Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

43e LÉGISLATURE, 2e SESSION

HANSARD RÉVISÉ • No 091

TABLE DES MATIÈRES

Le jeudi 29 avril 2021




Emblème de la Chambre des communes

Débats de la Chambre des communes

Volume 150
No 091
2e SESSION
43e LÉGISLATURE

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le jeudi 29 avril 2021

Présidence de l'honorable Anthony Rota

    La séance est ouverte à 10 heures.

Prière



Affaires courantes

[Affaires courantes]

  (1005)  

[Traduction]

La Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés

    — Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une loi pour modifier la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés.
    J'aimerais remercier mon collègue le chef adjoint du NPD d'avoir appuyé ce projet de loi et de défendre sans relâche la réunification des familles.
     Ce projet de loi néo-démocrate prévoit que les personnes faisant l'objet d'une demande en attente de traitement de parrainage familial ne peuvent se voir refuser l'entrée au Canada à titre de résidents temporaires au seul motif qu'elles n'ont pas prouvé qu'elles quitteront le Canada à la fin de leur séjour autorisé, à moins que des éléments démontrent que, dans le passé, elles ne se sont pas conformées à des exigences de quitter le Canada ou tout autre pays. Il prévoit aussi que tout étranger qui fait l’objet d’une demande de parrainage familial peut séjourner au Canada à titre de résident temporaire jusqu’à ce qu’il soit statué en dernier ressort sur la demande.
     Bien trop de Canadiens souffrent seuls et en silence et font face à de longs retards dans le traitement de leur demande de parrainage familial. Le pire, c'est qu'ils ne peuvent même pas recevoir la visite de leurs proches, et c'était déjà ainsi avant la pandémie de COVID-19. Leurs proches se voient régulièrement refuser leurs demandes de visas de résident temporaire au titre de l'alinéa 179b) du Règlement sur l'immigration et la protection des réfugiés, car les agents d'immigration arrivent souvent à la conclusion que le fait d'avoir des liens étroits avec le Canada inciterait les demandeurs à rester plus longtemps. Mon bureau a traité d'innombrables cas de demandes de visas rejetées même si les demandeurs avaient toujours respecté les conditions liées à leurs déplacements.
    Je dépose mon projet de loi pour que le processus retrouve un peu d'humanité et d'équité. Je demande à tous les députés de l'appuyer.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

[Français]

Pétitions

La santé bucco-dentaire 

    Monsieur le Président, c'est au nom de Denyse Bouvier, une citoyenne engagée dans Hochelaga, que j'aimerais déposer une pétition sur la santé bucco-dentaire. Cette pétition a été certifiée conforme et a recueilli 6 835 signatures.
    On sait que, au Québec et partout ailleurs au Canada, les coûts très onéreux du système de santé bucco-dentaire défavorisent particulièrement les personnes et les familles à faible revenu, les gens en situation d'itinérance, ainsi que nos aînés. Les problèmes de santé dentaire peuvent également avoir des répercussions sur la vie personnelle et sociale des Québécois et des Canadiens.
    Cette pétition demande au gouvernement de mettre en place une politique permettant d'offrir gratuitement tous les types de soins de santé dentaire.

[Traduction]

Le commerce transfrontalier  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui une pétition signée par des propriétaires d'entreprises locales et leurs employés.
    Les pétitionnaires souhaitent attirer l'attention de la Chambre sur le besoin urgent de clarté et de cohérence à la frontière. En 2020, cette industrie a été jugée essentielle par le gouvernement de l'Ontario. Pourtant, à la frontière, elle se heurte à de nombreux obstacles qui lui font perdre des contrats et des emplois. Les pétitionnaires demandent à être autorisés à entrer aux États-Unis et au Canada tout en étant exemptés de la quarantaine obligatoire et des amendes comme tous les travailleurs essentiels qui participent au commerce transfrontalier.

Les affaires étrangères  

    Monsieur le Président, j'aimerais présenter la pétition électronique e-3031.
     Elle est signée par près de 1 400 résidants qui ont fait remarquer que les colonies de peuplement israéliennes dans les territoires palestiniens occupés sont illégales en droit international, que les autorités d’occupation israéliennes ont pris la décision d’expulser de force des centaines de Palestiniens de leurs maisons dans le quartier Sheikh Jarrah de Jérusalem-Est et que les forces ont démoli de nombreuses maisons palestiniennes dans la partie occupée de Jérusalem depuis le début de la présente année.
    Les pétitionnaires prient le gouvernement du Canada de demander à Israël de mettre un terme à l’expulsion de familles palestiniennes à Sheik Jarrah et de renoncer à son projet de politique de colonisation par titres et enregistrements fonciers dans la partie occupée de Jérusalem-Est, qui donnerait lieu à l’appropriation permanente de terres palestiniennes par l’État d’Israël.

Questions au Feuilleton


Ordres émanant du gouvernement

[Travaux des subsides]

  (1010)  

[Traduction]

Travaux des subsides

Motion de l'opposition — L'accès aux vaccins contre la COVID-19  

    Que, étant donné que,
(i) seuls 2,7 % des Canadiens sont complètement vaccinés contre la COVID-19,
(ii) le gouvernement fédéral n’a pas assuré un approvisionnement suffisant en vaccins en janvier et février 2021,
(iii) le gouvernement a prolongé à quatre mois le délai recommandé avant la deuxième dose du vaccin, ce qui allait à l’encontre des recommandations des fabricants de vaccins,
(iv) les Canadiens vivent une augmentation des restrictions et des mesures de confinement dans plusieurs provinces, de la Colombie-Britannique à la Nouvelle-Écosse,
la Chambre demande au gouvernement de veiller à ce que chaque Canadien ait accès à un vaccin d’ici la longue fin de semaine de mai.
    — Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Calgary Nose Hill.
    Tous les Canadiens savent que nous sommes aux prises avec la troisième vague de COVID-19. Le nombre de cas augmente, les taux d'hospitalisation sont à la hausse, et des patients de plus en plus jeunes sont admis aux soins intensifs. Les provinces imposent de nouveaux confinements et elles sont tellement débordées qu'elles font à nouveau appel au courage des femmes et des hommes des Forces armées canadiennes, de la Croix-Rouge, et même d'autres provinces comme Terre-Neuve-et-Labrador pour leur donner un coup de main face à cette troisième vague qui aurait pu être évitée.
    Malgré tout cela, le premier ministre a déclaré il y a quelques semaines, au cours de la vague la plus éprouvante de la pandémie, qu'il n'avait aucun regret concernant sa gestion de la crise. C'est stupéfiant. Il ne regrette pas que le gouvernement ait fermé le système d'alerte rapide en cas de pandémie, qui était reconnu mondialement, quelques mois avant le moment où il aurait été plus utile que jamais. Il ne regrette pas d'avoir compté sur la Chine communiste afin d'obtenir un vaccin pour les Canadiens, ce qui, bien sûr, est tombé à l'eau et a entraîné des retards supplémentaires, expliquant en partie pourquoi nous traversons actuellement une troisième vague aussi grave. Le premier ministre ne regrette pas de n'avoir pas instauré de système national de dépistage rapide et de normes de dépistage, ce qui est l'une des premières promesses qu'il avait faites il y a plus d'un au moment de proroger le Parlement. Il ne regrette pas non plus sa liste de commandes de vaccins. Bien entendu, le gouvernement ne rendra pas publics les contrats faisant état de ces commandes. Le premier ministre ne regrette pas que nous soyons si en retard important par rapport à beaucoup d'autres pays développés concernant le taux de vaccination total et l'accès aux vaccins.
    Il est peut-être facile pour le premier ministre de n'avoir aucun regret, étant donné qu'il a une carrière parlementaire et que, toute sa vie, des gens ont réparé les pots cassés pour lui. C'est par là qu'il se distingue. Pour les Canadiens qui nous regardent, le premier ministre fait actuellement l'objet d'une troisième enquête pour manquement à l'éthique. Lors de la première enquête de la commissaire à l'éthique, il lui a déclaré qu'il estimait que son rôle de premier ministre était de « nature cérémoniale ». En situation de crise, nous n'avons pas besoin de cérémonie. Nous avons besoin d'action. Nous avons besoin d'initiative et ce qui a fait défaut au gouvernement.

[Français]

    Le premier ministre n'a pas de regrets pour les millions de Canadiens affectés par la troisième vague de la COVID-19. Il n'a pas de regrets non plus pour son approvisionnement insuffisant en vaccins ni pour son approche lente. C'est de l'arrogance.
    Pendant que le premier ministre se félicite, l'espoir des Canadiens diminue en raison de la progression du virus et des variants dangereux.

[Traduction]

    Depuis plus d'un an, nous demandons un renforcement des mesures aux frontières pour nous protéger de la COVID-19. Depuis un an, nous demandons la mise en place d'un système national de dépistage rapide et de normes nationales. Nous demandons un plan d'acquisition et de distribution de vaccins avec une capacité nationale. Cependant, nous voici dans la troisième vague de la pandémie et nous attendons encore que le premier ministre honore les engagements qu'il a pris envers les Canadiens lors de la première vague.
    Le gouvernement libéral a totalement échoué à empêcher les variants dangereux de la COVID-19 d'entrer au Canada; il a échoué à protéger correctement les frontières pendant plus d'un an; il a échoué à obtenir des vaccins en janvier et en février pour que les taux de vaccination atteignent un niveau qui aurait empêché la propagation des variants dangereux dans les collectivités, il nous a laissé tomber au moment le plus critique.

[Français]

    Le premier ministre n'a pas réussi à stopper l'entrée des variants au Canada. Avec les libéraux, nos frontières sont hors de contrôle.
    Après un an, le premier ministre n'a toujours pas réussi à protéger le pays.

[Traduction]

    Les médecins accueillent maintenant aux soins intensifs des patients qui ont reçu leur première dose et qui sont déjà bien avancés dans la période d'attente prolongée pour la deuxième dose. En effet, pour dissimuler son incapacité à administrer les vaccins plus tôt, le premier ministre a approuvé un temps d'attente de quatre mois entre les doses qui est plus long que dans tout autre pays du monde et qui est contraire à la posologie recommandée par le fabricant. Le gouvernement libéral en est arrivé là uniquement faute d'approvisionnement suffisant. Le Comité consultatif national de l'immunisation a d'ailleurs indiqué qu'il déconseillerait d'attendre quatre mois en cas d'approvisionnement suffisant. Tout cela a sapé la confiance du public.

  (1015)  

[Français]

    Les travailleurs de la santé, en première ligne, ont été laissés à eux-mêmes. Pendant ce temps, les directives de la santé publique étaient contrôlées ou bloquées. Les libéraux ont laissé le virus se propager. Cela a augmenté la peur et l'anxiété de la population. Cela a aussi entraîné des confinements et la mort tragique de milliers de Canadiens.

[Traduction]

    Dire que les Canadiens sont frustrés serait un euphémisme. D'autres pays sont en train de rouvrir. Les stades se remplissent chez nos voisins du sud. D'autres échappent aux dangers des variants et à la troisième vague.
    Le printemps dernier, alors qu'il était clair que les vaccins seraient essentiels pour surmonter la crise, le premier ministre a complètement failli à la tâche. Pour développer un vaccin qui protégerait les Canadiens, le premier ministre a choisi la Chine communiste, un pays où des citoyens canadiens sont détenus, avec qui les échanges commerciaux sont perturbés et qui viole de façon flagrante les droits de la personne, notamment dans le génocide à l'endroit des Ouïghours. Selon moi, cette décision passera à l'histoire comme l'une des plus négligentes de la part d'un premier ministre canadien.

[Français]

    Cette situation est inacceptable au Canada, notamment pour un pays du G7. Cela n'aurait pas dû se passer ainsi. Nous en sommes ici, car la réponse des libéraux a été lente à chaque étape.

[Traduction]

    Nous tenons le présent débat parce que la réponse du gouvernement libéral à toutes les étapes de la pandémie a été désorganisée et lente. Nous nous débattons sans cesse afin de suivre le rythme et rattraper les retards. Parce que le gouvernement fédéral n'a pas adéquatement approvisionné les provinces en vaccins en janvier et en février, et parce que nous opérons à seulement 50 % de la capacité en matière de vaccination au pays et qu'il n'y a tout simplement pas assez de vaccins, seulement 2,7 % des Canadiens ont reçu les deux doses de vaccins. Voilà pourquoi notre pays est plus lent et qu'on y impose plus de confinements que dans d'autres pays.
    D'après les modèles établis par le gouvernement, 20 % des gens doivent être entièrement vaccinés et 75 % doivent avoir reçu une première dose de vaccin avant que l'on puisse rouvrir de manière sécuritaire et efficace. Le nombre de vaccins que nous recevons est tellement insuffisant qu'il y aura d'autres périodes de confinement, encore plus de petites entreprises en crise et une réouverture plus lente de l'économie. Nous allons rater l'été parce que le gouvernement a raté la cible en janvier et en février, surtout lorsque l'on considère la situation aux États-Unis, où une meilleure gestion de l'approvisionnement en vaccins a permis une réouverture plus rapide.
    Les Canadiens méritent mieux. Ils méritent mieux qu'un gouvernement qui a toujours plusieurs longueurs de retard, un gouvernement qui refuse toujours d'expliquer ses décisions, qu'il s'agisse de son association avec CanSino ou du nombre de contrats d'option ou de contrats d'achat pluriannuels qu'il a conclus. Ils méritent mieux qu'un gouvernement qui refuse de divulguer des renseignements sur les contrats et de répondre à des questions, et qui prend des vaccins destinés à des pays en développement dans le cadre du programme COVAX.
    Le gouvernement n'a pu atteindre ses objectifs que grâce à la charité des États-Unis qui lui ont refilé des stocks excédentaires et en s'appropriant les doses destinées aux pays en développement. Nous sommes le seul pays du G7 à l'avoir fait, ce qui montre que nous sommes le seul pays du G7 à ne pas avoir assuré un approvisionnement adéquat en vaccins. Les Canadiens méritent mieux, et c'est pourquoi nous avons réclamé la tenue de ce débat à la Chambre ce soir.

[Français]

    Les Canadiens méritent mieux, particulièrement en pleine pandémie. Pour assurer la réouverture sécuritaire, il faut un approvisionnement en vaccins suffisant et une approche nationale de dépistage.

[Traduction]

    Nous avons besoin d'un système national de normes et de dépistage rapide afin que nous puissions rouvrir rapidement et en toute sécurité. En effet, nous aurons besoin de ces outils à cause des niveaux insuffisants de vaccination et de la présence de variants.
    Résumons la situation. Il y a un an, lors d'une conférence de presse, le premier ministre, debout sur le perron de sa résidence, a dit qu'il distribuerait des tests de dépistage rapide et lancerait une application de recherche de contacts. Or, il n'a pas encore donné suite à ces promesses qu'il a faites au début de la pandémie. Il ne parle plus de cette application, qui n'a jamais été pleinement adoptée à l'échelle nationale. Il n'a jamais non plus mis en oeuvre un système national de dépistage, ce qui explique la disparité et le manque de cohérence de mesures de dépistage existantes.
    Hier soir, le président des États-Unis a dit que son pays avait un « arsenal de vaccins » stockés pour aider les autres pays. Faisons venir ces vaccins ici. Vaccinons notre population d'ici mai afin de pouvoir sauver notre été et rouvrir le Canada d'une manière sécuritaire, efficace et fondée sur des données. Les Canadiens méritent mieux.

  (1020)  

    Monsieur le Président, nous avons assurément fait beaucoup de chemin depuis que la députée de Calgary Nose Hill s'est levée — juste là — et a déclaré que le Canada n'aurait pas de vaccins avant 2030.
    En fait, les conservateurs sont tout simplement déconnectés de la réalité. Ils ne comprennent pas, ou ils choisissent de ne pas comprendre, la situation dans laquelle nous nous trouvons. À l'heure actuelle, le Canada occupe le troisième rang des pays du G7 et des pays du G20 pour ce qui est du nombre de personnes vaccinées par rapport à la population. Notre plan dépasse les cibles qui avaient été fixées pour les provinces quand nous avons élaboré les plans de vaccination à l'automne dernier.
    Le chef de l’opposition a parlé des tests de dépistage rapide. Des millions de tests de dépistage rapide ont été livrés aux provinces canadiennes. Le gouvernement fait encore mieux que ce qui avait été promis et les Canadiens sont vaccinés.
    En réalité, si cette motion pouvait apporter quelque chose, je ne vois pas comment quiconque y serait défavorable.
    Monsieur le Président, j'aimerais remercier le principal porte-parole du Parti libéral pour sa question. J'aimerais répondre à l'affirmation selon laquelle le Canada occupe le troisième rang du G7 et que nous nous en tirons bien. Il s'agit d'une véritable farce.
    La seule raison qui explique pourquoi nous avons ces taux de vaccination pour la première dose est que le gouvernement a décidé de ne pas respecter la posologie des sociétés pharmaceutiques qui ont développé les vaccins. Nous sommes le seul pays du monde qui étire jusqu'à quatre mois la période d'attente entre les deux doses. Je sais que les libéraux vont modifier le processus quand ils réussiront à faire livrer un nombre suffisant de doses ici. Les libéraux vont modifier le processus, car ils savent que ce délai entraîne des risques. Ils sont prêts à faire courir des risques aux Canadiens pour camoufler leur incompétence. Je préférerais assister à une simple démonstration de compétence.
    Il y a toutefois une autre raison qui explique pourquoi les libéraux ont surpassé leurs objectifs: ils ont volé des doses aux pays en développement. C'est scandaleux. Ils ont retiré des doses du programme COVAX, une réserve dans laquelle le Canada — un pays du G7 — n'aurait jamais dû piger, mais il l'a fait. Nous méritons mieux.
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours. Il a lancé nos débats en ce jeudi matin de très belle façon. Il a parlé de l'embarras lié au fait que le Canada prend des vaccins destinés à des pays en développement, à des pays à faible et à moyen revenu. Je suis très préoccupée. Comme je l'ai dit à maintes reprises à la Chambre, je suis inquiète de ce qui se passera si nous ne luttons pas contre la COVID-19 en tenant compte du fait qu'il s'agit d'une pandémie mondiale et si nous ne faisons pas en sorte que les gens du monde entier soient vaccinés pour réduire le nombre de cas à zéro.
    Le député appuierait-il l'idée de suspendre les droits de propriété intellectuelle pour que les pays comme l'Inde et l'Afrique du Sud puissent avoir accès aux vaccins et procéder à la vaccination de leur population, dans le but de protéger les Canadiens et l'économie mondiale?
    Monsieur le Président, la députée soulève une question importante. En fait, le G7 et d'autres pays développés ont créé le programme COVAX notamment pour établir une approche qui respecte les droits de propriété intellectuelle à l'échelle mondiale, mais qui s'appuie sur la richesse des pays développés pour fournir des vaccins en quantité suffisante aux pays qui auraient de la difficulté à en obtenir en raison des coûts et de l'absence d'une production domestique. C'est pourquoi le Canada, en tant qu'acteur mondial et chef de file, devrait normalement participer au programme COVAX. Le fait que nous soyons le seul pays du G7 à y avoir recours témoigne de l'échec du premier ministre. Nous avons besoin du plus grand nombre de vaccins possible le plus rapidement possible, puis nous devrions jouer notre rôle sur la scène internationale.
    Le président des États-Unis a parlé d'un « arsenal de vaccins » que le pays déploiera. Lorsqu'il mentionne le Canada et l'Amérique centrale, nous devrions être un partenaire des États-Unis pour aider l'Amérique centrale, et non dépendre d'autres pays, que ce soit la Chine ou même nos alliés. Les Canadiens méritent mieux. C'est pourquoi nous lançons ce débat aujourd'hui. C'est pourquoi nous avons un plan pour protéger notre pays dans le cadre d'un plan de rétablissement du Canada.

  (1025)  

    Monsieur le Président, en consultant le calendrier, je vois que nous sommes aujourd'hui le 29 avril. La pandémie a commencé il y a plus d'un an, et nombre de pays dans le monde se sont dotés de normes et de directives pour la levée des restrictions. Nous voyons qu'ils sont en voie de se sortir de la pandémie. Pour ce qui est du Canada, en ce 29 avril 2021, les Canadiens ne voient toujours pas quand les restrictions pourront être levées de façon sécuritaire et permanente. Personne au pays n'a une idée du moment où ce sera possible. Le fait de ne pas savoir quand on pourra retrouver espoir a précipité la troisième vague. Au lieu de recevoir des vaccins en janvier et février, nous avons plutôt eu droit à une troisième vague. Voilà la réalité. Si nous avions reçu plus de vaccins en janvier et février, nous n'aurions pas subi une troisième vague aussi grave. C'est un fait.
    D'une semaine à l'autre, quelqu'un au gouvernement fédéral nous dit que le gouvernement n'obtiendra pas de doses du vaccin de Moderna cette semaine-là, ou qu'il y a du changement par rapport au vaccin d'AstraZeneca, ou encore qu'il y a des incertitudes par rapport au vaccin de Pfizer. Chaque semaine, il y a une nouvelle annonce qui fait état d'un niveau d'incertitude au sujet des vaccins. Il faut que cela cesse. Il nous faut de l'espoir. Il nous faut des certitudes.
    Nous avons présenté des motions à la Chambre pour demander au gouvernement d'établir des indicateurs en vue d'une relance sécuritaire. En rétrospective, je pense que la raison pour laquelle le gouvernement est si réticent à le faire est qu'il n'a pas une idée claire de l'état d'immunisation. Il ne cesse de répéter les mêmes réponses préfabriquées, mais moins de 3 % des Canadiens ont été entièrement vaccinés. C'est un échec lamentable.
    Selon certains articles de revues scientifiques ou spécialisées récents, l'immunité peut diminuer de façon importante si la deuxième dose est retardée au-delà des 21 jours recommandés. C'est particulièrement le cas avec le vaccin de Pfizer. Devrons-nous, dans quatre ou six semaines, consacrer une autre journée de l'opposition à une quatrième vague parce que l'immunité des gens qui ont reçu leur première dose du vaccin de Pfizer — dont certains sont parmi les plus vulnérables au pays, entre autres les travailleurs de première ligne et les résidants des établissements de soins de longue durée — diminue et la COVID-19 se propage au sein de cette population? C'est une question à laquelle le gouvernement ne peut pas répondre. Il n'a pas reçu suffisamment de vaccins pour pouvoir y répondre. Voilà pourquoi il importe tellement que le gouvernement obtienne plus de vaccins pour nous.
    Parlons maintenant d'une question que j'ai soulevée à la période des questions, soit l'éthique dans l'approvisionnement en vaccins mené par le gouvernement. Plutôt que de chercher des solutions au pays et de faire tout en son pouvoir pour accroître la capacité de fabrication depuis un an, le gouvernement n'a rien fait qui nous permettrait d'entrevoir la possibilité qu'un vaccin contre la COVID produit au Canada soit inoculé à un Canadien. Personne ne sait quand cela arrivera. Comme le gouvernement n'a rien fait sur ce front, le Canada est entièrement dépendant des autres pays.
    Prenons l'exemple d'un pays comme l'Inde, qui fournit la planète en vaccins et est l'un des plus importants producteurs de vaccins au monde. L'Inde subit présentement une énorme troisième vague. Le Canada est un pays du G7. Pourquoi les libéraux n'ont-ils rien fait de plus pour régler le problème depuis un an? Pourquoi personne ne peut-il nous dire quand la première dose d'un vaccin produit au Canada sera inoculée à un Canadien? Pourquoi nous contentons-nous de spéculations sur la durée de l'immunité conférée par la première dose du vaccin de Pfizer alors que ceux qui ont reçu cette première dose ne savent pas quand ils recevront la deuxième? C'est un réel problème.
    Les Canadiens de tous les horizons politiques en ont assez des spéculations. Comment les gouvernements provinciaux peuvent-ils planifier leur campagne de vaccination si les cibles sont repoussées chaque semaine? Il faut commencer à fixer des objectifs ambitieux. Tous les partis représentés à la Chambre l'ont fait, excepté les libéraux. Pourquoi le pays ne peut-il pas recevoir suffisamment de doses pour permettre la vaccination de tous les Canadiens d'ici la fin du mois de mai? Pourquoi est-ce impossible? Des pays comparables comme les États-Unis et le Royaume-Uni ont réussi à le faire. Si le gouvernement a organisé la campagne d'approvisionnement en vaccins la plus efficiente et la plus efficace au monde, pourquoi est-ce un problème?

  (1030)  

    Je pourrais répéter aux députés des choses que tout le monde sait déjà. Nous savons que le gouvernement a payé les vaccins d'AstraZeneca plus cher qu'ailleurs. Cependant, je ne pense pas que nous ayons reçu ne serait-ce qu'une seule dose du vaccin d'AstraZeneca dans le cadre du contrat que nous avons signé avec ce fabricant. Nous en avons seulement reçu par l'entremise de l'initiative COVAX et nous en avons emprunté aux États-Unis. Nous avons payé deux fois plus cher que d'autres pays un vaccin que nous n'avons même pas reçu, mais que les autres pays ont reçu. Comment cela s'est-il produit?
    De quel recours disposons-nous à l'égard de ces fabricants? Que prévoient les contrats? L'Union européenne songe à intenter des poursuites contre AstraZeneca pour régler cette question. Pourquoi n'en faisons-nous pas autant? Nous devons établir une cible. Nous avons besoin de certitude pour l'avenir; c'est la raison d'être de la motion dont nous sommes saisis aujourd'hui. Nous ne pouvons pas simplement continuer de changer la cible. Nous devons le faire pour les Canadiens qui ont besoin de rouvrir leurs entreprises et qui craignent de tomber malades, pour les gens qui travaillent dans les unités de soins intensifs et pour les travailleurs de première ligne qui ne savent pas comment ils vont s'en sortir. Cette situation ne peut plus durer. Nous devons établir des cibles fermes. Nous devons faire tout notre possible pour accélérer le rythme bureaucratique afin que les cibles soient atteintes. Nous avons besoin d'un plan pour nous en sortir.
    Ce matin, j'ai vu une publicité — je crois que c'était dans un journal britannique — annonçant essentiellement que le Royaume-Uni se sortait de la pandémie. Les citoyens du Royaume-Uni ont une bonne idée du moment où ils vont s'en sortir, grâce à la capacité du pays de produire des vaccins et d'établir des indicateurs. Le gouvernement libéral en est incapable. Il refuse même de parler d'indicateurs, parce qu'il est incapable d'assurer un approvisionnement adéquat.
    Lorsqu'on se penchera sur cette période de pandémie lors d'une prochaine législature, on se questionnera sur le caractère éthique de la décision du gouvernement libéral de retarder la deuxième dose bien au-delà des recommandations des fabricants. C'est parce qu'il nous manque de vaccins. L'argumentaire libéral cherche sans cesse à brouiller les cartes sur la situation du Canada à propos de la vaccination.
    Moins de 3 % des Canadiens ont reçu les deux doses de vaccin. Que se passera-t-il dans deux ou trois mois si les données indiquent un sérieux problème immunitaire, ou que l'immunité a tellement diminué, surtout avec le vaccin de Pfizer, que les Canadiens contractent à nouveau la COVID-19 même s'ils sont vaccinés. C'est un grave problème. Il nous faut des vaccins, et il nous les faut maintenant.
    La motion presse également le gouvernement de prendre des mesures aux frontières. Le gouvernement aurait pu imposer de nombreuses restrictions aux frontières. À l'intention des collègues qui écoutent et qui ne le sauraient peut-être pas, je signale que le variant indien à deux mutations a été détecté en octobre dernier. Pourquoi le gouvernement canadien n'en a-t-il fait aucun cas? Comment expliquer qu'il n'ait pas réagi? Pourquoi ne soumet-on pas à un test rapide à l'aéroport les voyageurs qui prennent un vol intérieur? Pourquoi ne vaccinons-nous pas en priorité les travailleurs essentiels qui traversent la frontière, notamment les camionneurs? Comment se fait-il que certaines personnes qui traversent la frontière soient exemptées? La définition de ce qu'est un travailleur essentiel est trompeuse.
    Le gouvernement pourrait prendre certaines mesures à court terme, pendant qu'il met de l'ordre dans le dossier de la vaccination, mais il ne le fait pas. Chaque fois qu'il y a un problème, il ne fait rien pour y remédier. La pandémie dure depuis plus d'un an. Étant donné la situation, j'estime juste de taxer le gouvernement d'incompétence crasse.
     Ce genre de motion permet à la Chambre d'indiquer au gouvernement la voie à suivre lorsque ce dernier refuse de s'y engager de lui-même. Voilà une des raisons d'être du Parlement. Il faut établir des indicateurs et des cibles fermes pour que les Canadiens puissent exiger que le gouvernement rende des comptes, tant sur l'acquisition des vaccins et leur distribution que sur la réouverture de l'économie. On ne peut accepter rien de moins.
    Moins de 3 % de la population canadienne a été entièrement vaccinée. Nous volons des vaccins destinés à des pays du tiers monde parce que le gouvernement a été incapable de figurer tout cela. Il n'a pas intenté de poursuite contre ces fabricants. Je n'en reviens tout simplement pas.

  (1035)  

    J'espère que mes collègues des autres partis de l'opposition et les députés libéraux d'arrière-ban conviendront que tout cela mérite qu'on demande des comptes au gouvernement. Il faut un échéancier précis concernant les vaccins afin que l'exécutif ait des munitions pour pouvoir poursuivre ces sociétés. Il doit obtenir la confirmation écrite des pays fournisseurs qu'il n'y aura pas de restrictions à l'exportation. Voilà le genre de volonté politique qu'il nous faut pour sortir de cette crise. Si le Parti conservateur doit présenter une motion après l'autre à la Chambre des communes pour que le gouvernement agisse, il le fera.
    Monsieur le Président, je suis très déçu, mais pas surpris. Je suis déçu en ce sens que les conservateurs, qu'il s'agisse de leur chef ou encore de leur porte-parole en matière de santé, ne cessent de présenter des statistiques pour marquer des points sur le plan politique. La réalité, celle que les conservateurs doivent absorber, comprendre et retenir, c'est que dès le tout premier jour, nous avons fait notre possible pour venir en aide aux Canadiens, tout en apportant bien entendu certains changements en cours de route.
    La réalité, c'est que nous aurons reçu plus de 40 millions de doses de vaccins d'ici la fin de juin, et que nous sommes en troisième place parmi les pays du G20 pour ce qui est de l'administration de la première dose. La députée doit...
    Il faudra s'arrêter là. Il y a une longue liste de gens qui veulent poser des questions.
    La députée de Calgary Nose Hill a la parole.
    Monsieur le Président, je suis déçue que de nombreux Canadiens aient à se demander quand ils pourront recevoir leur deuxième dose de vaccin, ou même leur première dose. Je suis déçue que les travailleurs des unités de soins intensifs aient à faire face à une troisième vague et à une pénurie de personnel parce que nous n'avions pas de vaccin en janvier et en février. Je suis déçue que des petites entreprises et des salariés partout au pays ne sachent toujours pas quand auront lieu les réouvertures. Je suis déçue que des personnes séparées de leurs proches pendant plus d'un an ne puissent les voir parce qu'elles ne savent pas quand elles seront vaccinées.
    Je suis déçue du gouvernement. En fait, c'est bien plus que cela. J'ai honte du gouvernement. J'ai honte du manque de courage des libéraux, qui refusent de fixer des points de référence plus ambitieux et de montrer la voie à suivre aux Canadiens. Ils multiplient les parades, mais ils ne font rien. Voilà ce qui est décevant.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie la députée de Calgary Nose Hill.
    Elle nous a fait part de ses revendications, mais je tiens à souligner que, au Québec, la vaccination va bon train. Cependant, la vaccination est plus lente dans le reste du Canada, et nous nous en désolons.
     Vu l'absence de plus de doses de vaccin, croit-elle qu'il est nécessaire de maintenir les mesures de distanciation sociale, afin d'empêcher que l'épidémie ne se répande davantage?
    Des mesures encore plus strictes doivent être réclamées aux frontières; les chiffres ne mentent pas. Que pense-t-elle de cela?

[Traduction]

    Monsieur le Président, pour sortir de la pandémie, il faut recourir aux merveilleux outils que le monde a mis au point en très peu de temps. Je pense ici aux vaccins, aux tests de dépistage rapide, aux médicaments et aux données sur les taux de transmission. Pour ce qui est de la méthode forte des contraintes, nous n'avons d'autres choix que de nous y tenir. Pourquoi? C'est parce que les outils dont je parle ne sont pas disponibles à l'échelle du pays. Voilà les faits.
    La pandémie a commencé il y a plus d'un an. À l'heure où les centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis publient des documents sur ce que les personnes entièrement vaccinées peuvent faire et parlent de restreindre de façon permanente le confinement, nous devons en faire plus, car nous n'avons pas fourni ces outils. Le discours doit changer. Les gens doivent savoir que lorsqu'ils adhèrent à la méthode forte du confinement, il y a une lumière au bout du tunnel, et que nous en arriverons à une solution plus durable. Voilà ce dont il faut parler.

  (1040)  

    Monsieur le Président, le fait est que, si nous traversons une vague encore plus brutale que les autres, c’est sans doute à cause de la présence de nouveaux variants plus virulents, mais cela n’a pas empêché le gouvernement libéral d’être le seul pays du G7 à faire appel au fonds COVAX qui était censé venir en aide aux pays du tiers-monde. Le gouvernement libéral refuse qu'on accorde l’exemption de l’OMC qui permettrait aux pays du tiers-monde d’obtenir suffisamment de vaccins.
    Comment le gouvernement s’imagine-t-il que nous allons nous en sortir, à long terme, si de nouveaux variants virulents continuent de se développer parce que le Canada empêche l’OMC d'aider les pays du tiers monde à obtenir des vaccins?
    Monsieur le Président, la situation est catastrophique. Je suis d’accord avec mon collègue. Nous devons envisager toutes les solutions novatrices possibles pour mettre un terme à cette crise et assurer l’équité en matière de vaccins. Comme par hasard, le premier ministre va aller à un concert rock de bienfaisance, histoire de se faire prendre en photo pendant qu’il fait main basse sur le fonds COVAX.
    J’espère que les organisateurs de ce concert, s’ils m’écoutent, y réfléchiront à deux fois avant de permettre au premier ministre du Canada de parler d’équité en matière de vaccins. Nous ne pratiquons même pas l’équité en matière de vaccins chez nous, alors comment peut-il en parler au niveau international? C’est encore une occasion de se faire prendre en photo dans une posture vertueuse. C’est vraiment retourner le fer dans la plaie. C’est dégoûtant.
    Le Canada doit bien sûr faire tout ce qu’il peut pour s’assurer que les vaccins sont répartis équitablement entre les pays, mais nous devons aussi en avoir pour nous et, sur ces deux fronts, le premier ministre ne s’est pas montré du tout à la hauteur. C’est très décevant.
    Monsieur le Président, je voudrais commencer par reconnaître que je m’adresse à vous depuis le territoire d’un grand nombre de Premières Nations, notamment les Mississaugas de Credit, les Anishinabes, les Chippewas, les Haudenosaunees et les Wendats.
    Je compte partager le temps qui m’est imparti avec mon secrétaire parlementaire.
    Je vais reprendre point par point la motion qui a été présentée, car je pense, et tout le monde sera d’accord avec moi, que nous devons nous en tenir aux faits et rester clairs quand on discute de questions aussi importantes que la stratégie canadienne en matière de vaccins. Malheureusement, la motion contient plusieurs informations incomplètes et incorrectes avant d’aboutir à une conclusion malhonnête et trompeuse.

[Français]

     Premièrement, le préambule de la motion souligne que 2,7 % des Canadiens sont entièrement vaccinés, ce qui signifie qu'ils ont reçu deux doses de l'un des vaccins actuellement approuvés dans ce pays.
    Bien que je ne conteste pas ce chiffre, il ne tient pas compte du fait que 31 % de tous les Canadiens ont reçu au moins une dose de vaccin, ce qui place le pays au troisième rang des pays du G20.

[Traduction]

    Je reviendrai dans un instant sur la situation actuelle des approvisionnements en vaccins au Canada.
    L’opposition voudrait nous faire croire que toute notre campagne de vaccination se résume à la période de trois semaines pendant laquelle les fournisseurs, au début de l’année, ont réoutillé leurs usines pour accroître leur production. Il est vrai que le Canada a connu des interruptions de la chaîne d’approvisionnement, et j’en ai d’ailleurs fait part aux Canadiens dès que j’en ai moi-même été informée par nos fournisseurs.

[Français]

    Cependant, alors que l'opposition continuait de dire que le Canada ne se remettrait jamais de ce retard temporaire, mon équipe et moi avons continué à faire pression et à travailler durement chaque jour pour que nos fournisseurs respectent leur contrat. Prenons le temps de constater où ce dur labeur nous a menés.
    À l'époque, nous avions déclaré que nous étions en bonne voie d'atteindre notre objectif trimestriel de 6 millions de doses. En fait, nous avons dépassé cet objectif de plus de 50 % et avons plutôt reçu 9,5 millions de doses au cours de la première partie de cette année.

