Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

43e LÉGISLATURE, 2e SESSION

HANSARD RÉVISÉ • No 020

TABLE DES MATIÈRES

Le mardi 27 octobre 2020




Emblème de la Chambre des communes

Débats de la Chambre des communes

Volume 150
No 020
2e SESSION
43e LÉGISLATURE

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mardi 27 octobre 2020

Présidence de l'honorable Anthony Rota

    La séance est ouverte à 10 heures.

Prière



Affaires courantes

[Affaires courantes]

  (1005)  

[Traduction]

Le commissaire à l’environnement et au développement durable

     J'ai l'honneur de déposer sur le bureau, conformément au paragraphe 23(5) de la Loi sur le vérificateur général, les rapports de l'automne 2020 du commissaire à l'environnement et au développement durable par intérim à la Chambre des communes.

[Français]

    Ces rapports sont envoyés en permanence au Comité permanent de l'environnement et du développement durable.

Le Bureau de l'enquêteur correctionnel

    Monsieur le Président, j'ai le plaisir de déposer, dans les deux langues officielles, le rapport annuel du Bureau de l'enquêteur correctionnel 2019-2020, tel que requis par l'article 192 de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition.

[Traduction]

Les comités de la Chambre

Industrie, sciences et technologie 

     Monsieur le Président, il y a eu des discussions entre les partis, et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante.
    Je propose:
    Que le Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie soit le comité désigné aux fins de l'article 285 de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité.
     Puisqu'il s'agit d'une séance hybride de la Chambre, par souci de clarté, je vais demander seulement aux députés qui s'opposent à la demande de répondre.
    Par conséquent, tous ceux qui s'opposent à ce que le député présente la motion diront non. Si je n'entends aucune opposition, la motion sera adoptée.
    La Chambre a entendu la motion. Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non. Comme il n'y a aucune dissidence, je déclare la motion adoptée.

    (La motion est adoptée.)

Environnement et développement durable  

    Monsieur le Président, j'ai une deuxième motion à présenter. Il y a eu des discussions entre les partis, et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante.
    Je propose:
     Que le Comité permanent de l'environnement et du développement durable soit le comité désigné aux fins de l’article 343 de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, 1999.

  (1010)  

[Français]

    Puisqu'il s'agit d'une séance hybride de la Chambre, par souci de clarté, je demanderais seulement à ceux qui s'opposent à la demande d'exprimer leur désaccord. Par conséquent, que tous ceux qui s'opposent à ce que l'honorable député propose la motion veuillent bien dire non.
    La Chambre a entendu l'énoncé de la motion. Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non. Comme il n'y a aucune voix dissidente, je déclare la motion adoptée.

    (La motion est adoptée.)

[Traduction]

Pétitions

Le trafic d'organes humains  

    Monsieur le Président, j'ai cinq pétitions à présenter aujourd'hui.
     La première pétition demande à la Chambre des communes et au gouvernement d'adopter deux projets de loi de la dernière législature, le projet de loi C-350 et le projet de loi S-240. Ces mesures législatives interdiraient aux Canadiens de voyager à l'étranger afin de recevoir un organe prélevé.

Les soins palliatifs  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition, signée par des centaines de Canadiens, demande au gouvernement de créer une stratégie nationale en matière de soins palliatifs afin que tous les Canadiens aient accès à des soins palliatifs de grande qualité à la fin de leur vie et au meilleur niveau de confort possible au moment de leur mort. Les pétitionnaires aimeraient que le gouvernement établisse une telle stratégie nationale en matière de soins palliatifs.

L'aide médicale à mourir  

    Monsieur le Président, la troisième pétition a été signée par des Canadiens de tout le pays qui demandent à la Chambre des communes de protéger la liberté de conscience des médecins et des établissements de soins de santé. Ils reconnaissent que la Charte des droits et libertés protège la liberté de conscience et de religion. Ils notent également que l'Association médicale canadienne a confirmé que la liberté de conscience n'interfère pas avec l'accès aux soins de santé.

La sélection en fonction du sexe  

    Monsieur le Président, la quatrième pétition est signée par des Canadiens de tout le pays qui s'inquiètent de ce qui a été révélé dans le documentaire de la CBC intitulé It's a Girl. Les pétitionnaires soulignent le fait qu'il manque plus de deux millions de filles dans le monde à cause de ce gynocide et que le déséquilibre entre les sexes entraîne une augmentation de la violence et de la traite des femmes et des filles. Ils soulignent le fait qu'au Canada, 92 % des Canadiens sont opposés aux avortements sexo-sélectifs. Les pétitionnaires attendent du gouvernement et de la Chambre qu'ils adoptent rapidement le projet de loi sur la sélection en fonction du sexe.

Les droits de la personne  

     Monsieur le Président, la dernière pétition que j'aimerais présenter met en lumière la situation critique des Ouïghours en Chine. Elle demande à la Chambre et au gouvernement du Canada de reconnaître le génocide dont la population ouïghoure est victime en Chine, et au gouvernement du Canada d'avoir recours à la loi Magnitski pour mettre fin à ces horreurs.
    Je rappelle à tous les députés de faire preuve de concision quand ils présentent des pétitions. C'est exactement ce que vient de faire le député de Peace River—Westlock, et je l'en félicite. Il a été parfait.

Questions aux Feuilleton

    D'accord?
    Des voix: D'accord.

Ordres émanant du gouvernement

[Ordres émanant du gouvernement]

[Traduction]

Le Code criminel

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 26 octobre, de la motion portant que le projet de loi C-6, Loi modifiant le Code criminel (thérapie de conversion), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Monsieur le Président, c'est avec plaisir que je poursuis l'intervention que j'ai commencée hier.
    À la lumière des échanges que j'ai entendus hier, j'aimerais attirer l'attention sur quelques points importants qui ont été soulevés. Selon moi, le plus important, c'est que les gens devraient se sentir libres d'être qui ils sont. Les pressions sociales qui sont exercées sur les gens afin qu'ils soient autre chose qu'eux-mêmes leur causent énormément de stress et d'anxiété et peuvent avoir des conséquences très graves. Nous avons entendu parler de certaines de ces conséquences hier. Manifestement, la plus grave, c'est que certaines personnes iront jusqu'au suicide. C'est une triste réalité, et c'est sans compter les nombreux autres effets indésirables causés par une société où il doit se produire une révolution des mentalités.
    Cela ne veut pas dire que nous n’avons pas fait de progrès. J’ai 58 ans, et, depuis ma naissance, les choses ont bien changé au fil des ans. Je trouve cela encourageant. Hier, l’un de mes collègues a dit que nous voulions faire du Canada l’endroit le plus sûr pour les amoureux, et cela illustre bien la grande diversité de notre pays. Mais cette diversité ne doit pas se limiter à la diversité ethnique, loin de là. Elle doit incorporer tous les aspects de l’être humain et de la société en général, et nous devons en être très fiers.
    Comme je l’ai dit, je suis un fervent défenseur de la Charte des droits et libertés, car tout le monde sait que la réputation d’un pays est proportionnelle à l’importance qu’il accorde à la liberté. Je me réjouis donc que la Chambre soit saisie de ce projet de loi. Ce que j’ai trouvé vraiment encourageant hier, alors que j’écoutais les débats sur les thérapies de conversion, c’est de constater que tout le monde semble s’opposer à ce genre de pratique à cause des torts qu’elle cause à des membres de notre société. Un certain nombre de députés ont soulevé des questions et ont demandé des précisions, mais, sur le principe, la Chambre semble être unanimement favorable à ce projet de loi, lequel mérite l'appui de tous les députés.
    Je vais apporter des précisions sur ce que le projet de loi criminalise, car c’est important. Le projet de loi crée les infractions suivantes: faire suivre une thérapie de conversion à un enfant; agir en vue de faire passer un enfant à l’étranger pour qu’il y suive une thérapie de conversion; faire suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré; bénéficier d’un avantage matériel, notamment pécuniaire, provenant de la prestation de thérapies de conversion; faire de la publicité en vue d’offrir de la thérapie de conversion. Le projet de loi vise essentiellement à: protéger les mineurs contre des thérapies de conversion, que ces thérapies soient administrées au Canada ou à l’étranger; protéger les adultes qui sont susceptibles d’être forcés de suivre une thérapie de conversion; protéger les Canadiens contre les méfaits de la publicité sur les thérapies de conversion.
    Pour moi, c’est un pas dans la bonne direction, et j’aimerais revenir sur ce que j’ai dit hier et ce matin sur le fait que les choses ont beaucoup changé.

  (1015)  

    Je me souviens très bien que, lorsque j’allais à l’école, je n’avais aucune idée de ce qu’était un « homosexuel ». On n’en parlait même pas à l’école. Je n’avais aucune idée de ce qui était considéré comme différent par rapport aux normes de la société. Ce n’est qu’à la fin de l’école secondaire que j’ai commencé à comprendre qu’il y avait des gens dont le comportement m’était complètement inconnu et qui étaient marginalisés par la société.
    C’est quand je suis entré dans les Forces armées canadiennes que j’ai été témoin de la discrimination qui s’exerçait contre les homosexuels et des injustices dont ils étaient victimes. Je ne pense pas avoir besoin de vous en donner des exemples précis pour que vous compreniez ce que je veux dire.
    Lorsque j'ai amorcé ma carrière politique, au milieu des années 1980, on a observé des progrès encourageants. Par exemple, en 1987 a eu lieu le premier défilé de la fierté de Winnipeg. Au départ, c'était plutôt un rassemblement de centaines de personnes prêtes à protester contre le rejet ou à célébrer l'adoption, par l'Assemblée législative du Manitoba, d'une mesure visant à inscrire l'orientation sexuelle dans le Code des droits de la personne du Manitoba. Le rassemblement s'est transformé en défilé. C'était un événement marquant à l'époque.
    Il est très encourageant de voir où en est l'Assemblée législative du Manitoba, 25 ans plus tard. Située dans un bel édifice au centre-ville de Winnipeg, la Chambre, configurée en forme de fer à cheval, est l'une des plus belles salles d'assemblée législative au Canada, voire en Amérique du Nord. D'énormes colonnes romaines patrimoniales ornent la façade de l'édifice, qui donne sur une belle pelouse. Près de 25 ans après le premier défilé de la fierté, dans le cadre d'une semaine complète de célébrations de la fierté gaie, on y a tenu une célébration où les colonnes brillaient de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. C'était une belle occasion de prendre conscience des progrès que nous avons réalisés.
     Nous devons penser aux conséquences sur les gens dans nos communautés. Il est très difficile pour la majorité d'entre nous d'imaginer les pressions que ressentent les personnes qui doivent cacher leurs sentiments. En raison de la manière dont j'ai été élevé, c'est très difficile pour une personne comme moi de me l'imaginer. Je peux seulement essayer de comprendre les difficultés qu'ont les jeunes, par exemple, qui doivent composer avec des circonstances très pénibles à l'école, à la maison ou au travail. Le moins que je puisse faire est d'encourager cette liberté, quand je le peux. Le projet de loi C-6 en est un bon exemple. Il envoie un message positif, mais il reste beaucoup de travail à accomplir. Nous pouvons aller encore plus loin.
    L'autre point dont je suis très fier est le fait que Glen Murray a été le premier maire ouvertement homosexuel d'un grand centre urbain au Canada: c'est-à-dire Winnipeg, la ville d'où je viens.

  (1020)  

    Je remercie Glen Murray et Randy Boissonnault du caucus libéral, que je connais tous les deux depuis des années et qui ont été d'ardents défenseurs des droits et libertés, et ma fille qui, dans une certaine mesure, a veillé à ce que je développe mon empathie et que je comprenne mieux cette cause qui est très importante pour tout le monde.

  (1025)  

    Madame la Présidente, par votre entremise, j'aimerais poser quelques questions rapides à mon collègue d'en face.
    Premièrement, au début de son discours, il a dit qu'il ne savait pas trop s'il avait 57 ans ou 58 ans. J'aimerais qu'il nous précise cela.
    En outre, j'ai appris quelque chose de nouveau à son sujet, soit qu'il a servi auparavant dans les Forces canadiennes. Nous en discuterons un moment donné.
    Certains députés qui m'ont précédé ont parlé d'amendements possibles au projet de loi et de ce qu'ils aimeraient y voir. Je tiens à dire que la thérapie de conversion est inacceptable et qu'il faut l'interdire. Voici ce qu'en disait autrefois le site Web du ministère de la Justice:
    Cette législation ne criminaliserait pas les conversations privées au cours desquelles des points de vue personnels au sujet de l'orientation sexuelle, de sentiments d'ordre sexuel ou de l'identité de genre sont exprimés, comme lorsque les professeurs, les conseillers scolaires, les conseillers pastoraux, les chefs religieux, les médecins, les professionnels de la santé mentale, les amis ou les membres de la famille fournissent du soutien aux personnes aux prises avec leur orientation sexuelle, leurs sentiments sexuels ou leur identité de genre.
    Le député juge-t-il que cet énoncé contient quoi que ce soit qui pourrait nous empêcher de l'inclure dans le projet de loi?
    Madame la Présidente, en ce qui concerne mon âge, je suis né le 22 janvier 1962 à l'Hôpital Saint-Boniface. Je laisse le député faire le calcul. Ce fut une journée très spéciale pour mes parents.
    Le député soulève une question fort raisonnable. D'après les déclarations du ministre, je crois que, lorsque le projet de loi parviendra au comité, le gouvernement sera disposé à y apporter des changements en travaillant en collaboration avec les députés de l'opposition. Tout ce que je demande aux députés des différents partis d'opposition, c'est de reconnaître toute la somme de consultations et de travail qui a été faite en amont afin de présenter cette mesure législative sous sa forme actuelle.
    Madame la Présidente, le député et moi faisons partie du même groupe d'âge. Lorsque j'étais adolescent, je me souviens que mes amis queers ont été expulsés de leur famille. Il était fréquent que lorsqu'ils parlaient de leur orientation à leur propre famille, on leur répondait qu'ils n'y étaient plus les bienvenus. Je pense à cela parce que ma mère va à l'église tous les jours, et qu'à l'époque, mes parents veillaient toujours à ce qu'il y ait une place de plus à la table à manger pour accueillir quelqu'un que sa famille avait expulsé et qui n'avait nulle part où aller. Lorsque nous étions adolescents, mon père nous disait qu'il importe peu qui on aime quand on aime, et qu'il ne fallait pas l'oublier. Aujourd'hui, quand je regarde la jeune génération et les amis de ma fille, je constate à quel point le fait d'être gai ou queer importe peu. C'est considéré comme étant normal. Nous en avons fait du chemin, mais il en reste encore à faire. Je crois qu'interdire la thérapie de conversion constitue un énorme pas en avant que nous devons franchir en tant que nation pour affirmer que nous ne reviendrons pas en arrière et ne porterons pas atteinte au droit des gens d'être qui ils sont. En passant, je félicite mon collègue de son discours.
    Madame la Présidente, il est important de reconnaître que les choses ont changé et pourquoi il faut absolument continuer d'avancer. J'ai pris conscience que la société devait changer au début des années 1980, quand j'ai entendu parler du tabassage d'un homosexuel. Si je me souviens bien, cela s'était produit derrière l'édifice de l'Assemblée législative du Manitoba. J'approchais les 20 ans ou venais de les avoir, mais c'est la première fois que j'entendais parler de ce genre de chose. Il est possible que certaines familles aient été beaucoup plus progressistes que la mienne, ce qui est bien dans un sens. C'est pourquoi je trouve si important d'en discuter avec ma famille. Ma fille Cindy, plus particulièrement, est même probablement maintenant plus au fait que moi de la question.
    Madame la Présidente, il est question ici d'éliminer de notre société quelque chose qui peut causer du tort.
    J'aimerais que le secrétaire parlementaire nous parle de ce qui peut être fait pour améliorer les investissements dans les services et les mesures de soutien, c'est-à-dire les soins multidisciplinaires. Je pense à la clinique 554 à Fredericton, au Nouveau-Brunswick.
    Des mesures doivent être prises d'un bout à l'autre du pays pour protéger les soins de santé offerts à la communauté trans et investir dans ces soins par exemple. Quel est l'avis du député sur cette question?

  (1030)  

    Madame la Présidente, je suis convaincu que nous devons travailler avec d'autres ordres de gouvernement et ne pas sous-estimer la valeur des organismes à but non lucratif, composés de militants directement au service de la population. Je sais qu'au moins deux ou trois sites Web disposent de toutes sortes de ressources merveilleuses.
    Il existe beaucoup plus de ressources aujourd'hui qu'il y a dix ans. Toutefois, les gouvernements doivent conjuguer leurs efforts afin de garantir que les gens jouissent de la liberté absolue d'être qui ils sont.

[Français]

    Madame la Présidente, je félicite mon collègue de son discours.
    Hier, on a fait référence aux gens qui ont commencé des traitements médicaux, pour un changement de sexe ou autre. On a dit que nous devions nous poser des questions à cet égard. Personnellement, je prétends qu'il s'agit là de mélanger les choses, puisque le projet de loi dont nous débattons présentement vise surtout à protéger les enfants contre des traitements inadmissibles.
     J'aimerais entendre mon collègue à ce sujet.

[Traduction]

    Madame la Présidente, j'ai pris le temps de lire soigneusement le libellé du projet de loi. Ce projet de loi représente une étape importante dans la criminalisation de la thérapie de conversion. Je crois que la grande majorité de la population canadienne va appuyer une telle mesure législative, car elle s'imposait depuis longtemps.
    Le député a fait référence à certaines procédures médicales. Je ne suis pas aussi à l'aise d'aborder cet aspect de la question, car je ne suis pas au courant des détails.
    Madame la Présidente, je remercie le député de Winnipeg-Nord de son discours, que j'ai écouté avec plaisir. Originaire de la même province, je connaissais déjà certaines des histoires qu'il a racontées.
    Ma question porte sur les bénévoles qui œuvrent auprès des enfants et des jeunes. De nombreux organismes communautaires de ma circonscription font appel à des bénévoles pour s'occuper des jeunes et des adolescents. Nous savons que bon nombre d'adolescents s'interrogent sur leur identité sexuelle et souffrent de dysphorie de genre. Ils se tournent alors souvent vers les responsables de leurs groupes, que ce soit un entraîneur ou un jeune leader dans une église ou un organisme communautaire, à qui ils confient leurs difficultés. Plusieurs des résidants de ma circonscription m'ont parlé de cet enjeu. Pas plus tard que la semaine dernière, j'ai d'ailleurs entendu le témoignage des leaders d'une organisation qui œuvre auprès de jeunes fréquentant l'école intermédiaire.
    Que sont-ils censés faire lorsqu'une personne vient leur parler dans le but de mieux comprendre son identité sexuelle? Selon certains, le libellé du projet de loi laisse croire que ces gens pourraient faire l'objet de poursuites criminelles. J'aimerais que le député éclaircisse ce point.
    Madame la Présidente, je pense que, lorsque le projet de loi sera renvoyé au comité, il y aura beaucoup moins d'ambiguïtés à cet égard, grâce aux témoignages qui seront livrés et aux périodes de questions et de réponses.
    De plus, certains sites Web du gouvernement du Canada, ainsi que les observations préliminaires faites par le ministre lors de la présentation du projet de loi, répondent à bon nombre des préoccupations soulevées par le député. C'est pourquoi j'ai hâte que le projet de loi soit renvoyé au comité, puis revienne à la Chambre.
    J'espère que les députés de tous les partis comprennent l'importance de faire adopter cette mesure législative. J'aimerais d'ailleurs qu'elle le soit avant la fin de l'année.

  (1035)  

[Français]

    Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Shefford.
    Quand le gouvernement a dit qu'il allait s'attaquer aux thérapies de conversion, le Bloc québécois s'en est réjoui, d'autant plus qu’en avril 2019, à la suite d'une pétition déposée en ce sens, le gouvernement a dit qu'il ne pouvait pas agir.
    Pour le Bloc québécois, la thérapie de conversion n'est pas un acte médical, c'est une procédure barbare qui vise à nier l'identité d'un individu. Ces thérapies sont de la pseudoscience; elles sont dangereuses et dégradantes pour les personnes qui la subissent, en plus d'être totalement inefficaces. Ceux et celles qui offrent des thérapies de réorientation sexuelle ne sont pas des professionnels de la santé. Aucun professionnel digne de ce nom ne pourrait offrir ce soi-disant service sans considérer qu'il s'agit fondamentalement d'un acte dérogatoire à la dignité de sa propre profession.
    Nous sommes en 2020. Il est grand temps que nous reconnaissions que l'attirance envers les personnes du même sexe est une variation normale du comportement humain. Il est donc de notre devoir de protéger les victimes des partisans des thérapies de conversion qui tendent à avoir des opinions religieuses très conservatrices. Nous reconnaissons que les groupes qui font la promotion de ces thérapies sont des groupuscules qui sont minoritaires, mais nous tenons à réaffirmer que le respect des croyances doit aller de pair avec le respect de la différence et l'assurance de l'égalité entre les citoyennes et les citoyens. Les membres de la communauté LGBTQ2 doivent obtenir le respect qu'ils méritent, et ce, le plus tôt possible.
    Historiquement, le Québec a été un chef de file au Canada en matière de protection des droits. La Charte des droits et libertés de la personne du Québec reconnaît depuis 1977 l'orientation sexuelle comme un motif prohibé de discrimination. On doit constater aussi que, depuis 1999, la communauté gaie et lesbienne a obtenu des gains importants. Par exemple, le gouvernement du Québec, en juin 1999, adoptait la loi 32 qui modifiait certaines dispositions législatives concernant les conjoints de même sexe. D'autres lois ont vu le jour: le projet de loi C-23 a été adopté le 1er janvier 2001; la loi 84 a été adoptée en juin 2002; le gouvernement fédéral a adopté le projet de loi C-38 le 28 juin 2005. Même les négociations des conventions collectives dans les secteurs public et parapublic inscrivaient dans leur convention collective des protections pour la communauté LGBTQ2.
    Le fait d'avoir obtenu la reconnaissance de certains droits, entre autres la reconnaissance des conjoints et des conjointes de même sexe, ne veut pas dire pour autant que toutes les barrières de discrimination envers l'homosexualité seront brisées du jour au lendemain. Ce furent des gains importants, mais, par ailleurs, les membres de cette communauté pourraient sans doute corroborer que, malgré ces avancées sociétales, il reste encore beaucoup à faire pour éliminer la discrimination dont ils font les frais. Pour les jeunes et les adultes homosexuels, le chemin vers l'égalité comporte de nombreux obstacles: ignorance et préjugés, étiquetage et discrimination, harcèlement et agression.
    D'ailleurs, il n'y a pas si longtemps, l'épidémiologiste Travis Salway a constaté que le suicide est désormais la cause principale de mortalité chez les hommes homosexuels et bisexuels canadiens et il a tenté de comprendre pourquoi. Selon lui, ce serait lié à ce qu'on appelle le stress des minorités, qui a souvent pour effet d'engendrer des pensées négatives, persistantes et un sentiment de désespoir. D'ailleurs, M. Salway s'est prononcé officiellement contre les thérapies de réorientation sexuelle.
    Il faut savoir qu'au Canada 47 000 hommes canadiens appartenant à une minorité sexuelle ont été soumis à une thérapie de conversion. On ne sait pas combien de femmes ont subi le même sort. Ce sont 47 000 hommes, ce n'est pas rien. Au Québec, Gabriel Nadeau, un ex-membre d'une communauté protestante pentecôtiste, à qui on a fait subir pas une, pas deux, mais trois thérapies de conversion, est devenu le porte-voix de ces gens à qui l'on demande d'être hétérosexuels malgré leur attirance profonde pour une personne de l'autre sexe. Son témoignage donne froid dans le dos:
    Dans le groupe [avec qui] j'étais, il y avait la croyance que l'homosexualité était un esprit maléfique [...] Il y avait cette pratique-là de faire des exorcismes.
    On se croirait dans un film.

  (1040)  

    Aujourd'hui, M. Nadeau s'accepte pour qui il est. Il dit qu'il ne retournerait jamais à sa prison religieuse. J'en profite pour saluer sa force et sa résilience, et je lui souhaite tout le bonheur du monde.
    J'enchaînerai en disant que ce ne sont pas toutes les histoires qui se terminent bien. Les thérapies de conversion peuvent laisser des cicatrices profondes, comme l'explique la Société canadienne de psychologie. Parmi les conséquences négatives de ce genre de conversion, on note la détresse, l'anxiété, la dépression, une image négative de soi, l'isolement social, un sentiment d'échec personnel, de la difficulté à maintenir des relations et un dysfonctionnement sexuel.
    Les députés du Bloc québécois sont unanimes, nous nous opposons aux thérapies de conversion, car nous croyons que l'égalité entre les citoyennes et les citoyens est une valeur québécoise fondamentale et un droit inaliénable. Les pratiques qui nuisent à l'existence dans le respect de son identité profonde se doivent d'être dénoncées, et c'est ce que nous faisons. Nous sommes heureux de voir que c'est ce qui se passe ici, à la Chambre des communes.
    Au Québec, le respect de l'identité de genre et de l'orientation sexuelle de tout un chacun constitue une valeur à laquelle la pratique des thérapies de conversion fait violence. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous appuierons le projet de loi C-6, qui vise à modifier le Code criminel afin qu'il soit illégal de faire suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré, de faire suivre une thérapie de conversion à un enfant, d'agir en vue de faire passer un enfant à l'étranger pour qu'il y suive une thérapie de conversion, de faire de la publicité en vue d'offrir de la thérapie de conversion et de bénéficier d'un avantage matériel, notamment pécuniaire.
    Le Bloc québécois a toujours été résolument engagé dans la protection et la promotion des droits et libertés des citoyennes et des citoyens. Il a toujours été prêt à combattre la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle. D'ailleurs, le Québec emboîte le pas. Il se penche aussi sur une loi. Le Bloc québécois ne peut que se réjouir de voir les deux parlements reconnaître qu'il est justifié, en démocratie, d'affirmer des valeurs collectives et d'encadrer légalement les pratiques issues de croyances contraires à nos valeurs.
    Je vais terminer sur une note un peu plus personnelle. Pour ma part, j'ai toujours pensé que ce qu'un parent veut d'abord et avant tout, c'est le bonheur de leurs enfants et qu'il n'y ait pas d'obstacle à ce bonheur. Quand mon fils m'a appris qu'il était gai, je me suis sentie triste. Je n'étais pas triste parce qu'il était homosexuel, mais plutôt parce que je savais qu'il allait vivre de la discrimination et faire face à des insultes. Comme bien d'autres personnes, il a été victime de l'homophobie.
    En approuvant le projet de loi C-6, je crois que nous contribuerons à créer une société où la communauté LGBTQ2 sera mieux protégée, mais je crois aussi qu'il est de notre devoir d'aider cette communauté à surmonter les préjugés auxquels elle doit faire face en travaillant avec elle à les faire tomber.

[Traduction]

    Madame la Présidente, je m'inquiète du fait qu'on ne parle pas d'un aspect de la question. La communauté LGBT est très diversifiée, et ses membres n'ont pas tous les mêmes opinions.
    Je veux lire un bref extrait d'un courriel que j'ai reçu d'une de mes concitoyennes, qui est membre de la communauté LGBT. Voici ce qu'elle dit: « Cher [député d'Hastings—Lennox and Addington], en tant que lesbienne, je vous demande d'enquêter sur l'utilisation du terme « identité de genre » dans le projet de loi C-6. Environ 75 % des jeunes trans deviendront gais ou lesbiennes sans chirurgie d'affirmation de genre et transition médicale. Ce projet de loi, dans sa forme actuelle, entraînera la transition médicale de ces jeunes gais et lesbiennes en adultes hétérosexuels. »
    La députée peut-elle rassurer cette femme, qui craint que l'on se serve de moyens médicaux et pharmaceutiques irréversibles pour transformer en hétérosexuels des jeunes qui seraient autrement devenus gais ou lesbiennes? C'est une véritable source d'inquiétude pour les membres de la communauté LGBT. Est-ce que cela ne préoccupe pas la députée?

[Français]

    Madame la Présidente, je ne suis pas certaine d'avoir compris l'intervention de mon collègue.
    Je pense que l'idée du projet de loi C-6, comme l'idée du projet de loi étudié au Québec, est de protéger les droits des gens. Il s'agit donc de respecter leur identité sexuelle, peu importe ce qu'elle est. Cela fait partie de ce que nous sommes. Si c'est dans ce sens que le député est intervenu, je lui dirai que nous devons effectivement travailler avec les gens de la communauté pour les aider à progresser et avoir une véritable égalité entre les citoyennes et les citoyens.

  (1045)  

     J'étais moi aussi ravie de voir le gouvernement du Québec emboîter le pas avec son projet de loi no 70. Je trouve que c'est un exemple parfait de la façon dont les deux paliers de gouvernement peuvent travailler de concert dans un même but. La députée est-elle d'accord pour dire que le gouvernement fédéral a un rôle à jouer pour ce qui est du Code criminel et du projet de loi  C-6?
    Madame la Présidente, nous reconnaissons effectivement que le Code criminel relève du fédéral et que le Code civil relève du Québec.
     C'est en vertu de ce dernier que le projet de loi du Québec a été déposé, pour protéger les personnes de tout contrat possible, et ce, que la personne soit majeure ou mineure — le Québec va jusque là. Le projet de loi québécois vise les charlatans, mais également les personnes qui sollicitent leurs services pour un proche, qu'il s'agisse d'un enfant ou de quelqu'un d'autre. Je pense donc que les deux projets de loi vont bien fonctionner de pair.

[Traduction]

    Madame la Présidente, ma question pour la députée concerne une jeune femme qui était mineure au moment de sa transition et à qui on a prescrit des hormones après seulement quatre séances de thérapie. Lorsqu'elle a changé d'avis au sujet de sa transition, aucun médecin ou psychologue n'a tenté de la dissuader d'entreprendre un changement de sexe.
    La députée est-elle favorable à des amendements visant à prévenir ce genre de situations, où des médecins ou des psychologues hésitent à offrir une vaste gamme d'options et de recommandations aux jeunes patients? Ken Zucker, spécialiste canadien des questions de genre de renommée mondiale, a été licencié par le Centre de toxicomanie et de santé mentale parce qu'il optait pour une attente vigilante avec les jeunes souffrant de dysphorie de genre. Dans ce cas-ci, il aurait pu aussi être poursuivi. Cela limiterait les perspectives et les possibilités offertes aux jeunes qui décident de changer de sexe, puis veulent faire marche arrière. La députée appuierait-elle...

[Français]

    La parole est à l'honorable députée de Repentigny, pour une réponse très brève.
    Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
     Comme je le disais plus tôt dans mon discours, il n'y a pas un professionnel de la santé digne de ce nom qui va convaincre quelqu'un ou qui va essayer de dire que c'est de la science, pas un.
     Je reviens à ce que mon fils m'a dit lorsque je lui ai demandé ce qu'il pensait de tout cela. Il m'a répondu que c'étaient les groupes ultra-religieux très conservateurs qui veulent cela. Selon lui, quand on est accepté par ses parents — de là, le rôle de l'éducation — et quand on est accepté par les gens autour de soi, on n'a besoin d'aucune thérapie; on n'a besoin que de s'accepter et de s'aimer.
    Madame la Présidente, c'est avec beaucoup de fierté que je prends la parole au sujet du projet de loi C-6, modifiant le Code criminel en ce qui a trait aux thérapies de conversion. J'ai déjà eu la chance de m'exprimer à ce sujet en réplique à la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse il y a quelque temps déjà, et c'était également pour moi un honneur.
    Mon discours d'aujourd'hui portera principalement sur trois aspects. Le premier sera l'importance de ce projet de loi pour la communauté LGBTQ+. Ensuite, je démontrerai à quel point le Québec est encore une fois à l'avant-garde dans ce dossier. Je conclurai par des souhaits pour l'après-pandémie pour la communauté LGBTQ+, très touchée par la COVID-19.
    Nous nous retrouvons aujourd'hui parce que le gouvernement a finalement choisi non seulement d'interdire, mais aussi de criminaliser les thérapies de conversion dont certaines, selon plusieurs témoignages, relevaient plus d'une forme de torture que d'une véritable thérapie. Elles relevaient aussi d'une forme de sorcellerie ou d'imaginaire auxquels on ne peut plus vraiment croire aujourd'hui, en 2020.
     Je pense que nous pouvons aussi nous entendre pour affirmer que cette pratique, majoritairement proposée et soutenue par des groupes religieux, se fonde sur l'idée que l'homosexualité est mal et contre nature, et que ce péché des plus graves pourrait même mener directement en enfer.
    Malheureusement, l'homophobie existe encore et toujours en 2020. On en voit des manifestations presque quotidiennement. Que des groupes religieux continuent à stigmatiser ainsi des personnes homosexuelles est franchement inadmissible. On ne peut plus maintenir cette communauté dans la peur. On ne peut pas forcer un être humain à subir on ne sait trop quel processus thérapeutique pour devenir quelqu'un qu'il n'est tout simplement pas.
     Plusieurs d'entre nous connaissent dans leur entourage des gens qui leur ont avoué à quel point il est encore difficile de sortir du placard et de s'affirmer. Ce projet de loi ne règle pas tous les problèmes de la communauté LGBTQ+, mais il constitue manifestement un pas important pour faire avancer ce débat.
    Revenons donc précisément à la question qui est soulevée aujourd'hui: les thérapies de conversion. Des médias ont déjà présenté — ma collègue en a également parlé — le cas d'un garçon d'ici qui a suivi l'une de ces pseudo-thérapies de réorientation sexuelle. Quand on prend la peine de s'attarder à son histoire, on ne peut pas faire autrement que d'éprouver de l'empathie. Nul ne peut cautionner qu'on puisse faire subir une telle angoisse à quelqu'un ni qu'un enfant puisse éprouver une haine si profonde envers lui-même.
    Étant moi-même la tante d'une nièce et d'un neveu que je veux voir grandir heureux, je n'ose croire que la famille de ce garçon n'avait pas de bonnes intentions, au contraire. Cependant, la religion de ce garçon et son profond désir de ne pas décevoir ses proches ni son Dieu l'ont poussé à payer de ses propres deniers une thérapie dite réparatrice qui le rendrait « normal » — avec de gros guillemets. Il est même allé jusqu'à expliquer que cette thérapie de conversion était une forme d'appui, mais d'appui social « au rejet de soi ». J'ai déjà mentionné précédemment cette triste phrase percutante.
     Ce qui est encore plus pénible, c'est que cette histoire ressemble malheureusement à celles de plusieurs autres enfants et adolescents d'ici qui souhaitent simplement qu'on les aime et qui espèrent entrer dans le moule. C'est pour que ce genre de situation ne se reproduise plus que je salue ce projet de loi du gouvernement.
     Ce dernier pourra bien entendu compter sur mon appui, de même que sur celui de l'ensemble de mes collègues, dont notre chef. Ce dernier a même affirmé lors d'une conférence de presse, lors de laquelle j'étais à ses côtés, que les membres de la communauté LGBTQ+ doivent obtenir le plus tôt possible tout le respect qu'ils méritent, au même titre que l'ensemble des citoyens et des citoyennes.
    Plusieurs pays ont montré la voie au Canada en matière de criminalisation des thérapies de conversion. Le Québec s'y est également engagé récemment avec le projet de loi 70, déposé par le ministre de la Justice Simon Jolin-Barrette à l'Assemblée nationale du Québec. Le titre de ce projet de loi est « Loi visant à protéger les personnes contre les thérapies de conversion dispensées pour changer leur orientation sexuelle, leur identité de genre ou leur expression de genre ».
    Je tiens également à rappeler qu'en 2018, Theresa May, alors première ministre de la Grande-Bretagne, avait qualifié les thérapies de conversion développées pour changer l'orientation sexuelle d'un individu de « pratique abjecte ».
    En fait, ce qui est horrible, c'est qu'une grande majorité de personnes homosexuelles se sont finalement éloignées de leur famille et sont parties faire leur vie et essayer de nier ce qu'elles étaient. Certaines ont même subi contre leur gré des thérapies de conversion pour finalement décider de s'affirmer telles qu'elles sont.

  (1050)  

    Il est vraiment difficile de se mettre à leur place et de s'imaginer subir ces thérapies de conversion. À un moment, on arrive à se dire qu'il faut cesser de subir toutes ces pressions et reconnaître que cela ne fonctionne pas. Ces thérapies ne vont pas avoir pour effet de se transformer. Les personnes réalisent au contraire que cela ne correspond pas à qui elles sont.
    Plusieurs auront passé des dizaines d'années à lutter contre eux-mêmes à force de thérapies, à lutter contre leur nature profonde et surtout à se poser énormément de questions, à se demander pourquoi. Ils vont jusqu'à se demander pourquoi ils sont nés dans ce corps-là, avec cette attitude et ce genre-là. Ils se demandent qui ils sont vraiment. Ils finissent par se haïr ou se détester eux-mêmes. On ne souhaite à personne d'en arriver là.
    Les gens qui ont subi ce type de thérapie sont de survivants. Maintenant, avec ce projet de loi C-6 sur les thérapies de conversion, envoyons-leur un message politique et social clair et faisons les premiers pas. Je souhaite à tous les membres de la communauté LGBTQ+ non pas de survivre, mais de pouvoir vivre en fonction de ce qu'ils sont, de ce qu'ils ressentent et de ce qu'ils aiment.
    Par ailleurs, il semble que les membres de cette communauté vivraient plus d'impacts psychologiques négatifs liés à la pandémie que le reste de la population. Robert-Paul Juster, chercheur à l'IUSMM et professeur en psychiatrie à l'Université de Montréal explique ce qui suit:
    On s'entend que la communauté LGBT risque d'avoir plus de problèmes face à la crise de la COVID, simplement parce qu'ils n'ont pas accès aux mêmes ressources que les personnes hétérosexuelles ou cisgenres [...] Une plus grande vulnérabilité liée à leur statut minoritaire, oui, mais aussi un plus grand potentiel de résilience.
    C'est ce que je leur souhaite: de la résilience.
    J'aimerais ajouter une dernière chose. La déclaration du pape François, en faveur de l'union civile de couples de même sexe, est perçue comme une grande preuve d'ouverture par les experts et par les groupes de défense des droits LGBTQ+. Le chef de l'Église catholique a défendu le droit des couples gais, « enfants de Dieu », à vivre au sein de l'union civile qui les protège légalement, comme on peut l'entendre dans le documentaire Francesco, qui lui est consacré et qui a été diffusé mercredi dernier pour la première fois dans le cadre de la Fête du cinéma de Rome. Il dit que les personnes homosexuelles « ont droit à une famille. Ce qu'il faut, c'est une loi d'union civile, elles ont le droit à être couvertes légalement. J'ai défendu cela. » Le Conseil québécois LGBTQ voit dans ce plaidoyer un pas considérable pour l'Église qui doit s'adapter à nos sociétés.
    En tant que porte-parole des questions liées aux aînés, je tiens à souligner que les aînés LGBTQ+, qui ont dû subir des préjugés et qui ont été confinés pendant la pandémie sans ressources pour les aider, ont vécu une forme de maltraitance sexuelle. Pour la suite des choses, il faut être là pour eux, et ce projet de loi est un pas important. C'est un message que nous voulons leur lancer pour que la communauté puisse s'affirmer. Les psychologues ne reconnaissent pas que les thérapies puissent fonctionner. Pour éviter d'autres suicides et pour la protection de leurs droits, agissons.

