintes reprises au cours des témoignages, mais aucun témoin n'a pu donner d'exemple de cas où les changements apportés à la Loi sur les pêches en 2012 avaient causé la détérioration, la destruction ou la perturbation de poissons ou de leur habitat. Il n'est pas parlementaire de prendre la parole devant la Chambre et les Canadiens et de tenir de pareils propos trompeurs.
    Je demanderais encore une fois au ministre de nous donner un exemple fourni par un témoin pendant les consultations ou les travaux du comité d'un cas où les changements apportés à la Loi sur les pêches en 2012 ont causé la détérioration, la destruction ou la perturbation de poissons ou de leur habitat.

  (1105)  

    Monsieur le Président, je suggère à mon collègue de lire le paragraphe 91 de la décision de la Cour fédérale où il est question des habitats de poisson mis en danger.
    Le gouvernement libéral s'était engagé à rétablir les mesures de protection perdues. Les Canadiens savaient que ces mesures de protection avaient disparu quand le gouvernement conservateur précédent a vidé la Loi sur les pêches de sa substance. Il est extrêmement important pour tous les Canadiens que cette nouvelle loi consolide les dispositions relatives au rétablissement des stocks en plus de les protéger. Cela va nous permettre de rétablir les stocks de poisson importants, plus particulièrement les stocks commerciaux, pour assurer la prospérité économique des collectivités côtières du pays. Les Canadiens des quatre coins du pays sont en faveur de cette mesure et nous demandons aux députés conservateurs d'en face de la soutenir.
    Monsieur le Président, je suis plutôt en faveur de ce projet de loi, en tant que biologiste qui travaille au pays depuis longtemps. La Loi sur les pêches du gouvernement fédéral a souvent été présentée comme la seule mesure législative, du moins en Colombie-Britannique, qui protégeait l’habitat faunique. On l’a bien vu lorsque le gouvernement conservateur précédent a retiré une bonne partie de ces pouvoirs de protection de l’habitat.
    Cependant, j’aimerais parler de la tendance du gouvernement libéral à mettre fin au débat sur presque toutes les questions. Je pense que c’est la 70e fois qu’une motion d’attribution de temps ou une motion de clôture est adoptée. Nous avons entamé la journée en omettant les affaires courantes et en passant directement à l’ordre du jour, parce que le gouvernement craignait quelque chose. J’avais des pétitions à présenter et certaines personnes avaient peut-être des projets de loi d’initiative parlementaire à proposer.
     Je ne sais pas combien de fois nous sommes passés à l’ordre du jour, mais nous sommes censés débattre du projet de loi C-88. Au lieu de cela, nous parlons de clôture et d’atteinte à la démocratie.
    Monsieur le Président, permettez-moi encore une fois de remettre les choses en contexte. Ce projet de loi a été présenté il y a plus d’un an. On y a consacré 3 jours de débat à l’étape de la deuxième lecture, 8 jours de débat à l’étape de l’étude en comité, avec la participation de près de 50 témoins, et 4 jours de débat à l’étape du rapport. Il fait maintenant l’objet de 3 jours de débat à la Chambre. À l'autre endroit, on a tenu 9 jours de débat à l’étape de la deuxième lecture, 10 jours de débat en comité et 3 jours de débat à l'étape de la troisième lecture. C’est un total de 39 jours de débat.
    Les députés d’en face font des manœuvres d’obstruction pour tenter de retarder les choses et d'empêcher l’adoption du projet de loi avant la fin de la séance. Nous avons promis aux Canadiens de faire de ce projet de loi une priorité et de veiller à rétablir les mécanismes de protection des habitats qui avaient été supprimés sous le gouvernement conservateur précédent. Nous avons l’intention de tenir cette promesse.
    Je le répète, monsieur le Président; le ministre ne peut donner aucun exemple de dommages causés à une population de poissons à la suite de l'application de la Loi sur les pêches de 2012. En revanche, son gouvernement a nui aux pêches.
    Je me rappelle qu'au début du mandat des libéraux, Denis Coderre, qui est un ancien député libéral et qui était à l'époque maire de Montréal, avait supplié notre gouvernement de l'autoriser à déverser des millions de litres d'eaux d'égout brutes. Le gouvernement conservateur avait refusé. Aussitôt arrivé au pouvoir, le gouvernement libéral a autorisé le déversement de millions de litres d'eaux d'égout brutes dans le Saint-Laurent. A-t-on porté alors une accusation aux termes de la Loi sur les pêches? Absolument pas.
    Le nouveau Règlement sur les mammifères marins, que les libéraux viennent de mettre en place, va étrangler l'économie de Churchill, au Manitoba, qui dépend de l'observation des baleines. J'en ai parlé au ministre à plusieurs occasions, mais il ne se soucie tout simplement pas des collectivités. Tout ce qui l'intéresse, ce sont ses copains du Parti libéral qui font tout ce qu'ils peuvent pour détruire l'habitat du poisson, sujet qui le laisse totalement indifférent. Pourquoi agit-il ainsi?
    Monsieur le Président, le débat d'aujourd'hui porte sur le projet de loi C-68, qui rétablirait les protections perdues lorsque le gouvernement précédent avait vidé la loi de sa substance. Si le député se donnait la peine de parler aux gens dans les collectivités, il constaterait que le rétablissement des protections perdues est très important pour les Canadiens. C'est en tout cas ce que nous avons certainement l'intention de faire.

  (1110)  

    Monsieur le Président, je suis ravie d'appuyer le projet de loi C-68. À titre de représentante de Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest, j'ai entendu parler tout au long de la campagne électorale, de même qu'au cours des quatre dernières années, des difficultés que vivent les collectivités côtières parce qu'il n'existe aucune mesure législative pour protéger le modèle du propriétaire-exploitant. C'est la Grand Manan Fishermen's Association et la Fundy North Fishermen's Association qui m'ont fait part de ces problèmes.
     Le ministre pourrait-il nous parler des témoignages qu'il a entendus, et préciser la manière dont ce projet de loi va améliorer la sécurité des collectivités côtières?
    Monsieur le Président, il va sans dire que les dispositions du projet de loi visant à protéger le modèle du propriétaire-exploitant revêtent une grande importance pour les pêcheurs de l'Est du Canada. Ces derniers nous ont indiqué très clairement que ces dispositions vont jouer un rôle clé pour renforcer le dynamisme et la prospérité des collectivités côtières. Nous sommes d'accord.
     Il est essentiel que les pêcheurs indépendants puissent jouir des protections dont ils ont besoin, incluses dans le projet de loi C-68, et que nous prenions les mesures qui s'imposent pour les faire respecter. Il suffit aux députés d'en face de se rendre dans le Canada atlantique et de parler avec les pêcheurs pour constater que ces dispositions remportent un appui quasi unanime.

[Français]

    Monsieur le Président, le débat actuel porte sur la procédure utilisée aujourd'hui pour limiter le temps accordé au débat sur le projet de loi C-68, et non sur le fond de la question.
    À plusieurs reprises, mon collègue a dit qu'il y avait eu 39 jours de débat. Selon lui, c'est suffisant. Cette analyse mesemble plutôt subjective, alors qu'on accorde beaucoup moins de temps à l'étude de projets de loi omnibus de 500 pages, soit de 10 à 12 jours.
    Selon mon collègue et le ministre des Pêches et des Océans, à quel moment considère-t-on qu'il y a eu suffisamment de débats? Est-ce après 5 jours, 10 jours, 39 jours ou 50 jours? J'aimerais avoir une réponse à cette question, car l'analyse du ministre me semble très subjective.
    Monsieur le Président, je remercie le député de sa question.

[Traduction]

    Il est très important que les parlementaires aient l'occasion de discuter et de débattre des mesures législatives importantes, que ce soit à la Chambre ou à l'autre endroit. Ce projet de loi a fait l'objet d'un débat approfondi et rigoureux. De nombreux amendements ont été proposés, ici et au Sénat. Comme je l'ai dit, nous y avons consacré trois jours de débat à l'étape de la deuxième lecture, huit jours d'audiences du comité, quatre jours de débat à l'étape du rapport et trois jours de débat à la présente étape. Cela fait dix jours de débat ici et huit au comité. À l'autre endroit, on y a consacré neuf jours à l'étape de la deuxième lecture, dix réunions du comité et trois jours à l'étape de la troisième lecture. Il y a donc eu, au total, 39 jours de débat.
    Il est important que nous exposions les problèmes. Nous avons eu amplement le temps de le faire. Toutefois, les Canadiens s'attendent également à ce que nous agissions, à ce que nous respections les engagements que nous avons pris envers eux en 2015, et c'est ce que nous entendons faire.
    Monsieur le Président, encore une fois, le ministre induit la Chambre et les Canadiens en erreur. Il parle de 39 jours, mais il ne s'agissait pas de jours complets, loin de là. Bien des fois, même à l'étape de l'étude en comité et malgré les fractions d'heures qui y ont été consacrées, ces débats ont été interrompus par des votes à la Chambre, un peu comme maintenant, puisque le ministre s'apprête une fois de plus à mettre fin au débat.
    Nous avons demandé au ministre à maintes reprises de prouver qu'il y avait eu détérioration, perturbation ou destruction de l'habitat du poisson à la suite des modifications apportées à la loi en 2012, mais le gouvernement n'a rien pu prouver de tel. Le ministre prétend qu'il y a eu une perte de protection et, là encore, il induit la Chambre et les Canadiens en erreur. Ces affirmations sont tout à fait fausses. Je demande donc au ministre de présenter des excuses non seulement à la Chambre, mais aussi aux Canadiens, pour les avoir induits en erreur en répandant de telles faussetés.
    Monsieur le Président, encore une fois, permettez-moi de souligner à quel point le député d'en face a du culot lorsqu'il parle d'un manque de débat.
    Quels débats et quelles consultations les conservateurs ont-ils tenus lorsqu'ils ont modifié la Loi sur les pêches, en 2012, au moyen d'un projet de loi omnibus? À quelles consultations ont-ils participé lorsqu'ils ont réduit de 100 millions de dollars le budget de fonctionnement du ministère des Pêches et des Océans, ce qui a eu pour effet de réduire sa capacité scientifique?
    Le gouvernement actuel investit dans les sciences. Le gouvernement investit dans la durabilité des pêches et dans la restauration des stocks de poissons. Le gouvernement met en place un cadre législatif pour assurer la protection des poissons et de leur habitat.
    Vous devriez avoir honte, messieurs.

  (1115)  

    Je rappelle au ministre et aux autres députés qu'ils doivent s'adresser à la présidence.
    Monsieur le Président, les libéraux aiment penser qu'ils sont différents des conservateurs.
    Je reconnais qu'une bonne partie des mesures législatives et des lois qui ont été adoptées sous le gouvernement Harper étaient répugnantes. Le gouvernement Harper a bel et bien affaibli les lois sur l'environnement. Cela ne fait aucun doute.
    Cela dit, le gouvernement libéral a aussi promis de faire les choses différemment. Les libéraux ont dit qu'ils ne présenteraient pas de projets de loi omnibus. Qu'ont-ils fait? Ils ont présenté des projets de loi omnibus. Ils ont dit qu'ils n'imposeraient pas la clôture. Qu'ont-ils fait? Ils ont imposé la clôture.
    Si le gouvernement libéral souhaite affirmer qu'il est différent de l'ancien gouvernement conservateur, va-t-il cesser d'imposer la clôture?
    Monsieur le Président, comme je l'ai dit à quelques occasions, le projet de loi a été amplement débattu, tant à la Chambre qu'à l'autre endroit.
    Il y a eu 3 jours de débat à l'étape de la deuxième lecture. Le comité a tenu des réunions sur 8 jours et a entendu près de 50 témoins. Il y a eu 4 jours de débat à l'étape du rapport. Il y a eu 3 autres jours de débat jusqu'à présent. À l'autre endroit, il y a eu 9 jours de discussions à l'étape de la deuxième lecture, 10 réunions au comité et 3 jours de discussions à l'étape de la troisième lecture. Le total s'élève à 39 jours. Il importe de le souligner.
    J'aimerais seulement rappeler que la députée de Saanich—Gulf Islands a souligné, mardi, à quel point il est important d'adopter ce projet de loi avant la fin de cette session, afin de protéger les poissons et leur habitat.
    Monsieur le Président, c’est l'histoire de la paille et de la poutre. Il est honteux de voir le gouvernement faire intervenir tous ses députés de l'Atlantique pour qu'ils se portent à la défense de la côte Est et des pêches de la région, alors que nous savons qu'ils n'ont pas pipé mot sur la corruption entourant l'attribution de quotas de pêche à la mactre de Stimpson. Pas un seul d'entre eux ne s'est porté à la défense des gens de Grand Bank. Aucun d'entre eux n'a voulu aider notre ami Edgar, qui risquait de perdre son emploi. Pas un seul député du Canada atlantique n'en a parlé.
    J'espère que les Canadiens de l'Atlantique sont à l'écoute en ce moment, parce que les députés de l'opposition conservatrice sont les seuls à se porter à leur défense.
    Je vais répéter la question à mon collègue. Peut-il fournir à la Chambre des exemples qui prouvent que les modifications à la Loi sur les pêches de 2012 ont causé la détérioration, la perturbation ou la destruction de l'habitat des poissons?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de parler du Canada Atlantique. Les Canadiens de cette région connaissent l'importance d'investir dans les pêches et de les gérer adéquatement. L'appui des pêcheurs est très élevé. J'invite le député à se rendre dans cette région et à parler avec eux. Ils appuient ce projet de loi et veulent qu'on renforce les politiques sur le propriétaire-exploitant, qu'on investisse dans le rétablissement des stocks, ainsi que dans la science. Le pêcheur en question n'est pas meilleur que les autres. Les coupes dévastatrices qu'a subies le ministère des Pêches et des Océans sous la gouverne des députés d'en face...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre. Il n'est pas permis de crier pour s'adresser aux députés qui sont de l'autre côté de la Chambre. Un député a présentement la parole.
    Je demanderais au ministre des Pêches et des Océans de conclure son intervention en cinq ou six secondes, puis nous passerons à la question.
    Le ministre a la parole.
    Monsieur le Président, les Canadiens de l'Atlantique savent mieux que quiconque à quel point cette mesure législative est importante, notamment pour remettre sur pied le ministère des Pêches et des Océans. Nous croyons qu'ils auront cela en tête lorsqu'ils feront un choix en 2019.
    Je tiens à féliciter les députés, en passant, d'avoir gardé leurs interventions très courtes. Nous avons pu entendre presque 20 questions pendant cette période de 30 minutes, ce qui est très bon.
    Je dois interrompre les délibérations et mettre aux voix sur-le-champ la motion dont la Chambre est saisie.

  (1120)  

[Français]

    La question porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le vice-président: Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le vice-président: À mon avis, les oui l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:
     Le vice-président: Convoquez les députés.

  (1155)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1355)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Amos
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bendayan
Bibeau
Bittle
Boissonnault
Bossio
Bratina
Breton
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duguid
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Fuhr
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hajdu
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Holland
Housefather
Hussen
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Khera
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
May (Saanich—Gulf Islands)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Monsef
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
O'Connell
Oliphant
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Picard
Poissant
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Sajjan
Samson
Sangha
Sarai
Scarpaleggia
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Simms
Sohi
Sorbara
Spengemann
Tabbara
Tan
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Whalen
Wilkinson
Wrzesnewskyj
Yip
Young
Zahid

Total: -- 154


CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Alleslev
Allison
Anderson
Arnold
Ashton
Aubin
Barlow
Barsalou-Duval
Benzen
Bergen
Berthold
Blaney (North Island—Powell River)
Blaney (Bellechasse—Les Etchemins—Lévis)
Block
Boucher
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Calkins
Cannings
Caron
Carrie
Chong
Choquette
Christopherson
Clarke
Clement
Cooper
Davidson
Deltell
Diotte
Doherty
Dreeshen
Dubé
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk (Provencher)
Finley
Fortin
Gallant
Garrison
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Hoback
Hughes
Jeneroux
Johns
Julian
Kent
Kitchen
Kwan
Lake
Liepert
Lobb
Lukiwski
MacGregor
MacKenzie
Maguire
Manly
Martel
Masse (Windsor West)
Mathyssen
McCauley (Edmonton West)
McColeman
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Moore
Motz
Nantel
Nater
Nicholson
Paul-Hus
Pauzé
Plamondon
Quach
Ramsey
Rankin
Reid
Rempel
Richards
Saroya
Schmale
Shields
Sopuck
Sorenson
Stanton
Strahl
Sweet
Trost
Van Kesteren
Vecchio
Viersen
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 104


PAIRÉS

Députés

Gill
Goldsmith-Jones
Kmiec
Qualtrough

Total: -- 4


    Je déclare la motion adoptée.

[Traduction]

Loi de mise en oeuvre de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique

Projet de loi C-100 — Motion d'attribution de temps  

Que, relativement au projet de loi C-100, Loi portant mise en oeuvre de l'Accord entre le Canada, les États-Unis d'Amérique et les États-Unis du Mexique, au plus cinq heures supplémentaires soient accordées aux délibérations à l’étape de la deuxième lecture de ce projet de loi;
    Qu'à l'expiration des cinq heures prévues pour l’étude à l’étape de la deuxième lecture de ce projet de loi, toute délibération devant la Chambre soit interrompue, s’il y a lieu aux fins de cet ordre, et, par la suite, toute question nécessaire pour disposer de cette étape soit mise aux voix immédiatement et successivement, sans plus ample débat ni amendement.

  (1200)  

[Français]

    Conformément à l'article 67.1 du Règlement, il y aura maintenant une période de questions de 30 minutes.
     J'invite les honorables députés qui souhaitent poser des questions à se lever pour que la présidence ait une idée du nombre de députés qui désirent participer à cette période de questions.
    Je demande aussi aux honorables députés de limiter leurs interventions à environ une minute. Pendant la période de questions de 30 minutes, la préférence sera accordée aux questions des députés de l'opposition, mais rien n'empêchera le gouvernement de poser quelques questions.

[Traduction]

    Monsieur le Président, les libéraux avaient dit qu'ils feraient les choses différemment, qu'ils n'imposeraient pas la clôture et qu'ils ne précipiteraient pas les débats. Pourtant, voici qu'ils trahissent encore une fois une promesse qu'ils ont prise lors de la dernière campagne électorale.
    Les libéraux nous ont dit qu'ils ne voulaient pas prendre trop d'avance dans le processus de ratification de l'accord par rapport aux États-Unis. Toutefois, comment entendent-ils procéder de concert avec les États-Unis? Ils veulent progresser au même rythme que les Américains, mais on a entendu à maintes reprises que les démocrates ne sont pas vraiment prêts à faire avancer les choses.
    Les libéraux prévoient-ils rappeler la Chambre cet été afin de ratifier cet accord avant les prochaines élections?
    Comme nous l'avons clairement signifié, monsieur le Président, nous allons procéder de concert avec les États-Unis et le Mexique. Les deux pays ont entamé le processus de ratification, et c'est pourquoi il est crucial de renvoyer cet important texte législatif au comité afin que ses membres puissent en discuter.
    Nous avons été en mesure de négocier un accord équitable et mutuellement profitable. Nous voulons maintenant nous assurer que l'économie canadienne, de même que nos chaînes d'approvisionnement et le milieu des affaires n'évoluent pas dans un climat d'incertitude.
    Et pour répondre directement à la question du député, oui, nous allons rappeler la Chambre s'il le faut. Nous avons peu de moyens à notre disposition, mais rappeler la Chambre en est un. J'ai déclaré officiellement, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Chambre, que je serais tout à fait prête à rappeler la Chambre pour veiller à ce que tant l'économie canadienne que les Canadiens en général bénéficient d'une issue certaine, et à ce que nous ratifiions cet accord.
    Monsieur le Président, au point où nous en sommes, cela est tout simplement incompréhensible. Nous parlons de la relation commerciale la plus importante du Canada et de millions d'emplois au pays, mais nous n'aurons pas le temps d'adéquatement débattre de cet accord.
    En réponse à une question que j'ai posée dans cette enceinte, le premier ministre a déclaré que le projet de loi aurait droit à un débat en bonne et due forme à la Chambre, et pourtant, voici où nous en sommes. Les libéraux utilisent les méthodes antidémocratiques des conservateurs de Stephen Harper pour forcer l'adoption de leurs projets de loi.
    Ce projet de loi, plus que tout autre, mérite qu'on y consacre tout le temps nécessaire. Précipiter son adoption ne serait absolument pas à l'avantage des Canadiens. L'accord augmenterait les coûts des médicaments en plus de mettre des emplois en péril.
    Pourquoi les libéraux sont-ils si malhonnêtes? Pourquoi placent-ils les travailleurs dans une situation précaire en adoptant précipitamment ce projet de loi?

  (1205)  

    Monsieur le Président, en ce qui a trait à cette mesure législative importante, nous avons en effet réussi à atteindre un très bon équilibre qui profite aux secteurs industriels canadiens et aux Canadiens d’un bout à l’autre du pays.
    Aucune entente ne pourrait satisfaire le NPD, parce que ses députés ne croient pas au libre-échange. C’est tout simplement leur position. Ils se disent ouverts au dialogue, et la députée affirme vouloir discuter du projet de loi, mais elle préfère que ce soit au détriment des gens de sa circonscription.
    Elle dit appuyer le secteur de l’automobile. Voici quelques citations.
    Le 2 octobre 2018, David Adams, président de Constructeurs mondiaux d’automobiles du Canada, a déclaré que l’exemption des droits de douane sur un certain pourcentage des exportations admissibles du secteur de l'automobile est l’un des principaux gains réalisés avec l’ACEUM.
    Flavio Volpe, président de l’Association des fabricants de pièces d’automobile du Canada, a déclaré que Windsor est parfaitement positionnée pour profiter du nouvel accord. Il a fait remarquer que le volume d’approvisionnement des fabricants en contenu nord-américain doit être désormais d'au moins 75 %, au lieu de 62,5 %, et que cette hausse profitera sans conteste à des villes comme Windsor.
    J’espère que cette importante mesure législative recevra l’appui de la députée et sera renvoyée au comité.
    Monsieur le Président, les conservateurs sont en faveur de la stabilité, mais permettez-moi de rappeler que le gouvernement a déjà dit que tout allait bien.
    Le gouvernement du Mexique a rencontré les Américains pour discuter d'enjeux trilatéraux, alors qu'il avait mentionné à l'origine qu'il s'agissait uniquement d'enjeux bilatéraux. Lorsque le gouvernement libéral s'est finalement rendu compte qu'il avait été manipulé, on lui a tendu l'ALENA 0.5, soit l'accord connu maintenant sous le sigle ACEUM.
    La leader du gouvernement à la Chambre des communes a mentionné avoir entendu dire précisément que les processus canadien et américain se dérouleraient de concert. Ce n'est pas la première fois que le gouvernement libéral se fait manipuler. Quelles preuves la leader du gouvernement à la Chambre des communes a-t-elle reçues du Congrès ou du gouvernement américain que son gouvernement de se fera pas manipuler encore une fois?
    Monsieur le président, le gouvernement n'a pas été manipulé, ni pour le projet de loi ni pour l'accord. Les seuls députés qui se livrent à des petits jeux sont les conservateurs. Tout ce qu'ils ont comme plan dans la négociation des accords commerciaux est la capitulation. Je les encourage à se trouver un meilleur plan, car comme nous avons pu le constater pendant les 10 ans de gouvernement Harper, les conservateurs n'ont pas réussi à signer d'accords. Le député le sait très bien. Ils se sont approchés de la zone des buts, mais ils n'ont jamais réussi à marquer et passer proche, ça ne compte pas.
    Nous avons aujourd'hui des accords commerciaux avec tous les pays du G7, mais je vais rassurer encore davantage le député. Nous avons toujours dit que nous allions procéder, dans la mesure du possible, de concert avec nos partenaires, et le Mexique va maintenant de l'avant. Le 11 juin 2019, le Sénat du Mexique a tenu sa première de deux journées d'audiences sur l'ACEUM. Les sénateurs se sont réunis à nouveau le 12 juin. Le Sénat mexicain devrait se réunir en séance plénière les 17 et 18 juin pour poursuivre les audiences.
    La ministre des Affaires étrangères est en étroite communication avec le Mexique et les États-Unis. Hier, elle a discuté avec le secrétaire d'État Pompeo et le représentant commercial des États-Unis, l'ambassadeur Lighthizer. Le 10 juin, elle a également discuté avec le ministre des Affaires étrangères du Mexique.
    Comme je l’ai dit, le gouvernement travaille de concert avec ses partenaires, et je pense que ces exemples concrets devraient rassurer le député.
    Madame la Présidente, je suis sidéré. La clôture a été imposée plus de 70 fois au cours de la présente législature. L'actuel gouvernement disait pourtant que le recours à la clôture et à l’attribution de temps n’était pas la bonne façon de faire. Il disait aussi qu’il n’allait pas présenter de projets de loi omnibus, et il l’a fait.
    Nous sommes censés discuter de la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie, mais l’après-midi est déjà commencé et nous n’avons pas encore dit un mot là-dessus parce que nous avons eu toute une série de motions de clôture et d’attribution de temps. Nous sommes passés directement à l’ordre du jour, si bien que personne n’a pu présenter de pétitions. Si des députés avaient voulu déposer des motions d’initiative parlementaire, ils n’auraient pas pu le faire non plus. Maintenant, le gouvernement met fin au débat sur l’accord commercial le plus important que le Canada ait jamais envisagé de signer.
    C’est un accord important pour les Canadiens, notamment parce qu’il va entraîner une augmentation du coût des médicaments. Hier, un rapport a été publié qui prônait la mise en œuvre d’un système national d’assurance-médicaments. Le projet de loi C-100 rendra cela beaucoup plus difficile.
    Je me demande pourquoi nous devons précipiter l'étude d'un sujet aussi important. On nous impose une motion d’attribution de temps après l'autre, ce qui fait que nous ne pouvons pas discuter de choses importantes qui concernent directement les Canadiens. Pourquoi?

  (1210)  

    Madame la Présidente, l’ACEUM donnera d'excellents résultats pour ce qui est d'encourager la création d’emplois au Canada et de donner davantage de certitude aux entrepreneurs canadiens. C’est important pour les travailleurs, les consommateurs et les entreprises de notre pays. Cet accord sécurise plus de 2 milliards de dollars par jour d’échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis. Il va de l’intérêt économique national d’approuver ce nouvel accord, car il offre de la certitude aux Canadiens.
    Les députés NPD aiment faire de beaux discours sur leur soutien aux travailleurs et au secteur de l’automobile, mais ils ne parlent jamais de soutenir un accord commercial. Ils refusent de reconnaître que le Canada est une nation commerçante. Nous avons certes un vaste territoire, mais sur le plan démographique, nous sommes une petite puissance.
    La frontière qui sépare le Canada et les États-Unis est la plus longue qui existe entre deux pays, et nos chaînes d’approvisionnement sont bien intégrées. Si je peux rassurer le député au sujet du projet de loi, je rappelle qu’il a été déposé en décembre. Par conséquent, les néo-démocrates ont eu tout le temps nécessaire pour en examiner le contenu. Toutefois, ils ne l’ont pas fait, parce que, comme ils le disent si bien, ils sont contre les échanges commerciaux.
    C’est la position traditionnelle du NPD, et elle ne changera jamais. J’invite les néo-démocrates à reconnaître que le Canada est une nation commerçante.
    Madame la Présidente, j’aimerais beaucoup avoir plus de temps pour discuter de cet accord commercial au Parlement. C’est très important pour que les Canadiens comprennent bien toutes les ramifications de ce genre d’accord.
    Je me réjouis qu’on ait supprimé de l’accord les dispositions sur le règlement des différends entre les investisseurs et l’État, car elles compromettaient notre souveraineté et notre autorité démocratique. Les Canadiens se sont fait imposer toutes sortes d’accords commerciaux et d’accords de promotion et de protection des investissements étrangers, comme l’APIE qui a été signé entre le Canada et la Chine. C’est à marche forcée que le gouvernement de Stephen Harper a fait adopter cet accord avec la Chine, lequel a pratiquement transformé le Canada en un satellite de la Chine. Les Canadiens ont besoin de comprendre les conséquences que ce genre d’accord qui protège les investisseurs étrangers peut avoir pour notre démocratie.
    Il y a des choses dans cet accord qui ont besoin d’être améliorées. Je suis contre la prolongation de la durée des brevets des médicaments, et nous avons besoin de discuter plus en détail de la façon dont nous allons supprimer le système de règlement des différends entre les investisseurs et l’État dans nos accords de promotion et de protection des investissements étrangers et dans les autres accords commerciaux que nous avons signés. Je me réjouis que cela soit supprimé dans l’ALÉNA, mais il faut aussi le supprimer dans les autres accords.
    Madame la Présidente, nous allons continuer d’en discuter. Nous proposons que ce projet de loi soit envoyé en comité. Les députés pourront alors convoquer des témoins et examiner le projet de loi de façon plus approfondie qu’à la Chambre, où seuls les députés élus peuvent prendre la parole. Je suis sûre que le député voudra défendre les intérêts des électeurs de sa circonscription et qu’il reconnaît qu’il y a beaucoup d’informations à recueillir. C’est précisément pour cette raison que nous avons créé une table de discussion, avec des spécialistes et des représentants de divers secteurs et de diverses allégeances, afin d’appuyer le gouvernement et de reprendre une approche semblable à celle d'Équipe Canada. C’est pour cela que nous avons réussi à faire avancer cet excellent projet de loi.
    Le député est tout nouveau dans cette enceinte, et je lui souhaite la bienvenue, mais la disposition sur le règlement des différends entre les investisseurs et l’État coûtait au Canada des centaines de millions de dollars, c’est dire combien il était important de la supprimer.
    Le député devrait se réjouir qu’il y ait un chapitre sur l’environnement en ce qui concerne le mécanisme de règlement des différends commerciaux prévu dans ce projet de loi, ce qui est une première, et j’espère qu’il reconnaît combien il est important que le Canada soit une nation commerçante.
    Le texte de l’accord est public depuis novembre 2018, et le texte du projet de loi, depuis le 29 mai. Tout le monde a eu l’occasion d’en prendre connaissance, que ce soit à la Chambre ou ailleurs. Ces textes peuvent être consultés par tous les Canadiens. Il est temps de passer à l’étape de l’examen en comité.
    Madame la Présidente, la question la plus importante, en ce moment précis, est de savoir quel est le rôle exact du Parlement et le rôle des débats à la Chambre des communes. J’ai l’impression que la leader du gouvernement à la Chambre est en train d’essayer de nous convaincre que, parce que le texte a été rendu public et déposé à la Chambre des communes, les députés n’ont aucun rôle à jouer et qu’il est inutile d’avoir un débat ici même. C’est scandaleux.
    Les échanges commerciaux représentent 80 % du PIB du Canada, et 70 % de ces échanges se font avec les États-Unis. L’accord commercial dont nous sommes saisis est le plus important que nous ayons jamais signé avec ce pays. Ce n’est pas un accord de libre-échange, c’est un accord d’encadrement du commerce qui compromet notre souveraineté. Ce projet de loi donne au premier ministre toute latitude pour faire comme bon lui semble, au détriment du rôle et des responsabilités de la Chambre des communes.
    Le gouvernement est majoritaire. Les députés n’ont pas toujours la possibilité de renverser un gouvernement, mais ils doivent avoir la possibilité de discuter des projets de loi dont ils sont saisis. En limitant nos droits, les libéraux sapent le rôle du Parlement et le contenu de ce projet de loi.