  (1045)  

[Traduction]

    Jusqu’à présent, près de 15 millions de doses de vaccin ont été livrées au Canada, dont près de 13 millions ont été administrées par les provinces et les territoires. En négociant avec les fournisseurs, nous avons pu faire avancer les dates de livraison de 28 millions de doses. Le Canada fait partie des trois pays du G20 qui affichent le meilleur bilan en ce qui concerne le nombre total de doses administrées par rapport à la population, le nombre de doses administrées quotidiennement et le pourcentage de la population ayant reçu au moins une dose. Malgré cela, l’opposition continue de prétendre que nous n’aurons pas de doses avant 2030.
    Grâce à des approvisionnements réguliers, nous allons continuer sur notre lancée. À partir de la semaine prochaine, Pfizer va nous livrer 2 millions de doses par semaine pendant le mois de mai, et 2,4 millions de doses par semaine pendant tout le mois de juin. Voilà ce qui est convenu. Au total, le Canada recevra entre 48 et 50 millions de doses d’ici la fin juin, et des dizaines de millions de plus d’ici la fin septembre.
    J’aimerais maintenant parler de l’intervalle entre les deux doses. Quand ils étaient au gouvernement, les conservateurs bâillonnaient les scientifiques. Aujourd’hui qu’ils sont dans l’opposition, ils vont encore plus loin: ils nient leur existence.
    Pour ce qui est des fausses informations que contient cette motion, entendons-nous bien: ce n’est pas le gouvernement fédéral qui décide à quelles personnes les doses sont administrées et quand elles sont administrées. Ce sont des médecins et des immunologistes qualifiés qui, en se fondant sur les meilleures données scientifiques disponibles, font des recommandations dans le but d’obtenir les meilleurs résultats sanitaires, étant bien entendu que les avis donnés par le Comité consultatif national ne sont rien de plus que des avis.
    C’est à chaque province et à chaque territoire qu’il incombe de décider de la logistique et de l’administration des vaccins. C’est ce que prévoit la Constitution. Selon la plupart des experts en santé publique, il vaut beaucoup mieux avoir deux personnes protégées à 80 % que d’en avoir une protégée à 90 % et une autre sans aucune protection. D’autres pays ont suivi la même approche, notamment le Royaume-Uni. Personnellement, je trouve cet argument convaincant.
    Pour autant, je dirai franchement que mon opinion sur la question de l’intervalle entre les doses n’a aucune importance. Il ne s’agit pas d’une décision politique, mais plutôt d’un avis médical dispensé par des professionnels et des experts de l’immunisation et de la santé publique, qui eux-mêmes se fondent sur des faits et des données scientifiques. Le gouvernement n’a pas ordonné aux médecins de tirer certaines conclusions, et nous ne leur avons certainement pas ordonné de modifier des avis pour des raisons politiques. Franchement, après tout ce que nous avons enduré pendant cette pandémie, je trouve inquiétant que l’opposition laisse entendre que les médecins ont été écartés des décisions pour des raisons partisanes.

[Français]

    L'opposition semble mal comprendre le fonctionnement de notre pays. Services publics et Approvisionnement Canada, conseillé par le groupe de travail sur les vaccins et par Santé Canada, a poursuivi une stratégie d'approvisionnement dynamique afin d'assurer que nous disposons d'un portefeuille diversifié de vaccins, ainsi que des produits nécessaires comme des seringues et des aiguilles, le tout dans le but de bien positionner le Canada dans la lutte contre la COVID-19.
    Santé Canada vérifie que les vaccins sont correctement testés pour s'assurer de leur sécurité et de leur efficacité. Le Comité consultatif national de l'immunisation examine les données réelles, au Canada et ailleurs, et fournit des conseils sur les meilleures pratiques et utilisations des différents vaccins. Le major-général Dany Fortin et son équipe du Centre national d'opérations continuent d'assurer dans les provinces et territoires la distribution en temps opportun des vaccins et des équipements de vaccination.

  (1050)  

[Traduction]

    Une fois que les doses sont livrées, c’est aux provinces et aux territoires qu’il incombe de décider comment les vaccins seront administrés et de déterminer les populations prioritaires, les centres de vaccination et les calendriers. Je crois savoir que les conservateurs ont leurs entrées auprès de certains premiers ministres provinciaux, et je leur conseille donc, s’ils ne sont pas d’accord avec la façon dont les vaccins sont administrés, d’en parler eux-mêmes avec ces premiers ministres.
    Au point iv) de la motion, qui constitue le dernier point du préambule, il est dit que les Canadiens, de la Colombie-Britannique à la Nouvelle-Écosse, où j’habite, vivent une augmentation des restrictions à cause de la troisième vague. Là-dessus, je suis d’accord. C’est exact et pertinent. Nous ne devons jamais oublier qu’au final, les décisions que prennent les gouvernements, les promesses qu’ils font et les messages qu’ils envoient ont un impact considérable sur la population, et c’est la raison pour laquelle nous devons être précis, réalistes et directs. Malheureusement, la conclusion de la motion est loin de répondre à cette définition.
    Étant donné que l’opposition a largement fait la preuve de son incapacité à comprendre la situation mondiale en matière de production de vaccins, le fonctionnement des chaînes d’approvisionnement, les données scientifiques qui déterminent l’intervalle entre les doses, et les rôles du fédéral et des provinces, il n’est pas étonnant que cette même opposition conclue sa motion en demandant au gouvernement de faire en sorte que la campagne de vaccination la plus massive de toute l’histoire du Canada se termine la longue fin de semaine de mai, date qu’elle a arbitrairement fixée.
    Réfléchissons un instant à ce qu’une telle proposition aurait comme conséquences dans la réalité. À une époque où les vaccins contre la COVID-19 sont les produits les plus recherchés au monde, et où le Canada fait partie des pays qui se sont procuré le plus de ces vaccins, les conservateurs proposent, sans expliquer comment atteindre cet objectif, que le Canada termine la plus vaste campagne de vaccination de toute l’histoire du Canada d’ici trois semaines.
    Depuis le printemps de l’an dernier, je n’ai cessé de me démener pour obtenir des doses de vaccins pour les Canadiens et pour accélérer leur livraison. Je me suis entretenue avec les hauts dirigeants de presque tous les grands laboratoires de vaccins du monde. Notre équipe pangouvernementale s’est adressée à nos partenaires canadiens et étrangers pour trouver des vaccins.
    Dire que cette motion n'est que de la mise en scène politique relève de l'euphémisme. Elle est complètement détachée de la réalité et même carrément irresponsable.
    Monsieur le Président, je remercie la ministre de participer au débat.
    En Colombie-Britannique, nous enregistrons le nombre le plus élevé de personnes hospitalisées à cause de la COVID-19. À Kelowna, dans les établissements de soins de longue durée, les personnes âgées ont reçu leur première dose, mais cela ne les empêche pas de tomber malades. Les éclosions se multiplient.
    Soit dit en passant, il y a une grande différence entre un niveau de référence et une cible. Le gouvernement s’est fixé des cibles qu’il essaie d’atteindre. Un niveau de référence, c’est lorsqu’on compare nos cibles à celle de quelqu’un d’autre. Les électeurs de ma circonscription sont certainement d’avis que les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël ont des niveaux de référence bien différents de ceux du gouvernement fédéral.
    Nous constatons que les variants en provenance d’autres pays traversent notre frontière et qu’une fois qu’ils sont sur notre territoire, la transmission communautaire devient exponentielle. Ma question est la suivante: la ministre se rend-elle compte que, étant donné que ses efforts visant à donner aux Canadiens les médicaments dont ils ont besoin pour lutter contre le virus échouent, elle va perdre la course contre les variants que son gouvernement a laissé entrer dans le pays? Va-t-elle en assumer la responsabilité?
    Monsieur le Président, je remercie le député d’en face de sa question, mais je dirais que le mot « échouent » est exagéré.
    Nous avons reçu 14,7 millions de doses au pays, et 12,8 millions de doses ont été administrées. Le pourcentage de la population canadienne ayant reçu au moins une dose est de 31 %, et nous sommes au troisième rang des pays du G20 pour le nombre cumulatif de doses administrées. Deux millions de doses provenant uniquement de Pfizer sont prévues pour les quatre prochaines semaines de mai, et nous recevrons 2,5 millions de doses pendant les cinq semaines de juin.
    Ce sont des chiffres qui vont continuer à faire augmenter le nombre de Canadiens vaccinés, et 48 à 50 millions de doses arriveront avant la fin de juin.
    Nous travaillons…

  (1055)  

    Nous poursuivons les questions et les observations.
    L’honorable député de Lac-Saint-Jean a la parole.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son discours.
    Je crois qu'elle sera d'accord avec moi sur le fait que cette motion est à l'image des conservateurs. Il s'agit d'une motion idéologique, partisane et irréaliste. Cela amène quand même une discussion.
     Ma collègue n'a d'autre choix que d'admettre que c'est un lamentable échec du gouvernement. Le vaccin aurait pu être créé ici, au Canada. Je suis d'accord avec mes amis du Parti conservateur à ce sujet, il s'agit d'un échec lamentable.
    Mon honorable collègue peut-elle admettre que le vaccin aurait pu être créé au Canada?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
    En effet, je suis d'accord avec mon collègue sur le fait qu'il s'agit d'une motion très politique et idéologique. L'historique omet plusieurs faits importants en lien avec la production nationale de vaccins, en pleine expansion en janvier et en février au Canada, ce qui ouvre de nouvelles possibilités au pays à l'heure actuelle.
    Nous avons dépassé notre objectif au premier trimestre, et le Canada a déjà reçu 14,7 millions de doses. Notre but est d'avoir les vaccins pour...
    À l'ordre. Nous avons le temps pour une brève question.
    L'honorable députée de Churchill—Keewatinook Aski a la parole.

[Traduction]

    Monsieur le Président, la course aux vaccins et à leur administration est évidemment essentielle. Je suis fière d’avoir exercé des pressions, aux côtés de mon collègue le député de Vancouver Kingsway, en décembre dernier, pour accélérer le rythme de la vaccination dans les collectivités des Premières Nations et du Nord. Nombreux sont ceux qui ont participé à ce plaidoyer crucial.
    Je tiens à souligner que le gouvernement a répondu à nos appels. Nous avons constaté un fort taux de vaccination, en particulier chez les Premières Nations, et la campagne de vaccination s’étend maintenant à tout le Nord de notre province.
    Il est clair que le taux de vaccination national n’est pas ce qu’il devrait être. Le Canada manque de vaccins. La situation aurait pu être évitée. Nous avions les laboratoires Connaught, mais les conservateurs et les libéraux en ont autorisé la vente. Le Canada est un des pays les plus riches du monde. Nous avons les ressources et le potentiel humain pour être en mesure de produire ce dont nous avons besoin pour faire face à des crises comme celle-ci.
    Que fait le gouvernement libéral pour s’assurer que le Canada aura la capacité de produire les vaccins qui sauveront des vies et dont nous aurons besoin à l’avenir?
    Monsieur le Président, je voudrais remercier ma collègue d’avoir reconnu que la vaccination dans les collectivités autochtones a été une priorité pour le gouvernement. Cela continuera d’être le cas.
    En ce qui concerne sa question sur la production nationale, nous avons adopté une approche à deux volets. Le premier, qui relève de ma compétence, consiste à veiller à ce que le pays reçoive des vaccins de fournisseurs internationaux. Pour ce qui est du deuxième volet, celui de la production nationale, nous avons investi 126 millions de dollars dans les installations montréalaises du Conseil national de recherches pour la production nationale de vaccins. Nous avons signé un protocole d’entente avec Moderna pour la production de vaccins dans cette installation.
    En outre, nous avons signé une entente d’achat anticipé avec Medicago au Québec. Cette société en est à la troisième phase des essais cliniques. Nous continuerons d'investir et d'accroître la production nationale de vaccins, mais il s’agit d’une approche à deux volets. Nous devons nous assurer d’avoir des vaccins ici le plus rapidement possible. C’est pourquoi nous allons voir des millions et des millions de doses arriver au pays, soit 48 à 50 millions de doses avant la fin du mois de juin, et Pfizer livre deux millions de doses ou plus…

  (1100)  

    Nous avons légèrement dépassé le temps alloué, et nous allons maintenant reprendre le débat.

[Français]

    L'honorable secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement a la parole.
    Monsieur le Président, je suis ravi d'avoir la possibilité de participer à ce débat parrainé par la députée de Calgary Nose Hill.

[Traduction]

    Je voudrais prendre un moment pour examiner les effets de cette motion qui demande au gouvernement de veiller à ce que chaque adulte canadien ait accès à un vaccin d’ici la longue fin de semaine de mai.
    La députée de Calgary Nose Hill politise le déploiement du vaccin depuis le premier jour, ce qui n’a fait que susciter l’inquiétude et la peur à un moment où nous devrions travailler ensemble. En novembre dernier, le 25 novembre pour être précis, lorsque le premier ministre a pris la parole dans cette enceinte pour expliquer l’approche de notre gouvernement en vue de l’acquisition d’un arsenal diversifié de vaccins, la députée de Calgary Nose Hill était d’avis que le Canada ne recevrait pas de vaccins avant 2030. La députée avait tort à l’époque, et la motion qui est présentée en son nom aujourd’hui montre qu’elle a tort maintenant. Ce mépris des données probantes et scientifiques qui a guidé et continue de guider l’opposition conservatrice à l’égard de l’une des plus grandes, sinon la plus grande, campagnes d’inoculation de l’histoire du Canada est en effet inquiétant, et a anéanti nos espoirs d’avoir une approche non partisane dans une entreprise de telle envergure.

[Français]

    Je parlerai de la stratégie de diversification des vaccins du gouvernement, mais je veux d'abord m'adresser à nos citoyens canadiens qui ont enduré des douleurs et des souffrances à cause de cet affreux virus.
    Cette période a été très difficile. Cela fait maintenant plus d'un an que les Canadiens connaissent l'isolement, l'incertitude et le déchirement. Je sais qu'ici, à Gatineau, mes concitoyens ont exprimé leur frustration. Ils sont au bout de leur peine et de leurs moyens de ne pas pouvoir rendre visite à leur famille ou à leurs amis, ou même de ne pas pouvoir quitter leur maison après le couvre-feu. Nous avons tous lutté et nous attendons avec impatience la fin de cette pandémie.
    Je tiens à exprimer ma plus profonde gratitude à nos travailleurs et à nos travailleuses de la santé, surtout en Outaouais, où le système est très fragile, mais aussi dans tout le Canada. Ces travailleurs et ces travailleuses sont nos héros sur les lignes de front de ce combat, et ce, depuis le premier jour.
    Nous voyons enfin la lumière au bout du tunnel. Notre stratégie de vaccination s'accélère semaine après semaine, mois après mois, grâce au travail acharné de la ministre et des fonctionnaires des Servics publics et de l'Approvisionnement avec lesquels j'ai l'honneur de travailler.

[Traduction]

    Si de ce côté-ci de la Chambre nous nous efforçons de protéger les Canadiens, à tout bout de champ, les conservateurs et la députée d’en face continuent de répandre de fausses informations. Cette motion n’est pas fondée sur des faits. Elle cherche à discréditer les fonctionnaires qui travaillent fort et l’infrastructure massive de vaccination dans tout le pays. Or, tous les intervenants travaillent ensemble pour s’assurer que les Canadiens reçoivent les vaccins le plus tôt possible.
    La motion affirme qu’il n’y a pas eu assez de vaccins livrés en janvier et février, alors qu’au premier trimestre de cette année, de janvier à mars, nous avons réussi à dépasser de 3,5 millions de doses notre objectif de 6 millions de doses livrées, pour un total de près de 10 millions. Certes, des retards de production ont perturbé notre travail pendant quelques semaines au début du trimestre, mais nous nous sommes extrêmement bien repris et avons en fait dépassé nos objectifs. Si l’on tient compte du fait que ces doses ont été livrées moins d’un an après le début de la pandémie, c’est un miracle de la science moderne.

[Français]

    En fait, notre gouvernement a entamé des négociations avec les producteurs de vaccins au printemps de l'année dernière. Lorsque nous avons appris que les vaccins de Pfizer et de Moderna seraient approuvés au Canada, nous nous sommes assurés de recevoir des doses de leur part dès décembre.
    Voilà la preuve d'un gouvernement qui travaille fort pour les Canadiens et qui agit avec urgence. Dès que nous l'avons pu, nous avons fait en sorte que les vaccins nous parviennent. C'est le soutien que les Canadiens attendent en ce moment. Ils n'ont pas besoin de l'actuelle émotion partisane qui ne cherche qu'à répandre la désinformation.
    Notre stratégie efficace au nom des Canadiens a permis à notre gouvernement d'avoir accès à plus de 400 millions de doses de vaccins potentielles, provenant de sept fabricants différents.

  (1105)  

[Traduction]

    Comme nous le savons, les fabricants ont eu de la difficulté à augmenter leur production afin de répondre à la demande sans précédent dans le monde entier pour leurs vaccins sûrs et efficaces. Dans cette réalité, il n’est pas surprenant que les chaînes d’approvisionnement en vaccins aient été volatiles et instables. Cependant, c’est précisément la raison pour laquelle nous avons poursuivi une stratégie diversifiée, et nous en récoltons aujourd’hui le fruit.
    À ce jour, plus de 15 millions de doses des vaccins approuvés ont été livrées aux provinces et territoires, et plus de 12 millions ont été administrées. C’est un progrès considérable. Nous nous situons maintenant parmi les trois pays du G20 qui ont administré le plus de vaccins et, en général, nous sommes également dans le peloton de tête mondial en nombre de vaccinations par jour. Cependant, nous ne nous arrêterons pas là.

[Français]

    Je sais que la ministre et les fonctionnaires n'ont pas cessé de travailler avec les fournisseurs, non seulement pour s'assurer qu'ils respectent leurs obligations contractuelles, mais aussi pour trouver des moyens d'accélérer les livraisons au Canada.
     Ces efforts ont porté leurs fruits. D'ici au mois de juin, le Canada aura reçu 18 millions de doses du vaccin Pfizer plutôt que les 8 millions initialement prévues. Pfizer expédiera 2 millions de doses par semaine d'ici la fin mai, et 2,5 millions de doses par semaine en juin. Par ailleurs, les doses du vaccin Moderna continuent d'affluer dans le pays et nous travaillons en permanence avec eux pour affiner le calendrier des livraisons. Hier, nous avons reçu — bonne nouvelle — plus de 300 000 doses du vaccin Johnson & Johnson.

[Traduction]

    Au total, nous avons accéléré la livraison de 22 millions de doses pour qu’elles soient livrées plus tôt qu’il n’était prévu dans les calendriers trimestriels. Autrement dit, d’ici la fin juin, le Canada recevra entre 48 et 50 millions de doses de vaccin, alors que l’objectif précédent était de 29 millions de doses. C’est de toute évidence un progrès considérable. Cela signifie aussi que le gouvernement disposera de suffisamment de doses d’ici la fin septembre que toute personne admissible au Canada puisse être entièrement vaccinée.
    Sachant cela, je me demande ce que les conservateurs espèrent accomplir avec cette motion. Nous accélérons déjà la livraison des doses dès que nous le pouvons, et nos négociations avec les fournisseurs sont uniquement centrées sur les vaccins à recevoir cette année pour protéger les Canadiens. Nous pensons également à la suite. C’est pourquoi le gouvernement a récemment conclu une entente avec Pfizer pour obtenir 65 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 de différentes formulations en 2022 et 2023, avec la possibilité d'obtenir un maximum de 120 millions doses de plus en 2024 si toutes les options sont exercées.

[Français]

    L'accord avec Pfizer nous donnera la souplesse nécessaire pour nous procurer des doses de rappel, des nouvelles formulations du vaccin pour protéger contre les variants préoccupants et des vaccins conçus pour les populations plus jeunes. Le travail du gouvernement continue d'être guidé par la science et les conseils des experts.
    Pour en revenir au débat d'aujourd'hui, je suis tout simplement déçu par cette motion. L'établissement d'un calendrier arbitraire pour la vaccination des Canadiens sans aucune justification est, au mieux, imprudent. J'invite plutôt les députés à travailler ensemble pour que nous puissions nous sortir de cette pandémie le plus rapidement possible.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis en ligne depuis une région rurale du Manitoba et il n’y a personne d’autre que moi à des miles à la ronde. Nous sommes confinés en ce moment au Manitoba. Nous pouvons recevoir une personne à la maison et personne dans nos cours. Les députés peuvent donc imaginer que nous ressentons vraiment les effets du confinement.
    J’ai beaucoup de questions sur les contrats signés avec les sociétés pharmaceutiques, notamment pour les tests de dépistage rapide. Je me demande pourquoi le gouvernement ne communique pas ces détails aux Canadiens et à l’opposition, comme cela se fait aux États-Unis et au Royaume-Uni, deux pays qui sont nos partenaires commerciaux.
    Monsieur le Président, j’ai une pensée pour les citoyens de la circonscription du député et de tout le Manitoba qui font face, comme nous tous, aux conséquences de la pandémie.
    Pas un pays dans le monde n’a donné tous les détails de ses contrats de vaccination, et ce, parce que tous se livrent concurrence pour vacciner au plus vite leurs citoyens.
    La stratégie d’approvisionnement du Canada donne de très bons résultats justement parce que nous entretenons de bonnes relations avec les sociétés pharmaceutiques et les fournisseurs de vaccins et parce que nous respectons à la lettre les clauses des contrats passés avec eux. Nous continuerons de le faire et c’est essentiel si nous voulons obtenir des vaccins rapidement, efficacement et en toute sécurité pour tous les Canadiens, y compris ceux qui vivent dans la circonscription de Dauphin—Swan River—Neepawa.

  (1110)  

    Monsieur le Président, les deux derniers intervenants libéraux nous ont donné des chiffres différents au sujet des doses qui nous ont été livrées. J’ai entendu 14 millions, ensuite 14,7 millions et maintenant plus de 15 millions. Qu’en est-il exactement?
    La motion demande que tous les Canadiens aient accès à un vaccin d’ici la longue fin de semaine de mai. Si le gouvernement estime que ce n’est pas raisonnable, combien de Canadiens pense-t-il pouvoir vacciner d’ici cette longue fin de semaine?
    Monsieur le Président, mon collègue doit comprendre qu’étant donné que nous sommes inondés de vaccins, les chiffres cités dans les discours peuvent varier d’un jour à l’autre.
    Nous avons reçu près de 15 millions de doses, qui ont été distribuées aux provinces et aux territoires, et ce chiffre devrait approcher les 50 millions de doses d’ici la fin juin. Je sais que le député est aussi capable que moi de faire le calcul, mais ça couvre toute la population du Canada, tous les hommes, toutes les femmes et tous les enfants. Avec cela, nous pourrons évidemment administrer une bonne partie des deuxièmes injections. Le député saura faire le calcul. Au rythme de 2 millions de doses Pfizer en mai et de 2,5 millions de doses par semaine en juin, le nombre de Canadiens vaccinés va augmenter très très rapidement.
    Nous sommes fiers des progrès de la campagne de vaccination des Canadiens.
    Monsieur le Président, par un heureux hasard, c’est aujourd’hui que je vais avoir ma première injection. J’ai 66 ans. J’attendais mon tour, et je suis très prudente.
    Je regrette que ce débat soit aussi partisan. Je suppose que si c’était l’inverse, si la Constitution donnait aux provinces la responsabilité de commander les vaccins, et au fédéral celle de s’occuper de tout le reste, les conservateurs seraient les premiers à dénoncer le déploiement de la campagne de vaccination et à louer les exploits des provinces pour commander les vaccins.
    À mon avis, nous ne nous y prenons pas de la bonne façon. Il y a un risque. Premièrement, j’aurais préféré que la campagne de vaccination se fasse plus rapidement, et je suis en accord avec une grande partie des propos de la députée de Calgary Nose Hill. Pour autant, nous faisons face à un risque très réel avec les variants, comme le confirment les Centres for Disease Control and Prevention américains, le Royaume-Uni et Israël. Ils disent tous que les gens doivent continuer de pratiquer les gestes barrières, même après la première injection, car il y a un risque que des variants résistent aux vaccins. Plus nous laissons des variants contaminer notre population, plus nous aurons de personnes contaminées.
    Sur un plan holistique, ma collègue est-elle d’accord avec moi pour dire que nous devons faire davantage pour nous protéger contre les variants, car ils se transmettent par des aérosols et non des gouttelettes?
    Monsieur le Président, je suis ravi d’apprendre que la députée va recevoir son premier vaccin. Je suis sûr qu’elle en éprouvera, comme des millions de Canadiens, un grand soulagement. Je lui souhaite bonne chance, et j’espère qu’elle continuera à bien se protéger.
    Bien évidemment, nous examinons attentivement toutes les données scientifiques qui concernent les mutations possibles du virus, afin que les Canadiens soient en mesure de se protéger. Nous leur demandons de continuer de pratiquer tous les gestes barrières concernant le port du masque, la distanciation physique et le lavage des mains, jusqu’à ce que nous ayons atteint l’immunité collective, ce que nous attendons tous avec impatience.
    De notre côté, nous allons continuer d’accélérer les livraisons afin que les Canadiens puissent recevoir les deux doses qui sont nécessaires dans la plupart des cas, sauf avec le vaccin Johnson & Johnson qui ne nécessite qu’une dose. Une fois que les Canadiens auront reçu leurs deux doses, nous pourrons tous être soulagés, car la pandémie sera alors derrière nous.

  (1115)  

[Français]

     Monsieur le Président, je vous avise que je partagerai mon temps de parole avec la députée de Beauport—Limoilou.
    Je ne peux pas réagir à la motion des conservateurs sur la vaccination sans offrir mes condoléances aux membres de la famille de Mme Francine Boyer, victime des effets adverses liés à la vaccination. Je veux souligner leur incroyable résilience et leur sens du devoir. Malgré leur chagrin, ils continuent d'assumer pleinement l'évaluation des risques et des avantages qu'ils faisaient dans leur prise de décision de se faire vacciner et ils encouragent les gens à continuer à se faire vacciner. Je leur présente mes hommages.
    J'ai beaucoup de difficulté avec la motion des conservateurs. Entre 2015 et 2019, lors des journées de l'opposition, il m'est arrivé plusieurs fois de me dire que les conservateurs semblaient aimer faire des journées de l'opposition où ils sont les seuls à pouvoir voter pour leur motion, à la fin de la journée. Aujourd'hui, on se trouve devant la même situation, mais la situation est grave.
    Il est vrai que le Canada et le Québec ont un faible taux de vaccination pour les deux doses, mais cela se justifie par le fait que le Québec et ensuite le Canada ont choisi de retarder l'administration des deux doses. Cela a été décidé pour réduire les risques d'hospitalisation, car il a été démontré qu'une seule dose pouvait offrir une protection contre les complications sévères du virus. Depuis le début, l'enjeu réside dans la capacité de soigner de façon optimale les patients atteints de la COVID-19 qui développeraient des complications sévères, et la crainte que nos réseaux et nos hôpitaux ne puissent pas donner les soins pour les sauver de la mort et des séquelles sévères.
    À ce titre, je n'ai pas entendu le fabricant dénoncer le Québec, qui a été le premier à moduler l'écart entre les deux doses. À ce moment-là, le Québec avait le taux d'infection le plus élevé et a donc mis en place cette pratique parce qu'il fallait s'ajuster à la réalité du terrain. La pratique du Québec a été par la suite évaluée par le Comité consultatif national de l'immunisation. Dans les circonstances, il a été déterminé que c'était la chose à faire. Le fait de repousser la deuxième dose était donc une stratégie nécessaire et justifiée dans le cadre où les vaccins n'arrivaient pas en quantité suffisante. Il est clair qu'aucun pays ne disposant pas de la capacité de production sur son territoire n'a été capable de se retrouver dans une situation différente de la nôtre.
    Je me rappelle très bien que, le 3 mars dernier, Santé Canada avait émis un avis stipulant qu'elle approuvait le report de l'administration de la deuxième dose. Dans cet avis scientifique — je pense qu'il faut se coller à la science — Santé Canada reconnaissait l'absence de données au-delà de deux mois, mais que la protection offerte avec une dose combinée à la pénurie et à un risque de flambée des cas justifiait d'étendre l'écart entre les doses. Elle avançait également que, même dans les scénarios où la protection serait affaiblie dans le temps, le report de la deuxième dose serait justifié pour freiner la pandémie, selon différentes modélisations.
    La réalité du terrain a donc donné raison à l'Institut national de santé publique du Québec, qui a conseillé le gouvernement du Québec dans sa stratégie de vaccination, non sans rappeler que d'autres pays ont emboîté le pas avec cette stratégie de vaccination.
    Je rappelle gentiment aux conservateurs, qui se disent de fervents défenseurs de la décentralisation, que la responsabilité du fédéral est de fournir les vaccins. C'est au Québec et aux provinces de développer leur stratégie de vaccination en fonction de leur réalité du terrain.

  (1120)  

    Ma grand-mère disait « trop, c'est comme pas assez ». La pandémie commande que nous soyons rigoureux et que le discours des élus, puisque nous sommes au centre des décisions et du questionnement de ces décisions, soit crédible. Pourquoi? C'est parce que l'enjeu de la sortie de crise réside bien sûr dans les opérations de vaccination, mais aussi dans l'adhésion de nos populations aux solutions proposées par la santé publique, par les scientifiques et, notamment, par le maintien et le respect des mesures sanitaires.
    Je rappelle que le Québec a mis en place un couvre-feu. Aujourd'hui, cela s'avère très efficace pour affronter les effets de la troisième vague et des variants potentiels.
    Ce matin, les conservateurs déposent une motion qui, à mon avis, joue avec le feu. Il ne faut pas profiter de l'épuisement des gens et de la charge mentale en lien avec l'ensemble des mesures. C'est difficile pour tout le monde. Pour ce qui est de la santé mentale, il y a beaucoup d'épreuves à traverser. C'est pour cela que je parle d'épuisement dans toutes les facettes de l'expression. Il ne faut pas faire cela et réduire nos interventions à de la politique partisane.
    En temps de pandémie, le sens du devoir commande de ne pas laisser de côté notre sens critique. Bien entendu, il faut absolument remettre en question les décisions et l'on peut demander des redditions de compte dans une perspective transpartisane lorsqu'il le faut. Or la motion dont nous discuterons toute la journée exige que la Chambre demande au gouvernement de veiller à ce que chaque Canadien ait accès à un vaccin d'ici la longue fin de semaine de mai.
    Offrir la vaccination à tout le monde, c'est irréaliste sur tous les plans. Ni le fédéral ni les provinces ni Québec ni aucun pays ou État du G7 ne seraient en mesure de vacciner 97,3 % de sa population en moins d'un mois. La motion est donc malheureusement irréaliste, tant sur le plan de la livraison que de l'inoculation. Il faut faire cette distinction.
    Dans un contexte de pénurie mondiale de vaccins, il est impossible que le Canada puisse obtenir ce nombre de doses. Pour l'ensemble des provinces et du Québec, cela représenterait plus de trois millions de doses à administrer tous les jours, 24 heures par jour, et ce, dès demain. Nous allons donc discuter d'un scénario complètement irréaliste. De plus, on ne sait pas comment ce qui se passe en Inde, qui est la pharmacie du monde, va influencer la vaccination dans le monde et au Canada.
    Je suis donc obligé, ce matin, de dénoncer l'attitude contre-productive des conservateurs, qui risquent de faire dérailler l'adhésion des gens aux mesures de distanciation sociale en mettant en place de faux débats. Je rappelle qu'il y a aussi une question de cohérence. Les conservateurs avaient déposé une motion réclamant un plan de déconfinement pas plus tard que le 23 mars dernier, à la veille de la troisième vague. Or on peut voir ce qui est en train de se passer en Ontario, entre autres.
    Les conservateurs me semblent, ce matin, déconnectés de la réalité sur le terrain. Ils s'appuient sur je ne sais quoi pour déterminer les mesures de santé publique à prendre. On peut dire à tout le moins qu'ils ne s'appuient pas sur la science. La motion que présentent les conservateurs est évidemment partisane et irréaliste, cela a été dit plusieurs fois.
    C'est vrai que plusieurs citoyens sont soumis à des restrictions et à des mesures de confinement, car nous sommes en pleine troisième vague et les variants continuent de s'accumuler. S'il y a un reproche à faire, c'est sur le plan de la gestion des frontières et du raffermissement des mesures relatives à la détection des cas. Ce matin, il y avait un article fort éloquent à ce sujet.
    Sans trop exagérer, on peut dire que l'on se retrouve encore dans une situation de passoire. Le gouvernement va nous sortir sa cassette et nous dire qu'il a mis en place des mesures qui sont parmi les plus restrictives de la planète. Il n'en demeure pas moins qu'on ne fait pas le travail sur le plan des frontières et que les variants continuent d'entrer au Canada.

  (1125)  

    Pour ce qui est de la vaccination, l'échec libéral doit être partagé avec les conservateurs. En effet, l'incapacité de produire un vaccin au Canada ne date pas du début de la première vague. La capacité de production de vaccins qui existait au pays a été progressivement démantelée à cause d'un manque d'appuis. Aujourd'hui, le Canada n'est plus indépendant à ce chapitre.
    Évidemment, au Québec...
    À l'ordre. Le temps attribué pour ce discours est expiré.
    Le député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles a la parole.
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours.
    Il y a des jours où le Bloc québécois décide d'être de notre côté, d'autres où il appuie les libéraux. Aujourd'hui, le Bloc québécois a décidé que les libéraux avaient raison dans leur façon de faire.
    J'aimerais demander à mon collègue s'il admet que, si les libéraux n'avaient pas négocié en premier lieu avec la Chine et sa société CanSinoBIO, il n'y aurait pas eu ce retard de trois mois et le 17 mai aurait vu tous les Canadiens vaccinés d'au moins une dose. Est-il d'accord avec moi?
    Monsieur le Président, on voit à la prémisse de la question du député que cette vision est effectivement partisane.
    Malheureusement, n'ayant pas pu terminer mon discours, je n'ai pas pu mettre le doigt sur les déficiences de l'approche du gouvernement. Il est clair que la responsabilité de notre incapacité à produire un vaccin et de notre dépendance aux autres pays à ce chapitre doit être partagée par le Parti libéral et les conservateurs, ces derniers n'ayant pas agi de sorte à préserver l'infrastructure qu'il fallait.
    L'épisode mentionné par le député a probablement entraîné une perte de temps, effectivement. Cependant, il ne justifie pas tout et on ne peut pas réduire l'ensemble du processus de vaccination à cet épisode. Toutefois, je suis d'accord avec le député que cet épisode contribue à notre dépendance en matière de production de vaccins.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis d’accord avec mon collègue pour dire que tout ça est à cause des conservateurs, qui nous ont privés des moyens de produire nos propres vaccins. Voilà où on en est maintenant.
    Dans ma circonscription de Winnipeg-Centre, nous avons un certain nombre de sans-abri. Comme on le constate en Ontario, si on ne s’occupe pas de toutes les couches de la population, on est tous exposés.
    Ce qui m’inquiète particulièrement, c’est qu’on ne se préoccupe pas assez des individus qui courent le plus de risque d’attraper le virus, car ils n’ont ni logement ni la capacité de se laver les mains fréquemment, qui sont pourtant des droits de la personne. J’estime que le gouvernement fédéral n’a pas su assurer le respect de ces droits de la personne, ce qui nous expose tous à des risques supplémentaires.
    J’aimerais savoir ce qu’en pense le député.

[Français]

    Monsieur le Président, je pense que les réalités sont différentes d'un territoire et d'une province à l'autre. Très sincèrement, je ne sais pas exactement à quoi fait référence la députée.
    Les stratégies de vaccinations, notamment au Québec, ont accordé la priorité aux personnes vulnérables et aux groupes connaissant un taux de mortalité plus élevé. Je me rappelle que ces stratégies ont mené à des critères et que cette catégorisation n'a pas été remise en cause au Québec, où l'on a commencé par vacciner les personnes les plus vulnérables en fonction de leur âge.
     Je sais qu'on ne peut pas trop approfondir cette question dans nos échanges, mais peut-être qu'un collègue le fera. Pour l'instant, ma réponse est que, au Québec, la stratégie de vaccination des personnes vulnérables en fonction de leur âge a fait l'unanimité.

  (1130)  

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Montcalm de son exposé.
    J'aimerais qu'il nous en dise davantage au sujet des conséquences de l'absence des transferts en santé sur notre facilité à distribuer les vaccins et sur la mise en place d'une stratégie plus importante.
    Monsieur le Président, ma collègue me donne l'occasion de souligner les efforts des travailleurs de la santé et de remercier ces gens qui sont en première ligne et qui s'occupent de nous d'une merveilleuse façon. Si le Québec est actuellement assez bien positionné et qu'il occupe la huitième place au monde quant à sa capacité d'inoculation de vaccins, c'est grâce à leur travail.
    Le lien que je fais avec les transferts en santé, c'est que ce serait bien intéressant que les travailleurs de la santé puissent continuer d'exercer leur profession et ne pas la quitter. En effet, on assiste à une certaine désertion au sein de certains secteurs de première ligne.
    En ce sens, une hausse des transferts en santé dès maintenant pourrait améliorer la situation. Elle permettrait également au gouvernement du Québec de prévoir et d'annoncer tout de suite des mesures qui, à court, à moyen et à long terme, pourraient améliorer les conditions de travail des professionnels de première ligne. Tout en améliorant la santé des travailleurs et celle des patients, une telle hausse nous aiderait à traverser cette pandémie qui n'est pas encore terminée, soit dit en passant.
    Monsieur le Président, « sacribouille » que j'en ai assez de la pandémie! J’en ai ras le pompon et j'en ai mon truck! J’ai grandi à Fermont, où les camions pèsent 400 tonnes. Cela montre à quel point j'en ai assez.
    En février dernier, comme chacun d'entre nous, j’ai posé des questions au gouvernement, tant au premier ministre qu'à la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement. Dans ces questions, je leur témoignais mon espoir pour qu’ils réussissent à atteindre leurs objectifs quant à la réception des vaccins, mais je leur disais aussi que j’avais des craintes, étant donné que le Canada dépend hautement des pays étrangers.
    Cela n’avait rien à voir avec les capacités de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement à négocier. C’est une femme qui a fait honneur à sa réputation d'être une femme organisée et déterminée et un bourreau de travail. Les résultats actuels quant à la réception des vaccins tendent à appuyer cette réputation, malgré les retards connus.
     Aujourd’hui, nous débattons une motion déposée par une femme tout aussi organisée, déterminée et un bourreau de travail. C'est pour cela que la motion me surprend.
    Je vais expliquer ma surprise en commentant chacun des aspects de la motion. Gardons à l’esprit que la motion demande que le gouvernement veille à ce que chaque Canadien ait accès à un vaccin d’ici la longue fin de semaine de mai, soit la fin de semaine de la Journée nationale des patriotes, au Québec, et de la Fête de la Reine, au Canada.
    Le premier paragraphe de la motion établit que 2,7 % de la population canadienne est totalement vaccinée. Par contre, le pourcentage des personnes ayant reçu une première dose est de 33,7 % au Québec, ce qui le place au 8e rang mondial, et de 29,9 % pour le Canada, le plaçant au 13e rang mondial.
    En demandant que le gouvernement veille à ce que tous les Canadiens aient accès à un vaccin, le Parti conservateur désire-t-il que tous les Canadiens aient accès aux deux doses, étant donné que le pourcentage de référence est celui des Canadiens complètement vaccinés? Si tel est le cas, cela signifierait que le Parti conservateur demande à ce que près de 74 millions de doses arrivent et soient administrées d’ici le 20 mai. Cela signifie qu'il faudrait recevoir et administrer plus de 3,5 millions de doses par jour.
    Au Québec seulement, cela représenterait près de 775 000 doses par jour à recevoir et à donner. Le Canada n’étant pas producteur de vaccins, je ne vois pas comment il est humainement possible de le faire. Il faut demeurer réaliste.
    En faisant mon calcul, je me suis dit que j’avais dû me tromper. La motion demande peut-être une dose par personne d’ici le 20 mai. Cela implique l’arrivée et l’administration de 26 millions de doses d’ici le 20 mai, soit 1,2 million de doses reçues et administrées par jour au Canada. Cela veut dire plus de 271 000 doses reçues et administrées par jour au Québec seulement. C'est encore beaucoup.
    J’ai relu la motion, et je me suis dit que ce n’était pas 100 % de la population qui voulait être vaccinée. Peut-être que le Parti conservateur veut atteindre l'immunité collective, c'est-à-dire à peu près 80 % de la population vaccinée pour y arriver? Je recommence à compter: l'immunité collective à 80 %, cela veut dire 20,8 millions de doses reçues d’ici le 20 mai, avec une dose par personne, c'est-à-dire, plus de 990 000 doses reçues et administrées par jour, et plus de 217 000 doses reçues et administrées par jour au Québec seulement.
    Une fois mes calculs faits, je me suis dit que ce n'est peut-être pas 80 % de la population qui va vouloir être vaccinée. On ne peut pas obliger les gens à se faire vacciner. Seulement ceux qui le veulent vont se faire vacciner. Comment calcule-t-on le désir d'être vacciné? Combien calcule-t-on le nombre de personnes nécessaires? C'est impossible de calculer le nombre de doses dont on a besoin.
    En somme, combien de vaccins le Parti conservateur oblige-t-il le gouvernement à recevoir, et au Québec et aux provinces canadiennes à administrer quotidiennement?
    En ce qui a trait au deuxième point de la motion, en effet, le gouvernement canadien n’a pas assuré un approvisionnement suffisant et constant en janvier et en février. Nous nous sommes tous levés à cet effet.