  (1055)  

[Traduction]

    Madame la Présidente, j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt les exposés des députés du Bloc sur la question. Ils semblent comprendre que les communautés gaie, lesbienne, bisexuelle, transsexuelle et bispirituelle font face à des difficultés systémiques. Des systèmes les empêchent de participer pleinement et équitablement à la société. S'ils sont capables de voir les difficultés de la communauté LGBTQ2S et des femmes, pourquoi ne peuvent-ils pas faire de même pour d'autres groupes marginalisés au pays, y compris ceux qui le sont en raison de leur race?

[Français]

    Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
    Je pense qu'il y aura d'autres communautés sur lesquelles nous pourrons nous pencher, mais, aujourd'hui, nous parlons du projet de loi C-6, consacré en particulier aux thérapies de conversion, afin de venir en aide à la communauté LGBTQ+. C'est ce qui est important aujourd'hui. Le message est pour cette communauté. Il y aura d'autres projets de loi. Il y aura d'autres communautés sur lesquelles nous pourrons nous pencher, mais j'aimerais vraiment aujourd'hui que nous restions sur le projet de loi C-6.

[Traduction]

    Madame la Présidente, il est vrai que tous les Canadiens méritent respect et protection. Les membres de la communauté LGBTQ2 méritent évidemment d'être protégés. La thérapie de conversion est répréhensible et devrait être interdite.
    Au début de l'année, le ministère de la Justice a mis dans son site Web des explications qui apportent davantage de clarté. Je pense que nous avons ici l'occasion de clarifier les choses et de permettre à une plus grande partie de la population en général de soutenir les membres de la communauté LGBTQ2. Les Canadiens sauraient qu'ils peuvent tenir des conversations et ne pas se sentir séparés de leur famille. Au contraire, ils sauraient que tous les membres d'une famille ou d'une communauté religieuse peuvent avoir des conversations. Ils se sentiraient donc soutenus non pas en dépit de ce qu'ils sont ou dans le but de les changer, mais pour ce qu'ils sont.
    Je me demande ce que la députée pense d'un amendement visant à ajouter les précisions que le ministère de la Justice a déjà mises dans son site Web.

  (1100)  

[Français]

    Madame la Présidente, je pense que la conversation avec la communauté est précisément ce à quoi servira ce projet de loi. Je ne pense pas que le projet de loi empêche cette conversation. Peu importe l'âge que l'on a, ce projet de loi n'empêche personne d'échanger et de faire valoir ses droits. Au contraire, c'est un pas dans la bonne direction. Évidemment, ce n'est qu'un début.
    On s'attarde particulièrement sur la question des enfants dans ce projet de loi. Je pense qu'il est important et que le message envoyé est clair.

[Traduction]

    Madame la Présidente, ma question pour la députée est la suivante: si le projet de loi est adopté sous sa forme actuelle, craint-elle qu'il soit contesté devant les tribunaux, comme c'est généralement le cas pour un grand nombre des modifications du Code criminel?

[Français]

    Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
    En ce qui concerne la contestation judiciaire, je pense qu'il faut commencer par adopter le projet de loi. Ensuite, nous verrons où nous en sommes.
    Je pense sincèrement qu'il faut lutter contre ces thérapies de conversion barbares qui n'ont plus lieu d'être en 2020. Nous pouvons penser aux types de contestation qu'il pourrait y avoir, mais je pense que nous sommes à l'étape de voter sur le projet de loi. C'est ce qui est important aujourd'hui.
    Madame la Présidente, je félicite ma collègue de son discours.
    J'aimerais poser une question en lien avec le projet de loi C-6 et la prorogation du Parlement le 18 août dernier.
    Pense-t-elle que nous aurions pu traiter ce dossier beaucoup plus rapidement s'il n'y avait pas eu la prorogation?
    Personnellement, je pense que nous devons aussi accorder du temps à l'étude d'autres projets de loi.
    Madame la Présidente, je remercie le député de Beauce de sa question.
    Je suis entièrement en accord avec lui. La prorogation a eu des effets sur énormément de projets de loi et sur tous les comités qui ont été arrêtés. D'ailleurs, je m'en vais au Comité permanent de la condition féminine pour reprendre les travaux qui ont été arrêtés à cause de la prorogation.

[Traduction]

    Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec la députée d'Outremont.
    Avant d'aller plus loin, je tiens à préciser que c'est depuis le territoire traditionnel de la Première Nation des Mississaugas de Credit que je prends aujourd'hui la parole.
    C'est une fierté pour moi de parler aujourd'hui du projet de loi C-6, qui modifierait le Code criminel de manière à ériger en infraction criminelle les thérapies de conversion ainsi que les agissements connexes. Les modifications qu'il propose visent à protéger les mineurs contre les thérapies de conversion, qu'elles aient lieu ici ou à l'étranger, ainsi que les adultes vulnérables que l'on voudrait forcer à subir une thérapie de conversion. Il interdira en outre la commercialisation des thérapies de conversion.
    L'expression « thérapie de conversion » désigne tout traitement qui prétend soit changer l'orientation sexuelle d'une personne bisexuelle, gaie ou lesbienne dans le but de la rendre hétérosexuelle, soit changer son identité de genre afin qu'elle soit cisgenre, soit encore réduire, voire réprimer toute attirance non hétérosexuelle ou tout comportement sexuel qui ne correspond pas aux normes en vigueur. Ces pseudothérapies d'un autre âge sont décriées de toutes parts et peuvent prendre de nombreuses appellations, dont « conseils psychologiques », « services de modification du comportement » ou « thérapie par la parole ».
    Dans la plateforme sur laquelle il a fait campagne en 2019, le gouvernement s'est engagé à respecter la dignité des Canadiens LGBTQ2 et à leur assurer des chances égales de réussite en mettant fin à la pratique déshumanisante que sont les thérapies de conversion. Ce projet de loi donne suite à cette promesse ainsi qu'à diverses autres mesures connexes, prises entre autres pendant la législature précédente — nous avons par exemple fait adopter le projet de loi C-16, qui modifiait le Code criminel et la Loi canadienne sur les droits de la personne de manière à mieux protéger les personnes transgenres.
    J'ai eu le plaisir de prendre part aux travaux du comité de la santé lors de la législature précédente pour l'étude sur la santé des Canadiens LGBTQ2. Un certain nombre de témoins ont parlé des impacts négatifs de ce qu'on appelle les thérapies de conversion. J'hésite toujours à employer le mot « thérapie », parce que, pour moi, une thérapie apporte quelque chose de positif, alors que la pratique discriminatoire dont il est question n'a absolument rien de positif.
    Si de nombreux témoins reçus par le comité ont parlé de cette question, je voudrais citer M. Travis Salway, chercheur au niveau postdoctoral à l'école de santé publique et de santé des populations de l'Université de la Colombie-Britannique. Voici ce qu'il a dit:
     On désigne par thérapie de conversion des pratiques qui visent à changer l'orientation sexuelle et l'identité de genre d'une personne. Il s'agit d'une des formes les plus extrêmes de mauvais traitements et de violence psychologique qui existent, et celles et ceux qui y sont soumis subissent pendant des années le stress associé à une forme sévère de dissimulation. La thérapie de conversion est donc [...] dénoncée sans équivoque par la Société canadienne de psychologie et par de nombreuses autres instances professionnelles.
    Malgré ces dénonciations, une récente enquête canadienne révèle que 4 % des hommes appartenant à une minorité sexuelle se sont soumis à une thérapie de conversion. Autrement dit, 20 000 hommes et d'innombrables femmes appartenant à une minorité sexuelle ainsi que des personnes transgenres y ont été exposés. Or, nous avons constaté dans notre étude que l'exposition à ce type de thérapie est associée à de nombreux problèmes de santé. Notamment, un tiers des personnes qui sont allées au bout de programmes de thérapie de conversion ont commis des tentatives de suicide.
    Les jeunes des minorités sexuelles risquent particulièrement d'être inscrits à des programmes de conversion contre leur volonté, mais nous n'avons pas au Canada de politiques fédérales pour les protéger contre ces pratiques dangereuses. Bon nombre des programmes de conversion, si ce n'est la plupart, se déroulent en dehors du cabinet de professionnels de la santé. Par conséquent, la situation actuelle où certaines provinces interdisent les pratiques de conversion par un sous-ensemble de fournisseurs est insuffisante et inéquitable [...]
    Effectivement, les tentatives de suicide, les idées suicidaires, les traitements contre l'anxiété ou la dépression et la consommation de drogues illicites sont plus fréquents chez les personnes qui ont subi une thérapie de conversion. Les conséquences pour la santé sont assez importantes. Ces constats m'amènent à penser que le fait de forcer quelqu'un à subir une thérapie de conversion, surtout si c'est un jeune qui ne peut pas décider pour lui-même, constitue une agression ou une infraction assez grave [...]
    Le témoignage de M. Salway rejoint celui d'autres témoins, ce qui a amené le comité de la santé à recommander « que le gouvernement du Canada travaille en collaboration avec les provinces et les territoires pour éliminer la pratique des thérapies de conversion au Canada et qu’il envisage des modifications supplémentaires au Code criminel ». Le projet de loi dont nous débattons aujourd'hui répond à cette recommandation ainsi qu'aux demandes des défenseurs et des professionnels médicaux, et il concrétise notre propre engagement de mettre fin à la pratique odieuse de la thérapie de conversion.
    Hier, le député d'Esquimalt—Saanich—Sooke a parlé avec éloquence et passion du projet de loi. Il a assez bien décrit un certain nombre d'arguments fallacieux qui visent à discréditer la mesure législative et créer de la confusion dans l'esprit du public. Le projet de loi ne criminalisera aucunement le fait que les amis, les membres de la famille, les professeurs, les travailleurs sociaux ou les chefs religieux offrent du soutien aux personnes aux prises avec leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.
    J'ai vu un dépliant distribué par la Coalition Campagne vie affirmant que le projet de loi « privera les personnes de la communauté LGBT de conseils spirituels et de services de pastorale même si elles les demandent », et « que de nombreux Canadiens ont repris leur vie en main avec l'aide de la thérapie clinique, de la prière et de conseillers spirituels pour se débarrasser de leurs attirances indésirables envers les personnes du même sexe ».

  (1105)  

    J'ai entendu des affirmations encore plus absurdes et troublantes, mais je ne les répéterai pas à la Chambre des communes pour ne pas leur donner de poids. Ces affirmations me troublent profondément, car elles reposent essentiellement sur la croyance voulant que l'orientation sexuelle et l'identité de genre soient un choix que fait une personne. Elles font fi des préjudices bien réels que peuvent causer les thérapies de conversion: la haine de soi, la dépression, les idées suicidaires et les tentatives de suicide.
     Ces affirmations et la pratique de la thérapie de conversion dans son ensemble perpétuent également des mythes et des stéréotypes nuisibles au sujet des personnes LGBTQ2, notamment que toute orientation sexuelle autre que l'hétérosexualité ainsi que toute identité de genre autre que cisgenre peuvent et doivent être modifiées. Ce genre de message discriminatoire stigmatise les personnes LGBTQ2, porte atteinte à leur dignité et va à l'encontre de notre objectif commun, soit l'atteinte de l'égalité.
    Compte tenu des préjudices avérés des thérapies de conversion et de leurs répercussions sur les plus marginalisés d'entre nous, au titre du Code criminel, le projet de loi définit la thérapie de conversion comme suit: « [...] [S]’entend d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels. »
     De plus, la mesure législative criminalisera le fait de faire suivre une thérapie de conversion à un enfant, d'agir en vue de faire passer un enfant à l'étranger pour qu'il y suive une thérapie de conversion, de faire suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré, de bénéficier d'un avantage matériel, notamment pécuniaire, provenant de la prestation de thérapies de conversion et de faire de la publicité en vue d'offrir de la thérapie de conversion.
    L'approche du gouvernement protégera tous les mineurs contre la thérapie de conversion, car nous savons qu'ils sont particulièrement affectés par cette pratique nuisible. L'ensemble des infractions que j'ai mentionnées précédemment combleront une lacune du droit pénal en visant expressément cette pratique. Ces infractions, qui s'appuient sur les données probantes, ainsi que les infractions déjà en place qui portent sur certains aspects de la thérapie de conversion comme les agressions et la séquestration, permettent de créer un cadre pénal complet pour combattre les effets nuisibles connus de la thérapie de conversion.
    Les infractions qui sont proposées dans le projet de loi ne s'appliqueraient pas aux thérapies légitimes, principalement parce qu'il ne s'agit pas d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels. Pour plus de clarté, le projet de loi mentionne aussi que ces pratiques ne sont pas incluses dans la définition du terme « thérapie de conversion ».
    J'insiste sur le fait que ce projet de loi n'aurait pas pour but ni comme effet d'interdire les conversations ouvertes qu'un parent, un autre membre de la famille, un dirigeant religieux ou qui que ce soit d'autre entretient avec une personne au sujet de sa sexualité. Quoi qu'en dise le chef de l'opposition et les organisations comme la Coalition Campagne vie, ce projet de loi vise non pas à interdire les conversations, mais à criminaliser une pratique ignoble qui cause des préjudices bien réels et documentés à la communauté LGBTQ2 du pays.
    Nous voulons que notre pays respecte nos différences. Tous les Canadiens devraient pouvoir non seulement vivre en toute sécurité, mais aussi assumer leur identité en toute sécurité. Le projet de loi C-6 contribuerait à faire en sorte que chacun se sente pris en compte, accepté, respecté, valorisé et en sécurité. J'implore tous les députés d'appuyer ce projet de loi important.

  (1110)  

[Français]

    Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours. Je suis content de voir qu'elle se trouve du bon côté du miroir, c'est-à-dire qu'elle est d'accord pour dire que la société canadienne et québécoise, en particulier, n'est pas encore rendue là où il faut.
    Personnellement, je ne pensais pas que c'était possible de suivre une de thérapie de conversion au Canada. Je trouve que le projet de loi n'est pas progressiste; au contraire, il nous fait arriver au XXIe siècle. À partir du constat qu'il faut avoir une société plus tolérante et plus ouverte, comment fait-on pour faire en sorte que la société accepte mieux les gens homosexuels au Québec et au Canada?

[Traduction]

     Madame la Présidente, cette question est très importante, parce qu'il subsiste des idées fausses, comme je l'ai mentionné dans mon allocution. Il y a des dépliants distribués au Canada qui insinuent que les personnes LGBTQ2 ont fait un choix ou que celles qui se questionnent sur leur identité de genre sont libres de la changer. Ce genre de commentaires me trouble vraiment.
    À vrai dire, on entend toutes sortes d'histoires au comité de la santé, surtout à propos de jeunes qui, en grandissant, souffriront toute leur vie de dépression et d'anxiété, feront des tentatives de suicide ou auront des idées suicidaires. Nous devons éliminer toutes ces choses de notre pays et faire en sorte que les gens soient accueillants et tolérants envers les personnes différentes d'eux.
    Madame la Présidente, j'apprécie beaucoup les interventions de mes collègues des différents partis. La députée a employé le terme « arguments fallacieux » à plusieurs reprises. Je suis préoccupé par le fait que ce terme a été utilisé pour tenter d'invalider certaines inquiétudes bien légitimes que le chef de l’opposition et d'autres députés ont soulevées au sujet des ambiguïtés suscitées par ce projet de loi. J'ai effectivement une opinion plutôt tranchée à propos du fait que ce projet de loi a dû être présenté de nouveau parce que les libéraux ont décidé de proroger le Parlement.
    Afin d'obtenir un appui plus large pour traiter cette question, à propos de laquelle je pense que l'ensemble de mes collègues sont d'accord, la députée serait-elle disposée à explorer les moyens d'éliminer l'ambiguïté du libellé du projet de loi dans sa forme actuelle?
    Nous pourrions alors accomplir exactement ce que les libéraux et les députés de tous les partis souhaitent, c'est-à-dire interdire ces pratiques coercitives au pays.

  (1115)  

    Madame la Présidente, en effet, j'ai utilisé l'expression « argument fallacieux ». C'est une expression que le député d'Esquimalt—Saanich—Sooke, qui a bien plus d'expérience et de connaissances que moi sur le sujet, a utilisé hier dans son discours. Il a abordé ce sujet de manière très personnelle.
    Il est tout à fait manifeste qu'il n'y a absolument rien dans le projet de loi qui contribuerait à criminaliser des conversations. Je suis désolée, mais je ne peux pas être d'accord avec ceux qui prétendent le contraire. Il est là, l'argument fallacieux. Il n'y a rien, dans ce projet de loi, qui contribuerait à criminaliser des conservations.
    Madame la Présidente, je suis très contente d'être ici, à la Chambre et de voir encore une fois le projet de loi C-6 bien soutenu. Je suis évidemment en faveur du projet de loi.
    J'aimerais lire une citation de Kristopher Wells, de l'Alberta, qui est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la compréhension du public à l’égard des jeunes des minorités sexuelles et de genre:
     Cela se passe très loin des yeux [...], après les heures de bureau, dans des sous-sols. Malheureusement, cela arrive encore dans certaines congrégations et certains groupes ethniques, sous le couvert de prier pour faire disparaître l'homosexualité ou sous prétexte que l'homosexualité n'existe pas dans une communauté donnée et que quiconque montre une attirance pour les personnes de son sexe ou dont l'identité de genre est différente doit être réformé ou guéri pour être accepté dans sa communauté.
    Lorsqu’on entend de telles choses, il apparaît évident que le projet de loi ne suffit pas à régler le problème de tout ce qui se passe loin des yeux à cause de l'homophobie. Il est clair que ce projet de loi ne peut pas réparer les préjudices passés. Il est clair que ce projet de loi ne s'attaque ni à la haine ni à l'homophobie dans nos collectivités. Le député et le gouvernement libéral s'engageront-ils à financer des programmes de soutien et de développement des ressources pour la communauté OSIG?
    En fait, madame la Présidente, ce projet de loi s'attaque en partie à ce problème. Au comité, on nous a notamment dit qu'il ne suffisait pas que les provinces interdisent cette pratique, que c'est pourquoi il fallait modifier le Code criminel afin de s'attaquer à des choses semblables à ce que la députée a décrit, comme ces soi-disant thérapies qui se passent dans la clandestinité. Le projet de loi s'attaque à ce genre de problèmes.
    Madame la Présidente, c'est pour moi un honneur que d'intervenir dans le débat sur le projet de loi C-6, qui vise à interdire la thérapie de conversion au Canada. Qu'on ne s'y trompe pas, la mesure proposée est révolutionnaire. Si elle est adoptée, les lois canadiennes en matière de thérapie de conversion deviendraient les plus progressistes et les plus complètes au monde.
    La thérapie de conversion est une pratique dégradante qui cible les Canadiens appartenant à la communauté LGBTQ2 et qui vise à modifier leur orientation sexuelle ou leur identité de genre, ce qui peut provoquer un traumatisme qui durera toute la vie. Il est généralement admis au sein de la communauté médicale que la thérapie de conversion est une pratique extrêmement nuisible.
    Selon une étude récente menée aux États-Unis, près de 30 % des jeunes de la communauté LGBTQ2 qui avaient été soumis à une thérapie de conversion ont par la suite tenté de s'enlever la vie. Songeons à cela un instant. Songeons à notre devoir en tant que législateurs, à notre responsabilité d'interdire les pratiques qui mettent en danger la vie de ceux que nous sommes chargés de protéger et de servir.
    Comme d'autres mesures législatives sur lesquelles j'ai pris la parole pour donner mon appui, le projet de loi C-6 est à mes yeux une question de liberté: la liberté d'être qui on est, la liberté d'exprimer son genre, la liberté d'exprimer son orientation sexuelle, la liberté de ne pas avoir à changer contre son gré et la liberté de ne pas accepter d'être incité à changer par d'autres. Il s'agit de la liberté d'être qui nous sommes, et cela, personne d'autre ne peut le savoir à notre place. Cette liberté, tous les Canadiens devraient y avoir droit.

[Français]

    J'espère donc que la Chambre se prononcera fermement et d'une seule voix pour appuyer le projet de loi et envoyer un message fort à la communauté LGBTQ2, à nos jeunes et au monde entier.
    J'aimerais prendre un moment pour rendre hommage aux nombreux organismes locaux qui ont lutté pour les droits des transgenres et pour l'ensemble de la communauté LGBTQ2, et qui continuent à le faire.
    Chez nous, dans le Mile-End, j'ai déjà eu le privilège de m'entretenir avec les gens de Fraîchement Jeudi, une émission de radio communautaire qui donne une voix à la communauté LGBTQ2 à Montréal. Je pense également au Centre de solidarité lesbienne, situé dans ma circonscription, qui apporte de l'aide aux lesbiennes qui ont vécu de la violence conjugale, une agression sexuelle, un deuil, une sortie du placard difficile ou toute autre difficulté liée au bien-être.
    À Montréal, il y a de nombreux autres organismes. En voici quelques-uns: la Fondation Émergence, qui lutte contre l'homophobie et la transphobie; RÉZO, qui fournit du soutien psychologique aux hommes LGBTQ2; le Groupe de recherche et d'intervention sociale, ou GRIS-Montréal, qui mène des campagnes de sensibilisation, particulièrement dans les écoles. Nous pensons souvent au défilé de la Fierté Montréal qui, en temps normal, rassemble des millions de Montréalais. Ces organismes travaillent tous les jours afin de s'assurer de l'inclusion de toutes et de tous dans notre société, peu importe qui ces personnes aiment.
    Nos lois, et surtout notre Code criminel, sont des instruments permettant de protéger nos plus vulnérables et prévenir et rectifier les injustices. Le projet de loi devant nous est progressiste et approfondi. Il interdit les soi-disant thérapies de conversion. Nul besoin de dire que ces thérapies ne sont pas fondées sur la science. Cette pratique dommageable et inacceptable, ancrée dans l'homophobie, la biphobie et la transphobie, n'a aucune place dans notre société.
    Le projet de loi C-6 ajouterait cinq infractions au Code criminel: faire suivre une thérapie de conversion à un enfant; envoyer un enfant à l'étranger pour qu'il y suive une thérapie de conversion; faire suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré; faire de la publicité en vue d'offrir de la thérapie de conversion; et bénéficier financièrement de la prestation de thérapies de conversion.

  (1120)  

[Traduction]

    Avant d'entrer dans les détails de cet important projet de loi, j'aimerais souligner le travail remarquable d'une personne de ma communauté, à Outremont, en matière de défense des droits. Mme Kimberley Manning est professeur agrégée de sciences politiques à l'Université Concordia. Elle est également une ardente défenseure des droits des personnes transgenres et une des âmes dirigeantes derrière le site Web enfantstransgenres.ca, ainsi que d'un organisme sans but lucratif qui offre des services aux parents d'enfants non conformes aux normes de leur genre. Nous devons lui être reconnaissants, tout comme aux parents qui ont travaillé sans relâche pour défendre les droits de leurs enfants et de tous les mineurs.
    Le projet de loi dont nous débattons propose d'ajouter cinq infractions au Code criminel relativement à la thérapie de conversion, dont, d'abord et avant tout, faire suivre une thérapie de conversion à un mineur. Il interdirait en outre tout agissement en vue de faire passer un mineur à l'étranger pour qu'il y suive une thérapie de conversion, érigerait en infraction le fait de faire suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré, rendrait illégal le fait de profiter de la prestation de thérapies de conversion, interdirait la publicité liée aux thérapies de conversion et autoriserait les tribunaux à ordonner que des publicités de thérapie de conversion soient saisies ou supprimées d'Internet.

[Français]

    Les thérapies de conversion peuvent prendre plusieurs formes. Qu'elles durent une heure, une semaine, des mois ou des années, elles sont toutes incroyablement dommageables. Elles veulent convaincre une personne de vivre dans le mensonge et de renier son orientation homosexuelle ou bisexuelle, voire son identité de genre dans le cas d'une personne transgenre ou non binaire.
    Je vais illustrer l'étendue et les effets des thérapies de conversion. Les données nous en disent long. Le Centre de recherche communautaire, un organisme communautaire de Vancouver voué à la santé des hommes de la communauté LGBTQ+, a publié en février 2020 des résultats intérimaires de son enquête « Sexe au présent ». Les résultats obtenus auprès de 7 200 participants nous démontrent l'ampleur du phénomène en 2020.
     Au Canada, près de 20 % des hommes issus de minorités sexuelles affirment avoir été visés par des efforts de coercition visant à changer leur orientation sexuelle, identité de genre ou expression de genre. De ce nombre, près de 40 % auraient vécu une forme de thérapie de conversion au Canada. Les hommes plus jeunes sont plus nombreux à être visés par des efforts de coercition, de même que les répondants bispirituels, trans et non binaires.
    Les effets de ces thérapies sont nombreux. Le fait d'avoir été visé par une thérapie de conversion est associé à divers résultats psychosociaux, dont la dépression, l'anxiété, l'isolation sociale et une sortie tardive du placard. Ces effets sont profonds.
     Une personne qui a vécu une thérapie de conversion, surtout une jeune personne, aura vécu un traumatisme. Elle en vivra les séquelles toute sa vie, aux dépens de sa santé mentale. La personne aura le sentiment qu'elle n'est pas légitime, qu'elle doit avoir honte de son identité, qu'elle doit vivre dans le mensonge, ou même qu'elle ne mérite pas de vivre.
    Plusieurs adultes qui ont survécu à une telle injustice dans leur jeunesse décrivent à quel point ils sont toujours incapables d'établir des relations de confiance avec leur famille, leurs pairs et leurs collègues. Dans certains cas, ils ont même de la difficulté à poursuivre leurs études ou à obtenir un emploi. En fait, ils racontent souvent qu'ils auraient même du mal à vivre sainement en relation d'intimité ou à vivre pleinement leur identité de genre.
     Pire encore, nous savons que ces pratiques peuvent mener nos enfants, nos frères, nos sœurs, nos amis et nos collègues de la communauté LGBTQ+ à avoir des pensées suicidaires, voire à passer à l'acte. Comment pouvons-nous tolérer une telle chose au Canada en 2020?

  (1125)  

[Traduction]

    La pratique de la thérapie de conversion ne doit vraiment pas être tolérée. D'une part, elle cause des traumatismes psychologiques qui, selon les statistiques, mènent à des taux de dépression et de suicide plus élevés. D'autre part, le principe qui justifierait la thérapie de conversion va à l'encontre des valeurs canadiennes comme la liberté et la prémisse que chaque Canadien devrait être libre d'aimer qui il veut et d'exprimer son individualité à sa manière. Il s'agit d'un pas de plus dans notre quête, en tant qu'êtres humains, pour parvenir à nous exprimer et à afficher à notre guise cette composante essentielle de notre identité.
    Madame la Présidente, je suis d'accord avec la députée: la thérapie de conversion constitue un abus aux proportions des plus épiques. Elle constitue une abrogation des droits de la personne. Ce projet de loi devrait donc être adopté.
    Je pense aussi qu'il incombe au gouvernement de passer à l'action dans un dossier qui traîne depuis cinq ans: il doit mettre fin à la pratique discriminatoire qui consiste à empêcher les homosexuels de donner du sang. La députée d'en face pourrait-elle dire à la Chambre quand, à son avis, mes amis gais pourront donner de leur sang?
    Madame la Présidente, je suis absolument ravie que le projet de loi C-6 soit appuyé par un si grand nombre de députés conservateurs. J'espère qu'il obtiendra également l'appui unanime de la Chambre. Comme je l'ai souligné dans mon discours, il est extrêmement important que nous interdisions les thérapies de conversion au Canada. Il s'agit d'une pratique barbare dont il n'y a rien de bon à tirer.
    En ce qui concerne la question de ma collègue sur l'interdiction de donner du sang, le gouvernement a promis de faire avancer ce dossier, et je me réjouis à l'idée de travailler à l'élaboration d'un projet de loi de concert avec ma collègue et d'autres députés dans cette enceinte.
    Madame la Présidente, l'un des premiers débats auquel je me souviens d'avoir participé portait sur le droit au mariage entre personnes de même sexe. Un prêtre de ma paroisse m'avait alors téléphoné pour m'aviser que si je ne changeais pas mon vote, je serais excommunié. En raison de mon vote, mon épouse n'a pas pu participer à une cérémonie de remise des diplômes et ma fille, qui se trouvait en deuxième année, s'est vu refuser la première communion. Le diocèse avait même publié un communiqué pour empêcher ma réélection. Toutefois, je me souviens aussi de l'appui incroyable de catholiques et d'autres groupes religieux dans le Nord, tout particulièrement de la communauté franco-ontarienne, dont les membres n'avaient pas oublié les prêtres de l'époque de Duplessis ni les sermons en chaire qui leur dictaient comment voter.
    Cela m'a appris que les Canadiens sont beaucoup plus ouverts, généreux et bienveillants que certains leaders religieux qui nous ont laissés tomber dans le passé. Cependant, certaines communautés religieuses éprouvent également des difficultés et cherchent des moyens d'avoir une influence positive. Le projet de loi à l'étude en est un bon exemple, et je crois que nous devrions tenter d'obtenir le plus large appui possible pour celui-ci.
    Madame la Présidente, je suis totalement d'accord avec le député. Je crois aussi que ce projet de loi et l'idée d'interdire la thérapie de conversion jouissent d'un soutien généralisé dans les diverses communautés du Canada.
    J'attends avec impatience que le député, et toute la Chambre d'ailleurs, soutienne le projet de loi C-6.

  (1130)  

    Madame la Présidente, j'ai écouté attentivement les interventions, non seulement de la députée, mais d'autres députés libéraux. J'entends sans arrêt les mêmes mots sur ce que le projet de loi permettra d'accomplir.
    L'une des interventions les plus passionnées que j'ai entendues depuis mon entrée en fonction ici est celle faite hier par le député de Stormont—Dundas—South Glengarry. Celui-ci appuiera certainement le projet de loi, mais il demande au gouvernement d'envisager un amendement pour préciser ce que le projet de loi n'interdira pas. J'aimerais demander à la députée si elle est favorable à l'examen de l'amendement en question.
    Madame la Présidente, je crois comme mon collègue que tous les députés doivent travailler dans un esprit de collaboration. Je pense que nous aurons l'occasion d'étudier les propositions d'amendements au comité afin que les idées comme celle du député conservateur fassent l'objet d'un débat et, éventuellement, soient intégrées au projet de loi. Nous avons certainement l'intention d'adopter une approche aussi ouverte et collaborative que possible.
    Madame la Présidente, la députée a beaucoup parlé des traitements, des services et des procédures. Je me demande si elle peut clarifier ce qu'elle entend exactement. À mon avis, tous les députés conviennent que les traitements barbares, dégradants, déshumanisants et forcés devraient être interdits. Peut-elle nous dire ce qui serait acceptable à ses yeux?
    Madame la Présidente, je pense que le sujet a aussi été abordé à la question précédente.
    Des députés semblent avoir des inquiétudes à propos des conversations. Le ministre de la Justice a précisé que les conversations entre des particuliers et leur chef religieux, leur conseiller ou leur psychologue ne sont pas incluses dans le projet de loi et qu'elles sont tout à fait permises selon la proposition du gouvernement. Je pense qu'il ne faut pas l'oublier alors que nous poursuivons les débats.
    « Vous savez, il n’y a rien qui rende Dieu plus heureux que deux personnes, n’importe lesquelles, qui s’aiment. Mes amis, ma famille, nous sommes réunis en ce lieu pour unir Carol et Susan par les liens sacrés du mariage. »
    Il y a 26 ans, alors que j’avais 14 ans, j’ai regardé Ross Geller conduire son ex-épouse à l’autel afin qu’elle épouse sa conjointe lesbienne. À l’époque, c’était quelque chose, une des premières représentations sur une chaîne de télévision grand public d’un mariage non hétérosexuel. Cet épisode de Friends, qui a été censuré dans une partie des États-Unis, a été diffusé près de 10 ans avant la légalisation du mariage homosexuel au Canada
    À présent, à 40 ans, je participe au débat sur ce projet de loi en me demandant pourquoi, mais je sais qu’il est nécessaire. Je n’arrive toutefois pas à croire que nous devions en débattre et pourtant, c’est bien ce que nous faisons. Malgré les progrès accomplis dans notre société pour éliminer les obstacles à l’égalité des chances pour la communauté LGBTQ+, que j’appellerai « la communauté » dans le reste de mon intervention, ces Canadiens sont toujours en butte à une discrimination et à une marginalisation importante. Le sujet du projet de loi est une facette de cette marginalisation et un facteur de marginalisation.
    Aujourd’hui, je souhaite expliquer ce que le projet de loi fera, pourquoi il est important et pourquoi les députés devraient l’appuyer, mais aussi dissiper la confusion sur certaines questions que soulèvent sa forme et sa structure.
    Tout d’abord, je tiens à parler de cette prétendue thérapie de conversion. Pour citer mon cher ami et frère né d’une autre mère, Brian Hearn, « Ce n’est pas une thérapie, c’est de la maltraitance, c’est de la torture ». Brian a raison. C’est de la maltraitance et c’est une violation de droits de la personne élémentaires.
    D’après la Société canadienne de psychologie, on entend par thérapie de conversion « toute intervention thérapeutique formelle qui vise à modifier l’orientation sexuelle d’une personne bisexuelle ou homosexuelle dans le but de ramener celle-ci à l’hétérosexualité ». Cette définition a été mise à jour de manière générale afin d’inclure des méthodes qui visent à changer l’identité ou l’expression de genre d’une personne. Cette pratique repose sur l’hypothèse fausse et dépassée selon laquelle l’homosexualité et d’autres formes de diversité sexuelle et de genre sont des troubles mentaux qui peuvent être « guéris ». Des professionnels de la santé du monde entier rejettent cette position depuis des années.
    Nombre de dirigeants d’organisations adeptes de la thérapie de conversion, parfois appelées mouvement ex-homosexuel, ont depuis dénoncé cette pratique en la déclarant manifestement dangereuse et beaucoup de leurs dirigeants se sont même déclarés ouvertement LGBTQ+.
    Aucune donnée scientifique ne prouve que ces pratiques présentent un intérêt médical. En fait, c’est tout le contraire. La Société canadienne de psychologie, par exemple, les qualifie de « pseudo-scientifiques ». S’il arrive que certaines personnes perçoivent différemment leur identité sexuelle avec le temps, rien ne prouve que leur orientation sexuelle, autrement dit qui les attire sexuellement, ne change.
    Les milieux scientifique et médical ont confirmé ce que chaque membre de la société sait déjà: nous sommes nés en aimant qui nous sommes, en aimant qui nous aimons et il n’y a rien à corriger. Voilà où le projet de loi entre en jeu.
    Il rendrait illégaux, au moyen d’une modification du Code criminel, les actes suivants: forcer une personne à suivre une thérapie de conversion contre son gré; faire suivre une thérapie de conversion à un enfant; faire quoi que ce soit pour retirer un enfant du Canada dans l’intention qu’il suive une thérapie de conversion à l’étranger; annoncer une offre de thérapie de conversion; et recevoir un gain financier ou matériel pour la prestation d’une thérapie de conversion.
    Certains pourraient se demander pourquoi un projet de loi est nécessaire. Tout d’abord, il y a un consensus écrasant chez les praticiens et les organisations des milieux scientifique et médical au Canada et dans le monde entier sur le fait que la thérapie de conversion est nocive, sans équivoque. D’après l’enquête canadienne menée auprès de survivants de la thérapie de conversion, 30 % ont tenté de se suicider après l’intervention. Tous les survivants qui ont répondu ont subi des effets psychologiques néfastes, allant d’une détresse légère et une angoisse grave à la haine de soi et à des tentatives de suicide.
    La Société canadienne de psychologie fait aussi état de détresse, de dépression, d’un sentiment d’échec personnel, de difficultés à entretenir des relations et d’un dysfonctionnement sexuel comme conséquences de la thérapie de conversion. De nombreux survivants ont fait remarquer que le rétablissement de ce traumatisme s’apparentait au rétablissement de tout autre traumatisme. Il leur a fallu des années, voire toute une vie, pour composer avec la douleur et la souffrance causées par la soi-disant thérapie de conversion.
    Certains partisans de la soi-disant thérapie de conversion, notamment aux États-Unis, ont affirmé qu’elle pourrait avoir des effets positifs pour une petite minorité de participants. Cette affirmation est aussi catégoriquement fausse.
    En 2009, l’American Psychological Association a déclaré à propos de ces soi-disant recherches que des études non expérimentales trouvent souvent des effets positifs qui ne résistent pas à la rigueur de l’expérimentation. Il est important de le souligner, parce que ces fausses croyances sont souvent invoquées pour expliquer l'inutilité du projet de loi.
    Pour ceux qui pensent que nous sommes à l’abri de ce phénomène au Canada, détrompez-vous.