  (1215)  

    Madame la Présidente, j’ai une bonne nouvelle pour la députée. Ce que nous proposons aujourd’hui, c’est non seulement de débattre ce projet de loi, mais aussi de voter. Après le vote, le projet de loi sera renvoyé à un comité. C’est ainsi qu'on procède. Les comités sont composés de députés. Le comité auquel nous allons renvoyer ce projet de loi va pouvoir en poursuivre l'étude.
    La députée a souvent parlé de son serment d’office en disant qu’elle s’était engagée à servir les électeurs de sa circonscription. Les statistiques qu’elle vient de donner montrent bien qu’il est important que ce projet de loi soit examiné par le comité. Ensuite, quand le comité l'aura renvoyé à la Chambre, nous passerons aux étapes suivantes. Le Canada est une nation commerçante. Au lieu de nous contenter de le dire, comme les conservateurs se plaisent à le faire, passons aux actes. Donnons aux Canadiens ce qu’ils attendent. C’est la substance même du serment que la députée a prêté pour servir les électeurs de sa circonscription: la reine et le pays, ce sont les mots qu’elle aime répéter.
    Je rappelle à tous les députés que le mardi 11 juin, les conservateurs ont décidé de ne pas débattre le projet de loi. Le député de Niagara–Ouest a parlé du prix du carbone, notamment du projet de loi C-48, mais il a refusé de parler de l’ACEUM. Le député de Calgary Forest Lawn a préféré parler de la Chine et de la politique étrangère du Canada plutôt que du projet de loi sur l’ACEUM. Ils ont eu amplement l'occasion de débattre le projet de loi, mais plutôt que d'en profiter, ils cherchent à nous empêcher de faire avancer le débat. De la part d’un parti qui se dit favorable à l'idée que le Canada est une nation commerçante, c’est plutôt contradictoire.
    Il y a encore beaucoup de députés qui veulent prendre la parole. Je vais donc limiter à une minute les questions, observations et réponses.
    Nous poursuivons les questions et observations, et le député de Vaughan—Woodbridge a la parole.
    Madame la Présidente, lorsque nous avons commencé les négociations avec nos partenaires américains et mexicains, nous avons demandé à un groupe d’experts de nous donner des conseils. Ce groupe était composé d’anciens députés issus de tous les partis.
    Nous avons fini par conclure, avec nos partenaires commerciaux, un accord qui donne de meilleures garanties aux entreprises, notamment à celles de ma circonscription, Vaughan—Woodbridge, qui sont nombreuses à être intégrées à l’économie américaine. Ces entreprises offrent des emplois aux Canadiens de la classe moyenne que je représente. Les garanties sont très importantes. Maintenant que nous sommes parvenus à un accord, nous devons passer à l’étape suivante et renvoyer le projet de loi au comité.
    Le député de Waterloo ne pense-t-il pas qu’il est important que cet accord donne de meilleures garanties aux entreprises canadiennes et, surtout, aux travailleurs canadiens? Les familles de la classe moyenne travaillent fort pour assurer un avenir à leurs enfants. Elles ont besoin de savoir que la relation commerciale avec les partenaires du Canada est intacte.
    Madame la Présidente, je tiens à saluer le dévouement total du député pour les électeurs de sa circonscription.
    Sa question montre bien qu’il connaît le dossier. Il est important de bien comprendre le libellé du projet de loi. Le travail des parlementaires consiste à en examiner les dispositions, et à bien en comprendre les détails afin de pouvoir les bonifier, dans l’intérêt des Canadiens qu’ils représentent.
    Les Canadiens ont compris combien il avait été difficile de négocier ce nouvel accord et d'obtenir la suppression des droits de douane. C’est un objectif auquel tous les Canadiens ont participé. Certes, beaucoup d’entre eux ont redouté, pendant ce temps, de perdre leur emploi, et c’est malheureux. Or, aujourd’hui, le projet de loi donne aux travailleurs et à leur famille la certitude qu’ils recherchent.
    Le Canada a fait ce qu’il devait faire. Nous avons un nouvel ALENA qui est avantageux pour tout le monde. Les droits de douane ont été complètement levés. Les syndicats et les travailleurs de l’automobile appuient cet accord.
    Il est important que le projet de loi soit renvoyé à un comité. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de passer au vote, mais nous avons encore...
    Nous poursuivons les questions et observations. La députée de Vancouver-Est a la parole.
    Madame la Présidente, la leader du gouvernement à la Chambre a laissé entendre que le NPD est contre les échanges commerciaux, ce qui est absolument faux. Nous sommes pour des échanges équitables. C’est peut-être une distinction que les députés ministériels ne comprennent pas.
    La leader a dit que nous n’avions pas besoin d’en discuter ici parce que le projet de loi allait être envoyé en comité. Cependant, les députés ne siègent pas tous à ce comité. Seul un nombre limité peut prendre part à ses délibérations. Or, nous avons tous le droit, par principe démocratique, de participer au débat sur ce traité commercial.
    C’est la deuxième fois depuis ce matin que le gouvernement impose la clôture. De la part d’un gouvernement qui prétendait faire les choses différemment du gouvernement Harper, c’est plutôt cocasse, n’est-ce pas ? Les voies ensoleillées sont décidément chose du passé, à en juger par le nombre de motions de clôture que les libéraux ont présentées, un nombre plus élevé, proportionnellement, que le gouvernement Harper.

  (1220)  

    Madame la Présidente, je me garderai bien de donner des informations erronées, et par conséquent, pour ce qui est des députés du NPD, j’aimerais bien qu’ils me nomment un seul accord commercial qu’ils ont appuyé. Le Canada est une nation commerçante. Nous avons des accords commerciaux avec tous les membres du G7, et le NPD n’en a pas appuyé un seul. Je suis prête à me rétracter si les députés du NPD peuvent me mentionner le nom d’un seul accord commercial qu’ils ont appuyé. Bien sûr, ils en sont incapables parce qu’ils préfèrent faire de beaux discours et ne veulent pas passer aux actes.
    Nous proposons d’avoir un débat, de passer au vote et ensuite de renvoyer ce projet de loi au comité.
    Notre gouvernement a augmenté les ressources des comités. Si la députée souhaite siéger à ce comité, elle peut certainement en parler à l'équipe de son leader parlementaire. Si elle a des questions, elle peut faire ce que je fais souvent, c’est-à-dire les faire poser par ses collègues. Personnellement, je fais intervenir des ministres quand je veux avoir des réponses.
    Quand on est député, il y a toutes sortes de façons d’obtenir des renseignements. Or, il est évident que les néo-démocrates ne veulent pas...
    Comme je l’ai dit, je fais un signe quand le temps est écoulé, et j’invite les députés à en tenir compte afin que leurs collègues puissent poser des questions.
    Nous poursuivons les questions et les observations. Le député de Prince Albert a la parole.
    Madame la Présidente, les libéraux n’aident vraiment pas leur cause. La leader du gouvernement à la Chambre a dit que le projet de loi avait été déposé à la Chambre en décembre dernier. Elle aurait pu le présenter suffisamment à l’avance pour que nous puissions avoir un vrai débat à la Chambre et assez de temps en comité pour en faire un examen approfondi.
    J’ai deux questions à poser à la leader du gouvernement à la Chambre. Premièrement, si ce projet de loi est renvoyé au comité, celui-ci pourra-t-il convoquer tous les témoins qu’il veut et avoir tout le temps dont il a besoin pour l'examiner? Deuxièmement, peut-elle garantir que si des changements sont apportés à l'accord par les États-Unis au cours de l’été, le comité aura la possibilité d'examiner ces changements avant de voter sur le projet de loi et de le renvoyer à la Chambre?
    Madame la Présidente, c’est avec plaisir que je vais répondre à cette question.
    Mes collègues me rappellent que tout député, dans le cadre de son travail et conformément à ses privilèges, peut prendre part aux délibérations d'un comité ou comparaître devant celui-ci. La députée a donc la possibilité, si elle le souhaite, de participer aux délibérations des comités.
    Quant à la question que m’a posée le député, je comprends que cela le préoccupe, car il faisait partie du gouvernement précédent. Stephen Harper dictait à ses députés ce qu’ils devaient faire en comité. Les conservateurs ont même préparé un manuel d’instructions pour paralyser les comités, il a donc de bonnes raisons de s’inquiéter.
    Je n’interviens pas dans les délibérations des comités. Ils ont les ressources nécessaires pour faire leur travail. On comprend pourquoi les conservateurs ne voulaient pas discuter de ce projet de loi plus tôt. Le député est déjà en train de révéler les excuses que les conservateurs vont invoquer pour entraver l’adoption de ce projet de loi.
    Plutôt que d’invoquer des excuses, essayons de trouver un moyen de faire avancer les choses. Le gouvernement libéral préfère chercher une solution. Les conservateurs, eux, préfèrent trouver des excuses.
    Madame la Présidente, s’agissant de la stratégie qui a été déployée par le gouvernement, la leader du gouvernement à la Chambre des communes a dit que des discussions avaient eu lieu avec M. Lighthizer et avec M. Pompeo. Mais tous ceux qui siègent à la Chambre et ceux qui suivent ce qui se passe aux États-Unis savent que la Présidente Pelosi en a long à dire là-dessus.
    J’aimerais donc savoir s’il y a eu des consultations avec le bureau de la Présidente de la Chambre des représentants des États-Unis. Ils vont jouer un rôle déterminant dans l’adoption de cet accord commercial. La présidente Pelosi et les démocrates sont contre l’accord commercial.
    Y a-t-il eu des discussions? La leader du gouvernement à la Chambre des communes peut-elle nous affirmer qu'on cherchera à travailler de concert? En fait, à la Chambre des représentants, il y a beaucoup d’opposition à cet accord commercial.
    Madame la Présidente, j’invite le député à faire preuve de circonspection quand il navigue sur Internet, car les choses ne sont pas toujours celles qu’il croit.
    Je tiens à lui dire, pour le rassurer, que nous travaillons de concert avec les États-Unis et le Mexique. La ministre des Affaires étrangères travaille en étroite collaboration avec ses homologues. Non seulement elle a des entretiens avec eux, mais elle a mis sur pied une table de travail pour que des gens de toutes les régions du Canada, de toutes les allégeances et de tous les secteurs industriels fassent partie d'Équipe Canada afin de nous assurer d'avoir un bon accord.
    J’invite le député à faire preuve de circonspection vis-à-vis de ses sources d'informations. La ministre des Affaires étrangères est toujours disponible pour rassurer les gens. Nous allons faire tout ce que nous pouvons pour que les Canadiens aient un bon accord, pas n'importe quel accord, comme le réclamaient les conservateurs.

  (1225)  

    Je rappelle aux députés que j’ai une horloge en face de moi.
    Madame la Présidente, il est malheureux que la leader du gouvernement à la Chambre ne sache pas quels projets de loi ont été adoptés à la Chambre.
    Je peux la rassurer: dans cette législature, et elle pourrait faire elle-même les vérifications nécessaires, les néo-démocrates ont appuyé l’Accord Canada-Ukraine et d’autres accords. Je lui serais reconnaissante de rectifier ses propos.
    L’autre point, c’est que le premier ministre et la ministre nous avaient promis un débat complet, et non la clôture que nous voyons aujourd’hui. Une fois encore, les libéraux ne sont pas sincères, non seulement envers les parlementaires, mais envers tous les Canadiens.
    Au comité, nous avons entendu plus de 400 témoins sur le Partenariat transpacifique. Il nous reste deux réunions dans cette législature et nous serons chanceux si nous parvenons à entendre 16 témoins. Il s’agit de notre relation commerciale la plus importante. Nous ne pouvons pas nous permettre de la gâcher.
    J’aimerais dire une autre chose à propos de ce qui se passe aux États-Unis. Il n’y a pas de mouvement de concert. Les démocrates n’ont pas mis cette question à l’ordre du jour et ils ne le feront pas avant que les dispositions relatives à la main-d’œuvre, à l’environnement, au coût des médicaments et au caractère exécutoire soient améliorées. C’est ce qu’ils ont fait. Ce n’est pas une boîte de Pandore. Ils ont un précédent de cette nature sous la présidence de Mme Pelosi.
    Les libéraux ne sont pas sincères aujourd’hui. Je tiens à savoir pourquoi les libéraux induisent les Canadiens en erreur et disent qu’ils permettent la tenue d’un débat, alors qu’ils y mettent fin et qu’il n’y aura pas assez de témoins au comité.
    Je tiens à rappeler à la députée qu’elle ne peut pas dire indirectement ce qu’elle ne peut pas dire directement.
    Madame la Présidente, nous avons été très sincères envers les Canadiens et c’est exactement pourquoi nous avons mis sur pied une table avec des gens de tous les secteurs, de toutes les allégeances, des experts, des économistes et j'en passe.
    En ce qui concerne les observations de la députée, j’aimerais dire que le NPD appuie le commerce avec l’Ukraine. Les néo-démocrates ont appuyé un accord commercial. Le Canada est une nation commerçante. Je ne peux même pas dire combien d’accords commerciaux nous avons. Nous en avons au moins 75, et le NPD en appuie 1 sur 75. Il faudrait vraiment faire le calcul. Je suppose que le NPD appuie maintenant les accords commerciaux. Ce que ces députés devraient…
    Une voix: C’est faux. Il y en a plus d’un.
    À l’ordre. Je tiens à rappeler à la députée d’Essex qu’elle a eu l’occasion de poser sa question sans être interrompue et j’espère qu’elle accordera le même respect à la leader du gouvernement à la Chambre, même si la réponse ne lui plaît pas.
    La leader du gouvernement à la Chambre a la parole.
    Madame la Présidente, en ce qui concerne le Canada et les États-Unis, comme la députée le sait très bien, nous avons la plus grande frontière entre deux pays. Nous avons une relation très importante. Elle est vraiment importante pour notre économie et pour les travailleurs que la députée représente et pour lesquels elle se bat.
    Le NPD et les conservateurs ne montrent pas vraiment beaucoup d’intérêt à l’égard du projet de loi comme tel, parce qu’aucun député conservateur ou néo-démocrate ne s’est présenté à la séance d’information technique que nous avons tenue le 11 juin. S’ils ont des préoccupations ou des questions, pourquoi ne se sont-ils pas présentés? Désolé, je tiens à me corriger: je crois qu’un député de l’opposition officielle a dépêché un membre de son personnel.
    Toutefois, ce que je dis, c’est que les députés veulent un débat, mais ils ne se présentent pas. Appelons les choses par leur nom et disons que le NPD ne veut pas voir ce projet de loi…
    Nous reprenons les questions et observations. Le député de Niagara Falls a la parole.
    Madame la Présidente, je me dois d’être d’accord sur un point que les libéraux ont soulevé à propos du NPD. Je ne sais pas s’il existe un parti dans une démocratie occidentale qui a un bilan aussi constant d’opposition à des accords commerciaux. Pour être juste, ce n’est pas récent. Cela remonte aux années 1960, alors que le NPD n’aimait pas le Pacte de l’automobile. Le NPD n’a pas aimé l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis. Le NPD n’aimait pas l’ALENA. Les néo-démocrates n’aiment pas l’AECG, ni le PTP. Ils n’aiment rien, mais pour être juste, je suppose qu’ils ont appuyé un accord.
    Au moins, les libéraux appuient les accords commerciaux lorsqu’ils sont au pouvoir, mais bien sûr, pas lorsqu’ils sont dans l’opposition, comme ils l’étaient en 1988. Ils étaient farouchement opposés à l’Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis. Ils ne lâchaient pas le morceau dans ce dossier. Ils allaient le contester.
    Cela dit, la députée aimerait-elle avoir une liste de tous les accords commerciaux que le gouvernement Harper a approuvés et a mis en œuvre? C’était un bilan remarquable. Je sais qu’elle n’est pas la ministre du Commerce ni la ministre des Affaires étrangères, mais si elle le veut, je verrai à…
    Les questions et observations redeviennent plutôt longues.
    La leader du gouvernement à la Chambre a la parole.
    Madame la Présidente, le député siège depuis longtemps et je sais qu’il ne se représentera pas. Je tiens à le féliciter de ses observations et de sa connaissance de l’histoire. Je peux lui assurer que lorsqu’il s’agit de technologie, nous pouvons obtenir l’information dont il parle, et nous en avons clairement tenu compte. Ce que nous savons, c’est que nous avons un meilleur accord commercial que l’accord précédent que les conservateurs ont pu conclure.
    Cependant, l’ancien premier ministre Mulroney a pu nous fournir des renseignements. Le député de Niagara Falls représente une circonscription frontalière et il sait que le commerce est important pour le milieu des affaires. Nous avons écouté les entreprises et elles attendent avec impatience que nous adoptions ce projet de loi.
    Pour ce qui est du corridor commercial de la région de Niagara, il dépend largement de l’adoption de ce projet de loi, alors je le remercie de la première partie de ses observations.

  (1230)  

    Madame la Présidente, la leader du gouvernement à la Chambre des communes et députée de Waterloo défend avec ferveur la circonscription qu’elle représente en veillant à ce qu’un travail solide soit accompli tous les jours où la Chambre siège. Je me demande si elle pourrait expliquer à quel point il est important que nous continuions à travailler fort pour les Canadiens.
    Madame la Présidente, j’aimerais remercier le député de Winnipeg-Nord pour tout le travail qu’il accomplit pour ses électeurs ainsi que pour sa présence à la Chambre et sa capacité de débattre de nombreuses mesures législatives.
    Les députés parlent de ne pas vouloir débattre de projets de loi ou de ne pas en avoir la possibilité, mais, souvent, ce député est debout à poser des questions pour faire en sorte que le débat soit éclairé. Il faut le féliciter du travail important qu’il accomplit, et je sais que je peux compter sur lui.
    Pour ce qui est de travailler fort, les députés du Parti libéral savent ce que c’est. Nous savons que les Canadiens des quatre coins du pays travaillent fort tous les jours. Nous avons prolongé les séances jusqu’à minuit pour pouvoir mener davantage de débats, ce qui est exactement ce que les députés demandaient. Et souvent, les députés ne veulent pas participer à ce débat.
    Nous sommes le gouvernement qui agit pour servir les Canadiens. Nous sommes le gouvernement qui s’assure que les lois servent les Canadiens. En ce qui concerne les députés de l’opposition, ils continueront de trouver des excuses et d’empêcher le gouvernement d’avancer. Je les invite à éviter de s’adonner à des jeux partisans au détriment des Canadiens. Ce projet de loi doit être renvoyé au comité.
    Je dois interrompre les délibérations et mettre aux voix sur-le-champ la motion dont la Chambre est saisie.
    Le vote porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d’adopter la motion?
    Des voix: D’accord.
    Des voix: Non.
    La vice-présidente adjointe (Mme Carol Hughes): Que tous ceux qui appuient la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    La vice-présidente adjointe (Mme Carol Hughes): Que tous ceux qui s’y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    La vice-présidente adjointe (Mme Carol Hughes): À mon avis, les oui l’emportent.
    Et cinq députés ou plus s’étant levés:
    La vice-présidente adjointe (Mme Carol Hughes): Convoquez les députés.

  (1310)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 1356)

POUR

Députés

Aldag
Alghabra
Anandasangaree
Arseneault
Arya
Ayoub
Badawey
Bagnell
Baylis
Beech
Bendayan
Bennett
Bibeau
Bittle
Boissonnault
Bossio
Bratina
Breton
Carr
Casey (Cumberland—Colchester)
Casey (Charlottetown)
Chagger
Champagne
Chen
Cuzner
Dabrusin
Damoff
DeCourcey
Dhaliwal
Dhillon
Drouin
Dubourg
Duguid
Dzerowicz
Easter
Ehsassi
El-Khoury
Ellis
Erskine-Smith
Eyking
Eyolfson
Fergus
Fillmore
Finnigan
Fisher
Fonseca
Fortier
Fragiskatos
Fraser (West Nova)
Fraser (Central Nova)
Fuhr
Gerretsen
Goldsmith-Jones
Goodale
Gould
Graham
Hajdu
Hardie
Harvey
Hébert
Hehr
Holland
Housefather
Hutchings
Iacono
Joly
Jones
Jordan
Jowhari
Khalid
Lambropoulos
Lametti
Lamoureux
Lapointe
Lauzon (Argenteuil—La Petite-Nation)
Lebouthillier
Leslie
Levitt
Lightbound
Lockhart
Long
Longfield
Ludwig
MacAulay (Cardigan)
MacKinnon (Gatineau)
Maloney
Massé (Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia)
May (Cambridge)
McCrimmon
McDonald
McGuinty
McKay
McKenna
McKinnon (Coquitlam—Port Coquitlam)
McLeod (Northwest Territories)
Mendès
Mendicino
Mihychuk
Miller (Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Soeurs)
Morrissey
Murray
Nassif
Nault
Ng
O'Connell
Oliphant
O'Regan
Ouellette
Paradis
Peschisolido
Peterson
Petitpas Taylor
Picard
Poissant
Ratansi
Rioux
Robillard
Rodriguez
Rogers
Romanado
Rota
Rudd
Ruimy
Rusnak
Sahota
Saini
Sajjan
Samson
Sarai
Scarpaleggia
Schiefke
Schulte
Serré
Sgro
Shanahan
Sheehan
Sidhu (Mission—Matsqui—Fraser Canyon)
Sidhu (Brampton South)
Simms
Sorbara
Spengemann
Tabbara
Tan
Vandal
Vandenbeld
Vaughan
Whalen
Wilkinson
Wrzesnewskyj
Yip
Young
Zahid

Total: -- 152


CONTRE

Députés

Aboultaif
Albas
Albrecht
Alleslev
Anderson
Arnold
Ashton
Aubin
Barlow
Barsalou-Duval
Bergen
Berthold
Boulerice
Boutin-Sweet
Brassard
Calkins
Cannings
Carrie
Chong
Choquette
Christopherson
Clarke
Clement
Cooper
Davidson
Deltell
Diotte
Doherty
Dreeshen
Dubé
Duncan (Edmonton Strathcona)
Dusseault
Duvall
Eglinski
Falk (Provencher)
Fortin
Gallant
Garrison
Gladu
Godin
Gourde
Hardcastle
Hoback
Hughes
Jeneroux
Johns
Julian
Kent
Kitchen
Kwan
Lake
Liepert
Lobb
Lukiwski
MacGregor
MacKenzie
Maguire
Manly
Martel
Masse (Windsor West)
Mathyssen
May (Saanich—Gulf Islands)
McCauley (Edmonton West)
McColeman
McLeod (Kamloops—Thompson—Cariboo)
Moore
Motz
Nantel
Nater
Nicholson
Paul-Hus
Pauzé
Plamondon
Poilievre
Quach
Ramsey
Rankin
Reid
Rempel
Richards
Sansoucy
Saroya
Schmale
Shields
Sopuck
Sorenson
Stanton
Strahl
Stubbs
Sweet
Trost
Van Kesteren
Vecchio
Warkentin
Waugh
Webber
Weir
Wong
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 100


PAIRÉS

Députés

Gill
Goldsmith-Jones
Kmiec
Qualtrough

Total: -- 4


    Je déclare la motion adoptée.

AFFAIRES ÉMANANT DES DÉPUTÉS

[Affaires émanant des députés]

[Traduction]

L'itinérance chez les anciens combattants

    (Motion M-225. L'ordre du jour appelle: Affaires émanant des députés)

     Que, de l’avis de la Chambre: a) le gouvernement devrait fixer comme objectif de prévenir l’itinérance chez les anciens combattants du Canada et d’y mettre un terme d’ici 2025; b) le gouvernement, sous la direction du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et avec l’aide du ministre des Anciens combattants, devrait élaborer un plan lui permettant d’atteindre cet objectif et le présenter à la Chambre d’ici juin 2020; c) ce plan devrait chercher à déterminer si le programme « Veterans Administration Supportive Housing » du département américain du logement et du développement urbain, qui connait un grand succès, pourrait être transposé dans le contexte canadien et compléter ainsi la Stratégie nationale du logement.
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement au sujet d'un gazouillis qui prétend que je n'ai pas appuyé la motion M-225, que j'ai empêché son adoption à la Chambre et que j'ai voté contre. C'est complètement faux. Je tiens à ce que la Chambre sache que je fais partie des députés qui ont appuyé la proposition de la motion et que j'ai parlé en faveur de ce qu'elle propose.
    De plus, j'aimerais demander le consentement unanime de la Chambre pour proposer la motion suivante:
     Que la motion M-225 soit réputée adoptée.
    La députée a-t-elle le consentement unanime de la Chambre pour proposer la motion?
    Des voix: D'accord.
    Le Président: La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?
    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)


ORDRES ÉMANANT DU GOUVERNEMENT

[Ordres émanant du gouvernement]

  (1315)  

[Traduction]

La Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie

     La Chambre reprend l'étude, interrompue le 11 juin, de la motion portant que le projet de loi C-88, Loi modifiant la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie et la Loi fédérale sur les hydrocarbures et apportant des modifications corrélatives à d'autres lois, soit lu pour la troisième fois et adopté, ainsi que de l'amendement.
    Madame la Présidente, je suis très heureuse de prendre la parole pour expliquer pourquoi j’appuie le projet de loi C-88 à sa troisième lecture. Ce projet de loi modifie la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie et la Loi fédérale sur les hydrocarbures. Les gouvernements, tant autochtones que territorial, des Territoires du Nord-Ouest attendent ces changements depuis bien longtemps.
    Lundi, nous avons entendu des collègues à la Chambre nous parler de ce projet de loi, y compris le député de Territoires du Nord-Ouest, qui a travaillé très étroitement avec les gouvernements autochtones, les entités visées par des traités et des revendications territoriales, ainsi que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, afin de veiller à ce que ce projet de loi soit bénéfique pour les électeurs qu’il représente et respecte les normes demandées au gouvernement du Canada.
    Je tiens à féliciter le député de Territoires du Nord-Ouest de l’excellent travail qu’il a accompli au sujet du projet de loi C-88 et d'avoir veillé à ce que tous les députés comprennent très bien ce projet de loi et la nécessité des changements proposés.
    Le projet de loi C-88 est fondé sur une idée simple, mais sage, selon laquelle le meilleur moyen de réglementer le développement dans la vallée du Mackenzie et dans les eaux arctiques consiste à établir un équilibre entre les intérêts de l’industrie, les droits des organismes et gouvernements autochtones et la protection environnementale. Le projet de loi que nous avons devant nous vise à atteindre cet équilibre de trois façons.
    Premièrement, il favoriserait la certitude, ce que l’industrie demande. Nous savons que les Territoires du Nord-Ouest connaissent bien les industries. Nous savons qu’ils ont été l’hôte de certains des plus gros projets d’exploitation minière au Canada et d’autres projets importants de développement énergétique, pétrolier et gazier. C’est une région de notre pays qui a traité très activement avec les industries.
    Deuxièmement, il rétablirait un mécanisme visant à reconnaître le droit des collectivités autochtones à influencer de façon significative les décisions de développement. Ainsi, les collectivités autochtones pourraient avoir une pleine participation, une connaissance approfondie et un pouvoir décisionnel dans les projets de développement des ressources se déroulant dans des zones visées par leurs revendications territoriales. Ainsi, ils pourraient faire partie du développement, étudier les impacts et les avantages des initiatives de développement et être de véritables partenaires dans les décisions et les résultats.
    Troisièmement, il veillerait à ce que les décisions en matière de développement soient éclairées par des données scientifiques sur l’état de l’environnement. Les gouvernements autochtones des Territoires du Nord-Ouest ont établi un modèle leur permettant d’étudier les projets individuels et leur effet sur l’environnement, pas seulement pour aujourd’hui, mais aussi pour les générations à venir, et de prendre des décisions fondées sur des données scientifiques. Les preuves scientifiques assurent que les décisions sont éclairées tant du point de vue économique que du point de vue environnemental.
    Sous sa forme actuelle, le régime de réglementation n’atteint pas cet équilibre. En particulier, il n’offre ni clarté ni prévisibilité aux promoteurs qui investissent et ne prévoit pas le respect des droits des collectivités autochtones dans cette région et dans le Nord. Cela découle, en grande partie, de la Loi sur le transfert de responsabilités aux Territoires du Nord-Ouest qui a été entérinée par cette Chambre en 2015 et pour laquelle j’ai voté, moi aussi. Cependant, elle a été contestée par la suite sur ordonnance du tribunal, ce qui a amené la Cour suprême des Territoires du Nord-Ouest à suspendre des dispositions clés de la loi. Cette décision a causé une incertitude au niveau du régime de réglementation pour la vallée du Mackenzie et, comme plusieurs de mes collègues l’ont déjà dit, l’incertitude n’a pas été bonne pour les affaires.

