Passer au contenu
Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

44e LÉGISLATURE, 1re SESSION

HANSARD RÉVISÉ • No 003

TABLE DES MATIÈRES

Le mercredi 24 novembre 2021




Emblème de la Chambre des communes

Débats de la Chambre des communes

Volume 151
No 003
1re SESSION
44e LÉGISLATURE

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mercredi 24 novembre 2021

Présidence de l'honorable Anthony Rota

    La séance est ouverte à 14 heures.

Prière


[Déclarations de députés]

  (1405)  

[Français]

    Puisque nous sommes mercredi, nous allons maintenant chanter l'hymne national, qui sera entonné par le député d'Argenteuil—La Petite-Nation.

Déclarations de députés

[Déclarations de députés]

[Traduction]

Le parc technologique de Kanata‑Nord

    Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi de souligner la croissance et l'apport de nombreuses entreprises de ma circonscription, en particulier celles du parc technologique de Kanata‑Nord, tout au long de la pandémie de COVID‑19.
    Le parc technologique de Kanata‑Nord réunit plus de 540 entreprises et il contribue au PIB du Canada à hauteur de plus de 13 milliards de dollars par année. L'innovation, les technologies et les appareils issus de ces entreprises sont les éléments centraux des réseaux de télécommunication du pays.
    Il y a deux semaines, l'Association des gens d'affaires de Kanata‑Nord a ouvert ses portes à un nouvel espace communautaire appelé Hub350. Grâce à des partenaires exceptionnels comme l'Université Carleton et l'Université d'Ottawa, ainsi qu'à des joueurs de l'industrie comme Telus, BlackBerry QNX et Wesley Clover, l'avenir s'annonce prometteur.
    Je tiens à remercier l'Association des gens d'affaires de Kanata‑Nord de son leadership, de son engagement à rassembler l'industrie et les universités, ainsi que du lancement du projet Hub350 et de la zone d'innovation 5G.

La 44e législature

    Monsieur le Président, c'est pour moi un honneur de pouvoir prendre la parole dans cette enceinte pour remercier mes concitoyens de Parry Sound—Muskoka de m'avoir de nouveau accordé leur confiance pour que je les représente à la Chambre.
    Plus tôt ce mois-ci, j'ai eu le plaisir de participer à la collecte de cendre organisée par l'organisme Friends of the Muskoka Watershed, à Bracebridge. Créé par M. Norman Yan, le projet ASHMuskoka vise à lutter contre le problème d'ostéoporose écologique qui touche les arbres de Muskoka en utilisant de la cendre recueillie dans des poêles à bois résidentiels afin de renouveler la teneur en calcium dans le sol et l'eau.
    Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres qui montre comment les Canadiens ordinaires de toutes allégeances politiques peuvent unir leurs efforts pour s'attaquer à un problème. Alors que nous amorçons la 44e législature, j'invite mes collègues des deux côtés de la Chambre à suivre cet exemple.
    Les Canadiens en ont assez de la partisanerie et de l'obstruction. Ils sont las des querelles et des beaux discours. Chacun d'entre nous a été envoyé à la Chambre pour résoudre les problèmes auxquels les Canadiens doivent faire face. J'exhorte tous les députés à tendre la main à leurs collègues d'en face, à trouver un terrain d'entente et à répondre aux attentes de la population en s'efforçant constamment de bâtir un avenir meilleur pour le Canada.

  (1410)  

La fondation Manmeet Singh Bhullar

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour saluer la mémoire d'un grand homme, M. Manmeet Singh Bhullar. Il a tragiquement perdu la vie en 2015 après s'être arrêté pour aider un automobiliste sur une autoroute.
    M. Bhullar était déterminé à aider les plus démunis, non seulement au Canada, mais aussi partout dans le monde. Grâce à ses efforts et à une collaboration entre le gouvernement du Canada et la fondation Manmeet Singh Bhullar, un grand nombre de personnes appartenant aux minorités sikhes et hindoues de l'Afghanistan vivent maintenant au Canada et s'épanouissent. Les enfants vont à l'école, et les adultes travaillent et redonnent à la communauté. Plus important encore, en raison de la Charte canadienne des droits et libertés, ils peuvent pratiquer leur religion librement. Ils vivent le rêve canadien. L'œuvre de M. Bhullar se perpétuera par l'entremise de la fondation, en collaboration avec le gouvernement du Canada.
    Meeta, comme beaucoup d'entre nous l'appelaient, en a inspiré plus d'un à la Chambre. Sa passion, sa détermination et son dynamisme étaient contagieux. Il a touché la vie de bien des gens pendant son passage parmi nous.
    Je remercie mon ami d'avoir été une source d'inspiration pour nous. Il nous manquera à jamais.

[Français]

Nathalie Lacroix

    Monsieur le Président, lorsque je dis que je suis fière d'être députée de Salaberry—Suroît, c'est parce que j'ai toutes les raisons de l'être.
    J'ai l'honneur de côtoyer des gens d'exception, dont fait partie le plus récent Coup de cœur des Agricultrices du Québec. Pionnière, déterminée et innovante: voilà ce qui décrit Nathalie Lacroix, copropriétaire de l'entreprise Petits Fruits St‑Louis, à Saint‑Louis‑de‑Gonzague.
    Mme Lacroix s'est lancée en 2011 dans la production d'un fruit encore méconnu, la camerise biologique. Aujourd'hui, ce sont des milliers d'adeptes qui font le plein de ce petit fruit directement dans le champ des Lacroix‑Léger ou qui achètent toutes sortes de leurs délicieuses créations.
    Mme Lacroix est une femme vraiment admirable, qui sait partager avec sa famille et sa communauté ses talents et ses passions.
    Chère Nathalie, tu es une femme de tête, une femme de cœur. Tu es une digne représentante des agricultrices du Québec. Mon amie, nous nous voyons bientôt à la boutique. J'ai encore des cadeaux de Noël à acheter.

Les citoyens de Bourassa

    Monsieur le Président, à l'aube de cette 44e législature, je désire remercier chaleureusement les citoyens de la circonscription de Bourassa, qui m'ont fait confiance pour la quatrième élection consécutive.
    Quel privilège! Je suis très fier de les représenter.
    J'en profite pour remercier mes employés de la qualité des services dispensés. Je remercie aussi ma famille de leur soutien indéfectible, ainsi que les nombreux bénévoles qui ont participé à mes campagnes.
    Depuis 2015, la qualité de vie des citoyens s'est nettement améliorée, mais il en reste beaucoup à faire. Ensemble, nous devons continuer à combattre l'insécurité, développer plus de logements abordables, accompagner les aînés et, surtout, construire un centre sportif.
    Citoyens de ma circonscription, soyez assurés que je serai toujours à vos côtés, at your side, a su lado, al vostro fianco, ana maatcom, avèwmapmaché.

[Traduction]

Le Parti conservateur du Canada

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour remercier les habitants de Niagara-Ouest de m'avoir accordé leur confiance pour une septième fois consécutive. Je suis fier et honoré de les représenter, une fois de plus, à la Chambre. Je suis touché de savoir que j'ai reçu plus de votes cette fois‑ci que lors des élections précédentes. Je remercie mes concitoyens de Niagara-Ouest de leur soutien.
    Comme nous le savons tous, ces élections ont créé énormément de division. Il en a été ainsi uniquement parce que le premier ministre dirige un gouvernement corrompu et cachottier. Les Canadiens devraient s'inquiéter du fait que le premier ministre tente de nous diviser en dressant un groupe de Canadiens contre un autre. Ce n'est pas ainsi qu'on devrait diriger le pays.
     Le premier ministre laisse également tomber les Canadiens dans le dossier de l'économie. Il suffit de voir la montée en flèche de l'inflation et la crise du coût de la vie que nous connaissons à l'heure actuelle, comme en témoigne la hausse des prix des denrées alimentaires, de l'essence et d'autres choses essentielles comme le chauffage domestique.
    Mes concitoyens sont inquiets; les Canadiens sont inquiets. Heureusement, ils peuvent compter sur une opposition officielle forte et unie, à savoir le Parti conservateur, pour défendre les intérêts de tous les Canadiens, et c'est exactement ce que nous avons l'intention de faire.

Homes Unlimited

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour la première fois à la Chambre pour parler d'une question qui me touche personnellement.

[Français]

    Ma famille et moi sommes arrivés au Canada en tant que réfugiés avec rien que nos habits sur le dos.

[Traduction]

    Durant mes premières années au Canada, j'ai vécu dans un logement social. Compte tenu du taux d'itinérance dans tout le pays, je sais que nous avons été chanceux. Un logement accessible et abordable n'est pas un privilège. Cela devrait être un droit universel.
    Tous les habitants de London et de ce pays méritent d'avoir un toit au-dessus de leur tête. C'est pourquoi je tiens à parler de Homes Unlimited, un organisme qui travaille sans relâche depuis 1972 afin d'aider à combler le manque de logements pour les habitants de London à l'aide de solutions de logement abordable. Tecumseh Place est un développement immobilier qui fait partie de Homes Unlimited et qui vise à fournir des logements abordables aux familles de London‑Ouest.
    Je tiens également à souligner le besoin de logements dans tout le Canada et à remercier le gouvernement d'avoir fait de cet enjeu une priorité de son mandat. J'espère que les députés d'en face accepteront d'en faire une question non partisane et importante que nous pourrons défendre au cours de notre mandat.

  (1415)  

Orléans

     Monsieur le Président, Orléans est rempli de citoyens exceptionnels. Jeudi dernier, le 18 novembre, deux habitants d'Orléans ont reçu l'Ordre d’Ottawa pour 2021.
    Je félicite Michael Allen, président et chef de la direction de Centraide de l'Est de l'Ontario, et Ian Faris, premier vice-président, Relations avec le réseau des chambres et représentation des intérêts à la Chambre de commerce du Canada, de cette reconnaissance bien méritée.

[Français]

    La semaine dernière, j'ai aussi eu le privilège d'assister à la Soirée Saphir 2021 à Toronto organisée par la Fondation franco‑ontarienne. Des personnalités féminines de partout en Ontario ont été reconnues pour leur leadership et pour leur dévouement.
    Je félicite toutes les finalistes et les gagnantes, et j'adresse un bravo tout spécial à Jocelyne Legault qui a reçu le prix Entrepreneure pour son travail à titre de directrice générale du club de gymnastique Les Sittelles à Orléans. Félicitations.

[Traduction]

    Je tiens à remercier les habitants d'Orléans de m'avoir réélue et de me permettre de participer à la 44e législature.

La relance économique

    Monsieur le Président, je vous félicite pour votre réélection.
    Comme c'est la première fois que je prends la parole depuis le début de la 44e législature, je tiens à remercier les habitants de Kenora de m'avoir de nouveau accordé leur confiance pour siéger à la Chambre. C'est un honneur d'occuper ce poste, et je remercie toutes les personnes qui ont aidé notre équipe à rendre une telle chose possible.
    Lors de la dernière campagne électorale, d'innombrables personnes m'ont dit espérer une relance économique solide, y compris pour le Nord. Afin que cela se produise, les petites entreprises doivent avoir la possibilité de prospérer. Il faut gérer les graves pénuries de main-d’œuvre, et le gouvernement doit présenter un vrai plan pour résoudre la crise actuelle du logement. La relance du Canada doit comprendre tous les secteurs et toutes les régions.
    Je m'engage de nouveau à travailler pour que Kenora et tout le Nord de l'Ontario soient bien positionnés pour favoriser la relance économique.

L'Holodomor

    Monsieur le Président, je prends la parole pour souligner le 88e anniversaire du génocide par la famine, connu sous le nom d'Holodomor, qui a été perpétré lorsque Joseph Staline a fermé les frontières de l'Ukraine et confisqué toute la nourriture afin d’anéantir la population ukrainienne qui s’opposait à son régime. Au plus fort de l'Holodomor, 19 personnes par minute, 1 200 personnes par heure et 28 000 personnes par jour mouraient de faim. Le monde est resté silencieux. Des millions de personnes sont mortes.
    Ma grand-mère Olena était une survivante de l'Holodomor. Elle m'a dit un jour qu'elle espérait que les victimes de l'Holodomor ne seraient pas seulement rappelées à notre souvenir, mais aussi honorées. Pour elle, les honorer ne signifiait pas seulement se souvenir d'elles ou les évoquer, mais faire en sorte que de tels crimes ne se reproduisent plus jamais.
    J'espère que, cette semaine, nous prendrons tous le temps de nous souvenir des victimes et de les honorer, certes, mais aussi de renouveler et de redoubler nos efforts afin que de tels crimes, comme on en voit encore aujourd'hui, cessent et pour de bon. Faisons ce que ma grand-mère aurait demandé si elle avait été ici aujourd'hui. Souvenons-nous des victimes, commémorons leur mémoire et rendons-leur hommage.

Les inondations en Colombie-Britannique

    Monsieur le Président, j'aimerais prendre un moment pour remercier les nombreux députés et électeurs qui ont tendu la main et offert leur soutien aux bonnes gens de Princeton et de Merritt, ainsi qu'aux nombreuses petites communautés autochtones des vallées de la Similkameen et de la Nicola, qui ont été dévastées par les inondations. Bien que nous ayons appris avec satisfaction que certains résidants pouvaient rentrer chez eux, en réalité, de nombreux défis subsistent.
    C'est normal que les gens nettoient leur maison et en retirent les biens détruits, mais ces biens s'entassent dans les rues et doivent être enlevés. Les systèmes d'égouts ne fonctionnent pas, il n'y a pas d'eau et, à de nombreux endroits, il n'y a ni gaz ni électricité, donc aucun chauffage. Chaque nuit, la température descend toujours plus bas sous zéro et ne dépasse pas beaucoup le point de congélation pendant la journée. Tous ces résidants sont maintenant engagés dans une course contre la montre pour reconstruire leur vie autant que possible avant que le vrai gel hivernal ne s'installe.
    J'aimerais demander à tous les députés de cette Chambre de continuer à penser aux gens de Merritt, de Princeton et des autres petites localités et à défendre leurs intérêts. Ils ont besoin de tout le soutien et l'encouragement que nous pouvons leur donner maintenant et que nous pourrons leur donner à l'avenir.

  (1420)  

Les inondations en Colombie‑Britannique

    Monsieur le Président, le 29 juin, ma circonscription a subi l'une des pires catastrophes de mémoire récente: Lytton a été réduite en cendres. Au cours des dernières semaines, des inondations et des coulées de boue ont détruit des infrastructures essentielles et des propriétés privées dans tous les coins de ma circonscription. Les gens de Mission—Matsqui—Fraser Canyon souffrent. La Colombie‑Britannique souffre. Nous sommes résilients et nous nous en sortirons, mais nous avons besoin d'aide.
    Le gouvernement parle beaucoup de la lutte contre les changements climatiques. Voici l'occasion de joindre le geste à la parole en mettant en place des infrastructures résilientes et des mesures d'adaptation et d'atténuation en la matière qui sont adaptées aux besoins du XXIe siècle. J'invite le gouvernement à collaborer avec ses partenaires pour reconstruire Lytton, financer les infrastructures essentielles et donner aux Premières Nations les moyens d'exercer un plus grand contrôle quant à la gestion des catastrophes, car la façon actuelle de faire les choses ne fonctionne pas.
    Nous avons beaucoup à faire, et je me consacre entièrement à aller chercher les ressources dont la Colombie‑Britannique a besoin pour se reconstruire.

Les femmes et l'égalité des genres

    Monsieur le Président, je souhaite remercier les bonnes gens de Port Moody—Coquitlam, grâce à qui je suis l'une des 103 femmes élues à la Chambre.
    La pandémie frappe durement les femmes, et le fardeau croissant du travail non rémunéré a forcé un trop grand nombre d'entre elles à quitter le marché du travail pour s'occuper des enfants et assurer l'école à la maison. Leur carrière est reléguée au second plan alors qu'elles se dévouent à leur famille. Dans l'économie des soins, les femmes qui travaillent en première ligne, très souvent des femmes racisées et des nouvelles arrivantes, font face à de longues heures et à un taux croissant d'abus. Louangées pour leur héroïsme, elles reçoivent pourtant un salaire insuffisant.
    C'est inacceptable. Leur travail est inestimable. Cette dévaluation vient de systèmes d'oppression plus étendus. Au sortir de cette pandémie, nous devons saisir l'occasion d'éliminer les obstacles sur le chemin des femmes et des personnes de genres divers pour enfin atteindre l'égalité des genres.

[Français]

Le projet Oriflammes

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour parler du projet Oriflammes, initiative mise en place il y a quelques années par la filiale Richelieu Québec 79 de la Légion royale canadienne.
    Chaque année, durant la période du jour du Souvenir, des oriflammes à l'effigie des vétérans de la région embellissent les artères principales de Saint‑Jean‑sur‑Richelieu. Elles nous rappellent le service des militaires de chez nous, militaires dont on peut trouver la biographie sur le site Web de la Ville.
    Si j'en parle, c'est entre autres parce que Saint‑Jean‑sur‑Richelieu a été la première ville au Québec à mettre sur pied une telle initiative. D'autres municipalités ont depuis emboîté le pas, et nous espérons que le projet fasse école dans plus de villes encore.
    On dit que tous les militaires paient leur service de leur vie. Si certains le font d'un seul coup, d'autres, eux, en étalent le paiement tout au long de leur existence. Des initiatives comme le projet Oriflammes sont une façon de leur dire un merci des plus mérités.

[Traduction]

Les inondations en Colombie-Britannique

    Monsieur le Président, au cours de la dernière semaine, les Canadiens ont été témoins de l'horrible catastrophe qui s'est abattue sur la Colombie-Britannique. Des pluies torrentielles ont causé des inondations qui ont détruit nos routes, nos ponts, nos réseaux d'aqueduc et d'égouts. Des milliers de maisons et de commerces ont été submergés. Des animaux de ferme se sont noyés ou ont dû être euthanasiés.
    Dans la ville d'Abbotsford, on peut constater des scènes de destruction inimaginable. De nombreuses familles ont été déplacées. Des dignes ont cédé, des stations de pompage ont été débordées et une quantité incalculable de propriétés ont été détruites d'un bout à l'autre de la ville dévastée.
    Cependant, je me considère privilégié de vivre à Abbotsford. Au milieu de tout ce chaos, mes concitoyens se sont serré les coudes sans hésiter. Notre maire, nos bénévoles, nos premiers répondants ainsi que les membres des forces armées et tant d'autres ont travaillé sans relâche pour mettre les habitants à l'abri et veiller à leur sécurité.
    Il faudra des années avant d'évaluer tous les dégâts, qui s'élèveront à des milliards de dollars. Toutefois, nous allons relever ce défi colossal et rebâtir notre ville de manière à devenir une communauté plus résiliente que jamais.
    Que Dieu bénisse Abbotsford. Que Dieu bénisse le Canada.

  (1425)  

Des Terre-Neuviens disparus en mer

    Monsieur le Président, c'est le cœur lourd que je prends la parole à la Chambre au sujet de deux jeunes hommes qui sont disparus au large de Terre-Neuve. Adolfo, mieux connu sous le nom de Tommy Ferreira, et Michael Gill ont quitté Lawrence Harbour le samedi 13 novembre pour chasser le guillemot et, malheureusement, malgré tous les efforts des équipes de sauvetage, ils ne sont toujours pas rentrés à la maison.
    Aux membres de la Garde côtière canadienne, de la GRC, de la Garde côtière auxiliaire canadienne, ainsi qu'aux propriétaires de bateaux et aux pêcheurs qui continuent les recherches pour trouver ces deux hommes, nous tenons à dire « merci » de faire ce qui doit assurément être une tâche déchirante.
    Il nous incombe comme gouvernement de faire en sorte que ceux qui s'aventurent en mer soient en sécurité et qu'ils rentrent chez eux chaque soir. Nous devons continuer de modifier nos règles et nos politiques pour assurer la sécurité de tous ceux qui naviguent dans les eaux canadiennes.
    Aux amis et aux familles de ces deux jeunes garçons, j'offre les pensées et les prières des habitants d'Avalon et d'ailleurs à Terre-Neuve et au Labrador.
    Que Dieu veille sur eux.

Questions orales

[Questions orales]

[Traduction]

L'aide aux sinistrés

    Monsieur le Président, c'est un bonheur de vous revoir là et de revoir tous les députés assis à leur place.
    Depuis plus d'une semaine, les Canadiens regardent les images dévastatrices qui leur proviennent de la Colombie-Britannique et qui leur montrent l'ampleur des inondations qui frappent Abbotsford, Hope et des dizaines d'autres localités. Je tiens à souligner que le ministre est en contact constant avec les autorités fédérales afin de coordonner les interventions rendues nécessaires par ces inondations destructrices.
    Le premier ministre pourrait-il faire le point sur les plus récents efforts déployés par le gouvernement fédéral pour lutter contre cette catastrophe naturelle?
    Monsieur le Président, je remercie le député d'en face d'avoir abordé ce sujet. Je sais qu'il est de tout cœur avec les Britanno-Colombiens et qu'il le sera tant que cette période extraordinairement difficile ne sera pas derrière eux. On peut d'ailleurs en dire autant de moi-même, des autres députés et des Canadiens en général. Comme vient de le souligner le député, nous gardons un contact étroit avec les autorités provinciales et nous demeurons prêts à dépêcher sur place toute l'aide qu'elles pourraient nous demander.
    Les ressources fédérales ont été mises à profit dès le début de la crise, et au moment où on se parle, près de 500 militaires sont sur place pour ériger des digues de sable, secourir le bétail et acheminer aux habitants des régions éloignées les vivres et le soutien dont ils ont besoin.
    Nous serons aux côtés des Britanno-Colombiens jusqu'à la fin de cette catastrophe et nous serons là aussi pour la reconstruction. C'est ce que font les Canadiens: ils s'entraident et ils sont là pour leurs voisins — et ce n'est pas près de changer.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, je remercie le premier ministre et je souhaite poursuivre la discussion à propos du soutien des gens de la Colombie-Britannique. Vingt communautés autochtones de la province ont conclu des ententes autour du projet Coastal GasLink. Pour arriver à une réelle réconciliation, il faut un plan favorisant une réconciliation économique afin que les enfants autochtones de la prochaine génération reçoivent en héritage des occasions de réussite et non des traumatismes. Nous avons vu, cette semaine, des invitations tendancieuses incitant les gens à faire sauter des chantiers comme celui de Coastal GasLink.
    Pourquoi les Canadiens attendent-ils encore que le premier ministre publie un vrai plan de réconciliation économique?
    Monsieur le Président, depuis 2015, nous travaillons avec détermination à la réconciliation, laquelle comprend évidemment une réconciliation économique faite en partenariat avec les peuples autochtones et avec leur leaders. Qu'il s'agisse du développement des ressources naturelles, de la parité et des investissements consacrés aux écoles, ou de la fin des avis à long terme de faire bouillir l'eau, nous continuerons d'avancer et nous serons guidés dans ce travail par nos partenariats avec les peuples autochtones de partout au pays.
    Les Canadiens doivent évidemment travailler ensemble vers l'atteinte de ces objectifs. Les remarques qui incitent ou invitent à la violence ne sont pas productives et pourraient être dangereuses.

L'économie

    Monsieur le Président, l'inflation au Canada n'a jamais été aussi élevée depuis 20 ans et 60 % des parents canadiens craignent de ne pas pouvoir mettre du pain sur la table. Les factures mensuelles d'épicerie ont augmenté de centaines de dollars. Le discours du Trône mentionne l'inflation à une seule reprise. On en parle qu'une seule fois.
    Le premier ministre a-t-il du mal à comprendre les préoccupations des familles canadiennes ou est-ce qu'il s'en fiche?
    Monsieur le Président, partout dans le monde, des pays sont aux prises avec un problème d'inflation en raison des perturbations des chaînes d'approvisionnement et du rétablissement des économies à la suite de la pandémie de COVID. Nous sommes extrêmement préoccupés par la hausse du coût de la vie causée par l'inflation.
    Le député d'en face parle des familles. C'est précisément pour elles que nous allons de l'avant avec les services de garderie à 10 $ par jour partout au pays. En fait, même en Alberta, on se dirige dans cette voie et on a l'intention de réduire de moitié les frais de garderie assumés par les familles dès le 1er janvier. C'est là une mesure d'aide concrète à laquelle les conservateurs se sont opposés à la Chambre.

  (1430)  

    Avant de donner la parole au chef de l'opposition, je souligne que tout le monde veut sans doute entendre les réponses aux questions. Je veux simplement le signaler pour que tous les députés se taisent et soient à l'écoute.

[Français]

    Monsieur le Président, l’inflation au Canada est à son plus haut niveau; 60 % des familles canadiennes ont peur de ne pas être capables de nourrir leur famille. Les factures d’épicerie ont déjà augmenté de centaines de dollars, mais le discours du Trône a seulement mentionné l’inflation une fois; une seule fois. Le premier ministre sait-il que nous avons une crise d’inflation au Canada?
    Monsieur le Président, il est certes intéressant de parler du défi de l'inflation que bien des pays doivent affronter. Cependant, dans le discours du Trône, nous avons passé beaucoup plus de temps à parler de nos solutions, notamment les garderies à 10 $ par jour partout au pays et des investissements pour répondre à la crise du logement. Les conservateurs au fédéral sont contre de tels investissements et initiatives. Ils ont promis de déchirer les ententes concernant les garderies qui vont aider les familles.
    Nous, nous allons agir pour justement aider les familles en ce qui a trait au coût de la vie.

L'emploi

    Monsieur le Président, a-t-on parlé d'une solution pour l'économie? La pénurie de main-d'œuvre est réelle, mais les libéraux l'ignorent. Le Québec est placardé de pancartes qui disent: « nous embauchons », mais le premier ministre n'a pas de plan pour régler cette situation. Il n'a pas de solution. La preuve, c'est que la pénurie de main-d'œuvre n'a même pas été mentionnée une seule fois dans le discours du Trône.
    Comment le premier ministre peut-il expliquer aux entrepreneurs et aux PME qu'il ne reconnaît pas le problème de la pénurie de main-d'œuvre au Canada?
    Monsieur le Président, notre discours du Trône se concentrait sur les grands enjeux auxquels les Canadiens sont confrontés, y compris la pénurie de main-d'œuvre. Nous savons que, les grandes priorités sur lesquelles les Canadiens veulent que nous travaillions sont d'en finir avec la COVID‑19, de rebâtir une économie forte et inclusive pour tout le monde, d'avancer dans la lutte contre les changements climatiques en créant de nouveaux emplois innovants dans les secteurs verts et d'œuvrer à la réconciliation.
     C'est exactement ce que nous allons faire. Oui, nous allons rehausser les seuils d'immigration. Oui, nous allons investir dans la formation. Oui, nous allons aider à contrer cette pénurie de main-d'œuvre qui existait avant la pandémie et qui dure encore maintenant.

La santé

    Monsieur le Président, nous sommes au début d'une nouvelle législature, ce qui nous donnera certainement l'occasion de collaborer. Parfois, pour le bien des gens, collaborer pourrait vouloir dire brasser les choses un peu. Au besoin, nous le ferons.
    La priorité des Canadiens, des Québécoises et des Québécois, c'est bien sûr la santé. Dans les perspectives des provinces et du Québec, cela prend la forme du financement des soins de santé et de l'augmentation des transferts en santé.
    Le Bloc québécois a formulé une proposition à l'effet de remplacer les traditionnelles et opaques rencontres des premiers ministres par un sommet public sur la santé. Il s'agirait d'un sommet sur le financement des soins de santé auquel tous les premiers ministres et le premier ministre participeraient ouvertement et publiquement avec les ministres de la Santé pour que tant les médias que la population comprennent les enjeux et les propositions.
    Le premier ministre a-t-il considéré la proposition du Bloc québécois?
    Monsieur le Président, nous reconnaissons tous que notre système de santé et nos travailleurs de la santé ont aidé les Canadiens à traverser cette pandémie. Nous avons donc un plan pour éliminer les retards dans les systèmes de soins de santé, construire de meilleurs établissements de santé mentale et de soins de longue durée et embaucher jusqu'à 7 500 médecins et infirmières supplémentaires, en partenariat avec les provinces.
    Nous avons veillé à ce que les systèmes de soins de santé des provinces et des territoires puissent fournir des soins grâce aux suppléments de 4 milliards de dollars dans le budget de 2021. Nous allons continuer d'être là pour investir dans le système de santé, respecter les compétences des provinces et assurer les meilleurs soins de santé pour tous les Canadiens partout au pays.

  (1435)  

    Monsieur le Président, vous me permettrez de m'inquiéter du mot « partenariat », qui a l'air de vouloir dire « conditions » et, en souvenir de la campagne électorale, permettez-moi de m'inquiéter du mot « plan », qui fut fort inquiétant aussi.
    Cependant, est-ce que le premier ministre peut nous dire, avec tout le sérieux du monde, s'il considère que les drames épouvantables vécus dans le cadre de la pandémie sont de la faute et la responsabilité des provinces et du Québec? Si cela avait été lui, croit-il et a-t-il la prétention qu'il aurait fait mieux?
    Monsieur le Président, cela ne m'intéresse pas du tout d'attribuer à qui que ce soit la responsabilité des drames abominables que les gens ont vécus partout au pays. Nous sommes tous très conscients du besoin de travailler ensemble afin que les aînés partout au pays puissent recevoir le meilleur soutien. C'est exactement ce pour quoi nous sommes là pour travailler avec les provinces et les territoires.
    Les gens veulent juste que leurs parents et leurs grands-parents soient soignés de la bonne façon. Nous travaillerons en partenariat avec les provinces afin d'investir et nous assurer que les aînés partout au pays sont en sécurité.

[Traduction]

Les changements climatiques

    Monsieur le Président, nous nous trouvons en pleine crise climatique, et il faut agir rapidement. Cette crise climatique nous offre aussi l'occasion de créer de bons emplois, pour peu que nous ayons un plan. Or, le discours du Trône rate la cible lorsqu'il s'agit d'établir un plan pour les travailleurs.
    Pourquoi le premier ministre a-t-il abandonné les travailleurs en les privant d'un plan de création d'emplois bien rémunérés qui contribueraient à lutter contre la crise climatique? Pourquoi le discours du Trône ne contient-il pas de plan pour permettre aux travailleurs de lutter contre la crise climatique?
    Monsieur le Président, il y a quelques mois à peine, tous les partis ont eu l'occasion de présenter un plan pour lutter contre les changements climatiques et pour favoriser la croissance de l'économie canadienne. J'ai été ravi de constater que le plan libéral de croissance de l'économie et de lutte contre les changements climatiques a été salué par des scientifiques de premier plan, par des chefs de file du domaine environnemental comme Andrew Weaver de la Colombie‑Britannique, et par des économistes comme Mark Jaccard. Tous les experts s'accordent pour affirmer que les investissements et le plan que nous avons mis en avant et que nous avons maintenus dans le discours du Trône représentent ce qu'il y a de mieux pour l'économie et pour la lutte contre les changements climatiques.

[Français]

    Monsieur le Président, on vit une crise climatique et on doit agir immédiatement.
    Une chose qu'on peut faire, c'est éliminer les subventions à l'industrie pétrolière. Le gouvernement a promis de le faire, mais en ce moment il investit 14 fois plus dans l'énergie fossile que dans l'énergie renouvelable.
    Le premier ministre s'engage-t-il à éliminer complètement les subventions aux pétrolières pour investir l'argent dans l'énergie renouvelable pour faire face à la crise climatique?
    Monsieur le Président, en tant que gouvernement, cela fait bien des années qu'on s'est engagé à éliminer les subventions à l'industrie pétrolière, et on va même le faire avant la date ciblée de 2025 parce qu'on sait que c'est important.
    En plus, on a mis en avant un plan pour mettre une limite absolue sur les émissions de l'industrie gazière et pétrolière et réduire les émissions progressivement jusqu'à ce qu'on atteigne la carboneutralité en 2050 en suivant les conseils des scientifiques.
    C'est le plan que le Parti libéral avait mis en avant; il était, malheureusement pour le NPD, beaucoup plus fort que le plan qu'il a présenté à la dernière élection.

[Traduction]

L'économie

    Monsieur le Président, dans le discours du Trône d'hier, on ne trouve que d'autres promesses rompues des libéraux. On n'y parle pas du fait que tous les prix augmentent au Canada: l'essence, le panier d'épicerie, le loyer et les vêtements. Le prix de tous les produits de première nécessité pour les Canadiens monte en flèche.
    Ma question au premier ministre est simple. À quand remonte la dernière fois où il a fait le plein d'essence, où il est allé à l'épicerie, où il est allé à la quincaillerie? Sait‑il quel est le prix actuel d'une miche de pain, ou peut‑être d'une boîte de fèves ou d'un paquet de bacon?
    Monsieur le Président, au cours des derniers mois, j'ai discuté avec les Canadiens, et deux préoccupations majeures sont ressorties de ces discussions: l'augmentation des frais des services de garde payés par les familles et la crise du logement qui frappe notre pays.
    Eh bien, les conservateurs, qui prétendent connaître la réalité des Canadiens, ont promis d'abandonner notre plan pour les services de garde, alors que les familles ont besoin des milliers de dollars qu'elles pourraient économiser grâce à notre initiative visant à offrir des services de garde à 10 $ par jour. Pour ce qui est du logement, le plan des conservateurs était d'accorder des allégements fiscaux aux riches propriétaires pour qu'ils puissent vendre leur maison. Cela n'a aucun sens.

  (1440)  

    Je tente d'entendre les questions et les réponses. Je tiens à m'assurer que c'est aussi ce que souhaite tout le monde. D'accord. Nous pouvons poursuivre.
    La députée de Portage—Lisgar a la parole.
    Monsieur le Président, je vais répondre à la question à la place du premier ministre. Il y a un an, une livre de bacon coûtait environ cinq dollars. Aujourd'hui, même la livre de bacon générique — et tout le monde connaît les produits génériques sauf peut-être le premier ministre, frôle les huit dollars.
    Les gens sans enfant, les aînés et les personnes qui ont des enfants d'âge scolaire achètent du bacon, du pain, des œufs et des vêtements et paient leur loyer, et cela coûte cher. Il est très décevant que le premier ministre soit si déconnecté de la réalité que la seule chose qui pourrait éventuellement le préoccuper est de savoir si le prix des planches de surf va augmenter. Je suppose que cela le préoccupera.
    Le premier ministre reconnaîtra-t-il qu'une crise sévit en raison de l'inflation au pays?
    Monsieur le Président, une fois de plus, tandis que les conservateurs tentent d'accumuler du capital politique à bon marché, nous nous concentrons sur les Canadiens.
    Nous continuerons de collaborer avec les provinces, y compris les provinces conservatrices comme l'Alberta, qui réalisent que mettre en œuvre un programme de garderies à 10 $ par jour pour réduire de moitié les frais des services de garde dès janvier prochain améliorera énormément la situation financière des familles. De plus, nous prévoyons encore plus d'investissements pour remédier à la crise du logement, car nous savons que les services de garde et le logement sont deux des principaux facteurs qui font que les Canadiens ont de la difficulté à joindre les deux bouts. Cela dit, nous continuerons également de collaborer avec les provinces dans d'autres dossiers.
    Monsieur le Président, l'autre chose qui me rend furieuse, c'est l'arrogance du premier ministre et le fait qu'il est déconnecté de la réalité. C'est vraiment décourageant.
    Le premier ministre dit qu'il ne s'occupe pas de politique monétaire. Eh bien, c'est assez évident, parce que sa politique monétaire est en train de faire exploser l'inflation au Canada. Il peut bien dire que c'est la même chose partout sur la planète, mais c'est pire au Canada pour ceux qui n'ont pas d'enfant, pour ceux qui ont des enfants d'âge scolaire et pour les aînés. Il y a des gens au pays qui peinent à joindre les deux bouts.
    Quand le premier ministre va-t-il arrêter de ne parler que des garderies pour enfin parler de l'augmentation du coût de la vie en général au pays et du fait qu'il ne semble pas en être conscient et qu'il n'a pas l'intention d'intervenir pour corriger la situation?
    Monsieur le Président, malheureusement, on constate une fois de plus qu'au fédéral les conservateurs sont guidés par leur idéologie quand ils déclarent sur un ton méprisant: « Arrêtez de parler des garderies et parlez donc des choses qui comptent vraiment pour les gens. » Je suis désolé, mais ce dont les Canadiens ont besoin — et les premiers ministres conservateurs de tout le pays sont d'accord là-dessus —, ce sont des investissements pour soutenir les familles. Ces investissements ne profitent pas seulement aux mères et à leurs enfants. Ils profitent à toute l'économie, parce qu'ils favorisent la participation au marché du travail. Malheureusement, l'idéologie des conservateurs les empêche de comprendre cette réalité.

[Français]

L'emploi

    Monsieur le Président, voici la réalité des faits: aujourd'hui, 200 000 emplois au Québec ne sont pas occupés à cause la pénurie de main‑d'œuvre. Cela a coûté 18 milliards de dollars à nos entreprises parce qu'il n'y a pas assez d'employés, et 70 % de nos entreprises refusent des contrats. C'est cela, la réalité économique du Canada: une pénurie de main‑d'œuvre.
    Hier, dans le discours du Trône, il n'y avait absolument rien à ce sujet.
    Pourquoi le premier ministre fait‑il semblant qu'il ne se passe rien alors que nos entreprises souffrent actuellement du manque de main‑d'œuvre?
    Monsieur le Président, je comprends que le Parti conservateur est très axé sur les problèmes sans proposer de solutions.
    Nous, dans le discours du Trône, avons plus parlé des solutions. Par exemple, depuis un an nos frontières étaient fermées à cause de la pandémie; maintenant, nous allons investir encore plus dans l'immigration en travaillant avec les provinces pour amener plus de main‑d'œuvre au pays tout en investissant dans les opportunités comme la petite enfance pour nous assurer que dans les décennies à venir nous ayons un marché du travail robuste où il n'y a pas de pénurie de main‑d'œuvre.
    Monsieur le Président, je me permets d'être suspicieux quand le premier ministre parle de la frontière, parce que s'il y en a un qui a très mal géré la frontière, c'est bien l'actuel premier ministre du Canada.
    Dans ma circonscription se trouve le siège social de Familiprix. Ce matin, j'ai parlé au patron et 212 emplois sont disponibles actuellement en raison du manque de main‑d'œuvre. Dans Bellechasse, la circonscription de ma nouvelle collègue, 50 emplois sont disponibles chez Exceldor à cause la pénurie de main‑d'œuvre.
    Hier, il n'y avait rien du tout dans le discours du Trône.
    Qu'est‑ce que le premier ministre a à dire aux entrepreneurs qui, eux, font face à la réalité des faits, à savoir une pénurie de main‑d'œuvre?

  (1445)  

    Monsieur le Président, nous savons très bien qu'il y a d'énormes défis en ce qui concerne la pénurie de main‑d'œuvre dans tout le pays. C'est pour cela que nous travaillons justement avec les provinces et les entrepreneurs à des solutions. Que ce soit sur le plan de l'immigration, de la formation de main‑d'œuvre ou des investissements en éducation et en petite enfance, nous allons créer un système et nous allons nous assurer d'avoir plus d'opportunités pour les entrepreneurs.
    La réalité est que les conservateurs se plaignaient que l'aide aux travailleurs bloquait la situation et créait cette pénurie. Or, notre aide est maintenant beaucoup plus ciblée. On voit que la pénurie se poursuit et nous allons continuer de travailler là-dessus.