  (1135)  

    Selon des estimations, entre 20 000 et 47 000 Canadiens ont été exposés à cette pratique odieuse. Avec un taux de suicide de 30 %, pensez au nombre de Canadiens qui ont tenté de s’enlever la vie à cause de cette torture. En outre, la marginalisation systémique à laquelle les Canadiens LGBTQ2 sont déjà confrontés en général empire encore la situation. Ils sont plus susceptibles de connaître la pauvreté, l’itinérance et la violence physique.
    En ce qui concerne la santé mentale, la stigmatisation et la discrimination envers les jeunes de la communauté produisent ce que de nombreux chercheurs appellent le stress des minorités, qui fait en sorte que les personnes LGBTQ2 courent un plus grand risque d’éprouver des problèmes de santé.
    Par exemple, les jeunes de la communauté sont exposés à un risque de suicide et de toxicomanie 14 fois plus élevé que leurs pairs hétérosexuels et cisgenres. Ils courent également deux fois plus de risques de souffrir de troubles de stress post-traumatique que leurs homologues hétérosexuels ou cisgenres. Une étude menée en 2013 auprès de personnes transgenres de 15 ans et plus en Ontario a révélé que 77 % d’entre elles avaient déjà sérieusement envisagé de se suicider et que 43 % avaient déjà fait une tentative de suicide. Parmi les plus vulnérables au suicide figurent les jeunes trans âgés de 16 à 24 ans. Il est important de souligner que l’étude a révélé que le risque de suicide chez les personnes trans diminue grâce au soutien social, sociétal et parental.
    Nous devons aussi discuter de la marginalisation économique des membres de la communauté. Des études estiment qu’entre 25 % et 40 % des 40 000 jeunes Canadiens sans abri chaque année sont LGBTQ2. Cela représente entre 10 000 et 16 000 personnes sans abri au Canada. Une étude ontarienne a aussi révélé que la moitié des transsexuels ontariens vivent avec moins de 15 000 $ par an.
    Il y a ensuite tous les actes de violence et de discrimination patentes à l’égard de cette communauté. Entre 2014 et 2018, des centaines de crimes haineux perpétrés au motif de l’orientation sexuelle des victimes ont été signalés à la police, soit 10 % de tous les crimes haineux commis pendant cette période. Nous ne savons même pas combien de crimes haineux perpétrés au motif de l’identité et de l’expression de genre ont été commis pendant cette période, car nous n’avons pas de statistiques là-dessus. En fait, nous n’avons même pas de statistiques sur la violence contre les Canadiens transgenres, qui est pourtant importante et sur laquelle nous n’avons que des rapports sporadiques. En revanche, d’autres rapports nous brossent un tableau plus inquiétant. En 2011, Egale Canada a révélé que 74 % des étudiants transgenres avaient été victimes de harcèlement verbal, et 37 %, de harcèlement physique.
    L’Association canadienne pour la santé mentale a indiqué que la santé mentale et le bien-être des membres de cette communauté s’en trouvent améliorés lorsqu’ils ont l’appui de leur famille et de leurs amis, qu’ils travaillent dans des environnements tolérants, qu’ils font face à un faible niveau d’homophobie et qu’ils reçoivent un accueil positif lorsqu’ils révèlent leur orientation sexuelle. C’est la raison pour laquelle ce projet de loi est important.
    Autrement dit, le rejet des parents, des membres de la famille, des communautés religieuses et des lieux travail représente, pour les membres de cette communauté, une grave menace à leur égalité et à leur dignité. Ces gens-là se retrouvent dans la rue lorsqu’ils sont rejetés par leur famille parce qu’ils sont homosexuels ou transgenres. Lorsqu’ils sont dans la rue, ils n’ont souvent pas d’autre choix que de se prostituer. Ils subissent de la violence lorsque les gens les haïssent à cause de leur orientation sexuelle. Tout cela pour dire qu’en interdisant les thérapies de conversion, nous n’allons pas du jour au lendemain éliminer l’homophobie et la transphobie au Canada, mais nous pourrons améliorer le sort de cette communauté et mettre un terme à sa stigmatisation. Ce projet de loi est vraiment un pas dans la bonne direction.
    J’aimerais maintenant apporter des précisions sur certaines questions relatives au projet de loi.
    D’aucuns ont dit craindre que le projet de loi empêche un transgenre « d’annuler sa transition ».
    Premièrement, c’est un phénomène qui se produit rarement. Selon une étude réalisée aux États-Unis par le National Center for Transgender Equality, seulement 0,4 % des répondants ont annulé leur transition après s’être rendu compte que ce n’était pas ce qu’ils voulaient. Parmi les autres personnes qui ont annulé leur transition, 7,6 % des 28 000 répondants ont dit l’avoir fait pour une autre raison, souvent à la suite de pressions de leurs proches.
    Deuxièmement, cet argument part de l’hypothèse que la transition est facile. C’est absolument faux, et c’en est même douloureusement supportable pour les nombreux transgenres canadiens qui sont en cours de transition aujourd’hui.
    Les temps d’attente pour ce genre d’intervention sont très longs et nécessitent de nombreuses étapes et procédures médicales. Il faut faire des évaluations, diriger les patients vers les bons spécialistes, et les inscrire sur une liste d’attente. Il est complètement faux de dire qu’il est possible de faire une transition médicale sans prendre le temps de réfléchir et, par conséquent, d’être forcé à le faire, tout comme il est faux de dire qu’une transition médicale peut se faire sans supervision médicale.
    Je tiens également à ajouter que les personnes transgenres ne veulent pas toutes faire une transition médicale. Pour celles qui le veulent, une telle transition peut nécessiter de multiples interventions, qui font l’objet de discussions avec des professionnels de la santé. Il peut s’agir de thérapies hormonales, de chirurgies des seins ou des organes génitaux ou d’autres chirurgies d’affirmation du genre.

  (1140)  

    Pour une opération des organes génitaux, en Ontario, une personne a besoin de deux évaluations recommandant une chirurgie, qui peuvent être faites par un médecin, un infirmier, un infirmier praticien, un travailleur social ou un psychologue, et qui doivent toutes les deux confirmer une dysphorie de genre. Par conséquent, on voit bien que tout cela nécessite beaucoup de temps, sans compter que la personne doit déjà avoir fait une thérapie hormonale pendant 12 mois. Cela ne se fait pas du jour au lendemain ou sur un coup de tête.
    Mon amie Hannah Hodson, qui habite en Ontario, m’a demandé de raconter son expérience. Elle a commencé par s’adresser à un thérapeute, puis a rencontré de nombreux médecins, et il lui a fallu plus d’un an avant de se faire prescrire des hormones. À l’époque, elle avait 32 ans et elle habitait dans la province où il était le plus facile d’obtenir ce genre de traitement, car l’Ontario fonctionne selon le principe du consentement éclairé des adultes. Ce n’est pas le cas dans beaucoup d’autres régions du pays.
    Il est complètement faux de dire qu’il est facile pour un enfant de faire sa transition au Canada, ou que la transition médicale se fait sans une surveillance rigoureuse. Dans le cas d’un enfant, au Canada, il faut d’abord qu’il rencontre, avec ses parents, un professionnel de la médecine, généralement un thérapeute sexuel. Pour un enfant en transition, les changements sont généralement à 100 % sociaux, c’est-à-dire qu’ils concernent le comportement et l'habillement. C’est seulement sous la stricte surveillance d’un professionnel de la médecine qu’un enfant peut avoir accès à des interventions mêmes réversibles, comme des inhibiteurs d’hormones. Quant aux chirurgies d’affirmation du genre, on ne les pratique généralement pas avant l’âge de 18 ans, conformément aux normes canadiennes.
    Ces affirmations sont aussi fondées sur une idée trop simpliste et rejetée par la science selon laquelle le genre se limite au sexe et aux organes génitaux. Le concept d’identité de genre concerne la relation avec le monde, et pas seulement les organes génitaux. Beaucoup de transgenres décident de ne pas avoir recours à ces chirurgies, et cela ne change en rien ce qu’ils sont vraiment. Toutefois, pour beaucoup de gens, ces thérapies d’affirmation du genre sont indispensables pour pouvoir participer pleinement à la société.
    Pour en revenir à mon amie Hannah, voici ce qu’elle dit: « Je dis toujours en plaisantant que je n’aurais jamais fait tout cela si cela ne correspondait pas à ce que je suis. J’étais avant un homme blanc, hétérosexuel en apparence. J’avais tout pour réussir. » La décision de faire la transition n’a pas été prise à la légère, parce qu’un transgenre se heurte encore à beaucoup de difficultés au Canada. Les transgenres sont victimes d’énormément d’abus et de harcèlement. Selon un sondage de 2011 réalisé par Egale, 74 % des étudiants transgenres sont victimes de harcèlement verbal et 37 %, de harcèlement physique.
    Hannah peut aujourd’hui se rendre en toute sécurité dans peut-être 35 pays. En Ontario, même encore aujourd’hui, des gens lui adressent des menaces ou la traitent de monstre lorsqu’elle se promène dans la rue, et elle habite dans l’une des villes les plus tolérantes au Canada. Quand cela arrive, Hannah devrait leur dire de s’adresser à moi.
    Selon une autre étude récente, 45 % des transgenres interrogés lors d’un sondage se sont suicidés. Mais il y a tout de même de l’espoir. Avec beaucoup de soutien des membres de la famille, ce taux diminue de 93 %. Par conséquent, quand certains prétendent que le projet de loi cause des torts aux transgenres, c’est tout à fait le contraire. Il permet d’atténuer la stigmatisation dont ils sont victimes et de mettre un terme à une certaine forme de violence à leur égard.
    Certains ont aussi laissé entendre que le projet de loi pourrait criminaliser des conversations privées, en particulier entre un parent et un enfant ou entre un chef religieux et un paroissien. Après avoir lu le projet de loi, je pense que c’est faux.
    Premièrement, les conversations non forcées, y compris celles avec des mineurs, sont déjà protégées par la liberté d’expression en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés. Le projet de loi protégerait davantage ce droit en donnant directement une définition de la thérapie de conversion, qui s’entend « d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels ».
    Après avoir lu le projet de loi, je pense que l’expression « qui vise à » montre clairement que le projet de loi ne criminalise pas les conversations formelles entre des chefs religieux ou des membres de la famille. S’il y a des inquiétudes à propos de la liberté d’expression, les gens devraient se réjouir. Le projet de loi protégerait les valeurs de la liberté d’expression, du droit à l’expression de soi et à la vérité en ce qui concerne l’orientation sexuelle et l’identité de genre, qui sont nécessaires à la lumière de toutes les preuves de discrimination contre la communauté que j’ai déjà présentées.
    Certains ont aussi laissé entendre que le projet de loi pourrait criminaliser la prière ou les croyances religieuses. Je crois aussi que c’est faux. La liberté d’expression religieuse est un fondement du pluralisme canadien, auquel je souscris fermement. Il y a toutefois une nette différence entre une croyance religieuse et un effort soutenu déployé par une personne dans un cadre coercitif pour modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. De même, il y a également une différence entre une prière générale et cette pratique. Je crois que le projet de loi expose déjà clairement ces différences, pour la raison suivante.

  (1145)  

    La plupart des députés semblent convenir que l’interdiction de la thérapie de conversion est un objectif urgent et important. Il est urgent de protéger la santé et le bien-être des Canadiens LGBTQ2 contre un préjudice manifeste. Cela étant, ce projet de loi est proportionnel à tout fardeau potentiel pesant, par exemple, sur les revendications de liberté religieuse.
    Ce projet de loi propose des limites qui sont rationnellement liées à l’objectif de protéger les Canadiens LGBTQ2, mais il ne porte pas arbitrairement atteinte à la liberté de religion. Par exemple, il n’empiète pas sur les croyances anti-LGBTQ2, que je n’entretiens pas, que ce soit bien clair, et que personne ne devrait entretenir à mon avis. Il ne fait que les empêcher d’agir en fonction de ces croyances. À mon avis, l’esprit et la valeur des libertés religieuses consistent à protéger les gens afin qu’ils puissent pratiquer leur foi. Toutefois, de nombreuses dispositions de notre Code criminel limitent déjà les gestes qui peuvent être posés au nom de cette liberté. La liberté religieuse ne va pas jusqu’à permettre de porter préjudice à autrui.
    Je précise que cela ne signifie pas que le projet de loi C-6 empiète d’une quelconque façon sur le droit des parents de parler de sexe et de sexualité avec leurs enfants. Il ne porte pas atteinte au droit des parents de croire que l’homosexualité est mal, une croyance que je rejette totalement, je le répète. Il ne porte pas non plus atteinte au droit de ces parents d’exprimer cette croyance. Comme cela a été dit à maintes reprises, il empêche toute pratique, tout traitement ou tout service visant à modifier la sexualité ou l’identité de genre d’une personne. Le projet de loi C-6 trace la limite en empêchant la transformation de cette croyance en une pratique destinée à modifier fondamentalement l’identité d’une personne et il prévient un préjudice à cette personne.
    L’interdiction de la thérapie de conversion atténue une fraction de la violence et de la marginalisation que subit la communauté, mais elle n’arrête pas les crimes haineux, l’intimidation et le harcèlement. Elle ne règle pas non plus tous les autres problèmes que je mentionnais.
    À ceux qui craignent que nous nous avancions sur un terrain dangereux, je dirai que beaucoup de provinces et de municipalités ont également, avec les outils à leur disposition dans leur champ de compétences, mis en œuvre des mesures similaires. Les églises fonctionnent toujours, tout comme les mosquées et les gurdwaras. La vie continue dans la société, mais j’ai le sentiment que ce type de règlement adresse un message à la communauté LGBTQ2 et lui dit que la société travaille à lutter contre certaines discriminations systémiques que j’ai déjà exposées.
    Je viens de passer beaucoup de temps à expliquer mon point de vue de législatrice, mais j’aimerais prendre quelques instants pour expliquer mon point de vue en tant qu’être humain. Je vais donc revenir à mon amie intelligente et pétillante, Hannah. Elle voulait que je dise ceci à la Chambre en son nom: « Les personnes LGBTQ sont ce qu’elles sont. Vous ne pouvez pas nous transformer ou nous guérir. Il n’y a rien à guérir. Mais vous pouvez toutefois choisir de nous aimer et de nous soutenir. »
    J’espère vraiment que nous en sommes capables en tant que pays. Aucune loi ne peut changer les cœurs et les esprits. Seule la volonté individuelle de faire preuve de compassion, de compréhension et de gentillesse y parviendra.
    Je me souviens d’un jour de juillet 2019 sur une terrasse venteuse à Banff. En Alberta, les députés peuvent célébrer des mariages et ce jour-là, j’ai eu le privilège d’unir par les liens du mariage deux merveilleuses personnes. Elles étaient entourées d’amis et de membres de leur famille aimants et enthousiastes, et tout le monde était très ému, y compris moi, de voir combien ces deux personnes s’aimaient. Pour Spencer et Jeff Seabrook, ce jour n’avait rien à voir avec leur orientation sexuelle. C’était une célébration joyeuse de leur amour l’un pour l’autre.
    C’est ainsi que ce devrait être, selon moi. De la même manière, il y a cinq personnes que je considère comme faisant partie de ma famille. L’amour qu’elles me donnent chaque jour, je dis bien chaque jour, ne tient pas au fait qu’elles sont homosexuelles, mais au fait que ce sont des êtres humains extraordinaires que j’aime profondément en retour. Je ne veux rien changer en elles parce qu’elles sont déjà parfaites.
    La plupart du temps, ce sont même elles qui cherchent à m’améliorer. Elles étaient présentes à mes noces quand je me suis mariée. Elles se sont même irritées quand l’ancien premier ministre Harper a essayé de leur donner des conseils sur la façon de remonter l’allée jusqu’à l’autel, même si Matt et moi reconnaissons qu’il n’avait pas tort. Quand deux de ces personnes merveilleuses m’ont dit qu’elles étaient fiancées, nous l’avons célébré avec joie. Je salue chaleureusement Dustin Franks, Miguel Arturo Possamai, Craig Sklenar, Craig Volkerink, Brian Hearn, Matt MacDonald et Garrett Ayers.
    Ce matin, Matt m’a envoyé un texto pour me dire ceci: « Quand nous sommes nés, les personnes LGBTQ étaient accusées de convertir des hétérosexuels à homosexualité. Quelle ironie que 40 ans plus tard, tu prononces un discours à la Chambre des communes pour empêcher des gens de porter atteinte aux droits de la personne et de chercher à convertir par la force des homosexuels à l’hétérosexualité. Il faudrait se mettre d’accord! » Il a raison.

  (1150)  

    Madame la Présidente, je remercie la députée pour son discours, dont une bonne partie visait à déboulonner certains mythes à propos du projet de loi C-6. Pourrait-elle me dire pourquoi les députés conservateurs ont crié non quand nous avons proposé que ce projet de loi visant à interdire les thérapies de conversion soit adopté avec le consentement unanime de la Chambre? À titre de porte-parole en matière de santé, pourquoi n'arrive-t-elle pas à expliquer à ses collègues les arguments tout à fait logiques qu'elle vient de présenter, afin que la Chambre puisse adopter le projet de loi C-6 à l'unanimité et interdire les thérapies de conversion une fois pour toutes?
    Madame la Présidente, la députée d'en face n'est peut-être pas à la Chambre depuis assez longtemps pour savoir qu'ici, nous débattons. Débattre n'est pas une mauvaise chose. La députée vient elle-même de dire qu'elle a hâte de débattre des amendements.
    Dustin Franks, un de mes amis, m'a demandé de dire ce qui suit au premier député libéral qui me poserait une question: « Votre parti est au pouvoir depuis cinq ans. Pourquoi ne puis-je toujours pas donner de sang? Soyons sérieux. Tout ce que vous avez fait pour les hommes gais comme moi, c'est de lancer une pièce d'un dollar spéciale. Laissez faire les gestes symboliques, et mettez fin à l'interdiction aux gais de donner du sang. »
    Il a raison.

[Français]

    Madame la Présidente, à mon avis, c'est l'un des discours les plus convaincants que nous avons entendus relativement au projet de loi. Je lève mon chapeau à la députée.
    Comme l'a dit l'intervenante précédente, elle a déboulonné un paquet de mythes et de faux arguments, notamment celui des traitements médicaux, dont il n'est pas question dans le projet de loi, celui des conversations privées, qui ne sont pas menacées, et celui des croyances religieuses.
    Elle a extrêmement bien expliqué qu'une société civile est en droit de mettre des limites quant aux croyances religieuses. Son intervention était magnifique. Je ne peux pas croire que nous sommes encore en train de débattre de ces questions en 2020. La députée a aussi brillamment soulevé la question des dons de sang.
     J'aimerais l'entendre un peu plus longuement sur l'urgence d'adopter le projet de loi. Certains de nos collègues à la Chambre ont mentionné qu'ils hésitaient à appuyer le projet de loi. J'aimerais que ma collègue nous dise comment nous pouvons les convaincre de voter massivement ou unanimement en faveur du projet de loi.

[Traduction]

    Madame la Présidente, encore une fois, cette enceinte est un endroit destiné au débat. Nous sommes en train de débattre. Nous le faisons avec respect. Nous nous penchons sur certains points, ce que nous faisons aussi en comité. C'est la tâche pour laquelle on nous paie. Le débat n'est pas une mauvaise chose.
    La députée parle de l'interdiction de donner du sang. Qu'a-t-on fait à cet égard? Cinq ans se sont écoulés. À vrai dire, le fait que l'on interdise encore aux gais de faire un don de sang perpétue le préjugé selon lequel leur sang est malpropre et que la situation est sans issue. Je suis très contrariée d'avoir à prendre la parole ici et d'expliquer cela aux gens. J'aimerais vraiment voir les libéraux présenter avec le même degré d'urgence un projet de loi qui met fin à l'interdiction des dons de sang de la part des homosexuels.

  (1155)  

    Madame la Présidente, la députée vient de prononcer un discours passionnant. J'espère que tous les députés l'ont entendu, parce qu'il était non seulement passionnant, mais aussi très convaincant.
    Elle a parlé de ses souvenirs et de l'âge qu'elle avait lorsqu'elle a vu pour la première fois un mariage gai à la télévision. Il n'y a pas si longtemps, on entendait souvent dire que l'homosexualité est un mode de vie que l'on choisit, ce qui discrédite et dénigre la réalité des personnes gaies ou lesbiennes. Nous avons pas mal évolué depuis. Nous parlons maintenant de la thérapie de conversion comme d'une chose répréhensible. Les points de vue ne sont pas unanimes, mais nous sommes très près de nous entendre pour qualifier la chose de mauvaise. Il y a peut-être des détails dont il faut discuter.
    J'aimerais entendre les observations de la députée sur l'affirmation corporelle, qui semble être un autre moyen d'amener les personnes trans, notamment, à changer et à se conformer à une identité afin de connaître le bonheur, mais il n'y a pas...
    Je dois laisser à la députée la chance de répondre.
    La députée de Calgary Nose Hill a la parole.
    Madame la Présidente, je ne suis pas sûre de savoir quelle était la question du député.
    Dans mon discours, j'ai énoncé de nombreux faits concernant la façon dont les personnes transgenres sont traitées et la manière dont elles perçoivent leur vie au Canada. Nous devons nous en tenir à l'avis des professionnels de la santé et adopter la plus grande compassion à l'égard des personnes transgenres au Canada de sorte qu'elles puissent vivre dans la dignité et sans obstacle à l'égalité des chances.
    Madame la Présidente, je remercie la députée de Calgary Nose Hill de son discours très personnel et très érudit, qui a été précédé du discours tout aussi personnel d'un autre collègue, le député de Stormont—Dundas—South Glengarry, qui a présenté de très bons arguments.
    Il est intéressant d'écouter les députés libéraux à ce sujet. Ils laissent entendre que nous ne devrions pas débattre de la question et devrions simplement adopter le projet de loi à l'unanimité. Cela en dit long sur leur perception globale du Parlement. Ils considèrent le Parlement comme une nuisance. Pensons à la motion qu'ils ont tenté de faire adopter à toute vapeur à la Chambre au début de la pandémie et qui aurait suspendu jusqu'à la fin de l'année prochaine tout examen des dépenses et des mesures d'imposition par le Parlement et son pouvoir de les approuver ou non. Cela témoigne du dédain général des députés libéraux à l'endroit du Parlement.
    Forcer quiconque à changer de genre ou d'identité est inacceptable dans une société libre et démocratique. La députée a parlé de son amie Hannah et de la question du consentement éclairé en Ontario. Peut-elle nous dire comment ce projet de loi interagirait avec les lois, les règlements et les pratiques déjà en place dans les provinces partout au pays?
    Madame la Présidente, c'est une très bonne question que le comité devrait étudier. J'aimerais beaucoup connaître l'opinion des spécialistes à ce sujet et c'est pourquoi, pour répondre à mon collègue, il est important d'en débattre. C'est de cette façon qu'on peut s'assurer que le projet de loi soit étoffé. Nous sommes à l'étape de la deuxième lecture, ce qui signifie que, si nous l'adoptons à cette étape-ci, le projet de loi sera renvoyé au comité pour que ce dernier puisse étudier ce genre de questions.
    Le projet de loi aiderait beaucoup la communauté trans. Comme je l'ai dit dans mon discours, il lèverait les obstacles à l'égalité et à la dignité de ce groupe. Je crois vraiment que c'est une bonne chose.
    Je voudrais simplement souligner au député que — mes amis de Calgary m'ont envoyé des textos — il est invité à souper chez Matt. Des supporters du député y seront et espèrent qu'il acceptera l'invitation.

  (1200)  

[Français]

    Madame la Présidente, je tiens à joindre ma voix à celle de mon collègue de Berthier—Maskinongé, quand il a dit que c’était un des discours les plus inspirants. C'était un très beau discours pour lequel je félicite ma collègue.
    Si nous avons ce débat aujourd'hui et que nous devons légiférer sur la question de la thérapie de conversion, c'est parce qu'il y a de la pression, notamment, de la part des groupuscules religieux qui maintiennent leurs adeptes dans une certaine ignorance, à un moment où les jeunes dont nous parlons ont besoin du soutien de leur famille et de leurs proches pour passer à travers cette période de questionnement et d'acceptation de soi.
    Ma collègue est-elle d'accord qu'on devrait mettre plus d'énergie dans l'éducation pour permettre à ces groupes d'évoluer sur le plan de la pensée, arriver au XXIe siècle et, peut-être, faire preuve d'accueil et d'acceptation?
    J'aimerais entendre ce que ma collègue en pense.

[Traduction]

    Madame la Présidente, j'ai expliqué dans mon discours pourquoi je ne crois pas que le projet de loi empiète sur la liberté de religion ou le droit à des conversations individuelles.
     Je dirai simplement ceci: la liberté de religion existe au Canada. Même si je n'aime pas qu'une personne ait telle ou telle croyance, cela ne me donne pas la capacité en tant que législatrice de faire disparaître cette croyance. Mon devoir d'être humain est de changer les perceptions et les opinions des gens par les gestes que je pose et par la façon dont je vis. Personnellement, je crois que Dieu est amour et qu'aucune puissance dans l'univers ne dirait aux gens qu'ils sont imparfaits parce qu'ils aiment telle personne. C'est pour moi une croyance et une conviction personnelle bien ancrée et jamais je ne m'associerais à une organisation qui pense différemment.
    Je crois fondamentalement qu'il est ici question de choix. Comme je l'ai dit dans mon discours, chaque geste que nous posons et chacune de nos responsabilités consistent à vivre selon nos croyances, à traiter les autres avec dignité et compassion, à travailler à abolir les obstacles qu'ils rencontrent dans l'accès à l'égalité des chances et...
    Nous reprenons le débat. L'honorable secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles a la parole.
    Madame la Présidente, je suis fière de prendre la parole en faveur du projet de loi C-6. Ce projet de loi constitue une étape importante dans la création d'un Canada plus accueillant et plus inclusif, surtout pour les personnes LGBTQ2.
    Le débat sur ce projet de loi s'est avéré très respectueux et aussi très différent de ce qu'il aurait été il y a quelques années à peine. Je suis encouragée d'entendre la plupart des députés affirmer de façon catégorique que la thérapie de conversion pour les mineurs est odieuse et qu'elle doit cesser.
    Nous avons entendu divers récits décrivant à quel point une thérapie de conversion peut être dommageable pour les jeunes qui se posent des questions sur leur sexualité. Il ne faut quand même pas oublier que ce n'est pas seulement la personne qui suit une thérapie de conversion qui est touchée par cette forme de torture, car je considère sincèrement qu'il s'agit de torture. Les membres de la famille et les amis sont touchés eux aussi par une telle thérapie.
    Plusieurs croient que si ce type de thérapie est offert, c'est qu'elle doit être acceptable. Or, c'est tout le contraire. Je me rends compte que ce projet de loi n'interdit pas complètement la thérapie de conversion, mais c'est un début. Les mesures comprises dans ce projet de loi sont les plus progressistes et les plus détaillées au monde à l'égard de la thérapie de conversion.
    Certains députés de l'opposition officielle craignent que le projet de loi manque de clarté. Ils prétendent que l'adoption du projet de loi risque de criminaliser les conversations qui ont lieu entre les jeunes canadiens qui découvrent qui ils sont et les adultes vers qui ils peuvent se tourner pour obtenir des conseils, notamment des parents, des enseignants, des dirigeants religieux et des entraîneurs. Toutefois, le libellé est tout à fait clair. Il n'y a rien dans le projet de loi qui criminalise ce genre de conversation. Ce qu'il propose, c'est exactement ce que le chef de l’opposition prétend soutenir: criminaliser le fait de faire suivre une thérapie de conversion à un jeune contre son gré ou de le faire passer à l’étranger pour qu’il y suive une thérapie de conversion. Nous prenons des mesures pour criminaliser une pratique qui n'est plus du tout crédible et qui est très traumatisante. Nous veillons également à ce que les personnes qui tirent profit de la thérapie de conversion ou qui font de la publicité en vue de l'offrir ne soient plus en mesure de le faire.
     Le projet de loi propose la définition suivante de la thérapie de conversion:
thérapie de conversion s’entend d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels. Il est entendu que la présente définition ne vise pas les pratiques, les traitements ou les services qui se rapportent:
a) à la transition de genre d’une personne;
b) à l’exploration ou à la construction de son identité.
    Autrement dit, ces modifications ne criminalisent pas ceux qui offrent du soutien aux personnes qui se posent des questions sur leur orientation sexuelle ou leur identité de genre, comme les amis, les membres de la famille, les professeurs, les travailleurs sociaux et les chefs religieux, entre autres; ces modifications ne criminalisent pas non plus les conversations privées entre adultes consentants.
    J’aimerais lire une autre définition à mes collègues. C’est celle du Merriam-Webster: traitement médical d’une déficience, d’une blessure, d’une maladie ou d’un trouble. Autrement dit, une thérapie sert à corriger ou à soigner un état déficient, malade ou troublé.
    Une thérapie de conversion part du principe qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez les Canadiens LGBTQ2. N’oublions pas que l’Association des psychiatres du Canada a supprimé l’homosexualité de sa liste des troubles mentaux en 1982. C’est le fait de dire à un jeune qu’il est anormal et qu’il doit être soigné ou de tenter de le soigner qui pose problème, et c’est la raison pour laquelle ce projet de loi est nécessaire.
    J’invite tous les députés, au cours des débats sur ce projet de loi, à lire les récits des survivants de thérapies de conversion. Dans un livre intitulé Boy Erased , qui a inspiré un film éponyme, Garrard Conley raconte ce qu’il a vécu quand on lui a fait suivre une thérapie de conversion. On lui disait que « ses pensées étaient malfaisantes, qu’elles déplaisaient à Dieu, qu’elles étaient dégoûtantes et anormales, que c’était une abomination ». Une abomination. Je répète ce mot parce qu’on ne devrait jamais l’utiliser pour qui que ce soit. Les députés peuvent-ils s’imaginer comment cela doit être traumatisant pour n’importe qui, surtout pour une personne qui se sent vulnérable et qui a besoin d’amour et de soutien, de se faire dire qu’on est anormal? Ce n’est pas de la thérapie, c’est de la torture.
    Le Canada est un pays tolérant, et nous avons fait beaucoup de progrès depuis que l’homosexualité a été décriminalisée, il y a 50 ans, depuis qu’on a cessé de la considérer comme un trouble mental, il y a 38 ans, et même depuis qu’on a légalisé le mariage de même sexe, il y a 15 ans. Nous avons toutefois encore beaucoup de chemin à faire.

  (1205)  

    Je représente la circonscription de London-Ouest, et notre ville a longtemps empêché la communauté LGBTQ2 de s’exprimer. En 1995, les organisateurs du défilé de la fierté gaie ont demandé à la mairesse de l’époque de faire une proclamation officielle en faveur du défilé. Elle a refusé. Il s’en est suivi une bataille juridique de trois ans qui s’est terminée par la décision de la Commission des droits de la personne de l’Ontario d’imposer une amende de 10 000 $ à la mairesse et à la ville, et d’obliger la ville à émettre cette proclamation.
    Aujourd’hui, le défilé de la fierté gaie est l’une des grandes célébrations de London; elle attire des gens de tous âges, de toutes origines ethniques et de toutes orientations sexuelles. Malheureusement, cette année, à cause de la pandémie, le défilé n’a pas pu avoir lieu. Espérons que l’an prochain, il pourra se dérouler comme d’habitude, parce qu’il est important de rappeler à cette communauté qu’elle a le droit de s’exprimer, et aux jeunes, qu’ils ne sont pas seuls.
    Nous n’avons pas à remonter très loin dans l'histoire de la Chambre des communes pour apprécier le chemin parcouru. Comme nous le savons, l’article 15 de la Charte des droits et libertés, le droit à l’égalité, protège les gens contre la discrimination fondée sur la sexualité et l'orientation sexuelle. Cependant, nous devons nous rappeler que la sexualité n’était pas explicitement mentionnée dans le document original. Le comité parlementaire mixte formé pour réviser la Charte avait rejeté explicitement l’inclusion de la sexualité par un vote de 15 contre 2. Il avait entendu des représentants d’organismes de défense des Canadiens LGBT expliquer pourquoi ils croyaient que la sexualité devait être incluse dans la Charte. La séance s’est tenue dans une salle qui n'est pas loin de cette enceinte, et il est décourageant de lire les questions que les députés ont posées à cette occasion.
    Je veux rappeler à mes collègues ce qui s'est dit lors de cette séance pour leur montrer à quel point certains propos et arguments utilisés à l'époque sont aujourd'hui dépassés. Un député a quitté la séance en fulminant, après avoir dénoncé les témoins gais et lesbiennes et les avoir accusés de promouvoir ce qu’il a qualifié de mode de vie inacceptable, un mode de vie susceptible de corrompre des enfants. Un autre député a exprimé son opinion et dit à des Canadiens LGBT qu’ils ne devraient vraiment pas se plaindre de la persécution qu’ils subissaient, de l'aveu du député lui-même. À son avis, ces personnes le méritaient.
    Heureusement, ces propos odieux sont minoritaires et je sais que les Canadiens comprennent la nécessité de valoriser et d’aimer tout le monde, même ceux qui sont différents de nous. Heureusement, nous pouvons aujourd'hui constater que le Canada compte des législateurs, des maires, des acteurs, des musiciens et des athlètes appartenant ouvertement à la communauté LGBTQ2. Leur simple présence ébranle les barrières auxquelles la communauté se heurte encore et contribue lentement mais sûrement à les faire tomber. Leurs voix nous aident à prendre conscience des domaines dans lesquels nous n’avons pas été à la hauteur pour eux et dans lesquels nous devons faire mieux.
    Nous savons que malgré l’égalité devant la loi, malgré la présence visible de fiers modèles à émuler et, surtout, malgré le soutien croissant accordé aux Canadiens LGBTQ2, la peur d’être différent demeure. Cette peur n’est pas sans fondement. Des préjugés inconscients existent toujours, tout comme des attitudes qui ne sont ni acceptables ni constructives. Certains évitent de révéler leur orientation parce qu’ils pensent que cela pourrait nuire à leur carrière, ou ils se demandent ce que leurs amis et les membres de leur famille pourraient penser d’eux. Parmi ceux qui ont décidé de ne plus cacher leur orientation, il y en a qui doivent subir le traumatisme d’être rejetés par leurs amis, les membres de leur famille et leur communauté. Beaucoup trop de jeunes LGBTQ2, de la Nouvelle-Écosse à la Colombie-Britannique en passant par London et l’Alberta, ne trouvent toujours pas l’amour ou le soutien dont ils ont besoin. Il est désolant de savoir qu’environ 40 000 jeunes Canadiens sont actuellement sans abri. Jusqu’à 40 % d’entre eux sont dans cette situation à cause de leur identité LGBTQ2. Il est difficile de sortir du placard et il peut être difficile pour quelqu’un de voir une personne qu’elle aime lui révéler son identité sexuelle.
    Des organismes, comme PFLAG London dans ma circonscription, sont là pour aider les personnes qui sortent du placard et aider aussi leurs familles et leurs amis. Il existe d’innombrables autres organismes, y compris de nombreux organismes religieux, qui aident les personnes ayant de la difficulté à vivre avec leur orientation sexuelle, leur identité sexuelle et leur façon de l'exprimer. Cette loi n’aura aucune incidence néfaste sur l'aide réelle que ces personnes reçoivent de la part d'organismes qui traitent les gens avec respect, amour et dignité et qui ne demandent pas grand-chose. C’est ainsi que tous les êtres humains devraient être traités. C’est ainsi que nous pouvons avoir ces conversations difficiles avec ceux que nous aimons.
    La thérapie de conversion repose sur la prémisse que quelque chose est brisé et doit être réparé, mais elle ne correspond plus à la définition d'une thérapie au Canada depuis près de 40 ans. Ce projet de loi est attendu depuis longtemps et je suis fière de l’appuyer parce qu’il constitue un autre pas dans la bonne direction. Nous ne pouvons pas continuer à prétendre que la pratique abusive et odieuse de la thérapie de conversion est acceptable, de quelque manière que ce soit, pour nos collectivités.

  (1210)  

    Monsieur le Président, il y a quelques mois, j'ai rencontré des membres du clergé de diverses confessions. Lorsque nous avons abordé la question du projet de loi C-6, je pensais qu'ils allaient dire qu'ils pouvaient réellement changer quelqu'un par la prière, mais c'était loin d'être le cas. Ils étaient très inquiets de la possibilité qu'ils soient persécutés ou poursuivis pour avoir commis un crime à cause d'une conversation avec un gai, une lesbienne ou un transsexuel. Ils craignaient que leur parler ne fasse d'eux des criminels.
    La députée a dit que ce ne serait pas le cas. Pourrait-elle nous expliquer comment ils en sont arrivés à la conclusion qu'ils seraient inculpés d'une manière ou d'une autre ou envoyés en prison? Pourquoi est-ce leur raisonnement? La députée pourrait-elle le modifier et leur expliquer pourquoi ce n'est pas le cas?
    Monsieur le Président, nous savons que les conversations de ce genre sont difficiles, mais elles doivent avoir lieu. Il serait irréaliste de dire que nous ne pouvons pas avoir de conversations. Nous devons permettre à des conversations d'avoir lieu afin que les jeunes sachent qu'ils sont aimés et qu'ils font partie de leur communauté.
    Ce projet de loi ne ferait aucunement de ces conversations un crime. Il s'agit de la première étape. Elle est importante et continuera de l'être.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son discours.
    On sait que l'Assemblée nationale du Québec se penche également sur une loi concernant les thérapies de conversion. Il est intéressant de constater que les deux parlements fonctionnent ensemble.
    Or, à Québec, on se demande aussi si des individus téléguidés par des organisations religieuses — pour lesquelles l'homosexualité est un péché mortel — pourraient décider de contester la loi québécoise devant les tribunaux en se réclamant de la liberté de conscience et de religion. Ces discussions ont cours à Québec.
    Je me demande si le gouvernement fédéral a eu de pareilles discussions. Il est certes important de commencer par faire adopter le projet de loi. Cependant, il vaut mieux prévenir que guérir. Ces discussions préliminaires sur une éventuelle contestation de la loi fédérale nous prépareraient à y faire face.

