Passer au contenu Début du contenu

Conférence des Présidents d’assemblée du Canada – Présentation: Défis d’un nouveau président

« Chers collègues, mesdames et messieurs, j’ai le grand plaisir de pouvoir rencontrer aussi tôt mes homologues des provinces et des territoires et entendre leurs points de vue sur les différentes questions que nous aborderons au cours de la présente conférence.

En décembre dernier, j’ai eu l’insigne honneur d’être élu Président par mes collègues députés. J’estime donc avoir toutes les compétences nécessaires pour parler des difficultés qu’un nouveau Président doit surmonter!

Le rôle et les responsabilités des présidents des différentes assemblées législatives fédérales, provinciales et territoriales sont assez semblables, mais les fonctions de Président de la Chambre des communes possèdent des aspects particuliers qui font que la courbe d’apprentissage est aussi particulièrement abrupte.

Je vais d’abord présenter les trois principales fonctions du Président de la Chambre des communes. Vous les connaissez sans doute déjà, mais comme elles présentent des difficultés pour le Président nouvellement élu, j’estime qu’il vaut la peine de les mentionner :

  • Le Président dirige les délibérations de la Chambre et veille à ce que les députés respectent le Règlement et les usages parlementaires. Il interprète le Règlement au besoin et rend les décisions sur les rappels au Règlement. Le Président doit s’acquitter de ces tâches en toute impartialité.
  • Au Canada, le principe d’impartialité fait partie intégrante du rôle joué par le Président, car ce dernier tient son autorité de l’ensemble de la Chambre, et il ne pourra pas jouir de la confiance de celle-ci s’il semble avoir un parti pris. Pour garantir l’esprit d’impartialité, le Président s’abstient de participer aux activités partisanes, comme les réunions de caucus, il ne prend pas part aux débats de la Chambre et il ne vote qu’en cas d’égalité.
  • Le Président est également le chef de l’Administration de la Chambre des communes. Il préside le Bureau de régie interne, qui fonctionne à la manière d’un conseil d’administration et s’occupe de toutes les questions financières et administratives liées aux activités de la Chambre des communes. Sous la direction du Président et du Bureau de régie interne, l’Administration de la Chambre doit constamment s’adapter et répondre aux besoins des députés pour que ceux-ci puissent défendre les intérêts des gens de leur circonscription.
  • Le Président de la Chambre des communes exerce également des fonctions diplomatiques. En effet, il reçoit de nombreux visiteurs étrangers sur la Colline du Parlement, qu’il s’agisse de chefs d’État ou de gouvernement ou encore de délégations parlementaires d’autres pays. En plus d’accueillir les dignitaires étrangers, le Président dirige régulièrement des délégations parlementaires; il visite ses homologues partout dans le monde et donne aux députés l’occasion d’établir des liens avec des parlementaires à l’étranger. Ce mois-ci, par exemple, le Président du Sénat et moi-même avons eu le plaisir de coprésider la Conférence des présidents d’assemblée du Commonwealth.
  • Enfin, le Président agit aussi comme député, c’est-à-dire qu’il doit s’entretenir avec les électeurs, rencontrer des groupes d’intérêt spéciaux et accorder des entrevues aux médias, ce avec quoi vous devez aussi composer. Mon travail est peut-être différent de celui de mes collègues des deux côtés de la Chambre, mais tous, nous sommes au service des gens de notre circonscription et nous cherchons à défendre leurs intérêts du mieux que nous le pouvons.

Le Président de la Chambre des communes du Canada s’acquitte de ces responsabilités avec discrétion, une qualité digne du principal serviteur de la Chambre. Le Président est le serviteur non pas d’une partie de la Chambre ou de la majorité des députés, mais bien de l’institution dans son ensemble, et il défend l’intérêt supérieur de celle-ci. Même si le Président jouit de pouvoirs considérables, qui lui sont conférés par la Chambre, il ne peut les exercer que dans les limites établies par la Chambre elle-même.

Comme je suis nouveau, j’apprends à être prudent pour ce qui est de toute action pouvant être interprétée comme une atteinte à ce droit, et j’invite les députés à être dignes de la confiance que nos concitoyens nous ont accordée.

En fait, je suis très content de parler de cette question aujourd’hui parce j’ai ainsi eu l’occasion de réfléchir aux difficultés, grandes ou moins grandes, que j’ai dû surmonter depuis que j’ai été élu Président. Les premiers jours de la législature sont un véritable tourbillon d’activités; on a alors peu de temps pour réfléchir. La présente rencontre est donc une excellente occasion de se pencher sur les nombreux défis qui attendent un nouveau Président.

Comme je l’ai dit tout à l’heure, la courbe d’apprentissage des nouveaux Présidents de la Chambre des communes est souvent abrupte, en raison des nombreuses responsabilités qui leur sont confiées et de la nécessité de se familiariser avec les toutes les circonscriptions du Canada et les députés qui les représentent.

