Passer au contenu
Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

44e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • No 105

TABLE DES MATIÈRES

Le jeudi 29 septembre 2022




Emblème de la Chambre des communes

Débats de la Chambre des communes

Volume 151
No 105
1re SESSION
44e LÉGISLATURE

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le jeudi 29 septembre 2022

Présidence de l'honorable Anthony Rota

    La séance est ouverte à 10 heures.

Prière



Affaires courantes

[Affaires courantes]

  (1000)  

[Traduction]

Le calendrier de la Chambre des communes

    Conformément à l'article 28(2)b) du Règlement, je dois déposer sur le bureau le calendrier révisé de la Chambre des communes pour l'année 2023.

[Français]

Le commissaire à la protection de la vie privée

    Il est de mon devoir de déposer sur le bureau, conformément au paragraphe 40(1) de la Loi sur la protection des renseignements personnels et au paragraphe 25(1) de la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques, le rapport du commissaire à la protection de la vie privée pour l'exercice se terminant le 31 mars 2022.

[Traduction]

     Conformément à l'article 108(3)h) du Règlement, ce rapport est renvoyé d'office au Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique.

Loi portant sur un conseil national de réconciliation

    (Projet de loi C‑29. L'ordre du jour appelle: Ordres émanant du gouvernement)

     Le 28 septembre 2022—Le ministre des Relations Couronnes-Autochtones—Deuxième lecture du projet de loi C‑29, Loi prévoyant la constitution d'un conseil national de réconciliation.
    Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, la motion portant deuxième lecture du projet de loi C‑29, Loi prévoyant la constitution d'un conseil national de réconciliation, soit réputée adoptée avec dissidence, le projet de loi soit lu une deuxième fois et renvoyé au Comité permanent des affaires autochtones et du Nord.
     Que tous ceux qui s'opposent à ce que le député propose la motion veuillent bien dire non. Le consentement est accordé.
     La Chambre a entendu la motion. Que tous ceux qui s'opposent à la motion veuillent bien dire non.

     (La motion est adoptée et le projet de loi, lu pour la deuxième fois, est renvoyé à un comité.)

Pétitions

Le changement climatique 

    Monsieur le Président, je prends la parole pour présenter une pétition signée par des électeurs et d'autres personnes qui sont extrêmement préoccupés par l'urgence climatique. Ils soulignent que la Chambre a adopté en juin 2018 une motion selon laquelle nous sommes en situation d'urgence climatique. Les électeurs soulignent que cela exige que nous agissions comme si nous étions dans une situation d'urgence, ce qui ne s'est pas encore produit.
    Les pétitionnaires demandent au Canada de faire face à l'urgence climatique en réduisant les émissions d’au moins 60 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030, en faisant une importante contribution afin d'aider les pays en développement ou, comme ils sont appelés dans la pétition, les pays du Sud, en réduisant progressivement l’industrie des combustibles fossiles de manière à ce que les collectivités et les travailleurs soient protégés de toute perturbation économique, en créant de bons emplois verts et en favorisant le développement d’un effectif diversifié, en renforçant les droits de la personne et les droits des travailleurs, en élargissant le filet de sécurité sociale avec de nouvelles mesures d’aide au revenu, des logements sociaux décarbonés et des fonds de soutien pour des services de transport en commun abordables et accessibles à l’échelle du pays, et en finançant la transition en augmentant l’impôt des plus riches et des grandes pétrolières et en mettant sur pied une banque publique nationale.

  (1005)  

Questions au Feuilleton

    Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
    D’accord?
    Des voix: D’accord.

Ordres émanant du gouvernement

[Travaux des subsides]

[Traduction]

Travaux des subsides

Motion de l'opposition — Le moratoire sur de nouvelles taxes  

    Que, étant donné que les coûts du gouvernement font grimper l’inflation, ce qui rend inabordable le coût des biens que les Canadiens achètent et des intérêts qu’ils paient, cette Chambre demande au gouvernement de s’engager à n’imposer aucune nouvelle taxe sur l’essence, l’épicerie, le chauffage des foyers et les chèques de paie.
    — Monsieur le Président, c'est un honneur de prendre la parole aujourd'hui pour présenter cette motion très importante et très opportune.
    La politique économique du gouvernement peut se résumer en quatre mots simples: paies réduites, prix élevés. Les coûts du gouvernement font augmenter le coût de la vie. Que veulent dire ces paroles des conservateurs? Si l’on examine pourquoi les prix augmentent, on constate que c’est directement lié aux déficits colossaux que le premier ministre accumule depuis quasiment le premier jour de son entrée en fonction. Durant sa première année au pouvoir, le gouvernement a consciemment décidé de dépenser plus d’argent que ce qu’il perçoit, plongeant ainsi le pays dans le gouffre de ces déficits sans fin. Cette décision a affaibli notre économie avant même le début de la pandémie.
    S'il est juste de dire que personne n'a vu venir la pandémie de COVID, il est aussi prudent pour un gouvernement de se préparer à l'imprévu. On ne savait peut-être pas qu'une telle crise aurait lieu, mais les gouvernements doivent être prêts à affronter toutes sortes d'événements d'envergure mondiale auxquels ils seront obligés de répondre. Plonger le pays dans un déficit alors que les choses allaient bien était pure folie. Évidemment, a posteriori, on constate que ce fut extrêmement nuisible, car, en raison des politiques du gouvernement, le pays était en position de faiblesse lors de l'arrivée de la pandémie.
    Je sais que mes collègues sont nombreux à vouloir s'exprimer sur la motion, qui est très importante et dont le sujet touche la vie des gens de manière bien réelle et concrète. Je vais donc partager mon temps de parole ce matin afin de donner à un plus grand nombre d'entre eux la possibilité de participer au débat.
    Comment les déficits du gouvernement ont-ils conduit à cette hausse des dépenses? Eh bien, le gouvernement a dû emprunter un tas d’argent qu’il n’avait pas, alors il s’est tourné vers la Banque du Canada, qui a décidé de garantir les dépenses déficitaires du gouvernement en achetant des obligations d’État, ou reconnaissances de dette. Lorsqu’un gouvernement doit emprunter de l’argent, il rédige une promesse de remboursement. C’est ce qu’on appelle une obligation. Normalement, les particuliers ou les institutions peuvent acheter ces obligations et s’attendre à recevoir les intérêts, et le gouvernement rembourse l’obligation à l’échéance. Cependant, la Banque du Canada a fait quelque chose d’un peu différent: elle a créé de l’argent frais à partir de rien pour acheter ces obligations d’État.
    Elle a commencé à créer 5 milliards de dollars de nouvelle monnaie chaque semaine, à partir de mars 2020, pour acheter ces obligations d’État. Cette nouvelle monnaie, non soutenue par une nouvelle production, non soutenue par la croissance économique et non soutenue par une production supplémentaire de biens ou de services, s’est déversée dans le système.
    Il peut y avoir de grands gagnants lorsque le gouvernement crée de l’argent à partir de rien. Les grands gagnants sont les grandes institutions financières qui obtiennent l’argent en premier, parce qu’elles se lancent dans l’achat d’actifs. Elles achètent des biens et des matières premières. Elles le font avec le nouvel argent avant que tout le monde ne se rende compte qu’il y a un tout nouvel afflux de monnaie dans le système. Quand tout le monde reçoit cet argent, quand il finit par faire son chemin dans l’économie, les prix commencent à monter. Les grandes institutions financières et ces riches investisseurs peuvent alors vendre ces produits et gagner de l’argent sur la différence. C’est pourquoi les prix ont augmenté, et c’est aussi pourquoi nous avons vu des profits records dans les grandes institutions financières comme les grandes banques.
    C’est pourquoi nous disons que le coût du gouvernement a fait augmenter le coût de la vie. Littéralement, les dépenses supplémentaires du gouvernement, les dépenses inutiles, ont forcé la Banque du Canada à garantir ces déficits, créant ainsi de l’argent frais et provoquant la hausse des prix. Voilà pour les prix plus élevés.
    Qu’en est-il des chèques de paie plus petits? Eh bien, ce que le gouvernement prévoit de faire le 1er janvier, c’est de prendre une plus grande part des chèques de paie des Canadiens en augmentant l’impôt sur les chèques de paie. Les Canadiens seront forcés de payer plus d’impôt sur leurs chèques de paie, et le gouvernement prendra une partie de l’impôt supplémentaire qu’il perçoit, l’extraira de la caisse de l’assurance-emploi et le dépensera.
    Nous le savons. Nous savons que le montant des cotisations supplémentaires à l'assurance-emploi sera tout simplement absorbé par les dépenses ordinaires du gouvernement. En fait, les cotisations supplémentaires que le gouvernement percevra feront en sorte que la caisse de l’assurance-emploi affichera un excédent de 10 milliards de dollars à court terme, et le premier ministre s’emparera de tout cet argent pour financer ses projets de dépenses favoris.

  (1010)  

    Où va aller une grande partie de cet argent supplémentaire? Il va servir à payer les intérêts de notre dette nationale. Le premier ministre a accumulé plus de dettes que tous les autres premiers ministres réunis, et le rapport du directeur parlementaire du budget indique que les intérêts de la dette nationale — que les contribuables canadiens vont devoir payer — vont doubler. Bientôt, la part de nos impôts qui servira à payer les intérêts de la dette nationale sera plus élevée que le montant dépensé pour les Forces armées canadiennes. Voilà les proportions que le problème a atteintes.
    Le résultat? Eh bien, nous avons tous entendu les histoires déchirantes dans nos circonscriptions. Nous avons tous entendu le témoignage des aînés qui ont dû retarder leur retraite et voir leurs économies s’évaporer avec l’inflation. Des jeunes de 30 ans sont coincés dans de minuscules appartements de 400 pieds carrés dans nos grandes villes ou, pire, vivent encore dans le sous-sol de leurs parents parce que le prix des maisons a doublé sous les libéraux. Des mères seules mettent de l’eau dans le lait de leurs enfants pour pouvoir payer l’augmentation de 10 % du prix de l’épicerie sur 12 mois.
    Il n’est pas étonnant que les gens soient inquiets. La plupart des gens ont la chance de s’en sortir, mais beaucoup d’entre eux sont loin derrière. Il y a des gens dans ce pays qui s’en sortent à peine. Ce sont nos amis et nos voisins, et nous, à la Chambre, sommes leurs serviteurs. C’est à nous de prendre des mesures concrètes pour résoudre cette crise de l’inflation provoquée par les libéraux.
    Les conservateurs proposent des solutions très simples et pratiques pour aider les Canadiens partout au pays. Aujourd’hui, les conservateurs demandent au gouvernement de ne pas aggraver la situation. Les libéraux ont déjà fait des dégâts en augmentant les prix. Ils n’ont pas besoin de réduire les chèques de paie des Canadiens, ce que ce gouvernement prévoit de faire. Non seulement ils jettent de l’huile sur le feu avec leurs plans constants pour augmenter les dépenses, mais ils réduisent la capacité des Canadiens de faire face à l’inflation causée par le gouvernement en amenuisant ces chèques de paie.
    Un nouveau sondage publié aujourd’hui est tout simplement stupéfiant: 90 % des Canadiens resserrent leur budget familial en raison de l’inflation. Près de la moitié d’entre eux, soit 46 %, affirment que leur situation financière est pire qu’à la même époque l’an dernier, ce qui représente le plus haut niveau en 12 ans. Plus de la moitié disent qu’il est difficile de nourrir leur famille, et ce chiffre passe à sept sur dix, ou 68 %, chez ceux dont le revenu familial est inférieur à 50 000 $. Les Canadiens ne peuvent pas suivre le rythme.
    En ce qui concerne le prix du panier d'épicerie, j’ai cinq enfants et notre facture d’épicerie est déjà assez élevée avec quelques adolescents à la maison. Les prix ont monté en flèche, augmentant de plus de 10 % au rythme le plus rapide en 40 ans. Avec de telles pressions inflationnistes, les mesures de soutien du gouvernement non seulement n’aident pas à régler le problème, mais elles y contribuent, car ces dépenses supplémentaires s’ajoutent à la somme d’argent que le gouvernement doit emprunter, ce qui alimente le cercle vicieux d’une inflation plus élevée.
    La famille canadienne moyenne consacre aujourd’hui aux impôts une part plus importante de son revenu qu’aux produits de première nécessité, comme la nourriture, le logement et les vêtements réunis. En comparaison, en 1961, 33,5 % du revenu de la famille moyenne servait à payer les impôts. Aujourd’hui, ce chiffre est de 43 %, ce qui signifie que l’on dépense plus en impôts qu’en nourriture, logement et vêtements réunis. C’est tout simplement ahurissant.
    Mardi, les conservateurs ont proposé que le gouvernement annule son projet de tripler la taxe sur le carbone. Tous les coûts sont appelés à monter en flèche lorsque le gouvernement triplera le montant qu'il impose aux Canadiens sur le chauffage domestique et le carburant, sans parler de tous les effets de cette mesure sur littéralement tout ce que les Canadiens doivent acheter. Les prix des produits d'épicerie, du bois de construction et des articles ménagers augmentent tous lorsque le gouvernement hausse la taxe sur le carbone de 300 %.
    Aujourd'hui, nous proposons une autre solution pratique: le gouvernement devrait ne pas toucher au chèque de paie des Canadiens et laisser ceux-ci conserver une plus grande partie de l'argent qu'ils ont durement gagné. Il a déjà subtilisé aux Canadiens le pouvoir d'achat qu'ils avaient, et le chèque de paie de ces derniers se trouve déjà dévalué en raison des politiques inflationnistes du gouvernement. Ce n'est jamais le bon moment pour augmenter les impôts, mais le pire moment pour grever le chèque de paie des Canadiens, c'est quand ils ont déjà tant de mal à s'en sortir pour acheter les produits courants.
    J'espère que tous les députés appuieront cette motion pratique et pleine de bon sens qui vise à bloquer les hausses de taxe que le gouvernement prévoit d'imposer sur le chèque de paie des Canadiens.

  (1015)  

    Avant de passer aux questions et observations, je voudrais vérifier si le député a dit qu'il allait partager son temps de parole.
    C'est bien le cas.
    Je remercie le député. Je voulais simplement que cela paraisse au compte rendu.
    Nous passons aux questions et observations. Le député de Winnipeg-Nord a la parole.
    Monsieur le Président, c’est vraiment étonnant. La différence entre les conservateurs et les libéraux est le fait que le gouvernement libéral reconnaît l’importance de développer et d’encourager une économie qui fonctionne pour tous les Canadiens. Les conservateurs, en revanche, préconisent une politique un jour, et une autre politique le lendemain.
    Si l'on y pense, parlons de l’inflation. Le Canada, par rapport à d’autres pays, se porte exceptionnellement bien. Il suffit de regarder les États‑Unis, l’Europe et l’Angleterre.
    Cela ne signifie pas que nous ignorons la question. En fait, nous avons présenté le projet de loi C‑30. Le projet de loi C‑30 garantit que les particuliers obtiendront un remboursement de la TPS bonifié. Au départ, les conservateurs avaient dit non. Maintenant, ils font volte-face et appuient cette initiative libérale. Plus ils accorderont de temps à l'actuel gouvernement, plus ils constateront qu’ils aiment ses politiques. Après tout, ils critiquent le déficit, mais ils ont voté pour les milliards et les milliards de dollars qui sont consacrés au déficit. Ils ont voté en sa faveur.
    Pourquoi les Canadiens devraient-ils croire un parti qui ne comprend pas les principes économiques de base? Il suffit de regarder l’idée ridicule de la cryptomonnaie qu'a avancée l'actuel chef conservateur, qui a tenu des propos dont le manque de sagesse a amené des milliers de Canadiens à perdre beaucoup d’argent.
    Monsieur le Président, voilà qui est clair. Le message des libéraux aux Canadiens est qu’ils doivent remercier leur bonne étoile que la situation ne soit pas encore pire. C’est un peu comme si un pyromane disait à quelqu'un: « Je sais que j’ai mis le feu à votre maison, mais regardez, la maison de votre voisin brûle encore plus que la vôtre. »
    Je ne pense pas qu’un seul Canadien sera rassuré par ce message. Pour ce qui est de ce que notre parti a soutenu, nous avons toujours appuyé les allégements fiscaux pour les Canadiens. Nous n’avons certainement pas voté en faveur du gaspillage et de la corruption du gouvernement, comme lorsqu’il a envoyé 1 milliard de dollars à ses amis de l’organisme UNIS ou lorsqu’il a donné 35 milliards de dollars à une banque d’infrastructure qui s’est transformée en une machine d’aide aux entreprises et qui n’a pas permis de construire un seul projet.
    De ce côté-ci de la Chambre, nous reconnaissons que lorsque les Canadiens travaillent si fort pour obtenir leur chèque de paie, ils devraient pouvoir en garder la plus grande part possible. C’est pourquoi nous nous concentrons tant sur cette mesure. Le gouvernement devrait annuler les prochaines hausses de taxes sur les chèques de paie afin que les Canadiens puissent conserver une plus grande partie de l'argent qu'ils gagnent durement.

  (1020)  

[Français]

    Monsieur le Président, j'aimerais avoir l'opinion du leader de l'opposition. Les conservateurs reviennent constamment sur le même sujet, qui est très important. Personne ne le conteste. Toutefois, il me semble qu'on manque de solutions constructives.
    Mon collègue serait-il d'accord pour augmenter les revenus des personnes âgées qui ont un revenu fixe? Le Bloc Québécois martèle ce message depuis plusieurs mois au Parlement et le gouvernement ne réagit pas. Compte tenu de l'inflation, qui touche particulièrement le prix des aliments, il faudrait aider les personnes âgées en augmentant la pension de la Sécurité de la vieillesse. Il faudrait aussi soutenir le monde agricole, parce que le coût de l'essence a augmenté.
    J'aimerais entendre des commentaires constructifs de la part de mon collègue.
    Monsieur le Président, la motion dont nous débattons aujourd'hui propose une mesure concrète pour aider les Canadiens.

[Traduction]

    Ce qui est proposé aujourd’hui est une mesure concrète et toute simple qui aidera les Canadiens à faire face à l’inflation causée par le gouvernement libéral. Elle leur permettra de garder une plus grande part de l'argent qu'ils ont durement gagné. Le gouvernement dévalue les dollars qu’ils gagnent, alors le moins qu’il puisse faire, c’est de permettre aux Canadiens de conserver une plus grande part de l'argent qu’ils ont gagné à la sueur de leur front.
    Il faut remonter à la cause profonde. Il n’est pas bon pour les Canadiens et les aînés d’augmenter quelque chose de la main gauche et d'en supprimer tous les avantages de la main droite en augmentant les prix. Tant que le gouvernement perpétuera son cercle vicieux d’augmentation des dépenses et des emprunts qui l’accompagnent, l’inflation se maintiendra. Le problème ne fera que s'aggraver. Voilà pourquoi il faut s'attaquer à la cause profonde de l’inflation.
    Je dois souligner que depuis plusieurs mois, l'inflation a atteint 8 % au Canada. C’est la rentrée des classes et j’ai aidé mes filles à travailler leur calcul; j’ai compris que 8 % correspondaient à environ un douzième. C’est comme si l’on achetait une caisse de bière, qu’on ouvrait la première et qu’on la jetait directement dans l’évier. Elle s’évapore. C’est comme travailler tout un mois, jour après jour, et à la fin du mois, on découvre qu’on a travaillé pour rien. Voilà l’effet d’une inflation de 8 %. Les Canadiens en ont assez de travailler un mois par an pour rien. Le moins que le gouvernement puisse faire, c’est de les laisser garder ce qu’ils ont gagné les 11 autres mois.
    Monsieur le Président, mon père a travaillé très fort depuis qu’il a immigré dans ce pays. Il a travaillé dans des scieries et des mines de charbon en Alberta et en Colombie‑Britannique et, jusqu’à ce jour, il continue de conduire un taxi parce qu’il ne peut tout simplement pas rester à la maison et qu’il préfère aller travailler. Il a toujours dit qu’au Canada, si les gens travaillent, ils peuvent payer leurs factures et subvenir aux besoins de leur famille, et s’ils travaillent dur, ils peuvent aussi s’acheter de très belles choses. C’est la raison pour laquelle tant de gens, comme mon père et bien d’autres, sont venus dans ce pays. Ils sont venus au Canada pour saisir les occasions qu’il offre et pour subvenir aux besoins de leurs familles.
    Cependant, le gouvernement libéral a créé un Canada que de nombreux Canadiens ont du mal à reconnaître aujourd’hui, où travailler dur ne signifie plus que les gens pourront payer l'essence, chauffer leur maison ou même posséder une maison. L’abordabilité est une préoccupation majeure pour les Canadiens de tout le pays. Dans le cadre d’un récent sondage, on a demandé sur quelles questions nous devrions nous concentrer au cours de la présente session parlementaire. Presque toutes les réponses ont indiqué que le coût de la vie était une préoccupation importante.
    Aujourd’hui, au Canada, des étudiants vivent dans des refuges pour sans-abri, des mères seules n’ont pas les moyens d’acheter des aliments nutritifs pour leurs enfants et des personnes âgées se tournent vers les banques alimentaires en dernier recours. Qui plus est, selon des rapports récents, ces mêmes banques alimentaires disent avoir du mal à rester ouvertes et ne pas avoir assez de nourriture à fournir à ceux qui leur demandent de l’aide et du soutien.
    Il y a une génération de jeunes Canadiens qui vivent dans le sous-sol de leurs parents sans espoir de déménager un jour. De jeunes familles qui avaient économisé pour une mise de fonds initiale doivent maintenant utiliser ce montant pour acheter des aliments et de l’essence. Les grands-parents regardent leurs enfants adultes se battre pour subvenir aux besoins de leurs propres enfants, même s’ils ont un emploi. Les Canadiens souffrent beaucoup et éprouvent de grandes difficultés. Ils ont fait tout ce qu'on leur a demandé, mais le gouvernement les laisse tomber.
    Lorsque le premier ministre est entré en fonction, les Canadiens consacraient 32 % de leur revenu, en moyenne, à l’entretien d’une maison de taille moyenne. Aujourd’hui, la famille moyenne doit débourser 50 % de son revenu uniquement pour conserver cette maison. Les Canadiens s’endettent pour couvrir leurs dépenses de base et remboursent cet argent emprunté à un taux d’intérêt imprévisible et croissant. Le gouvernement a dit aux Canadiens que les taux resteraient bas pendant longtemps. Or, les taux d’intérêt augmentent maintenant tous les quelques mois et les Canadiens ne peuvent tout simplement pas suivre le rythme. Au lieu de soulager les Canadiens, le gouvernement augmente les taxes de ceux qui sont déjà en difficulté.
    J’ai entendu de nombreuses personnes dans ma circonscription, des mères seules, des propriétaires de petites entreprises et des familles d’Edmonton Mill Woods, qui ne peuvent pas se permettre le programme de dépenses du gouvernement, un programme de dépenses que le gouvernement lui-même ne peut pas se permettre. Comme me l’a dit un concitoyen, nous avons besoin d’un gouvernement qui travaille pour les Canadiens, et non l’inverse. Je suis tout à fait d’accord.
    Ma circonscription, Edmonton Mill Woods, est une collectivité multiculturelle. De nombreux immigrants sont venus dans ce magnifique endroit pour y faire leur vie. Je connais de nombreuses familles d’immigrants qui travaillent dur, qui font de longues heures, qui essaient d’offrir une bonne vie à leurs enfants, mais qui ne parviennent pas à répondre aux demandes inflationnistes créées par le gouvernement.
    Un de mes concitoyens, Abdul, est propriétaire d’une entreprise locale et un nouvel immigrant du Nigeria. Comme la plupart des propriétaires de petites entreprises, il travaille beaucoup plus que les huit heures normales par jour. Il est motivé, vaillant et passionné par son entreprise, mais il a malgré tout du mal à joindre les deux bouts. Il m’a confié qu’il n’a pas les moyens d’inscrire ses enfants au hockey ou sa fille à la danse. Contrairement au gouvernement, il ne peut pas dépenser l’argent qu’il n’a pas.
    Kim, une autre résidante de ma circonscription, est une mère seule. Elle est la seule personne à subvenir aux besoins de ses enfants. Elle peine toujours à mettre de l’essence dans sa voiture afin de se rendre au travail. Contrairement au gouvernement, elle doit économiser de l’argent afin de pouvoir le dépenser pour ses enfants. Elle a dû économiser rien que pour acheter des fournitures scolaires cette année, qui, bien sûr, coûtent plus cher en raison de la crise de l’inflation créée par le gouvernement en ce moment. Je crois que le gouvernement aurait quelque chose à apprendre des mères seules comme Kim et de nombreux autres Canadiens. Il doit trouver un dollar pour dépenser un dollar. Il doit avoir de l’argent pour le dépenser.

  (1025)  

    À présent, le gouvernement aggrave la situation des Canadiens. Il doit renoncer aux augmentations d’impôt qu’il prévoit pour les familles et les entreprises canadiennes. Les Canadiens ne peuvent pas suivre le rythme de ces dépenses effrénées qui alimentent l’inflation et la hausse des taux d’intérêt. Au lieu de nous contenter de faire fonctionner la planche à billets, il nous faut hausser la production pour que l'offre dépasse la demande. Nous devons produire ici même, au Canada, des aliments, de l’énergie et des ressources naturelles à prix abordable.
    Nos agriculteurs sont les meilleurs du monde. En éliminant les obstacles que le gouvernement leur a imposés, nous augmenterons la production alimentaire et rendrons les aliments plus abordables. Nous devons supprimer les taxes sur les agriculteurs, supprimer le plan du gouvernement pour réduire l’utilisation d’engrais, et éliminer même les formalités administratives qui pénalisent financièrement les agriculteurs. Laissons nos agriculteurs faire ce qu’ils savent le mieux faire, c’est-à-dire produire nos aliments.
    En fait, si le gouvernement voulait juste cesser de faire obstacle, les agriculteurs pourraient non seulement fournir plus d’aliments pour les Canadiens, mais aussi aider le monde à lutter contre la pénurie alimentaire qui menace de sévir.
    Je propose aussi au gouvernement de dialoguer avec les Canadiens et de les écouter. Je propose au gouvernement de parler avec les gens de ma circonscription et avec nos concitoyens de partout au pays afin de savoir ce qui leur arrive, à eux, à leurs familles et à leurs entreprises. Je me suis assis récemment avec un groupe de camionneurs et j’ai été très étonné d’apprendre qu'il en coûte moins cher à certaines entreprises de camionnage de ne pas faire rouler leurs camions, que cela leur fait faire des économies. Il leur en coûte tellement cher de payer le diésel, de trouver des chauffeurs et de les rémunérer qu’ils économisent de l’argent en ne travaillant pas.
    Nous devons faire en sorte que les Canadiens conservent une plus grande partie de leur salaire et que l’énergie, l’essence, le chauffage et d’autres coûts deviennent plus abordables. Au lieu d’importer de l’énergie, nous devons nous débarrasser des dispositions législatives comme celles qui sont proposées dans le projet de loi C-69 et permettre la production d’énergie au Canada. Le projet de loi C-69 lui-même constitue un obstacle de taille si nous voulons attirer de nouveaux investissements et de nouveaux projets au Canada.
    À l’heure actuelle, le Canada importe plus de 130 000 barils de pétrole par jour, et ce pétrole provient principalement de pays qui sont des dictatures. Nous importons tout ce pétrole alors que le Canada possède des réserves d'hydrocarbures qui sont les troisièmes au monde et qui se trouvent largement en Alberta. Tout cela parce que le gouvernement préfère le pétrole sale des dictatures à l’énergie canadienne responsable.
    Nous abrogerons les lois anti-énergie du gouvernement pour les remplacer par des lois qui protègent l'environnement, prévoient la consultation des Premières Nations et font en sorte que les projets puissent se réaliser. Il en résultera plus d’emplois pour les Canadiens et plus d’énergie éthique canadienne pour le monde. Cela soutiendra aussi notre dollar.
    Ce n’est jamais le bon moment pour augmenter les impôts des travailleurs canadiens. Pourtant, c’est exactement ce que fait le gouvernement. Nous continuons de demander au gouvernement d’annuler toutes les hausses prévues du fardeau fiscal, y compris les augmentations des charges sociales le 1er janvier et les hausses de taxe sur l’épicerie et le chauffage domestique le 1er avril. J’espère que le gouvernement et tous les autres députés appuieront notre motion aujourd’hui.

  (1030)  

    Je demanderais aux députés d'être aussi concis que possible. Vous êtes nombreux à vouloir poser une question et je veux m'assurer que tous aient la chance de le faire.
    Nous passons aux questions et observations. Le député de Kingston et les Îles a la parole.
    Dans son discours, le député a dit « au lieu de soulager les Canadiens ». Pourtant, le gouvernement ne fait que tenter de trouver des solutions pour soulager les Canadiens. Le remboursement de la TPS, l'aide au logement et la prestation pour les soins dentaires des enfants de moins de 12 ans sont toutes des mesures que le gouvernement fédéral travaille à mettre en place pour soulager les Canadiens.
    Je crois comprendre que les conservateurs ont l'intention d'appuyer le remboursement de la TPS que nous avons proposé, ce qui est merveilleux. Puisque leur position semble bien arrêtée, nous laisseront-ils mettre aux voix le projet de loi ou insisteront-ils pour que tous les députés s'expriment à son sujet avant de proposer un amendement qui déclenchera une autre série d'interventions dans le seul but de faire de l'obstruction? Nous laisseront-ils concrétiser le remboursement de la TPS pour que les Canadiens qui en ont besoin en ce moment puissent en bénéficier?
    Monsieur le Président, je ne dirais pas que c’était vraiment concis, mais je pense qu’il y avait une question quelque part dans cette intervention.
    Pour ce qui est d’aider les Canadiens, le gouvernement libéral est à l’origine de tous ces problèmes. Le gouvernement est à l’origine de cette inflation. Il a fait augmenter le coût de tout et il propose maintenant des choses qu’il appelle des solutions. En réalité, certaines de ses prétendues solutions ne feront qu’exacerber l’inflation et ces problèmes, elles ne sont que temporaires.
    En réalité, tout ce que le gouvernement fait maintenant, tout ce qu’il propose sera complètement annulé par le coût de tout et surtout par ses hausses d’impôt et de taxes. Le 1er janvier et le 1er avril, le coût de tout va augmenter pour les Canadiens, ce qui effacera complètement tout ce que le gouvernement a dit qu’il essayait d’offrir. Il n’aide pas. Il a causé ce problème et il ne fait rien pour le régler.

[Français]

     Monsieur le Président, c'est vraiment le jour de la marmotte, ici, au Parlement. On a l'impression qu'on parle du même sujet que celui dont a parlé mardi passé.
     C'est vrai que les choses augmentent. Parlons du logement, par exemple. Cette semaine, sur la Colline, l'Association canadienne d'habitation et de rénovation urbaine est venue nous rencontrer. Elle nous a raconté quelque chose d'assez intéressant, qui date d'avant la pandémie et d'avant la récente augmentation de l'inflation.
    Au Canada, depuis 10 ans, il s'est perdu 600 000 logements abordables, des logements pour lesquels le gouvernement avait payé, pour lesquels nous avons tous payé et qui étaient relativement abordables. Ils sont rendus dans le marché privé.
    Le gouvernement se targue d'avoir une stratégie nationale sur lelogement dans laquelle il met 72 milliards de dollars, supposément pour créer des logements abordables, mais cet argent est perdu. Des promoteurs privés rachètent cela et augmentent le coût des logements.
    Il s'agit d'une crise majeure qui requiert des investissements majeurs. Qu'est-ce que les conservateurs ont à proposer?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis d’accord avec mon collègue pour dire que les programmes du gouvernement en matière de logement ne fonctionnent pas. Jour après jour, nous avons interrogé le gouvernement à propos du logement abordable, et sa solution a toujours été de dire: « Nous avons consacré tel montant d’argent à ce dossier. Nous avons dépensé des millions de dollars pour ce programme-ci, des millions et des millions de dollars pour ce programme-là. » Sauf que les résultats ne sont pas au rendez-vous. Cette approche ne fonctionne pas.
    Nous avons dit que nous devons augmenter l’offre. S’il y a un problème de demande, nous devons être capables de trouver des solutions pour augmenter l’offre, ce que le gouvernement ne fait pas. En augmentant l’offre, nous remettrions le système sur ses rails. Si nous pouvions travailler avec les municipalités, avec les provinces et encourager les municipalités, en particulier les empêcheurs de tourner en rond qui sont très lents et qui font obstacle à la délivrance de permis de construire, et si nous pouvions augmenter l’offre et utiliser davantage l’espace abondant que nous avons au Canada pour fournir des logements aux Canadiens, cela créerait vraiment plus de logements abordables.

  (1035)  

    Monsieur le Président, je ne saurais être plus en accord avec mon collègue lorsqu’il dit que nous pourrions passer la journée à discuter d’enjeux plus importants. Nous voici à la veille de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Qu’entendons-nous de la part des conservateurs? C'est une reprise de mardi. Nous avons vu le chef de l’opposition officielle à la Chambre parler de bière.
    Que font-ils aujourd’hui? Ils passent leur temps, comme ils l’ont fait chaque jour de cette semaine, à retarder l’aide aux gens.
    Mon collègue ne croit-il pas qu’aujourd’hui, nous devrions passer la journée à discuter des problèmes urgents auxquels sont confrontés les Autochtones de ce pays, à faire pression sur le gouvernement pour qu’il respecte ses engagements en ce qui concerne les appels à l’action et les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées? Pourquoi les conservateurs ne passent-ils pas la journée à faire cela? Pourquoi ne passons-nous pas la journée à le faire, aujourd’hui, là, maintenant?
    Monsieur le Président, nous passons la journée à discuter d’enjeux importants. Nous parlons de rendre la vie plus abordable pour tous les Canadiens, y compris les collectivités autochtones, les néo-Canadiens et les Canadiens qui sont ici depuis des générations, parce que cette crise a atteint un point où les Canadiens ne peuvent tout simplement plus continuer. Or, le gouvernement libéral va maintenant rendre les choses encore plus inabordables.
    Quand nos concitoyens nous disent qu’ils ont du mal à nourrir leur famille, à subvenir aux besoins de leur famille, c’est une crise nationale à laquelle nous devons faire face. Nous continuerons à en discuter. Nous continuerons à faire pression sur le gouvernement jusqu’à ce qu’il cesse d’augmenter les impôts des Canadiens.
    Monsieur le Président, je suis heureux d’être ici pour discuter de ce sujet. Je vais partager mon temps de parole avec le député de Milton.
    Nous observons une hausse des taux d’inflation et du coût de la vie au Canada et, manifestement, dans le monde entier en raison de nombreux facteurs, notamment la guerre en Ukraine, les goulots d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement mondiale dus en grande partie à la pandémie et l’incertitude du marché mondial d’énergie. L’inflation est en fait moins élevée ici au Canada, à 7 %, que chez bon nombre de nos pairs. Elle se situe à 8,3 % aux États-Unis et à 9,9 % au Royaume-Uni. La zone euro et les pays de l’OCDE subissent aussi une inflation plus forte.
    Bien que l’inflation au Canada ait continué de fléchir par rapport au sommet atteint en juin, nous savons que les Canadiens se soucient encore de l’augmentation du coût de la vie. Ils demandent ce que fait leur gouvernement à ce sujet et ce que nous allons continuer à faire pour rendre la vie abordable et faire croître une économie qui fonctionne pour tout le monde.
    Bien que l’inflation ne soit pas un problème propre au Canada, nous sommes particulièrement bien placés pour y faire face. Notre ratio dette-PIB est le plus bas du G7. Nous avons une cote de crédit AAA et, selon le Fonds monétaire international, l’économie canadienne connaîtra la croissance la plus rapide du G7 cette année et l’an prochain. Cela signifie que nous pouvons élaborer un plan complet pour rendre la vie plus abordable pour les Canadiens tout en continuant à réduire notre radio dette-PIB, et c’est exactement ce que nous faisons.
    Qu’est-ce que cela signifie pour les Canadiens? Notre plan contribuera à rendre la vie plus abordable grâce à des mesures comme le doublement du crédit pour la TPS pendant six mois, qui fournira 2,5 milliards de dollars de soutien ciblé supplémentaire cette année à environ 11 millions de personnes et de familles qui reçoivent déjà le crédit d’impôt, dont plus de la moitié des aînés canadiens. En fait, je suis très heureux que le Parti conservateur appuie maintenant cette mesure.
    Nous allons bonifier l’Allocation canadienne pour les travailleurs afin de mettre jusqu’à 2 400 $ de plus dans les poches des familles de travailleurs à faible revenu. Nous augmentons les prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les personnes âgées de plus de 75 ans, une mesure qui touche plus de 3 millions de personnes âgées et qui fournit plus de 800 $ la première année à celles qui touchent la pension complète.
    Cette année, un paiement de 500 $ sera versé à 1,8 million de locataires canadiens à faible revenu. De plus, nous réduirons les frais de garde d'enfants de 50 % en moyenne d'ici la fin de l'année. Pour la première fois dans l'histoire du Canada, des centaines de milliers d'enfants de moins de 12 ans dont les parents ou les tuteurs n’ont pas d’assurance dentaire et gagnent moins de 90 000 $ auront accès à des soins dentaires.
    Nous continuerons d'indexer sur l'inflation certains des programmes les plus importants du Canada, notamment l'Allocation canadienne pour enfants, le crédit pour la TPS, le Régime de pensions du Canada, la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti. Bref, notre plan met plus d'argent dans les poches des Canadiens au moment où ils en ont le plus besoin. Les Canadiens ciblés sont les travailleurs les moins bien rémunérés, les locataires à faible revenu et les familles qui n'ont pas les moyens d'emmener leurs enfants chez le dentiste.
    Nous savons qu’il ne serait pas financièrement sage d’indemniser tous les Canadiens pour la hausse des coûts causée par une pandémie mondiale et une guerre illégale en Ukraine. Agir ainsi ne ferait qu'aggraver l'inflation. Les Canadiens le comprennent aussi. Nous ciblons plutôt les Canadiens touchés de la façon la plus disproportionnée par l'inflation.
    Le gouvernement surveillera également la croissance de notre économie et veillera à ce que nos entreprises aient les travailleurs dont elles ont besoin et à ce que les Canadiens puissent continuer à trouver des emplois bien rémunérés et gratifiants. Nous y parviendrons tout en maintenant notre solide bilan financier et en évitant d'attiser davantage le feu de l'inflation.
    Soyons bien clairs: l'ensemble des mesures qui composent notre plan d'abordabilité aidera les Canadiens sans augmenter l'inflation. Bien sûr, cela ne sert pas la motion du chef de l'opposition et ce que son leader à la Chambre a déjà dit aujourd'hui et est tout à fait contraire à l'affirmation selon laquelle le gouvernement fait augmenter l'inflation.
    De nombreux économistes, dont l'ancien directeur parlementaire adjoint du budget, Lindsay Tedds, de l'Université de Calgary, et l'économiste albertain Trevor Tombe, ont tous convenu que ce programme d’aide pour les Canadiens n'est pas inflationniste. En fait, comme nos investissements supplémentaires ne représentent que 0,1 % de notre PIB, même l'actuel directeur parlementaire du budget a déclaré que l'incidence sur l'inflation ne serait ni importante ni mesurable.
    Il est formidable de voir que les conservateurs ont commencé à revenir sur leurs positions antérieures contre l'octroi d'une aide aux Canadiens et qu'ils soutiennent maintenant le crédit d'impôt pour la TPS. Il est temps pour eux d’appuyer également l'Allocation canadienne pour le logement et le programme pour les soins dentaires.