  (1215)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, c'est un pas dans la bonne direction. Il ne fait aucun doute que la liberté de religion fait partie des convictions des Canadiens et cela ne changera pas.
    Il pourrait y avoir d'autres discussions sur ces questions, jusqu'à la Cour suprême, ce qui fait entièrement partie du processus. Il nous incombe d'adopter le projet de loi et de bien faire notre travail.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son discours.
     J'y souscris vraiment et je pourrais le signer. Elle a parfaitement raison: ce projet de loi est un pas dans la bonne direction, qui aurait dû selon moi être fait il y a longtemps.
     Je retiens ses propos selon lesquels les thérapies de conversion sont méprisantes, insultantes, dégradantes, voire dangereuses. Dans ce cas, cependant, comment se fait-il que le projet de loi présenté par le gouvernement libéral ne vise pas à complètement les interdire?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je dois avouer que j'aurais aimé que le projet de loi aille plus loin. Je suis d'accord qu'il faut l'adopter pour interdire totalement la thérapie de conversion. Dans ce pays, nous souhaitons que tout le monde s'entende. Nous obtenons cette harmonie en procédant étape par étape. Le projet de loi est la première étape pour y arriver.
    J'espère que nous allons éventuellement adopter un projet de loi qui criminalisera pleinement la thérapie de conversion au Canada.

[Français]

    Avant la reprise du débat, je désire informer la Chambre qu'il y a eu plus de cinq heures de débat concernant cette motion depuis le premier tour. En conséquence, le temps alloué pour toutes les interventions qui suivront sera limité à dix minutes pour les discours et à cinq minutes pour les questions et commentaires.

[Traduction]

    Nous reprenons le débat. La députée de Churchill—Keewatinook Aski a la parole.
    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-6, Loi modifiant le Code criminel pour interdire les thérapies de conversion, qui constituent une pratique vraiment horrible. Le projet de loi C-6 criminalise expressément le fait de faire passer un mineur à l’étranger pour qu’il y suive une thérapie de conversion, de faire suivre une thérapie de conversion à un adulte contre son gré, de vendre des thérapies de conversion pour bénéficier d'un avantage matériel, notamment pécuniaire, provenant de la prestation de thérapies de conversion ou faire de la publicité en vue d’offrir de la thérapie de conversion à des enfants ou des adultes.
    Soyons clairs: l'homophobie et la transphobie tuent. Il s'agit d'une facette du fascisme et de la haine qui diabolise et attaque tout le monde. En tant que parlementaires, nous devons être clairs: les membres de la communauté LGBTQ2IA n'ont rien à se reprocher ni à changer. La thérapie de conversion est une pratique horrible qui n'aurait jamais dû exister. Le fait qu'elle ait été inventée et qu'elle existe encore est honteux. Les familles, les médecins et les communautés devraient être une source de réconfort et de répit pour tout le monde, et non une source de préjudices.
    La responsabilité première des députés est de défendre les droits et la dignité de leurs électeurs. Le projet de loi leur donne l’occasion de le démontrer. Il leur donne l’occasion de dire non à l’homophobie et à la transphobie, parce que l’homophobie et la transphobie tuent. Envoyons un message clair aux harceleurs, aux fanatiques et à tous ceux qui voudraient nuire aux communautés LGBTQ2IA: leur comportement préjudiciable, leur haine et leur diabolisation sont inacceptables et indésirables. Que notre voix porteuse d’amour étouffe la haine! Nous devons dénoncer les blagues homophobes et transphobes, parce qu’elles ne sont pas drôles. C’est de la haine. Toutes ces blagues haineuses causent le genre de préjudices dont il est question ici. C’est justement cette haine que nous cherchons à éliminer. Si nous en sommes témoins, nous devons riposter. Nous devons signifier clairement de quel côté nous nous rangeons.
    L’expression « thérapie de conversion » ne reflète pas vraiment l’horreur de cette pratique. Pour dire les choses clairement, nous parlons ici d’une thérapie par électrochocs, vomissements forcés, ingestion forcée de médicaments psychotropes comme la kétamine, exorcismes et coups. C’est clairement de l’abus. Essayer de forcer des personnes à devenir ce qu’elles ne sont pas, cela ne fonctionnera jamais. Nous ne devrions pas essayer, car ces personnes ne font rien de mal à être ce qu’elles sont.
    Une récente étude a montré que près de 20 % des hommes gais, bisexuels ou bispirituels ont subi une forme quelconque de thérapie de conversion. Selon une autre étude, 42 % des survivants âgés de 13 à 24 ans tentent de se suicider. L’homophobie et la transphobie tuent. Ces chiffres n’ont rien d’étonnant quand on sait que ces personnes se font dire qu’elles valent moins et sont moins importantes que les autres, et qu’elles doivent être « réparées ». À tous ceux qui écoutent et qui ont besoin de l’entendre, je vais être claire. Elles n’ont pas besoin d’être réparées. Elles sont très bien comme elles sont. Ce sont ceux et celles qui les attaquent qui ont besoin d’être réparés, pas elles. On ne le dirait peut-être pas, nous sommes nombreux à croire en ces personnes, à vouloir leur succès et à avoir hâte de les rencontrer.
    Ce message de haine vient souvent de gens de notre entourage: des proches, des voisins et même des élus. Cela est tout à fait inacceptable. Nous devons y mettre fin. Nous devons mettre fin à l’homophobie et à la transphobie parce que ces attitudes tuent. Il est impossible de changer l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou l’expression de genre d’une personne par la thérapie de conversion; même si c’était possible, ce ne serait pas souhaitable. Cela ne ferait qu’aggraver les préjudices et pousser les gens vers la dépression et l’isolement social et souvent vers l’automutilation et le suicide. Cela est vrai de la thérapie de conversion traditionnelle et de la thérapie dite d’affirmation du corps. Nous devons interdire la thérapie de conversion. Nous devons dire non à l’homophobie et à la transphobie parce que ces attitudes tuent.
    J’en profite pour souligner le travail de ceux grâce à qui nous en sommes arrivés là. Dans beaucoup de ces luttes, il ne nous est pas toujours donné de témoigner du travail acharné des membres de la collectivité et des survivants qui ont jeté les bases de cette démarche. Je tiens à saluer les groupes de défense des droits de la communauté LGBTQ2IA, les syndicats, les membres de la communauté médicale et les bâtisseurs du mouvement. Je pense aux pionniers de partout au pays, comme mon amie, Cheri DiNovo et mon collègue, le député d’Esquimalt—Saanich—Sooke, à des précurseurs comme Svend Robinson et Bill Siksay, anciens députés du NPD, et à mes collègues provinciaux, comme Janis Irwin, qui ont dénoncé l’homophobie et la transphobie chaque fois qu’ils en ont eu l’occasion.

  (1220)  

    Je pense à tous les survivants qui ont raconté leur histoire, à toutes les personnes qui se sont exprimées et à tous les membres de la collectivité qui ont souffert, et je pense à tous ceux qui n’ont pas pu se faire entendre. Personne d’autre ne devrait être assassiné par homophobie ou transphobie. Nous le devons à ceux qui ne sont pas ici, afin que cela ne se reproduise plus jamais.
    Je suis heureuse de voir le travail vraiment inspirant et extraordinaire qui est accompli aux échelons municipal, provincial et territorial partout au pays pour protéger les jeunes queers. Aucun régime provincial de soins de santé n’autorise la thérapie de conversion dans le cadre du système public d’assurance maladie. Aucun fournisseur de soins de santé réputé ne devrait s’adonner à cette pratique, mais nous savons que cela se produit quand même. C’est pourquoi ce projet de loi est si important.
    Seule ma province, le Manitoba, interdit officiellement et formellement aux professionnels de la santé d’offrir des thérapies de conversion. Elle a été la première province à le faire. Aujourd’hui, l’interdiction des thérapies de conversion s’applique dans près de 80 % du territoire de l’Alberta, mais le gouvernement provincial refuse d’agir. Son manque de leadership met des enfants en danger.
    L’Ontario, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard ont interdit aux professionnels de la santé de pratiquer la thérapie de conversion sur des mineurs. Le Yukon va de l’avant avec un projet de loi visant également à interdire cela.
    Cependant, il y a eu un manque de leadership fédéral jusqu’à maintenant. En 2019, mon ancienne collègue Sheri Benson a déposé une pétition du Lethbridge Public Interest Research Group, signée par des survivants et des alliés, qui demandait au gouvernement d’interdire cette pratique. Nous avons entendu leur histoire et ils ont fait appel à nous collectivement pour qu’en tant que parlementaires nous les appuyions.
    À l’époque, le gouvernement libéral invoquait l’argument éculé utilisé par ceux qui font obstacle à la dignité humaine partout, les droits de l’État. Après qu’un nombre incalculable de survivants et d’activistes eurent continué de faire entendre leur voix, le gouvernement a reculé. Le gouvernement avait tort à l’époque, mais je suis heureuse qu’il agisse maintenant, car l’homophobie et la transphobie tuent.
    Faisons la lumière sur le bilan rose des libéraux en matière de droits des LGBTQ en général. Un gouvernement qui croit aux droits des homosexuels n’appuie pas le gouvernement saoudien, qui est l’un des pires violateurs des droits des LGBTQ au monde. Le droit des hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes de donner du sang n’est il pas continuellement nié, même s’ils disent le contraire.
    En 2020, être un allié ne doit pas se limiter à faire le strict minimum. Cela ne doit pas se limiter à assister aux défilés de la fierté. Il faut donner aux collectivités les outils nécessaires pour vivre en santé dans la dignité et pour mener leurs propres combats à leur façon.
    Les néo-démocrates appuient le projet de loi à l'étude, mais ils auraient aimé qu'il aille plus loin. Il ne faut surtout pas oublier les personnes trans. Dès qu'il est question d'interdire les thérapies de conversion, nous ne devons pas nous limiter à celles qui visent à changer l'orientation sexuelle d'une personne, nous devons aussi inclure celles qui prétendent changer l'identité et l'expression de genre d'une personne, car elles sont tout aussi néfastes. Ai-je vraiment besoin de rappeler que l'homophobie et la transphobie tuent?
    Nous sommes conscients qu'à elle seule, cette mesure législative ne soustraira pas les personnes LGBTQ2IA à tous les dangers qui pèsent sur elles et qu'elle ne permettra pas non plus de réparer tous les torts qu'elles ont subis. Les solutions chapeautées par les gens de la base doivent pouvoir compter sur le financement de l'État. C'est la seule façon d'y arriver. Qu'il s'agisse de dénoncer les discours haineux ou les pratiques nuisibles aux Canadiens LGBTQ2IA, nous devons clamer haut et fort nos valeurs d'amour et de respect et condamner les intimidateurs et les intolérants.
    Avant de rédiger mon discours, j'ai voulu savoir ce qu'ont vécu les personnes qui ont survécu à une thérapie de conversion. Bon nombre d'entre elles souffrent encore aujourd'hui, et leur voix doit être entendue. J'aimerais faire part de quelques-unes de ces histoires aux députés.
    Les thérapies de conversion ne sont pas des thérapies. Ce sont des séances de torture et de mauvais traitements, et ça, il faut que les gens le sachent.
    Ce sont les mots d'un survivant qu'on a obligé à prendre un cocktail de drogues psychédéliques et qui s'est fait dire de sentir ses excréments chaque fois qu'il ressentait de l'attirance pour un autre homme. Son expérience a convaincu la ville de Vancouver d'interdire la pratique. Il y a d'autres histoires horribles de cette nature, mais nous savons que ces expériences ont déjà mené à des changements. Les gens de la communauté LGBTQ méritent mieux. Leurs droits sont aussi importants que ceux de n'importe quelle autre personne.
    Appuyons aujourd'hui le projet de loi C-6, mais allons encore plus loin en veillant au respect des droits de la communauté LGBTQ partout au pays et dans le monde.

  (1225)  

    Monsieur le Président, je remercie la députée de ces observations. J'ai seulement une question à lui poser.
    Il me semble qu'on ne répond pas à certaines préoccupations que d'autres groupes ont soulevées. Je reçois des courriels qui proviennent non pas de groupes religieux, mais d'organisations féministes et de personnes de la communauté LGBT. J'ai reçu un courriel du groupe féministe We the Females, qui craint que la dysphorie de genre soit trop souvent diagnostiquée chez les jeunes filles. Trop souvent, lorsqu'une jeune fille s'interroge sur son identité en général ou pense que son sentiment de détresse actuel est simplement attribuable au fait qu'elle n'a pas le bon sexe, on pose un diagnostic, on lui fait prendre des médicaments, et on lui fait suivre un processus irréversible.
    La députée a-t-elle quelque chose à dire aux gens que cette situation inquiète? Il n'y a là aucune animosité envers les gens de la communauté LGBTQ, mais simplement le souci des enfants.
    La députée pourrait-elle répondre à cette préoccupation?
    Monsieur le Président, tout d'abord, le député qui pose cette question a l'habitude d'appuyer des positions très inquiétantes et discriminatoires. Nous l'avons observé lors de sa campagne à la direction. Je dirais que, en ce qui concerne...
    À l'ordre. Le député d'Hastings—Lennox and Addington invoque le Règlement.
    Monsieur le Président, les remarques de la députée n'ont rien à voir avec le débat. Il s'agit d'attaques personnelles. Mes propos ont été pris hors contexte pour m'accuser faussement. Je préférerais que nous revenions au débat...

  (1230)  

    Je remercie le député de son recours au Règlement. En l'occurrence, je n'ai rien entendu dans l'intervention de la députée de Churchill—Keewatinook Aski qui constituerait une attaque personnelle, contrairement à ce que soutient le député d'Hastings—Lennox and Addington, mais je prêterai une oreille attentive. Les remarques mentionnées par le député s'inscrivent dans le débat sur la question dont la Chambre est saisie. Le député aura peut-être une autre occasion de se prononcer là-dessus dans le cadre de ce débat.
    La députée de Churchill—Keewatinook Aski peut terminer sa réponse.
    Monsieur le Président, bien franchement, je suis estomaquée par l'observation du député. S'il est incapable d'accepter qu'on critique son bilan, qui, comme tout le monde le sait, est très troublant, alors je ne sais pas trop ce qu'il fait ici.
    Je m'inquiète vraiment quand on qualifie à tort un organisme de féministe. Bien franchement, je suis très préoccupée par le genre de formulation utilisée par le député pour appuyer son programme, qui, comme nous le savons, est axé sur la haine et la discrimination.
    Soyons clairs: les droits des transgenres sont des droits de la personne. Les droits de la communauté LGBTQ2IA sont des droits de la personne. En tant que députés dans un pays comme le Canada, qui s'est engagé à respecter les droits de la personne, nous devrions défendre ces droits. Appuyer le projet de loi C-6 fait carrément partie de cet engagement, et nous devons aller beaucoup plus loin.

[Français]

    Monsieur le Président, j'ai beaucoup apprécié le discours de ma collègue. Comme elle, je suis en accord avec le projet de loi que nous débattons aujourd'hui.
    J'écoutais récemment la série télévisée Ratched. L'histoire se déroule dans les années 1950, dans un centre médical qui soigne les maladies mentales. Dans cette série, ils soignent l'homosexualité par la lobotomie. Évidemment, on a vraiment l'impression que cela se passe dans les années 1950.
    Or, je suis étonné de voir que nous vivons à une période où les personnes homosexuelles ou trans sont encore difficilement acceptées et subissent beaucoup d'intolérance. Je suis très sensible au taux de suicide chez les personnes homosexuelles.
    En 2020, ce projet de loi est progressiste et nous amène à notre époque, au XXIe siècle. Que devons-nous faire aujourd'hui pour que les personnes trans et homosexuelles se sentent plus acceptées? En tant que législateurs, comment pouvons-nous agir pour faire avancer encore plus loin la société canadienne?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
    J'apprécie ce qu'il a dit relativement à l'histoire de notre pays. Il faut apprendre de cette histoire et ne pas répéter les violences vécues par les personnes homosexuelles et trans.
    Lors de mon discours, j'ai mentionné plusieurs actions que le gouvernement fédéral devrait entreprendre pour reconnaître les droits des membres de la communauté LGBTQ+ ici, au Canada. Il faut aussi s'assurer d'une répartition des fonds de l'État pour appuyer le travail fait tous les jours par les organismes LGBTQ+ sur le terrain, en appui aux membres marginalisés de leur communauté.
    Comme je l'ai dit, il ne suffit pas de faire ce travail chez nous. Il faut aussi, par exemple, mettre en œuvre une politique internationale qui respecte les droits des membres des communautés LGBTQ+.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis entièrement d'accord avec la députée. Les droits relatifs à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre sont des droits de la personne, et, en tant que parlementaires, nous devons aller plus loin pour protéger les gens contre l'homophobie et les pratiques horribles comme celle de la thérapie de conversion, qui n'est pas une thérapie, mais de la torture.
    Pour aller plus loin, la députée voudrait-elle une interdiction complète? La mesure législative prévoit interdire de faire suivre une thérapie de conversion à un adulte contre son gré, mais la députée souhaiterait-elle que cette soi-disant thérapie soit complètement interdite?

  (1235)  

    En effet, monsieur le Président, il est tout à fait nécessaire d'imposer une interdiction totale de cette pratique. Il est très important pour nous d'appuyer ce projet de loi, mais également de souligner le fait que nous devons en faire encore davantage. Ne perdons pas l'occasion qui nous est offerte de faire ce qui s'impose. Les libéraux ont déjà attendu beaucoup trop longtemps. Évidemment, j'invite les divers ordres de gouvernement de tout le pays à continuer le travail qu'ils mènent pour imposer l'interdiction complète de cette pratique à leur échelon. De notre côté, nous pouvons agir en tant que leader dès maintenant et fixer la barre sans attendre; l'interdiction complète des thérapies de conversion est essentielle.
    Comme je l'ai dit, nous devons nous assurer que nous défendons les droits fondamentaux des communautés LGBTQ2IA, tant au Canada que dans la politique étrangère que nous menons. C'est un domaine dans lequel le gouvernement libéral doit faire preuve d'énormément de leadership, aujourd'hui et à l'avenir.
    Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat à l’étape de la deuxième lecture du projet de loi C-6, qui vise à criminaliser les pratiques liées à la thérapie de conversion, un exercice cruel qui stigmatise les collectivités LGBTQ2+ du Canada et est discriminatoire à leur égard.
    Le projet de loi C-6 propose les mêmes modifications qu’un projet de loi antérieur, le C-8. Nous sommes résolus à mettre fin à la thérapie de conversion au Canada et nous continuons d’y travailler. La thérapie de conversion est une pratique destructrice et discriminatoire qui sert à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne, l’élément fondamental de son identité.
    Les données probantes pertinentes révèlent que des personnes ont subi toute une gamme de préjudices. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux effets négatifs des thérapies de conversion et les personnes transgenres, autochtones, membres d’une minorité raciale et à faible revenu sont exposées de façon disproportionnée. Ce projet de loi fait la promotion des droits à l’égalité des lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres, queers et bispirituels au Canada en ciblant les pratiques dangereuses qui envoient le message qu’ils peuvent et doivent changer d’identité, ce qui est inacceptable.
    Les Canadiens attachent de la valeur à la diversité, à l’égalité et à la dignité humaine. Ce projet de loi reflète et réitère ces valeurs fondamentales. Nous devons aller de l’avant et éradiquer cette pratique discriminatoire qui ne concorde pas avec les valeurs canadiennes. De nombreuses études ont répertorié les préjudices subis par les personnes qui ont été soumises à une thérapie de conversion. En 2009, l’American Psychological Association a rappelé que la thérapie de conversion a vu le jour à une époque où l’homosexualité était considérée comme un trouble mental dans son manuel diagnostique et statistique.
    Des recherches plus récentes montrent une plus grande variété d’interventions, y compris le reconditionnement du rôle des sexes, des groupes de soutien et de la psychothérapie, ainsi que toutes sortes de fournisseurs, autorisés et non autorisés, dans diverses disciplines de la santé mentale, de conseillers pastoraux et de profanes. Il n’est pas surprenant que la science montre que la thérapie de conversion est incapable d’atteindre cet objectif discriminatoire. Une personne ne peut pas plus changer son orientation sexuelle ou son identité de genre qu’elle ne peut changer son origine ethnique ou d’autres caractéristiques qui la définissent.
    Comme c’est le cas pour tout préjugé fondé sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou l’expression de genre, réelles ou perçues, il a une incidence négative sur la santé mentale et cela cause un large éventail de préjudices graves, y compris une baisse de l’estime de soi et de l’authenticité face à autrui, une augmentation de la haine de soi, la confusion, la dépression, la culpabilité, le désespoir, l’impuissance, la honte, le retrait social, les idées suicidaires, l’augmentation des toxicomanies, le sentiment d’être déshumanisé et de ne pas être soi-même, la perte de la foi et la dysfonction sexuelle.
    La thérapie de conversion a également été discréditée et dénoncée par de nombreuses associations professionnelles comme étant une pratique néfaste, en particulier pour les enfants. Par exemple, en 2014, l’Association des psychiatres du Canada a marqué son opposition au recours à la thérapie de conversion, déclarant que la pratique suppose que l’identité LGBTQ2+ traduit un trouble mental et que les personnes LGBTQ2+ pourraient ou devraient changer leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.
    La Société canadienne de pédiatrie a également indiqué que la pratique est clairement contraire à l’éthique et la Société canadienne de psychologie, dans son énoncé de politique sur la thérapie de conversion, s’y oppose, et prend note du fait que la recherche scientifique n’appuie pas son efficacité. Je tiens à souligner que la thérapie de conversion est une pratique très néfaste pour nos enfants, qu’il est de notre devoir de les en protéger.
    Pour être clair, disons que les données probantes nous indiquent que les personnes exposées à la thérapie de conversion ont subi les effets néfastes de cette thérapie, qu’elles l’aient subie de force ou qu’elles l’aient demandée elles-mêmes.

  (1240)  

    Les deux groupes ont subi exactement les mêmes préjudices, parce que la thérapie de conversion vise à changer une personne et non pas à explorer les effets néfastes de la stigmatisation et des stéréotypes sur son comportement, qui constituent le fondement d’une intervention légitime. La thérapie de conversion peut prendre de nombreuses formes, y compris le counseling, la modification du comportement et la thérapie de la pensée, et peut être offerte par des professionnels, des autorités religieuses ou des profanes.
    Dans le projet de loi C-6, thérapie de conversion s’entend « d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels ». Cette définition n’englobe manifestement pas les pratiques, les traitements ou les services conçus à d’autres fins, comme ceux qui visent à soutenir les personnes sans essayer de les changer. De plus, le projet de loi précise que les thérapies et les traitements de réassignation de genre ne sont pas visés par la définition.
    La thérapie de conversion est fondée sur des mensonges et des faussetés, et elle laisse sous-entendre que le fait d’être homosexuel, lesbienne, bisexuel ou trans est en quelque sorte inacceptable et doit être corrigé. Non seulement cette croyance est fausse, mais elle envoie un message avilissant et dégradant qui porte atteinte à la dignité des personnes et de toute la communauté LGBTQ. Contrairement à ce que d’autres peuvent dire, il n’y a pas de bien ou de mal lorsqu’il s’agit de savoir qui on est ou qui on aime. Comme quelqu’un l’a dit plus tôt, la thérapie de conversion a été discréditée et dénoncée par les professionnels et les associations de soins de santé au Canada, aux États-Unis et partout dans le monde. Elle ne s’appuie sur aucun fondement scientifique et ne s’inscrit nulle part dans le continuum des pratiques de soins de santé.
    Le projet de loi C-6 propose de créer cinq nouvelles infractions visant la thérapie de conversion en vertu du Code criminel. Les infractions proposées interdiraient, premièrement, de faire subir une thérapie de conversion à un mineur; deuxièmement, de faire sortir un mineur du Canada pour qu’il subisse une thérapie de conversion à l’étranger; troisièmement, de faire subir une thérapie de conversion à une personne contre son gré; quatrièmement, de tirer un profit de la thérapie de conversion; et cinquièmement, de faire la promotion de la thérapie de conversion. S’il est adopté, ce projet de loi fera des lois canadiennes en la matière les plus progressistes et les plus complètes au monde.
    Victor Madrigal-Borloz, l’expert indépendant des Nations unies sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, a dit de ce projet de loi qu’il pourrait établir un nouveau modèle international d’encadrement de ces pratiques et que ce type de disposition plus globale représente probablement le meilleur exemple à suivre en ce qui concerne les pratiques qu’il a observées partout dans le monde.
    Aujourd’hui, j’implore mes collègues de tous les partis de bien comprendre qu’il y a une nette différence entre demander à quelqu’un ce qu’il est et dire à quelqu’un qu’il ne peut être qui il est et qu’il doit être guéri.
    Les enseignants, les conseillers scolaires, les conseillers en pastorale, les chefs religieux, les médecins, les professionnels de la santé mentale, les amis et les membres de la famille n’ont pas à craindre de participer à la discussion importante sur l’identité d’une personne. Ces discussions sont souvent essentielles au développement personnel. Cependant, les personnes visées ici sont celles qui travaillent activement et qui fournissent des services conçus pour changer l’identité d’une personne en fonction d’idées préconçues sur ce qu’elle devrait être ou sur la façon dont elle devrait se comporter. Ce projet de loi représente un progrès important en vue de mettre fin à la thérapie de conversion au Canada et il concilie politiques progressistes et considérations constitutionnelles. Nous devons appuyer ensemble cette pratique qui est dangereuse et sans fondement scientifique.
    En conclusion, le Canada est un pays où chacun, peu importe son sexe, son identité de genre ou son orientation sexuelle, peut vivre dans l’égalité et la liberté. Comme parlementaires, c’est exactement l’héritage que nous devrions laisser à tous nos enfants, petits-enfants et ainsi de suite. J’espère donc sincèrement que tous les parlementaires appuieront cette importante mesure législative.

  (1245)  

    Monsieur le Président, le député et moi avons travaillé ensemble au sein du caucus parlementaire de la santé mentale durant deux législatures, et nous y avons fait de l'excellent travail. Le député vient de passer les 10 dernières minutes à expliquer en quoi cette mesure législative est si importante. Pourtant, le gouvernement n'a pris aucune mesure à ce sujet au cours des quatre dernières années. Ce sont en fait les municipalités qui ont incité le gouvernement à enfin agir dans ce dossier.
    Je suis curieux d'entendre son avis sur la raison pour laquelle le député et le gouvernement libéral ont pris tant de temps à agir — à leur corps défendant — et à présenter enfin cette mesure législative.
    Monsieur le Président, c'est pour moi un honneur de collaborer avec le député au sein du caucus parlementaire de la santé mentale. En effet, au moins depuis les deux dernières années, nous avons travaillé de concert pour veiller à ce que l'incidence de la santé mentale sur de nombreuses personnes vulnérables de notre communauté, notamment les hommes, soit prise en compte. Il s'agit d'un dossier qui nous tient tous les deux à cœur.
    Pour répondre à la question du député, je fais remarquer que le projet de loi a été présenté plus tôt cette année. Malheureusement, en raison du discours du Trône, nous n'avons pas pu en débattre pleinement. Quoi qu'il en soit, le projet de loi est maintenant à l'étude, et nous sommes impatients d'en débattre et de le renvoyer au comité. Nous espérons obtenir l'appui de tous les partis à la Chambre.

[Français]

    Monsieur le Président, j'ai beaucoup aimé le discours de mon cher collègue.
    Il y a quelque chose qui m'intrigue un peu. Tout le monde est d'accord pour dire que le projet de loi doit être adopté rapidement. En effet, certaines personnes qui ont vécu des drames attendent que nous l'adoptions. Toutefois, il y a plusieurs autres enjeux pressants, dont celui de l'aide médicale à mourir. Certains projets de loi auraient pu être adoptés il y a un mois, mais le gouvernement a décidé de proroger la Chambre pendant cinq semaines.
    Mon collègue est-il d'accord pour dire que, pendant ces cinq semaines, nous aurions pu faire avancer des projets de loi? Les gens attendent que les législateurs fassent avancer les choses.

[Traduction]

    C'est une question importante, monsieur le Président. Il convient d'admettre que nous vivons une époque pour le moins difficile. La COVID-19 a eu un impact non seulement au Canada, mais partout dans le monde. Voilà pourquoi nous avons dû prendre une pause et vraiment réfléchir à ce que nous avions appris depuis février ou mars, quand nous avons appris l'existence de cette pandémie. C'est ce que nous avons fait, et nous l'avons fait avec efficacité.
    Nous sommes revenus avec un très solide discours du Trône qui portait notamment sur la santé mentale. Nous avons maintenant la possibilité de présenter à nouveau des mesures comme les projets de loi C-6 et C-7.

  (1250)  

    Monsieur le Président, selon ce que l'on constate sur le terrain à l'heure actuelle, les jeunes trans, en particulier, sont marginalisés et victimes d'actes d'une grande violence.
    J'ai entendu certains conservateurs répéter sans cesse que cette mesure législative, qui interdit la thérapie de conversion, empêchera d'une façon ou d'une autre les familles d'aborder des sujets de ce genre et qu'elle criminalisera les professionnels à qui on demande de les aider. Je crois qu'il est évident que, lorsqu'il s'agit d'une personne transgenre, il existe tout un processus de consultation et de préparation. L'idée que toute cette démarche soit criminalisée, comme certains députés conservateurs le prétendent, suscite une crainte non fondée.
    J'aimerais que mon collègue nous dise ce qu'il en pense.
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue d'avoir apporté cette clarification. Comme je l'ai déjà dit dans mon discours, il y a une nette différence entre tenter de convertir quelqu'un contre son gré et échanger avec quelqu'un ou fournir de l'information.
    Les thérapeutes, les conseillers scolaires, divers professionnels et les parents ne doivent avoir aucune crainte d'avoir une conversation qui vise à explorer les possibilités et à guider une personne parce que de telles approches ne sont pas criminalisées. En fait, elles sont fortement encouragées parce qu'elles font partie d'un processus fondamental pour certaines personnes afin de se sentir à l'aise avec leur genre ou leur identité.
    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-6, Loi modifiant le Code criminel concernant la thérapie de conversion.
    Je suis convaincue que les pratiques néfastes de la thérapie de conversion sont inacceptables et qu'elles n'ont pas leur place dans la société canadienne. Personne ne devrait être forcé ou contraint à changer son orientation sexuelle ou son identité de genre. Dans le cadre de l'étude de cette mesure législative, il nous revient d'examiner le libellé du projet de loi C-6. Nous devons étudier ce qui s'y trouve et, dans ce cas-ci, ce qui ne s'y trouve pas. Au bout du compte, les lois sont interprétées et appliquées selon leur libellé, et non selon une intention exprimée. C'est pour cette raison que j'ai de sérieuses réserves au sujet du projet de loi.
    La mesure législative ne définit pas clairement ce qu'est la thérapie de conversion. La définition est si générale qu'elle ouvre la porte à une application étendue. Il est très légitime de craindre que la mesure législative criminalise les conversations volontaires et les démarches pour obtenir de l'aide. Elle risque aussi de restreindre l'expression religieuse et le droit des parents.
    Comme nous le savons, le projet de loi a été présenté de nouveau après avoir été retiré du programme législatif lorsque le gouvernement libéral a prorogé inutilement le Parlement. À l'origine, il avait été présenté lors de la première session de la présente législature en tant que projet de loi C-8. Dès la présentation initiale de cette mesure, la très large définition de la thérapie de conversion avait suscité des préoccupations. Étant donné l'établissement d'un nouveau programme législatif, le ministre de la Justice libéral a eu la possibilité de modifier la définition. Il est désolant que la nouvelle version du projet de loi ne tienne pas compte des graves préoccupations qui ont été exprimées.
    Le ministre de la Justice était au courant mais il a décidé de les ignorer. En fait, après la présentation initiale de la mesure législative, le ministère de la Justice a publié ce qui suit sur son site Web:
    Cette législation ne criminaliserait pas les conversations privées au cours desquelles des points de vue personnels au sujet de l'orientation sexuelle, de sentiments d'ordre sexuel ou de l'identité de genre sont exprimés, comme lorsque les professeurs, les conseillers scolaires, les conseillers pastoraux, les chefs religieux, les médecins, les professionnels de la santé mentale, les amis ou les membres de la famille fournissent du soutien aux personnes aux prises avec leur orientation sexuelle, leurs sentiments sexuels ou leur identité de genre.
    La déclaration n'aurait pas été publiée si elle n'avait pas été nécessaire. Cette précision prouve que le gouvernement est aussi d'avis que le projet de loi n'est pas clair. Malheureusement, une explication sur le site Web du ministère n'est pas la même chose qu'une mesure législative. Cette déclaration reflète une position qui n'est pas explicitement énoncée dans le projet de loi qui nous occupe.
    Il n’y a rien dans le projet de loi C-6 qui confirme que les conversations privées pendant lesquelles une personne exprime son point de vue sur l’orientation sexuelle, les attirances sexuelles ou l’identité de genre ne seraient pas criminalisées. Il est très courant, pour une personne qui est en difficulté ou aux prises avec des problèmes, peu importe de quoi il s’agit, de se tourner volontairement vers une personne de confiance pour obtenir de l’aide. En fait, nous encouragerions probablement toute personne en difficulté à demander de l’aide et à ne pas se débrouiller seule. La personne de confiance est différente pour chacun. Il peut s’agir d’un conseiller, d’un chef religieux, d’un parent, d’un enseignant, d’un ami ou simplement d'une connaissance avec qui la personne en difficulté se sent à l’aise.
    On ne peut pas avoir l’espace nécessaire à une conversation ouverte, honnête et concrète si une incertitude juridique plane. Le fait d’exprimer un certain point de vue, d’offrir des conseils ou simplement d’avoir une conversation informelle ne devrait pas susciter de crainte de représailles. Cela ne sert pas la personne qui demande de l’aide ni celle qui en offre. Il faut avoir la liberté de parler ouvertement à ceux en qui nous avons confiance. Il faut faire attention de ne pas miner les réseaux de soutien.
    En présentant ce projet de loi, le gouvernement libéral a parlé de la protection des droits des LGBTQ, et il est très important que ces droits soient protégés. Je suis d’accord pour dire que nous devrions protéger ceux qui ont été dégradés ou déshumanisés par des thérapies de conversion nuisibles. C’est pourquoi, en tant que législateurs, nous devrions nous engager à faire en sorte que ce projet de loi soit bien conçu et, ce faisant, nous avons la responsabilité de tenir compte des droits de tous les Canadiens.

  (1255)  

    L’absence de définition claire laisse place à la violation d’autres droits. Les droits des parents dans le contexte de l'éducation des enfants doit faire partie de ce débat, tout comme la liberté de religion et la liberté de croyance. Les parents ont non seulement le droit, mais aussi la responsabilité, d’éduquer leurs enfants. Cette responsabilité consiste notamment à leur fournir de la nourriture, un logement et des vêtements.
    Cependant, le rôle parental va bien au-delà de la satisfaction des besoins matériels d’un enfant. L’encadrement parental est essentiel au développement de l’enfant. Les mères, les pères et les tuteurs aident à protéger le bien-être physique et psychologique des enfants. Ils aident aussi les enfants à comprendre et à décortiquer le monde qui les entoure. Nous entendons souvent des parents de bébés et de tout-petits dire qu’ils ont une nouvelle perception du monde à travers les yeux de leur enfant. Un enfant apprend à connaître le monde qui l’entoure, et un parent est là pour le guider et l’accompagner.
    En tant que mère, je peux attester que les enfants, dès leur plus jeune âge, posent une foule de questions à leurs parents, parfois inlassablement. Il importe peu que la question soit la plus ordinaire ou qu’elle soit dérangeante. Les parents sont là pour offrir des réponses et des réflexions.
    Il est sain pour les parents et leurs enfants de tenir un dialogue ouvert et honnête, et pour les parents d’aider leurs enfants à comprendre leurs propres émotions. Les relations ouvertes et empreintes d’amour entre parents et enfants renforcent l’estime de soi et la confiance en soi. Il est important que les enfants se sentent assez à l’aise pour poser des questions à leurs parents et pour leur confier leurs problèmes et leurs sentiments.
    Dans un monde où nous vivons de plus en plus en ligne, où les enfants sont exposés à tant d’influences extérieures, où ils risquent d'être inondés de contenus excessivement sexualisés à un très jeune âge et ont accès à beaucoup d’information, crédible ou non, il est crucial que les enfants et leurs parents tiennent de vraies conversations.
    Ce qui m’inquiète, aussi, dans la définition générale de la thérapie de conversion de ce projet de loi, c’est son lien avec la religion. Toutes les grandes religions imposent un code de conduite axé sur l’éthique, la moralité et la sexualité. Il s’agit souvent de croyances bien ancrées qui sont étudiées, enseignées et pratiquées par toutes les personnes de foi. Certains groupes confessionnels ont exprimé leur inquiétude quant à la façon dont cette loi s’appliquera à eux. Demeureront-ils libres d’encourager leurs membres à pratiquer leur foi conformément à leurs enseignements religieux, ou l’application de ce projet de loi s’étendra-t-elle bien au-delà de la criminalisation des pratiques de conversion involontaire préjudiciables et discriminatoires?
    Comme je l’ai dit, je suis convaincue que la pratique de la conversion involontaire est nocive et devrait être interdite, mais nous ne pouvons pas interdire ou criminaliser la pensée et l’expression. Nous ne pouvons pas empiéter sur la liberté de religion et nous devons respecter les parents. En interdisant les pratiques de la thérapie de conversion, nous ne pouvons pas criminaliser sans raison les conversations saines et normales.
    En lisant le libellé actuel de ce projet de loi, je trouve la définition de la thérapie de conversion exagérée, et elle laisse à désirer. Elle n’établit pas un juste équilibre entre la protection des membres de la communauté LGBTQ, les droits des parents et la liberté de religion. En rédigeant une définition claire de la thérapie de conversion, nous préciserons la portée et l’intention du projet de loi.
    J’appuierai personnellement ce projet de loi à l’étape de la deuxième lecture pour qu’il puisse être renvoyé au comité, où l’on pourra proposer des amendements de bonne foi pour l’améliorer et combler ses lacunes actuelles. J’espère sincèrement que le gouvernement libéral sera ouvert aux amendements afin que nous puissions soumettre un projet de loi qui conviendra à tous les Canadiens.