  (1320)  

    J’ai voté en faveur du projet de loi en 2015, même s’il contenait des dispositions qui supprimaient les droits issus des traités des Autochtones des Territoires du Nord-Ouest. Nous savions que c’était injuste. Nous nous sommes battus pour le faire changer. Nous avons proposé amendement après amendement, mais le gouvernement Harper n’a rien voulu entendre. Il n’a accepté aucun amendement au projet de loi qui aurait garanti les droits des Autochtones.
    Nous avons dû faire un choix. Étions-nous favorables au transfert des responsabilités aux Territoires du Nord-Ouest, qui devait se faire, et ce depuis longtemps, ou est-ce que nous nous y opposions à cause de ces dispositions? Nous avons appuyé le projet de loi, mais en précisant que lorsque nous serions au pouvoir, nous annulerions ses dispositions négatives qui éliminaient les droits des Autochtones et ne faisaient pas respecter les responsabilités économiques et environnementales qui devraient l’être dans toute mise en valeur d'envergure. Nous avions promis aux habitants des Territoires du Nord-Ouest que lorsque nous formerions le gouvernement, nous changerions la loi afin de tenir compte de leur volonté. C’est ce que nous faisons aujourd’hui.
    Depuis deux ans, nous travaillons en très étroite collaboration avec les gouvernements autochtones des Territoires du Nord-Ouest, leur député et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest afin de rédiger un bon projet de loi et de remédier aux injustices causées par le gouvernement Harper et imposées à la population des Territoires du Nord-Ouest. Aujourd’hui, nous supprimons ces dispositions injustes.
    Les entreprises qui veulent investir dans les Territoires du Nord-Ouest dans le cadre de grands projets d’exploitation des ressources gagneront en certitude. Le projet de loi leur garantit qu’elles n’auront pas à subir de conséquences imprévues. Il garantit aussi qu’elles sauront dans quel climat elles investissent et le processus qu’on attend d’elles.
    Nous permettons aux gouvernements autochtones qui ont des revendications territoriales, des droits issus de traités et des ententes d'autonomie gouvernementale depuis de nombreuses décennies de reprendre le contrôle de leurs propres terres et de prendre des décisions dans l’intérêt supérieur de leurs peuples pour les générations futures, et ce de manière systématique et scientifique en prenant en compte toutes les répercussions et tous les avantages. Non seulement ces gouvernements autochtones pourront ainsi choisir si un projet sera réalisé, mais ils auront aussi la possibilité de s’associer à des investisseurs et à des entreprises spécialisées dans l'exploitation des ressources naturelles. Tout le monde gagne à travailler en collaboration.
    Voilà le genre de relation que nous encourageons dans tout le Canada avec les groupes autochtones, les gouvernements provinciaux et territoriaux, les investisseurs, les organismes chargés de la mise en valeur des ressources et d’autres encore.
    Le projet de loi que nous examinons aujourd’hui apporte les changements promis en 2015 au sujet des Territoires du Nord-Ouest. Nous savons qu’il établit l’équilibre que nous essayons d’atteindre de trois façons. Je les ai déjà exposées dans mon intervention.
    J’aimerais prendre quelques minutes pour expliquer comment le projet de loi C-88 recréera un climat de certitude à propos du régime de réglementation, ce qui est un des principaux aspects de la Loi sur le transfert de responsabilités aux Territoires du Nord-Ouest. La loi élimine les offices régionaux chargés d’examiner les projets d’exploitation proposés qui étaient susceptibles d’avoir des effets sur les terres ancestrales de trois groupes autochtones en particulier: les Tlichos, les Gwich’in et les Sahtus. Leurs droits ont été supprimés et les répercussions sur leurs terres et leurs traités leur ont été imposées, par le gouvernement Harper.
    Aujourd’hui, nous donnons aux Tlichos, aux Gwich’in et aux Sahtus le droit de prendre des décisions qui concernent leurs propres terres. Ils pourront examiner l’incidence sur leurs terres ancestrales, leur mode de vie et leur empreinte environnementale et voir en quoi leurs membres profiteraient des projets d’exploitation.

  (1325)  

    C'est une simple question de bon sens. Pourquoi donc un gouvernement voudrait-il priver des groupes autochtones de ce droit au Canada? Il y a quelques années à peine, nous avons vu le gouvernement Harper supprimer sans rougir les droits de groupes et de gouvernements autochtones. C’est exactement ce qu’il a fait aux Tlichos, aux Gwich'in et aux Sahtus dans les Territoires du Nord-Ouest. Ils avaient négocié pendant des années avec le gouvernement fédéral et le gouvernement territorial. Des générations d’aînés n’ont pas vécu assez longtemps pour voir le jour où ces peuples sont parvenus à des ententes d'autonomie gouvernementale sur leurs propres terres.
    Quand ils y sont enfin parvenus, cela leur a ouvert des possibilités. Mais le gouvernement Harper les a compromises du jour au lendemain avec un projet de loi qui leur dicterait comment ils devaient régir l’exploitation des ressources sur leurs terres ancestrales et dans les Territoires du Nord-Ouest.
    Nous nous sommes alors engagés à annuler ces changements si nous prenions un jour le pouvoir, et c’est exactement ce que nous faisons aujourd’hui. Toutes ces collectivités ont conclu des ententes de règlement de leurs revendications territoriales globales. Cela leur garantissait un rôle dans les offices des terres et des eaux, et le mandat d’examiner les projets d’exploitation, sur leurs terres ancestrales ou à proximité, et de prendre des décisions à leur égard. Le Parlement a examiné et approuvé chacune de ces ententes et a autorisé la création des offices régionaux.
    Le projet de loi C-88 propose d’annuler la restructuration des offices et de remettre en place les autres dispositions qui étaient suspendues à la suite de la décision de la Cour suprême. Ces groupes autochtones dans les Territoires du Nord-Ouest savaient que le gouvernement Harper portait atteinte à leurs droits. Ils savaient que ce qui se passait était un parfait exemple de colonisation. C’est pourquoi ils se sont battus devant les tribunaux. Ils sont allés jusque devant la Cour suprême pour défendre leur cause, pour dire qu’ils avaient négocié ces droits, qu’il s’agissait de droits ancestraux, qu’ils avaient des traités et qu’aucun gouvernement ne devrait avoir le droit de leur imposer des décisions comme le gouvernement précédent l’a fait.
    Dans sa décision, la Cour suprême énonce plusieurs choses qui doivent se produire pour rétablir la confiance dans le régime, en particulier chez les Autochtones, les promoteurs et ceux qui investissent dans l’exploitation des ressources dans les Territoires du Nord-Ouest.
    Le projet de loi renforcerait la confiance d’une autre façon. Il clarifierait les processus et les attentes pour toutes les parties concernées par le régime de réglementation. Il se trouve que j’habite dans le Nord et que ma circonscription est très active dans l’exploitation des ressources, en particulier dans l’industrie minière et le secteur de l’énergie. Je sais par ailleurs que tout projet de développement suppose des investissements et des engagements considérables. Il n’y a rien de mieux pour faire progresser un projet que de connaître toutes les attentes de tous les intervenants et de savoir en quoi consiste le processus et ce qu’on attend des entreprises avant même la première pelletée de terre. Ces choses-là sont importantes.
    Le parti d’en face dira que les libéraux consacrent trop d’énergie à réglementer, à restreindre et à imposer trop d'exigences en matière d’environnement. Or, les grandes industries qui se soucient des personnes touchées par leurs projets de développement veulent bien faire les choses. Elles tiennent à ce que leur empreinte environnementale soit aussi discrète que possible. Elles veulent avoir l’appui des peuples autochtones et des collectivités où elles investissent. Elles veulent établir de solides partenariats pour faire en sorte que leurs projets de développement ne soient pas interrompus par des manifestations ou par des règlements imprévus et qu’ils puissent être menés à bon terme de façon durable. C’est pourquoi les dirigeants de bon nombre de ces entreprises, dont beaucoup de ceux que j'ai connus personnellement au fil des ans, sont heureux de signer des ententes sur les répercussions et les avantages.

  (1330)  

    Ces dirigeants sont heureux de collaborer avec les gouvernements autochtones afin d’embaucher des travailleurs autochtones, ce qui garantit que les retombées profitent à aux communautés et que l'on donne suite aux préoccupations environnementales que les Autochtones et les non-Autochtones peuvent avoir à l’égard du développement dans leur région. Les entreprises veulent régler ces questions dès le départ. Elles ne veulent pas passer les communautés au bulldozer ni les soumettre à des pressions pour leur forcer la main. Elles ne veulent pas dicter ce qui va se passer. Elles veulent elles aussi travailler en partenariat.
    C’est le parti d’en face qui croit que ces entreprises ne veulent rien savoir parce qu’elles doivent se conformer à des régimes de réglementation ou examiner les retombées environnementales. Très peu d’entre elles adopteraient cette approche, et je suis très fière que notre pays compte des entreprises qui investissent massivement dans l’exploitation des ressources et qui se soucient sincèrement de l’empreinte qu’elles laissent sur l’environnement et sur les gens des environs. Ce sont ces entreprises-là qui sont florissantes et que les Canadiens citent comme exemples au chapitre des partenariats de développement des ressources avec les collectivités et les peuples autochtones au Canada. Nous devons en être très fiers. Nous ne devrions pas essayer de changer notre façon de faire en adoptant des lois et en imposant des règlements parce que nous croyons qu’il faut procéder de telle ou telle façon.
    Les gens devraient comprendre que, dans le projet de loi du gouvernement Harper, les conservateurs voulaient se débarrasser des organes de réglementation des Gwich'in, des Sahtus et des autres groupes dans les Territoires du Nord-Ouest. Ils voulaient qu’un seul superoffice s’occupe de toutes ces questions. Ils avaient même embauché un expert-conseil du nom de McCrank. J'étais présent le jour où M. McCrank a témoigné devant le comité. L’une des questions que nous lui avions posées était de savoir d’où lui venait l’idée que nous devions nous débarrasser des offices de réglementation dans les Territoires du Nord-Ouest, que les groupes autochtones ne devaient plus exercer de contrôle sur l'utilisation de leurs terres et sur leurs organes de réglementation. Ils ne devaient plus négocier leurs ententes, et nous devions nous immiscer dans ces dossiers et mettre sur pied un superoffice de réglementation dans les Territoires du Nord-Ouest, pour la vallée du Mackenzie.
    Quand nous lui avons demandé d’où venait cette idée, il ne le savait pas. Il n'en connaissait pas l'origine et ne savait pas qui la lui avait suggérée, mais il l’a incluse dans un rapport où il la recommandait fortement, et le gouvernement Harper a dit à l’époque qu’il la trouvait bonne. Pourtant, tous les habitants des Territoires du Nord-Ouest, y compris les trois groupes autochtones et le gouvernement territorial, savaient que ce n’était pas la bonne approche et voulaient y mettre fin. C’est pourquoi nous en sommes rendus là aujourd’hui.
    Nous redonnons confiance aux habitants des Territoires du Nord-Ouest. Nous modifierions aussi les dispositions de la loi sur l’office de réglementation du secteur pétrolier. Un moratoire serait mis en œuvre qui permettrait de délivrer de nouveau des permis d’exploitation pétrolière et gazière dans les Territoires du Nord-Ouest. Ce moratoire serait revu tous les cinq ans. Comme nous le savons, il n’y a pas eu de nouvelles demandes de permis, et aucun investissement n’a été fait. Il n’y avait pas de projection concernant le pétrole et le gaz, et aucun organe n'était chargé de gérer l’exploitation pétrolière et gazière dans les Territoires du Nord-Ouest pour veiller à ce qu'il y ait des retombées pour cette région.
    Ce n’est pas comme dans la région de l'Atlantique, où les provinces perçoivent les redevances prévues dans les accords pétroliers et gaziers, comme c'est le cas en Nouvelle-Écosse, à Terre-Neuve et au Québec. Lorsque les Territoires du Nord-Ouest ont demandé au gouvernement précédent de bénéficier d'un tel accord, la réponse a été non. Le gouvernement ne voulait pas verser de redevances sur le pétrole et le gaz aux groupes autochtones ou au gouvernement territorial. Nous collaborons avec eux pour corriger la situation, et c’est pourquoi ce projet de loi est important aujourd’hui.

  (1335)  

    Madame la Présidente, j'ai quelques commentaires à faire, puis j'aurai une question.
    Pour commencer, voyons où nous en sommes. Il y a quatre ans, les libéraux ont dit qu'ils avaient un problème, et le projet de loi a été mis en veilleuse pendant des mois et des mois. Les libéraux ne sachant pas gérer leur agenda parlementaire, ils ont soudain décidé qu'il y avait urgence et qu'il fallait adopter ce projet de loi très vite. Pour dire les choses franchement, c'est bien parce que les libéraux ne savent pas gérer leur agenda parlementaire que se pose ce problème.
    Ensuite, j'aimerais faire remarquer que, malgré tous les reproches faits à l'ancien projet de loi, les libéraux ont quand même voté en sa faveur. S'ils pensaient qu'il était inacceptable, cela ne s'est certainement pas vu dans leur manière de voter.
    Enfin, mon dernier point. Il donnera lieu à une question. Les libéraux ne s'étendent pas beaucoup sur le moratoire inclus dans le projet de loi dans l'intérêt national. La dernière fois qu'ils s'y sont risqués, le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest a parlé d'écoterrorisme. Le maire de Tuktoyaktuk a fait beaucoup de déclarations du type: «  Ils ont mis fin à nos activités de gazéification extracôtière et imposé un moratoire sur l'ensemble de l'Arctique sans même nous consulter. »
    Les libéraux ont rédigé la mesure législative de telle manière qu'ils puissent refaire la même chose. Comment la secrétaire parlementaire peut-elle concilier cela avec ses grands discours sur la consultation?
    Madame la Présidente, premièrement, compte tenu du programme législatif, nous ne serions pas en train d'étudier ce projet de loi aujourd'hui si la députée d’en face et le gouvernement formé par son parti à l'époque avaient pris les bonnes décisions.
    Si les conservateurs avaient écouté les Sahtus, les Gwich'in et d’autres gouvernements des Territoires du Nord-Ouest à l’époque, nous ne serions pas en train d'apporter ces modifications. C’est le premier point.
    Les conservateurs disent que nous avons voté pour en 2015. Nous avons voté pour l’accord de transfert de responsabilité des Territoires du Nord-Ouest, mais d'autres dispositions, qui minaient les droits des gouvernements autochtones, étaient également incluses dans le projet de loi. Nous avons dû faire un choix difficile, et nous nous sommes résignés à appuyer le projet de loi à l’époque, soit le transfert des revendications territoriales dans les Territoires du Nord-Ouest, mais avec un engagement envers la population que nous apporterions les changements prévus dans le projet de loi actuel et que nous annulerions les modifications législatives que le gouvernement Harper avait apportées. C’est ce que nous faisons aujourd’hui.
    Madame la Présidente, j’aimerais remercier la députée. Je l'admire beaucoup. Elle défend clairement les droits des habitants du Labrador et assurément ceux des Autochtones du Labrador.
    Je suis moi aussi très préoccupée de voir que le gouvernement a tant tardé à présenter ce projet de loi. Il s’agissait d’une tactique répréhensible des conservateurs dans la législature précédente. En réalité, tous les partis ont été forcés de souscrire au projet de loi de l'époque parce que les conservateurs l’ont lié au transfert de responsabilités. C’était répréhensible. Mon ancien collègue, Dennis Bevington, alors député des Territoires du Nord-Ouest, s’est vivement élevé contre cette mesure. Elle était clairement inconstitutionnelle.
    J’ai eu le privilège d’être sous-ministre adjointe des Ressources renouvelables au Yukon et j’ai participé à la négociation des ententes définitives et des ententes d’autonomie gouvernementale des Premières Nations. J’étais bien consciente de l’affront qu’on faisait aux Tlichos, aux Gwich'in et aux Dehchos, qui avaient enfin conclu des ententes définitives.
    Si la députée et son parti ont tant à cœur de respecter les droits des Autochtones, va-t-elle intervenir, va-t-elle demander aux sénateurs de terminer enfin l'étude du projet de loi C-262 pour que puisse être mise en œuvre, comme les libéraux l’ont promis, la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones? Vont-ils enfin…
    Je tiens à rappeler aux députés que leurs interventions sont plutôt longues et que d’autres députés veulent poser des questions. Malheureusement, je vais devoir les interrompre.
    La secrétaire parlementaire a la parole.
    Madame la Présidente, la députée a parlé de son ancien collègue et de son intervention dans ce dossier en 2015. Je me souviens que c'est une question qui lui tenait beaucoup à coeur sur laquelle il a beaucoup lutté.
    En ce qui concerne le projet de loi C-262, comme bien d’autres ici présents, je tiens à ce que la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones soit mise en œuvre au Canada. Nous y avons souscrit. Nous y croyons fermement. Nous adhérons aux principes fondamentaux de la Déclaration. Nous pensons qu’elle est importante pour guider à l'avenir le gouvernement du Canada dans les relations à entretenir avec les Autochtones. Je verrais d'un bon œil que la députée, elle aussi, encourage le Sénat à adopter ses amendements et à renvoyer le projet de loi à la Chambre des communes.

  (1340)  

    Madame la Présidente, je me demande si la députée sait qu’au Manitoba, une province dirigée par les conservateurs, deux accords ont été signés avec les Métis en matière développement hydroélectrique. L'actuel gouvernement conservateur au Manitoba a commencé à résilier ces traités, je veux dire ces accords. « Accords » et « traités » sont des termes qui se ressemblent. Où est le respect des droits des Autochtones au Manitoba sous un gouvernement conservateur?
    À l’approche du 150e anniversaire de la province du Manitoba, lorsque nous prononçons au début de chaque discours « Nous sommes ici sur les terres traditionnelles de la nation métisse », nous reconnaissons que cette province a été fondée par le peuple métis sous son chef, Louis Riel.
    J’aimerais citer David Chartrand, président de la Fédération des Métis du Manitoba, qui a dit: « Voulez-vous vous venger des Métis? »
    J’aimerais que la secrétaire parlementaire me dise si les droits des Autochtones devraient être respectés partout au pays, non seulement sous un gouvernement libéral ou néo-démocrate, mais aussi sous un gouvernement conservateur.
    Madame la Présidente, nous ne pouvons qu’espérer qu’un jour les conservateurs se rendront compte que le respect des Autochtones est dans l’intérêt de tous les Canadiens.
    Pendant de nombreuses générations, nous avons été témoins de la violation des droits des Autochtones, de traités et d’accords bien établis qui n’ont jamais été suivis ni mis en œuvre. Le gouvernement fédéral actuel a pris une décision différente. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements autochtones, les provinces et les territoires pour faire ce qui est dans l’intérêt des peuples autochtones du Canada.
    Il est malheureux de voir ce qui se passe au Manitoba. Il est malheureux de voir ce qui se passe en Ontario, où le financement des groupes et des organisations autochtones est réduit. Nous siégeons aujourd’hui dans un Parlement où, pendant 10 ans, le gouvernement Harper n’a pas investi dans les peuples et les communautés autochtones du pays. Au cours des quatre années de notre mandat, plus de 17 milliards de dollars en recettes supplémentaires sont allés aux gouvernements et aux communautés autochtones du Canada.
    Je rappelle aux députés qu’ils doivent cesser de chahuter. Ceux qui souhaitent intervenir n'ont qu'à le faire pendant cette période de questions et observations.
    Le député de Dauphin—Swan River—Neepawa a la parole.
    Madame la Présidente, je rappelle à la députée d’en face que John Diefenbaker, qui a donné le droit de vote aux Autochtones, était très préoccupé par cette question. La plupart des horribles expériences vécues dans les pensionnats ont eu lieu sous le gouvernement libéral de Mackenzie King. Ne pointons pas du doigt ceux qui n’ont rien à se reprocher.
    Je voudrais également faire une observation à l’intention de mon collègue du Manitoba. L’entente dont il a parlé a été conclue par Manitoba Hydro et non par le gouvernement du Manitoba.
    Il est désolant de voir tous les députés d’en face verser des larmes de crocodile pour les Autochtones. Le seul mot qu’ils ont à la bouche, c’est « processus ». Il n’y a jamais eu de grand projet au pays qui a été mené dans l’intérêt des Autochtones.
    Je vais maintenant y aller d’une prédiction. Si l’on mesurait tous les indicateurs socioéconomiques concernant les populations autochtones au moment de l’arrivée au pouvoir du gouvernement libéral et lorsqu’il quittera le pouvoir, le 21 octobre, je suis absolument certain qu’on ne verrait aucune amélioration.
    Madame la Présidente, je ne crois pas avoir entendu de question, mais j'aimerais bien répondre aux propos du député. S'il tient à discuter de la colonisation des peuples autochtones au Canada au fil des générations, tous autant que nous sommes en portont le blâme, tant les conservateurs, les néo-démocrates, les verts que les libéraux.
    Je crois sincèrement que la réconciliation passe par la recherche d'une nouvelle voie. Il faut travailler ensemble pour veiller à ce que les peuples autochtones au Canada occupent la place qui leur revient et qu'ils puissent avoir leur mot à dire et un certain contrôle sur les territoires ancestraux qu'ils ont fondés et constitués. Même si c'est difficile à admettre, c'est la bonne chose à faire. Je suggère donc aux conservateurs de monter à bord du train pour faire de la réconciliation une réalité pour tous les Canadiens.
    Madame la Présidente, il est triste de constater que le mot « réconciliation » sert de simple slogan sous le gouvernement actuel. Je prends cela à coeur.
    Les députés sont nombreux à savoir que j'ai souvent pris la parole à la Chambre pour dire que ma femme et mes enfants sont autochtones. Je trouve navrant de voir des députés prendre la parole à la Chambre et dire, la main sur le coeur, que cela sert au mieux la réconciliation, et je ne parle pas ici uniquement du projet de loi C-88, mais aussi du C-69, du C-48 et du C-68, de même que de l'escroquerie de la mactre de l'Atlantique qui s'est produite plutôt au cours de la session.
    Le seul élément avec lequel je suis d'accord dans l'intervention de l'honorable secrétaire parlementaire est que nous sommes tous à blâmer. Personne ne doit pointer du doigt qui que ce soit, en disant qu'un groupe est mieux qu'un autre. La réconciliation consiste à tracer une novuelle voie. Il ne s'agit pas de dresser une Première Nation contre une autre Première Nation, ou une Première Nation contre une communauté non autochtone. Il s'agit de trouver une façon de travailler ensemble pour bâtir l'avenir.
    Ce que je m'apprête à dire ne s'adresse pas à tous les députés de deux côtés de la Chambre. Certains comprennent bien cela. Toutefois, on voit souvent des libéraux dire à la Chambre qu'ils appuient la réconciliation ou qu'il s'agit d'une question de réconciliation. Puis, ils adoptent une politique musclée ou prononcent des paroles malheureuses que nous appelons des « éruptions de bozo », et ensuite viennent les excuses.
    Revenons à la façon dont la session printanière a commencé. La première femme autochtone procureure générale au pays a dit la vérité à ceux qui sont au pouvoir, et nous savons ce qui lui est arrivé.
    Ce qui est intéressant avec le projet de loi C-88, c'est qu'il vise à annuler tout le travail incroyable que notre gouvernement avait fait pour préparer le projet de loi C-15.
    Je vais citer les paroles de mon honorable collègue d'en face lorsqu'elle a voté en faveur du projet de loi C-15. Je cite:
     Le Parti libéral souhaite que les Territoires du Nord-Ouest puissent obtenir l'indépendance qu'ils recherchent. Nous voulons qu'ils puissent prendre des décisions concernant l'environnement, l'exploitation des ressources, la gestion des affaires, la croissance et les possibilités de réussite sur leur propre territoire.
    La secrétaire parlementaire a présenté beaucoup de justifications aujourd'hui pour expliquer pourquoi elle a appuyé le projet de loi, notamment qu'elle a été dupée ou qu'elle a appuyé le projet de loi pour une raison précise. C'est facile pour les députés de prendre la parole après coup et de dire « j'aurais pu, j'aurais dû » ou « c'est la raison; on m'a forcé la main ». Toutefois, si nous ne prenons pas position pour quelque chose, nous risquons d'accepter n'importe quoi. C'est ce dont nous avons été témoins avec le gouvernement qui a adopté le programme des écoguerriers pour les remercier de l'avoir fait élire en 2015. C'est la raison pour laquelle nous avons les projets de loi C-68, C-69, C-48 et C-88.
    La secrétaire parlementaire souhaite souligner que le projet de loi C-88 renforcera l'autonomie des Premières Nations. J'aimerais fournir quelques citations à la Chambre.
    M. Merven Gruben, le maire du hameau de Tuktoyaktuk, a dit:
    Tuk est depuis longtemps une ville pétrolière et gazière. Depuis le premier boom pétrolier, ou encore la chasse à la baleine à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, nous avons grandi avec l'industrie. Les travaux pétroliers et gaziers dans notre région n'ont pas eu d'impact sur l'environnement, et nous avons profité des emplois, des programmes de formation et des débouchés offerts lorsque l'industrie exerçait ses activités à Tuk et partout dans le Nord, dans toute la région.

  (1345)  

    Jamais, en plus de 100 ans, l'économie de notre région et de tout le Nord n'a été aussi difficile pour l'industrie pétrolière et gazière ainsi que pour le développement en général. Les écologistes sont contents, mais venez jeter un coup d'œil. Venez voir ce que vous faites à notre peuple. Le gouvernement a transformé notre région en pays d'assistés sociaux. Nous sommes des Inuvialuit, des gens fiers qui aimons travailler et nous débrouiller tous seuls plutôt que de dépendre de l'aide sociale.
    Je remercie le ciel parce que nous avons travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement Harper et que nous avons fait construire la route toutes saisons qui mène à Tuk. Elle a été ouverte à la circulation en novembre 2017, pour ceux d'entre vous qui n'en ont pas entendu parler, et nous sommes en train d'apprendre à travailler avec les touristes. Nous savons tous que ce n'est pas l'argent et les emplois auxquels nous étions habitués et que nous avons appréciés à l'époque du pétrole et du gaz.

  (1350)  

    Il a ajouté ce qui suit:
    Personne n'ira là-bas mener des travaux d'exploration ou d'exploitation.
    Nous avions vraiment hâte. L'Impériale et BP avaient conclu une entente de 1,2 milliard de dollars, pas très loin de Tuk, et nous étions impatients de les voir explorer et peut-être même forer, parce que nous avons une route praticable en tout temps là-bas. Y a-t-il un meilleur endroit pour s'installer?
    Bob McLeod, premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, a déclaré que le moratoire est le « fruit de l'éco-colonialisme ».
    Je parle du moratoire. Les libéraux veulent parler de tout le travail qu’ils accomplissent pour défendre le Nord et les peuples autochtones du Nord. Tout juste avant Noël, le premier ministre s’était rendu à Washington pour faire cette annonce en compagnie du président américain de l’époque, Barack Obama. Malgré tous les discours sur la consultation des peuples autochtones du Canada, il n’y a eu aucune consultation avec les habitants du Nord. Avant même le processus de décision, le Cabinet du premier ministre avait unilatéralement adopté la résolution.
    Les peuples autochtones et les habitants des Territoires du Nord-Ouest en ont été informés environ une heure à l’avance. Wally Schumann, ministre de l’Industrie, du Tourisme et des Investissements et ministre de l’Infrastructure des Territoires du Nord-Ouest, a dit:
    J’imagine que nous pouvons être vraiment francs devant le Comité. Initialement, lorsqu’il a été mis en place, nous n’avons pas vraiment reçu un préavis concernant toute la question du moratoire et du potentiel dans la mer de Beaufort. Il y avait des millions et des millions — peut-être même des milliards — de dollars de dépôts de soumission et de baux fonciers là-haut. Le moratoire a éliminé tout espoir que nous avions de mettre en valeur la mer de Beaufort.
    Merven Gruben, quant à lui, a dit:
    Je conviens que les libéraux devraient nous aider. Ils ont mis fin aux activités de gazéification extracôtière et imposé un moratoire sur l’ensemble de l’Arctique sans même nous consulter. Ils ne nous ont jamais dit un mot.
    Notre collègue la secrétaire parlementaire, en réponse à cela et pour devancer mon discours, a dit que nous étions le « gouvernement d'en face ». Nous sommes le gouvernement en attente. Nous serons au pouvoir en octobre. Elle a dit que les députés d'en face critiqueraient les libéraux parce qu'ils se soucient trop de l'environnement. C'est faux. Nous les critiquons parce qu'ils font passer les priorités des groupes environnementaux comme Tides, le Fonds mondial pour la nature et Greenpeace avant celles des intervenants locaux et des peuples autochtones, qui disent en avoir assez d'être l'emblème de ces groupes écologiques.
    Pour convaincre mes collègues qui auraient des doutes, je vais lire quelques citations.
    Calvin Helin, président du conseil des chefs favorables au projet Eagle Spirit, a déclaré: « Ce que les chefs constatent de plus en plus maintenant, c'est qu'on a recours à beaucoup de tactiques sournoises, où certaines personnes dans les communautés se font payer pour devenir porte-parole. » Il a également dit: « Essentiellement, [ce sont] des marionnettes et des accessoires au service des groupes environnementaux dont le but est de torpiller l'exploitation des ressources. » Il a aussi ajouté:« C'est scandaleux, et les gens devraient être en colère qu'on agisse ainsi [...] Les chefs sont [...] »
    De plus, Stephen Buffalo, président-directeur général du Conseil des ressources indiennes, a affirmé: « Depuis que son gouvernement a été élu en 2015, le premier ministre Justin Trudeau a maintes fois...

  (1355)  

    Je rappelle au député de Cariboo—Prince George, pour la deuxième fois, qu'il ne doit pas mentionner les noms des ministres ou des députés qui siègent à la Chambre.
    Des voix: Oh, oh!
    La vice-présidente adjointe (Mme Carol Hughes): J'ai pris bonne note des commentaires et je me suis prononcée. Je demande aux députés d'être patients.
    Le député de Cariboo—Prince George a la parole.
    Madame la Présidente, je ne fais que lire une citation d'un dirigeant autochtone préoccupé, que les libéraux disent vouloir défendre. Il est clair qu'ils ne font pas ce qu'ils disent, et c'est probablement pourquoi ils s'en offusquent.
    Stephen Buffalo, président et chef de la direction du Conseil des ressources indiennes, a déclaré:
    Depuis que son gouvernement a été élu en 2015, [le] premier ministre [...] a parlé à maintes reprises de son engagement personnel en faveur d'une nouvelle relation avec les peuples autochtones du Canada. En pratique, cependant, il a clairement privilégié les peuples autochtones, nos amis et nos parents, dont le point de vue correspond à celui du mouvement environnemental plus radical.
    M. Buffalo a dit aussi:
    Lorsque les opposants au projet de pipeline ont recours aux tribunaux pour les ralentir ou les arrêter, ils minent nos entreprises, éliminent des emplois dans nos régions et réduisent les sommes d'argent qui sont versées à nos gouvernements.
    Pourquoi j'en parle? Parce qu'au cours des quatre dernières années, les libéraux n'ont cessé de répéter qu'ils sont les seuls à savoir ce qu'il faut faire. Ils pointent un doigt accusateur et disent qu'un certain gouvernement a fait ceci ou cela, ou qu'ils savent que le NPD ne serait pas en mesure d'agir efficacement. Les libéraux ont eu quatre ans, et les Canadiens découvrent maintenant que tout ce qu'ils ont dit n'était que poudre aux yeux.
    Le projet de loi C-88 n'est, encore une fois, que poudre aux yeux. Les projets de loi C-69, C-48 et C-88 sont une honte.
    Le projet de loi C-88 donnerait au ministre le pouvoir de fermer le Nord à toute activité et de le transformer en parc, privant ainsi les peuples autochtones et les autres habitants de cette région de toute possibilité sur le plan économique. C'est ce qui est inquiétant.
    Les libéraux nous régurgitent les mêmes vieux discours préparés d'avance, mais, en réalité, ils sont de mauvaise foi. Ils sont là, comme je l'ai dit tantôt, la main sur le coeur en disant que c'est pour la réconciliation. Nous savons qu'il en est tout autrement parce qu'ils l'ont déjà démontré à maintes reprises.
    Le dixième jour de la campagne électorale de 2015, le député de Papineau, aujourd'hui le premier ministre, a dit aux Canadiens qu'il n'aurait pas recours à des manoeuvres parlementaires comme les projets de loi omnibus. Il a dit aux Canadiens que le budget serait équilibré en 2019. Il leur a également dit qu'il allait laisser toute la place au débat. Qu'a-t-il voulu dire? Qu'il n'aurait pas recours à la clôture ou à l'attribution de temps.
    Je rappelle aux gens qui se trouvent à la Chambre des communes, à ceux qui se trouvent à la tribune et à ceux qui nous regardent que la Chambre des communes est à eux. Vous avez élu 338 députés pour vous représenter. Lorsque le gouvernement a recours à la clôture du débat, c'est vous qu'il empêche de parler. Il empêche les gens qui ont élu l'opposition de s'exprimer.
    Le député sait qu'il doit adresser ses questions et observations directement à la présidence et non à des gens à la Chambre ou à la tribune.
    Malheureusement, je dois maintenant l'interrompre. Le député disposera encore de cinq minutes après la période des questions lorsque la Chambre sera de nouveau saisie de cette question.