Les Présidents conservent la circonscription dans laquelle ils ont été élus, ce qui les oblige à trouver un équilibre complexe entre leurs fonctions de député et toutes celles qui découlent de leur charge.

Comme tous les parlementaires, le Président doit gérer son temps de façon rigoureuse de façon à pouvoir concilier le travail et la vie familiale.

Moi, je suis chanceux, parce que ma circonscription, Nipissing–Temiskaming, n’est qu’à quelques heures de route. Le Président dont la circonscription se situe à des milliers de kilomètres doit composer avec de longues heures de transport ou de longues périodes loin de ses proches. Mon prédécesseur, l’honorable Geoff Regan, devait faire l’aller-retour presque toutes les semaines entre Ottawa et sa circonscription, ici à Halifax.

De plus, les défis sont différents si on provient d’un milieu rural ou d’un milieu urbain :

Les citoyens des régions rurales s’attendent à ce que leur député soit présent à toutes les activités de la circonscription, tandis que les députés des régions urbains doivent se faire présents pour se faire connaître.

Ma circonscription fait 15 000 kilomètres carrés. Mes concitoyens s’attendent à ce que je me rende un peu partout dans la circonscription pour les rencontrer.

Ma circonscription étant vaste, je passe de nombreuses fins de semaine à visiter une ou plusieurs des 17 municipalités et des 2 réserves que compte Nipissing–Temiskaming.

Comme tous les nouveaux parlementaires, le Président passe une bonne partie des premières semaines à mettre sur pied une équipe fiable et compétente qui pourra l’aider à s’acquitter de ses nombreuses responsabilités.

Le nouveau Président doit aussi commencer immédiatement à établir des relations avec les députés de tous les partis, qui ont des rôles et des responsabilités très variés. En ce qui me concerne, j’ai déjà informé les députés de mon ancienne habitude qui consister à laisser ma porte grande ouverte à mes collègues et aux gens de ma circonscription. Ce que je faisais déjà lorsque j’étais simple député me sera tout aussi nécessaire pour établir et entretenir des relations de travail cordiales avec mes collègues à titre de Président. Je commencerai bientôt, par exemple, à organiser des dîners où j’inviterai des députés de tous les partis; je crois sincèrement que les liens d’amitié solides entre les députés de toutes les allégeances peuvent contribuer à créer un climat de civilité à la Chambre. Il s’agit peut-être d’un objectif difficile à réaliser, mais il vaut la peine qu’on y travaille.

Les rencontres amicales de ce genre aident les nouveaux Présidents à relever un autre défi : celui de favoriser le respect entre les différents partis. Après tout, la Chambre est un contexte très différent d’un dîner entre collègues, et le rôle du Président est redoutable.

Une grande partie des responsabilités procédurales du Président dépendent de son habileté à jauger l’« humeur » de la Chambre et à savoir utiliser au bon moment les outils et les stratégies qui sont à sa disposition pour résoudre les cas difficiles.

Pour les nouveaux Présidents, les gouvernements minoritaires peuvent aussi présenter des difficultés supplémentaires. La possible instabilité politique peut faire en sorte qu’il y ait plus de mises aux voix, de votes de confiance ou de questions de privilège. Les conséquences des décisions rendues peuvent alors être d’autant plus importantes. Étant moi-même dans cette situation, je peux fort heureusement compter sur l’expertise de mon distingué prédécesseur, l’honorable Peter Milliken. En plus d’être le Président ayant le plus longtemps exercé cette fonction depuis la fondation du Canada, il a vu défiler quatre gouvernements minoritaires, et il est toujours là pour en parler!

Depuis 2004, le Président est chargé de choisir les trois autres présidents d’assemblée après consultation des autres partis reconnus. Comme il est important que tous les postes de présidents d’assemblée soient pourvus, il faut choisir rapidement.

Pour que les nombreuses responsabilités associées à la présidence soient bien réparties, le Président peut compter sur une équipe de collaborateurs : les autres occupants du fauteuil. Le nouveau Président doit donc développer une dynamique de travail avec ces derniers afin d’assurer le bon fonctionnement et la cohérence des activités de la Chambre. Heureusement, je peux dire que j’ai un peu de pratique parce que j’ai déjà été vice-président adjoint des comités pléniers. Lorsque la Chambre des communes reprendra ses travaux, la semaine prochaine, je déjeunerai régulièrement avec les autres occupants du fauteuil. Je me réjouis d’ailleurs à l’idée de mieux les connaître et d’échanger des idées sur la façon d’exercer nos responsabilités à la Chambre.

Les nouveaux Présidents doivent aussi se familiariser rapidement avec le cycle financier de la Chambre des communes, car ils sont chargés de superviser la préparation des mémoires sur le budget des dépenses la Chambre des communes qui sont présentés au Conseil du Trésor.

La nature diversifiée de la présidence présente de nombreux défis pour un nouveau Président. Toutefois, avec du temps et du soutien, ainsi que de la bonne volonté de la part du Président, des députés et de tous les gens qui les aident, toutes ces difficultés pourront être surmontées pour assurer la bonne marche de l’institution. »