  (1300)  

    Monsieur le Président, j'ai écouté les discours de plusieurs députés conservateurs, et je comprends leurs préoccupations quant à la possibilité de criminaliser les conversations privées entre adultes et jeunes, parents et enfants, enseignants et étudiants, de même qu'entre un prêtre ou un pasteur et des membres de sa communauté religieuse.
    Les députés d'en face ne conviennent-ils pas également que certains types de conversations peuvent se révéler très difficiles? On ne peut ignorer que certains enseignants ont eu des échanges inappropriés avec des jeunes, et même si de telles situations n'ont pas à être criminalisées, on ne peut pas les ignorer pendant l'élaboration de ce projet de loi. Il s'agit d'une zone grise sur laquelle le comité doit se pencher.
    Monsieur le Président, le député et moi siégeons au Comité des ressources humaines, où nous nous sommes beaucoup penchés sur cet enjeu.
    Pratiquement toute conversation est ardue. Notre société a évolué bien au-delà de la communication. Il faut absolument encourager les gens à avoir des conversations. J'aimerais que ce que j'ai lu précédemment sur le site Web du ministère de la Justice, à savoir la protection des parents, des enseignants et des conseillers, soit intégré au projet de loi dont il est question aujourd'hui. Ce serait une solution très simple.
    Monsieur le Président, ma collègue soulève de nombreuses questions très importantes, qui ont aussi été posées par de nombreuses personnes à la Chambre. Nous avons vu qu'il y a de nombreuses divergences dans l'interprétation du projet de loi, à savoir s'il englobe les conversations privées entre personnes ou s'il interdit aux enseignants ou aux dirigeants religieux d'avoir des conversations et des séances de consultation. Nous avons entendu des arguments dans les deux sens.
     Comme la députée le dit clairement, le ministre de la Justice savait que ces questions auraient dû être réglées dans le projet de loi avant que ce dernier ne soit de nouveau présenté au cours de la présente session. Pour une raison quelconque, il a décidé de ne pas le faire, alors qu'il faut apporter des précisions en ce qui concerne la définition et les personnes qui font l'objet d'une exemption dans le projet de loi.
    Pourquoi ma collègue pense-t-elle que le gouvernement libéral apportera les modifications qui s'imposent au moment de l'étude au comité?
    Monsieur le Président, je n'ai pas confiance. J'ai voté contre. Je n'ai pas confiance dans le gouvernement et je le dis publiquement.
    Cependant, s'il s'agit vraiment d'une approche « Équipe Canada » et si nous nous soucions vraiment de la vie des gens, nous veillerons à ce que le projet de loi soit correct et juste afin que les tribunaux ne le rejettent pas. Nous devons faire preuve de diligence raisonnable. Les libéraux doivent collaborer avec les députés de l'opposition même s'ils ne partagent pas leurs opinions. Nous devons écouter attentivement ce que chacun d'entre nous a à dire et travailler réellement ensemble.

  (1305)  

    Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi de poser une question sur le projet de loi. Je tiens à dire que je suis tout à fait convaincu qu'il faut interdire les thérapies de conversion nocives et qu'il faut le faire au moyen d'un projet de loi approprié.
     La députée de Battlefords—Lloydminster a dit que le projet de loi C-6 comporte des lacunes sur le plan des définitions. J'estime que cette affirmation s'applique à la plupart des mesures législatives que le gouvernement a présentées depuis son arrivée au pouvoir en 2015. Elles ouvrent la voie à l'interprétation, aux contestations judiciaires, et ainsi de suite.
    J'aimerais demander à la députée de Battlefords—Lloydminster si elle pense que les mêmes problèmes pourraient se poser avec ce projet de loi s'il n'est pas amélioré à l'étape de l'étude en comité, où des témoins et des avis juridiques peuvent être entendus. J'aimerais connaître l'opinion de la députée à ce sujet.
    Monsieur le Président, les libéraux ont dit à maintes reprises, hier et aujourd'hui, qu'ils ont été retardés pour présenter la mesure législative. Lorsqu'ils l'ont présentée, ils ont décidé de proroger le Parlement pour dissimuler des scandales, et pour cette seule raison.
    Nous constatons une tendance. Même au cours de la dernière législature, peu de projets de loi ont été présentés avant les six derniers mois. Les libéraux savaient que des élections à date fixe allaient bientôt avoir lieu. Ils ont eu recours à l'attribution de temps pour y arriver et obtenir la sanction royale. On nous a demandé pourquoi nous refusions d'accepter les motions demandant le consentement unanime. Ce n'est pas le rôle de cette assemblée. Nous sommes ici pour débattre et faire valoir les points de vue des électeurs, des gens que nous représentons. Il faut du temps pour étudier les projets de loi, et le travail devrait être fait de manière approfondie et réfléchie.
    Monsieur le Président, aujourd'hui, nous discutons encore une fois de la haine à laquelle les membres de la communauté 2ELGBTQQIA sont toujours exposés. C'est important pour moi de l'exprimer ainsi, car c'est la vérité sur ce qui continue de se produire au Canada, malgré les progrès que nous avons réalisés. Sans protections ni dispositions législatives adéquates, les Canadiens sont susceptibles d'être victimes de la haine et d'éprouver la souffrance et la douleur qui en résultent.
    J'attends avec impatience le jour où tous les Canadiens seront libres d'être eux-mêmes, où ils seront reconnus pleinement pour ce qu'ils sont, sans avoir ni honte ni peur, et où ils se sauront aimés et représentés partout dans la société.
    Quelqu'un a déjà dit que sans estime de soi, on ne peut pas aimer son prochain. Je n'ai aucun doute que ce principe est inscrit en filigrane dans la Charte canadienne des droits et libertés.
    C'est avec cette idée en tête que j'ai l'honneur de prendre la parole au sujet du projet de loi C-6, Loi modifiant le Code criminel pour y ajouter des dispositions qui limitent les répercussions négatives de la thérapie de conversion au Canada, quoique ce projet de loi ne va pas assez loin pour l'éliminer complètement.
    La semaine dernière, dans ma réponse au discours ministériel, le jour où le projet de loi C-6 a été présenté, j'ai eu le privilège de discuter de la lutte pour les droits des Canadiens de la communauté 2ELGBTQQIA ainsi que de la confirmation et de la reconnaissance de ces droits au cours des dernières décennies. Mes collègues du Parti vert et moi voterons certainement pour le projet de loi et, ce faisant, je penserai à toutes les personnes que j'ai rencontrées qui ont souffert de la thérapie de conversion ainsi que de la honte et du dégoût d'elles-mêmes qui en ont résulté et qu'elles ont dû surmonter.
    De nombreux Canadiens et de nombreux députés, ont vu le film biographique Garçon effacé, qui relate l'histoire d'un jeune homme de l'Arkansas qui a dû se rendre au Tennessee pour participer à une thérapie de conversion. Quand on entend cette histoire, il est facile de qualifier ce type de thérapie de mal. Il est facile de penser que ce type de thérapie n'existe pas au Canada. La vérité est que cela se produit aussi chez nous; cela se fait simplement en catimini et de manière plus insidieuse.
    Un homme courageux de ma circonscription a raconté son histoire à un journaliste de la CBC il y a quelques années dans le but d'aider d'autres personnes. Il était originaire d'une communauté rurale du Nouveau-Brunswick. Démasqué à l'adolescence parce que quelqu'un avait regardé l'historique du navigateur de son ordinateur, cet homme avait été contraint de suivre des séances de counseling religieux dans une ville avoisinante. On lui avait dit qu'il devait prier pour obtenir l'aide de Dieu afin de changer parce que ses sentiments étaient des péchés et qu'ils découlaient simplement d'un choix.
    La conseillère a suggéré à cet homme de reléguer ses sentiments homosexuels dans un tiroir de son cerveau et de demander à Dieu de l’aider à garder ce tiroir fermé. Elle lui a donné des conseils pour éviter toute tentation future, par exemple « d’éviter les situations flamboyantes ». Je suis bien contente qu’il ait ignoré ce conseil ridicule. Cet homme est un chef de file de notre communauté et une source d’inspiration pour les jeunes d’aujourd’hui qui veulent être fiers de ce qu’ils sont. Cette expérience préjudiciable l’a contraint à lutter contre un sentiment de honte durant toute son adolescence et le début de sa vie d’adulte.
    La vérité, c’est que dans les sous-sols d’église et les foyers familiaux de tout le pays, des enfants, des adolescents et des adultes se font dire de cacher leur vraie nature et d’en avoir honte. Ce qui est vraiment honteux, dans tout cela, c’est le tort que nous causons à l’esprit et au cœur de ces jeunes. Nous limitons leurs capacités en freinant leur croissance personnelle. Nous les maintenons dans l’obscurité.
    Ce processus cause un tort incommensurable à ces personnes. Il renforce la stigmatisation, les mythes et les mensonges. Il a une profonde incidence sur leur estime de soi et leur confiance en soi.
    La nature destructrice de cette pratique est reconnue dans le monde entier, et il est également reconnu que le droit pénal est un recours approprié pour remédier à ce préjudice. Nous ne criminalisons pas les propos, comme nous l’avons si impitoyablement entendu à la Chambre. Il ne devrait y avoir aucun doute sur ce qu’est la thérapie de conversion et sur notre responsabilité, qui est d’interdire cette pratique.
    Durant son intervention d’hier, le ministre de la Justice a dit que le projet de loi visait à criminaliser la pratique de la thérapie de conversion. Il a dit que cet objectif reflétait l’engagement du gouvernement à éradiquer cette pratique discriminatoire qui va à l’encontre des valeurs canadiennes. Il nous a rappelé que de nombreuses associations professionnelles reconnaissaient que la thérapie de conversion pouvait avoir des séquelles sur la santé mentale et physique, et même pousser certaines personnes au suicide. Je suis tout à fait d’accord avec le ministre. Il faut en finir avec la thérapie de conversion.
    Je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi nous n’allons pas au bout de la question avec ce projet de loi, au lieu de laisser la porte ouverte à une dangereuse échappatoire.
    Le projet de loi C-6 interdirait la pratique de la thérapie de conversion pour les mineurs, mais pas pour les adultes. Le libellé précisant qu’on ne peut faire suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré ne suffit pas à protéger efficacement les Canadiens les plus susceptibles de subir des pressions de la part de leurs proches pour qu'ils suivent une thérapie de conversion. En laissant la porte ouverte à la thérapie de conversion et en supposant qu’une personne pourrait choisir cette pratique abusive, nous plaçons des Canadiens devant un choix impossible: subir la thérapie ou perdre l’amour et le soutien de leur famille.
    Le projet de loi interdit clairement aux gens de tirer profit des thérapies de conversion. Ainsi, il sera impossible de faire de la publicité en vue d'offrir une telle thérapie, qu'elle soit destinée à des enfants ou à des adultes. C'est une pratique condamnable, tout simplement, une pratique qui est, comme on le sait, brutale et cruelle. Le ministre a affirmé à juste titre qu'il s'agit d'une pratique discriminatoire qui va à l'encontre des valeurs canadiennes. En tant que parlementaires, ne devrions-nous pas respecter le droit qu'ont tous les Canadiens de protéger leur sécurité? Quand une pratique cause du tort aux gens, il est légitime que le gouvernement décide de la criminaliser.

  (1310)  

    J'irais même plus loin: il serait lâche de laisser aux Canadiens queers de partout au pays la lourde tâche d'avoir ce genre de conversation avec leur famille sans plier sous la pression, s'ils ne pouvaient pas s'appuyer sur une loi qui dénonce fermement cette pratique. Ce serait laisser des Canadiens composer avec un défi que nous n'avons pas le courage de relever nous-mêmes dans la sphère publique.
    Je repense au concitoyen que j'ai déjà mentionné. Je regrette tout le temps qu'il a perdu à se débarrasser d'un sentiment de honte dont personne n'aurait dû l'accabler. En travaillant de concert, nous pouvons faire de ce projet de loi la mesure dont les Canadiens ont besoin, afin que personne ne vive ce qu'a vécu mon concitoyen.
    J'appuierai le projet de loi quand il sera mis aux voix, et je proposerai des amendements en vue de l'améliorer pendant l'étude en comité.
    S'il y a une chose que je voudrais qu'on retienne de mon intervention d'aujourd'hui, c'est que peu importe qu'une personne soit bispirituelle, lesbienne, gaie, bisexuelle, trans, queer, intersexuelle, asexuelle ou autre, elle a sa place. Tous ces gens ont le droit de vivre en sécurité au même titre que n'importe quel Canadien hétérosexuel cisgenre. Ils font partie intégrante de la société canadienne et si nous sommes ici aujourd'hui, c'est pour nous battre à leurs côtés afin qu'ils obtiennent le respect et l'amour auxquels ils ont droit et qu'il en soit ainsi pour les générations à venir.
    Monsieur le Président, je remercie la députée du Parti vert de ses propos. J'aimerais ajouter une chose ou deux au sujet de l'importance du projet de loi C-6. Je dois dire qu'il est plutôt bien accueilli des députés et j'imagine qu'une bonne partie d'entre eux vont l'appuyer. Ce serait encore mieux s'il était adopté à l'unanimité, mais je ne pense pas que ce soit possible. On peut toujours rêver, cela dit.
    L'adoption de lois constitue un pan, une étape importante de la démarche en cours, mais il faut plus que de simples mesures législatives. Un jour que je discutais avec la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse, elle m'a confié que le gouvernement entendait consacrer des millions de dollars afin d'aider les organismes militants et communautaires à se doter des moyens nécessaires pour faire leur travail, car il est là, le nerf de la guerre.
    Ma collègue pourrait-elle nous dire si elle croit elle aussi qu'outre les lois, nous devons aussi miser sur le renforcement des capacités?

  (1315)  

    Monsieur le Président, ce matin, j'ai questionné le député sur la possibilité d'investir davantage et d'offrir plus de services. Il est tout à fait vrai que c'est un moyen important. Comme je l'ai mentionné, j'aimerais qu'on aille encore plus loin pour protéger également les adultes. J'ai parlé plus tôt des soins adaptés qu'il faudrait offrir. Nous pouvons en faire beaucoup plus dans notre société pour inclure, représenter et protéger les gens.
    Je souligne encore une fois la nécessité d'offrir des soins spécialisés aux personnes trans et à la communauté 2ELGBTQQIA. Je pense à des cliniques comme la clinique 554, à Fredericton. Il faut appuyer ces établissements. Ils doivent poursuivre leur important travail. Cependant, nous devons aller encore plus loin en offrant des programmes de soutien et de l'information dans les écoles et dans tous les secteurs.
    Monsieur le Président, je pense que tous les Canadiens s'opposent à ce que l'on force des gens à subir une thérapie dont ils ne veulent pas. Cependant, l'année dernière, lorsque le comité de la santé s'est penché sur la question de la thérapie de conversion, nous avons eu une conversation troublante.
    En résumé, j'ai décrit la situation d'un jeune leader d'un groupe pour les jeunes dont les membres s'interrogeaient sur leur orientation sexuelle. Le leader a expliqué la position de l'église par rapport à la sexualité. J'ai demandé si une personne qui demande ce genre de conseil de son propre gré avait le droit de l'obtenir. Les néo-démocrates et les libéraux ont répondu que non, que le jeune leader devrait aller en prison. Cela m'a semblé plutôt excessif.
    Comme je m'inquiète pour la liberté de religion, j'aimerais qu'il soit précisé dans la décision qu'on parle d'une thérapie de conversion suivie de force par une personne. Est-ce que cela fait partie des amendements que la députée proposera?
    Monsieur le Président, les amendements dont nous discutons dans mon équipe portent sur des mesures de protection pour les adultes, ce qui s'applique au point que soulève le député.
    Les témoignages à l'étape de l'étude en comité seront importants. Je suis très impatiente de les entendre, parce que nous devons comprendre les nuances et les subtilités de la question. Je veux que tous les Canadiens soient protégés, de même que la liberté de religion, qui est aussi un élément important. Il faudra attendre de connaître certains détails de la question à l'étape de l'étude en comité.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de Fredericton de son discours, encore une fois, toujours pertinent.
    Dans son discours, elle a mentionné que le projet de loi C-6 entend bien protéger les enfants et les mineurs contre les thérapies de conversion, mais elle a souligné un point très important en parlant des adultes qui pourraient être vulnérables et qui pourraient être forcés par leur entourage à suivre ou à subir ce genre de thérapie de conversion.
    D'une part, j'aimerais qu'elle nous indique un peu de quel type d'adultes vulnérables elle parle.
    D'autre part, comment pourrait-on encadrer un peu mieux ce type d'adultes qui pourraient être forcés de subir des thérapies de conversion?
    Monsieur le Président, je remercie mon cher collègue de cette question importante.

[Traduction]

    Il faut comprendre le pouvoir que renferme le projet de loi. Certes, il est important de protéger les mineurs dans nos collectivités, mais tout cela nous ramène à l'élément central de la thérapie de conversion, c'est-à-dire la coercition. Il s'agit de la pression que la famille exerce sur la personne pour qu'elle subisse la thérapie, à n'importe quel stade de sa vie, au lieu de l'aimer et de l'accepter comme elle le mérite. Je veux faire ressortir encore une fois cet élément de la question. Le projet de loi devrait viser tous les Canadiens, peu importe leur âge. Il importe aussi de mentionner la disposition interdisant le fait de bénéficier d'un avantage pécuniaire provenant de la prestation de la thérapie ou de faire de la publicité en vue de l'offrir.
    Il s'agit d'une mesure de protection, mais j'estime qu'il faut aller plus loin et interdire explicitement la pratique de manière à protéger les adultes également.

  (1320)  

    Monsieur le Président, je prends la parole au sujet du projet de loi C-6, une loi modifiant le Code criminel à l'égard de la thérapie de conversion.
    Je tiens à souligner dès le début et de manière non équivoque que la thérapie de conversion est inacceptable et qu'elle devrait être interdite. J'espère que tous les Canadiens de bonne volonté sont d'accord pour dire que toute pratique coercitive, forcée ou autrement abusive visant à changer l'orientation ou l'identité sexuelle d'une personne est non seulement inacceptable, mais qu'elle peut aussi causer du tort. Une telle thérapie peut causer du tort aux personnes qui la subissent et ses effets néfastes sont véritables et profonds. De tels effets néfastes peuvent changer la vie d'une personne, durer toute une vie et dans les cas extrêmes, ils peuvent même mener au suicide. C'est dans cette optique que je crois qu'il est approprié de clarifier dans le Code criminel que de tels actes répugnants enfreignent la loi, afin que les personnes qui commettent ces actes soient tenues responsables et qu'elles soient poursuivies avec toute la rigueur de la loi.
    Toutefois, bien que je souscrive à l'intention de fond du projet de loi C-6, j'ai des réserves à l'égard de la manière dont le projet de loi dans sa forme actuelle a été rédigé, à commencer par la définition de la thérapie de conversion.
    Évidemment, lorsqu'on souhaite adopter un projet de loi visant à interdire la thérapie de conversion, il est important de bien cerner la définition de la thérapie de conversion. Les infractions criminelles ne pardonnent pas. Il est donc impératif que toutes les dispositions dans le Code criminel liées à la thérapie conversion soient fondées sur les préjudices confirmés d'une telle pratique. Malheureusement, tel qu'il est rédigé en ce moment et selon sa définition actuelle de la thérapie de conversion, le projet de loi rate la cible.
    En ce sens, la portée de la définition contenue dans le projet de loi C-6 est trop vaste. J'aimerais citer la définition du projet de loi, qui érige en infraction:
une pratique, un traitement ou un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels.
    Selon cette définition, on comprend manifestement que le projet de loi ne vise pas uniquement les genres de pratiques forcées, coercitives, violentes ou abusives qui constituent la thérapie de conversion, et qu'il pourrait possiblement viser une foule d'autres activités, notamment des conversations privées qui pourraient avoir lieu avec un enfant, un parent ou un dirigeant religieux. Le projet de loi pourrait, de façon involontaire, criminaliser des services de counselling légitimes ou d'autres services de soutien psychologique. Une définition qui cherche à interdire tout traitement ou service en vue de réprimer ou de réduire toute attirance ou tout comportement sexuel est trop générale.

  (1325)  

    Le gouvernement dit qu'il ne faut pas s'inquiéter, que le projet de loi ne vise pas les parents, les chefs spirituels ou les professionnels de la santé qui auraient une discussion privée ou qui tenteraient de conseiller ou d'aider de bonne foi une personne en perte de repères concernant son identité ou son orientation sexuelle. En ce sens, le site du ministère de la Justice se veut rassurant. Voici ce qu'on peut y lire:
    Ces nouvelles infractions ne criminaliseraient pas les conversations privées dans lesquelles des opinions personnelles sur l’orientation sexuelle ou les sentiments sexuels ou l’identité de genre sont exprimées, comme lorsque des enseignants, des conseillers scolaires, des conseillers pastoraux, des chefs religieux, des médecins, des professionnels de la santé mentale, des amis ou des membres de la famille fournissent du soutien aux personnes qui se posent des questions.
    Le ministre de la Justice a donné des assurances analogues.
    Même s'il faut se réjouir de ces assurances données par le ministère de la Justice sur son site Web et par le ministre, ce qui compte, dans un tribunal, ce n'est pas l'opinion du ministère de la Justice quant à son interprétation de la loi, ni celle du ministre. Ce qui compte, c'est ce qu'il y a et ce qu'il n'y a pas du tout dans le projet de loi. Ce qui est complètement absent du projet de loi, ce sont les exceptions qui protègent les parents, les professionnels de la santé, les chefs spirituels et, oui, tous les groupes que le projet de loi, selon les déclarations publiques du gouvernement, ne cherche pas à cibler.
    Hier, à la Chambre, le ministre de la Justice s'est défendu en argumentant que le projet de loi prévoit une exception. Lisons cette exception. Elle dit:
    Il est entendu que la présente définition ne vise pas les pratiques, les traitements ou les services qui se rapportent: [...]
b) à l’exploration ou à la construction de son identité.
    C'est mieux que rien, mais je soutiens que cela demeure ambigu, vague, sujet à l'interprétation et insuffisant étant donné les pénalités très graves qui pourraient découler de la violation de cette mesure législative si elle est adoptée, dont une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à cinq ans. J'espère que lorsque le projet de loi sera étudié par le comité, le gouvernement sera ouvert aux amendements afin de préciser, en termes clairs et sans équivoque, que la mesure ne vise pas les groupes qui, selon le gouvernement, ne sont pas visés, car cela doit être clair dans la loi.
    Je pense qu'il faudrait peut-être également amender le projet de loi pour définir ce qu'on entend par « pratique, traitement ou service ». Le mot « traitement » a certainement une connotation de contexte thérapeutique. Par contre, le mot « pratique » pourrait englober toutes sortes d'activités.
    En conclusion, vu l'importance de ce dossier, il est important que nous fassions bien les choses. Nous devons empêcher que des personnes vulnérables fassent l'objet de coercition, de violence ou d'autres types d'activités dans le but de changer leur identité de genre ou leur orientation. En même temps, nous devons protéger la relation parent-enfant et la relation médecin-patient en veillant à ce que tous les droits protégés par la Charte soient respectés, y compris la liberté de parole, la liberté d'expression et la liberté de religion. Enfin, nous devons éviter d'adopter un projet de loi qui, sous sa forme actuelle, est sans conteste de portée trop vaste et trop vague.

  (1330)  

    Monsieur le Président, le député de St. Albert—Edmonton vient évidemment de la même province que moi. Sachant que St. Albert, Sherwood Park, Calgary, Edmonton et même le collège des psychologues de l'Alberta ont déjà interdit la thérapie de conversion, pourquoi le député croit-il que le gouvernement fédéral a tant tardé à proposer l'interdiction de cette pratique et pourquoi a-t-il emboîté le pas à d'autres municipalités ou groupes, au lieu de mener la charge?
    Monsieur le Président, la députée d'Edmonton Strathcona a raison de dire que certaines municipalités ont pris des règlements administratifs. C'est notamment le cas de ma localité, St. Albert. Elle a aussi raison de dire que, en réponse à ces initiatives, le ministre de la Justice avait affirmé que cet enjeu ne relevait pas de la compétence du gouvernement fédéral, qu'il incombait en grande partie aux provinces de résoudre le problème et que le gouvernement fédéral ne voulait pas légiférer dans ce domaine.
    Maintenant, le gouvernement a fait volte-face. Je suppose que nous devrions demander au ministre de la Justice ce qui a motivé ce revirement. Cependant, maintenant que le gouvernement a agi en présentant une mesure législative, il est important d'étudier attentivement cette dernière pour bien faire les choses, protéger les personnes vulnérables et nous assurer que tous les droits garantis par la Charte sont protégés.
    Monsieur le Président, un assez grand nombre de députés ont dit que le ministre de la Justice avait été clair dans ses commentaires ou que le ministre de la Justice avait affirmé que ce ne serait pas le cas. Comme la Chambre des communes est la Chambre basse du Parlement canadien, il nous revient de produire un projet de loi qui correspond à l'intention sous-jacente à sa présentation. J'ai déjà soulevé les préoccupations relatives à l'ambiguïté qui est présente dans le projet de loi; même si nous voulons tous que la thérapie de conversion soit interdite, il faut que cette ambiguïté soit levée.
    J'aimerais que mon collègue nous dise ce qu'il en pense.
    Monsieur le Président, je suis tout à fait d'accord avec le député: l'interprétation ou l'opinion du ministre quant à ce qui est prévu par le projet de loi est insuffisante. Ce qui importe est le contenu du projet de loi et ce dernier comporte d'importantes ambiguïtés. C'est un problème, parce qu'un projet de loi ambigu ou un projet qui ratisse trop large va à l'encontre de la justice fondamentale et il sera invalidé sur le fondement de l'article 7. Clairement, ce n'est pas ce que souhaite le gouvernement.
    J'espère que le ministre était sincère lorsqu'il a dit être prêt à collaborer avec l'opposition pour amender le projet de loi si nécessaire.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours.
    J'invite mes collègues qui ont des craintes à propos du projet de loi et qui y voient des zones moins claires à l'accepter et à faire confiance aux travaux des comités qui auront lieu par la suite. À notre sens, le projet de loi est assez clair. On y parle de l'interdiction de faire suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré, de faire suivre une thérapie de conversion à un enfant, de faire passer un enfant à l'étranger pour qu'il y suive une thérapie de conversion, de faire de la publicité en vue d'offrir de la thérapie de conversion et de bénéficier d'un avantage pécuniaire ou autre. Il me semble que c'est suffisamment clair.
    J'aimerais entendre le député à ce sujet. Il semble quand même être d'accord sur le fond de la question, c'est-à-dire sur l'importance d'interdire ce genre de pratique.
    Selon lui, pourquoi serait-il important de judiciariser cela?

  (1335)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, en tant que membre du comité de la justice, j'ai hâte de commencer à étudier ce projet de loi de bonne foi, d'entendre de nombreux intervenants et de proposer des amendements.
    Monsieur le Président, il y a environ une heure, j'ai posé la même question à une députée libérale. J'ai mentionné que le clergé risquerait des accusations criminelles à la suite d'une discussion avec une personne LGBTQ. On m'a dit qu'il n'y aurait aucune poursuite pour de telles infractions, mais le député affirme qu'il y en aurait dans le cadre de ce projet de loi. Pourrait-il préciser sa pensée?
    Monsieur le Président, j'aimerais dire à mon ami de Yellowhead que le projet de loi reste vague à l'heure actuelle quant à sa définition, de sorte qu'il existe un risque ou une possibilité que des personnes soient poursuivies dans le contexte même dont le député vient de parler. Voilà pourquoi j'affirme que si le gouvernement est sérieux, que le projet de loi ne vise pas ou que son intention n'est pas de viser ce type de contextes, alors le gouvernement se montrera certainement ouvert à de tels amendements.
    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui pour discuter des progrès réalisés par notre gouvernement à l'égard de notre promesse électorale visant à protéger les Canadiens contre la thérapie de conversion.
     Le ministre de la Justice et la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse ont présenté le projet de loi C-6, une loi modifiant le Code criminel à l'égard de la thérapie de conversion. Il s'agit d'une mesure législative importante qui interdirait la pratique honteuse de la soi-disant thérapie de conversion au Canada.
    À l’été 2015, le gouvernement de l’Ontario a fait adopter le projet de loi 77, qui interdit effectivement les thérapies de conversion pour les enfants, qu'ils soient lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres, et qui empêche les médecins de facturer ce genre d'intervention. Un an plus tard, j’ai reçu à mon bureau Rita O’Link, une fière et éminente défenseure des droits des transgenres de ma circonscription de Sudbury, qui a mené la charge pour ces changements en Ontario. Rita se demandait pourquoi le gouvernement fédéral ne pouvait pas faire pour les Canadiens ce que l’Ontario avait fait pour les Ontariens, et peut-être même aller plus loin de manière que tous les Canadiens puissent bénéficier des mêmes protections que les Ontariens.
    Depuis lors, j’ai travaillé avec Rita et d’autres membres de TG Innerselves, à Sudbury, pour défendre les droits de la collectivité LGBTQ2 et faire comprendre que, lorsque nous disons que les Canadiens méritent de vivre librement, cela signifie qu’ils n’ont pas à subir de jugements ni de persécutions. Rita s’est battue sans relâche pour la liberté d’expression de tous les Canadiens et a clairement fait savoir que la thérapie de conversion est une pratique dévastatrice extrêmement dommageable pour les personnes qui y sont soumises. C’est un honneur de parler de Rita dans mes propos d’aujourd’hui.
    Contrairement à ce que certains pourraient dire, personne n'a raison et personne n'a tort lorsqu’il s’agit de savoir qui on aime ou qui on est. La thérapie de conversion a été discréditée et dénoncée par les associations professionnelles et de la santé au Canada, aux États Unis et dans le monde entier.

[Français]

    La thérapie de conversion n'a aucun fondement en science dans la pratique des soins de santé; plutôt, ses effets dévastateurs seront toujours ressentis pour ceux qui ont subi cette thérapie.

[Traduction]

    La recherche révèle que les jeunes sont plus à risque de dépression et de suicide lorsque des efforts sont déployés pour modifier leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. La thérapie de conversion repose sur un mensonge selon lequel être gai, lesbienne, bisexuel ou trans est mal et qu’il faut y remédier. Non seulement c’est inacceptable, mais cela envoie un message dégradant qui porte atteinte à la dignité des membres de la collectivité LGBTQ2. Les mineurs, en particulier, sont lésés, et les répercussions de tout cela se font souvent encore sentir à l’âge adulte.
    En 2020, nombreux sont ceux qui croient que cette pratique est une relique du passé et qu’elle ne pourrait plus avoir cours dans nos collectivités.

[Français]

    Malheureusement, ce n'est pas le cas.

[Traduction]

    Même aujourd’hui, des groupes sont à l’œuvre partout au pays, pour offrir des services dans l’espoir de corriger ou de guérir ceux qu’ils jugent déphasés par rapport à leur vision étroite de la façon dont on devrait être ou agir. L’enquête communautaire sur le Sexe au présent, qui a été menée en 2019-2020, indique que jusqu’à 20 % des répondants ont été exposés à cette pratique ignoble. Nous savons donc que cette pratique nuisible a cours actuellement au Canada.

  (1340)  

[Français]

    Avec cette mesure législative, notre gouvernement intervient pour assurer que personne ne devrait subir ce traitement odieux.
    Je suis fier de ce que font le ministre de la Justice, la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse et tout notre gouvernement pour mettre fin à la thérapie de conversion au Canada.

[Traduction]

    Le gouvernement a présenté un projet de loi qui propose de créer cinq nouvelles infractions au Code criminel concernant la thérapie de conversion, de manière à interdire à quiconque: de faire subir une thérapie de conversion à une personne mineure; de faire sortir une personne mineure du Canada pour qu’elle subisse une thérapie de conversion à l’étranger; de faire subir une thérapie de conversion à une personne contre son gré; de tirer profit de la thérapie de conversion; d'annoncer une offre de thérapie de conversion. Le projet de loi fournit par ailleurs la définition suivante: « [...] thérapie de conversion s’entend d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels. »
     Si le projet de loi est adopté, la législation canadienne à l’égard de la thérapie de conversion sera la plus progressiste et la plus complète au monde, chose dont nous pouvons tous être fiers, du moins je le crois.

[Français]

    Il est important d'être très clair, cependant.

[Traduction]

    Il existe une différence entre demander à une personne qui elle est et en discuter, et dire à une personne qu'elle a tort d'être qui elle est et qu'il faut y remédier. Je peux assurer à l'opposition officielle et aux Canadiens que les enseignants, les conseillers scolaires, les conseillers pastoraux, les dirigeants religieux, les médecins, les professionnels de la santé mentale, les amis et les membres de la famille qui offrent leur soutien n'ont rien à craindre s'ils tiennent une discussion importante avec une personne au sujet de son identité. De telles discussions sont souvent essentielles au développement personnel. D'ailleurs, le projet de loi précise cela.
    Les personnes ciblées sont celles qui s'affairent activement à assurer la prestation de services conçus pour changer l'identité d'une personne et fondés sur des idées préconçues quant à la manière dont une personne doit se présenter ou se comporter. Le droit pénal est un outil important pour cibler les comportements répréhensibles qui causent du tort à autrui. Il impose des conséquences aux personnes qui continuent à offrir de tels services alors que les données montrent nettement à quel point cette pratique est dévastatrice.

[Français]

    Le projet de loi représente un progrès afin d'en finir avec la thérapie de conversion au Canada et un équilibre entre une politique progressiste et les considérations constitutionnelles.

[Traduction]

    Je veux souligner que la mesure législative concerne les gens. Elle vise à garantir que chaque personne peut être elle-même. Il s'agit d'une étape de plus vers le Canada plus inclusif dont nous parlons tous. Il est clair que le projet de loi est nécessaire, car il ne fait aucun doute qu'il y a des Canadiens qui ne sont pas libres d'être eux-mêmes à cause de pratiques comme la thérapie de conversion. C'est pour cette raison qu'il est important d'avoir des lois fédérales, provinciales et municipales pour l'interdire. Plusieurs provinces, à savoir l'Ontario, la Nouvelle-Écosse, le Manitoba et l'Île-du-Prince-Édouard, interdisent déjà aux professionnels de la santé d'offrir de la thérapie de conversion à une personne mineure, et le Yukon a aussi une mesure législative en ce sens.

[Français]

    La semaine dernière, au Québec, le gouvernement a également présenté un projet de loi à cet égard.

[Traduction]

    Un nombre croissant de municipalités en Alberta et dans l'ensemble du pays sont également passées à l'action pour mettre fin à la thérapie de conversion. Je les félicite d'avoir pris les devants dans ce dossier et je les remercie de tous leurs efforts.
    Nous continuerons de collaborer étroitement avec les provinces, les territoires, les municipalités et les collectivités concernés afin que nous puissions apprendre les uns des autres et nous unir pour éliminer cette pratique néfaste sur l'ensemble de notre territoire. J'espère que tous les députés souhaitent que nous en arrivions à un consensus national en faveur de l'interdiction de cette pratique odieuse et qu'ils appuieront le projet de loi.
    Nous continuerons de collaborer avec tous les ordres de gouvernement et tous les députés pour nous assurer que tous les points de vue seront entendus et que le gouvernement continuera d'y donner suite. Le Canada est un pays où toute personne, indépendamment de son orientation sexuelle, de son identité de genre ou de sa manière de l'exprimer, peut vivre dans l'égalité et la liberté. C'est le genre de Canada que nous devrions vouloir léguer à tous nos enfants et petits-enfants: le pays le plus accueillant du monde.

[Français]

     Un pays pour tout le monde.

[Traduction]

    C'est le genre de Canada pour lequel Rita O'Link est venue me demander de l'épauler dans son combat, à Ottawa, il y a quatre ans. Je suis fier de prendre la parole aujourd'hui, ici, à la Chambre des communes, au nom de Rita, des courageux habitants de Sudbury membres de l'organisme TG Innerselves et des milliers de Canadiens d'un océan à l'autre qui travaillent sans relâche pour protéger les droits de tous les Canadiens.

  (1345)  

    Monsieur le Président, mes collègues n'ont cessé de dire combien nos inquiétudes sont infondées en ce qui concerne l'ambiguïté délibérée du libellé du projet de loi. Depuis des mois, nous demandons aux libéraux d'améliorer la définition en ajoutant le texte du site Web du ministère de la Justice, qui est beaucoup plus détaillé. Il se trouve que, récemment, le libellé dans la version anglaise du site Web du ministère de la Justice a été modifié; un seul mot a été ajouté, soit « affirming ».
    Je n'aime pas avoir l'air d'une adepte de la théorie du complot, mais pourquoi ce mot a-t-il soudainement été ajouté dans la version anglaise? Pourquoi changer le site Web du ministère de la Justice et pas le projet de loi? Si tout va si bien, comme ils l'affirment, pourquoi ne pas changer le projet de loi au lieu du site Web?
    Monsieur le Président, c'est une question que la députée pourra soumettre au comité de la justice par l'entremise de ses collègues. Je ne sais pas si elle siège à ce comité.
    J'ai écouté les débats des derniers jours, et ils sont extrêmement importants. Des députés de l'opposition officielle affirment que la définition est trop ambiguë et qu'elle devrait être clarifiée. Chose certaine, de telles suggestions d'amendements peuvent être présentées au comité de la justice. Comme il s'agit d'une question relevant du Parlement, ils ont cette possibilité.
    Je veux aussi revenir sur un article de la section des définitions. On peut y lire la phrase suivante:
     Il est entendu que la présente définition ne vise pas les pratiques, les traitements ou les services qui se rapportent: a) à la transition de genre d'une personne; b) à l'exploration ou à la construction de son identité.
    Cet aspect est très important.
    Monsieur le Président, je tiens à saluer l'incroyable équipe de Fierté Timmins Pride, qui fait un travail extraordinaire en tant que porte-parole de la communauté LGBTQ dans le Nord. Les membres de cette équipe font aussi de la Fierté une fête à Timmins, une occasion de célébrer les droits et la dignité des membres de la communauté LGBTQ, mais aussi la population en général, afin que tous aient l'impression que tout le monde peut participer à cet événement.
    Quelle importance ces célébrations organisées dans le Nord ont-elles pour affirmer les droits et la dignité des personnes trans, queer et bisexuelles?
    Monsieur le Président, à Sudbury, nous avons Fierté Sudbury Pride, qui est semblable à Fierté Timmins Pride. Chaque année, je participe à son défilé de la fierté. Je suis toujours là-bas, et j'amène toute ma famille avec moi dans le but de célébrer toutes les personnes, nous y compris, pour ce qu'elles sont.
    Le Canada a beaucoup de travail à faire. Des projets de loi comme celui-ci révèlent l'orientation que prend le pays. Il contribuera à faire du Canada un pays plus inclusif, ainsi que le pays le plus accueillant au monde. Il est important d'organiser de telles activités dans des petites villes comme Timmins et Sudbury, de même que partout au pays.
    Hier, j'ai entendu mon collègue de Spadina—Fort York parler du défilé de la fierté gaie de Toronto et dire à quel point la participation à ce défilé transforme la vie des personnes concernées. C'est tout un honneur de participer à ces activités et d'appuyer leurs organisateurs.