L'économie

    Monsieur le Président, une autre réalité économique que toutes les familles canadiennes constatent, c'est le coût de la vie qui augmente.
    Le taux d'inflation est de 4,7 %, soit la pire situation depuis 2003. Hier, dans le discours du Trône, il y avait une seule mention de la gouverneure générale, dans un français discutable, où elle a mentionné le mot « inflation ». La réalité est que le premier ministre a déjà dit qu'un budget s'équilibre de lui‑même.
    Selon le premier ministre, le taux d'inflation va‑t‑il baisser de lui‑même?
    Monsieur le Président, l'inflation est une réalité qui touche les pays partout dans le monde maintenant, et le Canada fait mieux que beaucoup de nos pays pairs, y compris les États‑Unis. C'est effectivement un grand défi pour les citoyens et c'est pour cette raison qu'hier, dans le discours du Trône, nous nous sommes attardés non seulement au problème, mais aussi aux solutions.
    Nous savons que des investissements dans du logement abordable et l'abordabilité des logements, des investissements dans les centres de la petite enfance, y compris la création de 37 000 nouvelles places au Québec, sont des choses qui vont aider les familles à gérer le coût de la vie.
    Nous en avons plus à faire, et nous serons toujours là avec des solutions pour les familles.

Le changement climatique

    Monsieur le Président, le premier ministre et le ministre de l’Environnement et du Changement climatique se sont présentés à la COP26 avec de fort intéressantes intentions que je salue, au demeurant.
    C'était la COP de la dernière chance, disait-on. Toutefois, des enjeux relatifs au gaz et au pétrole persistent.
    Alors que le gouvernement prétend avoir des objectifs ambitieux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, l'industrie pétrolière, elle, au contraire, se vante d'un désir ou d'une projection d'augmentation des forages de 25 % en 2022.
    Est-ce compatible avec les objectifs du gouvernement?
    Monsieur le Président, dans le plan que nous avons présenté à la COP26, dans le plan que nous avons présenté aux Canadiens lors des dernières élections, nous reconnaissons que nous avons besoin de mettre un cap absolu sur les émissions de l'industrie pétrolière et gazière et de les réduire jusqu'à la carboneutralité.
    Ce sont d'ailleurs les engagements qui ont déjà été pris par un grand nombre de grandes compagnies pétrolières au Canada.
    Nous allons nous baser sur la science. Nous allons réduire nos émissions partout au pays. Nous allons nous assurer de créer les bons emplois vers un avenir meilleur pour tous, tout en luttant contre les changements climatiques.
    Monsieur le Président, en matière de science, les anciennes lectures du nouveau ministre étaient plus instructives que les nouvelles, de toute évidence.
    Cependant, le premier ministre est aux prises avec un Canada de l'Ouest qui est éminemment pétrolier et un Québec qui est beaucoup plus vert.
    Or, un calcul simple établit que de réduire les émissions de gaz à effet de serre par baril est, au contraire, une autorisation pour augmenter la production, ce qui, à terme, ne change rien.
    Le premier ministre ne se demande-t-il pas si sa solution n'est pas la recette de l'échec?
    Monsieur le Président, avec tout le respect que je dois à mon honorable collègue du Bloc québécois, j'aimerais lui expliquer qu'au Canada, dans une fédération, nous avons quelque chose qui s'appelle les champs de compétence des provinces et que les champs de compétence des provinces gèrent la production des ressources...
    Des voix: Oh, oh!
    Je ne peux pas entendre la réponse. Je demanderais donc à tout le monde de ne pas crier à la Chambre.
    L'honorable premier ministre a de nouveau la parole.

  (1450)  

    L'honorable député devrait très bien savoir que le gouvernement fédéral peut légiférer et régler les émissions, mais ne peut pas directement contrôler ou s'attaquer à la production, qui est un champ de compétence des provinces.
    C'est une chose qu'il devrait très bien savoir.

[Traduction]

L'économie

    Monsieur le Président, les dépenses du gouvernement font monter le coût de la vie. Les déficits inflationnistes de près d'un demi-billion de dollars engagés par les libéraux signifient que les consommateurs dépensent davantage pour obtenir moins de biens à cause de la hausse des prix. Pourtant, le premier ministre affirme qu'il ne se préoccupe pas tellement de la politique monétaire. Rien d'étonnant puisque c'est juste l'inflation ou « Justinflation », comme on dit en anglais.
    Étant donné que le coût du logement et de l'essence a grimpé d'un tiers, le premier ministre a-t-il eu le temps, depuis qu'il est descendu de sa planche de surf, de réfléchir davantage à la politique monétaire?
    Je sais que la Chambre vient tout juste de reprendre ses travaux après une longue pause. Néanmoins, je rappelle aux députés que lorsqu'ils prennent la parole à la Chambre, ils ne peuvent désigner leurs collègues par leur nom. Ils doivent les désigner par leur titre ou par le nom de leur circonscription.
    Le très honorable premier ministre a la parole.
    Monsieur le Président, pendant que les conservateurs s'adonnent à de ridicules petits jeux partisans, nous nous concentrons sur les Canadiens. Nous savons que nos concitoyens sont confrontés à une situation grave et c'est pourquoi nous avons pris de véritables mesures pour les soutenir.
    Tout d'abord, en dépit de la désapprobation des conservateurs, nous avons investi pour soutenir les Canadiens pendant la pandémie. Cette décision n'a pas seulement été la solution appropriée dans le contexte de la crise sanitaire, elle a aussi permis d'assurer la reprise économique. C'est dans cette perspective que nous allons de l'avant en investissant dans les services de garde et le logement pour vraiment aider les Canadiens à faire face au problème d'abordabilité.
    Monsieur le Président, chaque fois que le premier ministre crée un nouveau programme, le coût du produit concerné augmente irrémédiablement. Par exemple, lorsqu’il dépense 70 milliards de dollars pour construire des logements abordables, le prix du logement augmente de presque 300 000 $. De nombreux députés siégeant aujourd’hui à la Chambre n’étaient même pas encore nés la première fois que les libéraux ont promis de rendre les garderies plus abordables.
    Quand le premier ministre va-t-il se rendre compte qu’accroître l'argent disponible pour se procurer un bien tout en réduisant l'offre de ce même bien signifie une hausse des prix, et que par conséquent plus il dépense, plus les prix montent?
    Monsieur le Président, l'approche du député de Carleton et, en fait, des conservateurs en matière d’économie est bien connue des Canadiens, qui ont par conséquent...
    Des voix: Oh, oh!
    À l’ordre. Je veux être sûr que nous pouvons poursuivre.
    Le très honorable premier ministre a la parole.
    Monsieur le Président, le Parti conservateur s’est fait rejeter catégoriquement trois fois de suite par le peuple canadien.
    Durant notre mandat, notre objectif était de renforcer la classe moyenne et de soutenir les Canadiens qui travaillent fort. C’est exactement ce que nous avons fait. Nous avons proposé un plan pour des garderies à 10 $ par jour, et ce plan a été accepté par un certain nombre de premiers ministres conservateurs au Canada, mais les conservateurs au niveau fédéral ont juré de détruire ce plan.
    Alors que nous commençons à investir dans le logement, ils veulent des allègements fiscaux pour que les propriétaires vendent leurs immeubles. Ce n’est pas la bonne approche, monsieur le Président, mais la nôtre est la bonne.
    Monsieur le Président, le premier ministre se plaît à mettre l'inflation qu'il a causée sur le compte d'événements qui se produisent dans des contrées lointaines. Comment se fait‑il alors que les consommateurs du Canada subissent un taux d'inflation plus élevé que celui de l'Arabie saoudite, de la Suisse, de Singapour, de l'Inde, de la Chine, du Japon, de l'Allemagne, de l'Italie, de la France, du Royaume‑Uni et de la zone euro? En fait, tous les pays ont un taux d'inflation inférieur au nôtre, à part nos voisins du Sud, qui ont trop fait marcher la planche à billets.
    Pourquoi le premier ministre n'assume‑t‑il pas la responsabilité de la hausse du coût de la vie que ses dépenses effrénées infligent aux Canadiens?
    Monsieur le Président, je suis surpris de constater à quel point le député de Carleton semble me tenir en haute estime en me croyant capable de créer une crise d'inflation mondiale grâce aux initiatives que nous avons prises pour aider les Canadiens tout au long de la pandémie, parce que c'est exactement ce qu'il dit.
    On observe des taux d'inflation records partout dans le monde. Ici, au Canada, nous poursuivons les investissements dans des moyens d'aider les Canadiens, comme des garderies de calibre mondial et des mesures relatives au logement, ainsi que des investissements dans la réconciliation, la lutte aux changements climatiques et la construction d'un avenir meilleur, alors que le parti d'en face choisit de faire l'autruche.

  (1455)  

[Français]

    Monsieur le Président, je pense que le premier ministre a manqué les faits. En fait, les autres pays ont moins d’inflation que le Canada: la France, l’Italie, l’Allemagne, le Japon, le Royaume‑Uni ont tous des taux d’inflation beaucoup plus bas que le Canada. Seuls les États‑Unis, qui impriment de l’argent comme des fous, ont un taux d’inflation plus élevé.
    Le premier ministre veut reproduire ça. On sait que ce premier ministre ne pense pas aux politiques monétaires. Après tout, c’est « Justinflation », mais va-t-il commencer à penser aux vrais coûts qu’il met sur les épaules des Canadiens?
    Peut-être que le député ne m’a pas compris lorsque je l’ai dit en anglais. Encore une fois, je vais lui rappeler qu’à la Chambre, on fait référence aux autres députés par le nom de leur circonscription ou par leur titre. Je pense que cela est clair maintenant, dans les deux langues.
    La parole est au très honorable premier ministre.
    Monsieur le Président, je pense que je vais reprendre une expression que j’avais en tant qu’enseignant. Si le député de Carleton passait plus de temps à faire ses devoirs et moins de temps à créer des jeux de mots, il comprendrait peut-être que le monde entier est en train de faire face à une crise d’inflation, qui est grave dans tous les pays, oui. Elle est plus grave aux États‑Unis que chez nous.
     C’est pour ça que nous mettons de l’avant des solutions concrètes, comme des investissements dans la petite enfance et dans la création d’espaces en garderie, comme l’investissement dans le logement. Nous allons continuer d’être là pour les Canadiens, pendant que les conservateurs se concentrent sur moi.

[Traduction]

Le logement

    Monsieur le Président, nous sommes en pleine crise du logement. Les Canadiens peinent à se loger. Il est impossible pour eux de se trouver un toit. Tandis qu'ils subissent la flambée des coûts du logement, nourrie par la spéculation, ce gouvernement, comme ses prédécesseurs, investit trop peu d'argent dans la construction de logements que les gens peuvent vraiment se payer.
    Vu cette crise, pourquoi le premier ministre ne réagit-il pas à la gravité de la situation en prenant les mesures nécessaires pour aider les Canadiens à trouver un logement qu'ils peuvent vraiment se payer?
    Monsieur le Président, comme le précise le discours du Trône, le logement est l'une des grandes priorités du gouvernement. Nous allons la concrétiser grâce à des programmes comme le Fonds pour accélérer la construction de logements, qui aidera les municipalités à bâtir plus, à bâtir mieux, et à bâtir plus rapidement.
    Qu’il s’agisse de construire davantage de logements chaque année ou d’augmenter le nombre de logements abordables, le gouvernement travaillera avec ses partenaires pour obtenir des résultats concrets pour les familles canadiennes, y compris les aider à acheter plus tôt leur première propriété en assouplissant l’Incitatif à l’achat d’une première propriété, en créant un programme de location avec option d’achat et en réduisant les frais de clôture pour les nouveaux acheteurs.

[Français]

    Monsieur le Président, on vit une crise du logement. Il est vraiment impossible de trouver un logement abordable et ce gouvernement ne sait pas ce que veut dire « abordable ». Il pense que 2 225 $ par mois pour un loyer à Montréal, c'est abordable: c'est fou!
    Pourquoi le premier ministre ne répond-il pas à la crise du logement avec l'urgence nécessaire pour aider les gens?
    Monsieur le Président, nous passons justement aux actes.
    Comme l'a dit le discours du Trône, le logement est une priorité importante pour notre gouvernement, qui va produire des résultats grâce à des programmes comme le Fonds pour accélérer la construction de logements, qui aidera les municipalités à construire davantage, mieux et plus rapidement.
     Que ce soit en construisant plus de logements par année ou en augmentant le nombre de logements abordables, nous allons travailler avec nos partenaires afin d'obtenir de vrais résultats pour les familles canadiennes. Nous allons également aider les familles à acheter leur première maison plus tôt à l'aide d'un Incitatif à l'achat d'une première propriété assoupli et d'un nouveau programme de location avec option d'achat, et en réduisant les frais de clôture pour les nouveaux acheteurs.

[Traduction]

L'aide aux sinistrés

    Monsieur le Président, ma province a été dévastée par des catastrophes naturelles au cours de la dernière année. Les feux de forêt, les glissements de terrain et les inondations mettent en péril, voire détruisent, les biens et la vie des gens de ma circonscription et d'innombrables autres Britanno-Colombiens.
    Devant l'aggravation constante des changements climatiques, nous savons que de tels phénomènes météorologiques vont se multiplier et s'intensifier.
    Le premier ministre peut‑il faire le point à la Chambre sur le travail crucial qu'il effectue dans ce dossier?

  (1500)  

    Monsieur le Président, les habitants de la Colombie-Britannique demeurent dans mes pensées et dans celles de tous les députés.
    À la suite des récentes inondations, nous avons approuvé une demande d'aide fédérale, et plus de 500 membres des Forces armées canadiennes sont sur le terrain et y resteront aussi longtemps qu'il le faudra. À cela s'ajoutent des renforts prêts à intervenir. Nous ferons davantage pour atténuer les dommages causés par ces catastrophes naturelles et nous mettrons en place un programme national d'assurance à faible coût contre les inondations.
    Nous serons là, aux côtés des habitants de la Colombie-Britannique, à chaque étape du processus de nettoyage, de rétablissement et de reconstruction.

[Français]

L'économie

    Monsieur le Président, hier, nous avons encore eu droit à de belles paroles, sans aucune action concrète pour contrer l'inflation, qui fait que les Canadiens et les Québécois voient exploser les coûts de leur panier d'épicerie, de l'essence et du logement.
    Est-ce que le premier ministre, qui a déjà affirmé que le budget s'équilibrait tout seul — c'est vrai, le premier ministre l'a déjà dit —, peut dire aux Canadiens quand il compte proposer des mesures concrètes qui permettraient de s'attaquer à cette hausse du coût de la vie qui touche tous les citoyens?
    Monsieur le Président, les gens qui ont écouté le discours du Trône savent évidemment que notre discours était axé sur les solutions que nous mettons de l'avant pour les familles qui font face à ces défis, particulièrement en matière de logement et de places abordables en garderie. Ce sont deux exemples qui ont des répercussions directes sur le coût de la vie et pour lesquels les conservateurs n'avaient et n'ont aucun plan pour aider les Canadiens. Heureusement, le gouvernement sera là, en partenariat avec les provinces, pour aider les familles d'un bout à l'autre du pays.
    Monsieur le Président, la réalité, c'est que les politiques et les priorités du premier ministre ne font rien pour les Canadiens qui sont préoccupés par la crise du coût de la vie. Cette crise empêche les familles d'accéder à la propriété, augmente les prix des produits essentiels, et paralyse les entreprises en raison des limites de la chaîne d'approvisionnement et de la pénurie de main-d'œuvre que l'on vit tous.
    Je répète donc au premier ministre ma question, qui est extrêmement simple: quand compte-t-il proposer des mesures concrètes qui permettraient de s'attaquer à la hausse du coût de la vie qui touche tous les Canadiens et toutes les Canadiennes?
    Monsieur le Président, c'est ce que nous avons proposé hier, ainsi que plusieurs mesures qui allaient créer la croissance économique, qui allaient assurer l'aide aux familles et qui allaient aussi nous assurer d'en finir avec cette pandémie une bonne fois pour toutes.
    Je dois remarquer que, dans toutes les questions que les conservateurs nous ont posées aujourd'hui, il n'y en avait aucune au sujet du fait d'en finir avec cette pandémie. Or nous savons que la meilleure approche pour faire rebondir l'économie, c'est de s'assurer d'en finir pour de bon avec cette pandémie. Malheureusement, ce ne sont pas tous les conservateurs qui sont vaccinés, mais il convient de mentionner que plus de 95 % des Canadiens le sont, ce qui est une bonne chose.
    On va continuer de travailler là-dessus.
    Monsieur le Président, je me demande si le premier ministre a lu le discours du Trône avant qu'il ait été lu par la gouverneure générale parce que, dans l'ensemble du texte, une seule fois le mot « inflation » a été dit.
    Au lieu de présenter un plan de relance économique pour les familles, les aînés et les PME, le premier ministre propose plus de déficits qui entraîneront une hausse des coûts, des taxes et des impôts, ce qui va faire augmenter le coût de la vie des Canadiens et des Canadiennes. Au lieu de se concentrer sur les priorités de la population, le premier ministre fait exactement le contraire.
    Je répète donc ma question: quand aurons-nous des mesures concrètes qui vont s'attaquer à l'augmentation du coût de la vie de tous les Canadiens et les Canadiennes?
    Monsieur le Président, c'est le député d'en face qui n'a pas lu le discours du Trône. Nous étions axés sur les solutions dans ce discours.
    Les Canadiens nous ont donné des indications claires afin de mettre la COVID‑19 derrière nous et trouver des vraies solutions pour bâtir un meilleur avenir pour les Canadiens. Hier, on a exposé notre plan qui terminera notre lutte contre la COVID‑19, qui prendra des mesures vigoureuses contre les changements climatiques, qui rendra la vie plus abordable, qui nous fera avancer ensemble sur la voie de la réconciliation, qui aidera les Canadiens à devenir propriétaires et qui créera des emplois tout en faisant croître la classe moyenne en luttant contre la pénurie de main-d'œuvre. C'est ce que nous proposons comme solutions aux Canadiens.

  (1505)  

    Monsieur le Président, voici ce que l'on entend tous dans nos bureaux de circonscription: il y a des problèmes de main-d'œuvre en agriculture, dans le commerce de détail et dans les entreprises manufacturières; il y a des problèmes avec Immigration Canada pour traiter les demandes des travailleurs étrangers qui veulent venir nous aider ici; il y a une explosion du coût de la vie, de l'épicerie, de l'essence et du logement.
    Quelles mesures concrètes ont été proposées hier par le gouvernement pour s'attaquer à ces problèmes? Il n'y en a eu aucune. Il n'y a eu qu'une seule mention de l'inflation. Les gens en ont assez des belles paroles du premier ministre, ils veulent des mesures.
    Monsieur le Président, encore une fois, les conservateurs ne semblent pas comprendre que l'inflation est un problème, et non une solution.
    Nous avons axé notre discours du Trône et notre plan sur les solutions pour les Canadiens. Il y a notamment des solutions, comme terminer la lutte contre la COVID‑19, prendre des mesures vigoureuses contre les changements climatiques, rendre la vie plus abordable, avancer ensemble sur la voie de la réconciliation, aider les Canadiens à devenir propriétaires, créer des emplois et lutter contre la pénurie de main-d'œuvre. C'est ce que nous proposons, ce sont les solutions que les Canadiens veulent et pour lesquelles ils ont voté, il y a quelques mois.

Le changement climatique

    Monsieur le Président, je salue « l'épiphanie » du premier ministre. Il reconnaît l'existence de compétences des provinces et du Québec. Alléluia!
    Si les ressources naturelles sont une compétence de l'Alberta, dans le cas du pétrole, il n'est pas obligé de lui donner de l'argent pour extraire le pétrole, ni directement, ni indirectement ni en faisant semblant que c'est pour abaisser les émissions de gaz à effet de serre. Cela aurait pour effet d'augmenter la production.
    Le fait de changer cela n'est-il pas un plan?
    Monsieur le Président, nous savons que les changements climatiques représentent une vraie menace non seulement pour la qualité de vie des générations futures, mais aussi pour leurs emplois et pour leurs carrières.
    C'est pour cela que nous reconnaissons qu'il faut absolument lutter contre les changements climatiques, mettre une limite aux émissions des secteurs gazier et pétrolier afin de réduire ces émissions tout en investissant pour créer des bons emplois dans l'avenir.
    Nous allons être là en qualité de gouvernement fédéral, qui sera le partenaire non seulement des provinces, mais de tous les Canadiens pour créer des bonnes de carrière et une bonne qualité de vie dans l'avenir.

La santé

    Monsieur le Président, nous avons donc établi que le premier ministre vient de découvrir la notion de compétences provinciales ou québécoises. Nous avons aussi établi qu'il a la capacité de donner de l'argent pour des compétences provinciales ou québécoises. C'est fort intéressant.
    Le premier ministre pourrait‑il avoir une « épiphanie » complète et faire exactement la même affaire pour les transferts en santé?
    Monsieur le Président, tout d'abord, je suis content que, enfin, le Bloc québécois commence à comprendre comment fonctionne la fédération canadienne. Il était temps.
    Nous sommes là pour nous assurer de partenariats avec les provinces et pour investir en partenariat avec elles dans bien des domaines pour s'assurer que les Canadiens d'un bout à l'autre de ce grand pays, qui s'appelle le Canada, peuvent s'épanouir pleinement.
    Nous sommes là comme gouvernement fédéral, comme nous l'avons été pendant la pandémie et comme nous sommes là pour les gens de Colombie‑Britannique, mais aussi pour des programmes destinés à accroître notre économie, à aider les entreprises et pour garder les Canadiens en santé.

[Traduction]

L'économie

    Monsieur le Président, plus tôt pendant la période des questions, le premier ministre a dit « même en Alberta » de manière péjorative, ce qui est vraiment indigne du premier ministre de notre pays. Quelle honte!
    Nous savons ce que le premier ministre pense des travailleurs de l'Ouest canadien, mais, en cette période où le prix du carburant grimpe en flèche, il doit mettre fin à ses attaques à l'égard de ces travailleurs. Ce sont eux qui procurent au Canada une source d'énergie faible en carbone, éthique et sûre, alors que le premier ministre se réjouit de voir des pétroliers transportant du pétrole saoudien sur le Saint‑Laurent.
    Le premier ministre sait-il à quel point le prix du pétrole a augmenté depuis la dernière fois où il a participé à la période des questions à la Chambre des communes?

  (1510)  

    Monsieur le Président, permettez-moi de dire qu'au cours des derniers mois nous avons collaboré étroitement avec les Albertains, que ce soit avec des représentants des familles ou des organismes à but non lucratif. Ils ont exercé des pressions sur leurs élus pour faire progresser le dossier du programme de services de garde à 10 $ par jour, qui, soit dit en passant, était déjà en place au Manitoba et en Saskatchewan l'été dernier. Nous nous sommes réjouis quand le gouvernement conservateur de l'Alberta a signé une entente historique sur un programme de garderies à 10 $ par jour.
     Le problème, c'est qu'aucun député conservateur de l'Alberta siégeant dans cette enceinte n'appuie le programme de services de garde à 10 $ par jour, et c'est une honte pour tous les Albertains.
    Monsieur le Président, le gouvernement libéral n'a pas créé une seule place en garderie en Alberta. Le nombre d'emplois perdus dans ma province depuis l'arrivée au pouvoir du premier ministre se chiffre en centaines de milliers.
    Le premier ministre a parlé plus tôt des coûts liés au logement. Il pense que le fait de verser l'argent des contribuables à des groupes de réflexion sophistiqués et d'accroître la dette — donc l'inflation — finira, en quelque sorte, par réduire le coût des matériaux de construction de base comme le bois, qui est démesuré, et il n'a rien prévu pour contrer ce problème.
    Le premier ministre connaît-il seulement le coût d'un « deux par quatre » de nos jours?
    Monsieur le Président, c'est intéressant d'entendre une députée conservatrice critiquer notre plan en matière de logement, qui prévoit notamment des initiatives conjointes avec les municipalités à hauteur de 4 milliards de dollars pour investir davantage dans le logement et offrir des incitatifs plus souples à l'achat d'une première maison, alors que le plan sur lequel la députée a fait campagne dans Calgary Nose Hill visait à offrir des allègements fiscaux aux propriétaires fortunés pour leur permettre de vendre plus facilement leurs immeubles.
    Les conservateurs ne comprennent pas les défis auxquels sont confrontés les Canadiens en matière de logement, car si c'était le cas, ils suivraient notre exemple et proposeraient un vrai plan.
    Monsieur le Président, les prix ont tous augmenté depuis que le premier ministre est à la barre, et j'inclus le logement là-dedans, car il est de moins en moins abordable. Le premier ministre n'a pas le courage de concocter un plan. Il n'a pas le courage de défendre les travailleurs canadiens et préfère l'exode de nos emplois à l'étranger. Il n'a pas le courage de s'adresser à la Chambre et de proposer des politiques économiques sensées qui permettraient de faire baisser le prix des biens de consommation et de remettre l'économie sur les rails. Il n'a pas le courage de se doter d'une vision.
    La question qui se pose est donc: combien les Canadiens paient-ils leur poulet, ces jours-ci?
    Monsieur le Président, comme tactique oratoire, j'ai vu mieux que d'accuser un collègue de couardise. Ce n'est probablement pas le ton auquel s'attendent les Canadiens, qui souhaitent au contraire des débats constructifs.
    Les Canadiens nous ont réélus en nous confiant un mandat on ne peut plus clair: mettre fin à la pandémie une fois pour toutes — en misant sur les vaccins —, mais aussi investir dans d'autres projets, comme les garderies à 10 $...
    Le niveau sonore augmente et je peux à peine entendre le premier ministre.
    Je vais demander au premier ministre de reprendre depuis le début, s'il vous plaît.
    Monsieur le Président, lorsque les Canadiens ont retourné au travail cette Chambre nouvellement reconstituée pour mettre un terme à la pandémie, pour investir dans des garderies à 10 $, pour bâtir un avenir meilleur, pour lutter contre les changements climatiques et pour créer de bons emplois, ils ne voulaient pas entendre des insultes ridicules dignes d'une cour d'école de la part de députés à l'endroit du gouvernement. C'est pourquoi nous allons continuer de nous concentrer sur les Canadiens même si les conservateurs continuent d'éclabousser le gouvernement.
    Les Canadiens ont besoin de députés qui travaillent ensemble. C'est exactement ce que nous allons faire.

[Français]

Le changement climatique

    Monsieur le Président, hier, la gouverneure générale a lu le discours du Trône, discours qui décrit les objectifs du gouvernement et les moyens concrets pour les atteindre.
     Une partie importante de ce discours porte sur l'action climatique, sur l'urgence d'agir et sur ce que nous ferons pour rebâtir notre économie et être un chef de file dans la lutte au changement climatique.
    Le premier ministre peut-il dire aux jeunes de ma circonscription de Sherbrooke et aux Canadiens comment il compte atteindre ces objectifs importants?

  (1515)  

    Monsieur le Président, j'aimerais remercier la députée de Sherbrooke de son dévouement à la lutte contre la crise climatique.
    Pour créer des emplois et faire croître la classe moyenne, nous devons prendre des mesures ambitieuses en matière de climat. C'est pourquoi nous allons de l'avant avec des mesures comme le plafonnement et la réduction des émissions du secteur pétrolier et l'augmentation du prix de la pollution. Nous continuerons à investir dans nos travailleurs et dans notre industrie pour aider à entrer dans l'économie du futur tout en nous assurant que personne n'est laissé pour compte.

[Traduction]

L'agriculture et l'agroalimentaire

    Monsieur le Président, combien de fois l'agriculture a-t-elle été mentionnée dans le discours du Trône? Aucune. Il n'est donc pas surprenant que la première décision du premier ministre en agriculture ait été de mettre fin aux exportations de pommes de terre de l'Île-du-Prince-Édouard vers les États-Unis. Il n'a pas consulté son homologue provincial, il n'a pas consulté les familles d'agriculteurs qui seront consternées par cette décision.
    Les insulaires ont déjà de la difficulté à joindre les deux bouts en raison de l'inflation créée par les libéraux, mais qu'à cela ne tienne, le premier ministre est bien décidé à anéantir l'une de leurs industries les plus importantes. Cette décision est fondée sur des motifs politiques, et non sur des données scientifiques.
    Le premier ministre annulera-t-il cette interdiction dévastatrice et volontaire de nos exportations de pommes de terre?
    Monsieur le Président, voici encore une preuve que les conservateurs ne se sont même pas donné la peine de lire le discours du Trône. Nous avons remédié directement à la décision politique prise par M. Harper il y a quelques années d'abolir l'Administration du rétablissement agricole des Prairies en rétablissant l'agence canadienne de l'eau qui aidera les agriculteurs des Prairies et, en fait, les gens partout au pays.
    Au sujet des pommes de terre, nous sommes bien sûr extrêmement préoccupés. J'ai soulevé la question directement avec le Président la semaine dernière lorsque j'étais à Washington, parce que nous savons...
    Je vais demander au Premier ministre de s'interrompre un instant.
    Il peut reprendre.
    Monsieur le Président, en ce qui concerne ce grave problème pour les habitants de l’Île‑du‑Prince‑Édouard, nous collaborons de près avec eux et avec les Américains pour convaincre ces derniers qu’aucune raison scientifique ne motive l’interdiction d’exporter les pommes de terre de consommation.
    Nous allons continuer de défendre les intérêts des citoyens de l’île et trouver une solution fondée sur la science.
    Monsieur le Président, le premier ministre n’a manifestement aucune idée de ce dont nous parlons. Il devrait peut-être consulter les députés libéraux de l’Île‑du‑Prince‑Édouard, qui n’ont pas dit un mot au sujet de cette décision.
    D’un simple coup de stylo, le premier ministre a anéanti l’industrie de la pomme de terre de cette province. Les familles d'agriculteurs, comme les Rose à Souris ou la famille Ellis à O’Leary, sont dévastées.
    Les députés de l’Île‑du‑Prince‑Édouard peuvent-ils dire au premier ministre de lever cette interdiction imposée par notre propre gouvernement sur l’exportation de pommes de terres vers les États‑Unis, oui ou non?
    Monsieur le Président, après que nous ayons constaté la présence de la galle verruqueuse sur des pommes de terre de semence de l’Île‑du‑Prince‑Édouard, les Américains ont menacé d’interdire toutes les exportations de l’île vers les États‑Unis. Nous avons décidé de suspendre volontairement ces exportations afin d’empêcher les Américains de prendre des mesures beaucoup plus difficiles à annuler. Cette action nous permet de travailler avec les Américains et d’autres partenaires, et de leur faire comprendre qu’aucune raison scientifique ne motive l’interdiction d’exporter les pommes de terre de consommation de l’Île‑du‑Prince‑Édouard vers les États‑Unis ou ailleurs.
    Je rappelle aux députés que les masques n'étouffent pas complètement le son.
    Le député de Barrie—Innisfil a la parole.

L'éthique

    Monsieur le Président, lors de la campagne électorale, le député de Calgary Skyview a été filmé par une caméra cachée dans une sonnette non seulement en train de retirer la documentation électorale de la candidate conservatrice Jag Sahota, mais aussi de la remplacer par sa propre documentation, qui fournissait des informations erronées au sujet d'un bureau de scrutin, ce pour quoi il fait face à des accusations. Le commissaire aux élections fédérales enquête actuellement sur cette affaire, et le député est passible d'une amende de 5 000 $ et de six mois de prison.
    Même si les libéraux et le premier ministre ont placé la barre bien bas en matière d'éthique et de conduite au cours des six dernières années, le premier ministre croit-il que ce genre de comportement est acceptable de la part d'un membre de son caucus?
    Monsieur le Président, le député s'est excusé et il coopère pleinement avec Élections Canada dans le cadre des diverses procédures mises en branle.

  (1520)  

Les services de garde

    Monsieur le Président, notre gouvernement a conclu neuf ententes sur les services de garde dans toutes les provinces et tous les territoires. Je suis parfaitement consciente que l'accès à ces services aura une incidence considérable sur les familles de ma circonscription et de tout le Canada. Ces services donneront certes à nos enfants le meilleur départ possible dans la vie, mais ils permettront aussi aux parents, surtout aux mères, de poursuivre leur cheminement professionnel. Au reste, les garderies créeront de bons emplois bien rémunérés pour les éducateurs.
    Le premier ministre peut‑il informer la Chambre des ententes conclues, de celles que nous attendons encore et de la façon dont ces services changeront la vie des Canadiens?
    Monsieur le Président, j'aimerais remercier la remarquable députée de Fredericton de cette importante question.
    Ce mois‑ci, l'Alberta s'est jointe à notre système pancanadien d'apprentissage et de garde des jeunes enfants, devenant ainsi la neuvième administration à offrir aux familles des places en garderie à 10 $ par jour. Cela signifie que, d’ici cinq ans, 60 % de tous les enfants canadiens de moins de six ans auront accès à des services d'apprentissage et de garde à 10 $ par jour. Ensemble, nous allons terminer le travail afin d’offrir des services de garde à 10 $ par jour à toutes les familles canadiennes, y compris celles du Nouveau-Brunswick.

Les programmes gouvernementaux

    Monsieur le Président, le gouvernement réduit actuellement l'aide dont les aînés et familles vulnérables ont besoin. La réduction du Supplément de revenu garanti et des prestations pour enfants place les aînés et familles vulnérables en situation précaire, puisqu'ils ont du mal à manger et à se loger, faute de moyens.
    Le premier ministre peut remédier à la situation dès maintenant. Le premier ministre s'engagera-t-il aujourd'hui à mettre un terme aux réductions du SRG et des prestations pour enfants et, partant, à la souffrance infligée aux aînés et familles vulnérables?
    Monsieur le Président, je tiens d'abord à remercier le chef du NPD pour sa défense incessante des Canadiens, ce que nous nous efforçons aussi de faire de ce côté-ci de la Chambre. J'ai hâte de travailler avec lui sur des dossiers comme celui-là.
    Depuis le début, la priorité du gouvernement est de soutenir les plus vulnérables. C'est pourquoi il a travaillé dur pour consolider la sécurité du revenu pour les aînés, ce qui comprend la bonification du Supplément du revenu garanti. C'est également pour cette raison que le gouvernement a mis fin à la pratique conservatrice de verser des prestations pour enfants aux millionnaires et a plutôt décidé d'envoyer plus d'argent aux familles qui en ont besoin grâce à l'Allocation canadienne pour enfants. Au plus fort de la pandémie, le gouvernement a mis en place la PCU pour aider la population. Nous savons que cette prestation aide certains des éléments les plus vulnérables de la société. Les ministres travaillent aujourd'hui activement sur cette question afin de trouver la bonne façon de soutenir les Canadiens vulnérables, car le gouvernement sera toujours là pour eux.

AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

  (1525)  

[Traduction]

Le commerce international

    Monsieur le Président, conformément à l'article 32(2) du Règlement, et selon les modalités prescrites dans la politique modifiée sur le dépôt des traités au Parlement, qui exige une transparence accrue, je suis heureuse d'informer la Chambre des communes que le gouvernement a l'intention d'entreprendre des négociations en vue d'un accord de libre-échange entre le Canada et l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est, l'ANASE. Le gouvernement du Canada compte lancer les négociations avec l'ANASE par une première ronde de négociations qui aura lieu dans les 90 jours suivant la date du présent avis. Conformément à la politique, le Canada est à négocier les objectifs de l'accord de libre-échange Canada-ANASE, qui seront eux aussi déposés à la Chambre au plus tard 30 jours avant la tenue de la première ronde de négociations entre le Canada et l'ANASE.
    Je suis également heureuse de présenter à la Chambre des communes les objectifs de négociation du gouvernement du Canada pour un accord de partenariat économique global Canada-Indonésie. Le gouvernement du Canada compte commencer les négociations par la tenue d'une première ronde de négociations avec l'Indonésie dès que possible, mais, conformément à la politique, cette première ronde aura lieu au plus tôt dans 30 jours à partir d'aujourd'hui.

Loi visant à fournir un soutien supplémentaire en réponse à la COVID-19

     (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

Comité plénier

Nomination des présidents 

     Après mon élection à la présidence, j'ai consulté les chefs des partis reconnus au sujet de la nomination des autres occupants du fauteuil. Je suis maintenant prêt à soumettre à l'approbation de la Chambre un candidat au poste de vice-président de la Chambre et président des comités pléniers.

[Français]

    Conformément à l'article 7 du Règlement, je propose que M. d'Entremont soit nommé vice-président de la Chambre et président des comités pléniers.
    La motion est réputée proposée et appuyée. Plaît-il à la Chambre d'adopter cette motion?
    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

Le vice-président adjoint  

    Je suis maintenant prêt à proposer, pour l'adoption par la Chambre, un candidat pour le poste de vice-président adjoint de la Chambre et vice-président des comités pléniers.

[Traduction]

    Conformément à l'article 8 du Règlement, je propose Mme Hughes pour le poste de vice-présidente adjointe de la Chambre et vice‑présidente des comités pléniers.

[Français]

    La motion est réputée proposée et appuyée. Plaît-il à la Chambre d'adopter cette motion?
    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

[Traduction]

Pétitions

L'Éthiopie  

    Monsieur le Président, c'est un plaisir pour moi de présenter aujourd'hui une pétition attirant l'attention de la Chambre des communes sur les périodes préoccupantes d'instabilité et de violence que traverse la région du Tigré, en Éthiopie. Les pétitionnaires indiquent que ce conflit a entraîné des violations extrêmes des droits de la personne et une crise humanitaire.
    Ils demandent au gouvernement du Canada d'agir et de nouer un dialogue direct et soutenu avec les gouvernements de l'Éthiopie et de l'Érythrée à propos du conflit.

L'Afghanistan  

    Monsieur le Président, je vous félicite de votre élection et suis heureux d'être de retour.
     Je présente une pétition concernant la grave situation des communautés minoritaires en Afghanistan. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de prendre acte de la situation des sikhs, des hindous, des Hazaras, des chrétiens et des autres communautés minoritaires dont la situation, déjà précaire avant la prise de contrôle par les talibans, s'est depuis aggravée.
    Cette pétition a circulé avant la prise de contrôle par les talibans et demande au gouvernement de créer un programme spécial pour aider les minorités vulnérables à bénéficier d'un parrainage direct pour venir au Canada. Les conservateurs réclament ce programme spécial depuis plus de six ans, mais les libéraux ne font rien. Au lieu de s'occuper de la crise en Afghanistan, le gouvernement a choisi de déclencher des élections inutiles le jour même de la chute de Kaboul. Il a placé ses propres intérêts devant sa responsabilité de diriger. Les pétitionnaires veulent voir un véritable leadership de la part du Canada en matière de défense de la justice, des droits de la personne et des intérêts des populations les plus vulnérables en Afghanistan et ailleurs dans le monde.

  (1530)  

Les Hazaras  

    Monsieur le Président, je présente aujourd'hui une pétition signée par des Canadiens qui sont préoccupés par les atrocités dont la communauté des Hazaras, en Afghanistan, ont été et sont encore victimes.
     Les pétitionnaires exhortent le gouvernement du Canada à reconnaître le génocide contre les Hazaras, à désigner le 25 septembre comme jour de commémoration du génocide hazara, à veiller à ce que toute l'aide offerte par les Canadiens en Afghanistan continue de contribuer à la paix et à la sécurité dans la région, et à se battre pour les droits de toutes les minorités afghanes, y compris les Hazaras, les chrétiens, les sikhs et les hindous.
    Les pétitionnaires veulent que le Canada exerce un véritable leadership en vue de promouvoir la justice et les droits de la personne, de défendre les Hazaras et d'autres communautés minoritaires de l'Afghanistan, et de reconnaître le génocide dont ont souffert les Hazaras.

[Français]

L'oléoduc Trans Mountain  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition au sujet de l'oléoduc Trans Mountain.

[Traduction]

    Pour les pétitionnaires, il est crucial que le projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain ne soit pas mis à exécution. Ils font valoir qu'un déversement de bitume dilué aurait des conséquences désastreuses pour les économies et les écosystèmes locaux, et ce, dans l'ensemble de la Colombie‑Britannique, mais plus particulièrement dans la zone côtière et dans l'ensemble des 800 plans d'eau, affluents et rivières que traverserait l'oléoduc.
    Les pétitionnaires exhortent le gouvernement à renoncer à l'approbation du projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain ou à tout investissement public dans ce projet.