  (1040)  

    Permettez-moi de m’attarder un peu au Régime de pensions du Canada et au régime d’assurance-emploi. En cette période d’incertitude économique mondiale, c’est le comble de l’irresponsabilité de la part des conservateurs de suggérer que notre pays cesse de mettre de l’argent de côté pour la retraite et l’assurance-emploi. La réduction des cotisations se traduira par une diminution des pensions pour les personnes âgées à un moment où elles en auront le plus besoin. Le pillage des pensions est une stratégie bien connue du Parti conservateur, et cette politique est similaire à celle qu’il a adoptée lorsqu’il a fait passer l’âge d’admissibilité à la retraite de 65 à 67 ans. Cette mesure a privé des personnes âgées de milliers de dollars et nous ne devrions pas les laisser faire à nouveau.
    En ce qui concerne l’assurance-emploi, lorsque nous avons été élus en 2015, le taux de cotisation à l’assurance-emploi était de 1,88 $. Fait amusant, l’actuel chef de l’opposition était le ministre responsable du dossier à l’époque. Aujourd’hui, le taux de cotisation à l’assurance-emploi est de 1,58 $, soit 0,30 $ de moins. L’an prochain, il passera à 1,63 $, ce qui est encore 25 ¢ de moins qu’en 2015, alors que le chef de l’opposition avait le plein contrôle du dossier. Je suis certain que cela clarifie la question pour les Canadiens.
    En passant, s’en prendre aux pensions des Canadiens n’est pas seulement, sans équivoque, une mauvaise décision économique et sociale, mais aussi une décision un peu malavisée. Je suis sûr que le chef de l’opposition sait que pour apporter des changements au régime de pensions du Canada, il faut une loi et l’accord de 7 des 10 provinces. S’il veut vraiment gouverner, il devrait réfléchir longtemps avant de s’engager dans une lutte avec les 13 provinces et territoires pour réduire les régimes de retraite chèrement gagnés de nos concitoyens.
    Passons maintenant à la lutte contre les changements climatiques et à notre système national de tarification de la pollution.
    Tout d’abord, la lutte contre les changements climatiques est une nécessité absolue pour l’avenir de notre planète. Reconnaissons aussi que les effets des changements climatiques exercent une pression inflationniste sur notre économie. Il est bien connu que la tarification de la pollution à l'échelle nationale est un mécanisme de marché très efficace pour réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en rendant la vie plus abordable pour la majorité des Canadiens. Tout au long de tous les débats de cette session, les conservateurs ont tenté d’établir une corrélation entre l’augmentation massive du prix de l’essence et le prix fédéral du carbone, et c’est tout simplement faux. En 2019, le prix du carbone était d’environ 9 ¢ le litre en Colombie‑Britannique, ma province. Aujourd’hui, il est de 11 ¢ le litre. Cela signifie que bien que le prix de l’essence ait augmenté de plus de 1 $ le litre, seulement 2 ¢ de cette augmentation peuvent être attribués à la tarification de la pollution en Colombie‑Britannique au cours des trois dernières années.
    De plus, comme la tarification du carbone en Colombie‑Britannique est administrée par la province, si la taxe fédérale sur le carbone était éliminée, comme les conservateurs le proposent régulièrement, cela n’engendrerait aucune économie pour les résidants de la Colombie‑Britannique. Au contraire, cela signifierait simplement que d’autres provinces en feraient moins dans la lutte contre les changements climatiques.
    Il convient aussi de souligner qu’avec l’Incitatif à agir pour le climat, la tarification du carbone rend en réalité la vie plus abordable pour 80 % des ménages canadiens, ce que les conservateurs semblent toujours oublier lorsqu’ils abordent le sujet.
    J'espère que tous les députés d'en face vont communiquer l'information à leurs collègues et qu'ils vont convaincre les membres de leur caucus d'appuyer à nouveau la tarification du carbone, comme ils l'ont fait il y a à peine 12 mois.
    Je crois bien avoir parlé de tous les éléments de la motion. De toute évidence, le gouvernement a, encore et toujours, un plan financièrement responsable pour rendre la vie plus abordable aux Canadiens et faire en sorte que tous bénéficient de la croissance économique.

  (1045)  

[Français]

    Monsieur le Président, à plusieurs reprises cette semaine, je me suis levée concernant des mesures qui peuvent sembler intéressantes à court terme parce qu'elles soulagent les contribuables. Celle d'aujourd'hui peut sembler intéressante parce qu'on parle de diminuer les taxes et les impôts. Personne n'est contre le sucre à la crème.
    Cependant, on est en période inflationniste. Comme je l'enseignais à mes élèves de cinquième secondaire, l'inflation est causée par une multitude de facteurs, notamment les problèmes d'approvisionnement, les catastrophes naturelles qui vont détruire les zones de production d'aliments et d'autres biens, le manque de main‑d'œuvre, ainsi de suite.
    Ce que j'essaie de savoir, autant du gouvernement que des partis de l'opposition, c'est quelles sont les solutions à moyen et à long terme pour ces problèmes‑là, des solutions qui vont permettre de vraiment diminuer l'inflation sans vider les coffres de l'État. Après une inflation — je l'enseignais à mes élèves de cinquième secondaire —, vient une récession. Là, on va avoir besoin d'argent dans les coffres.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis heureux d'apprendre que la députée a parlé de l'inflation à ses élèves et leur a expliqué ses nombreuses causes.
    Un désaccord tend à se manifester au sujet des causes de l'inflation et il oppose en particulier le gouvernement et les conservateurs, ce qui donne lieu à de nombreux échanges. La députée a effectivement raison de dire que les changements climatiques et les catastrophes naturelles peuvent notamment être des causes de l'inflation. La guerre en Ukraine exerce assurément des pressions inflationnistes sur l'économie mondiale, tout comme les goulots d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement qui subsistent partout sur la planète et qui sont des séquelles de la pandémie.
    L'opposition veut nous faire la démonstration de sa thèse, selon laquelle le gouvernement du Canada est seul responsable de l'inflation. Or, cette démonstration n'est pas facile à faire, car les politiques du Canada ne peuvent en aucune façon influer sur l'inflation en Europe, dans les pays de l'OCDE ou aux États-Unis.
    À court terme, nous allons faire en sorte que la vie soit plus abordable pour les Canadiens, puis nous allons faire croître l'économie de manière à ce qu'elle profite à tous. À long terme, nous allons utiliser à la fois nos outils financiers et les outils monétaires de la Banque du Canada, une institution indépendante, pour réduire l'inflation.
    Monsieur le Président, ce que me disent, entre autres, beaucoup les aînés dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique dernièrement c’est combien il est difficile de joindre les deux bouts avec un revenu fixe et que leurs pensions et la Sécurité de la vieillesse ne suffisent pas pour couvrir les frais de subsistance de base.
    Tellement de personnes me demandent quand leurs pensions gouvernementales vont augmenter de manière à ce qu’elles puissent subvenir à leurs besoins essentiels, qu’elles puissent retrouver la dignité d’être en mesure de payer leur loyer, leurs médicaments et les choses que nous sommes si nombreux à tenir pour acquises.
    Le secrétaire parlementaire peut-il expliquer ce que compte faire le gouvernement, si tant est qu’il prévoie quelque chose, pour enfin augmenter les pensions gouvernementales de manière à ce que les citoyens retrouvent la dignité de pouvoir payer ce dont ils ont besoin avec un revenu de base?

  (1050)  

    Monsieur le Président, à court terme, en ce qui concerne les aides aux retraités, nous augmentons de 10 % la Sécurité de la vieillesse pour les aînés âgés de 75 ans et plus. Les aînés peuvent donc s’attendre à recevoir 815 $ de plus en prestations. Nous avons ramené l’âge de la retraite de 67 à 65 ans. Les aînés qui ont plus de 75 ans ont reçu un paiement ponctuel de 500 $ cet été.
    Je suis heureux d’informer la Chambre que nos politiques fonctionnent parce que le nombre d’aînés vivant dans la pauvreté a baissé de 25 % depuis que nous avons accédé au pouvoir, en 2015. En collaboration avec les provinces et les territoires, le gouvernement a établi un plan qui permettra aux futurs retraités de toucher nettement plus de prestations lorsqu’ils prendront leur retraite, si nous ne laissons pas les conservateurs leur supprimer ces prestations.
    Madame la Présidente, le député a parlé de promesses et d’engagements. Qu’en est-il de la promesse électorale faite par le gouvernement pendant la dernière campagne de ne jamais faire passer la taxe sur le carbone à plus de 50 $? Nous voyons maintenant qu’elle atteindra peut-être 170 $ la tonne.
    Le député a parlé de certains des engagements que nous avons pris pendant la dernière campagne. Comment se sent-il à propos d’une promesse faite sur le pas de porte de ses concitoyens qui n’est pas tenue? Ils voient tous les prix augmenter à cause de la taxe sur le carbone qui ne cesse de grimper.
    J’aimerais que le député nous parle de la promesse non tenue qu’il a faite aux personnes qui l’ont élu.
    Madame la Présidente, je renvoie les Canadiens au contenu de mon intervention. Si je peux parler de mon expérience en Colombie-Britannique, nous avons une tarification de la pollution depuis 2008. Notre économie connaît l’essor le plus rapide du pays. En fait, notre plan rend la vie plus abordable pour 80 % des ménages canadiens.
    C’est un bon plan qui lutte contre les changements climatiques tout en stimulant la croissance économique.

[Français]

    Madame la Présidente, je suis très heureux d'être ici aujourd'hui avec mes amis et mes collègues afin de parler d'un sujet très important, soit la nécessité de rendre la vie plus abordable pour tous les Canadiens et les Canadiennes.

[Traduction]

    Je suis heureux de contribuer au débat d'aujourd'hui au sujet de cette motion. Le gouvernement s'est fixé comme grande priorité de rendre la vie plus abordable pour les Canadiens, et j'aimerais souligner certaines des mesures que nous prenons pour lutter contre la hausse du coût de la vie.
    La pandémie a été, nous l'espérons, une crise qu'on ne voit qu'une fois dans une génération, qu'une fois dans sa vie. Cependant, comme toute crise majeure, elle a des répercussions, et l'inflation en est la principale.
    Le coût de la vie, en raison de l'inflation, a transformé la vie d'un grand nombre de Canadiens en un véritable parcours du combattant. C'est le cas pour bon nombre de mes concitoyens, à Milton, en particulier les plus vulnérables. Nous savons que nos voisins traversent des moments difficiles en ce moment, et ces mesures sont conçues pour remédier à certains des problèmes.
    Ce phénomène n'est pas propre au Canada. L'inflation touche les populations du monde entier. Nous avons la chance de constater que l'inflation n'est pas aussi grave ici qu'à d'autres endroits, mais nous disposons néanmoins de solutions canadiennes pour contrer les effets que nos concitoyens ressentent.
    Dans l'ensemble, le plan en matière d'abordabilité du gouvernement offre une aide financière ciblée et responsable sur le plan financier aux Canadiens qui en ont le plus besoin, en mettant particulièrement l'accent sur les Canadiens à faible revenu qui sont exposés à l'inflation.
    Le plan d'abordabilité du gouvernement comprend une augmentation de l’Allocation canadienne pour les travailleurs qui permettra de verser jusqu'à 2 400 $ de plus aux familles à faible revenu. La Sécurité de la vieillesse sera augmentée de 10 % pour les personnes âgées de 75 ans et plus, ce qui représentera plus de 800 $ d’aide supplémentaire pour les personnes qui reçoivent une pleine pension au cours de la première année; plus de trois millions de Canadiens âgés profiteront ainsi d’une augmentation de leurs prestations. Les principaux programmes de soutien, dont l’Allocation canadienne pour enfants, le crédit pour la TPS, le Régime de pensions du Canada, la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti, sont tous indexés à l'inflation et ils augmenteront.
    La semaine dernière, pour donner suite à un engagement pris plus tôt cette année, le gouvernement a déposé deux importants projets de loi au Parlement. Ces projets de loi représentent la dernière série de mesures visant à aider les Canadiens à affronter l'augmentation du coût de la vie sans aggraver l'inflation. Le projet de loi C-30 doublerait le crédit pour la taxe sur les produits et services pendant six mois. Le projet de loi C-31 mettrait en œuvre deux mesures importantes: la Prestation canadienne pour soins dentaires et l’ajout d’une somme unique à l’Allocation canadienne pour le logement.
    Le doublement du crédit pour la TPS fournira une aide supplémentaire ciblée de 2,5 milliards de dollars aux quelque 11 millions de Canadiens qui reçoivent déjà ce crédit d'impôt. Ce nombre comprend environ neuf millions de personnes seules et près de deux millions de couples, ainsi que plus de la moitié des aînés canadiens. Les Canadiens célibataires sans enfant recevront 234 $ de plus et les couples avec deux enfants recevront 467 $ de plus cette année. Les aînés recevront, en moyenne, 225 $ de plus.
    La prochaine mesure importante est la Prestation dentaire canadienne, qui sera offerte à compter de cette année aux familles canadiennes admissibles ayant des enfants de moins de 12 ans qui n'ont pas déjà accès à une assurance dentaire. Des paiements directs totalisant jusqu'à 1 300 $ par enfant, soit jusqu'à 650 $ par année par enfant, seront versés au cours des deux prochaines années pour des services de soins dentaires. Il s'agit de la première étape du plan du gouvernement visant à offrir une couverture complète pour les soins dentaires aux familles dont le revenu net ajusté est inférieur à 90 000 $. Cette aide permettra aux enfants de moins de 12 ans de recevoir les soins dentaires dont ils ont besoin, pendant que le gouvernement travaille à l'élaboration d'un programme complet d'assurance dentaire. Comme je l'ai déjà dit à maintes reprises à la Chambre, des enfants en santé aujourd'hui, c'est un Canada en santé demain.
    Le supplément unique à l’Allocation pour le logement permettra de verser 500 $ de plus à 1,8 million de locataires qui ont de la difficulté à payer leur loyer en ce moment. Cette mesure vient plus que doubler l'engagement pris par le gouvernement dans le budget de 2022, touchant deux fois plus de Canadiens que ce qui avait été promis au départ. La prestation fédérale serait offerte aux demandeurs dont le revenu net rajusté est inférieur à 35 000 $ pour une famille, ou inférieur à 20 000 $ pour un particulier, et qui consacrent au moins 30 % de leur revenu net rajusté au loyer, ce qui représente malheureusement une proportion élevée de ces personnes.
    En plus de ces importantes mesures législatives et du reste du plan pour rendre la vie plus abordable, j’aimerais parler aussi d’une mesure clé pour aider les familles canadiennes, soit le programme d’apprentissage et de garde des jeunes enfants que nous avons lancé dans chaque province et territoire du pays.
    Malgré des doutes légitimes quant à la possibilité d’y parvenir, nous avons déjà conclu des accords sur les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants avec chaque province et territoire. Notre plan rend le travail et la vie plus abordables pour les familles canadiennes de la classe moyenne. Il se traduit par une réduction moyenne des frais de 50 % d’ici la fin de l’année. D’ici 2026, les services de garde d’enfants réglementés ne coûteront en moyenne que 10 $ par jour à la grandeur du pays.
    Tout récemment, j’ai entendu qu’un de mes concitoyens allait économiser 9 000 $ par an parce que sa femme et lui ont deux enfants. Ils vont tous deux pouvoir travailler un peu plus longtemps et aucun d’entre eux ne travaillera à temps partiel cette année. Ils sont très reconnaissants au Milton Community Resource Centre d’avoir adhéré au régime d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. J’ai visité le Centre à plusieurs reprises pour m’assurer que ses priorités ont été respectées dans le cadre de ce programme. Il est au service de mes concitoyens de Milton et de nombreuses familles vont économiser des milliers de dollars l’an prochain grâce à ce programme.

  (1055)  

    Les pénuries de main-d’œuvre posent actuellement un problème pour notre économie et les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants seront une partie importante de la solution du Canada.
    À ce stade, je pense que je me dois d’aborder les soi-disant taxes sur les chèques de paie dont les conservateurs ne cessent de parler.
    Les cotisations au Régime de pensions du Canada ne sont pas une taxe, elles constituent un investissement dans sa propre retraite, une sécurité qui donne droit à un crédit d’impôt ou à une déduction fiscale. Le RPC offre une pension abordable, peu coûteuse et modeste aux travailleurs canadiens hors Québec, province dont les habitants sont couverts par les prestations similaires du RRQ.
    De nombreux Canadiens craignent de ne pas avoir mis assez d’argent de côté pour leur retraite et de moins en moins de Canadiens disposent d’un régime de retraite au travail ou d’économies importantes sur lesquelles ils peuvent compter. Notre gouvernement a tenu son engagement envers les Canadiens de renforcer le RPC, de concert avec les provinces, afin de les aider à réaliser leur objectif d’une retraite solide, sûre et stable.
    Les mesures que j’ai évoquées aujourd’hui apporteraient une aide ciblée aux Canadiens qui en ont le plus besoin, sans aggraver l’inflation. Il s’agit d’un équilibre important et le plan pour rendre la vie plus abordable du gouvernement permet déjà aux Canadiens qui en ont le plus besoin de garder de l'argent dans leurs poches.
    Alors que nous composons avec les défis très réels de l’économie mondiale, de l’inflation élevée et de la hausse des taux d’intérêt, il importe de se réconforter à l'idée que le Canada dispose d’assises économiques vraiment solides pour faire face à ces défis mondiaux. Nous continuerons à offrir une aide opportune là où elle est le plus nécessaire tout en continuant à faire preuve de discipline et de responsabilité financières.
    Les dernières années ont été difficiles pour nous tous. Les crises à surmonter semblent s'enchaîner l'une après l’autre, mais des jours meilleurs nous attendent, et le Canada est vraiment en bonne posture en ce moment. Les chiffres d’aujourd’hui l’indiquent, et notre plan est solide. J’espère que tous les députés l’appuieront.
    Madame la Présidente, c'est curieux d’entendre le secrétaire parlementaire dire que l’assurance-emploi et le Régime de pensions du Canada ne sont pas des impôts. Je le renvoie au site Web du gouvernement dont il fait partie, où il est clairement indiqué, dans la section « Notions de base sur l'impôt », qu’il s’agit bel et bien d’impôts. Je ne sais pas s’il est au courant, alors je tenais à lui en faire part.
    Par ailleurs, le député a longuement parlé des façons dont le gouvernement fait pleuvoir l'argent dans l’économie en période de forte inflation. Encore une fois, selon un principe économique de base que les libéraux ne semblent pas comprendre, quelle que soit la cause de l’inflation — et nous pouvons ne pas nous entendre sur sa cause —, une partie de la solution est entre les mains du gouvernement. Or, l’une des choses qui aggravent l’inflation, c’est lorsque le gouvernement continue à injecter des tas d’argent dans l’économie.
    Je me demande si le député le comprend et s’il veut y faire quelque chose.
    Madame la Présidente, les conservateurs ont été très ambigus en ce qui concerne les tas d’argent avec lesquels ils sont en désaccord. S’agit-il de la PCU, qui a aidé des millions de Canadiens à travers le pays lorsqu’ils étaient sans emploi? S’agit-il de la subvention salariale, qui a aidé les petites et moyennes entreprises du pays à soutenir leurs travailleurs? Ils ont été très ambigus en ce qui concerne les tas d’argent que le gouvernement fait pleuvoir dans l’économie.
    J’ai grandi dans un ménage à faible revenu. Ma mère touchait des remboursements de TVH/TPS, et ils l’ont aidée à payer les factures. J’ai vraiment confiance en ces augmentations: le doublement du crédit pour la TPS, une petite aide au loyer pour les Canadiens à faible revenu et — je ne peux penser à rien de plus important — la garantie que les enfants de moins de 12 ans recevront des soins dentaires. Si le député d’en face pense qu’offrir des soins dentaires aux Canadiens, c’est faire pleuvoir l'argent dans l’économie, alors je pense que nous risquons de ne pas nous entendre sur ce point.

  (1100)  

[Français]

    Madame la Présidente, depuis le début de la semaine, tant à la période des questions que durant les ordres émanant du gouvernement, on compare les cotisations à l'assurance-emploi à une taxe prélevée sur la paie.
    D'un côté de la Chambre, les conservateurs disent que les taux sont épouvantables et qu'il faut les annuler. De l'autre côté, les libéraux disent que, depuis qu'ils sont au pouvoir, cela coûte 30 ¢ de moins, ou quelque chose du genre.
    Dans les deux cas, c'est faux.
    Premièrement, les cotisations à l'assurance-emploi ne constituent pas une taxe prélevée sur la paie. Il s'agit d'une mesure de protection. Ce sont des cotisations à un régime d'assurance en cas de perte d'emploi. Les conservateurs n'ont pas de leçons à donner, car ils ont été les premiers à saccager le régime d'assurance-emploi.
    Deuxièmement, le gouvernement en place n'a lui non plus aucune leçon à donner parce que, à l'heure actuelle, il abandonne les travailleurs. Les taux de cotisation au sujet desquels on se chicane, 40 % des gens n'y ont pas accès.
    C'est comme si ma compagnie d'assurance privée me disait qu'elle peut assurer ma maison, mais seulement deux pièces, pas les trois autres pièces. Cela n'a aucun sens. On se donne un vrai filet social ou on ne s'en donne pas. C'est une cotisation pour protéger les travailleurs.
    Pourquoi le gouvernement a-t-il abandonné les travailleurs en mettant fin à ces mesures d'urgence?
    Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de sa question.
    Même j'ai pris trois leçons de français par semaine, je vais répondre en anglais afin que mon propos soit clair.

[Traduction]

    Il est important d’avoir un endroit, à la Chambre, où nous pouvons débattre des particularités et des détails d’un solide filet de sécurité sociale et de son importance. Voilà pourquoi j’apprécie la question et la discussion de haut niveau de mon collègue.
    Nous sommes tous d’accord, à la Chambre, pour dire qu’un solide filet de sécurité sociale est vraiment important, de sorte que les gens puissent compter sur une pension. Il est tout simplement décevant que certains députés qui, avouons-le, bénéficient d’une pension très généreuse grâce à leur travail ici à la Chambre des communes refusent la même chose aux Canadiens.
    Je pense qu’il est très important que nous défendions les Canadiens et que nous veillions à ce qu’ils jouissent tous de cette sécurité.
    Madame la Présidente, le secrétaire parlementaire a parlé de certaines mesures prises par le gouvernement pour rendre la vie plus abordable pour les Canadiens, et je suis très fière de dire que le NPD a joué un rôle de premier plan dans le dossier des soins dentaires et dans certaines de ces autres mesures, mais nous n’avons pas vu le gouvernement offrir une aide aux étudiants.
    Le 24 novembre 2020, j’ai présenté une motion, adoptée à l’unanimité par la Chambre, en vue de geler le remboursement des prêts étudiants pendant la pandémie de COVID. La mesure n’a pas été mise en place.
    Nous avons appris depuis que près de 70 000 étudiants se sont trouvés en défaut de paiement sur leurs prêts au Canada parce qu’ils n’ont pas été en mesure de les rembourser pendant la pandémie. Certaines mesures de soutien sont en place pour certains Canadiens, et c’est formidable, mais je n’ai pas encore fini. Je n’ai pas fini de travailler pour les Canadiens. J’aimerais que les étudiants puissent bénéficier d’une certaine aide.
    Qu’est-ce que le député proposerait pour apporter de l’aide aux étudiants dans les mois à venir?
    Madame la Présidente, je tiens à remercier ma collègue d’Edmonton Strathcona des efforts qu'elle consacre inlassablement à la défense des intérêts des étudiants et des jeunes de ce pays.
    En bref, je propose de me rendre de son côté de la Chambre et de discuter de la façon dont nous pouvons mieux aider les étudiants.

[Français]

    Madame la Présidente, je commencerai en précisant que je vais partager mon temps de parole avec la députée de Terrebonne, qui sera assurément très intéressante à écouter.
    Avant d'aller plus loin dans la présentation de ce dont on parle aujourd'hui, je pense qu'il est important de bien comprendre la motion. Comme l'ont mentionné certains qui ont déjà pris la parole, elle a des airs de déjà-vu. En effet, nous avons l'impression qu'on tient un débat sur le même sujet que celui qui a été utilisé mardi lors de la journée d'opposition des conservateurs. C'est pour dire à quel point ils semblent vraiment collés sur leur thème. Cela leur tient à cœur et c'est tout à leur honneur. Or, reste à voir si c'est vraiment si pertinent comme positionnement et comme idée. Nous en discuterons davantage.
    Voici ce qui dit la motion:
    Que, étant donné que les coûts du gouvernement font grimper l’inflation, ce qui rend inabordable le coût des biens que les Canadiens achètent et des intérêts qu’ils paient, cette Chambre demande au gouvernement de s’engager à n’imposer aucune nouvelle taxe sur l’essence, l’épicerie, le chauffage des foyers et les chèques de paie.
    Je vais commencer en décortiquant les éléments sur lesquels ils ne veulent pas d'augmentation de taxe, car je pense que c'est surtout ce sur quoi ils mettent l'accent. C'est ce qui ressortait de leurs discours de cette semaine. Ils accusent le gouvernement d'augmenter les taxes sur l'épicerie, le chauffage, les chèques de paie. Qu'en est-il réellement? Quand on parle de taxe sur l'essence, on peut dire que cela est vrai: il y a une taxe carbone, comme on le dit. Puisque l'essence produit du carbone, il y aura donc une augmentation de la taxe carbone qui sera répartie dans le temps. Est-ce que cette taxe est bien fondée? Je dirais que oui. Il faut croire que les conservateurs ont, de leur côté, tendance à dire que non. Revenons sur cette taxe, parce que je pense qu'il s'agit de quelque chose de très important. C'est peut-être même l'élément central de leur motion, plus que toutes les autres taxes. En effet, celle qui les dérange le plus semble être la fameuse taxe sur le carbone. Dès qu'on se met à aborder le sujet du pétrole, les poils se dressent sur leurs bras.
    Pour ce qui est de la taxe sur l'épicerie, j'ai un peu de mal à les suivre. Ils vont devoir nous expliquer cela. Des questions leur seront posées tout à l'heure. L'un des députés du Parti conservateur pourrait peut-être nous dire de quelle façon le gouvernement, avec ses nouvelles politiques, va taxer davantage l'épicerie. Selon ma compréhension des choses, les biens de base à l'épicerie ne sont pas taxés. En fait, les seuls produits pour lesquels des taxes supplémentaires sont prévues sont, par exemple, les confiseries ou les boissons gazeuses. Ce ne sont pas des produits qu'on peut vraiment considérer comme des produits de base et qu'on voudrait encourager les gens à consommer. Nous savons qu'il y a un problème de consommation de sucre et de gras. Le sucre fait partie des types d'ingrédients qu'il faut essayer de limiter dans les aliments. Je ne sais pas pourquoi on déchirerait sa chemise alors que ce ne sont pas les aliments les plus nutritifs. Si une personne se nourrit de boissons gazeuses et de confiseries, je pense qu'elle sera pas mal abonnée au système de santé.
    Les conservateurs nous parlent ensuite d'une augmentation de taxe sur le chauffage des foyers. Aux dernières nouvelles, il n'allait pas y avoir d'augmentation de taxe sur le tarif d'Hydro‑Québec que les gens paient pour se chauffer au Québec. Il y en a peut-être ailleurs au Canada, mais il s'agit plutôt de la fameuse taxe carbone, dont on parlait tantôt, pour les gens qui vont se chauffer à l'huile ou au gaz, par exemple. Cela pourrait effectivement les toucher. Ce n'est toutefois pas une taxe sur le chauffage des foyers. On voit encore une fois qu'on joue avec les mots. Cette façon de faire est triste à voir. C'est comme si on avait voulu dire que le gouvernement allait augmenter la taxe sur les plus grosses dépenses au quotidien, sur les choses essentielles. C'est cela, l'idée de la motion des conservateurs: faire paraître le gouvernement comme le gros méchant dans cette histoire.
    Comme dernier élément, les conservateurs nous parlent des chèques de paie. Ils disent qu'on va taxer davantage les chèques de paie. Ils ont trouvé une bonne façon de le dire, avouons-le. Je ne suis toutefois pas convaincu du fond de la motion. Cette motion est basée sur la forme, mais, au fond, ce n'est pas quelque chose de particulièrement convaincant.

  (1105)  

    Sur les chèques de paie, on parle d'une très faible augmentation, mais une augmentation quand même, du taux de cotisations à l'assurance-emploi. C'est sûr que du point de vue des conservateurs, il n'y aurait à peu près pas d'assurance-emploi si on se fie aux gouvernements conservateurs qu'on a vus dans le passé. On se rappellera que le gouvernement Harper a fait tout ce qu'il pouvait pour couper dans l'assurance-emploi et pour dire aux travailleurs que, s'ils n'avaient pas d'emploi, ils devraient déménager. Si ma mémoire est bonne, il fallait accepter un emploi à plus de 100 kilomètres de distance. Il a peut-être eu cette idée pour encourager l'industrie pétrolière ou parce qu'il voulait vraiment vider les régions du Québec. Une chose est claire, pour ce qui est de la défense des travailleurs et de la réforme du régime de l'assurance-emploi, les conservateurs ont manqué une belle occasion.
    Ils auraient pu profiter de leur journée de l'opposition pour soulever le fait que les mesures temporaires d'assurance-emploi ont pris fin récemment. Cela fait très longtemps que des travailleurs sont pris avec le problème du trou noir, et plein de gens ne sont pas couverts par le régime de l'assurance-emploi. Les conservateurs auraient pu dire qu'il est temps de parler de ce qu'on veut faire avec le régime de l'assurance-emploi pour mieux soutenir les gens maintenant que les mesures spéciales ont pris fin.
    Si le passé est garant de l'avenir, ce n'est pas la direction qui serait prise par les conservateurs, eux qui dénoncent justement qu'on augmente le taux de cotisations. Augmenter un taux de cotisations peut être justifié s'il y a de bonnes raisons sous-jacentes, par exemple une augmentation du filet social. Dans ce cas-ci, on sait que c'est une commission qui s'occupe d'établir le taux de l'assurance-emploi, basé sur une prévision de sept ans. Je ne me suis pas penché profondément sur la question, mais on a remarqué que, pendant la pandémie, le gouvernement s'est servi de la caisse de l'assurance-emploi comme programme pandémique pour aider les gens à avoir un revenu à la maison. Le fait d'avoir soutenu les gens n'est pas nécessairement une mauvaise chose, mais le problème est qu'on a vraiment asséché la caisse de l'assurance-emploi. On a créé des délais immenses et la pandémie nous a montré à quel point le programme d'assurance-emploi n'était plus adéquat et avait besoin de réformes majeures, ce que le gouvernement n'a toujours pas fait. J'aimerais beaucoup entendre mes collègues conservateurs là-dessus.
    Je voudrais revenir sur la question de la fameuse taxe sur l'essence. La taxe sur l'essence leur fait peur. Je comprends qu'il y a du monde que cela frustre. Quand j'ai vu le prix de l'essence monter au-dessus de 2 $ le litre au Québec, j'étais pas mal fâché et je trouvais que cela n'avait pas d'allure. Or, il y a des gens là-dedans qui s'en mettent plein les poches.
    Au bout du compte, les pétrolières sont les grandes gagnantes parce qu'elles font des profits record. Elles augmentent le prix un jour et l'augmentent le lendemain. Elles baissent le prix et on ne sait pas trop pourquoi. Tout ce qu'on sait, c'est que cela a une tendance à monter pas mal plus vite que l'inflation. C'est un peu difficile de comprendre les raisons qui sous-tendent ces augmentations du prix du pétrole.
    Ce qui me surprend, c'est que je n'ai jamais vu les conservateurs dénoncer les pratiques des pétrolières. Je n'ai jamais vu les conservateurs dire que les profits que font les compagnies pétrolières n'ont pas d'allure. À l'inverse, si on augmente la taxe sur l'essence de 0,01 %, cela va être la fin des temps. Dans leur schème de pensées, les conservateurs se disent que s'ils baissent la taxe sur l'essence, le prix à la pompe va baisser. Selon mon expérience personnelle, c'est drôle, j'ai plutôt l'impression que le prix va rester à peu près le même et que les pétrolières vont s'en mettre encore plus dans les poches. C'est ce qui risque d'arriver.
    Ces compagnies ne cherchent pas le bien-être de la population. Elles ne cherchent pas à améliorer les conditions de vie des gens. Elles cherchent à monter le prix au maximum jusqu'au prix que les gens sont prêts à payer pour maximiser le plus possible leurs profits. S'il y a un espace qui est libéré dans le budget des contribuables parce qu'on a baissé la taxe sur l'essence, c'est sûr que les pétrolières vont le récupérer. Pourquoi ne le feraient-elles pas si elles peuvent en mettre plus dans leurs poches?
    En fait, on voit que toute cette motion a un but de faire paraître négativement les politiques qu'ils dénoncent. Ce n'est pas vraiment cela qui crée le problème d'inflation. Le problème d'inflation a été créé par une pandémie, par le fait que les gens sont restés à la maison et qu'ils ont reçu de l'argent du gouvernement. Il fallait les aider. On ne voulait pas qu'ils n'aient plus d'argent. Ils ont reçu de l'argent pour pouvoir combler leurs besoins. Malheureusement, il n'y avait plus de production qui se faisait parce que les gens étaient chez eux.

  (1110)  

    Quand il y a un décalage entre la production et la demande, cela occasionne bien sûr une augmentation des prix. C'est aussi simple que cela. Il faudra effectivement aider ceux qui sont les plus pénalisés, et non pas les pétrolières.
    Madame la Présidente, j'ai écouté attentivement le discours de mon collègue et je l'ai trouvé très limpide.
    Je lui demanderais une clarification pour que je puisse mieux comprendre d'où viennent les conservateurs. Selon lui, pourquoi les conservateurs parlent-ils d'une cotisation à un programme d'assurance comme s'il s'agissait d'une taxe? Je vais faire une comparaison. Lorsque je paie ma cotisation…
    Des voix: Oh, oh!

  (1115)  

    L'honorable député de Lac-Saint-Louis a la parole.
    Madame la Présidente, les cotisations que je dois payer pour mon assurance habitation augmentent évidemment le montant que je dois payer pour ma maison. Doit-on considérer pour autant qu'il s'agit d'une taxe?
    Madame la Présidente, la question de mon collègue est assez pertinente.
    En fait, on joue avec les mots. Je suis comptable de profession et, dans mes cours de comptabilité, on parlait de taxes sur la masse salariale ou de cotisations sociales. On joue donc un peu avec les mots.
    Cela dit, habituellement, quand on parle d'une taxe, ce n'est pas pour désigner un programme précis qui va bénéficier aux citoyens. On peut parler des taxes que nous payons lorsque nous achetons des produits et qui s'en vont dans un fonds consolidé. On peut aussi faire référence aux impôts.
    Cependant, dans le cas de l'assurance-emploi, c'est un peu particulier parce que la caisse n'est pas totalement autonome non plus. Si elle l'était, cela pourrait au moins casser cet argument.

[Traduction]

    Madame la Présidente, j’aimerais expliquer un peu en quoi consiste la taxe sur le carbone et l’effet qu’elle a sur les gens. Je ne sais pas si le député a eu l’occasion de s’entretenir avec ses concitoyens du coût élevé des produits d’épicerie ou des agriculteurs qui doivent payer davantage pour le transport et pour le séchage de leurs produits au propane, surtout au Québec, en raison de l'augmentation des coûts.
    Nous observons un effet domino qui touche tous les produits que les gens achètent. Malheureusement, les Canadiens consacrent déjà 43 % de leur argent aux impôts et seulement 35 % au logement, à l’épicerie et à l’énergie. Les gens vivent une crise. Ils n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Je parle à des gens qui se font expulser à cause du coût élevé du logement. Nous devons les aider. Cette taxe sur le carbone est une taxe punitive et elle doit être éliminée.
    Maintenant que j'ai expliqué un peu en quoi consiste cette taxe, le député pourrait-il nous parler des gens de sa circonscription et de la façon dont ils sont touchés?

[Français]

    Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Il me demande comment les gens vivent avec la taxe sur le carbone dans ma circonscription. Cela va peut-être me permettre de l'éclairer quant à la réalité de ma circonscription.
    Je dois dire que, dans ma circonscription, personne ne me parle de la taxe sur carbone. La raison en est bien simple: cette taxe n'existe pas au Québec.
    Pour ce qui est de la réalité de la circonscription de mon collègue, je l'inviterais à revoir les politiques à long terme de son parti. Le prix de l'essence va augmenter de toute façon, et, malheureusement, le pétrole a des conséquences très graves sur l'environnement.
    J'espère que nous allons procéder à l'électrification le plus vite possible et j'estime que le gouvernement devrait presser le pas. À moyen et à long terme, cela nous permettrait de diminuer les coûts liés au pétrole et peut-être de créer une économie de l'avenir dont nous serions les précurseurs, et non pas les derniers de classe.

[Traduction]

    Madame la Présidente, c'est reparti: les conservateurs se concentrent sur les cotisations au Régime de pensions du Canada et à l'assurance-emploi tout en travaillant avec les libéraux pour remplir les poches des PDG ultrariches qui imposent des prix abusifs aux Canadiens, qui, eux, ont de la difficulté à se nourrir.
    Le député convient-il qu'il faut commencer à imposer équitablement ceux qui réalisent des profits aux dépens des Canadiens afin de redistribuer l'argent aux gens qui en ont le plus besoin?

[Français]

    Madame la Présidente, je pense que ma collègue du NPD soulève un bon point.
    Certains ont profité de la pandémie pour s'en mettre plein les poches, contrairement à d'autres qui, aujourd'hui, se serrent la ceinture. Avec l'inflation actuelle, les pétrolières font des profits extraordinaires. Il semble que les banques ont elles aussi fait beaucoup de profits et que certaines industries alimentaires ont augmenté leurs marges de profits. Ce n'est pas normal que cela se fasse sur le dos du pauvre monde qui en arrache.
    Je suis tout à fait d'accord pour dire qu'il faudrait mettre en place des mesures. Par exemple, il faut en faire davantage pour s'assurer que ceux qui en profitent sont redevables et doivent justifier leurs décisions. De plus, comme parlementaires, nous devrions inciter le gouvernement à mettre en œuvre des mesures fiscales pour essayer de limiter ce genre de pratiques. Je suis tout à fait d'accord avec ma collègue.
    Madame la Présidente, nous sommes ici pour débattre d’une motion conservatrice intéressante, c’est le moins qu’on puisse dire. Je tiens vraiment à ce que les citoyens et les citoyennes qui nous écoutent aujourd’hui lisent et connaissent le libellé de cette motion. C’est très intéressant. Je vais l’expliquer.
    La motion va comme suit:
    Que, étant donné que les coûts du gouvernement font grimper l’inflation, ce qui rend inabordable le coût des biens que les Canadiens achètent et des intérêts qu’ils paient, cette Chambre demande au gouvernement de s’engager à n’imposer aucune nouvelle taxe sur l’essence, l’épicerie, le chauffage des foyers et les chèques de paie.
    Cette motion est vraiment intéressante, parce qu'elle représente la définition du populisme. Le populisme, c’est d’utiliser des questions qui préoccupent avec raison la population, c’est-à-dire l’inflation, et de proposer de fausses solutions pour atteindre un objectif qui n’est pas décrit dans cette motion. On cherche simplement à réduire la taille de l’État, l’empêcher de faire son travail, manipuler les gens et les prendre pour des valises pour alimenter une crainte ou une peur qui est celle de la taxe sur le carbone. Je tenais à lire l’énoncé pour montrer à quel point cette motion n’a aucun sens.
    Le remède contre le populisme, c’est l’éducation. Alors, je vais me permettre de faire ici un cours similaire à ce que je ferais à un étudiant de cégep, un cours 101 sur l’économie. Je vais déjà pas mal plus loin avec mes élèves de maîtrise.
    Cours 101 sur l’économie: qu’est-ce qu'une externalité? Une externalité, c’est quand un coût ou un effet sociétal n’est pas inclus dans le prix, le prix étant un indicateur de marché, d’un bien ou d’un service. Cette externalité arrive souvent sur les biens et services pour lesquels il y a des répercussions environnementales qui ne sont pas quantifiées, qui ne sont pas prises en compte dans un prix. Le rôle de l’État dans ce cas, c’est justement d’aller chercher cette externalité et de l’inclure dans le prix.
    C’est exactement ce que tente de faire le gouvernement avec sa taxe sur le carbone. Je vais aller un peu plus loin sur la taxe sur le carbone. C’est un des moyens nécessaires pour réagir aux changements climatiques.
    Recommençons à zéro. Qu’est-ce qu’un changement climatique? Je regarde encore mes amis d’à côté pour être sûre qu’ils me comprennent bien. Les gaz à effet de serre, c’est-à-dire le méthane, le CO2, le protoxyde d’azote, l’ozone, sont des gaz émis par les êtres humains qui ont des répercussions sur la population par le truchement des changements climatiques. Les répercussions des changements climatiques ont été étudiées abondamment. Cela fait 20 ans, 30 ans qu’elles sont étudiées. On les connaît maintenant. On est capable de quantifier ces répercussions sur la population. Il y a quelques années, une étude dont j’étais l'une des autrices, est sortie concernant les répercussions des changements climatiques au Québec. On sait qu’ils ont des coûts concrets et tangibles.
    D'abord, il y a des coûts d’infrastructure en raison des inondations et des tempêtes. Nous pensons aujourd’hui à nos amis des Îles-de-la-Madeleine et de l’Est du Canada qui ont souffert de la grosse tempête, l’ouragan Fiona. Les ouragans ont une plus grande force depuis que les changements climatiques leur donnent, on peut le dire, le vent dans les voiles. Il y a aussi l’érosion des berges. Cela a de grosses incidences économiques.
    Ensuite, il y a le pergélisol qui dégèle. Quand le sol dégèle, les infrastructures construites sur le sol, comme des maisons, s'effondrent — nous pensons à nos amis des Premières Nations.
    Ce sont là des répercussions directes, tangibles et quantifiées des changements climatiques.
     Il y a aussi les effets sur la santé. Parmi ceux-ci, il y a l’arrivée des zoonoses. Elles sont à nos portes. Qu’est-ce que qu'une zoonose? C’est quand un animal est un vecteur d’une maladie. On pense à la maladie de Lyme ou au virus du Nil. Ces maladies sont arrivées du sud parce que la température se réchauffe. Il y a aussi les allergies. Nos amis conservateurs adorent nous parler de productivité et d’efficacité. Quand une personne souffre d’allergies, qui sont de plus en plus importantes avec les changements climatiques, elle est moins productive au travail.
    Finalement, il y a les vagues de chaleur. C’est très important. Chaque année, il y a des aînés qui, à cause des vagues de chaleur, meurent de chaleur dans leur foyer. On les entend nous parler sans arrêt des aînés. C'est concret. Ce sont des personnes âgées qui meurent à cause des changements climatiques, et leur vie a une valeur.