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

  (1400)  

[Français]

L'environnement

    Madame la Présidente, la question de l’évaluation environnementale des projets fédéraux, c’est le portrait tout craché du Canada.
    D’un côté, six premiers ministres s’opposent au projet de loi C-69 des libéraux parce que, d’après eux, ça ne tient pas assez compte de l’argent. Ils veulent pouvoir imposer des pipelines sans contestation. De l’autre côté, le Québec s’oppose aussi au projet de loi C-69, mais parce qu’il donne trop de pouvoir à Ottawa et à ses normes environnementales médiocres. Québec veut que ses propres lois s’appliquent sur son territoire. Au milieu de tout ça, il y a Ottawa qui fait un projet de loi dont personne ne veut. C’est exactement ça, le Canada.
    Au Bloc québécois, nous soutenons Québec. C’est à nous de choisir les projets qui passent ou qui cassent en fonction de nos lois. C’est pourquoi nous avons voté contre le projet de loi C-69, mais ce n’est pas ça qui va nous empêcher de voter aussi contre les amendements des conservateurs, qui n’ont qu’un seul objectif: nous enfoncer des pipelines dans la gorge sans possibilité de contestation.

[Traduction]

Bill Patchett

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour souligner le récent décès de Bill Patchett, un membre du Club Rotary qui était aussi un philanthrope et un humaniste infatigable et compatissant de ma circonscription, Northumberland—Peterborough-Sud.
    De petits et grands gestes ont permis à Bill de laisser sa marque durant sa vie sur de nombreuses personnes. Il a contribué à amasser des millions de dollars aux échelles locale, provinciale et nationale et à l'étranger pour une grande variété de causes. Bill est vraiment parti de rien; il a connu la misère avant d'atteindre des sommets. Il n'a jamais oublié la sensation de tirer le diable par la queue, de se sentir vulnérable et de manquer de tout. Il a su canaliser les difficultés vécues au début pour transformer le tout en une incroyable réussite personnelle. Ce faisant, il a tiré parti de ce que la vie nous apprend quand les temps sont difficiles en s'en servant pour aider chaque jour de toutes les façons possibles.
    Je ne serais pas ici aujourd'hui sans le soutien de Bill et de sa charmante femme, Delphine. Je regrette que les paroles ne soient pas en mesure de décrire avec précision l'incidence positive qu'a eue Bill Patchett dans ce monde. Son héritage nous donne à tous une leçon d'humilité. Tout ce que je peux dire, c'est merci.

Hunsdeep Rangar

    Monsieur le Président, vendredi dernier, j'ai perdu un grand ami. Hunsdeep Rangar était un ami pour un grand nombre d'entre nous ici et sa mort récente et subite touche beaucoup de gens dans la grande région d'Ottawa.
    Huns était un champion de la communauté sud-asiatique et le principal organisateur du South Asian Fest annuel à Ottawa. Huns était aussi homme d'affaires, fonctionnaire et l'animateur des émissions Mirch Masala Mix et Bhangra Nation à CHIN 97.9 FM. Il était profondément animé par le désir de faire connaître la culture sud-asiatique et cherchait constamment de nouvelles façons de faire connaître Ottawa, mais, surtout, il était un époux dévoué pour son épouse Oshima et très fier père de leur fille Neela. Huns laisse aussi dans le deuil son frère, Bundeep, et sa mère, Vinnie, à qui je sais qu'il manque beaucoup.
    Huns affichait toujours un grand sourire et avait du temps pour tout le monde. Huns était un excellent ami pour nous tous et il nous manquera beaucoup.

Les sciences

    Monsieur le Président, les sciences sont importantes. Elles améliorent la qualité de vie, notamment notre façon de vivre, de nous déplacer et de communiquer partout dans le monde.
    Depuis 2015, les décisions fondées sur des données probantes ont contribué à la création de plus d'un million d'emplois et elles ont permis à des milliers d'enfants et de familles d'accéder à la classe moyenne. C'est ce qu'on appelle un vrai changement. L'amélioration de la situation du Canada a poussé de nombreux chercheurs de calibre mondial à venir travailler avec nous sur certains problèmes parmi les plus pressants auxquels la société doit faire face, comme les changements climatiques et la santé mentale, à un moment où de nombreux pays se replient sur eux-mêmes.
    Je suis optimiste quant à l'avenir de notre pays. Il reste encore beaucoup de travail à faire, mais il est évident que notre plan pour le Canada, qui est fondé sur des données scientifiques, fonctionne.

L'égalité des sexes

    Monsieur le Président, nous avons l'obligation de faire progresser l'égalité des sexes au pays et partout dans le monde en adoptant des politiques pertinentes et en nous engageant à atteindre des objectifs en matière de développement durable. Le point de départ, c'est d'assurer aux personnes le contrôle absolu sur leur propre corps.
    La contraception est synonyme de pouvoir. Aucun pays n'a acquis son autonomie économique sans reconnaître que la planification familiale et l'émancipation des femmes sont des outils efficaces. L'égalité des sexes et les droits des femmes sont des droits de la personne. Ce simple fait remet en question le pouvoir du patriarcat et la concentration du capital entre les mains d'hommes blancs qui représentent 1 % de la population. C'est pour cette raison que les femmes et les personnes LGBTQ2S sont victimes d'attaques plus audacieuses et plus flagrantes dans la sphère publique. C'est une question de pouvoir. Les néo-démocrates contestent ce concept. Nous comprenons que la promotion de l'inclusion et de l'égalité profite à tous.
    Au cours des prochaines semaines, le NPD va présenter son programme progressiste. J'invite tout le monde à en prendre connaissance, car il proposera de véritables changements. Les députés peuvent compter là-dessus.

  (1405)  

Le développement économique du Nord

    Monsieur le Président, l'expansion de l'Agence canadienne de développement économique du Nord donne d'excellents résultats. En plus d'assurer le financement permanent de l'Agence, nous avons accru les fonds qui lui sont versés.
    Je ne peux pas parler assez rapidement aujourd'hui pour énumérer tous les investissements effectués, mais je peux en nommer quelques-uns. Nous avons accordé des millions de dollars à notre industrie touristique pour soutenir les efforts de marketing touristique des Territoires du Nord-Ouest. De plus, nous avons prévu des fonds spécifiques pour le merveilleux festival Snowking, pour stimuler les arts et l'artisanat dans la région d'Inuvik, pour la construction du pavillon de Hay River, pour investir dans des terrains de camping à Tulita et à Wrigley, et pour aider la collectivité d’Ulukhaktok à offrir des services aux touristes en croisière. Les investissements incluent l'octroi de 2,7 millions de dollars au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest pour des travaux préparatoires sur la construction d'une route dans la province géologique Slave. Par ailleurs, dans le cadre du programme Canada 150, des sommes de plus de 2 millions de dollars ont été allouées en vue d'apporter des améliorations grandement nécessaires au camp des Guides, au Centre culturel de Déline et au réseau de sentiers à Fort Smith.
    En soutenant l'Agence canadienne de développement économique du Nord, nous soutenons le développement économique du Nord. Il est merveilleux de voir à quel point les députés de ce côté-ci de la Chambre soutiennent le développement économique dans le Nord.

Les politiques gouvernementales

    Monsieur le Président, en tant que ministre du cabinet fantôme en matière d'infrastructure, j'ai été appelé à voyager un peu partout au pays. Récemment, je me suis rendu dans les circonscriptions de Malpeque, de Charlottetown, de South Shore—St. Margarets, d'Halifax et de St. John's-Est. Beaucoup de gens m'ont dit que le Canada avait grand besoin d'un gouvernement conservateur. Ils sont mécontents du travail de l'actuel gouvernement et de ses députés, qui ont rompu de nombreuses promesses électorales faites en 2015. Les gens voient que les projets de construction d'infrastructures prennent du retard, qu'ils ont moins d'argent dans leurs poches à la fin du mois et que leur député brille par son absence. D'ailleurs, certaines personnes m'ont dit que leur député ne se donnait même pas la peine de rappeler ceux qui lui téléphonaient.
    Beaucoup de gens à qui j'ai parlé se réjouissent de la vision des conservateurs pour le Canada, qui consiste à travailler avec les collectivités locales pour élaborer des programmes d'infrastructure qui leur offriront plus d'autonomie. Sous un gouvernement conservateur, les priorités des habitants de la côte Est et de tous les Canadiens seront enfin prises en compte. L'actuel gouvernement, lui, n'est pas celui qu'il prétendait être.

[Français]

L'élection générale de 2019

    Monsieur le Président, les gens de chez nous se rappellent les 10 années du gouvernement de M. Harper, soit 10 années marquées par les coupes et le musellement des scientifiques — parlons-en aux gens de l'Institut Maurice-Lamontagne.
    En 2015, il y a eu un changement de cap majeur, un virage à 180 degrés. Maintenant, on investit chez nous et pour les gens de chez nous, dont nos aînés. Nous avons mis en place l'Allocation canadienne pour enfants, qui donne 3,8 millions de dollars tous les mois aux familles de chez nous et aide 11 880 enfants. Nous avons mis en place 75 projets grâce au programme Nouveaux Horizons pour les aînés, soit 1,3 million de dollars investis directement chez nous. Pensons aux centaines d'étudiants qui ont obtenu un travail grâce au programme Emplois d'été Canada, ce qui représente 3 millions de dollars investis chez nous. Je pense aussi aux 220 emplois fédéraux qui ont été créés, soit 11 millions de dollars en salaires pour le développement économique de chez nous. Au total, 160 millions de dollars ont été investis chez nous.
    Imaginons quatre autres années comme celles-là.

[Traduction]

Kanata-Carleton

    Monsieur le Président, j'aimerais saluer les gens extraordinaires de ma circonscription. Nous sommes chanceux à plusieurs égards.
    Kanata—Carleton est l'endroit idéal pour démarrer une entreprise du secteur des technologies parce qu'on y trouve le plus grand parc technologique du Canada et que les affaires y sont en plein essor. Même si Dame Nature n'est pas toujours clémente, le secteur agricole de ma circonscription est aussi en pleine croissance.
    Nous avons dû surmonter des défis, soit trois catastrophes naturelles en trois ans. Toutefois, des citoyens des quatre coins de la circonscription n'ont pas hésité à participer aux efforts de secours. Les merveilleux bénévoles de l'organisme d'aide aux sinistrés de West Carleton ont aidé à coordonner l'intervention. Ils ont collaboré avec les autorités municipales, les premiers intervenants, les organisations non gouvernementales, les membres des Forces armées canadiennes et les milliers de bénévoles qui ont répondu à l'appel. Ils ont servi d'exemple au reste de la collectivité. C'est ce que font les champions.
    Je remercie les habitants de Kanata—Carleton d'avoir donné un brillant exemple de solidarité communautaire. Je suis tellement fière de les représenter.

Les prix d'excellence

    Monsieur le Président, je tiens d'abord à féliciter Vince Dunn, défenseur des Blues de Saint-Louis et natif de Lindsay, d'avoir remporté la coupe Stanley hier soir. C'est la conclusion idéale à une saison mouvementée pour ce jeune homme de 22 ans et ses coéquipiers.
    Pour saluer les organismes et les personnes qui améliorent notre collectivité, la chambre de commerce de Lindsay et des environs a récemment tenu sa soirée annuelle de remise de prix d'excellence. Je félicite tous les candidats et les gagnants, dont: Kawartha Care Wellness Centre, pour l'excellence en marketing; Integrated Care Pharmacy, pour l'excellence dans le secteur du bien-être et de la santé; BTW Electronic Parts, pour l'excellence chez les jeunes; PKA SoftTouch, pour l'excellence en innovation; Fresh Fuell, pour l'excellence en service à la clientèle; Horizon Family Dentistry, pour l'excellence en conception; et Soroptimist International of Kawartha Lakes, pour l'excellence d'un organisme à but non lucratif. Le titre d'employeur de l'année a été remis à WARDS Lawyers. Le magazine Lindsay Advocate a reçu le prix de la nouvelle entreprise de l'année. Don Brown a été nommé dirigeant d'entreprise de l'année. Le convoité prix du citoyen de l'année a été remis à Claus Reuter.
    Enfin, je remercie tout particulièrement l'ensemble des commanditaires, le personnel, le conseil d'administration, le président du conseil, Bob Armstrong, et la directrice générale de la chambre, Colleen Collins, d'avoir organisé cette soirée spectaculaire.

  (1410)  

    Le ministre des Anciens Combattants aurait voulu que j'interrompe le député pendant qu'il parlait de la victoire des Blues de Saint-Louis. Cela aurait peut-être plu aux partisans des Bruins, dont je suis, mais je pense qu'il est important de souligner le travail remarquable accompli par les Blues de Saint-Louis et de féliciter les membres de cette équipe pour leur victoire, même si cela nous fait mal au coeur.
    Le député de Fredericton a la parole.

Les gagnants de la Coupe Stanley

    Monsieur le Président, je félicite Jake Allen, un gars de Fredericton, qui a soulevé la coupe Stanley hier soir après la victoire de son équipe contre les Bruins de Boston lors du septième et ultime match de la finale.
    Jake est le premier joueur de Fredericton à remporter le Saint-Graal du hockey depuis Danny Grant en 1968. D'ailleurs, si on ajoute l'intronisation de Willie O'Ree au Temple de la renommée du hockey, les 12 derniers mois ont été très bons pour les amateurs de hockey et pour les joueurs étoiles de Fredericton.
    Je suis certain que le plus grand partisan de Jake, Brad Pond, est déjà en train de planifier le défilé qui aura lieu lorsque la coupe viendra en ville cet été. Comme Brad, tous les habitants de Fredericton ont été très fiers lorsque Jake a soulevé la coupe hier soir. Je suis certain que son arrière-grand-père Wilfred, un de mes amis d'enfance, regarde d'en haut avec le sourire.
    Je souhaite à Jake de profiter du moment avec ses coéquipiers. Nous avons hâte de le voir avec Shannon et ses deux filles à Freddy Beach cet été pour avoir l'occasion de boire à même la coupe de Lord Stanley.

Mississauga—Lakeshore

    Monsieur le Président, ce sont avant tout les organismes communautaires et les habitants enthousiastes qui font de Mississauga—Lakeshore un endroit où il fait bon vivre, travailler et se divertir. Qu'on pense au Mississauga Waterfront Festival, au défilé Paint the Town Red de la fête du Canada, ou encore au Southside Shuffle, les champions qui organisent ces événements sont de véritables bâtisseurs communautaires.
    J'aimerais également remercier les membres de notre collectivité qui ont uni leurs efforts pour lutter contre la pollution par le plastique. L'annonce faite récemment par le premier ministre au sujet des plastiques à usage unique bénéficie de l'appui des gens de ma circonscription, et a également trouvé un écho partout au Canada. En effet, de nombreux Canadiens, conscients de l'urgence du problème, ont choisi de faire partie de la solution.
    Dans le but de bâtir une communauté plus inclusive dans Mississauga—Lakeshore, des dirigeants locaux se sont mobilisés pour fonder la Rainbow Sauga Alliance et pour créer des espaces sûrs pour la communauté LGBTQ2. La fin de semaine dernière, ils ont hissé pour la première fois le drapeau de la fierté à l'hôtel de ville de Mississauga.
    Je remercie sincèrement tous ceux et celles qui travaillent sans relâche à l'édification d'une collectivité encore plus forte et plus inclusive. Grâce à leur dévouement et à leurs efforts, la circonscription de Mississauga—Lakeshore est assurément un meilleur endroit où vivre.

Les aînés

    Monsieur le Président, le 15 juin est la Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées. Les aînés de tous les horizons, quels que soient leur sexe, leur culture ou leur statut socioéconomique, sont vulnérables à diverses formes de maltraitance, que ce soit la violence physique ou psychologique, l'exploitation financière ou les agressions sexuelles. Ce sont des crimes qui causent de la souffrance et du tort à des victimes qui doivent être protégées. C'est pourquoi le dernier gouvernement conservateur avait fait adopter la Charte des droits des victimes et avait fait de l'âge un facteur aggravant dans la détermination de la peine. Je suis extrêmement fière que ma motion visant à lutter contre la fraude envers les aînés ait été adoptée dernièrement à la Chambre.
    Les conservateurs ont créé le poste de ministre des Aînés. Les libéraux l'ont supprimé, et il leur a fallu ensuite plus de trois ans pour nommer quelqu'un. Quand vient le temps de prendre soin des aînés, les libéraux ne sont pas ceux qu'ils prétendent être.

[Français]

L'environnement

    Monsieur le Président, les effets désastreux du changement climatique appellent à agir immédiatement. C'est l'enjeu principal de notre génération. C'est aussi l'enjeu principal de mes concitoyens, dans Outremont et dans le Mile-End. Je les ai écoutés et nous avons répondu. Notre gouvernement vient de renforcer notre plan pour l'environnement.

[Traduction]

    Le gouvernement a décidé que, dans deux ans, les plastiques à usage unique seront interdits, y compris les couverts et les emballages à usage alimentaire. On sait que 87 % de ces plastiques ne sont pas recyclés et se retrouvent dans les lacs, les fleuves et les rivières, ainsi que dans les parcs du Canada.
    Certains estiment qu'il s'agit d'une mesure très audacieuse, mais elle s'impose. Il incombe à la Chambre de songer à l'avenir du Canada et de protéger la planète pour nos enfants et nos petits-enfants.

  (1415)  

Cowichan—Malahat—Langford

    Monsieur le Président, la 42e législature tire à sa fin, et nous quitterons bientôt la capitale nationale pour aller nous consacrer, ce qui est bien nécessaire, à nos familles et aux électeurs et collectivités de nos circonscriptions. Je souhaite à tous mes collègues de passer un bel été en toute sécurité.
    C'est pour moi un véritable privilège de siéger comme député et de représenter la région dans laquelle j'ai grandi. La Chambre est une institution spéciale où chaque siège correspond à une région distincte et unique de notre grand pays.
    Il va sans dire que le travail de député est unique en soi, mais je ne l'ai jamais fait en pensant à mes propres intérêts. Mon but a toujours été — et sera toujours — de servir les collectivités et les gens formidables que je représente sur la magnifique et spectaculaire île de Vancouver. Je siège dans cette enceinte précisément pour servir ceux qui continuent de m'inspirer et de m'inciter à donner le meilleur de moi. Je suis impatient de retrouver les gens de ma circonscription dans les semaines et les mois qui viennent.

La tarification du carbone

    Monsieur le Président, tout au long de l'hiver, un nombre record de mes concitoyens m'ont fait part de leurs factures de chauffage.
    Ils l'ont fait parce qu'en Colombie-Britannique, où on a adhéré à l'accord pancanadien des libéraux visant à augmenter la taxe sur le carbone, le prix de la taxe sur le carbone peut dépasser le coût de l'essence. Pour une personne âgée de 87 ans ayant un revenu fixe, une facture d'électricité mensuelle de 150 $ est un coup dur.
     Aujourd'hui, le directeur parlementaire du budget nous apprend que la taxe sur le carbone des libéraux est un échec total. Elle ne permettra pas d'atteindre les cibles de l'Accord de Paris dont le gouvernement aime bien se vanter. On nous dit que la taxe sur le carbone devra être augmentée de façon massive. Il faudra littéralement la quintupler.
    Je connais des gens dans ma circonscription qui n'ont pas les moyens de payer l'actuelle taxe sur le carbone. Une augmentation massive de cette taxe causera de graves difficultés. J'implore les libéraux de jouer franc-jeu et de dire aux Canadiens de combien de dollars ils augmenteront la taxe sur le carbone s'ils sont réélus. Les Canadiens ont le droit de savoir.

York-Centre

    Monsieur le Président, j'aimerais souligner le travail que le gouvernement a accompli au cours des quatre dernières années pour améliorer la vie des habitants de ma circonscription, York-Centre.
     Chaque année, nous avons créé des centaines d'emplois d'été pour les jeunes, dont ceux qui risquent le plus d'être victimes de violence liée aux armes à feu et aux gangs. Grâce à l'Allocation canadienne pour enfants, nous avons sorti un nombre record de familles et d'enfants de la pauvreté. Nous avons investi dans la commission de transport de Toronto et ouvert deux nouvelles stations de métro dans ma seule circonscription. Nous nous sommes attaqués à la question du logement abordable pour les aînés et les familles en investissant dans les logements communautaires à Toronto. Nous avons investi dans des projets vitaux comme le refuge pour femmes de North York, nous avons tenu compte des préoccupations de la collectivité dans le dossier du parc Downsview, nous avons appuyé le nouveau campus aérospatial du Collège Centennial, et nous avons quadruplé les subventions pour les infrastructures de sécurité dans les synagogues, les écoles et les centres communautaires. Nous avons reconnu et célébré nos communautés en instituant les Mois du patrimoine juif canadien, italien, philippin et latino-américain.
    Je termine avec des mots qui trouveront un écho dans cette enceinte et dans l'ensemble du pays: « Allez les Raptors! Nous le Nord. »

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

[Traduction]

La tarification du carbone

    Monsieur le Président, nous savons maintenant que la taxe sur le carbone des libéraux est si inefficace qu'il faudrait qu'elle augmente de 400 %, ou qu'elle atteigne le double des projections présentées publiquement par les libéraux, pour atteindre les objectifs promis. C'est le directeur parlementaire du budget qui l'affirme. Cela signifie une taxe additionnelle de 25 ¢ le litre d'essence, qui va faire mal.
    Le gouvernement fera-t-il preuve d'honnêteté avant les élections, en admettant qu'il prévoie une nouvelle taxe de 25 ¢ le litre d'essence?
    Monsieur le Président, encore une fois, le parti d'en face induit les Canadiens en erreur. Je veux savoir si le député a encaissé les 307 $ de l'Incitatif à agir pour le climat. Ce montant concerne une famille de quatre personnes. Sa famille n'en compte peut-être que trois.
    Il faut prendre des mesures sérieuses pour lutter contre les changements climatiques. Il ne s'agit pas, comme Jason Kenney l'affirme, de « la saveur du mois ». Doug Ford impose des compressions aux programmes de gestion des inondations et des incendies de forêt. Le chef de l’opposition semble douter du lien entre les changements climatiques et les conditions météorologiques extrêmes. Il veut laisser les pollueurs polluer gratuitement, et Doug...
    Le député de Carleton a la parole.
    Monsieur le Président, la ministre fait exactement ce qu'elle a dit qu'elle ferait. Elle répète sans cesse la même chose, même si c'est faux, jusqu'à ce que les gens finissent par croire que c'est parfaitement vrai.
    Les faits sont là. Le directeur parlementaire du budget affirme que la taxe sur le carbone devrait être 400 % plus élevée que ce que les libéraux ont admis. En réalité, une telle augmentation se traduirait par une pénible taxe sur l'essence de 25 ¢ le litre.
    La question suivante est simple, il suffit d'y répondre par oui ou par non. Les libéraux prévoient-ils imposer une pénible taxe sur l'essence de 25 ¢ le litre?

  (1420)  

    Monsieur le Président, la réponse est non, et le député induit les Canadiens en erreur.
    Monsieur le Président, l'information provient directement du rapport du directeur parlementaire du budget. Un simple calcul à partir de ces chiffres nous mène à une taxe de 25 ¢ le litre sur l'essence. Tel est le plan selon l'analyse du directeur parlementaire du budget, et cela représente 1 000 $ pour une famille de l'Ontario, ce qui est bien plus que le minuscule chèque de remboursement faisant l'objet de publicité que les libéraux ont envoyé juste avant les élections.
    Si la ministre veut le nier, pourquoi ne nous dit-elle pas à combien s'élèvera la hausse du prix de l'essence lorsque la taxe sur le carbone s'y appliquera à raison de 100 $ la tonne?
    Monsieur le Président, je vais expliquer les choses clairement pour le député d'en face. J'espère qu'il portera attention. Nous prenons des mesures ambitieuses pour lutter contre les changements climatiques, depuis la tarification de la pollution jusqu'à l'élimination progressive des énergies non renouvelables. Nous prenons également d'autres mesures qui ne sont pas reflétées dans le rapport du directeur parlementaire du budget: nous éliminons progressivement le plastique, nous luttons contre la pollution par le plastique, nous venons d'annoncer des incitatifs pour les véhicules électriques, nous doublons la superficie de nature protégée et nous plantons des arbres.
    Nous sommes résolus à respecter et à surpasser nos obligations internationales. Par contre, ce que les Canadiens veulent savoir, c'est si le parti d'en face comprend que la situation climatique est urgente et que nous devons prendre...
    À l'ordre.
    Le député de Louis-Saint-Laurent a la parole.

[Français]

    Monsieur le Président, le chat sort du sac. Hier encore, le premier ministre, de son bureau, se levait et disait des faussetés aux Canadiens en disant qu'il allait atteindre les objectifs de l'Accord de Paris. C'est faux.
    Le directeur parlementaire du budget conclut aujourd'hui que le Canada n'y parviendra pas et, pire encore, que les libéraux devront faire passer leur taxe libérale de 20 $ à 100 $ s'ils veulent atteindre ces cibles. C'est cinq fois plus élevé que la taxe libérale actuelle.
    Est-ce que la ministre de l'Environnement pourrait nous dire quel va être le coût assumé par les Canadiens avec la taxe libérale sur le carbone?
    Monsieur le Président, ce sont des propos honteux de la part d'un député du Québec, où il y a un prix sur la pollution qui fonctionne. Que se passe-t-il au Québec? Le Québec réduit ses émissions de gaz à effet de serre et il fait croître son économie. Il a le plus grand secteur des technologies propres au pays.
    J'espère que le député d'en face va se tenir debout, comme les Québécois le veulent, et avoir un plan ambitieux pour s'attaquer aux changements climatiques et atteindre nos cibles.
    Monsieur le Président, c'est avec plaisir et honneur que je me tiens debout à la Chambre avec le document du ministère de l'Environnement du Québec qui conclut que, de 2014 à 2016, la bourse du carbone n'a donné lieu à aucune baisse des gaz à effet de serre. Je ne peux pas dire à la Chambre que la ministre a menti, mais elle n'a pas dit la vérité.
    J'ai une question simple à poser à la ministre: quelle va être l'augmentation du prix du pétrole pour les Canadiens?
    Est-ce que cela va être 0,25 $ le litre de plus, oui ou non?
    Monsieur le Président, je suis étonnée d’entendre ce que dit le député de l’opposition.
    Dit-il aux Québécois qu’il n’appuie plus la bourse du carbone au Québec? Le député de l’opposition dit-il que le Québec ne devrait pas fixer un prix sur la pollution? Le député de l’opposition pense-t-il que nous ne pouvons pas faire croître notre économie comme le fait le Québec et nous attaquer aux changements climatiques? Le député de l’opposition ne voit-il pas les millions de jeunes dans les rues, qui demandent que l'on pose des gestes concrets sur le plan climatique? Je sais que les députés québécois et les députées québécoises de la Chambre le savent.

  (1425)  

[Traduction]

Le Sénat

    Monsieur le Président, les députés démocratiquement élus à la Chambre ont voté l'adoption d'un projet de loi qui contribuerait à la réconciliation et inscrirait dans le droit canadien la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, ce qui améliorerait la vie de ces derniers.
    Les députés ont également voté pour un projet de loi qui ferait en sorte que les juges fédéraux reçoivent une formation sur le droit relatif aux agressions sexuelles, ce qui améliorerait la vie des personnes qui en ont été victimes.
    Ces projets de loi sont maintenant pris en otage au Sénat non élu. C'est une parodie de démocratie.
    Que fait le premier ministre pour garantir que la volonté du peuple est réalisée et que ces projets de loi sont adoptés?
    Monsieur le Président, le gouvernement prend des initiatives majeures pour mettre en œuvre la déclaration des Nations unies en faisant adopter des projets de loi sur les langues autochtones et les services d'aide à l'enfance et à la famille.
    Nous avons également appuyé le projet de loi C-262, qui constitue une prochaine étape importante.
    Nous aussi sommes très déçus de voir le chef conservateur permettre aux membres de son caucus à l'autre endroit de recourir à des tactiques partisanes et dilatoires pour empêcher ce projet de loi important d'avancer, ignorant ainsi de façon flagrante la motion adoptée à l'unanimité par la Chambre.
    La réconciliation avec les peuples autochtones ne devrait pas dépendre…
    À l'ordre. Je rappelle aux députés qu'ils doivent écouter. Qu'ils aiment ou qu'ils n'aiment pas ce qu'ils entendent, peu importe, ils doivent l'écouter. Le Président doit aussi pouvoir entendre ce qui se dit pour déterminer si cela est recevable ou pas. Je fais appel à votre collaboration à cet égard.

[Français]

    L'honorable député de Burnaby-Sud a la parole.

L'assurance-médicaments

    Monsieur le Président, un homme a approché le député de Sherbrooke pour témoigner de son incapacité à payer ses trois médicaments. Il peut seulement en acheter un parmi les trois et son pharmacien a dû lui dire lequel des trois médicaments était le plus important. Les gens comme cet homme attendent depuis des décennies d'avoir accès aux médicaments dont ils ont besoin.
    Les libéraux vont-ils continuer à défendre les grandes sociétés pharmaceutiques ou vont-ils se tenir aux côtés de la population et mettre enfin en place une assurance-médicaments publique et universelle?
    Monsieur le Président, soyons très clairs: notre gouvernement s’est engagé à s'assurer que tous les Canadiens et les Canadiennes vont avoir accès à un régime d’assurance-médicaments national.
    Nous allons concevoir ce régime. Pour cela, nous devons collaborer avec les provinces, les territoires, le secteur des soins de santé, les peuples autochtones et tous les Canadiens. Nous ne cesserons pas de travailler sur ce dossier. Nous voulons nous assurer que tous les Canadiens et les Canadiennes vont avoir accès aux médicaments dont ils ont besoin.