La Loi de l'impôt sur le revenu  

    Monsieur le Président, félicitations et bon retour à la Chambre.
    Je prends la parole pour présenter une pétition au nom des gens de ma circonscription qui vivent dans les villes de Fox Creek et Swan Hills. Ces deux villes, situées dans le Nord de l'Alberta, sont parmi les plus hautes en altitude du Canada.
    Les pétitionnaires soulignent que les distances à parcourir, les frais de chauffage élevés et d’autres dépenses augmentent le coût de la vie dans ces collectivités. Ils demandent donc de passer de la zone intermédiaire visée par règlement en Alberta à la zone de déduction fiscale pour habitants des régions éloignées afin d'être admissibles à la déduction pour les habitants de régions éloignées.
    Les pétitionnaires demandent au gouvernement d'inclure Fox Creek et Swan Hills parmi les collectivités de la zone intermédiaire visée par règlement, ce qui permettrait aux habitants de ces collectivités de réclamer ces déductions.

La pornographie  

     Monsieur le Président, la prochaine pétition est signée par des Canadiens de partout au pays.
    Les pétitionnaires sont inquiets de la facilité avec laquelle on peut trouver en ligne du contenu violent et sexuellement explicite avilissant et de ses effets sur la santé publique, particulièrement pour les femmes et les jeunes filles. Ils sont conscients qu'il n'est pas possible de prévenir la violence sexuelle si on permet à des entreprises comme Pornhub d'exposer librement et quotidiennement les enfants à du matériel sexuellement explicite et violent.
    Les pétitionnaires soulignent que, selon la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant, le Canada doit prendre des mesures pour protéger les enfants des contenus médiatiques nuisibles à leur bien-être. Ils demandent donc à la Chambre des communes d'exiger une méthode de vérification efficace de l'âge.

Les Hazaras  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter deux pétitions signées par des Canadiens préoccupés par les atrocités subies par le peuple hazara en Afghanistan dans le passé et encore aujourd'hui.
    De 1891 à 1893, une campagne génocidaire a été menée contre cette ethnie. Puis, en 1998, durant le premier règne des talibans, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants hazaras ont été massacrés. Depuis la chute du régime, les Hazaras ont souvent été la cible de violence et de harcèlement et, sans contredit, la situation s'est gravement détériorée.
    Les pétitionnaires pressent le gouvernement de reconnaître le génocide du peuple hazara, de désigner le 25 septembre comme jour de commémoration de ce génocide, de veiller à ce que l'aide canadienne à l'Afghanistan contribue à la paix et à la sécurité de la région et de défendre les droits des toutes les minorités vivant en territoire afghan, notamment les Hazaras, les chrétiens, les sikhs et les hindous.
    Les pétitionnaires souhaitent que le Canada fasse preuve de leadership dans la défense de la justice et des droits de la personne, qu'il appuie la communauté hazara et les autres minorités présentes en Afghanistan et qu'il reconnaisse le génocide perpétré contre le peuple hazara.

  (1535)  

    Je rappelle aux députés que lorsqu'ils présentent une pétition, ils doivent faire passer leur message de façon aussi concise et brève que possible. J'estime que c'est la meilleure façon de procéder étant donné que nous ne disposons que d'un temps limité. Bref, si un député utilise tout le temps alloué, d'autres intervenants n'auront pas la possibilité de présenter de pétitions.
    Nous ne passerons pas aux Questions au Feuilleton, parce qu'aucune question n'est inscrite au Feuilleton d'aujourd'hui.

[Français]

    Les questions qui ont été soumises au cours des derniers jours apparaissent présentement au Feuilleton des avis et apparaitront au Feuilleton de demain.

[Traduction]

Demande de débat d'urgence

Les inondations en Colombie-Britannique  

[Article 52 du Règlement]
    J'ai reçu une demande de débat d'urgence de la part de la députée de Saanich—Gulf Islands.
    Monsieur le Président, je crois que cette demande jouit d'un appui massif de tous les partis à la Chambre.
    Je demande un débat d'urgence sur les conséquences graves de l'urgence climatique, en particulier parce qu'elles touchent actuellement ma province, la Colombie-Britannique. Tout a commencé par le dôme de chaleur que la province a connu à la fin juin et au début juillet et qui a provoqué la mort de près de 600 personnes en l'espace de quatre jours. Les feux de forêt se sont ensuite multipliés au cours de l'été et nous sommes maintenant aux prises avec une rivière atmosphérique qui a décimé nos infrastructures, a causé la mort, a détruit des maisons et des fermes, et cela continue. Nous voyons les conséquences de l'urgence climatique également à Terre-Neuve-et-Labrador, où des infrastructures ont aussi été détruites.
    Ce débat est très à propos et il respecte nos règles sur les débats d'urgence. La situation n'est pas chronique; il s'agit d'une rencontre urgente, et les députés de tous les partis souhaiteraient qu'une décision soit rendue pour nous permettre de discuter, de débattre et, j'ose espérer, dans un esprit de collaboration et d'alliance entre les partis, de faire cause commune avec les habitants de la Colombie-Britannique, les Premières Nations, et les gens qui souffrent de l'urgence climatique partout au pays.
    Monsieur le Président, j'aimerais ajouter ma voix à ceux qui appuient la demande de débat d'urgence sur les inondations en Colombie-Britannique, où la situation est critique.
    Depuis que je siège à la Chambre, nous avons tenu des débats d'urgence sur la fermeture de pipelines, sur des barrages ferroviaires et sur la lutte contre les changements climatiques. Les inondations actuelles regroupent tous ces éléments. Un épisode de pluie d'une seule journée a causé des torts irréparables aux Britanno-Colombiens, et tous les Canadiens sont touchés par cet événement. J'aimerais donc ajouter mon appui à la demande de débat d'urgence.
    Monsieur le Président, je me permets de commencer par vous féliciter de votre réélection à titre de Président. Je crois que vous le méritez bien et je me réjouis de pouvoir travailler avec vous pendant cette nouvelle législature.
    Ma demande est plus précise que celle de mes collègues. Elle concerne l'épisode de pluie, aussi appelé « rivière atmosphérique », qu'a connu la Colombie-Britannique durant la dernière semaine, ainsi que toute la destruction que cette catastrophe a entraînée à l'échelle de la province. Je souligne que ces inondations massives se sont abattues sur l'ensemble des collectivités de la vallée du Fraser, du canyon du Fraser et de l'intérieur de la Colombie-Britannique. Au moins quatre personnes y ont trouvé la mort. Des digues ont cédé, d'importantes voies ferrées et autoroutes ont été gravement endommagées, et une vaste opération d'évacuation des résidants et de leur bétail a dû être organisée. En outre, les communautés de Merritt et de Princeton ont été complètement évacuées.
    On peut facilement s'imaginer le déplacement et l'angoisse que des milliers de familles ont subie. Les conséquences humaines et économiques seront énormes — et le sont déjà. On pourrait prétendre qu'il s'agit de la pire catastrophe naturelle de l'histoire de notre pays. De toute évidence, le gouvernement fédéral doit jouer un rôle de premier plan pour fournir de l'aide d'urgence dans les régions ravagées par les inondations et pour préparer un plan financé à long terme prévoyant des investissements dans les infrastructures essentielles afin d'éviter qu'un tel désastre ne se reproduise.
    Je demande donc la tenue d'un débat d'urgence afin que nous puissions discuter de la façon dont nous pouvons travailler ensemble, peu importe nos allégeances politiques. À en juger par les observations de mes collègues des autres partis, je sens qu'il y a une volonté de procéder à un débat d'urgence sur le sujet. Toutefois, le débat devrait porter expressément sur ce qui vient de se produire la semaine dernière.
    Je vous saurais gré, monsieur le Président, de bien vouloir tenir compte de ma demande.

  (1540)  

    Monsieur le Président, j'aimerais souligner que le gouvernement appuie sans réserve la tenue d'un débat d'urgence sur la situation dévastatrice qui frappe actuellement la Colombie-Britannique.

Décision de la présidence  

[Décision de la présidence]
    Il y a deux autres demandes, mais avant de poursuivre, je tiens à remercier les députés de leurs interventions et à signaler que je suis prêt à autoriser la tenue d'un débat d'urgence sur les inondations en Colombie-Britannique. Ce débat aura lieu plus tard aujourd'hui, à l'heure ordinaire de l'ajournement.
    Nous passons maintenant à la députée de Vancouver-Est.

La situation en Afghanistan  

[Article 52 du Règlement]
    Monsieur le Président, en plus du débat d'urgence sur la situation en Colombie‑Britannique et la crise climatique, je vous demande d'envisager la tenue d'un débat d'urgence sur la crise humanitaire en Afghanistan.
    Comme nous le savons, les élections ont été déclenchées le 15 août dernier, le jour même de la chute du gouvernement de l'Afghanistan. La sécurité de nombreuses personnes a alors été compromise par le retour du régime taliban. Nous savons que cette situation urgente perdure depuis août. De nombreux Afghans ont aidé des Canadiens alors que nos forces armées se trouvaient là-bas. Ils étaient là pour les soutenir, mais on les a abandonnés à leur sort, eux et leurs proches.
    Nous savons aussi que des Canadiens ont parrainé des conjoints et des enfants pour qu'ils viennent au pays et que le traitement des dossiers a été retardé. Ils n'ont pas réussi à faire venir leurs proches au Canada.
    La situation est urgente. Il faut tenir ce débat pour parler de la réponse du gouvernement à la crise humanitaire en Afghanistan et d'autres mesures qui doivent être prises pour sauver des vies. J'espère que vous autoriserez la tenue de ce débat, monsieur le Président.

Décision de la présidence  

[Décision de la présidence]
    Je remercie la députée de Vancouver‑Est de son intervention. Cependant, je ne suis pas convaincu que sa demande réponde aux exigences du Règlement.
    Le député d'Elmwood—Transcona a la parole.

Les aînés  

[Article 52 du Règlement]
    Monsieur le Président, c'est un plaisir de prendre la parole pour la première fois de la présente législature. Je tiens à remercier les électeurs d'Elmwood—Transcona qui m'ont réélu pour les représenter à Ottawa.
    Conformément à l'article 52 du Règlement, je demande la tenue d'un débat d'urgence sur la crise qui frappe des dizaines de milliers d'aînés vulnérables du Canada qui ont vu leur Supplément de revenu garanti être réduit, parce qu'ils ont touché des prestations d'urgence liées à la pandémie l'année dernière. Qu'arrivera-t-il à ces aînés? Nous avons entendu des histoires déchirantes de partout au pays concernant des aînés qui n'arrivent tout simplement pas à joindre les deux bouts. Ils ne reçoivent plus de prestation d'urgence. Leur budget était déjà très serré et la réduction de leur Supplément de revenu garanti signifie qu'ils ne pourront plus payer le loyer. Certains auraient même été évincés de leur demeure. On les jette à la rue et ils n'ont nulle part où aller.
    Abstraction faite de tous les bons arguments moraux en faveur du soutien de nos aînés les plus vulnérables, nous savons qu'il sera plus coûteux de répondre aux besoins de ces aînés s'ils sont à la rue que s'ils restent chez eux. Je crois que, si un plus grand nombre de députés ici présents comprenaient mieux ce fait, nous pourrions amener le gouvernement à agir en ce sens.
    Nous avons soulevé cette question à la première occasion ici à la Chambre, mais nous l'avons également soulevée à la première occasion à l'extérieur de la Chambre, au début d'août. Nous l'avons soulevée lors de la campagne électorale. Nous l'avons ensuite soulevée dans des lettres, des appels téléphoniques et des conversations avec des ministres. Aujourd'hui, c'est la première fois que nous avons l'occasion de la soulever à la Chambre, et nous pensons qu'il serait approprié de tenir un débat d'urgence, alors que ces personnes âgées sont expulsées de leur domicile, pour pouvoir mettre un terme à cette situation le plus rapidement possible et aider ceux qui ont déjà été expulsés à rentrer chez eux.

  (1545)  

Décision de la présidence  

[Décision de la présidence]
    Je tiens à remercier le député d’Elmwood—Transcona pour son intervention; cependant, je ne suis pas convaincu que sa demande réponde aux exigences du Règlement à ce stade.
    Le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes invoque le Règlement.

Recours au Règlement

Les questions de privilège  

[Recours au Règlement]
    Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole pour la première fois au cours de la 44e législature. Je vous félicite de votre élection au poste de Président. De plus, je suis ravi de me joindre à tous mes collègues ici à la Chambre.
    J'aimerais faire un rappel au Règlement qui est inhabituellement court si je le compare à mes interventions antérieures. Il concerne les deux questions de privilège soulevées hier au sujet de points qui étaient en suspens au moment de la dissolution du Parlement. L'affaire préoccupait particulièrement le leader du gouvernement à la Chambre, et c'est pourquoi le leader à la Chambre de mon parti a cité hier le passage suivant de La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition, à la page 81:
    La Chambre des communes, en exerçant son pouvoir de réprimer l’outrage, dispose d’une très grande latitude pour défendre sa dignité et son autorité. En d’autres termes, elle peut considérer toute inconduite comme un outrage et la traiter en conséquence. Les cas d’outrage commis pendant une législature peuvent même être punis au cours d’une autre législature.
    Ce dernier point a fait l'objet d'une décision explicite rendue par le Président Jerome le 9 novembre 1978, à la page 965 des Débats de la Chambre des communes, au sujet d'allégations voulant que des renseignements trompeurs aient été présentés au cours de la 29e législature et qui avaient été soulevées au cours de la quatrième année de la 30e législature. La présidence a cité la 19e édition de l'ouvrage Erskine May's Parliamentary Practice, à la page 161: « […] un outrage commis contre une législature peut être puni par une autre […] » Après quoi, il a déclaré: « Cette citation règle manifestement la question. »
     Comme on peut le lire à la page 5797 des Débats de la Chambre des communes, la Présidente Sauvé a réitéré ce principe pendant la 32e législature, le 16 décembre 1980. Elle a alors rendu sa décision à propos de la question de privilège qui avait été soulevée par l'un de mes prédécesseurs, Tom Cossitt, concernant sa question inscrite au Feuilleton pendant la 30e législature. Bien que la Présidente n'ait pas conclu que la question était fondée de prime abord pour d'autres raisons, elle a déclaré ceci: « Tout d'abord, je puis affirmer aux députés qu'on peut protester contre un outrage commis au cours d'une législature donnée et qu'on peut le sanctionner au cours d'une autre. »
    Finalement, je tiens à mentionner une citation beaucoup plus récente. Le 23 juin, le whip en chef de l'opposition a invoqué le Règlement pour demander, entre autres choses, ce qu'il adviendrait des questions de privilège à l'étude actuellement alors que, selon de fortes rumeurs, des élections seraient déclenchées pendant l'été. Voici ce que vous lui avez répondu, monsieur le Président, comme on le voit à la page 9060 des Débats de la Chambre des communes:
     Je veux simplement m'assurer que tout est fait correctement et que la réponse est juste.
    Les questions de privilège et les recours au Règlement seront reportés, et ce sera au Président du moment de les examiner et de recueillir tous les renseignements requis face à l'évolution des affaires avant de rendre une décision.
    J'ai découvert dernièrement un proverbe italien qu'on pourrait traduire comme suit: « On reconnaît l'oiseau à son chant et l'homme à ses paroles. » Je ne me risquerai pas à le dire en italien, monsieur le Président.
    La Chambre des communes vous fait confiance parce que vous êtes un homme d'honneur, un homme de parole. Il y a plusieurs années, quand mon prédécesseur M. Cossitt a soulevé une question auprès de la présidence de l'époque, il avait confiance qu'elle serait traitée correctement. J'en fais autant aujourd'hui en m'adressant à vous.
    Je remercie le député et je prendrai cela en délibéré.
    Le député de Windsor‑Ouest a la parole.
    Monsieur le Président, c'est la première fois que je prends la parole dans la présente session. Je tiens à remercier les habitants de Windsor‑Ouest et à vous féliciter. Mon recours au Règlement sera bref, mais il sera pertinent, au moins pour savoir si vous avez des connaissances à partager avec la Chambre.
    Aujourd'hui, la ministre du Commerce international a présenté son intention de conclure un accord commercial avec l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est. Cependant, nous n'avons pas encore formé les comités et il n'y a eu aucune discussion à ce sujet.
    Je me demande si vous avez des informations à nous communiquer à ce sujet, car il ne nous reste que quelques semaines avant la pause de décembre. Il y a un processus de 90 jours à respecter; alors, le temps dont le comité et les députés auront besoin pour en discuter risque d'être pris très bientôt.
    J'espère, monsieur le Président, que vous pourrez nous en dire plus quant à la formation des comités. Tant qu'ils ne seront pas formés, les députés ne pourront pas représenter pleinement leurs concitoyens et le Canada.
    Je rappelle au député qu'il revient à la Chambre de nommer le Comité de la procédure et des affaires de la Chambre. Lorsqu'il sera prêt, je suis certain qu'il en fera rapport à la Chambre. Nous pourrons ensuite aller de l'avant.

Ordres émanant du gouvernement

[Ordres émanant du gouvernement]

  (1550)  

[Traduction]

Un ordre relatif aux travaux de la Chambre et de ses comités

    Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, à compter du jour de séance après l’adoption de cet ordre jusqu’au jeudi 23 juin 2022:
a) les députés puissent participer aux délibérations de la Chambre en personne ou par vidéoconférence, pourvu que les députés participant en personne le fassent en conformité avec la décision du Bureau de régie interne du mardi 19 octobre 2021 au sujet de la vaccination contre la COVID-19, et que les raisons de l’exemption médicale suivent les lignes directrices du document « Exemptions médicales à l'immunisation contre la COVID-19 » du Ministère de la santé de l'Ontario et du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI);
b) les députés participant à distance à une séance de la Chambre soient comptés pour fins de quorum;
c) toute référence dans le Règlement relative à l’exigence des députés de se lever ou d’être à leur place, ainsi que toute référence au fauteuil, au bureau ou à l’enceinte de la Chambre soit interprétée de manière cohérente avec la nature virtuelle des délibérations;
d) l’application de l’article 17 du Règlement soit suspendue;
e) l’application de l’article 62 du Règlement soit suspendue pour tous les députés participant à distance;
f) aux articles 26(2), 53(4), 56.1(3) et 56.2(2) du Règlement, la référence au nombre de députés devant se lever soit remplacée par le mot « cinq »;
g) des documents puissent être déposés ou présentés à la Chambre sous forme électronique pourvu que:
(i) les documents déposés conformément à l’article 32(1) du Règlement soient déposés auprès du greffier de la Chambre sous forme électronique,
(ii) durant les affaires courantes, les députés qui participent à distance puissent déposer des documents ou présenter des pétitions ou des rapports à la Chambre sous forme électronique, pourvu que les documents soient transmis au greffier avant leur intervention,
(iii) toute pétition présentée conformément à l’article 36(5) du Règlement puisse être déposée auprès du greffier sous forme électronique,
(iv) les réponses aux questions inscrites au Feuilleton déposées conformément à l'article 39 du Règlement puissent être déposées sous forme électronique;
h) si la Chambre se forme en comité plénier, la présidence puisse présider du fauteuil du Président;
i) au moment de la mise aux voix, lorsque la question pourrait donner lieu à un vote par appel nominal, au lieu de procéder à un vote par oui ou non, un représentant d’un parti reconnu puisse se lever pour demander un vote par appel nominal ou que la question ainsi mise aux voix soit adoptée avec dissidence, pourvu qu’une demande de vote par appel nominal ait préséance;
j) lorsqu’un vote par appel nominal est demandé à l’égard d’une motion sujette à débat ou une motion pour l’adoption d’un projet de loi à l’étape du rapport un vendredi, y compris tout vote résultant de l’application de l'article 78 du Règlement, mais à l’exclusion de tout vote relatif à toute motion relative au débat sur l’Adresse en réponse au discours du Trône conformément à l’article 50 du Règlement, au débat sur le budget conformément à l’article 84 du Règlement ou aux travaux des subsides se déroulant le dernier jour d’une période des subsides, sauf tel que prévu aux articles 81(17) et 81(18)b) du Règlement, ou découlant d’un ordre adopté conformément à l’article 57 du Règlement,
(i) avant 14 heures les lundis, mardis, mercredis ou jeudis, il soit différé à la fin de la période des questions orales de la séance, ou
(ii) après 14 heures les lundis, mardis, mercredis ou jeudis, ou à toute heure le vendredi, il soit différé à la fin de la période des questions orales de la prochaine séance qui n’est pas un vendredi,
pourvu que toute prolongation en vertu de l’article 45(7.1) du Règlement n’excède pas 90 minutes;
k) si une motion pour la question préalable en vertu de l’article 61 du Règlement est adoptée sans vote par appel nominal, le vote sur la question principale puisse être différé en vertu des dispositions du paragraphe j), mais si un vote par appel nominal est demandé sur la question préalable et que ce vote est différé et la question préalable est par la suite adoptée, le vote sur la question initiale ne soit pas différé;
l) lorsqu’un vote par appel nominal qui aurait normalement été réputé différé juste avant la période prévue pour les affaires émanant des députés un mercredi visé par cet ordre est demandé, il soit réputé avoir été différé à la fin de la période des questions orales de ce même mercredi;
m) pour plus de certitude, cet ordre ne limite nullement l’application de l’article 45(7) du Règlement;
n) lorsqu’un vote par appel nominal doit avoir lieu, la sonnerie d’appel fonctionne pendant au plus 30 minutes, à l’exception des votes par appel nominal différés à la conclusion des questions orales, où la sonnerie d’appel fonctionne pendant au plus 15 minutes;
o) l’Administration de la Chambre soit chargée de commencer dès que possible le processus d’inscription de tous les députés à l’application de vote électronique employée lors de la 43e législature, que ce processus soit complété au plus tard le mercredi 8 décembre 2021, et que tout député n’ayant pas été inscrit au cours de cette période soit obligé de voter en personne ou par vidéoconférence;
p) jusqu’à ce que le processus d’inscription soit complété, les votes par appel nominal aient lieu de la manière usuelle pour les députés qui participent en personne et par appel nominal pour les députés qui participent par vidéoconférence, pourvu que ceux qui participent par vidéoconférence aient leur caméra allumée pour la durée du vote;
q) une fois le processus d’inscription prévu au paragraphe o) terminé, le Président en informe la Chambre et, au plus tard le jeudi 9 décembre 2021, les votes par appel nominal aient lieu de la manière usuelle pour les députés qui participent en personne ou par voie électronique pour tous les autres députés, pourvu que:
(i) les votes électroniques soient exprimés à partir du Canada par l’entremise de l’application de vote électronique de la Chambre des communes, à l’aide de l’appareil mobile du député géré par la Chambre et à partir de son compte personnel de la Chambre des communes, et que chaque vote exige une validation de l’identité visuelle,
(ii) la période accordée pour voter par voie électronique sur une motion soit de 10 minutes, période qui commence après la lecture de la motion à la Chambre par la présidence, et les députés votant par voie électronique puissent changer leur vote jusqu’à ce que la période de vote électronique prenne fin,
(iii) si un député exprime son vote en personne et par voie électronique, son vote en personne ait préséance,
(iv) tout député incapable de voter au moyen du système de vote électronique durant la période de 10 minutes en raison de difficultés techniques puisse se joindre à la séance virtuelle pour indiquer à la présidence son intention de vote par système de vidéoconférence de la Chambre,
(v) à la suite de toute préoccupation, identifiée par le système de vote électronique, qui est soulevée par un agent supérieur de la Chambre d’un parti reconnu en ce qui concerne l’identité visuelle d’un député qui utilise le système de vote électronique, le député en question doive répondre immédiatement pour confirmer son intention de vote, soit en personne soit par l’entremise du système de vidéoconférence de la Chambre, faute de quoi le vote ne sera pas enregistré,
(vi) le whip de chaque parti reconnu ait accès à un outil pour confirmer l’identité visuelle de chaque député votant par voie électronique, et que le vote des députés votant par voie électronique soit disponible au public pendant la période accordée pour le vote,
(vii) les votes en comité plénier se tiennent de façon semblable aux votes se tenant lors des séances de la Chambre, sauf pour ce qui est de l’obligation de convoquer les députés,
(viii) toute question devant être résolue par scrutin secret soit exclue de cet ordre,
(ix) lors de l’appel d'un vote par appel nominal sur une affaire émanant des députés, lorsque le parrain de l'affaire est le premier à voter et présent au commencement du vote, il soit appelé en premier, qu’il participe en personne ou par vidéoconférence;
r) lors des réunions des comités permanents, comités mixtes permanents, spéciaux et législatifs, ainsi que du comité de liaison, et de leurs sous-comités, le cas échéant, les députés puissent participer en personne ou par vidéoconférence, pourvu que les députés participant en personne le fassent en conformité avec la décision du Bureau de régie interne du mardi 19 octobre 2021 au sujet de la vaccination contre la COVID-19, et que les raisons de l’exemption médicale suivent les lignes directrices du document « Exemptions médicales à l'immunisation contre la COVID-19 » du Ministère de la santé de l'Ontario et celles du CCNI, et les témoins doivent participer à distance, pourvu que la priorité d’utilisation des ressources de la Chambre soit établie par entente de tous les whips des partis reconnus et que les dispositions suivantes s’appliquent aux réunions virtuelles ou hybrides:
(i) les membres participant à distance soient comptés pour fins de quorum,
(ii) toutes les questions soient décidées par appel nominal, sauf celles agréées du consentement unanime ou avec dissidence,
(iii) lorsque plus d’une motion est proposée pour l’élection du président ou d’un vice-président d’un comité, toute motion reçue après la première soit traitée comme un avis de motion et que ces motions soient soumises au comité l’une après l’autre jusqu’à ce que l’une d’elles soit adoptée,
(iv) les délibérations publiques soient rendues disponibles au public via le site Web de la Chambre des communes,
(v) les délibérations à huis clos puissent être menées d’une manière qui tienne compte des risques potentiels pour la confidentialité inhérente aux réunions avec des participants à distance,
(vi) les avis de substitution de membres, en vertu de l’article 114(2) du Règlement et les demandes conformément à l’article 106(4) du Règlement soient remis au greffier de chaque comité par courriel;
s) jusqu’au vendredi 10 décembre 2021:
(i) l’article 81(5) du Règlement soit modifié comme suit: « Un budget supplémentaire des dépenses est réputé renvoyé à un comité plénier de la Chambre dès sa présentation à la Chambre. Un comité plénier doit étudier ce budget et en faire rapport, ou est réputé en avoir fait rapport, à la Chambre au plus tard un jour de séance avant la dernière séance ou le dernier jour désigné de la période en cours. Au jour désigné par un ministre de la Couronne, un comité plénier de la Chambre examine pendant au plus quatre heures le budget supplémentaire des dépenses à l’heure ordinaire de l’ajournement quotidien. Durant la période prévue pour l’étude du budget, aucun député n’aura la parole pendant plus de 15 minutes à la fois, ce qui comprend au plus 10 minutes pour participer au débat. Ces 15 minutes peuvent servir à participer au débat et à poser des questions au ministre ou au secrétaire parlementaire agissant au nom du ministre. Quand la parole est accordée à un député, celui-ci indique comment les 15 minutes seront réparties. À l’expiration de la période réservée à l’étude visée par le présent paragraphe, le comité lève la séance, le budget soit réputé avoir fait l'objet d'un rapport, et la Chambre ajourne immédiatement au jour de séance suivant. »,
(ii) l’article 81(14)a) du Règlement soit modifié par substitution, aux mots « ainsi que des motions visant à rétablir tout poste du budget », des mots « et de 24 heures pour des motions visant à rétablir tout poste du budget »,
(iii) l’article 54(1) du Règlement soit modifié par adjonction de ce qui suit: « Un avis concernant les motions visant à rétablir tout poste du Budget supplémentaire des dépenses (B) pour l’exercice se terminant le 31 mars 2022 est déposé sur le bureau, ou déposé auprès du greffier, dans les quatre heures après l’achèvement de l’étude dudit budget supplémentaire des dépenses en comité plénier et imprimé au Feuilleton des avis du même jour. ».
    — Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole à la Chambre, notamment pour aborder cette question.
    Je me remémore le mois de mars 2020, alors que la pandémie devenait réalité pour nous tous et que nous nous efforcions de déterminer comment la Chambre allait fonctionner. Je tiens vraiment à prendre le temps de remercier le leader parlementaire de l'opposition et les whips de l'opposition du Parti conservateur, du NPD et du Bloc Québécois, car nous avons tous travaillé très efficacement. Nous traversions une période extraordinairement difficile et nous devions trouver le moyen de continuer à nous occuper des affaires de la nation.
    Je dois également remercier le personnel de l'Administration de la Chambre pour le travail incroyable qu'il a accompli alors que nous collaborions à la mise en place d'un système qui nous permettrait de continuer à faire notre travail de députés et de conserver notre privilège pour pouvoir voter, débattre et faire les choses très importantes que nous faisons ici au service de nos électeurs et de tous les Canadiens.
    Bien entendu, je dois aussi revenir à ma première expérience à la Chambre à titre de député. Tous les députés sont extrêmement fiers de pouvoir prendre la parole au nom de leurs électeurs. La première fois qu’ils entrent à la Chambre, ils sont à la fois impressionnés et remplis d’humilité à l’idée de pouvoir y représenter les gens qu'ils côtoient, leur collectivité d’origine. C’est assez remarquable.
    Il n’est pas facile de s’absenter de cet endroit, mais nous devions évidemment faire face à une pandémie mondiale.

  (1555)  

[Français]

    Nous avons créé un système hybride qui a été vraiment très efficace grâce à l'Administration de la Chambre des communes. Cela a été possible pour tous les députés lors des débats et des motions. Il a été possible de participer virtuellement pendant la période des questions orales et pour les ministres de répondre aux questions. Les comités ont eu l'occasion de siéger.
    En effet, il a été possible de poursuivre nos travaux et de traiter les priorités importantes pour les Canadiens. Nous avons créé un nouveau système de vote, nous avons créé un nouveau système pour les débats. Nous avons utilisé les technologies nouvelles. C'était une période d'évolution, c'était une période remarquable.

[Traduction]

    C’est là où nous en sommes aujourd’hui, avec un système qui a bien fonctionné et qui nous a bien servis, mais nous ne sommes pas encore sortis de cette pandémie. La COVID‑19, qui a coûté la vie à 30 000 Canadiens et qui a touché plus de 5 millions de Canadiens à l’échelle du pays, est bien réelle. Nous ne savons pas comment elle va se terminer. Tout ce que nous savons, c’est que nous continuons d’y être confrontés.
    Nous avons franchi une étape extraordinaire comme pays, alors que 90 % des Canadiens admissibles ont reçu une première dose du vaccin et que plus de 86 % des Canadiens admissibles ont reçu deux doses. Tous les Canadiens peuvent en être très fiers, et nous, à la Chambre, pouvons être très fiers de la façon dont nous avons travaillé les uns avec les autres pour faire valoir que les vaccins sont la seule façon de se sortir de cette terrible pandémie, le seul moyen de sauver des vies et de s’assurer que les plus vulnérables ne se retrouvent pas dans les unités de soins intensifs ou, pire encore, à la morgue.
    À mesure que le nombre de personnes vaccinées continue d’augmenter, toute remise en question de l’efficacité ou de l’importance des vaccins est incroyablement décevante. C’est décevant parce que cela donne du poids aux théories du complot et à la science de pacotille que l’on trouve sur Internet et qui font que les gens ont peur de faire ce qu’il faut pour se protéger et protéger leur famille.
    Certains ont comparé cet endroit à un centre sportif ou à un restaurant et ont demandé pourquoi, s’ils peuvent assister à un événement sportif, les députés ne peuvent pas être présents au Parlement. Parlons-en un instant et parlons aussi des distinctions qui doivent être faites. Si j’allais simplement à une rencontre sportive, je ne traverserais pas le pays en avion. En fait, le Parlement serait l’équivalent d’un match auquel tous les spectateurs proviendraient d’un autre coin du pays.
    De plus, ils ne passeraient pas trois heures à assister à un match. Non. Ils y passeraient plutôt 12 ou 13 heures par jour. Les personnes qui y participeraient auraient le choix, si elles étaient immunodéprimées, d’y entrer ou non. Les députés n’ont pas ce choix, car sans un système hybride, ils n’auraient aucun moyen d’exercer leur privilège et de représenter leurs électeurs.
    Contrairement aux spectateurs d’un match de sport qui, en tant que personnes vaccinées, peuvent choisir de faire cette activité en fonction de leur propre état de santé, les députés n’ont pas ce choix. Je crois qu’il n’est pas du tout acceptable que les députés aient à choisir entre préserver leur santé et représenter leurs électeurs, d’autant plus que nous avons déjà démontré que le système actuel permet d’éviter ce problème, alors que la pandémie continue de faire des victimes.
    Je ne veux pas non plus revivre ce genre de situation. Avec tout le respect que je dois à toutes les personnes concernées, nous avons déjà trop parlé de cela. À un certain moment, il a fallu interrompre complètement les travaux de la Chambre, et nous avons à maintes occasions gaspillé beaucoup de temps pour débattre de la souplesse de ce système, du temps qui aurait pu être utilisé pour d’autres priorités.
    Avec tout le respect que je dois aux députés qui s’y opposent, je me demande ce qu’ils feront s’il y a un nouveau variant en février ou en mars ou s’il y a une augmentation subite des cas et qu’un retour en arrière n’est plus possible. Proposent-ils vraiment qu’on débatte à nouveau de cela, alors que nous avons déjà un système qui est efficace? Je ne pense pas que ce soit une bonne façon d’utiliser le temps précieux dont nous disposons en tant que députés pour répondre à l’appel des Canadiens et à leurs priorités.
    L’autre chose qui me préoccupe, c’est que cela mettrait les députés devant un choix terrible lorsqu’ils ne se sentent pas bien ou qu’ils se demandent s’ils devraient être présents. Devraient-ils choisir de rater un vote important et avoir à rendre des comptes à leurs électeurs par la suite? Devraient-ils manquer un débat parce qu’ils se sentent un peu malades ce jour-là, ou devraient-ils prendre le risque d’y participer quand même? Et s’ils prenaient ce risque et se présentaient, quel serait l’impact sur la santé des autres?
    Au beau milieu de tout ce débat, il est très préoccupant de constater qu’il y a certaines choses que nous ne savons pas, même à la Chambre aujourd’hui. Je ne sais pas combien de députés du Parti conservateur ne sont pas vaccinés. Ils n’ont pas fourni ce chiffre. Nous savons qu’un membre du Parti conservateur a obtenu un résultat positif au test de dépistage de la COVID‑19 la semaine dernière. Nous savons aussi qu’il y a un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept ou je ne sais combien de députés du Parti conservateur qui ne sont pas vaccinés et qui auraient été en contact avec ce député.
    Des voix: Oh, oh!
    L’hon. Mark Holland: Monsieur le Président, je suis désolé. Je me ferai un plaisir de discuter hors de la Chambre. Si mes collègues ont des questions, ils pourront les poser dans un instant. Nous ne savons pas s’ils ont été en contact avec ce député. Rappelons très clairement les règles de la santé publique à suivre lorsque quelqu’un s’est trouvé en contact avec une personne non vaccinée atteinte de la COVID‑19. Les deux doivent s’isoler afin de protéger les gens qui les entourent.
    Je le répète. Je sais pertinemment que certains de nos collègues sont immunodéficients. Il est tout à fait possible qu’un collègue non vacciné qui s’est trouvé en contact direct avec une personne atteinte de la COVID‑19 entre ici à la Chambre sans que nous ne le sachions. La présence de ce collègue dans cette chambre enfreint les règles de la santé publique. C’est terriblement inquiétant.
    C’est incroyable. Nous avons établi un moyen de procéder pour nos collègues qui ne sont pas vaccinés. Il y a un moyen de procéder pour un collègue dont le test de dépistage de la COVID‑19 donne un résultat positif. Cette solution est le système hybride, mais en s'y opposant, les conservateurs affirment en fait qu’ils veulent empêcher ce collègue de représenter ses électeurs. Ils veulent empêcher leurs propres députés de servir leurs électeurs. C’est inacceptable.
    Cette motion touche le problème des exemptions. Nous ne savons pas combien d’exemptions ont été demandées. La solution est tout à fait claire. Parmi les documents du ministère de la Santé de l’Ontario, qui a compétence où nous nous trouvons maintenant, le médecin hygiéniste en chef applique un document intitulé « Exemptions médicales à l’immunisation contre la COVID‑19 ». Ce document précise quelles raisons justifient une exemption et quelles raisons sont inacceptables. On ne devrait donc exempter qu’environ une personne sur 100 000.
    Sur un groupe de 119 personnes, comme le caucus conservateur, si une personne sur 100 000 est exemptée, ce groupe est plutôt malchanceux. Si trois députés conservateurs sont exemptés, c’est une chance sur 40. Un Canadien qui travaille à un endroit qui exige que ses employés soient vaccinés a une chance sur 100 000 d’être exempté. Les conservateurs ont une chance sur 40.

  (1600)  

    Ce calcul est inacceptable. Je dirais, avec le plus grand respect, qu'il dépasse les limites de ce qui est mathématiquement possible. En fait, j’ai essayé de voir ce qui pourrait être un équivalent statistique de ce genre de calcul, et je suis tout simplement incapable de le trouver.
    Il ne s’agit pas seulement de nous préoccuper des privilèges ou de la santé des députés. Je regarde de votre côté, monsieur le Président, et je vois les pages qui travaillent pour nous. Je vois des journalistes et des employés de l’Administration de la Chambre. Je sais que le long des couloirs, il y a des employés qui travaillent avec diligence au service de la Chambre et de notre démocratie.
    En voyant ces gens, je me demande à quel point ils se sentent en sécurité. En fait, je n’ai pas à me le demander, parce qu’ils me le disent. Est-ce légitime? Est-il normal qu’une personne arrive dans son lieu de travail en se demandant si l’on y respecte les règles de base de la santé publique?
    Même si nous disons que nous avons mis notre nom sur un bulletin de vote, et même si nous disons qu’en raison de l’inscription de notre nom sur ce bulletin, nous acceptons un plus grand risque, disons-nous également que ceux qui nous serviraient dans cette enceinte, dont les noms n’ont jamais figuré sur un bulletin de vote et qui n’ont jamais fait ce choix, devraient être confrontés à ce genre de risque? Pouvons-nous les regarder dans les yeux et leur dire qu’ils doivent faire face à un risque plus élevé en matière de sécurité publique simplement parce que des gens ne veulent pas utiliser un système qui a fonctionné ou qui était entièrement efficace?
    L'autre chose qui me préoccupe c'est que j’ai fait des propositions. J’ai demandé ce qu’il fallait changer et ce que nous devions faire pour continuer à suivre les lignes directrices en matière de santé publique, avoir cette flexibilité et un minimum de distance sociale, et pour profiter du fait que les personnes dont la santé est précaire ou qui sont immunodéprimées peuvent travailler à distance. J’ai demandé qu’on me proposent quelque chose et qu’on collabore avec moi, mais je n'ai rien reçu. Il n’y avait aucun intérêt. Quel dommage pour tout le monde ici au milieu d’une pandémie, quel que soit leur état de santé. J'estime que c'est inacceptable.
    On note de l’autre côté une vision ancienne, dépassée et, si j’ose dire, dangereuse de ce qui doit se passer. Au diable les torpilles et au diable les conséquences. Oublions la technologie disponible ou les circonstances de santé publique. Mettons tout le monde dans le même panier. Je n'ose pas penser aux conséquences que ce genre de position pourrait avoir. Elle est erronée tant dans notre lieu de travail que dans n’importe quel autre lieu de travail.
    Les députés pourraient, en vertu de ces dispositions hybrides et de cette motion, représenter leurs électeurs. Ils pourraient demander au gouvernement de rendre des comptes. Ils pourraient voter, débattre et participer aux travaux des comités en toute sécurité. Grâce à cette motion et à la suspension de l'application de l’article 17 du Règlement, ils pourraient également parler librement dans toutes sortes d’endroits différents dans cet espace, de sorte qu'il y aurait une sorte de distanciation sociale ici, ce qui n’est pas autorisé actuellement. La production de documents pourrait également se faire par voie électronique. En bref, la motion permet d’élargir en toute sécurité le privilège plein et entier d’un député en période de pandémie. Elle nous permet de nous occuper des affaires des Canadiens en toute sécurité.
    Dans de nombreux débats que nous avons ici, la science et les données probantes laissent des zones grises. Je terminerai sur la note que voici: il n’y a pas de zone grise scientifique ici. Il n’y a aucune zone d’ambiguïté quant aux mesures impératives que nous devons prendre pour protéger non seulement les députés, mais aussi les personnes qui travaillent ici.
    Je suis attristé que nous en soyons arrivés à débattre cette question. Comme pour d’autres questions que nous avons traitées efficacement, j’aurais aimé obtenir un consentement unanime, mais nous en sommes là. Réglons au moins cette question rapidement afin de pouvoir revenir aux travaux de la Chambre.