  (1120)  

    Toutes ces conséquences sont quantifiées et elles valent des millions de dollars. Les changements climatiques ont un coût pour notre société. Ce coût n'est pas inclus dans le prix que nous payons notre essence.
     Maintenant que nous avons parlé des problèmes, parlons des solutions. Les économistes les ont énoncées à plusieurs reprises. Une des solutions est la taxe sur le carbone. Une autre, c'est le système de plafonnement et d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre, ou SPEDE, qui a été mis en place il y a longtemps au Québec.
    En 2014, le Québec liait son SPEDE avec celui de la Californie. On ne l'a pas fait avec n'importe quelle autre province au Canada, mais avec la Californie. Il a fallu aller chercher d'autres personnes au sud de la frontière qui en avaient quelque chose à faire des changements climatiques. C'était en 2014; cela fait huit ans. On était peut-être un peu en avance au Québec. Ce n'est pas la première fois que je le dis et sûrement pas la dernière.
    Le Québec a déjà pris ses responsabilités pour lutter contre les changements climatiques. Je vais donner un petit exemple très important pour montrer à quel point ces mesures fonctionnent. En 2015, le Québec avait réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 8,8 % par rapport à son niveau de 1990. Cela fonctionne. Il faut que l'État puisse mettre en place des mesures pour lutter contre les changements climatiques.
    Le gouvernement doit donc intervenir. Encore une fois, la taxe sur le carbone est l'un des moyens. On est quand même content qu'elle ne s'applique pas au Québec et qu'on puisse continuer sur la bonne voie avec le système de plafonnement et d'échange de droits d'émission de gaz à effet de serre. Il existe plein d'autres moyens, mais on s'entend que les mesures fiscales sont certainement le meilleur moyen pour un gouvernement de changer le comportement des gens. C'est bien connu; il y a beaucoup de littérature à ce sujet. Je n'hésiterais pas une seconde à envoyer à mes collègues une tonne de documents. C'est sûr que cela pourrait les aider à s'informer sur ce sujet très important.
     Parlons du coût social du carbone. Ce coût ne représente pas la valeur de marché d'une tonne de carbone. Il y a maintenant des marchés comme le SPEDE ou le marché européen du carbone qui donnent un certain prix. Le coût social du carbone est au-dessus de cela. Les États‑Unis mettent le coût social du carbone à 51 $ la tonne. Une étude très récente dansNature propose plutôt que ce coût soit à peu près à 180 $ la tonne. C'est beaucoup plus élevé que ce qui se fait déjà ici. La taxe sur le carbone est un début. Ce n'est rien par rapport au coût réel des changements climatiques.
    Le coût social du carbone est une mesure très difficile à établir. Comme je l'ai déjà indiqué, c'est une fourchette assez importante. Surprenamment, une tonne émise en Chine a exactement le même impact qu'une tonne émise au Canada. Pourtant, on a du mal à établir cette valeur. C'est pour cela qu'on utilise une fourchette. Cette valeur est établie par des modèles qui prédisent les impacts qu'ont les changements climatiques aujourd'hui et dans les prochaines années. On s'entend: les prochaines générations sont quand même un peu importantes.
    Le gouvernement a donc le devoir d'agir pour lutter contre les changements climatiques. Une fois pour toutes, il faudrait que nous nous entendions là-dessus. Cessons d'utiliser de vrais enjeux comme l'inflation, qui préoccupe avec raison la population, pour proposer des mesures qui empêchent l'État d'agir.
    Au Bloc québécois, nous avons proposé de vraies solutions contre l'inflation. J'ai donné l'exemple des aînés. Les conservateurs sont très forts pour dire que les aînés sont importants pour eux, mais quand il s'agit d'augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse comme nous le proposons, on les entend moins.
    Nous proposons également d'augmenter la construction de logements sociaux. Il faudrait que 1 % des revenus du gouvernement soit investi en logement social.
     Nous avons plusieurs solutions, mais une troisième solution très importante sur laquelle nous devrions nous entendre avec les conservateurs, c'est le libre marché. Comment se fait-il que nous ne les entendons pas plus parler de la protection et surtout de l'augmentation de la puissance du Bureau de la concurrence? Comme mon collègue l'a mentionné tout à l'heure, les entreprises s'enrichissent sur notre dos. Luttons contre les oligopoles et les monopoles qui font en sorte que nos prix sont anormalement trop élevés.
    Ce sont des mesures qui aideraient vraiment les Québécois et les Québécoises et les Canadiens. C'est ce que le Bloc québécois propose, pas de fausses solutions comme le Parti conservateur.

  (1125)  

[Traduction]

    Madame la Présidente, au lieu de poser une question, je voudrais plutôt faire une observation. Le discours que la députée d'en face vient de prononcer m'a beaucoup encouragée. J'aurais simplement souhaité que certains députés d'en face aient été à l'écoute et qu'ils aient été peut-être un peu plus nombreux à la Chambre pour soutenir la motion qu'ils présentent parce que...

  (1130)  

    La députée sait qu'elle ne peut pas mentionner la présence ou l'absence des députés à la Chambre.
    J'aurais souhaité que les députés de son parti soient à la Chambre.
     La remarque vaut pour les deux côtés de la Chambre. Nous ne parlons ni de la présence ni de l'absence des députés dans cette enceinte.
    Madame la Présidente, la députée a soulevé de très bons points. Je suis très heureuse de l'entendre dénoncer le populisme et les approches adoptées par les députés d'en face.
    J'aimerais comprendre et obtenir votre avis sur la question. Le nouveau chef de l'opposition travaille à la Chambre depuis qu'il a 24 ans. Il n'a jamais travaillé ailleurs qu'à la Chambre. Il a fondé ses études sur les enseignements de Milton Friedman. Vous avez parlé de son manque de considération et de son manque d'intérêt pour les comportements monopolistiques, ainsi que du fait qu'il met l'accent sur les valeurs des actionnaires sans se soucier des Canadiens. Je me demande si vous pouvez commenter cela et dire quelle influence cela a pu avoir.
    Je rappelle à la députée d'adresser ses questions à la présidence.
    La députée de Terrebonne a la parole.

[Français]

    Madame la Présidente, je remercie ma collègue de ses commentaires et de sa question.
    Malheureusement, je trouve que cette motion constitue un mauvais départ. En effet, nous devons nous attaquer à plusieurs problèmes, et, pourtant, les solutions ne sont pas là. J'aimerais effectivement rappeler à nos collègues du Parti conservateur qu'il existe de vraies solutions. Nous devrions peut-être y travailler un peu plus ensemble pour aider les Canadiens et les Canadiennes, et surtout les Québécois et les Québécoises.
    Madame la Présidente, je remercie ma collègue bloquiste de ses commentaires.
    Elle a parlé du populisme, et j'aimerais lui donner une autre définition de ce terme. Je crois que le populisme signifie aussi qu'on est sensible aux besoins et à l'angoisse des gens. Le gouvernement, et même les experts, devraient faire vraiment attention à cette attitude selon laquelle ils en savent plus que le petit monde. C'est un aspect important.
    Elle a parlé du prix du carbone. À Vancouver, où j'habite, le prix de l'essence est de presque 2,50 $ le litre, alors qu'en Alberta, il est d'environ 1,50 $ le litre. Il s'agit d'une grande différence, qui est attribuable notamment aux taxes.
    Ma question porte sur l'assurance-emploi. On l'augmente de 9 % cette année, ce qui est non négligeable, surtout qu'il y a des milliards de dollars de surplus dans la caisse. La députée peut-elle parler de cela?
    Madame la Présidente, nous allons nous entendre sur une chose: l'Alberta devrait payer beaucoup plus.

[Traduction]

    Madame la Présidente, comme c'est aujourd'hui la veille de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, je crois qu'il aurait été plus constructif de consacrer le temps de la Chambre aux enjeux pressants que vivent les peuples autochtones au lieu de revivre la journée de l'opposition conservatrice de mardi.
    J'ai rencontré des représentants de l'Association canadienne d'habitation et de rénovation urbaine cette semaine. Pendant qu'ils étaient dans mon bureau, des membres de la province de la députée ont demandé la création d'une régie du logement nationale conçue par et pour les Autochtones. Comme on le sait, les Autochtones réclament depuis un certain temps une stratégie de logement autochtone en milieu urbain, rural et nordique ainsi qu'un financement suffisant pour la mettre au point. Des Aînés autochtones de ma circonscription communiquent avec moi. Mon amie Nora, une Aînée autochtone des Premières Nations Tla‑o‑qui‑aht, vit dans sa voiture. C'est inacceptable.
    La députée croit-elle que nous devrions nous concentrer, ici et maintenant, sur ces problèmes très importants?

[Français]

    Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de sa question.
    Effectivement, ce sont des problèmes très importants. La situation des Premières Nations nous préoccupe également.
    Dans mon discours, j'ai d'ailleurs parlé de l'une des répercussions des changements climatiques, qui touche les maisons construites sur le pergélisol, un sol qui dégèle, dans les réserves où vivent les Premières Nations.
    Nous devrions aussi aborder certaines questions, dont la construction de logements sociaux. Nous avons fait des propositions à ce sujet. Nous voulons simplement rappeler que, au Québec, nous avons des programmes comme AccèsLogis, qui sont payés par le gouvernement du Québec et pour lesquels le gouvernement fédéral n'a pas fourni de compensation pendant deux ans. Nous avons donc dû nous-mêmes construire des logements sociaux et communautaires aux dépens d'autres personnes qui en avaient besoin sans le financement et l'aide du fédéral, qui sont pourtant essentiels.

  (1135)  

[Traduction]

    Madame la Présidente, je tiens tout d'abord à préciser que j'entends partager mon temps de parole avec la députée d'Edmonton Strathcona.
    C'est la première fois que j'ai l'occasion de prendre la parole à la Chambre depuis le décès de mon père, Bill Blaikie, samedi dernier. J'espère avoir le temps, à un moment donné, de lui rendre hommage plus convenablement et dignement, mais pour l'instant, je m'en voudrais de ne pas remercier chaleureusement tous mes collègues, les gens de la Colline du Parlement et ceux d'ailleurs.
    Des Canadiens des quatre coins du pays m'ont envoyé de touchants messages sur la façon dont la vie et l'œuvre de mon père les ont inspirés dans leur propre travail. Je suis très reconnaissant de ces messages, tout comme ma mère, Brenda; mes sœurs, Rebecca, Jessica et Tessa; et toute notre famille. Je tiens à remercier toutes les personnes qui nous ont fait part de leurs messages.
    Bien entendu, nous en sommes particulièrement touchés, ce qui aurait aussi été le cas de mon père, car il aimait vraiment le Parlement, malgré toutes ses imperfections, ses déceptions et ses défauts. Cet amour était né de sa profonde conviction que le Parlement, employé à bon escient par les parlementaires pendant leur mandat, peut être un espace de dialogue positif et constructif permettant de faire progresser notre pays.
    C'est dans cet esprit que j'aimerais aujourd'hui faire part de quelques réflexions sur la motion de l'opposition conservatrice. Je pense que deux aspects de cette motion méritent d'être dénoncés.
    Le premier aspect concerne ce que la motion propose, en tant que tel, à savoir que le gouvernement devrait, en ce moment, mettre l’accent sur des réductions d’impôt générales pour combattre l’inflation. Même si les conservateurs proposent cette mesure en toute bonne foi, ils se trompent. Il y a longtemps qu’ils disent que lorsqu’il y a plus d’argent à dépenser que de marchandises à acheter, l’inflation grimpe. Les réductions d’impôt générales ne sont pas ciblées, contrairement à un soutien du revenu destiné aux personnes se trouvant réellement dans une situation précaire. Lorsque ces personnes font leur épicerie, elles doivent se demander si elles devront rapporter des aliments sur les étagères. Ou encore, elles mènent une vie d'itinérant ou risquent de basculer dans l'itinérance parce qu'elles ont perdu leur habitation ou sont sur le point de la perdre. Par opposition, même si nous subissons les désagréments de l’inflation et que nous devons parfois renoncer à certains achats qui nous plairaient vraiment, il reste que certains d'entre nous n'ont pas à se priver de l'essentiel, en fin de compte. Fournir un revenu aux personnes qui courent vraiment le risque de manquer d'argent est la solution pour que le Canada traverse cette période exceptionnelle de pression inflationniste que tout le monde ressent d’une manière ou d’une autre. Nous devons faire en sorte que le Canada s'en sorte le mieux possible. Nous devons réduire les dommages au minimum, et le nombre de familles canadiennes qui les subissent doit être aussi petit que possible.
    C’est pourquoi le NPD croit qu’il faut doubler le remboursement de la TPS. C’est pourquoi nous nous battons pour une augmentation des paiements de l’Allocation canadienne pour le logement. C’est pourquoi nous sommes convaincus que chercher à changer structurellement le coût des produits et des services dont les Canadiens ne peuvent pas se passer, comme les garderies, les soins dentaires et les médicaments sur ordonnance, est une meilleure façon de combattre l’inflation justement parce que cette façon de procéder évite ce que disent craindre les conservateurs.
    Nous avons appris hier, lors de la réunion du comité des finances, que, même selon le Fonds monétaire international ou FMI, accorder des réductions d’impôt générales en ce moment alimenterait les pressions inflationnistes. C'est exactement ces pressions que les conservateurs affirment vouloir combattre. Or, on peut dire sans risquer de se tromper que le FMI n'a pas la réputation d'être une organisation progressiste. Depuis des dizaines d'années, il se fait l’apôtre de la déréglementation, des allègements du fardeau fiscal et de la rationalisation des services publics. Des réductions d’impôt générales causeraient de l'inflation parce qu'elles remettraient plus d’argent dans les poches des personnes qui en ont le moins besoin. Plus une personne est riche, plus elle a déjà de l’argent à dépenser, et ce sera encore plus le cas si elle bénéficie d’une réduction générale du fardeau fiscal.
    Tout à l’heure, un député conservateur a parlé des étudiants qui vivent dans des refuges pour sans-abri et des mères célibataires qui craignent de se retrouver à la rue. Eux et les aînés qui vivent d'un faible revenu fixe ne profiteront pas autant d’une réduction générale des impôts que les gens qui habitent les quartiers aisés. Si nous souhaitons aider les personnes qui en ont vraiment besoin, nous devons le faire avec des mesures ciblées de soutien du revenu. C’est ainsi qu’il faut procéder, non seulement pour aider les personnes qui en ont le plus besoin, mais aussi pour éviter de mettre trop d’argent dans les poches de ceux qui ont déjà un revenu disponible passablement élevé.

  (1140)  

     C’est pourquoi il y a une telle différence d’approche entre les néo-démocrates et les conservateurs. On peut dire que je pense parfois que le gouvernement libéral se sent pris entre deux feux, et que sa recette serait de ne rien faire, de regarder le débat se dérouler entre les conservateurs et les néo-démocrates et de rester en retrait.
    C’est pourquoi il est important de faire pression, et je suis reconnaissant aux Canadiens d’avoir élu 25 néo-démocrates au Parlement pour faire ce travail de pression. Lorsque nous avons proposé pour la première fois de doubler le remboursement de la TPS, les libéraux ont dit non. C’était il y a bien plus de six mois, et, graduellement et grâce à la persévérance des néo-démocrates de la Chambre et de très nombreuses voix de la société civile à l’extérieur de la Chambre, nous avons pu amener le gouvernement à changer de cap.
    C’est un succès pour le Parlement. C’est un exemple d’un Parlement que les Canadiens ont élu et qui fait le travail qu’ils veulent qu’il fasse. Parfois, c’est désordonné, et ce n’est pas toujours joli ou amusant à regarder, mais il y a un travail qui se fait ici, et c’est grâce à la sagesse des Canadiens qui ont élu un Parlement minoritaire avec des voix fortes de plusieurs côtés de la Chambre que nous pouvons avancer.
    La deuxième chose que je veux souligner à propos de cette motion, une chose qui m'énerve profondément et que nous avons déjà entendue un peu plus tôt aujourd’hui, c’est la question de l’augmentation des cotisations à l’assurance-emploi et au RPC comme si c’était une taxe sur la masse salariale. S’il ne s’agissait que d’un débat sur les mots, cela n’aurait pas d’importance. Cela m’est parfaitement égal si les comptables appellent les cotisations à l’assurance-emploi et au RPC des taxes sur la masse salariale. Si c’est ce qu’ils veulent faire dans leur profession pour faciliter la comptabilité, grand bien leur fasse.
    Lorsque les politiciens commencent à parler de lutter contre « l’augmentation des taxes sur la masse salariale » comme d’un euphémisme pour lutter contre le financement adéquat de notre régime d’assurance-emploi, je trouve cela problématique. Lorsque des politiciens utilisent « réduction des taxes sur la masse salariale » comme un euphémisme pour nuire aux pensions des Canadiens et refuser l’augmentation de ces dernières, surtout lorsqu’ils disent de manière contradictoire à quel point ils se soucient des personnes âgées à revenu fixe, je trouve cela problématique. C’est un problème majeur de cette motion et de ce que nous avons entendu de la part des conservateurs aujourd’hui.
    Des personnes qui n’étaient pas sans abri il y a quelques années le sont aujourd’hui et continuent de se débattre avec les difficultés de l’économie dans laquelle nous sommes. Il y a beaucoup d’emplois disponibles dans certains secteurs de l’économie, mais la situation de l’emploi reste difficile dans d’autres secteurs. Il y a des gens qui sont formés et qui ont de l’expérience dans certains secteurs, mais ceux-ci sont toujours en difficulté, comme le tourisme et l’hôtellerie, par exemple. Les difficultés de ces industries sont variées.
    Le secteur de l’hôtellerie se remet, mais si l’employeur n’est prêt à offrir que trois quarts de travail de trois heures, l’avis de recherche dans la vitrine ne signifie pas ce que beaucoup de Canadiens pensent qu’il signifie. Il ne s’agit pas d’un emploi à temps plein, bien rémunéré et permettant de subvenir aux besoins d’une famille.
    Oui, nous devons rebâtir le régime d’assurance-emploi. Nous le savons. Nous le savions avant la pandémie. Il est donc d’autant plus honteux pour le gouvernement d’être revenu, le 24 septembre, aux règles de l’assurance-emploi en vigueur avant la pandémie, sans avoir trouvé de solution et sans révéler le détail des consultations qu’il a menées ou avoir mis en place un meilleur système en premier lieu. L’assurance-emploi laissait beaucoup trop de gens pour compte avant la pandémie. Nous le savons tous.
    Nous savons tous que le système devait être modifié, et pourtant, nous nous éloignons des règles temporaires de la pandémie, qui n’étaient pas parfaites, mais qui étaient certainement meilleures que ce que nous avions auparavant, et nous sommes retournés en arrière. Oui, les cotisations d’assurance-emploi, après avoir été gelées pendant la pandémie, vont augmenter. Cela fait partie intégrante de l’assurance qui permet aux gens de ne pas perdre leur maison lorsqu’ils perdent leur emploi dans des circonstances économiques difficiles.
    Un parti qui défendrait vraiment les intérêts des travailleurs comprendrait cela et n’essaierait pas de masquer son opposition à un régime d’assurance-emploi adéquat par des euphémismes tels que la réduction des charges sociales. Il en va de même pour le Régime de pensions du Canada. Nous en sommes à un point où le Régime de pensions du Canada va finalement avoir une autre tranche pour les travailleurs à l’avenir. Ils vont devoir commencer à y cotiser, tout comme les employeurs. C'est ainsi que l'on améliore les pensions publiques, de sorte que moins de politiciens conservateurs et d’autres à l’avenir se lèveront pour dire à quel point ils sont tristes que les personnes âgées n’aient pas un revenu adéquat. C’est ce qui ne va pas avec ce qui se passe ici.

  (1145)  

    Madame la Présidente, comme l'a mentionné le député, le gouvernement travaille à redonner de l'argent aux Canadiens en doublant le crédit d'impôt pour la TPS. Le gouvernement a soutenu les entreprises et les Canadiens pendant toute la pandémie et il a aidé les familles canadiennes grâce aux services de garderie abordables.
    Mon collègue pense-t-il que la motion à l'étude présente un plan concret pour rendre la vie des Canadiens plus abordable?
    Madame la Présidente, la réponse courte est non, je ne crois pas qu'elle le fasse, pour beaucoup des raisons que j'ai données dans mon discours. Je suis heureux que le gouvernement libéral ait choisi de mettre en œuvre bon nombre des initiatives proposées par le NPD afin de réduire les effets de l'explosion des prix que subissent les Canadiens.
    Je vais profiter de l'occasion pour en proposer une autre. J'invite le gouvernement à reprendre notre proposition de faire en sorte que l'augmentation de la Sécurité de la vieillesse ne s'applique pas qu'aux aînés de 75 ans et plus, mais à tous les aînés qui sont admissibles à la Sécurité de la vieillesse. Les aînés, peu importe leur âge, vivent tous les mêmes pressions financières et ils devraient tous avoir droit aux mêmes prestations. Il est insensé qu'il y ait un système à deux paliers pour les aînés canadiens qui reçoivent des prestations de la Sécurité de la vieillesse ou toute autre prestation de soutien du revenu.
    J'invite le gouvernement à également mettre en œuvre cette proposition. Nous en serions heureux.
    Madame la Présidente, je tiens à offrir mes condoléances au député pour le décès de son père, Bill Blaikie, qui, lorsqu'il siégeait à la Chambre des communes, était le doyen de cette assemblée et avait le respect de tous les partis. Je sais que, en tant qu'ancien membre des Forces armées canadiennes, il était dévoué envers son pays et ceux qui le servent. Ayant moi-même été encouragé à entrer en politique par un proche qui était politicien, je sais que le père du député a de quoi être très fier du fils à qui il a inculqué le désir de servir la collectivité.
    Ayant déjà vécu à Winnipeg, je sais que les familles de la région sont en difficulté. Le prix des aliments a augmenté de 10 à 30 % dans les dernières années. Le prix de l'essence et des loyers a aussi augmenté. Les gens les plus défavorisés sont le plus durement touchés. Le gouvernement a le pouvoir de leur accorder un répit ou de réduire le coût de tous les intrants, que ce soit en accordant des allégements fiscaux ou en changeant des politiques en place depuis des décennies.
    Étant donné que l'inflation a atteint un sommet jamais vu au cours de la vie de ce jeune député, celui-ci ne croit-il pas, comme les conservateurs, qu'il est temps d'accorder un répit aux familles de Durham ou d'Elmwood—Transcona?
    Madame la Présidente, je remercie le député de Durham de ses bons mots. J'apprécie vivement l'expression de sa sympathie.
    Il y a une tension dans la position des conservateurs qui transparaît même dans la question du député. En effet, il demande comment on peut réduire le coût des intrants, tout en reconnaissant que la conjoncture économique, notamment l'inflation, est en grande partie attribuable aux pressions provenant de la chaîne d'approvisionnement et non de la demande. Cependant, les conservateurs soutiennent le plus souvent que les problèmes sont liés à la demande et aux dépenses. Ils affirment que le gouvernement dépense trop et que c'est ce qui fait flamber les prix. Or, de nombreux facteurs contribuent à l'inflation. Je me réjouis que les conservateurs reconnaissent que certains autres facteurs engendrent l'inflation, en dehors des dépenses gouvernementales.
    Comme le député le sait déjà, à mon avis, la meilleure façon de s'attaquer au problème est de mettre en place des mesures d'allégement ciblées jumelées à des mesures de soutien du revenu pour les gens qui en ont réellement besoin. J'estime que de simplement réduire les impôts et les taxes pour tout le monde entraînera de la part des mieux nantis une augmentation de la demande qui accentuera la poussée inflationniste à un moment où une telle pression supplémentaire n'est pas souhaitable.

[Français]

    Madame la Présidente, j'aimerais moi aussi profiter de l'occasion pour transmettre mes sincères condoléances à mon collègue, en mon nom et au nom de mes collègues du Bloc québécois.
    J'étais très heureux de l'entendre parler d'une augmentation de la pension de la Sécurité de la vieillesse à partir de l'âge de 65 ans, en réponse à une question précédente, tout comme j'aime bien l'entendre parler d'assurance-emploi dans son discours.
    J'aimerais lui poser une question.
    On parle de collaboration dans un gouvernement minoritaire, et sa formation politique a choisi de mettre l'accent sur un régime de soins dentaires, alors que les provinces et le Québec sont les mieux placés pour prendre soin de cela. On aurait dû simplement augmenter les transferts en santé.
    J'aimerais savoir s'il ne pense pas qu'on devrait augmenter les transferts en santé. Surtout, pourquoi ne pas avoir mis sur la table de négociation une réforme de l'assurance-emploi, par exemple une réforme des structures qui sont déjà en place, plutôt que de mettre à la va-vite un système un peu tout croche, comme ce qu'on nous propose en matière de soins dentaires?

  (1150)  

    Madame la Présidente, je ne pense pas que mon collègue sera surpris d'apprendre que les négociations avec un gouvernement libéral peuvent être très décevantes, dans certains cas.
    Dans une négociation, il y a deux côtés. Nous avons fait de notre mieux pour nous assurer que, là où il y avait un terrain d'entente, nous pouvions faire des progrès.
    Il est décevant que les libéraux ne soient pas des néo‑démocrates et qu'ils ne veuillent pas faire tout ce que nous voulons faire. Cependant, nous comprenons bien qu'il appartenait aux Canadiens et aux Canadiennes d'élire un Parlement et qu'il nous appartient, à nous, de nous battre pour tout ce que nous pouvons faire. C'est décevant…

[Traduction]

    Je suis désolée, mais nous devons en rester là.
    Nous reprenons le débat. La députée d'Edmonton Strathcona a la parole.
    Madame la Présidente, je vais commencer par dire que je suis déçue que nous débattions aujourd’hui de cette motion, à la veille de la deuxième Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, à un moment où les Autochtones de ce pays n’ont pas accès à de l'eau potable, n’ont pas de logement adéquat et sont privés de leurs droits fondamentaux, et à un moment où ils découvrent les tombes de leurs enfants. À la veille de ce jour, voilà la motion que le Parti conservateur a choisi de présenter.
    Je suis choquée par cela, mais je veux commencer par raconter une histoire. Il s’est passé quelque chose hier. Hier, je parlais à une députée conservatrice, et non, nous n’étions pas à l’écran et ce n’était pas en public. Elle m’a demandé pourquoi nous avions conclu l’entente de soutien sans participation avec les libéraux. Elle m’a demandé ce que nous en retirions. C’est ainsi qu’elle l’a formulé. J’ai ri et je lui ai dit qu’elle avait peut-être besoin de s’asseoir et de réfléchir à la question pendant une minute. Puis, toute la nuit dernière, j’y ai réfléchi. Ne comprend-elle vraiment pas pourquoi nous avons fait cela? N’était-ce vraiment pas quelque chose qu’elle pouvait comprendre?
    Pour moi, il est clair que nous l'avons fait parce que nous essayions d’obtenir de l’aide pour les Canadiens. Nous l’avons fait parce que nous essayions d’obtenir des soins dentaires, une assurance-médicaments, des mesures de protection de l'environnement et un soutien aux travailleurs. C’était pour les Canadiens. Nous ne l’avons pas fait pour gagner. Nous ne l’avons pas fait pour faire perdre des points aux libéraux. Nous ne l’avons pas fait pour accroître notre pouvoir. Nous l’avons fait pour les Canadiens.
    Tandis que nous débattons à la Chambre de cette motion, sur laquelle je reviendrai, je veux que nous nous souvenions tous que chaque député du Parti conservateur du Canada a accès à un programme de soins dentaires en or. Chaque député a accès à un programme de soins dentaires pour lui-même et ses enfants, et les conservateurs votent contre le strict minimum pour les autres familles canadiennes du pays. Pour moi, cela en dit long; cela montre bien à qui nous avons affaire.
    En tant que députés, nous avons tous ce privilège. Nous avons la possibilité de faire entendre notre voix. Nous avons de telles possibilités. Nous avons tous accès à des avantages et à des salaires que les Canadiens ordinaires n’ont pas, et nous avons l’obligation, lorsque nous nous levons dans cette enceinte, de penser à ces gens et de veiller à ce que tous les Canadiens aient accès à ces choses, les mêmes choses que nous et nos familles avons.
    Avec cette motion, les conservateurs tentent d’induire les Canadiens en erreur. Ils essaient de transformer le mot « taxe » en un vilain mot. Je sais et les députés savent que « taxe » n’est pas un vilain mot. En fait, ce n’est pas un mauvais mot du tout, mais nous y reviendrons.
    Ils essaient de convaincre les Canadiens qu’ils sont de leur côté avec cette motion, mais nous ne sommes pas dupes. Les Canadiens ne sont pas dupes. Les conservateurs continuent de se ranger du côté des grandes entreprises au détriment des Canadiens avec cette motion.
    Une chose que j’aime dans cette motion, c’est qu’elle nous donne l’occasion de parler de fiscalité. Nous ne parlons pas assez souvent de fiscalité dans cette enceinte. Cependant, cette motion évite les questions les plus importantes: qui paie, et qu’obtiennent ces personnes en échange de cet argent?
    À l’heure actuelle, le fardeau fiscal au Canada repose sur les familles canadiennes. Il repose sur les épaules des familles de travailleurs. Ce n’est pas juste. Cela signifie que même si elles ont deux revenus, il leur est difficile de joindre les deux bouts. Cela a entraîné un déséquilibre dans notre pays. Nous sommes confrontés à une crise du logement qui pousse de plus en plus de gens dans la rue, le coût des loyers monte en flèche et les jeunes n’ont aucun espoir de devenir propriétaires.
    Cela n’a pas toujours été le cas. Il fut un temps dans ce pays où les sociétés et les riches assumaient leur juste part du fardeau fiscal et où notre économie était en plein essor. Les travailleurs pouvaient subvenir aux besoins de leur famille et le gouvernement était en mesure de fournir des services parce qu’il tirait ses revenus de sources autres que les familles de travailleurs. Cependant, les gouvernements conservateurs et libéraux successifs ont changé la donne. Ils ont abaissé les taux d’imposition des entreprises. Ils ont créé des échappatoires fiscales. Ils ont viré le système fiscal à l'envers.
    La dernière fois que les particuliers et les entreprises ont payé le même montant d’impôt sur le revenu, c’était en 1952. Depuis, la contribution des entreprises à notre société n’a cessé de diminuer. Aujourd’hui, les Canadiens paient 4 $ d’impôt pour chaque dollar payé par les entreprises, mais ce n’est pas le cas de tous les Canadiens.

  (1155)  

    Pendant que les conservateurs et les libéraux réduisaient les taux d’imposition des entreprises et distribuaient des subventions et des crédits d’impôt aux entreprises, ils réduisaient également l’impôt des Canadiens les plus riches et s’appuyaient plutôt sur des formes de taxation régressive comme la TPS. Ce n’est pas un secret. Tout le monde dans cette Chambre le sait. Nous le savons tous, et pourtant, nous sommes ici en train de débattre d’une motion simpliste qui vise à faire croire aux Canadiens que les conservateurs se soucient du bien-être des Canadiens. C’est une motion qui tente de faire un vilain mot du mot « taxe », sans aborder les questions les plus fondamentales: qui paie les taxes et les impôts, combien ces personnes paient-elles et pourquoi?
    Les personnes à qui les gouvernements prennent de l’argent et une partie de leur revenu sous forme de taxes et d'impôts et ce à quoi ils consacrent cet argent indique les priorités des gouvernements. Au cours des quatre ou cinq dernières décennies, d'un gouvernement libéral à un gouvernement conservateur à un gouvernement libéral à un gouvernement conservateur et ainsi de suite, nous avons constaté une tendance claire: le fardeau fiscal a constamment été transféré aux travailleurs canadiens et l’impôt des riches et des entreprises a diminué.
    À maintes reprises, les gouvernements conservateurs et libéraux ont démontré qui ils sont et de qui ils se soucient, et ce ne sont pas les Canadiens ordinaires. Ce ne sont pas les travailleurs. Ce ne sont pas les étudiants. Ce ne sont pas les personnes âgées. Ce ne sont pas les Autochtones. Ce ne sont pas les personnes handicapées. Ce ne sont pas les sans-abri.
    Nous n’avons pas besoin de nous reporter 50 ans en arrière pour voir ce qui se passe dans ce pays. Dans les trois jours qui ont suivi la déclaration de la pandémie mondiale, 754 milliards de dollars ont été versés pour soutenir les marchés financiers, les grandes banques et les plus grosses sociétés. Il a fallu au gouvernement des semaines, puis des mois, pour que les Canadiens ordinaires, qui fournissent ces 754 milliards de dollars versés aux grandes banques, puissent bénéficier de soutien. Les conservateurs ne veulent pas parler de cela.
    Bien que je me réjouisse de l’occasion qui nous est donnée de parler de fiscalité aujourd’hui et que je sois déçue par la simplicité d’esprit de cette motion, je pense également que nous devons parler de la façon dont nous pourrions réformer notre système fiscal. Les néo-démocrates ont proposé toute une série de réformes, contre lesquelles les conservateurs ont voté: un retour progressif à des taux d’imposition raisonnables pour les sociétés, un impôt sur les bénéfices pandémiques pour récupérer une partie des centaines de milliards que les Canadiens ont versés à ces sociétés, un impôt sur la fortune, la suppression des échappatoires fiscales qui permettent aux riches d’échapper aux impôts canadiens et la poursuite des fraudeurs fiscaux.
    Si nous adoptions ces réformes, nous pourrions offrir des soins dentaires à tous les Canadiens. Nous pourrions avoir un régime d’assurance-médicaments. Les Canadiens n’auraient plus à s’inquiéter de savoir s’ils peuvent se payer leurs médicaments d’ordonnance. Nous pourrions payer pour une stratégie sur le logement. Nous pourrions investir dans notre avenir. Nous pourrions bâtir un Canada meilleur. Les taxes ne sont pas un gros mot. Elles le deviennent simplement lorsque les politiciens essaient de tromper les gens.
    Enfin, je terminerai en parlant un peu de l’assurance-emploi et du Régime de pensions du Canada. En dépit de ce que pensent les conservateurs, les Canadiens ne sont pas dupes de leur conversation et de leur absurdité quant à savoir s’il s’agit d’une taxe. Les Canadiens voient ce que font les conservateurs. Je suis de l’Alberta. Les Albertains voient ce qui se passe. Nous voyons notre gouvernement provincial s’attaquer au RPC. C’est le sujet dont me parlent le plus souvent mes concitoyens. Je sais comment les conservateurs s’emploient à détruire le filet de sécurité sur lequel les travailleurs comptent. Les travailleurs ont besoin de leurs pensions. Ils ont besoin d’un système d’assurance-emploi qui fonctionne. Il ne s’agit pas de l’argent du gouvernement, mais de l’argent des travailleurs.
    La semaine dernière, le régime d’assurance-emploi est revenu à son état défaillant d'avant la pandémie. Les changements pour lesquels mes collègues néo-démocrates et moi-même nous sommes battus afin que les travailleurs canadiens ne soient pas laissés pour compte lors de la pandémie ont disparu. Au lieu de prétendre que l’assurance-emploi et le RPC sont un fardeau pour les travailleurs canadiens, j’invite les conservateurs à se joindre à nous pour que la totalité des travailleurs obtienne le soutien dont ils ont besoin de l’assurance-emploi et que la totalité des travailleurs puisse prendre leur retraite dans la dignité avec des prestations de retraite adéquates.
    Ce n’est pas le moment de présenter cette motion. Ce non-sens politique est conçu pour que le nouveau chef de l’opposition officielle obtienne du temps d’antenne et quelques messages sur Twitter. Les Canadiens ne veulent pas de ces absurdités. Ils veulent que tous les partis à la Chambre travaillent ensemble pour améliorer leur vie.

  (1200)  

    Madame la Présidente, je veux revenir sur les observations de la députée au sujet du Régime de pensions du Canada parce que, pendant de nombreuses années sous Stephen Harper, le Régime de pensions du Canada a simplement fait du surplace. Alors premier ministre, Stephen Harper a refusé de rencontrer les premiers ministres des provinces et de chercher avec eux des moyens d’améliorer la retraite. Une des initiatives qu’a prises le gouvernement actuel, il y a quelques années, a été de collaborer avec les provinces pour parvenir à une entente sur le Régime de pensions du Canada.
    Par ailleurs, les députés conservateurs parlent souvent du Régime de pensions du Canada comme d’une taxe. Or, il ne s’agit pas d’une taxe, comme la députée l’a si justement dit. Il s’agit d’un investissement des personnes qui travaillent aujourd’hui afin d’avoir une meilleure pension demain, quand elles prendront leur retraite.
    La députée pourrait-elle nous dire ce qu’elle pense du fait que les conservateurs veulent simplement qualifier de taxe un investissement dans une retraite future afin d'essayer de jouer sur les émotions, ce qui est extrêmement tendancieux?
    Madame la Présidente, je ne suis pas toujours d’accord avec le député, mais aujourd’hui, je le suis…
    Des voix: Oh, oh!
    Mme Heather McPherson: Je vais laisser mes collègues, là-bas, terminer leur crisette.
    Je ne sais pas si le député est au courant, car il n'est pas Albertain, mais en Alberta, le gouvernement du Parti conservateur uni parle de retirer les pensions de l’Alberta du Régime de pensions du Canada, ce qui est très dangereux. Tellement de Canadiens dépendent du Régime pour vivre leur retraite dans la dignité. Ses prestations sont, selon moi, nettement insuffisantes à l’heure actuelle, mais l’immoralité et les propositions dangereuses du Parti conservateur au sujet des pensions sont très troublantes.
    Madame la Présidente, je suis honoré de prendre la parole pour poser une question au nom des résidants de Regina.
    Cependant, je dois faire une mise au point en passant: le NPD a littéralement signé un accord avec les libéraux, alors ces députés-là sont généralement d’accord. Ils ont signé noir sur blanc pour dire qu’ils soutiendraient le gouvernement jusqu’en 2025. C'est donc là un mensonge.
    J’ai écouté l’intervention de la députée, et elle n’a eu de cesse de dire que les Canadiens paient trop et que les simples citoyens paient trop d’impôts. Pourtant, elle va se prononcer contre une motion qui réclame des réductions d’impôt pour les Canadiens ordinaires.
    Ensuite, elle a essayé de faire croire que l’accord que les néo-démocrates ont signé avec les libéraux est pertinent et elle a expliqué pourquoi ils l’ont signé, sauf que la pertinence est actuellement un problème pour le NPD. Le NPD n’a tellement pas de pertinence au Canada que le NPD de la Saskatchewan ne laisse même pas son chef venir parler à son propre congrès. Il a été désinvité à la maison de Tommy Douglas. Ce qu’ils…
    Nous passons à la réponse.
    La députée d'Edmonton Strathcona a la parole.
    Madame la Présidente, je veux simplement mentionner au député que je suis heureuse d'avoir fait ce que j'ai pu pour m'assurer que les enfants de la Saskatchewan ont accès à des soins dentaires.

