Début du contenu

Passé

L’édifice du Parlement n’a jamais cessé de s’adapter aux besoins de ses occupants; il a été agrandi, rénové et même reconstruit. L’édifice original du Parlement n’a été achevé qu’en 1876, neuf ans après la Confédération. Il a été salué dans le monde entier comme un triomphe architectural et un symbole de l’ambition du Canada. Lorsque l’édifice a été ravagé par un incendie en 1916, la Chambre des communes a siégé dans l’Édifice commémoratif Victoria situé à proximité, où elle est restée jusqu’en 1920, année de l’ouverture du nouvel et actuel édifice du Parlement.
Édifice original du Parlement
« Je ne connais aucune architecture gothique plus pure de ce genre ou moins souillée d’ornementation fictive », a déclaré l’auteur britannique Anthony Trollope au sujet de l’édifice original du Parlement.

La structure semblait destinée à être construite dans une plus grande ville, comme Montréal ou Toronto, jusqu’à ce que la reine Victoria choisisse Ottawa comme capitale du Canada en raison de sa distance de la frontière américaine.

Le 29 août 1859, Thomas Fuller et Chilion Jones remportent le concours d’architecture de l’édifice original du Parlement. Leur conception tenait compte de la nécessité de construire deux chambres législatives, des bureaux, une bibliothèque, des salles de comité, des salles de lecture, un bureau pour le greffier, une galerie de photos et l’appartement du Président.

Thomas Stent et Augustus Laver ont obtenu le contrat pour les édifices ministériels de l’Est et de l’Ouest.

Au printemps 1860, les premières pierres, composées de grès de la formation de Nepean extrait localement, sont posées. Les autres matériaux utilisés comprennent le grès rouge, la pierre de taille grise de l’Ohio et l’ardoise grise et verte. L’édifice est achevé en 1876-1877, près de 10 ans après la constitution du Dominion du Canada.

Le siège du gouvernement évolue à mesure que la nation grandit, et divers ajouts sont faits à l’édifice. Puis, le 3 février 1916, un incendie ravage l’édifice du Parlement et force les élus et les représentants du gouvernement à fuir sous une épaisse fumée. Seule la Bibliothèque du Parlement, dotée de portes coupe-feu, est épargnée.

Objets de la collection
© HOC-CDC
Édifice commémoratif Victoria (1916-1920)
L’Édifice commémoratif Victoria, situé en face de la Colline du Parlement, au bout de la rue Metcalfe, a abrité temporairement le Parlement. Construit en l’honneur de la reine récemment décédée, ce fut le premier édifice bâti expressément dans le but de devenir un musée national.

Avant que le Parlement n’occupe ses locaux, l’édifice a hébergé la Commission géologique du Canada et le Musée des beaux-arts du Canada.

Cet édifice a été conçu par David Ewart pour refléter le sinistre édifice du Parlement en utilisant les mêmes pierres de grès de la formation de Nepean. Érigée sur un sol de glaise instable, la tour originale située au-dessus de la porte principale a dû être démantelée pour éviter que l’édifice ne s’enfonce ou se fissure.

En 1919, l’ancien premier ministre Sir Wilfrid Laurier est exposé dans la Chambre provisoire, et les travaux parlementaires reprennent sur la Colline du Parlement en 1920.

L’édifice héberge le Musée canadien de la nature depuis de nombreuses années. Lors de rénovations effectuées en 2010, une imposante tourde verre, appelée lanternon des deux reines en l’honneur des reines Victoria et Elizabeth II, est construite à l’endroit où la tour originale était érigée.

Objets de la collection
Nouvel édifice du Parlement
Le nouvel édifice du Parlement, plus vaste et plus haut, est construit en s’appuyant sur les leçons tirées de l’incendie qui a détruit l’édifice original.

La conception des architectes John A. Pearson et Omer Marchand est un hybride entre les styles néogothique et Beaux-Arts. La façade est composée du même grès de la formation de Nepean, mais la charpente de l’édifice est en acier, les murs intérieurs sont majoritairement en calcaire et en marbre plutôt qu’en bois inflammable et les corridors et les accès aux sorties sont grandement améliorés.

Le Hall d’honneur, d’axe nord-sud, relie l’entrée principale à la Bibliothèque du Parlement, tandis que le Hall de la Confédération, d’axe est-ouest, relie la Chambre des communes au Sénat.

L’édifice ouvre ses portes le 26 février 1920. Même s’il demeure inachevé, sa présence imposante en bordure de la rivière témoigne de la croissance et de l’ambition du Canada. Le pays est endeuillé par les pertes de vies humaines, malgré la victoire de la Première Guerre mondiale. Le premier ministre William Lyon Mackenzie King dédie la Tour de la Paix aux soldats canadiens morts au combat. Sept ans plus tard, le 1er juillet 1927, pour souligner le 60e anniversaire de la Confédération, les cloches du carillon de la Tour de la Paix retentissent pour la première fois et sont entendues partout au pays à l’occasion de la première radiodiffusion transcontinentale.