  (1605)  

    Madame la Présidente, c’est la première fois que je prends la parole à la Chambre.
    C’est un grand honneur, même si j’ai le cœur lourd après avoir été en première ligne de la lutte contre la pandémie de COVID au cours des 21 derniers mois. Je trouve très difficile d'entendre le député d’en face citer en long et en large les directives de la santé publique alors qu’hier, il a clairement indiqué que les personnes doublement vaccinées et qui ont eu un résultat positif à un test pour la COVID pourraient retourner au travail.
    Pourquoi ne pouvons-nous pas tous retourner au travail en personne?
    Madame la Présidente, je souhaite la bienvenue dans cette enceinte au député de Cumberland-Colchester. J’ai hâte de participer à de nombreux débats avec lui et j’apprécie ses commentaires.
    Bien sûr, c’est là le problème avec les mesures hybrides. Si le député est à l’aise et confiant de travailler ici en étant complètement vacciné, il peut le faire. Je voudrais simplement lui poser ces questions: que dirait-il aux députés qui ont des problèmes de santé ou qui sont immunodéprimés à propos de l'idée de les forcer à entrer dans cette salle côte à côte? Pourquoi s’oppose-t-il à l’idée d’avoir des dispositions hybrides qui permettraient aux députés de faire le choix qui leur assurera de pouvoir travailler en toute sécurité?
    Ne convient-il pas que d’autres lieux de travail où la vaccination est obligatoire se sont adaptés et ont changé pour permettre le télétravail, particulièrement pendant une crise de santé publique? Ne pense-t-il pas que ces mesures sont appropriées? Pense-t-il que tous les lieux de travail devraient obliger les employés à travailler sur place, même s’il existe d’autres outils de télétravail? À quel moment pense-t-il que nous devrions revenir à des mesures hybrides? À quel moment cette pandémie atteindrait-elle un seuil de dangerosité tel qu’il jugerait les mesures hybrides acceptables? Si nous avons un nouveau variant, ou si le nombre de cas double, triple ou quadruple, nous demanderait-il de réexaminer la question en mars? Voudrait-il que nous revenions ici en février et que nous passions une plus grande partie du temps réservé aux travaux de la Chambre à négocier? Cela n’a aucun sens pour moi.

  (1610)  

[Français]

    Madame la Présidente, d'abord, j'aimerais saluer mon collègue et le féliciter pour sa nomination comme leader parlementaire.
    Dans une vie antérieure, en tant que député à la Chambre, j'ai eu l'occasion de travailler très étroitement avec lui sur un projet de loi non partisan au sujet de l'abaissement de l'âge légal pour voter à 16 ans. Je sais que mon collègue peut travailler de façon collégiale avec les députés de toutes les formations politiques à la Chambre parce que j'ai eu l'occasion d'en faire l'expérience avec lui.
    Par contre, il y a une chose qui me préoccupe énormément dans la proposition qui a été mise en avant par son gouvernement aujourd'hui. De ce côté-ci de la Chambre, nous avons tous constaté que le gouvernement libéral avait tiré avantage et s'était servi de cette disposition sur le Parlement hybride pour littéralement se sauver de la Chambre, pour quitter la Chambre. On a vu les libéraux en très petit nombre à la Chambre. Les ministres étaient dans leurs bureaux ici sur la Colline du Parlement et prétendaient vouloir respecter les dispositions sanitaires du Québec et de l'Ontario et ne pas traverser les régions. Or, ils étaient ici dans leurs bureaux et répondaient de façon virtuelle à nos questions.
    Est-ce que c'est encore l'objectif du gouvernement de se cacher dans ses bureaux par le truchement de cette proposition?
    Madame la Présidente, je félicite mon collègue. Il a absolument raison, nous avons travaillé ensemble dans un esprit de coopération et j'espère que nous pouvons continuer à travailler dans ce sens.
    Pour moi, la situation était très différente à ce moment-là. Pendant la période la plus grave de la pandémie, il était absolument nécessaire d'avoir plus de personnes à l'extérieur de la Chambre qui travaillaient virtuellement. Sans aucun doute, les ministres étaient disponibles et les comités ont continué leurs travaux. La Chambre des communes a travaillé de façon vraiment efficace.
    Maintenant, la situation est moins grave. Il peut donc y avoir plus de personnes présentes, mais pas 100 %.

[Traduction]

    Madame la Présidente, c’est un réel plaisir de vous revoir au fauteuil. Je vous félicite d’avoir été choisie comme vice-présidente adjointe.
    J’apprécie les commentaires de mon collègue, le leader du gouvernement à la Chambre. Certes, dans ce coin de la Chambre, les néo-démocrates ont toujours dit qu’il était important de continuer à utiliser les outils hybrides pour toutes les raisons que le leader du gouvernement à la Chambre a exposées.
    Comme il le sait bien, la difficulté est que, dans le passé, nous avons vu le gouvernement essentiellement représenté par le seul député de Kingston et les Îles. Ce n’est pas acceptable pour ce qui est de la responsabilité et de la transparence. Le leader du gouvernement à la Chambre des communes pourrait-il dire clairement, pour que ce soit dans le compte rendu, que les ministres seront présents à la Chambre pour répondre aux questions au fur et à mesure que nous avançons dans un Parlement hybride et qu’ils ne seront plus à l’étage dans cet édifice sur Zoom, mais qu’ils seront à la Chambre pour répondre aux questions des députés?
    Madame la Présidente, je m’en veux de ne pas avoir profité de ce changement au fauteuil pour vous féliciter. Je félicite aussi très sincèrement le gouvernement, et j’ai hâte de travailler avec vous, madame.
    Je remercie chaleureusement le leader du NPD à la Chambre pour ses remarques. Évidemment, malgré les efforts incroyables du député de Kingston et les Îles, personne ne veut qu’il n’y ait qu’un seul député ici. Comme je l’ai dit dans l’autre langue — et je remercie les gens qui endurent mon français —, en réalité, la situation a évolué, car les choses ont déjà été pires qu’aujourd’hui. Nous avons dû nous adapter.
    Dans les circonstances actuelles, nous avons l’intention de veiller à ce que les membres du Cabinet fassent pleinement acte de présence et à ce que les ministres nous honorent de leur présence à la Chambre pour répondre aux questions afin que nous puissions avoir le dialogue recherché. J’ai passé beaucoup de temps dans l’opposition. Je dirais même que j’y ai passé plus de temps que je l’aurais souhaité, et je ne tiens pas à y retourner. Cela dit, il est extrêmement important que l’opposition puisse contester le gouvernement, qu’elle puisse le faire à distance quand il y a un risque à se voir en personne, et qu’elle puisse le faire en présentiel quand les choses sont plus sûres, comme aujourd’hui.

  (1615)  

[Français]

    Madame la Présidente, avant de prendre la parole pour la première fois à la Chambre en cette 44e législature, j'aimerais évidemment remercier mes concitoyens et féliciter tous les députés, ainsi que vous, madame la Présidente, et les nouveaux venus. À ces derniers, je souhaite la bienvenue, car c'est une expérience de vie.
    Ma question s'adresse au leader du gouvernement à la Chambre des communes. Dans sa carrière, qui a commencé en 2004, n’a-t‑il jamais vu une telle situation que les députés ont été forcés de quitter la Chambre à cause d'une crise sanitaire? A‑t‑on jamais vu une situation telle que des outils et des moyens ont été créés pour que les députés puissent poursuivre leur travail, soit en représentant leurs concitoyens à la Chambre des communes et aux comités ou en posant des questions pour s'assurer que le gouvernement reste responsable devant les Canadiens?
    Pourquoi le leader du gouvernement à la Chambre des communes pense‑t‑il que c'est important de garder cette flexibilité, au cas où la situation de crise sanitaire se répéterait?
    Madame la Présidente, je remercie mon collègue et ami de son excellente question.
    Effectivement, c'est la première fois dans l'histoire du Canada et dans l'histoire du Parlement, que se présente une situation comme celle que nous vivons actuellement. La pandémie a créé beaucoup de bouleversements, pas seulement à la Chambre des communes, mais partout au pays et dans le monde.
    Il est essentiel de rester flexible devant à une telle situation et d'avoir un système qui fonctionne bien pendant une crise sanitaire. Nous devons maintenir de telles mesures et un système hybride.
    Madame la Présidente, quel plaisir de vous retrouver ici à la Chambre, dans le fauteuil de la présidence, et quel plaisir de nous retrouver tous ensemble dans une Chambre normale! C’est cela que les Canadiens veulent voir.
    Lundi, les 338 députés étaient présents ici à la Chambre des communes. Mardi, tous les députés étaient à la Chambre des communes. Aujourd’hui, tous les députés sont à la Chambre des communes. Nous avons eu droit à notre première période des questions avec la présence dupremier ministre et de ses députés, des députés du parti de l’opposition officielle, du deuxième parti de l'opposition, du troisième parti de l'opposition et des députés indépendants. Nous avons eu une journée dite normale dans un Parlement normal.
    Tant et aussi longtemps que cette motion ne sera pas adoptée, le Parlement habituel va fonctionner. C’est pourquoi nous estimons sérieusement que cette motion n’est pas la bonne. Nous avons démontré lundi, mardi, aujourd’hui et fort probablement demain sinon plus tard que le Parlement dans sa forme habituelle fonctionne, et c’est ce que nous préconisons.
    Tout d’abord, c'est la sixième fois que j’ai le privilège de me lever à la Chambre dans cette législature. Je me permets de remercier du fond du cœur les gens qui ont fait en sorte qu’aujourd’hui, je me retrouve à nouveau privilégié parmi tant d’autres à être ici à la Chambre comme député de Louis-Saint-Laurent.
    C’est la troisième fois que les gens de mon coin de pays me font confiance pour siéger ici à la Chambre des communes. C’était la sixième fois que j’avais le bonheur et le privilège d’être choisi comme représentant, que ce soit à l’Assemblée nationale ou ici à la Chambre des communes. Être élu six fois en 13 ans, c’est un honneur et c’est un hommage extraordinaire que nous devons accueillir avec beaucoup d’humilité.
    Selon une mathématique assez simple, six élections en 13 ans et même un peu moins, cela fait une élection tous les 25 mois. J’avoue que je commence à être pas mal expérimenté. Un autre adjectif me vient peut‑être à l’esprit, mais pour le moment, je vais me limiter au terme « expérimenté ». Du fond du cœur, je remercie les gens de Louis-Saint-Laurent de leur confiance renouvelée. Je félicite tous ceux et celles qui se sont présentés dans toutes les circonscriptions du Canada, particulièrement mes adversaires de Louis-Saint-Laurent que je salue dignement, puisque la campagne a été à la hauteur des attentes de tous les Canadiens. Je les en remercie, je les en félicite.
    Je me permets également de remercier et de saluer mon chef, le député de Durham, chef de l’opposition officielle, pour sa confiance renouvelée en me nommant à la haute fonction très importante et très lourde de leader parlementaire. J’ai accepté avec beaucoup d’humilité son offre d’être pour une seconde fois le leader parlementaire de l’opposition officielle. J’ai eu le plaisir de servir avec le chef dans cette fonction l’année passée. À nouveau confirmé, je dis merci à nouveau au député de Durham et chef de l’opposition officielle.
    Je me permets également de saluer mes vis‑à‑vis dans cette fonction très délicate, parce que c’est nous tous, les leaders parlementaires à la Chambre, qui assurons le bon fonctionnement des travaux parlementaires avec l’appui et le concours de nos députés dans chacune de nos formations. Je me permets de saluer mon vis‑à‑vis ministériel que je connaissais évidemment de réputation. Cela fait six ans que je suis ici. Je l’ai vu donc aller et défendre fièrement son gouvernement, comme nous défendons fièrement nos positions politiques, bien entendu. Je dois reconnaître que, tout d’abord, il était un peu gêné tout à l’heure de parler français en disant qu’il appréciait les gens qui écoutaient son français. Je peux l’assurer d’une chose: son français est impeccable et inspirant. Je l’en félicite sincèrement. Tout à l’heure, j’aurai peut‑être des propos un peu plus sévères à son endroit, mais je reconnais que ce parlementaire, qui a plusieurs années d’expérience, sera un vis‑à‑vis coriace, je n’en doute pas, mais c'est tant mieux. C’est cela la beauté de la démocratie.
    Je me permets également de saluer son prédécesseur, le député d’Honoré-Mercier, avec qui j’ai eu évidemment des échanges, à plusieurs reprises, dans des débats politiques, dans des débats à la télévision, à ma première campagne en 2015, mais avec qui j’ai eu de bonnes et franches relations de travail alors qu’il était leader parlementaire. Au nom des Canadiens et pour le Canada, je lui souhaite franc succès dans ses nouvelles responsabilités ministérielles que lui a confiées son voisin de circonscription le député de Papineau et premier ministre du Canada.
    Je me permets de saluer mon vieux compagnon de l’Assemblée nationale, le leader parlementaire du Bloc québécois ou du deuxième parti de l'opposition. Je m’excuse si par malheur j’ai eu du mal à identifier l’individu en question, mais je tiens à saluer mon collègue avec qui nous avons de bonnes relations, fructueuses pour le Canada et le Québec. C’est correct comme cela. Nous avons un travail à faire et nous le faisons correctement.

  (1620)  

    Je salue également mon vis-à-vis du NPD, dont le français est plus qu'une inspiration: c'est un modèle. C'est aussi un pur exemple du fait que l'on peut apprendre une seconde langue. Je ne dis pas ici « langue seconde », puisque les deux langues officielles sont de la même importance, mais je fais référence à sa deuxième langue, apprise après sa langue maternelle. Je tenais donc à rappeler que le leader du NPD à la Chambre avait démontré à de multiples reprises la grande qualité de son français.
    On s'entend souvent que l'on ne s'entend pas. En effet, on aura compris que, dans le spectre politique, nous, du Parti conservateur, sommes pas mal différents d'eux, du NPD, mais c'est correct. C'est cela, la beauté de la réalité parlementaire que nous devons tous préserver ici, à la Chambre.
    Pourquoi sommes-nous ici rassemblés, et qu'est-ce qui nous amène à débattre de la motion?

[Traduction]

    Au cours des deux dernières années, notre pays et le monde entier ont dû faire face à cette tragédie qu’a été la pandémie de COVID‑19. J'aimerais rappeler aux députés qu’il y a 20 mois environ, quand les premiers signes de la pandémie de COVID se sont manifestés dans le monde, nous avons été très prudents. Tout le monde a suivi l’évolution de la situation. Nous ne savions pas trop comment régler le problème en mars, quand tout cela est arrivé au Canada.
    Je tiens à rendre hommage à tous les fonctionnaires qui ont travaillé sans relâche, souvent 24 heures sur 24, pour faire en sorte que le Parlement puisse se réunir en mode hybride. Pourquoi? Parce qu’à l’époque, c’était une véritable tragédie. La pandémie a frappé d’un océan à l’autre au Canada, et partout dans le monde. Dans cette situation extrême, nous avions besoin de vraies solutions.

  (1625)  

[Français]

    C'est pourquoi tous les partis ont mis la main à la pâte. On a serré les rangs pour créer ce Parlement hybride. Si l'on me le permet, j'aimerais, comme je l'ai fait en anglais il y a quelques instants, saluer et remercier les employés de la Chambre des communes, dont l'extraordinaire travail, accompli en quelques jours ou à peine quelques semaines, a permis de créer un parlement virtuel et à la démocratie parlementaire canadienne de continuer de s'exercer en dépit de la très grave situation qui prévalait.
    J'aimerais aussi remercier la personne — dont je ne peux malheureusement pas donner le nom — qui occupait cette fonction dans notre caucus. Je peux dire que je suis très fier et que j'ai accepté avec beaucoup d'humilité de lui succéder. Elle et d'autres personnes ont travaillé très fort pour que l'on puisse répondre à la pandémie et aux exigences de la situation en créant ce parlement virtuel.
    Il y a deux ans, on a vu que tout le monde travaillait ensemble. Cependant, je dois dire qu'il y a environ 11 mois, à la reprise des travaux du Parlement en janvier, le gouvernement a malheureusement décidé de politiser de triste façon la Chambre des communes et de faire la leçon à tout le monde.
    Je veux être honnête et bien sincère. Nous n'avons toujours vu à la Chambre qu'un seul député du côté ministériel. Je tiens ici à saluer sincèrement le député de Kingston et les Îles, dont la perpétuelle présence à la Chambre y a assuré l'autorité ministérielle. Je lui ai demandé comment il se faisait que ce soit lui qui s'était retrouvé là, mais je vais lui laisser le soin de répondre à cette question parce que je ne voudrais pas révéler un de ses secrets, ce que je dis avec le sourire.

[Traduction]

    Je tiens à rendre hommage à mon collègue de Kingston et les Îles, qui a été le seul soldat du gouvernement libéral à se présenter à la Chambre des communes. Il faut y voir un accomplissement personnel dans son cas, mais aussi un raté de la part du gouvernement. Pourquoi? C’est vrai, nous avons vu un député se présenter quotidiennement à la Chambre, mais tous les autres ont passé leur temps dans leur circonscription, dans des maisons et des bureaux qui ne sont pas très éloignés de la Chambre.

[Français]

    C'est pourquoi je tiens à condamner sévèrement l'attitude du parti ministériel lors des six premiers mois de l'année 2021.
    Nous avons effectivement vu des députés et des ministres exercer leurs fonctions en suivant de façon très précise les règles qui avaient été imposées par le premier ministre et par leur groupe parlementaire: rester chez eux, ne pas traverser les frontières, et travailler de chez eux, de leur ministère ou de leur bureau de circonscription. Ils ne devaient pas bouger de là, point à la ligne.
    Je tiens à rappeler que, en effet, des ministres ont agi selon ces règles imposées par leur propre parti. Je tiens à souligner entre autres le député de Notre-Dame-de-Grâce—Westmount qui a dirigé deux ministères très importants durant cette période: le ministère des Transports et le ministère des Affaires étrangères. Je ne me souviens pas d'avoir vu le député de Notre-Dame-de-Grâce—Westmount ailleurs que dans sa maison. Je dis cela avec un petit sourire puisque nous reconnaissions les photos derrière lui de ses enfants; même que, pendant plusieurs jours, il y avait une échelle accrochée sur le mur derrière lui. Un peu plus et je lui envoyais un message pour lui demander s'il allait tasser l'échelle à un moment donné. Je le dis avec le sourire parce que nous avons tous vécu des situations semblables. Donc, lui, il a respecté les règles. Ce n'est pas tous les parlementaires qui ont respecté les règles qu'ils s'étaient eux-mêmes imposées.
    Entre autres, je dois malheureusement le signaler, celui dont c'est le devoir suprême d'assurer la loi et l'ordre dans ce pays, c'est-à-dire le ministre de la Justice, a fait à sa tête. Le ministre de la Justice est le député de LaSalle—Émard—Verdun, au Québec. Pourtant, on l'a vu ici à la Chambre, souvent dans son bureau ministériel, lequel se trouve en Ontario. Cela veut dire que le ministre traversait la frontière alors que bien des députés et des ministres, dont mon vis-à-vis à l'époque, le député d'Honoré-Mercier...

  (1630)  

    À l'ordre. L'honorable député de Kingston et les Îles invoque le Règlement.

[Traduction]

    Madame la Présidente, je regrette de devoir invoquer le Règlement dès ma première prise de parole à la Chambre. Je ne crois pas qu'il soit approprié ou acceptable de parler de la présence d'un député à la Chambre, que ce soit dans le passé ou dans l'immédiat. Le député devrait sûrement le savoir puisqu'il a de nombreuses années d'expérience au Parlement. Il n'a cessé de faire allusion au fait que des députés n'étaient pas physiquement présents à la Chambre.
    Comme nous le savons, selon les règles qui ont été établies au cours de la dernière législature, il n'y a pas de différence entre la participation aux débats en personne et à distance. Le député fait complètement fi de cette règle.
    Je remercie le député de son intervention.

[Français]

    Je vais rappeler au député, qui a beaucoup d'expérience, qu'on ne devrait pas dire qui est ou était à la Chambre ou qui n'est ou n'était pas ici. Je vais en rester là.
    L'honorable député de Louis-Saint-Laurent peut poursuivre son intervention.
    Madame la Présidente, je m'ennuyais du député de Kingston et les Îles. Finalement, je ne suis plus certain de m'en être tant ennuyé.
    Je comprends que la glace est très mince actuellement lorsqu'on parle de ce sujet. J'ai effectivement des cheveux blancs et de l'expérience, et j'aime bien cela, mais la réalité est que l'intervention de mon collègue de Kingston et les Îles illustre dans toute sa laideur la réalité de ce que ce parti a fait pendant les six premiers mois de l'année 2021. C'est d'ailleurs ce pour quoi nous nous retrouvons dans ce débat aujourd'hui. C'est aussi la raison pour laquelle je tournerai un peu autour du pot pour essayer d'évoquer exactement ce que je disais tantôt.
    Le prolongement de la Chambre est effectivement le Parlement hybride, peu importe où se trouve la personne, mais nous avons quand même des réalités physiques. Si, par hasard, un ministre se trouve à exactement 1 009 pieds de la Chambre des communes parce qu'il est dans un bureau ministériel, c'est effectivement le prolongement de la Chambre. Je le reconnais.
     Toutefois, je reconnais également que, physiquement parlant, il est à peine à 1 000 pieds de son siège, ici, et de la Chambre. Il aurait très bien pu venir, d'autant plus que ce bureau se trouve dans un édifice où l'on croise beaucoup de gens en s'y rendant et où l'on en rencontre d'autres en retournant à sa voiture, pour ensuite franchir la frontière et la traverser de nouveau le lendemain.
    C'est exactement le contraire de que ces donneurs de leçons voulaient faire, mais telle était pourtant la réalité. Pire que cela, des conférences de presse ont même eu lieu juste ici, au sous-sol de la Chambre des communes. Ils venaient dans cet édifice donner des conférences de presse, mais ils refusaient de venir ici, à la Chambre, à leur bureau parlementaire, là où ils devaient répondre aux questions.
    Voilà pourquoi nous sommes très suspicieux en entendant le gouvernement dire que les députés et les ministres seront là pour répondre aux questions. Ce que nous avons vu malheureusement, c'est un parti qui disait une chose et qui faisait le contraire, et nous sommes très suspicieux relativement à l'approche du gouvernement, qui veut rétablir leParlement hybride. Nous démontrons sans l'ombre d'un doute depuis maintenant trois jours que le Parlement régulier peut tenir correctement ses séances et que les choses fonctionnent avec le Parlement que l'on qualifie de régulier.
    Que dire de la campagne électorale?
    J'entendais tantôt mon vis-à-vis dire à quel point il était important de protéger la santé, de surtout faire attention à se protéger de gens qui prenaient l'avion et se rendaient d'un océan à l'autre.
    Regardons les faits. Ce premier ministre a voté en faveur d'une motion qui disait qu'il n'y aurait pas d'élections pendant la pandémie. Un mercredi du mois d'août, il y a quelques mois à peine, la Dre Tam, qui est administratrice en chef de la santé publique du Canada, avait déclaré que le Canada entrait officiellement dans la quatrième vague de la pandémie. Le dimanche suivant, le premier ministre est allé à Rideau Hall dissoudre la Chambre et déclencher des élections. Alors même qu'ils ont fait cela en pleine quatrième vague de la pandémie, ils osent nous faire la leçon aujourd'hui.
    Que s'est-il passé pendant cette campagne électorale?
    Tous les partis politiques ont fait des campagnes hybrides. Deux fois par semaine, notre chef faisait des rassemblements hybrides. C'est arrivé avec le Bloc québécois et avec le NPD. Je présume que c'est arrivé avec le Parti vert également. Ce n'est cependant pas arrivé avec les libéraux. Au contraire, le premier ministre, dans son avion, traversait le Canada d'un océan à l'autre. D'ailleurs, en à peine 50 heures, il avait fait deux allers-retours d'un océan à l'autre. Il était parti de Toronto pour aller à Vancouver, pour revenir dans les provinces de l'Atlantique et ensuite retourner en Colombie‑Britannique.
    Le premier ministre avait fait tout cela en à peine 50 heures. Aujourd'hui, les libéraux nous font la leçon. Ils nous disent de faire attention, de ne pas prendre l'avion. Ils mentionnent que les gens qui prennent l'avion vont traverser le pays. Or c'est exactement ce qu'ils ont fait pendant un mois, et ce, en pleine pandémie.
     Dois-je rappeler qu'à Hamilton — belle ville, soit dit en passant, où sont nés les restaurants Tim Hortons —, il y a eu un rassemblement de partisans du Parti libéral? Combien de partisans y avait-il dans la salle, déjà?
    Il y en avait 400. Je n'ai pas de problème avec les rassemblements partisans, mais j'ai beaucoup de problèmes avec les donneurs de leçons qui ne respectent pas les règles de santé publique et qui, aujourd'hui, font les vierges offensées et nous disent de respecter les règles. Le parti ministériel n'a pas fait ce qu'il devait faire lors de la campagne électorale en respect des règles sanitaires.

  (1635)  

    Tantôt, j'ai salué mes adversaires dans Louis‑Saint‑Laurent. Je tiens aussi à saluer mon adversaire libéral dans ma circonscription tout en rappelant que, lorsque le premier ministre est venu dans la région de Québec pour faire des annonces et faire de la politique, ce qui est tout à fait légitime en campagne électorale — je salue sa visite, tout le monde est bienvenu à Québec —, mon adversaire libéral s'est fait prendre en photo avec son chef. Cela arrive tout le temps. Je n'ai pas vérifié la distance entre les deux au pouce près, mais ils étaient assez proches. Or, ni l'un ni l'autre ne portait un masque. Pourtant, les règles disaient bien que, lorsqu'on est proche l'un de l'autre, l'un des deux doit porter un masque, sinon les deux. Voir des gens dire une chose et faire le contraire génère parfois, en politique, le cynisme des citoyens.
    Au début de l'année 2021, le gouvernement a voulu démontrer la pureté absolue en disant qu'il allait réduire au strict minimum le nombre de personnes présentes à la Chambre et que les gens travailleraient à partir de chez eux, dans un esprit de prolongement de la Chambre des communes. Nous reconnaissons cela.
    Toutefois, certains ministres de premier plan ont fait le contraire. Ils se retrouvaient dans leur suite ministérielle plutôt que d'être ici, à la Chambre. Je reconnais que leur bureau était le prolongement de la Chambre des communes, mais reconnaissons aussi qu'ils n'étaient pas physiquement dans l'enceinte de la Chambre. Cela allait à l'encontre du principe, d'autant plus que, dans certains cas, certains ministres, comme le ministre de la Justice, ont à peine mis le pied ici. Ils ont traversé plein de frontières, de bureaux et d'édifices gouvernementaux et auraient très bien pu venir à la Chambre. Pire encore, ils ont tenu des conférences au sous-sol de la Chambre des communes, mais ils ne voulaient pas venir ici, 10 pieds plus haut, pour répondre aux questions. Voilà pourquoi nous voulons maintenir le Parlement.
    Depuis plus d'un an, ce gouvernement nous a déçus, que ce soit durant les premiers mois de 2021 ou lors de la campagne électorale. Après l'élection, nous avons dû attendre 63 jours avant de pouvoir revenir ici. Deux mois complets se sont écoulés alors que, finalement, c'est à peu près la même Chambre. Cette campagne aura coûté plus de 600 millions de dollars pour qu'il n'y ait finalement qu'un remaniement ministériel. Six cents millions de dollars, c'est fort probablement le remaniement ministériel le plus coûteux de l'histoire du Canada. C'est cela, la signature de ce gouvernement.
    J'ai trouvé intéressant d'entendre ce que mon vis-à-vis du côté des libéraux a dit tout à l'heure.

[Traduction]

     Ils disent que nous devons utiliser à bon escient le temps précieux dont nous disposons à la Chambre des communes et que nous devrions adopter cette motion à l'unanimité. C'est très bien. Je comprends certes que nous pouvons parfois nous entendre sur certaines questions, mais le contraire est également possible. C'est ce qu'on appelle la démocratie.
    Je pense que les députés reconnaîtront que deux partis travaillent main dans la main en faveur de cette motion et que deux autres ne l'appuient pas. C'est ainsi que fonctionne la démocratie, et nous devons la préserver. Il faut préserver le principe qui nous permet de dire que nous acceptons de ne pas être d'accord. Cela fait partie du débat. C'est pourquoi nous sommes ici. C'est pourquoi nos concitoyens ont voté pour nous. C'est pour cela que nous sommes ici en tant que représentants des gens de nos circonscriptions, et nous ne devons jamais perdre de vue que nous sommes ici pour les Canadiens et pour le Canada.
     Si nous tenons un débat, nous devons maintenir ce principe. Nous devons être respectueux envers ceux qui ne partagent pas notre point de vue et aborder certains aspects en présentant de bons arguments — des arguments solides et honnêtes —, au lieu de dire du mal des détracteurs.

[Français]

    Je disais tout à l'heure que j'avais beaucoup de respect pour mon vis-à-vis, mais j'ai été extrêmement déçu d'entendre son point de presse lundi.
    Qu'un opposant nous attaque ne me pose aucun problème. Il y a 1 000 bonnes façons d'attaquer un adversaire. Malheureusement, le leader du gouvernement à la Chambre des communes a utilisé la mauvaise façon. Cela arrive à tout le monde. Toutefois, quand on fait une bataille politique, faisons une bataille politique, et non une bataille sur le dos d'autres personnes.
    Ainsi donc, le leader du gouvernement a mis en doute non pas le travail des conservateurs ou celui des personnes qui sont contre lui, mais le travail du sergent d'armes. Il a clairement soulevé des doutes sur l'intégrité du jugement que le sergent d'armes a porté lorsque ce dernier a décrété qu'il pouvait y avoir des exemptions pour certains cas de députés.
    Ni le Parti libéral, ni le Parti conservateur, ni le Bloc, ni le NPD ou le Parti vert n’ont le pouvoir de donner des exemptions. Elles sont offertes et reconnues par la Chambre des communes après consultation avec les experts médicaux. Je sais de quoi je parle. Je parlerai tantôt des événements qui sont survenus chez nous.

  (1640)  

    Or, le leader du gouvernement à la Chambre des communes a dit, en pleine conférence de presse, qu'il trouvait cela très curieux de voir, mathématiquement parlant, qu'il y avait tant de gens qui avaient obtenu une exemption. C'est triste, car ce n'est pas les conservateurs qu'il attaquait ce faisant. Il attaquait le sergent d'armes dont c'est le devoir sacré de respecter les règles issues de la Chambre des communes.
    Parlons de ces règles. Au début, il n'y avait pas de problème concernant les exemptions. Maintenant que des conservateurs ont une exemption, cela ne fonctionne plus. Dois‑je rappeler aux collègues qu'une personne du gouvernement libéral avait une exemption à un moment donné? Le premier ministre était tout fier de dire que finalement la personne a évolué et qu'elle n'a plus d'exemption. C'est son droit. Je n'ai pas de problème avec cela, mais j'ai des problèmes avec les gens qui, aujourd'hui, mettent en doute les exemptions alors qu'eux‑mêmes en ont eu dans leur groupe parlementaire. Au risque de me répéter, quand on a un visage à deux faces, cela fait quatre joues pour recevoir des claques. C'est de cela que nous sommes témoins actuellement. C'est pourquoi il faut éviter tout débat politique partisan quand il est question de la santé publique et de la santé des gens.
    Malheureusement, ces gens‑là ont choisi la voie politique partisane en écorchant le sergent d'armes plutôt que d'agir avec honneur et dignité. Je tiens à le dire et à les condamner sévèrement pour cette attitude. Hier, nous avons soulevé une question de privilège concernant la gestion du Bureau et du comportement du greffier de la Chambre des communes qui fait partie du débat public, comme on l'a vu dans un reportage de CBC dont j'attends encore la version en français. Je ne l'ai pas trouvée, et qui sait si on la trouvera un jour. Si quelqu'un la trouve, qu'il me l'envoie, mais il semble qu'il n'y a pas eu de traduction. Au passage, je souligne que CBC n'est pas une feuille de chou. Dans ce reportage, on voyait bien qu'il y avait des éléments, des témoignages, des documents et tout le reste. Je ne vais pas entrer dans les détails, mais le leader du gouvernement à la Chambre des communes défendait bec et ongles l'honneur d'un des employés de la Chambre. C'est très bien, mais, 24 heures plus tôt, il avait écorché sévèrement le sergent d'armes. On dit une chose et on fait le contraire, seulement quand cela fait son affaire. C'est très dommage de voir l'attitude de l'actuel leader du gouvernement à la Chambre des communes. Je tiens à mentionner que j'ai beaucoup de respect pour lui, mais politiser l'aspect de la santé publique dans le cas présent est désolant.
    Tout à l'heure, il racontait que justement les règles devaient être respectées, et c'est ce que nous faisons. Nous, les conservateurs, avons toujours respecté les règles émises et gérées par la Chambre des communes, et non par les partis politiques. C'est pourquoi nous sommes bien fiers de dire que tous nos députés ont obtenu soit la double vaccination ou l'exemption décernée par la Chambre des communes qui a consulté ses experts, et non un parti politique. Toutes les mesures qui ont été prises ont été respectées. Je tiens à souligner que notre collègue le député de Beauce a eu la COVID‑19, malgré la double vaccination. Comme quoi, personne n'est à l'abri. La double vaccination est le meilleur des moyens, avec d'autres, pour réduire considérablement la propagation, mais personne n'est à l'abri de cela.
    À Québec, un député de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale a eu la COVID‑19, malgré sa double vaccination. Le directeur général du club de hockey des Canadiens de Montréal a été doublement vacciné, mais a tout de même contracté la COVID‑19. Personne n'est à l'abri à 100 %.
    Nous voulons la vaccination et la double vaccination. Il faut se rappeler les débats tenus ici en Chambre à plusieurs reprises alors que nous défendions bec et ongles l'accès aux vaccins. Nous continuons à le penser. Rappelons-nous que nous avons posé plusieurs dizaines de questions, après avoir observé que l'actuel gouvernement avait mis tous ses œufs dans le même panier de CanSino Biologics, qui a finalement laissé tomber le Canada en juillet. Cela a malheureusement entraîné un retard lourd de conséquences pour le Canada qui, finalement, est allé frapper à la porte des autres producteurs.
    Souvenons du résultat, à peu après à cette même époque de l'année, alors que nous avions posé des dizaines de questions sur l'importance d'avoir accès aux vaccins. Comme le Canada avait reçu quelques dizaines de milliers de doses de vaccin, le gouvernement a fait son gros show de boucane en disant que les vaccins pour les Canadiens étaient là juste avant Noël et que tout était beau et parfait.

  (1645)  

    Je me souviens même d'un observateur dans le journal La Presse qui avait dit à quel point nous avions été incisifs de mauvaise façon puisque tout était beau et tout était correct; il faisait même une caricature en disant que tout ce qui manquait comme question aux conservateurs c'était la couleur de la casquette du livreur de vaccins.
    Malheureusement, que s'est-il passé aux mois de janvier et de février? Il y a eu dix jours de noirceur totale. Pendant dix jours, le Canada n'a reçu aucun vaccin. Résultat: cela a accentué considérablement la troisième vague, qui a été plus grave au Canada qu'ailleurs parce que, justement, il y avait eu ce trou de dix jours en janvier et en février. C'est curieux, on ne parlait plus de la couleur de la casquette comme on l'avait lu dans le journal La Presse.
    Nous avons fait notre travail et nous avons invité et incité tout le monde à la double vaccination. Personnellement, je me suis fait doublement vacciner et, à chaque vaccin, comme plusieurs collègues, je me suis mis la frimousse sur Twitter, sur Facebook et sur les médias sociaux pour inciter les gens à se faire vacciner. J'ai reçu quelques commentaires pour le moins obliques, pour être poli. Ce n'était pas agréable ce que l'on pouvait lire, mais c'était la chose à faire et c'était la chose à dire.
    Nous sommes toujours respectueux des règles. C'est pourquoi demain, à 8 heures, je vais subir mon deuxième test pour savoir si oui ou non je suis porteur de la COVID-19. En effet, un de nos collègues a eu la COVID, il a été dans un horizon où on a été près de lui, donc tous celles et ceux qui ont été près de lui dans une période telle que définie par les règles de santé publique ont eu à subir le premier test; le second test sera subi demain dans mon cas et dans celui de plusieurs collègues.
    Nous ne réinventons pas la roue, nous ne faisons que suivre les règles. J'ai eu des contacts personnels, il y a quelques heures à peine, avec une infirmière qui relève de la Chambre des communes, pas du Parti conservateur ni du Parti libéral, mais bien de la Chambre des communes. C'est ainsi que cela doit fonctionner. Nous faisons confiance à la Chambre des communes pour agir selon les règles qui ont été définies telles quelles. C'est pourquoi nous devons être très prudents quand nous disons cela.
    Je tiens à rappeler l'équation mathématique dont mon vis-à-vis a fait mention. D'après la science, à peine une personne sur 100 000 peut avoir une exemption. Selon lui, cela n'a pas de bon sens que les conservateurs en aient autant, que cela ne fonctionne pas avec l'équation mathématique, que cela représente un sur 40, ou je ne sais trop.
    Du côté des libéraux, quel est le taux de vaccination? Je pose la question parce que, pendant des mois, il y avait une personne de leur côté qui avait une exemption. Je n'ai pas de problème avec cela, mais ils semblent avoir des problèmes avec les gens qui ont des exemptions. Y avait-il des problèmes quand leur député avait une exemption? Non, mais il y a un problème quand il s'agit des conservateurs qui ont une exemption. Le problème, c'est lorsqu'on politise à des fins partisanes une question de santé publique.
    Avons-nous entendu un député conservateur condamner, interroger ou avoir des suspicions concernant le fait qu'un libéral avait une exemption? Non. A-t-on entendu des gens du Bloc québécois déchirer leur chemise parce que quelqu'un du Parti libéral avait une exemption? Non. Avons-nous entendu quelqu'un du NPD se lever en disant que cela n'avait pas de bon sens que quelqu'un du Parti libéral ait une exemption? Non. Même le Parti vert n'a pas fait cela.
    Pourquoi joue-t-on aujourd'hui les vierges offensées parce que des députés conservateurs ont eu des exemptions remises par la Chambre des communes qui a consulté ses experts? Cela fonctionnait quand il n'y en avait qu'un, mais cela ne fonctionne plus maintenant. Quelle tristesse! Ce n'est pas la façon dont on doit s'attaquer à la question de la COVID-19 et trouver des terrains d'entente communs.

[Traduction]

    Je veux simplement être clair, parce qu'il est très important que nous demeurions concentrés sur la raison pour laquelle nous sommes ici. Nous avons été élus par la population. Nous avons siégé ici lundi et mardi, nous y sommes aujourd'hui, nous y serons aussi demain et, si cette motion n'est pas adoptée, il s'agira d'une séance normale et tout le monde sera présent à la Chambre. Il y a quelques heures à peine, nous avons assisté à une période des questions animée et fort intéressante, et la Chambre était pleine. C'était une bonne chose.
    Voilà en quoi consiste la politique, en quoi consiste la démocratie. C'est cela, la vie parlementaire. L'objectif est d'être présent à la Chambre, de défendre nos principes, de poser des questions difficiles et d'écouter les réponses à ces questions. Voilà le sens profond de la politique.
    Les libéraux veulent maintenant que nous revenions au Parlement virtuel. Ils veulent savoir ce que nous ferons si nous continuons et qu'une grave crise éclate. S'il y a une crise grave, nous ferons exactement ce que nous avons fait il y a deux ans. Nous y réagirons adéquatement.