  (1205)  

[Français]

    Madame la Présidente, je pense que les conservateurs présentent cette motion aujourd'hui parce que les vraies solutions sont plus profondes. Elles méritent une plus grande réflexion sur la façon de créer de la richesse dans le respect de l'environnement, et surtout, sur la façon de partager cette richesse.
    On a entendu parler de populisme aujourd'hui, et, à ma grande surprise, il y a un collègue conservateur qui s'est dit fier d'être populiste. J'ai failli tomber en bas de ma chaise, mais ce sont de bonnes chaises. Ma question n'est pas compliquée.
    Est-ce que ma collègue d'Edmonton Strathcona, que j'estime beaucoup d'ailleurs, est d'accord avec moi que cette motion des conservateurs propose en fait des solutions simplistes et populistes à un problème complexe?

[Traduction]

    Madame la Présidente, j'aimerais remercier mon collègue. Nous avons bien collaboré dans divers dossiers, et je constate que nous sommes sur la même longueur d'onde. En fait, je le soupçonne d'être néodémocrate.
    Pour répondre à sa question, je pense que c'est vrai. Le député d'Elmwood—Transcona a dit essentiellement la même chose. Lorsque le Parti conservateur présente des motions comme celle-là qui sont remplies de démagogie et de désinformation, c'est dangereux. C'est dangereux, et nous avons une responsabilité comme parlementaires de veiller à ce que les échanges, le débat dans cette enceinte, ne descendent pas aussi bas. Nous devons élever le débat, et cette motion ne l'élève en rien.
    Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Chicoutimi—Le Fjord.
    Les Canadiens n’ont pas les moyens de se payer le gouvernement libéral actuel. Les néo-démocrates—libéraux ont tellement fait grimper le coût de la vie que les gens sont forcés de choisir entre chauffer leur maison, faire le plein d’essence et nourrir leur famille. C’est pourquoi la motion conservatrice d’aujourd’hui demande au gouvernement de mettre fin immédiatement aux nouvelles taxes sur l’essence, l’épicerie, le chauffage et les chèques de paie. Cela signifierait l’annulation de l’augmentation prévue de la taxe sur le carbone et des hausses de taxes prévues sur le salaire, qui font toutes partie du fardeau fiscal selon le site Web du gouvernement libéral.
    Les chiffres sont sombres. Un Canadien qui gagne 60 000 $ par année payait 3 400 $ de taxes par année sous le gouvernement conservateur précédent comparativement à 4 169 $ aujourd’hui. La famille canadienne moyenne consacre maintenant une plus grande partie de son revenu aux taxes qu’à la nourriture, aux vêtements et au logement réunis, et cette part va continuer d’augmenter sous le gouvernement libéral actuel. C’est immoral, et tout cela est la conséquence de mauvaises politiques.
    Tout coûte de plus en plus cher. Les familles dépensent 1 200 $ de plus par année pour se nourrir. Le prix des logements, qui a grimpé en flèche, et la hausse des taux d’intérêt signifient que la moitié des jeunes Canadiens, soit 56 %, qui cherchent à acheter leur première maison ont mis leur projet en veilleuse ou l’ont tout simplement abandonné.
    Le loyer d’un logement d’une chambre à coucher à Toronto dépasse les 2 300 $ par mois, et des étudiants de niveau postsecondaire vivent dans des refuges pour sans-abri. Une petite entreprise sur six envisage de fermer définitivement ses portes, tandis que près des deux tiers demeurent endettées depuis les deux dernières années, en grande partie à cause des décisions prises par les gouvernements. Bien sûr, il y a aussi la taxe sur le carbone de plus en plus lourde que les libéraux avaient promis de maintenir à un certain niveau, mais elle dépassera de loin ce qu’ils prétendaient au départ.
    Les libéraux n’arrêtent pas de dire que cette taxe redonne aux Canadiens plus que ce qu’elle leur enlève, mais, bien sûr, le directeur parlementaire du budget a complètement démenti cette affirmation. La réalité, c’est que 60 % des Canadiens ne récupéreront pas plus que ce qu’ils y ont investi et, bien sûr, grâce au gouvernement libéral, les Albertains sont les plus durement touchés, puisqu’ils paient 2 282 $ de plus que ce qu’ils reçoivent.
    Cependant, dans la pratique, le remboursement de la taxe sur le carbone, c’est un moyen employé par le gouvernement libéral pour se servir des Canadiens de la classe ouvrière comme source de prêt sans intérêt. Les gains ne sont pas remis, et il coûte aux Canadiens le montant exact de l’inflation pour chaque mois où ils sont privés de cet argent, en plus du coût des pertes de revenus de placement potentiels.
    Par exemple, si on utilise le taux d'inflation de 2021 estimé de façon prudente, comme nous le savons maintenant, à 3,4 %, qui a plus que doublé cette année, plus un taux de rendement prudent de 2 % sur les investissements, et en ajoutant cela au coût moyen de la taxe sur le carbone en 2021 pour un Albertain, fixé à 1 585 $, c'est presque 86 $ qui viennent de disparaître. C’est de l'argent que ces Canadiens ne récupéreront jamais et qu’ils auraient pu utiliser pour payer l'épicerie ou faire le plein d'essence. Les libéraux vont aggraver ces pertes et continuer à enlever de plus en plus d'argent aux Canadiens.
     Les conservateurs se concentrent sur les Canadiens qui sont aux prises avec cette crise du coût de la vie fabriquée par les libéraux.
    Coralea, d'Elk Point, m'a écrit. Son fils souffre d’un trouble du déficit de l'attention et de plusieurs autres difficultés d'apprentissage. Pour surmonter ces difficultés, elle l'a envoyé dans une école située à environ une demi-heure de leur domicile. Ils pouvaient faire du covoiturage avec d'autres familles, et son mari avait un emploi bien rémunéré dans le secteur pétrolier, mais la guerre des libéraux contre le secteur pétrolier et gazier a tout changé.
    Des plateformes de forage ont cessé leurs activités, des entreprises ont fermé, les investissements se sont faits rares et des projets ont été annulés, tout cela à cause du risque et de l'incertitude créés par le gouvernement libéral. Malheureusement, comme des dizaines de milliers d'autres travailleurs directement employés par le secteur de l'énergie, le mari de Coralea a perdu son emploi. Il a bien trouvé un autre emploi près de chez eux, mais il était payé un tiers de ce qu'il gagnait auparavant. Coralea a créé une entreprise d'entretien ménager pour que sa famille puisse joindre les deux bouts, mais cette entreprise a été réduite à néant au cours des deux dernières années.
    Il y a quelques mois, l'école du fils de Coralea l'a appelée afin de lui proposer un plan pour les quatre prochaines années qui permettrait à son fils d'obtenir un diplôme et sa première année d'apprentissage, mais elle a dû leur dire que son fils ne retournerait pas à cette école l'année suivante, parce qu’ils ne peuvent plus assumer les frais de l’aller-retour d'une heure deux fois par jour avec le coût de l’essence qui monte en flèche et un revenu réduit.

  (1210)  

    Coralea n’est pas une Canadienne qui a les moyens de s’acheter une Tesla de luxe à 60 000 $. Elle n’a même pas les moyens de recâbler sa maison pour pouvoir en faire la recharge. Elle n’a pas les moyens d’avoir une voiture électrique qui ne fonctionne pas pendant les tempêtes de neige et les températures de -40 °C que les gens de Lakeland connaissent bien. Elle n’a pas les moyens de payer les nouvelles taxes et les augmentations de taxes que le gouvernement libéral ne cesse d’infliger aux Canadiens.
    Un autre électeur, Steve, un aîné de Vermilion, m’a dit qu’il recevait à la fois des prestations au titre du Régime de pensions du Canada et de la Sécurité de la vieillesse, toutes deux indexées sur l’inflation. Les libéraux nous diront que les aînés qui vivent de ces programmes sont à l’abri des hausses du coût de la vie et des pressions inflationnistes, mais ce n’est pas vrai. Moins de la moitié de la facture mensuelle d’essence de Steve sert à payer l’essence qu’il utilise. Pas moins du quart de sa facture sert à payer les taxes, soit plus de 50 $ par mois.
    Pour les deux premiers trimestres de l’année, les adultes célibataires ont reçu un peu plus de 250 $ en remboursements de la taxe sur le carbone. Steve payait en même temps 300 $ en taxes sur sa seule facture d’essence. Il paye des taxes sur le carbone sur sa facture d’électricité, sur son épicerie et sur l’essence pour son camion. Les taxes obligeront Steve à sortir de sa retraite. Il m’a dit: « Cette taxe sur le carbone me tue », et m’a demandé de continuer de lutter contre cette taxation « qui n'a pas de sens et qui est inutile. »
    Puis, il y a Austin, un homme de 25 ans de Vegreville, qui devrait avoir un avenir brillant devant lui. Il devrait être prêt à commencer sa vie, à s’acheter une maison et à penser à fonder une famille s’il le souhaite. Il doit plutôt décider quelles factures il paiera chaque mois et s’il aura aussi les moyens de faire son épicerie. L’entretien de sa voiture lui a coûté 850 $, 850 $ qu’il ne peut se permettre de payer lorsque les prix de l’essence ont doublé et que ses factures d’essence et d’électricité lui coûtent 400 $ par mois. Austin occupe deux emplois, un chez Walmart et l’autre dans un aréna local. Sa petite amie de 21 ans travaille dans le domaine de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants. Fort préoccupé pour leur avenir, il m’a dit: « Abolissez la taxe sur le carbone... Arrêtez les dépenses. Atténuez le choc de l’inflation, faites que la classe moyenne paie moins de taxes et aidez-nous vraiment à avancer, au lieu de nous ramener en arrière. »
    Nous pourrions tous vous donner d'autres exemples recensés auprès de nos électeurs: Jason, qui exploite un petit terrain de golf public au Nouveau-Brunswick, a payé 6 000 $ de plus en carburant entre 2020 et 2021 et s’attend à une autre hausse de 7 500 $ cette année; Linda, une veuve âgée, conduit toujours un autobus scolaire parce qu’elle n’a pas les moyens de chauffer sa maison et de mettre de l’essence dans sa voiture; quant à Fred, il m’a parlé d’une jeune famille qu’il côtoie chaque semaine à la pratique de hockey, qui doit maintenant choisir lequel de ses enfants pourra jouer la saison prochaine parce que les déplacements pour se rendre aux matchs sont devenus trop coûteux.
    La crise du coût de la vie imposée par les libéraux n’est pas « transitoire », elle n’est pas « l’inflation de Vladimir Poutine » et elle n’est pas « un problème de chaîne d’approvisionnement ». C’est une inflation qui existe parce que le gouvernement a toujours dépensé bien au-delà de ses moyens, sans tenir compte des mises en garde des conservateurs selon lesquelles ses dépenses effrénées feraient grimper les prix des produits de première nécessité pour tous les Canadiens.
    La crise du coût de la vie provoquée par les dépenses du gouvernement et par ses hausses de taxes sur l’essence, l’épicerie, le chauffage des maisons et les chèques de paie forcent les Canadiens que je représente à choisir entre se chauffer et se nourrir. Ils doivent choisir lequel de leurs enfants peut faire du sport ou, le cas échéant, décider s’ils ont les moyens de rendre visite à leurs petits-enfants. Ils sont souvent obligés d’hypothéquer l’avenir de leurs enfants parce qu’ils n’ont plus les moyens de les soutenir. Il faut que cela cesse. Les dépenses inconsidérées du gouvernement, ses attaques contre les travailleurs canadiens et ses hausses d’impôt continuelles détruisent des vies. Voilà pourquoi la motion d’aujourd’hui est si importante. Les Canadiens ne peuvent plus se permettre de vivre sous un gouvernement libéral.
    Comme notre nouveau chef, le député de Carleton, le leur demande depuis des années, les libéraux doivent faire marche arrière, réduire les dépenses gouvernementales et équilibrer le budget de façon à ce que notre dette ne soit pas refilée aux générations futures alors qu’elles n’en auront rien retiré. Ils doivent cesser d’imposer des amendes, de diaboliser et de congédier des Canadiens pour des décisions médicales personnelles que le premier ministre ne juge pas acceptables. Ils doivent cesser de détruire la vie et les moyens de subsistance des Canadiens en chassant les investissements et en menottant l’exploitation des ressources naturelles du Canada dans les secteurs agricoles, qui constituent les ancrages dans notre économie. Leur programme va à l’encontre de l’entreprise et du secteur privé, lui imposant son lourd fardeau administratif. Les libéraux doivent promettre aujourd’hui de ne pas imposer de nouvelles taxes sur l’essence, sur l’épicerie, sur le chauffage des maisons et sur les salaires.

  (1215)  

    Madame la Présidente, j'ai demandé à maintes reprises au chef de l’opposition d'expliquer sa position sur le bitcoin et la cryptomonnaie. Les Canadiens méritent de la connaître.
    Il y a environ cinq ou six mois, je crois, le chef de l'opposition a voulu épater la galerie en achetant un shawarma avec des bitcoins. Selon le taux effectif à ce moment-là, le shawarma lui a coûté 10 dollars canadiens. Compte tenu de la dévaluation du bitcoin, le même shawarma lui coûterait 22,35 $ s'il l'achetait aujourd'hui.
    Comme son chef refuse de le faire, je me demande si la députée peut nous dire quelle est sa position sur le bitcoin ou refusera-t-elle de prononcer les mots « bitcoin » et « cryptomonnaie », comme le chef de l’opposition l'a fait chaque fois qu'on lui a posé cette question?
    Madame la Présidente, il est frappant de constater que le gouvernement, qui est au pouvoir depuis sept ans et qui a conclu une entente pour y rester pendant 10 ans, a réussi jusqu'à présent à provoquer une flambée des prix presque jamais vue d'à peu près tous les produits de première nécessité.
     Les députés ministériels prennent la parole à la Chambre des communes pour offrir leurs pensées et leurs prières aux Canadiens touchés par la crise du coût de la vie, dont ils admettent l'existence, et ils leur envoient un message d'espoir et de compassion, et pourtant, le député souhaite parler de n'importe quoi sauf du bilan des libéraux et de la crise du coût de la vie qu'ils ont créée.
    Madame la Présidente, c’est la première fois que j’ai l’occasion de participer à ce débat, même si je l’écoute depuis des heures. J’ai, pour ma collègue de Lakeland, une question que je voulais poser depuis le discours de l’honorable leader à la Chambre de l'opposition officielle, l’ancien Président de la Chambre.
    Les conservateurs présentent la situation comme si le Canada était le seul pays au monde qui ait procédé à un assouplissement quantitatif, et qui ait emprunté beaucoup d’argent pour maintenir les devises et son économie à flot. Je suggère à la députée d'examiner les rapports du Fonds monétaire international de juin 2020. Toutes les nations du G20 ont agi ainsi. Toutes, le Canada compris, ont procédé à un assouplissement quantitatif. Elle peut douter de l’efficacité de ces politiques, mais je lui demanderais d’y réfléchir.
    Si le chef actuel de ma collègue avait été premier ministre pendant la pandémie, les conservateurs auraient-ils décidé de rejeter les politiques de Boris Johnson, de rejeter les politiques d’autres gouvernements conservateurs idéologiquement alignés partout dans le monde et de tracer un…
    La députée de Lakeland a la parole.
    Madame la Présidente, le fait est que le premier ministre a dépensé plus que tous les autres premiers ministres de l'histoire canadienne réunis. Ceci est une conséquence des dépenses effrénées qu'engage le gouvernement budget après budget. À vrai dire, il ne s'agit pas que d'une conséquence des deux dernières années.
    Les Canadiens veulent voir les élus assumer la responsabilité du programme de politiques du gouvernement, lequel rend la vie trop dispendieuse et inabordable, et fait souffrir les Canadiens, qui peinent à joindre les deux bouts et s'inquiètent vivement de leur avenir. Il est ahurissant d'entendre les députés d'autres partis admettre qu'il y a une crise du coût de la vie, tout en omettant d'en assumer la responsabilité et refuser de voter en faveur d'une mesure évidente, immédiate et concrète susceptible d'atténuer les difficultés de chaque travailleur ordinaire du pays.

  (1220)  

    Madame la Présidente, je partage la frustration de ma collègue d’Edmonton Strathcona. Il semble que les conservateurs essaient de faire passer les cotisations de retraite pour des taxes. Mes deux parents sont retraités. Les aînés du Nord-Ouest de la Colombie‑Britannique me disent souvent à quel point il est difficile de joindre les deux bouts avec la Sécurité de la vieillesse et avec les pensions publiques minimes qu’ils reçoivent.
    Ma collègue du Parti conservateur est-elle d’accord pour dire, premièrement, que les aînés du Canada méritent une augmentation importante de la Sécurité de la vieillesse et, deuxièmement, que cette augmentation devrait s’appliquer non seulement aux aînés de plus de 75 ans, mais à tous les aînés?
    Madame la Présidente, c'est là un autre dossier où l'on constate un énorme écart entre les propos des députés d'autres partis, leurs actions et les résultats qui découlent de leurs politiques. En réalité, les politiques des néo-démocrates et des libéraux, qui se résument à de lourds impôts, de fortes dépenses et des déficits élevés, causent un tort disproportionné aux Canadiens à faible revenu ou à revenu fixe, aux aînés, aux petits salariés et aux gens les plus désavantagés partout au pays. C'est à ces personnes que leur programme de politiques nuit le plus. Les conservateurs sont ceux qui offrent une véritable solution afin de fournir...
    Le député de Chicoutimi—Le Fjord a la parole.

[Français]

    Madame la Présidente, nous sommes ici aujourd'hui pour parler de l'inflation, une inflation dévastatrice pour les Canadiens, une inflation qui était surtout prévisible. On ne pouvait pas imprimer de l'argent à outrance pour toujours et penser qu'on s'en tirerait sans conséquence.
    La masse monétaire par rapport au PIB a augmenté de façon draconienne dernièrement. Malheureusement, rien n'a été fait plus tôt pour reprendre le contrôle de la masse monétaire. Le gouvernement blâme depuis le début la situation mondiale, notamment les perturbations dans la chaîne d'approvisionnement. Certes, ce sont des situations fâcheuses qui créent des chocs sur l'offre et la demande. Cependant, il y a beaucoup d'autres facteurs dont les libéraux sont responsables depuis le début de leur gouvernance et qui causent la présente situation économique.
    Je ne veux pas être prophète de malheur aujourd'hui, mais, avec les politiques libérales actuelles, nous nous dirigeons droit dans un mur. Deux choses peuvent sauter aux yeux concernant la présente situation: le déficit excessif du gouvernement libéral qui met en péril la stabilité financière canadienne et, encore pire, la vitalité économique des prochaines générations.
    Lorsque le Parti libéral a pris les rênes du gouvernement en 2015, il bénéficiait d'une situation économique enviable. Non seulement il avait l'un des ratios dette-PIB les plus bas du G7, mais il bénéficiait d'un surplus budgétaire dans un contexte de croissance économique favorable. Le Canada était l'un des meilleurs pays où investir.
    Lorsque les libéraux ont commencé à diriger, ils se sont lancés dans des dépenses exubérantes, et ce, dans un contexte économique qui ne le nécessitait pas. La dette canadienne a augmenté de façon considérable, passant de 626 milliards de dollars en 2014 à 1 049 milliards de dollars en 2021. Bien sûr, une partie de cette hausse est due à la gestion de la pandémie. Or parlons-en, de cette gestion. Le Canada a emprunté plus que n'importe quel autre pays industrialisé, à part le Japon, et n'a obtenu que peu en retour. Le pays se place au 21e rang sur 33 pays industrialisés en ce qui a trait à la croissance économique moyenne en 2020 et en 2021, avec le cinquième plus haut taux de chômage moyen.
     Malgré tout, cela reste une dette qui, somme toute, pouvait bien se gérer avec des taux d'intérêt historiquement bas. Par contre, en étant peu prévoyant et en n’anticipant pas, ce qui est d'ailleurs un thème récurrent au Parti libéral, le gouvernement a joué avec le feu. Cette situation ne peut pas tenir la route si certains paramètres changent, et voilà que les paramètres sont en train de changer. Avec l'augmentation des taux d'intérêt, le service de la dette deviendra de plus en plus coûteux. Les prévisions gouvernementales devront être révisées.
     D'abord, les courbes des obligations du Trésor sont inversées, signalant probablement une récession à venir. L'augmentation du taux du bon du Trésor de 10 ans se fait très rapidement, signalant une confiance de moins en moins certaine envers le Trésor canadien. Finalement, l'augmentation du bon du Trésor de 10 ans rend la dette canadienne plus coûteuse.
    Qui paiera cette dette? Qui paiera les intérêts de cette dette? Est-ce que ce sera les Canadiens? Le gouvernement peut-il nous garantir aujourd'hui, à la Chambre, qu'il n'augmentera pas les impôts, les taxes et les autres frais pour les Canadiens, qui peinent à remplir leur auto d'essence et à nourrir leur famille?
    Le silence libéral parle de lui-même. Sait-on pourquoi? Cela m'amène à mon deuxième point sur la responsabilité libérale concernant la présente situation. La guerre que mène le gouvernement libéral à l'énergie canadienne depuis 2015 nous empêche de répondre facilement aux chocs énergétiques mondiaux. Le Canada a la troisième plus grande réserve de pétrole au monde et la dix-huitième plus grande réserve de gaz naturel. Non seulement nous avons les quantités, mais nous avons aussi la qualité en produisant plus proprement que des pays comme l'Arabie saoudite et le Venezuela.
    Alors que les prix de l'énergie et de l'essence augmentent, imaginons ce que pourrait faire un Canada dominant en énergie. Premièrement, on pourrait mettre plus de barils sur les marchés mondiaux, ce qui permettrait une augmentation de l'offre et une future diminution du prix. Deuxièmement, on pourrait subvenir aux besoins énergétiques de pays qui en ont grandement besoin présentement. Je pense entre autres à nos pays alliés, en Europe, qui sont otages d'un régime autoritaire qui contrôle le flot énergétique en Europe de l'Ouest. Être dominant en énergie, ce n'est pas seulement répondre à la demande locale, mais aussi à un besoin international.
    Au lieu de cela, le gouvernement libéral tente de se convaincre que l'industrie énergétique canadienne est une chose du passé et qu'elle est difficilement exportable puisqu'elle est loin des côtes. Pourtant, c'est ce même gouvernement qui a empêché le développement de plus de 100 milliards de dollars en projets énergétiques canadiens et qui a annulé le développement d'infrastructures clés pour l'exportation sur la côte Est et sur la côte Ouest.

  (1225)  

    Le président Biden préfère faire appel à l'Arabie saoudite pour augmenter la production alors que nous sommes les voisins immédiats des États‑Unis. C'est honteux et gênant, sans mentionner que c'est hypocrite.
    Oui, c'est hypocrite, parce que les libéraux parlent sans cesse de lutte contre les changements climatiques, mais ils n'ont rien fait pour contrer l'approvisionnement en pétrole moins propre de l'Arabie saoudite et du Venezuela.
    Le ministre des Ressources naturelles canadien parle d'augmenter l'exportation de gaz naturel vers les États‑Unis pour qu'ils l'exportent en Europe. À quel point faut-il être déconnecté? Au lieu de faire travailler des Canadiens, de développer une expertise canadienne et de créer de la richesse canadienne qui contribuerait à contrer l'inflation, on agit comme vassal des Américains.
    La politique énergétique canadienne est un désastre et une aberration pour le portefeuille des Canadiens. Elle est aussi un désastre et une aberration en matière de contribution positive à la lutte contre les changements climatiques. De surcroît, elle est directement responsable de l'augmentation significative des prix de l'énergie et de l'essence.
    D'ailleurs, le gouvernement prévoit de tripler la taxe sur le carbone prochainement. Est-ce encore dans les cartes? Est-il réellement judicieux d'augmenter le prix sur l'essence alors que les Canadiens peinent à joindre les deux bouts?
    L'essence est primordiale au transport, notamment au transport de la nourriture. En août dernier, la hausse du prix des aliments a atteint 10,8 % par rapport au prix de l'année précédente, qui était déjà en augmentation.
    Est-il raisonnable de penser ajouter une taxe indirecte sur la nourriture en bonifiant le prix sur le carbone alors que le prix des denrées a augmenté de pratiquement 15 % en deux ans? C'est simplement ridicule qu'on se pose la question.
    Les ménages ont de moins en moins confiance en l'économie et ils sont de plus en plus endettés. La dette des ménages comparée enproportion à leur revenu s'élève maintenant à 181,7 %. Il ne suffit pas de se demander ce qu'on fera du service de la dette canadienne avec l'augmentation des taux d'intérêt. Il faut aussi se demander ce que les Canadiens feront quand les taux d'intérêt continueront de monter. Comment pourront-ils s'acquitter de leur dette si tout devient plus cher et si leurs prêts deviennent plus chers alors que leur revenu n'augmente pas aussi vite que l'inflation?
    Je pense qu'on risque d'entrer dans une période très sombre si on ne fait pas face à cette crise rapidement. Pour y faire face, le gouvernement doit en premier lieu donner une certitude aux Canadiens en s'engageant à n'augmenter aucun impôt ou taxe de tout genre pour pallier ses négligences, son inaction et ses erreurs.
    La présente situation offre un portrait sombre aux Canadiens qui vont devenir des esclaves de la dette si la trajectoire se poursuit, d'autant plus qu'il sera extrêmement difficile pour la nouvelle génération d'accéder à la propriété, qui n'est pas une valeur économique à négliger. C'est un symbole de prospérité et d'indépendance pour les Canadiens. C'est une retraite pour plusieurs et c'est un levier financier pour d'autres. C'est un chez-soi pour élever sa famille, l'unité la plus importante d'une société. Il faut valoriser la famille et surtout lui donner tous les outils nécessaires pour prospérer.
    Nous parlons de la hausse du prix des biens à la consommation, mais j'aimerais terminer sur une réflexion quant aux autres problèmes qui nous guettent. Quel a été l'effet sur la structure de l'économie canadienne de la politique de taux d'intérêt zéro menée pendant des années? C'est une question qu'il faut se poser parce que la motion présentée par notre formation politique prend encore davantage de sens lorsqu'on constate l'argent qui a été injecté dans le système et les risques inutiles que les compagnies et les gouvernements prennent quand l'argent n'a vraiment aucune valeur en raison des taux d'intérêt près de zéro.
    Pour en revenir à l'essentiel de mon propos, il est primordial d'offrir le plus de certitude possible aux Canadiens en n'augmentant pas leurs taxes et leurs impôts.
    J'invite l'ensemble des partis à appuyer notre motion. Pour résoudre la crise de l'inflation actuelle, je les invite à faire preuve de prudence quant aux dépenses gouvernementales à venir et à cesser la guerre contre l'énergie canadienne.

  (1230)  

    Madame la Présidente, premièrement, le prix sur la pollution par le carbone ne s'applique pas au Québec. Par conséquent, les concitoyens de mon collègue ne sont pas touchés par cette mesure, bien qu'ils bénéficient des allègements prévus par le projet de loi C‑30. Mettons cela de côté pour un instant.
    On estime que le prix sur la pollution ajoute 2,2 ¢ à un litre d'essence, mais, de toute manière, les gens sont dédommagés pour cette augmentation.
    Mon collègue croit‑il que cet ajout de 2,2 ¢ a un impact plus important sur le prix de l'essence que la guerre en Ukraine?
    Madame la Présidente, dans ma circonscription, on avait un beau projet de gaz naturel liquéfié. Ce projet permettait d'exporter du gaz naturel pour réduire les centrales au charbon. Ensuite, il réduisait la dépendance de l'Europe face à la Russie.
    Je ne sais pas pourquoi on n'utilise pas les ressources naturelles comme on devrait le faire. On s'empêche de les exploiter. Je suis d'accord sur toutes les sortes d'énergie possible. Pourquoi est-ce que le gouvernement boude l'énergie canadienne?
    Pour le bien de notre pays, nous devrions exploiter toutes les sources d'énergie, surtout les énergies fossiles que nous avons.
    Madame la Présidente, comme mes amis conservateurs ne se gênent pas pour présenter essentiellement la même motion aujourd'hui que celle qu'ils ont présentée mardi, je ne vais pas me gêner pour poser essentiellement la même question que j'ai posée mardi à un député conservateur, à laquelle je n'ai pas eu de réponse.
    En cette période intense de lutte contre les changements climatiques, le gouvernement fédéral continue d'investir 14 milliards de dollars en aide directe et indirecte aux énergies fossiles. Au Québec, toute une infrastructure est en train de se mettre en place vers les énergies renouvelables. Dans ma circonscription, une industrie travaille à mettre au point un moteur électrique pour les avions. C'est fondamental, il faut aller vers cela. L'industrie aéronautique émet 3,5 % de tous les gaz à effet de serre sur la planète. À terme, il va falloir s'attaquer à cela. Il y a une possibilité de prendre les 14 milliards de dollars que le gouvernement investit dans le pétrole pour l'investir dans les nouvelles technologies. Cela créerait de la richesse, des emplois et cela combattrait les gaz à effet de serre.
    Est-ce que mon collègue n'est pas d'accord sur cela?
    Madame la Présidente, il y a beaucoup d'amélioration dans nos énergies fossiles avec les nouvelles technologies. Il ne faut jamais l'oublier.
    Comme je l'ai dit auparavant, je ne suis pas contre les différentes sources d'énergie. Présentement, l'option n'y est pas. Arrêtons de nous mettre la tête dans le sable. La demande en énergie ne cesse d'augmenter. Comme je l'ai dit, chez nous, il y avait un beau projet de transition énergétique, le gaz naturel liquéfié, qui permettait de réduire les centrales au charbon sur la planète et d'éliminer la dépendance de l'Europe face aux Russes.
    Je pense que nous devrions réviser tout cela tout le monde ensemble. Nous devrions nous asseoir et nous mettre d'accord tous ensemble pour exploiter ce que nous pouvons exploiter ici, au Canada, chez nous.

  (1235)  

    Madame la Présidente, je suis un peu abasourdi du niveau d'âneries que j'entends des banquettes conservatrices depuis ce matin.
    L'ancien chef du Parti conservateur a dit que des taxes et des impôts, c'était en fait du vol. Il a dit qu'on se faisait voler. Il a fait une drôle de comparaison avec le fait de vider une bouteille de bière par terre en disant que cela ne servait à absolument rien.
    Est-ce que mon collègue du Parti conservateur ne pense pas que les taxes et les impôts — si c'est bien fait, si c'est progressif et si cela prend soin des plus démunis — permettent de payer des services publics, de payer un filet de sécurité sociale, de payer des routes, des écoles, des universités et des hôpitaux pour les gens dans sa circonscription?
    Un médecin américain a dit que quand il paie de l'impôt, il achète de la civilisation. Est-ce que le Parti conservateur a oublié que quand on paie des taxes et des impôts, on obtient des services en retour?
    Madame la Présidente, si le gouvernement en place avait bien géré le budget au départ, probablement qu'on ne serait pas rendu à cela.
    Je me rappelle qu'en 2015, lorsque l'économie était stimulée, on n'avait pas besoin d'injecter de l'argent dans les infrastructures et on n'avait pas besoin d'injecter de l'argent dans l'économie puisque l'économie était stimulée.
    Le gouvernement actuel n'est pas capable de rien prévoir. Tout le monde sait que lorsque quelque chose est haut, cela redescend. Dans l'économie, il y a des hauts et des bas. On était complètement dans le haut et le gouvernement garrochait de l'argent sans compter. Aujourd'hui, on est coincé; les gens sont coincés. Les taux d'intérêt montent en flèche. On a de la difficulté à payer l'épicerie. Les gens ne savent plus quoi faire; ils sont extrêmement inquiets de l'endettement.
    C'est irresponsable de la part du gouvernement.

[Traduction]

    Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec mon cher ami et collègue, le député de Winnipeg-Nord, dont la circonscription se trouve dans la belle ville de Winnipeg, dans la magnifique province du Manitoba. Je sais qu'il sera captivant pour tout le monde d’entendre les observations du député, après que j’aurai présenté les miennes, bien sûr.
    Je suis heureux de répondre à cette motion présentée aujourd’hui par l’opposition officielle. Les mesures opportunes et ciblées prises par le gouvernement ont joué un rôle important pour aider les entreprises canadiennes à traverser la pandémie et à composer maintenant avec l’inflation mondiale qui frappe le Canada et le monde pour des raisons que nous connaissons très bien. Ces mesures ont aidé les entreprises et les travailleurs canadiens à affronter l’incertitude économique et les difficultés financières causées par la COVID-19, par les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement et, ensuite, par l’invasion barbare de l’Ukraine par la Russie.
    Notre gouvernement a mis en œuvre son plan tout en faisant preuve de responsabilité financière et de prudence. C’est un plan sérieux, qui repose sur un leadership sérieux. Les mesures que nous avons mises en place ont jeté des bases solides alors que l’économie mondiale continue d'être soumise à de fortes perturbations.
    Je rappelle à mes collègues que s’ils ont lu les nouvelles ces derniers jours au sujet de ce qui se passe en Europe en ce qui concerne les fluctuations du prix des obligations et des actions, et le gazoduc Nord Stream, nous continuons d’assister à une incertitude croissante au niveau de l’économie mondiale, avec laquelle nous aussi devrons composer puisqu’elle atteindra l’Amérique du Nord. Voilà pourquoi nous avons besoin d’un leadership sérieux en cette période d’incertitude.
    Le Canada s’en tire mieux que d'autres pays du G7 en ces temps difficiles. L’OCDE continue de prévoir que le Canada connaîtra la plus forte croissance économique du G7, tant cette année qu’en 2023. L’OCDE vient de réviser cette semaine ses projections de croissance économique.
    De plus, le Canada affiche cette année le déficit gouvernemental total le plus bas du G7 et, de loin, le fardeau de la dette nette le plus faible de ces pays. Cette performance est attribuable à l’engagement primordial de notre gouvernement à faire preuve de prudence financière, à conserver un cadre financier et à toujours maintenir notre cote de crédit AAA afin d’être en bonne position financière, non seulement aujourd’hui, mais dans l’avenir, pour les enfants canadiens, y compris mes trois enfants.
    Cependant, le Canada n’est pas à l’abri des événements défavorables sur la scène mondiale. Les problèmes d’approvisionnement mondial et le prix élevé de l’énergie découlant de l’invasion illégale et barbare de l’Ukraine par la Russie exercent des pressions à la hausse sur les prix mondiaux, y compris au Canada. Nous savons également que l’inflation constitue un phénomène mondial attribuable à la pandémie. Elle est exacerbée par les événements qui se produisent à l’échelle mondiale, et elle rend la vie plus difficile à de nombreux Canadiens, notamment ceux de ma circonscription, Vaughan—Woodbridge.
    Le marché de l’emploi au Canada est toutefois vigoureux et résilient et les entreprises se portent bien. Les marges bénéficiaires et les bilans des sociétés sont en fait très solides, et les entreprises investissent au Canada. Nous l’avons constaté dans le secteur de l’automobile ici, en Ontario. Nous l’avons aussi vu chez les producteurs d’acier, toujours ici en Ontario. Nous l’avons observé dans le domaine de l’intelligence artificielle, notamment à Montréal.
    Voilà pourquoi les programmes de soutien de notre gouvernement demeurent si importants pour aider les Canadiens à composer avec les défis actuels parce qu’ils sont exposés à une inflation élevée, notamment les aînés, les personnes à revenu fixe et les travailleurs canadiens.
    Notre plan d’abordabilité comporte de nombreuses mesures importantes. Il vise à soutenir les personnes les plus vulnérables de nos collectivités, à les aider au moment où le coût de la vie représente un véritable défi pour bon nombre de Canadiens. Notre plan d’abordabilité de 2022 propose un train de mesures ciblées totalisant 12,1 milliards de dollars en nouvelles mesures de soutien afin de rendre la vie plus abordable pour des millions de Canadiens d’un bout à l’autre du pays, notamment pour les résidents de ma magnifique circonscription, Vaughan—Woodbridge.
    Autrement dit, nous aidons les Canadiens à faire face à l’inflation et je suis très surpris que le chef de l’opposition ait omis de mentionner nos mesures dans sa motion.
    Avec votre permission, je vais donc présenter certaines des mesures clés de ce plan qui aideront les Canadiens à gérer l’inflation, par exemple le crédit pour la TPS. Le projet de loi C-30 prévoit le doublement de ce crédit pour une période de six mois afin d’aider 11 millions de Canadiens; de plus, nous verserons une aide de 2,5 milliards de dollars aux Canadiens qui en ont le plus besoin, c’est-à-dire aux mères monoparentales, aux aînés et aux personnes à revenu fixe.
    Ce sont là des mesures concrètes et tangibles que nous pourrons mettre en œuvre d’ici la fin de l’année. Si j’ai bien compris, et je m’en réjouis, le parti qui forme l’opposition officielle se joindra à nous afin que ce projet de loi soit rapidement adopté au Parlement et reçoive la sanction royale afin que nous puissions offrir ce soutien aux familles canadiennes.
    Le projet de loi C-31 prévoit également un supplément ponctuel de 500 $ à l’Allocation canadienne pour le logement afin d’aider près de deux millions de locataires. Il s’agit là d’une autre mesure d’aide rapide destinée aux Canadiens les plus démunis.

  (1240)  

    Je vais ajouter un mot sur le Régime de pensions du Canada, parce que cela a été mentionné à diverses reprises. En juin 2016, après avoir conclu une entente avec toutes les provinces du Canada, le gouvernement a bonifié le Régime de pensions du Canada afin que les Canadiens puissent avoir une retraite sûre et digne durant leurs vieux jours. C’est une mesure que nous avons élaborée avec l’ensemble des provinces et sur laquelle nous nous sommes entendus. Voilà un autre exemple de ce que j’appelle un leadership sérieux. C’est une preuve de leadership que d’avoir reconnu la nécessité de bonifier le Régime de pensions du Canada pour aider les Canadiens qui partent à la retraite. C’est ce qu’on a appelé le taux de remplacement des salaires. C’est vraiment important parce que nombreux sont les Canadiens qui n’ont pas de régime de retraite à prestations déterminées, comme ceux offerts par les syndicats ou celui offert aux employés du secteur public.
    Les Canadiens qui prennent leur retraite comptent sur le Régime de pensions du Canada. Les prestations sont indexées. Elles sont versées mensuellement. C’est une rente. Le Régime montre mieux que tout que le Canada est un chef de file mondial pour ce qui est d’assurer une retraite sûre et digne à ses citoyens. Il a été applaudi dans toutes les régions du pays, et différents partis politiques provinciaux l'ont appuyé à divers degrés. Grâce à leurs contributions, nos concitoyens jouiront d’une retraite confortable, sûre et digne. Nous devons continuer à agir en ce sens en offrant des mesures qui aident les Canadiens. C'est ce que j'appelle, comme je l'ai déjà dit, un leadership sérieux, un leadership prudent et un leadership raisonnable.
    Quant à l’assurance-emploi, elle repose sur des cotisations. Les employés et les employeurs versent ces cotisations en cas de mise à pied ou de changement dans la conjoncture économique.
    Plus tôt cette semaine, le Bureau du surintendant des institutions financières, le BSIF, a publié son rapport actuariel sur le régime d’assurance-emploi. Ce dernier est régi par la Loi sur l’assurance-emploi, qui existe de gouvernements conservateurs en gouvernements libéraux. Ce rapport présente le taux d’équilibre sur sept ans. Les fonds ne comptent pas parmi les recettes générales de l'État. Il y a un fonds des opérations pour l’assurance-emploi. L'argent est là. Je lisais ce rapport ce matin — je répète qu'il a été produit par l’actuaire en chef du BSIF —, et il porte sur le régime d’assurance-emploi.
    Nous savons qu'il faut continuer de modifier le régime d’assurance-emploi pour répondre à l'évolution des exigences du milieu de travail et des emplois en fonction des changements sectoriels et géographiques qui se produisent dans l’économie et dans notre pays. Lorsque l'on parle de l’assurance-emploi et du Régime de pensions du Canada, il est très important de souligner que ces programmes sont les fondements de notre filet de sécurité sociale. Ils sont là pour aider les Canadiens.
    Je répète donc que nous avons besoin d’un leadership sérieux en période d’incertitude économique et face aux événements qui se produisent dans le monde. À mon avis, nous cantonner à des phrases-chocs et à des lieux communs, ce n'est pas nous rendre service.
    Pour ce qui est de la couverture des soins dentaires au Canada, j’ai dit au cours de la dernière journée de l’opposition que dans notre rôle de députés, nous rencontrons beaucoup d’électeurs différents. J’ai rencontré des électeurs qui se préoccupent de l’assurance dentaire, surtout des aînés, car ils n’en ont pas. Ils n’appartenaient pas à un syndicat de la fonction publique ou ils ne sont pas couverts par un régime d'avantages sociaux pendant leur retraite. Ils n’ont aucune couverture. Lorsqu’ils vont chez le dentiste, ils paient de leur poche.
    Nous devons couvrir les dépenses de ces aînés. Ils le méritent. Ils méritent notre soutien; ils méritent notre aide. C’est exactement ce que le gouvernement va faire: cette année, il commencera par aider les enfants de moins de 12 ans en appliquant les programmes en fonction du revenu et des ressources. J’appuie fortement les programmes fondés sur les ressources. Ensuite, nous aiderons aussi les aînés. Nous instaurerons ces programmes parce que c’est la chose à faire.
    Je le répète, il faut faire preuve d’un leadership sérieux en cette période difficile et cerner les problèmes que nous pouvons tous aborder ensemble à titre de parlementaires. Nous pouvons collaborer pour prendre soin des personnes qui ont besoin d’aide.
    Consulter un dentiste, c'est important pour notre santé dentaire, mais cela peut coûter cher. Le tiers des Canadiens n’ont actuellement pas d’assurance dentaire et, en 2018, plus d’un Canadien sur cinq a déclaré avoir évité de recevoir des soins dentaires pour des raisons financières. C’est inacceptable dans notre pays. C’est pour ces raisons que le gouvernement s’est déjà engagé à fournir des soins dentaires aux Canadiens non assurés dont le revenu familial est inférieur à 90 000 $ par année.
    Comme je sais que mon temps de parole tire à sa fin, je tiens à souhaiter un bon jeudi à tous mes collègues et à tous les électeurs de leur circonscription respective.