[Traduction]

    Monsieur le Président, le rapport présenté hier confirme le résultat de 40 ans de commissions et d'études. Il confirme que le Canada a besoin d'un régime d'assurance-médicaments public, universel, complet et à payeur unique pour tous.
    Qu'a accompli le gouvernement libéral en quatre ans? La réponse: rien du tout. D'ailleurs, les libéraux ont montré qu'ils préfèrent aider les grandes sociétés pharmaceutiques plutôt que les gens qui doivent faire un choix difficile entre se payer des médicaments ou se procurer de quoi manger, une décision qui pourrait les mener à l'hôpital s'ils n'ont pas les moyens de se procurer les médicaments dont ils ont besoin.
    Pourquoi les libéraux refusent-ils de faire le nécessaire? Pourquoi refusent-ils de s'enlever du chemin pour laisser les néo-démocrates mettre un régime en place?
    Monsieur le Président, soyons très clairs. Le gouvernement est fermement résolu à faire le nécessaire pour que tous les Canadiens bénéficient d'un régime national d'assurance-médicaments, et il est en bonne voie de le faire.
    Depuis deux ans, nous nous employons à faire baisser le prix des médicaments. Dans le budget de 2019, nous avons prévu des fonds en vue de créer une agence canadienne des médicaments.
    Nous sommes en train de moderniser le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés afin de réduire le prix des médicaments et de mettre ce régime en place.

Les priorités du gouvernement

    Monsieur le Président, le gouvernement libéral continue de privilégier les mieux nantis par rapport aux gens qui ont du mal à joindre les deux bouts. Les libéraux ont choisi d'appuyer les grandes sociétés pharmaceutiques et de protéger leurs profits plutôt que d'aider les gens qui n'ont pas les moyens de payer leurs médicaments. Ils ont choisi d'aider les grandes entreprises de télécommunications et de leur permettre d'arnaquer les Canadiens sur leurs factures de téléphonie cellulaire. Ils ont choisi d'aider les grands pollueurs à continuer d'empoisonner la planète. Ils permettent aux plus riches de s'en tirer à bon compte en ne payant pas leur juste part d'impôt.
    La réalité, c'est que le gouvernement ne se soucie pas des gens. Pourquoi donc continue-t-il à aider les puissants et les mieux nantis au lieu des gens qui travaillent fort pour joindre les deux bouts?
    Monsieur le Président, parlons d'abordabilité. La toute première chose que nous avons faite a été de réduire les impôts de neuf millions de Canadiens de la classe moyenne. La deuxième chose que nous avons faite a été d'instaurer l'Allocation canadienne pour enfants, qui a permis aux familles de la classe moyenne d'avoir plus d'argent à leur disposition. Nous avons démontré que nos mesures, en trois ans et demi, ont permis aux familles de la classe moyenne de quatre personnes d'avoir 2 000 $ de plus dans leurs poches. Voilà ce que nous faisons en matière d'abordabilité.

  (1430)  

Les ressources naturelles

    Monsieur le Président, comme c'est le cas de tout ce que touche le premier ministre, son projet de loi « à bas les pipelines », le projet de loi C-69, est une catastrophe qui choque la majorité des provinces et les a fait se retourner contre lui. L'unité nationale est menacée, mais, plutôt que de prendre au sérieux les inquiétudes des premiers ministres provinciaux, le premier ministre ne cesse de les insulter par son attitude du « c'est moi le patron et je sais ce qu'il faut faire ».
    Est-ce que le premier ministre réalise les dommages qu'il est en train de causer et ce qui est en jeu? Il place son ego et ses intérêts politiques devant l'unité nationale.
    Monsieur le Président, nous avons la possibilité d'investir 500 milliards de dollars dans des projets d'envergure au cours de la prochaine décennie. Sous Stephen Harper, lorsque les règles avaient été affaiblies, les bons projets ne pouvaient pas être lancés, nous n'écoutions pas les peuples autochtones et nous ne protégions pas l'environnement.
    Nous sommes très fiers des règles améliorées que nous mettons en place au moyen du projet de loi C-69. Nous avons écouté les sénateurs et nous avons accepté les amendements qui amélioraient davantage ces règles.
    Nous pouvons protéger l'environnement. Nous pouvons collaborer avec les peuples autochtones. Nous pouvons faire tout cela en permettant aux bons projets d'aller de l'avant en temps opportun. Je demande aux partis d'en face d'appuyer cette bonne...
    La leader de l'opposition à la Chambre a la parole.
    Monsieur le Président, le premier ministre et la ministre de l'Environnement font tout ce qu'ils peuvent pour détruire le secteur de l'énergie au Canada. Leur projet de loi anti-pipelines, le C-69, aurait un effet dévastateur pour les familles qui triment dur dans le secteur gazier et pétrolier, et ils le savent bien.
    Malheureusement, les libéraux vont mettre un terme au débat sur ce projet de loi destructeur plus tard aujourd'hui et ils vont l'imposer de force aux Canadiens. Neuf premiers ministres provinciaux sont inquiets, mais le premier ministre fait la sourde oreille.
    Le premier ministre cessera-t-il de s'en prendre à notre secteur des ressources naturelles, écoutera-t-il les premiers ministres provinciaux et retirera-t-il enfin cet horrible projet de loi?
    Monsieur le Président, il est temps que le pays unisse ses forces. Nous avons bel et bien besoin de grands projets. Le système mis en place sous Stephen Harper a échoué, la protection environnementale est passée à la trappe, et notre obligation constitutionnelle de consulter les peuples autochtones a été bafouée. Au bout du compte, de bons projets n'ont pas pu aller de l'avant en temps opportun.
    Nous avons amélioré les règles. Nous devrions tous les appuyer, car nous voulons voir notre économie continuer à croître. Nous voulons continuer d'attirer des investissements.
    Les investissements directs étrangers au Canada n'ont jamais été aussi importants que l'an dernier. Nous avons créé un million d'emplois. Les familles ont 2 000 $ de plus dans leurs poches. Nous sommes en train de démontrer ce qu'il faut faire pour faire croître l'économie...
    J'encourage vivement les députés à faire preuve de courtoisie les uns envers les autres, à ne pas être impolis et à éviter d'interrompre les autres.
    Le député de Portneuf—Jacques-Cartier a la parole.

[Français]

L'environnement

    Monsieur le Président, ce qu'elle affirme est aberrant. Ce gouvernement centralisateur, comme seuls les libéraux peuvent l'être, n'a aucun respect pour les provinces et les territoires. Les premiers ministres des provinces, légitimement élus par des Canadiens, ne sont même pas écoutés par ce premier ministre. Le premier ministre du Québec se dit lui aussi déçu que le gouvernement fédéral actuel ait refusé les amendements au projet de loi C-69 sur l'environnement. Au lieu d'être constructive, cette attitude libérale provocatrice met la table à la destruction de l'unité canadienne.
    Pourquoi le premier ministre pense-t-il qu'il a le monopole de la vérité?
    Monsieur le Président, quand je parle aux Québécois et aux Québécoises, qu'est-ce qu'ils me disent? Ils veulent que nous prenions des mesures ambitieuses pour les changements climatiques afin de protéger l'environnement. Ils veulent que nous ne retournions pas au temps de Stephen Harper, mais que nous améliorions les règles des évaluations environnementales.
    Eux, oui, ils veulent que nous fassions croître l'économie et que nous créions de bons emplois. Ils savent que nous avons un plan. Le Parti conservateur n'a pas de plan pour l'environnement, pas de plan pour l'économie, pas de plan pour les Canadiens.
    Monsieur le Président, son plan ne fonctionne pas. Quel affront de la part du premier ministre envers les contribuables canadiens! Il a affirmé que le Canada allait atteindre les cibles de l'Accord de Paris d'ici 2030. C'est une demi-vérité, pour ne pas dire un mot que je ne peux pas dire à la Chambre.
    Après les Nations unies et la commissaire à l'environnement, ce matin, le directeur parlementaire du budget a écrit noir sur blanc qu'avec le plan actuel, le Canada n'atteindra pas les cibles de l'Accord de Paris. Pour y arriver, le gouvernement devra multiplier par cinq la taxe actuelle sur le carbone.
    Pourquoi y a-t-il ce manque de transparence et cette hypocrisie libérale?

  (1435)  

    Monsieur le Président, savez-vous ce qui est un affront aux contribuables? C'est le premier ministre Ford, qui dépense l'argent des comptables pour s'attaquer au prix sur la pollution.
    Un prix sur la pollution, il y en a un au Québec. Mon collègue va-t-il s'attaquer au prix sur la pollution au Québec? Je ne sais pas si ce député comprend qu'au Québec, l'économie croît, il y a un prix sur la pollution et cela fonctionne. Il y a de bons emplois et il y a un secteur des technologies propres vibrant.
     L'économie et l'environnement vont de pair, et le Québec est un bon exemple.
    Pourquoi est-ce que ce député ne se tient pas debout pour le Québec et les Québécois?
    M. Joël Godin: Dites la vérité.
    À l'ordre. L'honorable député de Portneuf—Jacques-Cartier doit écouter la réponse après avoir posé sa question.
    L'honorable député de Barrie—Innisfil a la parole.

[Traduction]

La tarification du carbone

    Monsieur le Président, les Canadiens ressentent les effets de la taxe sur le carbone des libéraux. Nous payons chaque jour un peu plus pour les biens de première nécessité. En plus, les Canadiens n'ont pas reçu le remboursement de la taxe sur le carbone qu'on leur avait promis. Ce remboursement n'est pas ce qu'on prétendait; les Ontariens ont reçu un montant de 30 % inférieur à ce qui était prévu.
    Un peu plus tôt aujourd'hui, le directeur parlementaire du budget a dit que, pour être efficace, la taxe sur le carbone des libéraux devrait être augmentée de 400 %. Cela fera augmenter les taxes sur l'essence de bien plus que 25 ¢ le litre — de quoi faire sérieusement mal au portefeuille.
    Quand le premier ministre va-t-il enfin reconnaître que son plan consiste à augmenter le prix de l'essence que les Canadiens mettent dans leur véhicule?
    Monsieur le Président, je me demande si le député a vu le rapport qui révèle que le plan de Doug Ford pour le climat coûte deux fois plus cher que notre plan de lutte contre les changements climatiques. C'est bien ce que j'ai dit: deux fois plus.
    Qu'est-ce que le premier ministre Ford fait d'autre? Il prend 40 millions de dollars de l'argent des contribuables pour lutter contre les mesures de lutte contre les changements climatiques plutôt que pour lutter contre les changements climatiques eux-mêmes. Il va lancer une campagne d'autocollants et imposer des amendes aux entreprises qui refusent d'induire les Ontariens en erreur.
    Il faut prendre des mesures sérieuses pour lutter contre les changements climatiques. Nous n'avons pas le choix. C'est bon pour l'économie. C'est bon pour l'environnement. De plus, nous devons le faire pour nos enfants.
    Je demande aux députés, y compris le député de Battle River—Crowfoot, d'attendre leur tour pour intervenir.
    Monsieur le Président, je pense que la ministre devrait se présenter comme chef libérale de l’Ontario.
    Nous avons également entendu le directeur parlementaire du budget confirmer aujourd’hui que le gouvernement libéral n’atteindra pas ses cibles de l’Accord de Paris d’ici 2030. Pour atteindre ces objectifs, le directeur affirme que la taxe sur le carbone devrait augmenter de 400 %. Pourtant, 50 % des familles canadiennes sont à 200 $ de la faillite. Ils n’ont pas les moyens de payer la taxe sur le carbone du premier ministre.
    À quel moment le premier ministre admettra-t-il qu’il a toujours eu l’intention d’augmenter le prix des biens de première nécessité, comme l’essence de nos voitures et le chauffage de nos maisons?
    Monsieur le Président, parlons de ce que nous avons fait pour les Canadiens et des investissements que nous avons réalisés, car les députés d’en face ne semblent pas bien saisir.
    L’une des premières choses que nous avons faites a été de réduire les impôts de la classe moyenne. Ensuite, nous avons rendu plus généreuse l’Allocation canadienne pour enfants et mis plus d’argent dans les poches des gens. Qu’ont fait les conservateurs? Ils ont imposé les familles.
    Parlons aussi du fait que les conservateurs sont responsables de 72 % du déficit budgétaire total du Canada.

[Français]

La pauvreté

    Monsieur le Président, dans le dernier budget, les libéraux ont annoncé que le NPD, l'Assemblée des Premières Nations, le Club des petits déjeuners et bien d'autres réclamaient un programme national d'alimentation dans les écoles. Quand on sait qu'un enfant sur cinq est pauvre, cela est essentiel.
    Malheureusement, le ministre de la Famille refuse de se prononcer sur un échéancier et, pire encore, aucune somme n'est annoncée pour ce programme.
    Est-ce que cette annonce du dernier budget était une véritable promesse — pour ce que ça vaut pour les libéraux — ou plutôt une autre opération de relations publiques libérale?

[Traduction]

    Monsieur le Président, c’est toujours un honneur pour moi de prendre la parole à la Chambre pour parler des progrès fulgurants que nous avons réalisés dans la lutte contre la pauvreté chez les enfants au Canada. En fait, l’Allocation canadienne pour enfants a fait reculer la pauvreté infantile en sortant 300 000 enfants canadiens de la pauvreté, et nous avons les niveaux de pauvreté les plus bas jamais enregistrés.
    En ce qui concerne le programme alimentaire, nous croyons fermement que les enfants qui vont à l’école et qui étudient doivent manger suffisamment pour faire leur travail scolaire. Toutes les études montrent qu’il s’agit d’une politique progressiste. Nous l’appuyons sans réserve et nous atteindrons les objectifs prescrits dans le budget.

L'assurance-médicaments

    Monsieur le Président, le rapport du Dr Hoskins ne saurait être plus clair. Nous avons besoin d'un régime universel d'assurance-médicaments à payeur unique au Canada. Pourtant, le gouvernement a fait fi de ce rapport, comme le font tous les gouvernements depuis 50 ans — qu'ils soient libéraux ou conservateurs —  chaque fois qu'un rapport est produit sur le sujet.
    D'un bout à l'autre du pays, des aînés coupent leurs pilules en deux pour en avoir plus longtemps. Ils doivent choisir entre se nourrir et acheter les médicaments dont ils ont désespérément besoin. Les choses ne devraient pas se passer ainsi. Après 50 ans, combien de temps les Canadiens devront-ils encore attendre?

  (1440)  

    Monsieur le Président, je serai très claire. Le gouvernement tient absolument à ce que tous les Canadiens aient accès à un programme national d'assurance-médicaments, et le travail est déjà bien amorcé. C'est pourquoi nous avons mis sur pied le conseil consultatif. D'ailleurs, nous sommes très heureux d'avoir reçu son rapport hier. J'ai bien hâte de continuer à travailler avec les provinces et les territoires, les dirigeants autochtones et tous les groupes concernés, car nous voulons nous assurer que tous les Canadiens auront accès à des médicaments abordables.

Les ressources naturelles

    Monsieur le Président, le projet de transport Manitoba-Minnesota permettrait d'acheminer l'énergie propre et verte du Manitoba au Minnesota, où l'utilisation du charbon est omniprésente. Même si ce projet a fait l'objet de consultations pendant cinq ans et qu'il a reçu l'approbation de la Commission de protection de l'environnement du Manitoba et de l'Office national de l'énergie, le premier ministre refuse toujours de l'approuver. Il est trop fier pour approuver un projet d'un gouvernement provincial conservateur qui est meilleur pour l'environnement que toutes les autres mesures qu'il a présentées.
    Quand le premier ministre mettra-t-il son ego de côté, cessera-t-il de faire obstacle à l'énergie propre et verte du Manitoba et approuvera-t-il ce projet?
    Monsieur le Président, comme le sait pertinemment le député, il y a un conflit incessant entre le gouvernement du Manitoba et la Fédération des Métis du Manitoba ainsi que certaines communautés autochtones choisies pour participer à ce projet parce que le gouvernement du Manitoba a renoncé à l'accord qu'il proposait pour régler certains des aspects problématiques du projet. Nous ne ménageons aucun effort pour nous acquitter de notre devoir de consulter les communautés autochtones avant d'approuver ce projet.
    Monsieur le Président, si le gouvernement actuel avait vraiment voulu réaliser le projet d'expansion du pipeline Trans Mountain, il l'aurait fait il y a trois ans et demi. Au lieu de cela, le premier ministre a dit aux Canadiens qu'il avait l'intention de mettre fin progressivement à l'exploitation du pétrole et du gaz. Il a confirmé ses intentions en présentant des projets de loi anti-énergie, en opposant son veto au projet Northern Gateway et en réglementant à outrance le projet d'oléoduc d'ouest en est. Il est en train de détruire le secteur pétrolier et gazier du Canada, exactement comme il l'avait annoncé.
    Quels moyens le gouvernement entend-il prendre pour s'assurer que l'expansion du pipeline TMX commencera le 19 juin, à Burnaby?
    Monsieur le Président, comme nous le savons tous, quand Stephen Harper est arrivé au pouvoir en 2006, 99 % du pétrole albertain était vendu à un seul client: les États-Unis. Quand il a quitté le pouvoir en 2015, la situation n'avait pas changé.
    Or, nous sommes en train de changer les choses en mettant en place de meilleures règles afin de permettre l'avancement de bons projets, tout en protégeant l'environnement et en laissant les Autochtones participer au processus décisionnel.
    Cela ne répond pas à la question, monsieur le Président. Essayons encore.
    Les Canadiens s'attendent à ce que, dans cinq jours, les libéraux approuvent pour une deuxième fois l'expansion du pipeline Trans Mountain, mais de grandes questions demeurent. Que feront-ils des nouvelles contestations judiciaires? Quand le pipeline sera-t-il fonctionnel? Qui en sera le propriétaire et l'exploitant? Quel en sera le coût pour les contribuables?
    Le projet était censé être achevé cette année, mais il n'est même pas commencé, car pendant trois ans et demi, les libéraux n'ont pas exercé le pouvoir qui revient au gouvernement fédéral et ils ont commis des erreurs sur le plan des consultations auprès des Autochtones.
    Accorder son approbation est une chose, mais réaliser le projet en est une autre. Cette fois-ci, que comptent faire les libéraux pour que la construction commence à Burnaby le 19 juin?
    Monsieur le Président, il est très curieux, et même regrettable, que les conservateurs veuillent que nous suivions le même processus que celui qui n'a permis de construire aucun pipeline pour acheminer les ressources vers des marchés non américains. Nous adoptons une approche différente. L'objectif est de réaliser de bons projets de façon responsable et durable tout en protégeant l'environnement et en permettant aux Autochtones de participer au processus décisionnel. Voilà la seule façon de réaliser de bons projets.

L'environnement

    Monsieur le Président, ce sont les échecs des libéraux qui ont retardé le projet Trans Mountain.
    Toutefois, après seulement une heure, hier soir, les libéraux ont dit qu'ils mettraient fin au débat concernant leur décision de rejeter 187 amendements du Sénat qui visaient à corriger leur projet de loi anti-pipelines, le projet de loi C-69. Neuf provinces et tous les territoires exigent des changements majeurs. Dans sa version actuelle, la mesure législative nuira à toute l'économie canadienne.
    L'année dernière, les libéraux ont fait adopter ce projet de loi à toute vitesse à la Chambre. Voilà pourquoi le Sénat a dû réparer les pots cassés et le réécrire au complet. Les libéraux vont-ils permettre aux députés de faire entendre la voix des Canadiens ou vont-ils mettre fin au débat et faire adopter le projet de loi à toute vapeur, encore une fois?

  (1445)  

    Monsieur le Président, en janvier 2016, nous avons publié des principes provisoires. Deux comités parlementaires se sont penchés sur le projet de loi C-69. Il y avait deux groupes d'experts. Des consultations pancanadiennes ont été menées auprès des entreprises, des provinces, des peuples autochtones et des environnementalistes. Le Sénat a ensuite fait une tournée afin d'écouter les gens. Puis, nous avons accepté 99 amendements.
    Revenons toutefois à ce qui s'est passé sous Stephen Harper. Qu'a-t-il fait? Sans aucune consultation préalable, il a vidé les évaluations environnementales de leur substance au moyen d'un projet de loi omnibus d'exécution du budget, ce qui a empêché de bons projets d'être réalisés rapidement.
    À l'ordre, s'il nous plaît. Je rappelle aux députés qu'il n'est pas nécessaire de toujours parler lorsque quelqu'un d'autre a la parole. Au contraire, comment un député peut-il espérer prendre la parole lorsqu'on ne lui en donne pas l'occasion?
    Le député de Trois-Rivières a la parole.

[Français]

Le transport ferroviaire

    Monsieur le Président, une récente réponse du gouvernement m'indique que je faisais erreur en pensant que le ministre des Transports était le responsable du train à grande fréquence. C'est plutôt le ministre des Finances qui semble piloter le projet. À l'automne dernier, près de 10 rencontres entre des représentants de son ministère et des représentants de la Banque de l'infrastructure ont eu lieu à ce sujet.
    Pendant que le ministre des Transports nous endort avec ses études, le ministre des Finances cherche quel ami bien placé pourrait bénéficier des judicieux profits.
    Comment le gouvernement peut-il vraiment avoir une autre approche que celle d'offrir le meilleur service au meilleur coût possible pour les utilisateurs?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Trois-Rivières de sa question hebdomadaire au sujet du train à grande fréquence.
     Je vais lui donner la même réponse: notre gouvernement, un gouvernement responsable, est en train d'étudier très sérieusement le projet du train à grande fréquence. Quand nous aurons des nouvelles, nous les communiquerons. Il sera un des premiers à les savoir.

L'environnement

    Monsieur le Président, nous savons que les libéraux ont brisé leur promesse d'abolir les subventions...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre. Je demande à tous les députés de se calmer et d'écouter le député qui a la parole. Ils doivent écouter les réponses. On ne doit pas parler lorsqu'on n'a pas la parole.
    L'honorable député de Rosemont—La Petite-Patrie a la parole.
    Monsieur le Président, nous savons que les libéraux ont brisé leur promesse d'abolir les subventions aux pétrolières. Ils se sont aussi engagés, avec le G20, à mettre fin aux subventions inefficaces.
    Le problème, c'est qu'ils ne savent pas ce que veut dire inefficace. La commissaire à l'environnement et au développement durable nous a dit qu'ils n'ont même pas de définition à cet égard. Nous avons appris que le premier ministre ne fait pas la différence entre une bouteille en plastique et une bouteille en carton. Ils sont facilement confus.
    Est-ce que le gouvernement a besoin d'aide pour faire la différence entre « efficace » et « inefficace »? Selon les libéraux, est-ce que cela veut dire la même chose?
    Monsieur le Président, je suis toujours heureuse de me lever à la Chambre pour parler de ce que nous faisons pour protéger l'environnement et lutter contre les changements climatiques. Nous éliminons le charbon. Nous investissons dans les énergies renouvelables, les technologies propres et le transport en commun. Nous éliminons la pollution par le plastique. Nous doublons les espaces verts du Canada. Nous allons continuer ainsi.
    Nous savons que nous pouvons protéger notre environnement et faire croître notre économie. En faisant tout cela, nous avons créé 1 million d'emplois pour les Canadiens. Nous savons que nous devons aller de l'avant et que nous avons le devoir de...
    L'honorable député de Guelph a la parole.

[Traduction]

Le commerce international

    Monsieur le Président, étant donné que, en 2018, les producteurs de canola du Canada en ont exporté pour 11 milliards de dollars dans plus de 50 pays, nous savons qu'ils sont l'un des principaux moteurs de création d'emplois, de prospérité économique et de croissance de la classe moyenne. Le gouvernement a montré qu'il est déterminé à préserver un accès complet au marché pour les exportations de graines de canola canadiennes, tout en aidant les producteurs canadiens et leur famille à surmonter les obstacles à venir grâce à la Stratégie de diversification du commerce.
    Le ministre de la Diversification du commerce international, qui s'avère être le député de ma belle-mère, informerait-il la Chambre de sa récente mission commerciale au Japon et en Corée du Sud?

  (1450)  

    Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue de Guelph et à saluer sa belle-mère.
    La semaine dernière, j'ai dirigé une mission commerciale axée sur le canola au Japon et en Corée du Sud avec mes homologues de l'Alberta et de la Saskatchewan ainsi que le député de Niagara-Ouest. La mission était une excellente façon pour le gouvernement et l'industrie d'unir leurs forces pour promouvoir la vente du canola canadien et d'autres produits agricoles.
     Aujourd'hui, la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire et moi avons annoncé qu'Exportation et développement Canada accorderait un appui de 150 millions de dollars en matière d'assurance pour aider les producteurs canadiens de canola à explorer de nouveaux marchés. Nous appuierons toujours les producteurs de canola.
    À l'ordre, s'il vous plaît. Je rappelle le député de Souris—Moose Mountain à l'ordre.
     Le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles a la parole.

[Français]

L'immigration, les réfugiés et la citoyenneté

    Monsieur le Président, nous apprenons par les médias que les entrées illégales quotidiennes au chemin Roxham ont pratiquement doublé. Après le fameux gazouillis du premier ministre, plus de 23 000 personnes ont demandé l'asile au Québec en 2017. En 2018, le nombre de demandes d'asile est passé à plus de 36 000.
    De plus, la grande majorité de ces demandes sont faites par des gens qui quittent les États-Unis, un pays où il n'y a pas de guerre civile ni de famine et où il y a des services sociaux incomparables.
    Pourquoi le premier ministre essaie-t-il de faire croire aux Canadiens que ces gens sont de vrais réfugiés?
    Monsieur le Président, chaque jour est une autre occasion pour les conservateurs de faire peur aux Canadiens. Voici trois faits très importants.
    Premièrement, depuis l'année passée, le nombre de demandeurs d'asile qui se présentent à notre frontière de façon irrégulière a diminué de 45 %.
    Deuxièmement, une grande partie des gens qui se présentent à notre frontière sont des jeunes.
     Troisièmement, il faut rappeler que c'est le gouvernement conservateur qui a sabré 1,2 milliard de dollars dans le budget de nos agences de sécurité, et que c'est nous qui sommes en train de réinvestir pour leur donner les ressources nécessaires pour gérer nos frontières.
    Monsieur le Président, je crois que les Canadiens sont très conscients de ce qui se passe. Le secrétaire parlementaire présente des faits qui sont totalement faux. Il n'a qu'à aller voir les chiffres d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada; ils sont publiés.
    La semaine prochaine, le premier ministre va rencontrer le président des États-Unis. Un des sujets discutés sera la sécurité et la défense.
    Est-ce que le premier ministre va oser demander au président des États-Unis une renégociation de l'Entente sur les tiers pays sûrs?
    Monsieur le Président, il n'a peut-être pas bien compris. Il y a eu une réduction de 45 % depuis 2018. C'est un fait. Je sais que les conservateurs n'aiment pas parler de faits qui vont à l'encontre de leurs arguments, mais c'est réel. Je le répète: votre gouvernement conservateur a sabré 1,2 milliard de dollars dans le budget de la GRC et...
    À l'ordre. Je rappelle au député qu'il doit adresser ses commentaires à la présidence. Il peut terminer sa réponse.
    Monsieur le Président, leur gouvernement conservateur a sabré 1,2 milliard de dollars dans le budget de la Gendarmerie royale du Canada et de l'Agence des services frontaliers du Canada. C'est nous qui leur donnons les ressources nécessaires afin qu'elles puissent bien faire leur travail et protéger les Canadiens.

[Traduction]

    Monsieur le Président, seul un libéral peut invoquer le fait d'avoir dépensé plus d'argent pour se justifier d'avoir obtenu de moins bons résultats. C'est exactement ce que fait ce gars-là. Il répond que les libéraux ont dépensé davantage.
    Cependant, TVA nous a appris aujourd'hui que le nombre de personnes qui traversent la frontière illégalement a doublé. C'est ridicule. Ce n'est pas de la compassion: c'est une injustice. L'argent dépensé n'est pas un critère. Cette situation doit cesser.
    Quand le gouvernement va-t-il éliminer l'échappatoire dans l'Entente sur les tiers pays sûrs?
    Nous devrions probablement nous qualifier les uns les autres de députés, mais je suppose qu'on peut dire que certains d'entre nous sont des gars.
    Le secrétaire parlementaire a la parole.
    Monsieur le Président, premièrement, ne pas faire preuve de compassion, c'est faire des compressions dans les soins de santé offerts à des enfants qui viennent chercher refuge dans notre pays. Or, c'est exactement ce que les conservateurs ont fait.
    Je profite encore de l'occasion pour rappeler des faits très importants. Le nombre de demandeurs d'asile qui se présentent à notre frontière de façon irrégulière a diminué de 45 %. Les conservateurs ne veulent pas le dire aux Canadiens. Ils veulent continuer de faire peur aux Canadiens.
    Deuxièmement, une énorme proportion de ces personnes sont des enfants.
    Troisièmement, je rappelle à la Chambre et à tous les Canadiens que le gouvernement conservateur a réduit de 1,2 milliard de dollars le financement de la GRC et de l'Agence des services frontaliers du Canada tout en s'attendant à ce qu'ils soient quand même capables de faire leur travail. Nous savons que c'est impossible. Nous avons investi.