  (1650)  

    Or, ce n'est pas le cas actuellement, et nous l'avons démontré de façon consciencieuse et tout à fait correcte au cours des trois derniers jours. Oui, la Chambre au complet peut siéger, et nous pouvons accomplir de grandes choses.
    Nous devons exiger des comptes du gouvernement. Au début de 2021, nous avons constaté qu'il y avait beaucoup moins de députés présents à la Chambre. Certes, ils y étaient techniquement parce qu'il s'agissait d'un Parlement virtuel, nous le savons, mais ils se trouvaient en fait dans leur bureau à quelques mètres de la Chambre des communes et non sur place.
    Nous devons mieux faire les choses.

[Français]

    Nous avons démontré que nous étions capables de tenir la Chambre, pleine et entière, avec des débats vigoureux, comme nous l'avons fait tout à l'heure pendant la période des questions. Il y a eu des questions qui visaient directement le gouvernement, à savoir ce qu'avait dans le ventre le gouvernement. Il y a eu des répliques du premier ministre. C'est cela, la démocratie. Nous devons préserver cela, et c'est pourquoi nous nous opposons à la motion.
    Je tiens d'ailleurs à déposer l'amendement suivant:
    Que la motion soit modifiée comme suit:
a) à l’alinéa s)(i), par substitution, aux mots « Au jour désigné », des mots « Aux deux jours désignés », par adjonction, après les mots « pendant au plus quatre heures », des mots « chaque jour », et par adjonction, après les mots « À l’expiration », des mots « du deuxième jour désigné »;
b) à l’alinéa s)(iii), par substitution de tous les mots après « adjonction de ce qui suit: », des mots « Des avis d’opposition ou de motions visant à rétablir tout poste du Budget supplémentaire des dépenses (B) pour l’exercice se terminant le 31 mars 2022, sont déposés sur le bureau, ou déposés auprès du greffier, dans les quatre heures après l’achèvement de l’étude dudit budget supplémentaire en comité plénier et imprimés au Feuilleton des avis du même jour, pourvu qu’au plus cinq postes qui font l’objet d’opposition soient choisis par la présidence et que tous les autres avis d’opposition à un poste dudit budget supplémentaire des dépenses, le cas échéant, soient réputés retirés. ».
    L'amendement est recevable.

  (1655)  

[Traduction]

    Madame la Présidente, les commentaires du leader parlementaire de l'opposition étaient très aimables, et j'ai moi aussi aimé le temps que nous avons passé ensemble. Il n'a cessé de dire que tout est revenu à la normale. Il a dit que lundi, mardi et mercredi, tout était revenu à la normale, mais en fait, ce n'est pas le cas.
    Le député de Beauce ne peut pas être ici parce qu'il a obtenu un résultat positif au test de dépistage. En fait, le député lui-même vient d'admettre qu'il se fait constamment tester pour s'assurer qu'il n'a pas contracté la COVID‑19, et si c'était le cas, il ne pourrait vraisemblablement pas revenir à la Chambre.
    Le député ne reconnaît‑il pas qu'un Parlement hybride leur permettrait, à lui et au député de Beauce, le cas échéant, de continuer à participer aux travaux de la Chambre et à représenter les gens de leurs circonscriptions respectives? Jusqu'ici, le député de Beauce n'a pas été en mesure de le faire. Il n'a pas été en mesure de participer à l'élection d'un Président ni d'intervenir en réponse au discours du Trône.
    Le député n'aimerait‑il pas qu'on lui donne cette possibilité s'il devait obtenir un résultat positif au test de dépistage?
     Madame la Présidente, je veux simplement rappeler au député que nous suivons ses règles. Je crois que le parti au pouvoir a de la difficulté lorsque les gens suivent les règles. C'est exactement ce que nous faisons. Oui, s'il y a un problème, nous y ferons face. C'est ce que nous faisons — correctement. C'est pourquoi le sergent d'armes a tranché et déterminé qui pouvait être présent à la Chambre et qui ne pouvait y être admis. Nous agissons en fonction des règles qui ont été établies et qui sont appliquées par la Chambre des communes, et non en fonction des considérations partisanes de certains. Lundi, nous avons été témoins de grandes choses à l'intérieur de la Chambre des communes, et de choses répréhensibles à quelques mètres de là, lorsque mon homologue a remis en question le jugement du sergent d'armes au cours d'une conférence de presse. Nous faisons pleinement confiance au sergent d'armes et à son jugement quant à ceux qui peuvent être présents à la Chambre et ceux qui ne le peuvent pas.

[Français]

    Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Louis-Saint‑Laurent, du Québec, de son intervention. Comme il s'agit de ma première intervention à la Chambre en cette nouvelle et 44e législature, je vais évidemment adresser mes premiers mots à mes concitoyens de Shefford qui m'ont renouvelé leur confiance pour un deuxième mandat. La ville de Granby est bien connue de mon collègue de Louis-Saint‑Laurent, qui m'en parle régulièrement. Je les remercie donc énormément de ce deuxième mandat.
    En ce moment, si certains députés sont inquiets de revenir à la Chambre, c'est notamment à cause du flou qui est laissé autour de la vaccination de certains députés, plus précisément autour des exemptions. Alors que l'Assemblée nationale a déjà pris les devants et a décidé d'adopter le passeport vaccinal et que les députés ont décidé de se faire vacciner au Québec afin de lancer un message fort.
    Que pense-t-il de son parti qui a laissé un flou pendant la campagne électorale autour de la vaccination de ses candidats? Nous ne connaissons toujours pas le nombre exact de députés conservateurs qui ont reçu des exemptions médicales. Ce flou ne contribue-t-il pas à inquiéter certains députés et ne nous ramène-t-il pas à ce débat sur le Parlement en présence ou hybride? Si, aujourd'hui, tout le monde était vacciné, il n'y en aurait...
    À l'ordre. Je dois laisser du temps pour d'autres questions et commentaires.
    L'honorable député de Louis-Saint‑Laurent a la parole.
    Madame la Présidente, je remercie ma collègue de Shefford, dont je salue la réélection. C'est dommage, ce n'est pas que je ne l'aime pas, mais il y avait des candidats conservateurs dans toutes les circonscriptions et nous aurions aimé que tous nos candidats gagnent. Je salue néanmoins sa réélection. En effet, je n'ai pas le bonheur et le privilège d'être né à Granby, dans la circonscription de Shefford, mais j'ai des liens un peu particuliers avec la ville de Granby. Nous aurons peut-être l'occasion d'y revenir un de ces quatre. Or, pour le moment, ce n'est pas le sujet.
    D'abord, la députée vient de dire que si tout le monde était vacciné, nous ne tiendrions pas ce débat. Je n'en suis pas certain. Il faudrait d'abord leur demander si, de leur côté, ils pensent que c'est correct. On entendait dans le propos et le discours du leader du gouvernement à la Chambre qu'il y avait un danger parce qu'on entrait dans un édifice où il y avait beaucoup de monde. Même si tous les députés sont vaccinés, il n'est pas dit que c'est sûr à 100 %. D'ailleurs, nous avons vu que, effectivement, des gens ont reçu la double vaccination et contractent tout de même la COVID‑19. Cela arrive, et ce, dans tous les milieux.
    Je tiens à rappeler à ma collègue que les règles s'appliquent. Nous suivons rigoureusement les règles. Parmi les règles qu'il y a, quand il s'agit d'une question médicale, c'est la confidentialité qu'il faut respecter.

  (1700)  

[Traduction]

    Madame la Présidente, il est très difficile pour moi de débattre à ce sujet, car j’ai un grand respect pour mon collègue de Louis-Saint-Laurent.
    Je m’inquiète du fait que certaines personnes viennent travailler avec la COVID ou avec des symptômes de la COVID — alors qu’elles devraient être en quarantaine et rester à la maison — parce qu’elles ont l’impression que leurs privilèges seront violés et qu’elles ne pourront pas faire valoir les préoccupations des gens qui viennent de les élire.
    Ce que nous proposons ici, c’est un Parlement hybride. On s’attend à ce que les gens se présentent au travail, mais ils peuvent avoir l’impression d’éprouver des symptômes ou ils peuvent être immunodéprimés. Il y a aussi ceux qui ont de jeunes poupons. C’est tellement agréable de voir des bébés ici, au Parlement. Nous voulons tous un Parlement favorable à la famille. Enfin, des femmes se présentent aux élections alors qu'elles sont enceintes ou qu'elles ont déjà un bébé et elles se sentent à l’aise de venir ici avec leur poupon, mais ceux-ci ne peuvent pas se faire vacciner. Il est vraiment essentiel que ces personnes aient voix au chapitre au Parlement et que leur privilège ne soit pas limité.
    Par ailleurs, nous avons besoin du personnel qui travaille ici. Nous avons le devoir non seulement de nous protéger les uns les autres, mais aussi de protéger le personnel. De jeunes pages travaillent avec nous. Or, en ce moment, beaucoup d’entre eux ont peur de venir travailler de crainte qu’une personne se présente à la Chambre même si elle éprouve des symptômes.
    Mon collègue ne croit-il pas que nous devrions créer un milieu de travail sûr et faire tout ce que nous pouvons pour que les privilèges de chacun soient respectés et que tous aient la possibilité de faire entendre leur voix dans cette quatrième vague? La crise n’est pas terminée.

[Français]

    Madame la Présidente, je tiens à remercier mon collègue et à le féliciter pour sa réélection. Je crois qu'il en est à sa troisième ou quatrième élection et je le félicite.

[Traduction]

    Le député a mentionné que certaines personnes à la Chambre, de jeunes mères, étaient accompagnées de leurs bébés. J’aimerais ici exprimer tout mon respect à ma collègue de Fort McMurray—Cold Lake, qui a été élue pour la première fois à la Chambre des communes. Nous sommes très heureux de l’accueillir. Elle a un très bon bébé, et je lui souhaite la meilleure des chances.

[Français]

    Pour ce qui est de la substance des propos du député, il a mentionné quelque chose d'intéressant quand il a dit qu'ils s'attendaient à ce que tout le monde soit à la Chambre. C'est cela, le problème.
    La Chambre a cessé ses travaux en juin, avant que le premier ministre décide, par vanité personnelle, de déclencher des élections, ce qui fait qu'on a perdu au moins 63, sinon 65 jours de travail parlementaire. En effet, s'il n'y avait pas eu l'élection qui a coûté 110 millions de dollars pour un remaniement ministériel, nous aurions pu siéger dès le mois de septembre. Or, à cause de la décision du premier ministre, qui a coûté 100 millions de dollars aux contribuables, cela n'a pas été le cas.
    Il a dit qu'ils s'attendaient à ce que tous les députés soient sur place. Le problème c'est que, de janvier à juin, ce gouvernement ne s'est pas présenté ici, à la Chambre et c'est tout à fait déshonorant. Peut-être que la situation aurait été contraire, mais ils nous ont démontré, sans l'ombre d'un doute, qu'ils méprisaient le travail parlementaire et c'est pourquoi notre confiance est très limitée pour ce qui est de la suite des choses.

  (1705)  

[Traduction]

    Madame la Présidente, lorsque le comité de la procédure s’est penché sur l'idée d'un Parlement virtuel, il a été question de ce qui se passe justement maintenant, c’est-à-dire la collusion entre le Parti libéral et le NPD pour élargir le Parlement hybride au-delà de la normale. Parmi les raisons qui ont été invoquées mentionnons le risque de manœuvres électorales dans des circonscriptions girouettes.
    Mon collègue pourrait-il nous dire ce qu’il en pense, alors que nous devrions être à Ottawa, au siège de notre démocratie?
    Madame la Présidente, j’aimerais ici rendre hommage à mon collègue de Barrie—Innisfil, qui, grâce à l’appui de ses électeurs, a été réélu pour la troisième fois, ce qu’il mérite d’ailleurs pleinement.
    Mon collègue a soulevé une question très sérieuse. C’est pourquoi nous adoptons cette position aujourd’hui. C’est pourquoi nous voulons que la Chambre siège en bonne et due forme. C’est pourquoi nous voulons que tous les ministres répondent aux questions à la Chambre des communes. Voilà ce que nous voulons faire. C’est ce que nous devons faire à la Chambre des communes, et nous aimerions que le gouvernement le comprenne pour une fois.

[Français]

    L'honorable député de Kingston et les Îles invoque le Règlement.

[Traduction]

Les travaux de la Chambre

    Madame la Présidente, il y a eu consultation entre les partis, et je pense que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante:
    Que, nonobstant tout article du Règlement ou usage habituel de la Chambre, pendant le débat conformément à l'article 52 du Règlement plus tard aujourd'hui, la présidence ne reçoive ni demande de quorum, ni motion dilatoire, ni demande de consentement unanime.

[Français]

    L'honorable député a-t-il le consentement unanime de la Chambre afin de proposer la motion?
    Des voix: D'accord.
    La vice-présidence adjointe (Mme Carol Hughes): La Chambre a entendu l’énoncé de la motion. Plaît-il à la Chambre d’adopter cette motion?
    Des voix: D'accord.

    (La motion est adoptée.)

Un ordre relatif aux travaux de la Chambre et de ses comités

    La Chambre reprend l'étude de la motion.
    Madame la Présidente, je vais d’abord vous mentionner que je vais partager mon temps avec l’honorable députée de Salaberry—Suroît.
    Ensuite, je voudrais prendre un petit moment pour remercier mes électeurs de m’avoir réitéré leur confiance. Je suis très content et très honoré de les servir. Je les salue tous et toutes. Je voudrais aussi dire merci aux bénévoles de mon équipe qui ont travaillé très fort pour que le Bloc québécois conserve la circonscription de La Prairie. Enfin, je remercie mon chef parce que, sans lui, je n’aurais probablement pas pu remporter cette victoire.
     Après que j'ai gagné la première fois en 2012, quelqu’un m’a dit qu’être élu, c’était bien, mais qu’être réélu, c’était comme si les électeurs adoptaient le candidat après l’avoir essayé la première fois. Je suis donc très content d’être réélu. Je vais travailler extrêmement fort pour que mes concitoyens ne le regrettent pas.
    À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Ce qui s’est passé en mars 2020 en est la preuve indéniable. On a eu un déferlement de la COVID à ce moment-là. La Chambre a immédiatement répondu à cette alarme sanitaire de façon cohérente. Quand je dis « de façon cohérente », il faut comprendre que la Chambre doit être au diapason de ce qui se passe dans le reste de la société. Elle doit aller dans le même sens. Elle doit montrer l’exemple aussi. À la seconde où on a eu cette menace, tous les partis ont participé à l’effort pour dire qu’on fermait boutique pendant un mois. Le reste de la population était en confinement presque total, c’est ce qu’il fallait faire. Tous les partis ont pris leur responsabilité.
    Par la suite, on a vu que la société avait décidé de rouvrir partiellement certains services. On a donc rouvert le Parlement sous forme hybride. C’était la chose à faire, tout le monde s’entendait là‑dessus. Depuis ce temps, les choses ont changé. Il faut s’adapter au changement. Il faut se coller à la réalité de la société. Il ne faut pas vivre dans une tour d’ivoire et se dire qu’on va réagir de façon différente de ce que fait la population. Cela n’a pas de sens, puisqu’on la représente.
    Il y a eu le vaccin. C’est un vaccin qui fonctionne efficacement contre les variants jusqu’à présent. Il nous protège généralement contre les formes graves de la maladie. Il fait qu’on est moins contagieux. La double vaccination permet de reprendre une certaine vie plus normale. Cela est important et c’est pour cela que le Bloc québécois est en faveur de la double vaccination. Tout le monde ici a eu la double vaccination, sans aucun doute. On doit montrer l’exemple. On doit rassurer la population, lui dire que c’est important de se faire vacciner et lui montrer comme preuve qu’on le fait. C’est un message à transmettre. Nous sommes très contents de cela.
    Le Bureau de régie interne a demandé et même exigé que les gens qui viennent ici, sauf exception, aient la double vaccination. C’était la chose à faire.
    Les choses ont changé, le vaccin est arrivé. Les choses ont changé pour l’ensemble de la population. Les gens retournent au restaurant, y compris nous, sûrement. Les gens retournent au cinéma: j’y suis allé en fin de semaine et c’était plein.
     Les gens retournent au Centre Bell: c’est sûr qu’ils aimeraient avoir une meilleure équipe, mais bon il faut se contenter de ce qu'on a. Moi, j’y suis allé; j’avais le masque et je me demandais si j’allais l'enlever pour crier si jamais le Canadien marquait un but. Comme l'équipe s'est fait battre 6-0, par contre, c’est inutile d’en parler. Les gens avaient leur masque. Nous n'étions pas 18 000 personnes, peut-être 12 000, et nous avions tous nos masques.
     À la Chambre, nous sommes 338 députés, mais on nous dit que cela ne marche plus et qu’il faut avoir un modèle hybride et ne pas prendre de risque. Pourtant, c’est important de revenir siéger en présentiel, c’est notre travail et cela marquerait un retour à la normale. C’est comme cela que le Parlement fonctionne depuis 1867 et il faut revenir à cette façon de procéder. Cela va obliger le gouvernement à rendre des comptes à la Chambre, car, jusqu’à récemment, on avait l’impression qu’il se sauvait.

  (1710)  

    Quand je fais de bonnes actions, j'en suis content. Je sors et je les explique au monde et je le défends. Est‑ce parce qu'ils ne faisaient pas des bonnes actions qu'ils se cachaient? Est‑ce par manque de courage? Je ne dirais pas cela. Je dirais plus qu'ils étaient peut-être gênés. Quand je regarde le bilan des libéraux, je les comprends un peu. Moi aussi, j'aurais peut‑être aimé le modèle hybride.
    C'est plus facile de se rencontrer en Chambre. Tous les députés le font; nous avons tous des dossiers dans nos circonscriptions. On rencontre les députés en traversant la Chambre et ils sont généralement et même tout le temps gentils. Cela nous permet de planifier des interventions du gouvernement dans nos circonscriptions. Cela permet aux médias d'être plus au fait de nos travaux, donc de mieux faire connaître à la population ce que les députés vivent à la Chambre. C'est donc important de revenir à cela.
    Oui, il y aura une surveillance, comme la santé publique au Canada ou au Québec fait une surveillance constante. Les cinémas ont rouvert, sachant que s'il arrive quoi que ce soit, on va peut‑être reculer. Nous ne sommes pas des extraterrestres et on peut aussi le faire ici à la Chambre.
    De plus, le modèle hybride avait son lot de problèmes. C'est sûr que certains aimaient manger des sucreries au sous‑sol et voter. Il y avait cependant des problèmes avec les interprètes, on le sait. Il y a eu des problèmes de santé importants, car les ressources de la Chambre étaient à bout de souffle. Il faut avoir du respect pour le travail que ces gens ont réalisé. On est allé jusqu'au bout de la logique.
    Le français a été beaucoup moins utilisé sous le modèle hybride, les preuves sont là. Le gouvernement parle de défendre le français à la Chambre. J'entends et je salue le leader du gouvernement à la Chambre des communes qui parle un excellent français. Il veut parler français, mais, si on est conséquent avec l'utilisation du français, il faut comprendre qu'avec le modèle hybride, on a moins utilisé cette langue. C'est important de le savoir.
    Qu'en est‑il des autres partis? Je vais surtout parler du parti ministériel. Lors de la dernière session parlementaire, je ne sais pas ce qui s'est passé, mais, à un moment donné, ils étaient quelques‑uns et, du jour au lendemain, il n'y avait plus qu'une seule personne. Ce n'était pas un ministre, c'était le député de Kingston et les Îles et il a été courageux. Il était toujours là et j'avoue, même si cela ne me tente pas de le dire, qu'il était tout de même coriace et faisait son travail. Nous étions contents de le voir parce que c'était lui le Parti libéral; il n'y avait personne d'autre.
    Mon collègue de Montarville qui a vraiment fait une prestation extraordinaire a dit que le pire est qu'ils répondaient aux questions et qu'ils étaient présents à Ottawa. Ils se cachaient dans les bureaux et bizarrement, des fois, quand la sauce virait au vinaigre, il y avait des problèmes de son ou de vidéo. Ce n'était pas clair et on trouvait cela drôle. Ensuite, on reprenait la question et on entendait mal la réponse. Des fois, on entendait des bruits comme si R2‑D2 parlait. Ils aimaient cela, car ils n'étaient pas à la Chambre. Si je regarde leur bilan, je pense qu'ils étaient gênés. Cela faisait leur affaire. Quand je demandais s'ils allaient revenir à la Chambre, ils me faisaient penser à des marmottes. Pour sortir de leur trou, il faut qu'elles attendent de voir leur ombre. J'ai demandé s'ils avaient vu leur ombre et s'ils finiraient par revenir à la Chambre. Non, il n'en restait qu'un seul à la Chambre. La situation était grave et épouvantable. Alors qu'il y avait un déconfinement à travers le Canada et le Québec, il ne restait toujours qu'un député libéral.
    Cet été, le miracle est arrivé: les libéraux ont décidé de déclencher des élections. À ce moment‑là, ils sont sortis de leur coquille et ont rencontré du monde. On a vu les vidéos du Parti libéral où l'on voyait plein de gens qui se collaient, qui se saluaient et qui étaient serrés. Un peu plus et ils se faisaient des punchs à la noix de coco et des bedaines chaudes. Cela n'avait aucun sens. Je me disais qu'enfin on reviendrait à la formule en présentiel, mais non. Après l'élection, ils ont décidé de retourner dans leur tanière, car ce n'est pas facile et ils commencent encore à être gênés. C'est un mauvais présage.
    Quand on est fier de ce que l'on fait, on fait face à ses responsabilités et on va défendre son bilan et ses accomplissements. On n'est pas gêné et on regarde les gens dans les yeux. Ce serait bien que le Parti libéral commence à faire cela.

  (1715)  

[Traduction]

    Madame la Présidente, j'étais ici hier, et l'une des collègues du député a soulevé la question de privilège, car elle estimait que le fait d'être ici, entre ces murs, en compagnie de gens qui pourraient la rendre malade, violait ses privilèges. Que lui répond le député?

[Français]

    Madame la Présidente, je salue mon collègue pour avoir soulevé cette question intéressante au sujet de la double vaccination.
    La réponse est tellement simple: si tout le monde est doublement vacciné, il n'y aura pas de problème.

[Traduction]

    Madame la Présidente, pendant son discours, le leader du gouvernement à la Chambre a parlé des risques pour les personnes immunodéprimées, mais à la dernière législature, il est arrivé de très nombreuses fois qu'aucun ministre libéral ne soit présent pour la période des questions.
    Statistiquement parlant, je doute fort que la totalité des ministres libéraux puissent être immunodéprimés. Le député convient-il qu'il est statistiquement improbable que l'ensemble des ministres libéraux soient atteints d'une affection aussi grave, mais aussi rare?

[Français]

    Madame la Présidente, on me demande d'expliquer l'inexplicable. Les ministres n'étaient pas à la Chambre. Comment expliquer cela?
    C'est aussi facile d'expliquer cela que de manger une pomme à travers une raquette de tennis. Autrement dit, c'est impossible.
    J'espère que ce parti va se dégêner, se retrousser les manches, prendre ses responsabilités, avoir du respect pour sa population et venir à la Chambre pour répondre à nos questions.

[Traduction]

    Madame la Présidente, je tiens, à mon tour, à vous féliciter pour votre élection à la vice-présidence. C'est un honneur de vous voir remplir ce rôle. Puisqu'il s'agit de la première fois où je prends la parole à la Chambre, j'aimerais saisir cette occasion pour remercier les habitants de North Island—Powell River de m'avoir élue pour un troisième mandat afin de les représenter.
    J'ai vraiment aimé ce que le député qui m'a précédée a dit sur l'importance de la double vaccination. C'est un enjeu qui me préoccupe aussi énormément.
    Je m'inquiète surtout pour les personnes qui travaillent dans cet édifice et qui ont des enfants de 12 ans et moins qui ne peuvent pas recevoir le vaccin. Certains députés se déplacent d'un bout à l'autre du pays et ils risquent de propager la COVID‑19 ici même. S'il y a des députés qui n'ont pas encore été vaccinés, ils peuvent quand même ramener la COVID‑19 à la Chambre, même s'ils se soumettent à un test de dépistage toutes les 48 heures.
    Qu'est-ce que cela signifie pour tous ceux qui travaillent ici? Les députés ne sont-ils pas responsables de préserver l'environnement de travail pour toutes les personnes présentes dans cette enceinte?

[Français]

    Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
    Avant de commencer à parler de cela, il faudrait peut-être revenir sur la situation des employés de la Chambre qui ont été poussés à la limite. Beaucoup d'entre eux ont dû se mettre en congé de maladie. Nous avons peut-être abusé des ressources du soutien technique. Il faudrait peut-être s'en rendre compte également.
    Nous ne sommes pas différents du reste de la société. Si nous sommes capables d'aller au Centre Bell, au cinéma ou ailleurs, nous sommes alors capables de nous rendre ici, de respecter les mesures sanitaires, de porter le masque en permanence et d'éviter les contacts. En agissant ainsi, il n'y aura pas de situation comme celle que mentionne notre collègue.

  (1720)  

    Madame la Présidente, j'aimerais vous féliciter. Je suis certain que vous utiliserez notre temps de parole avec équité, comme vous le faites habituellement.
    Tout à l'heure, mon collègue de Montarville a posé une question au leader du gouvernement. Il n'a pas obtenu de réponse. Il faisait alors allusion à ce que mon collègue de La Prairie dénonçait depuis tantôt.
    Le leader du gouvernement nous a toutefois dit, en guise de réponse, que la situation avait changé et qu'elle était moins grave. Doit-on comprendre aujourd'hui que la situation est moins grave étant donné que tout le monde est doublement vacciné ou presque?
    Il a aussi parlé des personnes immunosupprimées. Sommes-nous en train de faire que l'exception à la règle devienne la normalité?
    Nous ne voulons pas qu'un gouvernement ou un Parlement qui fonctionne en format hybride devienne finalement un gouvernement ou un Parlement virtuel.
    Madame la Présidente, il faut être au diapason de ce qui se passe dans le reste de la société.
    Les gens commencent à se rencontrer davantage. Grâce à la double vaccination, il devient de plus en plus facile de se côtoyer avec le moins de danger possible. Le risque zéro n'existe pas, mais il faut quand même être réaliste et respecter notre population en faisant nous-mêmes ce que nous lui demandons de faire.
    Madame la Présidente, il est difficile de prendre la parole après le leader du Bloc québécois à la Chambre, d'être plus métaphorique, de faire comprendre nos propos par des images. Je vais tout de même essayer de dérider les députés et de les faire rire.
    Auparavant, j'aimerais remercier les électeurs et les électrices de Salaberry—Suroît, qui m'ont réélue pour la quatrième fois. J'ai eu la chance d'être députée à la Chambre des communes de 2006 à 2011, de m'être représentée en 2015 et d'avoir perdu par peu de voix, de m'être représentée en 2019 et d'avoir gagné, et d'avoir de nouveau gagné en 2021. Je peux être fière de représenter de nouveau Salaberry—Suroît.
     Je voudrais remercier les 200 bénévoles, qui ont vraiment été impliqués et engagés dans la campagne électorale. J'aimerais aussi remercier toute ma famille, mon conjoint et mes enfants. Vous le savez et l'avez fait vous-même, madame la Présidente: une campagne électorale est un moment d'intensité et nos familles font beaucoup de sacrifices. Je voulais alors les remercier aussi, tout comme mon conjoint, Maurice, mes trois filles, et mon petit‑fils, Victor, qui a maintenant presque deux ans.
    Je suis whip du Bloc québécois à la Chambre des communes, ce que j'étais également lors de la dernière législature. J'ai donc eu le privilège — il faut le dire —d'avoir participé, en temps de crise pendant la pandémie, à la construction d'un Parlement hybride qui nous a permis, malgré cette pandémie, de continuer nos travaux pendant un moment important.
    Je dois dire que c'était une situation exceptionnelle et je veux vraiment tirer mon chapeau à toute l'équipe des technologies de l'information pour avoir participé à cette construction et pour avoir créé et réalisé tout ce qui était nécessaire pour nous permettre de poursuivre notre travail pendant la première vague, même si la situation n'était pas idéale.
    Nous avons fait cela parce que c'est ce qu'il fallait faire, parce que la crise était là. Il nous manquait beaucoup d'information. Il était inconcevable de nous retrouver tous ici pendant qu'un paquet de nos citoyens étaient malades, d'autant plus que le vaccin n'existait pas encore. Nous évoluons et avons évolué dans notre façon de travailler pour faire face à la pandémie. Très sincèrement, cela a été un tour de force de bâtir des moyens virtuels pour nous permettre de voter et de participer.
    Je ne remets pas en question ce qui a existé. Ce que le Bloc québécois remet aujourd'hui en question, c'est le besoin de poursuivre le Parlement hybride dès maintenant, et ce, jusqu'à la fin du mois de juin.
    Nous savons que la pandémie évolue, et que la quatrième vague est là, mais qu'elle est contrôlée à travers le Canada. Nous savons qu'il s'agit de suivre les précautions universelles telles que se laver les mains, porter notre masque, et tenir nos distances. Nous avons repris notre vie normale. Même si nous devons conserver le masque pratiquement partout dans nos déplacements de la vie quotidienne et dans notre vie sociale, on peut dire que nous sommes heureux d'avoir repris notre vie quasi normale d'avant. Les enfants vont à l'école, les classes sont pleines à l'université et au cégep, et la vie a repris son cours.
     Nous nous interrogeons aujourd'hui sur tant d'insistance pour maintenir un Parlement hybride. Nous aurions pu étudier ensemble la possibilité de prolonger le Parlement hybride pendant un ou deux mois. Nous nous posons cependant la question suivante: pourquoi le prolonger jusqu'au mois de juin, alors que la situation évolue?
    Je sais qu'on a créé un parlement virtuel en quelques jours et qu'on a pu s'adapter à la situation en quelques jours, avec une motion. Or, c'est une situation qui évolue. Ce que je ne comprends pas et que la formation politique que je représente ne comprend pas, c'est pourquoi déterminer aujourd'hui que le Parlement hybride sera prolongé jusqu'au 23 juin? Personne ne comprend cela, ni même nos électeurs et nos électrices.
    Nous nous demandons si cela ne fait pas l'affaire des deux partis qui appuient cette proposition. Il faut se dire que, dans le fond, on peut regarder ou écouter la période des questions orales en faisant de la bicyclette stationnaire — j'ai vu cela —, en pyjama ou torse nu — nous avons vu cela aussi. Je peux comprendre que cela peut faire l'affaire de certains députés de dormir tous les soirs avec leur conjoint ou leur conjointe; on n'a pas tous la chance de vivre près du Parlement, à Ottawa ou à Gatineau. Je peux comprendre cela.

  (1725)  

    Cela dit, quand on est élu, on doit siéger ici, au Parlement, en personne, afin de faire notre travail. Cela fait partie du contrat.
    Je pense que certains se sont habitués à leur confort, notamment ceux qui restent plus loin, qui doivent prendre des avions ou des trains et qui trouvent cela fatigant. Peut-être y a-t-il quelque chose derrière cette décision.
    Il faut le dire, je pense que mon leader est assez clair, c'est moins intéressant pour l'opposition d'avoir des banquettes vides à l'avant, c'est moins forçant pour les ministres, c'est moins stressant pour les nouveaux et moins anxiogène. Il y a une foule de raisons qui peuvent expliquer cela.
    Pour nous, c'est une façon de se soustraire à leurs devoirs et responsabilités de reddition de comptes. C'est donc une incompréhension totale.
    En tant que whip, je veux parler du fait qu'on dirait qu'on oublie tout ce qui n'a pas fonctionné. Même si, de façon générale, le Parlement hybride a bien fonctionné, ce n'est pas vrai que cela a été excellent. Il y a eu beaucoup de ratés. En majorité, qui a vécu les ratés? Ce sont les députés francophones unilingues, et c'est documenté. Prenons l'exemple des comités parlementaires, où 86 % des témoins s'expriment en anglais. Ainsi, l'interprétation, les bris techniques, les arrêts, la perte de temps de parole des députés du Bloc québécois ont été documentés dans le Parlement hybride, y compris dans les comités. Il n'est donc pas vrai que tout a bien fonctionné.
    Je suis déçue d'entendre mes collègues du NPD qui, tout d'un coup, voient le Parlement hybride comme la seule solution. Je me rappelle les avoir entendus décrier à la Chambre le sort des interprètes et leurs maladies liées à l'oreille parce que les appareils, les équipements et le fait d'interpréter à distance, par Zoom, causaient des maladies professionnelles. Pourtant, les néo-démocrates sont censés être sensibles au sort des travailleurs et des travailleuses de l'Administration de la Chambre. Or ils ne parlent plus du tout de ces travailleurs.
    On sait que les interprètes ont témoigné et l'ont dit au Comité permanent des langues officielles, dont le rapport s'intitulait « Les interprètes de conférence: la pierre angulaire du bilinguisme au Parlement ».
    Si le temps me le permet, je vais citer un extrait de ce rapport:
    En plus de compromettre la santé et la sécurité des interprètes parlementaires, les limites technologiques actuelles pourraient porter atteinte aux droits linguistiques des parlementaires qui, en vertu de la Charte canadienne de droits et liberté et de la Loi sur les langues officielles, ont le droit de s'exprimer dans la langue officielle de leur choix et d'être compris par leurs collègues ainsi que le public canadien. Et ce même public devrait aussi pouvoir suivre les délibérations des parlementaires dans la langue officielle de son choix, sans subir de préjudice.
    Parce que j'en ai été témoin, je peux dire que des témoins francophones sont invités dans des comités permanents préfèrent parler anglais parce qu'ils sont assurés qu'il n'y aura pas de problème d'interprétation étant donné que la majorité des députés qui siègent au Parlement parlent anglais.
    En terminant, je voudrais rappeler toute l'importance qu'on doit accorder aux interprètes, mais aussi aux députés qui ne veulent pas perdre une seconde de leur droit de parole. Or, dans le Parlement hybride et dans les comités permanents entre autres — c'est documenté —, il y a eu une sorte d'iniquité et d'injustice que nous ne voulons pas revivre à cette législature-ci puisque, à notre sens, ce n'est pas pertinent.
    En tant que whip, j'ai défendu la position de ma formation politique et j'aurai. En effet, il n'y a pas eu de négociations; il n'y a pas eu de discussions puisque le gouvernement s'est entendu avec le NPD pour nous imposer le Parlement hybride.
    En terminant, la présidence peut compter sur les députés du Bloc québécois pour être présents, actifs, rigoureux et au travail à la Chambre des communes.

  (1730)  

    Madame la Présidente, j'ai écouté avec beaucoup d'interêt l'intervention de ma collègue de Salaberry—Suroît. Je sais qu'elle est très sincère quand elle parle de la situation des interprètes. Nous partageons son point de vue sur l'importance de mettre en place des ressources pour que les interprètes aient les meilleures conditions de travail possible. Je suis d'accord avec elle sur ce sujet.
    Toutefois, elle demande pourquoi maintenir un Parlement hybride puisque la pandémie est contrôlée. Je dois lui dire que la pandémie n'est pas contrôlée. À Burnaby, nous avons perdu 15 personnes il y a deux semaines. On voit que les pays en Europe commencent à mettre en place des politiques de confinement. Le fait d'avoir en place un Parlement hybride fait qu'on peut, quelle que soit l'évolution de la situation dans les prochaines semaines, avoir en place un Parlement qui continue de fonctionner.
    Pourquoi nie-t-elle le fait que la pandémie est en train de faire des ravages dans certaines parties du pays et dans certaines parties du monde?
    Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question. Cela me permet de préciser ma pensée.
    Je ne connais pas sa profession, mais je ne pense pas qu'il soit un scientifique. Je ne suis pas une scientifique. Ce que je sais, c'est que j'ai reçu une consigne, une directive du sergent d'armes qui a émis une politique et des directives ici et qui a dit que la santé publique de l'Ontario jugeait qu'il était sécuritaire que 338 députés soit assis et masqués en respectant les consignes sanitaires. Je ne sais pas si la Colombie-Britannique est un monde à part, mais la santé publique ici juge que la pandémie est sous contrôle.
    Cela ne veut pas dire que cela ne peut pas changer. Par contre, au moment où on se parle, c'est inconcevable de ne pas être ici en présentiel puisque les directives sanitaires de l'Ontario le permettent.
    Madame la Présidente, en examinant le Parlement hybride, on voit qu'il y a beaucoup d'occasions de parler pour ceux dont la circonscription se trouve proche. Nous sommes dans un gouvernement minoritaire et il y a beaucoup d'occasions pour les autres députés du Québec, du NPD et du Parti libéral de travailler dans leur circonscription pendant que la Chambre siège et que nous sommes ici, ce qui représente un avantage électoral.
    Est-ce que vous pouvez faire un commentaire concernant les occasions qui sont là et sur le fait de tenir perpétuellement des élections dans les circonscriptions?

  (1735)  

    Je dois rappeler au député d'adresser la parole à la présidence et non directement à l'individu.
    L'honorable députée de Salaberry—Suroît a la parole.
    Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
    En effet, on sait que le fait d'être à la maison, être dans sa circonscription, voter à distance, pouvoir faire un discours et dix minutes plus tard se retirer et aller voter offre beaucoup de liberté, plus que si on vient faire son travail à la Chambre des communes. Je suis d'accord avec lui que cette liberté est peut-être plus appréciée du côté du parti au gouvernement, qui malheureusement n'a pas gagné son pari d'obtenir un gouvernement majoritaire. C'est vrai, je pense qu'il y a certains avantages à cela et c'est certain que nous maintenons notre idée que le travail premier est de servir, mais aussi de représenter nos électeurs à la Chambre des communes. Nous avons un travail à faire à cet égard.
    Je vais me permettre de faire un petit commentaire sur ce que mon collègue a dit. C'est dans les comités parlementaires que se vivent les pires injustices et iniquités pour les francophones. Mes collègues savent que tous les partis ont été contraints de réduire le nombre de réunions de certains comités parlementaires parce qu'il n'y avait plus de salles libres. Le fonctionnement d'un Parlement hybride nécessite plus de ressources. Donc, d'une certaine manière, nous sommes contraints et limités dans notre travail parlementaire en comité dans un Parlement hybride.

[Traduction]

    Madame la Présidente, je m'en voudrais de ne pas commencer par remercier les électeurs de New Westminster—Burnaby. Ils m'ont reconfirmé dans mes fonctions de porte-parole et de représentant de leurs intérêts à la Chambre, où je dois veiller à ce que personne dans la circonscription ne soit laissé pour compte et à ce que nous bâtissions ensemble le Canada auquel ils aspirent. Je les remercie de l'honneur qu'ils me font une fois de plus en m'envoyant à la Chambre des communes comme député.
    Je m'en voudrais aussi de ne pas mentionner les trop nombreuses victimes de cette terrible pandémie. Depuis un an, huit mois et deux semaines, près de 30 000 Canadiens sont morts. Le fait est que nous devons penser à ces victimes, ces victimes canadiennes, mais aussi aux 5 millions de victimes de la COVID dans le monde, quand nous parlons des mesures adoptées pour protéger la santé publique et pour assurer la poursuite de notre travail si important à titre de parlementaires.

[Français]

    Il faut rendre hommage à ces victimes qui ont perdu la vie. Il s'agit de 30 000 personnes au Canada et de 5 millions de personnes à l'échelle mondiale. Il faut penser aux victimes et faire tout ce qui est possible pour mettre fin à cette terrible pandémie et éviter qu'il y en ait d'autres. Il faut mettre en place des mesures efficaces pour y parvenir.