  (1245)  

[Français]

    Madame la Présidente, j'aime bien me tenir sur la tranche de la médaille pour voir le côté négatif et le côté positif d'une situation. Le gouvernement a investi et investit encore beaucoup d'argent sur une foule de sujets. On ne peut pas être contre le sucre à la crème. Cependant, l'autre côté de la médaille serait de mentionner que certaines mesures ont un effet positif temporaire, alors que d'autres sont du rattrapage sur des années où il n'y a à peu près eu aucun investissement non seulement de la part du Parti libéral actuel, mais aussi des conservateurs. Certains de ces rattrapages sont presque complets et d'autres sont un début. Soyons positifs.
    La motion actuelle semble une bonne idée, car tout le monde aimerait payer moins de taxes.
    Voyons l'autre côté de la médaille, maintenant.
    Mon collègue pourrait-il nous expliquer les répercussions sur les services et la dette qu'aurait une récession si les coffres de l'État étaient vidés par la combinaison d'une hausse de l'argent distribué aux contribuables et d'une baisse de revenus de l'État qu'implique la baisse, la disparition ou la suspension d'une taxe?

[Traduction]

    Madame la Présidente, comme nous l’avons vu dans le rapport sur le PIB publié ce matin, l’économie canadienne continue de croître. Nous constatons les répercussions des incertitudes qu'engendrent par la dynamique mondiale et la hausse des taux d’intérêt décrétée par la Banque du Canada, mais je dirai ceci: nous avons continué de renforcer notre filet de sécurité sociale, que ce soit au moyen de l’Allocation canadienne pour enfants, de la troisième bonification de l’Allocation canadienne pour les travailleurs, un programme que j’aime vraiment beaucoup, de l’augmentation de 10 % du Supplément de revenu garanti, de l’augmentation de 10 % de la Sécurité de la vieillesse ou de l'établissement d'un climat propice à la croissance économique. C’est pourquoi je me suis présenté comme député libéral en 2015: c'est pour l’économie. J’avais constaté que la croissance avait été anémique sous le gouvernement précédent.
    Il importe de tenir compte de tous ces éléments. Nous faisons progresser l’économie et nous appliquons un cadre financier solide. Nous pouvons intervenir lorsque c’est nécessaire.
    Madame la Présidente, il y a de nombreuses raisons qui expliquent l’inflation actuelle au Canada. Il y a des facteurs sur lesquels nous n’avons pas de contrôle et d’autres sur lesquels le gouvernement a beaucoup de contrôle. L’un de ces facteurs, c'est la cupidité des entreprises. Des économistes de l’organisme Canadiens pour une fiscalité équitable nous ont dit qu'une raison très simple explique cette inflation et la crise de l’abordabilité: c’est parce que les entreprises profitent de la conjoncture pour augmenter les prix. Les mêmes économistes soulignent aussi qu’on demande aux plus démunis de faire le plus de sacrifices.
    Comme membre du gouvernement, le député serait-il favorable à un impôt sur le revenu des sociétés qui viserait les énormes bénéfices que celles-ci engrangent sur le dos des consommateurs? Considère-t-il un impôt comme une possibilité?
    Madame la Présidente, premièrement, pour prévenir toute forme d’exploitation des consommateurs, nous avons apporté, dans le cadre du projet de loi d'exécution du budget, si je ne me trompe pas, des modifications à la Loi sur la concurrence afin de conférer au Bureau de la concurrence plus de pouvoirs lorsque ces cas d’exploitation se produisent. Nous ne voulons pas que cela se produise. Je déteste le capitalisme de copinage, j’ai horreur de ça. Le Bureau de la concurrence doit avoir plus de pouvoirs et nous lui en donnons.
    En ce qui concerne les impôts, je vous dis très franchement que tous les Canadiens et toutes les organisations doivent payer leur juste part d’impôts. Notre régime fiscal est progressif. En fait, nous l’avons rendu plus progressif au cours des six dernières années. Dès notre arrivée au pouvoir, nous avons réduit le taux d’imposition de la classe moyenne. Nous portons à 15 000 $ le montant autorisé pour les dépenses personnelles, mais pas pour les contribuables à revenus élevés. C’est une excellente mesure. Nous rayons des contribuables du rôle d’imposition, notamment des aînés et des travailleurs canadiens, et nous continuerons de le faire. Nous avons récemment augmenté le taux d’imposition des sociétés auquel sont assujetties les banques et les institutions financières. Nous demandons à nouveau à ces institutions qui peuvent le faire de payer davantage.
    Nous continuerons à faire ce qui est bon pour notre économie. Nous continuerons à veiller à ce que tout le monde paie sa juste part afin de pouvoir offrir aux Canadiens les services sur lesquels ils comptent quotidiennement.

  (1250)  

    Madame la Présidente, en ce moment, les entreprises ont besoin de main-d’œuvre. Il y a 1,03 million d’emplois à pourvoir dans ce pays, et le gouvernement cherche à augmenter les impôts des travailleurs qui essaient de travailler et qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. L’inflation est causée par le fait qu’il y a plus d’argent à dépenser que de marchandises à acheter. Une des façons de produire plus de biens, c’est d’avoir plus de travailleurs.
    Les entreprises sont à la recherche d’employés qui fabriquent les aliments et les transportent par camion d’un bout à l’autre du pays. Pour produire davantage de biens novateurs dont le Canada a besoin, les entreprises ont besoin de travailleurs. Si elles avaient une main-d’œuvre plus abondante, cela augmenterait les charges sociales versées au gouvernement. Il est insensé d’augmenter les impôts des Canadiens afin de produire plus d’argent, alors que nous avons simplement besoin de plus de travailleurs.
    Que fait le gouvernement pour que les entreprises canadiennes aient plus de travailleurs?
    Madame la Présidente, la section locale 183 de l’Union internationale des ouvriers d'Amérique du Nord se trouve dans ma circonscription. C’est l’un des plus importants syndicats de la construction du secteur privé au pays. Il y a aussi le syndicat des charpentiers. Dans le cadre du Programme pour la formation et l’innovation en milieu syndical et grâce à la déduction fiscale pour la mobilité de la main-d’œuvre, notre gouvernement est présent et il travaille avec les syndicats. Nous sommes présents auprès des travailleurs spécialisés pour nous assurer que les ouvriers, comme l’était mon père, les charpentiers, les couvreurs et la prochaine génération de travailleurs seront là pour bâtir nos collectivités, entretenir nos infrastructures et continuer à faire avancer le pays. Nous sommes présents aujourd’hui et nous le serons demain.
    Madame la Présidente, j'aime à penser que ce qui est proposé par le Parti conservateur est une autre occasion pour nous d'exprimer réellement le contraste qui nous oppose. En effet, quelle différence il y a entre le Parti conservateur et le parti au pouvoir, le Parti libéral du Canada! Le premier ministre, les ministres et, en fait, tout le caucus libéral ont à cœur de veiller à ce que l'économie fonctionne pour tous les Canadiens. C'est notre priorité.
    Personne ne devrait être étonné qu'en 2015, lorsque nous avons formé le gouvernement, nous ayons pris un engagement envers la classe moyenne du Canada et ceux qui aspirent à en faire partie. Les députés n'ont qu'à voir les politiques que nous avons adoptées, qu'il s'agisse de mesures budgétaires ou de mesures législatives, pour se rendre compte que nous avons été cohérents pratiquement depuis le premier jour.
    Lors de la pandémie mondiale, et j'insiste sur le mot « mondiale », nous avons réagi en soutenant les Canadiens. Nous les avons soutenus de façon marquée. Nous étions là pour des millions de Canadiens, des petites entreprises et des particuliers. Nous avons dépensé des milliards de dollars pour les soutenir, et les conservateurs ont en fait voté pour une bonne partie de ces dépenses. Pourtant, aujourd'hui, ils nous les reprochent. Il y a un mot dans le dictionnaire qui décrirait bien cette attitude, mais il est antiparlementaire et je ne le dirai pas. Cependant, je peux dire aux députés que le Parti conservateur du Canada s’agite dans tous les sens pour toutes sortes de questions économiques et environnementales. Les conservateurs ne sont pas cohérents.
    Mardi dernier, dans un débat d'urgence, ils ont parlé de taxes, et ils ont utilisé l'exemple de la tarification de la pollution. Les députés se souviendront que Stephen Harper y était favorable, mais les conservateurs ont décidé qu'ils ne l'étaient plus. Ils sont montés aux barricades en disant que c'était une taxe, et non une tarification de la pollution. L'ancien chef du Parti conservateur, celui qui a précédé la cheffe intérimaire, avait très clairement appuyé le principe de la tarification de la pollution. Les candidats du Parti conservateur du Canada ont fait campagne sous la direction de ce chef aux dernières élections, et ils étaient tous pour la tarification de la pollution. Cependant, une fois de plus, les membres du Parti conservateur font volte-face. Ils ont changé d'orientation après avoir fait campagne en approuvant la tarification de la pollution. Ils sont maintenant contre cette idée, et ils parlent maintenant d'autres taxes.
    En matière de cohérence, l'exemple vient de haut au Parti conservateur. De quoi le chef du Parti conservateur a-t-il déjà parlé? Mon collègue de Kingston et les Îles a soulevé la question à quelques reprises, tout comme la ministre des Finances. Au sein du caucus libéral, nous sommes nombreux à ne pas comprendre pourquoi, lors de la course à la direction, le nouveau chef de l’opposition officielle a dit à tous ceux qui voulaient l’entendre d’investir dans la cryptomonnaie. C’était un bon moyen de lutter contre l’inflation, disait-il. Il a conseillé aux Canadiens et à ses partisans d’y investir.
    Nous devons compatir avec les personnes qui ont suivi les conseils du chef conservateur. Qui sait? Ce n’était peut-être pas son idée à lui, mais celle d’un autre conservateur. Je ne sais pas. Il reste que c’était une idée stupide. Au bout du compte, combien de Canadiens ont perdu des milliers de dollars parce qu’ils ont écouté il y a à peine quelques mois celui qui est aujourd'hui le chef du Parti conservateur?
    La Banque du Canada est une institution reconnue dans le monde entier pour son indépendance ainsi que pour sa bonne gestion de la masse monétaire et de son incidence sur l'économie canadienne. Eh bien, le chef du Parti conservateur avait une idée: il congédierait le gouverneur de la Banque du Canada. N’est-ce pas bizarre?

  (1255)  

    Il y avait même des conservateurs qui étaient contre. Je me souviens d’au moins un député qui a perdu sa place dans la première rangée et qui s’est vu imposer un changement de rôle pour avoir dit haut et fort que c’était une idée stupide. Il a osé dire à un puissant ses quatre vérités, diraient bien des gens en fin de compte.
    Les conservateurs disent vouloir alléger le fardeau fiscal des Canadiens à cause de l’inflation. Deux choses me viennent à l’esprit. Premièrement, ils doivent cesser de jouer à l’autruche et reconnaître que l’inflation sévit partout dans le monde. Aux États-Unis, le taux d’inflation est plus élevé. En Europe et en Angleterre, le taux d’inflation est plus élevé. Cela ne veut pas dire que le Canada ne doit rien faire.
    Le pays est dirigé par un gouvernement progressiste qui, depuis 2015, a toujours été là de façon très concrète et tangible pour les Canadiens. En fait, nous avons présenté deux mesures législatives afin d'apporter une aide pour ainsi dire immédiate aux Canadiens. En ce qui concerne le remboursement de la TPS, nous savons tous que le projet de loi C-30 a été renvoyé au comité. Il s’agissait de mettre de l’argent dans les poches de 11 millions de Canadiens pour les aider à faire face à l’inflation. Au départ, les conservateurs s’y opposaient. Difficile à croire! Comment peuvent-ils s’opposer à quelque chose alors qu’ils réclament des allégements fiscaux et que c’est ce que nous accordons aux Canadiens? Nous allions mettre de l’argent dans les poches des contribuables, ce à quoi les conservateurs s’opposaient au départ.
    Je tiens néanmoins à remercier les conservateurs pour qu'on ne dise pas que je ne le fais jamais. Je leur suis reconnaissant d'avoir encore changé d’avis. Cette fois-ci, 11 millions de Canadiens vont profiter du changement de cap des conservateurs, qui appuient le renvoi du projet de loi au comité. Je suis optimiste et je touche du bois. J’espère que le projet de loi sera adopté par le comité et qu’il franchira l’étape de la troisième lecture. J'espère que nous traverserons ces étapes assez vite. Nous devons en profiter avant qu’ils ne changent encore d’idée, mais leur dernière volte-face est encourageante.
    Le projet de loi C-31 apporte de l’aide dans deux domaines. D’abord, pour la première fois dans l’histoire du Canada, les parents recevraient des soins dentaires pour leurs enfants de moins de 12 ans. Qui s’y opposerait? En cette période d’inflation, certains parents doivent amener leurs enfants au service des urgences de l’hôpital pour recevoir des soins dentaires, parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer un dentiste. Le gouvernement présente un projet de loi qui les aiderait à le faire. Il est difficile de croire que les conservateurs s’y opposeraient.
    Ensuite, ce projet de loi prévoit une aide supplémentaire pour les personnes qui ont de la difficulté à payer leur loyer. Il s’agit de centaines de dollars par personne et de millions de dollars à l’échelle du pays. Une fois de plus, les conservateurs nous indiquent qu’ils n’appuieront pas le projet de loi C-31. C’est bien malheureux.
    D’une part, ils disent qu’il faut soutenir les Canadiens. D’un autre côté, s’ils ressentent de la honte, nous pouvons les convaincre de faire volte-face, comme ils l’ont fait dans le cas du projet de loi C-30. Nous avons cependant encore un peu de travail à faire pour les convaincre que permettre à des enfants de moins de 12 ans de recevoir des soins dentaires est une bonne idée et qu’ils devraient l’appuyer. Il faudra aussi les convaincre que le soutien au loyer est une mesure qu'ils devraient appuyer. Espérons que le projet de loi C-31 sera adopté.
    Le gouvernement du Canada en fait beaucoup pour stimuler l'économie et aider les Canadiens. Nous mettons l’accent sur une économie dont les retombées profitent à tous les Canadiens. En même temps, nous comprenons l’importance des soins de santé, qu’il s’agisse des soins de longue durée, de la santé mentale, des soins dentaires ou de la collaboration avec les provinces. Nous ne sommes toutefois pas un guichet automatique. Nous devons donc tous cultiver notre sens des responsabilités.

  (1300)  

    Les Canadiens méritent des soins de santé de la meilleure qualité qui soit. Le gouvernement et le ministre sont déterminés à les leur offrir.
    Madame la Présidente, alors que nous débattons de la motion dont nous sommes saisis aujourd’hui, les conservateurs classent les cotisations au Régime de pensions du Canada dans la catégorie des charges sociales. Pourtant, comme nous le savons, c'est ce régime qui garantit la sécurité de la retraite. C'est une forme de rémunération différée, mais les conservateurs manipulent les travailleurs pour leur faire croire qu’ils paient une taxe lorsqu'une augmentation des cotisations au Régime de pensions du Canada a pour but d'accroître la sécurité de leur retraite. Quand on sait que les cotisations des employeurs connaîtront une augmentation égale, on comprend qui a intérêt à ce que la motion des conservateurs soit adoptée. Ce sont les grandes sociétés parce qu'elles ne veulent pas payer plus cher, comme le veut le principe de la participation égale de l'employé et de l'employeur. L'augmentation des cotisations a été demandée par les premiers ministres provinciaux et territoriaux de tout le pays, y compris de nombreux premiers ministres conservateurs. Les conservateurs oublient de le mentionner à leurs premiers ministres.
    Je pense que les libéraux ont aussi failli à la tâche en ce qui concerne la Sécurité de la vieillesse. Ils n’accordent l’augmentation de 10 % qu’aux personnes de 75 ans et plus. Mon collègue est-il d’accord pour dire que le Régime de pensions du Canada est une garantie et une rémunération différée? Pense-t-il aussi que les prestations de la Sécurité de la vieillesse des personnes de 65 à 74 ans devraient également augmenter de 10 %?
    Madame la Présidente, je crois que Stephen Harper n'a jamais été un fervent partisan du Régime de pensions du Canada, et c'est la raison pour laquelle, pendant une décennie, il n'y a jamais eu la moindre discussion concernant l'examen d'une telle augmentation. Peu après avoir formé le gouvernement en 2015, le premier ministre a fait savoir que nous voulions être en mesure d'améliorer le Régime de pensions du Canada. À l'époque, nous avions un ministre qui est allé négocier et nous avons pu rallier tout le monde pour être en mesure d'améliorer le Régime de pensions du Canada. Ainsi, les travailleurs d'aujourd'hui disposeront de plus d'argent au moment de la retraite. Il est tout simplement faux d'essayer d'affirmer qu'il s'agit d'une taxe. C'est très trompeur. Il s'agit d'un investissement dans leur avenir. Les travailleurs d'aujourd'hui investissent en vue de leur retraite. Je suis très fier que nous ayons un gouvernement qui reconnaît la valeur du Régime de pensions du Canada et qui a réuni les provinces pour le mettre en place, ce que le Parti conservateur n'a pas réussi à faire.

  (1305)  

    Madame la Présidente, je vois que le député est passionné et je respecte cela. J'ai une question pour lui.
    Les Canadiens consacrent 43 % de leurs revenus aux impôts et 35,7 % aux produits de première nécessité. Comme j'aime bien les chiffres, le député peut-il m'aider à comprendre quelque chose? Versons-nous toutes ces prestations aux Canadiens pour leur permettre de payer la hausse de taxes? Est-ce ainsi que nous aidons les gens qui ont vraiment besoin de notre aide en ce moment?
    Madame la Présidente, je vais citer la ministre des Finances, qui a dit ceci hier:
[...] en fait, nous avons réduit les impôts et amélioré la situation des Canadiens de la classe moyenne. Aujourd'hui, en Ontario, une mère célibataire ayant deux enfants de moins de 6 ans et gagnant 60 000 $ par année paie près de 5 600 $ de moins en impôts que sous les conservateurs. Elle recevra près de 8 900 $ de plus grâce à la réduction des frais de garde d'enfants et à la prestation dentaire. Sa situation financière sera améliorée de plus de 14 400 $ par rapport à ce qu'elle était sous les conservateurs.
    Les faits sont éloquents. Au bout du compte, quand le Parti conservateur a eu l'occasion de voter en faveur d'un allégement fiscal pour la classe moyenne du Canada, il a voté contre. Il s'agissait d'une mesure législative concrète. Les conservateurs auraient pu voter en faveur des allégements fiscaux pour la classe moyenne du Canada, mais ils ont voté contre. Pire encore, quand le gouvernement a présenté une mesure visant à faire payer un impôt supplémentaire au 1 % le plus riche du Canada, le Parti conservateur a de nouveau voté contre cette dernière.
    Le gouvernement est déterminé à travailler pour les Canadiens et avec les Canadiens pour que nous ayons une économie et une société saines.

[Français]

    Madame la Présidente, je suis d'accord avec mon collègue sur le fait que la motion qui est à l'étude aujourd'hui est un peu idéologique et populiste relativement à l'inflation.
    Cependant, on ne peut pas nier que l'inflation a des répercussions concrètes et catastrophiques sur le plan du logement.
    Je veux parler de projets de construction de logements. Il y en a au Québec, et sûrement partout au Canada. Ces projets ont été approuvés par le gouvernement dans le cadre de différents programmes qu'il avait lancés. Au moment où ils ont été approuvés, il y a deux ou trois ans, le taux d'inflation n'était pas le même qu'aujourd'hui. Alors qu'il est temps d'entamer la construction de ces logements, le taux d'inflation a explosé et on ne peut plus aller de l'avant en raison de la rareté de la main-d'œuvre, même si le gouvernement avait approuvé ces projets importants.
    Dans différents cas, le gouvernement ne veut pas verser l'argent supplémentaire nécessaire pour ouvrir ces portes. C'est un problème concret…
    Je suis désolée de devoir interrompre le député, mais son temps de parole est écoulé.
    L'honorable secrétaire a 15 secondes pour répondre à la question.

[Traduction]

    Madame la Présidente, je crois qu'aucun autre gouvernement dans l'histoire du Canada n'a autant investi dans le logement. Il va falloir plus qu'un seul ordre de gouvernement pour résoudre ce dossier. Les municipalités et les provinces vont devoir se joindre à nous si nous voulons résoudre la crise du logement. Voilà quelque chose que nous...
    Nous reprenons le débat. Le député de Miramichi—Grand Lake a la parole.
    Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député de Chilliwack—Hope.
    Les bonnes gens de ma circonscription, Miramichi—Grand Lake, ont de la difficulté à joindre les deux bouts. Ils veulent reprendre le contrôle de leur vie. Ils veulent en reprendre le contrôle des mains du gouvernement, qui continue de le leur enlever.
    Après la pandémie, après l'ouragan Fiona et après des années de promesses libérales non tenues censées améliorer le sort de la classe moyenne, les gens en ont assez de ces empêcheurs de tourner en rond libéraux qui ne font qu'empirer les choses. Le coût des dépenses libérales fait grimper le coût de la vie. Le remboursement de la TPS donnera un coup de pouce que les conservateurs approuvent, mais il ne réglera pas le véritable problème. Les déficits inflationnistes et les taxes font grimper les coûts à un rythme jamais vu en près de 40 ans.
    Un demi-billion de dollars de déficits libéraux, ça signifie des biens qui coûtent plus cher et des taux d'intérêt plus élevés. Les taxes inflationnistes libérales ont gonflé le coût de production des biens que nous achetons. Plus les libéraux dépensent, plus les taxes augmentent et plus tout coûte plus cher. Tout ça, c'est de la « Justinflation ».
    Dans ma circonscription, les gens ont accumulé des montagnes de dettes. Que ce soit par cartes de crédit ou marges de crédit, les gens sont tellement désespérés qu’ils refinancent leur maison, utilisant les capitaux dont ils ont besoin pour payer l’épicerie et l’essence. La hausse du coût de la vie entraîne une crise énorme au Canada. Les Libéraux en sont la cause et l’empirent.
    La taxe sur le carbone va tripler le coût de tout au pays. Les Libéraux comprennent-ils ce que cela signifie pour les Canadiens de la région de l’Atlantique et ceux dans ma circonscription, Miramichi–Grand Lake? Le mazout fait partie des façons les plus courantes utilisées pour chauffer les maisons au Canada atlantique. Il est livré par camion fonctionnant au diésel, dont le prix augmente aussi. Hier, les députés néo-démocrates et les libéraux ont voté pour tripler la taxe sur le carbone.
    Ça suffit! Il est temps que les libéraux écoutent les conservateurs: il ne faut pas imposer de nouvelles taxes sur l’essence, l’épicerie, le chauffage résidentiel ni de nouveaux impôts sur les chèques de paye au Canada.
    Les Canadiens sont déjà incapables de boucler leur budget. Ils sont encore moins capables de payer une taxe sur le carbone triplée. Quatre Canadiens sur cinq doivent réduire la quantité de nourriture qu’ils mangent parce qu’ils n'ont pas les moyens de faire l’épicerie. Cela se produit à un moment où les Canadiens sont incapables de faire le plein pour la voiture ou le camion qu’ils utilisent pour aller travailler. Ce n’est pas un luxe. C’est la réalité des régions rurales au Canada. Puisque le premier ministre est si occupé à fréquenter le jet set partout dans le monde, il vient rarement au Canada atlantique. Il ne comprend pas que pour le chauffage, nous utilisons du mazout et encore au bois et des granules de bois.
    C’est carrément le mauvais moment pour augmenter les impôts sur les chèques de paye et les taxes sur l’essence et les autres biens essentiels. L’inflation a atteint un sommet inégalé en 40 ans. Neuf jeunes sur dix qui ne sont pas déjà propriétaires d’une maison pensent qu’ils ne seront jamais capables d’en acheter une. Imaginez appartenir à cette fourchette d’âge au pays et croire que vous ne pourrez jamais vous acheter une maison au Canada. J’ai des électeurs qui pensent ainsi. Ils m’appellent et m’écrivent des courriels. J’observe les difficultés qu’éprouvent les jeunes familles dans les régions rurales du Canada tous les jours. Les députés de ce côté-ci de la Chambre les comprennent.
    Le prix des maisons au Nouveau-Brunswick a augmenté de manière fulgurante au cours des deux dernières années, alors que des résidants de l’Ontario et du Québec ont fui leur province en raison de l'inabordabilité du coût de la vie. Cette situation fait en sorte que les jeunes de certaines régions, comme Miramichi–Grand Lake, sont encore moins susceptibles d'accéder à la propriété.
    Les conservateurs demandent au gouvernement d’annuler toutes les hausses d’impôts prévues, y compris les hausses des charges sociales prévues le 1er janvier et les hausses des taxes sur l’essence, l’épicerie et le chauffage domestique le 1er avril. Nous l’exigeons aujourd’hui.
    Les six députés libéraux du Nouveau-Brunswick se sont tus alors que leur gouvernement imposait une taxe sur le carbone plus punitive pour le Nouveau-Brunswick que pour les autres provinces de l’Atlantique. Les six députés libéraux se sont tus quand le gouvernement fédéral a fermé l’usine de minerai de fer proposée à Belledune. Où était le député d’Acadie—Bathurst quand l’usine a été fermée? En toute franchise, le projet de Belledune montre à quel point l’approche libérale en matière de taxe sur le carbone est rétrograde.

  (1310)  

    Au lieu de créer des emplois au Nouveau-Brunswick, tout près de Miramichi, et de traiter le minerai de fer au moyen d’une technologie moderne qui réduirait les émissions mondiales, les libéraux ont anéanti le projet avec leur taxe sur le carbone. Résultat: le minerai de fer sera traité à l’étranger par une usine plus polluante. On ne peut pas inventer ces situations; elles sont réelles, et les gens de ma région les ont vécues, car ces emplois n’existent plus maintenant.
    Les libéraux n’arrivent pas à faire comprendre aux Canadiens le coût de la taxe sur le carbone. Le directeur parlementaire du budget a rapporté que 60 % des ménages paient plus au titre de la taxe sur le carbone qu’ils ne reçoivent, mais je suppose que c’est là l’essentiel. Jour après jour, j’essaie de déposer ce rapport, mais je n’obtiens jamais le consentement unanime. Je me demande bien pourquoi.
    Les libéraux ont à maintes reprises augmenté les impôts pour payer leurs dépenses incontrôlées, mais les Canadiens ne peuvent pas se le permettre. Le coût des dépenses libérales fait augmenter le coût de la vie. Qui les soutient? C’est le NPD, ces mêmes élus qui n’ont pas été élus pour former le gouvernement. Ils ont été élus dans l’opposition, comme de nombreux députés de cette Chambre. Cependant, la population canadienne les voit maintenant au caucus avec les libéraux, ce qu’elle ne souhaitait pas. Personne n’a voté pour cela, mais croyez-moi, ils vont payer pour cela. Tout le monde le sait, et c’est tellement bon de le savoir.
    Après les promesses non tenues des libéraux, la pandémie et maintenant Fiona, je suis ici au nom de mes électeurs, de ma famille et de mes amis, et de tous ceux qui sont aux prises, d’une manière ou d’une autre, avec la conjoncture économique actuelle au Canada. Nous travaillons tous très fort dans nos régions respectives et nous voyons la souffrance que le coût de la vie cause à nos concitoyens. En soi, cela devrait être une raison de mettre la politique de côté et d’appuyer cette motion.
    Je veux que chaque député y pense quand il se demande comment voter. Ma circonscription électorale, Miramichi—Grand Lake, compte dans ses limites le comté historique de Northumberland. La plus récente enquête de Statistique Canada a révélé que le revenu moyen y est inférieur à 40 000 $ par année. Comment pourrait-on payer les factures de services publics, le loyer ou l’hypothèque, l’essence et les paiements de voiture pour se rendre au travail avec un tel revenu annuel?
    Je veux que les députés pensent à ce montant, puis qu’ils pensent à tripler la taxe sur le carbone et à augmenter le coût de tout ce que nous achetons, puis qu’ils essaient de s’imaginer dans une telle situation. Les Canadiens vivent cette situation tous les jours au pays. Les députés devraient se demander comment ils pourraient se nourrir et éventuellement nourrir leur famille avec un tel revenu.
    Pendant ce temps, les coûts continuent d’augmenter. Si un député est prêt à appuyer des taxes supplémentaires qui augmentent le stress et la souffrance des Canadiens qui ont déjà du mal à garder la tête hors de l’eau, les électeurs de ma circonscription sont d’avis qu’il n’a pas sa place dans cette enceinte.
    Je voterai pour protéger mes électeurs et tous les Canadiens, car nous ne pouvons pas permettre que le gouvernement impose de nouvelles taxes aux Canadiens qui sont déjà en difficulté.

  (1315)  

    Madame la Présidente, la chose la plus intéressante et la plus grande manifestation d’hypocrisie dans cette enceinte, c’est que ce député intervient pour parler de l’accord d’approvisionnement et de confiance entre le NPD et les libéraux comme s’il ne s’agissait pas d’une chose pour laquelle l’électorat a voté, alors que ce député, en 2018, a été élu comme conservateur provincial au Nouveau-Brunswick, et qu'il a ensuite conclu un accord d’approvisionnement et de confiance avec le parti d’extrême droite du Nouveau-Brunswick. L’hypocrisie s’échappe littéralement des banquettes conservateurs en ce moment même de la part du député.
    Pourrait-il justifier à la Chambre et aux Canadiens comment il peut être si critique à l’égard des libéraux et des néo-démocrates dans cet accord, alors que...
    Des voix: Oh, oh.
    À l’ordre. Le député de Miramichi—Grand Lake a la parole.
    Madame la Présidente, j’aimerais donner une petite leçon d’histoire au député. En 2018, le Nouveau-Brunswick a élu 22 progressistes-conservateurs, 21 libéraux, trois députés du Parti vert et trois de l’Alliance des gens. Nous ne formions pas le gouvernement. Mon élection a été confirmée quatre heures après toutes les autres: j’étais le 22e député conservateur. Nous devions trouver une façon de former un gouvernement. Ces élections n’avaient pas désigné de vainqueurs. Il nous a fallu quelques semaines de plus pour nous organiser.
    Ce sont les taxes que les libéraux imposent aux Canadiens...
    Nous passons aux questions et observations. Le député de Courtenay—Alberni a la parole.
    Madame la Présidente, puisque nous avons droit à une répétition de la motion de mardi, je vais rappeler la vision que les conservateurs avaient d’un gouvernement plus petit. Ils ont réduit d’un tiers le personnel du ministère des Anciens Combattants, ce qui a entraîné un arriéré de 50 000 demandes. Ils ont aussi réduit le personnel lors du déploiement du système de paie Phénix et en ont fait un fiasco, ce qui nous a coûté des milliards de dollars au lieu de nous en faire économiser des millions. Ils ont fait passer l’âge de la retraite de 65 à 67 ans; imposé des compressions au ministère des Pêches et des Océans et à l’Agence des services frontaliers du Canada; et privé ma circonscription d’infrastructures essentielles. Pour les conservateurs, réduire la taille de l’État, c’est réduire les services à la population.
    Quels services le député va-t-il éliminer pour réduire la taille du gouvernement, à supposer que les conservateurs forment à nouveau le gouvernement dans ce pays?
    Madame la Présidente, nous avons ici le NPD, qui s'est essentiellement allié aux libéraux alors qu'ils étaient déjà au pouvoir, et maintenant le député parle de compressions? Quelles taxes sont-ils en train d'imposer aux Canadiens, sur le chauffage des foyers, sur les produits d'épicerie, et en triplant la taxe sur le carbone?
    J'ai évoqué le niveau des salaires dans ma région. Les néo‑démocrates-libéraux sont en train d'asphyxier les Canadiens avec ces nouvelles taxes. Nous n'avons aucune leçon à recevoir d'eux, excepté le fait que nous formerons le prochain gouvernement. Je suis heureux que le député l'ait reconnu.

  (1320)  

[Français]

    Madame la Présidente, cela fait quelques fois que je me lève aujourd'hui. Ce n'est pas que je sois verbomotrice, mais je n'en suis pas loin.
    Chaque fois, je souligne l'importance d'avoir des visions d'avenir, de voir plus loin que son nez. Malheureusement, j'ai l'impression que de diminuer une taxe n'est pas la solution. Comme l'a souligné mon collègue, il faut construire plus de logements. Il y a des programmes, mais les fonds sont insuffisants.
    Pourquoi ne pas faire une journée de l'opposition pour que les fonds destinés aux programmes des organismes qui ont été acceptés soient augmentés? Cela diminuerait l'inflation sur le logement parce qu'il y aurait plus d'offre.
    Pourquoi ne pas faire une journée demandant à ce que les agriculteurs de partout au Canada soient soulagés? Pourquoi cette journée-ci au lieu de quelque chose, à long terme?

[Traduction]

    Madame la Présidente, comment se fait-il que le NPD s’associe aux libéraux alors qu’il les dénonce jour après jour? C’est la question que je me pose, comme la plupart des Canadiens. La vérité, c’est qu’ils imposent aux Canadiens un triplement écrasant de la taxe sur le carbone. Ils anéantissent la possibilité pour les jeunes Canadiens d’acheter une maison.
    Devinez ce que nous ferons de ce côté-ci de la Chambre? Nous leur redonnerons la maîtrise de leur vie et nous ferons du Canada le pays le plus libre du monde. Voilà ce que nous ferons.
    Madame la Présidente, c'est un plaisir de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui au nom des citoyens de ma circonscription, Chilliwack—Hope.
    Je rappelle à tous qu'aujourd'hui, nous débattons de la motion suivante:
    Que, étant donné que les coûts du gouvernement font grimper l’inflation, ce qui rend inabordable le coût des biens que les Canadiens achètent et des intérêts qu’ils paient, cette Chambre demande au gouvernement de s’engager à n’imposer aucune nouvelle taxe sur l’essence, l’épicerie, le chauffage des foyers et les chèques de paie.
    Il s'agit d'une motion relativement simple. En gros, nous demandons au gouvernement de ne pas aggraver la situation. Il nous a déjà conduits là où nous sommes actuellement. Aujourd'hui, le prix du litre d'essence dans ma ville, en Colombie‑Britannique, est de 2,25 $. Cela signifie qu'un étudiant conduisant une Honda Civic doit payer plus de 100 $ pour faire le plein afin de se rendre à l'école, qu'une mère de famille doit débourser plus de 135 $ pour faire le plein de son VUS, et qu'un entrepreneur doit débourser plus de 250 $ pour faire le plein de son camion afin de se déplacer pour accomplir son travail dans nos collectivités. Chez nous, il s'agit souvent de travaux agricoles ou du domaine de la construction, qui ne peuvent pas être effectués à l'aide d'une Prius, mais à l'aide d'un camion.
    Je représente une collectivité rurale où il n’y a pas beaucoup de choix de transport rapide. Les distances sont longues entre les lieux où les gens doivent se rendre. Or, les libéraux veulent empirer la situation en augmentant le prix de l’essence, qui a atteint 2,25 $, un record. Ils proposent de tripler la taxe sur le carbone en avril prochain.
    La Colombie-Britannique a sa propre taxe sur le carbone. Cela a été un échec à tous les niveaux. La taxe n’a pas permis de réduire les émissions, mais elle a augmenté le coût de tout en Colombie-Britannique, et, contrairement à certaines autres provinces du pays, il n’y a pas de remboursement fédéral. L’argent va à Victoria qui le dépense comme bon lui semble. L’argent est redonné en partie sous forme de remises, mais le reste va dans les coffres du gouvernement. C’est exactement ce qu’a indiqué le directeur parlementaire du budget, un agent du Parlement indépendant, à savoir que 60 % des Canadiens payent plus de taxe qu’ils n’obtiennent de remises. Je m’attends à ce qu’en Colombie-Britannique, la situation soit au moins aussi mauvaise, mais c’est ce que veut le gouvernement.
    Le gouvernement fait semblant de se soucier de temps en temps du prix élevé de l’essence, mais en réalité, il veut que cela coûte cher. Il veut que les prix augmentent pour les Canadiens. Il veut que les gens qui conduisent leurs parents ou grands-parents âgés chez le médecin payent plus cher pour l’essence. Il veut que les mères et les pères qui conduisent leurs enfants à des activités parascolaires payent plus cher. Nous l’avons entendu à la Chambre plus tôt cette semaine. Il s’agit en quelque sorte d’une incitation du marché. Le gouvernement essaye de pousser les gens à moins utiliser leur véhicule.
    Dans ma collectivité, les gens doivent utiliser leur voiture pour se rendre d’un endroit à un autre. Le gouvernement manque de respect envers les Canadiens des régions rurales. Il manque de respect envers les personnes qui doivent conduire du point A au point B. Il manque aussi de respect, très ouvertement, envers les personnes qui doivent chauffer leur logement. Il dit aux personnes âgées qu’il va faire grimper le prix de leur combustible de chauffage, quel qu’il soit – gaz naturel, mazout, etc. – et qu’il triplera le prix de la taxe sur le carbone, ce qui fera grimper encore plus le prix du combustible. Il suggère qu’ils peuvent peut-être s’en passer, peut-être en coupant le chauffage. Les personnes âgées n’ont qu’à frissonner pour que les libéraux puissent mettre plus d’argent dans les coffres du gouvernement. C’est inacceptable, et les conservateurs leur demandent d’arrêter d’aggraver la situation.
    Il y a des articles que nous devrions tous connaître et qui devraient tous nous interpeller: « Demande en hausse, dons en baisse: Les soupes populaires et les comptoirs alimentaires de la Colombie-Britannique en difficulté ». Nous l'avons entendu hier à la période des questions. Le député de Barrie—Springwater—Oro‑Medonte a signalé que d’anciens donateurs à une banque alimentaire en sont devenus clients et, selon Food Banks BC, « le nombre de nouveaux clients qui font appel à ses 105 organismes de secours contre la faim a augmenté de 50 % de décembre 2021 à mars ». On constate par ailleurs que, vu la hausse des prix, la majorité des Canadiens modifient leurs habitudes à l’épicerie. Selon Bloomberg, en raison de la hausse de l’inflation, près du quart des Canadiens réduisent la quantité de nourriture qu’ils achètent. Ce phénomène est plus répandu chez les femmes, comme les mères seules dans de nombreux cas, puisque 29,6 % d’entre elles choisissent d'acheter moins de nourriture, contre 18 % des hommes. Or, ce n’est pas un choix: elles y sont contraintes.