  (1455)  

    Monsieur le Président, en réalité, quand on dépense autant d'argent, on devrait s'intéresser en priorité aux gens les plus vulnérables. Les gens qui traversent illégalement la frontière en provenance des États-Unis pour demander l'asile n'ont pas les mêmes besoins que ceux qui croupissent dans un camp de réfugiés dans le nord de l'Irak.
    En parlant de dépenses, les libéraux ont dépensé des milliards de dollars au titre des soins de santé, de l'éducation et du logement à prix abordable pour des gens dont la demande d'asile n'est probablement pas légitime. Ils se tournent ensuite vers les anciens combattants pour leur dire qu'ils n'ont plus rien à donner.
    Il faut choisir. Quand le gouvernement va-t-il supprimer l'échappatoire de l'Entente sur les tiers pays sûrs?
    Monsieur le Président, l'une des premières choses que le gouvernement a faites en arrivant au pouvoir a été de collaborer avec les Canadiens pour réinstaller plus de 60 000 réfugiés syriens dans notre pays, ce dont le Canada tout entier est fier.
    Le gouvernement a aussi collaboré à la réinstallation de plus de 1 400 femmes et filles yézidies, ce que le précédent gouvernement n'a pu faire que pour trois personnes.
    Quoi d'autre le gouvernement a-t-il fait? Il s'est engagé à réinstaller plus de 1 000 femmes et filles vulnérables provenant des régions du monde où il y a le plus de conflits et de persécutions.
    Les conservateurs ne sont même pas en mesure de dire s'ils maintiendront le leadership humanitaire dont fait preuve le Canada dans le monde en accueillant des réfugiés.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, hier, le gouvernement a trahi les Dénés du Nord du Manitoba et de la Saskatchewan. Depuis des années, ils négocient pour faire valoir leurs droits sur les terres et les ressources qui se trouvent au nord du 60e parallèle.
    Ils étaient si près de parvenir à un accord. Il y a quelques semaines, on leur a dit une chose au sujet des consultations et de la signature puis, à la dernière minute, la ministre est revenue sur sa position.
    Il s'agit d'un acte de mauvaise foi flagrant qui fait reculer les communautés dénées de plusieurs années. C'est le contraire de la réconciliation.
     Que fera la ministre pour régler ce problème majeur?
    Monsieur le Président, la relation du gouvernement avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis du Canada est la relation la plus importante du gouvernement. Il est donc extrêmement important que nous consultions les titulaires de droits visés à l'article 35 lorsque nous concluons une entente. Il y a eu des discussions avec les peuples autochtones des Territoires du Nord-Ouest et ils ont soulevé des préoccupations.
    Tant que je n'aurai pas l'impression que ces consultations ont été menées à ma satisfaction, nous devrons retarder la signature de l'accord.

L'immigration, les réfugiés et la citoyenneté

    Monsieur le Président, le premier ministre aime dénoncer les sentiments anti-réfugiés du gouvernement Ford. Or, il est consternant de voir que, lorsqu'il s'agit d'apporter des modifications au système d'asile, comme nous l'avons vu dans le projet de loi budgétaire omnibus, les libéraux s'inspirent directement des conservateurs pour réaliser des gains politiques.
    Voilà maintenant que le premier ministre se querelle avec Doug Ford à propos du financement de l'aide juridique. Il s'ensuit que des femmes doivent fuir la violence fondée sur le sexe et des membres de la communauté LGBTQ2+ sont exposés à de la persécution. Cela signifie que des réfugiés ne seront pas représentés à leur audience et lors de l'examen des motifs de leur détention ou de leur ordonnance d'expulsion. Cela mettra des vies en danger.
    Le premier ministre mettra-t-il fin aux expulsions jusqu'à ce que la crise de l'aide juridique soit réglée?
    Monsieur le Président, ma collègue et tous les Canadiens peuvent être certains que le gouvernement travaille très fort pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe ici et dans le monde. Pourquoi? Parce qu'il est impensable que cela se passe au Canada. Cela coûte à notre économie plus de 12 milliards de dollars pas année.
    Nous avons investi dans la première stratégie de lutte contre la violence fondée sur le sexe pour aider les femmes les plus vulnérables et les personnes qui font partie de la communauté LGBTQ2 de notre pays. Nous avons augmenté les fonds accordés aux organismes de défense des femmes.
    Mes collègues néo-démocrates et conservateurs ont voté contre ces mesures.

[Français]

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, hier, j'ai demandé au premier ministre de s'engager à rencontrer le président chinois dans le cadre du sommet du G20. Maintenant, aujourd'hui, je sais pourquoi je n'ai pas eu de réponse.
    Le premier ministre chinois l'ignore depuis janvier et il cachait cet échec embarrassant au public canadien. C'est pathétique. Nos Canadiens détenus en Chine, ainsi que nos producteurs de canola, de soja et de porc ont besoin de gestes. Si le chef libéral ne peut même plus téléphoner au premier ministre chinois, comment compte-t-il rencontrer le président chinois au G20?
    Le premier ministre va-t-il enfin admettre que sa politique étrangère est un échec total?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je tiens à assurer à la Chambre que nous avons fait entendre haut et fort notre position à la Chine, et ce, à tous les échelons.
    Nous avons des discussions avec nos diplomates au Canada et en Chine. Nous avons eu des discussions avec eux en Chine. En mai, une délégation parlementaire a fait connaître notre position pendant une visite en Chine. Je faisais partie de cette délégation. Il est malheureux que les conservateurs et les néo-démocrates aient choisi de ne pas nous accompagner.
    Ce sont des questions graves. Les Canadiens doivent s'unir pour assurer la sécurité de leurs compatriotes et la viabilité des entreprises d'ici.

  (1500)  

    Monsieur le Président, Michael Kovrig et Michael Spavor sont toujours détenus illégalement par le gouvernement chinois pour des raisons purement politiques. Les exportations canadiennes de canola et de viande vers la Chine sont bloquées pour des motifs arbitraires, ce qui place les agriculteurs dans une situation désastreuse. Les médias rapportent que le premier ministre chinois a même refusé de répondre aux appels téléphoniques du premier ministre. Les tensions entre les deux pays continuent de grimper à cause des échecs du premier ministre.
    Étant donné que Destination Canada commandite un gala à l'occasion de la fête du Canada en Chine, la ministre du Tourisme peut-elle expliquer comment ce gala contribuera concrètement à régler les problèmes que nous avons avec la Chine?
    Monsieur le Président, nous avons été très clairs. Le premier ministre, la ministre des Affaires étrangères et moi avons affirmé, à la Chambre, que la sécurité des Canadiens détenus en Chine est une priorité. Comme mon collègue vient de le dire, nous discutons régulièrement avec les représentants chinois et nous le faisons le plus souvent possible.
    Comme le député le sait, Destination Canada est une société indépendante du gouvernement. Je me dois de lui rappeler que le tourisme est une industrie importante au Canada: 700 000 touristes chinois visitent le pays chaque année, ce qui représente 13 000 emplois dans le secteur.
    À l'ordre. Je rappelle au député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola que les autres députés l'entendront mieux s'il attend d'avoir la parole pour donner son point de vue. Nous serons tous heureux de l'entendre.
    La députée d'Aurora-Oak Ridges-Richmond Hill a la parole.
    Monsieur le Président, qu'en est-il de la sécurité des Canadiens? Les droits de la personne et la primauté du droit sont menacés à Hong Kong. Les modifications proposées à la législation en matière d'extradition permettraient à la Chine d'extrader quiconque se trouve à Hong Kong, y compris des Canadiens, vers la partie continentale. Les manifestants pacifiques qui protestent contre ces changements se font menacer avec des gaz lacrymogènes et des balles de caoutchouc. Il y a 300 000 Canadiens qui vivent à Hong Kong et un autre demi-million de Canadiens qui y ont des parents.
    Au milieu de ce chaos, le gouvernement peut-il nous dire s'il émet des avis aux Canadiens qui se trouvent actuellement à Hong Kong?
    Monsieur le Président, je tiens à dire à tous les députés que nous avons exprimé de sérieuses préoccupations au sujet des modifications proposées aux lois sur l'extradition de Hong Kong. Hier, nous avons fait une déclaration publique pour exprimer nos préoccupations quant à l'impact qu'elles auront.
    Les récentes manifestations illustrent l'inquiétude profonde que les habitants de Hong Kong éprouvent à l'égard de leur avenir. J'espère que tous les députés de la Chambre sont solidaires avec eux. Nous avons discuté directement de ces modifications avec le gouvernement de Hong Kong. J'en ai moi-même discuté avec des députés des deux côtés de la Chambre.

L'immigration, les réfugiés et la citoyenneté

    Monsieur le Président, le mois dernier, l'OCDE a classé le Canada au premier rang mondial pour ce qui est d'attirer des entrepreneurs, grâce à des politiques comme le Programme pilote d'immigration au Canada atlantique, la Stratégie en matière de compétences mondiales et le Programme pilote d'immigration dans les communautés rurales et du Nord. Nous savons que nous avons les taux de chômage les plus faibles de l'histoire du Canada et que nous avons créé plus d'un million de nouveaux emplois dans l'économie canadienne en moins de quatre ans.
    Le secrétaire parlementaire peut-il expliquer à la Chambre comment le Canada peut conserver son avantage concurrentiel?
    Monsieur le Président, l'avantage concurrentiel du Canada dépend des efforts déployés pour accroître l'immigration de façon intelligente. C'est justement ce que le gouvernement actuel a fait et ce qu'il continuera de faire.
    Cependant, il y a quelqu'un qui dit au chef de l’opposition qu'il faut moins d'immigrants au Canada. De qui s'agit-il? Ce ne sont pas les familles qui ont été séparées pendant sept ans sous le gouvernement de Stephen Harper. Ce ne sont pas les universités qui voient les 15 milliards de dollars que les étudiants étrangers apportent dans l'économie canadienne. Ce ne sont pas non plus les entreprises qui veulent plus d'immigrants pour créer un million d'autres emplois partout au pays. Qui donc dit au chef de l’opposition qu'il faut réduire l'immigration? Qui lui glisse ces mots à l'oreille?

La justice

    Monsieur le Président, il y a deux ans et demi, Mark Norman a été suspendu de son poste de vice-chef d'état-major de la Défense. Il y a deux ans, le premier ministre a fait pencher la balance de la justice en affirmant que Mark Norman finirait devant les tribunaux. Il y a cinq semaines, la Couronne a décidé de suspendre les accusations après avoir reçu des éléments de preuve que le gouvernement avait tenté de bloquer. Après tout ce temps, le vice-amiral Mark Norman n'a toujours pas été rétabli dans ses fonctions.
    Quand le premier ministre fera-t-il ce qui s'impose en le réintégrant en tant que numéro deux des Forces armées canadiennes?

  (1505)  

    Monsieur le Président, je veux rappeler à la députée cette déclaration du Service des poursuites pénales du Canada:
    Aucun autre facteur n'a été pris en compte dans cette décision. Il n'y a pas eu de contact ou d'influence extérieurs, incluant de l'influence politique, dans la décision initiale de poursuivre M. Norman ou dans la décision de suspendre l'accusation.
    Le chef d'état-major de la Défense, le général Vance, est en discussion. On en dira davantage une fois que les discussions auront eu lieu.

Les transports

    Monsieur le Président, la prolongation du protocole provisoire pour les mouillages du sud de la Colombie-Britannique a été un fiasco total. Non seulement ces mouillages ont été établis sur le territoire traditionnel des Premières Nations, sans consentement ni consultation, mais en plus, la pollution lumineuse et sonore persiste à toute heure du jour et de la nuit, et les infractions ne sont pas sanctionnées par Transports Canada.
    Le ministre des Transports s'engagera-t-il à enquêter sur les infractions commises aux mouillages situés dans le Sud des îles Gulf et à rendre publiques les conclusions de l'enquête avant d'envisager toute autre prolongation du protocole provisoire?
    Monsieur le Président, nous sommes conscients que de nombreux navires arrivent au Port de Vancouver. C'est un port très dynamique et vraiment viable d'un point de vue économique et financier. C'est pour cela que beaucoup de navires y abordent.
    Nous sommes conscients qu'il nous faut trouver une solution à long terme en ce qui concerne les mouillages, et nous y travaillons. Nous travaillons avec le Port de Vancouver. Nous travaillons avec les armateurs. Nous essayons de trouver une solution à long terme. Dès que nous l'aurons trouvée, nous la ferons connaître.

[Français]

Les langues officielles

    Monsieur le Président, les francophones et les Acadiens de partout au pays, y compris la communauté franco-ontarienne d'Ottawa—Vanier, ont milité et œuvré pour augmenter les services en français et le bilinguisme dans la capitale nationale.
    Depuis décembre 2018, la capitale nationale est officiellement bilingue, et cela favorise et valorise dorénavant les deux langues officielles sur les plans éducatif, culturel et économique au Canada.
     Est-ce que la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie peut nous donner une mise à jour sur cette importante initiative?
    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son travail acharné en matière de langues officielles.
    Dans un pays bilingue comme le nôtre, il va de soi que le gouvernement fédéral travaille très fort pour assurer le caractère bilingue de notre capitale nationale. C’est exactement ce que nous faisons. Cela me fait plaisir d'annoncer aujourd'hui que l’Association des communautés francophones d’Ottawa va recevoir plus de 1 million de dollars pour assurer des services en français au sein de la capitale nationale. On le doit aux 150 000 Franco-Ontariens qui vivent à Ottawa et également aux 8 millions de francophones au pays.

[Traduction]

Le programme Emplois d'été Canada

     Monsieur le Président, un organisme de la région de Toronto a perdu son statut d'organisme de bienfaisance et s'est vu infliger une amende de 550 000 $ pour avoir financé des activistes au Pakistan. Or, ce même organisme a reçu une subvention de plus de 25 000 $ du gouvernement libéral dans le cadre du programme Emplois d'été Canada. Pendant ce temps, on a refusé un financement d'Emplois d'été Canada à 1 500 groupes, et des camps de jours en Ontario et en Nouvelle-Écosse se battent contre le premier ministre devant les tribunaux pour contester le critère des libéraux en matière de valeurs.
     Le premier ministre s'engagera-t-il à annuler la subvention à cet organisme afin que les Canadiens aient l'assurance que leurs impôts ne servent pas à financer des organisations terroristes?
    Monsieur le Président, nous condamnons sans équivoque l'extrémisme violent de tout genre. C'est inacceptable et nous ne le tolérons pas.
    J'ai demandé au ministère de se pencher sur cette question afin de garantir que l'organisme respecte les modalités du programme. S'il est déterminé qu'il ne les respecte pas, on ne lui accordera pas de subvention pour l'étudiant qu'il a embauché.

[Français]

La réforme démocratique

    Monsieur le Président, les gens sont écœurés de voir les vieux partis se faire financer à coup de gros chèques des lobbys et de soirées à 1 500 $ l’entrée. Il faut revenir au financement public des partis en fonction des votes reçus. C’est la seule façon d’éliminer les apparences de conflit d’intérêts. Il n’y a pas que le Bloc qui pense ça, il y a l’ex-directeur général des élections Jean-Pierre Kingsley et le groupe Democracy Watch aussi. C'est fini, le copinage.
    Quand est-ce que le gouvernement va rétablir le financement public en fonction du scrutin?
    Monsieur le Président, nous avons des règles strictes en ce qui concerne le financement politique. Nous avons des limites pour les individus qui font des dons. Le député et tous les députés de la Chambre savent que ni les organisations ni les syndicats ne peuvent faire des dons. Nous avons déposé le projet de loi C-50, qui augmente la transparence en matière de financement politique.

  (1510)  

    Monsieur le Président, ce sont Uber, Facebook et Google qui financent le Parti libéral, pas Mme Tremblay et M. Gagnon. Ce sont les pétrolières, les Irving et tous ceux qui, la main tendue, attendent des subventions du Canada.
    Les entreprises ne peuvent pas financer les partis, mais quand leurs employés donnent 3 000 $ par année, ça fait une belle cagnotte, n'est-ce pas?
    Est-ce pour ça que les libéraux ne veulent pas revenir au financement public? Est-ce parce qu'ils préfèrent le financement en échange de faveurs?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le député d'en face fait des allégations non fondées à la Chambre. À vrai dire, elles sont absurdes.
    Tous les députés dans cette enceinte savent qu'il est illégal pour les organisations privées ou les syndicats de faire des dons à des partis politiques. Les lois en matière de financement sont très strictes au Canada. Seuls les particuliers peuvent faire des dons.

L'assurance-médicaments

    Monsieur le Président, le régime universel d'assurance-médicaments faisait partie de la vision initiale de la Fédération du Commonwealth coopératif à l'égard de l'assurance-maladie. Le rapport publié hier estime que l'assurance-médicaments permettra aux Canadiens et aux employeurs d'économiser 23 milliards de dollars, mais qu'il coûtera 15 milliards de dollars aux gouvernements.
    Quelle partie de cette somme Ottawa transfèrera-t-elle aux provinces pour faire de l'assurance-médicaments une réalité? Ce transfert prendra-t-il la forme d'une subvention globale fondée sur les statistiques démographiques des provinces, ou le gouvernement partagera-t-il le coût réel des médicaments vendus sur ordonnance dans chaque province?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son importante question. Elle me donne l'occasion de répéter l'engagement du gouvernement à faire en sorte que tous les Canadiens aient accès à un régime national d'assurance-médicaments. Les travaux en ce sens vont bon train.
    Je rappelle à la Chambre que le budget de 2019 prévoit un financement de 35 millions de dollars pour la création d'une agence canadienne des médicaments, un élément fondamental du régime national d'assurance-médicaments. Il prévoit également 1 milliard de dollars pour accroître l'accessibilité aux médicaments pour le traitement des maladies rares.
    Il me tarde de collaborer avec les provinces, les territoires, les groupes autochtones et les autres parties intéressées pour que les Canadiens aient accès à un régime d'assurance-médicaments.

[Français]

Présence à la tribune

    Pour les citoyens de toutes les régions du pays, la Journée des Forces canadiennes est l'occasion de souligner les sacrifices que les militaires font en notre nom.

[Traduction]

    Je voudrais signaler aux députés la présence à notre tribune de six membres des Forces canadiennes qui participent aux activités organisées à Ottawa cette semaine dans le cadre du programme de reconnaissance des Forces canadiennes: le matelot-chef Sarbpreet Boparai, le lieutenant Andrea Murray, le sergent Mélanie Duchesneau, l'adjudant Mark Meyer, le caporal Joseph Champion et le caporal David Pigott.
    Des voix: Bravo!

[Français]

    Monsieur le Président, vous constaterez qu'il y a unanimité à la Chambre quant au dépôt du document « Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2016 et leur évolution depuis 1990 », émis par le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec et déposé à l'Assemblée nationale du Québec par le premier ministre du Québec, le 29 novembre dernier.
    Je demande le consentement unanime pour déposer ce document, qui repose sur les faits et la science.
    L'honorable député de Louis-Saint-Laurent a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour proposer cette motion?
    Des voix: Non.
    Le vice-président: Il n'y a pas de consentement unanime.
    L'honorable député de Longueuil—Saint-Hubert a la parole.

  (1515)  

    Monsieur le Président, on le sait, l'exaspération liée à la fin des travaux peut parfois mener même les plus sages d'entre nous à avoir des gestes inappropriés.
    Je tiens à présenter mes excuses pour avoir tenu des propos injurieux envers le ministre des Transports, pour qui j'ai beaucoup de respect, particulièrement en ce qui concerne son parcours professionnel antérieur.
    Je tiens donc à m'excuser.
    Je remercie l'honorable député de Longueuil—Saint-Hubert.
    L'honorable députée de Vancouver-Est invoque le Règlement.

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je crois qu'il y a eu atteinte à mon privilège parlementaire aujourd'hui.
    Ma question sur les expulsions et le financement de l'aide juridique s'adressait manifestement au ministre de la Sécurité publique, de qui relève l'Agence des services frontaliers du Canada. Or, c'est la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres qui a répondu à la question. J'espère que vous jugerez bon d'inviter le ministre de la Sécurité publique à répondre à ma question.
    Comme le sait peut-être la députée de Vancouver-Est, le choix du ministre qui va répondre aux questions durant la période des questions est évidemment laissé à la discrétion du gouvernement.
    Nous passons maintenant à la question habituelle du jeudi.
    La leader de l'opposition à la Chambre a la parole.

Les travaux de la Chambre

[Travaux de la Chambre]
    Monsieur le Président, j'aimerais demander à la leader du gouvernement à la Chambre si elle peut nous informer des travaux prévus pour le reste de cette semaine et pour la semaine prochaine. La semaine prochaine est la dernière semaine avant la pause. Nous aimerions donc savoir ce que la leader à la Chambre a prévu.
    Je pense plus particulièrement à la motion sur l'urgence climatique que le gouvernement a présentée, la motion no 29. Nous trouvons étrange que les libéraux ne veuillent pas en parler, quoique c'est peut-être parce qu'ils n'ont pas de plan pour lutter contre les changements climatiques. De ce côté-ci de la Chambre, nous voulons continuer à débattre et à discuter de cette importante motion.
    Nous nous demandons tous si, à un moment donné cette semaine ou la semaine prochaine, nous discuterons de la motion no 29.
    Monsieur le Président, je me réjouis du fait que la leader parlementaire de l'opposition a récemment commencé à respecter l'environnement et à s'en soucier. Je l'en félicite. Cela signifie probablement que les conservateurs présenteront bientôt leur plan à cet égard. Nous l'attendons depuis plus d'un an.
    Pour répondre à sa question, cet après-midi, nous entamerons le débat sur les amendements du Sénat au projet de loi C-58, Loi modifiant la Loi sur l'accès à l'information. Ce soir, nous reprendrons le débat sur le projet de loi  C-69, qui porte sur l'évaluation environnementale. Nous retournerons ensuite au projet de loi  C-88, sur la vallée du Mackenzie.
    Demain, nous reprendrons le débat sur les amendements du Sénat au projet de loi C-68, Loi modifiant la Loi sur les pêches. Nous nous attendons à recevoir des projets de loi du Sénat. Par conséquent, si nous avons le temps, j'aimerais commencer à débattre de l'un d'eux.

[Français]

    La semaine prochaine, la priorité sera donnée aux projets de loi qui nous auront été renvoyés par le Sénat, ou alors on peut continuer à débattre à la Chambre, conformément à la motion dont a parlé la leader à la Chambre de l'opposition officielle.
    Personnellement, je suis maintenant rassurée de savoir que les conservateurs veulent parler d'environnement. Peut-être qu'ils feront aussi connaître leur plan aux Canadiens.

  (1520)  

La Chambre des communes

    J'ai l'honneur de déposer sur le bureau le « Rapport aux Canadiens » de la Chambre des communes pour l'année 2019.

Ordres émanant du gouvernement

[Ordres émanant du gouvernement]

[Traduction]

La Loi sur l'accès à l'information

L'hon. Karina Gould (au nom de la présidente du Conseil du Trésor)  
     propose:
    Qu’un message soit envoyé au Sénat pour informer Leurs Honneurs que, en ce qui concerne le projet de loi C-58, Loi modifiant la Loi sur l'accès à l'information, la Loi sur la protection des renseignements personnels et d'autres lois en conséquence, la Chambre:
accepte les amendements 1, 2, 4, 5b), 6, 7, 8(b), 9, 10, 11, 13, 14b), 15a), b) et d), 16, 17, 18, 19 et 20 apportés par le Sénat;
rejette respectueusement les amendements 3 et 12, car ils visent à légiférer sur des questions qui s’éloignent de l’objectif stratégique du projet de loi, celui-ci étant d’apporter des modifications ciblées à la Loi, notamment d’autoriser le commissaire à l’information à rendre des ordonnances concernant la communication de documents ou en ce qui a trait à d’autres questions liées aux demandes et de créer une nouvelle partie de la Loi prévoyant la publication proactive de renseignements ou de documents afférents au Sénat, à la Chambre des communes, aux entités parlementaires, aux cabinets des ministres, aux institutions fédérales et aux institutions qui appuient les cours supérieures;
en conséquence de l’amendement 4 du Sénat, propose d’ajouter l’amendement suivant:
    1. Nouvel article 6.2, page 4: Ajouter, après la ligne 4, ce qui suit:
    « 6.2 Le passage de l’article 7 de la même loi précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit:
    7 Le responsable de l’institution fédérale à qui est faite une demande de communication de document est tenu, dans les trente jours suivant sa réception, sous réserve des articles 8 et 9: ».
propose que l’amendement 5a) soit remplacé par ce qui suit:
« a) À la page 5, supprimer les lignes 31 à 36;
a.1) À la page 6, remplacer la ligne 1 par ce qui suit:
    « 13 L’article 30 de la même loi est modifié par ad- »; »;
en conséquence de l’amendement 5a) du Sénat, propose d’ajouter les amendements suivants:
    1. Article 16, page 7: Remplacer la ligne 36 par ce qui suit:
« l’un des alinéas 30(1)a) à e), le Commissaire à l’infor- ».
    2. Article 19, page 11: Remplacer la ligne 28 par ce qui suit:
« alinéas 30(1)a) à e) et qui reçoit le compte rendu en ap- ».
propose que la modification 8a) soit modifiée en supprimant le paragraphe (6);
propose que l’amendement 14a) soit modifié en remplaçant le texte de la version anglaise par ce qui suit : « the publication may constitute a breach of parliamen- »;
rejette respectueusement l’amendement 15c), car accorder au commissaire à l’information le pouvoir de surveillance à l’égard de la publication proactive par les institutions qui appuient le Parlement et les cours risque de porter atteinte au privilège parlementaire et à l’indépendance judiciaire.
    Monsieur le Président, je suis heureux d’intervenir au sujet du message reçu de l’autre endroit concernant le projet de loi C-58, Loi modifiant la Loi sur l’accès à l’information, la Loi sur la protection des renseignements personnels et d’autres lois en conséquence.
    J’aimerais souligner qu’il s’agit de la première occasion que j’ai de débattre officiellement d’un projet de loi en ma qualité de secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor et ministre du Gouvernement numérique, qui est une ministre fabuleuse, soit dit en passant.

[Français]

    Je tiens également à souligner qu'un grand nombre d'intervenants ont contribué à amener le projet de loi C-58 au point où il en est, à commencer par nos collègues de l'autre Chambre, qui en ont fait une étude très rigoureuse et réfléchie.

[Traduction]

    Je tiens également à souligner la contribution des parlementaires et des intervenants, en particulier celle de la commissaire à l’information et du commissaire à la protection de la vie privée, à l’élaboration du projet de loi C-58, ainsi que, bien sûr, celle de nos collègues du Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique, qui ont longuement étudié les amendements proposés.
    J’aimerais surtout mentionner les interventions d’un certain nombre d’organisations autochtones et leur influence sur les questions dont nous sommes saisis aujourd’hui, des organisations avec lesquelles le gouvernement s’est engagé à collaborer plus étroitement sur ces questions à l’avenir.

[Français]

    Ensemble, les idées et les suggestions qui ont été avancées dans les lettres et dans les exposés des deux comités ont contribué à faire en sorte que les préoccupations des Canadiens soient prises en considération et reflétées dans la version finale du projet de loi.

  (1525)  

[Traduction]

    Je rappelle à la Chambre que le projet de loi prévoit la mise en œuvre de certaines des modifications les plus importantes apportées à la Loi sur l’accès à l’information depuis que celle-ci a été adoptée, il y a plus de 30 ans, des modifications qui n’ont pas eu de précédent depuis l’avènement du Web. Cela fait partie des efforts continus du gouvernement du Canada pour mettre la barre plus haut en matière d’ouverture et de transparence.

[Français]

    Nous croyons en effet que l'information gouvernementale appartient en fin de compte aux personnes qu'elle sert, et qu'elle devrait être ouverte par défaut. C'est très simplement une caractéristique fondamentale d'une démocratie moderne, et le projet de loi reflète cette conviction.
    Dans ce contexte, nous accueillons favorablement plusieurs des amendements proposés, qui appuieraient davantage cet objectif. Je signalerai, par contre, que deux des propositions auraient pour effet de légiférer sur des questions qui vont au-delà de l'intention du projet de loi, dont l'objet, je le rappelle à la Chambre, est d'apporter des modifications ciblées à la loi.

[Traduction]

    Ces modifications ciblées visent notamment à donner au commissaire à l’information le pouvoir de rendre des décrets exécutoires pour la divulgation de documents de l’administration fédérale et à créer une nouvelle partie dans la loi sur la publication proactive de renseignements clés.
    Le gouvernement rejette respectueusement l’amendement qui limiterait à 30 jours les prorogations de délai de réponse à une demande, sans l’approbation préalable du commissaire à l’information, parce que cela va au-delà de l’objet du projet de loi.
    Le gouvernement rejette cette proposition parce que ces dispositions n’ont pas fait l’objet de consultations ni d’une étude approfondie dans le contexte de l’examen ciblé qui a mené au projet de loi C-58. Cette proposition risque d’avoir des conséquences imprévues, particulièrement pour le commissaire à l’information.
    Le gouvernement est d’accord avec nos amis de l’autre endroit pour dire que les dispositions relatives aux prorogations de délai méritent une étude plus approfondie. Elles seront étudiées dans le cadre de l’examen complet de la loi que le projet de loi C-58 exige et qui doit débuter dans l’année suivant la sanction royale.

[Français]

    Pour la même raison, le gouvernement rejette respectueusement la proposition de créer une nouvelle infraction criminelle pour l'utilisation d'un code, d'un sobriquet ou d'un mot ou d'une expression inventés dans un document à la place du nom d'une personne, d'une société, d'une entité, d'un tiers ou d'une organisation. Encore une fois, les dispositions dans la Loi sur l'accès à l'information qui concernent les infractions criminelles n'ont pas fait l'objet d'une étude ni de consultations dans l'examen ciblé, de sorte qu'il serait plus opportun de revenir sur les changements à cette disposition dans le contexte d'un examen approfondi.

[Traduction]

    Un troisième amendement préoccupant obligerait le commissaire à l’information à se pencher sur l’application de la nouvelle partie 2 de la loi concernant la publication proactive et à faire rapport des résultats au Parlement chaque année. Charger le commissaire de surveiller la publication proactive par les institutions qui appuient le Parlement et les tribunaux pourrait porter atteinte au privilège parlementaire et à l’indépendance judiciaire. Pour cette raison, le gouvernement est respectueusement en désaccord.
    Il est également proposé de retirer de la loi la capacité du commissaire à l’information de recevoir les plaintes relatives aux droits et aux prorogations de délai et de faire enquête sur celles-ci. Le gouvernement reconnaît l’intention de cet amendement, qui se rapporte à d’autres propositions déjà faites, mais le commissaire perdrait le pouvoir de recevoir des plaintes concernant la dispense du versement de droits et d’enquêter sur celles-ci; c’est un résultat qui, et les députés des deux côtés de la Chambre en conviendront j’en suis certain, n’est pas souhaitable.

[Français]

    De même, comme l'amendement touchant les prorogations de délai n'a pas été accepté, il faut conserver les pouvoirs de la commissaire de recevoir des plaintes concernant les délais et d'enquêter sur ces plaintes, si bien que cet amendement n'est pas nécessaire.
    À ces quelques exceptions près, le gouvernement est heureux d'accepter les amendements proposés dans le message de l'autre Chambre, sous réserve de quelques rajustements techniques pour assurer le bon fonctionnement de ces dispositions.

  (1530)  

[Traduction]

    Par exemple, nous acceptons l’amendement qui éliminerait le pouvoir du gouvernement de fixer et de percevoir des droits, à part les droits de demande. Comme il en a pris l’engagement envers les Canadiens, le gouvernement continuera de ne pas réclamer d’autres droits que les 5 $ du droit de demande.
    Un amendement connexe proposé dans le message maintiendrait la possibilité qu'ont les demandeurs de déposer une plainte au commissaire à l’information au sujet de la décision de renoncer aux droits de demande. Les amendements du Sénat auraient aboli cette possibilité, mais nous estimons que le commissaire à l’information devrait continuer de surveiller la façon dont les institutions exercent le pouvoir de renoncer aux droits.