[Traduction]

    C'est tout simplement faux. Nous avons entendu quelques personnes déclarer que tout va bien, que nous avons la situation bien en main, du point de vue de la pandémie. Je peux vous confirmer...
    Excusez-moi, je vais interrompre notre collègue pour rappeler aux députés que lorsqu’ils ne prennent pas la parole, ils doivent porter leur masque pour protéger la sécurité des employés et de leurs collègues de la Chambre.
    Le député de New Westminster—Burnaby a la parole.
    Madame la Présidente, votre rôle vous permet d’interpeler des députés. Si vous voyez un député, et nous venons d’en voir quelques-uns, retirer son masque à la Chambre, vous avez certainement le droit d’interrompre le collègue qui parle et de demander aux députés de remettre leur masque. Je vous exhorte à le faire, madame la Présidente.
    L’éclosion à laquelle nous assistons a de terribles répercussions. Au Willingdon Care Centre, il y a quelques semaines, 15 personnes ont perdu la vie. Une éclosion terrible a tué près de 20 % des résidants de cet établissement de santé. Je vois même dans ma propre famille les répercussions des éclosions qui surviennent à l’heure actuelle dans divers établissements de santé.
    Avant d’affirmer que nous maîtrisons cette pandémie, nous devrions regarder les éclosions qui surviennent dans différentes régions du Canada, où le nombre de cas augmente de façon tragique, et nous devrions aussi regarder ce qui se passe dans le reste du monde. L’Autriche s’est placée en isolement total, et l’Allemagne envisage de faire la même chose. On constate une augmentation du nombre de cas, du nombre d’hospitalisations et du nombre de patients dans les unités de soins intensifs.
    Il est crucial que nous y réfléchissions et que nous décidions des meilleures mesures à appliquer, comme nous le faisons depuis le 13 mars 2020, lorsque les leaders à la Chambre ont tenu une conférence de presse pour annoncer que nous suspendions la session parlementaire. Nous l’avons fait parce que c’était la meilleure mesure à appliquer face à cette urgence de santé publique. Maintenant que les cas augmentent un peu partout au monde et dans certaines régions du Canada, nous nous devons d’appliquer ce même sens de responsabilité collective.
    Cette motion aurait dû être adoptée à l’unanimité. Elle fait suite aux mesures que nous avons prises à l’unanimité en exerçant nos fonctions de députés. L’un des moments les plus remarquables de cette pandémie a eu lieu lorsque 338 parlementaires ont déclaré d’une seule voix qu’ils se préparaient à poursuivre leurs travaux parlementaires tout en prenant les mesures de santé publique nécessaires pour protéger les employés de la Chambre des communes et de la Colline du Parlement ainsi que pour protéger leurs collègues et leurs familles. Bon nombre de nos collègues ont des proches immunodéficients. J’en compte plusieurs dans ma famille. Lorsque nous protégeons les députés, nous protégeons aussi nos familles, mais surtout, nous protégeons le public.
    Regardons la réalité bien en face: nous sommes 338, et nous revenons ici chaque semaine de toutes les régions du Canada. Certains d’entre nous viennent de zones de forte transmission de la COVID. Notre collègue de Salaberry—Suroît a affirmé tout à l’heure que ce problème ne se manifeste pas dans sa région, mais nous savons tous que ce terrible virus se transmet très rapidement. Si un de nos collègues l’amène à la Chambre et que d’autres collègues l’emmènent dans leurs circonscriptions, ils risquent de causer des éclosions. Voilà pourquoi, le 13 mars 2020, nous avons interrompu la session parlementaire. Nous savions que nous ne pourrions pas protéger la sécurité du public.
    Nous savions que nous devions prendre des mesures exceptionnelles et historiques en tant que Parlement, mais nous avons pris ces mesures ensemble à l’unanimité, puis nous avons créé les outils d’un Parlement hybride, en mettant d’abord en place la capacité des députés de s’exprimer, d’intervenir sur le plan de la procédure, de voter et enfin, avec l’application de vote, nous avons mis de côté les longues séances de vote sur Zoom dont nous nous souvenons tous et nous avons profité de la capacité et de l’efficacité pour chaque député d’intervenir au nom de ses électeurs et de voter à la Chambre des communes.
    Tous ces outils ont été élaborés à grands frais pour que nous puissions poursuivre le travail du Parlement pendant la pandémie. Il s’agissait de décisions intelligentes et réfléchies qui ont toujours été prises à l’unanimité. Je dois ici rendre hommage aux nombreux membres de l’administration de la Chambre qui ont concrétisé toutes ces mesures pour qu’un Parlement virtuel puisse voir le jour.

  (1740)  

    Je ne doute pas qu’il y ait eu des problèmes. C’est on ne peut plus vrai. Certains députés ont déploré l’absence de ministres à la Chambre des communes. C’était une grave erreur, surtout lorsqu’ils étaient présents dans leurs bureaux. Le gouvernement s’engage maintenant à faire venir des ministres pour la période des questions.
    L’impact sur les interprètes a été considérable, et nous devons continuer de prendre des mesures pour nous assurer que le Parlement virtuel leur offre un milieu de travail sain et sécuritaire. Ce sont des mesures que le NPD va continuer de réclamer de son côté de la Chambre. Cela ne fait aucun doute. Notre chef le député de Burnaby-Sud a été très clair à ce sujet, tout comme l’ensemble des députés néo-démocrates.
    Nous savons aussi que le fait de réunir 338 députés ici, dont certains viennent de zones où le taux de transmission de la COVID est élevé, constitue également une menace pour les employés et le personnel de l’Administration de la Chambre et de la Chambre des communes. Nous devons nous assurer de prendre des mesures de protection pour eux également.
    Comme nous le savons, si un député fait l’objet d’un diagnostic positif ou doit être mis en quarantaine à l’heure actuelle, tant que la motion n’aura pas été adoptée, il n’aura pas la capacité d’intervenir au nom de ses électeurs, de se battre pour eux ou de les défendre. C’est précisément ce que je m’efforce de faire chaque jour pour mes électeurs de New Westminster—Burnaby. Je sais que tous les députés en font autant. Sans les outils en place qui permettent la participation à distance, si un député devait être mis en quarantaine après avoir été en contact avec quelqu’un qui pourrait avoir la COVID, il ne pourrait plus représenter ses électeurs.
    Nous appuyons la motion. Il ne fait aucun doute que nous sommes en faveur des outils permettant la participation à distance. Nous croyons que nous devons continuer d’améliorer le Parlement virtuel. Toutefois, ce que je déplore, c’est que cela n’ait pas été adopté le premier jour, à l’unanimité, comme toutes les autres motions. C’est une question de santé publique. C’est une mesure de protection des employés et du personnel. Une mesure de protection du public, des députés et de leur famille. C’est pourquoi j’exhorte mes collègues des partis qui semblent réticents à ce que l'on poursuive avec la formule hybride à voter en faveur de cette motion.

  (1745)  

    Madame la Présidente, si je me rends dans l’antichambre, je sais que toutes les personnes que j'y verrai, sauf une, sont doublement vaccinées. Je sais qui ne l’est pas, et il y a une excellente raison à cela.
    Le député ne convient-il pas qu’il joue à la roulette russe chaque fois qu’il pénètre dans cette antichambre? Il ignore avec qui il est en contact ou si des personnes pourraient être contagieuses, d’autant que le leader à la Chambre de l'opposition officielle a indiqué qu’une personne non vaccinée est plus susceptible de transmettre la maladie.
    Je me pose la question suivante. Quel type de gestion du risque mon collègue emploie-t-il pour faire face à cette situation?
    Je tiens à rappeler aux députés que s’ils ont une opinion différente sur ce qui est dit, ils peuvent se lever pour poser des questions et formuler des observations.
    Le député de New Westminster—Burnaby a la parole.
    Madame la Présidente, le Bureau de régie interne a fixé les règles, et le Bureau de régie interne veillera à ce que les règles soient respectées.
    Toutefois, il y a un impératif plus général ici. Nous demandons aux Canadiens de montrer leur preuve de vaccination lorsqu’ils prennent l’avion ou vont au restaurant. Il ne fait aucun doute que nous devons donner l’exemple. Nous devons également veiller à ce que les députés puissent participer pleinement aux travaux de la Chambre.
    En cas d’exposition, quelle qu’elle soit, le Parlement virtuel permet aux députés concernés de continuer à représenter leurs concitoyens. C’est pourquoi je trouve la position du Parti conservateur si déconcertante. Les conservateurs devraient être les premiers à dire que nous devrions renouveler le mandat du Parlement virtuel. Ils l’ont pourtant soutenu auparavant. Il est inconcevable pour moi qu’ils refusent de maintenir une mesure qui est appropriée en matière de santé publique et qui protégerait tout le monde: les employés, le personnel, les députés et leurs familles.
    Madame la Présidente, j’ai une question fort simple à poser au député de New Westminster—Burnaby.
    Notre leader de l’opposition officielle à la Chambre, le député de Louis-Saint-Laurent, a présenté un amendement très raisonnable qui prolongerait de quatre heures le temps dont nous disposons pour rendre des comptes en comité plénier. C’était un amendement tout à fait raisonnable.
    Je me demande si le leader parlementaire du NPD va appuyer l’amendement du Parti conservateur ou s’il attend toujours la permission du leader parlementaire du Parti libéral.

  (1750)  

    Madame la Présidente, cette insulte mesquine n'est qu'un exemple de la raison pour laquelle les conservateurs ne devraient pas être aussi désinvoltes à ce sujet.
     Si les membres du Parti conservateur disent qu'avec ces amendements ils sont prêts à voter pour cette motion plutôt que de tenir un débat, nous pouvons faire ce que nous avons fait chaque fois, c'est‑à-dire adopter à l'unanimité ces mesures de santé publique pour permettre au Parlement de siéger en mode hybride. Si les conservateurs disent que ces amendements sont ce qui fait la différence pour eux, et que nous pouvons passer à autre chose et revenir aux affaires qui concernent le pays, à la bonne heure.
     Le prochain conservateur qui se lève pourrait‑il préciser s'il s'agit d'amendements qui, pour les gens de son parti, signifient bel et bien qu'ils sont prêts à voter oui sur-le-champ et à poursuivre avec un Parlement hybride?

[Français]

    Madame la Présidente, je vous félicite à mon tour pour votre élection à la vice-présidence. Je tiens aussi à féliciter le député de New Westminster—Burnaby. J'ai appris qu'il serait mon vis‑à‑vis au Comité permanent du patrimoine canadien. Ce sera un plaisir de collaborer avec lui pour faire avancer notamment le dossier de la culture et les projets de loi importants qui nous attendent.
    J'entends les arguments du député selon lesquels le travail se fait tout aussi bien en mode hybride. Pourtant, ma collègue de Salaberry—Suroît a démontré tout à l'heure que cette méthode de travail comportait des lacunes importantes. Que l'on pense à la santé des interprètes et aux problèmes de santé qui ont été nombreux, mais aussi à l'équité dans l'attribution du temps de parole. Notre travail consiste à demander des comptes au gouvernement et à nous assurer que les affaires du gouvernement sont bien gérées, mais nous ne pouvons pas le faire adéquatement sous cette formule-là, parce qu'il y a des problèmes de technologie, d'interprétation, et j'en passe.
    Je demande donc à mon collègue s'il ne serait pas préférable d'être adulte, doublement vacciné, responsable et respectueux des règles mises en place et de rester à l'affut d'une éclosion après laquelle nous pourrions évidemment retourner en mode hybride qui serait toujours disponible. Alors...
    J’ai oublié de mentionner qu’il y avait seulement du temps pour une brève question. J’aimerais donc avoir une brève réponse de la part du député de New Westminster—Burnaby.
    Madame la Présidente, j’ai également hâte de travailler avec mon collègue au Comité permanent du patrimoine canadien.
    Je ne comprends pas la contradiction du Bloc. Ils disent qu’il se peut qu’on ait besoin de cet outil-là, mais pas maintenant. On voit qu’en Autriche et en Allemagne, ils sont en train de fermer à nouveau leurs pays en entier. Dans certaines régions du Canada, on constate une énorme augmentation du nombre des cas. Je ne comprends pas donc la résistance du Bloc à ce qui relève du gros bon sens et à la mise en place d’un Parlement hybride pour qu’on puisse continuer, peu importe ce qui va arriver dans les prochaines semaines du côté du virus.

[Traduction]

Avis de motion de clôture 

[Article 57 du Règlement]
    Madame la Présidente, en ce qui a trait à l'affaire émanant du gouvernement no 1, je donne avis que, à la prochaine séance de la Chambre, un ministre de la Couronne proposera, conformément à l'article 57 du Règlement, que le débat ne soit plus ajourné.
[Ordres émanant du gouvernement]
    La Chambre reprend l'étude de la motion.
    Madame la Présidente, je suis toujours heureux de prendre la parole à la Chambre, autant que lorsque je le faisais de chez moi. Dans les deux cas, j'en suis reconnaissant, car c'est un grand privilège de pouvoir contribuer à des débats publics d'importance.
    Aujourd'hui, nous avons une fois de plus un débat public fort important. Je suppose que nombre de Canadiens nous regardent et s'attendent à ce que la Chambre fasse preuve de leadership. Je souhaite m'attarder un peu sur ce point, mais puisque c'est la première fois que j'ai l'occasion de m'adresser à la Chambre, je tiens d'abord à remercier tout spécialement les résidants de Winnipeg-Nord. C'est mon cinquième mandat, mais certains électeurs de Winnipeg-Nord ont voté pour moi à dix reprises: d'abord à titre de député provincial, à l'Assemblée législative du Manitoba, puis comme député fédéral, à Ottawa. Je suis sincèrement reconnaissant du soutien que me témoigne la population et je m'engage à faire tout en mon pouvoir pour la servir au quotidien.
    Lorsque je pense aux questions dont nous sommes saisis, les pommes de terre de l'Île-du-Prince-Édouard me viennent immédiatement à l'esprit, tout comme la sécheresse dans les Prairies, les soins de santé pour les résidants et les aînés de Winnipeg-Nord et les inondations en Colombie-Britannique. Ce ne sont pas les questions qui manquent. Je veux m'assurer que tous les députés ont la possibilité de participer aux débats que nous allons tenir sur les questions qui sont d'une importance capitale pour les Canadiens d'un bout à l'autre du pays. C'est l'objet de cette motion. Je suis d'accord avec le leader parlementaire du NPD pour dire qu'il aurait été bien que cette motion soit adoptée à l'unanimité dès le premier jour. C'est ainsi qu'il aurait fallu procéder. Je le crois sincèrement.
    J'ai écouté les conservateurs et leurs gentils cousins du Bloc dire qu'ils ne veulent pas d'un système hybride. Je crains qu'ils ne voient pas vraiment la véritable valeur de ce système. J'espère pouvoir parler de l'importance du leadership et des raisons pour lesquelles les députés devraient réfléchir à la façon dont ils voteront sur cette motion. Je crois que les raisons d'appuyer cette motion sont nombreuses.
     N'oublions pas pourquoi nous en sommes arrivés à ce point, comme l'a mentionné le leader parlementaire de l'opposition dans ses observations sur la motion. Il n'y a pas si longtemps, il y a 18 mois environ, le Canada a été confronté à une pandémie mondiale. Ce fut vraiment encourageant de voir les parlementaires de toutes les allégeances joindre leurs efforts. L'ancien leader du gouvernement à la Chambre le sait fort bien puisque, lorsque nous avons compris qu'il fallait fermer la Chambre des communes, il a collaboré avec les députés de l'opposition pour s'assurer que ce serait fait en priorité. Pour ceux qui n'étaient pas des nôtres à l'époque, nous avons littéralement fermé la Chambre des communes. Cette décision a fait l'objet d'un consensus de tous les partis représentés à la Chambre.
    Néanmoins, nous avons également convenu par consensus de ne pas laisser la pandémie nous empêcher de défendre la démocratie et la liberté, des valeurs chères aux Canadiens. Le Parlement du Canada revêt une telle importance que nous devions veiller à ce qu'il puisse poursuivre ses travaux. C'était important pour le premier ministre, pour le Cabinet et pour le chef de l'opposition officielle. Je crois que tous les députés qui siégeaient à la Chambre l'ont reconnu à ce moment-là.

  (1755)  

    L'esprit de collaboration était beaucoup plus fort parce que les gens ont pris conscience que des Canadiens mouraient, que des Canadiens tombaient malades et que la pandémie nous frappait durement. Nous tous, en tant que parlementaires, non pas en tant que parlementaires partisans, mais bien en tant que parlementaires, avons dû prendre des mesures pour protéger les intérêts de notre pays. L’une de ces mesures est celle dont nous parlons aujourd’hui. Même si certains en minimisent l’importance, je demande aux députés de se souvenir du rôle important de leadership que nous jouons tous ici au Canada et des attentes de nos compatriotes envers chacun d’entre nous.
    Espérons que le pire de la pandémie est maintenant derrière nous. Je le crois, mais il y a toujours des vagues. Je n’ai entendu aucune raison valable qui ne puisse pas être négociée afin de nous permettre de poursuivre avec un système hybride. J’ai lu les nouvelles, j’ai suivi les médias et j’ai écouté les reportages et les arguments présentés par certains députés des partis de l'opposition.
    Je proposerais de faire un retour sur les attitudes qui étaient les nôtres il y a 18 mois. Pour ma part, je sais que je me suis senti à l’aise lorsque j’ai pu revenir dans ma collectivité et dire que nous travaillions ensemble, non seulement à la Chambre des communes, mais également avec les intervenants, les spécialistes en sciences et en santé, les provinces, les territoires et les communautés autochtones pour faire face à la pandémie.
    Cependant, notre démocratie, notre Parlement et la question de la responsabilité sont si fondamentaux que nous avons dû trouver un mécanisme qui nous permettait de maintenir le processus démocratique, et nous l’avons fait grâce à ce système hybride, qui a permis à chacun de participer aux débats, aux votes et aux comités et d'intervenir, que ce soit pour des questions de privilèges, des rappels au Règlement, des déclarations de députés ou à la période des questions. C’est qui nous a permis de continuer. L’ancien leader à la Chambre a même pu s’assurer qu’il y avait un groupe diversifié de ministres qui répondaient aux questions en personne et à distance. Je m’en souviens bien. Le processus a fonctionné et il était très efficace.
    Nous demandons aux députés de l’opposition de reconnaître la valeur d’un système hybride. Soutenir qu’il est sans valeur ou que nous n’en avons pas besoin aujourd’hui va à l’encontre du type de leadership que souhaitent les Canadiens. Hier, le Manitoba a présenté son discours du Trône, tout comme Ottawa. Personnellement, je pense que le nôtre était meilleur, mais c’est secondaire.
    Comme ma fille est députée, je l’ai appelée pour lui demander comment s’était déroulée sa journée. Elle m’a répondu qu’elle n’irait pas à la Chambre avant la semaine prochaine. Je lui ai demandé si le système hybride était toujours en vigueur, et elle m’a répondu par l’affirmative. Elle sera à la Chambre la semaine prochaine, mais ils ont toujours un système hybride.
    C’est donc un gouvernement progressiste-conservateur de la province du Manitoba qui dit qu’il y a un besoin. Heather Stefanson, la première ministre nouvellement élue, a raison parce que les gens regardent ce qui se passe. Ils sont conscients de la gravité de la pandémie. Nous comprenons que la pandémie a transformé notre vie à tous de manière importante, mais finalement, ce que nous essayons de faire n’est pas très éloigné de ce système hybride.

  (1800)  

    Oui, notre système est différent et comporte quelques aspects très particuliers par rapport au système du Manitoba, mais en fin de compte, on voit bien que tous les partis reconnaissent la nécessité de le maintenir. Je crois qu’il n’est pas trop tard pour que nos collègues d’en face en reconnaissent la valeur.
    Nous n’avons pas besoin de regarder bien loin, parce que nous connaissons tous le député de Beauce. Il ne pourra pas voter sur la motion dont nous débattons actuellement. Il n’avait même pas le droit de voter pour l'élection du Président. Il aurait peut-être été difficile de faire adopter le système hybride avant l’arrivée du Président. Quoi qu’il en soit, le député de Beauce ne peut pas participer. Si une tragédie frappe sa circonscription ou s’il désire nous annoncer une merveilleuse nouvelle, il ne pourra pas le faire à la Chambre. Il lui est impossible de participer à cause de la COVID et de la pandémie.
    Le leader de l’opposition à la Chambre a souligné que demain, il subira son deuxième test. Il a souligné qu’il suit les règles. Il fait très bien, mais je suppose que nous devons cette situation au député de Beauce. Plusieurs membres du caucus conservateur qui travaillent à proximité du député de Beauce ont dû subir des tests. Je ne sais pas ce qu’il en est de nos autres collègues, mais je crois que si le leader parlementaire de l’opposition obtient un résultat positif demain, il devrait pouvoir continuer à siéger ici. Il pourrait le faire avec un système hybride.
    À mon avis, il serait irresponsable de croire qu’aucun des 338 députés ne contractera la COVID au cours des prochains mois. Au Manitoba, deux députés provinciaux ont été infectés par la COVID, et je crois que les deux étaient entièrement vaccinés. L’un est le chef du Nouveau Parti démocratique, et l’autre vient d’obtenir un résultat positif. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles ils reconnaissent les avantages du système hybride.
    Pourquoi certains députés voudraient-ils empêcher leurs collègues de participer à ces débats? Je ne comprends pas cela. Mes collègues du caucus libéral ne le comprennent pas non plus. Nous ne cherchons pas à échapper à la reddition de comptes. Nous tenons à ce que nos collègues puissent demander des comptes au gouvernement. Qu’il s’agisse d’un ou de plusieurs députés qui ne peuvent être ici pour une raison ou une autre, ils pourront quand même s’acquitter de leurs responsabilités.
    Quant à la reddition de comptes et à la transparence, hier et plus tôt encore aujourd’hui, un député d’en face a crié qu’un député libéral n’était pas vacciné. Eh bien, je ne le savais pas. À ma connaissance, tous les membres du caucus libéral sont entièrement vaccinés. Si ces collègues croient que ce n’est pas le cas, qu’ils me disent de quel député il s’agit, car je crois que tous les membres du caucus libéral sont entièrement vaccinés. Je crois également savoir que les députés du Bloc et les néo-démocrates sont entièrement vaccinés.
    Je dirais qu’il y a un problème de transparence. Les Canadiens ont-ils le droit de savoir quels députés ou combien de membres du caucus conservateur ne sont pas vaccinés? Le leader du gouvernement à la Chambre a mentionné des statistiques sur la probabilité qu’une personne obtienne une exemption médicale. Il s’agit d’une personne sur 100 000. Honnêtement, nous ne savons pas si ce sont 20 conservateurs ou 2 conservateurs. Nous savons seulement qu’il y en a. Nous ne connaissons pas le chiffre exact. La probabilité est d’un sur 100 000, et il n’y a que 119 députés conservateurs au Parlement. Statistiquement, quel pourrait être ce chiffre? Il est difficile pour nous de le savoir.

  (1805)  

    Un de mes collègues est venu me voir hier et il était vraiment préoccupé par sa santé. Sa principale préoccupation était que certains députés ne sont pas complètement vaccinés. Je lui ai dit qu’il devrait faire part de ses préoccupations au leader du gouvernement à la Chambre. Il y a des députés à la Chambre qui sont vraiment inquiets pour eux-mêmes, sans parler de leurs préoccupations au sujet des gens qui font fonctionner cette merveilleuse institution.
    Il y a beaucoup de gens qui travaillent au fonctionnement du Parlement, qu’il s’agisse des responsables de la sécurité, lorsque nous arrivons sur les lieux, ou des gens qui nous font nos hamburgers, nos frites et bien plus encore à la cafétéria. Il y a les traducteurs, les greffiers et les gens qui travaillent au hansard et qui doivent écouter les discours. On parle de beaucoup de gens. En fin de compte, nous devons penser à la santé et à la sécurité de toutes les personnes qui se trouvent à l’intérieur de cet édifice.
    Je dirais que nous, parlementaires à l’échelle nationale, avons un rôle important de leadership à jouer. Je sais que cela a eu des répercussions sur nous tous et sur la façon dont nous représentons nos électeurs. Il y a deux ans, je ne savais même pas que Zoom existait. Aujourd’hui, je passe beaucoup de temps sur Zoom. J’avais l’habitude de passer quatre heures au restaurant local tous les samedis. C’est la raison pour laquelle je retournais à Winnipeg toutes les fins de semaine. C’était pour rencontrer les électeurs.
    Bon nombre des façons dont nous servons nos électeurs ont changé. Avec ces changements, nous devons faire les choses différemment. C’est l’une des raisons pour lesquelles je tiens maintenant des assemblées publiques locales sur Zoom. C’est une autre façon pour moi de rencontrer mes électeurs. Tant que ce ne sera pas sécuritaire, je ne reviendrai pas aux réunions hebdomadaires comme celles que j’ai tenues pendant 30 ans. Je vais attendre que ce soit sécuritaire. Entretemps, je vais tenir mes assemblées publiques virtuellement. J’en ai d’ailleurs eu une l’autre jour.
    En plus de ces changements, nous devons aussi reconnaître que notre rôle ne consiste pas uniquement à servir les concitoyens dans nos circonscriptions. Notre rôle de parlementaires comprend également la participation aux votes et à toute une gamme d'activités qui ont lieu au Parlement, mais il n'est pas nécessaire de nous acquitter de ces tâches en personne. Il y a un certain nombre d'années, j'ai demandé au greffier de l'époque s'il serait possible que je prête mon serment de député dans ma ville natale, Winnipeg. Il m'avait dit que ce ne serait pas possible. Or, cette fois-ci, c'est devenu possible. Pour moi, c'était merveilleux d'être assermenté comme député à Winnipeg. Les choses ont changé. Nous devons en tenir compte.
    Je demanderais à tous les députés de penser au jour où il régnait un fort sentiment de coopération au Parlement, jour où nous avons reconnu qu'il fallait collaborer pour faire en sorte que tous les députés aient l'occasion de participer pleinement. Cette situation ne sera pas éternelle. Nous envisageons d'avoir des séances hybrides seulement jusqu'en juin. Pour faire en sorte que le député de Beauce et d'autres députés puissent désormais participer pleinement aux travaux de la Chambre, il faut adopter la motion.

  (1810)  

[Français]

    Monsieur le Président, mon cher collègue doit comprendre qu'il y a une différence majeure entre être présent à la Chambre pour vivre l'intensité des débats et être devant un écran dont on peut couper le son et attendre que cela finisse. Voir mes collègues en personne est très différent et je l'apprécie beaucoup plus.
    Ma question est simple. Si tous les députés de la Chambre des communes avaient eu la possibilité d'être vaccinés, aurait-on présenté cette motion aujourd'hui? Si tous les députés qui n'avaient pas de problème médical étaient vaccinés, envisagerions-nous la possibilité de revenir en format hybride, oui ou non?

[Traduction]

    Monsieur le Président, en un mot, oui. Même si les gens sont entièrement vaccinés, ils peuvent quand même contracter le coronavirus. Il faut tenir compte du fait que nous les parlementaires venons de toutes les régions du pays. Nous devons prendre l’avion pour venir à Ottawa, puis pour retourner dans nos collectivités. Les collectivités sont de plus en plus nombreuses à reprendre leurs différentes activités. Nous devons être très prudents.
    Cela nous donnerait une option. J’adore intervenir à la Chambre. Il ne fait aucun doute que j’adore l’atmosphère de la Chambre, mais j’aime aussi intervenir à distance, car cela me permet quand même de faire entendre mon point de vue. J’espère que si j’interviens à distance, le député y pensera à deux fois avant de couper le son.

  (1815)  

[Français]

    Monsieur le Président, je vous félicite pour votre réélection à la présidence et je remercie tous mes électeurs de La Pointe‑de‑l'Île de m'avoir fait confiance.
    Ma question est la suivante: sachant que nous pouvons maintenant aller au gymnase, au restaurant, au cinéma, et même assister à une partie de hockey, la fonction parlementaire n'est-elle pas suffisamment importante pour que nous puissions siéger ici?
    Rappelons que nous ne sommes pas toujours 338 députés en présence. Nous sommes la plupart du temps beaucoup moins nombreux.
    De plus, on veut établir un Parlement hybride jusqu'au 23 juin. Personnellement, je pense que c'est exagéré. Si un député est contaminé par la COVID‑19 et qu'il est obligé de se faire tester, la situation du vote à distance est un compromis acceptable.
    Je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas siéger au Parlement alors que nous pouvons aller voir une partie de hockey avec des milliers de personnes dans une même salle.

[Traduction]

    Monsieur le Président, c’est grâce à l’excellent travail d’un grand nombre de gens que le Canada se trouve dans une situation fantastique. Plus de 86 % de sa population est maintenant entièrement vaccinée. J’attribue ce succès à nos professionnels de la santé, au travail des différents ordres de gouvernement et à ce sentiment d’engagement à faire en sorte que le Canada se trouve dans une bonne position pour qu'il puisse être un chef de file mondial dans la lutte contre la pandémie. Je pense que nous sommes bien placés.
    Toutefois, je crois toujours que le Parlement hybride est une bonne chose. Comme je l’ai dit, cela se terminerait en juin. Nous pouvons faire en sorte que tous les députés de la Chambre puissent participer pleinement, que ce soit en votant ou en intervenant dans les débats, grâce à l’adoption de cette motion.
    Si j’ai bien compris, le député semblait assez chaud à l’idée de permettre à tous les députés de participer pleinement. Une bonne façon de le faire est de voter pour la motion.
    Monsieur le Président, en tant que députée nouvellement élue, c’est la première fois que j’interviens à la Chambre. J’aimerais en profiter pour remercier les électeurs de Nanaimo—Ladysmith de m’avoir accordé leur confiance.
    J’entends des collègues dire qu’ils ont peur lorsqu’ils font leur travail au Parlement, qu’ils ont des craintes au moment de représenter les électeurs de leur circonscription. Il ne s’agit pas de partisanerie, mais d’aider les députés élus à représenter leur circonscription et à se faire entendre, de leur fournir les outils nécessaires pour assurer leur sécurité.
    Mon collègue est-il d’accord pour dire qu’un outil permettant aux députés de faire leur travail en toute sécurité est dans leur intérêt à tous, peu importe leur allégeance politique?
    Monsieur le Président, je suis entièrement d'accord avec la députée, et je la félicite d'avoir été réélue. Pendant qu'elle parlait, j'ai pensé aux travailleurs de la santé et à ceux qui ont dû faire face à des gens assez hostiles. Il y a des dispositions législatives importantes que nous allons devoir examiner au cours des prochaines semaines. L'une des façons de permettre à tous les députés de voter sur cet important projet de loi c'est d'adopter cette motion.
    Monsieur le Président, comme je suis la première du Parti vert à avoir l'occasion de parler de cette motion, je vous signale que nous allons l'appuyer. Nous sommes très favorables à un Parlement hybride.
    Je reviens tout juste de la COP26 à Glasgow, où personne ne pouvait entrer dans le hall sans ses deux doses de vaccin. Les règles sanitaires voulaient également que nous restions masqués, que nous respections la distanciation physique, que nous appliquions toutes les mesures de santé publique et que nous nous soumettions à des tests quotidiens pour vérifier que nous n'avions pas la COVID.
     Même si tous les députés ont leurs deux doses de vaccin, je ne me sens pas en sécurité ici, car nous sommes trop proches les uns des autres. Nous ne pouvons pas parler si nous ne sommes pas à notre propre bureau. Nous ne pouvons pas voter si nous ne sommes pas à nos bureaux. Ici, la situation n'est pas conforme aux règles de santé publique en vigueur partout au Canada, et je suis très heureuse que cette motion ait été présentée.
     Je regrette profondément ce qui s'est passé à partir du 13 mars de l'année dernière, pendant tout le printemps. Cependant, les séances en mode hybride sont devenues une réalité et nous avons pu voter à distance. Pour notre propre sécurité et pour celle de nos communautés, nous devrions observer cette façon de faire.
     Honte à ceux qui ne voient pas l'importance de protéger la santé publique.

  (1820)  

    Monsieur le Président, il en a malheureusement été ainsi. Il aurait été de loin préférable d'adopter une approche non partisane pour faire en sorte que nous puissions mettre en place un système hybride. C'est sans l'ombre d'un doute la voie que nous aurions préférée. Notre priorité absolue était de veiller à ce que tous les membres aient la possibilité de participer pleinement tout en accordant une place prépondérante à la santé et à la sécurité.
    Nous aurions préféré avoir le soutien unanime de la Chambre pour l'adopter hier. Ce ne fut pas possible. Espérons que les députés du Parti conservateur et du Bloc reverront leurs positions sur l'utilité d'un système hybride et se rallieront à nous, afin que nous puissions l'adopter à l'unanimité. C'est la chose à faire. Ce serait faire preuve d'un solide leadership pour le reste du pays.

[Français]

    Monsieur le Président, je commence en vous félicitant de votre réélection et en remerciant mes concitoyens d'Honoré‑Mercier de m'avoir accordé leur confiance pour une sixième fois.
     Je voudrais aussi remercier mon collègue de Winnipeg‑Nord de son discours passionné et je dois dire que ce fut un honneur et un privilège de l'avoir eu comme secrétaire parlementaire durant tout le dernier mandat. S'il y a quelqu'un qui tient à notre démocratie et qui se lève pour la défendre, c'est bien lui, surtout lorsqu'il est question du rôle des parlementaires.
    Ce qui nous inquiète ici, c'est le fait qu'un parlementaire puisse contracter la COVID‑19 ou avoir été en contact avec quelqu'un et ne puisse pas se présenter à la Chambre pour accomplir son rôle, débattre, discuter ou voter. Est‑ce que le format hybride ne vient pas justement permettre à ce député de continuer à jouer son rôle malgré le fait qu'il ne peut pas être à la Chambre?

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'apprécie les aimables paroles de mon ancien patron.
    Il est quelque peu paradoxal que je prenne la défense du député de Beauce. Grâce à ce système, le député de Beauce pourrait participer pleinement. Si quelqu'un obtenait un résultat positif demain, il ne serait pas en mesure de participer à moins que nous adoptions cette motion. Cela vaut aussi pour le leader parlementaire de l'opposition.
    La motion permettrait à tous les parlementaires des deux côtés de la Chambre de participer pleinement aux travaux d'ici le mois de juin. En tant que parlementaire, j'estime que c'est la meilleure chose à faire. Ce faisant, nous afficherions un solide leadership devant le reste du Canada et montrerions que nous prenons cette pandémie très au sérieux. Nous pensons que toutes les entités politiques de la Chambre le reconnaissent.
    Monsieur le Président, c'est toujours un plaisir de prendre la parole à la Chambre. Je suis heureux d'avoir l'occasion de prendre la parole aujourd'hui ainsi que demain. Pendant presque deux ans, cet endroit n'était plus que l'ombre de ce qu'il devrait être pour les Canadiens. Ma présence ici, aujourd'hui, me permet donc de voir le verre à moitié plein.
    L'Administration de la Chambre des communes et le personnel du Président ont fait un travail herculéen. Ils ont remodelé des siècles de tradition pour assurer notre participation pendant une période sans précédent que nous ne pouvions pas anticiper. Malgré cette situation, nous avons pu faire notre travail de parlementaire et servir nos électeurs et le reste de la population canadienne tout en œuvrant au rétablissement d'une certaine normalité.
    Les travailleurs de la santé font un travail incroyable. Je suis tellement fier de représenter une circonscription sous la responsabilité du Bureau de santé du district de Leeds, Grenville et Lanark, qui affiche le taux de vaccination le plus élevé en Ontario. Le Bureau rapportait la semaine dernière que plus de 99 % des résidants ont reçu une première dose et que plus de 96 % d'entre eux ont reçu 2 doses. Et pourquoi mes voisins et les membres de notre communauté ont-ils soutenu l'appel à la vaccination? Parce qu'ils souhaitent revenir à une vie normale.
    Tout ne peut pas redevenir comme avant dès maintenant, bien entendu. Nous portons encore un masque lorsque nous sommes à proximité des autres à l'intérieur, nous devons adopter une hygiène des mains irréprochable et nous tentons de garder nos distances. Toutefois, nous observons tranquillement un retour graduel à la normale grâce aux mesures prises par la population pour ralentir et arrêter la propagation de la COVID‑19. Les événements publics et sportifs, ainsi que les sports d'équipe pour nos enfants, ont repris et nous nous conduisons de manière sécuritaire.
    Au cours des derniers jours, nous avons représenté les Canadiens de manière sécuritaire et efficace à la Chambre. C'est ce que nous voulons faire. Les gens de ma collectivité ont du mal à joindre les deux bouts. Ils sont aux prises avec la hausse constante du coût de la vie. Ils n'ont pas les moyens de faire le plein d'essence. Ils doivent remplir le réservoir à moitié, dans l'espoir que cela suffira jusqu'au jour de paie. Ils ne peuvent pas se permettre d'acheter les aliments qu'ils achètent normalement pour leur famille, parce que leur pouvoir d'achat a diminué.
    Ils sont très préoccupés par le prix du propane. Dans les régions rurales où les gens n'ont pas de chauffage au gaz naturel, les prix du propane augmentent de façon vertigineuse. Les gens sont inquiets et ils veulent que leurs représentants veillent à ce que le gouvernement fasse tout en son pouvoir pour maîtriser l'inflation et à ce que le gouvernement du Canada gère de façon exemplaire l'argent des contribuables. À cette fin, il faut vraiment que tout le monde mette la main à la pâte, sans perdre de vue l'objectif.
    À titre de Canadien et de parlementaire, j'étais si fier de participer à la décision unanime d'instaurer certaines des mesures que nous avons prises afin que nous puissions continuer de siéger durant une pandémie comme on en voit une fois par siècle. Toutefois, la situation sur le terrain a changé. Nous avons tenu compte des meilleurs avis médicaux et nous nous appuyons sur la science, si bien que nous pouvons maintenant nous réunir en toute sécurité. Or, ce que je déplore en tant que parlementaire et en tant que Canadien, c'est que le gouvernement a profité de la pandémie pour se soustraire à tout examen de l'opposition, des médias et des Canadiens.
    Les députés qui n'étaient pas à la Chambre n'avaient pas à faire face aux médias à leur entrée ou à leur sortie. Les ministres se trouvaient sur la Colline, mais ils n'occupaient pas leur siège à la Chambre. Je ne compte plus les fois où des difficultés techniques ont interrompu le fonctionnement des outils dont nous disposions pour entendre des témoins et des ministres devant des comités parlementaires. Or, nous n'avons plus besoin de subir de telles interruptions, à quelques rares exceptions près.

  (1825)  

    Le ciel nous en préserve, mais s'il fallait qu'un de nos collègues attrape la COVID‑19 ou une autre maladie, nous devrions alors revenir au bon vieux système du jumelage, qui a déjà fait ses preuves. On nous parle de collaboration entre les partis, alors jumelons-nous avec un autre député. Quand un député se rétablit d'une maladie, on ne peut pas lui demander de se brancher pour voter de chez lui. Non. Chaque personne devrait avoir le temps de bien se remettre, pour son bien à elle, celui de sa famille et celui des gens de sa circonscription. Le jumelage permettrait précisément d'atteindre l'objectif énoncé par le gouvernement.
    Je poursuivrai mon intervention avec plaisir la prochaine fois. Je suis heureux d'avoir eu quelques minutes aujourd'hui pour aborder ce sujet, mais j'en aurai plus à dire demain. Je dois aussi dire que je partagerai mon temps de parole avec la députée de Calgary Nose Hill la prochaine fois que j'aurai la parole.

  (1830)  

    Je remercie le député d'avoir fini exactement à la fin de sa plage horaire. C'était parfait. Il lui restera quatre minutes à la reprise du débat.
    J'invoque le Règlement, monsieur le Président. Comme je ne veux mettre personne sur la sellette, je rappelle simplement aux députés des deux côtés de la Chambre qu'ils gagneraient à suivre les consignes de la santé publique et à porter leur masque quand ils n'ont pas la parole.
    Je rappelle à tous les députés qui sont ici ce soir que, tant que la pandémie de COVID‑19 ne sera pas terminée, ils doivent porter leur masque en tout temps quand ils sont à leur place, sauf s'ils ont la parole. C'est le seul moment où vous pouvez l'enlever.