  (1325)  

    Que constate-t-on? On sait que lorsque le prix de l’essence augmente, ce que le gouvernement souhaite — après tout, c'est lui qui modifie la politique et c'est l’effet qu’il recherche —, le prix du transport augmente, ce qui signifie que le prix des marchandises qui doivent parvenir à l’épicerie augmente également. L’inflation des prix des produits alimentaires a déjà atteint son plus haut niveau depuis 40 ans. Elle est en hausse de plus de 10 % par rapport à l’année dernière et elle grimpe à un taux qui n’a jamais été aussi élevé depuis 40 ans. De tels chiffres ne se sont pas vus depuis les années 1980.
    La réaction du gouvernement devrait simplement être de cesser d’aggraver la situation, de cesser d’augmenter la taxe sur le carbone et de cesser de prendre toujours plus d’argent dans les poches des travailleurs en haussant les taxes sur leur chèque de paie, ce qu’il prévoit de faire le 1er janvier prochain.
    J’ai entendu les libéraux dire maintenant que ce n’est pas une taxe et que ce ne sont pas des impôts. Or, leur site Web indique qu’il s’agit de taxes. Le site Web du gouvernement du Canada indique que ce sont des taxes parce qu’elles entraînent une baisse du salaire net des Canadiens.
    Paul Martin pensait qu’il s’agissait de taxes lorsqu’il s’est donné pour priorité de rendre le pays plus efficient et plus concurrentiel. Il disait que les taxes sur les chèques de paie tuent l'emploi et qu'il réduisent la capacité concurrentielle. Il avait compris, mais il ne reconnaîtrait pas le gouvernement libéral d’aujourd’hui parce que celui-ci a abandonné tous ses points d’ancrage fiscaux. Il a complètement...
    M. Mark Gerretsen: Je me demande ce qu'en pense Brian Mulroney.
    M. Mark Strahl: Madame la Présidente, le député ne semble pas se soucier de l’augmentation du prix des aliments qui frappe les Canadiens. Quand je parle des comptoirs alimentaires, il rit. Il ne supporte tout simplement pas d’entendre la vérité et il veut aggraver la situation.
    Le député de Kingston et les Îles veut voter pour que le prix de l’essence augmente encore. Il veut voter pour que les Canadiens aient moins d’argent dans leurs poches. Libre à lui de défendre ces positions; pour ma part, je défendrai le fait de réduire les impôts et de tenir bon pour les Canadiens.
    Si le député n'entend personne parler de la crise de l'abordabilité dans sa circonscription, c'est parce qu'il n'écoute pas, ce qui le place en bonne compagnie avec le gouvernement libéral. Nous tous, de ce côté-ci de la Chambre, recevons des messages. Voici ce que dit un message que j’ai reçu:
     Auparavant, les budgets étaient serrés, et l'argent manquait. Maintenant que les loyers ont presque doublé, que le prix de l'essence est plus élevé que jamais et que le prix du panier d'épicerie augmente, il devient impossible d'acheter le minimum vital.
    Étant donné que j'ai un enfant, il ne me reste pas beaucoup d'options. J'ai déjà un deuxième emploi, et vivre dans ma voiture ou retourner vivre chez mes parents n'est pas envisageable. Par conséquent, je ne sais pas ce que je peux faire d'autre. Y aura-t-il des solutions? Je sais que je ne suis pas la seule à avoir du mal à joindre les deux bouts.
    La solution, dans le cas de cette femme, ce n'est pas de lui enlever plus d'argent sur son chèque de paie; ce n'est pas d'aller piger davantage dans ses poches, alors qu'elle doit faire le plein pour transporter son fils à l'école. Elle a dit qu'elle a dû abandonner ses études universitaires parce que les choses sont tellement inabordables sous le gouvernement actuel.
    Une autre de mes concitoyennes a écrit:
     Mon époux et moi occupons des emplois à temps plein et bien rémunérés et nous éprouvons encore des difficultés. [Nous] avons à peine les moyens de faire l'épicerie, car les coûts augmentent en Colombie‑Britannique. Je trouve renversant de voir que des familles ne peuvent même pas faire l'épicerie sans qu'il y ait de répercussions. Nous sommes un ménage à deux revenus [...] et nous avons du mal à joindre les deux bouts. Nous n'achetons que le strict nécessaire et nous essayons même parfois de nous en passer.
    Les gens tirent actuellement le diable par la queue, mais le gouvernement menace d’aggraver la situation. Il se prépare à hausser les taxes sur les chèques de paie au 1er janvier. La motion que nous présentons demande qu’il y renonce. Le gouvernement s’apprête à faire augmenter les prix de l’essence, des produits d’épicerie et du chauffage domestique en avril. Nous demandons au gouvernement de renoncer à ces hausses de taxes.
    Nous voterons pour protéger les intérêts des travailleurs canadiens et des familles canadiennes, et pour laisser plus d’argent dans leurs poches, car ils savent mieux le dépenser que le gouvernement libéral gaspilleur.

  (1330)  

    Madame la Présidente, comme le député de Chilliwack—Hope vient d’une région rurale, il sait à quoi ressemble une cargaison de pommes de route, et c’est ce qu’il vient de livrer.
    En Colombie-Britannique, les recettes tirées de la tarification de la pollution servent à réduire l’impôt sur le revenu. En Colombie-Britannique, nous avons l’impôt sur le revenu le plus bas du pays. Il n’y a eu aucune augmentation des taxes sur l’essence, alors, comment le député explique-t-il que le prix de l’essence soit de 2,30 $ et qu’il sera sous peu de 2,50 $? Je lui dirais que les Britanno-Colombiens et les Canadiens se heurtent à la même situation que l’Europe occidentale avec la Russie. Les sociétés pétrolières nous saignent à blanc, et plus vite nous les éliminerons de l’équation, mieux ce sera pour tout le monde.
    Madame la Présidente, je pense que le député de la Colombie‑Britannique n'est pas à l'écoute de ses concitoyens, qui ont des difficultés, tout comme les gens de ma circonscription. Il dit que la situation n’a jamais été aussi bonne et il ne croit pas que le litre d’essence à 2,25 $ pose un problème. Pour les libéraux, cela n'a pas d'importance, et ils vont augmenter le prix; c’est ce qu'ils promettent de faire. Ils vont tripler la taxe sur le carbone, ce qui fera passer le litre d’essence de 2,25 $ à 3 $, selon le plan du député.
    Le député peut retourner dans Fleetwood-Port Kells et essayer de faire accepter cela à la population. Pour ma part, je vais défendre les habitants de Chilliwack-Hope et exiger que ces taxes ne soient pas augmentées.

[Français]

    Madame la Présidente, on entend toutes sortes de choses aujourd'hui, comme mardi dernier. C'est un peu la même chose qu'on entend. Par quel bout faut-il prendre cela?
    Est-ce que mon collègue est conscient que les pétrolières constituent un cartel qui fixe les prix et que, si on baisse les taxes, elles vont juste augmenter leur marge de profit?
    On n'a qu'à regarder l'inflation actuelle. Si on analyse les chiffres, on voit que la marge de profit a augmenté. Alors, ce n'est pas juste à cause des méchantes taxes des gouvernements. Ce qu'il faut faire, c'est redistribuer de l'argent aux gens qui sont dans le besoin. J'aimerais cela avoir une réponse, parce que cela fait plusieurs fois que j'essaie, et je n'ai pas plus de réponses.
    Autrefois, les gens du Parti conservateur semblaient approuver une augmentation des pensions de vieillesse à partir de 65 ans. C'est un geste concret pour augmenter le niveau de vie de gens qui sont en difficulté et qui ont un revenu fixe. Qu'on arrête de faire du populisme et de mélanger toutes sortes d'affaires et qu'on réponde à la question précisément.
    Est-ce qu'ils sont d'accord pour augmenter les pensions de vieillesse des gens qui ont de la misère à faire l'épicerie aujourd'hui, oui ou non?

[Traduction]

    Madame la Présidente, bien sûr, mon collègue a tort en ce qui concerne le prix de l'essence. Lorsque les gouvernements au pays ont réduit les taxes de vente ou les taxes sur l'essence, dans des endroits comme l'Alberta, les prix ont chuté du jour au lendemain. Le prix du litre a dégringolé pour les habitants de ces régions.
    Pour les habitants de régions comme la mienne, nous avons présenté une autre motion visant à faire réduire la TPS sur le carburant et à suspendre la taxe sur le carbone. Bien sûr, les députés du Bloc québécois, du NPD et du Parti libéral ont tous voté pour que le prix de l'essence reste élevé, car c'est ce qu'ils veulent.
    Parlons du niveau de vie des aînés. Dans ma circonscription, les aînés qui conduisent pour aller voir leurs petits-enfants ou pour se rendre chez le médecin paient 2,25 $ le litre. Si le député veut que ce prix augmente, il devra se battre contre le Parti conservateur pour que cela se produise.

  (1335)  

    Madame la Présidente, en novembre dernier, la circonscription du député a été dévastée par une rivière atmosphérique, ce qui a entraîné des milliards de dollars de dommages dans toute la Colombie‑Britannique. Je me demande simplement quand les conservateurs commenceront à parler des effets inflationnistes des changements climatiques.
    Deuxièmement, si le député parle de l'augmentation du coût des aliments et du carburant, mais passe complètement sous silence les profits que les grandes entreprises réalisent sur le dos des familles de travailleurs, alors il y a là une dissonance cognitive extrême. Le député défendra-t-il les intérêts de ses concitoyens et se joindra-t-il au NPD pour dénoncer le mercantilisme des entreprises et veiller à ce que nous aidions réellement les familles?
    Madame la Présidente, ce qui aurait aidé ma région, la vallée du Fraser, c’est de rehausser les digues et non de rehausser la taxe sur le carbone. Nous aurions pu évoquer divers gouvernements, dont le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique, qui n’a pas investi dans les infrastructures nécessaires à la protection de notre coin de pays.
    Mes concitoyens en ont assez d’entendre parler de conférences fastueuses aux quatre coins du monde où les participants discutent d'une augmentation générale des prix. Ils veulent que l'on investisse dans les infrastructures qui protégeront nos milieux de vie. C’est ce en quoi les conservateurs croient. Nous ne pensons pas qu’il faut faire grimper le prix de tout en imposant une taxe sur le carbone.
    Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Kingston et les Îles.
    Je ne pourrais pas être plus opposé à cette motion de l’opposition. Je ne sais pas comment ils auraient pu accumuler plus de contrevérités dans une seule courte motion, mais ils ont certainement fait de leur mieux.
    C’est un privilège de pouvoir prendre la parole à la Chambre aujourd’hui au sujet de cette motion, même si j’y suis opposé. Avec la pandémie et ses conséquences, ces dernières années n’ont pas été faciles, et maintenant nous avons la guerre en Europe et la hausse du coût de la vie. Il est facile de pointer du doigt de prétendus coupables et de réclamer des solutions rapides, mais il est irresponsable de profiter des difficultés auxquelles sont confrontées les collectivités du Canada et du monde entier.
    Ces dernières années, les changements climatiques ont eu des effets sans précédent sur les Canadiens. Les répercussions du changement climatique sont vastes et touchent nos maisons, le coût de la vie, les infrastructures, la santé et la sécurité ainsi que l’activité économique. Bien entendu, nous avons vu les perturbations de nos chaînes d’approvisionnement et la manière dont elles contribuent à l’inflation partout au Canada dans toutes nos collectivités.
    Les données scientifiques les plus récentes nous avertissent que, pour éviter les graves conséquences des changements climatiques, il est urgent de réduire de manière importante les émissions de gaz à effet de serre pour limiter à 1,5 degré Celsius l’augmentation de la température moyenne mondiale. Toutefois, en passant à l’action, il ne s’agit plus de choisir entre notre économie et la lutte contre les changements climatiques. Il est parfaitement clair que les deux vont de pair et que la santé à long terme de notre population, de notre planète et de notre économie dépend de notre action ambitieuse en matière de climat. C’est ce que les Canadiens attendent. Ils veulent voir le gouvernement et les partis de l’opposition agir en ce sens. Ils veulent nous voir nous doter d'objectifs plus ambitieux, et non reculer et revenir, comme les conservateurs voudraient que nous le fassions, à l’ère Harper de l’inaction.
    Examinons certaines des mesures qu’a prises le gouvernement. En avril 2021, le gouvernement du Canada a réagi aux données scientifiques les plus récentes en présentant une cible nationale plus ambitieuse visant à réduire les émissions de 40 à 45 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030, en plus de son objectif d'atteindre la carboneutralité d’ici 2050. En mars de cette année, le gouvernement a publié le plan de réduction des émissions pour 2030, qui décrit la manière dont le Canada atteindra son objectif à cette date. Le plan repose sur une assise solide, à commencer par le tout premier plan national du Canada sur les changements climatiques, en 2016, puis sur notre plan renforcé, qui a été publié en 2020. Je ne pourrais pas être plus fier du travail accompli par ce gouvernement en consultant l’ensemble des provinces et des territoires, pour élaborer notre plan d’action sur le climat. Ce plan montre que nous pouvons bâtir une économie plus propre tout en améliorant la vie quotidienne des gens.
    La tarification du carbone est au centre de tous ces plans, car il s’agit de la politique la plus efficace et la moins coûteuse pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Je sais que les députés d’en face ne croient pas que la tarification du carbone soit la solution, mais de nombreuses études de cas et de nombreux exemples dans le monde montrent que c’est de loin le système le plus efficace pour favoriser le type de comportement et d’innovation dont nous avons besoin pour parvenir à une économie durable.
    Des intervenants de partout au pays nous ont dit que la cohérence et la prévisibilité sont essentielles pour débloquer les investissements dans l’économie à faibles émissions de carbone. Nous savons également que des entreprises et des industries élaborent des technologies et des approches novatrices pour réduire les émissions, y compris le captage du carbone. Il existe de nombreuses autres technologies. Il existe de nombreux projets d’énergie renouvelable dans lesquels nous pouvons investir. Elles ont besoin d’incitatifs et de mesures de soutien clairs pour déployer ces technologies. C’est ce que le plan du gouvernement entend faire et met en œuvre.
    La tarification du carbone crée ces mesures incitatives sans imposer une approche particulière. Elle laisse les entreprises décider de la meilleure façon de réduire leurs émissions. Rappelons que si elles ne polluent pas, elles ne paient pas de prix sur le carbone.
    En même temps, les Canadiens, en particulier les plus vulnérables, sont aux prises avec un problème d’accessibilité financière. Nous comprenons cela. L’approche fédérale de la tarification du carbone est conçue pour maintenir la cohérence exigée par l’industrie et les investisseurs tout en donnant la priorité à l’abordabilité pour les Canadiens. Nous savons qu’il ne suffit pas de créer une économie plus propre. Nous devons aussi nous assurer que les Canadiens peuvent se le permettre.

  (1340)  

    Il est vrai que la tarification de la pollution par le carbone augmente modestement le coût du carburant, d’environ 2 ¢ par litre d’essence cette année. Nous savons que chaque petite augmentation compte, mais la tarification du carbone n’a jamais eu pour but d’augmenter les revenus ou les prix pour les Canadiens. En fait, grâce à notre plan, la plupart des ménages se retrouvent avec plus d’argent dans leurs poches qu’ils n’en paient.
    Partout où le produit de la taxe fédérale sur les carburants est remis directement aux ménages, huit familles sur dix récupèrent plus d’argent par l’entremise des paiements de l’Incitatif à agir pour le climat que ce que leur coûte le système de tarification du carbone, ce qui signifie que le système aide à réduire le coût de la vie pour une majorité de familles canadiennes.
    Rappelons qu’en juillet dernier, les familles canadiennes ont reçu le premier paiement trimestriel, qui était un double paiement. En Ontario, elles reçoivent 745 $ cette année, et elles ont reçu la moitié de cette somme. J’ai remarqué que cette somme a été versée dans mon compte bancaire. Je suis sûr que de nombreux autres députés et leurs familles ont remarqué ce paiement trimestriel direct provenant de l’Incitatif à agir pour le climat.
    Les députés d’en face ne peuvent pas prétendre que ces dollars, 90 % de ces fonds, ne reviennent pas aux familles canadiennes, car ils ont reçu ces paiements dans leur compte bancaire.
    Ce sont les ménages à faible revenu qui en bénéficient le plus. Les ménages à revenu élevé ont tendance à dépenser beaucoup plus en carburant et en énergie, de sorte qu’ils devront faire face à un coût net. Toutefois, ce sont les Canadiens aux revenus les plus faibles qui en sortent le plus gagnants.
    Par exemple, l'impact moyen de la tarification du carbone par ménage en Alberta devrait être d'environ 700 $ en 2022, mais ce montant est inférieur à l'Incitatif à agir pour le climat, qui est d'environ 1 040 $.
    En Ontario, le coût moyen par ménage est estimé à environ 580 $, mais les ménages recevront en retour, en moyenne, environ 710 $. Ces estimations tiennent compte des coûts directs, comme le fait de payer plus cher le carburant, et des coûts indirects, comme le fait de payer un peu plus cher les biens et les services.
    Les familles vivant dans des collectivités rurales ou de petite taille peuvent bénéficier d'un supplément de 10 %. Les ménages peuvent utiliser ces fonds comme ils l'entendent. Ils peuvent les utiliser pour absorber les 2 ¢ supplémentaires par litre d'essence s'ils le souhaitent. Les ménages qui prennent des mesures pour réduire leur consommation d'énergie en sortiront encore plus gagnants.
    Par exemple, les personnes qui se procurent un véhicule zéro émission pourront profiter des incitatifs fédéraux à l'achat. Le gouvernement fédéral soutient également les travaux d'augmentation de l'efficacité énergétique des maisons grâce à la Subvention canadienne pour des maisons plus vertes, afin de réduire la consommation d'énergie à la maison, d'économiser de l'argent et de réduire la pollution en même temps.
    Le gouvernement du Canada s'est également engagé à remettre les recettes du système de tarification fondé sur le rendement, le STFR, aux administrations d'origine. Les provinces et les territoires qui ont volontairement adopté le STFR peuvent opter pour un transfert direct des recettes perçues. Les produits perçus dans les autres administrations d'origine seront retournés par le truchement du Fonds issu des produits du STFR, qui vise à soutenir les technologies industrielles propres et les projets d'électricité propre.
    Les changements climatiques constituent un défi de taille, mais c’est aussi une opportunité, une très grande opportunité économique. Les Canadiens veulent tirer parti des possibilités énormes de l'économie à faible émission de carbone. Une analyse de la Commission mondiale sur l'économie et le climat révèle que la transition vers une économie à faible émission de carbone entraînera un gain économique de 26 billions de dollars américains et créera 65 millions de nouveaux emplois dans le monde.
    En plus d'attribuer un prix à la pollution par le carbone, nous réalisons des investissements historiques dans les technologies propres, l'innovation et les infrastructures vertes pour stimuler la croissance et réduire la pollution, y compris de nouveaux investissements de 9,1 milliards de dollars pour réduire la pollution et développer l'économie dans le cadre du Plan de réduction des émissions pour 2030.
    Le « Plan de réduction des émissions pour 2030: Les prochaines étapes du Canada pour un air pur et une économie forte » fait état de soumissions présentées par plus de 30 000 Canadiens, des provinces et des territoires, de partenaires autochtones, de l'industrie, de la société civile et de l'organisme consultatif indépendant sur la carboneutralité. Ce plan constitue une approche à l'échelle de la société qui prévoit des moyens concrets de réduire les émissions dans tous les secteurs de l'économie.
    Le Canada n'est pas seul, loin de là, dans la lutte contre le changement climatique et la tarification de la pollution par le carbone. Partout dans le monde, les marchés évoluent, et les industries délaissent les produits et services qui créent de la pollution par le carbone pour se tourner vers des options plus propres et plus durables. Le coût de l'inaction en matière de changement climatique est énorme, bien plus élevé que ce qu'il en coûterait de lutter contre le problème aujourd'hui.

  (1345)  

    Comme le souligne le dernier rapport du GIEC, le coût de l'inaction est...
    Je regrette, mais le temps de parole du député est écoulé.
    Nous passons aux questions et aux observations. La députée de Battlefords—Lloydminster a la parole.
    Madame la Présidente, en écoutant le débat d'aujourd'hui, j'ai entendu beaucoup d'histoires de Canadiens qui ont du mal à s'en sortir.
    Une femme vient juste de communiquer avec moi sur les médias sociaux. Elle ne vit même pas dans ma circonscription. Elle s'appelle Sarah. Elle dit que son mari et elle travaillent tous les deux à l'extérieur du foyer. Ils vivent de chèque de paie en chèque de paie. Ils sont gênés d'admettre qu'ils ont dû demander de l'argent à leurs parents pour arriver à payer des factures.
    Ce mois-ci, ils doivent choisir s'ils vont acheter de la nourriture ou payer le chauffage. Ils doivent décider s'ils vont payer l'électricité ou l'eau, ou déterminer quel est le sport le moins coûteux auquel inscrire leurs enfants afin qu'ils puissent s'amuser, développer un talent et apprendre un sport d'équipe.
    Comment le député justifie-t-il la hausse des taxes sur le chèque de paie et le triplement de la taxe sur le carbone alors que cela constitue un fardeau pour les Canadiens?
    Madame la Présidente, le plus troublant, c'est que le Parti conservateur du Canada ne prend pas l'urgence climatique au sérieux.
    Il est intéressant de souligner que les conservateurs prétendent se soucier du changement climatique tout en considérant cette lutte comme inconciliable avec le portefeuille des contribuables. En fait, il faut agir sur les deux fronts. Il faut lutter contre le changement climatique, bâtir une économie plus robuste et rendre la vie des nos concitoyens plus abordable, et c'est précisément ce à quoi s'emploie le gouvernement.

[Français]

    Madame la Présidente, au début de l'été, dans ma circonscription, nous avons travaillé très fort le soir et les fins de semaine pour fournir des passeports à des Québécois qui voulaient partir. Je pense que ce fut le cas de la plupart des députés du Bloc québécois. Au Québec, nous avons travaillé très fort les fins de semaine pour ce faire.
    Nous avons appris hier que des primes de 190 millions de dollars avaient été données aux dirigeants de la fonction publique fédérale, les mêmes qui avaient failli à leur tâche de fournir les passeports aux gens. Il a fallu que les bureaux des députés fassent le travail à leur place.
    Mon collègue ne pense-t-il pas que cet argent aurait été mieux utilisé dans l'augmentation de la pension de la Sécurité de la vieillesse, dans les logements sociaux ou dans les transferts en santé?

[Traduction]

    Madame la Présidente, je ne vois pas trop comment cette question se rapporte à la motion de l'opposition du Parti conservateur, mais j'ai constaté que les problèmes liés aux passeports et aux retards continuent de s'amenuiser parce que la ministre est disposée et capable de recevoir énormément de rétroaction en temps réel et de régler les problèmes. Nous continuons d'embaucher de nouveaux employés et de veiller à ce que l'approbation et le traitement des demandes de passeport s'améliorent constamment. Évidemment, nous pouvons continuer à améliorer nos services.
     Je ne sais pas exactement de quoi parle le député d'en face lorsqu'il évoque des primes versées à des dirigeants de la fonction publique.
    Madame la Présidente, depuis la reprise des travaux parlementaires, les libéraux nous parlent de l’assurance-emploi et de son importance. Nous savons que les Canadiens comptent sur l’assurance-emploi pour de multiples raisons, notamment pour prendre soin de leurs enfants ou de leurs parents, ou en cas de maladie. Il y a une foule de raisons pour lesquelles l’assurance-emploi est essentielle.
    Malheureusement, tout récemment, le 24 septembre, les libéraux ont laissé le système reprendre ses règles dysfonctionnelles d'avant la pandémie. Je me demande si le député pourrait nous expliquer pourquoi les libéraux ont laissé les règles temporaires appliquées en période de pandémie devenir caduques sans présenter de plan pour améliorer le système d’assurance-emploi en place.

  (1350)  

    Madame la Présidente, je vais considérer cela comme une question posée de bonne foi. Je ne suis pas certain des règles devenues caduques dont parle la députée. Cependant, je peux l’assurer que notre système d’assurance-emploi est un aspect très important de notre filet de sécurité sociale. Comme nous l’avons vu, notre gouvernement croit qu’il faut soutenir ce filet de sécurité sociale.
    Les conservateurs continuent d’utiliser le terme « taxe sur les chèques de paye » pour en parler, mais ce n'est pas ce dont il s'agit. Lorsque nous cotisons à nos pensions et à l’assurance-emploi, il s’agit d’avantages dont nous pouvons tirer parti. Il ne s’agit pas d’une taxe à proprement parler.
    Madame la Présidente, le député de Whitby a tout à fait raison: la tarification du carbone est un élément essentiel de tout plan de lutte contre les changements climatiques. Toutefois, dans le cadre du débat d'aujourd'hui, nous ne pouvons pas nous permettre de minimiser le fait que nous sommes très loin de faire notre juste part pour contrer la crise climatique, notamment parce que le gouvernement fédéral s'entête à accorder des fonds publics aux entreprises qui sont les principales responsables de la crise.
    Qu'est-ce que le député peut faire pour orienter le parti au pouvoir vers des solutions climatiques éprouvées, comme augmenter les investissements destinés aux propriétaires qui veulent rénover leur maison?
    Madame la Présidente, je remercie le député de sa question. Lui et moi partageons une passion commune pour la lutte contre les changements climatiques. Je suis conscient que le gouvernement doit continuellement se doter d'objectifs plus ambitieux. Je sais que les subventions aux combustibles fossiles dont le député parle sont en voie d'être éliminées, mais probablement pas assez rapidement pour le...
    Nous devons reprendre le débat.
     Le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes pour le Sénat a la parole.
    Madame la Présidente, c’est un plaisir de prendre la parole aujourd’hui pour discuter de cette motion de l’opposition. Je pense que je ne surprendrai pas les députés en déclarant qu’elle est, selon moi, vouée à l’échec, surtout lorsqu’on lit les sept ou huit premiers mots de la motion, qui mentionne: « Que, étant donné que les coûts du gouvernement font grimper l’inflation […] ».
    Nous devons, encore une fois, composer avec une représentation inexacte de la réalité par le Parti conservateur, qui soutient que l’inflation ne touche que le Canada. Actuellement, l’inflation est un problème mondial. Tous les pays développés dans le monde doivent composer avec cette situation.
    Donnez-moi l’occasion de rappeler aux députés ce qui se passe dans le monde. Parmi les pays du G7, le Japon a un taux d’inflation de 3 %; la France, un taux de 5,9 %; le Canada, un taux de 7 %; l’Allemagne, un taux de 7,9 %; les États-Unis, un taux de 8,3 %; l’Italie, un taux de 8,4 %; et le Royaume-Uni, un taux de 8,6 %. Actuellement, le taux moyen de l’inflation dans les pays de l’OCDE atteint 10,3 %. Ainsi, en présentant une motion blâmant le gouvernement pour l'inflation, les conservateurs font, au mieux, une déclaration malhonnête et, au pire, de la fausse représentation.
    Étudions pourquoi les conservateurs affirment cela. En fait, ce qu'ils disent vraiment, comme c'est leur habitude, c'est que l’inflation n’existerait pas si le gouvernement n’avait pas dépensé autant d'argent pendant la pandémie. Ce qu'ils disent vraiment, c'est que, si nous n’avions pas dépensé tout cet argent pendant la pandémie, nous ne serions pas cette situation, parce que tous les pays que j'ai nommés ont pris les mêmes mesures et se trouvent dans la même situation que nous.
    Ainsi, ils affirment donc indirectement, et c’est le chef du Parti conservateur qui l'a dit il y a environ 2 ans, qu’ils ne soutiennent pas le fait que nous ayons fourni aux Canadiens les soutiens dont ils avaient besoin pendant la pandémie. Au bout du compte, c'est bien cela qu'ils disent, même s’il est très ironique que les conservateurs aient voté pour des dépenses de 300 milliards de dollars pour les mesures de soutien pendant la pandémie.
    Les conservateurs reprochent au gouvernement le problème d’inflation qui touche maintenant l’ensemble de la planète. Je tiens à leur rappeler que c’est plutôt ironique, car ils ont tendance à dire que le premier ministre est incapable de faire quoi que ce soit, mais ils disent maintenant qu'il serait responsable de l'inflation mondiale. Mettons ce point de côté pour un instant.
    Les conservateurs disent que nous n’aurions pas dû permettre qu’une telle situation se produise, mais ils ont voté en faveur des mesures d'aide financière que nous avons prises pendant la pandémie. S’ils laissent entendre que c'est l’augmentation des dépenses qui a causé l’inflation, alors ils sont exactement dans le même bateau que ce côté-ci de la Chambre, le Bloc, le NPD, le Parti vert et, en fait, tous les gouvernements de la planète Terre, comme le chef du Parti conservateur se plaît à l’appeler.
    Je veux m’attarder sur un point plus important, soit le nouvel intérêt du Bloc québécois à dénoncer les conservateurs pour le populisme qui tient actuellement la vedette. Je suis d’accord avec mes collègues du Bloc québécois, surtout aujourd’hui. À quelques reprises aujourd’hui, ils semblent avoir emboîté le pas au reste de la Chambre, sauf au Parti conservateur, qui dénonce l’approche populiste des conservateurs. C’est l’approche populiste que nous voyons à la Chambre depuis un an et demi. C'est cette même approche que le chef de l’opposition a adoptée pendant sa campagne à la direction du parti. En fait, c’est la même approche qu’ils adoptent maintenant. Que font les populistes? Ils proposent des idées saugrenues pour obtenir l’appui des gens, et surtout des personnes vulnérables.
    Qu’a fait le chef de l’opposition il y a à peine six mois? Il s’est présenté pour acheter un shawarma et l’a payé en bitcoins. Il a présenté le bitcoin comme solution de rechange viable au dollar canadien. S’il achetait aujourd’hui le même shawarma, il paierait 22,35 $ pour le shawarma de 10 $ qu’il a acheté il y a six mois. Est-ce une solution de rechange viable au dollar canadien?

  (1355)  

    Le chef de la loyale opposition de Sa Majesté à la Chambre des communes du Canada a laissé entendre que le bitcoin devrait être une solution de rechange viable. Je trouve tout à fait ridicule que nous ne puissions même pas obtenir du chef de l’opposition qu’il fasse maintenant connaître sa position officielle à ce sujet. Depuis son élection comme chef de l’opposition, je lui ai demandé à trois reprises à la Chambre quelle était sa position sur les cryptomonnaies et s’il pouvait dire franchement aux Canadiens s’il croit toujours que le bitcoin est une solution de rechange viable. Il n’a même pas voulu prononcer les mots « bitcoin » ou « cryptomonnaie ».
    J’ai posé la même question à d’autres députés du Parti conservateur aujourd’hui. Je leur ai demandé s’ils pouvaient au moins dire les mots « bitcoin » ou « cryptomonnaie ». C’est comme s’ils avaient complètement enlevé ces mots de leur vocabulaire. Ils refusent carrément de parler de bitcoin et de cryptomonnaie, sans parler du fait que le chef de l’opposition officielle a brandi un shawarma il y a à peine six mois, son téléphone dans l’autre main, alors qu’il payait en bitcoins. Maintenant, où est-il? Il ne dit absolument rien à ce sujet. À mon avis, cela donne aux Canadiens l’occasion de réfléchir à leur position.
     Ils me chahutent depuis le début, parce qu'ils ne veulent pas entendre la vérité. Je comprends qu'ils ne veulent pas qu'on parle de cette question. Je comprends, c'est tout à fait normal. Pourquoi voudraient-ils qu'on en parle alors que la pièce maîtresse de la politique du chef de l'opposition a changé du tout au tout? Je comprends comment ils se sentent, mais je crois qu'ils ont l'obligation d'expliquer aux Canadiens pourquoi ils avaient adopté une telle position au sujet des cryptomonnaies et pourquoi ils n'en parlent plus du tout.
    Je crois qu'il est grand temps que le chef de l'opposition officielle s'explique devant la Chambre et les Canadiens, en particulier ceux qui ont suivi ses conseils lorsqu'il recommandait d'acheter des bitcoins il y a six mois et qui ont peut-être vu s'envoler toutes leurs économies. Il leur doit des explications et il doit venir à la Chambre expliquer sa position au sujet des cryptomonnaies. Il ne peut pas simplement attendre un rebond du cours du Bitcoin pour venir s'expliquer quand cela fera son affaire. Il doit des explications aux Canadiens et j'espère qu'il les leur donnera bientôt.

  (1400)  

    Le député de Kingston et les Îles aura deux minutes pour terminer son intervention quand nous y reviendrons.

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

[Traduction]

La sensibilisation au cancer de l'ovaire

    Monsieur le Président, septembre est le Mois de sensibilisation au cancer de l'ovaire. Plus de 3 000 Canadiennes recevront un diagnostic de cancer de l'ovaire cette année. Je suis consciente des répercussions qu'a cette terrible maladie sur la famille et les proches des personnes atteintes. Une personne qui m'est très chère lutte contre ce cancer. Le récit de chacune de ces luttes est une source d'inspiration pour nous tous.
    Beaucoup de chercheurs et de militants œuvrant au Canada sont déterminés à sauver des vies. Je tiens à les féliciter de leur travail. Je remercie aussi tous les bénévoles de Cancer de l'ovaire Canada qui, à Brampton et partout au pays, font un travail de sensibilisation auprès de la population.
    En soutenant les chercheurs et en faisant connaître cette maladie, on sauve la vie à des femmes. Bâtissons ensemble un bel avenir pour les femmes. Il n'y a tout simplement pas de temps à perdre quand il est question du cancer de l'ovaire.

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

    Monsieur le Président, en 2022, cette deuxième Journée nationale de la vérité et de la réconciliation a été historique pour la nation des Siksika de Bow River.
    Le légendaire et regretté chef Crowfoot a su refléter l’ambition du peuple siksika. Fier guerrier, diplomate avisé et chef parmi les chefs, Crowfoot a négocié sans relâche le Traité no 7 conclu en 1877 entre la Confédération des Pieds-Noirs et la Couronne. Les costumes de cérémonie qu'il portait à la signature du traité ont été exposés dans un musée anglais pendant des décennies. Ce printemps, ils ont retrouvé leur juste place à Blackfoot Crossing, là où le Traité no 7 a été signé.
    Le chef Ouray Crowfoot — son descendant direct — et son conseil ont mené la campagne de rapatriement. La croissance et les progrès de la nation des Siksika, comme la prise en charge du maintien de l’ordre et la construction d’un futur établissement de soins palliatifs sur le territoire, sont des actions tangibles vers l’autodétermination qui nous rappellent que la réconciliation est un accord partagé pour vivre et prospérer ensemble.

[Français]

L'indépendance de la République de Chypre

    Monsieur le Président, je suis honorée de prendre la parole devant la Chambre aujourd'hui pour souligner le 62e anniversaire de l'indépendance de la République de Chypre, le 1er octobre.
    Depuis 1960, le Canada et Chypre entretiennent des relations historiques. Nos deux États ont développé des relations bilatérales solides en ce qui concerne notre adhésion et notre travail au sein d'organisations multilatérales, notamment la Francophonie, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, l'Organisation mondiale du commerce et l'UNESCO.

[Traduction]

    La relation du Canada avec Chypre va au-delà des mots. Depuis la création de la force de maintien de la paix des Nations unies à Chypre, plus de 25 000 membres des Forces armées canadiennes ont été déployés et 28 ont été tués dans le cadre des efforts mis de l’avant pour maintenir la paix sur l’île.
    Cette année, nous voyons l’importance pour le Canada de se tenir aux côtés de ses partenaires et de commémorer leur quête de valeurs démocratiques et de liberté. En outre, le Canada doit soutenir ses amis dans leur lutte contre l’occupation, la tyrannie et la violence.
    Le Canada applaudit les réalisations du peuple chypriote et souhaite continuer d'entretenir des liens étroits avec lui à l’avenir.

[Français]

La Journée internationale des personnes âgées

    Monsieur le Président, le 1er octobre marque la Journée internationale des personnes âgées.
    C'est l'occasion de reconnaître leur diversité, mais aussi de réfléchir collectivement sur leur place dans notre société. En pleine inflation, reconnaissons que ceux avec des revenus fixes sont directement affectés et qu'ils auraient besoin d'une hausse de leur pension de la Sécurité de la vieillesse dès 65 ans.
    Évitons de les laisser dans un état de précarité financière. Permettons également à ceux qui le souhaitent de demeurer sur le marché du travail avec des allégements fiscaux. Les libéraux préfèrent appauvrir les 65 à 75 ans pour les forcer à rester sur le marché du travail.
    Au Bloc québécois, nous disons qu'il faut plutôt traiter les aînés comme les moteurs de leur communauté. Nous leur devons respect. Ils ont façonné le Québec. Les bénéfices des liens intergénérationnels et d'un vieillissement actif sont de plus en plus démontrés.
    Prenons donc une journée pour réfléchir à la richesse que les aînés apportent. C'est notre devoir de les traiter avec la plus grande des considérations et de nous assurer que le filet social leur permet toujours de vieillir dans la dignité.

  (1405)  

Moisson Estrie

    Monsieur le Président, l'augmentation du coût de la vie frappe l'ensemble des Canadiens et des Canadiennes. Avec notre plan pour rendre la vie plus abordable, nous voulons limiter les effets de l'inflation mondiale. Notre soutien passe aussi par le financement continu aux organismes communautaires, des entités essentielles au bien‑être des Sherbrookois ainsi qu'au développement de l'économie sociale.
    C'est le cas de Moisson Estrie qui, grâce à ses efforts, distribue des denrées alimentaires à plus de 50 organismes de ma région. J'aimerais d'ailleurs féliciter Christian Bibeau pour sa récente nomination à titre de directeur général. Avec la hausse du prix des aliments et la pénurie de main‑d'œuvre, les défis ne manqueront pas durant son mandat.
    Continuons notre soutien aux organismes comme Moisson Estrie, notamment par le Fonds des infrastructures alimentaires locales, afin qu'ils puissent aider davantage des familles dans le besoin.

[Traduction]

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

    Monsieur le Président, plus de 150 000 enfants des Premières Nations, des Inuits et des Métis ont été placés dans des pensionnats. L'expérience a été des plus dévastatrices et a laissé des cicatrices intergénérationnelles chez nombre d'entre eux. Les enfants ont été retirés de leur famille, on leur a interdit de pratiquer leurs traditions culturelles et de parler leur langue.
    L'objectif était censé être l'éducation, mais l'assimilation était la priorité. La démarche était celle du « gouvernement qui a toujours raison », mais le gouvernement avait tort. Les séquelles laissées par les pensionnats indiens se sont traduites par beaucoup de blessures, de souffrances et de pertes. Mon père, mes tantes et mes oncles ont fréquenté les pensionnats. Mon père a servi dans l'armée canadienne pendant des décennies. Il a gardé le silence sur son identité métisse jusqu'à son départ. En raison des préjugés de la société envers les Autochtones, il hésitait à être identifié comme tel.
    Demain, c'est la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, une journée de réflexion et de prière consacrée à la guérison et au rétablissement des liens avec les peuples autochtones.

Félicitations à l'occasion d'un départ à la retraite

    Monsieur le Président, je prends la parole pour rendre hommage à Bill McLean, conseiller municipal de Pickering, qui, après 22 années de service, ne figurera pas sur les prochains bulletins de vote, car il prend sa retraite cette année.
    Le conseiller McLean et moi avons été membres du même conseil municipal pendant environ 10 de ses 22 années de carrière. Nous n'étions pas toujours d'accord sur la façon de gérer certains dossiers. En fait, nous avons eu quelques rencontres houleuses. Toutefois, grâce à la sage intervention du leader du gouvernement à la Chambre, qui nous connaissait tous les deux, nous avons réalisé que nous avions plus en commun que nous le pensions. Je suis si heureuse qu'il soit ainsi intervenu, car Bill est ensuite devenu l'un de mes amis les plus proches et l'un de mes premiers mentors.
    Travailler avec Bill était vraiment inspirant. C'était un véritable honneur. Bill est un homme intègre et, comme il est un ancien policier de Toronto, son serment de servir et de protéger les citoyens fait partie intégrante de son identité. Il m'a tant enseigné: comment servir ma collectivité, comment défendre ses intérêts, et comment me faire la porte-parole des sans-voix.
    Le conseil municipal ne sera plus le même sans lui, mais égoïstement, j'espère que son départ à la retraite me permettra de passer plus de temps avec mon ami et son épouse, Diana. La famille est ce que Bill aime le plus au monde, et je suis si contente qu'il ait dorénavant plus de temps à consacrer à la sienne.
    Je remercie Bill des services qu'il a rendus à notre collectivité.