  (1135)  

    Cela dit, je pointerais le fait que le Canada, par les politiques et les décisions passées prises tant par le Parti libéral que par le Parti conservateur, a fait en sorte que les compagnies pharmaceutiques ont déménagé leurs pénates ailleurs, nous rendant fortement dépendants non seulement de ce qui survient dans ces pays, mais également des relations entre ces pays et le nôtre au cours du voyage. Nous sommes dépendants. C’est à cela que nous devons travailler et trouver des solutions, tant dans la loi que sur le terrain.
    Par exemple, actuellement, les doses d’AstraZeneca de l’Inde sont conservées en Inde. En effet, celle-ci compte 200 000 morts par jour. L'Inde veut protéger sa propre population. La motion demande-t-elle, entre les lignes, que le Canada exige aux pays fournisseurs de lui envoyer leurs vaccins malgré leur situation interne, mettant à risque la vie de leur propre population et de leur économie pour sauver la nôtre?
    Connaissant la générosité et le cœur de ma collègue de Calgary Nose Hill, je sais que ce n'est pas le cas. Néanmoins, cela revient à la même chose: nous dépendons de ce qui peut arriver ailleurs. C'est à cela qu'on doit travailler. Nous avons les spécialistes, les connaissances et les travailleurs pour ne pas être dépendants. C'est là-dessus que nous devons nous concentrer et nous assurer que jamais plus nous ne serons dépendants comme cela.
    Le troisième point de la motion établit que le gouvernement a prolongé à quatre mois le délai recommandé avant la deuxième dose de vaccin, ce qui allait à l’encontre des recommandations des fabricants des vaccins.
    Je me souviens que, en janvier, le gouvernement libéral déclarait en point de presse que le Québec était irresponsable de vacciner une première fois un maximum de personnes et de faire la deuxième phase de la vaccination de trois à quatre mois plus tard.
    Il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée. Or cette stratégie qui a été adoptée par le Québec est maintenant adoptée par le Canada. Elle a aussi été adoptée avec succès par le Royaume-Uni, les autorités de la France et de la Belgique ont annoncé des mesures allant dans le même sens et d'autres pays de l'Union européenne songent à suivre cet exemple. Le but est de faire en sorte qu'un maximum de la population ait une immunité. La première dose a quand même une efficacité immunitaire de 75 %. Cela ralentit la propagation.
    Les restrictions que nous vivons ne sont agréables pour personne. Je l'ai dit au début de mon discours, j'ai hâte au retour d'une normalité. Une grand-mère m'a écrit pour me dire qu'elle n'avait pas serré ses petits-enfants dans ses bras depuis un an. Elle était en colère, et je la comprends. Une amie a fermé son salon de coiffure pour réorienter sa carrière. Elle y réfléchissait, mais les fermetures de services non essentiels à répétition ont précipité sa décision. Ma propre mère n'a pas vu ses petits-enfants depuis plusieurs mois. Cela dit, que serait-il arrivé si aucune mesure n'avait été appliquée? On a vu, ailleurs dans le monde, ce qui se produisait quand les mesures n'étaient pas appliquées. Tournons-nous plutôt vers le refus de bouger rapidement en ce qui concerne notamment la fermeture des frontières.
    J'aimerais revenir sur le premier point, à savoir le nombre de vaccins nécessaires. La demande d'aujourd'hui ne tient aucunement compte des capacités d'administration du Québec et des provinces canadiennes. Cela représente un nombre inconnu de vaccins, qui pourrait aller jusqu'à 775 000 doses par jour au Québec seulement. Le Québec et les provinces canadiennes ont-ils les infrastructures et le personnel nécessaires pour le faire? Le personnel du domaine de la santé est à bout de souffle et on leur demanderait de travailler 24 heures sur 24 et de trouver du nouveau personnel.
    L'imprécision de la motion sur le nombre de doses exigées ainsi que le fait qu'elle ne tient pas compte des capacités d'administration du vaccin, tant au Québec que dans les provinces canadiennes, font en sorte que je ne peux pas appuyer la motion, malgré tout le respect que j'ai pour ma collègue de Calgary Nose Hill. Tournons notre attention vers des moyens de s'assurer que le Canada ne sera jamais plus dépendant des autres pour se sortir des catastrophes et des crises.
    Bien sûr, il y a eu des erreurs. Encore maintenant, il y a aussi des choses à améliorer, mais tournons-nous vers l'avenir. Faisons en sorte que les erreurs ne se répètent pas afin de pouvoir avancer, redémarrer notre économie, serrer les gens que nous aimons dans nos bras et prendre une bière sur une terrasse entre amis. C'est la vaccination qui permettra cela.
    Exiger un nombre exagéré de vaccins, vu les capacités du Québec et des provinces canadiennes à administrer les doses, ne sera d'aucune aide. Ce débat n'est d'aucune aide. Vaccinons rapidement les gens une première fois. Soyons précis, soyons justes et soyons équitables.

  (1140)  

    Monsieur le Président, je remercie de son discours ma collègue, avec laquelle je siège au Comité permanent des opérations gouvernementales.
    Depuis le début, en comité, nous avons posé beaucoup de questions au sujet des contrats et de tout ce qui concerne l'approvisionnement. Nous avons rencontré la ministre à quelques reprises.
    Ma collègue est-elle d'accord pour dire que, si le gouvernement canadien n'avait pas perdu son temps avec la Chine au mois de mai 2020 et qu'il avait négocié à l'avance, tous les Canadiens auraient reçu un vaccin avant le 15 mai, et que la capacité des provinces aurait été suffisante pour administrer les vaccins selon un rythme normal?
    Monsieur le Président, nous pourrions parler de toutes les stratégies, la première ayant été de mettre tous les œufs dans le même panier, de fournir des chercheurs et des connaissances, et d'avoir un genre de lien de partenariat.
    Le partenaire s'est avéré non fiable et il nous a abandonnés. Le Canada s'est alors tourné vers une stratégie consistant à avoir le plus de partenaires possible, et ce, afin de s'assurer qu'on ne manque pas de vaccins dans l'éventualité où surviendrait un imprévu.

[Traduction]

    Monsieur le Président, c’est franchement réconfortant de voir une députée prendre la parole pour analyser le contenu d’une motion. Je suppose qu’elle a fait ses calculs. J’en conclus donc que la motion est avant tout partisane. L’opposition a la possibilité de présenter des motions tous les jours. Elle aurait pu en présenter une sur la façon de lutter contre la résistance de certains Canadiens à la vaccination, et sur la stratégie à adopter.
    Dans quel but la députée s’imagine-t-elle que les conservateurs ont présenté cette motion, qui n’a aucune conséquence pratique, alors qu’ils auraient pu proposer d’élaborer une stratégie sur la distribution des vaccins?

  (1145)  

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
    Faire de la politique autrement, c'est être capable de mettre de côté la partisanerie pour se concentrer sur les besoins de la population, peu importe si cette population a voté ou non pour nous.
    Pourquoi cette motion a-t-elle été présentée aujourd'hui?
    Les conservateurs seraient en mesure d'y répondre. Veulent-ils faire des clips pour que tous les partis calent, sauf le leur?
    Je ne le sais pas. Toutefois, connaissant la députée de Calgary Nose Hill, j'ose espérer qu'il y avait, dans cette motion, tout un fond de cœur et de générosité, et non pas de la partisanerie.

[Traduction]

    Monsieur le Président, j'espère que, bientôt, ma collègue et moi pourrons nous asseoir ensemble à une terrasse pour parler de ces enjeux en personne.
    Je veux revenir sur ce que la députée a dit au sujet de la production de vaccins et de la possibilité pour le Canada d'assurer une production au pays. La députée et ses collègues ont mentionné que ce n'était pas uniquement la faute des libéraux. Cela s'est passé sous les conservateurs et les libéraux. Le Canada n'a plus aucune capacité de production. Nous savons qu'il y aura probablement d'autres pandémies.
    D'après elle, que devrions-nous faire pour bâtir la capacité de production au pays afin de ne pas nous retrouver dans la même situation lorsque la prochaine pandémie frappera?

[Français]

    Monsieur le Président, la production de vaccins n'est pas la seule faille que nous présentons du côté pharmaceutique.
    Je ne suis pas une grande admiratrice des pharmaceutiques, mais je reconnais qu'il y a souvent 10, 15 ou 20 ans de recherche dans tous les domaines derrière la mise en marché d'un vaccin ou d'un médicament.
    Nous devons mettre en place un système de recherche et de développement qui soit horizontal et non pas vertical, en silo. Une compagnie qui fait tout, c'est impossible. Ce n'est pas rentable.
    Nous devons aussi regarder du côté des réformes. Sont-elles vraiment à notre avantage ou allons-nous encore nous retrouver dépendants?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Timmins—Baie James.
    Je vais interrompre un instant le député. Il semble qu'il allait expliquer ce qui se passe avec son casque. Je remarque qu'il ne s'agit pas d'un casque approuvé par la Chambre. Le député a-t-il quelque chose à ajouter à ce sujet?
    Effectivement, monsieur le Président. Vous m'avez venu venir. Malheureusement, ma Surface Pro me cause des ennuis et je n'arrive pas à me connecter. La seule façon que j'ai de me connecter est au moyen de mon téléphone et c'est le seul microphone que j'aie.
    Je remercie le député. Il semble que, pour l'instant, la qualité sonore soit adéquate pour l'interprétation, puisque c'est notre principale préoccupation à ce sujet. Le son est acceptable, alors le député de Vancouver Kingsway peut continuer. Je le remercie des efforts qu'il fait pour régler ce genre de problèmes techniques.
    Le député de Vancouver Kingsway a la parole.
    Monsieur le Président, je compte partager le temps qui m’est imparti avec le député de Timmins-Baie James.
    L’ancien chef du NPD, Jack Layton, a laissé une marque indélébile à la Chambre et dans tout le pays. Il disait, pour reprendre l’une de ses célèbres phrases, qui me tient à coeur, que le rôle de l’opposition n’est pas seulement de s’opposer, mais de proposer.
    Dès le début, le caucus néo-démocrate, sous la houlette de notre chef, a décidé d’appliquer ce principe, et depuis, nous nous sommes employés, inlassablement, non seulement à demander des comptes au gouvernement, mais aussi à proposer des politiques constructives pour aider les Canadiens durant cette période difficile.
    Il est vrai que les Canadiens n’ont pas été confrontés à des défis économiques et sanitaires aussi importants depuis plusieurs décennies. Les besoins des Canadiens sont le souci prioritaire du caucus néo-démocrate, dont l’objectif est de s’assurer qu’ils reçoivent l'aide nécessaire, sur le plan financier et de la santé, pour traverser une pandémie planétaire qui ne survient qu'une fois par siècle.
    Je me permets d'énumérer ce que nous avons accompli à cet égard.
    Nous avons réussi à faire apporter 15 améliorations aux mesures de soutien économiques offertes aux Canadiens pendant la crise, notamment la PCU de 2 000 $ et sa prolongation, au besoin; l’augmentation de la subvention salariale, qui est passée de 10 à 75 %; et la proposition concernant les congés de maladie payés, pour laquelle nous avons mené l'offensive. Ce sont les néo-démocrates qui ont mis cette question à l’ordre du jour national. Nous avons proposé des normes nationales pour les établissements de soins de longue durée afin de corriger ce que tous les Canadiens considèrent comme une négligence crasse à l'égard des personnes âgées qui ont contribué à bâtir notre pays.
    Nous avons été le premier parti à souligner l’efficacité des masques. Nous avons été le premier parti à soulever la question de la transmission communautaire et asymptomatique au comité de la santé. Nous avons été le premier parti à avancer une solution concrète à l’incapacité honteuse du Canada à fabriquer des vaccins sur son territoire, en proposant la création d’une société d’État pour la fabrication des médicaments, sur le fameux modèle des Laboratoires Connaught. Nous avons réclamé des contrôles plus stricts de nos frontières. Aujourd’hui, nous préconisons une stratégie zéro COVID.
    Parallèlement, notre rôle consiste à demander des comptes au gouvernement. C’est là une fonction importante d’un parti d’opposition, dans notre système démocratique, et franchement, il y a beaucoup de choses à critiquer. Les gouvernements ont négligé pendant des années de se préparer aux situations d’urgence. Le meilleur exemple en est la décision malavisée, prise en 2018, d’affaiblir le Réseau mondial d’information sur la santé publique, qui était le centre névralgique du Canada, une source de surveillance pour tenir les Canadiens informés très rapidement de toutes les éclosions de maladies à l'étranger. Cette source a été grandement affaiblie par le gouvernement libéral.
    Le gouvernement a minimisé le risque de la COVID-19 dès le début, et cela a eu comme grave conséquence de nous faire perdre un temps précieux au début de la pandémie. Il a tardé à fermer les frontières. En fait, l’actuelle ministre de la Santé a dit que cela aurait des effets délétères. C’est ce qu’a dit la ministre de la Santé au printemps 2020.
    Comme je l’ai déjà dit, nous n’avons pas de capacité de production de vaccins sur notre territoire. C’est le résultat de décennies de mauvaises décisions en matière de politique pharmaceutique qu'ont prises les gouvernements libéraux et conservateurs qui se sont succédé. Un pays comme le Canada, membre du G7, n’aurait jamais dû laisser les Canadiens à la merci des sociétés multinationales ou des gouvernements étrangers pour obtenir les vaccins et les médicaments dont ils ont besoin.
     Le gouvernement actuel a carrément raté la chance de faire produire le vaccin d’AstraZeneca au pays, une occasion qu’AstraZeneca avait offerte à tous les pays intéressés et qu’une quinzaine d’entre eux, dont le Mexique et l’Argentine, ont saisie.

  (1150)  

    Le gouvernement fédéral a refusé de faire pleinement usage des pouvoirs dont il dispose et refuse encore aujourd’hui de le faire, préférant, pour des raisons politiques, laisser les provinces se démener, voire se retrouver complètement dépassées par la situation.
     Malgré ses beaux discours, le gouvernement n’a pas réussi à obtenir des vaccins aussi rapidement ou aussi efficacement qu’il aurait pu le faire. Franchement, ce n’est pas une question d’opinion politique: les chiffres parlent d’eux-mêmes. À la veille du mois de mai 2021, seulement 2,8 % des Canadiens sont entièrement vaccinés, et 27,8 % des Canadiens, soit moins du tiers, ont reçu une première dose de vaccin. Cela nous place au 33e rang mondial pour ce qui est du taux de doses administrées par 100 habitants. Je sais que le gouvernement aime bien répéter que nous sommes au troisième rang des pays de l’OCDE pour l’administration des vaccins, mais ce qu’il ne dit pas, c’est que nous sommes au 33e rang mondial. Nous figurons au 74e rang mondial pour ce qui est du pourcentage de la population qui est entièrement vaccinée.
     Il en résulte, évidemment, que les provinces ont été obligées de rationner les doses. Soyons honnêtes: c’est la seule raison pour laquelle nous faisons passer à quatre mois le délai d’administration de la deuxième dose, en dépit des objections des fabricants eux-mêmes, dont les vaccins ont été approuvés cliniquement en fonction d’un délai d’administration de trois semaines.
    La réputation du Canada a été entachée sur la scène internationale. Comme on le sait, le programme COVAX a pour principal objectif de permettre aux pays pauvres et en voie de développement d'avoir accès aux vaccins. Or, le gouvernement a commandé 1,8 million de doses du vaccin d'AstraZeneca, doses qu'il n'a pas encore reçues. C'est très déconcertant parce que le premier ministre a dit à maintes reprises à la population que le Canada dispose déjà d'une quantité suffisante des vaccins de Pfizer et de Moderna pour vacciner tous les Canadiens.
    Je signale que cette attitude n'est pas passée inaperçue. Voici ce que le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a déclaré:
    Je vais être franc: le monde est au bord d'un échec moral catastrophique — et le prix de cet échec se comptera en vies et en moyens de subsistance sacrifiés dans les pays les plus pauvres du monde. Non seulement cette attitude du « moi d'abord » laisse les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables du monde exposées au risque, mais elle est aussi contre-productive. Au bout du compte, ces agissements ne feront que prolonger la pandémie, les restrictions nécessaires pour la contenir, ainsi que les souffrances humaines et les difficultés économiques.
    De son côté, le secrétaire général de l'OCDE a déclaré ceci:
    L'économie mondiale perdra quelque 9 200 milliards [de dollars] si les gouvernements ne parviennent pas à faire en sorte que les économies en développement aient accès aux vaccins contre le COVID-19, dont pas moins de la moitié serait à la charge des économies avancées.

    Enfin, Oxfam Canada a fait la déclaration suivante:
     Le Canada ne devrait pas prendre des vaccins du programme COVAX destinés aux pays pauvres pour atténuer les pressions politiques sur son territoire. Recevoir 1 ou 2 millions de doses ne réglera pas les problèmes de vaccination au Canada, mais cela nuira aux personnes les plus pauvres et les plus marginalisées ailleurs dans le monde.
    Nous voyons ce qui se passe en Inde actuellement, un point chaud de la planète, qui nous touche au Canada parce que nous devons imposer des interdictions sur les déplacements. Ce pays n'arrive même pas à vacciner sa propre population, et pourtant, nous voulons leur prendre des vaccins.
    J'appuie chaque mot du préambule de la motion, mais je ne peux pas l'appuyer parce qu'elle s'appuie sur une volonté de faire de la petite politique. Elle demande au gouvernement de vacciner tous les adultes canadiens d'ici la longue fin de semaine de mai. Environ 12 millions de Canadiens se sont fait vacciner. Le pays compte environ 30 millions d'adultes canadiens. Par conséquent, nous avons besoin de 18 millions de doses supplémentaires pour atteindre l'objectif fixé dans la motion. Ainsi, il faudrait que 6 millions de Canadiens se fassent vacciner chaque semaine au cours des trois prochaines semaines. La capacité de vaccination du Canada est de 3,1 millions de personnes par semaine.
    La motion nous demande de vacciner deux fois plus de personnes que la capacité de vaccination du Canada le permet. De plus, nous recevrons de 2 à 3 millions de doses par semaine, si Dieu le veut. Il faudrait donc que nous obtenions de deux à trois fois plus de doses de vaccins. D'où viendraient ces doses?

  (1155)  

    Nous aimerions bien pouvoir vacciner tous les Canadiens d'ici dimanche, mais ce n'est pas réaliste. Au lieu de faire de la petite politique et de présenter des motions complètement irréalistes et déraisonnables comme celle-là, le NPD, lui, continuera à lutter pour des propositions pratiques, pragmatiques, concrètes et positives qui peuvent être mises en œuvre, qui assureront la sécurité des Canadiens et qui permettront au Canada d'affronter la prochaine urgence nationale afin que nous ne soyons plus jamais dans une telle position de vulnérabilité, comme celle dans laquelle les gouvernements conservateurs et libéraux successifs nous ont placés.

  (1200)  

    Monsieur le Président, je vais lire une liste de pays et j'espère que le député du NPD devinera ce qu'ils ont en commun. Je commence par le haut de la liste: Seychelles, Israël, Chili, Bahreïn, Monaco, États-Unis, Saint-Marin, Malte, Royaume-Uni, Serbie, Maldives, Uruguay, Singapour, Maroc, Suisse, Danemark, Turquie, Liechtenstein, Roumanie, République tchèque, Islande, Italie, Lituanie, Autriche, Espagne, France, Slovénie, Slovaquie, Grèce, Mongolie, Portugal, Irlande, Luxembourg, Estonie, Allemagne, Pologne, Belgique, Andorre, Brésil, Norvège, Costa Rica, Chypre, Cambodge, Azerbaïdjan, Russie, Mexique, Panama, Croatie, Monténégro, Colombie et Finlande. Je donne un indice...
    Il faut aussi répondre à d'autres questions. Le député comprend l'idée générale. Nous allons le laisser répondre.
    Le député de Vancouver Kingsway a la parole.
    Monsieur le Président, à vue de nez, je dirais que tous ces pays ont un taux de vaccination supérieur à celui du Canada. Le député a raison. Cela démontre que, en dépit du discours qu'il tient, le gouvernement libéral n'a pas su se procurer suffisamment de vaccins, et, pour dire franchement, il a laissé tomber les provinces et les Canadiens.
    Pour en revenir à la motion à l'étude, il ne sera pas possible de corriger la situation en proposant des objectifs farfelus, irréalistes et impossibles à atteindre pour la vaccination. Le député ferait mieux d'appuyer le NPD pour réclamer qu'une société d'État fabrique des vaccins au pays. Nous pourrions alors être en tête de peloton la prochaine fois qu'une pandémie touchera notre pays.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours et de son implication dans ce dossier.
    Vu que c'est une crise mondiale et que nous ne serons pas en sécurité tant que les autres pays ne seront pas en sécurité, est-ce que, dans les circonstances actuelles, on pourrait envisager de lever les clauses de propriété intellectuelle sur les vaccins pour que ces derniers soient considérés comme un bien public d'intérêt international?

[Traduction]

    Monsieur le Président, cette question m’offre l’occasion de parler de la position tout à fait inexplicable, voire franchement honteuse, que le Canada a adoptée à l’Organisation mondiale du commerce, où des pays demandent à l’OMC d’assouplir temporairement les règles sur la propriété intellectuelle afin qu’ils puissent avoir librement accès à la technologie et à la propriété intellectuelle qui leur permettraient de fabriquer eux-mêmes des vaccins. Le Canada n’appuie pas cette mesure.
    Il s’agit d’une pandémie mondiale. Nous avons tous intérêt à nous assurer que chaque être humain a accès à un vaccin. Il y va de notre intérêt personnel, mais des motifs de justice sociale entrent aussi en jeu. Et surtout, la majeure partie de l’argent qui a servi à mettre au point des vaccins provient de fonds publics. Il ne s’agit pas d’un cas où des entreprises pharmaceutiques ont investi leur propre capital, ont pris elles-mêmes le risque et auraient de bons arguments pour être récompensées. Il s’agit d’un cas où l’argent public a été investi dans la recherche et ces vaccins devraient être libérés afin que chaque pays puisse en produire, s’il en a la capacité, sans restrictions.

[Français]

    Monsieur le Président, la motion mentionne que le gouvernement va à l'encontre des recommandations des fabricants de vaccins en prolongeant à quatre mois le délai recommandé avant la deuxième dose du vaccin. J'imagine qu'il est important de tenir compte de l'avis des fabricants, mais la motion en fait un évangile.
     Or, la santé publique a dit qu'on pouvait étirer jusqu'à un maximum de quatre mois l'intervalle entre les deux doses. Comment se fait-il que la motion ignore cette recommandation de la santé publique comme si elle n'était tout simplement pas valable sur le plan scientifique?

  (1205)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, cela me donne l’occasion de parler de l’approche du gouvernement. Il est juste de dire que le gouvernement a été incroyablement secret et a fait preuve d’un manque de transparence inacceptable dans sa façon de communiquer. Par exemple, il a refusé de révéler un seul mot d’un seul paragraphe d’un seul contrat qu’il a conclu avec des fabricants de vaccins, même si d’autres pays le font. Les États-Unis ont révélé tous les contrats d’achat de vaccins, quoiqu’en version plus ou moins caviardée, comme l’Union européenne et d’autres pays l’ont fait.
    Le secret et le manque de transparence n’aideront pas à renforcer la confiance de la population. Nous avons besoin des avis d’organisations comme le Comité consultatif national de l'immunisation pour prendre des décisions intelligentes, fondées sur la recherche et la science, à propos des vaccins dans ce pays, et nous avons besoin que la population ait confiance dans ces avis. Je vais à nouveau donner au gouvernement moins que la note de passage pour son manque de transparence dans la gestion de cette crise.
    Madame la Présidente, c’est un honneur de prendre la parole au nom des citoyens de Timmins-Baie James. Les gens sont très fatigués. Ils ont traversé des périodes très difficiles et cette troisième vague nous frappe plus durement que les autres. Les émotions sont à fleur de peau et les petites entreprises ne tiennent qu’à un fil. Nous n’aurions jamais dû nous retrouver dans cette situation où ces nouveaux variants causent tant de ravages, de destruction et de douleur.
    Le peuple canadien m’a inspiré de façon incroyable par sa détermination et sa résilience. Les gens portent de lourdes charges et ne cèdent pas à la conspiration; la marge est petite, très petite. Le citoyen moyen fait sa part, mais la COVID est un professeur très dur. La COVID nous apprend à quel point notre société est inégale et expose l’hypocrisie des gouvernements qui refusent de s’engager et de faire preuve de leadership. Si quelque chose nous contrarie, c’est l’absence totale de vision nationale et internationale pour réagir à une pandémie qui est pire que tout ce que nous aurions pu imaginer.
    Dans la motion d’aujourd’hui, le chef de l’opposition a décidé d’exiger que tous les Canadiens soient vaccinés avant le long weekend de mai, alors que les conservateurs savent que c’est impossible. Que font-ils ici? Ils veulent tendre un piège, pouvoir dire « Je t’ai eu ». Nous ne tombons pas dans le piège, et les Canadiens n’ont pas besoin d’un piège. Nous avons besoin d’un plan.
    Cependant, nous ne voyons pas de plan de la part du gouvernement libéral. Au début de la pandémie, le premier ministre a vraiment rallié les Canadiens. Nous allions avoir une approche Équipe Canada. C’est ce que les gens voulaient. Les gens étaient prêts à mettre la main à la pâte. Puis, M. Équipe Canada a commencé à rater un match après l’autre, à prendre les choses à la légère et à refuser de se pencher sur le dossier de la fermeture des frontières. Il ne voulait pas régler le problème de l'absence de capacité de production de vaccins au Canada. Tandis que d’autres pays investissaient dans les vaccins, il croyait que nous pouvions nous fier au marché international et que celui-ci prendrait soin de nous. Il est le dernier des croyants de l'église de Davos, et nous en payons le prix aujourd’hui.
    C’est au moment où la PCU a pris fin que les travailleurs ont commencé à mourir. Nous avions poussé le gouvernement à mettre en place un programme national de prestations de maladie, dont les libéraux se sont moqués, mais qu’ils ont accepté. Cependant, il est lourd et difficile à utiliser. Un nombre épouvantable de travailleurs, parfois racisés, sont morts tandis que nous constatons la négligence absolue du gouvernement de Doug Ford en Ontario.
    C’est un autre échec des libéraux. Cela ne les dérange pas que Doug Ford ait l’air d’un parfait bouffon à cause de sa négligence, et ils sont tout à fait disposés à dire que la vaccination est de compétence provinciale. Il n’y a pas de vision nationale. Il n’y a aucune volonté de lutter et de dire que nous devons travailler ensemble.
    Par sa capacité énorme à offrir de l’aide et à établir un plan d’urgence, comme les néo-démocrates l’ont demandé, le gouvernement fédéral aurait pu s’attaquer à la crise qui sévit dans des endroits comme Vaughan, Peel et Scarborough. J’ai été choqué de voir des centaines et des centaines de gens faire la queue dans le froid en espérant se faire vacciner à Scarborough. Je n’aurais jamais cru voir une telle chose dans ce pays.
    Nous apprenons maintenant que, pendant la première vague de la pandémie, 3 700 personnes âgées sont mortes dans des établissements de soins de longue durée en Ontario. La négligence et l’indifférence à l’égard de leurs souffrances étaient connues. Elles étaient consignées, mais personne ne s’est donné la peine d’intervenir pour faire respecter les règles, alors des gens sont morts. L’armée a finalement dû intervenir, et les soldats ont trouvé des personnes âgées dont la couche n’avait pas été changée. Ils ont trouvé des personnes âgées qui n’étaient pas malades et qui partageaient leur chambre avec des patients atteints de la COVID-19.
    Il y a eu négligence, et des gens sont morts. Des gens sont morts dans des proportions qui correspondent à des statistiques de temps de guerre: 3 700 personnes comptant parmi nos parents, grands-parents, oncles et tantes sont mortes de cette négligence. Nous aurions dû en tirer une leçon, mais nous ne l’avons pas fait. Selon la croyance, nous devions simplement garder espoir pour nous en sortir. Nous devions espérer que tous les vaccins arrivent, ce qui allait peut-être nous permettre de cesser plus rapidement les confinements.
    Nous voilà maintenant dans la troisième vague, et les personnes qui meurent sont des jeunes, des membres de minorités raciales, des Autochtones et des personnes vivant en milieu urbain parce qu’elles doivent aller travailler. Elles n’ont pas le choix. La solution de Doug Ford a été d’appeler les policiers en renfort pour qu’ils arrêtent ces personnes sur le chemin de leur travail et empêchent les enfants d’aller jouer dans les parcs.
    Nous n’avons jamais entendu le premier ministre se lever pour dénoncer ce qui se passe dans les usines de Peel et de Brampton et dans l’entrepôt d’Amazon, un partenaire du gouvernement libéral, où 900 personnes sont tombées malades, ni pour dire qu’il s’agissait d’une catastrophe nationale. Le Canada doit regarder la réalité en face: c’est parce que ces personnes sont considérées comme des employés jetables, et ces employés jetables sont les Autochtones et les personnes racialisées qui travaillent dans ces usines.

  (1210)  

    Nous avons perdu Emily Victoria Viegas, âgée de 13 ans. Elle n’aurait pas dû mourir, mais ses parents étaient obligés d’aller travailler parce que Doug Ford et le premier ministre ne cessent de tergiverser au sujet d’une chose dont nous avons absolument besoin, comme tout le monde le sait, soit des jours de congé de maladie suffisants. Pourquoi cherchent-ils à faire des économies là-dessus? Cela ne fait que faire perdurer cette crise.
    L’autre jour, j’ai reçu mon premier vaccin, et j’étais très fier, mais on me dit que je ne recevrais pas ma deuxième dose avant le mois d’août. C’est une longue attente en période de pandémie. Le Canada a eu l’occasion de produire le vaccin AstraZeneca ici, mais nous ne l’avons pas saisie. Le gouvernement a préféré se tourner vers le marché international. Nous prenons de plus en plus de retard. Nous sommes maintenant au 33e rang mondial pour le nombre de doses par tranche de 100 personnes, et au 74e rang mondial pour ce qui est du nombre de personnes ayant reçu leurs deux doses de vaccin. Quand je vois les libéraux venir à la Chambre et se féliciter pour leur excellent travail, je trouve cela absolument honteux, car c’est seulement pour soigner l’image de marque du Parti libéral. En tant que gouvernement fédéral, ils auraient dû réussir à mobiliser les forces et reconnaître que nous avions besoin d’une intervention d’urgence face à cette catastrophe sans précédent. C’est bien d’une catastrophe qu’il s’agit.
    Sur la scène internationale, vous voyons le Canada voler des vaccins destinés au tiers monde parce les libéraux ont lamentablement échoué ici. Ils ont pigé dans le programme de vaccination COVAX. Le Canada a été montré du doigt par des pays du tiers monde pour avoir bloqué la demande de dérogation présentée à l’OMC afin de permettre à ces pays de produire leurs propres vaccins. Je demande au premier ministre si lui, M. Davos, M. Faites-Confiance-aux-Marchés-Internationaux, pense que cette pandémie ne viendra pas nous frapper plus durement encore, avec des souches encore plus virulentes, si les gens du tiers monde ne peuvent se faire vacciner. Nous sommes dans cette crise maintenant parce que les nouvelles souches nous arrivent de pays comme le Brésil. À l’heure actuelle, même si nous nous faisons vacciner d’ici la fin de l’année, nous n’aurons pas l’immunité mondiale contre le vaccin avant 2023. Le risque que pose ce terrible virus, c’est qu’il mute rapidement et qu’il devient de plus en plus virulent. Le fait que le premier ministre utilise le Canada sur la scène internationale pour empêcher les pays du tiers monde de produire leurs propres vaccins parce qu’il veut protéger les brevets des grandes sociétés pharmaceutiques démontre qu’il est plus que jamais disposé à placer les intérêts des grandes sociétés avant la vie des gens. Cela risque de se retourner amèrement contre le Canada, ce qui est très inquiétant.
    Voici ce que nous a appris de la COVID. Nous avons été frappés par cette catastrophe en mars dernier et nous nous sommes rendu compte très rapidement que trois semaines plus tard, des millions de Canadiens n’auraient plus suffisamment d’économies pour payer leur loyer. Nous avons appris qu’à cause de la confiance que nous avions placée dans le libre-échange mondial, nous n’avions même pas la capacité de fabriquer de l'équipement de protection individuelle. À cause de cette incapacité, les travailleurs de première ligne se sont retrouvés dans des situations très dangereuses. Il y a un an, lorsque nous aurions pu décider d’investir dans les vaccins, une entreprise de Calgary essayait de lancer ses vaccins canadiens sur le marché. Or, nous avons plutôt choisi de faire confiance à des capitaux internationaux qui devaient nous aider, mais qui ne nous aident pas du tout.
    Cette fois-ci, il faut vraiment mobiliser les gens. Cette troisième vague pourrait facilement se transformer en une quatrième vague encore plus dangereuse. Nous devons commencer à accorder la priorité aux besoins des Canadiens et à reconnaître leurs souffrances et leur vigilance incroyables. Nous devons nous mettre dans la peau du Canadien moyen, cesser de jouer à ces petits jeux et élaborer un plan pour sauver des vies, surtout maintenant, alors que tant de jeunes meurent dans les usines et dans les entrepôts de la région du Grand Toronto.

  (1215)  

    Madame la Présidente, je remercie mon collègue pour son intervention et pour sa passion. Il a soulevé deux ou trois choses. Il a dit que le gouvernement aurait dû mobiliser les gens pour faire face à cette intervention d’urgence. Il a aussi dit que le Canada a reçu des vaccins de pays du tiers monde par l’entremise du programme COVAX, ce qui, j’en conviens, est honteux. Selon lui, comment le gouvernement s’en est-il tiré pendant cette période? Le gouvernement ne cesse d’affirmer qu’il adopte une approche de type « Équipe Canada ». En tant que député de l’opposition, mon collègue estime-t-il que le gouvernement a réellement adopté ce type d'approche collaborative pour nous mobiliser tous afin de lutter sérieusement contre cette crise?
    Madame la Présidente, en mars dernier, j’avais beaucoup d’espoir. Je croyais vraiment le premier ministre sur parole au sujet de son approche de type « Équipe Canada », puisque nous étions tous dans le même bateau. Chaque jour, nous suspendions nos activités pour écouter les dernières nouvelles du premier ministre, parce que nous voulions savoir que tout le monde au Parlement luttait pour aider les Canadiens et nous voulions pouvoir rassurer ces derniers à cet égard. C’est d'ailleurs ce à quoi la population s’attendait.
    Cependant, je constate de plus en plus qu’il ne s’agit que de propagande, c’est une désinformation typique du gouvernement. Il aurait dû mettre sur pied une intervention d’urgence nationale, faire venir des experts militaires, des spécialistes de la santé et des représentants de partout au pays pour leur demander ce qu’il fallait faire et comment s’y prendre. Je crois que c'est ce que les Canadiens souhaitaient. Or, le premier ministre a adopté une attitude de laisser-faire total en prétendant que cette intervention ne relevait pas du fédéral, mais des provinces. Il ajoutait que si les provinces lui demandaient de l’aide, il les aiderait peut-être.
    Ce n’est pas suffisant. Des gens meurent. Les Canadiens ont besoin de savoir que leur gouvernement les appuie, mais les Canadiens n’en sont pas sûrs en ce moment.

[Français]

    Madame la Présidente, j'ai écouté avec attention le discours de mon collègue. Je pense qu'il a soulevé de bons points.
    Il a décoché beaucoup de flèches au gouvernement libéral, avec raison, mais nous sommes ici pour débattre d'une motion qui dit en résumé que le gouvernement doit « veiller à ce que chaque Canadien ait accès à un vaccin d'ici la longue fin de semaine de mai ». C'est pour parler de cette motion que nous sommes ici.
    Je comprends que nous pouvons parler d'autres choses, de la situation, de la vaccination et de son déroulement, et ainsi de suite, mais en ce qui concerne la motion comme telle, j'aimerais savoir si mon collègue pense qu'elle est réaliste ou partisane.