[Français]

    Plusieurs des amendements apportés par l'autre endroit favoriseraient et, dans certains cas, exigeraient une consultation plus poussée et une meilleure communication entre la commissaire à l'information et le commissaire à la protection de la vie privée. C'est essentiel pour que la protection de la vie privée continue d'être assurée pendant que le gouvernement s'efforce d'accroître l'ouverture de même que l'accès aux documents gouvernementaux.

[Traduction]

    Le projet de loi confère déjà au commissaire à l’information le nouveau pouvoir d’ordonner la communication de renseignements gouvernementaux. Pour garantir que cela ne compromet pas la protection des renseignements personnels, on propose un amendement qui obligerait le commissaire à l’information de consulter le commissaire à la protection de la vie privée avant d’ordonner la communication de renseignements personnels. Cet amendement vise également à donner au commissaire à l’information le pouvoir discrétionnaire de consulter le commissaire à la protection de la vie privée pendant une enquête sur une plainte touchant l’application de l’exception relative aux renseignements personnels. Ces deux amendements et d’autres amendements connexes ont été proposés par les commissaires eux-mêmes, et le gouvernement a déjà signifié qu’il les appuie. Nous croyons qu’ils renforceront la protection des renseignements personnels et le droit à la vie privée des Canadiens.
    Le gouvernement accepte aussi un amendement qui maintiendrait Info Source. Les institutions fédérales continueront d’être tenues de publier de l’information sur leur organisation, leurs documents et leurs manuels. Les Canadiens voulant exercer leur droit d’accès aux documents gouvernementaux auront toujours accès à cet outil.
    Comme les députés le savent sûrement, le gouvernement traite chaque année des dizaines de milliers de demandes d’accès à l’information. Il est malheureux que, dans un petit nombre de cas, les demandes soient motivées par des considérations incompatibles avec l’objet de la loi. Elles peuvent viser à harceler un employé ou une unité de travail en particulier, par exemple. Ces demandes peuvent avoir un effet disproportionné sur le système et nuire à l’efficacité des ressources consacrées aux demandes légitimes.

[Français]

    Le gouvernement est d'accord sur l'amendement apporté par l'autre endroit selon lequel le pouvoir des institutions fédérales de demander l'approbation de la commissaire à l'information pour refuser de donner suite aux demandes devrait être axé sur les demandes vexatoires, entachées de mauvaise foi ou constituant un abus du droit d'accès qui engorge le système. Cela donnera aux institutions fédérales un outil important pour concentrer leurs efforts sur les demandes légitimes avec l'approbation préalable de la commissaire à l'information.
    Comme je l'ai mentionné plus tôt, l'un des principaux objectifs du projet de loi C-58 est de donner à la commissaire à l'information le pouvoir de rendre des ordonnances exécutoires concernant le traitement des demandes, y compris la communication des documents.

[Traduction]

    La commissaire pourrait publier ces ordonnances et établir une jurisprudence pour guider les institutions et les utilisateurs du système.
    Normalement, pour donner à la commissaire le temps de se préparer à assumer ce pouvoir, le projet de loi n’entrerait en vigueur qu’un an après la sanction royale. Toutefois, la commissaire a demandé que ce pouvoir lui soit accordé tout de suite après la sanction royale. Compte tenu de la valeur que ce pouvoir attribue au point de vue de la commissaire, le gouvernement a déjà indiqué qu’il appuyait cet amendement.
    Un autre amendement proposait que la commissaire à l’information dépose ses ordonnances à la Cour fédérale afin qu’elles deviennent des ordonnances de la Cour fédérale. Aux termes du projet de loi C-58, les ordonnances de la commissaire à l’information sont juridiquement contraignantes sans qu’il soit nécessaire de les certifier. À notre avis, cet amendement est inutile et il ajouterait une étape au processus.
    Le gouvernement examinera toutefois ces amendements dans le cadre de l’examen annuel de la loi. À ce moment-là, il aura déjà mis le nouveau système à l’essai depuis un an.
    Le fait d'accorder à la commissaire à l’information le pouvoir d’émettre des ordonnances exécutoires au gouvernement et aux institutions ne constitue pas un changement anodin. Cela change les règles de l’accès à l’information. À l’heure actuelle, la commissaire à l’information doit recourir aux tribunaux lorsqu’une institution ne suit pas ses recommandations. Le projet de loi C-58 impose le fardeau de la preuve aux institutions. Si elles désirent contester une ordonnance de la commissaire à l’information, les institutions auront 30 jours pour le faire devant la Cour fédérale.

  (1535)  

[Français]

    À propos des tribunaux, je rappellerais que le gouvernement a accepté un amendement qui aiderait à faire en sorte que le projet de loi C-58 n'empiète pas sur l'indépendance judiciaire. Comme la Chambre le sait, la nouvelle partie 2, qui se trouve dans le projet de loi, imposerait des exigences de publication proactive à plus de 260 ministères, organismes et sociétés d'État, ainsi qu'au Cabinet du premier ministre, aux cabinets des ministres, aux sénateurs et aux députés, aux institutions qui appuient le Parlement et aux institutions administratives qui appuient les tribunaux.
    L'amendement inscrirait aussi dans la loi la publication proactive de renseignements qui présentent un grand intérêt pour les Canadiens, en particulier ceux qui assurent une plus grande transparence et une plus grande responsabilité quant à l'utilisation des fonds publics.

[Traduction]

    Cela comprend les frais de déplacement et d’accueil des ministres et de leur personnel ainsi que des hauts fonctionnaires de l’ensemble du gouvernement; les contrats de plus de 10 000 $ et tous les contrats des députés et des sénateurs; les subventions et contributions de plus de 25 000 $; les lettres de mandat et les lettres de mandat révisées; les trousses d’information pour les nouveaux ministres et sous-ministres; les listes de notes d’information pour les ministres et les sous-ministres; ainsi que les cahiers d’information utilisés pour la période des questions et pour la comparution devant les comités parlementaires.
    En incluant ces exigences dans la loi, on permettra aux Canadiens d’avoir automatiquement accès à ce type de renseignements sans devoir en faire la demande. On accroîtra ainsi le niveau de transparence que ce gouvernement et ceux qui le suivront devront respecter.
    Si la Chambre l’adopte, le projet de loi C-58 exigera une divulgation semblable de la part de la magistrature.

[Français]

    Depuis, on a soulevé des craintes au sujet des incidences de la communication des dépenses judiciaires individuelles sur l'indépendance judiciaire, qui sont exacerbées par la convention selon laquelle les juges font preuve de retenue lorsqu'ils commentent leurs jugements et ne peuvent donc pas se défendre ni rétablir les faits. L'amendement proposé dans le message qui obligerait à faire rapport des dépenses judiciaires par tribunal, plutôt que par individu, répondrait à ces préoccupations et comprendrait des mesures complémentaires pour accroître la transparence.
    Le gouvernement accueille aussi favorablement et accepte l'amendement qui supprimerait des exigences particulières obligeant les individus qui demandent des renseignements à indiquer le sujet précis de leur démarche, le type de document demandé et la période de référence.
    Cela faisait partie du projet de loi initial comme moyen de s'assurer que les demandes contenaient suffisamment d'information pour permettre une réponse en temps opportun.
    Nous avons écouté les préoccupations de la commissaire à l'information au sujet de cet article, et, en particulier celles des organismes autochtones, qui nous ont dit que ces dispositions pourraient faire obstacle à leurs droits d'accès. Je signalerais que cet amendement, comme plusieurs autres proposés dans le message, a été propos par l'ancien président du Conseil du Trésor lors d'une comparution devant le Comité permanent des affaires juridiques et constitutionnelles du Sénat, en octobre dernier.
    La proposition et l'acceptation de cet amendement témoignent de l'engagement du gouvernement de garantir aux peuples autochtones l'accès à l'information dont ils ont besoin, notamment pour appuyer leurs revendications et pour demander réparation des torts passés.
    Comme les députés peuvent l'imaginer, lorsque les documents datent de plusieurs décennies ou, dans certains cas, de plus d'un siècle, demander à quelqu'un d'indiquer avec précision le sujet, le type de renseignements demandés et la période de référence peut constituer un obstacle à l'accès.
    J'aimerais aussi assurer à la Chambre que le gouvernement a pris à cœur les critiques formulées par les groupes autochtones, à savoir que les gouvernements ne les ont pas consultés comme ils auraient dû le faire pour l'élaboration du projet de loi C-58.

  (1540)  

[Traduction]

    Pour répondre à ces préoccupations, le gouvernement a appuyé l’Union of British Columbia Indian Chiefs, les Directeurs nationaux de la recherche sur les revendications et l’Association du Barreau autochtone, qui ont sélectionné des chercheurs et des membres du personnel chargé des politiques des Premières Nations afin de les consulter sur les problèmes auxquels ils se heurtent en faisant des demandes d’accès à l’information. Ces organismes ont ensuite compilé et analysé les résultats de ces consultations pour les publier dans un document de travail. Ils ont également mené un examen juridique du projet de loi C 58.
    Quoi qu’il en soit, nous reconnaissons la nécessité de poursuivre ce travail en collaborant de plus près avec les groupes autochtones. J’attire l’attention de la Chambre sur une lettre que l’ancien président du Conseil du Trésor a envoyée au comité du Sénat. Il y décrit en détail l’engagement d’inviter des organismes et des représentants autochtones à participer à la transformation de la Loi sur l’accès à l’information pour qu’elle reflète la relation du Canada avec les peuples autochtones, notamment pour que l’information et les connaissances des communautés autochtones soient à la fois protégées et acceptables.
    Cet engagement, comme tous les engagements avec les Premières Nations, les Inuits et la nation métisse, reposera sur le principe fondamental de « rien sur nous sans nous ». Le gouvernement est déterminé à ce que l’on conçoive les programmes, les politiques et les services qui touchent les peuples autochtones en les consultant et en collaboration avec eux.
    À cet effet, j'aimerais rappeler à la Chambre que le projet de loi ne constitue que la première étape de la réforme de l'accès à l'information entamée par le gouvernement. Un examen complet commencera dans l'année suivant la sanction royale du projet de loi C-58, puis sera suivi d'un examen obligatoire tous les cinq ans pour veiller à ce que la Loi sur l'accès à l'information ne soit plus jamais aussi désuète. Je me permets de préciser que le gouvernement est conscient que la mobilisation des communautés et organisations autochtones doit être un des éléments centraux de ces examens.
    En conclusion, j'aimerais rappeler à la Chambre que, dans son cinquième rapport mondial publié en 2018, le baromètre des données ouvertes classait le Canada au premier rang en matière d'ouverture et de transparence, notre pays se démarquant de bien d'autres, y compris de pays dits évolués. D'ailleurs, on peut lire ceci dans le dernier rapport de l'organisation:
    Les progrès soutenus du gouvernement témoignent d'une solide performance dans à peu près tous les secteurs, des politiques à la mise en œuvre. L'appui inébranlable de la classe politique est l'un des facteurs clés de sa réussite.
    Le projet de loi C-58 s'inscrit dans les efforts déployés pour favoriser l'ouverture et la transparence du gouvernement.
    Je remercie une fois de plus nos collègues de l'autre Chambre, qui nous ont aidés à améliorer ce projet de loi. Je suis de l'avis de la commissaire à l'information, qui estime que le projet de loi C-58 est mieux que la loi en vigueur, et j'incite tous les députés à se joindre à moi pour l'appuyer.

  (1545)  

[Français]

    Monsieur le Président, tout d'abord, je salue et je félicite mon collègue de Gatineau.
    Quand je siège ici à Ottawa, j'habite au Québec, comme bien des députés québécois. Il est le député qui me représente. Je suis donc toujours attentif à ses interventions et à ses envois postaux qui nous parviennent de façon assez régulière.
    Je tiens aussi à le féliciter pour ses nouvelles fonctions à titre de secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor. À titre de porte-parole de l'opposition officielle responsable du Conseil du Trésor, c'est avec plaisir que, pour les jours qui nous restent à la Chambre, je croiserai le fer avec mon collègue. Nous commençons cela d'une belle façon.
    J'aurai l'occasion tout à l'heure, dans les minutes qui me seront octroyées, d'expliquer quelques-unes de nos préoccupations par rapport à ce projet de loi, qui sont quand même très sérieuses. C'est pour cela que j'aimerais poser une question au secrétaire parlementaire. L'amendement 12, proposé par le Sénat, se lit comme suit:
b.1) utiliser tout code, surnom ou mot ou phrase fabriqué dans un document au lieu du nom de toute personne, société, entité, tiers ou organisation; »
    En gros, cet amendement, qui avait été adopté par le Sénat, prévoyait quelque chose d'important, c'est-à-dire que le gouvernement ne pouvait pas employer des surnoms ou des noms de codes dans les communications qu'il avait avec d'autres.
    J'aimerais savoir pourquoi le gouvernement a refusé cet amendement qui, selon nous, est essentiel et crucial. J'aurais l'occasion de l'expliquer un peu plus tard dans mon discours.
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Louis-Hébert de sa question. Je m'excuse, il s'agit du député de Louis-Saint-Laurent. Il s'agit d'une bonne question. Peut-être qu’il devrait laisser quelqu’un d’autre faire son discours, avant de faire le sien, parce que je pense que ma réponse va l’inciter à modifier quelques-unes de ses préoccupations.
    Tout d’abord, le député soulève une question sérieuse. Je pense que mon honorable collègue va reconnaître qu’on ne peut pas étudier cette proposition sans prendre en considération les conséquences de cet amendement.
    Imaginons, par exemple, que la GRC soit en train de mener une opération et qu’elle y donne un nom, comme elle le fait souvent. Est-ce qu’on va poursuivre les agents de la GRC parce qu’ils ont utilisé un nom qui n’est pas le vrai nom de la personne qui fait l’objet de l'enquête?
     C’est la raison pour laquelle il faut examiner cela beaucoup plus en profondeur. Une simple déclaration proposée par l’autre Chambre ne donne pas une raison suffisante de poursuivre des gens pour avoir caché des affaires. Je vais expliquer cela en 30 secondes. Un fonctionnaire, par exemple, va enfreindre la loi existante s’il cache, par exprès, le nom de quelqu’un, afin d'éviter que ce document soit accessible ou assujetti à la Loi sur l’accès à l’information. Cela va déjà à l'encontre des propositions de la loi.
    Monsieur le Président, j’aimerais également féliciter mon collègue de Hull—Aylmer pour sa nouvelle fonction de secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor .
    Ma question porte sur les amendements du Sénat et sur ceux proposés par le comité. En comité, les députés du NPD ont proposé 36 amendements. Une vingtaine d'entre eux ont été considérés, mais aucun n’a été accepté. La plupart des amendements présentés par le NPD étaient en lien avec l’article 6. L’article 6 du projet de loi initial portait sur les conditions à remplir lors d’une demande d’accès à l’information. En fait, la commissaire à l'information a dit que ces conditions étaient exagérées. Elles auraient nui, par exemple, à des enquêtes de journalistes.
    Est-ce que le gouvernement va prendre l'habitude de refuser les amendements légitimes faits en comité, pour ensuite les accepter lorsqu’ils viennent du Sénat? Les amendements proposés par mon collègue étaient très similaires à ce que le gouvernement a finalement accepté.

  (1550)  

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue du NPD de sa question.
    C’est une question qui soulève l’importance de bien considérer les amendements aux projets de loi. Certainement, nous avons pris très au sérieux les recommandations des membres du Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique. Nous les avons considérées et nous en avons débattu. Malheureusement, nous n'avons pas eu assez de temps pour rendre une décision. Toutefois, à cause des modifications soulevées par tous les membres du comité de la Chambre des communes, il y a eu un remue-méninges à l’intérieur du ministère. Puis, quand les propositions similaires ont été proposées par l’autre Chambre, cela nous a donné assez de temps pour y réfléchir et pour accepter les très bons amendements qui ont d'abord été proposés par les membres du Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique. C’est la raison pour laquelle nous les acceptons maintenant.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je remercie le secrétaire parlementaire pour ses commentaires. J’ai eu l’occasion, il y a des mois, de faire mes réflexions sur le projet de loi.
    Les modifications dont nous sommes saisis sont en réalité très substantielles dans l’ensemble. C'est une modernisation de la loi elle-même qui, comme bien des gens diraient, était attendue depuis longtemps. Les deux dernières années ont été marquées par beaucoup de travail. De nombreuses consultations ont eu lieu avant même que le projet de loi ne soit présenté à la Chambre.
    Mon collègue pourrait-il nous dire comment nous sommes arrivés là où nous en sommes aujourd’hui?
    Monsieur le Président, premièrement, ce sont nos bonnes intentions qui nous ont amenés jusqu’ici, mais, comme nous le savons, les bonnes intentions ne suffisent pas. Nous devons passer à l’action.
    La première version de la Loi sur l’accès à l’information a été proposée avant même l’avènement du Web au milieu des années 1980. C'est la dernière fois où nous avons pu définir le cadre juridique de l’accès à l’information, c'est-à-dire le cadre actuel. Depuis, tous les gouvernements, surtout le gouvernement Harper selon moi, ont promis d’en faire une priorité absolue. C’était l’une des rares choses qu’il entendait faire pour améliorer la transparence du gouvernement, mais le gouvernement Harper n’a pas levé le petit doigt.
    Il est temps d’arrêter de se renvoyer la balle. Nous avons pris le taureau par les cornes et, de surcroît, nous nous sommes assuré…
    À l’ordre. Nous passons aux questions et aux observations. La députée de Saanich—Gulf Islands a la parole.
    Monsieur le Président, je félicite mon collègue de son premier discours à titre de secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor. J’aurais simplement aimé que le contenu de son premier discours soit meilleur.
    Le projet de loi C-58 est tellement décevant. Je n’ai jamais vu un commissaire critiquer un projet de loi comme le commissaire à la protection de la vie privée l’a fait dans le cas présent. Je dois avouer que, bien que j’essaie de me tenir au courant de tout, j’ignore si les amendements du Sénat pourront rendre ce projet de loi digne d’appui.
    J’ai lu un article qui disait que le nouveau projet de loi des libéraux sur l’accès à l’information est de la foutaise. Je me demande si le secrétaire parlementaire pourrait nous dire s'il a eu l’avis d'experts impartiaux. Pourrait-il nous citer une tierce partie qui est d’avis qu’il s’agit d’une amélioration importante?
    Monsieur le Président, je remercie la députée de Saanich—Gulf Islands de sa question.
    Je peux lui dire qu’elle aurait peut-être dû se tenir au courant. Je ne présume de rien, c'est elle-même qui a admis qu’elle ne s’était peut-être pas tenue au courant des derniers développements. Voici ce que la commissaire à l’information a dit au comité le 14 mai:

  (1555)  

[Français]

    
[...] la version actuelle du projet de loi améliore assurément la loi. [...] on a répondu aux demandes de changements qu[e l'ancienne commissaire] avait formulées. J'espère ardemment que le projet de loi C-58 sera adopté, oui [...]
    Je pense que nous avons fait notre devoir. Est-il toujours possible de faire mieux? Absolument, et c'est pourquoi nous avons inclus une disposition visant à étudier à nouveau la loi un an après la sanction royale et à nous permettre de réviser la loi dans son entièreté tous les cinq ans.
    Ainsi, nous éviterons d'attendre 34 ans avant de mettre à jour une loi aussi importante pour nous assurer que le gouvernement est légitime aux yeux des citoyens.
    Monsieur le président, c'est avec beaucoup de plaisir et de fierté que je prends la parole sur le projet de loi C-58, à titre de porte-parole de l'opposition officielle responsable du Conseil du Trésor.
    Mettons les choses en perspective. Le projet de loi a été débattu et adopté à la Chambre. Il a par la suite été transféré au Sénat, où des amendements ont été proposés. Comme le veut notre procédure législative et parlementaire, une fois que le Sénat fait ses propositions, on doit les porter à l'analyse de la Chambre, afin qu'elle accepte ou de refuse les propositions. C'est le gouvernement qui est le maître d'œuvre dans ce domaine.
    La décision du gouvernement a essentiellement été d'accepter la plupart des amendements soumis par le Sénat. Toutefois, il a manifesté son opposition à l'endroit de quatre éléments. Parmi ceux-ci, il y en a deux qui attirent notre attention.
    J'aurai l'occasion, dans les minutes qui me sont imparties, d'aller au fond des choses et d'expliquer clairement pourquoi ces quatre éléments auraient mérité d'être à l'intérieur de la loi. Malheureusement, le gouvernement les a mis de côté.
    Cette attitude aura conduit à l'une des pires crises de confiance des Canadiens envers leur gouvernement, surtout en ce qui a trait au respect que le gouvernement doit avoir face aux responsabilités de l'armée canadienne. D'ailleurs, il y a quelques minutes, nous avons honoré, à la Chambre, certains de nos plus valeureux militaires.
    Le projet de loi C-58 est un projet de loi délicat. Il est délicat, mais essentiel, puisqu'il concerne la protection des renseignements privés et la divulgation des éléments d'information. C'est un peu l'équilibre que l'on doit avoir entre le droit du public à l'information et la protection des renseignements personnels.
    Je sais de quoi je parle, ayant eu le grand bonheur et le privilège d'exercer le métier de journaliste pendant plus de 20 ans. Le 17 juillet 1989, j'ai été officiellement embauché à titre de journaliste à la station de télévision TQS, à Québec. Puis, 20 ans de carrière s'en sont suivis. Je dois rappeler que c'est l'année précédente que j'avais été embauché par La Presse canadienne pour assumer des fonctions de courriériste parlementaire à l'Assemblée nationale du Québec, en tant qu'employé occasionnel. Lors de l'élection générale de 1988, M. Michel Dolbec, qui était journaliste pour NTR et La Presse canadienne, est parti. Je l'ai alors remplacé pendant six semaines. C'était mes premières expériences en tant que journaliste. Je ne raconterai pas ma vie ici, mais c'est simplement pour dire que c'est un sujet qui me touche.

[Traduction]

    Cette question est très importante, parce que les parlementaires que nous sommes doivent trouver l'équilibre entre le droit à l’information — ce qui signifie protéger le bon travail de la presse libre dans notre démocratie — et la protection de la vie privée. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est ça, la démocratie. Il faut laisser la presse faire son travail tout en protégeant la vie privée des gens.

  (1600)  

[Français]

    Cela fait quand même un bon moment que cette loi a été mise en avant et que tous les partis politiques se sont engagés à la revoir. Il faut rappeler que la première loi sur la protection des renseignements personnels date de 1983.
    Nous étions donc, il y a de cela 36 ans, dans un monde nouveau. Il fallait avoir certaines règles. Bon an, mal an, les gouvernements successifs se sont dit qu'il faudrait peut-être un jour faire une mise à jour et s'assurer que la façon de faire de 1983 est toujours mise à jour. Cela a conduit, en 2006, à une première mise à jour initiée par le gouvernement conservateur.
    D'ailleurs, comme l'a mentionné plus tôt le secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor et député de Hull—Aylmer, qui est aussi mon député quand je siège à Ottawa, bien qu'en 1983, dans certains cercles très restreints de laboratoires et d'armées, il y avait le World Wide Web — le circuit qui allait générer internet —, force est d'admettre que ce n'était pas aussi déployé que maintenant.
    Pour revenir à ce que je disais, en 2006, on jetait les bases d'une mise à jour qui était de mise. D'un gouvernement à l'autre, élection après élection, tout le monde s'est engagé à revoir cette loi afin de l'adapter aux réalités du XXIe siècle, comme l'arrivée des médias sociaux et l'accès très élargi à l'information. Cela a changé dramatiquement l'exercice des métiers de journaliste et d'enquêteur, ainsi que l'information à laquelle tous les citoyens peuvent avoir accès.
    D'ailleurs, on se souviendra qu'en 2016, dans l'ancienne législature, on avait déposé un rapport qui formulait 32 recommandations. La plupart de celles-ci se sont retrouvées dans la loi et ont été mises en oeuvre à divers degrés. Par la suite, certaines des recommandations qui n'avaient pas été pas incluses dans la loi ont été proposées par le Sénat et ont été soit mises en application, soit refusées par le gouvernement, ce qui est le propre du travail législatif.

[Traduction]

    Ce projet de loi est très important, parce que depuis 1983, nous avons une loi ici, au Canada, sur la protection des renseignements personnels. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis, mais il faut comprendre que le Web n’existait pas en 1983, sauf dans certains laboratoires et universités et dans les forces armées. En général, les gens n’avaient pas accès à cette nouvelle réalité du XXIe siècle. C’est pourquoi, lorsque mon parti est arrivé au pouvoir, en 2006, nous avons modifié cette loi, et le gouvernement a présenté le projet de loi C-58 au cours de la présente législature.

[Français]

    Une première mouture de ce projet de loi a été présentée il y a de cela un bon moment déjà. Cela peut être un peu surprenant, puisque ce projet de loi était la suite logique de la promesse électorale du Parti libéral selon laquelle il fallait absolument démocratiser davantage la loi sur les renseignements personnels. C'était inscrit dans la fameuse plateforme électorale des libéraux, à côté de plusieurs engagements qui n'ont pas été tenus. Pensons notamment à celui de faire trois petits déficits. Au cours des trois dernières années, on a plutôt assisté à la création de trois gros déficits. Le Parti libéral s'était également engagé, en 2015, à atteindre le déficit zéro en 2019, alors que c'est finalement un déficit de 19,8 milliards de dollars. Le gouvernement n'a pas tenu parole et ce sont les Canadiens qui vont en payer le prix.
    Dans la plateforme électorale des libéraux, on retrouvait également l'engagement de faire une mise à jour de la loi sur les renseignements personnels, ce qui a mené au projet de loi C-58. C'est la raison pour laquelle j'en fais état dans ce discours. Évidemment, quand on parle d'un sujet, il faut aller au fond des choses, donner les éléments et ne pas s'éparpiller. De mon point de vue, il était important de rappeler que la plateforme électorale de 2015 du Parti libéral indiquait qu'il allait déposer un projet de loi à ce sujet, en l'occurrence le projet de loi C-58, et qu'elle contenait d'autres engagements qui ont été complètement bafoués par ce groupe politique, qui sera jugé le 21 octobre prochain.
    J'aimerais bien pouvoir déposer le document en question, c'est-à-dire le programme électoral. Au cours des trois dernières années, j'ai dû essayer de le faire 150 fois —  j'exagère à peine — et j'ai toujours essuyé des refus. Encore aujourd'hui, après la période des questions, j'ai demandé la permission de déposer un document officiel du ministère de l'Environnement du gouvernement du Québec qui avait été déposé à l'Assemblée nationale par le premier ministre du Québec le 29 novembre. Malheureusement, encore une fois, le gouvernement a refusé de permettre aux Canadiens d'avoir accès, ici, à la Chambre, à une information sérieuse, rigoureuse, scientifique et officielle concernant l'environnement provenant du gouvernement du Québec. Nous aurons certainement l'occasion d'y revenir. Bref, c'était une mesure législative importante pour le gouvernement.
     D'ailleurs, des lettres de mandat avaient été confiées aux nouveaux ministres par le premier ministre lorsqu'ils ont été assermentés à Rideau Hall, en novembre 2015, après les élections du 19 novembre. Voici ce que celle de la ministre des Institutions démocratiques disait: « Travailler avec le président du Conseil du Trésor et la ministre de la Justice afin de rendre le gouvernement encore plus ouvert, notamment en appuyant la révision de la Loi sur l’accès à l’information. »
    Il y avait le même appel à la collaboration dans la lettre de mandat du ministre de la Justice. En fait, c'était une femme qui occupait ce poste à ce moment-là. Je m'excuse d'avoir induit la Chambre en erreur. En effet, la personne qui, en d'autres temps, occupait le poste de ministre de la Justice a démissionné et elle a été éjectée du caucus ministériel. Elle siège maintenant comme députée indépendante.

  (1605)  

    Malheureusement, cela a eu lieu à la suite d'une situation tout à fait odieuse et outrageante pour quiconque au Canada apprécie la différence que l'on doit avoir entre le pouvoir politique et le processus judiciaire. Un monde doit exister entre la responsabilité politique et le processus judiciaire. On aura l'occasion d'y revenir un peu plus tard.
    La lettre de mandat adressée à la ministre de la Justice se lisait comme suit:
    Travailler avec le président du Conseil du Trésor afin d’accroître l’ouverture du gouvernement, notamment en prêtant votre concours au président du Conseil du Trésor dans le cadre la révision de la Loi sur l’accès à l’information de manière à ce que les Canadiens et les Canadiennes puissent accéder plus facilement à leurs renseignements personnels, à ce que la commissaire à l’information soit autorisée à ordonner la divulgation des renseignements du gouvernement et à ce que la Loi s’applique de manière adéquate au Cabinet du Premier ministre, aux cabinets des ministres ainsi qu’aux organismes administratifs qui sont au service du Parlement et des tribunaux.
    D'ailleurs, ce président du Conseil du Trésor a lui aussi démissionné. Selon le premier ministre, il est la cause de tous les malheurs de ce gouvernement en 2019. On y reviendra plus tard.
    C'est une vaste tâche inscrite ici par le premier ministre à l'endroit de son ex-ministre de la Justice, qu'il a boutée hors de son caucus plus tard. Bien des choses dites là-dedans n'ont pas du tout été accomplies, mais, cela, c'est une autre chose. Les Canadiens auront l'occasion de le leur dire dans quatre mois et quelques jours à peine, c'est-à-dire le 21 octobre prochain.
    Ainsi, en juin 2017, le gouvernement, après deux ans d'exercice de pouvoir, dépose le projet de loi C-58. Je tiens à saluer l'exceptionnel travail de mon collègue de la Chambre haute, l'honorable sénateur québécois Claude Carignan. Je crois avoir le droit de nommer le sénateur. Ici à la Chambre, on ne peut pas identifier les parlementaires par leurs noms, mais je crois qu'on peut le faire lorsqu'il s'agit d'un parlementaire de la Chambre haute.
    Le sénateur Carignan est un juriste à qui l'on doit l'exceptionnelle loi qui permet de protéger les lanceurs d'alertes. Souvenons-nous qu'il y deux ans, le sénateur Carignan avait déposé à la Chambre haute une loi que j'ai eu l'insigne privilège et honneur de porter ici, à la Chambre des communes à titre de parrain de ce projet de loi, qui permettait une meilleure protection des sonneurs d'alerte. Nous tenons donc à saluer l'exceptionnel travail du sénateur Carignan en ce qui a trait à l'accès à l'information, à la liberté de presse et au fait que les journalistes peuvent exercer convenablement leur travail.