[Français]

    Monsieur le Président, j'ai une question pour mon collègue d'en face.
     La Chambre semble assez unanime sur le fait que nous allons légiférer en matière de thérapies de conversion. Il y a cependant des groupuscules religieux qui mettent beaucoup de pression pour ralentir ce processus. Il y en a même qui appellent à la désobéissance et je cite George Buscemi, président de Campagne Québec-Vie: « Je ne peux pas parler pour les thérapeutes eux-mêmes, mais quand on fait du bien et que le gouvernement dit que c’est du mal, j’aurais tendance à dire qu’il faut faire le bien et assumer les conséquences. [...] Quitte à violer la loi. »
    J'aimerais savoir ce que mon collègue libéral pense de ce genre de déclaration et de ce genre de groupes qui envisagent de contester la loi et continuer à pratiquer quelque chose qui serait désormais interdit. Ne pense-t-il pas qu'on devrait encadrer pareils groupes avec une certaine forme d'éducation?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Drummond de cette importante question.
    Il est clair que des groupes s'opposent à ce projet de loi. D'un autre côté, il est important de poursuivre le dialogue avec ces différents groupes.
    Les preuves qui ont été présentées à la Chambre et au Comité permanent de la justice et des droits de la personne démontrent les effets dévastateurs que ces thérapies peuvent avoir sur les jeunes.
     Nous avons du chemin à faire avec ceux qui ne comprennent pas ces effets. Cependant, cela ne veut pas dire que nous devons reculer. Il est très important de plutôt avancer et éduquer. Nous ne pouvons pas simplement nous asseoir et attendre que ce projet de loi soit adopté. Il faut s'impliquer auprès de tous les groupes d'intervenants partout au pays et poursuivre les discussions.

  (1350)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis fière d'intervenir à la Chambre pour parler de l'enjeu crucial qu'est la thérapie de conversion et des raisons pour lesquelles cette pratique devrait être interdite au Canada.
    Partout au pays, nous avons vu de nombreuses provinces et municipalités prendre des mesures appropriées pour corriger ce problème. Nous avons aussi vu les démarches entreprises par le gouvernement fédéral pour inscrire cet enjeu dans le Code criminel.
    J'ai eu l'honneur de participer à de multiples conversations avec des membres de la communauté LGBTQ+ d'un océan à l'autre. J'ai participé à des tables rondes, à des conférences et, bien sûr, à des défilés de la fierté. Certaines de ces rencontres m'ont énormément marquée, et je ne les oublierai jamais. Ce sont elles qui ont fait de moi une alliée de la communauté LGBTQ2+.
    L’un des lieux auxquels je pense puisque je l’ai visité, et j’en ai parlé à plusieurs reprises, c’est le programme OK2BME à Kitchener, en Ontario. J'ai eu la chance d’aller voir ce groupe, dans lequel tous les jeunes ont moins de 19 ans et viennent d'un secteur situé à moins d'une heure et demie de cette région. Ils y vont pour parler de qui ils étaient et de qui ils sont devenus et de la façon dont ils voient leur avenir. Beaucoup y vont pour avoir un lieu sûr où discuter, c’est-à-dire parler à d’autres personnes qui vivent des situations comparables aux leurs et pouvoir compter sur autrui. Il est tellement important d’avoir ce type d'organisations, de possibilités et de programmes pour permettre aux jeunes de parler à d’autres jeunes se trouvant dans la même situation. Beaucoup de jeunes passent par des périodes où ils ne disent pas qui ils sont à leurs amis, à leur famille ou à leurs professeurs parce qu'ils ne sont pas sûrs de pouvoir le faire ou qu'ils doutent beaucoup d’eux-mêmes. Je continuerai à défendre des lieux ouverts tels que le programme OK2BME.
    Comme le leader adjoint à la Chambre, que je vois en face de moi, j'ai grandi à une autre époque. Je me souviens de mon enfance dans les années 1980 et au nombre d'amis que j'ai aujourd’hui qui ont déclaré être gais ou lesbiennes. Dans les années 1980, j’ignorais que l'une de mes meilleures amies était lesbienne. Quand j’y pense aujourd’hui, est-ce que cela a de l'importance? Je l'aime pour ce qu’elle est. C’est l'une des femmes les plus extraordinaires que je connaisse. Peu importe qui elle aime, parce qu'en fin de compte, je l'aime pour ce qu'elle est. Je vois la manière façon dont ses parents l'ont acceptée, et qu'ils l'aiment pour ce qu'elle est.
    Toutefois, je sais que lorsqu'elle est en public en présence de gens qu’elle ne connaît pas, il y a cette crainte de ressentir la honte. Cette peur de dévoiler son identité. Comme je l'ai dit, j'ai grandi dans les années 1980, quand on ne pouvait pas dire ce genre de choses aux autres. Il était alors entendu que les filles devaient aimer les garçons. Cela a changé, et nous sommes devenus beaucoup plus conscients que nous n’avons pas tous à entrer dans ce même petit moule et être tous pareils.
    Je pense également à l'excellent travail que fait l'organisme PFLAG. Il y a quelques années, je suis allée à Richmond Hill et j’y ai rencontré ses représentants. Il y avait des enfants en transition, et des enfants qui venaient de révéler leur orientation à leurs parents étaient venus avec eux à PFLAG pour en discuter. Nous nous sommes assis ensemble, nous avons mangé une pizza et fêté un anniversaire. C'était un endroit vraiment incroyable, où tout le monde se sentait en sécurité et avait un sentiment d’appartenance.
    J'en suis venue à me demander s'il y avait déjà eu un moment où j'avais eu le sentiment de ne pas être incluse. J'ai eu beaucoup de chance, parce que je peux aller à des endroits et dire « Je m’appelle Karen », et cela me convient parfaitement. Toutefois, beaucoup de gens ont des doutes sur eux-mêmes parce qu’ils ne se sentent pas soutenus pour ce qu'ils sont. Je pense à ces gens qui doivent avancer seuls dans le monde, et je pense et au fait que nous pouvons faire mieux. Pour moi, il est important de veiller à ce que ces espaces sûrs existent, des espaces tels que PFLAG, où les gens peuvent parler en groupe et où les parents peuvent discuter avec leurs enfants. Ce n’est pas de la médiation, mais simplement un endroit où l’on peut aller pour écouter, parler et entendre les histoires d'autres familles et les difficultés qu'elles ont traversées.
    En tant que gouvernement, nous devons penser à continuer de soutenir ce genre de programmes. Si nous envisageons de prendre d'autres mesures après l'interdiction des thérapies de conversion, nous devons réfléchir aux étapes suivantes pour nous assurer de pouvoir mener à bien le travail. Je dis cela parce que nous devons examiner la composante santé mentale de la question.
    En ce moment, c’est le Mois de la sensibilisation à la santé mentale, et nous devons comprendre le lien entre la santé mentale et la communauté LGBTQ. J'ai examiné certaines statistiques, et je me suis dit que je n’en faisais pas partie. Selon ces statistiques, un membre sur quatre de la communauté LGBTQ qui est aux études a été harcelé physiquement, et six sur dix ont subi de la violence verbale. Cela signifie que plus de la moitié de ces personnes ont été des victimes à un moment ou à un autre simplement à cause de leur orientation sexuelle. C’est inacceptable.

  (1355)  

    Nous devons être conscients que les personnes de cette communauté ont été attaquées pour leur physique. Elles se sentent isolées. Elles subissent de la discrimination et des brimades. Certaines n'ont pas l'appui de leur famille. Nous savons que certaines familles n'offrent pas leur plein appui, et cela vient aussi avec le temps. Je suis cette éternelle optimiste qui croit que nous pouvons faire mieux et que nous pouvons avoir de l'espoir, et je pense donc qu'il faut aider les familles à traverser ensemble ces moments difficiles. Nous devons être réalistes: ce sont des choses qui arrivent. Nous devons également tenir compte de la prédisposition aux problèmes de santé mentale. Je crois que si des personnes sont déjà mal à l'aise avec ce qu'elles sont, cela se complique encore avec la dimension sexuelle de leur existence. Il y a un volet double qui entraîne une souffrance.
    Je pense à deux de mes amis que j’ai rencontrés il y a environ un mois. Nous avons parlé de sexualité. Les amis en question, Rick et Lee, sont partenaires dans la vie, et ils ne savent pas que je parle d’eux aujourd’hui. Nous avons des discussions très ouvertes et c’est merveilleux parce que nous sommes de la même génération. J’aime beaucoup discuter de musique, de cuisine et de bien d’autres choses avec eux, mais après avoir parlé de tout et de rien, je leur ai demandé de me dire comment c’était que de grandir dans les années 1980. Rick, en particulier, m’a dit qu’il ne serait pas ici s’il avait dévoilé son homosexualité dans les années 1980. Il n’aurait pas survécu. Il a avoué qu’il se serait suicidé.
    Je pense au point où nous en sommes aujourd’hui, en 2020. Comment quelqu’un peut-il penser qu’il se serait enlevé la vie parce qu’il est membre de la communauté LGBTQ? Comment peut-on se sentir perdu et isolé jusqu’à perdre le goût de vivre, simplement à cause de sa sexualité? Il faut sortir de ce cadre. Nous ne pouvons pas, à mon avis, en rester au même point. Nous devons comprendre que l’amour c’est l’amour, et je continuerai de défendre ce point de vue.
    Je pense à Lee, le partenaire de Rick, avec qui il est marié depuis plusieurs années. Il m’a dit qu’il avait fréquenté beaucoup de filles, mais que dès la fin de ses études secondaires, il avait commencé à vivre de manière authentique. Je pense que nous devons comprendre, surtout en ce qui concerne nos adolescents, que les élèves du secondaire vivent en vase clos. J’ai fréquenté une école d’environ 800 élèves à St. Thomas, en Ontario, et tout le monde savait tout de tout le monde. Une fois qu’ils entrent dans le monde réel où on ne côtoie pas 800 personnes qui voient tous nos faits et gestes, c’est peut-être un peu plus facile pour eux de vivre leur vie librement, mais nous savons que c’est réellement difficile, surtout pendant l’adolescence.
    C’est déjà une période d’adaptation très difficile. Tout le monde est sur Twitter, Instagram, Facebook ou TikTok. J’y ai jeté un coup d’œil à quelques reprises, mais tout le monde est sur ces sites. La vie bouge tellement vite pour nos jeunes aujourd’hui et ils sont déjà confrontés à tant de problèmes de santé mentale qu'ils ne devraient plus avoir à se soucier de leur orientation sexuelle. Ils devraient être acceptés et aimés pour qui ils sont.
    Est-ce que j’ai deux minutes? Je pourrais parler pendant 20 minutes. C’est vraiment déplorable quand mes amis, de leur côté, essaient de me faire taire parce que je parle trop selon eux. Quoi qu’il en soit, je pense que c’est ce qui fait de moi une bonne défenseure des droits: si quelqu'un est prêt à avoir ce genre de discussion, alors allons-y.
     Quand il est question de thérapies de conversion, je crois qu'une bonne partie de la discussion consiste à savoir ce que c'est au juste, une thérapie de conversion. Personnellement, je suis une adepte de la thérapie par la parole. C'est en parlant que je règle mes problèmes. D'aucuns diraient qu'il s'agit d'une forme de thérapie, d'autres pas, mais en ce qui me concerne, ce qui compte le plus, c'est de pouvoir parler de mes problèmes avec ceux que j'aime et que je respecte le plus, peu importe la difficulté du sujet. En tant que parent, j'ai souvent eu à dénouer des situations difficiles, que ce soit parce qu'on venait m'en parler ou parce que j'étais directement impliquée. Nous avons tous besoin d'une personne ou d'un groupe sur qui compter et avec qui parler. C'est vraiment important.
     Bon nombre de mes collègues, y compris sur les banquettes ministérielles, semblent en avoir contre l'aspect religieux de la chose. Pour tout dire, quand mon mari et moi nous nous sommes disputés, il y a environ six ans, la première personne vers qui je me suis tournée, c'est le pasteur de mon église. Les députés ne me perçoivent sans doute pas comme quelqu'un de très religieux, mais je savais que le pasteur était celui qui me connaissait le mieux. Il nous connaissait tous, ma famille et moi, parce qu'il nous voyait toutes les semaines parmi sa congrégation. Cette fois-là, j'ai pu lui parler comme à un confident. Je crois d'ailleurs que c'est de là que vient une partie des malentendus qui ressortent du débat. Cet homme n'a pas essayé pas de me convertir. J'ai pu me confier à lui parce qu'il me connaissait. Il m'avait vu prendre part aux activités de l'église, organiser des groupes pour les jeunes, ce genre de chose, et je suis fière de pouvoir en parler aujourd'hui. Je crois que nous devrions tous avoir ce genre de discussion parce que, quoi qu'on en dise, toutes les vies comptent, et celles des personnes LGBTQ par-dessous tout.

  (1400)  

    Je vois qu'il y a des députés qui aimeraient poser des questions et formuler des observations, mais nous devrons attendre après la période des questions et les déclarations de députés.
    Nous passons maintenant aux déclarations de députés. Le député de Baie de Quinte a la parole.

Déclarations de députés

[Déclarations de députés]

[Traduction]

Baie de Quinte

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour saluer et remercier les travailleurs qui fournissent des services essentiels et des services de première ligne dans Baie de Quinte. Ils veillent sur notre sécurité et notre santé durant la pandémie. Les habitants de notre circonscription se sont réunis pour loger les travailleurs et faire don d'équipement de protection individuelle, de nourriture et de produits de soins personnels aux employés et aux résidants des résidences pour personnes âgées et des établissements de soins de longue durée touchés par la COVID-19.
    À Trenton, un groupe de couturiers se sont réunis. Ils ont cousu près de 25 000 masques et recueilli près de 25 000 $ pour acheter de l'équipement de protection individuelle de qualité médicale pour l'hôpital Trenton Memorial. Jusqu'à présent, plus de 5 000 masques chirurgicaux ont été donnés à l'hôpital Trenton Memorial, aux Infirmières de l'Ordre de Victoria et au Hastings Manor. On a aussi recueilli 5 000 $ avec la vente de masques à coquelicot pour soutenir le travail de la filiale 110 de la Légion royale canadienne à Trenton.
    Les gestes de générosité constants comme ceux dont j'ai parlé aident à soutenir le moral des gens dans ma circonscription, surtout parmi les travailleurs de première ligne, qui en ont le plus besoin.

David Braley

    Monsieur le Président, hier, notre pays a perdu une vraie légende, l'honorable David Braley.
    J'ai eu le privilège de côtoyer le sénateur Braley non seulement dans le cadre de ses fonctions au Sénat, mais aussi lors de nombreuses heures de discussions captivantes sur ses passions, la Ligue canadienne de football, ses joueurs et ses partisans. J'ai aussi eu l'honneur d'assister à son intronisation au Temple de la renommée du football canadien en 2012. Comme je suis un admirateur, j'ai assisté à un grand nombre d'événements de la Coupe Grey au cours des dernières années, et, à chacun d'eux, j'ai constaté à quel point la Ligue canadienne de football était importante pour David Braley, et vice versa.
    Les Tiger-Cats, les Argonauts et les Lions de la Colombie-Britannique ont bénéficié de l'influence de David Braley, mais il était bien plus qu'un propriétaire d'équipe de football. Il était un homme d'affaires prospère et, en compagnie de son épouse Nancy, il a accompli de grandes choses pour sa ville bien-aimée, Hamilton, comme le Centre des sciences de la santé à l'Université McMaster, le Centre de recherche à l'hôpital général d'Hamilton et le centre d'athlétisme, pour n'en donner que quelques exemples.
     Il était un leader qui suivait son cœur. Nous lui devons beaucoup pour tout ce qu'il a fait pour notre pays et pour une vie bien vécue. Qu'il repose en paix.

Le racisme

    Monsieur le Président, je tiens à prendre un instant pour souligner à quel point il est important, maintenant plus que jamais, de lutter contre le racisme et la haine dans la société.
     Récemment, j'ai reçu un appel des autorités d'une mosquée de ma circonscription, Brampton-Est, qui craignaient pour leur congrégation. Aux nouvelles, j'ai vu un habitant de Brampton se faire crier des insultes racistes sur un terrain de golf. À Ottawa, la haine a pris la forme de menaces contre la vie d'une personne, et on recense beaucoup d'autres cas de haine et de racisme.
    C'est inacceptable. Ces actes lâches, ces menaces de violence et cette discrimination flagrante contre les personnes racialisées n'ont pas leur place au Canada. Il y a 25 ans, quand j'étais enfant et que j'allais à l'école primaire, je me rappelle encore m'être fait dire de retourner dans mon pays. Il est incroyable de penser qu'on agit encore ainsi. Alors que nous devons tous faire face à des difficultés, comme la pandémie, nous ne devons pas oublier la force que le Canada peut et doit tirer de sa diversité.
    Il incombe à tous les députés d'unir leurs efforts et de faire front commun contre toutes les formes de haine et de racisme.

[Français]

Jacques Godin

    Monsieur le Président, lorsque le grand acteur Jacques Godin nous a quittés hier, à l'âge de 90 ans, ce sont des pans de l'histoire du Québec qu'il a emportés avec lui.
    Son départ suscite une déferlante de réactions aussi élogieuses et éloquentes que l'était son talent fort, sincère et d'une grande modernité. Depuis Cap-aux-Sorciers, Les belles histoires des pays d'en haut jusqu'à Toute la vérité, Love Project en passant par Les forges de Saint-Maurice, Des souris et des hommes, Sous le signe du Lion, La charge de l'orignal épormyable, Jacques Godin aura donné vie à des centaines de rôles au théâtre, à la télévision et au cinéma, permettant ainsi à tous ses collaborateurs et son public d'apprécier son immense talent, ses grandes qualités humaines et ses engagements. Plusieurs prix et mentions en témoignent: prix Méritas du meilleur premier rôle masculin; chevalier de l'Ordre national du Québec; quatre prix Gémeaux; prix de l'Association québécoise des critiques de théâtre, pour ne nommer que ceux-là.
    Au nom du Québec et du Bloc québécois, c'est le cœur triste, mais rempli de gratitude que nous offrons nos plus sincères condoléances aux proches et à la famille.
    Toujours bien vivant dans tout ce qu'il nous laisse, bravo et merci à Jacques Godin.

  (1405)  

Un vaccin canadien

    Monsieur le Président, nul besoin de rappeler que nous sommes en pleine deuxième vague de cette pandémie.
    Chez nous, dans Côte-des-Neiges, le Plateau, le Mile-End et Outremont, le nombre de cas demeure extrêmement élevé. Même en cette période de crise, ce que je voulais partager avec mes collègues, c'est l'espoir: l'espoir quant au travail de nos scientifiques, l'espoir d'un monde meilleur, un monde post-COVID.
    Par exemple, à l'Université de Montréal, j'ai pu annoncer un financement pour un nouveau projet de recherche avec une équipe absolument incroyable.

[Traduction]

    Qu'il s'agisse des chercheurs qui travaillent sous la direction de Kate Zinszer à l'Université de Montréal ou de l'annonce récente du premier ministre au sujet du vaccin fabriqué au Canada, les investissements pour renforcer la capacité de notre pays à produire notre propre vaccin par nos propres scientifiques nous permettent d'avoir espoir en l'avenir. Le gouvernement investit dans cet avenir.
    Ces informations me donnent de l'espoir, et j'espère qu'elles en donnent aussi aux Canadiens.

Joey Moss

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui à la Chambre pour rendre hommage à Joey Moss, qui est malheureusement décédé hier. Joey, originaire d'Edmonton, était une légende et un personnage incontournable dans les vestiaires des Oilers d'Edmonton et de l'équipe de football d'Edmonton. Il a déjà entonné l'Ô Canada fièrement depuis les tribunes, inspirant la foule à se joindre à lui.
    Joey était aussi aimé et respecté au sein de la communauté du hockey d'Edmonton que les joueurs eux-mêmes, bien qu'il soit toujours demeuré humble et modeste. Il en a également beaucoup fait pour aider notre communauté. Au cours de ses 35 années de service avec les Oilers d'Edmonton et l'équipe de football d'Edmonton, il a été récipiendaire d'une étoile de la LNH et de la Médaille du jubilé de diamant de la reine. Joey a également été intronisé au Temple de la renommée des sports de l'Alberta. Tous conserveront le souvenir de sa gentillesse et de son dévouement envers notre communauté. Joey Moss et la passion qui l'habitait nous rappellent l'importance de reconnaître la contribution à la société des personnes atteintes de déficiences développementales.
    Mes pensées aujourd'hui vont à la famille de Joey, à ses amis et à l'ensemble de la communauté sportive d'Edmonton.

L'école secondaire de

    Monsieur le Président, je souligne aujourd'hui le 75e anniversaire de l'école secondaire de Leaside, qui a su promouvoir l'excellence scolaire et les prouesses sportives tout en favorisant un fort sentiment d'appartenance à la communauté.
    Cet anniversaire offre l'occasion de rendre hommage à des générations de leaders remarquables, comme David Stickney, un enseignant de mathématiques, entraîneur et ami qui a fait de l'engagement communautaire un mode de vie. C'est également l'occasion de saluer les Lancers de Leaside, qui ont été champions de hockey, de football, de cross-country, d'athlétisme, de ski et de tir à l'arc. J'en profite aussi pour faire l'éloge d'anciens élèves exceptionnels de l'école, tels que Paul Cadario, qui travaille à la Banque mondiale; Phil Levitt, qui a été intronisé au Panthéon de la musique canadienne; la célèbre romancière Margaret Atwood; l'auteur et humoriste Terry Fallis; ainsi que Sarah Jordan, diplômée en 2020, dont la campagne annuelle de collecte d'aliments a aidé plus d'un demi-million de Torontois.
    Je remercie le comité organisateur du 75e anniversaire de leur excellent travail. Les plans ont malheureusement dû changer en raison de la pandémie, mais l'école secondaire de Leaside possède une grande force d'esprit. Nous trouverons de nouvelles façons de nous souvenir et de célébrer.

[Français]

Le Haut-Karabakh

    Monsieur le Président, j'ai participé, le 22 octobre dernier, à une rencontre virtuelle en compagnie du ministre des Affaires étrangères et de certains de mes collègues.
    Le but de cette rencontre était d'entendre les préoccupations de la communauté arménienne canadienne concernant la situation dans le Haut-Karabakh. Pendant près d'une heure, nous avons pu écouter les craintes de cette communauté qui est en ce moment aux prises avec un conflit avec la République d'Azerbaïdjan. Après plusieurs tentatives de cessez-le-feu, la situation semble toujours aussi instable et le risque d'escalade régional est grand.
    Je suis fier du rôle de médiateur que le Canada occupe. Je tiens à rappeler l'importance, pour chaque acteur de ce conflit, de ne pas fermer la porte à une résolution pacifique, notamment au moyen de pourparlers.
    Je suis fier des actions prises par le gouvernement afin de permettre une désescalade et la résolution pacifique de ce conflit.

  (1410)  

Les femmes

    Monsieur le Président, elles ont travaillé fort toute leur vie. Debout à six heures le matin, sept jours par semaine, multitâches, elles devaient maîtriser plusieurs métiers: la cuisine, la couture, l'entretien ménager et même le tricot, pour garder tout leur monde bien au chaud. Elles n'avaient pas de moments de liberté, car elles devaient aussi élever les enfants.
    Que l'on ne se méprenne pas, elles ont bel et bien travaillé très fort. Il y avait même des cours et des manuels leur permettant de bien connaître leur métier. Le Guide de la bonne épouse était leur devoir et leur réalité.
    Mes collègues l'auront deviné: je parle de nos mères et de nos grand-mères. Aujourd'hui, qu'arrive-t-il de ces femmes dont les maris sont pour la plupart décédés et dont les enfants sont partis? Elles sont quelque part dans un CHSLD ou dans un petit 3 1/2 meublé. Parce qu'elles n'étaient pas payées, il n'y avait pas d'argent de côté. Elles ont travaillé dur, mais leur paie faisait dur. À nous regarder tous aujourd'hui, elles ont super bien travaillé. Or elles n'ont pas le droit, elles, à un revenu de pension équitable, car, ne l'oublions pas, c'est leur mari qui travaillait « pour vrai ».
    Chers collègues, aujourd'hui, il est temps pour nous de penser à ces femmes. Tous ensemble, nous devons prendre l'engagement de mieux les traiter pour ce qu'elles nous ont donné.

Hochelaga

    Monsieur le Président, la semaine dernière, nous avons célébré la Semaine de la petite entreprise. Afin d'aider les PME, notre gouvernement a mis en place de l'aide financière telle que le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, la Subvention salariale d'urgence du Canada, le Fonds d'aide à la petite entreprise Soutenons l'achat local, qui offre des subventions pouvant aller jusqu'à 5 000 $ partout au pays, et, récemment, la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer.
    Dans Hochelaga, les PME sont au cœur de nos quartiers. Tout comme dans l'Est de Montréal, nos entreprises et organismes ont toujours été des précurseurs en matière d'innovation sociale, notamment en ce qui a trait à l'économie sociale. En 2016, au Québec, on comptait plus de 11 000 entreprises d'économie sociale, et, dans Hochelaga, on pense au Boulot vers, aux Distributions l'Escalier et au Bistro Le Ste-Cath.
    Je profite de l'occasion pour féliciter les lauréats du Gala ESTim 2020, qui représentent fièrement Hochelaga: la Cuisine collective Hochelaga-Maisonneuve, la Coop Couturières Pop et Dermadry.
    Je termine en souhaitant à tous les jeunes citoyens et citoyennes d'Hochelaga une joyeuse Halloween et en leur demandant de célébrer de manière responsable et en toute sécurité.

[Traduction]

La prévention du suicide

    Monsieur le Président, les défis auxquels nous sommes confrontés ont été difficiles sur les plans émotionnel, financier et physique pour les Albertains et les Canadiens. La perte d'emploi, l'isolement social et l'incertitude font partie des pressions que nous subissons tous. En tant que leaders dans nos communautés, nous devons nous attaquer à ces dossiers difficiles, et j'aimerais aujourd'hui aborder celui du suicide.
    Au cours de la dernière année, il me semble que pas une semaine n'est passée sans que j'apprenne qu'un ami, un proche ou un concitoyen a décidé de s'enlever la vie. Aujourd'hui, j'aimerais transmettre un message tout simple. À ceux qui traversent une mauvaise passe, il y a de l'espoir. Je sais qu'ils peuvent se montrer forts. Ils peuvent demander de l'aide, que ce soit en en parlant ou même en envoyant un texto à un ami, à un membre de leur famille, à un pasteur, à un professionnel de la santé ou un service d'aide anonyme. Il y a des gens qui sont là pour les aider à traverser ces moments difficiles.
    Enfin, si certains voient une personne en difficulté, qu'ils agissent en bons voisins et qu'ils discutent un peu avec elle. Il suffit d'un coup de téléphone, d'une invitation à prendre un café pour discuter de ce qui la tracasse. Ce simple geste peut sauver une vie.

La collecte de fonds pour les anciens combattants

    Monsieur le Président, le jour du Souvenir arrive à grands pas, ce jour où nous nous souvenons des militaires actuels et de ceux qui ont servi notre pays avec honneur et ont fait des sacrifices pour lui.
    Ma circonscription comprend la filiale no 26 de la Légion royale canadienne, qui se trouve au centre-ville de Kelowna, et la filiale no 189, située dans le quartier Oyama. L'été dernier, nous avons appris qu'une filiale sur 10 de la Légion au pays faisait face à une fermeture imminente et que plus de 350 autres avaient des problèmes financiers. Le local de l'association des anciens combattants de l'armée, de la marine et des forces aériennes no 76 à Kelowna a été vendu. Rutland doit attendre qu'elle trouve un nouveau local.
    Cette année, le lancement de la campagne annuelle du coquelicot, une initiative de collecte de fonds cruciale, présente de nouveaux problèmes pour les filiales de la Légion. Il va y avoir moins de ventes en personne. Ces groupes de services aux anciens combattants fournissent en outre gratuitement du soutien, des services de défense des intérêts et de l'aide financière aux familles. Ils offrent aussi des possibilités d'interaction sociale et d'aide au mieux-être en cette période où bien des gens se sentent isolés.
    Il n'est pas nécessaire d'être un ancien combattant pour être membre d'une filiale de la Légion ou d'une association d'anciens combattants de l'armée, de la marine et des forces aériennes. Les personnes qui le souhaitent peuvent devenir membres, y faire du bénévolat ou, si elles le peuvent, faire un don.

  (1415)  

Les petites entreprises

    Monsieur le Président, tandis que les grandes entreprises comme Amazon réalisent des milliards de dollars de profits pendant la pandémie, les petites entreprises canadiennes luttent pour leur survie. Ces petites entreprises créent des emplois et soutiennent les organismes de bienfaisance locaux; elles sont le moteur de nos économies locales. Le gouvernement libéral a la responsabilité de soutenir ces entrepreneurs et leurs travailleurs qui sont confrontés à une dette écrasante et à la possibilité de faire faillite.
    Bien que quelques programmes aient été mis en place pour aider les entreprises à traverser cette période difficile, un bon nombre d'entre eux demeurent inaccessibles ou n'en font pas assez pour aider les entreprises les plus durement touchées par la pandémie. Le gouvernement continue de promettre du soutien, mais les petites entreprises affirment qu'il n'a pas tenu ses promesses. Maintenant que la deuxième vague a frappé, elles ont besoin d'aide plus que jamais. Il est essentiel que les libéraux comblent les lacunes du programme d'aide pour le loyer commercial et qu'ils veillent à ce que le programme soit rétroactif au mois d'avril afin que les petites entreprises puissent enfin obtenir l'aide dont elles ont désespérément besoin.
    J'invite les députés à se joindre à moi et aux milliers d'entreprises les plus durement touchées au Canada pour demander aux libéraux de présenter immédiatement le projet de loi nécessaire pour sauver les petites entreprises du pays.

[Français]

La Journée maritime québécoise

    Monsieur le Président, j'ai le grand plaisir de souligner la 20e Journée maritime québécoise sous le thème « Tous dans le même bateau ». Cette journée revêt un caractère tout particulier chez nous, dans le Bas-Saint-Laurent, puisque nous sommes la porte d'entrée maritime de toute l'Amérique du Nord et de l'une des voies navigables les plus longues du monde.
    Nous sommes « tous dans le même bateau » parce que la Voie maritime du Saint-Laurent est vitale pour l'approvisionnement de dizaines de millions de personnes sur tout le continent. C'est encore plus frappant pendant cette crise sanitaire.
    Nous sommes « tous dans le même bateau » parce que l'industrie maritime représente pas moins de 2,3 milliards de dollars du produit intérieur brut du Québec.
    Nous sommes « tous dans le même bateau » parce qu'au Québec, près de 400 entreprises génèrent 16 000 emplois directs, tant en mer que sur terre. C'est 1 milliard de dollars en salaire annuellement.
    Nous sommes « tous dans le même bateau » parce que notre fleuve est le berceau de la nation québécoise, ce qui se reflète dans l'apport de l'industrie maritime à notre économie.
    Nous sommes effectivement « tous dans le même bateau ». Larguons les amarres, en avant toute, et vive la Journée maritime québécoise!

[Traduction]

Les élections en Saskatchewan

    Monsieur le Président, je souhaite parler un peu de ma province, la Saskatchewan, et féliciter chaleureusement tous mes amis et collègues du Parti de la Saskatchewan. Comme le savent beaucoup de gens, nous avons eu des élections provinciales hier. Ces élections se déroulent à date fixe, et la loi électorale de la province permettait à Élections Saskatchewan d'aller de l'avant pendant cette période difficile.
    Quel a été le message des électeurs? Ils ont rejeté la taxe sur le carbone. Il ont rejeté les hausses d'impôt. Ils ont rejeté l'idée d'une grosse machine gouvernementale et d'une lourde dette et ont plutôt opté pour une Saskatchewan forte. Les Saskatchewanais sont en colère contre le gouvernement fédéral. Ils ont besoin de savoir qu'Ottawa se préoccupe de leur sort et ne se contente pas de prendre leur argent et de détruire leurs industries. Pour le moment, les libéraux ne nous offrent absolument rien.
    Je félicite encore une fois ma province d'avoir voté en faveur d'une Saskatchewan forte.

Les élections partielles de 2020

    Monsieur le Président, je tiens à féliciter, au nom du caucus libéral, les deux nouvelles députées qui ont été élues dans Toronto-Centre et York-Centre. Elles sont très attachées à leur communauté, elles placent la bienveillance et la compassion au coeur de leur démarche, et elles ont communiqué des messages importants aux résidants. Les résultats parlent d'eux-mêmes.
    Hier soir, les conservateurs ont obtenu dans ces deux circonscriptions de pires résultats qu'en 2015, à l'époque de Stephen Harper. Le gouvernement libéral continuera de soutenir les Canadiens pendant la pandémie et, contrairement aux conservateurs, il continuera d'investir dans le Canada.

[Français]

    Nous continuerons de lutter pour une politique inclusive et nous nous opposerons fermement et toujours à la peur, à la division et à la haine.

[Traduction]

    Les résultats d'hier soir sont importants. Pour la première fois dans l'histoire du Canada, 100 femmes siégeront à la Chambre des communes, un jalon extraordinaire non seulement pour les Canadiennes, mais pour l'ensemble du pays.
    Je souhaite la bienvenue aux nouvelles députées. Ensemble, nous allons rebâtir en mieux.

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

  (1420)  

[Traduction]

Les mesures d'urgence visant la COVID-19

    Monsieur le Président, le mois dernier, nous avons appris que le gouvernement libéral a décidé de permettre à deux milliardaires américains d'entrer au Canada et de les exempter des règles de mise en quarantaine. Dans les deux cas, le ministre de la Sécurité publique a dit ignorer ce qui s'était passé. Or, il fait partie des cinq ministres qui sont les seuls à pouvoir approuver de telles exemptions. Puisque ce n'est pas le ministre de la Sécurité publique qui l'a fait, ce doit être le premier ministre. Ma question s'adresse donc à lui. Pourquoi y a-t-il un ensemble de règles pour les riches amis du gouvernement et un autre pour le reste de la population?
    Monsieur le Président, le député d'en face sait bien que cette décision a été prise par des gens qui étaient sur place à la frontière. C'était une erreur, et la situation a été corrigée par la suite.
    Je profite de cette occasion pour remercier l'ensemble des bénévoles, des électeurs, des organisateurs et du personnel électoral qui ont participé aux élections partielles d'hier dans Toronto-Centre et York-Centre. Ils ont montré que, même pendant une pandémie, les Canadiens continuent de croire fermement à la force de leurs institutions démocratiques.
    Je tiens à féliciter Marci Ien et Ya’ara Saks d'avoir été élues comme députées libérales de Toronto-Centre et d'York-Centre. Il nous tarde de voir ces deux femmes fortes se joindre à nous à la Chambre.

La sécurité publique

    Monsieur le Président, après avoir subi des pressions pendant des semaines de la part des familles des victimes et de la députée de Lakeland, le gouvernement a enfin cédé et annoncé le lancement d'une enquête publique sur la pire fusillade de masse en Nouvelle-Écosse qu'ait connu le Canada.
    Les libéraux ont dû revenir sur leur refus de même tenir une enquête, une décision condamnée par tous les députés de la Nouvelle-Écosse, y compris les membres du caucus du premier ministre. Pourquoi le premier ministre a-t-il tardé à rendre justice aux familles de la Nouvelle-Écosse?
    Monsieur le Président, après l'une des pires fusillades de masse de l'histoire du Canada, j'ai eu la triste responsabilité de m'entretenir avec les membres des familles qui ont perdu un être cher et qui ont vu leur vie et leur collectivité dévastées. Je leur ai promis que l'on découvrirait exactement ce qui s'est produit, les erreurs qui ont été commises et les personnes qui doivent être tenues responsables de ces erreurs. Je me suis engagé à trouver les réponses que tous les Néo-Écossais et tous les Canadiens souhaitent obtenir.
    Nous avons proposé de tenir une enquête qui nous aurait permis de le faire rapidement, mais les familles ont indiqué qu'elles désiraient une enquête publique nationale. C'est exactement ce que nous allons faire, afin qu'elles obtiennent toutes les réponses qui leur sont nécessaires et de la manière qui leur est nécessaire.

La Gendarmerie royale du Canada

    Monsieur le Président, au cours de la dernière semaine, le ministre des Services aux Autochtones et le grand chef de l'Assemblée des Premières Nations ont tous deux demandé la démission de la commissaire de la GRC. Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile est resté muet. Le ministre a attribué ses échecs aux agents de l'ASFC, et voilà maintenant que son collègue du Cabinet demande la démission d'un commissaire dont il a la responsabilité. Il est difficile de croire que le ministre a lui-même déjà été commissaire.
    Ma question pour le premier ministre est simple: qui est responsable de la GRC?
    Monsieur le Président, le racisme systémique existe depuis longtemps dans les institutions de ce pays, ce qui inclut la GRC. Nous avons reconnu, à l'instar de la commissaire, qu'au fil de son histoire, la GRC n'a pas toujours traité justement les personnes racisées et les Autochtones. Il ne fait aucun doute de ce côté de la Chambre que le racisme systémique existe bel et bien au sein de la GRC. Nous travaillons donc en collaboration avec la commissaire, qui proposera des changements majeurs pour faire en sorte que les policiers traitent tous les citoyens avec dignité et avec respect.