[Traduction]

    Madame la Présidente, j’aimerais beaucoup que tous les Canadiens soient vaccinés d’ici la longue fin de semaine de mai. Je ne vais toutefois pas retourner dans ma région et dire aux gens que c'est ce qui va arriver parce que les conservateurs ont dit qu’il fallait que cela se fasse comme par magie. Les Canadiens ne sont pas dupes.
    À l’heure actuelle, nous n’avons pas la capacité de vacciner tout le monde d’ici la longue fin de semaine de mai. Ce que la motion devrait demander, c’est comment nous allons nous assurer que cela se fera d’ici la fin de l’été, ce que nous allons faire et quels plans sont en place. Déclarer soudainement que cela va se produire ne fera pas en sorte que ce sera le cas, et c’est ce qui me préoccupe ici. Nous devons montrer aux Canadiens que nous prenons cette question au sérieux.
    Madame la Présidente, on rapporte que les militants qui luttent contre les mesures de confinement, contre le masque et contre la vaccination partout au pays ont des liens directs et indirects avec l’extrême droite. Il ne s’agit pas seulement d’un problème d’accès au vaccin, mais aussi de l’hésitation à se faire vacciner causée par ces groupes d’extrême droite. Des communautés entières choisissent de ne pas être vaccinées, en partie à cause des efforts déployés par ces mouvements pour promouvoir la désinformation et les théories du complot, dont le député a parlé plus tôt.
    En fait, la semaine dernière au Manitoba, 400 personnes sans masque se sont rassemblées à La Fourche, tandis qu’hier, deux jeunes hommes de 20 ans des Premières Nations sont morts de la COVID-19.
    Que peut nous dire le député au sujet du tort et de la violence que causent ces groupes d’extrême droite?

  (1220)  

    Madame la Présidente, c’est là un sujet dont nous devons discuter à la Chambre. La montée de ce mouvement anti-vaccin est profondément liée à l’extrême droite, et des idiots comme Randy Hillier, un conservateur notoire, ainsi que son ami de Hastings—Lennox and Addington, un homme qui déshonore la fonction de titulaire d’une charge publique selon moi, s’en tirent malgré tout impunément.
    Les Canadiens en ont assez. Les Canadiens savent que l’extrême droite tente de miner nos interventions en matière de santé pour réaliser ses propres objectifs, et nous devons nous y opposer. Nous devons dire que c’est inacceptable et que ces groupes font de la propagande haineuse.
    Madame la Présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Mission—Matsqui—Fraser Canyon.
    Je suis heureux de prendre la parole aujourd’hui, non seulement au sujet de la situation ici, en Nouvelle-Écosse, mais aussi en ce qui concerne la motion présentée par ma collègue de Calgary Nose Hill et, bien sûr, par le chef du Parti conservateur du Canada.
    Il est difficile de déterminer par où commencer. La Nouvelle-Écosse et le Canada atlantique ont été présentés comme l’exemple parfait de ce qui devrait être fait pour contrer la pandémie en raison de nos chiffres relativement faibles, mais il semble que toutes les provinces connaissent leur troisième vague de COVID-19.
    En rétrospective, nous disposons maintenant d’une année complète de données pour voir quand et comment la COVID est entrée dans nos collectivités. Lors de notre première vague, le nombre maximal de cas de COVID a été atteint le 23 avril de l’année dernière, alors que la Nouvelle-Écosse comptait 55 citoyens atteints de la COVID-19. Je sais que cela ne semble pas beaucoup, mais c’est beaucoup pour les gens de la Nouvelle-Écosse.
    Chez nous, la deuxième vague est arrivée près de six mois plus tard. Le 24 novembre 2020, on comptait 37 cas ici en Nouvelle-Écosse, ce qui n’a rien à voir avec le nombre de cas de la troisième vague, qui a atteint 96 le 27 avril. Je crois que nous avons eu 75 cas hier et 70 aujourd’hui.
    C’est peut-être une indication que les cas commencent à diminuer un peu, mais nous ne savons pas ce qui va se passer au cours des prochains jours. Nous avons actuellement 489 cas actifs en Nouvelle-Écosse, avec un total de 2 290 cas depuis le début de la COVID-19 et, malheureusement, 80 décès. Je tiens d’ailleurs à offrir nos condoléances aux familles touchées.
    En comparaison, la situation de la vaccination ici en Nouvelle-Écosse est dans la moyenne par rapport au reste du Canada, mais n’atteint toutefois pas le niveau que nous voyons au Québec. Au total, 3,7 % des Néo-Écossais ont reçu leur deuxième dose, ce qui veut dire que seulement 3,7 % des Néo-Écossais sont entièrement vaccinés contre la COVID-19.
    Pour donner une idée à mes collègues, nous avons reçu 345 000 vaccins et en avons administré 293 000, ce qui vient à l’encontre du chiffre que le gouvernement a tendance à nous fournir, selon lequel 22 % ou le quart, de notre population a reçu une première dose de vaccin.
    Je pense que le chiffre réel qui est important pour nous est celui des personnes entièrement immunisées, qui n’est que de 3,7 %. Nous devons nous assurer d’être entièrement immunisés contre la COVID-19 pour arrêter les variants ou, à tout le moins, les empêcher de se reproduire dans notre province. Il faut vraiment faire un meilleur travail pour ce qui est d’acheminer les vaccins aux Néo-Écossais et aux Canadiens, afin de pouvoir à tout le moins mettre fin à ces nouvelles vagues.
    Honnêtement, je suis très inquiet. Je suis certain que d’autres Néo-Écossais s’inquiètent aussi. Nous craignons qu’il y ait une quatrième et une cinquième vague pendant que nous attendons que la population soit entièrement vaccinée. Je sais que notre premier ministre a dit qu’il s’attend à ce que tout le monde soit vacciné d’ici juillet, mais honnêtement, est-ce que cela signifie une ou deux doses? Je sais que ma mère et mon père ont reçu leur premier vaccin Pfizer, et il semble qu’ils devront attendre la fin de juillet ou peut-être août pour pouvoir recevoir leur deuxième dose.
    Même si nous avons fait bonne figure, nous avons des préoccupations ici, dans le Canada atlantique, au sujet de la troisième vague de COVID-19. Nous devons faire mieux. Le gouvernement doit améliorer l’approvisionnement. On aurait pu obtenir de meilleurs résultats au chapitre de la production ici, au Canada, mais cela ne s’est pas produit.

  (1225)  

    Nous avons entendu un certain nombre d’exposés au comité de la santé, et ce qui m’a le plus préoccupé, ce sont les chercheurs qui sont venus nous dire que, si le gouvernement avait vraiment voulu investir dans un vaccin canadien, il y a un processus qui serait déjà utilisé en production. Nous n’aurions pas été obligés de nous en remettre à diverses sociétés pour recevoir des vaccins.
    Cela va à l’encontre de ce que le gouvernement continue de dire. Il dit que nous avons le portefeuille le plus important de tous les pays, avec 10 ou 15 contrats conclus avec différents producteurs de vaccins; pourtant, nous travaillons encore à trois contrats, avec celui de Johnson & Johnson qui s’en vient. Nous produisons très peu de vaccins ici. En fait, il n’y a pas de production de vaccins à l’heure actuelle au Canada. Nous avons toutefois des chercheurs d'un bout à l'autre du pays qui ont réussi à mettre au point des technologies permettant de fournir des vaccins aux Canadiens, mais le gouvernement ne s’intéresse guère, voire pas du tout, à la recherche d’une solution canadienne à ce problème.
    J’aimerais traiter d’un sujet dont les quelques intervenants précédents ont aussi parlé, c’est-à-dire la façon directe de fournir des vaccins aux Canadiens. La ministre des Services publics et de l’Approvisionnement a dit dans son exposé plus tôt aujourd’hui que, si nous n’aimons pas le plan de vaccination, nous devions en discuter avec les premiers ministres des provinces. Tout cela est bien beau, mais c'est à elle de fournir des vaccins à tous les Canadiens. Les premiers ministres provinciaux ont beau se plaindre et essayer d’obtenir une réponse raisonnable du gouvernement, ils continuent de se buter à un mur et sont incapables de fournir des vaccins à leur population. Ils essaient de trouver comment s'y prendre.
    Très franchement, pour ce qui est de la propagation, d’un bout à l’autre du Canada, cette troisième vague ici, dans le Canada atlantique, se produit en raison des différences et de la variabilité des responsabilités ou des règlements dans les différentes provinces. Je ne sais pas si c’est prouvé ou non, mais ce qu’on dit ici, c’est que des gens en provenance d’autres provinces viennent s’installer ici. Des gens de l’Ontario et du Québec achètent des propriétés ici, dans le Canada atlantique, en Nouvelle-Écosse et, d’après ce qu’on entend, ce sont eux qui ont importé cette troisième vague, alors que nos chiffres étaient extrêmement bas. Je crois que c’est surtout le variant britannique qu’on trouve ici.
    Cela s’ajoute au renversement complet de la règle observée dans la bulle de l’Atlantique. Pendant longtemps, nous avions la situation sous contrôle, puis les premiers ministres se sont parlé, et la minute d'après, notre premier ministre a décidé que les gens du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard pouvaient venir ici, même si nous ne pouvions pas nous rendre dans ces provinces. Il y a eu toute une série de malentendus et d’erreurs parce que le gouvernement fédéral n’a pas su faire preuve de leadership quant à la façon dont tout cela devait se dérouler.
    Il y a certainement des considérations politiques en jeu. Si les choses ne tournent pas rond, ce que le premier ministre et le gouvernement actuel veulent vraiment, c’est de pouvoir simplement dire: « Eh bien, c’est le problème et la responsabilité de la province. Ce n’est pas le nôtre. »
    En fin de compte, c’est toujours grâce au leadership du gouvernement fédéral, avec le partenariat des provinces, que les choses avancent ici, au Canada. Les libéraux doivent jouer un rôle de chef de file dans ce dossier pour que nous puissions traverser cette troisième vague et en éviter une quatrième.
    Je suis heureux d’avoir pu intervenir au sujet de cette motion. Espérons que tout le monde pourra se faire vacciner le plus tôt possible.

  (1230)  

    Madame la Présidente, je me demande si le député peut expliquer à la Chambre la raison d’être de cette motion.
    Je l’invite d’ailleurs à écouter les arguments des néo-démocrates et des bloquistes, et pas seulement ceux des libéraux. Tous s’entendent pour dire que les conservateurs n’arriveront littéralement à rien avec cette motion.
    Le député peut-il expliquer pourquoi les conservateurs ont choisi de présenter cette motion au lieu de s’attaquer à quelque chose d’important, comme encourager le gouvernement à élaborer une stratégie pour les personnes qui hésitent à se faire vacciner? Pourquoi présenter cette motion, qui est virtuellement irréalisable? Ce ne sont pas seulement les libéraux qui le disent, mais aussi le NPD et le Bloc.
    Madame la Présidente, honnêtement, nous avons besoin d’un plan, mais il n’y en a pas.
    Le gouvernement ne cesse de parler de son programme. Il n’aborde jamais la question d’un vrai plan de vaccination en prétendant que c’est le problème des provinces. Comment peut-on vraiment juger si le gouvernement libéral fait du bon travail quand il ne nous dit pas ce qu’il a l’intention de faire? Il doit nous donner une date et nous dire quand les choses vont se faire.
    S’il échoue, nous manifesterons notre opposition. S’il fait bien les choses, nous allons le féliciter. Les électeurs que je représente veulent un vaccin.

[Français]

    Madame la Présidente, je tiens à dire à mon collègue de Nova-Ouest que j'ai beaucoup de plaisir à travailler avec lui. Il est un homme intègre qui travaille très fort pour ses concitoyens.
    Revenons à la motion. Même les libéraux disent qu'il faut leur taper dessus, mais qu'il faut leur taper dessus correctement. On vient tout juste d'entendre un député de l'autre côté de la Chambre dire cela.
    Malheureusement, je suis d'accord avec libéraux sur le fait que cette motion ne fait pas le travail. Pourtant, il y aurait eu un travail à faire. Il y a plusieurs raisons qui font qu'il faut regarder le bilan des libéraux quant à l'administration du vaccin au pays. Il y a beaucoup d'échecs de la part des libéraux.
    J'aimerais entendre mon collègue à ce sujet. Selon lui, le libellé de la motion est-il réaliste? Selon lui, est-ce réaliste que le Parti conservateur demande que tous les citoyens canadiens soient vaccinés d'ici la fin de mai?
    Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
    Nous avons besoin d'être optimistes à l'égard de ce qu'on peut faire pour les Canadiens. Le gouvernement doit fixer des dates et des montants. La motion est peut-être optimiste, mais, en même temps, elle est nécessaire pour informer la population canadienne et québécoise.

[Traduction]

    Madame la Présidente, j’ai écouté les interventions aujourd’hui, et tous s’entendent pour dire qu’il n’est ni réaliste ni faisable de vacciner tous les Canadiens adultes d’ici la longue fin de semaine de mai.
    De toute évidence, nous n’avons pas la solution, mais les conservateurs, eux, semblent en avoir une. Autrement, ils n’auraient pas inclus cela dans leur motion. Le député pourrait peut-être nous dire comment cela pourrait se faire et quel est le plan à cet égard, puisque les conservateurs estiment être suffisamment confiants pour présenter une motion en ce sens.
    Madame la Présidente, le gouvernement a échoué en tout point dans cette histoire. Il n’a pas présenté aux Canadiens de plan expliquant ce que nous allions faire pour régler le problème. Il ne nous a pas dit comment nous allions sortir de la première vague et encore moins de la troisième que nous affrontons aujourd’hui.
    Nous devons être en mesure de vacciner les Canadiens. Le gouvernement doit nous donner quelque chose d’encourageant à dire à nos concitoyens. Ceux de ma circonscription vont continuellement en ligne pour voir s’il n’y a pas de place pour eux dans un centre de vaccination. C’est parce que le gouvernement fédéral ne fournit pas les vaccins nécessaires. Cela doit cesser. Le gouvernement doit nous dire ce qu’il va vraiment faire.

  (1235)  

    Madame la Présidente, je prends la parole aujourd’hui pour souligner l’échec du gouvernement fédéral à arrêter la troisième vague de COVID-19 et pour insister pour qu’il obtienne plus rapidement les vaccins dont nous avons bien besoin.
    Alors que nous voyons l’Union européenne et les États-Unis agir rapidement pour se procurer des vaccins vitaux pour leurs citoyens, le gouvernement canadien reste les bras croisés, tandis que nos livraisons de vaccins sont retardées ou réduites au beau milieu de cette troisième vague mortelle. Les Canadiens ont besoin de vaccins et ils en ont besoin rapidement, mais la campagne de vaccination nationale est marquée par des retards, des refus et des déceptions.
    Sans les détails sur les contrats d’achat de vaccins que les libéraux refusent de rendre publics, nous en sommes réduits à tâtonner pour améliorer la campagne de vaccination. L’information contenue dans les contrats pourrait aider les provinces à planifier et à expliquer aux Canadiens à quoi s’attendre pour la suite.
    Le gouvernement libéral doit agir immédiatement, jouer franc jeu et révéler les détails de ses contrats d’achat de vaccins. Le manque de transparence du gouvernement Trudeau laisse les Canadiens perplexes…
    Le député ne peut pas désigner les députés par leur nom.
    Madame la Présidente, je vous prie de m’excuser.
    Le manque de transparence des libéraux laisse les Canadiens perplexes et fait qu’ils attendent leur tour dans l’angoisse. En pleine troisième vague, ils ont du mal à faire face à l’augmentation du nombre de cas de COVID-19, du nombre de variants et du nombre d’admissions aux soins intensifs, sans parler des répercussions de cette situation, comme les pertes d’emploi, les heures réduites, les restrictions aux déplacements, les atteintes à la Charte, une crise de la santé mentale et un déficit financé par les contribuables qui ne cesse de se creuser. La troisième vague est le résultat direct de l’échec lamentable du gouvernement libéral à lutter contre la COVID-19 en général et à se procurer des vaccins en particulier.
    Les députés d’en face se plaisent à demander ce que les conservateurs auraient fait de mieux. Depuis le début, nous leur proposons des solutions, et je peux vous assurer que nous ne nous serions pas associés au développement de vaccins avec le plus grand État totalitaire du monde qui tient actuellement en otage des citoyens canadiens.
    Le gouvernement aurait d’abord dû décider d’augmenter tout de suite la production canadienne. Cependant, tout ce dont nous entendons parler aux nouvelles maintenant, c’est des livraisons retardées ou réduites et du fait qu’un partenariat va nous livrer un petit nombre de doses. Nous avons littéralement pris des vaccins destinés à des pays en développement. Nous sommes à ce point désespérés.
    Je reçois des centaines de lettres chaque semaine, et je peux dire à mes collègues que les électeurs de Mission—Matsqui—Fraser Canyon sont fâchés. Ils sont fatigués et ils sont à bout de souffle. Je n’aurais jamais pensé qu’en 2021, un si grand nombre d’électeurs seraient furieux de voir leurs libertés personnelles constamment bafouées, ces bafouements étant attribuables à l’incompétence du gouvernement.
    Nous avons passé deux fêtes de Pâques et deux Vaisakhis. Mes électeurs veulent aller à l’église. Ils veulent aller prier dans un gurdwara. Ils veulent retrouver un sentiment de fraternité et un esprit de communauté.
    On me pose toutes sortes de questions. « Quand mon enfant pourra-t-il rejouer au soccer? » « Quand les voyages scolaires pourront-ils recommencer? » « Pourquoi mon jeune a-t-il dû rater deux ans de rugby senior? » Des chasseurs m’ont dit que le gouvernement de la Colombie-Britannique leur avait interdit d’aller dans les régions rurales et éloignées de la province parce qu’ils ne sont pas vaccinés, alors qu’ils n’y rencontreraient probablement que des ours et des cerfs!
    Assez, c'est assez. Les Canadiens veulent savoir quand ils recevront un vaccin.
    J'aimerais décrire un peu ma circonscription.
    Mission—Matsqui—Fraser Canyon a une superficie de 22 000 kilomètres carrés. Elle est entourée de la chaîne des Cascades et du parc South Chilcotin Mountains. Mes électeurs sont très divers et ils sont farouchement indépendants. Ils adorent le plein air et la nature sauvage. Ils vivent dans cette région parce qu’ils aiment être indépendants, ils adorent leur liberté et ils sont très attachés au fleuve et aux montagnes. Ils respectent profondément la loi et ils veulent ce qu’il y a de mieux pour leur pays.
    Toutefois, leur patience s’effrite. Le gouvernement ne nous donne pas de réponses claires. Mes électeurs reçoivent des messages contradictoires depuis le début de la pandémie. Ils ne pourront pas supporter grand-chose de plus. Il est inacceptable que le gouvernement exige que les Canadiens renoncent continuellement à leurs droits garantis par la Charte sans être plus transparent et sans leur présenter un véritable plan.
    Voici quelques exemples d’incidents vécus l’année dernière.
    Dans ma circonscription, lorsque M. Anderson, un ancien combattant, est décédé, sa famille n’a pas pu assister à ses funérailles à cause des restrictions de la santé publique. J’ai pu y assister, parce que j’étais son député et parce que je représentais le Canada, pour honorer sa vie et les services qu’il a rendus au Canada dans le cadre de la libération des Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale. Il n’aurait pas dû en être ainsi.
    Il y a quelques semaines, une mère qui élève ses enfants à la maison a communiqué avec moi. Elle a un enfant autiste. Tout au long de l’année dernière, cet enfant a été séparé de sa famille, de ses groupes de soutien communautaire, de ses camarades qui étudient à domicile et des éducateurs communautaires de confiance à cause des restrictions de la santé publique. Cette famille ne peut pas reprendre sa vie normale. Cet enfant ne pourra pas reprendre ses études tant qu’il n’aura pas été vacciné.
    À la garderie où vont mes enfants, beaucoup de parents sont des travailleurs de la santé de première ligne, des agents correctionnels, des médecins et des infirmières. Je sais pertinemment que bon nombre d’entre eux doivent souvent se demander s’ils devraient aller travailler pour aider d’autres Canadiens ou rester chez eux pour prendre soin de leurs propres enfants. Les Canadiens méritent mieux que cela.

  (1240)  

    Je pourrais continuer en parlant de la fermeture des frontières. Un concitoyen m’a contacté l’autre jour. Il est agent de l’Agence des services frontaliers du Canada et m’a demandé pourquoi il n’a pas été vacciné. Chaque jour, il met sa vie en danger pour protéger notre frontière et servir notre pays et il ne peut pas se faire vacciner. J’ai entendu la même chose de la part d’agents correctionnels. Ils sont frustrés.
    Des familles m’ont parlé des hôtels de quarantaine. Elles dépensent, avec raison, 2 000 $ et attendent leurs tests, pour constater aux informations que le programme n’est pas appliqué avec la même rigueur pour certains vols en provenance d’autres pays. Ces gens disent qu’ils suivent toutes les règles, mais il semble que ce ne soit pas le cas de tout le monde. Ils demandent ce qui se passe. Pourquoi continuent-ils à faire des sacrifices alors que les mesures prises par le gouvernement ne sont pas uniformes?
    Un membre de la fratrie de l’un de mes concitoyens est décédé dans l’État de Washington et ce dernier n'a pas pu aller assister à ses funérailles. Pendant ce temps, cette personne voit des Américains de l’État de Washington recevoir déjà leur deuxième dose. En effet, sur Facebook, j’ai vu ma jeune nièce, qui a une vingtaine d’années et qui va à l’université Western Washington, recevoir la deuxième piqûre dans son bras. La vie est belle là-bas. Nous voulons la même chose ici au Canada et cela n’arrive pas assez vite. Les Canadiens méritent ce qu’il y a de mieux, car nous sommes les meilleurs, mais nous n’obtenons pas ce qu’il y a de mieux.
    Mes concitoyens veulent retrouver leur vie. Ils veulent aller à l’église et serrer à nouveau leurs amis et voisins dans leurs bras. Ils veulent que leur vie revienne à la normale. Nous avons exigé beaucoup des Canadiens, et ils s’exécutent parce qu’ils veulent ce qu’il y a de mieux pour leur pays. Cependant, lorsqu’ils voient leur gouvernement bâcler le processus à maintes reprises, ils commencent à se demander s’ils doivent suivre les règles, si cela en vaut vraiment la peine. Ils n'aiment pas ce qu'ils voient car, franchement, ce n’est pas la façon de faire des Canadiens. Les Canadiens sont polis. Notre société est respectueuse des règles. En fait, cela fait partie intégrante de notre Constitution: paix, ordre et bon gouvernement.
    Mes concitoyens veulent un bon gouvernement et ils ne l’ont pas. C’est pourquoi ils se demandent pourquoi ils doivent renoncer à leur droit de pratiquer leur culte en personne, ou pourquoi ils ne peuvent pas au moins pratiquer leur culte selon les mêmes règles que celles qui se sont appliquées aux pubs et aux bars pendant la majeure partie de la pandémie. Ils n’ont pas le droit de le faire en Colombie-Britannique, et c'est injuste, à dire franchement.
    Assez, c’est assez. Vaccinons les gens. Donnons-leur ces piqûres. Les Canadiens en ont assez, et nous devons avancer.

  (1245)  

    Madame la Présidente, j'aime écouter les discours du député. Il parle avec beaucoup de passion de sa collectivité et de la région qu'il représente, et c'est toujours très encourageant. Cela dit, il n'a abordé que les raisons pour lesquelles il faut arriver à faire ce qui est proposé dans la motion. Je crois que personne ne serait en désaccord avec lui sur ce point. En fait, j'irais jusqu'à lui assurer que tous les députés voteraient pour cette motion si elle était réalisable. Pour revenir à une question que le NPD a posée au député conservateur qui a pris la parole juste avant, les conservateurs peuvent-ils nous expliquer comment nous pourrions parvenir à faire ce qu'ils souhaitent?
    Les députés du NPD et du Bloc ont parlé des chiffres. Ils ont clairement établi qu'il est impossible d'accomplir l'objectif de la motion des conservateurs. Je n'ai pas besoin qu'on m'explique pourquoi il faut le faire, mais plutôt comment faire pour y arriver.
    Madame la Présidente, nous sommes à la Chambre aujourd'hui parce qu'il revient à l'opposition de continuer à exercer des pressions et à lutter pour que le gouvernement présente un plan sur les prochaines étapes qu'il suivra. Aux députés du NPD et du Bloc québécois, je dirais que les conservateurs ne sont pas les seuls à le demander. Le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique a affirmé que la livraison de vaccins par les libéraux est imprévisible. La vérificatrice générale a conclu que le gouvernement libéral n'avait pas mis à l'essai le plan d'intervention en cas de pandémie avec les provinces.
    Le gouvernement est responsable des sacrifices que doivent faire les Canadiens, et tout ce qu'ils demandent en retour, c'est un plan, un moyen d'avancer, une façon de retrouver leurs droits.

[Français]

    Madame la Présidente, il est sûr que j'aimerais, comme mon collègue de Mission—Matsqui—Fraser Canyon, que la vie revienne à la normale. La vaccination est effectivement la solution et on s'entend qu'il y a eu des manques.
    Par contre, la motion des conservateurs est floue. Combien de doses de vaccin veulent-ils qu'une personne reçoive d'ici la longue fin de semaine de mai: une ou deux? S'attendent-ils à ce que 100 % ou 80 % de la population reçoive le vaccin d'ici là, ou simplement ceux qui le veulent? Combien de doses de vaccin le Parti conservateur veut-il recevoir d'ici 21 jours?
    Madame la Présidente, je remercie ma collègue du Bloc québécois de sa question.
    En fait, dans ma province, la Colombie-Britannique, je crois que moins de 2 % de la population a reçu les deux doses. Ce n'est pas suffisant.

[Traduction]

    Hier, en Colombie-Britannique, la CBC a diffusé un reportage sur la clinique éphémère de vaccination à Surrey—Newton. Des centaines de personnes ont attendu toute la journée parce qu’on leur avait promis un vaccin. Cependant, des centaines d'entre elles ont été refoulées lorsqu’il n’y en avait plus.
    L’espoir s’amenuise. Les gens sont frustrés. Mes jeunes électeurs veulent jouer au rugby et au soccer, sortir et jouer à la crosse. Ils veulent retrouver leur vie.
    Le gouvernement doit être clair dans ses contrats. Il doit être ouvert et transparent. Il doit également travailler correctement avec ses homologues provinciaux afin de mettre en œuvre un plan pour que les gens soient vaccinés dès maintenant.
    Madame la Présidente, mon collègue parle avec beaucoup de passion de sa circonscription, et ce fut un plaisir d’entendre son intervention.
    Bien sûr, comme bon nombre de mes collègues à la Chambre, j'ai des réserves quant au réalisme de la motion que le Parti conservateur a présentée. Cependant, j’aimerais interroger le député sur un autre sujet. Il a abordé la question de l’obtention de vaccins pour les travailleurs essentiels et de la vaccination des personnes les plus à risque et les plus vulnérables.
    Pense-t-il que le gouvernement fédéral a un rôle à jouer dans ce domaine? Devrait-il intervenir lorsque des provinces, comme ma province, l’Alberta, n’ont pas fait un bon travail pour s’assurer que les travailleurs de la santé de première ligne, les enseignants, les pompiers et les premiers intervenants reçoivent le vaccin? Le gouvernement fédéral a-t-il un rôle à jouer à ce moment-là?
    Madame la Présidente, le gouvernement fédéral a une responsabilité envers les Canadiens autochtones et les travailleurs de la santé de première ligne. Il doit s’efforcer de faire vacciner ces personnes en priorité.
    La réalité est que si nous parlons à n’importe quel dirigeant provincial, il dira invariablement qu’il n’a pas reçu suffisamment de vaccins. Je crois que les gouvernements provinciaux, où qu’ils soient au Canada, veulent que les vaccins aboutissent le plus rapidement possible dans les bras des gens. Je crois que le gouvernement fédéral veut aussi le faire. Cependant, les choses n’avancent pas assez vite.
    Nous pouvons regarder combien d’argent nous avons dépensé l’année dernière et ce que nous avons fait. Nous avons rapidement mis en œuvre les prestations d’urgence...

  (1250)  

    Nous reprenons le débat. La secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles a la parole.
    Madame la Présidente, je voudrais informer la Chambre que je partagerai mon temps de parole avec le député de Nova-Centre.

[Français]

    Je voudrais commencer par remercier l'ensemble des résidants d'Orléans pour leur soutien, leur force et leur esprit communautaire au cours de l'année dernière.
    Je sais que la pandémie a été éprouvante. Nos vies ont été touchées à plusieurs niveaux, qu'il s'agisse de rencontres sociales manquées, de la difficulté de travailler, de l'éloignement de nos proches et amis ou de la tragédie entourant ceux et celles que nous avons perdus.
    La normalité semble peut-être encore difficile et lointaine, mais je veux que l'on sache que nous sommes là pour les gens.

[Traduction]

    Je suis partagée, ici aujourd’hui. D’une part, je suis heureuse d’avoir l’occasion de remettre les pendules à l’heure et de rassurer mes électeurs, ainsi que tous les Canadiens, d’ailleurs, sur le fait que non seulement il existe un solide plan d’approvisionnement en vaccins, mais qu’il s’est révélé efficace à maintes reprises, depuis la négociation initiale jusqu’aux premières livraisons, en passant par l’établissement de relations continues, l’accélération de la livraison des doses et, tout récemment, l’annonce d’une entente future pour continuer à protéger les Canadiens. D’autre part, je suis déçue de voir que le Parti conservateur, en l'occurrence l’opposition officielle, ait choisi de s’engager dans un étrange débat partisan dans le but de distraire et de brouiller les pistes.
    En tant que mère, je peux dire aux députés que je me souviens d’avoir été déçue lorsque je savais que ma fille testait ma confiance, comme tous les enfants le font, lorsqu’elle présentait les faits comme il lui convenait, plutôt que d’être simplement honnête lorsqu’elle avait tort. C’est un peu ce que je ressens aujourd’hui.

[Français]

    Afin d'aider les Canadiens à mieux comprendre la situation et de m'assurer que l'opposition est partie prenante, je pense qu'il est important de rappeler à la députée et à ses collègues certains faits essentiels. Ces faits sont trop souvent passés sous silence parce qu'ils ne reflètent aucunement l'idée insensée proposée par cette motion.
    Voici un premier fait: quand les conservateurs ont dit que le Canada attendrait une décennie pour obtenir des vaccins, ils avaient tort. Voici un deuxième fait: lorsque les conservateurs ont déclaré que le Canada se trouvait à la fin d'une file de 2,5 milliards de personnes à vacciner, ils avaient tort.
    Les faits comptent. Il est de notre devoir, en tant que députés, de nous rassembler, de nous unir pour contribuer à l'effort collectif nécessaire pour nous emmener de l'autre côté et vaincre cette pandémie.
    Je ne crois pas que quiconque ici cherche délibérément à aggraver la situation, et je pense que d'y faire référence aujourd'hui est dangereux et extrême. Trop d'entre nous n'ont pas eu l'occasion de dire au revoir à des êtres chers, à des voisins, à des amis et à des collègues. Dans ma vie professionnelle, celle d'avant ma vie politique, et chaque jour depuis, j'ai été témoin d'innombrables façons de remplir notre devoir envers nos communautés et les Canadiens. Ce devoir, la motion ne le remplit pas.

[Traduction]

    Comme nous l’avons dit à maintes reprises, la lutte contre cette pandémie est, était et restera notre priorité absolue jusqu’à ce que tous les Canadiens qui veulent un vaccin soient vaccinés. C’est pourquoi l'échéance que propose la députée est si renversante. En plus, elle présente une motion qui ne semble pas reposer sur les faits.
    Dans le cadre de notre plan d’approvisionnement en vaccins — dont les députés de l’opposition ont si souvent mis l’existence en doute —, nous avons non seulement livré les doses à temps, mais nous avons en fait dépassé les délais et les attentes grâce à l’établissement de relations constructives avec les fournisseurs de vaccins. Nous négocions énergiquement pour continuer à accélérer la livraison des doses. La proposition de la députée semble faire abstraction de ces étapes.
    Nous avons accéléré la livraison de 3,5 millions de doses au cours du premier trimestre, pour une augmentation de plus de 58 %, et nous accélérerons la livraison de 20 millions de doses d’ici la fin du deuxième trimestre, pour une augmentation de 68 %.
    Dans les faits, depuis décembre et jusqu’à aujourd’hui, plus de 15 millions de doses ont été livrées au Canada, plus de 30 % des Canadiens ont reçu au moins une dose et, d’ici la fin juin, le Canada aura reçu un minimum de 48 millions de doses en tout.
    C’est pour ces raisons que je conteste l'échéance fixée par la députée. Ce choix n’est pas fondé sur la science. Je soupçonne qu’il n’est pas non plus fondé sur la connaissance de la chaîne d’approvisionnement mondiale, ni sur les connaissances des scientifiques et les réalités de la production. Ce choix peut attirer l’attention, mais il n’est fondé ni sur la réalité ni sur les faits et il est voué à l’échec. Ce genre de stratagème partisan ne nous aidera pas à relever plus rapidement le défi qui consiste à surmonter ensemble la pandémie.
    Les électeurs de la députée de Calgary, et en fait tous les Canadiens, méritent mieux.

  (1255)  

[Français]

    Plus que jamais il est temps pour « Équipe Canada » de se serrer les coudes et de se concentrer sur l'énorme responsabilité qui consiste à assurer que tous les Canadiens qui veulent se faire vacciner le soient le plus rapidement possible; à s'assurer qu'à l'avenir nous aurons en place des mesures de protection contre les variants préoccupants; et à envisager la reprise non seulement de l'économie canadienne, mais aussi de l'ensemble des communautés qui composent chacune de nos circonscriptions.
    Nous devons à nos électeurs de présenter un plan clair qui fonctionne, et non pas un plan voué à l'échec dès le départ, conçu pour faire avancer un programme politique.
    Je souhaite aider mes collègues à s'assurer qu'ils comprennent les fondements scientifiques de notre plan, les faits qui ont motivé nos décisions et les réalités de cette époque sans précédent.
    En proposant un plan qui a peu d'espoir de réussite, la députée mine le travail extraordinaire déjà accompli pour relever le défi imposé par la pandémie. Aussitôt que la première séquence du génome d'un nouveau coronavirus a été identifiée en janvier de l'année dernière, des scientifiques se sont mis au travail dans les universités et dans l'industrie. Les gouvernements du monde entier ont uni leurs efforts pour collaborer à une échelle jamais vue auparavant, afin de développer des vaccins sûrs et efficaces.
    À ce jour, plus de 12 millions de doses de vaccins ont été administrées aux Canadiens dans tout le pays. Nous verrons ce nombre continuer à augmenter rapidement, grâce à notre approche d'un cadre de vaccins diversifiés provenant de sept fournisseurs qui nous permettent de fournir de multiples options et des millions de doses de vaccins efficaces aux Canadiens.
    Notre plan a été guidé par la science. Notre travail a été guidé par notre Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19, composé d'experts et de leaders de l'industrie, qui a fourni des conseils scientifiques et techniques afin de s'assurer que notre plan était aussi robuste et flexible que possible pour relever les défis auxquels nous sommes confrontés.
    À ce jour, nous avons reçu plus de 15 millions de doses et d'autres arrivent chaque semaine. Nous continuons à mettre nos fonctionnaires sous pression directement pour le bien-être des Canadiens.

[Traduction]

    Je suis très heureuse d’être à la Chambre pour débattre de cette question, car, bien franchement, nous sommes vraiment sur la bonne voie. Nous allons poursuivre notre travail pour vaincre le virus. Les vaccins arrivent et nous nous dirigeons vers l'après-pandémie.

[Français]

    Les Canadiens collaborent et s'assurent de respecter les lignes directrices en matière de santé publique, afin de freiner la propagation de virus en cette période critique.
    La députée de l'autre côté de la Chambre et ses collègues du caucus conservateur ont choisi de se livrer à des jeux partisans, alors que notre gouvernement s'est concentré sur la lutte contre le virus, la protection de la sécurité et le bien-être des Canadiens.

  (1300)  

    Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours. Quand on l'écoute, on entend une série de beaux mots les uns après les autres, mais, dans les faits, on a un problème qui est réel.
    Lorsqu'on attaque la motion et qu'on dit que le plan ou l'option demandée est irréaliste, on peut certainement en discuter. Cependant, le fait est que ce qui a été fait par le gouvernement libéral jusqu'à présent est une série d'échecs.
    Reportons à l'an passé, lorsque le gouvernement a décidé de faire affaire avec la Chine, avec la compagnie CanSino. C'était la première erreur. La deuxième erreur est de ne pas être transparent en ce qui a trait aux contrats.
    Pourquoi le gouvernement de ma collègue a-t-il fait affaire avec CanSino?
    Pourquoi les contrats ne sont-ils pas plus accessibles pour que les citoyens puissent savoir ce qui se passe?
    Madame la Présidente, je suis très fière de répondre à mon collègue, parce que cela illustre le côté partisan des choses, encore une fois.
    Depuis le début, nous avons fait ce qu'il fallait pour les Canadiens. Souvenons-nous de ce que nous entendions dans nos circonscriptions. Les Canadiens étaient confrontés à une pandémie jamais vue. Nous avons offert un soutien financier; en outre, aussitôt que les vaccins sont devenus disponibles, nous les avons offerts.
    À ce jour, je rappelle que plus de 15 millions de vaccins ont été livrés au Canada, et que plus de 30 % des Canadiens ont reçu leur première dose.
    Madame la Présidente, je profite de l'occasion pour saluer ma collègue, membre comme moi du caucus multipartite sur le diabète juvénile.
     Effectivement, la campagne de vaccination a mal commencé, mais nous pensons que le gouvernement va relever son défi de vacciner l'ensemble de la population d'ici la fin du mois de septembre. Je partage aussi le point de vue de ma collègue sur la motion conservatrice, laquelle est irréaliste. Il me semble vraiment qu'on aurait pu passer la journée à parler d'autre chose. Le Bloc fait ses choix.
    Il n'en reste pas moins qu'on est en pleine troisième vague. Quelle en est la raison? Oui, il y a eu des retards dans la livraison des vaccins, il y a eu trois mois d'hésitation, il y a la multiplication des variants, mais il y a aussi des déficiences dans le contrôle des frontières.
    Ma collègue parlait des bons coups du plan libéral, mais il y a aussi des lacunes dans ce plan et j'aimerais qu'elle nous en parle.
    Madame la Présidente, je salue ma chère collègue. Nous sommes toutes deux membres de ce caucus multipartite, effectivement, et c'est toujours un plaisir.
    Dès le début de la pandémie, la santé et la sécurité des Canadiens ont guidé nos actions. Nos contrôles frontaliers sont parmi les plus sécuritaires pour les gens et nous avons ajouté ou bonifié un certain nombre de mesures ces derniers mois pour répondre à ces variants en provenance de l'étranger.
     Le gouvernement veut protéger les Canadiens. Nous devons aussi nous assurer que les Canadiens qui veulent revenir au pays le peuvent, car c'est de la première importance. Je pense que les gestes que nous posons ensemble en tant que parlementaires sont importants.
    Madame la Présidente, je remercie ma collègue de son discours.
     La santé et la sécurité collective des Québécois et des Canadiens dépendent du pourcentage de vaccination de notre population. On doit tous travailler ensemble pour que cela se fasse le plus vite possible.
    Notre sécurité collective dépend aussi du taux de vaccination dans les autres pays, puisque nous luttons contre une pandémie mondiale. Pour assurer l'accès aux vaccins aux pays les plus pauvres et les plus démunis de la planète, est-ce ma collègue serait prête à suspendre ou à lever les clauses de propriété intellectuelle qui s'appliquent à ces vaccins?
    Madame la Présidente, je suis un peu partagée sur la question de mon collègue et la solution qu'il propose.
    Je suis fière de savoir que notre pays, le Canada, a versé plus de 220 millions de dollars au programme COVAX pour répondre à son engagement d'aider les communautés. Je sais que la ministre Gould et notre gouvernement...
    Je rappelle à l'honorable secrétaire parlementaire qu'on ne doit pas utiliser les noms des autres parlementaires.
    Nous reprenons le débat. L'honorable secrétaire parlementaire de la vice-première ministre et ministre des Finances a la parole.