Débat d'urgence

[Article 52 du Règlement]

[Traduction]

Les inondations en Colombie-Britannique

    La Chambre passe maintenant à l'étude d'une motion d'ajournement en vue de tenir une discussion sur une affaire importante dont l'étude s'impose d'urgence, à savoir les inondations en Colombie-Britannique.
    Que la Chambre s'ajourne maintenant.

[Français]

    — Monsieur le Président, c'est un grand honneur d'être la première députée à prendre la parole ce soir pour parler de cette question si importante et primordiale.
    J'aimerais d'abord souligner que nous sommes réunis sur le territoire non cédé du peuple algonquin anishinabe.
     À mon avis, il est évident que nous vivons une situation d'urgence climatique. Je viens de participer à la 26e Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, à Glasgow. C'est la douzième fois que j'y participe, et la situation est maintenant plus grave que la première fois.

[Traduction]

    Je suis désespérément inquiète de constater que les changements climatiques s'aggravent plus vite que le gouvernement ne prend des mesures pour maîtriser la situation. J'aimerais aborder ce problème en étant pleinement consciente du temps qui m'est alloué. Je prends au sérieux les observations faites plus tôt aujourd'hui par mon ami et collègue le député d'Abbotsford, qui souhaitait aussi la tenue d'un débat d'urgence. Nous voulons nous pencher sur ce qui vient de survenir chez nous, en Colombie-Britannique. Cependant, il faut tenir compte du contexte actuel, car le fait de mettre en place des mesures sans tenir compte des causes fondamentales de cette catastrophe ne fera qu'empirer les choses. Nous devons absolument nous attaquer aux causes fondamentales de cette situation et prendre les mesures appropriées.
    Sous réserve de l'indulgence du Président, j'aimerais commencer par le contexte mondial pour ensuite aborder le contexte national et finalement mettre surtout l'accent sur les aspects provinciaux et locaux et ce que nous devons faire maintenant. Ce soir, j'espère que nous ferons front commun pour examiner la problématique, tous les députés des cinq partis confondus, de manière à ce que nous donnions le meilleur de nous-mêmes en misant sur le fait que nous avons plus de points en commun que de différences.
    Je regarde le député de Mission—Matsqui—Fraser Canyon, de l'autre côté de la Chambre. Il a mentionné plus tôt que Lytton, une ville de sa circonscription, a été rasée par les flammes en 15 minutes cet été. Selon moi, il ne faut pas seulement considérer les inondations qui viennent de se produire. De nombreux incidents ont frappé à maintes reprises les mêmes collectivités, en particulier des communautés autochtones, après que la Chambre a ajourné, de la fin juin à la reprise des travaux, lundi.
    Nous devons reconnaître qu'il y a urgence climatique, comme l'a fait la Chambre le 17 juin 2019. Certains d'entre nous occupaient leurs sièges à ce moment-là. Au moyen d'une motion présentée par l'ancienne ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, la Chambre a décidé d'affirmer qu'il y a bel et bien une urgence climatique dont il faut tenir compte. Rien n'a changé cependant. Nous n'agissons pas comme si nous étions en situation d'urgence.

  (1835)  

[Français]

    La grande entreprise scientifique qu'est le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, ou GIEC, a produit des études très claires. D'ailleurs, en octobre 2018, le rapport sur la question du 1,5 degré Celsius était lancé. Les nouvelles étaient tellement affreuses que le GIEC disait qu'on devait agir immédiatement. Or trois ans ont maintenant passé, et la situation est pire qu'en octobre 2018.

[Traduction]

     Le rapport d'urgence du GIEC sur la limite de 1,5 degré Celsius, qui constitue la cible de l'Accord de Paris, alerte que nous courons véritablement le risque de rater cette cible. Il ne s'agit pas d'une cible politique. Si l'on a demandé au GIEC de rédiger ce rapport, c'est pour informer les décideurs, les politiciens et les chefs de gouvernement du monde entier de la différence entre une augmentation de la température mondiale moyenne de 2 degrés Celsius et une autre de 1,5 degré Celsius. Je n'énoncerai pas tous les détails de ce rapport. Mon temps de parole ne me le permettrait pas. Néanmoins, comme une cheffe de gouvernement, la première ministre de la Barbade, l'a affirmé il y a quelques jours à Glasgow, une augmentation de 2 degrés Celsius équivaut à une peine de mort pour nous; la limite pour notre survie se situe à 1,5 degré Celsius.
    Ce que le GIEC explique, ce n'est pas que la limite de 1,5 degré Celsius nous permettrait de vivre en toute sécurité, mais qu'elle nous permettrait uniquement de survivre. Cette limite permettrait aux récifs coralliens de survivre, pour la plupart. Elle protégerait l'Arctique, pour la plupart, mais pas entièrement. Nous subirions la fonte du pergélisol, mais pas à un point mortel. À maintes reprises, ce rapport majeur rappelle le caractère essentiel de la limite de 1,5 degré Celsius.
    Puis, cet été, le premier groupe de travail a publié sa contribution au sixième rapport d'évaluation du GIEC, que le secrétaire général des Nations unies a qualifié de code rouge pour l'humanité. Le rapport dit que tout ce que le GIEC nous avait prévenu en 2018 qui allait arriver se concrétise plus rapidement et de manière plus grave que prévu.
    Nous savons que, mondialement, nous sommes maintenant en voie de dépasser amplement les 2 degrés Celsius, ce qui nous portera bien au-delà de la limite de la zone de danger. On ne parle pas d'intempéries. C'est la survie de la civilisation humaine qui est en jeu. Aucun problème n'est plus important. Aucun enjeu n'est plus vital. Pourtant, nous vaquons à nos activités quotidiennes comme si nous avions toujours tout le temps voulu à notre disposition.
    Malheureusement, et tragiquement, le gouvernement du Canada a choisi de retenir seulement une partie des conseils du GIEC, c'est-à-dire qu'il faut limiter la hausse à 1,5 degré Celsius, promettant que, pour ce faire, nous atteindrons la carboneutralité d'ici le milieu du siècle, soit 2050. Je me dois d'apporter une précision, en particulier au profit de mes collègues libéraux, car, de la manière dont quelqu'un quelque part manipule l'information, je doute que le gouvernement comprenne.
    Le GIEC n'a jamais dit que l'objectif était d'atteindre la carboneutralité d'ici 2050. Il n'a jamais dit que cela serait suffisant pour assurer la survie de la civilisation humaine. Il dit très clairement qu'il n'y a qu'un seul moyen de limiter la hausse à 1,5 degré Celsius, et cela commence par une réduction mondiale d'au moins 45 % des émissions de carbone d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010. C'est beaucoup. Si nous ne faisons pas cela, la carboneutralité d'ici 2050 n'a aucune valeur. Il sera trop tard. Nous serons déjà bien engagés sur la voie risquée et intolérable d'un réchauffement climatique planétaire en accélération constante et irréversible qui se déclenchera lorsque nous franchirons ce que certains appellent le seuil critique ou le point de non-retour. L'important à souligner est qu'il est encore temps d'agir.

[Français]

    Le temps presse, mais il n'est pas trop tard. On doit agir immédiatement afin de réduire les gaz à effet de serre, en plus d'effectuer des changements pour protéger la nature, et particulièrement les forêts.

[Traduction]

    Nous avons tout juste le temps, et durant la COP26, nous n’avons pas pris les décisions nécessaires, que ce soit le Canada ou les autres pays. Comme l’a dit le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, la COP26 n’est pas un échec, car il est possible de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius pour éviter le cauchemar, mais cela ne tient qu'à un fil. Nous en sommes là. D’ici 2022, et de préférence avant, le Canada doit en faire davantage.
    Je sais que je risque de me faire chahuter, mais il faut le dire sans détour: nous ne pouvons pas affirmer que nous prenons au sérieux cette urgence climatique à l’échelle nationale tout en construisant le pipeline Trans Mountain; nous ne pouvons pas affirmer que nous prenons au sérieux cette urgence climatique tout en continuant à financer la fracturation, le gaz naturel liquéfié et toutes les énergies fossiles. Nous devons présenter une loi sur la transition équitable. Nous devons aider les travailleurs. Nous devons opérer cette transition.
    Quand on passe du plan mondial au plan national, nous savons qu’il va falloir retrousser nos manches. Je soutiens la plupart des mesures prises par le gouvernement, même si elles restent insuffisantes dans l’ensemble pour faire en sorte que mes enfants, qui sont bien en vie aujourd’hui, puissent vivre dans un monde viable lorsqu’ils auront mon âge. Ce point nous concerne tous profondément et personnellement, et je suis heureuse que nous puissions en parler.
    D'un point de vue plus personnel, j'aimerais parler de la Colombie‑Britannique. L’urgence climatique m’a touchée de près cet été. En Colombie‑Britannique, le dôme de chaleur — qui n’est pas une simple canicule — a tué près de 600 personnes en quatre jours. Une des personnes touchées qui a survécu est ma belle-fille. Elle est dans la trentaine et se trouvait dans la ferme familiale de mon mari à Ashcroft, en Colombie‑Britannique, près de Lytton, lorsque la température a atteint les 50 degrés Celsius.

  (1840)  

    Je pense qu'aucun d'entre nous ici ne peut vraiment imaginer l'effet que cela peut avoir. Elle a dit que lorsqu'elle était à l'extérieur, elle avait l'impression qu'un séchoir à cheveux lui soufflait sur le visage en permanence. Elle en avait mal à la peau. Elle a failli mourir et a eu un œdème cérébral. Un autre membre de la famille était secouriste; il sortait les gens des cabanes et des caravanes et les mettait dans les ambulances, sachant qu'ils ne vivraient pas.
    Nous devons faire beaucoup mieux quand nous parlons des mesures que nous devons prendre maintenant et des leçons que nous avons apprises. Nous avons besoin de protocoles de soins de santé radicalement révisés, qui se penchent sur la question de savoir ce qu'on doit faire lorsqu'on trouve quelqu'un dont les organes sont déjà en train de cuire. Ce n'est pas le protocole qu'on utilisait l'été dernier en Colombie‑Britannique.
    Nous avons eu des feux de forêt du début avril à la fin septembre. Au cours de cette saison de feux de forêt en Colombie‑Britannique, 1 600 incendies ont détruit plus de 868 000 hectares. Ces incendies ont également contribué à l'ampleur des dégâts causés par les inondations, car le sol était devenu hydrophobe, ce qui signifie qu'il expulsait l'eau qui tombait sur lui. Le sol ne pouvait pas absorber l'eau; il la repoussait. Les inondations ont été aggravées par les incendies.
    Bien sûr, l'inondation a été décrite comme une rivière atmosphérique. Nous apprenons de nouveaux termes au fur et à mesure. Pendant la saison des incendies, nous avons appris qu'il y avait des choses appelées pyrocumulonimbus. Ce sont des nuages qui produisent des étincelles. Ils créent plus de feux.
    Nous ne sommes pas dans une situation climatique normale. Nous faisons face à une urgence climatique. Je devrais en dire plus, bien sûr. Comme les gens le savent, les inondations ont détruit des routes. Quand la route Coquihalla sera-t-elle enfin réparée? Les dégâts sont considérables: 18 routes et 5 ponts fortement endommagés par les inondations, des pertes de vie, l'expérience terrifiante des personnes prises dans des coulées de boue et l'horreur de perdre des fermes. J'ai mentionné la ferme de mon mari à Ashcroft. C'est la deuxième fois que nous avons accueilli des réfugiés climatiques. En été, nous avons accueilli des personnes qui étaient sur un pied d'alerte en raison de feux de forêt possibles. Il y a maintenant des gens qui ont tout perdu dans les inondations.
    Il s'agit d'une situation intenable, mais il y a des mesures que nous pouvons prendre. Nous devons nous engager sérieusement à les mettre en œuvre et c'est un effort national. Grâce au discours du Trône, nous savons qu'il y a enfin un engagement. Ce n'est pas la première fois que j'entends ces propos. Je me souviens que le gouvernement conservateur précédent avait promis un plan national d'adaptation. L'objectif consiste à minimiser le plus possible les dommages causés par l'urgence climatique en réduisant au plus vite notre dépendance aux combustibles fossiles, en faisant la transition vers l'énergie renouvelable et ainsi de suite.
    Certains effets sont étroitement liés à notre atmosphère. Puisque la détérioration du climat sera inévitable dans une certaine mesure, nous devons éviter les effets auxquels nous ne pouvons pas nous adapter, y compris, comme je l'ai mentionné, un réchauffement mondial effréné qui atteindrait un point tel que notre espèce ne pourrait pas véritablement survivre sur cette planète. Nous devrons nous adapter aux effets qui sont maintenant inévitables.
    L'adaptation comporte bien des aspects. Il est vrai que les ministres responsables de la sécurité publique et des infrastructures ont un rôle à jouer. Cependant, il faut une approche pangouvernementale. Il est rare que j'exhorte le gouvernement du Canada à envisager de suivre l'exemple de son homologue des États‑Unis, mais le président des États‑Unis a nommé John Kerry, ancien secrétaire d'État de l'administration Obama, non pas comme chef du département de l'Environnement, mais comme membre clé du Conseil national de sécurité à la Maison-Blanche.

  (1845)  

[Français]

    C’est parce que le président des États‑Unis comprend bien que les changements climatiques ne sont pas ou ne seront jamais une question environnementale, mais une menace à la sécurité nationale, un peu comme un ennemi militaire à une autre époque.

[Traduction]

    La menace pour la sécurité nationale à laquelle nous devons faire face commande une approche pangouvernementale. C'est d'autant plus important — et je me tourne vers la députée de Nunavut — que nous devons penser à ce qui arrivera dans l'Arctique canadien. Nous devons amorcer une réflexion en tant que pays du cercle polaire. Rappelons que nous devons veiller à ce que le pergélisol reste suffisamment froid pour éviter le dégel. Le pergélisol contient du méthane, un puissant gaz à effet de serre, et son dégel partout dans le monde libérerait quatre fois plus de carbone dans l'atmosphère que la quantité produite par les humains depuis le début de la révolution industrielle.
    Nous savons que l'Arctique doit demeurer assez froid, comme nous l'a dit Sheila Watt-Cloutier il y a des années. La protection des droits de la personne des Inuits, mais aussi de leur culture et de la chasse traditionnelle, exige que nous protégions le climat arctique. Pour le bien de toutes les espèces sur la planète, en fait, nous devons assurer la conservation de l'Arctique, puisque le maintien du pergélisol prévient les émissions de méthane.
    Il y a des vecteurs vraiment importants ici. Agissons donc avec créativité.
    Dans l'immédiat, la Colombie-Britannique a besoin de plus de ressources. Nous devons contribuer à la reconstruction de routes et de voies ferrées essentielles à la protection des chaînes d'approvisionnement et au redressement de l'économie. Nous devons aider les agriculteurs et les propriétaires qui ne sont pas assurés. Nous devons trouver une façon d'aider les familles à se refaire une vie sur le plan personnel. Nous devons penser à la reconstruction, à la modernisation et à l'adaptation à l'urgence climatique que nous vivons aujourd'hui.
    Il faut être créatifs et trouver de nouvelles idées. Dans le cas de la situation d'urgence en cours, il fallait des bénévoles qui prennent leur embarcation et qui vont sauver des gens. Il ne faut pas que le gouvernement s'arrête à des considérations du genre: « Ces gens ne sont pas assurés; est-ce vraiment une bonne idée? » Si les habitants d'Abbotsford et de Merritt n'avaient pas répondu à l'appel pour installer des sacs de sable autour des infrastructures clés, la situation aurait été bien pire. Que pouvons-nous faire pour avoir des idées créatives en matière d'adaptation climatique, comme la création de groupes de réponse aux situations d'urgence et l'établissement de collectivités résilientes où on délègue à certaines personnes la responsabilité d'aller sur le terrain sauver des vies?
    Il y a deux ans, une situation grave est survenue dans ma région aux environs de Noël. Un événement météorologique complètement fou lié à la crise climatique a provoqué des bourrasques qui ont déraciné des arbres et les ont balayés de l'autre côté de la rue. C'était en pleine période de Noël et tout le monde a perdu l'électricité. C'est ce qui arrive lors d'événements météorologiques graves. Les lignes électriques sont coupées, il n'y a plus de service cellulaire et nous ne pouvons plus nous déplacer et, dans ce cas-là, c'était en raison des arbres tombés dans les rues. Les gens de ma région ne sont pas idiots et ils savent qu'il est illégal de prendre sa scie à chaîne et d'aller scier les arbres déracinés pour aider ses voisins, mais tout le monde l'a fait. Les gens se sont entraidés pendant la période de Noël. Ils n'allaient pas laisser des personnes de 90 ans qui vivent seules s'arranger toutes seules parce qu'il est illégal de scier des arbres pour dégager la route.
    Nous devons trouver des solutions. Comment pouvons-nous donner plus d'autonomie aux gens qui savent réagir dans des situations d'urgence? Comment pouvons-nous prévoir des interventions légales, appropriées et appuyées par des formations pour mobiliser les bénévoles? Le député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola sera sûrement d'accord avec moi pour dire que des gens ont agi avec beaucoup de courage dans les communautés, et qu'il faut canaliser cette énergie.
    Je rappelle que des centaines de personnes ont perdu la vie en Colombie-Britannique à cause des urgences climatiques des derniers mois; le dôme de chaleur a causé près de 600 décès et les inondations actuelles ajoutent encore à ce nombre. Il faut garder à l'esprit que la température moyenne mondiale est maintenant à 1,1 degré Celsius de plus qu'avant la révolution industrielle. Nous cherchons actuellement à voir s'il serait possible de limiter le réchauffement à 1,5 degré Celsius, une hausse qui ne serait pas sécuritaire et qui aurait des effets encore plus néfastes que la hausse actuelle de 1,1 degré Celsius.

  (1850)  

[Français]

    Il n’y a rien de plus important que de protéger nos jeunes, nos enfants et nos petits‑enfants contre la grande menace des changements climatiques.

[Traduction]

    Nous ne faisons pas encore tout ce qu'il faut. Nos gestes quotidiens ne montrent pas que nous saisissons l'ampleur de l'urgence climatique. J'encourage vivement le gouvernement — puisque nous avons déjà acheté Trans Mountain et que nous disposons de tous ces travailleurs et de tout cet équipement — à modifier le mandat de cette société d'État afin d'utiliser ces travailleurs et cet équipement pour rebâtir, pour réparer les routes et pour établir des mesures de protection en prévision du prochain événement climatique grave.
    Comme on le sait, au cours des dernières 24 heures, des routes ont été submergées à l'île du Cap-Breton, d'où je viens, et près de Corner Brook, à Terre-Neuve-et-Labrador. Aucune région du pays, aucune région de la planète n'est à l'abri de ces urgences climatiques.
    Nous devons unir nos forces et, comme le dit le discours du Trône:

[Français]

    « Le temps est venu d'aller plus loin, plus vite. »

[Traduction]

    C'est triste à dire, mais je ne vois rien dans le discours du Trône au sujet des mesures qui s'imposent, mais nous savons tous de quoi il s'agit. Le débat de ce soir est une belle occasion de faire valoir ces bonnes idées et de dire ensemble que nous travaillons pour nos collectivités, pour le Canada et pour la planète. 
    Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur ce que la députée vient de dire, à savoir la nécessité d'unir nos forces.
    Lorsque nous voyons ce qui se passe en Colombie-Britannique, force est de reconnaître que non seulement le gouvernement national, mais aussi le gouvernement provincial, les municipalités et de nombreux autres intervenants ont tous intérêt à faire en sorte que la Colombie-Britannique et ses habitants, qui sont si durement touchés, parviennent à surmonter cette épreuve et que nous devons aider la province à se reconstruire.
    Que pense la députée de l'importance de veiller à ce que les différents ordres de gouvernement continuent de manifester leur sympathie et d'offrir l'aide dont ces collectivités ont tant besoin?
    Monsieur le Président, ce soutien est d'une importance capitale. Il sera très coûteux. J'ai été frappée lorsque le premier ministre a pris la parole à Glasgow et a fait allusion à Lytton. Lytton est toujours là et a besoin d'être reconstruite. Les gens de Lytton sont là. Il s'agit aussi d'une importante communauté autochtone, autour de laquelle sont dispersées d'autres Premières Nations.
    Il est important que nous ne laissions aucune communauté pour compte dans cette démarche, mais ce sera coûteux. Pendant des décennies, des études ont montré qu'il coûterait beaucoup plus cher d'ignorer le changement climatique que d'agir. Nous nous trouvons maintenant dans la position peu enviable de devoir agir à la fois plus vigoureusement et plus rapidement qu'avant.
    Heureusement, la reconstruction des communautés stimule l'économie en faisant travailler toutes les personnes qui le peuvent afin d'aider les fermes à se rebâtir. Il y a eu tellement de pertes, des pertes dévastatrices, qu'il est difficile d'imaginer comment certaines familles vont tout reconstruire, mais elles ont besoin de savoir qu'elles auront une source de financement pour remettre leur ferme en état de marche. Elles ont besoin de savoir que leur maison peut être réparée, même si les compagnies d'assurance disent qu'elles ne sont pas couvertes pour ce type d'inondation. Nous allons devoir repenser la manière dont nous réagissons à ce que l'on appelait autrefois des catastrophes naturelles, mais qui ne le sont plus.
    Monsieur le Président, je souhaite saluer ma compatriote de la Colombie‑Britannique pour son intervention d'aujourd'hui et la sympathie qu'elle témoigne pour tous ceux ayant été touchés par les inondations dans notre grande province.
    La députée a parlé de la nécessité de faire les choses différemment. Je sais que nous débattrons ce soir de beaucoup d'idées différentes, et j'espère que nous trouverons de bonnes solutions. Par exemple, des petites municipalités m'ont parlé des Accords d'aide financière en cas de catastrophe, un programme dont les ordres supérieurs de gouvernement doivent assumer 80 % des coûts, alors qu'elles doivent en assumer 20 %. Or, elles me disent qu'elles n'ont pas les moyens d'assumer cette partie des coûts. Qu'en pense la députée?
    La députée a aussi parlé de donner plus d'autonomie aux collectivités. La dernière entente que le gouvernement fédéral a conclue avec la Province de la Colombie‑Britannique était l'entente de 2014 concernant la taxe sur l'essence. Je pense qu'il y a un domaine que nous pouvons améliorer. Tim Roberts, un directeur pour la collectivité rurale de Keremeos, a suggéré que les petits districts régionaux et les petites municipalités devraient pouvoir consacrer une partie des surplus de la taxe sur l'essence à l'atténuation des inondations et à la réduction des risques d'incendie parce que, bien souvent, il y a des zones périurbaines où se trouve du carburant, qui peut facilement être retiré par des étudiants embauchés à cette fin pendant l'été.
    La députée peut‑elle parler de certaines des grandes solutions, mais aussi des petites solutions, qui aideront considérablement nos collectivités à s'adapter aux changements climatiques?

  (1855)  

    Monsieur le Président, dans le même esprit de collaboration entre les partis, je tiens à féliciter le député de Central Okanagan—Similkameen—Nicola d'avoir assisté à la COP26, et pas seulement pendant quelques jours, mais bien pendant les deux semaines complètes. J'ai vu ses commentaires dans les médias récemment, à savoir que les solutions fondées sur la nature dont il a été question à la COP sont vraiment importantes.
     J'aimerais aussi proposer aux étudiants de planter des arbres en été pour restaurer ce que j'ai appelé un « sol hydrophobe ». Sur la colline qui a été la proie des flammes en 2017 — je parle de l'incendie d'Elephant Hill —, rien ne repousse parce que le sol a cuit. La couche supérieure a été détruite par la chaleur de l'incendie. Nous avons besoin d'arbres, et pas n'importe lesquels. Nous avons d'arbres qui conviennent à cet écosystème. Cela aidera à ramener nos saumons. Cela nous aidera à rétablir certaines choses. Ces emplois et cet écosystème sont des éléments clés pour répondre à l'urgence climatique.
     Je réponds simplement à sa remarque sur les petites communautés. Je suis tout à fait d'accord: elles n'ont pas l'argent voulu pour arriver à ce 20 % qu'on leur demande. Nous devons être beaucoup plus créatifs quant à la façon dont nous allons aider les petites communautés rurales et éloignées particulièrement appauvries à faire face à une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes qui détruisent leurs infrastructures. Cette augmentation est, j'en ai peur, inévitable. Il faudra faire preuve de beaucoup de créativité.

[Français]

    Monsieur le Président, je veux remercier ma collègue de Saanich—Gulf Islands. Elle sait à quel point je l’apprécie. Je le lui dis chaque fois que j’en ai l’occasion. Je lui dis merci encore une fois aujourd’hui.
    Comme c’est la première fois que je prends la parole à cette 44e législature, je me permets de remercier les gens de Lac-Saint-Jean qui m’ont fait confiance une nouvelle fois le 20 septembre dernier. Je remercie également tous les citoyens et les citoyennes qui ont participé au processus démocratique dans la circonscription de Lac-Saint-Jean lors de cette élection fédérale. Je remercie ma conjointe des 24 dernières années, Mylène Cloutier, et mes grands enfants, Émile, Jeanne et Simone, sans qui tout cela serait impossible.
    Cela dit, ce qui se passe présentement en Colombie-Britannique est horrible. On sait que c’est l'une des conséquences des changements climatiques. Il faudrait être aveugle pour ne pas avouer ce simple fait. Aujourd’hui, à la période des questions orales, le premier ministre nous a dit soudainement qu'il avait compris ce qu’était un champ de compétence entre les provinces et le fédéral. Il nous a dit que, de ce fait, il ne pouvait pas intervenir en Alberta auprès de l’industrie gazière et pétrolière à cause des champs de compétence.
    N’était-ce pas là une contradiction, alors que ce gouvernement qui nous avait promis d’annuler les subventions à l’industrie pétrolière les a augmentées au cours des dernières années?
    Monsieur le Président, j'aimerais d'abord féliciter mon collègue de Lac-Saint‑Jean pour sa réélection et le remercier de sa question. Je pense bien sûr à son père lorsqu'il parle de sa famille et je leur offre mes vœux.
    Il est clair que nous avons un problème ici, au Canada. Nous disons beaucoup de belles choses, mais nous agissons peu. Je reconnais, par exemple, qu'il est difficile pour le gouvernement fédéral d'avoir de bonnes relations avec la province de l'Alberta. Je pense à l'époque de la campagne Halte aux pluies acides, qui visait à éliminer les produits chimiques qui nuisent à la couche d'ozone.
    Ici, au Canada, nous avons fait de grandes choses à l'échelle mondiale pour protéger la vie sur cette planète. Il n'est jamais possible d'y arriver sans grand courage indicible, moral et politique.

[Traduction]

    Monsieur le Président, ma collègue de Saanich—Gulf Islands a parlé du décès tragique de plus de 500 personnes causé par le dôme de chaleur. La plupart de ces gens étaient des personnes à faible revenu qui habitaient dans des îlots thermiques urbains, dans des appartements dépourvus de climatisation. Le gouvernement fédéral pourrait trouver les fonds nécessaires pour remplacer les générateurs d'air chaud à gaz naturel des édifices par des thermopompes non polluantes qui pourraient servir à refroidir et à chauffer ces édifices. Nous pourrions ainsi sauver des centaines de vie dans tout le pays, tout en réduisant les émissions.
    J'espère que cette idée fera partie des solutions que nous devons trouver en cette ère d'adaptation.

  (1900)  

    Monsieur le Président, je suis très inquiète. On considère que les effets de la crise climatique sont croisés. Que l'on examine la situation à l'étranger dans les pays en développement ou au Canada, les victimes des phénomènes climatiques sont le plus souvent des pauvres, des Autochtones et des personnes de couleur.
    Pour ce qui est du dôme de chaleur, j'ai été scandalisée quand j'ai entendu le premier ministre John Horgan déclarer que la province n'avait aucun moyen de prévoir ce qui allait se passer et qu'on pensait qu'il allait seulement faire plus chaud. J'ai été outrée d'apprendre que les gouvernements fédéral et provincial, ceux du Canada et de la Colombie‑Britannique, continuaient d'augmenter les subventions accordées à l'industrie des combustibles fossiles, au moment même où il aurait fallu les éliminer, mais je conviens tout à fait qu'il y a des mesures que nous pouvons prendre.
    On pense notamment à l'ombre. Il faut aménager davantage de forêts urbaines et donner aux gens plus d'occasions de fréquenter les parcs. J'ai été indignée que les autorités municipales de Vancouver ne laissent pas les gens aller au parc Strathcona par crainte qu'ils n'y dressent à nouveau des tentes, car l'ombre qu'on y trouve est vitale. Il faut s'intéresser de plus près aux moyens de survie, aux centres de rafraîchissement et aux réseaux sociaux de résilience qui permettent d'aller chercher les gens chez eux pour les emmener dans des lieux sécuritaires et frais où ils peuvent obtenir de l'eau et de la glace.
    L'important, c'est de sauver des vies à tous les instants. De plus, nous devons être beaucoup mieux préparés.
    Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le ministre de la Protection civile.
    On a peine à croire ce qui se passe en ce moment en Colombie-Britannique: après un été de sécheresse à Abbotsford, voilà que des maisons se retrouvent aujourd'hui sous l'eau. Après avoir vécu dans la crainte des feux de forêt il y a des mois, les habitants de Merritt doivent maintenant composer avec les effets dévastateurs des inondations: des routes entières ont été emportées, des agriculteurs ont perdu des troupeaux entiers, et des familles ont perdu des êtres chers.

[Français]

    Les derniers temps n'ont pas été faciles. Aux gens de la Colombie‑Britannique, je sais que vous avez beaucoup souffert. Cet été, en plus de la pandémie, vous avez subi des chaleurs records et des feux de forêt dévastateurs. J'ai vécu bien des années en Colombie-Britannique, je sais à quel point vous êtes des gens forts et résilients. Aujourd'hui, je tiens à nouveau à vous dire que notre gouvernement va continuer d'être là pour vous.
    Depuis le début, nous avons agi pour offrir de l'aide à la Colombie-Britannique le plus rapidement possible. Le ministre va fournir plus de détails dans un instant, mais nous avons immédiatement convoqué le Groupe d'intervention en cas d'incident afin d'apporter l'aide qu'il fallait là où il le fallait.

[Traduction]

     Plus de 500 membres des Forces armées canadiennes sont actuellement sur place. Ils livrent des aliments et des fournitures aux collectivités et posent des sacs de sable pour protéger les maisons, en plus de réparer les infrastructures et de secourir le bétail. Les hélicoptères et les avions permettent aussi d'apporter un soutien considérable. Ainsi, plusieurs Griffon, un Cyclone et un Chinook ont été envoyés dans la province, ainsi qu'un Hercules et deux Twin Otter. Des réservistes ont été appelés en renfort, notamment à Abbotsford.
    À cela s'ajoute une équipe qui assure la distribution continue de choses essentielles, comme le carburant. Je sais que cela préoccupe bien des gens et des entreprises. Nous adoptons des arrêtés d'urgence pour faire parvenir de la nourriture, du carburant et des fournitures aux habitants et aux agriculteurs. Aujourd'hui même, nous avons approuvé une demande de financement de plus de 4 millions de dollars de la part du port de Vancouver pour créer une capacité supplémentaire, ce qui éviterait à l'administration portuaire de devoir refuser des navires pendant qu'elle travaille à éliminer la congestion.
    Notre objectif est de permettre à tout le monde de surmonter cette crise, notamment grâce à une aide immédiate de près de 4,5 millions de dollars aux communautés des Premières Nations pour assurer la sécurité des gens et entamer la reconstruction. Il ne fait aucun doute que cette catastrophe est d'une ampleur ahurissante. Les conséquences pour les gens et les entreprises sont désastreuses. Nous sommes là pour aider à fournir aux habitants de la Colombie-Britannique tout ce dont ils ont besoin, et nous travaillerons main dans la main avec le gouvernement provincial pour lui apporter un soutien direct.
    Sur cette note, je veux remercier tous les premiers intervenants et les militaires qui sont intervenus sans hésiter. Bien sûr, ils ont tous bénéficié de l'appui de l'ensemble des Britanno‑Colombiens, qui ont montré de quelle étoffe ils sont faits. Je pense à la famille qui possède un restaurant à Hope et qui a distribué de la nourriture aux gens coincés dans leur voiture, aux bénévoles des gurdwaras de Surrey qui ont envoyé des repas aux personnes ayant perdu leur maison, et aux habitants d'Abbotsford qui, la semaine dernière, ont distribué des sacs de sable durant toute une nuit.

  (1905)  

[Français]

    Dans toute la province, les gens ont répondu à l'appel. Ensemble, on va sortir la Colombie‑Britannique de cette crise. C'est le moment de faire tout ce que l'on peut pour protéger les familles, aider les agriculteurs et remettre les camions sur les routes. Il faut faire tout ce que l'on peut maintenant, mais aussi pour l'avenir, parce qu'on sait que ce n'est pas un cas isolé.

[Traduction]

    Les Britanno‑Colombiens ont dû composer avec des inondations et des glissements de terrain cet automne, alors qu'ils avaient été touchés par des sécheresses et des feux de forêt l'été dernier. Les gens de l'Est, quant à eux, se voient imposer un état d'urgence et sont aux prises avec des routes submergées à cause des violentes tempêtes qui s'abattent actuellement sur la région. Nous tenons à assurer aux habitants de Terre‑Neuve‑et‑Labrador et de la Nouvelle‑Écosse que nous serons là pour eux, mais nous leur demandons ce soir de rester en sécurité et de suivre les directives locales.
    Si l'année dernière nous a appris quelque chose, c'est que les effets des changements climatiques se font sentir plus tôt que prévu et qu'ils sont dévastateurs. Nous devons donc accélérer nos efforts en matière d'adaptation. Je pourrais parler des investissements visant à rendre les maisons étanches ou du demi‑milliard de dollars que nous consacrerons à la formation de pompiers communautaires et à l'achat d'équipement. Le gouvernement se servira de tout son pouvoir et de toute sa détermination pour mettre en place des mesures efficaces et concrètes de lutte contre les changements climatiques.

[Français]

    En ce moment, pendant qu'on rebâtit nos communautés, on doit aussi agir pour leur avenir. Il n'y a aucune solution simple ou facile, mais on va poursuivre nos efforts avec des actions concrètes.

[Traduction]

    La Colombie‑Britannique traverse actuellement une période difficile et éprouvante, et d'autres moments pénibles l'attendent. Cependant, nous rebâtirons ensemble la province, en étroite collaboration avec le gouvernement britanno‑colombien, les Premières Nations, les municipalités et tous les habitants de la Colombie‑Britannique. Nous aiderons ces derniers à se remettre de cette crise et à reconstruire leur maison, leur entreprise et leur vie. C'est en travaillant ensemble que nous connaîtrons de meilleurs jours.
    Monsieur le Président, plus tôt cette année, j'ai demandé que des fonds spéciaux soient accordés d'urgence au village de Lytton par l'entremise de la réserve de gestion du Secrétariat du Conseil du Trésor. Le premier ministre peut-il donner une quelconque assurance concernant le type de financement que recevra le village de Lytton et le volet de financement qu'emploiera le gouvernement du Canada pour offrir le soutien qu'il vient d'annoncer à la Chambre pour mes concitoyens?
    Monsieur le Président, je remercie le député des efforts qu'il déploie, des propos vigoureux qu'il a tenus dans sa déclaration d'aujourd'hui et de sa défense continue de sa collectivité et des gens de sa collectivité qui ont été déplacés partout dans la province, chez des gens qui les ont accueillis à la suite d'événements dévastateurs comme celui qui s'est produit à Lytton.
    Nous allons rebâtir Lytton. Nous le ferons en partenariat avec la collectivité, les gens de la collectivité et la province de la Colombie‑Britannique. Nous collaborons étroitement avec la province pour déployer les ressources nécessaires. D'après mes nombreuses conversations avec le maire de Lytton et les membres de la collectivité, mais également avec les maires de Merritt, d'Abbotsford, de Chilliwack et d'autres collectivités, au cours des dernières semaines, il est clair que nous avons beaucoup à faire. Le gouvernement fédéral jouera un rôle de partenaire pour bâtir un avenir plus fort.

  (1910)  

[Français]

    Monsieur le Président, j'ai entendu le premier ministre nous dire, au début de son discours, que son gouvernement continuera à être là pour les gens de la Colombie‑Britannique, et je me suis demandé ce que « être là » voulait dire. Si « être là » signifie simplement éteindre des feux, je pense que ce n'est pas suffisant. Il faut aussi prévenir les feux.
    Faire preuve d'empathie et de sympathie est nécessaire ce soir, mais c'est de courage que nous aurons besoin dans l'avenir. Le courage suppose d'être conscients que, en 2018, en 2019 et en 2020, le gouvernement a investi chaque année14 milliards de dollars pour soutenir les hydrocarbures.
    Au Comité permanent des ressources naturelles, nous avons vu que ce sont 560 millions de dollars qui sont investis dans le Fonds de réduction des émissions et qui s'en vont uniquement pour soutenir les hydrocarbures.
    Si le premier ministre est sérieux et qu'il est présent pour les Canadiens, le geste qu'il devrait faire ce soir serait d'affirmer qu'il va tout faire pour mettre fin à la subvention des énergies fossiles.
    Monsieur le Président, tout d'abord, « être là » pour les gens de la Colombie‑Britannique, c'est être là avec plus de 500 membres des Forces armées canadiennes pour les aider à traverser ces moments effroyables.
    C'est être là avec des investissements et de l'argent pour aider les gens qui sont déplacés, et pour aider à rebâtir rapidement leur maison, leurs autoroutes, ainsi que leur capacité de travailler.
    Oui, nous sommes là. Ce ne sont pas que de belles paroles, ce sont des actions que nous accomplissons présentement. Je dois d'ailleurs souligner que, partout au pays, les Canadiens font actuellement preuve d'une extrême générosité en envoyant de l'aide aux gens confrontés à ces défis.
    En même temps, « être là », c'est effectivement être là pour les décennies à venir aussi. C'est pour cela que nous avons mis sur pied le plan le plus ambitieux pour contrer les changements climatiques que le pays n'ait jamais vu. Nous sommes en train d'agir concrètement, avec une limite absolue sur les émissions des gaz à effet de serre des compagnies pétrolières et gazières, avec une réduction de ces émissions, avec un prix sur la pollution, avec des investissements pour protéger nos terres et nos océans, et bien plus encore.
    Nous sommes là maintenant, et nous le serons pour les décennies à venir.