[Français]

La santé

    Monsieur le Président, le gouvernement a été lent lors de la première vague de la pandémie: lent avec les frontières, lent avec les programmes d'urgence et lent avec les tests rapides. Cependant, d'autres pays utilisent 1 million de tests par semaine; au Canada, c'est presque zéro.
    Pourquoi le premier ministre n'apprend-il pas de leçons de la première vague et pourquoi ne commence-t-il pas réellement à faire son travail?
    Monsieur le Président, dès le début de janvier, les agences de santé publique tenaient des rencontres pour regarder ce qui sortait de la Chine et pour soulever toutes préoccupations liées à l'arrivée de la pandémie. Dès le début de la pandémie ici, au Canada, nous avons fourni la Prestation canadienne d'urgence du Canada, ou PCU, à des millions de Canadiens partout au pays. Les fonctionnaires de nos services publics ont travaillé extrêmement rapidement pour fournir quasiment immédiatement l'aide dont les gens avaient besoin.
    Le chef de l’opposition dit que nous avons mal fait en aidant d'abord aux familles et que nous aurions dû aider les entreprises. Nous avons aidé les entreprises, mais nous avons d'abord aidé les familles.

  (1425)  

Les relations intergouvernementales

    Monsieur le Président, le premier ministre parle comme s'il était le partenaire des provinces, mais sa ministre a blâmé le Québec et les autres provinces pour la situation actuelle. En même temps, le premier ministre a dit qu'il allait interférer dans les champs de compétences des provinces.
    Est-ce que le premier ministre va enfin arrêter de blâmer les autres et se mettre au travail?
    Monsieur le Président, de ce côté-ci de la Chambre, nous respectons et nous comprenons les champs de compétences des provinces, ce qui veut dire que nous reconnaissons tout à fait que les CHSLD, par exemple, sont la responsabilité du Québec.
    Cependant, nous voulons travailler avec le Québec et toutes les provinces pour assurer que les aînés sont protégés partout au pays et qu'il y a une norme en ce qui a trait aux soins dans le but de rassurer les familles, les aînés et tous les Canadiens. Nous sommes en train de bien nous occuper des aînés où qu'ils soient au pays. C'est bien la responsabilité d'un gouvernement fédéral de veiller à la protection de tous les Canadiens et c'est ce que nous allons faire.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, lors de ma question concernant la liberté dont on a privé une professeure de l'Université d'Ottawa, le premier ministre a répondu que nous sommes responsables des paroles que nous prononçons. Je suppose que nous sommes tout aussi responsables des maquillages que nous portons. Je me suis refusé, lors de son épisode du blackface, à le définir comme étant raciste.
    Dans le même esprit, le premier ministre reconnaît-il que la Loi sur les Indiens est raciste et systémique et que son nom, contenant le « mot en I », est tout autant une injure aux Premières Nations du Canada?
    Monsieur le Président, cela fait bien des années que le Parti libéral reconnaît que la Loi sur les Indiens est une loi coloniale qui fait partie du racisme systémique — que le Bloc ne reconnaît pas, d'ailleurs — et que c'est un problème qu'il faut régler.
    Nous travaillons avec les peuples autochtones et à leur rythme pour aller au-delà de la Loi sur les Indiens. Nous avons signé des ententes avec plusieurs communautés et nous travaillons avec toutes les communautés partout au pays pour pouvoir en finir avec cette loi. Cela se fera en partenariat et non par décret, comme le veut le Bloc québécois.
    Monsieur le Président, on n'en est pas à une fantaisie près dans la réécriture de l'histoire. Le Bloc préconise une relation d'une nation à nation. J'ai l'impression que le premier ministre ne sait pas ce qu'est une nation. Le premier ministre ne suit probablement pas l'actualité, car le Bloc québécois a reconnu publiquement la notion de racisme systémique au mois de mars. Je ne sais pas où était le premier ministre. Maintenant, il est le parrain et le responsable de la Loi sur les Indiens. Matthieu, chapitre 7, verset 3 à 5, la paille et la poutre, est-ce que cela lui dit quelque chose?
    Peut-il mettre une échéance sur la fin de cette loi, de façon convenue, par traité de nation à nation entre le Canada et les premiers peuples?
    Monsieur le Président, si le chef du Bloc québécois daignait parler en profondeur avec les représentants des communautés autochtones du pays, il verrait bien qu'il y en a plusieurs qui veulent encore avoir les protections et les partenariats à l'intérieur même de cette loi coloniale et injuste, avant de vouloir passer au-delà de cette loi. D'autres veulent passer au-delà plus rapidement.
     Nous sommes en train de travailler en partenariat avec eux et nous allons continuer de respecter cette réconciliation en partenariat, à leur rythme, et non au nôtre.

L'assurance-médicaments

    Monsieur le Président, aujourd'hui, j'ai rencontré les dirigeants de la FTQ. Ils ont répété leur demande relative à un régime d'assurance-médicaments universel et entièrement public. Ils ont mentionné que près d'un million de Québécois et de Québécoises n'achètent pas les médicaments dont ils ont besoin, parce que cela coûte trop cher.
     Pourquoi le premier ministre se traîne-t-il les pieds au lieu de mettre en place un régime d'assurance-médicaments universel et entièrement public?
    Monsieur le Président, personne ne devrait avoir à choisir entre payer ses médicaments et faire son épicerie pour mettre de la nourriture sur la table et sur les tablettes.
    Nous allons continuer à travailler avec les provinces pour réduire le coût des médicaments à travers le pays. Nous avons déjà fait de grands pas pour réduire d'à peu près 13 milliards de dollars les coûts des médicaments. Nous allons continuer à travailler main dans la main, dans le respect des champs de compétence des provinces, pour livrer un système d'assurance-médicaments qui coûte moins cher aux Canadiens, ce qui leur permettra de payer les médicaments dont ils ont besoin.

  (1430)  

[Traduction]

La garde d'enfants

    Monsieur le Président, au pré Tunney, à Ottawa, il y a un service de garde sans but lucratif. Le propriétaire a récemment fait passer le loyer à 14 000 $ par mois, ce qui a forcé la fermeture du service de garde. Le hic, c'est que le propriétaire en question est le gouvernement du Canada. Il est tout à fait incroyable que le gouvernement ait pu agir de la sorte. C'est vraiment dégueulasse que quelqu'un voie son service de garde être fermé en pleine pandémie.
    Le premier ministre va-t-il admettre que, une fois de plus, tout ce qu'il a dit au sujet des services de garde n'était que de vaines promesses?
    Monsieur le Président, nous allons étudier la situation, parce que c'est effectivement troublant. Je remercie le chef du Nouveau Parti démocrate d'en avoir parlé.
    Je veux également souligner que nous travaillons en étroite collaboration avec les provinces en vue d'obtenir des progrès en matière de garde d'enfants. Nous savons qu'il ne s'agit pas seulement d'une nécessité sociale, mais aussi d'une nécessité économique. La pandémie a révélé le coût que doivent assumer les femmes contraintes de faire le choix impossible entre s'occuper de leurs enfants et trouver quelqu'un pour s'en occuper afin de retourner au travail. Il faut mettre fin à ce genre de situations. C'est pour cette raison que nous continuons nos efforts en matière de garde d'enfants.

[Français]

Les langues officielles

    Monsieur le Président, ce matin, on peut lire que le bilinguisme dans la fonction publique a été relégué au deuxième plan durant la pandémie. Quand des fonctionnaires membres d'une même équipe ne sont pas capables de se comprendre, cela amène de mauvaises décisions et un désordre complet. On a vu le désordre complet dans l'application des mesures d'aide.
    Ma question est bien simple: est-ce que le manque de bilinguisme dans la fonction publique a causé des ratés dans l'application des mesures d'aide?
    Monsieur le Président, je suis très heureux de pouvoir répondre à cette question très importante, étant moi-même francophone et du Québec.
    Je pense que nous convenons tous que la place du français dans la fonction publique est essentielle, non seulement pour faire en sorte que les fonctionnaires peuvent faire leur travail, mais évidemment pour bien servir les Canadiens dans la langue de leur choix. Nous allons continuer à travailler très fort avec la fonction publique pour nous assurer que tous et toutes comprennent très bien que le droit de travailler en français est un droit essentiel.
    Monsieur le Président, je ne sais pas si on parle de la même chose, mais des vidéoconférences sont uniquement en anglais et des documents n'ont jamais été traduits. Dans le temps de la COVID-19, les francophones de la santé publique se sentent de plus en plus isolés.
    Pourtant, ce n'est pas comme si le gouvernement ne le savait pas. Le commissaire aux langues officielles a soulevé le problème, mais, encore une fois, les libéraux n'ont rien fait. C'est tout un message qu'on envoie aux francophones de la santé publique, qu'on laisse s'organiser et s'arranger.
    Pourquoi le gouvernement a-t-il ignoré le commissaire aux langues officielles?
    Monsieur le Président, je remercie à nouveau mon collègue de me permettre de me prononcer sur cette question extrêmement importante.
    Comme lui, je partage le sentiment que le droit de travailler en français dans la fonction publique est un droit absolument essentiel.
     Par contre, contrairement à lui, je reconnais que nous travaillons très bien et très utilement avec le commissaire aux langues officielles. Nous allons continuer de le faire parce qu'il s'agit d'un agent indispensable pour faire que la fonction publique respecte toujours totalement la liberté de choix de la langue et la capacité de travailler dans la langue de son choix.

[Traduction]

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, je suis persuadée que le premier ministre reçoit des centaines de demandes de rencontre de Canadiens de partout au pays. Je suis également persuadée que, comme le temps du premier ministre est précieux, il doit choisir minutieusement qui il rencontre et pourquoi.
    Cela dit, pourquoi le premier ministre a-t-il choisi de rencontrer de nombreuses élites du Parti communiste chinois, qui auraient des liens avec des gangs, des casinos illégaux et le crime organisé ici même, au Canada?

  (1435)  

    Monsieur le Président, je suis heureux de répondre à cette question. Comme tous les députés le savent, la relation entre la Chine et le Canada est compliquée, difficile et complexe, et nous la gérons avec précaution, compte tenu surtout de la détention arbitraire de Canadiens en Chine.
    Nous allons continuer de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à la protection des droits de la personne et des vies canadiennes. Nous allons continuer de défendre haut et fort tous les dossiers qui nous préoccupent dans notre relation avec la Chine.
    Monsieur le Président, nous savons que certains de ces mauvais acteurs ont également fait d'importants dons au Parti libéral et à la Fondation Trudeau. Qui se ressemble s'assemble, et le premier ministre semble très à l'aise en compagnie de représentants du Parti communiste chinois.
    Ce qui m'amène à poser cette question: est-ce que sa crainte de la Chine communiste et son refus, par exemple, d'empêcher Huawei de faire partie du réseau 5G canadien ou de défendre les Canadiens qui sont pris en otage en Chine ont un lien avec ce copinage entre le premier ministre et des représentants du Parti communiste chinois?
    Monsieur le Président, nous n'avons aucune leçon à recevoir des conservateurs en ce qui concerne le fait de se tenir debout devant la Chine. Nous avons été le tout premier pays au monde à suspendre le traité d'extradition après que Pékin ait imposé une loi sur la sécurité nationale. Nous avons suspendu l'exportation de matériel sensible. Nous avons mis à jour les avertissements aux voyageurs.
    Nous avons été des leaders sur la scène mondiale en ce qui concerne la défense des droits de la personne. Nous continuerons à défendre les droits et les intérêts des Canadiens dans le monde entier et nous nous opposerons à quiconque agirait à l'encontre de ces intérêts.

[Français]

La pauvreté

    Monsieur le Président, ce gouvernement mène une guerre contre le travail et maintient les pauvres dans la pauvreté.
    Selon un rapport du ministère des Finances obtenu par le journaliste Jordan Press, une mère monoparentale gagnant 30 000 $ perdrait près de 70 cents pour chaque dollar gagné en plus. Si elle gagne 55 000 $, elle perd 80 cents pour chaque dollar gagné en plus. Les gens les moins nantis perdent le plus.
    Pourquoi le gouvernement pénalise-t-il les gens qui essaient de travailler pour fuir la pauvreté?

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'ai entendu parler d'un loup déguisé en mouton, mais je n'aurais jamais pensé en voir à la Chambre des communes.
    Le fait est que, lorsque nous avons proposé des mesures visant à réduire les impôts de la classe moyenne et à augmenter les impôts du centile le plus riche, le député a voté contre. Lorsque nous avons modifié l'Allocation canadienne pour enfants afin de mettre plus d'argent dans les poches des familles de la classe moyenne et que nous avons cessé d'envoyer des chèques pour la garde d'enfants aux millionnaires, le député a voté contre.
    En ce qui concerne les mesures que nous avons prises dans le cadre de la pandémie afin que les familles de la classe moyenne et à faible revenu puissent se nourrir et se loger, le député est intervenu et il a déclaré que d'imposants programmes gouvernementaux n'aideraient pas les Canadiens. Les travailleurs méritent de savoir que leur gouvernement les soutiendra et c'est précisément ce que nous ferons.
    Monsieur le Président, le député est un mouton déguisé en loup. Parlant de créatures qui n'existent pas, le député parle de la soi-disant réduction des impôts pour la classe moyenne. Dans son rapport, le ministère des Finances indique que ses effets sont difficiles à voir. C'est un peu comme le monstre du Loch Ness, qui est imposant, notoire et souvent mentionné, mais dont l'existence n'a jamais été démontrée.
    Selon le rapport, lorsque les pauvres du pays se lèvent pour aller travailler, pour chaque dollar supplémentaire gagné, ils conservent une part moindre que celle que les dispositions de récupération et les impôts permettent au gouvernement d'obtenir. Pourquoi les libéraux punissent-ils les travailleurs?
    Monsieur le Président, bien que je prenne beaucoup de plaisir à entendre le député citer une créature mythique chère à mon héritage écossais, c'est à peu près tout l'intérêt que je peux accorder à ce type de questions ridicule.
    La réalité, c'est que les programmes comme la Prestation canadienne d'urgence ont permis à neuf millions de Canadiens de mettre du pain sur la table. Les programmes comme la Subvention salariale d'urgence du Canada ont protégé l'emploi de trois millions de Canadiens. Les programmes comme le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes ont aidé 775 000 entreprises canadiennes à conserver des travailleurs sur leur liste de paie.
    La réalité, c'est que lorsque vient le temps de soutenir les travailleurs à faible revenu, nous défendons leurs intérêts et, surtout, nous mettons en œuvre des programmes qui les aident réellement à traverser cette période difficile sans précédent.

[Français]

Les mesures d'urgence visant la COVID-19

    Monsieur le Président, hier, le Québec a annoncé que les fermetures d'entreprises en zone rouge se poursuivraient jusqu'au 23 novembre. Alors qu'on entre dans le deuxième mois de la deuxième vague, il y a des secteurs entiers de notre économie qui attendent encore l'aide aux coûts fixes d'Ottawa pour le premier mois. Ces entreprises sont plus que jamais menacées par la faillite.
    Le gouvernement a raté son coup pour aider nos PME avec leurs loyers durant la première vague. Il n'a pas été là durant le premier mois de la deuxième vague. Quand le gouvernement va-t-il enfin déposer à la Chambre un véritable programme d'aide aux coûts fixes qui répond efficacement aux besoins des PME du Québec? Je veux une date.

  (1440)  

    Monsieur le Président, il va de soi que nos entreprises font face à des moments difficiles, particulièrement lorsqu'elles sont en zone rouge.
    En ce sens, nous espérons être en mesure de travailler avec le Bloc québécois alors que notre objectif est, bien entendu, d'arriver avec une nouvelle approche pour le loyer commercial qui est vraiment destinée directement aux locataires, de soutenir nos PME grâce à des prêts de 60 000 $, dont 20 000 $ en subvention, et finalement, de continuer la subvention salariale.
    J'espère pouvoir travailler avec mon collègue sur l'aide aux entreprises.
    Monsieur le Président, cela me fera plaisir, mais je n'ai pas entendu de date.
    Je vais en donner une: le 11 avril dernier, le Bloc québécois a fait ajouter dans une motion que cela prenait une aide aux coûts fixes pour les entreprises. Il devait y avoir de la neige chez nous le 11 avril, et le gouvernement a voté en faveur de cela.
    Depuis, ce qu'il nous a sorti, c'est un programme gênant d'aide au loyer dont les entreprises n'ont pas été capables de se prévaloir. On est rendus là, au deuxième mois de la deuxième vague. Il y a à nouveau de la neige chez nous. On ne devrait plus improviser. Québec a agi pour les coûts fixes des PME dès le jour un de la deuxième vague.
    On est rendus là. On veut une date. Quand verra-t-on enfin une aide efficace pour nos PME?
    Monsieur le Président, la réalité, c'est que le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada travaillent très bien en matière de mesures économiques. D'ailleurs, le ministre de l'Économie du Québec a remercié le gouvernement du Canada de toute l'aide qui a été donnée depuis le début de la pandémie.
    Les entrepreneurs de partout au Québec et au pays, que ce soit dans la circonscription de mon collègue, en Abitibi—Témiscamingue, ou dans Ahuntsic—Cartierville, savent très bien que nous sommes là depuis le début avec des prêts, des liquidités, des subventions partielles, mais également de l'aide pour les coûts fixes.
    Nous allons continuer à être là. Nous avons été là depuis le début et nous serons présents dans le futur également.

[Traduction]

Les services publics et l'approvisionnement

    Monsieur le Président, selon Radio-Canada, les libéraux ont signé des contrats qui permettent aux États-Unis et à la Grande-Bretagne d'obtenir des vaccins avant les Canadiens. Les éventuels vaccins de Novavax, AstraZeneca, Pfizer et Moderna seraient tous expédiés aux Canadiens au moins trois mois après avoir été fournis aux Américains et aux Britanniques.
    Les libéraux ont-ils peur de fournir des documents liés au vaccin contre la COVID parce qu'ils savent que ces documents vont nous révéler qu'ils ont signé des contrats qui placent les Canadiens au bout de la file, comme ils l'ont fait pour les tests de dépistage rapide?

[Français]

    Monsieur le Président, nous avons conclu sept ententes et nous poursuivons les négociations avec plusieurs autres fournisseurs.

[Traduction]

    Nous allons continuer de travailler avec toutes ces compagnies pour nous assurer que les Canadiens aient accès aux vaccins dès que ces derniers auront été approuvés. Nous travaillons assidûment pour veiller à pouvoir fournir le vaccin aux Canadiens dès qu'un vaccin sera prêt.
    Nous allons protéger les Canadiens et nous allons nous tenir à leurs côtés pendant toute cette pandémie.
    Monsieur le Président, je n'ai pas eu de réponse. Intéressant.
    Radio-Canada a bel et bien rapporté que les Canadiens obtiendraient les vaccins contre la COVID après les habitants d'autres pays. Je pense que le secrétaire parlementaire a patiné pour essayer d'éviter ce fait. Ce genre d'incompétence signifie que, comme pour les tests de dépistage rapide — nous n'avons pas de tests rapides à l'heure actuelle alors que le nombre de cas augmente —, les libéraux retardent et quand il y aura un vaccin, le Canada le recevra après tous les autres.
    Je vais poser la question encore une fois. La ministre pourrait-elle confirmer qu'elle a accepté des contrats qui font en sorte que les Canadiens vont recevoir le vaccin contre la COVID-19 au moins trois mois après les Américains?
     Monsieur le Président, le gouvernement travaille activement sur tous les fronts pour fournir à la population canadienne des traitements et des vaccins à la fois efficaces et fiables contre la COVID-19, et ce, dans les plus brefs délais. C'est pourquoi nous avons signé sept ententes avec des fabricants de vaccins pour pouvoir bientôt compter sur un maximum de 358 millions de doses.
    Il est curieux de constater que la députée d'en face prête maintenant oreille aux experts. Pourtant, elle n'a pas daigné écouter ces experts hier lorsqu'ils ont critiqué sa motion irresponsable, qui consistait à se servir de notre gestion de la pandémie pour se livrer à des jeux politiques.
    Nous allons veiller à continuer à octroyer des contrats, à fournir l'équipement de protection individuelle, à augmenter l'approvisionnement national et à rendre les vaccins disponibles à la population canadienne au moment opportun afin que nous puissions protéger nos concitoyens et mettre fin à cette pandémie.

[Français]

La santé

    Monsieur le Président, hier soir, le premier ministre du Québec, M. Legault, a étendu la zone rouge pour une autre période de 28 jours. Les restaurants sont fermés, les gyms sont fermés, et les autres commerces en souffrent énormément. Pourtant le gouvernement libéral détient une solution pour aider le Québec. On appelle cela des tests rapides.
    Quand est-ce qu'on va avoir des tests rapides au Québec?

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous allons d'ailleurs fournir au Québec quelque 200 000 tests rapides dès cette semaine. Toutes les provinces et tous les territoires recevront également des tests de dépistage rapide qui seront effectués à des points de service au cours des prochaines semaines. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires provinciaux et territoriaux afin de nous assurer qu'ils disposent des outils nécessaires pour mettre en place une stratégie rigoureuse en matière de dépistage et ce, pour les Canadiens de toutes les provinces.

  (1445)  

[Français]

    Monsieur le Président, ça, c'est une bonne réponse, mais je me souviens qu'au début de la pandémie, le 31 janvier, à une réunion du Comité permanent de la santé, on m'avait répondu qu'on commençait à regarder les protocoles. Après cela, le 9 février, on a envoyé nos équipements de protection individuelle en Chine.
    La ministre peut-elle confirmer que des centaines de milliers de tests rapides vont être envoyés au Québec? N'oublions pas qu'il y a 8 millions de Québécois.

[Traduction]

    Monsieur le Président, oui.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, les membres de la Première Nation de Neskantaga devront passer une nouvelle semaine sans eau potable et sans eau pour les douches ou les toilettes. Des infirmières de Santé Canada sont obligées de remplir des cruches avec de l'eau de la rivière. Nous nous souvenons de la promesse du premier ministre à la Première Nation de Neskantaga, de la façon dont il a envoyé son ministre dans le Nord pour se faire prendre en photo et promettre de l'eau potable à toutes les Premières Nations. C'était il y a quatre ans, et maintenant nous avons une évacuation en plein milieu d'une pandémie.
    Que faudra-t-il pour que le premier ministre s'assoie avec les membres de la Première Nation de Neskantaga et mette fin à l'abus scandaleux de leurs droits et de leur dignité?
    Monsieur le Président, je tiens à dire qu'il est tout à fait inacceptable que la Première Nation de Neskantaga n'ait pas accès à de l'eau potable depuis 25 ans. Les députés devraient noter que le gouvernement a investi 16,5 millions de dollars dans une nouvelle usine afin de réparer le système de distribution d'eau et le système de traitement des eaux usées. Il s'agit d'une maigre consolation pour les gens qui ont été évacués à Thunder Bay, à l'exception des 24 personnes qui assurent la sécurité au sein de la communauté. Nous sommes prêts à les évacuer aussi.
    Je tiens à rassurer la Chambre et à dire que nous ne serons pas satisfaits tant que le système ne sera pas réparé et que les habitants ne pourront pas retourner chez eux et profiter en toute sécurité de l'eau à laquelle ils ont droit.

La santé

    Monsieur le Président, 19 résidants de l'établissement Parkview Place, à Winnipeg, sont morts de la COVID-19. Le nombre de cas de COVID-19 est à la hausse dans cet établissement et dans d'autres établissements de soins appartenant au gouvernement fédéral partout au pays. Les libéraux ont méprisé les aînés et d'autres résidants, notamment des personnes handicapées, au cours de la pandémie, ce qui est une tragédie nationale. La vie des travailleurs et des résidants est en jeu, et des familles sont terrifiées à l'idée de perdre leurs proches. Entretemps, le gouvernement libéral manque à l'appel. Les gens ont besoin d'aide dès maintenant.
    Quand les libéraux cesseront-ils de faire passer les profits avant le bien-être des résidants des établissements de soins de longue durée?
    Monsieur le Président, à l'instar de la députée d'en face, je suis préoccupée par ce qui se passe dans les établissements de soins de longue durée du pays, et il est évident que les pertes de vie subies lors de la première vague de la pandémie sont inacceptables.
    Voilà pourquoi, dans le discours du Trône, nous avons parlé de l'importance d'établir des normes nationales. De plus, par l'entremise de la Croix-Rouge canadienne, nous avons embauché et mobilisé des centaines, voire des milliers de travailleurs partout au pays pour soutenir les provinces et les territoires alors qu'ils tentent d'empêcher la COVID-19 d'entrer dans les établissements de soins de longue durée.
    Nous serons là pour les Canadiens, peu importe leur province de résidence.

[Français]

Le logement

    Monsieur le Président, la pandémie de la COVID-19 nous démontre qu'avoir un logement sûr et abordable est une prescription pour ralentir la transmission dans nos communautés. Dans ma circonscription, le besoin pour plus de logements abordables est criant. Voilà pourquoi j'étais si enchantée par l'annonce de l'Initiative pour la création rapide de logements.
    Le ministre peut-il offrir une mise à jour à la Chambre concernant la mise en oeuvre de ce nouveau programme?
    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question et de sa passion pour cet enjeu.

[Traduction]

    Aujourd'hui, le premier ministre et moi-même avons annoncé un nouvel investissement de 1 milliard de dollars dans l'Initiative pour la création rapide de logements dans le but de construire sans tarder 3 000 nouvelles unités de logement abordable pour les Canadiens les plus vulnérables. La première tranche de 500 millions de dollars sera distribuée aux municipalités qui se retrouvent avec le plus grand nombre de personnes en situation d'itinérance. La seconde tranche de 500 millions de dollars sera distribuée aux organismes sans but lucratif, aux corps dirigeants autochtones, aux provinces et aux municipalités. Autrement dit, c'est la Stratégie nationale sur le logement en action.

  (1450)  

Les anciens combattants

    Monsieur le Président, nous avons un problème. Malgré les milliards de dollars que les libéraux affirment avoir consacrés à Anciens Combattants, l'arriéré approche de 50 000 demandes. En fait, c'est devenu normal pour les anciens combattants et leur famille d'attendre deux ans avant que leur demande soit traitée, alors que la norme établie est de 16 semaines. Le problème n'est pas apparu avec l'arrivée de la COVID-19. Quelque chose, quelqu'un ou le système est incapable de servir les anciens combattants, et cela se passe alors que les libéraux sont au pouvoir.
    Le ministre peut-il dire à la Chambre quelle directive précise, s'il y en a une, il a donnée à Anciens Combattants pour réduire l'arriéré?
    Monsieur le Président, je remercie le député de sa question, qui est certes d'une importance vitale.
    Nous avons accordé 200 millions de dollars au ministère pour qu'il embauche plus de personnel, pour faire en sorte que les anciens combattants reçoivent plus rapidement leurs prestations. Les anciens combattants devraient recevoir les prestations et les services auxquels ils ont droit dans les meilleures délais.
    Comme je l'ai dit à maintes reprises, l'arriéré est complètement inacceptable. Je peux assurer aux députés que c'est ma priorité absolue et que nous continuons de nous employer à l'éliminer.
    Monsieur le Président, l'arriéré augmente, il ne diminue pas. Nous vivons à une époque où il devrait être plus facile, et non plus difficile pour les anciens combattants et leur famille d'avoir accès aux prestations et aux services dont ils ont besoin. Pourtant, les anciens combattants disent qu'ils ont de la difficulté à obtenir les documents nécessaires pour soumettre leurs demandes d'indemnité, de prestations ou de services, ce qui retarde encore plus le traitement des demandes. Le ministre savait déjà au printemps que les prestations risquaient d'être retardées, car lui et ses fonctionnaires en ont été informés. C'est maintenant arrivé.
    Encore une fois, quelles directives, le cas échéant, le ministre a-t-il données aux fonctionnaires du ministère des Anciens Combattants pour résoudre le problème et pour que les anciens combattants à risque et leur famille puissent avoir l'aide financière essentielle dont ils ont désespérément besoin?
    Monsieur le Président, pour tout vétéran en situation précaire, nous avons mis en place un fonds d'urgence.
    En ce qui concerne l'arriéré, qui est un problème majeur, j'ai indiqué à mon collègue que nous avions investi un peu moins de 200 millions de dollars pour embaucher plus d'employés, améliorer la coordination au ministère, veiller à ce que les dossiers soient traités par un groupe de personnes, afin que les vétérans n'aient pas à passer d'une équipe à l'autre, et faire en sorte d'accélérer le processus.
    Nous nous assurerons de réduire l'arriéré. Il faudra du temps, mais nous...
    La députée de Lakeland a la parole.

La sécurité publique

    Monsieur le Président, à la suite de la tuerie tragique survenue en Nouvelle-Écosse en avril dernier, la famille des victimes et la plupart des Canadiens ont réclamé une enquête publique. Le ministre de la Sécurité publique a refusé. Ce n'est qu'après des mois de requêtes et de pression qu'il a accepté à contrecoeur. La famille des victimes demande maintenant que les motifs de ce délai figurent dans le mandat d'enquête. Par ailleurs, cette enquête a été annoncée, mais elle n'a pas encore commencé.
    Le ministre accédera-t-il à leur demande ou les laissera-t-il se battre pour obtenir des réponses?
    Je tiens à ce que les choses soient claires, monsieur le Président. Dans les jours, voire les heures qui sont suivi ce terrible drame, en avril, nous nous sommes employés, avec les autorités de la Nouvelle-Écosse, à trouver les réponses dont ces familles ont désespérément besoin.
    Quand les familles ont réclamé la tenue d'une commission nationale d'enquête en bonne et due forme, nous les avons écoutées. Nous avons fait les préparatifs nécessaires, nous avons débloqué des ressources et nous avons nommé des commissaires. Je suis absolument ravi de la nomination de Kim Stanton, qui fera un travail remarquable, j'en suis convaincu, et qui obtiendra les réponses qu'attendent les Canadiens.
    Le mandat de la commission est maintenant établi, alors c'est aux commissaires de déterminer les questions qu'ils entendent poser...
    La députée de Lakeland a la parole.
    Monsieur le Président, six mois se sont écoulés depuis ce drame, et les premiers témoignages ne sont pas pour demain.
    Les proches des victimes ne demandent pas grand-chose. Peu de gens peuvent s'imaginer l'intensité de leur deuil et de leur souffrance, et tout ce qu'ils demandent, c'est des réponses. Ils veulent savoir pourquoi les gouvernements se sont traîné les pieds, pourquoi ils les ont fait attendre de la sorte et pourquoi ils leur infligent encore des mois de douleur et de chagrin. Le gouvernement a tous les pouvoirs nécessaires pour établir le mandat de la commission d'enquête. Il devrait acquiescer à cette demande toute simple de la part des familles.
    Le ministre fera-t-il le nécessaire pour que le comité d'examen puisse déterminer en toute indépendance les raisons pour lesquelles les libéraux ont commencé par refuser la tenue d'une commission d'enquête?
    Monsieur le Président, je comprends que la députée d'en face puisse voir un avantage politique pour son parti à inclure une telle question dans l'enquête. À dire vrai, notre responsabilité envers les familles touchées par cette terrible tragédie consiste à obtenir des réponses sur la fusillade et à formuler des recommandations aux gouvernements du Canada et de la Nouvelle-Écosse, à la GRC et aux autres organisations touchées, afin de prendre les mesures nécessaires pour que ce genre de drame ne se produise plus jamais.
    La commission d'enquête nationale a été établie et nous obtiendrons les réponses que cherchent les familles.

[Français]

Les langues officielles

    Monsieur le Président, la pandémie a le dos large quand il est question du français dans la fonction publique fédérale. Il suffit que les rencontres des fonctionnaires passent au virtuel pour que le français disparaisse, tant dans les réunions que dans les documents. Les fonctionnaires sonnent l'alarme, parce que leur environnement de travail se détériore.
    Les francophones ne sont pas des citoyens de seconde classe. Qu'est-ce que le gouvernement va faire pour que les francophones soient capables de travailler en français au fédéral?

  (1455)  

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de me donner l'occasion de me prononcer sur l'importance du français, non seulement dans la fonction publique, mais au Canada. Nous avons la force et la fierté d'avoir un pays bilingue où tous et toutes ont le droit de s'épanouir en anglais ou en français. Nous avons aussi cette responsabilité envers la fonction publique.
     Je peux assurer à mon collègue que, comme francophone et comme Québécois, c'est mon objectif et que je suis déterminé à le faire tous les jours.
    Monsieur le Président, quand il est question du français, les libéraux gagnent du temps. Pendant ce temps-là, on recule. La pandémie ne doit pas servir d'excuse pour éliminer le français de la fonction publique. Le français au travail, ce n'est pas une faveur du Canada anglais aux francophones, c'est un droit fondamental.
     Est-ce que le gouvernement reconnaît que ce qui complique les réunions en télétravail, ce n'est pas la présence du français, mais bien la présence de trop de gens supposément bilingues qui ne parlent pas un mot de français?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question, car elle me permet d'aller un peu plus loin et de souligner à quel point nous sommes fiers des travaux que nous avons faits au cours des dernières années pour renforcer la place du français partout au pays, au moyen d'un plan pour les langues officielles de 2,7 milliards de dollars, de la nomination de trois juges bilingues à la Cour suprême et du renouvellement de la Loi sur les langues officielles, qui aura lieu bientôt. Nous avons aussi créé l'Université de l'Ontario français.
     Nous sommes très fiers, mais nous savons aussi qu'il y a beaucoup de travail à faire pour continuer à renforcer la diversité linguistique au Canada.

[Traduction]

Les mesures d'urgence visant la COVID-19

    Monsieur le Président, le gouvernement cherche constamment à détourner l'attention de ses échecs et des scandales auxquels il est mêlé en affirmant qu'il se concentre sur la pandémie de COVID et les services à la population.
    C'est faux en ce qui concerne Pitt Meadows—Maple Ridge, où le bureau de Service Canada est fermé depuis des mois. L'hôtel de ville est ouvert, de même que les entreprises, les écoles et le bureau de Service BC, mais celui de Service Canada demeure fermé. Il n'est pas donné à tous d'accéder au site Web ou d'attendre toute la journée au téléphone dans l'espoir que quelqu'un réponde.
    Le ministre responsable d'ignorer les besoins des habitants de ma circonscription va-t-il présenter des excuses et s'engager à rouvrir immédiatement le bureau de Service Canada?
    Monsieur le Président, je rejette l'affirmation du député. En réalité, le gouvernement veut s'assurer que les Canadiens ont accès aux prestations offertes par Service Canada. Plus de 260 centres de Service Canada ont déjà rouvert leurs portes de façon sécuritaire partout au pays.
    Les décisions sur la réouverture sont prises en fonction des recommandations d'agents de la santé publique parmi les meilleurs au monde, et avec comme objectif prioritaire d'offrir au plus grand nombre de Canadiens possible les prestations qu'ils méritent. Nous avons mis en place de nouveaux services, y compris le portail des services électroniques du Canada, pour que les Canadiens aient encore accès aux prestations dont ils ont besoin, et nous avons affecté plus de 4 000 agents de liaison dans les collectivités.

[Français]

Les aînés

    Monsieur le Président, un aîné, c'est un livre d'histoire: cela a de la mémoire. En juillet, le gouvernement a versé aux aînés un paiement unique de 300 $ ou de 500 $ selon leur cas. De nombreuses personnes âgées se demandent quelles autres mesures de soutien sont en route pour les aider à surmonter cette pandémie. Les libéraux ont recyclé des promesses dans leurs discours du Trône, mais ils n'ont pas donné de plan clair sur la façon dont ils allaient les tenir. Je l'ai dit, les aînés ont de la mémoire. Ils se souviendront.
    Qu'est-ce que le gouvernement va faire concrètement pour aider cette tranche de la population? Surtout, quand va-t-il le faire?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le gouvernement reste déterminé à mettre en œuvre les politiques énoncées dans le cadre du discours du Trône. Comme nous l'avons dit, nous voulons nous concentrer sur la gestion de la crise de santé publique causée par la pandémie de COVID-19. Cette année, nous avons investi plus du double de ce que nous avions prévu dans notre programme en ce qui concerne l'aide financière aux aînés. Nous avons fait en sorte qu'une aide financière soit offerte plus tôt aux aînés âgés d'au moins 65 ans, et nous avons aidé davantage les plus vulnérables. Nous avons ainsi offert une aide de plus de 1 500 $ aux couples bénéficiaires du Supplément de revenu garanti. Nous appuierons les aînés, et nous continuerons de travailler fort pour les aider.

  (1500)  

    Monsieur le Président, les aînés de ma circonscription tentent de planifier leur budget, en tenant compte des taux de retrait des fonds enregistrés de revenu de retraite, ou FERR. En avril dernier, le gouvernement a annoncé qu'il réduirait de 25 % les retraits minimaux des FERR pour 2020. Aujourd'hui, la COVID-19 nuit encore aux investissements, et beaucoup d'aînés se demandent quels effets cela aura sur les retraits de leur FERR à l'avenir.
    Le gouvernement se montrera-t-il transparent avec les aînés et les informera-t-il de ce qu'il prévoit faire pour les retraits des FERR après 2020?
    Monsieur le Président, je veux que les aînés sachent qu'ils ne sont pas seuls. Nous sommes intervenus rapidement en fournissant une aide financière directe non imposable, et nous avons appuyé plus de 2 000 projets communautaires locaux visant à aider les aînés. Nous sommes intervenus rapidement pour préserver les fonds enregistrés de revenu de retraite. Nous avons réduit de 25 % les retraits minimaux de ces fonds pour 2020. Par ailleurs, étant donné la volatilité du marché durant cette période difficile, nous continuerons de chercher des moyens de mieux servir les aînés canadiens.