  (1305)  

[Traduction]

    Madame la Présidente, c'est toujours une joie de participer aux délibérations de la Chambre, ne serait-ce que par vidéoconférence. Si je ne suis pas présent en personne, c'est évidemment à cause de la pandémie de COVID-19, qui a récemment forcé ma province, la Nouvelle-Écosse, à se mettre en confinement pour au moins quelques semaines.
    Depuis environ un an et demi, ce que nous vivons est extrêmement difficile. Les familles ont eu du mal à faire garder leurs enfants lorsque leur lieu de travail a dû fermer. Les gens ont perdu des proches à cause de la pandémie, et c'est extrêmement malheureux. Les jeunes ont subi une interruption de leurs années d'activités sportives, de cérémonies de remise de diplômes et de relations sociales. La pandémie a aussi assombri leurs perspectives économiques à court terme.
    Comme on le sait, ce sont les vaccins qui mettront un terme à ces difficultés et, de façon générale, à la pandémie. La motion qui est présentée aujourd'hui est censée porter sur la stratégie de vaccination du gouvernement du Canada, mais on dirait qu'elle a autant pour but de marquer des points politiques que d'améliorer les choses en matière de santé publique.
    Le texte et l'esprit de la motion semblent être fondés sur de fausses informations. De plus, la motion ne mentionne pas les mesures sanitaires qu'il est nécessaire de respecter, en plus de mettre en œuvre une stratégie d'approvisionnement en vaccins, afin de vaincre la pandémie de COVID-19 en réduisant au minimum les conséquences sur la santé des gens, l'économie et les libertés civiles des personnes qui vivent des périodes de confinement longues de plusieurs mois dans d'autres régions du Canada.
    Durant mon intervention, j'ai l'intention de faire le point sur la distribution des vaccins au Canada, de parler de la mise en œuvre de la stratégie depuis le début et de discuter de l'importance des autres mesures sanitaires.
    Pour ce qui est de l'état de la situation, malgré ce que prétendent les conservateurs depuis le début de la pandémie, y compris leur chef, qui affirme que le Canada est en queue de peloton, et leur porte-parole en matière de santé, qui prédit que le Canada n'aura pas de vaccins d'ici 2030, le Canada se classe actuellement au troisième rang des pays du G20 en ce qui concerne le nombre de doses administrées par rapport à la population.
    À ce jour, plus de 30 % des Canadiens ont reçu une dose de vaccin contre la COVID-19. Je suis très heureux d'annoncer que tout récemment, ma mère et mon père ont grossi les rangs de ces Canadiens qui ont reçu leur première dose. Jusqu’à présent, environ 15,7 millions de Canadiens ont reçu une dose et nous prévoyons que d’ici la fin de juin, nous aurons administré environ 50 millions de doses à travers le Canada.
    Est-ce parfait? Non. Cependant, lorsque je regarde les pays comparables, c’est en fait plutôt bon. La réalité est que nous sommes en bonne voie d’administrer la première dose à tous les Canadiens qui souhaitent être vaccinés d’ici la fin du mois de juin et que nous serons tous complètement vaccinés d’ici la fin du mois de septembre. Avec un peu de chance, nous pourrions être légèrement en avance sur ce calendrier.
    En ce qui concerne plus particulièrement le vaccin Pfizer, qui est en quelque sorte devenu le cheval de bataille de l'arsenal de vaccins du gouvernement, nous prévoyons qu’au cours du mois de mai, nous recevrons environ 2 millions de doses par semaine, et davantage à l’approche du mois de juin.
    Cela donne un aperçu de notre situation actuelle, mais ce n’est pas un hasard si nous en sommes là aujourd’hui: il a fallu beaucoup de travail. Le dépôt de la motion conservatrice qui dit arbitrairement que d’ici environ trois semaines et demie, tout le monde devrait être vacciné, sans expliquer comment y parvenir, me fait dire que l’intention des conservateurs n’a jamais été que la motion soit prise au sérieux, mais plutôt de faire les manchettes. J'aimerais donc expliquer aux députés comment nous nous en sommes arrivés là.
    La motion accuse le gouvernement de retarder l’approvisionnement de vaccins, ce qui me semble ironique puisque le chef conservateur n’a même pas parlé de l’achat de vaccins à la Chambre des communes avant la toute fin d’octobre. À ce moment-là, nous étions déjà bien avancés. Je me souviens de m’être entretenu avec certains de mes collègues, de différents partis en fait, dès mars 2020, de l’importance d’investir dans la recherche pour découvrir un vaccin contre une maladie qui n’existait pas il y a un an et demi environ.
    Je crois que c’est le 11 mars 2020 que le premier ministre a fait la première annonce d’un milliard de dollars pour lutter contre la COVID-19, ce qui comprenait des mesures de soutien à la santé publique pour les gouvernements provinciaux, l’achat d’EPI et 275 millions de dollars pour la recherche, y compris pour la mise au point de vaccins.
    En avril, le premier ministre a annoncé un autre milliard de dollars, pour ce qu’on a baptisé, je crois, le « plan de mobilisation des sciences pour lutter contre la COVID-19 ». Dans ce fonds, des sommes importantes ont été consacrées à la mise au point de vaccins.

  (1310)  

    Parallèlement, nous cherchions à conclure autant de contrats que possible avec des sociétés pharmaceutiques du monde entier puisque nous n'étions pas certains d'être en mesure de produire un vaccin au Canada, étant donné que nous avons commencé sans la capacité de biofabrication nécessaire pour le faire. Nous voulions mettre toutes les chances de notre côté pour avoir accès aux tout premiers vaccins que Santé Canada pourrait approuver. C’est précisément ce que nous avons fait.
    En juillet et août, nous avions déjà signé des ententes avec Pfizer et Moderna pour la livraison de dizaines de millions de doses au Canada. C’est peu après cela que le chef de l’opposition a commencé à dire que nous étions en queue de peloton, ce qui a incité le patron de Moderna, je crois, à déclarer publiquement que le Canada serait dans les premiers à obtenir ses vaccins et recevrait 20 millions de doses de son produit. Nous avons la chance d’avoir à Santé Canada des spécialistes capables d’examiner et d’approuver très rapidement les produits. En fait, en décembre, le Canada comptait parmi les tout premiers pays à recevoir des doses de vaccin.
    Je ne nierai pas qu’il y a eu un léger retard au début de l’année dans la livraison des vaccins. Toutefois, je ferai remarquer qu’il y avait une très bonne raison à ce léger retard. L’usine de Pfizer en Belgique, qui fabrique les dizaines de millions de doses que reçoivent à présent les Canadiens, a fermé temporairement afin de s’équiper pour augmenter la production pour être en mesure de livrer plus de doses en moins de temps. C’est exactement ce que nous voyons aujourd’hui. Nous recevons des millions de doses par semaine, et nous finançons les provinces directement, ce qui comprend le milliard de dollars annoncé dans le récent budget pour l’administration des vaccins dans les collectivités dans tout le Canada.
    Force est de reconnaître que nous ne pouvons pas compter uniquement sur les vaccins pour lutter contre cette pandémie. Cette maladie n’existait nulle part dans les populations humaines il y a un an et demi. Nous devons mettre en œuvre d’autres mesures de santé publique afin d’enrayer la propagation de la COVID-19 pendant la campagne de vaccination.
    Nous savons qu’il y a une lumière au bout du tunnel, mais si j’ai un message pour les Canadiens qui nous écoutent peut-être aujourd’hui, c’est de suivre les conseils des autorités sanitaires de leur collectivité afin de se protéger, de protéger leurs voisins et de protéger le système de santé publique.
    Depuis le début, nous mettons l’accent sur certaines de ces autres mesures, y compris le soutien pour l’équipement de protection individuelle livré aux travailleurs de première ligne et aux collectivités, les tests de dépistage rapide, qui sont distribués dans ma province, la Nouvelle-Écosse, plus rapidement qu’ailleurs au Canada, et la réouverture sécuritaire des collectivités entre les deux premières vagues de la pandémie pour que les Canadiens puissent reprendre le travail et gagner leur vie sans prendre de risque pour leur santé. Évidemment, nous avons mis en place des soutiens du revenu importants pour les ménages et les entreprises afin qu’ils aient les moyens de faire ce qu’il fallait et de rester à la maison lorsque c’était nécessaire pour protéger la santé de leur collectivité.
    Nous avons constaté que les endroits qui ont adopté une stratégie visant à réduire le nombre de cas de COVID-19 à zéro, une approche dont je suis le plus ardent défenseur, ont obtenu les meilleurs résultats sur le plan de la santé publique et de l'économie. Je ferai remarquer qu'avant la hausse des cas d'infection en raison de la récente troisième vague en Nouvelle-Écosse, tous les emplois qui avaient disparu pendant la pandémie avaient été rétablis. Nos collectivités ont pu jouir d'une qualité de vie qui était devenue rare au Canada, voire dans le monde entier. Il est important de souligner que les endroits qui ont adopté l'approche visant à réduire le nombre de cas de COVID-19 à zéro sont aussi ceux dont les habitants ont connu le moins de restrictions de leurs libertés civiles. Si nous prenons des mesures difficiles, mais intelligentes dès le départ, nous obtenons le meilleur résultat et pouvons jouir d'une plus grande liberté dans nos collectivités par rapport aux compétences qui prennent des demi-mesures et obtiennent des résultats terribles.
    La motion semble déplorer le recours aux confinements en particulier. J'ai la chance de vivre en Nouvelle-Écosse. Jusqu'à tout récemment, je pouvais emmener ma fille à ses cours de natation. Je pouvais aller au restaurant avec des amis. Nous faisions attention. Nous respections les mesures de distanciation. Nous portions des masques, sauf lorsque nous étions assis à table. Nous pouvions aller à des centres de conditionnement physique si nous le voulions. Étant donné que nous avons constaté une hausse du nombre de cas en quelques jours seulement, le premier ministre a décidé de rétablir les mesures de confinement. Il a, selon moi, pris la bonne décision et le public a réagi de façon magnifique. Les gens respectent les règles, portent des masques et restent chez eux, et nous commençons déjà à voir une baisse dans le nombre de cas. J'espère sincèrement que cette tendance se poursuivra. J'espère que tout le monde continuera à suivre les conseils de santé publique afin que ma province, la Nouvelle-Écosse, puisse continuer à donner l'exemple au monde entier.
    La lumière au bout du tunnel est à portée de vue. Si nous redoublons d'efforts dès maintenant pour protéger notre santé et celle de nos voisins, nous pouvons traverser la pandémie et nous en sortir plus forts que jamais.

  (1315)  

    Madame la Présidente, mon collègue, qui vient de la Nouvelle-Écosse, donne une perspective bien différente. Je suis d’accord avec certaines choses qu’il a dites. Premièrement, nous devrions écouter les autorités de la santé publique. Il a aussi dit que si nous avions commencé par prendre les mesures les plus difficiles dès le départ, nous aurions obtenu de meilleurs résultats et la situation serait plus facile à gérer.
    La Nouvelle-Zélande, l’Australie, Taïwan et la Corée du Sud ont tous adopté des politiques très semblables à celles de sa propre province pour ne pas laisser entrer le virus sur leur territoire, mais son propre gouvernement ne l’a pas fait. Il a échoué à protéger sa frontière. Si nous prenons l’exemple de la Colombie-Britannique, nous avons aujourd’hui les taux les plus élevés d’hospitalisations à cause des variants de la COVID-19, d’après ce qu’a dit la Dre Henry.
    Le député se lèvera-t-il pour admettre que son gouvernement n’a pas réussi à empêcher le virus d’entrer dans notre pays, que cette propagation exponentielle des variants est la cause des problèmes et que son gouvernement n’a pas suffisamment de vaccins pour les enrayer?
    Madame la Présidente, je conviens avec le député que les variants présentent un risque énorme pour les populations et les collectivités du Canada. Je l’exhorte toutefois à modérer ses propos et à ne pas essayer de se faire du capital politique.
    Je souligne que le problème au Canada est en grande partie causé par la propagation communautaire. Je rappelle que nous avons restreint les déplacements non essentiels dès le début de la pandémie et que nous avons intensifié ces efforts depuis, notamment en imposant une quarantaine obligatoire aux personnes qui reviennent au pays.
    Je signale également que les gens ne comprennent pas bien les mesures qui ont été prises au Canada atlantique. Nous n’avons pas interdit l’entrée dans les provinces de l’Atlantique durant toute la pandémie. Nous avons simplement imposé des restrictions sévères aux personnes qui revenaient chez elles.
    J’exhorte les provinces de tout le Canada et tous les pays du monde à adopter une approche qui oblige les personnes qui voyagent à rester chez elles à leur retour ou à éviter carrément tout voyage non essentiel. C’est l’avis qui a été émis dès le début de la pandémie, et que ma province et...
    La parole est à la députée de Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d'Orléans—Charlevoix pour des questions et des commentaires.

[Français]

    Madame la Présidente, j'apprécie l'exposé de mon collègue.
     J'aimerais apporter une nuance qui m'interpelle particulièrement. Chez nous, à Québec, dans la capitale nationale, il y a un laboratoire pharmaceutique qui s'appelle Medicago. Nous en avons rencontré les responsables, le printemps dernier. Ce sont des gens absolument fantastiques. Ils étaient très inquiets parce que le financement qui devait venir du fédéral n'arrivait pas. Or le fédéral finançait d'autres entreprises pharmaceutiques dans le monde, mais pas Medicago.
    S'il n'y avait pas eu de retard d'investissement dans Medicago, tous les Canadiens seraient probablement vaccinés par un vaccin québécois.
    J'aimerais entendre mon collègue à propos de ce retard, de cette lenteur à soutenir Medicago.
    Madame la Présidente, avant de commencer, je veux remercier ma collègue de sa question. J'espère qu'elle sera d'accord pour que je lui réponde en anglais.

[Traduction]

    Il est très important que nous écoutions ce que disent les experts tout au long de notre lutte contre la pandémie, notamment en ce qui concerne le déploiement des vaccins. Le gouvernement fédéral a débloqué des fonds pour la mise au point de vaccins et, c’est vrai, pour l’achat de vaccins sur le marché international.
    Je ne demanderais pas mieux que des vaccins produits au Canada et au Québec soient administrés aux Canadiens afin que nous puissions protéger leur santé et profiter des retombées économiques que cela représente. En fait, des investissements en ce sens ont été annoncés dans le dernier budget. Je ne suis toutefois pas un expert pour dire quel candidat vaccin est le plus susceptible d’être approuvé, mais en tant que député...
    Nous devons permettre à d’autres députés de poser des questions.
    Le député de Timmins—Baie James a la parole.
    Madame la Présidente, je suis bien content que mon collègue ait pu aller au gym, à des cours de natation et au restaurant. Mais pendant ce temps, dans la région du Grand Toronto, les travailleurs racialisés décèdent par centaines, victimes de nouveaux variants qui proviennent d’autres pays comme le Brésil.
    J’aimerais demander à mon collègue pourquoi, le mois dernier, l’Afrique du Sud et d’autres pays du tiers monde ont reproché au gouvernement canadien, devant l’OMC, de les empêcher activement de fabriquer des vaccins. Les libéraux semblent se dire « après nous, le déluge »: ils continuent de protéger les intérêts des grandes sociétés pharmaceutiques, alors que nous sommes aux prises avec de nouvelles souches virulentes et plus meurtrières.
    Le député pense-t-il vraiment que la Nouvelle-Écosse et sa bulle seront protégées ou que les travailleurs racialisés seront protégés si nous n’atteignons pas l’équité mondiale en matière de vaccins? D’autres mourront encore. Pourquoi les libéraux empêchent-ils le tiers monde...
    Le secrétaire parlementaire a la parole.

  (1320)  

    Madame la Présidente, j’ai cité l’exemple de la Nouvelle-Écosse non pas pour me vanter de la qualité de vie dont nous jouissons, mais pour montrer aux gens qu’une autre issue est possible s’ils agissent de façon responsable. En passant, je tiens à mentionner que ma sœur vit dans la circonscription du député et...
     Est-il en train de dire que les gens de Brampton n’ont pas agi de façon...
    Le député doit laisser le secrétaire parlementaire répondre.
    Madame la Présidente, je souligne que ma sœur vit dans sa...
    M. Charlie Angus: C’est...
    M. Sean Fraser: Madame la Présidente, je n’entends rien. Je pense que le député continue de m’interrompre. Puis-je poursuivre?
    Je demanderais au député de Timmins—Baie James de bien vouloir laisser le secrétaire parlementaire répondre à la question.
    Le député de Kingston et les Îles invoque le Règlement.
    Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Le député de Timmins—Baie James passe beaucoup de temps à la Chambre à critiquer en particulier le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan pour le genre d'interruptions qu'il vient lui-même de faire à distance.
    Je vous encourage fortement à demander au député de Timmins—Baie James de respecter le Règlement de la Chambre et de ne pas interrompre de la sorte.
    Absolument, et c'est exactement ce que je viens de demander au député.
    Le secrétaire parlementaire dispose de 15 secondes pour répondre.
    Madame la Présidente, pour résumer, l'équité en matière de vaccins est en fait très importante. En limitant les éclosions dans les points chauds du monde et au pays, nous empêcherons l'apparition d'autres variants qui pourraient être résistants aux vaccins. Je vais travailler pour que les communautés racialisées et les travailleurs de première ligne aient accès aux vaccins afin que nous ne protégions pas seulement leur santé, mais aussi la santé publique dans son ensemble.
    Madame la Présidente, à dire franchement, nous vivons une période très difficile pour tous les Canadiens. Presque toutes les provinces, y compris la mienne, vivent actuellement divers types de confinements et tentent d’appliquer divers types de restrictions aux déplacements interprovinciaux. Nous voyons de plus en plus d’affiches « À louer » dans nos centres-villes, car de nombreuses petites entreprises ne peuvent plus tenir le coup. Les gens sont frustrés. Ils sont contrariés. Les gens ne sont pas unis. Certains réclament le confinement total, d’autres manifestent ouvertement par défi.
    Je suis sûr que nous recevons tous un large éventail de commentaires de nos propres concitoyens. S’il y a une chose sur laquelle nous pouvons tous nous entendre, c’est que si nous ne parvenons pas à faire vacciner davantage de Canadiens, la situation ne fera qu’empirer au lieu de s’améliorer.
    Nous avons entendu de nombreux premiers ministres provinciaux nous dire qu’ils sont en train de perdre la bataille contre les variants, qu’ils n’ont tout simplement pas assez de vaccins pour tout le monde. À l’autre bout du spectre, nous avons un premier ministre qui nous dit à quel point il a fait un travail formidable pour répondre à cette pandémie. Il suffit de lui poser la question. Nous avons un ministre de la Sécurité publique qui tente de minimiser son incapacité de sécuriser correctement nos frontières, alors que des vols contaminés continuent d’atterrir dans nos aéroports. Nous avons une ministre de la Santé qui a essayé de nous dire, au début de cette pandémie, que les restrictions de voyage feraient plus de mal que de bien. Sérieusement, nous savons tous qu’elle a dit cela aux Canadiens.
    Maintenant, la plus grande menace à laquelle les Canadiens sont confrontés à l’heure actuelle, ce sont les variants de ce virus, des variants qui sont arrivés ici parce que nous n’avions pas de restrictions de voyage qui ont réellement fonctionné parce que notre ministre de la Sécurité publique n’a pas fait son travail pour sécuriser nos aéroports. C’est ainsi que ces variants sont arrivés, par l’inaction des ministres de la Couronne du gouvernement libéral. Des gens meurent aujourd’hui à cause de cette incompétence.
    Pour être bien clair, ce n’est pas la faute du caucus du gouvernement. Il y a de bonnes personnes, des personnes compétentes du côté du gouvernement. Le problème, c’est qu’elles continuent à siéger sur les banquettes arrière, tandis que les moins performants continuent à s’asseoir à la table du Cabinet. Pourquoi ce premier ministre récompense tellement ceux qui n’ont pas réussi à obtenir les résultats dont les Canadiens ont besoin et qu’ils méritent reste un mystère, mais nous voici, ayant désespérément besoin de plus de vaccins. C’est le premier ministre qui a décidé que sa première réponse à cette crise des vaccins serait de conclure un accord avec CanSino Biologics, de la Chine. Nous savons tous comment cela a tourné. Lorsque cet accord a échoué, n’oublions pas que le premier ministre l’a caché aux Canadiens pendant près de trois mois. Nous avons littéralement trois mois de retard aujourd’hui.
    L’idée que les Canadiens puissent devoir renoncer à un été à cause de l’incompétence et de la négligence du premier ministre est inacceptable à mes yeux. Aucun député à la Chambre ne devrait accepter une telle idée. Le premier ministre nous a dit que le mieux était toujours possible. C’est l’objet de la motion aujourd’hui. Elle vise à dire qu'assez, c’est assez. Il est temps que le premier ministre tienne ses promesses.
    Je veux simplement interrompre le débat un instant pour faire savoir à la Chambre que je serai suivi par un bien meilleur député. C’est le député d’ Edmonton Centre qui, j’en suis sûr, enfoncera le clou.
    Plus tôt cette semaine, le Blacklock’s Reporter a rapporté que le gouvernement libéral avait jeté à la poubelle 8,8 millions d’articles de protection individuelle avant le début de la pandémie, sans les remplacer. Le pire, c’est que cette information a été dissimulée pendant un an. Les Canadiens ne savaient pas que le gouvernement libéral avait fait cela parce qu’il l’avait caché sous prétexte qu'il s'agissait d'une question de sécurité nationale. Incroyable: le gouvernement a invoqué la sécurité nationale. C’est inacceptable. La liste des échecs est longue.
    Nous sommes maintenant dans une situation où nous donnons la première dose de vaccin mais ne donnons pas la deuxième dans le délai suffisant. Le manque de vaccins détermine littéralement le déroulement de la campagne de vaccination.

  (1325)  

    Nous n’avons aucune idée de l’incidence qu’aura le report de la deuxième dose sur l’efficacité globale des vaccins, mais comme le premier ministre n’a pas réussi à assurer un approvisionnement suffisant, nous sommes confrontés à cette situation. C’est inacceptable. Le premier ministre se plaît à dire que tous ceux qui veulent être vaccinés le seront d’ici la fin de septembre, mais c’est tout simplement inacceptable.
    Le premier ministre lui-même a promis qu'il veillerait à toujours faire mieux. En fin de compte, c’est l’objet même de cette motion. Nous disons au premier ministre qu’il doit effectivement faire mieux. La santé mentale des Canadiens, la santé de notre économie et notre santé physique dépendent de la livraison par le premier ministre d’un plus grand nombre de vaccins, et chaque jour de retard signifie que plus de Canadiens mourront de la COVID-19. Cela signifie également que plus d’unités de soins intensifs seront débordées et que les professionnels de la santé et les hôpitaux seront soumis à davantage de stress et de demandes.
    J’ai dit à plusieurs reprises aujourd’hui que la Colombie-Britannique compte actuellement un plus grand nombre de personnes hospitalisées à cause de la COVID 19 qu'à tout autre moment de la présente crise. Pourquoi? Parce que le premier ministre et le budget n’ont absolument rien prévu au sujet des transferts en santé à un moment où les hôpitaux, le système de soins de santé et les travailleurs de première ligne ont le plus besoin de soutien. Pourquoi? Parce qu’il n’y avait pas de séance photo. Au moment où nous avons le plus besoin d’aide durant une pandémie, le premier ministre pense que le statu quo en matière de financement des soins de santé fera l’affaire. Ce ne sera certainement pas le cas. Nous traversons une période où le premier ministre doit faire preuve de leadership comme jamais auparavant. Il faut que sa promesse de toujours faire mieux devienne une réalité et pas seulement une autre promesse non tenue. Voilà tout ce que cette motion demande au premier ministre.
    Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que le premier ministre ne peut rien faire de plus. À l’heure actuelle, de nombreux Canadiens qui ont la double citoyenneté peuvent traverser la frontière américaine et se faire vacciner immédiatement. Non seulement cela est avantageux pour ces personnes, mais cela signifie qu’il y a plus de vaccins à distribuer pour les Canadiens qui n’ont pas la double citoyenneté. Cependant, le problème, bien sûr, c’est qu’ils ne peuvent pas facilement revenir au Canada parce qu’il n’y a pas de moyen facile pour eux de rentrer chez eux. Ils doivent attendre quelques jours aux États-Unis, le temps d’obtenir les résultats de leurs tests. Cela leur occasionne des coûts prohibitifs et les expose à plus de risques. Alors qu’il pourrait y avoir une solution sensée à ce problème, nous l’attendons encore.
    Deux provinces ont pris des dispositions pour que leurs camionneurs puissent se faire vacciner aux États-Unis. Il n’y a pas de leadership fédéral à cet égard. De nombreux États frontaliers ont une capacité excédentaire, mais encore une fois, le premier ministre demeure silencieux à ce sujet. Nous savons aussi que des Canadiens ont reçu les deux doses pendant qu’ils étaient aux États-Unis. Ils se demandent quand le premier ministre leur facilitera le retour chez eux. Encore une fois, la réaction de notre premier ministre se fait attendre. Le premier ministre ignore pratiquement toutes les questions sur ce que nous allons faire. Il n’y a absolument aucun plan. Encore une fois, ce n’est pas suffisant. Les États-Unis et l’Union européenne élaborent des plans pour l’avenir. Chez nous, le premier ministre reste encore silencieux.
    C’est pourquoi j’ai d’abord souligné dans mon discours que les Canadiens sont de plus en plus frustrés. Le fait est que les Canadiens méritent mieux de la part de leur premier ministre. Ils méritent vraiment mieux. Cette motion demande que nous fassions notre part, en notre qualité de représentants démocratiquement élus des Canadiens, pour envoyer au premier ministre le message qu’il doit remplir ses obligations pour les Canadiens, qu’il doit élever son jeu et qu’il doit faire preuve d’un leadership qui donne des résultats concrets.
    Je vais voter en faveur de cette motion et demander aux autres députés de faire de même. Comme Canadiens, nous devons toujours croire qu’il est vraiment possible de faire mieux. Votons en faveur de cette motion et travaillons en ce sens.

  (1330)  

    Madame la Présidente, rien n’illustre mieux que la dernière intervention à quel point les conservateurs font la sourde oreille. Le député a suggéré que les Canadiens qui ont la double citoyenneté traversent la frontière, se fassent vacciner et rentrent ensuite au pays. Il préconise que le premier ministre encourage les Canadiens à adopter cette stratégie.
    Peut-il expliquer à cette Chambre comment il peut être favorable à une idée aussi farfelue que celle-là, comme si c’était une solution? Est-ce ainsi que les conservateurs entendent s’y prendre? Au moins, ils dévoilent enfin une stratégie. Leur stratégie consiste elle à encourager les gens à traverser la frontière?
    Madame la Présidente, je signalerai simplement au député que deux provinces ont déjà signé des ententes avec des États américains pour que les travailleurs essentiels comme les camionneurs puissent être vaccinés et protégés.
    Actuellement, le premier ministre permet à des travailleurs essentiels de faire l'aller et retour entre le Canada et les États-Unis tous les jours. Je dis bien « tous les jours », et ils ne sont pas vaccinés. Dès que quelqu'un essaie de proposer une idée — dans mon cas, c'est peut–être parce que j'ai le front marqué du grand C des conservateurs —, il répond abruptement que ce n'est pas la solution.
    Quelle est la solution alors? Profiter de COVAX? Aller à l'encontre de ce que font tous nos alliés?

[Français]

    Madame la Présidente, cette fois, je vais saluer mon collègue du Comité permanent de l'environnement et du développement durable.
    Nous partageons certains points de vue critiques à l'égard du gouvernement, notamment en ce qui a trait à la livraison tardive des vaccins après trois mois d'hésitation et à la multiplication des variants en raison d'un contrôle déficient des frontières.
    Je me demande cependant quelle est l'idée de proposer une motion complètement irréaliste. Aucun pays n'arriverait à répondre à une telle demande.
    Il existe pourtant de vrais scandales. On n'a qu'à penser à la mauvaise gestion des frontières, aux transferts en santé ou à la production locale de vaccins. Il me semble qu'il aurait été intéressant de débattre de ce qui est un vrai scandale.

[Traduction]

    Madame la Présidente, la motion est là pour qu'on parle de la COVID-19 et de la réponse du gouvernement. J'ai parlé de la vaccination. J'ai parlé des frontières. J'ai même fait remarquer que le gouvernement ne semble pas prêter attention aux variants qui sont apparus. Ce sont toutes des choses dont nous pouvons parler dans le débat.
    Gardons à l'esprit que c'est le gouvernement lui-même qui a établi le calendrier. Le gouvernement ne nous a pas donné suffisamment d'informations, et il n'a pas été clair du tout vis-à-vis de la population. C'est pourquoi nous revenons sans cesse à la charge, pour forcer le gouvernement libéral à faire mieux.
    Je remercie ma collègue du Québec pour son intervention. J'espère vraiment qu'elle appuiera cette motion, parce que nous avons besoin de faire pression sur le gouvernement pour qu'il agisse.
    Madame la Présidente, je me demande si le député partage mon point de vue à ce sujet. Le gouvernement libéral ne nous a pas présenté de plan concret pendant l'an et demi qui vient de s'écouler. C'est pourquoi nous sommes ici, aujourd'hui, pour discuter de cela afin d'avoir un plan concret pour que les gens se fassent vacciner rapidement.
    Madame la Présidente, les politiques appliquées actuellement à la frontière ont permis, et je dirais qu'elles continuent de permettre, l'entrée des variants. Lorsque les variants arrivent et se propagent, la menace croît de façon exponentielle. Avec deux doses de vaccins, les gens sont entièrement vaccinés, mais même les meilleurs vaccins ne sont efficaces qu'à 95 %.
    Le gouvernement libéral et le premier ministre doivent faire mieux. Les variants se fichent de ses réponses rédigées d'avance. Les habitants de ma circonscription se fichent de ses réponses rédigées d'avance. Il nous faut des mesures qui les protègent mieux contre les variants, qui réduisent l'engorgement des unités de soins intensifs et qui permettent à plus de gens de reprendre une vie normale.

  (1335)  

    Madame la Présidente, je prends la parole à la Chambre aujourd'hui à propos de la troisième vague et de la réponse à la COVID-19. Cela me désole d'avoir à intervenir à ce sujet, mais j'ai pu constater la situation critique que vivent les gens en raison de la pandémie.
    Les gens sont à la maison et ils sont frustrés. Les entreprises ferment leurs portes et les gens veulent retourner travailler. L'absence de stratégie suscite une frustration extrême. Des dizaines de pays ont récemment annoncé qu'ils rouvraient leurs frontières aux États-Unis, un pays que le premier ministre a critiqué pour sa réponse à la pandémie au début de celle-ci.
    Je prends la parole au sujet de cette motion aujourd’hui, alors que, la semaine dernière, l’Australie a tenu son plus grand événement sportif depuis le début de la pandémie en mars dernier. Que se passe-t-il au Canada? Dans certaines régions du pays, il ne peut même pas y avoir de rassemblements de plus de cinq personnes en plein air. C’est tout simplement inacceptable. Un peu moins de 3 % de la population canadienne a reçu ses deux doses de vaccin. C’est trop peu.
    On nous a également expliqué que nous avons espacé les doses, que nous avons dérogé aux consignes des fabricants. Seulement 30 % de la population, un chiffre dont le gouvernement se vante pourtant, a reçu sa première dose. Nous sommes donc assurément en retard par rapport à d’autres pays. Nous devrions faire mieux.
    Aux États-Unis, les nombres de cas et d’hospitalisations diminuent. Des entreprises et des restaurants rouvrent leurs portes. Les amateurs de sports retournent encourager leur équipe préférée. Les Canadiens le constatent. Ils voient aussi que notre pays ne réagit pas et que nous prenons du retard.
    Les États-Unis sont en mesure d’envisager un retour à la normale parce que leur population se fait vacciner. En comparaison, notre situation est déplorable. Je pense souvent à ce que le reste du monde se dit. Qu’est-il arrivé au Canada? Nous étions reconnus pour notre gentillesse, notre amour du hockey et notre excellent système de soins de santé. Ce sont des choses dont nous devrions être fiers et pour lesquelles nous sommes reconnus.
    Maintenant, les gens nous regardent et se demandent ce qui est arrivé au Canada, pourquoi nous sommes si en retard et pourquoi nous continuons d’ajouter des mesures de confinement au fur et à mesure que les variants apparaissent. La réponse est simple: c’est à cause d’un manque de vaccins.
    La perte des petites entreprises me brise le cœur. Lorsque nous parlons de ce qui est essentiel à l’économie, nous pensons aux entrepreneurs indépendants dont les commerces définissent très bien qui ils sont. Ils sont essentiels pour eux. Depuis janvier dernier, 220 000 entreprises ont fermé leurs portes. Une autre statistique déprimante concerne notre taux de chômage, le plus élevé des pays du G7. Cela ne devrait tout simplement pas se produire au Canada.
    Le pire dans tout cela, c’est qu’au lieu de nous montrer la lumière au bout du tunnel, qui devrait normalement arriver en septembre, je suppose, ou de nous montrer comment nous pouvons revenir à la normale comme le reste du monde, le gouvernement prend des mesures pour aider les gens. Malheureusement, ces mesures visent à les garder à l’intérieur parce que nous ne pouvons pas obtenir suffisamment de vaccins ou de tests au Canada pour que les gens puissent retourner au travail.
    Après tout, c’est de cela qu’il s’agit. Je pense qu’il s’agit de savoir quand il y aura une autre pandémie mondiale et si le gouvernement, la prochaine fois, imposera encore des mesures de confinement, en disant que c’est ce qu’il faut faire. Ne pourrions-nous pas être mieux préparés? Les gouvernements ne pourraient-ils pas donner aux Canadiens une meilleure assurance que nous serons mieux préparés dans l’avenir?
    Nous aurions dû tirer des leçons de la crise du SRAS et d’autres pandémies et être mieux préparés. Nous en avons pourtant déjà vécu quelques-unes. Nous avions des équipements de protection individuelle qui étaient inutilisés dans des entrepôts, et qui étaient même envoyés au dépotoir. Au début de la pandémie, nous avons envoyé des équipements de protection individuelle dans un autre pays, et nous en avons ensuite manqué. Ce n’est pas ce que j’appelle de la planification. C’est plutôt ce que j’appelle ne pas être prêt, et ne pas avoir de stratégie.
    En réalité, cet investissement dans les soins de santé et la capacité de fabrication ne peut pas être ponctuel. Prenons AstraZeneca. Apparemment, nous payons nettement plus cher que d’autres pays, et le Canada n’a pas la capacité de fabrication nécessaire pour produire ce vaccin. Je ne me préoccuperais pas vraiment du prix que nous payons si la livraison était assurée, si nous étions dans le peloton de tête et si nous pouvions montrer que nous obtenons de meilleurs résultats parce que nous payons plus.