La fête de Navratri

    Monsieur le Président, des gens de ma circonscription, Brampton-Est, et de partout au Canada célèbrent le festival hindou de Navratri.
    Je suis reconnaissant d'avoir l'occasion de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui pour exprimer ma gratitude envers les nombreux amis et voisins de Brampton-Est qui m'ont invité à me joindre à leurs festivités. Navratri est une période qui met de l'avant la danse, la prière, la réflexion et les célébrations, et j'ai eu le plaisir de participer à toutes ces activités.
    Essentiellement, la fête de Navratri célèbre le triomphe du bien sur le mal, un principe auquel tous les Canadiens tiennent de diverses façons. Lorsque nous faisons un effort délibéré et utilisons le savoir pour faire reculer l'ignorance, nous rapprochons les communautés et les gens.
    J'espère que tout le monde aura l'occasion d'en apprendre davantage sur la dynamique communauté hindoue du Canada et ses contributions considérables à la prospérité économique et sociale de notre pays. J'ai hâte de participer à d'autres activités dans Brampton-Est pendant le festival. Je veux également souhaiter à tout le monde une très joyeuse fête de Navratri.

Le coût de la vie

    Monsieur le Président, le nouveau chef conservateur accordera la priorité aux gens: leur chèque de paie, leurs économies, leur foyer et leur pays.
    Les Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts. Les habitants de Barrie—Springwater—Oro-Medonte ne sont pas immunisés contre cette crise. Dans un récent article publié dans le Barrie Today, Sharon Palmer, directrice exécutive de la banque alimentaire de Barrie, affirmait que la hausse du prix de l’essence, du loyer et de la nourriture entraîne une augmentation du nombre de personnes qui ont recours aux services de son organisation.
    Mme Palmer a déclaré que tous les articles que les gens doivent acheter coûtent maintenant plus cher. Elle a raconté que d’anciens clients qui n’avaient pas été vus à la banque alimentaire depuis plusieurs années se résignent à y revenir. Par ailleurs, elle constate que des personnes qui faisaient auparavant des dons de denrées à son organisme deviennent maintenant des clients.
    J’aimerais remercier toutes les personnes qui contribuent au bon fonctionnement des banques alimentaires d’un bout à l’autre du Canada, car elles offrent un soutien inestimable à leurs concitoyens en cette période de crise de l’abordabilité. Je tiens aussi à rassurer la population canadienne: l’aide s’en vient. Le nouveau chef du Parti conservateur est déterminé à aider les Canadiens. Notre chef donne de l’espoir. Il annulera toutes les hausses de taxes prévues par les libéraux, ce qui permettra aux Canadiens de conserver leur argent durement gagné. Il combattra la hausse de l’inflation afin de la maintenir à de faibles taux pour que la vie redevienne abordable au Canada.

  (1410)  

L'ouragan Fiona

    Monsieur le Président, à cause de l'ouragan Fiona, les habitants des collectivités de la côte Ouest de Terre‑Neuve‑et‑Labrador souffrent, à l'instar d'autres Canadiens de l'Atlantique, mais, ensemble, ils réparent les dommages considérables provoqués par l'ouragan.
    Fiona a arraché des maisons à leurs fondations, détruit des propriétés publiques et privées, fait s'effondrer des bâtiments, emporté des routes et endommagé des lignes électriques. Conséquemment, les rivages ont été couverts de débris. Le plus triste, c'est que des familles aimantes ont perdu des proches. Nous offrons nos plus sincères condoléances aux familles qui ont perdu des êtres chers à cause de cet ouragan.
    Dans la foulée de Fiona, nous sommes aussi témoins de la véritable gentillesse des Terre‑Neuviens, des Labradoriens et des Canadiens: des voisins s'entraident, plus de 800 membres des Forces armées canadiennes travaillent d'arrache-pied sur le terrain et des équipes de sociétés hydroélectriques d'autres régions contribuent au rétablissement du courant. Les Canadiens se mobilisent pour aider leur prochain en donnant de la nourriture et des vêtements, et la Croix-Rouge a reçu plus 10 millions de dollars en dons destinés aux secours en cas de catastrophe, que le gouvernement égalera.
    Comme le premier ministre et le gouvernement l'ont souligné, le chemin vers le rétablissement sera long, et il y a beaucoup de travail à faire, alors j'invite les députés à se joindre à moi pour offrir notre soutien à tous ceux qui en ont besoin aujourd'hui. Faisons-leur savoir que nous serons là pour soutenir leur collectivité et leur famille alors qu'ils reconstruisent.

La tarification du carbone

    Monsieur le Président, le nouveau chef conservateur accordera la priorité aux gens, à leur chèque de paie, à leurs économies, à leur maison et à leur pays.
    La taxe sur le carbone est un échec total. Nous le savons, et il y a deux façons de l'évaluer. La première consiste à déterminer si elle a permis de réduire les émissions. Ce n'est certainement pas le cas. La deuxième consiste à déterminer si elle a permis aux Canadiens d'avoir plus d'argent dans leurs poches. Le directeur parlementaire du budget a été très clair à ce sujet. La plupart des Canadiens perdent de l'argent à cause de la taxe sur le carbone. Pourtant, le gouvernement libéral persiste en prévoyant de tripler la taxe sur le carbone d'ici avril 2023. J'imagine que l'expérience du ministre de l’Environnement et du premier ministre à l'égard de la taxe sur le carbone est bien différente de celle du Canadien moyen.
    De l'aide est en route. Un gouvernement conservateur, dirigé par notre nouveau chef, supprimera la taxe sur le carbone.

Le coût de la vie

    Monsieur le Président, le nouveau chef conservateur fera passer les gens en premier: leurs chèques de paie, leurs économies, leurs maisons et leur pays.
    À l'heure actuelle, les gens ont l'impression d'avoir perdu le contrôle de leur portefeuille et de leur vie. Le coût du gouvernement fait grimper le coût de la vie. Le gouvernement libéral a doublé la dette nationale, ajoutant plus de dettes que tous les gouvernements précédents réunis.
    C'est simple. L'actuel gouvernement est coûteux; il coûte plus cher aux Canadiens. Plus les libéraux dépensent, plus le prix des produits de première nécessité augmente. Quel est le résultat? Les familles mangent moins bien pour couvrir la hausse du prix des aliments, lequel augmente de 10 % d'une année à l'autre. Les aînés retardent leur retraite et voient leurs économies fondre sous leurs yeux. Les trentenaires se retrouvent coincés dans des appartements de 400 pieds carrés ou, pire, dans le sous-sol de leurs parents. Pourquoi? C'est parce que le prix des maisons a doublé à cause de l'incompétence du gouvernement libéral.
    Beaucoup se trouvent à la traîne. Il y a des gens dans ce pays qui sont au bord du gouffre. Il s'agit des citoyens de notre pays. Nous sommes leurs serviteurs. Les Canadiens méritent que nous leur donnions espoir.

[Français]

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

    Monsieur le Président, je me lève aujourd'hui sur les terres traditionnelles du peuple algonquin anishinabe pour exprimer mon respect et commémorer les personnes disparues en raison du passé colonial de notre nation.
     Demain sera la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, une occasion de réfléchir à l'histoire tragique du colonialisme et aux impacts intergénérationnels des pensionnats.
    Lors d'une journée comme celle-ci, je parle souvent à mes enfants de la responsabilité et de l'importance de travailler à la réconciliation.
    Demain, prenons tout le temps de réfléchir à la manière dont nous pouvons emprunter le chemin de la réconciliation au quotidien.
    Que l'on soit d'une famille arrivée dans ce pays il y a plusieurs générations ou que l'on soit un immigrant récent, il appartient à tous d'écouter, d'apprendre et de travailler à réparer les torts du passé.

  (1415)  

[Traduction]

La réconciliation

    [La députée s'exprime en inuktitut, et l'interprétation en anglais de ses propos est traduite ainsi:]
    Monsieur le Président, j'aimerais tout d'abord saluer Raymond Ningeocheak et les membres de sa famille qui habitent au Nunavut.
    Les gouvernements perpétuent les crimes, l'ignorance et la négligence encore aujourd'hui. Nous sommes les parlementaires qui peuvent mettre un terme aux lois coloniales. Nous devons être ces parlementaires qui franchiront le pas de la compassion à l'action. La réconciliation doit répondre aux besoins des peuples autochtones.

[Français]

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

    Monsieur le Président, c'est important pour moi de prendre la parole aujourd'hui afin de souligner la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Cette journée doit être faite à la fois de mémoire et de réflexion, d'être et de devenir.
    Il est donc nécessaire de nous le rappeler aujourd'hui: toute réconciliation ne pourra être achevée qu'à partir du moment où l'on aura accédé à la vérité. C'est aussi dire que la réconciliation passe d'abord par la connaissance objective du passé des nations autochtones, un passé à la fois si près et si loin, mais qui fait toujours mal. Elle passe ensuite par la compréhension de ce passé, parce qu'il faut que nous nous ralliions afin d'œuvrer côte à côte dans le respect et la confiance pour poser tous les gestes de guérison qu'il nous faudra poser.
    À toutes les nations autochtones, le Bloc québécois et moi-même réitérons notre engagement plein et entier. Nous les entendons, nous les comprenons et nous les accompagnerons indéfectiblement.
    [La députée s'exprime en innu.]

[Traduction]

Les droits de la personne en Iran

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour joindre ma voix à celles des personnes qui condamnent la répression exercée par le gouvernement iranien contre son peuple innocent.
    Nous sommes solidaires du peuple iranien. Les manifestations se sont multipliées au cours des dernières semaines après qu'une jeune femme, Mahsa Amini, a été assassinée par la police des mœurs parce qu'elle a osé s'opposer au régime iranien et se battre pour sa liberté. Les manifestations contre ce geste sont tout à fait inspirantes.
    Les conservateurs, y compris mon chef adjoint, sont fiers de joindre leurs voix à celles des manifestants. Les conservateurs demandent depuis des années au gouvernement de tenir le régime iranien responsable de ses actes. Malheureusement, l'un des premiers gestes du gouvernement a consisté à lever les sanctions contre l'Iran. Le gouvernement refuse encore aujourd'hui d'inscrire le Corps des Gardiens de la révolution islamique sur la liste des organisations terroristes, ce qui permet à celui-ci de mener des activités en toute légalité ici, au Canada. Les libéraux prétendent ne pas pouvoir le faire, même si le SCRS a déclaré que le Corps des Gardiens de la révolution islamique est responsable de l'écrasement du vol PS752 dans lequel 50 Canadiens ont perdu la vie.
    L'heure est à la reddition de comptes. Les conservateurs se battront pour la rétablir.

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

    Monsieur le Président, je prends la parole pour souligner la deuxième Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Cette journée commémore le sort de plus de 150 000 enfants inuits, métis et des Premières Nations qui ont été arrachés à leur famille et à leur communauté, ainsi que la perte incommensurable de leur langue, de leur culture et de leur identité. En cette journée, nous rendons hommage aux survivants et à leur résilience, et nous pleurons les nombreux enfants qui ne sont jamais rentrés à la maison.
    Cette journée coïncide aussi avec la Journée du chandail orange, qui a été inspirée par le témoignage de Phyllis Webstad, une survivante des pensionnats autochtones originaire de la bande de Canoe Creek, en Colombie‑Britannique. La grand-mère de Phyllis lui avait offert un chandail orange qu’elle devait porter lors de son premier jour d’école, au pensionnat indien de la Mission St‑Joseph. À son arrivée, son nouveau chandail lui avait été confisqué.
     Je demande à tous les Canadiens de réfléchir au douloureux héritage du colonialisme et à notre responsabilité historique de rechercher la vérité, de rendre des comptes et d’emprunter la voie de la réconciliation. J’invite tout le monde à porter un chandail orange et à être solidaire des Premières Nations, des Inuits et des Métis du Canada, aujourd’hui et tous les jours.

Questions orales

[Questions orales]

  (1420)  

[Français]

La fiscalité

    Monsieur le Président, les libéraux et les bloquistes veulent punir les Québécois pour le crime de conduire une voiture traditionnelle en triplant la taxe sur le carbone.
    Maintenant, le fédéral empêche la production d'électricité verte au Québec pour des voitures électriques. Le gouvernement du Québec veut bâtir des barrages pour fournir cette énergie verte pour les voitures électriques, mais la paperasse fédérale va empêcher ces projets.
    Pourquoi le gouvernement n'élimine-t-il pas la paperasse pour permettre au Québec de bâtir des barrages écologiques et pourquoi n'élimine-t-il pas la taxe du carbone en même temps?
    Monsieur le Président, les Canadiens, y compris les Québécois, comprennent très bien une chose très importante: les conservateurs n'ont pas de plan pour le climat. C'est un très grand échec conservateur.
    Nous comprenons l'importance de l'action climatique, les Québécois et les Québécoises comprennent l'importance de l'action climatique, et c'est ce que nous allons continuer de faire.

[Traduction]

    Monsieur le Président, après sept ans au pouvoir, les libéraux n'ont pas de plan de lutte contre les changements climatiques. Ce qu'ils ont, c'est un plan fiscal qui n'a pas permis d'atteindre un seul objectif environnemental qu'ils ont fixé. Entretemps, le prix de l'essence a atteint 2,40 $ le litre à Vancouver. Il s'agit de la même ville qui occupe le troisième rang au monde pour ce qui est de la surévaluation du marché immobilier. Autrement dit, les gens ne peuvent pas se permettre de circuler en voiture ni d'acheter une maison et, avec les aliments qui affichent la hausse de prix la plus rapide des 40 dernières années, ils ne peuvent pas non plus se permettre de manger.
    Le gouvernement fera-t-il preuve d'un peu de compassion pour les Britanno-Colombiens et les Canadiens et annulera-t-il son projet de triplement de la taxe?
    Monsieur le Président, les conservateurs n'ont pas de plan de lutte contre les changements climatiques. Tout ce qu'ils ont, c'est un plan pour retirer des chèques de 1 000 $ aux familles de l'Alberta et de la Saskatchewan. Ils n'ont pas non plus de plan pour rendre la vie plus abordable pour les Canadiens. Tout ce qu'ils ont, c'est un plan pour vider notre régime de pensions et notre caisse d'assurance-emploi.
    Le gouvernement a un plan fiscalement responsable pour soutenir les Canadiens en matière d'abordabilité ainsi qu'un plan pour agir sur le climat. Les Canadiens le savent.
    Monsieur le Président, c'est seulement le gouvernement qui vide la caisse d'assurance-emploi. En effet, le gouvernement veut s'emparer de 10 milliards de dollars dans la caisse d'assurance-emploi et dépenser cet argent que les Canadiens y ont versé pour tout sauf l'assurance-emploi. La ministre admet qu'elle va augmenter les cotisations d'assurance-emploi de 2,5 milliards de dollars à compter du 1er janvier, alors que les Canadiens subissent la plus forte inflation des 40 dernières années, c'est-à-dire la « justinflation ».
    Alors que les Canadiens ont du mal à se nourrir, à quoi le gouvernement pense-t-il lorsqu'il augmente les taxes perçues sur les chèques de paie?
    Monsieur le Président, si l'on fait abstraction de toutes les fanfaronnades et de tous les faux-fuyants, voici ce qui s'est passé cette semaine: les conservateurs ont fait volte-face et accepté notre plan ciblé et financièrement responsable visant à aider 11 millions de familles canadiennes vulnérables en leur versant une remise de TPS de près de 500 $.
    Le temps est venu pour les conservateurs de laisser tomber leur projet totalement irresponsable consistant à vider notre régime de pensions et notre caisse d'assurance-emploi. Il est temps qu'ils appuient notre plan pour aider les Canadiens à payer leur loyer et les visites chez le dentiste de leurs enfants.
    Monsieur le Président, le gouvernement ponctionne les chèques de paie et les portefeuilles des Canadiens. Pas plus tard que cette semaine, l'Institut Angus Reid a publié les résultats d'un sondage indiquant que 51 % des Canadiens ont de la difficulté à se nourrir. Au Canada, un pays du G7, la majorité des gens n'ont pas les moyens de faire leur épicerie. Voilà le résultat de sept ans de gouvernement libéral.
    Les Canadiens n'ont plus d'argent, et le gouvernement est déconnecté de la réalité. Pourquoi n'annule-t-il pas ses hausses de taxes afin que les Canadiens aient les moyens de se nourrir?

  (1425)  

    Monsieur le Président, les députés savent-ils qui est vraiment déconnecté de la réalité? Ceux qui sont déconnectés de la réalité sont membres d'un parti qui considère que sabrer dans nos pensions et miner le régime d'assurance-emploi est une bonne idée. Qu'est-ce qui est aussi déconnecté de la réalité? Le fait de ne pas avoir de plan pour lutter contre les changements climatiques est également déconnecté de la réalité. Pourquoi est-ce déconnecté de la réalité? Parce que nos clients, les États‑Unis et l'Union européenne, luttent contre les changements climatiques et qu'ils refuseront d'acheter des produits canadiens si nous ne luttons pas nous aussi contre les changements climatiques.
    Monsieur le Président, la ministre a complètement ignoré la question. Cinquante-et-un pour cent des Canadiens n'ont pas les moyens de se nourrir. Selon la Daily Bread Food Bank, le recours aux banques alimentaires a triplé et il franchit des records chaque mois. Des étudiants vivent dans des refuges pour sans-abri pendant leurs études. Voilà à quoi ressemble le Canada après sept ans sous le gouvernement libéral actuel, et la situation empire maintenant sous la coûteuse coalition.
    Les libéraux prendront-ils conscience de ce qui se passe au pays et annuleront-ils leur hausse de taxes cruelle?
    Monsieur le Président, lorsqu'il est question de protéger les Canadiens vulnérables, le gouvernement n'a aucune leçon à recevoir des conservateurs. Le gouvernement a sorti des centaines de milliers d'enfants canadiens de la pauvreté grâce à l'Allocation canadienne pour enfants. Nous avons sorti des aînés de la pauvreté en augmentant les prestations de la Sécurité de la vieillesse et en annulant les cruelles et impitoyables réductions des pensions qu'avaient imposées les conservateurs.
     Les conservateurs savent-ils qui doit des excuses aux Canadiens? C'est le nouveau chef conservateur, qui a conseillé avec insouciance aux Canadiens de dilapider toutes leurs économies en investissant dans les bitcoins.

[Français]

Les services publics et l'approvisionnement

    Monsieur le Président, l'hydre du chemin Roxham pose de nombreux défis: le simple nombre, l'échec humanitaire des libéraux, l'intégration en emploi, l'intégration culturelle, la santé, l'éducation, mais on a vu des dizaines de millions de dollars de contrats donnés sans appel d'offres, de gré à gré, notamment à de généreux donateurs libéraux. Je demande donc, comme le comité traitant des enjeux éthiques, le dépôt de tous les contrats de gré à gré accordés par le gouvernement dans le cadre de la gestion du chemin Roxham.
    Je veux savoir si la vice-première ministre est d'accord.
    Monsieur le Président, j'espère et je crois qu'il y a une chose très importante sur laquelle tous les députés de la Chambre sont d'accord: l'importance de l'immigration pour le Canada et pour le Québec, l'importance de l'immigration pour notre économie.
    C'est pour cette raison que, dans notre gouvernement, nous croyons en la force de notre système d'immigration, de notre système d'asile. Nous continuerons de travailler avec tous nos partenaires internationaux et du Québec.
    Monsieur le Président, j'ai la certitude que tous les députés de la Chambre sont d'accord pour dire que Roxham n'est pas un enjeu de main‑d'œuvre, mais un enjeu humanitaire. Donc, on recommence: est-ce que la vice-première ministre, comme le demande le comité traitant des enjeux éthiques, va faire en sorte que tous les contrats non caviardés, accordés de gré à gré notamment aux généreux donateurs libéraux qui rappellent des souvenirs, soient déposés, analysés et au besoin dénoncés?
    Monsieur le Président, nous comprenons que la question de Roxham est une question de notre frontière commune avec les États‑Unis. C'est pourquoi nous prenons cette question très au sérieux. Nous travaillons avec nos homologues américains sur les questions liées à notre frontière commune, y compris l'Entente sur les tiers pays sûrs. Nous travaillons en étroite collaboration avec les intervenants concernés sur la situation à notre frontière et nous continuerons de faire cela.

  (1430)  

[Traduction]

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, plus tard aujourd'hui, je rencontrerai Autumn Peltier, militante du droit à l'eau des Autochtones du monde entier et ardente défenseuse de l'eau et de son peuple. Elle a lancé une pétition qui a recueilli plus de 100 000 signatures et qui demande au gouvernement de régler la crise de l'eau dans les communautés autochtones.
    Demain, c'est la journée de la vérité et de la réconciliation. Comment le gouvernement peut-il défendre son bilan alors que tant de communautés autochtones n'ont toujours pas accès à de l'eau potable, un droit fondamental?
    Monsieur le Président, j'aimerais d'abord remercier le député d'en face d'avoir posé cette question très importante et d'avoir souligné que demain est la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Nous reconnaissons tous que le Canada est un endroit incroyable, mais il est aussi un pays entaché d'un péché originel. Ce péché originel, c'est le traitement des peuples autochtones au Canada. Le gouvernement déploie des efforts considérables et très sincères pour favoriser la réconciliation, et je pense que c'est le cas pour tous les Canadiens. Nous reconnaissons qu'il reste du travail à faire et nous allons continuer à travailler fort.

[Français]

    Monsieur le Président, Autumn Peltier a lancé cette pétition pour forcer ce gouvernement à régler la crise de l'eau potable dans les communautés autochtones parce que ce gouvernement a brisé sa promesse.
    Demain, c'est la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Comment est-ce que ce gouvernement peut défendre son bilan quand tant de communautés autochtones n'ont toujours pas accès à l'eau potable?
    Monsieur le Président, je veux remercier mon collègue de sa question très importante.
    Je pense et je suis complètement convaincue que tous les députés de la Chambre partagent mon point de vue: la réconciliation est une question centrale pour le Canada. C'est une question politique, sociale, mais aussi morale.
    Notre gouvernement travaille sincèrement à investir beaucoup dans la réconciliation. Nous comprenons qu'il y a encore beaucoup à faire et nous allons le faire.

La fiscalité

    Monsieur le Président, s'il y a un sujet qui n'appelle aucune partisanerie, c'est bien le fait que nos concitoyens et nos Canadiens puissent manger à leur faim.
    Malheureusement, en raison de l'inflation, quatre familles sur cinq ont dû réduire leur budget de nourriture en raison de l'inflation. Le gouvernement a eu le choix d'aider les Canadiens directement. Il s'est engagé à tripler la taxe libérale sur le carbone le 1er avril prochain. Cela va avoir un impact direct sur la nourriture. Déjà, les Canadiens en arrachent assez comme cela.
    Est-ce que le gouvernement libéral pourrait prendre la bonne décision et annuler cette augmentation trois fois trop élevée de la taxe libérale sur le carbone?
    Monsieur le Président, nous comprenons que le coût de la vie et l'abordabilité sont de grands enjeux pour les familles canadiennes. C'est pourquoi nous allons aller de l'avant avec les paiements d'allégement de l'inflation.
    Je suis très heureuse que, en fin de compte, les conservateurs soient d'accord avec nous et annoncent appuyer notre plan. Maintenant, c'est le moment pour les conservateurs de faire encore une pirouette politique et d'appuyer les autres éléments de notre plan.
    Monsieur le Président, en matière de pirouettes politiques, nous avons devant nous les champions dans ce domaine. Cela fait sept ans qu'ils sévissent au gouvernement du Canada; ils en ont brisé des promesses électorales.
    Ils avaient dit qu'on allait faire trois petits déficits, ils ont brisé cela. Ils avaient dit qu'ils allaient faire zéro déficit en 2019, ils ont brisé cela. Là, ils annoncent qu'ils vont tripler la taxe libérale sur le carbone.
    Aujourd'hui, je suis bon joueur. Est-ce que les libéraux pourraient briser leur promesse de tripler la taxe sur le carbone?
    Monsieur le Président, c'est le moment de prendre au sérieux les grands enjeux de notre pays.
    Je pense et j'espère que tous les députés de la Chambre seront d'accord que nous avons besoin d'actions climatiques. En tant que ministre des Finances, je comprends très bien l'importance d'actions climatiques pour notre économie. Sans la création d'une économie verte, ce sera impossible pour le Canada de gagner dans un monde vert.

  (1435)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, sous le gouvernement libéral, les Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts. En Colombie-Britannique, l'essence coûte maintenant plus de 2,25 $ le litre. Le coût de l'épicerie atteint des sommets jamais vus en 40 ans.
     Les libéraux s'apprêtent à aggraver encore la situation. Le 1er janvier, le gouvernement prévoit augmenter les taxes sur les chèques de paie, donc arracher de l'argent aux Canadiens pour garnir les coffres du gouvernement. Pourquoi les libéraux ne choisissent-ils pas, plutôt, de donner aux Canadiens juste un congé d'inflation en n'augmentant pas les taxes tel qu'ils l'ont prévu?
    Monsieur le Président, le coût de la vie crée d'énormes défis pour les Canadiens. C'est pourquoi le gouvernement agit et a, notamment, doublé le remboursement de la TPS dans le but de donner un peu de répit aux Canadiens qui ont du mal à composer avec l'inflation, laquelle est une préoccupation à l'échelle mondiale.
    Pour ce qui est de la tarification de la pollution, le député sait très bien que la grande majorité des familles du pays reçoivent des remises supérieures à la somme qu'elles ont réellement payée. Je signale à mon collègue, qui vient comme moi de la Colombie-Britannique, que la tarification de la pollution en place en Colombie-Britannique a été créée par la Colombie-Britannique elle-même. La Colombie-Britannique l'a instaurée longtemps avant l'arrivée du régime fédéral parce qu'elle était une cheffe de file en matière de la lutte contre les changements climatiques.
    Monsieur le Président, la tarification de la pollution en Colombie-Britannique, pour reprendre les mots du ministre, n'a pas réduit les émissions, et les remises ne se retrouvent pas dans les poches des Britanno-Colombiens. Elles se retrouvent dans les coffres du gouvernement néo-démocrate, à Victoria. Ce que le député constatera, c'est que la taxe sur le carbone triplera, faisant passer le prix à la pompe de 2,25 $ à 3 $ le litre. Nous n'accepterons jamais cela.
    Pourquoi ne renonce-t-il pas à tripler la taxe sur le carbone et à saigner les familles de la Colombie-Britannique à blanc?
    Monsieur le Président, si le député a un problème avec le fait que la Colombie-Britannique ne verse pas de remises aux habitants, je lui suggère d'en parler avec le premier ministre Horgan. Au bout du compte, le système de remises instauré dans les provinces où le filet de sécurité fédéral est en place fait en sorte que les gens reçoivent en retour plus d'argent qu'ils n'en ont payé. La grande majorité des ménages canadiens touchent une remise supérieure.
    Au sujet de l'absence de réduction des émissions, je lui suggère de jeter un coup d'œil aux études universitaires, dont une réalisée par l'Université Duke, qui révèlent que cela réduit bel et bien les émissions de carbone.
    Monsieur le Président, nous savons que, selon le raisonnement des libéraux, la taxe sur le carbone fait baisser les émissions, mais le fait est que la taxe sur le carbone des libéraux n'a pas eu d'effet notable sur l'environnement. La taxe sur le carbone n'a réussi qu'à faire grimper le coût de la nourriture, de l'essence et du chauffage domestique. Si les Canadiens ont de plus en plus de difficulté à joindre les deux bouts, ce n'est donc pas juste à cause de l'inflation, mais aussi parce que les hausses de taxes des libéraux leur vident davantage les poches.
    Le premier ministre renoncera-t-il à augmenter la taxe sur le carbone, ou son objectif est-il vraiment de rendre les produits de première nécessité inabordable?
    Monsieur le Président, il ne fait aucun doute que tous les députés et tous les Canadiens accordent une grande importance aux questions d’abordabilité. C’est pourquoi le gouvernement a pris des mesures pour résoudre les problèmes d’abordabilité.
    Après avoir entendu certaines des déclarations concernant la tarification de la pollution, je suggérerais à la députée de faire ses recherches un peu plus soigneusement. Plus de 45 pays dans le monde ont mis en place une tarification de la pollution. Pratiquement toutes les études universitaires démontrent qu’il s’agit du moyen le plus efficace et le plus efficient de réduire les émissions. Au Canada, la dernière étude publiée fait état d’une baisse de 9 % des émissions. Bref, ce que la députée dit à la Chambre n'est tout simplement pas vrai.
    Monsieur le Président, quand je pose une question dans cette enceinte, il arrive couramment qu'un député libéral « mecsplique » les choses et me dise quoi faire.
    Malgré la taxe coûteuse sur le carbone qu’ils ont imposée aux Canadiens, les libéraux ont raté chaque cible qu’ils s’étaient fixée en matière de climat. La taxe sur le carbone des libéraux n’a rien accompli et n’accomplira rien pour l’environnement. La taxe sur le carbone n’a eu pour seul effet que de faire augmenter le coût de la vie et de rendre les produits de première nécessité inabordables. Je ne parle pas juste de la montée en flèche de l’inflation. Les Canadiens n’ont tout simplement pas les moyens de se permettre le gouvernement libéral.
     Si le premier ministre se soucie de l’abordabilité, renoncera-t-il à tripler la taxe sur le carbone?
    Monsieur le Président, si les conservateurs se souciaient de l’abordabilité, alors ils auraient appuyé la motion de consentement unanime d’hier pour établir la prestation canadienne pour les personnes handicapées, ce qui aurait permis à des centaines de milliers de Canadiens vivant avec un handicap de sortir de la pauvreté. S’ils avaient à cœur de sortir les gens de la pauvreté et de rendre la vie plus abordable, ils aideraient les enfants handicapés à avoir accès à des soins dentaires. S’ils voulaient rendre la vie plus abordable pour les Canadiens handicapés à faible revenu, ils voteraient en faveur de l’aide au loyer.

  (1440)  

[Français]

L'immigration, les réfugiés et la citoyenneté

    Monsieur le Président, toute la traite de personnes au chemin Roxham disparaîtrait d'un coup si le fédéral suspendait l'Entente sur les tiers pays sûrs. Or, le ministre fait exactement le contraire. Il est en mode expansion. Il est en train de bâtir une ville.
    Radio‑Canada vient tout juste de révéler que, devant le nombre record de demandeurs d'asile qu'on a atteint cette année, le fédéral ne suspend pas l'Entente, mais agrandit ses installations. Le gouvernement va ouvrir un nouveau complexe le 1er novembre, jusqu'en 2026.
    Combien de temps encore planifie‑t‑il de cautionner l'expansion de la business des passeurs au chemin Roxham?
    Monsieur le Président, comme je l'ai mentionné il y a longtemps maintenant, nous avions une très forte entente avec les États‑Unis pour collaborer. Il s'agit d'un enjeu très complexe.
    Il y a des pressions au chemin Roxham. C'est la raison pour laquelle nous continuons de collaborer avec le gouvernement du Québec. Nous faisons des investissements pour ajouter des ressources à l'Agence des services frontaliers du Canada et à la GRC.
    Il faut reconnaître qu'il n'y a pas qu'une solution. Il faut continuer à travailler ensemble.
    Monsieur le Président, hier, le ministre de la Sécurité publique a dit qu'il était très fier du travail du gouvernement pour ce qui est de protéger les droits des réfugiés au chemin Roxham.
    De quoi est‑il fier? Est‑il fier que des familles se fassent exploiter par des passeurs criminels et que cela leur coûte 10 000 piastres par personne? Est‑ce un bon prix? Est‑il fier que ces familles soient accueillies au Canada par la police? Est‑il fier que leur demande prenne des années avant d'être traitée?
    Parmi tout ce que je viens de nommer, quelle est la partie dont le ministre est le plus fier?
     Monsieur le Président, je suis très fier des réfugiés qui continuent de fournir leur part d'efforts aux premières lignes. Je suis fier de la contribution des réfugiés qui remédient à la pénurie de main-d'œuvre, pas seulement au Québec, mais partout au Canada. Il y a plein d'exemples de la contribution positive des réfugiés.
    Nous allons continuer d'investir dans les ressources nécessaires pour résoudre la situation au chemin Roxham. Il faut que le Bloc québécois arrête de seulement se plaindre à la Chambre. Il faut apporter des solutions concrètes. C'est ainsi que nous allons collaborer avec les autres.

La sécurité frontalière

    Monsieur le Président, cela fait juste trois ans que nous leur disons de suspendre l'Entente sur les tiers pays sûrs. Si ce n'est pas une solution, je ne sais pas ce que c'est.
    Parlons des négociations avec les Américains. Cela fait longtemps que cela dure. C'était dans leur plateforme électorale de 2019. Les libéraux parlaient de continuer de travailler avec les États‑Unis pour moderniser l'Entente sur les tiers pays sûrs. Rendu là, on est en droit de se demander si cela se discute vraiment.
    Pendant ce temps-là, le fédéral ouvre de nouvelles installations au chemin Roxham.
    Quand est-ce qu'il va suspendre l'Entente sur les tiers pays sûrs au lieu de couper des rubans d'inauguration au chemin Roxham?
    Monsieur le Président, nous nous faisons un devoir de protéger les Canadiens et d'assurer la sécurité de nos frontières. Parallèlement, les demandeurs d'asile doivent être traités avec compassion et bénéficier d'une application régulière de la loi.
    L'Entente sur les tiers pays sûrs est un outil bilatéral important pour la gestion des demandes d'asile à la frontière terrestre canadienne. Nous sommes en communication constante avec le gouvernement américain au sujet des enjeux liés à la frontière commune, dont l'Entente sur les tiers pays sûrs.

[Traduction]

La fiscalité

    Monsieur le Président, la ministre des Finances devrait peut-être consulter le site Web du gouvernement sur la littératie financière. La section intitulée « Notions de base sur l'impôt » énumère les types de taxes que paient les Canadiens: l'impôt sur le revenu, la TPS et, eh oui, les taxes que le gouvernement fédéral déduit de la paie, c'est-à-dire les cotisations à l'assurance-emploi et au Régime de pensions du Canada. La ministre des Finances a beau le nier, son propre site Web dit clairement que ces charges sociales sont des taxes.
    Toute hausse de taxe, y compris des taxes sur le chèque de paie, n'a qu'un seul but: prendre de l'argent dans les poches des Canadiens.
    Le premier ministre annulera-t-il les hausses de taxes qu'il a prévues sur les chèques de paie des Canadiens?
    Monsieur le Président, le député d'en face dit que les cotisations au Régime de pensions du Canada et à l'assurance-emploi ne servent qu'à prendre de l'argent dans les poches des Canadiens. Pensons-y un instant. C'est absolument insensé. Nous cotisons au Régime de pensions du Canada pour que les aînés puissent jouir d'une pension une fois qu'ils prennent leur retraite. Ce n'est pas tout le monde qui est député. Ce n'est pas tout le monde qui jouit de la pension dont jouissent les députés de l'opposition et les ministériels. Nous devons agir de façon responsable. Les Canadiens dépendent de leur pension.

  (1445)  

    Monsieur le Président, en raison de la « Justinflation », les chèques de paie des Canadiens du Nord s'épuisent avant la fin du mois.
    Des voix: Oh, oh!
    Je suis désolé, mais je dois interrompre le député. Ce terme revient un peu trop souvent. On ne peut pas dire indirectement ce qu'on n'a pas le droit de dire directement. Je rappelle donc aux députés de respecter le décorum à la Chambre et de ne pas se moquer les uns des autres. Une telle façon de faire est carrément non parlementaire.
    J'invite le député à poursuivre son intervention.
    Monsieur le Président, en raison de l'inflation, les chèques de paie des Canadiens du Nord s'épuisent avant la fin du mois. Le prix de la nourriture a augmenté et le prix de l'essence a atteint des sommets à l'instar du coût du chauffage. Des projets domiciliaires ont été annulés à cause de la hausse vertigineuse des coûts de construction. Or, à l'heure actuelle, plutôt que d'alléger le fardeau des gens du Nord, l'actuel premier ministre envisage d'augmenter les taxes sur les chèques de paie.
    Le premier ministre répondra-t-il à ma question? Annulera-t-il son augmentation prévue des taxes sur les chèques de paie, oui ou non?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de la question, parce qu'il est indéniable que nous avons soutenu les résidants du Nord du Canada. Durant la pandémie, alors que nous savions qu'il y avait de l'insécurité en ce qui concerne la nourriture et le chauffage, une des premières mesures que nous avons prises a été de fournir aux collectivités les ressources additionnelles nécessaires pour traverser la crise. Nous avons soutenu les gens du Nord pendant la pandémie. Nous les avons également aidés avant et nous continuerons de le faire aujourd'hui et demain.

L'économie

    Monsieur le Président, la vice-première ministre répond à chaque question l'air faussement étonné que nous osions remettre en question ses dépenses record et les hausses de taxes destinées à les rembourser. Elle semble obsédée par Stephen Harper, dont le bilan est clair: en 2015, tout juste sept ans après une récession mondiale, les libéraux ont hérité d'un budget équilibré.
    Notre gouvernement conservateur avait réduit presque toutes les taxes que les Canadiens pouvaient avoir à payer et la classe moyenne du Canada était devenue la plus riche au monde. Comme les choses ont changé.
    La ministre pourrait-elle nous dire si la crise de l'abordabilité croissante du Canada est uniquement due à l'inflation, ou s'agit-il simplement d'incompétence?
    Monsieur le Président, les Canadiens savent que le Canada applique une politique responsable sur le plan financier. Notre déficit est le plus bas des pays membres du G7. Notre ratio dette-PIB est le plus bas et notre cote de crédit AAA a été confirmée plus tôt cette année. Les Canadiens savent aussi que nous devons faire preuve de compassion et aider nos voisins sur le plan de l'abordabilité. Enfin, ils savent que le moment est mal choisi pour éviscérer nos régimes de pensions et d'assurance-emploi.

Les affaires autochtones

    Uqaqtittiji, les communautés autochtones ont le droit à la justice et à la guérison en ce qui a trait aux les séquelles des pensionnats autochtones. Le gouvernement a promis 200 millions de dollars pour les fouilles dans les lieux de sépulture, mais ils n'a même pas investi la moitié de cette somme. Il est honteux que le gouvernement refuse aux communautés autochtones le financement dont elles ont besoin pour mener les fouilles visant à retrouver les dépouilles des enfants perdus et pour offrir le soutien en santé mentale essentiel à leurs membres.
    Quand le gouvernement versera-t-il le financement promis aux communautés autochtones pour qu'elles retrouvent leurs enfants?
    Monsieur le Président, comme je l'ai mentionné il y a 2 jours, 91 projets sont en cours dans les communautés et totalisent environ 100 millions de dollars. La majorité de ceux qui ont fait une demande au ministère ont reçu du financement pour les deux premières années de leur projet. Nous les accompagnerons pendant tout le processus de fouille, qui pourrait prendre plus de 5 ou 10 ans. Nous allons continuer de le faire et nous allons continuer d'accorder du financement aux communautés qui en font la demande.
    Il reste beaucoup de travail à faire, c'est vrai, mais le financement se poursuit et ne fait que commencer à arriver dans les communautés, en particulier en ce qui concerne la santé mentale. Seulement une partie de mon ministère...

  (1450)  

    Le député d'Edmonton Griesbach a la parole.
    Monsieur le Président, les Autochtones de ma circonscription, Edmonton Griesbach, et de tout le Canada sont surreprésentés dans la population des sans-abris. Ceux qui ont un logement vivent dans des maisons surpeuplées ou qui ont un besoin de réparations urgentes.
    Aujourd'hui, le directeur parlementaire du budget a signalé que les maisons sont maintenant 67 % plus chères que ce que le Canadien moyen peut se permettre de payer. Le gouvernement n'aide pas les Autochtones, qui ont été durement touchés par la crise du logement. Avant le prochain budget, les libéraux financeront-ils entièrement la stratégie de logement « pour les Autochtones, par les Autochtones » qu'ils ont promise?
    Monsieur le Président, je suis d'accord avec le député. Nous nous sommes engagés à mettre en place une stratégie de logement autochtone en milieu urbain, rural et nordique « pour les Autochtones, par les Autochtones ». C'est pourquoi, dans le budget de 2022, nous avons investi plus de 4 milliards de dollars pour combler l'écart qui existe dans les collectivités autochtones. Cela inclut un investissement initial de 300 millions de dollars dans une stratégie de logement autochtone en milieu urbain, rural et nordique.
    À cela, il faut ajouter certains programmes existants, par exemple l'Initiative pour la création rapide de logements, dans le cadre de laquelle 41 % des logements sont administrés par des Autochtones et livrés dans les collectivités autochtones. J'ai hâte de travailler avec nos partenaires pour bien faire les choses, en respectant le principe « pour les Autochtones, par les Autochtones ».
    Monsieur le Président, le 23 septembre, des centaines de personnes se sont réunies à l'occasion d'un événement sans précédent, le Sommet national sur le mieux-être mental des Autochtones, afin de mettre en commun des pratiques exemplaires en matière de santé mentale des Premières Nations, des Inuits et des Métis.
    La ministre des Services aux Autochtones pourrait-elle nous parler des résultats de cet important sommet?
    Pas plus tard que vendredi dernier, la ministre de la Santé mentale et des Dépendances et moi avons organisé un événement sans précédent, soit un sommet sur le mieux-être mental, auquel ont participé des leaders autochtones de l'ensemble du pays qui font un travail exceptionnel dans le domaine du mieux-être mental et de la réadaptation. Nous espérons que cette première aura une suite. C'était une bonne occasion pour des groupes autochtones de mettre en commun des pratiques exemplaires et des connaissances dans un environnement positif, et je suis ravie de pouvoir parler de ces programmes exceptionnels au reste du pays.