Les personnes handicapées

    Monsieur le Président, la COVID-19 a eu des répercussions pour de nombreux Canadiens handicapés qui ont dû faire face à des frais et à des difficultés supplémentaires. Le gouvernement a présenté et fait adopter une mesure législative pour soutenir les Canadiens handicapés. La semaine dernière, nous avons annoncé que la date limite pour soumettre une demande de crédit d'impôt pour personnes handicapées a été repoussée au 31 décembre, ce qui permet à plus de Canadiens d'y avoir accès.
    La ministre pourrait-elle dire à la Chambre combien de Canadiens recevront ce paiement et à partir de quand les montants seront versés?
    Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie, nous avons adopté une approche inclusive par rapport aux personnes handicapées. Je suis ravie d'annoncer que vendredi prochain, c'est-à-dire dans trois jours, commencera le versement du paiement unique de 600 $ à 1,7 million de Canadiens, compte tenu des dépenses extraordinaires que les personnes handicapées doivent payer.
    Je saisis l'occasion pour remercier le Groupe consultatif sur la COVID-19 en matière des personnes en situation de handicap, qui, en suivant le principe du « rien ne doit se faire sans nous », a fourni au gouvernement de précieux conseils. Nous le remercions et nous continuerons de soutenir les Canadiens handicapés.

L'environnement

    Monsieur le Président, la technologie du captage et du stockage du carbone a été extrêmement efficace pour réduire les émissions de CO2 de certains des plus grands émetteurs à l'échelle mondiale, notamment des centrales électriques et des usines de valorisation. Des pays comme la Norvège, l'Allemagne et le Danemark ont tous investi dans cette technologie verte de réduction des émissions. Le Canada est un leader mondial en matière de captage et stockage du carbone, ou CSC.
     Étant donné que les investisseurs dans le secteur de l'énergie quittent le Canada en grand nombre, pourquoi le ministre nous permet-il de prendre du retard par rapport à nos homologues internationaux en matière d'investissements dans la CSC?
    Monsieur le Président, c'est une question importante. La technologie du captage et du stockage du carbone joue un rôle important dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre non seulement dans le secteur pétrolier et gazier, mais aussi dans de nombreux secteurs industriels partout au pays. Elle fait partie de toute une série de solutions technologiques, dont les technologies liées à l'hydrogène et aux biocarburants, sur lesquelles nous concentrons nos efforts en vue non seulement d'atteindre, mais aussi de dépasser nos cibles de 2030 pour assurer la croissance de l'économie et la création d'emplois tout en protégeant la planète.

Les ressources naturelles

    Monsieur le Président, le projet d'expansion de Nova Gas Transmission devrait être une bonne nouvelle, mais il y a un bémol. Les consultations auprès des Autochtones ont pris fin le 19 février. Ensuite, le gouvernement avait 90 jours pour prendre une décision. Cette échéance a été repoussée de 150 jours. La décision d'approuver le projet a été prise moins de 15 minutes avant la date limite, soit le 19 octobre à minuit. Les coûts liés au report de la réalisation du projet sont exorbitants.
    Comment les Canadiens peuvent-ils avoir confiance dans le processus réglementaire alors que ce dernier semble se dérouler de manière très arbitraire et évoluer uniquement en fonction des caprices politiques du ministre?
    Monsieur le Président, le gouvernement était fier d'appuyer le projet d'oléoduc de Nova Gas Transmission. Nous pensons effectivement qu'il aidera non seulement l'Alberta, mais l'ensemble du pays dans sa marche vers l'avenir dans le domaine de l'exploitation du gaz naturel et de la technologie de l'hydrogène, mais il fallait d'abord veiller à ce que les consultations soient menées à bien. De ce côté-ci de la Chambre, nous avons tiré des leçons des erreurs commises dans le cadre du projet TMX. Nous devons nous assurer que les consultations sont bien effectuées afin de garantir que les projets soient réalisés de manière appropriée.
    Monsieur le Président, le Canada produit le gaz naturel de la manière la plus durable et le plus responsable au monde sur le plan environnemental. Une société appelée West Coast Olefins souhaite fabriquer des produits à valeur ajoutée dans le Nord de la Colombie-Britannique à partir de son propre gaz naturel extrait du Nord de la Colombie-Britannique. Son directeur général, Ken James, tente de créer des emplois dans le domaine manufacturier ici même au Canada plutôt qu'à l'étranger.
    Le gouvernement appuiera-t-il le projet de West Coast Olefins, qui bénéficiera à tant de collectivités, de travailleurs et de familles du Canada, ou lui mettra-t-il des bâtons dans les roues?

  (1505)  

    Monsieur le Président, comme je l'ai dit plus tôt en parlant de NOVA Gas, nous continuerons de veiller à ce que les projets avantageux se concrétisent de la bonne manière. J'accueille volontiers tout projet ou toute proposition, peu importe d'où provient l'investisseur dans le monde. Cela dit, les dernières années nous ont appris que nous devons respecter certaines règles, certains règlements et certaines lignes directrices. Nous devons consulter adéquatement les Premières Nations, les Inuits et les Métis et nous devons prendre au sérieux nos responsabilités environnementales. Lorsque toutes ces conditions sont réunies, les projets avantageux se concrétisent. Nous l'avons prouvé. À l'heure où l'on se parle, 5 600 personnes travaillent au projet TMX.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, comme l'a affirmé clairement le gouvernement fédéral, aucune relation n'est plus importante que celle que nous entretenons avec les peuples autochtones. Depuis le début de notre premier mandat, nous avons réalisé d'énormes progrès pour faire avancer le renouvellement de cette relation, mais nous savons qu'il reste beaucoup à faire. Il est également important de sensibiliser les Canadiens au sujet des droits issus de traités des peuples autochtones et de la nécessité de respecter ces droits dans le cadre des lois canadiennes.
    Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté peut-il dire à la Chambre ce que le gouvernement compte faire pour expliquer l'importance de cette relation aux nouveaux arrivants?
    Monsieur le Président, je remercie la députée de son excellent travail. La réconciliation a toujours fait partie des priorités du gouvernement. Dans la foulée de ces efforts, nous avons présenté de nouveau, la semaine dernière, le projet de loi concernant la modification du serment de citoyenneté. La modification du serment répond à l'appel à l'action no 94 de la Commission de vérité et réconciliation et garantira que chaque nouveau Canadien sera, dès le départ, mieux sensibilisé et informé quant à l'importance des droits autochtones et des traités des Premières Nations, des Inuits et des Métis pour l'ensemble de la population canadienne. Le projet de loi C-8 représente un pas de plus sur le sentier de la réconciliation.

La santé

    Monsieur le Président, Santé Canada nous dit que la privatisation des soins de santé nous aidera à gérer la pandémie. C'est faux. Elle permettra d'enrichir les amis des libéraux.
    Un ancien politicien libéral, qui conseille la ministre, vend des tentes: envoyons-les à une Première Nation qui ne les a pas demandées. Un ancien député libéral veut fabriquer des respirateurs: donnons-lui le feu vert. Sans oublier l'organisme UNIS, Jeff Bezos et les grandes pétrolières: faisons pleuvoir les cadeaux.
    Lorsque MM. Harper et Martin ont détruit les services publics, ils ne s'en sont pas cachés. Le gouvernement actuel ne peut pas privatiser des services de santé en quarantaine. Pourquoi les libéraux insistent-ils pour remplir les poches de leurs copains bien nantis?
    Monsieur le Président, ces exagérations grossières sont le parfait exemple de ce que les Canadiens ne veulent pas au beau milieu d'une pandémie. Les députés savent-ils ce que veut la population canadienne? Elle veut un gouvernement qui unira ses efforts et des parlementaires qui travailleront ensemble pour s'assurer que peu importe où les Canadiens vivent, ils auront accès à ce dont ils ont besoin pour traverser cette pandémie. Nous sommes fiers des efforts déployés pour garantir l'accès des citoyens à l'équipement, aux installations de quarantaine, aux mesures de soutien, aux nouvelles technologies et aux nouveaux appareils dont ils ont besoin. Nous ne nous arrêterons pas là.

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, je suis heureuse de pouvoir poser cette très importante question. J'ai aimé les points soulevés hier par le député de Wellington—Halton Hills. Une crise humanitaire se dessine au Nagorno-Karabakh. On y décime la population arménienne. Les cessez-le-feu sont rompus avant même de commencer.
    Le gouvernement du Canada croit-il que notre incapacité à réagir à cette crise provient du fait que nous n'avons aucune présence diplomatique dans cette région? Nous faisons ce que nous pouvons, et j'applaudis l'arrêt des ventes de matériel militaire, mais la Turquie et Israël envoient des armes en Azerbaïdjan. Assurément, nous devrions être plus actifs et sur le terrain avec une présence diplomatique.
    Monsieur le Président, nous sommes extrêmement préoccupés par toute cette violence dans la région du Nagorno-Karabakh. Nous demandons l'arrêt immédiat des hostilités, le respect strict des cessez-le-feu et la protection des citoyens. Nous continuons d'appuyer l'important travail du Groupe de Minsk de l'OSCE, qui tente de parvenir à une résolution pacifique et négociée de ce conflit. La solution militaire n'en est pas une, et c'est pourquoi nous ne cessons de demander la tenue de négociations.
    Il y a quelques jours, j'ai parlé directement avec le premier ministre arménien, M. Pashinyan, ainsi qu'avec M. Erdogan, le président de la Turquie, et j'ai invité toutes les parties prenantes dans cette région à mettre fin aux hostilités et à reprendre le dialogue.

  (1510)  

[Français]

Le terrorisme

    Monsieur le Président, je demande le consentement unanime de la Chambre pour l'adoption de la motion suivante:
    Que la Chambre des communes condamne avec la plus grande sévérité l'attentat terroriste survenu le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine, en France, qui a attaqué l'une des valeurs fondamentales en démocratie, soit la liberté d'expression;
    Qu'elle rappelle que la meilleure façon de lutter contre les idées sombres, c'est la lumière, et que celle-ci jaillit à travers l'éducation;
    Qu'elle rende hommage à la victime, M. Samuel Paty, un enseignant d'histoire et de géographie au collège du Bois d'Aulne;
    Qu'elle souligne le travail des forces de l'ordre lors de cet événement tragique;
    Qu'elle exprime sa solidarité avec le gouvernement de la République française et réitère notre amitié indéfectible à l'égard du peuple français;
    Qu'elle constate l'unité et la détermination de la nation française à dénoncer cette attaque intolérable à la liberté d'expression;
    Que cet événement tragique rappelle la nécessité de poursuivre la lutte contre le terrorisme, la violence, la haine d'autrui et l'intolérance;
    Qu'elle demande au gouvernement fédéral la mise en berne du drapeau du Canada et qu'elle fasse parvenir au peuple français ses plus sincères condoléances.
    Puisqu'il s'agit d'une séance hybride de la Chambre, par souci de clarté, je vais demander seulement aux députés qui s'opposent à la demande de répondre.
    Par conséquent, que tous ceux qui s'opposent à ce que l'honorable député propose la motion veuillent bien dire non. N'entendant aucune opposition, la demande est accordée.
    La Chambre a entendu la motion. Que tous ceux qui sont contre veuillent bien dire non. Comme il n'y a pas de voix dissidentes, je déclare la motion adoptée.

    (La motion est adoptée.)


Ordres émanant du gouvernement

[Ordres émanant du gouvernement]

[Traduction]

Le Code criminel

    La Chambre reprend l'étude de la motion portant que le projet de loi C-6, Loi modifiant le Code criminel (thérapie de conversion), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    Monsieur le Président, j'aimerais remercier ma collègue au comité de la procédure pour son allocution très réfléchie. Juste avant la période des questions, elle a mentionné que certains de ses collègues pensent qu'elle parle trop, mais j'aurais pu l'écouter toute la journée et je la remercie beaucoup de ses observations.
    Elle a indiqué que l'organisme PFLAG fait un travail très important dans sa communauté. Chez moi, dans Moncton—Riverview—Dieppe, j'ai eu le privilège, en 2015, de me familiariser avec un organisme du nom d'UBU. Sa fondatrice, Michelle Leard, m'a beaucoup appris sur la nécessité de ce genre de services.
    Dans son discours, la députée a également dit que nous devons penser aux prochaines étapes pour que les gens se sentent plus à l'aise d'aimer la personne qu'ils aiment et la personne qu'ils sont, et d'affirmer leur identité. La députée pourrait-elle nous parler un peu plus de ce que seront ces prochaines étapes, selon elle?
    Monsieur le Président, je remercie sincèrement ma collègue du comité de la procédure, car il s'agit d'une très bonne question. Nous pouvons faire de belles choses ensemble.
    Je crois que tout le monde a sa place ici-bas et que les gens ont besoin d'un endroit où ils se sentent en sécurité. Je trouve que les associations qui voient le jour un peu partout dans les écoles secondaires et les groupes communautaires sont une excellente idée, qui mérite qu'on y consacre des ressources, ne serait-ce que du temps. Tout n'est pas toujours une question d'argent. Quand une personne a besoin d'une présence, d'une oreille pour se confier, il arrive que le temps soit suffisant. Il faut que tout le monde puisse se faire entendre. Le temps peut donner lieu à des conversations extrêmement constructives.
    Monsieur le Président, j'ai l'impression que la vaste majorité, pour ne pas dire la totalité des députés qui ont pris la parole depuis le début du débat s'entendent pour dire que les thérapies de conversion sont tout simplement néfastes, et je trouve que c'est encourageant. Je tiens aussi à souligner que, hormis le Parti conservateur, tous les partis ont aussi décidé d'envoyer un message fort en soumettant le vote à la discipline de parti.
    Qu'en pense la députée: le Parti conservateur ferait-il mieux de se prononcer collectivement lui aussi en soumettant le futur vote à la discipline de parti?

  (1515)  

    Monsieur le Président, nous demandons à ce que des amendements soient apportés au projet de loi. Comme je l'ai mentionné dans mon allocution, c'est le manque de clarté pour déterminer si la thérapie par la parole est considérée comme une thérapie de conversion ou si c'est plutôt ce que je fais en ayant un vrai dialogue pour discuter des enjeux.
    Nous savons que le projet de loi n'est pas parfait et nous avons des inquiétudes sur les prochaines étapes. Si le projet de loi entre en vigueur dans sa version actuelle, il incombera aux juges de l'interpréter. Le projet de loi doit être plus clair. Ce sont là certaines de mes inquiétudes à propos de ce projet de loi. C'est très difficile de se prononcer quand on sait que ce n'est pas clair.
    Monsieur le Président, la logique des conservateurs comporte un aspect intéressant. Certains conservateurs disent qu'ils sont contre. Ils disent qu'ils devront peut-être voter contre le renvoi du projet de loi au comité pour améliorer certains points. Je ne comprends pas la logique des conservateurs de ne pas convaincre tous leurs députés de voter pour renvoyer le projet de loi au comité pour qu'il puisse procéder à l'examen des points qu'ils ont soulevés.
    Comment la députée peut-elle expliquer le fait que si les conservateurs votent contre le projet de loi, il ne pourra même pas être renvoyé au comité pour être amélioré?
    Monsieur le Président, la question porte sur le fait que le sujet divise la Chambre. Je préférerais qu'on me pose une question qui compte vraiment pour la communauté LGBTQ, pas une question politisée comme celle-là.
    Je ferai tout mon possible pour veiller à ce que nous ayons une discussion vraie et valable. J'estime que cette question n'est pas pertinente. Je vais continuer d'être une alliée pour la communauté LGBTQ. Voilà ce que je peux faire. Laissons de côté la politique et parlons plutôt des personnes concernées.
    Monsieur le Président, j'espère poser une question légitime qui remettra l'accent sur les gens.
    Aujourd'hui, les libéraux n'ont cessé de prendre la parole pour dire que le projet de loi se faisait attendre depuis longtemps. Les libéraux sont au pouvoir depuis maintenant cinq ans et de nombreuses municipalités leur ont dit qu'elles ne pouvaient plus attendre et ont créé leur propre mesure législative.
    Je suis curieux de savoir ce que la députée pense de la raison pour laquelle nous devons traîner le gouvernement, à son corps défendant, dans cette conversation alors que de nombreuses municipalités l'ont déjà fait.
    Monsieur le Président, il y a à peine quelques mois ou peut-être un an, une pétition a été présentée. Beaucoup de gens travaillaient sur une pétition électronique, l'une d'environ trois. Le gouvernement a décidé que la question relevait de la compétence provinciale. Nous nous sommes penchés sur la situation dans les municipalités. Nous avons examiné la situation à Vancouver, en Ontario, au Québec et dans différentes provinces du pays. Il est intéressant de constater que les libéraux ont décidé de prendre part au débat maintenant. C'est un gouvernement minoritaire. Il veut semer la discorde.
     Il s'agit malheureusement de la conclusion à laquelle je suis arrivée sur ce sujet, mais nous pourrions faire mieux. Au bout du compte, je ne désapprouve pas le projet de loi, mais nous devons faire mieux. J'aurais simplement préféré qu'il ne soit pas présenté de cette façon.

[Français]

    Monsieur le Président, je vous remercie de me donner l'occasion de prendre la parole sur le projet de loi C-6, un projet de loi visant à modifier le Code criminel afin de criminaliser les comportements liés aux thérapies de conversion au Canada.

  (1520)  

[Traduction]

    Le projet de loi vise à protéger les enfants et les jeunes de la communauté LGBTQ2 contre les conséquences néfastes à long terme de la thérapie de conversion. Ceux qui font la promotion de cette série de pratiques dangereuses et discréditées prétendent à tort qu'elles changent l'orientation sexuelle d'une personne. L'adoption du projet de loi enverra un message clair aux membres de la communauté LGBTQ2: le gouvernement tient à eux et il les protège, ils sont libres d'être eux-mêmes et il n'y a rien qui cloche chez eux.
    Pour ceux qui se posent la question, la thérapie de conversion vise à changer l'orientation sexuelle d'une personne pour l'hétérosexualité, à réduire ou à réprimer toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuel, ou à changer l'identité de genre d'une personne pour qu'elle corresponde au sexe qui lui a été attribué à la naissance.
    Cette pratique est fondée sur le principe erroné voulant que toute orientation sexuelle autre que l'hétérosexualité et que toute identité et expression de genre autre que cisgenre peut et devrait être changée. À lui seul, ce principe devrait nous indiquer que cette thérapie est nuisible parce qu'elle indique aux gens qu'ils ne devraient pas être bien dans leur peau et qu'ils ne devraient ni s'accepter ni aimer qui ils sont, ce qui est en soi cruel.

[Français]

    Le projet de loi C-6 propose d'ajouter au Code criminel cinq nouvelles infractions en lien avec la thérapie de conversion: faire suivre une thérapie de conversion à un mineur, faire passer un mineur à l'étranger pour qu'il y suive une thérapie de conversion, faire suivre une thérapie de conversion à une personne contre sa volonté; tirer profit d'une thérapie de conversion et faire de la publicité en vue d'offrir de la thérapie de conversion.
    Le projet de loi autorise également les tribunaux à ordonner la saisie de documents contenant des publicités relatives à la thérapie de conversion et à retirer ces publicités des systèmes informatiques et d'Internet.

[Traduction]

    Il est important de souligner que ces modifications ne criminaliseraient pas les personnes comme les enseignants, les thérapeutes, les parents, les amis, etc., qui offrent un soutien d’affirmation du genre à quelqu’un qui est aux prises avec son identité ou son orientation sexuelle. Par exemple, si une petite fille annonce à ses parents qu’elle est lesbienne, ils peuvent l’amener chez un thérapeute pour affirmer que c’est bel et bien le cas et que la petite ne traverse pas une phase ou ne s’est pas laissée convaincre par une expérience unique. Si cette enfant est confuse ou incertaine de son orientation sexuelle, un thérapeute peut l’aider à comprendre ce qu’elle ressent sans toutefois renier ses sentiments.
    La thérapie de conversion peut prendre diverses formes, y compris le counseling, la modification du comportement et, dans les cas plus graves, la thérapie par choc électrique. Autant ajouter la lobotomie à cette belle liste. Ces méthodes archaïques infligées à des enfants sont extrêmement nocives et se sont révélées totalement inefficaces. Ces pratiques sont rejetées par tous les organismes de santé physique et mentale depuis des décennies.
    Tous les principaux organismes de santé, y compris la Société canadienne de psychologie, l’Association des psychiatres du Canada, la Société canadienne de pédiatrie, l’American Psychological Association et l’American Psychiatric Association ont dénoncé les efforts déployés pour changer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre et affirment que les tentatives en ce sens peuvent entraîner de graves risques pour la santé.
    La revue Maclean’s a publié l’article d’opinion de Peter Gajdics, un homme qui a subi une thérapie de conversion pendant six ans et qui milite fortement pour que Vancouver soit la première ville canadienne à l’interdire.
    Peter a été soumis à de grandes quantités de médicaments psychiatriques. On lui a intimé de relâcher sa douleur et de ressentir sa rage pendant de longues séances de thérapie axée sur le cri primal. On lui a injecté chaque semaine du chlorhydrate de kétamine avant des séances de reparentage où il devait se coucher sur les genoux de son thérapeute comme un nouveau né pour sentir l’amour de son nouveau parent. Il a aussi subi une thérapie d’aversion. Son thérapeute l’exposait à un stimulus tout en le soumettant à une forme d’inconfort pour l’aider à se tourner vers l’autre sexe. Il souligne que cette thérapie de conversion n’a réussi qu’à intensifier la honte qu’il ressentait face à lui-même.
    Les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles, queer et bispirituelles sont lésées et stigmatisées. Leur dignité est minée. Ces pratiques ont entraîné des taux tragiques de dépression, d’anxiété, de haine de soi, de consommation de drogues, d’itinérance et de comportements suicidaires chez les membres de la communauté LGBTQ2, chez les personnes qui ont suivi une thérapie de conversion. Les Autochtones, les minorités raciales et les Canadiens à faible revenu sont plus susceptibles d’être exposés à ces pratiques nuisibles. Les mineurs y sont particulièrement vulnérables.

[Français]

    La thérapie de conversion amplifie la honte et la stigmatisation que tant de jeunes LGBTQ2 vivent déjà. Bien que ce projet de loi soit un grand pas dans la bonne direction, il n'éliminera pas complètement le préjudice causé par les préjugés sociaux, qui, malheureusement, ne disparaîtront pas du jour au lendemain. Cela se poursuivra probablement d'une façon plus secrète, comme si l'on disait à un enfant d'agir d'une certaine façon ou d'arrêter d'agir d'une certaine façon à la maison.
    Une étude de l'Université d'État de San Francisco a révélé que les jeunes dont les parents ou les soignants rejettent fortement les enfants LGBTQ2 sont huit fois plus susceptibles de tenter de se suicider, six fois plus susceptibles de signaler des niveaux élevés de dépression et trois fois plus susceptibles de consommer des drogues illicites.

[Traduction]

    Comme mes collègues peuvent l’imaginer, les parents qui envoient leur enfant suivre une thérapie de conversion lui donnent le sentiment d'être rejeté par sa famille parce qu'il la déçoit et risquent ainsi de compromettre leur relation avec cet enfant pour toute la vie.
    J’ai enseigné plusieurs matières au niveau secondaire pendant plusieurs années avant d’être élue. Même si ma majeure à McGill était en histoire, et j’ai beaucoup aimé enseigner ce cours, c’est le cours d’éthique et de culture religieuse que je préférais donner. J’avais la souplesse requise, dans ce cours, pour enseigner tous les sujets que je jugeais intéressants et pertinents pour mes étudiants. J’ai donc choisi des sujets qui les aideraient à mieux traverser les étapes de l’école secondaire et de l’adolescence. Nous avons notamment traité d’éducation sexuelle et d’identité de genre. À l’époque, il y a de cela environ six ans, je savais que mes étudiants de deuxième secondaire, soit la huitième année, étaient justement en train de forger leur identité et que beaucoup d’entre eux avaient probablement des questions qu’ils ne se sentiraient jamais à l’aise de poser, surtout à un si jeune âge.
    Je voulais leur offrir un espace sûr, leur faire savoir que j’étais leur alliée et qu’ils pouvaient s’ouvrir à moi s’ils avaient besoin de bavarder. Certains de mes étudiants se sont sentis à l’aise de s’ouvrir et de venir me voir individuellement pour obtenir conseil. Même si je n’ai pas encore d’enfants, je me souciais vraiment d’eux. J’aurais eu le cœur brisé de constater qu’ils ne s’aimaient pas ou qu’ils n’assumaient pas qui ils étaient à cause de pressions extérieures ou parce qu’ils n’étaient pas acceptés par leur famille. Ils étaient à un âge critique où l’on est fortement influencé par ce que les autres pensent de nous. Il m’est insupportable d’imaginer la douleur qu’ils ressentiraient en suivant n’importe quel type de thérapie de conversion.
    Je sais que la santé est de compétence provinciale et que nous aurons besoin de l’aide des provinces, des territoires et des municipalités si nous voulons nous assurer que la thérapie de conversion ne sera pas pratiquée. C’est pourquoi notre gouvernement collaborera avec ses homologues provinciaux pour mettre fin à la thérapie de conversion au Canada. J’aimerais que tous les partis travaillent ensemble au comité afin d’élaborer la meilleure mesure législative possible, de protéger la communauté LGBTQ2 et de veiller à ce que tous puissent bénéficier de la protection offerte par ce projet de loi.
    Chacun d’entre nous devrait avoir le droit d’être qui il est et d’aimer qui il veut sans être ridiculisé ou torturé pour cette raison. Ce projet de loi ne mettra pas fin à l’homophobie ou à la transphobie, mais il constitue un pas important dans la bonne direction. Je veux que mes futurs enfants grandissent dans un monde où ils peuvent être aimés et acceptés, un monde où leur orientation sexuelle ou leur identité de genre ne détermine pas leur amour et leur acceptation, où ils peuvent être fiers de qui ils sont et vivre leur vie dans l’épanouissement et la dignité.
    J’appuie fermement ce projet de loi, et j’espère que tous mes collègues d’en face en feront autant pour faire du Canada un endroit meilleur et plus juste pour tous les Canadiens.

  (1525)  

[Français]

    Monsieur le Président, je tiens à saluer ma collègue pour son discours.
    Elle a lancé une invitation à tous les partis à se joindre à eux, et ce, afin d'avoir la plus grande adhésion possible au projet de loi C-6.
    Nous comprenons que les thérapies de conversion sont quelque chose de totalement inacceptable aujourd'hui. En se montrant plus ouvert à une meilleure définition des thérapies de conversion et en présentant dans le projet de loi ce qui était sur le site Web du ministère de la Justice, le gouvernement a la possibilité qu'encore plus de Canadiens adhèrent à ce qui est proposé dans le projet de loi, lequel est tout à fait nécessaire pour notre société, aujourd'hui.
    Est-ce que la députée va nous appuyer et travailler pour que nous puissions inclure cette définition dans le projet de loi?
    Monsieur le Président, je remercie le député de sa question.
    Je ne siège pas à ce comité, mais j'ai quand même confiance que tous ses membres travailleront ensemble pour vraiment faire en sorte que cette mesure législative soit la meilleure possible et qu'elle protège le plus de personnes possible.
    Monsieur le Président, j'ai bien aimé le discours de ma collègue, en particulier la référence qu'elle a faite, en tant que professeur, à la confidence de ses élèves.
    Selon elle, un tel projet de loi pourrait-il aider ses élèves? Est-ce que ce projet de loi lui donnerait un outil supplémentaire lui permettant de mieux encadrer ses élèves?
    Monsieur le Président, mes élèves sont maintenant des adultes. J'ai déjà reçu de la rétroaction sur Facebook de la part de certains de mes élèves. À mon avis, ils sont très favorables au projet de loi et sont tout à fait contre la thérapie de conversion. Voilà ma réponse.

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous appuyons ce projet de loi. Nous savons qu'il est important d'interdire les thérapies de conversion et que cette interdiction signale aux personnes ayant des orientations sexuelles et des identités sexuelles différentes, particulièrement aux jeunes transgenres et non binaires, qu'ils n'ont pas besoin d'être remis dans le droit chemin. Je remercie la députée de son discours, mais je me demande pourquoi ce projet de loi a autant tardé. Il ne suffira pas, à lui seul, à réparer les dommages causés par les thérapies de conversion.
    Les libéraux s'engageront-ils à investir dans la communauté des personnes ayant des orientations sexuelles et des identités sexuelles différentes, afin de renforcer les capacités de cette communité pour qu'elle soit en mesure de relever les défis liés aux thérapies de conversion?

  (1530)  

    Monsieur le Président, je crois qu'il s'agit d'un premier pas considérable et important. Pendant l'examen en comité, les députés entendront sûrement parler de différentes façons d'améliorer la vie des membres de la communauté LGBTQ2. Je serais ravie de fournir tout le soutien possible. J'espère que d'autres députés sont du même avis.
    Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée pour son discours et à souligner notre amour commun pour l'enseignement. La députée a mentionné qu'il fallait protéger les enfants et les adolescents. Je tiens à rappeler que la période de 18 à 21 ans est cruciale pour les jeunes qui cherchent à découvrir qui ils sont et à affirmer leur identité. Signalons aussi qu'il existe un risque de suicide élevé parmi les personnes qui arrivent au mitan de la vie et sont aux prises avec certaines de ces questions.
    Cette protection ne devrait-elle pas s'adresser aussi aux adultes? J'aimerais savoir ce qu'en pense la députée.
    Monsieur le Président, je serais personnellement ouverte à cette idée, mais je sais qu'il y a certaines réserves en raison des garanties prévues par la Charte. Dans sa forme actuelle, le projet de loi prévoit que seul un adulte consentant peut recevoir une thérapie de conversion; toutefois, offrir une thérapie de conversion serait illégal. Il existe de nombreuses façons d'interpréter le libellé de la mesure législative. J'espère qu'en comité, ces questions pourront être réglées et qu'il sera possible d'en discuter davantage pour améliorer le projet de loi.
    Monsieur le Président, j'ai une question concernant l'ancien rôle d'enseignante de la députée. Je rends régulièrement visite à des élèves à Kitchener—Conestoga, et maintenant par vidéoconférence. C'est étonnant de voir tout ce que nous pouvons apprendre de cette nouvelle génération en écoutant des histoires sur la réconciliation et l'environnement. La députée peut-elle parler du message d'acceptation que la nouvelle génération nous lance?
    Monsieur le Président, je travaillais dans une école avec des élèves aux origines très diverses. Nombre de mes élèves se sentaient vraiment à l'aise de s'exprimer et d'être différents. Le fait d'être unique dans cette école était valorisé. Je pense vraiment que notre génération a beaucoup à apprendre, et j'espère que cette génération pourra à nouveau montrer aux générations futures comment avoir un esprit ouvert et faire du monde un endroit meilleur pour tous.

[Français]

    Monsieur le Président, pour commencer, je voudrais confirmer que le Bloc québécois va appuyer avec enthousiasme le projet de loi C-6, qui concerne les thérapies de conversion.
    Quant à nous, le processus de conversion a toujours été un acte irrespectueux à l'égard de notre jeunesse, et c'est tout à fait légitime de le combattre. En fait, j'ajouterais qu'il était temps que nous nous occupions de cela.
    Le projet de loi C-6 concerne, entre autres, les jeunes de moins de 18 ans, la publicité en vue d'offrir de la thérapie de conversion, le fait de forcer quelqu'un à subir une thérapie de conversion contre son gré et l'avantage matériel provenant de la prestation d'une thérapie de conversion. Une fois que le projet de loi sera adopté et que la loi sera en vigueur, il ne sera plus possible de faire subir une thérapie de conversion à un enfant. C'est parfait, car c'est ce que nous souhaitions.
    Hier, j'ai entendu des collègues conservateurs dire qu'il ne faudrait pas empêcher qu'un père de famille ait une saine discussion avec son fils au sujet de l'orientation sexuelle de celui-ci ou qu'un enseignant ait une discussion avec un élève sur les orientations sexuelles de ce dernier. J'avoue que ce n'est pas du tout ce que vise le projet de loi. C'est important de comprendre cela, parce que cela peut changer notre vote sur ce projet de loi.
    Je vais faire un parallèle avec d'autres actes criminels. Par exemple, voler une banque est un acte criminel. De la même façon, faire suivre une thérapie de conversion à un jeune homme de 12 ans, par exemple, sera interdit si le projet de loi est adopté. Comploter pour commettre un vol de banque est aussi un acte criminel. Espérons que comploter en vue de faire suivre une thérapie de conversion à un mineur sera aussi considéré comme un acte criminel.
    Cependant, si un professeur a une discussion avec ses élèves au sujet de l'importance de ne pas voler et de l'importance de l'honnêteté, cela ne constitue pas un acte criminel. Si un professeur avait une discussion avec ses élèves au sujet de la manière dont se déroule un vol de banque et au sujet des scénarios possibles, cela ne constitue pas un acte criminel. Dans les écoles de police, on enseigne comment cela se passe. Parler d'un vol de banque, ce n'est pas la même chose que comploter pour commettre un vol de banque. De la même façon, avoir une discussion avec un enfant au sujet de son orientation sexuelle ou de la thérapie de conversion ne constitue ni un acte criminel ni une thérapie de conversion.
    Émettons l'hypothèse qu'un enfant dise à ses parents ou à son enseignant qu'il a entendu dire que les thérapies de conversion sont offertes dans tel ou tel État américain et qu'il a le goût d'y aller pour en suivre une. Dans ce cas, le parent ou le professeur pourra lui dire que ce genre de thérapie est interdit par la loi, mais il pourra aussi avoir une saine discussion avec l'enfant et savoir pourquoi ce dernier veut suivre une telle thérapie.
    J'ai rencontré des gens qui en avaient long à dire au sujet de la thérapie de conversion. Ils m'ont parlé d'une approche d'attente vigilante, et j'ai trouvé que cette idée n'était pas bête. On écoute le jeune qui se pose des questions à propos de son orientation sexuelle ou de son identité de genre. En le faisant parler, on l'aide peut-être à mieux se comprendre, mais on refuse de l'influencer, car cela est interdit.
    Une petite fille qui se sent comme un petit garçon ou un petit garçon qui se sent comme une petite fille et qui veut porter une robe, est-ce quelque chose de mal, quelque chose qu'il faut corriger? Le projet de loi C-6 nous dit que non.
    Il faut laisser les enfants être des enfants. Il faut les laisser vivre ce qu'ils ont à vivre. Se poser des questions, c'est sain et c'est normal. On ne veut pas que les adultes interviennent auprès des enfants sur la question de l'identité de genre ou de l'orientation sexuelle. Cela m'apparaît non seulement légitime, mais hautement souhaitable.
    En fait, cela est tellement souhaitable qu'un projet de loi a été déposé à l'Assemblée nationale du Québec, pas plus tard que la semaine dernière — en fait, il a été déposé jeudi dernier. Il s'agit du projet de loi no 70, qui concerne la thérapie de conversion. Cependant, comme le Québec est très respectueux des champs de compétence et qu'il ne veut pas se mêler des actes criminels, il ne dira pas à Ottawa ce qui criminel et ce qui ne l'est pas. Cependant, le Québec a compétence juridique pour ce qui est des ordres professionnels. Il a dit qu'il allait amender le Code des professions et qu'un professionnel qui offrirait une thérapie de conversion commettrait un acte dérogatoire à sa profession et pourrait donc être sanctionné par son ordre professionnel. Personnellement, j'applaudis ce projet de loi.

  (1535)  

    J'espère qu'il sera adopté à Québec parce que cela va dans la même direction que celle que nous prenons avec le projet de loi C-6. Nous voulons laisser les enfants être des enfants. Nous ne voulons pas les empêcher de se questionner; il est sain de se questionner et nous voulons qu'ils puissent le faire.
    Je voudrais dire un dernier mot sur l'aspect religieux des thérapies de conversion. On parle beaucoup de thérapies de conversion lorsqu'on parle d'extrémisme religieux. Je ne veux cibler aucune religion en particulier. Cependant, les chefs d'église de n'importe quelle religion, qu'il s'agisse d'imams, de prêtres, de curés ou de rabbins, ont une influence importante sur leurs ouailles, comme on dit chez nous. Il est important que ces gens respectent eux aussi l'interdiction éventuelle de tenir des thérapies de conversion. Cela ne leur interdit pas d'avoir des discussions à ce sujet, mais cela leur interdit de chercher à influencer leurs paroissiens.
    Il faut faire cette distinction. À mon avis, de ce que j'ai entendu dans tous les discours jusqu'à maintenant, c'est peut-être la dérive qui nous guette le plus. Il ne faut pas confondre le droit d'un parent ou d'un enseignant d'avoir une saine discussion sur l'identité de genre ou l'orientation sexuelle avec le fait de chercher à influencer quelqu'un sur son identité de genre ou sur son orientation sexuelle.
    Je m'arrête là. Ensemble, j'espère que nous pourrons nous entendre et adopter ce projet de loi rapidement en deuxième lecture afin qu'il soit étudié en comité et qu'il entre en vigueur.

  (1540)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, il est encourageant de voir les députés du Bloc appuyer cette mesure législative. Le député a soulevé un certain nombre de préoccupations. Je pense qu'il sera possible de s'y pencher lorsque le projet de loi sera renvoyé au comité, après l'étape de la deuxième lecture. Les réunions du comité sur le sujet seront pour le moins intéressantes, comme je suis convaincu que les intervenants seront nombreux. Le ministre lui-même s'est dit prêt à écouter ce que les partis de l'opposition avaient à dire.
    Je me demande si le député peut nous indiquer si le Bloc a déjà des amendements en tête.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
    Effectivement, je pense que nous allons travailler dans le même sens sur ce projet de loi.
    En ce qui concerne les amendements que le Bloc québécois pourrait apporter, c'est une question à laquelle je ne peux pas répondre aujourd'hui. Habituellement, il y en a; il y a souvent de petits ajustements de dernière minute, mais cela ne m'inquiète pas vraiment. Dans la mesure où nous nous entendons sur les grandes lignes, je pense que nous allons réussir à nous entendre sur ce que l'on pourrait appeler la « cuisine » du projet de loi.

[Traduction]