  (1340)  

    Si nous nous comparons à d’autres pays, nous voyons que ce n’est pas le cas. Les faits sont là. Prenons Israël et ce qu’il a réussi à faire sans capacité de fabrication. Que fait notre gouvernement et où était-il au début des négociations?
    Nous avons démontré en tant que pays, notamment en Amérique du Nord, qu’en collaborant avec nos partenaires, nous surmontons des problèmes extraordinaires. Je pense au NORAD et à sa mise en place grâce à une excellente coopération entre nos deux grands pays. Que faisions-nous au début de la pandémie au lieu d'être avec nos partenaires américains pour décider comment protéger l’Amérique du Nord et adopter une stratégie qui fonctionne pour nos deux pays? Que faisions-nous?
    Même si nous réussissons à fabriquer les vaccins au Canada, nous ne pouvons pas compter uniquement sur nous-mêmes. Nous devons faire partie d’une initiative stratégique avec d’autres pays et avec l’industrie. Après un départ poussif, Pfizer, son partenaire BioNTech et Moderna ont mis les bouchées doubles et augmenté leur production. Ils ont gagné en expérience, intensifié la production et pris des mesures pour produire eux-mêmes certaines matières premières. Les États-Unis ont pris les devants et incité les entreprises et le secteur public à apporter leur contribution.
    Nous avons d’immenses talents dans ce pays. Nous aurions dû y faire appel. Nous aurions dû, comme les États-Unis et le Royaume-Uni, chercher dès le début des solutions. Nous avons les talents nécessaires, ce qui a malheureusement échappé au gouvernement, par indifférence ou par lenteur à réagir.
    Le gouvernement américain a donné accès à des fournitures aux fabricants de vaccins, en vertu de la Defense Production Act. Il a fourni 105 millions de dollars à Merck pour l’aider à fabriquer des doses du vaccin de Johnson & Johnson contre la COVID-19 et faciliter l’obtention de matières utilisées dans sa production. Les États-Unis ont pris le taureau par les cornes.
    La reprise économique ne sera pas complète tant que la crise sanitaire ne sera pas endiguée. Il nous faut une vision claire. Il nous faut des indicateurs, et nous devons savoir où nous allons et quel est le plan. Voilà la raison d’être de cette motion.
    D’aucuns remettront en question la possibilité qu’on en soit là en mai, mais si les Canadiens sont exaspérés, c’est notamment parce qu’il n’y a pas de plan. Le gouvernement doit aller de l’avant et fixer des objectifs, les comparer à ceux d’autres pays et montrer aux Canadiens qu’il a les choses en mains.
    Nous avions besoin de leadership pour obtenir rapidement des vaccins, mais il n’y en a pas eu. Il ne suffit pas de dire que des bons de commande ont été remplis, que nous avons la stratégie d’approvisionnement la plus ambitieuse et que nous avons envoyé le plus grand nombre de bons de commande pour que les Canadiens soient vaccinés. Nous devrions avoir honte de ne pas avoir pu faire mieux.
    Il n’y a pas de leadership pour la fabrication de vaccins. Je reconnais que le gouvernement se montre maintenant intéressé à la question et qu’il y consacre un peu de temps, d’argent et d’effort pour répondre aux besoins. Je le félicite à ce sujet, même s’il agit tardivement.
    J’ai mentionné la collaboration avec les États-Unis. Il n’y a pas de raison pour que nous ne puissions pas travailler avec nos partenaires, parce que nos économies sont intimement liées. Il faut permettre aux spécialistes de travailler ensemble pour faire les choses de la bonne façon. Si nous ne savions pas cela auparavant, nous devrions le savoir maintenant. J’exhorte le gouvernement à permettre aux spécialistes de travailler ensemble afin de mieux réagir à la situation et de nous préparer correctement pour l’avenir.
    Une année s’est écoulée. Nous sommes encore en retard pour le dépistage. Alors que le reste du monde a accéléré le rythme, il n’y a pour ainsi dire aucune discussion sur la réouverture de la frontière à ce moment-ci. Lorsque la fermeture de la frontière entre le Canada et les États-Unis est prolongée, les médias n’en parlent même pas.
    Dans l’ensemble, le gouvernement a gravement manqué de leadership. Les gens sont maintenant exaspérés. Ils veulent retourner au travail. Ils ne veulent plus fonctionner dans des bulles. Assez, c’est assez. Il faut montrer un peu de leadership. À Edmonton-Centre, la magnifique circonscription que je représente, les gens exigent davantage de nous. Dotons-nous d'un plan et remettons les gens au travail.

  (1345)  

    Madame la Présidente, le député demande où nous en étions au début avec nos partenaires nord-américains. Pendant que mes parents étaient coincés sur un navire de croisière au large des côtes de la Californie, le gouvernement encourageait les Canadiens à revenir à la maison. Le gouvernement cherchait des moyens de protéger les Canadiens.
    Pendant que l’ancien président des États-Unis disait que la maladie allait disparaître comme par magie au plus tard à la fin de la fin de semaine de Pâques, nous élaborions des plans pour venir en aide aux Canadiens pendant toute la pandémie. Ainsi, alors que les États-Unis connaissaient une explosion de cas, affichant un taux de mortalité trois ou quatre fois supérieur à celui du Canada, nous prenions soin des Canadiens. Voilà ce que nous faisions.
    Le député laisse-t-il entendre que nous aurions dû suivre la même voie que nos homologues d’Amérique du Nord, en l’occurrence les États-Unis?
    Madame la Présidente, ce que je veux dire, assurément, c’est que le gouvernement devrait avoir une stratégie pour obtenir les vaccins dont notre pays a besoin. La stratégie du gouvernement a été de recourir à l’entreprise chinoise CanSino. C’était sa stratégie initiale. Qu’est-ce que cela a donné? Si, vraiment, le député d’en face jetait un coup d’œil à la situation qui a cours aux États-Unis comparativement à la nôtre, il devrait se rendre compte qu’il y a moyen de travailler avec les Américains. Beaucoup des vaccins qui sont sur le marché sont élaborés par l'État voisin et ils sont mis à notre disposition.

[Français]

    Madame la Présidente, je suis d'accord avec mon collègue: il y a plusieurs ratés dans le plan libéral. Nous le savons depuis le début.
    Les conservateurs voulaient mettre en œuvre un plan. Cependant, je rappelle qu'ils avaient déposé une motion réclamant un plan de déconfinement pas plus tard que le 23 mars dernier, à la veille de la troisième vague. Pour ce qui est d'avoir une vision, il faut faire attention aux conservateurs.
    Depuis le début de la journée, aucun conservateur n'a été capable de répondre à ma question. Est-ce que le libellé de la motion est réaliste?
    Les Québécois et les Québécoises sont tannés des fausses promesses libérales; ils n'ont pas besoin des fausses promesses conservatrices.

[Traduction]

    Madame la Présidente, la motion dit que « la Chambre demande au gouvernement de veiller à ce que chaque Canadien ait accès à un vaccin d'ici la longue fin de semaine de mai ». Le mot employé est « accès ». Nous encourageons le gouvernement à voir s'il peut accélérer la livraison des doses de vaccin qui arriveront au pays et qui seront distribuées aux provinces. Je sais avec certitude que les provinces sont prêtes à faire le travail. Dans ma ville, Edmonton, il y a des installations qui sont sous-utilisées parce qu'on ne reçoit pas de doses. Cette motion vise à encourager le gouvernement à redoubler d'efforts pour faire venir des doses de vaccin au pays.
    Madame la Présidente, je remercie mon collègue et voisin le député d'Edmonton-Centre de son intervention d'aujourd'hui. Nous avons travaillé ensemble dans de nombreux dossiers. C'est un plaisir pour moi de travailler de concert avec lui dans des dossiers importants pour les Albertains.
    Je dois dire que je suis profondément déçue qu'il n'ait pas mentionné les difficultés auxquelles l'Alberta doit faire face actuellement. Il sait pourtant que les chiffres sur les cas d'infection dans cette province sont parmi les plus élevés du pays. À Wood Buffalo, dans le Nord de l'Alberta, il y a un risque réel que des gens meurent et que le nombre d'hospitalisations augmente au point où l'on n'aura plus la capacité nécessaire pour gérer la situation. Or, je n'ai pas entendu le député exhorter le gouvernement fédéral à intervenir et à offrir son aide parce que le gouvernement provincial a manqué à ses responsabilités envers les résidants de Wood Buffalo.
    Se joindra-t-il à moi pour demander au gouvernement fédéral d'aider la population de Wood Buffalo?
    Madame la Présidente, la situation en Alberta est dramatique. Je m’intéresse toujours à la racine du problème. Je demande donc au gouvernement de procurer des vaccins à ma province pour que nous puissions intervenir dans les foyers d'infection, traiter les personnes infectées et avoir les deuxièmes doses, en particulier pour ceux qui en ont le plus besoin. Je suis parfaitement d'accord avec ma collègue pour dire que nous avons un problème en Alberta, mais le problème découle directement de l’attitude du premier ministre.

  (1350)  

    Madame la Présidente, je prends la parole aujourd’hui au sujet de la motion de l’opposition et je partagerai mon temps avec le député de Glengarry—Prescott—Russell.
    On dit beaucoup aujourd’hui que nous laissons tomber les Canadiens. Je dirais plutôt que ce sont les conservateurs qui laissent tomber les Canadiens, et je vais expliquer pourquoi. Nous sommes ici 338 députés provenant de partout au pays qui représentons nos circonscriptions. Nous sommes ici pour former le Parlement. Notre rôle est d’élaborer des politiques, d’améliorer les politiques existantes et les programmes gouvernementaux, et les conservateurs ont un rôle à jouer à cet égard. L’opposition a pour rôle d’inciter le gouvernement à mieux travailler, de présenter de meilleures idées, d’améliorer les propositions du gouvernement, mais elle échoue à la tâche. L’opposition présente plutôt aujourd’hui cette motion, qui, à l’évidence, n’a simplement aucun sens, comme l’ont fait remarquer le NPD et le Bloc québécois.
    Nous faisons tous de la partisanerie ici, et je ne fais pas exception. Nous savons que si le NPD et le Bloc québécois avaient l’occasion d’appuyer une motion qui, tout en étant partisane, demeurerait quelque peu utile, ils l’appuieraient. Toutefois, ils ont indiqué aujourd’hui qu’ils n’allaient pas appuyer la motion, parce qu’elle est insensée.
    Les conservateurs échouent à la tâche parce qu’ils ne font pas leur travail. Ils n’essayent pas d’améliorer la politique gouvernementale. S’ils présentaient une motion pour que le gouvernement travaille plus fort à vaincre la réticence à la vaccination, cela serait utile. Une telle motion contribuerait au processus, mais les conservateurs ont présenté une motion tellement arbitraire qu’elle en est absolument ridicule. Je parlerai des motifs pour lesquels, selon moi, ils se comportent ainsi dans quelques instants.
    Tout d’abord, j’aimerais porter à l'attention des députés certains commentaires formulés à la Chambre aujourd’hui. La députée de Calgary Nose Hill a déclaré que le gouvernement change sans cesse d’objectifs. Je regrette, mais les objectifs sont restés les mêmes depuis le début. En effet, depuis le début, le gouvernement a déclaré que tout le monde sera vacciné au plus tard en septembre. Si les objectifs sont changés, c’est que les délais sont raccourcis. On augmente simplement le rythme auquel les gens seront vaccinés. Les objectifs mêmes n’ont jamais varié.
    Il y a deux ou trois mois, la députée de Calgary Nose Hill m’a demandé quelles étaient les échéances. Je lui ai demandé si elle voulait savoir quand nous nous attendions à ce que les gens soient vaccinés? En septembre. Cette échéance n’a jamais changé. Si elle a changé, c’est seulement parce qu’il semble que la vaccination sera faite plus tôt. Un député du Bloc a admis aujourd’hui que le gouvernement va atteindre son objectif. Cela est très clair, et je pense que les conservateurs le savent. Dans un instant, je parlerai des raisons pour lesquelles, selon moi, ils présentent cette motion aujourd’hui.
    Voici les faits. Les conservateurs critiquent le gouvernement et parlent constamment de la confusion de janvier et de février ainsi que du ralentissement temporaire dans la livraison des vaccins, parce que c’est tout ce à quoi ils peuvent s’accrocher. Ils veulent faire croire aux Canadiens que nous sommes très en retard dans la livraison des vaccins alors qu’en réalité, les provinces ont été informées des échéances de livraison à la fin de l’automne. Si nous regardons les données du premier trimestre, nous avons livré les vaccins en avance. Nous avons devancé nos objectifs au cours du premier trimestre.
    La réalité, c’est que le gouvernement s’est engagé à fournir 29 millions de doses de vaccins aux provinces qu’elles pourront administrer au plus tard à la fin de juin, mais il semble maintenant que nous aurons plutôt quelque 50 millions de doses.
    Le gouvernement de l’Ontario annonce aujourd’hui qu’au plus tard le 24 mai, toutes les personnes de 18 ans et plus pourront se faire vacciner. Pourquoi fait-il cette annonce? Parce qu’il attend une augmentation massive des livraisons.

  (1355)  

    Les responsables du gouvernement de l’Ontario savent que les livraisons s’en viennent; ils se préparent et ils le disent à la population. C’est la même chose au gouvernement du Québec, qui affirme ouvrir la vaccination à ce groupe d’âge une semaine plus tôt, si je ne me trompe pas.
    Qu’est-ce que les conservateurs essaient de faire avec cette motion? Ils essaient d'exploiter à leur avantage la réussite du gouvernement. Ils présentent tout simplement cette motion au libellé ridicule pour pouvoir dire ensuite à tout le monde qu’ils l’ont fait, qu’ils ont dit au gouvernement de l’adopter et que, grâce à cela, tout le monde a été vacciné, parce que les conservateurs savent que nous allons dépasser nos objectifs. Ils savent que, dans quelques semaines, les vaccins vont commencer à arriver à un rythme incroyablement rapide et que tout le discours qu’ils tiennent maintenant sera périmé. Il ne voudra plus rien dire et les conservateurs n’auront plus aucune crédibilité sur la question.
    Ils essaient de prendre le crédit de cela maintenant. Ils essaient de préparer le terrain pour pouvoir dire plus tard qu’ils l’ont fait, qu’ils se sont présentés au Parlement et qu’ils ont fait adopter cette motion. Malheureusement, ils n'y parviendront pas, parce que les deux autres partis de l’opposition voient clair dans leur jeu. Les conservateurs veulent pouvoir dire que, grâce à cette motion au libellé invraisemblable et arbitraire, ils ont réussi à obtenir les vaccins dont les Canadiens avaient besoin.
    Lorsqu’on prend le temps d’examiner la motion et ce que les conservateurs demandent vraiment, on se rend compte que c'est absolument insensé. J’aime toujours sauter le préambule des motions parce qu’une motion devrait pouvoir se suffire à elle-même, sans le préambule. Seule la dernière ligne de la motion donne une instruction: « la Chambre demande au gouvernement de veiller à ce que chaque Canadien ait accès à un vaccin d’ici la longue fin de semaine de mai. » C’est tout. C’est la seule partie qui donne une instruction, et c’est la dernière ligne de la motion.
    Qui ne voterait pas pour cela s'il ou elle pensait réellement que c’est possible? Personne. C’est comme s’ils disaient que le gouvernement a la capacité de réaliser cet objectif, mais qu’il refuse de le faire. Qui ne voterait pas pour que cela se fasse? Tout le monde voterait pour cela, si c’était vraiment possible.
     C’est fascinant de voir le petit jeu des conservateurs. À mon avis, ce qu'ils sont en train de faire montre leur faiblesse. Cela montre qu’ils n’ont pas compris leur rôle à la Chambre, et je reviens à ce que je disais au début. Le rôle des conservateurs est de mettre le gouvernement au défi de mieux travailler, et non pas de présenter des motions arbitraires pour essayer de réclamer une victoire plus tard. Les conservateurs doivent inciter le gouvernement à mieux réussir. C’est leur travail. C’est ce pour quoi ils ont été élus, mais ils ne le font pas. Les conservateurs doivent se présenter ici avec quelque chose d’utile, et non pas ces motions ridicules.
    Madame la Présidente, comme le député l’a mentionné plus tôt, je suis certain que, sur 140 députés, il y en a 20 du Parti libéral qui seraient heureux d’être de ce côté-ci de la Chambre et non pas du côté du gouvernement, mais cela viendra.
    Le gouvernement fédéral a complètement échoué à empêcher les variants de la COVID d’entrer au Canada, il a échoué à garder le contrôle de notre frontière et il a échoué à fournir des vaccins en janvier et en février. En fait, le Canada est tellement en retard du reste des pays développés qu’il fait parler de lui dans les médias à l’étranger. Le Canada accuse maintenant un retard par rapport à plus de 40 pays pour ce qui est des vaccins contre la COVID-19. Quel autre pays a préconisé un écart de quatre mois entre les deux premières doses?

  (1400)  

    Madame la Présidente, le Royaume-Uni fait la même chose. Cela dit, mettons cet aspect de côté pour le moment. Je tiens à revenir à la première phrase du député. Je peux garantir au député qu'avec 54 % des membres du Parti conservateur du Canada qui ne croient pas à la crise climatique, il n'y a pas un député de ce côté-ci de la Chambre qui veut...
    Le député disposera de quatre minutes pour répondre après la période des questions orales.

Déclarations de députés

[Déclarations de députés]

[Traduction]

La communauté tamoule

    Madame la Présidente, la communauté tamoule de Toronto-Centre et de toutes les régions du Canada est enchantée de souligner un jalon historique: elle a réussi à recueillir 3 millions de dollars sous forme de dons pour créer une chaire d'études tamoules à l'Université de Toronto, à Scarborough. Il s'agit d'une première pour le Canada.
    C'est un rêve devenu réalité grâce, entre autres, à la générosité de l'organisme privé SJV and EJ Chelvanayakam Charitable Foundation et de plus de 3 800  donateurs répartis aux quatre coins du monde, dont des organisations communautaires, des sociétés privées, des artistes, des conseils de village et des associations d'anciens étudiants.
    Le Canada compte plus de 300 000 Tamouls, ce qui en fait le pays avec la plus importante diaspora à l'extérieur du sous-continent indien. La culture tamoule est riche et chargée d'histoire.
    Je félicite tout particulièrement le Congrès tamoul canadien, Tamil Chair Inc. et le campus de Scarborough de l'Université de Toronto, qui ont travaillé très fort sur ce projet. Quel bel exemple d'initiative citoyenne et de ce que les citoyens peuvent accomplir quand ils unissent leurs forces!

Le bénévolat

    Madame la Présidente, les bénévoles sont l'épine dorsale de nos collectivités. Plus tôt ce mois-ci, nous avons souligné la Semaine de l'action bénévole, au cours de laquelle nous saluons le travail important des bénévoles.
    Je suis toujours impressionné par les bénévoles de Wellington—Halton Hills, qu'il s'agisse de groupes confessionnels, de clubs philanthropiques ou de personnes cherchant à faire quelque chose de positif. Leur travail ne passe pas inaperçu, surtout cette année, en pleine pandémie.
    J'aimerais parler plus particulièrement d'une bénévole, Marilyn Serjeantson, qui a été nommée citoyenne de l'année par le Club Lions de Georgetown.
    Au fil des années, Marilyn a beaucoup contribué à notre collectivité, que ce soit en faisant du bénévolat à l'école publique George Kennedy, en siégeant au sein de divers conseils d'administration ou en faisant partie de l'organisation Bruce Trail. Par ailleurs, Marilyn a été élue à titre de première conseillère municipale et mairesse de Halton Hills, une remarquable réalisation.
    Je remercie Marilyn Serjeantson et tous les autres bénévoles des services qu'ils rendent à nos collectivités. Ils contribuent à bâtir un Canada meilleur.

Félicitations à l'occasion d'un départ à la retraite

    Monsieur le Président, en mars, Pat Noble, personne remarquable avec laquelle j'ai eu le plaisir de travailler pendant 12 ans, a pris sa retraite de son poste d'adjointe exécutive du maire de la ville de Newmarket.
    Pat était une professionnelle accomplie, admirée et respectée de ses collègues, en plus d'être une défenseure inlassable de sa collectivité. Sa détermination à améliorer la vie d'autrui se reflétait dans les nombreux projets communautaires auxquels elle a participé lorsqu'elle représentait le bureau du maire de la ville de Newmarket. Pat a participé à la direction d'initiatives comme des programmes artistiques et culturels, le Belinda's Place, l'hospice Margaret Bahen, Oasis Bereavement, qui est un centre du deuil et de la guérison, de nombreux tournois de golf et des collectes de fonds au bénéfice de projets communautaires.
    Je félicite Pat à l'occasion de sa retraite. Je la remercie au nom des habitants de Newmarket d'avoir fait de notre ville un meilleur endroit où vivre.

[Français]

Claude Chapdelaine

    Monsieur le Président, aujourd'hui je souhaite honorer Claude Chapdelaine, un cartographe sportif de Sainte-Adèle, dans la magnifique municipalité régionale de comté des Pays-d'en-Haut.
    Depuis 15 ans, il a répertorié une vingtaine de sentiers de ski de fond et créé six parcours de vélo de route. Il a commencé sa carrière à la MRC des Pays-d'en-Haut, plus particulièrement à Sainte-Adèle, dans ma belle circonscription. De plus, il est l'un des collaborateurs de la création du nouveau parc du Mont Loup-Garou, un joyau de notre patrimoine touristique et de villégiature consacré aux sports non motorisés.
    Je souhaite à M. Chapdelaine une bonne santé, car, à 80 ans, il est un modèle par sa participation active et, comme il le dit si souvent, de son beau terrain de jeu qu'est le territoire de Laurentides—Labelle.
    Enfin, au nom de tous les sportifs de chez nous, merci beaucoup et longue vie à M. Chapdelaine.

Le programme Emplois d'été Canada

    Monsieur le Président, Emplois d'été Canada est une occasion pour nos jeunes d'acquérir une expérience de travail réelle et de développer des compétences professionnelles auprès d'entreprises et d'organisations locales. Grâce à l'expansion du programme par notre gouvernement, jusqu'à 120 000 emplois seront créés dans tout le pays cet été.
     Le programme a toujours été populaire dans ma circonscription et cette année ne fait pas exception. En fait, je suis fière de dire que plus de 100 employeurs y participeront et que près de 500 emplois seront créés à Vimy. Cette année, le nombre d'emplois a doublé en comparaison à l'an dernier.
     Je remercie et félicite les employeurs qui participent au programme Emplois d'été Canada afin d'offrir à nos jeunes des possibilités de carrière et des expériences de vie si précieuses.

  (1405)  

[Traduction]

Les voyages d'agrément

    Monsieur le Président, Judy, une résidante de ma circonscription, est l'un des 12 000 agents de voyage du Canada. Aujourd'hui, je vous fais part de leur situation telle que la rapporte Judy.
    « Imaginez bâtir une agence de voyages pendant plus de 25 ans, établir des relations avec les clients, planifier année après année des voyages fantastiques dont les gens rapportent de merveilleux souvenirs.
    Maintenant, imaginez [...] le monde ferme ses portes, vous vous affairez à faire revenir chez eux des clients en panique, vous effectuez des centaines d'annulations, vous émettez des crédits de voyage et vous aidez à faire des réclamations d'assurance. Pourtant, vous n'êtes pas admissible au modèle unique de financement accordé aux petites entreprises [...] vous n'avez que la PCU comme moyen de subsistance.
    Combien de temps encore les gens du secteur voyage peuvent-ils survivre sans revenu d'affaires et sans aide ciblée de la part du gouvernement? Et lorsque les voyages reprendront, qui aidera les clients à s'y retrouver dans toutes les règles de la nouvelle réalité et à rapporter de nouveaux souvenirs de voyage? »
    La COVID a réduit de moitié les voyages d'agrément et a forcé les agents de voyage à se débrouiller pour survivre. Les gens de ce secteur ont besoin de notre appui.

L'Inde

    Monsieur le Président, j'aimerais souligner les tristes nouvelles qui affligent l'Inde dans sa lutte contre le coronavirus. L'Inde enregistre une augmentation considérable des infections au coronavirus dont le nombre a grimpé jusqu'à 350 000 par jour au cours des dernières semaines, et qui cause environ 3 000 décès par jour récemment.
    J'offre ma plus profonde sympathie à tous ceux qui ont été affectés par le virus, à ceux qui luttent pour leur survie et à ceux qui ont perdu des êtres chers. Les Canadiens de partout au pays envoient leurs prières à la population indienne.
    Le gouvernement a annoncé qu'il versera 10 millions de dollars à la Croix-Rouge indienne et qu'il enverra de l'équipement de protection individuelle et des respirateurs. Les Canadiens peuvent également faire des dons par l'entremise de la Croix-Rouge canadienne.
    J'assure à l'ensemble des Indiens que les Canadiens les appuient, se soucient de leur sort et prient pour eux. Prenez soin de vous et restez en sécurité.

La fondation Do More Ag

    Monsieur le Président, au cours de la dernière année, la COVID-19 a mis à rude épreuve la santé mentale des Canadiens, y compris celle de ceux travaillant dans le secteur agricole.
    La semaine dernière, j'ai eu l'occasion de m'entretenir avec Kim Keller, une cultivatrice de canola de Melfort, en Saskatchewan, et Amy VanderHeide, une agricultrice de la circonscription que je représente, Kings—Hants, au sujet de la fondation Do More Ag, qui veille à ce que les agriculteurs canadiens et leur famille aient accès à des services de soutien en santé mentale.
    L'initiative a vu le jour en 2017 à la suite d'une conversation sur la nécessité d'avoir des services adaptés aux besoins des agriculteurs. Mme Keller, les autres co-fondateurs et des partisans du projet ont travaillé inlassablement à la mise sur pied de l'organisation, dont les activités ont débuté dans l'Ouest, mais qui compte aujourd'hui 70 partenaires partout au pays, y compris dans ma province natale, la Nouvelle-Écosse.
    J'invite les députés de la Chambre à se joindre à moi pour souligner le travail de la fondation Do More Ag, mais aussi, puisque c'est le temps des semailles au Canada, à lever leur chapeau aux agriculteurs, qui travaillent sans relâche pour subvenir aux besoins alimentaires du pays. Nous les remercions de leur travail. S'ils ont besoin de soutien, il suffit d'un appel.

CANZUK

    Monsieur le Président, imaginons un monde où les Canadiens pourraient plus facilement travailler à Londres, où les divers titres de compétences de la Colombie-Britannique seraient reconnus à Sydney et où les retraités migrateurs pourraient choisir entre l'île du Nord et l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande.
    La libre circulation et la mobilité des travailleurs font partie des piliers de l'initiative visionnaire CANZUK, qui créerait une alliance géopolitique encore plus étroite entre le Canada et trois de ses alliés partageant les mêmes vues — l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni — et miserait sur la coordination des politiques étrangères, la mise en commun des marchés publics, le resserrement des liens en matière de défense et de sécurité et l'intensification des échanges commerciaux. Tous ces éléments favoriseraient l'avènement d'une nouvelle ère de possibilités et de prospérité pour les Canadiens.
    L'initiative CANZUK permettrait au Canada et à ces pays d'exercer une influence exceptionnelle sur la scène mondiale. En unissant nos efforts, nous pourrions mieux défendre nos valeurs communes de multiculturalisme, de respect des droits de la personne et de primauté du droit, tout en contrant les menaces issues de régimes de plus en plus hostiles.
    Nous nous sommes déjà battus aux côtés de nos frères et sœurs des pays de l'initiative CANZUK et, aujourd'hui, nous partageons des services de renseignement de très haut niveau avec ces derniers. Nos liens ne datent pas d'hier et se poursuivent aujourd'hui. Alors que nous cherchons des moyens de favoriser la prospérité du Canada dans l'après-pandémie, j'estime que CANZUK nous permettrait de bâtir un avenir meilleur.

  (1410)  

[Français]

L'entrepreneuriat féminin

    Monsieur le Président, vendredi dernier, j'ai été ravie de prendre part à une causerie de la série de conférences Inspiration, organisée par l'Université d'Ottawa, avec ma collègue, la députée de Ottawa—Vanier, sous le thème: « Obtenir des résultats sur la Colline: foncer au féminin ».
    Je veux remercier toute l'organisation de l'invitation et de cette superbe initiative. Il est important de s'encourager entre femmes et de démontrer, par différents expériences et parcours, les possibilités qui s'offrent à nous. Nous avons un potentiel extraordinaire, une expertise à partager, un sens du leadership à démontrer, et aucune barrière ne devrait nous empêcher de réaliser nos rêves.
    C'est pourquoi dans le budget fédéral du 19 avril dernier un accent a été mis sur l'entrepreneuriat féminin et sur l'équité entre les sexes. Plusieurs investissements, dont les fonds pour les services de garde, ont été mis en avant pour épauler les femmes et confirment l'engagement du gouvernement à veiller au bien-être des Canadiennes.

Des allégations d'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes

    Monsieur le Président, nous savons qu'en 2018, une femme des Forces armées canadiennes a fait des allégations d'inconduite sexuelle contre le plus haut gradé de l'armée. Le premier ministre dit que son bureau avait pris ces allégations au sérieux, sauf que nous savons que le ministre de la Défense nationale, le greffier du Conseil privé et la cheffe de cabinet du premier ministre étaient au courant, mais ils n'ont rien fait. Le premier ministre essaie de nous croire qu'il ne le savait pas, mais c'est très dur à croire.
     Quand une femme porte plainte pour harcèlement sexuel, il ne devrait pas y avoir de mauvaise porte. Elle devrait être écoutée et se sentir en sécurité. Toutefois, le premier ministre et le gouvernement libéral ont échoué auprès des femmes. Cela a été un cauchemar pour elles.
    Le premier ministre et son gouvernement affirment sérieusement n'avoir aucune tolérance envers le harcèlement sexuel, mais ils ont donné une augmentation salariale au général Vance après ces allégations. Il semble que le old boy's club se porte très bien avec ce gouvernement, malgré la rhétorique féministe de celui-ci. En tant que femme, je trouve cela très décevant.

[Traduction]

Les Forces armées canadiennes

    Monsieur le Président, sous le gouvernement du premier ministre, les abus de pouvoir aux plus hauts échelons des Forces armées canadiennes se sont poursuivis en toute impunité. Le général Vance, ancien chef d'état-major de la Défense, ainsi que d'autres officiers généraux font l'objet d'une enquête pour des cas d'inconduite et d'agression de nature sexuelle, et d'autres officiers supérieurs se sont rendus complices par leurs gestes ou par leur silence.
    Depuis trois ans, le ministre de la Défense était au courant des allégations graves à l'endroit du général Vance. Des responsables clés au cabinet du premier ministre et au Bureau du Conseil privé étaient au courant, et ils n'ont rien fait.
    Au lieu d'appuyer les femmes, le premier ministre a contribué à l'enracinement et au renforcement d'une culture toxique au sein des forces armées. Par son inaction, il a encouragé le « club des vieux copains » et privé des femmes de la possibilité d'être crues.
    Il ne pourra y avoir de changement durable que lorsque ceux qui ont manqué à leur devoir seront tenus responsables de leurs actes. Les femmes ont gagné le droit d'être traitées avec équité et respect au sein des forces armées. Pourquoi le premier ministre ne veut-il pas les appuyer?

Ian Waddell

    Monsieur le Président, je prends la parole pour souligner le décès d'un grand parlementaire et d'un Canadien exceptionnel, Ian Waddell.
    Ian a été député de la Chambre des communes, député provincial, ministre, avocat, auteur, producteur de film, sociodémocrate et ardent défenseur d'un Canada plus prospère et plus juste. Il a été député de la Chambre des communes pendant 14 ans, où il a été élu deux fois par les résidants de Vancouver Kingsway, et une fois par ceux de Port Moody—Coquitlam. Par la suite, il a été élu à l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique, où il a représenté les résidants de Vancouver-Fraserview.
    Ian a mené une carrière bien remplie. Il était particulièrement fier de son travail à la Commission Berger et du rôle clé qu'il a joué pour l'inclusion des droits des Autochtones dans la Constitution. Il a été le principal ministre responsable du succès remporté par la candidature de Vancouver aux Jeux olympiques d'hiver de 2010, et il a joué un rôle crucial dans la promotion de l'industrie du film de la Colombie-Britannique. Il a même bavardé avec la reine.
    Ian était l'une des rares personnes à savoir travailler avec des gens de toutes les allégeances politiques pour obtenir des résultats concrets tout en gardant toujours sa bonne humeur.
    Au nom de mes collègues et des résidants de Vancouver Kingsway, je lui offre mes plus sincères remerciements pour le service qu'il a rendu à la population, et toute mon admiration pour la vie bien remplie qu'il a menée.

  (1415)  

[Français]

Shefford

    Monsieur le Président, en me permettant à mon tour de me péter les bretelles, je suis particulièrement fière de pouvoir dire à la Chambre, aujourd'hui, que c'est grâce à ses espaces verts, sa proximité avec les grands centres et surtout sa tranquillité, que la municipalité de Shefford, dans ma circonscription du même nom, a remporté le titre prestigieux de la ville du bonheur. C'est ce qui ressort du fameux palmarès des 100 villes les plus heureuses au Québec réalisé par la firme de sondage Léger avec un indice — qu'on se tienne bien et qu'on fasse rouler les tambours — de 81,88, et ce, à sa première année fracassante et plus que remarquée dans ce palmarès.
     Comptant sur le paysage inspirant de son mont et de sa vallée, Shefford est particulièrement devenue attirante pour de nombreux artistes. Je tiens à saluer le dynamisme de ses élus et de ses citoyens. En tant que députée de Shefford, je ne peux donc que me réjouir en affirmant haut et fort que la ville de Shefford illustre parfaitement bien la qualité de vie exceptionnelle et le bonheur qui se vit dans l'ensemble de la circonscription de Shefford.

[Traduction]

La condition féminine

    Monsieur le Président, la misogynie empire lorsque des gens puissants utilisent leurs privilèges pour protéger ceux qui la perpétuent.
    La députée de Pickering—Uxbridge n'a rien dit quand les allégations de tripotage concernant le premier ministre ont été mises au jour et elle n'a rien dit quand le premier ministre a expulsé la députée de Vancouver Granville du Cabinet et du caucus pour avoir dit la vérité à ceux qui sont au pouvoir. Elle n'a rien dit concernant des révélations selon lesquelles le premier ministre aurait permis au député de Kitchener-Sud—Hespeler de se présenter comme candidat libéral, même s'il savait que le député faisait l'objet d'allégations bien étayées de harcèlement. Aujourd'hui, elle ne dit rien au sujet des députés de son propre parti qui ont fermé les yeux sur l'inconduite sexuelle grossière dans les Forces armées canadiennes.
    Rien ne changera pour les femmes si, en gardant le silence ou en rejetant le blâme ailleurs, on accepte que le comportement misogyne d'hommes privilégiés ne leur attire aucune conséquence. Jane Philpott a eu le courage de dénoncer publiquement la misogynie dans son parti, et j'ai fait la même chose. Aujourd'hui, je demande à la députée de Pickering—Uxbridge et à tous les députés libéraux de trouver le courage de faire la même chose et de défendre les femmes des Forces armées canadiennes.

Le Mois du patrimoine sikh

    Monsieur le Président, avril est le Mois du patrimoine sikh, au cours duquel on souligne et salue les nombreuses contributions que les Canadiens sikhs ont apportées — et qu'ils continuent d'apporter — à la vie culturelle, économique, politique et sociale de notre pays.
    Les premiers immigrants sikhs sont arrivés au Canada à la fin du 19e siècle. Aujourd'hui, notre pays compte plus de 500 000 Canadiens sikhs, qui constituent l'une des plus importantes diasporas sikhes au monde.
    En cette période inédite, nous remercions les communautés sikhes de leurs nombreuses contributions au pays depuis le début de la pandémie, qu'il s'agisse du centre spirituel sikh de Rexdale, qui distribue de la nourriture à la communauté, des aînés qui s'entraident, ou des personnes qui travaillent dans le domaine de la santé ou en première ligne. Ce ne sont que quelques exemples de l'application des principes fondamentaux du sikhisme que sont l'égalité, la compassion et la générosité.
    Les Canadiens sikhs rendent nos communautés plus fortes. Je souhaite à tous un très bon Mois du patrimoine sikh.

Questions orales

[Questions orales]

[Traduction]

Les services publics et l'approvisionnement

    Monsieur le Président, la troisième vague fait des ravages à l'échelle du pays. De nouvelles restrictions sont mises en place d'un océan à l'autre. Les États-Unis d'Amérique ont administré 220 millions de doses de vaccins. Le Canada en a administré moins de 6 % de ce nombre.
    Le gouvernement savait qu'il n'aurait pas assez de vaccins pour éviter une troisième vague. Pourquoi donc n'a-t-il pas sécurisé la frontière pour empêcher l'entrée de variants dangereux?
    Monsieur le Président, je vais mettre en contexte le nombre de doses reçues au pays. Quelque 14,7 millions de doses ont été livrées, ce qui veut dire que 31 % des Canadiens ont été vaccinés au moins une fois. Nous sommes au troisième rang parmi les pays du G20 en ce qui concerne le nombre total de doses administrées. Le Canada recevra 2 millions de doses du vaccin de Pfizer par semaine en mai et 2,5 millions de doses par semaine en juin. De 48 millions à 50 millions de doses auront été livrées d'ici la fin juin.

[Français]

    Monsieur le Président, la troisième vague et les variants ravagent notre pays. D'un océan à l'autre, les provinces prennent de nouvelles mesures. Les États-Unis ont administré 220 millions de doses. Le Canada, quant à lui, a administré moins de 6 % de ce nombre de doses.
    Le gouvernement savait qu'il ne recevrait pas les vaccins à temps. Pourquoi a-t-il donc laissé la frontière ouverte?

  (1420)  

    Monsieur le Président, les faits sont là aujourd'hui. La production de vaccins était en pleine expansion en janvier et en février. Nous avons maintenant dépassé notre objectif du premier trimestre et nous sommes au troisième rang des pays du G20 pour ce qui est de l'administration des vaccins.
    Il faut intervenir sur plusieurs plans pour combattre le virus: la vaccination, l'approvisionnement en équipements de protection individuelle et les mesures sanitaires.
    Monsieur le Président, les autres pays ont reçu leurs vaccins en janvier et en février, mais pas le Canada.
    Selon la modélisation du gouvernement fédéral, les Canadiens ne peuvent pas s'attendre à une réouverture avant que 20 % des Canadiens ne soient complètement vaccinés et que 75 % d'entre eux n'aient reçu leur première dose.
    À quelle date le gouvernement libéral atteindra-t-il ces objectifs?

[Traduction]

    Monsieur le Président, nous avons une merveilleuse histoire de vaccination à raconter. Nous sommes au deuxième rang parmi les pays du G20 pour ce qui est de l'administration d'une première dose de vaccin, et de nombreux Canadiens recevront leur deuxième dose au cours des prochains mois. Nous attendons une quantité exceptionnelle de vaccins en mai, et les provinces et les territoires se préparent à administrer plus de vaccins que jamais. J'ai vraiment hâte de les voir les administrer et permettre au Canada de surmonter cette crise.

Le patrimoine canadien

    Monsieur le Président, les amendements que le gouvernement a adoptés relativement au projet de loi C-10 ont été qualifiés d'attaque en règle contre la liberté d'expression. En novembre dernier, le premier ministre a déclaré qu'il allait toujours défendre la liberté d'expression, mais voilà maintenant qu'il tente de réglementer les discours politiques qu'il n'aime pas.
    Pourquoi le gouvernement s'en prend-il encore une fois à la liberté d'expression des Canadiens?
    Monsieur le Président, j'aimerais citer le député de Richmond—Arthabaska qui, il y a quelques mois à peine, déclarait que le projet de loi C-10 n'allait pas assez loin. Il voulait qu'on réglemente les réseaux sociaux, et il n'était pas le seul. La députée de Lakeland a déclaré qu'il fallait faire quelque chose « pour protéger les jeunes et les victimes d'agression », et la députée de Calgary Skyview a dit que ces entreprises profitent de l'exploitation sexuelle et du racisme.
    Comme nous l'avions promis, nous agissons, et nous poursuivrons sur cette voie.
    Monsieur le Président, je renvoie le ministre aux remarques qu'a faites le titulaire de la chaire de recherche du Canada en droit de l'Internet. Il a affirmé que les modifications proposées dans le projet de loi C-10 du ministre « laissent présager un encadrement de la liberté de parole des Canadiens », en particulier sur les questions politiques. Le gouvernement fédéral pourra désormais user de toute sa puissance à l'endroit de ceux qui tiennent un discours politique que le ministre et le premier ministre n'apprécient simplement pas.
    Pourquoi le gouvernement libéral est-il le gouvernement le plus anti-Internet de l'histoire du Canada?
    Monsieur le Président, pour ma part, je renverrais le député à la SOCAN, à la Canadian Independent Music Association et à l'Association des professionnels de l'édition musicale. Toutes ces organisations appuient les modifications que nous proposons dans le projet de loi C-10. Elles ont même affirmé que prétendre que le projet de loi aura un impact sur la liberté d'expression est incorrect et dangereusement trompeur.