[Traduction]

    Le sénateur Carignan a joué un rôle important dans l'analyse de ce projet de loi. C'est un juriste et un parlementaire bien connu qui a été nommé sénateur il y a 10 ans par le premier ministre Harper. Il fait un excellent travail dans le dossier de la protection des lanceurs d'alerte. Il y a deux ans, il a présenté au Sénat un projet loi là-dessus. J'ai eu le privilège de parrainer ici à la Chambre des communes cette excellente mesure législative.
    Je tiens à rendre hommage au sénateur Carignan, qui a joué un rôle important dans l'étude du projet de loi C-58 au Sénat du Canada.

  (1610)  

[Français]

    Dans son discours du 3 mai à la Chambre haute, le sénateur Carignan avait remarqué que l'ancienne commissaire à l'information Mme Suzanne Legault avait écrit dans un rapport concernant le projet de loi C-58, qui a été déposé au Sénat en septembre 2017, qu'elle avait de sérieuses réserves concernant ce projet de loi:
    Plutôt que de faire progresser les droits d’accès à l’information, le projet de loi C-58 entraînerait plutôt une régression des droits existants [...]
    Plus tard, dans cette même allocution, le sénateur Carignan portait à l'attention des gens de la Chambre haute le propos suivant:
    La sénatrice Pate l’a indiqué : plusieurs groupes autochtones ont réclamé le retrait pur et simple du projet de loi C-58. Les anciens commissaires à l’information l’ont décrié, plusieurs observateurs souhaitent qu’il ne soit pas adopté. La sénatrice McCoy a souligné que ce projet de loi bafoue l’essence même du principe de l’accès à l’information, et je partage son opinion. Elle aurait voulu que le Sénat bloque le projet de loi, mais n’ose pas le faire maintenant.
    Il s'agissait du sénateur Carignan qui sonnait l'alarme tout à fait légitime et pertinente qui avait été soulevée par bien des observateurs et journalistes. De nombreuses associations de journalistes professionnels estimaient que, même si le gouvernement s'était fait élire avec de beaux grands principes, l'essence même du projet de loi C-58 n'atteignait pas du tout ces objectifs.
    Comme le disait l'ancienne commissaire à l'information, Mme Suzanne Legault, ce n'était certainement pas un pas vers l'avant, mais plutôt un pas vers l'arrière. C'est la raison pour laquelle le Sénat a fait son travail. On se souviendra que nous, de l'opposition officielle, nous nous sommes opposés au projet de loi. Comme nous sommes à l'étape suivant l'étude du projet de loi par la Chambre haute et le dépôt des amendements, concentrons-nous sur ce que les sénateurs ont fait.
    C'est donc pour cela qu'il s'en est suivi le dépôt des amendements, votés à la majorité par la Chambre haute. Comme je le mentionnais, nous procédons maintenant à l'étude des amendements proposés.

[Traduction]

    Dans l'ensemble, le gouvernement a accepté la majorité des amendements apportés par le Sénat, mais il a malheureusement décidé d'écarter ce que nous considérons comme quatre éléments importants du projet de loi et des amendements apportés par le Sénat.
    Le gouvernement a mentionné de manière très respectueuse, dans ce qui a été lu il y a quelques minutes, qu'il rejetait les amendements 3 et 12, ainsi que le nouveau paragraphe (6) proposé. Il écarte également l'amendement 15c).

[Français]

    Abordons maintenant deux amendements qui, de notre point de vue, auraient dû être inscrits dans la loi tels que votés par le Sénat. Malheureusement, ils ont été refusés par l'actuel gouvernement.
    Je vais maintenant aborder l'amendement 12, dont j'ai fait mention plus tôt lorsque j'ai posé une question au secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor. L'amendement propose:
    12. Nouvel article 30.2, page 17: Ajouter, après la ligne 36, ce qui suit 
    « 30.2 Le paragraphe 67.1(1) de la même loi est modifié par adjonction, après l’alinéa b), de ce qui suit:
b.1) utiliser tout code, surnom ou mot ou phrase fabriqué dans un document au lieu du nom de toute personne, société, entité, tiers ou organisation; ».
    C'est un élément essentiel dont j'aurai l'occasion de débattre tout à l'heure. J'aborderai aussi un exemple précis qui justifie, de notre point de vue, de conserver ce paragraphe. Malheureusement, cet amendement a été refusé par l'actuel gouvernement.
    Au cours des prochaines minutes, je rappellerai tristement l'horrible épisode que notre pays a eu à subir en raison de l'attitude arrogante de ce gouvernement, soit la triste affaire du vice-amiral Norman.
    L'autre amendement qui, selon nous, aurait dû être accepté est l'amendement 3:
    3. Nouvel article 6.2, page 4: Ajouter, après la ligne 4, ce qui suit:
    « 6.2 Le paragraphe 9(2) de la même loi est remplacé par ce qui suit:
    (2) La prorogation du délai au titre des alinéas (1)a) ou b) ne doit pas dépasser trente jours, sauf avec l’autorisation écrite préalable du Commissaire à l’information. ».
    Avant d'aborder le fond des choses, je tiens à saluer le travail exceptionnel des légistes. Lorsqu'on fait la lecture des articles de loi, ils peuvent paraître très lourds et difficiles à comprendre. Ils sont surtout difficiles à suivre puisque le langage est très technique. Je me permets donc de saluer le travail exceptionnel des légistes du Parlement canadien, qui vérifient, mot à mot, paragraphe par paragraphe...

  (1615)  

    Le député de Cariboo—Prince George se lève pour faire un recours au règlement.

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Je crois que nous n'avons pas le quorum.
    Nous n'avons pas le quorum. Je demande de faire retentir la sonnerie.
    Après l'appel de la sonnerie:
    Nous avons maintenant le quorum.
    Le député de Louis-Saint-Laurent a la parole.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de la Colombie-Britannique de nous rappeler le respect que nous devons avoir, à titre de parlementaires, pour les règles et les coutumes. Ce n'est surtout pas par orgueil que nous devons souhaiter avoir beaucoup d'auditeurs. Par accident, c'est moi qui ai la parole actuellement.
    Je tenais à saluer l'extraordinaire travail des légistes du Parlement canadien, parce que c'est extrêmement difficile d'écrire des lois. C'est un métier qui demande des années de pratique et, surtout, la conscience du devoir accompli, dans le sens le plus détaillé du terme. Je leur suis donc très reconnaissant.
    En décembre 2004, si mes souvenirs sont bons, j'ai fait un reportage avec les légistes du ministère du Revenu du gouvernement du Québec qui écrivaient les lois de mise en oeuvre des budgets, des textes extrêmement ardus. Je tiens d'ailleurs à saluer l'honorable Lawrence Bergman, qui était ministre du Revenu du gouvernement du Québec sous l'honorable Jean Charest. Nous avons bien connu ce dernier ici, à la Chambre des communes, dans les années 1984 à 1997, puisqu'il aura été député, ministre, vice-premier ministre, chef de parti et vice-président de la Chambre des communes.
    Cela dit, il nous apparaissait important de maintenir ces quatre éléments dans la loi, et c'est ce que le gouvernement libéral n'a pas fait. J'ai mentionné que la question des surnoms nous dérangeait particulièrement, nous, les conservateurs. Dans l'affaire Norman, malheureusement, des gens qui avaient des intentions malsaines — je le dis avec la protection de la Chambre — ont fait une chasse aux sorcières. Je vais le démontrer dans l'exposé qui suivra dans quelques instants. C'est tout à fait imbuvable dans notre système démocratique, particulièrement lorsqu'on tient compte du respect que le pouvoir politique doit avoir à l'égard du système judiciaire et du système militaire. Malheureusement, on a voulu tout mettre dans le même bain, sans parler des répercussions financières que cela pouvait avoir sur l'industrie maritime canadienne.
    Les personnes qui menaient des enquêtes utilisaient des noms de code pour masquer leur travail. De notre point de vue, cette pratique doit être sévèrement condamnée. Nous avons salué le fait que le Sénat ait adopté l'amendement 3, qui mettait justement un terme à cette pratique. Toutefois, comme l'a annoncé le secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor, c'est leur droit et c'est leur choix, et je respecte cela. Je suis d'abord et avant tout un parlementaire et surtout un grand démocrate. Cependant, nous estimons que le gouvernement erre en éliminant cet amendement, car il concerne une pratique odieuse et l'une des attaques les plus frontales du pouvoir politique contre le pouvoir judiciaire et le pouvoir militaire, et ce, à des fins mercantiles et déshonorantes.
    Je vais parler de l'histoire du navire Asterix, puisque c'est ce dont il est question, du vice-amiral Norman et du contrat qui a été donné par le gouvernement du Canada en 2015 pour la réalisation de ce bateau ravitailleur. Le contrat a été donné à un chantier maritime de Lévis, le chantier Davie, et des pressions ont été exercées par un chantier maritime concurrent, soit celui d'Irving. Celui-ci s'est ingéré dans le processus exécutif de notre système parlementaire en intervenant directement auprès des plus importants membres du Conseil des ministres.
    Parlons d'abord du vice-amiral Mark Norman, un des militaires les plus honorés et honorables de notre système militaire canadien. Ce soldat, avec sa constance, son professionnalisme et son sens du devoir, a accompli des exploits des plus méritoires. Bon sang ne saurait mentir; il est le fils d'un officier de l'armée et le petit-fils d'un ancien combattant de la Première Guerre mondiale. Il a étudié à Kingston, il s'est enrôlé dans la réserve navale et il a fait sa carrière militaire dans la marine. Il a été, entre autres, spécialiste de la lutte antisurface et antiaérienne, membre du premier équipage du NCSM Halifax, commandant en second du NCSM Iroquois, commandant de la frégate NCSM St. John's et, plus récemment, commandant des Forces maritimes de l'Atlantique.

  (1620)  

    À chaque étape de sa carrière, en commençant par la Réserve navale jusqu’au sommet absolu de l’arme militaire qu’est la marine, c’est-à-dire vice-amiral, il a agi avec l’honneur dû à son rang et à la confiance manifestée par ses pairs à son endroit.
    De triste mémoire, on se souviendra toujours que, pour des raisons malsaines, le gouvernement a littéralement traîné dans la boue un homme honorable, à des fins malheureusement pécuniaires et mercantiles. C’est un déshonneur pour le gouvernement. D'ailleurs, souhaitons qu'il sera sévèrement sanctionné par la population le 21 octobre prochain.
    Il faut savoir que tout ceci a cours parce que le gouvernement précédent, celui de la 41e législature, c’est-à-dire le gouvernement conservateur, avait décidé d’octroyer au chantier maritime Davie, à Lévis, la construction d’un navire ravitailleur.
    Une fois que le gouvernement conservateur a été défait et que le nouveau gouvernement libéral est entré en fonction, les gens d'Irving ont immédiatement fait pression sur le gouvernement nouvellement élu pour qu'il revoie cette décision. Il s’est ensuivi une enquête judiciaire qui a conduit au congédiement du vice-amiral et au traînage de cet homme honorable dans la boue par l’actuel gouvernement, entre autres par le premier ministre, qui a tenu des propos malheureux. Le chef de l’État doit faire attention à ce qu’il dit. Malheureusement, le premier ministre a mentionné à deux reprises qu’il allait y avoir un procès, alors qu’il n’y avait strictement rien qui avait été annoncé à cet effet. C’était de l’ingérence politique imbuvable dans le système judiciaire. On l’aura vu aussi lors du scandale de SNC-Lavalin. Tout cela mérite d’être rappelé à notre mémoire.
    Puisque le temps de parole qui m'est imparti est restreint, je serai bref. Toutefois, je tiens à rappeler l'épisode malheureux dont le gouvernement portera toujours la cicatrice, c'est-à-dire l’affaire entourant le vice-amiral Norman, une affaire qui a des racines profondes.
     En 2004, le gouvernement libéral de Paul Martin a évalué la possibilité de changer des navires ravitailleurs, mais c’est finalement en 2015 que la décision a été prise.
    Dès 2004, on a mentionné le besoin d’avoir un nouveau navire ravitailleur. Il s’est ensuivi plusieurs démarches. Finalement, le 18 novembre 2014, le vice-amiral Norman a informé le Comité permanent de la défense nationale que le Canada aura besoin de nouveaux navires ravitailleurs.
    En 2004, le gouvernement libéral de Paul Martin a annoncé que le Canada aura besoin d'un nouveau navire ravitailleur. Puis, le 18 novembre 2014, en comité parlementaire, le vice-amiral Norman a mentionné que le Canada avait effectivement besoin d'un nouveau navire ravitailleur. En janvier 2015, le gouvernement fédéral a décidé que nous avions besoin d’honorer cette demande. Le 23 juin 2015, l’actuel premier ministre de l’Alberta, l’honorable Jason Kenney, qui était à l’époque ministre de la Défense nationale, a annoncé que le gouvernement était en discussion avec le chantier naval Davie, à Lévis, afin d’obtenir un bateau ravitailleur intérimaire.
    Cette annonce a été faite le 23 juin, soit la veille de la Saint-Jean-Baptiste, la fête nationale des Québécois ou, comme d’aucuns pourraient le dire ces jours-ci, la veille de la fin du solstice d'été — cela est une autre histoire. Cela arrive juste quelques heures avant la fête nationale des Québécois.
    Le 23 juin 2015, le gouvernement conservateur, par la voix de son ministre de la Défense, a annoncé qu’on entamait des pourparlers avec le chantier Davie. Le 1er août 2015, le gouvernement conservateur a annoncé, quelques heures avant le déclenchement des élections, qu’il y avait une lettre d’intention entre le gouvernement du Canada et le chantier Davie relativement à la construction d'un bateau ravitailleur. Tout allait bien jusque-là. Toutefois, le 19 octobre 2015, la population s’est prononcée et le Parti libéral a été élu au pouvoir. Nous sommes des démocrates et nous respectons le choix populaire.
    Le 8 octobre 2015, le MV Asterix, qui avait été choisi par la Davie pour faire partie du projet visant à changer le ravitailleur, arrive à Québec, au chantier maritime.

  (1625)  

    C'est le 17 novembre 2015 que le processus politique intervient dans le processus tout à fait pertinent qui avait été initié par l'ancien gouvernement.
    Je tiens à rappeler que ce n'est pas rien. On fait beaucoup état, à Québec — et je suis un député de Québec —, du chantier maritime Davie. Encore une fois, pour la troisième fois, je rappelle — parce que cela a quand même un lien avec le projet de loi C-58 — qu'à titre de journaliste, pendant mes 20 ans de carrière journalistique à Québec, j'ai pu parler entre 150 et 200 fois du chantier Davie.
    Sur ces 150 ou 200 reportages, si j'en ai fait trois qui étaient positifs, c'est bon, parce que, de triste mémoire, cela allait toujours mal au chantier Davie. Notre gouvernement avait octroyé de l'argent à ce chantier, qui est né en 1880. Ce n'est pas rien, et ce n'est pas un petit chantier de rien du tout. C'est le plus grand chantier que nous avons, avec deux immenses cales sèches pour accueillir de grands travaux de cette nature.
    Je sens que d'aucuns vont se demander pourquoi le gouvernement conservateur n'a rien fait à cet égard en 2011. Je dirai deux choses. D'abord, l'annonce du gouvernement, en 2011, avait été faite à la suite des recommandations d'un comité neutre et indépendant. Ensuite, rappelons que, de triste mémoire, en 2011, le chantier Davie était en faillite technique. Personne ne se réjouit de cela, mais les faits sont têtus et les faits sont les faits. J'invite n'importe qui à se questionner: serait-on prêt à donner un contrat de construction de maison à une entreprise qui est en faillite technique? Je n'en suis pas sûr. C'est ce qui s'est passé en 2011.
    Pourtant, en 2015, sous l'égide de notre gouvernement, le Canada avait octroyé un contrat pour fabriquer un bateau ravitailleur, et l'histoire nous éclaira plus tard. Je peux confirmer que ce bateau a effectivement été livré, dans les délais et en respectant le budget prévu. Cela n'arrive pas souvent. Nous pouvons saluer et féliciter chaleureusement les travailleurs du chantier Davie, les dirigeants, les dirigeants syndicaux et le nouveau dirigeant et propriétaire du chantier Davie d'avoir permis de réaliser dans les délais et en respectant les budgets prescrits cette pièce tout à fait importante de l'arsenal canadien, c'est-à-dire le bateau ravitailleur Asterix.
    J'étais présent, le 20 juillet 2017, alors que Mme Pauline Théberge, épouse de l'honorable lieutenant-gouverneur du Québec, M. Michel Doyon a procédé à la lancée symbolique de la bouteille sur le bateau pour faire en sorte que cela fonctionne. Nous étions présents. C'est avec beaucoup de plaisir et d'honneur que j'ai assisté à cela en compagnie de plusieurs députés et d'anciens ministres du gouvernement conservateur. Malheureusement, l'actuel gouvernement brillait par son absence lors de cet événement majeur, positif et stimulant pour le Canada. Cette absence disait tout.
    Revenons à notre histoire concernant M. Norman et le contrat de l'Asterix. Le 17 novembre 2015, quelques jours à peine après l'assermentation du Cabinet du gouvernement libéral à Rideau Hall, James Irving, le coprésident directeur officiel de l'entreprise Irving, a envoyé une lettre à quatre membres du Cabinet libéral, ci-devant: le ministre de la Défense nationale, le ministre des Finances, l'ancienne ministre des Services publics et de l'Approvisionnement et l'ancien président du Conseil du Trésor, Scott Brison. C'est un nom qu'on a beaucoup entendu au cours des derniers mois, et on verra qu'il y a peut-être un petit lien avec ce qui s'est passé ici.
    M. Irving, qui défend son chantier — c'est son emploi, d'une certaine façon —, interpelle donc directement quatre ministres d'importance du gouvernement actuel, y compris le président du Conseil du Trésor, le ministre de la Défense et le ministre des Finances. Je ne dirai pas que ce sont les trois as, mais ils le sont presque. Ils sont au haut de l'échelle de l'administration fédérale. M. Irving voulait revoir le contrat qui avait été octroyé par le gouvernement précédent.
    On apprend alors que, le 19 novembre 2015, pendant une rencontre du Cabinet fédéral à laquelle le vice-amiral Norman n'a pas assisté, le projet de fabrication de l'Asterix a été mis de côté pendant deux mois par le président du Conseil du Trésor afin de réévaluer le contrat qui avait été octroyé.
    Ce n'est que plus tard que l'on comprendra pourquoi. Le 20 novembre 2015, le journaliste de la CBC James Cudmore rapporte, à partir de fuites du Cabinet, que la lettre n'a pas été signée comme elle aurait dû l'être le 30 novembre.

  (1630)  

    C'est ainsi que les problèmes concernant cette histoire ont commencé. Le 16 novembre 2016, une opération de surveillance de la GRC à l'endroit du vice-amiral Norman a débuté. Il y avait une voiture de police devant sa maison, à Orléans, une banlieue d'Ottawa. Comme je le disais, il a été traîné dans la boue et cela a été odieux. Le 9 janvier 2017, sept policiers ont effectué un raid dans la résidence du vice-amiral Mark Norman.

[Traduction]

    Voici quelques renseignements qui ont été publiés. Les sept agents de police se sont présentés à la résidence du vice-amiral Mark Norman et sont demeurés sur place pendant six heures. Ils ont saisi un ordinateur de bureau, un ordinateur portable, deux téléphones cellulaires et trois iPad, dont un appartenant à son épouse.
    Les avocats de M. Norman vont plus tard faire valoir que la GRC, qui avait le mandat de saisir les dossiers du ministère de la Défense nationale et le matériel connexe, a outrepassé ce mandat en saisissant des milliers d'objets personnels de la famille Norman.
    C'est une situation tout à fait inacceptable et scandaleuse. On parle ici d'un des militaires les plus hauts gradés de l'armée canadienne. On parle du numéro deux de l'Armée canadienne, et les libéraux n'ont pas traité cet homme respectable avec tout le respect qui est dû à un homme menant une carrière et ayant une vie personnelle honorables.

[Français]

    D'autres épisodes tout à fait odieux ont suivi. Le vice-amiral a été remercié de ses fonctions. Le 20 novembre 2017, le gouvernement canadien a refusé la demande du vice-amiral Norman de recevoir une aide financière pour les dépenses légales relatives à cette situation de crise.
     Le navire Asterix a été officiellement baptisé par l'épouse du lieutenant-gouverneur du Québec en juillet 2017. Le 23 décembre 2017, le navire ravitailleur Asterix a quitté le chantier de la Davie, près de Québec, pour commencer ses opérations. D'ailleurs, au cours des deux dernières années, le navire ravitailleur Asterix s'est distingué comme l'un des meilleurs, sinon le meilleur, navires de tous les pays alliés au Canada. Bref, le contrat octroyé par notre gouvernement au chantier de la Davie a été réalisé de façon impeccable non seulement en ce qui a trait au budget et aux délais, mais également en ce qui a trait aux besoins de notre armée.
    Tout allait bien jusqu'à ce que le politique interfère. Lorsqu'il a été questionné à ce sujet, le premier ministre a dit à deux reprises que le vice-amiral Norman serait accusé au criminel. Il a affirmé cela avant même que les poursuites officielles soient déposées devant les tribunaux. Cela est odieux. Il s'agit d'une implication absolue du premier ministre du Canada, le chef de l'État — donc le chef du pouvoir exécutif et, dans une certaine mesure, le chef du pouvoir législatif — dans le processus judiciaire.
    Ce n'est pas la seule fois qu'il l'a fait. Nous nous souvenons tristement de l'horrible histoire entourant SNC-Lavalin, qui a conduit à la démission de deux ministres séniors du gouvernement, soit l'ex-ministre de la Justice et l'ancienne présidente du Conseil du Trésor. C'est odieux que le politique s'ingère ainsi dans le système judiciaire.
    Le premier ministre n'avait pas à annoncer publiquement que l'affaire Norman allait se rendre devant les tribunaux. Laissons les tribunaux et les forces judiciaires faire leur travail. Il ne faut pas supposer que certaines affaires vont se rendre devant les tribunaux, à moins que cela ne soit arrangé avec le gars des vues, ce que je ne soupçonne pas, même si c'est l'impression que cela donne. C'est ce qui est odieux dans cette histoire.
    Que s'est-il passé à ce moment-là? Le vice-amiral Norman a été expulsé et les pires soupçons pesaient contre lui. On a fouillé sa maison, et on a retiré des biens personnels à sa famille. Ils ont fouillé dans le iPad de son épouse pour essayer de trouver des informations. Finalement, le vice-amiral Norman a demandé l'accès à des preuves, à des courriels et à d'autres éléments pouvant assurer sa défense pleine et entière. Les avocats du gouvernement refusaient constamment l'accès à ces pièces importantes pour la défense pleine et entière d'un homme honorable comme le vice-amiral.

  (1635)  

    Quand le militaire no 2 du Canada est impliqué dans une cause, on s'attend au moins à ce que le gouvernement garde ses distances. Cependant, au contraire, jour après jour, ce gouvernement voulait s'assurer que M. Norman n'avait pas accès à une défense pleine et entière. Il lui refusait l'aide financière qui serait normalement accordée à un homme de ce rang dans de telles circonstances. Même quand les accusations sont tombées, le gouvernement refusait toujours de lui donner cette aide financière, alors qu'il avait dépensé près de 15 millions de dollars pour le poursuivre. Le gouvernement lui a constamment refusé cette aide financière.
    Lorsque le processus judiciaire a débuté, on a demandé d'avoir accès à des éléments d'information majeurs, et le gouvernement refusait toujours. Heureusement, le système judiciaire fonctionne. Un juge a permis à M. Norman d'avoir accès à certains éléments de preuve. C'est lorsque tout le monde a eu accès à ces informations qu'on s'est soudainement rendu compte qu'il n'y avait pas d'histoire et que jamais on n'aurait dû traîner cet homme en justice et le traîner dans la boue. Cette histoire restera longtemps dans la mémoire de tous les Canadiens comme une honte. Le pouvoir politique s'est ingéré dans une affaire judiciaire qui n'avait pas cours.
    Le vice-amiral Norman a souffert pendant des mois et a dû se défendre tout seul, sans aucune aide. Le 8 mai, le gouvernement s'est rendu compte qu'il n'y avait peut-être pas de cause. Il a donc laissé tomber ses accusations contre M. Norman et il a finalement décidé de lui payer ses frais juridiques. C'est bien la moindre des choses, mille tonnerres! On a créé tout ce problème pour finalement n'arriver à rien.
    Une fois que le gouvernement a été obligé par la cour de dévoiler les éléments de preuve auxquels M. Norman avait droit et que les juristes du Canada y ont eu accès, soudainement, il n'y avait plus d'histoire. Parmi ces éléments de preuve, que retrouve-t-on? C'est ici que je fais le lien entre le projet de loi C-58 et l'amendement 3 des sénateurs, qui a été bafoué par l'actuel gouvernement.
    Le 18 décembre 2018, l'équipe du vice-amiral Norman a convoqué deux témoins surprises qui ont démontré, preuve à l'appui, que le vice-amiral Norman avait le droit de voir des noms qui avaient été biffés. Les gens qui étaient au pouvoir évitaient d'utiliser son nom dans leurs courriels, justement pour ne pas l'identifier. C'est un élément fondamental. De plus, le 29 janvier 2019, on a dévoilé des listes d'acronymes et d'autres termes militaires qui ont été utilisés pour désigner le vice-amiral Norman.

[Traduction]

    Ces acronymes et autres termes sont en anglais, car les principaux éléments de preuve étaient rédigés en anglais. Au lieu de parler du vice-amiral Mark Norman en utilisant son nom, on utilisait « the boss », « N3 » et « C34 ». La liste a été compilée par le ministère de la Défense nationale. Lorsqu'on l'a interrogé, le chef d'état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, a déclaré qu'à moins qu'on ait demandé précisément aux agents d'utiliser ces termes pour effectuer des recherches, il se peut que les citations à comparaître de l'équipe de la défense de M. Norman n'aient pas mené aux documents dans lesquels ces termes étaient employés.

  (1640)  

[Français]

    C'est la raison précise pour laquelle il faut maintenir l'amendement 3 tel que soumis par le Sénat. L'utilisation de noms de code, particulièrement dans un cas semblable, n'a pas sa place, de notre point de vue. Monsieur le Président, permettez-moi de me corriger: ce n'est pas l'amendement 3, mais plutôt l'amendement 12. Dans mes conversations avec mes collègues, je l'ai toujours appelé l'amendement Norman. Cette modification vise à ce qu'on ne prenne pas la mauvaise habitude d'identifier des personnes clés dans des causes criminelles par des noms de code. D'ailleurs, ce n'était pas une cause criminelle du tout, finalement.
    Finalement, on s'est rendu compte que cet homme a été davantage victime d'une attitude odieuse de la part de ce gouvernement à des fins que je n'oserais même pas nommer ici, à la Chambre. Les libéraux ont voulu faire plaisir aux amis de l'un et aux amis de l'autre, mais pas aux Canadiens dans leur ensemble. Selon notre point de vue, cette utilisation de noms de code doit être mise de côté.
    Je sais que cela rappelle de mauvais souvenirs au gouvernement. Si j'étais un libéral, c'est sûr que je serais mal à l'aise devant cet état de fait, devant cet horrible scandale sur l'affaire Norman qui porte la signature du gouvernement libéral.
    Ce militaire a donné sa vie professionnelle avec honneur et dignité à la défense du Canada. Il est parti des éléments les plus humbles de notre vie militaire maritime pour aboutir au sommet de la Marine royale canadienne. Alors qu'il était au sommet de sa carrière et de son art, cet homme faisait en sorte qu'on pouvait faire confiance à l'industrie canadienne et aux travailleurs du chantier Davie, à Lévis. Oui, tout allait bien, oui, c'était un succès et, oui, on était capable de le faire avec le budget et le temps impartis.
    Je vais prendre une minute pour annoncer les questions du débat d'ajournement de ce soir.
    Conformément à l'article 38 du Règlement, je dois faire connaître à la Chambre les questions qu'elle abordera à l'heure de l'ajournement ce soir, à savoir: l'honorable député de Courtenay—Alberni, L'environnement; l'honorable députée de Saanich—Gulf Islands, La justice; l'honorable député de Bow River, Le commerce international.
    L'honorable député de Louis-Saint-Laurent a la parole.
    Monsieur le Président, c'est toujours avec beaucoup de respect que j'honore votre fonction, et les informations dévoilées il y a quelques minutes étaient tout à fait pertinentes.

[Traduction]

    Je tiens seulement à souligner que le projet de loi, qui traite de la protection des renseignements personnels, est une mesure importante. Il met à jour une loi qui a été adoptée en 1983 puis modifiée en 2006. Il est maintenant temps de l'actualiser en tenant compte de l'avènement du Web et des nouvelles réalités du XXIe siècle.
    Je suis conscient que le projet de loi fera l'objet d'un examen dans cinq ans, ce qui est bien. Toutefois, le gouvernement libéral aurait pu faire mieux concernant certains points. Dans notre système parlementaire, nous avons le privilège de pouvoir compter sur une autre chambre dénuée de considérations politiques, soit le Sénat, pour examiner chaque mesure législative.
    D'excellents sénateurs, comme le sénateur Claude Carignan du Québec, ont fait un excellent travail pour améliorer le projet de loi. Ils ont déposé des amendements très importants, en particulier l'amendement 12, qui prévoit que nous ne devrions pas utiliser de surnoms ou d'autres désignations lorsque nous parlons de personnes, d'entreprises ou de groupes. Nous devons être clairs. Le gouvernement a eu tort de ne pas accepter l'amendement 12. Il aurait dû le conserver dans le projet de loi.
    Malheureusement, le gouvernement libéral devra composer pour toujours avec le fait d'avoir attaqué sans la moindre preuve un homme honorable, le vice-amiral Norman. Celui-ci s'est retrouvé dans une position très difficile. Le gouvernement lui a fait perdre son poste et on l'a pratiquement chassé de sa maison lorsque la GRC a débarqué chez lui et a saisi des centaines d'effets personnels appartenant à sa famille. Ce qu'a fait le gouvernement, c'est une honte. La cour a décidé d'autoriser la communication de renseignements importants, et l'accusation a disparu tout d'un coup, même si le premier ministre avait dit à deux reprises, avant même le dépôt des accusations dans ce dossier, que cette affaire irait devant les tribunaux. C'est totalement inacceptable.
    Comme je l'ai expliqué dans la dernière heure, c'est la raison pour laquelle nous avons vraiment de graves préoccupations par rapport au projet de loi présenté par le gouvernement, d'autant plus que le gouvernement a refusé de donner suite à d'importants amendements proposés par le Sénat.