[Traduction]

    Monsieur le Président, le gouvernement fédéral consacre quelques centaines de millions de dollars chaque année aux mesures d'adaptation aux changements climatiques, surtout par l'entremise du Fonds d'atténuation et d'adaptation en matière de catastrophes. Ce fonds est en permanence trop sollicité. La Fédération canadienne des municipalités affirme qu'essentiellement, le fonds devrait disposer de 10 fois plus d'argent.
    Où est passée l'ambition? Nous devons être ambitieux dans ce dossier, tout comme nous devons être ambitieux pour atténuer les effets des changements climatiques.
    Monsieur le Président, l'ambition est là depuis 2015: nous avons investi des montants records dans les infrastructures, non seulement en réponse aux catastrophes, mais aussi dans les mesures d'atténuation des inondations à Calgary et ses environs. Par exemple, nous avons travaillé sur le contrôle des eaux dans l'ensemble des Prairies, et nous avons cherché à mieux reconstruire après les inondations qui se sont produites dans le centre et l'Est du Canada. Nous avons continué à investir dans notre résilience et nos capacités d'adaptation, et nous allons continuer à le faire.
     Oui, le programme d'aide en cas de catastrophe peine à répondre à la demande. Nous allons continuer d'augmenter le financement afin d'aider les collectivités et les Canadiens à traverser cette période difficile.
     Monsieur le Président, je suis honoré d'avoir l'occasion de prendre la parole à la Chambre afin de contribuer à cette discussion avec mes collègues parlementaires sur les inondations tragiques qui frappent la Colombie‑Britannique. J'aimerais d'abord rendre hommage aux amis et aux familles de ceux qui ont perdu des êtres chers et à tous ceux qui ont été touchés par ces inondations, ces glissements de terrain et ces conditions météorologiques extrêmes. Je ne parle pas ici que des inondations que nous avons vues récemment, mais aussi de la période très difficile de l'été dernier, alors que la province connaissait des feux de forêt et autres conditions météorologiques hors du commun.
     Il convient aussi de profiter de cette occasion pour exprimer nos remerciements et notre gratitude aux premiers intervenants, aux bénévoles en recherche et sauvetage, aux gestionnaires des urgences et aux membres des Forces armées canadiennes qui ont travaillé sans relâche pour assurer la sécurité des gens pendant cette période difficile. J'aimerais également rendre hommage aux dirigeants communautaires, aux maires, aux chefs de police, aux chefs des pompiers et aux citoyens ordinaires qui ont fait preuve de compassion, de courage et d'un sens civique extraordinaire en se tenant debout et en étant là pour leurs concitoyens.
    J'aimerais informer brièvement la Chambre des derniers développements. La situation sur le terrain continue de s'améliorer dans l'ensemble, qu'il s'agisse de la baisse du niveau des rivières ou de la progression de l'évaluation des dommages, des réparations et du rétablissement des services et du soutien dans les collectivités. Les alertes et les avertissements sont graduellement levés à mesure que le niveau des rivières retourne à la normale. Le décret d'urgence provincial demeure en vigueur jusqu'au 1er décembre et, alors que nous continuons de travailler en étroite collaboration avec la province de la Colombie‑Britannique pour soutenir le retour à la normale, les Canadiens peuvent avoir l'assurance que le gouvernement fédéral demeure vigilant et prêt à répondre à toutes les menaces que pourrait provoquer l'actuelle situation d'urgence.
    La semaine dernière, j'ai reçu une demande d'aide du gouvernement de la Colombie‑Britannique. On demandait notamment un pont aérien pour évacuer les personnes touchées par les inondations, pour rétablir les routes d'approvisionnement importantes perturbées par les inondations, pour aider les personnes vulnérables et isolées qui sont en détresse et pour envoyer du personnel afin de répondre aux impacts des inondations, notamment pour protéger les infrastructures clés, les routes d'accès et les propriétés. Je peux informer la Chambre que plus de 500 membres des Forces armées canadiennes ont répondu à l'appel et ont été déployés pour offrir du soutien et des services aux habitants de la Colombie‑Britannique.
    Nous avons aussi coordonné les efforts de communications en collaboration avec le gouvernement de la Colombie‑Britannique et nos collègues afin que les gens soient suffisamment informés pour prendre les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité et se remettre de cette situation très difficile. Nous sommes toujours déterminés à renforcer et mettre en œuvre les normes nationales concernant les alertes publiques afin que les gens de toutes les régions du pays puissent recevoir des avis sur les situations dangereuses en temps opportun et obtenir l'information dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées et sécuritaires.
    Par ailleurs, dans une situation d'urgence comme celle-ci, je suis heureux que nombre d'entre nous aient pu mettre de côté leurs allégeances politiques et unir leurs efforts pour aider les Britanno‑Colombiens. Dans la dernière semaine, j'ai eu le privilège de rencontrer et d'informer les résidants de la circonscription du député qui ont été le plus touchés par cette inondation. Des députés conservateurs et néo-démocrates m'ont rencontré pour me fournir des renseignements et m'offrir leur soutien afin que je reste informé. Ils n'ont pas ménagé les efforts pour me faire part des préoccupations et des besoins des gens de leurs circonscriptions. Je tiens à les remercier de leur collaboration.
    Je tiens également à informer la Chambre que le gouvernement a lancé une réponse pangouvernementale et a convoqué le Groupe d'intervention en cas d'incident à trois réunions pour procéder à une intervention. On a demandé à tous les ministres d'indiquer les mesures qu'ils prennent pour répondre aux besoins les plus pressants de la province. À titre d'exemple, la ministre de l'Emploi a dit la fin de semaine dernière que les Britanno-Colombiens qui avaient perdu leur emploi ou avaient été déplacés pouvaient et devraient faire une demande d'assurance-emploi en ligne dès que possible, même sans relevés d'emploi. Pour alléger les pressions exercées sur les communautés autochtones, le Programme d'aide à la gestion des urgences de Services aux Autochtones Canada fournit 4,4 millions de dollars à la First Nations' Emergency Services Society. L'Agence canadienne d'inspection des aliments travaille en étroite collaboration avec l'industrie pour appuyer le transport sans cruauté et sécuritaire des animaux et la destruction du bétail mort pendant la pandémie. Santé Canada soutient ses homologues provinciaux qui ont été si durement touchés par la COVID, ainsi que leur réponse aux récentes inondations. La Garde côtière canadienne répond à un grand nombre de rapports de navires à la dérive, engloutis ou échoués. Il y a de nombreux autres exemples.
    En réponse directe à une demande du gouvernement de la Colombie‑Britannique, on a également tenté de modifier les exemptions afin de permettre aux habitants de la vallée du bas Fraser de traverser la frontière pour se procurer de l'essence et d'autres biens essentiels, comme du carburant, aux États‑Unis. Malgré des incohérences initiales, des directives supplémentaires ont été fournies à l'Agence des services frontaliers et à l'Agence de la santé publique. On m'a dit que tout fonctionne maintenant très efficacement et que nous nous occupons des cas qui ont initialement été mal gérés.

  (1915)  

    Encore une fois, je tiens à remercier mes collègues d'avoir soulevé ces préoccupations et de nous avoir permis de répondre rapidement et efficacement à ces questions. Il y a un certain nombre d'autres points que je suis heureux de partager avec mes collègues. J'invite à communiquer avec moi les personnes qui ont des questions ou des préoccupations, ou qui veulent porter les préoccupations de leurs électeurs à mon attention. Je répondrai rapidement et je leur suis reconnaissant de leur aide.
    Je vois également dans le débat d'aujourd'hui une occasion de réfléchir à la façon dont nous pouvons travailler ensemble non seulement pour rassurer les personnes qui ont été touchées par les inondations, mais aussi pour leur faire savoir que nous sommes attentifs à leurs besoins en démontrant notre engagement commun à servir les Canadiens durant certaines des périodes les plus difficiles qu'ils traversent. Cela nous donne également l'occasion de peut-être nous tourner vers l'avenir. Il ne s'agit pas seulement de réagir à ce qui s'est passé, mais de changer la façon dont nous nous préparons à ces événements à l'avenir. Cela nous permet de reconnaître qu'en reconstruisant après les inondations qui ont touché un si grand nombre de personnes, nous devons également penser à reconstruire un Canada plus résilient afin de garantir que les infrastructures essentielles puissent résister aux conséquences du changement climatique.
    Nous avons fait écho à ce constat hier dans le discours du Trône, dans lequel nous avons reconnu la nécessité de prendre des mesures pour prévenir les phénomènes météorologiques extrêmes provoqués par le changement climatique et s'y préparer. Nous constatons une augmentation du nombre et de la gravité des catastrophes naturelles. En moyenne, le Canada se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde, et le Nord du pays, trois fois plus vite.
    La science et l'expérience des Canadiens sont claires à ce sujet: nous devons faire plus et agir maintenant pour préparer notre pays à la réalité des effets du climat. Les événements des deux dernières années, y compris la pandémie, ont mis en lumière la gestion des urgences au Canada. Depuis janvier 2020, par l'intermédiaire du Centre des opérations du gouvernement, le gouvernement du Canada a appuyé 147 demandes d'aide fédérale provenant des provinces et des territoires pour répondre à toutes sortes de situations, allant de la pandémie en cours aux incendies de forêt, aux inondations et aux tempêtes hivernales.
    Cependant, nous ne pouvons pas nous contenter de réagir. Nous devons mieux nous préparer aux situations d'urgence et renforcer les infrastructures. C'est pourquoi le gouvernement a créé un ministère de la Protection civile distinct. Je tiens à remercier le premier ministre de m'avoir accordé sa confiance en m'offrant ce poste. Dans le cadre de mes fonctions, je nouerai des relations avec nos partenaires de tous les horizons de la gestion des urgences, y compris tous les ordres de gouvernement, les dirigeants autochtones, l'industrie, le secteur bénévole, le milieu universitaire ainsi que les partenaires de l'ensemble du gouvernement fédéral afin de faire progresser les travaux dans ce domaine de plus en plus prioritaire. Ensemble, nous créerons une approche plus résiliente et durable en matière de gestion des urgences qui aidera le Canada à se préparer à atténuer les catastrophes, à y réagir et à s'en remettre. Nous nous efforcerons de bâtir une culture nationale de la protection civile.
    Le travail que nous avons accompli récemment témoigne de cette approche axée sur les partenariats. Par exemple, lors d'une rencontre des ministres fédéral, provinciaux et territoriaux, nous avons publié la stratégie de sécurité civile pour le Canada, qui définit les priorités communes qui renforceront la résilience du Canada d'ici 2030. L'élément prioritaire de cette stratégie consiste à mieux comprendre les risques de catastrophe dans tous les secteurs de la société et à déterminer comment nous pouvons travailler ensemble pour réduire ces risques au minimum.
    Par exemple, dans le budget de 2019, nous avons prévu des investissements sur cinq ans dans la sécurité publique pour améliorer la capacité du Canada à prédire les dangers et à y répondre, en mettant au point un profil de risque national en collaboration avec les partenaires fédéraux, provinciaux, territoriaux, municipaux et autochtones. Il s'agit d'une évaluation stratégique des risques de catastrophes et des capacités d'intervention à l'échelle nationale, qui utilise les preuves scientifiques et les commentaires des intervenants pour brosser un tableau prospectif des risques et des catastrophes naturelles au Canada. Cette approche s'appuie sur les constatations scientifiques de divers ministères, d'autres administrations et d'instituts de recherche. Il ne fait aucun doute que nous devons être mieux préparés pour intervenir rapidement et efficacement en cas de catastrophes. Le travail que nous faisons pour financer et soutenir la Croix-Rouge canadienne est un exemple des mesures prises. Par l'entremise de ces fonds, la Croix-Rouge a pu renforcer ses capacités et tirer parti de son savoir-faire pour aider les Canadiens dans les établissements de soins de longue durée, les centres d'isolement et les centres de vaccination et de dépistage, ainsi que dans les établissements qui soutiennent les gens déplacés par des catastrophes naturelles.
     Nous travaillons aussi à l'élaboration conjointe de la première Stratégie nationale d'adaptation du Canada. Cette stratégie aidera le Canada à gérer les répercussions des changements climatiques — une réalité que nous partageons tous — en réunissant tous les ordres de gouvernement, les peuples autochtones et le secteur privé. Une approche pansociétale en matière d'adaptation aux changements climatiques sera ainsi adoptée.
    Les répercussions en Colombie‑Britannique nous rappellent que les inondations continuent de constituer la catastrophe naturelle la plus fréquente et la plus coûteuse au Canada. Elles causent en moyenne plus de 1 milliard de dollars de dommages directs aux maisons, aux propriétés et aux infrastructures tous les ans. Les événements en Colombie‑Britannique feront grimper cette moyenne. Quelque 8,5 milliards de dollars ont été affectés aux provinces par l'entremise des Accords d'aide financière en cas de catastrophe depuis leur création en 1970; cependant, 97 % de ces coûts ont été engagés dans les 25 dernières années, et nous observons une hausse exponentielle de ces dépenses. Comme le député d'en face l'a mentionné, il est aussi possible d'obtenir de l'aide financière au moyen du Fonds d'atténuation et d'adaptation en matière de catastrophes.

  (1920)  

    Tout cela pourra servir, mais je lui assure que, dans nos conversations avec les provinces et territoires, il s'est avéré évident que nous devons faire davantage d'investissements importants pour aider nos partenaires provinciaux et territoriaux à construire une infrastructure essentielle qui soit respectueuse de l'environnement, résiliente et adaptée à la nouvelle réalité climatique.
    Monsieur le Président, il y a environ un mois, j'ai rencontré le maire d'Abbotsford en compagnie des députés d'Abbotsford et de Mission—Matsqui—Fraser Canyon. Ma circonscription, Langley—Aldergrove, jouxte la partie ouest d'Abbotsford. Le maire nous a convoqués à cette réunion pour nous exposer certaines des faiblesses du réseau de digues dans le secteur de la prairie Sumas, réseau pour lequel le gouvernement fédéral a une fois de plus rejeté une demande de financement d'environ 500 millions de dollars. Avec le recul, on constate qu'il aurait été avisé d'investir dans le renforcement du réseau de digues.
    Est-ce que le ministre reconnaît que nous ne sommes pas prêts à affronter la réalité immédiate des changements climatiques et des phénomènes météorologiques extrêmes?

  (1925)  

    Monsieur le Président, je tiens à remercier le député de défendre les intérêts des habitants de cette ville.
    Je connais bien le maire d'Abbotsford. J'ai déjà visité cette ville et, chaque fois que je m'y rends, je me fais un devoir de rencontrer le maire. Je sais qu'il défend ardemment les intérêts de ses concitoyens.
     Je tiens aussi à souligner l'événement qui vient de se produire, soit les pluies diluviennes qui se sont abattues dans ce bassin versant, même si j'hésite un peu à utiliser le terme « sans précédent ». Cette eau s'est accumulée et a manifestement presque détruit les digues actuelles. Je remercie Dieu que cela ne soit pas arrivé et je signale que c'est grâce au travail incroyable des habitants de Chilliwack qui sont venus empiler des sacs de sable à la station de pompage de Barrowtown. Leurs efforts ont permis d'éviter la catastrophe.
    Il est évident que nous devons faire de nouveaux investissements majeurs. Je peux aussi dire aux députés qu'environ 120 membres des Forces armées canadiennes se trouvent à Abbotsford aujourd'hui et qu'ils contribuent au renforcement de cette digue. Pour faire face à ce phénomène météorologique, nous surveillons de très près les conditions météorologiques des prochains jours. Jusqu'à 70 millimètres de pluie tomberont dans la vallée du Fraser au cours des 10 à 11 prochains jours, alors nous faisons en sorte de mettre en place des infrastructures à court terme. Toutefois, il reste encore beaucoup de travail à faire à long terme.

[Français]

    Monsieur le Président, je veux souligner l'évidente sincérité du ministre dans son travail aujourd'hui. Dans un débat comme ce soir, il faut laisser de côté les joutes partisanes et travailler tous ensemble.
    Je veux exprimer au nom du Bloc québécois toute notre sympathie à nos amis britanno-colombiens, avec lesquels nous sommes de tout coeur dans cette épreuve. Aujourd'hui, des gens vivent probablement les pires moments de leur vie ou, à tout le moins, des moments dont ils vont se souvenir assurément le reste de leurs jours.
    On a parlé d'avenir. C'est bien de faire tout ce qui se fait présentement et il faut donner le maximum que l'on a en ce moment parce que c'est le présent qui est important.
    Cependant, il faut penser à l'avenir. Mon collègue ne serait‑il pas d'accord avec moi pour demander — et je prends à partie mes chers amis de l'autre côté de la Chambre — comment il se fait que les promesses que le gouvernement libéral fait depuis des années d'annuler les subventions aux compagnies pétrolières ne sont toujours pas réalisées? Mon collègue est‑il d'accord avec moi sur le fait qu'il faut arrêter cette folie?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis très reconnaissant au Bloc d'exprimer sa solidarité alors que des Canadiens vivent des moments très difficiles à l'autre bout du pays.
    Signalons que, si depuis quelques semaines les problèmes étaient vraiment concentrés en Colombie‑Britannique, les gens de la Nouvelle‑Écosse et de Terre‑Neuve sont maintenant aux prises avec des pluies considérables. De plus, les inondations ont eu des conséquences particulièrement marquées au Québec, à bien des égards. Nous sommes donc tous sur la même longueur d'onde, je crois.
    Il faut en faire davantage, cela fait l'unanimité à l'échelle nationale. Il se construit en outre un consensus de plus en plus marqué dans l'ensemble du pays et assurément parmi les députés sur la nécessité de prendre des mesures plus audacieuses et plus ambitieuses pour lutter contre les changements climatiques et contrer un problème plus évident que jamais, soit l'effet de ces changements climatiques sur le quotidien et la sécurité des Canadiens.
    Nous avons établi des plans ambitieux pour lutter contre les changements climatiques. Nous savons aussi qu'il ne suffit pas de comprendre l'importance de rebâtir une économie plus propre et plus verte au Canada: nous devons aussi créer une économie et une société plus résilientes pour que les communautés soient en sécurité, pour que les citoyens soient en sécurité chez eux, et pour assurer le maintien des chaînes d'approvisionnement essentielles, autant d'éléments qui sont mis en péril par les phénomènes climatiques.
    Nous partageons la même ambition et nous sommes résolus à travailler fort avec les députés pour contrer les conséquences réelles qu'ont les changements climatiques sur la vie des Canadiens, des conséquences qu'on peut voir chaque jour.
    Monsieur le Président, je tiens d'abord à remercier les merveilleux habitants d'Abbotsford de continuer à soutenir mon travail à la Chambre, où je représente leurs intérêts en tant que de député.
    En dépit du désastre qui a frappé notre région, je suis convaincu que les habitants d'Abbotsford sont en mesure d'accomplir l'énorme tâche de se remettre de la catastrophe qui nous a touchés et de rebâtir. Les Canadiens doivent maintenant avoir entendu parler de la catastrophe qui a frappé la tranquille vallée du Fraser et d'autres parties du Sud de la Colombie‑Britannique, et la plupart des pays du monde en ont aussi pris connaissance.
    Comme Noé, jadis, on nous a informés qu'un phénomène météorologique historique était imminent, et les climatologues parlaient d'une « rivière atmosphérique ». Il s'agissait d'un terme que la plupart d'entre nous ne connaissaient pas. Nous n'avions certainement aucune idée de la gravité et des effets dévastateurs de ce phénomène.
    Je vis depuis longtemps dans le Grand Vancouver et la vallée du Fraser, et je n'ai jamais vu autant de pluie. En fait, il a tellement plu que des records de pluie ont été battus dans 20 collectivités locales. Par exemple, Abbotsford a reçu 173 millimètres de pluie en 24 heures; Chilliwack en a reçu 219 millimètres et Hope, 252 millimètres, et ce, en même temps, et les dégâts ont été considérables.
    Les ruisseaux et les rivières ont dévalé le flanc des montagnes, inondé leurs berges et déferlé dans les plaines inondables. Les versants gorgés d'eau se sont effondrés et se sont transformés en coulées de boue et de roches qui ont enseveli et détruit des routes et des ponts, des voies ferrées, des lignes de télécommunication et de transport d'électricité ainsi que d'autres infrastructures essentielles. Tous les ponceaux, les conduits d'évacuation et les fossés débordaient. Des routes ont été fermées après la formation de flaques et de mares gigantesques sur la chaussée à de nombreux endroits dans toute la région. Des digues ont cédé dans bien des cas, en particulier à Abbotsford. La station de pompage de Barrowtown a été submergée et a failli s'écrouler. Des maisons, des entreprises et des fermes ont été inondées. On a dû évacuer des localités entières, comme Merritt et Princeton.
    Les inondations ont également provoqué des explosions et au moins un incendie a détruit à tout le moins une entreprise à Abbotsford. Des fosses à fumier ont été endommagées et ont commencé à contaminer les eaux de crues qui s'accumulaient sur les terres environnantes. La nourriture a manqué pour le bétail et des milliers de bêtes se sont noyées ou ont dû être euthanasiées.
    Dans certaines localités, le système d'égout et d'aqueduc en entier a débordé et a été détruit. Des véhicules, de l'équipement et d'autres biens ont été emportés, et, dans toute la province, 17 000 personnes ont dû être évacuées. Des villes comme Hope, Lytton et Chilliwack ont été complètement isolées, toutes les routes de transport étant bloquées, du moins temporairement. À certains endroits, les rayons des magasins ont été vidés de leur contenu par des gens qui faisaient des réserves ou qui, hélas, dans des cas isolés, les ont pillés.
    Dans ma ville natale, Abbotsford, tout est allé de mal en pis, et la situation est devenue désespérée. Des maisons bâties à flanc de colline ont été inondées lorsque les gouttières et les tuyaux de descente ont débordé à cause des pluies trop abondantes. Ensuite, la rivière Sumas a créé des brèches dans les digues qui avaient été construites pour drainer la prairie Sumas il y a quelque 100 ans. Comme si ce n'était pas assez grave, le fleuve Nooksack, dans l'État de Washington, au sud, a aussi commencé à sortir de son lit et ses eaux ont traversé la frontière canadienne et envahi la prairie Sumas. Les rives et les chaussées ont succombé à l'érosion, compromettant les mesures de protection contre l'inondation et la sécurité de ceux qui devaient circuler sur les routes.
    Au fur et à mesure que les inondations s'intensifiaient, notre priorité était la sécurité des gens, suivi de près par le sauvetage d'animaux et, enfin, la protection des propriétés. Un appel à l'aide général a été lancé et notre collectivité a répondu très généreusement. Des dirigeants municipaux locaux, encouragés par l'exemple du maire Braun, et les Services de soutien d'urgence de la Colombie-Britannique ont supervisé la réponse logistique sur le terrain et ont encadré l'évacuation de centaines de personnes vers des lieux plus secs. Les Forces armées canadiennes sont aussi venues contribuer à cet effort en évacuant des personnes et des animaux des zones inondées et en transportant de l'équipement et de la nourriture pour animaux là où on en avait le plus besoin. Les agriculteurs de partout se sont entraidés pour déplacer le bétail vers des endroits plus secs et pour nettoyer les résidences et les bâtiments inondés.

  (1930)  

    Une histoire a d'ailleurs fait les manchettes à l'échelle nationale. Les députés auront peut-être du mal à le croire, mais un de nos résidants a utilisé sa motomarine pour tirer du bétail hors des eaux de crue. Des organisations comme les églises locales ont fourni de la nourriture et un abri aux personnes qui en avaient besoin. Des organisations comme Archway, l'Armée du Salut, le Comité central mennonite et la Croix-Rouge ont également fourni de la nourriture, un abri, des vêtements et de l'aide psychologique, tout comme des bénévoles, qui ont accueilli chez eux et nourri des voyageurs coincés à des endroits comme Hope.
    L'industrie du camionnage s'est mobilisée et des camions à benne ont transporté des centaines et des centaines de chargements de matériaux de remblayage jusqu'au chemin no 4 pour colmater la brèche dans la digue qui contient l'eau en provenance de la rivière Sumas, ce qui a enfin permis à la prairie de commencer à s'assécher. Heureusement, les employés municipaux, les bénévoles et les membres des Forces armées ont pu empiler des sacs de sable et maintenir en activité la station de pompage de Barrowtown. Dieu merci. Même les artistes Rosemary Siemens et Eli Bennett ont diverti gratuitement les résidants déplacés dans l'édifice Tradex d'Abbotsford.
    J'ai fait partie d'un groupe de députés de la région qui se sont rendus à Ottawa pour rencontrer certains ministres fédéraux responsables de la réponse d'urgence du gouvernement du Canada à la suite des inondations, y compris le ministre de la Protection civile, que je remercie de sa participation à la réunion, et le ministre responsable de l’Agence de développement économique du Pacifique Canada. Ce dernier a écouté ce que nous avions à dire sur cette terrible catastrophe qui touche un grand nombre de collectivités de la Colombie-Britannique.
    Nous sommes profondément reconnaissants envers les milliers de Canadiens qui ont manifesté leur soutien en contribuant au fonds d'aide et participé aux efforts de rétablissement. Je remercie tout spécialement l'Université de la vallée du Fraser, la Abbotsford Community Foundation et la Chambre de commerce d'Abbotsford d'avoir mis sur pied le fonds d'aide d'urgence afin de gérer l'élan de générosité des Canadiens d'un bout à l'autre du pays. Je tiens à le répéter. Il s'agit du fonds d'aide d'urgence d'Abbotsford. Tous ceux qui veulent de l'information peuvent en trouver en ligne avec une recherche sur Google. Encore une fois, je suis profondément reconnaissant envers les Canadiens d'un bout à l'autre de notre beau pays de leur soutien, que ce soit par des livraisons, des dons ou toute autre forme d'aide.
    Cette catastrophe entraîne de sérieuses répercussions économiques. Les deux principales lignes de chemin de fer, le CP et le CN, ont été sévèrement endommagées et il faudra un certain temps avant de les réparer. La bonne nouvelle est que le CP a réussi à faire rouler des wagons à nouveau aujourd'hui et je crois comprendre que le CN pourra le faire demain. C'est toujours agréable de voir une lueur d'espoir à l'horizon.
    Je précise également que les routes 1, 3, 5 et 7, qui ont été gravement endommagées par des pierres et des glissements de terrain, sont fermées depuis des jours. D'ailleurs, il faudra beaucoup de temps avant que la route Coquihallala, ou route 5, soit remise en état. C'est un désastre.
    Par ailleurs, sur le plan logistique, le port de Vancouver, soit le plus grand port du pays, a été coupé du reste du pays, de telle sorte qu'une grande partie des marchandises qui entrent au port et qui en sortent quotidiennement, et dont la valeur est évaluée à 550 millions, sont coincées là-bas. Pensons-y. Chaque jour, des marchandises d'une valeur de plus d'un demi-milliard sont coincées là-bas. En ce moment, il est impossible de transporter des produits de consommation et des aliments par camion et par train vers l'est, au-delà des Rocheuses.
    Nombre de Britanno‑Colombiens oublient également que 50 % des revenus agricoles de la Colombie‑Britannique viennent d'Abbotsford. Cette ville est le centre agricole de la province, et une grande partie de ce secteur est paralysé. Par exemple, à mesure que les inondations se sont aggravées, les agriculteurs ont eu de plus en plus de difficulté à acheter des aliments pour leurs bovins, leurs poulets et d'autres animaux d'élevage. Des producteurs laitiers désespérés se sont empressés d'amener leurs vaches sur un terrain élevé et ont dû finalement se débarrasser de leur lait parce qu'il n'y avait aucune façon de l'acheminer vers les transformateurs, et ces derniers n'avaient également aucun moyen d'acheminer leurs délicieux produits vers d'autres marchés canadiens.
    Des écoles ont été fermées, puisque les enseignants n'arrivaient pas à traverser la zone inondée pour aller rejoindre leurs élèves dans un autre secteur de notre région. Des entreprises et des commerces de la zone inondée ou à proximité de celle-ci ont dû cesser leurs activités, du moins temporairement.

  (1935)  

    Dans certains secteurs de notre région, la circulation a été gravement paralysée puisque des voies de circulation majeures ont été fermées à cause des dommages causés aux routes et à leurs assises. Cela comprend notamment la Transcanadienne, la route 1, qui nous relie au reste du Canada. Lorsque le niveau de l'eau baissera, il faudra du temps pour que les ingénieurs déterminent l'intégrité structurale de cette route importante. Des dizaines de milliers de voitures et de camions empruntent normalement cette route chaque jour.
    Il y a également des conséquences économiques majeures, étant donné que le commerce habituel est gravement perturbé. D'ailleurs, les contraintes de la chaîne d'approvisionnement, qui existaient déjà et qui causaient d'importantes pressions inflationnistes sur notre économie de même que pour l'ensemble des Canadiens, ont été exacerbées par ces inondations. Il faudra des années pour évaluer les dommages économiques que ces inondations auront imposés à notre pays. Qu'il suffise de dire que les dommages et les coûts correspondants atteindront plusieurs milliards de dollars.
    Quelles sont les conséquences du point de vue humain? Ce sont peut-être les pires. Malheureusement, au moins quatre personnes ont trouvé la mort à cause de cette rivière atmosphérique. L'éducation des enfants a été perturbée. Des entreprises ont été gravement endommagées, voire détruites. Des familles ont perdu leur maison avec leurs souvenirs. Il faudra rebâtir ou rénover. Dans bien des cas, il n'y a pas d'assurance, ou celle-ci est insuffisante pour remplacer ce qui a été perdu.
    Certaines personnes ne peuvent plus travailler à cause des inondations. En un mot, la vie en général des gens est bouleversée. Après la COVID, c'est la météo qui s'en mêle. Les conséquences sur la santé mentale et émotionnelle des gens seront énormes.
    Où en sommes-nous? Le ministre a tout à fait raison d'affirmer que le niveau de l'eau commence à baisser. Malheureusement, d'autres tempêtes s'en viennent. La première devrait d'ailleurs frapper ce soir. Ce n'est pas une bonne nouvelle, surtout qu'elle pourrait être suivie de quelques autres tout de suite après.
    Nous ne sommes pas sortis de l'auberge. Nous ne savons pas exactement ce qui nous pend au bout du nez, mais la pression sur les digues, les pompes et les systèmes de drainage va encore augmenter. Les agriculteurs et les propriétaires évacués commencent à nettoyer leurs maisons et leurs étables, en se croisant les doigts pour que les choses ne continuent pas à empirer.
    Comme on peut s'en douter, il y a des débris en décomposition partout, y compris des bidons, des barils et des contenants à l'intérieur desquels se trouvent toutes sortes de substances inconnues — et probablement toxiques, au moins dans certains cas. Nous savons que l'eau charrie des pesticides sur la prairie Sumas, ce qui est loin d'être encourageant. On estime qu'environ 2 000 bêtes sont mortes à cause des inondations, et les carcasses devront être enlevées et éliminées rapidement. Des nappes de pétrole ont été aperçues du haut des airs, et les autorités tentent actuellement d'en trouver la source.
    Il y a d'autres bonnes nouvelles. La route 7 est partiellement ouverte et la route 3 est de nouveau ouverte. J'espère qu'au moins une ou deux voies de la route transcanadienne seront bientôt ouvertes à la circulation. Aussi, dans la même veine, à Barrowtown, dernier bastion avant les débordements de l'impétueux fleuve Fraser, les pompes sont toujours opérationnelles, tandis que la digue de la rivière Sumas a été réparée de façon temporaire et tient le coup.
    Malheureusement, certains choisissent ces temps difficiles où nous devons être solidaires pour jeter publiquement le blâme sur autrui. Ils sont très peu, mais ils sont là. Certes, le moment de désigner les coupables viendra. Tout le monde peut être blâmé pour notre incapacité à bien nous préparer à cet événement. Toutefois, à l'heure actuelle, comme l'a dit à maintes reprises mon collègue de Mission—Matsqui—Fraser Canyon, tout le monde doit mettre la main à la pâte et adopter une approche apolitique face à cette catastrophe. Je remercie également le ministre pour ses remarques. Il est manifestement partie prenante d'une telle approche. Nous ne faisons donc qu'un dans notre volonté d'aider les résidants de la vallée du Fraser et du reste de la Colombie‑Britannique à se remettre de cet événement.
    Que nous a appris ce colossal phénomène météorologique? D'abord, que le temps presse. Des événements de ce genre vont se produire de plus en plus souvent. Les effets des changements climatiques deviennent toujours plus évidents alors que nous sommes aux prises avec des dômes de chaleur, des incendies de forêt, des sécheresses, des pluies torrentielles et d'autres types de phénomènes météorologiques.

  (1940)  

    Deuxièmement, nous n'étions pas préparés à faire face à cet événement, même si nous aurions dû le voir venir. En fait, j'ai entre les mains un rapport datant de moins d'un an du conseil municipal d'Abbotsford. Il souligne les efforts qui ont été déployés au fil des ans pour tenter de régler les problèmes d'inondation dans cette municipalité. Le document date de moins d'un an. Tous les intervenants ont été mis à contribution. Un groupe de travail international a même été mis sur pied; il était composé de représentants du monde fédéral, provincial et municipal ainsi que d'Américains. Nous n'aurions donc pas dû être surpris. Au bout du compte, nous savions tous quels étaient les risques et nous aurions dû voir venir cette catastrophe, mais rien de concret n'a été fait.
    Troisièmement, notre système d'avertissement d'urgence n'a pas été assez rapide ni rigoureux. Si les avertissements avaient été pris au sérieux, une partie des habitants auraient sûrement pu évacuer les lieux plus tôt et sauver leurs animaux et leur propriété.
    Quatrièmement, nous avons aussi appris que nos digues et autres infrastructures de drainage sont beaucoup trop vieilles et insuffisantes pour gérer les futurs épisodes de la sorte. Il faudra des digues plus hautes et mises aux normes sismiques modernes. Les berges devront être renforcées pour résister aux futurs épisodes de précipitations.
    Cinquièmement, nous devrons réévaluer les futurs risques d'inondation, notamment les risques que le fleuve Fraser déborde, sorte de son lit et franchisse nos digues, ce qui, providentiellement, ne s'est pas produit. Nous devrons aussi déterminer dans quelle mesure nous interdirons le dragage de ce fleuve pour préserver l'habitat du poisson. Je tiens à préciser que l'habitat est essentiel à la viabilité de nos pêches à long terme. Toutefois, il faut également tenir compte des vies humaines et des biens. La réalité est qu'un nombre croissant de barres de sable dans le fleuve Fraser redirigent le courant contre ces vieilles digues, ce qui érode les fondations de cette infrastructure vieillissante. Par conséquent, mon message aux ministres de l'Environnement, des Pêches, de l'Infrastructure, de la Sécurité publique et de la Protection civile est que le gouvernement fédéral doit agir immédiatement pour remédier à ce problème, aussi dispendieux puisse-t-il être.
    Notre pays devra également se doter d'un plan d'adaptation complet pour se préparer à de tels phénomènes météorologiques à l'avenir. J'ai remarqué que le discours du Trône prononcé hier mentionne l'intention du gouvernement d'élaborer une stratégie nationale d'adaptation. C'est bien beau, mais j'espère sincèrement qu'il ne s'agit pas d'une autre promesse creuse du premier ministre pour étaler sa vertu.
    Cette stratégie et le plan connexe nécessiteront des investissements massifs dans les infrastructures de l'ordre de milliards de dollars. En outre, cette stratégie devra inviter les administrations municipales à intégrer une sensibilisation accrue à cette question dans leurs processus de planification et de réglementation afin d'accroître la résilience. Enfin, les efforts de rétablissement nécessiteront un appui financier et logistique considérable de la part de tous les ordres de gouvernement.
    Je sais que nous sommes tous désolés des vies emportées par cette inondation, ainsi que des pertes massives et des déplacements qu'elle a causés dans tout le Sud de la Colombie‑Britannique. Heureusement, Abbotsford ne déplore aucune perte de vie. J'ai parlé avec des gens de ma circonscription et je sais que la population n'a pas perdu espoir en un avenir meilleur, mais la responsabilité de l'avènement de cet avenir meilleur nous incombe à nous, les élus fédéraux, pour que les générations à venir puissent vivre le rêve canadien.
    Dans les semaines et les mois à venir, nous, les élus conservateurs, demanderons au gouvernement libéral d'agir et de contribuer au soutien dont ont besoin les collectivités comme Abbotsford qui ont été dévastées par les inondations. Nous allons demander au gouvernement de faire des investissements réfléchis, même s'ils sont coûteux, pour protéger la population et les propriétés. Nous allons demander au gouvernement libéral de collaborer avec la province et avec les États‑Unis pour que, à l'avenir, les collectivités touchées puissent être averties plus tôt de l'arrivée de tels événements.
    En terminant, même si les habitants de la Colombie‑Britannique sont reconnaissants de l'immense soutien reçu de la famille canadienne en cette période difficile, je sais avec certitude que nous aurions pu faire mieux et que nous avons encore l'occasion de le faire. Il aurait fallu mieux se préparer à une telle catastrophe; il aurait fallu mieux s'adapter et faire de meilleurs investissements à long terme en matière de sécurité publique. Nous aurions pu mieux nous soutenir les uns les autres grâce à des communications et à des échanges d'information en temps opportun.

  (1945)  

    Les ravages causés par ces pluies torrentielles auraient pu être évités, mais nous en sommes là. Tirons-en des leçons. Les générations futures comptent sur nous. Je répondrai avec plaisir aux questions de mes collègues.

  (1950)  

    Monsieur le Président, mes prières et mes pensées accompagnent les habitants de la circonscription de mon collègue, tous comme elles accompagnent ceux de ma circonscription, Sydney—Victoria, qui a connu des pluies diluviennes; jusqu’à 200 millimètres par endroit. Ces pluies ont détruit des ponts et provoqué des inondations sans précédent.
    Je suis heureux que nous parlions des leçons à tirer à la Chambre. Je me souviens d’un enseignement du chef Seattle qui vient de cette région. En 1854, il a dit: « L’homme n’a pas tissé la toile de la vie, il n’en est qu’un fil. Tout ce qu’il fait à la toile, il se le fait à lui-même. »
    Je me demande bien ce que nous pouvons tirer comme leçons. Le député a mentionné que nous devons mieux nous préparer et a parlé des sommes à investir pour ce faire. Je me demande si le député pourrait nous dire quels enseignements nous devons tirer, en tant que Chambre des communes, pour améliorer le sort que nous réservons à notre environnement, cette « toile de la vie » dont nous faisons partie. Il ne s’agit pas de gérer cette « toile de la vie », mais bien de comprendre que nous en faisons partie.
    Monsieur le Président, je répondrai que la « toile de la vie » dont parle le député fait partie d'un environnement en mutation. L'adaptation est absolument cruciale. Nous le constatons de plus en plus.
    Autre leçon que je tire de ce terrible événement: le fait que nous qui sommes à l'échelon le plus élevé du gouvernement avons le pouvoir et les ressources pour nous attaquer aux problèmes en investissant d'avance et directement. Par exemple, chez nous, à Abbotsford, il n'y a pas eu d'investissements pour des travaux d'endiguement depuis les premières années du gouvernement Harper, qui a versé à la localité 6 millions de dollars, je crois, pour l'amélioration du système d'endiguement. Il ne s'agit pas d'un problème à hauteur de millions de dollars, mais à hauteur de milliards de dollars, car il touche le fleuve Fraser de Chilliwack jusqu'à Richmond. Si une brèche s'ouvrait dans ces digues, la catastrophe serait d'une ampleur inimaginable.
    Investissons maintenant. Je vous implore, en votre qualité de députés ministériels, de faire comprendre à la ministre des Finances qu'il faut consacrer une part considérable du prochain budget à l'amélioration et à la modernisation de l'infrastructure existante, et prévoir des sommes plus importantes pour éviter à tout jamais que ce genre de catastrophe se reproduise.
    Encore une fois, je rappelle aux députés qu'ils doivent adresser leurs questions à la présidence et non directement aux députés d'en face. Je comprends que l'on s'emporte.

[Français]

    Nous passons aux questions et aux observations.
    Je cède la parole à l'honorable député de Jonquière.
    Monsieur le Président, je vais prendre juste trois secondes pour remercier mes fantastiques concitoyens de Jonquière qui m’ont réitéré leur confiance et ma conjointe, Line Vachon, communément appelée Staline, le dictateur de l’amour.
    Je voudrais dire à mon collègue d’Abbotsford qu’en 1996, le Saguenay-Lac‑Saint‑Jean est passé par la même épreuve. Je veux lui réitérer mon soutien. Je me rappelle qu’après 1996, il y avait quelque chose dont on n’a pas parlé ce soir. Beaucoup de gens ont eu des problèmes traumatiques. Une chaire de recherche a été constituée à l’Université du Québec à Chicoutimi pour les traumatismes semblables et les problèmes de santé mentale. Cela me fera plaisir, s’il le souhaite, de le mettre en contact avec ces gens-là. J’aurai grand plaisir aussi à distribuer l’information. Il nous a parlé d’un fonds d’Abbotsford. Ce serait intéressant que tous les parlementaires puissent distribuer cette information‑là.

[Traduction]