[Français]

L'assurance-emploi

    Monsieur le Président, on apprend par TVA que les vacanciers qui doivent faire une quarantaine à leur retour auront droit à l'assurance-emploi. Ce ne sont pas des farces. Cet hiver, ce gouvernement donnait 1 000 $ aux vacanciers qui devaient se placer en quarantaine. Nous lui avions dit que cela n'avait pas de bon sens et il avait finalement reculé. Aujourd'hui, il recommence, mais pas avec son argent, avec de l'argent l'assurance-emploi. Ce sont les cotisants qui paient pour cela.
    À un moment donné, il faut que le gouvernement comprenne qu'on ne récompense pas le monde qui choisit de ne pas respecter les consignes en pleine pandémie.
    Qu'est-ce qui est difficile à comprendre là-dedans?
    Monsieur le Président, soyons très clairs: personne ne peut accéder à une aide fédérale pour se placer en quarantaine, lors d'un retour au Canada après un voyage non essentiel. Rien n’a changé.
    Les prestations de maladie de l'assurance-emploi continuent d'être offertes uniquement aux Canadiens qui ne peuvent pas travailler parce qu'ils sont malades ou blessés, et non à ceux qui doivent se placer en quarantaine après avoir choisi de prendre des vacances à l'étranger.

  (1425)  

    Monsieur le Président, la ministre pourra lire et regarder TVA à ce sujet pour voir qu'elle a tort quand elle dit cela.
    Les gens se sont fait dire 1 000 fois de ne pas voyager, en fait, ils se le sont fait dire tout le temps. Ottawa dit aux gens qui décident de partir en vacances dans le Sud, malgré cette consigne, que la quarantaine va être sur le bras des travailleurs et des employeurs qui paient pour le régime d'assurance-emploi. C'est hilarant. Deux semaines de chômage paient au moins le prix du billet d'avion.
    Est-ce que le gouvernement va arrêter cette comédie des erreurs et immédiatement rectifier le tir et annuler cette décision irresponsable?
    Monsieur le Président, voilà un exemple typique d'une question qui a été écrite avant que la réponse soit donnée.
    Je le dis en toute amitié à mon ami du Bloc québécois, ma collègue a expliqué de façon très claire que ces personnes ne seraient pas admissibles aux prestations d'assurance-maladie. Nous avons été très clairs à ce sujet et rien n'a changé. Cela ne s'applique pas à des gens qui prennent des vacances, point à la ligne.

La santé

    Monsieur le Président, la troisième vague de la COVID-19 frappe fort et ce sont toujours les plus vulnérables, les travailleurs essentiels et les travailleurs de première ligne qui continuent de tomber malades et qui risquent de propager l'infection avec leur famille et leur communauté. Le gouvernement a la responsabilité d'agir.
    Le premier ministre s'engage-t-il à s'assurer que les plus vulnérables seront vaccinés dès que possible?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je vais être claire: le gouvernement du Canada a été un partenaire extraordinairement solide pour les provinces et les territoires en matière de vaccination. Non seulement nous nous sommes procuré un éventail de vaccins diversifié, mais en plus, c'est nous qui avons payé les vaccins dans leur totalité, allégeant ainsi le fardeau de la vaccination pour les provinces et les territoires. Nous les avons également soutenus sur le plan logistique et en leur proposant une aide supplémentaire en personnel, au cas où ils en auraient besoin pour le déploiement.
     Nous serons là pour les provinces et les territoires, quels que soient leurs besoins en personnel de santé ou en équipement.

La main-d'œuvre

    Monsieur le Président, hier, j'ai demandé au premier ministre s'il serait d'accord pour améliorer les régimes de congés de maladie payés. Il a baragouiné une réponse incompréhensible où il était question de compétences.
    Voilà où on en est: il y a déjà un programme fédéral de congés de maladie payés. Le problème c'est qu'il n'est pas efficace. J'ai une idée folle: et si on essayait de le rendre efficace? Tous les experts s'entendent pour dire qu'un programme de congés de maladie payés qui fonctionne bien sauverait des vies. Alors pourquoi le premier ministre trouve-t-il des excuses, alors que nous suggérons d'améliorer un programme qui existe déjà?
    Le premier ministre le fera-t-il? Sauvera-t-il des vies?
     Monsieur le Président, avec tout le respect que je vous dois, je ne suis pas d'accord. Ce programme fonctionne très bien. Dès le début de la pandémie, le gouvernement s'est efforcé d'aider les Canadiens. Les congés de maladie payés ont été un élément essentiel de notre réponse en matière de santé publique. Plus de huit millions de travailleurs ont bénéficié de la PCU; près de 500 000 Canadiens ont demandé la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique, et des millions d'autres ont toujours quatre semaines de congés de maladie payés.
    Outre les mesures d'aide d'urgence que nous avons mises en place, huit millions de travailleurs ont des congés de maladie payés grâce à la réduction du taux de cotisation d’assurance-emploi et des centaines de milliers de travailleurs continuent de profiter de l'assouplissement du programme d'assurance-emploi en ce qui concerne les congés de maladie. Par ailleurs, le budget de 2021 prévoit porter à 26 semaines le nombre de semaines de congés de maladie dans le cadre de l'assurance-emploi, ce qui aidera quelque 169 000 autres Canadiens...
    Le député de Louis-Saint-Laurent a la parole.

[Français]

La défense nationale

    Monsieur le Président, notre gouvernement conservateur avait demandé à la juge Marie Deschamps de faire une enquête sur des cas de harcèlement et d'agression dans l'armée canadienne.
    En 2015, ce rapport a été déposé. Aujourd'hui, six ans plus tard, le gouvernement est tout fier d'annoncer la création d'une enquête menée par la juge Louise Arbour au sujet du harcèlement et des agressions dans l'armée canadienne. C'est exactement la même chose, mais six ans plus tard.
    N'est-ce pas là la démonstration que, depuis que le gouvernement est au pouvoir, rien n'a changé dans l'armée canadienne? Le gouvernement n'a rien fait, malgré le rapport que nous avions demandé en 2015.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je veux commencer par souligner l'anniversaire de l'écrasement du Stalker 22 au large de la Grèce. Il y a un an aujourd'hui, nous avons perdu six membres des Forces armées canadiennes dans l'exercice de leurs fonctions. Ils étaient dévoués à leur travail, passionnés de servir le Canada et aimés par les membres de l'équipage, leur famille et leur communauté. Nos pensées accompagnent leur famille aujourd'hui.
    En ce qui concerne l'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes, nous sommes absolument déterminés à l'éradiquer, et l'annonce d'aujourd'hui est un autre pas dans la bonne direction.

  (1430)  

[Français]

    Monsieur le Président, nos pensées vont aussi aux victimes dont parlait le ministre.
    Or nos pensées vont également aux personnes qui sont victimes de harcèlement dans l'armée canadienne et qui voient ce gouvernement qui, pendant six ans, n'a rien fait, et ce, malgré le rapport de 2015 que nous avions commandé. En plus, le gouvernement continue de ne pas donner l'heure juste aux Canadiens concernant le comportement du premier ministre.
    Le premier ministre a dit, en début de semaine, que jamais des gens de son cabinet n'ont su qu'il y avait des questions de harcèlement sexuel dans le cas du général Vance. Or un courriel démontre que, en 2018, ils le savaient.
    Quand le premier ministre dira-t-il enfin la vérité aux Canadiens?

[Traduction]

     Monsieur le Président, le gouvernement n'a aucune tolérance pour l'inconduite. Nous avons respecté la procédure établie, la même qu'a suivie le gouvernement précédent. En effet, le chef actuel de l’opposition a été mis au courant des rumeurs d'inconduite en 2015. L'affaire était suffisamment grave pour qu'il demande à son personnel d'en aviser le chef de cabinet du premier ministre, qui en a ensuite demandé au Bureau du Conseil privé de faire enquête. Autrement dit, nous suivons la même procédure que le gouvernement précédent a suivie.
    Le chef de l'opposition officielle peut-il sérieusement laisser son parti dénigrer la procédure qu'il a lui-même suivie?
    Monsieur le Président, un ministre de la Défense doit voir à ce que l'armée canadienne non seulement défende les valeurs que défend notre pays, mais qu'elle les incarne. Sous la direction du ministre, le club des vieux copains peut continuer, sans problème. Les membres de la police militaire croient qu'ils peuvent se moquer — sans subir de conséquence — des victimes d'inconduite sexuelle plutôt que de les protéger. Les officiers supérieurs pensent qu'ils peuvent formuler des recommandations sur la conduite de militaires sans tenir compte des condamnations pour agression sexuelle.
    Le ministre va-t-il admettre qu'il a manqué à son devoir de ministre de la Défense nationale?
    Monsieur le Président, nous avons appris hier avec stupeur que l'ancien premier ministre Harper avait nommé le général Vance en 2015, même si celui-ci faisait l'objet d'une enquête active du Service national des enquêtes des Forces canadiennes. Quelques jours après que les conservateurs l'ont nommé à son poste, l'enquête a été soudainement abandonnée. Selon une demande d'accès à l'information, le commandant a indiqué qu'il subissait des pressions, mais il n'a pas dit qui les exerçait à ce moment-là.
    Le chef de l’opposition affirme qu'il a transmis les allégations d'inconduite sexuelle contre le général Vance en 2015 et il prétend qu'on les a examinées. Comment explique-t-on que l'enquête a été soudainement abandonnée au moment où le général Vance a été nommé à son poste?
    Monsieur le Président, justice différée est justice refusée. Le ministre de la Défense nationale n'a pas donné suite au rapport Deschamps, et le nouvel examen subira le même sort. Au lieu de défendre les femmes, le ministre a protégé une culture militaire toxique et bien enracinée. Il est au courant des allégations d'inconduite sexuelle contre le général Vance depuis trois ans, mais il n'a rien fait. Son inaction a enhardi le « club vieux copains » et elle a privé des femmes de la possibilité d'être crues.
    Mon collègue admettra-t-il qu'il a manqué à son devoir de ministre de la Défense nationale?
    Monsieur le Président, comme je le dis depuis le début, je prends tous les cas d'inconduite très au sérieux et j'ai toujours suivi la procédure établie.
    La même procédure a été suivie en 2015. Parlons donc de 2015. Les conservateurs de Stephen Harper ont nommé le général Vance alors qu'il faisait l'objet d'une enquête du Service national des enquêtes des Forces canadiennes. L'enquête a été abandonnée soudainement, tout de suite après sa nomination. Puis, le chef de l’opposition a relayé des rumeurs d'inconduite sexuelle sur lesquelles on avait déjà supposément enquêté.
    Le chef de l’opposition en sait peut-être plus à ce sujet que ce qu'il nous en a dit jusqu'ici.
    Eh bien, c'était une réponse ridicule, monsieur le Président.
    Le ministre de la Défense nationale a entièrement perdu le contrôle de son ministère. Hier, nous avons appris que des attaques dégoûtantes contre l'une des présumées victimes du général Vance ont été publiées dans un groupe privé sur Facebook réunissant des policiers militaires. Le ministre de la Défense a laissé le général Vance à la tête de l'opération Honour pendant trois ans, malgré les allégations d'inconduite sexuelle. Nous en voyons aujourd'hui les conséquences.
    Le ministre de la Défense nationale est-il conscient que son inaction a encouragé la misogynie et les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes?
    Monsieur le Président, puisqu'il est question de 2015, année où le général Vance a reçu sa nomination, je signale que le député d'en face était secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale à l'époque. Nous avons appris une chose troublante hier: l'ancien premier ministre Harper a nommé le général Vance en juillet 2015 bien qu'il faisait alors l'objet d'une enquête active par le Service national des enquêtes des Forces canadiennes. Le député le savait-il? Qu'a-t-il fait à l'époque? Seulement quelques jours après que les conservateurs ont nommé le général, l'enquête a soudainement été abandonnée. Selon des renseignements transmis en réponse à une demande d'accès à l'information, l'officier responsable a dit avoir subi des pressions, mais de la part de qui? De la part du député, peut-être; on ne sait pas.
    Le chef de l'opposition a déclaré avoir transmis les allégations d'inconduite sexuelle concernant le général Vance en juillet 2015. Il prétend qu'elles ont été examinées. Comment est-ce possible si, au moment où le général Vance a été nommé, l'enquête a soudainement...

  (1435)  

    Le député de Selkirk—Interlake—Eastman a la parole.
    Monsieur le Président, contrairement au ministre, qui a fermé les yeux et s'en est lavé les mains, les conservateurs ont bel et bien mené une enquête.
    Les Canadiens sont choqués d'apprendre qu'un officier supérieur a écrit aux tribunaux afin de faire la recommandation élogieuse d'un soldat déclaré coupable d'avoir agressé sexuellement une collègue. Fait scandaleux, les données montrent que, sous le ministre, il y a eu dans les forces armées au moins 216 cas d'agression sexuelle et de harcèlement sexuel où les accusations ont été réduites à des infractions d'ordre administratif, soit à peine une tape sur les doigts.
    Le ministre de la Défense admettra-t-il qu'il n'a pas réussi à protéger les militaires et qu'il était répréhensible de laisser le général Vance diriger l'opération Honour? Le ministre va-t-il enfin répondre à la question, sans faire de discours creux?
    Monsieur le Président, nous allons continuer de prendre des mesures rigoureuses, et c'est exactement ce qui a été annoncé aujourd'hui.
    J'ai déjà demandé auparavant pourquoi les conservateurs ont nommé le général Vance en juillet 2015, alors qu'une enquête était en cours. Le député d'en face était secrétaire parlementaire du ministre de la Défense, à l'époque. Il est incroyable qu'on ait nommé cette personne même en connaissant cette information.
    Quoi qu'il en soit, nous allons nous concentrer sur les survivantes, et c'est ce qui a été annoncé aujourd'hui.
    Une voix: On a bonifié son contrat et on lui a accordé une augmentation. On l'a maintenu à la tête de l'opération Honour.
    À l'ordre, s'il vous plaît.
    Je rappelle aux députés que, lorsqu'une personne parle dans cette enceinte, elle peut le faire de manière quelque peu anonyme parce qu'on ne peut pas toujours déterminer qui a tenu ces propos, mais lorsqu'elle parle en ligne, on la voit aussitôt en avant-plan. Je suis sûr qu'aucune personne ne souhaite attirer l'attention sur elle lorsqu'elle fait quelque chose d'inapproprié à la Chambre.
    Je vais laisser le ministre terminer sa réponse. Il lui reste environ six secondes.
    Monsieur le Président, de toute évidence, le député d'en face veut [difficultés techniques], mais s'il y a une chose que je peux dire avec certitude, c'est que le gouvernement se concentrera sur les survivantes et sur une façon d'améliorer la situation. C'est pour cela que nous avons lancé un processus d'examen externe. C'est pour cela que nous [difficultés techniques] en place et que nous veillons à ce que notre budget reflète...
    Nous semblons éprouver quelques difficultés techniques, mais le temps de parole du ministre est écoulé.
    La députée de Saint-Jean a la parole.

[Français]

L'immigration, les réfugiés et la citoyenneté

    Monsieur le Président, le ministre de l'Immigration a promis une accélération du traitement des dossiers d'immigration au Québec. Or, c'est tout le contraire qui s'est produit en 2020.
    Alors que le Québec avait une cible de 44 000 immigrants, le ministre a reconnu qu'il avait admis 17 000 personnes de moins. Il a également reconnu que près de 1 000 dossiers de travailleurs déjà présents au Québec auraient pu être traités et ne l'ont pas été. On parle de 10 000 personnes qui sont déjà ici, déjà au travail, déjà francisées et déjà intégrées.
    Que va faire le ministre pour mettre de l'ordre dans son ministère?
    Monsieur le Président, nous travaillons en étroite collaboration avec le Québec pour lui fournir des travailleurs qualifiés dont il a besoin.
    Nous avons accueilli plus de 7 000 nouveaux résidents permanents qualifiés au Québec, soit une augmentation de 56 personnes comparativement à la même période l'an dernier. Notre gouvernement continuera de respecter sa part de marché sur l'immigration, ce qui fera en sorte que le Québec recevra tous les travailleurs qualifiés dont il a besoin.
    Monsieur le Président, près de 7 000 de demandes résidence permanente n'ont toujours pas été ouvertes à Immigration, Réfigiés et Citoyenneté Canada et n'ont reçu aucun accusé de réception: 7 000 enveloppes qui s'empoussièrent sur un bureau.
    On comprend qu'un accusé de réception n'accélère pas pour autant le traitement des dossiers, mais un accusé de réception est nécessaire pour avoir accès à l'assurance-maladie et pour éviter que les certificats de sélection viennent à échéance. Le Québec a mis en place une solution temporaire, mais ce n'était pas à lui de faire le travail du ministre.
    Le ministre peut-il nous garantir qu'il va répondre aux 7 000 familles qui attendent et qu'un tel arrérage ne se reproduira plus jamais?
    Monsieur le Président, nous voyons les effets au Québec, qui est confronté à une importante pénurie de main-d'œuvre dans plusieurs secteurs.
    J'étais heureux de constater que le Québec a l'intention d'augmenter ses seuils d'immigration dans les années à venir. Cela nous permettra d'accueillir encore plus de travailleurs qualifiés, dont le Québec a besoin.
    Je vais continuer à travailler avec mon homologue québécoise afin d'appuyer la relance économique au Québec et partout au Canada.
    Monsieur le Président, je félicite vraiment le ministre pour son français. On souhaiterait juste que le ministère se soit amélioré de la même façon, mais il a plutôt cumulé les ratés pendant la pandémie.
     Il a accumulé des retards inacceptables dans l'octroi des visas et des permis de travail. Il n'a pas ouvert les enveloppes de demandes de résidence permanente faites à partir du Québec, tout en envoyant des confirmations de résidence permanente à des gens qu'il empêche ensuite d'entrer au Canada. Il a raté sa gestion des travailleurs étrangers temporaires et son propre objectif de parrainage.
    Le ministre peut-il admettre que quand tout plante à ce point-là, le problème est un peu plus grave que la seule pandémie?

  (1440)  

    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son compliment sur mon français. Je vais poursuivre mes efforts.
    Tout au long de la pandémie, nous avons travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement du Québec afin de déterminer les priorités en matière d'immigration. Nous avons aussi mis en place plusieurs mesures novatrices afin de traiter le plus rapidement possible les demandes en cours, passer du papier au numérique et réduire les délais causés par la COVID-19.
    Il y a encore du travail devant nous, mais nous continuerons à travailler dans cet esprit collaboratif pour que le système d'immigration continue à servir les Canadiens et les Québécois.

[Traduction]

La défence nationale

    Monsieur le Président, pendant trois ans, le ministre de la Défense nationale a été au courant d'allégations de harcèlement sexuel visant le militaire le plus haut gradé du Canada et provenant de femmes servant sous ses ordres, mais il n'a rien fait. Il a même refusé d'examiner les preuves et n'a jamais effectué de suivi. Il s'agit là du pire cauchemar qu'une femme puisse vivre: avoir le courage de dénoncer de tels gestes, puis d'être ignorée et mise de côté. Pour ajouter l'insulte à l'injure, le ministre de la Défense a accordé une augmentation de salaire au général Vance et a prolongé son mandat.
    Est-ce que le ministre de la Défense nationale va s'excuser d'avoir tourné le dos aux femmes des Forces armées canadiennes?
    Monsieur le Président, les membres des Forces armées canadiennes font d'énormes sacrifices pour protéger les Canadiens et, quel que soit leur grade ou leur sexe, ils ont le droit indéniable de servir en toute sécurité.
    Il est clair que nous n'avons pas été à la hauteur de notre responsabilité de protéger nos membres contre toute forme d'inconduite. C'est pourquoi nous avons annoncé aujourd'hui que Madame Louise Arbour allait diriger un examen externe complet et indépendant sur les incidents de harcèlement et d'inconduite sexuelle au sein du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes. Nous avons aussi nommé la lieutenante-générale Jennie Carignan au poste de cheffe de la conduite professionnelle et de la culture.
    Il ne s'agit là que des premières mesures que nous prenons. Nous savons qu'il reste encore beaucoup de travail à faire, et nous le ferons.
    Monsieur le Président, nous disposons déjà d'un rapport à ce sujet. Il est temps d'y donner suite. Comme le ministre le sait, son annonce d'aujourd'hui ne s'accompagne d'aucun délai ni d'une date de début. Elle ne reflète pas l'urgence de la situation.
    Leah West a été agressée sexuellement par un officier supérieur alors qu'elle servait dans les forces. Elle a affirmé que pas un seul membre des Forces armées canadiennes, dirigeant du ministère de la Défense nationale ou membre du gouvernement n'a communiqué avec elle depuis son agression. Elle a dit que l'annonce d'aujourd'hui « est complètement vide de sens ».
    J'aimerais vraiment que le ministre fasse preuve d'humilité. Il pourrait décrocher le téléphone pour présenter des excuses à Leah West et aux autres femmes qui ont été harcelées et agressées. Le fera-t-il?
    Monsieur le Président, nous avons entendu le témoignage de survivantes. Nous avons tenu des tables rondes avec des experts. L'annonce d'aujourd'hui visait à donner suite à ce que nous avons entendu et à accroître immédiatement le soutien offert, y compris le soutien par les pairs. Il y a les annonces que nous avons faites dans le budget de 2021 et les mesures que nous prenons avec l'examen externe. Sa portée sera considérablement élargie pour garantir l'indépendance du processus.
    Cela permettra aux femmes des Forces armées canadiennes d'avoir suffisamment confiance pour se manifester. Nous le leur devons. Nous devons bien faire les choses, et c'est ce que nous ferons.

L'industrie automobile

    Monsieur le Président, depuis des générations, des familles canadiennes profitent de bons emplois dans l'industrie automobile, mais cela risque de changer parce qu'il n'y a pas de plan pour le secteur automobile.
    Le budget mentionne la recherche sur les batteries des véhicules électriques, mais les libéraux laissent encore tomber les travailleurs en omettant de doter le pays d'une politique nationale de l'automobile. Le Canada a pris du retard, et le meilleur exemple est l'arrêt de la production causé par notre dépendance aux microprocesseurs produits à l'étranger. En outre, Ford et GM se préparent à produire leurs batteries aux États-Unis, alors que Chrysler a lancé de toutes nouvelles usines de fabrication de véhicules électriques à Detroit, en face de Windsor.
    Quand le gouvernement mettra-t-il en œuvre une politique nationale de l'automobile afin de protéger les emplois au Canada et d'en créer de nouveaux pour les Canadiens et leur famille?
    Monsieur le Président, le député le sait, nous avons établi des partenariats avec divers syndicats depuis le début de notre mandat. Nous avons tenu de nombreuses consultations. Nous travaillons très fort afin d'assurer au secteur automobile canadien un avenir prospère et robuste, et nous sommes là pour soutenir les travailleurs.

Le logement

    Monsieur le Président, le directeur parlementaire du budget et des experts en politique sur le logement comme Steve Pomeroy ont critiqué à maintes reprises les critères d'abordabilité établis dans la plus grande partie de la stratégie sur le logement des libéraux. Par exemple, ils ont annoncé un projet à Ottawa qui vise à offrir 65 unités à seulement 21 % du revenu médian. Cela donne l'impression que les logements sont abordables, mais en réalité, ils coûtent 1 900 $ par mois, soit près de 50 % de plus que le loyer moyen à Ottawa.
    Les libéraux ne semblent pas avoir la moindre idée de ce qui est abordable pour les Canadiens ordinaires. Pourquoi le gouvernement se préoccupe-t-il davantage de créer des programmes qui paraissent bien que de fournir des logements vraiment abordables aux Canadiens?

  (1445)  

    Monsieur le Président, nous savons que chaque Canadien mérite un endroit sûr et abordable où vivre. Notre plan à long terme pour une croissance plus rapide de l'économie canadienne doit inclure des logements abordables pour les travailleurs canadiens. C'est pourquoi le gouvernement a indiqué dans le budget de 2021 son intention d’investir 2,5 milliards de dollars et de réaffecter 1,3 milliard de dollars en fonds existants pour accélérer la construction, la réparation ou le soutien de 35 000 logements abordables. Nous resterons ambitieux dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement.

La défense nationale

    Monsieur le Président, cette situation exaspère toutes les femmes qui ont déjà vécu une expérience semblable. Le fait est qu'une femme a dénoncé une situation et que le ministre l'a ignorée. Il ne l'a pas prise au sérieux, il n'a effectué aucun suivi pendant trois ans, et voici maintenant qu'il annonce un rapport. Il y avait déjà eu un rapport, mais il ne s'est rien passé depuis sa publication. Nous voulons voir des gestes concrets.
    Le ministre va-t-il admettre son inaction et son manque de courage à l'égard des femmes de nos forces armées, prendre des mesures concrètes et faire preuve de leadership? Il a été élu par la population. Où est le leadership?
    Monsieur le Président, je peux vous assurer que nous avons immédiatement pris des mesures. Comme je l'ai déjà dit, la plainte a immédiatement été portée à l'attention du Bureau du Conseil privé afin que l'on examine la nomination du gouverneur en conseil, ce qui correspond exactement au processus adopté par le gouvernement précédent. J'ai aussi annoncé aujourd'hui la création d'une nouvelle organisation interne, dont la lieutenante-générale Jennie Carignan sera la cheffe, Conduite professionnelle et culture. Elle sera chargée d'unifier, d’intégrer et de coordonner l'ensemble des politiques, des programmes et des activités qui traitent actuellement de l’inconduite systémique et appuient le changement de culture au sein de la Défense nationale. Nous devons faire en sorte que tous ceux qui souhaitent dénoncer une situation se sentent à l'aide de le faire.

Les services publics et l’approvisionnement

    Monsieur le Président, les Canadiens se sont attaqués de front aux difficultés causées par la COVID, mais restent inquiets de l’avenir. Au cours de la dernière année, d’innombrables citoyens de London m’ont parlé de la PCU, des subventions salariales aux entreprises et des autres mesures de soutien, et m’ont expliqué comment celles-ci les ont aidés pendant la pandémie.
     Le budget 2021 laisse entrevoir un horizon où les femmes, les hommes, les familles, les petites entreprises et les collectivités pourront planifier leur avenir avec plus de certitude; or, les vaccins sont essentiels pour établir cette confiance. La ministre pourrait-elle faire le point sur le nombre de doses de vaccins que nous recevrons cette année et à plus long terme?
    Monsieur le Président, il est vrai que nous avons été là pour les Canadiens à chaque instant. J’ai le privilège d’annoncer que le Canada a été, une fois de plus, l’un des premiers pays à conclure une nouvelle entente pour obtenir des vaccins contre la COVID-19 auprès d’un fournisseur de premier ordre, Pfizer. Nous recevrons 35 millions de doses en 2022 et 30 millions de doses en 2023. Nous recevrons également 2 millions de doses par semaine en mai et 2,5 millions de doses par semaine en juin, pour un total de 48 millions de doses d’ici la fin juin.
    À ceux qui ont laissé entendre que les vaccins n’arriveraient pas avant 2030, que nous ne pensions pas à l’avenir et que nous n’avions aucun plan, je réponds que nous avons un plan et qu’il fonctionne.

Le patrimoine canadien

    Monsieur le Président, le ministre du Patrimoine tente sans cesse de tromper les Canadiens en leur faisant croire que le projet de loi C-10 ne vise que les géants de la diffusion en continu en ligne. Pour étayer ses arguments, il va même jusqu'à citer hors contexte les propos de députés et d'experts. C'est incroyablement trompeur, sournois, hypocrite et répréhensible.
    En vérité, la semaine dernière, les libéraux ont modifié leur propre projet de loi, le projet de loi C-10, en supprimant la partie qui aurait protégé le Canadien ordinaire de la censure exercée par le gouvernement en ligne. Pourquoi?

  (1450)  

    En fait, monsieur le Président, je me demande qui essaie de tromper qui. J'ai devant moi un communiqué de la Coalition pour la diversité des expressions culturelles, qui déclare au sujet du projet de loi C-10 que « ces caractérisations [selon lesquelles le projet de loi porterait atteinte à la liberté d'expression] sont factuellement incorrectes et dangereusement trompeuses. Elles ne représentent ni le texte ni l’objectif du projet de loi C-10. »
    Monsieur le Président, j'aimerais connaître la date où les propos cités ont été prononcés, car le ministère de la Justice a dit le contraire.
    Nous constatons que le gouvernement actuel imite des comportements qu'on associe à des dictatures. C'est inacceptable.
    Avec leur récente révision transformatrice du projet de loi C-10, les libéraux essaient de se donner le pouvoir de contrôler ce que les Canadiens peuvent lire en ligne, ce qu'ils peuvent publier dans les médias sociaux et ce qu'ils peuvent regarder sur YouTube. Encore une fois, c'est inacceptable. Pourquoi le gouvernement agit-il ainsi?
    Monsieur le Président, le communiqué a été diffusé hier.
    Nous constatons qu'il s'agit de grandes et puissantes sociétés qui sont parmi les plus riches au monde. Manifestement, la députée d'en face et son parti ont tout simplement peur de leur tenir tête. Encore une fois, il semble que les députés conservateurs écoutent les éléments les plus extrémistes de leur parti, comme ils l'ont fait avec les questions très importantes des changements climatiques ou du droit des femmes de choisir.

[Français]

Les langues officielles

    Monsieur le Président, je viens de déposer une plainte auprès du commissaire aux langues officielles pour dénoncer le laxisme des libéraux dans l'application de la Loi sur les langues officielles au sein des ministères et organismes fédéraux, notamment leur obligation de soumettre un bilan démontrant qu'ils respectent la Loi.
    En 2019, seulement 47 des 89 bilans promis ont été remis et, en 2020, c'était 24 sur 55. Si les deux langues officielles sont si importantes pour la ministre, pourquoi ne fait-elle pas respecter la Loi dans nos propres organismes et ministères fédéraux?
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. Évidemment, la protection des deux langues est une priorité de notre gouvernement.
    Malgré tout ce qu'on entend, ce l'est et cela restera toujours une priorité. La ministre est là, bien aux faits, et elle en fait beaucoup pour la promotion et la protection de notre belle langue.
    Monsieur le Président, le ministère de la Santé, la Gendarmerie royale du Canada, le Conseil de recherche du Canada, la Société Radio-Canada, le Musée canadien de l'histoire et même le Conseil du Trésor sont quelques exemples des organismes et ministères fédéraux qui ne respectent pas la Loi sur les langues officielles.
    Cela s'ajoute à WE Charity, le message d'alerte pour la COVID-19 en anglais seulement, les documents unilingues anglophones en comité, et j'en passe, tout cela au cours des deux dernières années du gouvernement libéral seulement.
    La ministre peut-elle arrêter de parler, faire preuve de leadership et simplement faire respecter la Loi?
    La protection du français, ainsi que son application dans nos institutions, est et demeure une priorité.
    La ministre est très vaillante, très présente. Elle va continuer son travail dans ce sens pour s'assurer que le français s'applique partout.

La santé

    Monsieur le Président, si on continue à avoir des milliers de cas de COVID-19 au Québec et au Canada, on va se le dire, c'est la faute du variant fédéral. Depuis le début de la troisième vague seulement, le variant fédéral a laissé entrer au pays plus de 2000 nouveaux cas positifs, dont des centaines de variants préoccupants, et ce, sans quarantaine appropriée pour les voyageurs terrestres, sans suivi des voyageurs après leur quarantaine de trois jours.
    Quand le gouvernement va-t-il resserrer les quarantaines et faire un suivi approprié des voyageurs qui arrivent de l'étranger?

[Traduction]

    Monsieur le Président, lorsqu'il est question de la frontière, il est important de s'en tenir aux faits. Le député d'en face sait que le Canada a mis en place des mesures qui sont parmi les plus strictes au monde. Il possède de l'information sur la question parce que le gouvernement soumet les voyageurs à des tests et les isole au moyen de diverses mesures très strictes, sans compter qu'il retrace les contacts. En fait, des centaines de contraventions ont été données à des voyageurs qui ne se sont pas conformés à la Loi sur la mise en quarantaine. Depuis la mise en place des mesures de contrôle, seulement 1,5 % des voyageurs ont obtenu un résultat positif au test à leur arrivée au Canada.
     Nous continuerons à travailler fort pour nous assurer que les voyageurs arrivent au Canada en bonne santé. S'ils sont malades, nous prendrons les mesures qui s'imposent pour qu'ils reçoivent les services dont ils ont besoin. Il est important que...

  (1455)  

    Le député de La Prairie a la parole.

[Français]

    Monsieur le Président, ce n'est pas parce qu'on répète un mensonge tout le temps que cela devient une vérité.
    Entre le 7 et le 24 avril, la santé publique a repéré — il faut bien se tenir — 165 vols en provenance de 19 pays avec au moins un passager positif à la COVID-19. Selon Radio-Canada, Santé Canada n'est même pas en mesure de dire le nombre de passagers qui ont été déclarés positifs après avoir quitté la quarantaine à l'hôtel. Il n'y a pas de suivi. Ils passent trois jours à l'hôtel et après c'est merci, bonsoir, ils sont partis. C'est cela, le variant fédéral qui plombe les efforts du Québec et des provinces.
    Quand Ottawa va-t-il finir par prendre au sérieux la gestion des quarantaines?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le député d'en face sait que nous n'avons ménagé aucun effort pour imposer des mesures de quarantaine, et que nous avons notamment collaboré avec nos partenaires provinciaux et municipaux, et que nous maintiendrons le cap.
    Le député a de l'information en main parce que le gouvernement exige que les voyageurs se soumettent à des tests avant leur départ et à leur arrivée ainsi qu'à un test de séquençage après 8 jours en cas de résultat positif à un premier test. De plus, les voyageurs doivent rester en quarantaine pendant 14 jours. Le gouvernement impose des pénalités aux gens qui ne se conforment pas à ces exigences.

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, les Canadiens s'inquiètent toujours de la crise qui sévit dans la région du Tigré, en Éthiopie, dont la professeure Ann M. Fitz-Gerald, des membres de différents groupes de la diaspora qui vivent ici et des groupes d'aide humanitaire canadiens.
    Plus de 1 million de personnes ont été déplacées, et des rapports font état d'opérations de nettoyage ethnique et de graves violations des droits de la personne. Le gouvernement s'est engagé à verser des fonds pour appuyer l'aide humanitaire dans la région. Quelles autres mesures le gouvernement a-t-il prises pour défendre les habitants de cette région et leurs droits fondamentaux?
    Monsieur le Président, je partage les préoccupations du député à propos de la crise en Éthiopie.
    Comme il l'a dit, le gouvernement s'est engagé à consacrer 34 millions de dollars supplémentaires à l'aide humanitaire en Éthiopie, et cet argent pourra être utilisé de plusieurs façons pour répondre à la crise. Le ministre des Affaires étrangères, le premier ministre et moi-même avons eu des discussions avec nos homologues éthiopiens. Nous soutenons les efforts de la Commission des droits de l'homme des Nations Unies pour venir en aide à la Commission éthiopienne des droits de l'homme afin qu'elle mène une enquête sur les allégations de violations des droits fondamentaux, y compris les cas de violence sexuelle ou fondée sur le genre.

Les ressources naturelles

    Monsieur le Président, la date limite pour la présentation de mémoires à titre d'intervenants désintéressés à l'appui de la canalisation 5 est le 11 mai, soit dans moins de deux semaines. Le comité parlementaire Canada-États-Unis, dans un rapport unanime, et le ministre des Ressources naturelles ont tous les deux indiqué qu'ils allaient envoyer un mémoire à l'appui des 25 000 emplois canadiens qui seront touchés.
    Le ministre peut-il préciser à la Chambre quand, au cours des deux prochaines semaines, le mémoire sera présenté?
     Monsieur le Président, la canalisation 5 n'est pas négociable. Les gens ne seront pas laissés à eux-mêmes.
    Je veux remercier les membres du comité spécial Canada-États-Unis de leur excellent travail pour étudier la canalisation 5. Nous avons reçu leur rapport, et nous l'examinerons. Cependant, il est évident que les partis et les Canadiens s'entendent pleinement sur cette question.
     La canalisation 5 est essentielle à la sécurité énergétique du Canada. Elle n'est pas juste essentielle pour le Canada et les États-Unis, mais aussi pour l'ensemble de l'Amérique du Nord. Nous ferons donc tout en notre pouvoir pour ne pas qu'on la ferme.
    Monsieur le Président, il reste deux semaines avant que le Michigan ferme la canalisation 5 d’Enbridge. Si le pétrole cesse d'être acheminé, les Canadiens, surtout ceux de l'Ontario et du Québec, subiront des pénuries de carburant et des pertes d'emplois.
    Il y a quelque temps, le ministre des Ressources naturelles a déclaré qu'il était convaincu que l'oléoduc continuerait à acheminer du pétrole, mais, cette semaine, des rapports soulèvent la frustration exprimée par le gouvernement dans son approche diplomatique. Compte tenu de l'importance de l'enjeu et du fait qu'il reste peu de temps, les Canadiens ont passé le stade de la frustration.
    Le ministre peut-il nous dire très clairement que la fermeture annoncée sera évitée d'ici le 13 mai prochain?
    Monsieur le Président, je tiens à assurer à la Chambre que nous étudions toutes les options. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre la sécurité énergétique du Canada. Nous travaillons avec tous les ordres de gouvernement ainsi que sur les plans diplomatique et juridique. Nous sommes prêts à intervenir précisément au bon moment.
    La canalisation 5 d’Enbridge est non négociable. Nous défendons les travailleurs du secteur de l'énergie et la sécurité énergétique du Canada. Les gens ne seront pas laissés pour compte.