[Français]

La fiscalité

    Monsieur le Président, nous tous, les députés conservateurs, témoignons tous les jours à la Chambre de ce que nous entendons dans nos circonscriptions. On nous raconte des histoires horribles sur le coût de la vie. De plus en plus de citoyens fréquentent les banques alimentaires. Des mères doivent faire des choix douloureux. Des jeunes étudiants doivent aller dormir dans des refuges. L'hiver s'en vient, et des familles peineront à chauffer leur logis.
    Avoir de la compassion, avoir du cœur, c'est ce que nous demandons au premier ministre. Est-ce qu'il peut abandonner son projet d'augmenter les taxes?
    Monsieur le Président, nous comprenons que le coût de la vie est élevé pour les familles canadiennes et pour les Québécois. C'est pourquoi nous avons mis en place l'allocation canadienne pour les familles, grâce à laquelle 450 000 enfants de partout au pays ont cessé de vivre dans la pauvreté.
    C'est simple, si les conservateurs sont vraiment préoccupés par la pauvreté et par les gens qui souffrent en ce moment, ils vont appuyer nos efforts pour aider les plus vulnérables.

[Traduction]

    Monsieur le Président, Winston Churchill a dit un jour qu'un pays qui essaie d'atteindre la prospérité par les impôts, c'est comme un homme debout dans un seau qui essaie de se soulever en tirant sur la poignée.
    Si le premier ministre était honnête, il admettrait que la taxe sur le carbone n'est nulle autre qu'une taxe qui ne fait rien pour l'environnement et qui est conçue pour permettre au gouvernement de soutirer des tonnes d'argent aux Canadiens.
    Le premier ministre annulera-t-il son projet de tripler la taxe sur les produits de première nécessité comme l'essence, le chauffage et l'épicerie?
    Monsieur le Président, dans les moments difficiles, nous devrions tous évoquer la mémoire de Winston Churchill qui, dans les moments difficiles, nommait les difficultés, disait franchement aux gens ce qui était difficile et proposait de véritables solutions à ces problèmes. Nous vivons actuellement des moments difficiles, et notre pays mérite de véritables solutions.
    Ce que nous entendons pendant cette période des questions et depuis les deux dernières semaines, ce sont des jeux politiques et des procédés rhétoriques qui, franchement, n'offrent pas les solutions dont nous avons besoin. Le gouvernement est déterminé à aider les personnes dans le besoin, et nous poursuivrons assurément dans cette direction.
    Monsieur le Président, le gouvernement adore les taxes. Les taxes retenues sur les chèques de paie vont augmenter. La taxe sur le carbone va tripler et entraîner une hausse des prix de 8 %. Il n'y a pas que l'inflation. Tous les prix augmentent.
    Le gouvernement aura-t-il pitié des familles canadiennes et supprimera-t-il ces taxes?

  (1455)  

    Monsieur le Président, il ne fait aucun doute que la question de l’abordabilité de la vie pour les Canadiens préoccupe tous les députés. Le gouvernement a mis en place des mesures afin de remédier à la crise de l’abordabilité.
    En ce qui concerne la tarification de la pollution, si l’on posait la question à 100 économistes, 99 d’entre eux nous répondraient que c’est le moyen le plus efficace pour réduire les émissions et encourager l’innovation. C’est une approche axée sur le marché. Avant, le Parti conservateur croyait aussi aux mécanismes axés sur le marché. En effet, si l’on remonte seulement 10 mois en arrière, chaque député de l'autre côté de la Chambre a fait campagne pour la tarification de la pollution.
    Monsieur le Président, selon le directeur parlementaire du budget, le montant payé en taxe sur le carbone est supérieur aux remises de taxe que reçoivent la majorité des Canadiens. Cela signifie que la hausse du prix des aliments au supermarché, du chauffage de notre domicile et du plein d’essence pour notre voiture s’aggravera si le gouvernement va de l’avant avec son projet de tripler la taxe sur le carbone.
    Le gouvernement libéral renoncera-t-il à son plan néfaste de tripler la taxe sur le carbone?
    Monsieur le Président, je crois que les Canadiens s'attendent à ce que leurs dirigeants, toutes allégeances politiques confondues, soient capables de travailler sur deux dossiers en même temps. Nous devons certainement nous attaquer aux problèmes du coût de la vie, tout en continuant à lutter contre la menace existentielle que représente le changement climatique.
    Nous devons prendre en compte le coût de l'inaction. Selon un rapport publié hier, le coût de l'inaction représenterait jusqu'à 25 milliards de dollars par an d'ici 2025 et 100 milliards de dollars d'ici 2050, ainsi que 500 000 emplois perdus. Agir contre les changements climatiques, c'est s'attaquer à la question du coût de la vie pour les Canadiens, en particulier pour les jeunes.

[Français]

L'assurance-emploi

    Monsieur le Président, contrairement à ce que disent les conservateurs et à ce que disait le premier ministre quand il était dans l'opposition, ce n'est pas vrai que l'assurance-emploi est une taxe prélevée sur le chèque de paie.
    Toutefois, les oppositions de mauvaise foi ont beau jeu tant qu'il y a des gens qui cotisent à l'assurance-emploi sans y avoir droit. Les oppositions de mauvaise foi ont beau jeu aussi parce que cela fait 25 ans qu'aucun gouvernement, tant libéral que conservateur, n'a agi.
    Quand est-ce que la ministre va enfin réformer le programme pour qu'il cesse d'abandonner 60 % des gens qui perdent leur emploi? Nous voulons une date.
    Monsieur le Président, nous comprenons que les prestations d'assurance-emploi doivent être plus équitables, plus réactives et mieux adaptées aux besoins de la main‑d'œuvre canadienne qui est en constante évolution. C'est pourquoi nous nous sommes engagés à effectuer une modernisation complète du système de l'assurance-emploi au Canada. Nous avons hâte de lancer notre plan à long terme pour améliorer le système d'assurance-emploi.
    Monsieur le Président, c'est quand? C'est irresponsable de laisser traîner la réforme promise depuis trois élections, mais c'est encore plus irresponsable d'abandonner les mesures temporaires sachant qu'il n'y a pas de réforme.
    La ministre change les règles de qualifications à la fin de la saison des industries saisonnières. En attendant, qu'arrive-t-il des travailleurs qui se qualifiaient à 420 heures samedi dernier, avant que la ministre montre la barre à 700 heures?
    Leur industrie ferme pour l'hiver et devant eux, c'est pire qu'un trou noir, c'est le vide. Qu'est-ce que la ministre leur dit de faire?
    Monsieur le Président, bien que certains programmes temporaires de prestations offertes pendant la pandémie se terminent, les prestations normales continueront d'être offertes aux travailleurs comme avant la pandémie.
    Nous avons hâte de lancer notre plan à long terme. Comme j'ai dit à ma collègue, ce sera avant la fin de l'année. Ce sera un plan très précis pour améliorer l'assurance-emploi.

[Traduction]

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, demain sera la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, qui nous permettra de rendre hommage aux enfants qui ont souffert dans les pensionnats autochtones et de commémorer ceux qui ne sont jamais rentrés chez eux. C'est aussi le moment de redoubler d'efforts pour offrir aux Premières nations un avenir meilleur, leur donner accès à de l'eau potable, mettre fin à la pauvreté et accorder l'autonomie aux nations désireuses de gérer elles-mêmes davantage leur argent, leurs terres et leurs décisions.
    Le gouvernement va-t-il discuter avec la Chambre de la manière dont nous pouvons avancer ensemble pour atteindre ces objectifs?
    Monsieur le Président, je suis très heureuse de voir l'ambition du chef de l'opposition dans ce dossier, car c'est exactement ce qui nous anime depuis 2015, l'ambition de faciliter la réconciliation. Il est bien dans la note. Nous parlons de principes comme la vérité, l'équité et l'autodétermination qui, comme nous le savons, assureront un avenir meilleur aux membres et aux communautés des Premières Nations dans l'ensemble du Canada.
    Nous avons pris de nombreuses mesures. Il y a beaucoup à dire à ce sujet, et je ne peux certainement pas le faire en 30 secondes, mais j'ai hâte de travailler avec le parti d'en face pour atteindre ces objectifs avec les peuples autochtones.

  (1500)  

La fiscalité

    Monsieur le Président, le gouvernement libéral et l'inflation font grimper le coût de la vie, surtout pour les Canadiens des régions rurales.
     Mike, un aîné de ma circonscription, m'a écrit lundi pour me dire que, au cours de la dernière année, son loyer a augmenté de 50 %, le coût du carburant de 40 %, le prix de ses médicaments de 22 % et le coût de sa nourriture de 12 %. Comme de nombreux Canadiens, Mike est étouffé par les taxes du gouvernement sur les produits de première nécessité et s'inquiète de la volonté du gouvernement de tripler la taxe sur le carbone.
    Le gouvernement libéral annulera-t-il aujourd'hui les hausses de taxes prévues sur l'essence, l'épicerie et le chauffage?
    Monsieur le Président, nous savons que nous devons aider les Canadiens qui doivent faire face à la hausse des loyers. C'est pourquoi nous avons mis en place l'Allocation canadienne pour le logement, qui offre déjà en moyenne 2 500 $ aux locataires de l'ensemble du pays qui ont de la difficulté à payer le loyer.
    Cependant, nous n'en restons pas là. Nous avons proposé un supplément unique de 500 $ à l'Allocation canadienne pour le logement, ce qui aidera encore 1,8 million de Canadiens. Pendant ce temps, que font les conservateurs? Ils se livrent à des manœuvres procédurales pour retarder cette mesure législative qui pourrait aider des Canadiens dès maintenant.
    Ce que le député peut faire, c'est parler avec ses collègues afin de garantir l'adoption de cette importante mesure législative pour que les Canadiens puissent recevoir immédiatement une aide au loyer.
    Monsieur le Président, Deb, une résidante de ma circonscription, a appris qu'elle sera expulsée de son appartement abordable à cause de l'inflation libérale. Elle a travaillé toute sa vie comme infirmière pour prendre soin des gens dans le besoin. Maintenant, cette femme dans la jeune soixantaine qui reçoit une pension d'invalidité n'a plus de sécurité de logement et voit son revenu déjà limité fondre constamment à cause des nouvelles ponctions fiscales du gouvernement libéral.
    La ministre des Finances va-t-elle redonner à Deb sa dignité et l'espoir de pouvoir vivre dans un logement abordable, ou va-t-elle la condamner à vivre ses vieux jours dans la pauvreté en triplant la taxe sur l'essence, le chauffage et les aliments?
    Monsieur le Président, je profite de l'occasion pour rappeler à tous les députés que nous avons en ce moment une occasion unique d'unir nos efforts pour mettre en place la prestation canadienne pour les personnes handicapées et ainsi sortir des centaines de milliers de Canadiens de la pauvreté, leur rendre le coût de la vie plus abordable et leur permettre de vivre dans la dignité comme ils le méritent.
    Je sais que nous pouvons y arriver ensemble, car j'ai entendu tous les députés dire que c'est ce qu'ils veulent, alors allons de l'avant.

[Français]

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, demain, nous célébrons la deuxième Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. C'est l'occasion pour les Canadiens de revenir sur la relation historique du Canada avec les peuples autochtones et de réfléchir au chemin de la réconciliation qui nous attend.
    Le ministre peut-il informer la Chambre des mesures prises par le gouvernement pour mettre en œuvre les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, notamment la création d'un conseil national de réconciliation et du Bureau du commissaire aux langues autochtones? Peut-il expliquer en quoi il s'agit d'une étape cruciale vers la réconciliation?
    Monsieur le Président, la réconciliation n'est pas chose facile. Elle n'est pas linéaire ni gratuite, mais nous restons déterminés à répondre aux tords du passé et aux conséquences subies, encore aujourd'hui, par les peuples autochtones.
    Demain, nous encourageons tous les Canadiens à réfléchir, à être à l'écoute et à montrer de la compassion envers les voix autochtones. Demain, il appartient aux survivants des pensionnats, aux communautés et aux leaders autochtones de s'exprimer.
    Le projet de loi C‑29 répondra notamment aux appels à l'action nos 53 à 56 de la Commission de vérité et réconciliation tout en favorisant la mise en œuvre et la révision indépendante des 94 appels à l'action.

[Traduction]

La justice

    Monsieur le Président, en date du 19 septembre, la police de Toronto avait compilé 31 homicides liés à 302 fusillades cette année. Les victimes récentes de la violence liée aux armes à feu incluent un policier de Toronto qui a été abattu lors d'une fusillade meurtrière et un jeune de 17 ans qui a été tué en plein jour, à Scarborough. La grande majorité de ces fusillades sont perpétrées par des récidivistes et des trafiquants de drogue qui utilisent des armes à feu illégales. Quelle est la solution des libéraux? Supprimer les peines minimales obligatoires de M. Chrétien et de Trudeau père et cibler les propriétaires d'armes à feu et les chasseurs respectueux de la loi.
    Compte tenu de ces statistiques troublantes, le gouvernement retirera-t-il le projet de loi C‑5, une mesure indulgente envers les criminels?
    Monsieur le Président, les crimes graves seront toujours punis sévèrement dans notre pays. En fait, les crimes dont parle le député entraînent bel et bien des peines sévères.
    C'est une voie complètement différente que nous prendrions avec le projet de loi C‑5. Les politiques conservatrices inefficaces de répression de la criminalité, avec des peines minimales obligatoires et l'impossibilité de recourir aux ordonnances de sursis, n'ont fait qu'engorger le système de justice avec des cas moins graves, qui ont mené à l'incarcération disproportionnée des Autochtones, des Noirs et des personnes racialisées.
    Nous supprimons ces peines justement pour consacrer plus de temps et de ressources aux crimes dont parle le député.

  (1505)  

    Monsieur le Président, malheureusement, nous connaissons très bien la façon de penser du ministre de la Justice.
    Il a déclaré dernièrement, au Sénat, qu'il avait de l'empathie pour de dangereux trafiquants de drogues parce qu'ils cherchaient simplement à « mettre du pain sur la table ». Je suis sérieux. Pourtant, les crimes violents échappent à tout contrôle, ce qui prouve bien l'inefficacité de la politique de tolérance envers les criminels préconisée par les libéraux.
     Alors que des collectivités et des villes du pays sont terrorisées par des gangs et par la violence armée, le gouvernement refuse d'imposer les peines maximales prévues pour ces crimes terribles.
    Quand le ministre abandonnera-t-il sa politique d'indulgence envers les criminels et commencera-t-il à les mettre sous les verrous?
    Monsieur le Président, j'inviterais le député à lire la transcription de la séance du Sénat qu'il mentionne. S'il est d'avis qu'une femme autochtone qui a un problème de dépendance, qui s'efforce de nourrir ses trois enfants et qui vend à l'occasion quelques médicaments sur ordonnance représente vraiment le genre de délinquant dangereux qui doit être emprisonné pendant la période prévue par la peine minimale obligatoire, je rétorquerai qu'il a tout à fait tort.
    Le projet de loi C‑5 nous permettrait à la fois de faire en sorte que des gens comme cette mère puissent obtenir l'aide dont ils ont besoin, et de consacrer plus de temps, de ressources judiciaires et de ressources pénales aux gros trafiquants de drogues.

[Français]

    Monsieur le Président, les rues de Montréal ont des airs de jeux vidéos violents, dont la mission est de tirer un peu partout sur n'importe qui.
    La dernière semaine, pendant qu'une mère de famille et son conjoint se promenaient tranquillement à Longueuil, un conducteur les a criblés de balles. En réponse à cette violence, qu'est-ce que le premier ministre a fait? Il propose une loi qui supprime les peines minimales obligatoires et qui réduit les peines pour les crimes graves au Canada.
    Le premier ministre peut-il demander aux familles des victimes ce qu'elles pensent du projet de loi C‑5?
    Monsieur le Président, je suis Québécois, je suis Montréalais et je suis conscient de ce qui se passe à Montréal, dans ma circonscription et dans les autres circonscriptions de Montréal.
    Ce que nous sommes en train de faire avec le projet de loi C‑5, c'est de mettre plus de ressources pour traiter les crimes graves qui vont toujours avoir des conséquences graves. De l'autre côté, avec le projet de loi C‑21, nous sommes en train d'augmenter les peines maximales pour les infractions liées aux armes à feu.
    Nous allons dans la bonne direction justement pour traiter sévèrement les crimes qui le méritent.

[Traduction]

Les services de garde

    Monsieur le Président, le système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants est bien en place et fonctionnel d’un océan à l’autre et toutes les provinces y sont favorables. En Colombie‑Britannique, les parents peuvent travailler, contribuer à l’économie et rendre le coût de la vie plus abordable pour leur famille grâce aux investissements du gouvernement fédéral dans les services de garde.
    La ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social peut-elle dire à la Chambre quels sont les progrès accomplis à ce jour dans ma province, la Colombie‑Britannique?
    Monsieur le Président, j’accepte avec plaisir de fournir une mise à jour à la Chambre.
    J’aimerais d’abord remercier la députée pour ses nombreuses années de militantisme dans ce dossier. Vendredi dernier, je me suis rendue à Vancouver et à Burnaby pour annoncer, en compagnie de représentants du gouvernement de la Colombie‑Britannique, que la province allait doubler le nombre de places à 10 $ par jour dans les services de garde et que les familles utilisant des garderies enregistrées pourraient épargner jusqu'à 50 % d’ici décembre. Les familles de la Colombie‑Britannique vont ainsi économiser jusqu’à 6 600 $ par année. Ces mesures feront une grande différence dans leur vie.
     Je suis très enthousiaste à l’idée de collaborer avec mes collègues de la Colombie‑Britannique et de soutenir les familles.

La condition féminine

    Monsieur le Président, en cette Journée internationale de l'avortement sécurisé, le premier ministre a déclaré qu'il s'engageait à faire respecter « le droit fondamental des femmes de choisir », mais il y a un problème.
     Les libéraux n'ont toujours pas révoqué le statut d'organisme de bienfaisance des centres d'aide à la grossesse qui répandent de la désinformation sur les soins liés à l'avortement. Ils ont promis de le faire. Bien que cela figure dans la lettre de mandat de la ministre des Finances, rien n'a été fait.
    Plutôt que de se féliciter d'être pro-choix, quand les libéraux passeront-ils à l'action pour révoquer le statut d'organisme de bienfaisance des centres qui induisent les femmes en erreur et les couvrent de honte?

  (1510)  

    Monsieur le Président, notre message est clair: le droit à l'avortement et l'accès à l'avortement vont de pair. Chaque citoyen de notre pays doit avoir accès à des services de soins de santé sûrs, équitables et de qualité égale.
    Au Canada, l'accès universel à l'avortement est garanti par la Loi canadienne sur la santé. Nous continuerons à défendre le droit des femmes de choisir.

Le logement

    Monsieur le Président, dans ma région et partout au pays, il y a une crise du logement; or, le marché immobilier canadien incite les sociétés d'investissement à faire le commerce des maisons comme s'il s'agissait d'actions cotées en bourse et à faire des profits sur le dos des Canadiens. Le gouvernement fédéral pourrait lever les exemptions fiscales dont profitent les sociétés d'investissement dès maintenant au lieu de se vanter d'étudier la question.
     Quand le ministre du Logement s'assurera-t-il que les maisons servent à loger la population plutôt qu'à engraisser les coffres des investisseurs?
    Monsieur le Président, nous comprenons la situation. C'est pour cette raison que nous avons mis en place une taxe annuelle de 1 % sur la valeur des biens immobiliers résidentiels appartenant à des non-résidents et à des non-Canadiens. Nous allons interdire les investissements étrangers dans le marché immobilier résidentiel canadien pendant deux ans. Nous nous sommes également engagés à revoir le traitement fiscal des sociétés de placement immobilier et nous lançons un examen fédéral du logement en tant que classe d'actifs.
    De ce côté-ci de la Chambre, nous travaillons à rendre le logement plus abordable et à faire ce que nous pouvons pour endiguer la financiarisation du logement.
    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Alors que j'essayais de poser une question, le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan s'est mis à me chahuter. Je sais qu'il lui est difficile de contenir sa masculinité toxique, mais je crois que les Canadiens s'attendent à beaucoup mieux de la part d'un député.
    Je vais prendre une grande respiration et prier tous les députés de faire preuve de respect lorsqu'ils s'adressent les uns aux autres, qu'importe ce qui leur est fait ou ce qui est dit. Nous voulons autant que possible observer le décorum et nous comporter respectueusement à la Chambre.
    Je rappelle également aux députés de ne pas crier après l'intervenant qui pose une question ou qui répond à une question. Ce n'est pas poli.
    Des excuses devraient être présentées dans les deux cas, mais je préfère ne pas m'en mêler. Poursuivons plutôt les travaux.
    Le leader de l'opposition à la Chambre a une question.

Les travaux de la Chambre

[Travaux de la Chambre]
    J'ai une question très importante, monsieur le Président. Le leader du gouvernement à la Chambre peut-il informer les députés des travaux de la Chambre la semaine prochaine?
    Je tiens à souligner que lorsque les leaders à la Chambre ont reçu le calendrier pour la semaine prochaine, il y avait du temps libre dans deux journées. Pendant que le leader du gouvernement à la Chambre prépare sa réponse, je vais lui faire une suggestion, soit qu'il y aurait là une belle occasion d'inscrire à l'une ou l'autre de ces journées une mesure législative visant à annuler le triplement de la taxe libérale sur le carbone.
    Monsieur le Président, avant de commencer, je tiens à remercier le député d'en face et tous les députés conservateurs de leur appui pour faire progresser le projet de loi C-30, appui essentiel en ce moment sur l'enjeu de l'abordabilité. Je tiens à les remercier de leur soutien pour son renvoi en comité et de leur travail en comité pour le faire progresser. La semaine prochaine, notre priorité sera de faire adopter ces aides essentielles.
    Pour répondre à sa question, à savoir si nous allons abandonner nos mesures de lutte contre les changements climatiques, je signale que nous ne cesserons jamais de nous battre pour protéger notre planète. Nous sommes conscients du fait que le climat et l'économie sont inextricablement liés. Toutefois, je mentionnerais, comme l'a laissé entendre mon collègue, que nous prévoyons des aides essentielles pour les personnes vulnérables. Le projet de loi C-22 en est un exemple. Il doit être adopté afin que les personnes handicapées au pays puissent sortir de la pauvreté. Je peux lui dire que certaines familles ont besoin de soins dentaires et que cette question est couverte par le projet de loi C-31. Je peux lui dire également que des gens ont besoin d'aide pour se loger et que cette question est aussi couverte par le projet de loi C-31.
    La bonne nouvelle pour le député d'en face est qu'il peut nous aider de bien des façons à traverser cette crise de l'abordabilité qui frappe la planète tout entière.
    Lundi, nous poursuivrons la deuxième lecture du projet de loi C-31, dont j’ai parlé un peu plus tôt. Cette loi porte sur des mesures d’allègement du coût de la vie relatives aux soins dentaires et au logement locatif.
    Mercredi, nous mettrons à l’étude le projet de loi S-5, qui concerne la Loi canadienne sur la protection de l’environnement.
    J’aimerais aussi informer la Chambre que jeudi prochain sera un jour désigné.

  (1515)  

[Français]

Recours au Règlement

Les questions orales  

[Recours au Règlement]
    Monsieur le Président, lors des déclarations de députés, juste avant la période des questions orales, la députée de Nunavut a fait sa déclaration dans sa langue maternelle.
    Sa déclaration était sans doute très intéressante, mais je n'ai malheureusement pas pu en comprendre le contenu. Il y a eu de l'interprétation en anglais, mais pas en français.
    Je déplore la situation et j'espère que ce sera réglé pour la prochaine fois. Je considère que cela a porté atteinte à mon privilège, comme à celui de plusieurs autres députés.
    J'aimerais remercier l'honorable député de son intervention. Nous allons vérifier ce qui s'est passé et nous espérons pouvoir tout régler pour la prochaine fois. Je remercie le député de l'avoir mentionné.

Ordres émanant du gouvernement

[Travaux des subsides]

[Traduction]

Travaux des subsides

Motion de l’opposition — Moratoire sur de nouvelles taxes  

    La Chambre reprend l’étude de la motion.
    Nous reprenons le débat. Il reste deux minutes au secrétaire parlementaire pour son allocution.
    Monsieur le Président, avant la période des questions, j’ai passé huit minutes à essayer d’expliquer aux conservateurs que l’inflation était un problème mondial. Or, on dirait qu’ils n’ont pas compris, car ils ont passé toute la période des questions à parler de l’inflation « libérale », comme si l’inflation était un problème propre au Canada.
    Dans les faits, et je crois sincèrement que la grande majorité des Canadiens le comprennent, l’inflation est un problème qui touche le monde entier en ce moment. Et ce problème ne se réglera pas à coup de petites combines, comme celles du chef de l’opposition qui achète son shawarma en bitcoins, transaction qui lui aurait coûté l’équivalent de 10 dollars canadiens en mars, mais qui lui coûterait 22,35 $ aujourd’hui. Dans les faits, nous allons nous attaquer à l’inflation et à ses retombées sur les Canadiens en travaillant avec eux, en leur apportant notre soutien et en présentant de nombreux projets de loi. Comme le leader du gouvernement l’a mentionné tout à l’heure, nous nous y consacrerons la semaine prochaine et dans les semaines à venir.
    Les conservateurs ont maintenant une occasion à saisir. Ils peuvent se ranger du côté du reste de la Chambre et unir leurs efforts aux nôtres pour soutenir les Canadiens, ou ils peuvent continuer de se livrer à leurs pitreries et combines habituelles.
    Il va sans dire que je n'appuierai certainement pas la motion présentée par les conservateurs aujourd'hui. J'espère vraiment qu'ils aient la possibilité de réfléchir à leur rôle à la Chambre et qu'ils commencent à présenter des dossiers, des politiques, des idées et des motions qui ont véritablement une incidence sur la vie des Canadiens.
    Monsieur le Président, le député croit-il que le gouvernement présente des initiatives qui contribueront à atténuer la hausse quotidienne du coût de la vie pour les habitants de sa circonscription et l'ensemble des Canadiens? Quel type d'initiatives pouvons-nous mettre en œuvre pour les Canadiens afin d'atténuer une partie de cette hausse?
    Monsieur le Président, j'y crois absolument. Pensons à l'initiative présentée par le gouvernement visant à augmenter le crédit d'impôt pour la TPS pour six mois. À ce sujet, dès le début du débat, j'ai entendu des députés conservateurs parler des effets inflationnistes de ce programme, et pourtant, si nous posons la question à n'importe quel économiste, il nous dira qu'ils sont pratiquement nuls. Le programme n'aura pas d'incidence sur l'inflation.
    Alors que les conservateurs continuent d'essayer d'effrayer les Canadiens pour qu'ils les appuient, comme nous le voyons jour après jour, nous nous efforcerons d'offrir des mesures de soutien aux Canadiens qui auront une incidence réelle sur leur vie pour que nous puissions les aider à traverser la période inflationniste que connaît le monde entier.

  (1520)  

    Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat.
    Le député ne comprend-il pas que le fait de tripler la taxe sur le carbone aura des conséquences dévastatrices pour les personnes les plus vulnérables de la société? Je reçois constamment des courriels de gens qui doivent maintenant aller dans les banques alimentaires. Le recours aux banques alimentaires a plus que triplé dans de nombreuses villes du pays. La taxe sur le carbone est censée tripler pour arriver à 170 $ la tonne d'ici 2030. Le député croit-il réellement que cette hausse n'entraînera pas un effet domino qui alimentera la crise de l'abordabilité, crise causée par l'inflation et par les libéraux?
    Monsieur le Président, je remercie le député de Regina—Lewvan de s'être sacrifié pour son équipe, puisqu'il semble qu'aucun autre député conservateur n'était prêt à intervenir pour me poser une question. Je remercie le député de l'avoir fait.
    Cela dit, il a une fois de plus qualifié l'inflation de « libérale ». Il s'agit d'une inflation mondiale et, si on classe le taux d'inflation des pays du G7 en commençant par le plus bas, nous sommes au troisième rang.
    Je trouve absolument aberrant que les conservateurs interviennent, encore et encore, pour présenter l'inflation comme un problème propre au Canada. J'aurais d'ailleurs un petit conseil pour eux: la grande majorité des Canadiens ne se laissent pas prendre à leur petit jeu. Je ne sais pas à qui ils pensent s'adresser en rabâchant cette même rengaine, mais les Canadiens ne croient pas ce qu'ils disent.
    Le député me pose une question sur la tarification de la pollution en particulier, ou la taxe sur le carbone, comme il l'appelle. Ce que les conservateurs omettent constamment de mentionner, c'est le fait que les Canadiens récupèrent le prix qu'ils paient avec le remboursement de l'incitatif à agir pour le climat. Soit dit en passant, les seules provinces qui subissent les conséquences de la tarification de la pollution sont celles qui ne contribuent pas. Malheureusement, la province dans laquelle je vis, l'Ontario, est l'une d'entre elles. Cependant, les députés n'ont qu'à penser à la Colombie‑Britannique, au Québec, à Terre‑Neuve‑et‑Labrador, à la Nouvelle‑Écosse et au Nouveau‑Brunswick, qui ont tous des programmes en place et qui, par conséquent, n'ont pas de tarification de la pollution.

[Français]

    Monsieur le Président, je pense que nous sommes d'accord sur le fait que la motion des conservateurs est complètement déconnectée. Les conservateurs confondent les cotisations, les programmes sociaux, les investissements en vue de la retraite et les taxes.
    En ce qui concerne les taxes, n'est-il pas vrai que les libéraux sont à la traîne et qu'ils ne font pas le travail nécessaire pour taxer les super riches, les milliardaires, les PDG, toutes les grandes compagnies pétrolières et les chaînes d'épicerie qui profitent de l'inflation mondiale pour augmenter les prix et s'en mettre plein les poches?
    Quand est-ce que les libéraux vont agir sur ce front?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis d'accord avec le sentiment derrière l'observation. En fait, plus tôt aujourd'hui, j'ai eu une excellente conversation avec le député de Kitchener-Centre sur ce sujet en particulier et sur l'idée que, peut-être, nous devrions nous tourner vers les grandes pétrolières, qui enregistrent des profits record en ce moment, pour générer des recettes fiscales, un peu comme nous l'avons fait avec les grandes banques et d'autres organisations.
    Je respecte la question du député néo-démocrate. Il laisse entendre que les choses tardent peut-être. Je ne suis pas forcément en désaccord avec lui à cet égard, mais j'espère que le NPD et les libéraux peuvent travailler de concert, parce que, de toute évidence, certains des autres partis ne sont pas désireux de mettre en place de telles politiques.
    Monsieur le Président, je serai ravi de partager mon temps de parole avec l'excellente députée de Thornhill.
    C'est pour moi un honneur d'être à la Chambre aujourd'hui pour parler de la crise de l'abordabilité qui affecte des gens de partout au pays, y compris dans ma grande circonscription, Northumberland—Peterborough-Sud.
    Milton Friedman a dit: « Bien des gens veulent que le gouvernement protège le consommateur [mais le] problème beaucoup plus urgent est de protéger le consommateur contre le gouvernement.
    C'est particulièrement vrai aujourd'hui, puisque le gouvernement libéral fait grimper le coût de la vie. Depuis deux ans, le chef du Parti conservateur exhorte le gouvernement à mettre les gens au cœur de ses priorités et à commencer à combattre l'inflation. Or, le taux d'inflation continue d'augmenter et se situe maintenant à plus de 7 %. Les Canadiens en souffrent.
    Aujourd'hui, j'ai l'honneur de demander au gouvernement et à mes autres collègues d'annuler les hausses de taxes prévues, y compris les hausses de taxes sur les salaires prévues pour le 1er janvier, ainsi que la hausse de taxe sur l'essence, les aliments et le chauffage résidentiel prévue en avril.
    Pour situer la motion de l'opposition dans son contexte, je pense qu'il est important de comprendre le lien entre le gouvernement et l'économie.
    Le principe fondamental, qui doit être la base de toutes les discussions politiques sur l'économie, est le fait indiscutable que la richesse ou la prospérité est créée par les entreprises et les travailleurs de nos communautés. C'est par la production de biens et la prestation de services qu'un pays ajoute de la valeur à l'économie. Lorsqu'un pays augmente sa capacité à produire des biens ou à fournir un service, ou, en d'autres termes, améliore sa productivité, ce pays, par définition, devient plus riche et sa population plus prospère.
    Un pays peut augmenter temporairement et artificiellement ses performances économiques en imprimant de l'argent, ce qui s'appelle l'assouplissement quantitatif. Toutefois, les effets de cette mesure sont toujours de courte durée, et les conséquences sont presque toujours pires que les améliorations initiales de la conjoncture économique.
    Ce qui se passe avec de telles dépenses gouvernementales, c'est qu'une partie est gaspillée, bien sûr, mais une autre partie atterrit dans les comptes bancaires des Canadiens. Lorsque cet argent arrive dans les comptes bancaires, ce qui se produit, c'est qu'au moment où il peut être dépensé, les prix ont augmenté. L'illusion de l'aubaine s'envole rapidement, et nous constatons qu'il ne reste que l'inflation.
    Si l'on veut vraiment rendre le Canada plus prospère, plus riche et plus performant, il faut passer par la productivité. En fait, l'amélioration de la productivité est vraiment la seule façon de résoudre cette crise de l'abordabilité. Lorsque nous améliorons la productivité, nous augmentons les salaires réels. Nous augmentons les profits réels, et nous créons des emplois. Malheureusement, le gouvernement semble faire tout ce qu'il peut pour réduire la productivité des Canadiens.
    Le gouvernement doit faire marche arrière dans le cas d'au moins trois grandes orientations stratégiques s'il tient vraiment à lutter contre la crise de l'abordabilité. Le gouvernement doit limiter ses dépenses. Au bout du compte, ce sont les taxes et les impôts ou l'inflation qui contribuent à rembourser les dépenses excessives, ce qui réduit la capacité de notre secteur de la production à être concurrentiel, rentable et prospère. Pire, cela contribue à la hausse de l'inflation.
    Qui finit par écoper de la hausse de l'inflation? Ce ne sont pas les riches ni les super-riches. Ce n'est pas le gouvernement. Ce sont nos travailleurs.
    Je demande aux députés de songer aux travailleurs qui gagnent 50 000 $ par année. Ils sont déjà visés par un niveau d'imposition élevé, mais voilà maintenant que l'inflation gruge des milliers de dollars de leur pouvoir d'achat réel. Ces gens ont déjà de la difficulté à joindre les deux bouts. Thomas Sowell a déjà écrit que l'inflation est une des formes les plus importantes et les plus anciennes d'imposition.
    Les dépenses excessives du gouvernement ont pour effet de priver notre secteur de la production — le secteur privé — de ressources. Ces ressources sont nécessaires.
    Mes amis néo-démocrates disent que ces sommes sont gaspillées sur des yachts par des milliardaires, et je suis persuadé que c'est en partie vrai, mais le fait est que la majorité de ces sommes sont réinvesties dans les entreprises.
    À l'heure actuelle, nous privons les entreprises canadiennes de leur capacité de réinvestir. Nous nous classons au dernier rang des pays de l'OCDE au chapitre des investissements de capitaux. Pour chaque dollar que les États‑Unis investissent dans ce domaine, nous investissons 43 ¢.
    Ce sont ces capitaux qui bâtissent nos entreprises de demain. Ce sont ces capitaux qui nous permettront d'être concurrentiels demain. Nous perdons du terrain à un rythme effroyable chaque jour. Cela rendra notre économie moins productive et tous nos travailleurs moins efficaces. Notre économie sera plus pauvre aujourd'hui et demain.

  (1525)  

    Le gouvernement doit s'engager à renoncer à toute nouvelle hausse de taxe. Les hausses de taxe, et c'est clair comme de l'eau de roche, par définition, elles accroissent les coûts pour les travailleurs et les consommateurs. Elles poussent l'inflation à la hausse. En fait, vous n'avez pas à me croire sur parole.
     Un peu plus tôt cette année, j'ai eu l'occasion d'interroger le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem. Je lui ai demandé si la taxe sur le carbone était un moteur de l'inflation, et il a répondu sans équivoque par l'affirmative. En fait, il a répondu que c'était un important moteur de l'inflation. Je pense que les députés de tous les partis à la Chambre conviendront que nous vivons une crise de l'abordabilité. L'inflation est vraiment très élevée et cela rend la vie plus difficile pour les Canadiens.
    Dans ce contexte, nous pourrions penser que le gouvernement libéral comprend que la taxe sur le carbone à son niveau actuel accroît l'inflation et qu'il devrait faire une pause ou même la réduire, mais il pose le geste impensable de la tripler, une taxe qui, aux dires même du gouverneur de la Banque du Canada, alimente l'inflation. Il s'apprête à la tripler, et c'est vraiment impensable.
    De plus, à chaque nouvelle hausse des impôts, nous réduisons les incitatifs à travailler fort et les récompenses pour un excellent travail. Lorsque des entrepreneurs mettent leur vie en jeu et risquent leur maison et l'avenir de leur famille, ils doivent être récompensés. Lorsque ces travailleurs travaillent 20 heures sur 24 pour nourrir leur famille à la fin du mois, ils doivent être récompensés et recevoir des incitatifs. En raison de notre régime fiscal progressif et des mesures de récupération qui existent dans notre système actuel, les salariés de la classe moyenne et même les Canadiens à faible revenu sont confrontés à des taux d'imposition de 30 %, 40 % ou 50 %. Il est injuste que les Canadiens qui travaillent le plus fort aient à payer un montant exorbitant d'impôt. C'est vraiment inadmissible.
    Là encore, quelle a été la réponse du gouvernement libéral à cette situation? Il va augmenter les taxes. Les libéraux vont augmenter considérablement les taxes sur les chèques de paie. C'est injuste pour les Canadiens. C'est également néfaste pour notre économie. Si nous enlevons les récompenses, c'est-à-dire l'argent pour lequel les gens ont travaillé si fort, nous réduisons les incitatifs et les récompenses pour lesquels ces gens ont travaillé si fort.
    Enfin, nous devons investir dans les secteurs de l'économie qui sont extrêmement productifs. Nous avons un énorme écart de productivité. La productivité est mesurée par la contribution au PIB par heure travaillée. Actuellement, le Canada se situe à 50 $. En comparaison, la Suisse est à 60 $, les États-Unis, à 65 $, et l'Irlande, à 85 $. Cependant, des secteurs de notre économie se portent exceptionnellement bien. Dans le secteur de l'extraction du pétrole et du gaz, la productivité est de 664 $ par heure travaillée. Si nous voulons rendre la vie plus abordable pour les Canadiens, nous avons besoin de l'énergie canadienne.
    C'est inéluctable, nous devons tous faire face aux conséquences des politiques économiques libérales inefficaces. Il n'y a probablement aucun problème plus pressant que l'inflation du prix des aliments. Celle-ci crée des difficultés pour les Canadiens d'un océan à l'autre. Selon Statistique Canada, 20 % des Canadiens ont recours aux banques alimentaires. La vie est de plus en plus difficile pour les Canadiens. Beaucoup d'entre eux sont confrontés à des difficultés économiques incroyablement difficiles: l'inflation atteint des sommets, les taux d'intérêt augmentent et les taxes sont punitives. Le gouvernement a toutefois la possibilité d'apaiser la souffrance des gens et de leur donner un peu d'espoir en annulant les prochaines augmentations de taxes sur l'essence, le chauffage, l'épicerie et les chèques de paie.
    Il est temps que le gouvernement cesse de suivre aveuglément son idéologie et qu'il aide réellement les Canadiens en annulant les hausses de taxes qu'il propose.

  (1530)