  (1500)  

[Français]

L'agriculture et l'agroalimentaire

    Monsieur le Président, ils sont des milliers chaque année à semer, à cultiver et à récolter dans nos champs: les travailleurs étrangers temporaires sont essentiels à notre approvisionnement alimentaire.
    Le gouvernement offre des services de soutien spécialisé en matière de dépistage aux travailleurs étrangers temporaires qui arrivent par avion, y compris dans ma région. Comment le gouvernement répondra-t-il à une demande accrue de tests au cours des prochains mois, alors que de nombreux travailleurs étrangers temporaires doivent arriver au Canada?
    Monsieur le Président, je suis heureuse d'informer ma collègue de Châteauguay—Lacolle, les productrices et les producteurs que l'entreprise Dynacare a depuis peu pris la relève pour tous les tests de la COVID-19 administrés aux travailleurs agricoles étrangers qui arrivent au Québec.
    Dynacare est bien implantée dans plusieurs régions du Québec et nous avons bon espoir que l'entreprise sera en mesure de répondre à la demande en français, en anglais, et même en espagnol, par vidéoconférence et sur place lorsque ce sera nécessaire pour le test du 8e jour.

[Traduction]

L'environnement

    Monsieur le Président, Safety Power est une entreprise canadienne qui crée une technologie propre de classe mondiale pour éliminer l'oxyde nitreux des génératrices. Nous devrions célébrer cette technologie mise au point au Canada, mais le gouvernement s'apprête à établir de nouveaux règlements, publiés dans la Gazette du Canada le 9 mars 2019, qui vont littéralement forcer cette entreprise à cesser ses activités au Canada, ce qui chassera du pays une technologie propre que les libéraux disent appuyer.
    Pourquoi le gouvernement refuse-t-il d'écouter les entreprises comme Safety Power et de mettre un terme à ces règlements néfastes pour l'emploi?
    Monsieur le Président, à l'évidence, les technologies propres canadiennes constituent une part importante d'une approche globale visant à lutter contre les changements climatiques, et le Canada est très chanceux que les investissements réalisés au cours des cinq dernières années ont fait en sorte que les technologies propres canadiennes sont les meilleures au monde. Au cours des deux dernières années, quelque 11 ou 12 entreprises canadiennes figuraient dans la liste des 100 meilleures entreprises de technologies propres du monde. Nous sommes déterminés à collaborer avec le secteur des technologies propres pour assurer sa croissance.

La santé

    Monsieur le Président, le gouvernement a octroyé un contrat de 100 millions de dollars à l'entreprise Switch Health pour qu'elle gère les tests de dépistage de la COVID-19 administrés aux Canadiens et aux voyageurs qui entrent au pays. Cette décision a mené à des situations souvent chaotiques à cause d'un système de dépistage qui n'est absolument pas fiable. Il faut téléphoner pendant des jours pour réussir à parler à quelqu'un. Les trousses de dépistage sont envoyées pour analyse sans supervision. Il n'y a aucun mécanisme de reddition de comptes.
    Combien de personnes atteintes de la COVID-19 ont-elles pu entrer au pays grâce à ce système de dépistage défaillant d'une entreprise qui a été approuvée par le gouvernement libéral?
    Monsieur le Président, voici un autre exemple d'un député de l'opposition qui déforme la vérité pour servir son propos. En fait, aucun des cas qui ont été relevés n'est passé par Switch Health. Ce fournisseur ne s'occupe pas des tests du troisième jour. Il gère les tests du 10e jour.
    Nous travaillons effectivement avec Switch Health, et nous avons ajouté d'autres fournisseurs pour que les gens obtiennent les résultats du test du 10e jour dans les délais.
    J'en profite pour remercier tous les Canadiens de respecter la quarantaine et les exigences en matière de dépistage.
    Monsieur le Président, Switch Health, une jeune entreprise triée sur le volet par le gouvernement pour gérer les tests de dépistage de la COVID à la frontière avec les États-Unis, est complètement débordée, ce qui cause des temps d'attentes désastreux et un ralentissement extrême du service. Les Canadiens font de leur mieux pour respecter les exigences en matière de dépistage de la COVID, mais, comme dans le cas d'une personne de ma circonscription, ils doivent attendre 12 heures avant de pouvoir parler à une infirmière au téléphone.
    Pourquoi le gouvernement a-t-il versé près de 100 millions de dollars à une entreprise qui n'est pas en mesure d'offrir les services pour lesquels on l'a mise sous contrat? À moins qu'il s'agisse d'un autre scandale à la UNIS?
    Monsieur le Président, encore une fois, l'opposition calomnie sans avoir de preuves.
    Ma réponse est la suivante. Les mesures à la frontière canadienne sont parmi les plus strictes de la planète et comprennent la nécessité d'avoir subi un test avant le départ, d'en subir un autre à l'arrivée et, oui, de subir un test au huitième jour pour s'assurer que les voyageurs ne sont pas tombés malades pendant leur quarantaine.
    Nous allons continuer d'ajouter des services et des fournisseurs pour que les Canadiens obtiennent le niveau de services auquel ils ont droit.

  (1505)  

Les services publics et l'approvisionnement

    Monsieur le Président, la ville de Brampton est très durement touchée par la COVID-19. Point chaud de la pandémie, Brampton est la ville de l'Ontario où le taux d'infection à la COVID-19 est le plus élevé et où une personne sur cinq est positive. Les gens de ma circonscription me posent beaucoup de questions sur l'approvisionnement en vaccins, le nombre de doses qui sont arrivées au Canada et le moment où ils pourront se faire vacciner. Il s'agit de questions importantes. Malheureusement, l'exactitude des faits se perd souvent dans les manœuvres partisanes de l'opposition.
    La ministre pourrait-elle rétablir la vérité et apporter des précisions sur le début et l'avenir du plan d'approvisionnement du gouvernement?
    Monsieur le Président, je tiens à dire aux députés et à tous les Canadiens que nous réussissons à bien gérer l'approvisionnement en vaccins dans un contexte extrêmement concurrentiel: le Canada a obtenu 14,7 millions de doses. Environ 31 % des Canadiens ont reçu au moins une dose, ce qui classe le Canada au troisième rang des pays du G20. En fait, cet approvisionnement inspire tellement confiance aux provinces que l'Ontario et le Québec ont annoncé que tous les adultes pourront commencer à prendre rendez-vous avant la fin mai pour se faire vacciner. D'ici la fin du mois de juin, le Canada aura reçu de 48 à 50 millions de doses et, avant la fin de l'été, tous les Canadiens qui le souhaitent pourront être vaccinés.

Les infrastructures

    Monsieur le Président, le gouvernement avait promis que sa Banque de l'infrastructure permettrait de sortir des projets de terre et de créer des dizaines de milliers d'emplois pour les Canadiens, mais hier, le directeur parlementaire du budget a confirmé que la Banque manque à ses obligations envers les Canadiens. Les projets ne sont pas réalisés et les emplois ne sont pas créés. La Banque est, en fait, un obstacle à la réalisation des projets. Pourtant, le gouvernement continue d'y injecter de l'argent, encore et encore, redoublant d'efforts pour aider les investisseurs privés à tirer profit de la banque.
    La ministre va-t-elle abandonner son expérience de privatisation et se concentrer sur les projets de construction dont les collectivités ont besoin?
    Monsieur le Président, je suis toujours ravie de parler de notre plan en matière d'infrastructures, qui contribue à la réalisation de projets partout au pays et à la création d'emplois.
    Il y a eu des progrès très positifs, à la Banque de l'infrastructure du Canada, lors de la dernière année. Nous avons mis en place une nouvelle direction; la Banque a un nouveau mandat et va de l'avant avec des projets allant du Réseau express métropolitain de Montréal jusqu'au projet d'installation de stockage d'énergie de l'entreprise Oneida en Ontario et au projet de fibre optique du Sud du Manitoba en passant par le projet de raccordement sous le lac Érié. Elle mobilise des capitaux privés et institutionnels, crée de bons emplois et permet davantage de travaux d'infrastructures pour les Canadiens.
    En un peu plus de trois ans, la Banque de l'infrastructure du Canada a fait plus de progrès à un coût moindre que son prédécesseur, le Fonds PPP Canada, et elle se trouve en position de force pour construire les infrastructures nécessaires pour stimuler la croissance et la compétitivité du Canada et accélérer notre transition vers une économie à faible émission de carbone.

[Français]

    Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
    Les interprètes, qui font un travail extraordinaire, n'ont malheureusement pas pu le faire pour la ministre, car cette dernière ne portait pas son casque d'écoute avec microphone. Serait-il possible de corriger cette situation, s'il vous plaît?
    Je vais demander à la ministre de répéter ce qu'elle vient de dire, avec son casque si elle l'a.

[Traduction]

    La ministre a-t-elle son casque avec elle?
    Pendant que l'on s'occupe de cela, je rappelle à tous les députés que, afin de faciliter le travail des interprètes et de toutes les personnes à l'écoute, il est obligatoire de porter le casque avec microphone commandé par le gouvernement. Ces décisions n'ont pas été prises à la légère et je veux m'assurer que tout se passe bien.
    La ministre a la parole.

[Français]

    Monsieur le Président, je présente toutes mes excuses; j'ai simplement oublié. Je vais donc répéter en français.
    La Banque de l'infrastructure du Canada a fait des progrès positifs au cours de la dernière année.
    Nous avons mis en place une nouvelle direction et établi un nouveau mandat. La Banque met en œuvre son nouveau plan de croissance et va de l'avant avec des projets allant du REM à Montréal au projet de batteries Oneida en Ontario, en passant par le projet de fibre optique du sud du Manitoba et le raccordement sous le lac Érié.
    En mobilisant des capitaux privés et institutionnels, en créant de bons emplois et en bâtissant plus d'infrastructures pour le Canada...
    À l'ordre. C'est tout le temps que nous avons aujourd'hui pour la période des questions orales.
    Par contre, on me signale que ce n'est pas terminé. Je suis désolé. Il y a des jours comme cela.
    L'honorable députée de Fredericton a la parole.

[Traduction]

L'environnement

    Monsieur le Président, le ministre des Ressources naturelles a dit qu'une énergie nucléaire abordable et sûre est essentielle pour que le Canada atteigne ses cibles climatiques. Cette illusion de technologie verte est soigneusement cultivée par l'industrie nucléaire.
    Il existe des technologies concurrentielles, comme le solaire, l'éolien et la géothermie, qui fonctionnent déjà. Malgré ces faits indiscutables, le gouvernement alloue des millions de dollars au développement de petits réacteurs nucléaires modulaires, une industrie qui n'a pas fait ses preuves, qui dépend entièrement de subventions fédérales et qui ne contribue en rien à régler le problème de la gestion des déchets nucléaires. On fait fi du risque et on banalise le danger.
     Au Nouveau-Brunswick, le nucléaire n'est pas un succès. Après avoir été modernisée au coût de 2,4 milliards de dollars, Point Lepreau nous fait encore perdre 50 000 $ l'heure à chaque interruption planifiée...

  (1510)  

    Le ministre a la parole.
    Monsieur le Président, à l'évidence, pour réduire les émissions de carbone, il faut écologiser le réseau électrique et réduire les émissions découlant de la production d'électricité. Il s'agit là d'un élément essentiel, tout comme l'écologisation du réseau de transport et tout un éventail d'autres choses.
    Dans ce contexte, il est important d'examiner les moyens les plus économiques d'y arriver, mais aussi les plus fiables. En ce sens, le solaire, l'éolien et la géothermie, de même que tout un éventail d'autres technologies, ont un rôle à jouer. De petits réacteurs modulaires pourraient aussi, un jour, avoir un rôle à jouer. Pour lutter contre la crise climatique, nous examinons toutes les technologies n'émettant pas de gaz à effet de serre.

[Français]

    Le député de Saint-Hyacinthe—Bagot souhaite invoquer le Règlement.
    Monsieur le Président, il y a eu consultation entre les partis, et je pense que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante: que la Chambre reconnaisse que la politique économique des États-Unis, notamment en regard de l'embargo commercial sur la République de Cuba, ne devrait aucunement entraver le droit des entreprises canadiennes et québécoises qui exercent leurs activités conformément aux lois canadiennes de commercer avec leurs partenaires internationaux.
    Que tous ceux qui s'opposent à ce que le député propose la motion veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.

[Traduction]

Recours au Règlement

L'utilisation des casques d'écoute  

[Recours au Règlement]
    Monsieur le Président, il y a quelques instants, durant les échanges sur l'une des dernières questions, vous avez précisé — je reprends vos mots — qu'il est « obligatoire » pour les députés d'utiliser un casque d'écoute adéquat. Je tiens pour acquis que vous parliez d'un casque d'écoute approuvé par la Chambre des communes.
    Plus tôt aujourd'hui, pendant le débat, le vice-président a permis à une personne de prendre la parole même si elle utilisait des écouteurs-boutons. À ce moment, il semblait justifié d'agir ainsi, car c'était acceptable pour les traducteurs. Monsieur le Président, pouvez-vous confirmer à la Chambre qu'il est absolument obligatoire d'utiliser le casque d'écoute ou la règle est plutôt d'utiliser n'importe quel dispositif pourvu que le son soit suffisamment clair pour les traducteurs?
    Monsieur le Président, j'aimerais aussi intervenir sur ce point.
    Effectivement, cette situation s'est produite plus tôt aujourd'hui et la présidence à ce moment a pris une décision. Le député de Vancouver Kingsway avait des difficultés techniques avec son équipement. Il a donc utilisé son iPhone, du moins un quelconque téléphone cellulaire, avec les écouteurs-boutons et le microphone fournis avec ce modèle d'appareil. La présidence a donné son autorisation, car le son était suffisamment bon pour les techniciens et les interprètes.
    Je suis d'avis que des situations semblables surviennent à l'occasion. Je pense que, quand il est possible d'obtenir l'autorisation de la présidence pour bien entendre les députés, ces derniers devraient avoir la possibilité de prendre la parole. J'espère que cela correspond à la décision que vous rendrez, monsieur le Président.
    Ce cas particulier a été porté à mon attention et c'est exactement ce qui s'est passé. Le député devait faire une déclaration et la personne qui occupait le fauteuil à ce moment-là a utilisé son jugement. Il y a trois personnes extraordinaires qui peuvent prendre ma place et je me fie à leur jugement.
    Je pense que la bonne décision a été prise et qu'elle a été appliquée en coordination avec les techniciens afin que les interprètes entendent tout ce qui était dit. Encore une fois, tout le monde doit avoir ses écouteurs. Si un député éprouve des difficultés, il doit le signaler et, idéalement, nous pourrons trouver une solution qui permettra à tout le monde d'être entendu.

Questions orales  

    Monsieur le Président, pendant la période des questions, la députée de Lethbridge a dit que le ministère de la Justice s'opposait à un amendement au projet de loi C-10 qui a été présenté au comité du patrimoine.
    C'est inexact. Il s'agit d'un ancien employé du ministère de la Justice. Je suis convaincu que ma collègue n'avait pas l'intention d'induire en erreur la Chambre et les Canadiens, et j'aimerais lui donner l'occasion de rétablir les faits.

  (1515)  

    L'intervention du député tient du débat, mais je le remercie d'avoir soulevé cette question.

[Français]

Les travaux de la Chambre

[Travaux de la Chambre]
    Monsieur le Président, comme tous les jeudis, c'est avec plaisir que je demande à mon vis-à-vis ministériel et collègue d'Honoré-Mercier quel sera le menu parlementaire des prochains jours.
    Monsieur le Président, je remercie mon ami de Louis-Saint-Laurent.
    Cet après-midi, nous continuons le débat sur la motion de l'opposition du Parti conservateur.
    Demain, nous commencerons par le vote sur la motion des voies et moyens portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 avril. Par la suite, nous passerons à l'étude, à l'étape de la deuxième lecture, du projet de loi S-3, Loi modifiant la Loi sur la santé et la sécurité dans la zone extracôtière.

[Traduction]

    Mardi sera une journée de l'opposition.
    Enfin, mercredi, jeudi et vendredi de la semaine prochaine seront consacrés au débat sur le projet de loi d'exécution du budget.

Ordres émanant du gouvernement

[Travaux des subsides]

[Traduction]

Travaux des subsides

Motion de l'opposition — L'accès aux vaccins contre la COVID-19  

    La Chambre reprend l'étude de la motion.
    Il reste quatre minutes pour les questions et les observations adressées au député de Kingston et les Îles.
    Le député de Vancouver Kingsway a la parole.
    Évidemment, monsieur le Président, je pense que tous les députés et tous les Canadiens aimeraient que chaque Canadien soit vacciné aussitôt que possible, mais il faut tenir compte de certaines réalités pratiques. La motion nous demanderait d'administrer 18 millions de doses au cours des trois prochaines semaines, c'est-à-dire six millions de doses par semaine. C'est le double de la capacité que le major-général Dany Fortin a énoncé pour le Canada, qui est de 3,1 millions de doses. Actuellement, nous sommes loin d'atteindre ce nombre. Bien sûr, c'est à peu près trois fois le nombre de vaccins que le Canada reçoit chaque semaine.
    Où le député pense-t-il que nous allons trouver autant de doses de vaccins et comment pourrions-nous accroître la capacité pour atteindre l'objectif de la motion des conservateurs?
    Monsieur le Président, le député a répondu à la question dans son préambule. Selon les renseignements dont nous disposons, nous manquons de capacité. À mon avis, on devrait plutôt se demander pourquoi le Parti conservateur présente cette motion. C'est parce que les conservateurs savent que l'offre de vaccins va monter en flèche. L'Ontario dit maintenant que les personnes qui auront plus de 18 ans le 24 mai pourront se faire vacciner. La province se prépare pleinement pour l'arrivée massive de vaccins. Les conservateurs présentent cette motion aujourd'hui en espérant la faire adopter pour que, dans cinq semaines, ils puissent dire que c'est grâce à eux que tout le monde reçoit le vaccin aussi rapidement. C'est la seule raison pour laquelle ils font cela aujourd'hui.
    Monsieur le Président, le député peut-il nous dire comment, selon lui, le gouvernement a écouté les experts en santé et bien d'autres personnes dans le cadre du processus, pour s'assurer que le vaccin est administré de façon sécuritaire et gratuitement à l'ensemble de la population?
    Monsieur le Président, le gouvernement a été très clair depuis le début. Si les gens veulent être vaccinés d'ici la fin septembre, ils le seront. C'est le plan du gouvernement pour aider les Canadiens, pour assurer leur sécurité. C'est conforme aux conseils que le gouvernement a reçus des professionnels de la santé et il s'agit de la meilleure façon de procéder selon les spécialistes en médecine. C'est un plan bien différent de celui des conservateurs, qui présentent des motions motivées par des raisons politiques plutôt que fondées sur des données scientifiques.
    Depuis le tout début, l'approche adoptée par le gouvernement est fondée sur les meilleures informations qu'il obtient des professionnels. Bien sûr, les conservateurs vont dire que nous n'avons pas dit à la population de porter des masques au début, que nous avons attendu en juin pour le faire. Le monde entier était en train d'apprendre comment faire face à la pandémie. Depuis le tout début, le gouvernement a été là pour les Canadiens et il a été transparent avec eux concernant les aspects sanitaires de la situation. Au fur et à mesure que l'information changeait, le gouvernement s'assurait que les Canadiens soient tenus au courant de l'évolution de la situation.

  (1520)  

[Français]

    Monsieur le Président, cela me fait plaisir de prendre la parole au nom de mes concitoyens, mais je suis un peu déçu de la motion présentée par la députée de Calgary Nose Hill. La motion n'est pas fondée sur la science. Le Bloc québécois, le NPD et le Parti libéral ont d'ailleurs mis ce fait en évidence.
    Je sais que tous les Canadiens et toutes les Canadiennes sont tannés d'être à l'intérieur. Aujourd'hui, c'est la fête de ma mère; je lui souhaite un bon anniversaire, mais je n'aurai pas l'occasion de la voir, parce que je dois moi aussi retourner à la maison. Elle réside à 75 kilomètres de chez moi, mais je ne l'ai pas vue depuis plusieurs mois.
    Je crois que la députée de Calgary Nose Hill a raté une belle occasion. Je vais poursuivre dans la même veine que le député de Kingston et les Îles. Il a mentionné la question du débat autour de l'hésitation à la vaccination. Quelle belle occasion pour chaque parlementaire de démontrer à leurs concitoyens que la vaccination est le moyen le plus rapide pour retrouver notre liberté et que ces vaccins sont sains, sécuritaires et efficaces.
    À mon avis, tous les députés de la Chambre ont un rôle à jouer pour contrer la désinformation qui circule dans le monde et dans notre pays. Cependant, l'opposition officielle et les conservateurs n'aident pas à contrer la désinformation.
    Nous avons entendu la députée de Calgary Nose Hill dire, le 25 novembre, qu'aucun Canadien ne pourrait se faire vacciner avant 2030. Mon collègue de Gatineau en a d'ailleurs fait mention un peu plus tôt. La déclaration de la députée n'était évidemment pas fondée sur la science et elle n'avait manifestement pas consulté les experts. Elle a seulement donné un chiffre pour faire peur aux Canadiens et aux Canadiennes. Cela a été fait pour des raisons partisanes. Elle a aussi dit que 2,5 milliards de personnes allaient se faire vacciner avant que les Canadiens et les Canadiennes puissent être vaccinés. Encore une fois, cela est faux.
    Il y a aussi un autre enjeu. Selon certaines personnes, dont le chef de l'opposition conservatrice, nous avons besoin d'avoir des tests rapides. C'est ce que répète le chef de l'opposition lors de chaque période des questions orales. Or les tests rapides ont été livrés et les provinces sont actuellement en leur possession. Ce n'est pas à moi de juger la stratégie que les provinces veulent adopter quant au déploiement de ces tests. Les provinces n'ont pas encore complètement utilisé les tests rapides. Je rappelle que ces derniers ont été acquis par Services publics et Approvisionnement Canada et qu'ils ont été livrés aux provinces il y a plusieurs mois, voire l'année passée. Il s'agit d'un autre exemple de désinformation transmise par la Chambre.
    Il y a un autre énoncé que je trouve significatif: la semaine passée, certains députés ont déploré les mesures de confinement que certaines provinces mettent en avant afin de protéger leurs concitoyens et concitoyennes. Même quand ces mesures de confinement ne sont pas populaires, je crois que les politiciens, nos leaders, ont la responsabilité de protéger leurs citoyens.
    Il y a trois semaines, la députée de Calgary Nose Hill a déploré la mesure de confinement. De plus, un autre député conservateur a dû s'excuser après avoir déploré ces mesures. Je crois que c'est irresponsable de la part des députés de la Chambre de déplorer des mesures, alors que nous savons qu'elles protègent les Canadiens et les Canadiennes.

[Traduction]

    Je veux faire connaître certains faits. Certaines choses doivent être dites. Les conservateurs répètent constamment que le gouvernement du Canada a perdu énormément de temps à essayer d'obtenir un vaccin de la Chine. Ce n'est tout simplement pas vrai.
    La ministre de l'Approvisionnement a signé des contrats en juillet et en août, même avant que les essais cliniques ne soient terminés. Normalement, avant que des médicaments arrivent sur le marché au Canada, ils doivent faire l'objet d'essais cliniques et ce n'est qu'au terme de ce processus de vérification que Santé Canada les approuve. Il est alors possible de signer un contrat.
    Dans le présent dossier, nous n'avons pas procédé de cette façon. Nous avons pris un risque. Voilà pourquoi le Canada a une gamme de vaccins diversifiée. À ce moment-là, nous ne savions pas quel vaccin serait le plus efficace ou lequel fonctionnerait, mais nous savions que la chaîne d'approvisionnement risquait d'être instable. C'est ce qui explique que nous avons une gamme de vaccins diversifiée.
    Je reconnais qu'il y a eu des difficultés en janvier et en février, mais nous avons maintenu la cible de six millions de doses prévue pour la fin du premier trimestre. Il est vrai que nous avons parfois omis de donner des précisions à certaines provinces quant à la disponibilité des vaccins. Nous leur avions dit qu'elles en recevraient six millions de doses alors qu'elles en ont reçu 9,5 millions. J'estime que ce sont de bonnes nouvelles qui facilitent la planification.

  (1525)  

    Cependant, nous savons qu'il peut encore y avoir des problèmes d'approvisionnement. Il vaut la peine de mentionner que Pfizer est une entreprise stable qui a vraiment aidé le Canada. C'est un partenaire fiable et j'estime que c'est grâce à la relation de travail que la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement a établie avec cette société. Pfizer a respecté les objectifs trimestriels prévus et les a même dépassés. Je tiens à souligner l'excellent travail que fait cette société pour aider le Canada à faire vacciner plus de gens.
    Je mentionne également que nous allons recevoir entre 48 millions et 50 millions de doses de vaccins d'ici la fin du deuxième trimestre. Ces livraisons seront plus que suffisantes pour vacciner tous les Canadiens qui le souhaitent d'ici la fin juin ou à tout le moins leur administrer une première dose et, dans certains cas, une seconde dose.
    Voyons quelques autres données. Jusqu’à présent, nous avons reçu quelque 15 millions de doses. Nous savons qu’un peu plus de 13 millions de doses ont été administrées au Canada. Nous sommes maintenant au troisième rang des pays du G20 pour ce qui est de l’administration des vaccins. Nous savons aussi que plus de 30 % des Canadiens ont reçu une dose de vaccin. C’est une excellente nouvelle qui témoigne du travail accompli en collaboration avec les provinces.
    Cela dit, j’ai des réserves au sujet de cette motion qui demande que chaque adulte ait accès à un vaccin d’ici la longue fin de semaine de mai. La question a déjà été soulevée par le Bloc et le NPD: cet objectif est tout simplement irréalisable, vu le rythme auquel les vaccins sont administrés. Au Canada, un peu plus de 300 000 doses sont administrées quotidiennement, au mieux.
    Nous aurions pu discuter des mesures à prendre pour aider les provinces à administrer davantage de doses pendant les fins de semaine, puisqu’il est démontré que la cadence ralentit ces jours-là. Comment faire pour accroître la vaccination pendant les week-ends? Voilà une question qui aurait mérité d’être abordée aujourd’hui, mais non, nous voilà en train de débattre d’une question partisane.
    L’autre chose que je reproche à cette motion, c’est qu’au point (iii), on indique que « le gouvernement a prolongé à quatre mois le délai recommandé avant la deuxième dose du vaccin », comme s’il s’agissait d’une décision politique.
    La députée de Calgary Nose Hill devrait avoir honte d'avoir inscrit ce point dans la motion. C'est absolument faux. Le gouvernement du Canada ne fonctionne pas comme cela. Il se fie plutôt aux spécialistes et suit l'avis des médecins.
    C'est bien vrai que l'intervalle indiqué sur l'étiquette de la plupart des vaccins se calcule en semaines, mais c'est ce qu'on pouvait conclure des essais cliniques. Or, nous avons maintenant accès aux données réelles. Concrètement, par exemple, le Royaume-Uni a adapté sa stratégie et ne mise plus que sur une seule dose, ce qui a donné de bons résultats et permis la réouverture de l'économie britannique.
    Bientôt, peut-être dès juillet si le taux de vaccination est élevé, nous retrouverons notre liberté. J'ai bon espoir pour les provinces. Dans la mesure où nous recevrons 2 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer par semaine en mai et 2,5 millions par semaine en juin, nous réussirons à atteindre cet objectif. Je suis persuadé que les provinces réussiront.
    C'est le temps de nous serrer les coudes et d'unir nos efforts. Si les provinces ont besoin d'aide, nous pourrons très bien leur fournir les ressources qui leur permettront d'inoculer davantage de vaccins.
    En terminant, il n'y a pas beaucoup de députés de l'opposition qui parlent de l'avenir, mais la ministre, elle, prépare déjà la suite des choses, puisqu'elle a déjà signé un contrat. En 2022, le Canada peut s'attendre à recevoir 35 millions de doses de rappel, qui pourront être inoculées à ceux qui le voudront. Il en recevra 30 millions supplémentaires en 2023 et il aura la possibilité d'en acheter 100 millions de plus.
    Le gouvernement libéral, la ministre et le premier ministre ont un plan qui permettra de vacciner les Canadiens.

  (1530)  

[Français]

    Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son discours.
    J'aimerais qu'il m'explique pourquoi tout le monde déchire sa chemise aujourd'hui au sujet de notre motion. À l'heure actuelle, en additionnant le nombre de Canadiens qui ont déjà été vaccinés et la quantité de doses de vaccin qu'on prévoit recevoir dans les prochaines semaines, notamment de Pfizer, il n'en manque pas beaucoup d'ici la fin du mois de mai, l'échéancier que mentionne notre motion. D'ailleurs, on sait que des négociations sont en cours avec les Américains pour qu'ils nous avancent 50 millions de doses du vaccin AstraZeneca qui dorment aux États-Unis parce qu'ils n'en ont pas besoin.
    Mon collègue ne pense-t-il pas qu'il est possible d'avoir les doses de vaccin d'ici notre échéancier? Notre motion parle d'accès au vaccin d'ici le 20 mai, pas d'injections.
    Madame la Présidente, je tiens à remercier mon collègue de sa question.
    L'accès aux vaccins est une chose, mais la capacité de les administrer en est une autre. En ce moment, les provinces administrent environ 300 000 doses par jour. En faisant un calcul rapide, il faudrait qu'elles en administrent plus de 622 000 par jour pour respecter la date butoir de la longue fin de semaine de la Reine.
    Cela n'a aucun sens, mathématiquement parlant. Où mon collègue est-il allé chercher cette date butoir, laquelle ne semble pas rallier les experts? Avant de donner une telle date, j'espère que lui et son parti ont consulté les provinces, par exemple. Cela a-t-il été fait?

[Traduction]

    Madame la Présidente, pour ce qui est de la motion, au lieu de faire de la petite politique, nous voulons nous assurer de ne pas donner de faux espoirs aux Canadiens. Nous sommes déterminés à faire des propositions réalistes et constructives pour protéger les gens parce que nous savons que chaque jour de retard dans la livraison des vaccins entraîne une augmentation du nombre de personnes qui contractent le virus et qui sont hospitalisées. Les systèmes de santé, qui sont déjà surchargés, débordent, et il y a de plus en plus de tragédies, qui pourraient être évitées.
    Le député d'en face peut-il aider les Canadiens à comprendre et confirmer quand tous les adultes canadiens auront reçu leur première et leur seconde dose du vaccin contre la COVID-19? Les gens veulent simplement savoir. Ils veulent avoir une idée du moment où le gouvernement respectera un délai afin de pouvoir compter là-dessus.
    Madame la Présidente, nous savons que nous recevrons de 48 à 50 millions de doses d'ici la fin juin. La date à laquelle nous prévoyons que les Canadiens seront vaccinés dépend entièrement de la vitesse à laquelle les provinces peuvent administrer les vaccins.
    Si les provinces ont besoin d'aide, si elles ont besoin de la Croix-Rouge ou des forces armées pour accroître leur capacité, j'espère qu'elles la demanderont cette semaine. Nous savons que nous obtiendrons 2 millions de doses par semaine du vaccin de Pfizer seulement pour le reste du mois de mai. Par la suite, les livraisons passeront à 2,4 millions de doses par semaine en juin. Si les provinces ont besoin d'aide, j'espère qu'elles la demanderont maintenant pour que nous puissions intensifier nos efforts sur-le-champ.
    Madame la Présidente, le Canada était autrefois un chef de file mondial de la conception et de la distribution de vaccins. Le député croit-il que nous nous porterions mieux durant la pandémie si le gouvernement conservateur Mulroney n'avait pas liquidé les laboratoires Connaught, qui comptaient parmi les chefs de file mondiaux, et souhaiterait-il que ce modèle revienne au Canada?
    Madame la Présidente, je ne peux pas parler du passé. Bien entendu, je crois que cela nous aurait aidés, mais je sais que le budget de 2021 propose la construction d'installations de biofabrication au Canada avec un investissement de 2,2 milliards de dollars. Il s'agit d'un investissement considérable qui changera les choses dans la sphère de la production de vaccins au Canada.

  (1535)  

    Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole aujourd'hui avec mon collègue, le député de Carleton.
    Je voudrais commencer par envoyer mon soutien et mes prières à la famille de Diana Law, cette mère de 57 ans et infirmière dévouée de l'hôpital Peace Arch, qui laisse dans le deuil son mari et ses deux adolescents. Après avoir passé des mois à lutter contre la COVID-19, Diana s'est éteinte dans notre communauté le 14 avril, à la suite de complications liées à cette maladie et à d'autres troubles de santé.
    Notre pays a incroyablement souffert au cours des 14 derniers mois, mais personne n'a souffert davantage que les familles dont un être cher est devenu malade ou nous a quittés. Les travailleurs de la santé, comme Diana, qui ont couru des risques pour aider les autres, sont de véritables héros canadiens.
    Plus tôt cette semaine, j'ai demandé au premier ministre durant la période des questions s'il était certain de ne pas avoir de regrets à propos de la réponse à la pandémie. La ministre de la Santé a répondu en disant qu'elle n'avait aucun regret « d’être ici pour accompagner les Canadiens et, en fait, les provinces [...] à chaque étape de ce parcours ». J'ai été étonnée qu'elle soit parvenue à terminer cette phrase sans rire.
     Elle a parlé d'accompagnement à chaque étape du parcours, mais qu'en est-il des étapes qui ont connu des ratés?
    La première étape consistait à obtenir des vaccins. À ce jour, 2,7 % des Canadiens sont entièrement vaccinés, et 30 % n'ont reçu qu'une dose. Étant donné que les responsables de la santé publique lient les taux de vaccination aux restrictions sanitaires, ces chiffres ont des conséquences très concrètes pour les familles canadiennes qui sont impatientes de se réunir et pour les entreprises qui espèrent survivre assez longtemps pour rouvrir un jour. Avec un taux de 2,7 %, le Canada occupe le 76e rang dans le monde et se classe avant-dernier parmi les pays du G7.
    En ce qui concerne les vaccins dont nous disposons, les messages confus et les conseils contradictoires du gouvernement n'ont fait qu'ajouter au stress et à l'incertitude vécus par les Canadiens. Les gens de ma circonscription ne cessent de me demander pourquoi le Canada est le seul pays à avoir un intervalle de quatre mois entre les deux doses, ce qui va à l'encontre des directives des fabricants de vaccins et des avis des professionnels, ceux-là mêmes qui orientent les décisions du gouvernement, à entendre le député de Kingston et les Îles. La réponse est simple: c'est parce que le gouvernement n'a pas réussi à obtenir assez de vaccins.
    Nous avons appris lundi que l'Union européenne a intenté une poursuite contre AstraZeneca pour le non-respect du contrat d'approvisionnement en vaccins. Entretemps, ici, des livraisons ont été annulées ou retardées à maintes reprises. Elles font les manchettes chaque semaine. Pourtant, le gouvernement libéral reste les bras croisés; il préfère se vanter de la prochaine livraison, qui arrivera peut-être, et rassurer les Canadiens en parlant de la panoplie de vaccins commandés. Il ne s'agit pas d'un compte de retraite. On parle de la gestion d'une pandémie, en pleine crise. Les Canadiens ne veulent pas huit vaccins différents dans un an. Ceux qui souhaitent être vaccinés veulent recevoir deux doses d'un vaccin maintenant.
    La deuxième étape consistait à sécuriser la frontière. S'il ne peut pas obtenir de vaccins, le gouvernement devrait à tout le moins tenter d'empêcher le virus et les variants d'entrer au pays en ayant recours à des restrictions à la frontière et au dépistage. Le gouvernement libéral a plutôt affirmé que les mesures frontalières ne sont pas efficaces. En fait, le 13 mars de l'année dernière, la ministre de la Santé a dit: « les mesures frontalières sont très inefficaces et, dans certains cas, elles peuvent nuire ».
    On n'a pas besoin de regarder très loin pour savoir que c'est faux. En effet, les provinces de l'Atlantique ont adopté de telles mesures, et plusieurs d'entre elles ont imposé des restrictions. Cette approche a fonctionné: l'Île-du-Prince-Édouard a enregistré 179 cas en tout, alors que Terre-Neuve en a enregistré un peu plus de 1 000. Prenons l'Australie et la Nouvelle-Zélande, deux des plus proches alliés du Canada et, espérons-le, nos futurs partenaires de l'alliance CANZUK. Ces pays ont mis en place des mesures frontalières sévères dès le premier jour. Or, cette semaine, 50 000 Néo-Zélandais se sont rassemblés côte à côte pour assister à un concert au parc Eden d'Auckland. Il y a eu moins de 2 300 cas confirmés en Nouvelle-Zélande. Il ne s'agit pas là du total quotidien, mais du nombre total de cas depuis le début de la pandémie. L'Australie a aussi agi rapidement et n'a jamais enregistré plus de 1 000 nouveaux cas quotidiens à l'échelle nationale. C'est très bien pour un pays qui compte 25 millions d'habitants.
    Mes collègues conservateurs et moi réclamons un renforcement des mesures frontalières depuis le début de la pandémie. Déjà le 27 janvier 2020, le député de Cariboo—Prince George demandait au gouvernement libéral quand il resserrerait les mesures de contrôle à la frontière. Le 3 février, le député d'Edmonton Riverbend a demandé d'arrêter les vols en provenance de la Chine. Pendant des semaines, les libéraux ont fait la sourde oreille.
    Puis, le 5 mars 2020, le premier ministre a dit que les « réactions impulsives » ne sont pas utiles et que le Canada ne limiterait pas les déplacements. Bien sûr, les libéraux ont fini par changer d'avis, et ils ont mis en oeuvre certaines des mesures frontalières les plus arbitraires et difficiles à comprendre au monde.

  (1540)  

    Il y a eu ce coûteux système de quarantaine à l'hôtel qui s'est révélé inefficace et dangereux pour les voyageurs arrivant de l'étranger par avion, tandis que les voyageurs arrivant par la route, dans ma circonscription notamment, n'étaient soumis à aucune mesure de quarantaine. Les publicités de compagnies aériennes privées indiquent que les passagers en provenance de l'étranger n'ont pas à respecter de quarantaine, et une entreprise de taxi a le vent dans les voiles depuis qu'elle fait traverser la frontière à des voyageurs. Les gens n'ont qu'à prendre l'avion jusqu'à la frontière, puis à la traverser en taxi.
    La semaine dernière encore, 14 mois après le début de la pand